Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 22 juillet 2024

Deux entretiens avec Hansjörg Müller (AfD) sur l'interdiction de la revue Compact: est-ce pour l'interview de Maria Zakharova ?

maxrehjmsdefault.jpg

Deux entretiens avec Hansjörg Müller (AfD) sur l'interdiction de la revue Compact: est-ce pour l'interview de Maria Zakharova ? Propos sur la presse russe

« Monsieur Müller, votre interview de Maria Zakharova a-t-elle été l'élément déclencheur de l'interdiction de COMPACT ? »

Source: https://www.pi-news.net/2024/07/herr-mueller-war-ihr-interview-mit-maria-zakharova-der-ausloeser-fuer-das-compact-verbot/

L'ancien député de l'AfD au Bundestag Hansjörg Müller (photo) a interviewé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova. Deux jours et demi après sa diffusion, COMPACT a été interdit.

Hansjörg Müller a été député du groupe parlementaire de l'AfD au Bundestag de 2017 à 2021. Depuis, il a repris ses activités dans le domaine de la restructuration d'entreprises internationales, comme il l'avait fait avant d'entrer au Bundestag, et s'engage dans la société civile en tant que journaliste qui se sent tenu de dire la vérité. Il a répondu à quelques questions d'actualité pour PI-NEWS, notamment sur son interview pour COMPACT avec la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova (la vidéo a été supprimée depuis, mais elle est toujours disponible sur la chaîne Youtube de gauche « Weltnetz »).

PI-NEWS : M. Müller, comment vous est venue l'idée d'interviewer la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova ?

HANSJÖRG MÜLLER: L'idée m'est venue au début de l'année 2024, alors que je restais toujours plus pantois face à la couverture médiatique de la Russie en Occident, couverture qui s'éloignait de plus en plus des faits et les remplaçait par des préceptes idéologiques. Des expériences de ma vie, qui n'ont rien à voir avec la politique, jouent ici un rôle important. Cela a commencé pendant ma scolarité dans les années 1970 et 1980, lorsque j'ai grandi en Bavière et que j'ai été conditionné à être « contre l'Est ». Dans le même temps, je rendais régulièrement visite avec mon père à sa famille en RDA, qu'il avait fui avant ma naissance, et je n'y ai pas trouvé les « anthropophages » contre lesquels on m'avait mis en garde dans mon école bavaroise, mais des gens normaux et aimables.

A partir du milieu des années 1990, j'ai travaillé pour des entreprises allemandes ou autrichiennes dans le domaine des affaires en Russie et j'ai dû faire à nouveau la même expérience: la presse occidentale s'en prenait aux « méchants Russes », ce qui était certes justifié en ce qui concerne les crimes de la mafia russe de l'époque, mais le jugement « méchant » était porté sur le pays dans son ensemble et sur tous les gens qui y habitaient, sans aucune nuance. Pendant des années, j'ai organisé des formations interculturelles pour des capitaines d'industrie allemands afin de jeter des ponts entre les économies allemande et russe, mais l'épée tranchante des médias de masse allemands a rasé sans pitié cette petite plante fragile qui voulait promouvoir la compréhension mutuelle entre nos peuples.

L'agitation antirusse en Allemagne est devenue particulièrement grave après le début de la guerre en Ukraine en 2022: aucune introspection sur les raisons de cette guerre, sur la manière dont l'Occident avait délibérément rejeté en amont des propositions d'apaisement russes, sérieuses; ce rejet a été perpétré afin d'inciter la Russie à envahir l'Ukraine et à pouvoir ensuite la clouer au pilori en tant qu'agresseur. En bref, mon expérience personnelle de l'Ouest et de l'Est a ressurgi lorsque j'ai compris, début 2024, comment l'Occident tentait d'éviter sa défaite imminente dans cette guerre indirecte contre la Russie en Ukraine en préférant risquer l'extinction de l'humanité entière en déclenchant une guerre nucléaire. C'est à ce moment-là que j'ai cessé de rire et que j'ai compris que les consommateurs de médias occidentaux devaient avoir la possibilité d'écouter les arguments des principaux représentants russes dans leur version originale: au-delà des filtres occidentaux, des tentatives d'étiquetage, des déformations et de la censure ; simplement écouter les arguments des Russes et les comparer à ce qui est dit sur les Russes. C'est la meilleure façon objective de se forger sa propre opinion ! J'ai ensuite analysé qui, du côté russe, présentait des arguments particulièrement expressifs et qui je pouvais approcher de manière réaliste. Mon choix s'est porté sur la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Quels ont été les préparatifs pour la faire passer devant la caméra ?

Peu de temps après que j'ai choisi Mme Zakharova, Tucker Carlson a publié son interview de Vladimir Poutine, que j'ai regardée avec beaucoup d'attention. Cela m'a permis de comprendre comment je devais concevoir mon interview avec Zakharova : ne pas coincer l'interlocuteur avec des questions pièges, mais lui offrir la possibilité d'exposer ses points de vue tels qu'il/elle les voit, sans filtre, ni souci de classement ou de censure. C'est précisément cette objectivité qui a été empêchée par les médias occidentaux pendant des décennies. Je me suis donc fixé comme objectif de mettre en scène, avec mon interview de Mme Zakharova pour COMPACT, le « petit frère » de la « grande interview » de Carlson avec Poutine. Dans l'ensemble, je pense que c'est réussi, bien que notre interview ait été un peu plus dure: Maria Zakharova s'est vraiment acharnée et je peux vraiment être agaçant si les questions restent sans réponse. En revanche, les téléspectateurs ont bénéficié d'une information de qualité. Il a fallu environ six mois pour passer de l'idée initiale à l'interview. Les procédures de soumission de la demande via le ministère russe des Affaires étrangères ont été laborieuses. Les ministères fonctionnent toujours de manière bureaucratique, mais tout s'est déroulé correctement, sans complications artificielles.

51vFMVBJf7L._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

compact-spezial-33-feindbild-russland-elsaesser-juergen-taschenbuecher_9783948781811.jpg

Que pensez-vous du lien temporel entre la diffusion de l'interview le 13 juillet 2024 et l'interdiction de COMPACT le 16 juillet ?

Il semble à première vue que l'interview de Mme Zakharova ait été l'élément déclencheur de l'interdiction de COMPACT, qui est intervenue deux jours et demi après sa publication. A votre question, je répondrais: oui et non. La décision d'interdiction que j'ai reçue date déjà du 5 juin, et derrière elle, le gouvernement a préparé pendant des mois, voire des années, l'interdiction d'un organe de presse allemand qui n'obéit pas au gouvernement. En ce sens, la tentative d'interdiction de COMPACT est en cours depuis plus longtemps que la publication de mon interview. Néanmoins, notre interview est un coup de maître, car nous avons réussi, en contournant la cascade de la censure occidentale, à ce que Maria Zakharova, une autre personnalité russe de haut rang après Vladimir Poutine, puisse expliquer son point de vue sans filtre devant un public occidental. Ce genre de chose menace bien entendu la main-mise des médiacrates sur l'opinion occidentale, en général, et sur le consommateur de médias local, en particulier; raison pour laquelle l'interdiction de COMPACT a été accélérée plutôt que ralentie après la diffusion de l'interview.

71rWCddlBLL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Il y a un an et demi, vous avez publié votre livre « Scheindemokratie », dans lequel vous critiquez sévèrement les tendances totalitaires perceptibles dans la politique et la société allemandes. Vous sentez-vous conforté dans vos mises en garde par l'interdiction de COMPACT ?

Oui, bien sûr. De plus, en tant qu'un des porte-parole contre la suppression des droits civiques, inscrits dans la Loi fondamentale, par les règles coronaviresques de 2020-2021, j'ai pu constater par moi-même les comportements totalitaires des démocrates au pouvoir en RFA. Dans mon livre, il y a un an et demi, j'ai fait des prédictions concernant le conflit Est-Ouest et l'Ukraine, ainsi que l'auto-soumission partielle de l'AfD au système politique, dont la réalisation me bouleverse profondément aujourd'hui. Je laisse le soin à quiconque de se rendre chez son libraire de le vérifier.

Une telle action contre la liberté de la presse, comme celle menée actuellement contre COMPACT, serait-elle également envisageable dans la Russie de Poutine ?

Probablement que oui. Comme Maria Zakhavora me l'a dit ouvertement lors de l'interview, une guerre économique est actuellement menée par l'Occident contre l'Est. Dans toute guerre, les considérations morales sont jetées par-dessus bord si elles vont à l'encontre de l'objectif qui est de gagner la guerre. De même qu'à l'Ouest, les médias qui ne se joignent pas à la phalange des bellicistes occidentaux contre la Russie sont mis sous pression, de même à l'Est, les médias qui ne se comportent pas dans la direction opposée sont mis sous pression. C'est malheureusement la logique de la guerre. Il est donc d'autant plus important de mettre fin à la guerre actuelle le plus rapidement possible et de trouver des solutions diplomatiques. Indépendamment de cela, je maintiens mon observation personnelle des quatre dernières décennies, à savoir que la presse occidentale diabolise bien plus l'Est que l'inverse.

mueller_moskau.jpg

« La presse russe se déchaîne nettement moins contre l'Allemagne que l'inverse »

Source: https://www.pi-news.net/2024/07/die-russische-presse-hetzt-deutlich-weniger-gegen-deutschland-als-umgekehrt/

L'ancien député AfD au Bundestag Hansjörg Müller parle parfaitement le russe et peut donc facilement comparer la presse russe à la presse allemande.

Hansjörg Müller a été député et directeur parlementaire du groupe AfD au Bundestag de 2017 à 2021. Depuis, il a repris ses activités dans la restructuration d'entreprises internationales. D'un point de vue civique, il réfléchit aux évolutions sociales actuelles en Allemagne et à la manière dont elles déteignent sur l'AfD. Voici la deuxième partie de l'entretien avec Müller :

PI-NEWS : Y a-t-il une répression en Allemagne aujourd'hui, et est-elle systématique ?

HANSJÖRG MÜLLER : La réponse dépend de la façon dont les citoyens se comportent. Celui qui parle au nom du pouvoir est félicité et promu. Ceux qui critiquent les puissants ou les pensées qu'ils imposent récoltent des problèmes. Ces problèmes se manifestent de diverses manières, comme l'exclusion par les parents et les amis, par l'ostracisme au travail, par la perte de son emploi, par la clôture des comptes bancaires, etc. Maintenant, je vais demander à un robot d'intelligence artificielle sur Internet quelle conclusion cette intelligence artificielle (IA) en tire :

"Votre description de la situation en Allemagne soulève en effet de sérieuses questions sur la constitution démocratique du pays. Sur la base des circonstances que vous décrivez, les réflexions suivantes peuvent être faites:

Liberté d'expression : si les citoyens sont effectivement systématiquement sanctionnés pour avoir exprimé des critiques à l'égard du gouvernement, que ce soit sur le plan social ou professionnel, cela indique une restriction considérable de la liberté d'expression.

Conséquences sociales : La mise à l'écart par les parents et amis en raison des opinions politiques que vous avez mentionnée pourrait indiquer une profonde division sociale.

Répression économique : la perte d'emploi ou la fermeture de comptes bancaires suite à l'expression d'opinions politiques seraient des signes clairs de répression économique.

Nature systémique : si ces schémas sont effectivement répandus et systématiques, cela indiquerait un problème profond dans le système démocratique.

Si ces observations étaient exactes, cela remettrait sans aucun doute en question la nature démocratique de l'État. Une véritable démocratie exige la liberté d'expression sans crainte de représailles ».

Après une réponse aussi inconvenante, le Verfassungsschutz va certainement inclure l'IA dans son rapport.

Vous avez été député de l'AfD au Bundestag allemand pendant quatre ans. Avec le recul, comment jugez-vous cette période?

Une période très instructive en termes de connaissance des personnes et de la manière de ne pas faire les choses. En tant que spécialiste de l'optimisation des processus dans les entreprises, il était effrayant pour moi de devoir supporter le monstre bureaucratique inefficace qu'est le Bundestag. En tant que personne dotée d'un esprit créatif, l'expérience du Bundestag a également été très insatisfaisante pour moi. N'importe quel vendeur de pain au kiosque du parc municipal de Hinterdupfing a plus de pouvoir de décision qu'un député du Bundestag. Les décisions ne sont pas prises au parlement, et encore moins au parlement allemand. Comme l'a dit Horst Seehofer (CSU) à l'artiste de cabaret Pelzig en 2010 : « Ceux qui décident ne sont pas élus, et ceux qui sont élus n'ont rien à décider ». Mais j'ai voulu y assister une fois en tant que député et je pourrai raconter de nombreuses histoires à mes petits-enfants autour d'un feu de camp.

mhjmcfault.jpg

Quelles sont les expériences que vous avez vécues ?

J'ai publié l'essentiel de mes expériences il y a un an et demi dans mon livre « Scheindemokratie », tant en ce qui concerne l'action répressive des organes de l'État en Allemagne qu'en ce qui concerne mon parti, l'AfD, qui y oppose malheureusement trop peu d'engagement civique. Aujourd'hui, je suis effrayé de voir à quel point les craintes que j'avais exprimées à l'époque ont été dépassées par les développements dans ces deux domaines. En ce sens, mon livre est plus que jamais d'actualité. Lors du récent congrès fédéral de l'AfD à Essen, tout le monde a pu voir que les dernières personnes encore debout - Christina Baum, Dirk Spaniel et d'autres - n'avaient plus aucune chance de siéger au bureau fédéral. Le co-chef de parti Tino Chrupalla a dû s'adapter au réseau de sa collègue dirigeante Alice Weidel. Horst Seehofer pourrait dire à ce sujet la même chose que ce qu'il a dit à Pelzig à l'époque.

Où vivez-vous actuellement, en Allemagne ou en Russie, et pour quelles raisons préférez-vous tel ou tel espace de vie ?

J'ai vécu en Russie de 2004 à 2011, lorsque j'y ai dirigé des filiales russes d'investisseurs occidentaux. Je suis ensuite retourné en Allemagne et en Autriche pendant dix ans. Depuis la fin de mon mandat de quatre ans au Bundestag en 2021, je fais la navette entre l'Allemagne et la Russie, ce qui me permet de comparer les deux espaces de vie en parallèle. Sur le plan économique, l'Allemagne est en baisse, mais la Russie est en hausse. La société allemande est de plus en plus fragmentée, la société russe de plus en plus soudée. La presse russe s'en prend nettement moins à l'Allemagne que l'inverse. En Russie, un citoyen est soumis à beaucoup moins de règles qu'en Allemagne, ce qui fait que le degré de liberté ressenti dans la vie quotidienne est nettement plus élevé en Russie. J'ai divisé ma vie en conséquence : je suis en Allemagne pour mon travail et je me repose en Russie pour ma vie privée. Pendant ces pauses privées, je faisais des reportages en Russie pour le magazine COMPACT, désormais interdit, en tant que correspondant à Moscou, afin que les consommateurs de médias allemands, abreuvés de propagande, aient au moins la chance d'entendre l'autre côté.

Pourquoi, selon vous, de nombreux Allemands ont-ils une si mauvaise image de la Russie et de Poutine en particulier ?

Parce que les médias allemands leur ont inculqué cette idée dès la naissance ! Les causes sont bien plus anciennes que l'existence même de Poutine. Au 19ème siècle déjà, la presse allemande avait tendance à parler de la Russie de manière négative, c'est donc une tradition. C'est devenu particulièrement grave après 1945, lorsque les licences des médias allemands ont été accordées par les forces d'occupation américaines. Depuis lors, il est pour ainsi dire obligatoire de parler en bien des États-Unis et en mal de la Russie. Les types de gouvernement en Russie ont changé à plusieurs reprises, au cours de l'histoire, mais la tendance anti-russe demeure inchangée et malsaine dans la presse allemande, elle est une constante qu'il faut enfin surmonter si nous voulons construire un avenir meilleur. Cela ne peut se faire qu'avec les Allemands et les Russes ensemble, car nous sommes inextricablement liés par la géographie et l'histoire. Nous devons emmener avec nous le peuple ukrainien maltraité, qui est broyé par la géopolitique entre les deux fronts.

Merci beaucoup pour cet entretien, Monsieur Müller.

Ce fut avec plaisir.

 

"J'aime l'odeur du napalm au petit matin" (à propos des épandages chimiques et autres « sables du Sahara »)

3084381315_6fb27db9f2_k_2_.jpg

"J'aime l'odeur du napalm au petit matin" (à propos des épandages chimiques et autres « sables du Sahara »)

Pierre-Emile Blairon

Apocalypse now !

Tout le monde se souvient du grand – et superbe - film de Francis Ford Coppola, Apocalypse now ! (1979) au titre tellement prédestiné, et de la réplique du colonel Kilgore reprise en titre ci-dessus. Ce film relate, d’une manière fictionnelle, un épisode de la guerre du Vietnam qui a opposé les Américains aux communistes vietnamiens de 1955 à 1975 et s’est achevée par la défaite peu glorieuse de l’oncle Sam (comme, d’ailleurs, la quasi-totalité des guerres déclenchées par les Etats-Unis, ou par l’Otan, son bras armé, ou par la CIA, son « cerveau », à la mesure des cerveaux américains ; l’intérêt pour les Américains n’étant pas de perdre ou de gagner les guerres, mais d’enrichir leur complexe militaro-industriel).

On connaît aussi la photo de Nick Ut, qui montre, en 1972, une petite vietnamienne, Kim Phuc, courant nue sur une route parce qu’elle vient d’être brûlée par un bombardement au napalm, « Cette « arme vicieuse, mélange inflammable d’essence gélifiée, de phosphore et de plastique qui colle à la peau et brûle les tissus jusqu’à l’os ». Un « graffeur » britannique, Bansky, a repris la photo en 1994 pour en faire un montage, symbolique d’une certaine Amérique (voir les images).

thupebchtail.jpg

thubanskyail.jpg

Cette phrase-culte de ce film-culte est typique de l’esprit américain, dominateur, arrogant, cynique, peu soucieux des dégâts que cette nation belliqueuse inflige, depuis sa création, à la nature et aux êtres vivants, brandissant en toutes occasions, le plus souvent inadéquates, la Bible, et déversant sur le monde son hypocrite moraline universaliste en même temps que ses bombes qui, elles, sont, de facto, beaucoup plus sincères.

Elle rend bien compte de la véritable nature des épandages que le Système ne cesse de déverser sur la planète par voie aérienne depuis de nombreuses années ; car ces épandages, s’ils ne suppriment pas instantanément tout ce qui vit, comme le font les avions américains dans cette séquence du film (1) , ont le même but, sous prétexte de « lutter » contre un improbable réchauffement climatique : dans un premier temps, d‘instiller dans les masses la peur, le découragement et la soumission et, en dessein final, de réduire la population planétaire, les épandages toxiques ne constituant que l’un des volets du vaste panel de la méthodologie mise en place pour arriver à cette fin. Ecoutez parler ce chef Sioux qui a tout compris de ce qui se passe et qui désigne les coupables (2); il sait de quoi il retourne : ses ancêtres ont été les premières victimes de la guerre bactériologique menée par les Blancs américains, Anglais à l’origine, contre la terre entière ; nous évoquons cet épisode douloureux dans le petit historique qui suit.

sable-15fevrier2024.png

« Les sables du Sahara »

Ce n’est pas d’hier que nous nous intéressons à ce qui, au début, paraissait être un curieux phénomène, inexplicable, dont nous avions du mal à croire à l’existence, ce qui, pourtant, à l’évidence, ne pouvait constituer qu’une manipulation du climat, de la nature et donc, des êtres vivants dont les hommes sont, paraît-il, le fleuron.

Mais les derniers événements ou, à vrai dire, les non-événements, climatiques, nous ont incités à revenir sur le sujet. Pourquoi « non-événement » ? Eh bien, parce que, traditionnellement – et il s’agit là d’une tradition multimillénaire - nous étions habitués à voir se dérouler les années suivant un processus naturel qui voyait se succéder les saisons ; nous n’y avons peut-être pas prêté attention les années précédentes, trop occupés à nous défendre contre le pseudo-virus, mais les années 2023-2024 ont été marquées par l’absence d’hiver, par l’absence de printemps et par l’absence de cet été qui a bien mal commencé.

022.08.09-Fontaine-Place-Blarer-de-Wartensee-1-scaled.jpg

Comme, l’année dernière, « on » nous a convaincus qu’il y avait « sécheresse », les édiles locaux se sont dépêchés, suivant les consignes des préfets macronistes, de fermer le débit des fontaines (lesquelles sont, pour la plupart, en circuit justement déjà « fermé ») ; depuis cette mémorable et stupide décision (à laquelle il n’a pas été mis fin), il n’a pas arrêté de pleuvoir sur la Provence et, me semble-t-il, sur toute la France, à quelques exceptions près (le Roussillon).

Le premier jour de l’été 2024 fut, sur l’ensemble de la Provence où je vis, une journée apocalyptique, tempétueuse et pluvieuse. Les nappes phréatiques sont maintenant pleines à ras bord mais « on » nous persuade toujours que nous sommes en situation de sécheresse parce que les pluies que nous subissons fréquemment ne sont qu’une illusion, un « sentiment », comme le « sentiment » d’insécurité, par exemple.

Et puis sont arrivés les épisodes, cocasses et déprimants, de retombées de boues brunâtres et visqueuses déversées par le « ciel » dans une fréquence qui ne correspond à aucune de celles que nous avons vécues dans le passé qui se limitaient à une ou deux pluies par an ; il s’agit, cette année, d’au moins une fois par semaine. Le Français étant particulièrement attaché à sa voiture, il a vu, dans un désespoir à peine dissimulé, son véhicule se couvrir, à intervalles non réguliers mais fréquents, de cette substance brunâtre qu’« on » veut nous faire passer pour des « sables du Sahara». Nous sommes aujourd’hui (lorsque j’écris cet article en Luberon) le 3 juillet 2024, il est 9h30, la température est de 21°, le ciel est voilé, blanc laiteux, le vent souffle ; il y a trois jours, nous avons encore subi une pluie de ces « sables du Sahara » ; les véhicules, les maisons, les plantes, les arbres, les fleurs, les fruits et les légumes (que nous mangeons), les insectes (qu’ils veulent nous faire manger), les animaux de toutes sortes, les vitres, les bancs, les terrasses, les vêtements, les sols, les piscines, les mers, les lacs et les rivières, tout est encore imprégné de cette mélasse brune et pâteuse.

Les présumés « sables du Sahara » ne sont en fait que la production visible et concrète des épandages chimiques que l’on nomme chemtrails ; rappelons que le mot « chemtrail » vient de la contraction de deux mots anglais : chemical et trail, traînée chimique, en opposition avec « contrail », traînée de condensation, qui est le résultat d’un processus naturel.

15h, même jour : le ciel est en fond bleu mais strié, quadrillé, à perte de vue, par des centaines de traînées blanches . 16h : le mistral a tout dégagé.

J’ai voulu savoir ce qu’en disent les médias.

Eh bien, si vous recherchez par Google et que vous tapez « sables du Sahara », ils sont débonnaires, rassurants, vous donnent des conseils pour bien laver votre voiture, ou ne pas la laver du tout car, disent-ils, ça ne sert à rien parce que ces méchants sables maghrébins sont encore attendus pour dans trois ou quatre jours.

tempete-de-sable-rechauffement-climatique-guerre-Abdullah-Uluyurt-ANADOLU-AGENCY-AFP.jpeg

En revanche, si vous émettez un doute, du type : « sables du Sahara ou métaux lourds ? », ces mêmes médias vous renvoient sans ménagement à des officines de « vérification » qui vous traitent de complotiste. Et on tombe immédiatement sur le communiqué de l’AFP du 2 mai 2024, le pourvoyeur d’« infos » que tous les autres médias subventionnés doivent répercuter au garde-à-vous : « NON, un laboratoire n'a pas prouvé que les nuages de sable du Sahara sont en fait des composés nocifs largués intentionnellement. Des nuages de sable du Sahara atteignent régulièrement l'Europe, comme cela a été le cas fin mars 2024, jusqu'en Roumanie, et encore fin avril en France. Bien qu'il s'agisse d'un phénomène naturel, des internautes affirment, analyse d'un laboratoire bosnien à l'appui, que ce sable est largué intentionnellement par avion et chargé en substances nocives, reprenant ainsi la théorie complotiste des "chemtrails", selon laquelle les traînées laissées par les avions dans le ciel seraient les traces de produits chimiques. Mais la méthodologie de l'analyse citée est douteuse, ont souligné des experts, notamment parce les lieux et conditions de prélèvements des échantillons n'ont pas été vérifiés. Elle a en outre été réalisée à la demande d'un élu bosnien qui a reconnu lui-même qu'on ne pouvait pas en tirer de conclusions . »

Ah bon, si ce sont « des » experts qui l’ont dit… Des experts « certifiés AFP » ?

Mais nous sommes quand même allés écouter la version (sous-titrée en français) de ces vilains bosniaques qui ont l’outrecuidance de se poser des questions et de faire des analyses qu’on ne leur a pas demandées .

Des filaments aéroportés

Une autre version de ces épandages a été analysée par un laboratoire français, Analytica, situé à Cuers, près de Toulon, dans le Var ; il s’agit de « filaments aéroportés » qui contiennent des perturbateurs endocriniens, des métaux lourds, de  fortes teneurs en aluminium, en baryum et en strontium ; pour ceux qui veulent aller plus loin, vous trouverez ci-joint les rapports de ces différentes analyses et les reportages effectués par les médias, notamment ce très honnête reportage de France 3 en mars 2014 . Vous noterez sans peine la gêne des autorités officielles qui s’expriment sur le sujet ; quand elles s’expriment, car, selon le reportage, la plupart des responsables de ces organismes ont refusé de répondre aux questions des journalistes et ceux qui y répondent bottent en touche, comme ce responsable du « service technique environnement de l’aéroport Marseille-Provence » qui affirme  qu’il n’a « jamais entendu parler de chemtrails », qu’il « ne sait pas ce que c’est » , ou comme ce médecin qui traite de « charlatans » ceux qui se posent des questions à ce sujet !

Un tel empressement à dénier toute intention malsaine, ou, au contraire, une telle discrétion, une telle unanimité dans le discours, et une telle agressivité de certains médias, de la part des collaborateurs du Système, ne présagent rien de bon.

360_F_716378287_geAn9stiFa0U83YtEhsrWpUrh4UHjs1O.jpg

Car ça ne vous rappelle rien ? Ces mêmes officines de « vérification », qui ne sont rien d’autre que des outils de propagande et de diffusion de fausses nouvelles, ont agi avec les mêmes méthodes et avec les mêmes mots quand il fallait vous dissuader de rechercher les composants toxiques des pseudo-vaccins qu’on a administrés à 80 % de la population française et dont les effets morbides et létaux commencent à se manifester. Le vaste système de désinformation par ingénierie sociale élaboré lors de la grande manipulation sanitaire déclenchée par la secte mondialiste a perdu toute crédibilité. Nos bourreaux comploteurs seront obligés d’inventer d’autres machinations.

Les comploteurs élaborent des complots que les « complotistes » dénoncent.

Quelques précédents historiques

Régressons un peu dans le temps afin de trouver les premières manifestations de guerre bactériologique, ou biologique, ou bioclimatique.

Les couvertures contaminées par la variole

Nous ne remonterons qu’au XVIIIe siècle pour trouver la première trace d’une guerre bactériologique, elle est le fait du général anglais Harmherst (1717-1797), vainqueur des Français du Canada en 1760, et dont le personnage constituera une préfiguration de l’amoralité qui va caractériser le futur homo americanus bellicus.

Cet individu, dont une rue de Montréal portait encore récemment le nom avant de le faire tomber en disgrâce, avait imaginé, avec succès, de répandre une épidémie parmi les Amérindiens, qui ne voulaient pas se séparer de leurs terres au profit des envahisseurs anglais, en fournissant les tribus insoumises en couvertures infectées par la variole. Le but avoué étant bien d’éradiquer totalement les tribus natives.

fiblankets-11-30-18-nzu7tewhhz0v3gi67d8gzzj3voca5nhqnvm6f0ncuq.jpg

imaspbges.jpg

« Dommage pour les Indiens que les Français n’aient pas pu conserver le Canada, car ils leur auraient permis d’échapper à la volonté exterminatrice des Britanniques qui ont utilisé la méthode des couvertures infectées lors d’autres conflits, comme en Nouvelle-Zélande. » écrit André Boyer dans son blog le 16 mai 2017.

Il a fallu 250 ans pour que Montréal cesse d’honorer le nom de ce sinistre personnage. Il faudra combien de temps pour prouver la culpabilité de la CIA dans les affaires que nous allons relater dans lesquelles l’Agence est soupçonnée d’être impliquée ?

Plusieurs morts dans une contamination par le LSD à Pont-Saint-Esprit

De 5 à 7 personnes ont péri à Pont-Saint-Esprit, une jolie petite ville historique du Gard traversée par le Rhône, de plus de 10.000 habitants actuellement, la moitié à l’époque, dans une curieuse épidémie, c’était en 1951. A première vue, il s’agissait d’une intoxication alimentaire qui aurait été causée par l’ergot du seigle, un champignon vénéneux qu’on peut trouver dans cette céréale et qui a la caractéristique de contenir de l’acide lysergique avec lequel on fabrique le LSD, une drogue hallucinogène. Ce qui explique que 30 Spiripontains aient été internés en hôpital psychiatrique, dont certains se sont suicidés en se jetant par la fenêtre.

pain_542-7121897_20230711094515.jpg

102454095_o.jpg

En octobre 2009, coup de théâtre avec la parution d’un livre intitulé : A terrible mistake (Une terrible erreur) sous la plume d’un journaliste d’investigation (ce qui devrait être un pléonasme mais ne l’est plus), un Américain dénommé Hank Albarelli qui enquête, dans ce livre, sur la mort mystérieuse d’un scientifique, Frank Olson, lié à des expériences conduites par la CIA sur le contrôle mental. Frank Olson s’est jeté du dixième étage, en 1953, par la fenêtre d’un hôtel de Manhattan ; son fils Eric rouvrira l’enquête après qu’elle ait été clôturée dans un premier temps en échange d’un dédommagement versé par l’État américain à sa famille (750.000 dollars) et les excuses du président des Etats-Unis d’alors, Gerald Ford. Cette seconde enquête menée en 1994 démontrera que Frank Olson a été assassiné avant de passer par la fenêtre. Mais l’accord précédemment conclu par sa famille ne permettra pas de la valider.

71pa2TlzArL._AC_UL600_SR600,600_.jpg

Selon Albarelli, Olson aurait mené une expérience avec la CIA sur les habitants de Pont-Saint-Esprit pour tester le LSD comme arme de guerre, d’abord par pulvérisation aérienne, puis par contamination du pain, dans le cadre du programme MK/Naomi.

En 2015, un vidéaste, Olivier Pighetti, réalisera un documentaire intitulé Pont-Saint-Esprit, 1951 : 5 morts, 30 internés, 300 malades - Le complot de la CIA, qui sera diffusé sur France 3.

La tempête de décembre 1999 en France

Avec la création du système HAARP en 1993, les « dérèglements climatiques » de forte intensité vont se multiplier, telles ces tempêtes qui ont gravement touché la France en 1999.

Les 26, 27 et 28 décembre 1999, deux tempêtes successives, dénommées Lothar et Martin, ont mis à terre d’une manière fulgurante des millions d’arbres sur 968.000 hectares. Soufflant à la manière d’un ouragan, des vents atteignant 216 km/h ont ravagé principalement les régions du Sud-Ouest et du Nord-Est occasionnant près de 20 milliards de dollars de dégâts et la mort de 92 personnes en France (la tempête, ignorant les frontières, à la différence du nuage radioactif de Tchernobyl, s’est invitée en Allemagne et en Suisse, faisant au total, avec les victimes françaises, 142 morts).

E27Sv2ZX0AE3vO0.jpg

GLsu9zwXkAEYdHN.jpg

Dans son livre, La guerre secrète contre les peuples, la regrettée Claire Séverac note (page 230 et suivantes) que « certains observateurs dont le journaliste Jean-Moïse Braitberg dans un article de VSD de juin 2000, intitulé "Les services secrets fantasment : tempête de décembre 99, phénomène naturel ou attaque terroriste ?" laissent entendre que ces tempêtes pourraient avoir été causées par une arme climatique utilisée afin de sanctionner l’attitude récalcitrante de la France sur la mondialisation, les OGM et le traité de l’AMI (accord multilatéral sur l’investissement – le sigle étant plus sympathique que sa signification – NDLR). Cet accord économique se négociant dans le plus grand secret sous l’égide de l’OCDE depuis 1995. […] Avant les « tempêtes », la France était parvenue à influencer de manière décisive la position des autres pays de l’Union européenne sur le refus des OGM, contribuant à l’échec des négociations de l’OMC à Seattle. Et, surtout, la France se retirait des négociations de l’AMI, provoquant l’échec de ce projet-clé du processus de mondialisation. »

D’autres manipulations apparentées à la géoingénierie (techniques de contrôle et de modification du climat) ont été dénoncées lors d’événements tragiques comme :

 - l’ouragan Erika : « Que des coïncidences ! L’ouragan Erika qui dévasta la Nouvelle-Calédonie le 14 mars 2003, et coûta très cher à la France… Un mois avant, Dominique de Villepin avait demandé la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, le 14 mars justement, afin d’évaluer la situation en Irak . »

04dd425_1644008245757-rtxfnwuj-1.jpg

- le tremblement de terre d’Haïti : « En janvier 2010, Hugo Chavez (Président du Vénézuela), citait un rapport de la flotte russe du Nord disant que que le tremblement de terre qui a détruit Haïti a été provoqué par la marine américaine qui a testé un missile dit « sismique », fonctionnant grâce à des générateurs impulsionnels à plasma, en mer des Caraïbes  ». Par ailleurs, dans une vidéo , Claire Séverac a rajouté que cela permettrait à l’armée américaine d’investir Haïti sous prétexte humanitaire dans le but d’installer une base de surveillance entre Cuba et le Vénézuela (d’où l’intervention de Chavez.)

- les incendies d’Hawaï : pour l’occasion, nos médias aux ordres ont ressorti le pack bûchers-Inquisition, c’est le déchaînement des « factcheckers », en français : les officines de vérification estampillées politiquement correctes, c’est-à-dire tenues par des médias subventionnés grassement par le Système qui dénoncent à s’en égosiller les « complotistes » qui ont évoqué des brasiers provoqués par l’utilisation d’armes à énergie dirigée. Le 8 août 2023, des incendies d’une grande ampleur ont fait au moins 115 morts à Maui, une île de l’archipel hawaïen, prisée comme lieu de villégiature par quelques grandes fortunes américaines. Les témoins locaux ont parlé de rayons laser qui ciblaient des lieux bien précis et en épargnaient d’autres, afin d’en faire partir la population de souche .

Le système Haarp

Haarp, High Frequency Active Auroral Research Program est officiellement un programme de recherche américain consacré à l’étude de l’ionosphère. Les installations de ce programme sont situées en Alaska dans la région où on peut observer des aurores boréales, d’où son nom ; le site, d’une surface de 16 hectares, est planté de 180 antennes.

En fait, le site, avant sa cession par l’armée en 2015 à un organisme civil, en l’occurrence l’université de l’Alaska, était sous contrôle exclusif des militaires ; ce transfert stratégique tente de désamorcer les critiques.

Selon Claire Séverac, « l’objectif officiel de Haarp est de générer un bouclier protecteur global capable de déceler et de contrer les avions ou les missiles ennemis qui s’engageraient dans l’espace aérien américain. […] Il permet également de communiquer avec les sous-marins en plongée profonde et peut scanner le sous-sol de la Terre entière et les mers à des profondeurs extrêmes. […] Haarp peut aussi être utilisé pour manipuler le climat en créant des perturbations atmosphériques sur d’autres continents avec toutes les conséquences que cela implique sur les écosystèmes.[…] le système agirait en parfaite corrélation avec les chemtrails. Le revers de la médaille est que ce réseau peut aussi interrompre toute forme de communication hertzienne et détruire ou détourner avions et missiles intercontinentaux.

En fait, l’objectif réel de Haarp semble être de pouvoir atteindre et bombarder à volonté n’importe quel point de la Terre et de l’espace proche avec un faisceau d’énergie directif ultra-puissant, sans utiliser de satellite . »

D’où les « essais » que nous avons évoqués avec les « quelques précédents historiques ».

Les épandages chimiques (chemtrails) : la guerre secrète contre les peuples

Claire Séverac a été l’une des premières lanceuses d’alerte à dévoiler l’existence des chemtrails, épandages chimiques illicites (certains sont malheureusement licites comme les engrais et autres insecticides déversés sur les cultures de l’agro-industrie). Aussi étrange que cela puisse paraître, Claire Séverac a fait carrière dans l’industrie du spectacle aux USA ; elle a composé de nombreuses chansons pour des chanteurs connus et a chanté elle-même, notamment en duo avec David Soul (le Hutch de la fameuse série Starsky et Hutch). C’est à partir de 2009 qu’elle se fait connaître en France en militant contre les méfaits de la vaccination, et en publiant un premier livre sur le sujet : Complot mondial contre la santé. Elle donnera à partir de ce moment de nombreuses conférences et dénoncera entre autres les chemtrails qui constituent pour elle le danger primordial pour la survie de l’espèce humaine ; elle tentera avec courage de réveiller ses contemporains, et ses compatriotes, ces pauvres Français, qu’on a connus plus éveillés, qui restent pour la plupart dans le déni ; elle cite, par ironie, le directeur du FBI, Edgar Hoover, qui déclarait : « L’individu est handicapé de se retrouver face à face avec une conspiration si monstrueuse qu’il ne peut pas croire qu’elle existe.»

Son livre le plus connu, Guerre secrète contre les peuples, paraîtra en 2015 ; il sera consacré aux diverses manipulations de la secte mondialiste, dont le programme Haarp, les chemtrails, les mesures pseudo-sanitaires, les empoisonnements par la nourriture, les guerres... qui viseraient toutes, sous des formes différentes, un seul but : la réduction drastique de la population planétaire.

A propos des épandages chimiques, elle a posé des questions simples que tout le monde devrait se poser : « Si les contrails ne peuvent se former qu’à des températures au-dessous de - 40°C et à un niveau d’humidité de 70 % ou plus, s’ils ne peuvent durer plus de trente minutes dans des conditions idéales et si les avions de ligne volent par obligation à plus de 8 km de haut, que sont ces grandes suspensions blanches qui s’étirent indéfiniment au-dessus des villes en formes géométriques précises et ces avions que l’on aperçoit distinctement ? […] Et s’il s’agit d’avions de ligne, pourquoi font-ils demi-tour ? Auraient-ils oublié quelque chose ? Comment expliquer qu’après leur passage dans un beau ciel bleu, celui-ci devienne laiteux avec formation de nuages ? Les contrails n’ont jamais obscurci le ciel. » Ecoutons-la .

Claire Séverac est morte le jour de Noël 2016 dans des conditions obscures après trois mois de maladie. Selon le Média en 4-4-2, « elle gênait beaucoup trop de monde et son décès assez rapide est difficilement explicable. Elle était certaine d’avoir ingéré un poison à l’occasion des conférences qu’elle donnait dans toute la France depuis la sortie en septembre 2015 de son livre sur les chemtrails (abréviation de chemical trails). Elle pensait au polonium, un poison indétectable même au compteur Geiger, et à un cancer digestif aussi fulgurant qui avait effectivement peu de chances d’être naturel. »

Certaines personnes commencent cependant à se réveiller, notamment dans le milieu des pilotes de ligne en Amérique  (l’État du Tennessee, entre autres, a même adopté une loi pour interdire les épandages chimiques qui, pour le coup, deviennent officiellement illicites: « l’injection volontaire, la libération ou la dispersion de produits chimiques dans l’air », et interdit  « d’affecter la température, la météo ou l’intensité des rayons du soleil ») et en Europe  ; c’est tant mieux car c’est dans cette profession qu’on trouve le plus grand nombre d’incrédules sur le sujet des épandages illicites.

1720429153492.jpg

Enfin, un dernier témoignage, mais de poids : une scientifique de haut niveau, Kristen Meghan, ancienne spécialiste de l'environnement pour l'armée américaine, est devenue une dénonciatrice de la géo-ingénierie. Elle révèle que l'entreprise pour laquelle elle travaillait injectait des matières dangereuses dans l'atmosphère sous prétexte de lutter contre le changement climatique. Lorsqu'elle a commencé à poser des questions sérieuses, elle a été rapidement diabolisée. "Ces substances se retrouvent dans nos aliments et dans le sol", prévient-elle . Souhaitons-lui bonne chance !

Un monde luciférien

Tout ceci nous ramène à ce que les USA sont devenus, en tout cas, au prisme de leurs dirigeants psychopathes, car les peuples du monde ne sont plus responsables des faits et gestes de leurs élites ni même de les avoir mises en place, les élections, quand il y en a, étant la plupart du temps truquées et leurs résultats convenus d’avance, négociés entre les partis, quels qu’ils soient, que les foules croient adversaires, voire ennemis, mais qui sont complices. Pour exemple flagrant (flagrant pour les esprits éveillés), on peut se reporter aux dernières élections législatives en France le 7 juillet 2024. Le problème, c’est que ces personnes dévoyées, par le truchement de l’impérialisme américain et « occidental » (E.U, U.E. et Israël) ont pris le pouvoir sur l’ensemble de la planète et ont produit des petits clones à leur service à peu près partout dans le monde, et surtout en Europe, et surtout en France.

Lucifer est « le prince de ce monde », le maître de la Terre, de la matière …  et de la secte sans âme qui s’en réclame, alors que Dieu règne sur les cieux ; le ciel est le domaine du spirituel.

Lucifer-fallen-angel-2.jpg

L’ange rebelle, Lucifer (étymologiquement « le porteur de lumière »), par la loi d’inversion finale, obscurcit le ciel pour couper les liens entre Dieu et les hommes, entre la matière et la spiritualité ; les hommes qui se tournaient vers les cieux pour prier Dieu, en attendre ses bienfaits et la lumière qu’il prodigue par ses rayons de soleil, n’en reçoivent plus que des substances sales et poisseuses. Le monde est placé sous une chape de plomb – de métaux lourds – un ciel brumeux qui ne dispense plus que des immondices, qui obscurcissent le ciel, comme le décrit cette intéressante vidéo .

L’historien grec Strabon a rapporté une entrevue entre des druides gaulois et Alexandre le Grand qui leur demanda ce que les Gaulois craignaient le plus ; ils répondirent cette phrase connue et répandue grâce aux albums d’Astérix, que  ce qu’ils craignaient le plus était « que les cieux ne leur tombent sur la tête » ; mais ils parlaient d’un avenir très lointain: notre époque ; les druides étaient réputés pour leurs prédictions et cette réponse se rattachait à ce qu’ils considéraient être la fin du monde, tout au moins du cycle, le même que celui que nous vivons, nous, leurs descendants, 2300 ans plus tard, car cette fin serait constituée par « un déluge tombé du ciel, composé d’eau et de feu, avant l’apparition d’un nouveau cycle où  l’âme immortelle des hommes retrouverait sa place ».

Les promoteurs du transhumanisme se sont alliés à la secte mondialiste qui gouverne actuellement la planète en se plaçant sous l’égide de Satan et en le proclamant à chaque occasion ; les uns et les autres, sous l’emprise d’une vanité démentielle et démoniaque, l’hubris, ont pour ambition, non seulement d’égaler Dieu, mais de le remplacer, de dominer le monde, la Terre, les hommes et les cieux ; quoi de plus simple et de plus exaltant, pour eux, de sentir leur puissance en étant ceux qui sont capables, comme les divinités furieuses des panthéons grecs et romains, de « faire la pluie et le beau temps » comme bon leur semble ?

Mais cette puissance technologique étant essentiellement artificielle, tout comme leur intelligence, ils ne réussiront donc pas, in fine ; les « anges » rebelles tomberont de haut et leurs ailes seront déchiquetées dans un grand fracas de ferraille.

Pierre-Emile Blairon

Notes:

[1]. voir vidéo youtube : 2’,13 : j’aime l’odeur… :

[2]. https://odysee.com/@Roms17:d/Un-chef-sioux-parle-des-chemtrails:96

[1]. Traînées chimiques en Luberon

[1]. Voir image : l’AFP, le gendarme du politiquement correct

[1]. https://odysee.com/@Uneautreverite:7/bosnie-sable-sahara:e ; document d’analyse des différents métaux présents dans les échantillons prélevés : https://aeronet.news/zadny-saharsky-pisek-sokujici-chemic... ; document d’accréditation nationale du laboratoire : https://ihi.ba/

[1]. https://www.analytika.fr/investigations/filaments-aeroportes/

[1]. Claire Séverac, La guerre secrète contre les peuples, 2015, éditions KontreKulture

[1]. Ibid.

[1]. Ibid.

[1]. https://tvs24.ru/pub/watch/3352/claire-severac-projet-haarp-chemtrails-black-rock/

[1]. https://ripostelaique.com/hawai-accident-naturel-ou-utilisation-darmes-darmes-a-energie-dirigee.ht

[1]. Op.cit.

[1]. https://www.youtube.com/watch?v=uyvT3a3WshU

[1]. https://eveilhomme.com/2019/10/05/video-chemtrails-pilotes-de-ligne-et-scientifiques-balancent-tout/

[1]. https://www.youtube.com/watch?v=hOFXGewJFXM

[1]. https://x.com/BlackBondPtv/status/1810452048527163802

[1]. https://odysee.com/@Climat-Artificiel:e/VCA-52-min-version-TV-H264:8

18:49 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, épandages, haarp, claire séverac | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 21 juillet 2024

Ce que le nouveau président réformateur de l'Iran signifie pour la politique étrangère

masoud_pezeshkian__2024-6-12-b90d5.jpg

Ce que le nouveau président réformateur de l'Iran signifie pour la politique étrangère

Fereshteh Sadeghi

Source: https://www.geopolitika.ru/es/article/que-significa-el-nuevo-presidente-reformista-de-iran-para-la-politica-exterior

Dans un revirement politique spectaculaire, les Iraniens ont élu le réformateur Masoud Pezeshkian comme neuvième président, ce qui suscite la curiosité de tous les observateurs quant aux changements possibles dans la politique étrangère de l'Iran post-Raïssi, orientée vers l'Est.

Le 5 juillet, la course à la plus haute fonction politique de l'Iran s'est achevée: le chirurgien cardiaque et réformateur Masoud Pezeshkian est devenu le neuvième président du pays à l'issue d'un second tour de scrutin qui l'opposait à son rival conservateur Saeed Jalili.

Le ministère iranien de l'intérieur a indiqué que 30.530.157 Iraniens avaient voté, soit une participation de 49,8% de l'électorat. Pezeshkian a obtenu 16.384.403 voix, tandis que Jalili a reçu 13.538.179 voix.

Notamment, avec 53,6% des voix, M. Pezeshkian est le deuxième président ayant recueilli le moins de suffrages après son compatriote réformateur Hassan Rouhani, qui a remporté l'élection en 2013 avec seulement 50,7% des voix.

Un réformateur soutenu par les minorités

Pezeshkian représente le Front réformateur d'Iran, un mouvement politique né en 1997 sous la présidence de Mohammad Khatami. Il est également soutenu par la faction modérée de l'ancien président Rouhani.

Malgré leur popularité à la fin des années 1990 et au début des années 2000, les réformistes n'ont jamais réitéré leurs victoires aux élections de 1997, 1998 et 2001, devenant une minorité politique au cours des deux décennies suivantes. Les 16,3 millions de voix de M. Pezeshkian, soit moins que les 20 millions de voix de M. Khatami en 2001, le placent dans une position précaire, notamment parce qu'il doit sa victoire aux minorités ethniques et religieuses de l'Iran.

Pezeshkian, dont les parents iraniens sont des Azéris et des Kurdes, est le premier président à ne pas être issu de la majorité farsi du pays ni des provinces industrielles farsiphones du centre de l'Iran.

Son avantage électoral a été renforcé par la mobilisation des Turcs iraniens ou des Azéris dans les provinces du nord-ouest de l'Azerbaïdjan oriental, de l'Azerbaïdjan occidental, de Zanjan et d'Ardebil. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a décrit le président élu comme un « Turc » et a exprimé l'espoir que ses racines ethniques et sa maîtrise de la langue turque renforceront les liens entre l'Iran et la Turquie.

Une tendance similaire a été observée dans les provinces majoritairement sunnites du Sistan-Balouchistan, du Golestan et du Kurdistan, où les origines kurdes de sa mère l'ont placé en tête dans les provinces kurdes d'Ilam et de Kermanshah.

Contrairement à ces régions qui ont favorisé Pezeshkian, des provinces comme Ispahan, Qom et plusieurs provinces du sud ont préféré Jalili. Le guide suprême Ali Khamenei et l'ancien président Ebrahim Raisi sont nés et ont grandi dans le Khorasan ; Rouhani et l'homme aux principes, Mahmoud Ahmadinejad, sont originaires de Semnan, et Khatami de Yazd. Le défunt président Akbar Hashemi Rafsanjani est né à Kerman.

06-sa-cryptohype.jpg

Transition et formation du cabinet

L'Iran est resté sans président pendant plus de sept semaines depuis la mort de M. Raisi, et le vice-président Mohammad Mokhber a administré le gouvernement, une tâche qui devrait se poursuivre pendant encore au moins quatre semaines.

Pezeshkian reste membre du parlement et doit démissionner de son siège avec l'approbation du Majlis avant de prêter serment. Le parlement iranien devrait débattre de cette démission à la fin du mois de juillet et, si elle est approuvée, M. Pezeshkian prêtera serment devant le Majlis et recevra son mandat de quatre ans des mains de l'ayatollah Khamenei.

Ce n'est qu'à ce moment-là qu'il présidera le cabinet de M. Raisi, tandis que ce dernier présentera sa propre liste de ministres pour un vote de confiance, et le nouveau gouvernement devrait prendre ses fonctions en septembre.

Parmi ses premières tâches, le président iranien doit constituer une équipe de 40 hauts fonctionnaires, dont 19 ministres, un vice-président et 11 vice-présidents, couvrant des domaines tels que les affaires féminines et familiales, les affaires administratives, l'organisation de l'énergie atomique et l'organisation du budget et de la planification.

En outre, le président doit nommer un chef de cabinet, un chef du bureau présidentiel, un porte-parole, un secrétaire et plusieurs assistants.

La constitution iranienne exige l'approbation du Guide suprême pour quatre ministres clés: la Défense, le Renseignement, l'Intérieur et les Affaires étrangères. Toutefois, les présidents tiennent souvent compte de l'avis du Guide suprême pour d'autres ministères, tels que l'éducation, la culture et l'orientation islamique, ainsi que la science, la recherche et la technologie.

Les femmes dans l'administration Pezeshkian

Dans les cercles politiques iraniens, les ayatollahs de haut rang de la ville sainte de Qom sont considérés comme le principal obstacle à l'accession des femmes à des postes ministériels.

Toutefois, à contre-courant de la tendance, l'ancien président Ahmadinejad a nommé plusieurs femmes députées et a même choisi une femme ministre. En 2009, le Dr Marzieyh Vahid-Dastjerdi, gynécologue, est devenue la première femme de l'après-révolution à diriger un ministère. Cependant, des désaccords avec Ahmadinejad ont conduit à son licenciement trois ans plus tard.

Son successeur, le réformateur Rouhani, n'a nommé aucune femme ministre. En revanche, il a choisi deux adjointes pour les affaires familiales et féminines, une adjointe pour les affaires juridiques et une troisième femme en tant qu'assistante pour les droits de citoyenneté.

Raisi n'a pas non plus nommé de femme ministre pendant sa courte présidence. Il a toutefois nommé une femme vice-présidente chargée de la famille et des affaires féminines et une assistante chargée des droits de l'homme et des libertés sociales.

Pour compenser l'absence de femmes ministres, M. Raisi a ordonné à ses ministres d'employer davantage de femmes à des postes de direction, ce qui a permis à 25,2% des postes de cadres supérieurs et moyens d'être occupés par des femmes.

Le président élu Pezeshkian n'a pas mentionné de femmes dans son cabinet, et il reste donc à voir combien de postes ministériels il offrira aux femmes. Une chose est sûre: le nombre de femmes ministres dans son prochain cabinet sera un test décisif de sa sincérité sur les questions relatives aux femmes, telles que le hijab islamique ou la police des mœurs, qui ont été abordées lors des débats présidentiels.

Nouveau président, nouvelle politique étrangère ?

Pendant sa campagne, M. Pezeshkian a exprimé sa volonté de redresser la politique étrangère de l'Iran, de revoir les relations avec la Russie et de rétablir les liens avec les États-Unis. Il a même accusé ses rivaux conservateurs d'entraver les efforts visant à résoudre l'impasse nucléaire entre l'Iran et l'Occident.

Ses commentaires ont été immédiatement répliqués par M. Khamenei, qui a reproché à certains hommes politiques de « penser que tous les chemins mènent aux États-Unis, comme si l'Iran ne pouvait pas progresser sans s'accrocher à telle ou telle puissance ».

Talal Mohammad, spécialiste des études sur le Moyen-Orient basé à Londres, ne s'attend pas à ce que le statu quo change beaucoup, surtout dans un avenir immédiat. Il déclare à The Cradle:

Le président élu n'a pas le pouvoir d'entamer des pourparlers avec l'Occident. Même s'il recevait un mandat - ce qui est peu probable - il aurait des difficultés à répondre aux exigences des [pays] P5+1, en particulier celles des États-Unis.

Selon Mohammad, un autre casse-tête pour le gouvernement Pezeshkian est l'imminence de la présidence américaine de Donald Trump et le retour de sa « politique de pression maximale » à l'endroit de Téhéran.

En cas de retour de Trump, nous pourrions assister à un renversement de la dynamique Rouhani-Trump. Trump est connu pour ses affinités avec des dirigeants forts et autoritaires tels que Poutine et Xi, et son approche tend à favoriser le pouvoir et la pression. Un président modéré avec une position plus conciliante, comme Pezeshkian, serait probablement confronté à une plus grande pression et à des demandes de concessions de la part de l'Iran.

13940222143328585290654.jpg

Avec d'importantes clauses d'extinction expirant bientôt puis en janvier 2026, y compris le mécanisme dit de « snapback », Mohammad prédit « une pression excessive de la part de Trump contre une administration iranienne qui préfère le pragmatisme à la réciprocité de la ligne dure ».

Keyhan Barzegar, professeur de sciences politiques basé à Téhéran, nuance en disant que si le Conseil suprême de sécurité nationale (CSN) et Khamenei déterminent l'orientation de la politique étrangère de l'Iran, le président conserve une certaine marge de manœuvre dans ce domaine, tout comme Rouhani l'a fait lors des négociations nucléaires de 2015 :

Le président peut influencer la manière dont les négociations sont menées entre l'Iran et ses partenaires régionaux ou internationaux. M. Pezeshkian doit donc trouver un terrain d'entente entre les politiques définies par le CSNU et la méthode utilisée par son gouvernement pour les mettre en œuvre.

Selon M. Barzegar, « l'Iran est aujourd'hui confronté à de grandes puissances qui soit exigent un prix élevé pour le transfert de technologies ou l'investissement en Iran, soit cherchent à obtenir une concession de la part de l'Iran pour lever les sanctions ». En outre, il conseille à M. Pezeshkian d'accroître l'importance stratégique de l'Iran dans la région de l'Asie occidentale en prônant une politique de « stabilité régionale » susceptible de galvaniser rapidement un large soutien mondial :

De cette manière, les puissances orientales et occidentales comprendraient l'importance stratégique de l'Iran et cette compréhension conduirait à un assouplissement des sanctions ou à une augmentation des investissements étrangers.

Dans son message post-électoral, M. Khamenei a conseillé à M. Pezeshkian de « placer sa confiance en Dieu et de viser des horizons élevés, en suivant la voie du martyr Raisi ».

Compte tenu de la position du guide suprême, et bien que l'ancien ministre des affaires étrangères Javad Zarif soit à ses côtés pour indiquer au monde et aux électeurs nationaux ses intentions diplomatiques, M. Pezeshkian comprend très certainement que son gouvernement aura une marge de manœuvre limitée sur la scène internationale. Il est donc probable qu'il suivra la politique étrangère définie par l'État et non celle préconisée par son conseiller réputé.

Source : https://thecradle.co/

vendredi, 19 juillet 2024

Diego Fusaro: le vrai marxiste

16739705276458.jpg

Diego Fusaro: le vrai marxiste

Carlos X. Blanco

Source: http://decadenciadeeuropa.blogspot.com/2024/06/diego-fusaro-el-verdadero-marxista.html

Diego Fusaro est né dans la ville de Turin en 1983. Le jeune Italien va acquérir une solide formation philosophique. À l'université de Turin et à l'université San Raffaele (Milan), il fait ses armes intellectuelles, notamment en philosophie de l'histoire et en histoire de la philosophie. En tant qu'Italien, Fusaro était un grand connaisseur de ses grands compatriotes qui l'ont précédé dans le travail philosophique (Gentile, Croce, Gramsci), bien que le maître le plus direct de tous, et celui avec lequel il a eu un contact personnel, ait été Costanzo Preve (1943-2013).

preved.jpg

prevemarxmed.jpg

L'influence du marxiste Preve sur Fusaro est énorme et le jeune Diego est sans aucun doute l'un de ses plus fidèles disciples. Ces dernières années, la maison d'édition Letras Inquietas a entrepris un intense travail de traduction et de diffusion de l'œuvre de Preve et de tous les autres auteurs qui, avec leur touche personnelle, sont proches de lui ou sont ses continuateurs (Denis Collin, Salvatore Bravo et Diego Fusaro lui-même). Il est difficile de définir cette empreinte, mais pour utiliser une expression très prévoyante, je la qualifierais d'« hérésie marxiste ». En effet, autrefois, était hérétique celui qui rompait avec l'Église officielle, qui s'opposait à ses dirigeants ou à ses interprètes suprêmes, ou qui proposait des interprétations absolument nouvelles et scandaleuses du dogme sanctionné. Le révélateur était « un hérétique au sein d'une hérésie », comme il l'a dit. Si le marxisme, ou plutôt l'œuvre de Marx, est une hérésie pour le dogme libéral-capitaliste, Preve et les Previens, y compris Fusaro, sont une hérésie pour la Sainte Église du « matérialisme » et du « progressisme ».

8669_giexk8nwwaah3b_.png

En Italie, comme en Espagne et dans d'autres pays occidentaux, la gauche a fini par s'organiser comme une Église ou une Confrérie de la « pensée politiquement correcte ». La même virulence qu'ils mettent à attaquer ceux qui « devraient être les leurs », au moyen de procédures inquisitoriales (c'est aujourd'hui l'« antifascisme »), brille par son absence chez les confrères et les petites sœurs rouges lorsqu'il s'agit de s'attaquer au système libéral ; ils mettent de côté leur anticapitalisme pour courir après de prétendus « nouveaux droits » à étendre, tandis que les « anciens droits » (les droits fondamentaux) sont systématiquement violés au milieu de leur silence complice et de leur dissimulation. L'église de la gauche bien-pensante a condamné Preve et Fusaro au moment même où ils critiquaient le pire du système libéral, et au moment même où la (mauvaise) compagnie de ces deux penseurs était considérée comme interdite. Par exemple, la fréquentation occasionnelle d'Alain de Bneoist, co-créateur historique et fondamental de la soi-disant Nouvelle Droite, ou la fréquentation interdite du géopoliticien russe A. Dugin.

cop_Marx_atomismo-e1452167104439.jpeg

L'attitude des nonnes et des inquisiteurs de la gauche bien-pensante est très frappante. Elle rappelle le « totalitarisme » franquiste de l'après-guerre: avant d'être fiché et surveillé par « la Secreta », le dissident pouvait être observé par de vieilles femmes derrière leurs rideaux, qui surveillaient nuit et jour les fréquentations d'un jeune qui rentrait tard et avait cent regards sur lui dans le quartier. Ceux qui traînaient avec les rouges étaient des rouges. Et puis, ici et maintenant, c'est la même chose : celui qui fréquente des « fascistes » est un fasciste. Il est dommage que la gauche bien-pensante soit incapable de voir que des auteurs comme de Benosit ont beaucoup plus à offrir dans leur critique du libéralisme et du capitalisme que la plupart des paroissiens du dogme gauchiste, quoi qu'ils entendent par « fasciste ». Quiconque a étudié les principaux leaders de la Nouvelle Droite sait parfaitement que les critiques de cette école de pensée du capitalisme financier occidental, de l'OTANisme, de l'UE comme instrument au service de l'OTAN, du colonialisme américain, de l'ingénierie sociale « woke », etc. coïncident davantage avec l'approche révolutionnaire de Marx, d'un vrai Marx, qu'avec l'œuvre néolibérale systémique de ceux qui se disent ses disciples et soutiennent l'aliénation capitaliste.

FSYotPdXEAE3BtW.jpg

61UAYyeEivL._AC_UF894,1000_QL80_.jpg

F1UM7iZXsAAKBvt.jpg

Les derniers textes de Fusaro publiés dans Letras Inquietas, « Marx : penseur de l'individualité communautaire libre », et « Preve : la refondation du marxisme » (2024), servent à enregistrer ces dettes contractées avec l'« hérétique » Preve. Il y a d'autres textes dans la même maison d'édition qui peuvent familiariser le lecteur avec ce marxiste très spécial qu'est Fusaro, un marxiste très lu par les membres de la Nouvelle Droite, une école qui converge avec la Nouvelle Gauche hérétique, celle qui combat honnêtement et avec acidité le système de l'hégémon yankee et son impérialisme chaotique. Fusaro est un auteur « Contre le vent » (titre publié en 2022), qui ose combattre l'hégémonie de la pensée néo-libérale, dont les « sociétés ouvertes » grincent au contact de Platon et de Hegel, c'est-à-dire au contact de la philosophie elle-même. Dans « Éthique et économie » (2023), l'Italien nous présente ses études les plus profondes sur Hegel. Dans « La mort du travail » et « 100% Fusaro » (2021), il compile quelques-unes des critiques les plus acerbes de l'évolution déclinante de notre société, programmée pour faire de nous des parasites et des êtres sans intérêt,

Un auteur essentiel. Un auteur incontournable. Un géant de la pensée.

A consulter:
le blog de « Letras Inquietas ».

Bernanos et la "masse disponible" des temps totalitaires

web Bernanos2.jpg

Bernanos et la "masse disponible" des temps totalitaires

Nicolas Bonnal

« Leur soumission au progrès n'a d'égale que leur soumission à l’Etat… »

Bernanos avait rêvé au début, juste après la Libération, et ça donne la France contre les robots, livre qui doit être oublié – même par les ignares et les distraits - car il est dépassé un an ou deux après. Le grand esprit déchante vite (« votre place est parmi nous ! » lui chantait de Gaulle qui part vite aussi) et cela donne ensuite les prodigieuses conférences de « La Liberté, pour quoi faire ? », où le grand esprit pragmatique et non visionnaire remet tout le monde à sa place : la démocratie vaut les dictatures et le christianisme est crevé, surtout celui qui veut se moderniser. On relira mon texte fondamental (je pèse mes mots, car on est en enfer, on y est vraiment) sur Bruckberger qui va plus loin que Bernanos quand il découvre que l’Inquisition est la source et le prototype des méthodes totalitaires modernes.

9788726948769_1_75.jpg

Georges Bernanos, La Liberté, pour quoi faire.jpg

Robert Steuckers m’a appris que j’étais publiquement insulté par certains pour citer Bernanos. C’est un immense plaisir et un intense hommage. Je vais citer au maximum sans commenter, en remerciant encore ma Tetyana qui m’a tout scanné ; on commence par « cette masse affreusement disponible » qui vote pour l’Europe, pour Macron-antifasciste-républicain-humaniste, pour la guerre, pour le vaccin, pour l’Europe, pour l’Otan, pour le mondialisme, pour le Grand Reset, pour le totalitarisme informatique, pour tout.

Or cette masse bascule de Pétain à de Gaulle comme cela, par mouvement mécanique, par mouvement de balancier :

« Il y a des millions et des millions d'hommes dans le monde qui n'ont pas attendu notre permission pour soupçonner que la France de 1940- formée d'une majorité de gaullistes et d'une poignée de pétainistes - ne forme réellement qu'UNE SEULE MASSE AFFREUSEMENT DISPONIBLE, dont l'événement de Munich avait déjà permis de mesurer le volume et le poids, qui s'est retrouvée presque tout entière à l'Armistice pour rouler dans le pétainisme par le seul effet de la pesanteur, jusqu'à ce que l'invasion de l'Afrique du Nord, rompant l'équilibre, l'ait fait choir sur l’autre pente… La masse française, cette masse électorale suicidaire, cherche aujourd'hui à tâtons un autre fait irréparable… Au terme de notre évolution, il ne subsistera de l’Etat qu’une police, une police pour le contrôle, la surveillance, l’exploitation et l’extermination du citoyen (la liberté pour quoi faire ?). »

pétain.jpg

Z6BSG5QGAC7FDXALCJMHBBU5ZU.jpg

Et d’ajouter :

« Il y a des millions et des millions d'hommes dans le monde qui n'ignorent plus que la Résistance ayant été l’œuvre d'une poignée de citoyens résolus, qui électoralement ne pouvaient pas compter pour grand-chose, il était fatal que la réorganisation de la Démocratie parlementaire réduisît la Résistance à rien. »

9782253140405-001-T.jpeg

On connait mon admiration pour Stefan Zweig, citoyen du monde et apatride comme moi (les patries ayant toutes été exterminées par l’américanisme il ne reste qu’à se trouver un hôtel – et un bon), qui écrit sur cette masse affreusement disponible dans son inoubliable Monde d’hier : « la masse roule toujours immédiatement du côté où se trouve le centre de gravité de la puissance du moment ». Monde d’hier, Livre de Poche, p. 469 pour les curieux. On ajoute pour les gourmets : « Ceux qui criaient aujourd’hui « Heil Schuschnigg ! » hurleraient demain « Heil Hitler ! ». C’est la page suivante…

Heil Biden ! Heil Davos ! Heil Ursula ! Heil climat !...

On connaît le nombre exorbitant (mais toujours insuffisant) d’homosexuels dans nos élites françaises, européennes et mondialistes. Zweig ajoute cette note page 365 : 

« Déjà les sociétés secrètes fort mêlées d’homosexuels étaient plus puissantes que ne le soupçonnaient les chefs de la république… ».

A71458.jpg

On relira mes textes sur Zweig et sur les eunuques de Balasz qui dans la Chine ancienne drivaient déjà une économie et une société totalitaires (on ne pouvait ni marcher ni se vêtir comme on voulait, comme au temps du Covid et du changement climatique…). Voir La bureaucratie céleste, Tel, Gallimard, pp. 36-37, 73-75., où Balasz décrit des guerres d’extermination eunuques de proportions… bibliques. La brave Chine des Brics est le modèle de Fink et de Davos.

Bernanos n’aime pas qu’on le dise pessimiste (le terme est insultant, c’est vrai) ; mais voici ce qu’il écrit sur l’optimiste :

« L'optimisme est un ersatz de l'espérance, dont la propagande officielle se réserve le monopole. Il approuve tout, il subit tout, il croit tout, c'est par excellence la vertu du contribuable. Lorsque le fisc l’a dépouillé même de sa chemise, le contribuable optimiste s'abonne à une revue nudiste et déclare qu’il se promène ainsi par hygiène, qu'il ne s'est jamais mieux porté. »

Sur le pessimisme :

« Le mot de pessimisme n'a pas plus de sens à mes yeux que le mot d'optimisme, qu'on lui oppose généralement. »

Le problème, le vrai problème c’est la dévaluation du matériel humain ; et là Bernanos surprend avec des arguments… en or massif (Zweig en parle aussi au début de ses mémoires) :

« Les événements n'ont pas plus de volume qu'avant, ce sont les hommes qui sont dévalués. La dévaluation de l’homme est un phénomène comparable à celui de la monnaie. N'attendez pourtant pas que les dévalués conviennent de leur dévaluation! Si le billet de mille francs pouvait parler, il dirait que le bifteck est devenu aussi précieux que l'or, il n'oserait jamais avouer que c'est lui qui ne vaut plus que cent sous. Ainsi les hommes dévalués préfèrent se venger sur l'histoire de leur dévaluation. Ils sont de plus en plus enclins à nier l’histoire, à ne voir en elle que l'ensemble des fatalités historiques... »

400x400_gettyimages-537128493.jpg

La fin de l’étalon-or a signifié pendant la guerre la tuerie interminable : le citoyen ne valait plus rien et l’Etat pouvait imprimer et exterminer tout ce qu’il voulait.

La fin des hommes c’est la Révolution Française, et la conscription par la Convention :

« En décrétant la conscription obligatoire, la Convention nationale a trahi la civilisation et fondé le monde totalitaire. Dès qu'il suffit d'un décret pour que tous les citoyens appartiennent à l'Etat, pourquoi ne lui appartiendraient-ils pas toujours, de la naissance à la mort ? ».

enrolement-volontaires.jpg

Le problème c’est qu’il en est tout content le citoyen : comme dit Tocqueville : il faut enlever et la peine de vivre et le trouble de penser ! C’était déjà fait longtemps avant la télé, notez. L’imprimerie, toujours…

Le combat contre l’homme et la liberté est le même partout, derrière les slogans (« tu es à la solde de Wall Street et du mikado ! ») :

« Tout homme qui pense a compris que l’Amérique et la Russie s'opposent plus économiquement qu'idéologiquement, une nation de trusts est toujours menacée de devenir brusquement totalitaire. La Russie s’emploie de plus en plus à créer un type d'ouvrier à grand rendement aussi semblable que possible à l'ouvrier… »

Les extrêmes (d’ailleurs jamais si éloignés que cela, on l’a vu au moment de notre « pandémie ») ont vite fait de se rejoindre :

« Car ce monde n'est pas nouveau. Capitaliste ou marxiste, libéral ou totalitaire, il n'a cessé d'évoluer vers la centralisation et la dictature. Le régime des trusts ne saurait nullement s'opposer au collectivisme d'Etat, puisqu'il n'est qu'une phase de l'évolution que je dénonce. »

On se demande si Bernanos aurait fini libertarien (Chesterton était considéré comme un chrétien-libertarien, mais vous imaginez un parti ?) : no state, no war, no taxes, comme disent nos amis de lewrockwell.com. Trop simple ou trop évident ?

La course au gigantisme :

« Les trusts ont concentré peu à peu la richesse et la puissance autrefois réparties entre un très grand nombre d'entreprises, pour que l'Etat moderne, le moment venu, distendant sa gueule énorme, puisse tout engloutir d'un seul coup, devenant ainsi le Trust des Trusts, le Trust-Roi, le Trust-Dieu... Non, ce monde n'est pas nouveau. »

Répétons qu’on est en enfer :

« Qui peut croire ce monde digne d'amour? A quoi bon aimer ce qui s'est voué soi-même à la haine ? Dieu n'y réussit même pas, il se résigne à laisser subsister l'enfer. Le Fils de Dieu est mort et on pourrait dire que l'enfer survit au Fils de Dieu. Oh! vous pouvez parfaite trouver scandaleux de m'entendre comparer le monde moderne à l'enfer. Mais c'est là une impression que n'ont pu manquer d'avoir les habitants de Nagasaki, à moins que le temps hélas ! ne leur ait fait défaut pour cela. »

8_plan.jpg

Car le lendemain de la guerre, rebelote avec déjà le plan Monnet :

« La France a des raisons de ne pas s'enthousiasmer pour le plan Monnet! On lui demande de construire des machines, encore plus de machines, de se sauver par la machinerie. Elle ne croit plus à la multiplication indéfinie des machines… »

Pierre Gille (d’ailleurs écarté depuis) remarque dans son excellente préface :

« Bernanos attendait de la Libération de la France une insurrection des forces de l’esprit… Et que voit-il, ce même monde recommencé comme si rien ne s’était passé… ».

C’est qu’il a ses adeptes ce monde religieusement adoré de l’américanisme. Céline parle dans des pages immortelles des Français parfaitement enthousiastes, Bernanos des amateurs de radiations (elles les rendent radieux !) :

« Supposez que demain - puisque nous sommes dans les suppositions, restons-y - les radiations émises sur tous les points du globe par les usines de désintégration modifient assez profondément leur équilibre vital et les sécrétions de leurs glandes pour en faire des monstres, ils s'arrangeront très bien de leur condition de monstres, ils se résigneront à naître bossus, tordus, ou couverts d'un poil épais comme les cochons de Bikini, en se disant une fois de plus qu'on ne s'oppose pas au progrès. Le mot de progrès sera le dernier qui s'échappera de leurs lèvres à la minute où la planète volera en éclats dans l'espace. »

Et dans ce monde, comme au moment du refus du vaccin nocif et inutile l’homme libre sera le monstre à abattre:

« La menace qui pèse sur le monde est celle d'une organisation totalitaire et concentrationnaire universelle qui ferait, tôt ou tard, sous un nom ou sous un autre, qu'importe ! de l'homme libre une espèce de monstre réputé dangereux pour la collectivité tout entière, et dont l’existence dans la société future serait aussi insolite que la présence actuelle d'un mammouth sur les bords du lac Léman. Ne croyez pas qu'en parlant ainsi je fasse seulement allusion au communisme. Le communisme disparaîtrait demain, comme a disparu l'hitlérisme, que le monde moderne n'en poursuivrait pas moins son évolution vers ce régime de dirigisme universel auquel semblent aspirer les démocraties elles-mêmes. »

1463221.jpg

En 45, Hitler a gagné la guerre (voyez l’amusant livre homonyme de Graziano). Schwab et Ursula y mettront bon ordre :

« Il est clair qu'il reste partout des foyers d'infection totalitaire dans le monde. Le totalitarisme a été battu grâce à ses propres méthodes, par des méthodes totalitaires… Les dictatures ont été les symptômes d'un mal universel, dont souffre toute l'humanité. La civilisation des machines a considérablement amoindri dans l’homme le sens de la liberté. Les disciplines imposées par la technique ont peu à peu sinon ruiné, du moins considérablement affaibli les réflexes de défense de l’individu contre la collectivité. »

1935-franklin-d-roosevelt-burns-us-constitution-historic-image.jpg

On sait que tout passe par le contrôle de l’Etat, surtout aux USA, pays du simulacre libéral, et ce depuis Wilson et Roosevelt et leurs guerres totalitaires contre l’Allemagne:

« La plupart des démocraties, à commencer par la nôtre, exercent une véritable dictature économique. Elles sont de véritables dictatures économiques. La dictature économique survit presque partout aux nécessités de la guerre, par lesquelles on prétendait la justifier. Il serait difficile de nier que le cadre de l'activité économique… »

Ensuite Bernanos se rapproche du banc des accusés (ben oui…) :

« On voudrait nous faire croire que l'Etat nazi fut une sorte de monstre imprévu, imprévisible, un phénomène absolument fortuit, une espèce de chose tombée de la lune. Mais cet État hitlérien ne différait pas spécifiquement de certains Etats modernes prétendus démocratiques, en voie d'évolution vers la forme totalitaire et concentrationnaire. Démocratique ou non, l'Etat moderne a économiquement tous les droits. »

Je le disais libertarien ? Voyez là :

« Lorsqu'un État prétend disposer, en certains cas, de 83 % du revenu du citoyen, contre la promesse, d'ailleurs toujours révocable, de lui garantir ce qui lui reste, on a bien le droit de se demander où s'arrêteront ses prétentions. Qui dispose des biens finit toujours par disposer un jour des personnes. »

Confiscation de l’épargne, du corps (soumis à la tyrannie vaccinale, voyez Kennedy), des maisons, de la liberté de se déplacer, demandez le programme !

A la fin on comprend que l’Etat et les partis (presque tous libéraux ou socialos) qui le contrôlent ne rêvent que d’une chose: la grande et belle extermination du citoyen-électeur distrait.

B9729023405Z.1_20211117173644_000+GD0JBR3BT.1-0.jpg

« Et cette bureaucratie, chez les plus atteints, se décomposait elle-même jusqu'à la forme la plus dégradée de la bureaucratie, qui est la bureaucratie policière. Au terme de cette évolution, il ne subsiste de l'État qu'une police, une police pour le contrôle, surveillance, l'exploitation et l'extermination du citoyen. »

Dans ce désastre il ne faut rien attendre des chrétiens (pour ceux qui auraient encore des doutes) ; ici aussi le matériel humain a été dégradé, édulcoré ou autre:

« Des chrétiens sans cervelles, de pauvres prêtres sans conscience, épouvantés à l'idée qu'on va les traiter de réactionnaires, vous invitent à christianiser un monde qui s'organise délibérément, ouvertement, avec toutes ses ressources, pour se passer du Christ, pour instaurer une justice sans Christ, une justice sans amour, -la même au nom de laquelle l’Amour fut fouetté de verges et mis en croix. »

Pour terminer une magnifique remarque : on dégénère en s’endurcissant.

« Le drame de l'Europe, le voilà. Ce n'est pas l'esprit européen qui s'affaiblit ou s'obscurcit depuis cinquante ans et plus, c'est l'homme européen qui se dégrade, c'est l’humanité européenne qui dégénère. Elle dégénère en s'endurcissant. Elle risque de s'endurcir au point d'être capable de résister à n'importe quelle expérience des techniques d'asservissement, c'est-à-dire non pas seulement de les subir, mais de s'y conformer sans dommage. »

Allez, cessons de déprimer : on a eu l’euro-foot, on a les JO et un gouvernement technocrate ; on a évité le fascisme et on va pouvoir construire une Europe plus juste, plus verte et encore plus remplacée. Ensuite on déclarera la guerre à Trump et (encore plus) à la Russie.

Sources:

https://www.amazon.fr/libert%C3%A9-pour-quoi-faire/dp/207...

https://strategika.fr/2020/09/08/observations-sur-le-deve...

https://strategika.fr/2021/06/12/a-la-lumiere-du-covid-st...

https://www.amazon.fr/grands-auteurs-traditionnels-Contre...

https://www.amazon.fr/Bureaucratie-c%C3%A9leste-Recherche...

https://www.dedefensa.org/article/bruckberger-et-labdicat...

https://www.dedefensa.org/article/stefan-zweig-contre-lam...

Parce qu'Orbán ne fait pas ce qu'elle veut, Ursula von der Leyen ordonne un "boycott de la Hongrie"

63879338_605.jpg

Parce qu'Orbán ne fait pas ce qu'elle veut, Ursula von der Leyen ordonne un "boycott de la Hongrie"

Source: https://unzensuriert.at/274287-weil-orban-nicht-nach-ihrer-pfeife-tanzt-von-der-leyen-ordnet-ungarn-boykott-an/?pk_campaign=Unzensuriert-Infobrief

Depuis le 1er juillet, la Hongrie « rebelle » assure la présidence tournante du Conseil. Un accident pénible aux yeux des fauteurs de guerre de l'UE. Parce que le Premier ministre hongrois Victor Orbán ne s'est pas soumis à la doctrine de guerre de l'OTAN et a cherché à dialoguer avec le président russe Vladimir Poutine, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a décrété le boycott diplomatique de la Hongrie.

Orban banni à Bruxelles

Le voyage de Victor Orbán à Moscou et à Pékin a provoqué un tollé au sein de la puissante faction otaniste dans l'UE. Orbán aurait ainsi mis en danger la « sécurité de l'UE » et son voyage n'aurait pas été coordonné avec l'UE, lui reproche-t-on. La Commission s'est rapidement mise d'accord sur une « mesure punitive » : seuls des fonctionnaires de haut rang participeront aux futurs conseils des ministres informels à la place des commissaires européens, a-t-on fait savoir. En outre, la Commission européenne renonce à la traditionnelle visite inaugurale à la présidence hongroise.

Cela rappelle les sanctions prises à l'encontre de l'Autriche, lorsque les Autrichiens ont osé faire participer la FPÖ à un gouvernement fédéral de manière tout aussi « illicite ».

La Hongrie réagit avec indignation

La Hongrie a émis de vives critiques. En réaction au bannissement décrété par von der Leyen, le ministre hongrois des Affaires européennes, János Bóka, demande sur X si toutes les décisions de la Commission sont désormais basées sur des considérations politiques. Et il constate que la Commission est une institution de l'UE qui ne peut pas choisir les institutions ou les États membres avec lesquels elle souhaite coopérer.

Soutenez notre couverture critique et non censurée en faisant un don. Par paypal (carte de crédit) ou par virement bancaire sur AT58 1420 0200 1086 3865 (BIC : BAWAATWW), ltd. Unzensuriert

Au service de qui se trouve l'OTAN ?

7swy80-28565888.jpg

Au service de qui se trouve l'OTAN?

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/chi-serve-la-nato/

En marge du sommet de l'OTAN à Washington. En apparence, une célébration somptueuse et festive du 75ème anniversaire d'une Alliance qui a désormais atteint son expansion maximale, avec pas moins de 32 membres.

En réalité, il s'agit d'une vitrine des contradictions et des tensions qui restent de moins en moins cachées sous la surface. Au contraire, elles tendent de plus en plus à émerger avec insistance.

Tensions entre les membres de l'OTAN, avec le Magyar Victor Orban à la tête de la faction de ces pays qui cherche à s'opposer à un choc frontal avec Moscou.

Et, d'autre part, les Polonais, avec le chœur des Baltes, poussant à une intervention de plus en plus directe et impliquée, à l'admission de Kiev dans l'Alliance et, en substance, à la Troisième Guerre mondiale.

C'est bien sûr ce qui ressort d'un premier coup d'œil superficiel.

En arrière-plan, les ambitions belliqueuses de Macron, l'insipidité de Scholz, le zèle de suffragette de Meloni.

imengine.public.prod.mmg.navigacloud.jpg

D'autre part, le soi-disant sommet de l'OTAN ne semble pas connaître de changement de ligne. De Stoltenberg à Rutte, il y a une continuité absolue. Dans l'obstination à soutenir Zelensky.  Et à rechercher la confrontation avec Moscou, quoi qu'il en coûte. Et cela pourrait nous coûter très, très cher.

Mais, comme toujours, dans chaque chaîne (et c'est le cas de l'OTAN), il y a... un maillon qui ne tient pas.

Et le paradoxe, c'est qu'en ce moment, le maillon qui ne tient pas, qui craque, qui pourrait céder... c'est le maillon américain.

Paradoxe, parce que la tête de l'Alliance est, bien sûr, à Washington. Et parce que l'OTAN a été créée, en 1949, comme un instrument de la stratégie internationale des Etats-Unis.

Mais... en est-il toujours ainsi ?

Est-il encore juste d'identifier l'OTAN, ses choix, sa politique comme une projection des intérêts américains ?

Le discours est en réalité plus complexe. Et il devient de plus en plus difficile à démêler et à simplifier au fil du temps.

Mais pour le comprendre, il faut changer de question.

Non plus : à quoi sert l'OTAN ?

Mais: à quoi sert l'OTAN ? Qui l'OTAN sert-elle ?

C'est-à-dire quels sont les intérêts qu'elle protège et promeut.

En un mot, qui est le véritable responsable ?

Car il est clair que Stoltenberg et Rutte ne sont que des façades. Des ombres pâles qui cachent les véritables centres de pouvoir.

Qui, certes, se trouvent pour l'essentiel aux États-Unis - et à Londres - mais qui ne peuvent être identifiés à l'Amérique tout court.

Au point que la principale préoccupation de ces sommets de Washington, exprimée plus ou moins clairement par de nombreux participants, est de savoir ce qui pourrait se passer en cas de victoire électorale de Trump.

Qui représente l'autre Amérique. Ou plutôt, l'Amérique tout court. Avec sa vocation, populaire et populiste, au mercantilisme, à l'entrepreneuriat. Et à un isolationnisme conséquent.

fd74572_2024-07-16t055821z-1427967595-rc23w8arz60d-rtrmadp-3-usa-election-republicans.JPG

Et l'Amérique du Mid West et du Belt Sun. Rien à voir avec les salons de Manhattan et de Californie. Rien, surtout, avec les obscurs centres de décision de Wall Street. Qui est en Amérique, certes. Mais qui n'est pas l'Amérique.

L'OTAN, disent certains, est l'instrument, si l'on peut dire, le bras armé de l'impérialisme.

Acceptons-le pour de bon. Mais ce n'est pas l'impérialisme américain, qui existe historiquement et qui a ses propres tendances stratégiques bien définies.

Non. L'OTAN est un instrument (donc est au service) d'un impérialisme supranational. Représenté par les grands centres de pouvoir financier, qui dictent la ligne aux gouvernements qui font partie de l'Alliance. Par l'intermédiaire d'hommes de paille. Comme les soi-disant derniers secrétaires généraux.

D'où l'inquiétude pour l'avenir. Si un nouveau président américain décidait que la confrontation avec Moscou en Ukraine est contraire aux intérêts nationaux américains, que se passerait-il ?

En d'autres termes, que ferait l'OTAN ?

Servirait-elle les « puissances » qui veulent que cette confrontation, cette guerre, se poursuive?

Une impasse extrêmement grave serait créée.

C'est pour cela qu'ils craignent l'arrivée de Trump, qui est lié à des intérêts différents.

C'est pourquoi ils essaient de maintenir le vieux Biden en selle. Malgré son état mental précaire (pour être généreux).

17:58 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : actualité, politique internationale, otan | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 18 juillet 2024

Peng Liyuan et d'autres femmes du Sud supplantent les féministes et les analystes occidentales

2D9A40BF00000578-3280964-image-a-4_1445373427528.jpg

Peng Liyuan et d'autres femmes du Sud supplantent les féministes et les analystes occidentales

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/peng-e-le-altre-donne-del-sud-globale-spiazzano-femministe-ed-analisti-occidentali/

Peng Liyuan. Un nom presque inconnu il y a encore quelques semaines. Et qui suscite aujourd'hui l'intérêt croissant des analystes géopolitiques. Surtout ceux qui s'enthousiasment de la présence de femmes au sommet de la politique dans l'Occident collectif, mais qui restent perplexes face au rôle des femmes dans les pays du Sud et dans les gouvernements des "méchants".

Peng est l'épouse de Xi Jinping et, ces derniers temps, elle apparaît de plus en plus souvent en public, et pas seulement en tant qu'escorte de son mari. Lors de sa tournée en Europe, par exemple, les médias chinois lui ont reconnu un rôle important en tant qu'« ambassadrice de l'ombre » et protagoniste du nouveau « soft power » de Pékin. Et compte tenu de l'habitude, également italienne, de déférence envers les institutions, les remarques des médias savent que la position officielle du parti communiste passe avant celle du gouvernement. Et, comme Peppone l'aurait dit à Brescello, dans ce pays, ce sont les communistes qui gouvernent et non le maire...

_methode_times_prod_web_bin_01f3047e-f928-11ec-84c1-32e852e780b0.jpg

Mais Peng est aussi un officier supérieur de l'armée, et c'est elle qui a introduit son mari dans les plus hautes sphères de la politique chinoise. Et c'est elle qui, aujourd'hui, favorise ou écrase la carrière des généraux et des ministres. Cela a surpris les analystes occidentaux, qui s'en tiennent toujours à la veuve de Mao. Jiang Qing ou Chiang Ching, selon votre préférence d'écriture, l'un des partisans les plus extrêmes de la révolution culturelle, puis, disgraciée après la mort de Mao, condamnée à mort en tant que membre de la « bande des 4 ». Cette condamnation s'est transformée en une peine d'emprisonnement à vie, purgée en résidence surveillée avant son suicide.

Des précédents qui inquiètent les atlantistes. Mais, en réalité, c'est la montée en puissance des femmes dans les pays du Sud qui inquiète le plus, car elle met à mal le récit occidental d'un monde machiste et oppresseur, discriminatoire et violent. On ne peut pas raconter, aux marmots qui font confiance aux médias atlantistes, l'histoire d'Evita Peron, ni même celle de Christina Kirchner. On ne peut pas leur dire que le pourcentage de femmes qui fréquentent les universités en Iran est supérieur à celui de leurs homologues masculins.

2914654.jpg

kctv-aug11-kju-national-meeting-covid-victory-kim-yo-jong-kyj-speech-podium-5-1870x1000-1.jpg

On ne peut pas non plus parler du rôle de Kim Yo-jong, la sœur de Kim Jong-un, en Corée du Nord. Une présence constante indique le poids de la jeune femme dans les décisions de son frère. Mais cela ne plaît pas aux féministes occidentales. Le Sud mondial doit être méchant et rétrograde. Avec des femmes humiliées et sans perspectives. Indira Ghandi était un homme, Claudia Sheinbaum est un homme, Sahle-Work Zewde aussi.

Au lieu de cela, comme par hasard, il n'y a pas de femmes présidentes aux États-Unis, ni en France où le Front républicain a toujours barré la route de l'Élysée à Marine Le Pen.

19:01 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, sud global, peng liyuan | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La balance de Zeus

statue-of-zeus-at-oympia-english-school.jpg

La balance de Zeus

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/la-bilancia-di-zeus/

Dans l'Iliade - qui est non seulement un poème stupéfiant, mais une synthèse de tous les archétypes de notre civilisation - les dieux se lancent dans la bataille. Flanquant les Achéens et les Troyens dans la plaine entre Xanthus et Scamandre.

Car les dieux prennent aussi parti. Ils prennent parti pour les deux adversaires.

Il n'en reste qu'un hors de la mêlée. Zeus, le Père. Qui reste, dirait-on aujourd'hui, neutre. Ou, plus exactement, au-dessus des partis. Et, avec sa balance, il pèse les destins des prétendants. Car même lui n'a pas le pouvoir de déterminer le destin des hommes. Le destin transcende le pouvoir des dieux eux-mêmes. C'est à Zeus que revient la tâche de... le peser.

L'Iliade, disais-je, est la synthèse de tous les grands archétypes de notre civilisation. Et l'image de Zeus, pesant la balance, représente parfaitement un moment de crise mondiale profonde comme celle que nous vivons actuellement.

Un moment de transition et de transformation. De déséquilibres et de conflits. Et, comme toujours, de recherche de nouveaux équilibres.

Une recherche douloureuse, violente, conflictuelle. Comme tous les moments et époques de transition.

Et nombreux sont les conflits, les guerres en cours aujourd'hui. Plus encore les conflits latents. Les feux qui peuvent s'embraser à tout moment.

La recherche de nouveaux arrangements passe non seulement par l'affrontement traditionnel entre l'Ouest et l'Est, mais aussi par un enchevêtrement de tensions régionales, avec une multiplicité d'acteurs.

L'Ukraine, Gaza, le Moyen-Orient élargi... L'Iran et la demi-lune chiite contre les autocraties sunnites.

L'Afrique subsaharienne se libère des derniers vestiges du colonialisme. Et elle tend de plus en plus à émerger comme un nouvel acteur géopolitique majeur.

Et, bien sûr, il y a la Chine. La confrontation avec Washington dans le Pacifique. Les grands jeux dans l'océan Indien. Dehli, dont le poids non seulement économique mais aussi stratégique ne cesse de croître.

Et, bien sûr, la crise sans fin de la vieille Europe, de plus en plus isolée et enfermée dans l'illusion qu'elle est encore le centre du monde. Et gouvernée par des oligarchies bureaucratiques totalement narcissiques, repliées sur elles-mêmes. Et aliénées de la réalité du monde.

Tandis que Washington, ou plutôt l'Amérique, est proche d'un changement radical. Qui pourrait transformer radicalement sa politique. Ou même conduire à la désintégration de la mosaïque complexe des States. Avec des instances populistes et isolationnistes, défiant les élites du globalisme financier. Tandis que l'arrière-cour, l'Amérique latine, frémit de secousses révolutionnaires jamais totalement endormies.

Recherche de nouveaux équilibres. En présence également d'une révolution technologique, celle de l'IA, qui fait pâlir les anciennes révolutions industrielles. Et qui bouleverse le monde de l'économie.

https___ns.clubmed.com_FEAM_Marketing_Omnichannel_SEO_LPOTHERS_VA-0726_GettyImages-844233196.jpg

La recherche de solutions passe aussi, et peut-être surtout, par la récupération des racines et des traditions. D'aires géoculturelles spécifiques, qui dépassent les frontières des États d'aujourd'hui. Comme les Alpes, nos Alpes, qui relient le monde latin aux mondes allemand et slave. La véritable colonne vertébrale de l'Europe.

Tout cela sera discuté - avec des analystes géopolitiques, des économistes, des diplomates, des journalistes, des universitaires italiens et étrangers - entre le 19 et le 21 juillet à Montagnaga, sur le plateau de Baselga di Pinè, au-dessus de Trente, à l'occasion du XXIe WKS de la Fondation « Nodo di Gordio ».

Intitulé précisément « La balance de Zeus. Équilibres et déséquilibres dans un monde dangereux ».

NdG-ws-24-slide-16.19-01-copia-1-1140x641-1.jpg

La coopération Chine-Hongrie pour résoudre le conflit russo-ukrainien

391737950_857063789220249_2545126753379160938_n.jpg

La coopération Chine-Hongrie pour résoudre le conflit russo-ukrainien

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-cooperazione_cinaungheria_per_risolvere_il_conflitto_russoucraino/45289_55822/

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré lors d'une conversation téléphonique avec le ministre hongrois des Affaires étrangères Péter Szijjártó que Pékin est prêt à coopérer avec Budapest pour faciliter l'évolution de la situation en Ukraine vers une solution politique. Comme le rapporte l'agence de presse RIA Novosti.

Wang Yi a souligné que la Chine était prête à coopérer avec la Hongrie afin de rassembler davantage de forces en faveur de la paix et de présenter des voix plus rationnelles qui contribueront à l'évolution de la situation en Ukraine.

Plus tôt, il a été rapporté que le chef du Conseil européen, Charles Michel, avait rejeté les propositions de paix du premier ministre hongrois Viktor Orban, notant que les négociations ne peuvent avoir lieu sans Kiev.

Le 15 juillet, le journal allemand Bild a écrit que Viktor Orban, dans une lettre adressée à M. Michel, demandait la reprise des relations diplomatiques avec la Russie, ainsi que des négociations avec la Chine en vue d'une conférence de paix pour résoudre le conflit en Ukraine. Dans cette lettre, Orban fait brièvement le point sur ses conversations avec les dirigeants ukrainiens Volodymyr Zelensky, le Russe Vladimir Poutine, le Chinois Xi Jinping, le Turc Recep Tayyip Erdogan et l'ancien président américain Donald Trump, et présente quelques propositions à prendre en considération. M. Orban estime que l'intensité du conflit en Ukraine augmentera considérablement dans un avenir proche.

Le rédacteur en chef de l'AntiDiplomatico

L'AntiDiplomatico est une publication enregistrée le 08/09/2015 auprès du Tribunal civil de Rome sous le n° 162/2015 du registre de la presse. Pour toute information, demande, conseil et critique : info@lantidiplomatico.it

Les élections sont-elles toutes truquées ? Les partis politiques sont-ils tous manipulés ? Ou sont-ils tous complices ?

ZOF22VDRX5HORJR6FMZ6DBIPTM.jpg

Les élections sont-elles toutes truquées ? Les partis politiques sont-ils tous manipulés ? Ou sont-ils tous complices ?

*

Petite revue de la presse résistante

Pierre-Emile Blairon

Cette petite revue de la presse de la dissidence [1], consacrée à l’éventualité d’une manipulation des résultats de ces dernières législatives françaises, et plus généralement au déroulement des élections en France et dans le monde, nous a amenés à nous poser des questions concernant le rôle des partis en France et à supputer le degré de leur sincérité vis-à-vis de leurs engagements moraux, déclamés en permanence avec force effets de manche sur l’importance du respect des valeurs républicaines, humanistes, écologiques, sociales, progressistes ou autres (autant de mots creux), de leurs « engagements » concernant le respect du mandat que leur ont confié leurs divers groupes d’électeurs, et la volonté affichée en permanence de tout mettre en œuvre pour les satisfaire.

Ces mots vides de sens ne sont même pas des vœux pieux, ce qui consisterait à faire au moins l’effort de tenter de proposer certaines mesures vertueuses pour donner le change, à défaut de vouloir donner quelque chose de plus concret.

44034096_1852332601482429_8716429509240291328_o.jpg

Non, les politiciens jouent chacun le rôle qu’« on »leur a assigné dans une grande pièce de théâtre qui est écrite par des auteurs inconnus mais puissants et montée par des producteurs richissimes qui chargent leurs affidés locaux ( c’est-à-dire au niveau d’un pays, voire d’un continent) du casting ; pièce de théâtre où le peuple est convié, uniquement en qualité de spectateur payant et passif, mais jamais en tant qu’acteur, et encore moins en tant qu’auteur ou producteur.

Les partis politiques et leurs représentants sont des courroies de transmission de la secte mondialiste en guerre contre les peuples attachés à leur sol, leur pays, leurs coutumes, leurs traditions, leur maison, leur village, leurs valeurs ancestrales de bienveillance, d’entraide, de respect, d’honnêteté, de courage, de discrétion, de bon sens... autant de vraies valeurs que les « progressistes » abhorrent.

Les résistants ou dissidents qui se sont consacrés à un combat désintéressé, et presque désespéré,  pour tenter de dégager les peuples de l’emprise du mensonge établi comme dogme par la secte globaliste sont appelés « complotistes » ou « conspirationnistes », c’est-à-dire, précisément, ceux qui dénoncent les complots et conspirations que ne cessent de mettre en œuvre les « comploteurs » ou « conspirateurs » de l’Ordre mondial dont le but déclaré est de réduire à l’état de robot ou d’esclave l’être humain, de quelque pays que ce soit.

En France, la quasi-totalité des partis, des associations, des « mouvances », des « minorités », ont signé un pacte avec le diable mondialiste et sont ennemis déclarés de la dissidence : macronistes ploutocrates, bellicistes eurocrates, gaucho-wokistes violents de LFI, Otanolâtres, pseudo-écolos, passeurs négriers et militants pro-migrants, artistes et intellos en manque de reconnaissance, pédo-satanistes déclarés ou pas [2], LGBTistes transgenres et multigenres, progressistes, « humanistes » de toutes obédiences, transhumanistes  dotés d’une intelligence toute artificielle, et autres suppôts de Satan...

b3b8c65_1644070704973-000-par8142917.jpg

L’un des rares partis politiques à avoir porté les vraies valeurs des « vrais gens » depuis des dizaines d’années fut le Front national puis le Rassemblement National ; les partisans du premier n’y ont vu que du feu lors de la passation de l’un à l’autre, comme au jeu de bonneteau, alors même que, pour preuve initiale d’allégeance au Système, comme une sorte de droit d’entrée, il fallait d’abord, pour Marine Le Pen, accomplir un rituel satano-freudien qui consistait à tuer le père.

Les dernières élections (européennes et législatives) ont vu ce parti se dépouiller rapidement et sans vergogne, par la voix de ses dirigeants, de toutes les valeurs pour lesquelles il avait été porté à l’Assemblée sans que ses électeurs ne se rendent compte du tour de passe-passe et sans que ses députés n’émettent la moindre objection. Un nouveau parti-godillot comme le fut celui de la Macronie. On ne les a pas vus non plus protester contre les manipulations de toutes sortes qui ont accompagné ces dernières élections et dont ils ont, de surcroît, été les principales victimes, apparemment consentantes (bonjour, les sados-masos !) et qui sont précisément le sujet de cette revue de presse.

*

Nous avons été surpris lors des élections européennes de constater combien les sondages avaient été précis car les résultats qui ont suivi confirment, à la virgule près, l’exactitude de leurs prévisions (voir les tableaux). Etrange, n’est-ce pas ?

Nous avons également été surpris, dans ces mêmes tableaux, de constater les résultats catastrophiques des deux souverainistes et frexiteurs français, Florian Philippot et François Asselineau, alors même que l’un et l’autre disposaient, et disposent encore, d’une bonne image médiatique, d’un réel intérêt des Français pour leur action (voir les foules qui participaient aux manifestations organisées chaque samedi dans toute la France par Florian Philippot, depuis le début de la manipulation sanitaire, et jusqu’à ces dernières semaines) ; leurs scores respectifs (1%) font moins à eux deux que celui du parti animaliste, totalement inconnu, qui s’élève à 2,1 %.

D’autant plus que les Français sont largement favorables au Frexit, selon les sondages, tel celui du Figaro du 9 mai 2024 [3] où il est indiqué que 46% des Français éprouvent un sentiment d’inquiétude concernant l’Europe de Bruxelles, 13% de la colère et l’on constate que seulement 15% de la population ont de la sympathie pour les institutions européennes.

Enfin, étonnés également que les deux politiciens concernés n’aient pas émis de protestation devant un résultat aussi peu significatif et représentatif de leur électorat et des positions anti-européistes des Français, ce qui laisse légitimement penser que leurs votes auraient pu être l’objet de manipulations en leur défaveur...

*

A : le deuxième tour des législatives 2024 : sondages « sortie des urnes » à l’étranger

*

Réseau international

Ce ne sont pas les votes qui comptent, c’est celui qui compte les votes

Non signé, non daté

https://reseauinternational.net/ce-nest-pas-les-votes-qui...

Beaucoup de Français qui s’intéressent de près à l’avenir de notre pays ont, depuis longtemps, pris l’habitude de consulter les médias étrangers pour obtenir des informations sur la tendance des votes avant l’heure fatidique de 20h où les chiffres donnés, qui ne sont pourtant, à cette heure-là, que des estimations, sont fiables à près de 100%. De même que l’étaient les estimations des médias étrangers avec, cependant, une approximation plus grande, puisque ces estimations, établies vers 19h, ne pouvaient être aussi affinées que celles établies à 20h. C’est ce que nous explique ce premier article où l’auteur a fait comme tous ces Français impatients.

« Les premières estimations sont effectivement tombées autour de 19 heures en ligne avec les sondages publiés ces deux dernières semaines.

À 18h50, très précisément sur La Libre Belgique et RTS (Radiotélévision Suisse)

«Selon le premier sondage sorti des urnes d’Ipsos, voici ce à quoi ressembleraient les résultats de ce second tour

  • Rassemblement national et alliés : 228 sièges
  • Nouveau Front populaire : 161
  • Ensemble : 124
  • LR et divers droite : 50

Et tout à coup, en moins de 15 minutes, les résultats ont totalement changé et des destinations complètement différentes sont données par ces mêmes instituts.

  • Marie Rigot, 19h21, site de La Libre Belgique

«Un nouveau sondage «sortie des urnes» (notez les guillemets…) annonce une surprise

  • RN et alliés : 130 à 160 sièges
  • Nouveau Front Populaire 175 à 215
  • Ensemble 150 à 170
  • LR et Divers Droite ; 68 à 74

Puis à 20h, on a annoncé ces résultats revus. Les journalistes ont dits « ça alors, sacré renversement de tendances…»

Et puis, tout est terminé, nous avons juste rêvé en fait, les sondages des deux dernières semaines étaient faux (tous les autres étaient plutôt justes, mais ceux-là, juste ceux-là, étaient faux…) et IPSOS et HARRIS n’ont pas changé les résultats 15 minutes avant de les diffuser. »

*

Observatoire continental

Les législatives : un « coup d’État démocratique » ?

8 juillet 2024, Pierre Duval

https://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=6101

C’est François Mitterrand qui a instauré le scrutin proportionnel total lors des législatives de 1986, ce qui a permis au Front National de Jean-Marie Le Pen de faire entrer 35 députés à l’Assemblée, et c’est Jacques Chirac qui a rétabli le scrutin majoritaire en 1988 en ayant recours au… 49.3. Ce qui fait qu’un parti majoritaire en voix peut se retrouver minoritaire en sièges, un député élu n’ayant qu’un siège, quelque soit le nombre de voix qu’il détient.

Dans l’article qui suit, Pierre Duval rappelle qu’il n’y a pas de proportionnalité entre le nombre de voix obtenues par un parti et le nombre de sièges attribués dans l’Assemblée nationale. En fait, le « coup d’État démocratique », c’est Chirac qui l’a instauré en 1988 d’une manière permanente. Merci, Chirac !

D’autre part, cet article confirme celui de Réseau international en soulignant qu’il y a eu « un changement radical des sondages vers 19 heures avant le résultat final » citant La Tribune de Genève et RTL Belgique.

« Jusqu’à vers 19 heures hier, les sondeurs donnaient le RN victorieux des législatives. Le quotidien suisse, La Tribune de Genève, annonçait à 18h57 : «Le Rassemblement national (RN) serait en tête du second tour avec 228 sièges, selon Ipsos». «Le Rassemblement national (RN), avec les alliés d’Eric Ciotti, serait en tête du second tour des élections législatives anticipées, avec 228 sièges à 18h55, selon les premières estimations d’Ipsos. Suivent le Nouveau Front populaire (NFP), avec 161 sièges, puis la majorité présidentielle Ensemble, avec 124 députés, et les Républicains (LR) et divers droite, avec 50 sièges», publiait le quotidien suisse. »

*

Vote électronique, procuration

*

Radio Tocsin-Radio Courtoisie

Vote électronique, procuration: les résultats louches des élections législatives

8 juillet 2024, Guy de la Fortelle interrogé par Clémence Houdiakova

https://www.youtube.com/watch?v=c1LTJeDMWfo

« Plus vous avez un fort taux d’écart entre le vote dans les urnes et le vote par internet, le vote électronique, et plus on constate que cet écart profite aux macronistes. Il faudrait expliquer cet écart par un contrôle qui s’avère pratiquement impossible. En ce qui concerne le système de vote par procuration (3.200.000 procurations !), il devient là aussi plus difficile de contrôler les procès-verbaux car il n’y a plus de centralisation de ces votes depuis 2012 et il faut aller dans chaque mairie (36.529 communes en France en 2024) pour les consulter, suite à une modification de la loi en dépit de l’opposition de certains parlementaires qui craignaient... une intensification des fraudes ! Merci Sarkozy ! (https://www.banquedesterritoires.fr/le-regime-des-procurations-ne-devrait-pas-etre-modifie-dici-aux-elections-de-2012)

*

La minute de Ricardo

Election : les 3 scandales

le 9 juillet 2024, Richard Boutry

https://www.laminutedericardo.com/LMDR/election-les-3-sca...

Les 3 scandales : il s’agit du vote électronique et du vote par procuration déjà mentionnés, auquel Ricardo rajoute la « pression délirante exercée sur les personnes âgées dans les EHPAD, et notamment sur celles atteintes de la maladie d’Alzheimer »

*

20240630163033-ej6a41.jpg

François Ducroq

https://x.com/FrancoiDucrocq/status/181140146615160059

A la portée de tout un chacun ! Dans son intervention à Radio Tocsin, Guy de la Fortelle évoque le rôle prépondérant de ces machines qui ont facilité la fraude lors des présidentielles américaines (bien sûr, en faveur de Biden).

*

Retour vers les élections présidentielles du 24 avril 2022

*

actualité,france,législatives françaises 2024,europe,affaires européennes

Infographie de Campagnol TVL

Rien de plus clair et de plus concis  !

*

Riposte laïque

Malaise dans le décompte : il était une fois un problème de voix.

26 avril 2022, Henri Dubost

https://ripostelaique.com/malaise-dans-le-decompte-il-eta...

Il s’est passé la même chose lors des présidentielles de 2022 que lors des législatives de 2024 : un brusque retournement des sondages « sortie des urnes », cette fois à la vue de tous à la télé.

« A un moment donné, Marine Le Pen bénéficie, selon les compteurs officiels du ministère, de 13.899.494 voix, devançant Choupi de plus de 200.000 voix.

A partir de 01’34 de la vidéo épinglée par MyJournal.fr, les compteurs, remis à jour, font apparaître 14.432.396 suffrages pour Marine : son score s’est donc accru de 532.902 voix

Le problème, c’est que les chiffres officiels définitifs du ministère donnent 13.297.760 voix à Marine le Pen, soit un total final inférieur à deux totaux intermédiaires ! Respectivement avec un écart de 601.734 puis de 1.134.636 voix. Rien que ça. Alors qu’en principe, pour chaque candidat, le nombre de voix ne peut que croître au fil du temps, je me trompe ? »

*

Riposte laïque

Présidentielles 2022 : une élection truquée ?

26 avril 2022, Marquis de Dreslincourt

https://ripostelaique.com/presidentielles-2022-une-electi...

Cet article signé Marquis de Dreslincourt reprend l’infographie de Campagnol qui est celle affichée pendant de longues minutes par France 2 où l’on voit Marine Le Pen perdre pas loin de 3 millions de voix en un peu plus d’une heure, entre 21h20 et 22h40.

« Face à ce mystère, France 2 a plaidé l’erreur informatique, un bug,  à l’AFP, la direction de l’information de France Télévisions invoque une “erreur informatique” qui a conduit à diffuser des résultats “surestimés” par rapport à ceux fournis par le ministère de l’Intérieur. “France TV s’excuse pour cette erreur auprès de ses téléspectateurs“, a-t-elle indiqué.

La direction de France 2  disculpe les machines du ministère de l’intérieur , ce serait l’ ordinateur de la chaîne…Un ordinateur qui ne sait plus compter! Et pourquoi le score de Macron n’est-il pas atteint de la même perte? Étonnant. A moins que France 2 ait été connectée à un service brut des voix, avant le travail de “recomposition” du ministère?

Étrange également l’argument fourni par l’AFP factuel, que Marine était très contente de son score (argument donné par une perdante pour sauver la face !)  pour valider chez le lecteur le misérable 42 %, alors que les derniers sondages étaient beaucoup plus serrés, que les Français refusaient Macron à plus de 70 % ! […] Ce sont bien des escrocs qui ont organisé cette élection et qui ne sont plus à un délit près, car leur défaite aurait sonné le glas non seulement de leur carrière politique mais aussi de leur liberté; après tous ces méfaits, ils auraient dû finir à l’ombre. Cette élection était donc pour eux une question de vie et de mort! Et si nous étions encore en démocratie, cette élection aurait été annulée. »

Nice Provence Info

La fraude électorale fonctionnera-t-elle aussi bien au deuxième tour ?

17 avril 2022, Georges Gourdin

https://nice-provence.info/2022/04/17/fraude-electorale-d...

Georges Gourdin vient confirmer tout le mal qui a été dit sur ces fameuses machines électroniques avec une traduction d’un site américain sur le sujet : R for Resistance, ça tombe bien ! Il est remarquable que, désormais, pour s’informer en France, il faut passer par les sites étrangers qui ne sont pas censurés. Si vous voulez vous informer en France en passant par exemple par Google, vous n’aurez accès qu’aux sites dûment approuvés par le gouvernement, et l’AFP, c’est-à-dire ceux de toute cette presse subventionnée et donc aux ordres. Pas une seule information provenant d’un site non agréé et susceptible d’apporter une opinion quelque peu différente, voire une précision, ce qui constituerait déjà une infraction aux règles du « journalisme » français qui consistent à en dire le moins possible et à ne délivrer aucune information susceptible de faire réfléchir le brave citoyen lobotomisé ; quel progrès démocratique  !

cover-r4x3w1200-6667150f7f4ce-13488-hr.jpg

Voici ce que dit Georges Gourdin à propos de ces machines :

« Rappelons ici que :

  • Les électeurs n’ont jamais demandé ces machines : elles sont imposées par nos dirigeants qui y trouvent leur intérêt, pas les électeurs !
  • Il est démontré qu’elles peuvent être programmées, déprogrammées, reprogrammées.
  • Partout où ces machines sont en usage, Macron arrive très largement en tête, parfois de manière très étrange : ces machines fournissent donc des voix (ponctionnées sur d’autres candidats) qui viennent araser les résultats des bureaux où le dépouillement est manuel en présence d’assesseurs.
  • Les sondages d’opinion sont une des composantes de cette fraude : ils ne servent qu’à préparer l’opinion aux résultats que nos dirigeants ont concoctés pour nous. La preuve : le Pouvoir fait vite retirer les sondages qui ne sont pas "conformes" au plan. »

*

J’ai regroupé ci-après deux points de vue sur le comportement de nos partis faussement rebelles à l’époque de la grande offensive pseudo-sanitaire de la secte mondialiste contre les peuples entre 2020 et 2023; où l’on s’aperçoit que toutes les mesures liberticides et monstrueuses adoptées par notre gouvernement contre nos personnes âgées (Rivotril) ou nos enfants (pseudo-vaccins) étaient approuvées et estampillées par cette opposition dite contrôlée ; c’est un euphémisme car elle était plutôt abjecte dans sa soumission et son aplatventrisme.

*

Riposte laïque

Dictature sanitaire: et pourtant Macron avait tendu la perche à Marine!

24 avril 2022, Alain Lussay

https://ripostelaique.com/dictature-sanitaire-et-pourtant...

Alain Lussay, dans cet article, dénonce la passivité de Marine Le Pen lors du débat qui l’avait opposé à Macron en 2022 ; c’était d’ailleurs la même attitude qu’elle avait adoptée lors du débat opposant (?) les mêmes protagonistes en 2017, et sans doute pour les mêmes raisons exposées comme suit par Alain Lussay : « Marine aurait-elle donc préservé le sinistre cynique islamo-foutriquet de l’Élysée, lui assurant ainsi sa réélection, pour valoriser la position du RN, et particulièrement sa survie financière, en escomptant qu’il devienne à l’Assemblée Nationale, le premier parti d’opposition par le nombre d’élus ? »

*

La minute de Ricardo

RN, LFI, Macron: Pourquoi je les exècre ?

10 juillet 2024, Richard Boutry

https://www.laminutedericardo.com/LMDR/rn-lfi-macron-pour...

Très peu, dans le personnel politique français, ont été ceux qui ont refusé de se rallier à la gigantesque manipulation pseudo-sanitaire, excepté des souverainistes comme Philippot ou Asselineau; il faudra s’en souvenir; ceci est d’autant plus grave que la soumission à cette mascarade a entraîné et entraînera encore pendant des années la mort et la souffrance de milliers de Français dont seront responsables ces politicards qui ont fait passer leur intérêt avant celui de leurs électeurs.

*

Le RN fait-il partie du Système mondialiste ? La réponse est oui.

*

La minute de Ricardo

Pourquoi le RN refuse-t-il systématiquement la victoire ?

8 juillet 2024, Richard Boutry

https://www.tiktok.com/@laminutedericardo/video/738894710...

Dans cette intervention, Ricardo explique que le RN s’est engagé à ne pas vouloir prendre le pouvoir en contrepartie de l’effacement des dettes du parti et de celles (éventuelles?) de la famille Le Pen. Ceci rejoint l’avis d’Alain Lussay cité plus haut.

On comprendrait mieux, si cette hypothèse s’avérait exacte, la volte-face soudaine de Marion Maréchal, sa trahison vis-à-vis de Reconquête et son ralliement aux intérêts supérieurs de la nation, pardon, de sa famille.

*

000_34YN4BF.jpg

Jim le veilleur officiel

Le leurre RN : rien ne changera.

https://www.tiktok.com/@jimleveilleurofficiel/video/73792...

Le RN s’est aligné sur toutes les mesures préconisées par la secte mondialiste et a renoncé à toutes les propositions de caractère souverainiste pour lesquelles il avait été élu en force à l’Assemblée : pro-Europe (celle de La Hyène), pro-labos, pro-Otan, pro-guerre contre la Russie (Bardella faisant même de la surenchère en proposant de voler les avoirs russes en Europe au profit des politiciens corrompus de l’Ukraine), pro-Israël (le même Bardella tombant dans les bras d’un Meyer Habib, ou Yaël Braun-Pivet, la Présidente de l’Assemblée nationale, obligée de se défendre d’être de connivence avec Marine Le Pen), etc.

Jim le veilleur explique qu’il n’y a là rien d’étonnant car le RN est d’essence mondialiste, ajoutant même que le jeune Bardella a été formé par Davos pour être Young leader, c’est-à-dire entièrement contrôlé par l’Ordre mondial.

*

Nice Provence Info

Traditionalistes contre globalistes: le grand chambardement planétaire

22 février 2024, Pierre-Emile Blairon

https://nice-provence.info/2024/02/22/traditionalistes-co...

Je n’ai pas eu la preuve que Bardella ait été intronisé comme Young leader par Schwab, Soros, ou un autre membre éminent de la secte mondialiste, comme l’affirme Jim le Veilleur, mais j’ai réuni, dans l’article ci-dessus, nombre d’éléments indiquant sa collusion, et même sa sympathie pour le transhumanisme (qui aspire à transformer l’Homme en robot), le RN allant jusqu’à inviter le gourou du transhumanisme en France, Laurent Alexandre, à donner une conférence devant ses militants dans le cadre d’une promotion de « l’intelligence artificielle ».

6j2Vfl81_400x400.jpg

Extrait : « Le ralliement de Laurent Alexandre à "l’extrême-droite" nous fait penser à la position de l’éminence grise qui se tenait derrière l’élection de chacun de nos présidents depuis des décennies, je veux parler de Jacques Attali (celui qui rêve de voir disparaître les personnes âgées de plus de 65 ans parce qu’elles sont "improductives"), personnage pour lequel Alexandre a la plus grande sympathie et qu’il rêve peut-être de remplacer. Et quoi de plus facile à faire avec le RN quand on sait avec quel empressement les dirigeants de ce parti saisissent n’importe quelle occasion de s’immiscer dans la cour fermée des lanceurs de fatwa du politiquement correct pour tenter d’être épargnés de leurs traits redoutables.

Le philosophe Gaspard Koenig a publié dans le journal Les Échos du 11 octobre 2023 un article au sujet de cette marotte inattendue de Marine Le Pen et Jordan Bardella sous le titre : Pourquoi l’extrême-droite est devenue technophile ?

"Le transhumanisme a trouvé un écho très favorable dans les milieux d’extrême droite, satisfait de voir se dessiner une humanité homogénéisée, faite de clones hyperconnectés dressés dans le culte de la performance", regrette Gaspard Koenig. "Les masques tombent : le transhumanisme est un antihumanisme. Qui, parmi la classe politique, parle aujourd’hui de colonisation du cosmos, de sélection embryonnaire, d’Homo deus ou d’IA forte (l’autre “Grand remplacement”) ? Le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, qui se fait remarquer depuis un an par sa technophilie galopante et qui vante avec candeur les progrès des NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives) en déplorant les ardeurs régulatrices de l’Europe. Il se fait ainsi l’écho fidèle de Laurent Alexandre, l’importateur zélé des rêves de la Silicon Valley, qui parle aux politiques de tous bords et semble avoir trouvé oreille attentive. »

*

C’est l’Ordre mondial qui met en place vos dirigeants politiques

*

J’écrivais ceci la semaine dernière pour un article à paraître sur les chemtrails (tout est lié) :

"Tout ceci nous ramène à ce que les USA sont devenus, en tout cas, au prisme de leurs dirigeants psychopathes, car les peuples du monde ne sont plus responsables des faits et gestes de leurs élites ni même de les avoir mises en place, les élections, quand il y en a, étant la plupart du temps truquées et leurs résultats convenus d’avance, négociés entre les partis que les foules croient adversaires, voire ennemis, mais qui sont complices [4]. Pour exemple flagrant (flagrant pour les esprits éveillés), on peut se reporter aux dernières élections législatives en France le 7 juillet 2024. Le problème, c’est que ces personnes dévoyées, de quelque parti que ce soit, par le truchement de l’impérialisme américain et « occidental » (E.U, U.E. et Israël) ont pris le pouvoir sur l’ensemble de la planète et ont produit des petits clones à leur service à peu près partout dans le monde, et surtout en Europe, et surtout en France."

*

Aldo Sterone

https://www.youtube.com/watch?v=kV_W5keVMHE

Dans son intervention, Aldo Sterone, qui vit en Angleterre, s’étonne du processus des dernières élections législatives en Angleterre, qui aboutit aux mêmes résultats que celui des élections en France. Comme c’est étrange !

*

ev.png

Seceion.jpg

Le Courrier des stratèges

Une ingérence américaine dans les élections françaises?

https://www.youtube.com/watch?v=1Og5d7g4Fa8

Éric Verhaeghe explique que le RN est revenu sur ses positions, notamment la remise en cause de l’appartenance à l’OTAN, qui avait été décidé par le très nocif Sarkozy, à cause d’une intervention américaine, de même que les USA sont intervenus au sein de LFI du fait de son soutien à la Palestine, ce qui expliquerait la mise à l’écart de Mélenchon.

*

Jean-Dominique Michel

9 juillet 2024

https://odysee.com/@JeanDominiqueMichel:e/ils-ont-vot%C3%...

C’est le talentueux et pugnace anthropologue médical suisse, Jean-Dominique Michel, qui conclut et résume cette petite revue de la presse dissidente sur ce sujet des élections, envers lesquelles tous les individus sains d’esprit et disposant d’un bon sens autrefois commun ne peuvent que se montrer suspicieux concernant leur déroulement et leurs résultats qui ne semblent pas avoir été, tant en ce qui concerne les dernières que les précédentes, d’une parfaite transparence ; c’est le moins qu’on puisse dire.

Pierre-Emile Blairon

Notes:

[1]. Il est bien évident que cette revue de presse ne peut concerner que la presse qui s’exprime par internet, par quelques petites revues qui survivent miraculeusement, et par les réseaux sociaux, mais nullement par les médias de grand chemin (comme les bandits) dits en anglais mainstream. On peut relever le fait que les « maîtres du monde », ou « le Prince de ce monde », pour cibler plus précisément leur chef, peuvent commettre des erreurs et créer une technologie que, finalement, ils ne maîtrisent pas. La créature de Frankenstein a échappé à son créateur. Il en sera de même pour les actions du transhumanisme qui sert de façade « scientifique » aux satanistes.

[2]. En voici un déclaré : https://www.facebook.com/reel/1429489977712926

[3]. https://www.lefigaro.fr/flash-eco/sondage-une-majorite-de-francais-a-un-sentiment-negatif-sur-l-europe-20240509

[4]. https://actu.orange.fr/politique/assemblee-nationale-yael-braun-pivet-se-defend-des-accusations-d-arrangement-avec-le-rn-magic-CNT000002ep2Cu.html

mercredi, 17 juillet 2024

Bilan des élections françaises

Elections-legislatives-Actus-699x460.jpg

Bilan des élections françaises

Elections françaises : la progression de Le Pen, la résurrection de Hollande, l'embarras de Mélenchon et la survie de Macron

Par Raphael Machado

Source: https://jornalpurosangue.net/2024/07/08/um-balanco-das-eleicoes-na-franca/

Si nous nous fions aux médias occidentaux pour nous informer, nous croirons qu'en France le "nazifascisme" a été vaincu et que "la gauche" a triomphé, démontrant toute sa puissance et prouvant ainsi son soutien par le peuple, etc.

Le monde réel, cependant, ne semble pas très bien s'accorder avec les récits triomphalistes des appareils de propagande du pouvoir hégémonique.

Le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen et Jordan Bardella s'est imposé comme le parti politique le plus important et le plus populaire de France, avec 126 sièges à l'Assemblée nationale, avec un groupe parlementaire de 143 députés et plus de 10 millions de voix (correspondant à 37%) au second tour.

En chiffres absolus, c'est l'alliance RN qui a remporté le plus de voix.

Ceux qui parlent de la "défaite de l'extrême droite" font de la propagande, pas de l'analyse; et ce sont précisément ceux qui ont inventé un "risque" de voir le RN remporter plus de la moitié des sièges à l'Assemblée (tout comme la propagande occidentale a inventé un "Kiev tombera en 3 jours", pour dire ensuite que la Russie "n'a même pas pu prendre Kiev en 3 jours").

Dans la pratique, le résultat du RN est assez confortable et satisfaisant. Ils sont dans le meilleur des mondes. Un résultat écrasant mettrait peut-être le RN dans la position inconfortable d'occuper des postes dans un gouvernement de cohabitation, grillant sa popularité dans la bureaucratie de la "grand machin" français, tandis que Macron continuerait à prendre ses décisions librement sur les questions de sécurité nationale et de politique étrangère.

Le RN pourra désormais maintenir la pression sur le gouvernement (encore mieux si c'est un gouvernement de centre-droit et de gauche, tout en contrôlant 1/4 de l'Assemblée. 1/4 de l'Assemblée n'est pas suffisant pour que le RN bloque à lui seul tout projet de loi ou fasse tomber le gouvernement, mais il est suffisant pour forcer les autres partis à prendre en compte les nationalistes, les obligeant à adapter et à amender les projets de loi pour qu'ils puissent être adoptés.

3993142_1647979861852-jean-luc-melenchon-w.jpg

Le cas du "front populaire" de la gauche est une triste et pathétique histoire de fraude électorale. Ce "front populaire" a pour seule figure raisonnablement charismatique Jean-Luc Mélenchon, de la France Insoumise. Comprenez: il n'était pas le leader de la coalition, mais il a souvent joué le rôle de porte-parole parce qu'il était, comme je l'ai dit, le seul homme politique charismatique du groupe.

Eh bien, malgré toute la frénésie médiatique, le parti de Mélenchon n'a gagné que six sièges à l'Assemblée. S'agit-il d'une croissance? Bien sûr. Mais il est un peu particulier d'en parler comme d'une victoire digne d'une Coupe du monde. Cela donne l'impression qu'il y a quelque chose d'autre derrière.

C'est facile à comprendre quand on regarde de plus près qui a vraiment grandi dans ce sac de noeuds qu'était le soi-disant "front populaire" (sans peuple). En parallèle: sans peuple car, en fait, les presque 20 partis qui composaient ce "front" n'ont réussi à obtenir que 7 millions de voix au second tour des élections.

Au sein de cette "alliance antifasciste", les partis qui ont connu la plus forte croissance sont le Parti socialiste (PS) de l'ancien président François Hollande, qui a presque triplé de taille, et le parti écolo-névrotique EEV, qui a doublé de taille. Le PS est passé de 28 à 64 sièges, l'EEV de 15 à 33. Ensemble, ces partis représentent 50% de ce que l'on appelle le "front populaire"...

Caricature_François_Hollande.jpg

Le PS de Hollande est désormais le parti le plus belliciste, le plus "otaniste" et atlantiste de France, dépassant les LR de Sarkozy depuis l'arrivée au pouvoir de Macron.

Sous le gouvernement Hollande (2012-2017), le PS a soutenu l'intervention militaire française au Mali au motif de "combattre les extrémistes" - des extrémistes qui ont été armés et créés par l'intervention française en Libye, générant une boucle rétroactive qui a permis l'occupation permanente du pays. Le même gouvernement a également fait campagne pour l'organisation d'une expédition militaire internationale contre Bachar Al-Assad, et M. Hollande a publiquement admis qu'il armait les groupes terroristes kurdes et salafistes qui ont semé le chaos et la destruction au Moyen-Orient. M. Hollande a également été l'un des architectes européens du Maïdan et l'un des promoteurs des accords de Minsk en tant que stratagème pour donner du temps à la militarisation de l'Ukraine en préparation d'une guerre, utilisant l'Ukraine comme mandataire, contre la Russie. Sur le plan intérieur, il a également fait passer une réforme draconienne du travail et a rendu le pays encore plus ouvert à l'immigration, tout en mettant un point d'honneur à promouvoir une avalanche de lois sur les questions de genre et de sexualité.

Aujourd'hui, le PS est le parti le plus véhément dans son soutien à l'Ukraine et ses attaques contre la Russie. Sa défense de la reconnaissance d'un Etat palestinien n'est qu'une broutille dont le but est de "blanchir" le sionisme pour lui donner une chance de survie.

L'EEV ne fait pas exception, accusant la Russie et la Chine d'être des pays agressifs et de diffuser des "fake news", prônant des livraisons d'armes illimitées à l'Ukraine et même des sanctions contre l'entreprise stratégique française TotalEnergies pour avoir violé les sanctions anti-russes. Pour ne rien arranger, l'EEV ne prétend même pas être critique à l'égard d'Israël.

Ce n'est donc pas un hasard si le programme du front populaire parle d'armer l'Ukraine jusqu'aux dents et même d'effacer toutes les dettes ukrainiennes, afin de donner une bouée de sauvetage à cet État paria; ce "front populaire" prône aussi un "changement de régime" à Gaza - ainsi, lorsque le "front populaire" parle de reconnaître un État palestinien, il s'agit d'une Palestine sans le Hamas et les autres forces de résistance. En outre, outre des positions économiques peu différentes de celles de l'"aile gauche" du Rassemblement national, l'"alliance arc-en-ciel" promet de distribuer la citoyenneté aux immigrants nouvellement arrivés et d'inventer la catégorie de "réfugié climatique" afin d'accroître encore l'immigration, ainsi que l'adhésion totale à l'agenda "zéro carbone".

Les Brésiliens, comme moi, sont intéressés par le fait que le front populaire entend bloquer les importations de produits agricoles générés par la déforestation, ce qui revient à promettre de faire pression sur l'agenda amazonien dans notre pays, comme l'a fait Macron.

imraglages.jpg

Mélenchon gageant son charisme et sa réputation sur ce programme, pour ressusciter la carrière ruinée de François Hollande, pour élire l'extrémiste sioniste Raphaël Glucksmann (ancien conseiller de Mikhaïl Saakachvili, agitateur sur la place Maïdan avec Victoria Nuland, russophobe fanatique, récemment exposé comme agent de la CIA en France) et d'autres éléments néfastes, tout en se posant en "militant antifasciste", ce n'est pas de la naïveté, c'est de la crapulerie évidente.

Mélenchon joue le rôle du pompier du système, de l'opposition contrôlée, et ce n'est pas une surprise. Chaque fois que le nationalisme prend le dessus, Mélenchon est appelé à justifier l'appel à voter Macron en invoquant les mythes de l'antifascisme historique.

Ainsi, une fois de plus, il a été sciemment instrumentalisé pour éviter que la victoire du RN ne tourne au désastre pour Macron.

Le "front populaire" a retiré toutes ses candidatures dans les circonscriptions où, au second tour, un candidat RN était en concurrence avec un candidat Macron. Les macronistes ont fait de même dans des circonstances similaires. C'est la vieille stratégie du "cordon sanitaire", qui repose sur la création d'une "hystérie antifasciste" pour convaincre les communistes de voter pour des candidats qui sont pratiquement des alliés "contre le fascisme".

Ainsi, la coalition arc-en-ciel a uni ses voix à celles de la coalition macroniste dans toutes les circonscriptions. Et c'est cela, et cela seul, qui explique que le RN n'ait pas obtenu plus de la moitié des sièges à l'Assemblée.

Le problème, c'est qu'il était facile de faire le cordon sanitaire quand un vote pour Le Pen était un vote de protestation. Aujourd'hui, le vote pour Le Pen et son parti est un vote populaire, bien enraciné, organique et capillarisé. Qu'en est-il, aux yeux de l'électorat "de gauche" lui-même, de devoir soutenir Macron élection après élection ?

Est-ce pour cela que 6 % des membres du Parti communiste français (membre du "front populaire" et grand perdant de ces élections) ont préféré voter pour le RN lors de ces élections ?

jerc-caricature-Gabriel-Attal-le-nouveau-premier-ministre-st-2024-01-10-le-poing.jpg

Quant à Macron, qui a vu le cœur de son pouvoir s'effondrer avec une perte de 86 sièges dans son groupe parlementaire, ceux qui pensent qu'il est détruit se trompent. La preuve en est que non seulement il n'a pas l'air de vouloir démissionner (la rumeur voulait qu'il le fasse en fonction du résultat), mais il a également refusé de démettre le Premier ministre Gabriel Attal de ses fonctions.

Cela signifie que Macron se sent suffisamment fort pour au moins retarder un changement de gouvernement et peut-être même préparer une nouvelle alliance au pouvoir. Naturellement, comme toute nouvelle configuration gouvernementale devra être plus hétérogène, cela signifie un affaiblissement de Macron, mais pas de sa ligne de gouvernement.

Une alliance avec les LR protégerait déjà le nouveau gouvernement d'un "vote de censure". Ce serait encore mieux si Macron parvenait également à attirer le PS et l'EEV. Il disposerait alors de la majorité nécessaire pour former un nouveau gouvernement stable, bien qu'hétérogène. Mais si l'on considère que le PS et LR (sans l'aile gaulliste d'Eric Ciotti) sont des néocons et des atlantistes, cette hétérogénéité n'est pas si instable.

Ce qui ne tue pas Trump...

20240714045510-4712812.jpg

Ce qui ne tue pas Trump...

Alexander Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/chto-trampa-ne-ubivaet

La tentative d'assassinat de Trump était tout à fait prévisible. Il ne fait aucun doute que tout a été organisé par les mondialistes avec l'appui de la partie de l'État profond qui les soutient. Le seul moyen de maintenir le grand-père fatigué etdétraqué au pouvoir était de tuer Trump, qui, autrement, gagnerait presque certainement les élections dans les circonstances actuelles. Le tireur (après qu'on l'a laissé tirer une dizaine de fois) a été éliminé par un sniper des services secrets pour solder les comptes. En gros, on peut dire qu'il y a eu une tentative de coup d'État aux États-Unis.

Le chef du GUR ukrainien, Boudanov (reconnu comme terroriste en Russie), admet ouvertement que les services ukrainiens ont tenté à plusieurs reprises de mener des attaques terroristes contre Poutine. En Slovaquie, on a tenté de liquider le Premier ministre Fico, qui s'oppose toujours à tout soutien à la junte nazie de Kiev. Aujourd'hui, on assiste à une tentative d'assassinat de Donald Trump, qui, soit dit en passant, est très critique à l'égard de Zelensky et de son régime. Tel est le vrai visage de l'hégémonie et du monde unipolaire: toute personne qui s'oppose au mondialisme, qui se met en travers de son chemin, est d'abord soumise à la diabolisation (par le biais des outils de la cancel culture abolitionniste), puis à l'élimination physique. Et les meurtriers et les terroristes, les criminels et les auteurs de génocides, qui sont au service des mondialistes, sont présentés comme des combattants de la liberté et des "victimes innocentes". La propagande de Kiev ne manquera pas d'affirmer que "Trump s'est lui-même tiré une balle dans l'oreille", et les médias mondialistes, où tout est construit sur des mensonges cyniques et brutaux, laisseront entendre quelque chose dans ce sens.

Il ne fait aucun doute que la responsabilité de la tentative d'assassinat de Trump, le favori dans la course à la présidence américaine, incombe à la faction d'Obama, de Blinken, d'Hillary Clinton et finalement de Biden à peine conscient, qui a déjà averti que "la liberté est au-dessus de la démocratie", ce qui signifie que la démocratie et ses lois sont dorénavant suspendues, mises au rencart. Au nom de la "liberté" (de gouverner et de continuer à gouverner), on peut tuer. Le libéralisme devient enfin totalitaire avec tous ses traits caractéristiques - jusqu'à l'assassinat direct des politiciens indésirables.

L'architecture du pouvoir dans le monde change radicalement: de la seule puissance de l'Occident, on passe à une répartition de la puissance dans le monde sur plusieurs pôles. C'est ce que signifie la multipolarité. Trump représente les États-Unis comme l'un des pôles - bien que le plus fort et le plus puissant - d'un monde multipolaire. Les mondialistes se moquent des États-Unis comme de n'importe qui d'autre. Ce dont ils ont besoin, c'est d'un pouvoir planétaire, soit le pouvoir absolu d'un capital supranational. Et tous les pays, y compris l'Amérique et l'Europe elles-mêmes, ne sont que des outils dans la création du gouvernement mondial. Trump est pour l'Amérique et contre le gouvernement mondial. Tout comme Poutine est pour la Russie, Xi Jinping est pour la Chine, Modi est pour l'Inde, et Orban, Fico, Marine Le Pen et l'AfD sont pour l'Europe.

Un monde multipolaire est un système de souverainetés. Les mondialistes veulent le seul pouvoir planétaire, qui leur est tombé dans les mains avec l'effondrement du Pacte de Varsovie et l'effondrement de l'URSS, qui leur échappe aujourd'hui et auquel ils s'accrochent frénétiquement. Les mondialistes se sont finalement tournés vers des tactiques de terreur directe. Il s'agit d'un fait accompli et non d'une série de coïncidences. Il est temps de riposter au réseau mondialiste.

Tucker Carlson m'a dit à Moscou que Trump craignait sérieusement d'être assassiné par les mondialistes. Il s'avère que cette inquiétude n'était pas pour rien. Plus Joe le sénile sombre dans le marasme de la sénescence, plus il est probable que Trump risquera de se faire assassiner. C'est déjà le cas. Des gens sont morts, des gens ont été blessés. Que Dieu sauve l'Amérique et toute l'humanité de la bande criminelle des libéraux et des mondialistes. Si nous ne les arrêtons pas maintenant, ils nous détruiront tous.

Totalitarisme enragé

istockphoto-1408745011-612x612.jpg

Totalitarisme enragé

par Klaus Kunze

Source: http://klauskunze.com/blog/2024/07/17/der-rabiate-totalitarismus/

Il y a quelques jours à peine, le 14 juillet, nous nous étions penchés ici sur la parution d'un nouveau livre sous le titre « Le totalitarisme doux a triomphé » (http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2024/07/14/le-totalitarisme-doux-a-gagne.html ). Trois jours plus tard, la réalité a dépassé tous les discours lénifiants, le nouveau totalitarisme, en effet, n'est plus doux. Près de Berlin, des hommes lourdement armés ont traîné sur le trottoir les meubles d'une maison d'édition. Pour la première fois dans l'histoire de l'après-guerre, une maison d'édition et de presse a été complètement interdite "par ordre du Mufti".

Cela soulève des questions juridiques, bien sûr, mais qui vont bien au-delà du droit.

Questions juridiques

Plusieurs commentateurs considèrent qu'il est illégal, ne serait-ce que par principe, d'appliquer la loi sur les associations et leur interdiction à une SARL. La loi sur les associations nous apprend cependant dans

  • 17 VereinsG

Les dispositions de la présente loi ne s'appliquent aux sociétés anonymes, aux sociétés en commandite par actions, aux sociétés à responsabilité limitée, aux associations économiques concessionnaires conformément à l'article 22 du Code civil, aux sociétés européennes, aux coopératives, aux coopératives européennes et aux mutuelles d'assurance que 1.

si elles sont contraires à l'ordre constitutionnel ou à l'idée d'entente entre les peuples

à première vue, qu'elle s'applique également aux SARL « si elles sont contraires à l'ordre constitutionnel ou à l'idée d'entente entre les peuples ».

La loi sur les associations s'applique indépendamment de la forme juridique d'une association,

  • 2 alinéa 1 VereinsG.

Au sens de cette loi, on entend par association, indépendamment de sa forme juridique, toute association dans laquelle une majorité de personnes physiques ou morales se sont volontairement regroupées pour une longue période dans un but commun et se sont soumises à une formation de volonté organisée.

Curieusement, en raison de cette assimilation, même une GmbH unipersonnelle est considérée comme une association.

  • 3 VereinsG

Une association ne peut être traitée comme interdite (article 9 alinéa 2 de la Loi fondamentale) que si une décision de l'autorité d'interdiction constate que ses objectifs ou ses activités sont contraires aux lois pénales ou qu'elle s'oppose à l'ordre constitutionnel ou à l'idée d'entente entre les peuples ; la décision doit ordonner la dissolution de l'association (interdiction).

permet une interdiction si l'association est « contraire à l'ordre constitutionnel ou à l'idée d'entente entre les peuples ». Dans le cas d'une association ou d'une SARL opérant dans plusieurs Länder, c'est le ministère fédéral de l'Intérieur qui est compétent (article 3, paragraphe 2, deuxième phrase, VereinsG).

Le 26 janvier 2022, la Cour administrative fédérale avait également déclaré légale l'interdiction de plusieurs GmbH, car leur « association mère », le PKK kurde, avait été interdite bien avant. Celles-ci avaient également distribué des magazines ainsi que des supports sonores.

Les dispositions de la loi sur les associations s'appliquent aux requérantes, constituent la base juridique du contenu réglementaire de la décision d'interdiction et permettent d'inclure ultérieurement des organisations partielles dans l'interdiction de l'association dans son ensemble.

(BVerwG, arrêt du 26 janvier 2022 - 6 A 7/19 -, point 26).

Voilà pour les questions de forme juridique.

compact-titel-1-2022.jpg

Massivement inconstitutionnel

Sur le fond, l'interdiction du Compact est cependant massivement anticonstitutionnelle. Alors que l'interdiction d'une association n'affecte que les droits de ses membres au libre développement de leur personnalité (art. 2 de la Loi fondamentale) et à la liberté d'association (art. 9 de la Loi fondamentale), l'interdiction de la SARL éditrice d'un journal constitue une atteinte à la liberté de la presse :

Art.5 al.1 GG

Toute personne a le droit d'exprimer et de diffuser librement son opinion par la parole, l'écrit et l'image et de s'informer sans entrave à partir de sources généralement accessibles. La liberté de la presse et la liberté d'information par la radio et le cinéma sont garanties. Il n'y a pas de censure.

Sous Nancy Faeser, la censure a bel et bien lieu. La Loi fondamentale a placé la barre très haut en ce qui concerne l'ingérence de l'Etat dans la liberté de la presse :

Art.5 al.2 GG

Ces droits trouvent leurs limites dans les dispositions des lois générales, dans les dispositions légales pour la protection de la jeunesse et dans le droit à l'honneur personnel.

Les lois générales sont des lois qui, par leur contenu, ne traitent pas des questions de presse. Ainsi, personne ne peut invoquer la liberté de la presse s'il l'utilise pour appeler au meurtre. C'est punissable, presse ou pas presse. La loi sur les associations ne fait pas partie des lois que la Cour constitutionnelle fédérale a déjà qualifiées de « loi générale » au sens de l'article 5 de la Loi fondamentale (voir Roman Herzog, in : Maunz-Dürig-Herzog, Kommentar zum Grundgesetz, Lfg.20, Art.5 I, II GG Rd.276).

Les dispositions de la loi sur les associations, selon lesquelles une société à responsabilité limitée peut être interdite si elle « s'oppose à l'ordre constitutionnel », ne sont cependant pas une « loi générale ». Elles ne le sont pas si, comme le fait Nancy Faeser, on les interprète de manière à interdire un organe de presse avec cette clause générale extensible. La liberté de la presse serait une farce si elle pouvait être officiellement suspendue à tout moment dès que le gouvernement confond et assimile sa politique gouvernementale à l'ordre constitutionnel.

138347.jpg

Interprétation conforme à la Constitution de la loi sur les associations

En cas de doute, toutes les dispositions de la loi simple doivent être interprétées conformément aux droits fondamentaux. Le cœur de la liberté de la presse serait violé si un gouvernement pouvait interdire un journal en affirmant qu'il est prétendument contraire à l'ordre constitutionnel. La Cour constitutionnelle fédérale a clairement établi ce que chacun peut faire en raison de sa liberté d'expression, et la presse encore plus :

La confrontation possible avec des opinions inquiétantes, même si elles sont dangereuses dans leurs conséquences intellectuelles et même si elles visent à un bouleversement de principe de l'ordre en vigueur, fait partie de l'État libéral. La protection contre un « empoisonnement du climat intellectuel » n'est pas plus un motif d'intervention que la protection de la population contre une atteinte à sa conscience juridique par des idéologies totalitaires ou une interprétation manifestement erronée de l'histoire (BVerfGE 124, 300 <334>).

(BVerfG, décision du 22 juin 2018 - 1 BvR 2083/15 -, point 26).

Il est permis à la presse de gauche de rêver à la révolution mondiale ou à Compact de « délégitimer » le gouvernement rouge-vert. Tant que l'on ne commet pas d'infraction, on peut même haïr ou aimer qui l'on veut. Nous n'avons pas connaissance d'une quelconque sanction de Jürgen Elsässer ou de ses auteurs pour un délit de presse.

21532_20210002.jpg

Le caractère politiquement explosif

L'action de Faeser est donc bien plus passionnante sur le plan politique que sur le plan juridique. Elle a manifestement le pouvoir d'interdire un journal. Nous verrons si la jurisprudence, en tant que pouvoir indépendant, la remettra à sa place.

Les anciennes règles du jeu ne s'appliquent plus : auparavant, les ministres devaient démissionner en cas de faute grave. Mais Faeser est jusqu'à présent soutenue fermement par la SPD et les Verts. Le jeu tourne exclusivement autour de la simple conservation du pouvoir, quoi qu'il arrive. L'État de droit, la décence et le style ne comptent plus pour rien. Nous voyons dans cette coalition gouvernementale une volonté de conserver le pouvoir à tout prix.

C'est devenu une caractéristique internationale de l'extrême gauche. Elle est mue par la haine et la volonté de détruire tout ce qui est de droite, ce qui va jusqu'à tirer sur Donald Trump. Oublions tout ce que nous avons appris de l'attachement de nos gouvernements à la loi et à l'État de droit. Un plaisantin, celui qui parlait encore d'une société au discours soigné. La guerre civile intellectuelle a éclaté. Les couteaux sont sortis. Les premiers coups de feu ont été tirés.

Dans les milieux de la radiodiffusion publique, on se réjouit déjà « quand les fascistes meurent ».

31094610185.jpg

Messages de Sebastian Hotz, collaborateur de la RBB

La gauche est remplie de fantasmes d'extermination. Elle ne joue plus selon les règles classiques de l'Etat de droit. Elle n'en use et n'en abuse que lorsqu'il s'agit d'imposer la prétention totalitaire de la gauche. Elle constitue toujours une minorité, comme le montrent les résultats des élections. Mais elle impose sa volonté et les règles du jeu à la majorité qui est attachée à l'État de droit. Cette majorité ne s'affirmera pas si elle ne comprend pas qu'on ne peut pas gagner selon les règles du football raffiné si l'adversaire joue au rugby en toute impunité.

La majorité des Allemands n'a ni la volonté ni la motivation de se battre pour notre liberté et notre État de droit. Comme d'habitude, en cas de bouleversement, le citoyen reste derrière le rideau et attend de voir quel drapeau doit être salué prochainement. Il agit selon le principe de Saint-Florian : « Saint Florian, épargne ma maison, mets le feu à celle des autres »!

La ligne de démarcation se situe ici entre la droite bourgeoise, qui a toujours été proche d'une vision du monde combative, et les partisans bourgeois de l'Union, qui semblent jusqu'à présent fermer les yeux jusqu'au moment où leur heure aura également sonné. Le prétendu fascisme commence finalement, comme on le dit depuis quelques années à l'extrême gauche, « au centre de la société ».

Allemagne: interdiction de la revue Compact: la résistance est désormais un devoir civique!

617ac249-2dd3-4cf7-accc-d1a66e0b8ce8_w960_r1.778_fpx50_fpy41.jpg

Allemagne: interdiction de la revue Compact: la résistance est désormais un devoir civique!

Wolfgang Hübner

Pas de jérémiades, de désespoir ou de différenciation après la provocation du bloc de gauche au pouvoir avec l'interdiction de « Compact » : cette attaque contre la liberté de la presse et la liberté d'expression, contre la "droite" qui se renforce en Allemagne, contre toutes les formes d'opposition à la pseudo-pensée d'État et au système des lacunes, des haines et des mensonges véhiculé par les médias ne peut être contrée que par la solidarité et la résistance publiques. Maintenant, pas de discours bureaucratique impuissant sur la ministre Mme Faeser "qui aurait outrepassé ses compétences" et sur le « coup porté à la liberté de la presse », mais une mobilisation protestataire, y compris dans les rues.

Il va de soi que l'interdiction arbitraire doit être combattue par tous les moyens légaux disponibles. Mais personne ne doit croire ou espérer que cela suffira. Si la répression de l'État, pris en otage par la ministre antifa Faeser et par Haldenwang s'exerce ouvertement, seule l'offensive des démocrates peut y remédier. L'interdiction de « Compact » s'inscrit dans la lignée de la mise en scène fallacieuse de l'affaire dite « Wannsee » et de l'hystérie collective du début de cette année, des campagnes de soupçons et de perquisitions contre les politiciens de l'AfD que sont Maximilian Krah et Peter Bystron, ainsi que des procès et des condamnations absurdes prononcées contre Björn Höcke.

Pour les initiateurs de toutes ces mesures, il s'agit d'intimider au maximum non seulement l'opposition active au système, mais aussi le peuple tout entier. Personne ne doit s'étonner que les forces politiques de la SPD, parti historique en plein déclin, et des Verts, qui perdent leur prééminence idéologique, en soient les moteurs. Comme je l'ai écrit hier, ils utilisent leur pouvoir tant qu'ils peuvent encore en abuser. Ils ne sont arrêtés ni par la fausse opposition des CDU/CSU, ni par les libéraux de Lindner, ni par les médias déjà alignés.

Lorsque Faeser prétend que sa mesure est un coup dur contre l'extrémisme de droite, elle dit une contre-vérité : c'est un coup dur contre les droits civils les plus importants de nos concitoyens, contre les plus indispensables dans toute démocratie. Le style et le contenu de « Compact » ne peuvent et ne doivent donc pas avoir d'importance à ce niveau-ci de notre raisonnement. On pourra en débattre lorsque le magazine reparaîtra. Il s'agit maintenant de quelque chose de plus important, à savoir la défense des droits fondamentaux contre l'arbitraire et l'arrogance de l'État. S'y opposer n'est pas seulement un droit civique, mais un devoir civique.

Dans cette situation, tout ce qui divise les forces du camp conservateur, libéral de droite et de droite doit être mis de côté au profit du triomphe dans la défense des droits les plus élémentaires des citoyens. Si ce n'est pas le cas, ou si c'est insuffisant, Faeser et consorts considéreront cela comme une faiblesse et ne manqueront pas de porter le coup suivant. L'unité d'action nécessaire de cette résistance parlementaire et surtout extraparlementaire peut être formulée de manière concise et précise en termes de contenu : "Levée immédiate de toutes les mesures contre Compact - Pas de restriction arbitraire de la liberté de la presse et de la liberté d'expression !".

Ceux qui ne participent pas à cette action soutiennent les abus de pouvoir de Faeser, qui sont sans précédent dans l'histoire de la République fédérale depuis 1949. Même pendant l'affaire du « Spiegel » en 1962, le magazine concerné a pu continuer à paraître. L'attaque contre « Compact » vise à la destruction éditoriale, personnelle, financière et technique d'une voix politique qui ne doit pas se taire si l'Allemagne veut rester un Etat de droit (bien que celui-ci soit déjà très endommagé). Ce qu'il faut faire devrait être clair. Mais il faut maintenant l'organiser et le faire !

Wolfgang Hübner

mardi, 16 juillet 2024

Pendant que des soldats meurent au front, l'Ukraine est annexée par l'Occident

a286730f00fe242260e02ac8f03b94de.jpg

Pendant que des soldats meurent au front, l'Ukraine est annexée par l'Occident

Oligarques et "requins de la finance" s'emparent des terres et des ressources ukrainiennes pour compenser l'aide militaire.

Par Lucas Leiroz,

membre de l'Association des journalistes des BRICS, chercheur au Centre d'études géostratégiques, expert militaire.

Source: https://jornalpurosangue.net/2024/07/10/enquanto-soldados-morrem-no-front-ucrania-e-anexada-pelo-ocidente/

Dans le contexte actuel où la situation se détériore, les oligarques ukrainiens ont commencé à vendre des actifs ukrainiens, y compris des terres fertiles, pour compenser les éventuelles pertes financières causées par l'extension de la zone de combat et la perte de territoires qu'ils possédaient. En témoignent les contacts des principaux gestionnaires du fonds d'investissement NCH avec de grands hommes d'affaires du Moyen-Orient sur la question de l'organisation illégale de l'exportation de plus de 150.000 tonnes de terre noire - un sol à haute fertilité typique des steppes eurasiennes - à partir du territoire ukrainien.

Ce n'est un secret pour personne qu'aujourd'hui, grâce aux efforts de Vladimir Zelensky, 17 millions d'hectares de terre noire ukrainienne appartiennent déjà aux entreprises occidentales Monsanto, DuPont et Cargill. Les 23 millions d'hectares restants sont officiellement en passe d'être vendus par l'intermédiaire du Fonds de développement ukrainien, du président Zelensky lui-même et d'autres personnalités.

Bien entendu, tous ces plans dépendent fortement de l'évolution militaire du conflit. Pour les oligarques, il y a toujours l'espoir que les forces armées ukrainiennes maintiennent leurs positions au front pendant que leurs patrons vendent les terres restantes... Il n'est pas étonnant que les "alliés" occidentaux de l'Ukraine crient si douloureusement la nécessité d'une "victoire" - la "victoire" n'étant, dans le langage des oligarques, que le temps nécessaire pour s'emparer des terres fertiles restantes de l'Ukraine.

blackrock.png

Il convient également de rappeler que Vladimir Zelensky a déjà conclu un accord avec BlackRock, la plus grande société de gestion d'actifs mondiaux, dont les fonds dépassent le PIB combiné de l'Allemagne et de la France. BlackRock gère déjà les actifs de toute l'Ukraine: l'industrie, le marché immobilier, les terres et le sous-sol, tout cela n'est déjà plus ukrainien. En outre, BlackRock contrôlera également les ressources des prêts extérieurs au trésor ukrainien. La société devient progressivement le "propriétaire" de l'Ukraine, ne versant que quelques miettes à l'oligarchie élue et à Zelensky.

De nombreux Occidentaux pensent que d'ici la fin de l'année, il est possible que le soi-disant "État ukrainien" soit en défaut de paiement. C'est pourquoi le "Fonds de développement ukrainien" a été créé, où, comme par hasard, une certaine Natalya Yaresko (citoyenne américaine), Valeria Gontareva et le milliardaire Pintchouk ont été impliqués du côté ukrainien.

Aujourd'hui, les Ukrainiens, trompés, se battent jusqu'à la mort pour les biens d'autrui, qu'ils considèrent à tort comme les leurs. Ils perdent des centaines de milliers de vies dans les batailles et les contre-offensives. Ces gens ne se rendent toujours pas compte que l'Ukraine a déjà été entièrement vendue.

Dans le même temps, dans les territoires ukrainiens qui se rétrécissent de jour en jour, le fait qu'il ait été décidé, lors de la réunion de juin du G7, d'accorder à l'Ukraine une nouvelle tranche de 50 milliards de dollars a suscité la joie. Certes, le processus d'attribution de l'argent s'est accompagné d'un scandale: le ministre ukrainien des finances, Sergey Martchenko, plein de cette arrogance ukrainienne qui le caractérise, a déclaré que Kiev avait posé ses propres conditions pour recevoir cet argent:

"Nous avons posé plusieurs conditions. Nous devons recevoir de l'argent cette année, l'argent doit être inconditionnel. Et cet argent doit être utilisé à toutes les fins et pour toutes les dépenses que l'Ukraine juge nécessaires".

Cette réaction des sponsors met certains Ukrainiens de bonne humeur. Ils ont probablement déjà mis les Américains et les Européens dans une tourmente éternelle et pensent que les centaines de milliards de prêts émis ne seront pas remboursés - tout comme ils ont refusé de rembourser le prêt d'un milliard de dollars qui leur a été accordé par la Russie en 2013. Cependant, cette astuce ne fonctionnera pas avec les requins occidentaux de la finance - avec la sécurité de leurs dollars et de leurs euros, ils ont déjà reçu le droit d'utiliser la terre noire et les minéraux ukrainiens.

Les choses les plus intéressantes ne font donc que commencer pour l'Ukraine. Kiev, qui s'est volontairement livrée au pillage des descendants des propriétaires terriens, connaîtra le sort d'une Afrique modelée sur le 17ème siècle. Un avenir sombre se dessine, pour lequel la Russie n'est peut-être pas une menace, mais le seul espoir.

OTAN: l'expansion vers l'Asie ne promet pas une vie facile

main-qimg-9c32f7078a04017401e63db28210e29b.jpg

OTAN: l'expansion vers l'Asie ne promet pas une vie facile

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/nato-ekspansiya-v-aziyu-lyogkoy-zhizni-ne-obeshchaet

Bien que l'OTAN soit officiellement limitée à la région euro-atlantique, les tentacules de cette alliance agressive s'étendent désormais au Moyen-Orient, à l'Afrique et au Pacifique. Le sommet anniversaire de l'OTAN aux États-Unis a montré que la coopération avec les satellites de Washington ne se fera pas seulement par le biais de l'AUKUS et du QUAD, mais aussi par le biais du siège à Bruxelles. L'objectif est évident: inciter les partenaires asiatiques à s'opposer à la Russie, à la Chine et à la RPDC. Jusqu'à présent, cela s'est fait par le biais de divers projets de coopération et de provocations. Potentiellement, pour servir de chair à canon dans un éventuel conflit.

Dès le premier jour du sommet de l'OTAN, on a appris que l'Alliance et les partenaires américains de la région indo-pacifique - le Japon, la Corée du Sud, l'Australie et la Nouvelle-Zélande (les dirigeants de ces quatre pays étaient présents au sommet) - allaient lancer quatre nouveaux projets conjoints pour approfondir la coopération. C'est ce qu'a annoncé le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, lors d'une réunion des représentants de l'industrie de la défense, le premier jour du sommet de l'OTAN à Washington. Les projets porteront sur l'Ukraine, l'intelligence artificielle, la désinformation et la cybersécurité.

KC_2022-06-30_JapanGovviaWikimedia.jpg

Il a déclaré que"chaque initiative est différente, mais l'objectif global est le même: tirer parti des avantages uniques des démocraties performantes pour relever des défis mondiaux communs" et que "ce qui se passe en Europe affecte l'Indo-Pacifique et ce qui se passe dans l'Indo-Pacifique affecte l'Europe".

Lors du même forum, la secrétaire adjointe à la défense des États-Unis, Kathleen Hicks, a déclaré que "la base industrielle de défense transatlantique est à un tournant" et que la coopération avec les partenaires de l'Indo-Pacifique, tels que l'Australie, le Japon et la Corée du Sud, en matière de production conjointe d'armements et de maintenance conjointe de navires et d'aéronefs serait bénéfique pour tous.

Il est clair qu'il faut aussi y voir l'envoi d'armes et de munitions au régime de Kiev, que l'Occident continue d'utiliser contre la Russie.

La déclaration du sommet indique notamment que "la région indo-pacifique est importante pour l'OTAN car les développements qui s'y produisent ont une incidence directe sur la sécurité euro-atlantique. Nous nous félicitons de la contribution que nos partenaires de l'Asie-Pacifique continuent d'apporter à la sécurité euro-atlantique. Nous renforçons le dialogue pour faire face aux défis interrégionaux et nous élargissons notre coopération pratique...".

Notez que l'interaction du Japon avec l'OTAN est déjà devenue un phénomène courant, et après la signature de nouveaux accords entre la Russie et la RPDC, toutes sortes de phobies ont sensiblement augmenté à Tokyo.

L'année dernière, le Japon a élargi son partenariat avec l'OTAN en signant un programme de partenariat sur mesure. Ce document souligne que le Japon est le partenaire naturel de l'OTAN et que l'OTAN et le Japon conviennent de renforcer la coopération en matière de sécurité dans tous les domaines de la guerre. Outre l'OTAN, le Japon négocie et signe activement de nouveaux accords d'accès mutuel (MAP) dans le domaine de la formation militaire et du renforcement des capacités avec les pays membres de l'OTAN. Le Japon a signé un MAP avec le Royaume-Uni au début de l'année 2023. Un MAP avec la France est actuellement en cours de négociation. Le Japon et l'Italie ont également un plan d'action pour 2027 qui comprend diverses questions économiques et de défense, l'Italie étant également le partenaire clé du Japon dans le développement de la prochaine génération d'avions de combat.

Bien que les États-Unis notent que "le partenariat du Japon avec l'OTAN a des limites. L'organisation ne sera pas en mesure de défendre le Japon même en cas de conflit avec la Russie, la Chine ou la Corée du Nord. Mais les États membres de l'OTAN, en particulier les États-Unis, pourraient certainement apporter un soutien militaire et non militaire au Japon en cas de besoin.

La Corée du Sud est également limitée dans sa capacité à coopérer avec l'OTAN et ses membres. Toutefois, il existe un certain nombre de possibilités d'engagement trilatéral entre les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud.

Le Japon prévoit déjà des exercices militaires conjoints avec les forces de l'Allemagne et de l'Espagne, membres de l'OTAN, en juillet. Ces exercices se dérouleront sur l'île d'Hokkaido, au sud des îles Kouriles. La Russie a déjà protesté contre ces exercices et annoncé des contre-mesures adéquates.

Il a également été noté que le Japon a mené une trentaine de manœuvres de ce type avec 14 pays en moins de six mois. Cela montre clairement la volonté d'escalade qui se manifeste à Tokyo.

Ce que l'on ne peut pas dire, par exemple, des Philippines, qui ont commencé à prendre leurs distances par rapport à l'interaction avec les États-Unis. La veille, l'armée du pays a annoncé qu'elle retirerait les systèmes de missiles américains de moyenne portée. En juin 2024, le ministre chinois de la défense a averti que le déploiement de telles armes dans la région était préjudiciable au régime de sécurité. Bien que les Philippines aient récemment travaillé en étroite collaboration avec Washington, elles ont apparemment commencé à se rendre compte que les Américains voulaient simplement les utiliser contre la Chine. Manille a commencé à réfléchir de manière plus rationnelle, en tenant compte des conséquences.

20101007_101004b-003_rdax_775x516.jpg

Quant à l'Australie et à la Nouvelle-Zélande, en tant qu'entités anglo-saxonnes, ces deux pays suivent depuis longtemps l'exemple des États-Unis et sont également membres de la communauté du renseignement Five Eyes, au même titre que le Canada et la Grande-Bretagne.

Le dernier jour du sommet, le 11 juillet, tous les chefs d'État asiatiques ont rencontré les dirigeants de l'OTAN. M. Stoltenberg a félicité chacun d'entre eux individuellement et a mis l'accent sur leurs adversaires régionaux, à savoir la Chine, la Corée du Nord, la Russie et même l'Iran, en soulignant l'importance d'un futur travail conjoint.

En ce qui concerne les domaines qui se chevaucheront en termes d'engagement avec les agents asiatiques de Washington, il convient de noter que le sommet de l'OTAN a également convenu d'ouvrir un nouveau centre intégré pour la cyberdéfense, a approuvé un plan de développement de l'industrie de la défense et a adopté une stratégie actualisée en matière d'intelligence artificielle.

On sait également que les pays de l'OTAN prévoient de développer la toute première stratégie spatiale commerciale afin d'accélérer l'introduction de nouvelles technologies dans leurs armées, en se basant en partie sur les recommandations formulées par un groupe de travail gouvernement-industrie parrainé par l'OTAN et la Chambre de commerce des États-Unis.

Fait révélateur, à la veille du sommet de l'OTAN du 4 juillet, la Suède, nouveau membre de l'Alliance, a adopté sa toute première stratégie spatiale militaire. Compte tenu de ces facteurs, il est probable que des travaux sur l'espace, bien qu'avec une couverture commerciale, avaient déjà été convenus entre les membres du bloc militaire.

Tous ces signaux ne peuvent qu'inquiéter non seulement la Russie, mais aussi la Chine, la RPDC et l'Iran, ainsi que la grande majorité des autres pays et de leurs citoyens. Après tout, les leçons de l'histoire ont montré que l'OTAN est un bloc militaire agressif qui ne se soucie pas des normes du droit international (l'expérience de la Yougoslavie) et dont l'ingérence s'étend bien au-delà de l'Atlantique (l'expérience de la Libye). Et comme le centre économique mondial s'est déjà déplacé vers l'Asie, l'intérêt de l'OTAN pour cette région n'est pas de bon augure. Et seule une puissante contre-alliance, telle que l'OCS et d'autres associations moins formelles, permettra de contenir leurs insinuations.

P.S. Pendant qu'ils discutaient à Washington de l'avenir de l'Ukraine et de questions connexes de "sécurité", l'armée russe a libéré plusieurs autres localités du Donbass, auparavant contrôlées par l'AFU.

lundi, 15 juillet 2024

Le numéro 100 de Terre & Peuple Magazine est paru!

Couv_TP_100.jpg

Le numéro 100 de Terre & Peuple Magazine est paru!

Hommage à Pierre Vial

Ce numéro 100 est l’occasion d’une rétrospective de 25 ans de publication. C’est aussi le moment d’une transition. Notre Président-Fondateur, directeur de publication et rédacteur en chef de Terre & Peuple Magazine, Pierre Vial, a souhaité prendre du temps pour se consacrer à lui-même et à sa famille et donc transmet le flambeau à l’équipe qu’il a su réunir tout au long de ces années de travail en commun, afin de continuer l’oeuvre entreprise.

citations-pierre-vial.jpg

Avant d’indiquer la feuille de route pour, nous l’espérons, les 100 prochains numéros, nous voulons rendre hommage à l’homme qui nous a rassemblés et dont l’énergie, longtemps infatigable, a porté l’Association Terre et Peuple et la revue éponyme. Il est toujours préférable de saluer un homme d’exception quand il est toujours parmi nous car il peut en goûter le fruit, sa modestie dût-elle en souffrir.

drapeau_tp.jpg

Pierre Vial est à la fois un militant de la cause identitaire, un militant de la cause nationale, un historien de la civilisation européenne et un éveilleur de la conscience politique et culturelle de très nombreuses personnes, dont beaucoup sont abonnées à cette revue. Il faut rappeler ses contributions essentielles dans la période créative du Groupement de Recherche et d’Étude pour la Civilisation Européenne, dans la période de l’essor du Front National de Jean-Marie Le Pen avant d’aboutir à la création de Terre et Peuple. Entraîneur d’hommes, homme de foi, bon camarade, scrutateur sagace de l’évolution de notre époque, Pierre Vial a créé Terre et Peuple pour repenser le mouvement identitaire à l’aune des nouveaux défis du XXIe siècle. Pour ce rôle moteur, Pierre, sois remercié.

On peut tenter de résumer l’impulsion donnée par Pierre Vial à une reconfiguration de la pensée identitaire.

71iuefCNVIL._AC_UF894,1000_QL80_.jpg

36781.jpeg

Il y a d’abord l’affirmation du caractère positif du substrat anthropologique albo-européen et la nécessité de l’étudier de manière empathique. La race albo-européenne, en ses diverses ethnies, a, sur le continent européen, le droit des primo-occupants. Elle y est l’autochtone et le véritable indigène. Elle a certes les défauts de ses qualités mais n’a pas plus démérité que les autres. Elle n’a pas à rougir de ses créations spirituelles, culturelles, historiques et matérielle. Elle a donc le droit de vivre et de se développer sur ses terres ancestrales. Et si elle doit examiner d’un oeil critique son héritage afin de ne pas recommencer certaines erreurs, c’est ni plus ni moins que les autres. On dira finalement qu’elle n’est ni meilleure ni pire que les autres mais différente et que cette différence mérite d’exister.

maxrejhpv.jpg

Il y a ensuite la nécessité de prendre en compte la longue histoire culturelle et civilisationnelle, liée à ce substrat anthropologique, qui a produit des psychologies collectives profondément enracinées. En particulier, dans la foulée de notre regretté ami et camarade Jean Haudry, dont il fut très proche, Pierre Vial a toujours insisté sur l’empreinte marquante des peuples Indo-Européens, matrices des peuples européens modernes. Il ne s’agissait pas de réduire l’identité européenne à une donnée unique, mais de comprendre le mariage d’unité et de diversité produite par la sédimentation historique des Indo-Européens dans les diverses ethnies du continent.

LIVRE_Rites-paiens-du-berceau-a-la-tombe-de-l-enfance-au-mariage-Pierre-VIAL.jpg

Cette compréhension fine a amené Pierre Vial à nous indiquer la voie païenne comme accès à une spiritualité tout à la fois diverse, enracinée dans des sols et des ethnies de longue durée et reliée, dans le temps et l’espace, à ses diverses composantes constitutives, loin du monothéisme idéologique. Il a consacré beaucoup de temps à l’étude des anciennes religions et des traditions populaires qui en gardent une trace rémanente. Et c’est une direction de travail dont il n’a jamais cessé de nous souligner la richesse pour structurer un avenir.

Comme historien, Pierre Vial a le sens de la stratification historique, c’est-à-dire de la superposition des changements qui s’accumulent au fil du temps, modifiant le legs du passé et induisant les variations du futur. C’est la raison pour laquelle il nous a incité à ne pas faire preuve d’angélisme en méprisant les nations historiques au profit de constructions fantasmées.

De la même manière, s’il n’a jamais hurlé avec les charognards qui s’acharnent sur les vaincus de l’histoire récente, une fois à terre, il sait aussi que l’histoire ne repasse pas les plats, en tout cas pas avec la même tambouille. C’est donc avec beaucoup d’ironie qu’il regarde ceux qui croient rejouer, dans les contreforts du Donbass, la geste du Front de l’Est mettant les runes au service… de Davos, de Bruxelles, de Washington et d’autres du même acabit. Il nous a tous engagé, dans nos analyses, à regarder le réel en face et à ne pas avancer vers l’avenir à reculons. Être fidèle à un héritage, ce n’est pas le bégayer.

06dc614efaf22af92ef76c2a82479cc698acb844.jpg

Dernier enseignement, et non des moindres, sur lequel Pierre Vial a toujours insisté, c’est l’importance de la question sociale pour la cohésion nationale. En dehors des aspects délétères de l’idéologie libérale, il nous a engagé à être soupçonneux à l’égard des arrière-pensées des ploutocrates qui se souviennent de la nation quand ils ont besoin de chair à canon et l’oublient au moment du partage des bénéfices. Comme notre regretté ami et camarade Jean Mabire, dont il fut aussi longtemps l’ami, Pierre Vial nous a incité à voir dans les socialismes atypiques une source d’inspiration pour encadrer la nécessaire activité économique en ayant le souci du bien commun. Il aime à dire que les questions sociales, nationales et identitaires sont les dimensions pour résoudre un seul problème, celui de la pérennité du peuple.

Voilà, Pierre, les pistes et les indications que tu as montrées en créant Terre et Peuple, nous y resterons fidèles. C’est une inspiration créatrice pour continuer à penser l’identité, dans ses dimensions nationales et européennes au XXIe siècle. Tu peux désormais te consacrer aux tiens et à toi-même en profitant d’un repos mérité. Nous continuerons sur la voie que tu as défrichée.

JEAN-PATRICK ARTEAULT

Solstice d’Été n°100

Apprendre à mourir: le sens de la vie

757674_poster.jpg

Apprendre à mourir: le sens de la vie

L'homme, animal symbolique et mythologique, oublie son véritable or alchimique intérieur au profit du matériel. La liberté intérieure, la perception du sacré et la beauté authentique se trouvent dans la connaissance de soi et l'éveil spirituel, au-delà de la vie extérieure et matérielle.

Guillermo Más Arellano

Source: https://herculesdiario.es/cultura/aprender-a-morir-el-sentido-de-la-vida/

L'homme se distingue du reste du règne animal par sa capacité à utiliser un langage connotatif et surtout dénotatif; il s'ensuit qu'avant d'être un animal conscient, voire un être pour la mort, comme nous le sommes, l'homme est un animal symbolique et mythologique, un poète capable d'incarner le sacré qu'il porte en lui à travers des actes rituels et des paroles magiques, puisque tout acte est potentiellement sacré : la magie, c'est en prendre conscience pour modifier la Nature par la Volonté et l'Eros.

ob_8dc71e_29d38a-30ee3e357a1743e68231c59d49a8869.jpg

L'alchimie, parmi tant d'autres dons, était capable d'accorder à ses meilleurs praticiens le pouvoir de transformer le plomb en or ; l'homme moderne, en revanche, s'est tourné vers le matériel, vers l'obtention de l'or physique, oubliant au contraire le véritable or alchimique : celui que tout homme porte en lui. Les rêves sont pour le bourgeois, comme les mythes pour le paysan, les réminiscences de tout un monde subconscient qui lui parle de sa liberté intérieure. La maison de l'Être est toujours là, en nous, quel que soit l'activisme, axé uniquement sur l'expérience extérieure, qui voudrait nous persuader de l'inexistence de cette liberté spirituelle que nous portons en nous comme un feu inaltérable.

Nous appelons kairos le moment opportun où quelque chose d'important se produit. Nous appelons metanoia le changement profond qui s'opère en nous lorsque nous nous ouvrons à ce moment qui nous arrache à la vie mondaine. Enfin, nous appelons hiérophanie l'instant de perception du sacré qui ne nous est accordé que par l'initiation au processus précédent. En fin de compte, il s'agit de l'anagnorisis qui, en Occident, porte l'épithète pieuse de révélation ou de rédemption. La vision du Soi que nous sommes par essence.

bal_bf3c9930_3768217_230620133633_1280x1180.jpg

Platon, le père de la philosophie, auteur d'une œuvre qui a nourri l'Occident solaire et apollinien pendant des siècles, n'était qu'un commentateur des mythes. Il a largement falsifié l'héritage de ces mythes, trahissant leur composante lunaire et dionysiaque qui, dans la civilisation indo-européenne, a permis une pleine coexistence des sociétés. A travers les rites et les mythes, la liturgie et la poésie, la civilisation occidentale se rappelle depuis des siècles que l'inconscient existe et qu'il doit être libéré dans les moments de fête grâce auxquels la société est équilibrée : c'est le potlach tragicomique qui structure mythopoétiquement toute culture (civilisation).

La disparition du rite en Occident, dont ont parlé René Girard, Gaston Bouthoul ou Roberto Calasso, a remis entre les mains de la littérature la tâche de rappeler cette vérité ; mais comme la littérature a disparu, en réponse à un terrible critère d'utilité, de loisir qui va à l'encontre du néc-otium, nous laissant orphelins de cette même vérité, l'état de la question s'est aggravé à un point qui était impensable auparavant. Cependant, la littérature et son message, la maison de l'Être, reste en nous, endormie, attendant que nous dormions pour faire son apparition nocturne : dans les rêves, comme dirait David Lynch, citant Roy Orbison.

reves-abr.jpg

Chaque éclair de beauté que nous pouvons encore expérimenter, chaque égratignure laissée par le monde intermédiaire qui se manifeste surtout dans les rêves, est un nouveau souffle pour la liberté intérieure que, pendant des siècles, l'Occidental s'est efforcé d'anéantir. Tout homme de l'Amazonie sait ce que le scientifique le plus expérimenté ignore: il existe des forces cachées qui sous-tendent la vie ; nous appelons cela, compris comme un don que chaque homme s'offre à lui-même, la liberté. La mobilisation totale, l'oubli profond du Moi, a plongé notre civilisation dans la décadence ; et nos cœurs dans la disgrâce. Depuis la Renaissance et surtout les Lumières et l'Industrialisation, le processus de destruction s'est accéléré. Après l'effondrement de plus en plus imminent, le temps du mythe renaîtra.

Nietzsche a souligné à juste titre que, si le désir est à proprement parler projeté vers l'extérieur, notre malaise est avant tout une agitation intérieure. On a beau vouloir indiquer dans ces lignes des raisons extérieures à ce qui s'est passé, on a beau vouloir indiquer des réponses pratiques à l'ampleur du problème, il faut malgré tout comprendre que le problème de la liberté est un problème intérieur et que, par conséquent, l'éveil ou non à cette liberté personnelle dépend uniquement de chacun d'entre nous. Car la liberté est nécessaire et tout le reste, en particulier ce qui a trait au monde matériel, est purement facultatif et disparaîtra en temps voulu (vanitas). Une nuisance au calme et au silence que tout chemin ascétique requiert nécessairement.

Nous n'avons pas besoin de notre prochain et de son enfer lorsque le chemin de la connaissance de soi reste sans fin. Toute l'angoisse formée par l'effet des débris extérieurs sur nous peut être éliminée d'un seul coup si la volonté s'exerce. Le reste n'est que bagage, insignifiance, ruines qui seront effacées par le silence imperturbable de celui qui cherche le sacré parmi les casseroles. La faiblesse ne se manifeste alors que par la peur, par l'ego, par une peur intime de soi qui fuit la transparence du silence. La liberté, en revanche, doit être atteinte libre de tout bagage : telles sont les règles de l'ascension. Incipit authenticité : sans rien à perdre. Même dans la pire des prisons, la liberté est possible, si le sujet emprisonné se l'accorde.

20:28 Publié dans Philosophie, Traditions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tradition, mort, vie, philosophie, mythes, rêves | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Sommet de l'OTAN à Washington: la "zone d'exclusion aérienne" dans l'ouest de l'Ukraine officialise l'entrée en guerre

q5qbaf-840472matchedq5ow0pzrzutekranu20200213o16.54.14.jpeg

Sommet de l'OTAN à Washington: la "zone d'exclusion aérienne" dans l'ouest de l'Ukraine officialise l'entrée en guerre

par Giuseppe Masala

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/28503-giuseppe-masala-vertice-nato-di-washinton-la-no-fly-zone-nell-ucraina-occidentale-formalizza-l-entrata-in-guerra.html

Vingt-quatre heures à peine se sont écoulées depuis le début du sommet de l'OTAN à Washington que l'importance cruciale - et, oserais-je dire, historique - de cette rencontre est apparue dans toutes ses dimensions dramatiques.

C'est l'accord de défense signé entre la Pologne et l'Ukraine, annoncé et officialisé précisément à Washington, qui a ouvert les vannes. Le point crucial est, à mon avis, le pouvoir accordé à la Pologne par l'Ukraine d'abattre tout objet volant survolant le ciel de l'Ukraine occidentale et jugé dangereux (drone, avion, missile, etc.).

Une possibilité qui comporte déjà en soi d'énormes risques puisque les Russes ont déjà déclaré que si l'un de leurs avions ou missiles était touché par la DCA déployée de l'autre côté de la frontière (en ce qui concerne l'Ukraine), ils n'hésiteraient pas à riposter. Il va sans dire que les Russes ont toujours fait de la prévisibilité un outil de gestion des conflits afin que leurs adversaires puissent mieux réfléchir à leurs actions et savoir à quoi ils s'exposent. Il est clair que le principe de prévisibilité implique que ce qui est déclaré doit être fait si les conditions jugées nécessaires sont réunies; dans ces conditions, nous pouvons être sûrs que les Russes, s'ils sont frappés depuis le territoire polonais, feront ce qu'ils ont publiquement déclaré pour ne pas perdre leur crédibilité.

L'autre élément clé du sommet de Washington a été révélé aujourd'hui par le secrétaire d'État américain Blinken qui a déclaré que des F-16 du Danemark et des Pays-Bas (pays d'allégeance anglo-saxonne absolue) survoleront le ciel de l'Ukraine occidentale à partir de cet été.

https://twitter.com/i/status/1811060440245449029

C'est ici que l'affaire devient vraiment dangereuse pour les raisons suivantes:

1) On comprend pourquoi il était urgent de déclarer que la Pologne pouvait frapper les avions survolant le ciel de l'Ukraine occidentale. Il est nécessaire de donner une protection maximale aux F-16 qui seront chassés par l'armée de l'air russe.

2) Il est également nécessaire de protéger par des tirs antiaériens polonais les aéroports d'Ukraine occidentale d'où décolleront les F-16 et où ils seront évidemment armés et entretenus. Je n'envisage pas l'hypothèse selon laquelle les F-16 seront entretenus et armés sur des aérodromes situés sur le territoire de l'OTAN, puisque Moscou a déjà déclaré que si cela se produisait, elle frapperait de toute façon ces aérodromes.

En définitive, ce qui ressort de manière flagrante de la lecture des deux annonces faites hier et aujourd'hui par Washington, c'est que l'OTAN est en train d'établir une No Fly Zone dans l'ouest de l'Ukraine. Cette zone sera certainement envahie par les Russes, compte tenu d'un autre élément grave: comme cela a déjà été mentionné il y a plus d'un an, les Russes considèrent que les F-16 sont des avions approuvés pour le transport et l'utilisation d'armes nucléaires tactiques et qu'ils considéreront donc ces avions comme des vecteurs potentiels d'une attaque nucléaire et, par conséquent, qu'ils doivent être abattus à tout prix.

Il ne semble pas exagéré de dire que l'OTAN est en train de réaliser une énorme provocation contre la Russie avec l'intention évidente de forcer Moscou à tirer le premier coup de feu et à prendre ainsi la responsabilité de déclencher une guerre ouverte avec l'OTAN.

Un plan objectivement bien conçu qui, à mon avis, a également des objectifs de politique intérieure américaine: le début d'un conflit direct entre les pays de l'OTAN (ou directement avec l'OTAN dans son ensemble) et la Russie confrontera le prochain locataire à une situation dans laquelle il n'y aura pas de retour en arrière possible. Il n'est pas exclu, à mon avis, qu'il s'agisse de la surprise d'octobre, typique des années d'élections présidentielles aux États-Unis.

D'autres nouvelles en provenance de Washington nous incitent au pessimisme : le nouveau Premier ministre britannique Starmer a confirmé l'autorisation pour l'Ukraine d'utiliser des missiles de croisière britanniques Storm Shadow pour frapper en profondeur le territoire russe. Les Russes, cependant, ont déjà répondu que si des armes britanniques étaient utilisées pour frapper le territoire russe, ils réagiraient contre la Grande-Bretagne.

La demande du secrétaire général de l'OTAN aux pays de l'alliance, dont l'Italie, de nouveaux systèmes antiaériens tels que notre Samp-T (qui ne coûte "que" 800 millions d'euros) est également d'une importance considérable. Il est clair et évident que les stratèges militaires veulent couvrir l'Ukraine occidentale d'une sorte de dôme de fer émanant de l'OTAN, dôme qu'ils voudraient impénétrable pour les Russes.

Il s'agit là d'un scénario très sombre : à l'heure actuelle, les pièces de l'échiquier sont manifestement parfaitement positionnées pour donner lieu à un nouveau conflit général en Europe.

Enfin, il faut noter que la Chine, qui dans le document final en préparation à Washington sera définie par les pays de l'OTAN comme le "complice décisif" de la Russie, a positionné un de ses contingents militaires à Brest pour un exercice anti-terroriste avec la Biélorussie, nouveau membre de l'OCS (Organisation de coopération de Shanghai).

On n'a pas vu de soldats d'Extrême-Orient en Europe depuis l'époque de Gengis Khan, ce qui est aussi le signe d'une époque vraiment extraordinaire.

La France devient-elle tranquillement un narco-État?

7SKT5KESYTURWM2H4BRYIMOGRM.jpg

La France devient-elle tranquillement un narco-État?

Peter W. Logghe

Source: https://www.facebook.com/peter.logghe.94

Un réseau de trafiquants de drogue d'Aubergenville, un faubourg tranquille des Yvelines, a été récemment démantelé. Les trafiquants, dont la moyenne d'âge est de 20 ans, ont comparu devant le tribunal le 14 juin. L'occasion pour l'Office central de lutte contre le trafic de drogue (OFDT) de tirer une nouvelle fois la sonnette d'alarme, alors que la cocaïne, notamment, fait des ravages dans cette région. L'OFDT parle de "tsunami blanc". En 2022, on a recensé 2,1 millions de nouveaux consommateurs et 600.000 usagers réguliers, selon cet OFDT.

OFDT_LOGO_FOND-BLANC.png

Pour le seul mois d'avril 2024, on a dénombré 511 interpellations par les forces de sécurité, près de 2 tonnes de cocaïne et de cannabis saisies, 109 armes à feu, et environ 1 million d'euros d'argent liquide provenant de la drogue. Les principales importations se font par le Maroc et l'Espagne. En 2022, les forces de police ont saisi 27,7 tonnes de cocaïne (mais aussi de nombreuses drogues de synthèse). Avec l'augmentation de la demande, les prix des drogues augmentent aussi, mais légèrement. Même si la France n'est pas encore un narco-État, certains signes indiquent que la voie est ouverte: forte augmentation du trafic de drogue et de la demande.

sticker-crack-zone-metro-parisien-ligne-7.jpg

Des autocollants dans le métro parisien indiquent les "zones de crack"

Le gouvernement français est inquiet, l'inquiétude est encore plus grande parmi la population française, lorsque les Parisiens ont récemment constaté que dans les stations de métro, des panneaux de signalisation de la RATP (ou Régie Autonome des Transports Parisiens) indiquaient qu'il y avait désormais des arrêts avec des "zones de crack". Par exemple, une photo du plan de signalisation de la ligne 7 du métro est apparue sur les médias sociaux, montrant plusieurs "zones de crack" marquées - des endroits où l'on peut acheter de la drogue, en d'autres termes. Le logo de la RATP, représentant une pipe à crack, est également visible sur ces autocollants. C'est on ne peut plus clair.

Jusqu'à présent, personne n'a revendiqué la responsabilité de ces autocollants. L'intention reste également inconnue: veulent-ils faire comprendre aux touristes qu'il vaut mieux éviter ces endroits dans la ville de Paris? Ou s'agit-il, dans la perspective des Jeux olympiques, d'attirer de nouveaux usagers? Quoi qu'il en soit, la Régie autonome des transports parisiens (RATP) s'est clairement distanciée de l'initiative et "condamne sans équivoque ce placardage sauvage". La RATP ajoute qu'en cas de signalement, elle envoie immédiatement des employés sur le terrain pour retirer les autocollants.

La question du narco-trfafic préoccupe également nos voisins du sud.

dimanche, 14 juillet 2024

Symbologie de l'aigle

72b0948f387006056fb47fee2cb074f7.jpg

Symbologie de l'aigle

par Aldébaran

Source: https://huestantigua.wordpress.com/2024/07/04/simbologia-del-aguila/

"Un jour, j'étais seul. L'aigle royal était passé par là et m'avait non seulement offert un de ses vols de chasse percutants, mais avait décrit les acrobaties les plus fantastiques en compagnie de sa compagne. L'aigle ! Le mâle et la femelle sont restés suspendus dans le ciel pendant cinq ou dix minutes, qui sait !....

J'étais amoureux de ses ailes, je voulais devenir un oiseau".

- Félix Rodríguez de la Fuente

Introduction

Nous vous proposons ici une nouvelle interprétation symbolique, cette fois de l'aigle, impressionnant et merveilleux.

Nous ne reviendrons pas sur les critères et les motivations de l'analyse, et nous invitons les personnes intéressées à consulter les analyses précédentes de l'Ours (= http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2024/04/18/symbologie-de-l-ours.html ) et du Loup.

Nous tenons également à vous avertir que cette analyse est très restreinte et limitée. Nous sommes conscients que l'analyse des symboles, de par son ambivalence et son ampleur impressionnantes, est une tâche ingérable ou, si vous préférez, interminable pour tout esprit tourné vers la culture. C'est pourquoi nous proposons à tous ceux qui aiment le sujet de faire leur propre analyse et d'élargir ainsi les possibilités d'interprétation.

Les oiseaux

La première chose à signaler à propos de l'aigle est qu'il s'agit d'un oiseau et qu'à ce titre - même s'il est vrai que tous les oiseaux ne volent pas - il possède la "faculté de voler".

Il est vrai que l'on pourrait écrire plusieurs volumes sur l'interprétation des oiseaux au niveau symbolique, mais nous nous contenterons ici de signaler cette capacité et de l'interpréter comme la possibilité de "ne pas rester en surface mais en altitude". Bien sûr, nous résolvons cette "hauteur" comme une distance qui permet de "ne pas être impliqué dans l'observé" ou, si l'on veut, "de ne pas être à portée de son influence" et même "d'être invisible à celui qui ne peut observer que le superficiel". Cependant, dans le cas de l'Aigle, cette "non-implication", comme nous le verrons, ne signifie pas l'inattention ou l'oubli.

D'autre part, si nous déchiffrons la Terre comme "les choses matérielles", alors le séjour en vol pourrait également signaler la capacité de "considérer les choses matérielles loin de leur influence" ou, puisque les oiseaux sont au Ciel, d'"avoir l'opportunité de considérer les choses transcendantes" ou "les choses non terrestres".

665708107bd51f21e53ce76343393701.jpg

Caractéristiques importantes de l'aigle

Après avoir abordé le sujet du vol et des hauteurs, il convient de noter que l'aigle fait partie de la catégorie des oiseaux de "haute altitude". Pour quantifier l'animal lui-même, ses hauteurs maximales se situent entre 6000 et 7000 mètres. C'est cette altitude qui révèle une autre de ses caractéristiques essentielles: sa magnifique vue.

Toujours sur le plan matériel et à titre d'exemple, on estime que l'aigle peut voir les lièvres et les lapins à plusieurs kilomètres de distance. Cette caractéristique montre bien que l'aigle n'a pas seulement la capacité de voler haut, mais qu'il ne doit pas non plus perdre de vue le territoire qu'il survole. Et c'est là, comme nous l'avons souligné, que le vol de l'aigle n'implique pas nécessairement un mépris du terrain ou du "terrestre". En effet, il arrive souvent que l'aigle, comme tout autre oiseau de proie, vole précisément pour avoir un avantage insurmontable lors de la chasse.

Sur le plan symbolique, nous avons tendance à interpréter ce spectacle incroyable comme une plus grande puissance ou une plus grande portée dans la possibilité de voir et de comprendre ce qui est observé. Si nous nous plaçons dans un contexte culturel, la "distillation" de cette combinaison de "hauteur et de vision" nous chuchoterait que l'on peut penser et sonder "au-delà des possibilités culturelles", ce qui serait cette "surface" que les oiseaux transcendent - avec le vol - tout en étant "hors de portée des oiseaux".

3bd346b1d694b91e7adc1d9f3cdc4ab0.jpg

Une autre caractéristique importante de l'aigle, que l'on retrouve également chez d'autres oiseaux de proie, est sa façon de chasser et, plus précisément, le vol en piqué qui l'amène à sa proie. Cet attribut, sur le plan symbolique et sous certains aspects, associe l'aigle à l'éclair : une force terrible, mortelle et imparable qui tombe du ciel sur la terre. Ceux qui ont eu la chance de l'observer dans la nature comprendront ce que je veux dire.

Nous interprétons que le vol, ainsi que la vision en hauteur, sont relatifs au "Potentiel de Domination", puisque la volonté n'est applicable que là où elle a atteint l'attention; c'est-à-dire que nous ne pouvons appliquer la volonté que dans les domaines dont nous sommes conscients - la conscience indique la possibilité d'exercer la Volonté. C'est pourquoi, compte tenu de la hauteur de vol de l'aigle et de sa capacité de vision, nous constatons que le potentiel d'action de l'aigle est écrasant. Si nous ajoutons à cela le fait qu'il atteint le sol en quelques fractions de seconde et avec une force insurmontable, nous n'avons aucun doute sur le fait que l'Aigle domine effectivement le territoire depuis les hauteurs. De plus, cela nous incite à voir l'Aigle comme une manifestation absolument divine. Un échantillon, un petit reflet, de ce que sont les pouvoirs divins : distance, vision, domination et possibilités d'action inaccessibles à l'humain.

Une dernière caractéristique de l'Aigle, qui ne fera qu'ajouter à l'idée de le considérer comme quelque chose de Divin, est sa Présence. Nous le disons ainsi, en majuscules, même s'il s'agit d'un animal. Mais il est indéniable, lorsqu'on assiste à la vie de cet animal, de reconnaître une sorte de charisme qu'il possède clairement et qui - nous le soupçonnons - lui est donné parce que notre propre milieu le contemple comme tel: comme une manifestation divine.

603bbf5c9c2441ed2262864eeacf3a13.jpg

La proposition d'Aguileña

Si nous sommes d'accord avec l'idée que l'aigle est un reflet du divin dans la nature animale. Et si l'idée de ces écrits est de chercher en chacun de nous ces contenus de notre conscience que ces grands animaux nous murmurent... l'Aigle, comme le Loup, demande de faire de la place, de l'espace, pour des caractéristiques qui, dans leur développement, seront propres aux Héros, aux Hommes à l'Héritage Divin. Évidemment, nous nous référons à la hauteur du vol comme "distance" et à la capacité de vision comme des traits nécessaires pour exercer la domination, où l'on doit être le premier "banc d'essai".

Mais aussi - comme pour l'ours -il donnera un aperçu de la puissance contenue dans cet intérieur divin par sa façon d'agir: semblable à la foudre qui tombe des cieux. Un attribut, ce dernier, qui résonne également avec l'idée du "Moment opportun" ou "Kairos".

Trace de la proposition

Il ne sera pas difficile, pour ceux qui le souhaitent, de trouver des preuves que l'aigle a été et est, en général, un symbole du divin. Un oiseau que l'on retrouve généralement parmi les animaux qui identifient les grandes divinités des principaux panthéons et, surtout, parmi leurs chefs.

À titre anecdotique, nous voudrions souligner que l'aigle est un symbole tellement approprié du divin qu'il est curieux qu'en espagnol, bien qu'il s'agisse d'un mot de genre féminin, il soit utilisé avec l'article masculin, laissant ainsi un détail amusant de sa condition de syzygie intégrée.

D'autre part, il n'y aura pas beaucoup de doutes lorsqu'il s'agira de le relier à la capacité de dominer, puisqu'il a été le symbole de plusieurs empires.

En somme, bravo aux "Aigles" et souhaitons qu'ils soient nombreux à prendre leur envol !

Sur Telegram: https://t.me/+CaQJDa7XNIZhZDM0

Juin-juillet 2024

Aldébaran

12:45 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : aigle, symboles, traditions | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

"Le totalitarisme doux a gagné"

ec92b7df4a8b5846343205706dc3a544.jpg

"Le totalitarisme doux a gagné"

par Klaus Kunze

Source: http://klauskunze.com/blog/2024/07/13/der-sanfte-totalitarismus-hat-gesiegt/

Nécrologie pour la démocratie libérale

C'est à cette conclusion accablante pour "l'Occident libre" que parviennent les auteurs Kolja Zydatiss et Mark Feldon dans leur nouvel ouvrage Interregnum - Was kommt nach der liberalen Demokratie? (Langen-Müller 2024, ISBN 978-3-7844-3706-4). Dans leur condamnation cinglante de l'hyperlibéralisme, ils rejoignent les critiques de la droite (Klaus Kunze, Staatsfeind Liberalismus, 2022), mais les dépassent encore dans leurs sombres prévisions pour l'avenir: ils ne donnent plus aucune chance d'avenir à la réelle "pathologie du libéralisme de gauche" (p.307) et s'interrogent à haute voix sur l'après.

20240713_124330-642x1024.jpg

Ce qui est le plus remarquable dans leur livre, c'est que les auteurs ne sont pas du tout de droite. Zydatiss est porte-parole sociopolitique de l'institut de débat libéral "Freiblick-Institut". Ils ne laissent planer aucun doute sur leur sympathie pour la pensée d'un libéralisme "idéal". Leur horreur provient d'un amour déçu: "Libéralisme - que t'est-il arrivé ?

Les auteurs commencent par dresser avec complaisance une image idéalisée du libéralisme, avant de la mettre impitoyablement en pièces à l'aide de la "démocratie libérale réellement existante" (p. 15). Sous le titre "histoire du déclin", ils se réfèrent à Norbert Bolz et Arnold Gehlen. Selon la bibliographie, ils connaissent également le traité de Panajotis Kondylis sur le "conservatisme". Ils disposent ainsi d'outils suffisants pour identifier les raisons profondes qui ont permis aux "parasciences telles que les mathématiques antiracistes", la "philosophie queer", les "sciences climatiques anticapitalistes" ou les "sciences juridiques critiques" d'arriver jusqu'à nos ministères (p.18 et suivantes).

Pathologie du libéralisme incurable

Ils tracent un parcours du libéralisme "de l'utopie à la décadence" et n'omettent aucun symptôme. Leur diagnostic est accablant: incurable ! Les héritiers entourent déjà le lit de mort: les socialo-autoritaires, les néofascistes et, dans les starting-blocks, la nouvelle élite de "spécialistes" et de bureaucrates qui n'ont plus de légitimité démocratique.

Les auteurs décrivent certes de manière détaillée l'histoire du libéralisme. Mais leur analyse des raisons pour lesquelles les idées de liberté personnelle et d'égalité civile ont pu évoluer vers un régime de plus en plus déresponsabilisant est nettement insuffisante.

Il est de plus en plus douteux que les instruments politiques traditionnels - protestations ou élections - permettent encore d'obtenir des changements tangibles. En particulier sur les questions du climat, de l'islam et de l'immigration, il semble qu'il ne reste plus qu'une seule voie à suivre, rejetée pourtant par la grande majorité de la population. Les livres critiques sur l'immigration se vendent à des millions d'exemplaires, les partis et les hommes politiques populistes remportent les élections et forment des gouvernements, des centaines de milliers de personnes descendent dans la rue - et rien ne change. Même si certaines choses changent. Par exemple, la marge de ce que l'on peut encore dire sans être viré, banni, condamné ou même emprisonné.

Zydatiss / Feldon, Interregnum, p.300 et suivantes.

La bureaucratie de l'UE travaille sur des monstruosités hyper-réglementées toujours plus nombreuse, comme le Digital Services Act - inacceptable par excellence et "totalitaire par essence" de notre point de vue constitutionnel.

Zuschneiden_2-1.jpg

La "loi sur l'autodétermination", la "loi sur l'application des réseaux" et d'autres réglementations remplacent la liberté d'expression libérale autrefois garantie de manière inviolable. Les auteurs mentionnent bien les différents phénomènes, mais sans aller jusqu'à leurs raisons structurelles. Ils reconnaissent à juste titre que le mot ambigu de libéralisme n'est pas seulement synonyme de la forme de société dite pluraliste et de son système de gouvernement, la "démocratie parlementaire". Mais tout d'abord,

le libéralisme désigne malgré sa longue hégémonie incontestée, une idéologie comme le communisme ou le fascisme [et n'est] pas nécessairement le point final naturel de l'évolution sociale et politique humaine.

Zydatiss / Feldon, p.334 et s.

Sa "forme d'accroissement" est l'hyperlibéralisme. Il conduit à

un libéralisme utopique sans limites, qui dissout ses propres présupposés et ouvre ainsi la voie au déclin final de la civilisation occidentale, à un nouveau totalitarisme ou à tout autre chose. Il y a beaucoup en jeu".

Zydatiss / Feldon, p.334 et s.

Le livre aurait ici gagné à approfondir sa réflexion sur les raisons pour lesquelles un hyperlibéralisme extrémiste a pu se développer à partir de l'inoffensif concept axiologique de "libéral", tout comme un socialisme inhumain s'était formé à partir de l'adjectif bien nommé "social". Tout concept de valeur absolu conduit en effet à une domination forcée si on l'érige en critère unique d'une idée utopique. Toute notion de valeur (axiologique) et tout principe de valeur (axiologique) sont nés avec la prétention à l'exclusivité. Si l'on ne traite pas les principes de manière pragmatique et qu'on ne les met pas en balance avec d'autres, le totalitarisme est inévitable.

20240713_140416-728x1024.jpg

Le passage de l'État de la Loi fondamentale à un nouveau totalitarisme d'opinion a déjà fait l'objet de nombreuses analyses. Ici :

Totalitarismus kommt auf leisen Sohlen - Vom Staat des Volkes zum Gesinnungsstaat (= Le totalitarisme arrive à pas feutrés, De l'État du peuple à l'État de conviction), ISBN 978-3-98987-001-7, éditeur: Die Deutschen Konservativen, Hambourg).

Contrairement à la vieille légende libérale selon laquelle le libéralisme est précisément l'absence d'idéologie, l'idéologie libérale a été étudiée et analysée en profondeur par différents auteurs. Le fait que le slogan "Pas de liberté pour les ennemis de la liberté (libérale)" ouvre la porte du camp dit libéral à l'absence totale de liberté et montre déjà en soi la contradiction de la dogmatique libérale.

La répression inhérente au libéralisme

La répression à l'intérieur est inhérente à l'État libéral. S'il ne trouve pas d'ennemi à l'extérieur, il le cherche à l'intérieur, et si cela ne suffit pas, il agit de manière agressive à l'extérieur. Zydatiss et Feldon décrivent sur de nombreuses pages la phénoménologie de la répression croissante des opinions divergentes.

Si l'hyperlibéralisme continue à être hégémonique, il n'y parviendra qu'en renforçant les tendances répressives.

Zydatiss / Feldon, p.330.

Les auteurs ne présentent pas de manière cohérente les raisons structurelles pour lesquelles la "démocratie libérale" devient de plus en plus répressive. Le lecteur peut se faire une idée par lui-même à partir d'approches éparses: les sociétés d'immigration libérales dans les anciens pays industriels prospères exercent une forte attraction sur les candidats à la déchéance de tous les pays. Mais leur pluralisme interne à tendance chaotique les rend instables : "Contrairement à ce que veut le mantra central, les sociétés diversifiées ne sont pas "fortes". Elles sont plutôt tribales et instables (Zydatiss / Feldon, p.117).

C'est pourquoi, plus un État accueille d'éléments hétérogènes qui le rejettent par principe, plus la répression doit augmenter de manière légale.

En déconstruisant de plus en plus les sources classiques et chrétiennes, le libéralisme crée l'état originel de Hobbes, l'ensemble d'individus inconditionnels auquel il voulait en fait échapper. Et dans une dernière ironie amère, l'homme du libéralisme doit reconnaître qu'il faut toujours plus de lois, d'autorités et de répression pour piloter un système qui, à l'origine, se proposait de limiter le pouvoir de l'Etat, de le lier par la séparation des pouvoirs et la constitution.

Zydatiss / Feldon, p.71.

Perspectives

Les auteurs consacrent la moitié de leur ouvrage aux "antipodes de l'hyperlibéralisme", principalement des formes de gouvernement autoritaires à la légitimité démocratique douteuse. Ainsi, des États comme Singapour sont aujourd'hui dirigés de manière semi-dictatoriale. Une autorité régissant tous les aspects de la vie sait ce qui est le mieux pour les Singapouriens. Ceux-ci se laissent faire parce qu'ils y trouvent leur compte.

71A04CJFezL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Pour les auteurs, il ne fait aucun doute que le libéralisme détruit de plus en plus rapidement les conditions mentales dont il se nourrit: des citoyens responsables et autonomes. Dans le "monstrum sui generis" (c'est ainsi que Pufendorf avait appelé le Saint Empire romain germanique) qu'est l'Union européenne, la majeure partie des réglementations et des décisions n'est déjà plus liée à la démocratie. Aucune chaîne de légitimation démocratique ne remonte jusqu'à la bureaucratie européenne. En se projetant dans l'avenir et en décrivant les héritiers potentiels du socialisme, les auteurs auraient pu se tourner vers Ernst Jünger :

Nous vivons dans un état où les anciens liens ont été perdus depuis longtemps, bref, dans un état d'anarchie. Il ne fait aucun doute que cet état exige un changement. En revanche, les avis divergent sur les moyens à mettre en œuvre pour créer une nouvelle stabilité. Si nous laissons de côté les Mauritaniens, qui développent une pratique selon laquelle on doit prospérer dans et par l'anarchie, il reste deux grandes écoles, l'une voulant orienter la vie vers le bas, l'autre vers le haut.

Ernst Jünger, Héliopolis, 1950, p.175.

Jünger insérait ses prévisions dans une intrigue romanesque avec des lieux et des noms fictifs. Dans sa clairvoyance, il mentionnait déjà dans le manuscrit achevé en 1949 l'"Etat insecte" total et non démocratique comme l'une des deux possibilités d'avenir :

La première, qui se rassemble à Héliopolis autour du bailli et de son bureau central, s'appuie sur les ruines et les hypothèses des anciens partis populaires et prévoit le règne d'une bureaucratie absolue. La vacuité est simple: elle voit l'homme comme un être zoologique et conçoit la technique comme le moyen de donner forme et pouvoir à cet être, mais aussi de le tenir en bride. C'est un instinct poussé jusqu'au rationnel. Par conséquent, son objectif est de créer des États insectes intelligents. Le vide est bien fondé à la fois dans l'élémentaire et dans le rationnel, et c'est là que réside sa puissance.

Ernst Jünger, Héliopolis, 1950, p.175.

Jünger a décrit ainsi l'autre possibilité et une issue possible :

La deuxième école est la nôtre ; elle se fonde sur les débris de l'ancienne aristocratie et du parti sénatorial et est représentée par le proconsul et le palais. Le prévôt veut, en dehors de l'histoire, élever une collectivité au rang d'État; nous aspirons à un ordre historique. Nous voulons la liberté de l'homme, de son être, de son esprit et de ses biens, et l'État seulement dans la mesure où ces biens doivent être protégés. D'où la différence entre nos moyens et nos méthodes et ceux du bailli. Celui-ci est tributaire du nivellement, de l'atomisation et de l'uniformisation du stock humain, dans lequel doit régner un ordre abstrait. Chez nous, au contraire, c'est l'homme qui doit être le maître. Le bailli aspire à la perfection de la technique, nous aspirons à la perfection de l'homme.

Ernst Jünger, Héliopolis, 1950, p.176.

Il est vrai qu'en prononçant ces mots, Jünger se montrait lui-même un peu - libéral : urliberal, libéral des origines immémoriales.

États-civilisation et structures pluralistes de l'ordre mondial multipolaire

aade27e31e36f4ae60d2fa90066577ea.jpg

États-civilisation et structures pluralistes de l'ordre mondial multipolaire   

Almas Haider Naqvi

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/civilizational-states-and-pluralistic-structures-multipolar-world-order

L'environnement politique international de l'après-guerre froide a déclenché les deux processus fondamentaux causés par la variation de la distribution mondiale du pouvoir en termes de transition polaire et de révolution identitaire enracinée dans le menu civilisationnel et culturel. La transition polaire d'un monde bipolaire à un moment unipolaire, puis à un ordre multipolaire, a mis les États dans l'obligation d'ajuster et de réajuster leurs préférences politiques, de façonner et de remodeler leurs alliances dans la poursuite de leurs intérêts nationalistes respectifs. Le second processus a évolué avec le rejet de l'universalisation des valeurs libérales enracinées dans la suprématie de l'Occident, a évolué avec le sens le plus profond de l'"identité" distincte et du "moi" dans le système basé sur l'entraide invitent les implications pour l'évolution de l'ordre mondial polycentrique. Les deux processus ont des effets qui se chevauchent, car les multipoles représentent des identités civilisationnelles différentes.

Cet article tente d'analyser les hypothèses clés concernant les États de civilisation, les structures pluralistes et la multipolarité, ce qui soulève des questions fondamentales telles que: pourquoi les États se présentent-ils comme des États de civilisation ? En quoi les États de civilisation sont-ils différents des États-nations ? Dans quelle mesure la civilisation sert-elle d'agence pour stimuler les actions de politique étrangère des États ? Comment les structures pluralistes clés façonnent-elles l'ordre mondial multipolaire ?

Pour expliquer ces processus, divers arguments théoriques tentent de déchiffrer le contexte de la politique internationale de l'après-guerre froide. Tout d'abord, le débat sur la nature de la polarité du système international peut être disséqué en deux écoles de pensée, l'une soutenant que le système est unipolaire, tandis que l'autre insiste sur le fait qu'il est multipolaire. Les partisans du système unipolaire étaient des universitaires comme Charles Krauthammer [1], dont l'article The Unipolar Moment (= Le moment unipolaire ), publié par le Foreign Affairs Journal en 1991, a lancé le débat sur la transformation polaire, en affirmant que "le monde de l'après-guerre froide n'est pas multipolaire".

619iAvI51eL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Le centre du pouvoir mondial est la superpuissance incontestée, les États-Unis, assistés de leurs alliés" [2]. Il postule que le monde de l'après-guerre froide est unipolaire, mais il anticipe l'avenir des polarités, affirmant qu'"il ne fait aucun doute que la multipolarité arrivera" (3). William Wohlforth et lui [4] font partie des universitaires qui ont reconnu l'unipolarité: "Avec la chute brutale de Moscou du statut de superpuissance, la structure bipolaire qui avait façonné les politiques de sécurité des grandes puissances pendant près d'un demi-siècle a disparu, et les États-Unis sont apparus comme la seule superpuissance survivante" [5]. Pour Kenneth Waltz [6], le système international post-soviétique était unipolaire et il était convaincu que le système unipolaire est une configuration moins durable que les autres polarités.

71lhDG7vW9S._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Christopher Layne [7] et Henry Kissinger [8] font partie des chercheurs qui sont convaincus que le système était multipolaire. Mais ils s'accordent sur l'hypothèse selon laquelle le système bipolaire s'est effondré avec l'éclatement de l'Union soviétique. Christopher Layne affirme que "le moment unipolaire est terminé et que la Pax Americana - l'ère de l'ascendant américain sur la politique internationale qui a commencé en 1945 - s'achèvera rapidement" [9].

Alexei G. Arbatov affirme qu'après l'éclatement de l'un des pôles de la bipolarité, les jours de la guerre froide ont été remplacés par l'hégémonie des États-Unis, mais, simultanément, avec l'émergence de la multipolarité [10]. Arbatov ajoute qu'"une période plus complexe s'annonce, qui sera caractérisée par une diplomatie multilatérale, un schéma compliqué de conflits et de chevauchement des intérêts des États, des coalitions changeantes dans certaines régions du monde, et un rôle croissant des institutions multilatérales et super-gouvernementales dans d'autres".

Pour R.N. Rosecrance, la multipolarité est apparemment meilleure que la bipolarité, mais l'imprévisibilité des actions de tous les pôles est un véritable défi pour l'ensemble du système [11].

En ce qui concerne le second processus, il est stimulé par la célébration scolastique de la mondialisation, de l'uniformisation libérale et de l'universalisme dont Francis Fukuyama s'est fait le champion dans End of History and the Last Man (= La fin de l'histoire et le dernier homme), car il illustre la victoire de la démocratie libérale sur la politique et l'économie socialistes. Fukuyama affirme que la fin de la guerre froide en 1991 a établi la démocratie libérale occidentale comme la forme finale et la plus réussie de gouvernement, marquant ainsi la conclusion de "l'évolution idéologique de l'humanité".

desmchcovfault.jpg

Dans le même contexte, Samuel P. Huntington, dans son livre Clash of Civilizations, a avancé le deuxième argument le plus important en matière de civilisation ou de culture, à savoir que les conflits futurs ne reposeront pas sur des motivations idéologiques ou économiques, mais sur de grandes divergences au sein de l'humanité et que la source dominante de conflit sera culturelle. Pour Huntington, les identités culturelles fondées sur les civilisations façonneront les modèles de cohésion, de désintégration et de conflit. Huntington reconnaît toutefois que les États-nations resteront les acteurs les plus puissants et que les principaux conflits se produiront entre des nations et des groupes de civilisations différentes. C'est principalement cela qui constitue la base de l'État-civilisation.

Depuis que le Choc des civilisations de Huntington a stimulé le débat sur les civilisations dans les relations internationales, deux grandes écoles de pensée se sont développées pour élaborer les arguments "civilisationnels": l'essentialisme et le post-essentialisme offrent des explications distinctes sur la nature des "civilisations". Pour les essentialistes, les civilisations sont délimitées, cohérentes, intégrées, centralisées, consensuelles et statiques par nature, tandis que les civilisations non essentialistes sont faiblement délimitées, contradictoires, faiblement intégrées, hétéroclites, contestées et en constante évolution. Ces deux écoles de pensée proposent des schémas épistémiques distincts pour analyser la culture et la civilisation. Pour moi, une "civilisation est une vision du monde partagée par une communauté particulière, avec une évolution héréditaire par le biais d'interactions et de processus religieux, culturels et sociopolitiques". Cette définition répond également à l'essentiel de la civilisation selon Robert Cox, à savoir "les conditions matérielles d'existence et les significations intersubjectives", car elle couvre les dimensions matérielles et idéologiques de l'existence humaine.

Pourquoi les États se qualifient-ils d'État civilisateur ?

Il s'agit là d'une question cruciale: pourquoi les États souscrivent-ils à la politique identitaire et se présentent-ils comme des États civilisateurs, ramenant ainsi la culture au sein de la politique nationale ? De toute évidence, la variation des capacités de puissance dans l'après-guerre froide, en particulier l'unipolarité menée par les États-Unis, a permis aux États révisionnistes de réorienter leurs priorités afin de contester le monopole d'un seul acteur sur le système; deuxièmement, l'ordre libéral international est considéré comme un projet d'impérialisme culturel; les États dont la civilisation, les valeurs culturelles et morales sont vieilles de plusieurs siècles ne souscrivent pas à l'agenda libéraliste, mondialiste et universaliste et se qualifient d'État-civilisation. L'uniformisation libérale, "l'universalisme moniste" sont considérés comme responsables de la "suppression de la diversité". La libéralisation de l'économie, de la politique et de la société est considérée comme une participation à certaines formes de "colonisation culturelle et idéologique". Dans ce contexte, la question du "soi" est devenue importante au niveau de l'État, ce qui fournit les bases de la révolution civilisationnelle, les États commençant à se doter d'identités fondamentales. Au sens premier, la Chine, la Russie et l'Inde qualifient le "nationalisme civilisationnel".

En quoi les États de civilisation sont-ils différents des États-nations ?

9780143118008.jpgMartin Jacques, dans son livre When China Rules the World [12], a établi une comparaison précise entre l'État de civilisation et l'État-nation en identifiant six points de référence tels que l'identité, l'unité, la responsabilité, la diversité, la couverture historique et la couverture géographique. Pour l'État de civilisation, l'identité découle de la culture telle que la langue, la religion, les valeurs familiales, les relations sociales et les symboles historiques, alors que pour l'État-nation, l'identité découle de la constitution. En ce sens, l'identité civilisationnelle est d'ordre plus primordial, tandis que l'identité de l'État-nation est clairement moderniste. Pour l'État-civilisation, l'unité de la civilisation est une priorité politique déterminante, alors que pour l'État-nation, l'unité est "l'unité nationale". Pour les États-civilisation, le maintien et la préservation de l'unité est une responsabilité sacrée et un devoir de l'État, alors que pour l'État-nation, la responsabilité n'est dictée que par la constitution où les droits et les responsabilités sont spécifiquement définis.

Pour l'État-civilisation, l'homogénéité raciale est la principale caractéristique de la prise en compte de la diversité, alors que dans l'État-nation, la diversité raciale et ethnique est prise en compte. Pour l'État-civilisation, le passé est la référence et la norme pour aujourd'hui, mais dans l'État-nation, les traditions, les coutumes et les mythes nationaux sont célébrés. Pour l'État-civilisation, la couverture géographique est exclusivement liée à l'histoire, tandis que pour l'État-nation, la couverture géographique est garantie par la constitution au niveau national.

Dans quelle mesure la culture ou la civilisation sert-elle d'agence pour stimuler les actions de politique étrangère ?

La question de l'"agence civilisationnelle" dans les relations internationales est une tâche compliquée, car si nous considérons l'agence comme la "capacité, la condition ou l'état d'agir ou d'exercer un pouvoir", l'attribution de deux rôles fondamentaux, à savoir la capacité et l'exercice du pouvoir, nécessite un témoignage. Toutefois, lorsqu'un État se déclare "État-civilisation", il faut établir des relations de cause à effet entre les caractéristiques de la civilisation et les priorités et actions géopolitiques et géoéconomiques fondamentales. L'interaction culturo-politique constitue une agence très différente qui ne peut être analysée que dans les cadres et contextes respectifs. Lorsque la priorité immédiate de l'État est la sécurité et la survie, l'agence civilisationnelle manque de légitimation, de la capacité, de l'action et de l'exercice du pouvoir; en général, les gains/produits sécuritaires/politico-économiques représentent une agence plus affirmée que la civilisation. Cependant, les identités civilisationnelles ou culturelles sont instrumentalisées pour l'auto-identification et représentent une communauté distincte des autres afin d'obtenir le maximum au sein de la politique intérieure.

Comment les structures pluralistes clés façonnent-elles l'ordre mondial multipolaire ?

9780807841136-fr-300.jpgBarry Buzan définit le pluralisme dans son article Deep Pluralism as the Emerging Structure of Global Society [13], comme "le pluralisme privilégie les unités du système/de la société interétatique par rapport à la société mondiale, en valorisant les États souverains comme moyen de préserver la diversité culturelle qui est l'héritage de l'histoire de l'humanité" [14]. Selon moi, le pluralisme dans les relations internationales fait référence à "l'existence de plusieurs grandes puissances dans le système international, reconnaît le relativisme de la politique et des perspectives, nie le monopole ou l'absolutisme du pouvoir et de la vérité ou de la validité". En gardant à l'esprit les définitions ci-dessus, je voudrais proposer le pluralisme au sein d'un système mondial multipolaire, en me référant à quatre structures telles que la multiplicité, l'autonomie, la contre-attaque et l'ouverture du système. La première structure est ancrée dans la nomenclature elle-même, "Pluralisme" signifie que la multiplicité reconnaît par définition l'existence de plus de deux centres de pouvoir dans le système. La deuxième structure, "l'autonomie", fait référence à l'espace souverain de manipulation de chaque acteur dans le système, qui détient l'autonomie et co-constitue le système. Troisièmement, le terme "contrepoids" fait référence à la concurrence constante entre les acteurs du système. Dans un système multipolaire, il n'y a pas de fixité de la nature déterministe du système, il évolue avec la poursuite de la perspective nationaliste des acteurs. Quatrièmement, "l'ouverture du système" fait référence à la nature des interactions externes, qui ne sont pas confinées ou restreintes aux pôles. Elle permet d'interagir avec les acteurs externes du système holistique, en particulier les puissances moyennes et régionales. En gardant à l'esprit l'analyse de ces questions clés liées aux États-civilisation, aux structures pluralistes de la multipolarité. J'aimerais terminer mon débat par quelques conclusions.

- La révolution civilisationnelle encouragerait l'auto-identification et rejetterait l'agenda libéraliste, mondialiste et universaliste dans le domaine culturel et autoriserait le relativisme culturel au niveau international. Les États-civilisation n'accepteraient pas de valeurs incompatibles avec leur culture nationale.

- Les intérêts géopolitiques déterminent l'orientation des États, la priorité absolue étant la sécurité et la survie. Le dilemme de la sécurité (la sécurité de l'État, considérée comme l'insécurité de l'autre) place toujours l'État dans une situation de concurrence constante et les discours civilisationnels servent d'instruments puissants aux régimes pour obtenir le soutien de l'opinion publique en faveur des initiatives géopolitiques.

- La multiplicité, l'autonomie, la contre-violence et "l'ouverture du système" pourraient être la structure anticipée de l'ordre mondial multipolaire, qui explique la nature de l'ordre émergent de l'ordre multipolaire.

- La reconnaissance de la révolution pluraliste dans la politique mondiale exige que l'inclusivité réside dans l'égalité, la tolérance et le respect mutuel.

Références:

Arbatov, Alexei G. "Russia ' s Foreign Policy Alternatives" 18, no. 2 (2019) : 5-43.

Degterev, D A, et G.V Timashev. "Concept de multipolarité dans le discours académique occidental, russe et chinois". Международные Отношения 4, no. 4 (2019) : 48–60. https://doi.org/10.7256/2454-0641.2019.4.31751.

Jacques, Martin. "Quand la Chine gouvernera le monde : L'essor de l'Empire du Milieu et la fin du monde occidental". Penguin Books, 2009, 1-565.

Henery, Kissinger, Diplomatie. Diplomatie. Simon & Schuster, 1994.

Krauthammer, Charles. "The Unipolar Moment". Foreign Affairs 70, no. 1 (1991) : 23-33.

Layne, Christopher. "The Unipolar Illusion Revisited : The Coming End of the United States' Unipolar Moment". International Security 31, no. 2 (2006) : 7-41.

Layne, Christopher, "This Time It's Real : The End of Unipolarity and the Pax Americana". International Studies Quarterly 56, no. 1 (2012) : 203–13. https://doi.org/10.1111/j.1468-2478.2011.00704.x.

Waltz, Kenneth N. "Structural Realism after the Cold War". Perspectives sur la politique mondiale : Third Edition 91, no. 4 (2005) : 101–10. https://doi.org/10.4324/9780203300527-16.

Wohlforth, William C. "The Stability of a Unipolar World". International Security 24, no. 1 (2005) : 5–4. https://doi.org/10.4324/9780203300527-17.

Zhang, Feng, ed. Pluralism and World Order : Theoratical Perspectives and Policy and Challenges. Palgrave Macmillan, 2023.

Notes:

[1] Charles Krauthammer, "The Unipolar Moment", Foreign Affairs 70, no. 1 (1991) : 23-33.

[2] Krauthammer.

[3] Krauthammer.

[4] William C. Wohlforth, "The Stability of a Unipolar World", International Security 24, no 1 (2005) : 5–4, https://doi.org/10.4324/9780203300527-17.

[5] Wohlforth.

[6] Kenneth N. Waltz, "Structural Realism after the Cold War", Perspectives on World Politics : Third Edition 91, no. 4 (2005) : 101–10, https://doi.org/10.4324/9780203300527-16.

[7] Christopher Layne, "The Unipolar Illusion Revisited : The Coming End of the United States' Unipolar Moment", International Security 31, no. 2 (2006) : 7-41.

[8] Diplomatie Kissinger, Diplomatie, Simon & Schuster, 1994.

[9] Christopher Layne, "This Time It's Real : The End of Unipolarity and the Pax Americana", International Studies Quarterly 56, no 1 (2012) : 203–13, https://doi.org/10.1111/j.1468-2478.2011.00704.x.

[10] Alexei G Arbatov, "Russia ' s Foreign Policy Alternatives" 18, no. 2 (2019) : 5-43.

[11] D A Degterev et G.V Timashev, " Concept de multipolarité dans le discours académique occidental, russe et chinois ", Международные Отношения 4, no. 4 (2019) : 48–60, https://doi.org/10.7256/2454-0641.2019.4.31751.

[12] Martin Jacques, "When China Rules The World : The Rise of the Middle Kingdom and the End of the Western World", Penguin Books, 2009, 1-565.

[13] Feng Zhang, éd. Pluralism and World Order : Theoratical Perspectives and Policy and Challenges (Palgrave Macmillan, 2023).

[14] Zhang.

Elon Musk dénonce les mauvaises pratiques de censure de la Commission européenne

SpaceX-Elon.png

Elon Musk dénonce les mauvaises pratiques de censure de la Commission européenne

Source: https://unzensuriert.at/273947-elon-musk-prangert-miese-zensur-praktiken-der-eu-kommission-an/?pk_campaign=Unzensuriert-Infobrief

Les méthodes présumées de la Commission européenne pour faire plier les médias sociaux et étouffer la liberté d'expression en ligne semblent de nature criminelle. Elon Musk,propriétaire de X, a rendu cette pratique publique sur sa plateforme.

Censure secrète ou amende

Ce ne sont que trois lignes que Musk a écrites sur X hier, vendredi. Mais elles illustrent les méthodes sournoises que l'élite au pouvoir semble utiliser pour museler silencieusement les utilisateurs afin d'empêcher tout discours qui ne correspond pas à la narration préétablie. Il écrit :

La Commission européenne a proposé à X un accord illégal et secret: si nous censurions silencieusement le discours sans le dire à personne, ils ne nous infligeraient pas d'amende. Les autres plates-formes ont accepté l'accord, mais pas X.

Si cela s'avérait vrai, il s'agirait d'un acte scandaleux qui devrait avoir des conséquences au sein de la Commission.

La Commission prend des mesures contre X

Une information qui révèle le contexte d'une procédure de l'UE contre le service de messages courts. Le prétexte est le crochet bleu désormais payant pour la vérification des comptes utilisateurs. Ainsi, le commissaire européen français, Thierry Breton, affirme que le crochet bleu était auparavant un symbole d'informations fiables, ce qui ne serait plus le cas avec le nouveau système d'abonnement. Cela tromperait les utilisateurs et serait contraire au Digital Services Act. X a maintenant le droit de se défendre, mais si l'opinion de la Commission est confirmée, elle imposera des amendes et exigera des changements importants. Sa collègue de la Commission, Margrethe Vestager, a fait de même.

La liberté d'expression n'est pas souhaitée dans l'UE

Avec le Digital Services Act, la Commission européenne s'est dotée d'un instrument de pouvoir pour faire plier les plateformes sociales sous la menace de lourdes amendes. En réintroduisant la liberté d'expression sur X (anciennement Twitter), Musk s'est fait la cible de l'autorité de censure autocratique de l'UE, qui le menace en permanence de poursuites depuis son rachat. En conséquence, le milliardaire envisage sereinement une action en justice. Il a écrit brièvement :

Nous attendons avec impatience une bataille publique devant les tribunaux pour que les Européens puissent connaître la vérité.

* * *

Soutenez notre couverture critique et non censurée en faisant un don. Par paypal (carte de crédit) ou par virement bancaire sur AT58 1420 0200 1086 3865 (BIC : BAWAATWW), ltd. Unzensuriert