Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 25 septembre 2022

L'activisme écologiste et utopique comme adversaire de la civilisation européenne

cover-r4x3w1000-5c88ece098ae3-080-hl-bmengelle-719056.jpg

L'activisme écologiste et utopique comme adversaire de la civilisation européenne

L'environnementalisme agit comme un adversaire révolutionnaire de la civilisation européenne

Source: https://www.tradicionviva.es/2022/09/03/el-activismo-ecologista-utopico-como-adversario-de-la-civilizacion-europea/

Dans Die Welt, la philosophe Bérénice Levet accuse le militantisme environnemental, qui repose sur des idéologies utopiques, d'agir comme un adversaire révolutionnaire de la civilisation européenne. Cet activisme doit être opposé à l'idée traditionnelle de la protection de l'environnement, qui recherche "la stabilité, la durée et la continuité". Une "écologie cohérente et consistante" préserve la nature "sans sacrifier les hommes" et, surtout, préserve leur culture.

1640658623_9791032923696_v100_1_863dc75b78.jpg

Les militants écologistes utopiques ont agi dans le contexte d'un mouvement plus large, celui de la gauche radicale, partageant sa position révolutionnaire et son désir ardent de "déconstruction". Pour eux, la protection de l'environnement n'est qu'un "alibi" et, en fait, ils veulent détruire la culture européenne. Ils se caractérisent par un "dégoût pour le mode de vie français" et rejettent également la civilisation européenne "dans laquelle ils ne voient que domination et surexploitation" et une "immense entreprise de production de victimes". De plus, ils "se moquent de la loyauté et de la solidarité des peuples avec leurs coutumes, leurs traditions et leurs paysages".

Le "nihilisme absolu" s'exprime dans des cas récents, où l'on a vu des activistes endommageant des œuvres d'art. On ne peut pas "prétendre se soucier de la nature et en même temps piétiner l'héritage des siècles". Par ce comportement, les militants soulignent leur refus de la "responsabilité de la civilisation historiquement constituée".

Ces militants partageaient également la vision de la gauche radicale, celle d'incarner les "bâtisseurs d'une nouvelle humanité" qui pouvait être créée par les "mesures de coercition les plus fortes". Pour elle, les gens ne sont "que du matériel" qui "doit être moulé" au sens de l'idéologie. La personne à laquelle ils aspirent "n'est liée à aucune communauté historiquement constituée". Cela devrait passer, par exemple, par une refonte du système éducatif, qui devrait se passer de "l'enseignement du savoir, du passé et des grandes œuvres de l'esprit" et former à la place d'autres militants qui s'opposent à la civilisation européenne en raison de "l'oppression des femmes, des minorités sexuelles et ethniques". Pour les militants écologistes utopistes, l'homme "n'a pas d'âme", mais seulement une identité de victime. Leur vision du monde est donc "juste une branche du wokisme".

Ils voulaient effacer les positions opposées par la "culture de l'annulation" (cancel culture). Ils ont de plus en plus de succès. En France, il existe désormais "une peur énorme d'être étiqueté comme un champion de l'identité française", et les élites politiques du pays, confrontées aux intimidations des militants, refusent également de "reconnaître la légitimité de ce que la philosophe Simone Weil appelle le besoin fondamental de l'âme humaine: l'attachement à un mode de vie familier". Avec leurs "exigences idéologiques et moralisatrices", ils ont également "détourné les hommes politiques des décisions rationnelles, par exemple sur la question de l'utilisation de l'énergie nucléaire".

M02246811775-large.jpgLe philosophe Bertrand de Jouvenel a parlé d'un "pacte millénaire" que "l'homme occidental a conclu avec la terre". Cela doit être renouvelé. La condition préalable à cela est que les citoyens européens développent une "conscience claire de la fragilité, de la vulnérabilité et de la beauté de ce qui nous est confié" (1).

Levet a approfondi sa critique de l'activisme environnemental utopique dans son ouvrage L'écologie ou l'ivresse de la table rase. Nous traiterons, dans la brève suite de cet article, des tendances de la gauche radicale dans le mouvement environnemental en Allemagne.

Nous présentons ici en détail les impulsions conservatrices traditionnelles en matière d'écologie et de questions environnementales.

Les questions d'écologie et de durabilité sont d'une importance fondamentale pour l'existence à long terme d'une communauté. En utilisant l'exemple d'un certain nombre de cultures disparues, le géographe Jared Diamond a montré que la surexploitation des ressources ou un changement rapide des conditions environnementales dépassant la capacité d'adaptation de ces cultures était un facteur décisif de leur effondrement. Ces questions jouent un rôle de plus en plus important dans le débat public des sociétés occidentales. Cette situation est sous-tendue par une prise de conscience croissante du fait que ces sociétés vivent de plus en plus de leur substance, consommant des matériaux et d'autres ressources qu'elles ne peuvent plus entretenir et renouveler dans une mesure suffisante.

La vision traditionnelle du monde européen perçoit les gens comme porteurs d'un héritage à transmettre intact aux générations futures et est orientée vers la durabilité. Elle considère également les gens comme les gardiens et les conservateurs des fondements naturels et culturels de la vie communautaire. Cette vision du monde repose donc sur une compréhension holistique de l'écologie, qui vise la protection globale de tous les fondements de la vie des individus et des communautés, y compris les fondements spirituels et culturels de la vie. Cette vision du monde peut contribuer de manière décisive à surmonter les défis existentiels auxquels ne sont pas seulement confrontées les sociétés occidentales.

Du point de vue de l'enseignement social chrétien, Joseph Ratzinger (Benoît XVI) a accueilli en principe le débat sur l'écologie parce que toute recherche quant à la durabilité ou la résilience d'une communauté et la gestion attentive des biens matériels, intellectuels et culturels sur lesquels elle repose sont une partie fondamentale de la recherche du bien commun, que l'enseignement social chrétien considère comme la tâche centrale de l'action politique (2).

Hersche_Profilbild.jpgSelon Peter Hersche (photo), il y a depuis longtemps un manque d'acteurs politico-idéologiques en Allemagne qui se rattachent à la tradition chrétienne-conservatrice de la pensée écologique. Ce mode de pensée est issu de cette tradition, depuis longtemps reléguée au second plan, qui a reconnu, il y a environ 200 ans, les défis écologiques qui deviennent particulièrement évidents aujourd'hui (3).

Dans ce contexte, Roger Scruton a trouvé choquant que les partis conservateurs en particulier "n'aient pas reconnu la cause de la protection de l'environnement [...] comme étant la leur. Empoisonné par la montée de la pensée économique chez les politiciens modernes, car ils considèrent que "former des alliances avec des personnes qui pensent que les efforts pour préserver les choses sont futiles et dépassés" (4).

Cet article a été initialement publié en allemand sur https://renovatio.org/.

Notes:

    (1) Ute Cohen : "'C'est du nihilisme'", Die Welt , 26 août 2022, p. 14.

    (2) Joseph Ratzinger (Benoît XVI) : Le sel de la terre. Le christianisme et l'Église catholique au XXIe siècle, Munich 1996, p. 40.

    (3) Peter Hersche : " Le long chemin vers 'Laudato si' ", Herder-Korrespondenz , n° 2/2016, p. 35-38, ici : p. 38.

    (4) Roger Scruton : L'idée d'être conservateur. Un guide pour le présent et l'avenir, Munich 2019, p. 153.

 

La revue de presse de CD - 25 septembre 2022

businessman-reading-latest-news-apple-ipad-29237959.jpg

La revue de presse de CD

25 septembre 2022

EN VEDETTE

Jean-Dominique Michel : « Le naufrage de l'Occident : Fraudes et corruption au temps du Covid »

Remarquable intervention de l’anthropologue suisse sur l’envahissement totalitaire de nos périmètres de libertés, aussi si bien de la santé que de la liberté de pensée en général. Savoir nommer le réel et résistons…

youtube.com

https://www.youtube.com/watch?v=hX1gfTNcpp4

ASIE

Reprise des affrontements frontaliers entre le Kirghizistan et le Tadjikistan

De violents combats ont éclaté entre le Kirghizstan et le Tadjikistan tôt le 16 septembre, mettant une fois de plus en danger la vie de communautés économiquement précaires le long de la frontière contestée

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/reprise-des-affrontements-f...

Sommet de l’OCS : la Chine cimente sa domination en Asie centrale

Le sommet de l‘Organisation de coopération de Shanghai à Samarcande (ou Samarkand) a illustré la diminution du rôle régional de Moscou et la montée en puissance de la Chine en Asie centrale.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/sommet-de-locs-la-chine-cim...

shutterstock_2081885329-scaled-e1642428157764.jpg

ARMÉNIE/AZERBAÏDJAN

L’Arménie attaquée, l’Artsakh en sursis – Entretien avec Hovhannès Gevorkian

Dans cet entretien exclusif Hovhannès Gevorkian, représentant en France de la République autoproclamée de l’Artsakh (ex-Haut-Karabagh), explique pour Conflits les enjeux de l’attaque militaire azerbaïdjanaise en cours et du péril existentiel qui menace l’Arménie et l’Artsakh.

*Dans ce conflit qui oppose depuis longtemps l’Arménie et l’Azerbaïdjan, Conflits présente à ses lecteurs les positions et les points de vue des deux camps afin que ceux-ci puissent confronter et connaitre les arguments des uns et des autres. Un entretien avec l’ambassadeur d’Azerbaïdjan est à retrouver ci-dessous.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/larmenie-attaquee-lartsakh-...

Reprise des tensions en Arménie – Entretien avec Rahman Mustafayev

Les affrontements militaires ont repris en Arménie, avec une intervention de l’armée d’Azerbaïdjan. La tension est toujours vive et la paix difficile à atteindre. Entretien avec Rahman Mustafayev, ambassadeur d’Azerbaïdjan en France.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/reprise-des-tensions-en-arm...

L’Arménie de nouveau agressée, qui s’en soucie ?

Alors que l’agression de la Russie contre l’Ukraine mobilise en faveur de celle-ci l’aide humanitaire et militaire de l’Occident, l’Arménie doit faire face dans une grande solitude à de nouvelles attaques de l’Azerbaïdjan voisin. Ce pays musulman est dirigé par l’autocrate Ilham Aliyev, soutenu militairement par le président dictateur turc Erdogan. Aliyev avait reconquis les trois quarts du Haut-Karabakh en septembre 2020 en écrasant les défenseurs arméniens (4000 morts) au terme d’une guerre de 44 jours.

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/larmenie-de-nouveau-agr...

DÉCONSTRUCTION

Tu seras raciste, mon fils, par Jean-Paul Brighelli

Douglas Murray pense mal. Après L’Etrange suicide de l’Europe (2018) puis La Grande déraison (2020), le journaliste anglais s’attaque cette fois avec Abattre l’Occident à l’ensemble du discours woke qui s’est imposé aux Etats-Unis et qui chaque jour conquiert des territoires en Europe. Rendre compte d’un tel livre était une gageure que notre chroniqueur a brillamment relevée, selon son habitude.

causeur.fr

https://www.causeur.fr/tu-seras-raciste-mon-fils-242286

Affaire Quatennens : l’hypocrisie du camp du Bien

Homme fort de la France Insoumise, Adrien Quatennens a reconnu avoir giflé son épouse dans le cadre d’une main courante déposée par celle-ci. Une situation privée (de divorce) qui rebondit et enflamme l’opinion publique. La Révolution dévore-t-elle ses enfants ? Le point juridique et politique avec Régis de Castelnau.

frontpopulaire.fr

https://frontpopulaire.fr/politique/contents/affaire-quat...

5814355-qatar-football-tournament-2022-soccer-ball-sport-poster-vectoriel.jpg

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/CENSURES/DÉBILITÉ

Quand l'hebdomadaire Le Point fait la promo de l’Émir du Qatar

En prévision du futur mondial de foot, deux journalistes de l'hebdomadaire Le Point sont allés à Doha pour interviewer l’Émir du Qatar, le Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani. Résultat du match : Qatar : 5 - Journalisme : 0.

marianne.net

https://www.marianne.net/agora/les-signatures-de-marianne...

Le monde tel qu'il va… ou pas ! – la revue de presse de Michel Onfray (#2)

Zemmourie, agression d'une enseignante à Caen, offensive azérie contre l'Arménie, réforme des institutions voulue par le tandem Hollande-Sarkozy, mais aussi Sandrine Rousseau… Michel Onfray passe au crible l'actualité de la semaine passée. Le deuxième épisode d'un rendez-vous hebdomadaire à retrouver en exclusivité sur FP+.

frontpopulaire.fr/

https://frontpopulaire.fr/fpplus/revue-de-presse/videos/l...

Revue de presse RT (Russia Today) du 11 au 17 septembre 2022

Cette revue de presse RT donne le point de vue russe sur la géopolitique mondiale. Comme toujours, des nouvelles de la crise dans laquelle s’enfonce l’Europe, l’OTAN qui envisage d’augmenter son soutien à l’Ukraine et la Russie qui prévient des conséquences d’une telle politique. Enfin, des nouvelles du monde multipolaire en cours de construction.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-du-11-au...

Agir contre les SLAPP, une urgence démocratique

Ces procédures judiciaires à répétition bloquent les enquêtes dans le seul but de réduire au silence les journalistes, elles constituent des atteintes au droit d’informer. Au sein de l’Union européenne, ces harcèlements judiciaires sont en constante augmentation. En France, l’industrie agro-alimentaire bretonne s’attaque ainsi au travail d’une journaliste.

La revue européenne des médias et du numérique

https://la-rem.eu/2021/07/agir-contre-les-slapp-une-urgen...

slobodan-despot.jpg

ÉCOLOGIE (PUNITIVE)

Retour en Europe

A l’occasion d’un retour de Russie et de l’arrivée en Finlande, Slobodan Despot réfléchit sur la séparation de plus en plus définitive entre l’Europe atlantique et l’Eurasie, deux continents qui s’éloignent dans une dérive radicale :« Vivant immergés dans cet univers néo puritain, dans la mièvre et constante prédication, nous ne nous apercevons même plus du conditionnement qu’il nous impose. Mais le message qu’il instille par tous les pores, la liturgie subliminale, se résume à ceci : tu es un surplus et un poids mort pour l’environnement. Chacun de tes gestes crée un danger, chacune de tes expirations pollue. Ton existence même est un péché contre Mère Nature et tu dois expier ! »

Antipresse, N ° 353 / 04/09/2022

Ordres aux préfets. Accélération de l’éolien terrestre

Dans une circulaire, datée du 16 septembre, court-circuitant les députés et les sénateurs, quatre ministres, dont Agnès Pannier-Runacher et Christophe Béchu, ordonnent aux préfets de « mettre en place toutes les actions requises » pour accélérer l’instruction des dossiers en cours concernant l’éolien terrestre ce qui représente plusieurs milliers de machines. En des termes à la limite de la menace, ils exigent qu’aucune instruction n’excède vingt-quatre mois.

environnementdurable.org

https://environnementdurable.org/documents/CPfed-20092022...

ÉCONOMIE

Sanctions sur les hydrocarbures : Quand l’Occident atteint ses limites – Jacques Sapir

Une vieille plaisanterie anglaise affirme qu’un gentleman change les règles quand il ne peut pas gagner. Le comportement récent des États-Unis et de leurs alliés est une excellente illustration de ce principe. On se rappelle que, depuis longtemps et avec quel entêtement, les pays occidentaux ont promu la privatisation et l’organisation des marchés du secteur de l’énergie à travers le monde. On peut rappeler la Charte européenne de l’énergie, qui était censée remettre les hydrocarbures sous le pouvoir de la « main invisible du marché ». Et du coup les élites occidentales agissent comme de véritables commissaires aux casques poussiéreux, avec des mausers et une conscience révolutionnaire.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/sanctions-sur-les-hydrocarbures...

9AC74E67-CD01-46B3-AEFB-27736B787772.jpeg

ÉNERGIES

Pourquoi il faut se méfier de l’Europe d’Ursula von der Leyen

Par Natacha Polony. Habillée aux couleurs du drapeau ukrainien, la présidente de la commission européenne Ursula von der Leyen a prononcé ce 14 septembre son troisième discours sur l’état de l’union. S’y esquisse une vision d’un futur européen qui peut inquiéter…

Marianne. Natacha Polony.

https://www.youtube.com/watch?v=85-XxHFfHis

ÉTATS-UNIS

Les trois « chevaux de troie » sentent l’étau se resserrer

Le 24 juin, à l’Institut Hudson de Washington, Mike Pompeo a prononcé un discours de politique étrangère intitulé Les trois phares, présentant Taïwan, l’Ukraine et « Israël » comme des « phares de la liberté ». Les néoconservateurs américains ont toujours eu le don d’accrocher leurs projets autoritaires purs et durs à n’importe quel slogan du dernier culte de la « vertu » occidentale, et de parvenir ainsi à établir un récit médiatique.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/les-trois-chevaux-de-troie-...

Le fiasco de l'interview de Joe Biden sur CBS

Le 18 septembre dernier, après 7 mois de silence avec les médias, Joe Biden a interrompu ses vacances (depuis 2 ans, il passe 40 % de son temps dans sa maison au bord de la plage dans le Delaware), et ce, pour donner une interview télévisée d'une heure sur la chaîne d'État CBS avec le journaliste Scott Pelley (émission intitulée « 60 minutes »). Puisque personne n'a regardé cette émission du dimanche soir, voici en substance ce qu'il faut en retenir.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-monde/le-fiasco-de-l-...

FRANCE

Les aides à la presse continuent d’aller aux plus riches

Lors de la publication, l’an passé, des titres et de groupes de presse ayant bénéficié, de 2016 à 2019, des aides directes et indirectes à la presse, nous faisions le constat suivant : « Les aides à la presse alimentent les caisses des principaux groupes de presse. Elles subventionnent la distribution sur tout le territoire d’une poignée de quotidiens détenus par quelques milliardaires. Elles renforcent ainsi leur emprise sur la presse française, au lieu de soutenir le pluralisme et la diversité. » La situation n’a (hélas) pas changé. Chiffres à l’appui.

acrimed.org

https://www.acrimed.org/Les-aides-a-la-presse-continuent-...

Quelles-sont-les-principales-regions-industrielles-en-France.png

3.espaces-industriels-et-énergétiques.png

Les villes, premiers moteurs de la réindustrialisation en France

Loin des analyses globales, l’industrialisation de la France doit s’analyser à l’échelle régionale et métropolitaine afin de disposer d’une étude plus fine des dynamiques territoriales. Il en ressort que ce sont les villes qui sont le plus à même de générer la croissance du tissu industriel.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/les-villes-premiers-moteurs...

Coûts de l’énergie : le prix de la liberté ou de l’incompétence ? par Jean-Frédéric Poisson

Le président Macron nous fait-il payer le prix de la liberté de l'Ukraine ou bien celui de son incompétence. Entre factures de Gazprom non réglées et montée du prix de l'énergie partout dans le monde, le président français n'avait rien anticipé - ou bien il a voulu endormir les Français de belles paroles. Dans tous les cas, préparons-nous à un hiver de tous les dangers. Jean-Frédéric Poisson, président de VIA/La voix du peuple, nous aide à analyser lucidement le désastre qui vient. Un Français averti en vaut deux.

lecourrierdesstrateges.fr

https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/09/01/couts-de-len...

eoliennes.jpg

La prolifération des éoliennes, prochain désastre après le fiasco du nucléaire

Le projet de loi destiné à « accélérer les énergies renouvelables » entend supprimer les rares verrous législatifs qui ralentissent encore la multiplication des éoliennes, dont la nocivité est pourtant avérée, tant pour les riverains que pour les animaux et les paysages. L’inspecteur général des finances honoraires, Patrice Cahart, auteur de La Pest éolienne, revient sur le sujet dans une tribune dans Le Figaro.

synthesenationale.hautetfort.com

http://synthesenationale.hautetfort.com/media/01/00/25114...

La Quadrature du Net va déposer une plainte collective contre le ministère de l'Intérieur et sa Technopolice

La Quadrature du Net attaque devant la CNIL le ministère de l'Intérieur et ses « quatre piliers de la Technopolice ». L'association, spécialiste en matière de défense des libertés dans l'univers du numérique, appelle quiconque le souhaiterait à les mandater dans le cadre de cette plainte collective. Créée en 2008, La Quadrature du Net se présente elle-même comme étant une association qui « promeut et défend les libertés fondamentales dans l’environnement numérique » et qui « lutte contre la censure et la surveillance, que celles-ci viennent des États ou des entreprises privées ».

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-societe/quadrature-du...

Insécurité : la France entre le Mexique et l’Afrique du Sud, avec une seule ville française dans le top 200 du classement mondial des villes les plus sûres

Sur les 12 villes françaises présentes dans le classement, une seule (Strasbourg) figure parmi les 200 premières sur un total de 453. Pour les 11 autres, c’est la douche froide. Bordeaux et Toulouse se retrouvent respectivement 272e et 282e et surnagent avec un indice de sécurité positif tout juste supérieur à 50 %. On retrouve Paris à la très peu prestigieuse 350e place et un peu plus bas encore Marseille à la 388e.

fdesouche.com

https://www.fdesouche.com/2022/09/23/insecurite-la-france...

GAFAM

Sur Twitter, 90 % des bots sont pro-ukrainiens

Selon une étude menée par des chercheurs de l’Université d’Adélaïde, en Australie, entre 60 et 80 % des pseudos Twitter qui publient des messages sur la guerre entre la Russie et l’Ukraine pourraient être des comptes robots (bots). Entre autres influences, ces comptes zombies pourraient avoir poussé les gens à fuir leurs maisons pendant le conflit entre ces deux pays, ont ajouté les chercheurs.

lecridespeuples.fr

https://lecridespeuples.fr/2022/09/17/sur-twitter-90-des-...

Facebook : la mutation vers le service de renseignement politique

Selon des sources émanant du département de la Justice des États-Unis, le groupe Meta aurait espionné des millions de messages privés au cours des 19 mois suivant la campagne électorale des dernières présidentielles aux États-Unis, rapporte le  New York Post. Le résultat de cet espionnage aurait été transmis au FBI. Facebook appartient au groupe Meta, tout comme Instagram, Messenger, WhatsApp. Tous les messages de ces applications auraient été reportés, dès lors « qu’ils exprimaient des sentiments anti-gouvernementaux ou anti-autorités ». Facebook aurait fait sien les méthodes appartenant au glossaire des pires dictatures, en signalant comme « subversifs » les commentaires critiques surgit lors de conversations privées. Terme qui reprend du service.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-monde/facebook-la-mut...

GÉOPOLITIQUE

La guerre mondiale en cours et l'asservissement des peuples européens

Les tensions internationales, les conflits et les changements qui se produisent dans le scénario mondial démontrent irréfutablement la phase de modification des équilibres de l'ordre international que le monde traverse. On peut dire qu'une nouvelle guerre mondiale a commencé depuis longtemps en raison de la volonté des États-Unis, en tant que superpuissance hégémonique, de maintenir leur leadership perdu sur la scène internationale.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/18/l...

Canal-Istanbul-Turkey-1024x512.png

La place du Canal Istanbul dans l’équilibre des puissances en mer Noire

L’accès à la mer Noire et à la mer Méditerranée demeure un objectif essentiel pour la Russie. Gardienne de la convention de Montreux, la Turquie conserve un droit de regard sur les passages des détroits. Le projet de Canal Istanbul remet en cause cet équilibre et risque de menacer les intérêts russes. Entretien avec Igor Delanoë pour décrypter la politique de Moscou.  

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/la-place-du-canal-istanbul-...

IMMIGRATION

Callac, laboratoire du grand remplacement ? Revue de presse

Callac est un petit village des Côtes d’Armor de 2 200 habitants comme il y en a tant en France. Le projet de riches mécènes d’y financer l’installation de nombreux migrants a braqué les projecteurs sur ce qui pourrait préfigurer une politique plus vaste de peuplement des campagnes françaises.

ojim.fr/

https://www.ojim.fr/callac-laboratoire-du-grand-remplacem...

lezing_mattias_desmet.jpg

MONDIALISME/TOTALITARISME

Mattias Desmet et la psychologie du totalitarisme

Mattias Desmet est sous le feu des critiques. Ce professeur de psychologie clinique à l'UGent a publié au début de l'année « La psychologie du totalitarisme » (chez Pelckmans), dans lequel il analyse la montée du totalitarisme d'un point de vue psychologique. Ce livre est un grand succès. Il s'est vendu à 20.000 exemplaires en Flandre. Pourtant, son livre n'a pas fait l'objet d'une seule critique dans nos « médias de qualité » (autoproclamés tels), ni d'interviews dans les journaux, les magazines ou les émissions de radio et de télévision. Ceci, bien sûr, a tout à voir avec sa critique de l'approche de la crise du coronavirus.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/22/m...

OTAN

ERDOGAN et l’OTAN : Un pied dedans, un pied dehors 

L’Europe s’est laissée entrainer par l’OTAN dans la guerre entre la Russie et l’Ukraine au nom du respect des valeurs occidentales. Mais de quelles valeurs parle-t-on ? Si la condition pour que la Finlande et la Suède entrent dans l’OTAN consiste à livrer les Kurdes à leur bourreau, bravo ! Comme si la défense de nos valeurs occidentales n’avait déjà pas été jetée aux oubliettes lors de la fuite éhontée des Etats-Unis d’Afghanistan, laissant les Afghans revenir au Moyen Age. Et ce n’est pas l’assassinat d’Al Zawahiri, dont tout le milieu du renseignement à Kaboul savait pertinemment qu’il y circulait librement, qui fera oublier cette débandade devant les fondamentalistes.  

geopragma.fr

https://geopragma.fr/erdogan-et-lotan-un-pied-dedans-un-p...

RÉFLEXIONS

La démocratie en Amérique

Ainsi, en entendant les mots « Démocratie en Amérique », certains penseront au livre d’Alexis de Tocqueville portant le même titre. D’autres, n’ayant pas lu le livre (ce qui n’est pas une mince affaire), penseront qu’il fallait un Français pour apprécier la démocratie américaine, car elle n’existait nulle part ailleurs. Mais comme il y a une histoire dans la vie de tous les hommes, il y en a une dans les mots de tous les hommes. En l’occurrence, il peut être intéressant pour certains de connaître les circonstances curieuses et fortuites qui ont provoqué l’écriture de ce livre. Si la connaissance est souvent le parent de l’hérésie, la crédulité fait office de foi et le fanatisme prend le langage de l’inspiration. Avec la chance que, au fil du temps, les bipèdes à forme d’hommes se retrouvent en loups.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/la-democratie-en-amerique

Hégémonie et contre-hégémonie de la norme juridique : vers une théorie juridique multipolaire

Si nous parlons d'hégémonie dans la politique mondiale, nous ne pouvons actuellement pas prendre l'influence hégémonique en considération sans aborder, en même temps, les mécanismes juridiques de l'hégémonie. À cet égard, la théorie de Gramsci parle de l'exploitation spirituelle et culturelle de la classe ouvrière (du prolétariat) à travers des valeurs « bourgeoises », contribuant ainsi à l'embourgeoisement du prolétariat. De la même manière, la philosophie européenne, l'anthropologie européenne et la culture européenne sont devenues la source du droit international, de ses principes et de ses normes.

euro-synergies.hautetfort.com/

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/16/h...

putin-du.jpg

RUSSIE

Le discours fatidique de Poutine se prépare : trois scénarios. Par Alexandre Douguine

Nous - soit la Russie et le monde - sommes maintenant dans une situation critique qui peut être résumée au schéma suivant : nous évoquons bien la situation en Ukraine, qui dégénère en un début de véritable guerre mondiale. Comme tout schéma, il simplifie la réalité, mais en même temps lui donne un sens et l'élève à une certaine structure probabiliste. Ce schéma comporte trois vecteurs objectifs de développements possibles et quatre versions de position subjective. Ainsi, une certaine asymétrie apparaît déjà au départ, dont la signification se révélera au fur et à mesure de la description du schéma.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/22/l...

La « guerre économique » contre la Russie va-t-elle se retourner contre ses auteurs (3/3) ? par Jacques Sapir

Les sanctions contre la Russie, et on l’oublie fréquemment, n’ont pas commencé en 2022 avec la guerre mais dès 2014, à la suite des événements de Crimée. Les Etats-Unis ont alors décidé des sanctions. Cependant, ils allèrent plus loin. Le 2 août 2017, le Congrès américain vota le Countering America’s Adversaries Through Sanction Act ou (CAATSA), un texte qui contient le principe de sanctions extraterritoriales. Cela provoqua des protestations en Allemagne et en Autriche. Ce texte vise les investissements dans les infrastructures pétrolières russes, et en particulier cible la construction des pipelines et gazoducs.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/la-guerre-economique-contre-la-...

Guerre mondiale hybride et fin de la domination occidentale. Le Nouveau Monde commence-t-il à Samarcande ?

Dans notre Occident en mode « Empire romain devenu fou » suivre l’actualité en continu ne permet pas de savoir réellement ce qui se passe. Lorsqu’un événement survient, pour obtenir une vue plus précise et appréhender le réel, il faut attendre plusieurs jours avant que la poussière retombe et le brouillard se dissipe, En revanche cela permet de voir où en sont les acteurs et les protagonistes des batailles médiatiques. Et de constater que, pour notre propre sécurité, l’état mental du bloc élitaire dont le système médiatique est un des outils, n’est pas réjouissant.

vududroit.com

https://www.vududroit.com/2022/09/guerre-mondiale-hybride...

v1.png

SANTÉ/LIBERTÉS 

Marche forcée vers l’humain génétiquement modifié. Piratage massif des corps humains

Dès le milieu du XXe siècle, le darwinisme a été réinterprété à la lumière de la génétique, appelé « néodarwinisme » ou « théorie synthétique de l’évolution ». Pour Darwin, comme pour la plupart de ses continuateurs, les variations aléatoires (c’est-à-dire les mutations génétiques) sont de faible ampleur et seule leur accumulation graduelle serait responsable de l’évolution (Larousse). Cette vision « gradualiste » de l’évolution, de même que le rôle déterminant attribué à la sélection naturelle, fait cependant l’objet de critiques, sur lesquelles se fondent d’autres modèles de l’évolution (mutations de grande ampleur, provoquant des « sauts » évolutifs, ou mutations neutres au regard de la sélection naturelle).

lilianeheldkhawam.com

https://lilianeheldkhawam.com/2022/09/22/marche-forcee-ve...

UNION EUROPÉENNE

Le Parlement européen et la Commission dénient à la Hongrie le « statut de démocratie »

La Commission européenne et une majorité du Parlement européen ont fait preuve d'une autodiscipline incroyable en niant jeudi 15 septembre à la Hongrie le statut de pays démocratique. Un affront pour les citoyens d'un pays qui avaient accordé leur confiance à leur gouvernement lors d'élections libres et à une majorité écrasante. Les centralistes de l'UE menacent désormais de couper des milliards d'aides à la Hongrie. Dans le même temps, ces mêmes personnalités politiques injectent des milliards d'euros en Ukraine et veulent même faire entrer ce pays dans l'UE. Un pays qui compte parmi les plus corrompus au monde et où les principes de l'État de droit sont très peu développés.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/17/l...

Faut-il sortir de l’Union européenne ?

Le débat sur le maintien ou non de la France dans l’Union européenne est d’autant plus légitime que les compétences d’appartenance à l’UE se sont considérablement élargies.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/22/439195-faut-il-so...

samedi, 24 septembre 2022

Selon la Deutsche Bank, la récession allemande est "inévitable"

https __static.nieuwsblad.be_Assets_Images_Upload_2022_04_29_0782d3b7-2d99-4116-a337-2e402cf7911c.jpg

Selon la Deutsche Bank, la récession allemande est "inévitable"

La hausse des coûts de l'énergie nuit à la plus grande économie de l'UE, selon le PDG Christian Sewing

Source: https://www.tradicionviva.es/2022/09/13/segun-deutsche-bank-la-recesion-alemana-es-inevitable/

Le moteur du développement économique européen, l'Allemagne, est sur le point de connaître une sérieuse contraction économico-industrielle, a averti cette semaine le PDG de la Deutsche Bank, Christian Sewing, cité par CNBC.

Selon le média, M. Sewing a déclaré, dans un discours prononcé lors du sommet bancaire du Handelsblatt à Francfort, que la guerre en Ukraine "a détruit un certain nombre de certitudes" sur lesquelles le système économique mondial avait été établi au cours de ces dernières décennies.

Selon les rapports, il a cité la perturbation des chaînes de valeur et d'approvisionnement mondiales, ainsi qu'un goulot d'étranglement sur le marché du travail et une pénurie de gaz et d'électricité entraînant une hausse des coûts, comme les principales raisons pour lesquelles l'inflation dans la zone euro a atteint des niveaux record.

"Par conséquent, nous ne serons plus en mesure d'éviter une récession en Allemagne. Cependant, nous pensons que notre économie est suffisamment résiliente pour bien agir face à cette récession, à condition que les banques centrales agissent, elles aussi, rapidement et de manière décisive dès maintenant", a déclaré M. Sewing.

Le chef de la Deutsche Bank a noté que, pour l'instant, de nombreux Allemands disposent encore d'une épargne, suite à la pandémie, sur laquelle ils peuvent se rabattre pour faire face à la hausse des coûts énergétiques, tandis que la plupart des entreprises restent "suffisamment financées".

"Mais plus l'inflation reste élevée, plus la tension est grande et plus le potentiel de conflit social est élevé", a-t-il averti.

Sewing a également exhorté les dirigeants allemands à accélérer le découplage de la nation avec la Chine. Il a noté que la Chine représente environ 8 % des exportations allemandes et 12 % des importations, tandis que plus d'un dixième des ventes des entreprises cotées à l'indice boursier allemand DAX vont en Chine.

"Réduire cette dépendance nécessitera un changement non moins fondamental que le découplage par rapport à l'énergie russe", a déclaré le directeur général.

Cet article a été publié à l'origine sur https://www.rt.com

Sur la révolte agricole aux Pays-Bas

FZY673eX0AA6gue.jpg

Sur la révolte agricole aux Pays-Bas

par Georges FELTIN-TRACOL

L’événement n’a pas fait les gros titres de l’actualité française. Seuls quelques sites de réinformation l’ont évoqué alors qu’il se déroule à quelques heures de voiture de Paris.

Depuis juin 2022, les Pays-Bas connaissent une impressionnante agitation rurale. On parle même de « révolte des agriculteurs ». En réalité, cela fait trois années, dès l’automne 2019, qu’une jacquerie inouïe secoue l’« autre pays des fromages ».

Les Pays-Bas sont le deuxième exportateur agricole mondial. Plus que les exploitants agricoles hexagonaux, leurs homologues néerlandais sont les grands bénéficiaires de la PAC (Politique agricole commune), le poste le plus important du budget communautaire européen. Le secteur agricole néerlandais profite en outre pleinement du libre-échange international encouragé par les accords économiques conclus au sein de l’OMC (Organisation mondiale du commerce). Cette première place n’a pas été obtenue sans difficultés.

Dans les années 1960, une fronde traversait déjà les campagnes. De nombreuses fermes refusaient les contraintes de la PAC. Les agriculteurs s’opposaient à la modernisation à marche forcée qu’exigeaient le gouvernement et les banques dont la Rabobank, l’équivalent batave du Crédit agricole. Suite à de très fortes pressions, l’agriculture se spécialisa, devint productiviste et valorisa l’élevage intensif. L’agriculture des Pays-Bas constitue aujourd’hui une partie d’un ensemble agro-industriel hautement mécanisé et fortement dépendant des activités pétrochimiques.

La priorité n’est maintenant plus l’alimentation, mais le sauvetage fantasmatique du climat. L’actuel gouvernement de Mark Rutte repose sur une coalition plus ou moins bancale de quatre partis (le VVD libéral, le D66 libéral de gauche, le CDA démocrate-chrétien et les sociaux-chrétiens de Christen Unie). Au nom de l’« urgence climatique » et condamné en 2019 par sa propre justice pour « inaction climatique », ce gouvernement a décidé des mesures écologiques fortes. Il entend modifier les pratiques actuelles des agriculteurs. Les aides qu’il propose ne s’élèvent qu’à 25 milliards d’euros alors que les projections les plus optimistes prévoient la suppression vers 2030 d’un tiers des élevages et une reconversion inévitable pour un autre tiers.

763boerenopstand.jpg

Le D66 veut aller encore plus loin. Il suggère de réduire le cheptel de moitié. Au printemps 2022, le ministère néerlandais de la Nature et de l’Azote annonce l’obligation de réduire de 70 % les émissions d’oxyde d’azote à proximité des espaces classés Natura 2000. Faisons une brève digression sur l’intitulé assez grotesque de ce ministère. Il n’est pas le seul dans son cas en Europe. En Allemagne, le vice-chancelier Vert Robert Habeck est le ministre de l’Économie et du Climat. On attend avec impatience un ministère de l’Intérieur et des Flatulences…

Avec une superficie de près de 42.000 km² dont de vastes surfaces gagnées sur la Mer du Nord grâce à la construction de digues et l’aménagement de terres-pleins, les Pays-Bas appartiennent aux États les plus densément peuplés au monde (environ 420 hab./km²). La césure monde urbain – zones rurales y est moins nette qu’ailleurs sur le continent. C’est un pays saturé sur le plan démographique.

Le mécontentement des agriculteurs néerlandais ne se limite pas à cette révision économique déchirante. Il complète d’une part une vive colère des covidosceptiques. Des émeutes contre la vaccination, le port du masque et le confinement ont éclaté dans les centres urbains ces deux dernières années, en particulier dans des contrées réputées pour leur rigorisme calviniste. Il se nourrit d’autre part de l’exaspération croissante des flux migratoires. Dans tout le pays, les protestations se multiplient contre l’ouverture de centres d’hébergement pour les immigrés, y compris désormais dans les campagnes. Les autorités néerlandaises ne cachent pas leur préférence à l’égard des étrangers clandestins. L’excellent blogue de Lionel Baland nous apprend qu’elles vont leur donner près de 730 millions d’euros supplémentaires et ordonner aux municipalités de mettre à la disposition des demandeurs d’asile environ 20.000 maisons (peu de Néerlandais sont propriétaires de leur domicile).

2400x1800a.jpg

Traduction: Requetequetek ! Quel cabinet de merde !

Les contestataires bloquent les centres névralgiques de fret et les infrastructures de transports plutôt que de manifester inutilement dans les rues. Laxiste envers la pègre allogène experte dans les trafics de drogue, le gouvernement néerlandais se montre intraitable, arrogant et implacable. Le 5 juillet dernier, des policiers ont tiré contre des manifestants. À part ça, Mark Rutte condamne la politique de Viktor Orban… De grandes consciences morales autoproclamées (avec le gros salaire qui va avec) ont réclamé dans leurs interventions médiatiques le recours à l’armée contre les agriculteurs révoltés. Les mêmes applaudissent bien sûr les « révolutions de couleurs » de l’hyper-classe cosmopolite.

Les tensions sociales ont une répercussion politique notable. D’après de récents sondages, la coalition gouvernementale serait en grande difficulté. Cependant, le camp national se divise entre quatre formations rivales (le PVV de Geert Wilders, JA21 d’Adrien de Boer, le Forum pour la démocratie de Thierry Baudet et les nouveaux venus nationaux-libéraux du Belang van Nederland). Pour l’heure représenté par un seul député, le BBB (Mouvement agriculteur–citoyen) fondé en octobre 2019 pourrait remporter une vingtaine de sièges. De sensibilité agrarienne de centre-droit, le BBB parie sur une alliance entre les exploitants agricoles en colère et les citoyens mécontents. N’oublions pas enfin le maintien des fondamentalistes protestants calvinistes du SGP (Parti politique réformé).

L’échéance des prochaines élections législatives est assez lointaine puisqu’elles sont prévues pour 2025. C’est dommage, car les populismes auraient pu fort bien se manifester avec fracas au pays des tulipes !

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 43, mise en ligne le 21 septembre 2022 sur Radio Méridien Zéro.

vendredi, 23 septembre 2022

La flotte marchande d'Athènes gagne de l'argent en transportant du pétrole russe

prudent-warrior_9753545_3571589_Medium.jpg

Des Hellènes entreprenants

La flotte marchande d'Athènes gagne de l'argent en transportant du pétrole russe

Erich Körner-Lakatos

Source: https://zurzeit.at/index.php/geschaeftstuechtige-hellenen/

Depuis l'Antiquité, les Grecs sont considérés comme des gens très intelligents. Il suffit de penser à Platon, Socrate et Aristote ou au célèbre cheval de Troie. De nos jours, les actions des Hellènes se révèlent également très habiles. Fin mai/début juin, alors qu'il est à nouveau question de sanctions contre la Russie (6ème paquet de sanctions), Athènes, protégée par la petite île de Malte, qui possède également une importante flotte commerciale, parvient à négocier une exception importante : le transport de pétrole russe par pétroliers n'est pas concerné par l'interdiction des bureaucrates de Bruxelles.

Il y a une raison à cela: la flotte marchande grecque, avec ses quelque 370 millions de tjb (ou GT, pour mesurer la taille d'un navire), est l'une des plus importantes au monde. La flotte civile d'Athènes transporte un cinquième de toutes les marchandises transportées par mer. Au sein de l'UE, c'est même un peu plus de la moitié, sans compter l'importante flotte commerciale de la République de Chypre (également peuplée de Grecs). Il convient toutefois de noter que la plupart des navires, quel que soit leur propriétaire, battent pavillon de pays exotiques comme le Panama, le Liberia ou les îles Marshall. Cela peut s'expliquer par des raisons fiscales ou d'assurance.

Grâce à l'exemption susmentionnée, le pétrole russe se révèle être un véritable pactole pour les armateurs grecs. Des transferts de navire à navire sont effectués en masse au large des côtes du pays. La raison en est probablement la dissimulation de l'origine du pétrole (et aussi du gaz naturel liquéfié) et de la destination finale. Concrètement, il s'agit depuis le début de la guerre en Ukraine, le 24 février, d'environ 170 manœuvres de transbordement, au cours desquelles près de 24 millions de tonnes de pétrole ont été déplacées.

Contrairement au gaz naturel, Moscou a trouvé de nouveaux débouchés pour son pétrole brut, principalement des poids lourds comme la Chine et l'Inde. En l'absence de canalisations sur le continent, le pétrole est acheminé vers les clients par voie maritime. Et ce sont les pétroliers grecs qui mènent la danse. Plus de la moitié du pétrole russe est transportée par les Grecs.

Ce qui n'est pas étonnant : dans le monde entier, un tiers des pétroliers sont aux mains de la Grèce. Tandis que d'autres pays ne s'engagent pas dans ce type d'activité par crainte ou par excès de considération pour les Américains et l'UE, Athènes continue d'augmenter ses capacités.

La raison en est que les pétroliers grecs facturent un supplément juteux pour chaque transport de pétrole. Un bénéfice plantureux est ainsi garanti ...

jeudi, 22 septembre 2022

La conflit oublié du Karabakh

ANP-304997293.jpg

Le conflit oublié du Karabakh

Peter W. Logghe

Bron: Nieuwsbrief Nr 172 - September 2022 - Knooppunt Delta Vzw

L'invasion de la Russie et la guerre en cours en Ukraine ont relégué au second plan - dans les médias en tout cas - d'autres conflits sur notre planète. L'escalade militaire du conflit du Karabakh entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan au mois d'août jette une lumière claire sur la situation particulièrement tendue dans la région. Les acteurs géopolitiques du Caucase du Sud, outre les deux adversaires que sont l'Arménie (qui revendique le Karabakh) et l'Azerbaïdjan, sont la Turquie, l'Iran et la Russie. La guerre en Ukraine, par exemple, amène la Russie à réduire ses effectifs dans et autour du Karabakh, modifiant ainsi l'équilibre des forces existant.

Dans les derniers jours de juillet, le conflit, qui avait commencé en 2020, s'est rallumé. Suite à des bombardements mutuels, l'armée azerbaïdjanaise a très récemment lancé une offensive éclair et pris le contrôle de plusieurs endroits stratégiques. Ce qui a fait que le gouvernement des nationalistes arméniens à Stepanakert (capitale du Karabakh) a décidé de déclarer immédiatement la mobilisation générale.

Les tensions géopolitiques croissantes persistent

Le conflit militaire enfle donc à nouveau, préoccupant Téhéran, Constantinople et Moscou. Ce qui pouvait ressembler aux premiers pas vers une solution stable avec un cessez-le-feu en 2020 s'est toutefois progressivement transformé en un fouillis de passages frontaliers peu clairs et de prétendues troupes de maintien de la paix de la Turquie et de la Russie.

NK_2020_Map_Image_Christopher_J_Khachadour.jpg

En novembre 2020, les gouvernements d'Arménie, de Russie et d'Azerbaïdjan ont conclu un cessez-le-feu. Le retrait des troupes arméniennes des territoires occupés en Azerbaïdjan et le stationnement de troupes russes dans la région étaient à peu près les principaux éléments constitutifs au cœur de la trêve. Cela a permis au président russe Poutine de souligner son rôle de "courtier honnête de la paix" et aussi de faire comprendre aux Arméniens à quel point leur situation était désespérée (sans l'aide de la Russie).

La Russie, cependant, a dû laisser assez rapidement la place à une autre superpuissance (régionale). La Turquie, sous la direction de son très ambitieux président Recep Erdogan, avait utilisé des drones technologiquement avancés et agressifs pour influencer le cours de la guerre en faveur de son partenaire et allié, l'Azerbaïdjan. Sans la participation de l'Arménie, les troupes turques ont pu accéder aux territoires contestés. Alors qu'elles devaient rester en dehors des zones véritablement arméniennes, les troupes turques étaient désormais également aux commandes du centre de contrôle qui était censé aider à surveiller le cessez-le-feu.

Sans surprise, le début des hostilités entre la Russie et l'Ukraine suite à l'invasion de la Russie a été suivi avec un intérêt particulier en Azerbaïdjan. Encore et encore, des attaques (limitées) azéries contre des soldats et des civils arméniens ont eu lieu dans la région. On a remarqué que de plus en plus de prisonniers ont été faits. Les observateurs occidentaux pensent que l'Azerbaïdjan est occupé à poser des mines dans de nouvelles zones pour préparer une nouvelle offensive. L'Azerbaïdjan espère qu'une offensive bien préparée et coordonnée lui permettra d'avancer si rapidement que le Karabakh arménien pourra être entièrement placé sous son contrôle. Cela permettrait à l'Azerbaïdjan non seulement de forcer l'entrée au Nakhitchevan (une exclave de l'Azerbaïdjan prise en sandwich entre l'Arménie et l'Iran), mais aussi d'établir une liaison terrestre avec la Turquie. Aux dépens des Arméniens, qui perdraient ainsi non seulement le Karabakh, mais aussi d'importantes portions de leur territoire à l'est (où leurs terres s'étendent jusqu'à la frontière de l'Iran).

Et nous en arrivons ainsi au troisième partenaire dans le jeu d'échecs géopolitique. L'Iran a clairement montré son mécontentement face aux escarmouches entre ses voisins. L'ayatollah Ali Khamenei a clairement indiqué que si l'Iran était très heureux que l'Azerbaïdjan ait repris le contrôle de vastes zones de son territoire, une modification des frontières irano-arméniennes: non, Téhéran ne veut pas de ça. Selon l'Iran, il s'agit d'"une route commerciale millénaire" - lisez : redessiner ces frontières est trop délicat.

AzerbaijaniSpeaking.jpg

Dans la région, l'Iran a longtemps été considéré comme un ami à moitié caché de l'Arménie. Les deux pays partagent une aversion historique pour la Turquie et entretiennent de bonnes relations avec les Russes. Après le discours de Khamenei, des troupes iraniennes ont été immédiatement envoyées dans la zone frontalière. Pour l'information de nos lecteurs, plus d'Azéris vivent en Iran qu'en Azerbaïdjan même. Ainsi, les sentiments pan-turcs qu'Erdogan ne cesse de jouer ne sont pas seulement particulièrement bienvenus et sensibles en Azerbaïdjan, mais aussi dans certaines provinces iraniennes. Une offensive militaire turque réussie dans le Caucase du Sud pourrait être particulièrement menaçante pour l'État pluripolaire qu'est l'Iran.

En avant vers la guerre civile?

Beeld-Duitsland-stadsoorlog.jpg

En avant vers la guerre civile?

par Klaus Kunze

Bron: http://klauskunze.com/blog/2022/09/20/vorwaerts-in-den-bu...

"Les guerres civiles sont inévitables": ce n'est nul autre que Ray Dalio, l'un des hommes les plus riches de la planète et propriétaire du plus grand fonds spéculatif, qui écrit cela. Sur Wikipedia, je lis qu'il est également philanthrope.

Pour un philanthrope, sa déclaration semble quelque peu surprenante, mais le grand capitaliste ne laisse planer aucun doute sur le fait qu'il craint et déteste la guerre civile.

    Les guerres civiles sont incroyablement violentes parce qu'on s'y bat jusqu'à la mort. Tout le monde devient extrémiste parce qu'on doit prendre parti et se battre - et les modérés ont tendance à perdre dans les combats au couteau.

   Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.240.

Dans mon article intitulé "Le déclin de l'empire" ( http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/20/le-delcin-de-l-empire.html ), j'ai présenté en détail le livre de Dalio et sa théorie cyclique de l'histoire. Selon cette théorie, tous les pays passent par des phases d'ascension, de puissance maximale et de déclin. Ce dernier se traduit par une décadence, une dette publique élevée, l'impression d'une masse monétaire inflationniste et des conflits internes dus à l'élargissement du fossé entre les riches et les pauvres. La société se désagrège selon de nombreuses lignes de fracture. Cette phase, la cinquième selon Dalio, est suivie d'une sixième, au cours de laquelle les conflits ont souvent dégénéré en guerre civile.

61R4llNQbkL.jpg

Dalio consacre un grand chapitre à ce scénario, dont le contenu devrait être connu de tout Allemand politiquement actif. Il est plus pertinent pour nous que l'intention réelle de Dalio, qui est de donner de bons conseils à ses lecteurs sur les endroits où mettre leur fortune à l'abri en temps voulu ("En Europe, vous ne récupérerez probablement jamais votre capital actuellement, compte tenu des taux d'intérêt nominaux négatifs," p. 298). Nous ne sommes pas si riches que cela. Mais peut-être pouvons-nous sauver notre peau, et même, de préférence, notre peuple.

Les analyses de Dalio sur les scénarios d'effondrement, observés dans le passé et dans certains pays, nous permettent de faire des pronostics essentiels à cet égard. L'éternel endormi allemand n'est que trop heureux d'occulter la réalité qui nous entoure. Les médias d'État l'aident volontiers à s'endormir. Mais c'est Dalio qui devrait le réveiller :

    Les guerres civiles sont inévitables. Ainsi, au lieu de supposer que "cela n'arrivera pas chez nous", comme le font la plupart des gens dans la plupart des pays lorsqu'il s'est écoulé suffisamment de temps sans guerre civile, il vaut mieux être sur ses gardes et guetter les signes indiquant combien de temps elle peut encore se faire attendre.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.232.

Les signes avant-coureurs

Des conflits avec un potentiel de guerre civile menacent à moyen terme de deux côtés : du côté des Allemands appauvris et du côté des étrangers qui veulent bénéficier des avantages matériels.

Dans les années à venir, des millions de travailleurs de la génération d'après-guerre partiront à la retraite. Beaucoup d'entre eux ont travaillé dur pour acquérir un patrimoine: des biens immobiliers, certains des actions ou des économies et presque tous des droits quelconques à la retraite et à la pension. Ils possèdent des actifs réels et des actifs financiers, c'est-à-dire des droits garantis par des obligations.

5db7f064b1b74d0da4cc859c_800x0xcover_6SF4Sj4N.jpg

La question de savoir si et dans quelle mesure ces droits pourront être satisfaits dans les années à venir dépend de la performance de notre économie réelle. "Les retraites sont sûres ?". Il n'y a jamais de sécurité pour l'avenir ! Pendant des décennies, les Allemands ont refusé d'assurer leur propre reproduction. Nous nous réduisons de moitié de génération en génération.  Quelqu'un pense-t-il sérieusement que les millions et les millions d'immigrés de ces dernières années sont capables ou désireux d'assurer notre prospérité à la retraite ? Quelle naïveté !

Au lieu de cela, il se passe deux choses à la fois: premièrement, notre gouvernement redistribue énormément d'argent par le biais de transferts sociaux et, deuxièmement, et c'est le plus grave, il ne possède pas ces sommes colossales d'argent, mais les emprunte sur le marché des capitaux et les jette en pâture aux gens. De ce fait, l'inflation ne cesse d'augmenter, avec pour conséquence une baisse constante de la valeur de l'épargne allemande à hauteur de ce même taux d'inflation. Nous devenons de plus en plus pauvres, alors que les bénéficiaires consomment l'argent. Dalio estime qu'il est juste de s'endetter pour des investissements innovants, mais qu'il est désastreux de les utiliser pour la consommation.

Le gouvernement n'a cependant pas d'autre choix, car si l'écart entre les riches et les pauvres s'élargit trop, des luttes pour la répartition des richesses risquent d'éclater et la guerre civile est alors d'emblée à notre porte. Or, le gâteau à partager ne cesse de se réduire en raison d'erreurs gouvernementales lourdes de conséquences. Depuis 2021, cela a été l'étouffement généralisé de notre économie par des confinements qui, comme chacun sait, devaient nous sauver la vie à tous, mais qui ont en fait ruiné la vie et l'existence économique de beaucoup. La spirale des prestations sociales ruineuses et de l'étranglement de l'économie est en train de descendre vertigineusement vers le bas. Nous faisons de moins en moins d'efforts et vivons à crédit - pour Dalio, c'est un signe infaillible de déclin.

Une guerre au mauvais moment

Et c'est justement dans cette situation de crise que nous faisons la guerre. Selon Ray Dalio, le déclin d'un pays s'accompagne généralement d'une chute de la valeur de la monnaie et de conflits internes et externes.

    Un conflit militaire est généralement précédé d'une guerre économique.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De la montée et de la chute des nations, 2022, p.262

Ne nous faisons pas d'illusions : nous sommes déjà dans le conflit. Dalio distingue

    - les guerres de capitaux : conflits réglés à l'aide d'instruments financiers tels que les sanctions (par exemple, en interrompant les flux monétaires et de crédit, en pénalisant les instituts et les États qui les proposent) ou en limitant l'accès d'autres pays aux marchés de capitaux [par rapport à].

    - les guerres militaires : conflits dans lesquels des tirs à munitions réelles sont effectués et des forces armées sont utilisées.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De la montée et de la chute des nations, 2022, p.245.

ray-dalio-hat-ein-kultbuch.jpg

Nos rouges-verts, qui ne sont apparemment plus du tout pacifistes, se sont associés à une guerre économique classique (menée par les États-Unis) avec leur politique de "sanctions" et ont répandu, par le biais des médias d'État qu'ils tiennent entre leurs mains, l'impression lénifiante qu'il ne s'agissait que de mesures hautement humaines, pacifiques et civilisées, un "toi, toi ! aggravé" en quelque sorte. Comme le montre Dalio à l'aide de nombreux exemples historiques, ces guerres de capitaux ne constituent généralement qu'une phase d'un processus de guerre au cours duquel, finalement, des coups de feu sont tirés à un moment donné.

    Les guerres ouvertes éclatent généralement lorsque des questions existentielles sont en jeu et qu'elles sont si importantes pour la survie d'un pays que les gens sont prêts à se battre et à mourir pour elles. Les guerres qui en résultent permettent de déterminer quel camp s'imposera et aura ensuite la suprématie. Cette clarté sur qui fait les règles devient alors la base d'un nouvel ordre international".

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.245 et suivantes.

Nous savons tous aujourd'hui à quel point nos dépenses dans la guerre économique contre la Russie et la guerre militaire en faveur de l'Ukraine nuisent à notre économie. Nous ne savons pas encore si et quand les lumières et le chauffage seront éteints. En tout cas, le gouvernement semble faire de son mieux pour aboutir à cela.

Faillite de l'État

En théorie, un État ne peut pas faire faillite. Quant à savoir si l'argent qu'il imprime a encore un quelconque pouvoir d'achat, c'est une autre histoire. Mais notre chute pourrait bien être d'ores et déjà annoncée. Les signes avant-coureurs sont déjà écrits en grosses lettres sur les murs, et leur dernier mot est : guerre civile.

Les personnes rassasiées et satisfaites restent tranquillement chez elles. Tous les Allemands n'ont plus une maison à eux. Les foyers d'accueil de nuit, les soupes populaires, les repas pour les pauvres, tout cela existe déjà. Il y a des conflits sociaux dans l'air. Dès que la classe moyenne sombrera elle aussi dans une pauvreté relative, les signes de la tempête se feront sentir. Il pourrait y avoir un effondrement.

    Il est fort probable que cet effondrement se produise lorsque le crédit et l'argent sont déjà si infiltrés qu'ils ne peuvent plus être convertis en valeurs réelles, car il n'y a pas assez de biens et de services auxquels ils donnent droit.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.245 et suivantes.

Grâce au travail acharné de plusieurs générations, nos crédits et notre argent sont encore en grande partie entre les mains des Allemands, tout comme nos biens matériels. Pendant ce temps, les immigrés et leurs descendants constituent essentiellement le tiers inférieur de la population sur le plan économique. Notre gouvernement en importe sans cesse davantage. Le conflit social est dès lors inévitable. Il est humain que ces gens finissent par réclamer une plus grande part du gâteau, mais celle-ci sera réduite par le déclin économique et la dette.

D'un autre côté, l'expérience historique montre que les Allemands restants ne sont pas disposés à partager ou à abandonner leur pays et leur prospérité sans se battre.

Selon l'analyse de Ray Dalio, ce sont des conditions suffisantes pour une guerre civile.

PH009859.jpg

La question du système

Les guerres civiles répondent à la question du pouvoir.

    Le pouvoir est détenu par celui qui fixe les règles. Ce n'est pas le pouvoir qui prime sur le droit ; mais : celui qui a le pouvoir fait le droit.

    Klaus Kunze, Mut zur Freiheit, 1ère édition 1995, p.61.

Ces règles sont les règles sociales et constitutionnelles qui régissent le fonctionnement d'un État. Elles ne tombent pas du ciel, mais sont établies par les personnes qui en ont le pouvoir. Les nôtres ont établi la règle selon laquelle leur constitution doit être éternelle :

    Art. 79 Toute modification de la présente Loi fondamentale qui affecterait la division de la Fédération en Länder, la participation fondamentale des Länder à la législation ou les principes énoncés aux articles 1 et 20 est interdite.

La clause d'éternité protège donc les principes suivants:

    Art. 20 (1) La République fédérale d'Allemagne est un État fédéral démocratique et social.

    (2) Tout le pouvoir d'État émane du peuple. Il est exercé par le peuple lors d'élections et de votations et par des organes spéciaux de la législation, du pouvoir exécutif et de l'administration de la justice.

    (3) Le pouvoir législatif est lié à l'ordre constitutionnel, le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire sont liés à la loi et au droit.

    (4) Tous les Allemands ont le droit de résister à quiconque entreprend de supprimer cet ordre, si aucun autre remède n'est possible.

Tout cela me plaît, sans ambigüité. Et tout d'abord, bien sûr

    l'Art. 1 (1) La dignité (Würde) de l'homme est inviolable. Le respect et la protection de la dignité humaine sont une obligation pour tous les pouvoirs publics.

    (2) Le peuple allemand reconnaît donc les droits inviolables et inaliénables de l'homme comme fondement de toute communauté humaine, de la paix et de la justice dans le monde.

    (3) Les droits fondamentaux suivants lient le pouvoir législatif, le pouvoir exécutif et la jurisprudence en tant que droit directement applicable.

Ray Dalio ne croit pas à l'immuabilité, mais aux changements permanents. Ceux-ci concernent toujours aussi la constitution d'un pays. Les combattants des guerres civiles et les révolutionnaires n'ont jamais tenu compte des règles existantes. Il sait aussi pourquoi il en est ainsi: pour eux, d'autres questions sont plus importantes que le système existant :

    Si les causes pour lesquelles les gens se passionnent sont plus importantes pour eux que le système de prise de décision, alors le système est en danger.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.227.

Qu'est-ce qui vaut la peine d'être conservé dans un système qui nous conduit vers une disparition prévisible, par exemple parce que nous n'existerons plus du tout en tant que peuple à l'avenir ? Qu'est-ce qui nous lie à un système de décision qui ne nous protège pas ?

FEAwW5WXMAMf8_5.jpg

Le 3 septembre, j'ai écrit ici :

"Il existe un lien toujours valable et nécessaire entre la protection et l'obéissance. Nous sommes fidèles à la loi parce que la loi nous protège. Nous sommes fidèles à l'État parce que l'État nous protège. Dans un pays démocratique, c'est la majorité qui décide qui est ce "nous". L'acceptation de notre système politique pourrait être dévastée si une majorité n'avait plus l'impression qu'il s'agit de "notre" système et que ce système protège le peuple allemand. En excluant les démocrates fidèles et les amis de la Constitution et en les déclarant ennemis de la Constitution parce qu'ils souhaitent maintenir l'existence ethnique de notre peuple, et en justifiant justement ce jugement par la dignité humaine de tous ceux qui veulent aussi venir ici, notre Cour constitutionnelle met en danger notre ordre fondamental démocratique et libéral et mine notre État".

Notre État protège-t-il donc notre peuple ? Cela dépend justement de ce que l'on entend par "peuple allemand". Or, il est difficile pour les citoyens qui n'ont pas de connaissances spécifiques en droit constitutionnel de comprendre qu'un Congolais possédant un passeport allemand puisse faire partie du peuple allemand, alors qu'un Tyrolien du Sud possédant un passeport italien n'en fait pas partie. En Allemagne, être allemand et avoir notre nationalité ont toujours été deux choses différentes. La Cour constitutionnelle fédérale a décidé qu'il était suspect de réclamer politiquement la préservation de l'allemand. Bien sûr, cela ne figure dans aucune loi.

    Les règles et les lois ne sont efficaces que si elles sont claires et si la plupart des gens tiennent suffisamment à leur préservation pour se montrer prêts à faire des compromis. Si les parties rivales ne sont pas prêtes à se parler raisonnablement et à prendre des décisions civilisées pour obtenir ce qu'il y a de mieux pour tous - des décisions qui exigent d'elles qu'elles renoncent volontairement alors qu'elles auraient des chances de succès dans la bataille -, une sorte de guerre civile éclate.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.227 et suivantes.

Armes politiques

De telles tensions ne se déclencheront en aucun cas à cause de querelles idéologiques ou juridiques, la plupart des gens sont trop paresseux et rétives au risque pour cela. Mais si la misère est à la porte et que des couches sociales allemandes encore plutôt fortunées se retrouvent face à des immigrés et à leurs descendants en nombre égal mais non fortunés, il en résultera inévitablement des conflits de répartition dans lesquels ceux-ci défendront leur pays et leur fortune, tandis que ceux-là exigeront une "juste" part des deux.

Pour éviter un tel scénario dès le départ, l'Allemagne avait autrefois adopté une politique d'intégration : celui qui voulait un passeport allemand devait devenir ethniquement "allemand", en tout cas s'intégrer socialement. Cette situation est révolue depuis longtemps. C'est devenu impossible en raison de la masse des nouveaux arrivants qui ne peuvent pas s'intégrer. Pour que les Allemands restent calmes, l'État et nos gouvernants ont donc pris le parti d'étouffer toute opposition possible par des lois pénales plus strictes, par exemple en codifiant des lois pour punir l'"incitation à la haine", et pour "protéger" la Constitution et son orchestration par les médias d'État.

    Dans les derniers stades de la phase 5, les systèmes juridiques et policiers sont généralement utilisés comme des armes politiques par ceux qui peuvent les influencer. [...] A la fin de la phase 5, les manifestations se multiplient et deviennent de plus en plus violentes. Comme la frontière entre les protestations saines et les prémices d'une révolution est parfois floue, c'est souvent un exercice d'équilibre délicat pour les dirigeants que d'autoriser les manifestations sans pour autant permettre la prétendue liberté de se révolter contre le système.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.228 et suivantes.

Nous savons maintenant pourquoi les ministres affirment déjà que les manifestations de protestation de personnes appauvries, qui auront indubitablement lieu l'hiver prochain, seront qualifiées "d'extrême droite et d'anticonstitutionnelles".

Perspectives

Dalio ne cesse de souligner qu'il n'y a jamais de fatalité dans l'histoire. Parfois, les systèmes peuvent s'adapter. Parfois, ils doivent le faire s'ils ne veulent pas disparaître. Les systèmes sont faits pour les hommes et non les hommes pour les systèmes. Ceux-ci sont toujours "en danger" lorsque d'autres préoccupations sont plus importantes pour les gens que leur système (p.227).

    La roue de l'histoire continue de tourner inexorablement. Les peuples vont et viennent - les systèmes vont et viennent.

    Klaus Kunze, Der totale Parteienstaat, 1994, p.98.

Klaus-Kunze+Der-totale-Parteienstaat.jpg

C'est une erreur...

    ... c'est donc une erreur de croire strictement qu'un système économique ou politique est fondamentalement le meilleur, car il y aura certainement des moments où ce système ne sera pas optimal pour les circonstances du moment. Si une société ne s'adapte pas, elle disparaît.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, L'ascension et la chute des nations, 2022, p.241.

Notre système peut-il être réformé de telle sorte qu'il n'y ait pas de conflits violents ? Nous, les bons citoyens, nous l'espérons. Car nous avons beaucoup à perdre.

    Les guerres civiles et les révolutions ont inévitablement lieu pour changer radicalement l'ordre politique intérieur. Elles impliquent une restructuration complète de la richesse et du pouvoir politique, y compris une restructuration complète de la dette, de la propriété financière et des processus de décision politique. Ces changements sont la conséquence naturelle de la nécessité d'opérer des changements majeurs qui ne sont pas possibles dans le cadre du système actuel.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.234.

C'est ce que nous dit Ray Dalio, le philanthrope.

Le discours fatidique de Poutine se prépare: trois scénarios

29095773-der-russische-praesident-wladimir-putin-hat-zur-rueckeroberung-des-landes-aufgerufen-archivfoto-Qpjz9IXUQec.jpg

Le discours fatidique de Poutine se prépare: trois scénarios

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitika.ru/en/article/putins-fateful-speech-being-prepared-three-scenarios

Nous - soit la Russie et le monde - sommes maintenant dans une situation critique qui peut être résumée au schéma suivant: nous évoquons bien la situation en Ukraine, qui dégénère en un début de véritable guerre mondiale. Comme tout schéma, il simplifie la réalité, mais en même temps lui donne un sens et l'élève à une certaine structure probabiliste. Ce schéma comporte trois vecteurs objectifs de développements possibles et quatre versions de position subjective. Ainsi, une certaine asymétrie apparaît déjà au départ, dont la signification se révélera au fur et à mesure de la description du schéma.

Le niveau objectif décrit la logique probable du déroulement des chaînes de cause à effet, déjà esquissée sur un plan concret tissé de faits vérifiables.

Le niveau subjectif englobe la perception des événements par les groupes en piste, parmi lesquels sont particulièrement importants ceux qui prennent les décisions clés lesquelles, à leur tour, influencent d'une manière ou d'une autre les événements eux-mêmes.

3b26dbccfee4f323dea111fd60276208.jpg

Scénario catastrophique (pour la Russie). Occupation. Désimperialisation. Finis Rossiae

Commençons par le scénario catastrophe. Supposons que la contre-attaque des forces armées ukrainiennes et, de facto, de l'OTAN à hauteur de Kharkiv et dans le Donbass ne soit pas une erreur accidentelle dans le cadre de l'opération militaire spéciale de l'armée russe, mais quelque chose de plus sinistre encore. Les pessimistes et les observateurs critiques (ainsi que les participants) décrivent de mille et une façons les conséquences et la poursuite de ce processus.

Ce scénario est décrit en détail dans la propagande officielle des Ukrainiens, qui prévoient déjà le transfert des hostilités vers la Crimée, Belgorod, Koursk, Rostov et Voronej et - à la limite - envisagent même une attaque sur Moscou. C'est aussi le rêve idyllique des russophobes occidentaux et des libéraux russes. Il s'agit essentiellement d'un scénario annonçant la fin de la Russie, Finis Rossiae.

Cela signifierait non seulement la fin du régime en place à Moscou, mais la fin de tout et de tous. Et ce qui est important, c'est que la fin ne serait pas douce et compensée (comme en 1991), mais sanglante et violente. Si notre retraite commence (dans un sens, elle continuera), tout tombera - pour des causes externes et internes.

Il s'agit d'une tendance objective à laquelle correspond également une plate-forme politique et idéologique subjective : c'est le rêve de Kiev officiellement, des dirigeants russophobes et mondialistes et des partisans de Navalny*, Akhedzhakova et Ekho Moskvy, c'est-à-dire de la cinquième colonne à l'intérieur de la Russie.

Les problèmes actuels liés à l'équipement technique de l'armée, aux erreurs de calcul stratégiques (qui se sont déjà manifestées dans les premières étapes de l'opération militaire spéciale), à la dépendance de la Russie à l'égard de la technologie étrangère, à laquelle l'accès a maintenant été coupé, ce qui, en fait, affecte directement notre armement, c'est-à-dire découle de la dépendance critique globale à l'égard de l'Occident dans les premières étapes - peuvent s'avérer fatals.

Mais si c'est le cas, la Russie en tant qu'entité disparaîtra tout simplement, et tout le monde - autorités et société - devra en payer le prix. Personne ne pourra y échapper.

46c739dc3a8eefc616c6c8ffadfdc931.jpg

Scénario apocalyptique (pour tout le monde). La fin de l'histoire. La destruction de l'humanité.

Le deuxième scénario est celui d'une apocalypse nucléaire. Il est possible que Moscou, qui commence à perdre sérieusement (comme nous l'évoquons dans le premier de nos scénarios), décide d'utiliser des armes nucléaires. Ce qui est envisagé aujourd'hui est évident. L'argument "les puissances nucléaires ne perdent pas les guerres" surfe exactement sur ce thème. Les mots du Président à propos de qui "mourra et qui ira au paradis" ou qu'"il n'y aura pas de paix sans la Russie" viennent également à l'esprit.

Probablement ? Oui, probablement. Quelqu'un en Russie envisage-t-il cette possibilité ? Sans aucun doute. Il y a donc une chaîne objective d'événements qui peut conduire à cela, et il y a des forces subjectives qui vont également en ce sens. Elles sont prêtes pour cela.

En d'autres termes, il existe des conditions préalables et objectives à un tel tournant, ainsi que des forces qui peuvent prendre des décisions en conséquence.

Poutine a déclaré que ses ennemis n'attendront pas sa reddition volontaire, citant l'exemple de Salvador Allende, qui s'est battu avec une mitraillette jusqu'au dernier homme, mais la différence est qu'Allende ne disposait pas d'un bouton nucléaire, il ne pouvait que se sacrifier lui-même et, avec lui, quelques-uns de ses ennemis.

Les choses pourraient commencer dès maintenant. Si le bombardement de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia par les forces armées ukrainiennes atteint son objectif, cela équivaudrait à une attaque nucléaire ciblée sur le territoire russe - après tout, les armes sont occidentales et des instructeurs occidentaux s'occupent de la reconnaissance et du ciblage. La réponse ne viendrait plus de l'Ukraine, mais du véritable centre de décision, qui se trouve beaucoup plus à l'ouest.

Toutefois, la Russie pourrait avoir recours aux armes nucléaires dans d'autres situations. Étant donné que pour la Russie - l'État et le peuple - perdre une guerre signifierait l'anéantissement total, et pas seulement une défaite sévère mais néanmoins tolérable, qui pourrait être surmontée, le scénario nucléaire ne peut être écarté. L'Occident sous-estime clairement cette probabilité, la considérant comme un bluff.

220411-russia-victoria-day-soldiers-march-se-606p-6842cb.jpg

Un scénario patriotiquement victorieux (pour la Russie et les partisans d'un monde multipolaire). La guerre sainte.

Le troisième scénario est le plus important. Et le seul qui puisse sauver.

En Russie, une révolution est en train de se produire par le haut. Poutine, qui a déjà rompu avec l'Occident, transforme cette rupture totale et irréversible en une idéologie, un cours nouveau, une stratégie et les posent comme la seule ligne directrice de l'existence. Tous les compromis sont abolis, la Russie devient ouvertement un empire populaire avec une éthique religieuse et sociale (anticapitaliste) nettement marquée. Le libéralisme et l'occidentalisme sont bannis de nos horizons. Le sabotage, le vol, la paresse et la corruption sont marqués au fer rouge, un fer travaillé selon les lois de la guerre.

L'État et le peuple se regroupent et l'opération militaire spéciale se transforme en une guerre sainte populaire. Être ou ne pas être.

La situation peut-elle être objectivement telle ? Bien sûr qu'elle le peut. De nombreux événements, processus et facteurs objectifs - y compris une réaction saine et décisive aux échecs précédents et notamment par rapport aux événements survenus récemment dans la région de Kharkiv - vont exactement dans ce sens.

Ce scénario a-t-il un sujet ? Sans aucun doute. Tout d'abord, le peuple lui-même, la société, la majorité patriotique, les personnes à l'avant et une partie importante de la classe dirigeante ; oui, plus elle est élevée, moins il y en a, mais la classe dirigeante n'est pas non plus quelque chose d'homogène.La société est prête pour cela. Telle est également la position adoptée par presque toutes les personnes impliquées dans la guerre, d'une manière ou d'une autre, et il est clair pour tout le monde que ce qu'il faut avant tout, c'est la mobilisation et l'idéologie de la victoire. Nous sommes arrivés à la fin des compromis. Parmi les fonctionnaires - si on les prend tous ensemble - les patriotes sont probablement majoritaires ; parmi le peuple - pratiquement tout le monde est patriote, sauf les agents d'influence et les exceptions pathologiques (il y a des tarés partout). Si une telle révolution patriotique se produit d'en haut, la mobilisation se fera d'elle-même et la Russie entrera dans la bataille finale pour l'issue de l'histoire mondiale. En fait, les anciens orthodoxes, les philosophes russes et nos héroïques ancêtres voyaient l'avenir ainsi : le moment viendra où les Russes se soulèveront contre le mal qui régit le monde, contre l'Antéchrist, et rempliront leur mission de maîtres. À l'époque soviétique, ce scénario avait une version légèrement différente, mais la même essence : la lutte contre l'Occident pour le salut de l'humanité et un avenir juste et radieux.

Ce moment est arrivé.

L'essentiel dans ce scénario est une rupture rapide de toute dépendance vis-à-vis de l'Occident : idéologique, technologique, psychologique, économique, culturelle. C'est cette dépendance qui nous a paralysés au moment critique. Il est apparu que l'Occident détenait les clés de nombreuses sphères vitales - informationnelles, technologiques, culturelles, financières. Oui, nous avions un atout important dans le domaine des ressources naturelles, mais c'est l'idéologie, la technologie et la méthodologie occidentales que nous avons utilisées. Le matériel que constituent les ressources est certes important, mais le logiciel idéologique et technologique l'est encore plus.

La révolution populaire d'en haut est conçue pour démanteler l'Occident interne - sous la forme du libéralisme résiduel et de tous les autres codes - aussi rapidement que possible.

Ce n'est pas facile, mais si ce n'est pas le cas, voyez les deux scénarios ci-dessus.

Le statu quo, une illusion vide et sans signification

Maintenant, tout ce qui reste est une direction qui existe en tant que position subjective, mais qui n'est basée sur aucune réalité objective - parce qu'elle n'existe tout simplement pas.

C'est l'état mental du parti du "statu quo", ou "collectif Rublevka". C'est la catégorie de ces fonctionnaires de haut niveau et de ces hommes d'affaires qui - pour des raisons que personne ne connaît - continuent de croire que le monde d'avant le 24 février 2022 et le monde d'après le 24 février 2022 sont essentiellement la même chose. Rien - ni les rapports du front, ni les actes terroristes sur le front intérieur, ni les changements tectoniques en cours dans l'ordre mondial - ne semble les convaincre du contraire. Comme auparavant, ils se battent pour leurs positions, promeuvent leurs candidats au pouvoir, mettent en déroute leurs concurrents, s'assurent de conserver ce qu'ils ont, c'est-à-dire qu'ils vivent comme si rien ne s'était passé, s'adaptant de manière réactive à la situation.

Ils sont populairement considérés comme le "parti de la trahison", comme la "prune", dit-on en russe, mais c'est une erreur. Ils ne peuvent ni trahir ni drainer quoi que ce soit. Ils ne sont ni les autorités ni le peuple, et personne ne parviendra à un accord avec eux, ni l'Occident ni Kiev. Nous avons déjà dépassé ce stade.

L'opération militaire spéciale a démesurément amplifié toutes les contradictions existantes. Un monde unipolaire ne peut coexister avec un monde multipolaire. Ou plutôt, on ne peut plus penser que le monde est "unipolaire" et d'autres ne peuvent plus penser simultanément qu'il est "multipolaire". Si la Russie (ainsi que la Chine) tient sérieusement à sa souveraineté, elle doit le prouver par la guerre, il n'y a pas d'autre moyen, et cette guerre doit être gagnée. Si nous gagnons, alors l'avenir sera multipolaire ; mais dans le cas contraire, la Russie n'existera plus à aucun titre. Il ne sera pas possible de revenir aux années 1990 ou à l'ère d'avant le 24 février 2022, pour qui que ce soit.

Trois scénarios sont possibles, le quatrième ne l'est pas. Il n'existe que comme une sorte de piètre hommage à l'inertie, c'est-à-dire qu'il existe dans l'esprit, mais pas dans l'être.

Bien sûr, de nombreuses personnes au sommet de l'élite politique russe adhérent à cette quatrième position. Ils disent que "tout s'arrangera d'une manière ou d'une autre", ce qui suscite la colère justifiée des patriotes ; mais comme un tel scénario n'existe pas dans la pratique, il est inutile de gaspiller des efforts. La capitulation était possible dans les années 1990 et c'est ce qui s'est passé. Les compromis - avant l'opération militaire spéciale, il aurait pu y en avoir et il y en a eu, par exemple l'acceptation par Moscou des règles de l'Occident global sur la division du travail et l'intégration, les accords de Minsk, etc. - ne sont plus possibles.

Maintenant, tout est accompli. Tout ce qui reste est, c'est la parole tirée de Shakespeare: "être ou ne pas être". Le "Collectif Rublevka" n'existe plus. Les villas sont debout, les gardes surveillent, les voitures de luxe se déplacent dans l'espace. Des journées de la ville et des concerts sont organisés. Même Skolkovo fonctionne, tandis que d'autres crapules, soutenues par des oligarques fous, se précipitent à la tête de l'Académie des sciences de Russie, mais c'est une chimère, un mirage. Être ou ne pas être abolit la possibilité même de fantasmer encore.

Si la Russie existe, elle est déjà très différente d'avant : populaire et mobilisée, luttant sur tous les plans - spirituel, idéologique, technique, économique, frontal - dans la bataille contre un ennemi absolu. Si la patrie russe n'existe pas, elle est déjà une colonie démembrée occupée par l'OTAN et les nazis ukrainiens, ou un terrain vague post-apocalyptique (voir les premier et deuxième scénarios).

Il n'y a que trois scénarios objectifs, et seuls ceux qui le comprennent au niveau du sujet et en choisissent un sont pris en compte, c'est-à-dire qu'ils vivent et décident réellement de leur sort, du sort de leur pays, de leur peuple et de l'humanité. Ils sont les seuls à avoir du sens à l'échelle de l'histoire.

Le parti de la trahison n'existe tout simplement plus, car le temps des concessions et des compromis est passé, comme une douleur fantôme. Maintenant, c'est nous, seulement nous. C'est tout.

12:09 Publié dans Actualité, Affaires européennes | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alexandre douguine, russie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Charles III, roi de la "Grande Réinitialisation"

d1f2ddc420c338580a657c226ca5c7fe.jpg

Charles III, roi de la "Grande Réinitialisation"

Le nouveau monarque britannique est un partisan du "Nouvel ordre mondial

Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/charles-iii-koenig-des-great-reset/

Après la mort de la reine Elizabeth II, son fils aîné Charles est devenu le nouveau chef d'État. Contrairement à sa mère, qui ne s'est jamais exprimée politiquement au cours de sa longue vie, le nouveau roi, qui portera le nom de Charles III, a pris clairement position à plusieurs reprises. Il est surtout l'une des figures de proue du "Great Reset", c'est-à-dire de la transformation fondamentale de l'économie et de la société ordonnée d'en haut.

Lors d'une conférence virtuelle du "Forum économique mondial", le 3 juin 2020, l'héritier du trône à l'époque a déclaré que "nous avons une occasion en or de tirer quelque chose de bon de cette crise - rendre ses ondes de choc sans précédent plus réceptives aux grandes visions du changement". Par crise, il faut entendre la crise provoquée par le coronavirus. Et de poursuivre : "En passant du sauvetage à la reprise, nous avons donc une occasion unique, mais qui disparaît rapidement, de tirer des leçons et de nous engager sur une voie plus durable. Nous n'avons jamais eu cette opportunité et ne l'aurons peut-être plus jamais. Nous devons utiliser tous les leviers à notre disposition, car nous savons que chacun d'entre nous a un rôle important à jouer".

De plus, l'ex-Prince de Galles a fait savoir sur son site internet : "Le Great Reset, lancé aujourd'hui dans le cadre d'une table ronde virtuelle, vise à reconstruire, redessiner, revitaliser et rééquilibrer notre monde. Il a été conçu pour garantir que les entreprises et les communautés 'reconstruisent mieux' en plaçant les pratiques commerciales durables au cœur de leurs activités".

Le terme clé est "durable" et semble à première vue raisonnable et discret. Mais en réalité, le terme "durable" est le prétexte pour augmenter ou créer de nouvelles taxes, changer les habitudes de vie des gens, manipuler les masses ou restreindre les droits fondamentaux au nom de la religion civile du changement climatique prétendument causé par l'homme uniquement. Et tout cela, bien sûr, sans que les citoyens aient leur mot à dire démocratiquement.

mercredi, 21 septembre 2022

Martin Sörös, spécialiste de la Chine: "Nous vivons dans un désordre mondial unipolaire"

ad9c3d993a6cc0193d10cb84816ee4e9.jpg

"Nous vivons dans un désordre mondial unipolaire"

Martin Sörös, spécialiste de la Chine, évoque les points de vue et les stratégies chinoises dans la compétition avec les États-Unis et le potentiel économique de la Chine

Propos recueillis par Bernard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/wir-leben-in-einer-unipolaren-welt-unordnung/

Dans le cadre des sanctions contre la Russie, l'Occident doit constater qu'il est seul. A l'inverse, la Chine est très active, par exemple dans le cadre du groupe des pays BRICS ou de l'Organisation de coopération de Shanghai. Comment la Chine considère-t-elle l'Occident ? La Chine voit-elle l'Occident décliner ?

Martin Sörös : La Chine est actuellement en état d'observation et suit avec inquiétude beaucoup de choses qui se passent dans le monde. La Chine n'a pas peur des Etats-Unis, la Chine n'a pas peur de l'UE, la Chine n'a peur de personne en principe, mais on enregistre qu'il y a maintenant une sorte de développement qui ne correspond pas aux intérêts de la Chine. La Chine est un pays qui s'est fait la guerre à elle-même dans les années 1940, mais qui n'a jamais déclenché une guerre extérieure de son propre chef. La Chine veut le calme, la Chine veut l'amitié, la Chine veut le développement commun de projets économiques et n'est pas heureuse de ce qui se passe actuellement. Tout cela dans un contexte où la Chine comprend très bien la stratégie qui se cache derrière. C'est toujours lorsque l'Europe est faible que les États-Unis sont les plus heureux. L'Europe n'a jamais été aussi faible que celle qu'elle est actuellement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Si vous parlez aux gens en Chine, ils disent qu'il semble que M. Biden ait appelé Mme von der Leyen et lui ait dit : "Tu dois te défendre maintenant, sinon Poutine va attaquer la Pologne". Cela repose sur un pacte commun entre M. Biden et Mme von der Leyen et, qui plus est, sans l'accord de la population européenne. Comme je l'ai dit, la Chine observe, la Chine s'inquiète et, en réalité, la Chine aimerait bien jouer les médiateurs : la Chine a également la possibilité d'agir en tant que médiateur, car M. Poutine, qui, selon moi, agit également sans peur, ne veut certainement pas d'un conflit à l'Ouest et d'un conflit à l'Est. Cela signifie que Poutine voudra toujours s'entendre avec la Chine, parce que les pays du BRICS - nous parlons d'une part de 41,5 % de la population mondiale - représentent un pouvoir politique, social et économique très important.

autor_martin_soeroes.jpg

Martin Sörös, né en 1962, vit à Vienne et en Basse-Autriche et travaille depuis plus de trois décennies en tant que journaliste national et international (notamment pour le quotidien KURIER pendant environ un quart de siècle) et en tant qu'auteur. Ses domaines de prédilection sont le sport, la politique et la Chine.

Dans quelle mesure la compétition entre l'Occident et la Chine porte-t-elle aussi sur des conceptions différentes ? C'est-à-dire l'ordre mondial unipolaire avec les États-Unis comme puissance dominante et l'ordre mondial multipolaire, tel qu'il est promu par la Chine, de l'autre côté.

Sörös : Tout d'abord, je ne qualifierais pas l'ordre mondial actuel d'ordre mondial unipolaire, mais de désordre mondial unipolaire. Si tout était en ordre, c'est-à-dire si les États-Unis et les pays de l'UE étaient tous heureux, si l'économie était florissante, tout irait bien. Mais aujourd'hui, c'est un désordre mondial unipolaire, car je pense que les États-Unis s'efforcent d'affaiblir les autres d'une certaine manière. C'est quelque chose que l'on observe avec incompréhension et colère en Chine. Les États-Unis se voient constamment en concurrence avec la Chine pour la meilleure place au soleil en ce qui concerne l'économie mondiale. Mais la Chine ne veut pas de cette concurrence et n'en a pas besoin. La Chine souhaiterait coopérer plus intensément avec les États-Unis. Je voudrais rappeler qu'aujourd'hui, si les États-Unis et la Chine mettent fin à leur coopération économique du jour au lendemain, un Américain sur cinq perdra son emploi. Je pense que les États-Unis ont commis une grave erreur après le départ de Trump. Après le départ de Trump, la joie internationale a été très grande et on a dit que le meilleur président de tous les temps arrivait. Mais je voudrais juste rappeler que dans sa première interview, qui a eu un retentissement international, Biden a dit que le prince héritier saoudien était un assassin. Dans sa deuxième interview, Biden a dit que la Chine était un ennemi et dans sa troisième interview, que Poutine était un criminel. Les ennemis extérieurs rendent les gens populaires auprès de leur propre électorat, mais les États-Unis ont une responsabilité mondiale, et Biden ne l'a pas assumée.

    Les États-Unis sont constamment en concurrence avec la Chine pour la meilleure place économique au soleil.

daxue-consulting_chemical-industry-in-China.png

Dans quelle mesure l'histoire ou le contexte culturel jouent-ils un rôle dans la stratégie chinoise ? Je pense au confucianisme, où l'harmonie joue un rôle important, ou aux expériences historiques négatives comme le "siècle de la honte".

Sörös : Tout cela joue bien sûr un rôle. Mais une chose a un effet apaisant : dans le monde entier, il y a eu et il y a encore des guerres et des conflits en raison de différences religieuses. Mais cela ne joue de facto aucun rôle en Chine, car le thème de la religion y est considéré de manière beaucoup plus détendue. Je vous rappelle que la Chine compte 85,5 millions de membres du parti communiste et 87 millions de chrétiens. Le siècle de la honte a certainement marqué la Chine, la question de Hong Kong y joue un rôle, les conflits avec le Japon y jouent un rôle. La Chine ne veut plus jamais revivre cela, la Chine veut continuer à se développer, la Chine veut la paix, la Chine ne développe pas non plus de jalousie, car il existe en Chine une incroyable conscience de soi et une confiance en soi dans ce que font les dirigeants politiques. Il y règne un tout autre état d'esprit et on ne se rend pas compte ici en Europe que la Chine est un pays très positif.

    La Chine compte 200 millions d'habitants de plus que le G7 et l'Union européenne réunis.

Quelles leçons la Chine tire-t-elle de la guerre de la Russie contre l'Ukraine et des sanctions occidentales, notamment en ce qui concerne la question de Taïwan, qui revient sans cesse sur le devant de la scène ?

Sörös : Tout cela forme un ensemble. La Chine voit d'abord les sanctions antirusses d'un mauvais œil. La Chine - et beaucoup de gens en Autriche - aurait été très heureuse si le conflit entre la Russie et l'Ukraine n'avait pas éclaté sous cette forme. Ce conflit aurait très bien pu être évité. Si, en tant qu'OTAN, j'installe des armes nucléaires à la frontière d'une puissance nucléaire, je ne dois pas m'étonner, en tant qu'OTAN, de la réaction de la Russie à un moment donné. Si la Russie, l'Ukraine et les États-Unis s'étaient réunis et avaient dit : créons une garantie que l'Ukraine ne rejoindra jamais l'OTAN, faisons un pacte de coopération, cette guerre aurait pu être évitée. En outre, en Chine, on sait que les sanctions n'aboutissent à rien. En ce qui concerne Taïwan, les États-Unis multiplient les provocations. En ce qui concerne Taïwan, la Chine applique le principe d'une seule Chine, qui est également reconnu dans les traités internationaux avec la Chine et également par l'ONU. Lorsque les États-Unis affirment que la Chine veut mener une guerre d'agression, cela n'a aucune logique. Car pourquoi la Chine attaquerait-elle son propre pays ? Par conséquent, ce qui se passe dans le détroit de Taïwan est une provocation qui ne profite à personne et ne fait que diviser encore plus le monde. Sur ce point, les États-Unis et l'OTAN se surestiment également sur le plan militaire. Lorsque la ministre allemande des Affaires étrangères, Mme Baerbock, affirme que "nous défendrons Taiwan par tous les moyens", cela montre une grave sous-estimation des possibilités dont disposerait la Chine dans le domaine militaire. Mme Baerbock est là en plein dans le discours américain, "nous sommes forts, nous sommes bons, nous sommes unis". Tout comme, en Autriche, la ministre Edtstadler, qui a récemment déclaré qu'elle n'avait jamais vu l'UE aussi unie qu'en ce moment avec les sanctions contre la Russie. C'est un non-sens total, l'UE n'a jamais été aussi divisée que maintenant ! La question de Taïwan pèse certainement sur les Chinois, mais ils ne la résoudront pas militairement. Mais ils ont les moyens militaires de répondre aux provocations.

d8b54de5-9e51-4eb5-90fe-137430e12a8b.jpeg

Dans le commerce bilatéral avec d'autres pays, la Chine mise de plus en plus sur l'utilisation des monnaies nationales, comme le yuan. La Chine a-t-elle une stratégie à long terme de dédollarisation de l'économie mondiale?

Söros : La Chine est devenue un acteur mondial, la moitié de l'Afrique appartient à la Chine, jusqu'au port du Pirée, et c'est pourquoi la Chine connaît déjà très bien sa position et la défense de sa place. Sur le plan monétaire, il a été annoncé que les Chinois achètent en yuans et en roubles, et que les Chinois font de même avec d'autres pays avec lesquels des partenariats sont mis en place. Une alliance est en train de se former, qui ne se limite pas aux BRICS. Il y a aussi le groupe ASEAN qui se renforce de plus en plus. Autre chose : si vous additionnez la population des pays du G7 et celle de l'UE, il vous manque encore 200 millions d'habitants pour atteindre celle de la Chine. Rien qu'en termes de main-d'œuvre, de puissance économique et de croissance économique, la Chine a des possibilités qui dépassent clairement celles des États-Unis. La Chine répondra toujours, non pas par la force des armes, mais avec beaucoup, beaucoup de détermination.

L'entretien a été mené par Bernhard Tomaschitz.

lundi, 19 septembre 2022

A propos de Piłsudski  et de l'Intermarium

Józef_Piłsudski_(-1930).jpg

A propos de Piłsudski  et de l'Intermarium

par Danny Sguera

Source : Danny Sguera & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/intermarium-30382

La politique extrémiste et belliciste de l'OTAN et des États-Unis n'est rien d'autre, aujourd'hui sur fond de conflit russo-ukrainien, qu'une répétition de la stratégie militaire conçue au début du 20ème siècle par le général polonais Piłsudski (connu pour le "Miracle de la Vistule") qui soulignait la nécessité de canaliser une union de nations non russes afin d'encercler la Russie (voir l'extension récente de l'OTAN) qui appartenait alors, comme aujourd'hui, à partir de l'après-guerre, à la sphère tsariste ou du Pacte de Varsovie. Ces pays s'étendaient de la Baltique à la Caspienne et au Caucase et auraient dû recevoir comme tâche précise de stabiliser leurs souverainetés, celles-ci étant toutefois hétéro-dirigés par les diktats étrangers franco-britanniques à l'époque et placés sous l'égide des États-Unis aujourd'hui (le garant de la Pologne, à l'époque, était l'entente franco-britannique qui a misérablement abandonné Piłsudski en poussant le chef de l'ethnat ukrainien Skoropads'kij, à l'époque, vers la Russie pour réduire les empires allemand et austro-hongrois).

Piłsudski croyait, par le biais de la vision de l'INTERMARIUM et des méthodes propres à son idéologie PROMETHEISTE, qu'il était indispensable de stabiliser le territoire ukrainien afin de contenir les visées de l'Empire tsariste d'abord, puis du régime soviétique, de manière à rompre toute relation avec l'Est et à proclamer ensuite la Pologne, porte d'entrée du monde slave, gardienne de ce rôle de premier plan. Piłsudski préférait être un franc-tireur méfiant tant à l'égard de l'Est que de l'Ouest, car il était conscient qu'il pouvait être écrasé par les empires de l'époque, notamment celui des Habsbourg et l'empire allemand qui étaient en constante progression. Aujourd'hui, comme à l'époque, il est possible de tracer les similitudes avec le rôle assumé par la Pologne dans le domaine géostratégique, qui, en cohabitation avec d'autres Etats vassaux (Ukraine, Finlande, Lettonie, Lituanie, Géorgie, en partie Azerbaïdjan), exerce certes des politiques d'intérêt mutuel mais aussi et surtout des politiques coïncidant avec les intérêts des Américains. Ces États jouent le rôle de chiens enragés envers la Russie en soutenant les politiques les plus militaristes de la zone européenne.... mais pas seulement. En fait, aujourd'hui comme à l'époque, la Pologne, à la lumière du récent conflit interne avec l'Union européenne, peut encore conserver des espaces d'autonomie obtenus grâce à l'hégémon américain, du moins tant qu'elle restera subordonnée aux plans géopolitiques de la superpuissance qui, en échange, lui permettra d'exprimer un revanchisme nationaliste axé principalement sur la détestation de la Russie.

Image_11_Copy-of-Screen-Shot-2018-11-23-at-12.34.12-PM.png

f26293a4d7c6798e396efb4b3c34f087.jpg

La politique actuelle à courte vue des États-Unis vise, comme il y a quelques décennies et pendant tout le siècle dernier, à espérer une chute progressive et providentielle du système régissant la Fédération de Russie, comme elle l'a fait avec l'URSS pour des raisons endogènes, par l'effondrement politico-économique dû à la course aux armements, au système économique dépassé de planification contre l'économie de marché et avec, en prime, quelques raids ici et là des états de l'INTERMARIUM exerçant une force perturbatrice qui n'est pas vraiment efficace mais utile pour gagner du temps afin que les deux premières causes, déjà expliquées dans le présent article, se réalisent finalement dans le temps (voir aujourd'hui le déploiement et l'effort militaire en Ukraine plus les glissements de terrain entre la Géorgie et le Nagorno Karabagh combinés avec les sanctions occidentales).

Ces théories politiques du maréchal et ministre de la guerre polonais en 1915-1918 ont laissé leur empreinte sur le modus operandi euro-américain en produisant des crises successives qui se répercutent aujourd'hui sur tout notre continent en raison des grandes similitudes avec les conflits de 2008 en Géorgie et de 2014 en Ukraine. Une approche insensée qui, en élargissant le front de l'OTAN, a rassemblé tous les États dits "prométhéens" (selon la définition donnée par les idéologues autour de Pilsudski) qui, en réitérant leurs provocations au fil du temps, entendent contrecarrer la forte résurgence de la Russie dans le monde eurasien, résultat de la politique de réaffirmation de Vladimir Poutine.

Le fait est qu'entre-temps, le monde a changé, la Russie n'est plus ni un empire ni l'URSS, même si cela arrange le monde occidental de lui coller des étiquettes du siècle dernier pour ne pas avoir à dire la vérité ou du moins à avouer les changements historiques à ses citoyens. Les espoirs d'un effondrement socio-économique à la manière de l'URSS, complétés par des théâtres de guerre pour user et harceler la Russie, révèlent un Occident vieux, malade et fortement colonialiste qui préfère se bercer d'illusions en retournant inlassablement à de vieilles pages du passé tout en éludant les changements structurels internationaux qui, sauf en cas de conflit mondial, sont INÉVITABLES.

Le système économique russe a changé et adopte désormais un modèle hybride de marché et de souveraineté. Mais, à côté de cela, tout un monde a changé avec les BRICS.  L'Inde mais surtout la Chine offrent des opportunités de marché qui font voler en éclats les politiques d'isolement dépassées et rétrogrades que l'on veut appliquer contre la Russie. Au contraire, par une propagande immorale, l'Américanosphère a convaincu ses citoyens qu'il y a un monstre de l'autre côté de la ligne, et par des décisions politiques précises, elle a choisi obtusément de faire sauter tout un échafaudage économique et culturel, en se retranchant, comme elle l'a fait jadis pour l'URSS, dans une économie fermée (SEV/COMECON), qui non seulement n'a pas de débouchés économiques en politique étrangère, mais fait de ses Etats membres des sujets politiques soumis au pouvoir hypercentralisé de Washington. En bref, des Etats fantoches sans autonomie ni réel pouvoir législatif en matière internationale !

dimanche, 18 septembre 2022

La revue de presse de CD - 18 septembre 2022

6365576_W900C600x400o0x0.jpg

La revue de presse de CD

18 septembre 2022

EN VEDETTE

« Les Américains nous veulent obéissants et faibles politiquement »

Pour cet « Entretien essentiel », nous recevons à nouveau Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, dans le cadre d’un point sur le conflit en Ukraine. Dissensions entre pays d’Europe de l’Est appartenant à l’ex-URSS, absence de traçabilité des fonds occidentaux versés aux Ukrainiens, corruption et trafics de l’armement offert à l’Ukraine dans le monde, Eric Denécé revient également sur les ambitions américaines dans une Europe réotanisée. Déplorant l’absence de connaissances en histoire qui empêche les populations de prendre un recul analytique par rapport au « discours officiel des médias » dans cette « guerre de l'information », le spécialiste du renseignement décortique également l’influence des fact-checkeurs dans le traitement de l’information.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/videos-l-entretien-essentiel/er...

ALLEMAGNE

De quoi l’Allemagne est-elle le nom ?

Le chancelier Olaf Scholz qui a succédé à Angela Merkel a publié dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung une longue tribune dont l’essentiel a été traduit dans le journal « Le Monde » du 23 juillet dernier. Ce texte, travaillé et construit, prétend exprimer l’engagement allemand pour l’Europe et le monde d’après l’invasion de l’Ukraine. Il a été complété par un discours remarqué, fin août, sur l’avenir de l’Europe, par des déclarations du Président de la SPD, puis par une intervention voulue fondatrice de Mme Lambrecht, le 12 septembre, sur la nouvelle posture militaire de l’Allemagne. L’attention de tout parlementaire européen, notamment des membres de la sous-commission chargée de la Sécurité et de la Défense, devrait se porter sur ce texte, en raison de ce qu’il dit, de ce qu’il ne dit pas, et de quelques clarifications que la France doit apporter au discours allemand en construction.

hervejuvin.com

https://hervejuvin.com/de-quoi-allemagne-nom/

AP21209350586331.jpg

ARMÉNIE

Arménie / Azerbaïdjan, reprise de la guerre

L’armée azerbaidjanaise a déclenché dans la nuit du 12 au 13 septembre une offensive de grande ampleur sur différents points de la frontière avec l’Arménie, provoquant de graves dommages matériels et la perte d’une cinquantaine de soldats arméniens. Retour sur les événements et une mise en contexte des enjeux de ce conflit.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/armenie-azerbaidjan-reprise...

DÉCONSTRUCTION

Jean-François Braunstein : « Le mouvement woke ne fait pas mystère de sa volonté d’endoctriner les enfants. Il y a une vraie dimension totalitaire »

Dans son nouvel essai dont Le Figaro dévoile de larges extraits, le professeur émérite de philosophie à la Sorbonne voit dans le wokisme bien plus qu’une simple vague de « folie passagère » ou un snobisme intellectuel. C’est, pour lui, un authentique fanatisme : ses adeptes, profondément intolérants, déguisent des opinions en science et se croient tenus d’endoctriner.

fdesouche.com

https://www.fdesouche.com/2022/09/13/jean-francois-brauns...

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/CENSURES/DÉBILITÉ

Quand Augustin Trapenard évoque l’attaque islamiste contre Salman Rushdie dans la « Grande Librairie »

L’intelligentsia de gauche a toujours autant de mal à nommer les choses, et propage aussi des fake news. Un extrait de l’émission vaut son pesant de débilité. A ne pas manquer…

causeur.fr

https://www.causeur.fr/augustin-trapenard-grande-librairi...

Revue de presse RT du 4 au 10 septembre 2022

Exercice hebdomadaire de ré/désinformation. Cette semaine sur RT, la guerre hybride entre les occidentaux et le couple Russie-Chine qui bat son plein, les occidentaux toujours à la recherche de mesures punitives contre la Russie, alors que leurs peuples commencent à souffrir, la Russie qui déclare ouvertement couper ses livraisons de gaz à l’Europe et le reste du monde qui continue à dédollariser.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-du-4-au-...

Sondages twitter : les médias face aux biais informationnels

Les médias ont pris une autre très mauvaise habitude : recourir régulièrement à des sondages twitter pour éclairer les débats sociétaux qu’ils abordent.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/11/438524-sondages-t...

Manipulation par l’image, Maria remplace Aylan

En avril 2020, l’OJIM publiait un article revenant sur la manière dont la mort tragique du petit Alan (ou Aylan) Kurdi sur une plage turque avait été instrumentalisée à des fins idéologiques. L’histoire bégaie et nous assistons à une manipulation semblable avec l’histoire de la petite Maria, syrienne de cinq ans, morte sur une île grecque après une piqure de scorpion.

ojim.fr

https://www.ojim.fr/manipulation-par-limage-maria-remplac...

Quel-dedommagement-pour-harcelement-moral-au-travail.jpg

La « harcelosphère », deuxième partie : des insultes et menaces au racisme et à l’antisémitisme

Depuis un peu plus de deux ans, un certain nombre de médecins, habitués des plateaux TV et érigés au rang de « spécialistes » de la Covid-19, sont aussi très actifs sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter. Dans le mépris du code de déontologie médicale, ces experts auto-proclamés, pourtant très peu capés en virologie et en épidémiologie, recours en guise d'arme de communication à un usage de la langue teinté d'arrogance et de suffisance mêlant l'insulte et la diffamation. Leur objectif : descendre en flammes quiconque s'oppose au discours officiel sur le Covid-19. Enquête et florilèges.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/la-harcelosphere-2-des-insultes...

ÉCOLOGIE (PUNITIVE)

Tyrannie énergétique et environnementale. Comment les Français se préparent et envisagent l’hiver ?

Après la tyrannie sécuritaire, après la tyrannie sanitaire, nous voici petit à petit sous le règne de la tyrannie environnementale et énergétique, sous prétexte de la guerre en Ukraine et de pénuries, mais aussi d’écologie punitive qui va ruiner petit à petit la population française.

breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2022/09/14/207885/tyrannie-en...

ÉCONOMIE

La novlangue économique au travail

Dernièrement, il y a eu cinq cas d'utilisation de la novlangue dans le plan économique qui méritent d'être analysés, car pour le lecteur de la presse mainstream, les mots le trompent, ils relèvent de la novlangue. De plus, celle-ci a atteint un point extrême où les mots dissimulent de terribles plans, un contrôle et une domination des masses impensables il y a seulement quelques années.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/10/l...

dee9fb6a-0001-0004-0000-000000964963_w1200_r1.33_fpx44.66_fpy50.jpg

ÉNERGIES

Fermeture de Fessenheim : révélatrice de la faillite de l’État stratège

Le prix politique à payer pour Emmanuel Macron en France et vis-à-vis de l’Allemagne serait énorme, certainement plus que de mentir sans vergogne et tenter de faire oublier le passé.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/13/438576-fermeture-...

L’arnaque des énergies renouvelables

L’énergie est le cœur du développement des sociétés. Elle est le moteur de l’économie comme le montre l’accroissement du PIB en parallèle de la consommation d’énergie. Aujourd’hui, la société française s’est engagée sur la voie des énergies dites renouvelables, mais surtout fatales et intermittentes (EnRI), notamment éoliennes et panneaux photovoltaïques, conduisant à des scandales encore plus monstrueux. Le soutien inconditionnel des dirigeants politiques à ces « nouvelles énergies » (en réalité anciennes et déjà abandonnées) relève du type de fraude scientifique à la Lyssenko qui cache une spoliation des peuples.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/15/438761-larnaque-d...

ÉTATS-UNIS

52 % des Américains souhaitent la destitution de Joe Biden

Un sondage récent (Rasmussen – 1er septembre 2022) vient de dévoiler qu'une majorité (52 %) d'Américains souhaitent voir leur président Joe Biden destitué dans le cadre de la procédure de l'Impeachment.  Sans surprise, 77 % des électeurs républicains se sont déclarés en faveur de la destitution, mais, fait marquant, un tiers des électeurs démocrates et la moitié des électeurs « indépendants » sont également en faveur de l'Impeachment de Joe Biden.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-monde/52-des-americai...

6a00d83451619c69e201b7c94e1d23970b-768x461.jpeg

FRANCE

« Macron, c’est un coup d’État mondialiste » : Florian Philippot sonne l’alarme contre les restrictions énergétiques

« Le macronisme, c’est le nom d’un processus chimiquement pur de prise de contrôle de la France par l’oligarchie mondialiste ». Le président des Patriotes Florian Philippot était l'invité sur notre plateau pour ce « Défi de la vérité ». Revenant tout d’abord sur la fake news diffusée par la chaine LCI, qui, accusant la « propagande russe », avait affirmé qu’une manifestation du samedi 3 septembre organisée par son mouvement n’avait jamais eu lieu, il dénonce ensuite le « scénario de la peur » sur lequel joue le gouvernement en lien avec les médias grand public à propos des pénuries à venir : elles sont le fruit de choix politiques conscients, rappelle-t-il. Constatant comme au cours de la crise du Covid-19 le recours à la même rhétorique - le « Nous sommes en guerre » d'Emmanuel Macron le 5 septembre - et aux mêmes dispositifs, à l'instar du Conseil de défense, M. Philippot met d’ores et déjà en garde contre les restrictions de liberté, telles la « police des températures » et le passe énergétique, qui pourraient faire surface au cours des prochains mois. Aussi, pour l’ancien député européen, face aux mesures coercitives « extrêmes » sur lesquelles planche l’exécutif, l’heure n’est plus à l’opposition timide et timorée : nous sommes entrés dans une « ère de radicalité ».

https://www.francesoir.fr/videos-le-defi-de-la-verite/flo...

Nucléaire : les mensonges s’ajoutent aux erreurs

Macron a récidivé, il s’est fâché tout rouge : « Qu’on ne vienne pas me chercher sur Fessenheim ! » Et si on comptait les mensonges et les absurdités et les revirements proférés sur le nucléaire par Macron et son gouvernement ? Le point avec Natacha Polony, directrice de la rédaction de Marianne. (vidéo)

youtube.com

https://www.youtube.com/watch?v=VMt86braNiU&t=188s

EzCRMOmVIAU3QFC.jpg

GÉOPOLITIQUE

Podcast – Hervé Coutau-Bégarie, entre stratégie et géopolitique. Martin Motte

L’œuvre d’Hervé Coutau-Bégarie (1956-2012) est immense. Auteur de plusieurs dizaines d’ouvrages, fondateur de l’Institut de Stratégie Comparé et de la revue Stratégique, professeur à l’École de guerre, il a formé des générations d’officiers et de professeur. Dix ans après sa mort, émission en hommage au maître qu’il a été et qu’il est encore pour un grand nombre d’universitaires français et étrangers. Émission présentée par Jean-Baptiste Noé, en compagnie de Martin Motte, qui a travaillé avec Hervé Coutau-Bégarie et qui lui a succédé à la chaire de l’École de guerre.

conflits.com

https://www.revueconflits.com/podcast-herve-coutau-begari...

GRANDE-BRETAGNE

Mort d’Elizabeth II. Le point de vue de Éric Verhaeghe

La mort d’Elizabeth II donne lieu, dans le cartel des médias subventionnés, à l’habituelle tartine romancée sur une reine héroïque et irréprochable qui incarne tous les bienfaits de la monarchie face aux désordres de Républiques comme la nôtre. Cette rhétorique bien rôdée, et entièrement forgée par la monarchie britannique elle-même, a un immense mérite : elle permet d’éclipser les véritables interrogations stratégiques qui se posent sur la Couronne d’Angleterre, et sur la prétendue Elizabeth Windsor, qui est en réalité Elizabeth de Saxe-Cobourg-Gotha, allemande et issue d’une dynastie dont le fonds de commerce, depuis 1826, est l’affaiblissement de la France.

Le blog de Liliane Held Khawam

https://lilianeheldkhawam.com/2022/09/12/mort-delizabeth-...

IMMIGRATION

Quelques chiffres sidérants bien réels

En Allemagne, en 2021, 37,69 % de la totalité des suspects concernant la « criminalité avec violence » – viols, meurtres, vols avec violence, agressions graves – sont des étrangers, alors qu’ils représentent 14,2 % de la population résidente.

fdesouche.com

https://www.fdesouche.com/2022/09/14/allemagne-en-2021-37...

Attentats du 13 Novembre : la veuve de Samy Amimour, terroriste du Bataclan, a été rapatriée de Syrie en France

Cette femme de 25 ans a été rapatriée le 5 juillet dernier avec ses trois enfants. Elle a été mise en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et placée en détention provisoire. Dans son dernier courriel, elle avait aussi développé l’admiration qu’elle ressentait pour Samy Amimour. « J’étais au courant depuis le début, et j’ai encouragé mon mari à partir pour terroriser le peuple français qui a tant de sang sur les mains. (…) J’envie tellement mon mari, j’aurais tellement aimé être avec lui pour sauter aussi. »

leparisien.fr

https://www.leparisien.fr/faits-divers/attentats-du-13-no...

fbhindex.jpg

550x825.jpg

IN MEMORIAM

Hommage à François-Bernard Huyghe, l’un des plus fins analystes français de l’influence. Par Bruno Racouchot

François-Bernard Huyghe nous a quitté en ce début septembre à l’âge de 71 ans, des suites d’une longue maladie. Homme d’une immense culture, d’une hauteur de vue qui n’avait d’égale que sa simplicité et sa verve, François-Bernard Huyghe s’était imposé au fil des années comme l’un des meilleurs spécialistes français de l’influence, en tout cas l’un des analystes les plus avisés. Fidèle compagnon de route de Communication & Influence, il était aussi un ami personnel avec lequel je me sentais en totale symbiose. Son rire, son esprit caustique, sa connaissance amusée des méandres de l’âme humaine et de la comédie sociétale qui lui est consubstantielle, son amour des arts et des périples lointains en faisait un homme aussi atypique que noble. Fidèle en amitié comme à ses idées, grand voyageur, de la Terre comme des zones de l’intellect pur, il avait le panache et la profondeur d’un seigneur de la Renaissance italienne.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/11/h...

ITALIE

Vincenzo Sofo : « Nous sommes très optimistes »

Agé de 35 ans, Vincenzo Sofo est un des hommes politiques qui montent en Italie. Député européen depuis le 1er février 2020, l’époux de la Française Marion Maréchal a quitté la Ligue en 2021 pour rejoindre Fratelli d’Italia (Frères d’Italie), le parti national-conservateur de Giorgia Meloni, bien placé pour emporter les élections législatives qui se dérouleront le 25 septembre prochain. À dix jours de cette échéance majeure pour l'Italie mais aussi pour l'Europe, il nous livre en exclusivité son analyse sur les enjeux du scrutin, sur ses espoirs ainsi que sur les similitudes et les différences entre les deux paysages politiques français et transalpin.

bvoltaire.fr

https://www.bvoltaire.fr/vincenzo-sofo-nous-sommes-tres-o...

41W51ofGmyL._SX321_BO1,204,203,200_.jpg

LECTURE

Titre :

Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma. Leur guerre mondiale contre la démocratie et la santé publique, par Robert F. Kennedy, Jr. Résurgence, 640 p., 38,50 €.

Auteur :

Fils de Robert Kennedy, cet avocat très combatif s’insurge depuis de nombreuses années contre certains lobbies dont le seul but est de compiler d’énormes bénéfices au détriment des peuples. Il a ainsi regrouper autour de lui et de ses combats de nombreuses personnes provenant du cercle de scientifiques, journalistes, chercheurs, lanceurs d’alerte et avocats et cocréateur de l’association Children’s Health Defense.

The-Real-Anthony-Fauci-Kennedy-FR-featured-1024x535.jpg

Présentation :

Une enquête à charge très complète sur la façon dont Fauci, Gates, les Big Pharma et leurs séides exploitent leur emprise sur les médias, les revues scientifiques, les entreprises publiques et parapubliques clés, les agences internationales de renseignements, les scientifiques et médecins influents pour à la fois inonder la population d’une propagande effrayante sur la virulence de pseudo pandémie, museler le débat et censurer les voix dissidentes. En témoignent notamment plusieurs dizaines de pages sourcant l’enquête de l’auteur.

Extraits :

« Au cours de son demi-siècle en tant que pape de la santé des États-Unis, le Dr Fauci a joué un rôle central dans l’édification d’un monde où les Américains paient le prix le plus élevé pour les médicaments, mais dans lequel ils ont de moins bons résultats en matière de santé que les autres pays riches. Les effets indésirables des médicaments figurent parmi les quatre principales causes de décès dans le pays, après le cancer et les crises cardiaques. »

« Une caractéristique singulière des magouilles vaccinales de Gates – largement passée inaperçue jusqu’à récemment dans la presse mondiale – est un engagement sans faille à protéger les droits de propriété intellectuelle de l’industrie pharmaceutique. Lorsqu’on lui a demandé, dans une interview sur Sky News, s’il serait judicieux de partager la propriété intellectuelle et la recette des vaccins, Gates a répondu sans ambages : ‘’Non.’’».

« Mes quarante années de carrière d’avocat défenseur de l’environnement et de la santé publique m’ont permis d’acquérir une compréhension unique des mécanismes corrupteurs de la ‘’capture réglementaire’’, processus par lequel le régulateur devient redevable à l’industrie qu’il est censé réglementer. »

« Comme nous le verrons, le contrôle direct et indirect exercé par le Dr Fauci (via les NIH, la Fondation Bill et Melinda Gates et le Welcome Trust) sur quelques 57 % du financement mondial de la recherche biomédicale lui permet de recevoir ce genre d’hommage obséquieux de la part de chercheurs de premier plan, de maîtriser et diffuser le narratif médical dominant internationalement, et de renforcer l’idée qu’il serait la science incarnée. »

« La capacité de leurs suzerains de Big Pharma à faire pression sur les deux plus grandes revues médicales du monde, le NEJM et le Lancet, pour qu’elles cautionnent des recherches criminelles et publient simultanément des articles manifestement frauduleux au beau milieu d’une pandémie, témoigne de l’influence et de l’impitoyabilité hallucinante du cartel. Il est désormais communément admis que les fabricants de médicaments tiennent l’édition médicale, et que le Lancet, le NEJM et le JAMA sont totalement à leur botte. Le rédacteur en chef du Lancet, Richard Horton, confirme que ‘’les revues se sont transformées en annonceurs de l’industrie pharmaceutiques’’ ».

« Au début de la pandémie de la lutte contre le SIDA, le Dr Fauci avait critiqué la FDA, la jugeant inhumaine, pour avoir exigé des études randomisées en double aveugle contrôlées par placebo au plus fort de la pandémie. Aujourd’hui, il fait ce qu’il aurait lui-même condamné en bloquant un traitement efficace simplement parce qu’il serait en concurrence avec son médicament coûteux protégé par un brevet – le remdesivir – et avec les vaccins. »

« L’utilisation de placebos dits ‘’toxiques’’ ou ‘’dopés’’ – également connus sous le nom de ‘’faux-cebos  – est une astuce frauduleuse que le Dr Fauci et ses chercheurs en médicaments ont mise au point il y a plus de 40 ans pour dissimuler les effets secondaires indésirables des médicaments toxiques pour lesquels ils demandent une autorisation. »

« D’éminents virologues, dont le lauréat du prix Nobel Luc Montagnier, avaient souligné qu’un vaccin non stérilisant, ou ‘’non étanche’’, ne pouvait pas arrêter la transmission et ne parviendrait donc pas à stopper la pandémie. Pire encore : les personnes vaccinées, avait-il averti, deviendraient des porteurs asymptomatiques et des ‘’usines à mutants’’ produisant des versions de la maladie résistantes au vaccin, ce qui risquait de prolonger et d’intensifier la pandémie au lieu de l’abréger. »

« Les agents de santé ont administré plusieurs milliards de doses au cours des vingt-deux dernières années. Pourtant, en huit mois seulement, les vaccins COVID ont blessé et tué beaucoup plus d’Américains que tous les autres vaccins réunis en trois décennies. »

« En fait, la principale qualification de Tedros [Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS] pour le poste à l’OMS était sa loyauté entre Gates. Il avait déjà siégé aux conseils d’administration de deux organisations que Gates a fondées, financées et contrôlées : la GAVI et le Fonds mondial, où Tedros était le président de confiance du conseil d’administration de Gates. »

« |Deux journalistes d’investigation du Los Angeles Times] Piller et Smith expliquent en détail comment le détournement systématique par Gates des dépenses médicales internationales de l’Afrique vers ses vaccins de haute technologie, à prix élevé et souvent non testés, tue des bébés dans toute l’’Afrique. En donnant la priorité aux vaccins, Gates a asséché le flux d’aide étrangère qui était autrefois consacré à la nutrition de base, et qui finançait les dispositifs médicaux bon marché et fonctionnels susceptibles d’éviter de nombreux décès. »

« L’omniprésence de la CIA dans le putsch mondial des vaccins devrait nous faire réfléchir. Il n’y a rien dans l’histoire de la CIA, dans sa charte, dans sa composition ou dans sa culture institutionnelle qui trahisse un intérêt pour la promotion de la santé publique ou de la démocratie. […] Elle ne s’occupe pas de démocratie. La CIA fait des coups d’État. »

1274940-la-chine-a-mis-au-point-le-reseau-de-videosurveillance-le-plus-sophistique-au-monde.jpg

MONDIALISME/TOTALITARISME

Autocratie numérique : La surveillance des IA sonne le glas de la vie privée

Nous ne sommes même pas encore prêts à mesurer les retombées du tsunami qui nous tombe dessus sous la forme d’une surveillance par l’IA (intelligence artificielle), et pourtant, celle-ci est déjà en train de transformer notre monde en un lieu où la liberté est presque méconnaissable. La surveillance par l’IA tire parti de la puissance de l’intelligence artificielle et de la technologie de surveillance généralisée pour faire ce que l’État policier ne peut pas faire de façon efficace faute de main-d’œuvre et de ressources : être partout, surveiller tout le monde et tout ce qui existe, contrôler, identifier, cataloguer, recouper, croiser et participer à la connivence généralisée.

Tout ce qui était autrefois privé est maintenant à la portée d’un bon acheteur.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/autocratie-numerique-la-surveil...

Des ONG liées à Georges Soros et à l’Open Society financent l’agitation contre la Pologne via l’UE

Récemment, quatre organisations d’extrême gauche ont engagé une procédure devant la Cour de justice européenne pour annuler la décision du Conseil européen d’octroyer à la Pologne des fonds dits « corona » qui doivent aider les pays qui en bénéficient à redémarrer après la crise sanitaire. « En Pologne et en Hongrie, il y a des gouvernements conservateurs qui refusent de mettre en œuvre l’agenda de gauche et pro-immigration de l’UE, et c’est évidemment une épine dans le pied de l’establishment libéral de gauche au sein de l’union », a déclaré l’eurodéputé Gerolf Annemans (Vlaams Belang).

OTAN

Réorganisation militaire de l'Europe du Nord

L'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN constitue une menace plus sérieuse pour la Russie que l'acceptation insignifiante de nouveaux membres de rang. L'élargissement de l'OTAN à la Suède et à la Finlande a déjà été décrit comme transformant la mer Baltique en eaux intérieures de l'OTAN. Cette affirmation n'est pas entièrement vraie. Car une partie de la Baltique appartient à la Russie et les îles Åland, qui font partie de la Finlande, ont un statut spécial. Mais il s'agit d'une autre question, à savoir l'intégration des capacités militaires, puisqu'en plus de l'OTAN, il existe une coopération en matière de défense entre les pays nordiques.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/10/r...

RÉFLEXIONS

Inciter ou imposer : la dérive du principe de précaution

Le principe de précaution défie la logique scientifique, est capable d’ignorer les faits, identifie l’incertitude à la peur, encourage une population apathique à croire qu’elle peut vivre sans risque.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/13/438582-inciter-ou...

Le diable s'habille-t-il en Pogba ?

La planète foot en tremble, l’opinion s’en amuse et la presse a beau parler d’une affaire rocambolesque, l’histoire est prise au sérieux par la justice et sème le trouble dans l’équipe de France à deux mois de la Coupe du monde au Qatar. Paul Pogba a-t-il demandé à un marabout de jeter un sort à Kylian Mbappé ? Le milieu de terrain a-t-il pu vouloir du mal à l’attaquant auquel il est censé faire des passes en or ? On n’a toujours pas la réponse à cette question.

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/le-diable-shabille-t-il...

37809.HR.jpg

RUSSIE

La « guerre économique » contre la Russie va-t-elle se retourner contre ses auteurs (2/3) ? par Jacques Sapir

Après avoir ainsi analysé l’évolution de la pratique des sanctions et de leur efficacité, il nous faut envisager le contexte général des sanctions qui ont été prises contre la Russie d’un point de vue économiques. La Russie est, en effet, sous le coup de sanctions économiques depuis 2014 et son intervention en Crimée. Ces sanctions ont été considérablement renforcées depuis le début des hostilités avec l’Ukraine le 24 février 2022, au point que le Ministre français de l’économie et des Finances a pu parler de « guerre économique » menée contre la Russie. Mais, la Russie est dans une situation plus favorable que de nombreux pays qui ont été frappés par des sanctions. Ceci pose la question de l’efficacité des sanctions et, au-delà, d’un possible « effet boomerang » de ces dernières.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/la-guerre-economique-contre-la-...

SANTÉ/LIBERTÉS 

« L’objection de conscience, position scientifique légitime face à la technologie ARNm à des fins vaccinales »

Dans le cadre des campagnes de vaccination de masse, les vaccins les plus utilisés dans les pays occidentaux sont basés sur l’ARNm. Certains pays ont imposé une vaccination obligatoire et de nombreux autres ont exigé un passeport vaccinal pour accéder aux transports publics et autres activités, produisant une discrimination systémique, une exclusion sociale, une ségrégation et une stigmatisation à l’encontre des personnes non vaccinées. Cet article vise à présenter plusieurs incertitudes scientifiques sur lesquelles, les objecteurs de conscience aux injections d’ARNm comme traitement préventif de la COVID-19, pourraient s’appuyer

Le blog de Laurent-Mucchielli

https://qg.media/blog/laurent-mucchielli/lobjection-de-co...

63232d18b2f2b_soignants1.jpg

Soignants suspendus : un an de suspension sans salaire depuis le 15 septembre 2021

Mercredi 15 septembre 2021, suite à leur refus de recevoir le vaccin contre le Covid-19, des professionnels de santé - médecins, infirmière, aides-soignants - mais aussi des pompiers et autres personnels des hôpitaux, ont été interdits d'exercice. Un an après leur suspension, jour pour jour, nous avons contacté par téléphone plusieurs de ces soignants suspendus afin de se renseigner sur la manière dont ils vivent, voire survivent, depuis leur mise au ban des établissements de santé.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/societe-sante/suspendus-les-pro...

SUèDE

En Suède, la victoire des droites unies est une première historique

C’est fait ! Après trois jours de vérifications comptables tant les écarts étaient serrés, les résultats des élections législatives de dimanche dernier en Suède ont été annoncés hier soir, 14 septembre : la coalition de la droite libérale (Modérés, chrétiens-démocrates et Libéraux) et de la droite nationaliste (Démocrates de Suède, SD) a remporté 176 sièges, contre 173 pour la coalition de gauche sortante (en part des voix, le bloc de droite obtient 49,6 %, contre 48,9 % pour celui de gauche, un ensemble « rouge-vert »). Magdalena Andersson, premier ministre, a annoncé sa démission, effective ce jeudi 15 septembre. « Merci pour la confiance – maintenant nous allons remettre de l’ordre en Suède ! », a commenté sur Facebook le chef du parti des Modérés, Ulf Kristersson, artisan de la collaboration entre la droite et le SD. « Je commence maintenant le travail pour former un nouveau gouvernement efficace », a-t-il ajouté. Le président du Parlement va lui confier la mission de former une majorité, après des négociations entre partis. L’élection du nouveau chef de gouvernement n’interviendra qu’après le 27 septembre, date de la première session plénière du Parlement.

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/en-suede-la-victoire-de...

collapsing.jpg

UNION EUROPÉENNE

Le déclin de l'Empire allemand

L’Allemagne a été donnée en exemple par les technocrates européens depuis 30 ans. On a loué l’efficacité proverbiale, le pragmatisme politique d’une nation repentante qui avait résolument adopté des valeurs libérales. Katastrophe ! Depuis quelques semaines, le pays semble pris dans une spirale infernale. Le prix de l’électricité est multiplié par 14 par rapport à la moyenne des années précédentes. L’inflation devrait atteindre 10 % à la fin de l’année et l’euro a connu une chute historique. Pour la première fois depuis 1945, 62 % de la population allemande n’est pas satisfaite de son gouvernement… Freddie Sayers a reçu le sociologue allemand Wolfgang Streeck. Comment expliquer une crise aussi sévère et brutale ?

laselectiondujour.com/

https://www.laselectiondujour.com/le-declin-de-lempire-al...

La guerre mondiale en cours et l'asservissement des peuples européens

83b3df268f08a12fde150714754cb29c.jpg

La guerre mondiale en cours et l'asservissement des peuples européens

par Luciano Lago

Source: https://www.ideeazione.com/la-guerra-mondiale-in-corso-e-la-sottomissione-dei-popoli-europei/

Les tensions internationales, les conflits et les changements qui se produisent dans le scénario mondial démontrent irréfutablement la phase de modification des équilibres de l'ordre international que le monde traverse.

On peut dire qu'une nouvelle guerre mondiale a commencé depuis longtemps en raison de la volonté des États-Unis, en tant que superpuissance hégémonique, de maintenir leur leadership perdu sur la scène internationale.

On pourrait imaginer une telle guerre comme une confrontation nucléaire entre les superpuissances, alors qu'aujourd'hui l'échange de coups se fait par des méthodes complètement différentes.

Aujourd'hui, les États-Unis cherchent désespérément à maintenir leur leadership par des actions destructrices non seulement contre leurs adversaires, mais aussi contre leurs alliés et ce, dans toutes les directions possibles. Cela est démontré à la fois par les nombreux conflits armés et les agressions dans le monde entier dont les États-Unis sont les instigateurs, et par les sanctions imposées aux pays qui ne veulent pas se plier aux directives de Washington et n'acceptent pas d'être les marionnettes de la superpuissance américaine. Sans compter que ces sanctions sont imposées en violation des normes généralement acceptées et sans l'approbation des organisations internationales.

Uncle-Sam-Europe.jpg

Washington ne se soucie pas de la position de ces pays, et encore moins des effets dévastateurs que ces sanctions ont souvent sur leurs populations, mais impose au contraire ses diktats, se sentant l'arbitre et le gendarme du monde vis-à-vis de ceux qui ne se conforment pas à ses règles. Cependant, de plus en plus de pays contestent cette politique et se distancient des décisions des États-Unis et de leurs alliés sur la base de leurs propres intérêts nationaux, comme en témoigne le refus de la plupart des États du monde de se joindre aux sanctions contre la Russie.

Face à l'émergence de nouvelles puissances, Chine, Russie, Inde, les Etats-Unis tentent de marginaliser par le chantage des sanctions les pays qui refusent de s'aligner sur leur domination politique, financière et militaire mais se heurtent à un mur.

L'élite du pouvoir à Washington est déterminée à faire en sorte que le monde unipolaire le reste à jamais. C'est la meilleure condition pour les hégémonistes, car elle est optimale pour leurs affaires. Les monopoleurs savent qu'il n'y a rien de mieux qu'un monopole assuré pour toujours. Cette condition leur permet d'accumuler de nombreux bénéfices, d'imprimer des dollars à volonté pour financer leur niveau de consommation, de financer leurs guerres et de vivre sur le dos des autres.

Bien que la stratégie déclarée de la politique étrangère américaine ne désigne officiellement que la Russie et la Chine comme adversaires, la stratégie essentielle des États-Unis implique certainement que les alliés européens, aussi serviles soient-ils, sont également inclus dans la liste des concurrents de son monopole.

Washington a fait tout ce qui était en son pouvoir pour saper l'unité européenne sur la base du vieux principe "diviser pour régner", et a notamment cherché tous les expédients pour réduire la capacité de l'industrie allemande, considérée comme un concurrent des États-Unis.

Le plus grand danger pour Washington était celui d'une soudure entre la capacité industrielle et technologique de l'Allemagne et la puissance énergétique et minière de la Russie. Par conséquent, toute la politique étrangère des États-Unis visait à créer le fossé le plus profond possible entre la Russie et l'Europe.

imaeurgafamges.jpgLe conflit en Ukraine, incité et fomenté par Washington, sert cet objectif: rompre les relations avec la Russie et rendre l'Allemagne et l'Europe totalement dépendantes des États-Unis.

Avec cet objectif en tête, il était essentiel pour Washington de favoriser l'ascension de personnages profondément imbéciles et facilement manœuvrables tels que Ursula von der Leyen, Charles Michel et Josep Borrell à des postes de premier plan dans les institutions européennes, afin qu'ils puissent influencer la politique européenne dans le sens des intérêts des États-Unis et au mépris total des intérêts de l'Europe dans son ensemble, sans parler de leurs pays d'origine. Le contrôle exercé sur le concurrent potentiel des États-Unis, l'Allemagne, est encore plus grand grâce à son dirigeant faible et sans vergogne, Olaf Scholz, et aux efforts de lobbying anti-russes et pro-USA du Parti des Verts, une véritable cinquième colonne américaine en Allemagne qui prêche la guerre contre la Russie et accuse le gouvernement d'indécision dans la fourniture d'armes à l'Ukraine.

La campagne massive de propagande et de désinformation menée par les méga-médias du système a fait naître un fort sentiment de "russophobie" en Europe, qui a incité l'UE à répudier tous les accords économiques existants avec Moscou et à suspendre les importations d'énergie en provenance de Russie, ce qui a porté un grave préjudice à la compétitivité du système industriel européen, déstabilisé la situation politique et sociale des pays européens et réduit encore davantage leur compétitivité.

Exactement ce que Washington voulait et qui endommage irréversiblement l'économie européenne.

Les conséquences de la crise énergétique déclenchée par les sanctions contre la Russie, voulues par Washington, auront leur plus grand impact l'hiver prochain et nous verrons alors les protestations dans les rues et la répression des gouvernements prostitués aux intérêts américains. Ce sera le moment de vérité pour savoir si les peuples d'Europe seront capables de se réveiller de leur torpeur et de reprendre la défense de leurs propres intérêts.

La Russie se tourne vers l'Asie

87d5af96-d257-459e-8945-186a0e69b071.jpeg

La Russie se tourne vers l'Asie

par Leonid Savin

Source: https://www.ideeazione.com/volgersi-ad-est/

La Russie est le pays du Soleil Levant, a déclaré le président russe Vladimir Poutine le 5 septembre lors d'une rencontre avec des militants au forum environnemental du Kamtchatka. Le même jour, le gouvernement russe a décidé de se retirer des accords jadis conclus avec le Japon sur la procédure des visites réciproques et des facilités sur les îles de Kunashir, Iturup et de la Petite Crête des Kouriles accordées aux citoyens japonais vivant sur ces îles et les membres de leur famille. Cet accord était en vigueur depuis 1999.

Le même jour, le Forum économique oriental s'est ouvert à Vladivostok, auquel ont participé de nombreux délégués non seulement de Russie, mais aussi d'autres pays, y compris des fonctionnaires de haut rang. Au même moment, les exercices militaires Vostok-2022 étaient en cours, impliquant cinq camps d'entraînement et les eaux de deux mers, la mer d'Okhotsk et la mer du Japon. Deux pays pourtant ennemis de longue date, la Chine et l'Inde, étaient impliqués.

Même isolés, ces événements semblent assez impressionnants. Et les décisions prises seront lourdes de conséquences. Bien que ce soit habituellement une façon de s'exprimer par des actions hostiles, dans ce contexte, il est possible de parler d'aspects positifs de la politique russe. La perspective s'ouvre de créer une autre ville en Extrême-Orient avec une zone économique libre. Des mesures de stimulation financière et économique sont mises en œuvre. D'autres perspectives s'ouvrent également pour l'activité économique à l'étranger.

the-tatmadaws-special-relationship-with-russia-1582192850.jpg

Le Myanmar (dont les dirigeants étaient présents au forum de Vladivostok) prévoit d'acheter du pétrole russe. Dans le contexte de la diversification des approvisionnements énergétiques, le nouvel accord entre la Russie et la Chine sur le passage complet au rouble et au yuan dans les règlements mutuels est une nouvelle importante. La quantité totale de gaz naturel fournie passera à 48 milliards de mètres cubes par an. En comparaison, la capacité des deux pipelines Nord Stream est de 55 milliards de mètres cubes par an. Même si le volume total des approvisionnements de l'Europe et de la Turquie s'élève à 135,75 milliards de mètres cubes (chiffres pour 2020).

Ainsi, la Chine pourra acheter à elle seule plus de 30 % du volume de gaz européen. Cela indique un véritable virage vers l'Est. Plus précisément, vers l'Asie du Sud-Est, qui est en train de devenir le moteur de l'économie mondiale.

Uhtomsky_Esper.jpgIl convient de noter que le concept de se tourner vers les pays asiatiques remonte à l'époque de l'Empire russe. La doctrine de l'"orientalisme" a été proposée par le prince Esper Ukhtomsky (photo). Dans son petit mais perspicace ouvrage intitulé "On Events in China: On the Relations of the West and Russia with the East", Ukhtomsky a noté l'importance de l'interaction avec les pays de cette région, les tentatives des puissances occidentales d'y semer la méfiance à l'égard de la Russie, et une incompréhension générale du potentiel de ces pays de la part des politiciens européens. Déjà à l'époque, Esper Ukhtomsky notait que la Chine ne dormait pas, comme le croyaient les impérialistes d'Europe occidentale, mais qu'elle s'éveillait au mouvement ; le pays était "si puissant et énorme qu'il est difficile d'imaginer ce qu'il deviendra dans quelques décennies" (ndt: le Prince Ukhtomsky est en quelque sorte un précurseur d'Alain Peyrefitte qui écrivit en français un livre qui fit, à l'époque, beaucoup de bruit, Quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera...).

Comme nous pouvons le constater, les prédictions d'Ukhtomsky sont devenues réalité. Tout comme l'eurasisme, un autre mouvement idéologique né il y a un siècle parmi les émigrants blancs, est en train de devenir une réalité. Les Eurasistes ont critiqué la culture et la politique européennes décadentes pour leur nature explicitement raciste et ont proposé le concept de Russie-Eurasie en tant qu'unité culturelle et historique distincte, séparée à la fois de l'Europe et des cultures asiatiques uniques ayant leur propre identité.

2-carte-influence-civilisations-en-asie-centrale-map.jpg

Le renforcement de la souveraineté de la Russie, comme l'a noté Vladimir Poutine lors du Forum économique oriental, fait partie du concept d'eurasisme, d'autant plus que la Russie est le fleuron de l'Union économique eurasienne, qui vise à réintégrer l'espace post-soviétique. En tant qu'État souverain, la Russie souhaite renforcer ses relations avec les États également souverains sur la base du principe du respect mutuel. Les vassaux et les satellites des États-Unis ne veulent pas d'un tel scénario, car ils veulent que ces Etats se contentent du statut et du rôle de client qui leur a été imposé. Par conséquent, s'ils adhèrent encore et toujours aux mirages occidentalistes, ils continueront à perdre leur souveraineté, cette fois sous le prétexte de renforcer la défense collective contre la Russie (ou la Chine).

À cet égard, le président Poutine a déclaré que "l'épidémie a été remplacée par d'autres défis, également de nature globale, qui menacent le monde entier. Je fais référence à la frénésie des sanctions qui agite l'Occident, à ses tentatives flagrantes et agressives d'imposer des modèles spécifiques de comportement aux autres pays, de les priver de leur souveraineté et de les soumettre à sa volonté. Il n'y a rien d'inhabituel à cela: c'est une politique que l'Occident collectif mène depuis des décennies. Le catalyseur de ces processus a été le déclin de la domination mondiale des États-Unis en politique et en économie, associé au refus obstiné et à l'incapacité des élites occidentales à voir et à reconnaître les réalités objectives...

Des changements irréversibles, on pourrait dire tectoniques, se sont récemment produits dans le système des relations internationales... Nous n'avons rien perdu et nous ne perdrons rien. En termes de ce que nous avons gagné, je peux dire que le principal gain a été le renforcement de notre souveraineté, et c'est le résultat inévitable de ce qui se passe maintenant. Bien sûr, une certaine polarisation a lieu, tant dans le monde qu'au sein du pays, mais je crois que cela ne sera que bénéfique, car tout ce qui est inutile, nuisible et qui nous empêche d'avancer sera rejeté. Nous allons accélérer le rythme du développement car le développement moderne ne peut être fondé que sur la souveraineté. Toutes nos démarches visent à renforcer la souveraineté".

Enfin, tout ceci se déroule sur fond d'aggravation de la crise énergétique en Europe et d'une hausse significative de l'inflation aux États-Unis. Il est déjà clair que si la confrontation géopolitique collective de l'Occident avec la Russie se poursuit, il ne sera pas en mesure d'obtenir des ressources énergétiques bon marché, comme c'était le cas auparavant. L'absence de réserves suffisantes de gaz naturel détruira des secteurs économiques importants, tels que la métallurgie, les machines-outils, la transformation, la pétrochimie, réduira considérablement le secteur agricole en raison des prix élevés de l'électricité et des engrais, et affectera directement le bien-être des ménages. Il semble que l'Occident va bientôt sombrer dans le chaos et les ténèbres. Et la Russie continuera à se tourner vers l'Est, au sens large du terme.

Publié initialement dans Oriental Review.

samedi, 17 septembre 2022

Rêve américain: le conflit en Ukraine poserait aussi des problèmes à la Chine

ukraine-china-flag.jpg

Rêve américain: le conflit en Ukraine poserait aussi des problèmes à la Chine

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/09/11/amerikkalaishaave-ukrainan-konfliktista-ongelmia-myos-kiinalle/

Hal Brands, spécialiste américain de la politique étrangère et partisan de l'atlantisme, affirme que "les mauvais résultats de la Russie en matière de combat posent également de sérieux problèmes à la Chine".

En lisant de telles analyses, il est bon de se rappeler que le chercheur regarde les choses à travers une lentille biaisée, celle de la politique étrangère et de sécurité américaine. Brands (photo) est également le co-auteur, avec Michael Beckley, d'un livre qui évalue l'escalade du conflit entre les États-Unis et la Chine dans un avenir proche.

55697_brandshal_caaronclamageamericanenterpriseinstitute_web_620-620x660.jpg

616qQmP-dDL.jpg

Brands spécule et imagine que le président chinois Xi Jinping est probablement consterné que Poutine ait lancé une attaque aussi maladroite et incompétente contre l'Ukraine peu de temps après que Xi ait signé une déclaration d'"amitié illimitée" avec Poutine. Par ailleurs, on soupçonne que le Kremlin aurait informé les Chinois de ses plans à l'avance.

Du point de vue américain, l'invasion de l'Ukraine par la Russie a causé des "revers stratégiques" à Pékin. Sous l'administration Biden, les États-Unis ont commencé à investir à Taïwan, les dépenses de défense dans la région indo-pacifique ont augmenté et la Chine a été menacée de nouvelles sanctions si Pékin venait à aider Moscou.

Toutefois, M. Brands estime que Pékin ne peut pas rester totalement inactif si la belligérance de la Russie en Ukraine prend un tournant défavorable à Moscou, car cela conduirait à tout le moins à une Russie affaiblie qui serait un allié moins utile et moins capable de distraire Washington.

51RWsco-CKL._SX329_BO1,204,203,200_.jpg

À l'extrême, l'instabilité politique en Russie pourrait causer des difficultés pour le "partenariat stratégique" entre les deux pays, sur lequel Xi a tant investi, selon Brands. On craint également un effet domino, où les problèmes politiques du Kremlin se répercuteraient sur les pays partenaires de la Russie.

Selon M. Brands, la meilleure option des États-Unis dans la compétition contre la Chine est d'essayer de faire en sorte que la Russie ne gagne pas en Ukraine. Cela laisserait Xi dans une situation où il n'y aurait pas d'options faciles.

Le chercheur américain suppose que Poutine cherchera davantage de soutien de la part de la Chine si la position de la Russie se détériore. Si Pékin ne trouve pas le moyen d'apporter ce soutien, le partenariat entre les deux pays pourrait être fracturé. La Chine est-elle prête à soutenir plus ouvertement la Russie, même si elle souffre économiquement et politiquement de cette alliance ?

Officiellement, la Chine a mis l'accent sur une solution diplomatique comme voie vers le rétablissement de la paix, et la République populaire ne s'est pas rangée du côté de la Russie contre l'Ukraine, bien que certaines déclarations chinoises aient laissé entendre que l'Occident, et non la Russie, était l'instigateur ultime du conflit ukrainien. Comme la Russie, la Chine a critiqué les ambitions expansionnistes de l'OTAN.

9780300268058.jpg

Bien qu'un changement de direction ait été envisagé depuis des années, l'opération ukrainienne n'a fait qu'accélérer l'orientation de la Russie vers l'Asie, plutôt que vers l'Europe et l'Occident. S'exprimant lors du Forum économique oriental le 7 septembre, Poutine a souligné la "montée en puissance de l'Asie et du Pacifique" et a laissé entendre que l'Occident était "sur le déclin".

Ces dernières années, Poutine a signalé des "changements tectoniques irréversibles" dans les relations internationales. L'ordre libéral est en crise et le monde inflationniste est à bien des égards dans la tourmente: la crise ukrainienne fait également partie de cet enchevêtrement de problèmes.

La Russie peut-elle alors perdre la bataille contre les forces et les armements secrets de l'Occident, de l'OTAN, en Ukraine ? C'est le résultat espéré en Occident, où les médias ont salué chaque petit succès en Ukraine comme un tournant dans le cours des événements.

Pour autant, les mouvements opérationnels russes sont menés avec des effectifs très limités et aucun bombardier de type américain ne survole l'Ukraine. Le fait que le conflit se déroule selon les termes d'une crise économique et d'un démantèlement contrôlé du système actuel n'est pas quelque chose que dit Brands, en tant que répétiteur du récit politique dominant.

Vladimir Poutine et Xi Jinping se rencontreront prochainement lors de la réunion de l'Organisation de coopération de Shanghai à Samarkand, en Ouzbékistan, les 15 et 16 septembre. Les présidents se sont rencontrés pour la dernière fois en février lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Pékin. Après les Jeux, la Russie a lancé son "opération militaire spéciale" en Ukraine et un nouveau rideau de fer est apparu pour diviser l'Est et l'Ouest.

Le Parlement européen et la Commission dénient à la Hongrie le "statut de démocratie"

676hupar.jpg

Le Parlement européen et la Commission dénient à la Hongrie le "statut de démocratie"

Source: https://www.unzensuriert.at/content/155465-eu-parlament-und-kommission-sprechen-ungarn-demokratie-status-ab/?utm_source=Unzensuriert-Infobrief&utm_medium=E-Mail&utm_campaign=Infobrief&pk_campaign=Unzensuriert-Infobrief

La Commission européenne et une majorité du Parlement européen ont fait preuve d'une autodiscipline incroyable en niant jeudi à la Hongrie le statut de pays démocratique. Un affront pour les citoyens d'un pays qui avaient accordé leur confiance à leur gouvernement lors d'élections libres et à une majorité écrasante. Les centralistes de l'UE menacent désormais de couper des milliards d'aides à la Hongrie.

Dans le même temps, ces mêmes personnalités politiques injectent des milliards d'euros en Ukraine et veulent même faire entrer ce pays dans l'UE. Un pays qui compte parmi les plus corrompus au monde et où les principes de l'État de droit sont très peu développés.

Les centralisateurs de l'UE déterminent ce qui est "démocratique"

Le député FPÖ et président du groupe parlementaire Autriche/Hongrie, Christian Hafenecker (photo), qualifie la résolution adoptée hier par le Parlement européen d'"acte arbitraire et d'affront inconcevable à la population hongroise, ainsi que d'ingérence illégitime dans les affaires internes d'un État souverain".

Christian.Hafenecker_1654200250.jpeg

Pour Hafenecker, les centralistes bruxellois et leurs auxiliaires ont toujours eu en travers de la gorge le fait que le peuple hongrois soutienne majoritairement, lors des élections, une force politique et un gouvernement qui s'engagent pour le maintien de la souveraineté, de l'identité nationale et du socle de valeurs chrétiennes et occidentales de leur pays et de l'Europe. Il juge ainsi les motivations des deux instances européennes derrière cette décision.

Qu'est-ce qu'Ursula von der Leyen a à cacher?

Il est grotesque que ce soit la Commission européenne qui ose priver la Hongrie de son "statut de démocratie" et accuser son gouvernement de corruption. Un organe dont la présidente Ursula von der Leyen n'était même pas candidate en tête de liste lors des élections européennes, ce qui constitue une tromperie manifeste dont les électeurs européens sont victimes.

En outre, selon l'eurodéputé Harald Vilimsky (FPÖ), la présidente de la Commission devrait de toute urgence donner toutes les informations voulues sur son rôle personnel dans l'achat des vaccins. Selon Vilimsky, un rapport de la Cour des comptes européenne montre que la Commission ne veut pas donner de détails sur l'achat de ces vaccins auprès du groupe Biontech-Pfizer et que les messages SMS à ce sujet sont devenus subitement "introuvables" sur le téléphone portable de Mme von der Leyen.

Si vous avez aimé cet article, merci de soutenir le projet unzensuriert en faisant un don. Par paypal (carte de crédit) ou par virement bancaire sur AT58 1420 0200 1086 3865 (BIC : BAWAATWW), ltd. Unzensuriert

Suivez-nous sur notre canal Telegram pour commenter les articles et rester informé de Unzensuriert.

Elizabeth Windsor et Elizabeth Truss: un bilan intermédiaire

queen-elizabeth-ii-liz-truss.png

Elizabeth Windsor et Elizabeth Truss: un bilan intermédiaire

par Maxim Medovarov

Souce: https://www.ideeazione.com/elizabeth-windsor-ed-elizabeth-truss-risultati-intermedi/

Une évaluation sobre des capacités du système politique britannique dans une nouvelle phase de crise exceptionnellement aiguë du développement mondial s'impose.

Deux jours après avoir rencontré son homonyme et l'avoir confirmée comme Premier ministre, la reine Elizabeth II, minée par un stress excessif, a quitté ce monde. Il est difficile d'imaginer un moment plus symbolique et providentiel.

La Reine a commencé à régner sur le pays avec Churchill et l'a laissé avec Truss: la dégradation est évidente, mais le vecteur politique du premier et de la seconde est le même. Elizabeth II, en tant que monarque, n'a jamais été une figure décorative et a toujours été impliquée dans les affaires publiques bien plus que ce que l'on pouvait attendre d'elle. Même la première fois qu'il lui a parlé de politique, Churchill a été interpelé par la profondeur de ses connaissances.

Il ne fait aucun doute qu'Elizabeth II partage non seulement formellement (en tant que monarque qui ordonne l'usage de la force), mais en fait avec ses premiers ministres, la responsabilité de toutes les interventions, guerres, répressions et coups d'État dans le monde déclenchés par la Grande-Bretagne au cours des 70 dernières années. Le symbole de la complicité personnelle de la Reine dans les crimes de guerre a été sa prestation devant un piano volé au palais de Saddam Hussein. Et puis il y a eu et il y a Suez, les Malouines, l'Irak, la Yougoslavie, la Libye, la Syrie, l'Ukraine: partout l'élite britannique a laissé des marques sanglantes dans le monde au cours des 70 ans de règne d'Elizabeth II. Les réseaux sociaux en Argentine, en Iran, en Égypte se réjouissent aujourd'hui de la nouvelle de la mort de la reine.

Pour la société britannique elle-même, ce furent 70 ans de dégradation de la culture, de l'éducation, des infrastructures, de la protection sociale, des soins de santé et de l'économie. Aujourd'hui, les gens ordinaires et les villes du Royaume-Uni sont plus pauvres et plus ruinés qu'il y a seulement un demi-siècle. Un tiers de la population britannique est constituée d'immigrants ou de descendants d'immigrants, un fait qui se reflète désormais de manière éclatante au niveau du gouvernement et du parlement.

ihs8bz19rga51.jpg

Le Commonwealth britannique s'est effondré sous nos yeux au cours des deux dernières décennies. L'Inde a même rompu ses liens symboliques avec Londres et mène une politique totalement indépendante. Les Fidji ont fait sécession du Commonwealth, la Barbade de la Couronne britannique. L'Australie et la Jamaïque abordent pour la première fois une discussion politique sérieuse sur la sécession, sur le rejet de la souveraineté britannique suite au prochain couronnement de Charles. Bien sûr, il ne faut pas s'attendre à une sécession immédiate, mais le processus est en cours. En quelques années, Londres pourrait - si les circonstances extérieures le permettent - perdre non seulement ces territoires d'outre-mer, mais aussi l'Écosse et l'Irlande du Nord, devenant ainsi un royaume divisé.

Le décès d'Elizabeth II ne peut pas être simplement évoqué comme s'il s'agissait d'une simple question d'âge. Sa mère et son mari ont vécu plus longtemps qu'elle. Elle s'inscrit dans la tendance de l'année 2022, avec la grande guerre de libération en Ukraine et le glissement tectonique de l'économie mondiale vers la multipolarité, avec les décès symboliques de ceux qui incarnaient cette époque proche et révolue, de Jirinovski aux responsables de l'effondrement de l'Union soviétique. En l'espace de quatre mois, Chouchkevitch, Kravchuk, Burbulis, Bakatin et Gorbatchev sont morts les uns après les autres, ce qui ne peut être une simple coïncidence. Elizabeth II trouve logiquement sa place dans cette énumération nécrologique, tandis que les noms de Biden, Kissinger et Soros manquent encore à l'appel.

Elizabeth II était un symbole de l'atlantisme "doux". Il semble qu'elle n'ait fait des commentaires ouvertement anti-russes qu'une seule fois, il y a quelques années, dans un discours du trône devant le Parlement. Son rôle dans le système atlantiste était de représenter le "bon flic" face à ses premiers ministres. Aujourd'hui, les masques sont tombés et la catastrophe anthropologique vivante qu'est aujourd'hui la Grande-Bretagne, en la personne de Liz Truss, est harmonieusement complétée par le roi Charles III de Grande-Bretagne, caricatural et très mal aimé, qui a battu tous les records d'âge pour accéder au trône.

Le choix du nom de Charles pour le trône, d'une part, ramène pour la première fois la couronne britannique au souvenir des Stuarts et à ses racines écossaises. Bien qu'il n'y ait pas une goutte de sang anglais ou écossais chez Elizabeth et Charles, seulement du sang allemand et un peu de sang danois, tous deux ont pris soin de donner la priorité à l'Écosse dans leurs visites et leurs titres. Ce n'est pas une coïncidence si la reine a passé les derniers mois de sa vie au château de Balmoral, en Écosse.

ANP-454326411.jpg

D'autre part, Charles II (1766-1788) était le nom du prétendant au trône britannique, le légendaire favori Charles Edward Stuart, "Bonnie Prince Charlie", dont le monument se dresse même à Derby, en Angleterre. Dans cette optique, le choix par le nouveau roi du nom de Charles III révèle un accent délibérément provocateur de sa succession aux monarques libéraux et oligarchiques qui gouvernent les îles depuis 1689 et qui sont étroitement alliés à l'élite financière et politique de la City. Le Prince Charles a longtemps cherché à se créer une drôle de réputation de champion du traditionalisme, mais ces dernières années ont montré à quel point il l'était.

L'engagement du nouveau roi envers l'atlantisme et le mondialisme sera tout aussi ferme que celui du nouveau premier ministre. Mais une nouvelle ère se profile à l'horizon, une ère sans Gorbatchev, si vous voulez ; et les différences se manifesteront par une profonde crise politique intérieure, un effondrement énergétique et une rupture complète des procédures démocratiques, même apparentes (c'est déjà le troisième premier ministre à arriver au pouvoir sans élections générales et malgré la haine de la majorité de la population du pays).

Du point de vue de la Russie, il n'y a pas lieu de se réjouir ou de se désoler. Il est nécessaire de procéder à une évaluation sobre des capacités réelles du système politique britannique dans la nouvelle phase, extraordinairement aiguë, du développement mondial. Mais l'écrasante majorité de la population britannique, selon tous les sondages et enquêtes, n'est manifestement pas heureuse de voir Charles III devenir ou de voir Liz Truss ou Boris Johnson à la tête du gouvernement, ou de subir l'imposition autoritaire du programme LGBT ou de se voir administrer des factures astronomiques d'électricité et de chauffage. On ne peut que lui présenter nos condoléances.

Peut-on encore railler le climat?

rechauffement-global-des-temperatures.jpg

Peut-on encore railler le climat?

par Georges FELTIN-TRACOL

Si la combustion avait dégagé un bilan carbone neutre, on aurait déjà brûlé en place publique Christophe Galtier. Lors de la conférence de presse d’après-match du lundi 5 septembre dernier, l’entraîneur du PSG a effectué un impaire gravissime. En d’autres temps plus inclusifs et citoyens, il aurait été banni de la cité des Bisounours.

Un journaliste lui demande pourquoi les joueurs et leurs accompagnateurs, soit une soixantaine de personnes, ont voyagé en avion privé entre Nantes et Paris. Sur le ton de la boutade, Christophe Galtier répond qu’il envisage pour les prochains déplacements à l’extérieur d’utiliser le char à voile. Présent à ses côtés, le jeune attaquant vedette Kylian Mbappé ne se retient pas pour franchement rigoler. Quelle horreur ! Quelle indécence ! Quelle faute en éco-responsabilité !

OGKZ3SBA6NG2BK5W4BSSMCSHEY.jpg

Téméraires ou inconscients, l’entraîneur et le joueur ignorent certainement que dans l’Hexagone macronien de 2022, il est formellement interdit de plaisanter sur l’urgence climatique. Le propos comique de Christophe Galtier provoque une indignation intergalactique. Un tsunami de commentaires défavorables déferle sur les réseaux sociaux. Prompte à toujours donner des leçons, la caste politico-médiatique en rajoute volontiers. Élisabeth Borne elle-même, la ministresse des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, la mairesse de Paris Anne « 1,74 % » Hidalgo - et on en passe… - condamnent ce trait d’humour malicieux. Dans son édition du 7 septembre, un journaliste de Libération qualifie la scène d’« ignoble ». Pas moins ! La complicité de crime contre l’humanité pointe à l’horizon ! La libération de la parole et l’expression sans aucun tabou ne concerne pas tout le monde, ni tous les sujets. Nous le savions depuis longtemps; cela se confirme.

Dès le lendemain, devant la tempête médiatique déclenchée par une bande de bouffons, Christophe Galtier a présenté ses plus plates excuses. En 2010 au moment des élections régionales, le même Galtier avait désapprouvé l’affiche du Front National montrant des minarets sous forme de missiles. Dommage qu’il n’ait jamais revenu sur cette critique.

À l’heure où planent chez les bien-pensants la fin des piscines privées, des barbecues et de la viande à la cantine scolaire, tels des Salman Rushdie menacés par une secte météo protéiforme, Galtier et Mbappé ont commis en direct un blasphème climatique. Qu’attendent donc les groupes Verts au Palais-Bourbon et au Palais du Luxembourg pour déposer une proposition de loi pénalisant sévèrement tout outrage au climat et à la planète ? La lithosphère, le climat et la planète ne sauraient être raillés, voyons !

Le système médiatique d’occupation mentale bombarde en permanence l’opinion publique de considérations catastrophistes sur l’urgence climatique. Victimes de cette propagande délirante, les jeunes générations développent maintenant des symptômes inquiétants d’une nouvelle pathologie mentale : l’« éco-anxiété ». Par ailleurs, prendre en compte cette urgence climatique implique des initiatives à l’échelle planétaire en tant que « citoyens du monde ». Les utopies mortifères ne sont pas mortes. Elles prolifèrent dans la grande industrie du divertissement dont la médiastructure et la politique politicienne sont les annexes.

Cosmopolite, la religion climatique est aussi une eschatologie séculière. En dignes rejetons de Philippulus le Prophète dans l’album de Tintin, L'Étoile mystérieuse, les Verts crient à l’imminence de la fin du monde. À la différence des grands remplacements productif et démographique, il faudrait croire ce néo-millénarisme insensé.

France-Train-Derails.jpg

L’équipe du PSG doit-elle prendre des TGV ? La SNCF peut-elle proposer des horaires aménagés, en particulier la nuit alors que se réalisent les opérations indispensables de maintenance des voies ferrées ? En outre, la circulation ferroviaire des voyageurs et des marchandises arrive à saturation. La thrombose menace le rail à cause du non-renouvellement massif des personnels, souvent partis en retraite, et de la fermeture de nombreuses lignes ferroviaires dont le maintien aurait permis le délestage du fret.

Les belles âmes qui s’offusquent de ce persiflage climatique bon enfant ont gardé un silence pesant quand un gars faisait cet été du jet ski au large du fort de Brégançon. Elles ont en revanche soutenu les fiestas fort peu climato-correctes de la Première fêtarde de Finlande, Sanna Marin. Elles se sont enfin tues en voyant les courses estivales de karting dans la cour de la prison de Fresnes. Si ces engins avaient une propulsion thermique, quelle a donc été l’empreinte carbone de cette sympathique journée d’animation sur la planète ?

Une sotériologie artificielle se diffuse dans tout l’Occident moderne globalitaire. Le dogme infaillible de l’Immaculé Climat s’impose dans les rédactions et les cabinets ministériels. Et gare aux nouveaux mécréants ! Le député végan et « panzoo-iste » de Paris, Aymeric Caron, et son homologue Vert, Sandrine Rousseau, n’hésiteront pas à sévir. On en tremble déjà ! 

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 42, mise en ligne le 13 septembre 2022 sur Radio Méridien Zéro.

vendredi, 16 septembre 2022

La Suède détruit le cauchemar social-démocrate

41b7ffd6-5d6c-4423-97eb-f0cdc9e28623.jpg

La Suède détruit le cauchemar social-démocrate

par Enric Ravello

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/09/suecia-destruye-la-pesadilla.html

Magdalena Andersson, Premier ministre suédois, démissionne après les résultats des élections législatives suédoises. La cause n'est pas le résultat de son parti, qui reste le premier parti du pays avec 30% (+2%), mais l'échec de sa coalition gouvernementale de gauche, qui se retrouve derrière le bloc droite+nationalistes, laquelle, avec 176 sièges, a la majorité absolue et la possibilité de former un gouvernement.

C'est le signe indubitable de l'échec du modèle social-démocrate qui, depuis les années 1970, s'est acharné à détruire la société suédoise et à la transformer en un cauchemar multiculturel (1).

Ces résultats ouvrent un processus de négociations. Étant donné que la majorité absolue est détenue par le bloc droite+nationalistes et que le résultat des élections reflète un rejet clair des politiques sociales-démocrates, il y a deux options et deux questions.

La première option - la plus logique - serait que Jimmie Akesson, leader des Démocrates suédois (SD), qui a remporté 21% des voix et est la force la plus  représentative du bloc de droite en nombre de voix, soit à la tête du nouveau gouvernement. La deuxième option serait pour le leader du deuxième parti de droite, Ulf Kristersson des Modérés (17%), qui a subi lors de ces élections le raz-de-marée dans le bloc de droite en faveur des "Démocrates Suédois" (SD). 

Pour savoir quelle option sera la dernière, il faut se poser deux questions: Akesson exigera-t-il d'être le nouveau Premier ministre? Le reste des partis de droite, libéraux, modérés et conservateurs, continuera-t-il à appliquer un cordon sanitaire contre ce qu'il est convenu, dans les médias mainstream, d'appeler l'"extrême droite", soit les SD ? Les chrétiens-démocrates sont les plus réticents à l'idée de le faire, des rumeurs indiquant qu'ils pourraient même soutenir un gouvernement social-démocrate si les SD n'arrivent pas au pouvoir.

Les négociations s'annoncent longues et intenses, et M. Akesson a fait des déclarations initiales en toute franchise et dans un esprit constructif, mais sans encore arrêter une position concrète:

"Deuxièmement, le peuple suédois a voté pour un changement de pouvoir. Les succès électoraux, tant pour le camp bleu-jaune que pour notre parti, impliquent une grande responsabilité envers les électeurs, et nous assumerons cette responsabilité de la meilleure façon possible et avec le plus grand respect. Il faut maintenant en finir avec la politique social-démocrate ratée qui, depuis huit ans, continue de mener le pays dans la mauvaise direction. Il est temps de commencer à reconstruire la sécurité, le bien-être et la cohésion. Il est temps de faire passer la Suède en premier. Les Démocrates suédois seront une force constructive et motrice dans ce travail".

19327935056_b197fc5b81_b.jpg

Un processus commence maintenant pour pouvoir définir en détail comment l'équipe gagnante sera structurée et c'est un processus qui prendra le temps qu'il faut, tout cela afin de construire un nouveau gouvernement stable à long terme.

La formule du succès des SD est simple: être le seul parti qui ose pointer du doigt les conséquences désastreuses de l'immigration de masse, telles l'insécurité, la criminalité, le taux de viols élevés et le radicalisme islamique dans un pays où la gauche et la droite traditionnelle n'osaient pas dire un mot critique. Cette formule, associée à un processus interne de modération des formules, a fait passer les SD de 0,1 % en 1991 à 21 % aux dernières élections aujourd'hui.

Autres parties et tendances futures

Dans la section sur les autres partis, avec 1,4 % des voix, deux partis se distinguent par leurs positions et leurs positions antithétiques.

Le premier est Alternative pour la Suède (0,28%), une dissidence des SD, qui préconise une révision de tous les processus de légalisation et de naturalisation des immigrants et leur rapatriement. Si le vote anti-immigration s'est concentré sur les SD, le discours d'AfS augmente son soutien dans l'opinion publique suédoise. Dans une situation de radicalisation sur l'immigration, l'avenir dira si les SD durciront leurs discours ou si l'AfS parviendra à se développer au sein de l'électorat identitaire suédois. Beaucoup dépendra des performances des SD au cours des quatre prochaines années.

L'autre formation est le parti islamiste Nyans (0,44%) qui obtient des résultats compris entre 20 et 25% dans les banlieues de Stockholm et de Malmö.  Nyans a été fondé récemment et est soutenu financièrement et logistiquement par le gouvernement turc (2). Sa croissance est due à une tendance claire: les immigrants musulmans, qui sont de plus en plus nombreux, se sentent politiquement et démographiquement plus forts et votent déjà directement pour leurs propres partis, délaissant les partis de gauche, qui recevaient traditionnellement leurs votes comme acquis ; la croissance des Nyans se fait aux dépens des sociaux-démocrates et des autres partis de gauche. C'est le vote ethno-religieux qui va changer la carte politique européenne. Aux Pays-Bas, DENK, un parti présentant les mêmes caractéristiques est déjà présent au Parlement néerlandais.

Notes:

1) https://www.enricravellobarber.eu/2021/06/rinkeby-como-paradigma-del-fracaso.html#.YyRNxLTP2Uk

2) https://www.enricravellobarber.eu/2021/06/nuevo-partido-musulman-en-suecia-apela.html#.YyRNf7TP2Uk

 

mercredi, 14 septembre 2022

La cour royale de Grande-Bretagne et les mots d'ordre mondialistes

shutterstock_1591398139-scaled.jpg

La cour royale de Grande-Bretagne et les mots d'ordre mondialistes

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/09/09/britannian-kuningashovi-ja-globalistien-agendat/

Le décès de la reine d'Angleterre a été rapporté dans les médias du monde entier. Monarque qui régna plus de 70 ans, Elizabeth II, décède tout récemment au château de Balmoral en Écosse, unjeudi soir de septembre, à l'âge de 96 ans. Elle a bénéficié d'un grand succès populaire pendant la majeure partie de son règne - du moins c'est ce qu'on nous assure.

Certains disent que c'est l'Empire britannique qui a lancé le projet de mondialisation qui révolutionne le monde. Il est ironique que le décès du leader symbolique du Commonwealth soit pleuré par des personnes qui, dans le même temps, s'indignent du fait que leur île natale soit envahie par des immigrants venus des anciennes colonies, tandis que les Britanniques de souche seront bientôt une minorité dans leur propre pays.

Selon l'ordre de succession britannique, le fils aîné de la reine deviendra désormais roi. Né à Buckingham Palace en 1948, Charles est peut-être plus connu pour son mariage raté avec Lady Diana Spencer, qui est décédée dans un accident de la circulation à Paris en 1997, un an seulement après son divorce.

En tant que duc et prince de Windsor, Charles est dépeint en public comme un personnage maladroit mais aimable qui parle à ses plantes, aime l'architecture traditionnelle et protège la nature. Charles a même été considéré comme un "prince philosophe" antimoderne qui apprécie les religions du monde et est un partisan de l'école traditionaliste de la philosophie pérenne.

Mais dans une réalité plus dure, il est une noble figure de proue de l'empire mondialiste, où les manœuvres économiques et géopolitiques douteuses d'un petit groupe supranational sont hypocritement dissimulées derrière une façade philanthropique.

d16eaab0-3d45-11ea-9d26-97f5748ccca7.jpg

Combien se souviennent encore que c'est Charles, le futur roi du "développement durable", qui s'est prononcé en 2020 en faveur du "Great Reset" du Forum économique mondial ? Charles partageait l'idée de Klaus Schwab et de ses partenaires que la "pandémie" offrait une opportunité de changer fondamentalement le monde.

Dans la pratique, cela signifie que l'héritier du trône britannique - ainsi que les familles fortunées et la nouvelle figure de proue politique du Royaume-Uni, le Premier ministre nouvellement élu Liz Truss - continuera à combiner techno-féodalisme, faux écologisme et capitalisme d'entreprise.

Lorsque le père de Charles, le prince Philip, est décédé lors de la crise sanitaire en avril 2021, de nombreux journalistes sinistres se sont souvenus que le prince, qui cultivait les remarques désobligeantes et l'humour noir, avait un jour déclaré qu'il espérait être réincarné en un "virus mortel qui contribuerait à résoudre la surpopulation".

Comme de nombreux eugénistes de l'élite dirigeante, Charles a appelé à freiner la croissance démographique dans les pays en développement, et son fils, le prince William, a provoqué l'indignation avec ses commentaires sur la croissance démographique en Afrique. Étrangement, même à notre époque politiquement trop correcte, de telles déclarations racistes et éco-fascistes sont pardonnées assez facilement lorsqu'elles sont éructées par les membres des familles royales.

La cour royale britannique, avec son étiquette et son esthétique, peut apparaître aux monarchistes les plus ardents comme une "gardienne de la tradition", mais Elizabeth II et ses descendants promeuvent des agendas mondialistes depuis des décennies, des politiques d'immigration libérales aux programmes de l'ONU et aux politiques d'identité pour les minorités sexuelles.

Le futur roi Charles III continuera à jouer son rôle dans le maintien d'un empire mondial d'exploitation. La gestion de cet empire comprend des familles puissantes, des familles de banquiers, des membres de la royauté et des propriétaires de sociétés internationales et de conglomérats médiatiques, qui ne renonceront pas volontairement à leur pouvoir et à leurs plans, qui ont été affinés dans les sociétés secrètes des élites pendant des décennies.

dimanche, 11 septembre 2022

Giorgia Meloni et les prochaines élections italiennes - Entretien avec Marco Malaguti, directeur d'Essenzialismi

fb21e91a-ea45-4e9b-a12f-02a85a5c55ee_w1600_r1.4992503748125936_fpx40.69_fpy44.98.jpg

Giorgia Meloni et les prochaines élections italiennes

Entretien avec Marco Malaguti, directeur d'Essenzialismi

Marco Malaguti (né en 1988 à Bologne), directeur du nouveau portail culturel et philosophique Essenzialismi (www.essenzialismi.it). Auteur pour la plateforme géopolitique Aliseo depuis mai 2022, membre du groupe de réflexion "Centro studi politici e strategici Machiavelli". Expert en philosophie romantique et postmoderne.

L'entretien a été réalisé et traduit de l'anglais par Alexander Markovics pour le journal allemand Deutsche Stimme.

Cher Monsieur Malaguti !
Vous êtes vous-même journaliste et vous vous intéressez depuis des années à la politique intérieure italienne. Le 25 septembre, l'Italie réélit son Parlement. La favorite est Giorgia Meloni, connue entre autres pour sa phrase célèbre "Je suis Giorgia. Une femme, une mère et une chrétienne. Et personne ne m'enlèvera cela". Comment évaluez-vous personnellement Mme Meloni et ses chances de gagner les prochaines élections ?

Ce que Giorgia Meloni récolte est le résultat d'un travail de plusieurs années. Contrairement à Salvini, Meloni a toujours eu une vertu fondamentale en politique: la patience. Son héritage politique comprend le MSI, un descendant direct du parti national fasciste, et elle s'est toujours préparée à participer au gouvernement, une nécessité que Salvini n'a jamais ressentie comme urgente. Par conséquent, Salvini s'est rapproché de tous les partis "marqués" au sein de l'UE, y compris le FN français. Bien que ce dernier soit historiquement plus proche du parti de Meloni, les Fratelli d'Italia (FdI) se sont plutôt rapprochés des partis conservateurs au pouvoir dans plusieurs pays de l'UE, notamment le PiS polonais et le FIDESZ hongrois. Cette manœuvre a également concerné l'autre côté de l'Atlantique : alors que Salvini tentait de se faire une réputation d'ami de Poutine (une opération qu'il a complètement annulée après l'invasion de l'Ukraine), Meloni a assisté à de nombreux événements conservateurs aux États-Unis, comme le CPAC, et est devenue membre de l'Institut Aspen.  De ce point de vue, elle a fait preuve de clairvoyance : bien qu'elle ait également eu des sympathies pro-russes dans le passé et que beaucoup dans son parti les partagent, elle a compris à l'avance que l'Occident allait radicaliser son action contre la Russie et qu'elle devait faire le ménage à temps, une mesure que ni Salvini ni Berlusconi, qui est un ami proche de Poutine, n'ont été en mesure de mettre en œuvre. Les FdI seront le parti le plus fort dans une coalition de droite et probablement le parti le plus fort d'Italie, mais il serait faux de considérer ces voix comme un héritage de Meloni. L'écrasante majorité de ces voix proviendront de la Ligue, qui les avait précédemment obtenues de Forza Italia. De manière générale, les électeurs de droite en Italie se sentent largement sous-représentés et cherchent à chaque fois un autre candidat pour défendre leurs intérêts. Meloni était tout simplement la seule candidate restante. Ce serait une erreur de considérer ces électeurs comme des habitués du FdI.

a80d9b8df5f784c3a2f8331766f42605.jpeg

Marco Malaguti.

Giorgia Meloni remporte les élections législatives en s'alliant avec Silvio Berlusconi et Matteo Salvini, qui ont tous deux une grande expérience politique et ont déjà travaillé avec Meloni par le passé. Malheureusement, Berlusconi et Salvini ont tous deux déçu de nombreux électeurs et légitimé le gouvernement technocratique européen de Draghi. Les critiques mondialistes décrivent l'ancienne journaliste comme une candidate d'"extrême droite" et mettent en garde contre un glissement de l'Italie vers un nouveau fascisme. Comment évaluez-vous idéologiquement la nouvelle alliance de droite en Italie ? Pourrait-elle réellement conduire à une révolution conservatrice en Italie ?

Meloni a réussi à se forger une réputation de pureté idéologique et d'intransigeance pour elle-même et son parti, mais la réalité est différente. Les FdI ne sont rien d'autre que les successeurs de l'Alleanza Nazionale (AN), un parti qui a déjà passé de nombreuses années dans une coalition avec Berlusconi, et de nombreux membres de l'AN font désormais partie des FdI. Meloni a elle-même été ministre de la Jeunesse dans le dernier gouvernement Berlusconi. L'idée qu'on se fait d'elle comme d'une femme politique intransigeante qui ne s'est jamais aventurée dans les bas-fonds de la gouvernance est donc romantique, mais fausse.

D'un point de vue idéologique, la coalition des droites italiennes a toujours été d'une grande confusion : des libéraux aux nostalgiques du mussolinisme, des régionalistes aux centralistes. Si je devais montrer ce qui unit cette coalition, je devrais d'abord citer l'aversion pour les impôts, une politique de sécurité stricte en termes de loi et d'ordre, ainsi qu'une hostilité voilée envers l'immigration et l'agenda LGBT. Si je cite des thèmes particuliers, c'est parce qu'il n'existe pas d'idéologie ou de philosophie formulée à laquelle la droite italienne adhère en bloc.

Le travail culturel qui définit une fois pour toutes ce que doit être la droite italienne n'a été fait que récemment et arrive trop tard, souvent écrasé en outre par le lourd héritage du fascisme, dont les Italiens ont encore aujourd'hui une bonne opinion, si l'on exclut les lois raciales. Je ne pense pas qu'un gouvernement de droite puisse déchaîner une "révolution conservatrice" en Italie, et encore moins un retour généralisé du fascisme. De manière réaliste, on peut s'attendre à un assouplissement de la censure des médias et à un arrêt momentané de l'agenda LGBT, mais tout cela sera perdu avec le prochain changement de gouvernement si cette politique n'est pas accompagnée d'un travail culturel profond en coulisses, qui n'a été mené que de manière très partielle et inefficace jusqu'à présent.

En matière de politique étrangère et de géopolitique, Giorgia Meloni adopte des approches plutôt non conventionnelles pour un parti de droite. Elle a ainsi déclaré publiquement vouloir suivre les directives de Bruxelles et livrer des armes à l'Ukraine. Que pensez-vous de ce positionnement géopolitique? Est-ce que cela permettra à l'Italie de récupérer sa souveraineté auprès de l'UE et des États-Unis ou est-ce que cela signifie une consécration de son statut de vassal des États-Unis ?

Aucun des partis de droite de la coalition n'a actuellement la volonté et la possibilité de changer la position atlantiste de l'Italie. La position vis-à-vis de l'UE est plus nuancée, mais la Lega et les FdI sont désormais sceptiques quant à une sortie de l'Italie hors de l'UE, alors que Forza Italia a toujours été pro-UE.  Cependant, l'européisme des FdI est très différent de celui des libéraux et plus proche de la vision eurocritique de Varsovie et Budapest que de l'européocentrisme français ou de la forte adhésion à l'euro en Allemagne.  Ce recentrage permet d'une part d'éviter que les électeurs eurosceptiques ne quittent les FdI pour des partis plus radicaux (par exemple Italexit ou ISP), mais d'autre part il place l'Italie dans une situation d'assiégeant du noyau européen franco-allemand, sous contrôle américain.

WhatsApp-Image-2021-05-11-at-14.jpg

Cet axe, qui marche de concert avec le groupe consolidé de Visegrad, serait complété par l'Italie et les pays du sud de l'UE.  Ce processus joue sur le profond mécontentement en Italie et dans ces pays en raison des politiques d'austérité mises en place par l'UE du Nord au détriment de l'UE du Sud. Ce n'est pas un hasard si Meloni a signé un pacte d'amitié avec le leader du parti espagnol Abascal. Si elle l'emporte en Italie et que la droite triomphe à Madrid grâce à Vox, nous serions alors face à la réalisation d'un rêve de Donald Trump : l'implosion de l'UE et la poursuite de cette politique de "diviser pour mieux régner" qui empêche l'Europe de s'émanciper de ses maîtres de Washington.

La revue de presse de CD - 11 septembre 2022

crise-presse-digitale.jpg

La revue de presse de CD

11 septembre 2022

EN VEDETTE

Katya Kopylova, diplomate russe : « La réponse en cas d’attaque sera radicale ! »  

Katya Kopylova est diplomate et juriste russe. Jeune, très jolie, francophone sans aucun accent, interview d’un ovni : une tête – très - bien faite qui nous donne une belle leçon de géopolitique, historique et politique.

Livre noir

https://www.youtube.com/watch?v=xedMf06kWdU

ALLEMAGNE

L'industrie allemande met en garde contre l'explosion des coûts énergétiques : « L'Allemagne devient un musée industriel »

Les mises en garde contre les conséquences de la politique énergétique actuelle et l'explosion des coûts de l'énergie qui en résulte se font désormais entendre dans les milieux industriels. Début août déjà, le célèbre propriétaire de Trigema, Wolfgang Grupp, entre autres, avait mis en garde contre une « grande vague de licenciements ». Et la Chambre bavaroise de l'industrie et du commerce (BIHK) a déclaré qu'au vu des prix actuels de l'électricité, des milliers d'emplois étaient menacés rien qu'en Bavière ; si le gaz russe venait à manquer, ce chiffre pourrait atteindre un million rien qu'en Bavière.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/02/l...

51XmanPhQsL._SX311_BO1,204,203,200_.jpg

Lu à l’étranger : Thilo Sarrazin, Les vœux pieux en politique

Figure majeure du SPD, exclu après avoir publié un livre critique sur l’immigration, Thilo Sarrazin continu d’analyser la vie politique allemande avec des livres qui sont toujours des bestsellers. Son dernier ouvrage analyse la prise de contrôle du sentimentalisme sur la vie politique. La rationalité et le temps long sont effacés pour être remplacés par l’émotivité et la réponse au court terme. Un livre non encore traduit en français mais qui permet de comprendre les débats intellectuels en Allemagne.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/lu-a-letranger-thilo-sarraz...

CHILI

Réforme constitutionnelle au Chili : la « voix du peuple » contre la gauche

Le dimanche 4 septembre, tous les Chiliens sont allés voter et les résultats sont sans ambiguïté : le texte constitutionnel, porté avec enthousiasme par le président Boric a été rejeté par 61,86 % des voix.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/06/438306-reforme-co...

COMPLOTISME (?) – « c’est celui qui l’dit qu’y est »

A quoi sert la vaccination de masse ? De l’infertilité au transhumanisme…

Ce qui est appelé vaccin aujourd’hui semble se rapprocher toujours plus d’un outil de bricolage génétique qui permettrait aux dieux de l’enfer du great reset de prendre le contrôle de la production et de l’exploitation humaine. Une image qui m’a frappée récemment est la suivante. Elle sort directement des tiroirs de sympathisants de l’UE. Devant une Tour de Babel, flanquée de 11 étoiles inversées, se trouvent des « humains ». A les regarder de plus près, on imagine que ce sont des personnages de Légo. Or, ces gens seraient les « Nouveaux » européens. Autant de transhumains ?

lilianeheldkhawam.com

https://lilianeheldkhawam.com/2022/09/04/a-quoi-sert-la-v...

DÉCONSTRUCTION

« Le Seigneur des anneaux » d’Amazon souille le chef-d’œuvre de Tolkien

La plus grande menace de la Terre du Milieu et du monde du Seigneur des anneaux n’est plus Sauron ou Morgoth, mais les wokes. 

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/04/422688-le-seigneu...

istockphoto-1311031435-612x612.jpg

L’idéologie woke s’attaque aux sciences de l’Homme

Censurer préventivement la science au nom du moralisme progressiste n’est pas seulement idiot, immoral et dangereux : c’est aussi se placer sur le terrain du lyssenkisme, du nom de Trofim Lyssenko, la pseudo-science stalinienne.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/03/438003-lideologie...

Sandrine Rousseau a raison

Dans une vidéo très bien réalisée, le Youtubeur Lapin du Futur se paye Sandrine Rousseau. Tout en appelant ceux qui la critiquent à ne pas se contenter de le faire en se moquant ou en rigolant. Car il a parfaitement saisi que derrière Sandrine Rousseau et quelques autres extrémistes de la « déconstruction » et de la « Table rase », il y a un véritable projet de société révolutionnaire qu’ils veulent mettre en place, pendant qu’une autre partie de la société se conforte dans son immobilisme sans bâtir un projet de société parallèle à celle que veulent ces nouveaux Khmers rouges.

lelapindufutur

https://www.youtube.com/watch?v=4_ud394BiVQ

Vers l’euthanasie à marche forcée

C’est un puzzle qui se met en place sous nos yeux. Chaque pièce y trouve sa place. La vie politique étant pensée en séquences de communication, en fenêtres de tir afin de parvenir à faire adopter sans heurts tel ou tel texte de loi, il semble désormais clair qu’Emmanuel Macron proposera une loi consacrée à l’euthanasie active et au suicide assisté. « La réforme des retraites n'est pas dans les 60 priorités du gouvernement, mais il s'apprête à lancer le processus qui conduira – sans surprise – à légaliser l'euthanasie active et le suicide assisté. S'offrir facilement un succès dans l'opinion plutôt qu'affronter la contestation », analyse avec clarté Guillaume Tabard.

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/vers-leuthanasie-a-marc...

catalog-cover-large.jpeg

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/CENSURES/DÉBILITÉ

L’Express, parfait exemple de propagande de guerre

Le 24 mars 2022, un mois après le début de l’invasion de l’Ukraine par les forces russes, l’Ojim revenait sur les dix principes de la propagande de guerre. Pour nos lecteurs avides de mettre en pratique leurs capacités à repérer ces axiomes, la lecture du numéro 3712 (25 août 2022) de L’Express sera éclairante.

ojim.fr

https://www.ojim.fr/lexpress-nous-les-ukrainiens-propagan...

Revue de presse RT du 28 août au 3 septembre 2022

Notre exercice hebdomadaire de ré/désinformation grâce au média russe Russia Today. Cette semaine, il est visible que RT cherche, par sa sélection d’infos, à montrer la totale contre productivité des sanctions prises contre la Russie. Elles n’ont qu’un effet, mettre l’unité politique occidentale en danger, l’économie européenne à genoux et les citoyens au froid. Et l’Ukraine qui se prépare à devenir un centre terroriste, sous couvert de résistance…

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-du-28-ao...

fake-news-fausses-informations-numerique-projet-de-loi_6069922.jpg

Censure et fake news : Le Monde et LCI dans la tourmente

La onzième édition 2022 d’un rapport conduit par Le Reuters Institute for the Study of Journalism (RISJ) analysant l’activité des consommateurs sur le secteur des médias au niveau mondial, a été rédigée en interrogeant 93 000 « consommateurs » répartis sur tous les continents et 46 marchés distincts. D’après cette étude, il s'avère que seulement 29 % des Français ont confiance dans les médias, ce qui démontre une véritable crise de confiance. Et pour cause : le narratif sur les Gilets jaunes, le covid et la guerre en Ukraine, a beaucoup accentué cette séparation entre la presse et le citoyen. En témoigne ces deux exemples : avant de présenter ses excuses à ses lectrices et lecteurs ainsi qu’au président de la République, Le Monde, journal quotidien autrefois prestigieux, a dépublié suite à la colère de l'Elysée une tribune du politologue Paul Max Morin car « ce texte reposait sur des extraits de citation qui ne correspondent pas au fond des déclarations du chef de l’État ». Seulement quelques jours plus tard, c'est au tour de LCI de faire des siennes. Lors d'une émission, un journaliste provoque la stupeur. Assurant qu'il s'agissait de « propagande russe », celui-ci affirme qu'une manifestation, organisée notamment contre les rationnements énergétiques et pour la sortie de l'Otan, ne s'est jamais déroulée... alors qu'elle a bel et bien eu lieu le samedi 3 septembre.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/opinions-tribune/censure-et-fak...

Les influenceurs virtuels sont-ils plus puissants que les influenceurs humains?

Face aux dangers liés à la réputation et au comportement des influenceurs « réels », les influenceurs virtuels apparaissent comme une solution efficace, car ils accomplissent des missions similaires sans exposer aux mêmes risques. Le phénomène des influenceurs virtuels prend de plus en plus d’ampleur et semble être privilégié par certaines entreprises. Plus fiables, moins chers, toujours disponibles, les influenceurs virtuels sont aussi incroyablement populaires et réalisent des performances remarquables auprès des consommateurs. Ils permettent aux marques d’être plus créatives tout en maîtrisant totalement le contenu.

theconversation.com

https://theconversation.com/les-influenceurs-virtuels-son...

fake-newscar.jpg

Une presse française lâche et paresseuse

Ah, finalement, qu’il est doux d’être journaliste en France dans un journal de révérence ! Jadis, c’était un travail fatigant, voire stressant et parfois même risqué : il fallait aller chercher l’information directement sur le terrain et la corroborer le carnet de notes à la main. Certains événements pouvaient impliquer de mettre sa vie en danger ; et certaines informations, une fois obtenues, pouvaient signifier une exposition directe aux rétorsions des puissants…

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/07/438385-une-presse...

Palestine : la désinformation au 20h de France 2 continue

En juillet 2021, nous nous intéressions à la couverture qu’infligeait le « 20h » de France 2 au conflit opposant Israël aux Palestiniens. Nous notions alors à quel point c’est une constante dans cette rédaction, pour ne pas dire une ligne éditoriale, que de mutiler l’information (et le droit d’être informé) sur ce conflit en accumulant les œillères, les angles morts et les biais, voire les mensonges. Un constat qui ne s’est pas démenti depuis, y compris lorsqu’une journaliste palestinienne, mondialement reconnue, a été récemment assassinée par l’armée israélienne.

les-crises.frs

https://www.les-crises.fr/palestine-la-desinformation-au-...

ÉCOLOGIE

Environnementalisme systémique contre environnementalisme instrumental

La protection de l'environnement est l'une des questions les plus cruciales et les plus facilement instrumentalisées du monde contemporain. Pour comprendre la nature structurelle du problème, il faut commencer par une compréhension de base des mécanismes sous-jacents de la dynamique du capital, caractérisée par le besoin intrinsèque de croissance pérenne et de concurrence entre les agents économiques. L'état stable pour la société et l'économie décréterait l'effondrement du modèle capitaliste.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/06/e...

Pixstory-image-165475900334274.jpg

chocolate-shrinkflation-1024x792.jpg

ÉCONOMIE

La « shrinkflation », cette arnaque tapie dans les rayons de vos supermarchés

Le mot « shrinkflation » est une contraction du verbe to shrinkréduire », en anglais) et du mot « inflation ». C’est la tablette de chocolat qui a gardé le même nombre de carrés et son prix mais a perdu un demi-centimètre de chaque côté ; c’est le pot de fromage blanc ou de rillettes dont le fond remonte désormais jusqu’à la moitié ; le tube en carton des rouleaux de toilette qui a pris du diamètre ; les kilos qui ne font plus que 980 grammes, les céréales qui se baladent à l’aise dans leur boîte en carton ou certaines bouteilles d’eau minérale qui ne contiennent plus que 1,15 litre, contre 1,25 hier et 1,5 avant-hier. Etc.

Bvoltaire.fr

https://www.bvoltaire.fr/la-shrinkflation-cette-arnaque-t...

ÉNERGIES

Nucléaire : une énergie qui dérange (vidéo)

Alors que près d’un Français sur deux considère comme prioritaire le maintien de nos capacités nucléaires actuelles, l’atome fait un retour remarqué sur le devant de la scène – et ce après une longue période de disgrâce. A la faveur de la lutte contre le réchauffement climatique, dans la recherche d’une indépendance énergétique réaffirmée, ou bien encore pour limiter l’envolée des prix de l’électricité, tous les politiques – ou presque – semblent recommander son remède. Pour autant il est légitime de s’interroger sur cette source d’énergie et les fantasmes qu’elle véhicule. Qu’en est-il vraiment ? Professionnels et experts nous donnent les clefs pour mieux comprendre l’atome. Une excellente enquête.

documentaire-et-verite.com

https://documentaire-et-verite.com/nucleaire/

FMjackHWQAISRll.jpg

La crise énergétique s’aggrave en Finlande du fait des sanctions prises contre la Russie

Les effets secondaires des sanctions anti-russes deviennent de plus en plus insupportables pour les pays occidentaux. La Finlande a activé le niveau d’alerte maximal en raison de la crise énergétique, en prenant des mesures exceptionnelles pour gérer les difficultés d’approvisionnement. Le chef du gouvernement a même déclaré que le pays allait connaître une « économie de guerre », alors que la Finlande n’est manifestement en guerre avec aucun autre État. Ce scénario révèle la voie désastreuse que l’Occident a choisi de suivre par sa propre décision.

breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2022/09/03/207488/la-crise-en...

Nucléaire : machine arrière toute !

Il est toujours possible de faire machine arrière. La Californie a reconsidéré la fermeture de la centrale nucléaire de Diablo Canyon.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/03/438086-nucleaire-...

ÉTATS-UNIS

Les États-Unis pompent les poches des Européens avec l'excuse de la guerre

L'Occident collectif parle de l'introduction éventuelle d'un plafond sur les prix du pétrole en provenance de Russie. Toutefois, Moscou ne vendra pas d'or noir aux pays qui prennent une telle mesure, a déclaré le vice-premier ministre Alexander Novak. Quelles conséquences se cachent derrière le désir des États-Unis et de leurs alliés d'isoler la Russie, a demandé l'expert en économie Dmitry Adamidov

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/06/l...

LA CIA ET LES MÉDIAS (6/6) – Le rôle de la Commission Church

Comment les médias les plus puissants d’Amérique ont travaillé main dans la main avec la Central Intelligence Agency et pourquoi la Commission Church les a couverts.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/la-cia-et-les-medias-6-6-le-rol...

18-09-13-macron.jpg

FRANCE

Énergie : Macron, président de la disette

Pourquoi avons-nous abandonné l’énergie nucléaire dont l’abondance était garantie ? Pour des raisons électoralistes (glaner des votes écologistes) pour inonder des industriels de l’énergie renouvelable de subventions (capitalisme de copinage).

Frédéric Bastiat fut le premier à dénoncer le système d’accaparement par la ruse de la spoliation légale par l’État (« cette grande fiction selon laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde ») au nom d’une prétendue solidarité (« la Fraternité légalement forcée »). Il faudrait que chaque électeur mécontent puisse expédier Sophismes économiques et La loi à son député, sénateur, maire, et pourquoi pas à l’Élysée et Matignon pour qu’un peu de bon sens revienne dans les cerveaux de « la France d’en haut ».

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/07/438353-energie-ma...

Le nucléaire français, histoire d’un désastre politique et idéologique

Prix en gros du mégawattheure à plus de 1.000 euros, Élisabeth Borne appelle les entreprises françaises à la « responsabilité collective » et n'exclut pas des coupures de courant cet hiver pour les particuliers. Comment la France, pays exportateur d'électricité, a-t-elle pu en arriver là ? Retour sur les 10 ans qui ont tué l'industrie nucléaire. Schizophrénie ou/et imbécillité ?

bvoltaire.fr

https://www.bvoltaire.fr/reportage-le-nucleaire-francais-...

Jean-Luc Mélenchon en mode Guy Mollet

Depuis son résultat au premier tour de l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a adopté un comportement qui peut apparaître comme erratique mais qui finalement obéit à une logique et permet de le rattacher à un précédent politique. Juste après la deuxième Guerre mondiale, et avant le début de la guerre froide, Guy Mollet avait pris le contrôle de la SFIO (nom du PS de l’époque) avec des positions très à gauche et un discours résolument marxiste. Il avait même initié des contacts avec le PCF pour discuter d’une éventuelle fusion des deux partis !

vududroit.com

https://www.vududroit.com/2022/09/jean-luc-melenchon-en-m...

capture_decran_2020-12-14_a_10.04.19.png

Zones rurales contre zones urbaines : deux France s’opposent-elles vraiment dans les urnes ?

À la suite des élections présidentielle et législatives de 2022, de nombreux commentateurs ont mis en avant le clivage entre les ruraux et les urbains pour rendre compte des résultats du vote. Ce discours médiatique est produit principalement par des commentateurs qui pointent depuis des années, cartes à l’appui, le fossé – croissant – entre le vote des grandes villes et le vote d’une « France périphérique ». Il y aurait une opposition politique entre une France des métropoles, multiculturaliste, gagnante de la mondialisation et une France éloignée des grands pôles urbains, perdante de la mondialisation, subissant un déclin industriel et économique. Mais existe-t-il véritablement deux France opposées sur le plan électoral ? Si tel est le cas, l’origine de cette fragmentation est-elle essentiellement liée au contexte économique local ou à la composition de ces territoires ?

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/zones-rurales-contre-zones-...

GAFAM

Référé de BonSens contre Bill Gates: l'audience aura lieu le 22 septembre au tribunal de Nanterre

L'association BonSens.org et trois de ses administrateurs ont assigné en référé le co-fondateur de la multinationale Microsoft Bill Gates devant le tribunal judiciaire de Nanterre par le biais de leur avocat Me Diane Protat. Après que cette assignation a été dument délivrée au domicile américain de M. Gates, le cabinet d’avocats américain K&L Gates, un cabinet de Seattle fondé en 1883, dont l’un des principaux associés fut William H. Gates, père de Bill Gates, s’est constitué avocat le 6 septembre et représentera donc le milliardaire dans ce dossier. L'audience aura lieu le 22 septembre 2022 au tribunal judiciaire de Nanterre.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-france/refere-de-bons...

Les réseaux sociaux vous espionnent, contrez-les !

Les réseaux sociaux sont devenus des armes dont nous sommes les munitions. Heureusement, nous pouvons arrêter les tirs.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/10/438330-les-reseau...

6ee9b9.jpg

Plus de 50 employés de l'administration Biden impliqués dans une vaste opération de censure des réseaux sociaux

Selon les documents publiés le 31 août 2022 par le journal The Epoch Times, plus de 50 responsables de l’administration du président Biden issus d’une douzaine d’agences, ont été impliqués dans des efforts pour faire pression sur les entreprises de médias sociaux afin que celles-ci luttent contre « la désinformation » présumée. L'objectif : censurer les opinions qui vont à l’encontre du narratif selon lequel le vaccin « sûr et efficace » est la seule possibilité de venir à bout de l’épidémie de Sars-CoV-2.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-monde/plus-de-50-empl...

GÉOPOLITIQUE

Dossiers déclassifiés : La Grande-Bretagne a soutenu les États-Unis après la destruction d’un avion de ligne iranien

En 1988, un navire de guerre de la Marine américaine a abattu un avion de ligne iranien, tuant les 290 civils à bord. Des dossiers récemment déclassifiés montrent comment le gouvernement de Margaret Thatcher a offert un soutien immédiat aux États-Unis et a participé à la dissimulation de l’affaire.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/dossiers-declassifies-la-grande...

GRANDE-BRETAGNE

Décès de Elisabeth II, un obstacle au RESET levé. Refondation de la France.

Le roi Charles, portant la couronne des Objectifs de Développement durable de l’Agenda 2030 à la rencontre du World Economic Forum de 2020. La veille de la « pandémie » covidienne.  Elisabeth II est décédée ce 8 septembre 2022 à l’âge de 96 ans. Avec elle disparaît une figure de poids qui n’aurait pu cohabiter avec l’officialisation de la Nouvelle gouvernance associée au Nouveau Monde. Sa fonction est incompatible avec l’organisation transversale mondiale. C’est en ce même 8 septembre qu’une campagne médiatique française a annoncé la mise en place d’un Conseil National pour la Refondation du pays. Ce hasard de calendrier aidera grandement à atténuer les réactions populaires au lancement de ce projet.

Le blog de Liliane Held Khawam

https://lilianeheldkhawam.com/2022/09/09/deces-de-elisabe...

Slobodan despot1700 .jpg

LECTURES

Deux citations extraites de l’excellente revue hebdomadaire Antipresse (N° 352 | 28.08.2022), de Slobodan Despot :

« Le mot “cybernétique” est de la même étymologie grecque que “gouvernail“ et “gouverner“ : kubernetikè. La Domination planétaire tire ainsi le plus imparable parti de la Cybernétique, qui n’est pas tant la science des ordinateurs que la modalité moderne, mathématiquement assistée, de ce que Heidegger nomme la Führung, c’est-à-dire la direction impulsée par les ‘’chefs’’ (les Führers), et de sa doublure d’animosité et d’annihilation à l’encontre de l’animal. » Séminaire sur La Gestion Génocidaire du Globe, citation extraite de l’intervention intitulée « Les animaux malades de la Cybernétique », de Stéphane Zagdanski :

https://youtu.be/UhobfTWzePo

« Le temps des révolutions est aujourd’hui clos, nous vivons celui de l’extermination et, par ricochet, celui de la survie et de l’autodéfense. » « Vers l’autodéfense, Le défi des guerres internes », de Bernard Wicht, Jean-Cyrille Godefroy éditeur.

LivreToubiana.jpg.jpeg

Titre :

COVID 19. Une autre vision de l’épidémie. Sous-titre : Ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas, de Laurent Toubiana. L’Artilleur, 272 p., 2022.

Auteur :

Laurent Toubiana est docteur en physique, épidémiologiste et chercheur à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM). Dirige de sa création en 2014 l’IRSAN (Institut de Recherche pour la valorisation de Santé).

Présentation :

Il s’agit du livre d’un honnête homme, savant sachant de son état, qui écrit pour ceux qui veulent comprendre ce qui s’est passé depuis 2020 et ces deux ans (pour l’instant) de démence, de propagande, de manipulation et de totalitarisme plus que rampant. Très clair, agrémenté de différents graphiques qui auraient mérités une présentation plus immédiate, il s’agit certainement du livre le plus clair et honnête sur la pseudo-pandémie que nous aurions subie.

Extraits :

« |…] la politique de massification des tests voulue par le gouvernement. Cette politique d’utilisation dévoyée des tests est parfaitement scandaleuse. En moins de deux ans, plus de 220 millions de tests ont été effectués pour une population de 67 millions d’habitants. Cela ne s’était jamais produit avant le Covid dans l’histoire du suivi des épidémies. »

« C’est apparemment Monsieur Jean Castex] qui, de 2005 à 2006, a été le directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins au ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale, où il a participé à l’introduction de la notion d’objectifs et de rentabilité dans l’hôpital et à une rationalisation des coûts dans le cadre du plan hôtel 2007. Nous sommes donc collectivement renseignés sur l’une des origines de la détérioration des soins. »

« Au début de ce livre, j’ai dit que mon propos était radical. Il n’a de radical que celui d’analyser les données épidémiologiques de la crise Covid et d’en conclure finalement que nous avons eu de la chance car cette épidémie était banale. Là où nous avons eu moins de chance, c’est dans la manière dont elle a été traitée. ça ce n’était pas banal. En vérité, mon discours n’apparaît comme radical qie par contraste avec la radicalité des mesures mises en place par les autorités sanitaires et avec le climat d’anxiété généralisée entretenu pour que les populations s’y soumettent. »

MONDIALISME

Donation américaine de plusieurs millions de dollars: une fondation de gauche veut renverser Orbán - et Soros se pointe à nouveau...

Le responsable de la communication du Fidesz, István Hollik, a indiqué aux médias qu'il était illégal en Hongrie qu'un parti reçoive des fonds de l'étranger. Selon lui, Márki-Zay et son équipe ont « abusé de la loi » puisqu'ils ont reçu les fonds sur le compte de leur association. Hollik a également attiré l'attention sur le fait qu'Action for Democracy avait des « milliers de liens » avec George Soros. (mü)

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/02/d...

RÉFLEXIONS

Alain de Benoist : « La guerre qui se déroule actuellement en Ukraine est en fait une guerre des Etats-Unis contre la Russie »

En cette rentrée scolaire 2022-2023, nous avons donné la parole à Alain de Benoist, afin de faire le point sur l’actualité chaude du moment (guerre en Ukraine, crise politique et économique en France) mais aussi sur les perspectives, y compris chez nous, à moyen et long terme. Un entretien qui ouvre de nombreuses perspectives, loin des clichés éculés de nos politiciens et de nos « médias ».

breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2022/09/06/207529/alain-de-be...

« Le totalitarisme prend le pas sur la démocratie »

Pour l'instant pas censurée sur ma chaîne : archivez-la et diffusez-la ailleurs. « Aujourd'hui les représailles contre les défenseurs des droits humains sont très inquiétantes, et sont des exemples du traitement prochainement réservé à la société civile, de manière arbitraire. Lorsque les premières lignes, représentées par les citoyens qui se sont exposés depuis plus de deux ans à manifester leur inquiétude pour la protection des droits humains, auront été muselées et éliminées, c'est à ce moment-là que le peuple comprendra à quel pouvoir il a affaire, car le totalitarisme se déchaîne une fois qu'il a éliminé toute véritable opposition politique. »

arianebilheran.com

https://www.arianebilheran.com/so/adOBvPrZp?languageTag=e...

leopold_kohr.jpg

Small is beautiful: Leopold Kohr et le refus de l’Etat totalitaire moderne

Nous allons vivre un cauchemar étatique dans tous les pays. Le penseur austro-américain Léopold Kohr était cité avec Jacques Ellul et Guy Debord à la fin du documentaire apocalyptique Koyaanisqatsi. C’est comme cela que je l’ai découvert en 1983. En réalité son nom est inconnu alors que son lemme est mythique : small is beautiful. Kohr est l’esprit qui a mis en doute le monde moderne dans tout ce qu’il a de gigantesque, de titanesque, d'autoritaire et de compliqué.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/03/s...

L’absolue nécessité de la peur

Les gouvernants ne font plus qu’une chose : surfer sur les peurs pour accroître leur pouvoir. Le pire ? Cela semble marcher.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/09/438473-labsolue-n...

RUSSIE

Retour sur les allégations de crimes de guerre russes en Ukraine : Boutcha (3/3)

Le 3 avril 2022, une vidéo commence à tourner sur les réseaux sociaux montrant une route jonchée de cadavres (ici reprise floutée par Sky News). Elle n’a ni date, ni explication. Mais, les internautes qui la partagent sur Twitter en sont déjà persuadés : il s’agit de victimes ukrainiennes de la barbarie russe. Qui a besoin de preuves quand les images semblent parler d’elles-mêmes ? Qui d’autre que les méchants envahisseurs russes pourraient massacrer ainsi des civils en pleine rue ? Cela semble tout à fait logique pour la majorité des gens qui croient déjà que les Russes ont bombardé la maternité et le théâtre de Marioupol, juste pour le plaisir de tuer des femmes et des enfants. La diabolisation était déjà lancée. Boutcha ne fait que confirmer ce dont beaucoup étaient déjà convaincus : les Russes sont des barbares et commettent des crimes de guerre en masse.  

Francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/retour-sur-les-allegations-de-c...

SANTÉ/LIBERTÉS 

Le professeur Didier Raoult répond aux accusations de l’IGAS et des ministres

Afin de tirer un bilan de la crise du Covid-19, nous recevons le professeur Didier Raoult : angle de couverture médiatique des traitements précoces, conflits d’intérêts liés à l’industrie pharmaceutique, effets secondaires de la vaccination anti-Covid, ou encore attaques médiatiques et politiques contre l’IHU Méditerranée Infection, sur l’ensemble de ces thèmes brûlants, le célèbre microbiologiste répond sans concession à toutes nos questions dans le cadre de cet “Entretien essentiel“ fleuve.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/le-professeur-didier-raoult-rep...

Stéphane_Courtois_(cropped).jpg

UKRAINE

[PODCAST] Ukraine : un siècle de tragédies – avec Stéphane Courtois

Stéphane Courtois est historien (directeur de recherche honoraire au CNRS), spécialiste de l’histoire d’Europe de l’Est et des régimes communistes. Dans cet entretien réalisé fin mai 2022, nous parlons de l’Ukraine. Quelle est l’histoire de cette nation, de son peuple, de son État, et de son territoire ? Des principautés vikings à l’époque contemporaine, Stéphane Courtois nous emmène à travers des siècles d’une histoire riche, rude et passionnante.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/09/438459-podcast-uk...

UNION EUROPÉENNE

La folle stratégie de l’Europe pour la sécurité alimentaire

Ce rapport officiel de l’UE a été rédigé par des personnes aux ventres pleins, aux rêves idéologiques de pureté alimentaire et qui n’ont aucune idée du défi que représente l’obtention d’une récolte. Douloureux à lire mais encore plus à ignorer, je présente ici mes commentaires sur certains passages. Je ne cesse de me pincer quand je dis que c’est l’état d’esprit de nos dirigeants européens. Ce serait drôle si tant de gens ne risquaient pas de mourir ou de souffrir de malnutrition, en grande partie à cause de leur idéologie ignorante du culte de la nourriture.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/09/05/426312-la-folle-s...

L’enfer est pavé de bonnes intentions : l’Europe

L’Europe est un sujet qui nous a toujours été vendu comme répondant à de nobles intentions. Certes. Mais de quelle Europe parlons-nous ? Et la prééminence du politique sur tous les sujets ne fausse-t-elle pas tout débat de fond, menant petit à petit à l’enfer de la désillusion ?

contrepoints.org/

https://www.contrepoints.org/2022/09/03/167472-lenfer-est...

L’avenir de l’Union Européenne selon Olaf Scholz

Le chancelier allemand Olaf Scholz a prononcé un important discours sur sa vision de l’Union européenne, à l’Université Charles de Prague, le lundi 29 août (texte intégral en lien ci-dessous, traduit par la revue Le Grand Continent). Affirmant à quatre reprises que l’UE doit s’adapter au « changement d’époque », il a esquissé un programme de réformes pour qu’elle renforce son rôle « géopolitique » et défende sa « souveraineté ». Le point essentiel de ce programme est l’abandon de la règle de l’unanimité au profit de la « majorité qualifiée » dans les domaines de la politique étrangère et de la fiscalité. Autrement dit : un pays membre de l’UE ne disposerait plus d’un droit de véto pour bloquer une décision prise à la « majorité qualifiée » (c’est-à-dire adoptée par 55 % des États membres représentant au moins 65 % de la population de l'Union européenne : c’est l’un des modes de vote actuellement appliqué au sein du Conseil des ministres de l’Union européenne dans certains secteurs : Agriculture et pêche, Compétitivité, Emploi, etc.).

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/lavenir-de-lunion-europ...

samedi, 10 septembre 2022

La novlangue économique au travail

cfc78e8b-avatar-novlangue.jpg

La novlangue économique au travail

Dernièrement, il y a eu cinq cas d'utilisation de la novlangue dans le plan économique qui méritent d'être analysés, car pour le lecteur de la presse mainstream, les mots le trompent, ils relèvent de la novlangue. 

De plus, celle-ci a atteint un point extrême où les mots dissimulent de terribles plans, un contrôle et une domination des masses impensables il y a seulement quelques années.

1- - Europe : mettre progressivement en place le 'Crédit Social'.

En Chine, depuis 2018, ils ont établi un "Score de crédit social" pour tout le monde, qui est calculé sur des ordinateurs centralisés, à partir de données provenant d'achats, de transactions, de voyages ou de déplacements, de lectures et d'utilisation de la presse, d'Internet, du cinéma, de la télévision.....

Ceux qui ont un bon score ont la préférence pour les emplois, les transports, les universités, le logement, et ceux qui ont un moins bon score sont limités en tout. Une déclaration publique de soutien aux idées ou aux mesures du gouvernement améliore la note, et si la note est très mauvaise, vous pouvez finir dans un centre de rééducation.

SocialScoringOeil.jpg.560x300_q85_box-0,27,1000,562_crop_detail.jpg

Tout cela est officiel, ce n'est pas un secret, bien sûr les gauches européennes ne le dénoncent pas et la presse du capitalisme ne le diffuse pas plus que modérément. Podemos, en Espagne, ne proteste pas à ce sujet puisque les communistes chinois le font.

Mais ce qui est effrayant, c'est que cette idée, sous une forme modérée et déguisée, commence à être mise en pratique en Europe. En juillet 2021, le Sénat français a créé une délégation chargée d'étudier les mesures de contrôle de la population, que ce soit pour des questions de santé, de terrorisme ou de mécontentement de masse (notamment les gilets jaunes). 

La conclusion a été d'établir des listes de citoyens "légaux" mais dangereux. Si une personne s'est montrée rebelle à ces contrôles, elle conserve sa liberté mais l'État peut la restreindre sur des questions d'emplois de fonctionnaires ou de militaires, de réductions des pensions ou des avantages, de files d'attente pour les soins, etc.

Cela a été écrit dans le mémorandum de cette commission du Sénat.

Et récemment, en Allemagne, une direction a été créée pour recueillir les accusations portées contre des "théoriciens du complot" ou des diffuseurs de "fake news" (ils décident de celles qui sont fausses).

Le 30 octobre 2020, le ministère espagnol de la Présidence, des Relations avec les tribunaux et de la Mémoire démocratique a publié l'arrêté ministériel PCM/1030/2020 "par lequel est publiée la Procédure d'action contre la désinformation approuvée par le Conseil national de sécurité."

Sous le néo-langage du "Crédit Social" se cache un contrôle individuel qui dépend de "toutes les activités économiques de l'individu", et celui d'une valorisation pour des priorités d'accès à toute une série de droits ou de facilités au gré de l'Etat.

FCVqO24XMAQc2Qm.png

À la vitesse à laquelle cette idée progresse dans le Système, bientôt des millions de suspects seront contrôlés et inclus dans des listes de "citoyens dangereux" qui se verront refuser certains services sociaux. En fait, avec la question de la santé, cette idée était déjà mise en place sur la base du passeport de vaccination, mais ce n'était qu'un début.

2 - Une identité numérique européenne : un outil totalitaire ?

Ce n'est pas un secret, il est prévu que d'ici 2030, chaque citoyen de l'UE aura un numéro d'identification. Le règlement DAS a été établi sans propagande en 2014. Et en 2021, il s'appellera "Portefeuille d'identité numérique européen". C'est beau, c'est de la novlangue. 

eu-digital-wallet.png

Ce qui pourrait être quelque chose de très raisonnable pour la mentalité normale, cache d'énormes dangers. On pourrait le traduire par "nous vous contrôlerons dans tous les pays, un seul pays vous inscrit, vous serez enregistré dans tous".

Ce numéro sera nécessaire pour accéder à de nombreux droits, privés et publics, ouvrir des comptes bancaires, s'inscrire dans les universités, entrer dans les hôpitaux ou louer des appartements. 

Mais il y a le problème suivant : si un pays européen classe votre numéro comme "dangereux", vous aurez des problèmes et des limitations, même si vous n'êtes pas un problème dans votre propre pays. Il y a des pays, comme l'Allemagne, qui ont bien l'intention de harceler ceux qui ne sont pas des sionistes déclarés.

Un nombre qui ouvre des portes est le même nombre qui peut les fermer.

Ce numéro pourrait être utile si ceux qui le manipulent étaient des gens honnêtes, mais entre les mains de ceux qui souhaitent faire taire les dissidents, et lorsqu'il est facile pour un pays d'être fanatique dans sa persécution et sa censure, un numéro commun est un réel danger.

3- Contrats permanents discontinus

Le travail temporaire était mal vu. De même qu'il est mal vu de qualifier quelqu'un de vieux, même s'il l'est, et on invente donc le "troisième âge" ou la "personne âgée".

Mais il y a des réalités à affronter. Les travailleurs du tourisme ou les travailleurs du nougat ou les travailleurs agricoles saisonniers, etc. ne peuvent pas avoir de contrat permanent. Et face à une augmentation ponctuelle de la demande ou à une incertitude quant à sa continuité, des employés doivent être engagés sur une base temporaire jusqu'à ce que l'on puisse voir si cela est nécessaire sur une base permanente.

Puis vient la novlangue, et on découvre les "Contrats Fixes Discontinus". Ils sont déjà permanents, bien que le terme "discontinu" prête à confusion. En réalité, il s'agit d'un contrat temporaire avec une indemnité de licenciement si le contrat discontinu n'est pas relancé. Une amélioration si vous le voyez de cette façon.

Mais la novlangue cache la chose la plus importante pour les politiciens :

1- Il n'y a plus de temporalité, tout est fixe, dans la lettre du moins. La propagande est immédiate, nous avons mis fin au caractère temporaire. Le fait qu'elle ne soit pas vraiment fixée est la chose la moins importante.

2- Et le plus important : comme il est permanent, à la fin de la période de travail, vous n'êtes pas au chômage, vous avez un contrat mais vous êtes en attente. Vous n'apparaitrez PAS dans les chiffres du chômage. C'est fondamental, pour mettre fin aux chiffres du chômage, pas au chômage en soi.

4 - Euros numériques

La BCE a établi en juillet 2021 un plan (qui ne sera pas réalisé si tôt, mais c'est normal dans tous les plans du système) pour qu'en janvier 2025 il n'y ait plus que des euros numériques, et non plus de la monnaie papier. 

Les excuses sont les mêmes depuis toujours, le contrôle fiscal et l'élimination de l'argent noir de la drogue. La réalité est qu'ils ne mettront pas du tout fin à la drogue, et que la fraude fiscale à grande échelle ne vient pas du fait de ne pas facturer et de facturer au noir, puisque depuis longtemps les factures de plus de 1000 euros doivent être payées par virement ou par chèque.

euro-numerique-1024x512.png

Mais ce qu'ils veulent réaliser, c'est le contrôle absolu de ceux qui apportent une aide aux groupes ou aux personnes qui ne sont pas politiquement corrects, savoir ce que vous faites et ce que vous dépensez, ce que vous achetez et ce que vous lisez, etc.

Le contrôle personnel que les banques et les administrations peuvent atteindre est énorme, tout ce qui est fait et payé irait dans leurs ordinateurs.

L'anonymat du papier-monnaie est une défense contre l'intrusion officielle dans nos vies.

Nous devrons aller payer en dollars, en francs suisses, en livres ou en crypto-monnaies.

5 - L'UE aide en donnant des milliards d'euros pour la crise sanitaire et la crise.

Il y a quelque temps, la BCE a décidé d'apporter son "aide" en achetant de grandes quantités de dette publique de certains pays, dont l'Espagne, afin de maintenir les taux d'intérêt à un niveau très bas.

Et depuis la crise sanitaire apparaissent les nouvelles en novlangue,à propos des milliards que la BCE, l'UE, le FMI donnent aux états pour surmonter les crises (d'abord la santé et maintenant la guerre en Ukraine).

Les gens, dans leur ignorance, croient que cet argent nous est donné pour surmonter ces problèmes. Et ainsi, les politiciens de l'époque peuvent donner de l'argent, subventionner l'essence ou le gaz, etc.

Mais il s'avère que de temps en temps, il est rappelé, en petits caractères, que, la plupart du temps, cet argent doit être remboursé, c'est un prêt. Et nous nous retrouvons avec une dette de 130% du PIB ou plus. 

Ce serait grave, mais c'était déjà grave à 95% du PIB avant cela. Et le nouveau sérieux vient de deux côtés :
- Si l'argent était dépensé dans des domaines qui profiteraient à l'État, favoriseraient l'activité et réduiraient le chômage, et si l'on prévoyait comment l'argent serait remboursé à l'avenir, ce serait acceptable. Mais il est dépensé sans générer d'argent en retour et il n'existe aucun plan de remboursement lorsque l'argent est récupéré.

- Pour aggraver les choses, les intérêts de la dette étaient très bas, mais ils ont commencé à augmenter de façon alarmante, beaucoup, et on ne sait pas du tout comment l'État va pouvoir payer MÊME les intérêts, et encore moins rembourser une partie de cette dette "cadeau".

En somme, ce cadeau à l'emporte-pièce lie encore plus les Etats à la finance et les laisse encore plus dominés par les décisions usuraires des banques et de la finance.

 

Retour sur un été incandescent

44f8ef8_a5428ec493e1407980626a4d2d7f5b13-a5428ec493e1407980626a4d2d7f5b13-0.jpg

Retour sur un été incandescent

par Georges FELTIN-TRACOL

C’est la rentrée ! Mais la marche du monde ne s’est pas arrêtée pendant les mois de juillet et d’août. Certes, le système médiatique officiel français s’est vautré au cours de cette période de vacances dans une impressionnante complaisance climatique anxiogène. Les gigantesques incendies de forêts survenus en Gironde, en Bretagne, dans le Maine - Anjou ainsi que dans les Alpes et dans le Massif Central ont permis de désigner un responsable imparable : le réchauffement climatique. La sécheresse qui s’abat sur toute la France résulte aussi, selon la propagande médiatique, de ce même réchauffement. Quant aux violents épisodes orageux des 17 et 18 août dernier dans le Sud-Est et en Corse, c’en serait une conséquence indirecte. Salaud de réchauffement climatique !

Il est indéniable que la météo a perturbé les vacanciers, les travailleurs et les saisonniers. Les périodes de canicule auraient été plus fréquentes cette année. Ces importantes variations relevées ne doivent pourtant pas se focaliser sur la thèse réchauffiste. Le climat évolue au fil des siècles. Une œuvre anonyme, Le Journal d’un bourgeois de Paris, rapporte que dans la première moitié du XVe siècle, les hivers étaient très rigoureux si bien qu’on pouvait traverser la Seine gelée. Les historiens du « Roi-Soleil » surnomment le XVIIe siècle ludovicien le « petit âge glaciaire ». La montée progressive des températures commence au début du XVIIIe siècle, soit sept à huit décennies avant le départ de la Ire Révolution industrielle. Il faut par ailleurs observer que l’aboutissement des enclosures, véritable génocide rural silencieux, commencé deux siècles auparavant, favorisent la déforestation maximale de l’Angleterre et du Pays de Galles.

Plus prosaïquement, l’aridité croissante facilite les départs de feux parfois naturels (la tombée de la foudre), accidentels (éclats flambants de roues de trains touristiques à vapeur) ou intentionnels (actes de pyromanie). On est surpris que certains n’aient pas accusé les services russes, chinois ou syldaves d’en être les fauteurs. L’année dernière, les autorités algériennes incriminaient ouvertement des agents marocains et israéliens.

Rares ont été les commentateurs qui ont abordé la mauvaise gestion et l’absence d’entretien du domaine forestier français dispersé en une multitude de propriétés et dont certaines comme en Gironde dépendent de franchises accordées au Moyen Âge. Or, en plus d’un siècle, la superficie forestière dans l’Hexagone s’est fortement étendue au point que la France redevient cette « Gaule chevelue » décrite par Jules César dans ses Commentaires sur la guerre des Gaules. Le dysfonctionnement structurel de la gestion forestière résulte d’une méthode chaotique et individualiste des parcelles boisées. Aucune différence n’existe entre les forêts domaniales, propriétés des collectivités territoriales, les communes en particulier, et les champs d’arbres privés. Dans le même temps, dans les espaces périphériques des métropoles ou dans les zones péri-urbaines, de nombreuses municipalités dévastent leurs bois communaux pour y construire des logements sociaux destinés aux familles monoparentales et aux populations dites « sensibles » sous peine de payer de lourdes amendes.

Dommage qu’il n’y ait aucune proposition de « planification forestière » sous la supervision de l’État en tant que régisseur national des forêts apte à mettre en valeur cette formidable richesse. Le bois sert de source d’énergie à de plus en plus de foyers appartenant aux catégories populaires et moyennes en voie de déclassement social. Le paysage forestier dépend de l’entretien des sols, ce qui implique une incitation auprès de nombreux jeunes gens, motivés, formés et aidés, à retourner à la terre. Maintes forêts ne sont plus entretenues, faute de troupeau qui nettoyait les sous-bois. Relancer l’agro-pastoralisme en Provence ou dans les Pyrénées réduirait en partie les risques d’incendie.

imagegir.jpg

La situation de grande aridité est aussi un effet négatif des activités humaines. Le modèle productiviste exigé par la PAC (Politique agricole commune) impose des cultures grandes consommatrices d’eau (céréales, maïs). Mais ce n’est pas le seul problème. Avec les restrictions prises par les préfectures, on assiste à différents conflits d’usage autour de cette ressource vitale. Des agriculteurs souhaitent créer des retenues d’eau, ce que rejettent les écologistes, d’où de violents incidents et le décès de Rémi Fraisse en octobre 2014 à Sivens. De tels réservoirs permettraient d’irriguer des cultures avides en eau. On peut comprendre l’irrigation maraîchère. Doit-on accepter l’arrosage des terrains de golf ? La priorité va-t-elle aux golfeurs ou bien aux agriculteurs ? L’État ne répond pas et préfère pratiquer un très difficile « en même temps ».

Certains villages du Midi de la France voient déjà leur source tarie et se résignent à s’approvisionner en bouteilles d’eau minérale. Et en ville ? D’éventuelles coupures d’eau combinées aux coupures de gaz, d’électricité et de chauffage pourraient à assez brève échéance susciter un mouvement social en comparaison duquel celui des Gilets jaunes ne serait qu’une aimable plaisanterie.

En outre, les communes urbaines disposent de canalisations anciennes et vétustes. Les changer serait bien plus coûteux que de laisser d’innombrables fuites d’eau parfois dues aux mouvements souterrains de terrain et à l’usure naturelle des matériaux. Afin de tendre vers le plein emploi effectif, ne pourrait-on pas entreprendre sur une décennie au moins une telle réfection ? Cela impliquerait un suivi long que ne permet pas la désastreuse démocratie libérale court-termiste !

1525878-les-pompiers-tentent-de-maitriser-un-incendie-de-foret-a-louchats-dans-le-sud-ouest-de-la-france-le-17-juillet-2022.jpg

Avant d’être un geste écologique, économiser l’eau est d’abord une action de bon sens principalement financière. L’absence de vision sur une longue durée historique à propos du sort de la forêt et des usages contradictoires de l’eau procèdent de la déshérence avancée des services publics ou de services privatisés en quête d’une rentabilité élevée.

La Grasse Presse n’évoque pas ces problèmes et leurs enjeux édifiants. Elle préfère verser dans l’incantation climatique afin d’effrayer le quidam. Il est néanmoins surprenant - et même cocasse - qu’à l’heure de la « société liquide » et des assauts géopolitiques de la Mer (pour faire simple), bien des sociétés fluidifiées et post-genrées subissent un manque d’eau flagrant !    

GF-T

« Vigie d’un monde en ébullition », n° 41, mise en ligne le 6 septembre 2022 sur Radio Méridien Zéro.

Réorganisation militaire de l'Europe du Nord

Bildkommbo-Bildkombo-NATO-2.jpg

Réorganisation militaire de l'Europe du Nord

Groupe de réflexion Katehon

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/riorganizzazione-militare-delleuropa-settentrionale

L'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN constitue une menace plus sérieuse pour la Russie que l'acceptation insignifiante de nouveaux membres de rang.

L'élargissement de l'OTAN à la Suède et à la Finlande a déjà été décrit comme transformant la mer Baltique en eaux intérieures de l'OTAN. Cette affirmation n'est pas entièrement vraie. Car une partie de la Baltique appartient à la Russie et les îles Åland, qui font partie de la Finlande, ont un statut spécial. Mais il s'agit d'une autre question, à savoir l'intégration des capacités militaires, puisqu'en plus de l'OTAN, il existe une coopération en matière de défense entre les pays nordiques.

La coopération nordique en matière de défense est composée de cinq membres : le Danemark, la Finlande, l'Islande, la Norvège et la Suède. L'objectif de l'organisation est de renforcer les capacités de défense des pays participants en identifiant les domaines de coopération et en promouvant des solutions efficaces.

L'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN n'est pas seulement une valeur ajoutée. La perspective d'une intégration de la défense nordique offre l'opportunité d'un changement radical qui pourrait transformer la défense de l'Atlantique Nord. Il ne s'agit pas seulement de savoir comment les États-Unis règlent le jeu, mais comment les pays nordiques collaborent désormais pour façonner les règles et déterminer ce que les États-Unis peuvent fournir pour la défense de l'Europe du Nord. C'est-à-dire que Washington pourrait être le commanditaire probable de l'action. Puisque le voisin le plus proche potentiellement considéré comme une menace par les pays de l'OTAN est la Russie, des actions hypothétiques seraient prises contre la Russie.

En termes de géographie politique, la Norvège et la Finlande formeront désormais une longue frontière terrestre avec la Russie. La Suède et le Danemark (y compris le Groenland et les îles Féroé) n'ont pas une telle frontière et peuvent donc passer de la projection de puissance militaire terrestre au développement de capacités aériennes et navales.

Si une transformation profonde de la stratégie militaire devait se produire, les alliés de l'OTAN en dehors de l'Europe du Nord, en particulier les États-Unis et le Canada, devraient reconsidérer leur approche de la planification des opérations impliquant des pays d'Europe du Nord. Ce faisant, ces mêmes pays seront incités à développer des capacités militaires contre la Russie.

Il est probable que les pays nordiques commenceront progressivement à s'éloigner des plateformes traditionnelles et à se concentrer sur l'intégration des capacités de combat et sur l'interopérabilité pour les opérations militaires. À l'heure actuelle, les États nordiques visant la coopération en matière de défense envisagent de créer un commandement nordique qui serait pleinement intégré à l'OTAN. Si cela devait se produire, non seulement les capacités de défense globales feraient un bond en avant, mais l'OTAN pourrait également projeter sa force militaire dans l'Arctique et l'Atlantique.

La deuxième flotte de la marine américaine, basée à Norfolk, est susceptible d'assumer cette fonction, ses navires se déplaçant dans l'Atlantique et l'Arctique. Il faut garder à l'esprit les capacités du spectre électromagnétique et la nouvelle doctrine militaire américaine d'opérations intégrées sur l'ensemble du spectre.

Les capacités du Canada, qui devra augmenter sa contribution avec la nouvelle approche, notamment pour contrer la Russie dans l'Arctique, doivent également être prises en compte.

Le cas de la Finlande est particulièrement intéressant. Pont à l'époque de la guerre froide entre l'Union soviétique et l'Occident (ainsi que champ de bataille pour le renseignement), après l'effondrement de l'Union soviétique, Helsinki a répondu à la nouvelle ère à sa manière. La Finlande soutient désormais activement l'Ukraine, en lui fournissant des systèmes d'artillerie. Mais dans le cas de la réorganisation militaire de l'Europe du Nord, l'accent doit être mis sur la puissance aérienne, car l'OTAN met l'accent sur l'utilisation de ces forces en temps de conflit.

73794_finlandf18cfinnishairforce_698965.jpg

Par ailleurs, quelques mois après la disparition de l'Union soviétique, les Finlandais ont signé un accord de 3 milliards de dollars avec les États-Unis pour l'achat de 64 avions de combat F-18. Cette décision a non seulement renforcé la puissance militaire de la Finlande, mais a également créé une base d'interopérabilité avec l'OTAN. Le 10 décembre 2021, la Finlande a annoncé sa décision d'acheter des jets F-35, et la Suède a également proposé d'acheter des avions de sa propre production. Cela indique le désir d'Helsinki de coopérer plus étroitement avec des alliés tels que les États-Unis.

Bien que l'adhésion officielle de la Finlande à l'OTAN soit encore loin, les membres de l'alliance ont déjà commencé à planifier la manière d'intégrer l'armée de l'air finlandaise dans leurs stratégies de lutte contre la Russie. Depuis plusieurs années, la Finlande effectue un entraînement transfrontalier de ses forces aériennes avec la Norvège et la Suède. Désormais, la Finlande sera pleinement intégrée aux autres partenaires du F-35 dans la région - Norvège, Danemark, Pologne, Pays-Bas et Belgique - ainsi qu'aux autres opérateurs de F-35 aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne.

220124c-001.jpg

Cela signifie que lorsque les Finlandais déploieront les F-35, ils feront partie d'une ceinture régionale de renseignement, de surveillance et de reconnaissance qui pénétrera le territoire russe et fournira avec lui des communications intégrées pour une réponse de la force. Le F-35 n'étant pas un chasseur traditionnel, il s'agit d'un système de combat volant dont les capacités augmentent avec le nombre de F-35 en vol. Les experts de l'OTAN recommandent déjà d'agir le plus rapidement possible pour utiliser le F-35 comme une force de frappe intégrée capable de frapper des cibles russes à longue distance en cas de conflit.

Par conséquent, la Russie est confrontée à une menace plus sérieuse qu'un simple membre supplémentaire de l'OTAN. Compte tenu de sa position, la Finlande devient un État clé pour influencer le comportement de la Russie dans la région.