Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 juin 2016

Charles Beigbeder: l’Europe ne peut plus ignorer les aspirations de ses peuples

ECH20708034_1.jpg

Charles Beigbeder: l’Europe ne peut plus ignorer les aspirations de ses peuples

PROPOS recueillis par Ferenc Almássy

Ex: http://visegradpost.com

Ferenc Almássy s’est entretenu pour le Visegrád Post avec Charles Beigbeder, homme d ‘affaire et homme politique français.


Visegrád Post : Vous avez récemment écrit à notre rédaction pour nous faire part de votre soutien au groupe de Visegrád et à Orbán. En tant que libéral, comment analysez-vous les déclarations de Viktor Orbán de l’été 2014, portant sur la « démocratie illibérale » qu’il appelle de ses vœux ?

Charles Beigbeder : Je ne suis pas libéral au sens où beaucoup l’entendent, je ne crois pas que le monde ne soit régi que par les lois du marché. Le libéralisme a sa pertinence mais uniquement dans le domaine de l’avoir, celui qui régit l’échange des biens et services. Dans le domaine de l’être, je suis pour la préservation de notre identité, de notre culture et de nos traditions ainsi que du cadre national dans lequel elles sont transmises au fil des générations. Oui à une économie de marché conquérante et ouverte sur le monde, non à une société de marché qui déboucherait sur une marchandisation des êtres spirituels que sont les personnes et les nations ! Je suis donc un libéral-enraciné ou un patriote défenseur des libertés, partisan d’un État fort mais réduit au domaine régalien.

C’est pourquoi, je me reconnais pleinement dans les propos de Viktor Orbán prononcés en juillet 2014 : « La nation hongroise n’est pas seulement une agrégation d’individus mais une communauté qui doit être organisée, renforcée et construite. En ce sens, le nouvel État que nous construisons en Hongrie est un État illibéral, et pas libéral […] sans renier les valeurs fondamentales du libéralisme comme la liberté ». Si l’on voulait résumer d’un trait ce positionnement, on pourrait ainsi le formuler : la liberté en économie, la souveraineté au niveau étatique et le conservatisme au plan sociétal. Viktor Orbán, qui fut un des pionniers du libéralisme hongrois lors de la chute du rideau de fer, a progressivement évolué vers un conservatisme libéral, car il comprend que la question principale qui agite l’Europe est celle de la préservation de notre identité. Appliquer la logique du libéralisme au domaine de l’être serait dès lors mortifère. ! C’est ce que j’essaie d’expliquer dans mon dernier ouvrage « Charnellement de France » que je viens de publier aux éditions Pierre-Guillaume de Roux.

VP : Depuis la crise des migrants, le groupe de Visegrád (V4) qui paraissait obsolète pour beaucoup est devenu une véritable structure politique,  qui reste souple lorsque les avis de ses membres divergent mais qui fait bloc de façon exemplaire lorsque leurs intérêts convergent. En Europe de l’Ouest, les attaques n’ont pas manqué à l’égard du V4, l’accusant d’égoïsme ou d’ingratitude. Que pensez-vous du V4 ?

Charles Beigbeder : Le groupe de Visegrád permet aujourd’hui de dresser un authentique contrepoids à la politique dessinée par l’Union européenne qui ne respecte que fort peu l’identité et la souveraineté des nations. Il est d’ailleurs significatif de constater que ce groupe, constitué en 1991 entre la Pologne, la Hongrie, la République Tchèque puis la Slovaquie, partagent actuellement les mêmes vues au sujet de l’accueil des migrants, refusant d’être des pompes aspirantes d’une immigration extra-européenne qui fragilise leur identité. Il serait temps que l’Europe occidentale entende le cri lancé par le groupe de Visegrád qui, venant de pays ayant subi le joug soviétique pendant plus de 50 ans, est beaucoup plus soucieux que nous de préserver leur culture.

VP : En 2007, vous avez créé AgroGeneration, que vous avez vendu en 2013. L’entreprise avait pour but de restructurer des anciennes installations de kolkhozes en Ukraine. Le V4 s’investit en Ukraine, et la Hongrie en particulier tente d’avoir des rapports intelligents avec la Russie et l’Ukraine, qui est sa voisine. Comment voyez-vous le rôle des pays d’Europe centrale dans la crise ukrainienne ? Peuvent-ils apporter des solutions à la situation actuelle ?

Charles Beigbeder : Je tiens d’abord à préciser que je n’ai pas vendu AgroGeneration et suis toujours actionnaire de cette belle entreprise de culture de céréales et d’oléagineux en Ukraine, qui a su survivre dans cette période difficile et poursuit désormais son développement. Concernant la crise ukrainienne, il me semble que l’OTAN et l’Union européenne ont trente ans de retard ; elles se croient encore au temps de la guerre froide et pensent que la menace principale vient de l’Est. De fait, en instrumentalisant les révolutions orange et en voulant enrégimenter les pays d’Europe de l’Est dans une alliance défensive à l’Est, l’OTAN a ravivé les tensions avec la Russie. Quant à l’Union européenne, elle n’a pas pris la mesure de la profonde division qui traverse l’Ukraine, entre l’Ouest traditionnellement tourné vers l’Occident et l’Est majoritairement russophone et russophile. De ce fait, elle n’a pu ni gérer la Révolution de Maïdan ni anticiper la réaction russe qui a violé la souveraineté nationale d’un État et déstabilisé la région. Cette incapacité européenne a un coût : 10 000 morts et des centaines de milliers de déplacés que l’on continue d’ignorer alors même que l’on accueille massivement des migrants du Moyen-Orient. L’Europe centrale me paraît dans une démarche plus constructive, dans la mesure où Viktor Orbán s’efforce de nouer de bonnes relations avec la Russie à mille lieues de la diabolisation qu’entretient systématiquement l’Occident à son endroit. Avec la Pologne ou les Pays baltes, la relation reste cependant plus compliquée pour des raisons historiques. Le principal problème vient en fait d’un manque de leadership européen ; nous restons prisonniers d’une Europe technocratique, sans vision, et incapable de se positionner à la hauteur des événements, enfermée qu’elle est dans le prisme étroit d’une réglementation tatillonne.

VP : Récemment, différents partis ou personnalités françaises ont témoigné de leur soutien au V4 et à Orbán en particulier, dont Nicolas Sarkozy, le SIEL de Karim Ouchikh ou encore certains cadres du Front National. Pensez-vous que l’Europe centrale va avoir un rôle politique grandissant, notamment dans la politique des pays d’Europe de l’Ouest, et de la France en particulier ?

Charles Beigbeder : « L’Europe doit respirer avec ses deux poumons : celui de l’est et celui de l’ouest » disait le grand pape Jean-Paul II, lui-même originaire d’un pays d’Europe centrale. Longtemps, en raison de la coupure imposée par le rideau de fer, nous nous sommes habitués à raisonner comme si l’Europe se réduisait à sa composante occidentale, voisine, par sa culture et son mode de vie, des États-Unis d’Amérique. La désagrégation du bloc soviétique et le récit terrifiant des dissidents de l’Est ont enfin permis à l’Occident d’ouvrir les yeux sur la réalité du communisme en Europe. Malgré les cris d’orfraie poussés par une intelligentsia à l’indignation sélective et à la mémoire amnésique, il est maintenant possible de connaître la véritable nature de l’idéologie qui a imposé son joug sur l’Europe de l’Est pendant plus de cinquante ans, notamment grâce à la publication du Livre noir du communisme sous la direction de Stéphane Courtois en 1997. Cette mémoire vive justifie une plus grande sensibilité de ces pays sur la question de l’identité. Ainsi, lorsque la Cour européenne des droits de l’homme voulut interdire les crucifix dans les écoles publiques italiennes (affaire Lautsi, 18 mars 2011), c’est l’Europe de l’Est, qui, emmenée par la Russie, se joignit à la procédure pour défendre une identité dont la négation rappelait les heures les plus sombres du communisme athée.

smugg806287-captureei.jpg

VP : Pour conclure, comment expliquez-vous les positionnements récents de l’Europe centrale ? Et quel avenir lui prédisez-vous ?

Charles Beigbeder : Plus que jamais, l’Europe ne peut ignorer les aspirations de ses peuples. Les pays du groupe de Visegrád l’ont compris et la popularité de Viktor Orbán est là pour l’attester en Hongrie. Le dernier exemple en date concerne le vote, le 17 juin dernier, d’une motion au Parlement hongrois interdisant à l’Union européenne de ratifier le TAFTA sans l’accord de la Hongrie. Il faudrait la même disposition dans tous les autres pays de l’Union. Nous ne pouvons accepter de nous faire imposer une politique que nous n’avons pas choisie.

De même, s’agissant de l’immigration, Visegrád paraît avoir pris la mesure du problème : Il ne s’agit pas de se soustraire au droit d’asile qui est une belle tradition humaniste mais d’empêcher son détournement à des fins purement économiques et permettre aux États qui le souhaitent de défendre leurs frontières, en l’absence d’un espace Schengen qui soit autre chose qu’une passoire. L’Union européenne est d’ailleurs bien naïve de faire confiance à la Turquie pour restreindre le flot de réfugiés que celle-ci laisse complaisamment embarquer sur nos côtes, tout comme elle a largement ouvert sa frontière aux djihadistes souhaitant combattre en Syrie. La solution à la crise des migrants ne pourra venir d’un accueil massif de migrants qui ne fera que déplacer le problème sans le régler à la base, tout en déstabilisant l’Europe dans ses traditions et son mode de vie. Puisse le groupe de Visegrád inspirer nos dirigeants occidentaux afin qu’ils ne restent pas sourd à l’angoisse identitaire de leurs peuples !

Écrire un commentaire