Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 13 septembre 2021

Les archétypes de la Russie dans la lecture d'Elémire Zolla

unnicramed.jpg

Les archétypes de la Russie dans la lecture d'Elémire Zolla

par Stefano Arcella

Ex: https://www.centrostudilaruna.it/archetipi-della-russia-nella-lettura-di-elemire-zolla.html

Dans son livre Archetipi (Marsilio, Venise, 2002), Elémire Zolla décrit des modèles mythiques avec un langage allusif, presque symbolique en soi, qui laisse place à l'intuition du lecteur et l'incite à s'éveiller.

Le dépassement du dualisme Moi/Monde, le sens de l'Un-Tout, les significations archétypales des nombres, la référence continue à leur valeur symbolique, leur perception émotionnelle et non froidement intellectuelle, l'explication de leur fonction: le savant nous introduit dans un monde ancien, parfois même primordial, mais extraordinairement présent à notre époque.

elmire-zolla-9058a62b-cdb5-4f22-bb96-2653a6665b0-resize-750.jpeg

"Un archétype", écrit-il, "est ce qui unit une pluralité d'objets en un tout, en les coordonnant avec certains sentiments et pensées. Le contact avec un archétype ne peut être exprimé dans le langage ordinaire, il nécessite des exclamations et des idiotismes, il implique une certaine excitation. Lorsqu'un esprit ordinaire touche un archétype, il perd son équilibre instable et tombe dans le désespoir. Cela peut arriver soudainement: l'amour éclate lors d'une performance galante, la fureur éclate dans l'occasion la plus futile, le désespoir s'installe quand l'ambition est satisfaite, le devoir accompli, l'affection de chacun assurée...

Une vie complètement raisonnable et disciplinée est une utopie : elle croit pouvoir ignorer les archétypes. L'homme a besoin d'axiomes pour son esprit et d'extase pour sa psyché, tout comme il a besoin de nourriture pour son corps : l'extase et les axiomes ne peuvent venir que du monde des archétypes. Les extases légères, les frissons modestes ne suffisent pas non plus: la psyché recherche la plénitude de la panique. L'homme veut périodiquement se perdre dans la forêt des archétypes. Il le fait quand il rêve, mais les rêves ne suffisent pas. Il doit disparaître éveillé, enlevé par un archétype en plein jour" (p.76).

unnaEZollamed.jpg

Il est pourtant difficile de donner une définition précise et exhaustive des archétypes. Pour Zolla, ce sont des "énergies formatrices", mais nous pourrions aussi les appeler des "mythes mobilisateurs" qui s'adressent à la psyché humaine, des "idées-forces" primordiales qui s'adressent au cœur, aux émotions, à la sensibilité, et qui échappent donc à un cadrage rigide dans la pensée dialectique.

Dans le cadre d'un chapitre entier consacré à la "politique archétypale", c'est-à-dire aux résonances des archétypes dans le domaine politique, Zolla éclaire également les archétypes qui se sont manifestés dans l'histoire russe.

constantinople.jpg

"Byzance a instillé son dernier mythe dans la Rome théocratique, mais aussi dans les ressources de la Russie. Certains milieux ecclésiastiques y ont inventé le mythe de Moscou comme troisième et dernière Rome. Ivan III épouse la nièce de Constantin Paléologue en 1472. C'est comme si le destin de la Russie avait été scellé lorsque, selon la vieille chronique, les envoyés de Vladimir ont inspecté pour lui l'Islam, l'Occident et Byzance. Dans l'Islam, ils ont été frappés par une ferveur échevelée, dans l'Occident ils n'ont vu aucune trace de gloire, mais la beauté des rites byzantins ils n'ont pas pu l'oublier.

Ivan IV le Terrible prend le titre de Tsar, un mot slave dérivé du terme latin Caesar. Au XVIe siècle, la légende d'Auguste qui avait attribué la Russie à Prus, ancêtre de Rjurik, fondateur de la première dynastie, est lancée" (p.104).

91Zk0YNSWAL._AC_SY606_.jpg

Vladimir, duc de Moscou au Xe siècle: la vocation byzantine de la Russie est si ancienne.

La description de Zolla coïncide avec celle d'Arnold Toynbee, mais il ajoute cette importante légende d'Auguste qui exprime une référence idéale directe aux origines de l'Empire romain d'Occident et pas seulement à Byzance ; le mythe devient histoire et l'histoire devient l'incarnation du mythe. Dans cette dimension mythique, nous pouvons saisir l'âme russe bien plus que ne nous le disent les chroniques, les successions dynastiques et les intrigues diplomatiques.

L'analyse de Zolla diffère de celle de Toynbee lorsqu'il souligne que le mythe inébranlable des tsars était la libération de l'orthodoxie prisonnière des Turcs, la conquête de Constantinople comme clé de l'empire œcuménique.

georgios-gemistos.jpg

Dans l'histoire et la culture russes, Zolla capture deux mythes: celui, "constantinien", qui est le mythe de l'empereur romain-oriental - et celui de l'empereur-philosophe, d'ascendance hellénique et platonicienne, qui trouve sa résurgence dans la pensée, les écrits et l'œuvre de Georges Gemisto Plethon (illustration, ci-dessus), qui, au XVe siècle, a jeté la semence fertile de la floraison du néo-platonisme "païen" d'abord en Grèce, à Mistrà, puis en Italie, à l'occasion de son voyage en 1439.  

Lorsque Byzance tombe aux mains des Turcs en 1453, les deux mythes divergent: les néo-platoniciens grecs s'installent en Italie, tandis que le mythe de l'empereur "constantinien" s'épanouit en Russie. Pourtant, le mythe de l'empereur philosophe a également trouvé son expression dans l'histoire russe: Pierre le Grand, en 1721, a aboli le patriarcat orthodoxe de Moscou, proclamé la tolérance religieuse et pris le titre latin d'Imperator; le mythe de l'empereur philosophe a éclipsé celui de l'empereur constantinien.

Catherine II, amie des philosophes et impératrice-philosophe, se présente comme Minerve ou Astrea rediviva et ramène sur terre le règne de Saturne sous le nom d'Auguste. Cependant, elle éduque son neveu comme un prince byzantin et, afin de le mettre sur le trône, s'allie à Joseph II, le philosophe-empereur d'Occident.

"Les deux mythes, le constantinien et le philosophique", écrit Zolla, "séduiront alternativement les tsars qui se verront toujours empêchés in extremis d'atteindre le Bosphore : Nicolas Ier, Alexandre II, Nicolas II" (p.105).

L'assujettissement à l'archétype semble interrompu avec la révolution bolchevique de 1917 dans laquelle Zolla saisit la manifestation, sur un plan matérialiste, de l'archétype de Romulus, c'est-à-dire l'irruption d'un modèle de violence et de force destructrice et créatrice, comme Romulus s'était affirmé fondateur de Rome en tuant Remus. En réalité, l'interruption de l'archétype n'était qu'un maya, comme diraient les Indiens.

"Les armoiries bolcheviques reproposent les dieux des refondations, l'étoile rouge de Mars, le marteau de Vulcain, la faucille de Saturne avec les manilles de son royaume restauré. Le crâne écrasé de Trotsky a donné à l'État prolétarien la compacité qui était venue à Rome du cadavre de Remus. De nombreux mouvements symboliques obscurs ont été effectués : la capitale est revenue à la troisième Rome, l'Église orthodoxe s'est reconstituée en patriarcat, le Fondateur s'est momifié comme un pharaon" (p. 105).

Et Zolla rappelle encore comment l'obsession du Bosphore est restée intacte dans les discussions entre Ribbentrop et Molotov.

Coat_of_arms_of_Georgian_SSR.png

En ce qui concerne les symboles archaïques présents dans le bolchevisme, Evola et Guénon auraient certainement parlé - comme ils l'ont fait - de signes d'une contrefaçon contre-initiatique. Les archétypes de Mars, Vulcain et Saturne agissent sous les formes d'une religion inversée, le "credo" de l'athéisme.

Le fil rouge de l'histoire russe est donc la référence constante au modèle de la romanité dans la version double et oscillante de l'empereur constantinien et de l'empereur philosophe, entre Byzance et la Grèce classique, entre l'empire absolutiste d'un moule plus oriental et le modèle occidental-romain plus tolérant et pluraliste.

Cependant, malgré cette oscillation, la Russie a consciemment choisi de se rattacher à l'Empire romain d'Orient et de reprendre son héritage, même si elle avait la possibilité historique d'accepter d'autres modèles, comme le modèle religieux juif choisi par les Khazars au IXe siècle de notre ère, ou le modèle turco-islamique.

Et cette constante est fondamentale pour encadrer la vocation historique de la Russie et son âme, ainsi que le fondement de sa communauté culturelle avec l'Europe.

dimanche, 12 septembre 2021

La tianxia mondialiste, la double contrainte et le dilemme insoluble de Poutine

u47896nvyws61.jpg

La tianxia mondialiste, la double contrainte et le dilemme insoluble de Poutine

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/it/article/la-tianxia-globalista-il-doppio-legame-e-lirrisolvibile-dilemma-di-putin

La situation idéologique en Russie à la veille des élections est de plus en plus tendue. Le résultat des élections importe peu, mais le système lui-même commence à trembler, non pas à cause des risques imminents, mais parce qu'il entre en résonance avec les contradictions accumulées en son sein, qui se reflètent non pas dans les élections, mais dans le système lui-même et dans la société. Ces élections ne peuvent même pas prétendre libérer leur charge. Le fait est qu'elles ne publient rien. La vapeur s'accumule, la structure commence à laisser percevoir des tremblements internes.

Tout le monde voit que l'avancée de la cinquième colonne dans la Fédération de Russie n'est que progressive; en outre, plus l'Occident tente de soutenir les organisations terroristes des libéraux, interdites en Russie, moins elles sont considérées à l'intérieur. Le retournement de l'opinion russe s'applique aussi aux entreprises multinationales et surtout aux américaines dans le domaine de l'information; nous assistons dès lors à un processus évident où de nombreux Russes commencent à percevoir de nombreux médias comme étant des agents de l'étranger. Cela remet en question l'existence même de YouTube, Google, Twitter, Facebook, TikTok, etc. Le Goskomnadzor vient d'annoncer la fin des travaux sur le principal VPN, qui permettait de contourner facilement le blocage des sites.

Il convient de noter que dans l'agence de presse, les révélations selon lesquelles non seulement la cinquième colonne (Navalny, agents étrangers directs), mais aussi la sixième, ont fortement augmenté ces derniers temps. Cela nécessite une attention particulière.

main-qimg-6aa975329b8dd7ec03c5af46dca0a555-mzj.jpg

Auparavant, Poutine agissait selon un schéma comparable à la doctrine Tianxia de la Chine, qui prédéterminait le système de relations internationales de la Chine traditionnelle. Ainsi, les voisins de la Chine - principalement la Corée et le Vietnam, mais aussi le Cambodge, le Laos, la Thaïlande et même le Japon - reconnaissent pleinement l'hégémonie culturelle du Céleste Empire (écriture en pictogrammes, coutumes, étiquette, système politique, rituels, canons littéraires, poésie, peinture, musique, danse, etc.), tout en conservant leur souveraineté politique. Officiellement, ils reconnaissaient l'empereur de l'Empire céleste comme leur souverain, mais il s'agissait d'un acte de courtoisie politique, et lorsque la Chine tentait d'établir une domination politique directe sur la Corée ou le Viêt Nam, les dirigeants coréens et vietnamiens se rebellaient farouchement, et parvenaient le plus souvent à défendre leur liberté contre l'agression chinoise ; mais après s'être assurés contre les armées de l'Empire céleste, ils restauraient l'hégémonie culturelle chinoise comme si de rien n'était.

Poutine considère également que la Russie fait partie du monde occidental et ne pense même pas qu'elle puisse constituer une civilisation séparée et isolée. Dans le cas contraire, aurait-il maintenu à la tête de l'État, pendant plus de vingt ans, l'élite libérale pro-occidentale dominante dans les domaines de l'économie, de l'éducation, de la politique étrangère, de la culture et de l'espace d'information? Poutine est d'accord avec l'hégémonie spirituelle occidentale, avec la Tianxia mondialiste libérale, mais seulement jusqu'au moment où la métropole mondiale unifiée (Washington et son satellite Bruxelles) ne pensera pas à intégrer sa culture (économique, de valeur, de domination idéologique - en un mot, le capitalisme) à une subordination directe à la Russie. C'est ici que Poutine prononce le mot; arrêt! Ceux qui ne comprennent pas qu'arrêter signifie arrêter, ça suffit, allez voir Chodorkovsky, Berezovsky, Navalny. C'est pourquoi les autorités écrasent aujourd'hui la cinquième colonne et sont plutôt tolérantes envers la sixième, c'est-à-dire envers les agents libéraux américains de l'élite dirigeante. Si les espions au pouvoir sont personnellement fidèles à Poutine et reconnaissent sa souveraineté politique, alors ils ne sont pas là.

Cependant, dans la structure de l'hégémonie, il est très difficile de tracer une ligne claire

- entre ceux qui soutiennent et développent une culture de libéralisme et

- ceux qui fournissent des informations classifiées (sur les armes, la technologie, l'industrie, etc.) à l'ennemi ou organisent des actions directes de sabotage, déstabilisant gravement la situation.

Il existe un continuum entre la cinquième et la sixième colonne et, bien sûr, tout libéral au pouvoir sympathise secrètement avec les groupes protestataires, rêve que "la Crimée n'est plus à nous" et ne peut attendre la fin du "régime de Poutine." C'est cette contradiction entre la pression croissante sur la cinquième colonne et la prospérité et l'impunité relatives des libéraux au pouvoir qui crée des tensions, surtout avant les élections.

49978992_303.jpg

Le principe de Tianxia a fonctionné avec succès sous Poutine pendant plus de 20 ans. Lorsque le soutien des masses est nécessaire - juste à temps pour les élections - ils se tournent vers le fait que la Russie est une puissance souveraine, qu'ils le veuillent ou non, mais qu'elle est par ailleurs "une partie de l'Europe, du monde occidental", c'est-à-dire qu'elle est régie par les lois de l'hégémonie libérale; et ce n'est que lorsque l'hégémonie empiète sur la souveraineté (comme le font la cinquième colonne, l'"Écho de Moscou" et le mouvement de protestation dans son ensemble) que l'épée punitive s'abat sur elle.

Tout le monde est fatigué de cette situation. Les siloviki pensent: si vous luttez contre les agents, alors vous luttez contre tout le monde, et ils ont un coup d'arrêt venu d'en haut, mais seulement dans le cadre que nous indiquons. En psychologie, on parle de double contrainte, lorsqu'une personne reçoit deux missions qui s'excluent mutuellement. "Cherchez et ne trouvez pas", "fournissez mais perdez", "faites tout pour que rien n'advienne". Si vous interdisez et mettez Navalny en prison, pourquoi s'embêter avec Tchoubai, Gref, Nabiullina, RIAC ou HSE ? Les personnes chargées de la sécurité voient parfaitement la continuité entre la cinquième et la sixième colonne, elles savent que les deux ont les mêmes protecteurs, des systèmes de soutien et de communication communs, et elles ne comprennent pas: s'agit-il d'attraper des espions ou non? Pour renforcer la souveraineté ou simplement pour prétendre qu'ils la renforcent?

Cette incertitude est l'essence même de la stratégie de Poutine pour diriger le pays, la stratégie Tianxia.  La Russie accepte le capitalisme, mais conserve le droit de contrôler son propre territoire. Mais le capitalisme :

    - est de nature internationale
    - est beaucoup plus développée en Occident.

C'est la raison pour laquelle l'Occident est en colère: si notre hégémonie est acceptée, alors ayez aussi la gentillesse d'accepter notre mot à dire en tout. Non seulement avec les silloviki à l'intérieur de la Russie, mais aussi avec l'Occident, avec la métropole capitaliste, il y a une dissonance cognitive.

Vladislav_Surkov_in_2010.jpeg

Combien de temps cela peut-il durer?  Vladislav Surkov, dans un de ses articles, a suggéré: que ce soit comme ça pour toujours. Une proposition extrêmement suspecte et irréaliste.

Combattre efficacement la cinquième colonne tout en protégeant soigneusement la sixième ne fonctionnera pas longtemps. C'est pourquoi les entreprises qui s'y opposent voient le jour et deviennent rapidement très populaires. En général, Tchoubais est bien plus odieux aux yeux des masses (c'est-à-dire des électeurs) que Navalny, que peu connaissent. Il suffit de le mettre en prison pour faire exploser les résultats des élections, mais il faudrait pour cela rejeter la loi de l'hégémonie libérale, rejeter Tianxia. Je suis sûr que Poutine n'est pas prêt pour cela en ce moment, ce choix est un dernier recours si les troupes ennemies s'approchent du Kremlin, ce qui, Dieu merci, est loin d'être le cas.

D'un point de vue stratégique, il faut choisir, soit la Russie, soit l'hégémonie libérale (capitalisme). Très probablement, ce dilemme fondamental devra réellement être affronté par quelqu'un qui viendra après Poutine.

Traduction par Lorenzo Maria Pacini

lundi, 06 septembre 2021

Quel est l'avenir de la Russie en tant que grande puissance?

unnameddrru.png

Enric Ravello Barber

Quel est l'avenir de la Russie en tant que grande puissance?

Ex: https://www.enricravellobarber.eu/2021/09/cual-es-el-futuro-de-rusia-como-gran.html#.YTYEiN86-Uk

Le scénario mondial actuel, que de nombreux spécialistes qualifient de "multipolaire", est en réalité un moment de transition entre le déclin de la puissance hégémonique jusqu'ici dominante, les États-Unis, et la montée en puissance de celle qui sera hégémonique dans les prochaines décennies: la Chine.

C'est dans ce scénario qu'un troisième acteur, doté de pouvoir et d'influence sur la scène mondiale mais un cran en dessous, pourrait devenir une grande puissance mondiale s'il sait agir stratégiquement, corriger ses défauts et développer son potentiel. Ce troisième acteur est la Russie.

I. La Russie : histoire, déclin et redressement

En termes d'histoire, de culture, de langue et de tradition, la Russie est une nation pleinement européenne. Le russe est une langue slave de la famille indo-européenne, à laquelle appartiennent également les langues latines, helléniques, germaniques, celtiques et baltes, ce qui indique une origine commune très ancienne de tous ces peuples européens. Plus précisément, les peuples slaves entreront dans l'histoire aux alentours des 2e-3e siècles de notre ère, lorsqu'ils seront nommés et mentionnés dans les sources latines. Au cours du développement historique ultérieur, ils vont progressivement se différencier les uns des autres et donner naissance aux peuples slaves que nous connaissons aujourd'hui. Le dernier noyau slave indifférencié était russe-biélorusse-ukrainien, ce à quoi Vladimir Poutine a fait référence dans son récent article "Sur l'unité historique des Russes et des Ukrainiens".  Le premier État russe a été fondé par des Vikings suédois (Varangiens/Varègues) à Kiev, le duché de Moscou a lutté contre les invasions mongoles, le titre de tsar dérive du latin "Caesar" pour revendiquer Moscou comme une Troisième Rome (continuation de l'Empire byzantin) et l'Empire russe a toujours été une barrière contre l'avancée de l'expansionnisme turco-musulman. Peut-on douter que la Russie est non seulement européenne, mais aussi l'une des nations vitales dans l'histoire de notre continent ?

La Russie est devenue une puissance sous le règne de Pierre le Grand - le premier tsar russe à utiliser le titre d'empereur - notamment après ses victoires contre la Suède lors des guerres de la Baltique. A partir de ce moment, la Russie n'est plus seulement une puissance européenne luttant contre des ennemis extérieurs (Mongols, Turcs) mais devient une puissance vitale dans l'équilibre militaire et politique continental.

Après l'effondrement de l'URSS dû à la vision infantile de Gorbatchev, Boris Eltsine et ses politiques libérales de soumission politique à l'Occident et de corruption des magnats locaux ont eu des effets désastreux sur l'économie et la société russes. Le rejet de la demande d'adhésion de la Russie à l'OTAN a été perçu comme un rejet de la Russie par l'Europe et l'Occident, ce qui a fait basculer la Russie volens nolens vers la Chine. Le déclin politique d'Eltsine a été accueilli par de fortes réactions populaires - y compris des coups d'État - qui annonçaient le désir du peuple russe de retrouver sa fierté nationale. C'est l'argument politique que Vladimir Poutine, défenseur pragmatique de son pays, a habilement utilisé pour arriver au pouvoir. Son arrivée au Kremlin signifiait le redressement de la Russie. Le tournant a été la deuxième guerre de Tchétchénie et sa reconfirmation internationale dans les actions de l'armée et de la diplomatie russes dans la guerre de Syrie.

II. L'heure de la Russie. Éléments et problèmes pour devenir une puissance mondiale

- La guerre hybride permanente des États-Unis contre la Russie, qui vise à l'isoler de l'ancien bloc de l'Est, et maintenant de l'espace européen ex-soviétique lui-même, la forçant ainsi à être une puissance n'ayant pratiquement aucune influence en Europe. Le maintien de l'OTAN et son extension aux anciens pays du Pacte de Varsovie, l'agression contre la Serbie - un allié traditionnel de la Russie dans les Balkans - et le déploiement du bouclier antimissile ont été les épisodes de cette première phase. La crise en Ukraine et la tentative de révolution "orange" au Belarus ont été les épisodes de la deuxième phase.

- Le tournant asiatique qui, à mon avis, a une double nature.

1) La création d'organisations autour de la Russie, englobant l'ancien espace soviétique de l'Asie centrale. L'objectif est la coopération économique et la défense militaire de cette région menacée par le radicalisme islamique, et la manipulation américaine pour affaiblir le pouvoir russe dans cette zone vitale pour le contrôle du monde (Traité de sécurité collective et Union économique eurasienne).

2) L'Organisation de Shanghai, née du rapprochement avec la Chine en réponse au rejet de la Russie par l'Occident. Si la vocation de la Russie est de se rapprocher de l'Europe et non de la Chine, sa participation à l'Organisation de Shanghai - la plus grande du monde et où il existe un équilibre entre les États-nations et sa dimension supranationale - réaffirme la position globale de la Russie, la stabilité en Asie et éloigne l'influence et la capacité d'intervention des États-Unis sur le continent asiatique.

- La route de l'Arctique. Si la Chine construit la nouvelle route de la soie comme un pari stratégique, le pari de la Russie doit être de faire de l'Arctique la grande route commerciale mondiale dominée par Moscou. La fonte des glaces fera de l'Arctique une mer navigable toute l'année pour les décennies à venir, et la Russie a déjà commencé à activer cette route pendant les mois de travail. L'Arctique sera la clé du commerce mondial. La Russie est en première ligne pour contrôler cette route; pour réaffirmer ce contrôle, elle devra: étendre ses eaux territoriales arctiques jusqu'aux frontières contestées et étendre sa présence militaire le long de sa côte nord.  Moscou doit assurer sa primauté dans l'Arctique sur la Chine, qui commence déjà à jeter son dévolu sur la région, et sur les États-Unis, qui ne l'ont pas encore fait et qui devraient se retrouver avec un statu quo favorable à la Russie lorsqu'ils le feront.

- Les hydrocarbures et le marché de l'énergie. Surmontant le boycott constant des États-Unis, et malgré le fait que les États-Unis conservent une grande capacité de sabotage, l'achèvement de la branche Nord Stream 2 en Allemagne est une preuve supplémentaire du besoin actuel et croissant de l'Europe occidentale en hydrocarbures russes. C'est une réalité qui contribue à un rapprochement euro-russe, qui dans ce cas est également bénéfique pour les deux parties.

Михаил_Мишустин_в_Татарстане_16_(03-06-2021)_(cropped).jpg

- Une diversification économique nécessaire.  Malgré son leadership dans le domaine des hydrocarbures, la Russie doit diversifier et mettre en œuvre son économie. C'est son point faible si elle veut devenir une grande puissance mondiale. La Russie va dans cette direction. Son ministre de l'économie, Mikhail Mishustin (photo), promeut un programme ambitieux qui va de la construction d'infrastructures (routes et chemins de fer) à des investissements massifs dans l'éducation.  Le ministre de la défense, Sergey Shoigu, propose la création de nouvelles villes en Sibérie qui seront de futurs centres de technologie de pointe. Tous deux parlent de placer la Russie parmi les quatre premières puissances économiques d'ici la fin de la décennie.

- Leadership dans la technologie militaire. Le test réussi du missile hypersonique Tsirkon en juillet dernier confirme le leadership de la Russie en matière de technologie des missiles. Si l'économie est le grand défi, la technologie militaire est le grand avantage de la Russie, un avantage que personne, semble-t-il, ne pourra contester et qui lui confère une force énorme dans sa position mondiale. 

III. De Lisbonne à Vladivostok La grande Europe et le destin du monde

La Chine développe une pensée stratégique, et planifie déjà ses actions après 2050 en tenant compte des générations futures, ainsi que de la projection du peuple Han dans le monde. L'élite chinoise actuelle sait qu'elle ne sera plus en vie en 2050, mais sa conception du peuple, du destin et de la nation transcende son intérêt personnel; ce sera l'une des clés - probablement la plus importante - du succès de la Chine dans un avenir proche. Les élites mondialistes qui dirigent les États-Unis ont un plan sinistre à mettre en œuvre pour l'humanité dans les décennies à venir. Les dirigeants de l'Europe occidentale ne sont que des nains politiques dont l'horizon ne dépasse jamais quatre ans, c'est-à-dire la prochaine élection, et leur objectif est simplement leur réélection.

jinping_0.jpg

Dans ce scénario compliqué, la Russie a un rôle décisif et vital à jouer. L'Europe occidentale n'a absolument aucun pouvoir, et pire, aucune volonté d'agir en tant que sujet sur la scène mondiale. Son triste destin est simplement de rester une marionnette des États-Unis ou de tomber d'ici quelques années dans la sphère de contrôle chinoise, ce qui pourrait être beaucoup plus dur et infâme que ne le pense le confortable esprit européen.  Ainsi, aujourd'hui, la civilisation européenne, y compris notre vision humaniste du monde, nos valeurs et notre mode de vie, n'a qu'un seul espoir: que la Russie devienne une grande puissance mondiale. La Russie possède une classe dirigeante capable de penser en termes de civilisation, de pouvoir et d'avenir, comme l'a montré le président Vladimir Poutine en proposant l'intégration eurasienne de Lisbonne à Vladivostok comme une alternative géopolitique possible à la puissance des États-Unis et de la Chine.  La Russie n'est pas seulement l'Europe, elle est aujourd'hui le grand espoir de la civilisation européenne.

Le projet de Poutine ne sera pas réalisable à court ou même éventuellement à moyen terme, mais c'est l'objectif que tous les Européens, de Lisbonne à Vladivostok, devraient embrasser. Des défis majeurs doivent être relevés pour que la route vers cet objectif soit possible.

- L'opposition continue des États-Unis à tout rapprochement euro-russe.  Après la Seconde Guerre mondiale, l'Europe occidentale est devenue une colonie américaine. Avec la chute du communisme, cette Europe occidentale a commencé à avoir des intérêts antithétiques par rapport à ceux de Washington. La logique européenne serait de se rapprocher de la Russie et de consolider le fameux axe Paris-Berlin-Moscou. C'est une chose que l'administration américaine ne veut pas permettre, d'où sa politique de tutelle absolue sur l'UE et surtout sur son pays le plus puissant, l'Allemagne, un État qui, politiquement, n'a même pas de traité de paix et qui est né après la Seconde Guerre mondiale sous contrôle américain.

- L'incapacité absolue d'une UE catatonique. L'UE est la somme d'États impuissants, sans aucun poids, pouvoir ou autonomie dans la politique internationale. Le résultat de cette union de l'impuissance est logique: une grande impuissance pachydermique, soumise aux États-Unis, au point d'adopter des mesures commerciales contre la Russie plus strictes que celles imposées par les États-Unis et énormément dommageables pour sa propre économie.

Poutine a oscillé dans son projet d'unité eurasienne. Si, dans un premier temps, il considérait l'UE comme un partenaire, il semble désormais pencher pour des négociations avec ses différents États. La solution ne semble pas vraiment meilleure - l'incapacité de ces États individuels restera manifeste - mais elle offre un peu plus de marge de manœuvre.

- La Russie doit améliorer sa propagande. Si la Russie veut devenir le leader continental et le catalyseur du projet euro-asiatique, elle doit développer un discours continental mobilisateur et acceptable pour les pays qui composent ce que nous pourrions appeler l'espace Visegrad-Intermarium, qui s'étend de la Baltique à la mer Noire. Les pays baltes et la Pologne sont profondément russophobes, ce qui en fait des instruments dociles des États-Unis et de l'OTAN dans leur harcèlement de la Russie. Si cela est possible, c'est parce que l'opinion publique de ces pays continue à craindre la Russie ; on peut en dire autant de l'Ukraine et de la République tchèque. Il en va de même pour la Hongrie, un pays de plus en plus éloigné de Bruxelles, ennemi de George Soros et accusé par Joe Biden de "dictature" - tout comme la Pologne - que la Russie devrait pouvoir attirer dans son orbite avec facilité. Le Kremlin devrait développer un discours inclusif de la part de la Russie qui empêcherait la situation actuelle dans laquelle les États-Unis agissent dans cet espace régional non seulement pour harceler la Russie mais aussi pour empêcher tout rapprochement entre l'Europe occidentale et la Russie, en utilisant ces pays comme un coin pour leurs intérêts.

L'Europe de Lisbonne à Vladivostok est sans doute un projet aussi illusoire que complexe. La première est le capitalisme d'État chinois qui, ayant abandonné le communisme, se fonde sur un néo-confucianisme combiné à un nationalisme agressif et à un racisme qui méprise les autres peuples du monde. L'autre est le délire mondialiste dont les États-Unis sont l'exécuteur et dont le cauchemar est un monde dirigé par "une technocratie mondiale issue de la fusion du grand gouvernement et des grandes entreprises, dans laquelle l'individualité est remplacée par la singularité transhumaniste". 

Il n'y a qu'une seule alternative à ces deux cauchemars, le projet européen de Lisbonne à Vladivostok proposé par Moscou. Ses difficiles chances de succès dépendent avant tout de l'engagement et de la détermination des éléments les plus consciencieux des "trois Europes": l'Ouest, l'Europe centrale et la Russie. 

L'histoire nous donnera le verdict.

mardi, 24 août 2021

Dictature du libéralisme 2.0 - une conversation avec le Prof. Alexandre Douguine

2581_duginden-turkiye-yorumu_0.jpg

Dictature du libéralisme 2.0 - une conversation avec le Prof. Alexandre Douguine

Propos recueillis par Manuel Ochsenreiter

Ex: https://www.geopolitica.ru/pl/article/dyktatura-liberalizmu-20-rozmowa-z-prof-aleksandrem-duginem

Note de la rédaction: Cet entretien date de juin 2021 et est l'un des derniers recueillis par Manuel Ochsenreiter, décédé à l'âge de 45 ans en ce mois d'août 2021.

Trump était et reste un représentant du libéralisme 1.0. Dans votre dernier essai, vous parlez du "libéralisme 2.0". Le libéralisme est-il en train de changer de cette manière ?

- Bien sûr ! Toute idéologie est sujette à des changements permanents, y compris le libéralisme. Nous assistons actuellement à une transformation radicale du libéralisme. Il devient encore plus dangereux et destructeur.

Comment évaluez-vous ce changement ?

- Nous assistons à une sorte de "rite de passage". Je crois que les circonstances dans lesquelles le mandat de Donald Trump, renversé par l'élite mondialiste représentée par Joe Biden, a pris fin en sont le symbole. Ce "rite de passage" est incarné par les parades de la gay pride, les rébellions BLM, l'omniprésence du phénomène LGBT, la montée mondiale du féminisme sauvage et l'arrivée spectaculaire du posthumanisme et de la technocratie extrême. Derrière le rideau de ces phénomènes, de profonds processus intellectuels et philosophiques se produisent. Et ce sont ces processus qui influencent la culture et la politique.

Vous écrivez sur la "solitude" du libéralisme...

- Le libéralisme contemporain s'est débarrassé de ses opposants avec l'effondrement de l'Union soviétique. C'est dangereux pour cette idéologie, car son élément essentiel est la démarcation par rapport aux autres. Dans ma quatrième théorie politique, je définis le libéralisme comme la première théorie combattant deux ennemis - le communisme (la deuxième théorie) et le fascisme (la troisième théorie). Tous deux ont remis en question le libéralisme, qui se considérait comme la doctrine la plus moderne et la plus progressiste. Dans le même temps, le communisme et le fascisme ont tous deux revendiqué des ambitions analogues. En 1990, les deux ont été vaincus. Cette période est communément appelée le "moment unipolaire" (Charles Krauthammer) et prématurément - comme nous le savons maintenant - proclamé par Francis Fukuyama "la fin de l'histoire". Dans les années 1990, il semblait que le libéralisme n'avait plus d'opposants. Les petits mouvements de droite et de gauche antilibéraux qui fleurissaient alors, ainsi que les cercles dits nationaux-bolcheviques, ne représentaient pas un défi sérieux pour elle. L'absence d'"ennemis" signifiait pour le libéralisme une crise de son identité. C'est ce que je veux dire quand j'écris sur sa "solitude", en aucun cas dans un sens mélancolique. Par conséquent, la transformation vers le libéralisme 2.0 avec une charge de "nouvelle énergie" était en fait inévitable.

04mounk-WEB-superJumbo.jpg

En quoi consistait-il ?

- L'adversaire a dû être réactivé. Au départ, les formations faibles et illibérales, que l'on pourrait qualifier de nationales-bolcheviques, ont été placées dans ce rôle, bien qu'elles ne se soient pas définies de cette manière. Aujourd'hui, pour plus de facilité, nous pouvons décrire les divisions politiques basées sur l'opposition du camp mondialiste (libéralisme 2.0) et des anti-mondialistes. Nous devons également nous rappeler que le libéralisme 1.0 ne sera pas réformé, mais qu'il deviendra lui aussi l'ennemi du libéralisme 2.0. Nous pouvons probablement même parler ici d'une certaine mutation. Après tout, il existe encore des libéraux de l'ancien type qui sont plus proches du camp altermondialiste, qui rejettent l'individualisme illimité, hédoniste et total du libéralisme 2.0.

Donc les libéraux vont s'en prendre aux libéraux ?

- Le libéralisme 2.0 peut être considéré comme une sorte de cinquième colonne au sein du libéralisme. Ce nouveau libéralisme est brutal et impitoyable, ne suppose aucune discussion, élimine tout débat. Il s'agit de la "culture de l'annulation" (cancel culture), qui stigmatise les opposants et les élimine. Les "vieux" libéraux en sont également victimes, comme cela se produit régulièrement en Europe. Qui sont les victimes de la culture de l'annulation ? Sont-ils fascistes ou communistes ? Non, la plupart d'entre eux sont des artistes, des journalistes et des écrivains qui s'inscrivaient dans le courant dominant et qui sont soudainement attaqués. Le libéralisme 2.0 les frappe avec un marteau de forgeron.

Votre pays, la Russie, est aujourd'hui, sous la présidence de Vladimir Poutine, considéré comme le grand adversaire du mondialisme...

- La renaissance de la Russie de Poutine peut être considérée comme une combinaison de stratégies politiques anti-occidentales de style soviétique et de nationalisme russe traditionnel. D'autre part, le phénomène Poutine reste une énigme, même pour nous, Russes. En effet, on peut voir des éléments "nationaux-bolcheviques" dans sa politique, mais il y a aussi de nombreux filons libéraux. Cela s'applique aussi en partie au phénomène de la Chine. Là aussi, nous voyons un communisme chinois unique en son genre, mélangé à un nationalisme chinois bien distinct. Des tendances similaires peuvent également être observées dans le populisme européen, où la distance entre la gauche et la droite disparaît de plus en plus rapidement et conduit à des coalitions gauche-droite aussi symboliques qu'en Italie: je pense à la coopération entre la Ligue, populiste de droite, et le Mouvement 5 étoiles, populiste de gauche. Nous voyons la même chose dans la rébellion contre le président Emmanuel Macron par le mouvement des gilets jaunes en France, dans les rangs duquel les partisans de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon luttent côte à côte contre le centre libéral.

Les alliances gauche-droite que vous avez mentionnées n'ont existé que pendant une courte période, succombant souvent à des conflits internes plus aigus que ceux qui ont consumé le centre libéral...

- C'est un problème essentiel. Étant donné que ce type de coalitions représente la plus grande menace pour le libéralisme 2.0, il doit constamment les combattre, les réduire et les infiltrer. Chaque fois qu'il y a un conflit entre la gauche altermondialiste et la droite altermondialiste en Europe, les partisans du libéralisme 2.0 ne cachent même pas leur joie. En outre, nous constatons que les factions mutuellement opposées du centre ont tendance à travailler ensemble. Je pense que cela se produit dans tous les pays européens. Ainsi, le mondialisme fragmente le camp de ses opposants et empêche l'émergence d'alliances potentiellement fortes.

À quoi pourraient ressembler de telles alliances ?

- Si Poutine en Russie, Xi Jinping en Chine, les populistes européens, les courants islamiques anti-occidentaux, les courants anticapitalistes d'Amérique latine et d'Afrique étaient tous conscients qu'ils ont un adversaire idéologique commun sous la forme du mondialisme libéral, ils pourraient accepter une formule commune de populisme intégral gauche-droite, ce qui augmenterait la force de leur résistance et multiplierait leur potentiel. Pour éviter cela, les mondialistes sont prêts à tout pour empêcher toute évolution idéologique dans ce sens.

donald-trump-study-david-hinds.jpg

Dans votre essai, vous écrivez que Donald Trump est la "sage-femme du libéralisme 2.0". Qu'est-ce que vous entendez par là ?

- Comme je l'ai dit, une idéologie politique ne peut exister sans la distinction ami-ennemi. Il perd alors son identité. Se débarrasser de l'ennemi équivaut à un suicide idéologique. Un ennemi caché et indéfini ne suffisait pas à légitimer le libéralisme. Les libéraux ne disposaient pas d'un pouvoir de persuasion suffisant basé uniquement sur la diabolisation de la Russie de Poutine et de la Chine de Xi Jinping. En outre, reconnaître qu'un ennemi formel, idéologiquement structuré, n'a existé qu'en dehors de la sphère d'influence libérale (démocratie, économie de marché, droits de l'homme, technologie globale, mise en réseau totale, etc.) après l'affirmation du moment unipolaire au début des années 1990 reviendrait à admettre une erreur. Cet ennemi intérieur est donc apparu juste à temps, exactement au moment où il était le plus nécessaire. C'était Donald Trump. Il incarne la différence entre le libéralisme 1.0 et le libéralisme 2.0. Au départ, on a tenté de montrer un lien entre Trump et le Poutine "rouge-brun". Cela a gravement nui à sa présidence, mais était idéologiquement incohérent. Cela n'était pas seulement dû à son manque de relation réelle avec Poutine et à l'opportunisme idéologique de Trump, mais aussi parce que Poutine lui-même est en fait un réaliste très pragmatique. Comme Trump, il est un populiste électoral ; il est aussi plutôt opportuniste, pas vraiment intéressé par les questions de vision du monde. La rhétorique consistant à dépeindre Trump comme un " fasciste " était tout aussi absurde. Le fait que ses rivaux politiques l'utilisent beaucoup trop souvent lui a créé quelques problèmes, mais il s'est également avéré incohérent. Ni Trump lui-même ni son équipe n'étaient composés de "fascistes" ou de représentants d'une quelconque tendance d'extrême droite, marginalisée dans la société américaine depuis de nombreuses années et qui ne survit que comme une sorte de réserve libertaire ou de culture kitsch.

Alors comment classeriez-vous Trump en fin de compte ?

- Trump était et reste un représentant du libéralisme 1.0. Si nous laissons de côté les systèmes qui rejettent l'idéologie libérale dans la pratique politique d'autres pays, il ne nous reste qu'un seul ennemi du libéralisme: le libéralisme lui-même. Pour pouvoir se développer davantage, le libéralisme a donc dû procéder à une sorte de "purge interne". Et c'est Trump qui a symbolisé ce vieux libéralisme. Il a été l'incarnation de l'ennemi dans la campagne électorale de Joe Biden, qui représente le nouveau libéralisme. Biden a parlé d'un "retour à la normale". Il a donc considéré le libéralisme 1.0 - national, capitaliste, pragmatique, individualiste et dans une certaine mesure libertaire - comme "anormal".

Le libéralisme se concentre sur l'individualisme, ou la personne unique. D'autres idéologies parlent de collectivités, de nations et de classes. Et de quoi parle le libéralisme 2.0 ?

- C'est vrai. Le concept de l'individu joue le même rôle dans la physique sociale du libéralisme que le concept de l'atome dans la science de la physique. La société, selon elle, est composée d'atomes/individus, qui constituent le seul substrat empirique et réel de toutes les constructions sociales, politiques et économiques. Tout est réduit précisément à l'individu. C'est le principe du libéralisme. Ainsi, la lutte contre toutes les manifestations de l'identité collective est le devoir moral des libéraux, et le progrès est mesuré par les victoires dans cet affrontement.

Un regard sur les sociétés occidentales révèle qu'il y a eu de nombreuses victoires de ce type...

- Lorsque les libéraux ont commencé à mettre en œuvre ce scénario, malgré leurs nombreux succès dans ce domaine, il restait un élément de communauté, un fragment d'une identité collective oubliée, qui devait également être détruit. Et voilà qu'arrive la politique du genre. Être une femme ou un homme, c'est ressentir une identité collective qui dicte certains comportements sociaux et culturels. Et c'est là le nouveau défi du libéralisme. L'individu doit être libéré du sexe biologique, car celui-ci est encore considéré comme quelque chose d'objectif. Le genre doit devenir entièrement facultatif, une conséquence d'un choix purement individuel. La politique de genre conduit à un changement de l'essence du concept de l'individu. Les postmodernes ont été les premiers à conclure que l'individu libéral est une construction masculine et rationaliste.

bathroomsign.jpg

Se limiter à l'égalisation des chances et des fonctions sociales entre les hommes et les femmes, y compris le droit de changer de sexe, s'est avéré insuffisant. Le patriarcat "traditionnel" survivait encore, définissant la rationalité et les normes. D'où la conclusion que la libération de l'individu ne suffit pas. L'étape suivante implique la libération de l'être humain, ou plutôt "l'être humain" de l'individu. Il est temps de remplacer enfin l'individu par une entité sans distinction de sexe, une sorte d'identité de réseau. L'étape finale consistera à remplacer l'humanité par des êtres terrifiants - machines, chimères, robots, intelligence artificielle et créatures créées par génie génétique. Le passage de ce qui est encore humain à ce qui est déjà post-humain est l'axe du changement de paradigme menant du libéralisme 1.0 au libéralisme 2.0. Trump est un individualiste humaniste qui défend l'individualisme à l'ancienne placé dans un contexte humain. Il a peut-être été le dernier dirigeant de ce type. Biden est un représentant de la post-humanité à venir.

Jusqu'à présent, cela ressemble à une marche légère de l'élite mondialiste sans grand résultat. N'est-ce pas ?

- Il est impossible de rejeter la thèse selon laquelle le nationalisme et le communisme à l'ancienne ont été vaincus par le libéralisme. Le populisme non libéral, qu'il soit de droite ou de gauche, ne peut pas vaincre le libéralisme aujourd'hui. Pour avoir un potentiel suffisant, il faudrait intégrer la gauche illibérale avec la droite illibérale. Les libéraux au pouvoir y sont allergiques et tentent de torpiller à l'avance tout mouvement dans cette direction. La myopie des politiciens de la droite radicale et de la gauche radicale ne fait qu'aider les libéraux à poursuivre leur programme. Dans le même temps, nous ne devons pas oublier le fossé qui se creuse entre le libéralisme 1.0 et le libéralisme 2.0. Il semble que les purges internes au sein du modernisme et du postmodernisme conduisent à une répression brutale et à des représailles contre une autre espèce d'acteurs politiques; cette fois, les victimes sont les libéraux eux-mêmes. Ceux qui ne se reconnaissent pas dans la stratégie de la grande remise à zéro et de l'axe Biden - George Soros, qui ne se satisfont pas de la perspective de la disparition de la bonne vieille humanité, des bons vieux individus, de la liberté et de l'économie de marché. Pour eux, le libéralisme 2.0 n'aura plus sa place. Elle sera post-humaniste et quiconque la remettra en question sera compté parmi les ennemis de la société ouverte. Et nous, les Russes, pourrons alors leur dire: "Nous sommes ici depuis des décennies et nous nous sentons chez nous ici. Bienvenue donc, nouveaux arrivants, dans cet enfer!".

Chaque partisan de Trump et chaque républicain moyen est considéré aujourd'hui comme une personne potentiellement dangereuse, comme nous l'avons été pendant longtemps. Que les libéraux 1.0 rejoignent donc nos rangs ! Il ne faut pas nécessairement être antilibéral, pro-communiste ou ultra-nationaliste pour le faire. Rien de tout cela ! Chacun peut garder ses bonnes vieilles croyances aussi longtemps qu'il le souhaite. La quatrième théorie politique défend une position originale qui repose sur la vraie liberté : la liberté de lutter pour la justice sociale, d'être un patriote, de défendre l'État, l'église, la nation, la famille, et enfin de lutter pour rester humain.

Merci pour l'interview.

Entretien repris par Myśl Polska, No. 25-26 (20-27.06.2021)

lundi, 23 août 2021

Le retour de la rhétorique de la guerre froide aux États-Unis

488bb668cb5abc47595d32316587ce11.jpg

Markku Siira

Le retour de la rhétorique de la guerre froide aux États-Unis

Depuis des années, le mouvement conservateur américain est engagé dans un "débat sur les valeurs", un moyen rhétorique de faire accepter ses propres motifs de prédilection, qui ont souvent peu à voir avec le conservatisme ou la moralité traditionnelle. Selon le professeur Ian Dowbiggin, ce type de discours sur les valeurs a souvent été utilisé comme un moyen d'impliquer Washington dans des enchevêtrements étrangers.

viewiandox.jpg

9781551990354-fr.jpg

Le récent article de Leon Aron, Welcome to the New Cold War, publié dans The Dispatch, en est un bon exemple, selon Dowbiggin. Aron écrit que le "décalage des valeurs" entre l'administration Biden et l'administration du président russe Vladimir Poutine a fait de la Russie une plus grande menace pour la sécurité des États-Unis que ne l'a jamais été l'ancienne Union soviétique.

indexleonaron.jpg

M. Aron (photo, ci-dessus), chercheur principal au groupe de réflexion de centre-droit American Enterprise Institute, ne mâche pas ses mots. "L'idéologie du régime de Poutine, sous-titre son article, est à peine moins toxique et peut-être plus incendiaire que le totalitarisme communiste."

De tels coups de sabre littéraires auraient pu être appropriés dans les moments de tension de la guerre froide d'antan. En 2021, l'analyse des relations américano-russes par Aron ne représente rien d'autre qu'une tentative maladroite d'un conservateur de l'establishment de jeter des ponts avec l'administration Biden et l'extrême gauche mondialiste.

L'article d'Aron plaira certainement aux amateurs de politique de sécurité anti-russe. Lorsque les conservateurs de la guerre froide parlaient du fossé des missiles entre l'Union soviétique et les États-Unis, Aron évoque "le fossé normatif entre les démocraties libérales et le régime assidu de Poutine".

Aron affirme également que l'on ne peut jamais faire confiance à Poutine. Le talent inquiétant du dirigeant russe réside dans sa "capacité à plier des millions de ses compatriotes à sa volonté", suggère le chercheur principal, comme dans le scénario d'un thriller politique hollywoodien.

Selon Aron, le plus important des crimes de Poutine est d'avoir réussi à convaincre les Russes que l'identité nationale du pays est fondée sur ses victoires militaires, notamment lors de la Seconde Guerre mondiale. En d'autres termes, le "patriotisme militarisé en temps de paix" de Poutine contraste fortement avec les valeurs "démocratiques" américaines.

VPRA.jpg

Si Aron est tout à fait exact au sujet des valeurs supposées de Poutine, son flou sur les valeurs démocratiques américaines est pour le moins curieux, conclut Dowbiggin, et il convient de se demander: les valeurs américaines contemporaines ne comprennent-elles que la politique identitaire des minorités sexuelles et le mouvement extrémiste Black Lives Matter?

L'ambiguïté entourant la définition des "valeurs" américaines par Aron suggère une astuce conservatrice familière : cacher des objectifs de politique étrangère belliqueux derrière une rhétorique soulignant le "devoir" des Américains de défendre ce qu'Aron appelle "l'Occident démocratique".

Les événements récents donnent une indication des intentions d'Aron et de ses semblables. Depuis 2016, les médias grand public, les services de renseignement, le monde du spectacle et les élites universitaires américains ne cessent de jacasser sur la prétendue ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine, la répression de la dissidence occidentale et la "politique étrangère agressive" de la Russie dans des pays comme l'Ukraine et la Syrie.

Hillary-Clinton%u2019s-nuke-dream-graphic.jpg

En 2019, Hillary Clinton a affirmé que Poutine "préparait" sa camarade démocrate Tulsi Gabbard pour l'investiture présidentielle. En mars dernier, Joe Biden a qualifié Poutine de "tueur", ce qui n'est que légèrement pire que la description faite par Aron de Poutine comme "un petit hooligan issu des bidonvilles du Leningrad d'après-guerre".

Il n'y a pas que les démocrates de Biden qui affrontent Poutine. Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé en avril 2021 qu'il allait "faire cesser" les activités des fondations et des ONG financées par les États-Unis en Russie.

Un mois plus tard, la Russie a déclaré que le Bard College, basé à New York, était une organisation "indésirable" qui "menace l'ordre constitutionnel et la sécurité de la Russie". La décision russe signifie que Bard doit cesser toutes ses activités en Russie, en particulier ses relations avec l'université d'État de Saint-Pétersbourg.

image-aLBsset.jpeg

Le président du Bard College, Leon Botstein (photo ci-dessus), a déclaré qu'il avait le "cœur brisé" par ce qu'il a appelé la "liste noire". Mais les événements récents suggèrent que M. Botstein, qui siège avec l'altermondialiste George Soros au comité consultatif mondial de l'Open Society Foundation, n'a guère été surpris par la décision de la Russie.

Soros, le milliardaire, membre de l'élite transnationale et fondateur de l'Open Society Foundation - qui a été interdite en Russie en 2015 en tant qu'ONG "indésirable" - a été un généreux donateur pour Bard. Peu avant que la Russie n'interdise Bard, l'université a annoncé qu'elle avait reçu une promesse de don de 500 millions de dollars de la part de Soros.

À l'horizon 2021, la thèse d'Aron selon laquelle l'Amérique et la Russie se livrent une nouvelle guerre froide opposant la démocratie à la Russie militariste de Poutine trouvera certainement des oreilles attentives non seulement à la Maison Blanche de Biden, mais aussi parmi les forces financées par Soros qui considèrent le président russe comme une menace sérieuse pour la définition de la gouvernance démocratique et des droits de l'homme de la gauche occidentale.

Enfin et surtout, l'affirmation d'Aron selon laquelle le poutinisme est "peut-être plus incendiaire que le totalitarisme communiste" est mise en avant. Dowbiggin trouve ce commentaire étrange "de la part de quelqu'un qui prétend être un expert de la russité" (Aron a émigré de l'Union soviétique aux États-Unis en tant que réfugié en 1978).

Si, du point de vue biaisé des observateurs occidentaux, le régime de Poutine poursuit des objectifs géopolitiques dans le monde entier, qu'y a-t-il de nouveau sur la scène de la Realpolitik centrée sur l'État ?

Il est difficile de prendre Aron au sérieux lorsqu'il affirme que la propagande de Poutine est plus toxique que la propagande soviétique, qui soulignait l'inévitabilité de la victoire communiste. Aron semble avoir oublié que ses innombrables compagnons d'armes ont autrefois propagé les doctrines soviétiques sur le sol américain pendant la guerre froide.

La rhétorique d'Aron sur une "nouvelle guerre froide" avec la Russie peut inspirer certains membres du mouvement conservateur américain, mais Dowbiggin avertit que les patriotes américains ne doivent pas tomber dans ce piège belliqueux.

En effet, Aron a probablement un autre public cible en tête, notamment les néoconservateurs juifs américains, le Conseil national de sécurité de Joe Biden, des politiciens chevronnés comme Nancy Pelosi et des ONG alliées à la CIA qui brûlent d'envie d'opérer sur le sol russe au nom des "droits de l'homme", dans le style des années 1990. En effet, Leon Aron a écrit une biographie sympathique de Boris Eltsine.

jeudi, 12 août 2021

La Russie travaille activement à une alternative au canal de Suez

suez-canal-map-oboreurope.jpg

La Russie travaille activement à une alternative au canal de Suez

Par Valery Kulikov

Source New Eastern Outlook

Pour la réussite économique, on le sait, il ne suffit pas de produire des biens. Il faut aussi les livrer à l’acheteur. C’est pourquoi les voies de transport deviennent chaque jour plus critiques. Et c’est pourquoi, parallèlement à l’utilisation de voies de transport déjà connues, la Chine, par exemple, crée sa propre Nouvelle route de la soie, construit, au Nicaragua, une alternative au canal de Panama, tandis que la Turquie construit un canal d’Istanbul parallèlement à son traditionnel Bosphore. Ces efforts ont été stimulés par l’incident du 28 mai bloquant le canal de Suez, qui a conduit de nombreux pays à chercher des alternatives à cette artère de transport égyptienne. Le PDG du géant danois du transport maritime Moller-Maersk, Soren Skou, a parlé au Financial Times de cette accélération inconditionnelle des changements dans la chaîne d’approvisionnement mondiale des marchandises, après le blocage du canal de Suez .

Étant donné l’importance particulière, dans ces conditions, de la création d’une voie de transport durable et rentable pour les participants au commerce international entre l’Europe et l’Asie du Sud-Est, la Russie a participé activement à la recherche d’alternatives.

1MMdk.jpg

Comme indiqué dans un précédent article, l’une des plus grandes entreprises de logistique de la planète, le groupe danois Moller-Maersk, spécialisé dans le transport de conteneurs, a déjà pris le parti d’augmenter son trafic de marchandises à travers la Russie en envoyant des conteneurs d’Asie, par voie maritime jusqu’au port de Vostochny (Primorsky Krai), puis par voie ferroviaire en traversant la Russie. Les conteneurs seront livrés via les voies de transport russes au port de Novorossiysk (Krasnodar Krai), d’où ils seront transportés par bateau vers la Méditerranée orientale. Cette nouvelle activité transcontinentale, admettent les Danois, permettra de réduire de moitié le temps de transport. En 2019, la compagnie danoise a lancé une autre route similaire entre les ports russes de Vostochny et Saint-Pétersbourg, transportant environ 2000 conteneurs depuis le début de 2021.

Trains_transport.jpg

Russian Railways a déclaré qu’ils voient un afflux constant de nouveaux clients avec des commandes de transport de conteneurs, et pas seulement dans le contexte du blocage du canal de Suez. Depuis avril 2020, début de la pandémie, Russian Railways a enregistré une augmentation considérable du volume de conteneurs en transit sur l’axe Chine-Europe-Chine. La vitesse moyenne d’expédition des conteneurs sur les principaux itinéraires est en moyenne de 1100 à 1200 kilomètres par jour, en tenant compte des frontières douanières. Selon Russian Railways, cette vitesse est beaucoup plus élevée que celle du transport maritime, plus élevée que celle du transport routier, et comparable à celle de l’aviation – en tenant compte des premiers et derniers kilomètres et de toutes les opérations de manutention des conteneurs dans les terminaux. En outre, Russian Railways note la mise à disposition d’une politique tarifaire stable : les tarifs de transit des conteneurs par le réseau de Russian Railways n’ont pas augmenté depuis 2011. La société a déclaré qu’elle était prête à faire face à la croissance des volumes et qu’elle développerait les services nécessaires à cet effet.

Comme l’a déclaré à plusieurs reprises l’entrepreneur russe Oleg Deripaska, son idée de reconstruire les principales voies ferrées de la « route du cèdre de Sibérie », pourrait devenir une alternative compétitive à la Nouvelle route de la soie chinoise, offrant ainsi à la Russie la possibilité de devenir une plaque tournante essentielle, un lien à part entière entre l’Europe et l’Asie. Selon lui, il est nécessaire de faire de cette initiative un projet national.

Un autre projet est l’autoroute Europe occidentale-Chine occidentale (WE-WC). Ses points clés : Saint-Pétersbourg, Moscou avec des tronçons de la M11 et du périphérique central, Samara et Orenbourg, accès au Kazakhstan puis à la Chine. L’avantage significatif du projet réside dans les unions douanières de l’EAEU et de l’Union européenne – les transporteurs n’ont à passer que deux dédouanements sur l’ensemble du parcours – à la frontière avec la Chine et avec l’Union européenne. Un mémorandum sur le projet a été signé en 2008, et la construction a commencé au même moment. En 2021, la Chine et le Kazakhstan ont déjà lancé leurs sections, tandis que la Russie ne s’est occupée que de l’autoroute M11.

51-0.jpg

1518794776_1000_3.jpg

En plus de ces options, la route maritime du Nord (NSR) a récemment été de plus en plus désignée comme l’une des alternatives de transport russe. Fin mai, le ministère de l’industrie et du commerce de la Fédération de Russie a proposé de transporter du pétrole et du gaz le long de la route maritime du Nord à l’aide de navires de construction russe qui seraient capables de transporter du charbon et des hydrocarbures, ainsi que de faire du cabotage, du dégelage et du pilotage. Les autorités russes ont proposé que la NSR soit considérée comme une alternative à la route passant par la mer Rouge pour aller de l’Asie à l’Europe, en cherchant à rendre le trafic le long de la route maritime du Nord praticable toute l’année grâce à une flotte de brise-glace, que la Russie construit activement.

L’autre jour, les plans d’ouverture d’une nouvelle alternative de transport russe, le corridor international fluvial de transport nord-sud, ont été connus. Alexei Rakhmanov, directeur général de l’United Shipbuilding Corporation (USC) russe, en a fait part au président Vladimir Poutine le 22 juillet, ainsi que la conception d’un porte-conteneurs capable de livrer des marchandises de la Caspienne à la mer Baltique.

bgaerct.jpg

Il a notamment été proposé de faire passer la cargaison par le nord de l’Iran ou l’ouest de la Chine et, par conséquent, par le port d’Olya, dans la région d’Astrakhan, pour la livrer à Helsinki dans un délai de sept à huit jours. Selon le directeur général de l’USC, les porte-conteneurs peuvent livrer des cargaisons le long de la Volga, puis par la voie navigable Volga-Baltique, et plus au nord jusqu’à Saint-Pétersbourg. Si nécessaire, il est également possible de livrer des cargaisons jusqu’à la mer Blanche. Le corridor international de transport Nord-Sud est destiné principalement à l’Iran, à l’Inde et à d’autres pays qui bordent l’océan Indien. Il est supposé que le flux principal de marchandises passera par le port de Mumbai, puis par la mer jusqu’au port de Chabahar en Iran, après quoi il sera livré par voiture ou par rail à travers l’Iran jusqu’à la mer Caspienne, puis par voie d’eau jusqu’à Olya. Le reste du chemin, à travers le territoire russe, sera une question de faisabilité économique. Rappelons que des lancements tests de cette route ont eu lieu de 2014 à 2017.

perevozki_po_vvp-02.jpg.jpg

Pour les marchandises en provenance de l’Empire céleste, la Russie construit le corridor de transport Est-Ouest et le corridor de transport Europe occidentale-Chine occidentale. Ce dernier, en particulier, est prévu sous la forme d’un réseau d’autoroutes, dont une partie essentielle sera la M-12. Dans ce cas, les marchandises s’accumuleront dans le port kazakh d’Aktau, sur la mer Caspienne.

Ainsi, la route Astrakhan-Helsinki prendra une partie du fret en transit du canal de Suez. Pour l’Europe du Nord, une telle route est plus rapide que de passer par l’Égypte. Bien entendu, il est encore trop tôt pour se prononcer sur le coût de cette route et sur l’argent qu’elle rapportera à la Russie. Toutefois, il est d’ores et déjà clair que ce projet est essentiel pour ce pays, dans la mesure où il assurera des commandes de construction navale russes.

Valery Kulikov

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Les Etats-Unis se retirent d'Afghanistan: nouveaux scénarios géopolitiques en Asie centrale

US-Troop-Withdrawal-1.jpg

Enric Ravello Barber:

Les Etats-Unis se retirent d'Afghanistan: nouveaux scénarios géopolitiques en Asie centrale

Ex: https://www.enricravellobarber.eu/2021/08/eeuu-se-reita-de-afganistan-nuevos.html#.YRQgx0A6-Uk

La folie interventionniste des "néo-con" - des ex-trotskystes pour la plupart - sous l'administration de George Bush a provoqué un irréalisme belliciste qui a eu pour point d'orgue les invasions de l'Irak et de l'Afghanistan.

En réalité, la présence américaine en Afghanistan remonte à bien plus loin, avant même l'intervention soviétique, comme le reconnaît lui-même Zbigniew Brzezinski : "C'est le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive sur l'assistance clandestine aux opposants au régime pro-soviétique de Kaboul. Et j'ai écrit une note au Président expliquant qu'à mon avis, une telle assistance provoquerait une intervention militaire soviétique" (1).

Après 20 ans de présence militaire et, selon un récent rapport du Watson Institute de l'Université Brown (Providence, Rhode Island), une dépense économique estimée à 2261 milliards de dollars et un bilan humain de 238.000 morts, tués dans des opérations anti-talibans tant en Afghanistan qu'au Pakistan, le président américain Joe Biden a déclaré le 8 juillet: "Nous avons mis fin à la plus longue guerre de l'histoire" (2).  Si l'objectif de la guerre était de mettre fin au règne des talibans, et que Biden annonce le retrait tout en reconnaissant le contrôle des talibans sur l'Afghanistan, il est clair que le bilan de la guerre est la défaite des États-Unis, qui après de nombreuses années de présence militaire n'ont pas atteint leur objectif, bien au contraire.

Les interventions américaines en Irak et en Afghanistan, qui ont toutes deux échoué, ont conduit les États-Unis à une impasse géostratégique pendant deux décennies clés. Son erreur lui a permis de passer du stade où ils étaient la seule puissance mondiale hégémonique à celui de l'ascension imparable de la Chine et de la réémergence de la Russie en tant que puissance mondiale - après l'effondrement de l'URSS -, notamment après la deuxième guerre de Tchétchénie, un tournant dans l'ascension militaire de Moscou.

Atalayar_Talibanes Afganistán.jpg

Ayant accepté leur défaite militaire, les États-Unis ont convenu avec les talibans de se retirer d'Afghanistan. Washington est conscient que dans quelques mois, les talibans renverseront le gouvernement actuel et domineront l'ensemble du territoire afghan, et pas seulement celui de la majorité pachtoune - à laquelle ils appartiennent.  Les talibans ont tiré les leçons des erreurs du passé et ont désormais pris le contrôle militaire de toutes les frontières du pays, laissant les seigneurs de guerre non pachtounes totalement isolés de tout contact extérieur et rendant leur position militaire aussi ridicule qu'intenable.

Les négociations de l'administration Biden avec les talibans se concentrent sur les deux points que la Maison Blanche entend continuer à contrôler après son retrait militaire.

- Contrôle du commerce de l'opium. Comme l'administration américaine l'a répété à plusieurs reprises, "nous ne sommes pas venus en Afghanistan pour lutter contre le commerce de l'opium", non seulement ils l'ont toléré, mais, de surcroit, ils ont collaboré avec ce commerce de l'opium tout au long du processus interventionniste. L'opium afghan représente 80 % de l'opium mondial et est principalement contrôlé par les talibans et accessoirement par le gouvernement actuel, en phase terminale, de Kaboul.

0c4c640c-2097399436.jpg

Washington y a toujours été impliqué, prenant une part importante en échange de la non-intervention. L'argent de la drogue est utilisé pour payer les services de renseignement et les opérations spéciales "secrètes". Le contrôle de l'opium présente un second intérêt dans la mesure où l'opium atteint, entre autres, la Russie, où la consommation d'opium chez les jeunes Russes constitue un problème majeur de santé publique.  Une autre branche de la route de l'opium atteint l'Europe occidentale via la Turquie, mais la consommation de ces opiacés en Europe occidentale est assez faible.

- L'Afghanistan, sous le contrôle des talibans, est un centre d'expansion du djihadisme islamique, en particulier dans deux directions : dans la province chinoise du Xianjang, ce qui pose des problèmes à Pékin, et en Asie centrale et dans les républiques musulmanes de Russie, ce qui pose des problèmes à Moscou. En fait, les Talibans ont soutenu le Mouvement islamique d'Ouzbékistan, qui a attaqué l'ancienne république soviétique depuis ses bases afghanes. Cette attaque a été la seule occasion où il a été nécessaire de mobiliser l'Organisation du traité de sécurité collective (une alliance militaire défensive dont la Russie est le noyau) pour repousser une agression extérieure contre l'un de ses États membres.

La Chine et la Russie ont défini leurs stratégies.

Ni la Russie ni la Chine n'ont la moindre intention de laisser les talibans faire de l'Afghanistan le déstabilisateur islamiste de l'Asie centrale, ce que la Maison Blanche souhaite en revanche. Moscou et Pékin ont leur propre stratégie et les deux gouvernements ont organisé des rencontres avec les chefs talibans, qu'ils reconnaissent déjà comme des interlocuteurs valables, en ignorant l'actuel gouvernement terminal de Kaboul.

Du côté russe, le 9 juillet à Moscou, un entretien a eu lieu avec une délégation de talibans dirigée par Abadul Latif Mansur (3). La Russie s'intéresse à l'Asie centrale pour étendre la Communauté économique eurasienne et contrôler l'islamisme dans la région. Elle n'est pas disposée à laisser le nouveau gouvernement taliban faire dérailler ses plans, ni à permettre aux talibans de s'allier à la Turquie pour renforcer la présence de cette dernière dans cette région clé de l'Asie centrale. La Russie a clairement fait savoir qu'elle n'était pas disposée à répéter des situations telles que l'attaque naguère lancée par le Mouvement islamique d'Ouzbékistan. Moscou, qui a fait plusieurs démonstrations récentes de son énorme puissance militaire, a clairement exprimé sa position.

e14d6ce6023c254ce23bfa891334a6ea07c5af95f4af2a898c10992aba760e19.jpg

Le géopolitologue russe Alexandre Douguine a écrit dans un article (4) que "la Russie doit agir activement pour empêcher la situation en Asie centrale de dégénérer en chaos et en instabilité, et à cette fin, Moscou doit agir en coopération avec l'Iran, le Pakistan, mais aussi avec la Chine, l'Inde et les États du Golfe, en accordant un rôle crucial dans la stabilité de la région à la coopération avec la Turquie". Douguine poursuit en affirmant que "l'Occident", c'est-à-dire les États-Unis et l'Union européenne, devrait être exclu du théâtre de l'Asie centrale. La vérité est que l'UE n'a aucune chance d'agir sur cette scène clé pour la stabilité mondiale, et - comme dans le cas de la Syrie - son seul rôle sera celui d'une victime de l'instabilité créée dans cette région. Le retrait chaotique des États-Unis provoquera une nouvelle crise des réfugiés en Europe occidentale. En d'autres termes, l'erreur stratégique de la Maison Blanche sera payée de cette manière par l'Europe (5).

E7XWIxMUUAAkC4X.jpg

Du côté chinois, la rencontre entre la délégation des talibans, conduite par le mollah Abul Ghani, et le ministre des affaires étrangères de Pékin, Wang Yi, a eu lieu le 28 juillet dans la ville chinoise de Tianjin. Pékin a pu imposer aux Afghans l'engagement que Kaboul ne soutiendrait pas le Mouvement islamique du Turkestan oriental, un groupe musulman ouïghour actif dans la région chinoise du Xinjiang, peuplée de musulmans. D'autre part, le départ des États-Unis et une nouvelle situation politique en Afghanistan permettront d'importants investissements économiques chinois, principalement dans les infrastructures, qui seront très bien accueillis par le futur gouvernement taliban (6). Car, comme le rappelle la journaliste italo-suisse Chantal Fantuzzi, il est clair pour la Chine que le retrait de ses troupes est une défaite pour les Etats-Unis, et Pékin va profiter de cette défaite (7).

Enric Ravello.

Notes:

(1) https://www.voltairenet.org/article185558.html

(2) https://www.larazon.es/internacional/20210708/q3wuztib55h4pcmmlel4cwvw7a.html

(3) https://asiatimes.com/2021/07/for-russia-the-taliban-a-necessary-evil/

(4) http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/07/20/la-russie-retourne-en-afghanistan.html

(5) https://www.elmundo.es/internacional/2021/07/07/60e4948621efa06a468b4593.html

(6) https://elpais.com/internacional/2021-07-28/china-y-los-talibanes-consolidan-su-acercamiento.html

(7) https://www.ticinolive.ch/2021/07/30/la-cina-convoca-i-talebani-biden-ha-fallito/

dimanche, 08 août 2021

"Qui suis-je ?" L'anthropologie métaphysique de Yuri Mamleev

Yuriy_Mamleev.jpg

"Qui suis-je ?" L'anthropologie métaphysique de Yuri Mamleev

Rosa Semikina

Traduction par Juan Gabriel Caro Rivera

Source: https://www.geopolitica.ru/es/article/quien-soy-yo-la-antropologia-metafisica-de-yuri-mamleev

Yuri Mamleev est une figure majeure de la littérature russe, considérée par beaucoup comme un mythe, ainsi qu'un écrivain radical et mystérieux. On peut même dire qu'il a été le "pionnier" de la littérature russe contemporaine, lorsqu'il a commencé à écrire en 1960 : ses écrits étaient très "différents" des tendances et des courants artistiques qui dominaient à l'époque. Mamleev était un mystique et un ésotériste, se définissant comme un esprit ou un témoin qui recevait des messages provenant d'une autre réalité ; c'est pourquoi ses œuvres créent un monde très particulier : les morts reviennent à la vie, les monstres, les psychopathes, les maniaques, les meurtriers et les suicidés rationalistes apparaissent aux côtés d'êtres marginaux, de "sous-hommes" et de créatures non anthropomorphes. Ces "êtres déroutants" (provocateurs) ne se trouvent que dans des situations extrêmes et exceptionnelles (aux frontières ou au milieu de l'"écart" entre l'être et le non-être) ; ils explorent tous le mystérieux, l'inexplicable, le transcendant, ils raisonnent sur l'éternité et l'infini, la mort et l'immortalité, en essayant de trouver des preuves de l'existence de la divinité, en essayant de trouver leur "chemin vers l'abîme" et de répondre à cette question éternellement dérangeante : "Qui suis-je ? Bien sûr, cette question est posée non pas dans un sens psychologique, mais dans un sens métaphysique.....

Юрий_Мамлеев.JPG

Mamleev explique cette dimension de son travail dans une interview : "Mon travail est une description matérialiste de l'enfer terrestre, des désastres spirituels, des faces cachées et non conventionnelles de l'âme humaine". Il admet que sa philosophie "est née d'une évaluation négative du monde". Mais la "nuit noire de l'âme", qu'il a un jour vécue en lui-même et qui est une constante de ses personnages, n'est rien d'autre qu'une étape nécessaire de l'"initiation" qui mène à la lumière, à Dieu et à la catharsis.

Par conséquent, la représentation fantasmagorique et surréaliste de ses personnages, des situations qu'ils vivent et des événements qu'ils vivent a, avant tout, une justification métaphysique, philosophique (car selon Mamleev le "réalisme métaphysique" de son œuvre "exige avant tout de s'immerger intensément dans notre réalité tout en traitant des problèmes globaux et métaphysiques") ou "intuitive" qui nous permet de démêler le sous-texte caché dans ses écrits. Deuxièmement, il s'agit de provoquer un choc ou un coup qui amène le lecteur à s'arrêter, à réfléchir et à commencer à "reconstruire" l'alchimie humaine qui se cache derrière tout cela. Bien sûr, cette "méta-exposition" ne garantit pas le retour à une pleine intégrité spirituelle, mais on ne peut ignorer qu'"une telle opération implique un processus de purification". Par exemple, dans l'histoire de Pensées du soir, Mikhaïl Saveliev, "un meurtrier et voleur bien connu et très âgé", se souvient un jour d'un événement qui s'est produit aux alentours de Pâques : alors qu'il était encore un jeune homme, il est entré dans l'appartement d'un autre et a tué deux personnes avec une hache, un homme et sa femme, mais "soudain, un petit garçon d'environ cinq ans, qui n'avait ni vu ni compris ce qui se passait, est sorti de la baignoire au bout du couloir : il était blanc, innocent, brillant et tendre. Il me regarde, regarde son oncle, et dit soudain : le Christ est ressuscité ! Il dit cela avec tant d'amour et de joie que j'ai compris ce qu'est vraiment Pâques. À ce moment-là, j'ai eu un malaise ; en un seul instant, j'ai eu l'impression que mon corps était traversé par un éclair et je suis tombé par terre, inconscient". Cet enfant grossier et innocent le sauve, car ses paroles ont un pouvoir surnaturel : cette "anecdote métaphysique" fait un trou dans l'âme du criminel qui le pousse à se repentir de ses crimes et à se retrouver dans un monastère.

4778183.jpgLes personnages de Mameleev sont souvent décrits comme des monstres, mais il s'agit là d'une appréciation superficielle : "ce sont des monstres parce qu'ils veulent percer les mystères qui se trouvent au-delà de l'esprit humain", déclare Mameleev. "Ils veulent briser le flux de la vie quotidienne et répondre à des questions éternelles hors de notre expérience, alors ils deviennent inévitablement des monstres. Je m'intéresse précisément à ces voyageurs et héros de l'au-delà.

Les schémas inhabituels de pensée philosophique et artistique de Mamleev entraînent naturellement des divergences dans la définition de sa méthode de création, l'amenant même à dire que "ses créations pourraient être considérées comme une sorte de réalisme métaphysique". M. Mamleev a publié plus de quarante livres en Russie et à l'étranger. Il est également le fondateur d'une école littéraire et philosophique et le lauréat du prix Andrei Biely et du prix international Pouchkine. On sait qu'un groupe de jeunes auteurs s'est formé autour de lui et qu'ils ont tous participé à un projet philosophico-littéraire connu sous le nom de "Mystère de l'infini". La plupart des idées de ce projet ont été publiées dans divers almanachs tels que Mystery of Infinity, The Equinox et Equinoxe. Vers un nouveau mysticisme. Depuis 2005, les éditions Ripol-klassik publient une collection intitulée "Bibliothèque du réalisme métaphysique", également appelée "Métaprose". On pourrait dire que Mamleev est le fondateur d'un courant littéraire.

9782825141984-475x500-1.jpgMamleev explique sa conception du réalisme métaphysique et de la métaphysique en général dans son livre The Fate of Being.

Si la philosophie académique définit la métaphysique comme l'origine des idées suprasensibles de l'être, "désignant ainsi la tentative de la pensée et de la raison d'aller au-delà du monde empirique pour atteindre une réalité extra-empirique", alors nous pouvons dire qu'il s'agit de la connaissance de "l'être comme étant", c'est-à-dire, de la "connaissance de Dieu et de la substance suprasensible" (Aristote), ce qui a ensuite conduit la philosophie à considérer la métaphysique comme une forme d'"interrogation par laquelle nous essayons d'embrasser la totalité de l'être et pour que finalement celui-ci, que nous interrogeons sans cesse, nous interroge aussi" (M. Heidegger, Problèmes fondamentaux de la phénoménologie).

Y. Mamleev considère que la métaphysique fait partie du "monde des essences spirituelles", c'est-à-dire de "la sphère du supra-cosmique, du divin, de ce qui fait partie de l'originel et du spirituel en soi : on peut dire que le monde du cosmos "invisible" fait partie d'un autre type de connaissance". C'est ce que Mamleev appelle les principes métaphysiques (ou "réalités") qui sous-tendent l'univers et qui nous révèlent le "cours nébuleux d'autres mondes" et d'autres époques, le tout nous aidant à déchiffrer les symboles cachés de l'existence humaine. Ces "questions éternelles que l'esprit humain adresse souvent à ce Principe Primordial - aussi naïf soit-il du point de vue de l'absolu - qui reste silencieux, ont souvent une dimension métaphysique".

La "réalité métaphysique" est présente a priori dans tous les mondes, indépendamment de leur degré de "matérialisation", de sorte qu'il leur est possible de s'exprimer plus profondément et plus complètement en littérature qu'en philosophie. En effet, l'"image" est beaucoup plus multiforme que l'"idée", car la première "exprime plus facilement ce qui ne peut être pensé" (La liberté dans la poésie russe). Les héros de ce genre de littérature seraient avant tout des réalités philosophiques et métaphysiques telles que le Néant, la chose-en-soi, le "je" transcendantal, etc. Il est possible qu'il s'agisse du type de littérature dont parle Daniel Andreïev dans son livre La Rose du monde : "Ce n'est qu'ainsi que vous pourrez comprendre le sens des choses inhérentes à la Rose de la paix : car c'est ainsi que vous percerez la réalité physique pour accéder à différents niveaux, tant matériels que spirituels. <...> Je crois qu'un tel art... devrait être appelé réalisme translucide ou méta-réalisme". Sans aucun doute, c'est Y. Mamleev est l'auteur qui a le plus développé ce méta-réalisme.

2786354.jpgL'anthropologie de Mamleev part d'une compréhension du cosmicisme et des stratifications métaphysiques de l'homme, sans parler du lien métaphysique entre l'homme et le monde. Selon Mamleev, "... l'homme est un espace où le ciel et la terre sont reliés. En outre, l'homme est relié au monde physique, au monde intermédiaire (c'est-à-dire le monde subtil et parallèle) et au monde divin. Par conséquent, il existe des gouffres à l'intérieur de l'homme qui appartiennent à des mondes supérieurs, divins et ... sataniques..... L'homme est à la fois une bête et un ange, relié à des êtres qui lui sont inférieurs et supérieurs..... ... le ciel et la terre sont réunis en lui" (Russie éternelle).

Le microcosme humain est un reflet du macrocosme du monde : la spécificité métaphysique de l'homme n'est pas seulement qu'il est un lieu où "le ciel et la terre sont reliés", mais aussi que les êtres humains sont des "fissures" par lesquelles on peut pénétrer dans d'autres mondes. L'âme humaine (Mamleev l'appelle "l'archétype de l'âme de l'Univers") contient en elle un code universel. L'homme en tant que phénomène psycho-bio-social n'a pas d'importance ("surtout parce qu'il a été tellement étudié dans la littérature"), car le but du réaliste métaphysique est de connaître "l'invisible, l'homme caché" et pour cela il faut aller au-delà de la psychologie des profondeurs. L'homme de chair et de sang n'est rien d'autre qu'un fragment du "lieu métaphysique qu'occupe l'homme". Et si le réalisme traditionnel nous amène à postuler l'existence de deux gouffres à l'intérieur de notre âme, l'inférieur et le supérieur, alors nous pouvons dire que le but de Mamleev est de créer une vision multidimensionnelle de l'espace intérieur de l'homme qui nous permet d'observer toute une multitude de gouffres en nous. Selon H. Hesse, "la vie de tous les hommes n'oscille plus entre deux pôles, par exemple l'instinct et l'âme, ou le saint et le libertin, mais oscille entre des milliers, entre d'innombrables paires de pôles.... c'est une fatale nécessité innée chez tous les hommes de se représenter chacun son moi comme une unité.... Mais en réalité, aucun moi, même le plus naïf, n'est une unité, mais un monde hautement multiforme, un petit ciel d'étoiles, un chaos de formes, de gradations et d'états, d'héritages et de possibilités..... Car, bien sûr, la poitrine, le corps n'est jamais plus qu'un ; mais les âmes qui vivent à l'intérieur ne sont pas deux, ni cinq, mais innombrables ; l'homme est un oignon de cent pelures, un tissu composé de nombreux fils" (Steppenwolf).

3505170_468.jpg

Une telle idée (ou "connaissance spéciale") de l'homme et du monde implique que l'écrivain ait une tâche très spécifique : premièrement, il doit voir derrière la vie visible les aperçus d'une "réalité beaucoup plus formidable", qui "doit être mise à nu et rendue visible et, malgré le caractère écrasant d'une telle tâche, nous devons découvrir les abîmes de l'être ; deuxièmement, il est nécessaire de révéler les abîmes intérieurs de l'âme humaine que nous observons dans notre comportement, notre vie spirituelle et nos peurs subconscientes. Une fois que nous avons obtenu que les personnages expriment ces comportements, nous obtenons ce que Dostoïevski appelle le "réalisme fantastique" (voir : La voix du néant. Histoires. M., 1991). Mamleev a trouvé plusieurs façons de représenter cet être métaphysique ou "situation métaphysique de l'homme". Par exemple, à travers la "profondeur du symbolisme", mais de manière à ce que l'on perçoive clairement que l'homme n'est pas seulement l'être humain, mais que "dans ses profondeurs... un autre être est caché", un être secret et transcendantal qui se dépasse en tant qu'homme de chair et de sang et dont nous n'avons aucune idée de l'existence ("car l'homme de chair et de sang n'est qu'un fragment de la réalité humaine"). Une autre façon de représenter ce problème serait de dire que l'homme extérieur n'est rien d'autre qu'une projection de l'homme intérieur, une fente ou une fenêtre qui nous permet d'entrevoir une sorte d'essence secrète. Il existe cependant un troisième mode de représentation qui consiste à penser l'homme comme une entité métaphysique, une monade originelle et éternelle, un archétype métaphysique, "un certain domaine autonome qui, bien sûr, n'est pas de ce monde...". L'homme n'est pas seulement un être mystérieux, mais aussi un être inconnaissable qui est "enraciné intérieurement dans l'infini et l'inconnu". Les limites de notre connaissance de nous-mêmes le prouvent". Il ne s'agit pas d'un type ou d'un caractère spécifique, mais d'une "centralité métaphysique" propre à notre moi intérieur.

1394117_3287500.jpgMamleev ne se considère pas comme le créateur du réalisme métaphysique et cite donc comme exemples de cet art les créations de Dante ou l'alchimie spirituelle du Moyen Âge, qui révélait l'existence d'un homme caché qui "ne peut être réduit à la connaissance superficielle fournie par la psychologie moderne la plus sophistiquée". Seule la littérature russe, que Mamleev considère comme la plus philosophique de toutes, a "su éclairer [...] les abîmes spirituels de l'homme et sa constante disposition à se tourner vers l'extase ou le rêve [...]", de sorte que "la littérature est devenue une forme de vie et de mort" et le texte une "preuve de la vie intérieure de l'homme". Les héros de la littérature russe "glissent constamment dans l'abîme... dans un échec qui devient un échec complet de l'existence en raison de l'instabilité et du caractère catastrophique et apocalyptique de la vie terrestre". Dans la littérature russe du XIXe siècle, un tournant ontologique s'est opéré, les œuvres de Gogol et de Dostoïevski ayant donné naissance à la littérature métaphysique du futur. N.V. Gogol a été le premier à s'aventurer dans ce monde qui dépasse l'esprit du monde réel en appelant ses personnages des "âmes mortes". Dans ces mots, nous pouvons "voir" l'horreur métaphysique d'un écrivain qui s'approche des abîmes de l'être. En revanche, le "réalisme fantastique" de F.M. Dostoïevski rompt avec les codes esthétiques du XIXe siècle, puisque sa quête artistique repose sur une idée "fondamentale et clé" selon laquelle la vie est plus fantastique que toute fantaisie. Tout ceci définit le véritable programme du réalisme métaphysique.

N. Berdiaev disait que F. Dostoïevski était "le plus grand métaphysicien russe", un "symboliste métaphysique", et il était donc convaincu que le monde artistique incarné dans les romans de Dostoïevski ne pouvait être compris qu'à la lumière de ses découvertes sur l'essence métaphysique de l'homme et sa position dans le monde. Lorsque Dostoïevski déclarait "Je ne suis pas psychologue...", il voulait dire précisément que l'homme psycho-social est impossible à représenter si l'on ignore sa dimension métaphysique, de sorte que l'homme doit être considéré comme une monade originelle et éternelle, un archétype métaphysique, un concept clé de la structure ontologique de la réalité et une "énigme cosmique" (I. Yevlampiev).

9782268061795_internet_w290.jpgLe déploiement du code métaphysique caché qui se trouve au-delà de l'homme empirique (ou "externe", comme l'appelle Mamleev) est une tentative d'atteindre un "réalisme supérieur" (Dostoïevski : "Je suis un réaliste au sens le plus élevé du terme, c'est-à-dire quelqu'un qui décrit les profondeurs de l'âme humaine"). Mamleev, qui suit en cela Gogol et Dostoïevski, considérait que ces antinomies, ces abîmes, ces orphelinats, ces destructions intérieures, ces omniprésences et la recherche de Dieu par l'âme russe n'étaient pas artificiels, mais faisaient partie de "l'hystérie métaphysique de l'esprit russe, de sa tentative de dépasser toutes les limites et les normes" (N. Berdyaev).

Saltikov-Chtchedrine a compris que Dostoïevski "ne se distancie pas seulement de nous", mais que le secret qui fait de lui un Autre réside dans le fait que l'écrivain "pénètre au-delà du champ de l'immédiat, dans la prospective et le pressentiment, ce qui est le champ des grandes questions de l'humanité". C'est précisément dans ce "champ" où l'on perçoit "le caché, l'incompréhensible, le chaotique, le grandiose et l'abîme sans fond" que pénètre le regard artistique de Mamleev, car c'est précisément cette recherche qui détermine l'être de tous ses personnages ou "êtres métaphysiques". Mamleev, cependant, donne à cet être une existence réelle, ce qui le rapproche du réalisme magique de la littérature latino-américaine du 20e siècle, où le réel et le magique, le banal et le fantastique se confondent. Mais contrairement au réalisme magique, Mamleev "n'a pas eu recours au mythe, mais à une sorte de prose très traditionnelle et ordinaire, incorporant toutes les facettes de la réalité en elle..... comme un tissu métaphorique... Nous parlons donc d'un genre complètement nouveau... où le métaphorique, le métaphysique et le symbolique finissent par être "incorporés" dans l'histoire réaliste et où tout cela réalise une synthèse" (1). Une telle synthèse est "l'une des variantes de tous les processus artistiques du vingtième siècle où interagissent des systèmes de pensée non classiques" (2).

9782825141984_large.jpg

Toutefois, il est possible de parler d'un autre type d'"interaction". Les personnages de Mamleev, capturés par cette "autre réalité", changent non seulement extérieurement, mais aussi dans leur "essence", c'est-à-dire qu'une alchimie humaine a lieu. Mamleev appelle les transformations "miraculeuses" de ses personnages des métaphores : les critiques d'art contemporain considèrent qu'il ne s'agit pas de métaphores mais de simulacres, d'images artificielles ou "d'images d'une réalité absente". Les œuvres de Yuri Mamleev sont généralement surchargées de citations et sont immergées dans un contexte culturel et artistique très large, révélant l'existence de différentes traditions littéraires. On trouve des traces évidentes de traditions telles que les Ménippées (genre satirique romain, n.d.t.) et des réalités grotesques du carnaval, où la mort et la fête convergent, dans des nouvelles telles que Les Noces et Cruelles rencontres. Les personnages monstrueux des Cruelles rencontres semblent sortis des gravures de Bosch et de Goya : des corps à deux têtes, des cadavres ambulants et un homme-ours. L'influence de la littérature d'horreur gothique et du romantisme d'Hoffmann et d'E. Poe est également évidente dans ces contes. Poe dans de tels récits. En outre, l'inspiration de Mamleev pour le fantastique russe classique est très évidente dans son écriture, en particulier les nombreuses références au Marchand de cercueils et au Festin pendant la peste de Pouchkine ou au Journal d'un fou et aux Âmes mortes de Nikolaï Gogol, mais surtout les références à Fyodor Dostoïevski sont très claires.

folio1100-1992.jpg

La poésie de Mamleev ne ressemble qu'extérieurement à des éléments postmodernes tels que la réalité virtuelle et les images-simulacres incarnées dans l'intertextualité brute, sombre, choquante, phénoménale et mixte de Mamleev qui polémique avec tous les auteurs qu'il cite (ces derniers dans le sens le plus large possible). La variabilité ludique qui se développe dans toutes ces collisions ou la manière dont les problèmes sont résolus donne parfois l'impression que la pensée de l'auteur est très incomplète et contribue à ce que ses œuvres soient perçues comme un texte ouvert et infini. Cependant, la réalité quotidienne est le fondement de toutes les œuvres de Mamleev. L'inconnu n'est pas conçu comme quelque chose de fantastique, mais comme une "réalité spirituelle intuitive". C'est pourquoi le réalisme de Mamleev est lié à sa tentative d'articuler son idée du monde avec une sorte de cosmo-anthropologie philosophique.

Vasia Kurolesov, l'un des "voyageurs métaphysiques" de Mamleev (L'abîme), confesse : "Tout est à sa place, comme il se doit, Dieu est Dieu, et pourtant, même après cela, je continue à courir et à courir ! Où devrais-je courir maintenant, ayant trouvé le Divin ? Seulement vers Toi, Seigneur, qui es en moi, vers le moi, ou bien je cours plutôt vers une distance qu'aucun signe ne peut révéler et que le vide ne peut exprimer ?

9785837001390-475x500-1.jpgCe sont des mots qui indiquent le chemin vers le supra-réel ou vers un abîme à l'extérieur - au-delà de tout ce qui est connu et imaginable - et à l'intérieur - où se trouvent les mystères de l'âme humaine. Cependant, il est inexact de définir les voyages dans ces œuvres par l'épithète "voyage dans l'espace". En outre, le chemin vers le transcendantal que suivent les personnages de Mamleev est toujours conditionné par le réalisme. Dans l'histoire du Coureur, la capacité de Vasia Kurolesov à voler à travers tout l'univers, visible et invisible, est le résultat de son imagination, étant en ce sens une conséquence (un symptôme) de la maladie mentale d'un homme qui a essayé de "se dépasser" et a dépassé ses limites. La partie la plus importante de l'histoire se trouve dans le chapitre intitulé "Notes d'un fou", qui est divisé en deux parties correspondant à deux phases de la maladie et à deux versions différentes de son fantasme : la première partie s'intitule "Notes de Vasia Kurolesov" ("quand il a fui son corps") et la deuxième partie s'intitule "Notes de Vasia Kurolesov après que Zamorisheva a vu qu'il était lui-même devenu un monstre de l'au-delà". Le personnage de Vasia Kurolesov fait référence à la tradition littéraire des "fous sages" (cf. Poprishchin dans le Journal d'un fou de Gogol). Bien qu'il ait sombré dans une sorte de psychose maniaque, Vasia conserve un sens aigu de l'observation et de la perspicacité, capable d'analyser et d'évaluer tout ce qu'il voit.

Contrairement au postmodernisme, ce n'est pas Vasia qui est malade (la maladie est une convention artistique, disait Dostoïevski), ce sont les "hommes moyens" modernes et philistins qui sont malades parce qu'ils se sont détournés des utopies traditionnelles et des mythes religieux : "Ma pensée et mon moi survolent tous ces mondes de merde, aussi béats soient-ils. Partout où je regarde et épie, partout où je mets mon nez... je donne aux passants un goût de folie et j'effraie les habitants de ce lieu. C'est comme si j'avais échappé à toutes les lois cosmiques, grâce à la volonté de l'Invisible, et que je pouvais ainsi effrayer tout le monde avec ma particularité. Oh, petites étoiles, petites étoiles ! Je meurs de rire". Je crois qu'il y a dans ces phrases une certaine allusion à l'"âge d'or" utopique décrit par Dostoïevski dans Le rêve d'un homme ridicule. Dans cette histoire, la vie des enfants d'une belle étoile dans laquelle tombe accidentellement un "homme ridicule", "ils vivaient dans l'état dans lequel nos ancêtres existaient dans le paradis terrestre. Parmi eux, il y avait de l'amour et des enfants sont nés, mais je n'ai jamais observé parmi eux de cruelles explosions de la luxure qui s'empare de presque tout le monde sur notre terre, et qui est la source de la plupart des péchés de notre humanité. Ils se réjouissaient de la naissance de leurs enfants, car ils partageaient désormais leur joie. Il n'y avait aucune querelle entre eux, aucune jalousie, et ils ne comprenaient même pas ce que cela signifiait. Leurs enfants appartenaient à tout le monde, car ils formaient tous une seule famille. Il n'y avait presque pas de maladie, mais la mort était là ; leurs vieux mouraient lentement, comme s'ils s'endormaient, entourés de gens qui leur disaient au revoir, les bénissaient et leur disaient adieu avec des sourires joyeux. Il n'y avait ni chagrin ni larmes à voir lorsque cela s'est produit, mais un amour qui semblait multiplié jusqu'à l'extase, mais une extase tranquille, complète et contemplative". Vasia Kurolesov parodie l'utopie dostoïevskienne lorsqu'il décrit l'une des nombreuses dimensions de l'Univers dans laquelle il a jeté un coup d'œil : "Leur vie, ma mère, ne se déroule pas comme la nôtre : elle est très, très lente, ce sont des sortes de parasites qui vivent pendant des millions et des millions d'années. Ils vivent béatement, satisfaits d'eux-mêmes, comme s'ils étaient des dieux dont le corps est fait de la plus fine substance de tout..... Et quel bien ont-ils trouvé dans cette joie et cette félicité ? Rien que de la stupidité et aucun abîme en eux, ils sont restés assis là béatement pendant des millions d'années. Nos compatriotes deviendraient fous en vivant comme ça". Cependant, Vasia critique également le monde souterrain et les démons lorsqu'il les considère du point de vue de l'expérience et des besoins humains plus importants : "Les démons... vivent encore plus mal que les dieux. De simples bâtards qui ne travaillent que pour eux-mêmes, mais qui, par-dessus tout, craignent leur maître. Et leur plus grande peur est de voir l'abîme, ce qui signifie qu'ils ne connaîtront jamais la profondeur de la réalité. Les célestes, surtout ceux de très haut rang, se réunissent sans cesse avec leur Maître en disant que nous vivons dans un monde clair où personne ne connaît le plus grand de tous les mystères. Les autres démons tremblent en entendant parler de l'Esprit de leur Maître et croient qu'ils disparaîtront dès qu'ils le connaîtront. Ils vivent dans la peur.

Mamleev soutient que l'aspiration de Vasia à atteindre l'abîme (même après avoir pénétré l'absolu, c'est-à-dire Dieu) est une manifestation de l'esprit russe, qui a pour principe cosmologique de servir de médiateur entre l'absolu (y compris Dieu lui-même) et l'abîme qui existe au-delà. Une telle interprétation de l'esprit russe amène Vasia à réaliser que la Russie n'est pas seulement un sixième du globe, mais quelque chose de plus : "D'ailleurs, la Russie n'est pas seule sur cette Terre de péché". Il est nécessaire d'expliquer cette phrase : Y. Mamleev et T. Goricheva ont écrit un livre intitulé La nouvelle ville de Kitezh dans lequel ils expliquent leur conception cosmologique ou métaphysique de la Russie. Selon eux, "l'essence historique de la Russie se situe bien au-delà de notre monde terrestre et constitue l'un des plus profonds mystères de la relation entre Dieu et le Cosmos..... Notre Russie historique n'est qu'une des nombreuses manifestations de la Russie cosmologique que l'on trouve sur d'autres planètes et dans d'autres réalités spatio-temporelles. L'idée de la Russie existe au-delà de notre monde terrestre et humain, si ce dernier est vrai, alors cette idée se manifestera inévitablement dans d'autres mondes également" (3). Ce concept de Russie cosmologique se retrouve chez N. Berdiaev et les "slavophiles radicaux", qui ont lié l'idée de la Russie à l'idée de l'humanité. Ainsi, les êtres vivant dans la Russie cosmologique ne sont pas seulement analogues à leurs homologues terrestres, mais sont liés à un certain archétype humain. Il est possible que des Russes vivant dans d'autres mondes russes soient en proie à l'"angoisse" et à la "folie". Bien sûr, pour cela, ces êtres doivent incarner une idée russe adaptée à leur monde.

b88098c4198443d592bacb297865d7fe.jpg

Le récit de la fuite du "sage fou" dans l'éternité révèle en fait le mythe de la Russie cosmologique auquel Mamleev croit.

Un autre mythe de Mamleev est son concept du "moi métaphysique", du "Dieu qui existe en moi", qu'il a exposé dans ses ouvrages philosophiques (Le destin de l'être ; La Russie éternelle) et dont les origines se trouvent dans la métaphysique orientale. Selon ce concept, l'homme est capable de trouver Dieu en lui-même. Pas seulement une étincelle de Dieu ou de sa conscience, mais Dieu dans son ensemble, jusqu'à la coïncidence totale avec l'Absolu. L'un des nombreux voyageurs métaphysiques de Mamleev, Andrei Artemievich (La route de l'abîme), "prêchait et pratiquait un certain enseignement ancien et traditionnel (Vedanta) né en Inde, mais une fois compris et éclairé par le fougueux esprit russe, il a fini par se transformer", raison pour laquelle il enseignait à ses étudiants "le concept du moi métaphysique" comme suit : "Selon l'Advaita-Vedanta... le principe absolu et suprême, éternel et supra-mondain, que la plupart appellent Dieu se trouve "en" nous, le reste n'est qu'un horrible rêve. Tout le monde peut découvrir ce Soi supérieur ou Dieu qui existe en soi et avec lequel on peut même s'identifier, mais pour cela il faut éliminer toute fausse identification avec son corps, sa psyché, son individualité et son esprit, afin de cesser d'être une "créature tremblante" ..... Et l'homme devient ce qu'il est vraiment : nous ne serons pas, par exemple, Nikolaï Smirnov, ni aucun autre homme, mais une réalité absolue éternelle, qui ne peut être exprimée en tant qu'existence individuelle au moyen du temps, des nombres ou de l'espace et qui peut exister même lorsque ni le monde ni l'univers n'existent".

L'anthropologie philosophique et artistique de Mamleev est une synthèse des concepts de la philosophie religieuse russe et de l'"idée russe", notamment des théories de N. Berdiaev, ainsi que de la métaphysique indienne, du Vedanta, de l'enseignement dogmatique chrétien sur la théosis de l'homme, de l'autodévouement nietzschéen et de certains éléments de la philosophie de Heidegger sur la manière dont l'homme s'approche de l'être. On y trouve également les idées de Dostoïevski selon lesquelles l'homme possède dans son âme une "étincelle de Dieu" qui le relie à Dieu et à son Fils.

Il ne s'agit pas d'un jeu de mots, ni d'une défense de l'impossibilité de parvenir à une Vérité absolue ou d'une sorte de justification du relativisme postmoderne. Il s'agit plutôt d'une synthèse très complexe de diverses idées autour desquelles tourne toute l'œuvre de Mamleev, sans parler de la pensée chaotique et des ténèbres dans lesquelles l'âme de l'homme moderne a pénétré et dont l'amour chrétien n'est plus en mesure de le sauver : l'homme d'aujourd'hui, même s'il reconnaît le Christ et l'accepte comme idéal, ne peut pas se sauver, car il doit "dépasser" le carrefour où Dieu et l'abîme se rencontrent.

Le concept de l'Homme en tant que "situation métaphysique" tel que le conçoit Yuri Mamleev est un "quadrilatère" qui se trouve "intuitivement" dans l'alchimie spirituelle de l'Homme.

Notes :

1. Метафизический реализм писателя-оптимиста. Беседа с А. Вознесенским. Независимая газета. 2000, 25 мая.

2. См.: Лейдерман Н. Л., Липовецкий М.Н. Современная русская литература: 1950-1990 годы. Т. 1. М., 2002. С.17.

3. Мамлеев Ю. В. Россия вечная. М., 2002. С. 116-125. Подробнее об этом см.: Мамлеев Ю. Судьба бытия (гл. “Последняя доктрина”). М., 1997.

Fuente: https://magazines.gorky.media/october/2007/3/kto-est-ya.h...

vendredi, 30 juillet 2021

L'Iran se présente judicieusement comme canal pour le commerce russo-pakistanais

3411350.jpg

L'Iran se présente judicieusement comme canal pour le commerce russo-pakistanais

par Andrew Korybko

La proposition faite le 16 juillet par le consul général iranien au Pakistan, selon laquelle son pays pourrait servir d'intermédiaire pour le commerce russo-pakistanais, est d'une extrême importance stratégique car elle témoigne d'une conscience aiguë du rôle de la République islamique dans l'environnement géo-économique en rapide évolution de l'Eurasie.

L'environnement géo-économique de l'Eurasie évolue rapidement à la lumière de plusieurs événements interconnectés survenus au cours de l'année écoulée. L'accord conclu en février pour la construction d'une voie ferrée trilatérale entre le Pakistan, l'Afghanistan et l'Ouzbékistan (PAKAFUZ) a remis en question la viabilité stratégique de la branche orientale du corridor de transport Nord-Sud (E-NSTC), qui relie le port iranien de Chabahar, contrôlé par l'Inde, à l'Afghanistan et aux républiques d'Asie centrale (RCA). Kaboul a enfoncé un nouveau clou dans le cercueil de ce projet le mois dernier, lors de la réunion trilatérale virtuelle des ministres des affaires étrangères, aux côtés des plus hauts diplomates de Pékin et d'Islamabad, en s'engageant à s'appuyer sur le projet phare de l'initiative "Belt & Road Initiative" (BRI), à savoir le corridor économique Chine-Pakistan (CPEC). Bien que la Russie reste officiellement intéressée par le NSTC, le ministre des affaires étrangères Sergey Lavrov a approuvé avec enthousiasme la connectivité entre l'Asie centrale et l'Asie du Sud lors d'une conférence d'actualité dans la capitale ouzbèke de Tachkent à la mi-juillet, ce qui peut être interprété comme l'approbation par Moscou de PAKAFUZ et la volonté d'utiliser ce projet pour atteindre l'Asie du Sud.

thediplomat-2021-02-24-12.jpg

China-Pakistan-Iran-Map.jpg

En l'état actuel des choses, l'Iran ne peut pas compter sur le NSTC autant qu'il l'avait initialement prévu. Cette initiative facilitera probablement encore un peu le commerce russo-indien, comme prévu, mais loin de ce que les observateurs les plus optimistes avaient espéré. La consolation stratégique de la République islamique est que la plate-forme d'intégration à six nations proposée par l'Azerbaïdjan deviendra probablement sa nouvelle priorité et reliera ainsi plus étroitement l'Iran à la Russie et aux quatre autres membres de cette plate-forme. Malgré cela, Téhéran préférerait toujours devenir un acteur économique transrégional en Eurasie, vision qu'il entend faire progresser grâce à l'accord de partenariat stratégique de 25 ans conclu en mars avec la Chine. J'ai écrit à l'époque que cette évolution qui change la donne pourrait être mise à profit pour faciliter le commerce russo-pakistanais grâce à l'expansion occidentale du CPEC vers la République islamique (W-CPEC+), où il se déroulerait alors essentiellement parallèlement au tracé initial du NSTC. Certains critiques étaient sceptiques quant à cette vision ambitieuse, mais mon point de vue vient d'être confirmé par le consul général d'Iran au Pakistan.

L'Express Tribune a rapporté que M. Mohammad Reza Nazeri a déclaré le 16 juillet, alors qu'il s'exprimait lors de la première session de la réunion de facilitation des affaires entre le Pakistan et l'Iran, que l'Iran est un bénéficiaire du CPEC et peut faciliter le commerce du Pakistan avec l'Asie centrale et la Russie. Cette déclaration suggère très clairement qu'il a une conscience aiguë du rôle de la République islamique dans l'environnement géo-économique en rapide évolution de l'Eurasie. L'E-NSTC ayant été rendu largement superflu par le PAKAFUZ, ce qui a également réduit la viabilité stratégique de sa fonction principale de facilitation du commerce russo-indien, il est logique que l'Iran se positionne comme un canal pour le commerce russo-pakistanais afin de racheter l'importance transrégionale de ce projet pour relier l'Europe orientale à l'Asie du Sud. Il peut également servir de solution de rechange temporaire au commerce transafghan entre les deux pays, tant que la situation dans ce pays enclavé reste violente et instable. En d'autres termes, l'Iran se rend enfin compte de l'importance de la connectivité russo-pakistanaise de nos jours et souhaite donc jouer un rôle important pour la faciliter.

imagesPIR.jpg

Guidé par cette approche flexible de l'environnement géoéconomique en rapide évolution de l'Eurasie, l'Iran peut, de manière réaliste, conserver son importance géoéconomique transrégionale, même si la fonction initiale de connectivité russo-indienne de la NSTC a été réduite en raison des récents développements liés à PAKAFUZ et du réalignement général de New Delhi sur l'Occident (notamment par son respect du régime de sanctions unilatérales anti-iraniennes des États-Unis). L'afflux attendu de capitaux chinois et les projets de connectivité dont ils pourraient être responsables à la suite de leur accord de partenariat stratégique de 25 ans pourraient considérablement renforcer l'attrait de la connectivité transrégionale de l'Iran, notamment en ce qui concerne la facilitation du commerce russo-pakistanais. L'extension du W-CPEC+ à la Russie via l'Iran et l'Azerbaïdjan améliorerait également la viabilité du concept de l'Anneau d'or pour l'assemblage d'un nouveau réseau multipolaire dans le cœur de l'Eurasie, ce qui servirait les intérêts stratégiques de tous les pays concernés.

Andrew Korybko
Analyste politique américain

Source: http://oneworld.press/?module=articles&action=view&id=2133

L'approbation par la Russie de la connectivité entre l'Asie centrale et l'Asie du Sud fait progresser la multipolarité

CASA_Map.jpg

L'approbation par la Russie de la connectivité entre l'Asie centrale et l'Asie du Sud fait progresser la multipolarité

par Andrew Korybko

Le soutien enthousiaste du ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, à la connectivité entre l'Asie centrale et l'Asie du Sud montre que la Russie est sur le point d'achever le "Grand partenariat eurasiatique" qu'il a toujours envisagé pour souder le supercontinent.

La mise en place du "Grand partenariat eurasiatique" (GPE) est l'un des principaux objectifs de la grande stratégie russe. Elle envisage de relier le supercontinent par des projets d'infrastructure et des accords commerciaux afin d'accélérer l'émergence d'un ordre mondial multipolaire. Cet objectif final complète celui de la Chine, qui vise à établir une communauté de destin commun pour l'humanité, ce qui renforcera la stabilité stratégique en faisant de tous les pays - y compris les pays aujourd'hui encore rivaux - des parties prenantes de la réussite de chacun. Le ministre russe des affaires étrangères, Sergey Lavrov, a approuvé avec enthousiasme la connectivité entre l'Asie centrale et l'Asie du Sud lors de la conférence qui s'est tenue la semaine dernière dans la capitale ouzbèke de Tachkent, un moment crucial pour le GEP puisqu'il s'agit de la dernière pièce de ce puzzle géo-économique.

Certains des propos tenus par ce diplomate de haut niveau mondial lors de son discours d'ouverture méritent d'être soulignés :

"La nature représentative de cet événement est une preuve éclatante qu'il y a demande croissante d'un programme d'unification en Eurasie et dans le reste du monde... Nous abordons la question de la connectivité entre l'Asie centrale et l'Asie du Sud principalement à travers le prisme des processus d'intégration qui ont acquis un grand dynamisme dans toute la région eurasienne. La Russie a toujours été favorable à la formation du Grand Partenariat Eurasien, un processus d'intégration qui sera à l'oeuvre dans tout l'espace allant de l'océan Atlantique au Pacifique, un ensemble géographique qui soit libre au maximum de toute entrave inutile pour permettre la circulation des biens, des capitaux, de la main-d'œuvre et des services et ouvert, sans exception, à tous les pays de notre continent commun, l'Eurasie, et aux unions intégrantes qui y ont déjà été créées, notamment l'Union économique eurasienne (UEEA), l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est.

838_13738925681.jpg

 

L'intensification et l'élargissement de cette collaboration en vue d'une ample intégration dans le cadre de l'Union économique eurasienne constituent une partie incontournable du processus d'émergence du grand partenariat eurasien... Dans ce vaste contexte, la connectivité accrue entre l'Asie centrale et l'Asie du Sud ouvre de nouvelles perspectives pour le développement des processus commerciaux, économiques et d'investissement sur le continent eurasien. Tout d'abord, cela implique une expansion des voies de transport, en particulier des chemins de fer, entre les deux régions. Cela deviendrait un élément important dans la création d'un espace logistique homogène et uni qui relierait les ports du sud de l'Iran et de l'Inde aux villes du nord de la Russie et des pays de l'UE. Russian Railways, conjointement avec ses partenaires, est prêt à participer à la réalisation d'études de faisabilité pour les projets concernés.

157890661.jpg

Nous avons accepté avec intérêt la proposition du Président de la République d'Ouzbékistan, Shavkat Mirziyoyev, d'aligner le Transsibérien et le corridor Europe-Chine occidentale sur de nouveaux projets régionaux. Nous sommes prêts à discuter de cette initiative en détail. L'idée d'aligner l'infrastructure énergétique de l'Asie centrale et de l'Asie du Sud est très prometteuse. L'EAEU travaille à la création d'un marché unifié de l'énergie électrique. Ce processus pourrait être synchronisé avec des projets d'approvisionnement en énergie en Asie centrale et du Sud... Dans le même temps, la poursuite du développement de liens mutuellement bénéfiques entre les États d'Asie centrale et du Sud et leurs voisins dans les domaines de l'investissement, des infrastructures, de l'humanitaire et autres contribuera à promouvoir les processus d'unification en Eurasie, ainsi que dans un contexte politique plus large. La Russie souhaite promouvoir ce programme constructif. Je suis convaincu que les résultats de cette conférence y contribueront également."

Comme on peut le constater, faire progresser la connectivité russo-sud-asiatique via l'Asie centrale est désormais une priorité pour Moscou. 

3062700.jpg

tehran.jpg

Il existait jusqu'à présent deux moyens indirects par lesquels la grande puissance eurasienne cherchait à atteindre cette région géostratégique du supercontinent. Le plus connu est le couloir de transport Nord-Sud (NSTC) qui traverse l'Azerbaïdjan, l'Iran et la mer d'Oman jusqu'en Inde, tandis que le plus récent, qui date de 2019, est le couloir maritime Vladivostok-Chennai (VCMC) qui traverse la mer du Japon, la mer de Chine orientale, la mer de Chine méridionale, le détroit de Malacca, la mer d'Andaman et le golfe du Bengale. Ce que la Russie tente enfin de faire, c'est de rationaliser la connectivité transrégionale à travers l'Asie centrale et l'Afghanistan après le retrait, exactement comme je l'ai proposé dans mon document d'orientation de l'année dernière publié par le prestigieux Conseil russe des affaires internationales (RIAC).

Yamal-LNG-export-routes-Source-Teekay-LNG.jpg

Intitulé "Le rôle du Pakistan dans le Grand Partenariat Eurasien de la Russie", je faisais valoir que si l'Asie du Sud est la dernière pièce régionale du GEP de la Russie, il s'ensuit naturellement que l'amélioration des relations russo-pakistanaises est véritablement la clé de l'achèvement de cette grande vision stratégique, car il est grand temps que ces deux anciens rivaux commencent à explorer un partenariat stratégique en raison de leurs intérêts communs en matière de sécurité en Afghanistan et de connectivité régionale pour relier l'Asie centrale et l'Asie du Sud. En outre, la vision du président Poutine d'un corridor Arctique-Sibérie-Océan Indien, qu'il a dévoilée pour la première fois lors de son discours à la réunion annuelle du Valdai Club en octobre 2019, complète parfaitement la vision du Pakistan d'étendre le corridor économique Chine-Pakistan vers le nord (N-CPEC+).

Certains développements récents ont ajouté une substance significative à ces visions complémentaires. Le premier est l'accord conclu en février entre le Pakistan, l'Afghanistan et l'Ouzbékistan en vue de créer un chemin de fer trilatéral entre eux (PAKAFUZ). Un mois plus tard, l'Ouzbékistan a annoncé la conférence sur la connectivité transrégionale qu'il a finalement accueillie la semaine dernière. Cette annonce a été suivie peu après par le dévoilement par le Pakistan de sa nouvelle grande stratégie géo-économique. Le ministre des affaires étrangères, M. Lavrov, s'est ensuite rendu au Pakistan pour la première fois en neuf ans, début avril, mois au cours duquel les États-Unis ont annoncé leur intention de se retirer complètement d'Afghanistan. Enfin, lors de la réunion virtuelle du mois dernier entre les plus hauts diplomates chinois, pakistanais et afghans, Kaboul s'est engagé à s'appuyer sur Gwadar, le port terminal du CPEC.

1187978.jpg

Il est peu probable que la Russie ait été surprise par l'une ou l'autre de ces évolutions rapides, ce qui explique qu'elle ait pu s'y adapter avec autant de souplesse, comme on l'a vu la semaine dernière. Après tout, mon document d'orientation du RIAC de juin 2020 proposait le modèle de connectivité transafghane par lequel l'intégration de l'Asie centrale et de l'Asie du Sud pourrait se poursuivre (désormais décrit comme PAKAFUZ au lieu de N-CPEC+), ce qui ferait progresser l'intégration russo-pakistanaise et compléterait ainsi le GEP. Le ministre des Affaires étrangères, M. Lavrov, est le président du conseil d'administration du RIAC. Il est donc tout à fait possible qu'il ait étudié mon travail au cours de l'année écoulée et qu'il ait intégré certaines de mes propositions dans la formulation des politiques de son pays.

Indépendamment de la manière dont la Russie peut réaliser que ses grands objectifs stratégiques en Eurasie ne peuvent être atteints qu'en renforçant la connectivité avec le Pakistan via l'Afghanistan, le point le plus saillant est qu'elle est finalement parvenue à cette conclusion et qu'elle s'efforce aujourd'hui activement de faire progresser les modalités associées. Il s'agit non seulement de la coopération en matière d'infrastructures, mais aussi de la coordination politique du processus de paix en Afghanistan, afin de stabiliser cet État de transit irremplaçable et d'améliorer ainsi la viabilité de sa vision du GEP orientée vers l'Asie du Sud. Des changements géo-économiques majeurs se préparent actuellement dans le cœur de l'Eurasie, et leurs résultats façonneront directement l'avenir de l'ordre mondial multipolaire émergent.

Par Andrew Korybko
Analyste politique américain

Source: http://oneworld.press/?module=articles&action=view&id=2127

mardi, 27 juillet 2021

Alexandre Douguine: La souveraineté idéologique dans un monde multipolaire

822_992_vignette_Athena-statue.jpg

La souveraineté idéologique dans un monde multipolaire

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/ideologicheskiy-suverenitet-v-mnogopolyarnom-mire

Un modèle multipolaire est clairement en train d'émerger - presque de prendre forme - dans le monde d'aujourd'hui. Il a remplacé l'unipolarité qui a émergé après l'effondrement du Pacte de Varsovie et surtout de l'URSS. Le monde unipolaire, quant à lui, a remplacé un monde bipolaire dans lequel le camp soviétique était géopolitiquement et idéologiquement opposé à l'Occident capitaliste. Ces transitions entre différents types d'ordre mondial ne se sont pas produites du jour au lendemain. Certains aspects ont changé, tandis que d'autres sont restés les mêmes par inertie.

La nature idéologique de tous les acteurs ou pôles mondiaux a été façonnée par les changements survenus dans l'image globale de la planète.

Une analyse plus approfondie de ces transformations idéologiques - passées, présentes et futures - est essentielle pour la planification stratégique.

Bien que les autorités russes aient la fâcheuse tradition de ne s'attaquer aux problèmes que lorsqu'ils se présentent et de n'accorder la priorité qu'aux réponses à donner aux défis immédiats (comme on dit aujourd'hui: "agir dans l'instant"), nul n'est à l'abri des changements idéologiques mondiaux. De même que l'ignorance de la loi ne dispense pas de la responsabilité, le refus de comprendre les fondements idéologiques de l'ordre mondial et de ses changements ne dispense pas les autorités politiques régaliennes - etla Russie dans son ensemble - de connaitre l'action des lois profondes, inhérentes à la sphère de l'idéologie. Toute tentative de remplacer l'idéologie par un pur pragmatisme ne peut avoir qu'un effet - relatif et toujours réversible - à court terme.

Dans un monde bipolaire, par conséquent, il y avait deux idéologies mondiales:

- Le libéralisme (la démocratie bourgeoise) a structuré le camp capitaliste, l'Occident mondial(iste);

- Le communisme était l'idée d'un Est socialiste alternatif.

Il existait un lien inextricable entre, d'une part, les pôles géopolitiques Est-Ouest et le zonage militaro-stratégique correspondant dans le monde (sur terre, sur mer, dans les airs, et enfin dans l'espace) et, d'autre part, les idéologies. Ce lien a tout influencé, y compris les inventions techniques, l'économie, la culture, l'éducation, la science, etc. L'idéologie a capturé non seulement la conscience mais aussi les choses elles-mêmes. Il y a longtemps qu'elle est passée du stade de la polémique sur les problèmes mondiaux à celui de la compétition au niveau des choses, des produits, des goûts, etc. Mais l'idéologie a néanmoins tout prédéterminé - jusque dans les moindres détails.

2ada3eeb5fbef785277425aa989b1ebe.jpg

Pour l'avenir, il convient de préciser que la Chine n'était pas un pôle à part entière dans le monde bipolaire. Au départ, le maoïsme faisait partie du camp de l'Est. Et après la mort de Staline, une période de refroidissement a commencé entre l'URSS, ainsi que ses satellites, et la Chine, mais ces réticences demeuraient strictement à l'intérieur du bloc communiste. Ce n'est qu'avec Deng Xiaoping que la Chine a finalement commencé à suivre une ligne géopolitique indépendante, lorsque Pékin est entré dans une ère de réforme et que l'URSS a entamé, elle, un processus de dégradation massive. La Chine n'a pas joué un rôle global - et encore moins décisif ! -- La Chine ne jouait pas de rôle à cette époque. 

Il est important de noter que ce n'était pas seulement le cas en URSS et dans les pays socialistes. C'était exactement la même chose à l'Ouest. Le libéralisme y était l'idéologie dominante. En même temps, l'approche bourgeoise, flexible, ne cherchait pas seulement à supprimer et à exclure son contraire, mais à le transformer. Ainsi, à côté des partis marginaux, principalement communistes et pro-soviétiques, il y avait la gauche "apprivoisée" - les sociaux-démocrates, qui acceptaient les principes de base du capitalisme mais espéraient les corriger à l'avenir par des réformes graduelles dans une veine socialiste. En Europe, la gauche était plus forte. Aux États-Unis - la citadelle de l'Occident - les forces de gauche ont subi de fortes pressions idéologiques et administratives de la part du gouvernement. Pour des raisons idéologiques.

Lorsque le Pacte de Varsovie a été dissous et que l'URSS s'est effondrée, un modèle unipolaire (américano-centré) a émergé. Au niveau géopolitique, il correspondait à la seule domination de l'Occident, à l'obtention d'une supériorité incontestée et d'un leadership total sur tous les adversaires potentiels (en premier lieu sur les vestiges du bloc de l'Est représenté par la Russie dans les années 1990). Cela se reflète dans les documents stratégiques les plus importants émis par les États-Unis dans les années 1990 : la doctrine militaire de la "domination à spectre complet" et la prévention de toute apparition potentielle, en Eurasie, d'une entité géopolitique capable de limiter de quelque manière que ce soit l'intégralité du contrôle planétaire américain. C'est ce qu'on a appelé le "moment unipolaire" (Ch. Krauthammer).

81wiL+h2ReL.jpg

La domination idéologique correspondait à l'unipolarité géopolitique. 

Dans les années 30, le communiste italien Antonio Gramsci a proposé d'utiliser le terme "hégémonie" principalement comme une expansion mondiale de l'idéologie capitaliste. Après la chute de l'URSS, il est devenu évident que l'hégémonie militaire, économique et technologique de l'Occident s'accompagnait d'une autre forme d'hégémonie - idéologique - à savoir la diffusion planétaire et totale du libéralisme. Ainsi, une seule idéologie - l'idéologie libérale - a commencé à dominer presque partout dans le monde. Elle était construite sur des principes de base, que l'hégémonie considérait et imposait comme des normes universelles :

- individualisme, atomisation sociale,

- l'économie de marché,

- l'unification du système financier mondial,

- démocratie parlementaire, système multipartite,

- la société civile,

- l'évolution technologique, et surtout la "numérisation",

- la mondialisation.

A tout cela s'ajoute le transfert de plus en plus de pouvoirs des États nationaux vers des organismes supranationaux tels que le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, l'Organisation mondiale de la santé, l'Union européenne, la Cour européenne des droits de l'homme et le Tribunal de La Haye.

Cette idéologie est devenue dans le monde unipolaire non seulement une idéologie occidentale, mais la seule en vigueur.  La Chine l'a adoptée en termes d'économie et de mondialisation. La Russie de l'ère Eltsine l'a adoptée dans son intégralité.

unnaathena.jpg

Et là encore, comme dans le monde bipolaire, le champ de l'idéologie ne se limitait pas aux hautes sphères de la politique, il imprégnait tout - éducation, culture, technologie. Les objets et les dispositifs techniques mêmes du monde unipolaire étaient une sorte de "preuve" du triomphe idéologique du libéralisme. Les concepts mêmes de "modernisation", de "progrès" sont devenus synonymes de "libéralisation" et de "démocratisation". Par conséquent, l'Occident, renforçant son pouvoir idéologique, a renforcé son contrôle politique et militaro-stratégique direct. 

La Russie d'Eltsine était une illustration classique de cette unipolarité : impuissance en politique internationale, adhésion aveugle aux manipulateurs occidentaux dans l'économie, dé-souverainisation et tentative des élites compradores de s'intégrer au capitalisme mondial à tout prix. La Fédération de Russie a été créée sur les décombres de l'URSS dans le cadre du monde unipolaire, en ne jurant plus que sur les principes fondamentaux du libéralisme dans la Constitution de 1993. Dans un monde unipolaire, le libéralisme a encore progressé dans son individualisme et sa technocratie. Une nouvelle phase s'est ouverte lorsque la politique du gendérisme, la théorie raciale critique et l'horizon du futur proche - la transition de l'écologie profonde au posthumanisme, l'ère des robots, des cyborgs, des mutants et de l'intelligence artificielle - sont passés au premier plan de l'idéologie. Les ambassades américaines ou les bases militaires de l'OTAN dans le monde sont devenues des représentations idéologiques du mouvement LGBT mondial. Les LGBT ne sont rien d'autre qu'une nouvelle édition du libéralisme avancé.

    Mais la "fin de l'histoire", c'est-à-dire le triomphe du libéralisme mondial tel que l'espéraient les mondialistes (par exemple Fukuyama), n'a pas eu lieu.

L'hégémonisme (unipolaire) a commencé à vaciller. En Russie, Poutine est arrivé au pouvoir et, d'une main de fer, a entrepris de restaurer la souveraineté, sans tenir compte de l'agression idéologique des agents hégémoniques externes et internes (en principe, les deux font partie d'un même ensemble - la structure globale du libéralisme mondial). La Chine a émergé en tant que leader mondial, tout en maintenant la seule autorité du parti communiste et en préservant soigneusement la société chinoise des aspects les plus destructeurs du mondialisme - l'hyperindividualisme, le gendérisme, etc.

6df2ec9278176457c99cdc969bcfa67b.jpg

C'est ainsi que le prochain modèle d'ordre mondial multipolaire a commencé à prendre forme.

Et c'est là que la question de l'idéologie devient extrêmement aiguë. Aujourd'hui - conformément à l'inertie du monde unipolaire (qui hérite à son tour de l'idéologie d'un des pôles de l'Occident capitaliste bipolaire) - le libéralisme mondial conserve, sous une forme ou une autre, la fonction d'un système de pensée opérationnel. Jusqu'à présent, aucun des pôles complets émergents - c'est-à-dire ni la Chine ni la Russie - n'a remis en question le libéralisme en général, bien que la Chine rejette nettement la démocratie parlementaire, l'interprétation occidentale des droits de l'homme, la politique de genre et l'individualisme culturel.

La Russie, en revanche, insiste avant tout sur la souveraineté géopolitique, place le droit national au-dessus du droit international et est de plus en plus encline à un conservatisme (encore vague et non articulé). Cela dit, la Russie et la Chine (surtout en agissant ensemble) sont capables de garantir leur souveraineté en pratique au niveau stratégique et géopolitique. Il ne reste plus qu'une chose à faire : passer enfin à une véritable multipolarité idéologique, et opposer l'idée libérale à l'idée russe et à l'idée chinoise (ndt: et, en Europe, à l'idée impériale katékhonique de notre Empereur Charles, alliant, impérialité romaine, hispanité, germanité et magyarité).

Il convient de noter que certains pays et mouvements islamiques - en premier lieu l'Iran, mais aussi le Pakistan et même certaines organisations radicales comme les Talibans (interdits en Russie) - sont allés beaucoup plus loin dans leur opposition idéologique à l'Occident. La Turquie, l'Égypte et même en partie les pays du Golfe vont également dans le sens de la souveraineté. Mais jusqu'à présent, aucun pays du monde islamique n'est un pôle à part entière. C'est-à-dire que dans leur cas, l'opposition idéologique à l'hégémonie est en avance sur l'opposition géopolitique. L'idée chinoise n'est pas difficile à corriger. Elle est exprimée:

- Tout d'abord, dans la version chinoise, il y a le communisme et le monopole complet du pouvoir par le PCC (et le PCC est précisément une force idéologique);

- Deuxièmement, il y a l'idéologie confucéenne que les autorités chinoises adoptent de plus en plus ouvertement (notamment sous Xi Jinping);

- Troisièmement, il y a la solidarité profonde et organique de la société chinoise.

L'identité chinoise est très forte et flexible à la fois, faisant de tout Chinois, où qu'il vive et quel que soit le pays dont il est citoyen, un porteur naturel de la tradition, de la civilisation et des structures idéologico-mentales chinoises.

Traditions-et-coutumes-chinoises.jpg

En Russie, la situation est bien pire. Les attitudes, valeurs et directives libérales continuent de prévaloir dans la société en raison de l'inertie des années 1990. Cela vaut pour l'économie capitaliste, la démocratie parlementaire, la structure de l'éducation, de l'information et de la culture. L'objectif est la modernisation et la "numérisation". Pratiquement toutes les évaluations de l'efficience, de l'efficacité et des objectifs mêmes de toute transformation sont directement copiées de l'Occident. Ce n'est qu'en ce qui concerne la limitation du gendérisme et de l'ultra-individualisme qu'il y a quelques différences. L'Occident libéral lui-même les hypertrophie et les gonfle délibérément. Mais, cette stratégie est articulée afin d'attaquer la Russie de plus en plus intensément. C'est une guerre idéologique. Dans le cas de la Russie, il s'agit d'une lutte du libéralisme contre l'"illibéralisme".

En Russie, tout est tenu personnellement par Poutine. S'il relâche son emprise ou, ce qu'à Dieu ne plaise, s'il nomme une personnalité faible et peu claire pour lui succéder, tout retombera instantanément dans le marasme des années 90. La Russie en est sortie, grâce à Poutine, mais en raison de l'absence d'une idéologie russe indépendante et d'une contre-hégémonie à part entière, le résultat ne peut être considéré comme irréversible. 

    La Russie d'aujourd'hui est un pôle militaro-stratégique et politique, mais ce n'est pas un pôle idéologique. 

Et c'est là que les problèmes commencent. Un retour inertiel à l'idéologie soviétique n'est pas possible. La justice sociale et la grandeur impériale (surtout à l'époque de Staline) ne sont pas simplement des valeurs et des points de référence soviétiques, mais historiquement russes. 

La Russie a besoin d'une nouvelle forme d'antilibéralisme, d'une idéologie civilisationnelle à part entière qui fera d'elle, de manière irréversible et définitive, un véritable pôle et sujet dans le nouvel ordre mondial. C'est exactement le défi numéro un pour la Russie. La stratégie, et pas seulement la tactique, détermine à la fois l'avenir et le transfert du pouvoir, ainsi que les réformes nécessaires, attendues depuis longtemps, du pouvoir, de l'administration, de l'économie, de l'éducation, de la culture et de la sphère sociale. Aucune réforme patriotique et souveraine n'est possible sans une idéologie à part entière dans un monde multipolaire. Mais cette voie n'est en aucun cas compatible avec le libéralisme - ni dans les conditions préalables, ni dans les derniers défis post-humanistes et LGBT.

    Pour qu'il y ait une Russie toujours forte dans l'avenir, il ne doit plus y avoir de libéralisme en Russie.

C'est ici que se trouve la clé de ce dont nous avons parlé dans les publications précédentes de Nezigar : la transition vers le troisième pôle de l'idéologie russe ! - l'avenir idéologique : du libéralisme pro-occidental des années 1990 (le passé) aux compromis et à la stérilité idéologique (à la limite du cynisme) du présent. Nous poursuivrons ce thème dans les prochains documents de cette série.

Source: 

НЕЗЫГАРЬ
335 021 subscribers
Первый политический в Telegram.
nzgnzg@protonmail.com

Предупреждение: информация требует дополнительной верификации.

vendredi, 23 juillet 2021

La Russie et l’Allemagne gagnent la partie au sujet du Nord Stream 2

12363072.image.jpg

La Russie et l’Allemagne gagnent la partie au sujet du Nord Stream 2

Par Moon of Alabama & https://lesakerfrancophone.fr/la-russie-et-lallemagne-gagnent-la-partie-au-sujet-du-nord-stream-2

La guerre de sanctions que les États-Unis ont menée contre l’Allemagne et la Russie au sujet du gazoduc Nord Stream 2 s’est terminée par la défaite totale des États-Unis.

La tentative américaine de bloquer ce gazoduc s’inscrivait dans le cadre de la campagne anti-russe massive menée au cours des cinq dernières années. Mais elle était fondée sur une fausse hypothèse. Le gazoduc n’est pas tant à l’avantage de la Russie, il est par contre important pour l’Allemagne, comme je l’ai décrit dans un précédent article :

Ce n'est pas la Russie qui a besoin du gazoduc. Elle peut gagner autant en vendant 
son gaz à la Chine qu'en le vendant à l'Europe. ...

C'est l'Allemagne, la puissance économique de l'UE, qui a besoin du gazoduc et

du gaz qui y circule. En raison de la politique énergétique malavisée de la
chancelière Merkel - elle a mis fin à l'énergie nucléaire en Allemagne après
qu'un tsunami au Japon a détruit trois réacteurs mal placés - l'Allemagne a un
besoin urgent de gaz pour éviter que les prix déjà élevés de son électricité
n'augmentent encore. Le fait que le nouveau gazoduc contourne les anciens qui passent par l'Ukraine
profite également à l'Allemagne, et non à la Russie. L'infrastructure des
gazoducs en Ukraine est ancienne et en voie de délabrement. L'Ukraine n'a pas
d'argent pour la renouveler. Politiquement, elle est sous l'influence des États-Unis.
Elle pourrait utiliser son contrôle sur le flux d'énergie vers l'UE pour faire du
chantage. (Elle a déjà essayé une fois.) Le nouveau gazoduc, posé au fond de la
mer Baltique, ne nécessite aucun paiement pour traverser les terres ukrainiennes
et est à l'abri de toute influence malveillante potentielle.

nord_stream_2_axel_schmidt_nordstream2-pioneering-spirit-installing-the-pipeline-in-swedish-waters.jpeg

Peut-être que la chancelière Merkel, lors de sa récente visite à Washington DC, a finalement réussi à expliquer cela à l’administration Biden. Mais il est plus probable qu’elle ait simplement dit aux États-Unis d’aller se faire voir. Quoi qu’il en soit, le résultat est là. Comme le rapporte aujourd’hui le Wall Street Journal :

Les États-Unis et l'Allemagne ont conclu un accord permettant l'achèvement du 
gazoduc Nord Stream 2, selon des responsables des deux pays. Dans le cadre de cet accord en quatre points, l'Allemagne et les États-Unis
investiront 50 millions de dollars dans des infrastructures ukrainiennes de
technologie verte, dans les énergies renouvelables et les industries connexes.
L'Allemagne soutiendra également les discussions sur l'énergie dans le cadre
de l'Initiative des trois mers, un forum diplomatique réunissant l'Europe centrale.
[Volontée polonaise, NdSF] Berlin et Washington s'efforceront également de faire en sorte que l'Ukraine
continue de percevoir les quelque 3 milliards de dollars de droits de transit
annuels que la Russie verse dans le cadre de l'accord actuel avec Kiev, qui
dure jusqu'en 2024. Les responsables n'ont pas expliqué comment s'assurer que
la Russie continue à effectuer ces paiements. Les États-Unis conserveraient également la prérogative de lever des sanctions
futures sur les gazoducs, dans le cas d'actions considérées comme représentant
une coercition énergétique de la part de la Russie, ont déclaré des responsables
à Washington.

15579910205cdd0e6c611cc2.35858962.jpg

L’Allemagne va donc dépenser de la menue monnaie pour racheter, avec les États-Unis, quelques entreprises ukrainiennes actives dans le domaine de l’énergie solaire ou éolienne. Elle « soutiendra » certaines discussions non pertinentes en payant peut-être le café. Elle promet également d’essayer quelque chose qu’elle n’a aucune chance de réussir.

Tout cela n’est que de la poudre aux yeux. Les États-Unis ont vraiment abandonné, sans rien recevoir en échange pour eux-mêmes ou pour leur régime client en Ukraine.

Le lobby ukrainien au Congrès sera très mécontent de cet accord. L’administration Biden espère éviter un tollé à ce sujet. Hier, Politico a rapporté que l’administration Biden avait préventivement demandé à l’Ukraine de ne plus parler de cette affaire :

Au milieu de négociations tendues avec Berlin au sujet d'un gazoduc controversé 
reliant la Russie à l'Allemagne, l'administration Biden demande à un pays ami de
taire son opposition véhémente. Et l'Ukraine n'est pas contente. Les responsables américains ont fait savoir qu'ils avaient renoncé à stopper le
projet, connu sous le nom de gazoduc Nord Stream 2, et qu'ils s'efforcent désormais
de limiter les dégâts en concluant un grand accord avec l'Allemagne. Dans le même temps, les responsables de l'administration ont discrètement exhorté
leurs homologues ukrainiens à ne pas critiquer le futur accord avec l'Allemagne
concernant le gazoduc, selon quatre personnes ayant eu connaissance de ces conversations. Les responsables américains ont indiqué que le fait de s'opposer publiquement à l'accord
à venir pourrait nuire aux relations bilatérales entre Washington et Kiev, ont précisé

ces sources. Les responsables ont également exhorté les Ukrainiens à ne pas discuter
des plans potentiels des États-Unis et de l'Allemagne avec le Congrès.

Si Trump avait passé un tel accord, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, aurait demandé un autre impeachment.

1577723948-1099.jpg

Le président ukrainien Zelensky est furieux de cet accord et de s’être fait dire de se taire. Mais il ne peut guère faire autrement que d’accepter le prix de consolation que l’administration Biden lui a proposé :

La pression exercée par les responsables américains sur les responsables ukrainiens 
pour qu'ils ne critiquent pas l'accord final conclu par les Américains et les Allemands,
quel qu'il soit, se heurtera à une résistance importante. Une source proche du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a déclaré que la position
de Kiev est que les sanctions américaines pourraient encore empêcher l'achèvement
du projet, si seulement l'administration Biden avait la volonté de les utiliser aux
stades de la construction et de la certification. Cette personne a déclaré que Kiev
reste farouchement opposée au projet. Entre-temps, l'administration Biden a donné à M. Zelensky une date pour une
réunion à la Maison Blanche avec le président, plus tard cet été, selon un haut
fonctionnaire de l'administration.

Nord Stream 2 est prêt à 96 %. Les essais commenceront en août ou septembre et, dès la fin de l’année, il devrait livrer du gaz à l’Europe occidentale.

Les discussions sur la construction d’un Nord Stream 3 devraient bientôt commencer.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

mardi, 20 juillet 2021

La Russie retourne en Afghanistan

_94257508_037198193-1.jpg

La Russie retourne en Afghanistan

Alexandre Douguine

Parlons de l'Afghanistan. Le retrait des troupes américaines constitue un tournant très sérieux dans l'équilibre global des forces en géopolitique d'Asie centrale. Dans un avenir prévisible, le mouvement radical des Talibans, qui unit les Pachtounes, le plus grand groupe ethnique d'Afghanistan, arrivera au pouvoir d'une manière ou d'une autre. Il s'agit d'une force extrêmement active, et il y a quelques raisons de croire que les reculs honteux des Américains, qui, comme d'habitude, ont abandonné leurs laquais collaborationnistes à leur sort, vont tenter de retourner les talibans contre leurs principaux adversaires géopolitiques dans la région, la Russie et l'Iran.

La Chine sera elle aussi directement touchée, car l'Afghanistan est un élément essentiel du projet d'intégration "One Belt One Road". Les talibans pourraient également servir de base à une escalade dans le Xinjiang, en mobilisant et en soutenant les islamistes ouïghours.

En outre, la montée en puissance des talibans pourrait déstabiliser la situation en Asie centrale dans son ensemble et, dans une certaine mesure, créer des problèmes pour le Pakistan lui-même, qui est de plus en plus libéré de l'influence américaine.

afgha-pashtomap.gif

Les Américains sont entrés en Afghanistan dans un environnement géopolitique très différent. La Russie était extrêmement faible après les années 90 et semblait avoir été mise au placard. Pour être en sécurité dans ce modèle unipolaire, les Américains ont décidé de renforcer une présence militaire directe au sud de la Russie et, ce faisant, d'éliminer les forces du fondamentalisme islamique qui servaient précisément les intérêts géopolitiques occidentaux, surtout à l'époque de la guerre froide.

Aujourd'hui, après avoir évalué les changements survenus dans le monde et, surtout, la transformation de la Russie et de la Chine en deux pôles indépendants, de plus en plus indépendants de l'Occident mondialiste, les États-Unis ont décidé de revenir à leur stratégie précédente. En retirant leur présence militaire directe dans un Afghanistan exsangue, les États-Unis tenteront de se décharger de toute responsabilité et de faire subir à d'autres l'inévitable contrecoup que constitueront les talibans, qui sont, on le sait, extrêmement militants.

Dans une telle situation, Moscou a décidé à juste titre d'être proactive. La consolidation du pouvoir des talibans n'étant qu'une question de temps, il ne faut pas attendre de voir comment et quand le régime actuel, collaborationniste et pro-américain, sera renversé. Il faut négocier avec les Pachtounes maintenant. Comme nous l'avons vu récemment lors de la visite d'une délégation de talibans à Moscou. Les Talibans sont désormais une entité indépendante. Et l'approche réaliste de Poutine exige que l'on tienne compte d'un tel acteur, parce que cet acteur est là, sur le terrain, et s'est avéré inébranlable.

La déstabilisation de toute l'Asie centrale est inévitable si on laisse la situation en Afghanistan se dégrader. Cela affectera directement le Tadjikistan, l'Ouzbékistan, le Kirghizstan et le Turkménistan - c'est-à-dire que cela n'affectera pas directement les intérêts de la Russie et de l'OTSC.  Par conséquent, la Russie doit assumer la responsabilité de ce qui se passe dans le prochain cycle de l'histoire sanglante de l'Afghanistan.

na-takes-up-discrimination-against-pashtuns-issue-today-1520803922-1889.jpg

Ici, la Russie devrait agir en tenant compte de la structure en mosaïque de la société afghane - les intérêts des groupes ethniques non pachtounes d'Afghanistan - Tadjiks et Ouzbeks, ainsi que les chiites Hazaras et la minorité ismaélienne du Bodakhshan - devraient certainement être pris en compte. La Russie a été trop longtemps et trop profondément impliquée dans le labyrinthe afghan pour être enfin apte à comprendre les subtilités de la société afghane. Cette connaissance, ainsi que le potentiel stratégique de la Russie et son prestige accru, constituent un avantage très sérieux.

La coopération de la Russie à la préparation d'un avenir afghan en harmonie avec d'autres acteurs régionaux - avec l'Iran et le Pakistan ainsi qu'avec la Chine, l'Inde et les États du Golfe - est cruciale. La Turquie, un partenaire difficile mais aussi tout à fait souverain, pourrait servir de courroie de transmission vers l'Occident.

Mais l'essentiel est d'exclure sciemment l'Occident - principalement les États-Unis, mais aussi l'Union européenne - du nouveau formatage eurasiatique en gestation qui devra rapidement résoudre le problème afghan. Ils ont montré ce dont ils sont "capables" pour résoudre l'impasse afghane. Cela s'appelle en bref et simplement : un échec total.  Rentrez chez vous, et nous ne voulons plus vous voir en Asie centrale à partir de maintenant. L'Eurasie est aux Eurasiens.

Cela ne signifie pas que le problème afghan sera facile à résoudre sans l'Occident. Ce ne sera certes pas facile. Mais avec l'Occident, ce n'est pas possible du tout.

Source: https://www.geopolitica.ru/article/rossiya-vozvrashchaetsya-v-afganistan

Le train plombé de Lénine et la géostratégie russo-allemande

unnamedLénine train.jpg

Le train plombé de Lénine et la géostratégie russo-allemande

Gaston Pardo

Le lundi 3 avril 1917, jour des Pâques dans la Russie orthodoxe, Vladimir Illitch Oulianov (Lénine) est attendu à la gare de Finlande à Petrograd - aujourd'hui Saint-Pétersbourg - par un important groupe de partisans conduits à la gare pour accueillir le stratège marxiste par les comités bolcheviques des usines, les marins de Cronstadt et les soldats pacifistes, enthousiasmés par la musique d'une fanfare militaire.

Tout ce dispositif imagé a été mis en place pour contrer les inévitables interprétations décrivant un leader revenant d'exil et bien associé à la cause allemande dans la Grande Guerre, qui a commencé en 1914 et qui en était alors à sa troisième année.

À cette époque, la Russie tsariste avait cessé d'exister et l'Allemagne encourageait les mouvements insurrectionnels pour déstabiliser les Français et les Britanniques. L'objectif de Catherine Merridale, historienne britannique formée dans le Hampshire, est de reconstituer le plus fidèlement possible le voyage de Lénine depuis Zurich à partir des archives des musées ferroviaires et des itinéraires existants en 1917, et de comparer les versions officielles créées des années plus tard de ce "voyage qui a changé le monde".

91pUs0r07FL.jpg

1200px-Lenin_Sealed_Train_Map.svg.png

En onze chapitres, l'auteur développe à partir des variables inhérentes à la situation européenne et russe de ces années-là, l'expérience de Lénine à la tête du groupe revenu d'exil, jusqu'au sort de ses compagnons de route dans les années qui ont suivi l'arrivée au pouvoir des bolcheviks.

La période 1916-1917 se caractérise par le froid le plus rigoureux depuis le début de la guerre, ce qui accentue la pénurie de produits de base pour les travailleurs. Il en résulte un rejet général de l'impératrice et de la participation de la Russie à la Triple-Entente, avec pour conséquence une augmentation des protestations qui passent des revendications économiques aux revendications politiques. Cette situation était aggravée par la faiblesse du régime tsariste résultant de la paralysie institutionnelle causée par le tsar Nicolas II lui-même, des rumeurs de conspiration interne et de l'absence de services secrets unifiés.

507ca8c3ff0d5f9b5194fb4331f72b3c.jpg

La conséquence: des élites divisées entre un petit groupe de courtisans au pouvoir et une large majorité opposée par le radicalisme et la réaction. L'inapplicabilité du régime tsariste est l'image globale qui se dégage du premier chapitre.

Confrontée à l'impossibilité d'infiltrer l'Europe de l'Est après l'expulsion de ses diplomates, la stratégie de l'Allemagne consiste à encourager l'agitation sociale à l'intérieur du pays. Le facteur externe de la guerre pour la Russie est contenu dans un chapitre qui précise le rôle allemand dans le cadre des actions des bolcheviks pour le retour de Lénine.

En mars 1915, les Allemands décident de soutenir l'initiative proposée par Parvus (Alexander Lvovich Parvus, né Israel Lazarevich Gelfand/Helfand, 1869-1924), rédacteur en chef d'Iskra, visant à unifier l'opposition russe en exil, ce qu'il n'a jamais réussi à faire étant donné les divergences au sein du mouvement social-démocrate russe depuis 1903.

PbhJrvnw88Ep_aleksandr-parvus.jpg

Malgré ses années d'exil, Lénine connaît la qualité de son parti et de ses membres. Tous étaient marxistes, politiquement conscients et engagés dans la cause du socialisme. Il s'attendait à ce que les positions de Kamenev et de Staline rencontrent une certaine résistance au sein du mouvement bolchevique et de sa base.

Quoi qu'il en soit, les événements en Russie se déroulaient à une vitesse fulgurante: le parti baptisé "bolchevik" était en crise et sa propre présence à Petrograd se trouvait dans une situation critique.

MartovW.jpgLors d'une discussion entre les exilés russes à Zurich le 19 mars, le dirigeant menchevik, Julius Martov, a suggéré de rechercher un accord avec le gouvernement allemand pour les laisser passer par l'Allemagne. Ils pourraient ensuite traverser la mer Baltique jusqu'en Suède, et atteindre la Russie via la Finlande. En contrepartie, a proposé Martov, ils accepteraient de demander la libération des prisonniers de guerre allemands à leur arrivée en Russie.

Acteurs et incidents

Le marxiste suisse, Fritz Platten, entame des négociations avec l'ambassade d'Allemagne à Zurich. Kroupskaya rapporte que les conditions étaient les suivantes :

    - Que les exilés russes seraient autorisés à passer en Allemagne, quelle que soit leur position sur la guerre.
    - Que personne ne pouvait entrer dans les wagons du train sans la permission de Platten.
    - Qu'il n'y aurait pas d'inspection des bagages ou des passeports des exilés.
    - Que les exilés s'engagent à demander la libération d'un nombre correspondant d'internés allemands et autrichiens en Russie.

cms-image-004745130.jpg

Le "train plombé" quitte Zurich le 27 mars, transportant Lénine et 29 autres exilés, dont les bolcheviks Kroupskaya, Inessa Armand et Grigori Zinoviev. Le 31 mars, après avoir traversé la Baltique, ils arrivent en Suède. De là, ils sont passés en Finlande et ont pris le train pour Petrograd. Kroupskaya a rappelé que Lénine "a demandé si nous serions arrêtés à l'arrivée". Ses camarades, écrit-elle, "souriaient".

Nadezhda_Krupskaya_portrait.JPG

Lénine arrive à la gare de Finlande à Petrograd le soir du 3 avril 1917. Loin d'être arrêté, il est accueilli par des milliers d'ouvriers et de soldats qui soutiennent les bolcheviks, lui offrant même un bouquet de roses. Il reçoit une salutation au nom des Soviets de la part du menchevik Alexandre Tchekhidze, qui l'exhorte à soutenir la ligne conciliante du Comité exécutif du Soviet.

Lénine, en revanche, a lancé un appel passionné à la révolution socialiste. En privé, il reproche à Kamenev la ligne politique "défensiste et pro-guerre" qu'il promeut à travers la Pravda. Léon Trotsky qualifie la suite de "Réarmement du Parti".

Il+lance+les+fameuses+«+Thèses+d%u2019avril+» .jpg

Le lendemain, le 4 avril, Lénine a présenté ses "thèses d'avril" à une réunion des délégués bolcheviks au Soviet des ouvriers et des soldats de Petrograd ; il l'a fait à nouveau devant une réunion des délégués bolcheviks et mencheviks. Que disaient ses thèses d'avril ? Le document était composé de dix points. Ils décrivent l'attitude de Lénine à l'égard du gouvernement provisoire et de la guerre, ainsi que son évaluation de la signification historique des Soviets en tant que forme nouvelle et supérieure d'État. Ils ont expliqué les mesures économiques urgentes et nécessaires pour faire face aux conditions sociales de la classe ouvrière et de la paysannerie en Russie. Ils ont appelé à changer le nom du Parti ouvrier social-démocrate russe en Parti communiste bolchevique.

Enfin, et c'est peut-être le plus important, Lénine insiste sur le fait que les bolcheviks doivent prendre l'initiative de créer une nouvelle Internationale révolutionnaire, non seulement en opposition aux partis de la Deuxième Internationale qui ont trahi le socialisme en soutenant leurs bourgeoisies respectives dans la guerre, mais contre tous les "centristes" qui ont refusé de rompre avec ces partis.

David North, du WSWS, analyse le léninisme en tant que force politique russe. Examen des thèses d'avril. L'influence allemande brille par son absence

Premier point : aucun changement dans la position du parti vis-à-vis de la guerre. Dans notre attitude face à la guerre, qui, du côté russe, reste indiscutablement une guerre impérialiste et prédatrice, également sous le nouveau gouvernement Lvov & Co, en vertu du caractère capitaliste de ce gouvernement, la moindre concession à la "défense révolutionnaire" est intolérable ......

Ce que Lénine soulignait aux cadres bolcheviques, c'est qu'il importait peu que le parti représente une minorité aujourd'hui. La tâche était de dire la vérité. La logique de la lutte des classes conduirait Kerensky et les mencheviks à exposer leur caractère contre-révolutionnaire.

Deuxième point : l'adoption par Lénine de la théorie de la "révolution permanente" ou "ininterrompue", associée avant tout à Léon Trotsky.

Lénine avait soutenu, contre Trotsky, que le retard économique et social de la Russie était un obstacle objectif à l'établissement par la classe ouvrière d'un gouvernement ouvrier - la dictature du prolétariat. Les masses russes, la vaste paysannerie rurale, constituaient une classe petite-bourgeoise dont les ambitions se limitaient à la réforme agraire et aux droits démocratiques. Ils n'avaient aucun intérêt de classe essentiel à lutter pour le socialisme.

Lénine n'avait pas répondu à la question de savoir quelle classe, et donc quels intérêts, domineraient une telle "dictature démocratique" et, en outre, comment elle réagirait à l'éruption inévitable d'un conflit entre la classe capitaliste et les travailleurs. En avril 1917, Lénine a appelé à la création d'un État ouvrier, qui gagnerait la loyauté de la majorité de la paysannerie par la réforme agraire et la démocratie.

La Russie, isolée, était caractérisée par un retard économique et social. Mais à l'échelle mondiale, comme Lénine l'avait évalué, la guerre impérialiste signifiait que les conditions objectives du socialisme - une économie mondiale intégrée - étaient mûres. La tâche de la classe ouvrière en Russie était de profiter de cette fenêtre qui s'était ouverte pour elle pour prendre le pouvoir et l'utiliser pour la marche de la révolution mondiale. Par conséquent, le développement de la Russie devait faire partie du développement de la planification socialiste internationale.

Troisième point : aucun soutien au gouvernement provisoire. Dans un reproche accablant à la fois adressé à la direction des Soviets et à la faction Kamenev-Staline du parti bolchevique, les Thèses d'avril déclarent sans ambages :

Lev_Kamenev_1920s_(cropped).jpg

Pas de soutien au gouvernement provisoire ; expliquer la fausseté complète de toutes ses promesses, notamment la renonciation aux annexions. Démasquez ce gouvernement, qui est un gouvernement de capitalistes, au lieu de prôner l'inadmissible et illusoire "demande" qu'il cesse d'être impérialiste.

Quatrième point : une évaluation objective de l'équilibre des forces et de l'importance des Soviétiques. Reconnaître que dans la plupart des Soviets de députés ouvriers, notre Parti est en minorité, et pour le moment en petite minorité, face au bloc de tous les éléments petits-bourgeois et opportunistes - soumis à l'influence de la bourgeoisie et exerçant cette influence sur le prolétariat - depuis les socialistes populaires et les révolutionnaires sociaux jusqu'au Comité d'organisation de Chjeidze, Tsereteli, Steklov.

Tant que nous serons minoritaires, disait Lénine, nous poursuivrons le travail de critique et de clarification des erreurs, tout en défendant la nécessité que tout le pouvoir de l'État passe aux Soviets des députés ouvriers, afin que, sur la base de l'expérience, les masses puissent corriger leurs erreurs. Dans une organisation où commençait à prévaloir la position selon laquelle il fallait apporter un soutien critique au gouvernement provisoire parce que les conditions n'étaient pas encore réunies pour établir une "dictature démocratique du prolétariat et des paysans", ces déclarations de Lénine ont eu, comme l'écrit le professeur Alexandre Rabinowitch, "un effet explosif".

19621642lpw-19624405-article-jpg_6646680_1250x625.jpg

Cinquième point : le Soviet comme forme suprême de l'État.

Le cinquième point des Thèses d'avril indique clairement que Lénine prône le renversement de l'État capitaliste et l'établissement d'une nouvelle forme supérieure de pouvoir d'État, la dictature du prolétariat entraînant derrière lui les sections les plus pauvres de la paysannerie: Non pas une république parlementaire - y revenir à partir des Soviets des députés ouvriers serait faire un pas en arrière - mais une République des Soviets des députés ouvriers, paysans et agriculteurs dans tout le pays, de la base au sommet.

Suppression de la police, de l'armée et de la bureaucratie.

La rémunération des fonctionnaires, qui sont tous éligibles et révocables à tout moment, ne doit pas dépasser le salaire moyen d'un ouvrier qualifié.

Les points restants détaillent la mise en œuvre la plus radicale possible de la réforme agraire, aux dépens des grands propriétaires terriens, afin de gagner le soutien de la paysannerie, ainsi que le contrôle par la classe ouvrière des secteurs financiers, industriels et de distribution par le biais de leurs soviets. Aux dépens de la classe capitaliste.

Le sixième point demande la nationalisation de la terre et l'expropriation des grands domaines des propriétaires terriens, pour répondre aux aspirations et aux revendications de la paysannerie.

Le septième point appelle à la fusion de toutes les banques en une seule banque nationale contrôlée par les Soviétiques.

Dans le huitième point, il demande de placer toute la production et la distribution sous le contrôle des travailleurs.

Le neuvième point appelle à un congrès du parti pour aligner son programme sur la lutte pour le pouvoir soviétique et pour changer le nom du parti du Parti ouvrier social-démocrate au Parti communiste.

IC.jpg

Dixième point : une nouvelle Internationale.

Il déclare simplement : "Initiative pour construire une Internationale révolutionnaire, une Internationale contre les social-chauvins et contre le 'centre'". Lénine définit le "centre" comme la "tendance" de la Deuxième Internationale "qui oscille entre les chauvins (les "défenseurs") et les internationalistes". Il cite parmi ses représentants Kautsky et compagnie en Allemagne, Longuet et compagnie en France, Turati et compagnie en Italie, MacDonald et compagnie en Grande-Bretagne, et Chjeidze (photo) et compagnie en Russie - c'est-à-dire les mencheviks, avec lesquels les comités bolcheviques étaient déjà engagés dans des négociations et avec lesquels, quelques jours auparavant, Staline avait préconisé le regroupement.

640px-NikolayChkheidze-5.png

L'impression des bolcheviks en entendant les Thèses d'avril pâlit devant la réaction des députés mencheviks au Soviet. Comme le rappelle le menchevik Soukhanov, le rapport de Lénine est qualifié d'"anarchisme primitif" et de "délires d'un fou". Le dirigeant menchevik Skobelev a déclaré que Lénine était une "personne dépassée qui se trouve en dehors des rangs du mouvement" [10].

Lénine ne reçoit pas le soutien immédiat de la direction du parti bolchevique, mais il n'est certainement pas "dépassé". Son intervention dans la situation politique a eu un impact décisif.

Le 6 avril, Kamenev et Staline s'opposent tous deux à Lénine lors d'une réunion du Comité central bolchevique.

Le 7 avril, les Thèses sont publiées par la Pravda, mais avec l'avertissement qu'elles ne représentent que les opinions de Lénine.  Cependant, des débats intenses et des réalignements au sein du parti étaient déjà en cours.

Le même jour, le 7 avril, onze délégués bolcheviks et trois autres du Comité exécutif du Soviet changent leur position de "soutien critique" au gouvernement provisoire et votent "non" contre une résolution de la majorité menchevik/RS qui donne l'aval du Soviet à un "prêt de liberté" pour financer la poursuite de la guerre.

Le 8 avril, Kamenev, au nom des rédacteurs de la Pravda, a tenté de discréditer les Thèses d'avril comme suit : "En ce qui concerne le schéma général du camarade Lénine, il nous semble inacceptable, car il part de la reconnaissance que la révolution démocratique est terminée et s'appuie sur la transformation immédiate de la révolution en une révolution socialiste....".

Entre le 8 et le 13 avril, Lénine écrit ses Lettres sur la tactique en réponse à la position de Kamenev. Elles ont été diffusées parmi les dirigeants bolcheviks de Petrograd et publiées dans un pamphlet avant la conférence du parti qui s'est tenue du 24 au 29 avril.

Contre les arguments mécaniques selon lesquels le parti bolchevik avait toujours insisté sur le fait que la révolution démocratique bourgeoise ne pouvait être réalisée que par une "dictature démocratique", Lénine a répondu :

" Je réponds : les slogans et les idées bolcheviques, en général, ont été pleinement confirmés par l'histoire, mais concrètement, les choses se sont passées différemment de ce que pouvait (qui que ce soit) prévoir, d'une manière plus originale, particulière et variée.

La "dictature démocratique révolutionnaire du prolétariat et des paysans" a déjà été réalisée dans la révolution russe sous une certaine forme et à un certain degré, puisque cette "formule" n'envisage qu'une corrélation de classes et non une institution politique concrète appelée à réaliser cette collaboration. Le "Soviet des Députés Ouvriers et Soldats" est déjà la réalisation, imposée par la vie, de la "dictature démocratique révolutionnaire du prolétariat et des paysans".

"Cette formule a déjà expiré. La vie l'a fait passer du domaine des formules au domaine de la réalité, en lui donnant chair et sang, en le concrétisant et en le transformant ainsi".

800324efc3558cba30437a0a66897f540638e6b48359c3297a643db87099.jpeg

Répercussion

Rien n'a médiatisé l'avancée de la révolution socialiste telle que Lénine et Trotsky la souhaitaient. Lénine disait que si les bolcheviks devaient quelque chose à l'Allemagne, ils la rembourseraient en organisant une bonne révolution (1919) et son aboutissement dans les accords de Rapallo de 1922, qui favorisaient la collaboration militaire russo-allemande, créant un mécanisme auquel les acteurs bolcheviks et allemands de 1917 n'auraient pu penser pour aucune raison.

Démystifier le léninisme sur son piédestal d'activisme pro-allemand est indispensable pour favoriser une relation géostratégique, favorable à l'alliance de la Russie avec l'Allemagne à l'heure actuelle.

13:04 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, russie, révolution russe, lénine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 09 juillet 2021

Sergej Lavrov sur l'Occident : "Son ère est terminée"

thumbsSL38eda4bf12bd74.jpg

Sergej Lavrov sur l'Occident : "Son ère est terminée"

par Rodolfo Casadei

Ex: https://www.ariannaeditrice.it/articoli/sergej-lavrov-sull-occidente-finita-la-sua-era

Si les Américains pensent, après le sommet Biden-Poutine à Genève, qu'ils ont neutralisé la Russie et peuvent maintenant se consacrer à contenir la Chine afin de préserver leur hégémonie mondiale, ils se trompent. Moscou continuera à agir de concert avec les puissances révisionnistes pour accélérer la transition de l'ordre hégémonique occidental en déclin vers un ordre international multipolaire.

C'est la conclusion la plus importante en termes géopolitiques que l'on tire de la lecture de l'article du ministre russe des Affaires étrangères Sergej Lavrov intitulé "Le droit, les droits et les règles" paru sur le site de son ministère le 28 juin dernier.

Un long texte de près de 30 000 frappes qui repropose les positions traditionnelles de la Russie de Poutine en matière de relations internationales, mais aussi des soulignements relativement nouveaux et au moins une bourde de propagande qui en a fait sourire plus d'un : à un certain moment, Lavrov affirme, on ne sait pas sur la base de quelles informations, que "dans certains pays occidentaux, les élèves apprennent à l'école que Jésus-Christ était bisexuel".

Deux poids, deux mesures

Le fait que Biden ait utilisé le sommet de Genève pour jeter les bases d'une sorte de pacte de non-agression avec Moscou afin de pouvoir concentrer toutes les ressources stratégiques américaines dans le bras de fer avec Pékin, est apparu clairement lorsque lui et Poutine ont publié une déclaration commune axée sur la nécessité d'un "dialogue pour la stabilité stratégique" afin de "réduire le risque de conflits armés et la menace de guerre nucléaire", car "une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée".

M. Lavrov a clairement indiqué que la Russie considère l'attitude de l'Occident comme agressive et qu'elle ne se soumettra pas aux diktats des Américains et des Européens justifiés par les exigences de la "démocratie" et des "droits de l'homme", car l'Occident a l'intention d'imposer à tous ses règles, qui diffèrent de celles établies par les traités internationaux et l'ONU.

    "Ces réunions", a écrit M. Lavrov dans la première partie de son discours, en faisant référence au sommet du G7 en Cornouailles, au sommet de l'OTAN et à la réunion de M. Biden avec les dirigeants de l'UE, "ont été soigneusement préparées de manière à ne laisser aucun doute sur le fait que l'Occident voulait envoyer un message clair : "nous sommes unis comme jamais auparavant et nous ferons ce que nous pensons être juste dans les affaires internationales, en forçant les autres, en premier lieu la Russie et la Chine, à suivre notre exemple". Les documents adoptés lors des sommets de Cornouailles et de Bruxelles ont cimenté le concept d'un ordre mondial fondé sur des règles, par opposition aux principes universels du droit international qui ont pour source première la Charte des Nations unies".

Ce sera le leitmotiv de tout le discours de M. Lavrov : l'Occident promeut un multilatéralisme à son usage et à sa consommation, fondé sur des règles qu'il fixe lui-même de temps à autre, et rejette le multilatéralisme fondé sur la Charte des Nations unies et sur le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays. L'exemple classique du double standard occidental se répète : dans la crise du Kosovo, l'Occident applique le principe d'autodétermination de la population locale parce que cela lui convient, alors que dans le cas du référendum en Crimée, il le rejette parce qu'il ne répond pas à ses intérêts.

La Russie et la Chine dans une même phrase

Lorsque M. Lavrov veut souligner l'arrogance de l'Occident à l'égard des autres pays, il mentionne toujours la Russie et la Chine dans la même phrase :

    "Qualifiées de "puissances autoritaires", la Russie et la Chine ont été désignées comme les principaux obstacles à la mise en œuvre du programme décidé lors des sommets de juin."

    "L'Occident a réservé les termes les plus élevés au fonctionnement interne des pays "non démocratiques" et à ses efforts pour les remodeler afin qu'ils correspondent au cliché occidental. C'est pourquoi on exige que Moscou et Pékin, ainsi que d'autres, suivent les prescriptions occidentales en matière de droits de l'homme, de société civile, de traitement de l'opposition, de médias, de gouvernance et d'interaction entre les pouvoirs de l'État."

    "Les politiciens éclairés d'Europe et d'Amérique reconnaissent que cette politique extrémiste ne mène nulle part, et ils commencent à penser de manière pragmatique, en reconnaissant qu'il n'existe pas de civilisation unique dans le monde. Ils commencent à reconnaître que la Russie, la Chine et les autres puissances régionales ont des milliers d'années d'histoire, leurs propres traditions, leurs propres valeurs et leur propre mode de vie. Les tentatives visant à déterminer quelles valeurs sont meilleures et quelles valeurs sont pires n'ont aucun sens. L'Occident doit simplement reconnaître qu'il existe des façons de gouverner qui peuvent être différentes de l'approche occidentale, et accepter et respecter cela comme un fait."

Contre Macron, pour Orban

Malgré la référence aux politiciens européens éclairés, le texte de Lavrov est plein de ressentiment à l'égard de l'Union européenne, qu'il accuse d'être totalement alignée sur les intérêts de Washington et arrogante dans sa prétention à imposer son idée du multilatéralisme aux autres pays par la force des sanctions économiques contre les récalcitrants. La cible des critiques du ministre russe des Affaires étrangères sont notamment la France en la personne d'Emmanuel Macron, l'Allemagne, la Pologne et les pays baltes.

Alors qu'au moins deux clins d'œil sont réservés à Viktor Orban, qui n'est pas cité nommément. La première est lorsque Lavrov écrit qu'"il est significatif que le terme "démocratie autocratique" ait été évoqué, bien que timidement. Ce sont des considérations utiles, et les politiciens les plus réfléchis qui sont actuellement au pouvoir devraient les prendre en considération."

Dans un autre passage, il déclare : "Les tentatives des politiciens sensés de protéger la jeune génération de la propagande agressive des LGBT se heurtent aux protestations belliqueuses de l'Europe 'éclairée'".

La fin de l'Occident

Le texte prend parfois le ton de l'invective ou celui de la prophétie :

    "En étendant les sanctions et autres mesures coercitives illégitimes à l'encontre d'États souverains, l'Occident promeut un gouvernement totalitaire des affaires mondiales, adoptant une posture impériale et néocoloniale dans ses relations avec les pays tiers."

    "Pris dans son ensemble, historiquement, l'Occident a dominé le monde pendant 500 ans. Or, on assiste aujourd'hui à la fin de cette époque; l'Occident s'accroche au statut dont il jouissait en freinant artificiellement les processus objectifs qui déterminent l'émergence d'un monde polycentrique."

    "Les anciennes puissances coloniales cherchent à effacer cette mémoire en la remplaçant par des rituels conçus à la hâte, tels que l'agenouillement avant une compétition sportive, afin de détourner l'attention de leur responsabilité historique dans les crimes de l'ère coloniale."

    "Avec son attitude méprisante envers les autres membres de la communauté internationale, l'Occident se retrouve du mauvais côté de l'histoire."

Enfin, il annonce les intentions de la Russie à l'ONU :

    "Les efforts visant à apporter plus de démocratie dans les relations internationales et à affirmer un monde polycentrique comprennent une réforme du Conseil de sécurité de l'ONU qui renforcerait la présence des pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine, et mettrait fin à l'anomalie de la surreprésentation de l'Occident dans le principal organe de l'ONU."

Le rameau d'olivier dans la dernière phrase de l'article contient une référence moqueuse à ce qui est considéré comme la prétention de l'Occident à dicter les règles :

    "Nous serons toujours ouverts à un dialogue honnête avec toute personne qui démontre une volonté de trouver un équilibre des intérêts mutuels, fermement ancré dans le droit international. Ce sont les règles auxquelles nous adhérons".  

 

mercredi, 30 juin 2021

Biden et Poutine après Genève

Joe-Biden-et-Vladimir-Poutine-se-verront-pour-un-sommet-a-Geneve-en-juin.jpg

Biden et Poutine après Genève

Par Giuseppe Cappelluti

Ex : https://www.eurasia-rivista.com/

C'était le 6 mars 2009. A Genève, avec une rencontre entre le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov et son homologue américaine de l'époque, Hillary Clinton, scellée par la pression d'un bouton marqué "reset" en anglais et en russe [i], la toute nouvelle administration Obama a lancé le reset, visant à rétablir les relations avec la Russie après la guerre de 2008 en Géorgie. Le but ultime de cette politique, selon les vœux d'Obama, était de construire un partenariat stratégique avec Moscou visant, entre autres, à avoir un Kremlin allié dans la lutte contre le terrorisme et au moins neutre sur les théâtres d'intérêts américains (Chine et Iran surtout). La tentative, pendant les premières années, a semblé fonctionner: en 2009, M. Medvedev a accordé un espace aérien aux vols militaires américains à destination de l'Afghanistan ; en avril 2010, les États-Unis et la Russie ont signé les accords START 2 pour la réduction des dispositifs nucléaires, et un mois plus tard, les deux pays se sont mis d'accord sur des sanctions contre l'Iran. Le président russe de l'époque, M. Medvedev, a joué un rôle non négligeable dans le succès initial de cette politique. Fortement occidentalisé dans son style et en partie dans ses valeurs, malgré ses liens avec Poutine, Medvedev représentait aux yeux d'Obama une Russie en pleine évolution qui laissait derrière elle les années du tsarisme pour se transformer en un pays démocratique à part entière.

L'histoire, cependant, s'est déroulée différemment, et ce qui a commencé comme l'administration de la réinitialisation restera dans les mémoires comme l'administration qui a entraîné l'Occident dans la "nouvelle guerre froide". Un effondrement qui est arrivé à maturité au premier semestre 2014, lorsque la crise ukrainienne a marqué la fin du reset et le début d'une phase de tensions, de sanctions mutuelles et de guerres par procuration qui dure en fait jusqu'à aujourd'hui, mais dont les origines sont à chercher dans une série d'événements survenus entre février 2011 et novembre 2013 (les printemps arabes, les guerres en Libye, le lancement de l'Union eurasienne, les manifestations en Russie, l'affaire Snowden, la position rétive de la Russie sur les armes chimiques syriennes) et la persistance d'une forte divergence des objectifs stratégiques. La sortie de scène de Medvedev, qui a été remplacé par Poutine en mars 2012, a eu un rôle globalement secondaire, mais les répercussions sur les relations personnelles ne sont pas à sous-estimer. Alors que Medvedev entretenait d'excellentes relations avec Obama, au point de devenir l'un des deux hommes politiques qu'il suivait sur Twitter (l'autre étant le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg) [ii], Poutine était cordialement détesté par Obama, qui lui rendait la pareille.

L'ascension de Biden, en partie pour cette raison, n'était pas une bonne nouvelle pour la Russie. Si l'administration Obama a été le protagoniste de la "nouvelle guerre froide", Joe Biden en a été, d'une certaine manière, l'éminence grise, avec son activisme diplomatique et son rôle souvent en coulisses mais non négligeable. Déjà à l'époque de la réinitialisation, après une visite à Kiev, Joe Biden avait déclaré que "nous avons sous-estimé notre main à Moscou", prédisant que, en raison du déclin de sa population et de ses problèmes économiques, le Kremlin serait contraint de faire des concessions à l'Occident sur un large éventail de questions de sécurité [iii]. Des mots qui, entre autres, ont été interprétés comme une non-reconnaissance de toute sphère d'influence russe dans l'ancien espace soviétique. Pendant la crise ukrainienne, Biden a été l'un des principaux soutiens des manifestations pro-occidentales puis du nouveau gouvernement ukrainien, et en avril 2014, c'est lui qui a donné le feu vert à l'action militaire de Kiev contre les séparatistes du Donbass: sa visite en Ukraine a en effet précédé d'un jour le lancement de ce que Bankova a appelé l’"opération anti-terroriste ". La victoire électorale de Trump, trop souvent imputée à Moscou, n'a certainement pas aidé, et le retour sur le devant de la scène de personnalités fortement anti-russes comme Victoria Nuland et Jen Psaki a immédiatement laissé entrevoir une épreuve de force entre le Kremlin et un parti qui, à tort ou à raison, se sent toujours privé aux mains de Moscou d'une victoire électorale à laquelle il estime avoir droit.

Pourtant, malgré une période de tension, notamment les accusations de Biden selon lesquelles Poutine est un "meurtrier" et les tensions accrues à la frontière ukraino-russe, le conflit entre la Russie et les États-Unis semble être entré dans une phase de stabilisation relative. Dès le mois dernier, alors que Biden proposait une rencontre avec Poutine, l'administration américaine a levé les sanctions sur Nord Stream 2, le deuxième gazoduc reliant la Russie à l'Allemagne à travers la mer Baltique [iv]. Et, lors de leur récente rencontre à Genève, les deux présidents ont accepté de réintégrer leurs ambassadeurs respectifs, retirés après l'escarmouche rhétorique de mars dernier, scellant par un communiqué conjoint hors calendrier leur engagement à maintenir en vie START 2 et à entretenir un dialogue stratégique bilatéral [v]. Les questions géopolitiques brûlantes, de l'Ukraine à la Méditerranée, ont été abordées, mais elles ont eu un poids relatif; il en va de même pour les droits de l'homme, notamment l'affaire Naval'nyj. En fait, lors de la conférence de presse qui a suivi la rencontre, aucun des deux n'a utilisé de mots incendiaires à l'encontre de l'autre: Biden a parlé de "deux grandes puissances", élevant ainsi la Russie du rang de "puissance régionale" auquel Obama l'avait confinée, et Poutine a qualifié son homologue américain d'"homme d'État expert".

624.jpg

Qu'est-ce qui a changé ces dernières années? En 2014, malgré de nombreux signes contraires, nombreux étaient ceux qui croyaient encore aux illusions d'un monde unipolaire et de la "fin de l'histoire", tandis que peu - du moins à Washington - envisageaient sérieusement la possibilité qu'une Russie éloignée de l'Occident cherche une épaule amicale en Chine. Les déclarations d'Obama selon lesquelles "(en Crimée) la Russie est du mauvais côté de l'histoire", que Biden a certainement partagées, sont révélatrices de cette attitude. Cependant, malgré les sanctions, la Russie ne s'est pas effondrée et a même remporté ces dernières années une série de succès militaires, géopolitiques et même scientifiques qui ont obligé les analystes occidentaux à revoir leurs positions. À tout cela s'ajoute la relation croissante avec la Chine, avec laquelle la Russie a signé un accord d'approvisionnement en gaz en 2014 et un accord de libre-échange en 2019. La Chine, qui, dans les années précédant la pandémie, avait déjà dépassé les États-Unis en tant que première puissance économique mondiale [vi] et lancé un gigantesque programme de construction d'infrastructures baptisé "Belt and Road Initiative", a connu, après le déclenchement de la pandémie, une nouvelle accélération de son ascension géopolitique, comme en témoignent les rachats d'entreprises et d'infrastructures stratégiques effectués ces derniers mois par l'ancien Empire céleste.

Une situation qui inquiète au plus haut point les Etats-Unis, qui ne peuvent se permettre de contenir la Russie et la Chine en même temps, sinon au prix de les unir dans une fonction anti-occidentale. Si Obama a maintenu un intérêt marqué pour l'Europe de l'Est - où sa politique étrangère a largement suivi le jeu préconisé par Brzezinski - et le Moyen-Orient, Trump a perçu beaucoup plus clairement la menace posée par la Chine, cherchant à se réconcilier avec Poutine également dans une fonction anti-chinoise. Biden, qui avait par le passé critiqué à plusieurs reprises la politique de Trump à l'égard de la Chine, est en train d'en devenir le poursuivant, quoique dans une optique de multilatéralisme et non de bilatéralisme et avec un retour à la rhétorique sur les droits de l'homme qui était largement absente lors des années Trump. Et malgré le fait que les premiers mois de son mandat aient été marqués par de fortes tensions, pas seulement rhétoriques, entre Poutine et Biden, ces dernières semaines, les véritables intentions du président américain apparaissent; toutefois, heureusement, elles ne semblent pas inclure une épreuve de force avec l'ennemi russe détesté.

Toutefois, il serait erroné de définir cette réunion comme la base d'une nouvelle remise à zéro. Une véritable réinitialisation nécessiterait une stabilisation définitive de la Syrie et surtout de l'Ukraine, véritable motif des sanctions et contre-sanctions qui limitent aujourd'hui fortement les possibilités d'échanges entre la Russie et l'Occident, peut-être en échange d'une prise de distance de la Russie vis-à-vis de la Chine. Et il est assez peu probable que cela se produise non seulement dans les mois à venir, mais aussi dans les années à venir. Ce qui intéresse Biden, c'est plutôt de geler le front russe afin de se concentrer sur le front de la paix et d'éviter d'être distrait par les problèmes en Ukraine ou sur d'autres théâtres d'intérêt russe. Poutine, quant à lui, cherche à maintenir le Belarus dans sa sphère d'influence, en l'empêchant de se transformer en une seconde Ukraine, et à empêcher cette dernière ou la Géorgie de rejoindre l'OTAN. À cet égard, le démenti apporté par Biden, à la veille du sommet de Genève, aux déclarations du président ukrainien Zelensky qui, dans un tweet, avait parlé d'un consensus entre les pays de l'OTAN sur l'adhésion de Kiev à l'alliance [vii], revêt une importance cruciale. Un démenti qui ne doit pas être confondu avec un arrêt d'un nouvel élargissement de l'Alliance atlantique à l'Est, mais qui constitue en tout cas le signe d'une volonté de geler le front oriental, et qui permet en fait de prédire que, dans les mois à venir, la situation sur ce dernier restera relativement stable.

NOTES

(i)La réunion est également entrée dans l'histoire pour une erreur de traduction: le mot utilisé pour traduire "reset" en russe n'était pas "perezagruzka" mais "peregruzka", qui signifie "surcharge". Une erreur vénielle, mais révélatrice de l'attitude peu coopérative de l'État profond américain (le bouton a été remis à Lavrov par Clinton).

[ii] https://www.themoscowtimes.com/2012/07/26/medvedev-makes-it-big-on-twitter-a16571

[iii] https://www.wsj.com/articles/SB124848246032580581

[iv] https://www.youtube.com/watch?v=-wSQjPJS2H4

[v] https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2021/06/16/u-s-russia-presidential-joint-statement-on-strategic-stability/

[vi] A parité de pouvoir d'achat.

[vii] https://nypost.com/2021/06/14/biden-denies-ukraine-prezs-claim-that-nato-confirmed-ukraine-can-join/

Giuseppe Cappelluti

Giuseppe Cappelluti, né à Monopoli (Bari) en 1989, vit et travaille en Turquie. Il est diplômé en langues modernes pour la communication et la coopération internationale à l'université de Bergame, et a obtenu une licence en sciences de la médiation interculturelle à l'université de Bari.

Après avoir passé des périodes d'études à l'université de Tartu (Estonie) et à Petrozavodsk (Russie), il a obtenu en 2016 un master en relations commerciales internationales Italie-Russie à l'université de Bologne. Depuis 2013, il a publié de nombreux articles dans Eurasia. (Magazine d'études géopolitiques) et dans le site web correspondant. Ses contributions sont également parues dans "Fond Gorčakova" (Russie), "Planet360.info" (Italie), "Geopolityka" (Pologne) et "IRIB" (maintenant "Parstoday", Iran).

mardi, 29 juin 2021

Poutine et Xi blindent leur Axe. Mais l'UE risque l'échec

poutinejinping.jpg

Poutine et Xi blindent leur Axe. Mais l'UE risque l'échec

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/politica/putin-e-xi-blindano-lasse-ma-per-lue-si-rischia-il-fallimento.html

Vladimir Poutine et Xi Jinping ont convenu de prolonger le traité de bon voisinage, d'amitié et de coopération, espérant être les garants et le symbole d'un "nouveau type de relations internationales" à une époque de "changements turbulents". Xi a parlé de cet accord renouvelé comme d'"une pratique vivante pour construire un nouveau type de relations internationales" et que "peu importe le nombre d'obstacles à surmonter" car ce que nous vivons, selon le président chinois, est une période caractérisée par des "crises multiples". Ces propos ont également été partagés par M. Poutine, qui a souligné qu'il s'agit d'un "mécanisme de coordination bilatérale à plusieurs niveaux qui n'a pas d'équivalent dans la pratique mondiale". La Chine et la Russie, selon le président de la Fédération de Russie, peuvent jouer un rôle de "stabilisateurs" des différentes crises internationales.

La Chine et la Russie se rapprochent, alors. Encore une fois. Et c'est un message qui ne peut être sous-estimé, surtout s'il est inséré dans le contexte international délicat dans lequel l'accord est conclu. Surtout en termes de timing.

Après la rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine, il semblait que l'Occident et Moscou commençaient enfin à se parler sans ériger de murs entre les deux blocs, mais le dernier geste de l'Union européenne, à savoir le rejet de l'accord franco-allemand sur un nouveau dialogue avec la Russie, a mis fin (pour l'instant) à la première timide saison de dégel de l'ère Biden. Une démarche qui n'a pas plu à Angela Merkel ni même à Emmanuel Macron, convaincus qu'il s'agissait du début de l'autonomie stratégique de l'Europe par rapport au monde et surtout de la confirmation du caractère toujours moteur de l'axe entre la France et l'Allemagne.

1037721921_0 16 2752 1504_1000x541_80_0_0_d8c75d132fd3c0c4cbc088f54d101e40.jpg

Ce n'était pas le cas. L'Union européenne a montré une fois de plus qu'elle n'a aucune volonté particulière de parler d'une seule voix et de rouvrir le canal avec la Russie. Et tandis que l'Allemagne et la France nouent de nouvelles relations avec le Kremlin (notamment Berlin par le biais de Nord Stream 2), Poutine se tourne à nouveau vers l'Est, Xi Jinping renouant les fils de l'axe asiatique après que Biden ait clairement indiqué qu'il souhaitait parler au président russe comme un adversaire reconnu et non plus comme un partenaire secondaire dans cet immense système politique, militaire et économique. Un arrêt qui a mis dans le tiroir, pour le moment, les rêves d'un possible nouveau tournant dans le style de la "pratique de la mer" de la mémoire italienne.

Pour Poutine et Xi, le signal est double. Et pas nécessairement identiques pour cette raison. Du côté russe, le chef du Kremlin a voulu démontrer, après le sommet avec le leader de la Maison Blanche, qu'il n'est lié à aucun schéma idéologique. Poutine se sent libre de parler à l'Ouest et à l'Est et, s'il n'accepte pas d'être évincé de la tête d'une superpuissance, il ne peut certainement pas se montrer trop conciliant vis-à-vis des demandes américaines de détachement progressif de son voisin chinois. Et il est certain que le passage du navire britannique devant la Crimée ainsi que l'arrêt de l'initiative européenne d'un sommet avec Moscou ne peuvent être considérés comme des gestes d'ouverture envers la Fédération, qui peine déjà à trouver une véritable approche proactive vis-à-vis de l'Occident. En bref, l'impression est que Poutine a voulu faire comprendre, après ces incidents et surtout quelques heures avant le sommet du G20, que la Russie est un pays qui a une ligne stratégique claire et une politique étrangère qui ne se plie pas au duopole sino-américain.

HMS-Defender-a-franchi-la-frontiere-maritime-de-la-Russie-en-mer-Noire-2.jpg

Du côté chinois, le signal est tout aussi clair. Xi doit faire comprendre aux États-Unis qu'il n'a pas subi de revers diplomatique ces derniers mois. Et si la nouvelle présidence américaine a organisé le sommet avec Poutine et réaffirmé l'unité du G7 et de l'OTAN précisément contre Pékin, le leader chinois peut tranquillement montrer qu'il a d'excellentes relations avec le Kremlin au point d'obtenir des accords d'une importance fondamentale et de pouvoir les définir comme des facteurs de stabilisation mondiale. Pékin lance donc un signal de dialogue avec Moscou mais aussi un avertissement à Washington, manifestant dans la réalité ce danger redouté par beaucoup, à savoir que l'orbite chinoise a désormais intégré la Russie et que Moscou est toujours plus orientée vers l'espace asiatique que vers l'espace européen. Un bloc géographiquement immense, dans lequel les capitaux et la technologie chinois se combinent à la force militaire et à la projection stratégique russes.

Pour les États-Unis, il est clair que ce renouvellement des accords de coopération est un signal d'alarme. Mais c'est surtout un signal d'alarme pour l'Europe qui, après l'échec de la première tentative de dialogue avec la Russie et après avoir confirmé son adhésion à la ligne anti-chinoise imposée par Washington, se retrouve aujourd'hui à avoir des problèmes avec Moscou et Pékin en même temps. Le flop de l'accord franco-allemand réitère le refroidissement des relations euro-russes qui rappelle la saison qui a définitivement éloigné Poutine de l'Occident. Si du point de vue des relations avec la Chine, même l'absence physique de Wang Yi pour le G20 (le ministre ne sera qu'en liaison vidéo) est un signe que quelque chose a changé dans les relations entre le Vieux Continent et l'ancien Empire du Milieu. L'UE risque d'avoir commis une nouvelle erreur sur la voie de l'autonomie stratégique. Et cet alignement russo-chinois sera fondamental non seulement en Asie, mais aussi en Afrique, véritable banc d'essai de l'Union européenne dans le monde.

dimanche, 27 juin 2021

La guerre contre la Russie, un alibi pour accélérer le Reset?

e648b4e_RVc4RTq7ZkP6HegaIh9jk6Vf.png

La guerre contre la Russie, un alibi pour accélérer le Reset?

par Nicolas Bonnal

Pourquoi cette guerre contre la Russie ? Les fous alliés ne savent-ils pas qu’ils s’écroulent économiquement et militairement – et surtout intellectuellement ? Mais au moment où certains optimistes les voient s’écrouler, eux se voient resplendissants, en train de mettre la population européenne au pas. Le traité Tafta qui faisait peur aux naïfs il y a quelques années va être appliqué, et nous sommes plus impuissants que jamais face à des élites devenues folles, et devenues les sectatrices de la secte technognostique (voyez mon premier livre sur internet) de Davos, secte illuminée d’un monde aussi farfelu et irréel (disait Borges le 23 novembre 1944) que celui de ces mêmes nazis.

C’est là qu’on peut juger de l’utilité d’une guerre contre la Russie ; et mon lecteur Alexandre Karadimas (le Grand Reset c’est la pénurie et internet) me dit comme ça en passant que cette guerre – une guerre immobile comme celle de 1984, que l’on ne gagne pas et où l’on ne bouge pas – serait pour ces élites tarées une merveilleuse opportunité, comme dirait Klaus Schwab, pour nous mettre au pas.

En vrac ils pourraient (vous pourrez ajouter ce que vous voudrez naturellement) :

Supprimer le web contestataire et ne garder que le web abrutissant. Voyez Biden qui a fait interdire entre deux gargouillements 17 sites de la résistance.

Ils pourraient passer très vite à la confiscation des logements.

Ils pourraient passer à l’argent numérique encore plus vite que prévu et confisquer nos avoirs bancaires (que faut-il faire ? Acheter des monnaies mais un Gold Reserve Act nous attend au tournant).

Ils pourraient institutionnaliser définitivement les couvre-feux.

Ils pourraient récupérer le nationalisme débile qui est increvable en Europe et le systématiser contre la Russie, non pour envahir ce grand pays, mais pour nous faire mener une vie de crève-misère. Orwell le précise bien dans son livre-phare (un manuel du pouvoir, comme dit Lucien Cerise). Céline a parfaitement compris que le nationalisme est toujours le plus grand ami des Etats, et qu’un Etat totalitaire a toujours à gagner d’un regain de chauvinisme ou de jingoïsme. Et en Europe on n’en n’est jamais très loin.

Ils pourraient mettre en place le camp de concentration électronique, profitant comme toujours de la trouille et de l’abrutissement des populations.

of-ussie.jpg

Attention, cette guerre devra être dosée. Il n’est pas question pour nos bourricots fascisés de vaincre la Russie : il est question de l’utiliser pour nous anéantir humainement, démographiquement (-20% de natalité depuis le Covid) et économiquement. Evidemment en anéantissant leur propre socle matériel ces imbéciles ne pourront écraser ni la Chine ni la Russie. Mais allez chercher une logique chez une secte ; comme disait Borges, les nazis veulent être battus.

Puissent-ils l’être et radicalement, et prochainement.

Orwell et le Reset, en attendant : « Le but primordial de la guerre moderne est de consommer entièrement les produits de la machine sans élever le niveau général de la vie. »

A lire: https://www.dedefensa.org/article/lantirussisme-a-la-lumiere-de-george-orwell

 

 

vendredi, 25 juin 2021

La rencontre Biden-Poutine et le "moment-charnière" de l'OTAN - Orient-Occident, la fatalité d'un affrontement

6052cd3_965cc45f71664deb8313bb9b90d0274e-965cc45f71664deb8313bb9b90d0274e-0.jpg

IERI - Institut Européen des Relations Internationales: info@ieri.be
 

La rencontre Biden-Poutine et le

"moment-charnière" de l'OTAN

 

Orient-Occident, la fatalité d'un

affrontement

 

Irnerio Seminatore

 

Le contexte général

Dans un contexte d'incertitudes, de tensions internationales et de désaccord de fond sur l'utilité de rencontrer le chef du Kremlin, aggravées par une pandémie politiquement douteuse, se sont tenus les Sommets du G7, de l'Otan, la Conférence USA-UE et la rencontre bilatérale Biden-Poutine.

Ces réunions, promues pour essayer de faire front commun face à la Chine ont été conçues comme un tout et seront analysées comme telles.

Au prélude des quatre journées de rencontres, le Sommet du G7 aux Cornouailles, s'est attelé à casser l'idée d'un déclin de l'Occident et du caractère obsolète du néo-libéralisme. Le souci de stabiliser le système économique mondial a pris la forme d'une tentative de régler les différends commerciaux (aéronautique, sidérurgie, fiscalité des multinationales etc.) et de définir une stratégie pour la création de grandes infrastructures, à l'image des "routes chinoises de la soie", à destination des pays émergents. Les thèmes de discussions et les limites des débats se sont soldés par une caractérisation sans nuances des régimes politiques des pays adverses, taxés d'être illibéraux (Russie) ou anti-démocratiques (Chine).

Le problème de l'unité ou de la crédibilité

Le problème politique de la crédibilité de l'Alliance (Sommet de l'Otan du 14), a été politiquement précédé par celui d'un autre type de crédibilité, celui de l'unité intérieure de l'Amérique, ébranlée socialement et racialement, par le passage de la tornade trumpienne, par celles de l'"America first", de la culture "woke" et d'un exercice déstabilisant du droit de vote aux minorités, préjugeant de la défense des droits de l'homme sur la scène internationale.

Ainsi le Sommet sur le "moment charnière" de l'Alliance en vue du "Duel du Siècle" est à corréler avec la réunion des 7 pays plus industrialisés, le G7 et, in fine, par la journée du 15 à Bruxelles, consacrée aux relations bilatérales USA-UE ! Leurs buts communs était évidents! Donner la priorité à l'isolement de la Chine et, à la désescalade avec la Russie. L'idée de créer une alliance mondiale des démocraties à deux pôles, l'Otan pour le théâtre européen et le Quad (Usa, Japon Australie et Inde) pour l'Asie-Pacifique, a justifié, en arrière fond, deux projets, une indépendance politique et une autonomie stratégique de l'Europe, à sortir de son état d'hibernation et la recherche d'un apaisement vis à vis de la Russie. Face à la résilience de l'Alliance atlantique et à l'influence grandissante de la Chine, la menace immédiate est apparue celle de la Russie (Ukraine et Bélarus, Pays Baltes) et la restauration de la confiance de la part des opinions, décisive à tous les égards.

La solidité d'un recours à l'Art 5 du traité, a été in fine reconfirmée (automatisme de la solidarité transatlantique et assurance dissuasive de la garantie de protection).

Quant au prolongement de la part des USA, pour la durée de cinq ans du traité "New Start (février 2021), facteur de stabilité stratégique et pilier de l'architecture internationale de maîtrise des armements nucléaires, la nouvelle dimension des bouleversements stratégiques a été reportée à la définition du futur concept stratégique "Otan 2030", à adopter au Sommet de Madrid de 2022.

cover-r4x3w1000-60c7460093dfc-000-9c46j6.jpg

Ainsi, en conclusion, l'objectif annuel du Sommet de l'Otan du 14 juin 2021 a été atteint sur deux points:

- le renforcement de l'Otan, quant à sa crédibilité et sa cohésion politiques, identifiées par son Secrétaire Général, à "un moment charnière", autrement dit à la difficile transition du multilatéralisme à la multipolarité, et, au plan budgétaire, à un accroissement du budget de 260 milliards depuis 2014

- la préparation aux défis sécuritaires de demain, identifiés aux menaces représentées par la Russie et surtout par la Chine, "puissance militaire sûre d'elle même" et "intrinsèquement menaçante pour les États-Unis" (Jan Bond du Center for European Reform). Rétif à toute unité affichée E. Macron a voulu préciser que "la Chine ne fait pas partie de la géographie atlantique". Il semblerait refuser ainsi, le principe d'une rivalité systémique, ne concernant que les États-Unis.

Cependant, en passant des objectifs conjoncturels aux objectifs historiques et en considérant ce moment comme un tournant, ce sommet a eu pour finalité essentielle, d'évaluer la cohésion de l'alliance et la subordination de tous à l'autorité d'un seul, le Leader de groupe, Hégémon. Autrement dit, son destin et son rôle d'ordonnateur du monde, face aux deux perturbateurs supposés, la Russie et la Chine.

Orient et Occident

Le destin de l'Occident, parvenu à son "moment charnière", est né il y a vingt cinq siècles d'un autre tournant, la bataille des Thermopyles et de la poussée de Xerxès, roi des Perses, vers la Grèce antique. Ce vieux destin, porté par le "Fatum" tragique de la culture hellène, revient aujourd'hui aux grandes puissances de l'Orient, Gog, Magog et la Nation de l'Islam, et pourrait durer tout autant.

Une erreur stratégique, masquée de fatalité consisterait à accepter, voire favoriser une coopération froide et inégale entre la Russie et la Chine, oubliant le fameux piège de Thucydide.

Plus proche de nous et à propos de l'Asie Mineure,l'application des clauses du Traité de Sèvres (1920), sur le démembrement de l'Empire Ottoman et sa constitution en État national, a vu jadis l'humiliation d'Ankara, des génocides et de grands transferts de populations, sur lesquels revient la nostalgie d'Erdogan, soucieux de renverser ce traité et de reparcourir ce chemin à l'envers.

Au titre des spéculations invérifiables mais non invraisemblables, peut on dire que le principal défi à l'ordre civilisationnel du monde d'aujourd'hui n'est guère la puissance ni l'hégémonie, mais la civilisation occidentale elle même et que celle-ci demeure le fondement d'un système de conceptions et de forces qui, avec une philosophie et une métaphysique propres, ont façonné l'histoire de l'humanité?

Le "moment charnière" de l'Otan, la prise de conscience historique et la subordination de la démocratie à l'Hégémonie

Ainsi, qu'une alliance politique et militaire (l'Otan), à son "moment charnière" fonde sa prise de conscience historique sur un tournant, dans l'évolution de l'humanité toute entière et du monde comme géopolitique accomplie, est un paradoxe sans précédents.

41Wri1XYSNL.jpg

liuminfu.jpg

Du point de vue conjoncturel l'antagonisme sino-américain a pris le dessus sur le rapprochement russo-chinois, de telle sorte que la logique de la contingence transforme la nature traditionnelle des concepts et que la démocratie devient un instrument de l'hégémonie (et pas le contraire); une modalité pour garder ou pour atteindre le pouvoir global, puisque la protection et la sécurité sont conditionnées par l'obéissance (Hobbes).

Dès lors le débat sur le "destin national" (Liu Mingfu) quitte le terrain du politique pour devenir le mode de penser d'une civilisation en marche et d'un puissant univers qui ré-émerge et s'affirme (Chine).

La menace n'est plus seulement d'ordre militaire mais repose dans l'unité organique d'un "sens", qui mobilise les esprits et les forces de toute une époque et trouve sa forme accomplie non pas dans un régime politique précaire et abstrait (la démocratie et l'universalisme politique régnant et contingent), mais dans l'empire, la forme "perfectissima" du gouvernement des hommes, transcendant la politique et les changements séculaires des équilibres des pouvoirs.

Pouvons nous dire avec certitude qu'une hégémonie politico-culturelle sur l'Eurasie, plus encore qu'une supériorité politico-stratégique menace l'indépendance des autres États du monde et l'existence même de leur souveraineté?

Rien n'est moins sûr, car le critère de l'ami et de l'ennemi reste latent dans la politique intérieure et sert à briser toute opposition (Navalny, Hong-Kong), remettant en cause la distinction traditionnelle de légalité et de légitimité, poussée à son extrême dans la politique internationale. L'ennemi devient une puissance objective et c'est là, dans les "moments charnière" de Stoltenberg, que la tension latente devient active et maintient l'histoire du monde en mouvement

La confiance stratégique et la coopération authentique d'un Sommet pourront elles interdire, freiner ou retarder la confrontation ou le "duel du siècle"? De la part de qui et sous quelle forme viendra-t-elle la décision? Sera-t-elle individuelle ou collective, proche ou à long terme, vue l'énormité des enjeux et la rupture de la digue, fissurée par l'antagonisme des mondes, qui retient l’Himalaya et le Tibet de leur glissement tectonique vers les deux Océans, indien et Pacifique?

Rappelons que:

- "l'Alliance Atlantique est une alliance politique et militaire à caractère défensif entre les peuples des deux bordures de l'Atlantique et elle a pour but de promouvoir les valeurs démocratiques, de résoudre pacifiquement les différends et de décider par consensus.

Ces principes ont ils la même valeurs à l'intérieur d'une même civilisation, ou à l'extérieur de celle-ci, et deviennent-ils caduques entre civilisations hétérogènes?

USA- UE

Avant de rejoindre Poutine à Genève, l’aplanissement des relations commerciales avec l'UE apparaissait indispensable. Ici aussi, l'idée de faire un front commun face à la suprématie chinoise en matière d'aviation et de contrer les pratiques déloyales de Beijing a permis d'enterrer le conflit entre Airbus et Boeing, qui a duré 16 ans sur le soutien de la part des deux administrations à leurs industries respectives. Ce différend a déjà coûté 10 milliards de dollars aux deux entreprises. La volonté de coopération a prévalu enfin dans le but d'aborder d'autres importants défis mondiaux et a coïncide avec la présentation du rapport du Haut Représentant Européen pour les Affaires Étrangères et de Sécurité, Mr J.Borrel au titre "Riposter, contraindre, dialoguer".

La rencontre Biden-Poutine

Or, des quatre journées des colloques précédents, Biden et Poutine ont tiré profit d'une clarification concernant la multiplications des contentieux. Le but en a été de maintenir les contacts et les canaux de communication, maîtrisés par deux hommes aux styles si différents; expérimenté en politique étrangère le premier (Biden) et calculateur le deuxième, à faible légitimité interne l'américain et au consensus indiscuté le russe. Un style qui, du côté atlantique, se fonde sur l'exigence de prédictibilité et de stabilité stratégiques, dictées à un Occident plein de doutes, qui a interdit aux capacités américaines, engagées sur deux fronts, de prendre l'avantage stratégique sur la Chine.

Représentants d'un pays divisé (l'américain) et d'une opposition verrouillée dans l'autre et donc, respectivement, en position de faiblesse et de force, le Russe n'exigeant rien en contre-partie et l'Américain se satisfaisant d'une rhétorique démocratique creuse.

Russia_USA_nuclear_weapons_220213.jpg

Le désaccord entre les deux pays ont porté cependant sur trois points dirimants:

A.

- les lignes rouges respectives, sur lesquelles il est impossibles de transiger, sous peine d'écroulement des deux pouvoirs et de leur glissement dans le chaos

- pour la Russie (l'adhésion de l’Ukraine à l'Otan,perçue comme une menace existentielle),

- pour les États-Unis (les attaques directes par le cyberespace, décuplicatrices d'actions subversives et de paralysie infrastructures vitales, qui appartiennent désormais au domaine de la sécurité nationale).

En effet le monde interconnecté du XXIème siècle multiplie les possibilités d'actions offensives et les anciennes techniques de désinformation, d'intoxication et de propagande, qui ont changé d'échelle, grâce aux réseaux sociaux, interfèrent dans les processus électoraux au plus haut niveau et restreignent ou altèrent le concept de souveraineté, comme capacité de décision et de réponse, dont l'importance militaire, stratégique et sociétale brouille les postures d'attaque et de défense.

B.

- le deuxième regroupement de questions, a concerné la stabilité stratégique, à l'échelle globale et européenne, ainsi que toutes les questions connexes, exigeant confiance et transparence sur un problème existentiel

C.

- les questions virtuellement coopératives (non prolifération, conflits régionaux), ont constitué le troisième regroupement de questions à résoudre et ont fait partie de la troisième corbeille

Cependant, au delà de leurs divergences Biden et Poutine avaient un intérêt commun et partagé, la montée en puissance de l'Empire du milieu. La recherche de la stabilité, totalement antinomique par rapport à l’habilitée de Poutine de surfer sur l'imprévisible, n'interdiraient pas, en théorie, une convergence stratégique à long terme entre l'Amérique et la Russie et la possibilité d'aborder ensemble d'importants défis mondiaux. Cette hypothèse autoriserait une certaine coopération dans la résolution de conflits régionaux (Afghanistan et Iran). De surcroît la rencontre Biden-Poutine a apporté la preuve du caractère creux de toute rhétorique de fermeté et, en conclusion, du caractère incontournable de la Russie à l'échelle globale.

Orient-Occident. La fatalité d'un affrontement

Or, les réflexions inspirées par la rencontre Biden-Poutine ne peuvent nous tromper ni nous bercer d'illusions.

Leur face à face est inscrit dans un désaccord fondamental, que résume bien l’expression latine Pugna cessat, bellum manet! (la bataille cesse, mais la guerre demeure).

La paix de notre temps découle, par sa nature précaire, de la latence belliqueuse du conflit, "l'intention hostile". Conformément à des préoccupations étendues, opinions et analystes s'interrogent sur le type de paix que nous vivons, d'équilibre au niveau du système et d'hégémonie ou d'empire, selon les acteurs et les sous-systèmes régionaux.

Une autre caractéristique frappe les esprits, épris par l'angoisse des rendez vous qui nous attendent, l'hétérogénéité des civilisations et leur choc annoncé, face à la fatalité de la guerre, dont la dialectique oppose les États, les sociétés et la constellation d'acteurs, exotiques et sub-étatiques, qui peuplent le monde de la multipolarité et qui sont porteurs à leur tour de subversions, de révolutions et d'utopies.

150675_6914591_updates.jpg

En ce qui concerne l'Europe, la suggestion de faire de celle-ci une puissance d'équilibre entre l'Amérique et la Russie, aurait la signification historique de prévenir et d'arbitrer un conflit éventuel entre l'Est et l'Ouest et d'unifier en un seul sous-système l'hémisphère nord de la planète, en sauvegardant la civilisation de l'Occident du tsunami superposé de l'islamisme et de l'Orient confucéen.

Cependant nous pouvons en déduire politiquement, par une sorte d'analogie hasardeuse, que la perte de l'unité stratégique de l'Occident, la crise des démocraties, l'émergence de régimes autoritaires et l'ère de la démondialisation actuelle, coïncident avec une période d'amplification des dangers, représentés par des ruptures de la rationalité dissuasive et, au niveau conventionnel, par des combats déréglés, hybrides et hors limites.

Enfin, compte tenu de l'hétérogénéité du système, cette situation engendre une stratégie défensive de la part de l'Hegemon, consistant à anticiper la dissidence de membres importants de la communauté d'appartenance (sortie de la Grande Bretagne de l'UE et éloignement de l'UE des États-Unis), en maintenant au même temps la cohésion des alliances (OTAN).

La rivalité existante passera-t-elle d'une confrontation froide à une forme d'antagonisme chaud ? Les désillusions d'Obama, d'avoir voulu instaurer un dialogue de confiance avec Xi Jinping, constituent aujourd'hui le socle de l'accord bipartisan sur un "containement" de la Chine, qui dépasse largement les fractures irréparables de la société américaine.

Or, si l'histoire du monde se fera au XXIème siècle en Asie, la dynamique multipolaire la plus dangereuse et qui pourra prendre la forme d'une "rupture tectonique", sera l'inversion du rapport de prééminence entre les États-Unis et la Chine.

Ce tournant justifie la prise de conscience historique du "containement" des Thermopyles de l'antiquité, défini de "moment charnière" par le Secrétaire Général de l'Otan, Jens Stoltenberg, un moment symbolique, concernant la poussée millénaire de l'Orient sur l'Occident.


Bruxelles le 21 juin 2021.

jeudi, 24 juin 2021

Un Iran plus souverain va favoriser son rapprochement avec la Russie et la Chine

iran-2.jpg

Un Iran plus souverain va favoriser son rapprochement avec la Russie et la Chine

Par Pepe Escobar

Source The Saker’s Blog

Lors de sa première conférence de presse en tant que président élu avec 62% des voix, Ebrahim Raeisi, face à une forêt de microphones, a sorti le grand jeu et n’a laissé aucune place à l’imagination.

Sur le JCPOA, ou accord sur le nucléaire iranien, le dossier qui obsède complètement l’Occident, Raeisi a été clair :

  • les États-Unis doivent immédiatement revenir au JCPOA que Washington a unilatéralement violé, et lever toutes les sanctions.
  • Les négociations autour du JCPOA à Vienne vont se poursuivre, mais l’avenir de l’Iran ne sera pas conditionné par leur résultat.
  • Le programme iranien de missiles balistiques n’est absolument pas négociable dans le cadre du JCPOA et ne sera pas freiné.

À la question d’un journaliste russe qui lui demandait s’il rencontrerait le président Biden si un accord était conclu à Vienne et si toutes les sanctions étaient levées – un  » si «  majeur -, M. Raeisi a répondu par un  » non «  catégorique.

Il est essentiel de souligner que Raeisi est en principe favorable au rétablissement du JCPOA tel qu’il a été signé en 2015, conformément aux directives de l’Ayatollah Khamenei. Mais si la mascarade de Vienne se poursuit indéfiniment et que les Américains continuent à insister pour réécrire l’accord en voulant y inclure d’autres domaines de la sécurité nationale iranienne, il s’agit d’une ligne rouge définitive.

Raeisi a reconnu les immenses défis internes auxquels il est confronté, à savoir remettre l’économie iranienne sur les rails, se débarrasser de la dynamique néolibérale de l’équipe sortante et lutter contre la corruption généralisée. Le fait que le taux de participation aux élections n’ait été que de 48,7 %, contre une moyenne de 70 % lors des trois précédentes élections présidentielles, montre que la tâche sera difficile.

3580040.jpg

Mohammad Marandi.

Pourtant, en matière de politique étrangère, la voie que suivra l’Iran est sans équivoque : elle est centrée sur la stratégie du « regard vers l’Est », qui implique une coopération plus étroite avec la Chine et la Russie, l’Iran devenant un carrefour essentiel de l’intégration eurasienne ou, selon la vision russe, du partenariat de la Grande Eurasie.

Comme me l’a expliqué le professeur Mohammad Marandi de l’université de Téhéran, « il y aura une orientation vers l’est et vers le Sud. L’Iran améliorera ses relations avec la Chine et la Russie, également en raison de la pression et des sanctions américaines. Le président élu Raeisi sera mieux placé pour renforcer ces liens que l’administration sortante. »

Marandi a ajouté : « L’Iran ne portera pas intentionnellement atteinte à l’accord nucléaire si les Américains – et les Européens – s’orientent vers leur complète mise en œuvre. Les Iraniens rendront la pareille. Les voisins et les pays de la région seront également une priorité. L’Iran n’attendra plus l’Occident ».

Marandi a également fait une distinction assez nuancée en indiquant que la situation actuelle était due à « une erreur majeure » de l’équipe Rouhani, mais « pas la faute du Dr Zarif ou du ministère des affaires étrangères, mais du gouvernement dans son ensemble. » Cela implique que l’administration Rouhani a placé tous ses paris sur le JCPOA et n’était absolument pas préparée à l’offensive de « pression maximale » de Trump, qui a de facto décimé la classe moyenne iranienne aux idées réformistes.

En un mot : à l’ère Raeisi, exit la « patience stratégique » face aux États-Unis. Place à la « dissuasion active ».

Un carrefour essentiel de la BRI et de l’EAEU

Ceux qui contrôlent le récit de la « communauté internationale » ont répondu à Raeisi par des épithètes proverbialement dérisoires et/ou diaboliques : fidèle à la « machine répressive » de la République islamique, « partisan de la ligne dure », violeur des droits de l’homme, bourreau de masse, fanatique anti-occidental, ou simplement « tueur ». Amnesty International a même demandé qu’il fasse l’objet d’une enquête en tant qu’auteur de crimes contre l’humanité.

iran-bombe-ai-60-33.jpg

Les faits sont plus prosaïques. Raeisi, né à Mashhad, est titulaire d’un doctorat en jurisprudence et en principes fondamentaux de la loi islamique, ainsi que d’un autre diplôme de jurisprudence obtenu au séminaire de Qom. Il a notamment été membre de l’Assemblée des experts et dirigeant de la branche judiciaire.

Il n’a peut-être pas été exposé au mode de vie occidental, mais il n’est pas « anti-occidental », car il estime que l’Iran doit interagir avec toutes les nations. Pourtant, la politique étrangère doit suivre les directives de Khamenei, qui sont très claires. Si l’on ne comprend pas la vision du monde de Khamenei, toute analyse des complexités iraniennes est un sport inutile. Pour connaître le contexte essentiel, veuillez vous reporter à mon livre électronique Persian Miniatures publié par Asia Times.

Tout commence avec le concept fondateur d’une République islamique fondée par l’Ayatollah Khomeini, qui a été influencé par la République de Platon ainsi que par la Cité vertueuse du philosophe politique musulman al-Farabi (également influencé par Platon).

À l’occasion du 40e anniversaire de la révolution islamique, Khamenei a actualisé sa conception de la politique étrangère, dans le cadre d’une carte claire pour l’avenir. Il faut absolument lire cet ouvrage pour comprendre ce qu’est l’Iran. Une excellente analyse de Mansoureh Tajik souligne la manière dont le système s’efforce d’atteindre l’équilibre et la justice. Khamenei ne pouvait pas être plus direct lorsqu’il écrit,

Aujourd’hui, le défi pour les Etats-Unis est la présence de l’Iran aux frontières qui entourent le régime sioniste et le démantèlement de l’influence et de la présence illégitime de l’Amérique en Asie occidentale, la défense par la République islamique des combattants palestiniens au cœur des territoires occupés, et la défense du drapeau sacré du Hezbollah et de la Résistance dans toute la région. Si à l’époque, le problème de l’Occident était d’empêcher l’Iran d’acheter des armes, même les plus primitives, pour sa défense, aujourd’hui, son défi est d’empêcher les armes, les équipements militaires et les drones iraniens d’atteindre le Hezbollah et la Résistance partout dans la région. Si, à l’époque, l’Amérique s’imaginait pouvoir vaincre le système islamique et la nation iranienne avec l’aide de quelques traîtres iraniens vendus, aujourd’hui, elle se retrouve à avoir besoin d’une large coalition de dizaines de gouvernements hostiles, mais impuissants, pour combattre l’Iran. Et elle échoue.

En termes de politique des grandes puissances, la politique iranienne de « regard vers l’Est » a été conçue par Khamenei – qui a pleinement approuvé le partenariat stratégique global Iran-Chine, d’une valeur de 400 milliards de dollars, qui est directement lié à l’initiative « Route de la soie », et qui soutient également l’adhésion de l’Iran à l’Union économique eurasiatique (UEEA) dirigée par la Russie.

cover-r4x3w1000-5ec7c0e6f3c2e-35f33f99cfa12a107515a20bc8cb2ef056e5d083-jpg.jpg

C’est donc l’Iran, en tant que plaque tournante de la connectivité eurasienne, qui va façonner elle-même son avenir géopolitique et géoéconomique. Et non l’Occident, comme l’a souligné Marandi.

La Chine investira dans le secteur bancaire iranien, les télécommunications, les ports, les chemins de fer, la santé publique et les technologies de l’information, sans oublier de conclure des accords bilatéraux en matière de développement d’armes et de partage de renseignements.

Sur le front russe, l’impulsion viendra du développement du corridor international de transport Nord-Sud (INSTC), qui entre directement en concurrence avec un corridor terrestre Est-Ouest qui peut être frappé à tout moment par des sanctions américaines extraterritoriales.

L’Iran a déjà conclu un accord de libre-échange provisoire avec l’UEEA, actif depuis octobre 2019. Un accord complet – avec l’Iran comme membre à part entière – pourrait être conclu dans les premiers mois de l’ère Raeisi, avec des conséquences importantes pour le commerce du Caucase du Sud à l’Asie du Sud-Ouest au sens large, voire à l’Asie du Sud-Est : Le Viêt Nam et Singapour disposent déjà de zones de libre-échange avec l’EAEU.

La rhétorique américaine sur l’« isolement » de l’Iran ne trompe personne en Asie du Sud-Ouest – comme l’atteste le développement de l’interaction avec la Chine et la Russie. Ajoutez à cela la perception de Moscou que « l’humeur est à approfondir le dialogue et à développer les contacts dans le domaine de la défense ».

Voilà donc à quoi mène l’ère Raeisi : une union plus solide entre le chiisme iranien, le socialisme aux caractéristiques chinoises et le partenariat de la Grande Eurasie. Et ce n’est pas un mal que la technologie militaire russe de pointe surveille tranquillement l’évolution de cet échiquier.

Pepe Escobar

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

La Russie: retour à l'Europe de l'Atlantique au Pacifique

Atalayar_El presidente de Rusia, Vladimir Putin_3.jpg

La Russie: retour à l'Europe de l'Atlantique au Pacifique
 
Pierre-Emmanuel Thomann
 
Ex: https://www.facebook.com/profile.php?id=100009416474466
 
Une tribune de Vladimir Poutine, plaidant pour une «Europe de l'Atlantique au Pacifique», à l'occasion de l'anniversaire de l'offensive allemande contre l'URSS en 1941 il y a 80 ans, a été publiée dans le journal Die Zeit . le 22 juin.
 
Cette tribune démontre que la stratégie géopolitique de la « Grande Eurasie » de la Russie (qui est aussi associée à un pivot vers l'Asie), n'est pas dirigée contre l'Europe, mais offre une réinitialisation des relations entre l'UE et la Russie, pour promouvoir un meilleur équilibre entre la vision euro-atlantiste exclusive d'un grand Occident ( sous le slogan d'une « alliance des démocraties » avec les Etats-Unis comme chefs de file) et une « Grande Asie » avec pour centre de gravité la Chine et de son projet des routes de la soie.
 
Cette proposition est opportune pour positionner la Russie dans le contexte de la nouvelle présidence américaine et la tournée récente de Joe Biden en Europe, l'élection du futur chancelier en Allemagne à l'automne, et la présidentielle en France en 2022.
 
Vladimir Poutine se réfère d'ailleurs au général de Gaulle :
« Nous espérions que la fin de la guerre froide serait synonyme de victoire pour l'ensemble de l'Europe. Dans peu de temps, semble-t-il, le rêve de Charles de Gaulle d'un continent uni deviendra une réalité, non pas tant sur le plan géographique, de l'Atlantique à l'Oural, que sur le plan culturel et civilisationnel, de Lisbonne à Vladivostok. »
Le choix du journal Die Zeit, un média allemand, n'est pas anodin. Il reflète aussi la réalité géopolitique européenne, avec l'Allemagne devenue la puissance centrale de l'UE.
 

204213918_2993720860951767_2774583651992769069_n.jpg

Ce média est proche de la SPD (gauche libérale), qui se réfère encore parfois à l'Ostpolitik de Willy Brand inspiré par Egon Bahr dans les années 70.
 
Le général de Gaulle avait promu et anticipé dès les années 60 une Europe de l'Atlantique à l'Oural lorsque la Russie serait sortie du communisme tandis que la chancelier allemand Willy Brand avait promu l'Ostpolitik pour opérer un rapprochement entre l'Allemagne de l'Ouest et l'URSS et les membres du pacte de Varsovie. L'objectif était de faire baisser les tensions dans le cadre de la guerre froide mais aussi avec en ligne de mire l'Allemagne de l'Est pour créer les conditions d'une future réunification. L'Ostpolitik a contribué à la chute de l'URSS selon les Allemands. Après la guerre froide, l'Allemagne avait proposé un partenariat économique avec la Russie en 2007 dans le cadre de sa vision d'une « Europe de Lisbonne à Vladivostok ». Plus récemment, Dimitri Medvedev a remis sur la table l'idée d'un traité de sécurité entre l'Europe et la Russie au lendemain de la guerre Russie-Géorgie en 2008 et avait obtenu le soutien (déclaratoire) de Nicolas Sarkozy. Enfin Emmanuel Macron a proposé une nouvelle architecture européenne de sécurité avec la Russie en 2018 .
 
Ces initiatives pour une entente continentale après la guerre froide n'ont pas débouché sur une nouvelle configuration géopolitique européenne, car la vision euro-atlantiste est restée la boussole géopolitique principale des Etats membres de l'OTAN et l'UE. La rivalité géopolitique franco-allemande a aussi empêché de construire une synergie géopolitique franco-allemande. L'Allemagne s'est toujours méfiée jusqu'à présent de la vision du général de Gaulle susceptible de remettre en cause l'ancrage à l'ouest de l'Allemagne et son lien privilégié avec les Etats-Unis. La France s'est aussi inquiétée d'une déplacement du centre de gravité géopolitique européen vers l'Allemagne à l'occasion d'un rapprochement germano-russe.
 

204893257_2993721127618407_955264681042260231_n.jpg

Comment surmonter cet obstacle ? Il y aurait aujourd'hui des avantages géopolitiques tant pour la France que pour l'Allemagne, mais aussi leurs partenaires européen à négocier un pivot vers la Russie, afin de ne pas rester enfermés dans la rivalité croissante entre les Etats-Unis et la Chine, d'autant plus que la Russie propose une réinitialisation des relations avec l'Europe de l'Ouest. Un rapprochement franco-russe sur les questions géostratégiques et un rapprochement germano-russe sur les questions économiques, pourraient contribuer à surmonter la fracture en plein cœur de l'Europe avec la Russie. Sur le modèle de l'Europe des nations, il s'agirait d'atteindre un meilleur équilibre géopolitique dans le monde, au niveau pan-européen, mais aussi entre la France et l'Allemagne au sein d'un nouveau triangle franco-germano-russe.
 
L'Allemagne et la France sauront-elles saisir cette fois-ci cette nouvelle occasion ?
 
Cartes :
 
-Projet russe de Grande Eurasie
-Nouvelle architecture géopolitique européenne

jeudi, 10 juin 2021

Le Forum de St Pétersbourg. Une cartographie du siècle eurasiatique

5931479ac361885b218b46bc.jpg

Le Forum de St Pétersbourg. Une cartographie du siècle eurasiatique

Par Pepe Escobar

Source The Saker’s Blog

Il est impossible de comprendre les détails de ce qui se passe sur le terrain en Russie et dans toute l’Eurasie, sur le plan commercial, sans suivre le Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF).

Allons donc droit au but et proposons quelques exemples choisis de ce qui a été discuté lors des principales sessions.

L’Extrême-Orient russe. Voici une discussion sur les stratégies, largement couronnées de succès, visant à stimuler les investissements productifs dans l’industrie et les infrastructures dans l’Extrême-Orient russe. L’industrie manufacturière en Russie a connu une croissance de 12,2 % entre 2015 et 2020 ; en Extrême-Orient, elle était du double, à 23,1 %. Et de 2018 à 2020, l’investissement en capital fixe par habitant y était de 40 % plus élevé que la moyenne nationale. Les prochaines étapes sont centrées sur l’amélioration des infrastructures, l’ouverture des marchés mondiaux aux entreprises russes et, surtout, la recherche des fonds nécessaires (Chine ? Corée du Sud ?) pour les technologies de pointe.

L’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Comme j’ai pu le constater moi-même lors des précédentes éditions du forum, il n’existe rien de comparable en Occident pour ce qui est de discuter sérieusement d’une organisation telle que l’OCS, qui a progressivement évolué de son objectif initial de sécurité vers un rôle politico-économique de grande envergure.

La Russie a présidé l’OCS en 2019-2020, lorsque la politique étrangère a pris un nouvel élan et que les conséquences socio-économiques du Covid-19 ont été sérieusement abordées. Désormais, l’accent devrait être mis sur la manière de rendre ces nations membres, en particulier les « stans » d’Asie centrale, plus attrayantes pour les investisseurs mondiaux. Parmi les intervenants figuraient l’ancien secrétaire général de l’OCS, Rashid Alimov, et l’actuel secrétaire général, Vladimir Norov.

Le Partenariat eurasiatique. Cette discussion portait sur ce qui devrait être l’un des nœuds essentiels du siècle eurasiatique : le corridor international de transport nord-sud (INSTC). Un précédent historique important s’applique : la route commerciale de la Volga des 8e et 9e siècles qui reliait l’Europe occidentale à la Perse – et qui pourrait maintenant être prolongée, dans une variante de la Route de la soie maritime, jusqu’aux ports de l’Inde. Cela soulève un certain nombre de questions, allant du développement du commerce et de la technologie à la mise en œuvre harmonieuse de plateformes numériques. Les intervenants sont originaires de Russie, d’Inde, d’Iran, du Kazakhstan et d’Azerbaïdjan.

Le partenariat de la Grande Eurasie. La Grande Eurasie est le concept russe global appliqué à la consolidation du siècle eurasien. Cette discussion est largement axée sur la Big Tech, notamment la numérisation complète, les systèmes de gestion automatisés et la croissance verte. La question est de savoir comment une transition technologique radicale pourrait servir les intérêts de la Grande Eurasie.

Et c’est là que l’Union économique eurasienne (UEEA) dirigée par la Russie entre en jeu : comment la volonté de l’UEEA de créer un grand partenariat eurasien devrait-elle fonctionner dans la pratique ? Parmi les intervenants figurent le président du conseil d’administration de la Commission économique eurasienne, Mikhail Myasnikovich, et une relique du passé d’Eltsine : Anatoliy Chubais, qui est désormais le représentant spécial de Poutine pour les « relations avec les organisations internationales en vue de réaliser les objectifs de développement durable ».

Il faut se débarrasser de tous ces billets verts

La table ronde la plus intéressante de la SPIEF était consacrée à la « nouvelle normalité » (ou anormalité) post-Covid-19 et à la manière dont l’économie sera remodelée. Une sous-section importante portait sur la manière dont la Russie peut éventuellement en tirer parti, en termes de croissance productive. Ce fut une occasion unique de voir la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, le gouverneur de la Banque centrale russe, Elvira Nabiullina, et le ministre russe des finances, Anton Siluanov, débattre autour de la même table.

404383.jpg

En fait, c’est Siluanov (photo) qui a fait tous les gros titres concernant le SPIEF lorsqu’il a annoncé que la Russie allait abandonner totalement le dollar américain dans la structure de son fonds national souverain et réduire la part de la livre sterling. Ce fonds aura plus d’euros et de yuans, plus d’or, et la part du yen restera stable.

Ce processus de dédollarisation en cours était plus que prévisible. En mai, pour la première fois, moins de 50 % des exportations russes étaient libellées en dollars américains.

Siluanov a expliqué que les ventes d’environ 119 milliards de dollars d’actifs liquides passeront par la Banque centrale russe, et non par les marchés financiers. En pratique, il s’agira d’un simple transfert technique d’euros vers le fonds souverain. Après tout, cela fait déjà des années que la Banque centrale se débarrasse régulièrement de ses dollars américains.

Tôt ou tard, la Chine suivra. En parallèle, certaines nations d’Eurasie, de manière extrêmement discrète, se débarrassent également de ce qui est de facto la monnaie d’une économie basée sur la dette, à hauteur de dizaines de trillions de dollars, comme l’a expliqué en détail Michael Hudson. Sans compter que les transactions en dollars américains exposent des nations entières à l’extorsion d’une machine judiciaire extra-territoriale.

Sur le très important front sino-russe, qui a été abordé lors de toutes les discussions du SPIEF, le fait est que l’association du savoir-faire technique chinois et de l’énergie russe est plus que capable de consolider un marché pan-eurasien massif et capable d’éclipser l’Occident. L’histoire nous apprend qu’en 1400, l’Inde et la Chine étaient responsables de la moitié du PIB mondial.

Alors que l’Occident se vautre dans un effondrement auto-induit, la caravane eurasienne semble inarrêtable. Mais il y a toujours ces satanées sanctions américaines.

La session du club de discussion du Valdai a approfondi l’hystérie : les sanctions servant un agenda politique menacent de vastes pans de l’infrastructure économique et financière mondiale. Nous en revenons donc une fois de plus au syndrome inéluctable du dollar américain servant d’arme, déployé contre l’Inde qui achète du pétrole iranien et du matériel militaire russe, ou contre les entreprises technologiques chinoises.

indexcaldai.jpg

Des intervenants, dont le vice-ministre russe des finances, Vladimir Kolychev, et le rapporteur spécial des Nations unies sur les « effets négatifs des mesures coercitives unilatérales sur la jouissance des droits de l’homme », Alena Douhan, ont débattu de l’inévitable nouvelle escalade des sanctions anti-russes.

Un autre thème récurrent dans les débats du SPIEF est que, quoi qu’il arrive sur le front des sanctions, la Russie dispose déjà d’une alternative à SWIFT, tout comme la Chine. Les deux systèmes sont compatibles avec SWIFT au niveau logiciel, de sorte que d’autres nations pourraient également l’utiliser.

Pas moins de 30 % du trafic de SWIFT concerne la Russie. Si cette « option » nucléaire venait à se concrétiser, les nations commerçant avec la Russie abandonneraient presque certainement SWIFT. En outre, la Russie, la Chine et l’Iran – le trio « menaçant » l’hégémon – ont conclu des accords d’échange de devises, bilatéralement et avec d’autres nations.

Cette année, le SPIEF a eu lieu quelques jours seulement avant les sommets du G7, de l’OTAN et de l’UE, qui mettront en évidence l’insignifiance géopolitique de l’Europe, réduite au statut de plateforme de projection de la puissance américaine.

Et moins de deux semaines avant le sommet Poutine-Biden à Genève, le SPIEF a surtout rendu un service à ceux qui y prêtent attention, en traçant certains des contours pratiques les plus importants du siècle eurasien.

Pepe Escobar

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

vendredi, 04 juin 2021

Le "soft power" russe comme élément tactique de la guerre hybride

unnamedspr.png

Le "soft power" russe comme élément tactique de la guerre hybride

Jonas Estrada

Ex : https://www.geopolitica.ru/es/article/el-poder-blando-rus...

Il est pertinent de mentionner le rôle de l'État russe dans sa stratégie de "guerre hybride" par la mise en œuvre du soft power comme tactique pour influencer ses actions géopolitiques et géoculturelles. Dans de nombreux documents officiels, ainsi que dans les textes d'experts universitaires dans le domaine de la géostratégie et de la géopolitique, le soft power est défini comme l'effort visant à renforcer les affinités linguistiques, culturelles, économiques et religieuses avec les États voisins et à attirer différents groupes d'intérêt. La Russie exerce son soft power par le biais de cinq instruments principaux:

(1) les relations publiques et la diplomatie publique ;

(2) les médias ;

(3) l'Église orthodoxe russe ;

(4) les commissions consacrées à la "correction de l'histoire déformée" ;

et (5) les fondations, associations, clubs et congrès destinés à coordonner une politique commune pour les "compatriotes" et à promouvoir la coopération culturelle et scientifique, la langue et la culture russes au-delà des frontières russes. Le fait qu'ils partagent une affinité culturelle et politique en tant que partie de l'empire russe facilite l'influence actuelle de Moscou.

Bien qu'aucun document de la Doctrine militaire d'État russe ne mentionne explicitement le concept de "guerre hybride", le ministère russe de la défense l'a introduit dans le Livre blanc de la défense en 2003, dans lequel Moscou a défini les conflits futurs comme "asymétriques". Les Russes utilisent trois expressions pour désigner la guerre hybride : nelineynoi voine ("guerre non linéaire") ; setovaya voina ("guerre de réseau" ou guerre en réseau) et neopredelonaya voina ("guerre ambiguë").

Illustration Alice Durand RT Sputnik visages de Moscou.jpg

Le concept de guerre hybride s'inscrit parfaitement dans la tradition originellement léniniste qui considère que la paix n'est qu'un état d'avant guerre. Sous cet angle, le soft power n'est qu'un élément tactique du hard power. Le soft power devient hard power grâce à la diplomatie. Dans le cas de l'Ukraine comme dans celui de la Géorgie, ils montrent qu'il existe sept phases de conversion du soft power en hard power qui développent la stratégie principale de la guerre hybride comme instrument clé du processus d'insubordination géopolitique révisionniste dont le but ultime est de prendre le contrôle, formel ou informel, d'un territoire.

Les trois premières phases visant à accroître la loyauté des compatriotes envers le gouvernement du Kremlin et à la diminuer envers le gouvernement local sont les suivantes:

(1) renforcer les liens linguistiques, culturels et religieux ;

(2) fournir une aide humanitaire (nourriture, médicaments et investissements économiques) ;

(3) articuler différentes politiques spécifiquement destinées aux compatriotes (organisation de congrès, coopération culturelle et scientifique, fondations pour promouvoir la culture russe).

(4) La quatrième phase représente le tournant car elle consiste en la distribution systématique de la citoyenneté russe ("passeports") et la conversion officielle des compatriotes en citoyens russes.

(5) Cette phase est souvent étroitement liée à la cinquième phase, la dezinformatsia ("désinformation"), qui, à l'époque soviétique, était définie comme "le discrédit et l'affaiblissement des opposants et la déformation de la perception de la réalité des cibles choisies". La désinformation est au cœur du processus d'insubordination géopolitique révisionniste. La désinformation consiste avant tout à souligner la souffrance de la population russe en tant que minorité ethnique. Si le gouvernement du pays hôte a l'intention de se rapprocher de l'UE et/ou de l'OTAN, les Russes se sentent menacés par l'Occident et sont en danger pour leur sécurité physique.

(6) La sixième phase implique l'application de la diplomatie humanitaire, la protection. Les documents officiels (la Constitution de la Fédération de Russie) prévoient la possibilité de protéger les compatriotes si deux circonstances se présentent: (1) leur sécurité est menacée; ou (2) des compatriotes (pas nécessairement leurs représentants) demandent l'aide de la Russie.

(7) La septième et dernière phase est l'exercice d'un contrôle formel (réunification de la Crimée) ou informel sur le territoire où vivent les compatriotes (conflits gelés comme le cas de la Transnistrie).

Ces sept phases démontrent que les compatriotes, les russophones, sont le principal instrument du processus d'insubordination géopolitique révisionniste. En ce sens, comme on peut le voir sur la carte, l'Ukraine a été une cible relativement facile pour la Russie dont le plus grand succès en Crimée et dans le Donbass coïncide avec le plus grand pourcentage de population russophone (plus de 60%), ce qui ne signifie pas toujours des Russes ethniques, il y a aussi des Ukrainiens russophones et il faut noter que les Ukrainiens et les Russes sont des Slaves ethniques.

3QQLFDF2C4KV4CAGFGAUQ5ZLLU.jpg

Ukraine : pourcentage de la population ayant le russe comme langue maternelle, par macro-régions

Pour ces raisons, le principal objectif de l'UE dans les pays du partenariat oriental dans le cadre de la politique européenne de voisinage est de soutenir le développement de la démocratie et l'intégration progressive au marché européen. Les instruments pour atteindre cet objectif sont l'aide économique, les conseils politiques et le soutien à la société civile. En termes géopolitiques, cependant, l'OTAN est derrière tout cela, cherchant à encercler la Russie et à empêcher son influence dans l'"étranger proche". Tandis que la Russie, dans le but de concurrencer l'UE, a créé l'Union économique eurasienne (UEEA). Toutefois, son cadre stratégique repose sur trois concepts (utilisés tant dans les documents officiels que par la population russe):

(1) za rubiezhëm ("l'étranger proche");

(2) Ruskii Mir ("le monde russe");

et (3) sootechestvenik ("compatriote", littéralement "celui qui est avec la patrie").

Les principaux objectifs de la Russie dans la région sont à l'opposé de ceux de l'UE: empêcher les pays qui aspirent à se rapprocher de l'UE et de l'OTAN, les empêcher de le faire et maintenir leur "zone d'influence". Les instruments choisis pour y parvenir sont très variés. Ils oscillent entre pouvoir économique (la connexion des infrastructures soviétiques favorise les liens économiques entre la Russie et les pays indépendants), soft power, "coercition douce" (chantage économique sous forme d'embargo sur les produits agricoles en Ukraine, Moldavie et Géorgie), hard coercition (ruptures d'approvisionnement en gaz en Ukraine) et hard power (utilisation de la puissance militaire pour relancer les "conflits gelés" comme en Abkhazie et en Ossétie du Sud en Géorgie, en Transnistrie en Moldavie et au Donbass en Ukraine) et, enfin, la réunification de territoires (Crimée).

mercredi, 02 juin 2021

La Russie s'engage dans le Pakistan Stream

pak.jpg

La Russie s'engage dans le Pakistan Stream

La participation des entreprises russes à la construction du gazoduc pakistanais revêt une grande importance économique et géopolitique.

Le 28 mai, un accord bilatéral sur la construction du gazoduc Pakistan Stream a été conclu à Moscou. Le document a été signé par Nikolay Shulginov, ministre russe de l'énergie, et Shafqat Ali Khan, ambassadeur, au nom du Pakistan. Il a également été annoncé que sa mise en œuvre pratique va maintenant commencer.

Cet accord est en préparation depuis 2015 sous le nom original de "gazoduc Nord-Sud" et il a une signification géopolitique importante pour les deux pays.

Aspects techniques

 Le nouveau pipeline aura une longueur de 1100 kilomètres. Il aura une capacité de transport annuelle de 12,3 milliards de mètres cubes. Le coût est estimé à 2,5 milliards de dollars. Le gazoduc reliera les terminaux de gaz liquéfié des ports de Karachi et de Gwadar, dans le sud du Pakistan, aux centrales électriques et aux installations industrielles du nord. À l'origine, la Russie devait détenir une participation de 51 % et gérer le projet pendant 25 ans. Mais les sanctions occidentales ont bouleversé ces plans. Maintenant, la participation russe sera de 26%. Mais la partie russe aura un droit de regard décisif sur le choix des contractants, sur la conception, l'ingénierie, les fournitures et la construction.

Il existe deux projets potentiels au Pakistan : le gazoduc en provenance d'Iran, qui n'a pas encore été construit, et le gazoduc Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde (TAPI), dont on a beaucoup parlé mais qui n'a jamais été lancé. Ce dernier projet a été gelé en raison de la situation instable en Afghanistan. Par conséquent, le Pakistan Stream est le plus prometteur en termes d'attente d'un retour immédiat une fois sa construction achevée.

Le rôle et les intérêts de la Russie

Si les intérêts du Pakistan sont clairs, la participation de la Russie au projet apporterait un certain nombre d'avantages directs et indirects.

Premièrement, la participation de la Russie au projet lui-même vise à obtenir certains dividendes.

Deuxièmement, la participation russe doit être considérée sous l'angle de la "politique d'image".

Troisièmement, la Russie équilibrera la présence excessive de la Chine au Pakistan, car depuis de nombreuses années, Pékin est le principal donateur et participant dans ces projets d'infrastructure.

Quatrièmement, la Russie étudiera plus attentivement les possibilités du corridor économique Chine-Pakistan afin d'y participer et de l'utiliser comme une porte maritime méridionale pour l'UEE (port en eau profonde de Gwadar). Le gazoduc Pakistan Stream suivra en fait le même itinéraire.

Cinquièmement, étant donné les réserves de gaz naturel au Pakistan même (province du Baloutchistan), la Russie, qui s'est révélée être un partenaire fiable disposant de l'expertise technique nécessaire, pourra, dans quelque temps, participer également au développement des champs gaziers nationaux.

Sixièmement, la présence de la Russie favorisera automatiquement sa participation à d'autres projets bilatéraux ; avec l'économie dynamique et la croissance démographique du Pakistan, elle élargit les possibilités de commerce, d'industrie et d'affaires.

Septièmement, la présence russe renforce la tendance à la multipolarité, surtout dans une situation où l'Inde suit les États-Unis et s'engage dans divers projets suspects et déstabilisants de type "quadrilatéral" (comme l'a mentionné le ministre russe des affaires étrangères Sergey Lavrov).

Pakistan_2002_CIA_map.jpg

Redécouvrir le Pakistan

Début avril, Sergey Lavrov s'est rendu à Islamabad, où il a discuté d'un large éventail de coopérations entre les deux pays, allant de la coopération militaire et technique au règlement de la situation dans l'Afghanistan voisin. Évidemment, ce voyage a également accéléré la signature de l'accord sur la construction du gazoduc (l'autre sujet dans la sphère énergétique était l'atome pacifique). Le président russe Vladimir Poutine a également transmis aux dirigeants pakistanais le message de sa volonté de "faire table rase" dans les relations bilatérales.

L'amélioration et le développement des contacts avec ce pays sont importants pour la Russie en raison de sa position géostratégique. Tant dans le cadre de l'intégration eurasienne actuelle, y compris la conjonction avec l'initiative chinoise "Une ceinture, une route", que dans le cadre de la Grande Eurasie à venir. On peut prévoir les voix des détracteurs de ce rapprochement : "qu'en est-il du soutien aux moudjahidines en Afghanistan dans les années 1980 et de la coopération avec les États-Unis ? Toutefois, le Pakistan ne fait plus partie des alliances avec Washington, et le Premier ministre Imran Khan a déclaré à plusieurs reprises que son pays ne participerait à aucune aventure étrangère. La formule de Carl Schmitt selon laquelle il n'y a pas d'amis et d'ennemis éternels en politique confirme ces changements. En outre, l'engagement du Pakistan avec d'autres pays et sa participation à diverses organisations internationales peuvent également profiter à la Russie.

vendredi, 28 mai 2021

La Troisième Rome et le « Culte de la Victoire »

sundayorthodoxy.jpg

La Troisième Rome et le « Culte de la Victoire »

par Vladimir Karpets

Aujourd’hui, nous pouvons parler ouvertement de développer une « religion civique » en Russie, le « culte de la Victoire », en la combinant avec une « nouvelle idéologie nationale », qui est en gestation depuis longtemps. De plus, pour quelques « nouveaux étatistes » et pour une partie des communistes, incluant le contexte plus large des « soviets », de l’« URSS-2 », etc., c’est presque le salut, alors que pour d’autres, particulièrement les libéraux et les « petits-nationalistes », et même les « régionalistes » (ou séparatistes, si vous préférez), cela cause une tempête d’émotions. La sympathie pour notre armée et opposants politiques de la dernière guerre mondiale unit une variété de groupes : des libéraux aux nazis russes, des oligarques juifs aux antisémites quasi-déments. Malheureusement, certains membres du dénommé « spectre blanc » s’y sont joints, et à notre avis, n’ont fait que pousser les Russes à se détourner de la « cause blanche », d’une sympathie qui était plus répandue au début des années 90. Il faut noter que cela ne concerne pas « le fascisme et l’antifascisme » de l’idéologie nationale-socialiste (c’est une question particulière), mais surtout la campagne militaire de l’Allemagne dans les années 40.

unnameddefvic.jpg

Cependant, le « culte de la Victoire » existe manifestement, et certains pensent qu’il a remplacé (même dans l’Union Soviétique) le « culte de la révolution ». D’autres, au contraire, pensent qu’en le renforçant, nous perpétuons notre « héritage soviétique », rendant le « culte d’Octobre » irrévocable. En tous cas, nous ne portons pas de jugement: que chacun tire ses propres conclusions. Le sens est important, et nous devons commencer par le concept de « religion civique ». N’importe laquelle, mais pas celle-ci… Littéralement, le « citoyen » est un « bourgeois », un simple résident d’une ville. Donc, un paysan ou un militaire n’est pas un citoyen. Un Russe n’est pas un « citoyen », un « monsieur », un « ami » - il peut tout être, même un « cher » ou un « bon homme ». Mais pas un « citoyen ». Un « citoyen » est un « chef » ou un « enquêteur ».

unnameddefvicsol.jpg

Nous devrions prendre cela en compte. Ni la « société civile » ni la « religion civique » ne viennent « de chez nous ». Mais de quoi s’agit-il ? Et quel lien cela a-t-il avec l’Orthodoxie ?

En fait, la Troisième Rome, qui fut nommée aux XVIe/XVIIe siècles (par le Métropolite Zosime à Philothée de Pskov) en relation avec l’héritage de la Nouvelle (Seconde) Rome, l’« Empire des Romains » chrétien (l’empire byzantin) après la chute de l’Empire russe et de l’URSS « athée », légitimise soudain l’héritage de l’Ancienne (Première) Rome avec la Rome préchrétienne et partiellement le début de la Rome chrétienne, ce qui est clairement « spontané ».

Comme nous le savons, l’ancienne Rome avait des cultes religieux parallèles (c’est-à-dire associés à l’Autre monde), qui comportaient un hommage à l’empereur en tant que Pontifex Maximus, le plus grand constructeur-de-pont. L’adoration du « génie de l’Empereur », c’est-à-dire l’« esprit gardien », était accomplie en brûlant de l’encens à coté de sa statue. Nous devons noter que l’encens était brûlé mais qu’il n’y avait pas de sacrifice (et surtout pas de sacrifice humain), ainsi qu’on le suppose parfois, et pas à l’Empereur lui-même mais seulement à son « génie ». Cela n’a rien en commun avec la forme originelle du vrai « paganisme » ontologique, c’est-à-dire les sacrifices humains. En fait, c’est tout à fait différent de ce qui était pratiqué par les plus anciens prêtres et rois (mais pas par tous).

21035934-sculpture-sur-pierre-de-la-déesse-nike-dans-les-ruines-de-l-ancienne-ephèse-en-turquie.jpg

Le véritable « culte de la Victoire » était lié à ce culte qui, en fait, « changea de visage ». L’Autel de la Victoire qui était situé dans le bâtiment du Sénat (la Curie) incluait une statue en or de la Victoire avec des ailes et tenant la couronne de lauriers du vainqueur dans une main. Elle fut placée ici par Octave en 29 av. J.C. L’autel fut enlevé de la Curie par l’Empereur Constantin II en 357, y fut replacé par Julien l’Apostat, puis à nouveau enlevé par Gratien en 382. Cela fut suivi par des changements radicaux. En 381, l’Empereur Théodose le Grand (qui était le co-souverain à cette époque) adopta une loi privant les apostats chrétiens de tous leurs droits civiques. En 382, Gratien refusa de porter le titre de Pontifex Maximus. Après la mort de Gratien, le préfet de Rome Quintus Aurelius Symmachus demanda à plusieurs reprises à Valentinien II de restaurer l’autel. Ses demandes soulevèrent une forte opposition de la part de Saint Ambroise, et Symmachus dit que la destruction de l’Autel de la Victoire était une barbarie injustifiée. Cet autel était « la garantie d’un accord général et de la loyauté de chacun » ; il était le gardien de la gloire de Rome et de la moralité romaine. Toutes les autres demandes pour restaurer l’autel furent rejetées, mais il fut restauré par l’usurpateur Eugène durant son bref règne en 392-394, puis il fut définitivement enlevé du bâtiment du Sénat. Son sort ultérieur est inconnu.

C’était plutôt une cérémonie symbolique, pas un culte ; du moins, nous n’avons aucune information sur de véritables « mises à mort et résurrections » ou à d’autres cultes romains durant cette époque. Si elles étaient réelles, nous en aurions quelques indications. Les sophistes et Socrate ont vécu bien longtemps avant cela, et pourtant les mystères sacrés ont apparemment tout préservé.

En fait, l’Union Soviétique avait à peu près la même chose. En même temps, la nature du culte est la chose importante, et voyons maintenant comment ses participants l’expliquent. Si la victoire soviétique de 1945 fut expliquée par l’invincibilité de l’idéologie communiste ou du « patriotisme du peuple soviétique » (parfois, Staline disait « des Russes »), après le rejet de l’aspect « soviétique », et spécialement après l’effondrement de l’URSS, le renouveau de la mémoire de l’aspect spirituel de la Victoire et le renouveau par Staline de la position de l’Eglise russe et le lien entre la prière des croyants et la victoire militaire commencèrent. Cela s’est conservé, et c’est très bien. De plus, c’est la position de l’Eglise qui était partiellement légitimée et qui légitime encore le pouvoir soviétique pour de nombreux croyants orthodoxes, contribuant ironiquement au « bloc des communistes et des non-membres du Parti » (bien qu’aujourd’hui les deux ont d’une certaine manière échangé leur place: la minorité communiste n’est pas au pouvoir).

Nous devons être honnêtes. Personnellement, j’ai clairement une attitude orthodoxe envers la « Grande Victoire » et je peux voir que tout le monde ne voit pas les choses de cette manière, et je ne parle pas de la « classe créative » et de l’opposition délibérée, mais de la « majorité morale », de la « majorité soviétique », qui a généralement conservé la vision-du-monde « soviétique ». Pour beaucoup d’entre eux, toute révision de la vision soviétique est vue comme une trahison. Il y a beaucoup de gens qui ont cette opinion, et bien sûr, ils ont raison de leur point de vue.

Pendant les années d’anarchie, les libéraux réussirent à discréditer tout ce qui était « non-soviétique ». Ceux pour qui la « marque URSS » s’était transformée en fonds de commerce politique spéculent là-dessus (c’est un phénomène nouveau, mais très caractéristique). Il y a ceux qui ne peuvent pas « accepter » les tragiques antinomies de l’Ancien Testament dans le christianisme, et qui s’orientent donc vers un « nouveau paganisme ». Il y a ceux qui ne sont pas prêts à accepter la base ascétique de l’Eglise et qui remarquent donc avec enthousiasme que les croyants orthodoxes ne la respectent pas, particulièrement les prêtres. Et il y a les simples incroyants (bien que cela soit une illusion). Mais le fait demeure : la « minorité immorale » veut surtout que la « majorité morale » entre en conflit avec l’Eglise. La dernière tentative sérieuse fut faite sous Khrouchtchev, et s’il était resté au pouvoir, elle aurait probablement été victorieuse. Khrouchtchev, contrairement aux « intellectuels athées des années 1920 », misait sur les « gens ordinaires ». Il ne faut pas se faire d’illusions ici.

En général, la situation avec le « culte de la Victoire » rappelle la période entre les règnes de St. Constantin le Grand (306-337) et de St. Théodose le Grand (379-384, co-souverain avec Gratien, –395), le dernier souverain de l’Empire non-divisé. Il fut le premier de tous les empereurs romains à ne pas se faire appeler Pontifex Maximus, et l’empire s’effondra sous son règne. Sans remettre en question la sainteté de St. Ambroise (qui ne dépend pas de sa position politique, mais de ses réussites et de ses dons spirituels), nous pouvons nous demander: Symmaque avait-il politiquement raison, même historiquement? En tous cas, c’est ainsi que cela se passa, et la Nouvelle (Seconde) Rome, entièrement basée sur un christianisme strict, exista pendant plus de mille ans, la durée maximale pour un empire, d’après la théorie des cycles historiques. Et cela sans le culte de la Victoire.

unnamedflorovski.jpg

Le fameux article « L’Empire et le Désert » de l’archiprêtre Giorgy Florovsky fut écrit du point de vue d’un « homme de l’Eglise », l’Ecclesia, et non de l’Empire. Il écrit : « le monachisme n’était pas considéré originellement comme une voie pour des hommes particuliers, mais plutôt comme une application cohérente des vœux chrétiens universaux et obligatoires. Parmi tous les compromis historiques, c’était un appel et un rappel puissant. Mais le pire compromis apparut quand le monachisme fut réinterprété comme une voie exceptionnelle. Non seulement la société chrétienne fut divisée en “religieux” et en “laïcs”, mais l’idéal chrétien lui-même fut rejeté, ce qui introduisit une distinction insidieuse entre “essentiel” et “mineur”, “obligatoire” et “optionnel”, entre “règle” et “conseil”. En fait, toutes les “règles” chrétiennes sont des conseils, et tous les “conseils” sont obligatoires. L’esprit de compromis s’introduit dans la réalité chrétienne, quand “bon” à la place de “meilleur” est officiellement permis et même encouragé. Ce compromis est peut-être presque inévitable, mais il doit être honnêtement reconnu comme un compromis ».

Florovsky, dont le parcours est très caractéristique, commença ses œuvres scientifiques et littéraires en tant que patriote orthodoxe russe et membre du mouvement eurasiste, et termina sa vie en œcuméniste convaincu et en partisan de la politique US. Le lien épistémologique entre l’« Empire » et le « désert » est facilement visible dans son cas. Florovsky était un partisan du « Christianisme raffiné » et n’aimait pas l’idée d’Empire. D’une manière générale, c’est une position « judéo-chrétienne » et pas « helléno-chrétienne », bien que l’archiprêtre Georgy était ethniquement russe.

C’est la position de la « justesse destructrice ». On peut reconnaître la justesse de la vision de l’archiprêtre Georgy. L’Empire était un compromis, spécialement dans des questions importantes comme le mariage, la vie de famille, et l’ascétisme. Il y a de nombreuses indications historiques que la persécution des chrétiens ne fut pas associée au refus de « brûler de l’encens » en hommage à l’Empereur, mais au refus (spécialement de la part des femmes chrétiennes) d’une vie sexuelle, incluant le mariage, ce qui causa l’irritation de la foule romaine. Oui, quand l’Empire refusa d’accepter cela, une grande partie des évêques accepta l’impératif du mariage du corps « pour le bien du monde », puisque « le sel commençait à perdre de son pouvoir ». Mais le contraire est vrai aussi, à savoir la « pratique religieuse »  régulière et l’« ascétisation » de l’Empire. La transformation complète en église, avec toutes ses conséquences, aurait signifié son autodestruction. La position juste de Florovsky est morte, et même sacrifiée. Non seulement un « compromis » était nécessaire, mais aussi une  « justification du compromis ». De même qu’au temps de l’URSS, il y avait besoin d’une justification du « compromis de Souslov » entre le socialisme « révolutionnaire » et le socialisme « réel », et peu de gens à part Souslov comprenaient cette « dialectique défensive ». Maintenant cela ne compte plus : il n’y a plus d’Union Soviétique, et le « marxisme-léninisme » est mort. Mais la combinaison du « chrétien » et du « pas trop chrétien » dans la société russe moderne est extrêmement importante.

En fait, cela revient en fin de compte à la relation entre « Rome et Jérusalem ».

Ivan_the_Terrible_cropped.jpe.jpg

Il y eut des tentatives de construire la Nouvelle Jérusalem à l’intérieur de Moscou : le Palais de l’Opritchina d’Ivan le Terrible. La foudre l’incendia, mais personne ne fut brûlé. Le Tsar comprit (il comprenait toujours tout) que la construction devait être stoppée. Boris Godounov voulut reconstruire le Kremlin en accord avec l’image de Jérusalem; le sort de Moscou durant le Temps des Troubles est bien connu. Le patriarche Nikon le construisit près de Moscou, mais pas à Moscou. La situation fut compliquée par la réforme désastreuse, incluant la « réforme du Livre » – elle eut bien lieu, mais le monastère fut construit quand même.

Dans le contexte soviétique laïc, « inférieur », nous pouvons réduire le problème aux concepts de compromis d’une part, et d’utopie d’autre part. Durant les années soviétiques, peu avant la fin de l’Union Soviétique, le même utopisme (bien que différemment interprété) apparut dans les appels à « faire de Moscou une ville communiste modèle » (ironiquement, selon Florovsky).

Nous devons revenir directement au culte. La liturgie orthodoxe est claire maintenant. « Le culte de la Victoire », tel qu’il existait à Rome, n’était pas vraiment religieux. S’il en avait quelques éléments (brûler de l’encens, comme un écho du sacrifice des victimes), nous n’en avons aucun. Le « culte de la Victoire » est stérile. Oui, le « culte de la Victoire » est une sorte de religion (un lien entre les gens de ce monde et de l’Autre monde) de la « majorité morale » nationale-soviétique, qui continue à être soviétique (sans porter de jugement), en dépit de la « minorité créative et immorale ».

Mais, à la différence du vieux christianisme romain et du vieux « paganisme » romain, l’Orthodoxie et le « culte de la Victoire » dans l’actuelle période de transition de la « Nouvelle Russie » ne se contredisent pas, comme aujourd’hui dans la controverse entre l’Orthodoxie et, par exemple, le « nouveau paganisme ». Ce dernier aspire en fin de compte à remplacer le christianisme dans la vie du peuple russe. De plus, il est prêt à devenir une alternative à l’Europe postchrétienne libertarienne. Mais le « culte de la Victoire » n’a pas de telles intentions. C’est une forme largement spontanée de « sentiment populaire » qui ne coïncide pas complètement avec l’esprit de l’Eglise, mais qui ne le contredit pas non plus.

Le « culte de la Victoire », qui s’est graduellement développé en Union Soviétique non sans l’appui de cercles militaires influents, n’a jamais été anti-orthodoxe (comme l’« athéisme scientifique ») ni désireux de « brûler de l’encens à des idoles ». Nous pouvons voir l’anti-Orthodoxie dans d’autres fêtes soviétiques comme le 7 novembre, le 1er mai (la « Nuit de Walpurgis »), et le 8 mars, mais pas le 9 mai (bien que la guerre se soit terminée le 6 mai en souvenir de St. Georges). Le service de mémorial de l’Eglise le Jour de la Victoire n’est pas opposé à l’Etat ou à la compréhension purement impériale de celui-ci sans affecter le communisme ou le marxisme, étant en même temps dans une « zone de l’Année » avec la Radonitsa [le « Jour de la Joie », la commémoration des défunts, dans le calendrier orthodoxe, NDT] et le samedi de la Trinité. Cela devient plus évident de nos jours. Oui, c’est la Nouvelle Jérusalem à l’intérieur des frontières de la Troisième Rome. Pas séparée, mais pas fusionnée. Cela reflète en fait la manière dont le Patriarche Nikon construisit son projet près de Moscou.

radonitsa-russe.jpg

En même temps, nous avons reçu une réponse directe à la question cachée. L’année dernière, le Jour de la Victoire nous a montrés exactement ce qu’il devait être. Nous parlons de l’apparition, en fait, du Régiment Immortel.

Les morts sont venus. En personne. Directement et immédiatement.

Ils sont venus après que le requiem et le lithium aient été prononcés. Ils sont venus, ont assisté à toutes les prières ici et là, invisibles. Ils sont venus vers chacun de nous : vous, lui, et elle, dans les rues de nos villes. Vers ceux qui ont foi en Dieu, et vers ceux qui pensent qu’il ne croit pas en eux. C’est aussi vrai que pour ceux qui pensent qu’ils ne croient pas en Dieu, mais qui croient tout de mème en lui, comme c’était le cas à l’époque soviétique, sous l’apparence du « Il n’y a pas de Dieu ».

L’athéisme soviétique, russe en fait, était la théologie apophatique de la Sainte Russie. La vie apophatique soviétique est « la manière dont l’acier fut trempé », et la théologie apophatique soviétique est la « Terre » de Dovzhenko : « notre terre noire » sur laquelle ils dansent.

Mais il n’y a pas de retour vers cet athéisme. Plus probablement, c’était la seule épiphanie dans son genre. L’athéisme d’aujourd’hui, même celui de Nevzorov, qui est russe, que cela lui plaise ou non (il est « le héros de Dostoïevski » qu’on peut parfaitement voir « sans rayons X »), n’est pas l’athéisme de l’Union Soviétique mais se dirige à toute vapeur vers l’Occident légal libertarien. Mais c’est la « seconde mort », et pas celle de Pavel Korchagin.

Les morts russes rendent visite aux vivants russes, pratiquants ou non, justes ou pécheurs ! Le Jour de la Victoire russe.

Ainsi, nous pouvons tirer des conclusions politico-historiques.

Le Jour de la Victoire est une célébration de la victoire, ou plutôt des victoires du passé et du futur, de tout le monde russo-slave, en Eurasie, contre l’Europe Unie – depuis l’usurpation de l’Empire carolingien jusqu’à l’(inévitable) Union Européenne. Oui, l’image historique de la victoire fut faite à partir de la victoire sur Hitler. Mais plus sérieusement, cela n’a aucun rapport avec le combat entre les deux « idéologies de la modernité », le fascisme et le communisme. Pour être plus précis, ceux-ci représentent une réalité complètement différente, et aujourd’hui cela apparaît de plus en plus. Ceux qui parlent de fascisme et de communisme concernant le Jour de la Victoire se trompent ou trompent les autres, même inconsciemment.

La corrélation entre l’Orthodoxie et le culte de la Victoire représente la situation réelle. En participant au « Régiment Immortel » de l’an dernier, qui unissait les vivants et les morts, les orthodoxes, les musulmans, les bouddhistes, les « nouveaux païens » et tous les autres, incluant bien sûr les athées (dont on ne discutera pas maintenant), le Chef de l’Etat, le Dirigeant Suprême – qu’il ait des pouvoirs limités ou soit idéalement le Tsar, l’Empereur – se révélait ici et maintenant comme étant le Pontifex Maximus de l’Ancienne Rome. Après tout, d’une façon ou d’une autre, le « Régiment Immortel », incluant « nos morts », est en fait d’une nature religieuse.

Poutine a bien fait les choses. Lorsqu’on lui suggéra de célébrer le Jour de la Victoire comme une fête orthodoxe, il dit « non », mais ajouta immédiatement qu’il était un croyant orthodoxe. Ainsi, il montrait la distance les séparant. En coupant court à toute autre discussion sur ces questions, il disait silencieusement que nous ne devions pas nous presser, car il n’est pas le Tsar, et qu’il n’y a pas encore de Tsar. Sous un Tsar, tout serait différent. Après tout, « Poutine » vient du mot russe « put’ », signifiant « la voie » ou « le chemin ».

Mais même sous le Tsar, la symphonie moderne de l’Eglise et de l’Etat ne peut pas être très différente de l’ancienne, qu’elle soit romaine ou russe. Le retour à un « mécanisme de foi » étatique est impossible. Interdire le blasphème et la propagande antichrétienne est impossible. Il n’y a pas d’« Inquisition de la confession ».

unnamedicfamimp.jpg

La foi est approuvée par le Tsar et par le Tsar. Les gens sont renforcés dans leur foi en regardant le Tsar, sa femme, et leurs enfants. Mais pour l’instant, il est trop tôt pour parler de cela. Le Tsar n’est pas encore apparu.

Cependant, la participation du Chef de l’Etat au « Régiment Immortel » et, en fait, le fait qu’il le dirige – avec le rang de colonel ! – est le premier pas vers un retour à la légitimité du gouvernement russe pour la première fois depuis février et mars 1917. Ce sont les premiers pas vers la restauration de la légitimité multilatérale de l’Etat – sa cristallisation, sa symphonie, sa synergie.