Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 12 juillet 2024

Modi et Poutine définissent le profil de l'axe Moscou-Delhi

-1mpx-1.jpg

Modi et Poutine définissent le profil de l'axe Moscou-Delhi 

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/modi-e-putin-stanno-definendo-lo-scheletro-dellasse-mosca-delhi

Modi et Poutine définissent le profil de l'axe Moscou-Delhi, l'une des structures de soutien les plus importantes de l'ordre mondial multipolaire.

Bharat (alias l'Inde) est une civilisation-état. La Russie-Eurasie est un autre État-civilisation. Il est essentiel de clarifier les relations entre eux - sur le plan géopolitique, économique et culturel.

Aujourd'hui, nous apprenons tous à penser de manière multipolaire, dans le cadre d'un système non linéaire.

Empiriquement, je suis arrivé à une hypothèse: pour qu'un système multipolaire soit stable, chaque pôle ne doit pas avoir plus d'un adversaire principal. Si, pour nous, l'adversaire principal est l'Occident, tous les autres pôles doivent être des alliés. Tous les autres doivent construire leurs alliances de la même manière. Seuls ceux qui prétendent à l'hégémonie mondiale et cherchent à établir un modèle de domination unipolaire peuvent se permettre d'avoir plus d'un adversaire, mais c'est ce qui causera leur perte.

D'un point de vue pragmatique, il est important pour l'hégémon que les autres pôles aient plus d'un adversaire et il est souhaitable que l'Occident lui-même n'en ait pas. Il est souhaitable que l'Occident lui-même n'en fasse pas partie. De cette manière, il sera facile de contrôler ce pôle.

L'Inde a des problèmes avec la Chine et, dans une moindre mesure, avec le monde islamique (par l'intermédiaire du Pakistan, mais pas seulement). C'est ce qui pousse l'Inde vers un rapprochement avec l'Occident, envers lequel l'Inde a cependant aussi des comptes à régler (héritage du colonialisme) ; il faut donc que l'Inde réfléchisse plus clairement à la logique du multipolarisme et la Russie, avec laquelle l'Inde n'a pas la moindre contradiction, est en mesure de l'y aider.

La Russie se trouve aujourd'hui sur la ligne de front de la guerre avec l'hégémon, de sorte que la construction du multipolarisme et la promotion de sa philosophie deviennent naturellement notre mission.

jeudi, 11 juillet 2024

Sergueï Karaganov et la politique de dissuasion de la Russie

external-content.duckduckgo.com_.jpg

Sergueï Karaganov et la politique de dissuasion de la Russie

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/07/02/sergei-karaganov-ja-venajan-pelotepolitiikka/

Sergueï Karaganov, un politologue russe qui était également proche des cercles de politique étrangère occidentaux dans les années 1990 et 2000, affirme que la Russie devrait faciliter le démantèlement de l'hégémonie américaine par une "politique de dissuasion plus active".

Karaganov n'est pas un propagandiste de la politique étrangère russe, mais les opinions qu'il publie s'adressent principalement à l'élite politique russe ainsi qu'à la communauté stratégique internationale. Karaganov voit le monde à travers le prisme pragmatique de la realpolitik et ne se laisse pas aller à la sensiblerie.

"Si l'élite libérale-mondialiste actuelle quitte le pouvoir, les États-Unis pourraient même redevenir un facteur d'équilibre mondial relativement constructif, comme c'était le cas avant la seconde moitié du 20ème siècle", souligne Karaganov, qui connaît bien les initiés occidentaux.

Il note froidement que, malgré tout, "il n'y a pas de conflits non résolus entre la Russie et les États-Unis". "Les contradictions actuelles découlent de l'expansion américaine, qui a été facilitée par notre faiblesse et notre stupidité dans les années 1990, ce qui a contribué à la montée spectaculaire des sentiments hégémoniques aux États-Unis".

Aujourd'hui, les États-Unis traversent une crise interne et l'élite actuelle ne cesse d'éroder le "soft power" ou l'influence idéologique de Washington dans le monde. "Une politique de dissuasion rigoureuse devrait créer les conditions nécessaires pour que l'Amérique devienne une superpuissance normale", conclut M. Karaganov.

101185914-european-union-twelve-star-flag-torn-and-with-knots-in-wind-on-blue-sky-background-close-up-flag-is.jpg

L'Europe, autrefois "phare de la modernisation pour la Russie et de nombreuses autres nations", se dirige, selon M. Karaganov, "vers un vide géopolitique" et "malheureusement aussi vers une décadence morale et politique". L'euro-bureaucratie de Bruxelles a déjà "isolé la Russie de l'Europe par des ordres venus de l'extérieur".

Le désengagement de la Russie de l'Europe est "une épreuve pour de nombreux Russes, mais elle doit être surmontée le plus rapidement possible". L'analyste chevronné souligne que "la clôture n'est pas totale, bien sûr, et qu'elle ne doit pas devenir un principe".

À l'avenir, la coopération devrait être établie principalement avec les pays européens qui s'y intéressent réellement et qui sont intéressants du point de vue de la Russie.

Un élément important de la nouvelle doctrine de politique étrangère de la Russie devrait être une "stratégie idéologique offensive". Selon M. Karaganov, "les tentatives de plaire à l'Occident et de négocier avec lui sont à la fois moralement et politiquement négatives".

61388867-61A4-4AAE-B78E-D3EEEC513217.jpeg

"Lorsque la Russie a lancé à titre préventif (bien que tardivement) ses opérations militaires contre l'Occident, elle ne s'est pas appuyée sur de vieilles hypothèses et ne s'est pas attendue à ce que l'ennemi déclenche une guerre de grande envergure. Ainsi, la Russie n'a pas utilisé de tactique de dissuasion active dès le départ", a critiqué l'expert en politique étrangère et de sécurité.

Pour M. Karaganov, l'opération militaire spéciale "doit être poursuivie jusqu'à la victoire". "Nos ennemis doivent comprendre que s'ils ne reculent pas, la patience légendaire de la Russie s'épuisera et la mort de chaque soldat russe sera payée par des milliers de vies de l'ennemi.

Le seul objectif raisonnable pour l'Ukraine est "la libération et la réunification avec la Russie de l'ensemble des régions méridionales et orientales et (probablement) du bassin du Dniepr". Les régions occidentales, en revanche, "feront l'objet de négociations futures". Pour M. Karaganov, la meilleure solution pour elles serait "la création d'un État tampon démilitarisé".

"Un tel État serait un lieu de résidence pour les habitants de l'Ukraine actuelle qui ne veulent pas être citoyens russes et vivre selon les lois russes. Pour éviter les provocations et les migrations incontrôlées, la Russie devrait construire une clôture à la frontière de l'État tampon".

La politique de sécurité de la Russie devrait "se fonder sur l'hypothèse que l'OTAN est un groupement hostile qui a démontré à maintes reprises son agressivité et qui mène en fait une guerre contre la Russie. Par conséquent, toute attaque nucléaire contre l'OTAN, même préventive, est moralement et politiquement justifiée".

"Cela s'applique principalement aux pays qui soutiennent le plus activement la junte de Kiev", prévient M. Karaganov. "Les anciens et surtout les nouveaux membres de l'alliance doivent comprendre que leur sécurité a été considérablement affaiblie depuis qu'ils ont rejoint l'alliance militaire.

Le faucon russe affirme que "si la Russie devait lancer une attaque préventive de représailles contre un pays de l'OTAN, les États-Unis ne réagiraient pas". Il doute que la Maison Blanche et le Pentagone soient prêts à détruire des villes américaines "pour Poznan, Francfort, Bucarest ou Helsinki".

La politique nucléaire de la Russie et la menace de représailles devraient également empêcher l'Occident de déployer massivement des armes biologiques ou cybernétiques contre la Russie ou ses alliés. Il faut "mettre un terme à la course aux armements menée dans ce domaine par les États-Unis et certains de leurs alliés".

Selon M. Karaganov, l'abaissement du seuil d'utilisation des armes nucléaires et l'augmentation de leur rendement minimal sont également nécessaires pour rétablir la fonction perdue de la deuxième dissuasion nucléaire : la prévention des guerres conventionnelles à grande échelle.

"Les planificateurs stratégiques de Washington et leurs hommes de main européens doivent comprendre que le fait d'abattre un avion russe ou de continuer à bombarder des villes russes entraînera une punition sous la forme d'une frappe nucléaire (après une frappe de dissuasion non nucléaire). Ils pourraient alors prendre sur eux de renverser la junte de Kiev", estime M. Karaganov.

107072604-Thumbnail_Digital_Originals_How_to_be_NATO_Clean.jpg

Il suggère que la Russie devra modifier - quelque peu publiquement - la "liste des cibles des représailles nucléaires". Les nouveaux membres de l'OTAN, la Finlande et la Suède, figureront-ils sur cette liste ? "Nous devons réfléchir soigneusement à qui nous allons intimider exactement. La menace de représailles doit être suffisamment dissuasive pour une oligarchie mondialiste qui ne se soucie pas de ses propres citoyens", suggère M. Karaganov.

"La plupart des États les plus effrontément agressifs sont des États côtiers. L'oligarchie mondialiste et l'État profond ne doivent pas espérer échapper aux tsunamis provoqués par les torpilles nucléaires russes Poséidon ", prévient M. Karaganov.

"L'amélioration de la crédibilité et de l'efficacité de la dissuasion nucléaire est nécessaire non seulement pour mettre fin à la guerre que l'Occident a déclenchée en Ukraine, mais aussi pour permettre à l'Occident de jouer pacifiquement un rôle beaucoup plus modeste, mais, espérons-le, plus digne, dans le futur système mondial", ajoute-t-il plus amicalement.

La dissuasion nucléaire est avant tout nécessaire pour prévenir l'escalade des conflits et éviter une "ère de guerre" potentielle.

Karaganov recommande de "reprendre les essais nucléaires dès que possible après des négociations avec les États amis". "D'abord sous terre, et si cela ne suffit pas, en faisant exploser la Tsar Bomba-2 à Novaya Zemlya, tout en prenant des mesures pour minimiser les dommages environnementaux".

Si les États-Unis devaient procéder à un essai similaire en réponse, cela "ne ferait que renforcer l'effet universel de la dissuasion nucléaire". En tout état de cause, "le dialogue avec la majorité des principaux pays du monde sur le contenu et la modernisation de la politique de dissuasion nucléaire doit être développé immédiatement".

Karaganov est conscient que nombre de ses propositions seront critiquées. Même Poutine ne voit pas la nécessité de procéder à des essais nucléaires. Toutefois, M. Karaganov estime que les spéculations sur la politique de dissuasion se sont avérées utiles. "Les Américains ont rapidement cessé de dire que la Russie n'utiliserait jamais d'armes nucléaires en réponse à l'agression occidentale en Ukraine".

Karaganov pense que le débat sur cette question se poursuivra, "à la fois publiquement et à huis clos, avec des experts de la majorité des principaux pays du monde et, à l'avenir, avec des représentants du monde occidental qui a survécu [à l'hybris]".

La déception de Zelensky et le mécontentement de l'Occident. Avec quoi Modi est-il arrivé en Russie?

Zkhv5EnN0KbdWD4lEO0t7Pu6MulpeCwaKWnn7BCA.jpg

La déception de Zelensky et le mécontentement de l'Occident. Avec quoi Modi est-il arrivé en Russie?

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/razocharovanie-zelenskogo-i-nedovolstvo-zapada-s-chem-modi-pribyl-v-rossiyu

Arrivé à Moscou le 8 juillet, le Premier ministre indien Narendra Modi a décrit la Russie comme "l'ami de tous les temps" de l'Inde et a salué le rôle de premier plan joué par Vladimir Poutine dans le renforcement des relations bilatérales au cours des deux dernières décennies. Le Premier ministre a également déclaré que pendant longtemps, le monde a connu un "ordre mondial centré sur l'influence". "Mais ce dont le monde a besoin aujourd'hui, c'est de fusion, et non d'influence, et personne ne peut transmettre ce message mieux que l'Inde, qui a une forte tradition de culte de la fusion", a-t-il déclaré.

Comment interpréter ces propos ? A priori, le Premier ministre indien appelle à une sorte de convergence. Cependant, l'Orient étant un sujet délicat, cette phrase peut être interprétée à la fois comme une fusion de plusieurs courants et comme une influence mutuelle.

Lors d'une rencontre avec la diaspora indienne à Moscou le 9 juillet, Modi a souligné que "les Indiens en Russie renforcent les liens bilatéraux, contribuent au développement de la société russe... Dès qu'ils entendent le mot "Russie", tous les Indiens pensent que c'est un ami fiable, un ami dans la joie et dans la peine...".

Sans aucun doute, une telle "fusion" est tout à fait louable, bien qu'il faille tenir compte de certaines subtilités mentales et spirituelles, car n'importe qui peut devenir Russe (orthodoxe ou musulman), mais pour professer l'hindouisme, il faut être né hindou.

hmodomigh.jpg

Et compte tenu de l'idéologie nationaliste de l'hindouisme que Modi et ses partisans suivent, il vaut probablement la peine d'examiner comment de tels amalgames ont eu lieu en Inde. Il suffit de penser à l'amendement de la constitution indienne concernant le statut de l'État du Jammu-et-Cachemire, qui a perdu son statut spécial et son autonomie en août 2019. En d'autres termes, New Delhi a lancé un mécanisme d'intégration plus stricte.

Cependant, la position de la Russie sur la crise ukrainienne et la Novorossiya a été exposée à Modi de manière assez détaillée, de sorte que même s'il a abordé les pourparlers de paix, il l'a fait plutôt délicatement, se contentant de proposer l'aide de l'Inde si cela s'avérait nécessaire.

De toutes les questions liées au conflit ukrainien, Modi était plus intéressé par le sort des citoyens indiens qui ont rejoint les forces armées russes. Selon les médias indiens, Vladimir Poutine a accédé à la demande du Premier ministre indien de renvoyer tous ceux qui souhaitent retourner en Inde. Selon des sources au fait de la décision, les ordres ont été donnés après "l'intervention directe" de Modi. "Nous nous attendons à ce que le renvoi ait lieu dans les semaines à venir dans les différents lieux où ils servent ou sont déployés", ont déclaré ces sources à The Hindu sous le couvert de l'anonymat.

Les médias indiens rapportent également que la question a déjà été discutée avec Sergey Lavrov lors du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai à Astana.

Il convient de noter que les États-Unis ont fait part à l'Inde de leur inquiétude concernant ses relations avec la Russie, a déclaré lundi un fonctionnaire du département d'État à la presse. L'Inde a toutefois rejeté les préoccupations du département d'État, soulignant qu'elle "a toujours appelé au respect de la charte des Nations unies, y compris l'intégrité territoriale et la souveraineté". Il n'y a pas de solution sur le champ de bataille. Le dialogue et la diplomatie sont la voie à suivre".

Cette décision ne vise pas seulement à renforcer les liens de l'Inde avec la Russie, mais aussi son influence dans les relations avec les États-Unis et d'autres pays occidentaux... La coopération de longue date en matière de défense fait qu'il est difficile de remplacer à court terme la position de la Russie dans le secteur de la défense de l'Inde. Si les États-Unis souhaitent remplacer progressivement la Russie en tant que principal fournisseur d'armes de l'Inde, il ne fait aucun doute que cette transition prendra du temps.

Mais il est crucial pour un grand pays comme l'Inde de maintenir une relation stable avec la Russie et de poursuivre la coopération dans l'industrie de la défense".

Citant Lun Xingchun, professeur à l'école des relations internationales de l'université d'études internationales du Sichuan, la publication écrit également que "Actuellement, l'Occident est plus enclin à enflammer les relations entre la Chine, la Russie et l'Inde pour tenter de semer la discorde entre les trois pays. En fait, l'Occident lui-même pourrait avoir plus de raisons de s'inquiéter, car il espère que l'Inde s'opposera à la Russie en se joignant à l'Occident, notant que la politique étrangère de l'Inde vise à maintenir un équilibre, sans pencher complètement d'un côté ou de l'autre, afin de poursuivre ses propres intérêts.

Les intérêts propres de l'Inde sont peut-être la caractérisation la plus précise de la stratégie intelligente de New Delhi. Toutefois, il est impossible d'échapper aux intérêts russes lorsqu'il s'agit de la coopération entre les deux géants eurasiens. Et dans le contexte de la transformation mondiale, il s'agit bien sûr aussi pour l'Inde de devenir un pôle plus indépendant, ce qui cadre bien avec les aspirations de la Chine et de la Russie à construire un ordre mondial multipolaire.

_129663144_db648ed957a536a976a12ef0449fa856e8ec4983.jpg

Mais les médias occidentaux se sont concentrés sur le fait que l'Inde a acheté pour 46,5 milliards de dollars de pétrole russe en 2023, alors qu'en 2021 le montant n'était que de 2,5 milliards de dollars. Les évaluations politiques sont dominées par l'idée que pour la Russie comme pour l'Inde, le développement de leurs relations bilatérales est important pour faire contrepoids à l'influence de la Chine. La conclusion est que la visite de Modi a montré au monde que la Russie n'est pas aussi isolée que l'Occident le voudrait.

Le New York Times a également cité Vladimir Zelensky, qui a décrit la visite comme "une énorme déception et un coup dur pour les efforts de paix". Bloomberg n'a pas oublié de mentionner que Poutine accueille Modi après avoir lui-même déclaré que la Russie et la Chine étaient à l'apogée de leurs relations bilatérales. Et Modi lui-même s'est rendu à Moscou après une récente visite en Inde d'une délégation de hauts fonctionnaires américains intéressés par une coopération dans les domaines de la technologie, de la sécurité et de l'investissement.

Alors que les médias occidentaux déplorent que New Delhi ne suive pas Washington, l'agenda constructif de la visite de Narendra Modi se poursuit. Le 9 juillet, il a visité la tombe du soldat inconnu et l'exposition Rosatom avec Vladimir Poutine, après quoi des entretiens officiels ont débuté au Kremlin.

La délégation comprenait, outre le Premier ministre indien, le ministre des affaires étrangères Subramanyam Jaishankar, plusieurs autres hauts fonctionnaires du ministère indien des affaires étrangères et Ajit Doval, le conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre.

Du côté russe, le ministre des affaires étrangères, Sergey Lavrov, le premier vice-premier ministre, Denis Manturov, le ministre des finances, Anton Siluanov, le directeur du service fédéral de coopération militaro-technique, Dmitry Shugaev, et le PDG de Rosneft, Igor Sechin, ont participé aux discussions.

Les discussions ont débouché sur une déclaration commune, selon laquelle la Russie et l'Inde prévoient de développer leur coopération dans de nombreux domaines.

Les pays ont convenu d'atteindre un volume d'échanges mutuels de plus de 100 milliards de dollars d'ici 2030, de développer les règlements en monnaie nationale, d'optimiser les procédures douanières et d'augmenter le volume des marchandises. Il est envisagé de développer la coopération dans l'industrie nucléaire, le raffinage du pétrole, l'énergie, la construction automobile et navale, le développement et la fourniture de médicaments et d'équipements médicaux, ainsi que dans de nombreux autres domaines.

La Russie et l'Inde ont convenu de développer une sécurité indivisible en Eurasie et d'intensifier les processus d'intégration ; elles ont souligné la nécessité d'une résolution pacifique du conflit ukrainien par la diplomatie et l'implication des deux parties.

EjoaGksWkAA-lq2.jpg

Il a été rapporté précédemment que l'Inde était intéressée par la participation de la Russie à la construction de nouveaux réacteurs nucléaires en Inde et à la fourniture de combustible. Au début des années 2000, les États-Unis ont activement empêché l'entrée de la technologie nucléaire en Inde, mais ils ont ensuite assoupli leur position, en tenant compte du fait que les États-Unis seraient eux-mêmes le fournisseur. Apparemment, New Delhi a décidé de se débarrasser définitivement de cette dépendance et de s'assurer le soutien de la Russie.

Un accord similaire a été conclu sur un approvisionnement ininterrompu et garanti en pétrole au cours des prochaines années.

Le renforcement de la coopération militaro-technique a également été discuté. Il convient de noter que, selon les données du SIPRI, Israël représente la plus grande part des importations d'armes de l'Inde (48%), tandis que la Russie arrive en deuxième position (28%), alors qu'il y a dix ans, sa part était d'environ 70%. Il est donc plus juste de parler non pas de début, mais de rétablissement des relations dans ce domaine.

Les résultats de la visite du chef d'État indien peuvent être qualifiés de très fructueux pour les deux parties. Le changement de vecteur de la Russie vers l'Est et le Sud se poursuit. Et comme l'Inde est déjà la troisième économie mondiale, les projets conjoints présentés indiquent qu'au moins dans les cinq prochaines années, la coopération bilatérale atteindra de nouveaux sommets et apportera des avantages significatifs aux deux pays.

Cela sera confirmé une fois de plus lors du sommet BRICS+ à Kazan en octobre, où Modi a été invité, ainsi que lors du 23ème sommet des deux pays en Inde en 2025, où Vladimir Poutine a été invité.

mercredi, 10 juillet 2024

Instagram et l'idéologie libérale

65f80d21e27001ec5ca19708_207a8b59e8561ce9f1536384e2705f670abdc96f-1140x620.png

Instagram et l'idéologie libérale

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/instagram-e-lideologia-liberale

Nous sommes très proches du point de non-retour pour le libéralisme, non seulement en Russie, mais aussi dans le monde entier. Sans une catastrophe, les élites libérales ne seront plus en mesure de maintenir leur pouvoir sur l'humanité. L'échec de Biden lors du récent débat avec Trump est un symptôme très significatif. Il en va de même pour les succès des populistes de droite en Europe, où Orban est en train de devenir une figure symbolique importante.

En Russie, franchement, il n'y a toujours pas eu de purge pour nous débarrasser des libéraux parce que pratiquement rien n'a été demandé à personne. Ceux qui se sont enfuis, d'accord, mais ils peuvent toujours revenir. Quelque part dans les hautes sphères du pouvoir en Russie, il y a un blocus qui empêche encore les réformes patriotiques attendues depuis longtemps.

De l'extérieur, on a l'impression qu'elles ont déjà été faites et que tous les vrais dirigeants du monde veulent être comme Poutine, s'assimiler à lui. Mais de l'intérieur, et en particulier au sein des élites, les choses sont loin d'être aussi simples. Il y a une attente de paix et l'état d'esprit suivant:  "pour l'argent, oui". Cette tendance n'a pas été inversée et la philosophie d'Instagram domine toujours, au mépris des valeurs traditionnelles.

En Russie, c'est comme si deux mondes existaient : celui de l'héroïsme militaire, qui paie le prix du sang, et celui de la Ville. Deux planètes différentes.

En proportion, bien sûr, on évolue vers l'héroïsme, mais le blocage le plus puissant contre les nécessaires réformes illibérales à tous égards se trouve aux plus hauts niveaux du système. Il ne s'agit pas seulement d'inertie, mais d'un véritable sabotage idéologique au détriment de la civilisation. L'épisode Bastrykin, qui a pris le parti de la population dans la question des migrants, et les convulsions qui ont suivi montrent à quel point les choses ont mal tourné.

Les poursuites pénales à l'encontre de hauts fonctionnaires du ministère de la défense semblent confirmer le bien-fondé de certains accès de colère extrêmes et erronés (sans doute) du parti des héros de la ligne de front il y a un an. Les méthodes sont catégoriquement mauvaises, mais tant que nous ne commencerons pas à compter avec des contenus de type Instagram, nous ne verrons pas la Victoire. Et en attendant, le sang coule à flots.

Oui, et au fait, nous avons annulé l'USE, annulé le système de Bologne, c'est vrai, mais qui l'a introduit? Qui nous l'a imposé par la force, en brisant la colonne vertébrale de ceux qui n'étaient pas d'accord? S'est-il imposé de lui-même? Et pourquoi avons-nous oublié leurs noms? Et quels postes occupent-ils aujourd'hui? Il en va de même pour tout le reste.

Nous devons entrer dans un nouveau cycle historique de la manière la plus sérieuse et la plus systématique possible. Poutine a posé les jalons. Maintenant, en retroussant nos manches, nous devons commencer à construire une nouvelle société et un nouvel État - sur la base des valeurs traditionnelles et de la mission du monde russe. L'expédient que je nomme "pour l'argent, oui" doit être détruit, il doit être éradiqué en tant qu'attitude. Après tout, selon cette mentalité, à partir d'une petite somme, d'une escort-girl ou d'un pot-de-vin, il faudra un jour ou l'autre vendre la patrie et l'âme immortelle de notre Russie.

image1024x768.jpg

"Pour de l'argent, oui" : c'est l'idéologie la plus destructrice, la plus dangereuse qui soit. C'est l'essence du libéralisme, un résumé des livres d'Ayn Rand ou la formule de la "main invisible du marché". C'est ce contre quoi l'humanité se révolte. En prenant exemple sur nous, d'ailleurs. Après tout, Poutine a l'air de dire "pour l'argent, non", la patrie et l'âme ne sont pas à vendre.

Sur ses arrières, il y a l'orthodoxie, l'empire, Dostoïevski et l'entreprise réalisée jadis par le peuple soviétique. C'est ainsi. Mais l'Instagram, c'est-à-dire le libéralisme, est déjà superflu dans la nouvelle Russie. Veuillez supprimer le dernier bloc. Bien entendu, nous comprendrons immédiatement que c'est fait. Tout le monde a compris ce que signifie la nomination de Belousov. Sans équivoque, et nous comprendrons l'étape suivante. Après cela, tout commencera vraiment.

21:23 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : actualité, alexandre douguine, russie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 06 juillet 2024

Ce que la nouvelle cheffesse de la politique étrangère de l'UE pense du conflit en Ukraine

Kaja-Kallas-at-the-European-Parliament-in-March-2022.-Photo-by-Stenbock-House..jpg

Ce que la nouvelle cheffesse de la politique étrangère de l'UE pense du conflit en Ukraine

par Andrea Zhok

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/28414-andrea-zhok-cosa-pensa-il-nuovo-capo-della-politica-estera-ue-sul-conflitto-in-ucraina.html

La Première ministre estonienne Kaja Kallas, nouvellement nommé chef de la politique étrangère de l'UE à la place de Josep Borrell, dans un discours prononcé aux côtés du président sortant de l'OTAN, M. Stoltenberg, a déclaré ce qui suit au sujet du conflit russo-ukrainien :

"Nous devons définir la victoire comme notre objectif dans la guerre, car vous ne pouvez pas gagner une guerre si la victoire n'est pas définie comme l'objectif".

Nous en déduisons, au cas où cela aurait échappé à quelqu'un, que nous sommes déjà en guerre avec la Russie, mais que nous ne l'avons pas encore déclarée.

La première ministre estonienne, chef du parti réformiste estonien (libéral), n'a jamais caché ses positions.

Il y a quelques mois, elle s'est prononcée en faveur de l'éclatement de la Russie.

Verbatim : "La défaite de la Russie ne serait pas si grave. Il y aurait alors un véritable changement. De nombreuses nations font partie de la Russie. S'il y avait plus de petits États, la situation ne serait pas si mauvaise. Ce n'est pas si mal qu'une grande puissance devienne beaucoup plus petite".

En d'autres occasions, Kallas n'a pas manqué de manifester la russophobie la plus viscérale, exprimée entre autres par une véritable campagne contre l'Église orthodoxe russe, dont le patriarche Evgeny a été expulsé et dont l'interdiction en tant qu'"organisation terroriste" a été demandée.

(Il convient de rappeler qu'en Estonie, environ un quart de la population est russophone et qu'elle n'est pas encore perçue comme une citoyenneté de seconde zone).

La représentativité démocratique de Mme Kallas, qui préside la politique étrangère de l'UE en tant que première ministre d'un pays dont la population équivaut à celle du Frioul-Vénétie Julienne (mais dont le PIB est inférieur d'un tiers), est également remarquable.

On pourrait dire qu'elle est au moins aimée par son peuple.

Peut-être, mais je dirais timidement, étant donné que dans un sondage réalisé en décembre dernier, 71 % des Estoniens ont demandé sa démission.

En résumé, à la tête de la "diplomatie" européenne, à l'heure d'une guerre nucléaire potentielle avec la Russie, les dirigeants européens ont décidé de placer une personnalité largement dépourvue de légitimité démocratique, manifestement russophobe et qui, comme elle l'a elle-même exprimé, n'envisage aucun plan B à l'égard de la Russie : il n'y a qu'un plan A, la vaincre.

D'accord, alors ne dites pas que vous n'avez pas été prévenu.

jeudi, 04 juillet 2024

Corridors de transport de l'Eurasie - Perspectives et problèmes

instc.png

Corridors de transport de l'Eurasie - Perspectives et problèmes

par Imran Salim

Source: https://orientalreview.su/2024/07/02/transport-corridors-of-eurasia-prospects-and-problems/

L'importance de la route internationale de transport transcaspienne

La crise actuelle dans les relations entre les pays membres de l'UE et la Russie semble acquérir un caractère global et à long terme, et il n'est pas certain qu'elle s'achève avec la fin de l'opération militaire spéciale en Ukraine, mais il est plus que probable qu'elle se poursuivra dans un avenir prévisible.

La politique de sanctions de Bruxelles se poursuit, visant à limiter davantage les possibilités d'exportation de la Russie et à faire pression sur l'économie russe. Ainsi, Bruxelles a déjà adopté le 14ème paquet de sanctions de l'UE, qui, entre autres, restreint l'accès des pétroliers chargés de pétrole russe aux ports européens et permet d'annuler les contrats précédemment conclus pour la fourniture de GNL en provenance de Russie. Le nouveau train de sanctions de l'UE confirme la justesse et l'opportunité de la décision prise par les dirigeants russes il y a deux ans d'abandonner le modèle eurocentrique de développement des relations commerciales et économiques de la Russie qui existait depuis de nombreuses années, et de commencer à mettre en place une logistique de routes commerciales et de transport dans les directions de l'est et du sud, ainsi qu'à développer le potentiel de la route maritime du Nord (NSR).

Lors du 27ème Forum économique international de Saint-Pétersbourg, en mai 2024, une grande attention a été accordée au développement de la route maritime du Nord en tant que future alternative à la route maritime du Sud passant par le canal de Suez. Dès 2023, le volume total de marchandises transportées sur la NSR dépassera 36,2 millions de tonnes (en 2011, il s'élevait à un million de tonnes). Au cours des cinq prochaines années, il est prévu d'introduire la navigation tout au long de l'année sur la NSR grâce à la mise en service d'une série de nouveaux brise-glaces nucléaires, ainsi qu'à l'amélioration de la logistique tout au long du pilotage des navires dans l'Arctique. Tout cela permettra d'augmenter considérablement le volume de marchandises transportées par le NSR.

a7ff61942ebc6cf003f101f0dc3948cc.jpg

L'objectif est d'augmenter d'une fois et demie la capacité des lignes dites du polygone oriental - celles du Transsibérien et du chemin de fer Baïkal-Amour - et de porter le volume de fret à 180 millions de tonnes d'ici à la fin de 2024, et à 210 millions de tonnes d'ici à 2030. Tout cela sera possible grâce à la modernisation du polygone oriental, principalement par l'augmentation de la capacité de transport, l'électrification complète de toutes les lignes, l'augmentation de la vitesse de livraison des marchandises et du poids du matériel roulant. À ces fins, la construction du tronçon ferroviaire Konovalovo-Tatarskaya a notamment commencé, contournant le territoire du Kazakhstan septentrional (à cet endroit, la ligne du Transsibérien passe par le territoire du Kazakhstan et la Russie paie un loyer pour le transit).

vysokoskorostnaya_magistral_evraziya.jpg

The-China-Mongolia-Russia-Economic-Corridor-Source-On-line-magazine-Zolotaya-Orda.jpg

Un mégaprojet est en cours de construction en Russie - l'autoroute automobile Moscou-Kazan-Ekaterinbourg-Omsk-Novosibirsk-Barnaul-Biysk-Mongolie, et de là jusqu'à la ville chinoise de Xi'an en contournant le Kazakhstan pour éviter les problèmes de transit kazakh. Un tronçon de la route menant à Kazan sera ouvert cette année, et l'ensemble du projet devrait être achevé d'ici 2030.

VOA_China_Korea_Russia_tripoint.png

Lors de la récente visite du président russe à Pyongyang, un accord a été conclu sur la construction du premier passage automobile vers la Corée du Nord dans la région de Khasan, de l'autre côté de la rivière frontalière Tumannaya, dans le kraï de Primorsky.

Afin de réduire les coûts du transport de marchandises et de diversifier sa logistique, la Russie s'efforce d'élargir les possibilités d'autres itinéraires pour l'exportation de ses biens et services, et dans cette direction, le plus prometteur est la poursuite de la mise en œuvre du projet de corridor de transport international nord-sud (ITC). Il s'agit d'une autoroute de transport unique et nécessaire pour la Russie d'aujourd'hui, qui va de Saint-Pétersbourg au port indien de Mumbai en passant par l'Iran (7209 km) en utilisant le transport maritime, fluvial et ferroviaire. L'ITC devient un lien important non seulement entre la Russie, l'Iran et l'Inde, mais aussi avec les pays du golfe Persique et l'Afrique de l'Est. Selon le président russe, les activités du CCI Nord-Sud se sont récemment intensifiées, ce qui s'explique en grande partie par la restriction de la navigation par le canal de Suez en raison des attaques des Houthis yéménites contre les navires dans le détroit d'Aden.

INSTC-PHOTO_1.jpeg

Cependant, le projet est confronté à de nombreux problèmes qui ne lui permettent pas d'exploiter pleinement son potentiel. Le principal problème est la faible capacité des infrastructures de transport des pays participants, en particulier l'Iran dont le réseau ferroviaire est sous-développé. Le lien problématique reste le calendrier de modernisation des ports russes de la mer Caspienne : Astrakhan, Olya et Makhachkala, ainsi que le dragage des approches de ces ports.

Le deuxième corridor de transport méridional le plus important pourrait être un projet prometteur de voie ferrée traversant le Kazakhstan, l'Ouzbékistan, l'Afghanistan et le Pakistan jusqu'au port de Karachi sur l'océan Indien. En outre, il est prévu d'installer une voie ferrée aux normes russes jusqu'à la frontière afghano-pakistanaise.

La logistique des transports en Eurasie a connu des changements importants au cours des dernières années, ce qui est dû non seulement à la guerre des sanctions occidentales contre la Russie, mais aussi à la volonté des acteurs régionaux de maximiser les bénéfices des événements qui se déroulent sur le continent. Profitant de l'intérêt de l'Occident à affaiblir la Fédération de Russie, notamment en réduisant son potentiel de transport et de logistique, un certain nombre d'États d'Asie centrale ont rejoint le processus de restructuration de leurs routes d'exportation et de leurs flux de transit contournant le territoire russe. Leur situation géographique joue un rôle particulier, leur permettant de jouer sur les contradictions des grandes puissances mondiales, y compris dans le processus de développement des corridors de transport traditionnels et de formation de nouveaux corridors. L'une des situations les plus ambiguës aujourd'hui s'est développée autour de la route internationale de transport transcaspienne (TITR ou couloir du milieu), dont le développement a été activement entrepris par Astana.

Screenshot-2022-04-20-at-07.41.11.png

Actuellement, il existe deux itinéraires de transport international en Asie centrale : le corridor sud, qui traverse le Kirghizstan, le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et le Turkménistan, et la TITR, qui passe par le Kazakhstan.

Contrairement au corridor sud, qui n'intéresse pas le Kazakhstan, le TITR a toujours été considéré par Astana comme l'un des outils de diversification de ses exportations et la possibilité d'obtenir des avantages supplémentaires grâce au transit de marchandises. La situation a commencé à changer lorsqu'en 2019, la nouvelle stratégie de l'UE pour l'Asie centrale a souligné l'importance stratégique croissante de la région, et après le début de sa mise en œuvre en 2022, l'intérêt de l'Union européenne pour le TITR a fortement augmenté. Dans le but d'isoler la Russie et de la couper des principales artères de transport du continent eurasien, les pays occidentaux ont intensifié leurs activités en Asie centrale, et le corridor du milieu a été qualifié de route alternative pour le commerce avec la Chine et les pays du golfe Persique. Dans le même temps, des investissements d'un montant de 10 milliards d'euros ont été annoncés pour le développement de projets de transport et de logistique en Asie centrale. La politique de Bruxelles montre clairement une volonté de fermer des routes supplémentaires et de les contrôler. Mais surtout, l'UE cherche à obtenir des matières premières bon marché en provenance des pays d'Asie centrale et de Transcaucasie.

Compte tenu de l'intérêt accru des pays de l'UE pour le TITR, Astana a décidé de promouvoir l'idée de développer le corridor médian sur diverses plateformes internationales. En particulier, les Kazakhs défendent l'idée que, dans les conditions actuelles, le corridor médian passant à l'extérieur de la Fédération de Russie est l'un des itinéraires les plus fiables et les plus sûrs pour les marchandises en provenance d'Asie et à destination de l'arrière-pays. Ils le présentent ainsi comme un concurrent du projet russe de corridor de transport international nord-sud (ITC) et du corridor sud. En même temps, on ne sait pas très bien comment Astana compte mettre en œuvre tous ses plans, en espérant que le chiffre d'affaires du fret augmentera plusieurs fois par TITR dans les années à venir. En fait, sa capacité est assez faible et ce n'est qu'après d'importants investissements dans l'infrastructure portuaire dans les cinq ans à venir que plus de 10 millions de tonnes de marchandises par an pourront transiter par le TITR. D'autant plus que l'UE connaît aujourd'hui de graves problèmes économiques et que Pékin n'est pas encore prêt à abandonner les moyens existants pour livrer ses marchandises à l'UE via le territoire russe.

Les pays d'Asie centrale ne disposent pas aujourd'hui de l'argent et des moyens techniques nécessaires au développement indépendant du TITR, et l'Union européenne n'est pas encore en mesure de leur fournir tout ce qui est nécessaire à l'aboutissement de ce projet.

CaspianSeaPortSEurope.jpeg

Après s'être entretenu avec le ministre britannique des affaires étrangères David Camerone en avril dernier à Astana, le président kazakh Tokayev a donné l'ordre d'étudier la possibilité de placer les ports d'Aktau et de Kuryk sous la gestion de sociétés européennes. En mai de cette année, le gouvernement kazakh a approuvé le transfert de 22 aéroports et de deux ports de la mer Caspienne entre les mains d'Européens avec un droit de privatisation. Ainsi, la politique multi-vectorielle de Tokayev, qui privilégie l'Occident, a joué contre le Kazakhstan lui-même et a incité Pékin à abandonner le transit de ses marchandises par le territoire kazakh en faveur d'une participation à la mise en œuvre du Corridor Sud. Il était devenu inacceptable pour la Chine que le TITR soit entièrement contrôlé par l'Occident et qu'il y ait une réelle menace de le bloquer pour les marchandises chinoises. Dans cette situation, la construction du chemin de fer Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan et Turkménistan le long du corridor sud est devenue une nécessité urgente pour les Chinois, d'autant plus qu'elle ouvre le chemin le plus court vers le golfe Persique à travers l'Iran. Et aussi vers les marchés du Moyen-Orient. Ce projet a montré la coïncidence des intérêts de Moscou et de Pékin dans la région, alors que la Russie a mis en place l'année dernière une autre voie de transport allant du Kirghizistan à l'Ouzbékistan, puis traversant le Turkménistan le long de la mer Caspienne jusqu'à Astrakhan. Son apparition est due au fait qu'Astana soutient la politique de sanctions de l'Occident en empêchant le transit et l'exportation de biens et de matériaux à double usage en provenance de Russie.

mardi, 02 juillet 2024

Le pacte logistique militaire de la Russie avec l'Inde complète sa nouvelle stratégie asiatique recalibrée

71f1998da968491c8400935a9a7989b9.jpg

Le pacte logistique militaire de la Russie avec l'Inde complète sa nouvelle stratégie asiatique recalibrée

Andrew Korybko

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/il-patto-logistico-militare-della-russia-con-lindia-completa-la-sua-nuova-strategia-asiatica

Au cours du week-end, Sput nik a rapporté que la Russie avait approuvé un accord sur les déploiements militaires conjoints (JMD) avec l'Inde, qui est essentiellement l'accord d'"échange réciproque de logistique" (RELOS) négocié ces dernières années. Ce pacte permettra à chacune des deux forces armées d'utiliser plus facilement les installations de l'autre, ouvrant ainsi la possibilité de visites plus régulières de leurs marines respectives et donnant une dimension militaire symbolique au corridor maritime oriental entre Chabahar et Vladivostok.

Le moment choisi n'est pas non plus une coïncidence, puisqu'il suit immédiatement le pacte de défense mutuelle entre la Russie et la Corée du Nord et la réaffirmation par la Russie et le Viêt Nam de la force de leur partenariat stratégique, avec l'engagement de ne conclure aucun accord avec quiconque pourrait constituer une menace pour les intérêts de l'autre. Ces deux alliances, la première formelle et la seconde officieuse, sont maintenant suivies par le pacte JMD de la Russie avec l'Inde, complétant ainsi le nouveau recalibrage de sa stratégie asiatique.

Jusqu'à présent, les ennemis et les amis du pays avaient supposé que la Russie "pivotait" vers la Chine, insinuant qu'elle favoriserait les intérêts de Pékin plutôt que d'autres. Si tel avait été le cas, il aurait pu y avoir des pressions conjointes sur la Corée du Nord pour la punir de ses essais de missiles, des exercices navals conjoints dans la partie de la mer de Chine orientale et méridionale revendiquée par la Chine et une réduction des effectifs avec l'Inde pour donner à la Chine un avantage dans les conflits de l'Himalaya.

2024-06-20T115359Z_88998101_RC2ZE8AZH1X6_RTRMADP_3_VIETNAM-RUSSIA-PUTIN.jpg

Au lieu de cela, la Russie a forgé une alliance militaire formelle avec la Corée du Nord, a confirmé qu'elle ne ferait jamais rien qui puisse menacer les intérêts du Viêt Nam (ce qui implique qu'elle ne revendiquera jamais la partie du territoire maritime disputée par la Chine) et a conclu la JMD avec l'Inde. La faction pro-IRB de la communauté des experts et des politiques russes n'est probablement pas satisfaite de ces résultats, car ils renforcent la main de leurs "rivaux amis" équilibrés et pragmatiques.

Pour expliquer cela, les premiers pensent qu'un retour à la bipolarité sino-américaine est inévitable, et que la Russie devrait donc accélérer la trajectoire de la superpuissance chinoise pour se venger des États-Unis de tout ce qu'ils ont fait depuis 2022. La seconde, en revanche, souhaite maintenir le rôle d'équilibre de la Russie afin d'éviter une dépendance disproportionnée vis-à-vis de la République populaire, estimant qu'il est encore possible de contribuer à un multipolarisme complexe au cours de la transition systémique mondiale au lieu de revenir à un bipolarisme.

Quant aux trois derniers développements stratégico-militaires, leur effet cumulatif est de signaler que la Russie ne deviendra jamais le "partenaire junior" de la Chine, comme la faction pro-IRB insinue qu'elle devrait le faire "pour le bien commun", et ils servent également à compliquer les questions géopolitiques régionales pour la République populaire. Les États-Unis pourraient renforcer leur présence militaire en Asie du Nord-Est après le pacte de la Corée du Nord avec la Russie, tandis que le Viêt Nam et l'Inde continueront d'affirmer avec confiance leurs revendications territoriales respectives à l'encontre de la Chine.

Alors que la première conséquence pourrait pousser la Chine dans une spirale de rivalité avec les États-Unis, qui pourrait être exploitée par la Russie et la Corée du Nord pour obtenir un soutien plus important contre l'ennemi commun, la seconde renforce la position potentielle de Moscou en tant que médiateur entre les deux pays et Pékin. Le premier est donc une variante du bipolarisme sino-américain, avec toutefois une plus grande autonomie stratégique pour la Russie et la Corée du Nord, tandis que le second maintient les tendances complexes du multipolarisme.

Dans l'ensemble, ces mesures peuvent être interprétées comme un "jeu de pouvoir" de la part de la faction équilibrée/pragmatique de la Russie contre ses "rivaux amicaux" favorables à l'IRB, qui ont connu une embellie au cours de l'année écoulée, mais qui sont maintenant de nouveau sur la pente descendante comme auparavant. Le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine reste intact et continue d'avoir un impact positif sur le monde, mais la Russie est désormais beaucoup moins susceptible de devenir le "partenaire junior" de la Chine qu'auparavant et de la favoriser par rapport à la Corée du Nord, au Viêt Nam et à l'Inde.

Publié en partenariat avec One World - Korybko Substack

 

lundi, 24 juin 2024

Les États-Unis sont-ils en mesure de créer une nouvelle alliance contre la Russie et la Chine?

great-divide-tn-1.jpg

Les États-Unis sont-ils en mesure de créer une nouvelle alliance contre la Russie et la Chine?

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/us-able-create-another-alliance-against-russia-and-china?fbclid=IwZXh0bgNhZW0CMTAAAR23X6cIFL5xNxxLfp4O_O0er64a4Fqp3-MiIM8582C9NJs8r6tGDPlW7_c_aem_ARW74Dx8nwNLbNr2efIlyPRlCx-78W8o5GzcVymYbUtRlKHSkeMbUBwaa035r3RDni4zUEcWjRZMfIMEXgNpHmUk

Chan Mo Ku, ancien officier militaire à la direction de la planification stratégique du commandement des forces combinées de la République de Corée et des États-Unis, et Jinwan Park, futur Schwarzman Scholar à l'université de Tsinghua, en Chine, et chercheur de Washington spécialisé dans l'Asie de l'Est, ont publié fin mai 2024 un article commun dans la publication militaire américaine Breaking Defense sur la nécessité de créer un nouvel accord quadrilatéral. Cette fois, selon eux, la nouvelle alliance devrait inclure les États-Unis, le Canada, le Japon et la Corée du Sud, s'étendre aux régions de l'Arctique et du Pacifique et avoir pour objectif stratégique de contenir la Russie et la Chine réunies.

Une telle déclaration peut sembler trop ambitieuse, mais l'émergence d'une nouvelle structure est tout à fait réaliste, tout comme l'a été l'établissement d'un dialogue quadrilatéral sur la sécurité avec l'Inde, le Japon, l'Australie et les États-Unis, ainsi que l'accord trilatéral AUKUS. Ces deux formats ont été lancés explicitement contre la Chine. Il y a aussi le Quad-Plus, qui comprend en plus le Brésil, Israël, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud et même le Viêt Nam (sa participation est devenue possible en raison du différend territorial maritime avec la Chine).

quad-graphic-latest.png

Dans ce cas, l'incitation est basée sur la peur de la coopération plutôt réussie et croissante entre la Russie et la Chine et sur la propagande occidentale selon laquelle la Russie militarise l'Arctique. Les membres euro-atlantiques du Conseil de l'Arctique, bien qu'ils aient suspendu leur participation à cet organe, disposent encore de certaines capacités militaires. Mais cela pose problème aux États-Unis et au Canada, qui doivent donc d'une manière ou d'une autre couvrir leur flanc dans le Pacifique Nord. En ce qui concerne l'interaction entre Moscou et Pékin, il est dit que, de janvier 2022 à juin 202, 234 entités chinoises ont été enregistrées pour travailler dans la zone arctique russe. Il s'agit essentiellement de technologies dans le domaine de la production et du transport de gaz et de pétrole, dont la Chine a besoin. L'augmentation de l'activité militaire conjointe des deux pays est également notée. Les exercices navals dans la région du détroit de Béring, près de la côte de l'Alaska, en août 2023, sont notamment mentionnés.

Les auteurs s'inquiètent également de la coopération globale de la Russie avec la Corée du Nord, qui s'est aussi considérablement intensifiée récemment.

Les auteurs affirment que : "Pour contrer ces dangers croissants, les États-Unis et le Canada doivent se tourner vers le Japon et la Corée du Sud, deux alliés clés du traité qui ont des intérêts stratégiques et des capacités uniques susceptibles de renforcer la sécurité dans l'Arctique.

Dans le même temps, ils reconnaissent que "l'interaction des deux pays peut renforcer de manière significative la capacité de défense de l'Alliance". Tokyo joue un rôle de premier plan dans la promotion des normes de sécurité maritime et de la protection de l'environnement. En mettant à la disposition du Canada ses radars océaniques et ses technologies de télédétection de classe mondiale, qui ont été améliorés pendant des décennies en raison de la forte dépendance à l'égard de la pêche et des collisions régulières ainsi que des catastrophes naturelles, le Japon peut accroître de manière significative les capacités de surveillance du Canada. Récemment, les Canadiens ont annoncé leur intention d'investir 1,4 milliard de dollars sur 20 ans dans l'amélioration des capteurs marins de l'Arctique.

ked202311220021.700x.9.jpg

La Corée du Sud, géant de la construction navale en concurrence avec la Chine, pourrait être la clé de l'accélération de la modernisation des flottes arctiques vieillissantes des alliés. En outre, comme le Canada a promis de dépenser 18,4 milliards de dollars sur 20 ans pour acquérir davantage d'hélicoptères tactiques modernisés destinés à être utilisés dans l'Arctique, la Corée du Sud, avec sa production d'armes de pointe, peut également apporter son aide dans ce domaine.

Cette coopération plus étroite dans la sphère militaro-industrielle renforcerait l'architecture de sécurité dans l'Arctique, tout en approfondissant la compatibilité militaire. En outre, la combinaison des efforts dans le cadre d'organes directeurs multilatéraux permettrait à la coalition démocratique dirigée par les États-Unis de façonner collectivement le Pacifique Nord. La coordination des positions dans des forums tels que le Conseil de l'Arctique et le sommet trilatéral entre le Japon, la Corée du Sud et la Chine protégerait leurs intérêts communs dans la détermination des futurs contours de l'Arctique".

imazae.jpg

En d'autres termes, l'accent est clairement mis sur le rôle de l'OTAN, où les partenaires américains dans la région pourraient devenir des atouts supplémentaires et offrir des opportunités à leur complexe militaro-industriel. Dans le même temps, il est également dit que l'implication de la Chine dans l'Arctique russe sape la sécurité régionale du Japon, et avec le changement climatique qui rend les ressources de l'Arctique plus accessibles, dans le statu quo actuel, le Grand Nord sera sous le contrôle d'opposants aux États-Unis, que les auteurs appellent des "autocraties révisionnistes". Par conséquent, à long terme, l'Occident et ses satellites en Asie espèrent obtenir d'une manière ou d'une autre des ressources situées directement dans la zone économique souveraine de la Russie ou dans d'autres lieux contestés qu'ils ne peuvent actuellement pas revendiquer.

D'autres auteurs ont récemment évoqué la nécessité d'une intégration militaire et militaro-industrielle plus étroite entre les États-Unis et leurs partenaires asiatiques, en avançant leurs propres arguments.

En ce qui concerne la vision doctrinale de la géographie politique, il convient de rappeler que les États-Unis avaient auparavant, dans le cadre de leurs plans, réuni les océans Pacifique et Indien en un seul espace géostratégique. Le Pentagone, puis la Maison Blanche ont adopté le nouveau terme Indo-Pacifique, adaptant leurs initiatives à cet espace. Bien entendu, l'opposition à la Chine était implicite, et l'Inde a donc volontiers soutenu la nouvelle doctrine.

barents-region-map-web.jpg

En 2022, le concept de l'EuroArctique est apparu, avec pour mission similaire de consolider les partenaires américains déjà présents dans la région européenne. Ici, l'adversaire désigné était la Russie, contre laquelle l'alliance de l'OTAN pouvait agir sous la direction de Washington.

Dans ce cas, il s'agit de l'unification de deux adversaires géopolitiques des États-Unis, qu'ils considèrent comme leurs principaux concurrents stratégiques, conformément à leurs développements doctrinaux. Et comme la Chine n'a pas d'accès physique à la région arctique, il devient nécessaire d'ajuster la stratégie spéculative et d'y ajouter l'océan Pacifique.

Il est donc fort possible que nous assistions bientôt à l'apparition d'un nouveau terme - Arcto-Pacifique - qui sera d'abord utilisé dans un certain nombre de publications de centres d'analyse, avant que les décideurs des principaux départements de Washington ne l'introduisent dans la circulation permanente.

dimanche, 23 juin 2024

Le choix (forcé) de Kim

ZEI6NW5RDVJURHN6PH3TW5GVBI.jpg

Le choix (forcé) de Kim

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/la-scelta-obbligata-di-kim/

Kim Jong-un n'a pas eu le choix. L'administration Biden avait immédiatement fait sauter tous les accords conclus avec Trump. Des accords commerciaux et des perspectives de coopération d'autant plus importants qu'ils mettaient fin à un état de tension, de guerre larvée, qui durait depuis plus d'un demi-siècle.

Pendant cette période, le "dossier Corée" n'avait cessé d'être une préoccupation majeure de Washington et de Langley.

01trkim.jpg

La stratégie de Trump a été excentrique, mais extrêmement efficace. Il avait saisi un moment d'escalade des tensions entre les deux Corées, Pyongyang intensifiant ses essais nucléaires et ses tirs de missiles. Au lieu de jouer les pompiers, il a élevé le niveau de la confrontation avec des mots. Il est allé jusqu'à traiter le dirigeant nord-coréen de "patapouf belliciste". Ce dernier lui a d'ailleurs répondu en le traitant de "vieux con".

Sous le radar, cependant, il travaillait d'une manière très différente. Le monde, terrifié par la menace nucléaire, a été stupéfait par l'image de The Donald posant paternellement une main sur l'épaule du jeune Kim.

Viens avec moi, mon garçon. Nous ferons de bonnes affaires ensemble.

Un grand succès diplomatique. Car pour Washington, l'échiquier de prédilection est, et a toujours été, le Pacifique. Et Trump, dans sa logique mercantile, considérait la Chine comme son seul véritable "concurrent". Détendre les relations avec la Corée du Nord, c'était donc tisser une intrigue, économique et commerciale, visant à contenir l'expansion de l'influence de Pékin. Et lui arracher un allié historique.

Mais la stratégie de Trump n'a pas plu à de nombreuses "puissances" américaines. En premier lieu l'industrie de l'armement, qui profite bien sûr de l'escalade des tensions internationales. Certainement pas de leurs résolutions.

Et c'est ainsi que l'administration Biden, qui est certainement une projection et un instrument de l'État profond, a également ici, en Corée, inversé la politique de Trump. Elle a ramené la situation plus de cinquante ans en arrière. Et, dans une certaine mesure, elle a déplacé les alliés de Séoul, désormais engagés sur la voie du dialogue avec leurs cousins séparés du Nord.

Et c'est à ce moment-là que le tsar est arrivé.

Vladimir Poutine a été accueilli avec les honneurs d'un triomphe à Pyongyang. Et il a ramené un accord de partenariat stratégique avec la Corée du Nord. Le meilleur traité d'alliance, le plus étroit, dans l'histoire des relations bilatérales.

6674909d89254.image.jpg

Car Pyongyang n'a jamais été un allié proche de Moscou. Quoi qu'en disent les analystes italiens plus ou moins improvisés... même ceux qui, en raison de leur histoire personnelle et d'un militantisme communiste ancien, oublié et renié, devraient bien connaître ce fragment d'histoire.

Depuis toujours, le grand frère de la Corée du Nord a été Pékin. Moscou est toujours restée, toutes proportions gardées, distante. Et les mandarins rouges ont toujours empêché les seigneurs du Kremlin de mettre le pied aussi loin à l'est. La Corée fait partie du jardin de la Cité interdite.

Mais les choses ont radicalement changé.

Pékin a acquis la conviction que Washington vise un choc frontal. En perspective, même un conflit militaire.

Cela inquiète Xi Jinping qui, du moins pour l'instant, souhaite éviter un conflit direct. Le temps joue en faveur de Pékin. Et les Chinois sont réputés pour leur patience.

Xi a donc laissé le champ libre à son ami Vlad en Corée. Il a maintenant atteint la confrontation directe avec Washington. Et, bien qu'obtorto collo, il ne peut plus reculer.

Putin_in_Vietnam_in_2006-2.jpg

Et Poutine, qui connaît bien l'art de la diplomatie, tisse un réseau de relations dans toute l'Asie du Sud-Est. Pas seulement à Pyongyang, mais aussi au Vietnam. Et il a même des échos à Séoul. Il se propose comme pacificateur dans les relations difficiles entre les deux Corées. Ce qui semble de plus en plus plaire aux Sud-Coréens. Qui veulent tout sauf devenir l'instrument d'une nouvelle guerre civile dévastatrice pour les intérêts... d'autres.

Avec ce geste, Poutine crée un problème pour Washington dans le Pacifique. Ce n'était certainement pas ce que souhaitaient les "stratèges politiques" de Biden. Leur objectif est d'épuiser Moscou dans des conflits limités au théâtre européen. En faisant combattre d'autres... Ukrainiens, éventuellement Moldaves, Géorgiens, Bosniaques....

Sans toutefois réaliser que la Russie pourrait répondre en élargissant la zone de conflit.

Comme c'est le cas aujourd'hui à Pyongyang.

mardi, 18 juin 2024

La Russie, les dirigeants globaux et les temps difficiles

a7451451dae8ea25194c7b18bf7f1d85.jpg

La Russie, les dirigeants globaux et les temps difficiles

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/06/12/venaja-vallanpitajat-ja-vaikea-aika/

Comme le dit l'historien russe Andrei Fursov, "l'ordre mondial est à un tournant et traverse actuellement une période difficile". Le capitalisme est à l'agonie et cessera bientôt d'exister. Non pas parce qu'il s'effondrera comme l'avait prédit Karl Marx, mais parce qu'il a fait son travail ; il est devenu un outil inutile pour le pouvoir de l'argent.

Des tentatives sont faites pour construire quelque chose d'autre pour remplacer le capitalisme, "mais ce processus échappe constamment à tout contrôle", déclare M. Fursov. Nous vivons une période de crise à l'échelle mondiale. "Comme ces crises ne se déroulent pas étape par étape, une situation confuse et complexe est en train d'émerger", explique le penseur russe.

Le véritable pouvoir d'influencer le cours des événements n'est pas entre les mains des hommes politiques. Il s'agit d'un pouvoir secret, celui des véritables dirigeants du monde, les maîtres du monde bancaire et des affaires. On peut parler des Rockefeller et des Rothschild, mais ces familles ont derrière elles leurs propres clusters, auxquels les différents pays obéissent d'une manière ou d'une autre.

a7lqfxfzwfy.jpg

Fursov (photo), qui connaît bien l'histoire russe, sait que les dynasties d'argent ont été "très actives dans l'établissement d'un certain segment de l'élite soviétique en tant que partie intégrante de leur ordre mondial". Les Rockefeller ont travaillé en Union soviétique, tout comme les Rothschild.

"Nous ne connaîtrons peut-être jamais toute la vérité", soupçonne M. Fursov. Andreï Gromyko, ministre soviétique des affaires étrangères et président du Soviet suprême, a déclaré un jour que "si le monde connaissait toute la vérité sur les relations internationales, il exploserait". Le régime soviétique et les mondialistes occidentaux ont entretenu des contacts constants par le biais de divers canaux.

"Les dirigeants soviétiques n'étaient pas toujours prêts à entrer en conflit avec les Rockefeller et les Rothschild, mais souhaitaient négocier avec eux", révèle M. Fursov. "Sur des questions fondamentales, comme le prix des diamants, par exemple, il y avait un accord. Il était préférable de parvenir à un accord, car c'est ainsi que le monde fonctionne."

Dans la seconde moitié des années 1940, après la fin de la Seconde Guerre mondiale, un nouveau groupe prédateur bourgeois est apparu en Occident : la corporatocratie. "Contrairement au capital monopolistique d'État, qui était prêt à vivre aux côtés de l'Union soviétique, ce pouvoir corporatif, de nature mondiale, pénétrait partout", rappelle M. Fursov.

Après que l'Union soviétique a considérablement augmenté ses ventes de pétrole à la fin des années 1950, une nomenclature orientée vers le marché mondial a également vu le jour dans la société soviétique. Il ne s'agissait pas seulement du pétrole, mais d'un processus plus large d'intégration avec l'Occident. En d'autres termes, il s'agissait de la "partie soviétique de la corporatocratie mondiale".

Bundesarchiv_Bild_183-B0628-0015-035,_Nikita_S._Chruschtschow.jpg

Les étapes importantes de cette période ont été la déclaration de Nikita Khrouchtchev (photo) sur la "doctrine de la coexistence pacifique" en 1956 et le programme renouvelé du parti communiste en 1961. "C'est ce segment qui s'est allié au capital occidental et qui a provoqué la chute de l'Union soviétique", affirme M. Fursov.

Aujourd'hui, l'élite dirigeante occidentale entend surmonter la crise mondiale en "partageant le gâteau russe", c'est-à-dire en "pillant les ressources de la Russie et, plus important encore, de l'espace russe", prévient M. Fursov.

Dans un contexte de crises multiples, la Russie - c'est-à-dire la masse continentale du nord de l'Eurasie - serait certainement un morceau savoureux pour les géants occidentaux, qui sont toujours à la recherche de plus d'espace vital et de matières premières. Madeleine Albright, la défunte secrétaire d'État américaine, aurait déclaré que "la Russie a trop d'espace et de ressources naturelles pour un seul pays".

La cinquième colonne russe, qui sert de caisse de résonance à l'Occident, a également suggéré avec grandiloquence que la Russie n'avait pas besoin du territoire situé à l'est de l'Oural, mais qu'elle pouvait le céder, en faire don à la "communauté mondiale". Cela ne peut se faire pour Fursov, car cela signifierait la fin de la Russie.

Or, la "communauté mondiale" n'est qu'un "groupe de sociétés transnationales qui ont déjà détruit et pollué la moitié de la planète". Aujourd'hui, elles veulent ajouter la Russie à leurs possessions. Le conflit ukrainien s'inscrit donc dans la continuité d'un siècle de complot des banquiers occidentaux et de guerre hybride, bien qu'il ait également été suggéré que Poutine soit d'une manière ou d'une autre dans le coup.

Dans un monde globalisé, tout le monde est plongé dans la crise, y compris les États-Unis, l'Europe et la Chine. Paradoxalement, M. Fursov considère cette période comme une "énorme opportunité pour la Russie" : pendant la Seconde Guerre mondiale, "l'équipe de Staline" a sorti le pays de la situation difficile dans laquelle il se trouvait. Selon l'historien, la Russie a "l'expérience de la manière de sortir des pièges historiques dans une situation de crise".

 

20:19 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, russie, andraï fursov | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 16 juin 2024

L'Entente, croquemitaine géopolitique

Entente-Cordiale.jpg

L'Entente, croquemitaine géopolitique

Alexander Shirokorad

Source: https://geoestrategia.es/noticia/42768/historia/la-entente-no-es-el-primer-monstruo-geopolitico.html

Voilà que, 120 ans plus tard, un article paraît dans le Telegraph, signé par les ministres des affaires étrangères britannique et français, David Cameron et Stéphane Sejourné.

"Il n'est pas moins important pour nous aujourd'hui que pour nos prédécesseurs de mettre de côté les vieilles différences et d'établir une longue amitié, que nous célébrons aujourd'hui non seulement comme un rappel de l'"entente cordiale", mais aussi comme "un aperçu de la future Entente", déclarent les ministres à l'unanimité.

60d5b73515e9f962f80f5a7c.jpg

lkysy79p97r21.jpg

Soldats français et nord-africains à Odessa, mars 1919.

Je voudrais rappeler que l'année dernière, lors d'une visite officielle à Paris, le roi d'Angleterre Charles III a commenté le "consentement cordial" en prononçant un discours au château de Versailles : "Les liens qui unissent nos peuples sont innombrables. Ils représentent la force vitale de notre accord sincère, inspiré par mon arrière-arrière-grand-père, le roi Édouard VII. Nous avons tous la responsabilité de renforcer nos amitiés afin qu'elles soient prêtes à relever les défis du 21ème siècle".

Comme on le voit, la tendance à recréer l'Entente est assez sérieuse, malgré la réputation ternie de cette structure géopolitique. Rappelons que pendant un certain temps, la Russie a également rejoint l'Entente, ce qui n'a pas empêché l'Angleterre et la France de soutenir les groupes d'opposition des grands-ducs et des députés de la Douma depuis 1915. Ce n'est pas un hasard si c'est l'officier de renseignement britannique, le lieutenant Oswald Rayner, qui a abattu Grigori Raspoutine.

Dans un article du Daily Telegraph, les ministres des affaires étrangères britannique et français, David Cameron et Stéphane Sejourné, appellent donc à la formation d'une "Entente renouvelée" pour lutter contre la Russie.

gblcpsg1f5f91.png

Le 23 décembre 1917, un accord franco-britannique sur la division de la Russie en sphères d'influence est conclu à Paris. Depuis 70 ans, les historiens soviétiques répètent à la population que l'Entente n'a envoyé ses troupes en Russie que pour ramener l'ancien régime, remettre les usines aux capitalistes et leurs biens aux propriétaires terriens.

Mais le ministre britannique de la guerre, Winston Churchill, a été très franc : "Ce serait une erreur de croire que, pendant la guerre civile en Russie, nous avons combattu pour une cause blanche. Au contraire, les Blancs se sont battus pour nos intérêts".

Gvardia5.jpg

Soldats géorgiens à Sotchi (1918).

Notons qu'en 1918-1920, la Grande-Bretagne et la France ont aidé les Blancs, puis ont maintenu leur neutralité ou leur ont joué de mauvais tours. Mais il n'y a pas eu un seul cas où les troupes de l'Entente se sont battues contre les séparatistes. La situation de l'été 1918 en est un exemple. Les nationalistes géorgiens s'emparent de Sotchi et de Touapse. Anton Denikin, qui commandait alors l'armée des volontaires, se mit en colère et expulsa les Géorgiens de Sotchi. Cependant, l'Angleterre menace l'armée des volontaires d'une guerre si elle continue à avancer vers le sud.

Pavel_Bermondt-Avalov,_c._1920,_US_Library_of_Congress_(cropped).png

Octobre 1919. L'armée occidentale du lieutenant général Prince Avalov (photo) avance vers Riga. Les Anglo-Français transfèrent d'urgence des armes aux États baltes. L'escadre anglo-française ouvre le feu sur les troupes d'Avalov qui avancent. Une batterie d'artillerie hippomobile se précipite alors au bord de l'eau et tire à bout portant sur les croiseurs de l'Entente.....

Aujourd'hui, un monument a été inauguré sur la base navale lettone, avec une longue liste de "héros de l'Entente" tombés au combat, "victimes de la terreur blanche". N'est-il pas vrai qu'il n'y a rien à ajouter ?

En effet, l'Angleterre et la France n'ont pas eu besoin de la Russie tsariste, dénikinienne, soviétique ou autre. En 1918-1920, l'objectif de l'Entente était de désintégrer la Russie en autant d'États "indépendants" que possible. Je ne peux pas deviner comment, mais l'histoire des États baltes aurait pris un chemin complètement différent si l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie étaient devenues des républiques soviétiques non pas en 1940, mais en 1922.

Naturellement, l'objectif de l'Entente était une banale rapine. Personnellement, je considère que la campagne britannique "pour les zipuns" en Russie a été dans l'ensemble un succès. Ainsi, l'intervention britannique s'est amortie au moins une fois et demie grâce à l'exportation massive de pétrole, de minerais, d'or, de fourrures, au détournement de navires à vapeur, etc.

Mais surtout, l'Entente a donné naissance au prédateur traité de Versailles.

Immédiatement après la conférence de Versailles, le maréchal français Ferdinand Foch a déclaré : "Versailles n'est pas la paix, mais un armistice de 20 ans". Et lors de la conférence elle-même, le Premier ministre britannique Lloyd George a dit au Premier ministre français Georges Clemenceau, qui voulait inclure les terres habitées par les Allemands en Pologne : "Ne créez pas une nouvelle Alsace-Lorraine". Ainsi, le maréchal français et le Premier ministre britannique ont prédit avec précision le moment (1939) et la raison (Pologne) du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Dans le même temps, l'Angleterre et la France reprochaient exclusivement à leurs adversaires le déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Mais au début de la conférence de Versailles, dans les quatre empires, à la fin de 1919, les dirigeants responsables du déclenchement de la guerre ont été exécutés ou ont fui le pays. Des personnes qui s'étaient opposées à la guerre à l'automne 1914 sont arrivées au pouvoir.

Alors pourquoi l'Entente n'accepterait-elle pas le plan de paix proposé par Lénine en novembre 1917 "sans annexions ni indemnités" ? Comment le caporal retraité Adolf Hitler aurait-il fini ses jours dans ce cas ? Artiste moyen ? Chef d'un parti d'une centaine ou de deux marginaux ?

Bundesarchiv_Bild_119-1930-01,_Max_Erwin_v._Scheubner-Richter.jpg

Supposons que le 9 novembre 1923 à Munich, lors de la fusillade lors d'une manifestation nazie, Hitler n'aurait pas été légèrement blessé, mais tué. Il existe d'ailleurs une version selon laquelle le garde blanc Scheubner-Richter (photo) aurait recouvert le Führer de son corps. Et alors ? Il n'y aurait donc pas eu de Seconde Guerre mondiale ? Bien sûr qu'il y en aurait eu une, mais avec un autre Führer : Ernst Röhm, Joseph Goebbels ou quelqu'un d'autre.

Et s'il y avait eu une unification des socialistes et des communistes aux élections de 1932, ils auraient obtenu 37,3 % des voix, alors que les nazis n'en auraient obtenu que 33 %. Ernst Thälmann serait peut-être devenu chancelier du Reich et les Juifs n'auraient pas été dans des camps de concentration, mais au Reichstag et au gouvernement. Mais la Seconde Guerre mondiale aurait quand même eu lieu.

Ainsi, jusqu'en 1934, les sociaux-démocrates autrichiens considèrent l'Anschluss comme leur principal objectif. À la fin des années 1920, Thälmann affirme que Hitler ne s'oppose que verbalement à l'Angleterre et à la France, mais qu'il est en réalité leur protégé.

17279.jpg

Ernst Thälmann (photo) déclare officiellement : "L'Allemagne soviétique ne paiera pas un pfennig de réparations.... Nous, communistes, ne reconnaissons aucune annexion forcée d'un peuple ou d'une partie d'un peuple à un autre État-nation, nous ne reconnaissons aucune frontière tracée sans le consentement de la majorité réelle de la population..... Nous, les communistes, sommes contre le démembrement territorial et le pillage de l'Allemagne effectués sur la base du traité de Versailles qui nous a été imposé par la force".

Ainsi, même si les communistes et les socialistes avaient gagné en Allemagne, la Seconde Guerre mondiale aurait quand même eu lieu. Mais dans ce cas, l'issue aurait certainement été différente.

Avec le traité de Versailles, les États de l'Entente ont jeté les bases d'une nouvelle Grande Guerre. C'était une conséquence inévitable des processus historiques. Mais toutes sortes de Hitler, Pilsudski, Mussolini, Thälmann, von Papen, Antonescu et autres ont été des accidents historiques. Ils ne pouvaient que modifier légèrement l'élan de la guerre et le cours des hostilités. Mais personne n'a pu les empêcher.

Et aujourd'hui, pour faire revivre l'Entente, il est nécessaire de porter un puissant coup de propagande aux mythes occidentaux. Il n'est pas nécessaire d'inventer quoi que ce soit. L'Entente a commis un crime monstrueux contre l'Allemagne, la Russie, la Chine, l'Indochine et d'autres pays d'Asie et d'Afrique.

La vérité sur les atrocités commises par l'Entente au 20ème siècle peut, sinon arrêter, du moins compliquer sa renaissance en 2024.

13:40 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, russie, france, angleterre | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 12 juin 2024

Poutine dénonce la dépendance de l'Allemagne vis-à-vis des Etats-Unis

3027855_0 0 3073 1730_1920x0_80_0_0_5f8e41d290452003c7d1ad5f8aa45aca.jpg

Poutine dénonce la dépendance de l'Allemagne vis-à-vis des Etats-Unis

Par Elena Fritz

Source: https://www.pi-news.net/2024/06/putin-prangert-deutschlands-abhaengigkeit-von-den-usa-an/

Lors d'une conférence de presse tenue mercredi à l'occasion du Forum économique de Saint-Pétersbourg, le président russe Vladimir Poutine a profité de l'occasion pour exprimer ses critiques à l'égard de l'Allemagne et pour aborder les tensions actuelles qui sèment la discorde entre les deux pays. Poutine, qui considère l'Allemagne comme l'un des pays les plus hostiles, s'est penché de près sur les décisions politiques de Berlin et a mis en lumière les conséquences importantes qui s'ensuivront pour les relations germano-russes.

Poutine s'est montré particulièrement préoccupé par l'apparition de chars allemands en Ukraine, qu'il a qualifiée de choc moral et éthique pour la Russie. Il a souligné que la livraison de missiles à Kiev avait irrémédiablement endommagé les relations diplomatiques entre Berlin et Moscou. Pour M. Poutine, ces mesures de soutien militaire sont le signe d'une hostilité et d'une méfiance croissantes envers la Russie.

Un autre point central de sa critique était la dépendance croissante de l'Allemagne vis-à-vis des États-Unis. Poutine a fait valoir que l'Allemagne n'agissait plus de manière autonome en matière de défense et d'information et que cette dépendance limitait massivement la liberté de décision de Berlin. Selon M. Poutine, cette situation oblige la politique allemande à prendre des mesures qui ne sont pas dans l'intérêt supérieur du pays, mais qui servent plutôt les objectifs stratégiques de Washington.

En ce qui concerne les conséquences économiques des tensions politiques, M. Poutine a souligné que la rupture des relations énergétiques entre la Russie et l'Allemagne avait un effet dévastateur sur l'industrie allemande. Sans les livraisons d'énergie à bas prix de la Russie, les entreprises allemandes perdraient leur compétitivité, ce qui pourrait entraîner à long terme des dommages économiques et des pertes d'emplois considérables. 

Poutine a également établi des parallèles historiques pour étayer ses arguments. Il a mis sur le tapis le fait que l'Allemagne n'a jamais été pleinement souveraine après la Seconde Guerre mondiale et a vivement critiqué le gouvernement allemand pour avoir tacitement accepté le sabotage des gazoducs Nord Stream.

Le discours de Poutine ne met pas seulement en évidence les tensions actuelles, il laisse également entrevoir l'espoir que des changements politiques en Allemagne pourraient permettre de normaliser les relations. Le soutien à une politique plus souveraine et à des partis comme l'AfD pourrait jouer un rôle décisif à cet égard.

Poutine s'est exprimé avec une clarté et une urgence qui mettent en évidence le profond fossé entre les pays et la nécessité de revoir la politique étrangère allemande. À l'heure où l'Allemagne doit retrouver son indépendance et faire passer les intérêts de ses citoyens au premier plan, l'AfD pourrait faire office de voix de la raison et de la souveraineté nationale. Cette perspective offre une opportunité non seulement pour les relations germano-russes, mais aussi pour le renforcement de l'Allemagne sur la scène internationale.

fritz_elena.jpgQui est Elena Fritz?

La collaboratrice du site PI-NEWS Elena Fritz, est née le 3 octobre 1986, elle est arrivée en Allemagne il y a 24 ans en tant qu'Allemande de Russie. Après son baccalauréat, elle a étudié le droit à l'université de Ratisbonne et a obtenu un diplôme avec succès. Elle s'est engagée dans l'AfD depuis 2018, a fait partie du comité directeur du parti dans l'État de Bavière de 2019 à 2021 et s'est présentée comme candidate directe au Bundestag en 2021. Elle est l'heureuse mère d'un petit garçon de trois ans. Cliquez ici pour accéder au canal Telegram d'Elena Fritz:  https://t.me/global_affairs_byelena

lundi, 03 juin 2024

L'escalade nucléaire est-elle possible? Ce que l'Europe risque

missiles-nucleaires.jpg

L'escalade nucléaire est-elle possible? Ce que l'Europe risque

par Giuseppe Masala

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/28196-giuseppe-masala-escalation-nucleare-possibile-cosa-rischia-l-europa.html

« La dissuasion est l'art de créer dans l'esprit de l'ennemi éventuel la terreur d'attaquer ».

Dr Strangelove de Stanley Kubrick

Il est probablement juste d'affirmer que lorsque deux ou plusieurs puissances nucléaires s'affrontent, même par l'intermédiaire d'États mandataires, une crise nucléaire est déjà en cours. Ce point de vue est encore plus juste dans le cas où l'une ou les deux parties prenantes au conflit sont dotées de l'arme nucléaire et mettent ainsi en péril leur propre intégrité, soit sur le plan territorial, soit du point de vue du statut international, soit du point de vue de l'effondrement des institutions de l'État, soit encore du point de vue de l'effondrement économique et social.

Malheureusement, dans le conflit en cours en Europe de l'Est entre les États-Unis, l'OTAN et l'Ukraine d'une part, et la Russie d'autre part, des éléments fondamentaux tels que la sécurité territoriale, économique, sociale et institutionnelle des pays concernés sont en jeu. Par conséquent, cette crise, dès sa déflagration, devait être considérée - au moins potentiellement - comme une crise nucléaire.

Il faut admettre que, sur cet aspect particulier et fondamental, la quasi-totalité des commentateurs et des experts en relations internationales et en guerre ont sous-estimé les risques. Il n'en va pas de même pour les décideurs des deux camps, qui étaient déjà bien conscients du danger qui menaçait le monde.

nuclearbomb_shutterstock_2132459437.jpg

En effet, dès les premiers jours qui ont suivi le début de l'« opération militaire spéciale » en Ukraine, les Américains et l'OTAN ont commencé à diffuser dans les médias l'idée que les Russes pourraient utiliser une arme nucléaire tactique comme forme de dissuasion préventive (escalade pour désescalader), c'est-à-dire pour montrer à l'adversaire leur volonté d'agir par tous les moyens nécessaires et l'intimider en fin de compte avec leur propre force de dissuasion.

On peut également affirmer que ce point de vue n'était pas erroné à la lumière de ce qui s'est passé le 27 février 2022, lorsque Poutine, face aux caméras, a ordonné au ministre de la défense Sergey Shoigu et au chef d'état-major Valery Gerasimov de placer les forces de dissuasion des forces armées russes (y compris les armes nucléaires) sous un « régime d'obligation de combat spécial », au motif que « les pays occidentaux ne prennent pas seulement des mesures hostiles contre notre pays dans la sphère économique, c'est-à-dire les sanctions que tout le monde connaît, mais aussi que des hauts fonctionnaires des principaux pays de l'OTAN font des déclarations agressives à l'encontre de notre pays ».

À partir de ce moment, le risque d'un affrontement nucléaire entre les États-Unis, l'OTAN et la Russie a augmenté lentement mais inexorablement ; je pense que nous pourrions parler d'un bradyséisme nucléaire permanent où, mutatis mutandis, le magma nucléaire dans le chaudron du conflit gonfle vers le haut, augmentant le risque d'un affrontement nucléaire.

Du côté russe, les moments charnières de cette escalade du risque nucléaire ont été, outre le statut « prêt au combat » de la dissuasion nucléaire le 27 février 2022, le transfert d'armes nucléaires tactiques au Belarus qui a eu lieu au cours du premier semestre 2023 et les exercices d'armes nucléaires tactiques en Russie mais à la frontière avec l'Ukraine qui ont commencé au cours de la deuxième moitié du mois de mai de cette année et qui se poursuivent encore aujourd'hui.

Storm_Shadow_p1220865.jpg

Cependant, les Américains et l'OTAN ne sont pas non plus restés inactifs face aux manœuvres russes. Dès le début, ils ont ramené en Europe des bombardiers stratégiques à capacité nucléaire B-52, puis des bombardiers B-2, et surtout, ils ont donné aux Ukrainiens des armes à capacité nucléaire (même potentielle) comme les missiles britanniques Storm-Shadow ou les SCALP franco-italiens.

Il en va de même pour la livraison promise (jusqu'à présent) de chasseurs-bombardiers F-16 à l'Ukraine par les pays de l'OTAN: il s'agit d'avions - comme nous l'avons noté dès le départ - approuvés pour le transport de bombes nucléaires tactiques et, en fait, Sergey Lavrov lui-même a déclaré qu'une fois qu'ils seront dans les airs au-dessus du ciel ukrainien, ils seront considérés par Moscou comme une menace nucléaire potentielle. Enfin, il convient de rappeler que la Pologne a demandé à l'OTAN de déployer sur son territoire, et donc à la frontière avec la Russie et le Belarus, des armes nucléaires à double clé, c'est-à-dire qu'elles ne peuvent être activées qu'avec le consentement du pays hôte (dans le cas de la Pologne) et du propriétaire de l'arme (les États-Unis et/ou l'OTAN).

Il convient également de préciser que la position nucléaire des États-Unis et de l'OTAN est très agressive depuis de nombreuses années (bien avant le début du conflit en Ukraine), en particulier à l'égard de Moscou. En effet, le bouclier antimissile de l'OTAN est déjà actif depuis des années en Europe, composé d'un système radar d'alerte précoce en Turquie et de deux batteries terrestres, l'une sur la base roumaine de Desevelu en Roumanie et l'autre à Redzikowo en Pologne (tout près de l'enclave russe de Kaliningrad), en plus de toutes les batteries antimissile présentes dans les flottes des pays de l'OTAN et donc mobiles par définition. Un bouclier antimissile qui a immédiatement exaspéré les Russes, non seulement parce que sa fonction est d'abattre les missiles russes de courte et moyenne portée, mais aussi parce que les batteries peuvent également être utilisées comme outil offensif si elles sont chargées de missiles de croisière.

43B5904A00000578-4833592-image-a-12_1504099061192.jpg

En outre, depuis 2015, les États-Unis ont décidé de remplacer les anciennes bombes nucléaires lancées par avion par les nouvelles B61-12, également lancées par avion. Ces instruments sont « philosophiquement » dangereux parce qu'ils permettent d'ajuster la puissance de l'explosion d'un minimum de 0,3 kilotonne à un maximum de 50 kilotonnes, et pourraient donc être utilisés presque comme des bombes conventionnelles. À cet égard, je voudrais souligner une bonne interview du général Fabio Mini dans laquelle il montre que dans la vision de l'OTAN, les bombes nucléaires tactiques doivent être considérées comme de simples armes conventionnelles et sont en fait à l'entière disposition du SACEUR ou commandant militaire de l'OTAN, qui - soit dit en passant - est toujours un Américain, à l'heure actuelle le général Christopher Cavoli.

Dans cette situation déjà, en soi, incandescente - bien qu'étouffée par la quasi-totalité des commentateurs - de nouveaux épisodes de la plus haute gravité se sont produits ces derniers jours, qui devraient mettre en alerte toute personne sensée.

Tout d'abord, l'accusation du porte-parole du Pentagone, Patrick Ryder, selon laquelle « la Russie a lancé un satellite en orbite terrestre basse qui, selon nous, est probablement une arme anti-spatiale, prétendument capable d'attaquer d'autres satellites en orbite terrestre basse ». Il s'agit d'une accusation très grave, car elle empêcherait les États-Unis (en cas d'utilisation) de détecter le lancement éventuel de missiles nucléaires contre leur propre territoire, et rendrait donc possible une première frappe qui paralyserait le pays, rendant impossible toute riposte crédible. Il faut dire que les Russes, conscients de la gravité de l'accusation, l'ont démentie avec les mots très fermes du vice-ministre des affaires étrangères, Sergey Ryabkov.

Ce démenti n'a pas suffi, étant donné que vendredi dernier, sans surprise, des drones ukrainiens ont attaqué les installations d'antenne du radar d'alerte précoce Voronezh-DM près d'Armavir, dans la région de Krasnodar. Il s'agit d'un acte très grave qui rend vulnérable le réseau de radars russes conçu pour détecter l'arrivée de missiles stratégiques dans le pays. Il faut dire aussi que, selon la doctrine russe, de telles attaques sont à considérer comme stratégiques car elles visent à rendre inoffensive la dissuasion nucléaire. D'ailleurs, ce sont exactement les mêmes considérations que font les Américains lorsque quelqu'un menace leurs satellites d'alerte précoce. À ce stade, il semble inutile de souligner que les Ukrainiens, dans leur attaque ignoble, ont agi sur l'ordre de quelqu'un d'autre, puisque Kiev ne dispose ni d'armes nucléaires ni de lanceurs adéquats pour les utiliser.

Il ne nous reste plus qu'à examiner comment, selon les experts, toute guerre nucléaire commence par une tentative d'aveuglement du système d'alerte précoce de l'ennemi. Il n'y a pas grand-chose à ajouter, si ce n'est d'espérer que personne ne fasse des gestes erronés ou ambigus qui seraient mal interprétés par l'ennemi.

OTAN-Moscou, l'escalade doit cesser

nato-russia.jpg

OTAN-Moscou, l'escalade doit cesser

Alessandro Sansoni

Le secrétaire général (sortant) de l'OTAN, M. Stoltenberg, continue de soutenir la nécessité de permettre à Kiev d'utiliser les armes fournies par l'Alliance pour frapper des cibles situées sur le territoire de la Fédération de Russie. Et, entre-temps, le front des pays désireux de le faire s'élargit (il y a aussi le oui de l'Allemagne désormais). Un front de pays disposés à le faire - avec l'Italie qui freine toutefois, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Antonio Tajani, qui continue à faire la distinction entre la défense de l'Ukraine et l'entrée en guerre contre Moscou -, en actes et non en paroles, à tel point que la semaine dernière, le conflit à la frontière orientale de l'Europe a connu une escalade inquiétante.

Quelques heures seulement après le début des exercices militaires avec des armes nucléaires tactiques, voulus par le Kremlin, des drones kamikazes ukrainiens ont en effet réussi à toucher la station radar over-the-horizon Voronezh-DM, située près de la ville d'Armavir, dans la région russe de Krasnodar.

Il ne s'agit pas d'un radar ordinaire, mais d'un élément du système d'alerte précoce censé contrer une éventuelle attaque de missiles stratégiques. Toute attaque nucléaire également. L'installation touchée, dont les dommages réels ne peuvent être estimés, couvre une zone d'environ 6000 km et peut suivre jusqu'à 500 cibles.

On estime à dix le nombre de radars de type Voronezh déployés dans le pays. Ils constituent le parapluie stratégique sur lequel repose la doctrine de dissuasion nucléaire de la Russie en matière de défense. L'endommagement d'un seul d'entre eux la compromet et modifie l'équilibre nucléaire.

Preuve que l'attaque n'était ni accidentelle ni occasionnelle, quelques jours plus tard, le lundi 27 mai, la base d'Armavir a fait l'objet d'une nouvelle tentative d'attaque. Mais cette fois, les Ukrainiens ont utilisé un engin de l'OTAN, un drone britannico-portugais Tekever AR3, qui a été abattu et n'a pas atteint sa cible.

Tekever-AR3-UAV-1024x721.jpeg

L'offensive a déclenché une alerte rouge à Moscou. Le sénateur Dmitry Rogozin - ancien directeur de l'agence spatiale russe Roscosmos, aujourd'hui responsable d'un centre militaro-technique appelé « Loups du Tsar » - a déclaré sur son compte Telegram que ce type d'attaque pourrait entraîner l'effondrement de l'ensemble de l'architecture mondiale de sécurité nucléaire et a accusé les États-Unis d'être derrière l'opération, au moins au niveau des services de renseignement.

Il est un fait que lorsque Poutine a inauguré le centre radar OTH en 2013, il a déclaré qu'il augmenterait considérablement les capacités de défense du pays dans les directions sud et sud-ouest, et qu'hier, dans le Washington Post, un fonctionnaire américain anonyme a révélé comment les États-Unis avaient exprimé leur inquiétude à Kiev au sujet de telles attaques, qui risquent d'irriter dangereusement Moscou.

Pour bien comprendre ces inquiétudes, il faut se rappeler l'importance de la dissuasion stratégique dans la doctrine militaire russe. Bien plus importante que quelques centaines de kilomètres carrés perdus ou gagnés dans le Donbass. Ce n'est pas un hasard si l'offensive contre l'Ukraine a été justifiée par le Kremlin par le danger que représente la possibilité, en cas d'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN, de disposer de bases de missiles et d'ogives atomiques de l'Alliance atlantique à moins de 300 km de Moscou (et donc non neutralisables par le système de défense russe).

À la lumière de ce scénario, les déclarations de Stoltenberg et de ses commensaux acquièrent une valeur différente: elles pourraient n'être qu'un écran de fumée destiné à dissimuler des épisodes d'escalade nettement plus substantiels. Dans le cas contraire, elles pourraient ouvrir la porte à des circonstances dangereuses : que se passerait-il, par exemple, si les Ukrainiens utilisaient des missiles ATACMS occidentaux à longue portée pour frapper des sites stratégiques sur le territoire russe ? Le général Evgeny Buzhinsky, ancien membre de l'état-major général de Moscou, nous donne la réponse : selon lui, la menace serait telle que la Russie devrait frapper « au moins » le centre logistique de Rzeszów, où sont stockés les missiles destinés à l'Ukraine. En Pologne, donc, membre à part entière de l'OTAN.

17:19 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, otan, russie, ukraine, politique internationale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 29 mai 2024

Souveraineté des idées et guerres des cerveaux

Image-article-cognition-800x563.jpg

Souveraineté des idées et guerres des cerveaux

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/suverenitet-idey-i-voyny-intellekta

Il est évident pour tout le monde que dans les conditions actuelles où de profonds changements se font en Russie, il est nécessaire de développer notre propre appareil terminologique et de réviser en profondeur l'énorme masse d'informations qui est présentée sous le couvert à la fois du contenu général et des catégories sémantiques. Cela s'applique à un large éventail de connaissances enseignées dans les écoles et les universités, et utilisées comme système d'exploitation dans les instituts et les groupes de réflexion de la RAS. Et à l'ensemble des concepts largement utilisés dans les médias et le discours des sciences politiques. Cela est nécessaire pour plusieurs raisons interdépendantes. 

7f125602a06b6ab109f788cfbb459ac1.jpg

Tout d'abord, certains concepts et termes nous ont été imposés par l'Occident et leur application empêche une compréhension adéquate de divers processus et phénomènes. Cette situation dure depuis longtemps, mais surtout depuis l'effondrement de l'URSS. À cette époque, des « agents d'influence » pro-occidentaux travaillaient activement en Russie, des manuels étaient publiés selon les modèles occidentaux, un discours qui nous était étranger était activement appliqué et introduit non seulement dans la communauté scientifique, mais aussi dans la pratique quotidienne. Cela a conduit à la fois à l'émasculation des significations profondes et à leur remplacement par des termes de substitution, qui ont commencé à être appliqués au niveau réflexif, et à l'appel constant aux théories et concepts occidentaux, au lieu de développer les siens propres. Une sorte de monopole de l'idiotie intellectuelle (du mot grec ιδιωτης - séparé de la société, différent, inexpérimenté) s'est établi, où des modèles et des termes étrangers ont commencé à être perçus comme les seuls corrects. 

Deuxièmement, elle est tout simplement nécessaire dans le cadre du processus de souveraineté. Si l'on parle de souveraineté politique et technologique, il est tout aussi important de parler de souveraineté informationnelle au sens large du terme, qui inclut l'éducation, la science et la culture. 

Troisièmement, tout cela est lié à la défense de nos valeurs traditionnelles et de notre patrimoine historique. Et, bien sûr, cela correspond aux décrets du président de la Russie du 09.11.2022 № 809 « Sur l'approbation des principes de la politique d'État pour la préservation et le renforcement des valeurs spirituelles et morales traditionnelles russes » [i] et du 08.05.2024 № 314 « Sur l'approbation des principes fondamentaux de la politique d'État de la Fédération de Russie dans le domaine de l'éclairage historique » [ii]. 

Quatrièmement, il est nécessaire de se rappeler que nous sommes en état de guerre informationnelle et cognitive avec l'Occident, et que pour les gagner ou, au moins, pour repousser les attaques informationnelles, il est nécessaire de comprendre les subtilités des opérations psychologiques, y compris la mémétique, la sémiotique et la programmation neurolinguistique. En général, l'aile patriotique et conservatrice de la pensée scientifique en Russie soutient de telles initiatives. 

Par exemple, Andrei Shutov, président de la Société russe des politologues et doyen de la faculté de sciences politiques de l'université d'État Lomonosov de Moscou, a récemment déclaré que « la partie théorique des sciences politiques enseigne encore des sujets qui ont été développés par des représentants anglo-saxons d'écoles de recherche. La Russie d'aujourd'hui a besoin d'un accent différent, national. Il est nécessaire d'analyser de manière critique l'ensemble des disciplines générales enseignées. La Russie est la première et la plus importante des puissances challengeuses aujourd'hui. Un processus de souverainisation de la science politique a été mis en route.... Les cours et les programmes de travail des disciplines doivent être révisés dans le contexte des transformations modernes. La situation actuelle dans le monde exige des mesures urgentes pour modifier les cours en mettant l'accent sur l'étude et le développement du riche patrimoine créatif de l'école nationale de science politique » [iii].

61ox5ikFM2L._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Un travail similaire est effectué par le Centre d'éducation et de recherche « École politique supérieure portant le nom d'Ivan Ilyin », récemment créé au RSUHU et dirigé par le célèbre philosophe et docteur en sciences politiques Alexandre Douguine [iv]. En ce sens, il est tout à fait naturel que les activités du Centre aient suscité une réaction moins qu'adéquate de la part du public exalté, dont les sources d'influence sont visibles à l'œil nu. À cet égard, Vyacheslav Volodin, président de l'assemblée fédérale de la Douma d'État de Russie, a fait remarquer que « les ennemis de la Russie tentent de nous diviser de l'intérieur » et que les activités du Centre « sont les tâches essentielles et les questions les plus importantes sur lesquelles le Centre Ivan Ilyin peut et doit travailler ». Et pas seulement lui, mais nous tous avec vous » [v].

On espère que le travail de ce centre, ainsi que d'autres organisations similaires, gouvernementales et non gouvernementales, sera systématique et stratégique. D'autre part, on peut s'interroger sur la pertinence, par rapport aux réalités actuelles, d'un certain nombre d'institutions qui continuent d'évaluer la réalité à l'aide de clichés occidentaux. Par exemple, si l'on analyse attentivement ce qu'écrivent les experts de l'un des principaux groupes de réflexion russes spécialisés dans les questions de politique étrangère, on remarquera un style qui imite la science politique occidentale. Même de nombreux termes ne sont que des calques, bien qu'en russe ils sonnent plutôt faux. Par exemple, le terme « connectivité » [vi], souvent utilisé aux États-Unis et dans l'UE, fait référence à toutes les régions. Traduit en russe, le terme « connectivité » a une connotation légèrement différente et négative. Comme si quelqu'un voulait attacher ou lier quelqu'un. Bien qu'un synonyme plus adéquat puisse être utilisé: par exemple, « connexion ». Il en va de même pour de nombreux autres mots empruntés: fournisseur, amortissement (appliqué à la sécurité), etc. 

1 AQMGrnIHJnN_tX2fll6McQ.jpg

Il semble que les auteurs, qui utilisent volontiers des expressions occidentales dans leur vocabulaire, tentent de suivre une certaine mode (la vieille idée des Occidentaux et des libéraux selon laquelle tout est mieux en Occident, y compris les termes) et de voiler les spécificités de leur position derrière cette façade de fouillis linguistique. Il faut admettre qu'une certaine confusion dans les mots étrangers n'est pas apparue à l'époque du libéralisme d'Eltsine, bien qu'elle ait atteint un pic évident pendant cette période, puisque les réformes de l'époque étaient supervisées par toutes sortes de consultants étrangers, généralement venus des États-Unis. Mais même sous l'URSS, il y avait des divergences. 

Par exemple, les deux agences de renseignement américaines - CIA et NSA - ont la même consonance en anglais - Agency, mais pour une raison quelconque, en russe, les agences de renseignement s'appelaient Directorate et les agences de sécurité s'appelaient Agency. Aujourd'hui encore, nous utilisons ces noms, en grande partie parce que c'est ainsi que les choses se passent. Il y a des cas non seulement de mauvaise interprétation, mais aussi de compréhension superficielle de certains mots. 

Prenez le concept de multipolarité. La déclaration conjointe Chine-Russie sur la multipolarité a été enregistrée aux Nations unies le 15 mai 1997. 27 ans après cet événement, le concept de multipolarité est-il bien compris dans les milieux russes de la science politique ? Qu'est-ce qu'un pôle dans le cadre de cette théorie ? Les Russes occidentalistes se référeront tous aux études des auteurs américains sur la multipolarité, qui sont basées sur le modèle des pôles géographiques, où une certaine opposition est ancrée et historiquement liée à la science positiviste. 

Mais pourquoi ne pourrions-nous pas nous appuyer sur d'autres idées en la matière, qui pourraient être plus adéquates, plus concises et plus précises [vii] ? [Dans ce cas, c'est particulièrement important parce que de telles significations véhiculent une sorte de sagesse conventionnelle, c'est-à-dire que lorsqu'un terme est mentionné, il n'est pas nécessaire de le mâcher en profondeur - et il est supposé être parfaitement compris et familier à la société dans laquelle il est utilisé. Mais une compréhension superficielle déclenche l'effet de ciseaux linguistiques - il semble que l'on sache de quoi l'on parle, mais ce n'est pas tout à fait clair. 

1 DxQBdmcL8Ow2MXN-nVRzvQ.jpg

Les médias de masse constituent une question distincte et assez importante, car ce sont souvent eux qui forment l'appareil conceptuel du grand public. Il est grand temps que les médias russes, qui diffusent des informations à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du pays, élaborent un dictionnaire des expressions obligatoires afin de transmettre correctement le sens de ce qui se passe. Bien que de nombreuses grandes agences de presse continuent malheureusement à être descriptives, sans se pencher sur les causes et les effets, les accents et certaines tournures de phrase sont toujours nécessaires. 

Tout d'abord, une méthode miroir est nécessaire. Par exemple, les médias occidentaux, lorsqu'ils décrivent les frappes des FAU sur le territoire russe, ajoutent toujours la phrase « comme indiqué par la Russie », comme pour signifier que cette information n'est pas digne de confiance ou doit être vérifiée. Alors que toute la propagande du régime de Kiev, même la plus odieuse, passe toujours pour la vérité de dernier recours. Par conséquent, nous devons également faire certaines remarques concernant leurs déclarations dans la présentation de toute information. 

Deuxièmement, lorsque nous faisons référence aux agences occidentales (dont, hélas, nos médias tirent encore des informations), nous devrions toujours émettre une réserve sur le fait qu'il s'agit d'instruments d'influence mondialistes émanant de groupes oligarchiques occidentaux. Même dans un contexte historique, il est possible de donner des paramètres de clarification sur certains événements. Non pas la « réunification allemande », mais « l'annexion non violente de la RDA par la RFA avec le soutien de l'OTAN ». Non pas « entreprises étrangères » mais « cartels néolibéraux ». 

Et le terme « libéralisme » lui-même devra être clarifié. En effet, comme l'a souligné à juste titre l'universitaire américain Paul Gottfried, le libéralisme actuel est un non-sens, car « le libéralisme, bien compris, n'exigeait ni n'encourageait nécessairement (...) la tolérance de pratiques sexuelles bizarres, le remplacement des États-nations par des organisations internationales, la tolérance de discours ouvertement incendiaires visant à renverser le gouvernement (...) ». L'ère postlibérale actuelle n'est pas entièrement séparée de son prédécesseur libéral, mais la traite comme l'hérésie chrétienne traite la doctrine chrétienne » [viii]. 

Cela montre que même si nous analysons les travaux des penseurs conservateurs des États-Unis eux-mêmes, nous trouverons dans leurs critiques de nombreuses idées rationnelles qui mettront en évidence les erreurs des mondialistes et aideront à trouver une définition appropriée. Quant à notre propre philosophie et à notre science politique, nous devons en développer nous-mêmes tout l'appareil. D'ailleurs, dans l'entre-deux-guerres du siècle dernier, les Eurasiens y sont partiellement parvenus et ont donné au monde des expressions vraiment uniques dans les domaines de la géographie, de la politique, du droit et de l'histoire.

Notes de bas de page :

i) publication.pravo.gov.ru/Document/View/0001202211090019 
ii) publication.pravo.gov.ru/document/0001202405080001   
iii) ruspolitology.ru/ekspertnaya-deyatelnost/ 
iv) www.rsuh.ru/education/section_228/vpsh.php 
v) tass.ru/obschestvo/20602719 
vi) russiancouncil.ru/news/gorodskoy-zavtrak-rsmd-nalazhivanie-regionalnoy-svyazannosti-v-evrazii-interesy-i-strategii-klyuchev 
vii) katehon.com/fr/article/mnogopolyarnost-i-mnogostoronnie-otnosheniya 
viii) chroniclesmagazine.org/view/our-grim-postliberal-future/

18:22 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, russie, sémantique, vocabulaire politique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 28 mai 2024

La longue guerre

7a99555b9aef3d8fa8b0ef61049df7e8.jpg

La longue guerre

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/la-lunga-guerra/

La guerre sera longue. Très longue.

Mais pas celle entre la Russie et l'Ukraine. Celle-ci atteint déjà son épilogue. Et Kiev a perdu. Son armée est en déroute. Démotivée, contestée.

Et les dirigeants ukrainiens ne trouvent rien de mieux que des actes de terrorisme, de plus en plus inefficaces. Non pas tant parce qu'ils croient pouvoir renverser le cours du conflit, mais pour démontrer une certaine vitalité opérationnelle. Afin de continuer à recevoir de l'aide, et surtout de l'argent, de la part de l'Occident collectif.

Et pendant ce temps, des générations d'Ukrainiens sont inutilement envoyées à l'abattoir.

On ne sait pas quand la Russie portera le coup final. Il se peut qu'elle le fasse déjà. Et quand ses troupes arriveront ou non à Kiev. Mais, en fait, ce n'est pas son objectif. Notamment parce qu'elle fait une évaluation politique de la situation. C'est-à-dire que sa conscience est lucide, qu'elle s'est désormais clairement imposée à ses décideurs: la Russie sait que la guerre contre l'Ukraine n'est que le premier épisode d'un conflit beaucoup plus vaste. Et, surtout, que cette guerre est destinée à durer longtemps. Très longtemps.

En effet, ce n'est que le début du choc frontal avec Washington et ses alliés. Et l'on peut déjà entrevoir les prochains fronts qui pourraient - et j'espère que le conditionnel restera de mise - s'ouvrir prochainement.

Deux de ces front sont le Caucase et les Balkans.

En Géorgie, depuis des semaines, une autre version de la révolution colorée tente de s'imposer. Des minorités de manifestants - amplifiées par les miroirs déformants de nos médias - ont protesté contre la « loi russe ». Il s'agit de la loi, adoptée par la majorité du Parlement, qui encadre la présence et les actions des ONG étrangères en Géorgie. Elles sont considérées comme des instruments permettant de conditionner les choix politiques nationaux depuis l'étranger.

Des manifestations qui ont bénéficié du soutien de la présidente de la République, Salomé Zourabichvili, jadis naturalisée française, qui a été élue précisément grâce au soutien des ONG étrangères. Plus ou moins liées à l'omniprésente Open Society de Soros.

cover-r4x3w1200-6633e15ef0e2b-6cde47b455db94e506a224c50eb7f9f03534c3e7-jpg.jpg

La tentative a cependant échoué. Et la « loi russe » est passée. C'est alors que Washington a annoncé son intention de revoir les accords, économiques et de défense, avec Tbilissi.

L'Union européenne est allée plus loin.

Allant jusqu'à menacer, par la bouche d'un de ses commissaires, le chef du gouvernement géorgien. Considéré comme pro-russe. Attention à ne pas finir comme Fico, a-t-il dit publiquement.

Or, il est clair que le Caucase représente, dans la stratégie de l'OTAN, le nouveau front à ouvrir, compte tenu de l'effondrement imminent du front ukrainien.

Une autre guerre par procuration. Tenter de rompre l'équilibre non seulement en Géorgie, mais aussi en Arménie. Et forcer Moscou à prendre un nouvel engagement. Peut-être plus intense encore, étant donné la complexité de la mosaïque caucasienne.

CARTE-GAGAOUZIE.jpg

Et puis, il y a les Balkans. La tension entre la Moldavie, de plus en plus proche de l'OTAN, et les provinces rebelles, qui regardent vers Moscou. La Transnistrie, surtout. Et puis la petite Gagaouzie.

Mais le véritable nouveau front des Balkans est représenté par la Serbie. La récente condamnation par l'ONU des événements de Sebrenica, voulue par Washington, conduit, comme on pouvait s'y attendre, à la déclaration d'indépendance de la Republika Srpska. La composante serbe de la soi-disant fédération bosniaque - qui n'a jamais existé que sur le papier - s'impatiente depuis longtemps des décisions d'un commissaire européen imposées par les armes de l'OTAN. Des décisions toujours déséquilibrées en faveur de la composante bosniaque musulmane.

unnrepsrpskaed.jpg

La décision de l'ONU avait pour but d'accélérer une décision sécessionniste déjà latente.

Une sécession qui ne manquerait pas de déboucher sur une intervention de l'OTAN. Et à une nouvelle guerre avec Belgrade, qui ne peut pas abandonner la minorité serbe de Bosnie.

Une guerre dans laquelle Moscou serait inévitablement entraînée. Car la Serbie est son allié le plus sûr dans la région des Balkans.

Et ceux-ci, le Caucase et les Balkans, ne sont que deux des nouveaux fronts à venir de cette guerre. Que l'on peut définir comme on veut, hybride, asymétrique, par procuration... mais qui reste, cependant, une longue, très longue guerre. Dont nous n'assistons qu'aux premières étapes.

 

 

jeudi, 23 mai 2024

Alexey Khomyakov: le choix de la lumière

homyakovas-e5cbc9-small.jpg

Alexey Khomyakov: le choix de la lumière

Alexander Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/aleksey-homyakov-vybor-sveta?fbclid=IwZXh0bgNhZW0CMTAAAR1R0W1UkcKpWk0QBsrLrLU4UMDJ8SD-ZoUEimPDG3Pb2Y5Adgg0C51yeH4_aem_AeGHvfsJribDsIlURfNfHdFQJtc4uIHoVpIl-pnBfVDA8YcSXADq3kYCXuxNra9Yj8JKnjhB2lJIu5q2lx6moctO

La « tâche » formulée par Odoevsky et Venevitinov, et plus largement par le cercle des nemultis russes, de créer une philosophie véritablement russe est devenue une tâche qui s'est étendue sur deux siècles. Les premiers à réagir furent les slavophiles, également issus de ce cercle. Plus tard, les eurasianistes ont développé leurs activités dans la même veine, et après une autre étape - les néo-eurasianistes de la fin du 20ème siècle, et enfin, cette « commande » a été prise comme un impératif dans « Noomakhia » et nos autres travaux axés sur l'exploration de la possibilité d'une philosophie authentiquement russe [1].

217.jpg

Dmitry_Venevitinov.jpg

Alexei Stepanovich Khomyakov, ami proche de Vladimir Odoevsky (photo, en haut) et de Venevitinov (photo, en bas), a consacré toute sa vie à une étude comparative à grande échelle des cultures et des civilisations. Cette œuvre - « Sémiramis »[2] - n'a jamais été publiée de son vivant. Ce faisant, Khomyakov cherchait non seulement à donner une volumineuse description de chacune d'entre elles, ce qui semble évidemment impossible, mais à proposer une classification selon laquelle ces civilisations pourraient être logiquement réparties. En fait, il aborde une méthodologie sur base de Logos dominants, qui est, de fait, la base de ma « Noomachia », mais il décrit ces Logos dans d'autres termes et dans d'autres correspondances structurelles.

Khomyakov part de l'idée, courante à son époque, qu'il existe cinq races humaines - blanche, jaune, noire, rouge et "olive", correspondant plus ou moins aux cinq continents. Le pôle des blancs est l'Europe, celui des jaunes l'Asie, celui des noirs l'Afrique, celui des rouges l'Amérique, celui des aborigènes de l'Australie et du reste de l'Océanie. Peu à peu, Khomyakov arrive à la conclusion que les trois races fondamentales ne sont que trois - la blanche, la jaune et la noire - et que les deux autres - la rouge et l'"olive" - sont le produit de leur mélange. Cette division en trois races était également conforme aux vues des anthropologues d'Europe occidentale du 19ème siècle, notamment Lewis Morgan [3] (1818 - 1881), les races correspondant généralement, dans ces théories, à trois types de sociétés: la civilisation blanche, la barbarie jaune et la sauvagerie noire.

Cependant, Khomyakov ne se contente pas d'une telle systématisation et, en accordant une attention particulière à l'histoire des Slaves, qui occupent les terres non seulement de l'Europe mais aussi de l'Asie, il souligne la proximité ethnique et linguistique des peuples iraniens et indiens avec la communauté indo-européenne (indo-germanique). Il s'éloigne ainsi d'une approche raciale au profit d'une approche ethnoculturelle et linguistique. Cela l'amène à identifier les similitudes des langues et de la culture slaves avec les peuples indo-européens d'Asie - et en premier lieu avec la civilisation indienne. Ce n'est pas un hasard si, dans la première partie de Semiramis, il donne une longue liste de mots homonymes en russe et en sanskrit. Certaines convergences étymologiques ont été contestées par la suite, mais la principale conclusion de Khomyakov était tout à fait correcte : les peuples indo-européens d'Asie (Iraniens, Hindous, Afghans, etc.) et d'Europe (Grecs, Latins, Celtes, Germains, etc.) avaient une origine commune et avaient autrefois une langue et une culture communes, et les Slaves faisaient partie intégrante de cette communauté indo-européenne [4].

6055457242.jpg

Khomyakov passe ensuite à l'étape suivante : après avoir reconnu que la division raciale n'est pas la plus importante du point de vue du sens de l'histoire, il propose un nouveau critère qui mérite plus d'attention. Ce n'est pas tant la race qui importe, mais le type de conception religieuse. C'est elle qui est déterminante. La façon dont Khomyakov interprète le type de conception religieuse est tout à fait conforme à l'idée de Logos dans « Noomakhia ». Dans ce cas, Khomyakov distingue deux origines fondamentales (racines) et, dans une certaine mesure, universelles : l'iranienne et la kouchite. Nous pourrions les appeler le « Logos kouchite » et le « Logos iranien ». Chacun d'entre eux est traité dans les volumes respectifs de Noomakhia [5]. Khomyakov déclare :

La comparaison entre la foi et l'illumination, qui dépend uniquement de la foi et consiste en elle (comme tout ce qui est appliqué consiste en la science pure), nous conduit à deux principes fondamentaux : l'iranien, c'est-à-dire le culte spirituel d'un esprit créateur libre ou un monothéisme primitif élevé, et le kouchite, la reconnaissance de la nécessité organique éternelle, produisant en vertu de lois logiques inévitables. Le kouchitisme se divise en deux parties : le shivaïsme, culte de la substance régnante, et le bouddhisme, culte de l'esprit servile qui ne trouve sa liberté que dans l'autodestruction. Ces deux origines, iranienne et kouchite, dans leurs chocs et mélanges incessants, ont produit cette infinie variété de religions qui a marqué le genre humain avant le christianisme, et surtout l'humanité artistique et fabuleuse (anthropomorphisme). Mais, en dépit de tout mélange, la base fondamentale de la foi est exprimée par le caractère général de l'illumination, c'est-à-dire l'éducation verbale, l'écriture des voyelles, l'utilisation de la langue française, l'utilisation de la langue anglaise, la simplicité de la vie communautaire, la prière spirituelle et le mépris du corps, exprimé par le fait de brûler ou de donner le cadavre à manger aux animaux dans l'iranisme, et l'éducation artistique, l'écriture symbolique, la structure conventionnelle de l'État, la prière incantatoire et le respect du corps, exprimé par l'embaumement, ou le fait de manger les morts, ou d'autres rituels similaires, dans le kouchitisme [6].

En fait, Khomyakov distingue ici le Logos d'Apollon, qui est le plus proche du Logos iranien, et le Logos de Cybèle, qu'il rapproche de la civilisation égyptienne méridionale de Kush. Ces deux métaphores sont confirmées par la Noomachie.  Le Logos iranien représente l'une des formes (dualistes) les plus vivantes et les plus originales du Logos vertical-patriarcal indo-européen d'Apollon [7], tandis que l'horizon kouchite et le territoire adjacent à la Corne de l'Afrique, qui était probablement le foyer ancestral de l'ensemble du cercle culturel afro-asiatique (y compris les Sémites, les Kouchites, les Égyptiens et les Berbères), est en effet proche dans ses racines les plus profondes du Logos de Cybèle [8]. Dans le même temps, il convient de souligner la perspicacité de Khomyakov lorsqu'il distingue les Iraniens (et non les Grecs, les Hindous, les Allemands, les Latins et les Celtes) des peuples indo-européens en tant que porteurs de la culture paradigmatique. Nous arrivons à la conclusion de l'influence colossale et parfois décisive des débuts iraniens sur le judaïsme et l'hellénisme post-babyloniens (et par conséquent sur le christianisme, le byzantisme et l'Europe dans son ensemble), d'une part, et sur les vastes étendues de l'Asie - de l'Asie centrale à l'Inde du Nord, au Tibet et à la Mongolie, d'autre part, et de la profonde sous-estimation de cette influence dans notre étude sur le Logos iranien [9]. Pour Khomyakov, l'Iran est un symbole de la verticale solaire indo-européenne.

29184914695_fee1d481d4_b.jpg

Africa_in_400_BC.jpg

Le début kouchite est pour Khomyakov une civilisation de la fatalité, de la nécessité objective, une sorte de matérialisme sacral qui place l'homme à la périphérie de l'ontologie. C'est un trait distinctif de la civilisation de la Grande Mère, un signe clair du Logos de Cybèle. Une fois encore, la conjecture de Khomyakov sur le lien entre cette vision du monde matriarcale et matérialiste à l'origine et Kush s'avère correcte, ce qui est confirmé par nos études sur les civilisations et les cultures des peuples d'Afrique du Nord [10].

800px-Nb_pinacoteca_stieler_friedrich_wilhelm_joseph_von_schelling.jpg

RO40145918.jpg

D'autre part, nous pouvons reconnaître dans cette reconstruction l'influence du regretté Schelling (tableau, ci-dessus) qui, dans ses conférences sur la « Philosophie de la mythologie » [11], a esquissé une image grandiose de l'histoire du monde comme déploiement de la pensée divine, résolvant le problème métaphysique de la signification absolue - comment le léger et raisonnable A2 initial (dans la terminologie de Schelling) formalisera sa relation avec ce qui le précède logiquement et ontologiquement - le sombre abîme apophatique - B. Nous nous sommes référés à plusieurs reprises à ce modèle de Schelling, en découvrant et parfois en corrigeant ses incohérences lorsqu'il s'agit de le mettre en relation avec certaines civilisations (par exemple, en ce qui concerne son interprétation de la culture babylonienne ou du judaïsme primitif [12]), ainsi qu'en suggérant un développement particulier de ses idées en relation avec les figures et les Gestalten (les formes) que Schelling lui-même n'a pas pris en considération (en premier lieu, la figure de Va'ala [13] ou du Trickster [14]).

Khomyakov suit également Schelling en identifiant le « début-racine » iranien avec le Logos rayonnant, A2, et la culture, où le début B, le poids ontologique de la donation autoréférentielle, prédomine complètement, avec le Logos kouchite. Si nous laissons de côté les détails historiques, ethnologiques, linguistiques et religieux, qui, chez Khomyakov, ne demandent pas moins de correction que chez Schelling, le tableau est le suivant : l'histoire du monde est le développement successif de la lutte entre le Logos iranien et le Logos kouchite, c'est-à-dire A2 et B, ou, dans les termes de ma « Noomachia », le Logos d'Apollon et le Logos de Cybèle. C'est ainsi que se construit la dialectique de l'histoire du monde, qui commence par la domination inconditionnelle du Logos iranien, qui est ensuite remplacée par le triomphe du Logos kouchite. Nous voyons ainsi avec la plus grande clarté dans Sémiramis la première version de la « Noomakhia » russe. C'est ce qu'écrit Khomyakov :

Un regard sur l'ancienne dispersion des familles et l'ancienne dispersion de la race humaine, sur la structure fine, polysémique et spirituellement vivante du langage primitif, sur l'espace infini des déserts traversés par les premiers habitants de la terre, sur l'infinité des mers traversées par les fondateurs des premières colonies océaniques, sur l'identité des religions, des rites et des symboles d'un bout à l'autre de la terre, présente une preuve incontestable de la grande illumination, La déformation ultérieure de tous les principes spirituels, la sauvagerie de l'humanité et la triste signification des âges dits héroïques, où la lutte de forces violentes et anarchiques a englouti toutes les grandes traditions de l'antiquité, toute la vie de la pensée, tous les débuts de la communication et toute l'activité intelligente des peuples. Le germe de ce mal se trouve évidemment dans ce pays auquel la gloire ouvre plusieurs âges historiques, dans le pays des Kouchites, qui, plus tôt que tous les autres, oublièrent tout ce qui était purement humain et remplacèrent cet ancien commencement par un nouveau commencement, conventionnellement logique et matériellement formé" [15].

Cette déclaration, cruciale pour comprendre l'essence de la doctrine slavophile, contient un appel direct au Logos d'Apollon, qui pour Khomyakov est la vérité inconditionnelle, le bien et le but. En se plaçant du côté de l'« Iran », Khomyakov se positionne sans ambiguïté dans l'armée des fils de la Lumière, du côté de la verticalité patriarcale et de la liberté céleste. C'est ici que les Slaves devraient être du côté d'Apollon - en tant que dernière légion du Logos de la lumière, prenant le relais des peuples européens et asiatiques qui ont perdu leur mission sous l'assaut du Logos de Cybèle (le début indigène kouchite). En même temps, les derniers mots de ce fragment ne laissent aucun doute sur la manière dont Khomyakov lui-même et les autres slavophiles (ainsi que les membres du cercle des nemüdrovs) évaluent la civilisation moderne de l'Europe occidentale d'aujourd'hui. Elle est dominée par le Logos de Cybèle, et les principes du « début logique et matériellement éduqué » sont élevés au rang de valeur suprême et d'objectif ultime. D'où l'appel à s'opposer non seulement à l'Occident, mais à l'Occident moderne, qui a fait le même choix que de nombreuses civilisations anciennes, en abandonnant le commencement iranien au profit du commencement kouchite. Le Logos solaire doit désormais être défendu par les Slaves.

aleksey khomiakov,slavophiles,slavophilie,russie,philosophie,alexandre douguine

Ainsi, l'appel aux civilisations anciennes et la tentative d'identifier certains schémas sémantiques dans l'histoire mondiale conduisent Khomyakov à la justification de l'identité russe et à la formulation de la mission historique des Russes et, plus largement, des Slaves. Dans ce cas, le point de référence de Khomyakov est la pensée germanique - en particulier les romantiques, les philosophes idéalistes qui ont été les premiers à s'approcher du problème du sujet radical [16] - Fichte, Schelling, Hegel. Le problème de l'Europe est que les valeurs bourgeoises libérales-démocratiques - essentiellement kouchitiques, mercantiles, matérialistes - y ont prévalu, représentées de la manière la plus frappante par l'empirisme anglais et le rationalisme français, c'est-à-dire que l'Europe est anglo-française, et non germano-slave. Ainsi, Khomyakov écrit :

La France et l'Angleterre sont malheureusement trop peu au courant du mouvement savant de l'Allemagne : elles ont pris du retard sur le grand guide de l'Europe. (...) Il reste le monde germanique, véritable centre de la pensée moderne. Celui qui a préparé tous les matériaux devrait avoir construit l'édifice.

Les œuvres de Herder, Schelling et Hegel sont les fondations d'un tel édifice de l'histoire mondiale. Plus tard, Oswald Spengler [17] (1880-1936) se fixera le même objectif, mais les Russes devraient également participer à la construction de cette version apollinienne de l'historien du monde. L'œuvre de Khomyakov elle-même est une contribution significative à ce projet ; plus tard, une image encore plus détaillée et élaborée de la multiplicité des types historico-culturels et de leurs missions spéciales sera offerte par le slavophile de la seconde génération Nikolaï Danilevsky (1822 - 1885).

Les slavophiles prirent donc la « commande » de Venevitinov très au sérieux et commencèrent à préparer le terrain pour l'émergence d'une philosophie russe distincte qui, aux yeux des slavophiles eux-mêmes, pouvait et devait être une défense radicale du Logos d'Apollon et une bataille contre le commencement kouchite - matérialiste et strictement immanent.

Cette bataille ne concernait pas seulement les relations entre la Russie et l'Occident, et plus précisément entre la modernité de l'Europe occidentale, mais plutôt le champ de confrontation entre les débuts iraniens et kouchites, c'est-à-dire le Logos d'Apollon et le Logos de Cybèle. Ce champ est devenu l'ensemble de la société russe du 19ème siècle, divisée en deux camps. Khomyakov, dans l'un de ses articles polémiques dirigés contre l'historien occidentaliste S. M. Soloviev (1820-1879), a fait la remarque suivante:

L'esprit expérimental s'est tourné plus strictement qu'auparavant vers toute notre vie et toutes nos lumières, y cherchant des courants hétérogènes et justifiant ou condamnant les phénomènes de la vie et l'expression de la pensée non seulement par rapport à eux-mêmes, mais aussi selon que l'on approuve ou rejette le courant qui s'en dégage. C'est ainsi que sont nées deux tendances auxquelles tous les hommes de lettres appartiennent plus ou moins. L'une de ces directions reconnaît ouvertement au peuple russe le devoir d'un développement original et le droit à une pensée autochtone ; l'autre, dans des expressions plus ou moins claires, défend le devoir de notre attitude d'étudiant constant à l'égard des peuples de l'Europe occidentale, et s'est récemment exprimée ex cathedra, avec une extrême naïveté, en déterminant que l'enseignement n'est ni plus ni moins que l'imitation [18].

Ces deux camps sont les slavophiles et les occidentalistes. Les premiers s'appuient sur l'identité russe, en la fondant sur les structures du Logos indo-européen apollinien, tandis que les seconds insistent pour poursuivre la « seconde traduction » et suivre passivement la logique et le rythme des Modernes de l'Europe occidentale (anglo-française), ce qui équivaut à leur défense du Logos de Cybèle et du commencement kouchite. En même temps, les slavophiles parlent de « développement original » et d'« auto-développement » dans le contexte de la justification d'un sujet russe indépendant. Il s'agit de la construction d'une histoire russe et de l'établissement d'une philosophie russe, qu'Odoevsky appelait également de ses vœux. Dans ce cas, ce n'est pas simplement que les Slavophiles appellent à penser de manière indépendante, et les Occidentaux à imiter la culture étrangère. La civilisation de l'ancienne Russie jusqu'à la fin de l'époque de la Russie moscovite était largement basée sur la traduction, mais la « grande traduction » du byzantinisme, couronnée par la théorie de Moscou comme troisième Rome et le couronnement d'Ivan IV comme tsar, était un engagement avec le Logos d'Apollon, tandis que la « seconde traduction », qui a débuté à l'époque de Pierre et est devenue la principale stratégie de l'occidentalisme russe, a entraîné la chute de la Russie dans l'abîme du matérialisme, de l'individualisme, de l'empirisme et de l'athéisme, c'est-à-dire dans l'abîme de la métaphysique kouchite de la Grande Mère.

Notes:

[1] Дугин А.Г. Мартин Хайдеггер. Возможность русской философии; Он же. Русский Логос - русский Хаос. Социология русского общества;Он же. Абсолютная Родина; Он же. Геополитика России; Он же. Археомодерн; Он же. Русская вещь в 2т. М.: Арктогея-Центр, 2001; Он же. Этносоциология. М.: Академический проект, 2012.

[2] Хомяков А.С. Семирамида.

[3] Морган Л. Г. Древнее общество или исследование линий человеческого прогресса от дикости через варварство к цивилизации. Ленинград: Институт народов Севера ЦИК СССР, 1935.

[4] Дугин А.Г. Ноомахия. Логос Турана. Индоевропейская идеология вертикали; Он же. Ноомахия. Восточная Европа. Славянский Логос: балканская Навь и сарматский стиль.

[5] Дугин А.Г. Ноомахия. Иранский Логос. Световая война и культура ожидания; Он же. Ноомахия. Хамиты. Цивилизации африканского Норда. М.: Академический проект, 2018.

[6] Хомяков А.С. Семирамида. С. 442 – 443.

[7] Дугин А.Г. Ноомахия. Иранский Логос. Световая война и культура ожидания.

[8] Дугин А.Г. Ноомахия. Хамиты. Цивилизации африканского Норда.

[9] Дугин А.Г. Ноомахия. Иранский Логос. Световая война и культура ожидания.

[10] Дугин А.Г. Ноомахия. Хамиты. Цивилизации африканского Норда.

[11] Шеллинг Ф.В. Философия мифологии. В 2-х томах.

[12] Дугин А.Г. Ноомахия. Семиты. Монотеизм Луны и гештальт Ва’ала.

[13] Дугин А.Г. Ноомахия. Семиты. Монотеизм Луны и гештальт Ва’ала.

[14] Дугин А.Г. Ноомахия. Цивилизации Нового Света. Прагматика грез и разложение горизонтов. М.: Академический проект, 2017; Он же. Ноомахия. Восточная Европа. Славянский Логос: балканская Навь и сарматский стиль; Он же. Ноомахия. Царство Земли. Структура русской идентичности.

[15] Хомяков А.С. Семирамида. С. 443.

[16] Дугин А. Г. Радикальный Субъект и его дубль. М.: Евразийское движение. 2009.

[17] Шпенглер О. Закат Западного мира. М: «Альфа-книга», 2014.

[18] Хомяков А.С. Замечания на статью г. Соловьева «Шлецер и антиисторическое направление»/ Хомяков А.С. Сочинения в 2 т. Т. 1. С. 519.

Фрагмент книги Дугин А.Г. Ноомахия. Русский Логос-III. Образы русской мысли. Солнечный царь, блик Софии и Русь Подземная.

mercredi, 22 mai 2024

L'Azerbaïdjan, pivot des nouvelles alliances mondiales

c05730498ee072fac9bff7958ec5195b.jpg

L'Azerbaïdjan, pivot des nouvelles alliances mondiales

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/azerbaijan-perno-di-nuove-alleanze-mondiali/

Dans la mort du président iranien Raisi, un détail a été largement sous-estimé par les médias italiens. En revanche, en parfaite harmonie avec le ministre Antonio Tajani qui se révèle, chaque jour un peu plus, comme le parfait successeur de Giggino Di Maio. Certes plus cultivé, mais encore plus dangereux pour l'avenir de l'Italie et la santé mentale de ses auditeurs. Cependant, l'aspect intéressant du voyage fatal de Raisi est sa destination et sa motivation.

Un barrage à la frontière avec l'Azerbaïdjan, en parfait accord avec Bakou. Bien sûr, à l'exception des larbins européens qui ne servent que les intérêts de Washington et de Tel-Aviv, il arrive dans le reste du monde de passer des accords avec ses voisins, même quand on ne les aime pas. Mais c'est la soudaine correspondance amoureuse entre l'Iran et l'Azerbaïdjan qui devrait nous inciter à regarder plus loin. Bakou a toujours été protégé par Ankara dans sa confrontation avec l'Arménie. Alors qu'Erevan était soutenu par la Russie et l'Iran.

Puis l'Arménie a préféré les sirènes néo-atlantistes, a été vaincue par les Azéris, et a choisi le camp de l'UE. Et, à ce moment-là, Moscou et Téhéran ont préféré améliorer leurs relations avec Bakou également parce que, de cette manière, ils amélioraient leurs relations avec la Turquie, renforçant ainsi une alliance de plus en plus précieuse au Moyen-Orient.

Une alliance qui, toutefois, pourrait avoir des répercussions bien au-delà des frontières des pays respectifs. En partant de la Méditerranée, en allant jusqu'à l'Inde et en impliquant de plus en plus l'Afrique. Mais en Italie, les discussions sur le plan Mattei se poursuivent.

Poutine chez Xi Jinping. Pour choisir les partenaires du nouveau gazoduc

np_file_216724.jpeg

Poutine chez Xi Jinping. Pour choisir les partenaires du nouveau gazoduc

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/putin-da-xi-jinping-anche-per-scegliere-i-partner-del-nuovo-gasdotto/

Mongolie ou Kazakhstan ? C'est cette semaine, lors de la rencontre entre Xi Jinping et Poutine, que sera décidé le tracé du nouveau gazoduc qui augmentera considérablement les livraisons de méthane russe à la Chine. Mais Power of Siberia 2 jouera également un rôle géopolitique. D'une part, en effet, il démentira tous les rapports des médias italiens sur le refroidissement des relations entre Pékin et Moscou, avec des spéculations sur le refus chinois de soutenir la construction du nouveau gazoduc. D'autre part, il permettra de renforcer les liens entre les deux pays avec... Oui, avec qui ?

À l'origine, le projet devait passer par la Mongolie. Cependant, la Mongolie a commencé à flirter avec les États-Unis, devenant ainsi une menace potentielle pour la Russie et la Chine. Moscou a donc jugé bon de se tourner vers le Kazakhstan, avec un projet qui calmerait la passion croissante du Kazakhstan pour Washington.

Entre-temps, cependant, l'amour entre la Mongolie et les États-Unis s'est quelque peu estompé, et Xi Jinping et Poutine devront désormais gérer cette situation délicate dans une région qu'ils considèrent comme la leur.

Cette situation n'est pas facile, car elle exige des choix rapides et des réactions de plus en plus décisives face à l'ingérence des États-Unis. Il est évident que Washington veille à ses propres intérêts dans tous les domaines. Cela se voit également au Moyen-Orient, où es States continuent non seulement à soutenir la boucherie perpétrée par Israël, malgré les protestations de leurs campus universitaires, mais tentent également d'éloigner l'Arabie saoudite de son étreinte avec les pays du Brics. Les Etats-Unis tentent donc d'éloigner l'Arabie saoudite des pays du Brics, en particulier de l'Iran sur le plan géopolitique et de la Chine sur le plan financier. L'utilisation de la monnaie chinoise au lieu du dollar pour les ventes de pétrole crée de nombreux problèmes pour la monnaie américaine. Dans l'immédiat et surtout à plus long terme.

Il faut donc faire pression sur Riyad pour que les Saoudiens changent de cap.

samedi, 18 mai 2024

Un Russe en Chine

ca-times.brightspotcdn.jpg

Un Russe en Chine

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/un-russo-in-cina/

Il est venu un Russe en Chine. Et ce Russe, inutile de le préciser, c'est Vladimir Poutine. Le Tsar. Le méchant par excellence, selon nos médias. Isolé, sanctionné, recherché par la Cour pénale internationale... un paria.

Mais à Pékin, il est accueilli avec des honneurs triomphaux. Xi Jinping le salue et l'embrasse comme son ami le plus proche. Fanfares, défilés, discours des plus hautes autorités. Toute l'oligarchie de la Cité interdite fait la queue pour accueillir l'illustre invité.

Il y a quelques semaines, Blinken, le secrétaire d'État américain, fut traité comme un voyageur de commerce qui vient vous déranger à l'heure du déjeuner.

Scholz, le chancelier de la (défunte) Grande Allemagne, fut, lui, reçu par un vice-maire. Même un maire ne s'était pas dérangé.

Cela devrait suffire à comprendre. Mais nos médias continuent à faire l'autruche.

Pékin a pris sa décision. Et, avec le pragmatisme qui caractérise les mandarins rouges, il nous fait comprendre que le choix du terrain est désormais fait.

La Chine et la Russie ne sont plus seulement de grands partenaires commerciaux. Elles sont, à tous égards, des alliés stratégiques. Moscou peut compter sur le soutien total de Pékin dans la confrontation/lutte avec l'OTAN. Un soutien aujourd'hui politique... mais à l'avenir, si le conflit devait déborder les frontières de l'Ukraine, il pourrait prendre une toute autre tournure.

D'un autre côté, à quoi de différent aurions-nous pu nous attendre?

La récente rencontre à Paris entre Xi Jinping et Macron, puis celle avec von der Leyen, s'étaient soldées par un gel. Après que le nouveau duo de comiques involontaires ait été jusqu'à exiger de la Chine qu'elle réduise ses exportations pour « répondre aux normes européennes ». Sic !

Et Washington ? Il arme Taïwan. Il cherche à construire une alliance dans le Pacifique pour enfermer la Chine dans une sorte de ceinture de confinement.

Et, pour faire du marketing à outrance, il impose des droits de douane insensés (jusqu'à 100 %) sur les produits chinois.

Au mépris du libre marché proclamé. Et des accords de l'OMC.

Les seigneurs de Pékin sont rompus à l'arithmétique élémentaire. Et ils ont immédiatement fait le calcul. Deux plus deux égalent quatre. Si Washington et les Européens veulent la guerre, c'est la guerre. Commerciale, économique... pour l'instant. Mais en attendant, ils soudent la relation avec Moscou.

Parce qu'ils pensent que, tôt ou tard, une confrontation armée directe est également inévitable.

Ils ne l'ont pas voulu. Ce n'était pas dans leurs plans. Mais ils sont réalistes.

Ils accueillent donc Poutine comme il convient d'accueillir le principal allié. Dans la prochaine guerre mondiale.

vendredi, 17 mai 2024

Alexandre Douguine: "Nous avons perdu l'Occident, mais nous avons découvert « le reste »"

main-qimg-877a6d130da9aa274909419a6da1089c-lq.jpg

Nous avons perdu l'Occident, mais nous avons découvert « le reste »

Alexandre Douguine

Source: https://www.globaltimes.cn/page/202405/1312443.shtml?fbclid=IwZXh0bgNhZW0CMTAAAR0ffx0OreGKYPtut4jBPJH9zSlaJYX0UyMRC0Kr-x6nLa4vD0WyShqLZTU_aem_AatyfKceoirUhiqHOGccOdhAQiRfdnWrL5iGVH3JHREB1-xH5dDb4moZEve_jQMF31w9-KD0i2NSQhoxaay5OBn5

Note de l'éditeur :

Le philosophe et analyste politique russe Alexandre Douguine, que certains médias occidentaux appellent le « cerveau de Poutine », est l'un des universitaires les plus controversés de Russie. Il a rejoint les plateformes de médias sociaux chinoises telles que Sina Weibo et Bilibili, afin d'approfondir la communication avec les internautes et les universitaires chinois.

Avant l'annonce de la visite d'État du président russe Vladimir Poutine en Chine, le journaliste du Global Times (GT) Yang Sheng a eu un entretien exclusif avec Douguine à Moscou, où il a fait part de son point de vue sur les relations entre la Chine et la Russie et répondu à certains commentaires acerbes et critiques formulés par des net-citoyens chinois sur ses opinions. 

Certaines questions et réponses ont été éditées pour des raisons de concision et de clarté.

GT : Comment prévoyez-vous l'issue de la visite d'État du président Poutine en Chine et l'avenir des relations entre la Chine et la Russie ?

Douguine : En diplomatie, beaucoup de choses ont une signification symbolique. C'est la première visite à l'étranger de Poutine après sa réélection et son investiture. Cette visite n'est cependant pas unique. Il y a quelque chose de plus derrière - la volonté de créer un monde multipolaire.

La Chine ne fait pas seulement partie du système capitaliste, libéral, économique et politique occidental, mais aussi, et d'une certaine manière, elle en est déjà sortie. La Chine y participe, elle y est liée, mais c'est un pôle totalement indépendant, un État souverain et civilisationnel. Il ne fait donc aucun doute que la Chine représente un pôle souverain et un pilier de l'ordre mondial multipolaire.

L'autre pilier est la Russie. Lorsque ces deux piliers d'un monde multipolaire se rencontrent et communiquent, c'est pour montrer la volonté de continuer à construire cette multipolarité avec les deux instances les plus importantes. Le monde d'aujourd'hui n'est plus unipolaire, l'hégémonie de la puissance occidentale est terminée.

000_34RN69C.jpg

Grâce à cette communication et à cette coopération entre deux pôles ou deux piliers (la Chine et la Russie), d'autres pays et régions veulent également rejoindre le « club multipolaire », comme l'Inde, le monde islamique, l'Afrique et l'Amérique latine.

Cela ne signifie pas que nous construisons ou bâtissons une alliance contre quelqu'un. Si l'Occident accepte la multipolarité, il peut participer à la construction de ce monde multipolaire. Mais si l'Occident continue à s'opposer à l'émergence de cette multipolarité, nous serons obligés de lutter contre cette tentative, non pas contre l'Occident, mais contre l'hégémonie en tant que telle.

Nous avons déjà vu à maintes reprises que lorsque l'Occident déclare qu'il poursuit quelque chose, il présume qu'il existe un « ordre mondial fondé sur des règles ». Mais lorsqu'il y a contradiction entre ces "règles" et leurs intérêts, ils changent tout simplement de position.

Ils ont invité la Chine à entrer dans le marché mondial ouvert, mais lorsque la Chine a commencé à prendre de l'avance, certains pays occidentaux ont commencé à imposer des mesures protectionnistes contre la Chine. Ils changent les règles pour servir leurs propres intérêts, parce que ce sont « leurs règles ».

Ensemble, nous voulons nous défendre contre toute tentative de détruire cette multipolarité ou de maintenir l'hégémonie d'une puissance quelconque dans le monde.

GT : Comment la Russie pourrait-elle surmonter toutes les difficultés et tous les défis auxquels elle a été confrontée au cours des deux dernières années, depuis l'éclatement de la crise ukrainienne en 2022 ? Une série de sanctions a été lancée par le monde occidental contre la Russie, mais l'année dernière nous avons vu que selon les données publiées par le gouvernement russe, l'économie russe a réalisé une croissance du PIB d'environ 3,6% en 2023.

Douguine : Pour répondre à votre question, nous devons étudier les différentes versions du processus de participation et de mondialisation. Vous, les Chinois, avez une expérience très particulière en la matière. Vous êtes entrés dans la mondialisation en tant que pays plus ou moins retardé dans son développement. Pendant et après les réformes, vous avez réussi à utiliser la participation à la mondialisation en votre faveur. Vous en avez tiré tous les avantages et vous avez sauvé et renforcé la souveraineté et le pouvoir du Parti communiste chinois (PCC). Ces éléments ont garanti à votre pays une certaine stabilité.

L'expérience russe de la participation à la mondialisation a été tout à fait différente. Tout d'abord, nous avons perdu l'ordre (stabilisateur). Nous avons perdu notre système de cohésion géopolitique, y compris notre contrôle sur l'Europe de l'Est. Nous avons perdu les pays du Pacte de Varsovie et les avons cédés à l'OTAN. Nous avons accepté les valeurs occidentales, les systèmes occidentaux, le type de constitution occidentale, et nous avons perdu tous les atouts de l'Union soviétique.

0820f00d4e6cea953f0b269202b56735.jpg

Nous avons également perdu nos industries, notre économie et notre système financier. Nous avons tout perdu dans les années 1990. Il s'agit donc de deux expériences différentes du processus de mondialisation. La Chine a adopté un meilleur style et a réalisé une croissance rapide tout en préservant son indépendance et sa souveraineté. Aujourd'hui, la sagesse de Deng Xiaoping et du PCC, au cours de toutes ces décennies, se manifeste clairement.

Lorsque Poutine est arrivé au pouvoir, il a commencé à restaurer la souveraineté de la Russie étape par étape. La souveraineté a été placée au centre de sa politique. Et lorsque nous avons été coupés de l'économie occidentale mondialiste, nous n'avons rien perdu. Mais nous avons gagné parce que nous avons été obligés de suivre notre propre volonté, même si cela peut nous faire perdre certains intérêts. En même temps, nous n'avons pas été isolés et nous avons redécouvert que nous n'étions pas seuls dans ce monde.

Nous avons de nombreux partenaires, comme la Chine, le monde islamique, l'Inde, etc. Nous avons également découvert qui est prêt à coopérer avec nous. Nous avons découvert que de plus en plus de pays sont intéressés par un partenariat économique avec la Russie. Nous avons découvert les autres remplaçants de l'Occident, comme les pays d'Afrique et d'Amérique latine ; nous avons donc perdu l'Occident, mais nous avons découvert « le reste ».

683274-weibologo-1394917618.jpg

20210327_wbp502.jpg

GT : Vous avez récemment ouvert des comptes personnels sur certaines plateformes de médias sociaux chinoises telles que Sina Weibo et Bilibili. De nombreux internautes chinois vous suivent pour savoir ce que vous allez dire au public chinois. Pourquoi avez-vous fait cela et lisez-vous les commentaires des internautes chinois ?

Douguine : Tout d'abord, j'ai un grand respect pour la Chine moderne et les traditions chinoises. J'ai écrit un livre intitulé « Le dragon jaune », entièrement consacré à la civilisation chinoise, des origines à nos jours. Aujourd'hui, je vois la gloire de l'esprit, de la culture et de la philosophie de la Chine. C'est le livre d'un amoureux et d'un admirateur de la Chine.

Aujourd'hui, je pense que nous devons développer davantage la base philosophique de l'amitié entre la Chine et la Russie. Les deux pays ne sont pas seulement des partenaires tactiques, mais un alignement entre deux grandes civilisations, et pour promouvoir cela, nous devons mieux nous comprendre.

bab65807c9629dfe977cad5f0fb904b0.jpg

Nos sociétés, nos cultures, nos civilisations et nos valeurs traditionnelles sont très différentes. Elles sont divergentes et, sur certains points, convergentes. Afin de promouvoir un dialogue à part entière entre deux civilisations, j'ai décidé d'ouvrir des comptes sur les médias sociaux en Chine et de parler au public chinois, d'ouvrir la discussion. Je ne fais qu'exprimer mon opinion sur ce qui se passe en Russie, sur ce qui se passe dans le monde, sur la façon dont les Russes perçoivent l'importance de la Chine et sur les principes qui devraient être à la base de nos relations futures.

J'ai commencé par un geste très amical et ouvert à la discussion. Mais après cela, une énorme vague de débats a émergé, et pour moi, c'est étonnant et stupéfiant. Je ne m'attendais pas à cela.

Certaines personnes ont commencé à utiliser des fragments de mes opinions antérieures, datant des années 1990, lorsque la Russie vivait dans des conditions totalement différentes. Avant Poutine, le pays était dirigé par « les traîtres à notre civilisation ». Je considérais [à l'époque] que la Chine entrait dans la mondialisation et qu'elle allait perdre sa souveraineté, et qu'elle allait trahir ses valeurs traditionnelles au profit du capitalisme mondial en trahissant ses idées socialistes et communistes.

GT : Dans les années 1990, vous pensiez donc que la Chine serait transformée par la mondialisation, voire qu'elle rejoindrait l'Occident pour devenir une menace pour la Russie. Mais après cela, vous avez changé d'avis parce que la Chine a également changé, et le changement de la Chine vous a surpris, parce que vous ne vous y attendiez pas, et ensuite vous êtes devenu amical envers la Chine et vous soutenez à nouveau l'amitié Chine-Russie. Est-ce exact ?

Douguine : Absolument ! Tout à fait ! Le fait que le changement ait eu lieu il y a environ 25 ans n'est pas nouveau.

Mes opinions ont changé parce que la Chine a changé, le monde a changé, la Russie a changé, la géopolitique a changé. Et il n'est pas correct d'utiliser mes opinions qui sont sorties de leur contexte pour m'attaquer.

J'ai finalement changé d'avis après avoir effectué des visites en Chine dans les années 2000. J'ai rencontré de nombreux intellectuels chinois et nous avons eu des discussions sérieuses et très fructueuses. Aujourd'hui, j'ai une opinion totalement différente, non seulement d'un point de vue théorique, mais aussi parce que je suis très impliqué dans le travail visant à améliorer la vie de la société universitaire chinoise. Plus je connais la Chine, plus je l'admire. 

jeudi, 16 mai 2024

Aymeric Monville: "Les Français sont contre l'insouciance et la belligérance des hommes politiques"

1711049150989.jpg

Les Français sont contre l'insouciance et la belligérance des hommes politiques

Jafar Salimov interviewe Aymeric Monville

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/28064-aymeric-monville-i-francesi-sono-contrari-all-incoscienza-e-alla-belligeranza-dei-politici.html

Aymeric Monville, auteur d'essais philosophiques et politiques, dit ce que les Français pensent de l'idée d'Emmanuel Macron d'envoyer des soldats de l'OTAN en Ukraine pour combattre la Russie.

* * * *

monville-300x291.jpg- Emmanuel Macron a été le premier de tous les dirigeants mondiaux à affirmer publiquement l'idée d'envoyer des troupes de l'OTAN en Ukraine pour combattre la Russie. Est-ce le reflet d'une sorte de consensus au sein des élites françaises ? Ou préparait-il l'opinion publique à l'afflux de cercueils en provenance de l'Est ? Ou autre chose encore ?

- L'absence de consensus s'est traduite par le fait que même des russophobes patentés ont critiqué le président Macron pour s'être privé de la possibilité d'entretenir la nécessaire « ambiguïté stratégique », bref, de dévoiler ses cartes. Ce qui est frappant, c'est que ses déclarations ne servent manifestement même pas la cause - anti-russe - qu'elles sont censées servir. Ce qui semble décisif dans cette affaire, et ce serait rassurant car cela montrerait qu'il s'agit avant tout d'une question de communication, ce sont les échéances électorales, en particulier les élections européennes de juin prochain.

Face à une perte de légitimité, une inflation galopante et une dette abyssale, Emmanuel Macron joue donc la carte « royale » pour s'opposer, sur sa droite, au Rassemblement national et, sur sa gauche, à La France Insoumise, qu'il juge complaisante à l'égard de la Russie. Il faut comprendre qu'ici, en France, les médias ont habitué l'opinion publique à l'idée que le président Poutine mène une guerre de conquête de plus en plus dirigée vers l'ouest, menaçant, après l'Ukraine, la Pologne, les pays baltes, puis l'ensemble de l'Europe. Toute personne saine d'esprit, ne serait-ce qu'en variant ses informations dans les médias alternatifs et les réseaux sociaux, sait que la Russie n'en a ni l'envie ni les moyens, et que les raisons de l'opération spéciale 2022 sont simplement qu'elle ne pouvait tolérer la présence à ses portes d'un gouvernement hostile pro-OTAN, pro-nazi et russophobe, installé au pouvoir depuis au moins 2014. Emmanuel Macron s'appuie donc sur une opinion publique composée, statistiquement, de personnes âgées encore très habituées à se rendre aux urnes pour exprimer leur opinion, mais qui croient encore qu'il existe des médias officiels respectables et que c'est là qu'elles apprendront la vérité. Elles deviennent ainsi le réceptacle d'une propagande guerrière effrénée, désormais identifiée au pouvoir de Macron.

- La France, qui perd du terrain en Afrique, veut-elle vraiment récupérer ces pertes aux dépens de la Russie ? Ses dirigeants ont-ils une appréciation équilibrée des rapports de force ?

- Il m'est difficile de dire « la France », car je ne pense pas que le Président français, lui-même « jeune leader de la French American Foundation », serve encore les intérêts de la France. Je pense qu'il s'agit plutôt de réaliser ce que Macron préconise comme un grand « saut fédéral européen », dans lequel la France achèverait de brader ce qui lui reste de souveraineté en offrant, sous prétexte de soi-disant sécurité européenne, ses bijoux de famille à ses voisins européens, à savoir sa puissance nucléaire et son siège permanent au Conseil de sécurité de l'ONU. Il est vrai que la France détient encore la carte militaire pour négocier avec ses voisins. C'est là que se situe le rapport de force, car son statut de puissance victorieuse après 1945 lui a donné des pouvoirs que l'Allemagne n'a pas institutionnellement. Mais pour obtenir quoi ? Un moratoire sur sa dette ? Là encore, je ne vois même pas ce qui serait bénéfique au peuple français. Quant à la confrontation avec la Russie, chacun sait qu'il n'y a rien à gagner à ce que deux puissances nucléaires se fassent la guerre.

1_le-neocapitalisme-selon-michel-clouscard.jpg

- Les soldats français ont « mis le pied à terre » en Russie au moins quatre fois. La première fois, il n'a fallu que deux ans aux Cosaques pour conquérir Paris. La deuxième fois, la France a gagné en Crimée, mais la Crimée est restée russe. La troisième fois, la Russie est apparue comme une proie facile pendant la révolution. Enfin, pour la quatrième fois, des volontaires français ont revêtu l'uniforme de la Wehrmacht et se sont battus contre la Russie soviétique, aux côtés des fascistes allemands et des nationalistes ukrainiens. Y a-t-il une raison commune à ces leçons historiques ? La France a profité de la faiblesse de la Russie, mais dans quel but ? Quels intérêts ont prévalu : économiques, politiques, affectifs ?

- Je suis un peu déçu, cher ami, que vous ne mentionniez pas le fait frappant que de nombreux Français ont également combattu aux côtés du peuple soviétique, dans l'escadrille Normandie-Niémen. A l'époque de l'URSS, on connaissait bien cette histoire. Je voudrais vous rappeler que la France d'après-guerre a été principalement marquée, à gauche, par le communisme qui était pro-soviétique, à droite par le gaullisme, et n'oublions pas que de Gaulle avait reconnu le rôle des peuples soviétiques dans la libération du peuple français. Certes, cette sensibilité a été érodée par les attaques des partis pro-atlantistes comme le Parti socialiste et la droite dite « orléaniste », la bourgeoisie d'affaires en l'occurrence. Mais je peux vous assurer que la russophobie, bien qu'étant une idéologie d'Etat, n'est pas partagée par le peuple français, pour toutes les raisons historiques que je viens d'évoquer.

- Des intervenants américains affirment que des soldats français se battent déjà contre la Russie et en Ukraine. Des sources russes rapportent qu'il y a déjà eu des victimes parmi les Français. Dans quelle mesure ces informations sont-elles connues en France ?

- Nous n'en parlons pas du tout. Il faut savoir que la télévision russe, RT, est censurée par l'Union européenne et que les grands médias sont monolithiques sur la question ukrainienne. Mais il est indéniable qu'il y a des formateurs français et britanniques dans les rangs de l'armée ukrainienne ; il est indéniable qu'au moment des accords de Minsk, il y a eu des déclarations inacceptables sur le double standard, qui montrent la responsabilité écrasante de nos dirigeants, à commencer au moins par François Hollande mais aussi Nicolas Sarkozy, qui a ramené la France dans le commandement intégré des Nations unies (dont le général de Gaulle nous avait sortis). Je ne veux pas occulter cette longue et honteuse histoire au profit des dernières déclarations, tout aussi honteuses, du président Macron. La seule issue est qu'en agissant ainsi, il se positionnerait comme un négociateur à l'avenir. Nous sommes nombreux dans l'opposition à penser non seulement que nous n'aurions pas dû soutenir le coup d'État fasciste pro-US à Kiev en 2014, mais aussi que nous aurions dû négocier avec la Russie dès le début de l'opération spéciale sur la base de la reconnaissance des droits des russophones qui ont été victimes d'un véritable génocide culturel. Cependant, face au risque d'effondrement du front ukrainien, il n'est pas exclu que même les plus ardents opposants à la Russie se rendent compte qu'il va falloir s'asseoir et négocier.

macron-et-soldats-2-1024x548.png

- J'ose dire que les intérêts de l'establishment français ne coïncident pas avec les intérêts des masses. Dans quelle mesure la société française est-elle prête à résister aux décisions irréfléchies des hommes politiques ?

- L'opposition est unanime pour condamner ces déclarations bellicistes et est soutenue par une grande majorité de Français. Je pense que cela se verra dans les urnes. Il est également possible que cela se traduise dans la rue, par une recrudescence des manifestations des gilets jaunes. Il faut tenir compte d'une réalité nationale qui échappe parfois aux observateurs étrangers : les Français ne sont pas un peuple docile, ils ont donné l'exemple avec de nombreux soulèvements et révolutions. Dans ce contexte, nos dirigeants ont l'habitude d'expérimenter, de lancer une option pour la retirer aussitôt après lorsqu'ils constatent que la situation est bloquée et que l'opinion publique risque de se retourner contre eux. J'ose espérer que c'est le cas avec ces déclarations bellicistes inconsidérées et honteuses, compte tenu de l'indignation manifeste qu'elles ont suscitée en France et dans le monde.

dimanche, 12 mai 2024

Les enseignements de Clausewitz et les antagonismes historiques contemporains

carl-von-clausewitz-pruisen-officier.jpeg

Paix dictée ou paix négociée en Ukraine?

Les enseignements de Clausewitz et les antagonismes historiques contemporains

Irnerio Seminatore

Le 28 avril dernier Jens Stoltenberg, Secrétaire Général de l’Otan en visite à Kiev, a rassuré formellement Volodymir Zelenski que la guerre contre la Russie pouvait être encore gagnée par l’Ukraine et il a réaffirmé: « La Russie doit bien le comprendre. Elle ne pourra pas gagner. Elle ne pourra pas nous avoir à l’usure ! »

Or à quel type de guerre appartient-elle, cette «Opération Militaire Spéciale», déclenchée par Moscou contre Kiev le 24 février 2022?

Clausewitz et le but de guerre

Suivant les questionnements de Clausewitz sur le but ultime de la guerre (Zweck), qui se confond toujours avec une certaine paix, la modalité du retour à la paix devient le critère de la distinction entre deux espèces de guerre. Paix imposée ou dictée d’une part, paix négociée de l’autre. Celle où la finalité est d’abattre l’ennemi et que l’on veuille l’anéantir politiquement ou que l’on veuille le désarmer, et celle où l’on veut seulement faire quelques conquêtes aux frontières de son empire. La paix devient le critère de l’alternative. Dans le premier cas, le vainqueur impose à l’ennemi mis à terre n’importe quelles conditions, y compris éventuellement la disparition de l’État, voire l’élimination physique de la population (R. Aron, Clausewitz. Penser la guerre - Age européen p.102 103) Dans la pire des hypothèses pour Kiev, la fin politique de la guerre, considérée dans sa totalité (neutralisation), influe sur les objectifs militaires dans la guerre (Ziel) et concerne tout aussi bien la stratégie, ou l’emploi des combats, que la modalité du retour à la paix au moment où s’arrêtent les hostilités (dépeçage de l’Ukraine ?). Cependant « la politique (internationale) ne détermine adéquatement la fin (Zweck) qu’à la condition d’apprécier exactement la nature de la guerre, en fonction des circonstances (régionales, indirectes et systémiques), qui la conditionnent » (p.107). La distinction établie par Clausewitz dans le cadre du « système européen », peut-elle rester la même dans le « système planétaire », où changent la multiplicité des acteurs, la configuration des forces et des volontés, les caractéristiques des enjeux, la diffusion des foyers de conflits, les types de sécurité et, globalement l’homogénéité et l’hétérogénéité du système (européen et mondial)?

Pourra-t-on geler par une paix négociée ou dictée des intérêts distincts et irréductibles, où les erreurs d’évaluations ont été multiples?

En effet, la fin opératoire des hostilités, comme nous le rappelle Clausewitz, et l’objectif immanent à la guerre elle-même en tant qu’acte de violence», c’est de désarmer l’ennemi et désarmer l’ennemi équivaut, dans la lutte entre Etats, à les jeter à terre comme des lutteurs, car « tomber » constitue l’objectif propre de la lutte en tant que preuve de force, dont le but est le renversement politique de l’adversaire (en termes actuel le «regime change»). Cependant dans le conflit ukrainien « le tiers non engagé » (les Etats-Unis et l’Otan, bref l’Occident collectif), resté jusqu’ici en dehors du duel formel des forces et des volontés aux prises, manifeste son influence dans l’action réciproque de l’offensive et de la défensive et, sous différentes manières, évite « d’introduire dans la philosophie (et dans la pratique) de la guerre un principe de modération, sans commettre une absurdité » (p.110).

« Pugna cessat, Bellum manet ! »

Puisque la résistance à l’envahisseur dépend de la grandeur de ses moyens et de sa volonté, la force morale des Ukrainiens, qui échappe à tout calcul, serait laissée à son seul sentiment d’hostilité, vis-à-vis des Russes, en cas de paix négociée, selon le principe du « Pugna cessat, bellum manet » (la bataille cesse, mais la guerre perdure !). En définitive, la stratégie d’hostilité à la Russie, adoptée sous l’unipolarisme américain successif à l’effondrement de l’Union Soviétique (1989) demeure encore déterminante aujourd’hui, perdurera avec toute probabilité au delà d’une éventuelle paix négociée, servant d’aliment à la peur et, peut-être à tout esprit de revanche future et reste conditionnée par trois facteurs majeurs :

- L’évolution des combats sur le terrain;

- l’unité et la fermeté de la fragile coalition occidentale;

- l’incertitude sur le leadership européen et sur le rôle de l’Amérique après les élections présidentielles de novembre prochain.

Une paix négociée (comme masque d’une paix de capitulation) comporterait pour Moscou une victoire diplomatique face aux BRICS, à l’OCS et à l’AUKUS et un critère de mesure du succès du partenariat Russie-Chine, comportant une baisse des tensions dans le cadre du système international. Pour mieux préciser, la modalité du retour à la paix est définie par R. Aron comme le point de rencontre entre l’objectif militaire et de la fin politique (du conflit).

ConflitUkraine_site-e1712570190502.jpg

Pourparlers de paix de mars - avril 2022

Les révélations récentes de la revue Foreign Affairs sur l’occultation par la presse occidentale des pourparlers de paix entre Zelenski et Poutine, de mars-avril 2022 pouvant conduire à un arrêt des hostilités rappellent que Kiev et Moscou étaient prêtes à envisager des compromis extraordinaires pour mettre fin à la guerre". Si Kiev et Moscou reviennent à la table des négociations cela revient à dire que le but de la guerre n’est pas la victoire militaire, ce en quoi a échoué à Zelenski, lors de la contre-offensive des mois de juin-septembre 2023, mais le but de guerre, la neutralisation de l’Ukraine, qui n’intéressait pas les Occidentaux (Johnson-Blinken), autrement dit la sécurité de la Russie, ou encore, l’application des Accords de Minsk 1 & 2. Il reste qu'en réalité le seul point que les Russes considéraient comme non négociable était la neutralité de l'Ukraine, assortie de certaines garanties, jugées nécessaires par Kiev, à savoir que certaines puissances mondiales, dont les Etats-Unis, s'engagent à la défendre en cas d'attaque russe.

En revenant à la doctrine et, encore davantage à la réalité historique, la victoire militaire appartient au vocabulaire de la tactique et correspond aussi à la recommandation de J. F. C. Fuller de « penser la guerre non en elle-même, mais par rapport à la paix ! », autrement dit à des rapports politiques et à des conditions de stabilité viables.

Or l’opposition de Kiev à l’objectif politique initial qui fut à l’origine du choc des forces et des volontés russes et ukrainiennes et à l’opération militaire spéciale qui en découla, comportèrent une sous-estimation de l’importance ultérieure de l’engagement. Borné à une perspective purement régionale et à une conception antagoniste des équilibres de sécurité russo-américains, Zelenski fit appel indéfiniment au soutien en ressources des Occidentaux, en jouant au chantage des uns contre les autres et à l’épouvantail d’une hypothétique invasion de l’Ukraine, de la Pologne, des Pays Baltes, et de la Moldavie de la part de Poutine.

vFi9BJb5VmkEPrczafY8k4mCzySSvwxZ.jpg

Des négociations impossibles ?

Il rejeta à plusieurs reprises toute discussion avec Moscou signant notamment un décret, en 2022 qui déclarait officiellement toute négociation "impossible".

Le général Vadym Skibitsky (photo), numéro deux du directoire du renseignement militaire ukrainien (HUR), a avoué récemment à la revue The Economist que des discussions seront nécessaires à un moment donné, comme c'est le cas dans toute guerre. "Le général Skibitsky dit qu'il ne voit pas comment l'Ukraine pourrait remporter la guerre sur le seul champ de bataille. Même si elle était capable de repousser les forces russes à ses frontières - une perspective de plus en plus lointaine-, cela ne mettrait pas fin à la guerre", écrit la revue.

Entre temps ont changé radicalement les trois notions qui président à l’affrontement armé, celle d’ennemi, de stabilité et de système et s’est radicalisée outre mesure celle d’hostilité civilisationnelle.

En ce sens les liens entre politique et guerre nous conduisent à rendre explicite l’idée que dans les philosophies de l’action, commandées par la dualité des moyens et des valeurs morales, d’une part, et par le but politique, d'autre part, l’emploi des moyens se transforme, dès lors que le but de guerre change et que, dans le cas de l’Ukraine, on est passé d’une stratégie régionale à une stratégie globale et systémique. Ainsi ce conflit figurera comme un combat partiel de la stratégie mondiale dans laquelle il est impliqué, en vue d’une alternative hégémonique. En outre ce conflit définit la mesure des forces à mobiliser pour une grande preuve historique. Il en découle que l’entreprise hégémonique ne déterminera le conflit européen qu’à la condition d’apprécier exactement l’ampleur et la complexité de la guerre générale et globale. Dans cette perspective le conflit d’Ukraine figurera comme l’activateur indirect et le moment tactique d’une stratégie globale d’alternative systémique, celle du duel du siècle entre les Etats-Unis et la Chine.

Bruxelles 9 mai 2024

mercredi, 08 mai 2024

L'intelligence artificielle dans le monde russe

6168f4be7300c3d1bea9bf479d19ff27.jpg

L'intelligence artificielle dans le monde russe

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/05/01/tekoaly-venalaisessa-maailmassa/

Le philosophe russe Alexandre Douguine craint que la technologie de l'intelligence artificielle ne change le monde tel que nous le connaissons, ainsi que les êtres humains eux-mêmes. « Dans le domaine de l'intelligence artificielle, l'humanité doit être conçue comme un grand ordinateur, mais ses composants ne fonctionnent pas parfaitement », déclare-t-il.

« Le matérialisme, le nominalisme, l'évolutionnisme, la philosophie analytique (basée sur le positivisme logique) et la technocratie » ont préparé le terrain théorique pour une « quatrième révolution industrielle », qui sera « diffusée et mise en œuvre par le biais de la science, de l'éducation et de la culture ».

« Dans un certain sens, l'humanité telle qu'elle est présentée par la science et la philosophie modernes est déjà une intelligence artificielle, un réseau neuronal. L'IA est humaine dans la mesure où les épistémologies modernes et postmodernes imitent artificiellement la pensée humaine", conclut Douguine.

« L'État bourgeois est l'ordinateur de la première génération, la société civile la deuxième, le pouvoir total du gouvernement mondial la troisième, et la transition vers l'IA, la quatrième, qui achève le processus d'aliénation [de l'humanité] », énumère le politologue.

Dans ce cadre, « l'histoire du capitalisme est le processus de création du superordinateur ». « L'ère moderne culminera inévitablement dans l'intelligence artificielle, à moins que la vision du monde scientifique antithéiste et antihumaniste du modernisme ne soit abandonnée », estime Douguine.

03161b9b0586ddd308fda71ca2f20276.jpg

L'IA est le « dernier arrêt » pour Douguine, mais « ce train a été pris il y a cinq cents ans ». Pour inverser cette tendance, il faudrait faire dérailler le capitalisme ici et maintenant. Existe-t-il une volonté de le faire, dans quelque direction que ce soit ?

L'opération militaire spéciale [en Ukraine] est une guerre philosophique", affirme Douguine. « La tâche des Russes est de vaincre la cyber-réalité. Il n'est guère possible de l'éviter. Il faut chevaucher le tigre et transformer le poison en médicament. L'idée russe doit conquérir et soumettre non seulement l'Ukraine, mais aussi l'intelligence artificielle. Tels sont les enjeux", s'enflamme le penseur.

Mais qu'en pense le dirigeant russe, le président Vladimir Poutine lui-même? Il salue l'IA comme « une réalisation exceptionnelle de l'esprit humain ». Néanmoins, il estime également qu'il est « important de réfléchir à ce que les gens ressentent en présence des machines ».

« Où fixer les limites du développement de l'IA ? Ces questions éthiques, morales et sociales ont suscité de sérieux débats dans notre pays et dans le monde entier. Certains ont même suggéré de reporter le développement dans le domaine de l'IA générative et particulièrement puissante, qui devrait avoir des capacités cognitives surpuissantes. »

Poutine est trop pragmatique pour être un luddite hostile à tout développement. « Nier le développement de la technologie n'est pas la voie de l'avenir, car c'est tout simplement impossible », estime-t-il. Même si la Russie interdit l'IA, d'autres continueront à y travailler et le monde russe restera à la traîne. Bien entendu, ce n'est pas ce que souhaite M. Poutine.

« Mais il est crucial de garantir la sécurité et l'utilisation rationnelle de ces technologies, et nous devons nous appuyer sur la culture traditionnelle, entre autres, parce qu'elle est le régulateur éthique le plus naturel du développement technologique. Ces idéaux de bonté et de respect humain ont été exprimés par Tolstoï, Dostoïevski et Tchekhov, ainsi que par d'excellents auteurs de science-fiction tels que Belyayev et Yefremov", ricane Poutine dans le coin éthique de son esprit, en rentrant chez lui.

61959edc1380b3427bbb099a4d79a774.jpg

« On peut demander à l'intelligence artificielle de réfléchir aux moyens de limiter le champ de ses activités afin d'éviter de franchir certaines limites préjudiciables à l'homme. Les travaux de nos éminents auteurs ont servi de boussole morale à des générations de scientifiques, permettant à notre pays de remporter des victoires scientifiques et d'utiliser ces réalisations au profit des gens", suggère M. Poutine.

Mais une superpuissance ou une entreprise technologique - ou l'IA avancée elle-même - peut-elle (ou pourra-t-elle) réussir ? - Peut-on limiter le développement afin de ne pas entrer dans une ère transhumaniste, « post-humaine », où la « gouvernance mondiale » est contrôlée par l'IA, comme dans la science-fiction ?

La seule différence entre les différents intérêts dans le développement technologique pourrait être que l'Occident collectiviste, au bord de la ruine, permet à la technologie d'asservir les gens au « wokisme », tandis que la politique identitaire du monde russe favorise le réalisme, c'est-à-dire la reconnaissance qu'il n'y a encore que deux sexes, masculin et féminin.

Pour les experts les plus pessimistes, une intelligence artificielle de type extraterrestre qui pense mille fois plus vite que nous ne détruira pas le monde, mais seulement les hommes qui l'habitent. La « quatrième révolution industrielle » mangera-t-elle les hommes à mesure que s'estomperont les frontières de la réalité telle que nous la connaissons, ou l'IA ne sera-t-elle qu'une bulle informatique de plus ?

mardi, 23 avril 2024

Un armistice à la coréenne pour mettre fin aux combats en Ukraine ?

Copertina_Corea-6180-700x445.jpg

Un armistice à la coréenne pour mettre fin aux combats en Ukraine?

Giorgio Spagnol

Source: http://www.ieri.be/fr/publications/wp/2024/avril/korean-style-armistice-end-fighting-ukraine

Avant-propos

La guerre russo-ukrainienne risque de suivre le schéma habituel des autres conflits interétatiques depuis 1946 : en l'absence de fin des combats au cours de la première année, les guerres conventionnelles durent en moyenne plus d'une décennie. Les issues les plus probables sont un conflit gelé ou un cessez-le-feu, potentiellement avant une décennie, et peut-être, avec le temps, un armistice négocié.

Alors que le conflit entre la Russie et l'Ukraine entre dans sa troisième année, les accords visant à mettre fin aux combats et à rétablir la stabilité régionale pourraient représenter l'issue la moins mauvaise dans des circonstances loin d'être idéales.

C'est pourquoi la résolution du conflit ukrainien par un armistice purement militaire pourrait être une option viable.

La situation actuelle

Les traités de paix sont devenus rares pour toutes les guerres interétatiques depuis 1950. Le pire scénario serait que le conflit russo-ukrainien se transforme en une répétition générale d'une guerre plus large entre l'Est et l'Ouest, impliquant les États-Unis et la Chine. Bien que cette issue soit actuellement beaucoup moins probable qu'un conflit gelé ou un cessez-le-feu, elle ne peut être exclue dans un monde où les grandes puissances sont de plus en plus divisées.

Le conflit ukrainien implique certes un "lourd tribut de souffrances et d'effusions de sang de part et d'autre" et de très graves destructions de biens civils et de moyens de production, avec un nombre énorme de réfugiés et de personnes déplacées. En outre, après plus de deux ans de combats, l'invasion de l'Ukraine par la Russie est dans une impasse sanglante. Les deux pays continuent de consacrer d'énormes ressources à la conquête de territoires, mais leurs gains sont devenus rares et limités, et sont souvent rapidement annulés. Aucune des deux parties ne semble disposer des ressources nécessaires pour remporter une victoire décisive sur le champ de bataille et toutes deux subissent chaque jour de lourdes pertes. Souvent, de telles situations favorisent les conditions qui amènent les parties à négocier.

carte-ukraine-ligne-de-front-zoom-EN.png

Situation militaire

La guerre entre la Russie et l'Ukraine semble avoir atteint un point d'inflexion, alors qu'elle entre dans sa troisième année. La contre-offensive ukrainienne n'a pas réussi à repousser les forces russes ni à récupérer les territoires perdus, malgré le soutien massif des États-Unis et d'autres pays de l'OTAN. L'armée russe n'a pas non plus fait de progrès significatifs dans ses tentatives de s'emparer de nouveaux territoires. Pourtant, la destruction de villes et de villages, ainsi que les pertes en vies humaines, se poursuivent en une ampleur affreuse et inacceptable.

Les offensives lancées par l'Ukraine n'ont pas réussi à percer les défenses russes. Au mieux, une impasse militaire s'est installée ; au pire, la Russie est prête à lancer de nouvelles offensives. Pour l'instant, et probablement dans un avenir prévisible, l'Ukraine n'a aucune perspective réaliste de rétablir son intégrité territoriale par la force.

La taille de la Russie, son complexe militaro-industriel et ses ressources humaines et matérielles dépassent les capacités ukrainiennes. Cette différence pourrait permettre à la Russie non seulement de maintenir ses positions dans l'est et le sud de l'Ukraine, mais aussi de passer à l'offensive.

Dans ces conditions, l'Ukraine n'a d'autre choix que de passer d'une stratégie militaire offensive à une stratégie militaire défensive, en se concentrant sur la consolidation de son emprise sur les 80 % du pays contrôlés par Kiev. L'Ukraine doit consacrer les effectifs et les ressources dont elle dispose à tenir la ligne et à empêcher la Russie d'avancer sur le champ de bataille.

Un armistice à la coréenne

Deux facteurs clés ont déterminé le "gel de la guerre de Corée" et l'armistice de 1953, qui n'a jamais cessé d'être en vigueur depuis. Tout d'abord, il y avait une impasse militaire le long du 38e parallèle, qui était la frontière originelle entre le Nord et le Sud de la Corée. Deuxièmement, les grandes puissances (la Chine, l'ex-Union soviétique et les États-Unis) souhaitaient toutes mettre fin à la guerre. Les pourparlers d'armistice ont commencé en juillet 1951 et n'ont abouti à un accord que deux ans plus tard.

infografik-karte.jpg

La conclusion d'un armistice pour mettre fin à la guerre d'Ukraine prendrait de nombreux mois, voire des années. À l'heure actuelle, la Russie et l'Ukraine sont loin d'envisager sérieusement la fin des combats. Poutine est confiant : l'économie russe se porte bien malgré les sanctions et la faible contre-offensive de l'Ukraine pourrait laisser penser à Poutine que la Russie pourrait réussir à conquérir davantage de territoires dans les quatre oblasts - Donetsk, Kherson, Louhansk et Zaporizhzhia - que le Kremlin a officiellement annexés.

Poutine a récemment appelé les États-Unis à entamer des pourparlers de paix qui "céderaient" le territoire ukrainien à la Russie : une demande qui pourrait être acceptée par une présidence Trump, mais qui serait très probablement rejetée par l'Ukraine et la plupart des membres de l'OTAN.

Toutefois, on peut imaginer des circonstances dans lesquelles un armistice pourrait être conclu. Par exemple, si au cours des prochaines années, les forces ukrainiennes et russes bougent peu sur le terrain, les deux parties pourraient être plus ouvertes à un cessez-le-feu négocié, ce qui pourrait constituer une étape vers un armistice soutenu par les membres de l'OTAN.

Pour les Ukrainiens, un armistice à la coréenne pourrait constituer une étape difficile si Kiev n'était pas en mesure de reconquérir les territoires perdus. Un armistice qui renoncerait au contrôle de certaines parties des territoires de l'est, du sud et de la Crimée pourrait être considéré comme l'équivalent d'une cession à la Russie.

Combat ou armistice ?

Aujourd'hui, pour les gouvernements des deux pays, continuer à se battre semble préférable à un armistice, car ils se sont trop exposés à leurs citoyens pour des objectifs "indispensables" et "vitaux" dans un récit qui est devenu de plus en plus idéologique. Les Ukrainiens ne peuvent pas simplement céder les territoires que Moscou veut annexer alors qu'ils peuvent encore les défendre en se battant.

Même la Russie ne peut renoncer aux motivations qui l'ont conduite à l'invasion, comme l'a déclaré le président Vladimir Poutine dans son message du 21 février 2022.  En plein accord avec le gouvernement, le patriarcat de l'Eglise orthodoxe russe a ajouté en mars dernier une dimension spirituelle et théologique au conflit, affirmant que la Russie mène une véritable "guerre sainte" pour se défendre du "mondialisme et du satanisme" qui s'emparent de l'Occident.

Il semble évident, au vu des positions actuelles des deux gouvernements, qu'une négociation de paix, voire un armistice, est impossible à obtenir sans un changement fondamental du système politique d'au moins l'un des deux régimes au pouvoir, perspective qui semble aujourd'hui inenvisageable. Alors, pourquoi pas un armistice purement militaire ?

C'est là que pourrait intervenir l'option "coréenne", c'est-à-dire le passage de relais aux militaires. Les politiques pourraient déléguer aux commandements militaires le soin de négocier ce qu'ils ne pourraient jamais admettre, afin d'obtenir les avantages sociaux et économiques d'un armistice sans avoir à renoncer ouvertement à leurs revendications politiques maximales. Un cessez-le-feu soutenu par un armistice convenu apporterait des avantages significatifs aux deux parties.

Les gouvernements russe et ukrainien resteraient insatisfaits et ne renonceraient pas à atteindre leurs objectifs politiques, mais ils éviteraient d'être pris au piège d'un conflit armé épuisant et sans fin ou, plus grave encore, d'une escalade fatale vers des niveaux incontrôlables.

Le modèle coréen

En avril 1954, la conférence "pour l'unification et la pacification de la péninsule coréenne" s'est ouverte à Genève pour mettre fin à la guerre de Corée après l'armistice signé le 26 avril 1953 entre les 16 pays des forces internationales combattantes et l'URSS, la Chine et la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

La conférence s'est achevée le 20 juillet sur une impasse, en raison de la volonté irréductible des deux parties de s'assurer le contrôle total du pays. Alors que la conférence de Genève a échoué et que l'état de guerre persiste officiellement, l'armistice est toujours en vigueur aujourd'hui et, au fil des ans, a permis à la République de Corée et à la République populaire démocratique de Corée de coexister sans guerre majeure, dans une alternance de formes de relations et de perspectives. 

Dispositions visant à éviter de futurs conflits

L'armistice coréen témoigne de la difficulté de passer d'un armistice à un traité de paix. Ainsi, l'armistice ne constituerait pas un règlement définitif mais une cessation durable des hostilités. Les différends entre la Russie et l'Ukraine et entre la Russie et l'Occident persisteront certainement, probablement pour une durée indéterminée. C'est pourquoi il pourrait être utile d'examiner comment l'armistice et les accords ultérieurs pourraient être mis à profit pour renforcer l'ordre régional plus large en Europe et en Eurasie. Le but de cet effort serait de trouver de nouveaux arrangements plus efficaces pour éviter les conflits futurs en fournissant des mécanismes et des forums pour gérer les différences et éviter les conflits, et non pas de créer une quelconque convergence entre les systèmes ou de résoudre les différends politiques.

Son objectif serait la stabilité, et non la réconciliation ou la sécurité commune. Il serait donc souhaitable d'entamer un dialogue plus large sur les questions régionales afin de réduire la possibilité de conflits futurs et de contribuer à la stabilité régionale et mondiale. Un ordre totalement inclusif n'est plus plausible, mais diverses normes, formats de dialogue et autres arrangements pourraient être convenus au coup par coup. Ensemble, ces accords pourraient jeter les bases d'une stabilité régionale à long terme.