Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 mai 2022

L'UE veut s'endetter pour l'Ukraine

arton12578-40f0e.png

L'UE veut s'endetter pour l'Ukraine

Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/eu-will-schulden-fuer-die-ukraine-aufnehmen/

Pour se maintenir à flot économiquement, l'Ukraine a besoin d'environ 15 milliards d'euros au cours des trois prochains mois, soit cinq milliards d'euros par mois. Cette somme doit par exemple permettre de payer les retraites, d'assurer l'approvisionnement des personnes déplacées à l'intérieur du pays ou de régler d'autres coûts liés à la guerre. Les Etats-Unis se sont engagés à couvrir un tiers des besoins financiers de l'Ukraine au cours des trois prochains mois, et les deux tiers restants seront pris en charge par l'Union européenne, selon un rapport du magazine "Politico".

Comme l'écrit "Politico" en citant des diplomates, la Commission européenne prévoit de trouver l'argent pour Kiev sous la forme d'une dette commune de l'UE. Les États membres devraient ensuite garantir les dettes contractées par la Commission européenne. "Cela ressemble au programme SURE, qui a été utilisé pendant la pandémie pour collecter des fonds pour les chômeurs de courte durée, ont déclaré les diplomates", rapporte "Politico". A l'époque, la Commission avait demandé des garanties à hauteur de 25 milliards d'euros pour lever 100 milliards d'euros.

Le projet de la Commission européenne ne fait pas l'unanimité. En effet, certains pays, dont l'Allemagne, l'Autriche et la Grèce, ont demandé à la Commission de fournir des options de financement alternatives avant la présentation de son plan le 18 mai. Quoi qu'il en soit, la présidence française a l'intention de soumettre le dossier à la discussion fin mai afin que les chefs d'Etat et de gouvernement puissent en débattre.

dimanche, 15 mai 2022

La consommation de viande attaquée par les élites mondiales: la Commission européenne accepte de traiter la proposition des défenseurs des droits des animaux visant à supprimer les subventions au bétail

imcowsage.jpg

La consommation de viande attaquée par les élites mondiales: la Commission européenne accepte de traiter la proposition des défenseurs des droits des animaux visant à supprimer les subventions au bétail

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/el-consumo-de-carne-bajo-ataque-de-las-elites-globales-la-comision-europea-acepta-tratar-propuesta-animalista-para-eliminar-ayudas-al-sector-ganadero/

Le secteur de l'élevage est toujours dans le collimateur des élites mondiales: la Commission européenne a récemment accepté de traiter une initiative intitulée "End The Slaughter Age", qui vise à supprimer toutes les subventions au secteur de l'élevage dans l'Union européenne, a dénoncé l'organisation Unión de Extremadura dans un communiqué.

La campagne "End The Slaughter Age" affirme: "Selon le GIEC, nous avons environ 10 ans pour éviter le point de basculement climatique. Les émissions de gaz à effet de serre ont atteint des niveaux jamais vus sur cette planète. De 15% à 51% sont liés à la consommation traditionnelle de viande. Il existe des alternatives éthiques capables de produire la même quantité de viande avec 99% d'émissions de gaz à effet de serre en moins. La technologie pour sauver le monde existe. Aidez-nous à demander aux politiciens d'intervenir avant qu'il ne soit trop tard" et il propose la solution sans demi-mesure et en lettres majuscules: "Viande de ferme et viande de légumes pour un monde sans esclavage".

Et il poursuit en expliquant ces deux propositions: "la viande cultivée, réalisée grâce à la nouvelle agriculture cellulaire et à la technique de fermentation; la viande végétale, capable d'égaler le goût et la saveur de la viande traditionnelle, un exemple de grand succès sur le marché est Beyond Meat".

Comme Kontrainfo l'a rapporté dans le passé, Beyond Meat est une initiative financée par le magnat de l'informatique Bill Gates.

La Commission européenne explique que l'initiative a été soumise par des organisations de défense des animaux qui remplissaient les conditions requises pour que le projet soit traité. "Ce dont nous n'avons pas été informés par la Commission, c'est que les organisations promouvant de telles initiatives, dont le traitement est très coûteux, sont souvent des organisations subventionnées à la fois par la Commission européenne et par les administrations nationales des États membres", indique la déclaration, pointant du doigt les plus hauts décideurs politiques.

017f96a855d9a8b5988188b6aa602d79.jpg

"Nous ne pouvons pas permettre à une minorité subventionnée d'imposer à plus de 250 millions de citoyens ce qu'ils doivent manger ou boire. Il y a des gens et des politiciens qui s'indignent du fait que nous mangeons de la viande, que nous buvons un verre de vin et qui s'attaquent continuellement à la consommation et à un mode de vie que nous pratiquons depuis des siècles, voire des millénaires, et dont il a été prouvé qu'il était bon pour notre alimentation", indique la déclaration.

Pour cette raison, et face à une initiative visant à supprimer toute aide au secteur de l'élevage, et "las de recevoir chaque jour des menaces et des insultes de la part d'une minorité subventionnée, il est grand temps d'entamer les procédures d'approbation d'une initiative populaire visant à supprimer les subventions à tant d'associations animalistes dont le seul objectif est de vivre des subventions publiques et d'intimider des millions de citoyens pour qu'ils changent leur mode de vie qui est sain".

Selon les statistiques, 56 % des 447 millions d'habitants de l'UE, soit 250 millions de personnes, consomment régulièrement de la viande dans leur alimentation et 45 % d'entre eux (201 millions) l'utilisent pour maintenir un régime équilibré. En outre, les exploitations d'élevage européennes emploient chaque année plus de 4 millions de travailleurs sur leurs exploitations, ce qui, avec le travail des indépendants dans ce secteur, porte le nombre total de travailleurs dans le secteur de l'élevage de l'UE à plus de 6 millions.

La promotion du véganisme par les élites mondiales n'est une surprise pour personne. Il est bien connu que si un régime végétalien n'est pas correctement équilibré par divers compléments, il génère d'énormes déficits en vitamine B12, ce qui entraîne des problèmes du système nerveux et de la mémoire à long terme. En l'espace de quelques décennies, le monde souffrira d'une population humaine mal nourrie, dépourvue de toute force physique ou mentale et plus docile au système de domination dominant.

Le triomphe du nationalisme nord-irlandais balkanise le Royaume-Uni alors que Johnson subit une raclée électorale

6272aab427248.image.jpg

Le triomphe du nationalisme nord-irlandais balkanise le Royaume-Uni alors que Johnson subit une raclée électorale

Par Alfredo Jalife Rahme

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/triunfo-del-nacionalismo-norirlandes-balcaniza-la-gran-bretana-global-mientras-johnson-sufre-paliza-en-elecciones-por-alfredo-jalife-rahme/

Paradoxes de la démondialisation : les dirigeants de la Grande-Bretagne (GB) et des Etats-Unis subissent une profonde répudiation sur le plan intérieur, alors qu'ils encouragent la guerre en Ukraine contre la Russie, au risque de déclencher un échange de tirs nucléaires entre les deux blocs.

La "première guerre mondiale hybride" (https://bit.ly/3KVXzZS) est en train de se dérouler - comme en conviennent l'économiste Sergei Glaziyev, proche du Kremlin, et le géopoliticien brésilien Pepe Escobar - car en Ukraine, plusieurs guerres sont menées en une seule et, surtout, les États-Unis mènent ouvertement une "guerre par procuration" contre la Russie et la Chine, puisqu'en affaiblissant Moscou, la profondeur stratégique de Pékin est diminuée.

La "guerre de propagande" qui proclame le "triomphe (sic)" du président ukrainien Zelenski, comédien de profession, sur la Russie - qui n'existe que dans les hallucinations morbides de Twitter et de Televisa avec son partenaire américain Univision - a déjà des effets délétères sur la politique intérieure britannique: effondrement de la livre sterling, défaite électorale cuisante du premier ministre conservateur Boris Johnson, hausse des taux d'intérêt, inflation, crises énergétique et alimentaire, etc.

Scénario similaire pour son allié de guerre Joe Biden - qui affiche aujourd'hui un taux de rejet de 57 %, selon le sondage de Rasmusen (https://bit.ly/3P9JgUN) - dont le front intérieur s'effondre à six mois des élections cruciales de mi-mandat qui laissent présager un tsunami trumpiste dû à l'inflation, à la crise incoercible de l'immigration, à la criminalité et à une gestion épouvantable de la santé.

Le premier ministre Johnson a subi une raclée lors des élections locales du 5 mai: "il a perdu près de 500 sièges et le contrôle de 11 conseils", les travaillistes ayant récupéré 139 sièges, selon la BBC (https://bbc.in/3PdWcJe).

Au-delà de la débâcle de Johnson, le triomphe du parti nationaliste nord-irlandais Sinn Fein - le bras politique de l'Armée républicaine irlandaise (IRA) - en faveur de son indépendance du Royaume-Uni (RU) - qui est la somme de l'Irlande du Nord et de la "GB globale". La Grande-Bretagne qui, à son tour, est l'ensemble formé par l'Angleterre/l'Écosse/le Pays de Galles -, a perdu la majorité des sièges favorables à l'Union au Parlement de l'Ulster pour la première fois en 101 ans.

61719874_101.jpg

Le "libéral unioniste", qui opère sur Twitter sous le nom de @SrIberist, commente : "Victoire historique pour le Sinn Fein en Irlande du Nord. La réunification de l'Irlande est une question de temps. Elle sera suivie de l'indépendance de l'Écosse et de son adhésion en tant que 28e État à l'UE. Il est intéressant de penser à ce que sera l'avenir du Royaume-Uni pour l'Angleterre et le Pays de Galles" (https://bit.ly/39cX6p3).

Il est très paradoxal que la matrice autrefois financiarisée de la mondialisation néolibérale reste éviscérée en son sein: tant par la victoire du nationalisme du Sinn Fein en Ulster, partie du Royaume-Uni/"Global GB", qu'aux États-Unis par le Trumpisme.

L'Ukraine est-elle la dernière guerre de la mondialisation ? D'où feront-ils fonctionner la machinerie financière de la mondialisation sans leurs opérateurs centraux qui sont désormais au bord de la balkanisation ?

Le premier ministre écossais pro-indépendance Nicola Sturgeon (https://bit.ly/3wkt6zb) a félicité le Sinn Fein pour "un résultat véritablement historique", alors que les sécessions de l'Irlande du Nord et de l'Écosse se nourrissent mutuellement de leur volonté d'indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni/de la "GB globale".

041908751-5dc7b9fa-6a2a-46b0-8421-3737727c4214.png

20776.jpeg

Plutôt que la sécession attendue, plus tôt que tard, de l'Irlande du Nord pour rejoindre ses frères dans une Irlande désormais indépendante, réunie, et à majorité catholique, la véritable nouvelle est le triomphe souverainiste/nationaliste au sein même du modèle "Global GB" qui est devenu le mantra du ministère britannique des Affaires étrangères après son Brexit (https://bit.ly/3KYs0ytx),

Le monde s'est écroulé autour du "héros de l'Ukraine" Johnson, qui doit encore payer pour le péché politique capital de son Partygate - les bacchanales du premier ministre britannique dans des bureaux publics, en pleine réclusion forcée https://bbc.in/3M4eE5f) - alors que les plaques tectoniques de la monarchie néolibérale de la "GB globale" se sont fracturées avec les balkanisations non improbables, entraînée par les électeurs  de l'Écosse et de l'Irlande du Nord.

Moralité : le nationalisme souverain est l'antidote à la mondialisation néolibérale (https://bit.ly/38krIVp).

Pour suivre le Prof. Alfredo Jalife Rahme:

https://alfredojalife.com

Facebook : AlfredoJalife

Vk : alfredojalifeoficial

Télégramme : https://t.me/AJalife

https://www.youtube.com/channel/UClfxfOThZDPL_c0Ld7psDsw?view_as=subscriber

Tiktok : ZM8KnkKQn/

Podcast : 3uqpT1y

La revue de presse de CD - 15 mai 2022

imvdjg-3.jpg

La revue de presse de CD

15 mai 2022

EN VEDETTE

La municipalité de Stains dans le 93

Regardez le tableau illustré des élus de cette ancienne banlieue rouge qui a manifestement changée de couleur ! A Stains, le Conseil municipal est constitué de 39 conseillers dont 14 adjoints et 6 conseillers délégués. Au premier tour des élections municipales qui s’est déroulé en mars 2020, 31 sièges ont été remportés par la liste de gauche « Stains en commun » composée de représentants du PCF, de la France Insoumise, du PS, des Verts et de la société civile stanoise. Les conseillers d’opposition, au nombre de 8. Le Conseil est présidé par le maire, Azzédine Taïbi.

Stains.fr

https://www.stains.fr/vie-municipale/mairie/maire-elus/  

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/DICTATURE

Céline Pigalle. Dans le sens du vent

Durant son passage à i>Télé, Céline Pigalle et sa directrice Cécilia Ragueneau entendent développer « un discours autour de valeurs pour se démarquer de la première chaîne d’information, BFMTV, mêlant la recherche d’un recul contre l’immédiateté de l’information en temps réel et la défense d’un certain humanisme ». Alors qu’elle est directrice de la rédaction, elle appuie le licenciement d’Éric Zemmour d’i>Télé, en 2014, jugeant que le comportement de l’auteur du Suicide français a provoqué la gêne parmi la société des rédacteurs de la chaîne à l’occasion de son émission « Ça se dispute ». Un choix stratégique contestable, puisque l’émission compte alors parmi les meilleures audiences de la chaîne…

Ojim.fr

https://www.ojim.fr/portraits/celine-pigalle/?utm_source=...

L’Allemagne n’a pas été victime de cyberattaques liées à la Russie, affirme le gouvernement fédéral

Aucune cyberattaque contre l’Allemagne pouvant être attribuées à la Russie n’a été recensée jusqu’à présent, a confirmé le gouvernement, bien que d’autres pays de l’UE aient récemment connu une forte hausse de telles attaques. Cela pourrait cependant être dû à la façon qu’a l’Allemagne de définir ces attaques.

euractiv.fr

https://www.euractiv.fr/section/economie/news/lallemagne-...

« Plus blanc que blanc » : comment les médias occidentaux ont dénazifié l’Ukraine

Récemment, le New York Times, comme beaucoup d’autres médias occidentaux, a changé de langage pour parler du bataillon fasciste ukrainien Azov. Ce qui était autrefois « une organisation paramilitaire néonazie ukrainienne », dont le FBI a dit qu’elle était connue pour son « association avec l’idéologie néonazie », a d’abord été qualifié d’« extrême droite » avant de devenir « une unité normale de l’armée ukrainienne »…

lecridespeuples.fr

https://lecridespeuples.fr/2022/05/13/lave-plus-blanc-que...  

home_company_pic1.jpg

ÉCOLOGIE

Détruire la nourriture « pour le climat » est une folie

Ce qui se passe en Irlande du Nord fait partie d’un mouvement plus large visant à sevrer l’homme de la viande rouge, en particulier du bœuf, que l’homme consomme à hauteur de 350 millions de tonnes chaque année.

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/05/13/427227-detruire-l...

ÉCONOMIE

L'internaute en tant que travailleur : le marxisme et le capitalisme du 21e siècle

Selon Marx, l'état naturel de l'homme pour lequel il veut et aime travailler est... le loisir. En fait, nous vivons et fonctionnons à une époque où nos plaisirs sont devenus imperceptiblement addictifs et deviennent ainsi notre travail. Et ce qui est pire, un travailleur exploité. Prendre conscience de cet état est le premier pas vers l'organisation, et l'organisation est la base de la résistance.

Euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/05/11/l...

ÉNERGIES

Géopolitique de l'énergie

Les universitaires ne s'accordent pas sur le fait qu'il existe 45 ou même 83 définitions de la sécurité énergétique. Leur compréhension varie en fonction du pays dans lequel elle est définie, de ses conditions géographiques, culturelles et de conscience. Il existe également différentes priorités au sein des sociétés, en fonction de la position dans la chaîne d'approvisionnement. Grave erreur…

Euro-synergies.hautefort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/05/09/g...

ÉTATS-UNIS

Ukraine : la guerre des Etats-Unis

Ça commence à se murmurer loin des micros, quand la confiance est là et qu’on a compris qu’on pouvait livrer le fond de sa pensée sans risquer d’être immédiatement rayé de la liste des gens fréquentables : les Américains jouent un jeu dangereux qui pourrait nous faire basculer dans un conflit généralisé. Éditorial de Natacha Polony dans Marianne du 5 mai 2022.

Synthesenationale.hautetfort.com

http://synthesenationale.hautetfort.com/media/00/01/46577...

91LbLG2stTL.jpg

« L’Amérique Empire », de Nikola Mirković

La conclusion indéniable de « L’Amérique Empire » est qu’il est dans l’intérêt du monde entier qu’un changement de politique étrangère ait lieu aux USA.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/05/08/426731-lamerique-...

"Jeter un pays contre un mur de temps en temps". Les néoconservateurs et leur idéologie

Les néoconservateurs (Neocons) des deux partis politiques américains sont une élite qui a exercé une influence fatale sur la politique étrangère des États-Unis au cours des dernières décennies, comme peu d'autres. Les néocons vont et viennent entre le gouvernement, le Conseil de sécurité nationale, diverses organisations non gouvernementales et des "think tanks", en tant que conseillers politiques, employés de think tanks, journalistes et membres du gouvernement. Dans leur quête de la domination mondiale des États-Unis et de leur non-respect des intérêts des autres pays, ils laissent partout leur empreinte. Ils sont toujours présents, quel que soit le parti présidentiel ou celui qui détient la majorité dans les deux chambres du Congrès.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/05/11/l...

Livraisons d’armes à l’Ukraine : Les États-Unis n’ont aucune idée d’où atterrira leur aide militaire

Les responsables américains viennent d’admettre qu’ils ne savent pas où aboutiront réellement leurs livraisons d’armes à l’Ukraine, et qu’elles pourraient tomber entre des mains dangereuses.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/livraisons-d-armes-a-l-ukraine-...

nl2555-entete-elucid.png

FRANCE

En France, la Grande Colère qui vient. Analyse d’Olivier Berruyer

Quel est l’état d’esprit des Français après le scrutin de dimanche dernier ? Quel est leur rapport à l’institution #présidentielle ? Comment ont réagi les différentes catégories socio-professionnelles au non-choix #LePen#Macron ? Les nombreuses données récoltées à l’issue du 2nd tour, nous permettons d’y voir plus clair. Ce sont ces données qu’Olivier Berruyer, fondateur du média en ligne Elucid, a analysées pour dresser le portrait de la France d’aujourd’hui. Une France qui hésite entre tristesse et colère.

Les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/en-france-la-grande-colere-qui-...

GAFAM

Google trouve un accord pour rémunérer 300 médias européens

300 médias européens viennent de trouver un accord avec Google, le mercredi 11 mai, pour mettre en application le droit voisin. Cette directive européenne a été transposée en 2019 dans la législation de plusieurs pays européens comme la France, l’Allemagne ou la Hongrie, et permet aux journalistes d’être rémunérés pour les articles partagés par les plateformes comme Google. Le géant de la tech profite de l’occasion pour annoncer via son blog officiel l’outil qui va l’aider à respecter ses accords.

Siecledigital.fr

https://siecledigital.fr/2022/05/12/google-trouve-un-acco...

Qui sont les responsables du nouveau "Ministère de la Vérité" américain (Qui l'aurait cru?)?

Immédiatement après l'achat de Twitter par Elon Musk, qui l'a ouvert à la liberté et au pluralisme d'opinion extrêmement dangereux, il y a eu un tollé dans l'État profond et dans la clique démocratique américaine : Hillary Clinton a demandé aux Européens d'intervenir pour maintenir cette censure, Barack Obama a appelé à une réglementation américaine, et l'administration Biden a créé un nouveau comité pour la gouvernance de la mise en place urgente, au Département de la Sécurité intérieure (le Département de l'Intérieur, DHS, qui n'existait pas aux Etats-Unis : il a été créé par Bush jr après le 11 septembre) d'une unité anti-"désinformation" c'est-à-dire d'une organisation policière répressive.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/05/02/q...

GÉOPOLITIQUE

Ukraine : Si nous refusons la guerre nucléaire, pourquoi tout faire pour la provoquer?

L’Ukraine n’est pas le Vietnam ou l’Afghanistan — la Russie ne va pas abandonner sans combattre pour ce qu’elle estime être un enjeu majeur pour son pays.

Les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/ukraine-si-nous-refusons-la-gue...

La préparation de l’intervention militaire russe en Ukraine : cas d’école de Maskirovka

Avant l’intervention en Ukraine, les Russes ont pratiqué l’art du camouflage ou maskirovka. Si la ruse est une chose courante dans les choses militaires, la pensée stratégique russe de la maskirovka a de nombreuses spécificités, qui échappent souvent aux Occidentaux.

Revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/la-preparation-de-linterven...

Normes et mondialisation : vers une recomposition de la matrice normative internationale au profit des nouvelles puissances ?

Après 30 années d’hégémonie américaine, le monde s’est très majoritairement rassemblé autour de la matrice de développement économique occidentale, avec toutes les normes et dépendances que cela implique. Cependant, de plus en plus de pays se montrent désormais critiques d’un ordre international qui ne répond souvent pas à leurs aspirations, et cherchent donc à proposer des systèmes alternatifs.

portail-ie.fr

https://portail-ie.fr/analysis/4061/normes-et-mondialisat...

IMMIGRATION

La fermeté danoise sur l’immigration vantée par… Laurent Wauquiez (LR)

Les tenants du politiquement correct expliquent généralement qu’il n’ y a pas de problèmes d’immigration en France et que de toute façon on ne peut rien faire contre… L’exemple du Danemark – largement vanté par Polémia – prouve que cette double affirmation est fausse. Et c’est Laurent Wauquiez qui le rappelle dans une publication Facebook. Une prise de position étonnante de la part d’un élu appartenant à un mouvement politique – Les Républicains – qui est un acteurs passif du Grand Remplacement migratoire.

Polemia.com

https://www.polemia.com/la-fermete-danoise-sur-limmigrati...

couv-fp8.jpg.jpeg

LECTURE

Titre :

Propagandes. Formation de la désinformation. Front populaire. La revue de Michel Onfray. N ° 8. 160 p., 14,90 €.

Auteur :

Ils sont 25 à avoir travaillé sur ce thème devenu incontournable et souvent galvaudé pour mieux l’éviter. De Juan Asencio à Ingrid Riocreux, de Robert Redeker à Régis de Castelnau, de Georges Kuzmanovic à Sabine Prokhoris, de Jacques Sapir à Olivier Rey, la thématique traitée est à la fois bien définie et bien analysée grâce à de nombreux angles d’analyses.

Présentation :

Ce huitième numéro de « La revue des souverainistes de droite, de gauche, d’ailleurs et de nulle part » bénéficie d’un sommaire très riche : médias, sondages, publicité, fake news, service public, numérique, journalisme, politiquement correct…

SANTÉ/MENSONGES/LIBERTÉ

Pfizer et les tests de sécurité. Fraude scientifique?

Des centaines de milliers de pages de l’étude Pfizer sont en train de sortir petit à petit. Le travail de déchiffrage pour en sortir les anomalies est un travail de titan. Certains s’y attellent dans leur coin, comment peuvent-ils aboutir seuls, voire avec une petite équipe, face à une montagne élaborée par des centaines d’individus et des millions engloutis ? Cela nécessite des compétences que peu ont, et parmi ceux-ci un esprit critique et objectif, qualités qui sont en train de disparaître. Comment la ou une vérité peut-elle sortir d’un tel travail ? Qui pourra en sortir une synthèse claire, crédible, accessible au grand public et surtout aux journalistes, si tant est qu’ils soient capables de creuser n’importe quel sujet, perroquets ils sont devenus. Heureusement, Sasha Latypova, une Ukrainienne vivant aux Etats Unis, les a analysés. Elle a fait carrière dans l’industrie pharmaceutique, sur le développement, la validation, l’acceptation réglementaire et la commercialisation de nouvelles technologies cliniques et de biomarqueurs. Voici ses conclusions.

Covid-factuel.fr

https://www.covid-factuel.fr/2022/05/07/pfizer-et-les-tes...

Viral 10 / Une maladie multiple, et un suspect : la spike

Alors que beaucoup se demandent si la nouvelle hépatite touchant des enfants a un lien avec le Covid, on sait déjà que le virus de ce dernier provoque de nombreuses pathologies dans quantité d'organes, tous liés à un système hormonal que pourrait perturber la protéine spike de SARS-CoV-2. Cela expliquerait une maladie multiple, et pose question sur cette protéine que produisent les vaccins.

blast-info.fr

https://www.blast-info.fr/articles/2022/viral-10-une-mala...

Des documents de Pfizer révèlent que les autorités de réglementation médicale et Pfizer savaient que le vaccin COVID provoquait une aggravation de la maladie.

Des documents confidentiels de Pfizer que la Food and Drug Administration étasunienne a été contrainte de publier par ordonnance d’un tribunal, confirment que Pfizer et la FDA savaient que l’aggravation de la maladie par le vaccin était une conséquence possible des injections de l’ARNm Covid-19. Ils révèlent également qu’ils avaient des preuves de cette occurrence, y compris plusieurs décès, mais qu’ils les ont balayées sous le tapis et ont affirmé qu’« aucun nouveau problème de sécurité n’a été soulevé ».

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/des-documents-de-pfizer-rev...

pubbxlberllishable.jpg

UNION EUROPÉENNE

Une « bombe atomique » économique : la Hongrie menace les dernières sanctions de l’UE contre la Russie, y compris l’embargo sur le pétrole

L’embargo de l’Union européenne sur le pétrole russe est menacé après que le Premier ministre hongrois Viktor Orban a rejeté les propositions, les jugeant trop coûteuses et trop rapides à mettre en œuvre pour le pays, portant ainsi un coup potentiellement fatal aux plans de l’Union européenne visant à se détourner de l’énergie russe, et alors que les querelles diplomatiques s’éternisent au sujet des sanctions les plus sévères jamais prises contre Moscou.

Forbes.fr

https://www.forbes.fr/politique/une-bombe-atomique-econom...

Agriculture européenne : Bruxelles est un champ de bataille

La politique agricole de l'Union européenne ne fait pas consensus à Bruxelles. Des divisions apparaissent de plus en plus clairement.

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/05/09/426972-agricultur...

Le "Great Resist" en Italie : vers une plateforme commune anti-passe, UE et Otan

"Nous voulons que l'Italie se batte pour l'Italie." Que ce soit en musique, en mathématiques, en architecture, en physique ou même et surtout en poétique, la majorité des acquis de ce que l’on appelle la civilisation « européenne » découle de découvertes faites en Italie, depuis le 12e ou 13e siècle. Or, l’Italie n’a depuis 1945 de souveraine que le nom. Ce pays d’artistes et de génies scientifiques, de facto occupée par les États-Unis, est désormais une simple plateforme militarisée de l’OTAN, modèle de ce que l’Europe est censée devenir.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/great-resist-...

Les intérêts cachés de la guerre de l'Occident contre la Russie

moscou-met-l-otan-en-garde-contre-une-adhesion-de-la-finlande-et-la-suede.jpg

Les intérêts cachés de la guerre de l'Occident contre la Russie

par Luciano Lago

Source: https://www.ideeazione.com/gli-interessi-celati-della-guerra-delloccidente-alla-russia/

La guerre prolongée entre la Russie et l'Ukraine, avec l'implication indirecte (pour le moment) de l'OTAN, aurait dû faire apparaître clairement quels sont les intérêts cachés derrière ce conflit sanglant.

Les États-Unis et leur bulldog britannique, les deux sangsues au cœur de l'OTAN, sont ses centres de commandement, de contrôle et de coordination financière, ceux qui sont les plus intéressés à épuiser la Russie et l'Europe dans un conflit prolongé dont Washington et Londres peuvent tirer profit afin de maintenir un contrôle hégémonique sur le vieux continent en empêchant la soudure d'un axe eurasien entre la Russie et l'Europe.

Prolonger la guerre sert les intérêts de ceux qui l'ont instiguée et promue : les élites du pouvoir anglo-saxon.

Parmi les autres objectifs des Anglo-Saxons, à ne pas négliger, figure celui de la perturbation des lignes d'approvisionnement mondiales qui, dans les plans des centres de commandement, devrait isoler la Russie et également créer des difficultés pour la Chine, dont la puissance industrielle, technologique et militaire est de plus en plus considérée comme la menace existentielle pour les Etats-Unis.

Régler ses comptes avec la Russie et ensuite tourner son attention vers la Chine, telle est la stratégie pas si secrète de Washington qu'ils ont bien comprise à Pékin.

La stratégie américaine, mise en œuvre depuis de nombreuses années, est la même que celle théorisée par les stratèges de la Maison Blanche, qui envisageait d'encercler la Russie avec une ceinture d'États hostiles à travers laquelle il s'agirait de déstabiliser et d'attaquer le cœur de la Russie. Cette stratégie prévoyait, dans un premier temps, la mise en scène de révolutions colorées, telles que celles déclenchées en Géorgie, dans les Balkans et en Ukraine, puis un changement de régime dans les pays les plus fragiles, où il existe des tensions et des fractures potentielles dues à la présence de minorités russes, pour ensuite déboucher sur de véritables guerres civiles et la déstabilisation de ces pays. L'Ukraine a été la plus grosse "morsure" et un cas d'école où une telle stratégie a été mise en œuvre et a partiellement réussi.

Seule l'intervention opportune de Poutine en 2014 pour rendre la Crimée à la Fédération de Russie par référendum populaire a empêché le plein succès du coup d'État de Maidan. La déstabilisation s'est ensuite poursuivie avec l'intervention massive des Occidentaux pour soutenir l'armée de Kiev dans ses activités contre les séparatistes russophiles du Donbass.

Cependant, le plan de nettoyage ethnique et d'ukraïnisation de ces territoires a finalement été stoppé par l'intervention militaire de la Russie qui a débuté en février de cette année.

L'instrument principal de l'hégémonie militaire américaine, l'OTAN, travaille maintenant à plein régime pour soutenir l'Ukraine dans sa tentative de ralentir et d'arrêter l'offensive russe et, à cette fin, a déployé non seulement une cargaison massive d'armes létales mais aussi la présence de plusieurs milliers d'instructeurs militaires, de conseillers et de mercenaires de l'OTAN dont la tâche est d'appuyer les forces ukrainiennes et de prolonger le conflit autant que possible. Hillary Clinton elle-même l'avait explicitement déclaré quelques semaines avant l'intervention russe : "nous devons créer un nouvel Afghanistan, comme celui qui a mis l'URSS en crise en 1980", cette fois au milieu de l'Europe. Un objectif confirmé par les déclarations ultérieures du président Biden et de son secrétaire à la défense Austin.

Il devient donc clair qu'il ne s'agit pas d'un conflit entre la Russie et l'Ukraine mais entre la Russie et l'OTAN où cette dernière est de plus en plus impliquée.

Un défi que Washington a lancé pour sa suprématie en Europe dès qu'il a utilisé l'Ukraine comme plateforme contre la Russie depuis 2014 et depuis les précédentes tentatives de révolutions colorées menées par la CIA.

Cependant, quelqu'un à Washington a fait un mauvais calcul et l'offensive russe menace de mettre à mal les plans de Washington sur l'Ukraine, avec la perspective d'un conflit qui ouvre la boîte de Pandore de ce qui représente la stratégie destructrice des Anglo-Saxons en Europe. Une sirène d'alarme pour les peuples d'Europe asservis aux intérêts impériaux de Washington qui cherche à empêcher à tout prix un axe eurasien entre l'Allemagne et la Russie, l'Europe devant elle-même subir les pires conséquences de ce conflit.

L'aveuglement des gouvernements européens et leur mauvaise foi dans la poursuite d'intérêts extérieurs contraires et opposés à ceux des peuples européens sont rendus évidents et retentissants par ce conflit.

En Russie aussi, les effets de ce conflit commencent à se faire sentir en interne, mais d'une manière inattendue par rapport aux attentes de l'Occident.

Comme cela s'est produit plus d'une fois dans l'histoire de la Russie, la guerre a mis en évidence la nécessité d'un changement radical et immédiat. dans la société russe.

La décision de passer à l'offensive en Ukraine le 24 février, selon divers analystes russes, a déclenché une véritable avalanche de demandes de changement, certaines instances en suscitant d'autres, l'une entraînant l'autre. Ce qui a commencé comme une révolution d'en haut, comme une opération spéciale, mènera inévitablement à ce à quoi mène toute révolution : l'implication des larges masses dans la vie du pays.

En substance, il s'agit d'une purification de l'âme du peuple russe qui est lavée des incrustations idéologiques issues des influences occidentales, celles du libéralisme et du consumérisme exacerbé.

La survie de la Russie et le développement du pays eurasien face aux sanctions et à la confrontation militaire nécessitent une combinaison de volonté étatique et d'un environnement économique décentralisé actif, d'autant plus que les sanctions ont porté un coup sévère aux anciens capitaines d'entreprise, les cinquièmes colonnes pro-occidentales que l'on appelle les oligarques.

La Russie n'est pas encore habituée à son nouveau rôle : celui d'un foyer de changement dans le système d'ordre mondial. On peut dire qu'il y a encore de la méfiance pour ce nouveau rôle. Cependant, pour le monde russe ce n'est pas la première fois dans l'histoire à soulever une révolte globale, cela s'était déjà produit en 1917 mais dans une direction différente. On peut dire que le passé révolutionnaire avec tous ses attributs est ancré dans la mémoire génétique du peuple russe. Cependant, le contenu de la révolution actuelle n'a évidemment rien en commun avec l'idéologie communiste.

Avant tout, c'est une révolution de libération du peuple. En Ukraine, les troupes russes libèrent leurs frères slaves de l'oppression d'une idéologie nationaliste qui leur est étrangère. À l'intérieur de la Russie, la tâche consiste à se libérer de la dépendance extérieure dans l'économie, de l'influence des agents pro-occidentaux, professionnels et volontaires.

De plus, dans l'actualité de l'action du groupe dirigeant russe, il y a aujourd'hui la défense du pays contre ces idées contre nature qui sont au cœur du dernier totalitarisme occidental, un retour aux valeurs qui assurent le développement de la société et non l'effondrement du tissu social : l'amour de la patrie, la famille traditionnelle, les enfants, le travail, la liberté de pensée. Et dans ce sens, on peut parler d'une révolution conservatrice.

Si les forces de cette révolution l'emportent, ce sera un énorme signal qui aura également son effet en Europe et sera le véritable moteur du changement.

12 mai 2022

samedi, 14 mai 2022

L'Europe peut-elle exister sans la Russie ?

860_visactu-europe-la-dependance-au-gaz-russe.jpg

L'Europe peut-elle exister sans la Russie?

par Michel Pinton

Source: https://www.ideeazione.com/puo-leuropa-esistere-senza-la-russia/

La question qui constitue le titre de cet article a été posée aux participants d'un séminaire que j'ai eu l'honneur d'organiser il y a trente ans. C'était en 1994. La Russie luttait pour émerger des ruines de l'empire soviétique. Sa longue captivité l'avait épuisé. Enfin libre, elle n'avait qu'une seule aspiration : retrouver sa force et être à nouveau elle-même. J'entends par là non seulement retrouver la prospérité matérielle que les bolcheviks avaient dilapidée, mais aussi reconstruire ses relations sociales détruites, son ordre politique effondré, sa culture déformée et son identité perdue.

À l'époque, j'étais membre du Parlement européen. Il me semblait essentiel de comprendre ce qu'était la nouvelle Russie, quelle voie elle empruntait et comment l'Europe occidentale pouvait travailler avec elle. J'ai eu l'idée de conduire une délégation de députés à Moscou pour discuter de ces questions avec nos homologues de la Douma fédérale. J'en ai parlé à Philippe Seguin, alors président de l'Assemblée nationale française, et il a immédiatement accepté mon projet. Les parlementaires russes ont répondu à notre demande en nous invitant à venir immédiatement. D'un commun accord, nous avons décidé d'élargir nos délégations respectives à des experts dans les domaines de l'économie, de la défense, de la culture et de la religion, afin que leurs réflexions éclairent nos discussions.

Seguin et moi n'étions pas seulement poussés par la curiosité envers cette nation alors indécise. Nous nous considérions comme les héritiers d'une école de pensée française selon laquelle l'Europe est une, de l'Atlantique à l'Oural, non seulement sur le plan géographique, mais aussi en termes de culture et d'histoire. Nous étions également convaincus que ni la paix, ni le développement économique, ni l'avancement des idées ne pouvaient être établis sur notre continent si ses nations se déchiraient les unes les autres, voire s'ignoraient. Nous avons voulu poursuivre la politique d'entente et de coopération initiée par Charles de Gaulle de 1958 à 1968 et brièvement reprise en 1989 par François Mitterrand dans sa proposition de "grande confédération européenne".

michel-pinton_4662208.jpeg

L-Identitarisme-contre-le-bien-commun.jpg

L'OTAN : un obstacle à nos projets

Nous savions qu'il y avait un obstacle à notre projet : il s'appelait OTAN. De Gaulle, le premier, n'avait cessé de dénoncer ce "système par lequel Washington tient la défense et par conséquent la politique et même le territoire de ses alliés européens". Il affirmait qu'il n'y aurait jamais de "véritable Europe européenne" tant que ses nations occidentales ne se seraient pas libérées de la "lourde tutelle" exercée par le Nouveau Monde sur l'Ancien. Il avait donné l'exemple en "libérant la France de l'intégration sous commandement américain". Les autres gouvernements n'ont pas osé le suivre. Mais la chute de l'empire soviétique en 1990, et la dissolution du Pacte de Varsovie, semblaient justifier la politique gaulliste: il était évident pour nous que l'OTAN, ayant perdu sa raison d'être, devait disparaître. Il n'y avait plus aucun obstacle à une entente étroite entre tous les peuples d'Europe. Seguin, en homme d'État visionnaire, pourrait envisager "une organisation spécifique de la sécurité en Europe" sous la forme "d'un Conseil européen de sécurité dans lequel quatre ou cinq des grandes puissances, dont la Russie et la France, auraient un droit de veto".

C'est avec ces idées que je me suis rendu à Moscou. Seguin a été retenu à Paris par une contrainte inattendue de la session parlementaire française. Notre séminaire a duré trois jours. L'élite russe est venue avec autant d'enthousiasme que les représentants de l'Europe occidentale. De nos échanges, j'ai tiré une leçon principale : nos interlocuteurs sont obsédés par deux questions fondamentales pour l'avenir de leur nation: qui est russe? Comment assurer la sécurité de la Russie?

La première question découle des frontières arbitraires que Staline avait imposées au peuple russe au sein de l'ancienne Union soviétique. La seconde était la réapparition des souvenirs tragiques des invasions passées. Certains pensaient que les réponses se trouvaient dans le commerce avec l'Europe occidentale, dont les nations avaient appris à négocier leurs limites et à travailler ensemble fraternellement pour le bien de tous. Et puis il y en avait d'autres qui, rejetant l'idée d'une vocation européenne de la Russie, considéraient qu'elle avait son propre destin, qu'ils appelaient "eurasien". Naturellement, c'est le premier groupe que nous avons encouragé. C'est à ce groupe que nous avons apporté nos propositions. Il était dominant à l'époque.

En relisant le compte rendu de ce séminaire trente ans plus tard, mon cœur se serre en redécouvrant l'avertissement que nous avait donné un éminent universitaire, alors membre du Conseil présidentiel : "Si l'Occident ne montre aucune volonté de comprendre la Russie, si Moscou n'acquiert pas ce à quoi elle aspire - un système de sécurité européen efficace - si l'Europe ne sort pas de son isolement, alors la Russie deviendra inévitablement une puissance révisionniste". Elle ne se contentera pas du statu quo et cherchera activement à déstabiliser le continent".

En 2022, c'est exactement ce qu'elle fait. Pourquoi notre génération d'Européens a-t-elle échoué si lamentablement dans l'œuvre d'unification qui semblait à portée de main en 1994 ?

Nous avons tendance à rejeter la faute sur un seul homme : Poutine, "un dictateur brutal et froid, un menteur invétéré, nostalgique d'un empire disparu", que nous devons combattre, voire éliminer, afin que la démocratie, le précieux trésor de l'Occident, puisse également prévaloir à l'Est et y établir la paix. C'est à cette tâche, sous l'égide de l'OTAN, que nous appelle le président américain Joe Biden. Son explication a l'avantage d'être simple, mais elle est trop intéressée pour être acceptée sans examen. Ceux qui ne sont pas dominés par les émotions de l'actualité n'ont aucune difficulté à comprendre que le problème de l'Europe est beaucoup plus complexe et profond.

L'histoire de notre continent au cours des trente dernières années peut se résumer à un éloignement progressif de l'Est de l'Ouest. Dans l'ancien empire soviétique, la principale préoccupation était, et est toujours, de reconstruire des nations qui renoueront avec leur passé et vivront en toute sécurité pour être à nouveau elles-mêmes. Pour la Russie, cela signifie réunir tous les peuples qui revendiquent la patrie, établir des relations stables et de confiance avec les nations sœurs du Belarus, de l'Ukraine et du Kazakhstan, et construire un système de sécurité européen qui la protège des dangers extérieurs.

L'obsession européenne

Les dirigeants d'Europe occidentale ont eu une préoccupation très différente. Depuis la chute du mur de Berlin, ils ont consacré leur attention, leur énergie et leur confiance à ce qu'ils ont appelé "l'Union européenne". Le traité de Maastricht, la construction de la monnaie unique, la "constitution" de Lisbonne - voilà ce sur quoi ils ont travaillé presque à plein temps. Alors qu'à l'Est, ils s'efforçaient de rattraper le temps perdu dans l'histoire nationale, à l'Ouest, les élites se sont laissées emporter par une mystique irrésistible, celle du dépassement des nations et de l'organisation rationnelle de l'espace commun. Le problème de la sécurité ne se pose plus à l'Ouest, puisque tous les différends entre les États membres doivent être réglés par des instances supranationales. La paix dans l'"Union" semblait être définitivement établie. En bref, l'Occident pensait avoir dépassé l'idée de nation et construit un système stable de fin heureuse de l'histoire. La Russie était confrontée à des questions brûlantes sur l'idée de nation et avait un sentiment croissant de rendez-vous déchirants avec l'histoire. Dans ces conditions, l'Est et l'Ouest n'avaient pas grand-chose à échanger, à l'exception du pétrole et des machines-outils, dont le niveau est trop bas pour atténuer leurs futures divergences.

En conséquence, l'OTAN est devenue une pomme de discorde encore plus grave qu'à l'époque des deux blocs. En Europe occidentale, l'organisation militaire dirigée par Washington est considérée comme une garantie bénigne contre les éventuels retournements de l'histoire. Elle permet à ses peuples membres de profiter des "dividendes de la paix" du monde extérieur sans s'en préoccuper, tout comme l'Union le fait pour sa paix intérieure. En Russie, l'OTAN apparaît comme une menace mortelle. C'est l'instrument d'une puissance qui a montré à de nombreuses reprises depuis la chute du mur de Berlin sa volonté d'hégémonie mondiale et de domination sur l'Europe. L'inclusion de la Pologne, des trois États baltes et de la Roumanie, tous si proches de la Russie, dans les territoires couverts par la suprématie américaine a été applaudie en Occident. À Moscou, elle a suscité l'inquiétude et la colère.

shutterstock_362005910-800x600.jpg

L'échec de la France

Et la France ? Pourquoi n'a-t-elle pas essayé d'empêcher la division progressive de notre continent ? Parce que sa classe dirigeante a toujours choisi d'accorder la priorité absolue à la mystique de l'"Union européenne". En conséquence logique, elle s'est laissée entraîner dans son complément naturel, l'OTAN. Jacques Chirac a participé, à contrecœur bien sûr, mais explicitement, à l'expédition décidée par Washington contre la Serbie. Sarkozy a pris le parti de rapprocher notre pays du système dominé par les Américains. Hollande et Macron nous ont liés toujours plus étroitement à l'organisation dont la tête est de l'autre côté de l'Atlantique. En nous liant toujours plus étroitement à l'OTAN, nos présidents ont perdu une grande partie du crédit international dont jouissait la France lorsqu'elle était libre de faire ce qu'elle voulait.

Un sursaut de conscience les a parfois amenés à rejeter la tutelle américaine et à reprendre la mission que de Gaulle avait commencée. Chirac a refusé de participer à l'agression de Bush contre l'Irak, Sarkozy s'est entendu à lui seul avec Moscou sur les termes d'un armistice en Géorgie, Hollande a négocié les accords de Minsk pour mettre fin aux combats en Ukraine, ils ont tous accompli des actes dignes de notre vocation européenne. Ils ont même réussi à engager l'Allemagne. Mais hélas, leurs efforts ont été improvisés, partiels et de courte durée.

C'est à cause de cette série de divergences que l'Europe a été une fois de plus coupée en deux. La malheureuse Ukraine, située sur la ligne de fracture du continent, est la première à en payer le prix en sang, larmes et destruction. La Russie le revendique au nom de l'histoire. L'Union européenne s'indigne au nom des valeurs démocratiques qui, selon elle, mettent fin à l'histoire. L'Amérique profite de ce différend insoluble pour avancer discrètement ses pions et rendre l'issue de la guerre encore plus compliquée.

Voilà où se trouve l'Europe un tiers de siècle après sa réunification : un abîme de malentendus la divise ; une guerre cruelle la déchire ; un nouveau rideau de fer, imposé cette fois par l'Occident, commence à séparer son espace ; la course aux armements a repris ; et, plus encore que la chute vertigineuse des échanges économiques, c'est la fin des échanges culturels qui menace chacune de ses deux faces. Le grand Européen Jean-Paul II avait coutume de dire que notre continent ne pouvait respirer qu'avec ses deux poumons. Aujourd'hui, en Occident comme en Orient, nous sommes condamnés à ne respirer qu'avec un seul. C'est un mauvais présage pour les deux moitiés. Mais les vrais Européens doivent refuser de se décourager. Même s'ils sont peu entendus aujourd'hui, ce sont eux et eux seuls qui peuvent ramener la paix sur notre continent et lui rendre sa prospérité et sa grandeur.

10 mai 2022

Une rose des vents hégémonique et décadente

d48bc17e5578dfb1fc0f9d13537c1fe8.jpg

Une rose des vents hégémonique et décadente

par Georges Feltin-Tracol

Parmi les nombreuses hétérotélies qui découlent de l’« opération militaire spéciale » russe en Ukraine, destinée entre autres à empêcher l’ancrage de ce pays dans l’orbite euro-atlantique, la plus flagrante serait le renoncement par la Suède et la Finlande de leur neutralité historique afin de rejoindre au plus tôt l’Alliance Atlantique et son bras armé, l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord).

Signé le 4 avril 1949, le traité de Washington réunit douze États des deux rives septentrionales de l’Atlantique dont le Portugal de Salazar et l’Islande qui présente la particularité de ne pas disposer d’armée. Ce pacte fonde l’Alliance Atlantique en opposition frontale à l’Union Soviétique et au bloc de l’Est. La guerre de Corée en 1950 l’incite à se doter d’une composante militaire : l’OTAN.

La fin de la Guerre froide qui s’étend du 9 novembre 1989 (chute du mur de Berlin) au 25 décembre 1991 (éclatement imprévu de l’URSS) aurait pu – et aurait dû – provoquer la dissolution de l’OTAN. Son pendant soviétisé, le Pacte de Varsovie, a bien disparu dès 1991. Or la structure atlantiste va survivre à ce grand tournant de l’histoire. Elle va contribuer à l’hégémonie des États-Unis d’Amérique en Europe et à renforcer la domination occidentale matérialiste – eudémoniste sur les cinq continents. Aujourd’hui, l’organisation occidentaliste  comprend trente membres dont les plus récents datent de 2009 (Albanie et Croatie), de 2017 (Monténégro) et de 2020 (Macédoine du Nord). L’arrivée prochaine de la Suède et de la Finlande sonnera le glas de toute « Europe – puissance » indépendante. À l’exception de l’Irlande, de Malte, de Chypre, de l’Autriche, de la Suède et de la Finlande, tous les États de la soi-disant Union européenne sont plus ou moins intégrés dans l’OTAN. La neutralité affichée d’États européens tels que la Suisse n’a jamais empêché une intense coopération discrète. Dans la perspective d’une invasion soviétique, l’état-major otanien avait très tôt mis en place des unités clandestines de guérilla connues sous le nom de code de Stay Behind et, en Italie, de Gladio. L’Autriche, la Suède et même la Suisse ont bénéficié de ce soutien implicite. Aucun État européen n’est de nos jours étranger à l’atlantisme institutionnel.

imastayges.png

Dans la décennie 1990, certains milieux républicains conservateurs, souvent marginaux, tablent sur un ralliement rapide de la Russie à la sphère occidentale. L’arrivée de l’ancien ennemi aurait bouleversé la donne géopolitique et diplomatique pour tout le début du XXIe siècle, car, une fois dans l’OTAN, la Russie aurait incité les anciennes républiques soviétiques, y compris l’Ukraine et la Géorgie, à l’y rejoindre. L’extension de l’alliance militaire atlantique de Vancouver à Vladivostok via Moscou aurait toutefois été vue par l’Iran et la Chine comme une menace frontalière existentielle. Incapables de dépasser leurs préjugés russophobes, les cénacles néo-conservateurs, démocrates et républicains, rejetèrent cette éventualité et ratèrent leur rendez-vous avec le kairos. Au contraire, l’agression russe contre l’Ukraine concrétise leur lubie géostratégique. Dans les années 2000, l’OTAN participa à l’invasion et à l’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak.

Aucune autre entente multinationale ne présente un tel écho planétaire qui correspond aux visées d’un Occident-monde totalitaire. L’OTAN a ainsi noué d’intenses contacts avec divers pays non-européens dans une série de contrats appelés « Plans d’action individuel de partenariat » (Serbie, Ukraine, Géorgie, Arménie, Kazakhstan), « Partenariat pour la paix » (Irlande, Suisse, Autriche),   « Dialogue méditerranéen » (Israël, Jordanie, Égypte, Maghreb dont l’Algérie) », « Initiative de coopération d’Istanbul » (Koweït, Émirats arabes unis, Qatar) et « Partenariat global » (Colombie, Irak, Pakistan, Mongolie, Corée du Sud, Japon, Nouvelle-Zélande). Quant à l’Australie, considérée comme un « allié majeur », elle posa en 2014 sa candidature à l’Alliance Atlantique.

Le bloc euro-atlantique constitue un grand espace qu’ordonnent et dominent les États-Unis d’Amérique. C’est un Commonwealth ultra-libéral de ploutocraties d’apparence démocratique qui sert aussi de vaste marché au complexe militaro-industriel étatsunien. Sans vouloir empiéter sur les analyses judicieuses de l’émission de Radio Méridien Zéro versée dans les questions militaires, « Ça se défend », le Rafale français, l’Eurofighter Typhoon anglo-germano-hispano-italien et le JAS 39 Gripen suédois ne peuvent pas rivaliser avec le F-35 étatsunien à la réputation (au choix) de fer à repasser volant ou de corbillard aérien. Les industries d’armement européens, en particulier françaises et suédoises, connaîtront dans les prochaines années le sort peu enviable d’Alstom racheté par General Electric grâce à une prise d’otage légale outre-Atlantique (l’affaire Frédéric Pierucci, par exemple).

maxresdefault.jpg

À côté de son action patiente de pillage systématique du savoir-faire européen, l’OTAN, l’Alliance Atlantique et leur complice, l’Union dite européenne, attisent le nouveau chaos mondial. L’OTAN n’a jamais défendu l’Occident boréen. Elle représente plutôt l’avant-garde de la révolution sociétaliste cosmopolite. Ses instances dirigeantes souscrivent à toutes les pathologies de la modernité tardive liquide. Le 19 mars 2021, le siège bruxellois de l’OTAN tenait une conférence interne consacrée à la dimension LGBTQ+ sur le lieu de travail. La rose des vents se trouvait pour l’occasion associée au fameux drapeau arc-en-ciel… Le communiqué de presse officiel de l’entité atlantiste affirmait qu’elle « est attachée à la diversité. Toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, le sexe, la race ou l’origine ethnique, la religion, la nationalité, le handicap ou l’âge y est strictement interdite. Elle a également fait œuvre de pionnière en étant la toute première organisation au monde à reconnaître le mariage entre personnes du même sexe, offrant à ces couples les mêmes avantages qu’aux conjoints hétérosexuels, à une époque où le mariage homosexuel n’était reconnu que dans un seul pays, les Pays-Bas ». Jamais l’OTAN n’est intervenue dans la crise des migrants en 2015. Elle ne s’est jamais déployée pour protéger et stabiliser le flanc Sud de la Méditerranée. L’idéologie multiculturaliste, la pensée « woke » et l’« inclusivisme » sont devenus avec l’ultra-libéralisme sécuritaire les mamelles conceptuelles de l’atlantisme 2.0.

On ne peut que constater toute la nocivité de cette organisation qu’Emmanuel Macron estimait avec erreur le 7 novembre 2019 en « mort cérébrale ». La mort cérébrale, c’est en fait ce qui attend les peuples albo-européens s’ils ne décident pas de se lever contre cette folle emprise mortifère civilisationnelle.    

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 32, mise en ligne, le 10 mai 2022, sur Radio Méridien Zéro.

vendredi, 13 mai 2022

Les ennemis de l'Europe sont à Bruxelles et à Strasbourg

parlement-europeen-strasbourg.jpg

Les ennemis de l'Europe sont à Bruxelles et à Strasbourg

par Marcello Veneziani 

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/i-nemici-dell-europa-stanno-a-bruxelles-e-strasburgo

Mais qui est le principal ennemi de l'Europe ? Ne le cherchez pas en dehors de l'Europe ou même en son sein profond, parmi les nationalismes et les populismes. L'anti-européanisme est à Bruxelles, à Strasbourg, au cœur de l'Union européenne, dans ses bâtiments et ses institutions. Il est temps de lancer un processus politique qui part de la réalité et non de l'idéologie, et qui n'a pas peur de toucher aux pouvoirs de l'Eurocratie.

Avec la guerre en Ukraine, l'Union européenne a clairement et nettement démontré qu'elle n'a pas à cœur le rôle, la souveraineté, les intérêts et les valeurs de l'Europe, et qu'elle fait des choix résolument contraires aux besoins des peuples d'Europe. Elle aurait pu avoir un rôle autonome et souverain important, en tant que tierce partie au conflit entre la Russie et les États-Unis, et devenir l'axe d'équilibre pour trouver un compromis, un point de médiation. Au lieu de cela, elle a choisi de prendre parti à l'ombre des États-Unis, sous le parapluie de l'OTAN, payant un coût disproportionné en termes économiques, énergétiques et politiques. Elle a même accepté la fiction selon laquelle les États-Unis et l'OTAN ont occupé le terrain pour défendre l'Europe. Et elle a même crié que la Russie de Poutine avait déclaré la guerre à l'Europe et s'apprêtait à l'envahir en commençant par l'Ukraine. Même pour attribuer les pires intentions à l'autocrate russe, son objectif est de reprendre l'espace qui a été pendant des siècles sous la souveraineté de l'empire des Tsars puis de l'Union soviétique, en ramenant la Crimée et peut-être le Donbass dans le giron russe. Mais Poutine n'a jamais pensé ou déclaré qu'il menacerait l'Europe et l'engloutirait dans un projet d'expansion et d'empire. Mais ce n'est pas tout: se considérant attaquée et envahie, l'Europe s'est en fait déclarée belligérante dans le conflit qui l'oppose à la Russie, excluant toute négociation dans laquelle elle pourrait se présenter comme un troisième sujet, autonome et indépendant, un point d'équilibre entre les prétentions hégémoniques de la Russie et l'hégémonie planétaire des États-Unis.

shutterstock_797855722.jpg

L'UE a accepté de redevenir un satellite, une émanation des États-Unis, totalement et servilement alignée, épousant d'ailleurs la ligne de Johnson de quitter l'Europe et de rétablir l'axe atlantique avec l'Amérique du Nord.

L'Union européenne n'aurait été possible que si, avec la chute de l'Union soviétique, du mur de Berlin et du Pacte de Varsovie, nous avions pu enfin nous libérer de la tutelle américaine et du parapluie de l'OTAN. Cela n'a pas été fait, et ce n'est pas le nationalisme qui a empêché, comme on le prétend à tort, l'unification européenne ; mais c'est la division du monde en deux blocs qui nous a empêchés de sortir de chez nous et d'avoir les clés de la maison ; elle nous a empêchés de nous unifier. Ce n'est que lorsque le rôle de l'OTAN est devenu inutile et que l'autonomie des États-Unis n'était plus nécessaire, qu'il aurait été possible de compléter l'Union européenne en 1992.

Maintenant, nous avons abdiqué de facto la souveraineté et l'indépendance de l'Europe et nous avons accepté d'émettre des sanctions qui non seulement sapent toute relation avec la Russie mais se retournent également contre les intérêts primaires de l'Europe, à commencer par ses plus grands pays comme l'Allemagne, la France et l'Italie elle-même.

Pour effectuer cette transition, nous avons accepté la réduction de l'Europe à l'Occident, ce qui implique la primauté américaine et la stratégie de l'OTAN, et nous avons fait semblant de croire que l'Occident était le monde entier. Considérant qu'il est désormais clair que la mondialisation n'est plus l'occidentalisation du monde mais un processus controversé et polymorphe où le principal acteur mondial est la Chine, avec l'Asie du Sud-Est. L'Occident tel que nous l'entendons ne comprend même pas sa partie la plus peuplée, qui est l'Amérique latine, mais l'Europe, les États-Unis et le Canada, qui sont les pays où le taux de dénatalité est le plus élevé et dont la population, âgée et en surnombre, atteint à peine un dixième de la planète.

Mais il est évident depuis des années que nos intérêts réels, économiques, stratégiques et géopolitiques divergent fortement de ceux des États-Unis. Je ne suis pas un partisan de l'Eurasie, mais je crois qu'il est dans l'intérêt premier de l'Europe de traiter avec la Russie et l'Est sans la permission de nos parents américains. Des nations individuelles comme la France, l'Allemagne, la Hongrie en sont conscientes, mais pas l'UE.

Si l'on veut remonter aux origines de cet anti-européanisme au sein de l'Union européenne, je crois que le rejet des racines européennes dès l'acte de fondation et la négation répétée de notre civilisation chrétienne, grecque et romaine en étaient les prémisses idéales. Puis l'Europe a donné la priorité aux technocrates et à la finance et a été conçue à l'envers, non pas comme une réalité différenciée à l'intérieur et unie à l'extérieur, mais le contraire : l'Union européenne comprime et déprime les identités nationales qui la constituent, tyrannise les peuples, mortifie les différences économiques en son sein et la souveraineté des États-nations, et impose des règles et des contraintes.

Et malgré cela, elle apparaît impuissante, désarmée vis-à-vis du monde extérieur, incapable de se doter d'une ligne politique, stratégique et militaire autonome, incapable de protéger ses frontières, incapable d'affronter de manière unie la concurrence asiatique, les flux migratoires et l'invasion commerciale chinoise. Face à la tenaille qui nous saisit aujourd'hui, à savoir la domination américaine et l'expansion chinoise, nous élevons la Russie de Poutine au rang d'ennemi principal de l'Europe. La Russie de Poutine est certes une autocratie qui a envahi l'Ukraine, mais contrairement aux États-Unis et à la Chine, elle n'a aucune prétention hégémonique sur l'Europe et ne nous envahit pas avec ses produits et ses modèles.

C'est pourquoi, si vous cherchez où se cachent les ennemis de l'Europe, vous les trouverez à la tête de la Commission européenne, parmi ses hauts commissaires, au sommet et dans la majorité de l'Europarlement, dans les tribunaux de Strasbourg, parmi les eurocrates et les fonctionnaires euro-atlantiques zélés, comme ici aussi, à la tête de l'Italie... L'Europe cache des serpents en son sein.

mardi, 10 mai 2022

L'Ukraine, le monde à la croisée des chemins

kiev-f-216669016-jpg--84268-.jpg

L'Ukraine, le monde à la croisée des chemins

par Giacomo Gabellini

Propos recueillis par Luigi Tedeschi

Source : Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/ucraina-il-mondo-...

Entretien avec Giacomo Gabellini auteur du livre "Ukraine, le monde à la croisée des chemins", Arianna Editrice 2022

1) Les frontières de l'Ukraine sont indéfinissables et son identité unitaire s'avère donc floue. L'Ukraine actuelle correspond à la République socialiste soviétique instituée par Staline à la fin de la 2e guerre mondiale. À l'intérieur des frontières ukrainiennes, il existe des populations ethniquement, culturellement, linguistiquement et même religieusement très diverses, telles que des Ukrainiens, des Russes, des Polonais, des Hongrois, des Tatars, etc. ... Par conséquent, avec la rupture définitive des liens politiques, culturels et économiques avec la Russie et la sécession des régions orientales et de la Crimée (territoires pro-russes), l'identité ukrainienne n'apparaît-elle pas comme celle d'un État créé artificiellement, c'est-à-dire sur la base des sphères d'influence russes ou américaines ? Les valeurs unificatrices ne sont-elles pas représentées uniquement par l'adhésion à l'OTAN et à l'Union européenne, c'est-à-dire par l'occidentalisation américaniste et russophobe du pays ? N'assistons-nous pas à une énième reproduction de la logique de Versailles, qui s'est toujours révélée être un échec et un signe avant-coureur de nouveaux conflits potentiels ?

Il est difficile de prévoir avec un haut degré de certitude la configuration que prendra l'État ukrainien. Tout porte à croire, cependant, que le véritable ciment de ce qui restera de l'Ukraine sera un nationalisme aux traits russophobes marqués et un désir de vengeance contre le Kremlin. Beaucoup ont tendance à attribuer ce résultat uniquement à l'attaque déclenchée par la Russie, mais en réalité, la radicalisation du pays représente un phénomène qui était déjà largement observable avant même le déclenchement du Jevromajdan. Il ne faut pas oublier qu'en 2010, le président de l'époque, Viktor Juščenko, arrivé au pouvoir en pleine révolution orange, a décerné le titre de "héros de l'Ukraine" à Stepan Bandera, leader de l'aile maximaliste de l'Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), composée en grande partie de Novorusses catholiques de Galicie, vétérans des campagnes irrédentistes menées contre la Pologne dans les décennies précédant la "grande guerre". Le 21 juin 1941, à l'arrivée des troupes nazies, Bandera proclame l'indépendance de l'Ukraine et participe avec l'OUN et sa branche armée (UPA, l'Armée insurrectionnelle ukrainienne) à la fondation du bataillon Nachtigall, composé de volontaires ukrainiens et soumis à la chaîne de commandement de l'Abwehr (les services secrets militaires allemands). Travaillant aux côtés des envahisseurs et des divisions SS ukrainiennes comme celle de Galicia, l'Oun a activement contribué à l'extermination de dizaines de milliers de Juifs ukrainiens et à la campagne militaire allemande contre l'Union soviétique. L'association avec les envahisseurs a duré plusieurs mois, jusqu'à ce que l'échec de la reconnaissance allemande de l'indépendance ukrainienne, promise à l'Oun à la veille de l'opération Barbarossa, conduise Bandera et ses partisans à retourner leurs armes contre les Allemands. Le chef de l'Oun a ensuite été capturé par la Wehrmacht, puis libéré sur la base d'un accord avec l'Abwehr, qui prévoyait la formation d'une division ukrainienne du Schutz-Staffeln pour aider les troupes allemandes dans la déportation des Juifs et la répression des minorités polonaises. À leur tour, les Polonais ont riposté en s'alliant à l'Armée rouge et en brûlant des villages ukrainiens entiers, ce qui a donné lieu à une guerre civile prolongée et sanglante qui entraînera la mort de plus de 90.000 civils polonais et 20.000 civils ukrainiens. La guérilla antisoviétique menée par l'OUN sous la direction du chef militaire de l'UPA, Roman Šučevič, s'est poursuivie dans les années qui ont suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais lorsque la perspective de la défaite a commencé à se profiler, un grand nombre de ses figures de proue ont fui à l'étranger. Bandera, son collaborateur de confiance Yaroslav Stetsko et Lev Rebet, ancien membre du gouvernement ukrainien collaborationniste, s'installent à Munich. Bandera et Rebet seront attrapés et assassinés par un tueur à gages du KGB entre 1957 et 1959, tandis que Stetsko a réussi à survivre et à entrer dans les bonnes grâces de certaines personnalités de la politique américaine telles que Ronald Reagan et George H.W. Bush. D'autres militants de l'OUN et de l'UPA profitent de l'intercession du directeur de la CIA, Allen Dulles, pour s'installer au Canada et aux États-Unis, où ils créeront des mouvements d'exil à vocation ultra-nationaliste marquée. Au lendemain de Jevromajdan, on assiste d'une part à un processus de "nationalisation des masses" par la prolifération de statues et de monuments portant le nom de personnalités telles que Bandera, Šučevič et Stetsko. D'autre part, l'inclusion de membres dirigeants de mouvements extrémistes tels que Azov, Aidar, Dnepr, Pravij Sektor, Natzionalnyj Korpus et C-14 dans les corps spéciaux et les rangs de la police, grâce à l'intercession du très puissant ministre de l'intérieur Arsen Avakov. C'est grâce aux efforts d'Avakov et aux ressources mises à disposition par des oligarques de la trempe d'Ihor Kolomojs'kyj - propriétaire de la chaîne de télévision qui a lancé la série Serviteur du peuple, qui a garanti à Zelens'kyj une grande popularité, et principal financier de la campagne électorale de l'ancien acteur - que l'Ukraine a pu devenir un centre de gravité de très haut niveau pour le monde de l'extrême droite, capable d'attirer de nouveaux militants de trois continents différents grâce à une utilisation particulièrement efficace des principaux réseaux sociaux. On se demande quels résultats l'Union européenne espère obtenir en accueillant dans ses rangs un pays constamment tenu en échec par des éléments de ce genre.

0-13272.jpg

2) La guerre russo-ukrainienne revêt des significations géopolitiques qui vont au-delà des motivations spécifiques du conflit. La crise ukrainienne est, en fait, un conflit arbitré entre les États-Unis et la Russie, dont l'enjeu est l'existence même de deux grandes puissances. La Russie est un empire qui, depuis l'arrivée au pouvoir de Poutine, est animé par la nécessité de survivre à l'effondrement de l'URSS. La perte de l'Ukraine impliquerait la dissolution de la Russie elle-même, étant donné les liens historiques et culturels et l'interconnexion économique qui existent depuis des siècles entre les deux pays. L'Ukraine serait donc une partie intégrante et une terre ancestrale de la Russie. Pour les États-Unis, leur rôle de puissance mondiale disparaîtrait si un nouvel hégémon eurasien (Europe ou Russie) s'affirmait. La fin du leadership américain en Europe signifierait également la fin de la stratégie d'endiguement de la Chine dans l'Indo-Pacifique. La perspective d'un conflit qui pourrait s'étendre à de nombreux foyers de guerre étendus à l'ensemble de l'Eurasie, donnant lieu à une troisième guerre mondiale, bien que de faible intensité, entre la Russie et les États-Unis de durée indéterminée, n'est-elle pas en train de se dessiner ?

Comme l'a souligné l'influent politologue russe Sergei Karaganov, l'importance de l'Ukraine pour la Russie devrait être fortement réduite. Ce n'est pas tant parce que les liens historiques et culturels incontestables qui unissent les deux pays pourraient également résister à la formidable épreuve de l'agression russe, mais parce que la Russie est une nation inattaquable à tous égards. Toute la campagne de sanctions imposée par les États-Unis et l'Union européenne était fondée sur la prédiction que la Russie ne serait pas en mesure de résister à une longue période de pression économique et financière extérieure, en vertu de la faiblesse structurelle, du retard et des déséquilibres qui caractérisent son système productif. Les principales catégories de produits des exportations russes (pétrole, gaz, matières premières, produits agricoles) dressent le tableau d'une économie relativement peu avancée, à l'exception de quelques éléments discordants (les machines et équipements représentent la quatrième source de revenus d'exportation) et de quelques pics d'excellence dans les domaines aérospatial, informatique et militaire. Les économies avancées d'aujourd'hui, structurées comme elles le sont sur la base des orientations stratégiques suivies depuis les années 1980, reposent avant tout sur des activités à haute valeur ajoutée imputables au secteur tertiaire, qui contribuent bien plus à la formation du PIB que les macro-secteurs inclus dans les secteurs primaire et secondaire. Dans les économies modernes, les services financiers et d'assurance, le conseil, les technologies de l'information, les nouveaux systèmes de communication et le design prédominent sur l'agriculture, l'industrie manufacturière et l'extraction d'énergie et de minéraux. De plus, le PIB de la Russie est encore bien inférieur à celui du Japon, de l'Allemagne, de la France et même de l'Italie, mais il repose sur une production absolument indispensable car non remplaçable pour satisfaire les besoins de base. Les hydrocarbures, les métaux, les céréales, les engrais et le fourrage sont des ressources essentielles pour garantir le chauffage et la sécurité alimentaire et énergétique. Ces conditions sont assurées en période de calme, mais deviennent soudainement chancelantes en présence de situations géopolitiques hautement conflictuelles, dans lesquelles on redécouvre la primauté du pétrole, du gaz, de l'aluminium, du nickel, du blé, des engrais, etc. sur tout le reste. En d'autres termes, la Russie joue un rôle (géo-)économique énormément plus incisif et "lourd" que ce que l'on peut déduire de l'analyse aseptique des données relatives à la taille et à la composition de son PIB, de sorte à lui assurer une capacité de résilience presque inconcevable pour tout autre Pays. Ainsi qu'un éventail d'options alternatives à celle consistant à s'entêter à se tailler un rôle de co-protagoniste dans le "concert occidental". Pour l'Ukraine, cependant, c'est le contraire qui est vrai. Penser que la survie d'un pays aux caractéristiques similaires peut faire abstraction du rétablissement d'une relation de collaboration avec un colosse de la trempe de la Russie, avec laquelle il partage 2 000 km de frontière, est une pieuse illusion.

3) Le régime de sanctions sévères imposé par l'Occident à la Russie vise à provoquer non seulement la défaillance de la Russie elle-même, mais aussi un changement de régime conduisant à la défenestration de Poutine. Selon les plans de Washington, la fin du régime de Poutine entraînerait une nouvelle expansion économique et politique de l'Occident en Eurasie. De tels horizons sont-ils crédibles ? Actuellement, les sanctions ont entraîné une réorientation de la Russie vers l'Asie, avec de nouveaux accords commerciaux avec la Chine et l'Inde, ainsi que le renforcement des relations avec les pays arabes et le Moyen-Orient, pour lesquels l'importation de céréales et d'engrais en provenance de Russie est d'une importance vitale. La création de nouvelles zones commerciales avec des monnaies hors de la zone dollar (notamment le yuan chinois) se profile donc à l'horizon, afin de contourner les sanctions. Verrons-nous une contraction significative de la zone dollar dans le monde entier à court terme ? Par le biais de sanctions, l'Occident veut imposer l'isolement de la Russie dans le contexte mondial. Mais l'espace atlantique, dominé par le dollar, ne va-t-il pas se retrouver isolé et marginalisé tant sur le plan économique que géopolitique ?

Les sanctions n'ont pas réussi à provoquer des changements de régime dans des pays bien moins équipés pour amortir le choc, comme l'Iran et le minuscule Cuba, sans parler de la Russie. Où, comme l'aurait prédit toute personne ayant un minimum de connaissance de l'esprit du peuple russe, un sondage réalisé par le Levada Center (qualifié d'agent étranger par Moscou), qui n'est même pas proche du Kremlin, a certifié que le taux d'approbation de Poutine parmi la population russe est supérieur à 80%. L'attaque contre l'Ukraine a donné une brusque accélération au processus de réorientation géopolitique et économique de la Russie vers l'Est et le Sud, fondé précisément sur l'incapacité structurelle de la Fédération à faire face au commerce international. Les corollaires de ce changement de registre sont l'exclusion du dollar dans le commerce bilatéral, le développement de systèmes de paiement alternatifs à Swift, et la création d'infrastructures de communication alternatives à celles hégémonisées par les Etats-Unis. En bref, la Russie lance une attaque simultanée contre les piliers de l'ordre international sur lesquels les États-Unis ont fondé leur domination. En perspective, le conflit et la campagne de sanctions qui s'ensuit pourraient conduire à une segmentation du scénario international "mondialisé" en blocs géo-économiques beaucoup moins communicants que ce que nous avons vu jusqu'à présent. La première ressemble à une sorte de G-7 élargi avec environ un milliard de personnes, fortement inégalitaire du point de vue des balances commerciales et caractérisé par une position financière nette agrégée profondément négative. Sur le plan politique et culturel, ce bloc - et en particulier son pays le plus puissant, les Etats-Unis - remet en cause avec de plus en plus de vigueur le principe d'égalité formelle des Etats établi par la Charte des Nations Unies afin de préconiser l'introduction d'éléments discriminatoires favorables aux démocraties, qui priveraient peut-être la Russie et la Chine de leur droit de veto au Conseil de sécurité de l'ONU. Le second tourne autour du "triangle stratégique" - pour reprendre une expression d'Evgenij Primakov - Russie-Chine-Inde, réunissant plus de 3,4 milliards de personnes, associant pour la plupart des pays aux balances commerciales positives et enregistrant une position financière nette globale largement positive. Le "triangle stratégique" Russie-Chine-Inde est un bloc de structures économiques largement complémentaires dont l'énergie, les matières premières, les terres arables, l'industrie, la capacité de consommation et le savoir-faire technologique connaissent une croissance rapide. Ses pays membres sont généralement très impatients face à la prétention des pays occidentaux à être les porte-parole de l'ensemble de la communauté internationale, ce qui exclut clairement toutes les nations qui ne répondent pas aux exigences politiques, économiques et culturelles fixées de manière totalement arbitraire et discrétionnaire par l'alliance euro-atlantique. L'Union européenne est dépendante des importations d'énergie de la Fédération de Russie et survit grâce à des excédents commerciaux toujours plus colossaux, principalement avec les États-Unis et la République populaire de Chine, qui se traduisent par la compression systématique de la demande intérieure par des politiques d'assainissement budgétaire catastrophiques. Les Etats-Unis, avec une dette commerciale stratosphérique (859 milliards de dollars en 2021) et une position financière nette terriblement négative (plus de 13 000 milliards de dollars en 2021), n'ont plus de tissu industriel digne de ce nom, ne produisent que des services et importent toutes sortes de produits grâce à l'impression continue de dollars. Pour les Etats-Unis, l'accélération du processus de détérioration de la position dominante occupée par le dollar depuis 1945 en raison de l'abus de sanctions et des gigantesques déséquilibres structurels qui pèsent sur l'économie nationale représente une menace capitale. Le rééquilibrage d'une situation aussi critique ne peut faire abstraction du "confinement" de l'Amérique du Nord et de l'Europe dans le périmètre d'un espace énergétique-technologique-commercial transatlantique qui garantirait d'abord la rupture des liens de dépendance entre le "vieux continent" et les deux ennemis jurés des Etats-Unis, à savoir la Russie et la Chine. Si le projet de Washington devait aboutir, l'Europe serait confrontée à un avenir de colonie barbare, peu sûre et appauvrie des États-Unis.

197802e_mar001-ukraine-crisis-azovstal-0505-1a.jpg

4) La dissolution de l'URSS a déterminé l'expansion de l'OTAN à l'Est. La crise ukrainienne elle-même est tout à fait cohérente avec la stratégie américaine de pénétration en Eurasie, qui impliquerait de déplacer indéfiniment vers l'est les frontières du nouveau rideau de fer. Le démembrement de l'ex-URSS a entraîné une diminution de la composante européenne au sein de la Russie, tant en termes de territoire que de population. La menace expansionniste de l'OTAN a conduit à une réorientation économique et géopolitique de la Russie vers l'Asie. Le développement de l'échange économique croissant et la nécessité d'une défense commune contre l'expansionnisme américain ont donné lieu à l'émergence d'un nouvel axe géopolitique composé de la Chine et de la Russie. Dans ce contexte, pour la Russie, les revenus tirés de la fourniture de gaz à l'Europe ne sont plus aussi cruciaux. La politique américaine de russophobie, déjà historiquement héritée de la Grande-Bretagne, n'est-elle pas responsable de cette conversion de la politique étrangère russe en une politique asiatique ? La mémoire historique devrait mettre en garde l'Occident. Si l'URSS et la Chine de Mao avaient été alliées pendant les années de la guerre froide, quel aurait été le sort de l'Occident ? Et ce n'est pas tout. La dissolution des liens historico-politiques entre la Russie et l'Europe ne signifierait-elle pas la disparition du rôle géopolitique séculaire joué par la Russie en tant que pont entre l'Europe et l'Asie et, en même temps, en tant qu'avant-poste pour défendre l'Europe contre la pénétration asiatique en Europe même ?

La dissolution de l'Union soviétique a été décrite à juste titre par Poutine comme la principale catastrophe géopolitique du 20e siècle, car elle a réduit quelque 25 millions de Russes ethniques vivant en Ukraine, dans les États baltes et en Asie centrale au rang d'étrangers chez eux, voire d'apatrides purs et simples. D'autre part, l'échec substantiel des pourparlers de Pratica di Mare en 2001 et le processus d'expansion de l'OTAN vers l'est ont privé le soi-disant "rideau de fer" d'une localisation géographique précise. Alors que pendant la guerre froide, elle allait "de Stettin à Trieste", pour reprendre une expression formulée par Churchill en 1946, elle va aujourd'hui de Mourmansk à Sébastopol, en passant par l'axe Saint-Pétersbourg-Rostov. La "ligne de front" s'est donc déplacée de 1 200 km vers l'est, à une distance du cœur historique, démographique et économique de la Russie qui n'a jamais été aussi dangereusement réduite depuis l'époque d'Ivan le Grand. La présence de l'Alliance atlantique à proximité des frontières russes prive le Kremlin de l'espace nécessaire à toute forme de repli, obligeant Moscou à réagir à chaque initiative de l'arsenal ennemi avec la dureté et l'imprévisibilité que l'on retrouve chez tout sujet qui se trouve dans les conditions de devoir faire face à des menaces existentielles. D'où la fermeté avec laquelle Poutine a indiqué le maintien de l'Ukraine dans un état de neutralité géopolitique et la permanence de la Biélorussie dans la sphère d'influence russe - avec ou sans Loukachenko - comme les deux "lignes rouges" dont la violation ne sera dorénavant tolérée en aucune manière. Le principal effet généré par la russophobie atlantiste fervente a été de recalibrer l'esprit d'initiative du Kremlin envers l'Est, et en particulier envers la République populaire de Chine. Les relations de coopération entre Moscou et Pékin ne cessent de s'intensifier, notamment dans les domaines sensibles de l'énergie, de la défense et des hautes technologies. Du point de vue américain, la relation de coexistence heureuse établie par le "couple étrange" en question n'est pas destinée à durer pour des raisons historiques, culturelles et géopolitiques qui sont déjà apparues pendant la guerre froide. Contrairement à l'époque où la "diplomatie triangulaire" de Nixon et Kissinger exacerbait les tensions sino-soviétiques, jetant ainsi les bases de l'enrôlement actif de la République populaire de Chine dans le front occidental et, à son tour, de l'isolement de Moscou, la Russie et la Chine poursuivent actuellement des objectifs qui, à bien des égards, coïncident ou sont du moins compatibles, et toutes deux sont ancrées dans la défense de ce droit international que les États-Unis n'hésitent pas à fouler aux pieds avec une systématique obstinée. En d'autres termes, ce sont des nations qui ont identifié - certaines par volonté délibérée (la Chine), d'autres comme un "choix obligatoire" (la Russie) - la trajectoire stratégique à suivre pour procéder au démantèlement de l'ordre mondial défini par la logique atlantiste, auquel l'Europe dans son ensemble reste encore tragiquement ancrée. Tant que le "vieux continent" ne cherchera pas à s'affranchir de la "tutelle" octogénaire des Etats-Unis pour établir une relation de collaboration concrète avec une envergure eurasienne qui redonne à la Russie le rôle fondamental de pont entre l'Est et l'Ouest, il y aura très peu de chances d'enrayer le déclin politique, économique et culturel qui touche l'Europe.

turuncu_yeni_546f3bbe.jpg

5) Il est encore largement admis que cette guerre est un piège tendu par l'Occident pour user la Russie et provoquer la chute de Poutine. Selon Poutine, l'invasion de l'Ukraine est "une question de vie ou de mort pour la Russie". Il est clair que cette guerre transcende la question ukrainienne. La détérioration progressive des relations entre la Russie et l'Occident aurait conduit Poutine à un tournant géopolitique historique pour la Russie, qui entraînerait une révision complète de la stratégie de la Russie vis-à-vis de l'Asie et la fin de la politique d'intégration modernisatrice de la Russie à l'Occident. Cette rupture définitive entre la Russie et l'Occident ne va-t-elle pas générer, dans un avenir proche, une transformation radicale des équilibres mondiaux, avec la configuration d'un monde multipolaire, avec la fin de l'unilatéralisme américain et la fin de la mondialisation imposée par le modèle économique néo-libéral made in USA, qui sera remplacée par de nombreuses mondialisations de dimensions continentales ?

À mon avis, les États-Unis ont dépensé des ressources considérables depuis au moins 2004 pour transformer l'Ukraine en un couteau pointé du côté de la Fédération de Russie. En témoignent le soutien non dissimulé à la Révolution orange, l'intensification des relations entre certains oligarques très puissants (Viktor Pinčuk in primis) et le clan Clinton, la pénétration progressive de l'OTAN dans l'appareil de sécurité de Kiev, le soutien manifeste aux forces radicales qui ont dirigé le Jevromajdan, le sabotage des faibles et contradictoires tentatives de médiation de l'Allemagne et de la France (emblématisées par le célèbre "Fuck the European Union ! ", prononcée en 2014 par la fonctionnaire du Département d'État Victoria Nuland à l'ambassadeur des États-Unis à Kiev Geoffrey Pyatt), le maintien artificiel de l'État ukrainien par des crédits non remboursables fournis par le FMI (en violation de ses statuts), la fourniture d'armes et de formations aux forces militaires et paramilitaires ukrainiennes. L'objectif stratégique poursuivi par Washington consistait à ouvrir un fossé irrémédiable entre l'Europe et la Fédération de Russie, car dans la logique des "appareils" américains qui ont toujours manœuvré la politique depuis les coulisses, le danger mortel, encore plus grand que celui incarné par l'avancée à grande échelle de la République populaire de Chine, reste la synergie entre les ressources naturelles et la puissance militaire russe d'une part, et la technologie et la puissance industrielle européennes - et particulièrement allemandes - d'autre part. Mais il y a plus. Le "nouveau rideau de fer" qui s'élève des rives de la mer Baltique à celles de la mer Noire pourrait probablement faire office de barrière contre l'initiative chinoise "Belt and Road", qui menace de transformer l'ancien Empire céleste en point d'appui d'un nouvel ordre international fondé sur le dépassement de la phase unipolaire menée par les États-Unis.

6) Actuellement, l'Ukraine est déjà reconnue comme une partie intégrante de l'Europe. Cependant, les protagonistes exclusifs du conflit russo-ukrainien sont les États-Unis et la Russie, l'Europe étant complètement marginalisée. Si l'Ukraine devait rejoindre l'UE, la politique de domination économique de l'Allemagne serait répétée. C'est-à-dire incorporer l'Ukraine dans l'Europe de l'Est en tant que pays subordonné à l'espace économique allemand. L'Ukraine deviendrait un important fournisseur de matières premières et de main-d'œuvre bon marché, ainsi qu'un territoire attrayant pour les délocalisations industrielles. Mais, je me demande si le modèle d'expansionnisme économique allemand, déjà expérimenté en Europe de l'Est, est reproductible aujourd'hui, compte tenu de l'état du conflit interne et externe en Ukraine, destiné à se prolonger également dans l'après-guerre et en considération du changement profond de la stratégie géopolitique globale américaine ? L'Allemagne n'a-t-elle pas pu se hisser au rang de puissance économique mondiale dans le cadre d'un alignement politique et militaire sur l'Alliance atlantique, c'est-à-dire sur l'OTAN, qui s'oppose désormais aux intérêts de l'Allemagne ?

Au cours des premiers mois de 2014, alors que les tensions internes en Ukraine étaient à leur comble, l'attitude de l'Allemagne était pour le moins ambiguë, mais clairement dictée par le désir de tirer le meilleur parti de cette situation extrêmement critique. Plus précisément, l'ambition de Berlin n'était pas seulement de recruter l'Ukraine en tant que fournisseur direct de matières premières pour l'industrie allemande, mais de l'incorporer dans le bloc manufacturier étroitement soudé que l'Allemagne avait méticuleusement construit depuis la réunification. L'objectif, en d'autres termes, était d'intégrer l'Ukraine dans la périphérie fordiste du pôle industriel allemand, qui comprenait déjà la République tchèque, la Slovaquie, la Pologne, la Hongrie et la Roumanie. Sous le prétexte fallacieux d'une pénurie de travailleurs hautement qualifiés dans leur pays, les entreprises manufacturières allemandes voulaient obtenir le feu vert pour étendre à l'Ukraine le phénomène, déjà systématiquement appliqué au reste de l'Europe centrale et orientale, des maquiladoras inversées, en référence aux usines mexicaines où sont assemblés des produits américains à haute valeur ajoutée. Dans ce contexte, l'industrie allemande a gardé son cerveau opérationnel chez elle, transplantant certaines de ses productions phares de l'autre côté de la frontière afin de recomposer cette Europe centrale plus "attractive", pour des raisons culturelles et de proximité géographique, que les usines italiennes, espagnoles et nord-africaines sur lesquelles elle s'était concentrée pendant la guerre froide. L'ambitieux projet expansionniste poursuivi par Berlin s'est soldé par un échec substantiel en raison de l'hostilité non pas tant de la Russie que des États-Unis. En 1990, Berlin avait obtenu de Washington l'autorisation de reconstruire son "arrière-cour" en Europe centrale et orientale - et donc de poursuivre ses propres intérêts économiques - en échange de l'adhésion du pays réunifié au camp occidental, conformément au fameux accord verbal conclu à l'époque par le président Mikhaïl Gorbačëv et le secrétaire d'État James Baker, selon lequel l'Alliance atlantique incorporerait l'Allemagne dans son giron sans s'étendre "d'un pouce" à l'est de l'Elbe. L'accord, dont l'existence a été niée par le secrétaire général de l'OTAN, M. Stoltenberg, mais confirmée à la fois par l'ancien ambassadeur américain à Moscou, M. Jack Matlock, et par un document récemment découvert dans les archives nationales britanniques par l'hebdomadaire "Der Spiegel", a été violé depuis 1997, lorsque la Hongrie, la Pologne et la République tchèque ont rejoint l'Alliance atlantique. Le fait est que, de par ses lourdes implications commerciales et géopolitiques, le modèle mercantiliste allemand est entré dans le collimateur de Washington dès l'administration Obama, avec le fameux - et très instrumental - scandale du Dieselgate et les sanctions imposées à la Deutsche Bank, mais c'est sans doute sous Trump que la véritable escalade a eu lieu. Combinée à l'adoption d'une série de mesures protectionnistes, la redéfinition de l'ALENA selon une logique visant manifestement à frapper les exportations allemandes a infligé un coup dur à l'économie allemande, exposée comme nulle autre aux dynamiques extérieures. La position des États-Unis à l'égard de l'Allemagne n'a pas changé de manière significative, même après l'entrée en fonction de l'administration Biden, comme en témoigne la forte pression économique et politique exercée par les États-Unis pour bloquer la construction du gazoduc Nord Stream-2. Une continuité substantielle, prouvant que le mercantilisme teuton pouvait être toléré comme un "mal nécessaire" à l'époque de la guerre froide, certainement pas dans l'ordre géopolitique actuel tendant vers la multipolarité.

ukraine-europe-russie.jpg

7) Cette guerre pèsera lourdement sur le sort de l'Europe. Incapable de jouer un rôle géopolitique autonome, qui aurait pu éviter cette guerre entre peuples européens, puisqu'une telle stratégie neutraliste aurait impliqué une rupture avec l'OTAN, l'Europe est condamnée à en subir les conséquences économiques et politiques, en tant que zone géopolitique subordonnée aux États-Unis. Surtout, n'y aura-t-il pas un déclassement de la puissance économique allemande, compte tenu de la perte de son importance politique et stratégique en Europe de l'Est, de ses liens énergétiques forts avec la Russie et des perspectives potentielles d'expansion économique dans le commerce avec la Chine ? De plus, avec le réarmement de l'Allemagne dans le contexte atlantique, la perspective d'une transformation de l'Allemagne elle-même, de leader économique incontesté en Europe à puissance géopolitique continentale ayant pour fonction de contenir la Russie en Europe de l'Est et de sauvegarder le leadership américain en Europe, est-elle crédible ?      

La dynamique déclenchée par l'attaque russe contre l'Ukraine a entraîné une nette modification des objectifs initiaux poursuivis par les États-Unis à travers leur manipulation de l'Ukraine, qui consistaient essentiellement à séparer l'Europe de la Russie. La guerre et la campagne de sanctions qui a suivi risquent de faire de l'Europe une colonie, y compris économique, des États-Unis, car elles privent le "vieux continent" des approvisionnements à bas prix en matières premières, en énergie et en produits agricoles sur lesquels repose la compétitivité de son industrie, tout en ouvrant le marché européen aux armes, au gaz de schiste et aux produits agricoles américains. Un renversement des relations commerciales transatlantiques traditionnelles se profile à l'horizon, caractérisé par l'accumulation d'excédents commerciaux structurels avec l'Europe, que les États-Unis - pays débiteur par excellence à tous égards - entendent utiliser pour prolonger leur tendance à l'importation massive de marchandises chinoises, malgré le déclin constant du dollar en tant que monnaie de référence internationale. Dans ce contexte, il est illusoire de penser que par le réarmement, l'Allemagne peut se libérer de la relation de vassalité qui la lie aux États-Unis depuis 1945. Surtout dans la situation actuelle où le parti vert ultra-atlantiste - qui doit son succès à la campagne de propagande incarnée par Greta Thunberg, qui a ponctuellement disparu du radar maintenant qu'il est question d'importer du gaz de schiste américain, avec son impact environnemental littéralement dévastateur - exerce une influence décisive sur la politique du gouvernement dirigé par le chancelier Olaf Scholz. Dans la pratique, l'Europe ne peut même pas imaginer un avenir caractérisé par la reconstruction de sa relation avec les États-Unis sur une base non pas tant de parité, mais au moins de subordination moins marquée que ce n'est encore le cas aujourd'hui.

lundi, 09 mai 2022

L'Occident : le non-être de l'Europe

drapeau-union-europeenne.png

L'Occident : le non-être de l'Europe

par Luigi Tedeschi

Source : Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/occidente-il-non-essere-dell-europa

Une Europe toujours identique à elle-même

L'Europe s'est-elle retrouvée dans son unité, c'est-à-dire dans l'OTAN ? L'Europe, déjà embaumée et amorphe, s'est-elle transformée en un sujet géopolitique avec le choix atlantiste du terrain ? Non, la subordination soumise et consensuelle de l'Europe à l'OTAN est la manifestation claire et évidente de son aptitude génétique au non-choix. L'Europe reste en hibernation dans son non-être, en tant que territoire continental enchâssé dans l'Ouest atlantique. L'Europe reste subordonnée à la puissance américaine et, qui plus est, éloignée d'un contexte géopolitique mondial qui subit de profondes transformations.

L'UE, désormais en parfaite symbiose avec l'OTAN, ne veut que se préserver, avec sa structure technocratico-financière, son modèle économique néo-libéral, et sa stratification sociale éminemment fondée sur les classes. L'UE est en fait une entité supranationale immobile, qui s'est révélée irréformable dans ses équilibres oligarchiques. L'Europe est, et reste, toujours la même ; ni la crise pandémique ni la guerre en son sein n'ont affecté son manque d'identité. Les urgences récurrentes n'ont pas non plus amené les peuples d'Europe à se repenser et à repenser le rôle de l'Europe dans le monde.

La crise énergétique, déjà présente pendant la phase post-pandémique, a été encore aggravée par le conflit russo-ukrainien. Les propositions d'un accord entre les membres de l'UE sur les achats et les stocks communs d'énergie et l'établissement d'un plafond sur les prix de l'énergie se sont heurtées à un mur d'hostilité de la part des pays frugaux. Les prix de l'énergie sont négociés à la bourse d'Amsterdam. En fait, les prix de l'énergie sont le résultat de la spéculation financière, pas de la guerre. Ont également été rejetés les appels à un nouveau PNR pour faire face à la récession économique naissante et les propositions de partage de la dette contractée par les États pendant la crise de la pandémie. Il convient également de noter la rigidité dont font preuve les pays économes à l'égard d'une éventuelle réforme du pacte de stabilité, dont les faucons de l'austérité réclament le rétablissement en 2023. Ni la pandémie ni la guerre n'ont détourné les élites européennes des projets liés à la révolution numérique et à la transition environnementale. Avec quelles ressources de telles transformations structurelles à grande échelle peuvent être réalisées, nous ne le savons pas. Enfin, la question se pose de savoir quelle part des fonds du PNR sera détournée des investissements structurels pour être utilisée pour l'armement en soutien à la guerre américaine en Ukraine !

L'expansion de l'OTAN à l'est aurait signifié l'exportation vers l'Ukraine du modèle occidental, américaniste dans sa culture et néo-libéral dans son économie. Une Ukraine déracinée de son identité historico-culturelle et intégrée dans la zone d'influence russe, aurait l'américanisme comme seule valeur unificatrice, conformément à sa fonction géopolitique d'avant-poste de l'OTAN en Eurasie. L'Europe de l'OTAN a ainsi été transformée en un terrain intermédiaire fonctionnel pour l'expansion vers l'est du modèle d'entreprise néolibéral. Avec la propagande assourdissante de la guerre médiatique, le courant dominant induit les masses à croire qu'elles vivent dans le meilleur des mondes possibles, à concevoir l'Occident comme une civilisation supérieure, identifiable aux valeurs de la démocratie libérale, de l'égalité et du bien-être généralisé. Mais sans tenir compte du fait que le modèle libéral-démocratique se trouve aujourd'hui à un stade avancé de décomposition en Occident même, puisque l'avènement du néolibéralisme économique a généré une société de plus en plus élitiste et technocratique, avec la disparition progressive de l'aide sociale et du bien-être généralisé.

L'Europe du bien-être consumériste ne pouvait en aucun cas se transformer en une puissance géopolitique. Une puissance mondiale place ses propres objectifs politiques et stratégiques avant la croissance économique et le bien-être de ses citoyens. Cette confrontation/clash entre l'Occident et la Russie entraînera de profonds traumatismes pour l'Europe. L'occidentalisation économique a depuis longtemps conduit l'Europe à sortir de l'histoire. La Russie, quant à elle, affirme son rôle de puissance mondiale en s'appuyant sur des valeurs identitaires. Cette fracture irrémédiable entre l'Occident et la Russie est bien décrite par Pierangelo Buttafuoco dans une récente interview : "Pour l'Occident, la Russie est un ennemi plus hostile même que l'Union soviétique, car des décennies de matérialisme scientifique n'ont pas réussi à égratigner son identité et son esprit. La Russie est la première puissance chrétienne du continent européen, elle a de solides traditions, les Russes croient vraiment en Dieu. Tout ceci est inquiétant et détestable pour ceux qui regardent le monde à travers les yeux de la laïcité et du scientisme occidental.

L'UE : un échec qui se fait attendre

La guerre russo-ukrainienne se déroule depuis 2014 et a connu diverses évolutions. Dans un premier temps, la Russie a occupé la Crimée et le Donbass, suite au coup d'État pro-occidental de la place Maidan en Ukraine. Puis, dans une deuxième phase, l'invasion russe a eu lieu, contrée par la résistance ukrainienne.  Une troisième phase est en cours, dans laquelle les États-Unis et la Russie sont indirectement montés l'un contre l'autre par le biais du soutien de l'OTAN à l'Ukraine.

Au-delà de l'unité monolithique actuelle entre l'UE et l'OTAN, compte tenu de la crise économique et énergétique qui va frapper l'Europe et de l'évidente divergence d'objectifs entre les Etats-Unis et l'Europe (éviction de Poutine et déstabilisation de la Russie pour les Américains - négociation avec la Russie et fin du conflit du côté européen), il ne peut y avoir que de profondes dissensions entre l'OTAN et l'Europe et au sein même de l'UE. Cette guerre a conduit à la mobilisation de l'Europe par les États-Unis, qui veulent protéger leurs intérêts stratégiques par l'action de l'OTAN. Cependant, les charges résultant de la guerre, des représailles russes aux sanctions économiques, ainsi que les coûts de la diversification énergétique, les dépenses d'armement et les conséquences de la crise économique, retombent sur les Européens. La stratégie américaine d'étranglement de la Russie, par le biais de sanctions et d'usure de la guerre, ne peut que conduire à la rupture des relations entre l'UE et la Russie et, par la suite, à l'inclusion (ou l'emprisonnement ?) de l'Europe dans l'espace géopolitique anglo-saxon-atlantique.

En fait, une réorientation géopolitique au sein de l'Europe est en cours. Le centre de gravité de l'Europe s'est déplacé vers l'est. Il faut dire que l'adhésion des pays d'Europe de l'Est à l'UE était conditionnée à leur adhésion à l'OTAN dans une fonction anti-russe. Ce n'est pas une coïncidence si aujourd'hui les pays d'Europe de l'Est, ainsi que les pays du Nord et les pays baltes, avec le soutien de la Grande-Bretagne, sont de fervents partisans d'une confrontation directe entre les États-Unis et la Russie (contrairement aux autres pays européens). Et comme le théâtre du conflit est l'Europe, il est clair que les USA veulent, en exacerbant leur politique de sanctions et leur conflit avec la Russie, provoquer l'éclatement de l'Europe. Si Poutine n'a pas réussi à diviser l'Europe, Biden réussira à la déstabiliser.

L'expansion de l'OTAN en Europe de l'Est est la cause profonde du conflit russo-ukrainien. Poutine a exigé des garanties écrites que l'Ukraine ne rejoindrait pas l'OTAN. Mais Biden a refusé toute négociation avec Poutine. Il convient également de noter que l'expansion de l'OTAN en Europe de l'Est s'est faite en violation ouverte du Traité atlantique et de la Charte des Nations Unies. En effet, le Traité de l'Atlantique prévoit le règlement pacifique des différends internationaux (Art. 1), la défense mutuelle des Etats membres (Art. 5/6), - mais l'Ukraine ne l'est pas - et surtout (Art. 7), que le Traité ne peut affecter les droits et obligations établis par le Statut de l'ONU à l'égard des Etats membres de l'ONU. Il est donc clair que l'expansion de l'OTAN vers l'est constitue une violation ouverte du traité de l'Atlantique et du statut de l'ONU, car elle empiète sur le droit de la Russie à la sécurité, c'est-à-dire celui d'un État membre. L'action de l'OTAN constitue donc une violation flagrante du droit international, comme le souligne Fabio Mini dans un article publié dans Limes n° 2/2022 intitulé "La route du désastre" : "La Russie fait partie des Nations unies et la politique de l'OTAN a porté atteinte à ses droits, compromettant la paix et la sécurité dans le monde entier. La réaction russe est basée sur cette blessure et il est surprenant qu'elle n'ait pas été déclenchée plus tôt.

L'article 10 stipule que les parties <peuvent>, par accord unanime, inviter tout autre État européen capable de favoriser le développement des principes du traité et <contribuer à la sécurité de la région de l'Atlantique Nord> à adhérer au traité.  Lors du sommet de l'OTAN à Bucarest en 2008, le président américain G.W. Bush, malgré l'avis contraire de ses propres services de renseignement, a parlé explicitement de l'admission de la Géorgie et de l'Ukraine dans l'OTAN. Des pays qui ne pourraient pas contribuer à la sécurité de l'Alliance, voire l'aggraver".

gruziya_ukraina_nato.jpeg

Les effets de la politique de sanctions de Biden contre la Russie seront dévastateurs pour l'Europe, dont le rôle économique dans le monde sera considérablement réduit. Les sanctions n'entraîneront pas le défaut de paiement de la Russie, et encore moins l'implosion du système politique russe, qui s'en trouvera renforcé. Ils n'affecteront pas l'économie américaine, mais l'économie européenne sera détruite. La perte des capitaux européens investis en Russie s'élève à 310 milliards de dollars, tandis que les capitaux américains ne représentent que 14 milliards de dollars. Mais surtout, la hausse des prix de l'énergie provoquera une inflation et une récession économique en Europe, alors que les États-Unis sont autosuffisants en énergie. Les États-Unis visent à remplacer la dépendance énergétique européenne vis-à-vis de la Russie par une dépendance énergétique américaine. La diversification énergétique européenne impliquera l'importation de gaz de schiste américain et la nécessité d'importants investissements dans des usines de regazéification. Le coût du gaz de schiste importé des États-Unis (dont l'impact environnemental est dévastateur) est environ deux fois plus élevé que celui du gaz russe. Sur le sujet des sanctions contre la Russie, cependant, il existe un clivage important entre les pays européens. Giacomo Gabellini déclare dans son livre "Ukraine : le monde à la croisée des chemins" : "Au sein du camp euro-atlantique, cependant, une scission manifeste est apparue, séparant le groupe "extrémiste" formé par les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Pologne et les pays baltes, du groupe aspirant à la mise en œuvre d'une désescalade, qui comprend la France, l'Allemagne et - dans une position plus éloignée - l'Italie. Pour eux, au-delà des proclamations grandiloquentes et des déclarations solennelles d'engagement, le rétablissement d'une relation moins conflictuelle avec la Russie est une nécessité économique vitale. En témoignent les déclarations retentissantes du PDG de Basf, l'une des plus grandes entreprises chimiques du monde, qui affirme que l'interruption de l'approvisionnement en gaz russe mettrait en péril la survie des petites et moyennes entreprises allemandes et provoquerait "la pire crise économique en Allemagne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, capable de détruire notre prospérité".

L'impact décisif sur l'économie européenne de l'arrêt des importations de grains et céréales russes et ukrainiens est également noté. Entre autres choses, les importations alimentaires américaines vont-elles ouvrir les portes de l'Europe aux OGM ? Ainsi, les sanctions contre la Russie ouvriront de nouveaux marchés aux États-Unis, mais, dans le même temps, elles entraîneront la déconstruction de l'économie européenne. En outre, si le conflit devait se poursuivre, il y aurait une fuite inévitable des capitaux de la zone euro instable vers la zone dollar. Un phénomène qui s'est déjà produit plusieurs fois dans le passé se répéterait ainsi : les États-Unis ont souvent stimulé leur propre économie au détriment des pays en crise.

L'UE est un organisme construit sur la base d'un projet d'ingénierie financière totalement artificiel et révèle son incapacité à faire face aux crises récurrentes de la géopolitique mondiale. Pour survivre, l'Europe devra donc, au prix d'affronter des crises et des conflits, se réintégrer dans le contexte historico-politique contemporain, étant donné que cette crise représente pour l'UE un échec annoncé depuis trop longtemps. Gennaro Scala, à propos de la genèse de l'UE, a effectivement déclaré : "On ne peut pas penser à créer artificiellement ce que l'histoire n'a pas créé".

L'Allemagne, entre déclassement économique et réarmement

Cette guerre aura pour effet de bouleverser l'équilibre interne de l'Europe. En effet, outre la déstabilisation de la Russie, les objectifs américains incluent la rupture du lien historique entre Berlin et Moscou. En d'autres termes, les États-Unis visent à détruire la zone d'influence de la puissance économique allemande en Eurasie en mettant sous embargo le gaz et le pétrole russes et en faisant la guerre. Une attaque conjointe des États-Unis et de la Grande-Bretagne contre la suprématie économique de l'Allemagne au nom de la domination européenne est en cours. Les États-Unis veulent frapper le modèle économique allemand, qui s'est construit pendant 20 ans grâce à des relations privilégiées avec la Russie, à l'accès à des approvisionnements bon marché en matières premières et en énergie, et à la délocalisation industrielle vers les pays d'Europe de l'Est. Mais ce sont surtout les exportations allemandes et l'excédent commercial allemand, obtenu grâce à l'adoption de l'euro comme monnaie sous-évaluée par rapport au mark, un facteur qui a largement contribué à accroître la compétitivité des exportations allemandes sur les marchés américains, qui sont attaqués par les États-Unis. Avec cette guerre, Biden entend compléter la stratégie d'affaiblissement de l'économie européenne déjà initiée par Trump avec sa politique tarifaire.

20170624_EUD000_0.jpg

Cette guerre entraînera le déclassement de la puissance allemande et européenne dans le monde. Le rôle géopolitique central joué par l'Allemagne en Europe dans le contexte de l'évolution de la stratégie géopolitique de l'Amérique va disparaître. Le rideau de fer a été déplacé vers l'est avec le renforcement de la présence de l'OTAN dans les pays baltes et dans les pays du Trimarium (une zone s'étendant de la Pologne à la mer Noire). La stratégie d'endiguement de l'OTAN à l'est de la Russie implique donc la dissolution de la sphère d'influence allemande en Europe orientale, la fin de l'interdépendance énergétique russo-allemande et la fracture des liens géopolitiques entre l'Allemagne et l'Eurasie. Dans le cadre de ce nouvel expansionnisme de l'OTAN, toute aspiration à l'autonomie européenne est écrasée.

Dans cette phase de transformation de la géopolitique européenne, les perspectives du réarmement allemand sont particulièrement importantes. Scholz a annoncé que 100 milliards d'euros, soit plus de 2% du PIB allemand, seront investis dans l'armement au cours des prochaines années. Le réarmement allemand représente-t-il donc un tournant décisif ? L'Allemagne passera-t-elle du statut de puissance économique mercantile à celui de puissance géopolitique ? Dans tous les cas, il s'agit d'un changement politique qui a eu lieu sur une base nationale, et donc certainement pas en vue de créer une armée européenne commune. Le réarmement allemand n'a pas été conçu pour répondre aux besoins de sécurité de l'Allemagne, mais plutôt dans le cadre de la stratégie de l'OTAN visant à contenir la Russie. La nouvelle Allemagne armée devient une puissance continentale, mais dans le cadre de la stratégie américaine de dévolution à l'Europe des coûts de défense du nouveau rideau de fer érigé par l'OTAN à la frontière avec la Russie.

La perspective du réarmement allemand est pleine d'inconnues. L'Allemagne est au bord d'une grave crise économique causée par la hausse des prix de l'énergie, les difficultés d'approvisionnement en semi-conducteurs pour la production industrielle et l'inefficacité de la chaîne de production suite à la pandémie. En outre, le spectre de l'inflation est réapparu, ce qui pourrait avoir un impact traumatisant sur la population allemande, compte tenu de son contexte historique. Dans ce contexte, comment le peuple allemand réagira-t-il à un gouvernement qui décide de consacrer des ressources importantes à l'armement, qui seraient autrement utilisées pour soutenir l'économie et les dépenses sociales afin de faire face à la crise post-pandémique ? Le réarmement allemand s'accompagne d'un déclassement économique et politique de l'Allemagne. Quel impact aura la perspective d'un réarmement allemand en termes anti-russes sur une population qui a vécu pendant des générations dans un climat de pacifisme post-historique et qui comprend des secteurs significatifs de l'opinion publique pro-russe, notamment dans les Länder de l'Est ? Quelqu'un a ironiquement dit, à propos de l'atlantisme servile du gouvernement Draghi, que l'Italie est le Belarus de l'Occident. Mais alors, l'Allemagne du réarmement ne deviendra-t-elle pas la DDR des USA ?

L'Occident : le non-être de l'Europe

La guerre russo-ukrainienne marque la fin de l'ère de la domination américaine globale et unilatérale qui a commencé avec la dissolution de l'URSS. L'échec de l'Union européenne, ainsi que les perspectives d'une future désintégration de l'UE, étaient déjà implicites dans sa genèse même, en tant qu'organe économique et financier supranational enchâssé dans le contexte atlantiste de l'OTAN.

L'Europe n'est pas un sujet géopolitique en tant que partie intégrante de l'Occident atlantique. L'identification entre l'Europe et l'Occident s'est avérée être une contradiction irrémédiable. L'affiliation de l'Europe à l'Occident a signifié une occupation militaire américaine et une souveraineté limitée pour l'Europe. L'Occident représente aujourd'hui le non-être de l'Europe. Toute perspective de souveraineté géopolitique européenne implique la séparation de l'Europe de la zone atlantique occidentale. Il est donc nécessaire d'identifier d'abord l'Occident comme l'ennemi irréductible de l'Europe. Franco Cardini déclare dans son essai "La guerre en Ukraine et l'Europe contre l'Eurasie" : "Ce qui est certain, c'est que les anciennes oppositions sociopolitiques et socioculturelles n'existent plus. Le processus de mondialisation, qui a commencé il y a un demi-millénaire, est presque terminé"... "Face à tout cela, un choix doit être fait : pas immédiatement peut-être, progressivement et sagement sans doute, mais avec une rigueur qui n'est pas encore claire pour tout le monde mais qui le deviendra. Maintenant que l'unanimité artificielle et forcée "pro-Ukraine" (c'est-à-dire pro-OTAN) commence à montrer des signes de métabolisation, alors qu'il devient de plus en plus clair que nous, Européens, paierons une grande partie du fardeau des sanctions insensées contre la Russie, qui sont directement ou indirectement dirigées contre nous aussi, et de celles du réarmement d'une armée qui est "la nôtre" et que nous ne commandons pas et qui n'agit pas sous nos ordres, la décision fondamentale reste la nôtre et uniquement la nôtre : si nous acceptons en tant qu'Européens d'être désormais "ameuropéens" (rappelez-vous l'Amérique amère d'Emmanuel Emmanuel) ou si nous acceptons d'être "ameuropéens" (rappelez-vous l'Amérique amère d'Emmanuel). (vous souvenez-vous de l'America amara d'Emilio Cecchi ?) ou reprendre une voie millénaire qui est la nôtre depuis l'Antiquité et, avec une conscience de plus en plus sévère, se dire "eurasien"... "Aujourd'hui, chacun de nous, Européens, est appelé à choisir s'il préfère vivre dans la périphérie occidentale de l'Eurasie ou dans la périphérie orientale de l'AmEurope. Le soleil s'est toujours levé à l'Est, il est toujours mort à l'Ouest. Laissez-nous décider."

Il y a une guerre en cours entre les États-Unis et la Russie qui transcende la crise ukrainienne. Nous assistons à un affrontement entre deux modèles géopolitiques alternatifs, dont l'issue déterminera des transformations importantes dans le cours de l'histoire des décennies à venir. On oppose la mondialisation néolibérale aux États et aux identités des peuples. Ce n'est pas une coïncidence si les États opposés à la domination américaine sont définis comme des "États voyous". A l'universalisme unilatéraliste américain s'oppose le pluriversalisme multilatéraliste des différentes cultures continentales. Comme le dit Pierangelo Buttafuoco, "D'un côté, il y a l''imperium', les puissances impériales, y compris les États-Unis : comme le dit Dario Fabbri, ce sont les peuples qui ne prennent pas d'apéritifs, qui ont un esprit combatif et des identités plurielles. D'autre part, il y a le "dominium" des Européens, la tentative de réunifier le monde avec une seule identité, un seul projet. Au lieu de perdre du temps avec la propagande, nous devrions réfléchir à une guerre qui défie la mondialisation. Nous, les Occidentaux, sommes convaincus d'avoir le dernier mot sur les événements de l'histoire, mais il existe un dessein mondial où des puissances spirituellement fortes se sont réunies : la Chine, la Russie, l'Inde, le Pakistan". L'horizon immanentiste de la post-histoire de l'idéologie libérale est contré par le retour de l'histoire comme dimension naturelle de la vie de l'homme et des peuples.

Ces contrastes réapparaîtront au-delà du conflit actuel. Les conflits entre parties opposées font partie intégrante de la dialectique de l'histoire. Les régimes, les idéologies et les doctrines politiques sont destinés à se dissoudre au cours de l'histoire. Mais les peuples et leurs identités demeurent. Il est donc nécessaire de prendre parti sur la base de ses propres motivations idéales et géopolitiques, indépendamment de l'orientation politique et idéologique des classes dirigeantes des deux puissances en conflit. On ne peut pas être un fan de Poutine ou de Biden. Il est nécessaire de prendre parti parce que la transformation de l'ordre géopolitique mondial est en cours, parce que notre être dans l'histoire est en jeu. Parce que non seulement Poutine est tombé dans le "piège atlantique", mais surtout l'Europe. Nous devons prendre parti, car sinon les États-Unis prendront parti pour nous, en tant que sujets de l'empire mondial atlantique.

Quelle pourrait être la valeur unificatrice d'une alliance entre les peuples d'Europe ? Le rejet de l'américanisme, entendu comme matérialisme consumériste, économisme totalisant, infection mortelle de l'esprit, destruction de l'éthique des communautés humaines, expansionnisme armé de guerres sans fin. Il faut mettre en place un front européen du refus, c'est-à-dire une coalition transversale des peuples, transcendant les États et même les continents. De nouvelles identités et de nouveaux mouvements politiques émergeront de ce rejet, issus de la lutte pour la souveraineté des peuples et des États européens.

L'histoire a subi une accélération soudaine, ce qui implique des choix existentiels avant les choix politiques. L'éloignement de l'histoire conduirait à la dissolution fatale de l'Europe dans le nihilisme de la post-histoire. 

dimanche, 08 mai 2022

La revue de presse de CD - 08 mai 2022

presse-en-ligne1bis.jpg

La revue de presse de CD

08 mai 2022

EN VEDETTE

Conférence de presse du professeur Didier Raoult (vidéo)

Intégralité de la conférence de presse tenue par le Professeur Didier Raoult le 20 avril 2022 à l'IHU Méditerranée Infection, encadré par deux de ses avocats. Après vérification, AUCUN média national n’en a parlé, seuls quelques médias locaux l’ayant relayé le lendemain. En revanche, quelques jours plus tard, quand « L’agence de sécurité du médicament livre un rapport cinglant sur l’institut marseillais » comme le titre avec emphase Le Monde, aucun de ces mêmes médias n'oubliera de relayer cette « information ».

Youtube.com

https://www.youtube.com/watch?v=LlV9g1ZiKlg

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/DICTATURE

À quel point la France d’Hanouna est-elle libérale-libertaire ? Et celle de France Inter ?

Le lectorat de Valeurs actuelles est-il si réac’ ? Pour qui le public d’Hanouna vote-t-il ? Une étude de l’IFOP pour Marianne, passée quasiment inaperçue, permet de classer les médias dont le public est le plus libéral-libertaire, et dogmatique. Quels sont les médias dont le public est le plus libéral-libertaire ? En compilant les données apportées par une étude IFOP pour Marianne analysant le vote du 9 avril « selon les pratiques médias », nous sommes en mesure d’établir un classement idéologique des publics médiatiques.

Ojim.fr

https://www.ojim.fr/a-quel-point-la-france-dhanouna-est-e...

AdobeStock_276333463.jpg

ÉCOLOGIE

Les 12 mensonges du GIEC – Politique & Eco avec Christian Gerondeau (vidéo)

Il est difficile de croire qu’un organisme international officiel mente effrontément. C’est pourtant ce que fait le GIEC, émanation des Nations-Unies censées représenter l’intérêt de l’humanité. Il l’a fait par exemple lorsqu’il a déclaré en 2011 que l’humanité pourrait se passer des énergies fossiles en 2050 et que « près de 80 % des besoins d’énergie de l’humanité pourraient alors être satisfaits par les énergies renouvelables. » Or toutes les projections montrent que ces dernières ne pourront répondre au mieux à cette date qu’à 10 % des besoins et que les énergies fossiles en satisferont toujours près de 80 %. D’autres mensonges, tout aussi grossiers, concernent l’évolution de la température terrestre, la montée supposée des eaux, la survie de la faune et de la flore… L’invité de « Politique & Eco », l’ingénieur polytechnicien Christian Gerondeau, les énumère dans son ouvrage « Les douze mensonges du GIEC ». Passionnant !

Tvlibertes.com

https://www.tvlibertes.com/les-12-mensonges-du-giec-polit...

ÉNERGIES

Energie Nucléaire, la France dans la Guerre Energétique (vidéo)

L’Énergie Nucléaire à longtemps est un atout majeur de l’indépendance énergétique de la France et impact le prix de l’électricité des consommateurs. Alors que la situation en Europe s’envenime, la guerre énergétique est aussi une guerre économique, la France grâce à son parc nucléaire est encore largement indépendante. Pourtant, le parc nucléaire français pourrait être en danger à l’instant où le pays en a le plus besoin. L’électricité est au coeur des enjeux énergétiques en France. Le pays doit cependant faire face à une prédation économique venant de l’intérieur et de l’extérieur mais aussi des autres énergies, notamment le gaz et l’éolien ou le solaire. Hervé Machenaud, ancien directeur d’EDF zone Asie fait le point.

Geopragma.fr

https://geopragma.fr/energie-nucleaire-la-france-dans-la-...

ÉTATS-UNIS

Ministère de la Vérité : une dangereuse dérive aux États-Unis

Le département de la sécurité intérieure (DHS) a créé un nouveau Conseil de gouvernance de la désinformation. Vers un ministère de la Vérité.

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/05/05/426800-ministere-...

robert-kagan.jpg

Ukraine : Robert Kagan passe aux aveux dans Foreign Affairs

Dans la version en ligne (mai/juin 2022) de la revue américaine Foreign Affairs, le très influent politologue néo-conservateur Robert Kagan vient de signer un article allant au-delà de la narration occidentale admise sur le conflit russo-ukrainien et intitulé « The Price of Hegemony, Can America Learn to Use Its Power? » [« Le prix de l’hégémonie, L’Amérique peut-elle apprendre à utiliser son pouvoir ? »]. Passé quasiment inaperçu en Europe, son article a de quoi interpeller, surtout lorsqu’on sait l’influence de Robert Kagan et la place qu’occupe la revue Foreign Affairs dans la politique étrangère américaine.

ojim.fr

https://www.ojim.fr/ukraine-robert-kagan-passe-aux-aveux-...

FRANCE

Avec Macron, le flicage numérique est « en marche » accélérée et cadencée

Identité numérique pour tous, facturation numérique obligatoire : aucun domaine n’échappera au groin gourmand de l’État.

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/05/04/426674-avec-macro...

Cette société où personne n’est responsable

Sous la Ve République, deux systèmes cohabitent. Celui de la Constitution de 1958 avec une logique parlementaire rationalisée, où le Premier ministre se trouve confronté au Parlement, et où il voit sa responsabilité politique engagée. Celui de la « Constitution » de 1962 qui introduit des éléments du système présidentiel, avec un président de la République élu au suffrage universel direct, mais irresponsable politiquement devant le Parlement. Cette confusion des régimes entraîne un sentiment de toute-puissance chez le Président. En effet, il est politiquement irresponsable, sa seule sanction est une possible défaite aux prochaines élections présidentielles.

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/05/05/426589-cette-soci...

trafic-drogue-depanneurs-lisieux.jpg

Trafics de drogue et criminalité urbaine. L’exemple de Toulouse

Trafics de stupéfiants et criminalité se mêlent dans les villes. Organisés autour de points de vente, avec des réseaux d’approvisionnement et de recyclage de l’argent, les trafiquants font un usage particulier de la ville. L’exemple de Toulouse illustre ici ce cas particulier de la criminalité urbaine.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/trafics-de-drogue-et-crimin...

Le communisme reste présent en France

La gauche française dite modérée ou de gouvernement comme on dit, ne s’est pas totalement libérée de ses liens avec l’extrême gauche communiste.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/05/07/426913-le-communi...

will-elon-musk-fire-vijaya-gadde.jpg

GAFAM

Vijaya Gadde, l'avocate qui a transformé Twitter en organe de propagande

De toutes les plateformes, Twiter a agi de la manière la plus partisane. Beaucoup plus encore que YouTube ou Facebook « ces dernières années ». Concrètement, depuis l’arrivée de Vijaya Gadde chez l’oiseau bleu. Directrice juridique depuis 2014, elle est la personne à la tête de ce fameux service de “modération“. Depuis 2016, ce tribunal de l’inquisition digitale compte aussi sur l’importante contribution de Leslie Berland, directrice du service marketing. Censurer est, en effet, devenu un argument de marketing pour un certain nombre de marques. Mais c’est véritablement à Gadde que l’on doit la fermeture du compte de Donald Trump, en tant que président en exercice. Venant de Wilson Sonsini Goodrich & Rosati, cabinet d’avocat spécialisé dans les questions de propriété intellectuelle des entreprises de la Silicon Valley, Gadde a tissé des liens essentiels dans les premiers cercles du Parti démocrate, là où s’arbitrent les transferts d’argent de la high tech vers les représentants du wokisme autoritaire.

Francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-monde/vijaya-gadde-la...

GÉOPOLITIQUE

La Transnistrie - le pays qui n'existe pas mais qui fait trembler l'Europe

Comment se fait-il que, depuis quelques jours, les feux des médias internationaux se sont soudainement braqués sur un des recoins les moins connus et les plus insolites d’Europe ? Avec 470 000 personnes et un territoire de 4000 km2, la Transnistrie (capitale Tiraspol) fait officiellement partie de la Moldavie, mais fonctionne comme un état auto-proclamé depuis la fin de l’URSS et une guerre de quelques mois contre les Moldaves en 1992. Lors d’un référendum en 2006, 97% de ses habitants (dont la plupart parlent le russe ou l’ukrainien plutôt que le roumain, langue officielle de la Moldavie) ont voté pour poursuivre l’intégration avec la Russie, dont ils sont pourtant séparés par plusieurs centaines de kilomètres de terres ukrainiennes. Si une requête en ce sens a été rejetée par Moscou en 2014, le « conflit gelé » avec la Moldavie dure jusqu’à maintenant ; l’invasion de l’Ukraine en février 2022 a donc fait de la Transnistrie – dont la frontière se trouve à 60 km d’Odessa – un morceau de terre stratégiquement très important.

Laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/la-transnistrie-le-pays...

Dépendance économique de l'Iran

Carrefour d’échanges commerciaux et culturels, faisant la jonction entre les mondes européens et asiatiques, l’Iran entretient, depuis des millénaires, des relations complexes avec ses voisins. Si l'histoire récente l’a vu solidement arrimé au bloc de l’Ouest lors de la Guerre Froide, la Révolution Islamique de 1979 représente néanmoins un véritable basculement. Cet événement a secoué le Moyen Orient et a inscrit le pays dans un rapport de conflictualité dès lors ininterrompu avec le monde occidental, redessinant les rapports de force géopolitiques dans la région. Depuis, la tentative iranienne de se doter de l’arme atomique n’a fait qu'accentuer la tension entre l’Iran et l’ex-allié américain, atteignant un point critique ces dernières années.

ege.fr

https://www.ege.fr/infoguerre/dependance-economique-de-liran

main-qimg-b5931e4fc4243b2105abe1d424f0714c-pjlq.jpg

La Question des Minorités dans les Conflits Post-soviétiques (Ukraine, Transnistrie..)

Ghislain de Castelbajac nous parle aujourd’hui de la question des minorités en Europe Centrale et Orientale. Plus particulièrement, le point est fait sur le cas de l’Ukraine qui n’est pas une exception au sein de l’ancien espace post-soviétique. La question des minorités est une constante réelle des enjeux politiques dans l’ex URSS, mais aussi un casus belli de choix pour les pays qui cherchent à redéfinir des frontières taillées dans le vif par les communistes.

geopragma.fr

https://geopragma.fr/la-question-des-minorites-dans-les-c...

RÉFLEXION

Le choc des chrétientés : pourquoi l’Europe ne peut pas comprendre la Russie

Les Européens occidentaux considèrent les Orthodoxes et les Chrétiens d’Orient comme des satrapes et une bande de contrebandiers, tandis que les Orthodoxes considèrent les Croisés comme des usurpateurs barbares déterminés à conquérir le monde.

Lecridespeuples.fr

https://lecridespeuples.fr/2022/05/04/le-choc-des-chretie...

Les quatre modèles mentaux qui plombent l’écologie politique

Le déclin institutionnel est souvent le résultat d’un blocage produit par l’enfermement dans des modèles mentaux obsolètes ou non pertinents, qui rend difficile voire impossible de tirer parti de la réalité changeante.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/05/06/426652-les-quatre...

SANTÉ/MENSONGES/LIBERTÉ

Effets secondaires : Michèle Rivasi reçoit Christine Cotton pour le récit de son audition à huis clos

La députée européenne (EELV) Michèle Rivasi a publié une vidéo de son échange avec la biostatisticienne Christine Cotton, dans lequel cette dernière revient sur son audition à l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) sur les effets secondaires des injections anti-Covid-19. Sans langue de bois !

Francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/societe-sante/michele-rivasi-christine-cotton

L'OMS affole la presse en affichant 15 millions de décès "liés au Covid-19" entre 2020 et 2021

Jeudi 5 mai, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié un communiqué rapportant "14,9 millions de décès attribuables à la pandémie de Covid-19 en 2020 et 2021". Considérable, le nombre dépasse largement les rapports gouvernementaux qui estimaient le total des décès du Covid-19 à 5,4 millions. Sans surprise, la presse s'affole ! La nuance se trouve évidemment dans les termes "associés directement ou indirectement", qui laissent place à un flou relativement conséquent.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/societe-sante/oms-15-millions-m...

Vaccination contre le Sars-CoV-2 : l’abus des mathématiques nuit à la complexité du vivant

Comment faire pour convaincre les non-vaccinés que les vaccins fonctionnent… et en même temps expliquer aux vaccinés de ne pas approcher un non-vacciné parce que les vaccins ne fonctionnent pas ? Tel pourrait être l’intitulé de l’article paru le 25 avril 2022, dans le Canadian Medical Association journal. Mais, pour honorer le travail des chercheurs, nous allons nous efforcer de rester sérieux, ce qui ne va pas être simple.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/societe-sante/vaccination-contr...

0701456539492-web-tete.jpg

UNION EUROPÉENNE

Immigration. Le directeur de Frontex jette l’éponge, les No Border jubilent

Le 28 avril, le directeur exécutif de l’agence européenne de garde-côtes et garde-frontières Frontex, Fabrice Leggeri, a présenté sa démission à son conseil d’administration. Cette décision, lourde de conséquences, intervient après une longue campagne de dénigrement de l’activité de Frontex. Au-delà du cas individuel de F. Leggeri, sa démission illustre le rapport de force au sein des institutions européennes, qui a clairement penché en faveur des partisans de l’ouverture inconditionnelle des frontières aux extra-Européens. Le changement attendu des modalités d’intervention de Frontex va sans aucun doute entraîner une accélération des flux d’immigration clandestine à destination de l’Europe.

Polemia.com

https://www.polemia.com/immigration-le-directeur-de-front...

Ursula von der Leyen, une Boucanière au copinage... cavalier !

Ursula Gertrud von der Leyen est le pigeon d’une politique ouvertement assumée par l'OTAN, et par conséquent par les institutions officielles européennes qu’elle chapeaute, qui aboutira au dépeuplement du continent : les contrats léonins « vaccinaux » avec leur cortège d’effets secondaires et de morts, la destruction des PME européennes par une politique prétendument sanitaire et une guerre contre la Russie sur l’opportunité de laquelle le citoyen n’a jamais été consulté.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/portrait-ursu...

samedi, 07 mai 2022

Le président du Parlement hongrois : une confrontation géostratégique a lieu en Ukraine

kover2.jpg

Le président du Parlement hongrois: une confrontation géostratégique a lieu en Ukraine

Source: https://zuerst.de/2022/05/06/ungarischer-parlamentspraesident-in-der-ukraine-findet-eine-geostrategische-konfrontation-statt/

Budapest - Le président du Parlement hongrois, László Kövér, ne mâche pas ses mots. Dans une interview accordée à la chaîne "Inforadio Arena", il a souligné que le conflit actuel en Ukraine ne se résumait pas à un affrontement entre Kiev et Moscou.

"En réalité, la guerre en Ukraine est une guerre russo-américaine, annonciatrice d'une confrontation géostratégique entre les Etats-Unis et la Chine. L'objectif est de "séparer" l'Europe économiquement et politiquement de la Russie et de l'Asie afin d'empêcher la création d'un espace politique et économique unifié de l'Atlantique au Pacifique, a déclaré M. Kövér. L'énorme potentiel économique d'un espace économique aussi vaste entraînerait le risque pour les Etats-Unis de se faire distancer.

Pour la Hongrie, le plus important est de "préserver les acquis des 12 dernières années [depuis l'arrivée au pouvoir de Viktor Orbán, ndlr], notamment la sécurité de l'existence nationale, le soutien aux familles", a-t-il déclaré. C'est pourquoi "beaucoup de choses seront accomplies si nous ne nous joignons pas au chœur des bellicistes, afin de mettre fin à cette guerre avec le moins de victimes possible et le plus rapidement possible", a souligné M. Kövér.

Sur le plan politique, il n'y a jamais eu autant de chaos dans l'UE. Mais rares sont ceux qui osent évoquer ouvertement l'objectif final de Bruxelles: l'élimination des États-nations. Autrefois, le monde et l'Europe étaient dirigés par des personnes qui étaient des hommes politiques talentueux, de grande envergure, et des visionnaires. "Ceux qui dirigent l'Europe aujourd'hui, et le monde occidental, sont des caricatures monstrueuses de cette génération", a-t-il déclaré.

Certains d'entre eux n'ont aucune compréhension des défis à relever, d'autres ont été détournés, achetés, corrompus ou sont des "personnages sans caractère". D'autres encore sont bénéficiaires des élites mondiales, dont le scénario est la soi-disant "fédéralisation" de l'Europe. En résumé, "il y a très peu de gens qui comprennent ce qui se passe, et encore moins qui sont assez courageux pour l'exprimer et s'allier à des personnes partageant les mêmes idées", a résumé Kövér (mü).

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands : https://zuerst.de/abo/  !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Article 11 ou article 89 ?

phpMhzq0N.jpg

Article 11 ou article 89 ?

par Georges FELTIN-TRACOL

Plusieurs polémiques fomentées par la médiacratie ont marqué la récente campagne de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle. L’une d’elles portait sur l’intention de la candidate Marine Le Pen à recourir à l’article 11 de la Constitution afin de modifier la loi fondamentale et de consacrer la supériorité juridique de la législation française sur les traités internationaux et les tribunaux supranationaux. Immédiatement, maints juristes, universitaires et plumitifs ont lancé un procès virtuel pour viol de la Constitution, car l’article 89 aurait la prééminence sur l’article 11.

L’article 89 appartient à lui tout seul au titre XVI qui s’intitule « De la révision ». Rédigé en cinq alinéas, il énonce d’abord que « l’initiative de la révision de la Constitution appartient concurremment au président de la République sur proposition du Premier ministre et aux membres du Parlement ». La révision « doit être votée par les deux Assemblées en termes identiques ». Son adoption définitive peut suivre deux procédures distinctes, soit l’approbation par référendum, soit le « Parlement convoqué en Congrès » à Versailles vote la révision à « la majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés ».

La convocation de l’Assemblée nationale et du Sénat en Congrès se concevait à l’origine pour des révisions secondaires. Force est de constater que sur les vingt-quatre révisions depuis 1958, vingt-et-une ont été entérinées selon cette procédure. L’esprit initial de 1958 est bel et bien détourné au profit des combinaisons politiciennes. Pour preuve, la dernière révision en 2008 voulue par l’ineffable Sarközy ne passe qu’avec deux voix d’avance dont celle du socialiste Jack Lang. L’année suivante, il devient « émissaire spécial du président de la République » à Cuba et en Corée du Nord.

La réunion en Congrès représente une solution de facilité qui enjambe la souveraineté du peuple. Sa généralisation reporte dans les faits la souveraineté nationale des électeurs français vers leurs seuls représentants. On voit ici toute l’ambivalence de la Constitution de la Ve République dont le premier alinéa de l’article 3 stipule pourtant que « la souveraineté nationale appartient au peuple, qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum ». Si le Congrès repousse la révision, le référendum est-il encore possible, quitte à recommencer le parcours législatif préalable ? On peut le penser, car le peuple arbitrerait le différend entre le chef de l’État et le Congrès. Le président de la République pourrait-il aussi employer dans ces circonstances l’article 11 ?

En 1958, cet article stipulait que « le Président de la République, sur proposition du Gouvernement pendant la durée des sessions ou sur proposition conjointe des deux Assemblées, publiées au Journal Officiel, peut soumettre au référendum tout projet de loi portant sur l'organisation des pouvoirs publics ». Le 31 juillet 1995, suite aux demandes insistantes du président de l’Assemblée nationale Philippe Séguin, Jacques Chirac, tout juste arrivé à l’Élysée, fait réviser la Constitution. Le Congrès supprime les dispositions transitoires et la référence à la Communauté (l’ancien empire colonial français), modifie le régime de l’inviolabilité parlementaire, établit la session parlementaire ordinaire unique et étend le champ d’application du référendum prévu à l’article 11 « aux réformes relatives à la politique économique, sociale et environnementale et aux services publics ». On remarquera le caractère flou de la rédaction.

arton1964.jpg

ob_5ad571_20180810-203919.jpg

L’usage de l’article 11 a soulevé et soulève toujours des palabres interminables entre constitutionnalistes qui baignent souvent dans le parlementarisme béat le plus rance. En 1962, Charles De Gaulle l’applique pour imposer aux parlementaires récalcitrants l’élection au suffrage universel direct du président de la République. Premier opposant à De Gaulle, le président du Sénat, le radical Gaston Monnerville, parle alors de « forfaiture ». Le Conseil constitutionnel s’interroge longuement sur la régularité du recours à cet article. Après d’âpres débats, il transmet un avis confidentiel au président qui condamne le procédé. En revanche, l’institution concède en public aux Français le soin de trancher. L’approbation populaire couvre finalement la manœuvre et fonde un précédent constitutionnel interrompu en 1969.

Cette année-là, Charles De Gaulle soumet au référendum par l’article 11 son projet de création des régions et du changement du statut du Sénat. La victoire du non entraîne sa démission immédiate. Pour lui, le chef de l’État dialogue en permanence avec le peuple français par un usage fréquent aux référendums. Premier responsable du devenir de la nation, il arbitre entre le gouvernement, le Parlement, les corps intermédiaires, les forces vives et les électeurs. Dans cette logique, un désaveu suppose le départ inévitable du président de la République. L’article 11 établit donc un mécanisme plébiscitaire qui s’inscrit dans la tradition politique bonapartiste.

Cet égard envers la volonté populaire souveraine ne peut qu’irriter les politiciens ainsi que les officines de l’« État profond » qui organisent le Système, d’où le verrouillage institutionnel qui suivra quelques décennies plus tard. Un putsch jurisprudentiel s’opère dans le cadre de la répartition complaisante du contrôle de constitutionnalité entre le Conseil constitutionnel et le Conseil d’État. Le Conseil constitutionnel considère bientôt que l’article 11 ne peut pas servir à la révision de la Constitution, car il ne concerne que les projets de loi ordinaires et organiques. Quant au Conseil d’État, il s’assure que la révision ne place pas la France en contradiction avec ses engagements internationaux, vérifie que les mesures envisagées sont de niveau constitutionnel et signale qu’une disposition contreviendrait à l’esprit des institutions, porterait atteinte à leur équilibre ou méconnaîtrait une tradition républicaine constante. En 1998, ce même Conseil d'État réaffirme de manière implicite, à l'occasion d'une décision touchant à la notion de référendum, que l'article 11 ne sert pas à modifier la Constitution. On comprend mieux pourquoi, malgré la victoire du non au traité constitutionnel européen de 2005, Jacques Chirac resta à l’Élysée jusqu’à la fin de son mandat.

La limitation du champ d’application de l’article 11 amoindrit la fonction présidentielle désormais subordonnée aux nombreuses combines des députés et des sénateurs. Cette restriction jamais entérinée par une loi quelconque empêcherait par ailleurs la convocation de toute assemblée constituante demandée par Jean-Luc Mélenchon, La France insoumise et l’Union populaire. Le Conseil constitutionnel  invaliderait très certainement  une loi organique invitant les électeurs à participer aux modalités constituantes. N’oublions jamais qu’en matière référendaire, le Conseil constitutionnel est consulté par le chef de l’État sur l’organisation des opérations du référendum, sur la conformité des opérations électorales, la prise en compte des réclamations contre le déroulement référendaire qui pourrait l’amener à annuler le scrutin, et à proclamer les résultats. Les populistes de droite et les wokistes islamo-gauchistes doivent prendre en considération ce blocage constitutionnel.

S’affranchir de la tutelle pesante du Conseil constitutionnel et du Conseil d’État qui méprisent les libertés françaises comme on l’a vu avec les incroyables régressions liberticides pendant la crise covidienne obligerait le chef de l’État à conduire un coup d’État et à dissoudre les principales institutions, ce qui supposerait au préalable l’entière loyauté de la haute-administration, de la magistrature et des forces de l’ordre. Cette décision exceptionnelle devrait ensuite être soumise au peuple qui, en cas de rejet, provoquerait le départ immédiat en exil de son auteur. Les royalistes ont l’habitude de dire que « la République gouverne mal, mais se défend bien ». Ce bref éclairage institutionnel en est un magnifique exemple. Plutôt que de vouloir rénover la baraque, ne faudrait-il pas la laisser s’effondrer ? Attendons les fracas de l’histoire et soyons prêts à l’impensable...

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 31, mise en ligne le 3 mai 2022 sur Radio Méridien Zéro.

jeudi, 05 mai 2022

"L'Europe est un champ de bataille entre deux visions du monde" - Entretien avec Daria Platonova

NQUQpqTqyePQmCRHGvSZAGC-O2sQch6gSMm8DalKpUfTBeuf8WMXcLB28RRo3qMiUdw5mJXutaQnexvQuVasjJza.jpg

"L'Europe est un champ de bataille entre deux visions du monde"

Entretien avec Daria Platonova

par Lorenzo Maria Pacini et Giulia Lipari

Source: https://www.ideeazione.com/leuropa-e-il-campo-di-battaglia-fra-due-visioni-del-mondo-intervista-a-daria-platonova/

Nous avons interviewé, en exclusivité, Darya Platonova Douguina, philosophe diplômée de l'Université d'État de Moscou, spécialisée dans le néoplatonisme, commentatrice politique qualifiée et fille du professeur Aleksandr Douguine. L'interview a été réalisée en deux langues, afin d'être diffusée auprès du public russophone.

Daria, tout d'abord, merci d'avoir accepté notre interview. La situation géopolitique en constante évolution s'oriente vers un nouvel ordre mondial multipolaire, qui s'oppose au nouvel ordre mondial mondialiste, de la Grande Réinitialisation, des oligarchies financières et du pouvoir caché. La Russie est actuellement le pays qui mène le "choc des civilisations": quel est, selon vous, le rôle de l'Europe ?

L'Europe est aujourd'hui le champ de bataille entre deux visions du monde - la vision mondialiste et la vision anti-mondialiste. C'est désormais évident dans tous les pays. Les élections présidentielles françaises ont eu lieu récemment et, en les analysant, nous pouvons clairement constater l'existence de deux blocs - l'un représentant le peuple, l'autre les élites transnationales. Le Pen, et avec elle Mélenchon, étaient anti-mondialisation dans leurs programmes, le but principal de leurs campagnes était d'augmenter le pouvoir d'achat des Français, et de renforcer la souveraineté de l'Etat français (on pourrait appeler cela dans une certaine mesure une stratégie gaulliste dans le cas de Le Pen, et une position non-alignée dans le cas de Mélenchon). Aujourd'hui, l'Europe est un champ politique subordonné à la dictature de l'hégémonie américaine. Malheureusement, les élites européennes suivent aveuglément les ordres des États-Unis. Mais la crise, qui a déjà eu un impact majeur sur l'Europe, montre suffisamment les conséquences négatives de ces politiques - et ce uniquement sur le plan économique. De nombreux signes, voix et manifestations politiques d'une approche alternative émergent sous nos yeux - il y a des forces en Europe qui veulent la multipolarité. Ce sont les mouvements altermondialistes. Ils sont l'avenir de l'Europe, quant au mondialisme et aux élites de l'UE, ils sont son passé. Tout indique le "déclin de l'Europe" - la tyrannie croissante a également été soulignée par Spengler comme une caractéristique clé de la fin de la "culture", tout comme les gouvernements technocratiques et la domination de l'argent en tant que valeur. Les élites de l'UE mènent une politique cohérente de destruction des pays européens. Cependant, il faut garder à l'esprit la résistance qui existe de la part des peuples - la résistance à la mort de leurs propres cultures. Cet esprit de résistance doit encore se révéler.

En Italie, les gens chantaient les louanges de la Russie et de Poutine il y a encore quelques mois; aujourd'hui, une grande partie de la population s'est rangée du côté de l'OTAN et pointe du doigt Moscou. La désinformation et l'ignorance généralisée en sciences politiques ont conduit à un climat alarmant et dangereux de haine idéologique. Pourtant, l'Italie est le siège de la première Rome, elle est la source de l'art, de la philosophie, de la science et de la beauté depuis des siècles et des siècles, mais elle semble s'être assoupie et avoir oublié ses propres origines et sa grandeur. Comment pensez-vous qu'un réveil du Logos italique et un retour à la grandeur de ce peuple puissent avoir lieu ?

Tout d'abord, je pense qu'il est nécessaire de réaliser que le système de propagande médiatique vise à renforcer l'influence américaine sur le continent européen. D'ailleurs, on en parle souvent en Italie. Il est très important de comprendre qu'aujourd'hui le régime de Kiev est le bastion avancé d'une idéologie mondialiste destructrice avec des idées de xénophobie, de haine radicale et de tyrannie.

De nombreuses personnes en Italie, mais plus généralement sur le continent européen, ne voient pas la Russie d'un bon œil, même si elles sont contre l'OTAN et l'impérialisme américain. Il y a une perception du risque de passer de l'asservissement d'un empire à un autre. Que pensez-vous de cela ?

Bien sûr, c'est un gros risque. Cependant, il existe différentes nuances d'approbation. On peut désapprouver une opération militaire spéciale de la Fédération de Russie mais s'abstenir de fournir des armes à Kiev. Il s'agirait également d'une prise de position.  L'Europe a le droit d'être "neutre"; géopolitiquement, elle est un pôle indépendant qui n'appartient ni à la civilisation de la mer ni à celle de la terre. Ce statut intermédiaire implique une certaine neutralité. Aujourd'hui, les processus auxquels nous assistons sont la subordination des pays de l'UE à la volonté des USA, c'est-à-dire une subordination totale aux normes et impératifs de la civilisation de la mer. C'est l'impérialisme 2.0, et il passe par la culture. Gramsci a été très précis en disant que dans le monde moderne, la prise de pouvoir se fait par la culture. Celui qui contrôle la culture (ainsi que les médias) contrôle le pays politiquement et économiquement. Aujourd'hui, la culture en Europe est malheureusement contrôlée par des structures pro-américaines.

Vous êtes une experte et une passionnée de la philosophie et de la politique françaises. La France, comme nous le savons tous, est l'une des nations les plus fortes de l'Union européenne et joue un rôle clé dans les relations avec la Russie et au-delà. Quels scénarios prévoyez-vous pour les prochaines élections présidentielles françaises ? Comment les relations de l'UE avec la Russie auraient-elles changé si Macron avait perdu?

Les élections présidentielles ont montré que les structures mondialistes ont tout fait pour conserver leur protégé, Emmanuel Macron, qui représente les intérêts du capital financier mondial. Son mentor, l'économiste français Jacques Attali, a écrit sur l'importance de la mondialisation et la création d'une "nouvelle élite nomade", totalement détachée de ses racines nationales. Dans un tel monde, toutes les différences entre les cultures, les peuples, les traditions s'effacent et tout devient universel. Un tel ordre du jour est une menace pour la multiplicité des identités européennes. Malgré la politique anti-peuple du plan quinquennal de Macron, tout le mécanisme du système mondialiste vise à la poursuite artificielle de son mandat. Il convient de noter que la situation est révolutionnaire: à la tête du pays se trouve un candidat qui n'a pas le soutien de la majorité de la population. On pourrait le qualifier de candidat nihiliste - car sa victoire est entièrement négative.

Même deux jours avant le second tour des élections, Macron a annoncé que la France avait envoyé des unités d'artillerie automotrices et des systèmes de missiles antichars à Kiev. De l'apaisement, Macron est passé au soutien actif au régime de Kiev. Lors d'une conversation téléphonique le 30 avril 2022, M. Macron a discuté avec M. Zelensky des plans de soutien français à l'Ukraine et a déclaré qu'il augmenterait l'appui militaire à Kiev.

Si Marine Le Pen avait réussi à accéder au pouvoir, la situation aurait radicalement changé. Elle a critiqué ouvertement l'OTAN dans le cadre du conflit ukrainien. Sa position a une base anti-mondialisation. Si elle gagne, la France pourrait devenir un pays avec lequel la Russie pourrait avoir un dialogue. Il a déclaré à plusieurs reprises que la France souffre des sanctions anti-russes imposées, les qualifiant de "harakiri" pour le pays. Malheureusement, la France est maintenant devenue l'otage des intérêts des élites mondialistes.

Comme dernière question, de la géopolitique nous nous tournons vers la philosophie. Quels sont vos philosophes préférés? Et quels sont les penseurs qui, selon vous, devraient être redécouverts en ce moment historique, afin de coopérer au grand réveil qui a lieu?

À mon avis, il est absolument nécessaire de connaître les œuvres de Platon et des néo-platoniciens, ce sont des auteurs fondamentaux qui, entre autres, peuvent nous donner des indices sur les événements qui se produisent aujourd'hui. Dans le platonisme, l'idée de base est celle de la hiérarchie, qui se manifeste à la fois dans l'âme (les trois agencements de l'âme) et dans l'État. Lorsque l'ordre et la hiérarchie sont modifiés, l'aspect matériel - luxurieux - se place en tête, la justice quitte l'âme et l'État, un règne de tyrannie commence (ce que nous voyons aujourd'hui en Occident). Il est également crucial de se référer aux écrits de Gramsci - et à ses idées sur l'"hégémonie" - pour décrire le processus d'assujettissement de l'espace européen au mondialisme. La principale bataille aujourd'hui n'est pas tant militaire que culturelle. Il est donc crucial de comprendre la nouvelle mission de la culture, qui porte la sémantique de la civilisation. En Europe, une culture qui se répand comme une épidémie est la culture du mondialisme (on peut distinguer différentes tendances - cyborgisation de l'art, fascination pour les ontologies orientées vers l'objet et bien d'autres).

Baudrillard avec son idée de la mort dans la modernité est plus pertinent que jamais, à mon avis. En bref, il constate que la société moderne s'efforce d'abolir la mort. En abolissant cette négation de la mort, la mort inonde tout, subordonne tous les processus. Si nous analysons, par exemple, la politique française du point de vue de la thanatologie, alors cette attitude moderne avec le "déni de la mort" peut être vue dans la figure de Macron. Sa focalisation sur la virtualité (une salle pré-électorale dans le jeu Meinkraft), son appel au futur (et non au passé), son biohacking au service de ses mentors idéologiques (Bernard-Henri Lévy) sont autant de preuves de l'idéologie consistant à tenter de surmonter la mort, qui est en fait ancrée dans l'idéologie du mondialisme elle-même.

Si nous essayons de nous tourner vers l'analyse existentielle, je pense qu'il est extrêmement important de suivre la philosophie de Heidegger, qui a brillamment décrit l'expérience du choc de l'homme avec l'Être. L'expérience de la guerre et des conflits est une occasion pour l'homme de voir l'"authentique", une occasion d'accéder à sa base "sacrée".

Le nationalisme libéral contre les communautés organiques

063_1175815676_7a4a08632c.jpg

Le nationalisme libéral contre les communautés organiques

Alexander Bovdunov

Source: https://www.geopolitika.ru/pt-br/article/o-nacionalismo-liberal-contra-comunidades-organicas

Qui aurait pu l'imaginer ? Francis Fukuyama s'est récemment fait l'avocat du "nationalisme" et suggère de repousser l'avènement de la société mondiale. Mais s'agissait-il d'une "conversion" ou d'une diversion pour arriver à l'État mondial en empruntant à mi-chemin une route nationaliste?

Le penseur libéral sans originalité qu'est Francis Fukuyama a récemment publié un article dans lequel il appelle les libéraux à abandonner la cause de la création d'une "société mondialisée et à embrasser plutôt le nationalisme" (entendu comme un nationalisme civique) [1].

Bien sûr, il n'est pas surprenant que Fukuyama prône le "nationalisme libéral", puisqu'il affirme depuis 2000 qu'il est nécessaire de soutenir et de cimenter la création de structures modernes ("États-nations") dans le monde entier afin que le libéralisme puisse les utiliser comme un outil pour détruire les restes de communautés et de traditions pré-modernes qui survivent encore. L'article dit en substance: "Nous voulons créer un monde sans États-nations, mais comme cela est encore impossible, il vaut mieux utiliser les États-nations comme moyen d'atteindre cet objectif". Il affirme également que "malheureusement, l'opération militaire spéciale russe en Ukraine montre que nous n'avons pas encore créé un monde post-historique".

Fukuyama est favorable à un nationalisme civique de type jacobin qui détruit toutes les formes de communautés et de solidarités organiques, car "les sociétés libérales ne devraient pas reconnaître officiellement les groupes fondés sur des identités fixes telles que la race, l'ethnie ou la tradition religieuse. Ce n'est que par le "nationalisme" que l'on peut construire des valeurs et des attitudes uniformes compatibles avec le libéralisme. En outre, Fukuyama considère que le fédéralisme renforce les "identités ethniques et religieuses" pré-modernes.

Étrangement, Fukuyama considère l'Ukraine comme un parfait exemple de "nationalisme" libéral, puisque "ses citoyens se sont engagés en faveur de l'indépendance et de l'idéologie libérale et démocratique, faisant clairement savoir qu'ils sont prêts à se battre pour elle jusqu'à leur dernier souffle. Cependant, ils n'ont pas été en mesure de construire un État qu'ils peuvent appeler le leur". Fukuyama considère apparemment que les "droits de l'homme" et la société ouverte de Karl Popper ont pour représentant légitime le "bataillon d'Azov", allant jusqu'à laisser entendre que le nationalisme ukrainien est très similaire à celui épousé par les "pères fondateurs" des États-Unis.

Pourtant, Fukuyama admet que dans les États-nations où il existe des groupes ethniques et religieux hétérogènes, le fédéralisme peut résoudre les conflits des peuples qui "occupent le même territoire depuis des générations et ont leurs propres traditions culturelles et linguistiques", mais "le fédéralisme exige la dévolution du pouvoir à des entités infranationales indépendantes". Toutefois, cette solution a été écartée par l'Ukraine.

mercredi, 04 mai 2022

Changement "du" système ou changement "dans" le système?

017_243544-927x618.jpeg

Changement "du" système ou changement "dans" le système?
 
"L'engagement sur la voie des grandes décisions par les armes"

 

Guerre régionale ou guerre générale?

 

Irnerio Seminatore

 

Sources:

 
 

Clausewitz et ses enseignements

"Si l'un des deux belligérants est décidé à s'engager sur la voie des grandes décisions par les armes, ses chances de succès sont considérables, pour peu qu'il soit certain que l'autre ne désire pas s'y engager" (Clausewitz). Cette proposition s'applique parfaitement à la Russie et à l'Ukraine. Les deux belligérants y étaient engagés depuis longtemps et leur dialogue, diplomatique et militaire, était soutenu, en sous mains, par des co-belligérants occultes, américains, britanniques, allemands, français, polonais, baltes et autres, qui armaient et entrainaient les Ukrainiens de Zelenski. Ainsi le réveil européen pour la guerre n'a été qu'une "fake news". "La bulle" de la grande hypocrisie occidentale, qu'on avait ignoré. La primauté de la politique n'est point une proposition théorique. L'Occident et la Russie étaient déjà en guerre, mais ils ne le savaient pas encore officiellement, ou ils feignaient plutôt de l'ignorer. Sinistre Illusion ! Les Européens de l'Ouest ont mis dans les armoires de leurs chimères du passé, amnésiques, les livres trompeurs de Kant, Alain, Russell et autres munichois et humanistes.

Par ailleurs les institutions européennes, en antennes éminentes du cartel international de la morphine historique, dont la Commission s'est voulue l'outil "géopolitique”, sont passées à la livraison d'armements pour prolonger le carnage des peuples. Les plus lucides n'ont pas découvert aujourd'hui la guerre ou sa barbarie, mais le visage et la perversion d'eux-mêmes, sous le masque d'un agitateur de théâtre.  C'était la violence des Yankees, le cynisme d’Albion, la logique déraisonnable et non rationnelle des Français et l'échine paralysée des Allemands. Tous croupis, au fond d'eux-mêmes, par la peur et par le manque de lucidité et de courage. Paix et Guerre, une intimité antique !

Révisons ensemble la dialectique de l'antagonisme historique et considérons les issues possibles de chaque type de paix et de chaque type de guerre. Une lecture qui sera conduite à la lumière de la politique étrangère, comportant l'unité du verbe diplomatique et de l'action militaire, unité qui, au sein de l'alliance atlantique, exclut la solidarité totale de tous les alliés. Or, puisque la subordination de la guerre à la politique dépend d'un ensemble d'intérêts, de facteurs et de circonstances, laquelle des politiques pratiquées les Européens suivront-ils, en calquant le chemin de Zelenski, de la Commission européenne et de l'Alliance Atlantique ? Pour quels enjeux et jusqu’où ? Clausewitz nous en rappelle les issues possibles: "Si la politique est grandiose et puissante, la guerre le sera aussi et pourra même atteindre les sommets, où elle prend sa forme absolue". Or l'inégalité des buts de guerre et l'inégalité de force et de résolution, subordonnera la montée aux extrêmes de la guerre à la réaction de l'autre et cela suite au principe de polarité.

1136_gettyimages-3402076.jpg

La Macht-Welt-Politik et ses revers

Si nous assumons le principe que le "type de paix" souhaitée détermine en large partie le "type de guerre" à mener, dans le but de parvenir à une "paix de satisfaction", une classification ternaire des paix (d'équilibre, d'hégémonie ou d'empire), nous indique que la violence des conflits est imputable à la géométrie des rapports de force. C'est la grandeur des enjeux qui accroit la détermination politique et l'ardeur des combats. Dans le cas du conflit ukrainien l'enjeu pour les deux parties c'est le passage d'une configuration du système international à un autre (bipolaire à multipolaire). Cela signifie pour l'Ukraine sa disparition en tant qu'Etat de la scène inter-étatique et son passage d'une zone impériale (atlantique) à une autre (russe).

Pour la Russie l'enjeu existentiel, serait, en cas d'échec, un déclassement de puissance à long terme et un tremblement géopolitique inacceptable, interne et extérieur, qui serait tectonique et fatale pour l'Europe, la Russie et l'Eurasie. Par son étendue il concernerait une turbulence élargie à l'ensemble des relations systémiques, multipolaires, intercontinentales et inter-étatiques. Dans la perception de la Russie et des autres acteurs de la communauté internationale le glissement inévitable de la guerre vers un conflit d'ampleur, amènerait à la restauration d'une zone impériale, qui rivaliserait avec la puissance hégémonique déclinante. Dans cette hypothèse une guerre de grande ampleur serait inévitable car elle mettrait en cause le pivot dominant du système (les Etats-Unis), les poussant prématurément à agir.

La signification historique et systémique de la crise Ukrainienne

Entrer dans la crise ukrainienne ou s'y laisser entraîner revêt une signification plus générale et plus abstraite. En effet il s'agit d'une "crise d'équilibres" régionale qui déplace le centre de gravité du système, la fameuse "Balance of Power" vers l'Est et montre la vanité de la résistance d'une zone de jonction géopolitique (l'Ukraine de Zelenski), rendant évidente l'incapacité des Etats européens de l'Ouest à influer sur les autres et tous ensemble sur la Russie. Celle-ci, contrairement à l'Ouest du continent doit son existence et sa sécurité à elle-même, tandis que les Etats européens, derrière l'encadrement de l'alliance atlantique doivent leur existence et leur sécurité à un acteur extérieur au continent, l'Amérique.

C'est l'Amérique qui choisit son ennemi principal, son théâtre décisif et le centre de gravité de son empire futur, ailleurs (Asie- Pacifique), que dans une zone d'influence disputée. Gagner ici (théâtre régional européen), c'est perdre dans l'Indo-Pacifique (théâtre systémique), au profit de la puissance chinoise. Or la "Paix d'équilibre" qui conviendrait à l'Europe, dictée  par "the anxiety with to the the balance of power is apparent..(David Hume) et se situe entre la puissance extérieure dominante (Etats-Unis) et la puissance extérieure révisionniste (Fédération de Russie).

Selon David Hume et selon "le common sens and obvious reasoning", jamais un Etat (en l'espèce la Russie? ou la Novorossyia? ou un nouvel Empire?), ne doit posséder des forces telles que les Etats voisins soient incapables de défendre leurs droits et leurs libertés contre lui (argument invoqué par la Pologne, les pays baltes, la Finlande et la Suède). Cet argument est à l'image du cas de l'empire romain, qui fut capable de soumettre l'un après l'autre ses adversaires et ses ennemis, avant qu'ils fussent en mesure de préserver les alliances qui auraient dû préserver leur indépendance. Cependant, puisque dans les relations internationales la réussite des grandes épreuves est fondée sur la légitimité, bien qu'hétérogène et sur les rapports de force, bien que variables, il est à supposer que l'unité des Etats européens de l'Ouest se réalisera  davantage par la coordination des pays qui disposent d'un vrai noyau de force (France et Allemagne) et qui, par la perte de légitimité de l'Union, fera de celle-ci une expérience marginale, non prioritaire et non décisive du processus de rapprochement des Etats du continent. En réalité l'hétérogénéité du principe de légitimité de l'Union (cas de la Pologne et de la Hongrie) est à la base de sa fissuration politique et l’asymétrie de son "noyau dur", est à la base de sa différente conception de la souveraineté et de sa géopolitique mondiale, dont la crise ukrainienne est l'une des manifestations.

550MKBx825.jpg

maxreMKprisdefault.jpg

David Hume, Morton Kaplan et la théorie de l'équilibre

Que la politique de l'équilibre continental ou son statu-quo antérieur au conflit, plus favorable au camp de l'alliance atlantique, serve à préserver le système et justifie les puissances insulaires (Grand Bretagne et Etats-Unis), dans leur rôle de pourvoyeuses d'armements, est apparu immédiatement, comme l'un des objectifs de la coalition des puissances globalistes et de leur intervention indirecte, limitée et tardive.  De ce point de vue il faut empêcher à tout prix l'unification des terres slaves par la Russie, -ont elles pensé- après l'élimination historique de l'Allemagne avec la IIème guerre mondiale, comme acteur principal du continent et porteur de la possibilité d'une soudure de la terre centrale (le Heartland) en fonction anti-hégémonique. La Russie sait pertinemment qu'elle est tenue pour un Etat perturbateur, soupçonné de vouloir reconstituer un ensemble politique impérial et dominateur dans son pourtour d’Etats indépendants.

Dans de pareilles conditions, après l'effondrement de l'Union soviétique elle s'attend à être tenue comme une menace pour l'hégémonie et, par les Etats-Unis, comme la réémergence d'un rival. Or, si en fonction du "système européen" du XIXème David Hume avait défini la formule la plus simple de l'équilibre, analysant en particulier la rivalité de la France et de l'Allemagne, la politique de " l'équilibre multipolaire" du XXIème, définie de façon générale comme "Balance of Power" a été formulée dans les années cinquante par Morton Kaplan, qui repère six règles abstraites, auxquelles doivent s'attendre les unités politiques si un Etat aspire à l'Hégémonie en perturbateur du système, suscitant l'hostilité de tous les Etats conservateurs. C'est exactement ce qui arrive à la Russie aujourd'hui, qui a pris l'initiative des hostilités, dans l'acharnement des sanctions économiques et financières et dans la tentative d'isolement international et d'affaiblissement politique et militaire, dont témoigne l'envoi d'armements lourds à l'Ukraine de Zelenski.

"Paix d'équilibre" ou "paix d'empire" ? Changement "du" système, ou changement "dans" le système ?

"Entre la "paix d'équilibre" et la "paix d'empire", s'intercale "la paix d'hégémonie" dit Raymond Aron, mais, il ajoute, "l'hégémonie est une modalité précaire de l'équilibre", assurée par une volonté marquée d'indépendance, car les amitiés et les inimitiés sont historiquement temporaires. La "paix d'équilibre" de l'Europe du XIXème avait un caractère conjoncturel et se limitait à la "prépondérance" de l'Allemagne de Bismarck, que la Grande Bretagne empêchera de se transformer en hégémonie continentale. Aujourd'hui, en cas de victoire de la Russie poutinienne, les occidentaux pourront-ils l'empêcher de devenir une puissance hégémonique à l'échelle multipolaire et globale (Russie, Chine, Inde, Iran, tiers non engagés), de puissance prépondérante qu'elle était à l'échelle continentale (Europe orientale et sud orientale) ?

Cette perspective historique est rendue plausible par le fait que le modèle "parfait" de guerre, selon la typologie classique, est la "guerre inter-étatique" ou nationale, qui met aux prises des unités politiques de même nature et de même zone de civilisation, dans le but de préserver l'existence du pays, tandis que les "guerres impériales" visent l'élimination d'un belligérant et la constitution d'une unité politique supérieure, composée de plusieurs unités hétérogènes.

La guerre qui caractérise l'issue entreprise  par la Russie, serait pour ses adversaires le début d'une entreprise sans fin, une confrontation imparfaite et hétérogène qui met aux prises des relations inter-étatiques, trans-nationales et sociétales, qu'il faut stopper au plus vite et par tous les moyens. Il s'agirait d'un type de conflit qui ne peut donner lieu à une "paix de satisfaction", mais à des conflits prolongés, à des armistices précaires et belliqueux, asymétriques, terroristes et hybrides, dus à la coexistence d'intérêts contradictoires, dépourvus d'une perspective commune. Bien que né de la revendication d'un principe de légitimité, le principe de souveraineté étatique, revendiqué par l'Ukraine cet amalgame d'intérêts attisera des rivalités perpétuellement renaissantes surtout en Europe et conduirait qu'à une paix belliqueuse et, plus probablement, à un guerre civile permanente.

Dans le cas de la crise ukrainienne, dirigée de l'extérieur par les Etats-Unis et en subordre, par les Européens, le but de guerre et l'issue finale, changeront-ils "le" système international ou bien produiront-ils une modification des rapports de force "dans" le système ? On pourrait opiner avec Joe Biden que la "bonne" hypothèse est dans la première réponse et donc dans l'option d'une guerre limitée et dans la préservation de l'hégémonie américaine et avec Vladimir Poutine dans la deuxième, autrement dit dans le double désir de sécurité et de gloire (ou de prestige), car changeraient alors les deux éléments qui commandent à tout système international, le rapport de force, qui deviendrait plus favorable aux puissances de la terre (Russie, Chine, Inde, Iran, non-Alignés) et le principe de légitimité (oligarchique, autocratique ou despotique), renversant le cours de l'histoire, qui est allée jusqu'ici de l'Occident vers l'Orient.

Bruxelles le 23  avril 2022

mardi, 03 mai 2022

Soulèvement des généraux italiens: "Ce n'est pas notre guerre, arrêtons de suivre les États-Unis!"

tricaricoftg.jpg

Soulèvement des généraux italiens: "Ce n'est pas notre guerre, arrêtons de suivre les États-Unis!"

Source: https://unser-mitteleuropa.com/aufstand-italienischer-generaele-das-ist-nicht-unser-krieg-stoppen-wir-die-usa/

Le général Leonardo Tricarico (photo, ci-dessus), ancien chef d'état-major de l'armée de l'air italienne et actuel président de la fondation ICSA, a déclaré à propos du conflit en Ukraine:

"La neutralité ? Je suis tout à fait d'accord avec cela. Et je pense qu'avant de mettre à exécution les menaces d'extension du conflit à l'OTAN de part et d'autre, nous devons faire en sorte que ce conflit se termine. Et de ce point de vue, je ne vois personne qui s'engage, au contraire, je vois toute une série de pyromanes qui font exactement le contraire".

Il a ajouté :

"Tout d'abord, notre pays devrait tout faire, et je ne vois pas qu'il le fait, pour que le conflit puisse se terminer. Quand je dis "tout faire", je veux dire que nous devons nous mettre d'accord avec d'autres pays européens, notamment la France et l'Allemagne, sur une position commune vis-à-vis des pays belligérants menés par les États-Unis, pour qu'ils cessent leurs manoeuvres, pour qu'ils favorisent un cessez-le-feu et des négociations, même au risque de perturber nos relations avec les États-Unis".

En accord avec Alessandro Orsini, directeur de l'Observatoire de la sécurité internationale de l'Université de Luiss :

"Et si l'article 5 du traité de l'Atlantique est déclenché, selon lequel la solidarité atlantique est activée, il sera alors possible de discuter du maintien des concepts fondateurs de l'OTAN, qui prévoient en tout le volontariat, et à ce moment-là, l'Italie pourra dire si elle veut se positionner en soutien ou rester à la fenêtre". - a conclu Tricarico - et elle pourra le faire après un large débat au niveau de l'opinion publique et institutionnelle. Ce n'est pas une décision simple que l'on prend instinctivement.

il-generale-si-congeda-con-un-monito_1.jpg

"C'est un conflit dont nous devons essayer de nous tenir à l'écart le plus longtemps possible", a déclaré Marco Bertolini, lieutenant général de l'armée italienne à la retraite et désormais à la tête du département de défense de Fratelli d'Italia:

"La guerre a commencé avec l'intervention de la Russie, qui ne fait pas partie de l'OTAN, en Ukraine, qui ne fait pas davantage partie de l'OTAN: c'est un affrontement entre deux pays européens qui n'ont rien à voir avec l'OTAN et rien à voir avec l'Italie. Je ne pense pas que nous puissions discuter de neutralité ou d'autre chose".

Orsini avait déclaré que l'Italie devrait rester neutre si la Russie attaquait un pays de l'OTAN:

"Si un pays membre de l'OTAN est concerné, il ne fait aucun doute que l'article 5, qui prévoit l'intervention de l'Alliance atlantique, doit être appliqué", avait répondu Bertolini.

"Mais", a ajouté le lieutenant-général iR, "jusqu'à présent, la Russie n'a pas frappé un pays de l'OTAN, puisque l'Ukraine n'est pas membre de l'Alliance, et même l'évocation d'une telle possibilité ne fait qu'envenimer les esprits et réduire les possibilités de réconciliation, que je considère comme indispensables. Je répète : "indispensables".

Quant à la question de savoir si la guerre menée ces derniers mois est une guerre juste ou injuste, le raisonnement de Bertolini est indiscutable :

"Dans le milieu catholique, il y a toujours eu un débat pour savoir si une guerre est juste ou non. Beaucoup de théologiens en ont discuté, Saint Augustin, Saint Thomas d'Aquin, et ont dit quels étaient les critères d'une guerre juste ou injuste. - se souvient le lieutenant-général qui commandait les forces spéciales. - Je pense que pour qu'une guerre soit considérée comme juste, elle doit avant tout être "notre" guerre. Et celle-ci ne l'est pas".

Source : VoxNews

La Pologne est déjà en guerre. Elle vise à annexer Lviv

Karta_new3-1200x675.png

La Pologne est déjà en guerre. Elle vise à annexer Lviv

Maurizio Blondet

Source: https://www.maurizioblondet.it/polonia-gia-in-guerra-mira-ad-annettersi-leopoli/

"La Pologne a livré 200 chars T-72 à l'Ukraine pour l'équipement de deux brigades blindées". Polskie Radio rapporte.

Le gouvernement polonais vient de promulguer une loi "pour la défense de la patrie", entrée en vigueur le 23 avril de cette année, qui rétablit le service militaire obligatoire pour tous, y compris les femmes. En fait, il est écrit :

Art. 5. 1. les citoyens polonais sont tenus d'effectuer un service militaire dans le cadre spécifié par cette loi à partir du jour où ils ont 18 ans jusqu'à la fin de l'année civile au cours de laquelle ils ont 55 ans, et ceux ayant le grade de sous-officier ou d'officier - 63 ans.

    - L'obligation d'effectuer le service militaire ne s'applique pas aux personnes visées au paragraphe 1 qui ont été déclarées définitivement inaptes à ce service en raison de leur état de santé.

    - L'obligation d'effectuer le service militaire ne s'applique pas aux femmes enceintes et aux femmes dans la période de 6 mois après l'accouchement."

Le premier ministre, le banquier Mateusz Morawiecki, ancien président du groupe bancaire Santander, qui a été hissé au pouvoir (comme Draghi) sans même être membre du parti PiS au pouvoir, a mis en place une censure paramilitaire contre toutes les voix dissidentes, avec des perquisitions de contre-espionnage et des intimidations sans précédent. Les Polonais à la tête froide sont réduits au silence.  Le gouvernement a également tenu ses citoyens dans l'ignorance du traité d'alliance qu'il a signé avec la Grande-Bretagne et le régime de Kiev. On en sait encore moins sur les termes et les motivations de cette alliance tripartite, qui s'est probablement formée dès 2014, après le coup d'État à Kiev.

Entre-temps, la planification d'un vaste "exercice" polonais en mai semble avoir été confirmée.

Tous ces éléments confirment la récente déclaration du chef du Service de renseignement extérieur (SVR), Naryshkin :

"Washington et Varsovie travaillent sur des plans visant à établir un contrôle militaire et politique étroit de la Pologne sur ses possessions historiques en Ukraine". Par possessions historiques polonaises, on entend essentiellement la ville de Lviv et sa région environnante, sur laquelle la Pologne a régné plusieurs fois dans le passé, la dernière fois entre les deux guerres mondiales".

Poland.png

Le SVR a donné quelques détails sur le complot que les Américains auraient conçu avec Varsovie: "Les États-Unis ont un plan avec la Pologne selon lequel les forces polonaises de 'maintien de la paix', initialement sans mandat de l'OTAN, entreraient dans des parties de l'Ukraine occidentale où les chances d'un affrontement avec les forces russes sont faibles".

La Russie signale depuis plusieurs jours que le conflit pourrait se terminer par une partition forcée de l'Ukraine.

Le régime polonais a démenti: "Désinformation diffusée par Moscou. Les mensonges sur les prétendus plans de la Pologne pour attaquer l'Ukraine occidentale se répètent depuis plusieurs années", a déclaré Stanislaw Zaryn, porte-parole du coordinateur des services spéciaux polonais.

Les objectifs nostalgiques de la Pologne ultra-nationaliste de Lviv sont également bien connus. Le démenti du complot est d'autant plus nécessaire que si Varsovie a effectivement obtenu la permission de Washington de l'annexer, cela donne paradoxalement raison à la Russie: l'Ukraine serait alors une pure expression géographique dont les frontières ne sont pas intangibles et sacrées, mais sujettes à changement et à partition.  La libération par les Russes du Donbass et de Lugansk, où vivent des millions de russophones, est donc parfaitement justifiée.

Dans une implication de plus en plus directe et ostensible de Londres dans l'escalade de la guerre, voici la nouvelle que 8000 soldats britanniques seront envoyés en Europe de l'Est pour participer à des exercices militaires destinés à combattre l'agression russe.

Le déploiement - qui est l'un des plus importants depuis la guerre froide - verra des troupes placées dans des pays allant de la Finlande à la Macédoine du Nord, et bien sûr, en Pologne.

Des dizaines de chars et plus de 100 véhicules de combat blindés seront envoyés sur place cet été, selon des plans qui ont été renforcés depuis le début de la guerre en Ukraine."

81vhKMHXvlL._AC_SL1500_.jpg

Pour plus d'exhaustivité et de lucidité, lisez l'article de Buffagni :

Comment se déroulera la phase 3 des hostilités en Ukraine?

par Roberto Buffagni

Compte tenu du succès probable de la prochaine offensive russe et de la neutralisation consécutive des forces armées ukrainiennes, les Britanniques, qui jouent un rôle de premier plan dans la gestion des hostilités, préparent la phase trois de la guerre : une fois les Ukrainiens hors jeu, laissons les Polonais et les Baltes entrer en campagne.

La phase trois de la guerre en Ukraine entre la Russie, les États-Unis et l'OTAN se déroulerait comme suit.

    - L'offensive suivante, dans laquelle la Russie utilise sa puissance de feu supérieure, neutralise le gros des forces armées ukrainiennes désormais fortifiées dans le Donbass. L'Ukraine n'est plus en mesure de résister efficacement. Fin de la deuxième phase des hostilités.

    - Début de la phase 3. À la demande du gouvernement ukrainien (peut-être un réfugié en exil) aux gouvernements polonais et baltes pour une aide militaire, des troupes régulières polonaises et baltes et un contingent de faux et vrais mercenaires entrent en Ukraine. Les vrais mercenaires sont fournis par des sociétés qui fournissent des ce type de combattants. Les faux mercenaires sont des soldats des pays de l'OTAN qui démissionnent de leurs propres armées afin de ne pas impliquer légalement leurs pays en tant que belligérants, et partent au combat sans insigne. Un contingent est déjà rassemblé en Pologne, qui, d'après ce que j'ai compris, compte déjà environ 120.000 hommes. Une aide financière et matérielle substantielle afflue en Pologne en provenance des États-Unis et de l'OTAN.

    - Le contingent polono-balte combat les Russes en Ukraine. Les Russes peuvent riposter sur le territoire ukrainien, mais ils ne peuvent pas frapper les centres de commandement et de logistique du contingent, qui sont situés en Pologne et dans les pays baltes, afin de ne pas entrer dans un conflit direct avec l'OTAN.

    - Les hostilités en Ukraine entre les États-Unis, l'OTAN et la Russie, opposant les forces polonaises et baltes aux armées russes, deviendraient ainsi interminables, car l'afflux de troupes en Ukraine pourrait se poursuivre pendant des années, et la Russie ne pourrait pas frapper à la source sans entrer en conflit direct avec l'OTAN dans son ensemble.

    - L'objectif de la phase trois des hostilités serait le suivant: ouvrir une plaie permanente dans le flanc de la Russie + l'isoler politiquement + l'épuiser économiquement avec le coût des hostilités ajouté aux sanctions. En bref: saigner à blanc la Russie en vue de sa désintégration politique.

lundi, 02 mai 2022

Les dangers d'une guerre par procuration entre les États-Unis et la Russie

st_20151005_xop_1734848-page-001-800x445.jpg

Les dangers d'une guerre par procuration entre les États-Unis et la Russie

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/04/28/yhdysvaltojen-ja-venajan-sijaissodan-vaarat/

À stade où nous en sommes, il est probablement clair pour beaucoup d'observateurs que les États-Unis et la Russie mènent une guerre par procuration en Ukraine, tout comme ils l'ont fait en Syrie. C'est une façon de faire le tri dans les relations enflammées et les futures politiques de pouvoir dans le nouvel ordre post-libéral.

Alors que tout ceci n'est peut-être rien de plus qu'un sinistre théâtre du capitalisme destructeur scénarisé par les banquiers centraux, sans aucun égard pour les dommages collatéraux et les vies humaines, un autre point de vue est soulevé par les analystes classiques qui appellent à une "gouvernance responsable".

"Des déclarations récentes suggèrent que l'administration Biden est de plus en plus déterminée à utiliser le conflit en Ukraine pour mener une guerre contre la Russie visant à affaiblir, voire à détruire l'État russe", écrit l'analyste et historien britannique Anatol Lieven.

L'administration "kaganiste" de Biden semble prête à adopter une stratégie que les administrations américaines de la guerre froide se sont efforcées d'éviter. Le soutien à la guerre en Europe pourrait dégénérer en une confrontation militaire directe entre la Russie et l'OTAN.

Lieven estime que si l'affaire ukrainienne suscite bel et bien un sentiment anti-guerre critique chez les Russes, "la guerre contre les tentatives américaines d'endommager et d'assujettir la Russie séduira beaucoup plus fortement le public".

Antony-Blinken-et-Lloyd-Austin-ont-rencontre-Volodymyr-Zelensky-a-Kiev.jpg

Lors de sa visite à Kiev, le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, a ouvertement déclaré que les États-Unis souhaitaient voir "la Russie affaiblie au point qu'elle ne puisse plus faire les choses qu'elle a faites en Ukraine".

Le même jour, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré à la télévision russe qu'en fournissant des armes lourdes à l'Ukraine, l'OTAN est déjà "fondamentalement" engagée dans une guerre par procuration contre la Russie.

Beaucoup ont comparé la situation à la crise des missiles cubains. Selon Lieven, "les gens ont oublié à quel point nous sommes passés près de la destruction nucléaire à l'automne 1962". On dit qu'"à un moment donné, le sort du monde a dépendu de la sagesse et de la prudence d'un seul officier de la marine soviétique, Vasily Arhipov, à bord d'un sous-marin nucléaire".

Affaiblir la Russie n'est pas "nécessaire", sauf pour renforcer la propre position des États-Unis. Selon Lieven, "rien n'indique que la Russie veuille ou même puisse attaquer d'autres pays". Selon lui, l'armée russe n'est pas en état d'attaquer les pays de l'OTAN.

Quant à la Géorgie, la Moldavie et le Belarus, la Russie dispose déjà des "positions nécessaires" dans ces pays. Mais lorsqu'il s'agit de combattre les mouvements extrémistes islamistes en Asie centrale et ailleurs, "les intérêts de la Russie et de l'Occident sont en fait alignés", convient Lieven.

Les États-Unis semblent toujours croire que l'Ukraine peut miraculeusement "gagner" la guerre contre la Russie avec le bon équipement et le soutien occidental. Dans ce contexte, Lieven se demande ce que signifie réellement cette "victoire".

L'Ukraine ne peut pas facilement reconquérir tout le territoire qu'elle a perdu au profit de la Russie et des séparatistes pro-russes du Donbass depuis 2014, même avec l'aide de l'Occident. Cela ne serait qu'une "recette pour une guerre continue et des pertes et souffrances massives pour les Ukrainiens".

Même après l'administration de Poutine, aucun futur gouvernement russe ne pourrait accepter d'abandonner, par exemple, la Crimée, que la plupart des Russes considèrent comme un "territoire national" de la fédération. Ainsi, la seule façon de "gagner" le conflit actuel du point de vue des Américains et des Ukrainiens serait de détruire l'État russe.

L'effondrement de la Russie est prédit depuis des décennies, mais le conflit en Ukraine et la politique de sanctions ont peu de chances de le provoquer. Il convient également de rappeler que si la Chine a jusqu'à présent été réticente à soutenir la Russie en Ukraine, Pékin ne peut tolérer une stratégie américaine consistant à renverser le régime russe pour ensuite isoler la Chine.

Un état de guerre ne peut se terminer que par la défaite d'une des parties ou par une paix négociée. Si Moscou propose un cessez-le-feu comme base des pourparlers de paix après la libération du Donbass, les Occidentaux seront confrontés à un choix : accepteront-ils cette proposition ou continueront-ils à inciter l'Ukraine à riposter et à l'armer?

Lieven se demande à juste titre "combien de temps la Russie accepterait une telle stratégie occidentale avant de décider d'envenimer la situation et d'essayer d'intimider les Européens en particulier pour qu'ils se détachent de l'Amérique et recherchent un accord de paix".

Compte tenu de la dégradation de la situation économique, qui ne fera qu'accroître la polarisation entre les citoyens et les détenteurs du pouvoir, dans quelle mesure l'"unité de l'Occident", telle que vantée dans les médias, sera-t-elle maintenue dans ces circonstances? Par exemple, l'impopulaire président français Macron, qui s'est vu accorder un délai supplémentaire, devrait remercier sa bonne étoile d'avoir été bombardé de tomates il y a quelques jours seulement.

Les pays les plus arrogants de l'UE seront sans doute encore durement touchés. Les robinets de gaz russe ont maintenant été fermés à la Pologne et à la Bulgarie. Pendant ce temps, de nombreuses entreprises européennes et même certains pays commercent en roubles avec la Russie. À cet égard, le front commun États-Unis-UE a déjà commencé à se fissurer, bien que l'Occident puisse avoir d'autres plans pour affaiblir l'économie russe.

Lieven compare comment "pendant la guerre froide, aucun président américain n'a oublié que Washington et Moscou avaient la capacité de détruire la civilisation et de mettre fin à l'existence de l'humanité". La dissuasion nucléaire était suffisante pour maintenir l'équilibre dans un environnement autrement instable.

Les dirigeants d'aujourd'hui devraient également se rappeler que "lorsque les deux parties se sont engagées dans des guerres par procuration en dehors de l'Europe, les conséquences ont été désastreuses pour elles-mêmes et encore plus pour les peuples qui sont devenus les pions de ces superpuissances". Lieven demande : "N'avons-nous vraiment rien appris de l'histoire ?"

Vers une finlandisation de l'Ukraine?

adobestock-397925951-min.jpg

Vers une finlandisation de l'Ukraine?

Erich Körner-Lakatos

Source: https://zurzeit.at/index.php/kommt-es-zur-finnlandisierung-der-ukraine/

Neutralité et renonciation à l'adhésion à l'OTAN : une alternative envisageable

Au vu de la situation en Ukraine, il est question ces derniers jours que le pays situé sur les rives du Dniepr pourrait à l'avenir renoncer à adhérer à l'OTAN et devenir un Etat durablement neutre. Des signes en ce sens sont même apparus dans la bouche du président Volodymyr Selenski (soit dit en passant, le prénom Volodymyr correspond à Vladimir; Zelenski et son adversaire Poutine partagent donc au moins le même prénom). Avant cela, Emmanuel Macron avait déjà évoqué le terme de finlandisation, car la Finlande et l'Ukraine sont tout à fait comparables d'un point de vue géographique: tous deux ont une longue frontière avec leur voisin oriental, la Russie, qui est militairement surpuissante.

En d'autres termes, la finlandisation signifie que le petit voisin ne peut affirmer son indépendance limitée que si sa neutralité présente une caractéristique particulière, à savoir un déséquilibre en faveur de la Russie. Un autre parallèle saute aux yeux: la Finlande et l'Ukraine ont longtemps fait partie de la Russie tsariste, l'Ukraine même après, pendant la période de domination communiste. Les deux pays n'ont pu obtenir leur indépendance étatique que pendant une période de faiblesse de la Russie.

Pour comprendre ce que signifie la finlandisation pour la future Ukraine, il est nécessaire de se pencher sur l'histoire de la Finlande pendant la période où cette forme particulière de neutralité a existé.

Comme on le sait, la Finlande faisait partie de la sphère d'intérêt soviétique en vertu du protocole additionnel secret au pacte Molotov-Ribbentrop d'août 1939. C'est pourquoi les troupes soviétiques ont envahi les trois États baltes, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie, sans rencontrer de résistance. Il en alla autrement en Finlande: pendant la guerre dite d'hiver en 1939/40, l'armée finlandaise, relativement petite, remporta des succès défensifs et mit à mal l'Armée rouge, affaiblie par les purges de Staline. Ce n'est qu'au bout de six mois que la supériorité de Moscou se fit sentir et qu'Helsinki dut demander un armistice et subir des pertes territoriales, tout en étant épargnée par l'occupation.

winter-war.jpg

what-was-the-winter-wars-featured-photo.jpg

La situation fut similaire après la guerre de Continuation du côté allemand dans le cadre de l'opération Barbarossa. En 1944, la Finlande n'est pas non davantage occupée, mais commence alors une période qui durera jusqu'à l'effondrement de l'Union soviétique et qui est connue sous le nom de "finlandisation", c'est-à-dire de prise en compte particulière des sentiments et des souhaits de Moscou.

Sous les présidences de Juho Paasikivi (1946-1956) et d'Urho Kekkonen (1956-1981), la Finlande eut plutôt le statut de vassal de l'Union soviétique, du moins en politique étrangère. Kekkonen, qui appartenait au parti paysan du centre et gouverna de manière presque dictatoriale, fit participer les communistes finlandais au gouvernement. On murmure même que Kekkonen a travaillé pendant des années pour les services secrets soviétiques, le KGB.

L'obéissance anticipée d'Helsinki fut frappante. Lorsque la télévision suédoise diffusa un film basé sur la nouvelle d'Alexandre Soljenitsyne Un jour dans la vie d'Ivan Denissovitch, la Finlande coupa les émetteurs des îles Åland (un groupe d'îles dans le golfe de Botnie entre la Suède et la Finlande) parce que le bureau de la censure d'Helsinki interdit le film comme étant hostile aux Soviétiques. Le roman L'Archipel du Goulag, également écrit par Soljenitsyne, ne put pas être publié en finnois - le chef de l'État Kekkonen s'y opposa. Par crainte d'effrayer Moscou.

Les manuels scolaires ne devaient rien contenir qui puisse fâcher les amis russes (les deux pays ont signé un traité d'amitié en 1948). Même la vie culturelle fut soumise à une censure sévère: les acteurs et les artistes de cabaret qui se permettent de faire de petites blagues sur le voisin de l'Est n'obtenaient plus de rôles.

Leonid Brejnev et son Politburo vieillissant se réjouissent d'autant plus des quelque mille manifestations festives organisées en Finlande en 1970. L'occasion en est le retour du centenaire de la naissance de Vladimir Ilitch Lénine, le fondateur de l'Union soviétique.

D'autre part, entre 1945 et 1979, l'économie finlandaise connut un essor fulgurant, basé sur l'économie de marché occidentale. On se transforma pour le voisin de l'Est en une sorte d'épicerie fine, qui profita certes en premier lieu à la nomenklatura, c'est-à-dire à la classe des fonctionnaires du PC soviétique.

En ce qui concerne l'Ukraine, une neutralité à la finlandaise serait un moindre mal. D'autres scénarios - un État vassal à la manière de la Biélorussie, voire une incorporation totale dans la Fédération de Russie - ne sont probablement pas du goût des citoyens ukrainiens.

dimanche, 01 mai 2022

La revue de presse de CD - 01 mai 2022

5c930eb82400003500c73a81.jpeg

La revue de presse de CD

01 mai 2022

EN VEDETTE

Victoire de Macron : les 10 commandements des médias, par Jean-Yves Le Gallou

Ainsi la pièce est jouée. Comme prévu, le deuxième tour de l’élection présidentielle a vu s’affronter Marine Le Pen et Emmanuel Macron, permettant au Grand Liquidateur d’être réélu malgré l’immense rejet qu’il suscite par son arrogance et son mépris. Du début de la campagne jusqu’à sa clôture, les médias de propagande sont parvenus à garder la situation sous contrôle. Jean-Yves Le Gallou raconte l’histoire en 10 séquences.

Polemia.com

https://www.polemia.com/victoire-de-macron-les-10-command...

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/DICTATURE

Un système de crédit social à l’essai en Italie pour récompenser les « citoyens vertueux »’.

Quoique publiée il y a trois semaines de cela déjà par le célèbre Corriere della Sera, cette information surprenante (ou pas) n’en est pas moins restée étrangement inaperçue. Et c’est bien dommage, car l‘article en question gagnerait à être connu

Le blog de Liliane Held Khawam.com

https://lilianeheldkhawam.com/2022/04/25/officiel-un-syst...

Julian_Assange_Trial_London.jpg

Le sort de Julian Assange est entre les mains du gouvernement britannique… pour l’instant

Mercredi 20 avril 2022, la justice britannique a formellement autorisé l’extradition aux États-Unis de Julian Assange, journaliste australien et fondateur de Wikileaks, où il risque une peine de prison de 175 ans pour avoir révélé au grand public les crimes de guerre commis par le gouvernement américain.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/le-sort-de-julian-assange-est-e...

ÉCOLOGIE

L’écologie des gestionnaires : une impasse. Le cas du Parc National des Calanques

Le Parc National des Calanques (PNC) use de médias pour promouvoir son massif : affichages publicitaires, site internet, réseaux « sociaux » (Facebook, Instagram...) et une application mobile. Tout est fait pour inciter les touristes à s’y rendre. Paradoxalement, il souhaite mettre un terme à « l’hyper-fréquentation » de Sugiton pour mieux protéger ce « site naturel en péril 1 ». En effet, l’été dernier, nous apprenions la mise en place d’un permis de visite de cette Calanque dès la saison 2022. Cette mesure expérimentale de « contingentement » vise à plafonner le nombre de visiteurs du site à un seuil fixé par le directeur du PNC. Un système de
réservation génèrera automatiquement le précieux sésame : un QR Code. Un de plus.

Piecesetmaindoeurvre.com

https://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/l_e_cologie_d...

Qui pour « incarner » l’action climatique en France ?

Les rapports du GIEC se succèdent, tirant de toujours plus nombreuses sonnettes d’alarme ; malgré cela, la prise en considération de l’urgence climatique semble très souvent en décalage avec les faits. Dans ce sens, on peut dire qu’il existe un écart important entre l’action politique et les éléments mis en lumière par les scientifiques.

theconversation.com

https://theconversation.com/qui-pour-incarner-laction-climatique-en-france-181210?utm_medium=email&utm_campaign=La%20lettre%20de%20The%20Conversation%20France%20du%2026%20avril%202022%20-%202274522615&utm_content=La%20lettre%20de%20The%20Conversation%20France%20du%2026%20avril%202022%20-%202274522615+CID_8873156874489c4f478fa843d3441aa5&utm_source=campaign_monitor_fr&utm_term=Qui%20pour%20%20incarner%20%20laction%20climatique%20en%20France  

IMG_2914 2.jpg

ÉCONOMIE

La tension sur le Doliprane : l’arbre qui cache la forêt

La cause évoquée pour expliquer la délocalisation de la fabrication du paracétamol est le coût de la production en France. C’est un argument bateau pour expliquer n’importe quelle délocalisation. De prime abord c’est évident. Quand on creuse un peu c’est plus compliqué. En vérité, c’est l’industrie chimique qui s’est effondrée. Ce qui entre dans le cadre de l’effondrement de l’industrie en général, lui même lié à l’effondrement de l’économie française.

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/04/30/426464-la-tension...

71TtCe4aEPL.jpg

ÉNERGIES

Les 12 mensonges du GIEC, par Christian Gerondeau

Il est difficile de croire qu’un organisme international officiel mente effrontément. C’est pourtant ce que fait le GIEC, émanation des Nations-Unies censées représenter l’intérêt de l’humanité. Il l’a fait par exemple lorsqu’il a déclaré en 2011 que l’humanité pourrait se passer des énergies fossiles en 2050 et que « près de 80 % des besoins d’énergie de l’humanité pourraient alors être satisfaits par les énergies renouvelables. » Or toutes les projections montrent que ces dernières ne pourront répondre au mieux à cette date qu’à 10 % des besoins et que les énergies fossiles en satisferont toujours près de 80 %. D’autres mensonges, tout aussi grossiers, concernent l’évolution de la température terrestre, la montée supposée des eaux, la survie de la faune et de la flore… L’invité de « Politique & Eco », l’ingénieur polytechnicien Christian Gerondeau, les énumère dans son ouvrage « Les douze mensonges du GIEC ». Passionnant !

Tvlibertes.com

https://www.tvlibertes.com/les-12-mensonges-du-giec-polit...

ÉTATS-UNIS

Qui sont les vrais criminels de guerre ?

Si tuer des civils sans nécessité est la définition standard d’un crime de guerre, alors les cinq derniers présidents américains sont tous des criminels de guerre. En d’autres termes, historiquement parlant, les accusations de crimes de guerre, qui n’ont aucune signification réelle en droit et sont à la fois infiniment élastiques et sujettes à interprétation, ont souvent dépendu du côté de la barrière où l’on se trouvait lorsque la guerre s’est terminée.

Lecridespeuples.fr

https://lecridespeuples.fr/2022/04/23/qui-sont-les-vrais-...

L’Empire du Mensonge

On dit que l’Amérique est devenue l’empire du mensonge. Aussi difficile à accepter soit-elle, cette allégation est vraie. Le nier serait se bercer d’illusions. La vérité est qu’au cours des dernières décennies, les élites américaines ont érigé un système dans lequel les mensonges imprègnent tous les aspects de notre vie sociétale.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/lempire-du-mensonge

FRANCE

La France hors limites

Les cinq années à venir marqueront un point de bascule stratégique pour la France dans le cadre d’un deuxième mandat du président Emmanuel Macron. Si la période 2017-2022 fut celle du retour aux dures réalités géopolitiques pour l’Europe et en particulier pour la France, l’avenir de notre pays est un parcours semé d’embûches dans lequel aucune puissance, alliée ou non, ne nous fera de cadeaux. Je vois trois chantiers sur lesquels le président français et sa majorité devront travailler : l’indépendance, l’interopérabilité des alliances, et la prévention.

Geopragma.fr

https://geopragma.fr/la-france-hors-limites/

GAFAM

Informatique. Les cookies c’est fini, place aux API de conversion

Les données de conversion sont le fondement de l’écosystème de la publicité numérique. Le suivi des conversions capture les interactions avec le site web ou les événements du navigateur, tels que les consultations de produits, les ajouts au panier, les paiements, etc. Les données de conversion permettent non seulement d’établir des rapports sur les publicités, mais elles constituent également le principal moteur des actions de suivi marketing, notamment l’optimisation des futures publicités, le choix de la meilleure audience pour les annonces grâce à l’optimisation du Machine Learning, le développement des prospects et le ciblage dynamique des publicités pour les clients potentiels.

Breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2022/04/30/185743/informatiqu...

220124c-001.jpg

GÉOPOLITIQUE

L'adhésion de la Suède et la Finlande à l'OTAN : réponse émotionnelle ou peur rationnelle ?

Réaction émotionnelle ou “peur rationnelle” ? Selon des sources nordiques, la Suède et la Finlande seraient en train de préparer une déclaration commune pour le mois de mai affichant leur volonté de rejoindre l’OTAN. Comment expliquer le virage de ces deux pays historiquement non-alignés (mais qui sont déjà des partenaires de l’OTAN depuis des années) ? Il convient certes de noter certaines nuances de perspectives : pour Stockholm, la neutralité a longtemps été un choix philosophique, tandis que pour Helsinki, elle a représenté une stratégie pragmatique pour maintenir l’indépendance de l’état finlandais face à son grand voisin de l'Est. Dans les deux cas, il est néanmoins clair que l’invasion de l’Ukraine par les forces de Poutine vient de pousser l’opinion publique fortement vers l’Alliance atlantique.

Laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/ladhesion-de-la-suede-e...

La géopolitique des îles: litiges territoriaux et autres aspects de la géographie maritime

Début avril, deux événements apparemment sans rapport ont eu lieu: l'Argentine a célébré le 40e anniversaire du début de la guerre pour les îles Malouines (au début, l'opération était en faveur de Buenos Aires, mais les Britanniques ont fini par battre les Argentins et ceux-ci ont capitulé), ainsi que les préoccupations exprimées par certains pays au sujet du prochain traité entre la Chine et les îles Salomon dans l'océan Pacifique. En fait, les deux cas reflètent un facteur très important de la géopolitique mondiale - l'importance des îles en tant que bastions, bases militaires et territoires souverains (autrement dépendants) contestés.

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/04/27/l...

RÉFLEXION

La démolition contrôlée de l'Occident

Le déclin de l'Occident se produit sous nos yeux, en ce moment même, mais il sera dévastateur pour bien plus de lieux que l'Occident lui-même. Ne vous méprenez pas, ce qui se passe est une démolition contrôlée conçue par l'élite. La dernière fois (bien sûr, ce n'est qu'un bref rappel de l'histoire) que nous avons vu quelque chose de similaire, c'était à la fin de l'Empire britannique et lors de la montée des États-Unis.

Euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/04/20/l...

SANTÉ/MENSONGES/LIBERTÉ

Explosion des effets secondaires suite à la vaccination contre le Covid aux États-Unis

Aux États-Unis, les événements indésirables qui pourraient être liés aux vaccins grimpent en flèche. Parmi les effets secondaires repérés pendant la vaccination en population générale depuis le début de l'année 2021, les myocardites et les péricardites sont ceux qui sont le plus fréquemment rencontrés.

Francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/societe-sante/explosion-des-eff...

b3a5ff0_9aNNoAazlKj5hVMmMWJvt1FX.jpg

Addiction aux opiacés : un rapport d'enquête parlementaire américain accable McKinsey

573 millions de dollars ! C’est la somme que McKinsey a accepté de payer en février 2021 dans le cadre d’un compromis avec la justice américaine. Plusieurs États de l’Union accusaient McKinsey d’avoir contribué à la crise des opiacés par ses conseils à plusieurs laboratoires pharmaceutiques. Purdue Pharma, le fabricant de l’OxyContin et client important de McKinsey, était dans l’œil du cyclone. L’addiction aux médicaments opiacés contre la douleur a provoqué une épidémie dramatique : on estime à 500 000 le nombre de morts par surdosage aux États-Unis entre 1999 et 2018. Aujourd’hui, près de 650 000 prescriptions d’opioïdes sont faites tous les jours dans ce pays. 2 millions de personnes sont dépendantes et au moins 90 d’entre elles meurent chaque jour. On s’approche, sur une base annuelle, du double de morts par armes à feu.

leselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/addiction-aux-opiaces-u... /

Peut-on apprendre quelque chose des chiffres de la DREES

Chaque semaine, la DREES met à jour les données résultant des appariements entre 3 fichiers produits par Santé Publique France : les fichiers de vaccination anti-Covid (VAC-SI), de tests (SI-DEP) et de données hospitalières (SI-VIC).

Peut-on en tirer des indications sur l’efficacité des vaccin, comme cela a parfois été fait pour affirmer que « la vaccination protège contre les formes sévères de Covid-19 » ? Ce n’est pas certain. En effet, outre certains biais possibles, les données fournies par la DREES ne reposent pas toujours sur des observations, et ne sont donc pas infaillibles.

covid-factuel.fr

https://www.covid-factuel.fr/2022/04/28/peut-on-apprendre...

data-internet-espionnage.jpg

UNION EUROPÉENNE

L’Union européenne va autoriser le transfert de nos données personnelles numériques à la NSA

C’est ce que nous a expliqué Ursula von der Leyen via Twitter après sa rencontre du vendredi 25 mars avec Biden. « Heureuse que nous ayons trouvé un accord de principe sur un nouveau cadre pour les flux de données transatlantiques. Il permettra des flux de données prévisibles et dignes de confiance entre l’UE et les États-Unis, en équilibrant la sécurité, le droit à la vie privée et la protection des données. Il s’agit d’une nouvelle étape dans le renforcement de notre partenariat. »

Generationfexit.fr

https://generationfrexit.fr/lunion-europeenne-va-autorise...

La folle stratégie de l’Europe pour la sécurité alimentaire

La Commission Européenne a produit un document le mois dernier : « Safeguarding food security and reinforcing the resilience of food systems » (préserver la sécurité alimentaire et renforcer la résilience des systèmes alimentaires). Cette stratégie de l’UE sur la manière d’atténuer la crise de la sécurité alimentaire, les famines et l’augmentation de la malnutrition à venir consiste à promouvoir davantage la production alimentaire biologique, l’agro-écologie, la réduction de l’utilisation des engrais, l’agriculture de subsistance, les théories de justice sociale, Farm2Fork et l’augmentation de l’aide liée à l’alimentation (aux pays prêts à adopter une certaine idéologie de culte alimentaire partagée par une minorité d’activistes à Bruxelles). L’UE présente une recette pour la famine, les conflits civils et l’effondrement économique dans de larges pans du monde en développement… et leur communication s’en félicite.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/04/28/426312-la-folle-s...

Europe : L’UE veut faciliter l’immigration de travail provenant du Maroc, de la Tunisie, du Sénégal, du Nigéria et du Pakistan

La Commission européenne devait présenter, mercredi 27 avril, un projet de directive visant à faciliter l’arrivée « de compétences et de talents » en Europe. En clair, favoriser une migration légale de travailleurs et de jeunes pour répondre au défi démographique et pallier le manque de main-d’œuvre dans des secteurs comme la santé, la technologie, la construction ou le transport.

fdesouche

https://www.fdesouche.com/2022/04/27/europe-lue-veut-faci...

samedi, 30 avril 2022

Le facteur diesel produit un paradoxe existentiel en Europe

S1-le-diesel-desormais-pour-les-petits-rouleurs-701652.jpg

Le facteur diesel produit un paradoxe existentiel en Europe

Source: https://misionverdad.com/investigaciones/el-factor-diesel-produce-una-paradoja-existencial-en-europa

Bloomberg : L'Europe ne dispose que d'environ 40 jours d'approvisionnement en diesel dans ses stocks.

Des "sanctions" qui nuisent à ceux-là mêmes qui les appliquent.

Plus de 15 jours de grèves en Espagne et dans d'autres pays en raison de la hausse des prix du carburant.

Le ministre italien de la Transition écologique, Roberto Cingolani, a déclaré que 40 % de la consommation nationale correspondait à du gaz importé de Russie.

Le transport alimentaire, la navigation, l'agriculture et l'industrie lourde en Europe sont quelques-uns des secteurs les plus touchés par la série de "sanctions" imposées à la Russie sous les auspices des États-Unis et en chœur par l'UE.

Comme l'a expliqué John Cooper de Fuels Europe : "Il est très clair pour les gouvernements qu'il existe un lien évident entre le diesel et le PIB, car presque tout ce qui entre et sort d'une usine utilise du diesel.

L'Europe, si dépendante des ressources énergétiques, et plus encore de la Russie, se trouve maintenant à la croisée des chemins car la décision d'imposer des "sanctions" à son principal fournisseur d'énergie aurait un impact non seulement sur la disponibilité du gaz et, dans ce cas, du diesel, mais aussi sur l'inflation, les prix de tous les biens de consommation étant appelés à augmenter. C'est une chaîne, car elle entraînerait des problèmes dans la circulation des camions et donc dans la distribution des biens de consommation, à commencer par la nourriture.

Récemment, les principales sociétés de négoce de matières premières telles que Trafigura et Vitol se sont accordées pour avertir que l'Europe court un grand risque de pénurie systémique de diesel qui pourrait conduire à un rationnement. Cette situation a été aggravée par un rapport du réseau financier Bloomberg selon lequel le continent européen ne dispose plus que de 40 jours de diesel dans ses réserves.

La semaine du 21 mars s'est tenue le Financial Times World Commodity Summit. À cette occasion, l'événement a réuni les dirigeants de Trafigura, Vitol, Energy Aspects et Gunvor, qui ont présenté leurs projections concernant les ressources énergétiques face aux "sanctions" imposées à la Russie par les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Union européenne.

    - Russell Hardy pour Vitol. L'Europe importe environ la moitié de son diesel de Russie, et les raffineurs pourraient augmenter la production de diesel en réponse à la hausse des prix au détriment d'autres produits pétroliers pour soutenir l'offre.

    - Torbjorn Tornqvist pour Gunvor. Le diesel n'est pas seulement un problème européen, c'est un problème mondial. En outre, les marchés européens du gaz ne fonctionnaient plus correctement, les négociants devant faire face à d'énormes demandes de liquidités auprès des banques pour couvrir les positions de couverture.

    - Jeremy Weir pour Trafigura. Entre 2 et 2,5 millions de barils de la production pétrolière russe disparaîtraient du marché mondial, répartis entre le brut et les produits raffinés. Le marché du carburant diesel se trouve actuellement dans des conditions extrêmement difficiles et va encore empirer.

    - Amrita Sen, analyste chez Energy Aspects. Le diesel est le plus touché des produits pétroliers car l'Europe importe environ 1 million de barils par jour de diesel russe.

La sonnette d'alarme a été tirée et les autorités européennes ont déployé la carte du monde pour voir quelles autres latitudes pourraient fournir des livraisons alternatives de gaz et de diesel. Et bien sûr : les orbites du Venezuela comme alternative.

Le mouvement de balancier de l'Europe

La semaine dernière, le vice-premier ministre russe Alexandre Novak a déclaré devant la Douma d'État :

"Les stocks européens de diesel sont à leur plus bas niveau depuis 2008, 8% en dessous de la moyenne des cinq dernières années. La pénurie de gazole pourrait être un facteur fortement déstabilisant, car la demande augmente en raison de la reprise du trafic de marchandises et de passagers après la pandémie".

w1176_h662_x750_y485_5FA8CE000D79F0B8.jpg-a971435f9b39c578.jpeg

Le diesel dans les stations-service de certains pays européens, comme l'Allemagne, la Suède, la Belgique et la Pologne, a enregistré des prix plus élevés que le prix de l'essence. Selon Bloomberg, pour la première fois en 15 ans, le coût s'est situé autour de 2,13 euros par litre.

Depuis le début de l'opération spéciale de dénazification de Donbass, l'UE a déclenché toute la narration offensive consistant à imposer des "sanctions" à la Russie sans craindre la sphère énergétique dont elle est si dépendante. Dans la pratique, les faits sont différents, puisque les "sanctions" imposées aux banques, par exemple, sont celles qui n'ont aucun rapport avec les transactions dans le secteur gazier russe. Aujourd'hui, le ton du discours a été atténué, et encore plus lorsque le président russe Vladimir Poutine a répondu en annonçant que le paiement du gaz russe devait se faire en roubles.

Le ministre allemand de l'économie, Robert Habeck, a déclaré que la décision concernant le rouble constitue une violation des accords et que le gouvernement allemand discutera des mesures à prendre avec ses partenaires européens. La réponse de Habeck à la réponse de Poutine à l'ensemble de l'attaque contre le secteur énergétique russe est inhabituelle - à quoi s'attendaient-ils ?

Le Dr Jens Südekum, professeur à l'Institut d'économie compétitive de l'Université Heinrich Heine en Allemagne, abonde dans le même sens lorsqu'il souligne que la décision du président Poutine ne ferait qu'"intensifier la guerre économique" et qu'"un embargo sur les importations d'énergie en provenance de Russie est désormais plus probable".

6f920350-a41d-439f-a754-015fa96e3b3c_w949_r0.7519809825673535_fpx49_fpy22.jpg

Contrairement à cet universitaire, l'Association des industriels allemands (BDI) a mis en garde les autorités allemandes contre toute décision précipitée en matière de "sanctions", car pour elle "l'UE n'est pas prête pour un embargo énergétique complet à court terme". Le président de l'association, Siegfried Russwurm (photo), s'est inquiété du fait qu'une telle décision pourrait mettre en péril la cohérence et la mobilité de l'UE, tant sur le plan économique que politique.

Cette semaine, le chancelier allemand Olaf Scholz s'est entretenu par téléphone avec le président Poutine pour négocier sur la question. Dans cette optique, l'État russe a opté pour un nouveau système de paiement directement à la Gazprom Bank, qui ne fait l'objet d'aucune "sanction" ; la banque serait alors chargée de convertir l'argent en roubles.

Bien que les attaques provenant des États-Unis soient des attaques directes contre la Russie, elles sont indirectement dirigées contre l'Allemagne. Mision Verdad a développé ce sujet dans quelques articles :

    La crise en Ukraine concerne le commerce entre l'Allemagne et la Russie (https://misionverdad.com/globalistan/la-crisis-en-ucrania-se-trata-del-comercio-entre-alemania-y-rusia ).

    L'Europe se met la corde au cou dans la guerre énergétique contre la Russie ( https://misionverdad.com/globalistan/europa-se-pone-la-soga-al-cuello-en-la-guerra-energetica-contra-rusia ).

L'Allemagne est l'un des pays de l'UE les plus touchés par les "sanctions" dans le secteur du gaz. À la lumière des positions de chaque pays, on voit le Premier ministre Boris Johnson annoncer que "nous poursuivrons notre mission sans relâche pour sortir la Russie de l'économie mondiale, morceau par morceau, jour par jour et semaine par semaine", car sa dépendance au gaz russe n'est pas si importante par rapport à l'Allemagne ou à d'autres pays.

Il en va de même pour l'architecte "en chef" des manœuvres de sanctions, le président américain Joe Biden, lorsqu'il a annoncé les "sanctions" début mars "sur l'artère principale de l'économie russe : nous interdisons toutes les importations de pétrole, de gaz et d'énergie russes", car si les États-Unis importent du gaz et d'autres produits pétroliers de Russie, le pourcentage n'est pas comparable à celui de l'Allemagne.

Il convient de noter que les États-Unis ont besoin de diesel non seulement pour le transport des produits essentiels à la vie quotidienne de leur population, mais qu'il est également utilisé sur les plateformes de forage pour l'extraction du pétrole de schiste, ainsi que pour les générateurs d'électricité et le chauffage des habitations. De plus, de grandes quantités de diesel ne peuvent être obtenues à partir de l'huile de schiste, car l'un des avantages du pétrole brut lourd est que le diesel est obtenu à partir du craquage de l'huile de schiste.

En revanche, en Europe, ils comptent gagner du temps, car, par exemple, les décharges de gaz sont remplies pendant les mois d'été à venir, lorsque la demande et les prix sont plus faibles, mais ce scénario pourrait laisser l'Europe affronter l'hiver avec des stocks inférieurs à la normale.

Les pays européens continueront à produire du diesel et chercheront à l'importer au départ d'autres sources traditionnelles non russes. La vitesse à laquelle les stocks s'épuiseront dépendra du remplacement des fournitures provenant actuellement de Russie.

Manifestations en Europe

C'est la population européenne dans son ensemble qui a subi l'assaut direct des actions du duo USA-UE. Cela a conduit à une série de protestations et de fermetures de fermes dans différentes parties du continent européen :

- En Grèce, des centaines d'agriculteurs ont manifesté pour réclamer des subventions afin de lutter contre les prix élevés du carburant et des engrais qui ont grimpé en flèche avec l'imposition de "sanctions" au secteur énergétique russe. Les agriculteurs disent que les coûts ont tellement augmenté qu'ils seront obligés de produire moins et d'augmenter les prix pour les consommateurs.

3OR7B74BFJJUDGAYEJXNHBL7TM.jpg

- En Italie, l'association agricole Coldiretti a signalé que 100 000 exploitations agricoles italiennes sont sur le point de fermer en raison des coûts de production élevés, car les prix des matières premières utilisées (y compris le diesel) par les producteurs agricoles ont considérablement augmenté. En Italie, le coût du diesel atteint 2,1 euros par litre.

- En Espagne, le Comité national du transport routier (CNTC) a lancé une grève des transporteurs routiers en raison de la hausse des prix du diesel le 14 mars. La hausse des prix du carburant a provoqué de graves problèmes dans la chaîne alimentaire.

- En France, les agriculteurs, les viticulteurs et les artisans ont également commencé à protester contre la hausse des prix du carburant. Une caravane d'une vingtaine d'agriculteurs sur leurs tracteurs dans la région ouest de la Bretagne a bloqué les autoroutes.

La réponse de l'Italie a été d'introduire des taxes spéciales dans le secteur des transports. Le ministre italien de la Transition écologique, Roberto Cingolani, a expliqué que l'Italie importe chaque année environ 29 milliards de mètres cubes de gaz de Russie, ce qui correspond à un peu plus de 40 % de la consommation nationale. Sur la base de ce chiffre, il a demandé que des mesures soient prises pour remplacer ce montant, ils sont donc à la recherche de nouveaux fournisseurs. Tout cela semble facile, mais les exportateurs alternatifs de ces ressources ne peuvent pas prendre tous les volumes dont ils ont besoin en Europe.

Selon le radiodiffuseur italien Rai, ces derniers jours, des membres du gouvernement italien ont tenu des réunions avec des représentants d'autres pays exportateurs de gaz et d'autres ressources pétrolières pour tenter de réduire leur dépendance vis-à-vis de la Russie.

Du côté français, la réponse du gouvernement d'Emmanuel Macron, en pleine campagne électorale, a annoncé une aide de 400 millions d'euros pour les transporteurs et une réduction de 15 centimes par litre de diesel.

Pour l'Espagne, la ministre des transports, de la mobilité et de l'agenda urbain, Raquel Sánchez, a annoncé qu'elle s'engageait à subventionner chaque litre de diesel à hauteur de 20 centimes d'euro, une réduction qui sera appliquée du 1er avril au 30 juin.

La situation du secteur énergétique européen, qui a des répercussions sur le reste des zones productives du continent, devient de plus en plus compliquée. Il n'est toujours pas question pour les majorités européennes de subordonner leurs propres intérêts afin de se conformer aux ordres des États-Unis, qui cherchent à être le grand inspecteur et le contrôleur des ressources énergétiques mondiales.

Ces actions, qui sont absurdes pour le moment, pourraient déclencher d'autres résultats à long terme pour le spectre géopolitique dont l'Occident, en particulier les États-Unis, a besoin pour tenter de survivre au réalignement international que le monde connaît, la Russie et la Chine étant les pivots de cette voie longue et complexe.

Le 31 mars, Joe Biden a invoqué la loi sur la production de défense de 1950. Comme son nom l'indique, cette loi nationale, qui, en raison de l'exceptionnalisme américain, sert unilatéralement le reste du monde, pousserait à stimuler la production de minéraux stratégiques pour la fabrication de batteries pour véhicules électriques et le stockage à long terme, en prétextant la situation avec la Russie et "l'action légitime des États-Unis pour se défendre".

En fin de compte, la transition énergétique n'est rien d'autre que le droit d'exploiter tout minerai qui se présente à nous afin de parvenir à "ne pas dépendre des pays producteurs de ressources".

- Nous sommes un groupe de chercheurs indépendants qui se consacrent à l'analyse du processus de guerre contre le Venezuela et de ses implications mondiales. Depuis le début, l'utilisation de notre contenu est gratuite. Nous comptons sur les dons et les collaborations pour soutenir ce projet. Si vous souhaitez contribuer à Mision Verdad, vous pouvez le faire ici: https://misionverdad.com/donate

Sondagite aiguë

visuel_sondage.png

Sondagite aiguë

par Georges FELTIN-TRACOL

Les régimes pseudo-démocratiques d’Occident se complaisent volontiers dans un mal moderne venu d’outre-Atlantique : la « sondagite aiguë ». Certes, il ne s’agit pas d’une nouvelle épidémie virale ou d’une infection microbienne jusque-là inconnue. La « sondagite aiguë » désigne l’emploi compulsif et incessant des enquêtes d’opinion et des sondages par les gouvernements, les médiats et les formations politiques. La récente élection présidentielle française et les législatives à venir témoignent de leur grande nocivité.

Politologues et journalistes s’accordent sur les résultats du premier tour, le 10 avril 2022: les trois candidats qui franchissent la barre des 20 % ont bénéficié dans les derniers jours d’un vote utile. Les électeurs ont choisi un candidat non pas en fonction de son programme, de ses convictions, de sa personnalité, mais en suivant les intentions de vote publiées tous les jours avant les quarante-huit heures fatidiques de réserve électorale obligatoire.

C’est à la présidentielle de 2002 que s’est installée cette vilaine habitude de sondagite permanente. Auparavant, entre 1965 et 1995, les plus anciens auditeurs s’en souviennent peut-être, les quinze jours de la campagne officielle s’effectuaient en l’absence de tout sondage. L’incertitude dominait les derniers jours. Ainsi personne ne vit-il les 14,39 % en 1988 et les 15 % en 1995 de Jean-Marie Le Pen. Toujours en 1995, les sondages alors confidentiels pronostiquaient un duel entre Édouard Balladur et Jacques Chirac. C’est le candidat socialiste Lionel Jospin qui arriva en tête au soir du 23 avril avec 23,30 %.

La publication répétée des sondages jusqu’à l’ultime instant autorisé transforme les citoyens en véritables « parieurs » politiques, en « turfistes » électoraux qui misent non point sur les meilleurs chevaux de course, mais sur le candidat le plus apte à gagner. Cette pratique marque en matière politico-électorale le passage de l’électeur en consommateur d’ailleurs vite dépité par son choix.

La propension sondagière commence en France en 1965 au moment de la première élection présidentielle au suffrage universel direct de la Ve République. L’atlantiste libéral Jean Lecanuet mène une campagne inspirée de l’exemple étatsunien. Surnommé « Monsieur Dents blanches », le maire centriste de Rouen s’inspire du candidat Kennedy et bénéficie des conseils avisés du publicitaire Michel Bongrand qui inaugure dans l’Hexagone les méthodes de mercatique politique. Couplée aux premiers sondages politiques, la persuasion quasi-commerciale de segments socio-professionnels particuliers assure à Jean Lecanuet une troisième place, 15,57 % des suffrages, qui met en ballottage le général De Gaulle trop sûr de lui-même, et assèche le candidat national, Jean-Louis Tixier-Vignancour, qui plafonne à 5,20 %.

Michel_Bongrand.jpeg.jpeg

Le-Marketing-politique.jpg

Michel Bongrand (photo) est le lointain ancêtre des spin doctors anglo-saxons, capables de vendre des tonnes de sable aux habitants du Sahara par une narration médiatique sophistiquée. En Russie, leurs équivalents s’activent autour des polittekhnologui (ou « technologies politiques »). Ce terme regroupe les démarches de lobbying, les relations publiques, voire des actions compromettantes si possibles filmées. Toutes travaillent l’électorat sous l’impulsion des professionnels de l’information, de l’influence subliminale, de la manipulation factuelle et de la désinformation.

Le recours massif aux sondages n’est pas anecdotique. Avant la campagne officielle qui impose une stricte égalité du temps d’antenne des candidats, les semaines qui précédent cette phase déterminante appliquent une équité entre les candidats. Outre les résultats électoraux antérieurs récents, entrent dans la prise en compte les tendances générales indiquées dans les sondages. Cette procédure entérinée par les autorités de l’audio-visuel accentue l’invisibilité des « petits candidats » qui, écartés des émissions grand public, restent inaperçus aux yeux du public. Cette absence de visibilité rend plus incertaine encore la collecte des parrainages comme Florian Philippot a pu l’observer récemment.

L’importance accordée aux sondages permet enfin aux plumitifs du Système de relativiser certaines performances obtenues. Au lendemain du premier tour, les 7,07 % d’Éric Zemmour déroutent ses sympathisants. Les commentateurs ne se privent pas de comparer ce résultat effectif avec les sondages flatteurs d’octobre – novembre 2021 qui le propulsaient au second tour face à Emmanuel Macron. Or un sondage n’est que la radiographie de l’opinion publique à partir d’un panel sociologique scientifiquement constitué à un instant T. Ses données demeurent virtuelles, liquides qui ne peuvent pas être confrontées avec le résultat définitif. Réunir 2.485.226 voix pour un essayiste candidat néophyte est un exploit impossible à minimiser, surtout quand il s’accompagne d’un écroulement parallèle des deux partis qui ont dominé la Ve République de 1958 à 2017 !

Quitte à se mettre à dos les instituts de sondage et les étudiants en sciences politiques ou en sociologie qui y exercent de petits boulots, il serait temps d’interdire strictement la réalisation et la publication de tout sondage politique au minimum quinze jours avant le premier tour et au maximum un à deux mois auparavant au nom de la salubrité publique et de l’hygiène mentale du corps électoral. On notera que l’électeur occidental n’adhère plus à un projet particulier; il préfère rejeter celui des autres. Il participe à un jeu de massacre qui, au final, le conduit à un abattoir symbolique. Les sondages incitent à un comportement moutonnier panurgique collectif.

Georges Feltin-Tracol

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 30, mise en ligne le 26 avril 2022 sur Radio Méridien Zéro.

vendredi, 29 avril 2022

Où l'Occident trouvera-t-il des roubles?

Обычные_российские_банкноты_2020_г.jpg

Où l'Occident trouvera-t-il des roubles?

par Luciano Lago

Source: https://www.ideeazione.com/loccidente-dove-trovera-i-rubli/

Poutine a ordonné que le marché monétaire national de la Russie soit préparé au passage au règlement en roubles des livraisons à l'exportation, pour l'instant, notamment du gaz naturel. Cette demande devient urgente car les banques des "pays hostiles" (un terme technique qui inclut l'UE et la plupart des pays anglophones) retardent délibérément et volontairement les paiements pour l'énergie russe. Par conséquent, les livraisons sont désormais effectuées à crédit - un crédit basé sur le rouble !

Entre-temps, le taux de référence de la banque centrale russe est passé à 17%, contre 20% précédemment, mais quand même ! Il semble que quelqu'un de pas très intelligent fasse tout pour faire grimper les prix de l'énergie. Entre-temps, les paiements reçus pour les exportations de pétrole et de gaz ont été réduits de moitié, ce qui rend probable que ces mêmes exportations (vers des "pays hostiles") seront également réduites de moitié. À ce stade, certains historiens pourraient sortir de vieux livres poussiéreux et prétendre que ce genre de politique commerciale folle était la cause de la Grande Dépression. Je ne suis pas d'accord et je l'appelle l'effondrement des entreprises, qui suit l'effondrement financier avec sa perte d'accès au crédit causée par un risque de contrepartie excessif.

Poutine aimerait que ce problème soit résolu. Il veut que l'Europe soit maintenue en vie car la Russie n'a pas besoin d'un énorme cadavre en décomposition à sa frontière occidentale. Le problème avec le décret de Poutine est que les banques russes feront office d'agents de change dans le règlement du programme "marchandises contre roubles" et que les transactions de conversion auront lieu sur le marché des devises de la Bourse de Moscou au sein du système financier russe, et que ce système connaît une grave pénurie d'acheteurs de devises étrangères.

Poutine n'est pas un magicien, et il ne peut pas générer à partir de rien une armée de zombies qui voudront emprunter des roubles et acheter avec eux des dollars et des euros qu'il n'y a aucun moyen d'investir de manière rentable pour rembourser les intérêts de la dette libellée en roubles; pas avec une inflation à deux chiffres dans la zone euro et la zone dollar; pas avec un taux d'intérêt d'au moins 17% sur le rouble. Sauf une, sur laquelle je reviendrai plus tard.

Si ce ne sont pas les zombies, alors qui élargira ses positions en dollars et en euros à une échelle aussi gigantesque?

Des importateurs russes? Non, les importations représentent la moitié des exportations, sans parler des problèmes logistiques et contractuels dus aux sanctions.

Le peuple russe? Certainement pas! La mode consistant à conserver un stock de billets de 100 dollars sous le matelas a disparu depuis longtemps, tout comme celle consistant à conserver des comptes en dollars dans les banques russes. Tout le paradigme monétaire a changé et il n'y a pas assez de monnaie libre parmi la population russe pour absorber les flux d'exportation.

Des entreprises russes ? Parmi eux, seuls les exportateurs disposent de ressources importantes, mais leur faire accepter des dollars ou des euros les ramène à la case départ et ne fait qu'exacerber leur problème en les obligeant à vendre 80 % de ces dollars et euros en roubles. Et le problème est encore pire pour les exportateurs russes, qui doivent maintenant essentiellement vendre 100 % de leurs revenus en dollars et en euros pour des roubles.

Les banques russes? C'est une possibilité ce mois-ci, mais pas dans les mois à venir. Les banques servent les intérêts de leurs clients et ceux-ci, ayant été coupés du système financier occidental, n'ont plus besoin de dollars ou d'euros. Et comme ils ont eux-mêmes été coupés du système financier occidental, ils n'ont pas non plus besoin de ces monnaies. Ils liquident leurs actifs en dollars et en euros.

Oh, et enfin, les étrangers n'ont pas accès au marché des changes russe. Cela rend les choses vraiment simples, n'est-ce pas?

Il ne reste plus que la banque centrale russe et le gouvernement russe qui la possède et l'exploite. Alors qu'auparavant ils se contentaient d'accumuler des réserves en dollars et en euros, la définition des réserves a été modifiée pour exclure ces deux éléments. Si une accumulation de réserves de change devait avoir lieu maintenant, ce serait en yuan, et alors tous ces roubles excédentaires passeraient directement des mains des acheteurs d'énergie des "nations hostiles" aux mains amicales des exportateurs chinois.

On pourrait penser que les Chinois polis seraient prêts à accepter des dollars et des euros en échange de leurs exportations vers la Russie, ce qui leur permettrait de gagner des roubles en utilisant ces deux monnaies. Malheureusement non, la Chine et la Russie ont passé des accords pour transférer leurs échanges commerciaux vers le rouble et le yuan, excluant spécifiquement le dollar.

J'ai bien peur de ne pas avoir d'idées brillantes à proposer pour résoudre ce problème, comme l'a ordonné Poutine. Il y a cependant une idée. Il est possible d'obtenir des crédits en roubles très bon marché dans le but de remplacer les importations. Le plan consiste donc à emprunter des roubles, à les utiliser pour acheter des dollars ou des euros, puis à utiliser ces dollars ou ces euros pour acheter, emballer et expédier en Russie des usines et des équipements occidentaux capables de fabriquer des produits pour lesquels il existe une demande en Russie et dans les pays amis de la Russie.

Bien sûr, les gouvernements occidentaux tenteront très probablement de bloquer ce plan. Ils n'ont plus beaucoup d'occasions de se tirer une balle dans le pied, mais ils vont certainement continuer à essayer. Et la Russie se retrouvera avec un énorme cadavre en décomposition à ses frontières occidentales. J'espère que quelqu'un trouvera le moyen d'exécuter l'ordre de Poutine, mais je n'ai aucune idée de ce que cela pourrait être.

26 avril 2022

Pourquoi l'Occident déteste la Russie et Poutine

1619195387.jpg

Pourquoi l'Occident déteste la Russie et Poutine

par Fabrizio Marchi

Source : Fabrizio Marchi & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/perche-l-occidente-odia-la-russia-e-putin

Bien que cela puisse ressembler à un fantasme politique, surtout pour ceux qui ne sont pas impliqués dans la politique internationale, il est important de souligner que l'objectif stratégique de l'offensive globale américaine (lire, entre autres, l'expansion de l'OTAN à l'Est), est la Chine, et non la Russie.

L'affaiblissement, voire la déstabilisation de la Russie à moyen-long terme n'est "que" (avec beaucoup de guillemets...) une étape intermédiaire, même si elle est d'une importance énorme, pour isoler la Chine, le véritable et plus important concurrent des Américains. Tout reste à vérifier, bien sûr, pour savoir si cela est possible, mais à mon avis, telle est bien l'intention.

Les États-Unis cherchent à prolonger le conflit en Ukraine le plus longtemps possible, voire à le rendre permanent. Ils espèrent ainsi saigner la Russie, tant sur le plan militaire que, surtout, sur le plan économique, et l'user psychologiquement au fil du temps, en sapant sa cohésion interne. À moyen terme, la guerre pourrait renforcer le leadership de Poutine, et c'est déjà le cas, mais à long terme, elle pourrait peut-être l'affaiblir. Après tout, rester embourbé dans une guerre à long terme peut être, et a été, déstabilisant pour tout le monde. Pensez au Vietnam pour les États-Unis et à l'Afghanistan pour l'Amérique et l'Union soviétique, pour ne citer que quelques exemples bien connus. Et quelle que soit la solidité du leadership de Poutine, nous ne pouvons pas exclure a priori qu'il puisse être affaibli en interne au fil du temps. Dans quelle mesure et si cela est possible, comme je l'ai dit, est une autre question, mais je crois que la stratégie du Pentagone est la suivante.

D0AB4217-A264-4F1B-A4C0-7B6D4B523316_w1597_n_s-800x509.jpg

Immédiatement après l'effondrement de l'URSS (mais la désintégration avait déjà commencé depuis un certain temps), la Russie a été réduite à l'état de colonie, un pays disposant d'un énorme réservoir de matières premières à piller et d'une grande masse de main-d'œuvre bon marché à la disposition des multinationales et des entreprises occidentales, ainsi que d'un gouvernement d'hommes d'affaires sans scrupules, de mèche avec la mafia et dirigé par une marionnette ivre au service des États-Unis. Ils étaient convaincus qu'ils avaient le monde entre leurs mains. Et c'était leur plus grande erreur. Une erreur qu'ils ont en fait souvent commise au cours des trente dernières années. Ils ont été littéralement délogés par la croissance économique impétueuse, voire inquiétante, de la Chine et n'ont pas pensé que la Russie pouvait se relever et retrouver sa force, son centre de gravité, son identité, qui est celle d'un grand pays, avec une grande histoire, une grande culture et un grand peuple qui ne peut accepter d'être réduit à une colonie de l'Occident.

_socialMedia_facebook_previewImage.jpg

Qu'on le veuille ou non (cela n'a absolument rien à voir avec la compréhension des choses), Poutine était l'homme qui incarnait cette renaissance. Et c'est précisément cela que l'Occident ne lui pardonne pas. Parce qu'il leur a enlevé le grand jouet qu'ils pensaient avoir entre les mains et, ce faisant, leur a enlevé le rêve - qui semblait avoir été réalisé - de pouvoir dominer la planète entière.

Que la croisade anti-russe se fasse pour défendre les valeurs occidentales, la liberté, les droits civils et la démocratie, c'est évident, mais c'est du bavardage, de la propagande des plus évidentes, de la soupe pour les naïfs (je ne veux pas m'y frotter...). L'Occident fait et a fait des affaires, a soutenu, financé, armé et souvent créé les dictatures les plus féroces dans le monde entier (tout comme il n'hésite pas aujourd'hui à anoblir la pire racaille nazie-fasciste jamais vue en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale), et encore moins si le problème peut être les droits et la démocratie. Si Putin était à votre service, vous pourriez aussi bien manger littéralement de la chair de petit enfant au petit déjeuner et personne ne s'en soucierait le moins du monde et tout le monde trouverait même un moyen de le dissimuler.

Affaiblir, réduire radicalement ou même déstabiliser la Russie et installer un gouvernement complaisant signifierait, comme je l'ai dit, isoler la Chine. Pensons aujourd'hui à l'Inde, un pays formellement placé dans la sphère d'influence occidentale, mais en fait non homogène avec cette même sphère, pour des raisons géographiques évidentes et donc économiques et commerciales. Avec la disparition de la Russie, l'autre principal bastion, outre la Chine, du bloc (euro-asiatique), l'Inde serait inévitablement aspirée dans la sphère d'influence occidentale, et peut-être aussi le Pakistan, un allié des États-Unis jusqu'à il y a tout juste un an ou deux.

Il s'agit évidemment d'une stratégie et d'un projet très ambitieux avec lesquels les Américains pourraient jouer à moyen et long terme. D'autre part, s'ils ne parviennent pas à briser d'une manière ou d'une autre le lien entre la Russie et la Chine, c'est-à-dire l'axe central du bloc asiatique (possible mais pas encore complètement homogène), les choses pourraient se gâter pour les États-Unis et le bloc occidental.

C'est pourquoi la crise actuelle est certainement la plus grave et la plus inquiétante depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Objectivement, nous ne sommes pas en mesure de prévoir les évolutions et, surtout, les résultats potentiellement dramatiques.