Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 19 août 2022

Tous sous le parapluie de l'OTAN, exposés au déluge universel

360_F_520677664_4VUCPM1ahePPgxm1DgayYZnd9dn9ngUR.jpg

Tous sous le parapluie de l'OTAN, exposés au déluge universel

par Marcello Veneziani

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/tutti-sotto-l-ombrello-della-nato

La lutte électorale en Italie s'annonce comme une course pour savoir qui est le plus aligné sur l'OTAN et qui est le plus tourné vers l'Atlantique, à genoux comme vers la Mecque : droite et gauche, centre gauche et centre droit se disputent l'uniforme et la livrée de ses soldats ou de ses grooms, sans la moindre dissidence, distinction ou retenue. Et pourtant, si nous devions juger à la lumière de nos intérêts géopolitiques et stratégiques réels, les expériences historiques de ces dernières années, les effets de certaines positions récentes de l'OTAN, les profils très modestes des dirigeants occidentaux, les cultures qui inspirent le soi-disant modèle euro-atlantique, et enfin l'opinion publique italienne et européenne elle-même, qui est tout sauf favorable à cet enracinement, il y aurait énormément de place pour remettre en question l'aplatissement militaire et militant devant les ukases de l'OTAN, sans si et sans mais, dont font montre la politique et les pouvoirs qui l'animent. On ne peut pas non plus accorder le moindre crédit à la ligne grilliste de Conte, qui, en tant que premier ministre, s'est couché comme un paillasson devant les puissances euro-atlantiques et qui cherche maintenant à embobiner les récalcitrants.

Commençons par l'argument le plus fort en faveur de la ligne pro-OTAN : les menaces chinoise et russe et le danger islamique ne nous permettent pas de "baisser la garde" (une expression obsessionnelle, héritée de la pandémie, qui nous réduit à des chiens de garde ou à des gardes permanents par des agents médicaux et de sécurité). Je ne sais pas dans quelle mesure le parapluie de l'OTAN nous protège de ces menaces et dans quelle mesure il nous y expose. Si le parapluie de l'OTAN nous a protégés des dangers et des guerres, dans combien de dangers et combien de guerres nous a-t-il entraînés ces dernières années ? Les tensions avec le monde islamique, l'infiltration dans les soulèvements des pays arabes, l'éternelle crise palestinienne, l'implication dans de malheureuses aventures guerrières, même près de nous, de la Serbie et du Kosovo à la Libye, maintenant les tensions avec la Russie, la Chine et la moitié du monde asiatique... Combien de haine envers l'Occident et envers nous avons-nous accumulé avec l'interventionnisme militaire de l'OTAN, en suivant servilement les politiques musclées et hégémoniques des États-Unis ?

FSk6DNrWUAElgJp.jpg

Depuis longtemps, nous subissons les effets dramatiques des interventions militaires de l'OTAN dans le monde : en termes de flux migratoires incontrôlés et d'islamisation croissante et de haine anti-occidentale, mais aussi en termes de crises économiques et sociales et d'approvisionnement en énergie, d'entreprises militaires coûteuses et de détournement de ressources pour faire face aux effets des politiques interventionnistes dans tant de régions du monde. De plus, cette ligne ne sert même pas à étendre l'influence de notre civilisation et de ses traditions: au contraire, partout où l'on arrive avec la force des armes, des réactions opposées se déclenchent, des traditions, des coutumes, des attitudes et des religions antithétiques à l'Occident sont redécouvertes dans une fonction antagoniste. Avec l'OTAN, la civilisation occidentale n'est pas protégée, mais les biens, la technologie et la liberté sont exportés sous une forme ou une autre de nihilisme. Et autant nous sommes aplatis par l'OTAN, autant nous avons honte de nos racines occidentales. Pas la Kultur mais la Zivilisation, comme l'ont dit Thomas Mann et plus tard Oswald Spengler ; c'est-à-dire l'expansion de notre mode de vie et de nos moyens économiques et technologiques, mais sans une culture nourrie par un fondement civil, moral et religieux.

main-qimg-4d8699cd17175f337afc0d7afb5ba28c-lq.jpg

L'OTAN a pu avoir du sens lorsqu'il y avait une bipolarité mondiale entre deux superpuissances, les États-Unis et l'URSS ; et elle avait un sens lorsque la mondialisation coïncidait avec l'occidentalisation du monde. Mais depuis quelque temps, ce scénario a changé. Les superpuissances mondiales ont été contournées et entourées par d'autres puissances hégémoniques comme la Chine et des superpuissances technologiques et démographiques comme l'Inde, par de grands pays non alignés comme l'Iran, le Brésil, l'Afrique du Sud, et par des poudrières ingouvernables comme l'Afrique, l'Amérique du Sud et l'Asie du Sud-Est. Sans un Roi du Monde, une Puissance Universelle, aucun Empire du Bien et aucune alliance militaire ne peut s'ériger en gardien, arbitre et dépositaire du monde, sauf au prix de conflits douloureux, coalisant le ressentiment de tous contre l'Occident. Cela est confirmé par les effets de la position de l'OTAN et des États-Unis en Ukraine.

Dans ce contexte, il serait beaucoup plus profitable pour l'Europe de se désengager de cette logique de l'Occident contre le reste du monde, et d'esquisser sa propre politique étrangère autonome de confrontation avec le monde au-delà de l'Occident, qui comprend également l'endiguement des visées hégémoniques ou expansionnistes des autres et aussi un "protectionnisme" intelligent de notre économie par rapport aux invasions inconsidérées des biens et des technologies des autres. Trump avait deviné la même chose lorsqu'il a essayé de désengager les États-Unis de leur rôle de gendarme du monde, il n'a pas initié de guerres et de bombardements, il a même traité avec des dictateurs individuels et des puissances mondiales avec un visage dur, mais sans s'arroger le rôle d'empereur du monde. Lui, qui était si enthousiaste, avait les pieds sur terre à cet égard, bien plus que son prédécesseur et que son calamiteux successeur. Les mobilisations armées servent non seulement à exercer un impérialisme moral sur le monde, mais aussi à polariser le consensus en faveur des présidents en exercice, et à disposer des besoins de l'industrie de guerre.

L'autre folie de l'Occident dirigé par l'OTAN est de s'aventurer dans ce genre de guerre semi-froide avec l'Asie russo-chinoise sans leadership ferme, clairvoyant et unifié. La précaire administration Biden est incapable de tenir le fort de l'Occident ; l'Europe n'est plus celle de Kohl et de Mitterrand, mais pas non plus celle de Merkel ; l'Angleterre, depuis qu'elle a perdu Boris Johnson, est sans leadership. Si vous appelez l'Occident, qui répond? Seulement les dirigeants de l'OTAN ?

En bref, si c'est le parapluie qui doit nous protéger, nous sommes exposés au déluge universel. Mais dans la campagne électorale italienne actuelle, tout le monde joue des fanfares pour l'OTAN et jure fidélité éternelle à la Mecque de l'Atlantique...

Etats-Unis: la folie de répéter les mêmes erreurs encore et encore

deliveryService.jpg

Etats-Unis: la folie de répéter les mêmes erreurs encore et encore

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/57287/usa-la-follia-di-ripetere-sempre-gli-stessi-errori

"L'hégémonie américaine est toujours vivante. Et les spécialistes des soins intensifs tentent toujours de réanimer le patient moribond. Sa famille et ses amis disent qu'il lutte toujours. Cependant, les fossoyeurs de cet ordre à l'agonie sont déjà arrivés et se trouvent juste derrière la porte : l'un s'appelle Russie et l'autre Chine". C'est ainsi que commence un article amusant, mais toutefois très intelligent, de Jim Fitzgerald dans Antiwar, dont nous citons de larges extraits.

La Force vous rendra libre

Comme l'a observé John Mearsheimer, écrit Fitzgerald, le moment unipolaire qui a suivi la chute de l'ancienne Union soviétique a été une période absolument unique dans l'histoire. À ce moment-là, et pour les 30 années suivantes, l'Amérique était la seule superpuissance encore debout. La vision de Thomas Woodrow Wilson de démocratiser le monde s'est avérée une tentation irrésistible pour les élites guidant la politique étrangère occidentale. Les évangélistes de ce nouvel ordre mondial ont donc entrepris de répandre la démocratie dans toute l'Asie orientale, l'Europe de l'Est, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord".

"Ils ont utilisé l'architecture basée sur les institutions nées pendant la guerre froide (l'ONU, l'OTAN, l'Union européenne, la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et l'Organisation mondiale du commerce) pour diffuser les valeurs libérales et 'associer tout le monde au capitalisme'."

"Aveuglés par leur propre idéalisme, ils ne pouvaient pas imaginer que quelqu'un puisse refuser une offre aussi généreuse. Après tout, comme le président George W. Bush s'en est souvent vanté, "la liberté est dans le cœur de chaque individu". En d'autres termes, si l'occasion lui était offerte, chacun choisirait naturellement d'être libre. Cette idée est un écho au dicton du président Wilson : "Le monde doit être rendu sûr par la démocratie [c'est moi qui souligne]".

Jean-Jacques_Rousseau_(painted_portrait).jpg

"La doctrine Wilson, cependant, doit être interprétée à la lumière du penseur français Jean-Jacques Rousseau. Rousseau affirmait que "l'homme naissait libre, mais que partout il était enchaîné". Cependant, pour Rousseau, la condition humaine est telle que les hommes ne sont pas toujours conscients de ce qui est bon pour eux. Par conséquent, ils doivent être forcés à être libres par d'autres qui savent mieux qu'eux. Comme le disait Rousseau, "Celui qui refuse d'obéir à la volonté générale, y sera contraint par tout le corps ; cela signifie simplement qu'il sera forcé d'être libre".

"Aucune phrase plus précise n'a jamais été écrite pour décrire l'essence de la politique étrangère américaine de l'après-guerre froide. L'Amérique s'est constamment consacrée à la mission violente de forcer les hommes à être libres; pourtant, ils restent enchaînés".

L'Amérique de la guerre et du gouvernement

"Il suffit de regarder l'Irak, l'Afghanistan, la Libye, la Syrie, le Yémen et l'Iran pour constater les échecs de la politique étrangère américaine. De plus, les élites qui dirigent la politique étrangère américaine semblent paradoxalement enhardies par leurs échecs car elles tentent les mêmes politiques usées en Ukraine et à Taiwan."

"La visite de la vice-présidente Pelosi à Taïwan et la lettre de Mitch McConnell et de 25 autres sénateurs en faveur de son initiative sont le dernier exemple en date de la politique basée sur la provocation inhérente à l'ordre libéral."

"Il devrait être évident pour quiconque prête attention qu'au lieu de prévenir les guerres, l'hégémonie américaine en crée là où il n'y en a pas. En effet, l'Amérique a été en guerre tout au long de l'ère unipolaire, et Pelosi, et d'autres avec elle, semblent vouloir encore provoquer une autre guerre."

"Mais les choses changent et changent vite. La Russie n'est plus la nation faible et anémique qu'elle était il y a 30 ans, et la Chine n'est plus le pays pauvre qu'elle était après la Seconde Guerre mondiale. L'invasion de l'Ukraine par la Russie a alerté le projet hégémonique américain et dévoilé les objectifs expansionnistes d'institutions comme l'OTAN".

"C'est pourquoi presque tous les responsables politiques étrangers en poste à Washington, les dirigeants des institutions internationales et les groupes de réflexion deviennent apoplectiques. Leur ordre s'effondre et leurs décisions et actions semblent être dictées par le désespoir."

"Malheureusement, il n'y a aucun signe que ces politiciens soient prêts à changer de cap. Ils sont des exemples vivants de la définition de la folie d'Einstein : "Faire la même chose encore et encore et s'attendre à des résultats différents". Ils semblent totalement incapables de sortir d'un état d'esprit qui, en termes de politique étrangère, a déjà fait son temps".

Fitzgerald conclut donc en expliquant que la seule issue est de revenir à une politique étrangère basée sur le réalisme dans le cadre d'un équilibre des forces entre les puissances.

henry kissinger.jpg

Kissinger, la diversité des valeurs et le sens des limites

Dans une interview récente, Kissinger expose les deux règles de base d'un tel réalisme. Premièrement, "l'acceptation de la légitimité de valeurs parfois contradictoires. En fait, si vous croyez que le but ultime de toutes vos actions doit être l'imposition de vos valeurs, alors l'équilibre, à mon avis, devient impossible". Règle d'or très peu respectée.

L'autre règle "est l'équilibre dans le comportement, ce qui signifie qu'il y a des limites à l'exercice de ses compétences et de son pouvoir par rapport à ce qui est indispensable à l'équilibre général". Un tel sens des limites est hors de l'horizon de la politique étrangère américaine, une conséquence de l'illusion de toute-puissance qui a suivi l'effondrement de l'Union soviétique.

L'ébranlement des certitudes antérieures conduit l'Amérique à agir à l'instinct, poursuit Kissinger, sans vision stratégique ; cela amène le monde au bord d'une guerre avec la Russie et la Chine "sur des questions que nous avons en partie créées nous-mêmes, sans idée claire de la façon dont cela va se terminer".

Une situation d'autant plus difficile que le fondement du dialogue, outil indispensable à la recherche de compromis, a été perdu. En fait, explique Kissinger, les Américains voient "les négociations en termes missionnaires [...] en essayant de convertir ou de condamner leurs interlocuteurs au lieu d'approfondir et de comprendre leur mentalité".

Une leçon politique qui explique parfaitement la folie et les risques du moment.

jeudi, 18 août 2022

Nouvelle géopolitique, créer le G10 + 2

360_F_427401965_RqWuDa0w4HvlqPXGNQB2UZddZoXvUmEm.jpg

Nouvelle géopolitique, créer le G10 + 2

Rodolfo Sanchez Mena

Source: https://www.geopolitika.ru/es/article/nueva-geopolitica-crear-g102

Nous allons analyser d'un point de vue géopolitique la création du G10 qui regrouperait le Mexique, le Brésil, l'Indonésie, la Turquie, l'Inde et l'Iran, l'Argentine, le Venezuela, l'Afrique du Sud, le Nigeria + la Chine-Russie.

Le changement géopolitique que connaît le monde prendrait une nouvelle physionomie avec la création du G10+2 avec les pays non alignés et le Sud global, alliés à la Chine et à la Russie, afin de multiplier le potentiel des puissances intermédiaires et avec cette constellation réaliser un nouveau monde où règneront la paix, la prospérité et le bien-être des peuples du monde.

Le G10+2 rassemble des puissances moyennes d'Amérique latine, d'Asie et d'Afrique. Elle possède la plupart des ressources stratégiques du monde. Pour l'essentiel, les membres du G10+2 ont développé une culture très riche, avec une tradition d'humanisme et de solidarité. Ils disposent d'énergie, de mines, de ressources alimentaires, d'eau, pour les transformer en bien-être et en richesse généralisés afin de libérer les êtres humains de l'esclavage du travail salarié. La création du G-10+2, avec la Chine et la Russie, consoliderait le monde multipolaire, ce serait la fin du monde unipolaire et de sa stratégie de domination néolibérale.

Afin de maintenir la domination hégémonique et la déprédation de ces ressources et fondamentalement pour arrêter la nouvelle géopolitique qui se profile à l'horizon avec la création de ce G10+2, deux sommets ont été organisés, celui du G7 et celui de l'OTAN en Espagne.

752134487-origin.jpg

En termes géopolitiques, le G7 réunit sept pays qui ont déjà perdu leur hégémonie mondiale, avec en tête les États-Unis et leur allié nord-américain, le Canada, et les Européens, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie, l'Allemagne, et le seul pays asiatique, le Japon.

Cinq pays stratégiques, l'Argentine, l'Inde, l'Indonésie, le Sénégal et l'Afrique du Sud, participaient à la deuxième session du G7 en tant qu'invités stratégiques, dans le but de bloquer la création du G10+2. Le président de l'Argentine, Alberto Fernández, était le seul représentant de l'Amérique latine, des Caraïbes et des Antilles. Et le seul gouvernement qui soutient les sanctions contre la Russie. L'Inde, l'Indonésie, le Sénégal et l'Afrique du Sud s'abstiennent d'imposer des sanctions. Le président Fernández, face à la guerre énergétique déclenchée contre la Russie, a proposé à l'Europe les ressources stratégiques que possède son pays comme alternative d'approvisionnement et de baisse des prix: "Nous avons les deuxièmes réserves de gaz de schiste et les quatrièmes réserves de pétrole de schiste du monde".

L'importance de la présence du président indonésien Joko Widodo, un rôle clé pour le G7, puisqu'il assure la présidence tournante du G20, le groupe qui réunit les grandes puissances et les puissances émergentes, dont fait toujours partie la Russie.

Il est important de noter que l'Inde et l'Afrique du Sud font toutes deux partie des BRICS. L'Argentine et l'Iran ont demandé à rejoindre les BRICS, ce qui consolidera et élargira la participation de l'Iran dans la région de l'Amérique latine.

Le président français Macron appelle le Venezuela et l'Iran à réintégrer le marché du pétrole pour contrer les prix et les pénuries de pétrole de Poutine. Le Venezuela et l'Iran sont tous deux des alliés de la Russie et de la Chine. Les Européens reconnaissent Juan Guaydo comme le président du Venezuela nommé par les États-Unis. Le président vénézuélien Maduro s'est rendu en Iran pour renforcer les accords géostratégiques.

Le président iranien Seyed Ebrahim Raisi a reçu le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov. "Raisi a déclaré que le renforcement de la coopération est un moyen efficace de lutter contre les sanctions américaines et l'unilatéralisme économique contre les pays indépendants... Lavrov a également déclaré que la Russie soutient le rôle de l'Iran dans les organismes internationaux et régionaux, y compris l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS)". Point important étant donné l'insistance à vouloir que l'OCS rejoigne les BRICS.

Biden arrive au sommet du G7 à son pire moment, nous dit Bloomberg. Ses partenaires européens craignent une défaite électorale de Biden lors des élections de novembre. "Le chancelier allemand Olaf Scholz... voit en Biden une force motrice pour maintenir la pression sur Moscou et pense que l'unité entre les alliés pourrait s'effilocher une fois de plus si les républicains remportent à nouveau la Maison Blanche en 2024."

Les Français voient des conséquences à court terme de la défaite de Biden "Plusieurs dirigeants du G-7 s'inquiètent du fait qu'une défaite à mi-parcours limitera ce que Biden peut promettre et réaliser dans les mois à venir, selon un haut fonctionnaire du gouvernement français...".

Un débat inconfortable sur le soutien à l'Ukraine émerge rapidement. "Le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui a été l'allié le plus engagé de Biden sur l'Ukraine, a abordé la question dans un article d'opinion... dans le journal italien Corriere della Sera..."

"Sous la surface, des approches différentes de la crise ukrainienne émergent parmi les pays occidentaux : la crainte que les Européens ne poussent à une solution négociée rapidement ?" écrit Johnson. "Il y a un risque de lassitude vis-à-vis de l'Ukraine dans le monde. Et c'est clair."

En réponse à la lassitude exprimée par Johnson, "Biden a nié cette semaine que la fatigue s'installe, mais a reconnu qu'"il va y avoir un peu de jeu d'attente : ce que les Russes peuvent soutenir et ce que l'Europe va être prête à soutenir."

220628-sg-pm.jpeg

Le sommet de l'OTAN en Espagne devrait ouvrir un nouveau front de guerre dans les 10 pays qui composent la région du Sahel : Sénégal, Gambie, Mauritanie, Guinée, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad, Cameroun et Nigeria.

Un conflit prolongé en Ukraine, où même les États-Unis n'ont pas l'intention d'y mettre fin, couplé au scénario de guerre hybride de l'OTAN qui s'élargit au Sahel, avec les groupes fondamentalistes du Jihad islamique, est lié à la théorie spéculative visant à user Poutine et à provoquer sa chute. L'échec des sanctions contre la Russie et leur boomerang sur l'Occident incitent à accélérer le changement géopolitique.

Pour les pays d'Amérique latine, la création d'un G10+2 est le moyen de sortir des conséquences de la guerre en Ukraine, affirme Carlos Fernández-Vega dans sa chronique "Dinero", en analysant le diagnostic de la CEPALC. "Le conflit actuel, souligne la CEPALC, a accentué la tendance à une plus grande régionalisation des échanges et de la production que l'on observe depuis quelques années au niveau mondial. L'Amérique latine et les Caraïbes n'échappent pas à cette tendance, selon laquelle les pays recherchent une plus grande autonomie stratégique dans l'approvisionnement en produits et intrants clés".

C'est à cela que sert la nouvelle géopolitique en Amérique latine, en Asie et en Afrique avec la création du G10+2 ; une nouvelle stratégie en faveur de la paix, du bien-être et de la défense des ressources stratégiques, pour empêcher leur pillage et la promotion d'un nouveau colonialisme pour sauver Biden et le vieux monde du changement géopolitique mondial.

vendredi, 12 août 2022

Vladimir Poutine et la multipolarité

https __cdn.cnn.com_cnnnext_dam_assets_220621163747-03-brics-summit-2019.jpg

Vladimir Poutine et la multipolarité

Shahzada Rahim

Source: https://katehon.com/en/article/vladimir-putin-and-multipolarity?fbclid=IwAR2UMAT3P9gJ-xk1DsIX1ZtybNBUUbMA4QjJUpUcClnSER6KfmUO4_tFCEA

Depuis son accession à la présidence russe, Vladimir Poutine a attiré l'attention des grands médias mondiaux pour deux raisons majeures. Premièrement, dans sa jeunesse, il a servi dans les services de renseignement soviétiques (KGB) et pendant la désintégration de l'Union soviétique, il était colonel au siège du KGB à Dresde, en Allemagne de l'Est. Cela signifie que le jeune dirigeant russe a des souvenirs éléphantesques de l'époque soviétique. Deuxièmement, après la chute de l'Union soviétique, le jeune Vladimir Poutine, qui est diplômé en droit et ancien officier du KGB, s'est retrouvé sans emploi pendant une brève période jusqu'à ce que le maire de Saint-Pétersbourg, Anatoly Sobchak, le nomme au bureau, où il a d'abord servi en tant qu'officier junior avant de devenir maire adjoint. Ces deux expériences sont devenues la raison principale qui a attiré l'attention des grands médias mondiaux sur la personnalité obscure, mystérieuse et incompréhensible du jeune leader russe.

Putin-Stasi-ID.jpg

Au lendemain de l'attaque terroriste de septembre 2001, Vladimir Poutine est devenu le premier dirigeant mondial à se rendre aux États-Unis et a rencontré le président américain de l'époque, George W. Bush. Après une brève rencontre avec le jeune dirigeant russe, le président Bush a déclaré publiquement : "J'ai regardé l'homme dans les yeux. Je l'ai trouvé très franc et digne de confiance". Peut-être que la tentative du président Bush de sonder l'âme de Vladimir Poutine n'était pas une gaffe géopolitique, car dans ses décisions et sa défense des intérêts de la Russie, Vladimir Poutine s'est toujours montré franc et digne de confiance.

Néanmoins, ce n'est pas seulement dans la sphère politique que Vladimir Poutine a été mal compris et mal interprété, mais aussi dans la sphère géopolitique. Selon les mots du célèbre animateur de télévision russe et icône des médias mondiaux Vladimir Pozner, "Au cours des vingt dernières années, les dirigeants occidentaux ont mal compris Vladimir Poutine et, par conséquent, au cours de la même période, la façon dont Vladimir Poutine s'est présenté était le reflet même de la mentalité politique occidentale.

Si nous analysons la personnalité du dirigeant russe d'un point de vue géopolitique, il apparaît sans aucun doute comme un réaliste pragmatique complet qui considère toujours la "sécurité" de la Russie comme sa priorité absolue. Au cours des premières années de sa présidence, Vladimir Poutine a établi des relations étroites tant avec les États-Unis qu'avec ses voisins européens. Pour obtenir les garanties de sécurité des États-Unis et de ses alliés européens, la Russie a collaboré avec l'OTAN pour créer le Conseil OTAN-Russie en 2002. La tâche principale du Conseil OTAN-Russie était la recherche d'un consensus, la coopération et la consultation mutuelle sur les questions de sécurité. Il ne faut peut-être pas oublier ce geste pragmatique de Vladimir Poutine.

NATO-Russia_Council.jpg

En outre, depuis les premiers jours de son mandat, Vladimir Poutine n'a cessé de partager les lignes rouges de la sécurité de la Russie avec les États-Unis et ses alliés de l'OTAN en Europe. Les experts en politique étrangère ont qualifié le pragmatisme de la politique étrangère de Poutine, celle d'une approche de la Russie face à son étranger proche,  d'efficace jusqu'en 2004. Les préoccupations de la Russie en matière de sécurité ont commencé à s'aggraver lorsqu'un grand nombre d'États post-soviétiques d'Europe baltique et orientale ont rejoint l'Union européenne. Néanmoins, dès le début, la Russie a perçu l'expansion vers l'est de l'UE sous l'angle du dilemme de la sécurité et, par conséquent, lors de plusieurs rencontres internationales, Vladimir Poutine a remis en question la politique d'expansion vers l'est de l'UE. Ici, la montée en flèche des préoccupations sécuritaires de Poutine peut être mise en parallèle avec l'analyse du célèbre auteur géopolitique Tim Marshall. Selon Marshall, tout au long de l'histoire, la Russie a été prisonnière de sa géographie plate, vaste et trop étendue, où la "sécurité" est toujours restée l'obsession de ses dirigeants.

548x840.jpg

De même, la politique d'expansion vers l'est de l'UE, qui a débuté en 2004, est devenue le principal sujet de débat et de discussion parmi les élites politiques et sécuritaires russes. Les élites russes de la sécurité, en particulier, pensaient que l'expansion vers l'est de l'UE visait à ouvrir la voie à l'OTAN pour atteindre les frontières russes. Ainsi, de cette discussion est né un nouveau phénomène de sécurité, celui de "l'encerclement de la Russie", qui a fini par dominer la politique étrangère russe pour les années à venir. La plupart des élites politiques et de sécurité russes ont directement blâmé les États-Unis pour l'américanisation des politiques étrangères et de défense européennes. À cet égard, si quelqu'un veut comprendre le contexte du conflit actuel entre la Russie et l'Ukraine, il doit étudier la transformation de la politique étrangère russe après 2004. En outre, l'année 2004 est importante pour deux raisons majeures.

41587_2004_Article_BFnbt0504501_Fig1_HTML.png

Premièrement, 2004 a marqué le début de l'expansion de l'UE vers l'est et donc des avancées de l'OTAN vers les frontières russes. Deuxièmement, au cours de ces mêmes années, les révolutions de couleur ont commencé dans l'espace post-soviétique, en commençant par l'Ukraine, dont la Russie pense qu'elles étaient parrainées par l'OTAN pour renverser les régimes favorables à la Russie. Ainsi, dans le sillage des révolutions de couleur, le terme "Sécurité de la sphère d'influence de la Russie" est devenu l'obsession majeure des élites politiques et sécuritaires russes.

Dans ce dernier contexte, si nous révisons la pensée géopolitique du président russe, alors, selon Poutine, la chute de l'Union soviétique a été la plus grande catastrophe géopolitique du vingtième siècle qui a mis en péril la sécurité géopolitique de la Russie. C'est peut-être la raison pour laquelle, dès les premiers jours de son mandat, Vladimir Poutine a spéculé sur les problèmes de sécurité de la Fédération de Russie. Même, concernant les lignes rouges de la Russie, il a lancé un avertissement clair aux États-Unis et à ses alliés européens de l'OTAN lors de son discours à la Conférence sur la sécurité de Munich en 2007. Vladimir Poutine a déclaré : "le fait que nous soyons prêts à ne pas placer l'armée de l'OTAN en dehors du territoire allemand donne à l'Union soviétique une solide garantie de sécurité" - où sont ces garanties ? Ainsi, du point de vue géopolitique de Poutine, les Américains et leurs alliés européens ont éclipsé et méprisé les garanties de sécurité données à la Russie et ont permis à l'OTAN d'encercler la Russie, ce qu'il considère comme une promesse non tenue.

En tant que réaliste pragmatique, Vladimir Poutine estime que puisque l'Amérique et ses alliés européens ont rompu la promesse, la Russie a le droit naturel d'assurer sa sécurité dans l'espace post-soviétique. Par conséquent, les événements tels que la guerre avec la Géorgie (2008) et l'annexion de la Crimée (2014) n'étaient qu'un calme avant la tempête. À mon avis, ces événements ont été le signal d'alarme pour que l'OTAN abandonne son expansionnisme le long des frontières russes. Malheureusement, à l'Ouest, ces deux événements majeurs n'ont pas été reçus comme des avertissements majeurs ; au contraire, l'Ouest les a considérés comme une agression russe et un néo-impérialisme, ce qui est complètement hors de toute logique.

Selon Poutine, l'Occident doit respecter la Russie en tant que pôle distinct dans l'ordre international, aux côtés d'autres puissances mondiales émergentes comme la Chine et l'Inde. Selon Poutine, le moment unipolaire est terminé et l'état de droit international ne peut être renforcé et mis en œuvre que si l'Occident respecte la "sphère d'influence" de chaque pôle. En outre, la multipolarité émergente est réelle et l'Occident doit comprendre ce fait, s'il est un tant soit peu sérieux en matière de paix et de sécurité internationales.

51cHm4Kn2aS.jpg

L'Auteur:

Shahzada Rahim est l'auteur du livre Beyond Civilization and History et un expert en géopolitique. Il est le rédacteur en chef du portail d'information The Eurasian Post.

jeudi, 11 août 2022

Alice Weidel : "L'Ukraine aurait dû devenir neutre"

alice-weidel.jpg

Alice Weidel : "L'Ukraine aurait dû devenir neutre"

Kiev aurait dû être encouragée à devenir un Etat neutre, affirme Alice Weidel dans un entretien.

Source: https://contra24.online/2022/08/alice-weidel-ukraine-haette-neutral-werden-muessen/

Alice Weidel, la présidente du parti Alternative pour l'Allemagne (AFD), a identifié l'erreur de l'Occident concernant l'Ukraine. Selon la politicienne, les alliés de Kiev auraient dû policer l'image de ce pays d'Europe de l'Est en l'encourageant à devenir Etat neutre au lieu de l'entraîner dans l'OTAN et l'UE.

Dans un entretien avec la ZDF publié dimanche, on a demandé à Mme Weidel pourquoi certains membres de l'AFD justifiaient l'offensive russe contre l'Ukraine ou même diffusaient de la "propagande du Kremlin". La chef de groupe de l'AFD a répondu : "Dans notre parti et notre groupe, il est indiscutable qu'il s'agit d'une guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine, contraire au droit international".

Weidel a toutefois souligné qu'en considérant le conflit actuel dans ce pays d'Europe de l'Est, il ne fallait pas négliger le contexte historique des événements actuels. "L'intégration de l'Ukraine et les projets d'inclusion de l'Ukraine dans l'OTAN et l'UE sont, depuis des décennies, quelque chose que les Russes n'accepteront jamais", a précisé la politicienne allemande.

Moscou a toujours été clair sur le fait qu'il n'accepterait pas une "puissance adverse dans son arrière-cour", a-t-elle ajouté. Mme Weidel a ajouté que "l'Ukraine est une ligne rouge pour la Russie depuis des décennies". La chef de file de l'AFD a ajouté que l'Occident traitait ce sujet hautement sensible avec "insouciance" et qu'il avait commis une erreur en ne faisant pas de l'Ukraine un pays neutre.

Mme Weidel a souligné que son parti considérait le conflit actuel en Ukraine comme extrêmement dangereux, notamment pour l'Allemagne, qui n'est pas aussi éloignée des champs de bataille que les États-Unis. La politicienne a également mis en garde contre la résurgence d'une mentalité cherchant à reconstituer des blocs opposés, soit une situation similaire à celle de la guerre froide, la Russie et la Chine développant des relations de plus en plus étroites entre elles. Un tel scénario n'est pas dans l'intérêt de l'Allemagne, a déclaré la chef du groupe parlementaire AFD.

2021.5.7_Kotré-252_Farbe-Druck.jpg

Fin mars, Steffen Kotré, membre du Bundestag de l'AfD, a affirmé que les États-Unis utilisaient l'Ukraine comme tête de pont pour déstabiliser la Russie. Si nous évoquons cela, nous devrions également parler des laboratoires biologiques qui sont dirigés contre la Russie", a déclaré le député - une allusion évidente aux affirmations de Moscou selon lesquelles les États-Unis auraient établi de telles installations secrètes dans le pays d'Europe de l'Est.

tino-chrupalla.jpg

Le mois suivant, Tino Chrupalla, président et principal porte-parole de l'AfD, a parlé des "intérêts légitimes de la Russie en matière de sécurité", ajoutant que le conflit en Ukraine avait "plusieurs pères". Chrupalla a également demandé à plusieurs reprises que le gouvernement fédéral lève les sanctions contre la Russie, car elles affectent le plus les entreprises et les citoyens allemands, a déclaré le politicien de l'AfD.

Interrogée à nouveau sur les déclarations de certains membres de l'AfD, Mme Weidel a réaffirmé que le parti qualifiait l'intervention militaire de la Russie en Ukraine de "guerre d'agression contraire au droit international" et a ajouté : ceux qui tiennent publiquement des propos qui s'écartent de la ligne du parti seront traités "en interne". La politicienne a toutefois refusé d'entrer dans les détails concernant les conséquences auxquelles de tels membres du parti doivent s'attendre.

Pour plus de nouvelles et d'informations (sans censure Facebook), consultez notre chaîne Telegram (https://t.me/comagde) et notre groupe de discussion Telegram (https://t.me/+sydNkheo8hdiN22ZI). Vous pouvez également nous rendre visite sur Gettr.com (https://gettr.com/user/contra24).

Quand la CIA s'inquiétait du nationalisme ukrainien

nogeoingegneria-com-climate-change-geopolitica-ukraine-cia-globalresearch-ca-.jpg

Quand la CIA s'inquiétait du nationalisme ukrainien

SOURCE : https://it.insideover.com/guerra/langley-1957-locchio-della-cia-sul-nazionalismo-ucraino-2057733.html

À l'aube de la guerre froide, au moins trois grands groupes nationalistes actifs contre l'Union soviétique opéraient en Ukraine. Des groupes qui avaient attiré l'attention de Langley, qui s'intéressait à d'éventuelles opérations spéciales sur le territoire de la République socialiste d'Ukraine.

Que l'Ukraine était le foyer des rêveurs d'indépendance, notre site InsideOver vous l'a déjà dit dans le reportage consacré à Lugansk. Et si à l'est du pays (dans ces provinces aujourd'hui disputées à Kiev par Vladimir Poutine), le vent de l'autonomisme soufflait depuis 1919, la perspective d'une nation libérée du joug des grandes puissances s'était également répandue dans les régions centrales et occidentales depuis le début du 20ème siècle. 

Les persécutions soviétiques des années 30 et, plus tard, l'occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale ont représenté une sorte de sève pour les réalités indépendantistes, dont Stepan Bandera est peut-être le nom et le visage les plus connus en Ukraine et en Occident. Il est devenu "célèbre" après l'invasion russe du 24 février 2022.

MV5BMGM1ZTllYjktMGI5ZS00ZGE0LTk1NDUtMmEyMWU3NjQ2ZWI1XkEyXkFqcGdeQXVyNjUxMjc1OTM@._V1_.jpg

Bandera (photo) était, en fait, une figure de proue de la lutte pour l'identité ukrainienne avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Attention, nous écrivons identité et non liberté car, en tant que "partisan", Bandera est sui generis. Nationaliste, anticommuniste ; allié, prisonnier et à nouveau collaborateur des Allemands, Bandera a tenté d'exploiter l'occupation nazie des territoires ukrainiens pour fonder un État ukrainien indépendant.

Un personnage historique que nous qualifierions aujourd'hui d'"équivoque", bien que sa conduite reflète le caractère des peuples d'Europe de l'Est et des Balkans : la défense de l'ethnie à laquelle ils appartiennent est supérieure à toute idéologie, croyance politique, équilibre international. Cet élément a été exploité par les grandes puissances, dans le cas de Bandera par le Troisième Reich contre les Soviétiques et leurs alliés, contre les Juifs et contre les Polonais. Et qui, dans le nouveau scénario de la guerre froide, a également été suivi avec intérêt par Washington.

En 1957, la Central Intelligence Agency (CIA) a donc classé "secret" un volumineux dossier sur l'Ukraine, une analyse détaillée et approfondie de l'histoire, de la géographie, des facteurs économiques et des activités antisoviétiques de la République socialiste ukrainienne.

Le but est dans le titre du rapport : Facteurs de résistance et zone des forces spéciales. Reconstituant l'activité des partisans pendant la Seconde Guerre mondiale, la CIA identifie quatre zones où la résistance était la plus forte : Poles'ye (l'actuelle Biélorussie), le sud de la Volhynie, la région des Carpates et les montagnes de Crimée. L'origine géographique a également influencé l'orientation politique des groupes : dans l'est de l'Ukraine se concentraient les pro-Soviétiques (Ukrainiens fidèles à Moscou et soldats de l'Armée rouge coupés des leurs par la retraite), dans l'ouest de l'Ukraine les groupes nationalistes, comme par exemple en Volhynie où, en 1943, les nationalistes ukrainiens ont durement persécuté les Polonais afin d'empêcher la Pologne de revendiquer un jour des territoires à majorité polonaise à la fin du conflit mais en fait ressentis par les Ukrainiens comme leur appartenant. Un exemple est la ville de Lviv, aujourd'hui ukrainienne mais avec une forte tradition polonaise. 

Les perspectives sont également différentes : les pro-russes soutiennent Moscou et l'Armée rouge, tandis que les nationalistes visent la naissance d'une entité indépendante des Allemands et des Soviétiques, avec une culture et une langue ukrainiennes.

Les documents soulignent également que certaines zones densément boisées se prêteraient bien à des formes de guerre non conventionnelles, car les forces russes auraient du mal à y pénétrer.

lwf_ukraine_waldanteil_gross.gif

Facteurs de résistance et zone des forces spéciales est à la fois une analyse du terrain et un regard sur les capacités des groupes de résistance locaux qui, après la reconquête de l'Ukraine par l'Armée rouge, ont tenu tête aux NKVD et MVD entre 1945 et 1954.

L'épisode ukrainien n'est pas un cas isolé. Dans les territoires reconquis ou occupés par l'Armée rouge et ses alliés, les partisans antisoviétiques ont opéré pendant des décennies.

En République socialiste de Yougoslavie, il y avait les Kraziri (croisés, ndlr) qui reprenaient l'héritage du nationalisme croate des oustachis ; au sud, au Kosovo, l'indépendance kosovare donnera du fil à retordre à Belgrade jusqu'à la mort de Josip Broz, et même au-delà.

Sur les rives de la mer Baltique, en revanche, les Estoniens, Lituaniens et Lettons se sont retrouvés à combattre à la fois les nazis et les Soviétiques ou, dans d'autres cas, ils ont d'abord combattu les Soviétiques aux côtés des Allemands, puis ont poursuivi le combat, même après la fin de la guerre.

Aucun d'entre eux, probablement, n'était un nazi convaincu : le souhait d'une patrie indépendante, d'une identité qui ne serait pas écrasée par les nouveaux dirigeants russes, a d'abord animé l'alliance avec Berlin et, après la guerre, la guérilla dans les forêts contre les unités du NKVD de Berija.

Ce n'est donc pas une coïncidence si, au cours de la première décennie de la guerre froide, les États-Unis ont suivi de près ces réalités. "Les unités Waffen SS baltes doivent être considérées comme séparées et distinctes des SS allemands en termes de but, d'idéologie, d'activités et de qualification, par conséquent la commission considère qu'elles ne constituent pas un mouvement hostile au gouvernement des États-Unis", telle est la conclusion à laquelle sont parvenus les membres d'une commission chargée d'évaluer les crimes commis par les Waffen SS pendant la guerre.

Nous sommes en 1950 et les blessures, notamment parmi les victimes de la persécution nazie, sont encore fraîches. Pourtant, la principale nation alliée est arrivée à la conclusion que les SS baltes constituaient une entité distincte des autres, probablement dans le but de pouvoir exploiter l'action des anciens combattants pour contenir la puissance soviétique sur les rivages de la Baltique.

Cela ressemble, si l'on y réfléchit, à ce qui s'est passé récemment avec certaines unités déployées contre les Russes en Ukraine : malgré la forte suspicion de sympathies nazies, elles ont été soutenues et armées par les États-Unis et leurs alliés occidentaux pour affronter l'armée de Moscou.

Même dans le cas de Bandera, les analystes de Langley passent sous silence les aspects peu clairs de son passé en se concentrant sur les capacités des trois principales organisations antisoviétiques : l'Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), l'Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA), le Conseil suprême pour la libération de l'Ukraine (UHVR), qui sont toutes trois "étroitement associées à un leadership qui prend la forme d'une 'direction imbriquée' avec les mêmes éléments au sommet de chaque organisation".

Ce qui est moins clair, c'est que la CIA reconnaît comment les éléments de l'OUN, de l'UPA et de l'UHVR ont été effectivement éliminés par la police secrète soviétique depuis 1954. Quel est donc l'intérêt de produire un rapport aussi détaillé si les alliés potentiels sur le terrain ne sont pas au rendez-vous ?

soldiers-train-594374518.jpg

La réponse se trouve dans l'histoire récente de la politique étrangère américaine. En effet, les Etats-Unis ont apporté leur soutien tant à des unités très combatives (Contras, Viet Minh dans une perspective antijaponaise, Mujahideen), qu'à des réalités qui n'auraient jamais pu vaincre les forces adverses sur le terrain, comme les Montagnards vietnamiens, l'Alliance du Nord entre 1992 et 2001, et les Kurdes. L'intérêt, dans ce cas, n'est pas de gagner la confrontation avec l'ennemi à court terme, mais plutôt de l'épuiser, en le forçant à engager toujours plus de ressources et de moyens pour réprimer les forces antigouvernementales.

Ce qui restait de l'OUN, de l'UPA et de l'UHVR aurait pu être réorganisé par les opérateurs sur le terrain, afin de reprendre l'activité de guérilla anti-russe après le revers de 1954.

Une stratégie de dix ans et de plusieurs millions de dollars, fondamentalement similaire à celle à laquelle nous assistons aujourd'hui en Ukraine, un conflit qui est destiné à durer beaucoup plus longtemps et à évoluer vers un affrontement de faible intensité entre Kiev et la Russie. Et l'envoi d'armes et de moyens a précisément pour but d'occuper Moscou autant que possible, dans l'espoir que le "miracle" de l'Afghanistan se produise à nouveau: le retrait de l'URSS en 1989 et l'effondrement de l'Union Soviétique en 1991.

Il est dommage qu'une fois le drapeau rouge abaissé au Kremlin, tant la Russie que l'Afghanistan aient traversé une très longue période d'instabilité qui, dans le cas afghan, dure encore...

mercredi, 10 août 2022

Les Américains rejettent largement la fermeture des bases en Allemagne, en Corée du Sud et au Japon

Yokota Air Base in the suburbs of western Tokyo is.jpg

Les Américains rejettent largement la fermeture des bases en Allemagne, en Corée du Sud et au Japon

Source: https://nritalia.org/2022/08/03/gli-americani-rifiutano-in-gran-parte-la-chiusura-di-basi-in-germania-corea-del-sud-e-giappone/

Les sondages réalisés auprès des Américains montrent qu'en dépit des préoccupations relatives au coût des engagements militaires, notamment après les déploiements en Irak et en Afghanistan, le public soutient encore largement le maintien de bases dans des démocraties stables telles que l'Allemagne, la Corée du Sud et le Japon.

Par Timothy S. Rich et Mallory Hardesty

Le maintien de bases à l'étranger est devenu plus controversé non seulement auprès du public américain, mais aussi dans les pays d'accueil. Si les États-Unis bénéficient d'une influence accrue et souvent d'une politique étrangère conforme aux intérêts américains, les coûts perçus peuvent dépasser les gains perçus par les Américains. Pendant ce temps, les bases d'accueil créent une myriade de problèmes environnementaux, économiques et politiques pour le pays hôte qui influencent et dépriment le soutien du public. Les travaux existants montrent des variations d'un pays à l'autre dans la perception publique de la présence militaire américaine, bien que les populations locales reconnaissent souvent cette présence comme un moyen de dissuasion contre les agresseurs régionaux.

1200px-Seal_of_the_USFJ.svg.png

20japan-superJumbo.jpg

Dans les discussions sur les bases à l'étranger, il manque souvent de savoir si le public fait la distinction entre les engagements militaires en fonction du lieu. Bien que le public américain puisse avoir des inquiétudes quant aux dépenses militaires globales et aux déploiements indéfinis dans des pays politiquement instables, les preuves semblent suggérer un soutien plus large pour les déploiements dans les alliés traditionnels. Par exemple, un sondage du Chicago Council de 2021 révèle que 63 % des personnes interrogées soutiennent la défense de la Corée du Sud en cas d'invasion par la Corée du Nord et un sondage du Chicago Council de 2018 révèle que 65 % des personnes interrogées soutiennent le maintien de bases au Japon et 64 % soutiendraient la défense du Japon en cas d'attaque par la Corée du Nord.

D'après le Defense Manpower Data Center du ministère de la Défense, les États-Unis comptaient 171.477 membres de service à l'étranger en 2021. La plupart des troupes se trouvaient au Japon (53.700), en Allemagne (33.900) et en Corée du Sud (26.400). Cependant, cela n'inclut pas la population civile des bases. Par exemple, la plus grande des 73 bases américaines en Corée du Sud, Camp Humphreys, accueille plus de 35.000 militaires et civils.

restmb_idxmake_amp.jpg

En plus de la présence de longue date de bases dans ces trois pays, ces trois implantations ont fait l'objet de critiques de la part de l'administration Trump, qui reproche aux alliés de ne pas payer leur juste part. L'administration a menacé de réduire le nombre de soldats américains au Japon et en Corée du Sud si Japonais et Coréens ne payaient pas davantage de frais, exigeant une augmentation de près de 400 % de la participation aux coûts. L'administration Biden a finalement négocié une augmentation de 14% des paiements de la Corée du Sud.

La réduction des troupes prévue par Trump en Allemagne a été annulée sous l'administration Biden, tandis que cette dernière a lancé un examen des bases américaines existantes à l'étranger en 2021 comme un moyen potentiel de restructurer et de réduire les engagements à l'étranger.

Pour répondre aux perceptions du public, nous avons mené une enquête nationale originale en ligne aux États-Unis du 29 juin au 11 juillet via Qualtrics avec un échantillonnage par quotas par âge, sexe et géographie. Nous avons assigné de manière aléatoire 1728 Américains à l'une des trois questions de type oui ou non sur les bases américaines :

    - Les États-Unis doivent-ils fermer leurs bases militaires en Allemagne?

    - Les États-Unis doivent-ils fermer leurs bases militaires en Corée du Sud?

    - Les États-Unis doivent-ils fermer leurs bases militaires au Japon?

Dans l'ensemble, nous avons constaté que plus de 70 % des répondants s'opposaient à la fermeture de l'une ou l'autre des bases. Répartis par parti politique, nous constatons toujours une large opposition à la fermeture des bases, avec toutefois quelques variations notables. Les démocrates sont les plus favorables à la fermeture des bases en Allemagne (32,14%), tandis que 33,33% des républicains sont favorables à la fermeture des bases en Corée du Sud. Ces taux concernant la Corée du Sud sont similaires aux résultats du sondage 2020 sur le retrait des troupes.

Nous avons également demandé aux répondants d'évaluer les trois pays sur une échelle de 1 à 10, où 1 est très négatif et 10 est très positif. Ces trois pays ont reçu des notes similaires (Corée du Sud : 6,06 ; Japon : 6,41 ; Allemagne 6,47). Il n'est pas surprenant que ceux qui ont évalué les pays les plus bas (1) soient les plus favorables à la fermeture des bases, avec des taux inférieurs d'au moins 15 points de pourcentage parmi ceux qui ont évalué chaque pays le plus haut.

En outre, nous avons demandé aux personnes interrogées : "Laquelle des déclarations suivantes décrit le mieux votre opinion sur le rôle des États-Unis dans les affaires mondiales ?

    - Nous devrions accorder moins d'attention aux problèmes à l'étranger et nous concentrer sur les problèmes chez nous.

Ou

    - Est-il préférable pour l'avenir de notre pays d'être actif dans les affaires mondiales ?

Une nette divergence partisane émerge, avec 56,29% des Démocrates mais seulement 32,66% des Républicains qui choisissent d'être actifs dans les affaires mondiales. Comme prévu, ceux qui ont déclaré que les États-Unis devraient concentrer leur attention sur le plan national étaient plus susceptibles de soutenir la fermeture des bases dans chaque pays que ceux qui soutenaient l'engagement (Allemagne : 34,44% contre 19,53% ; Corée du Sud : 36,09% contre 17,87% ; Japon : 32,7% contre 18,73%). Une fois encore, même parmi ceux qui souhaitaient se concentrer sur l'intérieur, de nettes majorités n'étaient pas favorables à la fermeture des bases.

Bild-3-_-USA_Militaerbasen_DeutschlandvonWikipediaFriedens-und-Zukunftswerkstatt-e.V.-Kopie-Kopie.jpg

Les résultats suggèrent qu'en dépit des préoccupations relatives au coût des engagements militaires, notamment à la suite des déploiements en Irak et en Afghanistan, l'opinion publique reste largement favorable au maintien de bases dans ces démocraties stables. Le fait que ces trois pays soient des démocraties bien établies, des alliés de longue date et qu'ils soient confrontés à des défis identifiables en matière de sécurité régionale détermine probablement la façon dont le public américain perçoit les coûts et les avantages d'un engagement militaire continu.

À une époque de tensions mondiales croissantes, il est logique que de nombreux Américains considèrent ces bases en particulier comme un moyen de répondre rapidement à l'évolution des conditions de sécurité et puissent servir à dissuader toute agression. Face aux préoccupations constantes en matière de sécurité que suscitent l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les menaces d'invasion de Taïwan par la Chine et les essais de missiles de la Corée du Nord, l'administration Biden devrait souligner l'importance historique des engagements militaires américains. Dans le même temps, l'administration devrait répondre aux préoccupations nationales plus larges concernant les dépenses militaires en restructurant les engagements à l'étranger pour répondre à la nature changeante des menaces à la sécurité d'une manière économiquement responsable.

Source : e-ir.info

mardi, 09 août 2022

Géopolitique de la Malaisie

4d31a77d128fbd3bf61233aec551c6ef.gif

Géopolitique de la Malaisie

Géopolitique de la Malaisie - La politique intérieure et extérieure de la fédération est basée sur l'équilibre

Groupe de réflexion Katehon

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/geopolitics-malaysia

La Malaisie est située sur la péninsule malaise (la partie sud de la péninsule indochinoise) et les îles adjacentes de l'archipel malais, à l'intersection des océans Pacifique et Indien, dans une région qui fait traditionnellement partie du "monde malais" (le terme "monde malais", Dunia Melayu ou Alam Melayu, désigne généralement les zones géographiques et culturelles dans lesquelles certains groupes ethniques d'Indochine sont communs, dont principalement la Malaisie actuelle, l'Indonésie, Singapour, Brunei, le Timor oriental, le sud de la Thaïlande et le sud des Philippines).

La Malaisie a été un centre de commerce et de communications religieuses depuis les temps anciens. À partir de la fin du 18ème siècle, la Grande-Bretagne a progressivement pris le contrôle de la péninsule malaise et du nord de Bornéo (île de Kalimantan), ce qui a jeté les bases de la Malaisie actuelle. La domination coloniale britannique a non seulement affecté la politique, l'économie et la culture locales, mais a également modifié de manière significative la structure nationale locale. Le développement colonial ayant créé une énorme demande de main-d'œuvre, les colons britanniques ont fourni des immigrants de Chine et d'Asie du Sud, ce qui a contribué à former une société ethnique diversifiée. Sur cette base, la politique nationale de la Malaisie après l'indépendance devrait s'attacher à réaliser des objectifs multiples: non seulement développer l'identité d'un groupe super-ethnique, contribuant à la construction d'un État-nation, mais aussi essayer d'équilibrer les intérêts de tous les groupes ethniques, pour parvenir à l'harmonie, à la stabilité et au développement durable.

17721587095_4d6222617c_b_20191225222316_20200128111311.jpg

Kuala_Lumpur_Malaisie.jpg

La politique ethnique malaise : Une situation politique instable

La politique ethnique a accompagné l'histoire du développement humain depuis la naissance de l'État-nation au 17ème siècle. Les conflits ethniques et même les guerres ethniques se poursuivent aujourd'hui dans de nombreux pays d'Afrique et d'Asie. Dans l'histoire de la transformation politique en Malaisie, la politique ethnique se reflète principalement dans la participation institutionnalisée au processus politique. Dans une certaine mesure, l'essence de la politique des partis malaisiens est la politique ethnique.

En Malaisie, la politique ethnique se manifeste par le fait que le gouvernement, par la volonté du pays, divise tous les Malais en bumiputra et non-bumiputra, malaisiens et non-malaisiens, musulmans et non-musulmans, donnant ainsi aux Bumiputra malaisiens des avantages politiques, économiques et culturels, ainsi que des droits spéciaux aux musulmans.

De 1957 à 2020, le processus de développement politique de la Malaisie a subi plusieurs vagues de "tsunamis politiques" dus à la politique ethnique. De 1957 à mai 2018, les partis politiques malaisiens United Malays National Organization (UMNO) et Alliance of Hope ont établi un modèle politique de "parti unique" qui a généralement maintenu la stabilité de la politique du pays. Depuis mai 2018, la politique ethnique est passée de l'affaiblissement au renforcement, et la situation politique en Malaisie s'est avérée être dans un état extrêmement instable.

Prime_Minister_of_Malaysia,_Dato’_Sri_Mohd_Najib_Bin_Tun_Abdul_Razak,_at_Hyderabad_House,_in_New_Delhi_on_January_26,_2018_(cropped).jpg

La politique étrangère malaisienne: une structure diplomatique à trois niveaux

En avril 2009, Najib (photo) a succédé à Abdullah au poste de Premier ministre, promouvant des réformes politiques et économiques intérieures dans le cadre du concept "One Malaysia", mais en termes de politique étrangère, Najib a poursuivi la politique étrangère de Mahathir et d'Abdullah et a formé un modèle diplomatique à trois niveaux dans les relations avec l'Asie du Sud-Est, l'Asie de l'Est, les grandes puissances et le monde islamique.

Les relations avec l'Asie de l'Est: la pierre angulaire d'une stratégie de sécurité et de diplomatie

Dans la structure diplomatique à trois niveaux, la couche centrale est l'Asie du Sud-Est (ASE). L'orientation diplomatique à ce niveau est double : d'abord l'ANASE comme pierre angulaire, ensuite l'Asie du Sud-Est comme centre. La signification principale de ce que l'on appelle l'ANASE comme pierre angulaire est que l'ANASE est l'épine dorsale de la politique étrangère de la Malaisie, étant une structure supranationale régionale à laquelle la Malaisie fait confiance. D'une part, la prospérité, l'intégrité, la stabilité et la coexistence harmonieuse de l'ANASE avec les pays voisins assurent la sécurité de l'Asie du Sud-Est ; d'autre part, l'ANASE elle-même appelle les États membres à adopter des comportements qui réduisent les risques pour la sécurité, comme le développement de relations bilatérales et la promotion d'un dialogue ouvert entre les États membres sur les questions politiques et de sécurité, y compris les mesures de confiance.

Pour la Malaisie, le renforcement des relations avec l'ANASE comprend au moins trois niveaux d'importance : premièrement, le renforcement des relations bilatérales avec les pays membres de l'ANASE ; deuxièmement, la promotion et la participation aux programmes de coopération sous-régionale de l'ANASE, tels que le Triangle de croissance oriental de l'ANASE (BIMP-EAGA), la coopération sous-régionale du Mékong, etc. En 2011, la Malaisie et l'Indonésie ont conjointement promu l'"ASEAN Defense Industrial Cooperation" (ADIC) afin de renforcer la coopération en matière de défense entre les États membres de l'ANASE ; en 2012, le ministre malaisien de la défense a appelé les pays de l'ANASE à promouvoir un "plan de sécurité" lors du 11e Dialogue de Shangri-La afin de faire face conjointement aux menaces de cybersécurité.

map_asean.png

Avec l'ANASE au centre des préoccupations diplomatiques malaisiennes, l'intention principale réside dans le fait que, outre l'ANASE, les pays d'Asie du Sud-Est sont les partenaires diplomatiques les plus importants de la Malaisie. Cela se reflète dans les relations de la Malaisie avec la Chine. En juin 2009, Najib a effectué une visite officielle en Chine, moins de 60 jours après sa prise de fonction. La Chine et la Malaisie ont signé un "Plan d'action conjoint pour la coopération stratégique", qui expose un projet majeur pour le développement futur des deux pays. La Chine devrait devenir le premier partenaire commercial de la Malaisie. Outre la Chine, Najib attache également une grande importance au développement des relations avec le Japon. Depuis son entrée en fonction en 2009, Najib a visité le Japon à plusieurs reprises. Le Japon est actuellement le troisième partenaire commercial de la Malaisie et une source importante d'investissements et la Malaisie espère attirer autant d'entreprises japonaises que possible.

Au niveau multilatéral, la Malaisie encourage activement la coopération 10 + 3, incluant la Chine, le Japon et la Corée du Sud dans le cadre diplomatique de l'ANASE, et d'autres puissances voisines dans le cadre du sommet de l'Asie de l'Est. Najib a déclaré avec franchise qu'avec la montée en puissance de la Chine et de l'Inde, l'ANASE n'a pas besoin de choisir quel côté prendre. Puisque l'ANASE peut avoir de bonnes relations avec la Chine et l'Inde en même temps, choisir un côté ramènerait la mentalité de la guerre froide. En d'autres termes, il est nécessaire de développer les relations de la Malaisie avec les pays d'Asie du Sud-Est, en plus des besoins du développement économique, et un objectif stratégique plus important est de promouvoir l'intégration de l'ANASE elle-même par le développement de la coopération avec la Chine, le Japon, la Corée du Sud et d'autres pays.

Les relations avec les grandes puissances: la recherche du gain économique

Dans la couche intermédiaire se trouvent les grandes puissances, principalement associées aux relations de la Malaisie avec les États-Unis, la Russie, la Grande-Bretagne, l'Inde, l'Australie et d'autres pays extraterritoriaux. En effet, depuis que Mahathir a promu une politique de "regard vers l'Est", la Malaisie a placé le développement des relations avec les puissances étrangères à une place relativement secondaire dans sa stratégie diplomatique. Par rapport à la période de la guerre froide, les relations actuelles entre la Malaisie et les États-Unis, la Russie, l'Inde, l'Australie, le Royaume-Uni et d'autres grandes puissances sont de moindre importance stratégique et relèvent davantage de la diplomatie économique.

En 2012, Najib a publiquement appelé les entreprises américaines à augmenter leurs investissements en Malaisie : "Les États-Unis sont l'un des plus grands investisseurs étrangers en Malaisie, nous espérons donc augmenter les investissements. Il existe de nombreuses possibilités de coopération entre la Malaisie et les États-Unis dans le domaine des investissements".

Dans le même temps, la Malaisie a réagi positivement au Partenariat transpacifique (TPP) dirigé par les États-Unis. Selon Najib, "la Malaisie bénéficiera du TPP car le marché des pays respectifs sera encore élargi dans le cadre de l'accord de libre-échange (ALE) des pays membres du TPP". Depuis l'adhésion de la Malaisie au TPP, 80 % des marchandises sont exemptées de taxes et le commerce de la Malaisie avec les États-Unis et d'autres pays membres du TPP a considérablement augmenté.

En ce qui concerne l'Inde, en février 2011, suite à l'entrée en vigueur de l'accord sur la zone de libre-échange entre l'ANASE et l'Inde, la Malaisie a signé un accord de libre-échange avec l'Inde afin de renforcer la coopération commerciale entre les deux peuples. En décembre 2012, lors du mémorable sommet ANASE-Inde, Najib a rencontré le Premier ministre indien Singh et a exprimé son vif désir de renforcer la coopération commerciale. Objectif: augmenter le volume des échanges de 15 à 20 milliards de dollars US. Pour l'Australie, l'accord de libre-échange entre la Malaisie et l'Australie est entré en vigueur le 1er janvier 2013. Selon le document, de 2013 à 2019, la Malaisie réduira progressivement les droits de douane et ouvrira le marché. En outre, pour les pays européens, ainsi que pour le Royaume-Uni, la Malaisie encourage activement les négociations en vue d'un accord de libre-échange. Le vice-premier ministre Muhyiddin Yassin a déclaré : "Si les négociations de l'ALE de la Malaisie avec l'UE et les États-Unis peuvent être menées à bien, 80 % du commerce extérieur de la Malaisie ira sur les marchés des grands pays".

Diplomatie avec le monde islamique : des relations relativement indépendantes

La couche la plus éloignée est constituée du monde islamique. En tant que pays islamique, la Malaisie s'est engagée depuis sa fondation à renforcer ses relations avec le monde islamique, à servir de pont entre les États-Unis et le monde islamique et à faire progresser le processus de paix au Moyen-Orient. Dans le même temps, la Malaisie développe activement la coopération économique avec les pays islamiques. La coopération économique entre la Malaisie et l'Iran est relativement étroite. Les deux pays ont signé un certain nombre de documents de coopération, tels que l'accord de soutien mutuel aux investissements, l'accord d'allégement des droits de douane élevés et le protocole d'accord sur la coopération entre les marchés des deux pays. Le ministre malaisien du commerce et de l'industrie, Mustafa, a déclaré que les exportations d'huile de palme de la Malaisie vers l'Iran constituent la partie la plus importante du commerce entre les deux pays. Le développement du commerce entre les deux pays ne sera pas affecté par les sanctions américaines contre l'Iran. En outre, la Malaisie continue à développer et à améliorer le système financier islamique, à renforcer l'interaction avec les pays islamiques et à s'efforcer de devenir le centre de la finance islamique mondiale.

407526194.jpg

Dans la structure diplomatique à trois niveaux susmentionnée, l'Asie du Sud-Est est le principal intérêt de la Malaisie. Les relations de la Malaisie avec les grandes puissances sont subordonnées à la stratégie de la Malaisie en Asie du Sud-Est. Les relations de la Malaisie avec le monde islamique sont relativement indépendantes, mais toujours reléguées à l'arrière-plan de la stratégie de la Malaisie en Asie de l'Est.

Il y a trois raisons principales pour lesquelles la Malaisie attache une telle importance à l'Asie de l'Est. Premièrement, depuis le début de l'ANASE, l'identité de la Malaisie est passée du Commonwealth des nations aux pays de l'ANASE. En tant que l'un des membres fondateurs de l'ANASE, la Malaisie a la responsabilité indispensable de promouvoir le développement de l'ANASE et le processus d'intégration de l'Asie de l'Est. Deuxièmement, en termes de sécurité nationale, la Malaisie a des différends de souveraineté territoriale et maritime avec des pays voisins tels que certains pays de l'ANASE, la Chine, le Japon et la Corée du Sud. La résolution pacifique des différends et le maintien de la stabilité régionale sont des opportunités uniques pour la diplomatie malaisienne qui, dans ce domaine, agit comme un petit pays sans soutien stratégique. À cette fin, la Malaisie doit placer les relations avec les pays voisins au centre de sa stratégie diplomatique. Troisièmement, l'Asie de l'Est actuelle a formé un mécanisme de coopération régionale relativement mature. Ces plateformes de coopération, telles que les cinq accords de libre-échange de l'ANASE avec les grandes puissances, l'ANASE + 1, l'ANASE + 3, l'ANASE + 8, le Forum régional de l'ANASE et le Sommet de l'Asie de l'Est, sont suffisantes pour permettre à la Malaisie de récolter des avantages économiques et de continuer à tirer des opportunités du jeu des grandes puissances.

Ukraine, l'économie de guerre est utilisée pour préparer le pillage néolibéral du pays

VRG_Illo_STK010_K_Radtke_Ukraine_Glitch.0.jpg

Ukraine, l'économie de guerre est utilisée pour préparer le pillage néolibéral du pays

par Peter Korotaev

Source: https://www.ideeazione.com/ucraina-leconomia-di-guerra-viene-usata-per-preparare-il-saccheggio-neoliberista-del-paese/

Cet excellent article de Peter Korotaev explique comment le pays fait face économiquement à l'état de guerre actuel, à travers une analyse lucide et précise des mesures prises par l'UE pour préparer le terrain à ce que deviendra l'Ukraine.

Au lieu de mettre en place une économie basée sur la nationalisation des structures clés, le gouvernement ukrainien continue de suivre les dogmes néolibéraux, à cause de la pression occidentale sur les décideurs politiques.

Nous avons là une expérience de libéralisation totale de chaque secteur de l'économie, qui n'est réalisable que dans une phase d'urgence, lorsque tous les regards sont tournés ailleurs.

Il ne restera bientôt plus que des décombres, sur lesquels l'UE et les États-Unis construiront ce dont ils ont besoin.

Les besoins de la population restent insatisfaits

Hourra pour Zelensky, hourra pour le rêve européen !

Lors d'une conférence en 2020, l'ancien ambassadeur canadien en Ukraine a déclaré qu'après l'Euromaïdan, le pays était devenu un laboratoire pour l'expérimentation d'un monde idéal.

En d'autres termes, la libéralisation économique, inacceptable chez nous, pourrait être expérimentée en Ukraine.

Mais comment concilier cette "expérience" avec les conditions d'une guerre totale ? Et si une telle situation pousse généralement les États à l'interventionnisme économique, l'Ukraine fait-elle de même ?

Les besoins financiers de l'Ukraine

Tout d'abord, il y a le problème de la dette croissante de l'Ukraine.

Selon le ministère ukrainien des Finances, de janvier à juin, le budget de l'État a enregistré 35 milliards de dollars de dépenses et 21,8 milliards de dollars de recettes.

Cancel-Ukraine-Debt-3-1.png

La situation s'est progressivement aggravée. Les 1,5 milliard de dollars de recettes en juin, contre 2,5 milliards en mai, n'ont couvert que 19,4 % des dépenses.

Sur la période janvier-juin 2022, 19 milliards d'US$ proviennent de diverses formes de crédit et d'aide étrangère. Plus de la moitié, soit 11,8 milliards US$, provenait d'obligations d'État, tandis que 7,6 milliards US$ (35 %) étaient simplement de l'argent imprimé par la banque nationale et remis au ministère des Finances. Les 7,2 milliards de dollars restants provenaient de divers crédits et subventions étrangers.

Le ministre des finances, Serhii Marchenko, a déclaré à plusieurs reprises que sans une augmentation considérable de l'aide, l'Ukraine sera contrainte de réduire davantage ses dépenses non militaires dans quelques mois.

La pression a déjà été ressentie par les employés de l'État.

Les cheminots de l'État, qui ont joué un rôle important et dangereux en sauvant la vie de millions de civils, reçoivent leurs salaires avec sept à dix jours de retard et, lorsqu'ils les reçoivent, ils sont réduits d'un tiers, soit une diminution d'environ 150 dollars par mois.

De nombreux enseignants et professeurs d'université n'ont pas reçu leur salaire depuis des mois. Dans les ports, les travailleurs qui gagnaient 260 dollars par mois ne gagnent plus qu'un peu plus de 50 dollars et avec des retards.

Malgré les nombreux discours sur la générosité occidentale, en mai, l'Ukraine n'avait reçu qu'un tiers des 5 milliards de dollars dont elle avait besoin. À la mi-mai, The Economist rapportait que l'Ukraine avait accumulé un déficit fiscal de 15 milliards de dollars et n'avait reçu que 4,5 milliards de dollars en subventions étrangères. Le ministère des Finances a indiqué que 21 % (7,3 milliards de dollars) de toutes les dépenses budgétaires de janvier à juin avaient été allouées au paiement de la dette de l'État.

La situation va s'aggraver : Bloomberg a calculé que l'Ukraine sera confrontée à une échéance de remboursement de sa dette de 1,4 milliard de dollars en septembre.

L'importance de la dette publique extérieure de l'Ukraine (le gouvernement ukrainien a également annoncé récemment qu'il espérait obtenir 200 à 300 milliards de dollars de crédits occidentaux pour la reconstruction d'après-guerre) signifie que le pays aura encore moins la possibilité de refuser les exigences politiques imposées par les créanciers occidentaux. Le ministre des Finances et le directeur des impôts n'ont cessé de répéter pendant la guerre que l'Ukraine continuera à assurer le service de sa dette souveraine, soulignant leur volonté de suivre les exigences des créanciers.

20141025_eud001.jpg

Corruption et nationalisation

Depuis 2014 - mais avec une vigueur renouvelée ces derniers jours - les partenaires occidentaux de l'Ukraine poussent le pays à "lutter contre la corruption".

Cette "lutte" a de nombreux effets économiques importants. En général, les États en guerre ont tendance à nationaliser les secteurs clés de l'économie pour maximiser la production d'armes et stabiliser l'économie civile, à la fois pour éviter le chaos à l'arrière et pour nourrir l'armée.

Étrangement, cela ne s'est pas produit en Ukraine, bien que le gouvernement ait déclaré une situation de "guerre totale". Fait remarquable, une loi a été adoptée à la fin du mois de juin pour "relancer la privatisation des actifs de l'État à un niveau supérieur".

FO1kQQwXIAsvZVx.jpg

Certains hommes politiques ont critiqué cette approche : Vadym Denysenko (photo), vice-ministre de l'Intérieur au début de la guerre, a appelé à se tourner vers une "gestion directe de l'économie par l'État". Mais jusqu'à présent, son appel est resté lettre morte.

Appelant à la nationalisation, M. Denysenko a fait remarquer qu'"l'ère du temps n'est plus en faveur du Bureau national anticorruption d'Ukraine (le NABU)". Il a dit cela parce qu'au cours des huit dernières années, une flopée d'"organismes anti-corruption" - ONG, organismes d'État et organismes intermédiaires - se sont concentrés sur l'élimination de l'intervention de l'État dans l'économie.

Mis en place par la "société civile" libérale ukrainienne, l'Agence américaine pour le développement international (USAID) et l'Open Society Foundation, ces organismes ont créé des sites web tels que Prozorro ("transparence"), qui gère les marchés publics ukrainiens.

prozorro.jpg

Le maire de Dnipro a vivement critiqué Prozorro ces derniers mois en raison de la décision du gouvernement d'exiger que tous les achats d'équipements militaires passent par ce programme. Il a insisté sur le fait que cette transparence publique dans les affaires militaires et la bureaucratisation des appels d'offres militaires urgents ne font qu'aider l'armée russe.

Il est intéressant de noter que le site web n'a pas pour fonction de garantir la territorialité des marchés publics.

Selon Prozorro et ses partenaires, la gestion interne des appels d'offres de l'État sert les intérêts d'une "oligarchie" corrompue qui dépend des rentes de l'État plutôt que de l'efficacité. Et de toute façon - comme la presse libérale ukrainienne ne se lasse pas de nous le rappeler - pourquoi acheter un produit ukrainien de qualité inférieure s'il peut être acheté moins cher ailleurs ?

L'exigence selon laquelle les appels d'offres publics doivent comporter un quota minimum de fournisseurs nationaux est commune à la plupart des pays, et son absence dans le Prozorro a été qualifiée d'"extrêmement étrange" par le nouveau ministre de l'économie en 2021.

En raison de cette démarche visant à neutraliser les "risques de corruption" découlant de la localisation nationale des achats de l'État, environ 40 % des achats de l'État ukrainien proviennent de fabricants étrangers. À titre de comparaison, les États-Unis et les pays de l'Union européenne (UE) effectuent environ 5 et 8 % de leurs achats publics à l'étranger, respectivement. L'impératif de "mettre fin à la corruption" passe avant le développement économique de l'Ukraine.

Lorsque les législateurs ukrainiens ont tenté de faire passer une loi en 2020 qui garantirait la localisation des achats de l'État, les bureaux de lutte contre la corruption (ainsi que l'UE et les États-Unis) l'ont frénétiquement déchirée, invoquant les "possibilités d'utilisation corrompue" de cette mesure parfaitement ordinaire. Finalement, la loi a été adoptée, mais amendée pour appliquer les restrictions de localisation uniquement aux pays situés en dehors de l'UE ou de l'Amérique du Nord.

En bref, le vaste écosystème anti-corruption de l'Ukraine est un mécanisme de contrôle qui maintient son économie perpétuellement ouverte au pillage par les exportateurs étrangers qui bénéficient souvent d'un traitement préférentiel de la part de leur propre gouvernement. L'idée que la "corruption" est le plus grand obstacle au développement est une fiction utilisée pour justifier la libéralisation du commerce dans laquelle les capitalistes occidentaux les plus puissants gagnent inévitablement, au détriment de l'économie ukrainienne.

Grâce en grande partie à cette vaillante lutte "anti-corruption", l'Ukraine s'est radicalement désindustrialisée au cours des huit dernières années.

De 2013 à 2019, les exportations de produits aérospatiaux ont été divisées par 4,8, celles de wagons par 7,5, celles de produits métallurgiques par 1,7 et celles de produits chimiques par 2,1. La situation était particulièrement mauvaise dans le complexe militaro-industriel, les grands complexes navals et de missiles de l'Ukraine soviétique ayant autrefois disparu. Pas un seul budget n'est passé sans des achats grandioses - et coûteux - d'équipements militaires occidentaux. Au cours de la période 2018-2021, pas moins d'un milliard de dollars a été dépensé pour acheter 110 hélicoptères français pour la police ukrainienne, malgré le fait que l'Ukraine possède une excellente usine soviétique d'hélicoptères, bien qu'elle soit tombée en désuétude en raison d'une préférence pour les acheteurs étrangers. Cette immense désindustrialisation, même si elle est au service d'idéaux admirables tels que la "civilisation européenne", n'a pas servi l'Ukraine dans une guerre décidée par la taille du stock de roquettes et d'artillerie lourde de chaque armée.

Les personnages scandaleux qui peuplent les tribunaux anti-corruption sont, depuis le début de la guerre, restés sous le radar dans la ville relativement calme de Lviv, ou sont plus simplement partis pour Paris.

DjCBU-pX4AA-FL_.jpg

Certaines figures célèbres, comme Artem Sytnyk (photo), ont même été reconnues coupables de corruption par la justice, mais n'ont pas été démises de leurs fonctions en raison des demandes directes des États-Unis et du Fonds monétaire international (FMI). Il a été révélé que Sytnyk a reçu 30.000 dollars d'indemnités de départ d'un organisme de lutte contre la corruption dans les premiers mois de la guerre, avant d'être reconduit dans un autre organisme. Recevant les salaires les plus élevés de tous les employés de l'État, 83 millions de dollars du budget ukrainien de 2021 ont été alloués aux trois plus grands organes de lutte contre la corruption, bien qu'ils soient souvent critiqués pour ne pas procéder à des arrestations à grande échelle pour corruption. Alors que les fonctionnaires ordinaires ont vu leurs salaires réduits à des niveaux absurdes, le budget ultra-endetté de l'Ukraine trouve de la place pour ces "travailleurs essentiels".

Ces tribunaux ont un statut juridique très flou et le mode de sélection de leurs dirigeants a même été déclaré inconstitutionnel par la Cour constitutionnelle en 2020, ce qui a conduit Volodymyr Zelensky à tenter sans succès (et illégalement) de démettre les juges constitutionnels. Il n'est pas surprenant que l'une des principales demandes de l'UE, répétée ces derniers jours, soit de "réformer" ce tribunal, qui s'est également prononcé contre des symboles de l'intégration européenne tels que la privatisation des terres agricoles. La guerre a fourni l'occasion de se débarrasser enfin des juges peu amènes.

L'UE a déjà commencé à exiger que l'Ukraine continue à accorder aux organismes de lutte contre la corruption un contrôle sans entrave, ce qui constitue l'une des conditions de son "intégration européenne" (ou plutôt, de l'octroi du statut conditionnel de candidat à l'UE). La "lutte contre la corruption" est de mauvais augure pour toute tentative d'accroître l'intervention de l'État dans la sphère économique, même si les organes de lutte contre la corruption ont déjà fait assez pour éliminer tous les politiciens dirigistes en Ukraine au cours des huit dernières années.

Lorsque le ministre des finances Marchenko a énuméré les choses terribles que le gouvernement pourrait être contraint de faire sans aide suffisante, il a cité la "nationalisation" aux côtés de coupes budgétaires catastrophiques.

Au lieu de nationalisations à grande échelle de secteurs cruciaux, on a assisté à un mélange de nationalisations ratées, de "nationalisations" par les personnalités les plus libérales d'Ukraine et de rachats par des entreprises publiques néolibérales. En termes de nationalisations ratées, les derniers mois ont été marqués par plusieurs tentatives de régulation des prix de l'essence, dont la pénurie était due aux campagnes de bombardements ciblés. Étant donné le manque de capacité de l'État, cette régulation a généralement échoué et le gouvernement passe régulièrement de la régulation temporaire du prix à sa fluctuation. Ces derniers jours, les pénuries dues à la spéculation se sont à nouveau intensifiées.

AvramchukA_20171129205256-1-e1535035697374.jpg

Entre-temps, la "nationalisation" des actifs russes (ou "pro-russes") a occupé le devant de la scène en Ukraine. Ce fonds d'actifs saisis est contrôlé par Tymofey Mylovanov (photo). Ancien ministre du développement économique et directeur de la Kyiv School of Economics, il est célèbre pour ses positions ultra-libérales, selon lesquelles la privatisation est la solution à tous les problèmes.

Entre-temps, le secteur du gaz a été monopolisé par la fameuse compagnie gazière d'État, Naftogaz. Son patron, Yuri Vitrenko, aime raconter aux travailleurs de l'énergie licenciés les leçons d'Adam Smith, leur expliquant pourquoi ils devraient tout simplement aller travailler en Pologne au lieu de chercher à conserver leur emplois dans les raffineries d'uranium superflues de l'Ukraine. Néanmoins, la société a "balayé le marché du gaz" en prenant le contrôle de 93 % du secteur en mars-mai.

En mai, Naftogaz a annoncé une augmentation de 300 % du prix du gaz pour les fournisseurs. Le gouvernement a immédiatement assuré au public que les prix du gaz à la consommation n'augmenteraient plus pendant la guerre grâce à l'aide financière de l'Occident. Mais que se passera-t-il après la guerre, lorsque Naftogaz n'aura plus de concurrents ? L'une des principales exigences du FMI était la libéralisation du marché du gaz, afin que son prix converge avec celui des marchés allemands. Bien que le gouvernement ukrainien ait souvent été contraint de réglementer les prix du gaz en raison des protestations, il a signé un mémorandum avec le FMI en 2021, dans lequel un prêt initial de 700 millions de dollars était conditionné à l'accord selon lequel, d'ici mai 2022, 50 % du marché du gaz serait vendu aux prix du marché (européen) et d'ici 2024, 100 %. Cela signifierait une augmentation des prix du gaz à la consommation de plus de 400 %. Depuis que l'Ukraine est devenue dépendante des crédits du FMI en 2014, les prix du gaz à la consommation ont déjà augmenté de 650 %. Compte tenu de la dépendance croissante de l'Ukraine vis-à-vis du FMI, il est difficile d'imaginer qu'elle continuera à geler les prix du gaz à la consommation à un faible niveau grâce à l'aide occidentale.

En résumé, bien que cette évolution vers la nationalisation du secteur de l'énergie en temps de guerre soit certainement meilleure que l'alternative consistant à laisser le marché décider des prix, et que la décision d'interdire l'exportation de charbon, de gaz et de carburant en temps de guerre soit louable, le fait que Naftogaz ait toujours été plus intéressé par les profits que par le bien public rend difficile tout optimisme quant à l'avenir après la guerre. De nombreux experts en énergie doutent également que Naftogaz ait la capacité de prendre le contrôle de l'ensemble du système énergétique ukrainien. Si l'Ukraine ne s'était pas donné la peine de construire un "marché intégré du gaz en Europe" ces dernières années, elle aurait pu être mieux préparée.

Libéralisation du droit du travail

Outre le prix du gaz, les travailleurs ukrainiens auront une raison de plus de se rendre en Pologne, car leur pouvoir de négociation vis-à-vis de leurs patrons diminue en raison de la libéralisation du droit du travail.

Au cours des trois dernières décennies, de nouvelles lois ont été adoptées presque chaque année pour libéraliser le code du travail, et en mai, la version la plus libérale a été adoptée.

Au lieu de fournir des droits du travail unifiés pour tous et la possibilité de créer des conventions collectives, les travailleurs des entreprises de moins de deux cents employés (c'est-à-dire la majorité des travailleurs) n'auront désormais que la "possibilité" d'accepter individuellement les règles proposées par l'employeur - annulant de fait la couverture législative pour la majorité des travailleurs. Ces réformes permettent aux entreprises de licencier des travailleurs à volonté sans même une consultation nominale avec les syndicats et libèrent les employeurs de leur obligation de payer les salaires des travailleurs mobilisés au front. Bien que ce modèle ait souvent été proposé en Ukraine, il a généralement été adouci en raison des protestations des syndicats. La guerre - avec son chômage de masse et la suppression du militantisme syndical - était le moment idéal pour l'approuver.

Les politiciens qui ont créé cette législation l'ont fait sous les auspices d'un programme USAID. Les riches pays occidentaux ont toujours été désireux de promouvoir de telles lois en Ukraine. Les rapports du Fonds monétaire international sur l'Ukraine font souvent référence à la nécessité d'une plus grande libéralisation du marché du travail, et parfois même, il s'agissait d'une condition pour obtenir de nouveaux prêts du FMI. En 2021, des documents ont fait l'objet d'une fuite montrant que le ministère britannique des Affaires étrangères a organisé des séminaires pour le ministère ukrainien des Affaires économiques, expliquant quelle est la meilleure façon de convaincre les électeurs de la nécessité de telles lois.

Étant donné la dépendance de l'économie britannique post-Brexit vis-à-vis des travailleurs migrants ukrainiens à bas salaire - 67 % des visas d'ouvriers agricoles en 2021 iront à des Ukrainiens - il n'est pas surprenant que le ministère britannique des Affaires étrangères parraine une telle déréglementation en Ukraine. Une détérioration du marché du travail en Ukraine pousserait encore plus d'Ukrainiens à travailler au Royaume-Uni pour des salaires bien inférieurs aux niveaux britanniques. Comme la guerre a vu l'Ukraine s'endetter de plus en plus auprès du FMI et de l'UE, il est également fort probable que l'adoption de cette législation ait été motivée en partie par la volonté de montrer à l'UE la fidélité de l'Ukraine à la "voie des réformes".

Politique fiscale

Au début de la guerre, le gouvernement ukrainien a annulé les taxes et les tarifs douaniers sur les importations. C'était une excellente nouvelle pour les concessionnaires automobiles, des milliers de voitures traversant la frontière à des prix bien plus bas que d'habitude. Mais c'était mauvais pour le budget de l'Ukraine, qui a perdu environ 100 millions de dollars par mois. Elle a également aggravé le déficit en carburant de l'Ukraine, les camions d'essence étant bloqués par les énormes embouteillages à la frontière. En conséquence, la Banque nationale d'Ukraine (NBU) et le ministère des Finances ont exercé de fortes pressions pour obtenir le rétablissement de cette taxe, ce qu'ils ont réussi à faire à la fin du mois de juin.

Bien que le gouvernement montre une certaine volonté de rétablir l'impôt de base, il ne voit pas autrement la nécessité d'augmenter l'imposition des grandes entreprises.

630_360_1607709769-939.jpg

Dans une interview accordée à Bloomberg, "Marchenko (photo) a réaffirmé qu'il n'était pas favorable à une modification du système fiscal sous quelque forme que ce soit, ni en l'assouplissant ni en le durcissant". La politique fiscale de l'Ukraine n'a donc pas dévié du consensus post-Euromaidan qui voit dans la baisse des impôts la clé de la croissance et de la prospérité.

Au contraire, en annulant tant de taxes et en parlant de la reconstruction d'après-guerre principalement en termes de zones d'exportation sans taxes, la guerre a paradoxalement vu une intensification de ce modèle fiscal.

Pendant ce temps, les recettes fiscales perçues ne sont évidemment pas utilisées pour renforcer le secteur public. Ce qui se rapproche le plus de ce que l'on pourrait appeler de l'interventionnisme économique ukrainien jusqu'à présent, c'est l'annonce par le premier ministre d'un programme de 1,3 milliard de hryvnia (44 millions de dollars) visant à parrainer les travailleurs du secteur informatique pour améliorer leurs qualifications. Ici, comme ailleurs, la guerre a vu la poursuite du modèle économique libéral d'avant-guerre - un pays basé sur l'exportation d'un petit paquet de produits agricoles, une classe urbaine de spécialistes en informatique, petite mais dynamique, et les transferts de fonds de millions de travailleurs migrants.

Politique monétaire

L'une des demandes les plus importantes et les plus constantes faites à l'Ukraine par le FMI et d'autres créanciers occidentaux depuis 2014 est "l'indépendance de la banque centrale". Cela signifie qu'il faut choisir des figures de la NBU approuvées par le FMI qui veillent à ce qu'elle obéisse à la logique libérale orthodoxe la plus stricte, considérant le "ciblage de l'inflation" par le biais d'instruments monétaires comme la seule forme acceptable d'intervention étatique.

Les entreprises ne peuvent pas obtenir de crédit et le pays se désindustrialise, mais au moins la monnaie est stable. En Ukraine, la NBU est certainement "indépendante", bien que certains analystes plaisantent en disant que cela signifie qu'elle est totalement indépendante des intérêts de l'Ukraine. Les décisions de la NBU en temps de guerre en sont la preuve la plus évidente.

1000_hryvnia_2019_front.png

Le ministre des Finances a créé des obligations de guerre spéciales au moment de l'invasion, espérant recevoir quelque 400 milliards de hryvnia (13,5 milliards de dollars) en faisant appel aux "citoyens patriotes". Mais après deux mois, seuls 57 milliards (2 milliards de dollars) avaient été levés grâce à ces obligations de guerre sur le marché libre. La banque nationale a été obligée d'intervenir, en achetant 70 milliards de hryvnias. Mais la NBU s'est rapidement inquiétée des tendances inflationnistes et de la dévaluation des devises, qui ont été exacerbées par l'impression de monnaie pour l'achat d'obligations de guerre. À la fin du mois de juin, la NBU avait acheté pour 7,5 milliards de dollars d'obligations, soit environ 17 % du budget ukrainien d'avant-guerre. Comme le note Bloomberg, l'impression monétaire a réduit les réserves d'or de l'Ukraine de 3 milliards de dollars, il en reste 25 milliards, tandis que l'inflation a atteint 20,1 %.

Invoquant ces dangers monétaires, la NBU a relevé les taux d'intérêt de 10 à 25 % le 1er juin. L'objectif était double : premièrement, espérer stopper l'inflation et la dévaluation de la monnaie en réduisant la masse monétaire pour les entreprises et les consommateurs ; deuxièmement, permettre au ministère des finances de gagner plus d'argent pour couvrir son budget, car ses obligations de guerre seraient poussées à la hausse par la concurrence des taux de la NBU, attirant ainsi plus d'acheteurs.

Alexey Kusch, un économiste ukrainien populaire, a publié un long message sur Facebook à propos de la décision, écrivant qu'elle l'a fait "douter pour la première fois depuis le début de la guerre, non pas de la victoire, mais de la possibilité qu'après celle-ci notre pays puisse commencer à se développer d'une autre manière" que la voie libérale qu'il a toujours critiquée. Il a cité l'adoption d'un taux de change fixe, la création d'obligations de guerre et certains contrôles des exportations de capitaux au début de la guerre comme des signes de l'émergence d'une politique économique plus sage et moins libérale en Ukraine. Au contraire, la décision de la NBU était une solution monétariste orthodoxe totalement inadaptée au contexte de la guerre.

Tout d'abord, parce qu'aucun taux d'intérêt n'est suffisamment élevé pour convaincre les capitaux étrangers d'investir en Ukraine, compte tenu des risques militaires et de la dévastation. Kusch cite le fait que les euro-obligations ukrainiennes arrivant à échéance en septembre (les obligations de guerre ukrainiennes ont une échéance de 30 ans, ce qui les rend encore moins attractives) ont été revendues sur le marché secondaire à un rendement de 250 %.

Le gouvernement a mal placé sa confiance dans la volonté des investisseurs privés de sauver un État déchiré par la guerre

Deuxièmement, parce que l'inflation en Ukraine est causée par des facteurs liés à l'offre, tels que la crise énergétique mondiale, les pénuries d'essence dues aux attaques militaires russes et aux embouteillages aux frontières, etc. Cela signifie que la solution monétariste standard consistant à réduire la demande aura peu d'effet pour stopper l'inflation. Au lieu de cela, l'intervention de l'État du côté de l'offre est nécessaire.

Troisièmement, parce que le taux de change fixe empêche a priori toute tentative monétaire d'influencer le taux de change. Selon M. Kusch, si la banque nationale prévoit de laisser flotter le taux de change, "alors les choses se gâtent vraiment". Il se souvient de la libéralisation de la monnaie en 2014-15, lorsque la hryvnia est passée de huit à une trentaine de dollars américains. Ce taux de change fluctuant a permis aux élites de retirer massivement des capitaux du pays, tandis que la population s'appauvrissait: en 2015, plus de 80 % des Ukrainiens avaient moins de cinq dollars par jour.

À l'époque, l'Ukraine disposait d'un système portuaire - aujourd'hui, en raison de la guerre, rien ne peut quitter les ports et les exportations sont tombées à moins de 40 % des niveaux d'avant-guerre. Kusch prédit donc une dévaluation spectaculaire de la monnaie si les importateurs sont autorisés à acheter des devises étrangères sur un marché interbancaire actif.

Malheureusement, les choses "vont très mal". Ce passage à une monnaie flottante "dirigée par le marché" est précisément ce qui a été annoncé par la NBU quelques jours après l'augmentation du taux d'intérêt. Les taux de change ont commencé à augmenter, même si les taux d'inflation, comme prédit par Kusch, ont continué à augmenter. En juillet, la NBU a supprimé les restrictions monétaires sur plusieurs biens d'importation, augmentant encore la dévaluation de la monnaie. Les "principaux bénéficiaires" de l'augmentation des taux d'intérêt et de la dévaluation inévitable du taux de change par la NBU, écrit Kusch, "sont les structures qui veulent retirer leurs capitaux du pays".

Quant aux obligations de guerre, M. Kusch a prédit qu'il y aura peu d'intérêt à les acheter même si le rendement augmente, car le niveau limite de l'épargne nationale ukrainienne à cette fin a déjà été atteint.

En outre, l'incertitude quant au comportement futur du taux de change ukrainien rend ce type d'actif encore moins attrayant. Ce qui serait acheté devrait avoir un taux très élevé, supérieur à 30 %, et n'intéresserait que les spéculateurs nationaux et étrangers à court terme. Entre-temps, pour payer tout cela, le trou budgétaire deviendrait encore plus grand. Selon une déclaration de la NBU en juillet, le budget de l'État ukrainien a reçu moins de la vente des obligations qu'il n'a dû en payer aux propriétaires.

Pour cette raison, le ministère des Finances a refusé de porter le taux de rendement de ses obligations de guerre à la hauteur astronomique exigée par le taux d'intérêt de la NBU. C'est pourquoi les achats d'obligations de guerre ont atteint un niveau historiquement bas de 79 millions de dollars dans les trois semaines qui ont suivi la hausse des taux, tandis que d'autres actifs sont devenus relativement beaucoup plus attractifs. La première vente aux enchères d'obligations d'État en juillet a rapporté un peu plus de 4 millions US$.

Le fait que le taux d'intérêt de la NBU soit supérieur aux rendements des obligations vendues par le ministère des finances crée une autre possibilité dangereuse : l'effondrement de la "pyramide obligataire" ukrainienne. Ce schéma - populaire tout au long de la période post-2014, mais surtout pendant les confinements sanitaires, lorsque les taux d'intérêt étaient particulièrement bas - consistait à acheter des crédits de la NBU à environ 5-6 % et à les utiliser pour acheter des obligations du ministère des Finances à rendement plus élevé, avec un rendement d'environ 11 %. Cela a permis aux banques ukrainiennes de réaliser des profits faciles : les deux plus grandes banques ukrainiennes ont investi près de 40% de leur capital dans cette pyramide financière. Mais tout cela s'effondre si les taux d'intérêt de la NBU sont supérieurs aux rendements des obligations de la NBU.

UKRAINE-ARCHANGEL-FEATURED2.jpg

Toutes les banques ukrainiennes, à l'exception de deux, dépendent d'une manière ou d'une autre du crédit de la NBU : ce crédit représente 20 à 85 % de près d'un tiers des obligations de remboursement de toutes les banques ukrainiennes.

La dernière fois que la NBU a augmenté les taux d'intérêt, en 2015, la "faillite" a commencé, avec plus de 60 % des banques ukrainiennes qui ont fait faillite et ont disparu dans les deux années suivantes. Si le FMI a fait l'éloge de cette fermeture de "banques fantômes corrompues", de nombreux déposants ont perdu leur argent et les crédits des entreprises et des consommateurs sont devenus difficiles à récupérer. Il n'a fallu qu'une journée pour que la dernière hausse des taux d'intérêt de la NBU détruise une banque et en laisse soixante-huit debout.

Que ce soit en raison de la concurrence avec le nouveau taux de la NBU ou du poids du remboursement des prêts de la NBU impliqués dans l'énorme "pyramide d'obligations", les banques ont durci les conditions pour les emprunteurs, provoquant une vague de plaintes de la part des entreprises et du grand public. Les taux d'intérêt ont augmenté de 15 % pendant la nuit pour de nombreuses entreprises. Les taux de crédit aux consommateurs et aux entreprises devraient augmenter vers 25-40 %, alors qu'avant la hausse des taux, ils étaient plus proches de 15 %.

Dans les semaines qui suivent l'invasion, la Chambre de commerce et d'industrie reconnaît la guerre comme un cas de force majeure : une loi spéciale (n° 2120-IX) est adoptée pour interdire aux banques d'imposer des amendes ou des pénalités aux débiteurs. Cependant, les banques ont contourné ce problème en augmentant simplement le taux d'intérêt.

Un réfugié de la région de Kharkiv a rapporté que la plus grande banque d'Ukraine a commencé à utiliser ses fonds de pension pour rembourser sa dette de crédit. D'autres, qui ont perdu leur emploi à cause de la guerre, se plaignent que les banques refusent d'accorder une période de suspension de crédit. Le meilleur accord que les banques proposent jusqu'à présent - uniquement aux personnes vivant dans les territoires actuellement contrôlés par la Russie - est l'annulation de 30 à 40 % du montant dû, le reste étant payé à un taux d'intérêt inférieur. Des rapports font état de négociations difficiles dans lesquelles les banques menacent de bloquer l'accès aux actifs dans les zones contrôlées par l'Ukraine aux hommes d'affaires qui ont perdu leurs actifs dans les zones qui ne sont plus contrôlées par l'Ukraine et qui ne peuvent donc pas payer. De son côté, la NBU a été très claire sur sa position lors de la sortie de la loi 2120-IX, recommandant aux particuliers de trouver un accord individuel avec leur banque sur les taux de crédit.

La situation des débiteurs continue de se dégrader : le 7 juin, l'une des plus grandes banques ukrainiennes a annoncé qu'elle voulait ramener les taux de crédit aux niveaux d'avant-guerre (en doublant les taux actuels), citant l'augmentation des taux d'intérêt de la banque nationale.

Promesses d'avenir

Face à une telle série de crises économiques, aggravées par sa gestion libérale, le gouvernement ukrainien s'en est tenu à ce qu'il fait de mieux : promettre que les donateurs étrangers résoudront ces problèmes. Il a promis que l'aide étrangère subventionnerait l'augmentation de 300 % des prix du gaz, tandis que les actifs étrangers saisis en Russie seraient utilisés pour reconstruire les maisons et payer les subventions de crédit. Même en laissant de côté la question de savoir s'il est réaliste de supposer que l'Occident paiera pour la monopolisation du marché ukrainien du gaz, le Wall Street Journal et le gouvernement suisse nous disent qu'il est hautement improbable que les actifs russes saisis finissent dans les mains des Ukrainiens.

Nous avons vu que l'aide occidentale est déjà insuffisante pour couvrir le déficit budgétaire de l'Ukraine, obligeant l'État à se lancer dans une impression monétaire inflationniste.

Maintenant, même l'aide financière semble être remise en question: le ministre ukrainien des finances a confirmé les rapports des médias occidentaux selon lesquels l'Allemagne bloque un prêt de 9 milliards d'euros de l'UE à l'Ukraine.

Le résultat le plus probable sera simplement qu'en l'absence d'aide étrangère, l'Ukraine déclarera des taxes basses dans diverses régions déchirées par la guerre et attendra que les investisseurs viennent construire - une solution déjà proposée par divers maires.

Sans aucun doute, les promesses des pays occidentaux de reconstruire l'Ukraine donneront lieu à d'impressionnants projets fictifs. Pour donner un exemple du sérieux de ces propositions, l'Estonie a promis de reconstruire la région de Zhytomyr, qui est seulement 33% plus petite que l'Estonie elle-même.

Cette perspective a été rendue explicite le 7 juillet, lorsque le gouvernement ukrainien a présenté son plan visant à utiliser une hypothétique somme de 750 milliards de dollars pour reconstruire l'économie. Apparemment, 200 à 250 milliards de dollars proviendront de subventions étrangères et 200 à 300 milliards de dollars de prêts étrangers. 250 milliards de dollars supplémentaires proviendront de sponsors privés, que le gouvernement croit manifestement désireux d'investir dans un pays déchiré par la guerre qui ne consacre que 5 milliards de dollars de son fonds de reconstruction à l'éducation. Le fait que 5 milliards de dollars supplémentaires seront consacrés à "l'amélioration de l'environnement des affaires" (en libéralisant davantage le droit du travail ?) et 200 millions de dollars aux organismes de lutte contre la corruption et à la "corporatisation des entreprises d'État" démontre une fois de plus la foi profonde du gouvernement dans le pouvoir du marché libre.

Bien que le plan prévoie la reconstruction des infrastructures, il n'est pas question d'une reconstruction du complexe industriel ukrainien par l'État.

Sans aucun doute, on suppose que les "investisseurs privés efficaces" l'appliqueront avec enthousiasme. Sinon, la transformation éventuelle de l'Ukraine en une source désindustrialisée de produits agricoles et de main-d'œuvre est tout simplement naturelle - et conforme aux principes libéraux de l'avantage comparatif de chaque nation.

Au lieu d'interventions de guerre efficaces, le gouvernement s'en tient à sa vieille formule consistant à justifier les sacrifices actuels au nom de la prospérité promise par l'UE. La dégradation des conditions de travail, l'"européanisation" des prix du gaz (mais avec des salaires ukrainiens), l'"indépendance" de la banque centrale vis-à-vis des intérêts nationaux de "son" pays - tout cela est justifié au nom de l'avenir européen radieux, ou plutôt, pour recevoir le statut marginal que la Turquie, candidate à l'UE, a eu pendant des décennies. Les médias ukrainiens et internationaux ne cessent de nous rappeler que cette guerre est menée au nom de "l'avenir européen" de l'Ukraine - et que sont ces sacrifices économiques comparés à tout le sang versé pour ce "grand idéal" ?

uk-bild-1_rdax_782x520s.jpg

L'UE a tout intérêt à maintenir l'illusion de l'"intégration européenne" de l'Ukraine. Dans le contexte mondial, l'UE est de plus en plus vulnérable sur le plan économique, avec des salaires élevés et des coûts énergétiques beaucoup plus élevés en raison des sanctions contre la Russie. Au cours des dernières décennies, de nombreux pays européens sont devenus de plus en plus dépendants des travailleurs migrants ukrainiens, dont beaucoup ont été chassés d'Ukraine précisément à cause du chômage et des bas salaires créés par les "sages réformes" de l'UE. Selon la banque centrale polonaise, 11 % de la croissance du PIB de la Pologne entre 2015 et 2020 est due aux migrants ukrainiens. Sans surprise, la Pologne a toujours été parmi les plus actifs à encourager le "choix de la civilisation occidentale" de l'Ukraine, les diplomates polonais étant les premiers à se rendre sur la place Maidan en 2013.

Il est intéressant de noter que le plan de reconstruction de 750 milliards de dollars du gouvernement ukrainien comprend un train à grande vitesse reliant l'Ukraine à la Pologne.

6487_tn_pl-pkpintercity-newpendolino-impression_01.jpg

Une grande partie de l'aide américaine est destinée à préparer l'UE à accueillir les migrants ukrainiens. En payant le logement, les cours de langue et les avantages budgétaires, de nombreux réfugiés choisiront de rester et de travailler dans l'UE. Cela signifie que cet aspect de l'aide "pour l'Ukraine" subventionne l'intégration d'une main-d'œuvre éduquée et peu coûteuse qui ne reviendra pas ou ne gagnera pas d'argent en Ukraine. Contrairement à la migration antérieure vers l'UE, où un seul membre de la famille partait et envoyait de l'argent imposable en Ukraine, cette nouvelle forme de migration implique que des familles entières deviennent des citoyens contribuables de pays étrangers. Alors que la banque nationale facilite la fuite du capital monétaire, les "partenaires occidentaux" font de leur mieux pour faciliter la fuite du capital humain.

Sélectionné et traduit par Massimo Cascone pour ComeDonChisciotte.org

L'Atlantic Council, le principal groupe de réflexion de l'OTAN

atl.jpg

L'Atlantic Council, le principal groupe de réflexion de l'OTAN

par le comité de rédaction de Katehon

Source: https://www.ideeazione.com/think-tank-della-nato/

L'Atlantic Council est un think tank américain dans le domaine des relations internationales. Il a été fondé en 1961. Il gère dix centres régionaux et des programmes fonctionnels liés à la sécurité internationale et à la prospérité économique mondiale. C'est une organisation considérée comme indésirable en Russie.

Dans les années qui ont suivi la signature du Traité de l'Atlantique Nord en 1949, des organisations bénévoles ont vu le jour dans les pays membres de l'Alliance de l'Atlantique Nord (OTAN) pour promouvoir ce que l'on appelle la compréhension du public et soutenir les institutions qui renforceraient la sécurité collective. En 1954, l'Association du Traité de l'Atlantique est créée et un réseau international d'associations de citoyens est formellement relié.

En 1961, les anciens secrétaires d'État Dean Acheson et Christian Herter, ainsi que Will Clayton, William Foster et Theodore Achilles, recommandent la création d'une nouvelle entité, le Conseil atlantique des États-Unis, qui rassemblerait les citoyens américains favorables à l'Alliance atlantique.

Tout au long des années 1960, le Conseil a produit une série de rapports sur l'opinion publique dans les pays membres de l'Alliance de l'Atlantique Nord et a activement promu la nécessité de la participation du public aux affaires internationales par le biais de publicités télévisées, d'une revue universitaire et d'un bulletin d'information. En 1967, le Conseil a produit son premier volume édité, Building the US-European Market : Planning for the 1970s. En 1975, le Conseil a produit de nombreux documents d'orientation, livres et monographies. Plus tard, il a élargi la portée de ses travaux pour inclure la réglementation environnementale et les relations Japon-Occident.

ACFP-web21-final-2-1024x768.png

En 1979, le vice-président du Conseil atlantique, Theodore Achilles, a créé un Comité de l'éducation. Il a expliqué ainsi son initiative: il voulait que "les futurs politiciens ressentent la solidarité qui est tout simplement nécessaire entre les personnes ayant une conscience claire si elles veulent construire un monde meilleur".

En 1980, le Conseil a commencé à recruter des professionnels de niveau intermédiaire par le biais d'une bourse d'un an. Cela était nécessaire pour offrir aux responsables gouvernementaux, aux chercheurs, aux représentants des médias et aux autres dirigeants du secteur privé du monde entier une année d'étude indépendante. En 1985, le Bureau d'information de l'OTAN a été lancé en coopération avec le Département d'État américain. Sa tâche principale était d'attirer l'attention du public sur des questions importantes pour la sécurité collective des États-Unis.

En 1988, elle a organisé une grande conférence internationale sur la reconstruction des relations Est-Ouest, à laquelle ont participé le président Ronald Reagan, Michael Dukakis, alors candidat à la présidence, Zbigniew Brzezinski, Jeanne Kirkpatrick, Colin Powell et Brent Scowcroft.

Après la chute du communisme, les programmes ont commencé à examiner la période de transition et son déroulement en Europe de l'Est et dans les anciennes républiques soviétiques, ainsi que les conséquences à long terme des conflits dans les Balkans et les efforts d'intégration européenne.

Depuis 1996, le Conseil décerne chaque année le prix Outstanding International Leader par le biais de son magazine. En 2004, le Conseil est devenu le partenaire américain du British-North American Committee, soutenu par un groupe de chefs d'entreprise et d'universitaires du Royaume-Uni, des États-Unis et du Canada.

Depuis sa création, le Conseil a organisé des programmes pour explorer les questions politiques, économiques et relatives à la sécurité. Les activités de ces programmes ont couvert l'Asie, l'Amérique du Nord et du Sud et d'autres régions.

2021_11_10_AC_elmanstudio-1639-e1636656869744-1024x631.jpg

Depuis sa création, le Conseil s'est déclaré être "une institution non partisane dont les membres représentent l'aile internationaliste modérée des deux partis" aux États-Unis. Par statut, le Conseil est indépendant du gouvernement américain et de l'OTAN, mais cela a suscité des doutes chez de nombreux analystes.

En septembre 2014, Eric Lipton a rapporté dans le New York Times que l'Atlantic Council avait reçu des dons de plus de vingt-cinq gouvernements étrangers depuis 2008. Il a déclaré que le Conseil est l'un des nombreux groupes de réflexion qui reçoivent de grandes quantités de fonds étrangers et mènent des activités qui "correspondent aux programmes des gouvernements étrangers".

Le Centre Rafik Hariri pour le Moyen-Orient, qui fait partie du Conseil Atlantique, a été créé grâce à un don de Bahaa Hariri et sa fondatrice est Michelle Dunne. Après l'éviction de Mohammed Morsi de la présidence de l'Égypte en 2013, Dunn a demandé aux États-Unis de suspendre l'aide militaire à l'Égypte et a qualifié l'éviction de Morsi de "coup d'État militaire". Bahaa Hariri s'est plaint au Conseil atlantique des actions de Dunn et cette dernière a démissionné quatre mois plus tard.

En 2014, l'Atlantic Council a produit un rapport promouvant le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP) - un accord commercial entre l'UE et les États-Unis - avec le financement de FedEx, qui a simultanément fait pression sur le Congrès pour réduire les tarifs douaniers transatlantiques.

En 2015 et 2016, les trois principaux donateurs ayant donné plus d'un million de dollars chacun étaient la millionnaire américaine Adrienne Arsht, le milliardaire libanais Bahaa Hariri et les Émirats arabes unis. La société Burisma Holdings, basée en Ukraine, a fait don de 100.000 dollars par an pendant trois ans au Conseil de l'Atlantique, à partir de 2016. La liste complète des donateurs comprend de nombreuses entités militaires, financières et d'entreprises.

Le Conseil atlantique crée un lieu de rencontre pour les chefs d'État et les chefs militaires des deux côtés de l'Atlantique. En 2009, le Conseil a accueilli le premier grand discours aux États-Unis de l'ancien secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, qui a abordé des questions telles que la mission de l'OTAN dans la guerre en Afghanistan, la coopération de l'OTAN avec la Russie et la relation transatlantique au sens large. Le Conseil organise des événements avec des chefs d'État et de gouvernement actuels, notamment l'ancien président géorgien Mikhail Saakashvili, le Premier ministre ukrainien Arseniy Yatsenyuk et l'ancien président letton Vaira Vike-Freiberga.

EUDFF-Social-media-tile-01-1-1024x576.png

Le Centre for International Security de Brent Scowcroft organise des événements connus sous le nom de Commanders Series, où des chefs militaires américains et européens sont invités à parler des conflits d'intérêts au sein de la communauté atlantique. La série des commandants a mis en vedette des chefs militaires américains tels que l'ancien général George Casey et l'ancien amiral Timothy Keating et des chefs européens tels que l'ancien chef d'état-major de la défense française, le général Jean-Louis Jorgelin, et le lieutenant-général néerlandais Ton van Loon, qui ont parlé de la guerre en Irak, de la guerre en Afghanistan et des menaces pour la sécurité en Asie et en Afrique.

lundi, 08 août 2022

La ligne du Dniepr

tumblr_nj6m6qg3dB1svtp5bo1_1280.jpg

La ligne du Dniepr

par Fabio Mini

Source : Il Fatto Quotidiano & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/la-linea-del-dniepr

Nous savons quelque chose sur les dirigeants ukrainiens et peu ou pas du tout sur le peuple ukrainien. Il s'agit certainement d'un peuple tourmenté et désorienté dont la voix est filtrée et étouffée par la propagande ou la répression ultranationaliste. Tout comme une "opération spéciale" limitée et transitoire a été annoncée au peuple russe, une victoire certaine a été annoncée au peuple ukrainien, non pas tant par la résistance populaire que par l'assistance, de loin, du monde entier qui "compte". Ces gens commencent à ne plus comprendre ce qui se passe, et le président élu pour "servir le peuple" s'en sert maintenant pour se décharger de ses propres ambitions et échecs sur les autres. Du déluge de milliards de dollars et d'euros déversés sur l'Ukraine, pas une goutte n'a atteint le peuple. La dette ukrainienne s'envole et se fait passer pour de l'aide humanitaire. En fait, l'Ukraine est depuis longtemps incapable de payer les intérêts des dettes contractées avant la guerre. Elle est déjà en défaut technique et l'augmentation de l'"aide" la réduira à la faillite. La promesse de la victoire s'accompagne de celle de la reconstruction qui rendra l'Ukraine "plus belle et plus forte qu'avant". La victoire sera certaine car l'Ukraine sauve le monde en fournissant des céréales. Mais il a été souligné que l'accord recherché par l'ONU et la Turquie prévoit également la libération du blé russe, et de toute façon, même ensemble, ils ne pourront pas résoudre un problème qui était déjà évident avant la guerre. Un problème qui, pendant la guerre, n'a fait que déplacer le profit d'un spéculateur à l'autre, face à la crise alimentaire mondiale.

monument-aux-fondateurs-de-kiev-sur-le-quai-du-fleuve-dniepr-à-ukraine-206187894.jpg

Le peuple ukrainien ne comprend pas pourquoi les querelles internes au sein du gouvernement et les purges récentes de centaines de fonctionnaires, désormais posés comme traîtres, surgissent soudainement sous les feux de rampe de l'actualité. Le peuple se souvient très bien que Zelensky lui-même est devenu l'otage d'une faction extrémiste interne après son premier discours d'inauguration. S'il croit vraiment à cette faction aujourd'hui, soit il est mort de peur, soit il est victime du syndrome de Stockholm et s'est laissé prendre par les discours du preneur d'otages. Le peuple ukrainien se souvient bien de ce que les Russes ont fait aux Ukrainiens, mais il sait aussi que tous les pays voisins, à commencer par la Pologne, revendiquent des lambeaux d'Ukraine. Le peuple commence à se douter que l'Ukraine précisément sera mise en pièces. En commençant par le Donbass. Zelensky a été clair à ce sujet : il fera sauter tous les ponts sur le Dniepr et les Russes devront le traverser à la nage. Drôle de raisonnement pour quelqu'un qui prévoit de reconquérir tous les territoires ukrainiens perdus jusqu'à présent. Mais il fait chaud, et si Zelensky avertit maintenant les Russes qu'ils devront traverser le grand fleuve à la nage, cela signifie qu'il tient déjà pour acquise l'occupation de l'Ukraine à l'est du fleuve. C'est-à-dire la moitié la plus riche et la plus industrialisée du pays. Ce n'est pas un bon signal à envoyer à la population, qui est tellement fatiguée de la guerre qu'elle est également résignée à l'occupation russe.

dimanche, 07 août 2022

Hypothèses sur le regard asiatique

china_news.jpg

Hypothèses sur le regard asiatique

par Pierluigi Fagan

Source : Pierluigi Fagan & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/ipotesi-sullo-sguardo-asiatico

Si nous devions assumer l'objectif stratégique américain vis-à-vis de la Chine, c'est-à-dire, si ce n'est l'isoler, la mettre en grande difficulté, mettre des frictions sur le cours de sa croissance économique, donc de sa puissance et de sa stabilité interne, comment devrions-nous évaluer le voyage de Pelosi ?

Le premier problème avec les articles et les commentaires que je lis à ce sujet est qu'ils sont écrits avec une mentalité occidentale et qu'ils s'adressent à un public occidental. Mais le jeu est en réalité purement oriental. Non seulement la Chine est orientale, mais le système dans lequel elle s'inscrit est oriental. C'est ce système, le système asiatique, qui alimente la croissance chinoise et qui en est tout aussi dépendant. 

Le deuxième problème est le type d'image du monde qu'a l'analyste. Les géopolitologues sont désormais très en vogue après une longue domination des économistes. Mais malheureusement, tout comme les économistes font des analyses monofocales qui ignorent la grammaire géopolitique, les géopoliticiens souffrent tout autant d'un biais monofocal envers les faits économiques. C'est un gros problème, car là, dans la réalité des choses, ainsi que dans les mentalités politiques des acteurs sur le terrain (chefs des différents gouvernements de la zone), il n'y a pas une telle division, la réalité à laquelle nous devons faire face est une.

8c6b7a1d-ab86-4095-b3e8-0c6bf855f357.jpg

Le troisième problème auquel nous devons faire face est l'enrôlement des observateurs occidentaux dans les systèmes de jugement impliqués dans le sujet. Ils peuvent être atlantistes et ainsi réciter une suite de concepts et de jugements complètement déséquilibrés comme je l'ai lu par hasard ce matin dans un article de Marta Dassù, ou à l'autre bout du spectre citer des éditoriaux enflammés du Global Times. Ainsi, par exemple, ceux qui, au mépris de la mentalité séculaire du conflit asymétrique chinois, ont imaginé des chasseurs chinois abattant l'avion de Pelosi dans le pur style Top Gun, c'est-à-dire Hollywood.

Maintenant, je ne veux pas me vendre pour ce que je ne suis pas, je ne suis pas un expert de l'Asie, je ne suis un expert de rien, je suis un généraliste qui s'occupe de la complexité, donc de beaucoup de choses. Cependant, je vais essayer de faire une analyse basée sur le peu que je sais, en essayant d'éviter les trois biais mentionnés ci-dessus.

  1. 1) La Chine réalise près de 50% de ses importations en provenance d'Asie et un peu moins, 46%, de ses exportations. On peut dire que la force économique et commerciale de la Chine est essentiellement asiatique et qu'à l'Asie, elle donne (c'est-à-dire importe) plus qu'elle ne prend (exporte). La Chine est le premier pays dans les deux domaines pour chacun des un peu plus de 50 états asiatiques et quand elle n'est pas la première, elle est la deuxième ou dans de rares cas la troisième. On peut dire de manière systémique que pour le système asiatique, pour le bien commun asiatique, c'est-à-dire l'intérêt commun de tous les États asiatiques, la Chine agit comme la locomotive, le cœur systémique, la pompe centrale de la circulation des richesses. Ce qui implique que tout problème d'élan dans la locomotive chinoise serait payé par l'ensemble du train asiatique. Il faut également se souvenir des multiples forums (fora) et accords liant les pays asiatiques à la Chine, RCEP, AIIB, SCO etc.
  2. 2) À l'inverse, la Chine est un géant démographique et un géant en matière de puissance dans le monde asiatique. Avec peu d'inclinaison pour l'impérialisme dans son voisinage au cours de son histoire, du moins au cours des derniers siècles, si vous êtes un État asiatique, en particulier un État adjacent, vous pouvez évidemment avoir quelques inquiétudes. Les diverses questions relatives aux frontières maritimes, aux détroits, à la diaspora chinoise, au grand renforcement techno-militaire chinois récent, bien qu'elles ne soient pas toujours directement menaçantes, ne sont certainement pas rassurantes. Il convient toutefois de rappeler que la Chine n'a pas de tradition de manipulation des gouvernements d'autrui ; elle n'a pas à son actif le financement politique, celui des groupes de réflexion, du lobbying, de l'influence de la presse et de bien d'autres choses encore qui caractérisent l'empire hybride américain.
  3. 3) Nous avons donc deux dynamiques, l'une poussant à l'établissement de relations étroites avec la Chine, l'autre conseillant une certaine contre-assurance, ce que l'on peut appeler, en relations internationales, le classique "numéro d'équilibriste". Le candidat naturel à l'équilibrage est les États-Unis, l'ennemi de mon ami/ennemi. L'acteur qui illustre le mieux cette posture équilibrée est l'Inde. Dans l'OCS, dans l'AIIB et surtout dans les BRICS, elle est avec la Chine, mais, simultanément, elle flirte militairement et technologiquement avec l'Amérique (et en vérité aussi avec la Russie en termes d'énergie et d'armes).
  4. 4) Dans les nombreux mérites et capacités des Américains, il manque certaines qualités typiquement asiatiques: la patience, la stratégie à long terme, la diplomatie, l'art du conflit-coopération, les formes d'interaction indirectes, obliques et diagonales. Pour rappel, le Global Times (GT) cite un certain nombre de diplomates de l'ASEAN et d'autres qui ont été déconcertés par la décision américaine sur le voyage de Pelosi. GT ne cite pas de noms et surtout fait - habituellement - de la propagande ; cependant, pour autant que je puisse connaître la mentalité asiatique, l'information semble très crédible. Aussi parce qu'elle est confirmée par le fait que le président coréen a fait semblant d'être en vacances (à son domicile de Séoul, semble-t-il) pour ne pas avoir à rencontrer l'Américaine même étant donné qu'une rencontre entre Sud-Coréens et Américains n'aurait pas été du tout scandaleuse aux yeux de Pékin. En outre, ces derniers jours, certaines sources asiatiques ont affirmé que Taipei elle-même avait supplié Pelosi de reporter son voyage, mais en vain. Rien ou presque n'est plus opposé que la mentalité asiatique et celle du Far West, je me contente de prendre une photo, quel que soit le jugement que l'on puisse en porter.
  5. 5) Taipei dépend à 28% de Pékin pour ses exportations et à 24% pour ses importations, la RPC étant de loin son premier partenaire, bien sûr. Il convient de noter que la réaction chinoise, au-delà de la tradition de la guerre des feux d'artifice dans la région, a montré avec quelle facilité Taipei pouvait être soumise à un blocus naval. Un blocus naval poserait un gros problème aux États-Unis. Taïwan n'est pas un État reconnu par l'ONU et par la communauté internationale. Si la Chine devait procéder demain à un blocus naval sérieux, et si les Américains allaient le forcer, ils se rendraient formellement coupables d'agression. Un blocus naval plus un blocus économique étoufferaient Taïwan dans un délai raisonnable. Mais dès les blocages d'exportation effectués par les Chinois (par exemple le sable que les journalistes de notre grande presse désignent comme indispensable à la construction sans savoir qu'il est aussi du silicium, même s'il n'est pas très pur) en guise de punition pour la rencontre criminelle, on voit comment l'objectif chinois est d'opposer le pouvoir économique taïwanais (qui est celui qui domine l'île) au pouvoir politique qui est tout sauf monolithique. Je dois également souligner que toute la paranoïa excitée, crachée par les médias occidentaux sponsorisés par les Américains dès le deuxième jour de la guerre en Ukraine, selon laquelle la Chine est sur le point d'envahir Taïwan, est insignifiante. Taiwan doit rejoindre la RPC dans les vingt-sept ans (2049) et il n'y a aucune raison de précipiter les choses. Notamment parce que la Chine continentale voudra probablement convaincre les insulaires ou une bonne partie d'entre eux du caractère inévitable du fait avant de faire des gestes plus décisifs. À la fois parce que régner sur un territoire hostile est un problème, et parce que cela montrerait un visage trop agressif envers ses voisins-partenaires asiatiques.

23heng-superJumbo.jpg

Cela dit, l'opération est loin d'être facile, les Chinois ne se reconnaissent pas dans les champions du soft power, les Taïwanais préféreraient rester autonomes, les Américains, les Britanniques et toute la cohorte occidentale feront tout pour mettre des bâtons dans les roues. Cependant, la géographie, l'anthropologie et l'économie, ainsi que la bonne utilisation du temps, sont en faveur des Asiatiques.

De nos jours, il est essentiel de comprendre et de se rendre compte qu'il y a vraiment beaucoup à étudier. Étudions plus et jugeons moins, l'anxiété est l'ennemi d'une bonne adaptation à l'ère complexe. Vous aurez fait l'expérience décourageante de voir dans un film étranger comment ils traitent notre italianité avec des clichés, projetant sur nous leurs pauvres et stupides schémas mentaux. Ne faites pas de même avec les Asiatiques, ce n'est pas une bonne façon de s'orienter dans le futur vers les 60% de la population mondiale. Si vous ne savez pas certaines choses, vous pouvez toujours vous taire, n'est-ce pas ?

51IwLUC02rL.jpg

[Le livre ci-dessus est fantastique, je le recommande vivement, il est écrit par le plus grand expert de la mentalité chinoise que nous ayons ici en Europe, un Maître, une figure rare en ces temps de précipitation et de superficialité].

La guerre des grains et la nouvelle posture de la Sublime Porte

shutterstock_396579595.jpg

La guerre des grains et la nouvelle posture de la Sublime Porte

Irene Ivanaj

Source: https://secolo-trentino.com/2022/07/31/la-guerra-del-grano-e-la-nuova-postura-della-sublime-porta/

Le rôle d'Erdogan en tant que grand médiateur dans la guerre Russie-États-Unis via l'Ukraine, alliée de l'OTAN mais également capable d'une ligne autonome, tandis que l'Europe tâtonne dans le noir.

Le grain, plus encore que le gaz, est une arme diplomatique entre les mains de la Russie et une guerre d'usure se profile en mer Noire, avec le déploiement de grandes puissances. La phase de libre-échange mondial des biens et des capitaux, ainsi que le transport des personnes à bas prix partout, est un souvenir, avec un blocage consécutif des chaînes d'approvisionnement mondiales.

La Chine, qui montre qu'elle voit loin, s'est préparée à la guerre et surtout à une économie de guerre. L'année dernière, elle a accéléré son désengagement de la dette publique américaine, même si cela avait été prévu depuis des années. D'autres puissances régionales, comme la Turquie et Israël, tentent de trouver des équilibres alternatifs et, pour des raisons évidentes, de ne pas contrarier le géant russe. Les alliés occidentaux, ayant peu à peu oublié l'usage de la diplomatie, tentent de rafistoler les adhésions à l'UE ou à l'OTAN en cherchant désespérément d'autres alliés et se targuent d'être prêts au dialogue dans le Haut-Karabakh.

De l'autre côté de la mer d'Azov, Erdogan a enregistré plusieurs victoires diplomatiques et militaires en Afrique et au Moyen-Orient. La semaine dernière, il a conclu l'accord sur les céréales en faisant office de garant entre les deux parties - la chaleur et les copeaux seront pris en charge plus tard ; peut-être après avoir remporté les élections prévues l'année prochaine. Du nouveau rôle de la Turquie, Carlo Marsili, ancien ambassadeur d'Italie à Ankara, a parlé avec beaucoup de clarté lors du 19ème atelier international du think tank Il Nodo di Gordio, organisé par Daniele Lazzeri à Baselga di Pinè.

01_03_22_Sinem.jpg

Parmi les nombreuses bizarreries que l'on peut lire sur la Turquie, l'une d'entre elles est que c'est un pays isolé. Ce n'est pas vrai : pas plus tard qu'en mars dernier, le premier ministre israélien, le président azéri, la chancelière allemande, le ministre arménien des affaires étrangères, le premier ministre néerlandais se sont rendus sur place [...]. En juillet, le troisième sommet italo-turc a donné une impulsion importante aux relations diplomatiques, qui s'étaient quelque peu relâchées avec le temps. La deuxième bizarrerie est de prétendre que la Turquie est anti-occidentale et n'est pas un allié fiable. C'est faux, c'est un pays qui, en raison de sa géographie particulière, a suivi une voie unique en matière de politique étrangère. Un pays musulman, membre de l'OTAN, candidat à l'UE, membre du Conseil de l'Europe, membre du G20, premier partenaire de nombreux pays africains, avec une très forte présence en Somalie, etc. aura nécessairement des intérêts différents qui ne sont souvent pas faciles à concilier."

108036_TUR20210618ErdoganAA_1624023202236.jpg

Depuis le début de la guerre, Erdogan "[...] s'est érigé en médiateur, convoquant les présidents russe et ukrainien au forum d'Antalya. L'opération a abouti hier (25 juillet, ndlr) à la signature d'un accord rouvrant le trafic aux navires ukrainiens chargés de céréales. Un succès significatif". L'accord se compose de deux documents, l'un signé par les parties turque et russe et l'autre signé par la partie ukrainienne avec les Turcs. Pour parvenir à cet accord, la Turquie a dû jouer un rôle diplomatique qui, selon une certaine presse, était ambigu, mais qui s'est révélé au contraire précieux. D'une part, elle a condamné l'invasion russe aux Nations unies, fourni des drones à l'Ukraine, accueilli de nombreux réfugiés, activé la convention de Montreux de 36 sur les détroits dans une fonction restrictive, mais n'a pas appliqué de sanctions et a poursuivi le dialogue politique avec Moscou [...].

Abordant un point controversé, Marsili a déclaré :

    "En ce qui concerne le veto turc à l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'OTAN, la Suède - selon les Turcs - abrite le quartier général du PKK, une organisation dont le but est la division de l'État turc par la création d'un nouvel État kurde, qui n'a jamais existé à ce jour. Un objectif totalement opposé à celui de l'OTAN".

Erdogan négocie depuis une semaine pour établir les procédures opérationnelles standard de la base logistique installée sur les détroits par les Turcs pour guider les navires le long des routes minées par les Ukrainiens eux-mêmes, alors que les Russes craignent que les couloirs soient utilisés pour importer des armes et que les Ukrainiens accusent les uns et les autres de voler des cargaisons de céréales syriennes qui ont été repérées au Liban. Mais la semaine dernière a vu les retombées économiques de la tension : l'Égypte a retiré une commande de 240.000 tonnes de céréales ukrainiennes, une nouvelle détérioration des relations, et maintenant la guerre déborde sur le front géorgien, voisin et partenaire de la Turquie.

Gudauri.png

Et ces derniers jours, la situation en Géorgie se détériore rapidement, élargissant le champ de la confrontation. Dans les accords bilatéraux de l'année dernière, une règle générale a toujours été d'examiner les sujets un par un, mais cela pourrait ne pas être possible. Le mois dernier, il y avait déjà eu des tensions avec l'ambassadrice américaine, Georgia Degan, qui était accusée de vouloir fomenter une guerre dans le pays. En effet, l'ouverture d'un éventuel second front serait particulièrement préjudiciable à Moscou, mais la population géorgienne ne semble pas en être convaincue. Il y a une semaine, des manifestations avaient rempli les places pour la visite à Tbilissi d'une délégation du Parlement européen qui encouragerait l'entrée du pays dans l'Union. Entre-temps, avant-hier, un accord datant d'avant le 24 février ou janvier entre la Russie et la Géorgie a été publié : une partie du littoral de l'Abkhazie ira aux Russes.

Erdogan a été très habile pour gérer la neutralité d'un pays qui a un pied en Europe et un autre en Asie, un allié occidental unique, qui a tellement élargi ses accords qu'il peut négocier avec n'importe qui, souvent à ses propres conditions. Ajoutez à cela les multiples infrastructures réalisées au fil des ans, à tel point qu'elle est devenue une plaque tournante pour les hydrocarbures.

thumbs_b_c_89cbc0894c9b93996055bcd8e55ec0ce.jpg

L'Europe et l'Amérique, quant à elles, ont certes préparé le reste du monde à s'organiser, mais sans construire une alternative aux relations brûlées au fil du temps. My way, or the highway, ont-ils dit au monde ces dernières années ; les Américains ont les ressources pour le faire, l'Europe non. Erdogan a agi rapidement, il est retourné en Géorgie et a renouvelé un accord commercial de 3 milliards avant-hier. La politique n'attend plus l'heure de la justice internationale, et la diplomatie est un travail sur lequel on prend facilement du retard. En témoigne le procès qui oppose l'Arménie à l'Azerbaïdjan, ouvert à la Cour internationale de justice après neuf mois d'accusations mutuelles de génocide, qui a entre-temps été déclaré "résolu" avec la reprise du conflit du Haut-Karabakh. Là aussi, Erdogan a placé et déplacé ses pions.

vendredi, 05 août 2022

Les provocations américaines pour déclencher des guerres par procuration se multiplient. Grâce aux atlantistes

29503226-nancy-pelosi-bei-einer-pressekonferenz-im-juli-2022-im-us-kapitol-in-washington-aa6.jpg

Les provocations américaines pour déclencher des guerres par procuration se multiplient. Grâce aux atlantistes

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/si-moltiplicano-le-provocazioni-usa-per-scatenare-guerre-per-procura-grazie-agli-atlantisti/

Les élections de mi-mandat approchent, les sondages sont extrêmement négatifs, et le président Biden tente de gravir les échelons en multipliant les actes de provocation dans toutes les parties du monde. Après avoir provoqué Poutine en Ukraine jusqu'à déclencher la guerre, il tente de faire monter le niveau de tension dans les Balkans et, avec le voyage de provocation de dame Pelosi à Taïwan, il a également envenimé les relations avec la Chine à un niveau très élevé. Tout cela avec l'assentiment servile et obtus des atlantistes.

"Mon impression", explique Daniele Lazzeri, président de la boite à penser italienne Il Nodo di Gordio, "est que la multiplication vertigineuse de nouveaux foyers de crise dans diverses régions de la planète révèle la faiblesse politique et militaire croissante des États-Unis. Les difficultés objectives sur le front ukrainien - qui, malgré les déclarations audacieuses de Zelensky, prouvent l'impossibilité d'offrir une résistance totale à la puissance de feu russe - obligent à mon avis les États-Unis à allumer des foyers de turbulence dangereux dans d'autres pays. Nous le constatons avec la réactivation du conflit balkanique entre le Kosovo et la Serbie quelques mois avant les élections en Bosnie-Herzégovine du 2 octobre prochain et avec la visite soudaine, mais aussi improvisée, de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, à Taïwan".

7939_taiwan2.jpg

Le risque est que ce ne soit que le début. Et qu'à Washington, on médite sur l'augmentation des zones de conflit, sans avoir besoin d'une intervention américaine directe mais en utilisant la stupidité de serviteurs écervelés.

"L'administration Biden, poursuit Lazzeri, met donc en œuvre une stratégie de désarticulation mondiale par le biais de 'guerres par procuration', de guerres indirectes, qui affectent gravement l'équilibre déjà délicat de certaines lignes de faille géopolitiques qui font l'objet de conflits et de paix gelée. Je ne serais pas surpris si, dans les semaines à venir, nous pouvions assister à de nouvelles tensions dans les territoires du Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Je pense notamment à la Syrie et à la Libye où, avec beaucoup de difficultés, une stabilité substantielle avait été obtenue entre les intérêts russes et les influences turques. Les récents succès diplomatiques du président Erdogan constituent toutefois une dangereuse menace pour l'administration Biden. Bien qu'elle soit un rempart de l'OTAN en Méditerranée, une Turquie trop indépendante et autoritaire qui, même ces dernières années, a fait des clins d'œil répétés au Kremlin n'est pas une garantie suffisante pour les stratégies américaines de préservation du pouvoir sur le théâtre euro-méditerranéen.

Et la tension provoquée par l'OTAN au Kosovo va précisément dans ce sens. Parce que Moscou est lié à Belgrade tandis qu'Ankara protège les musulmans kosovars. De même, les atlantistes italiens pourraient favoriser une montée des tensions en Libye où Poutine et Erdogan avaient réussi à trouver une sorte de modus vivendi entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque.

Quant aux conséquences de la provocation de Nancy Pelosi, "selon toute vraisemblance", conclut Lazzeri, "la réponse chinoise n'aura pas d'implications militaires immédiates. Il n'est pas dans l'intérêt de Pékin, en fait, de déclencher une confrontation directe avec les États-Unis. On peut plutôt s'attendre à des représailles commerciales et diplomatiques qui renforceront encore les relations que le président chinois Xi Jinping tisse depuis des années non seulement avec Vladimir Poutine mais aussi avec la plupart des pays qui ne sont pas alignés sur l'"Occident" dirigé par les États-Unis.

photo_2022-08-03_17-43-48.jpg

jeudi, 04 août 2022

Intermarium

Intermarium.png

Intermarium

par Daniele Perra

Source : Daniele Perra & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/intermarium

Il y a quelques jours, il a été rapporté que le gouvernement de Volodymyr Zelensky avait révoqué la citoyenneté ukrainienne de l'oligarque Igor Kolomoisky (principal soutien du président ukrainien lors de sa précédente carrière à la télévision et de son ascension ultérieure au pouvoir politique, ainsi que partenaire commercial de nombreux membres du "Parti du serviteur du peuple" et financier de plusieurs groupes paramilitaires au sein de la Garde nationale, dont les célèbres bataillons Azov et Aidar).

Officiellement, selon Ukrainska Pravda et Kyiv Independent, la mesure (dans laquelle, selon les sources, la signature du président n'apparaît pas encore) est due au fait que la loi ukrainienne n'autorise pas la double nationalité (dans le cas de Kolomoisky, il y en a même trois : ukrainienne, israélienne et chypriote). Si tel est le cas, il est curieux de constater que le partenaire de Kolomoisky dans la Privat Bank, Gennadiy Bogolyubov, également connu pour avoir financé des fouilles sous le quartier musulman et la mosquée al-Aqsa à Jérusalem, ne tombe pas sous le coup de cette disposition, puisqu'il se targue d'être un citoyen ukrainien, britannique, israélien et chypriote.

35f4497_1644008876741-ihor-kolomoisky.jpg

Igor Kolomoisky.

En revanche, Igor Vasylkovsky et Gennadiy Korban sont inclus : tous deux citoyens ukrainiens et israéliens, le premier étant un ancien membre du "Parti du  Serviteur du Peuple" et le second un mécène de la communauté juive de Dnipro et toujours étroitement lié à Kolomoisky.

En parlant de Kolomoisky, il convient de mentionner qu'en 2020, il a été inculpé par le ministère américain de la Justice pour corruption et blanchiment d'argent, aux côtés des Bogolyubov, Mordechai Korf et Uri Laber précités. Ces deux derniers, en particulier, ont utilisé l'argent blanchi pour financer des "fondations caritatives" et des institutions éducatives juives traditionnelles (yeshivas) à New York. Uri Laber est également membre du conseil d'administration du Jewish Educational Media : une organisation à but non lucratif liée au mouvement messianique Chabad Loubavitch du grand rabbin Menachem Schneerson (né en Ukraine), dont Korf est également un adepte. En fait, ses parents ont été invités par le rabbin à construire une communauté loubavitch à Miami. 

Il convient de noter que Kolomoisky fait partie des oligarques ukrainiens qui contrôlent des secteurs clés de l'économie de ce pays d'Europe de l'Est. En effet, il a d'énormes intérêts dans la société gazière ukrainienne Burisma (à laquelle le fils de Joe Biden, Hunter, qui siégeait au conseil d'administration avec un salaire de 50.000 dollars par mois en 2014, est également lié). En outre, Kolomoisky a utilisé des groupes paramilitaires qu'il a financés pour prendre le contrôle d'une raffinerie de pétrole appartenant à la Russie à Dnipropetrovsk, également en 2014.

En 2021, Kolomoisky a été interdit d'entrée aux États-Unis directement par Antony Blinken qui, à propos de l'affaire, a parlé de "corruption importante".

Ce à quoi nous assistons ces jours-ci, en fait, c'est à une lutte de pouvoir (et de survie) au sein même de l'Ukraine entre les oligarques et le cercle immédiat de Zelensky, qui doit toutes ses "fortunes" au conflit en cours.

victor-pinchuk.jpg

Viktor Pinchuk (Pintchouk)

Il est évident que Zelensky fait tout pour se plier aux désirs de Washington et assurer sa survie politique. Cela inclut la faveur accrue accordée à un autre oligarque ukrainien, rival direct de Kolomoisky et dans les bonnes grâces des États-Unis. Il s'agit de Viktor Pinchuk (Pintchouk), l'homme qui a été décrit comme "l'oligarque juif capable de construire le pont entre Kiev et l'Occident". Pinchuk, beau-père du deuxième président de l'Ukraine indépendante Leonid Kuchma et partenaire commercial de Rinat Akhmetov (un autre oligarque ayant des intérêts dans la métallurgie, l'exploitation minière et propriétaire du Shaktar Donetsk), est à la tête de la "plus grande fondation philanthropique ukrainienne" : la Fondation Viktor Pinchuk. Celle-ci travaille en étroite collaboration avec une autre organisation liée à l'oligarque, la Stratégie européenne de Yalta, créée pour promouvoir l'intégration du pays dans l'Union européenne, et collabore activement avec la Clinton Global Initiative, la Fondation Tony Blair, la Brookings Institution, la Renaissance Foundation de George Soros et l'Aspen Institute auquel est liée la Kyiv School of Economics (une autre création de Pinchuk). De plus, les liens de l'oligarque avec le Forum économique de Davos, auquel il participe activement et où il a facilité l'intervention de Zelensky par vidéoconférence, ne sont pas négligeables.

Enfin, pour étayer partiellement la thèse selon laquelle la mesure "restrictive" de Zelensky est un forcing flagrant (ou plutôt un choix de camp), il sera utile de rappeler qu'au cours de l'année 2019, le gouvernement actuel est entré en conflit avec le mouvement Azov parce que ce dernier a exigé avec force l'octroi de la citoyenneté ukrainienne à tous les combattants étrangers inclus dans le bataillon pendant le conflit du Donbass.

levkin.png

Alexei Levkin.

Zelensky a lui-même accordé la citoyenneté au Russe Nikita Makeev, membre de l'organisation "Centre russe" liée aux militants ultranationalistes russes en exil. Un autre Russe en attente de la citoyenneté ukrainienne est lié à cette affaire : Alexei Levkin. Ce dernier, invité régulier de la "Maison des Cosaques" (le quartier général d'Azov à Kiev), est l'organisateur du festival de musique néonazi Asgardsrei ("la course d'Asgard" en norvégien) qui se tenait autrefois à Moscou et, après son expulsion du territoire russe, à Kiev en même temps que la marche "Führernight". Levkin, un ancien vétéran d'Azov, est également l'idéologue politique du groupe Wotanjugend (connu pour avoir partagé le manifeste de l'attaquant de la mosquée de Christchurch en Nouvelle-Zélande) et est en très bons termes avec les groupes extrémistes nord-américains RAM (Rise Above Movement) et Atomwaffen Division, également connus pour leur sympathie pour les actions d'Al-Qaïda et d'ISIS. L'un des membres d'Atomwaffen, Andrew Oneschuk, a invité à plusieurs reprises des extrémistes américains à se rendre en Ukraine pour acquérir une expérience du combat. Alors qu'en 2018, le secrétariat international d'Azov espérait établir un contact direct avec l'armée américaine.

Il n'est pas surprenant que la responsable du secrétariat international du Corps national (l'aile politique du mouvement dirigé par Andriy Biletsky), Olena Semenyaka, ait déclaré que la planification géopolitique du groupe (outre la nécessité de faire pression sur les États-Unis) vise à construire un bloc "intermarium" (un cordon sanitaire aux frontières de la Russie entre la mer Baltique et la mer Noire) qui reproduit parfaitement l'initiative des Trois Mers parrainée par le Pentagone.

Finlande : 75 ans de neutralité

s-drapfin.jpg

Finlande : 75 ans de neutralité

Sergey Andreev

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/defensa/38176-2022-07-02-10-10-50

Après la disparition du système bipolaire, la République de Finlande conserve les caractéristiques d'une politique de neutralité, mais s'intègre en même temps activement à l'Union européenne et coopère avec l'OTAN. Le développement de sa politique de défense est d'une grande importance pour les intérêts nationaux de la Russie.

Comment la Finlande a-t-elle émergé de la Seconde Guerre mondiale ?

La Finlande a commencé à se retirer de la Seconde Guerre mondiale après la défaite des troupes allemandes à Stalingrad. À cette époque, les idéologues irrédentistes de la Grande Finlande sont renvoyés du parlement, l'Allemagne se voit refuser une alliance officielle et les négociations avec la partie soviétique commencent par l'intermédiaire de l'ambassade en Suède. La phase active des négociations coïncide avec l'offensive des troupes soviétiques à l'été 1944. Pour les Finlandais, un choix s'impose : être absorbé par l'Union soviétique ou abandonner l'idée de rétablir les anciennes frontières et accepter les conditions de l'URSS. Ayant choisi la deuxième option le 19 septembre 1944, ils ont mis fin à la guerre sur le front oriental et ont immédiatement entamé les hostilités sur le front nord : ils ont combattu les alliés allemands d'hier qui refusaient de quitter le pays après une paix séparée.

2d6c3a5ee35daee495fb6fd083a94039--wwii-soldiers.jpg

fwwii.jpg

Un tel comportement de la part de la Finlande facilitera davantage la formation de sa politique de neutralité : les dirigeants du pays savaient très bien que l'URSS pouvait éliminer complètement l'indépendance finlandaise et préféraient former de nouvelles relations de bon voisinage avec leur voisin oriental. La neutralité et la tentative de manœuvrer entre les pôles de pouvoir sont même entrées dans l'historiographie finlandaise. Deux guerres avec l'URSS ont été combinées en une seule. Le terme "guerre isolée" a été introduit : la Finlande était censée se battre seule pour ses territoires perdus. La même chose s'est produite avec l'expulsion des Allemands. Les Finlandais soulignent le caractère distinct de cette guerre : ils n'indiquent pas de lien direct avec la Seconde Guerre mondiale et se concentrent uniquement sur leur territoire, sans poursuivre avec la défaite du fascisme en Europe. Ainsi, dès cette époque, les bases idéologiques et politiques de la neutralité finlandaise ont commencé à être activement préparées. Le mot "neutralité" était même utilisé pour des opérations militaires. Le pays s'est vu attribuer le rôle de victime de la situation géopolitique créée par Hitler. Mais cela ne nie pas le fait de l'occupation du territoire soviétique (supérieure à ce que les Finlandais avaient avant 1939) et de la participation au blocus de Leningrad (bien que pour nos historiens, il existait une directive tacite de ne pas soulever ces questions négatives afin d'améliorer les relations bilatérales). Le député finlandais Urho Kekkonen (photo, ci-dessous) voyait les relations futures des ennemis d'hier comme suit : "L'Union soviétique devrait bénéficier d'une Finlande indépendante et joyeuse plutôt que d'une existence brisée condamnée à une existence dépendante".

kekkonen-38.jpg

L'URSS n'inclut pas la Finlande dans l'orbite de son influence, mais en 1947, elle profite du droit d'exiger des réparations et impose une série de restrictions militaires (principalement dans la marine), car elle considère la Finlande comme un allié de l'Allemagne et n'accepte pas le mantra de neutralité et de séparatisme dont les Finlandais commencent à s'entourer. Le président J. Paasikivi déclare ouvertement l'"intérêt légitime, motivé par la sécurité et justifié de l'URSS pour la direction finlandaise", essayant de prendre en compte les intérêts soviétiques, mais sans se proposer comme nouveau membre du camp socialiste [1]. Le souvenir de la guerre et l'amertume de la perte de territoires sont vifs, le pays est affaibli et les Finlandais perçoivent froidement l'établissement de relations avec l'Union soviétique, y voyant une expansion de la sphère d'influence soviétique. Mais la mise en œuvre diligente de tous les accords précédents a permis au pays de conserver sa neutralité, ce que Moscou a reconnu en 1948 dans le nouveau traité d'amitié soviéto-finlandais.

Ayant reconnu les intérêts de l'URSS, la Finlande a continué à mener sa politique étrangère avec prudence et a mené diverses sortes de consultations avec son voisin oriental afin de ne pas irriter Moscou une fois de plus, et a également accordé diverses préférences commerciales. Bien que le pays soit resté neutre, Helsinki a compris de facto quel acte de miséricorde l'URSS avait accompli en s'arrêtant en 1944 sur l'isthme de Carélie : il valait mieux rendre hommage à la mémoire et partager une partie de sa souveraineté que de la perdre totalement. La neutralité s'est reflétée dans la fierté des Finlandais, qui ont terminé la guerre sans être occupés, et l'expulsion indépendante des Allemands n'a fait que renforcer l'idée d'indépendance dans l'âme de chaque citoyen. Désormais, il a été décidé de compter sur eux-mêmes en toute chose (mais, au cas où, avec un œil sur Moscou).

La ligne Paasikivi-Kekkonen contre la "finlandisation"

Malgré ses anciennes opinions anti-soviétiques, le Premier ministre (et plus tard le Président) Urho Kekkonen commence à poursuivre activement une politique de neutralité et d'engagement avec l'URSS, et se plie même à la demande de l'Union soviétique de réduire les publications et déclarations anti-soviétiques en Finlande. Dans sa politique, il a adhéré à la ligne précédemment formée par le président J. Paasikivi (photo, ci-dessous); ceci peut être dénoté par le concept de la "ligne Paasikivi-Kekkonen": reconnaissance étrangère de la neutralité, confiance des puissances étrangères dans la neutralité, soutien de la neutralité par le peuple finlandais et le fait qu'il a suffisamment de possibilités de repousser les tentatives de violation de la sienne. En 1969, le gouvernement finlandais a immédiatement soutenu l'initiative soviétique de commencer à préparer l'OSCE, et peu après, Helsinki accueillera un cycle de négociations sur le traité SALT-1. La réunion finale de l'OSCE s'est également tenue à Helsinki et l'Acte final sera signé en présence du Secrétaire général de l'ONU. Le fait que de tels événements aient lieu signifiait une reconnaissance internationale et un honneur pour le pays hôte.

paasikivi.jpg

Il est vrai que tout le monde n'était pas d'accord avec la neutralité et la considérait comme un écran derrière lequel se cachaient les intérêts de Moscou. Les critiques ont considéré la position de la Finlande comme une soumission à un voisin puissant et le transfert d'une partie de sa souveraineté à celui-ci tout en conservant formellement son indépendance, ce qui s'est traduit par le terme de "finlandisation". A Helsinki, ils ont considéré cette stupidité et n'y ont pas vu les caractéristiques de l'humilité envers l'URSS. Au contraire, la neutralité finlandaise a permis au pays de surmonter les stéréotypes de la guerre froide et de parvenir à une coopération mutuelle avec tous les pays. Mais la logique de ces années-là était celle de la confrontation des blocs, et il ne pouvait être question de coopération globale entre les différents systèmes. La Finlande n'a pas non plus échappé à ce sort : ses accords avec l'URSS ont été perçus négativement à l'Ouest, elle a été accusée d'extradition de citoyens soviétiques fugitifs et de censure excessive de ce que Moscou considérerait comme offensant. Cependant, rien n'a empêché des accusations similaires de dénoncer les alliés des États-Unis en Europe et en Asie.

La fin du monde bipolaire. Nouvelles priorités de l'UE et de l'OTAN

À la fin des années 1980 - début des années 1990, un nouveau visage de l'Europe se dessine. Après la réunification de l'Allemagne, la Finlande a déclaré que les dispositions restrictives mentionnées dans le traité de paix n'étaient plus valables. Parmi les clauses restrictives, une seule, interdisant le développement et la possession d'armes nucléaires, a été retenue. Le président M. Koivisto a également annoncé que la Finlande réviserait le traité d'amitié et de coopération avec l'URSS pour en exclure toute obligation militaire [2]. En 1992, la Russie ne pouvait plus imposer de restrictions militaires en concluant un nouveau traité. Mais outre les relations de bon voisinage, la culture, les droits de l'homme et les libertés, l'accent a été mis sur l'économie, un aspect qui faisait défaut des deux côtés au début des années 1990. Notamment, la coopération transfrontalière est arrivée: le développement des régions frontalières de la Russie est perçu comme un élément distinct. La mise en œuvre de ces plans sera longue et douloureuse : pendant cette période, le chômage augmentera fortement dans les deux pays et de nombreuses entreprises fermeront. La disparition d'un pôle de pouvoir ne signifie pas une transition sous l'aile d'un autre, et la Finlande a agi de manière indépendante, mais, comme auparavant, avec prudence.

En 1992, l'expression "non-alignement militaire et autodéfense" a été adoptée. Et en 1995, le gouvernement finlandais a exclu le concept de "neutralité" du rapport de sécurité. Le rapport de 1997 mentionne déjà la réception éventuelle d'une aide militaire de l'étranger. Quant aux relations avec l'OTAN, la Finlande a simplement adhéré au programme de Partenariat pour la paix en 1994. Toutefois, le même rapport de 1997 indique que la politique de non-alignement pourrait être revue, bien que dans la société et le parlement finlandais, elle ait été considérée comme "un choix en faveur d'une construction pragmatique des relations avec les pays étrangers" [3]. La question de l'OTAN reste controversée : au début du siècle, l'opinion publique était majoritairement opposée à ce bloc politico-militaire (les chiffres allaient de 65% à 79% de personnes interrogées qui disaient être opposées à l'OTAN) [4].

MG_0556.jpg

Il n'y avait pas de bonnes raisons de rejoindre l'Alliance de l'Atlantique Nord. Peu de gens croyaient à la "menace russe" en Finlande. Et cette tendance (plus de ¾ des Finlandais pensaient qu'il n'y avait pas de menace accrue de la part de la Russie) s'est poursuivie pendant la présidence de Tarja Halonen (photo, ci-dessus). L'un des arguments les plus populaires en faveur de l'OTAN dans ces années-là était que la Finlande, en utilisant ses mécanismes de médiation, aiderait à établir un dialogue entre l'Alliance et la Russie. Selon l'ancien président M. Koivisto, l'opération au Kosovo a pleinement démontré la nature asymétrique des relations: personne n'écoute l'opinion des petits États membres de l'OTAN. Un point de vue similaire était partagé par le commandant des forces de défense finlandaises de 1994 à 2001, le général Gustav Hagglund.

Le retour de la neutralité ferme et la Russie

Contrairement à son prédécesseur, Tarja Halonen a déclaré fermement que la Finlande ne participerait pas aux blocs militaires. La présidente a fait la première déclaration de ce type lors de la cérémonie d'inauguration : "La Finlande, pour autant que cela dépende de moi, restera un pays non-aligné" [5]. Le chef d'État s'est également prononcé contre l'entrée des républiques baltes dans l'OTAN, ce qui a provoqué une réaction négative au sein de l'OTAN. La Finlande a approuvé l'opération militaire en Afghanistan, mais a refusé de soutenir l'intervention en Irak.

En 2001, la commission de la sécurité et de la défense a préparé un rapport extraordinaire intitulé "La politique de sécurité et de défense de la Finlande" [5]. Le rapport a mis en évidence les principaux domaines de la politique étrangère : l'Union européenne, l'OTAN, la Fédération de Russie, la région de la mer Baltique.

Le rapport attire tout d'abord l'attention sur les pays de l'ex-Yougoslavie. La stratégie de défense finlandaise met l'accent sur le rôle prépondérant des États-Unis dans la résolution des crises locales dans le monde, alors qu'en Europe, la résolution de toute crise doit reposer sur la participation égale de l'Union européenne, de l'OSCE et de l'OTAN, et l'élargissement de l'UE est présenté comme un moyen efficace d'améliorer le bien-être économique des nouveaux États membres.

Il est à noter que la Finlande, ainsi que la Suède, construisent leur politique de défense sur la base de la position géographique des États. Dans la région de la mer Baltique, une attention particulière est accordée aux relations entre la Russie et l'OTAN, car pour la première, il s'agit d'une "ligne de front", et Moscou n'observera pas calmement le processus d'expansion de l'Alliance. Les relations entre la Russie et les États-Unis sont considérées comme une priorité pour la stabilité de la région de la mer Baltique.

La Finlande a participé, avec l'OTAN, aux programmes de création et de développement des forces armées des trois anciennes républiques soviétiques (Lettonie, Lituanie, Estonie). Le programme BALTSEA a été élaboré. Il prévoyait d'aider ces pays à participer à des opérations de maintien de la paix, de former un système de surveillance aérienne, d'établir le Collège militaire balte à Tartu et de créer l'escadron naval balte. La sécurité des États repose également sur le bien-être économique des citoyens et sur leur capacité à réagir rapidement à une situation socio-économique changeante.

Jäätteenmäki_Anneli_2014-02-06_1.jpg

La Finlande est l'un des catalyseurs de la politique de sécurité européenne, une sorte de prototype de forces armées paneuropéennes, dont il a été question pour la première fois lors du sommet de l'UE à Helsinki en 1999. En 2003, le ministre finlandais des Affaires étrangères, Erkki Tuomioja, a exprimé sa crainte que la priorité en la matière ne soit accordée à un certain nombre de grands pays, ce qui ne ferait que saper le système de sécurité européen, les petits pays étant laissés à l'écart de la politique de sécurité. Au même moment, le Premier ministre finlandais Anneli Jaatteenmäki (photo, ci-dessus) a fait une déclaration similaire, s'inquiétant de la possible division des membres de l'UE en plusieurs groupes. Paavo Lipponen, président du parlement finlandais, a adopté une position similaire, notant l'importance de la présence de l'OTAN en Europe, mais soulignant en même temps que la Finlande devrait devenir un pont entre la région euro-atlantique et la Russie [7].

L'OTAN - pour et contre

L'orientation ultérieure de la politique de défense étrangère de la Finlande a été examinée en détail dans un rapport de 2004, qui soulignait à nouveau le rôle moteur de la politique de sécurité européenne et mentionnait la nécessité d'une coopération avec l'OTAN (sans y adhérer). Et l'entrée de nouveaux membres dans l'UE et l'Alliance a été considérée comme une tendance positive dans le domaine de la stabilité dans la région.

La controverse publique a commencé à montrer des opinions très divergentes sur la question de l'adhésion à l'OTAN. En 2002, le journaliste finlandais P. Ervasti et le parlementaire J. Laakso, dans le livre "From the Embrace of the Bear Neighbor to the Armpit of NATO" (De l'étreinte du voisin ours à l'aisselle de l'OTAN), ont fait valoir que l'intégration des structures militaires finlandaises aux normes de l'OTAN se poursuit de manière latente depuis de nombreuses années [8]. Le politologue et journaliste finlandais Elias Krohn en 2003 dans son livre "51 bonnes raisons de dire "Non, merci" à l'OTAN" mentionne l'expérience négative de la guerre dans les Balkans, accusant l'Alliance que le bombardement de la Yougoslavie n'était pas une conséquence, mais la cause d'un afflux massif de réfugiés, par conséquent, cette opération ne peut être un exemple de solution réussie à un conflit local [9]. Après la publication du rapport 2004, le Premier ministre Matti Vanhanen (photo, ci-dessous) n'a fait qu'une seule déclaration : "Dans un avenir prévisible, il n'y a aucune raison pour que la Finlande rejoigne l'OTAN, mais la pratique de la coopération politico-militaire avec ce bloc devrait se développer" [10].

2020-03-02_Matti_Vanhanen.jpg

Les sondages effectués auprès de la population montrent que les Finlandais n'étaient pas disposés à rejoindre l'Alliance. En décembre 2000, 66% des citoyens étaient opposés à l'adhésion à l'OTAN, en février 2003 leur nombre a chuté à 56% et en juin 2004 il a de nouveau augmenté pour passer à 61% [11]. Et ¾ des citoyens finlandais estiment qu'un référendum devrait être organisé sur cette question.

Sur la question de l'OTAN, la présidente T. Halonen n'a pas changé de position et a maintenu le statut de pays non aligné. Son adversaire électoral, Sauli Niinistö, n'est pas d'accord: en 2007, il a déclaré que l'adhésion de la Finlande à l'OTAN était inévitable. Le ministre finlandais de la Défense, Jüri Häkämies, a déclaré à Washington que son pays était confronté à trois menaces : "Ce sont la Russie, la Russie et la Russie" [12]. Le président a attribué cette déclaration malheureuse à l'opinion personnelle du ministre. L'ambassadeur de Finlande en Belgique et représentant permanent auprès de l'OTAN, Antii Sierla, a exprimé son appréciation. Selon l'ambassadeur de Finlande, il existe un certain nombre de facteurs négatifs: la perception négative par la Russie de l'expansion de l'OTAN, la dépendance de l'Europe vis-à-vis des ressources énergétiques russes et la dépendance économique de la Russie vis-à-vis des petits pays limitrophes. Le diplomate finlandais s'est dit confiant que l'OTAN considérerait la Finlande comme un expert de premier plan sur la Russie, ce que l'on ne pouvait alors pas dire du chancelier Alexander Stubbe, qui était un partisan déclaré de l'OTAN. À l'automne 2008, après qu'un des représentants du ministère russe des Affaires étrangères ait qualifié la Finlande de "pays neutre respecté", A. Stubb a immédiatement répondu que la Finlande n'est pas un pays neutre et qu'elle travaille et coopère étroitement dans le domaine militaire avec l'UE et l'OTAN.

En mars 2009, le gouvernement a préparé un rapport régulier sur la politique de sécurité. Comme auparavant, les Finlandais considèrent la mise en œuvre de missions humanitaires, le travail avec l'administration civile et la médiation dans les négociations comme les principales tâches des opérations de maintien de la paix. Le rapport mentionne également spécifiquement la Russie comme l'un des principaux participants à la résolution des conflits gelés en Europe, dans le Caucase et au Moyen-Orient. Toutefois, comme indiqué, les problèmes de corruption, de droits de l'homme, de rhétorique nationaliste dans les médias et d'"agression" contre la Géorgie pourraient laisser des traces dans les relations entre la Russie et l'UE.

La tendance générale de ces documents peut être décrite comme "aucun déficit de sécurité" en Finlande. Même A. Stubb, un partisan déclaré de l'OTAN, a changé sa rhétorique pro-occidentale et a annoncé que la question de l'OTAN était reportée et serait soumise à un référendum à l'avenir. En 2010, il a décrit la relation entre la Finlande et l'OTAN comme un "mariage civil" : "Nous sommes de très bons et proches partenaires, dans un sens nous sommes plus un pays de l'OTAN que certains membres de l'OTAN. Nous ne fermons pas la porte à l'OTAN, mais nous ne l'ouvrons pas encore" [13].

La neutralité continue

Lors des élections présidentielles de 2012, Sauli V. Niinistö, représentant du parti de la Coalition nationale, est devenu le leader du pays. Même pendant le débat, il a affirmé la nécessité d'étendre la coopération militaire au sein de l'UE. Quant à l'OTAN, ici S. Niinistö (photo, ci-dessous) s'est exprimé assez brièvement: "cette question devrait être décidée par référendum". Dans son discours inaugural, le président nouvellement élu n'a pas mentionné la politique de non-alignement, mais a déclaré que les relations avec la Russie et l'UE resteront les principales priorités de la politique étrangère du pays. Notamment, le nouveau président a effectué ses premières visites d'État en Suède, en Estonie et en Russie.

Sauli_Niinistö_at_the_Enthronement_of_Naruhito_(1).jpg

En juin 2012, lors d'une visite à Helsinki, le chef d'état-major général des forces armées russes, le général N. Makarov, a mis en garde la Finlande contre l'adhésion à l'OTAN et s'est inquiété de l'étroite coopération militaire entre les pays nordiques. Les remarques du général russe ont été perçues négativement par le ministre finlandais de la Défense, Stefan Wallin, qui a souligné que la Finlande agirait de manière indépendante dans le domaine de la défense. Le président finlandais a également réagi négativement aux remarques du général russe, les qualifiant d'"analyse incorrecte des relations de la Finlande avec l'OTAN, qui pourrait conduire à des conclusions erronées".

En 2012, un rapport distinct du ministère finlandais de la Défense, intitulé "Changing Russia", a été consacré aux relations avec la Russie. Les auteurs du rapport mentionnent le passé soviétique : "L'expérience d'un pouvoir personnel illimité peut compenser la faiblesse des institutions démocratiques en Russie, ce qui entraînera la détérioration des relations entre la Russie et l'Occident et la formation d'une "mentalité d'assiégé" chez les Russes. Et les intérêts nationaux finlandais étaient et sont directement dépendants de la stabilité politique et économique de son voisin oriental.

La confrontation entre la Russie et les États-Unis se reflète dans la discussion sur l'adhésion de la Finlande à l'OTAN: les mythes sur la "menace russe" et le "manque de sécurité" ont été ravivés dans le pays une fois de plus. Globalement, les conclusions du rapport montrent que la Finlande, pour des raisons historiques et géographiques, est inextricablement liée à la Russie.

En 2012, le gouvernement a publié un rapport régulier dans le domaine de la politique de sécurité. Comme dans le rapport précédent, en ce qui concerne la Russie, les auteurs se concentrent sur le développement des relations économiques avec la partie nord-ouest de la Fédération de Russie. Les relations entre la Russie et l'OTAN sont typiquement tendues, et la Russie renforce sa présence militaire dans la région balte.

Le rapport mentionne spécifiquement la Coopération nordique en matière de défense (NORDEFCO), une organisation internationale formée en 2009 par cinq États nordiques : il convient de considérer que trois pays de la NORDEFCO (Islande, Norvège, Danemark) sont membres de l'OTAN, et à cet égard, la Finlande, selon les auteurs du rapport, pourrait rapprocher encore davantage ses relations avec l'OTAN.

Nouveau test 2014 - La neutralité finlandaise après 2014

Les citoyens finlandais sont majoritairement négatifs quant à l'adhésion de leur pays à l'OTAN : seuls 17 % des Finlandais sont favorables à l'adhésion à l'Alliance. Mais les événements en Ukraine ont fait leurs propres ajustements. Avant même le référendum de Crimée, le président S. Niinistö a déclaré que la Russie violait gravement les normes du droit international sur la péninsule en liant les activités des forces d'autodéfense de Crimée aux forces armées russes. Le ministre finlandais des Affaires étrangères, Erkki Tuomioja, a exprimé un point de vue similaire.

Alexander_Stubb_EPP_October_2018_(44474967285)_(cropped).jpg

À l'été 2014, Alexander Stubb (photo, ci-dessus) a pris le poste de premier ministre. Dans l'une de ses premières interviews à son nouveau poste, il a déclaré sans ambages qu'il ferait entrer le pays dans l'OTAN. Dans le même temps, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a mis en garde la Finlande contre une adhésion à l'OTAN, citant les propos du président finlandais S. Niinistö sur l'inopportunité d'une mesure aussi radicale. Selon les sondages de 2014, la proportion d'opposants a diminué, mais est restée majoritaire.

Si les dirigeants finlandais préfèrent maintenir leur position neutre antérieure sur la question de l'OTAN, dans la région nordique, le pays continue de renforcer la coopération entre ses voisins. Le 6 mai 2014, les ministres de la Défense suédois et finlandais, Karin Enström et Karl Haglund, ont signé un document commun dans le domaine du renforcement de la coopération militaire entre les deux pays. Le "Plan d'action pour l'approfondissement de la coopération en matière de défense entre la Suède et la Finlande" implique une étroite coopération conjointe avec l'Union européenne, l'OTAN, l'ONU et NORDEFCO. Cela comprend l'échange de personnel, l'utilisation conjointe d'infrastructures militaires, des exercices de surveillance et de reconnaissance aériennes, l'étude des tactiques de différents types de troupes des deux pays.

Le président S. Niinistö a clairement exprimé son point de vue sur le sujet des relations avec la Russie et l'OTAN lors de ses vœux de nouvel an le 1er janvier 2015. La citation suivante ne peut être ignorée : "Nous avons élevé notre partenariat avec l'OTAN à un nouveau niveau, et nous poursuivrons cette coopération. Il va de soi que nous pouvons toujours demander l'adhésion à l'OTAN si nous le voulons".

Les sondages de 2015 ont confirmé l'attitude prudente des Finlandais à l'égard de l'OTAN. Le nombre d'opposants continue de baisser: 55%, mais la proportion de partisans a également diminué: 22%. Les opposants à l'OTAN restent majoritaires même avec une telle formulation de la question : "Si la Suède rejoint l'OTAN, la Finlande doit-elle faire de même ?" Ici, les opposants à l'OTAN représentent 47%, les partisans 35%. Fin 2015, la tendance est en faveur des indécis. Un sondage réalisé par l'Union des réservistes de Finlande a montré que 40% étaient contre l'adhésion à l'OTAN, 28% étaient en faveur de l'adhésion et 32% ne pouvaient pas donner de réponse exacte.

La discussion sur l'OTAN a repris au plus haut niveau après la publication en avril 2016 d'un rapport d'une équipe gouvernementale préparé pour le Premier ministre Juhi Sipilä. Le document abordait cinq questions principales : comment la Russie réagirait à l'adhésion de la Finlande à l'OTAN, si la Finlande rejoindrait l'OTAN seule ou avec la Suède, si la politique de défense finlandaise est suffisamment fiable sans participation à des alliances militaires, quelles sont les conséquences de l'adhésion à l'OTAN et quand le moment sera venu de rejoindre l'OTAN. Le groupe n'a pas pris de décision finale sur l'adhésion à l'OTAN, mentionnant seulement que cette question devrait définitivement être décidée conjointement avec la Suède. Mais dans ce cas, la Russie augmentera ses forces à la frontière et exercera une pression sur les États baltes. Les auteurs du rapport ont également exprimé une variante de la pression exercée par la Russie sur la Finlande en tant qu'"activation politique des citoyens finlandais venus de Russie". Selon les auteurs du rapport, l'adhésion conjointe de la Finlande et de la Suède à l'OTAN serait la meilleure option.

La lutte pour le pouvoir continue

Parmi les derniers documents finlandais reflétant les questions de stratégie militaire, on peut distinguer : le rapport du gouvernement sur la politique étrangère et de sécurité de la Finlande (septembre 2016) et le rapport du gouvernement sur la politique de défense (juillet 2017). Les deux rapports mentionnent le renforcement de la présence militaire des pays de la région de la mer Baltique depuis le début et appellent les dirigeants finlandais à suivre la même voie. L'OTAN continue d'être considérée comme une source de stabilité dans le sous-continent européen et la coopération avec l'Alliance est perçue positivement (le mécanisme de partenariat offrant de meilleures possibilités de dialogue et de coopération, qui inclut la Finlande et la Suède, est mentionné). La stratégie souligne que le pays est sorti des alliances militaires. Toutefois, "en suivant de près l'évolution de la situation en matière de sécurité, la Finlande conserve la possibilité d'adhérer à l'OTAN".

hwp8mo4z26r41.jpg

Soldats finlandais en Afghanistan.

Par le prisme du conflit militaire en Syrie, les forces armées russes sont très appréciées: les Finlandais soulignent la capacité de Moscou à répondre rapidement et efficacement aux défis de l'ordre mondial. La Russie est activement engagée dans le développement de nouveaux types d'armes et se concentre sur les armes de haute précision, les troupes de réaction rapide, les véhicules aériens sans pilote, les armes nucléaires et les nouveaux moyens de commandement et de renseignement. Mais parallèlement aux louanges adressées à l'armée russe, on craint que la Russie "cherche à défier les capacités et les intentions de l'OTAN de protéger les pays baltes et d'Europe orientale en cas de conflit militaire". Le rapport sur la politique étrangère s'est avéré un peu plus objectif : la base du renforcement de la puissance militaire de la Russie est le mépris de l'Occident pour les intérêts nationaux de la Russie. Une autre preuve de la culture politique démocratique de la Finlande est le fait que des déclarations audacieuses sur l'imprévisibilité de la politique étrangère russe, le non-respect du droit international par la Russie et la faiblesse de l'économie des ressources coexistent harmonieusement avec des appels au renforcement des liens transfrontaliers, à l'élargissement des contacts dans le domaine de l'énergie, à une étude plus approfondie et plus diversifiée de la Russie et à des contacts directs entre les citoyens. Les titres des paragraphes sont également frappants : si les mots "approfondissement" et "développement" sont utilisés en relation avec les États-Unis et l'OTAN, dans le cas de la Russie, un terme neutre est simplement utilisé : "importance".

Un autre document du ministère finlandais de la Défense - "Aperçu de l'avenir. La sécurité et la défense sont la base de la prospérité finlandaise" (juin 2018). Les stratèges finlandais ont souligné le danger croissant de la résolution des conflits par la force. Naturellement, on mentionne l'amélioration technique des forces armées et les exigences accrues en matière de formation du personnel, l'expansion de la coopération avec les États étrangers pour résoudre les problèmes communs et la formation de systèmes de défense collective, et la base de la défense du pays reste universelle. le service militaire et la volonté de défendre la patrie. La Russie n'en est pas exempte : sa puissance militaire croissante est également mentionnée ici, mais elle est aussi dictée par des raisons objectives de renforcement de la sécurité nationale. Une éventuelle adhésion à l'OTAN est discutée comme auparavant : La Finlande suivra de près la politique d'expansion de l'OTAN et se réserve la possibilité de rejoindre le bloc. Mais l'Alliance est toujours mentionnée avec l'Union européenne et l'ONU : les stratèges finlandais déclarent un format global pour la résolution des crises, sans prépondérance dans une seule direction.

Pendant ce temps, la population finlandaise conserve une attitude négative à l'égard d'une éventuelle adhésion à l'OTAN : en 2017, le pourcentage de personnes opposées à l'OTAN était compris entre 51 % et 53 %, et le nombre de ceux qui souhaitent organiser un référendum sur cette question a diminué de 63 % à 54 %. Le soutien à l'OTAN oscille autour de 20 %. En 2019, les chiffres restent les mêmes. Mais il ne faut pas oublier l'attitude positive des réservistes finlandais à l'égard de l'OTAN : seul un tiers d'entre eux y est opposé.

Le président S. Niinistö lui-même s'efforce de rester neutre, mais il n'oublie pas de désigner l'Union européenne comme l'orientation principale de sa politique étrangère. Dans le même temps, en 2017 et 2018, il a regretté que l'UE soit plus faible que jamais et que les présidents de la Fédération de Russie et des États-Unis discutent des affaires européennes sans sa participation. Sur la question de l'OTAN, il a maintenu la ligne de neutralité, bien qu'il n'ait pas nié la possibilité de rejoindre le bloc. En septembre 2018, le président a refusé de rejoindre l'Alliance, préférant développer de bonnes relations commerciales avec Moscou et comprenant la réaction possible de la Russie à une telle démarche. Le nouveau ministre de la défense, Antti Kaikkonen, est également neutre et affirme qu'il ne considère pas la Russie comme une menace.

Le statut de Partenaires de l'OTAN aux possibilités accrues de la Suède et de la Finlande leur a permis de participer aux procédures de travail de l'OTAN sur un pied d'égalité avec les Alliés. La Suède et la Finlande s'engagent à poursuivre la coopération avec l'OTAN avec un haut degré de volonté politique. La Finlande ne nie pas non plus l'implication de l'OTAN dans un éventuel conflit militaire dans la région de la mer Baltique.

Il est important que la Finlande maintienne sa position militaire et politique actuelle, car sa coopération avec l'OTAN en tant que pays non aligné est du plus haut niveau, et son statut de neutralité et ses bonnes relations avec les États voisins protègent le pays de la génération d'un conflit potentiel dans la région de la mer Baltique et d'un éventuel mécontentement du public quant aux conséquences de l'adhésion au bloc. Il n'est pas dans l'intérêt de la Finlande de faire de l'Europe du Nord une autre région de contradictions entre les puissances : tout mouvement vers l'OTAN impliquera nécessairement une réponse russe.

NOTES:

1 . Jussila O., Khentilya S., Nevakivi J. Historia política de Finlandia 1809-2009./Prólogo. Yu.S. Deryabin. - M.: Editorial "Ves Mir", 2010. - S. 291.

2 . Sinkkonen V., Vogt H. (toim.). Utopia ulkopolitiikassa: sarja visioita suomen asemasta maailmassa. // Ministerio ulkoasiático julkaisuja 03/2014. — Pág. 14.

3 . Knudsen F. Olav. Estrategias de seguridad, disparidad de poder e identidad: la región del mar Báltico. - Ashgate Publishing Group, 2007. - Pág. 52.

4 . Pesonen P., Riihinen O. Finlandia dinámica. (Traducido por A. Rupasov) - San Petersburgo - Editorial de la Casa Europea, 2007. - P. 338.

5 . Norte de Europa. Región de Nuevo Desarrollo / Ed. Yu.S, Deryabina, N.M. Antyushina. - M.: Editorial "Ves Mir", 2008. - S. 422.

6 _ Política finlandesa de seguridad y defensa 2001. Informe del Gobierno al Parlamento el 13.06.2001. // Puolutustusministerio. URL: http://www.defmin.fi/files/1149/InEnglish.pdf . Fecha de acceso: 26.02.2016.

7 . Ojanen H.. EU:n puolustuspolitiikka ja suhteet Natoon: tervetullutta kilpailua. // Informe UPI 3/2003. - Pág. 8-12.

8 _ Ervasti P., Jaakso J. Karhun naapurista NATON kainaloon. - WSOY, Heelsinki, 2002. - S. 127.

9 _ Krohn E. 51 hyvää syytä sanoa Natolle kiitos ei. - Helsinki: Suomen rauhanpuolustajat, 2003. - S. 23-45.

10 _ Norte de Europa. Región de Nuevo Desarrollo / Ed. Yu.S, Deryabina, N.M. Antyushina. - M.: Editorial "Ves Mir", 2008. - S. 427

11 _ Allá. págs. 427-428.

12 _ Novikova I. N. Finlandia y la OTAN: ¿“matrimonio civil”? // Trabajos científicos de la Academia de Administración Pública del Noroeste. 2011. V.2. Tema. 2.- C. 85-86.

13 _ Novikova I. N. Finlandia y la OTAN: ¿“matrimonio civil”? // Trabajos científicos de la Academia de Administración Pública del Noroeste. 2011. V.2. Tema. 2.- C.88.

mardi, 02 août 2022

Yémen: un pays rasé

28563604-28104528.jpg

Yémen: un pays rasé

par le Blocco Studentesco

SOURCE : https://www.bloccostudentesco.org/2022/07/27/bs-yemen-penisola-rasa-al-suolo/

Après plus de 7 ans de conflit au Yémen, peu de projecteurs sont braqués sur cette périphérie oubliée du monde, victime d'un conflit dont le bilan est désormais de 4 millions de personnes déplacées et de plus de 377.000 morts et qui a provoqué l'une des plus grandes crises mondiales.

S'ajoute au drame la crise alimentaire sans précédent qui, selon les données, compte 18 millions de personnes exposées au risque de malnutrition.

On estime que 17,8 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable et à des installations sanitaires adéquates, et que 21,9 millions n'ont pas accès aux soins de santé de base.

Le 2 avril 2022, une proposition de cessez-le-feu de l'ONU est entrée en vigueur au Yémen, permettant la suspension des attaques saoudiennes. La trêve marque le premier accord mondial dans une guerre qui a décimé un peuple et provoqué une famine.

236f8094-0001-0004-0000-000001183898_w718_r1.131578947368421_fpx39.77_fpy55.01.jpg

Selon le président Biden, il est impératif que cette guerre prenne fin.

En effet, l'administration du leader réfléchissait déjà depuis un certain temps sur une éventuelle levée de l'interdiction des ventes d'armes américaines à l'Arabie saoudite.

Nous savons en réalité que dès le début de la guerre, il était largement documenté comment la coalition dirigée par l'Arabie saoudite avait utilisé des armes américaines pour commettre des crimes de guerre, montrant ainsi de grandes lacunes dans la surveillance par le gouvernement américain de l'utilisation des armes vendues à l'Arabie saoudite et se révélant, pour la énième fois, complice et responsable des crimes commis par l'Arabie saoudite.

Depuis 2015, les États-Unis ont fourni à l'Arabie saoudite des milliards de dollars d'armes, ainsi que des formations et un soutien logistique. Des armes et des ressources utilisées dans au moins 21 attaques contre des zones peuplées, donc des violations du droit humanitaire international.

Plus un abus qu'une guerre, le conflit du Yémen s'avère, selon l'ONU, souffrir de la plus grande crise humanitaire au monde à ce jour. Sept ans après le déclenchement du conflit, des dommages très importants sont encore infligés à la population, qui a été précipitée dans l'oubli par les affres de la guerre.

niños-soldado-yemen.jpg

L'impact du conflit a provoqué et provoque encore la faim et la propagation de maladies, comme ce fut le cas en 2015 suite à la pire épidémie de choléra au monde.

L'épidémie de choléra est la conséquence directe de deux années de conflit interne sanglant.

L'effondrement des systèmes d'eau et d'assainissement a privé 14,5 millions d'habitants d'un accès quotidien à l'eau potable et à des installations sanitaires adéquates, favorisant ainsi la propagation des vecteurs d'infection.

Le cessez-le-feu national a été renouvelé le 2 août et a permis d'accroître l'aide humanitaire dont dépendent 75 % de la population et 90 % des importations alimentaires.

À l'heure actuelle, les États-Unis condamnent les crimes de guerre commis par la Russie en Ukraine, mais continuent de soutenir fidèlement la coalition agissant au Yémen, qui continue de commettre de graves violations des droits de l'homme et de violer la Convention de Genève.

Le Yémen est une terre qui ne connaît pas la paix, plongée qu'elle est dans la guerre, la maladie et la famine, qui est victime d'abus politiques qui coûtent la vie non seulement aux enfants et aux femmes, mais aussi aux universitaires, aux militants des droits de l'homme, à tous ceux qui s'expriment en faveur du peuple yéménite, et qui sont réduits au silence parce qu'accusés de crimes capitaux.

Groupes de réflexion globalistes

IPIdesignthinktank2.png

Groupes de réflexion globalistes

par le Groupe de réflexion Katehon

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/global-think-tanks?fbclid=IwAR3aFN5lqFgn5RFRESRrK4Ai4ij9rNkCuGkgDkineQG0vQBWUZ1yo3ecamo

Dans le monde d'aujourd'hui, les think tanks jouent un rôle important dans l'élaboration des programmes politiques. Cet essai décrit brièvement certains de ces types d'organisations.

La plupart des think tanks sont des organisations non gouvernementales, mais certains sont des institutions semi-autonomes au sein de gouvernements ou d'autres structures politiques, commerciales ou militaires.

Les think tanks publient des articles, des études ou même des projets de loi sur des questions politiques ou sociales. Ceux-ci sont ensuite utilisés par les gouvernements, les entreprises, les organisations de médias, les mouvements sociaux ou d'autres groupes.

Les think tanks vont de ceux associés au monde universitaire et à la recherche à ceux ouvertement idéologiques qui insistent sur une politique particulière.

Les générations ultérieures de think tanks ont eu tendance à avoir une orientation plus idéologique. Les think tanks modernes sont apparus comme phénomène au Royaume-Uni entre le 19ème et le début du 20ème siècle. Avant 1945, ils avaient tendance à se concentrer sur les questions économiques liées à l'industrialisation et à l'urbanisation. Pendant la guerre froide, de nombreux think tanks ont été créés dans les pays occidentaux, qui ont souvent orienté la politique gouvernementale. Plus de la moitié de tous les think tanks existant aujourd'hui ont été créés après 1980.

visuel_ifri_40_ans_avec_vignette_bleue.png

Les think tanks français

L'Institut français des relations internationales (IFRI), fondé en 1979, est le troisième plus ancien think tank d'Europe occidentale, après le Royal Institute for International Relations (Royaume-Uni, 1920) et le Stockholm International Peace Research Institute (Suède, 1960). Les principaux objectifs de l'IFRI sont le développement de la recherche appliquée en matière de politique publique sur les questions internationales et la promotion d'un dialogue constructif entre chercheurs, praticiens et leaders d'opinion.

La France abrite également l'Institut d'études de sécurité de l'Union européenne (EUISS), l'Agence de l'Union européenne basée à Paris et un groupe de réflexion qui étudie les questions de sécurité. Il existe également plusieurs groupes de réflexion axés sur le développement des entreprises, notamment la Fondation Concorde à Paris. Cette fondation vise à améliorer la compétitivité des petites et moyennes entreprises françaises et tente de relancer l'esprit d'entreprise en France.

Les principaux think tanks de gauche en France sont la Fondation Jean Jaurès, structurellement liée au Parti socialiste français, et le think tank indépendant de gauche Terra Nova. Ce dernier rapporte et analyse les questions de politique publique actuelles dans une perspective "progressiste" et contribue au renouvellement intellectuel de la social-démocratie.

GenerationLibre est un autre important think tank français, fondé par Gaspar Koenig en 2013. L'organisation est indépendante de tous les partis politiques. Le think tank vise à promouvoir les libertés en France en matière de droits fondamentaux, d'économie et de questions sociales. GenerationLibre est décrite comme une organisation capable de se rapprocher de la droite sur les questions de libre entreprise et de réglementation et de la gauche sur des questions telles que le revenu de base, le mariage homosexuel et la légalisation de la marijuana.

Lgogo3.png

Les think tanks allemands

En Allemagne, les partis politiques sont étroitement liés à des fondations de recherche qui jouent un rôle dans l'élaboration des politiques. Ces fondations comprennent la Fondation Konrad-Adenauer (Union chrétienne-démocrate), la Fondation Friedrich Ebert (Parti social-démocrate), la Hans-Seidel-Stiftung (Union chrétienne-sociale), la Fondation Heinrich Böll (affiliée aux Verts), la Fondation Friedrich Naumann (affiliée au Parti démocratique libre) et la Fondation Rosa Luxemburg.

L'Institut allemand pour les affaires internationales et de sécurité est un groupe de réflexion traitant des questions de politique étrangère.

La Communauté atlantique est un autre groupe de réflexion. Selon ses fondateurs, il s'agit d'"une organisation indépendante, non partisane et à but non lucratif, établie en tant que projet commun de l'Initiative atlantique e.v. et de l'Initiative atlantique des États-Unis".

L'Institut pour la politique des médias et de la communication traite des questions relatives aux médias.

Transparency International est un groupe de réflexion qui étudie le rôle de la corruption des entreprises et des politiques dans le développement international.

22c02097e4438bd2f2f3fe4a6a3ab0e1_XL.jpg

Groupes de réflexion britanniques

Le rôle des think tanks au Royaume-Uni est le même qu'aux États-Unis : ils cherchent à façonner la politique intérieure et étrangère du pays. Il existe une collaboration entre les think tanks britanniques et américains. Par exemple, le Royal Institute of International Affairs, basé à Londres, et le Council on Foreign Relations ont été créés lors de la Conférence de paix de Paris en 1919 et sont restés des organisations "liées".

Le Bow Group, fondé en 1951, est le plus ancien groupe de réflexion de centre-droit et nombre de ses membres continuent de siéger au Parlement britannique ou au Parlement européen. Parmi les précédents présidents, on compte le leader du Parti conservateur Michael Howard, le ministre du gouvernement de Margaret Thatcher Geoffrey Howe, le chancelier de l'Échiquier Norman Lamont et l'ancien président de British Telecom Christopher Bland.

Un certain nombre de groupes de réflexion influents de centre-droit ont vu le jour depuis 2000, notamment le Policy Exchange, le Centre for Social Justice et, plus récemment, Onward.

Les groupes de réflexion russes

Selon l'Institute for Foreign Policy Studies, il existe 112 think tanks en Russie, dont certains ont occupé quatre des dix premières places du classement 2011 des "trente meilleurs think tanks d'Europe centrale et orientale".

Importants think tanks russes :

        - Centre d'analyse du gouvernement de la Fédération de Russie ;

        - Centre Carnegie à Moscou ;

        - Institut d'études américaines et canadiennes ;

        - Institut de l'économie mondiale et des relations internationales ;

        - Institut d'État des relations internationales de Moscou.

thumb_5187_default_big.png

Think tanks américains

Le plus ancien think tank américain est la Carnegie Endowment for International Peace, fondée en 1910. D'autres organisations du début du 20ème siècle aujourd'hui classées comme think tanks sont la Hoover Institution (1919), la Twentieth Century Foundation (1919), le National Bureau of Economic Research (1920), le Council on Foreign Relations (1921) et le Social Science Research Council (1923). La Grande Dépression et ses conséquences ont donné naissance à plusieurs groupes de réflexion économique. Parmi eux, la National Planning Association (1934), la Tax Foundation (1937) et le Committee for Economic Development (1943).

En collaboration avec la Douglas Aircraft Company, l'armée de l'air a créé la RAND Corporation en 1946 pour développer la technologie des armes et l'analyse de la défense stratégique.

Le Hudson Institute, un groupe de réflexion américain conservateur, a été fondé en 1961 par le futurologue et stratège militaire Herman Kahn et ses collègues de la RAND Corporation. Parmi ses membres récents, on compte Mike Pompeo, secrétaire d'État sous Donald Trump.

Plus récemment, des groupes de réflexion "progressistes" et libéraux ont été créés. Il s'agit notamment du Centre for American Progress et du Centre for Research on Access to Education and Leadership (CREAL). Cette organisation entretient des liens étroits avec l'ancien président américain Barack Obama et d'autres démocrates.

Conclusions

En Russie, cependant, les think tanks ne sont pas financés dans la même mesure que dans les pays occidentaux. De plus, le Centre Carnegie de Moscou est lui-même affilié à un centre basé aux États-Unis et agit, en fait, comme un agent d'influence extérieure. Par le passé, les fondations et les gouvernements occidentaux ont généreusement financé d'autres groupes de réflexion russes dans les universités et à l'Académie des sciences pour les utiliser comme instruments de leur influence. Bien sûr, la loi sur les agents étrangers a permis de séparer le bon grain de l'ivraie et de protéger le pays contre toute nouvelle manipulation et influence informationnelle et idéologique de l'Occident. Cependant, ce n'est pas suffisant. Les think tanks patriotiques doivent être soutenus au niveau approprié afin qu'ils puissent mener leur travail de manière systématique et stratégique.

19:11 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, think tanks, politique internationale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 31 juillet 2022

L'opération militaire spéciale et la notion de guerre juste

Garde-suisse_Serment.jpg

L'opération militaire spéciale et la notion de guerre juste

Un point de vue russe sur la guerre d'Ukraine et sur le ius fetiale de la Rome antique

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/svo-i-ponyatie-spravedlivoy-voyny

Tous les conflits qui ont opposé des peuples et des États ont toujours soulevé la question fondamentale : de quel côté se trouve la justice ? Dans certains cas, comme l'attaque de l'Allemagne nazie contre l'Union soviétique, il est tout à fait évident que la justice était du côté de l'URSS, bien qu'à ce jour, il existe des révisionnistes et des falsificateurs qui cherchent à trouver des fautes dans les actions de l'Union soviétique. Mais il y a aussi des moments controversés dans l'histoire, où une succession d'événements historiques a rendu moins claires les positions des parties opposées. De même, un sujet important a toujours été : la guerre offensive peut-elle être une guerre juste, ou cela ne concerne-t-il que les actions défensives ? Par exemple, selon les documents de l'ONU, seule la guerre défensive est une guerre juste, bien qu'il existe un certain nombre de réserves, allant des forces de maintien de la paix aux résolutions spéciales qui donnent essentiellement carte blanche pour faire la guerre. Un tel exemple est la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU du 17 mars 2011 concernant la Libye. Le document réglementait l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne, mais libérait effectivement les mains de l'OTAN pour les frappes sur le territoire libyen et le soutien aux terroristes. Dans l'ensemble, l'ONU a perdu depuis longtemps sa crédibilité en tant qu'organisation de dernier recours en matière de droit international, et des précédents ont été créés par les pays occidentaux (l'agression de l'OTAN contre la Yougoslavie en 1999 et l'occupation de l'Irak par les forces américaines en 2003).

Coalition_action_against_Libya-en.svg.png

Dans ce contexte, une opération militaire spéciale en Ukraine est particulièrement pertinente, d'autant plus que les politiciens occidentaux tentent constamment d'accuser la Russie non seulement d'"agression" et de "guerre hybride mondiale", mais voient aussi souvent la dénazification de l'Ukraine comme une sorte de prologue à d'autres guerres en Europe. Bien que si l'on suit la jurisprudence des États-Unis et de l'UE, aucune question ne devrait être posée à la Russie, ni sur la Crimée, ni sur l'opération militaire spéciale lancée le 24 février 2022.

Bien sûr, les notions de justice peuvent être différentes en Occident et dans d'autres parties du monde, tout comme les valeurs en vertu desquelles l'UE représente aujourd'hui une politique d'imposition du mariage homosexuel et de perversions similaires. Néanmoins, pour le sujet de la justice, il existe un certain critère qui a des propriétés universelles - celui du droit romain. Hugo Grotius, lorsqu'il a développé le concept de guerre juste, était principalement guidé par le droit romain. Mais avant lui, les mêmes vues ont été exprimées par Augustin, qui faisait appel à une vision chrétienne du monde.

saint-augustine-5.jpg

ea16c444-419a-4981-a2fa-e3059052b0ae.jpg

Saint Augustin & Grotius

Cependant, si l'on considère la question de la guerre juste dans une rétrospective historique plus longue, on tombe sur une coutume romaine plus ancienne, une sorte de prototype du ius ad bellum et du ius in bello, à savoir le droit sacerdotal, dit fetial, le ius fetiale, qui réglementait la conduite des guerres. Selon Cicéron, le ius fetiale était un ensemble de règles religieuses et juridiques, caractéristiques de la communauté romaine, qui régissaient les relations entre les Romains et les étrangers, que les anciens Quirites (citoyens de Rome) considéraient comme des ennemis (hostes).

Les juges étaient membres d'un conseil de vingt patriciens, chargés d'appliquer le ius fetiale, pierre angulaire des relations internationales de leur époque ; ils étaient chargés de déclarer la guerre, de faire la paix et de conclure des traités, ainsi que de faire valoir des revendications et de les régler. Ils agissaient comme des parlementaires, se rendant dans l'autre camp lorsqu'il était nécessaire d'exiger une satisfaction si un traité avait été violé. S'ils refusaient, ils avaient le pouvoir de déclarer la guerre. Dans un tel cas, le pater patratus (père de la troupe, c'est-à-dire le chef du conseil des prêtres fetiales) se rendait à la frontière de la terre du contrevenant et, en présence de témoins, jetait une lance tachée de sang sur la terre, en prononçant une formule de déclaration de guerre. Au fil du temps, cette pratique s'est transformée. La fonction d'ambassadeur est reprise par des légats nommés par le Sénat. Pendant la période impériale, le rôle de pater patratus a commencé à être exercé par les empereurs eux-mêmes. Selon Pierangelo Catalano, les normes et principes du ius fetiale avaient une valeur juridique également à l'égard des peuples avec lesquels Rome n'avait pas de traité. Il s'agissait donc d'une pratique universelle.

Bien que les États-Unis tentent de se positionner en tant qu'héritier de la tradition romaine, tant sur le plan esthétique (exprimé, par exemple, dans l'architecture du Capitole ou le symbole de l'aigle) que sur le plan juridique (du format du Sénat à l'imitation des traditions impériales), il est évident que sur ce dernier point, nous voyons plutôt un simulacre, une imitation des fondements antiques sans justification appropriée avec une manipulation évidente au profit de certains groupes. Il est évident que si les néoconservateurs n'avaient pas été au pouvoir sous George W. Bush, il n'y aurait pas eu d'invasion de l'Irak, tout comme il n'y aurait pas eu d'invasion du Panama en 1989, s'il n'y avait pas eu la crise politique associée à l'élection (Washington a depuis habilement utilisé et même provoqué de telles crises, qui ont été appelées révolutions de couleur).

Auparavant, une provocation dans le golfe du Tonkin en 1964 a conduit à la guerre du Vietnam, que les États-Unis ont perdue avec honte. Et l'agression contre l'Irak en 2003 n'avait aucune justification. Bien que la rhétorique politique des premières personnalités des USA ait eu des nuances évidentes de divinité, au moins pour se rappeler les mots de Bush que, ostensiblement, Dieu lui a dit de frapper l'Irak. La rhétorique actuelle des dirigeants américains est davantage basée sur les droits de l'homme et la dissuasion pour protéger les intérêts nationaux (avec la Russie, la Chine, la Corée du Nord et l'Iran comme adversaires), tout en impliquant la nécessité de préserver la grandeur impériale américaine et le droit inconditionnel pour Washington de déterminer quelles actions sont acceptables et lesquelles ne le sont pas.

Cependant, la Russie a davantage le droit de se considérer comme l'héritière de la tradition romaine. Les appels réguliers lancés à l'Ukraine par les dirigeants russes pour mettre fin à la violence contre les habitants du Donbass portent bien l'esprit du ius fetiale. Et la signature d'accords avec la DNR et la LNR le 23 février 2022 a légitimé le recours à la force militaire contre l'Ukraine, tout comme dans la Rome antique, une aide était apportée aux alliés contre les forces considérées comme délinquantes. Bien que les relations diplomatiques aient été rompues entre l'Ukraine et la Russie à la veille de l'opération militaire spéciale, nous savons que le ius fetiale s'applique également aux parties avec lesquelles il n'y avait pas de traité.

Ainsi, une série de discours du président russe Vladimir Poutine dans les jours précédant l'opération est devenue une lance métaphorique trempée dans le sang que le pater patratus a lancée sur le territoire ukrainien. Comme nous pouvons le constater, ils ont été traités sans l'attention nécessaire tant en Ukraine qu'à l'Ouest, tout comme les avertissements de décembre 2021 concernant l'expansion de l'OTAN ont reçu une réponse correspondante (les propositions de Moscou aux États-Unis de négocier une nouvelle architecture de sécurité européenne ont été ignorées). Incidemment, la formule Moscou-Troisième Rome acquiert ainsi une dimension supplémentaire. Après tout, l'ius fetiale est tout à fait applicable aux autres hostes, que nous avons maintenant définis comme des pays inamicaux.

samedi, 30 juillet 2022

Sur les visions changeantes de l'ennemi en Occident

white-chess-horse-near-his-king-black-pieces-enemy-dramatic-chess-game-white-black-chessboard-cells-170758536.jpg

Sur les visions changeantes de l'ennemi en Occident

Jürgen Todenhöfer

Source: https://www.nachdenkseiten.de/?p=86365

La haine du emainstream nvers la Russie facilite la vie de l'Occident. Lorsque la Russie est le mal, il est beaucoup plus facile de présenter ses propres guerres comme une lutte courageuse pour les droits de l'homme et la démocratie. Nous sommes alors toujours les bons, qui doivent parfois être sévères envers les méchants.

Ainsi, après la Seconde Guerre mondiale, l'Union soviétique communiste était l'ennemie préférée de l'Occident, ce qui a grandement facilité les guerres barbares menées simultanément par les États-Unis en Corée et au Vietnam. Nous, les bons, luttions contre un mal inexcusable, qui nous faisait toujours la faveur de ne pas reculer non plus devant la brutalité.

Lorsque l'Union soviétique s'est effondrée au début des années 1990, l'Islam est devenu le nouvel ennemi. Le prétexte invoqué était alors l'attaque terroriste, diaboliquement géniale, contre le World Trade Center le 11 septembre 2001. Le nombre de victimes du terrorisme "islamiste" en Occident est toujours inférieur à 5.000 - y compris les morts du 9/11 - alors que les guerres antiterroristes occidentales ont tué des centaines de milliers de civils musulmans. L'Islam - et pas seulement la terreur islamiste - a été un ennemi extrêmement efficace. Plus d'une demi-douzaine de guerres sanglantes ont été justifiées par lui.

Comme les guerres antiterroristes se terminaient toutes de manière assez chaotique et souvent par une défaite, elles commençaient à ennuyer l'électorat américain. Il fallait donc trouver une autre image de l'ennemi.

Le choix s'est porté sur la Russie, qui, comme tous les "ennemis" précédents, a finalement fourni aux États-Unis un prétexte parfait. Provoquée pendant des années par les États-Unis à coup de sanctions et de promesses non tenues, elle a envahi l'Ukraine en février 2022.

Pour les États-Unis, cette guerre est arrivée à point nommé. Ils n'ont toujours pas de stratégie convaincante face à leur principal rival, la Chine. L'élimination de la Russie, le principal allié potentiel de la Chine, affaiblirait également cette dernière, ce qui serait en tout cas un objectif intermédiaire souhaitable dans la lutte pour défendre l'hégémonisme mondial des Etats-Unis.

R54DNWS5ZII6LBSSDHL5DIRVQ4.jpg

En exerçant une pression douce, les États-Unis ont réussi à convaincre les Européens de livrer des armes à l'Ukraine. Mais leur coup de génie a été d'inciter les Européens à prendre des sanctions qui leur faisaient plus de mal qu'à la Russie. Cela n'a pas seulement affaibli le rival russe, mais aussi les alliés européens, dont les succès économiques n'ont pas toujours fait le bonheur des États-Unis.

Les États-Unis et l'OTAN, qu'ils dominent, ont également réussi à faire passer la Russie, puissance moyenne, pour un géant militaire, ce qui est un coup de génie. Bien que le budget militaire de l'OTAN soit 17,9 fois plus élevé que le budget d'armement de la Russie, qui a désarmé ces dernières années pour des raisons économiques (1180 milliards contre 65,9 milliards de dollars).

Il aurait été du devoir des médias occidentaux de montrer les véritables rapports de force. Mais la plupart des médias occidentaux, comme les médias russes par exemple, se considèrent comme faisant partie du système et non comme le contrôlant. Ainsi, selon nos médias, ce sont toujours les soldats russes qui tuent, violent et torturent, jamais les Ukrainiens.

Sans le soutien des médias dominants, l'invention d'images de l'ennemi et la multiplication des guerres dans le monde ne seraient pas possibles.

Il n'est pas difficile de deviner qui sera le prochain ennemi. La Chine a de bonnes chances de jouer ce rôle dangereux dans les relations internationales. On trouvera bien un prétexte au bon moment. Comme lors des légendaires guerres de l'opium de 1840 et 1842, lorsque la Grande-Bretagne et la France ont envahi la Chine parce que l'empereur chinois refusait d'importer des quantités croissantes d'opium britannique.

Les NachDenkSeiten sont importantes pour la formation d'une opinion critique, nous sommes très, très nombreux à le dire - mais elles coûtent aussi de l'argent et c'est pourquoi nous vous demandons, chers lecteurs, de les soutenir: https://www.nachdenkseiten.de/ .

Merci de tout cœur !

Deux axes qui modifient la géopolitique mondiale : Russie-Chine-Iran et Russie-Iran-Inde

AP_282198654393-e1577450636281.jpg

Deux axes qui modifient la géopolitique mondiale: Russie-Chine-Iran et Russie-Iran-Inde

Alfredo Jalife-Rahme,

Analyste géopolitique, auteur et conférencier

Source: https://geopol.pt/2022/07/24/dois-eixos-que-deslocam-a-ge...

L'Iran se positionne désormais comme un centre (une intersection) entre deux axes futuristes, l'un de nature géopolitique (avec la Chine) et l'autre de nature géoéconomique (avec l'Inde) et entre trois superpuissances convergentes (le RIC : Russie-Inde-Chine)

Dans sa sombre oraison funèbre, au lieu de donner une conférence à la Ditchley Foundation, l'ancien Premier ministre britannique méga-polémique Tony Blair (TB), au bord de la dépression mentale et dans le cadre de son schéma bipolaire simpliste entre les États-Unis et la Chine - sans la Russie - a exposé le partenariat stratégique du binôme désormais indissoluble de la Chine et de la Russie, auquel s'ajouterait l'Iran (bit.ly/3vvn3Zl).

Tony Blair a laissé l'Inde et l'Indonésie (la plus grande population islamique du monde) flotter dans le vague, ce qui n'augure rien de bon pour eux de la part de la perfide Albion.

41yzOugMNkL.jpg

On pourrait arguer que l'axe Russie-Chine-Iran est plus géostratégique, lorsque l'Iran entretient simultanément des relations optimales avec la Chine et la Russie - sans parler de l'Inde - malgré l'épée de Damoclès tranchante des sanctions américaines et la menace permanente d'une attaque d'Israël qui, avec l'appui de Washington, exerce unilatéralement un monopole sur 250 bombes nucléaires au Moyen-Orient.

La récente visite de haut niveau du président russe Vladimir Poutine à Téhéran (sa cinquième visite, ce qui est significatif) - pour assister au sommet trilatéral avec le sultan Erdogan de Turquie dans le cadre du "format Astana (bit.ly/3czsIXB)" destiné à résoudre le conflit syrien - a marqué un accord historique de 40 milliards de dollars sur les hydrocarbures (bit.ly/3oks42G).

Le Global Times de Chine rapporte que la visite de Poutine à Téhéran est un revers majeur pour le camp occidental qui fait suite au voyage de Biden, qui est revenu du Moyen-Orient les mains vides - incapable de créer une OTAN arabe, c'est-à-dire un front contre l'Iran, et pire, incapable d'augmenter la production de pétrole des six pétromonarchies du Conseil de coopération du Golfe, dirigé par l'Arabie saoudite (bit.ly/3B9lDHi).

L'Iran vient de rejoindre le Groupe géostratégique de Shanghai (bit.ly/3IYrKQz) et a demandé à adhérer aux BRICS à l'initiative du chef suprême de la théocratie chiite, l'ayatollah Khamenei, et de son président Ebrahim Raisi.

Le très médiocre conseiller à la sécurité nationale de Biden, Jake Sullivan, affirme que l'Iran prévoit de livrer des centaines de drones de combat à la Russie (bit.ly/3yUBnLE), tandis qu'un autre conseiller accro à la russophobie incoercible, Anshel Pfeffer, exagère en affirmant que "Poutine a perdu la guerre des drones" et en expliquant "comment l'Iran peut l'aider en Ukraine (bit.ly/3yYZZ3i6)".

Deux points saillants qui ont attiré mon attention sont 1. le déclassement progressif de la Turquie, toujours membre de l'OTAN, et de l'Iran, et 2. le très importantes corridor de transport géoéconomique Nord-Sud - par terre, rail et mer (INSTC), de 7200 km reliant la Russie et l'Inde à travers l'Iran et l'Azerbaïdjan en passant par la mer Caspienne (bit.ly/3oj19EB).

Selon les évaluations du PIB nominal posées par le FMI, l'Iran se classe désormais au 14e rang, malgré les sanctions américaines dévastatrices, avec 1,74 trillion de dollars, devant l'Espagne et derrière l'Australie, tandis que la Turquie est tombée au 23e rang avec 692,38 milliards de dollars, ce qui a nui à la valeur de la livre turque.

Selon Bloomberg, la Türkye (son nouveau nom) cherche à abandonner le dollar dans ses paiements pour l'énergie russe, ce qui "pourrait ralentir le déclin de ses réserves (bloom.bg/3BbITok)".

169791052.jpg

La nouvelle route de l'Inde vers la Russie, via l'Iran et l'Azerbaïdjan, réduira de moitié le poids de la logistique actuelle.

L'INSTC (bit.ly/3Pqzqxn) offre la connectivité la plus courte entre l'Inde et la Russie, ce qui réduira leurs coûts logistiques et le temps de transport.

L'Azerbaïdjan et l'Iran ont également conclu un nouvel accord de transport (bit.ly/3v6nfxC) qui permettra de relier la Russie et l'Inde et fait donc partie de l'INSTC.

L'Iran se positionne ainsi comme un centre (un carrefour) de deux axes futuristes, l'un géopolitique (avec la Chine) et l'autre géoéconomique (avec l'Inde), avec trois superpuissances convergentes (le RIC : Russie-Inde-Chine), tandis que la Turquie, membre de l'OTAN, réfléchit à son dilemme existentiel : rester dans un bloc occidental qui la dédaigne ou renouer avec son glorieux passé de Moyen-Orient-Asie centrale.

La loi Macron pour "augmenter le pouvoir d'achat" - L'agenda néolibéral se poursuit en France

53577_92597_OhJKDo.jpg

La loi Macron pour "augmenter le pouvoir d'achat" - L'agenda néolibéral se poursuit en France

Par Sebastian Chwala

Source: https://geopol.pt/2022/07/28/lei-de-macron-para-aumentar-...

Après avoir perdu sa majorité parlementaire au profit de l'alliance électorale, le parti "Ensemble pour la majorité présidentielle" du président français Emmanuel Macron est confronté à un sérieux problème. Les "Macronistes" ont besoin d'emprunter des voix à d'autres groupes parlementaires afin de mettre en œuvre leurs projets législatifs. Le premier paquet législatif de Macron, qui promettait entre autres aux Français une prétendue augmentation de leur pouvoir d'achat, a été adopté cette semaine. Le président français pourrait compter sur les votes du Rassemblement national de Marine Le Pen

Dans les médias allemands, la loi Macron sur l'augmentation du pouvoir d'achat a été remarquée, mais le reportage s'est réduit au mieux à évoquer la suppression de la redevance pour la télévision d'État, qui a finalement été décidée. En vérité, cependant, il s'agissait d'un premier test de force entre le parlement et les "macronistes" et a montré que de véritables lignes de front existent entre le gouvernement nommé par Macron et les factions présentes au Parlement. Il est frappant de constater que seule l'alliance de gauche NUPES a constamment soulevé la question sociale et a voulu transformer les spéculateurs du coût de la vie en fanfarons socialement responsables. En revanche, les ultra-droitiers sous la forme du Rassemblement national (RN), qui a été massivement renforcé lors des élections législatives, ont joué le rôle attendu et ont déclaré leur soutien au modèle néolibéral de Macron.

Le pouvoir d'achat ne sera pas renforcé - l'accent est mis sur la compétitivité

L'annonce d'une loi pour le renforcement du pouvoir d'achat était la seule promesse concrète que la "majorité présidentielle" avait évoquée lors de la campagne électorale des législatives. Les projets de cette loi étaient donc attendus avec impatience. Certes, le projet de loi est tout à fait conforme à la ligne économique de Macron adoptée lors de la dernière législature. Avant tout, il faut sauver les entreprises, tandis que les coûts de la crise doivent être portés par les masses.

8-avril-2019-moi-ou-le-chaos-et-si-c-etait-les-deux-955x1024.jpg

Déjà au cours des deux dernières années de Covid, l'administration Macron a déboursé 100 milliards d'euros d'aide économique. En revanche, seuls 900 millions d'euros ont été consacrés à des mesures sociales visant à amortir l'impact de la crise sanitaire pour les personnes au bas de l'échelle sociale. En revanche, malgré la pandémie, les grandes entreprises françaises cotées en bourse ont réalisé des bénéfices records de l'ordre de 174 milliards d'euros en 2021. Alors que l'autorité nationale des statistiques menace d'une augmentation de l'inflation allant jusqu'à 7% d'ici la fin de l'année, les plans des "macronistes", en revanche, ne prévoient aucune augmentation de salaire pour les travailleurs.

Ils ne prévoient pas non plus de gel des prix de l'énergie ou des denrées alimentaires, ni de plafonnement des loyers. Les taux d'augmentation autorisés pour les hausses de loyer doivent être gelés à 3,5 % et compensés par une augmentation correspondante de l'allocation de logement. Dans la fonction publique, il y aura également une légère augmentation de salaire. Mais ici, les salaires nominaux sont déjà gelés depuis 2010. Une augmentation du pouvoir d'achat se présente différemment. De même, l'augmentation des prestations sociales restera inférieure au taux d'inflation; de plus, les bénéficiaires de prestations sociales ne recevront que de faibles paiements ponctuels après les vacances d'été.

Une augmentation significative du salaire minimum est résolument rejetée par les macronistes. La NUPES avait demandé une augmentation pour passer de 1.300 à 1.500 euros nets. Mais là aussi, le "macronisme" opte pour une autre voie. Au lieu d'une augmentation permanente des salaires réels, le camp présidentiel préconise des primes. Celles-ci devraient être exonérés d'impôts et de cotisations jusqu'à un montant de 6000 € jusqu'en 2024. Toutefois, les entreprises devraient être autorisées à les payer volontairement. Cela ne crée pas un droit légal à des salaires plus élevés en permanence. En outre, les experts estiment que l'extension de ces modèles de primes entraînerait une perte annuelle de dix milliards d'euros pour le secteur public, tandis que les employés n'acquerraient aucun droit à une augmentation des allocations de chômage ou de l'assurance pension. Le gain économique pour les employés en particulier sera donc assez modeste.

media_E7EegUsWQAYCU3j.jpg

Macron avait déjà rendu possible des primes spéciales défiscalisées en 2019 en réponse aux manifestations des gilets jaunes. Toutefois, en moyenne, les paiements uniques dépassent rarement 500 €. Dans le même temps, une augmentation potentielle de la "taxe sociale", qui existe depuis le début des années 1990 et qui s'ajoute à la TVA, menace d'engloutir à nouveau ces primes. Le macronisme adhère ainsi à son dogme de la nouvelle législature selon lequel ce ne sont pas les salaires qui doivent augmenter, mais c'est la compétitivité prétendument trop faible des entreprises françaises qui doit être accrue. Par conséquent, les coûts non salariaux de la main-d'œuvre devraient être davantage réduits.

Si l'on inclut tous les différents programmes d'allègement, tels que les programmes de crédit d'impôt, la part des coûts de main-d'œuvre non salariaux, notamment pour les bas salaires en France, n'est que légèrement inférieure à sept pour cent. Toutefois, les effets sur la croissance de l'emploi ont été marginaux. D'autre part, les nouveaux déficits des caisses de sécurité sociale sont susceptibles de conduire à de nouveaux débats sur les réductions de prestations et les coupes sociales dans un avenir proche. Dans un autre ordre d'idées, les chômeurs risquent d'être poussés encore plus loin dans le secteur des bas salaires ou des faux emplois indépendants, car tout ce qui crée du travail est "social" pour Macron.

Ainsi, après qu'il a été révélé qu'il avait des relations exclusives avec les lobbyistes de la grande entreprise américaine Uber pendant son temps comme ministre sous François Hollande, Macron a confirmé la justesse de sa décision d'ouvrir le marché français à cette compagnie de taxis. L'entreprise recrutait ses chauffeurs principalement dans les "banlieues" françaises. Cependant, de nombreux chauffeurs n'ont jamais pu couvrir les coûts liés au statut de chauffeur indépendant avec la rémunération accordée par Uber. C'est pourquoi il y a même eu un mouvement de protestation contre Uber pendant une courte période, mais il s'est à nouveau effondré en raison de la forte dépendance des chauffeurs.

Esct3eJW8AQA_9M.jpg

Malgré la majorité de droite : l'alliance de gauche NUPES obtient quelques améliorations

Le paquet législatif de Macron n'a pas passé le parlement français sans changement dans la nuit de mardi à mercredi. L'alliance de gauche NUPES a réussi à faire passer quelques corrections mineures toutefois non négligeables. Par exemple, les coûts supplémentaires résultant de l'augmentation du nombre de logements et des prestations sociales seront désormais remboursés aux municipalités et aux départements. À cette fin, 300 millions d'euros ont été inclus dans le budget supplémentaire. Cette résolution porte également préjudice au "Macronisme" sur le plan politique, puisque la nouvelle faction "Horizons" de l'ancien Premier ministre Édouard Philippe, qui se considère de facto comme faisant partie du camp présidentiel, a voté pour cet amendement.

Puisque Macron n'est pas autorisé à se représenter en 2027, de nombreux observateurs supposent que Philippe veut s'échauffer pour une candidature. Pour gagner en visibilité, il est donc nécessaire de s'émanciper du noyau dur du "macronisme", même par étapes. En outre, les subventions aux familles qui se chauffent au mazout ont été augmentées de 50 à 230 millions d'euros. Par la suite, une nouvelle augmentation de l'abattement fiscal pour les sociétés d'huiles minérales a également été ajoutée, passant de 18 à 30 cents par litre. Ce compromis avec les "Républicains" post-gaullistes devrait assurer au camp présidentiel une majorité pour l'ensemble du paquet.

Le RN de Le Pen approuve la loi néolibérale du camp Macron

En réalité, cependant, cela n'aurait pas du tout été nécessaire. Comme annoncé à l'avance par l'ancienne candidate à la présidence et actuelle chef du groupe parlementaire, Marine Le Pen, le RN a accepté tous les points essentiels des propositions "macroniennes". Le parti qui, au plus tard depuis que Marine Le Pen a repris la présidence du FN à son père en 2011, veut se présenter comme le seul vrai représentant des "petites gens", n'a pas accepté une augmentation du salaire minimum, comme le réclamait le SNUEP, et n'a pas non plus voulu accepter des motions limitant les loyers et les prix de l'énergie, là encore le SNUEP en était l'auteur. Même le renforcement financier des villes, des communes et des départements n'a pas fait l'objet d'un accord.

a5daf168-9efc-4966-86d3-4642a35ceb41.jpg

Le RN a complètement rempli son rôle "bonapartiste". L'obtention des 89 mandats parlementaires du RN est étroitement liée à une forte attitude "anti-élitiste" au sein de la société. Mais dès qu'il a atteint l'Assemblée nationale, le parti s'est présenté comme l'allié le plus solide des élites lorsqu'il s'agissait de préserver l'ordre économique et social existant. Bien qu'il n'existe pas encore d'alliance formelle entre le camp présidentiel et les autres factions, il est clair que la domination du camp de droite sur toutes les questions économiques est tangible.

La suppression des redevances de diffusion

La mesure dans laquelle le RN est un parti pour les élites est également visible dans la question de la redevance audiovisuelle, qui a été abolie au Parlement contre l'opposition de la gauche, perfidement présentée comme un soulagement pour les faibles revenus. En outre, il n'est pas clair comment les fonds nécessaires peuvent maintenant être mis à disposition sans devoir réduire le personnel ou la programmation. Ici, RN appelle même à la privatisation de grandes parties du radiodiffuseur public. Bien sûr, la domination politique des médias publics par les institutions étatiques est massive en France, comme en Allemagne, et les reportages véritablement critiques et équilibrés n'existent que dans certaines niches.

Toutefois, il serait désastreux de laisser la production de rapports aux seuls acteurs du secteur privé, dont les antécédents ne sont guère meilleurs. Quelques familles fortunées dominent le paysage médiatique français. Les campagnes des journaux et des chaînes de télévision contre la candidature de Jean-Luc Mélenchon, et aussi plus tard de la NUPES, visaient principalement à empêcher une politique économique de gauche, sociale-démocrate et orientée vers la demande. La présence d'un réseau de médias publics permet de compenser, dans une certaine mesure, cette partialité des reportages dans les produits médiatiques privés, qui ne sont pas seulement censés produire des rendements, mais représentent également les objectifs idéologiques des propriétaires.

Un exemple de l'évolution très problématique du marché français des médias est le rôle de Vincent Bolloré, dont les positions politiques d'ultra-droite sont largement connues et qui a pu utiliser son réseau de diffusion pour présenter au grand public le journaliste de télévision d'extrême-droite Eric Zemmour, lui permettant ainsi de préparer sa candidature aux élections présidentielles de 2022.

AE_419.jpg

Un autre exemple de la difficulté de concilier des positions de gauche ou du moins progressistes dans les médias est démontré par une controverse entre le comité de rédaction et la direction du quotidien de gauche traditionnel Libération, où le comité de rédaction a dû accepter les accusations de la direction selon lesquelles il prenait un cap trop favorable à Mélenchon et faisait ainsi fuir les investisseurs potentiels. Ce conflit a eu un effet perturbateur. Les journalistes du quotidien Libération, plutôt orienté social-démocrate, qui ne font certainement pas partie des plus grands amis politiques de Jean-Luc Mélenchon, n'ont osé que souligner leur propre profil pendant la campagne des élections législatives et s'opposer aux médias de droite un peu en avance sur eux en rendant compte de manière factuelle et juste du programme NUPES.

Ainsi, la gauche française fait bien de soutenir les médias qui ne sont pas sous le contrôle de gros magnats, même si la relation entre les reportages objectifs et les décideurs politiques est toujours un terrain de conflit. Les droits de diffusion sont toutefois des ressources financières qui permettent un certain degré d'autonomie.

NachDenkSeiten

16-12-12-macron.jpg

vendredi, 29 juillet 2022

Otto Schily met en garde contre le climat de guerre et l'engouement pour l'Ukraine: "Nous devons nous entendre avec les Russes"

Otto-Schily-hier-im-China-Club.jpg

Otto Schily met en garde contre le climat de guerre et l'engouement pour l'Ukraine: "Nous devons nous entendre avec les Russes"

Source: https://zuerst.de/2022/07/24/otto-schily-warnt-vor-kriegsstimmung-und-ukraine-hype-wir-muessen-mit-den-russen-klarkommen/

Berlin. Après Gerhard Schröder et Oskar Lafontaine, c'est au tour d'un autre pilier de la gauche allemande de s'exprimer de manière critique sur la politique russe et ukrainienne du gouvernement "tricolore": aujourd'hui, c'est l'ancien politicien des Verts et futur ministre de l'Intérieur du SPD, Otto Schily, qui reproche carrément aux Verts de "faire l'apologie de la guerre" auprès de l'agence de presse allemande (dpa).

"En Allemagne, un bellicisme s'est répandu qui est risqué", a déclaré Schily, qui vient de fêter ses 90 ans. "C'est justement chez les Verts qu'il y a un trop grand parti pris dans ce domaine", souligne-t-il.

"On ne réfléchit pas assez à la question de savoir comment nous pouvons sortir du conflit", estime l'ancien ministre de l'Intérieur. "Ce qui est positif, c'est qu'Olaf Scholz se fasse cette réflexion", a expliqué l'ex-politicien. Il faut "se poser la question de savoir quelle perspective il peut y avoir au-delà des livraisons d'armes et de l'argent versé à l'Ukraine". Des idées constructives sont nécessaires. "Ce qui est nécessaire, c'est l'imagination politique".

L'Ukraine veut rester indépendante. Tout le monde doit le reconnaître. "Mais en même temps, il doit être clair que l'on doit vivre avec ses voisins, y compris avec la Russie. Les deux parties ont des intérêts qui doivent être pris en compte". La Russie restera toujours un facteur, y compris vis-à-vis de l'Europe. "Nous devons trouver un moyen de nous entendre avec les Russes".

Dans ce contexte, Schily attire l'attention sur la diversité ethnique, linguistique et culturelle de l'Ukraine. "Le multilinguisme, y compris la langue russe, est un fait indéniable". Selon lui, la neutralité militaire de l'Ukraine est souhaitable. L'ancien ministre fédéral de l'Intérieur rejette l'adhésion du pays à l'OTAN.

Mais il considère également qu'une adhésion à l'UE est peu réaliste. Schily recommande plutôt le "modèle suisse". La Suisse a su développer de manière exemplaire "une société libérale avec un respect mutuel des différentes empreintes ethniques et une neutralité militaire". Une solution de paix pour l'Ukraine pourrait s'inspirer du modèle de la Suisse". Il ne voit pas "comment l'adhésion de l'Ukraine à l'UE pourrait fonctionner sans que l'UE ne s'étire trop".

Schily a expressément mis en garde contre une surcharge économique de l'Allemagne. "Cela ne profiterait à personne, pas même à l'Ukraine". L'ex-ministre se voit en outre confirmé dans son opposition de longue date à la sortie du nucléaire. "Il apparaît maintenant encore plus clairement que l'abandon complet de la technologie nucléaire était stupide". Selon lui, l'Allemagne ne doit pas continuer à ignorer les innovations en matière de technologie nucléaire. "L'abandon complet de la technologie nucléaire nous a placés dans une situation économique très risquée". L'abandon simultané du nucléaire et du charbon a rendu l'Allemagne dépendante du gaz. Dans le même temps, la transition énergétique a entraîné une forte augmentation de la demande d'électricité, notamment en raison de l'e-mobilité. (rk)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix qui exprime les intérêts allemands: https://zuerst.de/abo/ !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Conflit ukrainien : Jörg Baberowski voit un avenir sombre - Selon l'historien, l'Europe est en mauvaise posture

AF_Baberowski_Jörg__02370.jpg

Conflit ukrainien : Jörg Baberowski voit un avenir sombre

Selon l'historien, l'Europe est en mauvaise posture

Erich Körner-Lakatos

Source: https://zurzeit.at/index.php/ukraine-konflikt-joerg-baberowski-sieht-eine-duestere-zukunft/

Les factures nous seront bientôt présentées. C'est le titre d'un entretien publié jeudi 14 juillet par le service d'information en ligne t-online avec le célèbre historien contemporain Jörg Baberowski (61 ans), qui enseigne l'histoire de l'Europe de l'Est à l'université Humboldt de Berlin.

Pour anticiper le résumé de Baberowski : l'Europe se trouverait dans une situation quasiment désespérée face à un Poutine déjà victorieux depuis longtemps. Si les Américains se retiraient de la confrontation (comme au Vietnam ou en Afghanistan), les Européens se retrouveraient seuls face à Poutine. Au plus tard à ce moment-là, les premiers pays européens sortiraient de la coalition anti-russe. Poutine sait tout cela, et il continuera à faire la guerre jusqu'à ce que le doute devienne une certitude en Europe occidentale. Selon Baberowski, il ne reste à l'Europe que la Realpolitik, pour laquelle il félicite expressément le chancelier allemand Olaf Scholz.

Par le biais de sanctions, l'Occident voulait faire entendre raison au belliciste russe Vladimir Poutine. Mais que s'est-il passé jusqu'à présent ? L'Allemagne tremble à l'idée d'une coupure de gaz russe, tandis que les troupes du Kremlin gagnent du terrain en Ukraine. En outre, l'économie russe est loin d'être en berne, malgré toutes les attentes.

Vladimir Poutine a souvent prouvé qu'il avait de la patience. Il attend désormais que l'enthousiasme de l'Occident pour la lutte défensive des Ukrainiens s'éteigne. Une illusion ? Pas du tout, selon Jörg Baberowski, l'un des plus éminents spécialistes de la Russie et de son histoire.

41-dgeBnN7L._SX318_BO1,204,203,200_.jpg

Laissons Baberowski s'exprimer sur les principaux passages de l'interview.

t-online : Professeur Baberowski, l'Occident a imposé des sanctions sévères à la Russie et l'armée ukrainienne défend son pays avec ténacité. Vladimir Poutine semble toutefois ne pas s'en émouvoir. Comment y parvient-il ?

Jörg Baberowski : Poutine sait très bien que le temps joue en sa faveur, quelles que soient les sanctions imposées par l'Occident à la Russie. Tant que la Chine, l'Inde et d'autres pays achèteront du pétrole, Poutine pourra compenser les sanctions par des exportations. Pour l'instant, le rouble est stable et l'économie russe ne s'est pas encore effondrée.

t-online : En revanche, l'Occident ne se porte pas bien du tout sur le plan économique. L'inflation est élevée et la crainte, notamment en Allemagne, d'un arrêt complet des livraisons de gaz russe est grande. Le front occidental contre la Russie va-t-il bientôt s'éroder ?

Baberowski : Le front occidental contre Poutine s'effrite déjà depuis longtemps. Certaines entreprises se sont certes retirées de Russie. Mais d'autres continuent à faire de très bonnes affaires avec les Russes. Maintenant, les prix augmentent en Occident, le taux d'inflation est au plus haut. Dès que l'hiver arrivera, nous ressentirons nous aussi ce que cela signifie d'être sanctionné. Et bientôt, les factures nous seront présentées. Je ne peux pas imaginer que les citoyens des pays occidentaux veuillent faire des sacrifices à tout prix. Tout gouvernement démocratiquement légitimé doit s'attendre à cela.

t-online : A quoi vous attendez-vous après les mois d'été ?

Baberowski : En hiver, Poutine pourra utiliser son arme la plus puissante : la fermeture des gazoducs. Il sait bien sûr que le soutien à l'Ukraine diminuera lorsque les appartements se refroidiront et que les portefeuilles se videront. C'est pourquoi il n'est intéressé par aucune négociation et continuera cette guerre jusqu'à ce que le front uni à l'Ouest s'érode.

9783421055644-de-300.jpg

t-online : Quelle est la position de la population russe sur la guerre en Ukraine ?

Baberowski : Il y a aussi des critiques en Russie contre le gouvernement et sa guerre d'agression. Mais ces critiques sont formulées par des minorités et n'apparaissent pas du tout dans les médias officiels. La majorité de la population russe soutient Poutine, on ne sent pas du tout de lassitude face à la guerre... s'attendre à des protestations en Russie est une illusion.

t-online : De nombreux Russes ont pourtant des liens étroits avec l'Ukraine. Ne voyez-vous aucun scrupule à détruire le pays de manière aussi brutale ?

Baberowski : Pour la plupart des Russes, ce conflit n'est pas du tout une guerre entre deux Etats souverains, mais une guerre civile qui a pour but de ramener une province dissidente dans l'empire. Poutine veut punir les Ukrainiens pour leur "trahison", c'est ainsi que l'opinion publique russe voit les choses.

t-online : Les Ukrainiens sont pourtant dans leur droit lorsqu'ils défendent leur pays contre l'agresseur, Poutine a violé le droit international.

Baberowski : Être dans son droit ne signifie pas pouvoir faire ce que l'on veut. Il est sans aucun doute moralement nécessaire de s'opposer à une guerre d'agression. Mais celui qui veut s'y opposer avec succès ne doit pas perdre de vue les limites du possible...

Mme Baerbock, désorientée

Annalena-Baerbock.jpg

Mme Baerbock, désorientée

Par Mirjam Lübke

Source: https://ansage.org/die-orientierungslose-frau-baerbock/

Annalena Baerbock et la coalition "tricolore" sont actuellement à la recherche de diplomates - et ce "sans connaissances générales et test psychologique", comme l'écrit le Merkur. Lors de son entrée en fonction, Mme Baerbock avait déjà laissé entendre qu'elle souhaitait à l'avenir mener une "politique étrangère féministe". Apparemment, cela passe aussi par l'abaissement des exigences : "Dans la recherche actuelle, deux tests qui devaient encore être réussis jusqu'à présent sont supprimés : le test de connaissances générales et le test psychologique", explique le Merkur. Ce qui est particulièrement piquant, c'est ce qu'un initié a révélé au portail : "Le test psychologique a été supprimé parce que les candidates étaient particulièrement nombreuses à l'avoir raté".

Si l'information sur les projets de notre ministre des Affaires étrangères tant vantée concernant la formation des futurs diplomates s'avérait exacte, cela expliquerait plusieurs choses : d'une part, pourquoi Annalena Baerbock voyage-t-elle si assidûment dans le monde - et d'autre part, son refus de parler à son collègue russe Lavrov. Jusqu'à présent, nous avons tous supposé qu'il s'agissait d'un acte symbolique basé sur des principes éthiques sophistiqués. Parler à l'ennemi est une capitulation sans courage ! Ce que Mme Baerbock demande à Israël - de mener des négociations de paix avec des organisations qui vous rendent la vie difficile en permanence - ne s'applique évidemment pas à un État moralement supérieur comme l'Allemagne.

annalena_2021.jpg

De fausses prémisses

Mais peut-être nous sommes-nous tous laissés guider par des présupposés erronés ? N'est-il pas tout simplement possible que Mme Baerbock ne trouve pas le chemin de Moscou ? " Comment cela ? Oslo n'est pas du tout la capitale de la Croatie ? Il faut bien qu'on me le dise ! Maintenant, je me réjouissais tellement de manger une paella végétalienne" ! - jusqu'à ce que vous retrouviez le chemin de l'Allemagne, avec un détour par Palau, cela peut prendre quelques jours. Heureusement, les Verts ont d'énormes affinités avec l'islam ; on n'ose imaginer que Mme Baerbock, par manque de culture générale, apporte un authentique jambon de la Forêt Noire lors de sa visite officielle au Qatar ! Avec un bon rouge de la Moselle, bien gouleyant. Les bonnes relations commerciales seraient alors rompues !

Il est frappant de constater que jusqu'à la nomination d'Annalena Baerbock au poste de ministre des Affaires étrangères, il était considéré comme hautement sexiste de commenter avec bienveillance le style vestimentaire d'une femme politique. Désormais, la presse ne tarit pas d'éloges sur l'allure "élégante" de notre ministre des Affaires étrangères - même si, malheureusement, aucune robe, aussi chic soit-elle, ne fera d'elle une seconde Condoleezza Rice. Pourtant, chaque mot sortant de la bouche de Mme Baerbock est absorbé par la presse comme une révélation. Elle a maintenant constaté le peu que nous pouvons faire pour l'Ukraine si nous venons à manquer de gaz naturel : il y aurait alors un risque de "soulèvement populaire". Entre-temps, Mme Baerbock a également pris conscience de l'état déplorable des réserves de gaz en Allemagne - les citoyens pourraient bientôt se mettre sérieusement en colère.

12,w=1986,q=low,c=0.bild.jpg

Pas étonnant que les exigences soient réduites partout

Pendant ce temps, son collègue Habeck défend vaillamment la non-ouverture de Nord Stream 2 parce qu'il ne faut pas devenir encore plus dépendant du gaz russe. Mais dans le même temps, il se plaint de l'irrégularité de l'approvisionnement par le gazoduc jumeau Nord Stream 1, ce qui a même suscité le mécontentement des journalistes de la ZDF. On pouvait avoir l'impression que Poutine avait installé sur son bureau une vanne lui permettant de couper ou d'ouvrir le gaz aux Allemands selon son humeur. Ce n'est pas que je ne le crois pas capable de le faire - mais il est apparu très clairement dans la conversation que Habeck était assez dépassé par les détails techniques.

Dans ces conditions, il n'est pas étonnant que le niveau de formation soit abaissé partout afin d'accroître à nouveau la distance intellectuelle entre les dirigeants et les gouvernés. Des diplomates sans culture générale, des spécialistes sans diplôme professionnel - il n'y a plus grand-chose à dire. On peut certes s'initier à certains métiers, mais il faut ensuite montrer dans la pratique ce que l'on sait faire. Pour les diplomates et les "professionnels", il semble que l'on achète un chat dans un sac - voyons ce que cela donne ! Alors que dans les années 90, il était difficile pour les réfugiés russes de faire reconnaître leurs titres et diplômes, nous jouons maintenant à la loterie. Autrefois, les dents étaient arrachées par le maréchal-ferrant, ce qui permettait d'économiser beaucoup d'argent (je n'ai rien contre les maréchaux-ferrants, changer un pneu de cheval n'est certainement pas une mince affaire).

Fort ou mignon ? Embarrassant dans tous les cas

En ce qui concerne la maîtresse de maison du ministère des Affaires étrangères, on ne sait pas non plus exactement quelle est sa formation réelle ; après tout, elle a dû modifier son CV à plusieurs reprises avant qu'il ne corresponde au moins un peu à la réalité. "Quelque chose en rapport avec le droit international". Le pire, c'est que Mme Baerbock elle-même ne considère pas cela comme un défaut et fait des efforts embarrassants pour "grandir" dans sa fonction. Je vous l'accorde : Je me sentirais mal si j'étais soudain propulsé à un tel poste ; au début, je pourrais même bégayer un peu. Ou alors, j'aurais peur de me ridiculiser en ne connaissant pas les us et coutumes du pays que je visite. Dans ce cas, la seule chose à faire est d'évoluer le plus rapidement possible.

Mais Annalena Baerbock fait l'objet d'un tel culte de la personnalité qu'elle ne devrait même plus en avoir besoin. La presse semble ne pas pouvoir décider si elle doit trouver la ministre forte ou mignonne - tout ce qu'elle fait est tout simplement génial ! Et comme l'Allemagne a tendance à surestimer son influence internationale, il en sera probablement toujours ainsi.

Les journalistes devraient peut-être prendre des douches froides plus souvent... c'est censé réveiller. Mais il faudrait alors que de la neige sorte du pommeau de la douche en Allemagne.