Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 06 février 2023

Scholz seul en Amérique latine

scholz-calls-for-new-impetus-in-eu-mercosur-trade-negotiations-1674972461431.jpg

Scholz seul en Amérique latine

L'Argentine et le Brésil ne veulent pas s'engager dans la guerre en Ukraine

Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/scholz-allein-in-lateinameri...

Lors de sa tournée en Amérique latine, Olaf Scholz ne parvient pas à rallier ses hôtes à la cause de la guerre en Ukraine. Au contraire, le chancelier allemand essuie rebuffade sur rebuffade. L'Argentine, par exemple, ne veut pas - contrairement à la République fédérale - livrer d'armes à l'Ukraine. Lors d'une conférence de presse commune avec Scholz, le président argentin Alberto Fernandez a répondu à la question d'un journaliste: "L'Argentine et l'Amérique latine n'envisagent pas de fournir des armes à l'Ukraine ou à tout autre foyer de conflit".

Lorsque Fernandez parle de "l'Argentine et de l'Amérique latine", il ne s'agit pas de l'arrogance d'un politicien en mal de reconnaissance. Car en réalité, les pays d'Amérique latine n'ont pas le moindre intérêt à se laisser entraîner dans la guerre américano-russe par procuration en Europe de l'Est.

Scholz a dû s'en rendre compte lors de son passage au Brésil. Plus encore, Scholz s'est fait rembarrer par le nouveau président brésilien Luis Inacio Lula da Silva. Celui-ci a clairement indiqué que le Brésil ne fournirait pas de munitions pour les chars allemands que l'Allemagne livre à l'Ukraine. Lula da Silva s'est plutôt prononcé en faveur de négociations de paix entre la Russie et l'Ukraine, dans lesquelles son pays et la Chine devraient jouer un rôle important de médiateur.

 

vendredi, 27 janvier 2023

Lafontaine met en garde contre la politique américaine: "Les Américains veulent pousser l'Allemagne à la guerre"

6778da76-c825-4f14-bc72-63343f336f97_w948_r1.778_fpx45_fpy26.jpg

Lafontaine met en garde contre la politique américaine: "Les Américains veulent pousser l'Allemagne à la guerre"

Source: https://zuerst.de/2023/01/27/lafontaine-warnt-vor-us-politik-die-amis-wollen-deutschland-vors-rohr-schieben/

Merzig/Berlin. Dans le cadre de la décision du gouvernement allemand de livrer des chars de combat allemands "Leopard" à l'Ukraine, l'ancien président de la SPD et futur fondateur de Die Linke, Oskar Lafontaine, s'est exprimé sur le portail Internet indépendant NachDenkSeiten en lançant un avertissement.

Une nouvelle escalade du conflit ukrainien menace. L'objectif est manifestement d'entraîner l'Allemagne dans une guerre avec la Russie. Lafontaine met notamment en garde contre l'émergence d'un axe Washington-Londres-Varsovie-Kiev, qui déterminerait à l'avenir l'action de l'OTAN - et serait dirigé contre les intérêts de l'Allemagne. "Les Américains veulent pousser les Allemands dans la guerre", écrit Lafontaine.

Il ne faut pas non plus tomber dans une illusion répandue parmi le personnel politique allemand et dans les médias allemands. Le conflit actuel ne concerne pas le bien-être de l'Ukraine. "Quand les va-t-en-guerre de la politique et du journalisme le comprendront-ils ? Depuis des décennies, les Etats-Unis déclarent que l'Ukraine doit devenir leur avant-poste pour dominer le continent eurasien. Et c'est pourquoi les États-Unis arment l'Ukraine depuis des années. Et c'est pourquoi la Rand Corporation écrivait déjà en 2019: 'La livraison d'armes létales à l'Ukraine par les Etats-Unis augmentera le coût en sang et en argent pour la Russie'".

Pour atteindre leurs objectifs géostratégiques, les Etats-Unis ont pris l'habitude, ces dernières années, de laisser les autres se battre à leur place. En Europe, ils veulent désormais impliquer de plus en plus l'Allemagne dans la guerre, selon Lafontaine. La livraison de nouvelles armes rend plus probable l'extension de la guerre à l'Allemagne et à l'Europe. Il faut veiller à ce que les coûts n'augmentent pas de plus en plus pour l'Allemagne (rk).

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

lundi, 23 janvier 2023

Entretien avec Alexander v. Bismarck - "Nous ne pouvons pas lâcher la Russie"

PAZ03_03_Alexander_von_Bismarck_pa_Kopie.jpg

Entretien avec Alexander v. Bismarck

"Nous ne pouvons pas lâcher la Russie"

Source : https://paz.de/artikel/wir-koennen-russland-nicht-einfach-links-liegen-lassen-a8235.html

Pourquoi un homme privé, mais prussien au nom éminent, cherche à dialoguer avec des interlocuteurs russes, surtout en temps de guerre - et ce que la politique allemande actuelle peut apprendre de l'ancien chancelier, virtuose de politique étrangère, Otto v. Bismarck

Propos recueillis par René Nehring

Depuis le début de l'attaque russe contre l'Ukraine, la Russie et l'Occident sont en froid. Des sanctions réciproques ont été imposées et de nombreuses relations ont été interrompues ou réduites au minimum dans presque tous les domaines de la vie publique. C'est dans ce contexte qu'Alexander v. Bismarck, descendant d'une célèbre famille aristocratique de l'Altmark et de Poméranie, a lancé une initiative, le "Dialogue Bismarck", afin d'apporter au moins une petite contribution pour que le travail de compréhension entre l'Est et l'Ouest au cours des trente dernières années n'ait pas été vain.

Monsieur v. Bismarck, qui votre dialogue veut-il rassembler ?

C'est toujours un problème lorsque des individus, des familles entières ou même des nations se divisent durablement en cas de conflit. Je pense que dans de telles situations, et notamment lorsqu'il s'agit d'intérêts fondamentalement opposés, voire d'une guerre, il est indispensable de continuer à dialoguer. Si l'on ne veut pas se battre indéfiniment, il faut se parler, garder des canaux de discussion ouverts et chercher à échanger avec ceux qui le souhaitent également.

J'ai beaucoup de connaissances et d'amis en Russie et j'ai constaté ces derniers mois qu'il est possible de parler ouvertement avec eux, même en temps de guerre, même si nous ne sommes pas d'accord sur tout. Je pense qu'il est important de maintenir cet échange et de l'élargir. C'est pourquoi j'ai créé le "Dialogue Bismarck".

Concrètement, à qui s'adresse le dialogue ? La plupart des canaux de discussion avec la Russie, comme le Dialogue de Saint-Pétersbourg et le Forum germano-russe - ou encore les partenariats de politique communale, comme celui de la Landsmannschaft Ostpreußen avec des collectivités territoriales russes - sont en grande partie à l'arrêt.

Les forums plus ou moins officiels comme le Dialogue de Saint-Pétersbourg posent problème, dans des périodes comme celle-ci, parce qu'ils sont trop étroitement liés à la politique. Ce qui peut être un avantage en temps de paix, car cela donne plus de poids aux événements, devient un problème en cas de guerre et de sanctions, car on ne peut pas s'affranchir des constellations politiques.

Je veux créer un lieu de rassemblement privé pour les Russes et les Allemands qui cherchent également à se parler, et les mettre en contact. Après tout, nous parlons ici de deux peuples qui se sont entendus pacifiquement dans la plupart des phases de leur histoire, mais qui se sont infligés des crimes terribles au 20ème siècle et qui viennent tout juste de se retrouver péniblement après 1991. J'essaie de réunir des personnes des deux pays qui se sentent concernées par les relations entre nos deux nations.

Cela se fait actuellement dans le cadre de petites tables rondes, la première chez moi, dans mon domaine de Döbbelin, la seconde à Moscou avec des représentants russes du Dialogue de Saint-Pétersbourg, mais à un niveau tout à fait élevé. Les participants étaient des politologues et des historiens, des hommes d'affaires et des représentants d'associations, des journalistes et des conseillers politiques ainsi que des membres d'organisations de la société civile.

Quelles ont été les réactions ?

Extrêmement positives. J'ai par exemple été surpris par le nombre de professeurs d'université ou d'officiers de l'armée allemande intéressés par un tel échange, et qui ne souhaitent pas seulement s'informer par le biais des médias, mais aussi se rencontrer personnellement. Je suis étonné de voir combien de personnalités de haut niveau, rien que du côté allemand, veulent continuer à entretenir de bons contacts avec la Russie.

Et quelles ont été vos expériences en Russie ?

Je me suis rendu deux fois à Moscou à la fin de l'année dernière et j'ai parlé à de nombreuses personnes de tous horizons: des étudiants, des médecins d'un hôpital pour enfants atteints de cancer, des personnes du monde artistique et des hommes d'affaires. Partout, il y a un intérêt incroyable à maintenir le contact avec l'Allemagne. Malheureusement, les autorités allemandes empêchent cela et interdisent même aux institutions partenaires locales de le faire. Dans le cas de l'hôpital pour enfants cancéreux, il s'agit du ministère de la Recherche, et pour les musées, de la ministre de la Culture. Ces contacts n'ont rien à voir avec le conflit militaire en Ukraine, il s'agit de partenariats civils et humanitaires qui ne soutiennent en rien la guerre en Ukraine, c'est pourquoi je pense qu'ils devraient être encouragés plutôt qu'interdits.

Lors du dialogue officiel de Saint-Pétersbourg à Moscou, que les Russes continuent d'organiser et qu'ils ne veulent pas voir s'effondrer, j'étais le seul Allemand à y assister personnellement. J'y ai demandé très clairement: "Puis-je parler ouvertement ici ?" et j'ai été expressément encouragé à le faire. Et j'ai remarqué qu'il était tout à fait possible de trouver des dénominateurs communs, aussi bien lors de la conférence officielle que lors des entretiens personnels qui ont suivi.

Avez-vous également rencontré des représentants du niveau politique?

Bien sûr, j'ai eu des contacts avec des acteurs politiques, par exemple avec la commissaire russe aux droits de l'homme, Tatiana Moskalkova. Nous avons notamment parlé de l'échange de prisonniers entre l'Ukraine et la Russie.

En tant que personne privée, je n'avais bien sûr pas de mandat pour parler des questions de guerre et de paix. Mais je pouvais faire des suggestions sur les relations interpersonnelles. J'ai notamment suggéré que les Russes pourraient unilatéralement supprimer l'obligation de visa pour les Allemands se rendant en Russie, afin que les gens puissent se rencontrer. C'est ce qui s'est passé lors de la Coupe du monde de football 2018, où chaque supporter pouvait se rendre en Russie avec un billet sans visa.

Comment les Russes interprètent-ils la situation actuelle, en particulier la guerre en Ukraine ?

Je pense qu'il est difficile de discuter de conflits militaires entre deux pays au niveau privé. Que se passe-t-il si les deux parties ont des opinions différentes à ce sujet ? Dois-je attendre que les Russes renoncent à leur propre leadership pour en parler avec eux ? Le dialogue ne fonctionne pas ainsi, surtout en temps de guerre.

Mais on peut bien sûr parler de la contribution que chacun peut apporter pour mettre fin le plus rapidement possible à cette situation inextricable. On peut parler de la manière dont la confiance peut être rétablie entre les nations. Dans ce sens, je trouve d'ailleurs bien qu'Olaf Scholz continue à téléphoner à Vladimir Poutine malgré toutes ses brouilles avec lui. Chaque mot d'échange, aussi petit soit-il, peut être une contribution à la désescalade.

~otto-von-bismarck_03945811_detail.jpg

Le Dialogue de Bismarck est-il exclusivement conçu pour les relations entre Russes et Allemands - ou doit-il également inclure des représentants d'autres nations ? Les Polonais, les Baltes et les autres reprochent souvent aux Russes et aux Allemands de ne pas tenir compte de leurs points de vue et de leurs intérêts.

C'est vrai. Toutefois, la situation s'est largement inversée à cet égard, en particulier au niveau politique, de sorte que la perspective russe n'est plus guère prise en compte chez nous, alors que celle des autres pays domine. C'est pourquoi notre dialogue met l'accent sur les relations entre la Russie et l'Allemagne.

Otto v. Bismarck a dit un jour: "Si la Russie et l'Allemagne sont amies, l'Europe se porte bien". Je pense que c'est toujours vrai et que de bonnes relations germano-russes profitent également à tous les autres pays européens. Que cela nous plaise ou non, nous ne pouvons pas lâcher la Russie. C'est le plus grand pays du monde - et il le restera après la guerre en Ukraine, quelle qu'en soit l'issue.

Vous venez de mentionner l'ancien chancelier, qui a non seulement fondé l'Empire allemand, mais aussi, auparavant, le ministère des Affaires étrangères. Malgré l'importance de ce dernier, l'actuelle ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock a récemment fait effacer le nom d'Otto v. Bismarck de son ministère en renommant une salle qui lui était consacrée et en y décrochant son portrait. Qu'est-ce qui émeut quelqu'un comme vous, qui est lui-même actif en politique étrangère à titre privé et qui porte le même nom, lorsqu'il entend cela ?

Je pense que la décision de Mme Baerbock est historiquement et politiquement imprudente. Et je pense qu'elle se fonde davantage sur des motivations morales que sur des connaissances analytiques. Il faut évaluer chaque personnalité en fonction de son époque. Un homme politique sous un empire n'agit pas de la même manière que dans une démocratie. En outre, l'ère Bismarck n'a pas seulement créé les bases étatiques de l'Allemagne actuelle, mais a également posé de nombreux fondements sociaux, comme par exemple le système social avec les caisses d'assurance maladie et la retraite.

L'actuelle ministre des Affaires étrangères pourrait également s'inspirer de son prédécesseur. Par exemple, l'orientation de la politique étrangère en fonction d'intérêts concrets, dont font également partie les intérêts d'autres puissances. C'est pourquoi il est incompréhensible pour notre famille et pour moi que le nom d'Otto v. Bismarck ait été effacé d'une institution comme le ministère des Affaires étrangères.

Que nous apprend ce changement de nom sur la politique étrangère allemande d'aujourd'hui ?

Je ne peux pas évaluer le travail de Mme Baerbock, car je ne la connais que par les médias et je n'assiste pas à ses interventions en tant que ministre. Je trouve cependant que certaines de ses démarches ne sont pas habiles pour une diplomate. Otto v. Bismarck n'aurait probablement jamais attaqué personnellement les représentants d'un autre Etat, comme Mme Baerbock l'a fait à plusieurs reprises en visant la Russie. Il se serait également abstenu de faire la leçon à la Chine. Ces deux pays font partie de nos principaux partenaires commerciaux, nous ne pouvons pas les traiter constamment de haut.

Nous vivons dans un monde global, et je pense qu'il faut encore plus de compréhension pour la diversité de ce monde qu'à l'époque de Bismarck.

Otto v. Bismarck n'était pas seulement député et Premier ministre prussien, ministre des Affaires étrangères et chancelier, mais aussi ambassadeur à Saint-Pétersbourg et à Paris. Est-ce que cela manque à la politique étrangère d'aujourd'hui, la proximité personnelle et la connaissance d'autres pays qui ont une influence sur la propre politique ?

Tout à fait. Bien sûr, un responsable de la politique étrangère ne peut pas avoir visité tous les pays du monde avant de devenir ministre. Mais c'est justement lorsque l'on porte des jugements graves sur un pays que l'on doit le connaître personnellement. Cela vaut d'ailleurs aussi pour les journalistes. Je vois beaucoup trop de commentaires négatifs dans lesquels il apparaît rapidement que la personne qui commente n'a jamais été dans le pays qu'elle critique. Lorsque l'on connaît personnellement un pays et ses habitants, on porte toujours un jugement différent. L'objectif du Dialogue Bismarck est de vous aider à le faire en ce qui concerne la Russie.

- Alexander v. Bismarck est directeur général de von Bismarck Handels GmbH.

www.bismarck-doebbelin.de

Cet article est tiré de l'actuel PAZ. Si vous souhaitez découvrir le journal de plus près, vous pouvez souscrire un abonnement d'essai de 4 semaines ici: https://paz.de/abo/probe-abo.html.

vendredi, 20 janvier 2023

L'Allemagne s'enfonce dans le banditisme

46-104247070.jpg

L'Allemagne s'enfonce dans le banditisme

Auteur : A.R. 

Source: https://zurzeit.at/index.php/deutschland-versinkt-in-bandenkriminalitaet/

En 2022, un nombre record de distributeurs automatiques de billets (DAB) ont été détruits en Allemagne par des bandes criminelles organisées, composées principalement d'immigrés marocains.

Selon les statistiques gouvernementales, il y a 500 machines de ce type par an, qui sont attaquées, ce qui correspond à une moyenne statistique de plus d'une machine par jour. L'argent liquide étant toujours très populaire en Allemagne, les banques gèrent près de 100.000 distributeurs automatiques de billets à travers le pays, qui contiennent généralement entre 50.000 à 100.000 euros. Les gangs criminels profitent de ce fait et sont prêts à utiliser des méthodes extrêmes pour obtenir cet argent. Ces réseaux criminels planifient soigneusement leurs actions, y compris la surveillance, le dynamitage et la fuite. La police affirme également qu'ils agissent avec brutalité et imprudence, mettant en danger la sécurité des personnes.

PK-zu-organisierter-Kriminalitaet-in-Bayern.jpg

En effet, ces bandes de migrants font sauter les banques avec des explosifs si puissants que des bâtiments entiers sont détruits. Dans certains cas, ils ont même détruit des accès à des coffres-forts provoquant des dégâts à plus de 30 mètres, ce qui montre la puissance de leurs explosifs. Selon la police, le danger pour les personnes présentes est incomparable, car beaucoup de ces banques sont situées dans des immeubles d'habitation.

Bien que le nombre définitif de ces attaques de banques pour 2022 n'ait pas encore été publié, des sources policières font état de 500 attaques, selon Welt am Sonntag, ce qui constitue un nouveau record. En 2021, la police criminelle fédérale a signalé 414 cas de tentatives ou d'explosions réussies. En 2020, des chiffres similaires avaient déjà été enregistrés.

mit-sprengstoff-kriminelle.jpg

Les autorités décrivent que les gangs sont les plus actifs dans l'ouest de l'Allemagne, notamment en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le Land le plus peuplé, ainsi qu'en Basse-Saxe. D'une part, ces régions sont les entités sub-étatiques les plus proches des Pays-Bas, où les gangs sont les plus actifs. Certains gangs opèrent également depuis la France, qui est également proche.

La tendance est de choisir des banques à proximité des routes principales afin de permettre une évasion rapide, et ce tôt le matin. À ce moment-là, les routes sont généralement encore vides. Ils travaillent généralement en équipes, dont chaque membre joue un rôle spécifique.

La police et le gouvernement semblent impuissants face à ces attaques et il reste à voir comment ils réagiront à ce défi. Il est toutefois indéniable que les activités criminelles ont des conséquences désastreuses tant pour les banques que pour la population allemande qui vit à proximité immédiate des établissements bancaires.

jeudi, 19 janvier 2023

Les niveaux d'éducation en Europe occidentale continuent de baisser rapidement, selon des études

scolarisation.jpg

Les niveaux d'éducation en Europe occidentale continuent de baisser rapidement, selon des études

Peter Logghe

Source: https://www.facebook.com/peter.logghe.94

Dans plusieurs États membres de l'UE - et, sans coïncidence, tous se situent en Europe occidentale - des signaux d'alarme sont tirés en ce qui concerne les niveaux d'éducation. Dans une "note d'information", les collaborateurs du ministre français de l'éducation, Pap Ndiaye, affirment que non seulement les connaissances en mathématiques chutent de manière spectaculaire, mais aussi celles de la langue française : "Les élèves évalués dans le cadre des compétences linguistiques en 2021 sur la base d'une dictée en français obtiennent de moins bons résultats que les élèves de la même évaluation en 1987, 2007 et 2015".

La note d'information repose sur une dictée, qui est restée la même au cours des années mentionnées. Une douzaine de lignes, 67 mots et 16 phrases. Aujourd'hui, les élèves font en moyenne 19,4 erreurs, 18 erreurs en 2015, seulement 14,7 en 2007 et 10,7 erreurs en 1987. Le nombre de "bons élèves", en particulier, s'est effondré. Alors qu'en 1987, 30,7 % des élèves faisaient moins de 5 fautes en moyenne, ce chiffre est tombé à 15,6 % en 2007, et atteint à peine 7 % aujourd'hui.

Plusieurs pédagogues français, comme Robert Redecker ou Jean-Paul Brighelli, parlent de "la mort programmée du système éducatif". Non seulement l'immigration, mais aussi les expériences de Mai 68 ont fait que nos écoles ne transmettent plus de connaissances, mais offrent seulement un espace coûteux d'ergothérapie. Est-ce si différent en Flandre ?

Jahrestagung2019_01_0039.jpg

Les experts tirent la sonnette d'alarme sur le niveau d'éducation dans les écoles primaires allemandes

Des experts allemands de l'éducation ont demandé au gouvernement fédéral allemand de s'attaquer de toute urgence à la tendance négative de l'éducation dans les écoles primaires. De nombreux enfants ont des bases insuffisantes en langue allemande et en mathématiques. Les experts Felicitas Thiel et Michael Becker-Mrotzek (photo) ont présenté un résumé de leurs recherches scientifiques lors d'une conférence des ministres à Berlin. Les écoles primaires parviennent apparemment de moins en moins à enseigner les compétences de base aux enfants.

L'IQB-Bildungstrend et l'étude de l'Institut Robert Koch sur la santé des enfants avaient déjà montré qu'un enfant sur cinq ne possède pas les bases de la langue allemande et des mathématiques. Et un enfant sur quatre présenterait un risque accru de troubles du comportement dans les mêmes études. L'une des raisons du déclin marqué de l'enseignement allemand serait la proportion de plus en plus élevée d'enfants issus de familles non germanophones. En Allemagne, cela concerne actuellement un enfant sur cinq, avec une tendance à la hausse.

samedi, 14 janvier 2023

L'historien Emmanuel Todd sur les Allemands: "Trahis par l'ami protecteur"

todd_hd3fran.jpg

L'historien Emmanuel Todd sur les Allemands: "Trahis par l'ami protecteur"

Source: https://zuerst.de/2023/01/13/historiker-emmanuel-todd-ueber-die-deutschen-verrat-durch-den-beschuetzenden-freund/

Paris . Le sociologue, historien et journaliste français Emmanuel Todd s'est exprimé dans un entretien publié par l'hebdomadaire suisse Weltwoche, dans lequel il dresse un bilan intermédiaire du conflit Est-Ouest actuel. Il s'y exprime aussi longuement sur la situation de l'Allemagne, dont la souveraineté vis-à-vis des Etats-Unis a quasiment disparu.

Interrogé sur une évaluation globale, Todd constate tout d'abord que les Etats-Unis sont à bien des égards sur le déclin, tandis que la Russie se porte mieux que ne le laisse supposer la couverture médiatique occidentale. Todd: "Les États-Unis se sont retirés d'Afghanistan et d'Irak. Ils n'ont pas pu arrêter l'ascension de l'Iran. Pas plus que celle de la Chine. Les Saoudiens ne prennent plus les Etats-Unis au sérieux. En Amérique, la mortalité augmente et l'espérance de vie diminue. Tous les journaux écrivent: l'Occident est normal et Poutine est un malade mental. Les Russes sont des monstres assoiffés de sang. La démographie dit autre chose: la Russie est plus stable et sa société est devenue plus civilisée".

Todd_Es-geht_um_Deutschland_Logo_08-01-2023_06-27-38.png

Dans le conflit actuel, les Européens se trouvent dans une situation particulièrement regrettable - ils sont en fait sans défense et, de plus, sans orientation: "Ils ont perdu la pensée géopolitique. Entre la stratégie offensive des Américains et la stratégie défensive des Russes, les Européens sont dans un état de confusion mentale stupéfiant".

Cela concerne notamment les Allemands, qui doivent actuellement se réveiller de l'illusion qu'ils sont protégés par les États-Unis. En réalité, ils sont les principales victimes de la géopolitique américaine. Washington n'a pas pardonné à Berlin d'avoir misé sur le gaz russe bon marché pour alimenter son industrie et d'avoir cherché à se rapprocher de la Russie: "La lutte contre ce rapprochement est devenue une priorité de la stratégie américaine. Les Etats-Unis ont toujours dit clairement qu'ils voulaient torpiller l'accord gazier. Le développement de l'OTAN en Europe de l'Est n'était pas dirigé en premier lieu contre la Russie, mais contre l'Allemagne. L'Allemagne, qui avait confié sa sécurité à l'Amérique, est devenue la cible des Américains. J'éprouve beaucoup de compassion pour l'Allemagne. Elle souffre de ce traumatisme de la trahison par l'ami protecteur - qui était aussi un libérateur en 1945".

Par ailleurs, les Allemands "ne savent que trop bien que Nord Stream a été détruit par les Américains. Par une action militaire conjointe des Américains, des Britanniques et des Polonais. Contre l'Allemagne. Mais ils ne peuvent pas le dire".

A31300.jpg

Dans ce contexte, Todd, qui avait déjà consacré une "nécrologie" remarquée aux Etats-Unis en 2002 (ndt: dans Après l'Empire), considère la politique allemande vis-à-vis de la Chine sous la direction du chancelier Scholz comme l'un des derniers domaines d'une politique allemande indépendante: "Scholz s'est rendu à Pékin. L'Allemagne refuse de couper le cordon avec la Chine pour plaire aux Américains".

L'Europe dans son ensemble est actuellement de plus en plus sous contrôle américain et souffre également de sa démographie désastreuse. Mais la Russie, bien qu'elle rejette les "valeurs" occidentales, n'est pas mieux lotie démographiquement. "En Ukraine, ils se font la guerre. Si elle n'est pas arrêtée, tout le monde la perdra", prévient Todd en conclusion.

41P9DeCryQL._SX307_BO1,204,203,200_.jpg

Publiciste et chercheur français, il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris et titulaire d'un doctorat en histoire de Cambridge. De 1977 à 1984, il a été critique littéraire pour le journal français Le Monde. Depuis, il travaille à l'Institut national d'études démographiques. En 1976, il prédit la fin de l'Union soviétique dans son livre La chute finale (rk).

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

dimanche, 08 janvier 2023

Maximilian Krah (AfD) : "L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN amène la guerre chez nous"

Maximilian-Eugen-Krah-deutscher-R-9.jpg

Maximilian Krah (AfD) : "L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN amène la guerre chez nous"

Source: https://www.freilich-magazin.com/welt/nato-mitgliedschaft...

En décembre, le "New York Republican Clubs" a organisé un gala. L'eurodéputé Maximilian Krah (AfD) revient sur cet événement dans un entretien avec FREILICH.

FREILICH : Récemment, vous avez participé au gala du "New York Republican Club", un club conservateur. Quelle en était la raison ?

Maximilian Krah : Le "New York Young Republicans Club" a une jeune équipe très ambitieuse et veut se profiler comme une plate-forme de contact pour les conservateurs des deux côtés de l'Atlantique. Je pense que c'est une bonne idée, et comme j'ai moi-même étudié à New York, je la suis avec beaucoup de sympathie. L'AfD poursuit une politique étrangère guidée par ses intérêts et intéressée par de bons contacts avec l'Est et l'Ouest. Et bien sûr, les États-Unis sont un acteur important en Europe, il est donc dans notre intérêt d'échanger avec des politiciens américains, surtout s'ils ont des idées politiques similaires, ce qui est le cas des Young Republicans.

Quelles sont vos impressions ? Quels sont les points communs et les différences ?

Le Parti républicain est dans une phase de redéfinition. Il y a les républicains de Reagan, pour qui les réductions d'impôts sont en fait la solution à tous les problèmes. Ce sont plutôt des libertariens. Et puis il y a les républicains plus jeunes, influencés par Trump, qui reconnaissent d'ores et déjà que la politique doit aussi aborder les questions sociales et culturelles, et ce, en tant que conservateurs classiques. En politique étrangère, nous avons les néocons, qui veulent répandre dans le monde entier ce qu'ils considèrent comme des "valeurs occidentales" par le biais de sanctions et de guerres, assurant ainsi la domination mondiale des élites de Washington, et les isolationnistes qui, à l'instar de Trump également, veulent se concentrer sur l'Amérique et considèrent le modèle américano-occidental comme un exemple plutôt que comme une règle. Les New-Yorkais sont très majoritairement conservateurs et isolationnistes, ce qui les rend parfaitement adaptés à une coopération avec nous. Mais il y a bien sûr parmi eux quelques néocons purs et durs qui ne comprennent guère la politique étrangère de l'AfD, axée sur la paix, l'équilibre et la diplomatie. En ce sens, ces visites sont toujours l'occasion de discussions difficiles, et pas seulement inscrites sous les signes de la paix, de la joie et de l'unité.

Est-il prévu de poursuivre la mise en réseau avec les forces conservatrices aux États-Unis ?

Bien sûr que oui. La droite démocratique n'a aucune raison de laisser les contacts avec les États-Unis aux seuls libéraux ou néocons. La realpolitik nous impose de chercher des partenaires aux États-Unis et d'agir ensemble sur les questions qui nous touchent de part et d'autre de l'Atlantique. Prenez l'idéologie woke qui gangrène notre société : nous menons le même combat.

Donald Trump a entre-temps annoncé son intention de se présenter à nouveau à la présidence. Trump serait-il un meilleur président que Joe Biden du point de vue allemand ?

Avec Trump, nous n'aurions pas de guerre en Ukraine, nous aurions nettement moins de sanctions commerciales. Notre balance du commerce extérieur serait donc encore positive, le prix de l'énergie plus bas et donc l'inflation inférieure à cinq pour cent. Donc la paix et la prospérité au lieu de la guerre et de la désindustrialisation. Ce serait mieux ? Sans aucun doute ! Biden est une catastrophe pour l'Allemagne. Car quelle que soit l'issue de cette guerre provoquée en Ukraine, le perdant est déjà désigné : l'Allemagne.

maxkrahresdefault.jpg

En tant que député européen, que pensez-vous des nouvelles sanctions de l'UE contre la Russie ?

L'AfD s'est opposée à ces sanctions dès le début pour de bonnes raisons, et cela vaut également pour les dernières de ces sanctions. Celles-ci touchent l'Allemagne plus durement que la Russie et font de nous la partie prenante d'une guerre économique, contre nos propres intérêts économiques.

Parlons de l'Ukraine : après la fin de la guerre en cours, le député vert Anton Hofreiter aimerait voir l'Ukraine dans l'OTAN. Sinon, il faudrait, selon lui, l'équiper de 3.000 chars Guépard en guise de protection permanente. Une bonne idée ?

Une idée saugrenue, remarquablement grotesque même pour les Verts. Car l'adhésion envisagée de l'Ukraine à l'OTAN a été la raison de la guerre pour les Russes, et elle le restera, que cela nous plaise ou non. L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN amènera la guerre chez nous, car nous aurons alors des obligations d'allié. Ce serait le front de l'Est 2.0. Et rien d'autre ne s'applique à la proposition de réarmement massif. Car la Russie ne peut pas non plus l'accepter à sa porte. Les Verts jettent ici par-dessus bord toute leur idéologie fondatrice et passent du statut de pacifistes à celui de fous bellicistes.

En Allemagne et en Europe, nous sommes confrontés à plusieurs crises simultanées. Puisque nous venons de commencer la nouvelle année : Quelles évolutions prévoyez-vous pour 2023 ?

Sur le plan économique, ce sera désastreux, car une industrie axée sur la production ne pourra pas supporter une augmentation du prix de l'énergie d'un facteur quatre. La désindustrialisation s'accélère donc, et le gouvernement s'en félicite même parfois pour des raisons idéologiques, ou plutôt pseudo-religieuses, avec pour mot d'ordre l'obsession climatique. Ces crises économiques vont se répercuter sur la paix sociale, déjà fragilisée par l'immigration de masse et la polarisation politique. En réponse à cela, je n'attends rien d'autre de ce gouvernement que la répression contre l'opposition.

Le seul espoir pour 2023 est que de plus en plus de personnes, y compris les membres des élites économiques, se rendent compte que ce gouvernement et la fausse opposition ruinent le pays, qu'ils n'ont aucun concept positif, mais qu'ils sont sur le point de détruire ce qui a été construit pendant des générations en termes de prospérité et de paix. C'est la condition pour être enfin perçus comme une véritable alternative, ce que nous sommes, et pas seulement comme un mouvement de protestation. Et là, je suis très confiant que nous y parviendrons, non seulement parce que l'échec des autres est devenu si flagrant, mais aussi parce que, grâce au nouveau bureau fédéral et aux deux porte-parole, nous sommes devenus meilleurs, plus unis et plus cohérents sur le fond.

À propos de la personne :

Maximilian Krah est docteur en droit et député AfD au Parlement européen. Originaire de Saxe, il est membre du bureau fédéral de l'AfD depuis 2022 et a été candidat à la mairie de Dresde la même année.

Facebook : https://www.facebook.com/maximilian.krah/

Twitter : https://twitter.com/KrahMax

mercredi, 04 janvier 2023

2023 - Année des décisions

2023.20122022.jpg

2023 - Année des décisions

Karl Richter

Source : https://www.facebook.com/karl.richter.798 

En 2022, nous avons encore obtenu un bref répit : la fin de la plupart des mesures Coro na a laissé suggérer un retour à la normale, et la guerre en Ukraine a été menée jusqu'à présent "avec le frein à main plutôt serré". Elle n'affecte pas encore directement les Européens. De même, la crise commence seulement à prendre de l'ampleur. A bien des égards, 2022 a été une année intermédiaire, entre le "plus" et le "pas encore".

En 2023, il faudra prendre des décisions qui ne peuvent pas être reportées et qui auront de graves conséquences. Cela concerne en premier lieu les Européens, dont l'ignorance est consternante. Nous marchons sur un terrain miné. Le sol peut se rompre à tout moment. Pour couronner le tout, les Européens ont perdu pratiquement tous les moyens d'éviter les catastrophes qui se profilent. La seule voie possible, le retour à des relations normales de bon voisinage avec la Russie, a été délibérément obstruée par la politique occidentale, sous l'égide des États-Unis. Nous sommes pratiquement impuissants face à ce qui nous attend.

En 2023, des décisions seront prises dans trois domaines principaux, qui seront déterminants pour la suite des événements, et notamment pour l'avenir de l'Allemagne :

Premièrement, la guerre en Ukraine. Il ne faut pas se faire d'illusions : cette guerre est décisive pour les deux parties - l'Occident et la Russie - pour leur survie ou leur disparition. Il s'agit d'une guerre entre l'Occident et la Russie, même si elle reste pour l'instant régionale et d'intensité limitée. Si la Russie devait perdre, elle serait menacée d'éviscération politique et économique par les élites financières transatlantiques et de démembrement territorial, à l'instar de la Yougoslavie, de la Libye ou de l'Irak. Les think tanks américains ne s'en cachent pas depuis les années 1990.

La Russie évitera ce destin et, dans le pire des cas - comme le prévoit la doctrine nucléaire de Moscou - utilisera auparavant des armes nucléaires. Cette évolution est toutefois peu probable, car ce n'est pas la Russie, mais l'Occident qui atteint actuellement ses limites. L'Ukraine est un trou noir où sont engloutis des milliards de dollars d'impôts occidentaux et plus encore pour les capacités militaires de l'Occident, y compris des États-Unis. L'Occident est en train de se désarmer lui-même et l'Ukraine se vide de son sang. Selon les estimations d'experts américains eux-mêmes, comme l'ancien conseiller du Pentagone et colonel américain Douglas Macgregor, il y a actuellement jusqu'à huit Ukrainiens tués pour un seul mort russe, tandis que la partie russe fait venir des renforts et élimine successivement les infrastructures de l'Ukraine.

Toute personne capable d'additionner 1 + 1 comprend que l'Ukraine ne peut pas gagner. Des esprits intelligents et lucides comme Orbán, mais même un homme comme l'ancien inspecteur général de la Bundeswehr Kujat, sont les premiers à le dire. Oui, certes, il y a des lacunes difficiles à comprendre du côté russe. Mais la Russie a plus de souffle, plus de ressources et n'est pas pressée. La Russie ne perdra pas.

Ce qui est beaucoup plus intéressant, c'est la stratégie de sortie inévitable de l'Occident. Tôt ou tard, il devra renoncer à son soutien suicidaire à l'Ukraine. Si l'OTAN se révèle ainsi incapable de sauver l'Ukraine, cela pourrait également marquer sa fin et accélérer le déclin de l'Occident. Nota bene : la Russie n'a toujours pas commencé à imposer des sanctions actives à l'Occident. Mais elle siffle déjà la fin de la récréation.

Deuxièmement, l'éclatement du mensonge Co rona. Pour la pérennité et le ciment interne de la République fédérale, on ne peut guère surestimer la lutte pour la souveraineté quant à l'interprétation de l'affaire Coro na. Les combats d'arrière-garde des médias établis et des responsables deviennent de plus en plus désespérés, tandis que toute la vérité dévastatrice se fraie un chemin chaque jour un peu plus - notamment chez les millions de personnes vaccinées qui sont désormais prises au piège et doivent admettre qu'on leur a menti et qu'elles sont victimes d'un crime contre l'humanité.

Ici aussi, le point de basculement est intéressant : quand l'humeur change-t-elle ? Quand le mensonge ne pourra-t-il plus être maintenu ? Qu'est-ce que le régime va tenter de faire pour se sortir du pétrin ? Notez que la farce du coup d'État de début décembre était aussi une tentative anticipée du régime de mettre hors d'état de nuire des opposants identifiables dès le départ.

En revanche, la République fédérale, déjà sous pression, sera confrontée dans un avenir proche à des épreuves de résistance bien plus exigeantes, et nous assisterons probablement à la défaillance successive de secteurs de plus en plus nombreux de l'infrastructure et de l'ordre public. Il convient néanmoins de rester serein et prudemment optimiste: si le système implose, il ouvre la voie à la nouveauté. Il n'est pas encore possible de prédire des scénarios concrets. Ils évolueront probablement en fonction de la guerre en Ukraine et peuvent conduire à des constellations surprenantes, inimaginables aujourd'hui pour la plupart. En fin de compte, il s'agit d'une opportunité énorme.

Troisièmement, le remplacement de population comme accélérateur d'incendie. Ce point est important, car là aussi, une décision inévitable se dessine. Le régime ne laisse planer aucun doute sur sa volonté d'apporter une solution irréversible à la question de la population allemande, de souche européenne, encore majoritaire dans notre pays. Alors que la population n'augmente plus et que la surmortalité fait son effet, Scholz considère comme plausible une augmentation du nombre d'habitants jusqu'à 90 millions. Ce calcul tient compte de millions d'Ukrainiens, de musulmans, d'Africains du Nord et d'Afrique noire.

Le gouvernement de Scholz ne cesse d'ouvrir de nouvelles vannes à l'immigration. Ici, l'effondrement du système, que ce soit à la suite de la guerre ou de l'échec économique, est le seul facteur qui pourrait arrêter et inverser la tendance, même si c'est au prix d'une guerre civile ethnique ; celle-ci se profile déjà à l'horizon en France et en Belgique. En effet, en perspective, l'Allemagne deviendra inintéressante pour des millions de consommateurs immigrés, qui ont tous un pays d'origine et un second pays, s'il n'y a plus rien à prendre chez nous. Des catastrophes supplémentaires ou des événements guerriers peuvent forcer l'exode. Il n'est pas certain que cette évolution se produise dès 2023.

Ce qui est certain, c'est que nous allons vivre une année extraordinairement passionnante et probablement décisive. Nous serions bien avisés de ne pas nous préparer uniquement à l'état d'urgence, mais de rester ouverts aux évolutions qui pourraient tout bouleverser. Personnellement, je suis convaincu que l'Allemagne survivra et se retrouvera en dépit de la catastrophe. La question sera de savoir à quel niveau : celui d'un pays industrialisé, d'un désert en grande partie dépeuplé ou d'un Etat tronqué désindustrialisé. L'ancien président russe Medvedev, actuellement vice-président du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, a évoqué une autre possibilité dans une prévision annuelle pas très sérieuse pour 2023 : une guerre civile aux États-Unis et la création d'un "quatrième Reich" en Europe avec "l'Allemagne et ses satellites". Nous verrons bien.

Mais dans tous les cas, il y a une certitude : tout arrive parce que c'est juste et parce que nous l'avons nous-mêmes provoqué par nos actions et nos omissions. Maintenant, nous devons passer par la grande épreuve.

 

mardi, 03 janvier 2023

Les faux pères coûtent des millions au contribuable allemand, mais l'Etat social se laisse volontiers exploiter

9d3c7f8db1efbfd487b7518bb4b2cf63.jpg

Neue Zürcher Zeitung NZZ             

Les faux pères coûtent des millions au contribuable allemand, mais l'Etat social se laisse volontiers exploiter

Des hommes sans ressources reconnaissent des paternités pour des enfants qui ne sont pas les leurs. Les mères reçoivent un titre de séjour et des prestations sociales, l'Etat paie la pension alimentaire. Cette pratique n'est pas punissable.

Cela fonctionne comme suit: un homme sans ressources - que l'on peut trouver au bistrot local - reçoit entre 5000 et 20.000 euros en liquide et accepte en échange de reconnaître l'enfant d'une mère étrangère comme étant le sien. L'homme n'a pas d'autres obligations, car il n'y a officiellement rien à obtenir de lui. Il doit seulement se rendre une fois au service de la jeunesse ou de l'état civil, au tribunal d'instance ou chez le notaire.

Grâce à sa reconnaissance de paternité, la mère de l'enfant - qui a souvent beaucoup d'enfants - a droit à des prestations sociales en Allemagne, pour elle et pour tous ses enfants. L'enfant reconnu obtient en outre la nationalité allemande. "En moyenne, cinq personnes entrent dans le système social allemand avec une seule reconnaissance de paternité abusive", explique Tobias M. (nom modifié), employé du service social d'une ville de l'ouest de l'Allemagne. Le maire de cette ville, dont la population d'un peu plus de 300.000 habitants correspond à peu près à celle d'un arrondissement de Berlin, déclare : "Cela nous coûte ici cinq millions d'euros par an". Sa ville n'est qu'une parmi tant d'autres où cela se passe de cette façon. L'État se montre impuissant.

Source: https://www.nzz.ch/international/sozialbetrug-mit-scheinv...

Guerre d'Ukraine: les stratégies néfastes des États-Unis

DWO-AP-Teaser-Ukraine-ag-Teaser.jpg

Guerre d'Ukraine: les stratégies néfastes des États-Unis

Thorsten Hinz

Source: https://jungefreiheit.de/kultur/literatur/2023/schaedliche-strategien-usa/  

Les politologues Ulrike Guérot et Hauke Ritz dénoncent une influence massive des Etats-Unis en Europe de l'Est comme impulsion décisive de la guerre en Ukraine. Selon eux, Washington ne peut plus être considéré comme le gardien du Graal des "valeurs occidentales". Selon eux, les Etats-Unis sont aujourd'hui "socialement délabrés et culturellement épuisés".

84f968e79fa9458f9d1550d8fb82e2e1.jpegLa politologue Ulrike Guérot a osé ce qui a conduit de manière prévisible et logique à sa mise au ban du public: avec Hauke Ritz, docteur en philosophie et spécialiste de la Russie, elle a rédigé un livre qui prend à contre-pied la lecture qui a été faite de la guerre en Ukraine. Elle y reconnaît une manipulation de l'opinion digne de 1914 : "Où que l'on regarde, il y a prise de parti exubérante en faveur de l'Ukraine, diabolisation totale de l'adversaire, réduction de l'ennemi à une seule personne (Poutine), absence de contextualisation, division tranchée entre le bien et le mal, rejet indigné de la coresponsabilité, morale au lieu de géostratégie".

Guérot et Ritz ont relié deux séries de motifs: premièrement, la prise de conscience "que l'UE a échoué en tant que projet politique" ; deuxièmement, "que l'image de la Russie en Occident est fausse ou du moins insuffisante". Les deux sont dialectiquement liés: leur échec rend l'UE incapable de prendre une position indépendante dans la guerre en Ukraine et d'exercer une influence pacificatrice sur le conflit. La poursuite de la guerre, à son tour, rend son échec parfait. Le conflit géopolitique devient ainsi un "jeu final" pour l'Europe, avec la perspective de dégénérer définitivement en un pré-carré et une masse à la disposition des États-Unis. L'objection selon laquelle l'Europe et l'UE ne sont pas identiques ne doit pas être prise en compte ici.

Une "guerre par procuration américaine"

Ce que les médias appellent systématiquement "la guerre d'agression de Poutine" est pour Guérot et Ritz "une guerre par procuration américaine préparée de longue date", dont les racines remontent au début des années 1990. Ils ont passé en revue des livres, des articles et des déclarations de penseurs et de stratèges américains et en ont tiré des extraits. Ils citent Zbigniew Brzeziński, George Friedman, Robert Kagan, Charles Krauthammer et Paul Wolfowitz.

Ce dernier était secrétaire adjoint à la Défense sous George W. Bush et déterminé à "empêcher toute puissance hostile de dominer une région dont les ressources, sous contrôle consolidé, suffiraient à générer une puissance mondiale". Est considérée comme ennemie toute personne qui tente de générer une puissance comparable à celle des États-Unis. Alors que les États-Unis ont immédiatement identifié l'Europe comme un concurrent potentiel après 1989, les Européens ont entretenu une "pensée unique" sur la soi-disant communauté de valeurs occidentale. La stratégie de Washington visant à séparer l'Europe des ressources russes par un cordon sanitaire n'a suscité aucune réflexion stratégique.

2022-03-20T000000Z_1112726383_MT1NURPHO000BEL987_RTRMADP_3_NURPHOTO.jpg

L'Ukraine va devenir totalement dépendante des États-Unis

Ulrike Guérot / Hauke Ritz : Fin de partie en Europe. A commander maintenant sur le service librairie de Junge Freiheit: https://jf-buchdienst.de/Buecher/Zeitgeschichte/Endspiel-Europa.html?listtype=search&searchparam=gu%C3%A9rot

Les "révolutions de couleur" et les "changements de régime" dans les anciennes républiques soviétiques faisaient partie de la stratégie américaine. Dans les pays d'Europe centrale et orientale, de "jeunes élites américanisées avec des connexions à Harvard et Washington" occupaient des fonctions de haut niveau dans l'Etat et les médias, "le prototype étant par exemple Radek Sikorski, le futur ministre polonais des Affaires étrangères", qui a salué sur Twitter le dynamitage des gazoducs Nord Stream par un "Thank you, USA".

Barack Obama a vanté la capacité des Etats-Unis à "façonner l'opinion publique mondiale, (elle) a aidé à isoler complètement la Russie". L'incendie de la Maison des syndicats à Odessa en 2014 par des nationalistes ukrainiens, qui a coûté la vie à 48 Russes, a ainsi été complètement occulté. Les accords de Minsk, qui prévoyaient une structure fédérale du pays avec plus d'autonomie pour l'est de l'Ukraine, ont été sabotés sous l'influence de Washington, car pour faire de l'Ukraine une zone de déploiement militaire de l'OTAN, il faut un pouvoir central de Kiev très rigoureux.

Ainsi, la "guerre d'agression de Poutine" apparaît plutôt comme une attaque défensive visant à échapper à l'emprise de l'OTAN. Il en résulte une Ukraine gravement endommagée par la guerre, énormément endettée et politiquement totalement dépendante des Etats-Unis. Les auteurs demandent : "L'Europe peut-elle vouloir un tel vassal en son sein ?"

Selon nos deux auteurs, les États-Unis sont aujourd'hui culturellement épuisés

Il faudra bien qu'elle le veuille. Si les choses se corsent réellement entre les Etats-Unis et l'Allemagne, les Américains mettront du matériel de renseignement sur la table et ce sera "soit vous participez, soit vous êtes pris". C'est en ces termes qu'en 2013, Günter Heiß, alors coordinateur des relations germano-américaines, a résumé son expérience avec la première puissance occidentale dans l'émission "Beckmann" de la chaîne ARD.

Pour Guérot, les Etats-Unis ne peuvent plus être considérés comme les gardiens du Graal des "valeurs occidentales", ils sont aujourd'hui "socialement délabrés et culturellement épuisés". La réalité en Occident se caractérise par le "wokeness", les interdictions de parole, la "cancel culture", les méthodes de censure, les résiliations de compte, la surveillance numérique et biométrique, le journalisme d'État et la guerre psychologique contre la population.

Pas de doute, cette femme et son co-auteur ont du courage ! Leur livre est stimulant, mais il est aussi vulnérable. Une erreur d'inattention peut passer inaperçue lorsqu'il est dit que le président français François Mitterrand, opposé à la réunification, est allé voir Egon Krenz en RDA en mars 1990. En réalité, Mitterrand se trouvait déjà à Berlin-Est en décembre 1989. A cette époque, Krenz n'était déjà plus en fonction et son interlocuteur était le Premier ministre Hans Modrow.

Rêveries antinationales

La fameuse euphorie post-nationale de Guérot, qui par principe ne connaît pas de frontières, a des conséquences graves. Comme l'Allemagne a négligé de manière coupable de consentir dès le départ à une union de transfert de l'euro, la guerre menée "autour de l'intégrité territoriale historiquement absurde qu'est l'Ukraine" doit maintenant provoquer la "catharsis européenne" attendue, à savoir la dissolution des structures étatiques nationales. Un début a déjà été fait, car la décision de prendre en charge les réfugiés ukrainiens dans le système Hartz IV allemand est "en fait déjà un signe avant-coureur de ne plus différencier les droits civils en fonction de la nationalité".

De telles rêveries creuses ne peuvent être raisonnablement critiquées. D'un point de vue historique, presque toutes les frontières en Europe sont absurdes. Mais qu'en résulte-t-il ? Au lieu d'un travail de précision, Guérot nous offre à la fin une logique de bulldozer et écrase à moitié son intervention convaincante et celle de Ritz contre la lecture officielle de la guerre en Ukraine. Elle facilite ainsi la tâche à ses adversaires, mais la rend difficile à ceux qui sont d'accord.

JF 51/22

 

Annalena Baerbock - une construction des Etats-Unis?

imago0133903684s.jpg

Annalena Baerbock - une construction des Etats-Unis?

Par Karel Meissner

Source: https://www.compact-online.de/annalena-baerbock-eine-marionette-der-usa/?mc_cid=d324b25f4f&mc_eid=128c71e308

Outre de nombreuses lacunes et contradictions, la biographie de la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock révèle toutefois un point fixe constant : elle sert les intérêts des États-Unis. Le célèbre journaliste d'investigation Gerhard Wisnewski s'est mis sur la piste et révèle des choses étonnantes sur Baerbock dans son livre annuel "Verheimlicht - Vertuscht - Vergessen 2023″. En savoir plus infra.

Non, Annalena Baerbock n'est pas une cyborg. Ce n'est pas non plus un extraterrestre. Cette personne, qui fait partie de l'avant-garde mondiale du Great Reset en tant que ministre des Affaires étrangères, est faite de chair et de sang. Mais quiconque veut faire des recherches sur sa biographie est pris dans son tourbillon d'incohérences, de lacunes et de contradictions - au point que son identité se dissout presque entièrement.

Les déclarations qu'elle fait dans son livre Jetzt. Wie wir unser Land erneuern (= "Maintenant : Comment nous renouvelons notre pays") sont rares. Surtout, ses descriptions sont dépourvues de moments de vie concrets. Cela commence par son enfance : on dit officiellement que cette native de Hanovre a grandi dans une ferme avec deux sœurs et deux cousines.

Cela ressemble au conte de Heidi de la lande, innocente dans une mer de tournesols. En fait, le refuge des parents se trouvait dans la banlieue aisée de Pattensen, la commune avec la plus forte densité de restaurants de la région. Mais presque personne n'y connaît Annalena Baerbock, bien qu'elle y ait été, paraît-il, une championne de trampoline.

Ses parents - une éducatrice sociale et un constructeur de machines - restent dans l'ombre. Ils n'ont même pas assisté au meeting de campagne de Baerbock à Pattensen. Le célèbre journaliste d'investigation Gerhard Wisnewski est arrivé à la conclusion suivante après ses recherches : sa famille d'origine ainsi que son enfance ne peuvent guère être reconstituées.

Ensuite, on y repère de grosses lacunes dans sa formation scolaire. Le CV, sur son site web, ne commence qu'en 2000, après quoi elle a suivi des études à la London School of Economics en 2004-2005.

Le seul problème est que pour être admis dans cette université d'élite (qui a déjà produit 14 prix Nobel), il faut au préalable obtenir une licence de droit ou un diplôme d'État. Or, Baerbock n'avait ni l'un ni l'autre à l'époque. Comment, dès lors, a-t-elle obtenu son diplôme ?

Ce qui est frappant, en revanche, ce sont les réseaux mondiaux qui y sont évoqués: les liens de l'actuelle ministre des Affaires étrangères avec l'Amérique ont commencé dès l'âge de 16 ans, lorsqu'elle s'est rendue en Floride dans le cadre d'un échange scolaire. Depuis, elle est membre du de l'Atlantikbrücke (= le Pont sur l'Atlantique), a étudié à la London School of Economics - financée par des milliardaires comme Rockefeller et Soros -, travaille pour Greenpeace, pour l'aide aux réfugiés de l'ONU et, last but not least, fait partie du programme "Young Global Leaders" du World Economy Forum dirigé par Klaus Schwab : une pépinière de cadres de l'élite mondiale.

Comment peut-on accéder à tous ces postes de haut niveau si, comme Baerbock le montre régulièrement, on dispose d'une scolarité insuffisante? Ses dérapages sont légion: cela va de "Kobold" au lieu de cobalt au stockage de l'électricité dans les réseaux.

Au moins, l'orientation générale des associations en question correspond bel et bien à sa politique: les intérêts allemands ne jouent aucun rôle, même l'opinion de ses électeurs lui est "indifférente". Sa politique étrangère belliciste est également préjudiciable à la population locale: elle a ainsi poussé les livraisons d'armes à l'Ukraine à un point tel que même le chancelier allemand Olaf Scholz a dû la freiner. Ou encore: lorsque le conflit autour de Taïwan s'est envenimé, Baerbock a immédiatement assuré l'Allemagne et le monde de sa fidélité à l'alliance.

Quel que soit l'endroit où les États-Unis ont besoin d'aide, Baerbock s'exclame immédiatement: "L'Allemagne est prête". Gerhard Wisnewski soupçonne Baerbock d'être une pure marionnette des intérêts transatlantiques. Sa biographie est une pure construction.

Et en effet: dans son nouvel ouvrage annuel Verheimlicht - Vertuscht - Vergessen 2023 (= Occulté, retouché, oublié 2023), l'auteur de best-sellers révèle des choses sur Baerbock que vous n'avez jamais lues dans les journaux. Pourquoi ? Parce que cela ébranlerait justement son image auprès du public. Et cela, le mainstream fidèle au gouvernement ne peut évidemment pas le permettre, car la ministre des Affaires étrangères compte depuis le début parmi les chouchous absolus des médias de la République.

Il est d'autant plus urgent de corriger la construction Baerbock dans son annuaire "Verheimlicht - Vertuscht - Vergessen 2023″ . Infos et commande ici: https://www.compact-shop.de/produktkategorie/ami-go-home/

wisnewski_2023.jpg

(1) Gerhard Wisnewski : Verheimlicht - Vertuscht - Vergessen 2023.

Ce qui n'était pas dans le journal en 2022 !

Question : qu'est-ce qui était encore plus fou que l'année 2020, au cours de laquelle la "crise de Coro na" a commencé ? Réponse : l'année 2022, sur laquelle revient ce livre de révélations. Dans son nouvel ouvrage annuel, l'auteur de best-sellers Gerhard Wisnewski dissèque pour la 16ème fois l'année écoulée, dans un style éprouvé et expérimenté, et emmène le lecteur dans une chevauchée haletante à travers l'"année 3 après J.-C." (selon C orona). Alors que les pétards du Nouvel An restent interdits, Wisnewski allume un feu d'artifice de recherches et présente un bouquet de nouvelles étouffées et décoiffantes de l'année 2022. 

288 pages, relié, € 16,99 plus frais de port, livraison gratuite en Allemagne à partir de 29,95 euros d'achat.

lundi, 02 janvier 2023

Un économiste de renom met en garde: "L'économie allemande n'est pas indestructible"

2-formatOriginaldtind.jpg

Un économiste de renom met en garde: "L'économie allemande n'est pas indestructible"

Source: https://zuerst.de/2022/12/30/top-oekonom-warnt-deutschlands-wirtschaft-ist-nicht-unkaputtbar/

Berlin. De plus en plus d'éminents experts économiques et financiers considèrent que l'Allemagne est en train de s'enfoncer à belle vitesse dans le marasme. Dans le cercle de plus en plus large des Cassandre, l'économiste et conseiller en stratégie Daniel Stelter a pris la parole. Dans une interview publiée ces jours-ci par le journal Die Welt, il a évoqué la façon dont le monde regarde avec amusement l'Allemagne aller droit dans le mur. Dans ce contexte, Stelter (photo) ne critique pas seulement la politique migratoire du gouvernement fédéral, mais aussi les choix en matière de politique climatique et énergétique. En fin de compte, il considère même que la solvabilité de l'Allemagne sur les marchés financiers internationaux est menacée.

"Le gouvernement vit apparemment dans l'illusion que l'économie allemande est "indestructible"", déclare Stelter. Mais en réalité, de plus en plus d'entreprises quittent l'Allemagne en raison des coûts de l'énergie et cherchent d'autres sites - ce qu'il comprend.

file7azgnfs61kl1jxeu9yr.jpg

La cause centrale de la misère est le "tournant énergétique" que la chancelière Merkel avait naguère proclamé. Stelter considère qu'elle a complètement échoué, et ce depuis des années. Il déclare : "Avant la guerre déjà, malgré un investissement estimé à 500 milliards d'euros, nous avions l'électricité la plus chère et en même temps de fortes émissions de CO2. Il est impressionnant de voir comment ce constat continue d'être refoulé, même face à la crise énergétique aiguë que nous vivons aujourd'hui. Le problème que nous devons résoudre est celui du stockage de l'énergie. Et pas du jour à la nuit, mais de l'été à l'hiver. Dans cette situation, fermer les centrales nucléaires restantes ne s'explique pas par un comportement rationnel".

De manière générale, Stelter n'est pas tendre avec la politique économique du gouvernement "feux tricolores". Selon lui, la grande solvabilité de l'Allemagne sur les marchés monétaires internationaux ne pourra pas être maintenue à long terme. "Démographie, politique énergétique, politique climatique, infrastructure, numérisation, charge fiscale, bureaucratie : où que l'on regarde, le monde politique affaiblit la performance économique. Nous sommes en passe de redevenir l'homme malade de l'Europe", prédit l'expert.

Selon lui, la politique allemande en matière d'immigration et de marché du travail est également responsable de cette situation, car "nous ne parvenons pas à attirer suffisamment d'immigrés qualifiés ni à qualifier et à intégrer ceux qui sont arrivés chez nous par le biais de l'asile. Ici aussi, l'échec de la politique est flagrant depuis des années. Nous devons mieux former la génération suivante, réduire la proportion d'étudiants et renforcer la formation professionnelle".

Dans l'ensemble, ce ne sont pas de bonnes perspectives pour l'année à venir. Cela concerne également la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE). Celle-ci a de la chance, dit Stelter, de ne pas être tenue pour responsable de l'inflation par la population - bien qu'elle le soit. En effet, bien avant la guerre en Ukraine, l'inflation ne cessait de grimper, conséquence de la politique monétaire de la BCE. (se)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

mercredi, 21 décembre 2022

Le soi-disant coup d'État en Allemagne est destiné à arrêter l'AfD !

30455730-reichsbuerger-anfuehrer-heinrich-xiii-prinz-reuss-wird-in-frankfurt-abgefuehrt-2Ah6QYlYC7fe.jpg

Le soi-disant coup d'État en Allemagne est destiné à arrêter l'AfD !

Entretien avec Benedikt Kaiser

Selon Benedikt Kaiser, ils essaient de construire un "danger de droite" permanent. Ils mettent en scène des conspirateurs et surfent sur la vague de la "lutte contre l'extrême droite" avec la charade des "Reichsbürger". En réalité, ils veulent discréditer la seule opposition, l'AfD, et les empêcher d'accéder au pouvoir.

Le soi-disant coup d'État en Allemagne est destiné à arrêter l'AfD !

Même dans le premier sondage après l'incident des "Reichsbürger", l'AfD est passé de 15 à 15,5 % au niveau national.

Ali Mercan

Source: https://www.aydinlik.com.tr/haber/almanyada-sozde-darbe-afdyi-durdurmak-icindir-356526

L'arrestation du groupe dénommé "Citoyens du Reich" (Reichsbürger) et de certaines personnalités en Allemagne soi-disant pour avoir fomenter un prétendu coup d'État est l'une des mesures atlantistes visant à soutenir l'expansion de l'OTAN vers l'est et prévenir toute adhésion allemande à la multipolarité. Les mesures prises pour empêcher le coup d'État visaient en fait à bloquer l'AfD ("Alternative pour l'Allemagne"), qui prône, dans son programme, l'avènement d'une Allemagne indépendante de l'atlantisme. Les États-Unis sont alarmés par les glissements qui s'opèrent avec Meloni en Italie, Marine Le Pen en France et d'autres phénomènes similaires dans certains pays d'Europe de l'Est, et, de ce fait, ils tentent de les empêcher, notamment en enrôlant l'Allemagne dans leur sillage.

L'AfD, qui est le premier parti dans certains États de l'est de l'Allemagne, continue de se développer à l'ouest malgré les récentes opérations destinées à contrer l'hypothétique "coup d'État" en gestation. Afin d'isoler l'AfD, les médias usent de substantifs et d'adjectifs disqualifiants tels que "extrême droite", "raciste" utilisés à qui mieux-mieux. Ces adjectifs sont utilisés pour dénigrer toutes les forces nationales et les patriotes. Ceux qui attribuent ces adjectifs aux forces nationales représentent d'autres forces politiques telles la Gauche européenne et les Verts, qui sont complètement tombés sous le contrôle de l'hégémonisme atlantiste. Afin de mieux comprendre cette évolution et d'expliquer la montée inévitable de l'AfD, nous avons posé quelques questions à Benedikt Kaiser (*), un observateur de l'AfD:

kaiser-2021.jpg

Les Reichsbürger (citoyens du Reich) et le prétendu renversement du gouvernement, qu'ils auraient fomenté, ressemblent à une conspiration quelque peu carnavalesque. Pourquoi l'AfD est-elle criminalisée de la sorte ?

A la date du 11 décembre, peu de choses avaient encore été annoncées. Ce qui était connu: des "citoyens du Reich" avaient mis en place un réseau de chat et avaient écrit des articles anti-gouvernementaux. Les "citoyens du Reich" sont en quelque sorte une secte: ces personnes pensent que la République fédérale d'Allemagne est une "GmbH" (une société par actions). Ils veulent revenir à l'Empire allemand, qui est tombé en 1918. Selon la presse, ils pensaient faire revivre la monarchie et nommer un roi à cette fin. Nous avons donc affaire, en l'occurrence, à un groupe "réactionnaire", animés par des amateurs et isolé, ostracisé au sein du peuple. Si des infractions ont été réellement commises, des mesures doivent certes être prises, si besoin s'en faut, contre tel ou tel individu appartenant à ce groupe. Mais ce qui m'interpelle surtout, c'est ce que le monde politique et les médias font de cette affaire, c'est cela qui est important. Les principaux médias avaient été informés des perquisitions jusqu'à deux semaines avant l'incident! Ils connaissaient les noms des accusés. Si ces "citoyens du Reich" sont si dangereux, pourquoi les mesures planifiées ne sont-elles pas prises immédiatement ? Pourquoi tout est mis en place comme pour un gigantesque coup de relations publiques ? Y avait-il un danger évident et une menace sérieuse pour la sécurité nationale et l'ordre fondamental démocratique libre ?

Sont-ils vraiment différents d'un groupe standard "Antifa" (**) ou d'un groupe criminel comme on en trouve dans les grandes villes ? Ce sont des questions qui demeurent ouvertes. L'Office pour la protection de la Constitution (Verfassungschutz) et les autres services secrets doivent clarifier les choses : ces personnes sont-elles des incitateurs et des fanatiques stipendiés ?

La vérité est qu'ils veulent fabriquer un "danger de droite" permanent dans et autour de l'AfD. Afin de créer l'image d'un danger d'extrême droite pour l'AfD et son milieu, la rumeur a couru qu'une ancienne députée de l'AfD était en contact avec certains "citoyens du Reich". Le bloc dirigeant concocte un complot contre cette ancienne juge de Berlin. Ils mettent en scène des conspirateurs et surfent sur la vague de la "lutte contre l'extrême droite" avec la farce des "Reichsbürger". La société est mise en condition contre un ennemi "absolu". Est-ce que ce coup va réussir ? Nous verrons bien. Au moins, cette fois-ci, les médias de premier plan font preuve d'un scepticisme croissant à l'égard des actions agressives et des faux-fuyants de la politique adoptée par la gauche libérale. Le magazine allemand Cicero, le quotidien suisse Neue Zürcher Zeitung et d'autres médias expriment un scepticisme croissant.

De quel groupe sont les détenus ?

Comme nous l'avons déjà mentionné, les personnes visées se désignent comme des "citoyens du Reich". Rassemblés en de petits groupes désorganisés et fragmentés, ils comptent environ 20.000 membres dans toute l'Allemagne. En période de crise, comme aujourd'hui, le flux de phénomènes de ce type s'intensifie. Les crises sociales, écologiques et économiques que nous connaissons aujourd'hui (crise énergétique, crise financière, crise migratoire, inflation, etc.) ne sont pas des événements isolés qui ne peuvent être analysés et compris que de manière isolée. Ils progressent ensemble, ils fusionnent. Par conséquent, les crises deviennent plus intenses, plus concentrées. Elles jouent ainsi en faveur du statu quo, du pouvoir dominant.

Plus les conditions deviennent dangereuses et plus ceux qui en profitent se montrent dangereux. Mais en même temps, ces conditions deviennent si complexes que pour certains esprits schématiques, on cherche des réponses simples pour tenter de comprendre le problème. Pouvoir enfin expliquer un monde devenu confus de manière simple et rapide ! Ainsi, on peut plus facilement établir une connexion avec les sectes. Par exemple, les "citoyens du Reich" vivent tous en tenant pour vraie la thèse selon laquelle l'Allemagne fédérale n'est pas réelle, en embellissant cette thèse par des rêves à un Empire allemand (parfois dans ces frontières de 1871, de 1914, de 1937 voire au-delà); de telles visions n'ont pas d'ancrages dans de larges pans de la population. Si possible, ils veulent restaurer l'ancien empire. Avec un pouvoir monarchiste-féodale, pensent-ils, les problèmes disparaîtraient. De telles "analyses" de la crise ne sont bien sûr pas réelles. La situation est peinte en noir et blanc afin de ne pas s'engager dans une véritable analyse. Ce sont des échappatoires aux faits, des retournements de situation et des extravagances idéologiques.

Reichsburger.jpg

Il n'existe pas de ligne générale politique et idéologique cohérente chez les "citoyens du Reich", seulement des petites scènes et des contradictions typiques d'une "masse inconsciente". De plus, il n'y a pas d'environnement ou de base sociale claire sur laquelle ils pourraient s'appuyer ; les participants à ce groupe sont des membres individuels issus de toutes les classes et strates. L'idéal des "Reichsbürger" n'offre pas une solution potentielle à la crise, mais est lui-même une conséquence de la crise - le résultat impuissant de la confusion générale et de l'opposition générale. Mais posons tout de même la question : Sont-ils un groupe si marginal et si dangereux ? Les citoyens soi-disant frénétiques représentent-ils réellement une menace tangible pour un État de 80 millions d'habitants ? Il y a beaucoup de doutes à ce sujet et il est nécessaire de réfléchir un peu plus calmement et objectivement. Le débat est recommandé, il est nécessaire.

Pourquoi, dès lors, cette hystérie sociale et cette volonté d'établir des liens avec l'AfD, suggérant une marche commune de celle-ci avec les "citoyens du Reich", dans le but de fabriquer ou de gonfler les lignes de connexion: en réalité, ils veulent discréditer la seule opposition qui se consolide, l'AfD, et l'empêcher d'accéder au pouvoir. La méthode de définir un "coupable par association" est utilisée en l'occurrence, comme elle l'a été si souvent : "La personne A connaît la personne B, donc A pense comme B, donc A peut être conjointement responsable de ce que B a pu planifier..."

Ceux qui se disent "citoyens du Reich" sont désorganisés et fragmentés en petits groupes. Ils comptent environ 20.000 membres dans toute l'Allemagne.

L'AfD continue de se développer dans toute l'Allemagne. Les opérations pourraient-elles avoir pour but d'arrêter ce développement ?

Beaucoup de choses sont faites en Allemagne pour harceler l'AfD et la bloquer dans ses progressions.

L'AfD commet également de façon répétée des gaffes et des erreurs insensées. Mais dans l'ensemble, elle a été dépeinte dans les médias comme le paria de la nation et on a tenté de l'exclure totalement des médias, de l'espace public, de la société civile (etc.). Mais il faut savoir que l'AfD n'est pas comme on la décrit. Il ne s'agit pas d'un parti à cadres idéologiques mais d'un bloc monolithique.

Pour les patriotes et les membres de l'opposition de toutes sortes, l'AfD est un réservoir (un lieu de rassemblement). Parmi les adhérents et sympathisants de l'AfD, il y a des forces libérales, partisanes du maintien de l'économie de marché, des forces sociales-patriotiques, des étatistes ainsi que des forces pro-occidentales et anti-occidentales, etc.

En raison de sa diversité interne, l'AfD est le seul véritable parti d'opposition qui se distingue à l'échelle nationale.

Elle doit donc être isolée, stigmatisée et finalement détruite.

Même dans le premier sondage après l'incident des Reichsbürger, l'AfD est passée de 15 à 15,5 % au niveau national. Ce n'est pas une augmentation énorme, mais cela montre que même de tels rituels médiatiques de forte ampleur ne peuvent pas vaincre immédiatement le parti. Bien sûr, l'AfD est mal à l'aise avec les campagnes de dénigrement en cours. Elle rend difficile l'établissement de contacts et la constitution de groupes nouveaux rassemblant des individus qui, auparavant, étaient inaccessibles les uns aux autres. Perpétrer ce blocage de l'opposition est également l'objectif de la gauche hégémonique libérale. Le but de la campagne est donc de consolider le leadership d'opinion dominant, d'éliminer les mouvements dissidents ou du moins de les isoler et d'en faire des parias en marge de la société et même au-delà.

Tout cela a-t-il un rapport avec l'expansion de l'OTAN vers l'est ?

Il s'agit clairement d'une question de politique intérieure. Il n'y a plus de possibilités aujourd'hui, dans les forces de gauche et chez les libéraux de gauche, pour remodeler le système. Les éléments critiques (défenseurs de la tradition étatique allemande) doivent dès lors, aux yeux de cette gauche, être purgés de l'appareil de sécurité. Mais en même temps, l'omniprésent "danger de la droite" est mis en scène. Cette menace est utilisée comme prétexte pour la création d'un ordre "nivelé". Créer la peur a toujours été un instrument de domination efficace pour de tels projets niveleurs. Le conseiller de l'AfD, Marvin T. Neumann, a déclaré sur la plateforme en ligne Tagesstimme: "En tout cas, une société multiethnique et libérale ne peut survivre qu'avec une censure maximale. La propagande, certains mécanismes de peur et l'existence continue d'un faux pluralisme corrompu peuvent être ainsi maintenus comme un carnaval de la société. Mais un tel avenir est celui d'un conflit institutionnalisé et d'un "État profond" hypertrophié et totalitaire s'imposant par la force. On ne peut rien dire de plus à ce sujet. J'espère que les citoyens d'origine turque en République fédérale d'Allemagne voient clair dans ce jeu !".

* * *

Les déclarations de Benedikt Kaiser montrent qu'en Allemagne, comme dans toute l'Europe, l'AfD avancera au bénéfice des forces qui défendent l'État national. Face à l'effondrement irréversible de la domination atlantiste, l'alignement mondialiste fait tout ce qu'il peut pour maintenir l'Europe sous sa coupe. Le scénario du "coup d'État" en Allemagne est une opération atlantiste dans le plein sens du terme et vise à éliminer ceux qui défendent l'indépendance de l'Allemagne en tant qu'État. Cette opération, qui repose sur la liquidation de l'AfD, aura le résultat inverse et les forces qui s'éloignent de l'Atlantique continueront à se développer, comme on le voit partout en Europe.

NOTES :

(*) Benedikt Kaiser a étudié les sciences politiques à Chemnitz (Saxe). Il travaille en tant qu'assistant de recherche, rédacteur et éditeur. Kaiser est actif dans la sphère politique. Il est commentateur et analyste dans le camp non-conformiste de la République fédérale d'Allemagne. Son concept politique est le "patriotisme solidaire". Kaiser écrit régulièrement pour des magazines nationaux et internationaux tels que Die Kehre et Sezession, Komentar (Hongrie) et Tekos (Belgique). Il est correspondant en Allemagne pour d'importants magazines français - éléments et Nouvelle Ecole.

(**) Le mouvement Antifa est un mouvement militant politique de gauche, antifasciste, opérant aux États-Unis, qui comprend des groupes autonomes d'activistes qui cherchent à atteindre leurs objectifs par l'action directe plutôt que par la réforme politique.

samedi, 17 décembre 2022

Déception face au double jeu de Merkel: les relations germano-russes au plus bas

5e972b54098185.594cd685e1670.jpg

Déception face au double jeu de Merkel: les relations germano-russes au plus bas

Source: https://zuerst.de/2022/12/16/enttaeuschung-ueber-merkels-doppelspiel-deutsch-russische-beziehungen-auf-dem-tiefpunkt/

Moscou/Berlin. Les relations germano-russes, volontairement ruinées par les hommes politiques allemands depuis l'invasion russe de l'Ukraine, ont atteint un nouveau point bas. Pour une fois, ce n'est pas le chancelier Scholz ou la ministre des Affaires étrangères Baerbock qui sont à blâmer, mais l'ancienne chancelière allemande Angela Merkel. Elle vient de lâcher une bombe lors de deux entretiens avec le Spiegel et Zeit Online: elle a reconnu que l'Occident, et en particulier le gouvernement fédéral, n'a jamais eu intérêt à ce que les accords de Minsk - qui devaient en fait garantir la fin des hostilités dans le Donbass - soient respectés.

L'ex-chancelière a déclaré textuellement: "Et l'accord de Minsk de 2014 était une tentative de donner du temps à l'Ukraine. Elle a aussi utilisé ce temps pour devenir plus forte, comme on le voit aujourd'hui".

L'aveu posthume de Merkel met la hache à la racine du récit occidental de la "guerre d'agression russe". Jusqu'à aujourd'hui, le Kremlin fait référence aux antécédents de la guerre, qui ont commencé en 2014 avec le changement de pouvoir à Kiev et le harcèlement qui s'en est suivi contre la population d'origine russe dans l'est de l'Ukraine.

indexamvp.jpg

Le protocole de Minsk I, signé le 5 septembre 2014 dans la capitale biélorusse, résume les résultats des négociations entre l'Ukraine, l'OSCE et la Russie pour un plan de paix. L'accord a acquis le statut de traité international contraignant le 17 février 2015, suite à l'adoption de la résolution 2202 (2015) du Conseil de sécurité des Nations unies, rédigée dans les mêmes termes.

Le protocole comprend douze points et prévoyait, entre autres, l'interruption immédiate et réciproque du recours à la force armée et la vérification du cessez-le-feu par l'OSCE. Il prévoyait également une décentralisation du pouvoir en Ukraine, notamment par l'adoption d'une loi sur l'autonomie temporaire "dans certaines régions des oblasts de Donetsk et de Lougansk". En outre, "des mesures devraient être prises pour améliorer la situation humanitaire dans le Donbass" et des élections locales anticipées devraient être organisées dans les zones litigieuses. Plus important encore, toutes les formations armées illégales, leur matériel militaire ainsi que les francs-tireurs et les mercenaires devraient être retirés et un programme de reconstruction économique du Donbass et de "rétablissement des fonctions vitales de la région" devrait être adopté.

Alors que la Russie comptait sur une mise en œuvre rapide des accords de Minsk pour parvenir à une pacification des régions directement limitrophes de la Russie, les politiciens occidentaux - comme l'ex-chancelière allemande vient de l'avouer ouvertement - ne voyaient dans ces accords qu'un moyen de gagner du temps. L'ex-président ukrainien Porochenko s'était également exprimé dans le même sens il y a quelque temps.

Alors que l'aveu d'Angela Merkel a été à peine évoqué dans les médias allemands, il a eu un retentissement international considérable. Les médias russes ont largement couvert l'événement. Le chef du Kremlin, Vladimir Poutine, s'est exprimé à ce sujet lors d'une conférence de presse le 9 décembre et s'est dit profondément déçu, à titre personnel, par le double jeu de Merkel. Littéralement: "Franchement, je ne m'attendais pas à entendre cela de la part de l'ancienne chancelière allemande, car j'ai toujours supposé que les dirigeants de la République fédérale d'Allemagne étaient sincères à notre égard".

Mais il est désormais évident "que nous avons fait tout ce qu'il fallait en ce qui concerne le lancement de l'opération militaire. Pourquoi ? Parce qu'il s'est avéré que personne ne voulait appliquer tous ces accords de Minsk".

Au vu des déclarations de Merkel, "la confiance est maintenant presque nulle, mais après de telles déclarations, la question de la confiance se pose naturellement: comment et sur quoi peut-on négocier, et peut-on négocier avec qui que ce soit, et où sont les garanties? C'est évidemment la grande question", a déclaré M. Poutine, avant de poursuivre: "Malgré tout, nous devrons finir par nous entendre. J'ai déjà dit à plusieurs reprises que nous étions prêts à trouver des accords, nous sommes ouverts. Mais cela nous oblige bien sûr à réfléchir à qui nous avons affaire".

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, s'est montrée plus claire et moins diplomatique. Face aux récents appels occidentaux en faveur d'un tribunal international pour les crimes de guerre russes en Ukraine, elle a demandé que Merkel soit traduite devant un tribunal international. La déclaration de Merkel ne signifie pas moins qu'elle a œuvré pendant des années pour une guerre avec la Russie. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

L'ex-président du FPÖ Strache fonde une plate-forme pour la paix: "Tous ceux qui doutent ne comprennent pas Poutine"

FILES-AUSTRIA-POLITICS-CORRUPTION.jpg

L'ex-président du FPÖ Strache fonde une plate-forme pour la paix: "Tous ceux qui doutent ne comprennent pas Poutine"

Source: https://zuerst.de/2022/12/17/ex-fpoe-chef-strache-gruendet-friedens-plattform-nicht-jeder-der-zweifelt-ist-putin-versteher/

Vienne. Une initiative de paix remarquable a été lancée en Autriche. L'initiateur de la "Plateforme pour la paix et la neutralité" est l'ancien chef du FPÖ Heinz-Christian Strache. Lundi, une table ronde très attendue a eu lieu à Vienne. Les invités étaient Andreas Mölzer, vétéran du FPÖ, Peter Fichtenbauer, ancien conseiller national libéral et "avocat du peuple", Christina Baum, députée de l'AfD au Bundestag, Heinrich Fiechtner, ancien député de l'AfD au Landtag de Bade-Wurtemberg, et Efgani Dönmez (photo), sans étiquette.

efgani-dönmez.1024x1024.jpg

Le motif de l'événement et de la création de cette plate-forme était qu'il n'y avait "aucune initiative de paix visible et audible", a expliqué Strache, qui a animé le débat. Il a reproché à l'Occident de ne pas avoir invité la Russie à la table des négociations. L'ancien député européen Mölzer a constaté que "du côté européen, on n'apporte absolument rien de positif pour le moment".

Les participants au débat étaient également d'accord sur le fait que la Russie était présentée de manière unilatérale et négative dans les médias occidentaux. Les causes de la guerre sont toutefois beaucoup plus complexes, a constaté Mölzer. Et: "Tous ceux qui doutent ne sont pas ceux qui comprennent Poutine (Putin-Versteher)".

Pour Christina Baum (photo), députée de l'AfD au Bundestag, qui s'était déjà prononcée au Bundestag contre l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN, la Russie ou le chef du Kremlin Poutine ne sont pas non plus responsables de la guerre en Ukraine. "L'agresseur est celui qui force son adversaire à prendre les armes", a-t-elle déclaré en citant Frédéric le Grand. Elle s'était déjà dit avant la guerre "espérons que Poutine garde son sang-froid", car il a été "provoqué en permanence".

christina-baum-afd.jpg

Avec Dönmez, ancien membre des Verts et de l'ÖVP, un participant du camp des partis mainstream a également enrichi la table ronde. Mais Dönmez a également plaidé pour la retenue et la compréhension à l'égard de la Russie : "On nous présente un récit, une histoire que nous devons accepter sans réfléchir. En tant que médiateur, je dis : je veux aussi comprendre un Monsieur Poutine". Cela vaut également pour le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le président turc Erdogan. Au lieu de cela, l'Occident se livre à une escalade délibérée.

La guerre est une guerre par procuration des grandes puissances, selon Dönmez. L'UE n'agit que comme un "État vassal" des États-Unis. Poutine a rendu service à ces derniers avec la guerre: l'UE s'est en effet rapprochée des Etats-Unis et s'est distancée de la Russie. L'UE devrait en fait poursuivre une politique de paix indépendante, a expliqué Dönmez.

Ensuite, un autre éclat amusant: interrogé par l'animateur Strache sur le fait de savoir si l'Ukraine était l'incarnation des "valeurs occidentales", l'ex-député AfD du Landtag Heinrich Fiechtner (photo) a répondu : "Malheureusement, oui, elle l'est - dans toute sa connivence corrompue".

Heinrich-Fiechtner-Foto-privat-24952.jpg

Le groupe de discussion était également d'accord pour prendre parti en faveur de la neutralité autrichienne, qui est de plus en plus érodée, au moins depuis le début de la guerre en Ukraine. "Une adhésion à l'OTAN est, je pense, la dernière chose que les Autrichiens souhaitent", a constaté Strache. La députée de l'AfD Baum a abondé dans le même sens, estimant qu'"il est très important que l'Autriche reste neutre". Elle souhaite qu'il en soit de même pour l'Allemagne. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

jeudi, 15 décembre 2022

Attaques contre Nord Stream: Wagenknecht s'interroge - le gouvernement allemand reste muet

20221017_montage_wagenknecht_gasleck_2500x1400.jpg

Attaques contre Nord Stream: Wagenknecht s'interroge - le gouvernement allemand reste muet

Source: https://zuerst.de/2022/12/15/nord-stream-anschlaege-wagenknecht-hakt-nach-die-bundesregierung-bleibt-stumm/

Berlin. Deux mois et demi après l'attentat à l'explosif contre les deux gazoducs Nord Stream, le gouvernement allemand reste extrêmement muet, soit qu'il ne dispose pas de nouvelles informations, soit qu'il ne souhaite pas les communiquer.

Sahra Wagenknecht, députée du parti Die LINKE au Bundestag, ne veut pas en rester là. Dans une nouvelle question écrite adressée au gouvernement fédéral, elle avait demandé ce que l'on savait des "Dark Ships", qui auraient navigué à proximité du lieu de l'attentat quelques jours avant celui-ci, le 26 septembre. Le journal informatique américain Wired a fait état il y a quelque temps de ces deux navires qui avaient éteint leurs balises de localisation (cf.: https://www.wired.com/story/nord-stream-pipeline-explosion-dark-ships/ ). La société américaine "SpaceKnow" avait analysé les données satellites pertinentes et les avait mises à la disposition de l'OTAN. Wagenknecht a demandé si le gouvernement en avait pris connaissance et quelles conclusions il en avait tirées.

Mais le gouvernement allemand continue de faire la sourde oreille. Le ministère de la Justice a refusé de répondre ces jours-ci. Dans une réponse écrite, le secrétaire d'Etat Benjamin Strasser indique de manière voilée que "l'Office fédéral de la police criminelle et la police fédérale ont été chargés d'assurer les tâches de police dans le domaine de la poursuite pénale". Cette fois encore, le gouvernement fédéral se retranche derrière de prétendus intérêts de confidentialité et refuse de fournir des informations plus détaillées - l'intérêt du Parlement à être informé doit "passer après l'intérêt légitime de confidentialité pour protéger les enquêtes en cours". Une information "rendrait concrètement plus difficiles, voire impossibles, des mesures d'enquête plus approfondies", suggère le secrétaire d'État.

Il y a pourtant de nouvelles informations - et elles ne sont pas du tout confidentielles, mais se trouvent dans une expertise de l'organisation de protection de l'environnement "Greenpeace". Il s'agissait en fait de documenter les dommages environnementaux causés par les fuites des pipelines. Il s'avère que les pipelines ont dû être endommagés par environ 200 à 400 kilos d'explosifs.

Les médias suédois spéculent également sur le fait que les "Dark Ships" pourraient provenir de Karlskrona. Là encore, les images satellites le prouveraient. Mais le gouvernement suédois garde lui aussi un profond silence. Sahra Wagenknecht estime que c'est inacceptable : "Si l'on bafoue à ce point le droit à l'information, il ne faut pas s'étonner que l'on spécule publiquement sur le fait que le gouvernement n'est pas du tout intéressé à faire la lumière sur cet acte de sabotage unique", a-t-elle déclaré mardi. (st)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

samedi, 03 décembre 2022

Folie : les Verts allemands votent pour le traité de libre-échange CETA

CETA-lukas555-Fotolia.com_.jpg

Folie : les Verts allemands votent pour le traité de libre-échange CETA

Par S. Hofer

Source: https://www.compact-online.de/wahnsinn-gruene-stimmen-fuer-freihandelsvertrag-ceta/?mc_cid=6f4dd6c2bb&mc_eid=128c71e308

Dernier coup d'éclat des Verts allemands : ils ont voté en faveur du CETA. Ils avaient pourtant eux-mêmes protesté pendant longtemps contre ce traité de libre-échange.

Fini le bradage de notre pays. Un véritable changement de cap s'impose. Sahra Wagenknecht propose une telle alternative. Pour en savoir plus, lisez notre numéro de décembre avec le thème de Wagenknecht "La meilleure chancelière".  Commandez ci-dessous.

CETA . Rappelez-vous: c'est la version canadienne du TTIP. Le néolibéralisme à l'état pur : tout ce qui s'oppose au libre-échange total est mis à plat - si nécessaire par des jugements d'un tribunal d'arbitrage. Sigmar Gabriel (SPD), en particulier, a tenté de faire passer le traité de libre-échange controversé : le CETA est ainsi entré en vigueur "à titre provisoire" il y a cinq ans. La ratification devrait suivre.

Pendant des années pourtant, les Verts ont participé aux manifestations contre ce pacte antisocial. Selon Anton Hofreiter, le CETA représente une "atteinte massive à la démocratie". Jeudi dernier, ce fut le grand retournement de situation : les Verts ont soudainement approuvé la ratification du CETA, à trois exceptions près.

Tout à fait en accord avec les vieux partis. Seuls l'AfD et le Linkspartei s'y sont opposés. La chef du groupe parlementaire des Verts, Katharina Dröge, affirme que les Verts ont réformé les normes "sujettes aux abus" en collaboration avec le Canada et l'UE. Le traité est maintenant "enfin conforme au climat".

Les plaintes contre la protection de la nature ou la durabilité ont été balayées d'un revers de main par la "déclaration d'interprétation". Le ministre de l'Économie Robert Habeck considère lui aussi le CETA comme un "moteur de résilience et de durabilité".

Mais tous les membres du groupe parlementaire ne sont pas enthousiasmés par cette nouvelle version : la porte-parole des Verts pour le développement, Deborah Düring, a par exemple affirmé qu'il était "important pour elle que les accords de libre-échange placent la démocratie, les droits de l'homme et la protection du climat avant les intérêts des entreprises".

Malheureusement, malgré l'amélioration de la clause interprétative, le CETA ne peut pas le garantir. C'est pourquoi ils ont voté contre. Karl Bär, député des Verts, explique le changement d'attitude de ses camarades par un marchandage avec le FDP :

    "Pour beaucoup dans mon groupe, c'est le vote auquel ils doivent participer pour que nous puissions couler le traité sur la Charte de l'énergie. Je ne peux quand même pas approuver le Ceta".

Le traité sur la Charte de l'énergie était considéré comme un frein à la transition énergétique. Aujourd'hui, le FDP aide à en sortir et, en échange, les Verts votent pour le CETA.  Les électeurs des Verts apprécieront-ils aussi l'accord ?  Mais comme l'a déjà déclaré la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock à propos de la guerre en Ukraine, le parti hipster n'en a rien à faire.

Cover_COMPACT_2022_12_shop.jpg

Fini le bradage de notre pays. Un véritable changement de cap s'impose. Sahra Wagenknecht propose une telle alternative. Pour en savoir plus, lisez notre numéro de décembre avec le thème de Wagenknecht "La meilleure chancelière".  Commandez ici: https://www.compact-shop.de/shop/compact-magazin/compact-12-2022-die-beste-kanzlerin/ 

vendredi, 02 décembre 2022

Entretien avec Oskar Lafontaine: "Baerbock répète la propagande américaine"

6778da76-c825-4f14-bc72-63343f336f97_w948_r1.778_fpx46_fpy28.jpg

Entretien avec Oskar Lafontaine: "Baerbock répète la propagande américaine"

Source: https://zuerst.de/2022/11/30/lafontaine-im-interview-baerbock-plappert-us-propaganda-nach/

Berlin. A l'occasion de la présentation de son dernier livre "Ami, it's time to go !", l'ancien ministre des Finances, chef du SPD et cofondateur du Parti de gauche (Die Linke), Oskar Lafontaine, a réglé ses comptes avec le gouvernement "tricolore" et ses protagonistes. Ces derniers sont largement incompétents et sont les instruments consentants des intérêts américains, a constaté Lafontaine dans une récente interview.

Dans le contexte du sabotage à l'explosif du gazoduc Nord Stream, la demande de retrait de tous les soldats et installations américains d'Allemagne s'impose désormais. Lafontaine a déclaré : "L'objectif devrait être clair : le retrait de toutes les installations militaires et des armes nucléaires américaines d'Allemagne et la fermeture de la base aérienne de Ramstein".

ami-it-s-time-to-go.jpg

L'OTAN n'est "plus depuis longtemps une alliance défensive", mais un "outil pour imposer les revendications des Etats-Unis". Il en résulte la nécessité de mettre en place une "architecture de sécurité européenne" propre.

Mais cela n'est guère possible avec le personnel gouvernemental allemand actuel - la ministre des Affaires étrangères Baerbock répète la propagande américaine, et le ministre de l'Economie Habeck se disqualifie lui-même. "En ce qui concerne Mme Baerbock, je tiens à la défendre. Elle ne joue pas un jeu. Elle est probablement vraiment aussi simple d'esprit. Et Habeck est complètement dépassé dans sa fonction", diagnostique ce routard de la politique de longue date.

Mais cela se fait au détriment de la population, car c'est elle qui est mise à contribution pour la politique de sanctions désastreuse. "La population active en Europe paie le prix des ambitions de puissance mondiale d'une élite déjantée à Washington et de la lâcheté des dirigeants européens", résume Lafontaine.

Si le gouvernement des "trois couleurs" n'adopte pas rapidement une approche coordonnée avec la France pour mettre fin à la guerre en Ukraine, "l'économie en Allemagne et en Europe s'effondrera et les partis de droite deviendront de plus en plus forts en Europe". (st)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

****

 

jeudi, 01 décembre 2022

Les Etats-Unis attaquent l'Allemagne, coupable de commercer avec Pékin pour sauver l'économie allemande

2022-11-04-china.jpg

Les Etats-Unis attaquent l'Allemagne, coupable de commercer avec Pékin pour sauver l'économie allemande

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/gli-usa-attaccano-la-germania-colpevole-di-commerciare-con-pechino-per-salvare-leconomia-tedesca/

Après avoir porté un coup dur à l'économie allemande en faisant appliquer des sanctions suicidaires contre la Russie, les États-Unis attaquent à nouveau Berlin parce que le gouvernement tente de sauver l'Allemagne par le biais de relations économiques avec la Chine. Il est évident que l'attaque de Washington vise l'ensemble de l'Europe, même si les atlantistes ne le comprennent pas ou font semblant de ne pas le comprendre, puisque l'Allemagne est le marché de référence pour tous les grands pays européens, à commencer par l'Italie.

Les critiques américaines à l'encontre du chancelier Scholz découlent précisément d'une vision arrogante du monde qui devrait être insupportable à ceux qui se disent patriotes et souverainistes. La Chine, à l'inverse de Washington, a une vision multipolaire. Elle voudrait changer l'équilibre international et a même la force de le faire. Alors que, selon les maîtres américains, le monde doit continuer à avoir un seul pôle de référence. Celui de Washington, bien sûr. Et on ne peut tolérer des gouvernements qui, dans l'intérêt de leurs peuples respectifs, collaborent avec ceux qui veulent briser l'ordre imposé par l'impérialisme yankee.

Il était donc nécessaire de mettre fin à l'ère du gaz russe bon marché qui a favorisé le renforcement de l'Allemagne et de toute l'Europe. Maintenant, ils sont obligés d'acheter du gaz liquéfié américain à des prix insensés qui rendent l'industrie européenne moins compétitive. Et, en conséquence, le prix du gaz provenant d'autres pays a également augmenté, conformément à la liste de prix imposée par Washington.

Scholz a toutefois tenté de compenser au moins partiellement le désastre en se concentrant sur le maintien des relations avec Pékin, en augmentant les échanges dans certains secteurs stratégiques. Et puis la réprimande nord-américaine a été émise, qui peut compter sur des politiciens atlantistes même à Berlin. Prêts à sacrifier l'avenir des Allemands, et par conséquent de toute l'Europe, pour plaire aux maîtres de Washington. Scholz, qui n'est ni un génie ni un homme au cœur de lion, oscille entre ouvertures à Pékin sur les ports et fermetures sur la production de semi-conducteurs. Pendant ce temps, la locomotive allemande ralentit, s'arrête, bat en retraite. Nous verrons si la répression à la sauce atlantiste, c'est-à-dire avec de bonnes matraques pédagogiques, suffira à stopper les probables protestations des prochains mois.

 

lundi, 28 novembre 2022

Gottfried Benn et sa pensée - L'épreuve du nationalisme

Benn_GottfriedcRadio-Bremen_FREI_Quadrat.jpg

Gottfried Benn et sa pensée

L'épreuve du nationalisme

Arno Bogenhausen

Ex : http://www.hier-und-jetzt-magazin.de/

Une biographie récente du poète-philosophe nous donne l'occasion de réfléchir à la relation qui peut exister entre l'affirmation nationale et le solitaire spirituel. Gunnar Decker, dont le travail est bien plus riche que celui de Raddatz ("Gottfried Benn, Leben - niederer Wahn") et qui apporte également un plus par rapport à l'œuvre réussie de Helmut Lethen ("Der Sound der Väter"), est, en tant que membre de la classe d'âge 1965, clairement un soixante-huitard, donc moins partial et au regard plus trouble que ses prédécesseurs. On trouve chez lui des incorrections comme cette remarque incidente : "Il est dans la nature de la politique de réaliser toute idée, quelle qu'elle soit, constamment en dessous du niveau". Néanmoins, pour lui aussi, les contacts de Benn avec le national-socialisme et la "forme aristocratique d'émigration" qui s'ensuivit dans le corps des officiers de la Wehrmacht allemande sont une raison de réfléchir plus longuement ; trois des six chapitres sont à eux seuls consacrés aux années du Troisième Reich.

Le ralliement de Benn au national-socialisme, qui s'est traduit en 1933 par des discours radiophoniques, des essais et l'obtention du poste de vice-président de l'"Union des écrivains nationaux", est indiscutable. Elle n'était pas due à une adaptation extérieure, mais reposait sur la conviction d'être à un tournant historiquement logique. Le contempteur de l'idée de progrès et de toute humiliation programmatique de l'homme espérait "qu'une dernière fois, dans la résonance de mondes doriens lointains, l'Etat et l'art trouveraient une grande forme tout en s'enthousiasmant mutuellement" (Eberhard Straub). Le 23 septembre 1933, il écrivit à une amie aux États-Unis "que moi et la majorité de tous les Allemands ... sommes avant tout parfaitement sûrs qu'il n'y avait pas d'autre possibilité pour l'Allemagne. Après tout, tout cela n'est qu'un début, les autres pays suivront, un nouveau monde commence ; le monde dans lequel vous et moi étions jeunes et avons grandi a joué son rôle et est terminé".

Cette attitude lui est encore reprochée aujourd'hui. Tout commence en 1953 avec le livre de Peter de Mendelssohn "L'esprit du despotisme", dans lequel Hamsun et Jünger sont en même temps plongés dans un bain de "moralité". Decker explique très bien pourquoi les reproches manquent leur cible: "L'échec de Benn est traité sur près de cinquante pages, qui se fondent en fin de compte sur sa réticence à reconnaître sa culpabilité morale. Le lecteur n'est qu'à moitié convaincu, car Peter de Mendelssohn argumente presque exclusivement sur le plan moral - et c'est toujours là que Benn se sent le moins concerné. On retrouve dans ce livre le même ton que celui des soixante-huitards et de leur dénonciation aussi extatique que générale de la génération des pères. Ou encore - à un autre niveau - comme chez certains militants des droits civiques de la RDA, qui ont perdu la RDA et qui font donc de leur sens des droits civiques une icône qu'ils continuent à cultiver".

Benn n'a guère facilité la tâche de ses innombrables interprètes en quête d'explications. En effet, ni les tentatives tortueuses de justification, ni les études de psychologie des profondeurs, comme celles de Theweleit, ne sont nécessaires pour interpréter ce qui est prétendument "incompréhensible". Le penseur lui-même, dans un discours public de 1950, a fait une déclaration très simple, balayant dans sa simplicité tout brouillard théorique : "C'était un gouvernement légal qui était aux commandes ; il n'y avait d'abord aucune raison de s'opposer à son appel à la coopération".

3049a.jpg

Le véritable problème ne réside donc pas dans la décision de Benn, avec laquelle il n'était vraiment pas seul - même parmi les intellectuels -, mais dans l'incapacité des responsables à la gérer. Klaus Mann, devenu entre-temps observateur étranger, constate non sans satisfaction que "ses offres sont tombées dans l'oreille d'un sourd ou d'un demi-sourd... Benn cesse surtout d'être ou de devenir fasciste, fin 1934, parce qu'il n'y a pas de fonction qui lui convienne dans l'État de sélection national-socialiste".

De l'association médicale nazie, qui a émis des ordres discriminatoires, aux rédacteurs de journaux fanatiques, qui lui ont reproché de ne pas être suffisamment völkisch, en passant par des fonctionnaires pour qui l'expressionnisme dans son ensemble était "non-allemand", le rejet s'est abattu sur lui. En 1936, un anonyme du "Corps noir" lui reprocha sa virile désinvolture en matière sexuelle : "il fait aussi dans l'érotisme, et la manière dont il le fait le rend tout à fait apte à succéder à ceux que l'on chassait de la maison à cause de leurs cochonneries contre-nature". Benn s'est ensuite vu contraint de déclarer sur l'honneur qu'il n'était pas homosexuel. La commission de contrôle officielle du parti pour la protection des écrits nationaux-socialistes reprocha à la Deutsche Verlags-Anstalt de publier des "travaux complètement dépassés" et transmit à la police secrète d'État que les poèmes de Benn témoignaient d'une "souillure pathologique en soi", raison pour laquelle il fallait se demander "si l'éditeur ne devait pas être tenu pour responsable". Un peintre-auteur chargé de l'"épuration" de l'art l'accusa de "perversité", une "perversité" rappelant "le graphisme des bordels et la peinture obscène" ; il convenait d'"annuler" son admission dans le corps des officiers. Des insinuations malveillantes culminaient dans l'attribution de son nom de famille au sémitique "ben" et lui attribuaient une origine juive. Benn ne dut qu'à son avocat Hanns Johst, qui intervint auprès de Himmler, de ne pas faire l'objet de mesures plus contraignantes.

Il ne s'agit pas ici de pleurer sur un "chapitre sombre de l'histoire allemande". Benn lui-même écrivait en 1930 à Gertrud Hindemith : "N'oubliez jamais que l'esprit humain est né pour tuer et comme un formidable instrument de vengeance, et non comme le flegme des démocrates, qu'il était destiné à lutter contre les crocodiles des mers primitives et les sauriens des cavernes - et non être roulé dans le duvet". L'agonalité de la vie lui était familière et, au vu de la pratique des bureaucraties actuelles, qui soumettent les esprits malveillants à des tribulations bien plus importantes que celles qu'il a connues, il n'est pas question de rompre à la légère le silence sur une "dictature ouverte". Mais il n'est guère pardonnable d'avoir laissé passer l'occasion unique de recruter une personnalité de cette envergure pour le nouvel Etat. Les nationaux-socialistes qui rejetaient Benn par excellence s'abaissaient - il faut le dire si durement - au niveau du bolchevisme. Enfermés dans des horizons petits-bourgeois et égalitaires et des critères idéologiques minimalistes, ils n'ont pas vu qu'ils avaient en face d'eux un grand dont l'œuvre, quoi qu'on en dise, faisait honneur aux Allemands. (Il en va de même pour un certain nombre d'autres qui, loin d'être des compagnons sans patrie, ont été mis à l'écart ; il suffit de penser à George, Jünger, Niekisch, Schmitt et Spengler, dont Benn écrivait d'ailleurs dès 1946 qu'il "serait aujourd'hui aussi indésirable et blacklisté qu'il l'était par les nazis").

Gottfried-Benn+Das-moderne-Ich.jpg

La triste image que le national-socialisme a donnée sur ce point est particulièrement évidente en comparaison avec l'Italie fasciste, qui a su accueillir les impulsions vitales du futurisme et les intégrer dans sa pluralité exemplaire. Dans plusieurs essais, Benn a tenté de faire accepter l'idée futuriste aux hommes d'État berlinois. Lorsque Marinetti, l'auteur du Manifeste futuriste, se rendit à Berlin en sa qualité de président de l'Union des écrivains italiens et qu'un banquet fut organisé en son honneur, Benn prononça l'éloge en lieu et place de Hanns Johst. Mais ses efforts sont restés vains. Même les expressionnistes les moins notés, dont l'évaluation faisait encore l'objet d'une querelle interne au parti national-socialiste, furent soumis aux dogmatiques du Volkstümliches.

Après la soi-disant "répression du putsch de Röhm", Benn écrit à son ami de toujours Friedrich Wilhelm Oelze : "Un rêve allemand, une fois de plus, vient de se terminer". Plus tard, il décrira ainsi les fléaux de l'État national-socialiste : "Un peuple veut faire de la politique mondiale, mais ne peut pas s'en tenir à un traité, coloniser, mais ne maîtrise aucune langue, assumer des rôles d'intermédiaire, mais en cherchant faussement - chacun croit avoir quelque chose à dire, mais personne ne peut parler, - pas de distance, pas de rhétorique, - des apparences élégantes les appellent duperie, - partout ils s'engagent massivement, leurs opinions arrivent avec de grosses sabots, - dans aucune société ils ne peuvent s'intégrer, dans chaque club ils se sont fait remarquer".

Pourtant, après 1945, Benn ne rejoint pas les "behavioristes". Sa rétrospective se limite à quelques remarques et ne tombe à aucun moment dans l'hyperbole. "Le national-socialisme est à terre, je ne traîne pas le corps d'Hector". L'ordre d'après-guerre mis en place par les vainqueurs fait l'objet d'une analyse non moins cinglante : "Je parle de notre continent et de ses rénovateurs qui écrivent partout que le secret de la reconstruction repose sur 'un changement profond, intérieur, du principe de la personnalité humaine' - pas de lendemain sans ce gémissement de pression ! -, mais dès que les prémices de ce changement veulent se manifester, leur méthode d'éradication se met en place : fouille de la vie privée et des antécédents, dénonciation pour dangerosité envers l'Etat ? toute cette systématique déjà classique de l'idéologie des bonzes, des crétins et des licenciés, face à laquelle la scolastique semble hypermoderne et les procès en sorcellerie universels et historiques".

Les reproches concernant son "passé récent" le laissent froid. A un journaliste qui le dénonce, il dit : "Vous pouvez écrire que j'ai été commandant de Dachau ou que j'ai des relations sexuelles avec des mouches, vous n'entendrez pas de réponse de ma part". Et il ne s'est jamais excusé.

Il serait tout à fait erroné de considérer l'attitude de Benn vis-à-vis du nazisme comme celle d'un homme de gauche. Ce qui le distinguait des nationaux-socialistes formatés par le parti peut être dit de la même manière de sa relation avec les éléments de gauche : une position sublime vis-à-vis du prêt-à-porter intellectuel et une insistance sur la pureté d'airain de la parole qui ne doit pas se perdre dans le flot de paroles trouble de la rue. L'année de sa mort, il écrit : "Au commencement était la parole et non le bavardage, et à la fin, ce ne sera pas la propagande, mais à nouveau la parole. La parole qui lie et qui ferme, la parole de la Genèse qui sépare les solides des brumes et des eaux, la parole qui porte la création".

imagesgbged.jpgEn 1929 déjà, Max Hermann-Neiße avait fait sensation en publiant une critique dans le journal de gauche Neue Bücherschau, dans laquelle il caractérisait Benn ainsi à l'occasion de la parution de sa Gesammelte Prosa : "Il existe aussi à cette époque de l'homme d'action polyvalent et versatile, du fournisseur littéraire de matériel de propagande politique, du poète utilitaire vite fait, en quelques rares exemplaires, l'exemple du poète du monde indépendant et supérieur, du créateur d'une œuvre non pas volumineuse, mais d'autant plus pesante, qui ne peut être confondue avec aucune autre. " Dans cette distance par rapport à la publicité politique, il n'y a cependant pas - et c'est là le point décisif - un manque de radicalité, mais plutôt une grandeur qui va bien au-delà de la mesquinerie de l'actualité: "Il ne participe pas à l'escroquerie. Les écrivains pressés et avides de succès à bon compte de cette époque sans niveau se croient redevables de se montrer plus bêtes qu'ils ne le sont et de parler de manière populaire avec un air paillard, alors que le bec a poussé tout autrement et de manière bien plus compliquée. Et avec un style qui est le contraire de populaire, il reste plus fiable, va plus loin et agit plus loin en tant que révolutionnaire que les fonctionnaires bien-pensants, les crieurs publics et les tyranneaux de salon qui répètent ce qui est écrit sur le chiffons de la propagande. Au lieu du 'petit format' habituel des secrétaires qui orchestrent une escarmouche politique pour obtenir des avantages de pouvoir et de pacotille, c'est un rebelle de l'esprit qui s'exprime ici, un philosophe de la sédition qui pense en termes de culture et s'attend à des coups du siècle". La présentation de Hermann-Neisse a suscité l'indignation de ses collègues du collège de rédaction, les fonctionnaires du KPD Kisch et Becher. Tous deux démissionnèrent de la direction de la rédaction sous les coups de canon verbaux, prouvant ainsi a posteriori qu'ils faisaient partie de ceux-là mêmes qui avaient été critiqués.

Un incident similaire se produisit deux ans plus tard, lorsque Benn prononça un discours à l'occasion du soixantième anniversaire de Heinrich Mann lors d'un banquet organisé par la Schutzverband Deutscher Schriftsteller et publia peu après un essai sur l'homme de lettres. Bien qu'il lui trouvât de nombreux mérites, il fit à nouveau preuve de lucidité en constatant "que des jeunes gens inoffensifs lui empruntaient le concept d'écrivain utile, avec lequel ils se mettaient un peu de rouge, puis s'évanouissaient totalement dans l'opportunisme et les mondanités. Pour les deux, quel obscurcissement !" Le moment était venu : en commençant par l'architecte écrivain Werner Hegemann, l'étiquette de "fasciste" était collée sur le costume impeccable de Benn.

Celui-ci, ainsi démasqué, répondit par un article dans le Vossische Zeitung et se moqua de savoir si c'était un crime de célébrer le poète en tant que poète et non en tant que politicien. "Et si l'on ne peut plus faire cela en Allemagne et lors d'une fête destinée au monde des écrivains sans être publiquement bousculé de cette manière extraordinairement effrontée par les littérateurs collectifs, nous nous trouvons cependant dans une nouvelle période à la Metternich, mais dans ce cas ne s'ancrant pas du côté de la réaction, mais d'un autre côté".

Des années plus tard, alors que Benn était déjà en perte de vitesse dans le Reich, les idéologues marxistes ne manquèrent pas de l'attaquer. En 1937, Alfred Kurella, qui deviendra un jour un fonctionnaire culturel de la RDA, exprime son "indignation" à l'égard de Benn dans le journal des émigrés Das Wort et constate que l'expressionnisme est "Gräßlich Altes" et "mène au fascisme".

Benn avait déjà mis le doigt sur son positionnement idéologique en janvier 1933, lorsqu'une phalange totalitaire de gauche dirigée par Franz Werfels avait proposé à l'Académie allemande d'adopter un manifeste contre la "Poésie des Allemands" de Paul Fechter. (Decker à ce sujet : "Si l'on prend aujourd'hui en main le livre de Paul Fechter, on secoue la tête avec étonnement... On cherche en vain dans ce livre le grand scandale, la haine, l'hostilité des esprits, le racisme, contre lesquels toute une académie de poètes a cru devoir protester"). A l'époque, Benn écrivait dans une manifestation personnelle : "Celui qui entreprend de restreindre l'esprit pensant, l'esprit de recherche, l'esprit créateur d'un point de vue quelconque limitant le pouvoir politique, nous verrons en lui notre adversaire. A celui qui oserait se déclarer ouvertement hostile à de telles valeurs et qui les considérerait comme secondaires, voire inutiles, ou qui les subordonnerait, en tant que pures valeurs de tendance, aux notions pompeuses et fumeuses de nationalité, mais non moins d'internationalité, nous opposerons notre conception de l'esprit patriotique, qui part du principe qu'un peuple se soutient ... porte ... par la force spirituelle immanente, par la substance psychique productive dont les œuvres, marquées à la fois par la liberté et la nécessité ... portent le travail et la possession, la plénitude et la discipline d'un peuple dans les vastes espaces de l'histoire humaine. "

Dans cette formulation, la définition que donne Benn de la nation comme espace fondé sur l'esprit est focalisée. Se référant aux grands hommes du passé (Schiller et Herder sont nommément cités), il plaide finalement pour "notre troisième Reich", bien au-dessus du niveau imprégné de la politique de classe, de masse et de race.

Benn n'a pas envisagé de quitter l'Allemagne après 1933, et son opinion de ceux qui l'ont fait n'a jamais été bonne. En 1949, il écrivait à Oelze : "Ceux qui prennent encore les émigrés au sérieux aujourd'hui doivent s'en tenir là... Ils ont eu quatre ans ; tout était à leurs pieds, les maisons d'édition, les théâtres, les journaux les courtisaient... mais au bout du compte, il n'en est rien sorti, pas un vers, pas une pièce, pas un tableau qui vaille vraiment la peine". A la fin de sa vie, en présence d'amis qui avaient traversé les frontières, il déclarait encore que l'émigration était une chose tout à fait inutile.

En 1948, alors que tout le monde essaie de se montrer bon élève de la démocratie, il ose, dans la "Lettre de Berlin", rejeter cette même "machine à médiatiser" l'existence artistique : elle est "absurde si on la tourne vers la production. L'expression ne naît pas de décisions prises en séance plénière, mais au contraire de la sédimentation des résultats de vote, elle naît d'un acte de violence dans l'isolement". Decker commente laconiquement qu'il s'agit d'"une distinction subtile que personne ne lui a encore réfutée" et que "le voilà de nouveau, le barbare sans lequel le génie ne se présente pas".

9783826075803.jpg

La parenté d'esprit de Benn avec Ernst Jünger est ici indéniable, même si de nombreux éléments de perspective et de style (au sens le plus large du terme) les séparent. Ils correspondent avec parcimonie, mais Benn remarque en 1950 "combien ses pensées et les miennes se touchent en partie", et rapporte une visite de Jünger - sans doute la plus longue qu'il ait jamais autorisée chez lui : "Nous avons bu très abondamment, et ce faisant, nous nous sommes rapprochés et sommes devenus ouverts l'un à l'autre". Decker a donc raison lorsqu'il résume : "Ils ont des thèmes communs et, à un âge avancé, une attitude stoïque similaire face au monde. Ils voient dans la démocratie des partis une tentative inefficace d'assurer la survie de l'humanité à l'aube du XXIe siècle, méprisent la politique et cultivent le mythe comme renouvellement de l'humanité. Le 'Waldgänger' de Jünger et a fortiori son 'Anarch' sont apparentés au 'Ptolémée' et au 'Radardenker' de Benn".

Le "Ptolémée", un essai publié en 1949, professe dès son titre une vision du monde "centrée sur la terre", statique, étrangère à tout mouvement vers le haut. Cette excellente constatation ne doit cependant pas être confondue avec la résignation, mais appelle à l'existence selon sa propre loi : "tiens-toi toi aussi dans le pays où tes rêves t'entraînent et où tu es là pour accomplir en silence les choses qui te sont imposées". Alors que la masse vacille dans le tourbillon des futilités, la fonction de quelques-uns est de faire ses preuves. Dans une vision de l'orateur monologuant, on trouve cette belle image : "Les ordres, les frères, avant de s'éteindre, se lèveront encore une fois. Je vois pousser au bord des eaux et sur les montagnes de nouveaux Athos et de nouveaux Monte Cassinos, - des burnous noirs se promènent dans une démarche silencieuse et introspective".

En tant qu'exposant de l'artiste autonome, Benn est exemplaire contre toute forme d'assujettissement de l'esprit à des fins politiques (ce qui n'exclut pas la symbiose à la même hauteur, et n'exige donc en aucun cas une spiritualité apolitique). Il est ainsi aussi éloigné de l'ochlocratie de notre époque que des systèmes totalitaires. "Ce qu'il ne supporte pas, c'est une fausse croyance qui méconnaît l'essence de l'art et le réduit à ses fins secondaires ... Et c'est précisément au milieu de la consommation et du divertissement, les grandes puissances de médiocrisation issues de l'alliance du capitalisme et du système parlementaire, que s'estompe la connaissance de cette violence élémentaire de l'art qui affirme un contre-monde spirituel" (Decker).

410ABMJW0FL._SX289_BO1,204,203,200_.jpg

Aujourd'hui, le nationalisme allemand est à des années-lumière d'actionner les leviers du pouvoir. En ce sens, la question de savoir si l'expérience des soixante-dix dernières années lui a appris à accorder une liberté inconditionnelle au grand individu ne se pose pas en tant que question pratique. Le cas échéant, on ne pourra assumer une responsabilité historique que si non seulement la "banalité du bien" est surmontée au profit d'une "nouvelle dureté allemande", mais aussi si les bêtises fatales ne sont pas répétées - dont Talleyrand disait, comme on le sait, qu'elles étaient pires que les crimes.

Cahier Hier und Jetzt, 5/07 - "Gottfried Benn et sa pensée" - Mise à l'épreuve du nationalisme" par Arno Bogenhausen, p. 32 à 37

Decker, Gunnar : Gottfried Benn. Genie und Barbar, Aufbau-Verlag, Berlin 2006, 544 p., 26,90 €.

mercredi, 23 novembre 2022

L'Ecole de Sagesse du Comte Keyserling - Une leçon d'influence culturelle

als-ganzes-ist-dies-buch-das.jpg

L'Ecole de Sagesse du Comte Keyserling

Une leçon d'influence culturelle

Par Manuel Fernández Espinosa

Ex : http://movimientoraigambre.blogspot.com

Les généalogistes disent qu'il avait Genghis Khan comme ancêtre par l'intermédiaire d'une grand-mère et on sait qu'il était marié à la petite-fille d'Otto von Bismarck. Hermann Alexander Comte Keyserling (1880-1946) était un philosophe plutôt populaire selon les normes de sa profession ; aujourd'hui, on se souvient à peine de lui. Avec la révolution bolchevique, il a été contraint d'émigrer en Allemagne, abandonnant ses domaines dans la Livonie balte dont il était originaire. Sa curiosité philosophique l'a conduit à entreprendre une série de voyages, faisant de lui un véritable homme du monde. Son intérêt pour les philosophies et les religions d'Extrême-Orient et la connaissance qu'il a acquise de ces traditions au cours de ses voyages et de ses études lui ont valu le rôle d'interlocuteur européen en Asie, à tel point qu'Antonio Machado a pu écrire à son sujet : "il porte l'Orient dans son sac de voyage, prêt à ce que le soleil se lève là où on l'attend le moins" ("Juan de Mairena", Antonio Machado).

En 1920, le comte Keyserling fonde son "École de la sagesse" (Schule der Weisheit) à Darmstadt, sous le patronage du grand-duc Ernst Ludwig de Hesse. Avec la Schule der Weisheit, un centre de haute culture a été créé, qui avait deux dimensions : une dimension publique, en tant que centre d'éducation indépendant des églises et de l'université, organisant des conférences, et une autre dimension, moins connue, de nature occulte. Nous ne devrions pas être choqués par le fait de son "occultisme", puisque l'Allemagne de l'entre-deux-guerres (comme Thomas Mann et Ernst Jünger nous le relatent dans leurs romans...) était un terrain favorable aux sociétés secrètes et à leurs prétendues doctrines de salut.

000358938.jpg

Les intellectuels les plus remarquables de l'Allemagne de l'entre-deux-guerres sont passés par l'École de la Sagesse dans leurs activités publiques: le philosophe Max Scheler, le père de la psychologie des profondeurs Carl Gustav Jung, le sinologue Richard Wilhelm, le philosophe Leopold Ziegler, etc. Des scientifiques et des industriels allemands ont également été invités à donner des cours ou à assister à des conférences. L'École de la Sagesse a imprimé deux périodiques qui sont devenus ses organes de presse : Der Weg zur Vollendung. Mitteilungen der Schule der Weisheit ("Le chemin de la perfection. Communications de l'école de la sagesse") et Der Leuchter. Weltanschauung und Lebensgestaltung. Jahrbuch der Schule der Weisheit ("Le luminaire. Vision du monde et formation à la vie. Annuaire de l'école de la sagesse"). En 1920, la Keyserling-Gesellschaft für freie Philosophie (Société de Keyserling pour la philosophie libre) a également été fondée, qui a été relancée à Wiesbaden en 1948.

Les intellectuels les plus engagés dans le projet du comte Keyserling étaient tenus à une stricte observance de la philosophie keyserlingienne particulière et étaient sous la direction du comte ou de ses disciples de confiance. Parmi eux, le comte Kuno von Hardenberg (1871-1938), orientaliste et critique d'art, spécialiste de la franc-maçonnerie. Le scientifique qui, comme le comte von Keyserling lui-même, était d'origine balte : Karl Julius Richard Happich (1863-1923) (photo), l'un des pionniers du contrôle hygiénique, bactériologiste et vétérinaire, également oncologue.

indexhappich.jpg

Kuno von Hardenberg et Karl Happich écriront, avec Hermann von Keyserling, un livre au titre éloquent Das Okkulte (L'occulte) ; ce n'est pas pour rien que Federico Sciacca affirme que Keyserling "s'est donné à la magie et à l'occultisme dans une conception du génie comme véhicule de Dieu sur terre". Le psychologue Georg Groddeck (1866-1934), considéré comme l'un des pionniers de la médecine psychosomatique, a également joué un rôle dans l'École de la sagesse.

Mais quelle était la philosophie de Keyserling ? La philosophie de Keyserling est une cristallisation supplémentaire du pessimisme qui a suivi la Première Guerre mondiale, à l'instar du relativisme de Simmel, de la philosophie de l'histoire d'Oswald Spengler et d'autres courants contemporains : rien moins que les fondements de la civilisation occidentale étaient en jeu. Keyserling revendique le "Sens" et fait une critique grossière du rationalisme et de la civilisation technique dans lesquels l'Occident a sombré. "L'Occidental est un fanatique de l'exactitude. D'autre part, il ignore presque tout de la signification. Si jamais il pouvait la saisir, il l'aiderait à trouver son expression parfaite et à établir une harmonie complète entre l'essence des choses et les phénomènes" - nous dit le comte Keyserling dans Journal de voyage d'un philosophe (1919).

Pour Keyserling, il s'avère que le "sens", qui est - précisément - ce que l'Occidental ignore, est ce que l'Oriental n'a pas perdu. Le sens ne peut être découvert que par une intuition particulière et par l'interprétation des symboles et des mythes. C'est en tenant compte de cet élément que l'on peut comprendre que Keyserling tourne son regard vers l'Est, où le comte balte croit avoir trouvé la clé qui, convenablement greffée à l'Ouest, peut permettre à l'homme de découvrir sa véritable personnalité, falsifiée par la civilisation de la mesure et des machines. L'école de la sagesse n'était pas un centre conventionnel de philosophie académique, mais un chemin de connaissance dans un but précis : la plénitude. La rencontre avec le Sens - pour Keyserling - n'est pas seulement la rencontre avec la réalité qu'il y a, mais plutôt l'ouverture à la réalité qu'il peut y avoir. La philosophie de Keyserling était une autre expression de l'irrationalisme romantique allemand et son École de la Sagesse un retour aux approches anciennes d'une philosophie qui prétendait offrir une doctrine de salut, comme le pythagorisme et l'Académie de Platon.

006368203.jpg

Keyserling était très populaire en Espagne. L'intelligentsia espagnole et les classes sociales supérieures de l'époque étaient ravies de le recevoir et l'entretenaient avec des banquets, et attendaient la prédication du comte mystagogue avec intérêt et scepticisme. Indépendamment de leurs tendances, qui à l'époque ne s'étaient pas radicalisées jusqu'à la confrontation civile, José Ortega y Gasset, Eugenio d'Ors, les Machados, les Barojas, Ernesto Giménez Caballero, Rafael Alberti, Ramiro Ledesma Ramos, Ramón Menéndez Pidal, Américo Castro... ont partagé d'agréables soirées en Espagne avec le sage balte. Mais il y avait d'autres motivations pour les voyages du comte Keyserling en Espagne, en plus de son harmonie avec le monde hispanique. Keyserling avait envisagé la possibilité de créer une branche de son École de la Sagesse dans les Îles Baléares. Les journaux de l'époque ont rapporté que cette entreprise culturelle voulait créer un centre de formation pour les élites castillanes et catalanes avec l'intention de propager le pangermanisme.

Mais l'hebdomadaire La Conquista del Estado de Ledesma Ramos réagit à ces prétentions germaniques, comprenant les allées et venues du comte Keyserling comme une ingérence étrangère dans les affaires hispaniques. Il est plus que probable que La Conquista del Estado avait raison : Keyserling exerçait son influence sur l'Espagne, mais avec l'idée de l'exercer ensuite sur l'Amérique latine : c'est ce que lui reproche l'hebdomadaire de Ledesma Ramos : "D'une part, il recherche l'amitié espagnole pour donner à la pauvre petite France matière à réflexion. Et d'autre part, il veut s'assurer le marché hispano-américain en cultivant les agents les plus autorisés de la métropole hispanique" ("Keyserling en España o el comercio alemán de ideas", LA CONQUISTA DEL ESTADO, 14 mars 1931).

2-84100-047-8.jpg

L'Espagne était alors, comme elle l'est aujourd'hui, une terre où le poids des puissances en présence se décidait dans les rencontres de la société et de la culture.

Nous pouvons en conclure que l'École de la Sagesse de Keyserling a pu être, en même temps qu'un centre de philosophie, un laboratoire d'idées d'un certain pangermanisme de l'entre-deux-guerres qui expérimentait des stratagèmes pour réaliser des alliances avec de grands blocs géopolitiques, comme celui constitué par l'Hispanidad. Le triomphe du national-socialisme hitlérien a conduit à la persécution et à l'extinction de nombreuses organisations similaires à celle de Keyserling (rappelez-vous le harcèlement auquel le hiérophante Rudolf Steiner et son anthroposophie ont également été soumis par les nazis). En Espagne, après la guerre civile espagnole, la philosophie de Keyserling a décliné et son étoile a pâli..... Elle est restée un souvenir fané des temps d'avant le massacre dans lequel nous étions impliqués.

La leçon du cas de Keyserling se résume peut-être à l'intérêt que toutes les puissances mondiales ont manifesté pour exercer leur influence culturelle sur l'Espagne, avec l'intention de l'exercer à leur tour sur les pays frères d'Amérique latine : Français, Anglais, Allemands, Russes se sont partagé les sympathies des Espagnols. Certains Espagnols, comme Valle-Inclán, ont travaillé pour les Alliés pendant la Première Guerre mondiale, d'autres Espagnols ont professé une évidente germanophilie, et même au milieu des fusillades de la guerre civile, on pouvait entendre des acclamations pour la Russie. D'une manière très différente, les pays qui se sont disputés l'hégémonie mondiale ont réussi à nous rallier à leur cause.

N'est-il pas temps de créer nos propres centres culturels dans le but précis de mener à bien une grande politique hispanique ? Oui, je pense que c'est le cas. Et pour de simples raisons de survie. J'espère pouvoir répondre à cette question très bientôt.

BIBLIOGRAPHIE :

Plusieurs livres de Hermann Comte de Keyserling.

Plusieurs livres d'Eugenio d'Ors.

Federico Sciacca, "La philosophie aujourd'hui".

Emile Bréhier, "Histoire de la philosophie", vol. 2.

Antonio Machado, "Juan de Mairena".

vendredi, 18 novembre 2022

Les attaques terroristes contre Nord Stream. Nouvelles importantes du bureau du procureur suédois

720x410c50.jpg

Les attaques terroristes contre Nord Stream. Nouvelles importantes du bureau du procureur suédois

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-attentati_terroristici_nord_stream_importante_novit_dalla_procura_svedese/45289_47936/

Les actions terroristes perpétrées le 26 septembre contre les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2 sont le résultat d'un "sabotage" délibéré. C'est ce qu'a déclaré vendredi Mats Ljungqvist, le procureur chargé de l'enquête en Suède.

"Au cours de l'enquête sur le site de l'accident, qui a été menée en mer Baltique, des saisies importantes ont été effectuées et la zone a été soigneusement documentée. Les analyses effectuées aujourd'hui montrent des traces d'explosifs dans plusieurs des corps étrangers retrouvés", peut-on lire dans un communiqué du parquet remis à la presse.

Le communiqué indique que l'enquête "est très complexe et étendue", et que l'enquête en cours "doit montrer si quelqu'un peut être soupçonné du délit".

"La coopération avec les autorités en Suède et dans d'autres pays est excellente. Il est important de poursuivre les enquêtes préliminaires et les différentes collaborations en cours afin que nous puissions travailler dans la paix et la tranquillité", a déclaré M. Ljungqvist.

Commentant les actes terroristes, le président russe Poutine a déclaré que quelqu'un était derrière eux "qui était techniquement capable d'organiser les explosions et qui a déjà eu recours à ce type de sabotage, pris sur le fait, mais resté impuni". Le dirigeant russe a également indiqué que l'incident était bénéfique pour les États-Unis, qui peuvent désormais "fournir des ressources énergétiques à des prix plus élevés".

Les gouvernements du Danemark, de l'Allemagne et de la Suède ont refusé de coopérer entre eux et de divulguer les résultats de leurs enquêtes sur les explosions de pipelines et ont ignoré les demandes de la Russie d'être autorisée à participer à l'enquête. 

 

mardi, 15 novembre 2022

Nouveaux soupçons dans l'affaire Nord Stream : une société américaine découvre qu'il y avait des "navires sombres" non loin de la scène du crime

Andreas_Dr._Zeitler-285093.1166982.jpg

Nouveaux soupçons dans l'affaire Nord Stream : une société américaine découvre qu'il y avait des "navires sombres" non loin de la scène du crime

Source: https://zuerst.de/2022/11/15/neue-verdaechtige-im-fall-nord-stream-us-firma-entdeckt-dunkle-schiffe-unweit-des-tatorts/

San Francisco. Un nouveau développement dans l'affaire du dynamitage des gazoducs Nord Stream : le magazine informatique américain Wired rapporte maintenant dans son édition en ligne que la société américaine SpaceKnow a découvert, grâce à l'analyse de données satellites, deux "navires sombres" qui se trouvaient non loin des lieux des actes de sabotage du 26 septembre dans la mer Baltique, navires qui avaient désactivé leur système d'identification automatique par radar AIS.

Le directeur général de SpaceKnow, Jerry Javornicky, a déclaré à Wired qu'il était pour le moins suspect que les navires, qui mesuraient respectivement environ 130 et 95 mètres de long, aient manifestement cherché à dissimuler leurs itinéraires et leurs emplacements. Les données ont donc été transmises à l'OTAN, a-t-il ajouté.

Selon M. Javornicky, les deux navires se trouvaient à proximité des points de fuite quelques jours seulement avant que les gazoducs ne soient détruits par des explosions. Au total, d'après les données satellites, 25 navires s'y sont rendus, mais seulement deux d'entre eux avaient désactivé leur tracker AIS, rapporte Wired.

"Ils avaient désactivé leur AIS, ce qui signifie qu'il n'y avait aucune information sur leurs mouvements. Et ils essayaient de garder leurs informations de localisation et d'autres informations générales cachées au monde", a déclaré Javornicky, cité par le magazine informatique.

Le système d'identification automatique (AIS) assure l'identification des navires sur les mers du monde. Le système d'identification automatique transmet au système d'affichage et d'information cartographique (ECDIS) des données telles que l'identifiant unique, la vitesse, le cap, la position, l'indicatif radio, etc. Il a été adopté comme norme obligatoire par l'Organisation maritime internationale (OMI) en décembre 2000.

La découverte faite par SpaceKnow en analysant les images de plusieurs satellites devrait alimenter les spéculations sur la cause des explosions. Dernièrement, un fait remarquable a été rendu public : quelques minutes après les explosions, la Première ministre britannique Liz Truss, qui a depuis démissionné, a envoyé de son téléphone portable personnel un SMS au secrétaire d'État américain Blinken dans lequel elle écrivait : "It's done" - "c'est fait". Depuis, le Kremlin insiste sur le fait qu'il a des "preuves" d'une implication majeure des services britanniques dans les attentats. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

samedi, 12 novembre 2022

Moins 7%: les commandes étrangères à l'industrie allemande s'effondrent

081412_0.jpg

Moins 7%: les commandes étrangères à l'industrie allemande s'effondrent

Source: https://zuerst.de/2022/11/10/minus-7-prozent-auslandsauftraege-fuer-die-deutsche-industrie-brechen-ein/

Wiesbaden, Allemagne. La désindustrialisation de l'Allemagne en chiffres : les commandes pour les entreprises industrielles allemandes ont continué à baisser en septembre. La baisse a été de 4% par rapport au mois précédent et de près de 11% par rapport à septembre 2021, a annoncé l'Office fédéral des statistiques. En juillet et en août, les entrées de commandes dans l'industrie manufacturière avaient déjà baissé. Certes, les commandes nationales ont légèrement augmenté de 0,5%. Mais les commandes étrangères ont chuté de 7,0%.

"L'envolée des entrées de commandes qui s'était produite après la pandémie Corona dans le cadre d'un effet de rattrapage semble être terminée", a déclaré le ministère allemand de l'Économie.

Les perspectives futures de l'activité industrielle restent assombries par la flambée des prix de l'énergie, qui se répercute de plus en plus sur les consommateurs finaux. Selon le ministère, le quatrième trimestre risque d'être faible.

Les entreprises ont également du mal à honorer leurs anciennes commandes. En cause, des chaînes d'approvisionnement perturbées et des "perturbations persistantes dues à la crise de Corona". (se)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

mardi, 08 novembre 2022

Le voyage de Scholz en Chine irrite les atlantistes

DQ4FHL4JMVPGVBGT4Z2RMZQFBA.jpg

Le voyage de Scholz en Chine irrite les atlantistes

Markku Siira 

Source: https://markkusiira.com/2022/11/05/scholzin-kiinan-matka-arsyttaa-atlantisteja/

Le chancelier allemand Olaf Scholz s'est rendu en Chine vendredi avec une délégation commerciale. Bien que Scholz se soit souvenu qu'il lui fallait scander le mantra attendu sur les droits de l'homme, les médias anglo-américains ont surtout critiqué sa visite. Le journal britannique The Telegraph, par exemple, a insisté noir sur blanc sur le fait que "l'Allemagne doit choisir de se ranger du côté de l'Occident ou de la Chine".

En d'autres termes, l'Allemagne et le reste de l'Europe devraient choisir s'ils veulent réduire complètement leurs industries et leurs économies juste pour donner plus de temps aux États-Unis pour qu'ils demeurent l'hégémon, plutôt que de permettre la montée de la Chine et d'autres puissances qui feront la transition vers un ordre mondial multipolaire.

Les opposants à la visite de Scholz en Chine révèlent une fois de plus quels intérêts ils servent. La plupart des gens en Chine, en Allemagne et en Europe n'ont pas vu ce voyage d'un mauvais œil, car la coopération pratique entre les deux pays est bénéfique à tous, ainsi que les affaires qui s'y concluront. Scholz a surtout été critiqué par les commentateurs politiques de l'élite transatlantique des pays de l'euro, et par les manipulateurs géopolitiques de Washington et de Londres.

Les visites de haut niveau entre la Chine et l'Allemagne, et entre la Chine et le reste de l'Europe, sont pourtant un élément normal des relations politiques et économiques. L'ancienne chancelière allemande Angela Merkel a visité la Chine douze fois au cours de son mandat. La position de la Chine est constante : Pékin souhaite que l'Eurocontinent reste stable et prospère, au bénéfice tant des Européens que des Chinois.

Comme l'a dit M. Scholz dans un article qu'il a écrit avant sa visite, nous vivons déjà dans un monde multipolaire, et il vaut la peine pour l'Allemagne et les autres pays de la zone euro de tisser des liens avec les nouveaux centres de pouvoir qui émergent. La visite de M. Scholz devrait servir d'exemple aux autres pays européens pour équilibrer leurs politiques vis-à-vis de la Chine.

Il a été suggéré que le voyage de Scholz à Pékin serait également une contre-mesure à la politique égocentrique des États-Unis qui a conduit l'Allemagne et l'Europe au bord d'une crise énergétique et d'un effondrement économique. Dans les cauchemars géopolitiques des stratèges de l'empire anglo-américain, l'Allemagne - et au moins une partie de l'Europe avec elle - se retrouvera en partenariat avec la Russie et la Chine.

Il convient de noter que Scholz était accompagné, lors de son voyage en Chine, par un certain nombre d'industriels allemands ayant un réel droit de regard sur les affaires du pays. Apparemment, ils n'entendent pas rester sur la touche pendant que la cupidité de Washington détruit l'œuvre de leur vie ? Un désengagement allemand de la Chine ne servirait que les intérêts américains et nuirait gravement à la propre industrie allemande.

Mais l'Allemagne, toujours occupée par les Américains, peut-elle s'allier à la Chine ? Les États-Unis prônent la rupture avec la "dépendance à l'égard de la Chine" et cherchent à intensifier la confrontation, en appelant les pays à "choisir leur camp" dans le nouveau monde des blocs et leur vision d'un "choc des civilisations".

Les politiques d'exploitation de l'ordre libéral en Occident, qui oppriment le reste du monde, ne plaisent tout simplement plus à beaucoup, et la division arrogante en "démocraties" et "autocraties" ne semble plus crédible face à l'intimidation et aux machinations de partage du pouvoir des États-Unis. Même si l'élite politique finlandaise aimerait vivre dans un avenir américain, ailleurs les choses sont cependant différentes.

La "convergence des crises" en cours ne s'arrêtera probablement pas tant que les institutions internationales actuelles qui soutiennent le rôle des États-Unis n'auront pas été remplacées. La Chine a déjà créé ses structures alternatives, mais la transition vers un nouvel ordre réussira-t-elle au milieu de la politique de guerre occidentale ? Le nouvel ordre mondial sera-t-il "socialisme ou barbarie" ?