Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 05 février 2023

Armes à l'Ukraine, réindustrialisation des États-Unis et désertification de l'Europe

panzer-129~_v-original.jpg

Armes à l'Ukraine, réindustrialisation des États-Unis et désertification de l'Europe

par Giacomo Gabellini

Source: https://www.ariannaeditrice.it/articoli/armi-all-ucraina-... 

Le 20 janvier, les 40 pays réunis sur la base de l'OTAN à Ramstein ont défini la quantité et le type de systèmes d'armes à fournir à l'Ukraine. Plus précisément, les États-Unis se sont engagés à livrer des systèmes mobiles Avenger, des véhicules à roues Stryker, Mrap et Hummer, des véhicules blindés M-2 Bradley et près de 300.000 munitions pour les canons dont ils sont équipés, des missiles antichars Tow, des munitions pour les systèmes Nasams et Himars, des mines antipersonnel Claymore M-18 et des dizaines de milliers de munitions d'artillerie de 105, 120 et 155 mm. La contre-valeur - 2,5 milliards US$ - des armes envoyées dans le cadre de ce nouveau paquet porte le montant total de l'assistance militaire fournie par les États-Unis à l'Ukraine à quelque 24,7 milliards US$. Dans le calcul, il faudra également inclure les 31 chars M-1 Abrams de fabrication américaine qui, selon les déclarations du Pentagone et du président Biden, devraient arriver en Ukraine à l'automne 2023.

Tout aussi impressionnante est la quantité de soutien fournie par la Grande-Bretagne, qui comprend 14 chars Challenger-2, des véhicules blindés Crarrv, des chenillettes de combat Bulldog et Spartan, des hélicoptères Sea King, des drones, des missiles Starstreak, Araam et Brimstone, des obusiers automoteurs de 155 mm et divers types de munitions.

Autour de la Pologne, cependant, un grand nombre de chiffres émergent, à commencer par ceux relevant des pays baltes : l'Estonie a prévu d'envoyer des obusiers de 155 et 122 mm, ainsi qu'un grand nombre de munitions et d'armes antichars; la Lettonie s'est engagée non seulement à fournir des missiles Stinger, des hélicoptères Mi-17, des drones, des mitrailleuses et des pièces détachées, mais aussi à former 2000 soldats ukrainiens supplémentaires, qui seront déployés dans les pays baltes. 2000 soldats ukrainiens en plus des 1000 formés l'année dernière, tandis que la Lituanie enverra des canons antiaériens de 40 mm, des hélicoptères Mi-8 et des pièces de rechange.

DWO-Teaser-Baltikum-Korea-mki-jpg.jpg

La contribution de la République tchèque porte sur la fourniture d'obusiers automoteurs de 155 mm, tandis que celle du Canada concerne la livraison de 200 véhicules Senator, plus une batterie de défense aérienne Nasams. Les Pays-Bas, pour leur part, ont mis deux batteries Patriot à la disposition de l'Ukraine, tandis que la Suède, qui voit ses perspectives d'adhésion à l'OTAN contrariées par le veto provisoire de la Turquie, a prévu d'envoyer des véhicules chenillés Cv-90, des obusiers de 155 mm et des lance-roquettes Nlaw. La Finlande, dont l'appartenance à l'Alliance atlantique ne tient également qu'à un fil, s'est contentée de préciser la contre-valeur (400 millions d'euros) des équipements de guerre livrés à Kiev sans entrer publiquement dans les mérites des types d'armes fournis. Un peu comme l'Italie, qui n'a pas fourni de détails sur l'assortiment du dernier paquet d'assistance militaire à l'Ukraine, qui devrait néanmoins inclure le système de défense aérienne Samp-T. Le Danemark, au contraire, est même allé jusqu'à se priver de ses 19 canons automoteurs Caesar de 155 mm qui avaient été commandés à la France pour remplacer les obusiers du même calibre déjà livrés à l'Ukraine au cours des mois précédents. "C'est le premier cas dans lequel une armée de l'OTAN s'est totalement privée de ses capacités dans un secteur spécifique (en l'occurrence l'artillerie) afin de fournir tous ses moyens à Kiev", souligne 'Defence Analysis'.

Le cas du Danemark est un cas extrême mais très révélateur des énormes difficultés que rencontrent tous les États membres de l'OTAN se rangeant du côté de Kiev pour faire face au rythme effréné du conflit russo-ukrainien. C'est-à-dire une guerre sensiblement symétrique, compte tenu de la contribution décisive en termes militaires et de renseignement assurée à l'Ukraine par l'Alliance atlantique, et d'une très haute intensité, impliquant une gigantesque profusion de moyens et de ressources. Selon les confidences faites par un représentant de haut rang de l'OTAN au "New York Times" concernant la situation le long de la "ligne de contact" dans le Donbass au cours de l'été 2022, les Ukrainiens tiraient quelque chose comme 6000 à 7000 obus d'artillerie par jour ; les Russes, 40.000 à 50.000. Au cours des 20 ans d'opération militaire de l'OTAN en Afghanistan, pas plus de 300 obus d'artillerie par jour ont été tirés. Actuellement, avec ses 15.000 obus d'artillerie fabriqués chaque mois, même le puissant "complexe militaro-industriel" américain ne peut suivre le rythme du conflit. Sans parler des nations européennes, dont la production industrielle inadéquate à des fins de guerre les a obligées à puiser dans les réserves stratégiques au point de mettre en péril leur propre capacité défensive pour satisfaire la demande insatiable d'armes de Kiev. En fait, ce n'est pas seulement la "ferraille" qui est sacrifiée, dont les composants sont néanmoins prélevés pour être recyclés en pièces détachées pour des moyens plus avancés, mais aussi des systèmes d'avant-garde à disponibilité limitée comme les Samp-T italiens. Sans parler des chars d'assaut ; à la veille du déclenchement de la guerre, l'Allemagne, la France et l'Italie réunies disposaient de moins de 4000 chars (dont 800 opérationnels), contre plus de 10.000 (dont 3.330 opérationnels) en possession de la Russie.

Le point de vue des États-Unis (MILITAIRE)

Ce n'est pas une coïncidence si les États-Unis ont mis en œuvre la fabrication ex-nihilo de chars Abrams destinés à l'Ukraine, conformément au double objectif de fortifier le très influent "complexe militaro-industriel" et de préserver en même temps les stocks de systèmes d'armes jugés vitaux pour la gestion d'autres crises internationales telles que celle centrée sur Taïwan. Combinée à la désarticulation des chaînes d'approvisionnement mondiales qui s'est produite à la suite de la pandémie de Covid-19, la nécessité de réapprovisionner les arsenaux ukrainiens a également entraîné l'accumulation de retards importants dans la fourniture de matériel de guerre à Formose. Il est question de livraisons manquantes d'une valeur totale de 14,2 milliards US$, notamment des chasseurs F-16, des avions de reconnaissance Ms-110, des obusiers Paladin et des missiles Patriot, Stinger, Harpoon et Slam-Er.

Cela crée les conditions d'une augmentation substantielle de la production industrielle que le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a réclamée avec force, non seulement pour soutenir l'effort militaire ukrainien, mais aussi pour reconstituer les réserves stratégiques des États membres de l'Alliance atlantique, étant donné l'épuisement des stocks de systèmes d'armes, de munitions et de pièces détachées de fabrication soviétique à envoyer à Kiev. C'est la direction déjà prise par les membres européens de l'OTAN, qui ont voté de manière compacte pour aligner les dépenses militaires sur la limite minimale du Pacte atlantique (l'Allemagne a même voté une augmentation de 100 milliards d'euros des dépenses militaires). Les entreprises de guerre du "vieux continent" telles que Krauss-Maffei Wegmann, Rheinmetall et Leonardo-Finmeccanica ont également déménagé, organisant une augmentation de la production de chars et de radars dans le sillage des excellents résultats obtenus après le déclenchement du conflit russo-ukrainien.

216986547.jpg

Mais pour que le conflit prenne une tournure solidement favorable à Kiev, un effort généralisé beaucoup plus intense est nécessaire, impliquant avant tout une ponction drastique et continue des ressources vers le secteur de la défense pour la faire accepter par une opinion publique appauvrie qui adhère de moins en moins à la ligne de confrontation avec la Russie promue par l'OTAN. En date du 24 février 2022, plus précisément, l'UE a envoyé des fournitures militaires à l'Ukraine pour un montant d'environ 30 milliards d'euros. Toutefois, ce montant pourrait atteindre environ 50 milliards si la structure de l'UE respectait l'engagement pris par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, de livrer à Kiev des équipements de guerre d'une valeur de 18 milliards d'euros d'ici 2023.

L'Union Européenne acculée

D'autre part, la fourniture de matériel de guerre capable de mettre l'Ukraine en mesure de résister au choc russe présuppose le parfait fonctionnement de chaînes d'approvisionnement adéquates pour l'Union européenne. La dépendance nette à l'égard de l'étranger pour l'accès aux matières premières, combinée à l'éviction du fournisseur principal russe, oblige le "complexe militaro-industriel" du "vieux continent" à s'engager dans une recherche effrénée de canaux alternatifs, ce qui se traduit par des délais de livraison plus longs - que l'Ukraine ne peut absolument pas se permettre - et une augmentation des pressions inflationnistes sur les matières premières destinées à se décharger inexorablement sur les coûts de production.

Les difficultés colossales auxquelles est confrontée l'industrie européenne de l'armement et le rapport de force déséquilibré au sein de l'OTAN laissent penser que le "keynésianisme militaire" prévu par l'Union européenne se traduira par un déluge de systèmes d'armes américains sur le "vieux continent" qui, combiné à l'afflux massif de gaz naturel liquéfié américain à des prix exorbitants, contribuera à corriger le lourd déséquilibre commercial entre les deux côtés de l'Atlantique. L'augmentation du prix de l'énergie et des matières premières prive le "vieux continent" de sa compétitivité et pousse les industries européennes à déplacer leur production vers les États-Unis, où le coût beaucoup plus faible des intrants est combiné à des incitations à la délocalisation nationale fournies par des réglementations telles que la loi sur la réduction de l'inflation, adoptée par le Congrès et promulguée par Biden en août 2022.

La réindustrialisation des États-Unis semble donc passer par le sacrifice des vassaux européens qui, hormis quelques protestations tardives et insignifiantes, assistent passivement non seulement à leur propre désertification manufacturière, mais aussi à une sortie incessante de capitaux qui a ponctuellement atténué - de près de 2000 milliards de dollars en seulement huit mois - la position financière nette américaine. L'instauration d'un climat financièrement défavorable sur le théâtre européen à la suite du conflit russo-ukrainien, que les États-Unis ont fomenté par tous les moyens à leur disposition, a en effet stimulé la sortie de liquidités du "vieux continent". En septembre, Isabella Rosenberg de Goldman Sachs a souligné que l'Europe avait perdu des capitaux d'investissement de manière ininterrompue pendant 24 semaines, dont une grande partie avait été redirigée précisément vers le "refuge" américain en réduisant ses engagements à l'étranger.

samedi, 04 février 2023

L’arrière-plan géopolitique de la révolution de 1917

8a7403b068ec1e0886218b1a731c5ac9.jpg

L’arrière-plan géopolitique de la révolution de 1917

Alexandre Douguine

(extrait du livre Last War of the World-Island, Arktos, 2015)

La fin de la dynastie tsariste ne signifiait pas encore la fin de la Première Guerre mondiale pour la Russie. Et bien que l’une des raisons du renversement des Romanov était les difficultés de la guerre et la tension qu’elle imposait aux ressources humaines, à l’économie et à toute l’infrastructure sociale de la société russe, les forces qui arrivèrent au pouvoir après l’abdication de Nicolas II (le Gouvernement Provisoire [1] constitué principalement sur la base de la franc-maçonnerie de la Douma [2] et des partis bourgeois) continuèrent le cours de la participation de la Russie à la guerre aux cotés de la Triple Entente [3].

Géopolitiquement, ce point est décisif. Nicolas II aussi bien que les partisans de la forme de gouvernement républicaine, démocratique-bourgeoise alignée avec lui étaient orientés vers l’Angleterre et la France ; ils cherchaient à positionner la Russie dans le camp des Etats thalassocratiques. Sur le plan intérieur, il y avait des contradictions irréconciliables entre le modèle monarchique et le modèle démocratique-bourgeois, et l’escalade de ces contradictions conduisit au renversement de la dynastie et de la monarchie. Mais dans l’orientation géopolitique de Nicolas II et du Gouvernement Provisoire, il y avait au contraire une continuité et une succession – une orientation vers la civilisation de la Mer créait une affinité entre eux. Pour le Tsar c’était un choix pratique, et pour les « févriéristes » [4] un choix idéologique, puisque l’Angleterre et la France étaient des régimes bourgeois établis depuis longtemps.

Le 25 février 1917, par un décret impérial, l’activité de la Quatrième Douma d’Etat fut suspendue. Le soir du 27 février, un Comité Provisoire de la Douma d’Etat fut créé dont le président était M. V. Rodzyanko (un octobriste, et président de la Quatrième Douma). Le Comité reprit les fonctions et l’autorité du pouvoir suprême. Le 2 mars 1917, l’Empereur Nicolas II abdiqua, et transféra les droits d’héritage au Grand-duc Mikhail Alexandrovitch [5] qui, à son tour, déclara le 3 mars son intention de n’assumer l’autorité suprême qu’après que la volonté du peuple se fut exprimée dans l’Assemblée Constituante concernant la forme finale que le gouvernement devait prendre.

ba28aee7bd0a9936b1bb00921ba25a03.jpg

Le 2 mars 1917, le Comité Provisoire de la Douma d’Etat forma les premiers services publics. Le nouveau gouvernement annonça des élections pour l’Assemblée Constituante, et une loi démocratique concernant les élections fut adoptée ; il y aurait des élections au suffrage universel, égal, direct, et à bulletins secrets. Les anciens organes de gouvernement furent abolis. A la tête du Comité Provisoire il y avait le président du Soviet des Ministres et Ministre des Affaires intérieures, le prince G. E. Lvov (ancien membre de la Première Douma d’Etat et Président du Comité Principal de l’Union populaire panrusse). Cependant, le Soviet, dont la tâche était de surveiller les actions du Gouvernement Provisoire, continua à fonctionner. En conséquence, un pouvoir dual fut établi en Russie. Les Soviets des Représentants des Travailleurs et des Soldats étaient contrôlés par les partis de gauche, qui restaient auparavant largement en-dehors de la Douma d’Etat : les socialistes-révolutionnaires (SR) [7] et les sociaux-démocrates [8] (les mencheviks [9] et les bolcheviks). En politique étrangère, les bolcheviks, conduits par Lénine et Trotski, suivirent avec succès une orientation pro-allemande. Cette orientation pro-allemande était basée sur plusieurs facteurs : une coopération étroite entre les bolcheviks et les sociaux-démocrates marxistes allemands, et des accords secrets avec le service de renseignement du Kaiser concernant l’assistance matérielle et technique fournie aux bolcheviks. De plus, les bolcheviks comptaient sur le refus de la guerre par les masses populaires. Ils basaient leur propagande là-dessus, la formulant dans l’esprit de l’idéologie révolutionnaire : la solidarité des classes laborieuses de tous les pays et le caractère impérialiste de la guerre elle-même, qui s’opposait aux intérêts des masses. C’est pourquoi le pouvoir dual divisé entre le Gouvernement Provisoire et les Soviets (qui étaient sous le contrôle des bolcheviks depuis le début) dans l’intervalle entre mars et octobre 1917 reflétait deux vecteurs géopolitiques, le vecteur pro-anglais et le vecteur pro-français pour le Gouvernement Provisoire, et le vecteur pro-allemand pour les bolcheviks. Cette dualité révèle aussi sa signification et son caractère dans ces événements historiques qui sont directement reliés à l’époque de la Révolution et de la Guerre Civile.

Le 18 avril 1917, la première crise gouvernementale éclata, se terminant par la formation du  premier gouvernement de coalition le 5 mai 1917, avec la participation des socialistes. Sa cause fut la note de P. N. Milioukov [10] le 18 avril adressée à l’Angleterre et à la France, dans laquelle il annonçait que le Gouvernement Provisoire continuerait la guerre jusqu’à sa fin victorieuse et honorerait tous les accords internationaux qui avaient été passés par le gouvernement tsariste. Nous avons ici affaire à un choix géopolitique qui influença les processus intérieurs. La décision du Gouvernement Provisoire provoqua l’indignation populaire, qui déborda dans des meetings et des manifestations massives, demandant la fin rapide de la guerre, la démission de P. N. Milioukov et d’A. I. Guchkov [11], et le transfert du pouvoir aux Soviets. Ces troubles furent organisés par les bolcheviks et les socialistes-révolutionnaires. P. N. Milioukov et A. I. Guchkov quittèrent le gouvernement. Le 5 mai, un accord fut conclu entre le Gouvernement Provisoire et le Comité Exécutif du Soviet de Petrograd pour la création d’une coalition. Cependant, les partis d’extrême-gauche n’étaient pas unis par une vision géopolitique commune. Les bolcheviks préféraient logiquement une ligne pro-allemande et anti-guerre. Une partie des mencheviks et des socialistes-révolutionnaires de gauche (dont les dirigeants appartenaient aussi souvent à des organisations maçonniques, où dominait une orientation pro-française et pro-anglaise) avaient tendance à soutenir le Gouvernement Provisoire, dans lequel les socialistes-révolutionnaires avaient reçu quelques postes à ce moment.

acfb39119d52a548d80663f7c607e650.jpg

Le premier Congrès panrusse des Soviets des Représentants des Travailleurs et des Soldats, qui eut lieu du 3 au 24 juin, fut dominé par les socialistes-révolutionnaires et les mencheviks, les conduisant à soutenir le Gouvernement Provisoire et à rejeter la demande des bolcheviks de mettre fin à la guerre et de transférer le pouvoir aux Soviets. Ensuite l’effondrement rapide de la Russie commença. Le 3 juin une délégation du Gouvernement Provisoire, conduite par les ministres Terechtchenko et Tsereteli, reconnut l’autonomie de la Rada Centrale ukrainienne (UCR) [12]. Entretemps, avec l’approbation du gouvernement, une délégation définit les limites géographiques de l’autorité de l’UCR, incluant certaines des provinces sud-ouest de la Russie. Cela provoqua la crise de juillet [13]. Au sommet de la crise de juillet le Seim finlandais [14] proclama l’indépendance de la Finlande dans ses affaires intérieures et limita la compétence du Gouvernement Provisoire aux questions de la guerre et de la politique étrangère. Du fait de la crise, un second gouvernement de coalition fut constitué avec le social-révolutionnaire A. F. Kerenski à sa tête. Les socialistes-révolutionnaires et les mencheviks occupaient un total de sept postes dans ce gouvernement.

Le social-révolutionnaire Kerenski, qui était aussi dans le groupe des Trudoviks (socialistes-populaires), était une figure éminente de la franc-maçonnerie russe de la Douma, membre de la loge « Petit Ours » et secrétaire de l’organisation maçonnique congrégative secrète « Le Soviet Suprême du Grand Orient des Peuples de Russie ». Kerenski s’en tenait à une orientation pro-anglaise et était étroitement lié à la franc-maçonnerie anglaise. Le 1er septembre 1917, dans le but de s’opposer au Soviet de Petrograd, Kerenski créa un nouvel organe de pouvoir, le Directoire (Soviet des Cinq), qui proclama que la Russie était une république et dissolva la Quatrième Douma d’Etat. Le 14 septembre 1917, la Conférence Démocratique panrusse fut ouverte, qui devait décider de la question de l’autorité gouvernante, avec la participation de tous les partis politiques. Les bolcheviks s’en retirèrent en guise de protestation. Le 25 septembre 1917, Kerenski forma le troisième gouvernement de coalition. Pendant la nuit du 26 octobre 1917, au nom des Soviets, les bolcheviks, les anarchistes et les socialistes-révolutionnaires gauchistes renversèrent le Gouvernement Provisoire et arrêtèrent ses membres. Kerenski s’enfuit. Significativement, il fut aidé par des diplomates anglais, en particulier Bruce Lockhart [15], et fut envoyé en Angleterre où, dès son arrivée, il fut actif dans les loges maçonniques anglaises. Géopolitiquement, la Révolution bolchevik d’Octobre, que diverses écoles historiques et les représentants de diverses visions-du-monde évaluent de manières différentes aujourd’hui, était spéciale parce qu’elle signifiait un changement d’orientation brutal de la politique étrangère de la Russie, passant d’une orientation thalassocratique à une orientation tellurocratique. Nicolas II et les républicains maçonniques de la Douma à partir du Gouvernement Provisoire avaient maintenu une orientation anglo-française et étaient restés fidèles à l’Entente. Les bolcheviks étaient sans équivoque orientés vers la paix avec l’Allemagne et la rupture avec l’Entente.

Après la séparation de l’Assemblée Constituante [16], où les bolcheviks ne reçurent pas l’appui nécessaire pour légaliser pleinement leur prise du pouvoir, l’autorité fut transférée au Conseil des Commissaires du Peuple, où les bolcheviks dominaient. A ce moment, les socialistes-révolutionnaires gauchistes étaient leurs alliés.

f9e562e00ce684501a512063a44e7554.jpg

Le 3 mars 1918, un accord de paix séparée entre les bolcheviks et les représentants des Puissances Centrales (Allemagne, Austro-Hongrie, Turquie, et Bulgarie) fut conclu à Brest-Litovsk, signifiant la sortie de la Russie de la Première Guerre mondiale. D’après les termes de l’accord, les provinces de Privislinskie, l’Ukraine, les provinces avec une population principalement biélorusse, la Province d’Estonie, la Province de Courlande, la Province de Livonie, la Grande Principauté de Finlande, le district de Kars, et le district de Batumsk dans le Caucase étaient tous arrachés à l’Ouest de la Russie. Le gouvernement des Soviets promit de cesser la guerre contre le Soviet Central ukrainien (la Rada) de la République du Peuple ukrainien, de démobiliser l’armée et la flotte, de retirer la flotte baltique de ses bases en Finlande et dans les Etats baltes, de transférer la flotte de la Mer Noire avec toutes ses infrastructures aux Puissances centrales, et de payer six millions de marks de réparations. Un territoire de 780.000 kilomètres carrés, comprenant une population de 56 millions de personnes (un tiers de la population de l’Empire russe), fut arraché à la Russie soviétique. En même temps, la Russie retira toutes ses troupes des régions désignées, alors que l’Allemagne, d’autre part, faisait entrer ses troupes et gardait le contrôle de l’Archipel des Monzundski et du Golfe de Riga.

Tel fut le prix énorme que la Russie soviétique paya (en partie parce qu’elle s’attendait à une révolution prolétarienne imminente en Allemagne et dans d’autres pays européens) pour son orientation pro-allemande.

Le traité de Brest-Litovsk fut immédiatement rejeté par les socialistes-révolutionnaires de gauche, dont une partie des dirigeants était orientée vers la France et l’Angleterre comme avant. En signe de protestation contre les conditions de l’armistice, les socialistes-révolutionnaires de gauche quittèrent le Conseil des Commissaires du Peuple ; au Quatrième Congrès des Soviets, ils votèrent contre le traité de Brest. Le socialiste-révolutionnaire S. D. Mstislavski inventa le slogan « Pas de guerre, donc une insurrection ! », appelant les « masses » à se « soulever » contre les forces occupantes germano-autrichiennes. Le 5 juillet, au Cinquième Congrès des Soviets, les socialistes-révolutionnaires de gauche attaquèrent à nouveau activement les politiques des bolcheviks, condamnant le traité de Brest. Le 6 juillet, un jour après l’ouverture du Congrès, deux socialistes-révolutionnaires de gauche, Yakov Blumkin [17] et Nikolaï Andreiev, des officiels du Comité Extraordinaire panrusse (AEC), entrèrent dans l’ambassade allemande à Moscou suivant un décret de l’AEC, et Andreiev tua l’ambassadeur allemand Mirbach. Le but des socialistes-révolutionnaires était de ruiner les accords avec l’Allemagne. Le 30 juillet, le socialiste-révolutionnaire de gauche B.M. Donskoï tua le général commandant les forces d’occupation, Eichhorn, à Kiev. La dirigeante des socialistes-révolutionnaires de gauche Maria Spiridinova fut envoyée au Cinquième Congrès des Soviets, où elle annonça que « le peuple russe est libéré de Mirbach », impliquant que la ligne pro-allemande était finie en Russie soviétique. En réponse, les bolcheviks mobilisèrent leurs forces pour la répression du « soulèvement socialiste-révolutionnaire de gauche » et arrêtèrent et exécutèrent leurs dirigeants [*]. Ici apparaissait à nouveau une différence d’orientation géopolitique : cette fois-ci entre les forces de gauche radicales qui avaient pris le pouvoir en Russie soviétique. Les socialistes-révolutionnaires de gauche avaient tenté de ruiner la ligne pro-allemande des bolcheviks, mais ils échouèrent et disparurent rapidement en tant que force politique.

e4c80cd2f17bdba5f351b8bb199814b4.jpg

Si nous réunissons tous ces éléments géopolitiques, nous obtenons le tableau suivant : Nicolas II, les partis bourgeois et, en partie, les socialistes-révolutionnaires de gauche (les francs-maçons de la Douma) maintinrent une orientation vers l’Entente et, en conséquence, vers la thalassocratie ; alors que les bolcheviks poursuivirent constamment une politique de coopération avec l’Allemagne et d’autres Etats centre-européens, et avec la Turquie ; c’est-à-dire qu’ils étaient en faveur de la tellurocratie. Ce motif géopolitique nous permet d’avoir un regard nouveau sur les événements dramatiques de l’histoire de la Russie en 1917-1918 et prédétermine les développements de la période soviétique.

Notes

[1] Le Gouvernement Provisoire apparut à la suite de l’abdication du Tsar Nicolas II en mars 1977, et devait organiser les élections qui conduiraient à la formation d’un nouveau gouvernement. Il était composé d’une coalition de nombreux partis différents. Après la révolution bolchevik en octobre, il fut aboli. (NDE)

[2] Cependant, la loge la plus nombreuse du Grand Orient des Peuples de Russie en 1912-1916 était indubitablement la loge de la Douma, « la Rose », que rejoignirent beaucoup de députés maçonniques de la Quatrième Douma d’Etat en 1912. Elle fut ouverte le 15 novembre 1912. Sa principale différence avec la Troisième Douma consistait en la diminution explicite du centre (le nombre d’octobristes dans la Douma était fortement réduit : au lieu de 120, seuls 98 demeuraient, alors que le nombre de droitistes passait de 148 à 185 ; et le nombre de gauchistes, membres du Parti Démocratique Constitutionnel (connu sous le nom de « parti cadet », NDE) et de progressistes passa de 98 à 107).

[3] La Triple Entente était une alliance entre le Royaume-Uni, la France et la Russie et qui fut établie en 1907. (NDE)

[4] Ceux qui soutenaient le Gouvernement Provisoire qui fut établi après la Révolution de Février 1917. (NDE)

[5] Mikhaïl Alexandrovitch (1878–1918) était un prince qui était second dans la ligne de succession au trône du Tsar. Après l’abdication de Nicolas II, Alexandrovitch fut choisi pour lui succéder de préférence au fils du Tsar, Alexei, car ce dernier était considéré comme trop malade pour régner. Il refusa cependant d’accepter le trône. Cela ne lui valut aucune faveur des bolcheviks, qui l’exécutèrent en 1918. (NDE)

[6] Ces conseils furent établis après la Révolution de Février pour maintenir l’ordre jusqu’à ce que des élections puissent être tenues, et pour déterminer la nature et la composition du nouveau gouvernement. (NDE)

[7] Les socialistes-révolutionnaires (SR) étaient socialistes, mais pas marxistes. Ils étaient l’un des principaux partis en Russie au moment de la Révolution. (NDE)

[8] Les bolcheviks et les mencheviks étaient des branches du Parti Travailliste Démocratique Social russe. Après le départ des mencheviks, celui-ci devint une organisation bolchevik, devenant finalement le Parti Communiste de l’URSS. (NDE)

[9] Les mencheviks avaient connu une scission avec les bolcheviks en 1904 pour des questions d’idéologie et d’appartenance au Parti, Après cela ils furent un parti d’opposition communiste, considéré comme plus modéré que les bolcheviks. (NDE)

[10] Pavel Milioukov (1859–1943) était le ministre Affaires Etrangères dans le Gouvernement Provisoire. (NDE)

[11] Alexander Guchkov (1862–1936) était le ministre de la Guerre dans le Gouvernement Provisoire. (NDE)

[12] L’UCR était le conseil qui assuma le pouvoir en Ukraine après la Révolution de Février en Russie, avec l’intention d’assurer l’indépendance ukrainienne. Il fut déclaré illégal par les Soviets en décembre 1917. (NDE)

[13] Entre le 3 et 7 juillet, des soldats et des ouvriers de Petrograd, soutenus par les bolcheviks, firent des manifestations contre le Gouvernement Provisoire. Celui-ci accusa les manifestants de fomenter un coup d’Etat et les réprima en utilisant la force militaire, conduisant à un revers temporaire pour les bolcheviks. (NDE)

[14] Le Seim était l’Assemblée populaire finlandaise. (NDE)

[15] Sir Robert Hamilton Bruce Lockhart (1887–1970) était le consul-général britannique à l’époque de la Révolution russe. Au nom de ses supérieurs à Londres, et en conjonction avec l’Intelligence Service, il tenta de persuader les bolcheviks de rester en guerre contre l’Allemagne, mais sans succès. Après une série de tentatives secrètes pour influencer le cours de la Révolution, en 1918, avec l’agent secret Sidney Reilly, il tenta de faire assassiner Lénine et de renverser les bolcheviks, ce qui est connu sous le nom de « complot Lockhart ». Celui-ci échoua, bien que Lockhart fut plus tard autorisé à quitter la Russie lors d’un échange de prisonniers. (NDE)

[16] L’Assemblée Constituante panrusse fut formée en résultat d’une élection tenue en novembre 1917. Lorsqu’il devint clair que le nombre de représentants des socialistes-révolutionnaires dépasserait de loin celui des bolcheviks à l’Assemblée, ceux-ci commencèrent à jeter le doute sur la valifité de l’Assemblée, et elle ne fut autorisée à se réunir qu’une seule fois en janvier 1918 avant d’être dissoute. (NDE)

[17] Yakov Blumkin (1898–1929) était le directeur des opérations de contre-espionnage de la Tcheka (la police secrète révolutionnaire) à l’époque. Il fut pardonné par les bolcheviks pour avoir participé au coup d’Etat des SR, et travailla plus tard comme exécuteur et agent secret. Envoyé pour aider à fomenter la subversion révolutionnaire contre les Britanniques au Moyen-Orient, ses aventures orientales le rendirent célèbre. Il devint plus tard l’ami de Trotski ; après l’exil de Trotski hors d’URSS, il servit de courrier pour les messages de Trotski ; quand cela fut découvert, il fut exécuté sur l’ordre de Staline. (NDE)

[*] On peut ajouter que le 30 août 1918, Fanny Kaplan, une militante socialiste-révolutionnaire, tenta de tuer Lénine et le blessa gravement. Elle déclara qu’elle considérait Lénine comme un « traître à la révolution », qui avait interdit et réprimé son parti (les SR). (NDT)

 

samedi, 28 janvier 2023

La Libye et les intérêts géopolitiques de ses voisins

shutterstock_1882454419-777x437.jpeg

La Libye et les intérêts géopolitiques de ses voisins

par le Groupe de réflexion Katehon

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/la-libia-e-gli-interessi-geopolitici-dei-vicini

Depuis le renversement du gouvernement en 2011, la Libye est divisée. Tripoli et l'Occident ont tenté de contrôler la partie orientale du pays, un fief de l'"Armée nationale libyenne" (ANL) dirigée par le maréchal Khalifa Haftar. Par la suite, le double pouvoir a prévalu et le pays a cessé de fonctionner comme un seul État.

Le peuple et le parlement de la partie orientale ont opté pour une coopération avec l'"Armée nationale libyenne" dirigée par le maréchal Haftar. À l'ouest, dans la capitale Tripoli, le gouvernement d'accord national (CAN) soutenu par l'ONU et l'UE, dirigé par Fayiz Saradj, est au pouvoir. Son mandat a cependant déjà expiré.

D'autres pays ont réagi différemment aux événements en Libye. En 2011, la Grèce a soutenu l'opération militaire de l'OTAN contre Mouammar Kadhafi en mettant à la disposition des membres de l'Alliance atlantique des aérodromes militaires et une base navale. Cependant, l'armée grecque n'a pas été directement impliquée dans l'opération. En 2020, la Turquie a déployé ses troupes et des mercenaires syriens à sa solde en Libye, qui ont d'abord arrêté l'offensive de l'"Armée nationale libyenne" de Khalifa Haftar, puis l'ont repoussée de Tripoli à Syrte. Haftar n'a pu être sauvé que par Le Caire, qui a menacé Ankara d'envoyer ses troupes en Libye.

Les relations diplomatiques entre Le Caire et Ankara ont été rompues en 2013 après que le chef de l'armée égyptienne de l'époque, As-Sisi, a mené un coup d'État militaire contre le président égyptien Mohamed Morsi, soutenu par Erdogan (et les Frères musulmans, un groupe interdit en Russie).

Lors de la visite d'une délégation turque de haut niveau au Caire en 2021, la Turquie s'est trouvée désavantagée: d'une part, en raison du blocus du Qatar et, d'autre part, parce qu'Ankara n'avait pas été acceptée dans le forum sur le gaz, qui réunissait presque tous les pays de la Méditerranée orientale, dont l'Italie, l'Égypte, la Grèce, Israël, Chypre grecque, la Jordanie et la Palestine. Ce qu'Ankara n'a pas apprécié, c'est le renforcement de l'amitié entre Grecs et Egyptiens.

grafik.jpg

Les Turcs ont alors suggéré aux Égyptiens d'oublier toutes les vieilles rancunes et de se réconcilier. Le Caire se méfiait plutôt de cette suggestion. Les Égyptiens ont répondu en suggérant que les pays devaient d'abord surmonter leurs différences accumulées. La question qui nous occupe est la critique des dirigeants égyptiens par les médias turcs. Le Caire est également mécontent de l'accord de coopération militaire de 2019 signé avec l'ancien "gouvernement d'entente nationale" de Faiz Saraj, qui autorise les forces militaires turques à se trouver sur le territoire libyen, et du document sur la démarcation des frontières maritimes avec la Libye. Le Caire a également demandé à Ankara de cesser de s'ingérer dans les affaires intérieures des pays arabes et de ne pas accorder la citoyenneté turque aux Égyptiens vivant en Turquie.

Les Turcs ont ensuite satisfait à certaines de ces demandes, comme la modération des critiques de l'Egypte sur leurs chaînes de télévision. Néanmoins, la Turquie continue de pousser le concept de "patrie bleue", qui prévoit l'expansion de ses eaux territoriales dans la mer Égée, la Méditerranée et la mer Noire. À cette fin, Ankara a l'intention de conclure un accord similaire pour délimiter les frontières maritimes avec l'Égypte, ce qui pourrait transformer la Méditerranée en un "lac turc" à l'avenir, aux dépens du Caire. Ce n'est pas une coïncidence si de nombreux experts estiment que c'est précisément sur la piste libyenne que Le Caire et Ankara auront le plus de mal à négocier des concessions mutuelles. Il est peu probable que les Turcs et les Égyptiens acceptent de céder l'un à l'autre des positions importantes en Libye, qui revêtent une importance stratégique pour les deux pays.

Il est possible qu'une délégation de responsables libyens, dirigée par le président du parlement Aguila Saleh, se soit rendue au Caire à la mi-décembre pour concilier les positions de l'Égypte et de ses alliés libyens. Le programme de la visite comprenait des réunions avec le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry, l'envoyé spécial des Nations Unies en Libye Abdoulaye Bathily et le secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Abu al-Ghaith. Au cours des réunions, Sameh a déclaré que l'actuel premier ministre libyen, Abdul Hamid Dbeiba, devra accomplir un certain nombre de tâches en vue des prochaines élections libyennes, dont la date n'a pas encore été fixée.

Cependant, ces tâches ne sont pas encore achevées, le Premier ministre les a en fait fait dérailler, mettant en péril la finalisation de ce que l'on appelle le cadre constitutionnel, c'est-à-dire la rédaction des dispositions constitutionnelles déterminant les modalités et les règles de participation aux élections. À un moment donné, c'est la raison pour laquelle les élections parlementaires et présidentielles prévues pour décembre 2021 n'ont jamais eu lieu.

Au début du mois de décembre de l'année dernière, la National Oil Corporation (NOC) de Libye a également invité les entreprises internationales avec lesquelles elle avait précédemment signé des accords d'exploration et de production de pétrole et de gaz à reprendre leurs activités dans le pays. L'organisation l'a déclaré dans un texte publié sur son site officiel. Le NOC a justifié cet appel par l'amélioration progressive de la situation sécuritaire. Pour sa part, le défunt "Gouvernement d'entente nationale" dirigé par Abdel Hamid Dbeiba a également appelé les investisseurs étrangers à revenir et à reprendre leurs activités dans les champs pétrolifères et gaziers. Les entreprises occidentales ont commencé à négocier les conditions de travail, mais jusqu'à présent, peu de progrès ont été constatés. L'année dernière, les chiffres globaux de production et d'expédition ont été généralement bons, avec des revenus totaux de 22 milliards de dollars. Mais en raison de l'instabilité politique, les perturbations pourraient se poursuivre dès 2023.

lundi, 23 janvier 2023

Guerre totale contre la Russie et risque de "donner" l'Asie à la Chine

3da743e11b42f91982bd1e754dcc5bcf.jpg

Guerre totale contre la Russie et risque de "donner" l'Asie à la Chine

Leonardo Giordano

Source: https://www.barbadillo.it/107728-la-guerra-a-oltranza-alla-russia-e-il-rischio-di-regalare-lasia-alla-cina/

Risque géopolitique

Un article de Carlo Pelanda dans 'La Verità' du dimanche 15 janvier nous apprend que quelque chose est en train de changer dans les cercles des 'analystes' pro-occidentaux et atlantistes concernant la guerre entre la Russie et l'Ukraine. Dans un article en première page, le journal titrait littéralement: "Pire que la victoire de Poutine, une Russie aux mains des Chinois". À l'intérieur, l'article occupait une page entière et titrait de manière encore plus précise: "Pour freiner la montée en puissance de la Chine, l'Occident ne peut se passer de la Russie".

carlo-pelanda.jpg

La thèse de base de Pelanda (photo) est la suivante: dans les groupes de réflexion occidentaux qui ont promu l'aide à l'Ukraine dans la guerre contre la Russie, on craint de plus en plus que le danger chinois se renforcera en l'absence d'une Russie alliée pour aider à contenir d'une manière ou d'une autre l'expansionnisme chinois en Asie et en Afrique. L'analyste de "La Verità" déclare textuellement : "[...] la Russie ne sera jamais en mesure de remplacer la domination de l'empire des démocraties sur la planète, mais la Chine pourrait facilement le faire si elle obtenait une forte influence sur Moscou et l'Asie centrale ; il n'est donc pas intelligent de laisser la Russie aux mains des Chinois".

Si, en revanche, l'analyse et le diagnostic de la situation, bien qu'un peu tardifs, sont marqués par un solide réalisme, la proposition, ou l'hypothèse de solution, laisse cependant à désirer. En fait, elle postule la nécessité d'accélérer le processus de déstabilisation interne de la Russie afin que celle-ci, ainsi que le futur scénario politique qui devrait initier les pourparlers de paix, soit libérée de la présence encombrante de Poutine.

Cette hypothèse est prudemment considérée comme "réaliste" en raison de certains signes que Pelanda semble déceler dans cette direction: "Dans cette hypothèse, il pourrait y avoir un glissement partant de la guerre d'Ukraine pour aboutir à un conflit civil interne en Russie. Indice: les services secrets danois ont publié, il y a environ un mois, une déclaration qui se prête à de multiples interprétations: les excès guerriers de Poutine sont dus à l'effet de médicaments anticancéreux. Une interprétation est qu'il s'agit d'un signal des élites russes: seuls Poutine et une vingtaine de ses loyalistes sont à blâmer, le reste peut être déclaré innocent et ne pas faire l'objet d'un Nuremberg international mais éventuellement être traité de manière sélective par la justice domestique russe post-Poutine".

Ce n'était pas le cas avec Hitler, mais ce n'était pas non plus le cas avec Milosevic et Saddam Hussein. S'il n'y avait pas eu leur défaite militaire, la situation aurait difficilement pu être résolue "en interne" et, aujourd'hui, il n'y a pas non plus de réelles conditions sur le terrain pour conclure à une inéluctable défaite russe, même si le conflit dure beaucoup plus longtemps que ce que l'autocrate russe et son état-major avaient prévu. Pour vaincre militairement la Russie, il faudrait une intervention directe de l'OTAN, ce qui serait en réalité le prélude à la déflagration d'un conflit mondial.

Même s'il était possible de parvenir à une solution du type de celle imaginée et espérée par Pelanda, avec un coup d'État anti-Poutine, il resterait sur l'échiquier des questions clés non résolues qui rendraient la situation internationale toujours très instable et susceptible de voir émerger un casus belli et, partant, d'autres interventions militaires: l'aspiration atavique de la Russie à avoir une connexion plus directe avec la Méditerranée par le biais de ses ports sur la mer Noire (c'est la question de la Crimée), les relations et les échanges économiques avec l'Europe qui ont toujours existé et ont souvent servi à "calmer" les revendications anglo-américaines sur les économies européennes.

cover-mattei.jpg.rend.500.700.jpg

Pour rester chez nous, en Italie, depuis Francesco Saverio Nitti, il y a eu des relations et des échanges économiques avec la Russie, mis en œuvre pendant le fascisme, qui représentait idéologiquement une opposition résolue au communisme soviétique comme on peut aisément l'imaginer. Ces relations sont reprises sur le thème du pétrole et de l'énergie par Enrico Mattei (photo) à la fin des années 50 et lorsque, le 11 mai 1962, le sous-secrétaire d'État américain George Ball lui reproche ces "relations dangereuses", ce responsable politique de la région des Marches répond que d'autres entreprises n'appartenant pas au groupe ENI et provenant d'autres pays européens ont également tissé des relations économiques avec l'URSS et que même les usines Esso en Italie raffinent le pétrole soviétique qui sert à approvisionner la Sixième flotte de la marine américaine.

Historiquement, pour le meilleur ou pour le pire, la Russie a toujours "interagi" avec les différentes puissances européennes en participant à leurs conflits puis aux négociations de paix qui s'ensuivirent; l'exemple le plus frappant étant ce qui s'est passé avec la fin de Napoléon Bonaparte et le Congrès de Vienne qui a suivi sa défaite. Les États-Unis ont peut-être pensé identifier la défaite du communisme soviétique comme une défaite définitive de la Russie, ce qui avait dès lors pour suite que les Russes devaient revoir à la baisse leurs aspirations et leur dynamique géopolitiques pluriséculaires. Cette affirmation relève d'une posture profondément irréaliste et "utopique". De manière plus réaliste, nous aurions dû penser que, tout comme les diverses puissances européennes qui s'étaient affrontées jusqu'à la Seconde Guerre mondiale ont en quelque sorte reconstruit un tissu de relations pacifiques et "à faible tension conflictuelle" dans la période qui a suivi ce conflit, il aurait dû en être de même avec la Russie. Le communisme a rendu cela impossible jusqu'en 1989, mais il aurait alors fallu entamer et poursuivre ce processus sans relâche, au lieu de faire semblant d'arriver à la frontière russo-ukrainienne avec des missiles de l'OTAN, après l'avoir déjà fait en Pologne et dans d'autres pays d'Europe de l'Est.

dimanche, 22 janvier 2023

Présentation de Multipolarité au XXIème siècle et de L'Europe, la multipolarité et le système international

ad325697f9ffd33ebbd2b47a6ed12c88.jpg

Présentation de Multipolarité au XXIème siècle et de L'Europe, la multipolarité et le système international

Age planétaire et nouvel ordre mondial

par Irnerio Seminatore

INSTITUT ROYAL D'ETUDES STRATEGIQUES de RABAT

8 Décembre 2022

TABLE DES MATIERES

Une vue d'ensemble

Alliance Anti-Hegemonique et nouveau Rimland

Crise de l'atlantisme et transition du système

Les issues du conflit ukrainien

L'hégémonie et le remodelage du système

Stabilité et sécurité. Alternance Hégémonique ou alternative systémique ?

Le conflits USA-Russie et la rupture de la continuité géopolitique Europe-Asie

Encerclement, politique des alliances et leçons de la crise

***

Une vue d'ensemble

L'ambition de ces deux publications sur la multipolarité, le tome 1 au titre La Multipolarité au XXIème siècle et le tome 2: L'Europe, la Multipolarité et le Système international. Age planétaire et nouvel ordre mondial, a été d'avoir essayé de dresser une vue d'ensemble sur la politique mondiale à l'époque où nous vivons.

Et cela, sous l'angle d'une pluralité de structures de souverainetés et donc d'équilibre des forces, mais également et surtout de l'antagonisme historique entre puissances hégémoniques et puissances montantes et donc d'un certain ordre politique et moral. On y repère ainsi les deux aspects principaux de tout narratif historique, l'acteur et le système, qui se projettent sur la toile de fond de l'action historique.

La-multipolarite-au-XXIe-siecle.jpg

L'acteur, ou la figure de l'Hégémon, y apparaît comme le signifiant universel d'une époque et le système, comme englobant général de tous les antagonismes et de toutes les rivalités, en est le décor.

Ces deux ouvrages couvrent la transition qui va de la fin du système bipolaire à l'unipolarisme américain qui lui a succédé, puis au multipolarisme actuel, en voie de reconfiguration.

Parmi les changements des structures de pouvoir et des ordres internationaux, trois thèmes constituent le fil conducteur de l'antagonisme qui secoue le système, des débats qui animent ses rivalités et ses conflits et, comme tels, l'axe directeur de mes deux ouvrages

- la triade des puissances établies, qui se disputent l'hégémonie de la scène planétaire (Etats-Unis, Russie et Chine), scène devenue durablement instable;

- l'environnement stratégique mondial, comme cadre historique, cumulant les trois dimensions de l’action, d’influence, de subversion ou de contrainte;

- l'Europe, comme acteur géopolitique inachevé et à autonomie incomplète.

Dans ce contexte, l’interprétation des stratégies de politique étrangère prises en considération, obéit aux critères, jadis dominants de la Realpolitik, remis à l’ordre du jour par le World Politics anglo-saxon.

L'option réaliste en politique internationale est adoptée non pas pour garantir l'idéal de la puissance ou de l'Etat-puissance, comme au XIXème siècle, ou encore pour justifier la matrice classique de la discipline, l'anarchie internationale, à la manière de R. Niebuhr, mais pour comprendre les mutations des idées et des rapports de forces, intervenues dans la politique mondiale depuis 1945.

C'est uniquement par l'approche systémique et par conséquent par une vue générale et exhaustive, que l'on peut saisir les conditions idéologiques et structurelles de la remise en cause de la souveraineté des Etats et des Nations et l'apparition d'un univers d'unités politiques interdépendantes et toutefois subalternes à une hégémonie impériale dominante.

Ainsi l'ensemble des essais ici réunis, prétend conférer à ces deux tomes un statut d'éclairage conceptuel pour la compréhension de l'évolution globale de notre conjoncture et pour l'analyse du "Grand Jeu" entre pôles de puissances établies, défiant la stabilité antérieure.

9782296069282-475x500-1.jpg

Alliance Anti-Hégémonique et nouveau Rimland

Sont mises en exergue, dès lors :

l'alliance anti-hégémonique du pivot géographique de l'histoire, le Heartland, par la Russie, l'Iran et la Chine et, en position d'arbitrage la Turquie,

- la chaîne politico-diplomatique du  "containement" de la masse eurasienne, par la ceinture péninsulaire extérieure du "Rimland"mondial, constituée par la Grande Ile de l'Amérique, le Japon, l'Australie, l'Inde, les pays du Golfe et l'Europe, ou, pour simplifier, l'alliance nouvelle des puissances de la terre contre les puissances de la mer.

Dans cet antagonisme entre acteurs étatiques, l'enjeu est historique, le pari existentiel et l'affrontement est planétaire.

En soulignant le déplacement de l'axe de gravité du monde vers
l'Asie-Pacifique, provoqué par l'émergence surprenante de l'Empire du Milieu, ce livre s'interroge sur le rôle de l'Amérique et de la Russie, ennemies ou partenaires stratégiques de l'Europe de l'Ouest, justifiant par là le deuil définitif de "l'ère atlantiste" qui s'était imposée depuis 1945.

Crise de l'atlantisme et transition du système

La crise de l'atlantisme, ou du principe de vassalité est aujourd'hui aggravée par deux phénomènes:

- la démission stratégique du continent européen, en voie de régression vers un sous-système dépendant;

- les tentatives de resserrement des alliances militaires permanentes en Europe et en Asie-Pacifique (Otan, Aukus) prélude d'un conflit de grandes dimensions.

Ouvrages  didactiques, ces deux tomes prétendent  se situer dans la postérité des auteurs classiques du système international, R. Aron, Kaplan, Rosenau, H. Kissinger, K. Waltz, Allison, Brzezinski, Strausz-Hupé, et plus loin, Machiavel et Hobbes, tout aussi bien dans la lecture des changements des équilibres globaux et dans la transition d'un système international à l'autre, que dans la lecture philosophique sur la nature de l'homme, la morphologie du pouvoir  et  les caractéristiques intellectuelles de la période post-moderne. Ce qui est en cause dans toute transition est le concept de hiérarchie.

Sous ce regard de changement et de mouvement, le retour de la guerre en Europe représente le premier moment d'un remodelage géopolitique de l'ensemble planétaire et une rupture des relations globales entre deux sous-systèmes, euro-atlantique et euro-asiatique.

9782841913299-475x500-1.jpg

Au sein de ce retournement, l'Europe y perd son rôle d'équilibre entre l'Amérique et la Russie et le grand vide de puissance, qui s'instaure dans la partie occidentale du continent, est aggravé par l'absence de perspective stratégique, par le particularisme des options diplomatiques des Etats-Membres de l'Union Européenne, par le flottement des relations franco-allemandes jadis structurantes et, in fine, par la difficile recherche d'un Leadership commun.

Les issues du conflit ukrainien

L'issue du conflit ukrainien, comme guerre par procuration mené par l'Amérique contre la Russie, a été présenté au Forum sur la sécurité internationale de Halifax, au Canada, par Lloyd Austin, Secrétaire américain à la défense, comme déterminant de la sécurité et de l'ordre mondial du XXIème siècle fondé, sur des règles. Ce conflit prouve la difficulté de l'Union européenne à assurer une architecture européenne de sécurité "égale et indivisible" car il intervient comme modèle de rupture dans les relations de coopération internationales et préfigure en Asie-Pacifique une relation d'interdépendance stratégique et d'alliances militaires opposées, entre puissances du "Rimland" et puissances du "Heartland", face à l'ouverture prévisible, d'une crise, concernant le "statut" de Taiwan.

bda3cf9dafb8d8fa4217135b52cf5375.jpg

Dans la perspective d'une invasion de celle-ci par la Chine s'ouvriraient les portes de la géopolitique planétaire vers le Pacifique et l'Australie et changerait immédiatement le sens du conflit entre Moscou et l'Occident. Seraient particulièrement brouillés les calculs de Washington sur le rôle de la Russie en Europe, en Asie-centrale et en Asie-Pacifique, d'où le jeu ambigu de la Turquie et la recherche d'une profondeur stratégique pour l'emporter, qui demeure sans précédent.

Aujourd'hui, l'affrontement Orient et Occident est tout autant géopolitique et stratégique, qu'idéologique et systémique et concerne tous les domaines, bien qu'il soit interprété, dans la plupart des cas, sous le profil de la relation entre économie et politique.

Sous cet angle, en particulier, l'unipolarisme de l'Occident fait jouer à la finance, disjointe de l'économie, un rôle autonome pour contrôler, à travers les institutions multilatérales, le FMI et la Banque Mondiale, l'industrie, la production d'énergie, l'alimentation, les ressources minières et les infrastructures vitales de plusieurs pays.

Dans ce cadre les Etats qui soutiennent la multipolarité sont aussi des Etats à gouvernement autocratique, qui résistent au modèle culturel de l'Occident et affirment le respect de vies autonomes de développement, une opposition visant la financiarisation et la privatisation des économies , subordonnant la finance à la production de biens publics.

InternetUS.jpg

L'hégémonie et le remodelage du système

Or le remodelage du système international pose le problème de l'hégémonie comme nœud capital de notre époque et inscrit ce problème comme la principale question du pouvoir dans le monde. En effet nous allons vers une extension sans limites des conflits régionaux, une politique de resserrement des alliances militaires, occidentales, euro-asiatiques et orientales, qui donnent plausibilité à l'hypothèse d'une réorganisation planétaire de l'ordre global, par le biais d'un conflit mondial de haute intensité.

La plausibilité d'un conflit majeur entre pôles insulaires et pôles continentaux crée une incertitude complémentaire sur les scénarios de belligérance multipolaire dans un contexte de bipolarisme sous-jacent (Chine-Etats-Unis)

C'est l'une des préoccupations, d'ordre historique, évoquées dans ces deux tomes sur la multipolarité.

A ce propos, le théâtre européen élargi (en y incluant les crises en chaîne qui vont des zones contestées des pays baltes au Bélarus et à l'Ukraine, jusqu'au Golfe et à l'Iran, en passant par la Syrie et le conflit israélo-palestinien), peut devenir soudainement l'activateur d'un conflit général, à l'épicentre initial dans l'Est du continent.

Ce scénario, qui apparaît comme une crise du politique dans la dimension de l'ordre inter-étatique, peut être appelé transition hégémonique dans l'ordre de l'histoire en devenir.

Bon nombre d'analystes expriment la conviction que le système international actuel vit une alternance et peut être même une alternative hégémonique et ils identifient les facteurs de ce changement, porteurs de guerres, dans une série de besoins insatisfaits , principalement dans l'exigence de sécurité et dans la transgression déclamatoire du tabou nucléaire, sur le terrain tactique et dans les zones d'influence disputées (en Ukraine, dans les pays baltes, en Biélorussie, ainsi que dans d'autres points de crises parsemées).

L'énumération de ces besoins va de l'instabilité politique interne, sujette à l'intervention de puissances extérieures, à l'usure des systèmes démocratiques, gangrenés en Eurasie par l'inefficacité et par la corruption et en Afrique, par le sous-développement, l'absence d'infrastructures modernes, la santé publique et une démographie sans contrôle.

En effet, sans la capacité d'imposer la stabilité ou la défendre, Hégémon ne peut exercer la suprématie du pouvoir international par la seule diplomatie, l'économie, le multilatéralisme, ou l'appel aux valeurs.

Il lui faut préserver un aspect essentiel du pouvoir international (supériorité militaire, organisation efficace, avancées technologiques, innovation permanente, etc).

Hégémon doit tenir compte de l'échiquier mondial, de la Balance of Power, de la cohésion et homogénéité des alliances, mais aussi de l'intensité et de la durée de l'effort de guerre. C'est pourquoi les guerres majeures relèvent essentiellement de décisions systémiques (R. Gilpin).

6cc9d048dd13488679eb5933cd55aecd.jpg

Stabilité et sécurité. Alternance Hégémonique ou alternative systémique ?

La question qui émerge du débat actuel sur le rôle des Etats-Unis dans la conjoncture actuelle est de savoir si la "Stabilité stratégique" assurée pendant 60 par l'Amérique (R. Gilpin) est en train de disparaître, entrainant le déclin d'Hégémon et de la civilisation occidentale, ou bien, si nous sommes confrontés à une alternative hégémonique et à un monde post-impérial.

L'interrogation qui s'accompagne au déclin supposé des Etats-Unis et à la transition vers un monde multipolaire articulée, est également centrale et peut être formulée ainsi; "quelle forme prendra cette transition ?".

La forme déjà connue, d'une série de conflits en chaîne, selon le modèle de R. Aron, calqué sur le XXème siècle, ou la forme plus profonde d'un changement de la civilisation, de l'idée de société et de la figure de l'homme selon le modèle des "révolutions systémiques" de Strausz-Hupé, couvrant l'univers des relations socio-politiques du monde occidental et les grandes aires de civilisations connues?

Du point de vue des interrogations connexes, les tensions entretenues entre les Occidentaux et la Russie en Ukraine, sont susceptibles de provoquer une escalade aux incertitudes multiples, y compris nucléaires et des clivages d'instabilités, de crises ouvertes et de conflits gelés, allant des Pays baltes à la mer Noire et du Caucase à la Turquie. Ces tensions remettent à l'ordre du jour l'hypothèse d'un affrontement général, comme issue difficilement évitable de formes permanentes d'instabilité régionales, aux foyers multiples, internes et internationaux.

Cette hypothèse alimente une culture de défense hégémonique des Etats-Unis, dont la projection de puissance manifeste sa dangerosité et sa provocation en Europe, au Moyen Orient et en Asie.

chess-board.png

Le conflits USA-Russie et la rupture de la continuité géopolitique Europe-Asie

En ce sens le conflit avec la Russie, par Ukraine interposée, peut être interprété comme une tentative de désarticulation de la continuité géopolitique de l'Europe vers l'Asie (Brzezinski) et de la Chine vers la région de l'Indopacifique. C'est sous l'angle de fracturation et de la vassalité, que s'aggravent les facteurs d'incertitudes et les motifs de préoccupation sur les tendances stratégiques des Etats-Unis.

En effet la différenciation vis à vis du Leader de bloc distingue en Europe les pays d'obédience et d'influence atlantique stricte (GB, pays nordiques, Hollande, Belgique, Pays baltes et Pologne) des pays du doute et de la résistance (France, Italie et Allemagne).

Au niveau planétaire font partie des zones à hégémonie disputée et demeurent sujettes à l'influence grandissante de la Realpolitik chinoise la région des Balkans, de la mer Noire, de la Caspienne, du plateau turc, du Golfe, de l'Inde, d'Indonésie, du Japon et d'Australie.

Pariant, sans vraiment y croire sur la "victoire" de Kiev", face à Moscou, l'Amérique entend clairement faire saigner la Russie, en éloignant le plus possible la perspective d'un compromis et d'une sortie de crise.

Par ailleurs la vassalité de l'Europe centrale vis à vis de l'Amérique deviendra une nécessité politique et militaire, afin de décourager l'Allemagne, réarmée, de vouloir réunifier demain le continent. Une vassalité semblable pourrait opposer les pays asiatiques à la Chine dans la volonté de restituer de manière unilatérale, l'Asie aux Asiatiques.

Encerclement, politique des alliances et leçons de la crise

Du point de vue des leçons à tirer et de ses répercussions, la crise ukrainienne a mis à l'ordre du jour la réflexion sur la morphologie des systèmes internationaux, stables, instables ou révolutionnaires, et, en particulier la politique des alliances, qui ont fait grands les empires et inéluctables les guerres.

Comme l'Empire allemand avant 1914, la Fédération de Russie a pu se sentir encerclée par l'Otan et a choisi, en pleine conscience du danger, de passer d'un mode défensif à un mode préventif et offensif, au nom de ses intérêts de sécurité et de la conception commune et incontestable de la "sécurité égale et indivisible" pour tous les membres de la communauté internationale. Une sécurité égale qui était justifiée, avant la première guerre mondiale, par une équivalence morale entre les ennemis, comme l'a bien montré Carl Schmitt, contre la diabolisation de l'Allemagne.

2-4-724x1024.jpg

81GojQwzu-L.jpg

Telle est, à mes yeux, la vue d'ensemble de la conjoncture que nous vivons, si profonde et si grave, que j'ai essayé d'en décrire les formes et les enjeux et de la soumettre au jugement de nos contemporains, pour qu'en témoigne l'Histoire et pour qu'en tire profit la décision politique.  Et cela dans le but de décrypter les dilemmes de la paix et de la guerre et de percevoir dans la détérioration des systèmes internationaux, un espoir de compatibilité civilisationnelle et stratégique entre acteurs principaux, portant sur la stabilité ou le retour à la stabilité

Pour rendre moins aléatoire cette recherche j'ai adoptée tour à tour cinq niveaux de compréhension :

- théorique (attributs systémiques, système et sous-systèmes, homogénéité- hétérogénéité, stabilité et sécurité);

- historique (la scène planétaire et sa morphologie ,les acteurs et les constellations diplomatiques);

- géopolitique (enjeux globaux, géopolitique continentale et géopolitique mondiale océanique);

- stratégique (la triade, le condominium USA-Chine ou le duel du siècle, hégémonie et compétition hégémonique);

- institutionnel (la crise de l’unipolarisme et de l’atlantisme, l’Europe et la multipolarité);

et j'en ai conclu à et opté pour un indéterminisme probabiliste, qui gouverne le sort de l'homme et des sociétés, dans le sens de la liberté ou de celui de la tyrannie, de la vie ou de la mort.

Ce travail, qui m'a demandé quarante ans, ne m'a consenti aucune certitude et aucune sentence définitive et m'a toujours rappelé que l'histoire reste ouverte au choix du bien ou du mal et à celui de la volonté la plus déterminée, soit-elle terrifiante.

Ce qui se prépare aujourd'hui et qui est conforme à la théorie des grands cycles et à la situation du monde actuel, demeure le duel du siècle entre les Etats-Unis et la Chine. Mais "quid" alors de la Russie et avec autant d'inquiétude de l’Europe ?

Les interrogations proposent à l'action les grandes options de demain, mais ne donnent que l'image approximative du possible et jamais la solution accomplie. Celle-ci appartient à l'imprévu, qui est l'enfant naturel du risque et l'appétit le plus cruel de l'aventure humaine.

 

Bruxelles le 8 Décembre 2022

vendredi, 20 janvier 2023

Risques pour l'intégration eurasienne

bloca-agenda-routesoie.jpg

Risques pour l'intégration eurasienne

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/riski-dlya-evraziyskoy-integracii

Le sommet informel des chefs d'État de la CEI à Saint-Pétersbourg les 26 et 27 décembre 2022 a démontré la volonté de tous les participants de coopérer et d'interagir sur un large éventail de questions. Les discours de nombreux présidents ont inspiré de l'optimisme quant au développement d'initiatives communes telles que l'OTSC et l'EAEU. En même temps, ces dernières années, et surtout depuis le début de l'opération spéciale en Ukraine, il y a eu des actions de la part des partenaires qui peuvent pour le moins être qualifiées d'attentistes. Parfois, comme dans le cas du Premier ministre arménien, il y avait un chantage pur et simple.

À l'avenir, de telles "oscillations" dans les relations de partenariat pourraient commencer à générer des mouvements plus nets si nous ne prenons pas le temps d'analyser les défis et menaces possibles provenant d'acteurs extérieurs. Et ils ne feront que s'intensifier, car la zone des intérêts géopolitiques naturels de la Russie (y compris l'Asie centrale et le Caucase du Sud) relève également de la sphère d'intérêt d'autres puissances. Et pas seulement des intérêts, mais aussi des initiatives actives de politique étrangère et des projets économiques.

Dans ce contexte, l'Institut espagnol d'études stratégiques observe discrètement que l'Asie centrale est une zone d'intérêt pour la sécurité russe, mais aussi qu'elle a toujours relevé de la sphère d'influence de puissances étrangères, en premier lieu la Grande-Bretagne et l'Empire ottoman. Puis les États-Unis sont arrivés, et l'Empire ottoman a changé son nom en Turquie. Un nouveau "Grand Jeu" émerge, qui, avec le radicalisme religieux, montre une lutte claire pour la région.

L'auteur Pedro Sanchez tire des conclusions ambiguës selon lesquelles des scénarios tant positifs que négatifs sont possibles. Toutefois, le contexte général est lié à la géographie stratégique.

"L'histoire de la planète nous montre périodiquement un certain nombre de voies et de carrefours dans le monde. L'Asie centrale est l'une d'entre elles. Et dès que des forces importantes entrent en jeu pour contrôler ou empêcher une autre de contrôler cette zone, la probabilité d'un conflit est assurée. Ainsi, une zone enclavée, séparée de la mer et apparemment au milieu de nulle part, se profile comme un espace où la géographie, la richesse naturelle, la population et la situation entre des visions du monde différentes et puissantes lui confèrent un rôle clé dans le remodelage de la planète et dans la lutte contre les forces exogènes.

Si à ces tensions externes s'ajoutent d'importantes faiblesses internes, ainsi qu'une hétérogénéité et un déséquilibre significatifs entre les nations qui composent la région, il est certain que le potentiel de conflit est à un niveau élevé, surtout si une tension externe ou interne dépasse une ligne rouge et génère une cascade de forces induites. Dans ce cas, le conflit peut être inévitable.

Certes, une reconfiguration du pouvoir à l'échelle mondiale, peut-être vers un monde multipolaire ou polycentrique, comme le note la Russie, ne va pas sans tensions qui obligent les grands intérêts à s'affronter dans la recherche d'un nouvel équilibre. Mais cette reconfiguration est également le résultat de l'évolution des acteurs, des réalités et, ne l'oublions pas, des nouvelles menaces mondiales qui, dans la plupart des cas, sont communes.

 

Ainsi, cette situation, au lieu d'être perçue en termes de crise potentielle, de conflit latent, peut être comprise en se souvenant davantage de ce qui unit que de ce qui divise, dans la clé de l'opportunité, afin que certains aspects et certains domaines clés restent en dehors des jeux à somme nulle et soient structurés de manière à pouvoir être utilisés à leur avantage, afin que tout le monde en profite, ce qui est faisable. Et l'une de ces régions pourrait certainement être l'Asie centrale"[i].

Oui, la Russie est intéressée à la fois par la création d'un monde multipolaire et par le maintien du calme dans la région. Mais étant donné la spécificité culturelle et historique des pays d'Asie centrale, il est tout à fait logique que non seulement la Russie mais aussi d'autres voisins regardent danscette direction avec intérêt. Et ces voisins lanceront leurs propres projets dans la région.

"Les républiques d'Asie centrale ne constituent pas un élément homogène et cohérent, s'efforçant plus ou moins de mener, selon les termes du président kazakh, une politique "multi-vecteurs" qui se réduit à essayer d'équilibrer de manière pragmatique les intérêts des puissances de la région, en cherchant à maximiser les avantages du pays, mais certainement avec une orientation progressive vers l'Asie."[ii]

img-6-small580.jpg

La Chine occupe une place particulière dans cette politique de multi-vectorisme.

En 2013, Xi Jinping a annoncé la possibilité de faire revivre l'ancienne route de la soie. Cette idée s'est ensuite concrétisée sous la forme de l'initiative "Belt and Road", qui a immédiatement commencé à englober les pays d'Asie centrale. Bien que la Russie et la Chine soient des puissances amies, certains risques subsistent. Le jumelage de l'UEE et de l'initiative "Belt and Road", qui a été discuté lors du sommet d'Ufa en 2016, n'a pas encore eu lieu. Et objectivement, c'est impossible, car l'EAEU constitue un processus d'intégration, où la tarification, la qualité des services et des biens doivent être amenés à une norme unique, tandis que la Ceinture et la Route est la stratégie de politique étrangère de la Chine et il n'est pas question d'une quelconque intégration. Pékin a ses propres objectifs, même si elle investit dans les infrastructures de plusieurs pays de la région.

L'Iran ne mène pas une politique étrangère très active, même s'il renforce ses liens avec les pays d'Asie centrale et a des intérêts dans le Caucase du Sud. Cependant, les relations entre la Russie et l'Iran se développent de manière assez dynamique et positive (notamment l'adhésion de l'Iran à la zone de libre-échange de l'UEE), et nos points de vue sur la sécurité régionale et la géopolitique sont presque identiques.

L'Afghanistan après le changement de gouvernement en 2021 ne représente qu'une menace indirecte, mais il n'y a pas encore de signaux de sécurité visibles pour les États voisins d'Asie centrale. Après la panique qui a suivi le retrait américain du pays et le contrôle des provinces par les talibans, les nouvelles autorités ont montré qu'elles n'avaient aucune intention d'empiéter sur l'intégrité territoriale des États d'Asie centrale. Le Pakistan ne sera pas abordé, car il ne fait pas partie de la zone d'intégration eurasienne active.

Après la Chine, le prochain acteur voisin actif est peut-être la Turquie.

Sinem Adar, du Centre for European Policy Studies (Bruxelles), note qu'en raison de l'implication de la Russie en Ukraine, la Turquie tente de tirer parti de cette situation non résolue en intensifiant davantage la coopération avec une région qu'elle a longtemps considérée comme proche d'elle-même en raison de sa proximité linguistique et culturelle. Ces efforts s'alignent sur les tentatives de reconstruction de l'économie turque, qui ne cesse de se détériorer, en vue des prochaines élections de 2023, et acquiertde ce fait une importance historique.

 "Au-delà de ces déclencheurs immédiats de la politique renouvelée d'Ankara, l'intérêt pour la région découle d'une volonté stratégique de positionner la Turquie comme une plaque tournante logistique et énergétique reliant l'Europe et l'Asie après la fin de la guerre froide. Pourtant, le scepticisme abonde en Europe quant à l'orientation stratégique d'Ankara à une époque de confrontation et de concurrence géopolitiques intenses. Ainsi, il est nécessaire de réfléchir sobrement à la place de la Turquie dans l'espace eurasiatique émergent, ainsi qu'aux coûts et aux avantages de l'interaction avec la Turquie."[iii]

0f05cef_1kaz7954-6jti3k.JPG

En dehors des projets notoires de Panottomanisme et de Panturquisme, il existe des initiatives bien spécifiques qu'Ankara a lancées.

En particulier, en août 2019, elle a annoncé le projet Asia Revisited pour "tirer parti des opportunités et du potentiel de coopération créés par les développements en Asie."[iv]

Le Conseil turc, fondé en 2009 et comprenant l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Turquie et l'Ouzbékistan en tant qu'États membres, ainsi que la Hongrie (à partir de 2018) et le Turkménistan (à partir de 2021) en tant qu'États observateurs, a récemment été rebaptisé "Organisation des États turcs", ce qui, selon les responsables turcs, reflète les efforts déployés pour "diversifier et renforcer la coopération en matière d'économie et de commerce". La République turque de Chypre du Nord, non reconnue par la Turquie, s'est également vu accorder le statut d'observateur au sein de l'Organisation.

Il est clair que le regain d'intérêt de la Turquie pour le Caucase du Sud et l'Asie centrale est renforcé par la perception qu'a Ankara de la Russie comme un acteur pas assez fort, comme le démontrent certains épisodes des combats qui ont été menés en Ukraine. Dans le même temps, la Turquie critique régulièrement la gestion de l'opération spéciale par Moscou. Bien qu'elle mène depuis des années des opérations extraterritoriales en Irak et en Syrie au cours desquelles des civils sont tués. Mais les partenaires de la Turquie au sein de l'OTAN prétendent qu'il ne se passe rien.

En Turquie, les décideurs et diverses forces politiques pensent que le Kremlin est en train de perdre le contrôle de la région de la Transcaucasie, donnant ainsi à l'armée azerbaïdjanaise (que la Turquie soutient) l'occasion de se venger militairement. Le dernier point culminant a été le blocus du corridor de Lachin. 

L'activité diplomatique d'Ankara dans la région s'est également intensifiée depuis le début de l'opération spéciale. En mars 2022, les gouvernements d'Azerbaïdjan, de Géorgie, du Kazakhstan et de Turquie ont signé une déclaration sur l'amélioration des voies de transport dans le Caucase du Sud et en Asie centrale comme alternative à la route du Nord via la Russie.

carte_petite_kandiyoti_fin-2.jpg

Il a été décidé de développer le corridor transcaspien est-ouest, également appelé corridor du milieu, reliant la Chine et l'Europe par un réseau de chemins de fer et d'autoroutes reliant la Turquie, la Géorgie, l'Azerbaïdjan, la mer Caspienne et l'Asie centrale. Un groupe de travail composé de la Turquie, de l'Azerbaïdjan et du Kazakhstan a été mis en place en juin 2022 pour traiter cette question.

Toutefois, les efforts de la Turquie pour s'engager dans le Caucase du Sud et en Asie centrale ne se limitent pas à la coopération économique et à la logistique. Avec l'évolution de l'équilibre des pouvoirs dans la région et le désir des différents États d'agir de manière autonome, la Turquie a également essayé de se positionner comme un fournisseur de sécurité alternatif sur ce marché spécifique.

Par exemple, la Turquie a élevé ses relations avec l'Ouzbékistan et le Kazakhstan au rang de partenariats stratégiques. Le membre de l'OTAN (Turquie) et le membre de l'OTSC (Kazakhstan) en tant que tels ont mutuellement convenu de renforcer la coopération en matière de défense et l'échange de renseignements militaires [vi]. Les deux pays ont également convenu que les drones de combat turcs ANKA seront produits au Kazakhstan [vii].

De manière révélatrice, cette nouvelle a suscité des critiques à la fois en Russie contre le Kazakhstan (parce qu'il est membre de la CEEA, de l'OTSC et de l'OCS) et en Occident contre la Turquie en raison de l'absence de consultation par Ankara de ses partenaires de l'OTAN.

Bruxelles a renouvelé son intérêt pour le Caucase du Sud et l'Asie centrale. En juillet, par exemple, l'UE et l'Azerbaïdjan ont signé un protocole d'accord sur un partenariat énergétique stratégique dans le cadre de la tentative de l'UE de réduire sa dépendance au gaz russe. La présidente de l'UE, Ursula von der Leyen, l'a dit ouvertement: "Aujourd'hui, avec ce nouveau protocole d'accord, nous ouvrons un nouveau chapitre de notre coopération énergétique avec l'Azerbaïdjan, un partenaire clé dans nos efforts pour nous éloigner des combustibles fossiles russes. Non seulement nous cherchons à renforcer notre partenariat existant, qui garantit un approvisionnement en gaz stable et fiable à l'UE par le biais du corridor gazier méridional. Nous jetons également les bases d'un partenariat à long terme en matière d'efficacité énergétique et d'énergie propre, alors que nous poursuivons tous deux les objectifs de l'Accord de Paris. Mais l'énergie n'est qu'un domaine dans lequel nous pouvons étendre notre coopération avec l'Azerbaïdjan, et je suis impatient d'exploiter tout le potentiel de notre relation."

Et le commissaire à l'énergie Kadri Simson a déclaré : "Le nouveau protocole d'accord souligne le rôle stratégique du corridor gazier du Sud dans nos efforts de diversification. L'Azerbaïdjan a déjà augmenté ses livraisons de gaz naturel à l'UE, et cette tendance va se poursuivre: jusqu'à 4 milliards de mètres cubes de gaz supplémentaires seront livrés cette année, et les volumes devraient plus que doubler d'ici 2027. Mais notre coopération va au-delà, en accélérant l'introduction des énergies renouvelables et en s'attaquant aux émissions de méthane; ces mesures amélioreront la sécurité de l'approvisionnement et contribueront à atteindre nos objectifs climatiques" [viii].

3bae9c155c61f73066d378cfd8496a9f.jpg

Bien que l'Azerbaïdjan ne soit pas membre de l'UEE et de l'OTSC, les efforts de l'UE pour s'insérer dans la région sont évidents.

De même, l'évolution des exigences de la chaîne d'approvisionnement a incité l'UE à repenser les itinéraires logistiques pour éviter le transit par la Russie. En mai de cette année, par exemple, la compagnie maritime danoise Maersk a dévoilé un nouveau service rail-mer reliant l'Asie et l'Europe via le même corridor du Moyen-Orient, en passant par le Caucase du Sud et l'Asie centrale [ix].

Tout ceci est mis en œuvre dans le cadre de l'ancienne initiative TRACECA (Corridor de transport Europe-Caucase-Asie) [x].

Un regard rétrospectif sur les intérêts de l'UE en Asie centrale et dans le Caucase du Sud montre que Bruxelles a préparé le terrain depuis des années. Des programmes tels que TACIS (Technical Assistance for the Commonwealth of Independent States, Assistance technique pour la Communauté des États indépendants, TACIS), l'assistance technique pour la Communauté des États indépendants, y travaillaient.  Puis l'accord de partenariat et de coopération (APC) a été mis en œuvre. L'UE a ensuite intensifié sa politique à l'égard des États d'Asie centrale. L'instrument de coopération au développement (ICD) a été lancé en 2007.

De 2007 à 2013, la stratégie de l'UE pour un nouveau partenariat avec l'Asie centrale (officiellement appelée "Stratégie de l'Union européenne et de l'Asie centrale", soit la stratégie de l'UE pour un nouveau partenariat avec l'Asie centrale) était en vigueur. Leur budget s'élevait alors à 775 millions d'euros. L'Asie centrale a également été en partie l'objet du programme de "l'instrument européen de stabilité" (IfS).

Une autre initiative - l'instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP) - mise en place depuis janvier 2007 a fait entrer la région dans la politique européenne de voisinage (PEV).

Les investissements financiers dans la région ont été réalisés par l'intermédiaire de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement. L'implication de la BERD est géopolitiquement significative, tout comme un certain nombre de projets qui sont à la fois de nature économique appliquée et de nature humanitaire.

Par exemple, INOGATE (Interstate Oil and Gas Transportation to Europe) est un programme de coopération énergétique entre l'UE et les pays partenaires: les États riverains de la mer Noire et de la mer Caspienne et leurs voisins. Le programme comprend l'Arménie, l'Azerbaïdjan, le Belarus, la Géorgie, la Moldavie, l'Ukraine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan. Jusqu'à la fin 2006, le programme INOGATE a été mis en œuvre dans le cadre de TACIS, mais depuis janvier 2007, il est mis en œuvre sous l'égide de l'Instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP). Bien que l'IEVP ne soit pas formellement lié directement aux États d'Asie centrale, il a néanmoins été étendu aux pays d'Asie centrale depuis 2007.

programa_erasmus_mundus.png

Le programme de mobilité transeuropéenne pour les études universitaires, TEMPUS, est cependant un programme visant à construire une zone de coopération en matière d'enseignement supérieur impliquant les États membres de l'UE et les pays partenaires. En outre, un autre programme européen, Erasmus Mundus, pour l'échange d'étudiants, d'universitaires et d'enseignants, a été lancé en Asie centrale en 2007. Et en 2009, l'UE a lancé le programme CAREN (Central Asia Research Education Net) pour soutenir la coopération entre les institutions de recherche de l'UE et de l'Asie centrale.

Puis en 2014, les programmes TEMPUS et Erasmus Mundus ont été remplacés par le programme Erasmus+ pour la mobilité académique, la coopération pour l'innovation, l'échange de bonnes pratiques et le soutien aux réformes éducatives. 

Il existe également la Fondation européenne pour la formation (pour soutenir la formation professionnelle) et l'Initiative européenne pour l'éducation en Asie centrale (pour renforcer la capacité des individus et des organisations à moderniser le secteur de l'éducation par le dialogue, l'échange et la discussion entre les pays de l'UE et d'Asie centrale).

Comme nous pouvons le constater, les programmes de Bruxelles ont le potentiel et la possibilité de concurrencer l'EAEU, d'autant plus que leurs initiatives sont de nature systémique.

En outre, l'UE mène une politique ciblée de coopération bilatérale, ce qui affecte également la perception des projets européens et eurasiens.

Alors qu'elle était auparavant positionnée comme un élément de coopération constructive, Bruxelles tente désormais de faire en sorte que la présence de l'UE se fasse nécessairement au détriment de la Russie. Directement ou indirectement.

Les analystes occidentaux ont précédemment suggéré d'utiliser l'outil de la "géopolitique hybride". Ce terme a des connotations inquiétantes car il est associé à la guerre hybride, une technologie perturbatrice développée dans l'armée américaine et au sein de l'OTAN.

Richard Youngs, professeur à l'université de Warwick au Royaume-Uni, affirme que "les demi-mesures de la nouvelle politique orientale de l'UE ont été à moitié efficaces". À cet égard, il propose un modèle de géopolitique libérale-réductive à plus long terme (synonyme de géopolitique hybride) à mettre en œuvre dans divers domaines de la politique étrangère de l'UE. Il est considéré comme relevant d'une doctrine européenne appliquée et délibérément non séquentielle, mais il disposera d'une plus grande marge de manœuvre. Il s'agit davantage d'un style géopolitique de l'UE, plutôt que d'une stratégie d'action claire, avec toutefois les ajustements nécessaires à la doctrine actuelle [xii].

Les actions de l'UE dans la zone d'intégration eurasienne doivent donc être suivies et analysées de près.

indexc51.png

Les États-Unis s'insinuent également dans la région avec leur projet C5+1, c'est-à-dire les États d'Asie centrale (Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Ouzbékistan, Turkménistan) et les États-Unis eux-mêmes qui tentent d'imposer unilatéralement leurs propres règles du jeu.

Leur présence et leurs initiatives ne sont pas nouvelles non plus. Auparavant, Washington a proposé de nombreux projets équivalant à la "Nouvelle route de la soie" et relatifs à la "Grande Asie centrale" (ces concepts ont été spécifiquement promus par Frederick Starr) [xiii].

Il y a eu des initiatives plus importantes, telles que les tentatives de patronner le gazoduc TAPI (Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde), mais sa construction a été retardée pour des raisons objectives.

La question du fonctionnement des laboratoires biologiques du Pentagone en Asie centrale et dans le Caucase du Sud reste aiguë [xiv].

Les mots de Jeffrey Mankoff, du CSIS, basé à Washington, qui estime que "Moscou accélère activement le déclin de son influence à travers l'Eurasie, y compris dans les anciens pays soviétiques du Caucase du Sud et de l'Asie centrale... Depuis le lancement de l'"opération militaire spéciale" contre l'Ukraine, les voisins concernés, comme le Kazakhstan, rejettent la Russie par défi. Ces dernières semaines ont également vu une résurgence des conflits en Eurasie, ce qui pourrait être le signe avant-coureur d'une plus grande instabilité à venir. Les puissances régionales, notamment la Chine et la Turquie, se sont montrées de plus en plus franches contre l'influence russe. Et maintenant, la mobilisation de la Russie a déclenché un flux migratoire vers d'autres États eurasiens - notamment l'Arménie, la Géorgie et le Kazakhstan. Cela renverse une tendance de longue date de la migration vers la Russie et met de nombreux Russes ordinaires face au mécontentement toujours ressenti dans de nombreuses sociétés post-coloniales.

Ces développements sont les premiers signes de ce qui sera probablement l'un des résultats les plus durables de la guerre: un affaiblissement de l'influence russe dans toute l'Eurasie post-soviétique et l'émergence d'un ordre régional plus dynamique, bien que complexe. En d'autres termes, c'est le résultat exactement inverse que Moscou espérait obtenir avec son invasion de l'Ukraine et l'inclusion effective du Belarus dans sa sphère d'influence. Comme le montre la reprise des hostilités dans le Caucase du Sud et en Asie centrale, un affaiblissement de l'influence russe pourrait exacerber les différends qui couvent et causer davantage de souffrances aux populations de la région. À long terme, cependant, cela peut contribuer à l'émergence d'États plus forts et plus efficaces - surtout si les États-Unis et leurs alliés européens peuvent offrir une alternative plus libérale à l'influence croissante de pays comme la Chine et la Turquie.

kafkas-harita_1.jpg

Les conflits arméno-azerbaïdjanais et kirghizo-tadjiks montrent comment un affaiblissement de l'influence russe pourrait entraîner davantage de violence et de souffrance dans le Caucase du Sud et en Asie centrale. À long terme, cependant, l'affaiblissement du pouvoir russe pourrait ouvrir la voie à l'émergence d'États plus forts et plus stables dans ces régions, car les élites régionales devront assumer davantage de responsabilités pour résoudre leurs propres problèmes. Le pluralisme géopolitique émergent de la région donnera également aux petits États eurasiens une plus grande liberté d'action, car ils pourront choisir entre une multitude de partenaires extérieurs. Ils bénéficieraient de la possibilité d'obtenir une part plus importante des revenus du commerce et du transit, ainsi que d'éventuels investissements dans leurs secteurs énergétiques.

L'influence croissante de la Chine et de la Turquie ne sera probablement pas particulièrement libérale et ne contribuera guère, à elle seule, à résoudre les nombreux problèmes de gouvernance dans la région. Cependant, la faiblesse de la Russie crée également une opportunité que des acteurs plus libéraux tels que les États-Unis et l'Union européenne peuvent exploiter, d'autant plus que la génération d'élites post-soviétiques se retire progressivement de la scène. Aujourd'hui encore, alors que les États-Unis et leurs alliés s'efforcent d'aider l'Ukraine à vaincre l'invasion russe, ils devraient également réfléchir à la manière d'encourager davantage les petits États eurasiens à sortir progressivement de l'ombre de la Russie. La poursuite des investissements, les partenariats avec la société civile et le développement de mécanismes de coopération régionale peuvent tous jouer un rôle essentiel pour que l'Asie centrale devienne plus démocratique et plus sûre après la défaite de la Russie" [xv].

Ce message clairement invraisemblable mais politiquement émouvant a été écrit dans la première moitié d'octobre 2022. Évidemment, les analystes et les politologues américains continuent à émettre des "prédictions" similaires avec les résultats qu'ils souhaitent pour eux-mêmes.

Dans le même temps, de nombreux centres traitant des questions relatives à l'Eurasie ont été créés aux États-Unis même. Il existe des unités structurelles au sein du SCRS et de la RAND Corporation. Le Centre pour l'Eurasie, basé à Washington [xvi], a lancé une série de programmes allant de l'Université de l'Eurasie à la Coalition des entreprises de l'Eurasie [xvii].

Il ne faut pas se faire d'illusions sur le fait que les États-Unis et l'Occident vont devenir complaisants et cesser de poursuivre activement les pays individuels d'Asie centrale et du Caucase du Sud ainsi que l'intégration eurasienne comme cible de leurs opérations. Au contraire, leurs actions ne feront que s'intensifier, ce que Mankoff propose de faire.

Le budget américain pour 2023 prévoit 59,7 milliards de dollars de dépenses pour les opérations à l'étranger et les programmes connexes. Sur ce montant, 6,8 milliards de dollars sont destinés aux besoins humanitaires, où est désigné "l'impact global de l'agression russe en Ukraine". Un autre montant de 2,5 milliards est répertorié comme un fonds humanitaire supplémentaire. 2,9 milliards d'euros iront à la promotion de la démocratie. L'USAID recevra 2,1 milliards de dollars pour poursuivre de telles fins.

Un total de 500 millions de dollars et 350 millions de dollars supplémentaires sont alloués à divers programmes visant à soutenir les partenaires américains en Europe de l'Est, en Eurasie et en Asie centrale. En outre, 300 millions de dollars sont transférés au Fonds d'influence anti-russe (un fonds similaire pour la Chine s'élève à 350 millions de dollars) [xviii].

La Russie doit se préparer aux défis à venir et non seulement réagir aux actions des pays inamicaux, mais aussi anticiper leurs tentatives de provocation visant à perturber l'intégration eurasienne.

Notes:

[i]               Pedro Sánchez Herráez. Asia Central, el disputado puente entre Asia y Europa. 07/10/2022

                https://www.ieee.es/Galerias/fichero/docs_analisis/2022/D...

[ii]              Contessi, Nicola P., “Central Asia in Asia: charting growing trans-regional linkages”, Journal of Eurasian Studies, volume 7 nº 1, Jan 2016, pp 3-13. http://ac.elscdn.com/S1879366515000329/1-s2.0-S1879366515...

[iii]             https://www.ceps.eu/ceps-publications/turkeys-eurasian-am...

[iv]            https://www.mfa.gov.tr/yeniden-asya-girisimi.tr.mfa

[v]             https://www.tccb.gov.tr/en/news/542/133467/-we-are-changi...

[vi]            https://caspiannews.com/news-detail/kazakhstan-approves-m...

[vii]           https://eurasianet.org/kazakhstan-seals-deal-to-produce-t...

[viii]       https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/IP_...

[ix]            https://www.maersk.com/news/articles/2022/05/16/maersk-la...

[x]             http://www.traceca-org.org/en/home/

[xi]            Парамонов В.В., Строков А.В., Абдуганива З.А. (под общей редакцией и руководством Парамонова В.В.). Влияние Европейского Союза на Центральную Азию: обзор, анализ и прогноз. – Алматы: Фонд им.Фридриха Эберта, 2017. С. 1.

[xii]           Richard Youngs. Is ‘hybrid geopolitics’ the next EU foreign policy doctrine?

                http://blogs.lse.ac.uk/europpblog/2017/06/19/is-hybrid-ge...

[xiii]          https://www.geopolitika.ru/article/novyy-shelkovyy-put-i-...

[xiv]          https://www.geopolitika.ru/article/gibridnaya-biologiches...

[xv]           https://warontherocks.com/2022/10/as-russia-reels-eurasia...

[xvi]          https://www.eurasiacenter.org/

[xvii]         https://www.usebc.org/

[xviii]        https://appropriations.house.gov/sites/democrats.appropri...

mardi, 17 janvier 2023

Les objectifs du Maroc pour sa nouvelle démarcation maritime

63237714-45633500.png

Les objectifs du Maroc pour sa nouvelle démarcation maritime

Ali El Aallaoui

Analyste et chercheur en géopolitique

Source: https://masticadoresdeletrasfocus.wordpress.com/2020/09/05/los-objetivos-marroquies-de-su-nueva-delimitacion-maritima-by-ali-el-aallaoui/

L'objectif des autorités marocaines est de redessiner à nouveau le paysage politique du Sahara occidental, et de faire croire qu'il s'agit d'une étape dans le conflit territorial issu d'une mauvaise gestion des relations hispano-marocaines.

C'est la première fois dans l'histoire de l'humanité que toutes les régions du monde ont une forte présence dans les mers en même temps. Comme par le passé, la mer reste un vecteur de puissance, un espace nécessaire et essentiel pour développer des ambitions économiques et politiques.

La possession de matières premières, qu'elles soient agricoles ou minérales, a toujours été un élément fondamental de la puissance. C'est la volonté de les acquérir qui est à l'origine des grandes découvertes de la fin du 15ème et du début du 16ème siècle. Au début du 20ème siècle, dix des douze plus grandes entreprises américaines exploitaient des ressources naturelles. Tous les pays riches du 19ème et du début du 20ème siècle disposaient d'importantes ressources naturelles.

Partant de ce constat, le Maroc veut à tout prix faire pression sur l'Espagne pour qu'elle accepte le fait accompli principalement au Sahara occidental, sachant que la situation dans ce territoire, qualifié de territoire non autonome par les Nations Unies en 1963, est dans l'impasse depuis des années.

Contexte et objectif géopolitique

En d'autres termes, d'un point de vue contextuel, le Maroc profite de la période de non paix et de non guerre au Sahara Occidental. Elle considère également l'actuel gouvernement espagnol comme plus faible et veut donc le pousser à négocier l'espace maritime du Sahara occidental afin de lui accorder une certaine souveraineté territoriale de facto. Cependant, il doit savoir que l'Espagne est la puissance administrante au Sahara Occidental en vertu du droit international et que le Maroc est la puissance occupante.

Les nouvelles lois marocaines définissant son nouveau domaine maritime fixent ses eaux territoriales à 12 miles, délimitent sa zone économique exclusive à 200 miles et décident d'étendre son plateau continental à 350 miles. Avec les règlements adoptés, le Maroc étend sa tutelle légale sur l'espace maritime qui comprend le Sahara occidental jusqu'à la ville de Lagüera et au nord-est jusqu'à Saidia, à la frontière avec l'Algérie.

1-68.jpg

Dans cette perspective, l'objectif du Maroc est de retarder et de bloquer l'exécution de l'arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) du 21 décembre 2016 qui a séparé le Sahara de la sphère de compétence des relations entre le royaume alaouite et l'UE. Car la question de la souveraineté sur le Sahara est le défi le plus important auquel sont confrontés les futurs accords entre le Maroc et l'UE. Dans ce sens, l'intégration des produits du territoire sahraoui dans les accords d'association avec l'UE présentera bientôt au Maroc un nouveau défi en termes de souveraineté sur le Sahara occidental.

Objectif économique

Les intérêts économiques et stratégiques et l'épuisement des ressources naturelles sur terre conduisent les États à poursuivre cette tentative de monopolisation des espaces maritimes au-delà des mers territoriales, dans les limites du plateau continental, avec la volonté de contrôler non seulement la surface, mais aussi les ressources halieutiques et minérales des fonds marins et du sous-sol.

En outre, les ressources naturelles sont considérées comme augmentant l'intervention des États dans les affaires des autres. Les deux guerres du Golfe sont perçues comme étant largement liées à la priorité donnée à l'accès aux réserves de pétrole.

Les ressources naturelles du Sahara occidental sont abondantes et jouent un rôle important pour influencer la diplomatie marocaine envers ses partenaires principalement européens. Ce qui explique , l'importance géostratégique et économique du Sahara occidental pour le Maroc, et aussi pour l'Union européenne en termes de ressources, ceci explique l'accord signé entre l'UE et le Maroc en 2019 sans aucun respect des décisions de la Cour de justice de l'Union européenne en 2016.

L'objectif stratégique du Maroc: maintenir le statu quo au Sahara occidental avec l'aide de l'Espagne

Le Maroc veut à tout prix rester sur le territoire sahraoui car il estime que le temps joue pour lui, que le développement de la région et l'évolution de la composition de la population rendront irréversible le rapport de force en sa faveur. C'est dans cette perspective que s'inscrit la nouvelle politique marocaine de délimitation maritime unilatérale.

Le principal intérêt du Maroc dans cette nouvelle approche est de prolonger le conflit au Sahara occidental sur le long terme, ou du moins de ne pas le résoudre avant longtemps. Ainsi, sans la coopération espagnole à cet égard, le Maroc ne peut pas appliquer sa politique coloniale au Sahara occidental car ses voisins, l'Algérie et la Mauritanie, s'opposent à ses revendications territoriales, sans parler du peuple sahraoui.

L'objectif des autorités marocaines est de redessiner à nouveau le paysage politique du Sahara occidental, et de faire croire qu'il s'agit d'une phase dans le conflit territorial et d'une mauvaise gestion des relations hispano-marocaines.

lundi, 09 janvier 2023

Succès pour les talibans: la Chine investit des millions dans l'exploitation pétrolière en Afghanistan

https __cdn.cnn.com_cnnnext_dam_assets_210819180640-china-taliban.jpg

Succès pour les talibans: la Chine investit des millions dans l'exploitation pétrolière en Afghanistan

Source: https://zuerst.de/2023/01/09/erfolg-fuer-die-taliban-china-investiert-millionen-in-oelfoerderung-in-afghanistan/

Kaboul. Alors que les gouvernements occidentaux tentent d'ignorer ou d'isoler le régime taliban, qui a pu prendre le pouvoir en Afghanistan en août 2021, il en va tout autrement dans le contexte plus étroit de l'Asie centrale. C'est là qu'une transaction afghano-chinoise de plusieurs millions de dollars vient d'être conclue : la Chine veut développer un vaste champ pétrolier en Afghanistan. Le ministre afghan des Mines et des représentants chinois ont signé un accord en ce sens à Kaboul.

Selon cet accord, des gisements de pétrole seront exploités dans trois provinces du nord, dans le bassin de l'Amou-Daria. L'entreprise chinoise CAPEIC prévoit d'investir 150 millions de dollars US dans une première étape. Le projet commun devrait permettre de créer environ 3000 emplois. Le gouvernement taliban recevra dans un premier temps une participation aux bénéfices de 20%. Il s'agit du plus grand projet économique prévu depuis leur prise de pouvoir.

L'Afghanistan possède d'importants gisements de matières premières qui n'ont guère été exploités au cours des quatre dernières décennies en raison de la poursuite du conflit militaire. Selon les estimations, la valeur totale pourrait s'élever à un billion de dollars (environ 940 milliards d'euros), voire plus.

Jusqu'à présent, les infrastructures telles que les routes, les voies ferrées et une capacité électrique suffisante font défaut pour exploiter les gisements à grande échelle. L'enclavement de l'Afghanistan et son relief accidenté rendent l'extraction et l'exportation difficiles. Le projet de coopération avec les Chinois devrait toutefois permettre à l'Afghanistan d'accéder au réseau de transport chinois de la Route de la Soie, qui vise à renforcer l'interdépendance économique entre la Chine et le reste de la masse continentale eurasienne et africaine (mü).

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

jeudi, 05 janvier 2023

La lutte pour l'Arctique s'intensifie

csm_241980_Arktis_062_MHoppmann_77f36ef1c0.jpg

La lutte pour l'Arctique s'intensifie

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/borba-za-arktiku-obostryaetsya

La lutte pour l'Arctique n'est peut-être pas aussi évidente que pour d'autres sphères d'influence géopolitique. Néanmoins, elle a lieu et, avec l'Opération militaire spéciale en Ukraine, la confrontation entre la Russie et les autres pays qui bordent l'Arctique ne fait qu'augmenter. Dans la plupart des cas, la position souveraine de Moscou incite les pays occidentaux à militariser la région, et des voix s'élèvent pour réclamer un plus grand contrôle et un meilleur accès aux ressources. Les questions de sécurité mondiale ne sont pas les moindres, car le lancement de missiles depuis la région du pôle Nord permettrait d'atteindre plus rapidement le point d'impact et donc d'avoir plus de chances de pénétrer les défenses aériennes ennemies. À l'époque de la guerre froide, l'Arctique était utilisé par l'URSS et les États-Unis comme une zone potentielle de lancement d'engins porteurs d'armes nucléaires.

Les menaces conventionnelles pour les États-Unis et les pays de l'OTAN dans la zone arctique ne sont donc pas éliminées, mais au contraire, deviennent plus pertinentes. Récemment, les analystes occidentaux se sont montrés particulièrement préoccupés par l'amélioration des capacités militaires de la Russie. "Le missile KH-101/102, lancé à partir de sous-marins et largement utilisé en Ukraine, a une portée de 2500 km... Dans leur évaluation 2020 de cette menace, les généraux Terrence J. O'Shaughnessy et Peter M. Fesler ont noté que les derniers sous-marins russes répètent désormais ces attaques avec une fréquence et une gravité accrues. En mars 2021, les Russes ont ouvertement envoyé un message en publiant des images de sous-marins transportant des missiles balistiques à armement nucléaire faisant surface à travers la glace arctique au nord de la Terre François-Joseph... Plus inhabituelle encore est l'émergence de nouveaux acteurs étatiques qui s'intéressent à l'Arctique, notamment la Chine. Bien que la marine chinoise n'ait jamais envoyé de navires de guerre dans l'océan Arctique, son expansion rapide et ses ambitions mondiales ont incité les États-Unis à extrapoler un intérêt potentiel pour le Nord. Ces préoccupations ont été exprimées par Mike Pompeo, alors secrétaire d'État, lors de la réunion du Conseil de l'Arctique de 2019 à Rovaniemi. M. Pence a condamné le "comportement agressif" de la Chine dans le monde, suggérant que Pékin pourrait chercher à établir une présence militaire dans l'Arctique, soulignant le danger particulier des sous-marins de l'APL opérant sous la calotte glaciaire. Cette évaluation a été soutenue par le ministère américain de la Défense, qui a averti que l'APL pourrait commencer à déployer des sous-marins lanceurs de missiles balistiques sous la glace de l'Arctique, à portée de main de l'Europe et de l'Amérique du Nord, comme le confirme le document sur "la stratégie arctique 2021 de la marine américaine" [1].

wor6_k5b_abb_5-11_b950_de.jpg

On parle d'un possible transfert de la guerre hybride et des tactiques dites de "zone grise" vers la région arctique. Ceci est en partie attribué à la lutte potentielle pour les ressources - tant les hydrocarbures que les autres minéraux et les bioressources marines.

Le réchauffement des eaux attire de nouveaux poissons dans le nord, alors qu'un certain nombre de stocks de poissons sont déjà épuisés. Le suivi et la réglementation des navires de pêche engagés dans la récolte illégale de produits de la mer constituent un défi à la fois juridique et pratique. Il est courant que de nombreux navires sans transpondeur traversent la zone économique exclusive de divers États côtiers. Et ce modèle de comportement prend une signification géopolitique. Il est intéressant de noter que le Canada a mené ce genre de guerre hybride contre l'Espagne au sujet des stocks de turbot de 1994 à 1996, ce qui s'est transformé en une rivalité amère malgré le fait que le Canada et l'Espagne sont des amis et des alliés au sein de l'OTAN. Il n'est pas exclu qu'un scénario similaire se déroule dans l'Arctique. Et l'Occident s'inquiète de la Chine qui, bien qu'elle ait signé l'accord de 2018 sur la prévention de la pêche non réglementée en haute mer de l'océan Arctique central, qui interdit la pêche commerciale jusqu'en 2034, comprend clairement que cet accord est une voie d'accès à la pêche dans l'Arctique, et non une interdiction pure et simple, comme le perçoivent de nombreux observateurs occidentaux. L'Occident s'inquiète également de la recherche scientifique menée par d'autres pays, la Chine par exemple. Au cours des 20 dernières années, la Chine a mené des recherches scientifiques marines approfondies dans l'océan Arctique et les mers adjacentes. La Chine classe ce travail comme une recherche environnementale avec des intentions purement scientifiques. Malgré cela, le suivi AIS des brise-glaces chinois Xue Long et Xue Long 2 démontre un intérêt profond pour la cartographie des ressources et l'exploitation minière des grands fonds marins - avec un accent particulier sur la dorsale Northwind et le plateau Tchouktchi qui se trouve sur le plateau continental américain. Les États arctiques ont déjà commencé à prêter attention à ces activités. En 2021, la Russie a modifié ses revendications concernant un plateau continental étendu pour inclure la dorsale Gakkel, juste après que la Chine ait identifié la zone comme la cible de son expédition arctique de l'année. Les États-Unis ont également modifié leurs règles en matière de passage des navires. Il est clair que Moscou et Washington perçoivent ces opérations de déglaçage chinoises comme étant plus qu'une simple recherche. Cependant, l'Occident coordonne constamment ses actions sur le thème de l'extrême Nord et crée de nouvelles coalitions.

phpyaiYNX.png

À l'automne 2020, les États-Unis, le Canada, le Danemark, la Finlande, la Nouvelle-Zélande, la Norvège et la Suède ont signé un accord de défense révolutionnaire: le Programme de coopération internationale pour la recherche polaire. L'ICE-PPR est le premier effort multilatéral visant spécifiquement la coopération dans les régions de hautes latitudes à climat froid dans le monde, et est une réponse directe à la compétition croissante des grandes puissances dans les régions polaires. L'ICE-PPR fournit le spectre complet de la recherche, du développement, des essais, de l'évaluation, de l'expérimentation, de l'acquisition, du déploiement et de l'échange de personnel. On pense que si les États-Unis tirent pleinement parti de l'accord, celui-ci jettera les bases pour combler les lacunes de longue date en matière de capacités dans des domaines critiques. D'autres pays de l'ICE-PPR travaillent continuellement dans les régions polaires et investissent dans des capacités pertinentes. La Finlande a conçu et construit un nouveau navire de surface capable de se déplacer dans les glaces, la Nouvelle-Zélande lance un navire de ravitaillement capable de se déplacer dans les glaces, le Canada construit un navire de patrouille maritime dans l'Arctique, des avions C-130 canadiens et danois ont livré des missions utiles et scientifiques dans le nord de l'Arctique et le Canada a effectué un exercice d'essai de "logistique arctique". Le regain d'intérêt pour la guerre sous-marine a aussi discrètement intensifié de nombreux efforts au Canada, au Danemark, en Norvège, en Suède et en Finlande. L'ICE-PPR comprend également des dispositions permettant aux organisations de défense de chaque pays d'utiliser les talents et l'expertise de ses communautés scientifiques nationales, de défense nationale et de sécurité des frontières et de surveillance de l'environnement [2].

Le changement climatique est également lié à l'Arctique. Et la fonte des glaces dans l'Arctique se reflète dans le monde entier. Les écologistes estiment que pour réduire les risques pour l'environnement marin dans l'Arctique, il est nécessaire de limiter l'utilisation du fioul lourd comme carburant. La Russie a envisagé d'interdire l'utilisation du fioul lourd dans l'Arctique comme "mesure de dernier recours". La compagnie maritime d'État Sovcomflot a néanmoins ouvertement déclaré la nécessité d'abandonner le carburant à base de pétrole, tandis que le fournisseur de combustible de soute maritime Gazpromneft prévoit de ne plus utiliser de fioul à partir de 2025. Notamment, en août 2018, le président russe Vladimir Poutine et le président finlandais Sauli Niiniste ont fait une déclaration commune sur la nécessité de passer à un carburant plus propre pour les navires dans l'Arctique [3].

arlec0.jpg

Cependant, l'écologie peut également être utilisée comme un outil de pression politique ou de provocation, comme ce fut le cas lors de l'attaque de la plate-forme Prirazlomnaya (photo) par Greenpeace. Pour en revenir à l'évaluation globale du rôle de l'Arctique, le Center for a New American Security, dans son analyse des actions possibles de la Russie dans cette région, établit un lien direct entre les événements en Ukraine et la réponse de l'Occident à ceux-ci. Sur cette base, les auteurs suggèrent que:

- Contrairement aux affirmations de Poutine selon lesquelles l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'OTAN ne représente aucune menace pour la Russie, leur adhésion à l'alliance modifierait profondément la dynamique de la sécurité régionale, les relations de Moscou avec chaque pays et, en fin de compte, la perception de la menace russe dans la région.

- Le sentiment de sécurité du Kremlin sera probablement affecté par la relocalisation de toute infrastructure de l'OTAN en Finlande et en Suède, l'augmentation de l'échelle et de la complexité des exercices de l'OTAN dans la région, la concentration de la puissance aérienne sur la péninsule nordique, les exercices aériens transfrontaliers, l'augmentation de la collecte de renseignements et le changement de dynamique dans la mer Baltique, qui sera désormais entourée d'États membres de l'OTAN. Ce sentiment d'insécurité russe peut accroître la probabilité d'une erreur de calcul et d'une escalade.

- La guerre de la Russie en Ukraine et l'affaiblissement de ses forces armées conventionnelles sont susceptibles de faire voir aux dirigeants politiques et militaires de la Russie l'utilité accrue des armes nucléaires pour gérer l'escalade et les conflits, ce qui accroît l'importance de la péninsule de Kola.

- Le sentiment croissant de vulnérabilité de la Russie, ainsi que la réduction des canaux de communication avec l'Occident, abaisseront probablement le seuil de ce à quoi le Kremlin réagit dans l'Arctique et augmenteront probablement l'imprévisibilité des actions de la Russie dans cette région. Il est également probable que Poutine considère l'Arctique comme un endroit où démontrer que la Russie est toujours une puissance à craindre, ce qui augmente le risque de provocations et d'erreurs de calcul/escalades russes dans l'Arctique [4].

En même temps, un scénario possible indique un rapprochement entre la Russie et la Chine, ce qui est en train de se produire. Dans le même temps, des voix s'élèvent pour demander à l'UE de mener une politique plus indépendante dans la région arctique. "La guerre de la Russie contre l'Ukraine donne également à l'UE des raisons régionales de renforcer davantage ses liens économiques avec les pays et les régions de l'Atlantique Nord - de la Norvège et des îles Féroé à l'Islande et au Groenland et même aux États-Unis et au Canada. Les questions de sécurité immédiates dans lesquelles l'UE peut jouer un rôle sont, par exemple, l'importation (critique) de minéraux ou l'utilisation des systèmes satellitaires de l'Union. De cette manière, l'Arctique pourrait devenir un autre exemple de la transformation de l'UE d'un régulateur technocratique en un acteur géopolitique prêt à utiliser activement ses interdépendances économiques, à affronter ses dépendances stratégiques - comme analysé dans le contexte de la mise à jour de la stratégie industrielle - ou à protéger ses États membres de la coercition de tiers" [5].

La stratégie arctique de l'UE du 13 octobre 2021 [6] stipule que "En tant que force géopolitique, l'UE a des intérêts stratégiques et quotidiens tant dans l'Arctique européen que dans la région arctique au sens large. L'UE a également un intérêt fondamental à soutenir la coopération multilatérale dans l'Arctique et à œuvrer pour qu'il reste sûr, stable, durable, pacifique et prospère. En tant qu'acteur économique majeur, elle partage la responsabilité du développement durable mondial, y compris dans les régions arctiques, et des moyens de subsistance des résidents, y compris des peuples autochtones. L'UE a un impact significatif sur l'Arctique par son incidence sur l'environnement et la demande de ressources et de produits qui y sont originaires". Toutefois, elle indique que "l'intérêt accru pour les ressources et les voies de transport de l'Arctique pourrait transformer la région en une arène de compétition locale et géopolitique et en d'éventuelles tensions, pouvant menacer les intérêts de l'UE".

91d7520c-0001-0004-0000-000000416669_w1528_r1.7182130584192439_fpx45.95_fpy44.97.jpg

De plus, "l'implication totale de l'UE dans les affaires arctiques est une nécessité géopolitique. L'action de l'UE doit être fondée sur ses valeurs et principes, notamment l'État de droit, les droits de l'homme, le développement durable, l'égalité des sexes, la diversité et l'inclusion, le soutien au multilatéralisme fondé sur des règles et le respect du droit international, en particulier la Convention des Nations unies sur le droit de la mer". Il exprime également sa prudence à l'égard du renforcement par la Russie de son infrastructure militaire dans l'Arctique et de son double usage. Il est également question d'une activité croissante d'autres acteurs, dont la Chine, en matière d'infrastructures critiques, de câbles maritimes, de questions maritimes, ainsi que de cyber et de désinformation (ce dernier point n'est pas tout à fait clair dans l'esprit de l'UE).

L'UE a également créé un représentant pour les affaires arctiques, ce qui indique que Bruxelles devient de plus en plus diplomatique dans ce domaine. Elle a également annoncé l'ouverture d'un bureau de la Commission européenne au Groenland pour renforcer la coopération. Outre l'utilisation des infrastructures maritimes dans les pays de l'UE, le potentiel de connexion à la route maritime du Nord de la Russie est également mentionné.

"Une extension du corridor a été adoptée dans le cadre du programme "Connecter l'Europe" pour la période 2021-2027 afin de transporter les marchandises provenant des régions arctiques par voie terrestre et éventuellement par la route maritime du Nord", indique le document. Dans l'ensemble, la stratégie de l'UE est équilibrée. En mettant de côté les impératifs des valeurs de l'UE, la compréhension spécifique des questions d'égalité, ainsi que les règles vagues du multilatéralisme, l'approche globale laisse un cadre pour une large coopération avec les parties prenantes, dont principalement la Russie. Si l'on regrette que la coopération de l'UE avec la Russie dans la région arctique ait été suspendue, on espère que les pays nordiques européens pourront atteindre leurs objectifs sur un certain nombre de questions. Il s'agit notamment de la réduction des émissions de dioxyde de carbone, de l'agenda environnemental et de la sécurité énergétique.

58523.jpg

La stratégie arctique américaine publiée en octobre 2022 est beaucoup plus agressive et sans ambiguïté [7]. Il reconnaît une concurrence stratégique accrue dans l'Arctique depuis 2013, exacerbée par le conflit de la Russie en Ukraine, et déclare vouloir positionner les États-Unis comme un acteur crédible tant pour une concurrence efficace que pour la gestion des tensions. Pour atteindre cet objectif, Washington propose quatre composantes : "Pilier 1 - Sécurité : Nous dissuaderons les menaces pesant sur les États-Unis et nos alliés en développant les capacités nécessaires pour protéger nos intérêts dans l'Arctique, tout en coordonnant des approches communes avec les alliés et les partenaires et en réduisant les risques d'escalade involontaire. Nous mettrons en place une présence du gouvernement américain dans la région arctique si nécessaire pour protéger le peuple américain et notre territoire souverain. Pilier 2 - Changement climatique et protection de l'environnement : Le gouvernement américain travaillera avec les communautés de l'Alaska et l'État de l'Alaska pour renforcer la résilience aux impacts du changement climatique, en travaillant à la réduction des émissions de l'Arctique dans le cadre d'un effort d'atténuation mondial plus large, pour améliorer la compréhension scientifique et préserver l'écosystème arctique. Pilier 3 - Développement économique durable : Nous nous efforcerons d'assurer un développement durable et d'améliorer les conditions de vie en Alaska, y compris pour les communautés autochtones de l'Alaska, en investissant dans les infrastructures, en améliorant l'accès aux services et en soutenant les secteurs économiques en croissance. Nous travaillerons également avec nos alliés et partenaires pour étendre les investissements de qualité et le développement durable dans toute la région arctique. Quatrième pilier - Coopération et gouvernance internationales : Malgré les défis posés à la coopération arctique par l'agression russe en Ukraine, les États-Unis s'efforceront de soutenir les institutions de coopération arctique, notamment le Conseil de l'Arctique, et de positionner ces institutions de manière à gérer les impacts d'une activité accrue dans la région. Nous cherchons également à faire respecter le droit international, les règles, les normes et les standards dans l'Arctique. Ici encore, nous voyons les fameuses "règles" fixées par les États-Unis eux-mêmes. Si nous étudions le document plus en détail, nous constaterons que les questions des intérêts économiques et de la dissuasion stratégique y sont liées. Il indique qu'"un Arctique plus accessible créerait également de nouvelles opportunités économiques... L'importance stratégique croissante de l'Arctique a intensifié la concurrence pour façonner son avenir, les pays poursuivant de nouveaux intérêts économiques et se préparant à une activité accrue".

En effet, les possibilités sont croissantes, mais la Russie contrôle une grande partie de l'Arctique en raison de ses longues frontières et la route maritime du Nord traverse les eaux russes souveraines. La production de pétrole et de gaz est également active dans la zone arctique de la Russie. Des terminaux pour le GNL, qui est exporté vers d'autres pays, sont également en cours de construction. De nouveaux brise-glace et navires de recherche sont construits, et l'infrastructure militaire de la Russie est renforcée. La stratégie américaine ne l'a pas négligé : "Au cours de la dernière décennie, la Russie a considérablement accru sa présence militaire dans l'Arctique. Elle modernise ses bases militaires et ses aérodromes, déploie de nouveaux systèmes de missiles côtiers et de défense aérienne ainsi que des sous-marins modernisés, et intensifie les exercices militaires et les opérations de formation avec un nouveau commandement de bataille. La Russie développe également de nouvelles infrastructures économiques dans ses territoires arctiques pour exploiter les hydrocarbures, les minéraux et la pêche et tente de limiter la liberté de navigation par ses revendications maritimes excessives le long de la route maritime du Nord".

ARCTIC-CHINA-EXPEDITION-ARCTIC-OCEAN-ICE-STATION.jpg

grafik-arktische-seidenstrasse.png

Il dit aussi de la Chine : "La République populaire de Chine cherche à renforcer son influence dans l'Arctique par une liste élargie d'activités économiques, diplomatiques, scientifiques et militaires. La Chine a également souligné son intention de jouer un rôle plus actif dans l'élaboration de la gouvernance régionale. Au cours de la dernière décennie, la RPC a doublé ses investissements en se concentrant sur l'extraction de minéraux critiques, en développant ses activités scientifiques et en utilisant ces engagements scientifiques pour mener des recherches à double usage avec des applications de renseignement ou militaires dans l'Arctique. La RPC a étendu sa flotte de brise-glace et a déployé des navires de guerre dans l'Arctique pour la première fois. D'autres pays non arctiques ont également accru leur présence, leurs investissements et leurs activités dans l'Arctique.

L'objectif stratégique 4.2 : protéger la liberté de navigation et les limites du plateau continental présente également un intérêt. Il stipule que "les États-Unis protégeront les droits et libertés de navigation et de survol de l'Arctique et délimiteront les limites extérieures du plateau continental américain conformément au droit international tel que reflété dans la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Nous continuerons également à soutenir l'adhésion à la Convention et à défendre vigoureusement les intérêts des États-Unis, qui sont le mieux servis par le respect universel de l'état de droit international."

Le paradoxe est qu'en vertu de cette convention, la route maritime du Nord est entièrement sous la juridiction russe. Il est compris comme une voie de transport nationale historiquement unifiée de la Fédération de Russie.

La navigation s'effectue conformément aux règles spéciales établies par la Russie en vertu de l'article 234 de la Convention. Bien sûr, les navires étrangers peuvent traverser les mers territoriales de la Russie, mais ils doivent être pacifiques. Et comme les États-Unis et l'ensemble du bloc de l'OTAN sont officiellement considérés comme des États hostiles, aucun passage n'est possible. Cela provoque des remarques hystériques du côté américain. Auparavant, en janvier 2021, le ministère américain de la Défense a publié sa propre stratégie militaire pour la région arctique, intitulée assez simplement : "Restaurer la domination dans l'Arctique". [Pour ce faire, l'armée américaine a élaboré des objectifs et des plans qui lui permettront de "regagner" sa position dominante dans l'Arctique :

- établir un quartier général avec des brigades de combat spécialement formées et équipées ;

- améliorer la préparation matérielle des unités capables d'opérer dans l'Arctique ;

- améliorer l'entraînement individuel et collectif dans les environnements de montagne et de haute montagne ;

- améliorer la qualité de vie des soldats, des civils et des familles qui vivent et travaillent dans la région arctique ; il est dit que "dans la nouvelle ère de rivalité entre grandes puissances, les États-Unis devraient pouvoir Cette démonstration de puissance de l'armée de l'air, de la marine et des véhicules blindés garantit que la Russie et la Chine n'interféreront pas avec la navigation, les droits de souveraineté ou la capacité des États-Unis à défendre la patrie ou à projeter leur puissance depuis la région arctique. L'armée américaine a un rôle important à jouer dans cette région. La nouvelle stratégie arctique de l'armée lui permettra de restaurer sa capacité à défendre les intérêts américains dans la région."

Notons que ce document a été précédé par des stratégies similaires émises par l'US Air Force (juin 2020) [9] et la Coast Guard (avril 2019) [10]. Et en juin 2019, le Pentagone a envoyé un rapport au Congrès justifiant l'augmentation des dépenses pour les besoins de l'Arctique et les intérêts géopolitiques américains [11].

88f1e6d0-e838-11ec-bbaf-cebe2acdd6bf.jpg

Le concept stratégique de l'OTAN adopté au sommet de Madrid le 29 juin 2022 stipule que "dans le Grand Nord, sa capacité (celle de la Russie) à s'ingérer dans le renforcement des alliés et la liberté de navigation dans l'Atlantique Nord constitue un défi stratégique pour l'Alliance de l'Atlantique Nord" [12].

L'OTAN considère également la région arctique comme un centre d'information mondial émergent, car des câbles de communication la traversent également. Le Wall Street Journal écrit que "les pays du Nord cherchent à poser des câbles de communication sous-marins à travers les eaux arctiques, car la diminution de la couverture de glace ouvre de nouvelles opportunités commerciales dans la région et renforce la rivalité géopolitique entre la Russie et l'Occident. Les câbles prévus par un groupe d'entreprises d'Alaska, de Finlande et du Japon, ainsi que par le gouvernement russe, rivalisent pour construire une meilleure infrastructure numérique dans une zone fragile mais de plus en plus importante pour la défense et la recherche scientifique. Les câbles sous-marins via des faisceaux de lignes à fibres optiques transportent environ 95 % du trafic intercontinental de voix et de données. Il existe actuellement plus de 400 câbles de ce type, le retard du signal étant à peu près proportionnel à la longueur de chaque câble. Étant donné que la distance géographique entre les continents dans l'Arctique est plus courte à mesure que l'on descend vers le sud, un câble traversant la région promettrait des communications plus rapides, selon les experts. La possibilité d'une route est devenue plus réalisable car le réchauffement accéléré a ouvert la zone au développement" [13].

Par exemple, le câble Far North Fiber devrait être opérationnel à partir de 2026 [14]. En novembre 2022, une publication a déclaré que "la plus grande station terrestre de satellites au monde, située dans l'archipel de Spitsbergen au large de la Norvège, est utilisée par les agences spatiales occidentales pour collecter les signaux vitaux des satellites en orbite polaire. En janvier de cette année, l'un des deux câbles à fibres optiques du fond de l'Arctique reliant Svalbard au continent a été sectionné. La Norvège a été obligée de s'en remettre à des communications de secours."[15] L'article contenait des allusions évidentes aux capacités de la Russie. Bien qu'il n'y ait eu aucun précédent pour qualifier les actions russes de telles menaces.

Enfin, la bataille pour l'Arctique se déroule également à un niveau discursif et idéologique. Ce n'est pas un hasard si le terme Euro-Arctique est apparu récemment [16]. Tout comme les géopoliticiens de la République fédérale d'Allemagne après la Seconde Guerre mondiale ont proposé le concept d'une Euro-Afrique (parce que l'expansion possible vers l'est, Drang nach Osten, était hors de question, car l'Allemagne elle-même était divisée) pour mener une expansion systématique dans cette région, les deux termes, Europe et Arctique, ont fusionné pour dénoter une sorte d'unité au niveau conceptuel. Il convient d'ajouter qu'en Occident, les questions relatives à l'Arctique, allant des identités culturelles des peuples autochtones aux préoccupations politiques contemporaines, font l'objet d'une assez grande attention de la part des universitaires [17], ce qui permet l'émergence d'un récit stratégique utilisé à des fins politiques.

Pour résumer, les stratégies arctiques de nombreux pays sont en désaccord, l'Occident collectif tente de forger sa propre alliance, et la Russie et la Chine sont considérées comme des menaces potentielles. Dans le même temps, la fenêtre d'opportunité pour la coopération demeure, mais la coopération nécessite des solutions politiques, qui ne sont pas envisagées pour le moment en raison des événements en Ukraine. Il reste à la Russie à continuer de renforcer ses capacités militaires, techniques et logistiques dans le Grand Nord, ce qui est conforme aux intérêts géopolitiques souverains du pays.

Notes:

[1] Adam Lajeunesse. Arctic Perils: Emerging Threats in the Arctic Maritime Environment. November 2022. https://www.cgai.ca/arctic_perils_emerging_threats_in_the...

[2] Chris Bassler. Multi-National Cooperation Will Accelerate U.S. Defense Capabilities in the Polar Regions. December 15, 2020. https://csbaonline.org/about/news/multi-national-cooperat...

[3] Dave Walsh. Ridding the Arctic of the World’s Dirtiest Fuel. February 19, 2019. https://www.pacificenvironment.org/ridding-the-arctic-of-...

[4] Andrea Kendall-Taylor, Jim Townsend, Nicholas Lokker, Heli Hautala, Col James Frey, with contributions from Jim Danoy, Rebecca Pincus and Katarzyna Zysk. Russia in the Arctic: Gauging How Russia’s Invasion of Ukraine Will Alter Regional Dynamics. SEPTEMBER 15, 2022. https://www.cnas.org/publications/reports/russia-in-the-a...

[5] Andreas Raspotnik and Andreas Østhagen. The End of an Exceptional History: Re-Thinking the EU-Russia Arctic Relationship. Mar 23 2022. https://www.e-ir.info/2022/03/23/the-end-of-an-exceptiona...

[6] https://www.eeas.europa.eu/sites/default/files/2_en_act_p...

[7] https://www.whitehouse.gov/wp-content/uploads/2022/10/Nat...

[8] https://sof.news/defense/army-arctic-strategy-2021/

[9] https://www.af.mil/Portals/1/documents/2020SAF/July/Arcti...

[10] https://www.uscg.mil/Portals/0/Images/arctic/Arctic_Strat...

[11] https://media.defense.gov/2019/Jun/06/2002141657/-1/-1/1/...

[12] https://www.nato.int/nato_static_fl2014/assets/pdf/2022/6...

[13] Isabelle Bousquette. A Warming Arctic Emerges as a Route for Subsea Cables. WSJ/CIO Journal, June 15, 2022. https://www.wsj.com/articles/a-warming-arctic-emerges-as-...

[14] Nima Khorrami. A Looming Cable Race in the Arctic: What Role for NATO? September 21, 2022 https://www.wilsoncenter.org/article/looming-cable-race-a... Colin Wall, Pierre Morcos. Invisible and Vital: Undersea Cables and Transatlantic Security. June 11, 2021. https://www.csis.org/analysis/invisible-and-vital-underse...

[15] Jacob Gronholt-pedersen, Gwladys Fouche. NATO allies wake up to Russian supremacy in the Arctic. November 16, 2022. https://www.reuters.com/world/europe/nato-allies-wake-up-...

[16] Iris Thatcher. The EU and the Future of Arctic Cooperation in the Northern Dimension. September 7, 2022. https://www.wilsoncenter.org/blog-post/no-14-eu-and-futur...

[17] https://thenorthernreview.ca/nr/index.php/nr/index

Источник

mercredi, 04 janvier 2023

Toutes les erreurs des Etats-Unis dans le Pacifique

4828823169_531bff00e5_b.jpg

Toutes les erreurs des Etats-Unis dans le Pacifique

Francesca Salvatore

Source: https://insideover.ilgiornale.it/politica/gli-errori-usa-nella-regione-dossier-scontro-pacifico.html

Le monde post-pandémique et pré-conflictuel de l'Ukraine semblait avoir induit les États-Unis à amorcer un affrontement militaire inéluctable avec Pékin dans l'Indo-Pacifique, dont le sommet d'Anchorage apparaissait comme un obscur prélude. L'alarme, cependant, est venue de loin et, au moins au cours des six dernières années, s'est mêlée à l'obsession trumpienne de l'Amérique d'abord et à l'objectif édulcoré de la Chine ensuite de Joe Biden.

La première grande erreur : sous-estimer la Chine

La première grande erreur américaine dans la région a été de sous-estimer la Chine et de ne pas comprendre comment et pourquoi Pékin allait certainement délimiter son espace dans la région. Avec la chute de l'Union soviétique, la Russie et les États-Unis ont considérablement réduit leurs forces navales dans le Pacifique: au contraire, la Chine a vu la fin de la guerre froide comme une opportunité de s'étendre dans son propre jardin; les États-Unis ont répondu militairement à cette volonté, en utilisant le Japon, Taïwan et la Corée du Sud comme pivots pour contrer l'influence navale chinoise.

Les inquiétudes de l'alliance occidentale dirigée par les États-Unis ont été renforcées par le fait que la Chine a commencé à patrouiller dans l'océan Pacifique de plus en plus loin. L'augmentation des patrouilles de sécurité de la marine chinoise dans les détroits de Miyako, Bashi et Unagoni et l'augmentation du nombre de navires de guerre transportant des avions de chasse dans le Pacifique par le détroit de Miyako ont alarmé le monde occidental. Les vicissitudes "existentielles" de Taïwan, héritage de la guerre froide elle-même, ont ensuite placé la région dans le top 10 des endroits les plus chauds du monde.

sistema-difensivo-cina-mappa-1024x1020.png

Carte par Alberto Bellotto

Deuxième erreur : le potentiel de la zone

La deuxième grande erreur de Washington a été de sous-estimer le potentiel de la région, longtemps perçue comme au temps des glorieux souvenirs de la Seconde Guerre mondiale. On a passé tellement de temps à considérer l'Indo-Pacifique simplement comme un champ de bataille potentiel, où attaquer ou où se défendre, plutôt que de poursuivre des intérêts géo-économiques majeurs. Cette repentance tardive passe aujourd'hui aussi par un désengagement partiel sur Taïwan : si les menaces et les intimidations s'y succèdent, la défense impavide de l'île ne fait plus partie des priorités de Washington, alors que pour Pékin, l'île de Formose reste une question vitale de compétence intérieure.

Les paroles du président américain à l'ONU en septembre dernier étaient claires : pas de guerre froide avec la Chine. En fait, Pékin pourrait toujours s'avérer être un interlocuteur important dans les relations avec la Russie. À cela, le président américain a ajouté qu'il restait attaché à la Chine unique: il s'est déclaré, en effet, contre les changements unilatéraux de part et d'autre, réaffirmant que Washington essaiera de promouvoir la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan.

taiwan-cina-mappa-589x1024.png

Carte par Alberto Bellotto

La stratégie indo-pacifique 2022

Le 11 février 2022, l'administration Biden a publié sa stratégie indo-pacifique tant attendue, sur fond de crise sécuritaire imminente en Europe. Le document confirme ce qui a été évident au cours de la première année de l'administration, marquant un changement d'orientation vers la région et un effort pour renforcer les capacités collectives avec ses alliés et partenaires.

La publication du document, couplée au voyage du secrétaire d'État Antony Blinken dans le Pacifique, vise à rassurer les États régionaux sur le fait que les États-Unis ne se laisseront pas distraire par les contingences en Europe. L'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février met désormais à l'épreuve la concentration et la détermination de Washington. Par rapport au rapport de 2019, la dernière stratégie indo-pacifique est remarquablement concise, mais surtout, elle est animée par des aspirations majeures telles que la lutte contre le changement climatique, la santé mondiale et le programme nucléaire de la Corée du Nord. Autant d'éléments autour desquels Biden cherche à rassembler et à instaurer la confiance entre les îles et les États riverains. Mais une "communauté de valeurs" ne suffit pas.

En tant que telles, les priorités de Washington dans la région indo-pacifique s'orientent aujourd'hui davantage vers la formation d'une architecture de sécurité dans la région que vers la Chine. Une position beaucoup plus morose de la part de Washington, qui reflète son intention de s'écarter de la bipolarité géopolitique clivante avec Pékin. Par rapport à l'administration précédente, en fait, il y a un éloignement significatif de la demande aux partenaires et aux alliés de s'aligner avec Washington contre Pékin.

battaglia-indo-pacifico-1024x650.png

Carte par Alberto Bellotto

Troisième erreur : la zone de libre-échange qui n'existait pas

Du 10 au 15 décembre à Brisbane, en Australie, les États-Unis et treize autres pays ont tenu leur première session de négociation dans le "Cadre économique pour la prospérité de l'Indo-Pacifique"(IPEF), une initiative destinée à souligner le fort engagement économique des États-Unis dans la région. De tels efforts se font attendre depuis longtemps. Ces dernières années, la Chine a considérablement intensifié son jeu dans la région indo-pacifique, notamment avec l'entrée en vigueur cette année du "Partenariat économique global régional" (PERC), le plus grand accord commercial du monde. Ce pacte réduit les droits de douane, harmonise les normes et fixe les règles commerciales entre les quinze membres, y compris les principaux alliés des États-Unis comme l'Australie, le Japon et le Vietnam. Un accord de libre-échange, donc, entre les dix États de l'ASEAN (c'est-à-dire le Brunei, le Cambodge, l'Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam) et cinq de leurs partenaires de libre-échange : l'Australie, la Chine, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud. Les quinze pays membres représentent environ 30% de la population et du PIB mondiaux.

Et voici donc la troisième grande erreur : celle de laisser la Chine influencer l'initiative économique et douanière dans la région. L'administration Biden s'attache désormais à inverser cette tendance inquiétante grâce à un travail diplomatique sur les chaînes d'approvisionnement résilientes, l'économie numérique et les énergies propres. Mais il n'opte toujours pas pour des réductions tarifaires et des dispositions connexes d'accès au marché qui favoriseraient les produits américains et l'adoption de normes fabriquées aux États-Unis.

Cette stratégie fait également défaut du point de vue de l'économie numérique : malheureusement, les obstacles mondiaux tels que les mesures de localisation des données et autres restrictions réglementaires à l'exportation de services numériques négociables vers les États-Unis sont en hausse. Si elle n'est pas contrôlée, la prolifération de ces barrières commerciales menace de priver les travailleurs et les entreprises américains des avantages potentiels de l'exportation de services numériques négociables. En effet, la Chambre de commerce américaine elle-même suggère depuis longtemps que le gouvernement américain appuie sur l'accélérateur de l'économie numérique dans le Pacifique. Au cœur de l'IPEF devrait, en fait, se trouver la mise en œuvre d'un langage commercial numérique basé sur des modèles tels que l'accord États-Unis-Japon ou le chapitre sur le commerce numérique de l'accord États-Unis-Mexique-Canada (USMCA).

Donnez-nous une autre minute de votre temps !

Si vous avez aimé l'article que vous venez de lire, demandez-vous : si je ne l'avais pas lu ici, l'aurais-je lu ailleurs ? S'il n'y avait pas InsideOver, combien de guerres oubliées par les médias le resteraient ? Combien de réflexions sur le monde qui vous entoure ne seriez-vous pas capable de faire ? Nous travaillons chaque jour pour vous fournir des reportages de qualité et des rapports approfondis totalement gratuits. Mais le type de journalisme que nous faisons est tout sauf "bon marché". Si vous pensez que cela vaut la peine de nous encourager et de nous soutenir, faites-le maintenant.

mardi, 03 janvier 2023

Guerre d'Ukraine: les stratégies néfastes des États-Unis

DWO-AP-Teaser-Ukraine-ag-Teaser.jpg

Guerre d'Ukraine: les stratégies néfastes des États-Unis

Thorsten Hinz

Source: https://jungefreiheit.de/kultur/literatur/2023/schaedliche-strategien-usa/  

Les politologues Ulrike Guérot et Hauke Ritz dénoncent une influence massive des Etats-Unis en Europe de l'Est comme impulsion décisive de la guerre en Ukraine. Selon eux, Washington ne peut plus être considéré comme le gardien du Graal des "valeurs occidentales". Selon eux, les Etats-Unis sont aujourd'hui "socialement délabrés et culturellement épuisés".

84f968e79fa9458f9d1550d8fb82e2e1.jpegLa politologue Ulrike Guérot a osé ce qui a conduit de manière prévisible et logique à sa mise au ban du public: avec Hauke Ritz, docteur en philosophie et spécialiste de la Russie, elle a rédigé un livre qui prend à contre-pied la lecture qui a été faite de la guerre en Ukraine. Elle y reconnaît une manipulation de l'opinion digne de 1914 : "Où que l'on regarde, il y a prise de parti exubérante en faveur de l'Ukraine, diabolisation totale de l'adversaire, réduction de l'ennemi à une seule personne (Poutine), absence de contextualisation, division tranchée entre le bien et le mal, rejet indigné de la coresponsabilité, morale au lieu de géostratégie".

Guérot et Ritz ont relié deux séries de motifs: premièrement, la prise de conscience "que l'UE a échoué en tant que projet politique" ; deuxièmement, "que l'image de la Russie en Occident est fausse ou du moins insuffisante". Les deux sont dialectiquement liés: leur échec rend l'UE incapable de prendre une position indépendante dans la guerre en Ukraine et d'exercer une influence pacificatrice sur le conflit. La poursuite de la guerre, à son tour, rend son échec parfait. Le conflit géopolitique devient ainsi un "jeu final" pour l'Europe, avec la perspective de dégénérer définitivement en un pré-carré et une masse à la disposition des États-Unis. L'objection selon laquelle l'Europe et l'UE ne sont pas identiques ne doit pas être prise en compte ici.

Une "guerre par procuration américaine"

Ce que les médias appellent systématiquement "la guerre d'agression de Poutine" est pour Guérot et Ritz "une guerre par procuration américaine préparée de longue date", dont les racines remontent au début des années 1990. Ils ont passé en revue des livres, des articles et des déclarations de penseurs et de stratèges américains et en ont tiré des extraits. Ils citent Zbigniew Brzeziński, George Friedman, Robert Kagan, Charles Krauthammer et Paul Wolfowitz.

Ce dernier était secrétaire adjoint à la Défense sous George W. Bush et déterminé à "empêcher toute puissance hostile de dominer une région dont les ressources, sous contrôle consolidé, suffiraient à générer une puissance mondiale". Est considérée comme ennemie toute personne qui tente de générer une puissance comparable à celle des États-Unis. Alors que les États-Unis ont immédiatement identifié l'Europe comme un concurrent potentiel après 1989, les Européens ont entretenu une "pensée unique" sur la soi-disant communauté de valeurs occidentale. La stratégie de Washington visant à séparer l'Europe des ressources russes par un cordon sanitaire n'a suscité aucune réflexion stratégique.

2022-03-20T000000Z_1112726383_MT1NURPHO000BEL987_RTRMADP_3_NURPHOTO.jpg

L'Ukraine va devenir totalement dépendante des États-Unis

Ulrike Guérot / Hauke Ritz : Fin de partie en Europe. A commander maintenant sur le service librairie de Junge Freiheit: https://jf-buchdienst.de/Buecher/Zeitgeschichte/Endspiel-Europa.html?listtype=search&searchparam=gu%C3%A9rot

Les "révolutions de couleur" et les "changements de régime" dans les anciennes républiques soviétiques faisaient partie de la stratégie américaine. Dans les pays d'Europe centrale et orientale, de "jeunes élites américanisées avec des connexions à Harvard et Washington" occupaient des fonctions de haut niveau dans l'Etat et les médias, "le prototype étant par exemple Radek Sikorski, le futur ministre polonais des Affaires étrangères", qui a salué sur Twitter le dynamitage des gazoducs Nord Stream par un "Thank you, USA".

Barack Obama a vanté la capacité des Etats-Unis à "façonner l'opinion publique mondiale, (elle) a aidé à isoler complètement la Russie". L'incendie de la Maison des syndicats à Odessa en 2014 par des nationalistes ukrainiens, qui a coûté la vie à 48 Russes, a ainsi été complètement occulté. Les accords de Minsk, qui prévoyaient une structure fédérale du pays avec plus d'autonomie pour l'est de l'Ukraine, ont été sabotés sous l'influence de Washington, car pour faire de l'Ukraine une zone de déploiement militaire de l'OTAN, il faut un pouvoir central de Kiev très rigoureux.

Ainsi, la "guerre d'agression de Poutine" apparaît plutôt comme une attaque défensive visant à échapper à l'emprise de l'OTAN. Il en résulte une Ukraine gravement endommagée par la guerre, énormément endettée et politiquement totalement dépendante des Etats-Unis. Les auteurs demandent : "L'Europe peut-elle vouloir un tel vassal en son sein ?"

Selon nos deux auteurs, les États-Unis sont aujourd'hui culturellement épuisés

Il faudra bien qu'elle le veuille. Si les choses se corsent réellement entre les Etats-Unis et l'Allemagne, les Américains mettront du matériel de renseignement sur la table et ce sera "soit vous participez, soit vous êtes pris". C'est en ces termes qu'en 2013, Günter Heiß, alors coordinateur des relations germano-américaines, a résumé son expérience avec la première puissance occidentale dans l'émission "Beckmann" de la chaîne ARD.

Pour Guérot, les Etats-Unis ne peuvent plus être considérés comme les gardiens du Graal des "valeurs occidentales", ils sont aujourd'hui "socialement délabrés et culturellement épuisés". La réalité en Occident se caractérise par le "wokeness", les interdictions de parole, la "cancel culture", les méthodes de censure, les résiliations de compte, la surveillance numérique et biométrique, le journalisme d'État et la guerre psychologique contre la population.

Pas de doute, cette femme et son co-auteur ont du courage ! Leur livre est stimulant, mais il est aussi vulnérable. Une erreur d'inattention peut passer inaperçue lorsqu'il est dit que le président français François Mitterrand, opposé à la réunification, est allé voir Egon Krenz en RDA en mars 1990. En réalité, Mitterrand se trouvait déjà à Berlin-Est en décembre 1989. A cette époque, Krenz n'était déjà plus en fonction et son interlocuteur était le Premier ministre Hans Modrow.

Rêveries antinationales

La fameuse euphorie post-nationale de Guérot, qui par principe ne connaît pas de frontières, a des conséquences graves. Comme l'Allemagne a négligé de manière coupable de consentir dès le départ à une union de transfert de l'euro, la guerre menée "autour de l'intégrité territoriale historiquement absurde qu'est l'Ukraine" doit maintenant provoquer la "catharsis européenne" attendue, à savoir la dissolution des structures étatiques nationales. Un début a déjà été fait, car la décision de prendre en charge les réfugiés ukrainiens dans le système Hartz IV allemand est "en fait déjà un signe avant-coureur de ne plus différencier les droits civils en fonction de la nationalité".

De telles rêveries creuses ne peuvent être raisonnablement critiquées. D'un point de vue historique, presque toutes les frontières en Europe sont absurdes. Mais qu'en résulte-t-il ? Au lieu d'un travail de précision, Guérot nous offre à la fin une logique de bulldozer et écrase à moitié son intervention convaincante et celle de Ritz contre la lecture officielle de la guerre en Ukraine. Elle facilite ainsi la tâche à ses adversaires, mais la rend difficile à ceux qui sont d'accord.

JF 51/22

 

jeudi, 29 décembre 2022

Souveraineté espagnole et avenir géopolitique

thumb2-spanish-flag-fabric-flags-europe-national-symbols-flag-of-spain.jpg

Souveraineté espagnole et avenir géopolitique

Carlos X. Blanco

Source: https://decadenciadeeuropa.blogspot.com/2022/12/soberania-espanola-y-futuro-geopolitico.html

Ceux d'entre nous qui vivent en Occident sont comme des prisonniers avec un bandeau sur les yeux. Bien que nous ayons les coudées franches pour nous débarrasser de ce voile, le peuple n'a même plus envie de faire ce geste libérateur. Pour compléter le tableau, nous, les habitants de cette partie du monde, sommes tranquillement couchés sur un baril de poudre en attendant que quelqu'un allume la mèche. Une puissance non-européenne, la puissance nord-américaine, semble l'avoir déjà allumée. Le problème est que nous n'avons pas réellement de poudre à canon ou d'autres substances combustibles conventionnelles sous nos sièges, ce qui serait déjà à craindre. Nous parlons d'armes nucléaires.

Pourquoi sommes-nous, Européens et Espagnols, les coupables ? Les pays qui ont renoncé à leur souveraineté, ou qui l'ont perdue suite à des coups bas, sont comme des personnes condamnées à mort. Alors que leur fin, déjà décrétée, arrive, ils sont comme des prisonniers qui ne peuvent faire un pas sans être soumis à la surveillance la plus étroite. Comme j'écris depuis l'Espagne, je peux parler de ces processus de première main. Sans avoir besoin de rassembler une documentation abondante sur les affaires des autres, mais plutôt en parlant de mon expérience personnelle, je peux témoigner de ce qui s'est passé depuis ma lointaine enfance: une perte de souveraineté. Ce n'est pas là la pseudo-histoire (la "mémoire démocratique") qui est expliquée dans les écoles espagnoles: c'est l'histoire réelle et vécue dans la plupart des foyers. Officiellement, nous sommes passés de la Dictature à la Démocratie libérale, avec une pluralité de partis. Nous serions passés du bâillon et de la peur au paradis des libertés. En réalité, charnellement, ce que nous avons vu, c'est l'avortement d'autres modes de transition possibles et la perte - par enlèvement et usurpation - de la souveraineté nationale.

Le processus était analogue à celui de nombreuses autres républiques hispaniques. La longue main américaine est visible à chaque étape : coups d'État, création de groupes d'insurgés, cooptation de dirigeants et d'élites... Il s'agit toujours de diriger les processus de changement de l'extérieur et de loin, des processus qui ne doivent pas prendre une situation idyllique comme point de départ : l'Espagne de la fin de la période franquiste n'était pas une Espagne idyllique, loin de là. La clé de ce bref essai n'est pas de faire l'éloge abstrait de n'importe quel type de régime, ni de les comparer dans l'abstrait : régime autoritaire et régime démo-libéral, avant et après 1978. Loin de là, la clé de nos réflexions se trouve dans le continuum "plus de souveraineté - moins de souveraineté". En partant d'une situation de souveraineté maximale, c'est-à-dire lorsqu'une nation et une partie importante du peuple ont le pouvoir sur les décisions ultimes (déclarer la paix ou la guerre, sécuriser et protéger les frontières et les peuples, prendre les grandes décisions du destin sans contrainte), un État peut ensuite se restructurer afin de gagner en libertés et en prospérité. C'est ce que l'Espagne de la fin de la période franquiste n'était pas autorisée à faire. De l'extérieur, avec pas mal de sales manœuvres, dont le terrorisme et les "coups de sabre" déformés et amplifiés, on a poussé une Espagne franquiste qui avait entrepris (avec beaucoup de sacrifices et peu de libertés civiques) de se forger une "insoumission fondatrice" partielle (selon la terminologie du professeur Gullo).

1200px-Luis_Carrero_Blanco.jpg

9271070_Original.jpg

Cette situation a été parfaitement représentée par plusieurs étapes, dans l'ordre chronologique : l'assassinat de l'amiral Carrero, l'imposition d'un Bourbon traître sur le trône, l'introduction de la partitocratie et du modèle centrifuge de l'État ("État des autonomies" et Régime de 78), la (ré)invention du PSOE dans une perspective néolibérale, c'est-à-dire le socialisme de Felipe González, qui a initié l'ère de la subordination (privatisation et destruction du tissu agro-industriel et éducatif du pays). Tout ça pour quoi ? Pour empêcher qu'une Espagne sur la voie de l'"insoumission fondatrice" soit suffisamment puissante pour que, depuis le propre bloc anticommuniste de l'Occident, elle puisse s'imposer de sa propre voix et comme une note discordante devant les franchisés inféodés aux yankees du Vieux Continent - lire l'Allemagne - et de la Méditerranée - lire la France et le Maroc.

En 1973, le 20 décembre, l'Espagne a vu son Premier ministre, l'amiral Luis Carrero Blanco, se faire exploser, ainsi que deux compagnons : un policier et son chauffeur. Le pays a été choqué de voir les images de ce désastre à la télévision. L'impunité de l'ETA, l'organisation terroriste soi-disant liée à l'indépendance basque, est devenue de plus en plus visible. Cet attentat n'était pas le premier du gang, mais le magnicide, commis avec la bénédiction de l'Oncle Sam, qui préfigurait des décennies de meurtres pendant les années de plomb, au cours desquelles les assassins de l'ETA ont même acquis du prestige parmi la gauche. Les partisans du régime de Franco, alors que le Caudillo était déjà vieux et malade, ont vu dès lors que la "transition" commençait à être pilotée de l'extérieur. L'implication des services secrets américains, et leur connivence avec le séparatisme basque et les groupes violents de toutes sortes, susceptibles d'être utilisés pour déstabiliser le pays, devenait palpable. Il est clair que quelqu'un n'a pas réussi à protéger l'amiral. Les hauts fonctionnaires le savaient et ont acquiescé. Des documents déclassifiés ultérieurement par la CIA indiquent clairement qu'il fallait se débarrasser de Carrero. Et c'est ce qu'ils ont fait. Le fait que les exécutants matériels étaient des membres du groupe terroriste séparatiste basque ne fait pas obstacle aux spéculations plus que raisonnables sur les véritables instigateurs intellectuels, et ces spéculations sont les suivantes :

a) Que les instigateurs, promoteurs, collaborateurs nécessaires, etc. étaient les services secrets yankees, intéressés à bloquer toutes autres formes de transition politique après la mort du Caudillo et désireux de mettre en œuvre "leur" modèle démo-libéral qui, par essence, est le modèle instituant la subordination coloniale aux intérêts des États-Unis.

b) Que les exécutants matériels eux-mêmes, les membres de l'ETA, n'ont pas seulement reçu l'aide, le soutien, la collaboration nécessaire, etc. des Yankees pour cet assassinat spécifique, mais que l'existence même du réseau terroriste, et ses extensions ultérieures sous forme de "combats de rue" et de "socialisation" généralisée de la violence au Pays basque et en Navarre, principalement, étaient le résultat de plans et de fonds étrangers, élaborés aux États-Unis et dans d'autres pays européens (Allemagne, France).

Les spéculations, décrites en a) et b), ne sont peut-être pas faciles à prouver, mais elles sont très rationnelles si nous nous en tenons au moins à la logique des précédents. La logique du précédent est la suivante: si un ennemi traditionnel de l'Espagne (ou de tout autre nation étudiée) a déjà fait son œuvre par le biais de la technique "X", et qu'il a bien réussi, il y a de fortes chances que la technique "X" ait ensuite été utilisée à une époque ultérieure. La politique internationale de l'empire américain est célèbre pour son utilisation des attentats et des sabotages, car ce sont ses techniques "X" préférées. Le naufrage du Maine était l'acte de terreur et de sabotage idéal pour que l'empire yankee arrache à l'Espagne ses précieuses possessions de Cuba, Porto Rico, les Philippines, etc. Par la suite, les Américains ont essayé des tactiques terroristes analogues pour fabriquer le casus belli nécessaire à leurs conquêtes, agressions et déprédations : contre le Japon, le Vietnam, l'Afghanistan, l'Irak, la Syrie, la Libye... D'autre part, l'entraînement, l'armement et la formation de groupes armés (guérillas, "contras", insurgés, djihadistes, "cellules islamistes", ETA et divers groupes "anticapitalistes") est quelque chose de facile à réaliser par des services secrets aussi répandus sur la planète, aussi bien entraînés et arrosés d'argent, et plus que suffisamment formés technologiquement, que le sont les Américains.

iiif-service_gmd_gmd4_g4901_g4901s_ct000349-full-pct_25-0-default.jpg

L'empire prédateur yankee est devenu grand, un véritable empire continental, aux dépens de l'Hispanidad. Avec une Hispanidad intacte, la nation yankee ne serait qu'une petite mosaïque de territoires sur la côte atlantique de l'Amérique du Nord. Sans leurs exactions et leurs destructions en Amérique latine, ils seraient restés une extension provinciale de l'anglosphère de l'autre côté de la "grande mare". Et sans l'acquiescement des puissances européennes en 1898, la nation yankee n'aurait pas commencé son escalade planétaire d'agression qui a débuté par l'assaut des derniers vestiges transcontinentaux de la monarchie espagnole.

Les similitudes entre le "tournant" de la politique espagnole après 1973 et les révolutions de couleur actuelles ou relativement récentes, principalement dans les pays arabes, ou le Maidan en Ukraine, sont évidentes. Il s'agit d'activer des éléments locaux mécontents pour une raison quelconque (la raison est la chose la moins importante, et n'est prise en compte que comme carburant humain pour allumer et faire exploser un conflit que l'Empire prédateur a intérêt à exacerber). Le conflit religieux, ethnique, idéologique, séparatiste, etc. est inventé, s'il n'existait pas déjà. Et elle est conçue depuis les bureaux sombres et lointains des services secrets américains.

Lorsque le Premier ministre espagnol et successeur de Franco a été assassiné, peut-être à cause de l'inaction et de la trahison de hauts fonctionnaires franquistes qui s'occupaient déjà de plaire aux Yankees, l'Espagne était loin d'être une nation sans problèmes. Malgré la crise pétrolière de l'époque, le pays avait surmonté la faim de l'après-guerre et l'isolement d'une dictature comme celle de Franco, qui, même si c'était une dictature, n'en était pas plus une que d'autres dans le monde de l'après-1945, chères à Washington. D'autres régimes, parfois plus féroces dans leur despotisme, ont été épargnés par les blocus et l'isolement international, puisque tout cela dépend toujours, finalement, des intérêts géopolitiques et commerciaux du gendarme anglo-saxon. Néanmoins, les Espagnols avaient réussi, par leurs propres efforts et grâce à une gestion technocratique très efficace, à placer leur pays à la neuvième place des puissances économiques mondiales.

En 1973, l'Espagne était un pays industrialisé (aujourd'hui, c'est un simple parc touristique, où l'hôtellerie, le tourisme de plage et la prostitution sont les principales activités). Son système éducatif était exigeant et rigoureux, et les enfants d'ouvriers et de paysans avaient pu accéder en masse au baccalauréat et à l'université. Il y avait des problèmes en suspens: Carrero a été chargé d'une transition non démo-libérale, en direction d'une "démocratie organique" qui aurait intégré les mécontents. Cette tâche, dans une société civile plus saine que celle d'aujourd'hui mais politiquement inexpérimentée, était difficile. Mais la souveraineté économique du pays était, à l'époque, un fait indiscutable, un atout. Pas comme maintenant: l'Espagne démocratique, pro-européenne et pro-ottomane est un pays où l'Union européenne intervient. L'Union européenne, cette monstruosité qui "sauve" en échange de l'obéissance aux diktats de l'institution supranationale. L'UE n'est rien d'autre qu'une machine inventée par le néolibéralisme: elle sert à réduire à néant la souveraineté des États faibles ayant de graves problèmes (corruption, dette, violence, instabilité) pour mieux les piller.

d2cd8e1_m9u8do7yVi5a5XAFPOY_LRH-.jpg

Cette tentative d'assassinat de l'amiral, lieutenant de Franco et successeur prévisible, n'a pas ouvert la porte à la démocratie, comme les libéraux et les gauchistes ont tendance à le penser, et comme l'ont pensé tous ceux qui ont témoigné leur gratitude aux membres de l'ETA (car, aussi incroyable que cela puisse paraître, cela s'est produit). Cet assassinat de trois personnes, dont l'une était essentielle pour diriger le destin du pays sans renoncer à la souveraineté, a été la clé de tout ce qui a suivi. Puis sont arrivés des gouvernements dirigés par un Bourbon insensé et perfide, qui est maintenant en fuite dans les déserts arabes, entouré de cheikhs identiques à lui en termes d'arrogance et de mépris de l'éthique et de la dignité du peuple. Ce Bourbon, qui, selon la plupart des témoignages, s'est assis sur un trône en papier mâché par la volonté (malavisée et peu judicieuse) de Franco lui-même, était en réalité une marionnette de la CIA et de la Maison Blanche. Avant d'être roi, il vendait déjà des secrets de la patrie à une puissance étrangère, ce qui serait un motif suffisant pour qu'il soit jugé pour haute trahison. En vendant des secrets pour assurer son accession au trône, Juan Carlos Ier a trahi les Sahraouis et a entamé le processus de collusion avec le roi du Maroc qui a marqué la politique étrangère prostituée de l'Espagne depuis lors. La situation actuelle du Royaume d'Espagne est exactement la même que celle créée il y a près de 50 ans par l'actuel "roi émérite": un État qui a cédé une province de son territoire (une ancienne "colonie") comme le Sahara occidental, abandonnant son peuple (le peuple sahraoui, doté du droit à l'autodétermination, un droit qui continue d'être nié), qui a subi et subit une situation de génocide (notamment des bombes au napalm). L'Espagne est toujours une colonie du Maroc après la trahison des Bourbonistes. L'Espagne est une nation à genoux face à un État comme celui du Maroc qui ne cesse de

a) le faire chanter avec la "bombe humaine" de l'immigration illégale,

b) faire entrer la drogue (la principale source de revenus du roi maure et de sa clique) dans ses villes et détruit ainsi la jeunesse espagnole en la dégradant,

c) demander aux caisses publiques espagnoles, avec les impôts prélevés sur le peuple, de payer les études d'une énorme partie, pas encore bien comptabilisée, des enfants et des jeunes maghrébins, tant en Espagne qu'au Maroc,

d) d'établir en Espagne, héritière de la Reconquête, tout le réseau de ses mosquées spécifiquement alaouites en concurrence avec les mosquées saoudiennes et celles des différents émirats,

e) de menacer directement la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Espagne en insinuant de nouvelles "marches vertes" sur les îles Canaries, Ceuta, Melilla et l'Andalousie, afin de "récupérer ce qui était autrefois à eux", avec une grave insolence,

f) de favoriser le remplacement ethnique du peuple espagnol avec le plan avoué d'expansion vers le nord.

ansturm-auf-melilla.JPG

Avec tous ces rappels, je souhaite seulement attirer l'attention du lecteur sur la situation géopolitique très fragile de l'Espagne.

L'heure est grave car l'Espagne est une triple colonie. Une colonie des États-Unis et de ses deux franchisés, l'européen et le nord-africain. Cela signifie que l'Espagne pourrait disparaître dans un avenir pas trop lointain et déstabiliser l'ensemble de l'Europe du Sud.

Certaines des clés ont déjà été signalées plus haut, mais je voudrais les énumérer, en retraçant le contexte et les éléments déclencheurs de la "perte de l'Espagne" depuis 1973 et, officiellement avec le R78 (Régime constitutionnel de 1978), c'est-à-dire l'évaporation de sa souveraineté et sa transformation en un pays "PIG" (cochon, terme par lequel l'État hérité du régime de Juan Carlos a été littéralement décrit par l'Allemagne et la France et par la finance internationale): un pays très endetté, désindustrialisé et soumis à un triple colonialisme yankee, marocain et franco-allemand.

1) Ses problèmes liés aux tendances centrifuges. Nous émettons l'hypothèse qu'une idéologie raciste et rétrograde comme celle de Sabino Arana, le leader du nationalisme basque, n'a gagné en force que grâce au terrorisme, et que depuis les années 1960, elle a reçu une aide extérieure inestimable. Aujourd'hui, le feu séparatiste se propage en Catalogne: un essaim de petits partis corrompus animés par des illettrés, comme les partis basques, comme les partis nationalistes catalans, mal à l'aise entre eux et mal à l'aise avec leur propre terre et leur histoire, ne serait jamais dangereux pour l'État sans un fort soutien extérieur, mondialiste et "européiste".

000_DV1863988_1.jpg

2) La colonisation culturelle : l'européanisme et l'anglosphère sont sans cesse propagés par le système éducatif et les médias. La véritable tradition hispanique, l'origine de l'hispanité après la victoire de Don Pelayo à Covadonga (722) et son expansion vers le sud pour récupérer les terres des Goths tombées aux mains des musulmans, ainsi que vers les Amériques et l'Asie, sont des processus qui sont ignorés et déformés dans notre système éducatif par l'action de l'idéologie anglo-saxonne et européiste. Il y a un grave problème d'endophobie en Espagne, une phobie de ce qui est propre et interne ou essentiel.

3) L'acceptation à la manière d'un chien des idéologies étrangères les plus folles: l'idéologie du genre et des LGTBI+, l'animalisme, le multiculturalisme, le relativisme culturel et moral... Tout cela fait partie du mécanisme de la domination "occidentale".

4) La destruction de la culture du travail. Cela va de pair avec le processus de privatisation et de désertification agro-industrielle. La gauche post-moderne embrasse les idéologies énumérées au point 3), ainsi que d'autres narcotiques idéologiques, tout en soutenant fermement les idées d'un "salaire universel" et du "droit à la paresse" et du parasitisme comme mode de vie.

5) La destruction du taux de natalité et de la famille, qui est inextricablement liée aux mécanismes 1-4 ci-dessus. De cette façon, l'homogénéité d'un peuple multiséculaire, l'un des plus anciens et des plus définis au monde, est détruite afin d'assurer le remplacement ethnique et le changement de frontières qui en découle. Quand une nation n'est pas envahie par des baïonnettes, elle l'est par des permis de migration gratuits et la fécondité des utérus étrangers.

Il est clair que l'avenir de cette Espagne triplement colonisée est très sombre à moins d'un tournant souverainiste (en termes de direction politique) et d'une "insoumission fondatrice" (en termes de souveraineté économique). Ce changement devrait être complété par un renforcement des forces armées, à intégrer dans les alliances militaires hispano-américaines plutôt que dans les alliances atlantistes, et surtout dans les domaines naval et nucléaire (comme semblait l'envisager Carrero Blanco). Un tel changement semble peu probable maintenant, mais s'il ne se produit pas dans les prochaines années, on peut prévoir:

- La disparition de l'Espagne avec la multiplication des "taifas" qui ne feront que créer plus d'instabilité en Méditerranée.

- L'expansion du Royaume du Maroc vers les îles Canaries et le continent, c'est-à-dire l'Europe. Ainsi, l'État du Maghreb atteindrait des proportions et une force similaires à celles de la Turquie, et obtiendrait une situation analogue à celle de la Turquie, avec des territoires sur deux continents, dont l'Europe.

- L'extension vers le nord de la frontière musulmane. Cela sera également une source d'instabilité.

- Les mouvements de population, toujours indésirables et source de conflits lorsqu'ils sont incontrôlés, massifs et motivés par une "fuite" hors de l'État d'origine. Si l'État espagnol a déjà abandonné une de ses provinces il y a un demi-siècle, il pourrait le faire à nouveau dans d'autres.

- La réduction substantielle du territoire européen d'une UE de plus en plus soumise à l'impérialisme américain et à ses alliés extra-européens qui semblent prêts à étendre leurs propres impérialismes: le Maroc, la Turquie, l'Arabie Saoudite ou Israël seront ravis de voir de nouvelles terres et de nouvelles masses humaines à exploiter.

Il est tout à fait clair que le rôle de l'Espagne est essentiel, malgré sa prostration et sa faiblesse actuelles. Ce que j'ai appelé dans cet essai la "logique des antécédents" ou des "précédents" permet d'anticiper les prochains mouvements du cycle historique. Ce qui s'est déjà produit peut se reproduire, et de manière plus grave et irréversible. Nous, les Espagnols, devons être les premiers à réagir, en devinant les futurs mouvements de l'ennemi, en détectant qui il est et en n'oubliant jamais que c'est un monde dans lequel la vraie paix n'a jamais été déclarée. Malheureusement, c'est comme ça.

mardi, 27 décembre 2022

La géopolitique du Cambodge: destruction et reconstruction

77203.HR.jpg

La géopolitique du Cambodge: destruction et reconstruction

Groupe de réflexion Katehon

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/la-geopolitica-della-cambogia-distruzione-e-ricostruzione

Le Cambodge, d'une superficie de 181.035 kilomètres carrés, est situé dans la partie sud de la péninsule indochinoise et a des frontières avec le Vietnam à l'est et au sud-est, la Thaïlande à l'ouest et au nord-ouest, le Laos au nord et le golfe de Thaïlande au sud-ouest. Du 2ème siècle de notre ère au milieu du 15ème siècle, le Cambodge était un royaume très puissant de la péninsule indochinoise, qui a donné naissance à la culture d'Angkor, mondialement connue. Après le 15ème siècle, la puissance nationale du Cambodge a décliné jour après jour. En 1863, le Cambodge est devenu une colonie française et a été envahi par le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 9 novembre 1953, le Cambodge, après de nombreuses souffrances, a finalement obtenu son indépendance. Mais le Cambodge, qui venait d'obtenir son indépendance, a été confronté au même problème que de nombreux États-nations nouvellement indépendants : l'escalade à cause de la guerre froide mondiale.

Sous l'influence de la guerre froide, sur le plan diplomatique, le Cambodge est passé de la neutralité initiale à l'oscillation entre les deux camps de l'Est et de l'Ouest par le biais de différentes forces et de conflits militaires directs avec ses puissants voisins survenus de temps à autre. Mais le conflit idéologique ne suffit pas à expliquer les bouleversements que le Cambodge a connus pendant la guerre froide. Leifer Michael estime que "depuis le déclin de l'ancien empire khmer, la géopolitique a influencé le destin futur du Cambodge" [1]. Le journaliste britannique William Shawcross était du même avis : "Le Cambodge est victime de sa géographie et de sa politique immature" [2].

carte-detaillee-cambodge-800x631.jpg

3463563.jpg

La politique étrangère du Cambodge pendant la guerre froide

Depuis son indépendance des colonisateurs français en 1953, le peuple cambodgien, dirigé par le roi Sihanouk (photo), a cultivé une indépendance et une souveraineté nationale ténues. Pendant la guerre froide, il était toutefois très difficile pour le Cambodge d'atteindre cet objectif. Pour cette raison, le Cambodge a dû adopter une politique étrangère neutre et pratiquer une diplomatie équidistante entre les deux camps de l'Est et de l'Ouest, espérant une chance de vivre dans l'intervalle entre les deux camps pour libérer le Cambodge de la menace de la guerre. C'est pourquoi, au début de son indépendance, le Cambodge a fermement rejeté les fortes pressions exercées par le camp occidental dirigé par les États-Unis et a refusé de rejoindre l'Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est dirigée par les États-Unis. Cependant, la politique étrangère du Cambodge a été clairement pro-occidentale dès le début. D'une part, il existe un conflit entre les factions républicaines et monarchistes depuis l'indépendance du Cambodge. Sous l'influence de la guerre froide, les républicains de droite se sont alignés sur le camp occidental et les républicains de gauche sur le camp socialiste.

Cependant, comme les deux puissants voisins du Cambodge, le Sud-Vietnam et la Thaïlande, étaient tous deux alignés sur le camp occidental, Sihanouk prévoyait d'adopter une stratégie pro-occidentale de "neutralité" pour obtenir le soutien des États-Unis en faveur de la paix, de la neutralité, de l'intégrité territoriale et de la souveraineté sur le Cambodge.

Toutefois, à mesure que la guerre du Vietnam s'intensifia, les États-Unis cherchèrent de plus en plus à attirer le Cambodge dans le camp occidental pour l'empêcher de tomber aux mains du parti communiste. Depuis l'indépendance du Cambodge, les États-Unis ont fourni au pays un total de 404 millions de dollars. L'importance de cette aide est évidente pour le Cambodge, qui était en pleine tourmente. Cependant, en 1963, alors que la situation internationale et intérieure évolue, Sihanouk décide de rompre avec l'aide économique et militaire américaine. Il a également nationalisé les banques du pays et le commerce d'import-export [3].

Après avoir rompu ses liens avec les États-Unis en 1965, le Cambodge s'est tourné vers le camp socialiste pour obtenir de l'aide. Le virage diplomatique du Cambodge a eu deux conséquences immédiates. D'une part, le gouvernement américain s'est montré furieux de la transition du Cambodge vers le socialisme et Nixon a autorisé secrètement le bombardement du territoire cambodgien.

vietnam-war-protests-gettyimages-106345693.jpg

Rien qu'au cours des cinq premières années de la décennie 1970, les États-Unis ont largué 540.000 tonnes de bombes sur le Cambodge, soit plus que la quantité totale larguée par les forces alliées sur le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale [3]. 150.000 personnes sont mortes en conséquence directe des bombardements au Cambodge. D'autre part, alors que Sihanouk est à l'étranger, l'opposition soutenue par les États-Unis organise un coup d'État le 18 mars 1970 et établit une "République khmère", dirigée par Lon Nol (photo).

lon_nphol.jpg

Cependant, lorsque les Américains, qui avaient perdu la guerre au Vietnam, se sont finalement retirés de la région de l'Indochine, la République khmère, qui avait perdu le soutien américain, a rapidement été renversée par les Khmers rouges le 17 avril 1975. De 1975 à 1979, le Cambodge a été rebaptisé "Kampuchéa démocratique" avec Pol Pot à sa tête (photo, ci-dessous).

76245101.jpg

khmer-1122223-1-960x540.jpg

Peu après l'établissement du Kampuchéa démocratique, des conflits frontaliers avec les pays voisins ont commencé à apparaître. Sur la question des frontières, le Cambodge s'est d'abord battu avec le Vietnam, puis avec la Thaïlande et le Laos. L'histoire des litiges territoriaux entre le Vietnam et le Cambodge remonte à l'expansion du Vietnam au 17ème siècle, dernier désastre avant l'arrivée des colons français. En 1979, le conflit entre le Vietnam et le Cambodge a finalement éclaté et le peuple cambodgien a entamé une lutte de 13 ans contre le Vietnam pour sauver le pays. Le Cambodge est devenu une pièce importante sur l'échiquier géopolitique et une aire géostratégique pour les principaux acteurs géostratégiques du monde et les forces politiques de tous bords qui se sont engagés dans un affrontement géopolitique autour de la question cambodgienne.

Premièrement, le jeu et l'interaction entre la Chine, l'URSS et les États-Unis dans la résolution de la question cambodgienne. L'URSS a soutenu le Vietnam et la Chine s'est fermement opposée à l'agression du Vietnam contre le Cambodge et s'est rangée du côté de la résistance cambodgienne avec l'ASEAN. Tout en soutenant leur allié d'Asie du Sud-Est, la Thaïlande, les États-Unis ont également soutenu moralement la communauté internationale en travaillant avec la Chine pour isoler et punir le Vietnam. Les États-Unis déclarent alors qu'ils n'établiront pas de relations diplomatiques avec le Vietnam à moins que ce dernier ne retire ses troupes du Cambodge et qu'ils augmenteront leur puissance militaire dans le Pacifique pour concurrencer l'expansion soviétique en Asie du Sud-Est. Depuis lors, la Chine et les États-Unis ont continué à aider le groupe de résistance cambodgien contre l'armée vietnamienne, qui était soutenue et aidée par l'Union soviétique.

14390.jpg

Troupes vietnamiennes au Cambodge.

Ce n'est que lorsque les relations sino-soviétiques ont été rétablies et que les relations américano-soviétiques se sont affaiblies que les trois grandes puissances, la Chine, l'Union soviétique et les États-Unis, ont commencé à s'engager positivement sur la question cambodgienne. Les trois pays et les parties concernées par la question cambodgienne ont convenu de résoudre la question lors de la Conférence internationale de Paris de 1989. Cela a mis fin au conflit qui a duré dix ans entre le Cambodge et le Vietnam. Cependant, l'Union soviétique, les États-Unis et la Chine ont joué leurs propres jeux géopolitiques lors de la Conférence internationale de Paris. Les résolutions prises sur le conflit de dix ans au Cambodge n'étaient qu'un cadre pour garder l'Indochine et ses voisins comme des pions d'une superpuissance plus grande de l'après-guerre, tout comme les résolutions prises sur l'établissement de la paix en Asie du Sud-Est.

En octobre 1991, le Cambodge a initié un processus de paix interne en signant l'Accord de Paris pour résoudre la crise géopolitique du pays. En termes de partage de la zone géostratégique, le Cambodge est également revenu dans la zone géopolitique de l'Asie de l'Est en raison du retrait et de l'affaiblissement de la superpuissance [4]. Cependant, le Cambodge ayant été trop longtemps déchiré par la guerre froide, sa géopolitique interne a également été minée par la résonance des guerres internes et externes depuis lors. Le processus de paix au Cambodge dans les années 1990 a été dominé par les troubles et la pauvreté. Ce n'est qu'en 1998, lorsque les principales forces du régime khmer rouge se sont rendues au gouvernement royal du Cambodge et que les forces khmères rouges se sont complètement désintégrées, que la situation politique au Cambodge a pu s'apaiser.

Le rebond géopolitique du Cambodge après la guerre froide

Les nouveaux changements dans la géopolitique interne du Cambodge de l'après-guerre froide se manifestent principalement par le fait que les luttes politiques internes entre factions ont connu deux différenciations et combinaisons, à savoir la troisième période de différenciation et de combinaison (fin des années 1980-début des années 1990) et la quatrième période de différenciation et de combinaison (1997-2014). La troisième période se manifeste par la lutte et la rivalité entre les quatre principaux partis : le Parti de l'unité nationale cambodgienne, le Parti Phuentsinpek, le Parti démocratique bouddhiste libéral khmer et le Parti du peuple cambodgien ; dans la quatrième période, Hun Sen organise un coup d'État en 1997 pour renverser le gouvernement Ranarid.

En 1998, le Parti du peuple et le Parti Phunchinpek sont arrivés au pouvoir. La montée en puissance du Parti Rainsy après sa réorganisation en Parti du Salut National et la formation d'un équilibre commun et modèle entre les trois partis.

_90326464_hi033765171.jpg

Au cours de la troisième période de différenciation et de combinaison, toutes les factions politiques cambodgiennes ont maintenu des relations équilibrées avec les forces politiques étrangères dans les relations internationales, sur la base des exigences de la reconstruction d'après-guerre ; au cours de la quatrième période, les relations entre le Cambodge dirigé par Hun Sen (photo) et les États-Unis et d'autres pays occidentaux sont passées par des phases de détérioration, de sanctions et de reconstruction. Les relations avec la Chine sont passées de l'établissement d'un partenariat de coopération stratégique à l'établissement d'un partenariat stratégique global et à l'avancement d'un partenariat stratégique global. Les relations économiques, commerciales et politiques avec le Japon se sont constamment renforcées, et la relation avec l'ANASE est évidente dans le fait que le Japon est devenu membre de l'ANASE et a occupé la présidence tournante de l'ANASE à deux reprises.

Depuis lors, le rôle géopolitique du Cambodge dans l'intégration de l'ANASE, la géopolitique de la mer de Chine méridionale et la sous-région du Grand Mékong est progressivement devenu plus important, de sorte qu'en termes de relations étrangères, le Cambodge est également devenu une arène de "géopouvoir" pour les jeux de pouvoir de la politique étrangère.

Sources :

[1] Leifer, Michael. “Le dimensioni internazionali del conflitto cambogiano”. [M]. International Affairs (Royal Institute of International Affairs), 34 (1975).

[2] William, Shawcross. “La qualità della misericordia: Cambogia, Olocausto e coscienza moderna”. [M]. New York: Simon and Schuster, 1984.

[3] Tully, John A. “Breve storia della Cambogia: dall’impero alla sopravvivenza”. [M]. Nuovo Galles del Sud: Allen &Unwin, 2005.

[4] 方天建,何跃. 冷战后东南亚地缘政治变化中的大国战略调整述评[J]. 世界地理研究,2013(3):30-40.

mardi, 13 décembre 2022

Les "points chauds" de la planète : où pourrait éclater la prochaine guerre?

China-1.jpg

Les "points chauds" de la planète : où pourrait éclater la prochaine guerre?

Andrea Muratore

Source: https://insideover.ilgiornale.it/politica/scioperi-tensioni-ed-esercito-allertato-cosa-succede-davvero-nel-regno-unito.html

Ces dernières années, la guerre du Haut-Karabakh d'abord, puis le violent conflit en Ukraine ont enflammé des scénarios jugés critiques pour l'ordre international par les analystes et les décideurs. Les guerres préventives déclenchées par l'Azerbaïdjan et la Russie contre, respectivement, l'Arménie et l'Ukraine ont montré le retour du recours à la force comme moyen de résoudre les conflits entre États avec une véhémence jamais vue depuis la fin de la guerre froide.

La fin du bipolarisme et l'évanouissement rapide de l'utopie unipolaire du monde dirigé par les États-Unis ont conduit l'ordre mondial à se transformer en un grand désordre international, anarchique et sans règles précises. Cela a alimenté les poussées de tension dans le contexte d'une rupture de plus en plus progressive des freins et contrepoids qui délimitaient l'équilibre des pouvoirs. Le déclin du bipolarisme et les scénarios de guerre hybride et économique qui ont émergé dans divers contextes ont fait le reste, mettant essentiellement en contact les puissances dans diverses régions du monde. Conflits gelés ou de faible intensité sur le point de se réveiller, régions du monde âprement disputées entre puissances, points de contact entre anciens et nouveaux empires revenus s'affronter, zones à revendications politiques multiples : les zones de tension où la prochaine guerre pourrait éclater sont nombreuses.

aree-di-tensione-nel-mondo-1024x795.jpg

Carte par Alberto Bellotto: les zones de tension dans le monde. Le théâtre finlandais et baltique rapproche la possibilité d'un conflit en Europe centrale et occidentale.

Syrie, Libye, Yémen : trois "bombes" non désamorcées

Le Grand Moyen-Orient et l'Afrique du Nord sont les premières zones à être soigneusement évaluées. Celle de Syrie, dont il a été question récemment dans ces colonnes, est la plus violente des guerres gelées sans issue définitive, même si formellement personne ne met plus en péril le maintien au pouvoir du régime alaouite de Bachar el-Assad. Le pays peine à retrouver son unité, et la reprise des opérations turques contre les Kurdes du Rojava nous a récemment rappelé à quel point ce pays tourmenté du Moyen-Orient présente définitivement des problèmes de stabilité.

Outre la Syrie, le Yémen et la Libye sont aussi des pays déchirés par leurs propres guerres civiles dont la priorité est aujourd'hui de sortir du bourbier qui les voit comme des zones de conflits et de guerres par procuration entre des mosaïques hétéroclites de puissances. Bien que n'étant pas à l'ordre du jour des conflits directs entre États, ces trois nations correspondent à autant de "trous noirs" géopolitiques et stratégiques, sources de tensions pour l'ordre international, à l'instar d'une autre zone souvent sous-estimée, le Sahel.

regione-sahel-africa-933x1024.jpg

Carte par Alberto Bellotto. Erratum: à la place du mot "Gabon", il faut évidemment écrire "Sénégal".

Etats-Unis et Chine, le front du Pacifique

Bien entendu, les "trous noirs" peuvent être problématiques pour les litiges liés à d'éventuels effondrements d'États ou à l'infiltration de terroristes dans des pays à l'institutionnalisation réduite. Mais le vrai problème, aujourd'hui, reste les points de contact possibles entre les grandes puissances. Des espaces où le risque de confrontation entre blocs de pouvoir est direct.

La première pensée qui vient à l'esprit est évidemment la mer de Chine méridionale et le bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Ces derniers mois, les exercices navals de Pékin dans le détroit de Taïwan et la visite de la présidente de la Chambre des représentants de Washington, Nancy Pelosi, sur l'île considérée comme une "province rebelle" par Pékin ont marqué les tensions et la rivalité politique entre les deux géants.

Depuis le début de l'année 2022, la Chine a complètement militarisé avec ses propres forces trois des nombreuses îles qu'elle a construites dans la mer de Chine méridionale contestée, les armant de systèmes de missiles de différents types, en premier lieu l'anti-navire Donfeng-21. Le Guardian rappelle que lors de l'effort décisif de la Chine en mars pour "armer" ses territoires artificiels, "le commandant américain pour l'Indo-Pacifique, l'amiral John C. Aquilino, a déclaré que les actions hostiles contrastaient fortement avec les assurances antérieures du président chinois Xi Jinping selon lesquelles Pékin ne transformerait pas les îles artificielles dans les eaux contestées en bases militaires". 

Dans les îles Spratley, disputées avec plusieurs autres nations de la région, en premier lieu les Philippines et le Vietnam, la Chine utilise des bateaux de pêche comme élément de projection. En moyenne, ils jettent l'ancre dans l'archipel contesté de l'Indo-Pacifique pendant au moins neuf mois de l'année.

Washington répond par un système complexe de présence navale. Le commandement du Pacifique, qui gère également les opérations dans l'océan Indien, dispose de deux flottes, la troisième et la septième, avec les porte-avions Nimitz, Carl Vinson, Ronald Reagan et Theodore Roosevelt déployés à San Diego et l'Abraham Lincoln à Yokosuka, au Japon. En plus de Taïwan, armée jusqu'aux dents pour se défendre, Washington compte évidemment sur le Japon, le Vietnam, qu'ils ont redécouvert, et la base aérienne et navale de Guam pour contenir la Chine.

mappa-cina-taiwan-guam-vietnam-1-896x1024.jpg

Carte par Alberto Bellotto

Cachemire et Kouriles, terres contestées

Toujours en Asie, il existe des contextes dans lesquels les différends territoriaux jouent le rôle principal et peuvent élever la barre de la confrontation entre puissances. L'agression de la Russie contre l'Ukraine et la mort tragique de Shinzo Abe, par exemple, ont rallumé les projecteurs sur la revendication du Japon concernant les îles Kouriles "arrachées" à Tokyo par l'Union soviétique après la brève guerre de Moscou contre l'Empire japonais en août 1945.

L'assassinat d'Abe a privé le Japon du seul homme d'État qui avait tenté une stratégie diplomatique pour s'approcher progressivement d'un règlement de la question avec la Russie. Le regain de tensions de ces derniers mois ajoute une zone de tension en Extrême-Orient.

La situation au Cachemire, disputé entre l'Inde et le Pakistan, dont New Delhi contrôle une partie importante, est encore plus problématique. L'Inde et le Pakistan ont tenté à plusieurs reprises d'entamer des dialogues pour résoudre le statut contesté de la région, qui fait l'objet de discussions depuis 1947, et se sont affrontés à quatre reprises dans le passé (1948, 1965, 1971 et 1998). Le véritable épicentre d'un conflit potentiellement dévastateur à l'échelle mondiale se trouve ici, où la tension est toujours à son comble entre deux puissances nucléaires.

La Baltique : la nouvelle "mer chaude"

L'Europe n'est pas exempte de la présence de tels "points chauds", et après le tournant du 24 février 2022, jour de l'invasion de l'Ukraine, le nouveau "lac" atlantique, la mer Baltique, est devenu le point de confrontation le plus critique entre le camp euro-atlantique et la Fédération de Russie.

La Baltique est la région où se trouve la ligne d'expansion de l'OTAN, destinée à s'étendre à la Suède et à la Finlande dans les années à venir. Elle est affectée par la présence ostensible de la Russie à Kaliningrad et dans la région de Saint-Pétersbourg, qui est lourdement dotée en personnel. Elle dispose de la plus grande flotte russe de la région et des forces armées des pays européens les plus hostiles à Moscou : l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie et surtout la Pologne. Elle est centrale pour les infrastructures énergétiques: le cas du Nord Stream endommagé, dans cette perspective, l'enseigne.

Et justement, la Baltique pourrait être l'épicentre des tensions dans les années à venir. Un pivot européen d'un grand désordre mondial dans lequel les petites et moyennes turbulences se doublent de grands défis. Et qui pourrait semer les graines de nouveaux conflits dans les années à venir.

Donnez-nous une autre minute de votre temps !
Si vous avez aimé l'article que vous venez de lire, demandez-vous : si je ne l'avais pas lu ici, l'aurais-je lu ailleurs ? S'il n'y avait pas InsideOver, combien de guerres oubliées par les médias le resteraient ? Combien de réflexions sur le monde qui vous entoure ne seriez-vous pas capable de faire ? Nous travaillons chaque jour pour vous fournir des reportages de qualité et des rapports approfondis totalement gratuits. Mais le type de journalisme que nous faisons est tout sauf "bon marché". Si vous pensez que nous valons la peine d'être encouragés et soutenus, faites-le maintenant.

 

dimanche, 11 décembre 2022

Une rencontre historique : la visite de Xi Jinping en Arabie Saoudite

np_file_198440-scaled.jpeg

Une rencontre historique: la visite de Xi Jinping en Arabie Saoudite

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/12/08/kaanteentekeva-kohtaaminen-xi-jinping-saudi-arabiassa/

Alors que l'attention des médias finlandais est toujours focalisée sur l'Ukraine, les soubresauts provoqués par la ratification de l'adhésion finlandaise à l'OTAN et les épreuves de force entre gouvernements, l'Asie occidentale (le "Moyen-Orient" anglo-saxon) bouillonne sous la surface. Le centre d'intérêt de la politique mondiale se déplace. En fait, ces changements sont perceptibles depuis un certain temps.

À titre d'exemple, une rencontre décisive de haut niveau entre la Chine et le monde arabe est en cours. Le président chinois Xi Jinping a entamé une visite historique de trois jours en Arabie saoudite, où la Chine et le monde arabe mettent en synergie leurs modes de coopération et leurs visions de l'avenir.

Le royaume saoudien a traditionnellement été l'un des plus proches partenaires des États-Unis dans la région, mais la monarchie en place cherche désormais à resserrer ses liens avec la Chine, qui est déjà son plus grand partenaire commercial. Le voyage de Xi dans le plus grand pays exportateur de pétrole du monde intervient deux mois après que Riyad ait rejeté les plaidoyers du président américain Joe Biden en faveur de la production de pétrole.

Au cours de la visite de Xi, des sommets sur la coopération et le développement seront organisés avec des représentants de trente pays, ainsi que de nombreuses organisations internationales. En Finlande, du moins, les médias n'abordent pas le sujet ; après tout, on ne comprend pas, ici, que la mondialisation centrée sur l'Occident est déjà terminée et qu'un nouvel ordre est en train de se construire à sa place, dans lequel les États-Unis n'auront plus un rôle dominant.

Selon certains observateurs, le "tournant vers l'Est" commun constitue un changement stratégique majeur pour les pays du Golfe. Alors que le président américain Joe Biden a reçu un accueil discret, Xi Jinping a eu droit à une cérémonie de bienvenue plus festive avec une escorte de chasseurs.

Les relations entre la Chine et les Saoudiens pourraient devenir un modèle pour d'autres pays arabes. Comme les relations bilatérales deviennent de plus en plus bénéfiques pour les parties, d'autres pays de la région suivront. Plusieurs nouveaux accords seront signés pendant la visite de Xi.

Alors que la crise ukrainienne s'intensifie, l'Arabie saoudite et d'autres pays du Golfe ont exprimé des points de vue différents de ceux des États-Unis et de l'UE, faisant ainsi preuve d'indépendance et d'autonomie stratégiques, ce qui a suscité la colère des décideurs de Washington et de la Maison Blanche.

Aux États-Unis, on prétend que la Chine profite du différend entre les régimes démocratiques et l'Arabie saoudite -et d'autres pays de la région- pour étendre son influence, dans le but ultime de chasser les États-Unis de la région du Golfe. Fait révélateur, la Chine a réussi à conclure un accord de partenariat stratégique à la fois avec l'Arabie saoudite et la République islamique d'Iran.

"Certains décideurs américains continuent de nourrir des ambitions hégémoniques et s'imaginent qu'ils peuvent dicter leur conduite au monde arabe. Ils croient à tort que la région arabe est leur terrain de jeu réservé et qu'ils ont droit à des relations unilatérales qui leur profitent principalement - aux dépens des peuples de la région", a déclaré Ebrahim Hashem, un chercheur, à un journal chinois.

Les différences dans la façon dont les superpuissances interagissent ne pourraient être plus grandes. La Chine met l'accent sur les principes de respect mutuel, de bénéfice mutuel et de co-bénéfice, tandis que les États-Unis donnent la priorité aux questions relevant des droits de l'homme et de la démocratie et accusent l'Arabie saoudite et d'autres pays d'être des dictatures, ce que beaucoup dans la région n'acceptent plus. La Chine apparaît ainsi comme un partenaire plus attrayant que l'Occident arrogant.

Les pays arabes savent clairement quelles politiques sont dans leur intérêt. L'Asie occidentale devient de plus en plus un espace où le cours des événements est déterminé par l'interaction entre les acteurs régionaux et les puissances eurasiennes.

Alors que les États-Unis, la Grande-Bretagne et diverses puissances européennes ont été les artisans de l'instabilité dans le Golfe, la nouvelle phase verra la région acquérir un contrôle plus autonome de ses affaires. Les puissances occidentales ne sont pas complètement hors jeu, mais leur influence a diminué.

Comme l'affirme Xi dans une lettre adressée au public arabe, les relations entre la Chine et les États arabes remontent à plus de deux millénaires, aux flux des antiques caravanes de la Route de la soie et aux premières innovations scientifiques. Il cite également le prophète de l'islam, Mahomet, qui aurait dit à ses adeptes de "rechercher la connaissance même si vous devez aller jusqu'en Chine".

La visite chinoise en Arabie saoudite est-elle le début de ce que Xi appelle une "nouvelle ère", reflétant le multilatéralisme et la stabilité mondiale ? L'ordre mondial réussira-t-il à changer de direction au milieu des crises ? Que feront les États-Unis, qui vivent encore dans leurs fantasmes de domination, en observant la montée de la Chine avec un visage sombre ?

lundi, 05 décembre 2022

Le grand jeu pour l'Antarctique

hj.jpg

Le grand jeu pour l'Antarctique

Emanuel Pietrobon

Source: https://insideover.ilgiornale.it/politica/il-grande-gioco-per-lantartide.html

La soif d'hégémonie des grandes puissances ne connaît pas de limites. Elles aspirent à dominer toute terre sur laquelle elles posent leurs yeux ou sur laquelle elles marchent. C'est dans leur ADN. Un déterminisme génétique qui ne peut être qu'inhibé, mais non pas éteint. Il en a toujours été ainsi. Et le sera toujours.

Grandes puissances, leur diplomatie parle le langage des canonnières, des prêtres et des marchands. Entre elles, il y a le grand jeu, le tournoi des ombres, où les ressources sont en abondance. Par conséquent, chaque époque, bien que de manière différente, a été témoin de compétitions hégémoniques, de courses coloniales et de guerres de conquête dans le poumon de la planète - l'Amérique latine et l'Afrique centrale - et dans son cœur - l'Asie centrale.

Le changement climatique et le progrès technologique ont progressivement conduit les grandes puissances à se disputer les extrémités de la planète : les deux pôles. Mais si l'on en sait plus sur la course à l'Arctique, on en sait moins sur le grand jeu qui a pour objet l'Antarctique. Bien que, chiffres et faits à l'appui, ce qui se passe sur le continent gelé est tout sauf sans importance et négligeable.

indexfgvb.jpgTous fous pour l'Antarctique

L'Antarctique, l'anti-Antarctique, est revendiqué par les grandes puissances depuis que Fabian Gottlieb von Bellingshausen (tableau) a découvert son existence en 1820. Le droit international le protège des activités militaires et commerciales - sur la base du traité de 1959 -, mais si l'histoire enseigne bien quelque chose, c'est que rien n'est perpétuel. Et, en fait, le changement climatique et la concurrence entre les grandes puissances amènent lentement le continent blanc au centre de l'attention des anciens et des nouveaux acteurs.

Le sous-sol de l'Antarctique recèle des quantités indéfinies de ressources naturelles d'une valeur stratégique, notamment des terres rares, de l'or, du cuivre, de l'uranium, du pétrole et du gaz naturel. L'extraction de ce trésor n'est pas possible en raison du traité de 1959, qui veut également préserver l'écosystème fragile du continent, mais les besoins de l'économie mondiale et le sans-gêne de certains acteurs risquent de modifier le statu quo. La Russie, par exemple, investit dans la cartographie du sous-sol et des fonds marins, dont elle élabore de généreuses estimations pour en nourrir le public, dans le but implicite d'aiguiser l'appétit des influents lobbies des hydrocarbures.

Ressources naturelles mises à part, l'Antarctique est un aimant pour les puissances de toutes tailles en raison de sa situation sui generis. Parce qu'il s'agit, malgré les revendications territoriales de sept États - l'Australie à elle seule voudrait 42 % du continent entier pour elle-même -, d'un no man's land. Un vide de souveraineté manifeste qui la rend contestable et dans lequel la République populaire de Chine, qui construit sa cinquième base sur l'île Inexpressible, s'est vigoureusement insérée.

Tensions le long de la route Buenos Aires-McMurdo

L'Argentine est la troisième nation la plus active en Antarctique en termes de stations de recherche - pas moins de seize - et est aussi, pour des raisons géographiques, naturellement encline à influer sur les géographies du pouvoir dans l'Atlantique Sud. Deux facteurs qui pourraient en faire un acteur clé du grand jeu de l'Antarctique à l'avenir.

Ceux qui contrôlent l'Atlantique Sud sont projetés sur l'Antarctique, d'où le fait que le Royaume-Uni garde jalousement et continuera à garder la souveraineté sur les Falklands/Malouines. C'est pourquoi la Chine, profitant du ressentiment argentin à l'égard de l'issue de la guerre des Malouines, courtise la classe dirigeante du pays et investit massivement entre la Patagonie et la Terre de Feu afin de saper l'hégémonie régionale britannique - et donc américaine.

Parler d'un axe sino-argentin est prématuré, bien qu'aux États-Unis on parle déjà d'"ArgenChina", mais considérer sa matérialisation comme improbable et sous-estimer ses implications potentielles est tout aussi erroné. Pékin exploite depuis 2012 une station radio-spatiale en Patagonie - qui, de concert avec les bases antarctiques, a le potentiel de permettre le renseignement par signaux à longue portée - et négocierait l'ouverture d'un port en Terre de Feu, un balcon du continent blanc.

La surchauffe du théâtre argentin est la preuve que le grand match pour l'Antarctique ne se jouera pas seulement sur la glace, mais aussi dans ses environs. On peut donc s'attendre à des chocs sur la route Buenos Aires-McMurdo et un jour, peut-être, à la réouverture de la question des Falkland/Malouines.

dimanche, 04 décembre 2022

Reconsidérer la géoéconomie comme un élément constitutif de l'analyse géopolitique

geoeconomie.png

Reconsidérer la géoéconomie comme un élément constitutif de l'analyse géopolitique

Lorenzo Maria Pacini

Source: https://www.geopolitika.ru/pt-br/article/reconsiderando-geoeconomia-como-elemento-constitutivo-da-analise-geopolitica

Pour assurer une analyse géopolitique complète, il est fondamental de toujours aussi garder à l'esprit la géoéconomie, une sous-discipline qui devrait être mieux formalisée et structurée pour faciliter son utilisation efficace.

Placer la géoéconomie dans son contexte approprié

Tant dans le contexte scientifique que dans le monde de l'information de masse, on entend beaucoup parler de géopolitique, une discipline de la sphère des sciences politiques et des relations internationales qui étudie une pluralité de sujets, comme l'a défini Carlo Terracciano :

    "Cette branche de la Géographie Anthropique qui analyse la relation entre l'Homme et la Terre, entre la Civilisation et la Nature, entre l'Histoire et la Géographie, entre les peuples et leur Lebensraum (Leben = Vie ; Raum = Espace ; Lage = Site/Situation), c'est-à-dire l'espace vital nécessaire à la Communauté étatique, comprise de manière organique, pour vivre, croître, se développer, s'étendre et prospérer : créer du bien-être, de la Civilisation et des Valeurs pour ses membres, vivant ensemble sur le même sol et unis dans une communauté unitaire de destin. Ou, pour le dire dans les termes plus techniques de Luraghi : "La géopolitique est la doctrine qui étudie les phénomènes politiques dans leur distribution spatiale et dans leurs causes et relations environnementales, également considérées dans leur développement". Et encore : "La géopolitique est une synthèse : une vision large dans le temps et l'espace des phénomènes généraux qui lient la perception des facteurs géographiques aux États et aux peuples [1]".

Moins largement, mais de manière non moins importante, on entend parler de la géoéconomie, qui est une sous-discipline [2] de la géopolitique qui se caractérise par l'étude des doctrines et des actions géopolitiques d'un point de vue économique, y compris les processus, les relations et la situation financière des acteurs en interaction.

Afin de mieux définir le cadre dû à la géoéconomie, il est d'abord nécessaire de se pencher sur son développement dans le volet des sciences politiques. La Géopolitique classique (19ème - début du 20ème siècle) percevait le monde comme subdivisé exclusivement sur la base des frontières étatiques, avec le large spectre de catégories urbaines qui se cristallisaient dans l'imaginaire collectif (villes, métropoles, colonies, états, nations, etc.), tandis que la Géopolitique du 20ème siècle a changé d'approche et a commencé à reconnaître la présence de zones et de flux d'influence, dynamiques et tendant à varier dans leur localisation géographique (capitaux, biens, travail, migration, tourisme, Heartland, Rimland, etc.)

Alors que, par conséquent, l'"ancienne" géopolitique ne s'intéressait qu'à la détermination des politiques en fonction de la situation géographique des États, la "nouvelle" a également commencé à étudier l'impact de l'histoire du développement économique, des identités ethniques, confessionnelles et nationales, des conflits sociopolitiques et des transformations financières et monétaires, etc.

Les domaines considérés ont également changé, ajoutant à la géosphère, à l'hydrosphère et à l'atmosphère également la spatio-sphère et l'infosphère (ou cybersphère). Plus récemment, nous avons également assisté à la formation de sous-sphères telles que l'économique (industrielle et commerciale), la financière (monétaire) et la culturelle (art, théâtre, cinéma, mode, musique). Une fois encore, les relations internationales entre les acteurs, telles que les alliances, les accords, les stratégies partagées dans tous les plans d'intérêt susmentionnés, sont de plus en plus prises en compte.

commerce_3.jpg

Par conséquent, il est clair qu'actuellement, pour changer le statut géopolitique d'un pays, son influence, son leadership et sa domination, il est nécessaire de modifier la structure des sphères et du monde complexe qui le caractérise.

En essayant de placer la Géoéconomie dans cette vaste agonie, nous pouvons essayer de faire une distinction en macro-zones de la Géopolitique:

    - La géo-histoire (ou géo-chrono-politique), qui étudie les constitutions politiques, les doctrines et les actions des États dans l'histoire et dans leur interaction ;
    - La géoéconomie, qui aborde les doctrines et les actions géopolitiques d'un point de vue économique ;
    - La géo-ethno-politique, qui traite des interactions des différents groupes ethniques, de leur positionnement à la surface de la Terre et des flux migratoires ;
    - La géo-confessiono-logie, qui divise le monde en régions dominées par des doctrines religieuses spécifiques et étudie les interactions entre les États ;
    - La géo-polémo-logie, qui se concentre sur la composante conflictuelle de la politique, en divisant le monde en zones de conflit et en étudiant leurs possibilités ;
    - La géo-futuro-logie, basée sur la prédiction de divers scénarios et situations et sur des hypothèses théoriques de restructuration du monde.

Bien que la distinction puisse sembler quelque peu floue, étant donné l'interpénétration normale des domaines de connaissance décrits, il n'en reste pas moins vrai que les chercheurs en géopolitique tendent de plus en plus à se spécialiser dans les différents domaines, à tracer de plus en plus leurs frontières, un sort typique de toute science au fur et à mesure de son développement.

Il n'est plus possible d'ignorer la spécificité d'un champ disciplinaire sans courir le risque de tomber dans une grave carence scientifique et même avant cela épistémologique, gnoséologique et herméneutique : la géoéconomie doit être reconnue comme telle et être pleinement traitée dans le cadre de la géopolitique.

En étudiant les marchés, la division en sphères d'influence, le choc des intérêts économiques, les dépendances indépendantes du statut, l'espace économique transfrontalier, les devises et les systèmes financiers, la géoéconomie agit comme un outil organisationnel pour la création de la stratégie géoéconomique d'un État, qui détermine sa position dans l'espace géoéconomique mondial.

La statique de la géoéconomie devrait inclure :

    - La division industrielle et économique du monde entre les puissances les plus puissantes ;
    - La division financière et économique du monde en zones de dominance, l'influence du dollar, de l'euro, du rouble, la zone émergente du yuan, les zones monétaires nationales et le monde des crypto-monnaies ;
    - La division du monde entre pays producteurs de matières premières et pays consommateurs de matières premières ;
    - La division du monde de l'énergie entre les pays fournisseurs et les pays consommateurs d'énergie ;
    - La division du monde entre pays producteurs et pays consommateurs d'armements et d'équipements militaires ;
    - La division du monde entre pays producteurs et pays consommateurs de produits agricoles ;
    - La division du monde entre pays producteurs et pays consommateurs ;
    - La division du monde entre les pays bénéficiant d'un climat favorable et d'une infrastructure touristique développée, et les pays qui sont principalement à l'origine des flux touristiques.

La dynamique de la géoéconomie englobe tous les processus économiques mondiaux qui introduisent des changements dans la structure géoéconomique du monde, notamment :

    - les flux de marchandises;
    - les flux de main-d'œuvre;
    - les flux financiers;
    - les flux de touristes;
    - les flux d'athlètes et de leurs supporters, etc.

Bien entendu, nous avons affaire à une discipline qui n'est pas encore totalement indépendante - à supposer que les disciplines puissent exister isolément des autres - et qui est plutôt une activité qui se déroule dans un contexte de recherche.

commerce-exterieur.jpg

La géoéconomie occupe une place de choix parmi les autres disciplines académiques modernes, notamment l'économie, les sciences politiques, la géographie et l'histoire.

Tout d'abord, du point de vue de la science économique, la géoéconomie est considérée comme une partie de l'économie, une méthode d'étude des processus économiques ; en même temps, il n'y a pas d'unanimité au sein de la science économique, il n'y a pas de consensus sur la place de la géoéconomie.

Deuxièmement, la géoéconomie peut être considérée comme faisant partie de la science géographique, c'est-à-dire comme une sous-discipline géographique dont l'objet est l'étude de la formation des géosystèmes économiques transnationaux, des facteurs spatiaux (géographiques) d'importance internationale.

Troisièmement, elle peut être abordée par le biais de l'économie politique, en étudiant les modèles de développement politico-économique mondial et régional, les interrelations entre les États et les unions économiques entre les pays, la structure politico-économique du monde.

Dans la quatrième partie, la géoéconomie est une combinaison, une certaine synthèse des approches et stratégies géographiques, économiques et politiques. Les processus politiques et économiques ne s'épuisent pas dans un seul géo-espace et ne fusionnent pas non plus au fil du temps. Cela donne aux géographes et aux économistes modernes la possibilité d'appliquer une approche de terrain à leurs recherches, en construisant des sphères d'influence géoéconomiques qui ne coïncident pas toujours avec les frontières d'une nation, les renforçant ou les affaiblissant [3].

Son interface entre l'économie, la géographie et les sciences politiques en fait un nœud crucial pour aborder la complexité du monde contemporain.

Genèse et bref historique de la géoéconomie

L'attachement de l'économie à la politique, à l'histoire, à la géographie et à la culture nationale se retrouve chez de nombreux chercheurs des 19ème et 20ème siècles. Ces approches appartenaient à Fernand Braudel, Immanuel Wallerstein, Fritz Roerig et Friedrich List. La notion même de géoéconomie a été introduite par l'historien français Fernand Braudel [4]. En tant que chercheur en civilisation et spécialiste de l'histoire économique, Braudel a étudié de longues périodes de temps, faisant un usage intensif des statistiques économiques et de la géographie rétrospective afin de créer un vaste paysage historique d'"histoire sans événement", dans lequel les événements sont enregistrés non pas comme des phénomènes locaux de la politique, mais comme des "anomalies" découvertes par l'historien dans le cours naturel de la vie historique de la société. Il a ainsi créé un modèle de recherche original, considérant les "structures de la vie quotidienne" qui ne changent pas avec le temps et sont les conditions matérielles de l'existence de l'État dans un environnement géographique et social donné. Cette approche fait de Braudel (photo) un géopolitologue et un géo-économiste à part entière.

fernand-braudel-1902-1985-il-a-decrypte-l-economie-a-l-echelle-des-millenaires-739923.jpg

Les auteurs russes ont également utilisé des termes et des arguments géoéconomiques. Au début du 20ème siècle, divers aspects de la vie mondiale, des concepts économiques et géopolitiques ont été développés dans l'économie politique marxiste, la théorie des grands cycles de Nikolaï Kondratiev [5], et la conception tectologique de la société d'Alexandre Bogdanov, les théories des eurasistes. Les principales idées de la géoéconomie russe ont émergé dans le premier tiers du 20ème siècle, une période au cours de laquelle des notions de dynamique économique et géopolitique, telles que les systèmes de domination du capital financier international, les grands cycles commerciaux, le développement régional eurasiatique, etc. ont été introduites.

Николай_Кондратьев.JPG

Nikolaï Kondratiev.

La géoéconomie en tant que concept unificateur de la géopolitique et de l'économie a commencé à être activement utilisée relativement récemment. Le fondateur de la phase moderne de la géoéconomie aux États-Unis est considéré comme étant Edward Luttwak, un historien et géopoliticien américain spécialisé dans les coups d'État et les conflits militaires. Luttwak oppose la géopolitique à la géoéconomie en tant que politique fondée sur la concurrence économique ; selon lui, le comportement des grandes puissances se réalise aujourd'hui comme une incarnation de la logique du conflit dans la grammaire du commerce. La géoéconomie nécessite alors le développement de techniques de défense économique et offensive, car la menace géopolitique d'un État est une menace économique.

iedlmages.jpg

Edward Luttwak.

En Europe, dans les années 1980, le politicien et économiste français Jacques Attali, représentant de l'approche néo-mondialiste, était un partisan du concept de géoéconomie. Attali a soutenu avec force que le dualisme géopolitique avait été aboli et que l'avènement d'un monde unique structuré sur les principes de la "géoéconomie" était imminent.

Les principales zones économiques du monde sont l'espace américain, l'espace européen et l'espace de la région Pacifique. Entre ces trois espaces mondialistes, selon Attali [7], il n'y aurait pas de distinctions ou de contradictions particulières, car les types économiques et idéologiques seraient strictement identiques dans tous les cas. La seule différence serait la position purement géographique des centres les plus développés, qui se concentreraient en structurant les régions moins développées situées à proximité spatiale autour d'eux. Une telle restructuration concentrique ne sera possible qu'à la "fin de l'histoire" ou, en d'autres termes, à l'abolition des réalités traditionnelles dictées par la géopolitique. Le mélange de logique géo-économique et néo-mondialiste, c'est-à-dire l'absence d'un opposé polaire à l'atlantisme, est devenu possible après l'effondrement de l'URSS. La néo-mondialisation n'est pas une continuation directe du mondialisme historique, qui présupposait à l'origine la présence d'éléments socialistes dans le modèle final. Il s'agit d'une version intermédiaire entre le mondialisme proprement dit et l'atlantisme. L'intensification, à la fin du 20ème siècle, de l'analyse des dynamiques économiques de longue durée et l'attrait d'un nombre croissant de chercheurs pour l'approche par système mondial ont conduit à l'émergence d'un nouveau paradigme civilisationnel dans lequel l'accent est mis sur les cycles longs de l'hégémonie mondiale.

Une (re)considération nécessaire de la géo-économie

L'essence du vecteur le plus récent du développement mondial est l'entrée du monde dans l'ère du passage d'une vision géopolitique à une vision géoéconomique. Le multipolarisme est désormais une réalité factuelle de plus en plus évidente et il est inévitable de l'envisager également sous l'angle économique et financier, qui en constitue d'ailleurs une partie très importante et inévitable, puisque les processus qui conduisent à une géopolitique multipolaire factuelle sont en grande partie de nature économique. Un nouveau domaine d'accords d'intérêt commun s'est ouvert. L'approche géoéconomique - sa géogenèse - a reçu un profond ancrage théorique et méthodologique. Un nouveau cadre de compréhension du monde a été formé sur la base de notions, de catégories et de significations plus récentes.

commerce-international.jpeg

Parmi eux, les attributs géoéconomiques tels que l'espace géoéconomique, les frontières économiques pulsantes, les géofinances, l'évolution des formes de marchandises et les thèmes de la communication économique mondiale, le "marché environnemental" avec son effet stratégique, les noyaux de reproduction internationalisée (cycles), les "systèmes-pays" tournés vers l'extérieur et l'intérieur, le comptage du revenu mondial, l'atlas géoéconomique du monde, le regain d'intérêt pour la géologie, les interprétations volumétriques multiformes des situations géoéconomiques, la haute technologie, les guerres géoéconomiques, les contre-attributions géoéconomiques, les premières indications du droit géoéconomique, la transnationalisation ethno-économique, sans oublier le cyberespace avec la numérisation des monnaies et des échanges.

L'impact de la stratégie géoéconomique d'entités supranationales à fort pouvoir financier interagissant avec les États et les macro-structures, telles que le Forum économique mondial, les Nations unies, le Forum économique eurasien, les BRICS, mais aussi Big Pharma et Big Data, en particulier les FANG, dont les activités, les stratégies, les documents et les décisions sont cruciaux à la fois pour comprendre la nature multivariée du développement mondial et pour analyser la centralité réelle de la géoéconomie dans un contexte communicationnel où elle se manifeste faiblement.

Un exemple concret est le niveau de développement économique et social proposé par les Nations Unies, basé sur les critères suivants :

    - le niveau de développement économique (PIB/PNB par habitant, structure industrielle des économies nationales, production des principaux produits par habitant, indicateurs de qualité de vie, indicateurs d'efficacité économique) ;
    - le type de croissance économique (extensive, intensive, à forte intensité de connaissances) ;
    - le niveau et la nature des relations économiques extérieures (déterminés par le degré d'ouverture de l'économie sur le monde, la sophistication des marchés intérieurs, etc ;)
    - le potentiel économique du pays.

Sur la base de ces critères, l'ONU identifie des groupes d'États : les pays développés, les pays en développement, les pays à économie en transition, qui constituent des mondes différents sur la carte géo-économique du monde. Ces indicateurs déterminent également la situation géopolitique et géoéconomique de chaque État et l'image géoéconomique du monde dans son ensemble, qui se compose des États en situation géoéconomique.

Il s'ensuit clairement que la formation de stratégies géoéconomiques mondiales et nationales est devenue une tâche importante de la géoéconomie appliquée. La création d'une stratégie mondiale de développement est une tâche complexe et multiforme, qui est entreprise par de nombreuses entités et approuvée, en règle générale, par les participants, en faisant souvent appel à des structures fiduciaires ou consultatives externes, comme dans le cas des grands holdings bancaires qui sont appelés à rédiger les lois financières des États ou à gérer le crédit des banques centrales.

En un sens, cependant, ce mode de fonctionnement donne à la géoéconomie une place plutôt modeste après la justice sociale, c'est-à-dire le dépassement des écarts économiques et des inégalités dans les conditions de vie des citoyens, des peuples du Nord et du Sud, ainsi que de l'Ouest et de l'Est, les questions écosystémiques et l'avènement de nouvelles parodies numériques. Encore une fois, il est inévitable de souligner comment une stratégie globale ne correspond pas à une stratégie valable "pour tous", en rappelant comment les symétries dans un scénario géopolitique multipolaire caractérisent les stratégies géoéconomiques, et vice versa.

La stratégie globale vise à atteindre le développement durable et l'égalisation des pays (en termes de niveau de vie, de critères sociaux et de possibilités de développement). La stratégie géoéconomique d'un État consiste à accroître sa compétitivité dans la lutte pour les marchés mondiaux, à augmenter son influence dans les processus géoéconomiques mondiaux et sa durabilité géoéconomique. C'est peut-être l'un des points les plus importants sur lesquels se joue la revalorisation de la géoéconomie en tant que science sur l'échelle de la géopolitique, devant les autres sciences sociales et politiques : un État ou, dans son ensemble, une macro-zone d'influence et de relations, ne peut pas ne pas tenir compte du succès interne, également en termes d'existence et de continuité, comme point de départ des stratégies internationales et inter-zones. C'est, ipso facto, l'échec pragmatique et même avant cela, l'échec conceptuel de l'unification sous une gouvernance unique. Ce "succès" du multipolarisme, qui a vaincu l'unipolarisme et ouvert de nouvelles cartographies politiques, économiques et existentielles, est le promoteur d'un multigéoéconomisme, dans lequel les sphères d'influence sont afférentes aux pôles géopolitiques d'identité et de pouvoir [8].

1540899877847jpg--1565781053966251287649.jpg

Une critique de nature conceptuelle qui, à mon avis, est légitime pour la géoéconomie, toujours en vue d'une réévaluation attentive, est le besoin que cette discipline a d'une plus grande conceptualisation. En effet, il manque des théories sectorielles bien définies et des méta-analyses, ce qui fait que la plupart du temps, la géoéconomie se réfère aux doctrines et théories économiques et géopolitiques, sans pour autant développer les siennes, conformément à ce caractère pluridisciplinaire qui lui est dû. Le risque est de rester une branche avec un développement par inertie, sans libérer son potentiel et sans pouvoir expliquer adéquatement la complexité globale que nous connaissons.

Notes:

[1] Cfr. C. Terracciano, Geopolitica, AGA Editrice, Milano 2020, cap. I.
[2] Sans vouloir chercher à retirer de la dignité à la dite discipline, nous utilisons le terme de"sous-discipline" pour indiquer une "dérivation" et non pas pour poser une hiérarchisation dans les importances.
[3] Danscertains cas, le terme de "géo-économie" est remplacé par d'autres, similaires: G. D. Glovely propose “économie géopolitique”, auquel E. G. Kochetov colle l'adjectif de “globalíste”.
[4] Cfr. F. Braudel, La dinamica del Capitalismo, Il Mulino, Bologna 1977.
[5] Pour approfondir cette idée des plus intéressantes de N. K. Kondratiev, I cicli economici maggiori, a cura di G. Gattei, Cappelli, Bologna 1981.
[6] Para aprofundar: G. Rispoli, Dall’empiriomonismo alla tectologia. Organizzazione, complessità e approccio sistemico nel pensiero di Aleksandr Bogdanov, Aracne, Roma 2012.
[7] J. Attali, Breve storia del futuro, a cura di E. Secchi, Fazi, Roma 2016.
[8] Cfr. L. Savin, Ordo Pluriversalis. La fine della Pax Americana e la nascita del mondo multipolare, prefazione e curatela di M. Ghisetti, Anteo Edizioni, Avellino 2022.

mardi, 29 novembre 2022

Comment les États-Unis poussent l'Inde vers la multipolarité

7UGTUDDAPBPRJJIGCCNC6K3K6Y.jpg

Comment les États-Unis poussent l'Inde vers la multipolarité

par Katehon Editor

Source: https://www.ideeazione.com/come-gli-stati-uniti-stanno-spingendo-lindia-verso-il-multipolarismo/

Depuis quelques mois, les États-Unis ont tenté à plusieurs reprises de forcer l'Inde à rompre ses liens avec la Russie, abandonnant ainsi ses intérêts nationaux. New Delhi continue toutefois de résister aux tentatives américaines de soumettre son économie aux diktats de Washington.

La dernière controverse concernait la tentative du G7 d'imposer un contrôle des prix du pétrole russe et les interdictions de l'UE et du Royaume-Uni frappant le transport maritime et les services liés au pétrole russe.

L'Inde n'est pas intéressée à rejoindre l'initiative menée par les États-Unis, car elle bénéficie d'une réduction importante sur le pétrole en provenance de Russie et souhaite maintenir des relations avec un partenaire stratégique de longue date. Le ministre indien des Affaires étrangères, Subramaniam Jaishankar, s'est rendu à Moscou le 8 novembre pour discuter de la poursuite des ventes de pétrole. Il a déclaré que l'Inde avait l'intention de continuer à acheter du pétrole russe, ignorant une nouvelle fois les appels lancés par les États-Unis à leurs alliés et partenaires pour isoler la Russie des marchés mondiaux.

Les projets du G7 risquent de faire grimper les prix du pétrole (malgré les déclarations contraires de la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen) et de réduire la disponibilité des pétroliers, mettant ainsi en péril la sécurité énergétique de l'Inde et portant atteinte à son économie, qui est le troisième consommateur et importateur de pétrole au monde.

La Russie a déclaré qu'elle ne vendrait pas de pétrole à un pays impliqué dans le système de plafonnement des prix, et Jaishankar a répété à plusieurs reprises que l'Inde ne peut pas se permettre d'acheter du pétrole à des prix élevés, du moins pas sans nuire à sa croissance économique, qui devrait être de 6,1 % en 2023, faisant de l'Inde la grande économie à la croissance la plus rapide du monde. Selon Energy Intelligence, la Russie est devenue le premier fournisseur de pétrole brut de l'Inde en octobre, avec plus de 900.000 barils par jour, ce qui représente environ un cinquième des exportations de pétrole de l'Inde.

La principale préoccupation des deux pays est de s'assurer que le brut russe continue à circuler après les interdictions imposées par l'UE et le Royaume-Uni le 5 décembre et les plafonds de prix connexes du G7.

En raison de cette attitude attentiste, il n'y a toujours pas de clarté. Bruce Paulsen, expert en sanctions et partenaire du cabinet d'avocats Seward & Kissel, estime que "si les orientations sur la conformité [au plafonnement des prix] n'arrivent pas rapidement, certains acteurs de l'industrie pourraient être laissés en plan jusqu'à ce qu'ils soient en mesure de déterminer si les prix affectent la sécurité de l'approvisionnement".

india-aseanflaf.jpg

Les États-Unis ont temporairement cessé de faire pression sur l'Inde pour qu'elle respecte les plafonds de prix, et Mme Yellen déclare maintenant que Washington est "heureuse" si New Delhi continue à acheter tout le pétrole russe qu'elle souhaite, même à des prix supérieurs aux plafonds de prix du G7. Même si l'Inde ne peut pas utiliser les services d'assurance, financiers ou maritimes occidentaux pour transporter le pétrole.

Les raffineries indiennes peuvent traiter 600.000 bpj supplémentaires de brut russe, à condition qu'elles battent les principaux grades du Moyen-Orient, qui constituent la base de raffinage du pays, soit 5 millions de bpj. Mais la disponibilité de la livraison et de l'assurance, ainsi que des canaux de paiement, est cruciale. À partir du 5 décembre, les pétroliers et les compagnies d'assurance maritime liés aux pays de l'UE et du G7, qui dominent les expéditions mondiales de pétrole, se verront interdire le commerce du brut russe, à moins que ces volumes ne soient vendus à un prix maximum, qui n'a pas encore été déterminé. En outre, 90 % du commerce liquide de l'Inde est assuré par des pétroliers étrangers, ce qui crée des problèmes. L'assurance en elle-même ne semble pas si problématique et les entreprises russes et chinoises pourraient être en mesure de s'en charger.

Cela pourrait rendre la Russie dépendante d'une flotte fantôme de vieux pétroliers qui ne s'échangent pas en dollars. Récemment, Braemar, une société de courtage, a signalé que 33 pétroliers qui transportaient des exportations iraniennes ou vénézuéliennes, transportent depuis avril des exportations russes, principalement vers la Chine et accessoirement vers l'Inde.

Cette "flotte fantôme" représente les pétroliers qui ont transporté du pétrole iranien ou vénézuélien au moins une fois au cours de l'année écoulée. Le nombre total de ces pétroliers s'élève désormais à 240, pour la plupart de petite et moyenne taille, dont 74 % sont âgés de 19 ans ou plus. Quatre-vingts de ces navires sont de très gros transporteurs de brut (VLCC, pétroliers de 2 millions de barils), qui ne pourraient pas faire escale dans les ports russes, mais pourraient être utilisés pour transporter des cargaisons russes d'un navire à l'autre.

Dans le même temps, Washington fait pression sur New Delhi pour qu'elle respecte les plafonds de prix et importe davantage de gazole sous vide de l'Inde, qui est utilisé dans les raffineries pour produire d'autres produits tels que l'essence et le diesel. La Russie était un fournisseur clé de gazole sous vide pour les raffineries américaines jusqu'en février 2022.

Les sanctions américaines et européennes ne s'appliquent pas aux produits raffinés fabriqués à partir de pétrole russe exporté depuis un pays tiers, car ils ne sont pas d'origine russe. En Inde, les raffineurs ont augmenté leurs importations de brut russe à 793.000 bpj entre avril et octobre, contre seulement 38.000 bpj sur la même période un an plus tôt, selon les données commerciales.

Dans le contexte où les États-Unis tentent de construire leur stratégie indo-pacifique pour affronter la Chine, les actions de New Delhi causent clairement des problèmes à Washington. La possibilité que l'Inde poursuive ses propres intérêts nationaux ne semble pas avoir été prise en compte dans cette stratégie.

Les tensions sur la limitation des prix du pétrole en provenance de Russie ne sont que les dernières d'une série de désaccords entre New Delhi et Washington. Les sanctions américaines sur les exportations de pétrole iranien privent également l'Inde du pétrole iranien bon marché et l'obligent à acheter des exportations énergétiques plus chères aux États-Unis. L'Inde est actuellement le plus grand exportateur de pétrole des États-Unis.

Tout comme Washington arme la Grèce et Chypre dans le but de forcer la Turquie à couper ses liens avec la Russie, les États-Unis font de même au Pakistan pour faire pression sur l'Inde. Après avoir renversé l'ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan, qui accuse les États-Unis de lui avoir fait perdre le pouvoir lors d'un vote de défiance, Washington tente de trouver des approches pour le nouveau gouvernement. En septembre, le département d'État américain a provoqué la colère de l'Inde en approuvant un contrat de 450 millions de dollars pour moderniser la flotte d'avions de chasse F-16 du Pakistan. Peu après, l'ambassadeur américain au Pakistan a fait monter la tension lors d'une visite de la partie du Cachemire contrôlée par le Pakistan, qu'il a appelée "Cachemire administré par le Pakistan" au lieu du "Cachemire administré par le Pakistan" approuvé par l'ONU.

62243269_7.png

1422079_body_512736_handelsweg_russland_iran_indien_grafik_karte_body_o.png

Le 8 novembre, le porte-parole du département d'État américain, Ned Price, a même fait la leçon à l'Inde sur ce qui est dans son intérêt : "Nous avons également indiqué clairement que ce n'est pas le moment de faire comme si de rien n'était avec la Russie, et les pays du monde entier ont l'obligation de faire tout leur possible pour relâcher leurs liens économiques avec la Russie. Il est dans l'intérêt collectif, mais aussi bilatéral, des pays du monde entier de mettre fin à leur dépendance vis-à-vis de l'énergie russe et, bien sûr, de s'en débarrasser au fil du temps. Plusieurs pays ont fait l'amère expérience que la Russie n'est pas une source d'énergie fiable. La Russie n'est pas un fournisseur de sécurité fiable. La Russie est loin d'être fiable dans tous les domaines. Il est donc non seulement dans l'intérêt de l'Ukraine, non seulement dans l'intérêt de la région, mais aussi dans l'intérêt collectif de l'Inde de réduire sa dépendance à l'égard de la Russie au fil du temps, mais aussi dans le propre intérêt bilatéral de l'Inde, étant donné ce que nous avons vu en Russie".

Bien sûr, ce n'est pas vrai. Et l'Inde en est bien consciente. L'Indian Observer Research Foundation a publié le 2 novembre les résultats d'un sondage montrant que 43% des Indiens considèrent la Russie comme le partenaire le plus fiable pour leur pays, loin devant les Etats-Unis (27%). Washington n'explique pas pourquoi il serait préférable pour l'Inde de réduire ses liens économiques avec la Russie.

Le commerce bilatéral de l'Inde avec la Russie a atteint le niveau record de 18,2 milliards de dollars entre avril et août de cette année fiscale, selon les derniers chiffres du ministère du Commerce. La Russie devient ainsi le septième partenaire commercial de l'Inde, contre le 25e l'année dernière. Les États-Unis, la Chine, les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite, l'Irak et l'Indonésie sont toujours devant la Russie.

L'Inde, l'Iran et la Russie ont également passé les deux dernières décennies à développer le corridor de transport international Nord-Sud pour stimuler le commerce entre les pays, ce qui a pris une importance accrue avec l'imposition de sanctions occidentales à Moscou. LoadStar rapporte que RZD Logistics, une filiale du monopole ferroviaire russe RZD, a lancé des services réguliers de trains de conteneurs de Moscou à l'Iran pour servir le commerce croissant avec l'Inde par transbordement.

L'objectif est de maximiser l'utilisation du corridor international de transport Nord-Sud (INSTC), un réseau de fret multimodal transfrontalier en Asie centrale qui aide les deux partenaires stratégiques à surmonter les défis de la chaîne d'approvisionnement causés par les sanctions occidentales contre la Russie.

Selon des sources industrielles, le temps de transit le long de la route nationale "océanique" est estimé à 35 jours, contre environ 40 pour les transports traditionnels précédents.

La pression exercée sur l'Inde ne semble qu'encourager New Delhi à chercher des moyens de s'affranchir de la dépendance au dollar. Loadstar ajoute que la Reserve Bank of India introduit également de nouvelles directives réglementaires pour aider les exportateurs à payer leurs expéditions en roupies plutôt qu'en dollars. La Fédération des organisations d'exportation indiennes fait également pression sur le gouvernement pour qu'il introduise une méthode de change alternative en dehors du marché russe. Il est intéressant de noter que le Pakistan demande au ministère russe du commerce d'introduire un mécanisme d'échange de devises afin de renforcer les liens économiques entre les deux pays.

Les États-Unis et l'Occident, par leurs actions irréfléchies, poussent l'Inde et d'autres pays à revoir leurs itinéraires logistiques et à chercher des solutions financières et économiques alternatives. 

mercredi, 09 novembre 2022

L'Europe dans l'actualité géopolitique

91fa20892d1d298772e0132ea488c866.jpg

L'Europe dans l'actualité  géopolitique

Par Enric Ravello Barber 

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/11/europa-en-el-momento-geopolitico-actual.html

Les États-Unis, la Chine et la Russie sont les trois principaux acteurs du monde multipolaire, dans lequel la Turquie, l'Iran et la Corée du Nord se consolident en tant que puissances régionales, et l'Argentine, le Brésil et le Royaume-Uni tentent de le faire mais sans succès. L'Europe, qui aurait un rôle majeur à jouer dans un équilibre multipolaire, a un énorme désavantage par rapport à toutes ces puissances majeures et mineures : elle n'existe pas. Tous les acteurs susmentionnés constituent, chacun à leur manière, une unité politique avec un gouvernement central doté d'une capacité de décision unique et finale; l'Europe est un hybride qui reste à définir. L'Union européenne, première puissance commerciale du monde avec le PIB le plus élevé du monde, n'est pas capable de s'articuler comme un acteur unique et autonome. Le défi consiste à consolider un modèle de gestion unique (économique, politique et diplomatique) qui agit à l'échelle du continent et non comme la somme - souvent contradictoire - des intérêts de chacun des pays qui le composent. En d'autres termes, résoudre la dialectique actuelle de sa nature, qui oscille entre être une unité et être une organisation internationale.

Sans une force militaire commune et autonome qui lui serait propre, l'Europe politique (UE) est incapable d'imposer et de défendre ses intérêts au niveau régional et mondial: le conflit en Ukraine en est la dernière preuve. L'OTAN est une organisation dirigée par les États-Unis. Récemment, il a été question que les pays de l'UE puissent avoir plus de pouvoir interne au sein de l'OTAN, pour "équilibrer" le pouvoir de Washington et de l'Europe dans cette organisation militaire, ce qui est vraiment irréaliste.

55674.jpg

Ukraine : une guerre contre l'Europe et l'Allemagne

Dans les années 1970, le géopoliticien autrichien Jordi von Lohausen a souligné que le véritable ennemi des États-Unis était l'Europe et non l'URSS - nous parlons de l'époque du milieu de la guerre froide. L'obsession de Washington serait de réduire l'Europe à une colonie politique et militaire et de détruire ainsi sa civilisation. C'est une constante de la politique de Washington, une constante qui a un dérivé permanent : éviter tout rapprochement entre l'Allemagne et la Russie, car ce serait la synergie qui pourrait créer une puissance continentale capable de défier la domination américaine.

De nombreux analystes ont souligné que la provocation d'une guerre en Ukraine par les États-Unis et leurs terminaux atlantistes dans l'UE vise à détruire tout à la fois l'Allemagne - première puissance économique d'Europe - et la Russie - première puissance militaire d'Europe. Cela provoquera également une crise d'approvisionnement en hydrocarbures sur le continent - dépendant des matières premières russes - qui le plongera dans une profonde crise socio-économique.

Dans cette dynamique, il convient de signaler quelques réactions européennes qui méritent d'être soulignées comme significatives.

La Pologne a agi selon ses habitudes au cours de ces dernières décennies, en tant que véhicule des intérêts américains en Europe centrale, reprenant le rôle géopolitique que revêtait ses actions provocatrices dans les années 30 sous l'égide de Londres. En réponse à l'explosion du gazoduc Nord Stream en mer Baltique, une attaque contre les intérêts russes, mais surtout contre ceux de l'Europe occidentale, l'eurodéputé et ancien ministre des affaires étrangères polonais Radek Sikorski (du Parti populaire européen) a publié sur son compte Twitter une photo du gazoduc explosé, assortie de la phrase "Merci, USA". Pendant ce temps, le 1er septembre, le gouvernement polonais, aux mains du parti "ultra-conservateur" Droit et Justice, a exigé 1,3 milliard de dollars du gouvernement allemand pour les réparations de guerre. La réponse du chancelier allemand Olaf Scholz a été de réviser l'actuelle frontière germano-polonaise en fonction des "documents historiques". Et, allant un peu plus loin le 5 octobre, poursuivant sa "stratégie de la tension", Varsovie, dans des déclarations de son président Duda, a proposé aux États-Unis de placer des armes nucléaires sur son territoire, ce que l'OTAN elle-même a considéré comme trop risqué.

altic_pipe.jpg

La Pologne se joint également à la stratégie américaine visant à déloger l'Allemagne de sa position de centre politique et économique de l'Europe. La Pologne essaie de remplacer son voisin allemand comme point d'arrivée du gaz en Europe. À cette fin, la Pologne construit le "Baltic Pipe", un gazoduc qui amènerait le gaz norvégien en Pologne, rendant Nord Stream "inutile". Mais la capacité initiale de cette voie baltique est de 3 BCM, qui pourrait atteindre un maximum de 10 BCM, bien loin des 135 BCM de North Stream. Et totalement insuffisante pour les besoins de l'Europe centrale.

Dès le début, la position de Varsovie a été très claire : soutien à l'Ukraine et confrontation avec la Russie. Cette position n'est pas aussi altruiste qu'il n'y paraît et est pleine de doubles intentions. Poutine a déclaré : "La Pologne n'a pas abandonné ses rêves de s'emparer d'une partie de l'Ukraine" (1). Une réalité à laquelle divers analystes internationaux ont fait référence (2). 

Après sa réélection au poste de président, Macron a disparu de la scène internationale. Il a démontré que son leadership européen et son autonomie par rapport à Washington étaient faibles. Au moment décisif, il a montré sa servilité à l'égard des intérêts américains et ses entretiens avec Moscou ont été rapidement interrompus. Ses appels à Washington pour ramener la paix dans la crise de la guerre russo-ukrainienne restent lettre morte à la Maison Blanche, principale partie prenante de la prolongation du conflit.

L'Allemagne est le pays qui commence à réagir à l'attitude des États-Unis. Alors qu'au début, les Verts - ces pacifistes des années 1980 - étaient ouvertement belliqueux contre la Russie et appelaient à armer l'Ukraine, démontrant ainsi que leur parti est depuis des années une courroie de transmission de Washington à Berlin. La réaction générale, politique et populaire, s'est orientée vers différentes prises de position. En août dernier, le vice-président du Parlement allemand, Wolfgang Kubicki, a appelé à "rouvrir Nord Stream 2 dès que possible", en faisant appel aux intérêts nationaux allemands. En octobre, après l'explosion du gazoduc Nord Stream, qui affectera sérieusement l'économie et le bien-être des Allemands, le hastag #Kriegserklärung (déclaration de guerre) est devenu populaire en Allemagne pour décrire ce que le sabotage du gazoduc par les Américains signifie pour leur pays. Au cours du même mois d'octobre, le parlement allemand a gelé l'aide militaire à l'Ukraine.

Après l'explosion de Nord Stream, que même l'ancien conseiller en sécurité américain Douglas McGrecogh a attribuée aux États-Unis (6), des voix autorisées ont émergé en Allemagne et au-delà, soulignant que l'un des principaux objectifs - si ce n'est le principal - de la "guerre en Ukraine est de détruire l'Allemagne en tant que puissance politique et économique (7).

220908-2119-29-99390838-307244324.jpg

La célèbre femme d'affaires et philanthrope allemande Gloria von Thurn und Taxi compare cette tentative de détruire son pays au sinistrement célèbre Plan Morgenthau (4). Alors que l'ancien conseiller d'État suisse Yvan Perrin affirme que l'Allemagne doit comprendre pleinement la stratégie de destruction de son pays afin de rectifier l'ensemble de sa politique européenne et internationale (5).

Ajoutons que le parti nationaliste AfD adopte une ligne très claire et déterminée de son côté pour défendre les intérêts nationaux allemands. Après son dernier congrès où la ligne nationaliste l'a emporté sur la ligne modérée, l'AfD prend des positions intéressantes à tous points de vue, notamment celle-ci: trois députés régionaux (Rhénanie-Westphalie et Saxe-Anhlalt) se sont rendus en Ukraine "au vu de la couverture déformée et partisane du conflit en Ukraine, nous voulons nous faire notre propre idée de la situation et examiner la situation humanitaire".

Visegrad entre dans une crise interne

La Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie forment le groupe dit de Visegrad. La principale caractéristique de leur existence a été de s'opposer aux diktats de Bruxelles quant à l'idéologie du genre et à l'immigration, constituant ainsi un certain pôle antimondialisation au sein de l'UE. Bruxelles a essayé de faire chanter ces pays en menaçant de couper les fonds européens, mais l'importance géopolitique et commerciale de ces régions centrales a atténué l'hostilité de Bruxelles.

Les militants de l'identité européenne ont réfléchi à la possibilité qu'un pays d'Europe occidentale doté d'un gouvernement nationaliste (l'Italie d'aujourd'hui, par exemple) puisse être l'allié nécessaire pour une synergie contre les directives mondialistes de Bruxelles au sein de l'UE.

Certains sont allés plus loin et ont parlé d'Intermarium - notamment en Pologne - ensemble qui comprendrait la Biélorussie, la Lituanie, la Lettonie, l'Estonie, l'Ukraine, la Roumanie-Moldavie, la Serbie, la Bosnie, l'Albanie, la Croatie et la Macédoine du Nord, pour faire un contrepoids géopolitique à l'impérialisme russe et à la Turquie néo-ottomane (8).

La crise en Ukraine a provoqué de graves tensions internes dans le groupe de Visegrad. Les deux capitales des pays leaders du groupe, Varsovie et Budapest, ont réagi de manière opposée. Varsovie dans un suivi atlantiste pathétique, Budapest, cherchant le dialogue avec la Russie et prenant maintenant des positions proches de Moscou, dans la mesure où cela est possible en tant que membre de l'UE (6). N'oublions pas que la Hongrie a des revendications territoriales sur l'Ukraine ; accessoirement, la Pologne aussi.

Visegrad cessera probablement de constituer une synergie politique originale, comme elle le fut. Si la guerre se solde par une défaite russe, la Pologne sera la première puissance régionale - avec le soutien ouvert de Washington - et elle sera rejointe par l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie, dont les stratégies géopolitiques sont aujourd'hui très proches de celles de Varsovie.

cz-6-800x450.jpg

La Hongrie, dans sa position de rapprochement avec la Russie et d'inimitié envers l'Ukraine, avec laquelle elle a des différends territoriaux, sera encore plus éloignée de Bruxelles, qui la soumettra à un nouveau chantage budgétaire, et s'éloignera de son ancien allié polonais.

Il reste à voir quelles positions adopteront la République tchèque, la Slovaquie et la possibilité pour la Slovénie de rejoindre le groupe, comme l'a récemment proposé le Président tchèque Milos Zeman.

Le projet Intermarium, en tant que zone cohésive entre Bruxelles et Moscou, a été définitivement bloqué.

Le Royaume-Uni, la puissance en déclin

Poursuivant la ligne anti-européenne et belliciste de Johnson, Truss a insisté sur le soutien à l'Ukraine, avec ses effets déstabilisants sur l'Europe. L'éphémère premier ministre est allé jusqu'à déclarer en septembre : "La Grande-Bretagne armera l'Ukraine jusqu'à ce qu'elle vainque la Russie". Faisant monter le ton du délire, elle a poursuivi en déclarant : "Si la situation exigeait que j'appuie sur le bouton nucléaire, je le ferais immédiatement. Et je me fiche que des millions de personnes meurent, pour moi l'essentiel est la démocratie et nos idéaux". Fantasmes issus du souvenir d'avoir été un grand empire alors qu'aujourd'hui, ce Royaume-Uni n'est qu'une ancienne puissance en déclin et de plus en plus isolée.

Quelqu'un devrait rappeler à la matamoresque ancienne Premier ministre britannique que le Royaume-Uni possède 215 ogives nucléaires, tandis que la Russie en possède plus de 7.000, dont beaucoup sont dirigées vers Londres.

"Global Britain", la stratégie internationale post-Brexit de Westminster, n'a pas eu de résultats concrets.

Il est de surcroît marginalisé au sein du pacte AUKUS, une alliance de puissances anglo-saxonnes dont le véritable objectif est de faire face à l'expansion chinoise dans le Pacifique. Les trois autres puissances anglo-saxonnes du pacte (les États-Unis, l'Australie et la Nouvelle-Zélande) ont toutes ou presque toutes leurs côtes dans cet océan ; le Royaume-Uni est aux antipodes, son rôle dans l'Alliance n'est guère plus que décoratif.

Londres a essayé de se rendre forte dans les pays de Visegrad, dans sa géopolitique permanente visant à séparer l'Allemagne de la Russie, mais la réalité est que les deux principales capitales du groupe de Visegrad ont ignoré Londres : Varsovie donne la priorité à son alliance avec Washington et Budapest regarde - timidement - vers Moscou.

L'un des arguments que Boris Johnson a présenté aux Britanniques était la signature prochaine d'un pacte commercial qui ferait du Royaume-Uni un partenaire commercial préférentiel des États-Unis, permettant au marché américain de remplacer le marché européen. Non seulement un tel pacte n'est ni imminent ni en vue, mais l'arrivée de Biden - un démocrate - à la Maison Blanche a refroidi les relations entre Washington et Londres, qui sont maintenant au plus bas (6). Rappelant que Biden est d'origine irlandaise et qu'il a à plusieurs reprises mis en garde les locataires de Westminster contre toute détérioration de la situation irlandaise.

NWLD-composite-leadership-KM (1).jpg

La mauvaise gestion économique de Liz Truss a rapidement mis fin à son gouvernement et à sa direction du Parti conservateur. Son successeur est l'Indien Rishi Sunak, qui poursuit la ligne géopolitique de ses collègues du Parti conservateur, Johnson et Truss. La victoire de Sunak accentuera une tendance observée depuis le Brexit, la géopolitique d'un Royaume-Uni anti-européen, multiracial et post-britannique dans lequel sa relation avec Delhi jouera un rôle important, même s'il est plus que probable que cette relation aura la polarité inversée qu'elle avait aux 19ème-20ème siècles et sera le chapitre d'ouverture de la rébellion et de la conquête (démographique et politique) par l'ancien Commonwealth de l'ancienne métropole britannique dans un processus de liquidation identitaire et raciale.

Aucun "front uni anti-occidental" n'est observable

La prétention d'un front uni mondial anti-occidental a été démentie par la réalité et par la dynamique géopolitique même de chaque puissance, notamment la Chine et les puissances émergentes d'Asie centrale et l'Inde qui jouent leur propre rôle.

Pendant cette guerre ukrainienne, cette prétendue conscience "anti-US" n'a pas du tout été mise en scène, de la Chine à l'Ouzbékistan, les "puissances eurasiennes" ont abandonné Poutine dans la guerre ukrainienne (9).

Pékin s'est éloigné de Moscou et y a cherché ses propres intérêts, ce qui implique d'affaiblir la Russie afin de la séparer de l'Europe et de l'attirer docilement dans sa sphère d'influence ; Pékin continue de penser dans une logique bipolaire et n'est pas intéressé par un troisième acteur -la Russie- pour contester cette course à deux pour la domination du monde. Xi Jinping n'a pas eu le moindre problème à continuer à collaborer stratégiquement avec l'Europe, alors que l'Europe a sanctionné la Russie, des sanctions que les entreprises chinoises basées dans l'UE ont respectées à la lettre.  La Chine a joué un double jeu, toujours dans ses propres intérêts plutôt que dans ceux d'un front commun prétendument anti-occidental. Pour Pékin, la guerre ukrainienne a toujours été subordonnée à sa guerre potentielle contre les États-Unis au sujet de Taïwan (10).

L'Inde, traditionnellement alliée de Moscou et qui a continué à l'être dans cette crise en raison de la nécessité d'acheter des hydrocarbures, a prévenu Poutine par l'intermédiaire de son Premier ministre Modi que l'heure n'était pas aux guerres et que les frontières ukrainiennes devaient être respectées, dernier point sur lequel elle était d'accord avec Téhéran.

La "première ceinture" de la construction eurasienne a clairement pris ses distances avec la Russie. Le Kazakhstan est devenu le leader régional en dehors de la zone d'influence de Moscou (11).

Il n'existe pas de "front anti-occidental" russo-turc-chinois-eurasien (12).

D'un point de vue européen, le défi géopolitique doit être la résolution rapide du conflit militaire et la reprise du dialogue et de la synergie entre l'Europe et la Russie.

NOTES:

(1) https://www.elmundo.es/internacional/2022/11/04/636528a5fdddff974f8b45d9.html

(2) https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/11/portal-de-politica-polaca-asi-es-como.html.

(3) https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/10/douglas-macgregor-cree-que-estados.html

(4) https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/10/la-crisis-de-ucrania-no-tiene-que-ver.html

(5) https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/10/morgenthau-y-nord-stream-gloria-von.html

(6) https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/10/cuando-alemania-empiece-entender-eeuu.html

(7) https://barr-avel.blog/2022/02/23/vers-une-union-baltique-mer-noire-intermarium-comme-modele-viable-pour-le-renouveau-de-leurope/

(8) https://elordenmundial.com/hungria-se-queda-sola-asi-ha-roto-la-invasion-de-ucrania-el-grupo-de-visegrado/

(9) https://www.elmundo.es/internacional/2022/09/21/632b3d37e4d4d83a158b4584.html

(10) https://www.elespanol.com/mundo/europa/20221105/doble-pekin-rusia-rebajar-amenazas-presiona-taiwan/715928855_0.html

(11) https://elpais.com/internacional/2022-10-10/la-guerra-socava-el-liderazgo-de-rusia-entre-sus-vecinos-postsovieticos.html

(12) https://www.ilprimatonazionale.it/esteri/ma-quale-fronte-anti-occidentale-cosa-non-ci-dice-lincontro-tra-putin-e-xi-jinping-243980/

 

jeudi, 03 novembre 2022

Irak: la flamme de la révolution de Muqtada Sadr

ca8f2ddd-5ccb-4c18-b2d7-9a544639508c_16x9_1200x676_866047.jpg

Irak: la flamme de la révolution de Muqtada Sadr

Damir Nazarov

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/flame-sadrs-revolution

Le feu du soulèvement a de nouveau embrasé l'Irak. Après que Muqtada Sadr n'ait pas été autorisé à former un gouvernement, ses militants ont paralysé le travail du parlement, par le biais de manifestations pacifiques et de grèves exigeant que les opposants politiques acceptent la direction de Sadr. Un tel résultat était à prévoir et il ne s'agit pas d'un différend avec le "cadre de coordination" des portefeuilles au sein du gouvernement ou d'un rejet personnel de certaines personnalités (Maliki), c'est juste que la société irakienne est fatiguée des crises sociopolitiques sans fin et même une partie influente des élites occidentales reconnaît que le régime du système de quotas s'est finalement épuisé.

En insistant sur les réformes tant attendues, Muqtada fait tout pour éviter une guerre civile. Ses instructions constantes aux masses montrent comment Sadr essaie de tuer dans l'œuf les possibilités de chaos et de provocations. Cela suggère que Muqtada s'est soigneusement préparé aux actions révolutionnaires. Un autre point est la diplomatie de Sadr, où il essaie d'attirer des personnalités influentes du camp des opposants à la révolution, à titre d'exemple, on peut citer l'invitation du leader de la coalition du Fatah, Hadi al-Ameri, à se retirer de la "structure de coordination" et à rejoindre les sadristes. Des dialogues similaires ont lieu avec d'autres partis. L'objectif de Sadr est d'isoler l'ambitieux Maliki (*) et ses semblables, et de créer une puissante alliance révolutionnaire qui devra préserver l'Irak des luttes intestines et former un gouvernement fort.

Si, par le passé, le mouvement de Muqtada était quelque peu limité, des alliés inattendus sont désormais apparus. L'une des principales factions de la résistance associée à l'Iran, Harakat al-Abdal, a annoncé son soutien à Sadr. Il s'agit d'une démarche véritablement sans précédent de la part de la faction d'Al-Muqawama Al-Islamiya. Aucun des groupes de résistance "pro-iraniens" n'a ouvertement soutenu Muqtada Sadr, Harakar al-Abdal ont été les premiers à soutenir la révolution. Bien entendu, une telle démarche s'est faite en coordination avec l'IRGC. Le soutien de l'un des groupes de la Résistance islamique est une autre victoire diplomatique de Muqtada. La volonté d'engager un dialogue avec toutes les composantes de la société irakienne et même une alliance avec certains opposants démontre l'ouverture de Sadr à l'inclusion dans son mouvement politique. En outre, ce fait détruit le mythe de l'hostilité de Sadr envers les factions de la résistance et les Hashad al-Chaabi, car Muqtada exige l'organisation et l'expulsion des éléments indisciplinés, qui sont notamment accusés de crimes contre les personnes déplacées des provinces sunnites.

20180806080708!Ayatollah_Qasem_Taei.jpg

Le Grand Ayatollah Qassem al-Tai a soutenu les actions de Sadr. Théologien faisant autorité et vétéran à temps partiel du djihad pendant l'occupation de l'Irak par l'OTAN, il est devenu le premier clerc ayant le rang de "Marja" à soutenir l'esprit révolutionnaire de Muqtada. Un tel message de l'ayatollah témoigne de changements à grande échelle dans l'esprit du clergé, car l'Irak ne peut plus rester l'otage du silence des autorités religieuses locales. Les changements se font attendre depuis longtemps dans toutes les sphères de la société.

Il est également impossible de ne pas mentionner un moment symbolique, Sadr a pris ses premiers décrets sur l'organisation d'un rassemblement populaire et des manifestations ultérieures quelques jours après la visite du chef de l'IRGC Ismail Kaani en Irak, où il a visité des sanctuaires islamiques. Les experts notent que les nombreuses démarches politiques de Sadr ressemblent à celles des autorités religieuses en Iran.

Dans l'histoire de la campagne révolutionnaire de Sadr, il convient de noter que le chef du plus grand mouvement d'opposition a fait preuve de flexibilité tactique, Muqtada s'est assuré le soutien de Kadimi, ce qui, au sens large, signifie l'approbation des Saoudiens et des Émirats, une telle démarche a été dictée par la nécessité d'inspirer confiance à l'Autocratie du Golfe Persique, afin qu'ils misent officiellement sur Sadr par opposition à Maliki-Ameri et n'organisent pas de manifestations spontanées, comme Tishrin en 2019. Étant donné que les EAU contrôlent une grande partie de l'appareil des services spéciaux et de l'armée irakienne, l'alliance temporaire de Sadr avec Karimi a sauvé de nombreuses vies parmi les manifestants d'aujourd'hui. Après tout, l'armée et les services spéciaux ont une expérience considérable dans la destruction des manifestants. L'autre facette de l'alliance tactique avec les pays du Golfe est le pari des autocrates sur Sadr au détriment des libéraux "chiites" locaux. C'est-à-dire que, selon le plan de Muqtada, son autorité doit éclipser toute figure politique "laïque-chiite" afin que les monarchies du Golfe n'aient aucune chance de trouver des alliés contre Maliki et Ameri.

En bref, les tâches du leader sadriste sont les suivantes:

1 - Isolement de Sistani. La crise actuelle montre que Marja n'a plus d'influence sur la situation, tandis que Sadr a acquis le poids politique nécessaire, dans lequel son opinion n'est pas seulement prise en compte, mais constitue également une sorte de ligne directrice pour de nombreuses forces d'opposition. Je vous rappelle qu'il y a six mois, le représentant de Sadr, le cheikh Hatim al-Araji, a appelé les Irakiens à accepter l'autorité religieuse de Muqtada Sadr, et non celle de Sistani.

2 - La destruction du système des quotas, qui donne une chance de débarrasser l'Irak de la corruption et de la dépendance vis-à-vis du lobby pétrolier. La réforme en termes d'administration publique devra également empêcher les séparatistes des provinces sunnites de séparer les gouvernorats locaux de l'Irak.

3 - Se débarrasser de la dépendance au pétrole. L'année dernière, Sadr a exhorté les Irakiens à suivre l'expérience de l'Égypte sous la direction de Sisi dans ce domaine. Il est connu que la junte est le leader de l'Afrique dans la production d'énergie renouvelable.

4 - La marginalisation des nationalistes radicaux parmi les chiites irakiens, qui vivent principalement dans le sud du pays. Muqtada Sadr est depuis longtemps une icône de la jeunesse, où, entre autres, les idées de nationalisme prévalent. Ce fait ne peut qu'agacer certains politiciens qui, avec le soutien de certains clans, voudraient surfer sur la vague des sentiments d'opposition des Irakiens locaux. Cependant, Sadr isole avec compétence les émeutiers et dirige efficacement les masses, évitant ainsi le chaos. Un exemple illustratif de l'influence de Sadr est qu'en ce qui concerne un certain nombre de membres de la "Brigade de la paix" qui ont attaqué le parlement du pays, le chef des sadristes les a exclus du mouvement et a gelé les activités d'un certain nombre de politiciens qui ont soutenu les attaques.

5 - Le nouveau cours du pays. Le slogan de Sadr "ni ouest ni est" signifie éviter la dépendance vis-à-vis des États-Unis et de la Chine. Ainsi, le leader des révolutionnaires irakiens démontre son refus de participer à la "nouvelle guerre froide".

2022-06-14T144634Z_253794760_RC2PRU92WJ04_RTRMADP_3_IRAQ-POLITICS-CRISIS-scaled.jpg

Pour résumer, nous pouvons souligner la réaction de l'Occident sur ce qui se passe en Irak. L'édition américaine de Foreign Policy a comparé Sadr au légendaire Khomeini. Cela suffit pour comprendre ce qui inquiète les impérialistes. Une nouvelle révolution islamique est à venir, qui ouvrira les portes de la transformation de la région arabe, de la péninsule arabique jusqu'au Maghreb. L'Occident connaît l'inévitabilité du changement et préparera certainement des bâtons à leur mettre dans les roues, mais le train du changement a pris la vitesse nécessaire pour écraser tout obstacle.

Note:

(*) - Contrairement aux commentaires de nombreux experts, l'attitude négative de Sadr à l'égard de Maliki n'est pas fondée sur une hostilité personnelle, mais comme une réaction aux conséquences dramatiques probables en cas de nouveau premier ministre du leader de DAWA. Les sionistes et les régimes du Golfe attendent le bon moment pour organiser à nouveau une guerre séparatiste dans l'Anbar, la présence de Maliki à la tête de l'Irak donnera une excuse pour inciter les chefs tribaux rebelles à un nouveau soulèvement, comme ce fut le cas auparavant. Après cela, des organisations aussi notoires qu'Al-Qaïda d'Irak et ISIS sont apparues. Par conséquent, Sadr tente d'empêcher une répétition de ces événements en bloquant la figure de Maliki pour le poste de premier ministre.

ISIS, Al-Qaïda d'Irak, deux organisations interdites en Russie.

mardi, 01 novembre 2022

Wang Wen en dialogue avec Douguine: Si la Russie cherche à résoudre des problèmes, elle devrait prendre la Chine comme exemple à étudier

W020210312678033805760.jpg

Wang Wen en dialogue avec Douguine: Si la Russie cherche à résoudre des problèmes, elle devrait prendre la Chine comme exemple à étudier

Wang Wen & Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/wang-wen-dialogue-dugin-if-russia-seeks-solve-issues-it-should-take-china-example-be-studied

Ce dialogue a été mené de concert avec le philosophe russe Alexandre Douguine, suite à la mort tragique de sa fille Darya Douguine (Дарья Дугина 1992-2022) dans une attaque terroriste en août. Comment celui que les médias occidentaux ont sans cesse surnommé "le cerveau de Poutine", "le meneur d'un groupe de réflexion russe" et "le professeur d'État", voit-il le conflit russo-ukrainien actuel et la situation actuelle en Russie. Comment évalue-t-il sa relation avec Poutine ? Comment voit-il l'avenir de la Chine après le 20ème Congrès national du Parti communiste chinois ? Quels conseils a-t-il à donner à la jeune génération chinoise ? Le 21 octobre, Wang Wen, doyen exécutif de l'Institut Chonyang pour les études financières de l'Université Renmin de Chine, a accepté l'invitation de Douguine pour un entretien d'une heure dans son bureau. Un synopsis de la conversation est publié dans Global Times, tandis que la version intégrale est autorisée à être publiée sur le site Web Guanchazhe.

Wang Wen : Tout d'abord, permettez-moi de vous rendre hommage au nom de nombreux Chinois et d'exprimer mes condoléances pour le décès malheureux de votre fille bien-aimée Darya. Ces derniers mois, de nombreuses attaques terroristes ont eu lieu en Russie. Comment voyez-vous le développement intérieur de la Russie sous le conflit aujourd'hui ?

Douguine : Je tiens tout d'abord à vous remercier pour votre soutien moral et j'apprécie profondément le chagrin du peuple chinois suite au décès de ma fille Darya Douguina. Elle est désormais un symbole de la lutte de notre âme russe contre un système mondial hégémonique injuste et une victime du terrorisme occidental. Nous savons déjà que cette opération est venue de Kiev, de Zelensky lui-même et du chef des forces spéciales militaires ukrainiennes. Zelensky est responsable de la mort de ma fille et de l'attentat. Bien que les services secrets américains et britanniques aient refusé d'expliquer et de condamner l'attaque terroriste, nous sommes presque certains qu'ils nous visaient, moi et ma fille, parce que nous ne faisons qu'un.

Ce fut le début d'une guerre de terreur contre la Russie, la première fois que des terroristes occidentaux ont attaqué des citoyens russes sur le sol russe. Je tiens à souligner une fois de plus que Darya et moi-même n'occupions aucune fonction officielle et n'avons pas participé à l'opération militaire spéciale (OMS) dans l'est de l'Ukraine. Il est sans précédent que des intellectuels aient été assassinés pour ce qu'ils ont simplement dit et pensé, et ce type de terreur contre les intellectuels est assez inquiétant. Et ce n'est rien d'autre que la guerre.

Cela révèle un tout nouveau chapitre de l'histoire de la guerre: lorsque les idées comptent vraiment, vous êtes assassiné pour vos idées. Cet exemple démontre tragiquement l'importance de la pensée, en jouant avec sa vie. Pourtant, si vous êtes un guerrier, vous devez être prêt à mourir au combat ; si vous prenez des décisions politiques, vous devez être prêt à payer pour vos décisions.

Pendant longtemps, la philosophie théologique s'est préoccupée de la vie humaine. La Russie se trouve dans un état critique, j'aimerais l'appeler "une profonde révolution idéologique en Russie", et le conflit russo-ukrainien marque le début d'un changement complet. Dans les années 1990, la Russie a accepté l'hégémonie occidentale, les systèmes occidentaux, les valeurs occidentales et la démocratie politique occidentale, a suivi l'exemple de l'Occident et a considéré l'Occident comme une seule bouée de sauvetage. C'est la différence entre la Russie et la Chine: la Chine accepte les règles et profite pleinement des règles internationales pour s'imposer, alors qu'en Russie, dans les années 1990, nous avons trahi notre souveraineté nationale. Après son arrivée au pouvoir, Poutine a commencé à se battre pour l'indépendance de la Russie. Mais au cours des 22 dernières années, il a été enchaîné par les règles établies par l'Occident. L'Occident a toujours espéré affaiblir et attaquer la Russie de cette manière.

Poutine a tenté de concilier la contradiction entre l'essor du pays et l'intégration dans la mondialisation, mais cela s'est avéré impossible. Cette inconciliabilité a atteint son paroxysme après le début de l'Opération militaire spéciale. Poutine ne pouvait que réagir par une action violente directe, mais la société russe n'y était pas préparée, car la lutte contre l'Occident est un chemin trop long et trop étroit. La Russie est maintenant dans une guerre contre l'Occident, contre les États-Unis. Nous essayons d'ajuster nos idées sociétales et de nous réévaluer, pour nous adapter à la situation actuelle dans laquelle nous nous trouvons, ce qui est un processus très intense et dramatique.

Wang Wen : Je suis d'accord avec votre analyse et votre prédiction astucieuses. Je me souviens qu'en 2008, vous avez écrit sur l'inévitabilité d'un conflit entre la Russie et l'Occident. Cependant, lorsque les universitaires chinois reconnaissent qu'un conflit sino-américain peut devenir inévitable, ils font généralement de leur mieux pour proposer d'éviter la guerre avec les États-Unis. Par exemple, lorsque le professeur Graham Tillett Allison de l'Université de Harvard a proposé le "piège de Thucydide" entre la Chine et les États-Unis, les érudits chinois le réfutent et tentent de modifier cette "prophétie réalisable".

Ce que je veux savoir, c'est pourquoi les élites russes ne conseillent pas au président Poutine de faire de son mieux pour éviter le conflit, ou de faire quelque chose qui pourrait être mieux qu'une action militaire ad hoc ? En Russie, un sage philosophe politique comme vous doit avoir une meilleure solution, non ?

Douguine : Cela a à voir avec l'équilibre de la conscience entre les individus et les groupes. Ce n'est pas le président Poutine qui a volontairement voulu lancer cette opération militaire spéciale, mais c'est toute la société qui a exigé cette opération spéciale. La société russe est très spéciale et a besoin d'un dirigeant de type "père" (comme un tsar) qui doit également fournir des garanties de sécurité à l'ensemble de la société. Poutine a essayé de réconcilier cette binarité: accepter l'Occident et assurer l'indépendance de la Russie. Ces deux options constituent toutefois un noeud de contradictions. Poutine espère concilier cette contradiction et maintenir un certain équilibre, mais cet équilibre est très fragile.

Poutine a toujours essayé de procéder de manière pacifique, sans utiliser de moyens militaires, pour éviter une escalade du conflit avec l'Occident. Depuis que la Crimée est "revenue à la Russie", nous avons remarqué très tôt que la Russie peut facilement libérer l'est de l'Ukraine, mais le président Poutine a toujours refusé de le faire. Il a cru pendant un temps aux assurances données par l'Occident, mais l'Occident a trompé la Russie. Poutine veut éviter la guerre, mais la guerre est de plus en plus inévitable. Il est dommage que nous n'ayons pas été pleinement préparés à cette opération militaire spéciale sur le plan politique, économique, culturel et militaire. En fait, nous aurions dû être mieux préparés.

36dcdd7f77bc4fc99b4c188366e4766b.png

Wang Wen : Oui. Mais je suis très inquiet, si la Russie se détache complètement de l'Occident à l'avenir, pourra-t-elle continuer à se développer rapidement à court terme ? Nous pensons tous que l'Occident s'affaiblit, mais pour l'instant, l'hégémonie occidentale a encore une influence significative dans des domaines tels que la haute technologie et le commerce économique.

Le maintien de la coopération avec l'Occident semble être un "choix rationnel et pragmatique". La Russie sera-t-elle réduite à rien de plus qu'un "grand Iran", si elle est complètement coupée de l'Occident ? J'ai voyagé en Iran à de nombreuses reprises. L'Iran présente un énorme potentiel et de riches ressources. Dans les années 1970, l'économie iranienne a connu une croissance rapide. Cependant, après avoir été sanctionné par l'Occident pendant 40 ans, le développement de l'Iran a été fortement affecté. La Russie répétera-t-elle les erreurs de l'Iran ?

Douguine : J'aimerais bien savoir quelle est votre définition du mot "Occident". L'Occident n'est pas seulement synonyme de développement économique et technologique, l'Occident représente une sorte de conscience, comprenant hégémonie, racisme et ontologie, qui peut être étendue au colonialisme et à l'unipolarité. C'est l'essence même de l'Occident. La Russie a "déclaré la guerre" à l'Occident et a été forcée de couper la coopération avec l'Occident. Nous espérons qu'en vainquant l'hégémonie occidentale, l'"Occident" deviendra une province du monde, et non le centre du monde. Pour y parvenir, nous devons non seulement nous élever et nous "désoccidentaliser", mais aussi marginaliser l'Occident. La Russie seule ne peut pas atteindre cet objectif. Nous espérons travailler avec d'autres pays non occidentaux dans le monde pour résister à l'hégémonie occidentale. Si nous nous unissons, nous serons peut-être en mesure de les vaincre. Il s'agit d'une guerre de la multipolarité contre l'unipolarité.

Wang Wen : Selon votre logique, le monde se divise progressivement en deux pôles, et une nouvelle "guerre froide" commence. Vous avez souligné dans votre article que le monde est au bord d'une troisième guerre mondiale.

La Chine ne veut pas entrer dans une nouvelle guerre froide ; elle préfère se développer dans un environnement mondialisé. Bien que la Chine soit en concurrence avec les États-Unis, elle fait de son mieux pour trouver un nouvel équilibre parmi les contradictions féroces. Je pense que l'Inde, le Brésil et les autres pays du BRICS ne veulent pas vraiment entamer une "nouvelle guerre froide" avec l'Occident, et qu'ils sont tous prudents et se protègent contre une éventuelle "troisième guerre mondiale".

Douguine : Maintenant, la situation n'est pas déterminée unilatéralement par la Russie. Avec l'Opération militaire spéciale, nous avons "franchi le Rubicon" pour affronter l'Occident. La Russie et l'Occident peuvent se comprendre, mais les deux ne peuvent coexister, comme le détermine la structure géopolitique. D'un point de vue géopolitique, les autres pays n'ont que deux options : soit être contrôlés par un État qui est une puissance maritime, soit se battre pour devenir un État qui est puissance terrestre, c'est-à-dire en soutenant la Russie pour pousser le monde vers la multipolarisation et devenir une région du Heartland.

L'indépendance de la Chine est basée sur l'équilibre. Dans cette perspective, si la Russie ne peut pas contrôler et équilibrer l'hégémonie américaine, alors la Chine sera victime d'un conflit militaire offensif avec des puissances maritimes, même si vous ne voulez que la souveraineté et la prospérité. Maintenant, l'Inde, le Brésil, l'Afrique du Sud et le monde islamique, tout aussi indépendants, font tous des choix, mais le résultat de leur choix dépend de la force à l'autre bout de l'échelle.

Pour que la stratégie gagnant-gagnant de la mondialisation représentée par la Chine soit parfaitement réalisée, il faut une condition invisible, à savoir la résistance de l'État puissance terrestre qu'est la Russie à l'État puissance maritime. Si la Russie perd l'opération militaire spéciale et perd son cœur, alors l'Inde et la Chine seront confrontées à la même situation que la Russie actuellement et deviendront les prochaines victimes directes de la guerre froide et même du conflit militaire.

L'Occident peut utiliser le détroit de Taiwan et les militants musulmans comme points d'entrée pour attaquer la Chine. L'Occident est une force radicale et agressive. D'autres pays peuvent éviter un conflit frontal uniquement parce que la Russie existe toujours et parce que la Russie se bat. Les autres nations n'ont que deux options : soit survivre dans l'ombre du monde occidental, soit se battre comme la Russie. Cette analyse géopolitique est très importante.

Bien que les résultats de l'analyse ne soient pas entièrement conformes à l'interprétation officielle chinoise, je crois que les stratèges du Parti communiste chinois, en tant que véritables maîtres de la stratégie internationale, peuvent comprendre pleinement les conclusions de l'analyse posée ci-dessus et éviter que la Chine ne tombe dans la situation de la Russie.

Je reconnais intensément les grandes réalisations de la Chine. Que ce soit pour la Russie, ou pour l'Inde, l'Iran et les pays arabes, la Chine est le principal espoir. Il existe un différend frontalier entre la Chine et l'Inde, mais je voudrais rappeler à l'Inde que si l'Inde et l'Occident luttent ensemble contre la Chine, une fois que la Chine et la Russie auront perdu, l'Occident se retournera pour affronter l'Inde et détruire l'Inde - en fait, Soros se prépare déjà à le faire.

En bref, nous ne voulons pas affronter l'Occident, nous affrontons "l'Occident" qui prétend diriger le monde mais qui n'a pas joué un bon rôle de modèle. Ce que nous devrions rechercher, c'est la multipolarité plutôt que l'unipolarité.  L'Occident veut démembrer la Russie, nous sommes le numéro un sur leur liste, vous êtes le suivant. Bien sûr, c'est mon analyse, et je ne veux pas l'imposer aux autres.

Wang Wen : Tout d'abord, nous avons confiance en la Russie. La Russie ne sera pas vaincue par l'Occident. Bien que l'OTAN soutienne pleinement l'Ukraine, la Russie a un énorme avantage en termes de profondeur stratégique, de potentiel et de ressources.

Bien sûr, je suis également d'accord avec vous pour dire que si la Russie est vaincue par l'Occident, la Chine sera la prochaine cible de l'Occident. À cet égard, la Chine est psychologiquement préparée. La réponse de la Chine est basée sur plus de 2.000 ans de sagesse traditionnelle et sur un engagement à trouver des solutions modérées et diverses. Ces dernières années, la Chine a obtenu de bons résultats sur de nombreux "champs de bataille" tels que les guerres commerciales, les guerres technologiques, les guerres de l'opinion publique, les guerres médiatiques et la question du détroit de Taiwan.

Ce que je veux discuter avec vous, c'est de la manière de traiter l'Occident de manière plus intelligente. Si la troisième guerre mondiale ou une guerre nucléaire d'une certaine ampleur se produit réellement comme vous le prédisez, cela signifierait la destruction de toute l'humanité. Selon vous, est-il possible d'employer une panoplie de mesures diversifiées pour résoudre le problème ?

Douguine : La solution du fait accompli est du type de l'Opération militaire spéciale. Nous n'avons pas utilisé d'autres approches plus diversifiées, et nous ne pouvions pas faire autrement. L'Opération militaire spéciale actuelle est très nécessaire, et bien que la situation de guerre actuelle soit mauvaise, elle est meilleure qu'une situation pire (par exemple: être détruit).

Je suis sûr que le Parti communiste chinois a adopté un bon modèle de prise de décision, en prenant des décisions avec prudence et circonspection, en intégrant les intérêts nationaux à la mondialisation, et en maintenant une politique indépendante et conservatrice.Tout en garantissant la démocratie et la libéralisation sociale et économique, la Chine maintient également le contrôle absolu du gouvernement central sur le pays, en veillant à ce que l'Occident ne puisse pas détruire le Parti communiste chinois au moyen de méthodes culturelles et d'Internet, et en sauvant le pays du chaos et même de la destruction.

La situation en Russie est tout à fait opposée. L'Occident détruit le contrôle absolu du gouvernement russe, en essayant de pousser le gouvernement contre le peuple. Sous Eltsine, le peuple a été la victime de cet assaut occidental.

Poutine essaie d'empêcher et d'inverser cette situation et de permettre à la Russie de se sauver par la réforme et la reconstruction. À un moment donné, il a essayé de changer pacifiquement l'héritage du gouvernement d'Eltsine (1931-2007), mais il n'y est pas parvenu en raison de l'obstruction de certaines élites politiques. Ces élites politiques sont des traîtres au pays. C'est la différence entre la Chine et la Russie. L'élite politique chinoise est l'épine dorsale du pays, mais nous n'avons que le poison laissé par l'ère soviétique. Après l'effondrement de l'Union soviétique, ces élites politiques sont entrées dans le gouvernement russe, et elles n'ont pas permis au pays de se transformer et de se développer par des moyens pacifiques. C'est exactement mon interprétation des différences politiques entre la Chine et la Russie.

Nous n'avons pas la possibilité de changer ou de réorganiser pacifiquement la Russie, et de parvenir à la réconciliation avec l'Ukraine et l'Occident par des moyens pacifiques. Poutine est notre espoir. Il est du côté du peuple et du côté de l'histoire. L'Opération militaire spéciale était sa façon de résister, bien que ce ne soit pas de la meilleure façon. Nous plaçons maintenant tous nos espoirs dans le pétrole et le gaz et attendons que l'Occident s'effondre ou fasse des compromis sur les questions énergétiques. Ils tentent de sortir de la crise de pénurie énergétique, ce qui nous oblige également à résoudre le problème sous d'autres angles. À cette fin, nous devrions prendre la Chine comme exemple à étudier.

Wang Wen : Merci de votre intérêt pour la Chine. En tant qu'universitaires et animateurs de think tanks, nous réfléchissons également tous les jours à la situation de la Chine et nous nous efforçons de résoudre les problèmes nationaux. À mon avis, les dilemmes internationaux ne peuvent être mieux traités que sur la base de la résolution des problèmes domestiques. Je pense que vous avez également remarqué que le rapport du 20ème Congrès national du Parti communiste chinois met clairement en avant la stratégie de développement national à long terme de la Chine pour 2035 et 2050. Vous vous êtes déjà rendu en Chine. En tant que philosophe politique, sur la base de votre compréhension de la Chine, comment voyez-vous l'avenir de la Chine ? Les objectifs actuels de la Chine peuvent-ils être atteints comme prévu ?

Douguine : Tout d'abord, j'aime beaucoup la Chine et j'apprécie la gouvernance de la Chine par le Parti communiste chinois sous la direction du secrétaire général Xi Jinping. Le président Xi est un leader exceptionnel de classe mondiale. Votre pays est entré dans l'histoire. Je pense que les objectifs de la Chine sont pragmatiques. Le 20ème Congrès national du Parti communiste chinois que vous avez organisé est un exemple réussi de coordination des questions nationales et internationales. L'Assemblée générale dirige le pays en formulant des plans. En fait, ni la société occidentale ni la Russie ne comprennent assez bien la structure politique et sociale de la Chine.

À mon avis, la Chine est composée du peuple, du gouvernement et d'autres éléments culturels tels que le socialisme aux caractéristiques chinoises, la culture confucéenne, etc. Ces éléments culturels jouent un rôle dans la gouvernance du gouvernement. Si le gouvernement ne parvient pas à assurer la sécurité culturelle, la société se désintégrera. Les analyses occidentales et russes de la Chine ignorent presque la partie spéciale de la culture, qui est en fait une ressource importante pour le peuple chinois.

Deuxièmement, la Chine est très particulière en ce qui concerne l'établissement de priorités. La Chine ne va pas intensifier les conflits, mais les modérer et les résoudre grâce à l'expérience de la construction de la civilisation. Cette culture n'est pas entièrement issue du confucianisme, mais aussi du taoïsme. La culture politique occidentale, y compris la Russie, est trop radicale, trop obsédée par le noir et le blanc absolus, le bien et le mal. Pour nous, le mal est le mal, et nous ne céderons jamais au mal.

Wang Wen : Oui, la théorie du Yin et du Yang dans la culture chinoise provient d'une autre école de philosophie. Nous espérons être capables de transformer le négatif en positif, le bien en mal, le bon en mauvais. Aux yeux des Chinois, les bonnes choses ne sont pas entièrement bonnes, et les mauvaises choses ne sont pas entièrement mauvaises. Il existe une relation d'attachement et de transformation entre les deux. C'est compliqué.

Douguine : Oui, la Chine ne promeut pas une politique étrangère de conflit culturel. Dans une autre culture différente de la Chine, il existe des frontières claires entre le bien et le mal, le bon et le mauvais, la lumière et l'obscurité, et la culture russe contient ce gène. Du point de vue de la Russie, le monde est soit unipolaire (il y a un pays avec la plus forte puissance mondiale, comme les États-Unis), soit multipolaire (l'Occident, la Russie et la Chine essaient tous de parvenir à une situation gagnant-gagnant dans ce monde). Une structure mondiale multipolaire est également une chose vers laquelle la Chine doit tendre. La Chine observe le monde avec sa propre perspective et ses propres pensées, et les autres pays observent également la Chine avec leur propre pensée et leur propre vision du monde. Cela va dans les deux sens.

Certaines de ces pensées et perspectives sont anormales, voire pathologiques. La pensée et la vision du monde chinoises sont saines, mais la pensée et la vision du monde occidentales ne le sont pas autant. Nous devrions essayer de comprendre ces modes de pensée pathologiques, et non pas les expliquer avec notre pensée intrinsèque.

Wang Wen : Discutons de l'avenir de la Russie et de la Chine. Les tensions dans les relations de la Russie avec l'Occident vont probablement continuer à pousser les relations sino-russes à se réchauffer. Cette fois, j'ai visité plus de 20 villes en Russie, j'ai parlé avec de nombreux responsables locaux et j'ai discuté de la manière de renforcer les relations entre les deux pays à différents niveaux tels que le niveau local, le niveau civil, le niveau de l'élite, etc. La Chine et la Russie ont des perceptions différentes l'une de l'autre à tous les niveaux. Du point de vue du sommet, la conscience stratégique de la confiance et de la coopération entre la Chine et la Russie est suffisante et ferme ; cependant, aux niveaux non gouvernemental et de l'élite, les gens ont des opinions très diverses sur la coopération sino-russe, et certaines idées ne sont pas propices à la coopération bilatérale. Que pensez-vous de cela ?

Douguine : Tout d'abord, je pense que les relations sino-russes se sont en fait considérablement améliorées sur les deux plans. Nos deux pays ont certainement de nombreux problèmes à surmonter, comme les différences culturelles entre les deux parties. Nous devrions passer plus de temps à comprendre les attributs respectifs de la Chine et de la Russie, à comprendre le code de la civilisation de l'autre, à ouvrir davantage le "dialogue à deux voies" et à approfondir la coopération bilatérale.

41fc32XrUgL._SX331_BO1,204,203,200_.jpgLa compréhension mutuelle entre les dirigeants des deux pays a été "parfaite", et la coopération entre le président Xi et le président Poutine est la pierre angulaire de la Chine et de la Russie, créant l'avenir des relations bilatérales. Mais nous devrions également accorder plus d'attention à l'institutionnalisation des relations entre les deux pays, proposer des plans pour renforcer la coopération et la compréhension mutuelle aux niveaux supérieur, intermédiaire et de base, et réajuster le système de coopération aux niveaux intermédiaire et de base.

À mon avis, l'avenir de l'humanité dépend de la coopération approfondie entre la Chine et la Russie. Plus que jamais, nous devons apprendre à nous connaître efficacement. Nous sommes déjà deux pôles dans un monde multipolaire. Les peuples des deux pays doivent continuer à se battre pour le développement de la Russie et de la Chine, afin que les relations entre les deux pays soient plus harmonieuses.

Wang Wen : Une plateforme importante pour la coopération sino-russe est la connexion entre l'initiative "Belt and Road" et l'Union économique européenne. Aux yeux de nombreuses personnes, la théorie du Grand Eurasisme que vous avez défendue pendant de nombreuses années a contribué à promouvoir la coopération sino-russe, en particulier l'intégration économique eurasienne. Mais les choses semblent changer. Ces dernières années, avez-vous acquis de nouvelles connaissances dans l'étude de l'intégration eurasienne ? Que pensez-vous de l'intégration eurasienne et de l'initiative "Belt and Road" ?

Douguine : Le contenu de la théorie du Grand Eurasisme couvre le contenu de l'Union économique eurasienne et de l'initiative "Ceinture et Route". La Chine et la Russie ont la capacité d'intégrer harmonieusement deux initiatives majeures pour promouvoir le développement de l'Eurasie et ainsi réaliser la construction du monde. À l'avenir, l'Eurasie devrait inclure l'Europe, l'Inde et de nombreux autres pays. Nous devrions élargir nos horizons pour inclure tous les pays de l'ensemble du continent eurasien. En termes de mise en œuvre spécifique, nous devrions avoir une compréhension plus profonde de la signification de "Ceinture et Route" et des différents rôles que l'"Union économique eurasienne" de la Russie devrait jouer et adapter et accepter ces rôles.

Nous devrions présenter la véritable théorie de l'intégration eurasienne aux élites chinoises, et non la version mal interprétée. En Russie, certains considèrent l'eurasisme comme du néocolonialisme, tandis qu'en Chine, d'autres y voient la version russe de l'impérialisme. Nous devrions trouver différentes façons de nous comprendre. La théorie de la Grande Eurasie inclut non seulement la coopération économique entre la Russie et la Chine, mais aussi la coopération approfondie entre l'Inde, l'Asie du Sud-Est et l'Asie occidentale. Nous devrions réfléchir à ce concept et le généraliser, renforcer les échanges culturels, comprendre son identité, son but et sa motivation.

Afin d'atteindre les objectifs ci-dessus, nous devons avoir une compréhension plus profonde de la culture de l'autre et comprendre réellement la cohérence interne du pragmatisme, du matérialisme, du réalisme et d'autres logiques, ce qui exige que nous ayons un dialogue au niveau de la linguistique interlinguale. Sinon, il nous est difficile de parvenir à des opinions similaires sur une même chose.

inwangdex.jpgWang Wen : Dans la stratégie étrangère de la Russie de ces dernières années, on peut voir l'ombre de la théorie du "Grand Eurasianisme". Par conséquent, des rumeurs ont circulé ces dernières années selon lesquelles vous faites partie de l'état-major du président Poutine, ou même que vous êtes le "cerveau de Poutine" ; certaines personnes disent que vous étiez le pont entre le président Poutine et le président Trump au cours de ces années-là. Comment réagissez-vous à cela ?

Douguine : Je soutiens beaucoup Poutine, notre esprit est similaire, mais je n'ai pas d'autre relation avec lui.

Je devrais connaître le peuple russe et l'histoire russe mieux que quiconque ici. C'est peut-être un peu humiliant de dire cela, mais j'ai un amour profond pour le peuple russe et l'histoire russe. Je comprends la logique derrière tout cela mieux que quiconque, ainsi que la stratégie étrangère nationale actuelle que les gens peuvent approuver et soutenir.

Wang Wen : Avez-vous des conseils à donner aux jeunes, en particulier à leurs homologues chinois ?

Douguine : Afin de comprendre le monde, vous devez d'abord devenir un Chinois plus authentique. Si vous ne vous comprenez pas vous-même, vous ne pouvez pas comprendre les autres. Si vous n'avez pas confiance en vous et que vous n'avez pas votre propre identité, il est impossible de comprendre l'identité des autres pays et l'avenir de la multipolarité. Pour comprendre le monde, vous devez d'abord vous comprendre vous-même.

* * *

(Zhang Huimin张慧敏 de l'Université de Moscou et Feng Shide冯士德 de l'Académie des sciences de Russie ont participé au dialogue et ont procédé à un examen préliminaire du contenu du dialogue)

Rédacteur responsable : Liu Xiaoyun 刘啸云

Traducteur anglais : Liviu Florea

 

lundi, 31 octobre 2022

Qui veut une rupture entre l'Europe et la Russie?

bruch-europa-russland.jpg

Qui veut une rupture entre l'Europe et la Russie?

par Fabio Massimo Parenti

Source: https://www.ideeazione.com/chi-vuole-la-rottura-fra-europa-e-russia/

Avec les explosions provoquées en des points précis de Nord Stream 1 et Nord Stream 2 dans les eaux de la zone économique exclusive du Danemark, la sécurité énergétique de l'Europe a été définitivement mise à mal. Le système d'approvisionnement Europe-Russie mis en place au cours des vingt-cinq dernières années semble irrémédiablement compromis, et quelle que soit l'issue des enquêtes menées par les autorités des pays scandinaves impliqués, il est peu probable que les choses redeviennent comme avant.

Après le sabotage, les déclarations faites par le président américain Joe Biden le 7 février lors d'une conférence de presse ont inévitablement fait le tour du web : "Si la Russie nous envahit, il n'y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin". À l'objection du journaliste : "Comment allez-vous faire exactement, puisque le projet est sous contrôle allemand ?", le locataire de la Maison Blanche a répondu : "Je vous garantis que nous serons en mesure de le faire".

En revanche, l'aversion de Washington, et en particulier des démocrates, pour le gazoduc était connue depuis un certain temps. Le 1er janvier 2021 déjà, le Sénat américain avait voté pour passer outre le veto de Trump à la loi d'autorisation de la défense nationale (NDAA), qui comprenait " de nouvelles dispositions relatives à Nord Stream 2 dans le cadre de la loi de clarification de la sécurité énergétique de l'Europe (PEESCA) ". Ainsi, conformément aux nouvelles sanctions, l'entreprise norvégienne DNV GL a été contrainte de cesser toute activité de vérification pour le réseau du gazoduc Nord Stream 2.

Nord Stream 2, achevé l'année dernière mais jamais mis en service, était censé doubler le volume de l'approvisionnement en gaz russe de l'Allemagne déjà garanti avec son jumeau Nord Stream 1, un projet conçu en 1997 et réalisé - après des années d'études, de négociations et d'obstacles - entre 2011 et 2012. Le 6 septembre 2011, le premier gazoduc est entré en service et le 8 novembre suivant, le gazoduc a été officiellement inauguré en présence de la chancelière allemande de l'époque, Angela Merkel, du président russe de l'époque, Dmitri Medvedev, et du premier ministre français de l'époque, François Fillon : une image révélatrice de la direction, bien différente d'aujourd'hui, prise par les deux pays leaders de l'UE à ce stade.

Si depuis 2014, la guerre civile en Ukraine a progressivement détérioré les relations UE-Russie, l'échec définitif des accords de Minsk et le lancement de l'opération militaire spéciale russe ont bouleversé toute l'architecture diplomatique, et donc énergétique, du Vieux Continent. D'une part, la Russie, se sentant menacée par l'intention de l'Ukraine - annoncée à plusieurs reprises par Zelensky - de rejoindre l'Alliance atlantique, a décidé de porter un coup dur à son voisin dans un double but : garantir l'équilibre des forces sur la mer Noire, vital pour l'accès de Moscou aux mers chaudes, et protéger les communautés russophones du sud-est du pays. De l'autre, une Europe faible s'est confirmée comme un acteur incapable d'exprimer sa propre doctrine stratégique et une vision géopolitique claire, au moins autonome par rapport à celle des Etats-Unis.

Les décisions de l'administration Biden ont placé et placent l'Europe dans une position extrêmement critique, jetant les bases du déclenchement d'une crise économique et sociale sans précédent dont témoigne la flambée de l'inflation, qui avait déjà augmenté avant le début du conflit en raison du déséquilibre entre l'offre et la demande de matières premières et de produits semi-finis résultant de la pandémie. En septembre, l'UE et la zone euro ont enregistré une inflation à deux chiffres, avec des pics de plus de 20 % dans les pays d'Europe centrale et orientale, à commencer par les pays baltes : ce n'est pas un hasard si ce sont les plus exposés face aux sept trains de sanctions approuvés à ce jour par Bruxelles.

Repenser toute une chaîne d'approvisionnement énergétique en quelques mois a et aura des conséquences dévastatrices pour les économies les plus dépendantes des approvisionnements russes, à commencer par l'Italie et l'Allemagne. Les deux pays fondateurs de la Communauté européenne se retrouvent extrêmement vulnérables face à une accélération forcée de la diversification, si soudaine et si précipitée qu'elle risque de compromettre même la transition énergétique promue il y a tout juste trois ans par le Green New Deal européen et guidée, du moins en partie, par le PNRR approuvé l'année dernière.

En fait, la nécessité d'identifier immédiatement des sources alternatives au gaz russe a contraint plusieurs pays européens à mettre en service des centrales électriques au charbon et des centrales nucléaires qui avaient déjà été mises hors service ou étaient de toute façon destinées à être fermées. La recherche effrénée de gaz naturel liquéfié (GNL), nettement plus cher que le gaz naturel, a contraint le Vieux Continent à accroître la demande à l'étranger, en s'appuyant sur une série d'acteurs non européens pour lesquels aucun plafond de prix ne peut tenir : la Norvège, le Qatar, le Japon, le Canada et surtout les États-Unis.

shutterstock_1154610286.jpg

Les données officielles de l'EIA, l'agence statistique et analytique du ministère américain de l'Énergie, montrent comment Washington est devenu le premier fournisseur mondial de GNL au premier semestre 2022, en hausse de 12 % par rapport au second semestre 2021, pour atteindre une moyenne d'environ 317 millions de mètres cubes par jour. Dans le détail des quatre premiers mois de cette année, les États-Unis ont exporté 74 % de leur droit de GNL vers l'Europe : une part impressionnante si on la compare à la valeur moyenne pour 2021 (34 %).

Bref, des affaires en or pour les exportateurs américains, d'autant plus dans une conjoncture mondiale de forte hausse des prix, donc favorable aux producteurs et défavorable aux acheteurs.

Avant le déclenchement de la guerre russo-ukrainienne, l'ensemble de l'UE recevait de la Russie pas moins de 120 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an. Sur ce total, un quart, soit 30 milliards, est arrivé en Italie. Il est évident que cette augmentation soudaine des exportations fait également augmenter le prix du gaz aux États-Unis, qui a déjà quadruplé pour le consommateur américain en septembre dernier.

Si l'administration Biden, comme c'est désormais une certitude, subit les contrecoups de cette inflation "légère", les grands producteurs ne resteront certainement pas les bras croisés et n'auront pas trop de scrupules. Ce sont eux, en effet, comme cela arrive souvent aux États-Unis, qui influencent fortement l'orientation de la Maison Blanche, tant en politique intérieure qu'en politique étrangère.

Il en va de même pour le secteur de l'armement militaire. La décision de la Russie d'envahir l'Ukraine a suffi à faire bondir pratiquement tous les gouvernements des pays européens. La Finlande et la Suède ont demandé à adhérer à l'OTAN, profitant d'une procédure accélérée spécialement conçue pour l'occasion, tandis que la plupart des gouvernements des États membres actuels ont proposé ou approuvé des augmentations importantes des dépenses militaires. Il suffit de rappeler que sur les derniers 40 milliards de dollars alloués par l'administration Biden pour soutenir Kiev, près de 9 milliards devront être dépensés pour reconstituer le "stock" d'armes donné aux Ukrainiens. Surtout, les deux géants, Northrop Grumman et Lockheed Martin, ont déjà enchaîné gains sur gains en bourse, mais d'autres entreprises moins connues du grand public comme Raytheon et General Dynamics se frottent également les mains face à la prolongation de la guerre en Ukraine et au réarmement généralisé au niveau mondial.

mercredi, 26 octobre 2022

Ingérence américaine dans le Haut-Karabagh?

armenie_haut-karabakh_carte.jpg

Ingérence américaine dans le Haut-Karabagh?

Alexander Markovics

Plus de 100 morts, des vidéos de femmes arméniennes mutilées et des prisonniers de guerre arméniens liquidés: depuis septembre de cette année, le conflit du Haut-Karabagh a repris. Le conflit, qui couve depuis 1991, porte sur l'enclave arménienne au milieu de l'Azerbaïdjan. En 1993, l'Arménie est parvenu à s'approprier le territoire, mais Erevan n'a pas réussi à sécuriser ses conquêtes par des accords diplomatiques, comme le lui avait conseillé la Russie. C'est ainsi que la situation de l'État chrétien du Caucase a radicalement changé depuis 2020: avec des armes turques et israéliennes, notamment des drones, Bakou a réussi à reconquérir de grandes parties de la région enclavée.

Seule une force de maintien de la paix russe a pu éviter le pire. En Arménie même, Nikol Pashinyan, arrivé au pouvoir en 2018 à la suite de la révolution de la soie parrainée par l'Occident, a été accusé d'incompétence dans la conduite de la guerre et de trahison. Mais Pashinyan a réussi à étouffer les protestations et s'est fait réélire Premier ministre en 2021 lors d'élections qu'il a truquées. La situation géopolitique de l'État du Caucase a également changé : auparavant proche allié de la Russie et de l'Iran, Pashinyan a commencé à nommer des membres d'ONG occidentales à des postes gouvernementaux et à signer un accord avec l'UE. Sous son égide, l'Arménie a envoyé des troupes au Kosovo et en Afghanistan pour soutenir le "Partenariat pour la paix" de l'OTAN.

En 2022, l'avancée de l'Azerbaïdjan au Karabagh a de nouveau donné lieu à des manifestations, mais Pachinyan continue de s'accrocher au pouvoir. Tout cela n'est pas le fruit du hasard : comme l'indique le document stratégique "Extending Russia" (Etendre la Russie) du groupe de réflexion mondialiste RAND Corporation, il s'agit de surexploiter les forces de Moscou en l'engageant sur le plus de fronts possible.

Pour ce faire, il est nécessaire de lier les forces russes par des conflits dans le sud de la Russie, en Ossétie du Sud et en Abkhazie, ainsi que dans le Caucase, afin de l'amener à une défaite sur d'autres fronts. Dans ce contexte, la base militaire russe près d'Erevan est une épine dans le pied de Washington, car elle cimente le pouvoir de Moscou dans le Caucase. Le conflit a plusieurs objectifs : Il s'agit de pousser l'Arménie à se retirer de l'OTSC, l'alliance russo-centrée, et de l'éloigner de l'Organisation de Shanghai, qui devient une alternative aux institutions occidentales. Pendant ce temps, une mission de l'OTSC est partie au Karabagh pour analyser la situation.

C'est pourquoi, pour la première fois depuis 1991, Nancy Pelosi, présidente de la Chambre américaine des représentants, s'est rendue en Arménie pour condamner l'agression de l'Azerbaïdjan. Dans le même temps, Soros fait campagne, via des sites qu'il finance comme "eurasia.net", pour que l'Arménie se détache de la Russie et rejoigne l'OTAN, et l'UE s'est soudainement impliquée en tant que "médiateur". Dans cette agitation, Yerevan peut être sûr d'une chose : L'Occident ne se préoccupe pas du bien-être des Arméniens, mais de porter le drapeau arc-en-ciel plus loin encore à l'Est.

samedi, 22 octobre 2022

Les Etats-Unis réinitialisent l'Amérique latine

istockphoto-623702486-612x612.jpg

Les Etats-Unis réinitialisent l'Amérique latine

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/ssha-perezagruzhayut-latinskuyu-ameriku

Le secrétaire d'État Anthony Blinken a effectué une tournée dans trois pays d'Amérique latine. Sa visite témoigne des tentatives de la Maison Blanche d'établir une influence plus douce mais à plus long terme sur les pays de la région.

Le site Web du département d'État a publié l'annonce suivante concernant ce voyage : "Le secrétaire Blinken rencontrera le président Gustavo Petro, la vice-présidente Francia Marquez et le ministre des affaires étrangères Álvaro Leyva en Colombie les 3 et 4 octobre, lundi et mardi. Le secrétaire d'État se concentrera sur nos trois principales priorités communes : soutenir des institutions démocratiques solides, mettre l'accent sur le respect des droits de l'homme dans toute la région et réaffirmer l'approche régionale et holistique de l'hémisphère pour lutter contre la migration irrégulière. Le secrétaire Blinken discutera également des efforts déployés pour faire face à la crise climatique et au trafic de drogue qui touchent la région... Le secrétaire Blinken rencontrera le président Gabriel Borich et la ministre des Affaires étrangères Antonia Urrejol à Santiago, au Chili, le 5 octobre. Il réitérera le soutien des États-Unis à la gouvernance démocratique, aux opportunités bilatérales de commerce et d'investissement, à nos efforts conjoints pour lutter contre le changement climatique, ainsi qu'à la sécurité régionale et à la gestion des migrations.

ylai.jpg

Le secrétaire d'État visitera également le Centre national d'électricité du Chili, où des entreprises américaines contribuent à faire avancer nos objectifs communs d'énergie renouvelable et de zéro émission d'ici 2050. Il rencontrera également des anciens élèves de l'initiative Young Leaders of America, parrainée par les États-Unis, pour discuter de la manière dont leurs innovations contribuent à la croissance économique et à un changement positif dans leurs communautés.

Le 6 octobre, le secrétaire Blinken se rendra à Lima, au Pérou, pour diriger la délégation américaine à l'Assemblée générale de l'Organisation des États américains, où il soulignera l'engagement des États-Unis envers l'OEA et le thème de cette année, Ensemble contre l'inégalité et la discrimination.

Le secrétaire s'engagera également avec les partenaires régionaux sur des questions d'intérêt commun. À l'Assemblée générale, il réaffirmera le rôle important de l'OEA dans la promotion de la démocratie, des droits de l'homme, du développement durable et de la coopération en matière de sécurité dans tout l'hémisphère occidental. Le secrétaire Blinken discutera également des efforts déployés pour mettre en œuvre les engagements pris lors du neuvième Sommet des Amériques.

Il rencontrera le président péruvien Pedro Castillo et le ministre des Affaires étrangères César Landa pour discuter de l'amélioration de la sécurité régionale, du renforcement de la gouvernance démocratique, de la protection de l'environnement et de la promotion d'une croissance économique inclusive.

En marge de l'Assemblée générale de l'OEA, le Secrétaire participera à la réunion ministérielle sur la migration à Lima."

OB-CU695_oj_azn_DV_20081211194350.jpg

S'agissant des intérêts généraux des États-Unis dans la région, il est clair que Washington tient à rétablir son influence en Amérique latine. Faire à nouveau de ce pays son "arrière-cour" afin de contrôler les processus politiques, d'engager des votes à l'ONU à ses propres fins, d'avoir accès aux ressources naturelles et humaines, et d'empêcher les pays latino-américains d'accroître leur coopération avec la Russie et la Chine.

Ce dernier point est l'un des impératifs de la politique étrangère américaine. Ils ne peuvent pas l'affirmer directement (ni faire respecter toutes leurs exigences), ils pénètrent donc dans les pays d'Amérique latine sous de larges prétextes et des projets susceptibles d'intéresser les gouvernements nationaux. Par exemple, la récente initiative "Build Back Better" lancée par la Maison Blanche, qui tente de concurrencer la "Belt and Road" de la Chine, où les investissements de Pékin sont clairement plus intéressants que les prêts américains.

La Colombie, le Chili et le Pérou sont indicatifs dans le sens où dans ces trois pays, les partis de gauche ont remporté les dernières élections. Mais il ne s'agit pas d'organisations marxistes ou maoïstes classiques (dont certaines, soit dit en passant, luttent encore dans la clandestinité dans un certain nombre de pays). Il s'agit d'un nouveau type de partis de gauche, qui s'inscrivent parfaitement dans l'agenda mondialiste. Ils ont des idées sur les droits des minorités sexuelles, la légalisation du mariage homosexuel au même titre que les drogues, et parlent du changement climatique, ce qui plaît à la fois aux Verts européens et au Parti démocrate américain.

Et ces trois pays peuvent difficilement être qualifiés de stables. En Colombie, bien que le groupe de gauche ELN et le gouvernement aient convenu d'un cessez-le-feu, il est encore trop tôt pour parler du lancement d'un processus de paix. Au Chili, les tentatives de Boric de réformer la constitution se sont soldées par un échec. Et cela a conduit à de nouvelles protestations. En outre, il existe des tendances séparatistes croissantes au sein de la population amérindienne.

Le président du Pérou, Pedro Castillo, a été accusé de corruption. Au cours de son court règne (depuis juillet 2021), quatre chefs de gouvernement ont déjà été remplacés. Incidemment, son conseiller économique est l'ancien fonctionnaire de la Banque mondiale Pedro Franke. L'empreinte mondialiste est donc là, et très clairement.

Quelle a été la première chose dont la Colombie a discuté ? Ils ont d'abord parlé du partage de renseignements et d'autres mesures mutuelles visant à lutter contre les trafiquants de drogue. Bien qu'aucun nouvel accord n'ait été officiellement signé entre les autorités américaines et colombiennes. L'administration Biden est probablement encore en train de tester la volonté de la nouvelle direction colombienne pour une telle coopération. Étant donné qu'il existe déjà des bases militaires américaines dans le pays et qu'une coopération est en cours pour lutter contre le trafic de drogue, la Maison Blanche aimerait utiliser ce canal pour accroître son influence. Bien que Gustavo Petro lui-même ait qualifié d'échec la guerre contre la drogue, qui a été menée par les États-Unis pendant toutes ces années, il a appelé à une nouvelle approche internationale.

im-599352.jpg

Mais lorsque le président Petro (photo) lui a demandé pourquoi les États-Unis ne retiraient pas Cuba de la liste des États qui parrainent le terrorisme, le secrétaire d'État américain Anthony Blinken a répondu de manière plutôt vague : "En ce qui concerne Cuba et son inscription sur la liste des États qui parrainent le terrorisme, nous avons des lois claires, des critères clairs, des exigences claires, et nous continuerons à les revoir si nécessaire pour nous assurer que Cuba continue à répondre à cette définition." La question risque de rester uniquement entre les mains de Washington, bien que la Colombie elle-même possède des organisations paramilitaires assez importantes qui utilisent la violence contre les structures de sécurité de l'État. Et le trafic de drogue vers les États-Unis reste assez puissant. Mais la Colombie ne figure pas sur cette liste, car elle continue d'être une marionnette obéissante des États-Unis depuis de nombreuses années. Petro est quelque peu sceptique quant à la poursuite d'une telle "coopération". Au moins avant de gagner les élections, il critiquait ouvertement la politique étrangère américaine. Mais ayant fait partie de l'establishment, il fait maintenant des déclarations plus politiquement correctes.

Petro lui-même a déclaré que ce serait une bonne idée de redéfinir la nature de l'assistance militaire américaine. Et il a donné l'exemple d'une force de police pour éteindre les incendies en Amazonie. Il est douteux que les États-Unis redirigent des ressources vers cette activité. Ils ne font que parler de la protection de l'environnement. En réalité, ils ont besoin d'outils de contrôle efficaces. S'il n'y a pas de militaires fidèles aux États-Unis en Colombie, il sera difficile de faire chanter les chefs de gouvernement pour qu'ils suivent la ligne de conduite de Washington.

Au Chili, Blinken semble avoir atteint ses objectifs : Borich donne jusqu'à présent satisfaction aux États-Unis. Le Pérou aussi. Washington n'a manifestement pas l'intention d'exercer une forte pression sur eux, afin de ne pas provoquer une nouvelle montée de la yankeephobie. Le ministre péruvien des affaires étrangères, Cesar Landa, a déclaré lors d'une conférence de presse conjointe avec le secrétaire d'État américain que leur pays cherche des alternatives aux engrais et aux céréales russes. "Nous avons discuté avec Blinken de la possibilité d'une coopération plus étroite dans la fourniture d'urée, qui est nécessaire en grandes quantités pour les vastes terres agricoles du Pérou, principalement pour les petites exploitations familiales", a déclaré M. Landa.

Il semble peu probable qu'il y ait d'autres options pour fournir ces produits dans un avenir proche.

Mais si on l'examine d'un point de vue stratégique, il révèle les tentatives des États-Unis de sécuriser certains secteurs de l'économie pour que les entreprises américaines puissent y entrer ou faire venir un tiers comme sous-traitant.

Les perturbations actuelles de l'ordre mondial sont étroitement liées à la concurrence technologique. Les États-Unis tentent de forger des alliances, comme celle récemment conclue avec Taïwan et la Corée du Sud dans le domaine de la microélectronique, mais les questions de l'énergie, des engrais et de l'accès aux minéraux (le Chili possède les plus grands gisements de minerai de cuivre et le Pérou a une industrie minière développée) ne peuvent être écartées. Et compte tenu de la relative proximité géographique et des liens historiques, il serait plus facile pour Washington de fermer de tels liens et projets.

Un événement important a été la réunion de l'Organisation des États américains (OEA) à Lima, au Pérou. Les États-Unis ont présenté leur prochaine résolution contre la Russie. Avec 24 voix pour et seulement 9 contre, le document a été formellement adopté - une autre résolution condamnant "l'invasion illégale, injustifiée et non provoquée de l'Ukraine" par la Russie. Mais il est révélateur que les plus grands acteurs de la région s'y soient opposés - l'Argentine, le Brésil et le Mexique, ainsi que les partenaires de la Russie que sont le Nicaragua, le Salvador, la Bolivie et le Honduras. Plus la République Dominicaine, Saint Vincent et les Grenades. Le Venezuela et Cuba n'ont pas voté car leur adhésion à l'OEA est formellement suspendue.

Nous ajoutons deux autres nouvelles qui sont importantes dans ce contexte.

On sait que l'administration Biden pourrait assouplir les sanctions contre Caracas en échange de la reprise par Chevron de ses activités dans les champs pétrolifères vénézuéliens. Les États-Unis veulent reprendre l'accès au pétrole, du moins à court terme. Les États-Unis ont précédemment libéré des neveux condamnés du président Maduro dans le cadre d'un "geste de bonne volonté" et le Venezuela a répondu en libérant sept citoyens américains de prison. "Le Wall Street Journal rapporte que le gouvernement de Maduro a accepté de reprendre les pourparlers avec l'opposition sur les conditions d'élections "libres et équitables" en 2024. Un accord supplémentaire visant à débloquer des centaines de millions de dollars sur des comptes vénézuéliens gelés aux États-Unis est également en cours de discussion.

pd-lula-bolsonaro-empate-2022.jpg

Et, bien sûr, les dernières élections au Brésil. En tant que première économie d'Amérique latine, ce pays ne peut que présenter un intérêt pour les États-Unis. Jusqu'à présent, tous les sondages et les données officielles de la campagne montrent que Lula da Silva a de réelles chances de remporter le second tour des élections présidentielles. Lula est ouvertement soutenu à la fois par le parti démocrate américain et par George Soros. Et son adversaire Bolsonaro est soutenu par Donald Trump. Bolsonaro n'a d'ailleurs pas hésité à rendre visite à la Russie et, lors d'un récent vote au Conseil de sécurité de l'ONU, le Brésil n'a pas soutenu une résolution américaine sur les référendums dans quatre régions ukrainiennes déjà anciennes. Alors que Lula a condamné l'opération spéciale de la Russie.

Bien que nous ayons une relation pragmatique, il y a toujours le risque que les États-Unis fassent plus activement pression pour des actions anti-russes au Brésil à l'avenir, ainsi que dans la région d'Amérique latine dans son ensemble. Et ils le feront. Un contrepoids à ces tentatives est absolument nécessaire. C'est-à-dire l'expansion de tous les canaux possibles d'interaction avec les pays d'Amérique latine. Proposer des offres lucratives, des investissements mutuels et des échanges de marchandises.

Notes:

I https://www.state.gov/briefing-on-secretary-blinkens-upcoming-travel-to-colombia-chile-and-peru/

II https://www.reuters.com/world/americas/colombia-us-discuss-more-drug-interdiction-sea-enhanced-intel-sharing-blinken-2022-10-03/ I

III https://ria.ru/20221007/oag-1822118892.html

IV https://www.wsj.com/articles/u-s-plans-to-ease-venezuela-...

La France en Libye: non seulement du pétrole mais aussi de l'uranium. Les raisons d'une guerre

mirage-rafale-rafaut-pme.jpg

La France en Libye: non seulement du pétrole mais aussi de l'uranium. Les raisons d'une guerre

Marco Valle

Source: https://it.insideover.com/economia/la-francia-in-libia-non-solo-petrolio-ma-anche-uranio-le-ragioni-di-una-guerra.html

En mars 2011, la France, avec le soutien des États-Unis et de la Grande-Bretagne, a commencé sa campagne militaire contre la Libye de Kadhafi. Une guerre à grande échelle à laquelle l'Italie de Silvio Berlusconi, jusqu'alors partenaire du rais libyen, a été contrainte (sous la pression du président Napolitano) de participer. Les résultats sont bien connus. Comme le rappelle Giampiero Cannella dans son excellent livre L'Italia non gioca a Risiko : "Enivrés par la propagande de la "révolte démocratique" contre le tyran, nous avons largué des tonnes de bombes sur un pays qui était un allié jusqu'à quelques mois auparavant, qui avait accordé à l'Italie une grande marge de manœuvre dans la recherche et l'exploitation des ressources énergétiques, et qui collaborait avec l'Italie dans la gestion des flux migratoires".

Cannella_COVER-600x887.jpg

Le grand réalisateur de ce terrible gâchis toujours non résolu était le président français de l'époque, Nicolas Sarkozy.  C'est lui, plus que quiconque, qui a voulu démolir le régime de Tripoli et c'est lui qui a donné le feu vert - par l'intermédiaire de ses agents sur le terrain - à l'assassinat de Kadhafi le 20 octobre 2011 à Syrte. Au fil du temps, les raisons de cet acharnement féroce sont, du moins en partie, devenues plus claires. Malgré la rhétorique humanitaire qui a ébloui les médias européens, les transalpins redoutaient l'hypothèse d'une monnaie panafricaine financée par les réserves d'or libyennes qui supplanterait le franc CFA dans leur zone d'influence, la fameuse "France-Afrique", et toléraient encore moins la présence massive et fructueuse d'ENI et du système italien dans le pays. En outre, comme l'ont montré les enquêtes de la justice parisienne, le peu scrupuleux Sarkozy avait collecté des sommes considérables auprès de Tripoli (jusqu'à 50 millions d'euros selon les hypothèses) pour la campagne présidentielle de 2007. Un financement embarrassant que le mari de Carla Bruni a toujours nié sans convaincre les juges qui enquêtent depuis des années sur le "pacte de corruption" entre le clan Sarkozy et le clan Kadhafi.

Mais il y a plus. Derrière cette guerre folle et le chaos interminable qui règne en Libye (11 ans de violence et d'affrontements...), d'autres chapitres restent à ouvrir et à comprendre. La France est privée d'uranium, le minerai stratégique qui garantit depuis 1974 le fonctionnement des 56 réacteurs alimentant 19 centrales nucléaires qui fournissent environ soixante-dix pour cent de l'électricité du pays, et la Libye, en plus du pétrole, cache dans son désert du sud d'importants gisements d'uranium encore vierges.

À y regarder de plus près, il n'y a rien de nouveau. Déjà en 1973, Kadhafi, revendiquant les anciennes frontières coloniales, est entré au Tchad et a occupé la bande d'Aozou, un terrain aride et dépeuplé mais riche en uranium. Un succès éphémère. En 1987, les forces tchadiennes, avec la contribution de la Légion étrangère française, ont mis en déroute les troupes libyennes et repris le contrôle du territoire qu'en 1994 la Cour internationale de justice a définitivement attribué au pays d'Afrique centrale.

Aozou_Strip.png

Mais, et c'est là le point central, juste au nord de la bande contestée, donc sous pleine souveraineté libyenne, les scientifiques ont découvert d'autres riches gisements du précieux métal radioactif. Un trésor inattendu, mais le rais n'a pas eu le temps de l'exploiter. Comme le confirme le funeste site web "NTI" de 2011 de l'organisation internationale "Nuclear Threat Initiative", qui fait autorité dans le domaine des études géopolitiques et de la sécurité mondiale et dont le conseil d'administration est composé d'experts internationaux. "À l'heure actuelle, il n'existe aucune preuve de l'existence d'installations d'extraction, de traitement et de conversion de l'uranium, d'usines de traitement du combustible ou de sites de retraitement en Libye. Si la Libye devait entreprendre l'extraction d'uranium à l'avenir, cela concernerait probablement les bassins de Mourzouk, Sarir Tibisti et Koufra".

C'est une trop belle opportunité pour la vorace industrie nucléaire française, qui est depuis longtemps en difficulté avec les fournisseurs africains traditionnels (le Niger in primis) qui en ont maintenant assez des conditions exorbitantes et inégales fixées il y a des décennies par Paris. D'où les doubles ou triples jeux français entre les différentes factions libyennes, les lourds investissements économiques, la reprise - comme l'indique le rapport du Centre supérieur de défense et d'études stratégiques "Influence géopolitique de la Libye dans le bassin méditerranéen" - d'une exploration minière très cossue mais efficace dans le sud du pays. Entre Mourzouk et Koufra. L'héritage radioactif de Sarkozy que Macron a récupéré et qu'il veut maintenant, à la lumière de la crise énergétique, optimiser au plus vite.