Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 19 août 2022

Tous sous le parapluie de l'OTAN, exposés au déluge universel

360_F_520677664_4VUCPM1ahePPgxm1DgayYZnd9dn9ngUR.jpg

Tous sous le parapluie de l'OTAN, exposés au déluge universel

par Marcello Veneziani

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/tutti-sotto-l-ombrello-della-nato

La lutte électorale en Italie s'annonce comme une course pour savoir qui est le plus aligné sur l'OTAN et qui est le plus tourné vers l'Atlantique, à genoux comme vers la Mecque : droite et gauche, centre gauche et centre droit se disputent l'uniforme et la livrée de ses soldats ou de ses grooms, sans la moindre dissidence, distinction ou retenue. Et pourtant, si nous devions juger à la lumière de nos intérêts géopolitiques et stratégiques réels, les expériences historiques de ces dernières années, les effets de certaines positions récentes de l'OTAN, les profils très modestes des dirigeants occidentaux, les cultures qui inspirent le soi-disant modèle euro-atlantique, et enfin l'opinion publique italienne et européenne elle-même, qui est tout sauf favorable à cet enracinement, il y aurait énormément de place pour remettre en question l'aplatissement militaire et militant devant les ukases de l'OTAN, sans si et sans mais, dont font montre la politique et les pouvoirs qui l'animent. On ne peut pas non plus accorder le moindre crédit à la ligne grilliste de Conte, qui, en tant que premier ministre, s'est couché comme un paillasson devant les puissances euro-atlantiques et qui cherche maintenant à embobiner les récalcitrants.

Commençons par l'argument le plus fort en faveur de la ligne pro-OTAN : les menaces chinoise et russe et le danger islamique ne nous permettent pas de "baisser la garde" (une expression obsessionnelle, héritée de la pandémie, qui nous réduit à des chiens de garde ou à des gardes permanents par des agents médicaux et de sécurité). Je ne sais pas dans quelle mesure le parapluie de l'OTAN nous protège de ces menaces et dans quelle mesure il nous y expose. Si le parapluie de l'OTAN nous a protégés des dangers et des guerres, dans combien de dangers et combien de guerres nous a-t-il entraînés ces dernières années ? Les tensions avec le monde islamique, l'infiltration dans les soulèvements des pays arabes, l'éternelle crise palestinienne, l'implication dans de malheureuses aventures guerrières, même près de nous, de la Serbie et du Kosovo à la Libye, maintenant les tensions avec la Russie, la Chine et la moitié du monde asiatique... Combien de haine envers l'Occident et envers nous avons-nous accumulé avec l'interventionnisme militaire de l'OTAN, en suivant servilement les politiques musclées et hégémoniques des États-Unis ?

FSk6DNrWUAElgJp.jpg

Depuis longtemps, nous subissons les effets dramatiques des interventions militaires de l'OTAN dans le monde : en termes de flux migratoires incontrôlés et d'islamisation croissante et de haine anti-occidentale, mais aussi en termes de crises économiques et sociales et d'approvisionnement en énergie, d'entreprises militaires coûteuses et de détournement de ressources pour faire face aux effets des politiques interventionnistes dans tant de régions du monde. De plus, cette ligne ne sert même pas à étendre l'influence de notre civilisation et de ses traditions: au contraire, partout où l'on arrive avec la force des armes, des réactions opposées se déclenchent, des traditions, des coutumes, des attitudes et des religions antithétiques à l'Occident sont redécouvertes dans une fonction antagoniste. Avec l'OTAN, la civilisation occidentale n'est pas protégée, mais les biens, la technologie et la liberté sont exportés sous une forme ou une autre de nihilisme. Et autant nous sommes aplatis par l'OTAN, autant nous avons honte de nos racines occidentales. Pas la Kultur mais la Zivilisation, comme l'ont dit Thomas Mann et plus tard Oswald Spengler ; c'est-à-dire l'expansion de notre mode de vie et de nos moyens économiques et technologiques, mais sans une culture nourrie par un fondement civil, moral et religieux.

main-qimg-4d8699cd17175f337afc0d7afb5ba28c-lq.jpg

L'OTAN a pu avoir du sens lorsqu'il y avait une bipolarité mondiale entre deux superpuissances, les États-Unis et l'URSS ; et elle avait un sens lorsque la mondialisation coïncidait avec l'occidentalisation du monde. Mais depuis quelque temps, ce scénario a changé. Les superpuissances mondiales ont été contournées et entourées par d'autres puissances hégémoniques comme la Chine et des superpuissances technologiques et démographiques comme l'Inde, par de grands pays non alignés comme l'Iran, le Brésil, l'Afrique du Sud, et par des poudrières ingouvernables comme l'Afrique, l'Amérique du Sud et l'Asie du Sud-Est. Sans un Roi du Monde, une Puissance Universelle, aucun Empire du Bien et aucune alliance militaire ne peut s'ériger en gardien, arbitre et dépositaire du monde, sauf au prix de conflits douloureux, coalisant le ressentiment de tous contre l'Occident. Cela est confirmé par les effets de la position de l'OTAN et des États-Unis en Ukraine.

Dans ce contexte, il serait beaucoup plus profitable pour l'Europe de se désengager de cette logique de l'Occident contre le reste du monde, et d'esquisser sa propre politique étrangère autonome de confrontation avec le monde au-delà de l'Occident, qui comprend également l'endiguement des visées hégémoniques ou expansionnistes des autres et aussi un "protectionnisme" intelligent de notre économie par rapport aux invasions inconsidérées des biens et des technologies des autres. Trump avait deviné la même chose lorsqu'il a essayé de désengager les États-Unis de leur rôle de gendarme du monde, il n'a pas initié de guerres et de bombardements, il a même traité avec des dictateurs individuels et des puissances mondiales avec un visage dur, mais sans s'arroger le rôle d'empereur du monde. Lui, qui était si enthousiaste, avait les pieds sur terre à cet égard, bien plus que son prédécesseur et que son calamiteux successeur. Les mobilisations armées servent non seulement à exercer un impérialisme moral sur le monde, mais aussi à polariser le consensus en faveur des présidents en exercice, et à disposer des besoins de l'industrie de guerre.

L'autre folie de l'Occident dirigé par l'OTAN est de s'aventurer dans ce genre de guerre semi-froide avec l'Asie russo-chinoise sans leadership ferme, clairvoyant et unifié. La précaire administration Biden est incapable de tenir le fort de l'Occident ; l'Europe n'est plus celle de Kohl et de Mitterrand, mais pas non plus celle de Merkel ; l'Angleterre, depuis qu'elle a perdu Boris Johnson, est sans leadership. Si vous appelez l'Occident, qui répond? Seulement les dirigeants de l'OTAN ?

En bref, si c'est le parapluie qui doit nous protéger, nous sommes exposés au déluge universel. Mais dans la campagne électorale italienne actuelle, tout le monde joue des fanfares pour l'OTAN et jure fidélité éternelle à la Mecque de l'Atlantique...

jeudi, 18 août 2022

Nouvelle géopolitique, créer le G10 + 2

360_F_427401965_RqWuDa0w4HvlqPXGNQB2UZddZoXvUmEm.jpg

Nouvelle géopolitique, créer le G10 + 2

Rodolfo Sanchez Mena

Source: https://www.geopolitika.ru/es/article/nueva-geopolitica-crear-g102

Nous allons analyser d'un point de vue géopolitique la création du G10 qui regrouperait le Mexique, le Brésil, l'Indonésie, la Turquie, l'Inde et l'Iran, l'Argentine, le Venezuela, l'Afrique du Sud, le Nigeria + la Chine-Russie.

Le changement géopolitique que connaît le monde prendrait une nouvelle physionomie avec la création du G10+2 avec les pays non alignés et le Sud global, alliés à la Chine et à la Russie, afin de multiplier le potentiel des puissances intermédiaires et avec cette constellation réaliser un nouveau monde où règneront la paix, la prospérité et le bien-être des peuples du monde.

Le G10+2 rassemble des puissances moyennes d'Amérique latine, d'Asie et d'Afrique. Elle possède la plupart des ressources stratégiques du monde. Pour l'essentiel, les membres du G10+2 ont développé une culture très riche, avec une tradition d'humanisme et de solidarité. Ils disposent d'énergie, de mines, de ressources alimentaires, d'eau, pour les transformer en bien-être et en richesse généralisés afin de libérer les êtres humains de l'esclavage du travail salarié. La création du G-10+2, avec la Chine et la Russie, consoliderait le monde multipolaire, ce serait la fin du monde unipolaire et de sa stratégie de domination néolibérale.

Afin de maintenir la domination hégémonique et la déprédation de ces ressources et fondamentalement pour arrêter la nouvelle géopolitique qui se profile à l'horizon avec la création de ce G10+2, deux sommets ont été organisés, celui du G7 et celui de l'OTAN en Espagne.

752134487-origin.jpg

En termes géopolitiques, le G7 réunit sept pays qui ont déjà perdu leur hégémonie mondiale, avec en tête les États-Unis et leur allié nord-américain, le Canada, et les Européens, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie, l'Allemagne, et le seul pays asiatique, le Japon.

Cinq pays stratégiques, l'Argentine, l'Inde, l'Indonésie, le Sénégal et l'Afrique du Sud, participaient à la deuxième session du G7 en tant qu'invités stratégiques, dans le but de bloquer la création du G10+2. Le président de l'Argentine, Alberto Fernández, était le seul représentant de l'Amérique latine, des Caraïbes et des Antilles. Et le seul gouvernement qui soutient les sanctions contre la Russie. L'Inde, l'Indonésie, le Sénégal et l'Afrique du Sud s'abstiennent d'imposer des sanctions. Le président Fernández, face à la guerre énergétique déclenchée contre la Russie, a proposé à l'Europe les ressources stratégiques que possède son pays comme alternative d'approvisionnement et de baisse des prix: "Nous avons les deuxièmes réserves de gaz de schiste et les quatrièmes réserves de pétrole de schiste du monde".

L'importance de la présence du président indonésien Joko Widodo, un rôle clé pour le G7, puisqu'il assure la présidence tournante du G20, le groupe qui réunit les grandes puissances et les puissances émergentes, dont fait toujours partie la Russie.

Il est important de noter que l'Inde et l'Afrique du Sud font toutes deux partie des BRICS. L'Argentine et l'Iran ont demandé à rejoindre les BRICS, ce qui consolidera et élargira la participation de l'Iran dans la région de l'Amérique latine.

Le président français Macron appelle le Venezuela et l'Iran à réintégrer le marché du pétrole pour contrer les prix et les pénuries de pétrole de Poutine. Le Venezuela et l'Iran sont tous deux des alliés de la Russie et de la Chine. Les Européens reconnaissent Juan Guaydo comme le président du Venezuela nommé par les États-Unis. Le président vénézuélien Maduro s'est rendu en Iran pour renforcer les accords géostratégiques.

Le président iranien Seyed Ebrahim Raisi a reçu le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov. "Raisi a déclaré que le renforcement de la coopération est un moyen efficace de lutter contre les sanctions américaines et l'unilatéralisme économique contre les pays indépendants... Lavrov a également déclaré que la Russie soutient le rôle de l'Iran dans les organismes internationaux et régionaux, y compris l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS)". Point important étant donné l'insistance à vouloir que l'OCS rejoigne les BRICS.

Biden arrive au sommet du G7 à son pire moment, nous dit Bloomberg. Ses partenaires européens craignent une défaite électorale de Biden lors des élections de novembre. "Le chancelier allemand Olaf Scholz... voit en Biden une force motrice pour maintenir la pression sur Moscou et pense que l'unité entre les alliés pourrait s'effilocher une fois de plus si les républicains remportent à nouveau la Maison Blanche en 2024."

Les Français voient des conséquences à court terme de la défaite de Biden "Plusieurs dirigeants du G-7 s'inquiètent du fait qu'une défaite à mi-parcours limitera ce que Biden peut promettre et réaliser dans les mois à venir, selon un haut fonctionnaire du gouvernement français...".

Un débat inconfortable sur le soutien à l'Ukraine émerge rapidement. "Le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui a été l'allié le plus engagé de Biden sur l'Ukraine, a abordé la question dans un article d'opinion... dans le journal italien Corriere della Sera..."

"Sous la surface, des approches différentes de la crise ukrainienne émergent parmi les pays occidentaux : la crainte que les Européens ne poussent à une solution négociée rapidement ?" écrit Johnson. "Il y a un risque de lassitude vis-à-vis de l'Ukraine dans le monde. Et c'est clair."

En réponse à la lassitude exprimée par Johnson, "Biden a nié cette semaine que la fatigue s'installe, mais a reconnu qu'"il va y avoir un peu de jeu d'attente : ce que les Russes peuvent soutenir et ce que l'Europe va être prête à soutenir."

220628-sg-pm.jpeg

Le sommet de l'OTAN en Espagne devrait ouvrir un nouveau front de guerre dans les 10 pays qui composent la région du Sahel : Sénégal, Gambie, Mauritanie, Guinée, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad, Cameroun et Nigeria.

Un conflit prolongé en Ukraine, où même les États-Unis n'ont pas l'intention d'y mettre fin, couplé au scénario de guerre hybride de l'OTAN qui s'élargit au Sahel, avec les groupes fondamentalistes du Jihad islamique, est lié à la théorie spéculative visant à user Poutine et à provoquer sa chute. L'échec des sanctions contre la Russie et leur boomerang sur l'Occident incitent à accélérer le changement géopolitique.

Pour les pays d'Amérique latine, la création d'un G10+2 est le moyen de sortir des conséquences de la guerre en Ukraine, affirme Carlos Fernández-Vega dans sa chronique "Dinero", en analysant le diagnostic de la CEPALC. "Le conflit actuel, souligne la CEPALC, a accentué la tendance à une plus grande régionalisation des échanges et de la production que l'on observe depuis quelques années au niveau mondial. L'Amérique latine et les Caraïbes n'échappent pas à cette tendance, selon laquelle les pays recherchent une plus grande autonomie stratégique dans l'approvisionnement en produits et intrants clés".

C'est à cela que sert la nouvelle géopolitique en Amérique latine, en Asie et en Afrique avec la création du G10+2 ; une nouvelle stratégie en faveur de la paix, du bien-être et de la défense des ressources stratégiques, pour empêcher leur pillage et la promotion d'un nouveau colonialisme pour sauver Biden et le vieux monde du changement géopolitique mondial.

mardi, 16 août 2022

Pachtounistan: histoire et géopolitique

2962273_Pakistani tribesmen hold their weapons as they gather for a traditional Jirga tribal assemb.jpg

Pachtounistan: histoire et géopolitique

Par Katehon

Source: https://nritalia.org/2022/08/10/pashtunistan-storia-e-geopolitica/

Pashtun et Pashtunvalai : Code touranien

Certains nomades indo-européens s'avèrent extrêmement résistants en termes de maintien de leur mode de vie, de leurs traditions et de leur identité. Ainsi, dans le sud de l'Afghanistan moderne, ainsi que dans le nord-ouest du Pakistan, territoire adjacent à cette région, et dans plusieurs régions de l'Inde, un important peuple pachtoune a survécu jusqu'à ce jour, parlant la langue pachtoune de l'Iran oriental. Le nom "Pachtoune" est dérivé de l'iranien parswāna-, qui signifie "héros", et de la même étymologie dans le nom persan -parsū-, "peuple de héros". Un autre nom pour les Pachtounes est "Afghans", qui pourrait remonter à l'ancienne tribu des Khwarezmiens, qui habitaient autrefois la région de l'Hindu Kush. Le terme avagāṇa remonte probablement à l'indo-européen et, en particulier, au nom sanskrit des chevaux - aśvaka, qui donne sémantiquement le nom de "peuple éleveur de chevaux" ou "peuple nomade".

Major_ethnic_groups_of_Pakistan_in_1980_borders_removed.jpg

Avec les peuples iraniens ou indo-aryens de cette région, et en particulier avec les Kharezmiens, appartenant aux "barbares du nord" ou "kshatriyas pervers", les Hindous ont souvent fait la guerre, se défendant des attaques de nomades agressifs. Les Khwarezmiens faisaient probablement partie des tribus scythes et, à en juger par un certain nombre de signes, ils exerçaient des "fonctions royales" auprès d'autres peuples voisins, comme les "Scythes royaux" et les "rois cimmériens". Les tribus khwarezmiennes ont souvent pénétré le territoire du nord de l'Inde et y ont fondé de petits États. Ces migrations ont duré 7 siècles - du 2ème siècle avant J.-C. au 5ème siècle après J.-C. Mais une partie des Khwarezmiens est restée dans les anciens territoires et, comme de nombreux siècles auparavant, a mené un mode de vie nomade. Leurs descendants sont les Pachtounes-Afghans, qui ont conservé intactes les caractéristiques turques classiques - un mode de vie nomade, ainsi qu'un système tribal,

Les Pachtounes ont conservé un code spécial de comportement normatif - le Pashtunvalai, qui énonce les points essentiels d'une éthique contrastée, reflétant sous une forme synthétique et aphoristique les idées de base du dieu diurne et solaire indo-européen. Ainsi, cet ensemble de lois pachtounes, qui perpétue à bien des égards l'ancien mode de vie turc, est fondé sur un patriarcat radical (l'interdiction de toute forme d'héritage par la lignée féminine), les querelles de sang et la responsabilité collective de défendre l'honneur du clan. Les vertus fondamentales du Pashtunvalai reproduisent l'ancien système éthique commun aux ancêtres des Iraniens et des Hindous. L'essentiel y est l'honneur, la véracité et le courage. Un ensemble de valeurs fondamentales indo-européennes.

Tenets-poetic-tropes-of-the-Pashtunwali-code-of-honour-But-where-and-how-can-we-see_Q640.jpg

Les 11 points principaux du Pashtunvalai peuvent être considérés comme une systématisation classique de l'ordre éthique indo-européen originel. Ils nous donnent un aperçu du passé lointain de la Grande Scythie, dont une partie a été préservée par les Pachtounes modernes.

    - Melmastia - hospitalité.

    - Nanawatai - un abri à fournir à quiconque le demande et l'honore de manière sacrée.

    - Nyaw aw Badal - le devoir de vengeance pour rétablir la justice, Lex Talionis.

    - Turah - le courage, la nécessité de défendre le pays, le peuple, la tribu.

    - Sabat - loyauté envers Dieu, le clan, la famille, devoir de renforcer l'identité collective.

    - Khegaṛa / Shegaṛa - la triade classique du zoroastrisme : bonne pensée, bonne parole, bonne action - Humata, Hukhta, Hvarshta.

    - Groh - foi en Dieu, le Père céleste (mauvais en pachtou, ainsi qu'en farsi).

    - Pat, Wyaar aw Meṛaana - la triade du respect, de la fierté, du courage.

    - Naamus - protection des femmes.

    - Nang - soutien aux personnes faibles et défavorisées, justice sociale.

    - Hewaad - le devoir d'aimer et de protéger le pays, le peuple, le clan, la famille. Fait important, le Pashtunvalai n'est pas fondamentalement écrit, mais transmis oralement sur de nombreuses générations.

Historiquement, les Pachtounes ont commencé à se déplacer vers le sud à partir de leur petit foyer ancestral dans le nord de l'Hindu Kush, en même temps que le mouvement des Saka et des Yuezhi dans la même direction à partir du IIe siècle avant J.-C., ce qui les a inclus dans le processus général d'établissement de la troisième entité entre l'Iran et l'Inde par une autre vague de nomades indo-européens venus de Touran, qui deviendrait plus tard l'Empire kushan ou le royaume des Hephthalites. Dans le même temps, les Pachtounes ont continué à mener un mode de vie nomade, vivant de raids et d'incursions rapides, agissant comme une "tribu royale" par rapport aux autres tribus iraniennes et indo-iraniennes. Dans la région du Pakistan moderne appelée Waziristan, et plus précisément dans les monts Suleiman, les Pachtounes ont trouvé un nouveau centre de leur culture, d'où ils se sont installés dans les montagnes et (plus tard à partir du 11e siècle) dans les vallées d'Afghanistan et du Pakistan, propageant leur type culturel à de nombreux groupes ethniques. A partir du 14ème siècle, l'expansion des Pachtounes s'est considérablement accrue et ils ont développé les territoires adjacents à Kaboul, se sont installés dans les vallées de Helmand, Arghandab, etc.

Pakistan-Waziristan-Map.png

Les Pachtounes sont étonnamment différents des Iraniens sédentaires qui parlent le dari et du Tadjik, qui est culturellement proche de la population iranienne. Les Pachtounes, en revanche, ont conservé une identité totalement distincte - à bien des égards purement turque - et cela se reflète également dans le fait qu'ils n'ont pas accepté l'islam avant le 14e siècle, restant fidèles aux anciens systèmes religieux solaires eurasiens, ainsi qu'au zoroastrisme.

Au 14e siècle, l'Afghanistan fait partie de l'empire turco-mongol Timurid (officiellement l'État de Turan) et la capitale de l'empire Timurid est transférée à la Herat afghane. Après que les territoires occidentaux de l'État touranien ont été pris aux Timourides par la Horde d'or, le créateur du nouvel État, l'Empire moghol, Babur a déplacé la capitale à Kaboul, d'où il a lancé une offensive victorieuse contre le nord de l'Inde. Par la suite, les terres de l'Afghanistan ont été subjuguées par l'Iran safavide.

Officiellement, les territoires habités par les Pachtounes étaient sous la domination des Sassanides et des Samanides, mais il était pratiquement impossible de contrôler ces peuples guerriers. Dans leurs guerres, ils utilisaient en partie des tactiques purement scythes : ils se repliaient, attiraient l'ennemi dans leurs territoires (parfois dans des montagnes ou des gorges impénétrables), puis s'abattaient sur eux à l'improviste.

Les tribus pachtounes sont témoins de l'affrontement entre l'Iran safavide et la partie indienne de l'empire touran fondé par Tamerlan, car l'affrontement passe par leurs territoires, dont une partie importante est sous domination iranienne. Au cours de cette période, les premiers États pachtounes ont commencé à apparaître. Il s'agit du khanat Khattak avec une capitale à Peshawar, du khanat Ghilzei avec une capitale à Kandahar, Herat, etc.

En Afghanistan, sous l'influence des pays voisins, l'islam sunnite se répand progressivement, de même qu'un vaste réseau de tarikats soufis. Cette combinaison de sunnisme et de soufisme devenait une caractéristique de la société afghane. Dans le soufisme et ses doctrines mystiques, les traditions spirituelles et religieuses préislamiques en Afghanistan, comme dans tous les autres pays, ont trouvé un refuge et une protection fiable contre l'orthodoxie islamique intolérante et exclusiviste.

inmitrwaisdex.jpg

Afghanistan : le troisième royaume indo-iranien d'Asie

À l'aube du 18e siècle, en 1709, les Pachtounes Ghilzai, menés par leur chef Mir Wais, ont créé le royaume de Kandahar indépendant de l'Iran. Puis, profitant de l'affaiblissement de l'Iran, ils l'envahissent et, atteignant Ispahan, proclament Mir Mahmud, fils du souverain de Kandahar, Mir Wais, Shahanshah en 1722. Les Pachtounes ont officiellement gouverné l'Iran dans l'état de Shahanshah pendant sept ans. Mais le mode de vie communautaire et tribal empêchait la création d'un État centralisé et contredisait les capacités de gestion de l'empire. En conséquence, les Perses rétablissent Shah Tahmasp sur le trône et conquièrent à nouveau l'Afghanistan en 1737, l'incorporant à l'Empire.

Toutefois, après la mort de Nadir Shah, les Pachtounes ont à nouveau déclaré leur indépendance, mais cette fois, la tribu Abdalli est devenue le chef de toutes les tribus, rebaptisée Durrani, ce qui signifie "famille de perles", pour souligner que cette communauté devait désormais remplir les fonctions de "Pachtounes royaux". En 1747, les Pachtounes ont convoqué un conseil général (Loya Jirga) dans leur centre traditionnel - Kandahar, où le chef de tribu Durrani Ahmad Shah Durrani (1723-1773) a été élu roi d'Afghanistan. Le nouvel État a été appelé l'Empire Durrani. Ahmad Shah était un souverain prospère. Sous lui, les Pachtounes ont mené plusieurs campagnes réussies en Inde, en Iran, au Turkestan du Sud, ont conquis le Pendjab, le Cachemire, le Sirhind, le Sind, le Baloutchistan, le Seistan, le Khorasan Balkh en 1748-1757.

En 1758-1761, une guerre éclate entre l'Afghanistan et les Marathas indiens, à l'issue de laquelle Ahmad Shah inflige une défaite écrasante aux Marathas lors de la bataille de Panipat. Ainsi, une fois de plus, entre l'Inde et l'Iran, un État indépendant, assez stable et fort a émergé, dirigé par des nomades indo-européens qui respectaient strictement le code du Touran. Ainsi, la lignée des Yuezhi, qui ont créé le royaume de Kushan, les Kidarites et les Hephthalites, a été poursuivie par les descendants des Khwarezmiens - les guerriers Pachtounes.

Sous le règne du souverain suivant, le fils d'Ahmad Shah, Timur Shah (1773-1793), la capitale a été déplacée à Kaboul. Zeman Shah lui succède (1793-1801).

À sa place, le khanat de Kaboul a été créé, rebaptisé plus tard émirat.

1016329_half.jpg

En 1838, les troupes coloniales britanniques occupent l'Afghanistan et les chefs pachtounes retournent une fois de plus dans les montagnes, revenant à la technique de la guérilla scythique. En 1839, la première guerre anglo-afghane débute, au cours de laquelle les troupes britanniques et indiennes, qui leur sont subordonnées, s'emparent des principaux centres de l'Afghanistan, mais les Pachtounes se cachent à nouveau dans les montagnes et deux ans plus tard, ils déclenchent un soulèvement et massacrent une partie importante de la force d'occupation britannique. Cependant, les Britanniques - non plus par la force directe, mais en soudoyant les chefs des différentes tribus afghanes - parviennent à reprendre partiellement le contrôle.

Au cours de cette période, la dynastie Durrani décline et est remplacée par la nouvelle dynastie Barakzai, elle aussi purement pachtoune. Son fondateur était Dost Muhammad Khan (1793 - 1863), qui a été élu émir.

L'Afghanistan est resté sous contrôle britannique jusqu'en 1878. À cette époque, une autre guerre russo-turque débute, dans laquelle la Russie prend traditionnellement le dessus, ce qui inquiète les Britanniques, car les envoyés russes s'entendent avec les chefs pachtounes et leur "remettent les clés de l'Inde", qui est à l'époque une colonie de l'Angleterre et le principal avant-poste de la présence britannique en Asie du Sud-Est. Dans le contexte du Grand Jeu entre les Empires russe et britannique, l'Afghanistan était une zone clé, dont le contrôle était nécessaire pour les deux parties: pour les Britanniques, il s'agissait d'une garantie de la sécurité de l'Inde et pour les Russes, d'une opportunité de percer la stratégie britannique d'encerclement de la Russie le long du périmètre de la zone côtière pour finalement en sortir, pour atteindre les mers chaudes et les océans, ce qui était la tâche géopolitique la plus importante des stratèges militaires russes.

Cela a conduit à la deuxième guerre anglo-afghane, au cours de laquelle les troupes britanniques sont à nouveau entrées en Afghanistan depuis l'Inde et ont établi un contrôle direct sur le pays, contrecarrant les plans russes. Au cours de cette période, grâce aux efforts britanniques, un certain nombre de territoires habités par les Pachtounes ont été séparés de l'Afghanistan et inclus dans l'Inde (dans le futur Pakistan). Mais dans le même temps, les Pachtounes étendent considérablement leur influence dans le nord, où l'on trouve sous leur domination un nombre important de groupes sédentaires de l'est de l'Iran (principalement des Tadjiks), ainsi que quelques tribus turques (Ouzbeks) et mongoles (Hazaras), qui représentent généralement environ la moitié de la population afghane, alors que dans la phase précédente, les Pachtounes étaient la majorité incontestée. Pourtant, ce sont les militants pachtounes qui continuent à suivre l'ancien code (touranien) du Pashtunvalai qui restent les dirigeants incontestés de ce pays, préservant les proportions des plus anciennes sociétés indo-européennes - le premier dérivé (les Pachtounes eux-mêmes ne passent pratiquement pas à un mode de vie stable, continuant à maintenir un mode de vie nomade, pastoral et militaire, établi dans le foyer ancestral indo-européen en Eurasie).

6aac952b282c49ed81531fbe51ce8812.jpg

En 1919, le souverain afghan Amanullah Khan (1892-1960), qui appartenait à la dynastie des Barakzai, a proclamé l'indépendance de l'Afghanistan, ce qui a conduit à la troisième guerre anglo-afghane, plutôt brève, que les Afghans ont remportée et à la suite de laquelle les Britanniques ont reconnu l'indépendance de l'Afghanistan. Amanullah Khan lui-même a été proclamé émir pour la première fois et, après 1926, roi. Il a fait la première tentative de l'histoire pour moderniser l'Afghanistan, en s'inspirant de l'expérience des Jeunes Turcs, bien que les traditions des Afghans soient si fortes que, parallèlement à la modernisation et à l'occidentalisation, de nombreux aspects de la vie restent totalement dans le cadre de la société traditionnelle.

Tout au long du 20e siècle, il n'y a pas eu de longues périodes de stabilité, même relative, en Afghanistan. C'est en grande partie une conséquence de la tradition pachtoune d'un mode de vie nomade épris de liberté, dans lequel il n'existe pas d'instance de pouvoir centralisée unique et la société est régie non pas tant par des lois que par des codes non écrits (tels que le Pashtunvalai) ou, plus tard, par des règles religieuses islamiques. Ainsi, la structure tribale de la société entrait à chaque fois en conflit à la fois avec le pouvoir royal et les normes modernistes de la démocratie de style européen ou des systèmes occidentaux tels que le communisme. En outre, la structure multiethnique de l'Afghanistan et les luttes fréquentes entre les tribus pachtounes elles-mêmes, qui sont toujours restées la principale entité politique et historique de l'Afghanistan, ont rendu la situation encore plus instable et fragile.

King_Zahir_Shah_of_Afghanistan_in_1963.jpg

Le dernier roi barakzai d'Afghanistan était Zahir Shah (1914-2007), qui a régné de 1933 à 1973.

De la dynastie Durrani au dernier souverain de la dynastie Barakzai, l'Afghanistan était un espace politique totalement indépendant, différent de l'Iran et de l'Inde. Les Pachtounes ont conservé l'identité que les Iraniens et les Hindous avaient perdue depuis longtemps, se transformant en un phénomène ethno-politique très spécial. Ainsi, la civilisation afghane est devenue une autre version de la société indo-européenne, qui est restée au stade du premier dérivé pendant une période extrêmement longue : le noyau a conservé un mode de vie nomade et guerrier, intégrant les tribus agricoles dans un système politique commun (plutôt fragile et instable). Dans le même temps, au Pakistan voisin, où l'influence de l'Inde était beaucoup plus forte, les tribus pachtounes, ainsi qu'un autre peuple indo-iranien nomade, les Baloutches, tout aussi anciens et particuliers, sont restés porteurs de la même identité. Nous pouvons donc ajouter le Pakistan au "troisième royaume indo-iranien d'Asie", où l'influence des tribus iraniennes nomades, conservant intact l'esprit et les traditions des Turcs, a été largement déterminante. La proximité de ces deux États était si évidente que, dans les années 1950, il a été envisagé de les réunir en une fédération commune.

L'Afghanistan moderne : de la monarchie au socialisme et à l'islamisme

En 1973, la monarchie afghane s'effondre et Zahir Shah est renversé par un parent, Mohammed Daoud (1909 - 1978), qui proclame la république et en devient le premier président. Mohammed Daoud, quant à lui, était un partisan du démembrement ethnique du Pakistan et de la réunification des territoires habités par les Pachtounes et les Beloutches avec l'Afghanistan. En réponse, le Pakistan s'est appuyé sur le fondamentalisme islamique, qui est devenu l'idéologie dominante dans ce pays, et a commencé à former des leaders et des groupes de persuasion islamistes radicaux sur son territoire, comme le mouvement Hezb-i-Islam d'un autre Pachtoune, Gulbetdin Hekmatyar, qui a ensuite joué un rôle important dans la guerre politique afghane. Mais si le Pakistan - en particulier, sous le Premier ministre Zulfikar Ali Bhuto (1928 - 1979) - était dirigé par les États-Unis, l'influence soviétique était forte en Afghanistan. Puis Daoud lui-même a rencontré le secrétaire général du Comité central du PCUS Leonid Brejnev, discutant des questions de partenariat stratégique, ainsi que du degré d'influence des forces communistes d'Afghanistan, directement soutenues par l'URSS. C'est ainsi que la situation a évolué lorsque le fondamentalisme islamique a commencé à agir au Pakistan et en Afghanistan en tant qu'instrument de l'influence américaine (l'organisation Al-Qaeda d'Oussama Ben Laden a été créée en Afghanistan sous le patronage direct de la CIA et de géopoliticiens américains comme Zbigniew Brzezinski), et les communistes afghans partageaient le cap pro-soviétique - comme le Pachtoune Taraki (1917 - 1979), originaire du Cachemire indien, mais Pachtoune par sa mère, Babrak Karmal (1929 - 1996), Hafizullah Amin (1929 - 1979).

Avec le soutien du Pakistan, les islamistes ont soulevé un soulèvement contre Daoud, auquel Hematyar a également participé, couvrant les provinces de Badakhshan (au nord), Paktia (au sud), Nangahar (à l'est - à la frontière avec le Pakistan).

Noor-Muhammad-Taraki.jpg

Dans les dernières années de son règne, Daoud a commencé à prendre ses distances avec l'URSS et à chercher des contacts avec l'Occident, ce qui a conduit à son renversement en 1978 par les communistes Taraki (photo), Amin et Karmal. Les communistes ont tué Daoud et sa famille. Taraki est devenu le chef du nouvel Afghanistan. Son règne fut court et extrêmement infructueux. Le prolétariat afghan était totalement absent, la société traditionnelle et la culture islamique n'avaient pas la moindre ressemblance avec les idées communistes et ne pouvaient tout simplement pas être comprises et acceptées par les larges couches d'Afghans. Voyant que Taraki ne s'en sort pas, Amin tue Taraki et prend sa place. Amin poursuit les répressions commencées par Taraki contre les leaders islamiques et d'autres personnes en désaccord avec les communistes. Un régime totalitaire, totalement étranger à l'histoire afghane et à l'ethos même des Pachtounes, émerge rapidement dans le pays.

Les dirigeants de l'URSS, se basant sur les renseignements soviétiques, soupçonnaient qu'Amin avait des contacts avec la CIA et ont décidé de le remplacer par Babrak Karmal et de le détruire. C'est ce qui s'est passé en 1979. Dans le même temps, les troupes soviétiques ont été introduites en Afghanistan pour soutenir Karmal.

Mais contre Karmal, qui répondait pleinement aux exigences de l'URSS, et contre la présence soviétique elle-même, un soulèvement de masse a immédiatement commencé, soutenu par les États-Unis et le Pakistan, s'appuyant sur les cercles religieux qui avaient été utilisés précédemment pour faire pression et éventuellement renverser Daoud. La sanglante guerre d'Afghanistan a alors commencé.

Les Afghans n'ont pratiquement jamais été véritablement conquis par qui que ce soit, et la tentative soviétique d'y construire un État socialiste a donc également échoué, tout comme les tentatives de capturer et de maintenir l'Afghanistan sous la domination britannique. La nature multiethnique de la société et l'esprit des Pachtounes ont créé des obstacles insurmontables pour cela.

indexasm.jpg

Les forces qui s'opposaient à la direction communiste et à la présence soviétique étaient dispersées et souvent en conflit les unes avec les autres. Ils étaient généralement appelés "moudjahidines", c'est-à-dire "guerriers-martyrs" selon l'interprétation islamique. Outre Hekmatyar, le Tadjik Ahmad Shah Massoud (1953-2001) (photo) et un autre Tadjik Barhanuddin Rabbani (1940-2011) ont acquis une grande influence dans le nord de l'Afghanistan, et parmi les Ouzbeks afghans, le général ouzbek Abdul-Rashid Dostum.

En 1986, la nouvelle direction de l'URSS (M. S. Gorbatchev) décide de rappeler Karmal et de le remplacer par le dernier dirigeant communiste de l'Afghanistan, Mohammed Najibullah (1947 - 1996). Najibullah a adouci l'idéologie communiste, reconnu l'islam comme religion d'État et proclamé une voie vers la réconciliation nationale. Les moudjahidines, cependant, refusent de se réconcilier et continuent à se battre. En 1989, Moscou a décidé de retirer toutes les troupes d'Afghanistan. Le gouvernement de Najibullah n'a pas pu tenir longtemps seul et le 27 avril 1992, des détachements de moudjahidines sont entrés dans Kaboul. Le pouvoir est officiellement passé au leader islamique pachtoune de l'opposition, le soufi de l'ordre Naqshbandiyya, Sebgatullah Mujadidi (1925-2016). L'Afghanistan est proclamé République islamique d'Afghanistan. Toutes les lois contraires à la charia sont abolies. Mujadidi gouverne pendant une courte période et transfère le pouvoir à Barhanuddin Rabbani la même année. Cependant, un affrontement militaire commence maintenant entre les chefs moudjahidines (tout à fait dans l'esprit des traditions afghanes), cette fois les détachements des commandants de terrain Ahmad Shah Massoud, Dostum et Rabbani lui-même, ainsi que de nombreuses formations plus petites, s'affrontent.

Ainsi, même libéré de la présence soviétique, l'Afghanistan n'a pas trouvé la paix, la tranquillité ou l'unité, mais comme auparavant une plaie saignante, où les mouvements islamiques moudjahidines, soulevés par le choc des intérêts géopolitiques de l'URSS et des pays du monde occidental, sont entrés dans une confrontation féroce les uns avec les autres, dont les rôles - avec une suspicion pour l'islamisme radical, qui nie verbalement les ethnies et les traditions nationales - étaient distribués presque strictement selon les frontières des différents groupes ethno-sociologiques de la population afghane.

Les Talibans : traditionalisme pachtoune et eschatologie islamique

En 1994, en Afghanistan, complètement déchiré en enclaves séparées, une nouvelle force islamiste radicale est apparue - le mouvement taliban*, dirigé par le mollah pachtoune Mohammad Omar (1959 - 2013), représentant la branche soufie - l'ordre Nakshabandi, extrêmement répandu dans l'islam. Il est important de noter que dans la phase initiale, le mouvement taliban*, tout comme les fondateurs des Frères musulmans égyptiens, considéraient leurs mouvements comme des ordres religieux-militaires soufis. Et le mouvement taliban* à ses origines était effectivement mystico-soufi, et son fondateur et leader était un visionnaire et pratiquait des techniques spéciales de rêves lucides, dans lesquels il prédisait les succès ou les défaites militaires de ses compagnons d'armes. Le mollah Omar vivait extrêmement modestement, préférant rester dans sa simple hutte plutôt qu'à Kaboul, même après sa victoire.

s3.reutersmedia.jpg

Dès 1995, avec l'aide financière des Émirats arabes unis, les Talibans se sont emparés d'une partie importante des territoires du sud de l'Afghanistan, en s'appuyant sur les territoires du Pakistan - principalement le Waziristan, qui est également peuplé de Pachtounes et à peine contrôlé par le gouvernement du Pakistan.

Les anciens dirigeants Rabbani et Hekmatyar se sont enfuis de Kaboul et ont créé des centres de résistance échappant au contrôle du gouvernement central. Rabbani, Massoud et Dostum ont fondé l'"Alliance du Nord", construite presque entièrement selon des lignes ethniques : le nord de l'Afghanistan est traditionnellement habité par des Tadjiks, des Ouzbeks et des Mongols Hazaras sédentarisés, tandis que les terres du sud et du centre sont habitées par des Pachtounes nomades.

Après avoir pris Kaboul, les talibans ont recherché l'ancien chef d'État afghan, Najibullah, qui se cachait dans la mission de l'ONU, et l'ont exécuté publiquement en le pendant sur une place.

Ils ont dirigé l'Afghanistan (plus précisément, une partie de ce pays) de 1996 à 2001, après avoir mis en œuvre une série de réformes radicales dans le pays dans l'esprit de la charia. La télévision était interdite, toutes les publications ne pouvaient représenter que le point de vue islamique. Soulignant l'exclusivité de l'islam, les talibans ont fait sauter d'anciennes statues de Bouddha creusées dans la roche. Fait important, il n'est jamais venu à l'esprit d'aucun de leurs ancêtres musulmans de détruire les monuments d'autres cultures indo-européennes.

Nous sommes ici confrontés au phénomène de la Réforme islamique, le plus représenté dans le wahhabisme et le salafisme. Ce mouvement novateur dans l'Islam rejette catégoriquement les traditions (en particulier les traditions nationales), les systèmes théologiques d'interprétation du 'Coran' et des hadiths, ainsi que toute forme de soufisme et de mysticisme islamique. Le soutien apporté aux islamistes afghans et pakistanais par l'Arabie saoudite, où le wahhabisme est la religion officielle, et par les Émirats arabes unis, s'explique par la volonté de donner précisément au fondamentalisme islamique un caractère réformiste, qui rappelle à bien des égards le protestantisme dans le christianisme occidental. Ici et là, il s'agissait d'un retour aux normes originelles de la religion et de l'abolition des intermédiaires entre l'homme et Dieu, mais dans la pratique, cela a conduit à la modernisation, à l'innovation et à la désacralisation de la foi.

Ainsi, parmi les talibans, on rencontre des figures telles que le wahhabite Oussama ben Laden, le fondateur de l'organisation terroriste Al-Qaida**. Mais tout ce que nous savons des Pachtounes, qui sont devenus le noyau du mouvement taliban*, et l'orientation soufie de son fondateur, le mollah Omar, nous montrent une tradition complètement différente, où la loyauté au code Pashtunvalai et un profond intérêt pour le mysticisme constituent la base idéologique. Ce fait est extrêmement important, car il montre que l'islam afghan (dont d'autres versions - y compris Rabbani ou Massoud le Tadjik - étaient enracinées dans le soufisme), bien que sunnite et radical, cachait quelque chose de complètement différent sous sa ressemblance extérieure avec le salafisme arabe. Dans le cas des Talibans, l'islamisme radical était et reste à bien des égards la façade extérieure de ce profond esprit militant indo-européen, qui constitue l'essence de l'identité pachtoune et l'héritage de Touran. On peut probablement y reconnaître aussi des motifs eschatologiques inhérents à la culture iranienne dans son ensemble, y compris l'islam chiite iranien. Les hadiths eschatologiques mentionnent notamment la "bannière noire du Khorasan", qui sera levée à la fin des temps et à la veille de la bataille décisive entre le Mahdi, chef des musulmans, et l'Antéchrist-Dajjal. Le territoire du Khorasan couvre les terres orientales de l'Iran moderne, ainsi que Merv au Turkménistan et Herat en Afghanistan. Ce "drapeau noir du Khorasan" était la bannière officielle du califat abbasside, que les Abbassides ont fondé avec le soutien de l'Iranien et du chiite Abu Muslim, qui a déclenché la révolte anti-Omayyade depuis le Khorasan.

117c2327-f766-4fea-8c49-318ebc519481_w1200_r1.jpg

Par conséquent, les Talibans* se considéraient comme le début de la révolution islamique planétaire, coïncidant avec la "bataille finale avec le Dajjal-Ouest", au centre de laquelle se trouvaient les guerriers indo-européens pachtounes, qui n'avaient jamais courbé la tête devant quiconque depuis leur départ des steppes eurasiennes. Ainsi, sous l'identité extérieure islamique sunnite radicale, nous pouvons reconnaître une eschatologie complètement différente, peut-être pas entièrement comprise par les Afghans eux-mêmes.

Après l'attaque terroriste du 11 septembre 2001 à New York, les États-Unis ont avancé la version selon laquelle son organisateur était Ben Laden lui-même, qui se cachait alors en Afghanistan parmi les talibans, et ont utilisé ce prétexte pour une invasion militaire de l'Afghanistan avec le soutien de l'Alliance du Nord, hostile aux talibans. Le 13 novembre 2001, les troupes de l'"Alliance du Nord", avec le soutien des Américains et le consentement des Russes, inquiets des attaques des talibans sur les territoires frontaliers des alliés de la Russie en Asie centrale, sont entrées dans Kaboul. À la fin de l'année, les troupes de l'OTAN ont occupé l'Afghanistan, mettant au pouvoir non pas les dirigeants de l'Alliance du Nord, mais une figure de compromis avancée par la Loya Jirga - le Pachtoune Hamid Karzaï.

Cependant, les talibans, qui, comme d'habitude, se sont repliés dans des zones montagneuses inaccessibles, et en partie sur le territoire du Pakistan, où ils ont proclamé en 2004 l'"Émirat islamique du Waziristan", qui est devenu le fief du mouvement, ne se sont pas rendus et ont poursuivi leur guérilla contre les troupes de l'OTAN et leurs collaborateurs afghans.

Oussama ben Laden a été tué au Pakistan en 2011 lors d'une opération menée par les services américains. Des rumeurs avaient précédemment circulé selon lesquelles il était mort sur le territoire du Waziristan. Ben Laden avait auparavant établi une base d'Al-Qaïda dans la région de Tora Bora, une "grotte noire" située dans les montagnes de Safedhoh, dans la province de Nangahar, à l'est de l'Afghanistan, près de la zone tribale de l'ouest du Pakistan où l'influence pachtoune est dominante. Rane, dans les montagnes de Tora Bora, était le centre du groupement des moudjahidines sous la direction du Pachtoune Yunus Khales (1919 - 2006).

Les talibans sont restés une force importante dans les provinces d'Afghanistan, les provinces de Helmand, Kandahar, Paktia, Uruzgan, Nuristan, Kunar, Badakhshan, Zabul, Ghazni, tandis que les forces de l'OTAN ne contrôlaient que les zones de Kaboul et Mazar-Sharif. Le nord du pays était sous l'influence des commandants de terrain tadjiks.

À l'été 2021, les troupes américaines ont quitté l'Afghanistan. Le pouvoir dans le pays est passé complètement entre les mains des talibans. Les Territoires du Nord exceptés.

* Le mouvement taliban est officiellement interdit sur le territoire de la Fédération de Russie.

** Al-Qaeda est une organisation terroriste interdite en Fédération de Russie

Source : katehon.com

vendredi, 12 août 2022

Vladimir Poutine et la multipolarité

https __cdn.cnn.com_cnnnext_dam_assets_220621163747-03-brics-summit-2019.jpg

Vladimir Poutine et la multipolarité

Shahzada Rahim

Source: https://katehon.com/en/article/vladimir-putin-and-multipolarity?fbclid=IwAR2UMAT3P9gJ-xk1DsIX1ZtybNBUUbMA4QjJUpUcClnSER6KfmUO4_tFCEA

Depuis son accession à la présidence russe, Vladimir Poutine a attiré l'attention des grands médias mondiaux pour deux raisons majeures. Premièrement, dans sa jeunesse, il a servi dans les services de renseignement soviétiques (KGB) et pendant la désintégration de l'Union soviétique, il était colonel au siège du KGB à Dresde, en Allemagne de l'Est. Cela signifie que le jeune dirigeant russe a des souvenirs éléphantesques de l'époque soviétique. Deuxièmement, après la chute de l'Union soviétique, le jeune Vladimir Poutine, qui est diplômé en droit et ancien officier du KGB, s'est retrouvé sans emploi pendant une brève période jusqu'à ce que le maire de Saint-Pétersbourg, Anatoly Sobchak, le nomme au bureau, où il a d'abord servi en tant qu'officier junior avant de devenir maire adjoint. Ces deux expériences sont devenues la raison principale qui a attiré l'attention des grands médias mondiaux sur la personnalité obscure, mystérieuse et incompréhensible du jeune leader russe.

Putin-Stasi-ID.jpg

Au lendemain de l'attaque terroriste de septembre 2001, Vladimir Poutine est devenu le premier dirigeant mondial à se rendre aux États-Unis et a rencontré le président américain de l'époque, George W. Bush. Après une brève rencontre avec le jeune dirigeant russe, le président Bush a déclaré publiquement : "J'ai regardé l'homme dans les yeux. Je l'ai trouvé très franc et digne de confiance". Peut-être que la tentative du président Bush de sonder l'âme de Vladimir Poutine n'était pas une gaffe géopolitique, car dans ses décisions et sa défense des intérêts de la Russie, Vladimir Poutine s'est toujours montré franc et digne de confiance.

Néanmoins, ce n'est pas seulement dans la sphère politique que Vladimir Poutine a été mal compris et mal interprété, mais aussi dans la sphère géopolitique. Selon les mots du célèbre animateur de télévision russe et icône des médias mondiaux Vladimir Pozner, "Au cours des vingt dernières années, les dirigeants occidentaux ont mal compris Vladimir Poutine et, par conséquent, au cours de la même période, la façon dont Vladimir Poutine s'est présenté était le reflet même de la mentalité politique occidentale.

Si nous analysons la personnalité du dirigeant russe d'un point de vue géopolitique, il apparaît sans aucun doute comme un réaliste pragmatique complet qui considère toujours la "sécurité" de la Russie comme sa priorité absolue. Au cours des premières années de sa présidence, Vladimir Poutine a établi des relations étroites tant avec les États-Unis qu'avec ses voisins européens. Pour obtenir les garanties de sécurité des États-Unis et de ses alliés européens, la Russie a collaboré avec l'OTAN pour créer le Conseil OTAN-Russie en 2002. La tâche principale du Conseil OTAN-Russie était la recherche d'un consensus, la coopération et la consultation mutuelle sur les questions de sécurité. Il ne faut peut-être pas oublier ce geste pragmatique de Vladimir Poutine.

NATO-Russia_Council.jpg

En outre, depuis les premiers jours de son mandat, Vladimir Poutine n'a cessé de partager les lignes rouges de la sécurité de la Russie avec les États-Unis et ses alliés de l'OTAN en Europe. Les experts en politique étrangère ont qualifié le pragmatisme de la politique étrangère de Poutine, celle d'une approche de la Russie face à son étranger proche,  d'efficace jusqu'en 2004. Les préoccupations de la Russie en matière de sécurité ont commencé à s'aggraver lorsqu'un grand nombre d'États post-soviétiques d'Europe baltique et orientale ont rejoint l'Union européenne. Néanmoins, dès le début, la Russie a perçu l'expansion vers l'est de l'UE sous l'angle du dilemme de la sécurité et, par conséquent, lors de plusieurs rencontres internationales, Vladimir Poutine a remis en question la politique d'expansion vers l'est de l'UE. Ici, la montée en flèche des préoccupations sécuritaires de Poutine peut être mise en parallèle avec l'analyse du célèbre auteur géopolitique Tim Marshall. Selon Marshall, tout au long de l'histoire, la Russie a été prisonnière de sa géographie plate, vaste et trop étendue, où la "sécurité" est toujours restée l'obsession de ses dirigeants.

548x840.jpg

De même, la politique d'expansion vers l'est de l'UE, qui a débuté en 2004, est devenue le principal sujet de débat et de discussion parmi les élites politiques et sécuritaires russes. Les élites russes de la sécurité, en particulier, pensaient que l'expansion vers l'est de l'UE visait à ouvrir la voie à l'OTAN pour atteindre les frontières russes. Ainsi, de cette discussion est né un nouveau phénomène de sécurité, celui de "l'encerclement de la Russie", qui a fini par dominer la politique étrangère russe pour les années à venir. La plupart des élites politiques et de sécurité russes ont directement blâmé les États-Unis pour l'américanisation des politiques étrangères et de défense européennes. À cet égard, si quelqu'un veut comprendre le contexte du conflit actuel entre la Russie et l'Ukraine, il doit étudier la transformation de la politique étrangère russe après 2004. En outre, l'année 2004 est importante pour deux raisons majeures.

41587_2004_Article_BFnbt0504501_Fig1_HTML.png

Premièrement, 2004 a marqué le début de l'expansion de l'UE vers l'est et donc des avancées de l'OTAN vers les frontières russes. Deuxièmement, au cours de ces mêmes années, les révolutions de couleur ont commencé dans l'espace post-soviétique, en commençant par l'Ukraine, dont la Russie pense qu'elles étaient parrainées par l'OTAN pour renverser les régimes favorables à la Russie. Ainsi, dans le sillage des révolutions de couleur, le terme "Sécurité de la sphère d'influence de la Russie" est devenu l'obsession majeure des élites politiques et sécuritaires russes.

Dans ce dernier contexte, si nous révisons la pensée géopolitique du président russe, alors, selon Poutine, la chute de l'Union soviétique a été la plus grande catastrophe géopolitique du vingtième siècle qui a mis en péril la sécurité géopolitique de la Russie. C'est peut-être la raison pour laquelle, dès les premiers jours de son mandat, Vladimir Poutine a spéculé sur les problèmes de sécurité de la Fédération de Russie. Même, concernant les lignes rouges de la Russie, il a lancé un avertissement clair aux États-Unis et à ses alliés européens de l'OTAN lors de son discours à la Conférence sur la sécurité de Munich en 2007. Vladimir Poutine a déclaré : "le fait que nous soyons prêts à ne pas placer l'armée de l'OTAN en dehors du territoire allemand donne à l'Union soviétique une solide garantie de sécurité" - où sont ces garanties ? Ainsi, du point de vue géopolitique de Poutine, les Américains et leurs alliés européens ont éclipsé et méprisé les garanties de sécurité données à la Russie et ont permis à l'OTAN d'encercler la Russie, ce qu'il considère comme une promesse non tenue.

En tant que réaliste pragmatique, Vladimir Poutine estime que puisque l'Amérique et ses alliés européens ont rompu la promesse, la Russie a le droit naturel d'assurer sa sécurité dans l'espace post-soviétique. Par conséquent, les événements tels que la guerre avec la Géorgie (2008) et l'annexion de la Crimée (2014) n'étaient qu'un calme avant la tempête. À mon avis, ces événements ont été le signal d'alarme pour que l'OTAN abandonne son expansionnisme le long des frontières russes. Malheureusement, à l'Ouest, ces deux événements majeurs n'ont pas été reçus comme des avertissements majeurs ; au contraire, l'Ouest les a considérés comme une agression russe et un néo-impérialisme, ce qui est complètement hors de toute logique.

Selon Poutine, l'Occident doit respecter la Russie en tant que pôle distinct dans l'ordre international, aux côtés d'autres puissances mondiales émergentes comme la Chine et l'Inde. Selon Poutine, le moment unipolaire est terminé et l'état de droit international ne peut être renforcé et mis en œuvre que si l'Occident respecte la "sphère d'influence" de chaque pôle. En outre, la multipolarité émergente est réelle et l'Occident doit comprendre ce fait, s'il est un tant soit peu sérieux en matière de paix et de sécurité internationales.

51cHm4Kn2aS.jpg

L'Auteur:

Shahzada Rahim est l'auteur du livre Beyond Civilization and History et un expert en géopolitique. Il est le rédacteur en chef du portail d'information The Eurasian Post.

mardi, 09 août 2022

Géopolitique de la Malaisie

4d31a77d128fbd3bf61233aec551c6ef.gif

Géopolitique de la Malaisie

Géopolitique de la Malaisie - La politique intérieure et extérieure de la fédération est basée sur l'équilibre

Groupe de réflexion Katehon

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/geopolitics-malaysia

La Malaisie est située sur la péninsule malaise (la partie sud de la péninsule indochinoise) et les îles adjacentes de l'archipel malais, à l'intersection des océans Pacifique et Indien, dans une région qui fait traditionnellement partie du "monde malais" (le terme "monde malais", Dunia Melayu ou Alam Melayu, désigne généralement les zones géographiques et culturelles dans lesquelles certains groupes ethniques d'Indochine sont communs, dont principalement la Malaisie actuelle, l'Indonésie, Singapour, Brunei, le Timor oriental, le sud de la Thaïlande et le sud des Philippines).

La Malaisie a été un centre de commerce et de communications religieuses depuis les temps anciens. À partir de la fin du 18ème siècle, la Grande-Bretagne a progressivement pris le contrôle de la péninsule malaise et du nord de Bornéo (île de Kalimantan), ce qui a jeté les bases de la Malaisie actuelle. La domination coloniale britannique a non seulement affecté la politique, l'économie et la culture locales, mais a également modifié de manière significative la structure nationale locale. Le développement colonial ayant créé une énorme demande de main-d'œuvre, les colons britanniques ont fourni des immigrants de Chine et d'Asie du Sud, ce qui a contribué à former une société ethnique diversifiée. Sur cette base, la politique nationale de la Malaisie après l'indépendance devrait s'attacher à réaliser des objectifs multiples: non seulement développer l'identité d'un groupe super-ethnique, contribuant à la construction d'un État-nation, mais aussi essayer d'équilibrer les intérêts de tous les groupes ethniques, pour parvenir à l'harmonie, à la stabilité et au développement durable.

17721587095_4d6222617c_b_20191225222316_20200128111311.jpg

Kuala_Lumpur_Malaisie.jpg

La politique ethnique malaise : Une situation politique instable

La politique ethnique a accompagné l'histoire du développement humain depuis la naissance de l'État-nation au 17ème siècle. Les conflits ethniques et même les guerres ethniques se poursuivent aujourd'hui dans de nombreux pays d'Afrique et d'Asie. Dans l'histoire de la transformation politique en Malaisie, la politique ethnique se reflète principalement dans la participation institutionnalisée au processus politique. Dans une certaine mesure, l'essence de la politique des partis malaisiens est la politique ethnique.

En Malaisie, la politique ethnique se manifeste par le fait que le gouvernement, par la volonté du pays, divise tous les Malais en bumiputra et non-bumiputra, malaisiens et non-malaisiens, musulmans et non-musulmans, donnant ainsi aux Bumiputra malaisiens des avantages politiques, économiques et culturels, ainsi que des droits spéciaux aux musulmans.

De 1957 à 2020, le processus de développement politique de la Malaisie a subi plusieurs vagues de "tsunamis politiques" dus à la politique ethnique. De 1957 à mai 2018, les partis politiques malaisiens United Malays National Organization (UMNO) et Alliance of Hope ont établi un modèle politique de "parti unique" qui a généralement maintenu la stabilité de la politique du pays. Depuis mai 2018, la politique ethnique est passée de l'affaiblissement au renforcement, et la situation politique en Malaisie s'est avérée être dans un état extrêmement instable.

Prime_Minister_of_Malaysia,_Dato’_Sri_Mohd_Najib_Bin_Tun_Abdul_Razak,_at_Hyderabad_House,_in_New_Delhi_on_January_26,_2018_(cropped).jpg

La politique étrangère malaisienne: une structure diplomatique à trois niveaux

En avril 2009, Najib (photo) a succédé à Abdullah au poste de Premier ministre, promouvant des réformes politiques et économiques intérieures dans le cadre du concept "One Malaysia", mais en termes de politique étrangère, Najib a poursuivi la politique étrangère de Mahathir et d'Abdullah et a formé un modèle diplomatique à trois niveaux dans les relations avec l'Asie du Sud-Est, l'Asie de l'Est, les grandes puissances et le monde islamique.

Les relations avec l'Asie de l'Est: la pierre angulaire d'une stratégie de sécurité et de diplomatie

Dans la structure diplomatique à trois niveaux, la couche centrale est l'Asie du Sud-Est (ASE). L'orientation diplomatique à ce niveau est double : d'abord l'ANASE comme pierre angulaire, ensuite l'Asie du Sud-Est comme centre. La signification principale de ce que l'on appelle l'ANASE comme pierre angulaire est que l'ANASE est l'épine dorsale de la politique étrangère de la Malaisie, étant une structure supranationale régionale à laquelle la Malaisie fait confiance. D'une part, la prospérité, l'intégrité, la stabilité et la coexistence harmonieuse de l'ANASE avec les pays voisins assurent la sécurité de l'Asie du Sud-Est ; d'autre part, l'ANASE elle-même appelle les États membres à adopter des comportements qui réduisent les risques pour la sécurité, comme le développement de relations bilatérales et la promotion d'un dialogue ouvert entre les États membres sur les questions politiques et de sécurité, y compris les mesures de confiance.

Pour la Malaisie, le renforcement des relations avec l'ANASE comprend au moins trois niveaux d'importance : premièrement, le renforcement des relations bilatérales avec les pays membres de l'ANASE ; deuxièmement, la promotion et la participation aux programmes de coopération sous-régionale de l'ANASE, tels que le Triangle de croissance oriental de l'ANASE (BIMP-EAGA), la coopération sous-régionale du Mékong, etc. En 2011, la Malaisie et l'Indonésie ont conjointement promu l'"ASEAN Defense Industrial Cooperation" (ADIC) afin de renforcer la coopération en matière de défense entre les États membres de l'ANASE ; en 2012, le ministre malaisien de la défense a appelé les pays de l'ANASE à promouvoir un "plan de sécurité" lors du 11e Dialogue de Shangri-La afin de faire face conjointement aux menaces de cybersécurité.

map_asean.png

Avec l'ANASE au centre des préoccupations diplomatiques malaisiennes, l'intention principale réside dans le fait que, outre l'ANASE, les pays d'Asie du Sud-Est sont les partenaires diplomatiques les plus importants de la Malaisie. Cela se reflète dans les relations de la Malaisie avec la Chine. En juin 2009, Najib a effectué une visite officielle en Chine, moins de 60 jours après sa prise de fonction. La Chine et la Malaisie ont signé un "Plan d'action conjoint pour la coopération stratégique", qui expose un projet majeur pour le développement futur des deux pays. La Chine devrait devenir le premier partenaire commercial de la Malaisie. Outre la Chine, Najib attache également une grande importance au développement des relations avec le Japon. Depuis son entrée en fonction en 2009, Najib a visité le Japon à plusieurs reprises. Le Japon est actuellement le troisième partenaire commercial de la Malaisie et une source importante d'investissements et la Malaisie espère attirer autant d'entreprises japonaises que possible.

Au niveau multilatéral, la Malaisie encourage activement la coopération 10 + 3, incluant la Chine, le Japon et la Corée du Sud dans le cadre diplomatique de l'ANASE, et d'autres puissances voisines dans le cadre du sommet de l'Asie de l'Est. Najib a déclaré avec franchise qu'avec la montée en puissance de la Chine et de l'Inde, l'ANASE n'a pas besoin de choisir quel côté prendre. Puisque l'ANASE peut avoir de bonnes relations avec la Chine et l'Inde en même temps, choisir un côté ramènerait la mentalité de la guerre froide. En d'autres termes, il est nécessaire de développer les relations de la Malaisie avec les pays d'Asie du Sud-Est, en plus des besoins du développement économique, et un objectif stratégique plus important est de promouvoir l'intégration de l'ANASE elle-même par le développement de la coopération avec la Chine, le Japon, la Corée du Sud et d'autres pays.

Les relations avec les grandes puissances: la recherche du gain économique

Dans la couche intermédiaire se trouvent les grandes puissances, principalement associées aux relations de la Malaisie avec les États-Unis, la Russie, la Grande-Bretagne, l'Inde, l'Australie et d'autres pays extraterritoriaux. En effet, depuis que Mahathir a promu une politique de "regard vers l'Est", la Malaisie a placé le développement des relations avec les puissances étrangères à une place relativement secondaire dans sa stratégie diplomatique. Par rapport à la période de la guerre froide, les relations actuelles entre la Malaisie et les États-Unis, la Russie, l'Inde, l'Australie, le Royaume-Uni et d'autres grandes puissances sont de moindre importance stratégique et relèvent davantage de la diplomatie économique.

En 2012, Najib a publiquement appelé les entreprises américaines à augmenter leurs investissements en Malaisie : "Les États-Unis sont l'un des plus grands investisseurs étrangers en Malaisie, nous espérons donc augmenter les investissements. Il existe de nombreuses possibilités de coopération entre la Malaisie et les États-Unis dans le domaine des investissements".

Dans le même temps, la Malaisie a réagi positivement au Partenariat transpacifique (TPP) dirigé par les États-Unis. Selon Najib, "la Malaisie bénéficiera du TPP car le marché des pays respectifs sera encore élargi dans le cadre de l'accord de libre-échange (ALE) des pays membres du TPP". Depuis l'adhésion de la Malaisie au TPP, 80 % des marchandises sont exemptées de taxes et le commerce de la Malaisie avec les États-Unis et d'autres pays membres du TPP a considérablement augmenté.

En ce qui concerne l'Inde, en février 2011, suite à l'entrée en vigueur de l'accord sur la zone de libre-échange entre l'ANASE et l'Inde, la Malaisie a signé un accord de libre-échange avec l'Inde afin de renforcer la coopération commerciale entre les deux peuples. En décembre 2012, lors du mémorable sommet ANASE-Inde, Najib a rencontré le Premier ministre indien Singh et a exprimé son vif désir de renforcer la coopération commerciale. Objectif: augmenter le volume des échanges de 15 à 20 milliards de dollars US. Pour l'Australie, l'accord de libre-échange entre la Malaisie et l'Australie est entré en vigueur le 1er janvier 2013. Selon le document, de 2013 à 2019, la Malaisie réduira progressivement les droits de douane et ouvrira le marché. En outre, pour les pays européens, ainsi que pour le Royaume-Uni, la Malaisie encourage activement les négociations en vue d'un accord de libre-échange. Le vice-premier ministre Muhyiddin Yassin a déclaré : "Si les négociations de l'ALE de la Malaisie avec l'UE et les États-Unis peuvent être menées à bien, 80 % du commerce extérieur de la Malaisie ira sur les marchés des grands pays".

Diplomatie avec le monde islamique : des relations relativement indépendantes

La couche la plus éloignée est constituée du monde islamique. En tant que pays islamique, la Malaisie s'est engagée depuis sa fondation à renforcer ses relations avec le monde islamique, à servir de pont entre les États-Unis et le monde islamique et à faire progresser le processus de paix au Moyen-Orient. Dans le même temps, la Malaisie développe activement la coopération économique avec les pays islamiques. La coopération économique entre la Malaisie et l'Iran est relativement étroite. Les deux pays ont signé un certain nombre de documents de coopération, tels que l'accord de soutien mutuel aux investissements, l'accord d'allégement des droits de douane élevés et le protocole d'accord sur la coopération entre les marchés des deux pays. Le ministre malaisien du commerce et de l'industrie, Mustafa, a déclaré que les exportations d'huile de palme de la Malaisie vers l'Iran constituent la partie la plus importante du commerce entre les deux pays. Le développement du commerce entre les deux pays ne sera pas affecté par les sanctions américaines contre l'Iran. En outre, la Malaisie continue à développer et à améliorer le système financier islamique, à renforcer l'interaction avec les pays islamiques et à s'efforcer de devenir le centre de la finance islamique mondiale.

407526194.jpg

Dans la structure diplomatique à trois niveaux susmentionnée, l'Asie du Sud-Est est le principal intérêt de la Malaisie. Les relations de la Malaisie avec les grandes puissances sont subordonnées à la stratégie de la Malaisie en Asie du Sud-Est. Les relations de la Malaisie avec le monde islamique sont relativement indépendantes, mais toujours reléguées à l'arrière-plan de la stratégie de la Malaisie en Asie de l'Est.

Il y a trois raisons principales pour lesquelles la Malaisie attache une telle importance à l'Asie de l'Est. Premièrement, depuis le début de l'ANASE, l'identité de la Malaisie est passée du Commonwealth des nations aux pays de l'ANASE. En tant que l'un des membres fondateurs de l'ANASE, la Malaisie a la responsabilité indispensable de promouvoir le développement de l'ANASE et le processus d'intégration de l'Asie de l'Est. Deuxièmement, en termes de sécurité nationale, la Malaisie a des différends de souveraineté territoriale et maritime avec des pays voisins tels que certains pays de l'ANASE, la Chine, le Japon et la Corée du Sud. La résolution pacifique des différends et le maintien de la stabilité régionale sont des opportunités uniques pour la diplomatie malaisienne qui, dans ce domaine, agit comme un petit pays sans soutien stratégique. À cette fin, la Malaisie doit placer les relations avec les pays voisins au centre de sa stratégie diplomatique. Troisièmement, l'Asie de l'Est actuelle a formé un mécanisme de coopération régionale relativement mature. Ces plateformes de coopération, telles que les cinq accords de libre-échange de l'ANASE avec les grandes puissances, l'ANASE + 1, l'ANASE + 3, l'ANASE + 8, le Forum régional de l'ANASE et le Sommet de l'Asie de l'Est, sont suffisantes pour permettre à la Malaisie de récolter des avantages économiques et de continuer à tirer des opportunités du jeu des grandes puissances.

dimanche, 07 août 2022

La guerre des grains et la nouvelle posture de la Sublime Porte

shutterstock_396579595.jpg

La guerre des grains et la nouvelle posture de la Sublime Porte

Irene Ivanaj

Source: https://secolo-trentino.com/2022/07/31/la-guerra-del-grano-e-la-nuova-postura-della-sublime-porta/

Le rôle d'Erdogan en tant que grand médiateur dans la guerre Russie-États-Unis via l'Ukraine, alliée de l'OTAN mais également capable d'une ligne autonome, tandis que l'Europe tâtonne dans le noir.

Le grain, plus encore que le gaz, est une arme diplomatique entre les mains de la Russie et une guerre d'usure se profile en mer Noire, avec le déploiement de grandes puissances. La phase de libre-échange mondial des biens et des capitaux, ainsi que le transport des personnes à bas prix partout, est un souvenir, avec un blocage consécutif des chaînes d'approvisionnement mondiales.

La Chine, qui montre qu'elle voit loin, s'est préparée à la guerre et surtout à une économie de guerre. L'année dernière, elle a accéléré son désengagement de la dette publique américaine, même si cela avait été prévu depuis des années. D'autres puissances régionales, comme la Turquie et Israël, tentent de trouver des équilibres alternatifs et, pour des raisons évidentes, de ne pas contrarier le géant russe. Les alliés occidentaux, ayant peu à peu oublié l'usage de la diplomatie, tentent de rafistoler les adhésions à l'UE ou à l'OTAN en cherchant désespérément d'autres alliés et se targuent d'être prêts au dialogue dans le Haut-Karabakh.

De l'autre côté de la mer d'Azov, Erdogan a enregistré plusieurs victoires diplomatiques et militaires en Afrique et au Moyen-Orient. La semaine dernière, il a conclu l'accord sur les céréales en faisant office de garant entre les deux parties - la chaleur et les copeaux seront pris en charge plus tard ; peut-être après avoir remporté les élections prévues l'année prochaine. Du nouveau rôle de la Turquie, Carlo Marsili, ancien ambassadeur d'Italie à Ankara, a parlé avec beaucoup de clarté lors du 19ème atelier international du think tank Il Nodo di Gordio, organisé par Daniele Lazzeri à Baselga di Pinè.

01_03_22_Sinem.jpg

Parmi les nombreuses bizarreries que l'on peut lire sur la Turquie, l'une d'entre elles est que c'est un pays isolé. Ce n'est pas vrai : pas plus tard qu'en mars dernier, le premier ministre israélien, le président azéri, la chancelière allemande, le ministre arménien des affaires étrangères, le premier ministre néerlandais se sont rendus sur place [...]. En juillet, le troisième sommet italo-turc a donné une impulsion importante aux relations diplomatiques, qui s'étaient quelque peu relâchées avec le temps. La deuxième bizarrerie est de prétendre que la Turquie est anti-occidentale et n'est pas un allié fiable. C'est faux, c'est un pays qui, en raison de sa géographie particulière, a suivi une voie unique en matière de politique étrangère. Un pays musulman, membre de l'OTAN, candidat à l'UE, membre du Conseil de l'Europe, membre du G20, premier partenaire de nombreux pays africains, avec une très forte présence en Somalie, etc. aura nécessairement des intérêts différents qui ne sont souvent pas faciles à concilier."

108036_TUR20210618ErdoganAA_1624023202236.jpg

Depuis le début de la guerre, Erdogan "[...] s'est érigé en médiateur, convoquant les présidents russe et ukrainien au forum d'Antalya. L'opération a abouti hier (25 juillet, ndlr) à la signature d'un accord rouvrant le trafic aux navires ukrainiens chargés de céréales. Un succès significatif". L'accord se compose de deux documents, l'un signé par les parties turque et russe et l'autre signé par la partie ukrainienne avec les Turcs. Pour parvenir à cet accord, la Turquie a dû jouer un rôle diplomatique qui, selon une certaine presse, était ambigu, mais qui s'est révélé au contraire précieux. D'une part, elle a condamné l'invasion russe aux Nations unies, fourni des drones à l'Ukraine, accueilli de nombreux réfugiés, activé la convention de Montreux de 36 sur les détroits dans une fonction restrictive, mais n'a pas appliqué de sanctions et a poursuivi le dialogue politique avec Moscou [...].

Abordant un point controversé, Marsili a déclaré :

    "En ce qui concerne le veto turc à l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'OTAN, la Suède - selon les Turcs - abrite le quartier général du PKK, une organisation dont le but est la division de l'État turc par la création d'un nouvel État kurde, qui n'a jamais existé à ce jour. Un objectif totalement opposé à celui de l'OTAN".

Erdogan négocie depuis une semaine pour établir les procédures opérationnelles standard de la base logistique installée sur les détroits par les Turcs pour guider les navires le long des routes minées par les Ukrainiens eux-mêmes, alors que les Russes craignent que les couloirs soient utilisés pour importer des armes et que les Ukrainiens accusent les uns et les autres de voler des cargaisons de céréales syriennes qui ont été repérées au Liban. Mais la semaine dernière a vu les retombées économiques de la tension : l'Égypte a retiré une commande de 240.000 tonnes de céréales ukrainiennes, une nouvelle détérioration des relations, et maintenant la guerre déborde sur le front géorgien, voisin et partenaire de la Turquie.

Gudauri.png

Et ces derniers jours, la situation en Géorgie se détériore rapidement, élargissant le champ de la confrontation. Dans les accords bilatéraux de l'année dernière, une règle générale a toujours été d'examiner les sujets un par un, mais cela pourrait ne pas être possible. Le mois dernier, il y avait déjà eu des tensions avec l'ambassadrice américaine, Georgia Degan, qui était accusée de vouloir fomenter une guerre dans le pays. En effet, l'ouverture d'un éventuel second front serait particulièrement préjudiciable à Moscou, mais la population géorgienne ne semble pas en être convaincue. Il y a une semaine, des manifestations avaient rempli les places pour la visite à Tbilissi d'une délégation du Parlement européen qui encouragerait l'entrée du pays dans l'Union. Entre-temps, avant-hier, un accord datant d'avant le 24 février ou janvier entre la Russie et la Géorgie a été publié : une partie du littoral de l'Abkhazie ira aux Russes.

Erdogan a été très habile pour gérer la neutralité d'un pays qui a un pied en Europe et un autre en Asie, un allié occidental unique, qui a tellement élargi ses accords qu'il peut négocier avec n'importe qui, souvent à ses propres conditions. Ajoutez à cela les multiples infrastructures réalisées au fil des ans, à tel point qu'elle est devenue une plaque tournante pour les hydrocarbures.

thumbs_b_c_89cbc0894c9b93996055bcd8e55ec0ce.jpg

L'Europe et l'Amérique, quant à elles, ont certes préparé le reste du monde à s'organiser, mais sans construire une alternative aux relations brûlées au fil du temps. My way, or the highway, ont-ils dit au monde ces dernières années ; les Américains ont les ressources pour le faire, l'Europe non. Erdogan a agi rapidement, il est retourné en Géorgie et a renouvelé un accord commercial de 3 milliards avant-hier. La politique n'attend plus l'heure de la justice internationale, et la diplomatie est un travail sur lequel on prend facilement du retard. En témoigne le procès qui oppose l'Arménie à l'Azerbaïdjan, ouvert à la Cour internationale de justice après neuf mois d'accusations mutuelles de génocide, qui a entre-temps été déclaré "résolu" avec la reprise du conflit du Haut-Karabakh. Là aussi, Erdogan a placé et déplacé ses pions.

vendredi, 05 août 2022

Les provocations américaines pour déclencher des guerres par procuration se multiplient. Grâce aux atlantistes

29503226-nancy-pelosi-bei-einer-pressekonferenz-im-juli-2022-im-us-kapitol-in-washington-aa6.jpg

Les provocations américaines pour déclencher des guerres par procuration se multiplient. Grâce aux atlantistes

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/si-moltiplicano-le-provocazioni-usa-per-scatenare-guerre-per-procura-grazie-agli-atlantisti/

Les élections de mi-mandat approchent, les sondages sont extrêmement négatifs, et le président Biden tente de gravir les échelons en multipliant les actes de provocation dans toutes les parties du monde. Après avoir provoqué Poutine en Ukraine jusqu'à déclencher la guerre, il tente de faire monter le niveau de tension dans les Balkans et, avec le voyage de provocation de dame Pelosi à Taïwan, il a également envenimé les relations avec la Chine à un niveau très élevé. Tout cela avec l'assentiment servile et obtus des atlantistes.

"Mon impression", explique Daniele Lazzeri, président de la boite à penser italienne Il Nodo di Gordio, "est que la multiplication vertigineuse de nouveaux foyers de crise dans diverses régions de la planète révèle la faiblesse politique et militaire croissante des États-Unis. Les difficultés objectives sur le front ukrainien - qui, malgré les déclarations audacieuses de Zelensky, prouvent l'impossibilité d'offrir une résistance totale à la puissance de feu russe - obligent à mon avis les États-Unis à allumer des foyers de turbulence dangereux dans d'autres pays. Nous le constatons avec la réactivation du conflit balkanique entre le Kosovo et la Serbie quelques mois avant les élections en Bosnie-Herzégovine du 2 octobre prochain et avec la visite soudaine, mais aussi improvisée, de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, à Taïwan".

7939_taiwan2.jpg

Le risque est que ce ne soit que le début. Et qu'à Washington, on médite sur l'augmentation des zones de conflit, sans avoir besoin d'une intervention américaine directe mais en utilisant la stupidité de serviteurs écervelés.

"L'administration Biden, poursuit Lazzeri, met donc en œuvre une stratégie de désarticulation mondiale par le biais de 'guerres par procuration', de guerres indirectes, qui affectent gravement l'équilibre déjà délicat de certaines lignes de faille géopolitiques qui font l'objet de conflits et de paix gelée. Je ne serais pas surpris si, dans les semaines à venir, nous pouvions assister à de nouvelles tensions dans les territoires du Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Je pense notamment à la Syrie et à la Libye où, avec beaucoup de difficultés, une stabilité substantielle avait été obtenue entre les intérêts russes et les influences turques. Les récents succès diplomatiques du président Erdogan constituent toutefois une dangereuse menace pour l'administration Biden. Bien qu'elle soit un rempart de l'OTAN en Méditerranée, une Turquie trop indépendante et autoritaire qui, même ces dernières années, a fait des clins d'œil répétés au Kremlin n'est pas une garantie suffisante pour les stratégies américaines de préservation du pouvoir sur le théâtre euro-méditerranéen.

Et la tension provoquée par l'OTAN au Kosovo va précisément dans ce sens. Parce que Moscou est lié à Belgrade tandis qu'Ankara protège les musulmans kosovars. De même, les atlantistes italiens pourraient favoriser une montée des tensions en Libye où Poutine et Erdogan avaient réussi à trouver une sorte de modus vivendi entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque.

Quant aux conséquences de la provocation de Nancy Pelosi, "selon toute vraisemblance", conclut Lazzeri, "la réponse chinoise n'aura pas d'implications militaires immédiates. Il n'est pas dans l'intérêt de Pékin, en fait, de déclencher une confrontation directe avec les États-Unis. On peut plutôt s'attendre à des représailles commerciales et diplomatiques qui renforceront encore les relations que le président chinois Xi Jinping tisse depuis des années non seulement avec Vladimir Poutine mais aussi avec la plupart des pays qui ne sont pas alignés sur l'"Occident" dirigé par les États-Unis.

photo_2022-08-03_17-43-48.jpg

jeudi, 04 août 2022

Intermarium

Intermarium.png

Intermarium

par Daniele Perra

Source : Daniele Perra & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/intermarium

Il y a quelques jours, il a été rapporté que le gouvernement de Volodymyr Zelensky avait révoqué la citoyenneté ukrainienne de l'oligarque Igor Kolomoisky (principal soutien du président ukrainien lors de sa précédente carrière à la télévision et de son ascension ultérieure au pouvoir politique, ainsi que partenaire commercial de nombreux membres du "Parti du serviteur du peuple" et financier de plusieurs groupes paramilitaires au sein de la Garde nationale, dont les célèbres bataillons Azov et Aidar).

Officiellement, selon Ukrainska Pravda et Kyiv Independent, la mesure (dans laquelle, selon les sources, la signature du président n'apparaît pas encore) est due au fait que la loi ukrainienne n'autorise pas la double nationalité (dans le cas de Kolomoisky, il y en a même trois : ukrainienne, israélienne et chypriote). Si tel est le cas, il est curieux de constater que le partenaire de Kolomoisky dans la Privat Bank, Gennadiy Bogolyubov, également connu pour avoir financé des fouilles sous le quartier musulman et la mosquée al-Aqsa à Jérusalem, ne tombe pas sous le coup de cette disposition, puisqu'il se targue d'être un citoyen ukrainien, britannique, israélien et chypriote.

35f4497_1644008876741-ihor-kolomoisky.jpg

Igor Kolomoisky.

En revanche, Igor Vasylkovsky et Gennadiy Korban sont inclus : tous deux citoyens ukrainiens et israéliens, le premier étant un ancien membre du "Parti du  Serviteur du Peuple" et le second un mécène de la communauté juive de Dnipro et toujours étroitement lié à Kolomoisky.

En parlant de Kolomoisky, il convient de mentionner qu'en 2020, il a été inculpé par le ministère américain de la Justice pour corruption et blanchiment d'argent, aux côtés des Bogolyubov, Mordechai Korf et Uri Laber précités. Ces deux derniers, en particulier, ont utilisé l'argent blanchi pour financer des "fondations caritatives" et des institutions éducatives juives traditionnelles (yeshivas) à New York. Uri Laber est également membre du conseil d'administration du Jewish Educational Media : une organisation à but non lucratif liée au mouvement messianique Chabad Loubavitch du grand rabbin Menachem Schneerson (né en Ukraine), dont Korf est également un adepte. En fait, ses parents ont été invités par le rabbin à construire une communauté loubavitch à Miami. 

Il convient de noter que Kolomoisky fait partie des oligarques ukrainiens qui contrôlent des secteurs clés de l'économie de ce pays d'Europe de l'Est. En effet, il a d'énormes intérêts dans la société gazière ukrainienne Burisma (à laquelle le fils de Joe Biden, Hunter, qui siégeait au conseil d'administration avec un salaire de 50.000 dollars par mois en 2014, est également lié). En outre, Kolomoisky a utilisé des groupes paramilitaires qu'il a financés pour prendre le contrôle d'une raffinerie de pétrole appartenant à la Russie à Dnipropetrovsk, également en 2014.

En 2021, Kolomoisky a été interdit d'entrée aux États-Unis directement par Antony Blinken qui, à propos de l'affaire, a parlé de "corruption importante".

Ce à quoi nous assistons ces jours-ci, en fait, c'est à une lutte de pouvoir (et de survie) au sein même de l'Ukraine entre les oligarques et le cercle immédiat de Zelensky, qui doit toutes ses "fortunes" au conflit en cours.

victor-pinchuk.jpg

Viktor Pinchuk (Pintchouk)

Il est évident que Zelensky fait tout pour se plier aux désirs de Washington et assurer sa survie politique. Cela inclut la faveur accrue accordée à un autre oligarque ukrainien, rival direct de Kolomoisky et dans les bonnes grâces des États-Unis. Il s'agit de Viktor Pinchuk (Pintchouk), l'homme qui a été décrit comme "l'oligarque juif capable de construire le pont entre Kiev et l'Occident". Pinchuk, beau-père du deuxième président de l'Ukraine indépendante Leonid Kuchma et partenaire commercial de Rinat Akhmetov (un autre oligarque ayant des intérêts dans la métallurgie, l'exploitation minière et propriétaire du Shaktar Donetsk), est à la tête de la "plus grande fondation philanthropique ukrainienne" : la Fondation Viktor Pinchuk. Celle-ci travaille en étroite collaboration avec une autre organisation liée à l'oligarque, la Stratégie européenne de Yalta, créée pour promouvoir l'intégration du pays dans l'Union européenne, et collabore activement avec la Clinton Global Initiative, la Fondation Tony Blair, la Brookings Institution, la Renaissance Foundation de George Soros et l'Aspen Institute auquel est liée la Kyiv School of Economics (une autre création de Pinchuk). De plus, les liens de l'oligarque avec le Forum économique de Davos, auquel il participe activement et où il a facilité l'intervention de Zelensky par vidéoconférence, ne sont pas négligeables.

Enfin, pour étayer partiellement la thèse selon laquelle la mesure "restrictive" de Zelensky est un forcing flagrant (ou plutôt un choix de camp), il sera utile de rappeler qu'au cours de l'année 2019, le gouvernement actuel est entré en conflit avec le mouvement Azov parce que ce dernier a exigé avec force l'octroi de la citoyenneté ukrainienne à tous les combattants étrangers inclus dans le bataillon pendant le conflit du Donbass.

levkin.png

Alexei Levkin.

Zelensky a lui-même accordé la citoyenneté au Russe Nikita Makeev, membre de l'organisation "Centre russe" liée aux militants ultranationalistes russes en exil. Un autre Russe en attente de la citoyenneté ukrainienne est lié à cette affaire : Alexei Levkin. Ce dernier, invité régulier de la "Maison des Cosaques" (le quartier général d'Azov à Kiev), est l'organisateur du festival de musique néonazi Asgardsrei ("la course d'Asgard" en norvégien) qui se tenait autrefois à Moscou et, après son expulsion du territoire russe, à Kiev en même temps que la marche "Führernight". Levkin, un ancien vétéran d'Azov, est également l'idéologue politique du groupe Wotanjugend (connu pour avoir partagé le manifeste de l'attaquant de la mosquée de Christchurch en Nouvelle-Zélande) et est en très bons termes avec les groupes extrémistes nord-américains RAM (Rise Above Movement) et Atomwaffen Division, également connus pour leur sympathie pour les actions d'Al-Qaïda et d'ISIS. L'un des membres d'Atomwaffen, Andrew Oneschuk, a invité à plusieurs reprises des extrémistes américains à se rendre en Ukraine pour acquérir une expérience du combat. Alors qu'en 2018, le secrétariat international d'Azov espérait établir un contact direct avec l'armée américaine.

Il n'est pas surprenant que la responsable du secrétariat international du Corps national (l'aile politique du mouvement dirigé par Andriy Biletsky), Olena Semenyaka, ait déclaré que la planification géopolitique du groupe (outre la nécessité de faire pression sur les États-Unis) vise à construire un bloc "intermarium" (un cordon sanitaire aux frontières de la Russie entre la mer Baltique et la mer Noire) qui reproduit parfaitement l'initiative des Trois Mers parrainée par le Pentagone.

Finlande : 75 ans de neutralité

s-drapfin.jpg

Finlande : 75 ans de neutralité

Sergey Andreev

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/defensa/38176-2022-07-02-10-10-50

Après la disparition du système bipolaire, la République de Finlande conserve les caractéristiques d'une politique de neutralité, mais s'intègre en même temps activement à l'Union européenne et coopère avec l'OTAN. Le développement de sa politique de défense est d'une grande importance pour les intérêts nationaux de la Russie.

Comment la Finlande a-t-elle émergé de la Seconde Guerre mondiale ?

La Finlande a commencé à se retirer de la Seconde Guerre mondiale après la défaite des troupes allemandes à Stalingrad. À cette époque, les idéologues irrédentistes de la Grande Finlande sont renvoyés du parlement, l'Allemagne se voit refuser une alliance officielle et les négociations avec la partie soviétique commencent par l'intermédiaire de l'ambassade en Suède. La phase active des négociations coïncide avec l'offensive des troupes soviétiques à l'été 1944. Pour les Finlandais, un choix s'impose : être absorbé par l'Union soviétique ou abandonner l'idée de rétablir les anciennes frontières et accepter les conditions de l'URSS. Ayant choisi la deuxième option le 19 septembre 1944, ils ont mis fin à la guerre sur le front oriental et ont immédiatement entamé les hostilités sur le front nord : ils ont combattu les alliés allemands d'hier qui refusaient de quitter le pays après une paix séparée.

2d6c3a5ee35daee495fb6fd083a94039--wwii-soldiers.jpg

fwwii.jpg

Un tel comportement de la part de la Finlande facilitera davantage la formation de sa politique de neutralité : les dirigeants du pays savaient très bien que l'URSS pouvait éliminer complètement l'indépendance finlandaise et préféraient former de nouvelles relations de bon voisinage avec leur voisin oriental. La neutralité et la tentative de manœuvrer entre les pôles de pouvoir sont même entrées dans l'historiographie finlandaise. Deux guerres avec l'URSS ont été combinées en une seule. Le terme "guerre isolée" a été introduit : la Finlande était censée se battre seule pour ses territoires perdus. La même chose s'est produite avec l'expulsion des Allemands. Les Finlandais soulignent le caractère distinct de cette guerre : ils n'indiquent pas de lien direct avec la Seconde Guerre mondiale et se concentrent uniquement sur leur territoire, sans poursuivre avec la défaite du fascisme en Europe. Ainsi, dès cette époque, les bases idéologiques et politiques de la neutralité finlandaise ont commencé à être activement préparées. Le mot "neutralité" était même utilisé pour des opérations militaires. Le pays s'est vu attribuer le rôle de victime de la situation géopolitique créée par Hitler. Mais cela ne nie pas le fait de l'occupation du territoire soviétique (supérieure à ce que les Finlandais avaient avant 1939) et de la participation au blocus de Leningrad (bien que pour nos historiens, il existait une directive tacite de ne pas soulever ces questions négatives afin d'améliorer les relations bilatérales). Le député finlandais Urho Kekkonen (photo, ci-dessous) voyait les relations futures des ennemis d'hier comme suit : "L'Union soviétique devrait bénéficier d'une Finlande indépendante et joyeuse plutôt que d'une existence brisée condamnée à une existence dépendante".

kekkonen-38.jpg

L'URSS n'inclut pas la Finlande dans l'orbite de son influence, mais en 1947, elle profite du droit d'exiger des réparations et impose une série de restrictions militaires (principalement dans la marine), car elle considère la Finlande comme un allié de l'Allemagne et n'accepte pas le mantra de neutralité et de séparatisme dont les Finlandais commencent à s'entourer. Le président J. Paasikivi déclare ouvertement l'"intérêt légitime, motivé par la sécurité et justifié de l'URSS pour la direction finlandaise", essayant de prendre en compte les intérêts soviétiques, mais sans se proposer comme nouveau membre du camp socialiste [1]. Le souvenir de la guerre et l'amertume de la perte de territoires sont vifs, le pays est affaibli et les Finlandais perçoivent froidement l'établissement de relations avec l'Union soviétique, y voyant une expansion de la sphère d'influence soviétique. Mais la mise en œuvre diligente de tous les accords précédents a permis au pays de conserver sa neutralité, ce que Moscou a reconnu en 1948 dans le nouveau traité d'amitié soviéto-finlandais.

Ayant reconnu les intérêts de l'URSS, la Finlande a continué à mener sa politique étrangère avec prudence et a mené diverses sortes de consultations avec son voisin oriental afin de ne pas irriter Moscou une fois de plus, et a également accordé diverses préférences commerciales. Bien que le pays soit resté neutre, Helsinki a compris de facto quel acte de miséricorde l'URSS avait accompli en s'arrêtant en 1944 sur l'isthme de Carélie : il valait mieux rendre hommage à la mémoire et partager une partie de sa souveraineté que de la perdre totalement. La neutralité s'est reflétée dans la fierté des Finlandais, qui ont terminé la guerre sans être occupés, et l'expulsion indépendante des Allemands n'a fait que renforcer l'idée d'indépendance dans l'âme de chaque citoyen. Désormais, il a été décidé de compter sur eux-mêmes en toute chose (mais, au cas où, avec un œil sur Moscou).

La ligne Paasikivi-Kekkonen contre la "finlandisation"

Malgré ses anciennes opinions anti-soviétiques, le Premier ministre (et plus tard le Président) Urho Kekkonen commence à poursuivre activement une politique de neutralité et d'engagement avec l'URSS, et se plie même à la demande de l'Union soviétique de réduire les publications et déclarations anti-soviétiques en Finlande. Dans sa politique, il a adhéré à la ligne précédemment formée par le président J. Paasikivi (photo, ci-dessous); ceci peut être dénoté par le concept de la "ligne Paasikivi-Kekkonen": reconnaissance étrangère de la neutralité, confiance des puissances étrangères dans la neutralité, soutien de la neutralité par le peuple finlandais et le fait qu'il a suffisamment de possibilités de repousser les tentatives de violation de la sienne. En 1969, le gouvernement finlandais a immédiatement soutenu l'initiative soviétique de commencer à préparer l'OSCE, et peu après, Helsinki accueillera un cycle de négociations sur le traité SALT-1. La réunion finale de l'OSCE s'est également tenue à Helsinki et l'Acte final sera signé en présence du Secrétaire général de l'ONU. Le fait que de tels événements aient lieu signifiait une reconnaissance internationale et un honneur pour le pays hôte.

paasikivi.jpg

Il est vrai que tout le monde n'était pas d'accord avec la neutralité et la considérait comme un écran derrière lequel se cachaient les intérêts de Moscou. Les critiques ont considéré la position de la Finlande comme une soumission à un voisin puissant et le transfert d'une partie de sa souveraineté à celui-ci tout en conservant formellement son indépendance, ce qui s'est traduit par le terme de "finlandisation". A Helsinki, ils ont considéré cette stupidité et n'y ont pas vu les caractéristiques de l'humilité envers l'URSS. Au contraire, la neutralité finlandaise a permis au pays de surmonter les stéréotypes de la guerre froide et de parvenir à une coopération mutuelle avec tous les pays. Mais la logique de ces années-là était celle de la confrontation des blocs, et il ne pouvait être question de coopération globale entre les différents systèmes. La Finlande n'a pas non plus échappé à ce sort : ses accords avec l'URSS ont été perçus négativement à l'Ouest, elle a été accusée d'extradition de citoyens soviétiques fugitifs et de censure excessive de ce que Moscou considérerait comme offensant. Cependant, rien n'a empêché des accusations similaires de dénoncer les alliés des États-Unis en Europe et en Asie.

La fin du monde bipolaire. Nouvelles priorités de l'UE et de l'OTAN

À la fin des années 1980 - début des années 1990, un nouveau visage de l'Europe se dessine. Après la réunification de l'Allemagne, la Finlande a déclaré que les dispositions restrictives mentionnées dans le traité de paix n'étaient plus valables. Parmi les clauses restrictives, une seule, interdisant le développement et la possession d'armes nucléaires, a été retenue. Le président M. Koivisto a également annoncé que la Finlande réviserait le traité d'amitié et de coopération avec l'URSS pour en exclure toute obligation militaire [2]. En 1992, la Russie ne pouvait plus imposer de restrictions militaires en concluant un nouveau traité. Mais outre les relations de bon voisinage, la culture, les droits de l'homme et les libertés, l'accent a été mis sur l'économie, un aspect qui faisait défaut des deux côtés au début des années 1990. Notamment, la coopération transfrontalière est arrivée: le développement des régions frontalières de la Russie est perçu comme un élément distinct. La mise en œuvre de ces plans sera longue et douloureuse : pendant cette période, le chômage augmentera fortement dans les deux pays et de nombreuses entreprises fermeront. La disparition d'un pôle de pouvoir ne signifie pas une transition sous l'aile d'un autre, et la Finlande a agi de manière indépendante, mais, comme auparavant, avec prudence.

En 1992, l'expression "non-alignement militaire et autodéfense" a été adoptée. Et en 1995, le gouvernement finlandais a exclu le concept de "neutralité" du rapport de sécurité. Le rapport de 1997 mentionne déjà la réception éventuelle d'une aide militaire de l'étranger. Quant aux relations avec l'OTAN, la Finlande a simplement adhéré au programme de Partenariat pour la paix en 1994. Toutefois, le même rapport de 1997 indique que la politique de non-alignement pourrait être revue, bien que dans la société et le parlement finlandais, elle ait été considérée comme "un choix en faveur d'une construction pragmatique des relations avec les pays étrangers" [3]. La question de l'OTAN reste controversée : au début du siècle, l'opinion publique était majoritairement opposée à ce bloc politico-militaire (les chiffres allaient de 65% à 79% de personnes interrogées qui disaient être opposées à l'OTAN) [4].

MG_0556.jpg

Il n'y avait pas de bonnes raisons de rejoindre l'Alliance de l'Atlantique Nord. Peu de gens croyaient à la "menace russe" en Finlande. Et cette tendance (plus de ¾ des Finlandais pensaient qu'il n'y avait pas de menace accrue de la part de la Russie) s'est poursuivie pendant la présidence de Tarja Halonen (photo, ci-dessus). L'un des arguments les plus populaires en faveur de l'OTAN dans ces années-là était que la Finlande, en utilisant ses mécanismes de médiation, aiderait à établir un dialogue entre l'Alliance et la Russie. Selon l'ancien président M. Koivisto, l'opération au Kosovo a pleinement démontré la nature asymétrique des relations: personne n'écoute l'opinion des petits États membres de l'OTAN. Un point de vue similaire était partagé par le commandant des forces de défense finlandaises de 1994 à 2001, le général Gustav Hagglund.

Le retour de la neutralité ferme et la Russie

Contrairement à son prédécesseur, Tarja Halonen a déclaré fermement que la Finlande ne participerait pas aux blocs militaires. La présidente a fait la première déclaration de ce type lors de la cérémonie d'inauguration : "La Finlande, pour autant que cela dépende de moi, restera un pays non-aligné" [5]. Le chef d'État s'est également prononcé contre l'entrée des républiques baltes dans l'OTAN, ce qui a provoqué une réaction négative au sein de l'OTAN. La Finlande a approuvé l'opération militaire en Afghanistan, mais a refusé de soutenir l'intervention en Irak.

En 2001, la commission de la sécurité et de la défense a préparé un rapport extraordinaire intitulé "La politique de sécurité et de défense de la Finlande" [5]. Le rapport a mis en évidence les principaux domaines de la politique étrangère : l'Union européenne, l'OTAN, la Fédération de Russie, la région de la mer Baltique.

Le rapport attire tout d'abord l'attention sur les pays de l'ex-Yougoslavie. La stratégie de défense finlandaise met l'accent sur le rôle prépondérant des États-Unis dans la résolution des crises locales dans le monde, alors qu'en Europe, la résolution de toute crise doit reposer sur la participation égale de l'Union européenne, de l'OSCE et de l'OTAN, et l'élargissement de l'UE est présenté comme un moyen efficace d'améliorer le bien-être économique des nouveaux États membres.

Il est à noter que la Finlande, ainsi que la Suède, construisent leur politique de défense sur la base de la position géographique des États. Dans la région de la mer Baltique, une attention particulière est accordée aux relations entre la Russie et l'OTAN, car pour la première, il s'agit d'une "ligne de front", et Moscou n'observera pas calmement le processus d'expansion de l'Alliance. Les relations entre la Russie et les États-Unis sont considérées comme une priorité pour la stabilité de la région de la mer Baltique.

La Finlande a participé, avec l'OTAN, aux programmes de création et de développement des forces armées des trois anciennes républiques soviétiques (Lettonie, Lituanie, Estonie). Le programme BALTSEA a été élaboré. Il prévoyait d'aider ces pays à participer à des opérations de maintien de la paix, de former un système de surveillance aérienne, d'établir le Collège militaire balte à Tartu et de créer l'escadron naval balte. La sécurité des États repose également sur le bien-être économique des citoyens et sur leur capacité à réagir rapidement à une situation socio-économique changeante.

Jäätteenmäki_Anneli_2014-02-06_1.jpg

La Finlande est l'un des catalyseurs de la politique de sécurité européenne, une sorte de prototype de forces armées paneuropéennes, dont il a été question pour la première fois lors du sommet de l'UE à Helsinki en 1999. En 2003, le ministre finlandais des Affaires étrangères, Erkki Tuomioja, a exprimé sa crainte que la priorité en la matière ne soit accordée à un certain nombre de grands pays, ce qui ne ferait que saper le système de sécurité européen, les petits pays étant laissés à l'écart de la politique de sécurité. Au même moment, le Premier ministre finlandais Anneli Jaatteenmäki (photo, ci-dessus) a fait une déclaration similaire, s'inquiétant de la possible division des membres de l'UE en plusieurs groupes. Paavo Lipponen, président du parlement finlandais, a adopté une position similaire, notant l'importance de la présence de l'OTAN en Europe, mais soulignant en même temps que la Finlande devrait devenir un pont entre la région euro-atlantique et la Russie [7].

L'OTAN - pour et contre

L'orientation ultérieure de la politique de défense étrangère de la Finlande a été examinée en détail dans un rapport de 2004, qui soulignait à nouveau le rôle moteur de la politique de sécurité européenne et mentionnait la nécessité d'une coopération avec l'OTAN (sans y adhérer). Et l'entrée de nouveaux membres dans l'UE et l'Alliance a été considérée comme une tendance positive dans le domaine de la stabilité dans la région.

La controverse publique a commencé à montrer des opinions très divergentes sur la question de l'adhésion à l'OTAN. En 2002, le journaliste finlandais P. Ervasti et le parlementaire J. Laakso, dans le livre "From the Embrace of the Bear Neighbor to the Armpit of NATO" (De l'étreinte du voisin ours à l'aisselle de l'OTAN), ont fait valoir que l'intégration des structures militaires finlandaises aux normes de l'OTAN se poursuit de manière latente depuis de nombreuses années [8]. Le politologue et journaliste finlandais Elias Krohn en 2003 dans son livre "51 bonnes raisons de dire "Non, merci" à l'OTAN" mentionne l'expérience négative de la guerre dans les Balkans, accusant l'Alliance que le bombardement de la Yougoslavie n'était pas une conséquence, mais la cause d'un afflux massif de réfugiés, par conséquent, cette opération ne peut être un exemple de solution réussie à un conflit local [9]. Après la publication du rapport 2004, le Premier ministre Matti Vanhanen (photo, ci-dessous) n'a fait qu'une seule déclaration : "Dans un avenir prévisible, il n'y a aucune raison pour que la Finlande rejoigne l'OTAN, mais la pratique de la coopération politico-militaire avec ce bloc devrait se développer" [10].

2020-03-02_Matti_Vanhanen.jpg

Les sondages effectués auprès de la population montrent que les Finlandais n'étaient pas disposés à rejoindre l'Alliance. En décembre 2000, 66% des citoyens étaient opposés à l'adhésion à l'OTAN, en février 2003 leur nombre a chuté à 56% et en juin 2004 il a de nouveau augmenté pour passer à 61% [11]. Et ¾ des citoyens finlandais estiment qu'un référendum devrait être organisé sur cette question.

Sur la question de l'OTAN, la présidente T. Halonen n'a pas changé de position et a maintenu le statut de pays non aligné. Son adversaire électoral, Sauli Niinistö, n'est pas d'accord: en 2007, il a déclaré que l'adhésion de la Finlande à l'OTAN était inévitable. Le ministre finlandais de la Défense, Jüri Häkämies, a déclaré à Washington que son pays était confronté à trois menaces : "Ce sont la Russie, la Russie et la Russie" [12]. Le président a attribué cette déclaration malheureuse à l'opinion personnelle du ministre. L'ambassadeur de Finlande en Belgique et représentant permanent auprès de l'OTAN, Antii Sierla, a exprimé son appréciation. Selon l'ambassadeur de Finlande, il existe un certain nombre de facteurs négatifs: la perception négative par la Russie de l'expansion de l'OTAN, la dépendance de l'Europe vis-à-vis des ressources énergétiques russes et la dépendance économique de la Russie vis-à-vis des petits pays limitrophes. Le diplomate finlandais s'est dit confiant que l'OTAN considérerait la Finlande comme un expert de premier plan sur la Russie, ce que l'on ne pouvait alors pas dire du chancelier Alexander Stubbe, qui était un partisan déclaré de l'OTAN. À l'automne 2008, après qu'un des représentants du ministère russe des Affaires étrangères ait qualifié la Finlande de "pays neutre respecté", A. Stubb a immédiatement répondu que la Finlande n'est pas un pays neutre et qu'elle travaille et coopère étroitement dans le domaine militaire avec l'UE et l'OTAN.

En mars 2009, le gouvernement a préparé un rapport régulier sur la politique de sécurité. Comme auparavant, les Finlandais considèrent la mise en œuvre de missions humanitaires, le travail avec l'administration civile et la médiation dans les négociations comme les principales tâches des opérations de maintien de la paix. Le rapport mentionne également spécifiquement la Russie comme l'un des principaux participants à la résolution des conflits gelés en Europe, dans le Caucase et au Moyen-Orient. Toutefois, comme indiqué, les problèmes de corruption, de droits de l'homme, de rhétorique nationaliste dans les médias et d'"agression" contre la Géorgie pourraient laisser des traces dans les relations entre la Russie et l'UE.

La tendance générale de ces documents peut être décrite comme "aucun déficit de sécurité" en Finlande. Même A. Stubb, un partisan déclaré de l'OTAN, a changé sa rhétorique pro-occidentale et a annoncé que la question de l'OTAN était reportée et serait soumise à un référendum à l'avenir. En 2010, il a décrit la relation entre la Finlande et l'OTAN comme un "mariage civil" : "Nous sommes de très bons et proches partenaires, dans un sens nous sommes plus un pays de l'OTAN que certains membres de l'OTAN. Nous ne fermons pas la porte à l'OTAN, mais nous ne l'ouvrons pas encore" [13].

La neutralité continue

Lors des élections présidentielles de 2012, Sauli V. Niinistö, représentant du parti de la Coalition nationale, est devenu le leader du pays. Même pendant le débat, il a affirmé la nécessité d'étendre la coopération militaire au sein de l'UE. Quant à l'OTAN, ici S. Niinistö (photo, ci-dessous) s'est exprimé assez brièvement: "cette question devrait être décidée par référendum". Dans son discours inaugural, le président nouvellement élu n'a pas mentionné la politique de non-alignement, mais a déclaré que les relations avec la Russie et l'UE resteront les principales priorités de la politique étrangère du pays. Notamment, le nouveau président a effectué ses premières visites d'État en Suède, en Estonie et en Russie.

Sauli_Niinistö_at_the_Enthronement_of_Naruhito_(1).jpg

En juin 2012, lors d'une visite à Helsinki, le chef d'état-major général des forces armées russes, le général N. Makarov, a mis en garde la Finlande contre l'adhésion à l'OTAN et s'est inquiété de l'étroite coopération militaire entre les pays nordiques. Les remarques du général russe ont été perçues négativement par le ministre finlandais de la Défense, Stefan Wallin, qui a souligné que la Finlande agirait de manière indépendante dans le domaine de la défense. Le président finlandais a également réagi négativement aux remarques du général russe, les qualifiant d'"analyse incorrecte des relations de la Finlande avec l'OTAN, qui pourrait conduire à des conclusions erronées".

En 2012, un rapport distinct du ministère finlandais de la Défense, intitulé "Changing Russia", a été consacré aux relations avec la Russie. Les auteurs du rapport mentionnent le passé soviétique : "L'expérience d'un pouvoir personnel illimité peut compenser la faiblesse des institutions démocratiques en Russie, ce qui entraînera la détérioration des relations entre la Russie et l'Occident et la formation d'une "mentalité d'assiégé" chez les Russes. Et les intérêts nationaux finlandais étaient et sont directement dépendants de la stabilité politique et économique de son voisin oriental.

La confrontation entre la Russie et les États-Unis se reflète dans la discussion sur l'adhésion de la Finlande à l'OTAN: les mythes sur la "menace russe" et le "manque de sécurité" ont été ravivés dans le pays une fois de plus. Globalement, les conclusions du rapport montrent que la Finlande, pour des raisons historiques et géographiques, est inextricablement liée à la Russie.

En 2012, le gouvernement a publié un rapport régulier dans le domaine de la politique de sécurité. Comme dans le rapport précédent, en ce qui concerne la Russie, les auteurs se concentrent sur le développement des relations économiques avec la partie nord-ouest de la Fédération de Russie. Les relations entre la Russie et l'OTAN sont typiquement tendues, et la Russie renforce sa présence militaire dans la région balte.

Le rapport mentionne spécifiquement la Coopération nordique en matière de défense (NORDEFCO), une organisation internationale formée en 2009 par cinq États nordiques : il convient de considérer que trois pays de la NORDEFCO (Islande, Norvège, Danemark) sont membres de l'OTAN, et à cet égard, la Finlande, selon les auteurs du rapport, pourrait rapprocher encore davantage ses relations avec l'OTAN.

Nouveau test 2014 - La neutralité finlandaise après 2014

Les citoyens finlandais sont majoritairement négatifs quant à l'adhésion de leur pays à l'OTAN : seuls 17 % des Finlandais sont favorables à l'adhésion à l'Alliance. Mais les événements en Ukraine ont fait leurs propres ajustements. Avant même le référendum de Crimée, le président S. Niinistö a déclaré que la Russie violait gravement les normes du droit international sur la péninsule en liant les activités des forces d'autodéfense de Crimée aux forces armées russes. Le ministre finlandais des Affaires étrangères, Erkki Tuomioja, a exprimé un point de vue similaire.

Alexander_Stubb_EPP_October_2018_(44474967285)_(cropped).jpg

À l'été 2014, Alexander Stubb (photo, ci-dessus) a pris le poste de premier ministre. Dans l'une de ses premières interviews à son nouveau poste, il a déclaré sans ambages qu'il ferait entrer le pays dans l'OTAN. Dans le même temps, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a mis en garde la Finlande contre une adhésion à l'OTAN, citant les propos du président finlandais S. Niinistö sur l'inopportunité d'une mesure aussi radicale. Selon les sondages de 2014, la proportion d'opposants a diminué, mais est restée majoritaire.

Si les dirigeants finlandais préfèrent maintenir leur position neutre antérieure sur la question de l'OTAN, dans la région nordique, le pays continue de renforcer la coopération entre ses voisins. Le 6 mai 2014, les ministres de la Défense suédois et finlandais, Karin Enström et Karl Haglund, ont signé un document commun dans le domaine du renforcement de la coopération militaire entre les deux pays. Le "Plan d'action pour l'approfondissement de la coopération en matière de défense entre la Suède et la Finlande" implique une étroite coopération conjointe avec l'Union européenne, l'OTAN, l'ONU et NORDEFCO. Cela comprend l'échange de personnel, l'utilisation conjointe d'infrastructures militaires, des exercices de surveillance et de reconnaissance aériennes, l'étude des tactiques de différents types de troupes des deux pays.

Le président S. Niinistö a clairement exprimé son point de vue sur le sujet des relations avec la Russie et l'OTAN lors de ses vœux de nouvel an le 1er janvier 2015. La citation suivante ne peut être ignorée : "Nous avons élevé notre partenariat avec l'OTAN à un nouveau niveau, et nous poursuivrons cette coopération. Il va de soi que nous pouvons toujours demander l'adhésion à l'OTAN si nous le voulons".

Les sondages de 2015 ont confirmé l'attitude prudente des Finlandais à l'égard de l'OTAN. Le nombre d'opposants continue de baisser: 55%, mais la proportion de partisans a également diminué: 22%. Les opposants à l'OTAN restent majoritaires même avec une telle formulation de la question : "Si la Suède rejoint l'OTAN, la Finlande doit-elle faire de même ?" Ici, les opposants à l'OTAN représentent 47%, les partisans 35%. Fin 2015, la tendance est en faveur des indécis. Un sondage réalisé par l'Union des réservistes de Finlande a montré que 40% étaient contre l'adhésion à l'OTAN, 28% étaient en faveur de l'adhésion et 32% ne pouvaient pas donner de réponse exacte.

La discussion sur l'OTAN a repris au plus haut niveau après la publication en avril 2016 d'un rapport d'une équipe gouvernementale préparé pour le Premier ministre Juhi Sipilä. Le document abordait cinq questions principales : comment la Russie réagirait à l'adhésion de la Finlande à l'OTAN, si la Finlande rejoindrait l'OTAN seule ou avec la Suède, si la politique de défense finlandaise est suffisamment fiable sans participation à des alliances militaires, quelles sont les conséquences de l'adhésion à l'OTAN et quand le moment sera venu de rejoindre l'OTAN. Le groupe n'a pas pris de décision finale sur l'adhésion à l'OTAN, mentionnant seulement que cette question devrait définitivement être décidée conjointement avec la Suède. Mais dans ce cas, la Russie augmentera ses forces à la frontière et exercera une pression sur les États baltes. Les auteurs du rapport ont également exprimé une variante de la pression exercée par la Russie sur la Finlande en tant qu'"activation politique des citoyens finlandais venus de Russie". Selon les auteurs du rapport, l'adhésion conjointe de la Finlande et de la Suède à l'OTAN serait la meilleure option.

La lutte pour le pouvoir continue

Parmi les derniers documents finlandais reflétant les questions de stratégie militaire, on peut distinguer : le rapport du gouvernement sur la politique étrangère et de sécurité de la Finlande (septembre 2016) et le rapport du gouvernement sur la politique de défense (juillet 2017). Les deux rapports mentionnent le renforcement de la présence militaire des pays de la région de la mer Baltique depuis le début et appellent les dirigeants finlandais à suivre la même voie. L'OTAN continue d'être considérée comme une source de stabilité dans le sous-continent européen et la coopération avec l'Alliance est perçue positivement (le mécanisme de partenariat offrant de meilleures possibilités de dialogue et de coopération, qui inclut la Finlande et la Suède, est mentionné). La stratégie souligne que le pays est sorti des alliances militaires. Toutefois, "en suivant de près l'évolution de la situation en matière de sécurité, la Finlande conserve la possibilité d'adhérer à l'OTAN".

hwp8mo4z26r41.jpg

Soldats finlandais en Afghanistan.

Par le prisme du conflit militaire en Syrie, les forces armées russes sont très appréciées: les Finlandais soulignent la capacité de Moscou à répondre rapidement et efficacement aux défis de l'ordre mondial. La Russie est activement engagée dans le développement de nouveaux types d'armes et se concentre sur les armes de haute précision, les troupes de réaction rapide, les véhicules aériens sans pilote, les armes nucléaires et les nouveaux moyens de commandement et de renseignement. Mais parallèlement aux louanges adressées à l'armée russe, on craint que la Russie "cherche à défier les capacités et les intentions de l'OTAN de protéger les pays baltes et d'Europe orientale en cas de conflit militaire". Le rapport sur la politique étrangère s'est avéré un peu plus objectif : la base du renforcement de la puissance militaire de la Russie est le mépris de l'Occident pour les intérêts nationaux de la Russie. Une autre preuve de la culture politique démocratique de la Finlande est le fait que des déclarations audacieuses sur l'imprévisibilité de la politique étrangère russe, le non-respect du droit international par la Russie et la faiblesse de l'économie des ressources coexistent harmonieusement avec des appels au renforcement des liens transfrontaliers, à l'élargissement des contacts dans le domaine de l'énergie, à une étude plus approfondie et plus diversifiée de la Russie et à des contacts directs entre les citoyens. Les titres des paragraphes sont également frappants : si les mots "approfondissement" et "développement" sont utilisés en relation avec les États-Unis et l'OTAN, dans le cas de la Russie, un terme neutre est simplement utilisé : "importance".

Un autre document du ministère finlandais de la Défense - "Aperçu de l'avenir. La sécurité et la défense sont la base de la prospérité finlandaise" (juin 2018). Les stratèges finlandais ont souligné le danger croissant de la résolution des conflits par la force. Naturellement, on mentionne l'amélioration technique des forces armées et les exigences accrues en matière de formation du personnel, l'expansion de la coopération avec les États étrangers pour résoudre les problèmes communs et la formation de systèmes de défense collective, et la base de la défense du pays reste universelle. le service militaire et la volonté de défendre la patrie. La Russie n'en est pas exempte : sa puissance militaire croissante est également mentionnée ici, mais elle est aussi dictée par des raisons objectives de renforcement de la sécurité nationale. Une éventuelle adhésion à l'OTAN est discutée comme auparavant : La Finlande suivra de près la politique d'expansion de l'OTAN et se réserve la possibilité de rejoindre le bloc. Mais l'Alliance est toujours mentionnée avec l'Union européenne et l'ONU : les stratèges finlandais déclarent un format global pour la résolution des crises, sans prépondérance dans une seule direction.

Pendant ce temps, la population finlandaise conserve une attitude négative à l'égard d'une éventuelle adhésion à l'OTAN : en 2017, le pourcentage de personnes opposées à l'OTAN était compris entre 51 % et 53 %, et le nombre de ceux qui souhaitent organiser un référendum sur cette question a diminué de 63 % à 54 %. Le soutien à l'OTAN oscille autour de 20 %. En 2019, les chiffres restent les mêmes. Mais il ne faut pas oublier l'attitude positive des réservistes finlandais à l'égard de l'OTAN : seul un tiers d'entre eux y est opposé.

Le président S. Niinistö lui-même s'efforce de rester neutre, mais il n'oublie pas de désigner l'Union européenne comme l'orientation principale de sa politique étrangère. Dans le même temps, en 2017 et 2018, il a regretté que l'UE soit plus faible que jamais et que les présidents de la Fédération de Russie et des États-Unis discutent des affaires européennes sans sa participation. Sur la question de l'OTAN, il a maintenu la ligne de neutralité, bien qu'il n'ait pas nié la possibilité de rejoindre le bloc. En septembre 2018, le président a refusé de rejoindre l'Alliance, préférant développer de bonnes relations commerciales avec Moscou et comprenant la réaction possible de la Russie à une telle démarche. Le nouveau ministre de la défense, Antti Kaikkonen, est également neutre et affirme qu'il ne considère pas la Russie comme une menace.

Le statut de Partenaires de l'OTAN aux possibilités accrues de la Suède et de la Finlande leur a permis de participer aux procédures de travail de l'OTAN sur un pied d'égalité avec les Alliés. La Suède et la Finlande s'engagent à poursuivre la coopération avec l'OTAN avec un haut degré de volonté politique. La Finlande ne nie pas non plus l'implication de l'OTAN dans un éventuel conflit militaire dans la région de la mer Baltique.

Il est important que la Finlande maintienne sa position militaire et politique actuelle, car sa coopération avec l'OTAN en tant que pays non aligné est du plus haut niveau, et son statut de neutralité et ses bonnes relations avec les États voisins protègent le pays de la génération d'un conflit potentiel dans la région de la mer Baltique et d'un éventuel mécontentement du public quant aux conséquences de l'adhésion au bloc. Il n'est pas dans l'intérêt de la Finlande de faire de l'Europe du Nord une autre région de contradictions entre les puissances : tout mouvement vers l'OTAN impliquera nécessairement une réponse russe.

NOTES:

1 . Jussila O., Khentilya S., Nevakivi J. Historia política de Finlandia 1809-2009./Prólogo. Yu.S. Deryabin. - M.: Editorial "Ves Mir", 2010. - S. 291.

2 . Sinkkonen V., Vogt H. (toim.). Utopia ulkopolitiikassa: sarja visioita suomen asemasta maailmassa. // Ministerio ulkoasiático julkaisuja 03/2014. — Pág. 14.

3 . Knudsen F. Olav. Estrategias de seguridad, disparidad de poder e identidad: la región del mar Báltico. - Ashgate Publishing Group, 2007. - Pág. 52.

4 . Pesonen P., Riihinen O. Finlandia dinámica. (Traducido por A. Rupasov) - San Petersburgo - Editorial de la Casa Europea, 2007. - P. 338.

5 . Norte de Europa. Región de Nuevo Desarrollo / Ed. Yu.S, Deryabina, N.M. Antyushina. - M.: Editorial "Ves Mir", 2008. - S. 422.

6 _ Política finlandesa de seguridad y defensa 2001. Informe del Gobierno al Parlamento el 13.06.2001. // Puolutustusministerio. URL: http://www.defmin.fi/files/1149/InEnglish.pdf . Fecha de acceso: 26.02.2016.

7 . Ojanen H.. EU:n puolustuspolitiikka ja suhteet Natoon: tervetullutta kilpailua. // Informe UPI 3/2003. - Pág. 8-12.

8 _ Ervasti P., Jaakso J. Karhun naapurista NATON kainaloon. - WSOY, Heelsinki, 2002. - S. 127.

9 _ Krohn E. 51 hyvää syytä sanoa Natolle kiitos ei. - Helsinki: Suomen rauhanpuolustajat, 2003. - S. 23-45.

10 _ Norte de Europa. Región de Nuevo Desarrollo / Ed. Yu.S, Deryabina, N.M. Antyushina. - M.: Editorial "Ves Mir", 2008. - S. 427

11 _ Allá. págs. 427-428.

12 _ Novikova I. N. Finlandia y la OTAN: ¿“matrimonio civil”? // Trabajos científicos de la Academia de Administración Pública del Noroeste. 2011. V.2. Tema. 2.- C. 85-86.

13 _ Novikova I. N. Finlandia y la OTAN: ¿“matrimonio civil”? // Trabajos científicos de la Academia de Administración Pública del Noroeste. 2011. V.2. Tema. 2.- C.88.

mercredi, 03 août 2022

Tambours de guerre en Extrême-Orient: l'Ukraine sera-t-elle bientôt une question secondaire ?

13_rapp-hooper.jpg

Tambours de guerre en Extrême-Orient: l'Ukraine sera-t-elle bientôt une question secondaire?

Par Théo-Paul Löwengrub

Source : https://ansage.org/kriegstrommeln-in-fernost-wird-die-ukraine-bald-zur-nebensache/

Ce que l'on craignait depuis longtemps semble désormais se préciser : favorisé par la focalisation maniaque de l'Occident sur la guerre en Ukraine et ses conséquences globales, le prochain scénario catastrophe possible se prépare également en Asie - avec des conséquences bien plus graves pour la politique mondiale. Toute la région en crise autour de la péninsule coréenne et de Taïwan risque de se retrouver au centre d'un échange de coups entre deux puissances mondiales, face auxquelles la "guerre par procuration" dans le Donbass, déjà opaque, ressemblera à une escarmouche. Les développements actuels donnent raison aux observateurs qui avaient rapidement mis en garde contre un rapprochement entre la Russie et la Chine et qui craignaient que l'escalade dans le nouveau conflit Est-Ouest ne soit un scénario bienvenu pour Pékin afin d'obtenir enfin le "règlement" de la question de Taïwan, non résolue pour la Chine depuis 70 ans.

Le président du groupe parlementaire FDP, le Comte Alexander Lambsdorff, met lui aussi en garde contre une attaque de la Chine contre l'île et fait remarquer que, dans ce cas, les Etats-Unis devraient décider à court terme s'ils interviennent ou non. Roderich Kiesewetter, membre de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) en charge des affaires étrangères, a également exprimé sa crainte qu'une attaque chinoise contre Taïwan soit plus précoce que prévue. Et la Chine surveille de très près la manière dont l'Occident traite la Russie. "Les dirigeants chinois pourraient voir un avantage stratégique dans une attaque à plus brève échéance, car l'Occident mobilise actuellement de nombreuses capacités dans le conflit russe", a déclaré M. Kiesewetter - qui a toutefois, jusqu'à présent, soutenu sans critique la politique ukrainienne de l'Allemagne, débordante de mégalomanie morale, avec ses conséquences sur l'approvisionnement énergétique, principalement allemand, et qui, la semaine dernière encore, a préparé les Allemands à "deux ou trois hivers difficiles".

ap3ebt68_nancy-pelosi_625x300_02_August_22.jpg

Pelosi joue avec le feu

En Chine, on ne croit manifestement pas qu'un président américain complètement déconnecté et prédicateur puisse encore évaluer correctement la situation. Entre-temps, des politiciens américains subalternes, comme la vieille présidente démocrate de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, sont perçus comme les véritables acteurs. Le géant rouge, qui considère Taïwan comme une province sécessionniste, a organisé samedi des manœuvres militaires à tirs réels près de Taïwan, comme s'il voulait lancer un avertissement à Mme Pelosi pour qu'elle renonce d'urgence à sa visite dans le pays. Le président chinois Xi Jinping est également conscient du fait que les sanctions suicidaires de l'Occident ne représentent aucun danger pour la Russie et que ses livraisons d'armes prolongeront la guerre sans en modifier l'issue, tout comme la certitude que la dissuasion nucléaire continue de très bien fonctionner. Il pourrait donc se servir de l'Ukraine comme d'un modèle pour "faire table rase", même à sa propre porte.

En cas d'attaque, les conséquences seraient catastrophiques pour notre économie - bien plus que dans le cas de la Russie si l'Occident devait faire preuve de la même intransigeance morale et sanctionner les importations chinoises. Ce serait fatal - car non seulement les États-Unis, mais aussi l'Allemagne et l'UE dépendent autant de la Chine que de Taïwan. Lambsdorff fait remarquer qu'un tiers de la production mondiale de semi-conducteurs provient de Taïwan - précisément dans la partie des chaînes d'approvisionnement qui est jusqu'à présent la moins touchée par les perturbations actuelles des voies commerciales. "Chez nous, presque toutes les chaînes d'approvisionnement dans l'industrie seraient touchées, de nombreux produits techniques ne pourraient plus être fabriqués. De la machine à laver à l'avion", explique M. Lambsdorff.

Des risques économiques incomparablement plus importants

Les États-Unis ont déjà intensifié leurs efforts pour devenir moins dépendants de la production de puces en Asie en faisant adopter par le Congrès un projet de loi visant à promouvoir la fabrication nationale de semi-conducteurs. L'Allemagne n'est pas en mesure de faire de même. Il est donc "dans notre propre intérêt d'éviter un conflit parallèle entre la Russie et l'Ukraine et entre la Chine et Taïwan". L'homme du FDP devrait se pencher sur ses propres errements passés - et vérifier si la politique étrangère et de sécurité de l'UE, qualifiable de kamikaze, et aussi celle de la coalition tricolore au pouvoir en Allemagne, n'a pas précisément accéléré ce phénomène - en isolant complètement la Chine de l'Occident et en encourageant de nouvelles alliances impitoyables entre des blocs de pouvoir non démocratiques.

La situation favorable de la politique étrangère et l'absence de réaction de l'Occident ne sont pas les seuls facteurs qui rendent probable une intervention militaire prochaine ; le régime du PC chinois est également sous pression sur le plan intérieur et pourrait tenter d'éviter les frustrations et les troubles imminents en jouant la carte ultranationaliste de Taïwan. En effet, le président chinois Xi Jinping a causé d'énormes dommages économiques à son pays par sa politique impitoyable de confinement, de "Corona Lockdown". Malgré le règne totalitaire du PC, les critiques internes à son encontre se sont récemment faites de plus en plus virulentes.

29478535-joe-biden-nancy-pelosi-xi-jinping-2ACQCCAvqsfe.jpg

Une nouvelle guerre de Corée est-elle imminente ?

La crise taïwanaise n'est pas le seul scénario de conflit qui se dessine concrètement en Extrême-Orient : Xi cherche également à resserrer significativement les liens avec la Corée du Nord, avec le dictateur nord-coréen Kim Jong Un. Ce dernier a récemment menacé une nouvelle fois la Corée du Sud d'"anéantissement" et annoncé une nouvelle grande guerre contre le sud du pays, divisé depuis la fin de la guerre de Corée en 1953. "Notre armée est prête à répondre à n'importe quel défi. Nous sommes en mesure d'utiliser notre dissuasion nucléaire de manière ciblée et efficace", a déclaré Kim. Les menaces sont loin d'être aussi vides qu'il y a quelques années, lors de la démocratie présidentielle décalée d'opérette entre Kim et Donald Trump. Pyongyang dispose désormais de missiles hypersoniques qui lui permettraient d'atteindre n'importe quelle cible aux États-Unis.

De son côté, la Corée du Sud est en train de mettre en place un bouclier antimissile contre les attaques du Nord, ce qui permettrait également une riposte immédiate. Le fait que la Chine, ancienne puissance protectrice de la Corée du Nord, se rapproche activement de la dictature stalinienne de sa propre initiative, soulignant ainsi une nouvelle position de front contre les États-Unis, n'est pas de bon augure. Washington est donc confronté, en plus du conflit avec la Russie, à une nouvelle escalade dans le conflit déjà tendu à l'extrême avec la Chine, qui pourrait chercher des avantages de politique intérieure dans une attaque contre Taïwan - et devrait en même temps user des forces, par rapport auxquelles le Vietnam et l'Irak auraient été des promenades de santé, dans une éventuelle guerre contre la Corée du Nord aux côtés du Sud, et où la Chine pourrait officiellement se tenir à l'écart. De tels scénarios d'horreur et leurs conséquences économiques et politiques catastrophiques conduiraient sans doute définitivement la "politique de sécurité" allemande au nirvana. Et c'en serait fini de la "politique étrangère féministe" à la Baerbock.

Le plan de la Chine pour une route commerciale de la Grèce vers l'Europe danubienne par un canal

dunav_morava_vardar_egejsko_more.jpg

Le plan de la Chine pour une route commerciale de la Grèce vers l'Europe danubienne par un canal

Par Philip Chrysopoulos

Source: https://greekreporter.com/2022/07/29/china-canal-trade-route-greece-danube/

La Chine envisage de construire une route commerciale par canal de la mer Égée au fleuve Danube pour relier la Grèce et l'Europe centrale via les Balkans afin d'accélérer l'expédition des marchandises.

Cette initiative s'inscrirait dans le cadre de l'initiative chinoise "Belt and Road", soutenue par la somme colossale de 3000 milliards de dollars, qui vise à combler le déficit d'infrastructures le long des routes commerciales vers l'Afrique, l'Asie et l'Europe.

Cela signale également l'ambition du géant asiatique de jouer un rôle encore plus important dans les affaires mondiales.

La Chine a déjà pris pied en Méditerranée en possédant le principal port de la Grèce, le port du Pirée, par l'intermédiaire de COSCO.

COSCO a fait du port du Pirée le plus important d'Europe et investit des centaines de millions d'euros dans l'expansion de ses installations.

cover-r4x3w1000-5aec763fce26c-le-port-du-piree-en-grece-propriete-du-chinois-cosco.jpg

Cependant, le port qui sera utilisé au cas où la route commerciale du canal des Balkans se matérialiserait sera le port de Thessalonique.

Un projet ambitieux

Le projet envisagé par la Chine est une liaison verticale entre le Danube, le deuxième plus long fleuve d'Europe, et la côte égéenne septentrionale de la Grèce, à savoir le port de Thessalonique.

La voie navigable passera par les fleuves Morava et Vardar/Axios, atteignant ainsi l'Europe centrale sans contourner la Méditerranée.

Mer Égée, Grèce, Canal vers le Danube

Le plan consiste à élargir les fleuves dans certaines parties afin que les gros cargos puissent passer.

Ce projet potentiel entraînerait des changements radicaux dans les options de transport dans la grande région européenne.

Toutefois, le projet de construction d'une route commerciale par canal vers l'Europe centrale à travers les Balkans nécessite des accords bilatéraux avec tous les pays concernés.

Plus précisément, la Chine doit s'entendre avec la Grèce, la Serbie, la Macédoine du Nord, ainsi que les pays d'Europe centrale.

Les avantages du canal Grèce - Europe centrale pour la Chine

Si la route commerciale du canal de la Chine se matérialise effectivement, les pays des Balkans et d'Europe centrale obtiendront des marchandises moins chères et plus rapides, tandis que le transport des exportations coûtera également moins cher.

Dans le même temps, les pays des Balkans seraient en mesure d'expédier des produits locaux vers les marchés de l'ouest de l'UE plus facilement, plus rapidement et à moindre coût.

Le développement de ce que la Chine considère comme la "nouvelle route de la soie" - impliquant la terre, l'air et la mer - est déjà en cours et l'utilisation des rivières existantes ne pouvait pas être laissée de côté dans ce plan plus large.

La voie navigable offrirait un itinéraire beaucoup plus rapide et moins coûteux pour les marchandises destinées à l'Europe en provenance de l'Est.

Le développement de la nouvelle voie navigable offrirait une liaison de transport de la Méditerranée orientale directement au cœur de l'Europe, via les fleuves Axios/Vardar, Morava et Danube.

Les cargaisons n'auraient plus besoin d'être acheminées jusqu'à Gibraltar et de là jusqu'aux Pays-Bas, ou d'être bloquées dans l'étroit détroit du Bosphore.

maxrecanalégéedanubesdefault.jpg

Certaines études préliminaires ont indiqué qu'une telle route serait plus rapide de trois jours et demi par rapport à l'option existante via Rotterdam.

La cargaison du port néerlandais atteint le Danube, qui coule horizontalement, de l'Europe centrale, au sud-ouest de l'Allemagne, à la mer Noire, à un point de la côte est de la Roumanie.

Il s'agit d'une perspective attrayante pour la Chine et d'autres pays d'Asie de l'Est, qui exportent chaque année des millions de conteneurs vers les marchés européens et la Russie.

Certaines voies navigables en Grèce, en Serbie et en Macédoine du Nord devront être élargies et approfondies.

Le minimum requis pour qu'un cargo puisse passer par les canaux fluviaux est de 4 mètres de profondeur et de 28 mètres de largeur.

Via le Bosphore ou Thessalonique ?

Actuellement, les navires en provenance de Chine et à destination de l'Europe font escale au port du Pirée ou au port de Trieste en Italie. De là, les marchandises sont transportées en Europe par camion, train ou avion.

img-3-small480.jpg

Mais acheminer des marchandises vers l'Europe centrale et du Nord de cette manière est coûteux et il faut beaucoup de temps pour que les marchandises arrivent à destination.

Il existe donc deux options pour la route commerciale de la Chine par le canal : les cargos doivent entrer dans le Danube à partir du Bosphore ou de Thessalonique.

La première option implique que les navires en provenance d'Asie entrent dans la mer Noire par le détroit des Dardanelles et entrent en Europe à partir du point où le Danube se jette dans la mer.

De là, les cargos peuvent traverser le Danube pour atteindre les principaux ports européens comme Budapest, Vienne et Amsterdam.

En utilisant la route du Bosphore, un navire devrait parcourir 1900 km (1180 miles) pour atteindre Belgrade.

En revanche, si les navires se rendent au port de Thessalonique et rejoignent le Danube par la rivière Axios-Vardar, ils devront parcourir 1000 km (621 miles) jusqu'à Belgrade.

Il existe une troisième option, mais elle est presque irréaliste : Les cargos en provenance d'Asie peuvent se connecter au Danube via Venise, mais cela nécessiterait la construction d'un canal de 88 km de long (55 miles).

À une vitesse de 10 km par heure, les cargos en provenance de Chine ont besoin de huit jours pour atteindre leur destination européenne. En utilisant les canaux, il leur faudrait un peu plus de quatre heures.

La route commerciale des canaux de la Chine à travers l'Europe n'est pas seulement beaucoup plus rentable, elle est également plus sûre sur le plan environnemental.

Les coûts de carburant pour le nombre de camions, de trains et/ou d'avions nécessaires pour transporter les marchandises à travers l'Europe seront considérablement réduits, sans parler du fait que la pollution sera limitée.

Une idée vieille de près de deux siècles

L'idée de relier la Méditerranée au Danube remonte en fait aux années 1840.

En 1907, les États-Unis ont créé une commission d'ingénierie chargée d'étudier la possibilité de réaliser ce projet.

Cependant, les guerres balkaniques (1912-1913), la Première et la Seconde Guerres mondiales, la Guerre froide ont mis le projet en veilleuse.

Aujourd'hui, l'entrée de la Méditerranée à la mer Noire est contrôlée par la Turquie, et un tel plan devrait passer par le gouvernement d'Ankara.

Par conséquent, Thessalonique serait le point d'entrée idéal vers le Danube et le reste de la route commerciale du canal de la Chine.

Une telle démarche diminuerait inévitablement le pouvoir géopolitique de la Turquie en Méditerranée, tout en donnant à la Grèce un avantage en tant que plaque tournante du transport maritime international.

Consultez toutes les dernières nouvelles de la Grèce et du monde sur Greekreporter.com. Contactez notre salle de presse pour signaler une mise à jour ou envoyer votre histoire, vos photos et vos vidéos. Suivez GR sur Google News et abonnez-vous ici à notre courriel quotidien !

 

samedi, 30 juillet 2022

Deux axes qui modifient la géopolitique mondiale : Russie-Chine-Iran et Russie-Iran-Inde

AP_282198654393-e1577450636281.jpg

Deux axes qui modifient la géopolitique mondiale: Russie-Chine-Iran et Russie-Iran-Inde

Alfredo Jalife-Rahme,

Analyste géopolitique, auteur et conférencier

Source: https://geopol.pt/2022/07/24/dois-eixos-que-deslocam-a-ge...

L'Iran se positionne désormais comme un centre (une intersection) entre deux axes futuristes, l'un de nature géopolitique (avec la Chine) et l'autre de nature géoéconomique (avec l'Inde) et entre trois superpuissances convergentes (le RIC : Russie-Inde-Chine)

Dans sa sombre oraison funèbre, au lieu de donner une conférence à la Ditchley Foundation, l'ancien Premier ministre britannique méga-polémique Tony Blair (TB), au bord de la dépression mentale et dans le cadre de son schéma bipolaire simpliste entre les États-Unis et la Chine - sans la Russie - a exposé le partenariat stratégique du binôme désormais indissoluble de la Chine et de la Russie, auquel s'ajouterait l'Iran (bit.ly/3vvn3Zl).

Tony Blair a laissé l'Inde et l'Indonésie (la plus grande population islamique du monde) flotter dans le vague, ce qui n'augure rien de bon pour eux de la part de la perfide Albion.

41yzOugMNkL.jpg

On pourrait arguer que l'axe Russie-Chine-Iran est plus géostratégique, lorsque l'Iran entretient simultanément des relations optimales avec la Chine et la Russie - sans parler de l'Inde - malgré l'épée de Damoclès tranchante des sanctions américaines et la menace permanente d'une attaque d'Israël qui, avec l'appui de Washington, exerce unilatéralement un monopole sur 250 bombes nucléaires au Moyen-Orient.

La récente visite de haut niveau du président russe Vladimir Poutine à Téhéran (sa cinquième visite, ce qui est significatif) - pour assister au sommet trilatéral avec le sultan Erdogan de Turquie dans le cadre du "format Astana (bit.ly/3czsIXB)" destiné à résoudre le conflit syrien - a marqué un accord historique de 40 milliards de dollars sur les hydrocarbures (bit.ly/3oks42G).

Le Global Times de Chine rapporte que la visite de Poutine à Téhéran est un revers majeur pour le camp occidental qui fait suite au voyage de Biden, qui est revenu du Moyen-Orient les mains vides - incapable de créer une OTAN arabe, c'est-à-dire un front contre l'Iran, et pire, incapable d'augmenter la production de pétrole des six pétromonarchies du Conseil de coopération du Golfe, dirigé par l'Arabie saoudite (bit.ly/3B9lDHi).

L'Iran vient de rejoindre le Groupe géostratégique de Shanghai (bit.ly/3IYrKQz) et a demandé à adhérer aux BRICS à l'initiative du chef suprême de la théocratie chiite, l'ayatollah Khamenei, et de son président Ebrahim Raisi.

Le très médiocre conseiller à la sécurité nationale de Biden, Jake Sullivan, affirme que l'Iran prévoit de livrer des centaines de drones de combat à la Russie (bit.ly/3yUBnLE), tandis qu'un autre conseiller accro à la russophobie incoercible, Anshel Pfeffer, exagère en affirmant que "Poutine a perdu la guerre des drones" et en expliquant "comment l'Iran peut l'aider en Ukraine (bit.ly/3yYZZ3i6)".

Deux points saillants qui ont attiré mon attention sont 1. le déclassement progressif de la Turquie, toujours membre de l'OTAN, et de l'Iran, et 2. le très importantes corridor de transport géoéconomique Nord-Sud - par terre, rail et mer (INSTC), de 7200 km reliant la Russie et l'Inde à travers l'Iran et l'Azerbaïdjan en passant par la mer Caspienne (bit.ly/3oj19EB).

Selon les évaluations du PIB nominal posées par le FMI, l'Iran se classe désormais au 14e rang, malgré les sanctions américaines dévastatrices, avec 1,74 trillion de dollars, devant l'Espagne et derrière l'Australie, tandis que la Turquie est tombée au 23e rang avec 692,38 milliards de dollars, ce qui a nui à la valeur de la livre turque.

Selon Bloomberg, la Türkye (son nouveau nom) cherche à abandonner le dollar dans ses paiements pour l'énergie russe, ce qui "pourrait ralentir le déclin de ses réserves (bloom.bg/3BbITok)".

169791052.jpg

La nouvelle route de l'Inde vers la Russie, via l'Iran et l'Azerbaïdjan, réduira de moitié le poids de la logistique actuelle.

L'INSTC (bit.ly/3Pqzqxn) offre la connectivité la plus courte entre l'Inde et la Russie, ce qui réduira leurs coûts logistiques et le temps de transport.

L'Azerbaïdjan et l'Iran ont également conclu un nouvel accord de transport (bit.ly/3v6nfxC) qui permettra de relier la Russie et l'Inde et fait donc partie de l'INSTC.

L'Iran se positionne ainsi comme un centre (un carrefour) de deux axes futuristes, l'un géopolitique (avec la Chine) et l'autre géoéconomique (avec l'Inde), avec trois superpuissances convergentes (le RIC : Russie-Inde-Chine), tandis que la Turquie, membre de l'OTAN, réfléchit à son dilemme existentiel : rester dans un bloc occidental qui la dédaigne ou renouer avec son glorieux passé de Moyen-Orient-Asie centrale.

vendredi, 29 juillet 2022

Axe du Mal: piraterie dans les eaux autour de la péninsule arabique

acd9d1fc-0001-0004-0000-000000563631_w1200_r1_fpx60.82_fpy50.jpg

Axe du Mal: piraterie dans les eaux autour de la péninsule arabique

Damir Nazarov

Source: https://www.geopolitika.ru/article/piratstvo-osi-zla

Israël semble s'être établi sur plusieurs îles dans des mers adjacentes à la fois. Nous parlons de Socotra (mer d'Arabie) et de Tiran (mer Rouge). Si les choses sont beaucoup plus simples avec Tiran (les Saoudiens et les Egyptiens mettent gentiment l'île à la disposition des sionistes), la situation avec Socotra laisse présager une nouvelle guerre d'indépendance pour le peuple yéménite.

1104538.jpg

Profitant de sa position privilégiée dans l'intervention saoudienne contre le Yémen, l'armée émiratie a commencé à occuper Socotra à partir de 2015 dans l'espoir de créer un sentiment pro-émirati. L'établissement d'une tribu loyaliste a échoué, après quoi les Émirats ont entamé un processus d'expulsion des habitants de l'île. C'est ainsi que le "Yémen collectif" (Nord et partiellement Sud) a réalisé que les EAU avaient décidé de s'emparer de l'île. Les habitants comparent les actions des Émirats à la Nakba palestinienne. La première base militaire émiratie à Socotra date de 2018, puis en 2021, les Émirats ont continué à renforcer leur contingent et ont occupé l'île d'Abd-El Kouri.

ee06eef4-346d-4b92-a7ac-e1808de1c0ec.jpg

5-269.jpg

Les raisons de l'occupation en dehors de la géopolitique sont nombreuses pour le fidèle satellite de l'Amérique, comme le pétrole, selon le gouverneur d'Aden : "il y a six secteurs pétroliers prometteurs sur l'île", une zone touristique attrayante, bien que le directeur de la promotion du tourisme au Yémen ait noté que les Émirats ont déjà détruit l'environnement naturel de l'île. Dans tous les cas, les deux parties du conflit ont donc beaucoup de travail à faire pour créer les conditions nécessaires au tourisme. Néanmoins, il y a un an, les EAU ont pu organiser un voyage pour 4000 Israéliens sur l'île. Outre les hydrocarbures et les loisirs, Socotra possède des herbes rares réputées pour leurs pouvoirs de guérison, ouvrant la voie à la création de médicaments de qualité. Le tandem émirati-sioniste a déjà pris possession de cette végétation unique et utilise ces éléments de la flore en pharmacologie, a rapporté une "communauté indépendante de biologistes américains". Des races rares d'oiseaux, ont également été pillées par les Émirats. Les célèbres "arbres champignons" ornent désormais les rues de Dubaï après avoir été volés sur l'île. Le vol de ce type de ressources naturelles fait partie du programme de "développement vert" des EAU.

B9727328584Z.1_20210610232711_000+GPFI9941D.1-0.jpg

Le pillage des ressources de Socotra va de pair avec un plan au service du sionisme, où les EAU cherchent à rendre l'île yéménite disponible pour une présence militaire "néo-khazar". Depuis 2020, le Mossad, avec l'aide des moukhabarat des EAU, prépare activement Socotra à ouvrir un nouveau chapitre dans l'opposition à l'Iran et à ses alliés. Dans ce cas, le sionisme tente de créer des problèmes à Ansar Allah. En plus de combattre les révolutionnaires yéménites, les "nouveaux Khazars" et les Émirats rêvent de contrôler les lignes maritimes qui s'étendent du nord de la mer d'Oman au golfe d'Aden et à la mer Rouge. La prise de Socotra est la première étape d'une "stratégie pirate" pour le contrôle des ports et des détroits. Après Socotra, par exemple, les Émirats ont saisi en 2017 l'île de Mayon, située à l'entrée du détroit de Bab al-Mandab. Selon Emirates Links, des "officiers israéliens" étaient également impliqués dans l'occupation de l'île. Plus tôt en 2015, les EAU ont construit des bases militaires au Somaliland et en Érythrée. Selon l'Administration américaine d'information sur l'énergie, plus de 6,2 millions de barils par jour de pétrole brut et de ses dérivés et environ 30 % du commerce mondial de gaz naturel passent par ledit détroit.

Le sionisme avait l'œil sur Bab al-Mandab immédiatement après la révolution de septembre 2014, lorsque Netanyahu a déclaré qu'il y avait "danger si Ansar Allah atteint Bab al-Mandab". Les craintes des occupants sont faciles à expliquer, car ils dépendent du transport maritime pour la plupart de leurs transactions commerciales. Selon Haaretz, 90% des importations et exportations "israéliennes" se font par voie maritime, et 12% de ces transactions passent par le détroit de Bab al-Mandab. La fermeture du détroit porterait donc un coup sans précédent à l'économie des occupants de la Palestine. Le vice-ministre de l'information, Fahmi al-Yusifi, a noté que "les mouvements israéliens au Yémen ne sont pas apparus hier ou aujourd'hui, et ils n'ont pas été causés par l'intervention des Émirats, cela s'est passé il y a des décennies, notamment depuis 1973, lorsque le Yémen a participé à la guerre d'Octobre et a fermé Bab al-Mandab face aux cuirassés, ce qui a été un facteur dans la retraite d'"Israël" et son retrait des îles Tiran et Sanafir." Al-Yusifi affirme qu'une telle présence est la pierre angulaire de l'usurpation des îles les plus importantes de l'océan Indien en faveur du sionisme, car elle est conforme aux ambitions expansionnistes des occupants de la région. Le fait est que le rôle des Émirats arabes unis en faveur d'"Israël" s'étend du détroit d'Ormuz, en passant par Socotra et Bab al-Mandab, jusqu'aux côtes de la Somalie, de Djibouti, de l'Érythrée, du Soudan, de l'Égypte et de la Libye, l'État du Maroc allant encore plus loin. Cette démarche des Émirats constitue une occupation conjointe des îles yéménites et de la côte yéménite. Quiconque se souvient des événements du milieu des années 90 sait que le régime de Sanaa (*) a cédé une partie de l'archipel de Hanish à l'Érythrée, qui a à son tour conclu des contrats avec "Israël" pour fournir une partie de cet archipel."

260px-Hanish.jpg

En plus de la piraterie, selon les médias occupants de la "terre sainte", il existe déjà un accord de coopération militaire entre "Israël" et les EAU en mer Rouge. En outre, les ressources d'information de l'"entité temporaire" indiquent ouvertement qu'outre les Émirats, l'Arabie saoudite, l'Éthiopie et les séparatistes du sud du Yémen sont d'autres alliés des occupants en termes de saisie de territoires maritimes. Il est certain que l'alliance des pirates et de leurs laquais ne se limitera pas à la mer d'Arabie, son objectif est le golfe Persique.

Il y a cependant un aspect positif à cette histoire sordide de colonisation de la région. À la surprise de Riyad et d'Abou Dhabi, des pays comme la Somalie et Oman ont refusé de soutenir l'intervention des Émirats et ont clairement exprimé leur position selon laquelle Socotra appartient au Yémen, notamment l'État africain a souligné à plusieurs reprises le statut de l'archipel qui doit dépendre de Sanaa. Les Emiratis et les sionistes sauront désormais que dans les futures guerres navales, Ansar Allah pourrait trouver des alliés inattendus. Entre-temps, le peuple de Socotra forme déjà une vaste opposition aux occupants sous toutes les formes.

Vous pouvez voir la beauté de l'archipel ici:

capsoktion.jpg

socotra-0.jpg

aerial_view_socotra_small.jpeg

Socotra_Yemen_7O2A_DX-News.jpg

P.S. Il n'y a pas que le sionisme qui rêve de s'emparer des îles du Yémen, la Grande-Bretagne a aussi la nostalgie de son ancienne colonie, de plus il y a des rumeurs de l'intention des Américains d'établir leur base militaire sur l'île de Mayon pour protéger le sionisme.

(*) - la dictature de feu Saleh.

jeudi, 28 juillet 2022

La visite de Poutine en Iran

AP17305475941910.jpg

La visite de Poutine en Iran

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/07/20/putinin-vierailu-iranissa/

Le président russe Vladimir Poutine s'est rendu en République islamique d'Iran, où il a rencontré non seulement les dirigeants iraniens mais aussi le président turc Recep Tayyip Erdoğan.

La réunion faisait officiellement partie du processus de paix dit d'Astana, un projet conjoint de la Russie, de l'Iran et de la Turquie visant à mettre fin à la guerre en Syrie. Toutefois, les reportages occidentaux ont principalement cité les déclarations des dirigeants sur la coopération mutuelle, l'alliance militaire de l'OTAN et l'Ukraine.

Il s'agit du premier grand voyage à l'étranger de Poutine en dehors des anciennes républiques soviétiques depuis le début de l'opération militaire en Ukraine en février.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a déclaré à M. Poutine que si la Russie n'avait pas lancé l'intervention en Ukraine, la "dangereuse créature", appelée OTAN, aurait fini par déclencher la guerre.

Selon Khamenei, "l'Occident est opposé à une Russie forte et indépendante". Il a ajouté que l'OTAN dirigée par les États-Unis "ne connaîtrait aucune frontière si la voie lui était ouverte". Contrairement à la zone euro, le Golfe comprend la véritable nature de l'alliance offensive de l'Occident, qui ne repose pas sur une "coopération défensive".

Les dirigeants de la Russie, de l'Iran et de la Turquie auraient discuté non seulement de la Syrie, d'Israël et du Caucase du Sud, mais aussi des relations bilatérales et de la suppression progressive du dollar américain dans les échanges bilatéraux.

Poutine a également rencontré à Téhéran le président iranien Ebrahim Raisi, dont l'élection, l'année dernière, a profondément déçu l'Occident. Dans la bonne humeur, Poutine et Raisi ont salué l'amélioration des relations bilatérales et de la coopération dans la région.

"En matière de sécurité internationale, nous allons accroître notre coopération", a déclaré M. Poutine. Il a déclaré que l'Iran et la Russie ont un "rôle important à jouer pour assurer la sécurité en Syrie".

Le président iranien, pour sa part, a commenté que "la coopération entre l'Iran et la Russie a créé la stabilité et la sécurité dans la région".

"Les pays qui ont prétendu combattre le terrorisme en Asie occidentale n'ont pris aucune mesure significative à cet égard, mais la République islamique d'Iran et la Russie ont montré leur honnêteté et leur sérieux en coopérant dans la lutte contre le terrorisme", a déclaré M. Raisi.

Il s'agissait de la cinquième visite du président russe à Téhéran. Poutine a visité la capitale iranienne pour la première fois en 2007, puis en 2015, 2017 et 2018.

218658.jpg

Sa visite est intervenue quelques jours après que le président américain Joe Biden a conclu une tournée régionale en Israël, en Cisjordanie occupée et en Arabie saoudite, où le leader symbolique de l'Occident a également rencontré des dirigeants arabes de la région.

La délégation de Poutine, quant à elle, a signé un protocole d'accord de 40 milliards de dollars avec l'Iran pour développer des champs pétroliers et gaziers.

Selon l'agence de presse officielle du ministère iranien du pétrole, le protocole d'accord a été signé entre le géant énergétique russe Gazprom et la compagnie pétrolière nationale iranienne. La Russie aidera l'Iran à développer des champs pétroliers et gaziers, à construire des gazoducs et à produire du gaz naturel liquéfié.

L'Iran possède les deuxièmes plus grandes réserves de gaz naturel au monde après la Russie, mais a pris du retard dans l'expansion de ses infrastructures en raison des sanctions américaines qui ont bloqué les investissements étrangers. Une coopération plus étroite avec les puissances eurasiennes est en train de changer la donne.

La rencontre entre Poutine, Raisi et Erdoğan montre qu'un nouveau système multipolaire de relations internationales est en train de prendre forme, quoi qu'en pense la Finlande. Ce processus est irréversible, même si l'Occident tente de résister et de ralentir le changement.

mercredi, 27 juillet 2022

Voler la Syrie à la manière américaine

Usa-syrian_oil.jpg

Voler la Syrie à la manière américaine

Vladimir Malyshev

Source: https://katehon.com/ru/article/ograblenie-sirii-po-amerikanski

Les États-Unis volent à la fois le pétrole et les céréales en Syrie

Les autorités américaines doivent immédiatement mettre fin à l'exportation illégale de produits agricoles et de pétrole depuis le territoire de la Syrie, a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin. Il a souligné que l'armée américaine a saisi et occupé les zones les plus importantes de la production agricole et celles des champs pétroliers en Syrie. Le diplomate chinois a appelé cela du "pillage au niveau de l'État" et a exigé non seulement de cesser de piller les ressources syriennes, mais aussi de compenser tous les dommages causés par les Américains à ce pays arabe.

Le représentant chinois a souligné que les principales communications de la Syrie sont entre les mains des Américains. Comme le disent les Syriens eux-mêmes, a souligné Wang Wenbin, beaucoup sont aigris par les actions de l'armée américaine et disent: les Américains ne sont pas là pour combattre le terrorisme, mais pour voler le pays.

De nombreuses sources syriennes confirment que les Américains pillent la Syrie, selon le journal iranien Resalat. Les statistiques officielles fournies par le ministère syrien du pétrole confirment que jusqu'à 70.000 barils de pétrole sont sortis du pays chaque jour par les Américains et par les groupes sous leur contrôle.

Comme le note le quotidien saoudien Asharq Al-Awsat, la taille des réserves pétrolières de la Syrie a longtemps été estimée. En 2015, le département de la Défense des États-Unis a estimé que l'État islamique (EI)*, interdit en Russie, gagnait 40 millions de dollars par mois grâce à la vente de pétrole syrien. Deux ans plus tard, l'EI a été chassé de certaines zones de l'est de la Syrie et les Forces démocratiques syriennes kurdes, soutenues par les États-Unis, ont pris le contrôle des principaux champs pétrolifères du pays.

La production pétrolière de la Syrie en 2008 était de 406.000 barils par jour. En 2015, la production de pétrole était tombée à 27.000 bpj, en 2018 la production n'était plus que de 24.000 bpj. Puis, en 2020, il est passé à 89.000 bpj. Le ministre syrien du pétrole et des ressources minérales, Bassam Tuome, a déclaré que presque tout le pétrole actuellement produit dans l'est de la Syrie est volé. Selon M. Tuome, la quasi-totalité du pétrole actuellement produit dans l'est de la Syrie est volée.

Le pillage des ressources naturelles de la Syrie par les Américains a été signalé depuis longtemps par le ministère russe de la Défense. En 2019, le général de division Igor Konashenkov, porte-parole du ministère, a déclaré : "Le pétrole est extrait avec des équipements fournis en contournant toutes les sanctions américaines par de grandes entreprises occidentales." Et le ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, a déclaré sans ambages que l'armée américaine se trouvait illégalement sur le territoire syrien depuis longtemps et qu'elle volait des minéraux dans le pays.

L'ancien président américain Donald Trump a également confirmé le vol de la Syrie : "Nous retenons le pétrole. N'oubliez pas cela. J'ai toujours dit - retenez le pétrole. Et nous voulons garder le pétrole - 45 millions de dollars par mois".

En 2019, la publication américaine Politico a rapporté qu'une entreprise américaine avait signé un contrat avec les autorités kurdes du nord-est de la Syrie pour développer et exporter du pétrole brut de la région dans le cadre d'un accord secret approuvé par le gouvernement américain. "Le ministre syrien des Affaires étrangères a qualifié l'accord d'illégal et a déclaré qu'il "volait" le pétrole syrien", note Politico.

Les États-Unis ne pillent pas seulement le pétrole syrien, mais aussi les céréales syriennes. Avant le conflit, la Syrie était un pays agricole prospère, produisant au moins trois à quatre millions de tonnes de blé par an. La récolte était suffisante non seulement pour répondre à la demande intérieure mais aussi pour exporter, notamment vers l'Union européenne. Aujourd'hui, les céréales manquent en Syrie, et Damas est obligé de les acheter à l'étranger.

agricultural-combine-harvester-working-wheat-field-syrian-arab-republic-flag-background-food-production-concept-industrial-185791394.jpg

L'armée américaine et les Forces démocratiques syriennes qui lui sont subordonnées occupent et tiennent un territoire sur la rive orientale de l'Euphrate, centré sur la province d'al-Hasakah, le plus grand producteur de blé du pays. Tant les céréales qui y sont produites que le pétrole qui y est produit sont expropriés par les Américains et leur clientèle syrienne et, contournant la Syrie, déplacés en Irak.

Malheureusement, il n'y a presque aucun pays dans le monde qui prend cette injustice au sérieux, note Yahoo News. Si le blé et le pétrole des rives orientales de l'Euphrate étaient pleinement utilisés pour répondre à la demande intérieure, les problèmes alimentaires et autres du pays seraient grandement atténués et le niveau de vie des populations locales augmenterait. "Cependant, écrit une publication japonaise, la situation difficile du peuple syrien ... est ignorée en toute quiétude par les médias occidentaux et les groupes de défense des droits de l'homme. Seuls les médias du gouvernement syrien, ainsi que les médias russes et chinois, couvrent ce problème majeur, mais leurs rapports sont rejetés en Occident et au Japon comme de la propagande en faveur d'une dictature."

Le 21 juillet, Dmitry Polyansky, premier représentant permanent adjoint de la Russie auprès de l'ONU, lors d'une réunion de l'Assemblée générale de l'ONU, a réitéré : "Les seules zones qui échappent au contrôle du gouvernement syrien ne sont que Zayefrater, où les occupants américains pillent quotidiennement les ressources en céréales et en hydrocarbures, et la zone de désescalade d'Idlib au nord-ouest, occupée par les terroristes internationalement reconnus de Hayat Tahrir al-Sham."

Dans le contexte de l'inquiétude hypocrite des États-Unis concernant les céréales ukrainiennes, le pillage effronté des États-Unis en Syrie semble particulièrement cynique.

Bhoutan et Népal : les équilibres de pouvoir

1306025-Bhoutan_-_Népal.HD.jpg

Bhoutan et Népal : les équilibres de pouvoir

Groupe de réflexion Katehon

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/bhutan-e-nepal-equilibri-di-potere?fbclid=IwAR3egPEGtZoYHEpiSViEnD9z8kejrRgJa3Hhcq4ZRv0RBKmIwAPv59y2pKg

Dans le processus de rapprochement avec les grandes puissances, les deux pays de l'Himalaya ont commencé à essayer de créer un environnement diplomatique indépendant. Le Népal et le Bhoutan sont fatigués de jongler avec les grandes puissances et veulent être seuls sur la scène mondiale.

Avec la montée en puissance de la Chine et de l'Inde et la mise en œuvre de leurs plans stratégiques respectifs, les positions stratégiques du Népal et du Bhoutan sont devenues progressivement visibles. L'Inde considère l'Asie du Sud comme sa propre arrière-cour. En raison des nombreux désaccords et contradictions entre la Chine et l'Inde, cette dernière résiste fortement à la pénétration de l'influence chinoise.

traditions-bhoutan.jpg

de-punakha-aux-regions-authentiques-de-lest-202004291128.jpeg

En outre, certaines forces extraterritoriales et forces spéciales, telles que les forces d'infiltration des États-Unis, de la Grande-Bretagne et du Japon, ainsi que les forces indépendantistes tibétaines, se réunissent également ici. Bien que le Népal et le Bhoutan soient enclavés, la géographie de l'Asie du Sud les place au carrefour des forces maritimes et terrestres.

bhutan-162244_1280.png

La politique étrangère du Bhoutan : du rapprochement avec l'Inde à l'accès au monde

Le Bhoutan est situé en Asie du Sud et dans la partie nord du sous-continent sud-asiatique, sur le versant sud de l'Himalaya oriental, bordant la Chine à l'est, au nord et à l'ouest et l'Inde au sud-est. C'est l'un des plus petits pays montagneux enclavés et il est connu comme "le dernier Shangri-La du monde" et "le royaume du bonheur". Le Bhoutan est très faible en termes de territoire, d'économie, de population et de ressources. La vulnérabilité inhérente du Bhoutan limite sa capacité à défendre ses droits et à participer au système politique et économique international.

Le Bhoutan est géographiquement situé sur les contreforts sud de l'Himalaya, entre la Chine et l'Inde. La géographie unique du Bhoutan a façonné ses caractéristiques en termes de sécurité nationale, d'intégrité territoriale, de transformation politique, de développement économique et de protection culturelle. En particulier, la position géographique entre les deux grandes puissances a augmenté le poids du comportement diplomatique du Bhoutan. La formation historique complexe du Bhoutan, sa connectivité géographique, ses préoccupations en matière de sécurité, sa dépendance politique et économique et d'autres "faiblesses structurelles" font que le Bhoutan "entretient toujours une relation spéciale" avec l'Inde, toutes ces relations étant fondées sur la faiblesse du Bhoutan, qui détermine ses intérêts de sécurité nationale [1]. Pour cette raison, la préoccupation excessive du Bhoutan pour la sécurité a fait que sa diplomatie a tourné autour de l'Inde tout au long des années 1970, limitant sa diplomatie et ses relations interétatiques à la "protection" de l'Inde, ce qui l'a éloigné en permanence des pays voisins tels que la Chine et de la plupart des organisations internationales [2].

11-Figusikkimre1-1.png

La géopolitique du Bhoutan a connu des changements majeurs au milieu des années 1970, et l'Inde a finalement annexé délibérément le Sikkim en 1975 pour en faire un "État" de l'Inde [3]. Ainsi, après les années 1980, le Bhoutan a commencé à rechercher un développement et une diplomatie indépendants pour contrer les insécurités de la relation hautement asymétrique entre les pays faibles et les grandes puissances. Sur la base de la réalisation de l'indépendance économique, de l'obtention progressive de l'indépendance politique et de la diversification du pays, il a commencé à mener une coopération internationale [4]. Sur cette base, depuis les années 1980, le Bhoutan a commencé à se concentrer sur le développement des relations avec les pays voisins, l'établissement de relations diplomatiques avec d'autres pays, la participation à des organisations internationales et une diplomatie indépendante. Désormais, sa diplomatie ne se limite pas à l'Inde. La Chine a aidé le Bhoutan à établir des relations diplomatiques et à participer à des organisations internationales. L'Inde pense également avoir établi une "amitié" avec le Bhoutan sur la base de la "bonne volonté" et de la "compréhension" [5]. Le Bhoutan a progressivement adopté une politique d'expansion prudente de ses relations, en tenant compte des intérêts régionaux et de sécurité de l'Inde, en explorant activement le multilatéralisme et le bilatéralisme international, et en réduisant sa dépendance politique et économique vis-à-vis de l'Inde.

4lqyj1ccli1njl5i3mguzqxn4nbu_pxfngh66alt8mb20j83zw3953y26_1594648283_Tashichho_Dzong.jpg

Bien que le Bhoutan n'ait pas établi de relations diplomatiques avec la Chine, il a soutenu la Chine dans de nombreuses activités internationales. En 1971, le Bhoutan, qui venait de rejoindre l'ONU, a voté pour rétablir le siège légitime de la Chine à l'ONU et a voté à de nombreuses reprises contre les propositions anti-chinoises au sein de l'organisation. Le Bhoutan soutient le principe d'une seule Chine et s'oppose à toute ingérence dans les affaires intérieures de la Chine. Par exemple, en 2000, le Bhoutan a soutenu le gouvernement chinois à l'ONU et s'est opposé à la proposition de la soi-disant "participation de Taïwan à l'ONU". En 2002, le Bhoutan s'est également opposé à la candidature de Taïwan pour accueillir les Jeux asiatiques.

Le 14 octobre 2021, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Wu Jianghao et le ministre bhoutanais des Affaires étrangères Dandy Dorji ont signé un protocole d'accord sur une "feuille de route en trois étapes" visant à accélérer les négociations frontalières entre le Bhoutan et la Chine. Il s'agit d'une étape importante dans les pourparlers frontaliers entre la Chine et le Bhoutan de ces dernières années, et elle a été très appréciée par les milieux politiques des deux pays.

Flag_Of_Nepal.jpg

Népal : vers une diplomatie indépendante et la protection de la sécurité nationale

Pour des raisons géographiques, culturelles et géopolitiques, l'Inde a depuis longtemps des intérêts au Népal. Le Népal a de longues frontières avec la Chine et l'Inde, mais la frontière avec la Chine est limitée par le majestueux Himalaya. En revanche, le Népal et l'Inde ont des frontières ouvertes, ce qui est la principale raison pour laquelle le Népal est dominé par l'Asie du Sud. Sa situation géographique fait du Népal un pays d'importance stratégique tant pour l'Inde que pour l'Asie du Sud. Le Népal étant dépendant du commerce avec l'Inde, celle-ci a une plus grande influence politique dans les cercles politiques népalais. L'Inde reconnaît l'indépendance et la souveraineté du Népal, mais le considère toujours comme faisant partie de l'ancien "Bharatbarsha" (sous-continent indien). La proximité culturelle, climatique, linguistique et géographique entre le Népal et l'Inde renforce encore cette attitude. C'est le principal facteur qui détermine l'attitude de l'Inde envers le Népal ainsi que sa politique et sa stratégie.

templo-katmandu-nepal.jpg

Depuis des siècles, les caractéristiques topographiques de l'Himalaya ont créé des problèmes pour la structure énergétique de la région. La position de la politique étrangère du Népal peut-elle maintenir des relations équidistantes avec la Chine et l'Inde? Ramakant estime que le Népal cherche à maintenir une proximité étroite avec la Chine et l'Inde, ce qui constitue une question clé de la politique étrangère du Népal [6]. Selon la théorie de Ramakant, le Népal doit entretenir des relations étroites et amicales avec l'Inde afin d'étendre ses intérêts économiques et politiques, mais il ne peut être trop proche et amical pour ne pas mettre en danger sa sécurité nationale. Le Népal veut seulement s'entendre avec la Chine pour contrer l'influence indienne. Selon S. D. Mooney, le Népal a adopté les stratégies suivantes pour atteindre ses objectifs de politique étrangère: (1) capitaliser sur les différences et les conflits entre la Chine et l'Inde ; (2) diversifier les relations diplomatiques pour réduire la dépendance à l'égard de deux pays voisins; (3) accroître les contacts internationaux et maintenir la confrontation [7]. Ainsi, la politique du Népal est astucieuse, mais cela ne serait pas arrivé si la présence étatique du Népal avait été moins importante pour les intérêts sino-indiens plus larges.

HD-wallpaper-nepal-khumbu-region-lama-temple.jpg

Le Népal a essayé de créer un "équilibre des forces" entre deux voisins puissants, mais dans une certaine mesure, parier sur un côté ou sur une seule carte dans la "théorie du jeu" ne permettra pas au Népal d'atteindre un développement significatif. Déjà pendant la période Panchayat, le Népal avait souligné la nécessité d'adopter une politique d'équidistance entre ses deux puissants voisins. Après 1990, le concept d'équilibre a été utilisé pour expliquer la proximité des centres de pouvoir du Népal avec les détenteurs de pouvoir extérieurs. L'universitaire Dhurba Kumar, dans son livre Nepal's Policy Towards India, définit le terme "équidistance" comme "un concept qui garantit une relation équilibrée avec la Chine et l'Inde". Il estime que "l'égalité souveraine reste la clé du concept". Par conséquent, le Népal doit intentionnellement modifier tous les traités précédents et renoncer aux parties qui sont défavorables à l'intérêt national. Le débat indique clairement la fin de la relation spéciale avec l'Inde. Une relation spéciale avec l'Inde limite la liberté du Népal d'entretenir une relation significative avec la Chine, un sentiment rendu plus concret aujourd'hui par l'aide militaire chinoise et le blocus de l'Inde" [8].

maoist-nepal-march-2252013.jpg

Concernant les défis auxquels le Népal est confronté pour formuler une politique étrangère visant à protéger ses voisins immédiats, le professeur Sadmuk Thapa a suggéré : "La nouvelle diplomatie équidistante du Népal est plus large et plus profonde qu'auparavant. Selon les termes de la science politique, la stratégie de proximité a une orientation multidimensionnelle. Premièrement, cette politique, que le Népal utilisera, est très appropriée dans les relations avec la Chine et l'Inde. Il est tout aussi fiable et bénéfique dans le nouveau Népal pour l'interaction diplomatique. En outre, il s'agit d'une politique positive et constructive, car elle est basée sur le bénéfice mutuel, la confiance mutuelle, l'égalité et la coopération" [9].

Depuis qu'Oli a été élu Premier ministre du Népal pour la deuxième fois en février 2018, la situation intérieure et internationale à laquelle le Népal est confronté a subi des changements majeurs. Tout d'abord, le parti au pouvoir n'est plus dans un état de coalition gouvernementale lâche. Les principaux partis communistes du Népal ont officiellement fusionné pour former le "Parti communiste du Népal". Pour la première fois, le parti au pouvoir a pu conserver son droit de vote au Parlement et la base du pouvoir est devenue plus stable. Deuxièmement, le principal parti d'opposition, le "Parti du Congrès", était divisé sur la question de l'abandon et du maintien de Deuba, ce qui a affaibli sa capacité à interférer dans la politique étrangère d'Oli ; troisièmement, avec le profond développement de la coopération entre la Chine et les pays d'Asie du Sud dans le cadre de "Une ceinture, une route", l'influence de la Chine en Asie du Sud s'est considérablement accrue par rapport à il y a de nombreuses années, et l'Inde a commencé à modifier sa ligne dure initiale envers le Népal.

Prime_Minister_of_Nepal,_Mr._K.P._Sharma_Oli,_at_Hyderabad_House,_in_New_Delhi_on_April_07,_2018_(1).jpg

Avec l'augmentation du nombre de points, cela donne au Népal la possibilité de s'engager dans une diplomatie active entre la Chine et l'Inde. En conséquence, Oli (photo) a adopté une position plus active en matière de politique étrangère tout en promouvant une ligne dure au niveau national. Le Premier ministre Oli a fait de gros efforts pour équilibrer la diplomatie avec la Chine et l'Inde, il cherche à maximiser les intérêts nationaux, à promouvoir le développement de la SAARC et à participer activement à la diplomatie multilatérale.

Notes :

[1] Karma Galay, “Politica internazionale del Bhutan”, Journal of Bhutan Studies, vol. 10, Estate 2004, pp. 90-108.

[2] Geetanjali Sharma e Ajay K. Sharma, “Geopolitics of Bhutan and its Relevance in the Security of India”, International Journal of Interdisciplinary Research in Science Society and Culture, vol. 2, n. 1, 2016, pp. 365-378.

[3] 张明金 、 汤道 凯编 著: 《斯里兰卡 斯里兰卡 印度洋 上 上 上 的 尼泊尔 尼泊尔 尼泊尔 喜马拉雅山 喜马拉雅山 国 不丹 不丹 神龙 之 国 锡金 锡金 山顶 王国》 , , , 军事 , 1995 年 第 125 ~ 126页。

[4] Karma Galay, “Politica internazionale del Bhutan”, Journal of Bhutan Studies, vol. 10, Estate 2004, pp. 90-108.

[5] Dorji Penjore, “Sicurezza del Bhutan: Camminare tra i giganti,” p. 121

[6] Ramakant, Nepal-Cina e India, Delhi, India: South Asia Books, 1976, pp. 47-48.

[7] SD Muni, “The Dynamics of Foreign Policy”, in SD Muni, ed., Nepal: 1977.

[8] Sushi Raj e Pushpa Adhikari Pandey, a cura di, Nepalese Foreign Policy at the Crossroads, 2009, p. 58.

[9] Thana Sadmukh, “Nepal: Sandwiched Between Three Bounders”, Journal of International Affairs, vol. 1, n. 1(2009), p.51.

lundi, 25 juillet 2022

Le modèle de Visegrád en 2022: valorisation ou implosion?

V4-1.jpeg

Le modèle de Visegrád en 2022: valorisation ou implosion?

Nick Krekelbergh

Source : Delta Knooppunt - Nieuwsbrief Nr 170 - Juin 2022

Le 3 avril 2022, le parti de Viktor Orbán (Fidesz) a remporté une élection haut la main en Hongrie. Cela semble être une bonne nouvelle pour les partisans du modèle dit de Visegrád : une vision alternative du développement de l'Europe qui se concentre sur l'Europe centrale et orientale et en particulier sur le "V4" : Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie. Les valeurs communes qui lui sont associées sont : le conservatisme culturel chrétien, l'accent mis sur la souveraineté nationale au sein de l'UE et, bien sûr, une attitude critique à l'égard des migrations, le tout contrastant fortement avec (et au grand dam de) l'idéologie dominante de la gauche libérale qui est devenue la norme générale au sein des institutions de l'UE dominées par les pays et les ONG d'Europe occidentale, ainsi que des structures nationales de ces mêmes États-nations. C'est du moins ce qui ressort de sa perception populaire en Occident, où les partis et les commentateurs conservateurs ont régulièrement tendance à considérer le V4 comme les pays guides.

000_327E8VU-640x400.jpg

La victoire électorale de Fidesz n'était en aucun cas une mauvaise chose. Le parti disposait déjà d'une majorité absolue au Parlement, mais s'est maintenant également hissé au-dessus de la barre symbolique des 50 % en termes de votes (52,4 % pour être précis). Cela leur a valu un gain de deux sièges par rapport au résultat déjà impressionnant de 2018. En revanche, l'opposition unie, Egységben Magyarországért (= Unis pour la Hongrie), une coalition improbable de type "tout contre un" dans laquelle les ex-nationalistes du Jobbik, pour s'opposer au Fidesz et l'ennuyer, se sont retrouvés dans un parti du centre, alliés à des libéraux et des verts de toutes moutures: ils ont fait piètre figure. Cet ensemble hétéroclite a obtenu un maigre 34,44 % et a donc fait plus de 3,5 % de moins que le résultat combiné des partis constitutifs en 2018, lorsqu'ils se présentaient encore séparément. En plus de cela, le parti nationaliste Mi Hazank Mozgalom (Notre patrie), un nouveau parti qui a commencé à remplir la niche laissée ouverte par le Jobbik après son improbable métamorphose, a également été élu au parlement avec environ six sièges. Le concept d'unir l'ensemble de l'opposition libérale contre les candidats du Fidesz est une stratégie qui avait bien fonctionné à Budapest lors des élections municipales de 2019. Le candidat progressiste Gergely Karácsony, qui avait été présenté par un consortium de cinq partis d'opposition, a battu le candidat du Fidesz, István Tarlós, et le parti conservateur au pouvoir a perdu ainsi sept sièges au conseil municipal. Mais comme c'est souvent le cas, la métropole s'est avérée être une enclave relativement libérale, entourée d'une masse continentale conservatrice, dans ce cas formée par la campagne hongroise, et cette stratégie n'a pas pu être extrapolée avec succès au niveau national. En conséquence, le coup d'État libéral tenté contre Orbán, malgré de grands espoirs, n'a rien donné et le modèle national de "démocratie illibérale" de ce dernier a été récompensé par le meilleur résultat jamais obtenu - et ce après deux années difficiles dues à la pandémie. On pourrait, bien sûr, y voir au moins une valorisation des politiques conservatrices du V4.

En soi, cependant, le groupe de Visegrad a peu à voir avec une ligne idéologique tracée à l'avance. En 1991, le projet a été conçu sur les ruines du bloc de l'Est socialiste, qui s'était effondré, entre autres pour promouvoir et faciliter l'intégration des "nouvelles démocraties" en Europe. Il peut donc être considéré comme quelque peu ironique que ce même projet ait été plus tard étiqueté comme porteur d'un phénomène culturel-géographique aux accents intrinsèquement eurosceptiques. Néanmoins, le choix du nom, avec sa référence explicite au Congrès de Visegrád de 1336, semble déjà porter les germes symboliques de ce virage substantiel. La coalition diplomatique médiévale anti-Habsbourg de Visegrád, forgée entre les royaumes de Bohême, de Pologne et de Hongrie, évoque naturellement l'image d'une périphérie slave et finno-ougrienne inébranlable à l'est de l'Europe, résistant à la domination économique et à l'expansionnisme territorial du Reich romain-germanique, et en ce sens, elle pourrait bien contenir certains parallèles avec la situation actuelle.

David-Engels.jpg

51nTUwv75+L._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

L'historien belge David Engels (professeur à l'Instytut Zachodni de Poznań) voit donc en Visegrád un modèle alternatif pour une nouvelle Europe confédérale et coopérative (et conservatrice !), formée d'États-nations, dont les États d'Europe centrale précités sont l'avant-garde. En revanche, il voit dans la désintégration de l'Union européenne et de l'Occident progressiste des parallèles avec le déclin de la République romaine tardive. Pourtant, ce n'est pas si évident. La domination des conservateurs dans la politique des partis est peut-être évidente en Pologne et en Hongrie, mais lors des élections législatives d'octobre 2021 en République tchèque, le parti populiste de droite ANO d'Andrej Babiš a perdu sept sièges et a dû céder la place à une coalition composée du parti libéral de droite SPOLU et du consortium progressiste Piráti a Starostové, dans lequel le Parti pirate tchèque, entre autres, est représenté. En Pologne, le parti PiS a peut-être remporté une autre courte majorité absolue à l'automne 2019, mais ses politiques ont été marquées par plusieurs ruptures et scandales au cours des dernières années. Les élections parlementaires de 2023 promettent d'être plus passionnantes que les élections hongroises, avec le même scénario du "tout contre tout" qui se dessine, mais avec les guerres culturelles qui l'accompagnent et qui font rage en Pologne un peu plus férocement qu'en Hongrie. En outre, une ligne de fracture géopolitique se dessine de plus en plus au sein du V4, la Hongrie semblant s'orienter de plus en plus vers le vecteur eurasien, tandis que la Pologne reste - pour l'instant - le porteur par excellence de l'idée américaniste en Europe de l'Est.

En mars, la position d'Orbán dans la crise ukrainienne lui avait déjà valu de vives critiques de la part du président polonais Duda, qui avait été désigné pour ce poste par le parti PiS, traditionnellement allié au Fidesz. La continuité du modèle de Visegrad en termes substantiels et (géo)politiques, qui est coincé entre l'Est et l'Ouest et qui manque également de cohérence idéologique claire, ne semble donc nullement garantie, et on ne peut que se demander dans quelle mesure sa pertinence à l'avenir ne sera pas noyée par les nouveaux développements, qui se produisent actuellement aux frontières orientales du V4, et les nouvelles constellations géographiques qui peuvent ou non en résulter.

Nick Krekelbergh

Géopolitique de l'Indonésie

indonesie_2.jpg

Géopolitique de l'Indonésie

Groupe de réflexion Katehon

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/geopolitica-dellindonesia

La politique étrangère dynamique et équilibrée de l'Indonésie en fait une puissance régionale dans l'Indo-Pacifique.

L'Indonésie, le plus grand pays archipel du monde, se compose de plus de 17.000 îles reliant les océans Indien et Pacifique d'est en ouest et constitue sans aucun doute une plaque tournante importante pour le transport maritime international. L'océan a une signification différente pour l'Indonésie par rapport aux autres nations terrestres et insulaires. La compréhension de l'océan par l'Indonésie façonne également ses perspectives uniques en matière de sécurité nationale, d'objectifs stratégiques et de besoins futurs en matière de capacités.

Contrairement à d'autres nations terrestres et insulaires, l'océan pour passage pour les échanges et le commerce entre les pays et une barrière défensive, mais aussi un élément nécessaire pour que le pays soit un pays : l'océan est l'eau qui unit les plus de 17.000 îles de l'Indonésie, soutient largement sa production et son existence, et façonne également l'identité unique de l'Indonésie en tant que pays archipel. L'Indonésie est depuis longtemps pleinement consciente de la vulnérabilité des eaux archipélagiques, notamment en cas de force navale insuffisante, et la possibilité que le pays soit divisé et dirigé par des puissances étrangères plus fortes a toujours été la plus grande préoccupation de l'Indonésie. En outre, comme le pays dépend de la mer pour assurer la durabilité du développement national, la sécurité des ressources maritimes est la deuxième plus grande préoccupation de l'Indonésie. Les deux exigences de sécurité ci-dessus définissent les objectifs stratégiques à long terme de l'Indonésie.

_83005200_83005194.jpg

Premièrement, sur la base des caractéristiques géographiques de l'État archipel et de l'histoire de la domination coloniale ou de l'intervention étrangère, la protection de la souveraineté et de l'intégrité territoriale est l'objectif stratégique le plus important de l'Indonésie. Le concept géopolitique de "Wawasan Nusantara", proposé en 1957, reflétait les préoccupations de l'Indonésie concernant la fragilité des eaux archipélagiques et la division du pays, en soulignant particulièrement l'importance de l'unité nationale et l'inviolabilité des frontières nationales. Dans le Livre blanc sur la défense de 2015, l'Indonésie a explicitement déclaré qu'un affront à la souveraineté provoquera des tensions et des conflits et que lorsque les moyens diplomatiques seront inefficaces, elle fera la guerre aux forces étrangères qui menacent la souveraineté et l'intégrité territoriale.

D'une part, la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer garantit la souveraineté maritime et territoriale de l'Indonésie. Il prévoit que, quelle que soit la distance entre les deux îles, les eaux archipélagiques relèvent de la souveraineté de l'État archipélagique. Ainsi, toutes les eaux de l'archipel, qui faisaient initialement partie de la haute mer pour la libre navigation internationale, appartiennent à l'Indonésie. Les navires étrangers doivent suivre les itinéraires prévus par l'Indonésie et cette dernière a acquis un contrôle accru sur les eaux de l'archipel.

D'autre part, la puissance militaire de l'Indonésie n'est pas suffisante pour maintenir sa sécurité. Conformément à la politique de non-alignement, elle a besoin d'organisations internationales multilatérales et de règles internationales stables et solides pour garantir un environnement régional stable et son leadership dans la région. Ceci a été réalisé grâce au soutien des mécanismes de sécurité internationaux et régionaux tels que l'ONU et l'ASEAN.

Étapes historiques de la politique étrangère indonésienne

En termes d'objectifs diplomatiques principaux, la diplomatie indonésienne post-indépendance peut être divisée en quatre phases :

La première phase fait référence au milieu des années 1940 - fin des années 1960, la période Sukarno (1945-1967). L'objectif principal est de préserver la souveraineté et l'indépendance nationales, de se concentrer sur l'autosuffisance et de ne pas demander l'aide de l'Occident. La principale caractéristique est que le pays attache de l'importance au tiers monde et poursuit une politique étrangère à orientation "anti-impérialiste, anti-coloniale et indépendante".

La deuxième phase s'étend de la fin des années 1960 à la fin des années 1990, notamment pendant la période Suharto (1967-1998). L'objectif principal est de promouvoir le développement économique et de maintenir la stabilité régionale. En adhérant à la politique de non-alignement, le pays améliore ses relations avec les États-Unis et d'autres pays occidentaux, favorise l'unité régionale en Asie du Sud-Est et résiste à l'ingérence d'autres pays dans ses affaires intérieures.

La troisième phase s'étend de la fin des années 1990 au début du 21e siècle, c'est-à-dire la période de transition politique et d'ajustement des politiques, comprenant la période Habibi (1998-1999), la période Wahid (1999-2001) et la période Megawati (2001- 2004). L'objectif principal est de promouvoir la reprise économique, de stabiliser la situation intérieure et de préserver l'intégrité territoriale. La principale caractéristique est la mise en œuvre d'une "diplomatie équilibrée" multipartite, le renforcement des relations traditionnelles avec l'ANASE, le rétablissement des relations avec les pays occidentaux comme les États-Unis, le développement des relations avec les pays asiatiques comme la Chine, et la poursuite de la coopération internationale dans la lutte contre le terrorisme et la lutte contre l'ingérence étrangère dans les affaires intérieures.

07xp-indonesia-mediumSquareAt3X.jpg

La quatrième phase - du début du 21e siècle à aujourd'hui, y compris la période Susilo (2004-2014) et la période Joko Widodo (depuis 2014). L'objectif principal est de promouvoir le développement économique, de maintenir la stabilité interne, de construire une image internationale et de jouer le rôle d'une force intermédiaire. La principale caractéristique est la mise en œuvre d'une "diplomatie équilibrée entre les grandes puissances", le renforcement de la coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme et le fait de devenir le "leader" de l'ANASE. Le 28 décembre 1949, l'Indonésie a établi des relations diplomatiques avec les États-Unis, mais la politique d'anti-impérialisme et de colonialisme de la période Sukarno a rendu les relations entre les deux pays relativement froides et elles ont été entièrement rétablies pendant la période Suharto. Le 13 avril 1950, la Chine et l'Indonésie ont établi des relations diplomatiques, mais après l'événement du "9.30", les deux pays ont rompu leurs relations diplomatiques le 30 octobre 1967 et les ont reprises le 8 août 1990. En général, l'Indonésie a commencé à mettre en œuvre une "diplomatie équilibrée" multipartite dans la troisième phase de sa diplomatie, mais dans la quatrième phase, elle est devenue plus importante dans la mise en œuvre de la "diplomatie équilibrée" entre la Chine et les États-Unis.

La logique interne des concepts et pratiques diplomatiques indonésiens

En raison de contraintes matérielles, l'Indonésie est plus encline à essayer de fournir un leadership intellectuel au sein de l'ANASE. Bien sûr, l'initiative indonésienne en elle-même n'a que peu de potentiel ; elle devrait unir d'autres États membres de l'ANASE pour atteindre la même position tout en s'appuyant sur le bloc et d'autres mécanismes multilatéraux pour mettre en œuvre l'initiative. S'appuyant sur le renforcement de la cohérence interne, l'Indonésie augmente activement le poids de la coopération dans la région "Indo-Pacifique", en cherchant à maintenir l'indépendance dans les relations entre les grandes puissances, notamment la Chine et les États-Unis. Cela est dû au fait que, d'une part, l'Indonésie insiste sur l'indépendance et l'activité de la diplomatie et cherche à maintenir un "équilibre dynamique" entre les grandes puissances ; d'autre part, l'objectif est également d'établir des normes et des relations de coopération entre les grandes puissances, en faisant appel à des mécanismes multilatéraux tels que l'ANASE, afin d'arrêter autant que possible la concurrence excessive entre les grandes puissances de la région.

Tout d'abord, depuis la création de l'ANASE en février 2004, l'Indonésie est considérée comme un "leader" méritant parmi les pays de l'ANASE et le fait de fournir un leadership intellectuel parmi les pays du bloc est naturellement devenu l'une des principales logiques comportementales de l'Indonésie. Par exemple, lors du 9e sommet de l'ANASE en 2003, l'Indonésie a pris l'initiative de proposer le concept de la Communauté de sécurité de l'ANASE (qui a ensuite été adoptée comme l'un des trois piliers de l'ANASE, les deux autres étant la Communauté économique de l'ANASE et la Communauté socioculturelle de l'ANASE). Du point de vue de l'"Indo-Pacifique", la manifestation la plus évidente de la logique d'un tel comportement est que l'Indonésie a été le premier pays de l'ANASE à proposer le concept d'"Indo-Pacifique" et a activement contribué à la construction d'une vision du monde "Indo-Pacifique" commune à l'ANASE, en soulignant que les principes fondamentaux de l'ANASE sont la coopération inclusive. M. Sukma, ancien conseiller aux affaires étrangères du président indonésien et actuel ambassadeur d'Indonésie au Royaume-Uni, a souligné que l'Indonésie, en tant que membre responsable de la communauté internationale, doit travailler avec cette dernière pour atteindre la prospérité et la stabilité régionales. Cela montre que l'Indonésie estime avoir une responsabilité inébranlable dans la construction de normes et d'un ordre régionaux.

https __prod.static9.net.au___media_2017_01_05_15_10_Kopassussoldiers.jpg

Deuxièmement, l'Indonésie privilégie le multilatéralisme et, face à la concurrence régionale sans cesse croissante entre les grandes puissances, accorde plus d'attention à l'établissement de normes par le biais de mécanismes multilatéraux tels que l'ANASE afin de construire une relation de coopération inclusive entre les grandes puissances et d'atténuer efficacement la confrontation entre la concurrence entre les grandes puissances. En tant que membre fondateur de l'ANASE, l'Indonésie a toujours fait de ce bloc la pierre angulaire de sa politique étrangère, le considérant comme un mécanisme multilatéral capable de réaliser ses grandes ambitions. L'Indonésie utilise l'ANASE et d'autres mécanismes multilatéraux comme une plate-forme efficace pour le dialogue et la mise en œuvre de projets, renforçant ainsi l'unité au sein du bloc, établissant des normes et des relations de coopération entre les grandes puissances, et établissant finalement un ordre régional "indo-pacifique" basé sur les règles de l'ANASE, mettant l'accent sur l'inclusion, la coopération, la consultation et les mesures de confiance [2].

Enfin, l'Indonésie met l'accent sur le maintien de l'autonomie dans ses relations avec les grandes puissances. La constitution de l'Indonésie lui interdit de former des alliances et l'Indonésie est l'un des membres fondateurs du Mouvement des non-alignés. Sur la base du renforcement de la solidarité au sein de l'ANASE et de l'établissement de relations de coopération entre les grandes puissances, en s'appuyant sur des mécanismes multilatéraux tels que l'ANASE, l'Indonésie accorde plus d'attention à l'acceptation de l'indépendance et de l'activité. En général, cela repose sur deux considérations. Premièrement, sur la base de la tradition historique de la diplomatie indonésienne, l'indépendance et l'activité ont toujours été le principe fondamental de la politique étrangère indonésienne, qui se traduit principalement par l'"équilibre dynamique" dans les relations avec les grandes puissances, c'est-à-dire la tentative d'éviter la concurrence stratégique entre les grandes puissances afin d'éviter l'avantage absolu d'une grande puissance dans la sphère politique, économique ou militaire. Au contraire, l'Indonésie souligne l'importance de l'instauration de la confiance, de la résolution pacifique des conflits et des accords de sécurité coopératifs comme étant les moyens les plus fondamentaux pour construire la paix et la stabilité régionales [3]. Deuxièmement, elle contribue à élargir l'espace stratégique de l'Indonésie. En effet, choisir un côté réduira l'espace pour la médiation diplomatique indonésienne. Par conséquent, l'Indonésie est plus encline à faire d'elle-même et de l'ANASE un "pont" entre les rivaux régionaux pour jouer un rôle plus constructif et actif. Après sa prise de fonction en tant que président, Joko Widodo a officiellement mis en avant la vision stratégique consistant à faire de l'Indonésie un "ancrage maritime mondial", qui vise à exploiter les avantages de l'Indonésie en termes de géographie, de population et d'influence régionale pour en faire un "pays central" dans la région et devenir un pont pour construire un nouvel ordre maritime dans la région.

NA_2014-10-31_FR_B-HELLENDORFF.jpg

Comment les relations entre l'Indonésie et les grandes puissances vont-elles évoluer à l'avenir ?

Face au conflit stratégique entre le Japon, l'Inde et l'Australie, l'Indonésie a pris l'initiative d'améliorer la coordination et de renforcer la coopération bilatérale avec ces trois pays afin d'augmenter le poids de la coopération régionale. En mai 2018, lorsque Modi s'est rendu en Indonésie, les deux parties sont parvenues à la "Vision conjointe Inde-Indonésie de la coopération maritime indo-pacifique", renforçant clairement la coopération économique et commerciale, le développement durable des ressources maritimes et la coopération en matière de sécurité maritime, etc. L'Indonésie cherche également à coopérer avec le Japon. Lors d'une visite en Indonésie en juin 2018, le ministre japonais des Affaires étrangères de l'époque, Taro Kono Retno, a déclaré : "L'Indonésie et le Japon ne sont pas seulement des partenaires stratégiques, mais aussi deux pays importants de la région indo-pacifique". Le partenariat stratégique entre les deux pays ne profite pas seulement à l'Indonésie et au Japon, mais contribue également à la paix, à la stabilité et à la prospérité dans la région. Les deux parties devraient renforcer la coopération maritime, notamment le renforcement des capacités dans les domaines de la construction d'infrastructures, de la pêche et de la navigation maritime". En février 2020, Widodo a déclaré lors de sa visite en Australie qu'"en période d'incertitude géopolitique accrue, l'Indonésie et l'Australie devraient se concentrer sur le renforcement de leur partenariat" et développer le système commercial multilatéral.

En ce qui concerne la coopération de l'Indonésie avec la Chine, à partir de 2019, la Chine a été le plus grand partenaire commercial de l'Indonésie pendant huit années consécutives, la Chine est également la troisième plus grande source d'investissements étrangers de l'Indonésie. La Chine et l'Indonésie coopèrent également activement dans le domaine de l'application des lois maritimes, de la lutte contre le terrorisme et la criminalité liée à la drogue, de la sécurité des réseaux et de la sécurité régionale.

Outre l'approfondissement des relations avec la Chine, l'Indonésie vise également à renforcer ses relations bilatérales avec les États-Unis afin d'élargir l'espace de ses activités stratégiques. En 2016, l'Indonésie et les États-Unis ont transformé leur relation bilatérale en un partenariat stratégique. Depuis l'entrée en fonction de l'administration Trump, les relations en matière de sécurité et de défense sont devenues le point central de la coopération entre l'Amérique et l'Indonésie. Les deux pays organisent chaque année de nombreux exercices militaires bilatéraux conjoints. En janvier 2018, les États-Unis et l'Indonésie ont tenu une réunion bilatérale des ministres de la Défense et ont souligné que les États-Unis sont favorables à ce que l'Indonésie devienne un "pied marin" dans la stratégie indo-pacifique, et ont déclaré que l'Amérique aidera l'Indonésie à améliorer la surveillance globale des eaux au large de la côte de Natuna Nord.

E8h5aATWEAMGYRk.jpg

On ne peut nier qu'une série de mesures diplomatiques ne peut pas changer fondamentalement la structure régionale de la région Indo-Pacifique, et les initiatives multilatérales proposées par l'Indonésie ne sont pas une réponse directe aux stratégies des grandes puissances, mais cherchent à les neutraliser. Alors que la concurrence entre les grandes puissances s'intensifie, dans quelle mesure l'Indonésie et même l'ANASE peuvent-elles orienter leurs relations vers la coopération au développement plutôt que vers la rivalité géopolitique et économique ? Il s'agit d'un défi majeur auquel l'Indonésie sera inévitablement confrontée à l'avenir.

Notes :

[1] Joseph Chinyong Liow, Can Indonesia fulfil its aspirations for regional leadership // In Gilbert Rozman and Joseph Chinyong Liow (eds.), International Relations and South Asia Asean, Australia, and India, Asean. - Palgrave Macmillan, 2017, p. 177.

[2] Ralf Emmers, Le rôle des puissances moyennes dans le multilatéralisme asiatique, Asian Politics, 2018, p. 43.

[3] Iis Gindarsah, Adhi Priamarizk, Politics, Security and Defense in Indonesia : The Pursuit of Strategic Autonomy // In Christopher B. Roberts, Ahmad D. Habir et Leonard C. Sebastian (eds.), Indonesia's Ascent Power, Leadership and the Regional Ordinance. - New York : Palgrave Macmillan, 2015, p. 134-136.

dimanche, 24 juillet 2022

La troïka bat Biden en Asie occidentale

108762692.jpg

La troïka bat Biden en Asie occidentale

Pepe Escobar

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/la-troika-del-potere-batte-biden-asia-occidentale

Le sommet de Téhéran réunissant l'Iran, la Russie et laTurquie a été un événement fascinant à plus d'un titre. Concernant ostensiblement le processus de paix d'Astana en Syrie, lancé en 2017, la déclaration commune du sommet a dûment noté que l'Iran, la Russie et la Turquie (récemment renommée) continueront à "coopérer pour éliminer les terroristes" en Syrie et "n'accepteront pas de nouveaux faits en Syrie au nom de la défaite du terrorisme".

Il s'agit d'un rejet total de l'unipolarisme exceptionnaliste de la "guerre contre le terrorisme" qui régnait autrefois en Asie occidentale.

S'opposer au shérif mondial

Le président russe Vladimir Poutine a été encore plus explicite dans son discours. Il a insisté sur "des mesures spécifiques pour promouvoir un dialogue politique inclusif en Syrie" et, surtout, a appelé un chat un chat : "Les États occidentaux, menés par les États-Unis, encouragent fortement le sentiment séparatiste dans certaines régions du pays et pillent ses ressources naturelles dans le but de détruire l'État syrien".

Il y aura donc "davantage de mesures dans notre format trilatéral" visant à "stabiliser la situation dans ces régions" et, surtout, à "rendre le contrôle au gouvernement légitime de la Syrie". Pour le meilleur ou pour le pire, l'époque du pillage impérial sera révolue.

Les rencontres bilatérales en marge du sommet - Poutine/Raisi et Poutine/Erdogan - étaient encore plus intrigantes. Le contexte est crucial : la réunion de Téhéran a eu lieu après la visite de Poutine au Turkménistan fin juin pour le 6ème sommet de la Caspienne, où tous les pays riverains, y compris l'Iran, étaient présents, et après les voyages du ministre des affaires étrangères Sergei Lavrov en Algérie, au Bahreïn, à Oman et en Arabie saoudite, où il a rencontré tous ses homologues du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

Le moment de Moscou

Nous voyons ainsi la diplomatie russe tisser soigneusement sa tapisserie géopolitique de l'Asie occidentale à l'Asie centrale - avec chacun de ses voisins désireux de parler et d'écouter Moscou. À l'heure actuelle, l'entente cordiale Russie-Turquie tend à pencher vers la gestion des conflits et est forte en matière de relations commerciales. Le jeu Iran-Russie est complètement différent: il s'agit d'un partenariat stratégique.

Ce n'est donc pas une coïncidence si la National Oil Company of Iran (NIOC) a annoncé, en marge du sommet de Téhéran, la signature d'un accord de coopération stratégique de 40 milliards de dollars avec la société russe Gazprom. Il s'agit du plus grand investissement étranger de l'histoire de l'industrie énergétique iranienne, qui en avait cruellement besoin depuis le début des années 2000. Sept accords, d'une valeur de 4 milliards de dollars, concernent le développement de champs pétrolifères ; d'autres portent sur la construction de nouveaux pipelines d'exportation et de projets de GNL.

Le conseiller du Kremlin, Youri Ouchakov, a délicieusement révélé que Poutine et le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, ont "discuté de questions conceptuelles" lors de leur rencontre privée. Traduction : il veut dire grande stratégie comme dans le processus complexe d'intégration de l'Eurasie en évolution, dans lequel les trois nœuds clés sont la Russie, l'Iran et la Chine, qui intensifient maintenant leur interconnexion. Le partenariat stratégique Russie-Iran reprend en grande partie les points essentiels du partenariat stratégique Chine-Iran.

L'Iran dit "non" à l'OTAN

Concernant l'OTAN, Khamenei a dit les choses telles qu'elles sont : "Si la voie est ouverte pour l'OTAN, alors l'organisation ne voit pas de frontières. Si elle n'avait pas été arrêtée en Ukraine, après un certain temps, l'alliance aurait déclenché une guerre sous le prétexte de la "Crimée".

Il n'y a pas eu de fuites sur l'impasse du Plan d'action global conjoint (JCPOA) entre les États-Unis et l'Iran - mais il est clair, sur la base des récentes négociations à Vienne, que Moscou n'interférera pas dans les décisions nucléaires de Téhéran. Non seulement Téhéran-Moscou-Pékin savent parfaitement qui empêche le JCPOA de se remettre sur les rails, mais ils voient aussi comment ce blocage contre-productif empêche l'Occident collectif d'accéder au pétrole iranien dont il a tant besoin.

AA-5078962-min-scaled.jpg

Ensuite, il y a le front des armes. L'Iran est l'un des leaders mondiaux de la production de drones : Pelican, Arash, Homa, Chamrosh, Jubin, Ababil, Bavar, drones de reconnaissance, drones d'attaque, et même drones kamikazes, bon marché et efficaces, déployés pour la plupart à partir de plates-formes navales en Asie occidentale.

La position officielle de Téhéran est qu'elle ne fournit pas d'armes aux nations en guerre - ce qui, en principe, invaliderait les "informations" peu claires des États-Unis concernant leur fourniture à la Russie en Ukraine. Mais cela pourrait toujours se passer en catimini, étant donné que Téhéran est très intéressé par l'achat de systèmes de défense aérienne russes et d'avions de chasse ultramodernes. Après la fin de l'embargo du Conseil de sécurité de l'ONU, la Russie pourra vendre à l'Iran autant d'armes conventionnelles qu'elle le souhaite.

Les analystes militaires russes sont fascinés par les conclusions auxquelles les Iraniens sont arrivés lorsqu'il a été établi qu'ils n'auraient aucune chance contre une armada de l'OTAN ; en substance, ils ont opté pour une guérilla de niveau professionnel (une leçon tirée de l'Afghanistan). En Syrie, en Irak et au Yémen, ils ont déployé des formateurs pour guider les villageois dans la lutte contre les salafistes-djihadistes ; ils ont produit des dizaines de milliers de fusils de sniper de gros calibre, d'ATGM et de thermiques ; et bien sûr, ils ont perfectionné leurs chaînes de montage de drones (dotés d'excellentes caméras pour surveiller les positions américaines).

Sans oublier qu'au même moment, les Iraniens construisaient des missiles à longue portée plutôt performants. Il n'est pas étonnant que les analystes militaires russes pensent qu'il y a beaucoup à apprendre tactiquement des Iraniens - et pas seulement sur le front des drones.

Le ballet Poutine-Erdogan

Passons maintenant à la rencontre Poutine-Erdogan - un ballet géopolitique qui attire toujours l'attention, surtout si l'on considère que le sultan n'a pas encore décidé de monter dans le train à grande vitesse de l'intégration eurasienne.

Poutine a diplomatiquement "exprimé sa gratitude" pour les discussions sur les questions alimentaires et céréalières, réaffirmant que "toutes les questions relatives à l'exportation de céréales ukrainiennes depuis les ports de la mer Noire n'ont pas été résolues, mais des progrès ont été réalisés".

Hulusi_Akar_(cropped,_2019).jpg

Poutine faisait référence au ministre turc de la Défense, Hulusi Akar (photo), qui a assuré en début de semaine que la création d'un centre d'opérations à Istanbul, l'établissement de contrôles conjoints aux points de sortie et d'arrivée des ports et la surveillance étroite de la sécurité des navires sur les routes de transfert sont des questions qui pourraient être résolues dans les jours à venir.

Apparemment, Poutine-Erdogan ont également discuté du Nagorno-Karabakh (sans détails).

Ce que certaines fuites n'ont certainement pas révélé, c'est que sur la Syrie, à toutes fins utiles, la situation est dans l'impasse. Cela favorise la Russie, dont la principale priorité est le Donbass. Le rusé Erdogan le sait, c'est pourquoi il a peut-être essayé d'arracher quelques "concessions" sur la "question kurde" et le Nagorno-Karabakh. Quoi que Poutine, le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev et le vice-président Dmitri Medvedev pensent réellement d'Erdogan, ils apprécient certainement à quel point il est précieux de cultiver un partenaire aussi erratique qui peut rendre l'Occident collectif fou.

Cet été, Istanbul s'est transformée en une sorte de troisième Rome, du moins pour les touristes russes expulsés d'Europe : ils sont partout. Mais le développement géo-économique le plus crucial de ces derniers mois est que l'effondrement par l'Occident des lignes de commerce/approvisionnement le long des frontières entre la Russie et l'UE - de la Baltique à la Mer Noire - a finalement mis en évidence la sagesse et le sens économique du Corridor international de transport Nord-Sud (INTSC) : une grande réussite d'intégration géopolitique et géo-économique entre la Russie, l'Iran et l'Inde.

Lorsque Moscou parle à Kiev, elle parle par l'intermédiaire d'Istanbul. L'OTAN, comme le Sud global le sait bien, ne fait pas de diplomatie. Par conséquent, toute possibilité de dialogue entre les Russes et certains Occidentaux éduqués a lieu en Turquie, en Arménie, en Azerbaïdjan et aux Émirats arabes unis. L'Asie occidentale et le Caucase n'ont d'ailleurs pas rejoint l'hystérie des sanctions occidentales contre la Russie.

2_political_cartoon_u.s._joe_biden_democrats_gaffe_problem_teleprompter_solved_-_bruce_plante_cagle.jpg

22AUGUST19COLOR.jpg

Dites adieu au "téléprompteur"

Comparez maintenant cela avec la récente visite dans la région du soi-disant "leader du monde libre", qui alterne joyeusement entre des poignées de main avec des personnes invisibles et la lecture - littéralement - de tout ce qui tourne sur un téléprompteur. Nous parlons du président américain Joe Biden, bien sûr.

Fait : Biden a menacé l'Iran de frappes militaires et, en tant que simple suppliant, a supplié les Saoudiens de pomper plus de pétrole pour compenser les "turbulences" sur les marchés énergétiques mondiaux causées par l'hystérie des sanctions de l'Occident. Le contexte : l'absence flagrante d'une vision ou de quoi que ce soit qui ressemble ne serait-ce qu'à un projet de plan de politique étrangère pour l'Asie occidentale.

Les prix du pétrole ont donc grimpé en flèche après le voyage de Biden : le Brent a augmenté de plus de quatre pour cent pour atteindre 105 dollars le baril, ramenant les prix au-dessus de 100 dollars après une interruption de plusieurs mois.

Le nœud du problème est que si l'OPEP ou l'OPEP+ (qui comprend la Russie) décident un jour d'augmenter leurs approvisionnements en pétrole, ils le feront sur la base de leurs délibérations internes, et non pas sous la pression de l'exceptionnalisme américain.

Quant à la menace impériale d'attaques militaires contre l'Iran, c'est de la pure démence. L'ensemble du golfe Persique - sans parler de toute l'Asie occidentale - sait que si les États-Unis/Israël attaquaient l'Iran, une riposte féroce ferait tout simplement s'évaporer la production énergétique de la région, avec des conséquences apocalyptiques, notamment l'effondrement de milliers de milliards de dollars de produits dérivés.

Biden a ensuite eu le culot de dire : "Nous avons fait des progrès dans le renforcement de nos relations avec les États du Golfe. Nous ne laisserons pas un vide que la Russie et la Chine pourront remplir au Moyen-Orient".

Eh bien, dans la vraie vie, c'est la "nation indispensable" qui s'est transformée en vide. Seuls les vassaux arabes achetés et payés - pour la plupart des monarques - croient en la construction d'une "OTAN arabe" (copyright du roi Abdullah de Jordanie) pour affronter l'Iran. La Russie et la Chine sont déjà présentes en Asie occidentale et au-delà.

rmb-dollar-rolls-renminbi-r-780.jpg

La dédollarisation, pas seulement l'intégration eurasienne

Ce n'est pas seulement le nouveau corridor logistique de Moscou et Saint-Pétersbourg à Astrakhan, puis à travers la Caspienne à Enzeli en Iran et à Mumbai qui bouleverse les choses. Il s'agit d'augmenter le commerce bilatéral qui n'implique pas le dollar américain. Il s'agit des BRICS+, dont la Turquie, l'Arabie saoudite et l'Égypte ont hâte de faire partie. Il s'agit de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui, en septembre prochain, accueillera officiellement l'Iran comme membre à part entière (et bientôt le Belarus). Il s'agit des BRICS+, de l'OCS, de l'ambitieuse initiative chinoise "Belt and Road" (BRI) et de l'Union économique eurasienne (UEE), interconnectés dans leur cheminement vers un partenariat de la Grande Eurasie.

L'Asie occidentale abrite peut-être encore un petit groupe de vassaux impériaux à souveraineté zéro dépendant de l'"assistance" financière et militaire de l'Occident, mais c'est du passé. L'avenir est maintenant, avec les trois principaux BRICS (Russie, Inde, Chine) qui coordonnent lentement mais sûrement leurs stratégies qui se chevauchent à travers l'Asie occidentale, avec l'Iran impliqué dans toutes ces stratégies.

Et puis il y a la grande image globale : indépendamment des circonvolutions et des stupides plans de "plafonnement des prix du pétrole" inventés par les États-Unis, le fait est que la Russie, l'Iran, l'Arabie saoudite et le Venezuela - les principaux et puissants pays producteurs d'énergie - sont absolument en phase : sur la Russie, sur l'Occident collectif et sur les besoins d'un véritable monde multipolaire.

vendredi, 22 juillet 2022

L'OTAN est-elle en morceaux ? L'Europe implose-t-elle ?

si-leuro-disparaissait-leurope-et-le-monde-sengageraient-dans-un-trou-noir-1399054.jpg

L'OTAN est-elle en morceaux ? L'Europe implose-t-elle ?

Luigi Tedeschi

Source: https://www.centroitalicum.com/la-nata-e-a-pezzi-leuropa-implode/

Mais surtout, qui tombera dans le "piège de Thucydide", la Russie ou les États-Unis ?

Depuis le début de la guerre d'Ukraine, l'interprétation de l'évolution du conflit par le courant dominant occidental est sans ambiguïté : la stratégie de Poutine visant à diviser l'Occident a échoué, étant donné l'unité granitique de l'OTAN face à l'ennemi commun, et les sanctions conduiraient bientôt au défaut de paiement de la Russie, avec la déstabilisation politique du régime de Poutine qui en découlerait. Aujourd'hui, nous devons constater l'absence totale de fondement de ces prédictions. Les sanctions, plutôt que la Russie, ont plutôt conduit à une crise énergétique et à une récession économique imminente en Europe, avec des résultats imprévisibles. L'unité même de l'OTAN et de l'UE, au-delà de la rhétorique pro-occidentale et russophobe, est tout à fait apparente. De profonds clivages et des conflits potentiels sont évidents entre les membres de l'OTAN et de l'UE. Il faut s'attendre à ce que l'Occident sorte de cette crise profondément divisé.

L'OTAN est-elle en morceaux ?

Au sein de l'OTAN, on peut distinguer plusieurs zones géopolitiques aux histoires et aux intérêts très divers et conflictuels.

La région balte se compose de l'Estonie, de la Lettonie, de la Lituanie et de la Pologne, dont l'adhésion à l'UE a été conçue comme une conséquence directe et nécessaire de l'adhésion à l'OTAN. Ces pays constituent une zone d'influence des États-Unis, qui ont remplacé l'URSS sur le plan militaire. La présence de l'OTAN dans la région balte est donc configurée comme un avant-poste stratégique et idéologique occidental (en tant que zone la plus nettement russophobe de l'OTAN), en opposition à la Russie.

En revanche, la région scandinave, dans laquelle l'OTAN a été renforcée par la récente adhésion de la Suède et de la Finlande, est une zone d'influence anglo-saxonne-britannique depuis la Seconde Guerre mondiale, opposée à la Russie, mais également encline au compromis avec Moscou. Étant donné la culture pacifiste qui prévaut chez les peuples scandinaves, l'éventualité de conflits guerriers avec la Russie est hautement improbable.

La zone d'Europe centrale et occidentale, représentée par l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne (les Pays-Bas se situent entre l'influence germanique et anglo-saxonne), qui constitue le noyau prédominant de l'UE, résiste en revanche largement au nouveau rideau de fer érigé par l'OTAN en Europe de l'Est. L'Europe continentale, bien qu'elle se soit jointe aux sanctions contre la Russie, est néanmoins opposée à la rupture des liens tant historiques-culturels qu'économiques avec Moscou, car une telle rupture géopolitique affecterait négativement l'économie européenne dans une très large mesure et pourrait saper la propre suprématie économique de l'Allemagne. Il faut également tenir compte du fait que les pays d'Europe de l'Est sont en réalité des satellites économiques d'une Allemagne dont l'influence économique dominante ne s'accompagne pas d'une primauté politique correspondante, étant donné sa subordination à l'OTAN et aux États-Unis. Le rôle propre de l'UE est actuellement très affaibli et marginalisé par rapport à l'OTAN. Il suffit de mentionner le cas de la Pologne, un pays qui a été sanctionné par la Cour européenne de justice pour avoir violé l'État de droit. Ces sanctions ont été écartées en raison du rôle stratégique de premier plan joué par la Pologne dans l'expansion de l'OTAN à l'est. Enfin, il convient de noter que la prédominance de l'OTAN en Europe a complètement contrecarré les aspirations européennes à la création de sa propre autonomie stratégique.

putin_orban2.jpeg

La Hongrie d'Orban, bien que membre de l'OTAN, mène une politique autonome. La Hongrie n'a jamais rompu ses liens énergétiques avec la Russie et résiste aux sanctions occidentales contre Poutine.

La Turquie est un membre de l'OTAN qui poursuit néanmoins sa propre politique étrangère autoréférentielle. Elle ne s'est pas associée aux sanctions contre la Russie. Au contraire, elle a assumé un rôle de médiateur dans le conflit.

La création d'un nouveau "rideau d'acier" en Europe de l'Est, dans un esprit russophobe, a fait disparaître l'intérêt stratégique de l'OTAN pour la région méditerranéenne de l'Europe. Ces changements dans la stratégie géopolitique de l'OTAN impliquent directement l'Italie.

Cependant, dans la zone méditerranéenne, le désintérêt apparent de l'OTAN pour le front sud de l'Europe (déterminé par le désengagement américain au Moyen-Orient et en Afrique du Nord), s'est en fait transformé en un assentiment tacite à la politique d'expansion néo-ottomane d'Erdogan, avec la pénétration conséquente de la Turquie sur le continent africain, au détriment de l'Europe et surtout de l'Italie, qui a été évincée de la Libye. La Turquie est membre de l'OTAN, qui poursuit néanmoins une politique impérialiste en Méditerranée et en Afrique, mais les stratégies d'Erdogan ne sont jamais en contradiction avec celles de l'OTAN.

L'Europe est-elle en train d'imploser ?

Le conflit entre les États-Unis et la Russie en Ukraine a également une signification idéologique. La propagande dominante repropose le choc des civilisations entre l'Occident libéral-démocratique et les autocraties de la Russie et de la Chine. Ce qui émerge de cet affrontement, c'est la configuration du modèle occidental comme civilisation supérieure, comme expression de la primauté américaine dans le monde. Primauté en vertu de laquelle, les guerres américaines sont idéologiquement et moralement légitimées comme des missions de défense de la civilisation occidentale. Mais dans le modèle libéral-démocratique occidental, des facteurs de crise et de conflit apparaissent, qui conduiront finalement à la décadence progressive de l'Occident lui-même.

La crise du modèle occidental est évidente : l'UE elle-même a largement contribué au processus de désintégration progressive des institutions politiques des États européens.

L'Allemagne est la puissance économique dominante de l'UE, mais elle n'est pas pertinente sur le plan géopolitique en raison de son statut de pays à souveraineté limitée au sein de l'OTAN. Étant donné sa dépendance au gaz russe, une crise énergétique et une guerre pourraient mettre en péril sa propre primauté économique. Sur le plan interne, l'Allemagne apparaît divisée en trois zones culturellement et socio-économiquement diversifiées: la Bavière, qui est le pays le plus avancé économiquement et qui dispose également d'un large degré d'autonomie au sein de l'UE, la zone rhénane-hanséatique et la partie orientale correspondant à l'ancienne RDA.

42132229.jpg

T60srDawEJz7T5hONXjaUD5oPiI@511x506.jpg

Cette dernière zone, en ce qui concerne l'approvisionnement énergétique, n'est pas reliée à l'Occident, car elle est approvisionnée en pétrole russe par l'oléoduc Druzhba, qui traverse le Belarus et la Pologne. Par conséquent, les Länder de l'Est auront du mal à se libérer de la dépendance énergétique russe et resteront exposés aux éventuelles représailles de Poutine contre l'Ouest et aux éventuelles actions de désintégration de la Pologne en fonction anti-russe. Ajoutez à cela le fait que la réunification allemande a eu lieu par l'annexion de l'ancienne RDA à la RFA, avec l'accaparement par cette dernière des ressources économiques et la déconstruction du tissu industriel de l'ancienne Allemagne de l'Est. Les Länder de l'Est ont subi un fort déclin démographique et leurs conditions économiques et sociales actuelles sont bien inférieures à celles des citoyens de l'Ouest. Les Allemands de l'Est (les Ossis) sont largement convaincus qu'ils vivent dans un état d'inégalité économique et politique flagrant, et la réunification allemande est considérée comme une occupation des territoires de l'Est par l'Allemagne de l'Ouest. Ainsi, les sentiments pro-russes sont largement répandus au sein de la population de l'ancienne RDA, par opposition aux terres occidentales qui ont toujours été alignées sur l'Occident et l'OTAN. Avec la guerre, cette ligne de fracture entre l'Est et l'Ouest pourrait s'accentuer.

bundeswehr-in-litauen.jpg

Un réarmement de l'Allemagne avec des investissements de 100 milliards a été prévu dans le cadre de la stratégie de l'OTAN pour s'opposer à la Russie. L'Allemagne devra donc détourner des ressources considérables des investissements dans l'économie et les infrastructures sociales pour les affecter à l'armement. La hausse des prix de l'énergie, l'inflation et la pénurie de semi-conducteurs sont des facteurs qui pourraient nuire à la compétitivité de l'industrie allemande et européenne basée sur l'exportation. Il est toutefois très douteux qu'une population décimée par la récession économique imminente puisse accepter cette transformation du statut géopolitique de l'Allemagne d'une puissance économique dominante à une puissance militaire en fonction de la politique américaine d'endiguement de la Russie. L'opinion publique allemande est actuellement très critique à l'égard de la "coalition des feux de signalisation" du gouvernement Scholz en ce qui concerne la politique économique et le rôle de l'Allemagne dans la crise ukrainienne.

En France, la crise institutionnelle s'est manifestée de plein fouet. Le mécontentement social qui a déjà explosé avec les gilets jaunes ces dernières années est appelé à s'étendre et l'abstentionnisme est désormais majoritaire aux élections générales. Ces phénomènes mettent en évidence le détachement total entre le peuple français et ses institutions. L'ingouvernabilité actuelle de la France de Macron, qui résulte des résultats des dernières élections, en est une démonstration claire.

ppmacr_dr.jpg

En Italie aussi, l'abstention de vote est endémique. Les gouvernements techniques, ou en tout cas les gouvernements non représentatifs des orientations exprimées par le corps électoral, se succèdent depuis plus d'une décennie. Les gouvernements techniques et/ou d'unité nationale tels que ceux de Draghi et de Macron représentent la prévalence de pouvoirs technocratiques légitimés par l'UE qui priment sur la volonté du peuple. Les gouvernements pilotés par le pilote automatique européen ont progressivement subverti les institutions démocratiques et profondément affecté la souveraineté même des États.

En outre, un processus de décomposition de l'État s'est manifesté depuis longtemps en Europe avec l'émergence du phénomène de l'autonomisme/séparatisme. L'Espagne (avec la Catalogne) et la Grande-Bretagne (avec l'Écosse et l'Irlande du Nord) sont en état de dissolution avancée. Dans l'UE, un système de division territoriale par zones économiques homogènes a été imposé au détriment de l'unité et de l'indépendance des États-nations.

Ce n'est certainement pas Poutine qui provoquera la dissolution de l'Europe, qui pourrait au contraire imploser de l'intérieur, déchirée par les inégalités sociales ou entre États et par les égoïsmes régionaux, nationaux ou de classe.

L'occidentalisation prédatrice de l'Ukraine

La solidarité occidentale avec l'Ukraine s'avère cynique et hypocrite. Lors de leur rencontre à Kiev avec M. Zelensky, Macron, Draghi et Scholz ont soutenu la candidature de l'Ukraine à l'adhésion à l'UE, qui pourrait se concrétiser dans une décennie. Mais l'entrée de l'Ukraine dans l'UE n'est rien d'autre que son intégration dans le système capitaliste occidental.

La future Ukraine, en tant que membre de l'UE, sera en fait incorporée à l'Europe de l'Est, c'est-à-dire à la zone de domination économique allemande, en tant que fournisseur de matières premières et de main-d'œuvre bon marché, et deviendra un territoire pour les délocalisations industrielles de l'Occident. L'adhésion de l'Ukraine à l'UE représenterait donc l'intégration d'un pays (vivant déjà en Occident dans un statut de subalternité politique), dans un système d'expansion économique incontrôlée, d'inégalités, dominé par les oligarchies financières de l'UE.

Cependant, l'Ukraine est un pays dont les ressources ont déjà été pillées par les multinationales de l'Ouest. Après l'effondrement de l'URSS, l'indépendance de l'Ukraine a vu la mise en œuvre de programmes de privatisation de ses ressources agricoles et industrielles, sous l'égide du FMI, qui a accordé des financements liés à l'imposition de la rigueur budgétaire et de politiques d'austérité. L'Ukraine compte 32 millions d'hectares cultivés et produit annuellement 64 millions de tonnes de céréales et de graines, ainsi que de l'orge et de l'huile de tournesol, dont elle est l'un des principaux exportateurs mondiaux. L'Ukraine, qui est devenue l'un des plus importants marchés agroalimentaires du monde, a fait l'objet de gigantesques vagues spéculatives suite aux réformes ultralibérales imposées par l'Occident. De grands fonds d'investissement, tels que Black Rock, ont rapidement acquis les actifs agroalimentaires de l'Ukraine. Selon les estimations d'Open Democracy, 10 entreprises privées contrôlent aujourd'hui 71 % du marché agricole ukrainien. Outre les oligarques ukrainiens, des multinationales telles que Monsanto, Cargill, Archer Daniels Midland et Dupont détiennent la gestion des usines de reproduction, des usines d'engrais et de l'infrastructure commerciale d'exportation.

whos_behind_ukraines_civil_war___miguel_villalba_snchez__elchicotriste_.jpg

Une crise alimentaire aux effets dévastateurs est en cours, notamment dans le tiers monde, en raison de la pénurie de denrées alimentaires exportées d'Ukraine et de Russie. Mais la crise concerne moins la guerre que la spéculation financière. Une interview récente dans il Manifesto de l'économiste français Frédéric Mousseau, intitulée "Le blé est là, la spéculation sur les prix provoque la crise", révèle ce qui suit : "La FAO a déclaré début mai que les stocks mondiaux de céréales sont relativement stables. La Banque mondiale confirme que les stocks de céréales sont proches des records historiques et que les trois quarts des récoltes russes et ukrainiennes avaient déjà été livrées avant le début de la guerre. Nous pouvons dire qu'il n'y a pas de pénurie imminente mais plutôt une forte spéculation sur les marchés à terme pariant sur des augmentations de prix et des famines futures afin de maximiser les profits"... "Il est clair qu'il y a une crise alimentaire, avec des millions ou des centaines de millions de personnes dans le monde en état d'insécurité, sans accès à une nourriture adéquate ou dépendant des réseaux d'aide sociale, mais cela existe indépendamment de la guerre. Il y a une crise alimentaire, mais c'est une crise sans réelle pénurie de nourriture".

Le commerce rapace de la reconstruction de l'Ukraine

Alors que la guerre s'éternise, la perspective d'une planification commerciale pour la reconstruction de l'Ukraine devient de plus en plus d'actualité en Europe. Lors de la "Conférence pour la reconstruction de l'Ukraine" qui s'est tenue récemment à Lugano, Zelensky a présenté un plan de 750 milliards pour la décennie 2023-2032. Cela soulève la question de trouver les fonds nécessaires. Dans l'UE, des dons sont envisagés, des émissions d'euro-obligations comme pour le NGEU (mais il ne sera pas facile de surmonter l'hostilité des pays frugaux), ou la levée de fonds par l'utilisation des 300 milliards d'actifs et de capitaux russes gelés par les gouvernements occidentaux (dont la confiscation ne sera probablement pas autorisée par les tribunaux).

Quelles garanties l'Ukraine peut-elle offrir contre un tel financement ? Peut-on prévoir un endettement de l'Ukraine qui entraînera l'expropriation de ses ressources par les créanciers de l'Occident ? Toutefois, une répartition des zones de reconstruction entre les États occidentaux a été prévue. L'Italie s'est vu attribuer Donetsk, qui est toutefois désormais aux mains des Russes. C'est un territoire occupé depuis 2014 par les séparatistes russes. Et le paradoxe est que la reconstruction se ferait sur un territoire bombardé par les Ukrainiens afin de le reconquérir.

L'Ukraine est un pays dévasté non seulement par la guerre, mais aussi et surtout par les politiques néolibérales imposées par l'Occident. Après 30 ans d'indépendance, les revenus et la qualité de vie sont inférieurs aux normes des années 1990. Sur le plan démographique, l'Ukraine connaît une baisse marquée du taux de natalité et un taux de mortalité infantile élevé, tout en étant décimée par l'émigration. La migration est considérée comme une grande opportunité pour les pays capitalistes, car la mobilité de la main-d'œuvre augmente l'"armée industrielle de réserve" et favorise la compression des salaires. Mais l'émigration prive les pays d'origine de ressources humaines. Les migrations en provenance d'Europe de l'Est, un phénomène corrélé à l'expansion de l'OTAN en Eurasie, révèlent le destin tragique auquel de nombreux peuples sont tombés avec l'avènement de la mondialisation. En effet, l'Occident a transformé des millions d'individus, qui occupaient souvent des positions sociales très différentes dans leur État d'origine, en un peuple de soignants, de travailleurs et de parias.

41tG5AjAuuL.jpgLa situation de la reconstruction de l'Ukraine est bien décrite par Fabio Mini, co-auteur avec Franco Cardini du livre Ucraina, la guerre e la storia, PaperFist 2022 : "Entre-temps, l'UE a déjà déboursé 600 millions sur le milliard accordé pour l'aide. La Banque mondiale a déjà accordé un prêt supplémentaire de 350 millions et une garantie pour 139 millions supplémentaires. Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une allocation de 2,2 milliards. La Pologne, l'Allemagne et la France sont déjà en première ligne dans la course à la reconstruction. Mais l'inventaire de reconstruction pourrait prendre des années. L'Ukraine "libérée" se prépare à être un État esclave de la dette aux mains d'une troïka qui ne fera de remise à personne (Grèce docet). Sur le plan démographique, l'Ukraine est déjà un pays au bord de la capitulation avec un déclin constant de 7 pour mille et une forte émigration. Dans une nation dévastée par la guerre, les gens ne reviennent pas volontiers et le pays devient dépendant des transferts de fonds des émigrants (ce qu'est déjà l'Ukraine), et la proie des profiteurs d'après-guerre qui contrôlent généralement les gouvernements et n'enrichissent certainement pas la population".

L'Occident et le nouveau multilatéralisme

Cette guerre a fait apparaître un profond clivage dans la géopolitique mondiale, qui n'est pas celui entre l'Ouest et l'Est de la guerre froide. Au contraire, un contraste marqué est apparu entre l'Occident et le reste du monde, c'est-à-dire le non-Occident. La mondialisation a donc échoué, en tant que phénomène d'expansion économique et financière illimitée qui a conduit parallèlement à l'exportation mondiale d'un système néo-libéral anglo-saxon. Ce n'est pas une coïncidence si la disparition de la mondialisation coïncide avec le déclin de la puissance américaine. La mondialisation n'a pas généré le dialogue, la pacification et le développement entre les peuples, mais a, au contraire, fait naître des contrastes de plus en plus marqués et produit des conflits sans fin.

La ligne de faille d'incommunicabilité de plus en plus profonde qui sépare l'Occident des peuples des autres continents est de nature idéologique et culturelle. L'identité assumée par l'Occident au cours des trois derniers siècles découle de la culture des Lumières, qui est à l'origine de la société libérale et donc de la domination capitaliste au niveau mondial. Le modèle occidental est fondé sur un individualisme abstrait qui conduit à l'éradication des identités historiques et culturelles des peuples, en vue d'un progrès illimité et irréversible. Par conséquent, en vertu d'une idéologie qui postule le dogme a priori de la nécessité historique du progrès, l'Occident s'est légitimé pour imposer sa supériorité morale (coïncidant parfaitement avec la doctrine américaine de la "destinée manifeste", selon laquelle les valeurs et les intérêts des États-Unis sont identifiés aux destinées du monde), avec l'exportation au monde d'un modèle de société néolibéral qui implique l'annulation du sens et de la conscience de l'histoire des peuples.

La société européenne vit dans la dimension de la post-histoire depuis le milieu du siècle dernier. L'Europe actuelle est en effet dépourvue de mémoire historique, éloignée des événements géopolitiques du présent et incapable de concevoir des projets d'avenir. La dimension de la non-histoire dans laquelle se débat l'Europe actuelle est bien décrite par Romano Ferrari Zumbini dans un article intitulé "L'Occident dans le piège de Narcisse", paru dans le numéro 5/2022 de Limes : "La société occidentale du XXIe siècle est imprégnée de rationalisme. Les Lumières sont immanentes à la société contemporaine. Pensez à la fascination du mot <révolutionnaire> : quel annonceur n'utilise pas l'adjectif <révolutionnaire> pour propager avec emphase la meilleure qualité (plus ou moins réelle) d'un nouveau produit à lancer sur le marché ? Le neuf est toujours une garantie de mieux. Ce faisant, on efface le passé et on hypothèque le présent, destiné à succomber face à l'avenir".

cover_522.jpg

La guerre russo-ukrainienne est en fait un conflit géopolitique entre les États-Unis et la Russie destiné à transformer l'ordre mondial. Son issue et surtout ses conséquences sont imprévisibles. Dans ce conflit, il faut faire la distinction entre un agresseur tactique, qui a matériellement provoqué la guerre (la Russie), et un agresseur stratégique, qui a rendu la guerre inévitable (les États-Unis). Dans le livre susmentionné "Ukraine, guerre et histoire", Franco Cardini propose à nouveau une interprétation des événements tirée de la culture classique : le "piège de Thucydide". Selon Franco Cardini : "Le piège qui porte son nom se déclenche lorsqu'une grande puissance, qui se sent pourtant menacée par la décadence, croit pouvoir arrêter ce processus négatif en attaquant une puissance subordonnée et périphérique. Les Athéniens l'ont fait avec Delos à l'origine de l'événement connu sous le nom de <guerre du Péloponnèse>. Mais derrière la fragile Délos se cachait la grande Sparte : et c'est là l'origine de la ruine de la Grèce antique".

Alors, Poutine est-il tombé dans le piège qui, en attaquant l'Ukraine, a provoqué une intervention américaine qui, à long terme, usera et déstabilisera la Russie, ou bien Biden est-il tombé dans le piège qui, avec la guerre, provoquera une alliance entre la Russie et la Chine qui mettra fin à la suprématie américaine dans le monde ? Toute réponse est impossible pour le moment, étant donné l'imprévisibilité de l'histoire.

Cependant, un nouvel ordre mondial inspiré par le multilatéralisme est en train de prendre forme. Un sommet des pays BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) s'est tenu entre le 23 et le 24 juin, d'où sont sorties les lignes directrices d'un nouvel ordre mondial. Ces pays représentent un tiers de la masse continentale du monde, 43% de la population mondiale et 25% du PIB mondial, et détiennent une grande partie des matières premières de la planète. Cette adhésion est appelée à se développer. L'Argentine, puissance agricole condamnée à la cessation de paiement par l'impérialisme américain, et l'Iran, grand producteur de pétrole, sous embargo américain et soumis à la criminalisation internationale pour n'avoir jamais cédé à la puissance américaine, veulent adhérer.

Les BRICS sont des pays très divers dans leurs cultures et leurs intérêts. Cependant, ils sont capables de générer une opposition géopolitique mondiale aux États-Unis. Dans ce nouveau contexte multilatéral, l'Occident apparaît isolé et réduit dans son rôle géopolitique hégémonique dans le monde. Andrea Zhok, dans un article récent intitulé "The Upside Down of the World We Have Come to Know" (L'envers du décor du monde que nous avons appris à connaître), l'exprime ainsi : "Bien sûr, les BRICS auront toujours du mal à évoluer harmonieusement, car ils sont issus d'une pluralité de traditions et de cultures différentes, mais tant que l'empire américain et ses brimades internationales existeront, ils auront à la fois une forte incitation à le faire et un guide clair sur ce qu'il faut faire.

Ainsi, malgré les revers, ce sera le scénario émergent, qui submergera et bouleversera le monde que nous avons connu. Il faudra quelques décennies pour en voir pleinement les effets économiques et démographiques, mais un effet sera visible immédiatement : les provinces de l'empire américain devront faire face à l'effondrement de leur propre structure idéologique, celle qui les a amenées à élever la théorie économique néolibérale et la théorie éthique libérale au rang de seule vision du monde.

vendredi, 08 juillet 2022

Géopolitique de la mer Baltique

1200px-Mer_Baltique.png

Géopolitique de la mer Baltique

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/geopolitics-baltic-sea?fbclid=IwAR19IaHuEhZ1yoxfwXeLVLeYtmA5iCn2VhZcQDyfqP-UnoD0RGEsC3kMm24

Les développements dans le domaine de la sécurité dans la région de la mer Baltique montrent une forte tendance à la régionalisation de la sécurité européenne.

En décembre 2007, le Conseil européen a publié les conclusions de sa présidence, invitant la Commission européenne à présenter une stratégie européenne pour la région de la mer Baltique au plus tard en juin 2009. Jusqu'alors, le Parlement européen n'avait demandé qu'une stratégie visant à résoudre les problèmes environnementaux urgents de la mer Baltique. La Commission a présenté sa communication sur la stratégie de l'UE pour la région de la mer Baltique (EUSBSR) le 10 juin 2009, accompagnée d'un plan d'action détaillé. Ils ont été approuvés par le Conseil européen en octobre 2009 et la stratégie de l'UE pour la région de la mer Baltique est ainsi devenue la première stratégie macro-régionale de l'UE.

En 2012, la Commission a défini trois grands objectifs pour la stratégie: "Sauver la mer", "Connecter la région" et "Accroître la prospérité". En outre, la Commission a suggéré de définir des indicateurs et des objectifs mesurables pour chaque objectif. Pour refléter ces changements, le plan d'action a été mis à jour en 2013 en fonction des objectifs de la stratégie Europe 2020.

Après une vaste consultation des États membres, le plan d'action a été mis à jour en 2015. Grâce à cette mise à jour, la stratégie est devenue plus rationnelle et s'est concentrée sur trois objectifs principaux. En 2017, le plan d'action a été révisé avec quelques mises à jour et corrections techniques, un chapitre actualisé sur le transport en politique, un nouveau point sur l'éducation en politique et une section dans le chapitre sur la gestion décrivant la procédure de changement des coordinateurs thématiques.

La version actuelle du Plan d'action est entrée en vigueur en 2021. Le plan d'action révisé est plus ciblé et tient compte des nouveaux défis mondiaux, du nouveau cadre stratégique de l'UE et du cadre financier pluriannuel 2021-2027, ainsi que des défis de la stratégie. Le plan d'action révisé contient également des références pour "intégrer" la Stratégie dans les politiques et les programmes de financement de l'UE.

La zone couverte par la Stratégie est principalement le bassin de la mer Baltique, y compris les zones intérieures. Elle compte environ 85 millions d'habitants, dont 8 États membres de l'UE (Danemark, Estonie, Finlande, Allemagne, Lettonie, Lituanie, Pologne, Suède) ainsi que la Russie.

Huit des neuf pays bordant la mer Baltique sont membres de l'Union européenne, et les nouvelles possibilités de meilleure coordination ont assuré un niveau de vie plus élevé aux citoyens de ces États membres. Cependant, même avec une bonne communication et une bonne coopération internationale et interrégionale, les nouveaux avantages de l'adhésion à l'UE n'ont pas été pleinement réalisés, et les problèmes de la région n'ont pas encore été résolus. La région de la mer Baltique (RMB) est très diverse en termes d'économie, de nature et de culture.

Les États membres partagent de nombreuses ressources communes et sont interdépendants. Cela signifie que les mesures prises dans un domaine peuvent rapidement entraîner des résultats dans d'autres domaines ou affecter la région dans son ensemble.

La politique "Énergie" de l'UE dans la région de la mer Baltique, coordonnée par le BEMIP, la Lituanie et la Lettonie, vise à garantir une énergie compétitive, fiable et durable dans la région de la mer Baltique.

La coopération régionale dans le secteur de l'énergie repose sur le plan d'interconnexion des marchés énergétiques de la Baltique (BEMIP), qui couvre les infrastructures énergétiques, les marchés du gaz et de l'électricité, la production d'énergie, la sécurité de l'approvisionnement énergétique, l'efficacité énergétique et les sources d'énergie renouvelables. Dans le domaine des marchés de l'électricité et du gaz, l'accent est mis sur la création d'un marché régional de l'énergie ouvert, concurrentiel et pleinement intégré dans la région de la mer Baltique.

Dans le secteur de l'énergie, la Lituanie est chargée de développer l'efficacité énergétique et les sources d'énergie renouvelables afin d'atteindre les objectifs stratégiques de l'UE dans ce domaine (en coordination avec la Lettonie).

Une initiative est actuellement en cours pour créer une plateforme sur l'efficacité énergétique afin de promouvoir la coopération transfrontalière entre les États de la mer Baltique pour atteindre les objectifs de l'UE en matière d'efficacité énergétique.

Lors de l'évaluation de la mise en œuvre de la stratégie, il convient de prêter attention à trois "points".

Premièrement, le fait que le champ d'application de la Stratégie ait été établi par le Conseil européen a influencé la manière dont la discussion a été menée dans cette région. Le texte du document se concentre sur la résolution des problèmes environnementaux, notamment ceux liés à la navigation. La conclusion du Conseil appelle à une séparation effective des sphères internes et externes de la politique. Cette disposition contredit l'expérience déjà acquise dans la résolution des problèmes les plus urgents de la mer Baltique, y compris les problèmes environnementaux, ainsi que les questions de navigation de nature transnationale et transfrontalière, incluant ainsi par définition les États non membres de l'UE.

Deuxièmement, les différences qui concernent la gestion semblent être importantes. La Commission européenne a proposé une stratégie qui devrait coordonner les éléments existants, ainsi que surveiller et examiner attentivement les réalisations, les besoins et les défis, visant à maintenir la dynamique du plan d'action en conséquence. Dans la résolution, le Parlement a appelé à une solution très différente : en partie par sa proposition d'organiser des sommets annuels des États de la mer Baltique avant la réunion d'été du Conseil européen et de développer les organisations régionales au sein et en dehors du système de l'UE.

6101v2.png

La dernière conclusion importante concernait le processus de travail visant à améliorer la stratégie. Le processus de consultations publiques, qui s'est déroulé d'août 2008 à février 2009, a été conçu non seulement pour améliorer la Stratégie, mais aussi pour faciliter le processus de son approbation. Les consultations ont impliqué des États, des régions, un certain nombre d'organisations gouvernementales non gouvernementales et internationales, ainsi que des citoyens individuels. Au cours des différentes réunions, la Stratégie a pu mettre en évidence les positions fondamentales partagées par une grande majorité des participants :

    - La nécessité absolue d'une stratégie pour la région de la mer Baltique,
    - La nécessité d'une approche intégrée pour obtenir des résultats,
    - Le rôle important de la Commission européenne dans le développement de la Stratégie,
    - La concentration sur des projets spécifiques pour obtenir des résultats réels,
    - L'absence du besoin de créer de nouvelles institutions, étant donné la présence d'un nombre important d'organisations existantes,
    - Le désir d'aller au-delà des déclarations vides et de travailler avec les pays leaders avec des objectifs spécifiques et des délais clairement définis.

Il convient de noter le rôle de l'étude de l'expérience de l'OTAN dans la région de la mer Baltique. C'est qu'avec la fin de la bipolarité de la Guerre froide, le système de sécurité européen est de plus en plus fragmenté selon des lignes régionales, reflétant souvent des fractures historiques et des modèles traditionnels de coopération et de conflit. Pendant la guerre froide, les membres de l'OTAN tels que la Norvège et la Turquie partageaient une préoccupation commune en matière de sécurité nationale - la menace soviétique perçue. Quelles que soient les différences de situation géostratégique, cela leur posait un problème commun, qui a servi de base à la coopération dans le domaine de la sécurité au sein de l'Alliance. Avec la fin de la guerre froide et la disparition de l'Union soviétique, les intérêts de sécurité nationale de la Norvège et de la Turquie se sont concentrés sur leurs problèmes régionaux spécifiques, qui sont d'ailleurs très différents. Dans toute l'Europe, la régionalisation de l'agenda de la sécurité est évidente.

En Europe du Sud-Est, la rivalité traditionnelle des "Balkans" a refait surface, ainsi que de nouveaux problèmes de construction d'États et de nations. C'est ce qui donne aux relations internationales dans cette région troublée un caractère particulier - et très sanglant.

Les développements dans le domaine de la sécurité dans la région de la mer Baltique montrent la même tendance : le désir de régionalisation de la sécurité européenne. Les États de la région de la mer Baltique partagent des préoccupations communes en matière de sécurité régionale, qui découlent de différents modèles de coopération dans la région. En ce sens, ils font partie du "complexe de sécurité" régional.

Les principales menaces pour la biodiversité de la mer Baltique sont les suivantes.

L'eutrophisation. Elle a entraîné une augmentation du nombre d'algues planctoniques, une augmentation de la fréquence des proliférations d'algues toxiques et une diminution des niveaux d'oxygène dans les eaux profondes de la mer Baltique.

Pêche. La pêche d'espèces de poissons clés telles que le cabillaud, le hareng, le saumon et l'anguille n'est actuellement pas viable en raison de la surexploitation et de la détérioration des conditions de reproduction. Les prises accessoires de mammifères marins, d'oiseaux de mer et d'espèces de poissons non ciblées sont trop élevées.

Pollution par des substances nocives et des hydrocarbures. Les polluants organiques causent des problèmes de santé et de reproduction pour les mammifères et les oiseaux marins.

Introduction d'espèces non indigènes. Des changements dans la structure et les composants de l'écosystème sont causés par les espèces introduites. L'introduction intentionnelle, l'encrassement et les eaux de ballast sont trois voies importantes par lesquelles les organismes pénètrent dans la mer Baltique. Les connexions fluviales avec les eaux saumâtres de la mer Noire et de la mer Caspienne augmentent le risque d'introduction à partir de ces zones.

img-6.jpg

C'est ainsi que le programme de surveillance de la Baltique (BPM) a été mis en place. Les objectifs de la surveillance coopérative de l'environnement marin de la mer Baltique (COMBINE) sont d'identifier et de quantifier les effets des rejets/activités anthropiques dans la mer Baltique dans le contexte des changements naturels du système, et d'identifier et de quantifier les changements de l'environnement par des actions réglementaires. Le programme comprend des mesures hydrographiques, l'impact des apports anthropiques de nutriments sur le biote marin, les niveaux de polluants dans les organismes individuels et l'impact des polluants sur la structure des communautés.

Le programme de surveillance de la Baltique, qui fait partie de COMBINE, est mis en œuvre par la Commission d'Helsinki. Le programme de surveillance constitue une bonne base pour se faire une idée générale des conditions environnementales de la mer Baltique et des moyens de les améliorer. En outre, des accords bilatéraux ont été signés concernant la surveillance environnementale de certaines parties de la mer Baltique, comme le golfe de Botnie entre la Finlande et la Suède et le Sound entre le Danemark et la Suède. Le Danemark, la Norvège et la Suède coopèrent dans le Kattegat et le Skagerrak. Ces programmes offrent une certaine compensation temporaire à l'absence de programmes de surveillance dans les zones marines protégées (ZMP) elles-mêmes.

Bien entendu, la région de Kaliningrad et la Russie dans son ensemble constituent désormais à la fois un défi et une menace lointaine pour les pays de l'UE ayant accès à la Baltique. Les actions inadéquates de la Lituanie ont déjà conduit à un nouveau foyer de tension. D'autres provocations sont également possibles. En réponse, la Russie pourrait prendre des mesures susceptibles de saper la stratégie baltique de l'UE, ce qui pourrait rendre les pays baltes et Bruxelles plus prudents.

Les actions secrètes occidentales en Syrie

syrie-international-mine-action-center-in-syria-aleppo-45.jpg

Les actions secrètes occidentales en Syrie

Shane Quinn

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/western-covert-actions-syria?fbclid=IwAR0nOOlODMj2R9U1PqcfQmmIzqBwOAjBsi-BBCV-OnvL-wQS6SIR2ktUT0o

En octobre 2011 et février 2012, l'organisation de l'OTAN dirigée par les États-Unis, avec le soutien des autocraties du Golfe, a tenté d'obtenir des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU qui, selon toute probabilité, auraient servi de prétexte à une invasion de la Syrie.

Ces efforts ont reproduit le jeu de dupes que l'Amérique, la Grande-Bretagne et la France avaient joué pour obtenir une résolution concernant la Libye, le 17 mars 2011, qu'ils ont immédiatement violée en bombardant ce pays. À l'automne 2011, la Russie et la Chine savaient que les États-Unis et l'OTAN tentaient à nouveau le même subterfuge, dans leur volonté de renverser le président syrien Bachar al-Assad. Moscou et Pékin ont donc opposé leur veto aux résolutions.

images.squarespace-cdn.jpg

Non découragée par ces revers, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a exercé un lobbying intense en 2012 en faveur d'une attaque contre la Syrie. Mme Clinton a déclaré qu'elle avait le soutien de l'ancien directeur de la CIA, Leon Panetta, et qu'elle estimait que les Américains auraient dû être "plus disposés à affronter Assad"; elle a souligné "Je crois toujours que nous aurions dû créer une zone d'exclusion aérienne", le feu vert pour une invasion US-OTAN comme ce fut le cas en Libye.

Clinton a déclaré qu'elle voulait "agir de manière agressive" contre la Syrie et a élaboré un plan en ce sens, mais il n'a jamais été mis en œuvre (1). Elle avait auparavant soutenu les invasions de la Yougoslavie (1999), de l'Afghanistan (2001), de l'Irak (2003) et de la Libye (2011) menées par les États-Unis.

Dans leur politique à l'égard de la Syrie, Washington et l'OTAN adoptaient une position similaire à celle d'organisations terroristes comme Al-Qaïda, qui soutenait la volonté d'évincer Assad. Le 27 juillet 2011, le nouveau patron d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a souligné sa solidarité avec les extrémistes. Zawahiri a appelé au départ d'Assad, et a regretté de ne pas pouvoir être lui-même en Syrie. "J'aurais été parmi vous et avec vous", a-t-il déclaré, mais il a poursuivi en disant qu'"il y a déjà suffisamment et plus de moudjahidines et de garnisons" présents en Syrie. Il a décrit Assad comme "le partenaire de l'Amérique dans la guerre contre l'Islam". (2)

Zawahiri n'a pas mentionné que le président syrien s'était opposé à l'invasion américaine de l'Irak en 2003. Assad a été, en fait, le premier dirigeant arabe autre que Saddam Hussein à condamner l'attaque. Moins de 10 jours après l'invasion, Assad avait prédit: "Les États-Unis et la Grande-Bretagne ne seront pas en mesure de contrôler tout l'Irak. Il y aura une résistance beaucoup plus forte". Il a déclaré à propos des forces anglo-américaines "nous espérons qu'elles ne réussiront pas" en Irak "et nous doutons qu'elles y parviennent - il y aura une résistance populaire arabe et celle-ci a commencé". (3)

isis.jpg

Les révoltes qui ont commencé en Syrie, au printemps 2011, n'auraient duré que quelques mois sans une intervention extérieure qui les a radicalisées (4). La Syrie n'aurait pas eu à endurer les années de guerre qui ont suivi, mais les puissances étrangères - notamment le triumvirat impérial composé de l'Amérique, de la Grande-Bretagne et de la France - ont soutenu cette révolte avec l'aide de leurs alliés d'Arabie saoudite, du Qatar et de la Turquie, sans parler des groupes djihadistes. Les premières manifestations de mars 2011 n'étaient pas, au départ, contre Assad, mais avaient été dirigées contre les déficiences au niveau provincial.

416DCQ0HGWL.jpgNeil Quilliam, un universitaire spécialisé dans le Moyen-Orient, a déclaré à propos du désaccord en Syrie qui a commencé dans la ville de Daraa, dans le sud du pays : "La rébellion telle qu'elle a commencé était très localisée. Elle était bien plus liée à des griefs locaux contre les chefs de la sécurité locale - il s'agissait de corruption au niveau local" (5). L'agitation a été dépeinte à tort en Occident comme visant le gouvernement d'Assad. Elle a ensuite été exploitée par les puissances américaines et de l'OTAN pour tenter un changement de régime en Syrie pour des raisons géopolitiques.

Le site Web des renseignements militaires israéliens, DEBKAfile, a rapporté que depuis 2011, des forces spéciales du SAS et du MI6 britanniques entraînaient des militants anti-Assad en Syrie même. D'autres membres du personnel britannique du Special Boat Service (SBS) et du Special Forces Support Group (SFSG), des unités des forces armées britanniques, entraînaient également des combattants en Syrie depuis 2011. En outre, la même année, des agents étrangers français de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et du Commandement des opérations spéciales encourageaient les troubles contre Assad. (6)

À mesure que 2011 avançait, les révoltes anti-Assad étaient infiltrées par un nombre croissant de combattants d'Al-Qaïda. Le 12 février 2012, dans une vidéo de huit minutes, Zawahiri a exhorté les djihadistes de Turquie, d'Irak, du Liban et de Jordanie à venir en aide à leurs "frères en Syrie" et à leur donner "de l'argent, des opinions, ainsi que des informations". Zawahiri a déclaré que l'Amérique n'était pas sincère dans sa démonstration de solidarité avec eux. (7)

Toujours en février 2012, Hillary Clinton a admis que Zawahiri "soutient l'opposition en Syrie" et elle a laissé entendre que les Etats-Unis étaient du même côté que lui (8). Clinton a promis que les Américains continueraient à fournir une aide logistique aux insurgés, afin de coordonner les opérations militaires.

L'appel de Zawahiri au djihad contre la Syrie a été soutenu par le numéro deux d'Al-Qaïda, Abu Yahya al-Libi. Il s'agit d'un extrémiste libyen qui a participé au récent conflit contre Mouammar Kadhafi, aux côtés de nombreux autres terroristes. Al-Libi a déclaré dans une vidéo du 18 octobre 2011 : "Nous appelons nos frères en Irak, en Jordanie et en Turquie à aller aider leurs frères [en Syrie]" (9). Fin 2011, il existait des liens entre les djihadistes qui ont renversé Kadhafi, et ceux qui tentent d'infliger un sort similaire à Assad.

Avec les vetos russe et chinois sur les résolutions de l'ONU, Washington n'a pas pu lancer une invasion à grande échelle de la Syrie, mais l'objectif du président Barack Obama et de ses alliés est resté celui du changement de régime. Tout au long de l'année 2011 et au-delà, les dirigeants de l'Amérique (Obama), de la Grande-Bretagne (David Cameron), de la France (Nicolas Sarkozy) et de l'Allemagne (Angela Merkel) ont séparément appelé au départ d'Assad, en invoquant de manière fallacieuse les préoccupations liées au sort du peuple syrien.

Merkel, par exemple, qui avait soutenu l'invasion américaine de l'Irak, a déclaré le 18 août 2011 qu'Assad devait "faire face à la réalité du rejet complet de son régime par le peuple syrien". Cette allégation a été répétée par d'autres dirigeants occidentaux, ainsi que par la Haute Représentante de l'UE Catherine Ashton. Elle était totalement fausse.

Moins de six mois plus tard, le journaliste anglais Jonathan Steele, citant un sondage fiable, notait que 55% des Syriens souhaitaient qu'Assad reste président. Steele a écrit que cette réalité dérangeante "a été ignorée par presque tous les médias de tous les pays occidentaux dont le gouvernement a demandé le départ d'Assad". (10)

Bashar_and_Asma_al-Assad.jpg

Pour l'Occident et ses alliés, comme envisagé, la chute d'Assad augmenterait la puissance américaine en Méditerranée et au Moyen-Orient, tout en portant un coup à l'influence russe, iranienne et chinoise. Le Kremlin devrait abandonner sa base navale de Tartous, dans l'ouest de la Syrie, ce qui pousserait la Russie hors de la Méditerranée. Les voies d'approvisionnement par lesquelles des armes sont livrées au Hezbollah, dans le Liban voisin, seraient également éliminées.

Avec un régime favorable à l'Occident en Syrie, l'étau se serait resserré autour de l'Iran. De vastes quantités de pétrole et de gaz se trouvent à côté du littoral syrien, dans le bassin du Levant. Cependant, la Syrie était un problème plus difficile et plus compliqué pour les États-Unis et l'OTAN que des pays comme la Libye. En Syrie, l'Occident était confronté aux intérêts de la Russie, de la Chine et de l'Iran, trois pays disposant d'amples ressources et de puissantes armées.

Pendant ce temps, les terroristes commençaient à faire des ravages. L'agence de renseignement allemande BND a informé le Bundestag (parlement) que, de fin décembre 2011 à début juillet 2012, 90 attaques terroristes ont été perpétrées en Syrie par des organisations liées à Al-Qaïda et à d'autres groupes extrémistes (11). Les "modérés" déclenchaient des attentats-suicides et des attentats à la voiture piégée contre les forces gouvernementales syriennes et les civils. Un raid suicide le 18 juillet 2012 a tué le beau-frère d'Assad, le général Assef Shawkat, et le ministre syrien de la Défense, le général Dawoud Rajiha. L'Armée syrienne libre, soutenue par les États-Unis, l'OTAN et les autocraties du Golfe, a revendiqué la responsabilité de cette atrocité. (12)

Le djihad n'a fait que nuire et délégitimer les objectifs des insurgés, et en fait ceux de l'Occident. Le public syrien a pu constater, environ un an après le début de la guerre, qu'un nombre considérable de ceux qui tentaient de renverser la République arabe syrienne étaient des extrémistes. Le terrorisme a fait en sorte que les défections vers l'opposition se soient presque arrêtées.

85821.jpg

Désormais, la majorité du personnel militaire restait fidèle à Assad. Début octobre 2012, d'autres attaques terroristes ont fait 40 morts, dont quatre attentats à la voiture piégée qui ont endommagé le quartier gouvernemental d'Alep. Cela a encore affaibli les insurgés. Le Front Al-Nusra, lié à Al-Qaïda, a assumé la responsabilité de ces actes insensés qui n'avaient d'autre but que d'infliger un bain de sang à des innocents. Les attentats-suicides ont augmenté en fréquence.

Ces atrocités ont choqué la population syrienne et renforcé la sympathie envers Assad. Le président syrien a sans aucun doute réagi aux saccages terroristes d'une main de fer; sa réaction a peut-être aussi été influencée par la menace permanente d'une invasion des États-Unis et de l'OTAN, alors que les politiciens occidentaux continuaient à demander sa démission.

Le chef des renseignements militaires israéliens, le major-général Aviv Kochavi, a informé le parlement israélien à la mi-juillet 2012 que "l'islam radical" prenait pied en Syrie. Kochavi a déclaré : "Nous pouvons constater un flux continu d'activistes d'Al-Qaïda et du djihad mondial vers la Syrie". Il s'inquiétait que "les hauteurs du Golan puissent devenir une arène d'activité contre Israël", ce qui était "le résultat du mouvement croissant du djihad en Syrie" (13). Le plateau du Golan, situé à 40 miles au sud de Damas, est un territoire syrien sous occupation israélienne depuis 1967. Kochavi estime qu'Assad "ne survivra pas à ce bouleversement".

L'Armée syrienne libre soutenue par l'Occident est en partie composée de mercenaires recrutés en Libye, ainsi que d'extrémistes d'Al-Qaïda, wahhabites et salafistes. Comme l'avait demandé le chef d'Al-Qaïda, Zawahiri, les radicaux sont entrés en Syrie par le Liban voisin et la Turquie, pays de l'OTAN, et se sont attachés à mener une guerre sectaire - en massacrant les groupes ethniques de Syrie tels que les alaouites, les chrétiens, les chiites et les druzes ; c'est-à-dire ceux qui soutiennent majoritairement Assad et que les djihadistes considèrent comme des hérétiques.

Le Conseil national syrien (CNS), une entité anti-Assad basée à Istanbul, en Turquie, a été créé en août 2011. Il a été organisé par les services spéciaux des puissances occidentales et est soutenu par l'Arabie saoudite et le Qatar. Le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan a continué à remplacer la laïcité par l'islamisme en Turquie, et il s'est impliqué de manière centrale dans l'attisage des flammes de la guerre en Syrie. Les Turcs agissaient comme une force mandataire des États-Unis et de l'OTAN.

Erdogan a autorisé l'Armée syrienne libre à utiliser les bases turques d'Antakya et d'Iskenderun, situées à l'extrême sud de la Turquie et à côté de la frontière syrienne. Avec l'aide de la Turquie, des armes de l'OTAN ont été acheminées en contrebande vers les terroristes menant une guerre sainte contre les Syriens. Des agents de renseignement américains étaient actifs dans et autour de la ville d'Adana, dans le sud de la Turquie (14).

the-battle-for-idlib-a-potential-catch-22-for-china-james-dorsey-1.jpg

Les djihadistes islamiques sont arrivés en Syrie en provenance de pays européens éloignés, tels que la Norvège et l'Irlande; à eux seuls, 100 d'entre eux sont entrés en Syrie en provenance de Norvège. Des musulmans radicaux d'ethnie ouïghoure de la province du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine, combattaient en Syrie aux côtés d'Al-Qaïda depuis mai 2012. Les militants ouïghours appartenaient au groupe terroriste, le Parti islamique du Turkistan (TIP), ainsi qu'à l'Association pour l'éducation et la solidarité du Turkistan oriental, cette dernière organisation ayant son siège à Istanbul. Al-Libi, le commandant en second d'Al-Qaïda, a publiquement défendu la campagne terroriste du TIP contre les autorités chinoises au Xinjiang.

Au total, on estime que des djihadistes de 14 pays d'Afrique, d'Asie et d'Europe étaient présents en Syrie dès le début du conflit (15). Ils venaient d'États tels que la Jordanie, l'Égypte, l'Algérie, la Tunisie, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, etc. Il s'agissait en partie d'une conséquence et d'un débordement de l'invasion de la Libye par les États-Unis et l'OTAN en mars 2011. Début 2012, plus de 10 000 mercenaires libyens ont été formés en Jordanie, qui borde la Syrie au sud. Les militants étaient payés chacun 1000 $ par mois par l'Arabie saoudite et le Qatar, afin de les encourager à participer à la guerre contre la Syrie. Les Saoudiens expédiaient des armes aux éléments les plus extrêmes de la Syrie, ce que Riyad n'a jamais nié.

Début août 2012, les forces spéciales assadistes ont capturé 200 insurgés dans une banlieue d'Alep, dans le nord-ouest de la Syrie. Les soldats gouvernementaux ont découvert que des officiers saoudiens et turcs commandaient les mercenaires. Début octobre 2012, dans un autre quartier d'Alep (Bustan al-Qasr), les divisions d'Assad ont repoussé une attaque et tué des dizaines de miliciens armés. Ils étaient entrés en Syrie par la Turquie et parmi eux se trouvaient quatre officiers turcs. À côté de la base aérienne américaine d'Incirlik, dans le sud de la Turquie, les djihadistes ont reçu une formation spéciale aux armes de guerre modernes: missiles antichars et antiaériens, lance-grenades et missiles stinger de fabrication américaine.

Des avions de l'OTAN, volant sans insigne ni blason, atterrissaient dans les bases militaires turques près d'Iskenderun, à côté de la frontière syrienne. Ils transportaient des armements provenant des arsenaux de Kadhafi, et emmenaient des mercenaires libyens rejoindre l'Armée syrienne libre. Des instructeurs des forces spéciales britanniques ont continué à coopérer avec les insurgés. La CIA, et des contingents du Commandement des opérations spéciales américaines, se passaient des équipements de télécommunications et les exploitaient, permettant aux "rebelles" d'échapper aux unités de l'armée syrienne (16). La CIA faisait voler des drones au-dessus de la Syrie pour recueillir des renseignements.

49846.jpg

En septembre 2012, près de 50 agents de haut rang des États-Unis, de Grande-Bretagne, de France et d'Allemagne étaient actifs le long de la frontière syro-turque (17). Les Allemands, à la demande de leur service de renseignement BND, exploitaient un bateau de service d'espionnage 'Oker (A 53)' en Méditerranée, non loin de la côte occidentale de la Syrie. À bord de ce navire se trouvaient 40 commandos spécialisés dans les opérations de renseignement, utilisant des équipements électromagnétiques et hydroacoustiques. L'Allemagne étant membre de l'OTAN, ces activités ont très probablement été entreprises en accord avec Washington.

La Bundeswehr (forces armées allemandes) a stationné deux autres navires de renseignement en Méditerranée, l'"Alster (A 50)" et l'"Oste (A 52)", pour recueillir des renseignements sur les positions de l'armée syrienne. Le président du BND, Gerhard Schindler, a confirmé à propos de la Syrie que Berlin souhaitait "un aperçu solide de l'état du pays" (18).

Le point d'appui des navires allemands était la base aérienne d'Incirlik, qui abrite 50 bombes nucléaires américaines et accueille les forces aériennes anglo-américaines. La mission des navires allemands était de déchiffrer les signaux de télécommunications de la Syrie, d'intercepter les messages du gouvernement et des chefs d'état-major syriens, et de découvrir les emplacements des troupes assadistes jusqu'à un rayon de 370 miles au large des côtes, grâce à des images satellites.

L'Allemagne disposait d'un poste d'écoute permanent à Adana, dans le sud de la Turquie, où elle pouvait intercepter tous les appels passés à Damas, la capitale de la Syrie (19). Le gouvernement de Mme Merkel a inévitablement démenti les accusations selon lesquelles la marine allemande faisait de l'espionnage en Méditerranée ; c'est le type d'activité dont peu de pays revendiquent la responsabilité.

Notes

1 The Week, “Hillary Clinton: I would have taken on Assad”, 7 April 2012

2 Joby Warrick, “Zawahiri asserts common cause with Syrians”, Washington Post, 27 July 2011

3 Jonathan Steele, “Assad predicts defeat for invasion force”, The Guardian, 28 March 2003

4 Luiz Alberto Moniz Bandeira, The Second Cold War: Geopolitics and the Strategic Dimensions of the USA (Springer 1st ed., 23 June 2017) p. 283

5 Sarah Burke, “How Syria's 'geeky' president went from doctor to 'dictator'”, NBC News, 30 October 2015

6 Bandeira, The Second Cold War, p. 246

7 Martina Fuchs, “Al Qaeda leader backs Syrian revolt against Assad”, Reuters, 12 February 2012

8 Wyatt Andrews, “Clinton: Arming Syrian rebels could help Al Qaeda”, CBS News, 27 February 2012

9 Reuters, “Islamist website posts video of Al Qaeda figure”, 13 June 2012

10 Jonathan Steele, “Most Syrians back President Assad, but you’d never know from Western media”, The Guardian, 17 January 2012

11 Bandeira, The Second Cold War, p. 269

12 Matt Brown, “Syrian ministers killed in Damascus bomb attack”, ABC News, 18 July 2012

13 Space Daily, “Assad moving troops from Golan to Damascus: Israel”, 17 July 2012

14 Bandeira, The Second Cold War, p. 264

15 Ibid., p. 265

16 Philip Giraldi, “NATO vs. Syria”, The American Conservative, 19 December 2011

17 Hürriyet Daily News, “There are 50 senior agents in Turkey, ex-spy says”, 16 September 2012

18 Thorsten Jungholt, “The Kiel-Syria connection”, Die Welt, 20 August 2012

19 Bandeira, The Second Cold War, p. 268

 

mercredi, 06 juillet 2022

Le théâtre de guerre de Brzezinski - L'Occident "civilisé" et l'Eurasie "barbare"

z21871833IBG,Prezydencki-doradca-ds--bezpieczenstwa-prof--Zbign.jpg

Le théâtre de guerre de Brzezinski - L'Occident "civilisé" et l'Eurasie "barbare"

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/07/05/brzezinskin-sotateatteri-sivistynyt-lansi-ja-barbaarien-euraasia/

Dès 1997, feu le stratège politique et initié mondialiste occidental Zbigniew Brzezinski a soutenu que la seule façon de maintenir l'hégémonie occidentale et de contenir la montée des pays asiatiques - en particulier la Chine - était de contrôler les ressources énergétiques mondiales.

Le psychodrame du 11 septembre 2001, la série d'attaques terroristes contre les tours jumelles du World Trade Center à New York et contre le Pentagone, a fourni un "événement catastrophique et catalytique - comme un nouveau Pearl Harbor" pour lancer une intervention militaire.

Comme l'a dit le général américain Wesley Clark, "en plus de l'Afghanistan, nous allons détruire sept pays en cinq ans : l'Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et l'Iran".

Les réserves énergétiques de ces pays - en plus de celles déjà détenues par l'élite dirigeante de l'Occident - feraient que l'Occident contrôlerait 60 % des réserves mondiales de gaz et 70 % des réserves mondiales de pétrole.

Deux décennies après que Brzezinski a présenté sa stratégie, l'Occident s'est plongé dans ses efforts militaires pour contrôler les ressources énergétiques mondiales. En 2018, il était clair que les plans initiaux avaient échoué.

L'impossibilité de maintenir l'hégémonie mondiale occidentale est devenue évidente avec l'érosion continue de l'influence occidentale, qui a coïncidé avec une augmentation de l'influence des concurrents occidentaux.

Cette situation a nécessité une action corrective, un "soi-disant plan B", comme l'écrit le Dr Fadi Lama, conseiller et consultant auprès de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

L'Occident tente de ressusciter un monde bipolaire dans lequel il dirigerait encore au moins une partie du monde dans le cadre de ses "valeurs" et de ses propres "règles" truquées. L'autre région resterait, du moins pour le moment, sous l'influence des puissances eurasiennes "barbares".

La géostratégie actuelle de l'Occident vise à ériger un nouveau rideau de fer entre la Russie et l'euro-cavalerie américaine. Avec le conflit en Ukraine, cet objectif a déjà été partiellement atteint. L'Union européenne, elle aussi, est devenue sous Biden une zone encore plus subordonnée aux intérêts américains.

L'explication généralement admise est que l'Occident a imposé des sanctions sévères au Kremlin dans l'espoir que cela provoquerait l'effondrement de l'économie russe, affaiblirait le pouvoir du président Poutine et rendrait le climat politique intérieur propice à une tentative de coup d'État menée par l'Occident.

ukraine-crisis-russia-rouble.JPG

Aucune de ces attentes ne s'est encore concrétisée. Au contraire, le rouble s'est renforcé par rapport au dollar et à l'euro et l'économie russe se porte mieux que la plupart des économies occidentales, où l'inflation atteint des sommets. Au moins, les médias font passer la hausse des prix pour la "faute de Poutine".

Cependant, l'impact dévastateur de ces sanctions sur le sud du monde a souvent été négligé. Les crises alimentaire, énergétique et économique sont exacerbées par le fait que la Réserve fédérale américaine a augmenté les taux d'intérêt.

Cela affecte la capacité de service de la dette des pays du Sud et les place au bord de la faillite et à la merci de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international dominés par l'Occident. Le Sri Lanka est un exemple édifiant de cette tendance.

Bien que les sanctions aient un impact économique très négatif sur les pays occidentaux eux-mêmes, elles s'inscrivent parfaitement dans l'objectif stratégique qui consiste à utiliser les crises actuelles pour tenter d'amener le plus grand nombre possible de pays de l'hémisphère sud sous l'influence occidentale.

La stratégie occidentale a également cherché à creuser un fossé entre les grandes puissances eurasiennes. La stratégie chinoise de l'ère Nixon ne fonctionne peut-être pas aujourd'hui, mais le conflit en Ukraine et la politique de sanctions ont tenté de faire de la Russie un État paria.

Ainsi, dans la nouvelle guerre froide, avec la chute du rideau de fer, le monde est à nouveau divisé en deux : un bloc occidental dirigé par les États-Unis et une "Barbarie" - en d'autres termes, l'Eurasie - désignée comme telle par Brzezinski, avec les "RIC", la Russie, l'Iran et la Chine, en son centre.

"L'Occident poursuit toujours la voie du néolibéralisme", doit-on conclure. Avec la diminution de sa population et de ses ressources sous son contrôle, il deviendra nettement plus pauvre qu'aujourd'hui, ce qui nécessitera la création d'États policiers pour garder les citoyens mécontents sous contrôle. Le gel des activités dû aux confinements et les autres mesures coercitives prises ces dernières années offrent un aperçu de l'avenir des "démocraties".

Les pays du Sud, subordonnés à l'Occident, continueront à s'appauvrir, ce qui nécessitera l'instauration de régimes dictatoriaux fidèles à l'Occident. Au fur et à mesure que les conditions socio-économiques se détériorent, on peut s'attendre à davantage d'instabilité et de troubles politiques.

Dans une tempête parfaite de crises alimentaires, énergétiques, d'inflation et de gestion de la dette, de nombreux pays du Sud seront vulnérables et pourraient être contraints de rejoindre le monde occidental. Cela est facilité par le fait que leurs élites économiques et politiques sont déjà mariées au système financier occidental.

Screen Shot 2020-07-31 at 18.01.03.png

GL-ac-map-chinas-expanding-reach-1.jpg

RIC+Map.jpeg

Toutefois, si l'Occident est incapable d'apporter des solutions efficaces aux crises qu'il a créées, cet échec, combiné à un passé colonial, rendra l'intégration eurasienne encore plus attrayante pour d'autres pays. La question de savoir si la Russie et la Chine sont en mesure d'apporter un soutien suffisant aux pays du Sud en cette période de turbulences jouera également un rôle.

Lama souligne que la Russie a déjà proposé d'aider l'Afghanistan et les pays africains en leur fournissant de la nourriture et que l'Iran a fourni de l'essence au Venezuela pendant sa crise du carburant. La Chine, pour sa part, a développé des infrastructures dans le Sud global grâce à son projet "Belt and Road".

Comme l'a déjà laissé entendre l'économiste russe et ministre de l'intégration de l'Union économique eurasienne Sergei Glazyev en décrivant le réseau financier mondial alternatif émergent : "Les pays du Sud peuvent être des participants à part entière du nouveau système, indépendamment de leurs dettes en dollars, euros, livres et yens. Même s'ils ne respectent pas leurs obligations dans ces monnaies, cela n'aurait aucun impact sur leur cote de crédit dans le nouveau système financier."

La question que pose la récession est donc la suivante : combien de pays du Sud peuvent-ils raisonnablement s'attendre à ce que l'Occident s'accroche si l'alliance eurasienne offre un nouveau départ avec une ardoise propre et sans dette, plutôt que les politiques d'exploitation de l'Occident ?

Ce sera également une période politiquement turbulente en Irak et au Liban. Étant donné que l'Occident est incapable de proposer des solutions durables et que les partis de résistance locaux ont de l'influence dans ces pays, l'Irak et le Liban pourraient finalement rejoindre l'Eurasie "barbare", tout comme le gouvernement rebelle du Yémen.

Les communautés des sables bitumineux du Golfe sont des créations occidentales et appartiennent donc à l'Occident par défaut. Les événements des deux dernières décennies peuvent encore changer cet état d'esprit. Les échecs occidentaux en Afghanistan, en Irak, en Syrie et au Yémen ont convaincu les communautés arabes que l'Occident a perdu son avantage militaire et ne peut plus offrir de protection à long terme.

En outre, contrairement à l'Occident, la Russie et la Chine ne se sont pas directement immiscées dans les affaires intérieures des pays, ce qui est un facteur important pour les communautés de cheikhs. Les récentes tensions diplomatiques avec l'Occident sont illustrées par le rejet sans précédent par les dirigeants saoudiens et émiratis des exigences de l'administration américaine en matière de production pétrolière.

L'ère dirigée par l'Occident touche à sa fin, bien que les médias grand public, ici et dans d'autres pays de la zone euro, tentent toujours de brosser un tableau différent. Bien sûr, la fin d'une telle ère ne sera pas pacifique ; les guerres des trois dernières décennies en sont la preuve. Les turbulences ne feront donc qu'augmenter.

Le théâtre de guerre de Brzezinski - L'Occident "civilisé" et l'Eurasie "barbare"

z21871833IBG,Prezydencki-doradca-ds--bezpieczenstwa-prof--Zbign.jpg

Le théâtre de guerre de Brzezinski - L'Occident "civilisé" et l'Eurasie "barbare"

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/07/05/brzezinskin-sotateatteri-sivistynyt-lansi-ja-barbaarien-euraasia/

Dès 1997, feu le stratège politique et initié mondialiste occidental Zbigniew Brzezinski a soutenu que la seule façon de maintenir l'hégémonie occidentale et de contenir la montée des pays asiatiques - en particulier la Chine - était de contrôler les ressources énergétiques mondiales.

Le psychodrame du 11 septembre 2001, la série d'attaques terroristes contre les tours jumelles du World Trade Center à New York et contre le Pentagone, a fourni un "événement catastrophique et catalytique - comme un nouveau Pearl Harbor" pour lancer une intervention militaire.

Comme l'a dit le général américain Wesley Clark, "en plus de l'Afghanistan, nous allons détruire sept pays en cinq ans : l'Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et l'Iran".

Les réserves énergétiques de ces pays - en plus de celles déjà détenues par l'élite dirigeante de l'Occident - feraient que l'Occident contrôlerait 60 % des réserves mondiales de gaz et 70 % des réserves mondiales de pétrole.

Deux décennies après que Brzezinski a présenté sa stratégie, l'Occident s'est plongé dans ses efforts militaires pour contrôler les ressources énergétiques mondiales. En 2018, il était clair que les plans initiaux avaient échoué.

L'impossibilité de maintenir l'hégémonie mondiale occidentale est devenue évidente avec l'érosion continue de l'influence occidentale, qui a coïncidé avec une augmentation de l'influence des concurrents occidentaux.

Cette situation a nécessité une action corrective, un "soi-disant plan B", comme l'écrit le Dr Fadi Lama, conseiller et consultant auprès de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

L'Occident tente de ressusciter un monde bipolaire dans lequel il dirigerait encore au moins une partie du monde dans le cadre de ses "valeurs" et de ses propres "règles" truquées. L'autre région resterait, du moins pour le moment, sous l'influence des puissances eurasiennes "barbares".

La géostratégie actuelle de l'Occident vise à ériger un nouveau rideau de fer entre la Russie et l'euro-cavalerie américaine. Avec le conflit en Ukraine, cet objectif a déjà été partiellement atteint. L'Union européenne, elle aussi, est devenue sous Biden une zone encore plus subordonnée aux intérêts américains.

L'explication généralement admise est que l'Occident a imposé des sanctions sévères au Kremlin dans l'espoir que cela provoquerait l'effondrement de l'économie russe, affaiblirait le pouvoir du président Poutine et rendrait le climat politique intérieur propice à une tentative de coup d'État menée par l'Occident.

ukraine-crisis-russia-rouble.JPG

Aucune de ces attentes ne s'est encore concrétisée. Au contraire, le rouble s'est renforcé par rapport au dollar et à l'euro et l'économie russe se porte mieux que la plupart des économies occidentales, où l'inflation atteint des sommets. Au moins, les médias font passer la hausse des prix pour la "faute de Poutine".

Cependant, l'impact dévastateur de ces sanctions sur le sud du monde a souvent été négligé. Les crises alimentaire, énergétique et économique sont exacerbées par le fait que la Réserve fédérale américaine a augmenté les taux d'intérêt.

Cela affecte la capacité de service de la dette des pays du Sud et les place au bord de la faillite et à la merci de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international dominés par l'Occident. Le Sri Lanka est un exemple édifiant de cette tendance.

Bien que les sanctions aient un impact économique très négatif sur les pays occidentaux eux-mêmes, elles s'inscrivent parfaitement dans l'objectif stratégique qui consiste à utiliser les crises actuelles pour tenter d'amener le plus grand nombre possible de pays de l'hémisphère sud sous l'influence occidentale.

La stratégie occidentale a également cherché à creuser un fossé entre les grandes puissances eurasiennes. La stratégie chinoise de l'ère Nixon ne fonctionne peut-être pas aujourd'hui, mais le conflit en Ukraine et la politique de sanctions ont tenté de faire de la Russie un État paria.

Ainsi, dans la nouvelle guerre froide, avec la chute du rideau de fer, le monde est à nouveau divisé en deux : un bloc occidental dirigé par les États-Unis et une "Barbarie" - en d'autres termes, l'Eurasie - désignée comme telle par Brzezinski, avec les "RIC", la Russie, l'Iran et la Chine, en son centre.

"L'Occident poursuit toujours la voie du néolibéralisme", doit-on conclure. Avec la diminution de sa population et de ses ressources sous son contrôle, il deviendra nettement plus pauvre qu'aujourd'hui, ce qui nécessitera la création d'États policiers pour garder les citoyens mécontents sous contrôle. Le gel des activités dû aux confinements et les autres mesures coercitives prises ces dernières années offrent un aperçu de l'avenir des "démocraties".

Les pays du Sud, subordonnés à l'Occident, continueront à s'appauvrir, ce qui nécessitera l'instauration de régimes dictatoriaux fidèles à l'Occident. Au fur et à mesure que les conditions socio-économiques se détériorent, on peut s'attendre à davantage d'instabilité et de troubles politiques.

Dans une tempête parfaite de crises alimentaires, énergétiques, d'inflation et de gestion de la dette, de nombreux pays du Sud seront vulnérables et pourraient être contraints de rejoindre le monde occidental. Cela est facilité par le fait que leurs élites économiques et politiques sont déjà mariées au système financier occidental.

Screen Shot 2020-07-31 at 18.01.03.png

GL-ac-map-chinas-expanding-reach-1.jpg

RIC+Map.jpeg

Toutefois, si l'Occident est incapable d'apporter des solutions efficaces aux crises qu'il a créées, cet échec, combiné à un passé colonial, rendra l'intégration eurasienne encore plus attrayante pour d'autres pays. La question de savoir si la Russie et la Chine sont en mesure d'apporter un soutien suffisant aux pays du Sud en cette période de turbulences jouera également un rôle.

Lama souligne que la Russie a déjà proposé d'aider l'Afghanistan et les pays africains en leur fournissant de la nourriture et que l'Iran a fourni de l'essence au Venezuela pendant sa crise du carburant. La Chine, pour sa part, a développé des infrastructures dans le Sud global grâce à son projet "Belt and Road".

Comme l'a déjà laissé entendre l'économiste russe et ministre de l'intégration de l'Union économique eurasienne Sergei Glazyev en décrivant le réseau financier mondial alternatif émergent : "Les pays du Sud peuvent être des participants à part entière du nouveau système, indépendamment de leurs dettes en dollars, euros, livres et yens. Même s'ils ne respectent pas leurs obligations dans ces monnaies, cela n'aurait aucun impact sur leur cote de crédit dans le nouveau système financier."

La question que pose la récession est donc la suivante : combien de pays du Sud peuvent-ils raisonnablement s'attendre à ce que l'Occident s'accroche si l'alliance eurasienne offre un nouveau départ avec une ardoise propre et sans dette, plutôt que les politiques d'exploitation de l'Occident ?

Ce sera également une période politiquement turbulente en Irak et au Liban. Étant donné que l'Occident est incapable de proposer des solutions durables et que les partis de résistance locaux ont de l'influence dans ces pays, l'Irak et le Liban pourraient finalement rejoindre l'Eurasie "barbare", tout comme le gouvernement rebelle du Yémen.

Les communautés des sables bitumineux du Golfe sont des créations occidentales et appartiennent donc à l'Occident par défaut. Les événements des deux dernières décennies peuvent encore changer cet état d'esprit. Les échecs occidentaux en Afghanistan, en Irak, en Syrie et au Yémen ont convaincu les communautés arabes que l'Occident a perdu son avantage militaire et ne peut plus offrir de protection à long terme.

En outre, contrairement à l'Occident, la Russie et la Chine ne se sont pas directement immiscées dans les affaires intérieures des pays, ce qui est un facteur important pour les communautés de cheikhs. Les récentes tensions diplomatiques avec l'Occident sont illustrées par le rejet sans précédent par les dirigeants saoudiens et émiratis des exigences de l'administration américaine en matière de production pétrolière.

L'ère dirigée par l'Occident touche à sa fin, bien que les médias grand public, ici et dans d'autres pays de la zone euro, tentent toujours de brosser un tableau différent. Bien sûr, la fin d'une telle ère ne sera pas pacifique ; les guerres des trois dernières décennies en sont la preuve. Les turbulences ne feront donc qu'augmenter.

Les causes de la guerre en Ukraine remontent à de nombreuses années avant Poutine

AFP_32CJ8BH-k8S-U33501273241802cEB-656x492@Corriere-Web-Sezioni.jpg

Les causes de la guerre en Ukraine remontent à de nombreuses années avant Poutine

par Giacomo Gabellini

Source : DiariodelWeb & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/le-cause-della-guerra-in-ucraina-nascono-molti-anni-prima-di-putin

Dans cette interview avec DiariodelWeb.it, Giacomo Gabellini, auteur du livre 1991-2022. Ucraina. Il mondo al bivio (= "1991-2022. Ukraine, le monde à la croisée des chemins"), retrace les origines lointaines dans le temps du conflit.

propos recueillis par Fabrizio Corgnati

Le déclenchement officiel de la guerre en Ukraine remonte au 24 février, avec l'invasion de la Russie. Mais si l'on en est arrivé à cette escalade, c'est en vertu de causes qui s'accumulent depuis de nombreuses décennies, et qu'il faut comprendre en profondeur si l'on veut vraiment saisir les enjeux de ce conflit. Giacomo Gabellini, écrivain et chercheur sur les questions historiques, économiques et géopolitiques, a écrit à ce sujet dans son dernier livre "1991-2022". Ukraine, le monde à la croisée des chemins", publié par Arianna Editore, qu'il présente dans cet entretien avec DiariodelWeb.it.

Giacomo Gabellini, vous remontez loin dans le temps pour trouver les causes du conflit en Ukraine.

Il y a précisément un siècle, en 1922, lorsque Staline a été nommé commissaire des nations de l'Union soviétique. C'est à ce titre qu'il a commencé à concevoir un projet impérial. Il s'est rendu compte que pour maintenir ensemble un État aussi diversifié sur le plan ethnique, linguistique et confessionnel, il était nécessaire de renforcer le pouvoir central.

De quelle manière ?

En empêchant la création de groupes ethniques surpuissants au sein de chaque république fédérée. En flanquant les groupes ethniques majoritaires d'autres groupes tout aussi nombreux. Peut-être lié à la proximité des groupes ethniques dominants dans les républiques voisines.

russischer-panzer.jpg

En d'autres termes, empêcher la consolidation d'identités ethniques distinctes dans des nations individuelles ayant un sentiment d'appartenance.

Exactement. Soit par le déplacement de populations entières, soit par la modification continuelle des frontières. Ainsi, des groupes ethniques qui n'avaient pas grand-chose en commun se sont retrouvés à vivre avec un sentiment de méfiance mutuelle, dû à l'extranéité.

Cela ressemble un peu à la conception de la société mondialiste...

Oui, le plan était basé sur une idée similaire. Et l'Ukraine est l'un des exemples les plus flagrants, car les populations russes étaient intégrées dans la partie sud et est du pays. Plus tard, en 1954, Khrouchtchev a également annexé la Crimée, habitée principalement par des Russes, à l'État ukrainien.

En avançant de quelques décennies, Kiev s'est donc retrouvé à contrôler des morceaux de territoire qui n'avaient rien à voir avec la culture, la langue ou le sentiment d'appartenance ukrainiens.

L'Ukraine est un État très composite. Elle compte plusieurs groupes ethniques en son sein, dont, par exemple, les Polonais et les Hongrois, et ceux-ci ont rarement vécu en harmonie les uns avec les autres. Lorsque la situation économique se dégrade, ces vieilles rivalités ont tendance à refaire surface avec vigueur.

71HLNYy6rKL.jpg

Quelqu'un a-t-il délibérément attisé les flammes de ces rivalités pour faire monter les tensions ?

Sans aucun doute. Déjà au lendemain de l'effondrement de l'URSS et de l'indépendance de l'Ukraine, un essai de Soljénitsyne soulignait comment les élites ukrainiennes tentaient progressivement de marginaliser la langue russe. Ce qui n'était pas une mince affaire, pour un pays qui comptait des millions et des millions de citoyens ne parlant que cette langue. Zelensky lui-même était russophone et a dû apprendre l'ukrainien. À partir de 2008, même l'ukrainien a été imposé par la loi comme seule langue officielle: un peu comme si dans notre Tyrol du Sud on décidait de n'imposer que l'italien.

Ces dernières années, cette épuration ethnique, que je ne sais comment définir autrement, a pris des contours encore plus violents.

Sans l'ombre d'un doute. Au fur et à mesure que le conflit s'aggrave, on assiste à un durcissement des mesures contre ces minorités. La fermeture des écoles, l'unification des chaînes de télévision par la loi martiale, l'érection de statues de personnages controversés de la Seconde Guerre mondiale, l'interdiction de dizaines de partis accusés de collaborer avec la Russie, y compris le principal bloc d'opposition, le Bloc pour la vie. Toutes ces mesures n'ont pas aidé à la coexistence, mais ont exacerbé les différences.

Mais les Ukrainiens ont-ils adopté cette stratégie de leur propre gré ou sous une certaine pression internationale ?

Une partie de la population ukrainienne, notamment dans la région de Lviv, est fortement nationaliste. Et ils s'inspirent des idées de personnes comme Stepan Bandera et Jaroslav Stec'ko, qui avaient collaboré avec les forces d'occupation allemandes dans les années 1940 et étaient responsables du massacre de dizaines de milliers de personnes. Lorsque l'Union soviétique est parvenue à vaincre les nazis, l'agence américaine OSS, dont les résidus ont donné naissance plus tard à la CIA, a pris soin d'offrir à ces personnages l'hospitalité aux États-Unis et en Allemagne de l'Ouest. Lorsque l'URSS s'est effondrée, la femme de Stec'ko est retournée en Ukraine et a fondé le parti nationaliste ukrainien, qui défendait les mêmes positions que son mari.

Vous êtes en train de me dire qu'il y a eu une aide active des États-Unis ?

Oui. Ce qui n'a pas seulement impliqué l'Ukraine mais aussi, comme on le sait, de nombreux hiérarques nazis et anticommunistes, recyclés par la suite en conseillers de dictatures militaires sud-américaines pro-US.

Pourquoi, dans le récit le plus répandu, cette responsabilité américaine disparaît-elle et seule celle de Poutine subsiste ?

Parce que les États alliés européens n'ont que formellement gagné la Seconde Guerre mondiale. Pour l'essentiel, ils étaient occupés par les États-Unis, politiquement, militairement et surtout en termes de renseignements. À partir de 1945, il y a eu un alignement plus ou moins rigide sur les États-Unis, en fonction des pays, qui se sont dégradés au niveau de colonies.

En d'autres termes, nous portons la version officielle américaine parce que nous sommes des succubes des États-Unis.

Oui, nous nous plions à leurs diktats et suivons leurs orientations stratégiques. Même lorsqu'ils entrent en conflit avec nos intérêts.

9788865882283_0_536_0_75.jpg

Comme c'est le cas avec cette guerre, pour laquelle on ne voit pas bien ce que nous avons à gagner.

Nous avons tout à perdre. En particulier, les économies manufacturières comme l'Allemagne et l'Italie ont besoin de matières premières bon marché pour maintenir la compétitivité de leurs produits. Ce que la Russie a garanti jusqu'à présent, notamment les hydrocarbures, auxquels nous devrons désormais renoncer. Dans le meilleur des cas, ces approvisionnements seront remplacés par du gaz de schiste américain, qui coûte beaucoup plus cher et pèsera sur le prix final des produits européens. Cela entraînera une perte de compétitivité et donc d'emplois.

Quel est le scénario le plus probable à ce stade : une escalade vers une guerre mondiale ou un atterrissage en douceur, avec un armistice ?

Arriver à un armistice aussi équitable que possible est certainement dans l'intérêt de l'Europe occidentale. Pas de ceux de l'Est, qui aspirent exactement au contraire: l'intention des États baltes et de la Pologne est d'infliger un coup éventuellement mortel à la Russie, de l'affaiblir et de la mettre en position de ne pas nuire.

Ce qui a très peu de chances d'arriver.

De mon point de vue, c'est absolument impossible. Quant aux États-Unis, ils n'ont aucun intérêt dans une solution pacifique. Leur perspective est de combattre la Russie jusqu'au dernier Ukrainien, de creuser un fossé aussi infranchissable que possible entre elle et l'Europe occidentale. Dans la vision géopolitique anglo-américaine, l'objectif a toujours été de prévenir et de consolider les synergies politico-économiques de la puissance démographique et de la richesse matérielle russes avec la technologie occidentale.

Ce faisant, cependant, ils envoient la Russie dans les bras de la Chine. Ne s'agit-il pas d'une erreur stratégique ?

En effet, il existe des observateurs, tels que Henry Kissinger, qui ne peuvent certainement pas être soupçonnés d'être poutinistes...

...ou même pacifistes.

Exactement. Kissinger, disais-je, a répété ad nauseam que poursuivre dans cette voie ne fait que lier Moscou et Pékin dans une alliance stratégique structurelle, capable de créer un bloc économique gigantesque. Autour duquel des dizaines de pays de ce que l'on appelle le sud du monde ont tendance à graviter : l'Inde, le bloc Brics, les économies latino-américaines en plein essor comme le Mexique.

Les États-Unis continuent de considérer le monde comme bipolaire, dans la perspective de l'ancienne guerre froide, mais ne se rendent pas compte qu'il est aujourd'hui devenu multipolaire.

Le problème est justement là. Les apparatchiks américains ont grandi avec la logique de la guerre froide et ne peuvent concevoir autre chose. La Russie, à leurs yeux, ne peut en aucun cas être un allié potentiel. Elle reste un ennemi à vaincre, après quoi, à mon avis, leur dessein sera de passer à la Chine. Mais la position de Kissinger montre que même les élites américaines sont plutôt divisées sur l'approche à adopter.