Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 06 février 2023

Scholz seul en Amérique latine

scholz-calls-for-new-impetus-in-eu-mercosur-trade-negotiations-1674972461431.jpg

Scholz seul en Amérique latine

L'Argentine et le Brésil ne veulent pas s'engager dans la guerre en Ukraine

Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/scholz-allein-in-lateinameri...

Lors de sa tournée en Amérique latine, Olaf Scholz ne parvient pas à rallier ses hôtes à la cause de la guerre en Ukraine. Au contraire, le chancelier allemand essuie rebuffade sur rebuffade. L'Argentine, par exemple, ne veut pas - contrairement à la République fédérale - livrer d'armes à l'Ukraine. Lors d'une conférence de presse commune avec Scholz, le président argentin Alberto Fernandez a répondu à la question d'un journaliste: "L'Argentine et l'Amérique latine n'envisagent pas de fournir des armes à l'Ukraine ou à tout autre foyer de conflit".

Lorsque Fernandez parle de "l'Argentine et de l'Amérique latine", il ne s'agit pas de l'arrogance d'un politicien en mal de reconnaissance. Car en réalité, les pays d'Amérique latine n'ont pas le moindre intérêt à se laisser entraîner dans la guerre américano-russe par procuration en Europe de l'Est.

Scholz a dû s'en rendre compte lors de son passage au Brésil. Plus encore, Scholz s'est fait rembarrer par le nouveau président brésilien Luis Inacio Lula da Silva. Celui-ci a clairement indiqué que le Brésil ne fournirait pas de munitions pour les chars allemands que l'Allemagne livre à l'Ukraine. Lula da Silva s'est plutôt prononcé en faveur de négociations de paix entre la Russie et l'Ukraine, dans lesquelles son pays et la Chine devraient jouer un rôle important de médiateur.

 

dimanche, 05 février 2023

Armes à l'Ukraine, réindustrialisation des États-Unis et désertification de l'Europe

panzer-129~_v-original.jpg

Armes à l'Ukraine, réindustrialisation des États-Unis et désertification de l'Europe

par Giacomo Gabellini

Source: https://www.ariannaeditrice.it/articoli/armi-all-ucraina-... 

Le 20 janvier, les 40 pays réunis sur la base de l'OTAN à Ramstein ont défini la quantité et le type de systèmes d'armes à fournir à l'Ukraine. Plus précisément, les États-Unis se sont engagés à livrer des systèmes mobiles Avenger, des véhicules à roues Stryker, Mrap et Hummer, des véhicules blindés M-2 Bradley et près de 300.000 munitions pour les canons dont ils sont équipés, des missiles antichars Tow, des munitions pour les systèmes Nasams et Himars, des mines antipersonnel Claymore M-18 et des dizaines de milliers de munitions d'artillerie de 105, 120 et 155 mm. La contre-valeur - 2,5 milliards US$ - des armes envoyées dans le cadre de ce nouveau paquet porte le montant total de l'assistance militaire fournie par les États-Unis à l'Ukraine à quelque 24,7 milliards US$. Dans le calcul, il faudra également inclure les 31 chars M-1 Abrams de fabrication américaine qui, selon les déclarations du Pentagone et du président Biden, devraient arriver en Ukraine à l'automne 2023.

Tout aussi impressionnante est la quantité de soutien fournie par la Grande-Bretagne, qui comprend 14 chars Challenger-2, des véhicules blindés Crarrv, des chenillettes de combat Bulldog et Spartan, des hélicoptères Sea King, des drones, des missiles Starstreak, Araam et Brimstone, des obusiers automoteurs de 155 mm et divers types de munitions.

Autour de la Pologne, cependant, un grand nombre de chiffres émergent, à commencer par ceux relevant des pays baltes : l'Estonie a prévu d'envoyer des obusiers de 155 et 122 mm, ainsi qu'un grand nombre de munitions et d'armes antichars; la Lettonie s'est engagée non seulement à fournir des missiles Stinger, des hélicoptères Mi-17, des drones, des mitrailleuses et des pièces détachées, mais aussi à former 2000 soldats ukrainiens supplémentaires, qui seront déployés dans les pays baltes. 2000 soldats ukrainiens en plus des 1000 formés l'année dernière, tandis que la Lituanie enverra des canons antiaériens de 40 mm, des hélicoptères Mi-8 et des pièces de rechange.

DWO-Teaser-Baltikum-Korea-mki-jpg.jpg

La contribution de la République tchèque porte sur la fourniture d'obusiers automoteurs de 155 mm, tandis que celle du Canada concerne la livraison de 200 véhicules Senator, plus une batterie de défense aérienne Nasams. Les Pays-Bas, pour leur part, ont mis deux batteries Patriot à la disposition de l'Ukraine, tandis que la Suède, qui voit ses perspectives d'adhésion à l'OTAN contrariées par le veto provisoire de la Turquie, a prévu d'envoyer des véhicules chenillés Cv-90, des obusiers de 155 mm et des lance-roquettes Nlaw. La Finlande, dont l'appartenance à l'Alliance atlantique ne tient également qu'à un fil, s'est contentée de préciser la contre-valeur (400 millions d'euros) des équipements de guerre livrés à Kiev sans entrer publiquement dans les mérites des types d'armes fournis. Un peu comme l'Italie, qui n'a pas fourni de détails sur l'assortiment du dernier paquet d'assistance militaire à l'Ukraine, qui devrait néanmoins inclure le système de défense aérienne Samp-T. Le Danemark, au contraire, est même allé jusqu'à se priver de ses 19 canons automoteurs Caesar de 155 mm qui avaient été commandés à la France pour remplacer les obusiers du même calibre déjà livrés à l'Ukraine au cours des mois précédents. "C'est le premier cas dans lequel une armée de l'OTAN s'est totalement privée de ses capacités dans un secteur spécifique (en l'occurrence l'artillerie) afin de fournir tous ses moyens à Kiev", souligne 'Defence Analysis'.

Le cas du Danemark est un cas extrême mais très révélateur des énormes difficultés que rencontrent tous les États membres de l'OTAN se rangeant du côté de Kiev pour faire face au rythme effréné du conflit russo-ukrainien. C'est-à-dire une guerre sensiblement symétrique, compte tenu de la contribution décisive en termes militaires et de renseignement assurée à l'Ukraine par l'Alliance atlantique, et d'une très haute intensité, impliquant une gigantesque profusion de moyens et de ressources. Selon les confidences faites par un représentant de haut rang de l'OTAN au "New York Times" concernant la situation le long de la "ligne de contact" dans le Donbass au cours de l'été 2022, les Ukrainiens tiraient quelque chose comme 6000 à 7000 obus d'artillerie par jour ; les Russes, 40.000 à 50.000. Au cours des 20 ans d'opération militaire de l'OTAN en Afghanistan, pas plus de 300 obus d'artillerie par jour ont été tirés. Actuellement, avec ses 15.000 obus d'artillerie fabriqués chaque mois, même le puissant "complexe militaro-industriel" américain ne peut suivre le rythme du conflit. Sans parler des nations européennes, dont la production industrielle inadéquate à des fins de guerre les a obligées à puiser dans les réserves stratégiques au point de mettre en péril leur propre capacité défensive pour satisfaire la demande insatiable d'armes de Kiev. En fait, ce n'est pas seulement la "ferraille" qui est sacrifiée, dont les composants sont néanmoins prélevés pour être recyclés en pièces détachées pour des moyens plus avancés, mais aussi des systèmes d'avant-garde à disponibilité limitée comme les Samp-T italiens. Sans parler des chars d'assaut ; à la veille du déclenchement de la guerre, l'Allemagne, la France et l'Italie réunies disposaient de moins de 4000 chars (dont 800 opérationnels), contre plus de 10.000 (dont 3.330 opérationnels) en possession de la Russie.

Le point de vue des États-Unis (MILITAIRE)

Ce n'est pas une coïncidence si les États-Unis ont mis en œuvre la fabrication ex-nihilo de chars Abrams destinés à l'Ukraine, conformément au double objectif de fortifier le très influent "complexe militaro-industriel" et de préserver en même temps les stocks de systèmes d'armes jugés vitaux pour la gestion d'autres crises internationales telles que celle centrée sur Taïwan. Combinée à la désarticulation des chaînes d'approvisionnement mondiales qui s'est produite à la suite de la pandémie de Covid-19, la nécessité de réapprovisionner les arsenaux ukrainiens a également entraîné l'accumulation de retards importants dans la fourniture de matériel de guerre à Formose. Il est question de livraisons manquantes d'une valeur totale de 14,2 milliards US$, notamment des chasseurs F-16, des avions de reconnaissance Ms-110, des obusiers Paladin et des missiles Patriot, Stinger, Harpoon et Slam-Er.

Cela crée les conditions d'une augmentation substantielle de la production industrielle que le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a réclamée avec force, non seulement pour soutenir l'effort militaire ukrainien, mais aussi pour reconstituer les réserves stratégiques des États membres de l'Alliance atlantique, étant donné l'épuisement des stocks de systèmes d'armes, de munitions et de pièces détachées de fabrication soviétique à envoyer à Kiev. C'est la direction déjà prise par les membres européens de l'OTAN, qui ont voté de manière compacte pour aligner les dépenses militaires sur la limite minimale du Pacte atlantique (l'Allemagne a même voté une augmentation de 100 milliards d'euros des dépenses militaires). Les entreprises de guerre du "vieux continent" telles que Krauss-Maffei Wegmann, Rheinmetall et Leonardo-Finmeccanica ont également déménagé, organisant une augmentation de la production de chars et de radars dans le sillage des excellents résultats obtenus après le déclenchement du conflit russo-ukrainien.

216986547.jpg

Mais pour que le conflit prenne une tournure solidement favorable à Kiev, un effort généralisé beaucoup plus intense est nécessaire, impliquant avant tout une ponction drastique et continue des ressources vers le secteur de la défense pour la faire accepter par une opinion publique appauvrie qui adhère de moins en moins à la ligne de confrontation avec la Russie promue par l'OTAN. En date du 24 février 2022, plus précisément, l'UE a envoyé des fournitures militaires à l'Ukraine pour un montant d'environ 30 milliards d'euros. Toutefois, ce montant pourrait atteindre environ 50 milliards si la structure de l'UE respectait l'engagement pris par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, de livrer à Kiev des équipements de guerre d'une valeur de 18 milliards d'euros d'ici 2023.

L'Union Européenne acculée

D'autre part, la fourniture de matériel de guerre capable de mettre l'Ukraine en mesure de résister au choc russe présuppose le parfait fonctionnement de chaînes d'approvisionnement adéquates pour l'Union européenne. La dépendance nette à l'égard de l'étranger pour l'accès aux matières premières, combinée à l'éviction du fournisseur principal russe, oblige le "complexe militaro-industriel" du "vieux continent" à s'engager dans une recherche effrénée de canaux alternatifs, ce qui se traduit par des délais de livraison plus longs - que l'Ukraine ne peut absolument pas se permettre - et une augmentation des pressions inflationnistes sur les matières premières destinées à se décharger inexorablement sur les coûts de production.

Les difficultés colossales auxquelles est confrontée l'industrie européenne de l'armement et le rapport de force déséquilibré au sein de l'OTAN laissent penser que le "keynésianisme militaire" prévu par l'Union européenne se traduira par un déluge de systèmes d'armes américains sur le "vieux continent" qui, combiné à l'afflux massif de gaz naturel liquéfié américain à des prix exorbitants, contribuera à corriger le lourd déséquilibre commercial entre les deux côtés de l'Atlantique. L'augmentation du prix de l'énergie et des matières premières prive le "vieux continent" de sa compétitivité et pousse les industries européennes à déplacer leur production vers les États-Unis, où le coût beaucoup plus faible des intrants est combiné à des incitations à la délocalisation nationale fournies par des réglementations telles que la loi sur la réduction de l'inflation, adoptée par le Congrès et promulguée par Biden en août 2022.

La réindustrialisation des États-Unis semble donc passer par le sacrifice des vassaux européens qui, hormis quelques protestations tardives et insignifiantes, assistent passivement non seulement à leur propre désertification manufacturière, mais aussi à une sortie incessante de capitaux qui a ponctuellement atténué - de près de 2000 milliards de dollars en seulement huit mois - la position financière nette américaine. L'instauration d'un climat financièrement défavorable sur le théâtre européen à la suite du conflit russo-ukrainien, que les États-Unis ont fomenté par tous les moyens à leur disposition, a en effet stimulé la sortie de liquidités du "vieux continent". En septembre, Isabella Rosenberg de Goldman Sachs a souligné que l'Europe avait perdu des capitaux d'investissement de manière ininterrompue pendant 24 semaines, dont une grande partie avait été redirigée précisément vers le "refuge" américain en réduisant ses engagements à l'étranger.

La revue de presse de CD - 05 février 2023

1614874790_476_En-images-le-role-insoupconne-des-kiosques-a-journaux.png

La revue de presse de CD

05 février 2023

EN VEDETTE

Peines de prison ferme : quelle exécution ?

Une analyse approfondie des derniers chiffres du ministère de la Justice (2016-2020) permet d’obtenir deux estimations sur l’exécution des peines de prison ferme :
• 41 % des « condamnés ferme » ne mettent pas réellement les pieds en prison. Leur peine est généralement courte et aménagée d’emblée. Pourtant, elle est considérée comme « exécutée ». Ces condamnés échappant totalement à la prison sont parfois des délinquants « récidivistes ».
• Un « condamné ferme » effectue, en moyenne, 62 % de la durée de sa peine en prison ferme. Pendant le temps d’aménagement de leur peine, certains commettent de nouvelles infractions. C’est par exemple le cas, récemment, du prédateur sexuel « Florian » ou du chauffard « Kevin ».
Cette étude rappelle le fonctionnement de l’aménagement des peines, organisé par la législation : « bracelet électronique », libération conditionnelle, réductions de peine etc. Elle décrypte un lexique pénal souvent trompeur pour le grand public. L’étude se conclut par des recommandations, notamment celle de réduire considérablement l’aménagement des peines de prison ferme et celle de consulter les victimes.

institutpourlajustice.org

https://www.institutpourlajustice.org/publications/etudes...

carte8330-c11fd.png

ASIE

Cachemire, guerre interminable dans une région fracturée. Entretien avec Olivier Guillard

Depuis la partition des Indes en 1947, l’Inde et le Pakistan se disputent la région du Cachemire. Après trois guerres ouvertes (1947-8, 1965 et 1999), le conflit dure toujours dans cette région fracturée, mais on l’oublie souvent. 

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/cachemire-guerre-interminab...

CHINE

Le renseignement français a percé les derniers secrets de la mafia chinoise

Alliances avec les autres mafias et les trafiquants, contournement de la douane, économie grise… Une note fouillée du renseignement criminel et douanier qu’Europe 1 a consultée, lève le voile sur le commerce de la diaspora chinoise au service de la criminalité organisée. 

europe1.fr

https://www.europe1.fr/international/info-europe-1-le-ren...

L’extraterritorialité chinoise, la prochaine menace?

Comme les États-Unis depuis les années 1990, la Chine commence à utiliser le droit extraterritorial pour défendre ses intérêts dans l’arène internationale. Recherchant l’équilibre entre coercition et attractivité, le PCC développe un arsenal juridique puissant.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/lextraterritorialite-chinoi...

backgrounder3.jpg

DÉCONSTRUCTION

Wokisme dans le journalisme aux États-Unis : « Le consensus parmi les jeunes journalistes est que nous avons tout faux », « L’objectivité doit disparaître »

De plus en plus, les journalistes, les rédacteurs en chef et les critiques des médias affirment que le concept d’objectivité journalistique est une déformation de la réalité. Ils soulignent que cette norme a été dictée pendant des décennies par des rédacteurs en chef masculins dans des salles de rédaction majoritairement blanches et qu’elle a renforcé leur propre vision du monde.

fdesouche.com

https://www.fdesouche.com/2023/02/01/wokisme-dans-le-jour...

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/CENSURES/DÉBILITÉ

L'effacement de la réalité

Après avoir supprimé un grand nombre de profils gênants ou modifié astucieusement leurs programmes au cours des derniers mois, après avoir transformé l'« incendie d'Odessa » en accident domestique, après avoir changé la paternité des missiles ukrainiens de manière ad hoc lorsque cela servait à soutenir une thèse de l'OTAN, la dernière initiative brillante dont nous avons été témoins consiste à faire libérer Auschwitz non pas par l'Armée rouge, mais par une armée ukrainienne autoproclamée. Espérons qu'une liste des miracles accomplis par Zelenski en faveur de sa canonisation suivra prochainement.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2023/02/02/l...  

NewsGuard force un site à supprimer des articles en raison de références au nazisme en Ukraine

NewsGuard, un organisme de notation des sites d’information, fondé et dirigé par le journaliste néoconservateur Steven Brill, jouit d’une confiance suffisante auprès de certains lecteurs en ligne pour que, lorsque NewsGuard a menacé de dégrader la note d’un certain site d’information sur NewsGuard à moins que le site ne retire tous mes articles, le site a retiré tous mes articles.

reseauinternational.net

https://reseauinternational.net/newsguard-force-un-site-a...

Revue de presse RT du 22 au 28 janvier 2023

Exercice hebdomadaire toujours salutaire de ré/désinformation proposé par Russia Today. Au sommaire : les conséquences économiques du conflit en Ukraine pour l’Allemagne ; les problèmes internes de l’UE ; les nombreux accords entre la Russie et le Pakistan et certains pays asiatiques ; la guerre chaude en Ukraine ; l’UE augmente ses livraisons d’armes ; la probable extension du domaine de la guerre en Europe ; la corruption en Ukraine ; les persécutions ukrainienne contre l’Église orthodoxe ; la nouvelle guerre froide.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-du-22-au...

ÉNERGIE

Après le brut, le diesel : l’embargo de l’UE et le plafonnement des prix du G7 contre les produits pétroliers d’origine russe

La seconde partie du 8ème paquet de sanctions de l’UE introduit un embargo des pays membres visant les produits pétroliers d’origine russe importés par voie maritime. L’embargo entrera en vigueur le 5 février 2023, simultanément au mécanisme du price cap du G7 (dont les montants varieront selon les produits et ne sont pas encore, au 22 janvier, déterminés).

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/apres-le-brut-le-diesel-l-embar...

ÉTATS-UNIS

L’axe Chine-Russie: une insurrection structurelle contre l’Occident?

L’axe Chine-Russie allume les feux d’une insurrection structurelle contre l’Occident dans une grande partie du reste du monde. Ces feux visent à « faire bouillir lentement la grenouille » [endormir la méfiance, NdT].

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/l-axe-chine-russie-une-insurrec...

phpLk0BrM.jpg

FRANCE

500 jours sans salaire ni indemnités pour les soignants non vaccinés!

Ce 28 janvier est le 500ème jour de suspension pour les soignants et assimilés – médecins, infirmiers, pompiers, personnels administratifs – privés de salaire et d’indemnités de chômage parce qu’ils n’ont pas voulu se faire vacciner contre le Covid. Les réseaux sociaux bruissent de témoignages poignants (#500JoursDeSuspension) de ces milliers d’hommes et de femmes sans ressources ni statut social depuis le 15 septembre 2021.

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/500-jours-sans-salaire-...

Une crise de la norme infecte notre droit

C’est le modèle sociétal qui doit être questionné si l’on souhaite réellement lutter contre cette inflation normative qui va jusqu’à éteindre l’initiative individuelle.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2023/01/30/449371-une-crise-...

Le mystère de la baisse du chômage

Emmanuel Macron avance que la France serait en situation de quasi plein emploi pour justifier sa politique économique. La publication des chiffres du chômage ne fait plus l’objet de commentaires dans la classe politico-médiatique comme autrefois. Philippe Murer dénonce une vaste fumisterie.

causeur.fr

https://www.causeur.fr/le-mystere-de-la-baisse-du-chomage...

imjopages.jpg

Jeux Olympiques 2024 à Paris: une fête ou une folie?

La dimension sécuritaire était absente du projet présenté par le Comité olympique français et la Ville de Paris pour décrocher l'attribution des prochains Jeux de 1924. Aujourd'hui garantir le bon déroulement de cette manifestation gigantesque est « mission impossible ».

rue-bleue

https://rue-bleue.kessel.media/posts/pst_e712a3f9d0bf44b9...

GAFAM

ChatGPT : commérages banals ou intelligents?

La révolution définitive qui changera la face du Monde pour ce qui reste d’éternité est désormais le babillage avec un robot d’intelligence artificielle qui accède à des zillions d’informations et de connexions entre elles pour produire des textes à propos de tout et n’importe quoi. Les uns présentent cela comme le fin du fin de la puissance prométhéenne, les autres comme une finesse de plus dans l’anéantissement de la fantaisie humaine.

Le blog de Michel de Rougemont

https://blog.mr-int.ch/?p=9032&utm_source=mailpoet&am...

GÉOPOLITIQUE

La Pologne, « Hyène de l’Europe » ?

Nous traduisons ci-dessous un article de l’ex-Capitaine de la Bundeswehr Wolfgang Effenberger. Sans sa préface et quelques passages non traduits ici eu égard à l’évolution rapide des évènements depuis sa première parution, l’article de Effenberger figure au complet sur le site allemand Apolut.net. Il pointe notamment le dangereux aventurisme et revirements de la Pologne, « disparus » des livres d’histoire. Tout persuadés qu’ils le sont que le Reich américain tiendra Mille Ans, agitant devant l’Allemagne des demandes de réparations dénuées de tout fondement, les dirigeants polonais actuels semblent avoir autant décroché de la réalité qu’en 1938. Caressent-ils le rêve de dévorer non seulement l’Ukraine occidentale, mais aussi de vastes territoires en Allemagne orientale ? On peut le penser. Détail intriguant, le Colonel Douglas MacGregor a déclaré dans un interview le 31 janvier 2022 que la Pologne « L’Armée polonaise pourrait envahir l’Allemagne demain matin et la conquérir en une semaine ».

reseauinternational.net

https://reseauinternational.net/la-pologne-hyene-de-leuro...

IMMIGRATION

La France subit plus que jamais la déferlante de l’immigration

Ce sont les derniers chiffres du ministère de l’Intérieur : le nombre de titres de séjour et d’asile délivrés en France a fait en 2022 un bond de 17 % par rapport à 2021 : plus de 300 000 titres accordés en un an. Il s’agit donc d’immigrés légaux, auxquels sont conférés, avec le titre de séjour, des droits sociaux, diverses allocations et la sécurité sociale. 108.000 titres de séjour, soit plus du tiers, ont été attribués à des étudiants et 52.000 titres ont été délivrés pour raison économique. Combien d’illégaux sont arrivés dans le même temps et combien d’étudiants finiront par grossir leurs rangs ? Le ministre de l’Intérieur avait avancé le chiffre de 700.000 clandestins il y a un an. Leur nombre n’a pu qu’augmenter parallèlement à celui de l’« immigration choisie » qui a crû de +31% s’agissant des autorisations de séjour accordées pour la première fois (18.000 en 2022) et de +8% pour les renouvellements (plus de 32.000).

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/la-france-subit-plus-qu...

La-multipolarite-au-XXIe-siecle.jpg

LECTURE

Présentation de Multipolarité au XXIème siècle et de L'Europe, la multipolarité et le système international. Age planétaire et nouvel ordre mondial, par Irnerio Seminatore

L'ambition de ces deux publications sur la multipolarité, le tome 1 au titre La Multipolarité au XXIème siècle et le tome 2 : L'Europe, la Multipolarité et le Système international. Age planétaire et nouvel ordre mondial, a été d'avoir essayé de dresser une vue d'ensemble sur la politique mondiale à l'époque où nous vivons. Et cela, sous l'angle d'une pluralité de structures de souverainetés et donc d'équilibre des forces, mais également et surtout de l'antagonisme historique entre puissances hégémoniques et puissances montantes et donc d'un certain ordre politique et moral. On y repère ainsi les deux aspects principaux de tout narratif historique, l'acteur et le système, qui se projettent sur la toile de fond de l'action historique.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2023/01/22/presentation-de-multipolarite-au-xxieme-siecle-et-de-l-europe-la-multipolar.html

Déserts, pics et glace. La vie extraordinaire d'Ardito Desio, l'indomptable

À la fin des années 1980, à l'époque où j'étais jeune rédacteur, j'ai interviewé Ardito Desio. Il avait alors presque quatre-vingt-dix ans (il est né à Palmanova le 18 avril 1897) et je pensais trouver un grand-père un peu sénile qu'il fallait expédier avec quelques questions et quelques compliments standard - bravo, bravissimo, prenons une photo, saluons les lecteurs, etc... - mais au lieu de cela, j'ai découvert un personnage fascinant, extraordinaire, digne de la plume de Verne. Une surprise et une leçon de vie. En cette morne après-midi milanaise, le professeur m'a raconté, avec l'enthousiasme et le brio d'un jeune de vingt ans, de nombreuses histoires. Elles étaient toutes magnifiques. J'étais cloué à mon fauteuil en écoutant le récit de ses explorations autour du monde et ses descriptions très précises des mondes et atmosphères passés. L'Afrique italienne à la fin de son histoire et l'Asie du « Grand Jeu » de Kipling. Puis la Birmanie, la Perse, l'Himalaya, l'Antarctique. Déserts, montagnes, glace, sommets, sable, froid, chaleur. Passions et études. Tant d'études. Tant de passion.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2023/01/27/d...

PROCHE-ORIENT

Qatar : Un émirat puissant et fragile

L’organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar a concentré l’attention des médias du monde entier sur cette petite presqu’île du golfe Persique. Ce richissime émirat gazier, souvent décrié pour son soutien à l’organisation islamiste des Frères musulmans et pour la maltraitance infligée aux travailleurs qui œuvrent sur ses chantiers de construction, révèle en effet de nombreuses complexités. Explications par notre collaborateur, qui a vécu trois ans sur place.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/qatar-un-emirat-puissant-et...

cover-r4x3w1000-63771f7447a30-le-president-americain-joe-biden-et-le-prince-heritier.jpg

Derrière les discours menaçants, l’administration Biden reste très docile avec l’Arabie saoudite

Une fois les élections de mi-mandat terminées, toute mention de la responsabilité de MBS a disparu, et en fait, Biden semble maintenant le servir.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/derriere-les-discours-menacants...

RÉFLEXIONS

Des fous dans une Europe folle

Avez-vous entendu que la Finlande, criblée de dettes, jette seulement quatre cents millions d'euros dans le trou noir ukrainien ? Pas un seul sage de l'économie en Finlande, et encore moins un politicien du pays, ne souffle mot en public sur ce don qui relève de la folie. Une fois de plus, les imbéciles montrent leur stupidité au reste du monde, sans oser émettre ne serait-ce qu'une critique modérée sur la distribution insensée de l'argent public.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2023/01/26/d...

RUSSIE

Russie/UKraine. Régis Le Sommier : « Les pro-guerre des plateaux TV n’y connaissent rien ! »

Régis Le Sommier, directeur de la rédaction d’OMERTA, était le grand invité d’André Bercoff chez Sud Radio, à son retour de l’Ukraine, sur la ligne de front, côté russe. L’occasion de rappeler que les va t’en guerre des plateaux TV n’ont souvent jamais rien connu de la guerre.

breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2023/01/30/214594/russie-ukra...

Sergueï Lavrov : en Ukraine, l’OTAN œuvre à la « solution finale » de la question russe

Discours et réponses aux questions des médias de Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, lors d’une conférence de presse sur les résultats de la diplomatie russe en 2022, Moscou, 18 janvier 2023.

lecridespeuples.fr

https://lecridespeuples.fr/2023/02/01/serguei-lavrov-lach...

SANTÉ

Le CDC publie enfin les analyses des effets indésirables pour les vaccins Covid

L’analyse des signaux de sécurité VAERS [Système de notification des événements indésirables liés aux vaccins] du CDC [Centre pour le contrôle et la prévention des maladies] basée sur les rapports du 14 décembre 2020 au 29 juillet 2022 pour les vaccins mRNA COVID-19 montre des signaux de sécurité clairs pour le décès et une gamme d’événements indésirables (EI) thrombo-emboliques, cardiaques, neurologiques, hémorragiques, hématologiques, du système immunitaire et menstruels très préoccupants chez les adultes américains. Par le Professeur israélien Josh Guetzkow.

reseauinternational.net

https://reseauinternational.net/le-cdc-publie-enfin-les-a...

UKRAINE

Halte au Feu ! (et mort aux c.. !)

Il ne s’agit plus d’une « Opération militaire spéciale » mais d’une véritable guerre. Les objectifs en sont étendus et les moyens aussi. Considérablement. Moscou a pris le mors aux dents devant l’ampleur du soutien occidental au malheureux proxy ukrainien dont le Kremlin a aussi sous-estimé l’héroïsme des troupes et le nationalisme de la population au printemps dernier.

geopragma.fr

https://geopragma.fr/halte-au-feu-et-mort-aux-c/

waffen-bundeswehr-101~_v-original.jpg

Chars en Ukraine : complications à venir

Cette vision idéalisée du char est porteuse de bien davantage de problèmes que de solutions, dont les bénéficiaires apparents risquent de faire les frais durables.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2023/01/30/449357-chars-en-u...

UNION EUROPÉENNE

L’Europe lutte contre une pénurie dramatique de médicaments

Dans l’ensemble de l’UE, les produits pharmaceutiques courants tels que les antibiotiques et les analgésiques pour enfants sont en rupture de stock. Depuis la fin de 2022, les pays de l’UE ont fait état de difficultés considérables pour se procurer des produits pharmaceutiques essentiels, la majorité d’entre eux connaissant désormais des pénuries.

lecridespeuples.fr

https://lecridespeuples.fr/2023/02/01/leurope-lutte-contr...

L’Occident contre le reste du monde : c’est l’heure du divorce !

Dmitry Orlov : « J’interromps notre programme régulier pour vous apporter un flash d’information en provenance de la conférence de Davos qui se déroule actuellement. Plus de 2700 participants sont présents, sans aucun Russe, Chinois ou Iranien, et bien que des délégations de l’Arabie Saoudite et des Émirats Arabes Unis soient présentes, leur nombre n’est pas comparable à celui des années précédentes. »

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/loccident-contre-le-reste-d...

mercredi, 01 février 2023

Quand un État est-il vraiment souverain?

b1199848e05177eb87db906c658c4a26.jpg

Quand un État est-il vraiment souverain?

par Daniele Dell'Orco

Source : Daniele Dell'Orco & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/quand-e-che-uno-stato-e-davvero-sovrano

Le récent débat sur l'envoi de chars Leopard à l'armée ukrainienne a une fois de plus mis en évidence l'extraordinaire faiblesse de la (l'ancienne ?) locomotive de l'Europe : l'Allemagne.

Ce pays qui était considéré il y a encore quelques mois comme une puissance hégémonique sur le Vieux Continent s'est retrouvé littéralement mis à nu en l'espace de quelques mois et ce, dans plusieurs domaines: le domaine politique (l'instabilité persistante de l'ère post-Merkel), le domaine économique (la dépendance énergétique, la crise industrielle due aux sanctions) et le domaine militaire (l'armée réduite au niveau zéro).

Prise en tenaille, l'Allemagne a été contrainte de prendre des décisions contraires à son intérêt national en démantelant des années de planification politique en un temps très court.

C'est une bonne occasion d'utiliser l'exemple allemand comme étude de cas pour comprendre en quoi consiste réellement la "souveraineté" d'un pays.

Les macro-domaines qui donnent à une nation la possibilité d'être le maître de son propre destin (pour le meilleur ou pour le pire) sont au nombre de trois :

- la stabilité politique ;

- la puissance militaire ;

- la stabilité financière.

D'un point de vue politique, quelle que soit la forme de gouvernement que l'on puisse trouver dans les différents pays du monde, un leadership fort dans le cas des autocraties, une confiance massive dans le parti/leader dans les démocraties illibérales, ou un large consensus électoral dans les démocraties libérales (ou un système bipolaire derrière lequel se meut un État profond cohésif, rendant les élections non pertinentes sur de nombreuses questions) sont indispensables pour permettre à un gouvernement de prendre des décisions politiques, économiques (approvisionnement en énergie, État-providence, fiscalité, etc.) et militaires.

Cette dernière instance, l'instance militaire, est un outil indispensable pour affirmer sa souveraineté, a contrario des options prises pendant plusieurs décennies successives, où, dans de nombreux pays européens (en premier lieu ceux qui sont sortis perdants de la guerre mondiale comme l'Italie ou, précisément, l'Allemagne) régnait l'axiome selon lequel il serait plus sage d'externaliser la défense et de réduire les dépenses militaires au minimum parce que "vous pouvez construire des jardins d'enfants avec cet argent". Et c'est ce que nous constatons avec la guerre actuelle: ceux qui disposent d'une armée puissante (Turquie, Israël, Chine, France, en plus des grands acteurs directement impliqués dans le conflit) prennent les décisions, les autres rentrent dans le rang, tête basse.

Une armée "puissante" se mesure évidemment en termes de nombre, mais aussi en termes de préparation, de polyvalence (par exemple, avoir une force aérienne forte et une marine faible ne rend une armée puissante que dans certains scénarios) et surtout de suprématie industrielle et technologique.

Ce point est fondamental: si l'on achète ses propres armements, ou si on les fabrique dans le cadre de ce que l'on appelle officiellement un "partenariat" mais qui est pratiquement un contrat de sous-traitance, on n'est pas souverain, car on n'aurait pas la possibilité de disposer librement de ses propres armes en cas de besoin. Le programme F-35 en est un bon exemple.

Il est développé par Lockheed Martin, BAE et Leonardo, avec de bons emplois (proportionnellement) pour tous.

Mais les technologies, le soutien, le contrôle de leur utilisation sont la prérogative d'une seule puissance (à de très rares exceptions près).

Le potentiel industriel va de pair. Si l'on dispose de ses propres technologies, qu'elles soient obsolètes ou extraordinairement avancées, il faut aussi avoir la capacité pratique de les traduire en armements (donc aussi en potentiel industriel, en matières premières, en personnel, etc.) ou de les contracter à l'étranger avec de "vraies" formes de partenariat.

La stabilité financière est en quelque sorte le ciment de tout cela, car dans le monde globalisé, elle est à toutes fins utiles une arme.

Une dette publique trop importante dans des mains étrangères rend vulnérable.

Un déficit trop important lie les mains des gouvernements et ne permet pas la réalisation du PIB.

Un PIB trop faible crée du mécontentement et de l'instabilité.

Une trop grande instabilité fait des économies la proie d'attaques financières et fait tomber les gouvernements.

Etc.

c2d1ccfb372624b1ef184ce18f6f8526.jpg

Aucune de ces sphères n'a la priorité sur l'autre, mais toutes sont autonomes et leur équilibre substantiel aboutit à la plus haute expression possible de la souveraineté.

Cependant, même en cas de déséquilibre, le fait de mettre l'accent sur deux d'entre eux, capable de minimiser les impacts de l'autre (l'exemple de la Turquie, en crise économique perpétuelle, est emblématique) pourrait être acceptable pour autant que l'on travaille sans cesse à les rééquilibrer.

Un déséquilibre dans deux, voire trois, de ces sphères ne peut en aucun cas rendre un pays réellement souverain, mais seulement en véhiculer le sentiment. C'est ce qui est arrivé à l'Allemagne: en temps de paix, elle semblait indestructible, avec le changement de décor, elle se découvre défaillante.

En utilisant ce simple miroir, il est possible de dresser une sorte de "bulletin" pour chaque étude de cas.

De mon point de vue, ces concepts montrent qu'en Europe (y compris au Royaume-Uni), aucun pays ne peut prétendre être véritablement souverain, à l'exception de la France. Laquelle a toutefois connu un déclin progressif au cours des dernières décennies, tant dans le domaine politique (elle est de plus en plus instable malgré une loi électorale qui la met autant que possible à l'abri des renversements antisystème) que dans le domaine financier.

En bref, son équilibre est précaire.

Mais au moins, elle est là.

D'où la raison pour laquelle, à ce jour, les destins de l'Europe ne se décident pas en Europe.

A quelle heure est la fin du monde ?

1787a2723fc4e6a48376811e81c87277.jpg

A quelle heure est la fin du monde?

par Andrea Zhok

Source : Andrea Zhok & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/a-che-ora-e-la-fine-del-mondo

Aujourd'hui, je fouillais dans la presse grand public (de temps en temps, il est utile de se promener derrière les lignes ennemies) et je suis tombé sur un titre intéressant dans La Stampa de Turin :

TITRE

"La Russie a plus d'hommes, de moyens, de ressources; soit l'OTAN entre en scène, soit Kiev perdra".

SOUS-TITRE

"Les États-Unis et l'Europe sont confrontés à des choix difficiles: l'hypothèse de l'envoi de troupes occidentales ne peut être écartée".

Ce titre coiffe un article de nul autre que le prestigieux analyste Lucio Caracciolo. Maintenant, en lisant l'article, comme on pouvait s'y attendre, les arguments de Caracciolo sont analytiques et descriptifs, soigneusement pesés, et présentent trois scénarios possibles: "(1) Réduire le soutien militaire à Kiev au point de convaincre Zelensky de l'impossibilité de gagner, d'où la nécessité d'un compromis avec Moscou; (2) partir en guerre pour sauver l'Ukraine et détruire la Russie au risque de se détruire aussi soi-même; (3) négocier avec les Russes un cessez-le-feu dans le dos des Ukrainiens pour l'imposer ainsi aux agressés".

Ces options sont considérées par Caracciolo comme "des scénarios très improbables (le premier et le troisième) ou simplement absurdes (le deuxième)".

L'article continue et dit des choses de bon sens, désolé pour les prestigieux analystes géopolitiques, des choses donc que ceux qui ont été tournés en dérision comme "conspirationnistes et poutinistes" ont soutenu dès la première minute du conflit: la Russie ne peut pas perdre. Et ce, pour deux raisons: parce que sa supériorité en termes de ressources, de moyens et d'hommes est évidente malgré le flot d'armes et d'argent fourni par l'OTAN, et surtout parce qu'il s'agit d'un conflit existentiel pour la Russie, un conflit qui se déroule littéralement chez elle, et non un conflit impérialiste lointain comme ceux que les États-Unis ont l'habitude de gérer dans des contrées exotiques (du Vietnam à l'Afghanistan). Une défaite dans un tel conflit signifie au mieux un retour aux horribles années d'Eltsine, lorsque la Russie était un terrain d'exploitation impuissant pour les oligarques de l'intérieur et de l'extérieur, au pire la désintégration civile et le chaos.

Il n'est pas agréable de s'en prendre aux vaincus, et nous ne rappellerons donc pas l'interminable charabia de sottises en brics et en brocs dont les journaux nationaux - les "sérieux", pas ceux relevant de la contre-information "conspirationniste" - nous abreuvent depuis neuf mois.

Nous ne nous rappellerons donc pas comment la Russie a déjà épuisé ses missiles une vingtaine de fois, comment Poutine est mourant depuis sa naissance, comment les soldats russes sont dopés avec toutes les drogues folles, avec les drogues typiques, utilisées par les empires maléfiques dans les films hollywoodiens, comment la politique ukrainienne illustre les valeurs européennes (en effet, qui pourrait nier que la NSDAP était un produit européen), comment la Russie est isolée sur le plan international et détruite sur le plan économique, comment l'Europe sortira de ce conflit plus forte qu'avant, et ainsi de suite, sur un mode de plus en plus délirant.

Non, laissons tout cela de côté, négligeons les premiers signes de l'entrée de la réalité dans la fiction officielle, et concentrons-nous plutôt sur le titre.

Oui, car comme chacun sait, les titres dans les organes de presse sont choisis par le rédacteur du journal, et non par les auteurs. Et, en l'occurrence, le titre dit - comme d'habitude - quelque chose qui ne figure pas dans l'article: il dit qu'une entrée en guerre directe de l'OTAN (donc aussi de l'Italie) est la voie à suivre, si nous ne voulons pas que l'Ukraine perde (et nous ne voulons pas qu'elle perde, n'est-ce pas ?).

Pour ceux qui ont besoin de précisions, nous sommes confrontés au souhait d'une troisième guerre mondiale, à laquelle le public doit se préparer.

Maintenant, après les années de pandémie, au cours desquelles nous avons appris que la seule règle fiable de la presse grand public est de mentir instrumentalement tout le temps, rien ne devrait plus nous surprendre.

Et pourtant, un titre dans un journal national espérant sereinement une option qui au mieux signifierait un massacre intereuropéen sans précédent, au pire la fin du monde, reste quelque chose à méditer.

Jusqu'où, jusqu'à quel niveau d'irresponsabilité les "professionnels de l'information" autoproclamés, exposants du courant dominant, sont-ils prêts à aller? Y a-t-il encore une limite morale qui n'est pas franchie?

lundi, 30 janvier 2023

L’ombre de l’Algérie sur la France

algerie-france.jpg

L’ombre de l’Algérie sur la France

par Georges FELTIN-TRACOL

Bien que passée inaperçue, elle a été la première polémique de l’année 2023. José Gonzalez, député RN de la 10e circonscription des Bouches-du-Rhône, accède à l’une des dix vice-présidences des Amitiés parlementaires France – Algérie. La gauche crie au scandale d’autant que le doyen de l’Assemblée nationale, originaire d’Oran, n’a jamais caché la déchirure de l’exil et la nostalgie pour la terre de ses ancêtres. Cette vaine querelle prouve encore l’intensité, la profondeur et la complexité des relations franco-algériennes. Or, malgré une indépendance acquise depuis soixante ans, l’Algérie continue à peser sur le devenir français.

En septembre 2021, le gouvernement français restreignait le nombre de visas accordés non seulement aux Algériens, mais aussi aux Tunisiens et aux Marocains. En 2019, Paris avait accordé environ 200.000 visas aux seuls Algériens! Cette mesure de rétorsion répondait au refus habituel des trois États maghrébins de ne pas reprendre (ou bien peu) leurs ressortissants expulsés de l’Hexagone. En 2019, le taux de reconduction à la frontière ne représentait que 14,4 %. Le Figaro du 19 octobre 2022 signalait qu’« en 2021, les Algériens composaient la seconde nationalité la plus représentée en CRA (centre de rétention administrative) (1687 personnes, 10,3 % du total), après les Albanais (1521, 11,5 %), les Tunisiens (1387, 9,4 %) et les Marocains (1587, 8,6 %) suivaient ». La « crise des visas » s’achève en décembre 2022 par l’incroyable reculade du gouvernement français. A-t-il pris conscience du poids démographique algérien en France ? A-t-il tenu compte des impératifs énergétiques et économiques du moment ?

Vols-Algerie-France-3-1200x675.jpg

On recense entre 75 et 85 vols quotidiens entre la France et l’Algérie, soit quatre cents liaisons aériennes par semaine ! Un article du Monde du 25 août 2022 citait Christophe Castaner de sinistre mémoire évoquant « 1,2 millions de Français algériens qui votent ». Un parent faisant son service militaire en 1995 se souvient qu’un binational qui préférait effectuer dix mois de conscription en France plutôt que deux ans en Algérie, lui déclara avoir voté à l’élection présidentielle algérienne pour le candidat islamiste Mahfoud Nahnah…

L’octroi massif de visas aux Algériens est une exigence fréquente de la rue maghrébine. Dès qu’un président hexagonal parcourt Alger, Constantine, Tizi Ouzou, la foule lui hurle : « Des visas ! Des visas ! Des visas ! » Les autorités algériennes aimeraient que leur validité dure plus longtemps. L’actuel chef de l’État algérien, Abdelmadjid Tebboune, déclare au Figaro du 30 décembre 2022: «Je me permets de paraphraser un ami qui, de manière anecdotique et ironique, me déclarait récemment que les Algériens devraient avoir des visas d’une durée de 132 ans». Par-delà le ton sarcastique, les propos présidentiels ne peuvent qu’encourager les Harraga, ces jeunes Algériens désespérés par l’inertie du régime, son incompétence et sa kleptocratie, à émigrer en France. Ambassadeur de France en Algérie à deux reprises (2008 – 2012 et 2017 – 2020), Xavier Driencourt explique dans Le Figaro du 21 décembre 2022 que « les autorités algériennes n’ont pas intérêt à récupérer ces ressortissants, réfractaires, politiquement marginaux ou contestataires, souvent kabyles, qui fuient leur pays en raison du contexte politique ou pour des raisons économiques; ces migrants sont une variable d’ajustement dans un pays en crise ».

L’attrait migratoire de l’Hexagone se comprend pour la libéralité de ses prestations sociales supérieures à un modèle suédois dépassé qu’il délivre aux immigrés. Sans omettre d’autres facilités obtenues. Par exemple, Xavier Driencourt insiste sur « l’utilisation des passeports diplomatiques, qui permet à nombre de ressortissants algériens de venir en France sans visa et sans aucune forme de contrôle, la non-délivrance de titres de séjour aux Algériens qui ne résident pas en France mais qui profitent de leur carte de résident pour se faire soigner et/ou bénéficier des avantages sociaux du système français ». L’« envie de France » s’accroît au moment où le gouvernement algérien retire la langue française à l’école au profit de l’anglais. Le président Tebboune a beau déclaré qu’« en 2022, l’Algérie compte 27 millions de locuteurs qui maîtrisent le français sur 45 millions d’habitants », il estime néanmoins que son pays « ne s’est pas libéré pour faire partie d’un je ne sais quel commonwealth linguistique ». L’arrêt de l’apprentissage de la langue de Molière dans le système scolaire ne signifie pas la fin des flux migratoires. Bien au contraire !

739614be7cba14a2a89f5af85b80dc15.jpg

Lors de la campagne présidentielle de 2012, alors conseiller de l’ombre de Nicolas Sarközy, Patrick Buisson suggérait au président-candidat d’abroger la partie encore en vigueur des accords d’Évian. L’ambassadeur Driencourt (photo) propose pour sa part « la dénonciation ou à tout le moins la renégociation des accords de 1968 ». « Ces accords du 27 décembre 1968, précise-t-il, portent sur les conditions d’arrivée et d’installation des Algériens en France. Ils comprennent de nombreuses dispositions dérogatoires par rapport aux autres nationalités, y compris les Marocains et les Tunisiens: certificat de résidence de dix ans, régularisation des sans-papiers facilitée, regroupement familial accéléré, conditions d’intégration dans la société française assouplies par rapport aux autres nationalités, visas étudiants assez généreux, etc. Beaucoup de facilités, donc, au bénéfice des Algériens. Négociés et signés dans la foulée des accords d’Évian, à une époque où la France voulait faire venir en France une main-d’œuvre algérienne francophone, ces accords n’ont plus de sens dans le contexte actuel ». Hélas ! on sait que le gouvernement macronien ne fera rien alors que les Algériens présents en France, quand ils ne militent pas en faveur de la cause kabyle, s’islamisent très rapidement. N’oublions jamais cette pancarte mal orthographiée brandie par une participante goguenarde à une manifestation contre le concept fallacieux d’islamophobie tenue à Paris le 19 octobre 2019 : « Française musulmane et voilée, si je vous dérange, je vous invite à quitter mon pays. »

Un lecteur de Valeurs actuelles du 7 juillet 2022 cite par ailleurs Léon Roches rapportant les commentaires de l’émir Abdel Kader dont il fut le secrétaire particulier de 1836 à 1840: «Nous avons vendu notre âme à Dieu, nous méprisons la mort. C’est nous qui rendrons la Mitidja déserte et qui bloquerons l’infidèle dans Alger. Bientôt nous chasserons les Français d’Alger. Puis nous passerons la mer sur des barques. Nous prendrons Paris. Nous nous y assemblerons. Puis nous conquerrons les autres nations et nous leur apprendrons la vérité du vrai Dieu». Après cinq années de détention et libéré par un homme qui a lui aussi connu l’emprisonnement, le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte, l’émir s’installera à Beyrouth où il protégera des chrétiens persécutés. Quant à ses petits-fils, ils seront officiers de l’armée française.

abd_el-kader-2.jpg

Les réflexions d’Abdel Kader se comprennent à l’aune de l’histoire de la future Algérie. Elle fut du Moyen Âge jusqu’à la conquête de 1830 un puissant foyer de piraterie barbaresque. En 1541, l’empereur Charles Quint organisa le siège d’Alger sans pour autant pouvoir briser cette menace.

Détentrice de gisements considérables d’hydrocarbures, l’Algérie a les moyens de jouer sur l’activité économique et l’avenir énergétique de la France. L’importante communauté algérienne, binationale ou non, constitue un autre moyen de pression. En 2002, au mépris de la souveraineté nationale, l’Amicale des Algériens en Europe appelait à voter contre Jean-Marie Le Pen présent au second tour de l’élection présidentielle. Les prochaines décennies confirmeront peut-être la prédiction de Mohamed Larbi Ben M'hidi (1923 – 1957), l’un des six fondateurs du FLN (Front de libération nationale). Il lança aux soldats français qui venaient de l’arrêter: «Je vous prédis, moi, que vous aurez l’Algérie de Tamanrasset à Dunkerque. Vous voulez l’Algérie française et moi je vous annonce la France algérienne».

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 58, mise en ligne le 25 janvier 2023 sur Radio Méridien Zéro.

dimanche, 29 janvier 2023

La revue de presse de CD - 29 janvier 2023

News-Articles-de-Presse-en-Anglais.jpg

La revue de presse de CD

29 janvier 2023

EN VEDETTE

GUERRE EN UKRAINE VIDEO N° 23

« Sylvain Ferreira et moi-même avons entrepris depuis plusieurs semaines un travail de ré information en publiant des vidéos hebdomadaires sur YouTube. Le terme ré information est important car il s’agit pour nous de tenter de revenir au réel du conflit mondial déclenché par l’intervention russe en Ukraine. En particulier sur sa dimension militaire. Les médias système français se signalent par une partialité imbécile nourrie d’une ignorance crasse des réalités militaires. Il faut essayer de dissiper le brouillard d’une propagande trop souvent inepte. Pour notre numéro 23 nous avons demandé au Colonel suisse Jacques Baud, d’accepter de nous accorder un entretien. C’est un analyste de haut niveau et qui a déjà publié deux livres sur les origines, le déclenchement et les conséquences de ce conflit. Il est revenu sur le déroulement des événements depuis le 24 février dernier, sur les objectifs russes et sur les perspectives d’évolution. » Indispensable travail de Régis de Castelnau sur son site Vu du droit.

vududroit.com

https://www.vududroit.com/2023/01/guerre-en-ukraine-video...

AFRIQUE

Sale temps pour la France en Afrique

Après le Mali, le Burkina Faso ! Le gouvernement burkinabé a confirmé le 23 janvier qu’il avait demandé le départ dans un délai d'un mois des troupes françaises basées dans le pays. C’est l’épilogue de relations dégradées entre Paris et Ouagadougou depuis le coup d'État qui a porté le capitaine Ibrahim Traoré au pouvoir le 30 septembre 2022. Un mois plus tard, l'ambassade de France à Ouagadougou ainsi que l'Institut français ont été attaqués (des manifestants brandissaient des drapeaux russes). Finalement, fin décembre, l'ambassadeur de France a été jugé indésirable par les autorités burkinabées. La « visite de courtoisie » effectuée le 10 janvier à Ouagadougou par Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d'État auprès de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, n’aura manifestement pas amadoué la junte au pouvoir. Le scénario du Mali se reproduit au Burkina Faso.

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/sale-temps-pour-la-fran...

ASIE

Du Japon à l' « Ukraine est-asiatique » ?

La Chine surveille de près la politique de sécurité du Japon. Le Japon justifie l'augmentation de ses armements et son renforcement militaire en invoquant des « menaces extérieures ». La Chine, quant à elle, pense que le Japon pousse la situation régionale vers un conflit, encouragé par les États-Unis.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2023/01/20/d...

https __ns.clubmed.com_fbs_RWD_Circuit_Mandalay_20-_20MYANMAR_20-_20MYSTERES_20BIRMANS_20-Fotolia_51079685_copyright_20Siamphoto-Subscription_XL-swhr.jpg

Birmanie : une guerre civile qui dure

Si la Birmanie est plongée dans la tourmente politique depuis son indépendance, la guerre civile a pris une nouvelle dimension en 2021. Entre affrontements militaires et tensions ethniques, le pays est confronté à une guerre sans fin. Entretien avec Amaury Lorin.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/birmanie-une-guerre-civile-...

BALKANS

Retour de Sarajevo

À l’invitation du président de la République serbe de Bosnie, Milorad Dodik, Patrick Barriot et Jacques Hogard se sont rendus les 8 et 9 janvier derniers, au lendemain de la célébration de Noël orthodoxe, aux cérémonies de la fête nationale de cette entité serbe de Bosnie-Herzégovine, fondée il y a 31 ans (le 9 janvier 1992), et placée depuis les Accords de Dayton sous la tutelle de l’Union Européenne. Voici leur témoignage…

causeur.fr

https://www.causeur.fr/retour-de-sarajevo-252944

8258.cover-source.jpg

COMPLOTISME (C’est celui qu’y dit qu’y est !)

Facebook censure le British Medical Journal : quand le fact-checking tourne au délire anti-science, par Laurent Mucchielli

Il est temps que la peur change de camp. La rhétorique du « danger complotiste » qui menacerait un prétendu « consensus scientifique » est un bobard propagé par des organisations et des personnes n’ayant aucun respect pour la science et la recherche désintéressée de la vérité. En novembre 2021, la société Facebook, qui sous-traite sa prétendue « vérification de faits » à une autre entreprise commerciale, s’est crue autorisée à censurer la page du British Medical Journal, une des plus anciennes et des plus prestigieuses revues de sciences médicales, pour la simple raison que celle-ci publiait un article mettant en cause l’intégrité des données contenues dans les essais cliniques de Pfizer. De telles pratiques, qui concernent tout autant les autres géants du numérique, de Google, à YouTube, Twitter ou Instagram, devraient ouvrir les yeux sur l’incroyable prise de contrôle du débat public par la propagande industrielle à laquelle nous assistons depuis trois ans, avec la complicité de nombreux gouvernements et de la plupart des journalistes occidentaux. Lorsqu’une telle censure est organisée, la science est muselée et la démocratie vacille

qg.media/blog/laurent-mucchielli

https://qg.media/blog/laurent-mucchielli /facebook-censure-le-british-medical-journal-quand-le-fact-checking-tourne-au-delire-anti-science/   

Pourquoi il faut en finir avec l'institution scolaire

Ivan Illich a écrit ses lignes en 1970 dans « Une société sans école ». Depuis 1999, année de la signature du Protocole de Lisbonne, le Conseil européen a pris le pouvoir sur notre Education nationale, son objectif : fabriquer des crétins.

bouddhanar.blogspot.com

https://bouddhanar.blogspot.com/2011/03/lecole.html

DÉCONSTRUCTION

Idéologie du genre et transhumanisme, un produit de notre déni de la réalité

Le mécontentement est le mal sombre de notre époque. L'homme contemporain a tout à sa disposition mais n'est jamais heureux. Cette agitation, ce malaise, n'a cependant pas pour débouchés la rébellion et la colère qui s'est exprimée dans un passé tout récent. Marcello Veneziani a abordé ce thème, si vaste, difficile, presque insaisissable, dans son nouvel essai Scontenti. Perché non ci piace il mondo in cui viviamo (= Malcontents - Pourquoi nous n'aimons pas le monde dans lequel nous vivons) (Marsilio, 2022).

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2023/01/19/i...

Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus et le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes tombe de la Lune

Fini de rire bande de machos, Sylvie Pierre-Brossolette vous a à l’œil ! Mercredi 25 janvier, Emmanuel Macron reçoit la présidente du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, qui vient proposer des mesures pour renforcer ladite égalité. Le sexisme s’aggrave en France. Le Haut Conseil a publié un rapport qui non seulement se désole de la pérennité des discriminations, mais constate l’attitude particulièrement « masculiniste » des 25-34 ans. Jean-Paul Brighelli, qui a légèrement dépassé cette tranche d’âge, jette un regard dépassionné mais perplexe sur ce rapport qui stigmatise globalement tous les hommes.

causeur.fr

https://www.causeur.fr/machisme-haut-conseil-egalite-entr...

chjpannels4_profile.jpg

Rééducation forcée aux médias sociaux pour Jordan Peterson, psychologue clinicien au Canada

Jordan Peterson, psychologue clinicien et professeur émérite de l’Université de Toronto, est devenu célèbre depuis quelques années par ses déclarations et écrits hostiles à la théorie du genre et à l’idéologie « woke ». Il conteste l’existence d’un « privilège blanc », estime que les féministes ont « un désir inconscient de domination masculine brutale » et conseille aux jeunes hommes de développer leur masculinité et de « se tenir droit », première de ses « 12 règles pour une vie » comme « antidote au chaos » (titre de son ouvrage publié en 2018 en langue anglaise et en 2019 dans sa traduction française).

ojim.fr

https://www.ojim.fr/reeducation-forcee-jordan-peterson-ca...

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/CENSURES/DÉBILITÉ

« Valeurs occidentales » : après le bannissement de RT France, Paris gèle ses comptes

Communiqué de presse de RT France : « Après 5 années d’acharnement, les autorités au pouvoir sont donc parvenues à leurs fins : la fermeture de RT France. Sous couvert du 9e paquet de sanctions à l’encontre de la Russie — qui ne vise pas notre chaîne, mais notre actionnaire et maison mère — la Direction générale du Trésor a décidé de geler les comptes bancaires de RT France, rendant impossible la poursuite de notre activité. »

lecridespeuples.fr

https://lecridespeuples.fr/2023/01/22/valeurs-occidentale...

Censure, ostracisme et diffamation : la clé du « consensus scientifique » cher aux « médias »

Article historique (pour la Suisse romande) sur L’Impertinent média, avec cet entretien avec le Pr Jay Bhattacharya de l’Université de Stanford. Professeur de médecine, épidémiologiste, spécialiste de la santé publique et des maladies infectieuses, cet expert de réputation mondiale a été incroyablement censuré et ostracisé pendant la crise du Covid. Comme tous ceux qui osaient rappeler que les mesures de contrainte présentées comme « sanitaires » étaient antiscientifiques et parfaitement contraires aux connaissances et à l’éthique en santé publique. Pendant que quelques « Key Opinion Leaders » comme on dit, ces « experts » au discours orienté en faveur de la corruption systémique dans le domaine de la santé, squattaient les plateaux télé avec la complicité servile des « journalistes » de service. En martelant des slogans travaillés par des communicants de l’industrie pharmaceutique et ciselés pour manipuler l’opinion publique… Voilà la farce à laquelle ont participé les rédactions de la presse audiovisuelle et écrite romande unanimes. Jay Bhattacharya, dont j’ai à d’innombrables reprises relayé les analyses et les prises de position éclairées, parle ici de ce qu’il a vécu.

anthropo-logiques.org

https://anthropo-logiques.org/censure-ostracisme-et-diffa...

Revue de presse RT du 15 au 21 janvier 2023

Exercice hebdomadaire et salutaire de ré/désinformation grâce à Russia Today. Au sommaire : crise économique dans le monde ; la Turquie et l’OTAN ; quand l’Occident ment en signant des traités ; la Serbie menacée par les États-Unis ; le dollar menacé par l’Arabie saoudite et plusieurs pays africains ; la guerre chaude en Ukraine ; l’Allemagne pour de nouvelles initiatives diplomatiques ; la Nouvelle guerre froide ;

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-du-15-au...

face_au_monde_machine_vignette.jpg

ÉCOLOGIE

Face au monde-machine : 19 entretiens en podcast avec Pièces et main d’oeuvre

Floraisons : Depuis vingt ans, Pièces et main d’œuvre ont publié une quinzaine de livres. Pour tout écologiste attaché à la nature et à la liberté, leur travail est aussi important que passionnant. Afin d’en rendre compte correctement, il nous fallait un format un peu plus grand que d’habitude. Voilà pourquoi, au mois de juillet 2022, nous sommes allés discuter trois fois avec PMO à Grenoble, là où ils vivent. Nos entretiens sont restitués ici sous forme de feuilleton. Pour PMO « la technocratie est la classe du savoir, de l’avoir et du pouvoir produite par le capitalisme industriel pour révolutionner constamment les produits, services et moyens de la puissance ». Et « le transhumanisme est l’idéologie de la technocratie à l’ère des technologies convergentes, et à l’avènement du règne machinal ». Enfin, des écolos intéressants !

piecesetmaindoeuvre.com

https://floraisons.blog/face-au-monde-machine/   

FRANCE

Crise covid : « Les mesures dérogatoires aux principes de la démocratie ne disparaissent pas après un état d’urgence sanitaire », par Laurent Mucchielli

Trois années après le déclenchement de la crise du Covid-19, le sociologue et directeur de recherche au CNRS Laurent Mucchielli estime que « les leçons n’ont pas été tirées », le débat ayant été surplombé par d’autres événements comme la guerre en Ukraine et la crise énergétique. « Des choses graves et très importantes se sont passées », rappelle le sociologue qui affirme que l’évaluation des politiques publiques durant la crise sanitaire est actuellement compromise par « l’orgueil », un « gouvernement jusqu'au-boutiste qui veut sauver les formes » et le « nombre tellement important d’erreurs difficiles à assumer ». Il faut « pourtant faire un bilan critique pour éviter une catastrophe absolue », martèle-t-il, citant l’affaire du Médiator comme exemple. Et d'enchaîner : « Comment peut-on penser pouvoir s’en remettre naïvement, juste comme ça ? Il faut que la justice se penche dessus ! ».

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/videos-l-entretien-essentiel/la...

Contrôles inconstitutionnels : les douaniers français de plus en plus inquiets

Depuis l’inconstitutionnalité décrétée de leurs contrôles en septembre 2022, les douaniers et leurs syndicats s'inquiètent de l'avenir de leur mission et d'une situation qui « légalise de facto le commerce de stupéfiants en France. » L’inquiétude le dispute à la colère chez les douaniers. En septembre dernier, le Conseil constitutionnel a déclaré inconstitutionnel l’article 60 du code des douanes qui autorisait ces derniers, depuis plus de 70 ans, à contrôler les marchandises, les moyens de transport et les personnes. 

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/societe/controle-inconstitution...

Mise en examen d’Agnès Buzyn : la double faute des magistrats instructeurs

La mise en examen de Madame Agnès Buzyn par la Cour de Justice de la République (CJR) sous les acclamations de la foule était une mauvaise action. D’abord c’était une décision illégale et ensuite c’était une façon de clouer un bouc émissaire au pilori en préservant soigneusement Emmanuel Macron et sa bande pour la gestion du Covid. Agnès Buzyn est une personnalité politique tout à fait détestable, c’est vrai, mais ce n’est pas une raison pour prendre des libertés avec le droit pour faire plaisir à la clameur. Double faute d’ailleurs, puisque la restauration de la régularité juridique par la Cour de cassation qui a annulé cette mesure, est présentée comme une protection judiciaire indue fournie à la pitoyable ancienne ministre. Comme d’habitude, invoque La Fontaine et ses « Animaux malades de la peste » avec sa célébrissime morale : « selon que vous serez puissants ou misérables les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ». Et l’on entend de nouveau la chanson du « tous pourris » se déverser dans la presse et les réseaux. Encore bravo pour les magistrats instructeurs de la CJR.

vududroit.com

https://www.vududroit.com/2023/01/mise-en-examen-dagnes-b...

yellow.jpg

GAFAM

Twitter Files : Comment la plateforme a caché des opérations d’influence de l’armée américaine

Les récents « fichiers » publiés par Elon Musk, nouveau PDG du géant des réseaux sociaux, révèlent l’existence de deux poids, deux mesures dans la dénonciation des programmes secrets soutenus par le gouvernement.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/twitter-files-comment-la-platef...

Twitter a aidé le Pentagone à mener sa campagne secrète de propagande en ligne

Des documents internes CENTCOM montre la white-list des comptes Twitter qui ont été utilisés pour alimenter leur campagne d’influence à l’étranger.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/twitter-a-aide-le-pentagone-a-m...

GÉOPOLITIQUE

Risques pour l'intégration eurasienne

Le sommet informel des chefs d'État de la CEI à Saint-Pétersbourg les 26 et 27 décembre 2022 a démontré la volonté de tous les participants de coopérer et d'interagir sur un large éventail de questions. Les discours de nombreux présidents ont inspiré de l'optimisme quant au développement d'initiatives communes telles que l'OTSC et l'EAEU. En même temps, ces dernières années, et surtout depuis le début de l'opération spéciale en Ukraine, il y a eu des actions de la part des partenaires qui peuvent pour le moins être qualifiées d'attentistes. Parfois, comme dans le cas du Premier ministre arménien, il y avait un chantage pur et simple.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2023/01/20/r...

104413020-RTX2QUYK.jpg

Le Kurdistan, des Grands Boulevards à l’Orient

Les Kurdes sont revenus sous les feux de l’actualité à la suite des attaques de Paris. Mais la question kurde existe depuis bien longtemps et ne trouve pas encore de solution. Une guerre sans fin qui déstabilise le nord du Moyen-Orient. Entretien avec Tigrane Yegavian

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/le-kurdistan-des-grands-bou...

IMMIGRATION

La hausse de l’immigration clandestine en Europe continue en 2022

Les premières statistiques sur l’immigration clandestine en Europe en 2022 viennent d’être publiées. Elles confirment la tendance observée depuis 2020 à l’augmentation continue des flux à destination des pays de l’Union européenne. La réponse tant de Frontex, des pays d’Europe de l’ouest que de la Commission européenne n’apparait absolument pas à la hauteur de ce phénomène qui prend une ampleur considérable. L’arrivée au gouvernement de nouvelles coalitions en Suède et en Italie amorce un changement de cap dans la politique migratoire de ces pays, qui se traduit déjà par une lutte accrue contre l’immigration clandestine.

polemia.com/

https://www.polemia.com/la-hausse-de-limmigration-clandes...

Italie. Arrivées de clandestins en forte hausse depuis début 2023 : où sont les promesses de Giorgia Meloni ?

Le nombre de clandestins débarqués sur les côtes en Italie est en forte hausse depuis le début de l’année 2023 par rapport aux années précédentes. De quoi remettre encore un peu plus en cause les promesses électorales de Giorgia Meloni et de ses alliés.

breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2023/01/23/214086/italie-melo...

1c665332962d32b08f4e821af08dc355.jpg

Canada : Amira Elghawaby, nommée par Justin Trudeau, première représentante spéciale du Canada chargée de la lutte contre l’islamophobie

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé le 27 janvier la nomination d’Amira Elghawaby à titre de première représentante spéciale du Canada chargée de la lutte contre l’islamophobie. Mme Elghawaby est une journaliste primée et une militante des droits de la personne. Membre fondatrice du conseil d’administration du Réseau canadien anti-haine et ancienne membre du conseil d’administration du Silk Road Institute, elle a mené une longue carrière en appuyant des initiatives visant à contrer la haine et à promouvoir l’inclusion.

fdesouche.com

https://www.fdesouche.com/2023/01/27/canada-amira-elghawa...

FjN9xfYXEAEuQGG.jpg

LECTURE

Titre :

Pages russes, de Robert Steuckers. Les éditions du Lore, 396 p. 2022.

Auteur :

Robert Steuckers est notamment le cocréateur de Synergies européennes, où il défend les thèses d’un continentalisme anticapitaliste paneuropéen. Interprète, militant identitaire, polyglotte, cet intellectuel de grande culture, hyper actif spécialiste de géopolitique et des pays est-européens, est un homme parfaitement intégré dans la vie politique occidentale, grâce à sa maîtrise de nombreuses langues européennes. Il a publié plusieurs ouvrages et a participé à quantité de colloques sur notre continent.

4e de couverture :

« Par un foisonnement hétéroclite, ce nouveau recueil de Robert Steuckers fera sans nul doute autorité en ce qui concerne la question russe au sens large. Fondements du nationalisme russe, germanophobie et anglophobie dans le débat russe du début du siècle, origines de l’Europe soviétique, généalogie des droites russes, enjeux géopolitiques passés et présents, fonts du Donbass et de Syrie sont, entre autres, les thématiques abordées. Robert Steuckers met également à l’honneur de grandes figures telles Soljénitsyne, Rozanov, Tioutchev, Kopelev ou encore Douguine et Parvulesco. Cette lecture voulue didactique par l’auteur permettra à chacun de mieux comprendre la trame du monde actuel où la Russie se trouve sur le devant de la scène. »

Extraits :

« Le filon slavophile et la critique dostoïevskienne implicite (qui avait fasciné Nietzsche), l’anti-occidentalisme religieux et orthodoxe de Léontiev couplée à l’idéologie eurasiste, corrigée par Douguine à la lumière de la théorie du ‘’grand espace’’ chez Carl Schmitt, ont réinvesti le champ théorique et idéologique dans la Russie d’aujourd’hui, se sont greffés sur les suggestions de l’arabisant Primakov, pur produit des écoles soviétiques, et dans la ‘’tête de Vladimir Poutine’’. Idéologiquement, la Russie est redevenue en quelque sorte ce qu’elle avait été avant 1917, et ce, en dépit de la parenthèse bolchévique de son histoire récente, le bouclier d’un conservatisme solide, cette fois non timoré et non réactionnaire, non rigide et non passéiste, dans le monde de ces trois premières décennies du XXIe siècle. Les vœux d’Alexandre Soljénitsyne semblent s’accomplir, l’œuvre d’un Stolypine reprend vigueur à près d’un siècle d’intervalle. »

« La propagande anti-russe d’hier et d’aujourd’hui participe de la stratégie immixtionniste et internationaliste mise en œuvre à Londres hier, à Washington depuis la présidence de Teddy Roosevelt et du système wilsonien ; elle a eu pour résultat de torpiller toutes les œuvres d’unification continentale et de faire, à terme, de l’Europe un nain politique, en dépit de son gigantisme économique. L’historiographie dominante fait donc de la Russie un croquemitaine et cette historiographie est dictée aux agences médiatiques, à la presse internationale, par des officines basées à Londres ou à Washington. Il s’agit désormais, dans des espaces de liberté comme le nôtre, de contrer les poncifs toujours récurrents de cette propagande et de se référer à une autre interprétation de l’histoire, à une historiographie alternative, différente aussi de l’historiographie soviétique/communiste (liée à l’historiographie anglo-saxonne pour les évènements de la Seconde Guerre mondiale). »

8a6002a1e0e142dae777f3dd26ca9d08.jpg

« La rhétorique des ‘’droits de l’homme’’ rend impossible l’exercice de la diplomatie classique ; les dissensus internes, qu’elle exploite via les médias et les agences qui les informent, ne trouvent plus aucune solution équilibrée, s’en trouvent pérennisés, inaugurant de la sorte des cycles de ‘’guerres longues’’ ; les ‘’droits de l’homme’’, contrairement aux apparences, n’ont pas été hissés au rang d’idéologie dominante pour faire triompher sur la planère entière un humanisme de bon aloi, mais pour amorcer un processus infini de guerres, de révolutions et de troubles. »

« L’affirmation des valeurs populaires et solidaires implique automatiquement de désigner leurs ennemis, selon la formule de Carl Schmitt. Identifions-en trois aujourd’hui : 1) les médias formatés par le soft power américain ; 2) l’idéologie néo-libérale, nouvel universalisme araseur des spécificités populaires et des politiques sociales, permettant le renouveau des élites (au sens où l’entendait Gaetano Mosca et Vilfredo Pareto) ; 3) l’idéologie festive qui noie les peuples dans l’impolitisme. »

« Si les paysans libres de l’Ukraine et/ou de la ‘’Nouvelle Russie’’ avaient tout perdu lors de la kolkhozisation stalinienne, ils n’ont pas récupéré grand-chose depuis l’indépendance du pays en 1991 : trois entreprises américaines (Cargill, Monsanto et Dupont) possèdent désormais plus de 40 % des terres sur le territoire de l’Ukraine. »

« L’Empire ottoman considérait la maîtrise des Balkans comme une étape en vue de conquérir l’Europe entière, à commencer par la ‘’Pomme d’Or’’, Vienne, que ses armées assiègeront deux fois, en 1529 et en 1683. En vain. Le sursaut, in extremis, a été chaque fois admirable et nous ne sommes pas devenus turcs. L’objectif ottoman était de remonter le Danube, de Belgrade à Budapest et de Budapest à Vienne, puis, sans doute, de Vienne à Linz et au cœur de la Bavière pour faire tomber l’ensemble de l’Europe dans son escarcelle. Aujourd’hui les États-Unis installent leur principale base militaire sur le site même de la victoire ottomane en 1389, soit au Kosovo, à partir duquel les Turcs avaient commencé leur conquête de l’Europe. »

« Toutes ces interventions en Eurasie de l’hyperpuissance d’Outre-Atlantique correspondent parfaitement à la définition que donnait Carl Schmitt de l’inacceptable ingérence des thalassocraties dans les affaires intérieures des puissances continentales ou littorales. Face à ces interventions/agressions, car ce sont bel et bien des agressions à l’ère des ‘’guerres cognitives’’ ou des ‘’guerres électroniques’’, il importe de dénoncer clairement et définitivement les alliances militaires telles l’OTAN qui nous lient encore à l’Amérique, de se rapprocher de la Russie, de créer des pôles de production militaro-industriels communs, de lutter sans aucun compromis contre les terrorismes locaux fabriqués à partir de forces tribales excitées par les services spéciaux américains (mafieux albanais, tchéchènes, etc.). »

MONDIALISME/TERRORISME

La galaxie médiatique de Soros passée au crible

L’année 2023 commence fort en termes d’actualité sorosienne. L’homme d’affaires américain George Soros, à la tête d’un empire financier qu’il met au service de projets d’influence politique, vient en effet de faire l’objet d’un rapport en trois parties rendu aux États-Unis par l’institut MRC et écornant encore une fois sérieusement son image de simple philanthrope désintéressé.

ojim.fr

https://www.ojim.fr/medias-soros-rapport-mrc/?utm_source=...

OTAN

Erdogan, la Suède et la Grèce

L’attitude d’Ankara est désormais claire. Après des mois de discussions entre la Turquie, la Suède et la Finlande, le président Erdogan vient d’annoncer qu’il ne soutiendra pas la candidature suédoise à l’OTAN. Etant donné que chaque postulant doit être accepté par les 30 membres de l’alliance à l’unanimité, ce véto turc ferme-t-il définitivement la porte à la Suède ? Selon les analystes, on se trouve devant une situation complexe où se mêlent des questions géopolitiques et des facteurs liés aux élections annoncées pour le 14 mai où se jouera l’avenir d’Erdogan, au pouvoir depuis 20 ans mais en proie à de sérieuses difficultés internes dans un pays où l’inflation annuelle a atteint 85 % en octobre 2022.

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/erdogan-la-suede-et-la-...

RÉFLEXIONS

Emmanuel Todd : Crise de la société occidentale et guerre en Ukraine

Emmanuel Todd était notre invité le 9 décembre 2022 à Sciences Po Bordeaux pour s'exprimer pour la première fois sur la guerre en Ukraine et plus largement sur la crise de la société occidentale. Une conférence qui fut plus qu'enrichissante et que nous avons le plaisir de partager avec vous ! Même Sciences Po se met à réfléchir sur la réalité et non sur la doxa ! (Vidéo)

youtube.com

https://www.youtube.com/watch?v=mCVsoYjihdE&t=15s

RUSSIE

Bulletin 118. Offensive russe, Tank pour tous, Russie vs OTAN. 26.01.2023

Au sommaire de ce nouveau numéro : Legrand quitte la Russie ; mobilisation forcée en Ukraine ; corruption généralisée en Ukraine ; nouvelles armes et rideau de fer ; SOS déroute ukrainienne ; armée russe vs OTAN ; des armes magiques pour Zelenski ; cartes des opérations militaires

odysee.com

https://odysee.com/@STRATPOL:d/118y:f

Les conditions de notre victoire, par Alexandre Douguine

Note du traducteur : Dans ce texte, qui a valeur de manifeste, Alexandre Douguine propose les mesures qui permettront de sortir la Russie de certaines impasses en lesquelles elle se trouve encore, en dépit de vingt ans de gestion poutinienne. Ces axes de réflexion valent également pour les pays d'Europe occidentale et centrale, Ukraine comprise. A chacun d'entre nous, en chacun de nos pays, d'adapter ces consignes à nos réalités nationales ou transrégionales (Euro-Regio, SarLorLux, Benelux, etc.).

euro--synergies-hautetfort-com

https://euro--synergies-hautetfort-com.translate.goog/arc...

Loukachenko : le grand retour de Mark Ames en géopolitique

La petite entreprise de notre ami et mentor en journalisme Mark Ames, ex-rédacteur-en-chef du défunt magazine eXile, s’appelle aujourd’hui Radio War Nerd. Réservée aux abonnés, elle ne connaît pas la crise ! Il a bien voulu nous autoriser à publier de larges extraits de son dernier article sur un sujet d’actualités : la Biélorussie.

antifixion.blogspot.com

https://antifixion.blogspot.com/2023/01/loukachenko-le-gr...

SANTÉ

Vaccins Covid : Cleveland Clinic et évaluation de l’efficacité des rappels

Le but de cette étude était d’ « évaluer si le vaccin bivalent contre le COVID-19 protège contre le COVID-19 ». Pour cela, la Cleveland Clinic a donc évalué l’efficacité du dernier vaccin bivalent en suivant tous ses soignants, relevant les contaminations en fonction du statut vaccinal. Le résumé des résultats tient dans une phrase de la publication et un tableau : « Plus le nombre de vaccins reçus précédemment était élevé, plus le risque de contracter le COVID-19 était élevé ».

covid-factuel.fr

https://www.covid-factuel.fr/2023/01/22/vaccins-covid-cle...

UKRAINE

Guerre russo-ukrainienne : la pompe à sang mondiale

Depuis la décision surprise de la Russie de se retirer volontairement de la rive ouest de Kherson au cours de la première semaine de novembre, il n’y a guère eu de changements spectaculaires sur les lignes de front en Ukraine. Cela reflète en partie la météo prévisible de la fin de l’automne en Europe de l’Est, qui laisse les champs de bataille gorgés d’eau et obstrués par la boue et entrave considérablement la mobilité. Pendant des centaines d’années, novembre a été un mauvais mois pour tenter de déplacer des armées sur une distance significative, et comme une horloge, nous avons commencé à voir des vidéos de véhicules bloqués dans la boue en Ukraine. Cependant, le retour de la guerre de position statique reflète également l’effet synergique de l’épuisement croissant des Ukrainiens et de l’engagement des Russes à détruire et à démanteler patiemment les capacités de combat restantes de l’Ukraine. Ils ont trouvé un endroit idéal pour y parvenir dans le Donbass.

lecridespeuples.fr

https://lecridespeuples.fr/2023/01/22/face-a-lavancee-rus...

UNION EUROPÉENNE

Ursula von der Leyen, ou la toute-puissance de la meilleure amie de la supra-élite internationale

L’Union européenne est un cas d’école d’une organisation qui amalgame le pouvoir législatif avec toutes sortes de lobbyistes. Des fortunes sont déversées annuellement dans cette structure supposée représenter les populations. Ce n’est pas par hasard que l’espace qui la représente fut réduit à une réalité de marché, appelée « Marché intérieur ».

lilianeheldkhawam.com

https://lilianeheldkhawam.com/2023/01/23/ursula-von-der-l...

« Pas d’argent » dans le budget de l’UE pour des clôtures frontalières, selon la Commission européenne

La Commission européenne a réitéré, jeudi, son opposition au financement par l’UE de murs ou de clôtures pour lutter contre l’immigration irrégulière, une demande émise par une partie des pays membres, dont l’Autriche encore récemment. « Il n’y a pas d’argent dans le budget de l’UE pour cela. Si nous devions dépenser de l’argent pour des murs ou des clôtures, il n’y aurait pas d’argent pour d’autres choses », a déclaré la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, interrogée à son arrivée à une réunion des ministres de l’Intérieur à Stockholm.

fdesouche.com

https://www.fdesouche.com/2023/01/26/pas-dargent-dans-le-...

samedi, 28 janvier 2023

Des universitaires flamands et néerlandais lancent une ligne d'assistance contre "l'activisme woke"

poster_anti_woke-r1ff7b79589f34968a9431ea7858d6a57_wv3_8byvr_736.jpg

Des universitaires flamands et néerlandais lancent une ligne d'assistance contre "l'activisme woke"

par Wannes Neukermans          

Source: https://palnws.be/2023/01/vlaamse-en-nederlandse-academici-starten-meldpunt-tegen-toegenomen-woke-activisme/

Un groupe d'universitaires flamands et néerlandais lance une ligne d'assistance téléphonique baptisée "Hypatia" afin de dénoncer les incidents liés à cette volonté rabique d'étouffement du réel, typique du mouvement woke. Les fondateurs disent qu'ils traiteront les plaintes concernant "la prolifération de l'activisme woke et de la cancel culture" au sein des universités et des instituts de recherche. "Vous voulez signaler un incident de type woke? Ou vous avez une autre question ou un commentaire? Vous pouvez le faire ici: https://www.hypatia-academia.be/ )", peut-on lire sur leur site web. Entre autres, Mark Elchardus, Matthias Storme et Paul Cliteur font partie des huit membres principaux d'Hypatia.

Les principaux membres d'Hypatia se décrivent comme "un groupe indépendant d'universitaires préoccupés par la menace que représentent l'activisme woke et la cancel culture pour la liberté académique et la liberté d'expression". Ils se disent préoccupés par l'augmentation des critiques à l'égard des déclarations, des opinions et des propos d'universitaires et par les conséquences qui en découlent. Ils font notamment référence à l'incident impliquant les deux employés de l'université d'Anvers (UAntwerp). Les universitaires Astrid Elbers et Leo Neels ont critiqué les actions de leur recteur Herman Van Goethem à l'époque où ces deux employés ont été harcelés et injustement sanctionnés et ont mis en place une pétition pour que les deux hommes retrouvent leurs postes de travail. Maintenant, ils co-parrainent la ligne d'assistance.

Liberté

Pour protéger la liberté académique et la liberté d'expression, les membres fondateurs d'Hypatia veulent "s'efforcer de respecter des critères académiques et donc non idéologiques lors de l'évaluation des dossiers du personnel, des publications scientifiques et des thèses" et "sauvegarder la présomption d'innocence envers les étudiants et le personnel, y compris en cas d'accusations de racisme et de discrimination".

Si la menace qui pèse sur ces libertés peut venir de plusieurs côtés, les universitaires se concentreront principalement sur les menées de type "woke" et sur la "cancel culture". "Dans les pays démocratiques, les universitaires sont parfois intimidés, notamment par le biais des médias sociaux, par les partisans de mouvements extrêmes. Cependant, la cancel culture et la woke attitude sont des menaces qui viennent de l'intérieur même du monde universitaire. En outre, ce sont les menaces les plus sérieuses", raisonnent les universitaires.

im-364565.jpg

Cancel Culture

La "Cancel culture" désigne le phénomène des personnes qui sont boycottées, licenciées... après avoir été critiquées l'espace public - souvent via les médias sociaux. Cela se produit souvent après qu'ils aient exprimé des opinions, des points de vue ou parfois même des faits qui ne sont pas conformes à la "pensée unique" et qui peuvent être considérés comme offensants ou discriminatoires par certaines personnes. Souvent, après une tempête médiatique, les clients, les employeurs ou les annonceurs sont poussés à rompre toute coopération avec la personne en question.

"Woke" est un terme qui désigne le fait d'être conscient de toutes sortes de faux problèmes (tel le racisme, telles la marotte LGBT ou la discrimination imaginaire, tel l'environnement...). Aujourd'hui, il est souvent décrit comme une forme exagérée du politiquement correct et est associé à la cancel culture.

Les huit membres principaux d'Hypatia sont le Dr Astrid Elbers (Université d'Anvers), le prof. ém. dr Leo Neels (Université d'Anvers), le prof. ém. dr Boudewijn Bouckaert (Université de Gand), le prof. ém. dr Paul Cliteur (Université de Leiden), le prof. Dr Matthias Storme (KU Leuven et Universiteit Antwerpen), prof Dimitri Aerden (Vrije Universiteit Brussel), em. prof Mark Elchardus (Vrije Universiteit Brussel) et prof Marc Cools (Universiteit Gent).

vendredi, 27 janvier 2023

Lafontaine met en garde contre la politique américaine: "Les Américains veulent pousser l'Allemagne à la guerre"

6778da76-c825-4f14-bc72-63343f336f97_w948_r1.778_fpx45_fpy26.jpg

Lafontaine met en garde contre la politique américaine: "Les Américains veulent pousser l'Allemagne à la guerre"

Source: https://zuerst.de/2023/01/27/lafontaine-warnt-vor-us-politik-die-amis-wollen-deutschland-vors-rohr-schieben/

Merzig/Berlin. Dans le cadre de la décision du gouvernement allemand de livrer des chars de combat allemands "Leopard" à l'Ukraine, l'ancien président de la SPD et futur fondateur de Die Linke, Oskar Lafontaine, s'est exprimé sur le portail Internet indépendant NachDenkSeiten en lançant un avertissement.

Une nouvelle escalade du conflit ukrainien menace. L'objectif est manifestement d'entraîner l'Allemagne dans une guerre avec la Russie. Lafontaine met notamment en garde contre l'émergence d'un axe Washington-Londres-Varsovie-Kiev, qui déterminerait à l'avenir l'action de l'OTAN - et serait dirigé contre les intérêts de l'Allemagne. "Les Américains veulent pousser les Allemands dans la guerre", écrit Lafontaine.

Il ne faut pas non plus tomber dans une illusion répandue parmi le personnel politique allemand et dans les médias allemands. Le conflit actuel ne concerne pas le bien-être de l'Ukraine. "Quand les va-t-en-guerre de la politique et du journalisme le comprendront-ils ? Depuis des décennies, les Etats-Unis déclarent que l'Ukraine doit devenir leur avant-poste pour dominer le continent eurasien. Et c'est pourquoi les États-Unis arment l'Ukraine depuis des années. Et c'est pourquoi la Rand Corporation écrivait déjà en 2019: 'La livraison d'armes létales à l'Ukraine par les Etats-Unis augmentera le coût en sang et en argent pour la Russie'".

Pour atteindre leurs objectifs géostratégiques, les Etats-Unis ont pris l'habitude, ces dernières années, de laisser les autres se battre à leur place. En Europe, ils veulent désormais impliquer de plus en plus l'Allemagne dans la guerre, selon Lafontaine. La livraison de nouvelles armes rend plus probable l'extension de la guerre à l'Allemagne et à l'Europe. Il faut veiller à ce que les coûts n'augmentent pas de plus en plus pour l'Allemagne (rk).

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Pour lutter contre la corruption: Budapest propose à Bruxelles le système hongrois de déclaration de patrimoine

Icon_LP_19442854.jpg

Pour lutter contre la corruption: Budapest propose à Bruxelles le système hongrois de déclaration de patrimoine

Source: https://zuerst.de/2023/01/27/zur-korruptionsbekaempfung-budapest-schlaegt-bruessel-ungarisches-system-der-vermoegenserklaerung-vor/

Budapest/Bruxelles. Depuis des années, le gouvernement hongrois du Fidesz était confronté à des accusations de corruption de la part de Bruxelles. Depuis le gigantesque scandale de corruption impliquant la vice-présidente du Parlement européen Eva Kaili, les accusations de Bruxelles se sont sensiblement atténuées. En revanche, le gouvernement hongrois se voit désormais conforté dans sa position.

Dans une lettre adressée à la présidente en exercice du Parlement européen, Mme Metsola, et aux présidents des groupes politiques au Parlement européen, le parti hongrois au pouvoir, le Fidesz, a maintenant demandé au Parlement européen d'adopter le système hongrois de déclaration de patrimoine.

Des mesures immédiates et décisives sont nécessaires pour rétablir la confiance du public, souligne Tamás Deutsch, chef de la délégation du Fidesz, dans sa lettre, avertissant que "le Parlement européen est impliqué dans un grave scandale de corruption qui a ébranlé la crédibilité déjà entamée de l'institution et a causé des dommages irréparables à l'image du système institutionnel de l'UE dans son ensemble".

Deutsch souligne à cet égard un détail croustillant: dans le cadre de la procédure d'État de droit en cours contre la Hongrie, Budapest aurait, à l'été 2022, "dans un esprit de coopération loyale et dans le but de mettre fin au litige le plus rapidement possible", modifié le système national de déclaration de patrimoine et "repris mot pour mot" le système de déclaration de patrimoine utilisé par le Parlement européen. Par la suite, la Commission européenne a curieusement déclaré le nouveau système hongrois inacceptable et a demandé à Budapest de revenir au système précédent. Bien entendu, écrit Deutsch, le Parlement hongrois est immédiatement "revenu au système hongrois initial, beaucoup plus strict".

Il est donc proposé que le Parlement européen "introduise le système actuel de déclaration de patrimoine de l'Assemblée nationale hongroise qui, lorsqu'il a été réintroduit, était déjà pleinement conforme aux normes de l'État de droit de la Commission et pourrait donc certainement contribuer à l'éradication de la corruption au Parlement européen", écrit Deutsch en conclusion. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram: https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

jeudi, 26 janvier 2023

Des fous dans une Europe folle

68d0f0ffaa52dfe0ac172b8b0277cceb.jpg

Des fous dans une Europe folle

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2023/01/21/holmolaiset-hullussa-e...

Avez-vous entendu que la Finlande, criblée de dettes, jette seulement quatre cents millions d'euros dans le trou noir ukrainien ? Pas un seul sage de l'économie en Finlande, et encore moins un politicien du pays, ne souffle mot en public sur ce don qui relève de la folie. Une fois de plus, les imbéciles montrent leur stupidité au reste du monde, sans oser émettre ne serait-ce qu'une critique modérée sur la distribution insensée de l'argent public.

Il faut un événement catalyseur pour exposer des choses qui, pour des raisons politiques ou autres, n'ont pas voulu être vues. Comme l'écrit le blogueur américain Z Man, la crise hypothécaire américaine de 2008 est un exemple de quelque chose qui était "caché à la vue de tous". Alors que le système commençait à s'effondrer, une corruption massive a également été découverte et commentée.

De même, le conflit en Ukraine a fait remonter à la surface des choses désagréables qui étaient déjà connues. La guerre hybride contre la Russie et les millions déversés en Ukraine ont révélé que l'Europe n'est pas capable de pensée et d'action indépendantes, mais qu'elle est plutôt "une collection de territoires de l'empire américain mondial, dirigée par des fous provinciaux sans pouvoir réel".

Attirer les Russes dans la guerre n'était pas dans l'intérêt de l'Europe. Ce conflit est clairement mauvais pour les affaires et le niveau de vie en Europe. Les pays européens deviennent non compétitifs en raison des paquets d'aide et autres coûts qui ont été jetés dans le puits sans fond qu'est l'Ukraine. L'Allemagne, le moteur économique de l'Europe, se précipite vers la désindustrialisation.

Si la classe politique européenne était composée d'intellectuels sérieux, elle ne se serait pas pliée aux ordres de Washington, mais aurait conclu des accords avec la Russie avant même que le conflit ukrainien n'atteigne son stade actuel. Au lieu de cela, les euro-politiciens ont menti pendant des années à leurs homologues russes pour donner aux États-Unis et à la Grande-Bretagne le temps d'entraîner et d'armer l'armée ukrainienne pour mener une guerre contre la Russie.

Ce fait même dit quelque chose d'essentiel sur l'impuissance de la classe politique européenne ; tous les politiciens passés et présents ne sont que des laquais de l'empire américain. C'est pourquoi les dirigeants russes ne se soucient plus de discuter avec les dirigeants européens. Cela n'a aucun sens, car les Européens ne décident pas de leurs propres affaires, mais doivent demander la permission aux États-Unis pour y vaquer.

Les politiciens européens, éloignés de la réalité, s'imaginent que l'Europe est un havre de démocratie et de civilisation dans un monde habité par des barbares. Le rêve des fédéralistes bruxellois, l'Union européenne, s'est transformé en cauchemar: cette UE est devenue une zone économique en déclin, une métropole-ghetto pleine d'immigrants, où la population autochtone est contrainte de baisser son niveau de vie et sa sécurité. L'ancienne haute culture européenne est déjà devenue un musée, et à bien des égards, l'état actuel des choses, en matières culturelles, est aussi insipide que celui des États-Unis.

moschtkoepfe-der-lindauer-narren-9de5998f-3fa1-4419-8043-c471c7bce858.jpg

Pendant ce temps, une guerre par procuration avec l'Occident est en train de redéfinir la Russie en tant que nation. Comme le souligne Z Man dans son blog, les deux grandes guerres industrielles du 20ème siècle ont transformé la République américaine en un empire mondial. Mais les guerres peuvent aussi détruire des pays, et c'est ce qui est arrivé à la vieille Europe. Les deux guerres mondiales et la guerre froide ont aspiré le sang de l'Europe et ont transformé l'ensemble du continent en une zone sous domination américaine.

Pour les imbéciles de la Finlande occidentalisée, la vie dans le navire américain semble leur convenir parfaitement. Les informations médiatiques quotidiennes traitent de l'Ukraine d'un point de vue biaisé, en utilisant comme source les résultats d'un groupe de réflexion américain. Ensuite, il y a généralement d'autres nouvelles concernant les États-Unis, et la section sportive est principalement consacrée aux matchs de hockey de la NHL, ou au basket américain.

Nous avons également le coup d'éclat, imité des journaux américains, où on nous vante les "réalisations de Joe Biden le sénile qui sont sans égal". Combien de temps cette adulation de l'Amérique va-t-elle continuer, sans parler du soutien économique et militaire à l'Ukraine ? Certains citoyens attendent la ratification de l'adhésion à l'OTAN, imaginant qu'elle rendra la vie meilleure d'une manière ou d'une autre.

Lorsque les coûts et les réalités de la guerre anti-russe ne pourront plus être cachés, y aura-t-il des politiciens dans la zone euro qui tenteront de sortir leur nation des griffes de Washington ? Ou est-ce déjà trop tard ? Il est inutile de s'attendre à ce que le changement commence par la Finlande, tant la bêtise y règne.

Le pessimisme de Paul Kennedy et la situation actuelle

ipkndex.jpg

Le pessimisme de Paul Kennedy et la situation actuelle

par Pierluigi Fagan 

Source : Pierluigi Fagan & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/tramonti-e-tramontane 

L'historien britannique des grandes puissances, Paul Kennedy, avait publié en 1987 The Rise and Fall of the Great Powers dans lequel, entre autres, il a soutenu que : "La tâche à laquelle les hommes d'État américains seront confrontés au cours des prochaines décennies consistera donc à reconnaître que des tendances générales sont à l'œuvre et qu'il est nécessaire de 'gérer' les affaires de manière à ce que l'érosion relative de la position américaine se fasse lentement et en douceur".

C'est au mieux le point de vue détaché d'un érudit. Si l'on se trouve au sommet du système dominant, il est facile que l'idée de "gérer le déclin" ne soit pas bien accueillie et que l'on soit convaincu qu'il faille l'éviter complètement. Depuis lors, deux lignes de réflexion se sont écartées l'une de l'autre, celle de la réflexion sur l'avenir des États-Unis d'Amérique puis de l'Occident, qui s'est développée en une vaste littérature devenue un genre, le "déclinisme", et la ligne pratique de ce que les échelons supérieurs de la puissance dominante ont fait pour ralentir ou peut-être éviter complètement ce destin.

71cQAXUjN-L.jpg

Peu après l'exploit éditorial de Kennedy qui mettait en garde contre la fragilité de l'équilibre qui devait régner entre le pouvoir économique, militaire, diplomatique et politique international, le mur de Berlin est tombé, l'Union soviétique a implosé et l'Allemagne a été réunifiée, Fukuyama a jubilé en prophétisant un "au-delà de l'histoire". Le GATT a été remplacé par l'OMC et la dernière phase de la mondialisation a commencé, la nouvelle économie a démarré, puis la bourse s'est effondrée, se révélant être une bulle pendant que les grands stratèges pondaient des rapports belliqueux sur un improbable "Nouveau siècle américain". La Chine a rejoint l'OMC, les tours jumelles se sont écroulées; pendant une décennie, les guerres de Yougoslavie ont sévi, les Américains ont commencé à prêter de l'argent pour acheter des maisons à des personnes qui ne pouvaient pas donner de garanties, la nouvelle bulle a éclaté de façon désastreuse, l'État américain a imprimé des dollars à tour de bras, remboursant la dette budgétaire de la banque financière privée, remplaçant la "main invisible". Il y a eu deux guerres civiles en Libye et une série de soulèvements dans le monde arabe prématurément appelés "printemps" et, puisque cette manière d'agir était prometteuse, il y en a eu un aussi en Ukraine, puis a commencé une décennie de crise économico-financière permanente, mais pas pour le secteur financier soutenu à nouveau par la montée artificielle des TIC. Puis sont venus la guerre en Syrie, l'ISIS, l'arrivée d'un cor o navirus qui a fait jusqu'à présent environ 7 millions de morts dans le monde, et l'inquiétude croissante concernant le changement climatique, avec l'idée d'en faire un moteur pour une nouvelle poussée de croissance improbable, alors que chaque année - depuis plus de vingt ans - Oxfam et d'autres publient des rapports sur la montée constante des inégalités entre les très rares super-nantis et tous les autres au sein des sociétés occidentales, tandis que l'écart entre les sociétés mondiales tend à se réduire. Puis les Américains se sont soudainement et précipitamment retirés de la plus longue guerre depuis la Seconde Guerre mondiale en Afghanistan, laissant le pays à ceux qui le dirigeaient auparavant, et heureusement les Russes ont mordu à l'hameçon en franchissant la frontière de l'Ukraine.

Aujourd'hui, les Américains représentent encore 4,5 % de la population mondiale et, grâce à leur puissance multiforme, ils réalisent encore 25 % du PIB mondial. Mais parce qu'ils ont une distribution interne bizarre des richesses, ils ont plus de trente millions de pauvres absolus et quelques centaines de giga-milliardaires.

Suite au mouvement des troupes russes en Ukraine, ils ont ordonné aux Européens de couper leurs approvisionnements en gaz et de mettre un terme à toutes les relations de bon voisinage avec Moscou, les ont invités à augmenter les dépenses militaires de manière disproportionnée et à envoyer tout ce qu'ils possèdent dans leurs arsenaux sur la ligne de front, ils ont d'abord dit que nous nous limiterions aux armes légères, puis ont pensé, aujourd'hui, qu'il fallait envoyer des chars, demain des missiles à longue portée et de l'aviation. Ils maintiennent les Chinois constamment dans l'angoisse de diverses manières, ils ont annoncé que le jeu est maintenant celui qui oppose les "démocraties aux autocraties" en impliquant ainsi d'un seul coup tous les Européens placés en bas de la ligne de commandement après l'Anglosphère, après avoir réformé le traité de domination du voisinage avec le Mexique et le Canada. Ils ont ensuite fait savoir que la mondialisation et le marché libre sont des marchandises désuètes et ils ont donc subventionné leurs productions techno-scientifiques, qui visent à développer les énergies renouvelables et mis un trillion dans l'assiette pour le renouvellement des infrastructures mais uniquement pour les entreprises qui produisent chez eux.

D'abord, ils se sont moqués d'un type très antipathique qui a couiné sans cesse "America First !", puis ils ont mis en pratique son slogan favori. Ce qui ne fait pas partie du rapatriement de la production mondialisée (re-shoring) peut être installé dans un petit État subalterne avec peu de lois et des coûts de main-d'œuvre adéquats: on appelle alors l'opération de "friend-shoring". Ils ont ensuite commencé à démanteler toutes les institutions multilatérales aux facettes trop nombreuses et ont mis la moitié du monde devant le choix "soit avec nous, soit contre nous" en invitant le Japon et l'Allemagne à se réarmer tandis que la machine du soft power se consacrait aux nouvelles merveilles de l'IA et des séries télévisées. Nous attendons que les Russes fragilisés perdent leur avantage militaire dans l'océan Arctique et ouvrent la porte au vent du nord, ce qui, vu la hausse des températures, nous convient parfaitement.

Cela suffira-t-il à retarder ou à inverser la sombre prophétie de Kennedy selon laquelle le déclin du cycle de puissance est inévitable ?

lundi, 23 janvier 2023

Entretien avec Alexander v. Bismarck - "Nous ne pouvons pas lâcher la Russie"

PAZ03_03_Alexander_von_Bismarck_pa_Kopie.jpg

Entretien avec Alexander v. Bismarck

"Nous ne pouvons pas lâcher la Russie"

Source : https://paz.de/artikel/wir-koennen-russland-nicht-einfach-links-liegen-lassen-a8235.html

Pourquoi un homme privé, mais prussien au nom éminent, cherche à dialoguer avec des interlocuteurs russes, surtout en temps de guerre - et ce que la politique allemande actuelle peut apprendre de l'ancien chancelier, virtuose de politique étrangère, Otto v. Bismarck

Propos recueillis par René Nehring

Depuis le début de l'attaque russe contre l'Ukraine, la Russie et l'Occident sont en froid. Des sanctions réciproques ont été imposées et de nombreuses relations ont été interrompues ou réduites au minimum dans presque tous les domaines de la vie publique. C'est dans ce contexte qu'Alexander v. Bismarck, descendant d'une célèbre famille aristocratique de l'Altmark et de Poméranie, a lancé une initiative, le "Dialogue Bismarck", afin d'apporter au moins une petite contribution pour que le travail de compréhension entre l'Est et l'Ouest au cours des trente dernières années n'ait pas été vain.

Monsieur v. Bismarck, qui votre dialogue veut-il rassembler ?

C'est toujours un problème lorsque des individus, des familles entières ou même des nations se divisent durablement en cas de conflit. Je pense que dans de telles situations, et notamment lorsqu'il s'agit d'intérêts fondamentalement opposés, voire d'une guerre, il est indispensable de continuer à dialoguer. Si l'on ne veut pas se battre indéfiniment, il faut se parler, garder des canaux de discussion ouverts et chercher à échanger avec ceux qui le souhaitent également.

J'ai beaucoup de connaissances et d'amis en Russie et j'ai constaté ces derniers mois qu'il est possible de parler ouvertement avec eux, même en temps de guerre, même si nous ne sommes pas d'accord sur tout. Je pense qu'il est important de maintenir cet échange et de l'élargir. C'est pourquoi j'ai créé le "Dialogue Bismarck".

Concrètement, à qui s'adresse le dialogue ? La plupart des canaux de discussion avec la Russie, comme le Dialogue de Saint-Pétersbourg et le Forum germano-russe - ou encore les partenariats de politique communale, comme celui de la Landsmannschaft Ostpreußen avec des collectivités territoriales russes - sont en grande partie à l'arrêt.

Les forums plus ou moins officiels comme le Dialogue de Saint-Pétersbourg posent problème, dans des périodes comme celle-ci, parce qu'ils sont trop étroitement liés à la politique. Ce qui peut être un avantage en temps de paix, car cela donne plus de poids aux événements, devient un problème en cas de guerre et de sanctions, car on ne peut pas s'affranchir des constellations politiques.

Je veux créer un lieu de rassemblement privé pour les Russes et les Allemands qui cherchent également à se parler, et les mettre en contact. Après tout, nous parlons ici de deux peuples qui se sont entendus pacifiquement dans la plupart des phases de leur histoire, mais qui se sont infligés des crimes terribles au 20ème siècle et qui viennent tout juste de se retrouver péniblement après 1991. J'essaie de réunir des personnes des deux pays qui se sentent concernées par les relations entre nos deux nations.

Cela se fait actuellement dans le cadre de petites tables rondes, la première chez moi, dans mon domaine de Döbbelin, la seconde à Moscou avec des représentants russes du Dialogue de Saint-Pétersbourg, mais à un niveau tout à fait élevé. Les participants étaient des politologues et des historiens, des hommes d'affaires et des représentants d'associations, des journalistes et des conseillers politiques ainsi que des membres d'organisations de la société civile.

Quelles ont été les réactions ?

Extrêmement positives. J'ai par exemple été surpris par le nombre de professeurs d'université ou d'officiers de l'armée allemande intéressés par un tel échange, et qui ne souhaitent pas seulement s'informer par le biais des médias, mais aussi se rencontrer personnellement. Je suis étonné de voir combien de personnalités de haut niveau, rien que du côté allemand, veulent continuer à entretenir de bons contacts avec la Russie.

Et quelles ont été vos expériences en Russie ?

Je me suis rendu deux fois à Moscou à la fin de l'année dernière et j'ai parlé à de nombreuses personnes de tous horizons: des étudiants, des médecins d'un hôpital pour enfants atteints de cancer, des personnes du monde artistique et des hommes d'affaires. Partout, il y a un intérêt incroyable à maintenir le contact avec l'Allemagne. Malheureusement, les autorités allemandes empêchent cela et interdisent même aux institutions partenaires locales de le faire. Dans le cas de l'hôpital pour enfants cancéreux, il s'agit du ministère de la Recherche, et pour les musées, de la ministre de la Culture. Ces contacts n'ont rien à voir avec le conflit militaire en Ukraine, il s'agit de partenariats civils et humanitaires qui ne soutiennent en rien la guerre en Ukraine, c'est pourquoi je pense qu'ils devraient être encouragés plutôt qu'interdits.

Lors du dialogue officiel de Saint-Pétersbourg à Moscou, que les Russes continuent d'organiser et qu'ils ne veulent pas voir s'effondrer, j'étais le seul Allemand à y assister personnellement. J'y ai demandé très clairement: "Puis-je parler ouvertement ici ?" et j'ai été expressément encouragé à le faire. Et j'ai remarqué qu'il était tout à fait possible de trouver des dénominateurs communs, aussi bien lors de la conférence officielle que lors des entretiens personnels qui ont suivi.

Avez-vous également rencontré des représentants du niveau politique?

Bien sûr, j'ai eu des contacts avec des acteurs politiques, par exemple avec la commissaire russe aux droits de l'homme, Tatiana Moskalkova. Nous avons notamment parlé de l'échange de prisonniers entre l'Ukraine et la Russie.

En tant que personne privée, je n'avais bien sûr pas de mandat pour parler des questions de guerre et de paix. Mais je pouvais faire des suggestions sur les relations interpersonnelles. J'ai notamment suggéré que les Russes pourraient unilatéralement supprimer l'obligation de visa pour les Allemands se rendant en Russie, afin que les gens puissent se rencontrer. C'est ce qui s'est passé lors de la Coupe du monde de football 2018, où chaque supporter pouvait se rendre en Russie avec un billet sans visa.

Comment les Russes interprètent-ils la situation actuelle, en particulier la guerre en Ukraine ?

Je pense qu'il est difficile de discuter de conflits militaires entre deux pays au niveau privé. Que se passe-t-il si les deux parties ont des opinions différentes à ce sujet ? Dois-je attendre que les Russes renoncent à leur propre leadership pour en parler avec eux ? Le dialogue ne fonctionne pas ainsi, surtout en temps de guerre.

Mais on peut bien sûr parler de la contribution que chacun peut apporter pour mettre fin le plus rapidement possible à cette situation inextricable. On peut parler de la manière dont la confiance peut être rétablie entre les nations. Dans ce sens, je trouve d'ailleurs bien qu'Olaf Scholz continue à téléphoner à Vladimir Poutine malgré toutes ses brouilles avec lui. Chaque mot d'échange, aussi petit soit-il, peut être une contribution à la désescalade.

~otto-von-bismarck_03945811_detail.jpg

Le Dialogue de Bismarck est-il exclusivement conçu pour les relations entre Russes et Allemands - ou doit-il également inclure des représentants d'autres nations ? Les Polonais, les Baltes et les autres reprochent souvent aux Russes et aux Allemands de ne pas tenir compte de leurs points de vue et de leurs intérêts.

C'est vrai. Toutefois, la situation s'est largement inversée à cet égard, en particulier au niveau politique, de sorte que la perspective russe n'est plus guère prise en compte chez nous, alors que celle des autres pays domine. C'est pourquoi notre dialogue met l'accent sur les relations entre la Russie et l'Allemagne.

Otto v. Bismarck a dit un jour: "Si la Russie et l'Allemagne sont amies, l'Europe se porte bien". Je pense que c'est toujours vrai et que de bonnes relations germano-russes profitent également à tous les autres pays européens. Que cela nous plaise ou non, nous ne pouvons pas lâcher la Russie. C'est le plus grand pays du monde - et il le restera après la guerre en Ukraine, quelle qu'en soit l'issue.

Vous venez de mentionner l'ancien chancelier, qui a non seulement fondé l'Empire allemand, mais aussi, auparavant, le ministère des Affaires étrangères. Malgré l'importance de ce dernier, l'actuelle ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock a récemment fait effacer le nom d'Otto v. Bismarck de son ministère en renommant une salle qui lui était consacrée et en y décrochant son portrait. Qu'est-ce qui émeut quelqu'un comme vous, qui est lui-même actif en politique étrangère à titre privé et qui porte le même nom, lorsqu'il entend cela ?

Je pense que la décision de Mme Baerbock est historiquement et politiquement imprudente. Et je pense qu'elle se fonde davantage sur des motivations morales que sur des connaissances analytiques. Il faut évaluer chaque personnalité en fonction de son époque. Un homme politique sous un empire n'agit pas de la même manière que dans une démocratie. En outre, l'ère Bismarck n'a pas seulement créé les bases étatiques de l'Allemagne actuelle, mais a également posé de nombreux fondements sociaux, comme par exemple le système social avec les caisses d'assurance maladie et la retraite.

L'actuelle ministre des Affaires étrangères pourrait également s'inspirer de son prédécesseur. Par exemple, l'orientation de la politique étrangère en fonction d'intérêts concrets, dont font également partie les intérêts d'autres puissances. C'est pourquoi il est incompréhensible pour notre famille et pour moi que le nom d'Otto v. Bismarck ait été effacé d'une institution comme le ministère des Affaires étrangères.

Que nous apprend ce changement de nom sur la politique étrangère allemande d'aujourd'hui ?

Je ne peux pas évaluer le travail de Mme Baerbock, car je ne la connais que par les médias et je n'assiste pas à ses interventions en tant que ministre. Je trouve cependant que certaines de ses démarches ne sont pas habiles pour une diplomate. Otto v. Bismarck n'aurait probablement jamais attaqué personnellement les représentants d'un autre Etat, comme Mme Baerbock l'a fait à plusieurs reprises en visant la Russie. Il se serait également abstenu de faire la leçon à la Chine. Ces deux pays font partie de nos principaux partenaires commerciaux, nous ne pouvons pas les traiter constamment de haut.

Nous vivons dans un monde global, et je pense qu'il faut encore plus de compréhension pour la diversité de ce monde qu'à l'époque de Bismarck.

Otto v. Bismarck n'était pas seulement député et Premier ministre prussien, ministre des Affaires étrangères et chancelier, mais aussi ambassadeur à Saint-Pétersbourg et à Paris. Est-ce que cela manque à la politique étrangère d'aujourd'hui, la proximité personnelle et la connaissance d'autres pays qui ont une influence sur la propre politique ?

Tout à fait. Bien sûr, un responsable de la politique étrangère ne peut pas avoir visité tous les pays du monde avant de devenir ministre. Mais c'est justement lorsque l'on porte des jugements graves sur un pays que l'on doit le connaître personnellement. Cela vaut d'ailleurs aussi pour les journalistes. Je vois beaucoup trop de commentaires négatifs dans lesquels il apparaît rapidement que la personne qui commente n'a jamais été dans le pays qu'elle critique. Lorsque l'on connaît personnellement un pays et ses habitants, on porte toujours un jugement différent. L'objectif du Dialogue Bismarck est de vous aider à le faire en ce qui concerne la Russie.

- Alexander v. Bismarck est directeur général de von Bismarck Handels GmbH.

www.bismarck-doebbelin.de

Cet article est tiré de l'actuel PAZ. Si vous souhaitez découvrir le journal de plus près, vous pouvez souscrire un abonnement d'essai de 4 semaines ici: https://paz.de/abo/probe-abo.html.

Guerre totale contre la Russie et risque de "donner" l'Asie à la Chine

3da743e11b42f91982bd1e754dcc5bcf.jpg

Guerre totale contre la Russie et risque de "donner" l'Asie à la Chine

Leonardo Giordano

Source: https://www.barbadillo.it/107728-la-guerra-a-oltranza-alla-russia-e-il-rischio-di-regalare-lasia-alla-cina/

Risque géopolitique

Un article de Carlo Pelanda dans 'La Verità' du dimanche 15 janvier nous apprend que quelque chose est en train de changer dans les cercles des 'analystes' pro-occidentaux et atlantistes concernant la guerre entre la Russie et l'Ukraine. Dans un article en première page, le journal titrait littéralement: "Pire que la victoire de Poutine, une Russie aux mains des Chinois". À l'intérieur, l'article occupait une page entière et titrait de manière encore plus précise: "Pour freiner la montée en puissance de la Chine, l'Occident ne peut se passer de la Russie".

carlo-pelanda.jpg

La thèse de base de Pelanda (photo) est la suivante: dans les groupes de réflexion occidentaux qui ont promu l'aide à l'Ukraine dans la guerre contre la Russie, on craint de plus en plus que le danger chinois se renforcera en l'absence d'une Russie alliée pour aider à contenir d'une manière ou d'une autre l'expansionnisme chinois en Asie et en Afrique. L'analyste de "La Verità" déclare textuellement : "[...] la Russie ne sera jamais en mesure de remplacer la domination de l'empire des démocraties sur la planète, mais la Chine pourrait facilement le faire si elle obtenait une forte influence sur Moscou et l'Asie centrale ; il n'est donc pas intelligent de laisser la Russie aux mains des Chinois".

Si, en revanche, l'analyse et le diagnostic de la situation, bien qu'un peu tardifs, sont marqués par un solide réalisme, la proposition, ou l'hypothèse de solution, laisse cependant à désirer. En fait, elle postule la nécessité d'accélérer le processus de déstabilisation interne de la Russie afin que celle-ci, ainsi que le futur scénario politique qui devrait initier les pourparlers de paix, soit libérée de la présence encombrante de Poutine.

Cette hypothèse est prudemment considérée comme "réaliste" en raison de certains signes que Pelanda semble déceler dans cette direction: "Dans cette hypothèse, il pourrait y avoir un glissement partant de la guerre d'Ukraine pour aboutir à un conflit civil interne en Russie. Indice: les services secrets danois ont publié, il y a environ un mois, une déclaration qui se prête à de multiples interprétations: les excès guerriers de Poutine sont dus à l'effet de médicaments anticancéreux. Une interprétation est qu'il s'agit d'un signal des élites russes: seuls Poutine et une vingtaine de ses loyalistes sont à blâmer, le reste peut être déclaré innocent et ne pas faire l'objet d'un Nuremberg international mais éventuellement être traité de manière sélective par la justice domestique russe post-Poutine".

Ce n'était pas le cas avec Hitler, mais ce n'était pas non plus le cas avec Milosevic et Saddam Hussein. S'il n'y avait pas eu leur défaite militaire, la situation aurait difficilement pu être résolue "en interne" et, aujourd'hui, il n'y a pas non plus de réelles conditions sur le terrain pour conclure à une inéluctable défaite russe, même si le conflit dure beaucoup plus longtemps que ce que l'autocrate russe et son état-major avaient prévu. Pour vaincre militairement la Russie, il faudrait une intervention directe de l'OTAN, ce qui serait en réalité le prélude à la déflagration d'un conflit mondial.

Même s'il était possible de parvenir à une solution du type de celle imaginée et espérée par Pelanda, avec un coup d'État anti-Poutine, il resterait sur l'échiquier des questions clés non résolues qui rendraient la situation internationale toujours très instable et susceptible de voir émerger un casus belli et, partant, d'autres interventions militaires: l'aspiration atavique de la Russie à avoir une connexion plus directe avec la Méditerranée par le biais de ses ports sur la mer Noire (c'est la question de la Crimée), les relations et les échanges économiques avec l'Europe qui ont toujours existé et ont souvent servi à "calmer" les revendications anglo-américaines sur les économies européennes.

cover-mattei.jpg.rend.500.700.jpg

Pour rester chez nous, en Italie, depuis Francesco Saverio Nitti, il y a eu des relations et des échanges économiques avec la Russie, mis en œuvre pendant le fascisme, qui représentait idéologiquement une opposition résolue au communisme soviétique comme on peut aisément l'imaginer. Ces relations sont reprises sur le thème du pétrole et de l'énergie par Enrico Mattei (photo) à la fin des années 50 et lorsque, le 11 mai 1962, le sous-secrétaire d'État américain George Ball lui reproche ces "relations dangereuses", ce responsable politique de la région des Marches répond que d'autres entreprises n'appartenant pas au groupe ENI et provenant d'autres pays européens ont également tissé des relations économiques avec l'URSS et que même les usines Esso en Italie raffinent le pétrole soviétique qui sert à approvisionner la Sixième flotte de la marine américaine.

Historiquement, pour le meilleur ou pour le pire, la Russie a toujours "interagi" avec les différentes puissances européennes en participant à leurs conflits puis aux négociations de paix qui s'ensuivirent; l'exemple le plus frappant étant ce qui s'est passé avec la fin de Napoléon Bonaparte et le Congrès de Vienne qui a suivi sa défaite. Les États-Unis ont peut-être pensé identifier la défaite du communisme soviétique comme une défaite définitive de la Russie, ce qui avait dès lors pour suite que les Russes devaient revoir à la baisse leurs aspirations et leur dynamique géopolitiques pluriséculaires. Cette affirmation relève d'une posture profondément irréaliste et "utopique". De manière plus réaliste, nous aurions dû penser que, tout comme les diverses puissances européennes qui s'étaient affrontées jusqu'à la Seconde Guerre mondiale ont en quelque sorte reconstruit un tissu de relations pacifiques et "à faible tension conflictuelle" dans la période qui a suivi ce conflit, il aurait dû en être de même avec la Russie. Le communisme a rendu cela impossible jusqu'en 1989, mais il aurait alors fallu entamer et poursuivre ce processus sans relâche, au lieu de faire semblant d'arriver à la frontière russo-ukrainienne avec des missiles de l'OTAN, après l'avoir déjà fait en Pologne et dans d'autres pays d'Europe de l'Est.

dimanche, 22 janvier 2023

Présentation de Multipolarité au XXIème siècle et de L'Europe, la multipolarité et le système international

ad325697f9ffd33ebbd2b47a6ed12c88.jpg

Présentation de Multipolarité au XXIème siècle et de L'Europe, la multipolarité et le système international

Age planétaire et nouvel ordre mondial

par Irnerio Seminatore

INSTITUT ROYAL D'ETUDES STRATEGIQUES de RABAT

8 Décembre 2022

TABLE DES MATIERES

Une vue d'ensemble

Alliance Anti-Hegemonique et nouveau Rimland

Crise de l'atlantisme et transition du système

Les issues du conflit ukrainien

L'hégémonie et le remodelage du système

Stabilité et sécurité. Alternance Hégémonique ou alternative systémique ?

Le conflits USA-Russie et la rupture de la continuité géopolitique Europe-Asie

Encerclement, politique des alliances et leçons de la crise

***

Une vue d'ensemble

L'ambition de ces deux publications sur la multipolarité, le tome 1 au titre La Multipolarité au XXIème siècle et le tome 2: L'Europe, la Multipolarité et le Système international. Age planétaire et nouvel ordre mondial, a été d'avoir essayé de dresser une vue d'ensemble sur la politique mondiale à l'époque où nous vivons.

Et cela, sous l'angle d'une pluralité de structures de souverainetés et donc d'équilibre des forces, mais également et surtout de l'antagonisme historique entre puissances hégémoniques et puissances montantes et donc d'un certain ordre politique et moral. On y repère ainsi les deux aspects principaux de tout narratif historique, l'acteur et le système, qui se projettent sur la toile de fond de l'action historique.

La-multipolarite-au-XXIe-siecle.jpg

L'acteur, ou la figure de l'Hégémon, y apparaît comme le signifiant universel d'une époque et le système, comme englobant général de tous les antagonismes et de toutes les rivalités, en est le décor.

Ces deux ouvrages couvrent la transition qui va de la fin du système bipolaire à l'unipolarisme américain qui lui a succédé, puis au multipolarisme actuel, en voie de reconfiguration.

Parmi les changements des structures de pouvoir et des ordres internationaux, trois thèmes constituent le fil conducteur de l'antagonisme qui secoue le système, des débats qui animent ses rivalités et ses conflits et, comme tels, l'axe directeur de mes deux ouvrages

- la triade des puissances établies, qui se disputent l'hégémonie de la scène planétaire (Etats-Unis, Russie et Chine), scène devenue durablement instable;

- l'environnement stratégique mondial, comme cadre historique, cumulant les trois dimensions de l’action, d’influence, de subversion ou de contrainte;

- l'Europe, comme acteur géopolitique inachevé et à autonomie incomplète.

Dans ce contexte, l’interprétation des stratégies de politique étrangère prises en considération, obéit aux critères, jadis dominants de la Realpolitik, remis à l’ordre du jour par le World Politics anglo-saxon.

L'option réaliste en politique internationale est adoptée non pas pour garantir l'idéal de la puissance ou de l'Etat-puissance, comme au XIXème siècle, ou encore pour justifier la matrice classique de la discipline, l'anarchie internationale, à la manière de R. Niebuhr, mais pour comprendre les mutations des idées et des rapports de forces, intervenues dans la politique mondiale depuis 1945.

C'est uniquement par l'approche systémique et par conséquent par une vue générale et exhaustive, que l'on peut saisir les conditions idéologiques et structurelles de la remise en cause de la souveraineté des Etats et des Nations et l'apparition d'un univers d'unités politiques interdépendantes et toutefois subalternes à une hégémonie impériale dominante.

Ainsi l'ensemble des essais ici réunis, prétend conférer à ces deux tomes un statut d'éclairage conceptuel pour la compréhension de l'évolution globale de notre conjoncture et pour l'analyse du "Grand Jeu" entre pôles de puissances établies, défiant la stabilité antérieure.

9782296069282-475x500-1.jpg

Alliance Anti-Hégémonique et nouveau Rimland

Sont mises en exergue, dès lors :

l'alliance anti-hégémonique du pivot géographique de l'histoire, le Heartland, par la Russie, l'Iran et la Chine et, en position d'arbitrage la Turquie,

- la chaîne politico-diplomatique du  "containement" de la masse eurasienne, par la ceinture péninsulaire extérieure du "Rimland"mondial, constituée par la Grande Ile de l'Amérique, le Japon, l'Australie, l'Inde, les pays du Golfe et l'Europe, ou, pour simplifier, l'alliance nouvelle des puissances de la terre contre les puissances de la mer.

Dans cet antagonisme entre acteurs étatiques, l'enjeu est historique, le pari existentiel et l'affrontement est planétaire.

En soulignant le déplacement de l'axe de gravité du monde vers
l'Asie-Pacifique, provoqué par l'émergence surprenante de l'Empire du Milieu, ce livre s'interroge sur le rôle de l'Amérique et de la Russie, ennemies ou partenaires stratégiques de l'Europe de l'Ouest, justifiant par là le deuil définitif de "l'ère atlantiste" qui s'était imposée depuis 1945.

Crise de l'atlantisme et transition du système

La crise de l'atlantisme, ou du principe de vassalité est aujourd'hui aggravée par deux phénomènes:

- la démission stratégique du continent européen, en voie de régression vers un sous-système dépendant;

- les tentatives de resserrement des alliances militaires permanentes en Europe et en Asie-Pacifique (Otan, Aukus) prélude d'un conflit de grandes dimensions.

Ouvrages  didactiques, ces deux tomes prétendent  se situer dans la postérité des auteurs classiques du système international, R. Aron, Kaplan, Rosenau, H. Kissinger, K. Waltz, Allison, Brzezinski, Strausz-Hupé, et plus loin, Machiavel et Hobbes, tout aussi bien dans la lecture des changements des équilibres globaux et dans la transition d'un système international à l'autre, que dans la lecture philosophique sur la nature de l'homme, la morphologie du pouvoir  et  les caractéristiques intellectuelles de la période post-moderne. Ce qui est en cause dans toute transition est le concept de hiérarchie.

Sous ce regard de changement et de mouvement, le retour de la guerre en Europe représente le premier moment d'un remodelage géopolitique de l'ensemble planétaire et une rupture des relations globales entre deux sous-systèmes, euro-atlantique et euro-asiatique.

9782841913299-475x500-1.jpg

Au sein de ce retournement, l'Europe y perd son rôle d'équilibre entre l'Amérique et la Russie et le grand vide de puissance, qui s'instaure dans la partie occidentale du continent, est aggravé par l'absence de perspective stratégique, par le particularisme des options diplomatiques des Etats-Membres de l'Union Européenne, par le flottement des relations franco-allemandes jadis structurantes et, in fine, par la difficile recherche d'un Leadership commun.

Les issues du conflit ukrainien

L'issue du conflit ukrainien, comme guerre par procuration mené par l'Amérique contre la Russie, a été présenté au Forum sur la sécurité internationale de Halifax, au Canada, par Lloyd Austin, Secrétaire américain à la défense, comme déterminant de la sécurité et de l'ordre mondial du XXIème siècle fondé, sur des règles. Ce conflit prouve la difficulté de l'Union européenne à assurer une architecture européenne de sécurité "égale et indivisible" car il intervient comme modèle de rupture dans les relations de coopération internationales et préfigure en Asie-Pacifique une relation d'interdépendance stratégique et d'alliances militaires opposées, entre puissances du "Rimland" et puissances du "Heartland", face à l'ouverture prévisible, d'une crise, concernant le "statut" de Taiwan.

bda3cf9dafb8d8fa4217135b52cf5375.jpg

Dans la perspective d'une invasion de celle-ci par la Chine s'ouvriraient les portes de la géopolitique planétaire vers le Pacifique et l'Australie et changerait immédiatement le sens du conflit entre Moscou et l'Occident. Seraient particulièrement brouillés les calculs de Washington sur le rôle de la Russie en Europe, en Asie-centrale et en Asie-Pacifique, d'où le jeu ambigu de la Turquie et la recherche d'une profondeur stratégique pour l'emporter, qui demeure sans précédent.

Aujourd'hui, l'affrontement Orient et Occident est tout autant géopolitique et stratégique, qu'idéologique et systémique et concerne tous les domaines, bien qu'il soit interprété, dans la plupart des cas, sous le profil de la relation entre économie et politique.

Sous cet angle, en particulier, l'unipolarisme de l'Occident fait jouer à la finance, disjointe de l'économie, un rôle autonome pour contrôler, à travers les institutions multilatérales, le FMI et la Banque Mondiale, l'industrie, la production d'énergie, l'alimentation, les ressources minières et les infrastructures vitales de plusieurs pays.

Dans ce cadre les Etats qui soutiennent la multipolarité sont aussi des Etats à gouvernement autocratique, qui résistent au modèle culturel de l'Occident et affirment le respect de vies autonomes de développement, une opposition visant la financiarisation et la privatisation des économies , subordonnant la finance à la production de biens publics.

InternetUS.jpg

L'hégémonie et le remodelage du système

Or le remodelage du système international pose le problème de l'hégémonie comme nœud capital de notre époque et inscrit ce problème comme la principale question du pouvoir dans le monde. En effet nous allons vers une extension sans limites des conflits régionaux, une politique de resserrement des alliances militaires, occidentales, euro-asiatiques et orientales, qui donnent plausibilité à l'hypothèse d'une réorganisation planétaire de l'ordre global, par le biais d'un conflit mondial de haute intensité.

La plausibilité d'un conflit majeur entre pôles insulaires et pôles continentaux crée une incertitude complémentaire sur les scénarios de belligérance multipolaire dans un contexte de bipolarisme sous-jacent (Chine-Etats-Unis)

C'est l'une des préoccupations, d'ordre historique, évoquées dans ces deux tomes sur la multipolarité.

A ce propos, le théâtre européen élargi (en y incluant les crises en chaîne qui vont des zones contestées des pays baltes au Bélarus et à l'Ukraine, jusqu'au Golfe et à l'Iran, en passant par la Syrie et le conflit israélo-palestinien), peut devenir soudainement l'activateur d'un conflit général, à l'épicentre initial dans l'Est du continent.

Ce scénario, qui apparaît comme une crise du politique dans la dimension de l'ordre inter-étatique, peut être appelé transition hégémonique dans l'ordre de l'histoire en devenir.

Bon nombre d'analystes expriment la conviction que le système international actuel vit une alternance et peut être même une alternative hégémonique et ils identifient les facteurs de ce changement, porteurs de guerres, dans une série de besoins insatisfaits , principalement dans l'exigence de sécurité et dans la transgression déclamatoire du tabou nucléaire, sur le terrain tactique et dans les zones d'influence disputées (en Ukraine, dans les pays baltes, en Biélorussie, ainsi que dans d'autres points de crises parsemées).

L'énumération de ces besoins va de l'instabilité politique interne, sujette à l'intervention de puissances extérieures, à l'usure des systèmes démocratiques, gangrenés en Eurasie par l'inefficacité et par la corruption et en Afrique, par le sous-développement, l'absence d'infrastructures modernes, la santé publique et une démographie sans contrôle.

En effet, sans la capacité d'imposer la stabilité ou la défendre, Hégémon ne peut exercer la suprématie du pouvoir international par la seule diplomatie, l'économie, le multilatéralisme, ou l'appel aux valeurs.

Il lui faut préserver un aspect essentiel du pouvoir international (supériorité militaire, organisation efficace, avancées technologiques, innovation permanente, etc).

Hégémon doit tenir compte de l'échiquier mondial, de la Balance of Power, de la cohésion et homogénéité des alliances, mais aussi de l'intensité et de la durée de l'effort de guerre. C'est pourquoi les guerres majeures relèvent essentiellement de décisions systémiques (R. Gilpin).

6cc9d048dd13488679eb5933cd55aecd.jpg

Stabilité et sécurité. Alternance Hégémonique ou alternative systémique ?

La question qui émerge du débat actuel sur le rôle des Etats-Unis dans la conjoncture actuelle est de savoir si la "Stabilité stratégique" assurée pendant 60 par l'Amérique (R. Gilpin) est en train de disparaître, entrainant le déclin d'Hégémon et de la civilisation occidentale, ou bien, si nous sommes confrontés à une alternative hégémonique et à un monde post-impérial.

L'interrogation qui s'accompagne au déclin supposé des Etats-Unis et à la transition vers un monde multipolaire articulée, est également centrale et peut être formulée ainsi; "quelle forme prendra cette transition ?".

La forme déjà connue, d'une série de conflits en chaîne, selon le modèle de R. Aron, calqué sur le XXème siècle, ou la forme plus profonde d'un changement de la civilisation, de l'idée de société et de la figure de l'homme selon le modèle des "révolutions systémiques" de Strausz-Hupé, couvrant l'univers des relations socio-politiques du monde occidental et les grandes aires de civilisations connues?

Du point de vue des interrogations connexes, les tensions entretenues entre les Occidentaux et la Russie en Ukraine, sont susceptibles de provoquer une escalade aux incertitudes multiples, y compris nucléaires et des clivages d'instabilités, de crises ouvertes et de conflits gelés, allant des Pays baltes à la mer Noire et du Caucase à la Turquie. Ces tensions remettent à l'ordre du jour l'hypothèse d'un affrontement général, comme issue difficilement évitable de formes permanentes d'instabilité régionales, aux foyers multiples, internes et internationaux.

Cette hypothèse alimente une culture de défense hégémonique des Etats-Unis, dont la projection de puissance manifeste sa dangerosité et sa provocation en Europe, au Moyen Orient et en Asie.

chess-board.png

Le conflits USA-Russie et la rupture de la continuité géopolitique Europe-Asie

En ce sens le conflit avec la Russie, par Ukraine interposée, peut être interprété comme une tentative de désarticulation de la continuité géopolitique de l'Europe vers l'Asie (Brzezinski) et de la Chine vers la région de l'Indopacifique. C'est sous l'angle de fracturation et de la vassalité, que s'aggravent les facteurs d'incertitudes et les motifs de préoccupation sur les tendances stratégiques des Etats-Unis.

En effet la différenciation vis à vis du Leader de bloc distingue en Europe les pays d'obédience et d'influence atlantique stricte (GB, pays nordiques, Hollande, Belgique, Pays baltes et Pologne) des pays du doute et de la résistance (France, Italie et Allemagne).

Au niveau planétaire font partie des zones à hégémonie disputée et demeurent sujettes à l'influence grandissante de la Realpolitik chinoise la région des Balkans, de la mer Noire, de la Caspienne, du plateau turc, du Golfe, de l'Inde, d'Indonésie, du Japon et d'Australie.

Pariant, sans vraiment y croire sur la "victoire" de Kiev", face à Moscou, l'Amérique entend clairement faire saigner la Russie, en éloignant le plus possible la perspective d'un compromis et d'une sortie de crise.

Par ailleurs la vassalité de l'Europe centrale vis à vis de l'Amérique deviendra une nécessité politique et militaire, afin de décourager l'Allemagne, réarmée, de vouloir réunifier demain le continent. Une vassalité semblable pourrait opposer les pays asiatiques à la Chine dans la volonté de restituer de manière unilatérale, l'Asie aux Asiatiques.

Encerclement, politique des alliances et leçons de la crise

Du point de vue des leçons à tirer et de ses répercussions, la crise ukrainienne a mis à l'ordre du jour la réflexion sur la morphologie des systèmes internationaux, stables, instables ou révolutionnaires, et, en particulier la politique des alliances, qui ont fait grands les empires et inéluctables les guerres.

Comme l'Empire allemand avant 1914, la Fédération de Russie a pu se sentir encerclée par l'Otan et a choisi, en pleine conscience du danger, de passer d'un mode défensif à un mode préventif et offensif, au nom de ses intérêts de sécurité et de la conception commune et incontestable de la "sécurité égale et indivisible" pour tous les membres de la communauté internationale. Une sécurité égale qui était justifiée, avant la première guerre mondiale, par une équivalence morale entre les ennemis, comme l'a bien montré Carl Schmitt, contre la diabolisation de l'Allemagne.

2-4-724x1024.jpg

81GojQwzu-L.jpg

Telle est, à mes yeux, la vue d'ensemble de la conjoncture que nous vivons, si profonde et si grave, que j'ai essayé d'en décrire les formes et les enjeux et de la soumettre au jugement de nos contemporains, pour qu'en témoigne l'Histoire et pour qu'en tire profit la décision politique.  Et cela dans le but de décrypter les dilemmes de la paix et de la guerre et de percevoir dans la détérioration des systèmes internationaux, un espoir de compatibilité civilisationnelle et stratégique entre acteurs principaux, portant sur la stabilité ou le retour à la stabilité

Pour rendre moins aléatoire cette recherche j'ai adoptée tour à tour cinq niveaux de compréhension :

- théorique (attributs systémiques, système et sous-systèmes, homogénéité- hétérogénéité, stabilité et sécurité);

- historique (la scène planétaire et sa morphologie ,les acteurs et les constellations diplomatiques);

- géopolitique (enjeux globaux, géopolitique continentale et géopolitique mondiale océanique);

- stratégique (la triade, le condominium USA-Chine ou le duel du siècle, hégémonie et compétition hégémonique);

- institutionnel (la crise de l’unipolarisme et de l’atlantisme, l’Europe et la multipolarité);

et j'en ai conclu à et opté pour un indéterminisme probabiliste, qui gouverne le sort de l'homme et des sociétés, dans le sens de la liberté ou de celui de la tyrannie, de la vie ou de la mort.

Ce travail, qui m'a demandé quarante ans, ne m'a consenti aucune certitude et aucune sentence définitive et m'a toujours rappelé que l'histoire reste ouverte au choix du bien ou du mal et à celui de la volonté la plus déterminée, soit-elle terrifiante.

Ce qui se prépare aujourd'hui et qui est conforme à la théorie des grands cycles et à la situation du monde actuel, demeure le duel du siècle entre les Etats-Unis et la Chine. Mais "quid" alors de la Russie et avec autant d'inquiétude de l’Europe ?

Les interrogations proposent à l'action les grandes options de demain, mais ne donnent que l'image approximative du possible et jamais la solution accomplie. Celle-ci appartient à l'imprévu, qui est l'enfant naturel du risque et l'appétit le plus cruel de l'aventure humaine.

 

Bruxelles le 8 Décembre 2022

Les cyberguerres des espions américains en Europe: l'avertissement de la France

thomas.jpg

Les cyberguerres des espions américains en Europe: l'avertissement de la France

Marco Valle

Source: https://insideover.ilgiornale.it/guerra/le-cyber-guerre-delle-spie-americane-in-europa-lallarme-della-francia.html?fbclid=IwAR12nkBx_rYuSDfkVTsJo5tfOMkM0L3JPEixY6utf_ibnfgYqav3BbT_Ss4

Alliés oui, victimes et/ou bouffons non. C'est en résumé le message que Paris a envoyé à Washington par la bouche du général Aymeric Bonnemaison, le patron de Comcyber, la structure française de cyberdéfense. Lors de l'audition à huis clos tenue devant la commission de la défense du parlement transalpin en décembre dernier et rendue publique cette semaine, le vaillant officier a exprimé tous ses doutes sur le travail très intensif des services de renseignement américains en Europe. Selon lui, les Américains ont une attitude "relativement agressive" dans plusieurs pays et leurs opérations pour contenir, du moins selon la version du Pentagone, les prétendues intrusions russes "sont discutables".

Un langage diplomatique et prudent qui ne cache pas une préoccupation sérieuse. En fait, le général a attiré l'attention des parlementaires sur l'envahissement "bien ancré" des cyber-espions américains dans les États d'Europe de l'Est. Sous prétexte de "combler un vide", les encombrants alliés d'outre-mer ont pris possession des données sensibles des nations hôtes, mettant en place une manœuvre technologique "qui va loin". Il s'agit d'une "protection très marquée, absolument synergique avec leurs intérêts politiques et diplomatiques", a conclu M. Bonnemaison (photo).

imageresize.jpg

Pour Paris, c'est un signal d'alarme. Depuis quelque temps déjà, les chefs des forces armées considèrent le délicat secteur cybernétique comme vital pour la sécurité nationale (ce n'est pas un hasard s'il a été fixé comme l'une des priorités du nouveau programme militaire français) et les différents locataires de l'Elysée pressent leurs partenaires continentaux, peut-être sur des tons différents mais toujours avec détermination, de renforcer les capacités européennes de cyberdéfense avec la création de groupes d'intervention multinationaux, mais Bruxelles a toujours préféré passer sous silence l'épineux problème et ce n'est qu'en novembre dernier qu'elle a commencé à en discuter.

Entre-temps, les États-Unis ont agi rapidement et sans scrupules. Comme publié fin 2022 par le Pentagone, le Cyber Command a mené plus de 30 opérations dans 18 pays européens depuis 2018. Avant le déclenchement de la guerre russo-ukrainienne, de nombreuses opérations avancées de Hunt ont été approuvées et conclues en Estonie, au Monténégro, en Macédoine du Nord, en Lituanie, en Croatie, le tout dans le cadre d'une stratégie de "défense avancée et d'engagement soutenu" visant à protéger les réseaux américains en "opérant aussi près que possible des activités de l'adversaire".  

L'HFO la plus importante et la plus massive a évidemment été réalisée en Ukraine, où pendant des années, une équipe de spécialistes de l'US Navy et de la CIA a travaillé intensivement pour blinder les réseaux de Kiev contre d'éventuelles cyberattaques de Moscou. Selon les Français, les spécialistes ont utilisé (et continuent d'utiliser) l'aide technologique massive de Google et de Microsoft dans leur travail.

Certes, depuis le début du conflit, les deux titans du web ont dépensé des sommes colossales pour soutenir le régime de Zelensky, et il y a quelques semaines, le vice-président de Microsoft, Brand Smith, promettait un "cadeau de Noël" de 100 millions de dollars (92 millions d'euros...), le justifiant comme un généreux "complément à l'aide déjà fournie par notre entreprise, qui a déjà pris en charge les données ukrainiennes sensibles en les stockant dans des lieux sûrs hors du pays".

Ainsi prend forme, à côté de l'historique "parapluie nucléaire" américain, un "cyber-parapluie" sans précédent qui sera géré, sous la direction du Pentagone, par une poignée de sociétés privées pour protéger - tout en contrôlant les secrets les plus sensibles - les alliés les plus faibles ou les moins alertes.  Une perspective que les Français, au moins, n'aiment pas du tout. D'où leurs inquiétudes quant à leur souveraineté (et celle des autres) et les soupçons croissants concernant les déplacements du Cyber Command américain sur le Vieux Continent. En bref, la confirmation que l'on peut être un allié sans renoncer à la défense de ses intérêts nationaux.

Donnez-nous une autre minute de votre temps !
Si vous avez aimé l'article que vous venez de lire, demandez-vous : si je ne l'avais pas lu ici, l'aurais-je lu ailleurs ? S'il n'y avait pas InsideOver, combien de guerres oubliées par les médias le resteraient ? Combien de réflexions sur le monde qui vous entoure ne seriez-vous pas capable de faire ? Nous travaillons chaque jour pour vous fournir des reportages de qualité et des rapports approfondis totalement gratuits. Mais le type de journalisme que nous faisons est tout sauf "bon marché". Si vous pensez que cela vaut la peine de nous encourager et de nous soutenir, faites-le maintenant.

La revue de presse de CD - 22 janvier 2023

856decae20b7eb7e4956b1bc3986a193.jpg

La revue de presse de CD

22 janvier 2023

EN VEDETTE

Comment nous sommes manipulés, comment nous en protéger

Les deux scientifiques exposent les méthodes du « piratage » de l’être humain annoncé par Yuval Noah Harari. « Il faut les connaître avant de pouvoir les désactiver. »

covidhub.ch

https://www.covidhub.ch/comment-nous-sommes-manipules/

BRÉSIL

Pourquoi la CIA a-t-elle tenté un « soulèvement de style Maidan » au Brésil?

Un ancien responsable du renseignement américain a confirmé que le remix chaotique du Maidan organisé à Brasilia le 8 janvier était une opération de la CIA et l’a lié aux récentes tentatives de révolution de couleur en Iran. Selon la source américaine, la raison de l’organisation de l’opération – qui porte des signes visibles de planification hâtive – est que le Brésil est sur le point de se réaffirmer dans la géopolitique mondiale aux côtés des autres États des BRICS, la Russie, l’Inde et la Chine.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/pourquoi-la-cia-a-t-elle-te...

Ton-coeur-a-lache-et-le-mien-est-en-miettes-En-deuil-Sonia-Mabrouk-publie-un-message-bouleversant-pour-sa-mere.jpg

COMPLOTISME (C’est celui qu’y dit qu’y est !)

Les meilleurs PLS de Sonia Mabrouk - TOP 10

Animatrice et intervieweuse sans concession sur Europe 1, présentatrice de Midi News sur CNews, Sonia Mabrouk est déjà une référence sur le PAF et ne laisse jamais ses invités à l'aise dans leurs contradictions et leur conformisme idéologique. Le meilleur de ces PLS, en 10 étapes. Quand le « complotisme » se résume à sa première syllabe phonétique…

youtube.com

https://www.youtube.com/watch?v=za18Av5y7xY

DÉCONSTRUCTION

Fabrizio Tribuzio-Bugatti contre la lotocratie

Dans une société où les gouvernants ne font plus qu’administrer des « territoires », tenter de faire coexister entre elles des communautés éclatées, et où l’on est passé du gouvernement des hommes à l’administration des choses, nous sommes tous devenus des bouffeurs de lotus ! Après l’ochlocratie, la lotocratie et la lutte de tous contre tous nous menacent. Le souverainiste Fabrizio Tribuzio-Bugatti livre un essai aussi décapant que décourageant.

causeur.fr

https://www.causeur.fr/fabrizio-tribuzio-bugatti-contre-l...

Réinventer l’évolution via le transhumanisme. Utérus artificiels en batterie

Une crise mondiale d’infertilité ! Vous découvrirez qu’il s’agit d’un concept déjà testé sur les animaux sur fond de « crise mondiale d’infertilité ». Les mêmes personnes qui nous répètent à longueur d’années que la totalité des problèmes de la planète est due à la démographie et les perspectives de son explosion future, s’inquiètent de la chute de la natalité !

Le blog de Liliane Held Khawam

https://lilianeheldkhawam.com/2023/01/15/reinventer-levol...

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/CENSURES/DÉBILITÉ

Des dossiers de renseignement déclassifiés révèlent des vérités gênantes sur la guerre en Bosnie

De nombreux dossiers de renseignements envoyés par les Casques bleus canadiens exposent les opérations secrètes de la CIA, les livraisons d'armes illégales, les combattants djihadistes importés, les fausses bannières potentielles et les atrocités mises en scène. Le mythe établi de la guerre de Bosnie est que les séparatistes serbes, encouragés et dirigés par Slobodan Milošević et ses acolytes à Belgrade, ont cherché à s'emparer de force des territoires croates et bosniaques dans le but de créer une « Grande Serbie » irrédentiste.

lagazetteducitoyen.over-blog.com

http://lagazetteducitoyen.over-blog.com/2023/01/des-dossi...

Didier-Maisto.jpg

Censure de RT France : « On est en train de criminaliser la pensée et les opinions », par Didier Maïsto

L’avenir de RT France, interdit de diffusion sur le territoire de l’Union européenne depuis le 2 mars 2022, et de ses 100 salariés est aujourd’hui gravement mis en danger suite à la décision du ministère français de l’Économie de geler les avoirs de la chaine, ce en application de sanctions européennes adoptées en décembre dernier, ont dénoncé vendredi ses syndicats. Mercredi, nous avons reçu l’un de ses collaborateurs, Didier Maïsto, également journaliste indépendant, venu alerter sur notre plateau contre les dérives politiques à l’endroit de la liberté de la presse et de la liberté d’expression en France, adoubées par ceux qu’ils accusent de « journaliste collabos ». Soulignant « n’avoir jamais été aussi libre » que sur RT France et fustigeant un droit de parole accordé aux seuls médias qui perçoivent des financements publics, M. Maïsto martèle que la présidence d’Emmanuel Macron a été marquée par l’instauration d’une « de la parole criminalisée ».

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/videos-l-entretien-essentiel/di...

360 millions de chrétiens ont été « fortement persécutés et discriminés » en 2022

Après Noël, des ONG tentent de réveiller l’opinion emmitouflée dans sa routine, son confort ou ses angoisses, pour plaider la cause des chrétiens persécutés dans le monde. Ce n’est pas gagné mais quels efforts ne fournissent-elles pas ! À coup chiffres, de courbes, de cartes, de rapports et de tables rondes, elles glissent sous nos yeux blasés une réalité que beaucoup de journalistes répugnent à voir et donc à montrer.

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/360-millions-de-chretie...

Exercice hebdomadaire de dé/réinformation grâce à Russia Today. Au sommaire : la banque centrale suisse annonce une perte massive ; problèmes entre la Suède et la Turquie ; la Pologne en litige financier de 1 300 milliards de $ avec l’Allemagne ; Biden et les documents classifiés ; Israël et la Palestine ; nouvelles de la guerre chaude et de la guerre froide.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-du-8-au-...

ÉCOLOGIE

Éco-terrorisme : l’insurrection qui revient

Une vision radicale de l’écologie inspire de véritables milices de l’eschatologie climatique qui affrontent la société. Des mouvements radicaux qui tirent leurs inspirations des précédents révolutionnaires. C’est une véritable menace pour l’ordre public et la cohésion sociale.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/eco-terrorisme-linsurrectio...

e308c359b941331e237212c7bfd988bd5eace980.jpg

ÉNERGIE

Suède : un gisement de terres rares qui change la donne

L'indépendance n'est pas un sport facile. L'Union Européenne le vérifie chaque jour, en tentant de réduire sa dépendance au pétrole et au gaz russe. Mais alors qu'elle a récemment décidé d'abandonner les véhicules thermiques pour le tout électrique à l'horizon 2035, un autre souci majeur demeure : à l’heure actuelle, la grande majorité des terres rares utilisées au sein de l'Union Européenne afin de produire des véhicules électriques ou des éoliennes sont en fait importées de Chine. Un quasi monopole dangereux à tous points de vue...

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/suede-un-gisement-de-te...

ÉTATS-UNIS

Biden est-il prêt à détruire le monde pour « affaiblir la Russie » ?

Philip M. Giraldi est un ancien spécialiste de la lutte contre le terrorisme et officier du renseignement militaire de la CIA qui a servi dix-neuf ans à l’étranger (Turquie, Italie, Allemagne et Espagne). Il est certain que certains idiots à Washington, pour la plupart des néoconservateurs, continuent de considérer la guerre contre la Russie comme une sorte de croisade pour la liberté du monde. Rick Newman, le principal chroniqueur financier de Yahoo, observe comment « les faucons du budget au Congrès s’inquiètent d’accéder à la demande du président Biden d’une aide supplémentaire de 38 milliards de dollars pour l’Ukraine afin de l’aider à vaincre les envahisseurs russes ». Il conclut : « Ils ont raison. Trente-huit milliards, ce n’est pas assez. Envoyez 50 milliards. Ou même 100 milliards de dollars. Plus c’est, mieux c’est, jusqu’à ce que le travail soit fait. »

lecridespeuples.fr

https://lecridespeuples.fr/2023/01/14/biden-est-il-pret-a...

FRANCE

Sous la question des retraites, un choc démographique occulté

La réforme des retraites défendue par Élisabeth Borne consiste principalement à reculer l’âge légal de la retraite. C’est plus un ajustement technique qu’une véritable réforme. Une mesure de bon sens, dirait-on... sauf qu’elle occulte le choc de la dénatalité. C’est un expert des retraites qui l’affirme, Nicolas Marques, directeur général de l'Institut Economique Molinari (IEM), dans un article publié par Le Point.

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/sous-la-question-des-re...

ca-times.brightspotcdn.jpg

La rue enrage, le gouvernement s’envole en Espagne

Le chef de l’État et onze de ses ministres – dont les plus essentiels à la résolution de cette crise – se lancent dans le tourisme technocratique à Barcelone pendant qu’une bonne partie de la France manifeste. Pays légal, pays réel…

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2023/01/21/448774-la-rue-enr...

GAFAM

TikTok, le cheval de Troie chinois

Le célèbre réseau social made in China TikTok peut-il être interdit ? La question se pose de plus en plus sérieusement, des deux côtés de l'Atlantique. Aux États-Unis, la Chambre des représentants et le Sénat viennent d'interdire l’installation et l’utilisation de l’application de partage de vidéos courtes sur leurs appareils officiels. Elle serait considérée comme à « haut risque en raison d’un certain nombre de problèmes de sécurité ». Pas moins de 19 États américains ont également bloqué l’application sur leurs terminaux officiels. Après Huawei, c'est donc au tour du réseau social du géant chinois Bytedance, adulé par les plus jeunes, d'être dans la ligne de mire américaine. TikTok est soupçonné d'être tant un outil d'espionnage que de propagande au service de la Chine. Il faut dire que la porosité entre toute entreprise chinoise et les autorités du pays confine à l'évidence, voire à l'obligation : avec plus d'un milliard et demi d'utilisateurs mensuels à travers le monde, quel service de renseignement ne rêverait pas d'avoir accès à une telle base de données ?

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/tiktok-le-cheval-de-tro...

image_0780719_20230118_ob_13f1d1_todd.jpeg

GÉOPOLITIQUE

L'historien Emmanuel Todd sur les Allemands : « Trahis par l'ami protecteur »

Le sociologue, historien et journaliste français Emmanuel Todd s'est exprimé dans un entretien publié par l'hebdomadaire suisse Weltwoche, dans lequel il dresse un bilan intermédiaire du conflit Est-Ouest actuel. Il s'y exprime aussi longuement sur la situation de l'Allemagne, dont la souveraineté vis-à-vis des Etats-Unis a quasiment disparu.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2023/01/14/l...

Malacca : un détroit cœur du nouveau monde

Porte de l’Asie, nœud de communication, zone de contact pour les Européens, Malacca est l’un des points saillants du globe. Avec 20 % du commerce mondial qui y passe, il est un lieu incontournable de la géopolitique mondiale.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/malacca-un-detroit-coeur-du...

FmB0pQaWIAAd0Jp.jpg

IMMIGRATION

Justin Barrett après les manifestations contre l’accueil de migrants à Ballymun : « L’Irlande appartient aux Irlandais et il en sera toujours ainsi »

Depuis des semaines, des centaines d’Irlandais manifestent à Ballymun, quartier proche de l’aéroport de Dublin, contre l’arrivée de migrants hébergés à l’hôtel par les autorités, cela dans un contexte de crise économique et sociale qui provoquent la paupérisation massive d’une partie de la population irlandaise – sans compter une terrible crise du logement. Le National Party, mouvement qui monte en Irlande, s’est joint à ces manifestations populaires que la presse mainstream nationale tente de marginaliser (comme chez nous, l’exemple de Callac récent parlant sans doute à nos lecteurs). Dans toute l’Europe, des Européens se lèvent contre l’immigration massive imposée par les dirigeants qui tend à transformer en profondeur la façon de vivre des autochtones de ce continent. Et des tensions, jamais connues jusqu’alors, sont de plus en plus importantes, entre ceux qui refusent l’immigration d’un côté, et ceux qui y œuvrent quotidiennement. Pour faire le point sur la situation en Irlande et à Ballymun, nous avons interrogé son président, Justin Barrett, pour mieux comprendre la situation et la tension sur place.

breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2023/01/16/213755/justin-barr...

LIBYE

Libye : guerre civile et djihâd, la fin d’un État

Entretien avec Régis le Sommier, de l’excellent site de reportages Omerta. La Libye n’a pas vu éclore les fleurs de la démocratie. Entre destruction de la justice sociale et des libertés, la fin de l’ère Kadhafi a donné lieu à une succession de massacres atroces. Ingérence des puissances étrangères, impasse politique, djihadisme et grogne sociale : zoom sur le chaos libyen. Vidéo.

breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2023/01/19/213961/libye-guerr...

MONDIALISME/TERRORISME

Non, je ne me rendrai pas à Davos la semaine prochaine

Les prévisions du temps sont moroses et l’enneigement pourrait y être meilleur, il n’y a donc pas de raison que je me rende à Davos la semaine prochaine. Se rendre ne signifie pas seulement aller à quelque part mais aussi s’incliner devant un vainqueur et s’y soumettre. Voilà une autre raison pour ne pas y aller. Le World Economic Forum de Davos est un rendez-vous incontournable pour les cooptés du Monde. La brochette impressionnante du comité entourant Klaus Schwab dans son apostolat laisserait penser qu’il n’y a que des vainqueurs, tous adeptes d’une pensée bienfaisante pour l’avenir de l’humanité sur cette planète, et pour la planète malgré l’humanité. N’étant ni young leaders ni cacique d’aucune des chapelles qui y sont représentées, et n’ayant pas non plus l’esprit à manifester dans des rues gelées, rien ne m’invite à y aller ni même à en suivre le déroulement.

Le blog de Michel de Rougemont

https://blog.mr-int.ch/?p=8977&utm_source=mailpoet&am...

ONG

Scandale chez Amnesty International en Hongrie. Première et deuxième partie

Quand Hypocrisy International se prend les pieds dans le tapis… Amnesty International (AI), c’est ce mastodonte au budget annuel de plus 300 millions d’euros distribuant les bons et les mauvais points sur la scène internationale en matière de droits de l’homme et gardant les totems de la bien-pensance. En Hongrie, cette ONG est très active aux cotés de l’ambassade des États-Unis à Budapest contre le gouvernement de Viktor Orbán. En toute indépendance et au nom de la Démocratie, bien sûr ! Aujourd’hui, la branche hongroise de cette organisation est accusée par d’anciennes employées de discrimination et de harcèlement.

ojim.fr

https://www.ojim.fr/scandale-chez-amnesty-international-e...

https://www.ojim.fr/scandale-chez-amnesty-international-e...

https://www.ojim.fr/amnesty-international-qui-paie-troisi...

https://www.ojim.fr/amnesty-international-ukraine-quatrie...

OTAN

OTAN : Une adhésion de la Finlande changerait radicalement sa politique nucléaire

En tant que membre candidat à l’OTAN, la Finlande doit actualiser sa politique en matière d’armes nucléaires. Celles-ci sont un pilier important de l’alliance défensive, dont la position officielle est que tant que les armes nucléaires existeront, l’OTAN sera par nature une alliance nucléaire.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/otan-une-adhesion-de-la-finland...

NC5NZDZCWNH6HEFXVPIPCRSEN4.jpg

RUSSIE

Situation en Ukraine : conférence de presse de Maria Zakharova

Extrait de la conférence de presse de Maria Zakharova, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, Moscou, 12 janvier 2022. Comme d’habitude, elle parle franc et met les pieds dans des plats que les médias occidentaux oublient ou ne veulent pas entendre parler…

lecridespeuples.fr

https://lecridespeuples.fr/2023/01/16/situation-en-ukrain...

SANTÉ

Erratum – Mortalité des jeunes de 20 à 40 ans depuis 2021

Ce billet annule et remplace le précédent, [cf notre RDP de la semaine dernière, du 9 au 15 janvier 2023] qui comportait une erreur dans l’interprétation des données. Le Diable est dans les détails, et une nuance nous avait échappé : dans les deux jeux de données différents (tous les deux issus du site de l’INSEE) que nous avions pris comme sources pour les différentes années de 2015 à 2022, l’INSEE ne définit pas le même périmètre de données. Précisément, les données utilisées pour décompter les décès quotidiens de 2015 à 2019 et en 2020 et 2021 proviennent du même jeu de données, qui inclut les Français décédés à l’étranger. Les données utilisées pour 2022 provenaient d’un autre jeu, qui n’inclut pas les décès de Français intervenus à l’étranger. Bien que le nombre de décès de Français à l’étranger soit relativement faible, la comparaison entre 2022 et les autres années en était donc faussée. (Remarque : les deux jeux de fichiers incluent les décès intervenus en France, quelle que soit le lieu de naissance ou la nationalité des personnes décédées.)

covid-factuel.fr

https://www.covid-factuel.fr/2023/01/18/erratum-mortalite...

Albert Bourla, PDG de Pfizer, face à de vrais journalistes

Face à de vraies questions posées dans les rues de Davos, le PDG de Pfizer ne répond rien. (Vidéo)

reseauinternational.net

https://reseauinternational.net/albert-bourla-pdg-de-pfiz...

La surmortalité des tout-petits ne semble pas émouvoir nos autorités sanitaires

Au moment où les annonces de morts subites, avec notamment des arrêts cardiaques qui frappent jeunes et moins jeunes, se multiplient, ce reportage de victimes non décédées doit être pris en compte. Regardez cette cartographie dont le leader en taux de mortalité toutes causes confondues est l’Allemagne, pays financeur de la BCE.

Le blog de Liliane Held Khawam

https://lilianeheldkhawam.com/2023/01/16/la-surmortalite-...

57816271-42788745.png

Covid, grippe... bas les masques ?

Depuis le début de cet hiver, les médias occidentaux mettent en avant la menace d’un retour épidémique aggravé par l’explosion du Covid en Chine. De grands journaux américains – le New York Times, le Washington Post, le Wall Street Journal et The Atlantic – n’ont pas hésité à soutenir le retour du port du masque obligatoire pour combattre non seulement le Covid mais aussi les grippes saisonnières. Selon eux, il est temps d’adopter le masque systématiquement dès que le vent d’hiver porteur de miasmes se fait sentir… Les autorités de santé encouragent cette pratique tout en restant floues : le CDC (« American Center for Disease Control ») préconise le port du masque « quand le virus circule activement ». Le résultat de ces campagnes est visible : on observe depuis la fin de 2022 le retour du masque, parfois porté par des personnes jeunes et… en pleine nature (01’30’’). Dans plusieurs États américains, les écoles publiques imposent de nouveau le masque.

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/covid-grippe-bas-les-ma...

La vérité sur les chiffres officiels du Covid-19

Pierre Chaillot, créateur de la chaîne YouTube Décoder l'éco et auteur de « Covid 19, ce que révèlent les chiffres officiels », aux éditions l’Artilleur, a travaillé uniquement sur les chiffres officiels concernant la mortalité du Covid et remet les choses à l’endroit. (Vidéo)

Lignedroite

https://www.youtube.com/watch?v=7cdXeV6Ab7c

UKRAINE

Ukraine : état des lieux des armes fournies par la France

Le 4 janvier dernier, le président Emmanuel Macron a annoncé un nouveau cap dans l’aide à l’armée ukrainienne avec la livraison future d’engins blindés AMX 10RC, un véhicule emblématique sur le point d’être remplacé dans l’armée française. L’occasion de faire un point sur le matériel lourd envoyé par la France et ses alliés européens.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/ukraine-etat-des-lieux-des-...

Le chef des journalistes de l'UE : la nouvelle loi sur les médias de Zelensky est contraire aux normes européennes

Bruxelles. La démocratie et les « valeurs » occidentales sont prétendument défendues en Ukraine - c'est du moins ainsi que les politiques et les médias le voient. Mais le vernis est depuis longtemps égratigné. L'Ukraine continue de s'enfoncer dans un marécage de corruption. Et la démocratie n'est pas vraiment au rendez-vous. Même Ricardo Gutiérrez, le secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes (FEJ), a dû le reconnaître. En effet, la nouvelle loi ukrainienne sur les médias, entrée en vigueur au début de l'année, est un véritable camouflet pour la liberté des médias (voir notre article). Elle donne au gouvernement beaucoup plus de pouvoir et d'influence sur les fournisseurs d'informations du pays.

euro-synergies.hautetfort.com/

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2023/01/15/l...

EgWUrw9XoAEK1kn.jpg

UNION EUROPÉENNE

Virginie Joron décrit la corruption des institutions européennes

Il n’est désormais plus possible de ne pas connaître le Qatargate, le scandale de la corruption de certains parlementaires européens par le gouvernement qatarie. Mais cette affaire fait suite au Pfizergate, scandale de la négociation du colossal contrat entre la Commission Européenne et Pfizer (plusieurs dizaines de milliards€) en dehors de toute procédure démocratique et transparente. Dans ce dernier scandale, c’est la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen elle-même, qui est impliquée personnellement, puisqu’elle a choisi de conduire directement la négociation avec Albert Bourla, patron de Pfizer, sans aucun contrôle et sans aucune transparence. Cette dérive grave a conduit la Commission a acheté 9 doses de vaccin par habitant à un prix unitaire exorbitant… Sur tous ces points la députée européenne Virginie Joron nous explique le « dessous des cartes ». Une interview décapante qu’il faut absolument voir.

lecourrierdesstrateges.fr

https://lecourrierdesstrateges.fr/2023/01/13/virginie-jor...

vendredi, 20 janvier 2023

L'Allemagne s'enfonce dans le banditisme

46-104247070.jpg

L'Allemagne s'enfonce dans le banditisme

Auteur : A.R. 

Source: https://zurzeit.at/index.php/deutschland-versinkt-in-bandenkriminalitaet/

En 2022, un nombre record de distributeurs automatiques de billets (DAB) ont été détruits en Allemagne par des bandes criminelles organisées, composées principalement d'immigrés marocains.

Selon les statistiques gouvernementales, il y a 500 machines de ce type par an, qui sont attaquées, ce qui correspond à une moyenne statistique de plus d'une machine par jour. L'argent liquide étant toujours très populaire en Allemagne, les banques gèrent près de 100.000 distributeurs automatiques de billets à travers le pays, qui contiennent généralement entre 50.000 à 100.000 euros. Les gangs criminels profitent de ce fait et sont prêts à utiliser des méthodes extrêmes pour obtenir cet argent. Ces réseaux criminels planifient soigneusement leurs actions, y compris la surveillance, le dynamitage et la fuite. La police affirme également qu'ils agissent avec brutalité et imprudence, mettant en danger la sécurité des personnes.

PK-zu-organisierter-Kriminalitaet-in-Bayern.jpg

En effet, ces bandes de migrants font sauter les banques avec des explosifs si puissants que des bâtiments entiers sont détruits. Dans certains cas, ils ont même détruit des accès à des coffres-forts provoquant des dégâts à plus de 30 mètres, ce qui montre la puissance de leurs explosifs. Selon la police, le danger pour les personnes présentes est incomparable, car beaucoup de ces banques sont situées dans des immeubles d'habitation.

Bien que le nombre définitif de ces attaques de banques pour 2022 n'ait pas encore été publié, des sources policières font état de 500 attaques, selon Welt am Sonntag, ce qui constitue un nouveau record. En 2021, la police criminelle fédérale a signalé 414 cas de tentatives ou d'explosions réussies. En 2020, des chiffres similaires avaient déjà été enregistrés.

mit-sprengstoff-kriminelle.jpg

Les autorités décrivent que les gangs sont les plus actifs dans l'ouest de l'Allemagne, notamment en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le Land le plus peuplé, ainsi qu'en Basse-Saxe. D'une part, ces régions sont les entités sub-étatiques les plus proches des Pays-Bas, où les gangs sont les plus actifs. Certains gangs opèrent également depuis la France, qui est également proche.

La tendance est de choisir des banques à proximité des routes principales afin de permettre une évasion rapide, et ce tôt le matin. À ce moment-là, les routes sont généralement encore vides. Ils travaillent généralement en équipes, dont chaque membre joue un rôle spécifique.

La police et le gouvernement semblent impuissants face à ces attaques et il reste à voir comment ils réagiront à ce défi. Il est toutefois indéniable que les activités criminelles ont des conséquences désastreuses tant pour les banques que pour la population allemande qui vit à proximité immédiate des établissements bancaires.

Risques pour l'intégration eurasienne

bloca-agenda-routesoie.jpg

Risques pour l'intégration eurasienne

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/riski-dlya-evraziyskoy-integracii

Le sommet informel des chefs d'État de la CEI à Saint-Pétersbourg les 26 et 27 décembre 2022 a démontré la volonté de tous les participants de coopérer et d'interagir sur un large éventail de questions. Les discours de nombreux présidents ont inspiré de l'optimisme quant au développement d'initiatives communes telles que l'OTSC et l'EAEU. En même temps, ces dernières années, et surtout depuis le début de l'opération spéciale en Ukraine, il y a eu des actions de la part des partenaires qui peuvent pour le moins être qualifiées d'attentistes. Parfois, comme dans le cas du Premier ministre arménien, il y avait un chantage pur et simple.

À l'avenir, de telles "oscillations" dans les relations de partenariat pourraient commencer à générer des mouvements plus nets si nous ne prenons pas le temps d'analyser les défis et menaces possibles provenant d'acteurs extérieurs. Et ils ne feront que s'intensifier, car la zone des intérêts géopolitiques naturels de la Russie (y compris l'Asie centrale et le Caucase du Sud) relève également de la sphère d'intérêt d'autres puissances. Et pas seulement des intérêts, mais aussi des initiatives actives de politique étrangère et des projets économiques.

Dans ce contexte, l'Institut espagnol d'études stratégiques observe discrètement que l'Asie centrale est une zone d'intérêt pour la sécurité russe, mais aussi qu'elle a toujours relevé de la sphère d'influence de puissances étrangères, en premier lieu la Grande-Bretagne et l'Empire ottoman. Puis les États-Unis sont arrivés, et l'Empire ottoman a changé son nom en Turquie. Un nouveau "Grand Jeu" émerge, qui, avec le radicalisme religieux, montre une lutte claire pour la région.

L'auteur Pedro Sanchez tire des conclusions ambiguës selon lesquelles des scénarios tant positifs que négatifs sont possibles. Toutefois, le contexte général est lié à la géographie stratégique.

"L'histoire de la planète nous montre périodiquement un certain nombre de voies et de carrefours dans le monde. L'Asie centrale est l'une d'entre elles. Et dès que des forces importantes entrent en jeu pour contrôler ou empêcher une autre de contrôler cette zone, la probabilité d'un conflit est assurée. Ainsi, une zone enclavée, séparée de la mer et apparemment au milieu de nulle part, se profile comme un espace où la géographie, la richesse naturelle, la population et la situation entre des visions du monde différentes et puissantes lui confèrent un rôle clé dans le remodelage de la planète et dans la lutte contre les forces exogènes.

Si à ces tensions externes s'ajoutent d'importantes faiblesses internes, ainsi qu'une hétérogénéité et un déséquilibre significatifs entre les nations qui composent la région, il est certain que le potentiel de conflit est à un niveau élevé, surtout si une tension externe ou interne dépasse une ligne rouge et génère une cascade de forces induites. Dans ce cas, le conflit peut être inévitable.

Certes, une reconfiguration du pouvoir à l'échelle mondiale, peut-être vers un monde multipolaire ou polycentrique, comme le note la Russie, ne va pas sans tensions qui obligent les grands intérêts à s'affronter dans la recherche d'un nouvel équilibre. Mais cette reconfiguration est également le résultat de l'évolution des acteurs, des réalités et, ne l'oublions pas, des nouvelles menaces mondiales qui, dans la plupart des cas, sont communes.

 

Ainsi, cette situation, au lieu d'être perçue en termes de crise potentielle, de conflit latent, peut être comprise en se souvenant davantage de ce qui unit que de ce qui divise, dans la clé de l'opportunité, afin que certains aspects et certains domaines clés restent en dehors des jeux à somme nulle et soient structurés de manière à pouvoir être utilisés à leur avantage, afin que tout le monde en profite, ce qui est faisable. Et l'une de ces régions pourrait certainement être l'Asie centrale"[i].

Oui, la Russie est intéressée à la fois par la création d'un monde multipolaire et par le maintien du calme dans la région. Mais étant donné la spécificité culturelle et historique des pays d'Asie centrale, il est tout à fait logique que non seulement la Russie mais aussi d'autres voisins regardent danscette direction avec intérêt. Et ces voisins lanceront leurs propres projets dans la région.

"Les républiques d'Asie centrale ne constituent pas un élément homogène et cohérent, s'efforçant plus ou moins de mener, selon les termes du président kazakh, une politique "multi-vecteurs" qui se réduit à essayer d'équilibrer de manière pragmatique les intérêts des puissances de la région, en cherchant à maximiser les avantages du pays, mais certainement avec une orientation progressive vers l'Asie."[ii]

img-6-small580.jpg

La Chine occupe une place particulière dans cette politique de multi-vectorisme.

En 2013, Xi Jinping a annoncé la possibilité de faire revivre l'ancienne route de la soie. Cette idée s'est ensuite concrétisée sous la forme de l'initiative "Belt and Road", qui a immédiatement commencé à englober les pays d'Asie centrale. Bien que la Russie et la Chine soient des puissances amies, certains risques subsistent. Le jumelage de l'UEE et de l'initiative "Belt and Road", qui a été discuté lors du sommet d'Ufa en 2016, n'a pas encore eu lieu. Et objectivement, c'est impossible, car l'EAEU constitue un processus d'intégration, où la tarification, la qualité des services et des biens doivent être amenés à une norme unique, tandis que la Ceinture et la Route est la stratégie de politique étrangère de la Chine et il n'est pas question d'une quelconque intégration. Pékin a ses propres objectifs, même si elle investit dans les infrastructures de plusieurs pays de la région.

L'Iran ne mène pas une politique étrangère très active, même s'il renforce ses liens avec les pays d'Asie centrale et a des intérêts dans le Caucase du Sud. Cependant, les relations entre la Russie et l'Iran se développent de manière assez dynamique et positive (notamment l'adhésion de l'Iran à la zone de libre-échange de l'UEE), et nos points de vue sur la sécurité régionale et la géopolitique sont presque identiques.

L'Afghanistan après le changement de gouvernement en 2021 ne représente qu'une menace indirecte, mais il n'y a pas encore de signaux de sécurité visibles pour les États voisins d'Asie centrale. Après la panique qui a suivi le retrait américain du pays et le contrôle des provinces par les talibans, les nouvelles autorités ont montré qu'elles n'avaient aucune intention d'empiéter sur l'intégrité territoriale des États d'Asie centrale. Le Pakistan ne sera pas abordé, car il ne fait pas partie de la zone d'intégration eurasienne active.

Après la Chine, le prochain acteur voisin actif est peut-être la Turquie.

Sinem Adar, du Centre for European Policy Studies (Bruxelles), note qu'en raison de l'implication de la Russie en Ukraine, la Turquie tente de tirer parti de cette situation non résolue en intensifiant davantage la coopération avec une région qu'elle a longtemps considérée comme proche d'elle-même en raison de sa proximité linguistique et culturelle. Ces efforts s'alignent sur les tentatives de reconstruction de l'économie turque, qui ne cesse de se détériorer, en vue des prochaines élections de 2023, et acquiertde ce fait une importance historique.

 "Au-delà de ces déclencheurs immédiats de la politique renouvelée d'Ankara, l'intérêt pour la région découle d'une volonté stratégique de positionner la Turquie comme une plaque tournante logistique et énergétique reliant l'Europe et l'Asie après la fin de la guerre froide. Pourtant, le scepticisme abonde en Europe quant à l'orientation stratégique d'Ankara à une époque de confrontation et de concurrence géopolitiques intenses. Ainsi, il est nécessaire de réfléchir sobrement à la place de la Turquie dans l'espace eurasiatique émergent, ainsi qu'aux coûts et aux avantages de l'interaction avec la Turquie."[iii]

0f05cef_1kaz7954-6jti3k.JPG

En dehors des projets notoires de Panottomanisme et de Panturquisme, il existe des initiatives bien spécifiques qu'Ankara a lancées.

En particulier, en août 2019, elle a annoncé le projet Asia Revisited pour "tirer parti des opportunités et du potentiel de coopération créés par les développements en Asie."[iv]

Le Conseil turc, fondé en 2009 et comprenant l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Turquie et l'Ouzbékistan en tant qu'États membres, ainsi que la Hongrie (à partir de 2018) et le Turkménistan (à partir de 2021) en tant qu'États observateurs, a récemment été rebaptisé "Organisation des États turcs", ce qui, selon les responsables turcs, reflète les efforts déployés pour "diversifier et renforcer la coopération en matière d'économie et de commerce". La République turque de Chypre du Nord, non reconnue par la Turquie, s'est également vu accorder le statut d'observateur au sein de l'Organisation.

Il est clair que le regain d'intérêt de la Turquie pour le Caucase du Sud et l'Asie centrale est renforcé par la perception qu'a Ankara de la Russie comme un acteur pas assez fort, comme le démontrent certains épisodes des combats qui ont été menés en Ukraine. Dans le même temps, la Turquie critique régulièrement la gestion de l'opération spéciale par Moscou. Bien qu'elle mène depuis des années des opérations extraterritoriales en Irak et en Syrie au cours desquelles des civils sont tués. Mais les partenaires de la Turquie au sein de l'OTAN prétendent qu'il ne se passe rien.

En Turquie, les décideurs et diverses forces politiques pensent que le Kremlin est en train de perdre le contrôle de la région de la Transcaucasie, donnant ainsi à l'armée azerbaïdjanaise (que la Turquie soutient) l'occasion de se venger militairement. Le dernier point culminant a été le blocus du corridor de Lachin. 

L'activité diplomatique d'Ankara dans la région s'est également intensifiée depuis le début de l'opération spéciale. En mars 2022, les gouvernements d'Azerbaïdjan, de Géorgie, du Kazakhstan et de Turquie ont signé une déclaration sur l'amélioration des voies de transport dans le Caucase du Sud et en Asie centrale comme alternative à la route du Nord via la Russie.

carte_petite_kandiyoti_fin-2.jpg

Il a été décidé de développer le corridor transcaspien est-ouest, également appelé corridor du milieu, reliant la Chine et l'Europe par un réseau de chemins de fer et d'autoroutes reliant la Turquie, la Géorgie, l'Azerbaïdjan, la mer Caspienne et l'Asie centrale. Un groupe de travail composé de la Turquie, de l'Azerbaïdjan et du Kazakhstan a été mis en place en juin 2022 pour traiter cette question.

Toutefois, les efforts de la Turquie pour s'engager dans le Caucase du Sud et en Asie centrale ne se limitent pas à la coopération économique et à la logistique. Avec l'évolution de l'équilibre des pouvoirs dans la région et le désir des différents États d'agir de manière autonome, la Turquie a également essayé de se positionner comme un fournisseur de sécurité alternatif sur ce marché spécifique.

Par exemple, la Turquie a élevé ses relations avec l'Ouzbékistan et le Kazakhstan au rang de partenariats stratégiques. Le membre de l'OTAN (Turquie) et le membre de l'OTSC (Kazakhstan) en tant que tels ont mutuellement convenu de renforcer la coopération en matière de défense et l'échange de renseignements militaires [vi]. Les deux pays ont également convenu que les drones de combat turcs ANKA seront produits au Kazakhstan [vii].

De manière révélatrice, cette nouvelle a suscité des critiques à la fois en Russie contre le Kazakhstan (parce qu'il est membre de la CEEA, de l'OTSC et de l'OCS) et en Occident contre la Turquie en raison de l'absence de consultation par Ankara de ses partenaires de l'OTAN.

Bruxelles a renouvelé son intérêt pour le Caucase du Sud et l'Asie centrale. En juillet, par exemple, l'UE et l'Azerbaïdjan ont signé un protocole d'accord sur un partenariat énergétique stratégique dans le cadre de la tentative de l'UE de réduire sa dépendance au gaz russe. La présidente de l'UE, Ursula von der Leyen, l'a dit ouvertement: "Aujourd'hui, avec ce nouveau protocole d'accord, nous ouvrons un nouveau chapitre de notre coopération énergétique avec l'Azerbaïdjan, un partenaire clé dans nos efforts pour nous éloigner des combustibles fossiles russes. Non seulement nous cherchons à renforcer notre partenariat existant, qui garantit un approvisionnement en gaz stable et fiable à l'UE par le biais du corridor gazier méridional. Nous jetons également les bases d'un partenariat à long terme en matière d'efficacité énergétique et d'énergie propre, alors que nous poursuivons tous deux les objectifs de l'Accord de Paris. Mais l'énergie n'est qu'un domaine dans lequel nous pouvons étendre notre coopération avec l'Azerbaïdjan, et je suis impatient d'exploiter tout le potentiel de notre relation."

Et le commissaire à l'énergie Kadri Simson a déclaré : "Le nouveau protocole d'accord souligne le rôle stratégique du corridor gazier du Sud dans nos efforts de diversification. L'Azerbaïdjan a déjà augmenté ses livraisons de gaz naturel à l'UE, et cette tendance va se poursuivre: jusqu'à 4 milliards de mètres cubes de gaz supplémentaires seront livrés cette année, et les volumes devraient plus que doubler d'ici 2027. Mais notre coopération va au-delà, en accélérant l'introduction des énergies renouvelables et en s'attaquant aux émissions de méthane; ces mesures amélioreront la sécurité de l'approvisionnement et contribueront à atteindre nos objectifs climatiques" [viii].

3bae9c155c61f73066d378cfd8496a9f.jpg

Bien que l'Azerbaïdjan ne soit pas membre de l'UEE et de l'OTSC, les efforts de l'UE pour s'insérer dans la région sont évidents.

De même, l'évolution des exigences de la chaîne d'approvisionnement a incité l'UE à repenser les itinéraires logistiques pour éviter le transit par la Russie. En mai de cette année, par exemple, la compagnie maritime danoise Maersk a dévoilé un nouveau service rail-mer reliant l'Asie et l'Europe via le même corridor du Moyen-Orient, en passant par le Caucase du Sud et l'Asie centrale [ix].

Tout ceci est mis en œuvre dans le cadre de l'ancienne initiative TRACECA (Corridor de transport Europe-Caucase-Asie) [x].

Un regard rétrospectif sur les intérêts de l'UE en Asie centrale et dans le Caucase du Sud montre que Bruxelles a préparé le terrain depuis des années. Des programmes tels que TACIS (Technical Assistance for the Commonwealth of Independent States, Assistance technique pour la Communauté des États indépendants, TACIS), l'assistance technique pour la Communauté des États indépendants, y travaillaient.  Puis l'accord de partenariat et de coopération (APC) a été mis en œuvre. L'UE a ensuite intensifié sa politique à l'égard des États d'Asie centrale. L'instrument de coopération au développement (ICD) a été lancé en 2007.

De 2007 à 2013, la stratégie de l'UE pour un nouveau partenariat avec l'Asie centrale (officiellement appelée "Stratégie de l'Union européenne et de l'Asie centrale", soit la stratégie de l'UE pour un nouveau partenariat avec l'Asie centrale) était en vigueur. Leur budget s'élevait alors à 775 millions d'euros. L'Asie centrale a également été en partie l'objet du programme de "l'instrument européen de stabilité" (IfS).

Une autre initiative - l'instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP) - mise en place depuis janvier 2007 a fait entrer la région dans la politique européenne de voisinage (PEV).

Les investissements financiers dans la région ont été réalisés par l'intermédiaire de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement. L'implication de la BERD est géopolitiquement significative, tout comme un certain nombre de projets qui sont à la fois de nature économique appliquée et de nature humanitaire.

Par exemple, INOGATE (Interstate Oil and Gas Transportation to Europe) est un programme de coopération énergétique entre l'UE et les pays partenaires: les États riverains de la mer Noire et de la mer Caspienne et leurs voisins. Le programme comprend l'Arménie, l'Azerbaïdjan, le Belarus, la Géorgie, la Moldavie, l'Ukraine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan. Jusqu'à la fin 2006, le programme INOGATE a été mis en œuvre dans le cadre de TACIS, mais depuis janvier 2007, il est mis en œuvre sous l'égide de l'Instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP). Bien que l'IEVP ne soit pas formellement lié directement aux États d'Asie centrale, il a néanmoins été étendu aux pays d'Asie centrale depuis 2007.

programa_erasmus_mundus.png

Le programme de mobilité transeuropéenne pour les études universitaires, TEMPUS, est cependant un programme visant à construire une zone de coopération en matière d'enseignement supérieur impliquant les États membres de l'UE et les pays partenaires. En outre, un autre programme européen, Erasmus Mundus, pour l'échange d'étudiants, d'universitaires et d'enseignants, a été lancé en Asie centrale en 2007. Et en 2009, l'UE a lancé le programme CAREN (Central Asia Research Education Net) pour soutenir la coopération entre les institutions de recherche de l'UE et de l'Asie centrale.

Puis en 2014, les programmes TEMPUS et Erasmus Mundus ont été remplacés par le programme Erasmus+ pour la mobilité académique, la coopération pour l'innovation, l'échange de bonnes pratiques et le soutien aux réformes éducatives. 

Il existe également la Fondation européenne pour la formation (pour soutenir la formation professionnelle) et l'Initiative européenne pour l'éducation en Asie centrale (pour renforcer la capacité des individus et des organisations à moderniser le secteur de l'éducation par le dialogue, l'échange et la discussion entre les pays de l'UE et d'Asie centrale).

Comme nous pouvons le constater, les programmes de Bruxelles ont le potentiel et la possibilité de concurrencer l'EAEU, d'autant plus que leurs initiatives sont de nature systémique.

En outre, l'UE mène une politique ciblée de coopération bilatérale, ce qui affecte également la perception des projets européens et eurasiens.

Alors qu'elle était auparavant positionnée comme un élément de coopération constructive, Bruxelles tente désormais de faire en sorte que la présence de l'UE se fasse nécessairement au détriment de la Russie. Directement ou indirectement.

Les analystes occidentaux ont précédemment suggéré d'utiliser l'outil de la "géopolitique hybride". Ce terme a des connotations inquiétantes car il est associé à la guerre hybride, une technologie perturbatrice développée dans l'armée américaine et au sein de l'OTAN.

Richard Youngs, professeur à l'université de Warwick au Royaume-Uni, affirme que "les demi-mesures de la nouvelle politique orientale de l'UE ont été à moitié efficaces". À cet égard, il propose un modèle de géopolitique libérale-réductive à plus long terme (synonyme de géopolitique hybride) à mettre en œuvre dans divers domaines de la politique étrangère de l'UE. Il est considéré comme relevant d'une doctrine européenne appliquée et délibérément non séquentielle, mais il disposera d'une plus grande marge de manœuvre. Il s'agit davantage d'un style géopolitique de l'UE, plutôt que d'une stratégie d'action claire, avec toutefois les ajustements nécessaires à la doctrine actuelle [xii].

Les actions de l'UE dans la zone d'intégration eurasienne doivent donc être suivies et analysées de près.

indexc51.png

Les États-Unis s'insinuent également dans la région avec leur projet C5+1, c'est-à-dire les États d'Asie centrale (Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Ouzbékistan, Turkménistan) et les États-Unis eux-mêmes qui tentent d'imposer unilatéralement leurs propres règles du jeu.

Leur présence et leurs initiatives ne sont pas nouvelles non plus. Auparavant, Washington a proposé de nombreux projets équivalant à la "Nouvelle route de la soie" et relatifs à la "Grande Asie centrale" (ces concepts ont été spécifiquement promus par Frederick Starr) [xiii].

Il y a eu des initiatives plus importantes, telles que les tentatives de patronner le gazoduc TAPI (Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde), mais sa construction a été retardée pour des raisons objectives.

La question du fonctionnement des laboratoires biologiques du Pentagone en Asie centrale et dans le Caucase du Sud reste aiguë [xiv].

Les mots de Jeffrey Mankoff, du CSIS, basé à Washington, qui estime que "Moscou accélère activement le déclin de son influence à travers l'Eurasie, y compris dans les anciens pays soviétiques du Caucase du Sud et de l'Asie centrale... Depuis le lancement de l'"opération militaire spéciale" contre l'Ukraine, les voisins concernés, comme le Kazakhstan, rejettent la Russie par défi. Ces dernières semaines ont également vu une résurgence des conflits en Eurasie, ce qui pourrait être le signe avant-coureur d'une plus grande instabilité à venir. Les puissances régionales, notamment la Chine et la Turquie, se sont montrées de plus en plus franches contre l'influence russe. Et maintenant, la mobilisation de la Russie a déclenché un flux migratoire vers d'autres États eurasiens - notamment l'Arménie, la Géorgie et le Kazakhstan. Cela renverse une tendance de longue date de la migration vers la Russie et met de nombreux Russes ordinaires face au mécontentement toujours ressenti dans de nombreuses sociétés post-coloniales.

Ces développements sont les premiers signes de ce qui sera probablement l'un des résultats les plus durables de la guerre: un affaiblissement de l'influence russe dans toute l'Eurasie post-soviétique et l'émergence d'un ordre régional plus dynamique, bien que complexe. En d'autres termes, c'est le résultat exactement inverse que Moscou espérait obtenir avec son invasion de l'Ukraine et l'inclusion effective du Belarus dans sa sphère d'influence. Comme le montre la reprise des hostilités dans le Caucase du Sud et en Asie centrale, un affaiblissement de l'influence russe pourrait exacerber les différends qui couvent et causer davantage de souffrances aux populations de la région. À long terme, cependant, cela peut contribuer à l'émergence d'États plus forts et plus efficaces - surtout si les États-Unis et leurs alliés européens peuvent offrir une alternative plus libérale à l'influence croissante de pays comme la Chine et la Turquie.

kafkas-harita_1.jpg

Les conflits arméno-azerbaïdjanais et kirghizo-tadjiks montrent comment un affaiblissement de l'influence russe pourrait entraîner davantage de violence et de souffrance dans le Caucase du Sud et en Asie centrale. À long terme, cependant, l'affaiblissement du pouvoir russe pourrait ouvrir la voie à l'émergence d'États plus forts et plus stables dans ces régions, car les élites régionales devront assumer davantage de responsabilités pour résoudre leurs propres problèmes. Le pluralisme géopolitique émergent de la région donnera également aux petits États eurasiens une plus grande liberté d'action, car ils pourront choisir entre une multitude de partenaires extérieurs. Ils bénéficieraient de la possibilité d'obtenir une part plus importante des revenus du commerce et du transit, ainsi que d'éventuels investissements dans leurs secteurs énergétiques.

L'influence croissante de la Chine et de la Turquie ne sera probablement pas particulièrement libérale et ne contribuera guère, à elle seule, à résoudre les nombreux problèmes de gouvernance dans la région. Cependant, la faiblesse de la Russie crée également une opportunité que des acteurs plus libéraux tels que les États-Unis et l'Union européenne peuvent exploiter, d'autant plus que la génération d'élites post-soviétiques se retire progressivement de la scène. Aujourd'hui encore, alors que les États-Unis et leurs alliés s'efforcent d'aider l'Ukraine à vaincre l'invasion russe, ils devraient également réfléchir à la manière d'encourager davantage les petits États eurasiens à sortir progressivement de l'ombre de la Russie. La poursuite des investissements, les partenariats avec la société civile et le développement de mécanismes de coopération régionale peuvent tous jouer un rôle essentiel pour que l'Asie centrale devienne plus démocratique et plus sûre après la défaite de la Russie" [xv].

Ce message clairement invraisemblable mais politiquement émouvant a été écrit dans la première moitié d'octobre 2022. Évidemment, les analystes et les politologues américains continuent à émettre des "prédictions" similaires avec les résultats qu'ils souhaitent pour eux-mêmes.

Dans le même temps, de nombreux centres traitant des questions relatives à l'Eurasie ont été créés aux États-Unis même. Il existe des unités structurelles au sein du SCRS et de la RAND Corporation. Le Centre pour l'Eurasie, basé à Washington [xvi], a lancé une série de programmes allant de l'Université de l'Eurasie à la Coalition des entreprises de l'Eurasie [xvii].

Il ne faut pas se faire d'illusions sur le fait que les États-Unis et l'Occident vont devenir complaisants et cesser de poursuivre activement les pays individuels d'Asie centrale et du Caucase du Sud ainsi que l'intégration eurasienne comme cible de leurs opérations. Au contraire, leurs actions ne feront que s'intensifier, ce que Mankoff propose de faire.

Le budget américain pour 2023 prévoit 59,7 milliards de dollars de dépenses pour les opérations à l'étranger et les programmes connexes. Sur ce montant, 6,8 milliards de dollars sont destinés aux besoins humanitaires, où est désigné "l'impact global de l'agression russe en Ukraine". Un autre montant de 2,5 milliards est répertorié comme un fonds humanitaire supplémentaire. 2,9 milliards d'euros iront à la promotion de la démocratie. L'USAID recevra 2,1 milliards de dollars pour poursuivre de telles fins.

Un total de 500 millions de dollars et 350 millions de dollars supplémentaires sont alloués à divers programmes visant à soutenir les partenaires américains en Europe de l'Est, en Eurasie et en Asie centrale. En outre, 300 millions de dollars sont transférés au Fonds d'influence anti-russe (un fonds similaire pour la Chine s'élève à 350 millions de dollars) [xviii].

La Russie doit se préparer aux défis à venir et non seulement réagir aux actions des pays inamicaux, mais aussi anticiper leurs tentatives de provocation visant à perturber l'intégration eurasienne.

Notes:

[i]               Pedro Sánchez Herráez. Asia Central, el disputado puente entre Asia y Europa. 07/10/2022

                https://www.ieee.es/Galerias/fichero/docs_analisis/2022/D...

[ii]              Contessi, Nicola P., “Central Asia in Asia: charting growing trans-regional linkages”, Journal of Eurasian Studies, volume 7 nº 1, Jan 2016, pp 3-13. http://ac.elscdn.com/S1879366515000329/1-s2.0-S1879366515...

[iii]             https://www.ceps.eu/ceps-publications/turkeys-eurasian-am...

[iv]            https://www.mfa.gov.tr/yeniden-asya-girisimi.tr.mfa

[v]             https://www.tccb.gov.tr/en/news/542/133467/-we-are-changi...

[vi]            https://caspiannews.com/news-detail/kazakhstan-approves-m...

[vii]           https://eurasianet.org/kazakhstan-seals-deal-to-produce-t...

[viii]       https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/IP_...

[ix]            https://www.maersk.com/news/articles/2022/05/16/maersk-la...

[x]             http://www.traceca-org.org/en/home/

[xi]            Парамонов В.В., Строков А.В., Абдуганива З.А. (под общей редакцией и руководством Парамонова В.В.). Влияние Европейского Союза на Центральную Азию: обзор, анализ и прогноз. – Алматы: Фонд им.Фридриха Эберта, 2017. С. 1.

[xii]           Richard Youngs. Is ‘hybrid geopolitics’ the next EU foreign policy doctrine?

                http://blogs.lse.ac.uk/europpblog/2017/06/19/is-hybrid-ge...

[xiii]          https://www.geopolitika.ru/article/novyy-shelkovyy-put-i-...

[xiv]          https://www.geopolitika.ru/article/gibridnaya-biologiches...

[xv]           https://warontherocks.com/2022/10/as-russia-reels-eurasia...

[xvi]          https://www.eurasiacenter.org/

[xvii]         https://www.usebc.org/

[xviii]        https://appropriations.house.gov/sites/democrats.appropri...

jeudi, 19 janvier 2023

Le port d'Anvers aux mains des narcos. Et l'État belge capitule

haven-van-antwerpen-Deurganckdok-800x450.jpg

Le port d'Anvers aux mains des narcos. Et l'État belge capitule

Marco Valle

Source: https://insideover.ilgiornale.it/societa/il-porto-danversa-nelle-mani-dei-narcos-e-lo-stato-belga-si-arrende.html?fbclid=IwAR15sL6mgZcgCTt-ESoTA9tS-AxLQTw-ih6Xh9KlQ_B5z7L1_-MqfmMYFVU

"Anvers capitale du crime comme le Medellin d'Escobar ou le Chicago d'Al Capone". "Une ville sans loi, une guerre sans fin pour la drogue". C'est ainsi que la presse belge titre ces jours-ci après le meurtre d'une fillette de 11 ans, tuée lors d'une fusillade à Merksem, l'un des quartiers chauds de la métropole belge. La victime a été mortellement blessée lors de l'attaque de son domicile par une bande rivale du clan auquel elle appartenait par malchance. Il s'agissait d'un véritable règlement de comptes entre gangs: deux des oncles de la jeune fille sont considérés comme des membres importants de la Mocro Mafia, une organisation criminelle marocaine spécialisée dans le trafic de drogue et solidement implantée entre la Belgique et les Pays-Bas.

Un crime, le énième, qui a convaincu le bourgmestre Bart De Wever - président du parti de droite N-VA (Nouvelle Alliance flamande) allié en Europe au groupe conservateur-réformiste de Giorgia Meloni - de demander au gouvernement de Bruxelles l'envoi immédiat de l'armée pour garder le port sur l'Escaut.

13524.jpeg

La porte d'entrée de la drogue en Europe

Rien que le port. Le contrôle du troisième plus grand complexe maritime d'Europe est la véritable cible des organisations de trafic de drogue de toutes les couleurs et nationalités. Par les portes grandes ouvertes de ce gigantesque entrepôt passent chaque année d'énormes quantités de cocaïne en provenance d'Amérique du Sud, notamment de Colombie et du Panama. Un trafic lucratif: en 2022, les douaniers belges ont saisi 110 tonnes de cocaïne (23 % de plus que l'année précédente) pour une valeur estimée à environ 5 milliards d'euros. Rien de plus qu'une goutte dans l'océan.  Selon des sources policières, les drogues saisies ne représentent que 10% du mouvement total. Les calculs sont donc vite faits. Anvers est maintenant devenu la porte d'entrée des drogues dans l'Union européenne et celui qui contrôle son port contrôle le marché continental. D'où l'escalade de la violence qui traverse toute la ville depuis au moins une décennie.

En plus d'exiger l'arrivée de soldats, le maire exaspéré a demandé une convocation d'urgence du Conseil national de sécurité, l'organe fédéral chargé des urgences et composé des principaux ministres et des chefs des forces armées, de la police et des services secrets. Une proposition, compte tenu de la situation, qui est absolument raisonnable et nécessaire, et pourtant le gouvernement dirigé par le libéral Alexander de Croo préfère passer sous silence ce sujet épineux. Aucune réunion du Conseil n'est prévue et aucun militaire ne sera mobilisé. "L'armée n'est pas préparée à ces tâches", a déclaré la ministre socialiste de la Défense Ludivine Dedonder. Tout au plus, les mesures de sécurité du port, actuellement très banales, seront renforcées en plaçant des drones, des scanners et des robots le long des quais et aux entrées. Zéro renforcement.

B9727312393Z.1_20210609174856_000+GJPI9SUHF.1-0.jpg

Une attitude renonciatrice et scandaleuse, mais conforme à la traditionnelle modestie - comme on l'a déjà vu au moment des attentats islamiques de Bruxelles - de la politique belge en matière de sécurité et d'ordre public. Pourtant, l'urgence est dramatiquement réelle. En décembre dernier, l'enlèvement par un gang du ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne a été déjoué au dernier moment. Ces jours-ci et pour les mêmes raisons, son ancien collègue néerlandais Ferdinand Grapperhaus a été placé sous haute protection. Pourtant, en dehors des phrases de circonstance, rien ne semble bouger.

Alors que les criminels deviennent de plus en plus audacieux et dangereux, l'État préfère ne pas voir, ne pas agir. Par paresse, par peur, par un tolérantisme contradictoire et malsain qui a épuisé les ressources de la police et des services de renseignements. Il y a un manque de volonté, un manque de courage. Le juge Michel Claise, le magistrat qui dirige aujourd'hui l'enquête sur le "Qatargate" et qui a combattu le crime organisé dans la solitude pendant des années, n'a plus de doutes. Il a déclaré au journal La Dernière Heure qu'il était convaincu que "les narcotrafiquants ont acquis un sentiment d'impunité totale parce qu'il n'y a pas de réaction adéquate de la part des autorités politiques, de la police et du système judiciaire". Les mafias remercient ce laxisme et, pendant ce temps, elles prospèrent et tuent.     

Donnez-nous une autre minute de votre temps !

Si vous avez aimé l'article que vous venez de lire, demandez-vous : si je ne l'avais pas lu ici, l'aurais-je lu ailleurs ? S'il n'y avait pas InsideOver, combien de guerres oubliées par les médias le resteraient ? Combien de réflexions sur le monde qui vous entoure ne seriez-vous pas capable de faire ? Nous travaillons chaque jour pour vous fournir des reportages de qualité et des rapports approfondis totalement gratuits. Mais le type de journalisme que nous faisons est tout sauf "bon marché". Si vous pensez que cela vaut la peine de nous encourager et de nous soutenir, faites-le maintenant.

Les niveaux d'éducation en Europe occidentale continuent de baisser rapidement, selon des études

scolarisation.jpg

Les niveaux d'éducation en Europe occidentale continuent de baisser rapidement, selon des études

Peter Logghe

Source: https://www.facebook.com/peter.logghe.94

Dans plusieurs États membres de l'UE - et, sans coïncidence, tous se situent en Europe occidentale - des signaux d'alarme sont tirés en ce qui concerne les niveaux d'éducation. Dans une "note d'information", les collaborateurs du ministre français de l'éducation, Pap Ndiaye, affirment que non seulement les connaissances en mathématiques chutent de manière spectaculaire, mais aussi celles de la langue française : "Les élèves évalués dans le cadre des compétences linguistiques en 2021 sur la base d'une dictée en français obtiennent de moins bons résultats que les élèves de la même évaluation en 1987, 2007 et 2015".

La note d'information repose sur une dictée, qui est restée la même au cours des années mentionnées. Une douzaine de lignes, 67 mots et 16 phrases. Aujourd'hui, les élèves font en moyenne 19,4 erreurs, 18 erreurs en 2015, seulement 14,7 en 2007 et 10,7 erreurs en 1987. Le nombre de "bons élèves", en particulier, s'est effondré. Alors qu'en 1987, 30,7 % des élèves faisaient moins de 5 fautes en moyenne, ce chiffre est tombé à 15,6 % en 2007, et atteint à peine 7 % aujourd'hui.

Plusieurs pédagogues français, comme Robert Redecker ou Jean-Paul Brighelli, parlent de "la mort programmée du système éducatif". Non seulement l'immigration, mais aussi les expériences de Mai 68 ont fait que nos écoles ne transmettent plus de connaissances, mais offrent seulement un espace coûteux d'ergothérapie. Est-ce si différent en Flandre ?

Jahrestagung2019_01_0039.jpg

Les experts tirent la sonnette d'alarme sur le niveau d'éducation dans les écoles primaires allemandes

Des experts allemands de l'éducation ont demandé au gouvernement fédéral allemand de s'attaquer de toute urgence à la tendance négative de l'éducation dans les écoles primaires. De nombreux enfants ont des bases insuffisantes en langue allemande et en mathématiques. Les experts Felicitas Thiel et Michael Becker-Mrotzek (photo) ont présenté un résumé de leurs recherches scientifiques lors d'une conférence des ministres à Berlin. Les écoles primaires parviennent apparemment de moins en moins à enseigner les compétences de base aux enfants.

L'IQB-Bildungstrend et l'étude de l'Institut Robert Koch sur la santé des enfants avaient déjà montré qu'un enfant sur cinq ne possède pas les bases de la langue allemande et des mathématiques. Et un enfant sur quatre présenterait un risque accru de troubles du comportement dans les mêmes études. L'une des raisons du déclin marqué de l'enseignement allemand serait la proportion de plus en plus élevée d'enfants issus de familles non germanophones. En Allemagne, cela concerne actuellement un enfant sur cinq, avec une tendance à la hausse.

Non seulement des insectes, des milliards de l'UE pour la viande cultivée en laboratoire

l-intro-1657044600.jpg

Non seulement des insectes, des milliards de l'UE pour la viande cultivée en laboratoire

par Gloria Callarelli

Source: https://www.ariannaeditrice.it/articoli/16209

Mettre fin à la malnutrition d'ici 2030, réduire l'impact environnemental et la production de gaz à effet de serre, mais aussi améliorer la résilience des systèmes agricoles.

Tranquillement, avec ces thématiques dûment instrumentaliséeset apparemment autorisés, l'UE, et les copains à la Bill Gates ou Klaus Schwab, préparent en fait un avenir dystopique, en investissant des milliards dans l'expérimentation génétique et en bouleversant l'ordre naturel des choses. Ils appellent cela aussi "développement durable" et tout est fait, inutile de le dire, pour l'amour de mère nature, qui n'est pas exactement l'amour chrétien de la Création, mais juste un ersatz, typique du New Age et distribué en pilules pour digérer le plan diabolique de restructuration de la réalité d'ici 2030.

Ainsi, l'élevage de vaches et de troupeaux ou de poulets et de porcs plus efficaces grâce à des implémentations génétiques est déjà une réalité. Des dizaines de projets ont été lancés grâce aux fonds de l'UE: Gene-switch, Gentore, Rumigen, puis Geronimo et bien d'autres encore. L'UE a déjà alloué environ un milliard d'euros pour financer les quelque 180 projets multi-acteurs présentant un intérêt pour l'agriculture, la sylviculture et le développement rural au cours des sept années d'Horizon 2020 (2014-2020). Plus de 120 d'entre eux ont déjà été amorcés et le programme Horizon Europe (2021-2027) a également été lancé. Tout cela fait partie de la Food Action Alliance, la plateforme qui soutient le système de transformation des aliments. On apprend comment l'Europe s'efforcera (et espère que d'ici 2030, le système politique des différents États fera de même) de mettre en œuvre des interventions qui permettront aux agriculteurs de passer à des systèmes agricoles et alimentaires "durables et résilients". Les Pays-Bas et les pays nordiques sont à l'avant-garde de ce type de transformation : Aerovision, l'Université de Wageningen et Research ne sont que deux des entités qui travaillent au développement du programme. Non seulement l'élevage et l'agriculture, mais aussi la pêche sont exemptés.

GettyImages-1257741954-df48990.jpg

On peut lire sur les pages de l'un des appels à propositions suggérés par l'UE: "La recherche et l'innovation contribueront à une meilleure compréhension des incidences du changement climatique en termes de modification des habitats et de fonctionnement écologique, ainsi que des répercussions qui en résultent sur la composition des espèces, la santé et la modification des taux de croissance et de reproduction. La recherche, on l'aura compris, tend à évaluer le type d'espèces animales et leur adaptation (plus ou moins grande) en fonction de l'emplacement et de la nourriture fournie. Pour faire simple: selon toute vraisemblance, à l'issue de ces études, il sera possible de produire en laboratoire, en dépassant le système traditionnel des croisements et en arrivant à l'édition génétique, l'espèce parfaite qui ne pollue pas, donne plus de rendement et s'adapte à son environnement.

indgentoereex.png

C'est ce que nous apprend le programme Gentore : "L'amélioration génétique du bétail est une technologie particulièrement rentable qui produit des changements permanents et cumulatifs dans les performances". Il parle de "l'amélioration de l'efficacité du bétail et du système d'élevage, en convertissant plus d'énergie dans la production de produits, réduisant ainsi les émissions de gaz à effet de serre par unité de produit". Et, devinez quoi : "l'un des outils à la disposition des agriculteurs est la sélection génétique. Ce sont les objectifs du "développement durable"".

Le bétail génétiquement sélectionné produira donc les effets suivants : "Amélioration de la fertilité pour réduire les intervalles de vêlage et les inséminations avec une réduction des coûts de gestion et des émissions. Amélioration de la résilience des bovins et des troupeaux, amélioration de la longévité, amélioration de la santé". Il indique également : "Amélioration de l'efficacité alimentaire : par exemple, sélection pour une meilleure consommation d'aliments résiduels, ce qui aura une incidence directe sur les émissions, car les animaux qui mangent moins ont tendance à produire moins de gaz à effet de serre. En gros, l'animal ne mangera que ce qu'il décide et dans les quantités qu'il décide pour ne pas polluer. Question. Ce qui est vrai pour l'animal aujourd'hui, qui peut dire que ce ne sera pas vrai pour l'homme demain ?

Peut-être est-il préférable de commencer à comprendre où nous sommes arrivés et qu'il est important d'agir. Quel est le but ultime ? Qui sait : peut-être subvertir le secteur primaire et remplacer l'élevage connu aujourd'hui par des usines à éprouvettes. Tout cela pour arrêter le changement climatique et réduire les coûts en nous forçant à manger et à vivre comme ils le souhaitent. La folie ? Pour quoi les insectes sont désormais prévus dans nos assiettes ? Le contrôle social et l'asservissement des êtres vivants sous l'excuse officielle de prévenir la pollution, c'est quoi ? Ils ont déjà pénétré partout, jusque dans nos estomacs, avec leurs théories diaboliques. Nous devons nous attendre à tout. Le scientisme perturbe la vie, permettant des expériences scientifiques et des astuces génétiques qui aboutiront sur nos tables à quelque chose d'artificiel et, Dieu sait, de dangereux pour notre santé. Nous sommes déjà à des niveaux limites et leurs agendas s'accélèrent. Il y a un mois, nous écrivions sur l'enquête de la Fondation Barilla sur les insectes, aujourd'hui les insectes sont une réalité. De nos jours, vous ne pouvez même plus faire confiance aux pâtes que vous mangez : il est bon de toujours vérifier les ingrédients, de rechercher des entreprises saines.

Ils sont sournois dans leurs desseins et ne s'arrêteront pas. Animaux, plantes, hommes : tout ce qui est créé doit finir, et mal finir, entre leurs mains. Tant pis pour le développement durable et "sauver la planète" : les diables se détruisent (et nous détruisent) de leurs propres mains. Si le monde devient alias, devient autre chose, perturbé dans son ordre naturel, il se rebellera. C'est la théorie du chaos, ce sont les mathématiques. L'orgueil et la volonté de puissance les ont aveuglés. L'espoir est là et c'est que Dieu se lassera bientôt de ces imitateurs poltrons.

mardi, 17 janvier 2023

Les objectifs du Maroc pour sa nouvelle démarcation maritime

63237714-45633500.png

Les objectifs du Maroc pour sa nouvelle démarcation maritime

Ali El Aallaoui

Analyste et chercheur en géopolitique

Source: https://masticadoresdeletrasfocus.wordpress.com/2020/09/05/los-objetivos-marroquies-de-su-nueva-delimitacion-maritima-by-ali-el-aallaoui/

L'objectif des autorités marocaines est de redessiner à nouveau le paysage politique du Sahara occidental, et de faire croire qu'il s'agit d'une étape dans le conflit territorial issu d'une mauvaise gestion des relations hispano-marocaines.

C'est la première fois dans l'histoire de l'humanité que toutes les régions du monde ont une forte présence dans les mers en même temps. Comme par le passé, la mer reste un vecteur de puissance, un espace nécessaire et essentiel pour développer des ambitions économiques et politiques.

La possession de matières premières, qu'elles soient agricoles ou minérales, a toujours été un élément fondamental de la puissance. C'est la volonté de les acquérir qui est à l'origine des grandes découvertes de la fin du 15ème et du début du 16ème siècle. Au début du 20ème siècle, dix des douze plus grandes entreprises américaines exploitaient des ressources naturelles. Tous les pays riches du 19ème et du début du 20ème siècle disposaient d'importantes ressources naturelles.

Partant de ce constat, le Maroc veut à tout prix faire pression sur l'Espagne pour qu'elle accepte le fait accompli principalement au Sahara occidental, sachant que la situation dans ce territoire, qualifié de territoire non autonome par les Nations Unies en 1963, est dans l'impasse depuis des années.

Contexte et objectif géopolitique

En d'autres termes, d'un point de vue contextuel, le Maroc profite de la période de non paix et de non guerre au Sahara Occidental. Elle considère également l'actuel gouvernement espagnol comme plus faible et veut donc le pousser à négocier l'espace maritime du Sahara occidental afin de lui accorder une certaine souveraineté territoriale de facto. Cependant, il doit savoir que l'Espagne est la puissance administrante au Sahara Occidental en vertu du droit international et que le Maroc est la puissance occupante.

Les nouvelles lois marocaines définissant son nouveau domaine maritime fixent ses eaux territoriales à 12 miles, délimitent sa zone économique exclusive à 200 miles et décident d'étendre son plateau continental à 350 miles. Avec les règlements adoptés, le Maroc étend sa tutelle légale sur l'espace maritime qui comprend le Sahara occidental jusqu'à la ville de Lagüera et au nord-est jusqu'à Saidia, à la frontière avec l'Algérie.

1-68.jpg

Dans cette perspective, l'objectif du Maroc est de retarder et de bloquer l'exécution de l'arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) du 21 décembre 2016 qui a séparé le Sahara de la sphère de compétence des relations entre le royaume alaouite et l'UE. Car la question de la souveraineté sur le Sahara est le défi le plus important auquel sont confrontés les futurs accords entre le Maroc et l'UE. Dans ce sens, l'intégration des produits du territoire sahraoui dans les accords d'association avec l'UE présentera bientôt au Maroc un nouveau défi en termes de souveraineté sur le Sahara occidental.

Objectif économique

Les intérêts économiques et stratégiques et l'épuisement des ressources naturelles sur terre conduisent les États à poursuivre cette tentative de monopolisation des espaces maritimes au-delà des mers territoriales, dans les limites du plateau continental, avec la volonté de contrôler non seulement la surface, mais aussi les ressources halieutiques et minérales des fonds marins et du sous-sol.

En outre, les ressources naturelles sont considérées comme augmentant l'intervention des États dans les affaires des autres. Les deux guerres du Golfe sont perçues comme étant largement liées à la priorité donnée à l'accès aux réserves de pétrole.

Les ressources naturelles du Sahara occidental sont abondantes et jouent un rôle important pour influencer la diplomatie marocaine envers ses partenaires principalement européens. Ce qui explique , l'importance géostratégique et économique du Sahara occidental pour le Maroc, et aussi pour l'Union européenne en termes de ressources, ceci explique l'accord signé entre l'UE et le Maroc en 2019 sans aucun respect des décisions de la Cour de justice de l'Union européenne en 2016.

L'objectif stratégique du Maroc: maintenir le statu quo au Sahara occidental avec l'aide de l'Espagne

Le Maroc veut à tout prix rester sur le territoire sahraoui car il estime que le temps joue pour lui, que le développement de la région et l'évolution de la composition de la population rendront irréversible le rapport de force en sa faveur. C'est dans cette perspective que s'inscrit la nouvelle politique marocaine de délimitation maritime unilatérale.

Le principal intérêt du Maroc dans cette nouvelle approche est de prolonger le conflit au Sahara occidental sur le long terme, ou du moins de ne pas le résoudre avant longtemps. Ainsi, sans la coopération espagnole à cet égard, le Maroc ne peut pas appliquer sa politique coloniale au Sahara occidental car ses voisins, l'Algérie et la Mauritanie, s'opposent à ses revendications territoriales, sans parler du peuple sahraoui.

L'objectif des autorités marocaines est de redessiner à nouveau le paysage politique du Sahara occidental, et de faire croire qu'il s'agit d'une phase dans le conflit territorial et d'une mauvaise gestion des relations hispano-marocaines.

lundi, 16 janvier 2023

Analyse: L'immigration clandestine en Espagne

1000x563_cmsv2_52560e17-27c2-51a9-8a3e-d104cf4c3e00-3257580.jpg

Analyse (mai 2021):

L'immigration clandestine en Espagne

La perception persistante de la migration comme une menace est allée de pair avec l'incapacité des États membres de l'UE à faire face à l'augmentation des arrivées en faisant preuve de solidarité entre eux.

Par Ali Ahamed Haiba

Analyste géopolitique : Sahara occidental  

Source: https://www.tradicionviva.es/2021/05/19/la-inmigracion-ilegal-en-espana/       

Depuis plusieurs mois, l'Espagne est confrontée à un phénomène migratoire d'une ampleur sans précédent. Au moment où nous écrivons ces lignes, une vague incontrôlée de migrants déferle vers la ville autonome de Ceuta. C'est une nouvelle version de la Marche verte qui a forcé l'abandon d'Ifni et du Sahara occidental au Maroc en 1975. Nous ne savons pas comment cette nouvelle stratégie de pression basée sur les boucliers humains, y compris les mineurs d'âge, va se terminer.

De par sa nature même, il est clair que le flux migratoire qui arrive en Espagne depuis quelques mois est sans précédent dans l'histoire. En effet, au cours du premier trimestre 2021, le nombre d'arrivées par voie maritime via la route de l'océan Atlantique a augmenté, tout comme le nombre de victimes et de personnes disparues.

Dans ce contexte, les îles Canaries vivent un présent infecté par la pandémie, mais aussi par l'immigration clandestine, et les deux ravages sociaux sont presque identiques, car ce sont des maux qui rongent et ruinent le système social et économique des îles Canaries.

Par conséquent, les îles Canaries font l'objet de flux migratoires sans précédent en raison de leur voisinage immédiat et de la capacité des réseaux mafieux qui considèrent les îles Canaries comme une route plus facile et moins risquée malgré l'océan Atlantique.

Cette nouvelle vague d'immigration au moment de la pandémie a des conséquences négatives sur le secteur du tourisme, qui est le poumon de l'économie des îles Canaries. Cette situation s'explique par la concurrence du Maroc voisin, qui veut à tout prix être la principale destination touristique d'Afrique du Nord. C'est pourquoi l'immigration sera un outil important pour détrôner les îles Canaries en termes de nombre de nuitées et de population touristique. Cette raison d'être trouve son origine dans les faiblesses successives des gouvernements espagnols, tant de droite que de gauche, dans leur comportement vis-à-vis du Royaume du Maroc.

L'influence directe de l'immigration sur le secteur du tourisme dans les îles Canaries

En déclarant que l'Allemagne accueillerait tous les réfugiés syriens, Angela Merkel a créé un effet d'attraction, accentuant la prolifération de la tendance africaine à chercher par tous les moyens à s'installer sur les côtes du voisinage immédiat de l'Europe, qui n'est autre que les îles Canaries.

La menace de la crise migratoire dans les îles Canaries représente un échec général des politiques migratoires du gouvernement espagnol. Cette situation profitera au Maroc et à son projet touristique, car l'effondrement des îles Canaries en tant que point de référence touristique profitera sans aucun doute au Maroc.

En effet, en 2013, le roi du Maroc a présenté à Marrakech la "Vision 2020", qui visait à doubler la taille du secteur du tourisme au Maroc.

Dans cette perspective, le Maroc va utiliser la même stratégie que Fidel Castro pour faire de son pays une destination touristique. Fidel a commencé par envoyer, parmi les immigrants, les pires criminels de son île vers son plus grand concurrent, Miami. Cette stratégie a été copiée par le Maroc, comme l'exode Mariel de 1980 de Cuba à Miami, qui était une tromperie de Fidel Castro pour envoyer les 25.000 criminels les plus dangereux qu'il avait sous la main avant de commencer sa phase touristique.

Le phénomène de l'émigration exprime fondamentalement les disparités économiques qui caractérisent les deux continents d'Europe et d'Afrique. Le revenu national par habitant des pays africains est trop faible par rapport aux principaux pays de destination des flux migratoires, inférieur à 10% du revenu européen par habitant.

La situation de la migration irrégulière est "extrêmement préoccupante" à l'heure actuelle car les routes qui existaient il y a un an ont changé et se dirigent désormais vers l'archipel. C'est Alfred Sauvy qui a dit "si les richesses ne vont pas là où sont les hommes, les hommes vont naturellement là où sont les richesses".

La raison de ce phénomène peut se résumer à l'absence de sécurité économique, sociale et politique, ainsi qu'au déficit de gouvernance, qui sont des moteurs essentiels de la migration, et peuvent donc affecter et influencer la relation entre sécurité et migration. Une équation géopolitique très rentable aujourd'hui pour les gouvernements d'origine de l'émigration, afin de faire plier les Etats soumis à l'immigration.

Le Maroc et l'arme géopolitique de l'immigration

En 2001, le Sénégal, le Maroc et la Mauritanie ont signé un accord tripartite pour la construction de la route reliant Nouadhibou à Nouakchott. La frontière entre les deux pays a été rouverte en février 2002. La construction de la route reliant la capitale mauritanienne à la frontière entre le Sahara occidental et le Maroc à Algargarate a permis d'accroître les échanges commerciaux entre les deux pays et l'Afrique de l'Ouest.

Cette réouverture de la route maritime a été favorable aux transmigrants qui peuvent désormais franchir la frontière officiellement s'ils sont en possession des documents adéquats. Les transmigrants sont ensuite transportés sur les plages du Sahara occidental d'où ils attendent leur départ pour les îles Canaries.

En réalité, le Maroc utilise ces flux migratoires en provenance d'Afrique subsaharienne et du Maroc lui-même pour faire pression sur l'Espagne, et plus tard sur l'UE.

L'utilisation de l'immigration comme arme stratégique contre l'Espagne n'est plus un secret. Derrière le flux de petits bateaux et de cayucos qui continuent d'arriver aux îles Canaries depuis 2020 jusqu'à aujourd'hui, il y a une raison simple de faire plier l'Espagne pour qu'elle suive la politique du Maroc au Sahara occidental (un territoire qui attend toujours une décolonisation inachevée).

0f60e00b3e8272a4012a01d14f837510c884d78f.jpg

D'autres raisons sous-jacentes sont d'accepter le fait accompli de l'annexion par le Maroc des frontières maritimes du Sahara occidental, et de mettre en danger les frontières maritimes des îles Canaries et leurs ressources marines, d'être courtisés et subventionnés par Madrid et l'Union européenne pour freiner les sorties illégales de migrants.

Depuis plusieurs années, le Maroc tente d'étendre ses eaux ZEE jusqu'à la limite des 200m/n à laquelle il a droit en vertu du droit de la mer, mais qu'il devra partager avec les îles Canaries, l'Espagne et les îles Madère du Portugal. 

Sur le plan géopolitique, le Maroc a trouvé dans la carte d'immigration massive un outil de lobbying très facile et utile, avec un bénéfice rapide et direct. En effet, pendant des années, les relations bilatérales entre le Maroc et l'Espagne ont présenté un modèle de comportement dans lequel des négociations tendues ont conduit à une augmentation des départs de bateaux transportant des immigrants illégaux.

Tout ceci témoigne de la faiblesse de l'Espagne vis-à-vis de son voisin immédiat au sud.

L'immigration et la culture de la peur

Les gouvernements successifs en Espagne sont soumis à une pression politique constante sur la question de l'immigration. D'une part, certains employeurs espagnols réclament davantage de travailleurs immigrés et les groupes de défense des droits de l'homme réclament un niveau plus élevé de droits et de libertés pour les immigrés.

D'un autre côté, cependant, les électeurs sanctionnent les partis politiques considérés comme "mous" en matière d'immigration, et de nombreux électeurs se tournent vers les partis de droite radicale, qui défendent ouvertement de fortes positions anti-immigration. Quoi qu'il en soit, les pressions anti-immigrants sont devenues une motivation incroyablement puissante pour les politiciens espagnols.

En nous concentrant sur nos émotions et nos instincts, nous avons souvent tendance à perdre de vue la vue d'ensemble. Nous parlons de la protection de nos frontières, mais nous ne nous demandons pas s'il existe des voies légales alternatives pour ceux qui pourraient finalement avoir recours à la migration irrégulière. Et nous avons tendance à regarder l'avenir avec incertitude et malaise, plutôt que de planifier ce qui nous attend, ou même ce qui nous attend au coin de la rue. En outre, le public espagnol ne semble pas disposé à considérer la crise comme faisant partie du passé.

Cela s'explique en partie par le fait que les gens viennent avec des "cordes à leur arc" : lorsqu'ils déménagent, ils apportent avec eux leur culture, leur éducation et leurs croyances. Il est donc beaucoup plus difficile de peser rationnellement les coûts et les avantages et d'éviter les réactions de peur face à l'immigration.

La perception persistante de la migration comme une menace est allée de pair avec l'incapacité des États membres de l'UE à faire face à l'augmentation des arrivées en faisant preuve de solidarité les uns envers les autres. En effet, l'inaction et les réponses ratées ont probablement ancré un "état de crise perpétuelle".

Si nous ajoutons ce sentiment aux contradictions de l'actuel gouvernement espagnol, qui comprend des partis qui se sont expressément déclarés en faveur du "retour au Maroc" de Ceuta et Melilla et espèrent augmenter leur base électorale avec les apports démographiques irréguliers des flux migratoires, nous approcherons des proportions de cette crise dont les conséquences nous échappent encore.

dimanche, 15 janvier 2023

Le chef des journalistes de l'UE: la nouvelle loi sur les médias de Zelenskyj est contraire aux normes européennes

Ukraine_media_center.png

Le chef des journalistes de l'UE: la nouvelle loi sur les médias de Zelenskyj est contraire aux normes européennes

Source: https://zuerst.de/2023/01/15/eu-journalistenchef-selenskyjs-neues-mediengesetz-widerspricht-eu-standards/

Bruxelles. La démocratie et les "valeurs" occidentales sont prétendument défendues en Ukraine - c'est du moins ainsi que les politiques et les médias le voient. Mais le vernis est depuis longtemps égratigné. L'Ukraine continue de s'enfoncer dans un marécage de corruption. Et la démocratie n'est pas vraiment au rendez-vous. Même Ricardo Gutiérrez, le secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes (FEJ), a dû le reconnaître. En effet, la nouvelle loi ukrainienne sur les médias, entrée en vigueur au début de l'année, est un véritable camouflet pour la liberté des médias (voir notre article). Elle donne au gouvernement beaucoup plus de pouvoir et d'influence sur les fournisseurs d'informations du pays.

Le chef des journalistes européens Gutiérrez est étonné - car la Commission européenne et les chefs de gouvernement sont muets : "Nous sommes surpris par le manque de réaction des pays occidentaux", a déclaré Gutiérrez à SVT, la télévision publique suédoise. "Nous ne comprenons pas pourquoi ils ne disent pas à Zelenskyj que cette loi ne correspond pas à nos normes. Je dirais qu'il sera impossible pour l'Ukraine d'adhérer à l'UE avec une telle loi".

Le projet de loi litigieux a été élaboré il y a deux ans déjà, soit un an avant l'invasion russe de l'Ukraine. Dès son arrivée au pouvoir en 2019, Zelenskyj avait ordonné l'élaboration de la loi visant à renforcer la régulation des médias. Kiev ne peut donc pas invoquer l'attaque russe pour justifier cette tentative de censure étatique, vivement critiquée par les organisations de journalistes. "A notre avis, cette loi va permettre une censure arbitraire de la part du gouvernement ukrainien", déclare Gutiérrez.

Dans un communiqué, le Syndicat national des journalistes ukrainiens avait déjà déclaré que la loi constituait une menace pour la liberté de la presse dans le pays. "De tels pouvoirs sont clairement excessifs", écrivait l'organisation.

Lorsque le projet de nouvelle loi sur les médias a été publié, plusieurs organisations internationales de médias, dont le Comité pour la protection des journalistes et la Fédération européenne des journalistes, se sont prononcées contre. Ricardo Gutiérrez a déclaré au New York Times que la loi était contraire aux normes européennes en matière de liberté de la presse. "L'Ukraine démontrera son engagement européen en promouvant des médias libres et indépendants, pas en introduisant un contrôle étatique de l'information", a déclaré Gutiérrez.

En juillet déjà, la Fédération européenne des journalistes avait demandé aux autorités ukrainiennes de retirer le projet de loi sur les médias. Ce projet de loi "propose d'accorder à l'autorité nationale de régulation, le Conseil national de la radiodiffusion, des pouvoirs de régulation arbitraires et disproportionnés qui s'appliqueraient non seulement aux médias audiovisuels, mais aussi à la presse écrite et aux médias numériques", expliquait l'association. M. Gutiérrez a souligné que "la régulation forcée prévue par le projet de loi, entre les mains d'un régulateur entièrement contrôlé par le gouvernement, est digne des pires régimes autoritaires. Elle doit être retirée".

Le gouvernement Zelenskyj rejette de telles accusations. Selon le gouvernement de Kiev, la loi vise à être en conformité avec la législation européenne et à empêcher la propagande russe. La loi donne plus de pouvoir au Conseil national de la télévision et de la radio. Les membres du Conseil sont nommés par les députés. Selon l'Independent de Kiev, les sites d'information qui ne se sont pas enregistrés peuvent être fermés sans préavis par l'autorité.

L'été dernier, l'Ukraine a obtenu le statut de pays candidat à l'adhésion à l'UE. Selon le chef des journalistes de l'UE, M. Gutiérrez, ce n'est toutefois pas une option pour un pays qui ne favorise pas le pluralisme des médias et où le gouvernement contrôle une grande partie des médias. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin