Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 05 décembre 2022

L'Inflation Reduction Act de Biden tombe sur l'Europe

inflationreduction-1080x675.jpeg

L'Inflation Reduction Act de Biden tombe sur l'Europe

par Luigi Tedeschi

Source : Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/l-i-r-a-di-biden-si-abbatte-sull-europa

Au cours des trois jours passés par Macron à Washington, les sujets de discussion de ses entretiens avec Biden étaient au nombre de deux. La guerre en Ukraine et la loi anti-inflation votée en août par Biden, qui prévoit des subventions accrues à l'industrie américaine pour faire face à la crise économique et à la transition écologique.

En ce qui concerne les perspectives de négociations avec la Russie, ce sommet n'a pas donné de résultats pertinents. En effet, il est très peu probable que la Russie accepte un retrait à l'intérieur des frontières de 2014, ni qu'il y ait un statut de neutralité pour l'Ukraine, qui, elle, vise plutôt la reconquête de la Crimée et du Donbass. L'Occident, en soutenant militairement Kiev, est partie prenante de la guerre contre la Russie et ne peut donc pas assumer le rôle de médiateur dans le conflit. Une table de négociation avait déjà été mise en place par la Turquie d'Erdogan, mais elle a été ignorée lors des pourparlers bilatéraux, confirmant le sentiment de supériorité qui imprègne l'Occident et constitue le plus grand obstacle à des pourparlers de paix crédibles.

Les craintes européennes concernant le plan anti-inflation américain suscitent en effet un intérêt accru. Les Etats-Unis ont lancé un plan d'aide d'environ 400 milliards de dollars pour soutenir les familles et les entreprises, qui est axé sur la transition verte. Il s'agit de la loi sur la réduction de l'inflation (IRA pour Inflation Reduction Act), qui prévoit des crédits d'impôt de 7500 dollars pour l'achat de voitures électriques neuves fabriquées aux États-Unis et de 4000 dollars pour les voitures d'occasion. Il est clair que la stratégie protectionniste américaine vise à faire baisser la concurrence européenne dans le secteur des voitures électriques.

indira7500ex.jpg

En réalité, l'IRA est un plan d'investissement de 738 milliards de dollars, dont 391 milliards seront affectés à la transition énergétique et environnementale, 238 milliards serviront à combler le déficit fédéral, et le reste sera consacré aux soins de santé et à la réforme fiscale. Un financement important sera fourni pour réduire les coûts énergétiques et augmenter l'efficacité domestique, avec des crédits d'impôt et des remises pour les citoyens ainsi que des concessions pour les gouvernements locaux. D'ici 2030, la réduction des gaz à effet de serre en Amérique devrait être de 50 %.

On estime également que cela générera 15.000 milliards de dollars d'affaires en Amérique dans les années à venir grâce aux investissements dans l'économie verte. Cette prédiction est soutenue par les performances des marchés financiers en 2020, où les actifs des fonds durables ont atteint le niveau record de 1,25 trillion de dollars.

Les raisons de l'alarme soulevée en Europe par la politique américaine de dumping industriel dans le secteur de l'énergie verte sont évidentes. Mais l'UE s'est montrée incapable de faire face à la menace mortelle que les États-Unis font peser sur l'industrie européenne. Après tout, l'inefficacité de l'UE était déjà évidente lors de la crise énergétique. Il était impossible de créer un fonds européen commun pour faire face à la crise énergétique, à l'instar du fonds de relance lancé pour la crise de la pandémie. Même les mesures prises pour fixer un plafond aux prix du gaz se sont avérées totalement aléatoires. En effet, l'hostilité de l'Allemagne et des pays frugaux à la mise en place de fonds communs de créances européens est bien connue.

Récemment, la fixation à 60 euros par baril du prix du pétrole brut russe a été rejetée par la Russie. D'autres sanctions ont été lancées pour le commerce naval du pétrole russe, mais il est bien connu que le trafic naval dans le monde est incontrôlable. Ces mesures auront l'effet inverse de celui recherché, car des marchés parallèles se développeront inévitablement, entraînant des hausses de prix et encourageant la spéculation financière.

Mais l'effet le plus dévastateur que pourraient produire les mesures contenues dans le plan IRA de Biden est celui de donner lieu à des délocalisations aux Etats-Unis de grands groupes industriels européens. En fait, ENEL elle-même, qui a bénéficié d'un financement de l'UE de 600 millions pour la construction d'une usine photovoltaïque à Catane, qui pourrait générer de nouveaux emplois pour environ 2000 travailleurs, a décidé de délocaliser la production aux États-Unis, car les incitations américaines se sont avérées plus intéressantes. De grands groupes européens ont fait des plans de délocalisation industrielle vers les États-Unis, comme le français Solvay et l'allemand BASF (chimie), le français Safran (freins carbone), l'espagnol Iberdrola (énergie) et le suédois Northvolt (batteries lithium).

La fuite de ces grandes entreprises vers l'Amérique est un phénomène qui pourrait donner lieu à un processus de désindustrialisation progressive s'étendant à l'ensemble du continent européen. Les fonds américains sont environ quatre fois plus importants que ceux disponibles en Europe. Il est également noté que le prix du gaz aux États-Unis est cinq fois moins élevé qu'en Europe. Les délocalisations industrielles européennes vers les États-Unis pourraient coûter 10 milliards d'investissements et entraîner la perte de 10.000 emplois rien qu'en France. Les conséquences pourraient être bien plus graves pour l'Allemagne, qui a axé sa politique économique sur l'exportation d'innovations vertes.

L'Europe est incapable de réagir au tournant agressif pris par la politique économique de Biden avec le plan IRA. D'autres pénalités pour l'économie européenne sont également nées de la crise énergétique déclenchée par la guerre russo-ukrainienne, qui a mis fin à l'interdépendance économique et énergétique entre l'UE et la Russie. Il convient donc de noter que l'importation de gaz américain en Europe pour remplacer le gaz russe a entraîné une augmentation significative des coûts énergétiques. En fait, l'Europe est devenue le plus grand marché pour les exportations de gaz américain, qui sont passées d'une part de 21 % en 2021 à 66 % aujourd'hui.

Ce sont donc les États-Unis qui ont le plus profité de la guerre d'Ukraine. Ils ont fait exploser leurs exportations de gaz, tant en quantité qu'en prix, ils ont alimenté l'industrie militaire en fournitures d'armement, et surtout, par leurs politiques protectionnistes dans le domaine de l'innovation verte, ils pourraient provoquer la déconstruction industrielle de l'Europe, qui a toujours été une redoutable puissance économique concurrente des États-Unis. Les États-Unis veulent affirmer leur primauté dans le monde en tant que puissance industrielle dans le cadre de la transition écologique, en dépouillant l'Europe et en contenant la Chine. Une primauté, c'est évident, affirmée au nom de la supériorité des valeurs de liberté et de démocratie de l'Occident.

Un paradoxe tragicomique est alors constitué par le fait que les Etats-Unis entendent utiliser leur alliance avec l'Europe dans la stratégie visant à contenir la Chine, mais qu'en même temps, ils sabotent l'économie européenne avec des mesures telles que l'ARB. La réaction européenne s'avère actuellement timide et impuissante, en raison du choix pro-OTAN fait par l'UE dans la guerre russo-ukrainienne. Un choix qui exclut aujourd'hui toute politique européenne indépendante des Etats-Unis. Macron a invoqué des exemptions similaires à celles accordées au Mexique et au Canada. Y aura-t-il donc un affrontement entre les États-Unis et l'Europe ? Adriana Cerretelli, dans le journal Sole 24Ore, l'exprime ainsi : "L'Europe est désarmée : elle a les ambitions mais ne se donne pas les moyens ni même la cohésion politique et économique nécessaires pour les réaliser. Elle risque donc l'autodestruction si elle choisit de toute façon la confrontation avec l'Amérique". En effet, étant donné l'interdépendance économique entre les États-Unis et l'UE après la rupture avec la Russie, il est impossible pour l'Europe de soutenir une guerre commerciale avec les États-Unis. En fait, poursuit Cerretelli, "Outrage à la souveraineté européenne ? Oui. Mais nous aurions dû y penser avant". L'OTAN s'est avérée être une cage d'acier pour l'Europe.

La France a proposé la création de l'Acte d'achat européen dans l'UE pour contrer l'agression protectionniste américaine. Mais l'Allemagne et les pays frugaux sont hostiles aux programmes européens d'aides publiques aux entreprises. L'égoïsme économique de l'Allemagne et de ses alliés satellites se traduit comme toujours par une autodestruction politique de l'Europe. En témoigne l'engagement général du commissaire européen Dombrovskis en faveur des négociations avec les États-Unis, qui exclut également pour l'instant une plainte à l'OMC contre les États-Unis pour violation des règles de concurrence internationales. Il s'agirait en tout cas d'une action toute faite de platitudes. En effet, il convient de rappeler que les accords sur l'acier entre les États-Unis et l'UE sont toujours suspendus.

L'Europe paie le prix de son choix atlantique malheureux. Et l'OTAN est une alliance qui s'identifie à la domination américaine. Il est difficile de voir pourquoi les États-Unis devraient s'entendre avec l'Europe sur les énergies renouvelables, étant donné leur rôle de puissance dominante en Occident. En outre, l'objectif des États-Unis dans la guerre russo-ukrainienne est de contrôler l'Europe, certainement pas de gagner l'Ukraine. Ainsi, l'objectif a été atteint. La subalternité géopolitique de l'Europe au sein de l'OTAN se répète constamment dans la sphère économique, les États-Unis imposant à l'Europe une politique protectionniste qui conduira l'UE à la récession et à sa réduction drastique dans le contexte géopolitique mondial. Le déclin de l'UE représente pour l'Europe son exode définitif de la phase léthargique de la post-histoire dans laquelle elle s'était confinée. Et le réveil est traumatisant.

La politique étrangère de Biden s'identifie à la politique trumpienne de "l'Amérique d'abord", poursuivie par d'autres moyens, c'est-à-dire par un protectionnisme économique étendu et diversifié et un interventionnisme militaire indirect dans le monde. Il convient également d'ajouter que la stratégie de démondialisation économique à fonction anti-chinoise, qui a débuté à l'ère trumpienne avec la délocalisation de l'industrie manufacturière américaine aux États-Unis, est poursuivie plus efficacement par Biden, qui a en effet fait des États-Unis une destination attrayante pour les délocalisations industrielles européennes.

La guerre ukrainienne a également entraîné la réduction de la puissance économique de l'Allemagne, avec la fin du modèle représenté par l'économie d'exportation dominante de l'Europe. La crise a également conduit à une redéfinition du rôle de l'Allemagne au sein de l'UE. En effet, l'Allemagne de Scholz a adopté une ligne politique unilatéraliste. Dans le domaine de l'énergie, il s'est opposé à tout projet de politique européenne commune. Le gouvernement allemand a investi 200 milliards d'euros pour soutenir les entreprises et les ménages afin de faire face à la pénurie d'énergie, une mesure unilatérale qui constitue une distorsion de la concurrence au détriment des autres États membres de l'UE, au même titre que l'IRA, instrument de la guerre lancée par les États-Unis au détriment de l'économie européenne. L'Allemagne a également approuvé un programme de défense de 100 milliards d'euros avec l'achat d'avions américains F35, rompant ainsi avec les accords précédents avec la France et l'Italie pour la construction conjointe d'avions militaires et de systèmes de défense aérienne. Avec le réarmement de l'Allemagne au sein de l'OTAN, tout espoir d'autonomie stratégique européenne est anéanti. L'Allemagne, avec le soutien des pays frugaux, a rejeté toute proposition de création de fonds européens communs et s'est également opposée à tout projet de réforme du pacte de stabilité.

Le pro-européanisme allemand s'est toujours opposé au souverainisme des autres pays afin d'affirmer son propre nationalisme et de créer, avec le déclin de l'UE, une nouvelle Europe centralisée sur la puissance continentale allemande. En réalité, le déclin de la puissance économique allemande dans le monde s'accompagne d'un renforcement de la domination continentale de l'Allemagne en Europe, qui s'impose de la même manière stratégique que la primauté américaine en Occident.

Cette domination allemande ne restera cependant pas incontestée en Europe. Une alliance entre la France, l'Espagne et l'Italie sera nécessaire pour contrer l'agressivité de l'unilatéralisme allemand. Mais étant donné l'interdépendance économique de l'Allemagne avec ces pays (en particulier l'Italie, où l'industrie du nord-est fait partie intégrante de la chaîne d'approvisionnement allemande), il sera difficile de mettre en place une politique efficace pour contrer l'Allemagne. Il ne sera pas non plus possible, étant donné la politique américaine d'hostilité économique agressive envers l'Europe, de tirer parti de l'anti-européanisme américain pour se libérer de la domination allemande.

Ce qui est certain, c'est que l'Europe sera soumise à des tensions internes perturbatrices au sein de l'UE dans un avenir proche. Tout comme la mondialisation occidentale est en crise, l'UE, en tant qu'entité européenne supranationale, est dans un état de décomposition avancée. La souveraineté des Etats pourrait se réaffirmer en Europe dans la foulée de l'avènement d'une nouvelle géopolitique mondiale articulée autour du multilatéralisme.

À l'heure actuelle, les États-Unis, bien qu'étant une puissance mondiale en déclin, sont les seuls gagnants dans le conflit russo-ukrainien. L'Europe sera bientôt plongée dans une crise économique et politique qui a également des implications existentielles : un conflit politique interne va se propager, s'articulant autour de menaces pour sa subsistance, qui ne dépendent pas vraiment de l'agression russe contre l'Ukraine, mais de l'agression impérialiste américaine. L'identité même de l'Europe, en tant que province de l'Ouest ou continent eurasien, sera ainsi remise en question. Cette crise pourrait conduire non seulement à la désintégration de l'UE, mais aussi à l'éclatement de l'OTAN. Elle pourrait donc donner lieu à une redéfinition des équilibres géopolitiques internes de l'Europe. Le jeu est ouvert.

 

jeudi, 01 décembre 2022

L'UE tire la sonnette d'alarme contre la concurrence déloyale des États-Unis. Mais ils sont sourds à Rome

cover-r4x3w1200-621df77c2a5ce-000-1lh1o0.jpg

L'UE tire la sonnette d'alarme contre la concurrence déloyale des États-Unis. Mais ils sont sourds à Rome

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/lallarme-ue-contro-la-concorrenza-sleale-statunitense-ma-a-roma-sono-sordi/

Un peu moins de 400 milliards de dollars de subventions pour soutenir les industries vertes américaines dans le cadre de la loi sur la réduction de l'inflation. Et même à Bruxelles, ils se réveillent de leur léthargie servile envers Washington. A Bruxelles, mais pas à Rome. Un atlantisme toujours présent, aveugle et absolu. "Les États-Unis", a expliqué Tonino Pikula, député européen et chef de la commission des relations transatlantiques, "poursuivent un programme national protectionniste et discriminatoire envers leurs alliés".

Dans la pratique, l'UE prend conscience que Washington utilise les sanctions imposées par les pays européens à la Russie pour détruire l'ensemble du système industriel du Vieux Continent. Utiliser l'énergie bon marché des États-Unis comme un avantage concurrentiel par rapport aux entreprises européennes.

Mais pour être sûrs d'anéantir la concurrence européenne une fois pour toutes, les États-Unis ont également fait appel à Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN. Qui, comme l'a rapporté Agcnews, a d'abord offert une pichenette aux Européens, admettant que soutenir la guerre de Biden et Zelensky est particulièrement coûteux pour les atlantistes. Ensuite, il a toutefois averti que l'Europe devait encore faire quelques petits sacrifices. Abandonner le marché chinois après avoir perdu le marché russe. Et, par conséquent, se résigner à un rôle subalterne vis-à-vis de l'économie américaine. Sans oublier la servilité politique.

Curieusement, personne en Italie ne semble remarquer les craintes de l'Union européenne. Pourtant, tout le monde prétend être pro-européen. Mais les marchands d'armes peuvent ignorer la crise dans tous les autres secteurs économiques. Le problème est que le gouvernement italien répond aux marchands d'armes et ignore les difficultés des familles et des entreprises obligées de traiter avec ceux qui, aux États-Unis, jouent avec des cartes truquées.

 

 

Les Etats-Unis attaquent l'Allemagne, coupable de commercer avec Pékin pour sauver l'économie allemande

2022-11-04-china.jpg

Les Etats-Unis attaquent l'Allemagne, coupable de commercer avec Pékin pour sauver l'économie allemande

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/gli-usa-attaccano-la-germania-colpevole-di-commerciare-con-pechino-per-salvare-leconomia-tedesca/

Après avoir porté un coup dur à l'économie allemande en faisant appliquer des sanctions suicidaires contre la Russie, les États-Unis attaquent à nouveau Berlin parce que le gouvernement tente de sauver l'Allemagne par le biais de relations économiques avec la Chine. Il est évident que l'attaque de Washington vise l'ensemble de l'Europe, même si les atlantistes ne le comprennent pas ou font semblant de ne pas le comprendre, puisque l'Allemagne est le marché de référence pour tous les grands pays européens, à commencer par l'Italie.

Les critiques américaines à l'encontre du chancelier Scholz découlent précisément d'une vision arrogante du monde qui devrait être insupportable à ceux qui se disent patriotes et souverainistes. La Chine, à l'inverse de Washington, a une vision multipolaire. Elle voudrait changer l'équilibre international et a même la force de le faire. Alors que, selon les maîtres américains, le monde doit continuer à avoir un seul pôle de référence. Celui de Washington, bien sûr. Et on ne peut tolérer des gouvernements qui, dans l'intérêt de leurs peuples respectifs, collaborent avec ceux qui veulent briser l'ordre imposé par l'impérialisme yankee.

Il était donc nécessaire de mettre fin à l'ère du gaz russe bon marché qui a favorisé le renforcement de l'Allemagne et de toute l'Europe. Maintenant, ils sont obligés d'acheter du gaz liquéfié américain à des prix insensés qui rendent l'industrie européenne moins compétitive. Et, en conséquence, le prix du gaz provenant d'autres pays a également augmenté, conformément à la liste de prix imposée par Washington.

Scholz a toutefois tenté de compenser au moins partiellement le désastre en se concentrant sur le maintien des relations avec Pékin, en augmentant les échanges dans certains secteurs stratégiques. Et puis la réprimande nord-américaine a été émise, qui peut compter sur des politiciens atlantistes même à Berlin. Prêts à sacrifier l'avenir des Allemands, et par conséquent de toute l'Europe, pour plaire aux maîtres de Washington. Scholz, qui n'est ni un génie ni un homme au cœur de lion, oscille entre ouvertures à Pékin sur les ports et fermetures sur la production de semi-conducteurs. Pendant ce temps, la locomotive allemande ralentit, s'arrête, bat en retraite. Nous verrons si la répression à la sauce atlantiste, c'est-à-dire avec de bonnes matraques pédagogiques, suffira à stopper les probables protestations des prochains mois.

 

mercredi, 30 novembre 2022

Les États-Unis ordonnent à leurs vassaux de s'attaquer à la Chine

shutterstock_1150023404-768x512.jpg

Les États-Unis ordonnent à leurs vassaux de s'attaquer à la Chine

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/11/30/yhdysvallat-komentaa-vasallejaan-kiinan-kimppuun/

Les États-Unis font pression sur leurs alliés européens pour qu'ils adoptent une position plus ferme à l'égard de la Chine. Maintenant que la zone euro a été mécanisée pour mener une guerre hybride contre la Russie, Washington veut que ses vassaux subjugués combattent aussi la Chine.

Les pourparlers entre les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN ont été rapportés par le Financial Times, qui indique que ces dernières semaines, Washington a fait pression sur les membres de l'alliance transatlantique pour qu'ils durcissent leurs déclarations anti-chinoises et prennent des mesures concrètes au-delà des mots pour contenir Pékin.

Au début de son administration, le président Joe Biden a identifié la lutte contre la Chine comme sa "principale priorité en matière de politique étrangère", mais avant cette "principale priorité", la Russie devait être clouée par une intervention militaire prolongée en Ukraine.

Alors que le conflit en Ukraine se poursuit en hiver, Washington s'efforce de mettre la Chine à l'ordre du jour de l'alliance militaire de l'OTAN. Le moment est venu de mettre à contribution les pays européens et anglophones pour apporter un soutien plus concret aux ambitions hégémoniques de l'Amérique dans la région dite indo-pacifique.

Lors de son sommet à Madrid en juin, l'OTAN a approuvé un nouveau "concept stratégique" pour faire face aux "défis systémiques posés par la Chine". Cette semaine, les ministres des Affaires étrangères de l'OTAN et leurs hôtes américains continueront à discuter de la question à Bucarest, en Roumanie.

Les développements économiques, politiques et militaires de la Chine ont été identifiés par l'Alliance comme un "défi" pour les "intérêts, la sécurité et les valeurs" de l'Occident. Une fois que les ministres de l'OTAN auront eu leurs discussions, les (faux) médias occidentaux ne manqueront pas de commencer à mener une campagne plus agressive contre la Chine.

Au milieu des plans de guerre américains, l'UE a paradoxalement évalué les moyens de renforcer ses relations commerciales avec la Chine. Les principaux pays de l'OTAN, tels que l'Allemagne et la France, hésitent à aligner pleinement leurs positions sur la Chine sur celles de Washington.

"On dit que les États-Unis ont une certaine tendance à être dominants, non seulement sur la Chine, mais sur tout", a déclaré un haut fonctionnaire européen à un quotidien économique, mais il a ajouté que l'Europe finirait par s'aligner sur la position américaine. Washington dirige et Bruxelles se contente de pleurnicher, comme toujours.

Alors que l'opération de la Russie en Ukraine continue d'exiger l'attention des États-Unis et de ses eurocallions, Washington a clairement indiqué qu'il s'agissait d'un "répit temporaire dans le cadre du changement à long terme visant à contrer la Chine comme principale politique stratégique de défense et de sécurité".

Le mois dernier, l'administration Biden a publié sa stratégie de sécurité nationale, qui affirme sans ambages que la Chine est une "priorité de la politique de sécurité" plutôt que la Russie, même si cette dernière constitue une menace "imminente et continue".

Ainsi, les conflits géopolitiques ne s'apaiseront pas dans un avenir proche, mais ne feront qu'augmenter. En plus de détester la Russie, les Européens sont également incités à s'en prendre à la Chine - au nom de la "démocratie" et de la "liberté", bien sûr. La Finlande est déjà prête pour cela, comme le suggèrent les déclarations de la Première ministre, Sanna Marin.

jeudi, 24 novembre 2022

Werner Sombart: "Pourquoi il n'y a pas de socialisme aux États-Unis?"

image_0991366_20210704_ob_2bdd05_sombart-werner.jpg

Werner Sombart: "Pourquoi il n'y a pas de socialisme aux États-Unis?"

par Carlo Gambescia

Lire un livre de Werner Sombart, c'est comme goûter ces vins que plus on vieillit, plus on apprécie. L'idée de rééditer Perché negli Stati Uniti non c'è il socialismo ? (Bruno Mondadori, Milano 2006, pp. XXXVIII-153, euro 15.00, avec une préface de Guido Martinotti et une traduction de l'allemand par Giuliano Geri, toutes deux flambant neuves) est donc certainement méritoire.

Lorsqu'il est sorti pour la première fois en Italie en 1975 (Edizioni Etas), avec une préface d'Alessandro Cavalli, les gens s'interrogeaient encore positivement sur le potentiel du socialisme dans le monde, et en particulier, sur "l'anomalie américaine". Une question qui avait intrigué Sombart, de retour d'un voyage aux États-Unis en 1905, au point d'en faire un livre, publié en 1906.

414W36H1X4L._AC_SY780_.jpg

Si les dates, et surtout l'accélération de l'histoire, ont un sens, on peut dire que ce qui s'est passé entre 1905 (l'année de la première révolution russe) et 1975 (l'année où les États-Unis sont sortis, et avec des os brisés, de la guerre du Vietnam), n'est encore rien comparé à ce qui se passera entre 1976 et 2006 : de la chute du communisme à l'ascension des États-Unis comme seule puissance mondiale.

Par conséquent, si Sombart revenait miraculeusement à la vie aujourd'hui, il ne pourrait plus considérer le socialisme comme une sorte d'horizon obligé : comme le prolongement naturel du capitalisme. Dès lors, sa question ne pouvait plus être la même : pourquoi n'y a-t-il pas de socialisme aux États-Unis, puisqu'il n'y a plus de socialisme dans le reste du monde ?

En ce sens, alors qu'il y a trente ans, le texte sombartien devait être lu avidement par le socialiste "agité" afin d'en tirer l'identikit rapide d'un capitalisme dangereux mais néanmoins battable, aujourd'hui le même livre doit être dévoré par le capitaliste "tranquille", confiant parce que victorieux. Et qui, comme Narcisse, prend un plaisir immense à se regarder dans le miroir que lui a fourni Sombart il y a un siècle.

En bref, le grand sociologue allemand - d'où le classicisme de son étude - nous explique, de manière indirecte, pourquoi le capitalisme a gagné... Même si, pourrait-on ajouter, en raison du fameux principe d'accélération historique mentionné plus haut, seulement pour le moment...

Mais venons-en au livre.

Pour Sombart, le capitalisme américain est une sorte d'éponge, capable d'absorber l'esprit d'hommes et de femmes de toutes races et cultures. De quelle manière ? En donnant à tout le monde la possibilité de s'enrichir. Présentée ainsi, la déclaration de Sombart peut sembler banale. Mais il faut faire attention à l'idée de "possibilité", dans le sens où il est possible que quelque chose se produise. Mais aussi, précisément parce que c'est une possibilité, qu'une certaine chose ne se produise pas. De plus, le fait de continuer à y croire, même après un certain nombre d'échecs personnels, implique une foi quasi religieuse dans la réussite.

Mais écoutons Sombart : "Si le succès est le dieu devant lequel l'Américain récite ses prières, alors sa plus grande aspiration sera de mener une vie agréable à son dieu. Ainsi, dans chaque Américain - à commencer par le crieur qui vend des journaux dans la rue - nous décelons une agitation, un désir ardent et une projection vers le haut et au-dessus des autres. Ce n'est pas le plaisir de profiter pleinement de la vie, ce n'est pas la belle harmonie d'une personnalité équilibrée qui peut donc être l'idéal de vie de l'Américain, mais plutôt ce "continuer" continu. Et par conséquent l'ardeur, l'aspiration incessante, la compétition effrénée dans tous les domaines. En effet, lorsqu'un individu poursuit le succès, il doit constamment s'efforcer de dépasser les autres ; ainsi commence une course de clochers, une course d'obstacles (...). Cette psychologie de la compétition génère en elle le besoin d'une totale liberté de mouvement. On ne peut pas situer son idéal de vie dans la course et souhaiter avoir les mains et les pieds liés : La nécessité du laissez-faire fait donc partie de ces dogmes ou maximes que (...) l'on rencontre inévitablement 'quand on plonge dans l'esprit du peuple américain' " (p. 17).

Évidemment, Sombart place ces constantes psychologiques et culturelles dans le cadre d'une société riche en ressources, à des années-lumière du féodalisme européen, et dont les élites sont au moins formellement ouvertes à tous. Une société, riche et libre, où chaque relation économique et politique est abordée en termes d'intérêts individuels et jamais de classe. De ce point de vue, les pages consacrées à la position politique, sociale et économique de l'ouvrier américain, dont le niveau de vie, même à l'époque, note Sombart, "le rapproche plus de notre bourgeoisie que de notre classe ouvrière" (p. 125), sont très intéressantes et d'actualité.

4e6f3a8f0713d919fc6e5cae1758ca70.jpg

Photo de 1897: une ouvrière travaillant à la mise en bouteilles de ketchup...

L'observation de l'affiliation politique aux deux grands partis "traditionnels", le républicain et le démocrate, est tout aussi significative. Sombart écrit : "La nature et les caractéristiques des grands partis (...), tant leur organisation externe que leur absence de principes, ainsi que leur panmixie sociale (...) influencent clairement les relations entre les partis traditionnels et le prolétariat. Tout d'abord dans le sens où ils permettent au prolétariat d'appartenir beaucoup plus facilement à ces partis traditionnels. Car en eux, il ne faut pas voir une organisation de classe, un organisme qui met en avant des intérêts de classe spécifiques, mais une association essentiellement indifférente qui poursuit des fins qui peuvent également être partagées, comme nous l'avons vu, par les représentants du prolétariat (la chasse aux fonctions publiques !)" (p. 69).

images.jpgEt le même discours, peut être étendu aux syndicats et aux associations professionnelles, puisque, note Sombart, "alors qu'ici [en Allemagne] les individus les meilleurs et les plus dynamiques se retrouvent en politique, en Amérique, les meilleurs et les plus dynamiques se consacrent à la sphère économique et dans la même masse prévaut, pour la même raison, une "survalorisation de l'élément économique : car c'est en suivant ce principe que l'on pense pouvoir atteindre pleinement l'objectif auquel on aspire" : la réussite sociale. Il n'y a aucun pays, conclut Sombart, "dans lequel la jouissance du fruit capitaliste par la population est aussi répandue" (p. 18).

Ainsi, une fois le livre refermé, les raisons de la victoire du capitalisme made in USA sur presque tous les fronts ne peuvent qu'être claires : idéologie du succès et individualisme compétitif, mais aussi "faim" de consommation sociale. Curieux, sur ce dernier point, est le portrait coquet que fait Sombart des ouvriers d'usine américains de l'époque : "Ici, les vêtements, surtout chez les filles, deviennent tout simplement élégants : dans plus d'une usine, j'ai vu des ouvrières en blouse de couleur claire, voire en soie blanche ; elles ne vont presque jamais à l'usine sans leur chapeau" (p.126).

1564a27eb7e663904db623c0f1adb4f4.jpg

Sommes-nous devant l'idéalisation du capitalisme américain ? Un Sombart qui, comme Gozzano, semble renaître non pas en 1850 mais en 1905... Pas tant que ça, si l'on pense au soin secret apporté aujourd'hui à la façon de s'habiller, aux employés de bureau et d'usine. Le modèle n'est plus seulement américain.

004577198.jpg

Alors, tout est bien qui finit bien ? Sombart, malgré tout, pensait que le socialisme (peut-être sous une forme sociale-démocrate) prévaudrait encore aux États-Unis aussi. Surtout dès que les "espaces ouverts" auront disparu, ainsi que la disponibilité de terres libres (le Grand Ouest), sur lesquelles essaimer, en tant que fermiers libres, les "travailleurs-soldats" de l'"armée industrielle de réserve". En effet, selon le sociologue allemand, la "conscience de pouvoir devenir un agriculteur libre à tout moment" a réussi à transformer "d'active à passive toute opposition naissante à ce système économique", tuant "dans l'œuf toute agitation anticapitaliste" (p.151).

c4cc8c5681ff6dc6cdba099db7e74bab.jpg

Fermier texan, 1939.

Pourtant, les terres libres ont été occupées, et le capitalisme américain est toujours là, plus fort que jamais. À moins que la frontière américaine actuelle n'englobe en réalité des territoires bien plus vastes. Et que, par conséquent, l'expansion économique croissante des États-Unis (les taux de développement élevés et le niveau de vie élevé de ses classes moyennes) est actuellement payée en dollars sonnants par les pays politiquement plus faibles, mais riches en ressources naturelles. On pense à l'Amérique latine et aux économies dites "dépendantes du dollar".

Si tel était le cas, l'excellent vin de Sombart aurait un arrière-goût amer.

Source : http://carlogambesciametapolitics.blogspot.com/

Article imprimé à partir d'Altermedia Italia : http://it.altermedia.info

URL de l'article : http://it.altermedia.info/storia/il-libro-della-settimana...

samedi, 19 novembre 2022

Elections de mi-mandat aux Etats-Unis: une course bipartisane

news1-1-664464d810b529fe.jpg

Elections de mi-mandat aux Etats-Unis: une course bipartisane

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/dvuhpartiynaya-gonka

Après le décompte final des résultats de l'élection de mi-mandat aux Etats-Unis, certaines conclusions (mais non concluantes) peuvent être tirées sur l'avenir immédiat de la vie sociale et politique américaine, sur les ajustements et changements possibles en politique étrangère et sur la dynamique d'une polarisation accrue de la société à l'approche de l'élection présidentielle de 2024.

Il convient de noter que le vote ne concernait pas uniquement les candidats au Congrès américain. Au Congrès lui-même, il y a eu une lutte pour 35 des 100 sièges du Sénat, et pour l'ensemble des 435 sièges de la Chambre des représentants. En outre, 36 des 50 États élisaient des gouverneurs. Et dans 27 États, il y avait encore des élections pour les secrétaires d'État. Par conséquent, les démocrates et les républicains se sont affrontés non seulement pour le corps législatif, mais aussi pour le pouvoir exécutif.

Des États importants comme l'Ohio, la Louisiane, le Kentucky et la Floride au Sénat sont passés aux mains des Républicains. Les démocrates ayant remporté de sérieuses victoires se trouvent en Californie, en Pennsylvanie et à New York. À la Chambre des représentants, les Républicains ont déjà 211 sièges, tandis que les Démocrates ont réussi à en obtenir 192.

Malgré le tableau général, au départ, les États de l'Arizona, de l'Alaska, du Nevada et de la Géorgie étaient dans une mauvaise passe. Au 18 novembre, les décomptes indiquaient une petite avance démocrate dans les courses au Sénat en Arizona, au Nevada et en Géorgie [i].

Lors des élections de mi-mandat, comme auparavant, la technologie des médias sociaux a été utilisée pour faire campagne auprès des électeurs. Les données du Pew Research Center montrent que plus de 8000 candidats représentés lors de l'élection ont activement utilisé Twitter pour leur propagande. Au total, 3,4 millions de tweets ont été effectués et environ 14000 messages ont circulé chaque jour en octobre. Le facteur racial a été le plus mentionné sur Twitter, suivie par le mot "avortement" et l'éducation venait en troisième position. En d'autres termes, on a pu constater que les candidats et l'électorat étaient principalement préoccupés par les questions nationales. Viennent ensuite respectivement l'économie, la politique étrangère et la criminalité. Les démocrates, en pourcentage, ont fait plus de tweets (55 %), tandis que les républicains n'en ont fait que 33 % [ii].

Il est difficile de dire quel impact a eu l'achat de Twitter par Elon Musk. La veille de l'élection, il a exhorté ses followers à voter pour les républicains, mais on peut supposer qu'étant donné l'avance des démocrates sur Twitter la veille, son avis n'a pas eu l'effet escompté [iii].

Bien qu'après la mise en œuvre de l'accord, un débat animé a eu lieu sur la façon dont il affecterait la politique de liberté d'expression de l'entreprise.

Si nous faisons une comparaison avec les élections de 2018, on remarque que les Républicains sont passés à l'offensive, commençant à regagner le terrain perdu et gagnant la sympathie de groupes de personnes qui étaient du côté des Démocrates.

Lorsque les démocrates ont pris le contrôle de la Chambre des représentants après les élections de 2018, un peu plus de la moitié des électeurs étaient des femmes et le parti avait un énorme avantage parmi elles. Bien que les femmes aient constitué une majorité similaire d'électeurs en 2022, l'avance des démocrates semble avoir nettement diminué. De plus, en 2022, les Républicains ont augmenté leur soutien auprès de l'électorat masculin.

Les premiers sondages de sortie des urnes ont confirmé que les Américains soutiennent le droit à l'avortement. Seulement un peu plus d'un tiers des électeurs ont déclaré que l'avortement devrait être illégal dans tous ou la plupart des cas. Mais si les Républicains de la Chambre des représentants ont obtenu le soutien de presque tous les électeurs opposés au droit à l'avortement, ils ont également obtenu le soutien d'un quart des électeurs qui ont déclaré qu'il devrait être légal.

Les jeunes électeurs ont traditionnellement soutenu les démocrates, et le fait de les gagner par une marge énorme a aidé le parti en 2018. Les républicains ont profité de cet avantage cette année. Les démocrates et les républicains ont obtenu des votes égaux de la part des électeurs plus âgés en 2018, mais les républicains ont obtenu un soutien majoritaire de leur part en 2022.

9wv60x0.jpg

Les républicains ont également remporté la majorité du vote des femmes blanches, qui est considéré comme un groupe cible important divisé par les deux partis en 2018. Les républicains ont également justifié les prédictions selon lesquelles leurs résultats parmi les électeurs hispaniques seraient meilleurs qu'il y a quatre ans. Les sondages préliminaires à la sortie des bureaux de vote indiquent que le soutien des démocrates parmi les hommes hispaniques était de 63 % en 2018 et de 55 % en 2022. Les républicains semblent avoir réduit l'avantage des démocrates parmi les femmes hispaniques, bien que les démocrates bénéficient toujours du soutien d'environ deux tiers d'entre elles.

La plupart des électeurs américains vivaient dans les banlieues en 2018 et en 2022. Mais alors que les électeurs des banlieues étaient partagés à égalité lorsque les démocrates ont pris le contrôle de la Chambre des représentants il y a quatre ans, en 2022, ils ont basculé du côté des républicains. L'avance déjà forte des républicains parmi les électeurs ruraux est devenue encore plus grande, et les républicains ont même pris l'avantage sur les démocrates dans les zones urbaines.

Avec un président républicain en 2018, de nombreux républicains ont affirmé que l'économie était en bonne forme. En 2022, sous un président démocrate, les démocrates sont susceptibles de trouver mieux. Dans l'ensemble, plus des deux tiers de tous les électeurs ont déclaré que l'économie était excellente ou bonne en 2018, mais en 2022, ce n'est qu'un quart des électeurs. Les démocrates ont cherché le soutien des modérés, tandis que les républicains se sont appuyés sur les conservateurs.

De retour en 2018, 37 % des électeurs se disaient démocrates, contre 33 % qui se disaient républicains et 30 % qui se disaient indépendants. En 2022, les Républicains avaient l'avantage. Lorsqu'ils ont pris le contrôle de la Chambre des représentants en 2018, les démocrates avaient l'avantage parmi les électeurs indépendants. En 2022, ce n'était pas vraiment le cas.

Tant les Démocrates que les Républicains ont progressé parmi ceux qui croyaient que les partis allaient réussir. Mais les Républicains ont gagné l'avance parmi les électeurs qui n'avaient aucune opinion favorable d'un des deux partis. Les démocrates, en revanche, ont perdu leur avance parmi les électeurs qui considèrent les deux partis favorablement [iv].

En termes d'identité religieuse, la dernière fois, 88% des membres du Congrès se sont identifiés comme chrétiens, contre pas plus de 65% dans la société américaine elle-même. Le Congrès était plus protestant (55 % contre 43 %) et plus catholique (30 % contre 20 %) que la population adulte générale des États-Unis.

Quatre-vingt-seize membres du Congrès (18%) se sont identifiés comme chrétiens, sans préciser la dénomination. Le nombre total de protestants au Congrès est resté relativement stable ces derniers temps: environ 300 [v].

Les membres ayant une identité juive (judaïque) représentaient également une grande proportion du Congrès, dépassant leur représentation dans le grand public (6% contre 2%). Les parts de la plupart des autres groupes non chrétiens (bouddhistes, musulmans, hindous et unitariens universalistes) correspondaient plus étroitement à leur part du grand public.

Lors de l'élection actuelle, on a constaté un phénomène d'évolution des préférences au sein de l'électorat juif - alors qu'environ 65 % d'entre eux ont encore voté pour les démocrates, les statistiques montrent que le soutien au parti républicain est en constante augmentation, avec 33 % des répondants qui ont voté pour les rouges, contre 30 % en 2020 et 24 % en 2016.

Sam Markstein, directeur national de la Coalition juive républicaine, a déclaré que les candidats républicains "offrent des solutions concrètes aux problèmes qui sont importants pour les électeurs juifs". Ces questions comprennent "la réduction de la montée en flèche du coût de la vie, la lutte contre l'augmentation des crimes haineux, le choix de l'école, le retour de l'Amérique sur la scène mondiale, le soutien de nos alliés en Israël et la solidarité avec la communauté juive dans la lutte contre l'antisémitisme", a déclaré Markstein au Jerusalem Post. Il a noté "un niveau record de soutien en Floride avec 45% du vote juif".

À New York, le candidat républicain juif Lee Zeldin a tenté de battre la gouverneure démocrate sortante Kathleen Hochul, mais a échoué. Zeldin a reçu environ 80 à 90 % du vote des quartiers hassidiques de Brooklyn et un pourcentage écrasant du vote des juifs orthodoxes. Mais les votes des Juifs progressistes sont allés principalement à Hochul [vi].

On peut dire la même chose de la population noire. À la veille des élections américaines, un rapport de la Deutsche Welle a déclaré que le Wisconsin était un État pivot qui pourrait changer de mains lors des élections de mi-mandat. La ville de Milwaukee a été un bastion démocrate et les électeurs noirs ont été un important pilier de soutien. Mais cette année, les démocrates ne pouvaient pas compter sur le vote des Noirs, car les républicains gagnaient du terrain et la participation électorale était en baisse. Des problèmes tels que l'inégalité, l'inflation et la sécurité publique ont alimenté la frustration. Deux personnes noires ont commenté cette situation dans un reportage qui a été diffusé :

- C'est parfois difficile à vendre car rien ne change pour ces personnes.

- Votez républicain. Et élire quelque chose de nouveau. Et donnez-nous une chance [vii].

Comme vous pouvez le constater, de nombreuses prédictions et statistiques indiquaient que les Républicains allaient prendre l'avantage. Cependant, cela ne s'est pas produit. Bien qu'ils aient pris la majorité à la Chambre des représentants, il semble que les chiffres auraient pu être bien meilleurs.

Paul Craig Roberts, dans sa réaction à l'élection, a noté que "de nombreux éléments indiquent que beaucoup de choses ne vont pas dans le décompte des voix. Les sondages montrent que le taux d'approbation de Biden n'est que de 36 % et que la grande majorité des Américains ne veulent pas que Biden se représente dans deux ans. Alors, comment cette préférence s'aligne-t-elle sur le décompte des votes de mardi ?

Considérez également le mécontentement du public: une criminalité record, une inflation record avec des prix élevés pour la nourriture et l'essence, des taux d'intérêt en hausse et des coûts de logement en baisse, une immigration illégale massive, un traitement idéologique forcé des écoliers avec la théorie du transgenre et la théorie raciale critique, les mandats de vaccination Covid de Biden qui ont entraîné des lésions, des décès et la destruction de carrières, la quarantaine de Biden pour le Covid qui a détruit des entreprises, des emplois, des chaînes d'approvisionnement et augmenté les prix, les sanctions "russes" de Biden qui ont perturbé l'approvisionnement en énergie et augmenté les prix sur tout. Compte tenu de tout ce mécontentement, comment Fetterman, qui a subi une attaque cérébrale et a des problèmes d'élocution, et qui veut libérer les criminels de prison, a-t-il pu obtenir un siège au Sénat américain de Pennsylvanie ?

npr.brightspotcdn.jpg

Enfin, considérez les machines à voter Diebold qui sont tombées en panne dans le New Jersey, en Arizona et au Texas, et le rapport de Gateway Pundit selon lequel à Detroit, dans le Michigan, les bulletins de vote ont été livrés par la porte arrière aux premières heures du mercredi matin, bien après le délai légal.

Maintenant, demandez-vous ce qui est pire : une élection américaine volée ou un électorat américain si peu concerné qu'il a laissé au pouvoir un parti politique qui conduit à la guerre avec la Russie et la Chine, qui déteste et persécute les Blancs, qui a politisé le FBI et le ministère de la Justice pour en faire une Gestapo au service du pouvoir démocratique, qui croit fermement que les parents traitent mal leurs enfants et ne devraient pas avoir leur mot à dire dans leur éducation (lavage de cerveau), cette diabolisation de la normalité et cette normalisation de la perversité, tout cela. .. Je pourrais continuer encore et encore. Les électeurs ont eu la possibilité d'exprimer leur désaccord, mais selon le vote, ils ne l'ont pas fait. Si le décompte des voix était équitable, la conclusion est que nous devrions radier le peuple américain en tant que créatures trop stupides pour survivre en tant que peuple libre. C'est pourquoi je préfère croire que l'élection a été volée une nouvelle fois" [viii].

Bien sûr, la fraude électorale aux États-Unis n'est pas nouvelle. En général, comme l'ont montré les élections de la dernière décennie, le système électoral lui-même est plutôt imparfait et présente un certain nombre de vulnérabilités. Mais si en 2020. Donald Trump a enfreint la règle générale de contestation du vote, ce qui a conduit ses partisans à prendre le contrôle du Capitole et à ouvrir de nombreuses affaires criminelles. Cette fois, personne ne semble disposé à prendre des mesures drastiques. Les cas les plus médiatisés où l'on doute de l'authenticité des résultats des élections sont susceptibles d'être contestés devant les tribunaux.

Outre ce problème, l'élection a démontré un manque d'unité parmi les républicains, ce qui pourrait rendre difficile leur travail au Congrès et la consolidation de leurs efforts avec les autorités exécutives sur le terrain contrôlées par leurs partisans.

La manifestation la plus claire de ces querelles internes est la déclaration plutôt dure de l'ancien président Donald Trump au gouverneur de la Floride. Ron Desantis a remporté une victoire convaincante lors de l'élection du gouverneur, mais Trump ne s'est pas contenté de le qualifier de "républicain moyen", il l'a même insulté (en le traitant de Ron Desantimonious) et l'a qualifié de marionnette que les conservateurs de l'establishment utilisent contre lui et tout le mouvement MAGA (Make America Great Again). Ce faisant, l'ancien président a attribué sa victoire au fait qu'il était celui qui l'avait soutenu lors des primaires de mi-mandat de 2018, affirmant que le gouverneur aurait échoué politiquement sans son soutien [ix].

Cela laisse entrevoir la possibilité d'une plus grande polarisation du public et d'une fragmentation du parti (les démocrates ont également différentes factions et des points de vue divergents sur un certain nombre de questions). Joe Biden ayant confirmé son intention de se présenter aux élections de 2024, c'est maintenant aux républicains de réagir. Bien qu'il reste encore beaucoup de temps pour que les démocrates choisissent une autre figure et la reconnaissent comme leader unifié dans les caucus du parti.

Notes:

 

L'ordre par le chaos: le format américain réplicable à l'infini

imageusach.jpg

L'ordre par le chaos: le format américain réplicable à l'infini

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-lordine_del_caos_il_format_usa_replicabile_allinfinito/39602_47889/

par Enrico Tomaselli (*)

Si nous examinons les dernières guerres menées par l'empire américain, nous ne pouvons que constater qu'elles ont toujours laissé des ruines et des désastres derrière elles. Tel était le cas en Irak, en Syrie, en Afghanistan et en Libye. Même la guerre contre la Serbie a - d'une certaine manière - laissé une traînée de problèmes non résolus et de points chauds potentiels. En bref, quelle que soit l'issue militaire des conflits, le produit final de ceux-ci a toujours été le chaos. À cet égard, on pourrait donc tirer la conclusion que ces guerres ont essentiellement été un échec, ou du moins qu'elles n'ont pas pleinement atteint leurs objectifs. Mais, en fait, ce n'est pas le cas. Ces guerres, en fait, ont réalisé presque entièrement ce qui était considéré comme nécessaire à Washington.

Le premier résultat des guerres américaines est évidemment le renversement d'un régime considéré comme hostile, ou en tout cas comme une menace pour l'empire. Un deuxième résultat obtenu est le message d'avertissement, envoyé en particulier à ceux qui sont dans l'expectative, indécis quant à l'opportunité ou non de défier Washington. Et puis il y a, presque toujours, un troisième résultat, à savoir l'établissement de bases militaires permanentes pour les forces armées américaines, qui, même à travers les conflits, ont progressivement étendu leur réseau - une véritable ceinture, composée de plus de 800 ancrages, disposés de manière à entourer les pays ennemis, la Russie et la Chine surtout, et à s'en rapprocher toujours plus.

Mais il y a surtout le quatrième résultat, d'une importance non moins stratégique, qui accompagne très souvent la conclusion d'une guerre impériale : le chaos. Un pays non stabilisé, laissé en proie au désordre, constitue en effet un instrument parfait pour exercer une influence sur l'ensemble de la zone, qui peut être facilement déstabilisée - le cas échéant - en alimentant précisément ce foyer, commodément maintenu actif.

Dans ce cadre, les États-Unis ont mis au point un véritable format, reproductible presque indéfiniment - un peu à l'image de ce qu'ils font, avec des objectifs stratégiques tout à fait similaires, mais avec des modalités tactiques différentes, pour les révolutions dites colorées.

Ce format prévoit généralement que l'intervention militaire directe, si elle s'avère nécessaire, est presque exclusivement réalisée de manière ciblée, et en utilisant l'aviation et les missiles, en évitant tout au plus de "mettre les bottes au sol". En fait, cette tâche est généralement exercée par des intermédiaires, en utilisant des groupes et des formations préexistants, qui sont dûment financés, entraînés puis utilisés pour des opérations sur le terrain ; leur permanence, même après le renversement du régime ennemi, est l'élément fondamental sur lequel repose la stratégie du chaos. Il est intéressant de noter l'extrême flexibilité avec laquelle la stratégie américaine identifie et utilise les éléments les plus disparates afin d'atteindre ces objectifs. Par exemple, dans le cas du Kosovo - toujours utilisé comme déstabilisateur de la Serbie pro-russe - on a eu recours aux séparatistes pro-albanais de l'UCK, jusqu'à récemment inclus dans la liste des organisations terroristes internationales ; et par coïncidence, toujours en Albanie (un pays de l'OTAN), les terroristes iraniens des Mojahedin-e-Khalq, un groupe autrefois islamo-marxiste, aujourd'hui réduit à une bande de mercenaires voués au culte de la personnalité du leader, ont trouvé l'hospitalité.

Le cas de la Syrie constitue un exemple intéressant de cette flexibilité opérationnelle. La Syrie d'Assad était considérée comme un pays hostile, à la fois en raison de son alliance avec l'Iran et parce qu'elle abrite la seule base navale russe en Méditerranée, à Tartous. Bien que le régime syrien ait précédemment collaboré avec la CIA dans sa guerre contre Al-Qaïda en accueillant des centres de détention clandestins sur son territoire, lorsqu'une occasion de le déstabiliser s'est présentée en 2011, les États-Unis étaient prêts. Immédiatement, les groupes d'opposition à l'origine des protestations sont soutenus et approvisionnés, en particulier les formations islamistes les plus radicales, liées précisément à Al Queda, déclenchant ainsi la spirale répression-réaction, au point de transformer les protestations en véritable guérilla armée. Le vent islamiste qui commence à souffler dans la région finit également par enflammer l'Irak voisin, où les courants de l'islam radical et les communautés sunnites, notamment les anciens soldats de l'armée de Saddam, se soudent, donnant ainsi naissance à Isis-Daesh. Pouvant compter sur sa propre présence militaire, ainsi que sur le soutien du gouvernement du Kurdistan irakien (qui est depuis longtemps pro-américain), puis aussi de celui de la Turquie, Isis se fortifie discrètement, et s'étend également en Syrie.

Lorsque Isis devient incontrôlable, commençant à frapper des pays européens, et surtout lorsque l'intervention directe de la Russie met essentiellement fin à l'État islamique au Levant, les États-Unis - qui entre-temps, sous prétexte de combattre Daesh, ont établi une base militaire sur le territoire syrien, à Tanf - sont prêts à changer à nouveau de cheval. Dans ce jeu d'alliances très compliqué qui se dénoue dans la région, ils commencent donc à parrainer la guérilla kurde syrienne, étroitement liée au PKK kurde-turc, ce qui ne plaît évidemment pas aux Turcs, qui continueront au contraire à parrainer les islamistes dans une fonction anti-kurde. Le nouveau cheval américain devient donc l'alliance SDF, qui regroupe à la fois les Kurdes des YPG et certaines milices des minorités turkmène, arménienne et tchétchène. Il est intéressant de noter qu'à ce stade, les FDS jouent constamment les seconds rôles entre le régime syrien et les États-Unis, notamment pour se défendre contre l'ennemi turc pur et dur. Grâce à cette alliance, Washington maintient une présence active, capable d'exercer des pressions tant sur la Syrie que sur la Turquie, et - ce qui n'est pas tout à fait secondaire - de piller le pétrole syrien, exporté illégalement vers l'Irak. Il est également significatif que, malgré le fait que le YPG soit une formation de gauche radicale, dans les rangs de laquelle de nombreux volontaires politiques ont également combattu et combattent, il est apparu que de nombreux mercenaires servant actuellement en Ukraine ont précédemment combattu avec les SDF.

Un autre exemple intéressant est celui de la Libye. Là aussi, après avoir anéanti l'appareil militaire libyen par une campagne massive de bombardements aériens et de missiles, certaines milices formées parmi les opposants les plus radicaux, grâce aussi au soutien des forces spéciales de l'OTAN présentes dans le pays, se sont chargées de la liquidation de Kadhafi et de son régime. Grâce à l'action de l'Occident, les différences traditionnelles entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque, et celles entre les différentes communautés religieuses, ont explosé en conflits, produisant une série de milices territoriales-tribales et/ou religieuses, y compris - une fois de plus - celles liées à l'Islam le plus radical. Ici aussi, les jeux sont extrêmement imbriqués, car les acteurs intéressés par la région, et par le pétrole libyen, sont variés. Mais au fond, la situation actuelle voit un pays essentiellement coupé en deux: à l'est, en Cyrénaïque, où opère le dernier parlement élu par le peuple libyen (en 2014) et l'armée dirigée par le général Haftar, soutenue par l'Égypte et la Russie (présente avec les hommes du PMC Wagner), à l'ouest, en Tripolitaine, un gouvernement soutenu par l'Occident et la Turquie.

La situation actuelle de chaos dans le pays permet une fonction déstabilisatrice tous azimuts ; non seulement, bien sûr, sur la région du Maghreb, mais aussi potentiellement sur l'Égypte. Et surtout, sur les pays européens qui bordent la Méditerranée. Les milices qui soutiennent le gouvernement pro-américain de Tripoli sont en fait les mêmes qui gèrent le trafic d'êtres humains entre l'Afrique sub-saharienne et l'Europe. La régulation des flux migratoires, fondamentalement dirigée vers l'Italie et la Grèce, répond également à des calculs politiques précis, destinés à alimenter ponctuellement des crises (la Turquie a intérêt à déstabiliser la Grèce), à obtenir de l'argent et des moyens (pour les soi-disant garde-côtes libyens, en fait aux mains des trafiquants), ou des perturbations politiques dans l'UE.

Afin de provoquer et d'entretenir le désordre, les États-Unis ont donc parié à la fois sur les islamistes les plus radicaux (après tout, ils les ont inventés pour contrer les Soviétiques en Afghanistan) et sur les guérillas kurdes de gauche, sur les milices tribales ainsi que sur les trafiquants d'êtres humains. Ce qui se profile à l'horizon, cependant, n'est pas moins inquiétant. La guerre actuelle en Ukraine, une guerre qui ne peut être complètement et définitivement gagnée par aucune des parties (à moins de déclencher un conflit mondial), est donc destinée à rester une blessure ouverte, même lorsque les hostilités cesseront. Une blessure sanglante et purulente, juste à la frontière entre l'Europe et la Russie - la ligne de faille que Washington veut à tout prix ne plus jamais refermer. Une Ukraine en proie au chaos de l'après-guerre, agissant perpétuellement non seulement comme une barrière entre l'Est et l'Ouest, mais comme un facteur de déstabilisation dans les deux sens, et pour laquelle, au cours des huit dernières années, mais surtout ces derniers mois, toutes les conditions ont été habilement créées pour reproduire le fameux format.

Il y a les haines et les rancœurs d'une guerre civile, il y a des frontières qui laissent des minorités des deux côtés, il y a des flots d'armes et de munitions sur lesquels il n'y a pratiquement aucun contrôle, et il y a des milices nazies lourdement armées, prêtes à jouer leur rôle (à cheval sur le trafic criminel et l'allégeance atlantique) d'agents du chaos. Une bombe à retardement, plantée aux confins d'une Europe habituée à la sécurité, à la prospérité et à la stabilité, et qui devra déjà compter avec un séisme économique et social dont les grondements commencent à se faire entendre.

(*) Directeur artistique du festival Magmart

G-20 : Les "adultes dans la pièce" à la recherche de l'ordre perdu

BS_Russie_Chine_USA_448538431_AlexLMX_1s-1024x569.jpg

G-20 : Les "adultes dans la pièce" à la recherche de l'ordre perdu

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-g20_gli_adulti_nella_stanza_alla_ricerca_dellordine_perduto/39602_47932/

par Paolo Raffone

Les projecteurs qui éclairaient le G20 à Bali étant éteints, on ne voit plus dans la salle que trois adultes - la Chine, les États-Unis et la Russie - qui, dans diverses bilatérales et négociations plus ou moins secrètes, ont affiné certaines questions pendantes. Pas d'amitié ni de solidarité. Tous conscients que personne ne gagne à continuer dans le dangereux (et nuisible) désordre mondial. Aucune concession mutuelle, aucun rabais. Réalisme et pragmatisme sont les mots d'ordre.

Inopportune et provocatrice, la visite de Pelosi à Taïwan a été mise de côté par déférence pour les principes établis en 1971 à l'ONU (une seule Chine... et donc le principe westphalien et sacré, celui de l'intégrité territoriale internationalement reconnue). Sur l'inopportunité d'utiliser des armes nucléaires, la Chine et les États-Unis semblent s'être mis d'accord (Taïwan ne vaut pas la bombe), mais aussi les États-Unis et la Russie semblent aller dans la même direction (réunion pour rouvrir les négociations START). En ce qui concerne l'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, la Chine et les États-Unis se rendent compte de l'échec tactico-stratégique de la Russie, mais sont d'accord sur la stupidité politico-stratégique totale de l'isolement et de l'humiliation de la Russie (la Chine a de solides souvenirs du siècle d'humiliation du Céleste Empire et les États-Unis des conséquences involontaires de la "paix" vexatoire de Versailles). Tous deux préfèrent surmonter l'"incident militaire" par un puissant plan de reconstruction (pour la construction qui fut lésée) qui a une portée régionale transfrontalière convenue et équilibrée avec des sauvegardes et des garanties ainsi que des zones hybrides de collaboration possible.

Conscients de leurs limites et contraintes internes respectives, la Chine et les États-Unis ont reconnu que leur niveau d'interdépendance économique est tel qu'il décourage les nouvelles aventures et les représailles, laissant la voie libre à une concurrence loyale et à une compétition technologique et commerciale (en bref, les embargos et les sanctions enrichissent les avocats mais appauvrissent les États).

Au cours du G20, les perspectives de la gouvernance mondiale semblent être apparues sur un modèle quadrilatéral : G2+1+1. Chine-États-Unis (G2), Chine-Russie (+1) et États-Unis-UE (+1). Le G2 (une idée d'Obama qui a échoué par la suite) serait l'épicentre de l'infrastructure mondiale, tandis que les deux +1 ne seraient pas des zones d'influence typiques de l'ancienne sémantique géopolitique mais plutôt des partenaires auxiliaires dotés d'autonomie. Une configuration mondiale néo-impériale. D'autre part, l'issue actuelle des neuf mois de guerre a conduit à la nécessité de tirer quelques leçons réelles et pragmatiques : a) les logiques unipolaires ne sont plus durables ni commodes pour prévenir le multipolarisme ; b) la captation de l'Europe par les Américains et les puissances émergentes farouchement anti-russes et anti-européennes telles que celles de l'Intermarium polono-ukraino-lituanien (déjà cher à Józef Pilsudski il y a exactement un siècle); c) en Eurasie, c'est la Chine et l'Inde qui dirigent les flux énergétiques et commerciaux nécessaires vers la Russie, avec des retombées évidentes de l'Australie à l'Asie centrale, au Golfe Persique et à l'Afrique.

Rien n'est décisif. Le monde reste fluide. Les coups de Jarnac par les cinquièmes colonnes sont toujours possibles. Les géométries variables sont un must. En tout cas, il semble que dans l'atmosphère décadente de Bali, les dirigeants aient vécu une réflexion psychologique proustienne sur la mémoire et le temps à la recherche de l'ordre perdu. Reste à savoir si, dans le temps retrouvé, les dirigeants se rendront compte de l'inévitabilité du passage du temps, en évitant les remords mais en construisant ensemble un nouveau récit.

FhpSAmfXkAIIGrp.jpg

Dans la salle du G20 à Bali, on aperçoit également des enfants habillés en tenue de fête. Ils s'adressent aux adultes avec des danses et des pirouettes, en essayant de capter leur attention. Parmi eux, seule une jeune fille à la crinière dorée et à la voix rauque. L'air festif est interrompu par les images d'un petit homme vêtu de vert qui brandit les dix commandements de la paix tout en récitant de terrifiants mots de destruction. Au bord de la pièce, d'autres personnages apparaissent, quelque peu distants. Un écuyer méphistophélique, qui sous les traits d'un Savonarole de roman parle d'isoler le malin, propose à tous ses six points pour le bonheur [1], et raconte qu'il possède un merveilleux jardin enchanté, protégé des barbares envahisseurs. Une dame angélique, une Teresa visqueuse qui voltige de pan en fracas en offrant son soutien à tous, cherche désespérément une chaise pour s'allonger. Un esprit faustien se tourne vers le "grand monde" des cours impériales, où il expérimente les séductions du pouvoir, de la richesse et de la gloire terrestre. Soudain, un jeune garçon aux mains fines et osseuses s'agite, annonçant qu'un missile est tombé dans le jardin enchanté. Il brise le silence avec des tremblements de terreur. L'écuyer méphistophélique identifie immédiatement l'envahisseur qui veut troubler l'enchantement du bonheur. Les adultes, quelque peu agacés, se regroupent à l'écart dans un caucus d'où l'on peut les entendre commenter à voix basse: de toute façon, ce sont les barbares qui sont à blâmer, mais ce n'est pas un missile mais un message du ciel. Sic transit gloria mundi.

[1] https://www.politico.eu/article/russia-isolation-european-union-policy/

 

lundi, 14 novembre 2022

Objectif: éliminer Trump !

02trump-campaign-1-mobileMasterAt3x-v2.jpg

Objectif: éliminer Trump !

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/eliminare-trump

Alors que le dépouillement des bulletins de vote des élections de mi-mandat se déroule avec une lenteur épuisante, érodant de plus en plus le succès déjà maigre des Républicains, la bataille pour éliminer Trump de la scène politique de l'Empire, bataille qui laisse entrevoir une convergence entre les Démocrates et l'establishment du Parti républicain, se voit réactivée.

À cette fin, en plus de blâmer Trump pour l'échec des républicains, la campagne visant à faire du gouverneur de Floride Ron DeSantis le prochain candidat du GOP pour la présidence américaine à la place du tycoon égaré en politique a pris son envol.

La guerre de Murdoch

Ce développement a été préparé à l'avance, c'est-à-dire avant même que les Midterms aient lieu. C'est ce qu'écrit le Guardian dans un article où il relate l'aversion de longue date de Rupert Murdoch - propriétaire du Wall Street Journal, du New York Post, de Fox TV et d'autres médias - envers Trump.

En effet, le virage de l'establishment républicain en faveur de DeSantis a été soudain et surprenant. Et pourtant, comme l'écrit le Guardian, on a "le sentiment que cela avait été planifié à l'avance, que les cuirassés de Murdoch avaient décidé à l'avance non seulement que Trump était fini, mais qu'ils avaient aussi identifié leur nouvel homme".

0611400284574-web-tete.jpg

En fait, avant que les médias de Murdoch ne commencent à tirer des boulets sans discontinuité contre Trump à propos du résultat des élections, ajoute le tabloïd britannique, le New York Post "a célébré la réélection de Ron DeSantis [...] avec une première page le saluant comme étant 'DeFuture'".

En bref, la compétition entre les deux coqs du Parti républicain a commencé, même si DeSantis n'a pas encore fait de démarche formelle pour son éventuelle candidature ; mais, comme Trump le claironne avec amertume, il ne dément pas non plus cette perspective.

L'issue de cette compétition est incertaine, mais Trump, traqué par des enquêtes judiciaires et ouvertement contesté par l'establishment de son parti, traverse le moment le plus critique de sa carrière politique.

Dans ces conditions, il vaut la peine de s'intéresser de plus près au nouveau venu, car il pourrait devenir le prochain empereur de l'Occident, ce qui affectera le destin du monde entier.

Le Washington Post dresse le profil de DeSantis et réduit à néant le récit qui fait du nouveau venu une sorte de photocopie gagnante de Trump, taillée sur mesure pour le personnage afin de reporter sur lui le consensus dont jouit l'ancien président au sein de la base républicaine.

L'interventionniste

Tout d'abord, note le WP, "DeSantis est plus une figure orthodoxe du parti républicain que l'homme d'affaires ombrageux devenu politicien" (= Trump).

"En un sens", poursuit le WP, "le passé de DeSantis le rapproche de l'ancien secrétaire d'État Mike Pompeo, dont les tendances plus interventionnistes étaient parfois en désaccord avec Trump", un clin d'œil de grand intérêt pour les fondements de la politique étrangère qui s'institueraient lors de son éventuelle présidence.

En fait, "la plupart de ses déclarations concernant la politique étrangère s'inscrivent parfaitement dans des lignes directrices préexistantes, plutôt que dans le style si souvent personnel de Trump".

"DeSantis", détaille le WP, "a condamné la Russie pour son invasion de l'Ukraine et a critiqué la décision du président Biden de se retirer d'Afghanistan [opération ordonnée par Trump, ndlr]. Il est également fortement opposé aux ennemis traditionnels des États-Unis, tels que l'Iran, et en particulier à l'accord nucléaire avec Téhéran, ainsi qu'aux nouveaux rivaux, dont la Chine, et s'est engagé à être "le gouverneur le plus pro-Israël d'Amérique"."

Homme de Floride, il a beaucoup d'empathie pour les citoyens de son État qui portent de l'intérêt à certains pays attirant sans cesse leur attention, à savoir "Cuba, le Venezuela, la Colombie et Haïti".

Bref, un interventionniste tous azimuts, même si, note le WP, lorsqu'Elon Musk a lancé sa propre proposition de paix entre la Russie et l'Ukraine via twitter, il l'a défendue contre les critiques qu'il s'est attiré de la part des autorités de Kiev.

Mais peut-être, dans ce cas précis, cette défense provenait-elle davantage du fait que le milliardaire l'avait précédemment désigné comme nouveau candidat présidentiel du GOP à la place de Trump, plutôt que de partager les idées du milliardaire...

PM-Meeting-4.jpg

Relations avec Netanyahu

En ce qui concerne la proximité avec Israël que DeSantis a affichée, on peut noter qu'il serait un excellent interlocuteur pour Netanyahu, qui est revenu au pouvoir en Israël, événement coïncidant avec l'ascension de DeSantis comme nouvelle étoile au firmament du GOP.

Le fait que Netanyahou se méfie de l'establishment du parti démocrate est bien connu - puisque cet establishment conserve l'idée de deux États comme seule solution possible au conflit israélo-palestinien. Il y a aussi ses mauvaises relations avec Biden, malgré ses récentes déclarations de sympathie envers le président américain.

Plus réservées, mais non moins vives, sont les divergences entre Netanyahou et Trump, en particulier sur l'Iran, car l'ancien président n'a pas suivi l'instigation du premier ministre israélien en faveur d'une guerre contre Téhéran, en fait l'ancien président républicain était presque parvenu à un accord avec Téhéran (voir sur ce point les mémoires de l'ancien conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton).

De plus, DeSantis s'est lancé dans des louanges dithyrambiques à Netanyahu lors d'une visite qu'il a effectuée à Jérusalem en 2019, déclarant que le premier ministre israélien "a été un modèle de leadership fort pour Israël pendant son mandat". "Je me réjouis de la poursuite de notre partenariat car la Floride reste l'État le plus pro-Israël de la nation".

De plus, l'affirmation de DeSantis sur les questions éthiques serait une aubaine pour l'électorat israélien historique de Netanyahu. Un tel sentiment pour le nouveau messie d'Israël, si DeSantis parvient un jour à la Maison Blanche, pèserait de tout son poids dans la politique étrangère américaine au Moyen-Orient, un domaine clé de la politique impérialiste.

Assainir la polarisation de la société américaine

Reste à savoir si Trump sera capable de résister à la tenaille qui se referme sur lui. Il a des ressources, mais des ressources limitées. Et il reste à voir si DeSantis, si la perspective de sa candidature à la Maison Blanche se concrétise, sera en mesure de l'emporter sur son concurrent démocrate.

Ce qui est certain, c'est que le système qui a pénalisé Trump ne semble pas cultiver un rejet similaire à l'égard du gouverneur de la Floride. Au contraire, une présidence républicaine débarrassée des idées isolationnistes de Trump pourrait s'avérer la bienvenue, ayant le potentiel de guérir le conflit qui polarise la société américaine.

Mais pour cela, DeSantis devrait peut-être atténuer son affirmation sur les questions éthiques, ce qui n'est pas impossible aussi parce que cela pourrait le freiner dans une compétition présidentielle. Après tout, Washington vaut bien une messe.

Mais une telle conversion pourrait même ne pas être nécessaire. L'interventionnisme, carburant indispensable du complexe militaro-industriel, suffit à l'establishment. Le reste est du théâtre à usage interne.

Cela dit, le premier obstacle sur son chemin reste Trump, qui n'est pas du tout disposé à jeter l'éponge et a déjà commencé à tirer de copieuses salves de boulets contre son éventuel concurrent.

US Midterm : la défaite victorieuse de l'establishment

iStock-1405284332.jpg

US Midterm : la défaite victorieuse de l'establishment

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/midterm-usa-la-sconfitta-vittoriosa-dellestablishment

Le résultat des élections du midterm, vendu par les médias grand public comme une victoire majeure pour les Démocrates (comment transformer les défaites en victoires) n'est en fait pas surprenant. Les Républicains ont remporté, comme c'était évident dès le départ, la Chambre, mais il semble que les Démocrates aient conservé le contrôle du Sénat, malgré le fait que les décomptes soient encore en cours dans certains États pour ce dernier.

Le vote en Pennsylvanie, un État sur lequel le GOP républicain a misé tous ses jetons pour arracher le Sénat à ses adversaires et dans lequel le démocrate Fatterman a remporté la victoire sur le trumpiste Oz, est un indicateur du résultat en faveur des démocrates.

La lutte politique qui s'est déroulée en Pennsylvanie résume un peu ce qui s'est passé dans cette élection, puisque les médias trumpistes ont pratiquement annoncé la victoire d'Oz comme une certitude, un peu comme ils ont certifié que la vague rouge, la couleur symbolique du parti, était d'emblée une certitude, vague qui, par ailleurs, aurait inondé les États-Unis. Cela n'a pas été le cas.

Par ailleurs, les proclamations sur la vague rouge étaient évidemment exagérées, car elles ne tenaient pas compte de la puissance de feu de la machine électorale des Démocrates : si cette machine avait obtenu des résultats aussi impressionnants aux élections présidentielles, il fallait supposer qu'ils se répéteraient avec ces élections du Midterm-2022, pouvant compter, grâce à la présidence Biden, sur la gestion d'autant de courroies de transmission du pouvoir. Tout comme on pouvait supposer qu'il se concentrerait sur le Sénat, où le défi était le plus serré.

La défaite victorieuse de Trump

Il y aura des conséquences. D'abord au détriment de Trump, qui attendait le triomphe électoral pour annoncer sa candidature à la présidentielle de 2024. Il le fera encore, mais ce ne sera pas la même chose.

En effet, ses adversaires au sein du parti utiliseront cette défaite victorieuse pour accroître le récit selon lequel il représente un frein pour le parti, qui, s'il avait été absent, aurait certainement gagné au vu de la méfiance des citoyens envers les institutions, notamment en raison de la forte inflation et du chaos endémique dans les villes.

Notamment parce que, dans l'intervalle, le pouvoir s'est efforcé de trouver une alternative à Trump et l'a trouvée en la personne du gouverneur de Floride Ron De Santis, dont le succès dans ces élections du midterm est, sans surprise, célébré par les médias de l'establishment.

residsze.jpg

De Santis est la figure parfaite pour succéder au Tycoon-entrepreneur, égaré en politique, puisqu'il lui ressemble dans sa rhétorique grandiloquente, sa polémique contre l'establishment démocrate, sa défense des valeurs traditionnelles et son rejet des migrants.

Mais il ne partage avec Trump ni un isolationnisme extrême ni, surtout, une aversion pour l'affichage musclé en politique étrangère (comme on l'a vu lors de la dernière révolution colorée, infructueuse, à Cuba, à laquelle il a contribué avec enthousiasme).

Son ascension a commencé pendant la pandémie, au cours de laquelle il s'est engagé dans un duel serré contre l'establishment en faveur de la propagande axée sur la pandémie, adoptant pour sa Floride des normes libertaires qui se sont avérées fonctionnelles. Cela a attiré les louanges des médias et des électeurs trumpistes, qui avaient au contraire perçu une certaine timidité de la part de l'ancien président pour manoeuvrer dans ce champ de mines.

Le concurrent

DeSantis est ainsi devenu le seul concurrent possible de Trump, proposant sa propre version du trumpisme, qui pourrait être acceptable même pour les architectes des guerres sans fin.

Pour cette raison - et surtout parce qu'il ferait tomber Trump - l'establishment l'a choisi comme successeur possible de Biden, une carte à jouer au cas où un candidat fort n'émergerait pas dans le camp du parti démocrate, ou même si un candidat malvenu (un Sanders, une Michelle Obama, etc.) émergeait.

Trump connaît parfaitement ce jeu et a fait tout son possible pour éviter une rupture avec DeSantis, au point de dire qu'il a voté pour lui lors de ces élections du Midterm.

Il ne pouvait rien faire d'autre, bien sûr, puisqu'il était le seul candidat en Floride, où Trump vote, mais il a voulu dire cela pour souligner le point essentiel bien que tacite, relançant implicitement l'hypothèse, avancée il y a quelque temps, de créer un tandem avec DeSantis pour la vice-présidence.

Mais il sera difficile pour DeSantis de renoncer au rôle présidentiel qu'ils lui ont taillé et que l'establishment républicain, celui sur lequel Trump avait parié, tente de créditer par tous les moyens (voir Washington Examiner: "Choisir Trump plutôt que DeSantis pour 2024 est un suicide politique").

Le faible d'Elon Musk pour les Républicains

La position du nouveau maître de Twitter sera également intéressante dans cette perspective. Elon Musk avait tweeté en juillet que Trump était "trop vieux" et qu'il était temps pour lui de se retirer, tandis que DeSantis "gagnerait facilement" s'il se présentait contre le président Biden en 2024.

Le tweet a été supprimé par la suite, mais le milliardaire, qui, lors des midterms, avait appelé à voter pour les Républicains (un tweet qui a également été supprimé), n'a peut-être pas changé d'avis. Et son opinion, après l'achat du réseau social, pèse davantage. Peu favorable au pouvoir réel lors de l'achat de Twitter, il pourrait être tenté de rechercher son indulgence en favorisant l'éviction de Trump de la vie politique.

Elon_Musk_and_Donald_Trump_1651936248328_1652205134692.jpg

En bref, cette élection pourrait déclencher une épreuve de force dans le camp républicain, transformant la victoire de Trump, qui a également envoyé plusieurs de ses candidats choisis au Congrès, en une possible déroute.

Mais l'ancien président n'a pas l'intention de jeter si vite l'éponge, notamment parce qu'il sait que s'il le fait, son destin est d'aboutir en prison. À tel point qu'il va jusqu'à menacer son éventuel antagoniste en déclarant : "J'en sais plus sur lui que quiconque, sauf peut-être sa femme".

Républicains à la Chambre

En attendant de connaître l'issue de cet affrontement interne au sein du GOP, il faut considérer les autres conséquences des élections, en premier lieu le fait que les Républicains peuvent profiter de la majorité à la Chambre pour lancer quelques enquêtes.

Une enquête sur la pandémie, qui pourrait se transformer en un Nuremberg, est presque certaine (Rand Paul, leader de la Chambre, avait à l'époque demandé que Fauci soit emprisonné).

Cela ne ferait pas trop peur à l'establishment, qui a entre-temps trouvé une autre crise mondiale à gérer (la guerre en Ukraine). Quelques boucs émissaires seraient ceux qui en paieraient le prix. Mais une certaine clarification du passé est toujours souhaitable car elle pourrait peut-être éviter des surprises futures.

Une enquête sur Hunter Biden, le fils du président, qui est depuis longtemps dans le collimateur des républicains, est également possible, et plairait également à l'establishment démocrate, qui est impatient de le remplacer.

La question ukrainienne reste ouverte. Si avant les élections, les Républicains avaient déclaré qu'ils ne donneraient plus de "chèques en blanc" à Kiev, il reste à voir comment cette affirmation sera concrètement mise en œuvre, c'est-à-dire si les justifications du Pentagone suffiront. Mais l'émergence d'une certaine controverse sur le conflit est dans les cartes, car les élus trumpistes sont farouchement opposés aux guerres sans fin.

samedi, 12 novembre 2022

Nouvelle politique nucléaire américaine

2023_US_Military_Strength_NUCLEAR.jpg

Nouvelle politique nucléaire américaine

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/novaya-politika-yadernoy-dubinki-ssha

Le 27 octobre 2022, l'administration de Joe Biden a publié une version déclassifiée de sa Nuclear Posture Review (NPR). La partie générale est désormais dans le domaine public, ce qui permet de tirer certaines conclusions.

Comme indiqué dans la publication mise en ligne sur le site de la Federation of American Scientists, "En termes de contrôle des armes et de réduction des risques, le NSG est décevant. Les efforts précédents visant à réduire les arsenaux nucléaires et le rôle joué par les armes nucléaires ont été sapés par une concurrence stratégique renouvelée à l'étranger et l'opposition des faucons de la défense au niveau national."

Alors, qui représente une menace pour les États-Unis en termes d'utilisation possible d'armes nucléaires ? Les auteurs du JCPOA prennent en considération la Russie, la Chine et la Corée du Nord et même l'Iran, ce qui est surprenant. Comment s'est-il retrouvé sur la liste si le pays ne possède pas d'armes nucléaires ? Et il omet Israël, qui possède des ogives nucléaires, mais non seulement en garde le nombre exact secret, mais n'a pas du tout signé le traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP) ! De toute évidence, une telle politique de deux poids deux mesures est tolérée parce qu'Israël est un allié des États-Unis.

Quant à la Chine, elle a constaté "un problème commun pour la planification de la défense américaine et un facteur croissant dans l'évaluation de notre force de dissuasion nucléaire...". La RPC a probablement l'intention de disposer d'au moins 1000 ogives livrables d'ici la fin de la décennie". Selon le NSG, l'arsenal nucléaire plus diversifié de la Chine "pourrait fournir à la RPC de nouvelles capacités avant et pendant une crise ou un conflit pour utiliser des armes nucléaires à des fins coercitives, y compris des provocations militaires contre les États-Unis, leurs alliés et leurs partenaires dans la région.

20191123_cnp001.jpg

On dit que la Russie diversifie son arsenal et qu'elle considère ses armes nucléaires comme "un bouclier derrière lequel une agression injustifiée peut être menée contre [ses] voisins".

Il est à noter que les armes nucléaires non stratégiques de la Russie s'élèvent à 2000. Le document fait référence à la conclusion de l'Agence de renseignement du Pentagone de 2021 selon laquelle la Russie "possède probablement 1000 à 2000 ogives nucléaires non stratégiques". Bien que le département d'État ait déclaré en avril 2022 que l'estimation incluait les armes déclassées en attente de démantèlement, ce qui reflète la différence d'estimations entre les divers départements et agences militaires américains.

Il est également noté que "la Russie développe plusieurs nouveaux systèmes dotés de capacités nucléaires conçues pour mettre en danger les États-Unis ou leurs alliés et partenaires, dont certains ne sont pas non plus couverts par le traité New START. Il est noté que la Russie et les États-Unis s'accordent sur les évaluations selon lesquelles le nouveau ICBM Sarmat et le missile guidé hypersonique Avangard de la Russie sont éligibles, mais qu'il existe un désaccord sur la manière de traiter le développement par la Russie du missile de croisière à propulsion nucléaire Burevestnik, du missile balistique Kinnzhal à lancement aérien et de la torpille nucléaire Status-6 Poseidon.

SEI_89990252-scaled.jpg

À propos de la RPDC, les choses sont généralement claires - les États-Unis, comme auparavant, s'inquiètent du fait que Pyongyang considère les États-Unis comme une cible possible pour une frappe et la RPDC déclare que "toute attaque nucléaire de la Corée du Nord contre les États-Unis ou ses alliés et partenaires est inacceptable et entraînerait la chute de ce régime. Il n'existe aucun scénario dans lequel le régime des Kim pourrait utiliser des armes nucléaires et survivre.

En ce qui concerne l'Iran, le JCPOA stipule que les États-Unis "comptent sur leur supériorité non nucléaire pour dissuader l'agression régionale iranienne tant que l'Iran ne possède pas d'armes nucléaires. Il convient de noter que l'Iran n'est pas soumis aux obligations du TNP car il n'a pas signé le document.

En ce qui concerne les armes nucléaires américaines, le JCPOA réaffirme l'engagement de moderniser les forces nucléaires elles-mêmes, les systèmes de commandement, de contrôle et de communication, ainsi que l'infrastructure de production et de soutien. Par rapport aux évaluations précédentes, l'évaluation actuelle fait référence au déclassement de la bombe à gravité B83-1 mégatonne et à l'abandon du missile de croisière à capacité nucléaire lancé en mer (SLCM-N). Elle indique que "l'administration s'oppose fermement à la poursuite du financement du missile de croisière à capacité nucléaire lancé en mer (SLCM-N) et de son ogive associée." Il est dit qu'un investissement supplémentaire dans le développement du SLCM-N détournerait des ressources d'autres missions. Ces décisions étaient attendues, bien qu'il y ait eu une opposition des faucons et des lobbyistes du nucléaire.

Il est vrai qu'il y a une allusion à une arme de remplacement "pour une défaite améliorée" des cibles difficiles à atteindre et profondément cachées. Mais les nouvelles armes ne sont pas identifiées.

Le JCPOA décrit les capacités existantes et futures qui, selon les États-Unis, constituent une force de dissuasion régionale face à la Russie et à la Chine. Cette dissuasion repose sur le W76-2 (une ogive à faible rendement pour le missile balistique sous-marin Trident II D5 proposé et mis en service sous l'administration Trump), les bombardiers stratégiques mondiaux, les missiles de croisière à lancement aérien et les chasseurs à double usage tels que le F-35A équipé de la nouvelle bombe nucléaire B61-12.

Bombe-B61.jpg

Il est conclu que le W76-2 "constitue désormais une dissuasion importante pour l'utilisation limitée des armes nucléaires". Bien qu'il soit dit que "son importance pour la dissuasion sera réévaluée au fur et à mesure du déploiement du F-35A et des missiles de croisière à lanceur aérien (LRSO), et à la lumière de l'environnement de sécurité et des scénarios de dissuasion probables auxquels nous pourrions être confrontés à l'avenir.

La publication du LRSO a coïncidé avec la décision américaine de déployer une nouvelle arme nucléaire B61-12 en Europe. Précédemment prévues pour le printemps 2023, les premières bombes à gravité B61-12 seront désormais livrées à des bases en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique, en Italie et en Turquie dès décembre 2022. Entre-temps, la Maison Blanche s'est empressée de souligner que le programme de modernisation et les récents exercices nucléaires ont été planifiés des années à l'avance et ne sont pas une réponse aux actions de la Russie.

D'ailleurs, l'exercice Standing Noon lui-même sur l'utilisation des armes nucléaires est assez controversé, même dans le contexte des relations entre alliés de l'OTAN. Le fait est que l'exercice impliquait l'utilisation conjointe d'armes nucléaires, dans laquelle les États-Unis installent des équipements nucléaires sur les avions de chasse de certains pays de l'OTAN non nucléaires et entraînent leurs pilotes à lancer une frappe nucléaire à l'aide de bombes nucléaires américaines.

Mais les États-Unis, en tant que partie au TNP, se sont engagés à ne pas transférer d'armes nucléaires à d'autres pays, et les États non dotés d'armes nucléaires se sont engagés à ne pas recevoir d'armes nucléaires des États dotés d'armes nucléaires dans le cadre de l'accord de partage. En temps de paix, les armes nucléaires sont sous le contrôle des États-Unis, mais l'accord signifie qu'en temps de guerre, elles seront transférées à un pays non nucléaire. L'arrangement existait avant la signature du TNP, il ne s'agit donc pas d'une violation de la lettre du traité. Mais d'un autre côté, elle viole l'esprit du traité et constitue un fait irritant depuis des années.

L'apparition de bombardiers stratégiques B-52 capables de transporter des armes nucléaires en Australie ressemble également à une provocation délibérée. Ils pourraient être déployés sur la base aérienne de Tindal, à quelque 300 km au sud de Darwin. Comme pour l'Europe et la Russie, les autorités australiennes s'empressent de souligner que les plans de déploiement des bombardiers ont été annoncés pour la première fois par le précédent Premier ministre Scott Morrison en février 2020.

b52-australia.jpg

La Chine a répondu en déclarant que "le comportement pertinent des États-Unis a accru les tensions régionales, a gravement compromis la paix et la stabilité dans la région et pourrait provoquer une course aux armements. La Chine appelle les parties concernées à abandonner la mentalité dépassée de la guerre froide, les jeux à somme nulle et la pensée géopolitique étroite. Et faire quelque chose qui favorise la paix régionale et la confiance mutuelle entre les pays."

À la lumière de la doctrine de guerre du Pentagone dans tous les domaines, la référence à l'intégration des forces nucléaires et conventionnelles est troublante.

Le JCPOA stipule que "les capacités non nucléaires peuvent être capables de compléter les forces nucléaires dans les plans et les opérations de dissuasion stratégique d'une manière compatible avec leurs caractéristiques et conforme à la politique relative à leur utilisation...". Les forces interarmées peuvent combiner des capacités nucléaires et non nucléaires de manière complémentaire afin de tirer parti des attributs uniques d'un ensemble multidimensionnel de forces pour fournir une gamme d'options de dissuasion soutenues par une dissuasion nucléaire crédible." Un élément important de cette intégration est "une meilleure synchronisation de la planification, des exercices et des opérations nucléaires et non nucléaires".

Le site Web de l'Arms Control Association s'est déjà demandé à juste titre si les États-Unis pouvaient indiquer qu'ils n'utiliseraient des armes nucléaires qu'en cas d'"attaque existentielle" contre les États-Unis ou leurs alliés. Et comme ce n'est pas le cas, un certain nombre d'hypothèses se posent - une cyberattaque ou une attaque aux armes chimiques pourrait-elle jamais menacer l'existence d'un allié ? Les attaques seraient-elles considérées comme existentielles si les alliés des États-Unis étaient laissés indemnes après l'attaque, mais pouvaient faire l'objet d'attaques ultérieures ? Les interprétations peuvent varier et il n'existe pas de formulation exacte.

Dans le même temps, les dirigeants américains et leurs satellites continuent d'accuser la Russie de son intention d'utiliser des armes nucléaires en Ukraine et autorisent même les menaces contre Moscou. Le JCPOA, comme d'autres documents stratégiques militaires américains, démontre objectivement la nature agressive de la politique étrangère de Washington. Des actions concrètes, telles que le déploiement d'armes nucléaires en Europe et l'apparition de bombardiers stratégiques américains en Australie, le confirment clairement.

En violation du droit international : les États-Unis renforcent massivement leur présence militaire en Syrie

gettyimages-1176990106-7e01318162db7faf96c75d67d21f13a06bbd62b8.jpg

En violation du droit international : les États-Unis renforcent massivement leur présence militaire en Syrie

Source: https://zuerst.de/2022/11/11/voelkerrechtswidrig-usa-bauen-militaerpraesenz-in-syrien-massiv-aus/

Damas . Depuis des années, le gouvernement syrien dénonce devant les forums internationaux l'occupation continue et illégale du territoire syrien par les États-Unis. Concrètement, il s'agit d'environ un tiers du territoire syrien à l'est de l'Euphrate. Les États-Unis y exploitent illégalement des gisements de pétrole syriens.

Il y a actuellement 28 bases militaires américaines sur le territoire syrien. Elles ont été construites sans l'accord du gouvernement de Damas et servent à la protection militaire des zones pétrolières.

Aux 28 bases existantes (17 dans la province de Hasakah, 9 dans la province de Deir Ezzor et 2 dans la province de Homs) s'ajoute désormais une autre base près du pont Al-Raqqa sur l'Euphrate à Deir Ezzor. Les environs à l'est de Deir Ezzor abritent les bases militaires les plus stratégiques, notamment la base pétrolière d'al-Omar - l'une des plus grandes de Syrie - et le champ gazier de Conoco.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (SOHR), une organisation d'opposition basée au Royaume-Uni, a récemment publié des photos montrant la construction du site. Selon le SOHR, les troupes américaines ont récemment établi un autre poste militaire dans le village de Naqara, situé à trois kilomètres de Qamishli, dans la province de Hasakah (nord-est). L'empreinte militaire des États-Unis ne cesse ainsi de s'étendre.

La répartition des bases militaires américaines illégales correspond à un cordon autour des puits de pétrole et de gaz à l'est de l'Euphrate, qui constituent la majeure partie des ressources naturelles syriennes. Ce faisant, elles empêchent également le gouvernement syrien d'accéder aux ressources essentielles qui seraient nécessaires à la reconstruction des zones pacifiées. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

jeudi, 10 novembre 2022

Élections américaines : implications pour le pays et le monde

1 gCwh5Uof8bQekmLTm-_rxw.png

Élections américaines : implications pour le pays et le monde

Source: https://katehon.com/ru/article/vybory-v-ssha-posledstviya-dlya-strany-i-mira

La faible performance des Républicains et la "toxicité" de la figure médiatique et diabolisée de Trump soulèvent des questions sur l'avenir de la candidature de celui-ci à la présidence du Parti républicain en 2024.

Les États-Unis ont tenu leurs traditionnelles élections de mi-mandat le 8 novembre. Les citoyens américains ont réélu la totalité de la Chambre des représentants (435 sièges) et un tiers (35 sur 100) des sénateurs. L'équilibre des pouvoirs au sein du corps législatif américain et d'une partie du système judiciaire (les nouveaux juges de la Cour suprême sont nommés par le président avec le consentement du Sénat) dépend du résultat des élections. Une victoire républicaine convaincante dans les deux chambres ferait du président démocrate Joe Biden un "canard boiteux" deux ans avant l'élection présidentielle. La mise en œuvre des politiques qu'il a promises serait pratiquement impossible avec ses adversaires contrôlant à la fois la Chambre et le Sénat. En outre, les Américains ont élu les gouverneurs de 36 États, de 3 dépendances et le maire du district fédéral de Columbia.

Résultats préliminaires

En date du 9 novembre 2022, les républicains ont réussi à remporter les élections pour la Chambre des représentants. La marge numérique est d'environ 20 voix, mais elle se réduit au fur et à mesure que le dépouillement progresse. Avant l'élection, les Démocrates avaient une avance de 8 voix.

Il y a toujours une parité dans la bataille pour le Sénat américain, avec des électeurs en Pennsylvanie, au Nevada, en Arizona, au Wisconsin et en Géorgie presque à moitié divisés. En Alaska, la course est serrée entre les deux candidats républicains au poste de sénateur : l'establishment, le néo-conservateur Liz Murkowski, et la candidate pro-Trump Kelly Tshibaka (photo).

210417211033-kelly-tshibaka-file-2019.jpg

Lors de l'élection du gouverneur, le parti démocrate a généralement renforcé sa position. Les républicains ont perdu au profit de leurs adversaires deux États de la côte atlantique: le Maryland et le Massachusetts. Dans le même temps, les deux partis ont conservé de grands États. Le parti démocrate a conservé le contrôle de la Californie, de New York, de la Pennsylvanie. Les Républicains contrôlent le Texas et la Floride. L'issue de l'élection en Arizona, un autre État qui pourrait changer le républicain au poste de gouverneur pour le démocrate, n'a pas été décidée : la lutte a été serrée entre le favori du vote populaire, un Trumpiste, Carey Lake, et la candidate démocrate, Kathleen Hobbs. Cette dernière a pris une avance inattendue.

L'ancien président américain Donald Trump a déjà appelé à des protestations. Il a déclaré que des obstacles artificiels au vote avaient été créés pour les électeurs républicains, en particulier dans les régions qui votent traditionnellement pour le parti républicain. En Arizona, par exemple, il y aurait eu des dysfonctionnements dans les machines à voter, notamment dans les districts républicains. Ainsi, de nombreux électeurs républicains qui se sont rendus aux urnes n'ont pas pu voter avant la fermeture des bureaux de vote.

Dans un autre État, la Pennsylvanie, il y avait une pénurie de bulletins de vote dans les bureaux de vote, mais un avantage artificiel a été créé pour les démocrates qui préfèrent le "vote par correspondance". Le candidat démocrate au Sénat, John Fetterman, et les membres de son parti qui contrôlent la branche exécutive de l'État insistent pour que les enveloppes de scrutin soient comptées même si elles ne portent pas de date de vote. C'est grâce à de tels votes par correspondance, invérifiables, que le démocrate Joe Biden a remporté l'élection présidentielle américaine de 2020. Aujourd'hui, le parti démocrate américain utilise à nouveau la même technique.

Implications pour les États-Unis

Le résultat des élections montre, tout d'abord, que la société américaine et les élites américaines restent polarisées. Une fois encore, il y a deux Amériques sur la carte électorale : l'Amérique "bleue" des démocrates - les grandes villes et les côtes du Pacifique et de l'Atlantique - et l'Amérique "rouge" du cœur territorial républicain.

Dans le même temps, sur fond de crise économique et énergétique, d'injection constante d'argent en Ukraine dans le conflit avec la Russie, conflit qui est assez impopulaire auprès de l'électorat, et de crise migratoire, les résultats de l'équipe de Joe Biden semblent bons.

Le résultat s'explique aussi par l'utilisation de mécanismes de manipulation des votes, par le contrôle des élites de gauche sur les médias et par la plus grande discipline du parti démocrate. À la veille des élections, les républicains ont dû se battre non seulement contre les démocrates, mais aussi entre eux. Grâce à une lutte sans compromis, Donald Trump a pu porter ses candidats contre la position de l'establishment. Cependant, ce sont les candidats de Trump - Mehmet Oz (photo - pour le poste de sénateur de Pennsylvanie), Cary Lake (pour le poste de gouverneur de l'Arizona), Blake Masters (pour le poste de sénateur de l'Arizona) - qui ont rencontré le plus de difficultés et de pression de la part du système administratif. En outre, il existe des tensions entre Trump et un autre prétendant à la direction informelle du parti, le gouverneur de Floride Ron Desantis.

mehmet-oz-gty-jc-211130_1638306513156_hpMain_1x1_992.jpg

D'autre part, il existe également des exemples de réussite pour les candidats de Trump. Par exemple, J.D. Vance - un protégé de Trump et du milliardaire Peter Thiel - connu pour avoir dit qu'"il ne se soucie pas de l'Ukraine", est devenu sénateur de l'Ohio malgré l'opposition des militants de la communauté ukrainienne, présente dans cet État.

Implications pour le monde

Le faible avantage des Républicains (et non pas la large marge à la Chambre des représentants qu'ils espéraient) n'est pas susceptible d'entraîner des changements sérieux dans les politiques intérieures et étrangères de l'administration de Joe Biden.

Très probablement, les Républicains et les Démocrates maintiendront la parité au Sénat, ou, même, les Démocrates pourraient gagner un léger avantage. Ceci, associé au contrôle des médias et aux divisions au sein des Républicains eux-mêmes, permettra à l'administration de Joe Biden de poursuivre ses politiques précédentes. Cela est particulièrement vrai sur le front de la politique étrangère et de la confrontation à la Russie et à la Chine, où seule une minorité (bien qu'active) de républicains ayant réussi à se faire élire au Congrès s'oppose au conflit avec Moscou, et presque personne n'est en faveur de relations amicales avec la RPC.

Le soutien monétaire et militaro-technique à l'Ukraine se poursuivra. Une augmentation du soutien américain à Taïwan est probable.

midterms-ron-desantis-peut-representer-une-nouvelle-generation-de-leader-republicain.jpg

La faible performance des républicains et la "toxicité" de la figure médiatique et diabolisée de Trump soulèvent des questions sur l'avenir de la candidature républicaine de celui-ci à la présidentielle de 2024. Il pourrait être remplacé par un gouverneur de Floride plus jeune, Ron Desantis (photo), qui a remporté les élections au poste de gouverneur le 8 novembre avec une marge de 20 %.

Ce dernier est tout aussi conservateur en matière de politique intérieure, mais il est jeune et énergique et donc plus attrayant pour les électeurs que le scandaleux et vieillissant Trump. Desantis adhère aux idées républicaines traditionnelles en matière de politique étrangère: être agressif, s'opposer à la Russie, soutenir l'Ukraine, combattre les régimes de gauche d'Amérique latine, avoir une rhétorique anti-chinoise, soutenir Israël au Moyen-Orient et combattre l'Iran. Dans l'ensemble, un candidat plus acceptable pour les sponsors républicains traditionnels que Trump.

mercredi, 09 novembre 2022

Le "grand ami" américain déclare la guerre à l'automobile européenne

Peugeot-Poissy-Copyright-Peugeot-10.jpg

Le "grand ami" américain déclare la guerre à l'automobile européenne

Adele Piazza

Source: https://electomagazine.it/il-grande-amico-americano-dichiara-guerra-allauto-europea/#google_vignette

La Maison Blanche a l'intention de dé-carboniser l'Amérique d'ici 2035, avec des incitations qui permettraient de créer jusqu'à dix millions d'emplois. Tout cela grâce au projet de loi américain d'incitation à l'achat de véhicules électriques le plus controversé et le plus débattu, la loi sur la réduction de l'inflation ("Inflation Reduction Act" - IRA). En réalité, un ensemble de réformes beaucoup plus large, qui met sur la table 437 milliards de dollars pour la santé et l'environnement. Un tournant dans la politique énergétique américaine et donc mondiale. Toutes les dépenses prévues seront financées par une taxe minimale de 15% sur les entreprises qui font des bénéfices annuels de plus d'un milliard de dollars, ainsi que par une taxe de 1% sur les entreprises qui rachètent leurs propres actions.

Les 369 milliards de dollars affectés à la sécurité énergétique et à la lutte contre le changement climatique, y compris le financement du bonus de 7.500 dollars pour les voitures, suscitent davantage de débats. Mais les industries européennes et asiatiques ont déjà rejeté les mesures visant les quatre-roues. En effet, le bonus pour les voitures est lié à l'assemblage de batteries produites avec des minéraux extraits aux États-Unis ou dans des pays avec lesquels Washington a un accord de libre-échange.

La voiture la plus chère du monde

La loi sur la réduction de l'inflation ne plaît pas aux États de l'UE car elle contient des "mesures discriminatoires" pour les constructeurs automobiles européens en particulier. Le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, en charge du commerce international, souligne que "C'est une question qui préoccupe de nombreux pays et entreprises, que Bruxelles a mise en avant avec nos partenaires américains ces dernières semaines, et qui a joué un rôle majeur dans les discussions d'aujourd'hui. Il semblerait qu'un grand nombre des subventions vertes prévues par la loi puissent créer un préjudice et une discrimination à l'encontre des industries de l'UE dans les secteurs de l'automobile, des énergies renouvelables, des batteries et des secteurs à forte intensité énergétique".

D'autres pays, comme le Japon et la Corée du Sud, partagent les préoccupations de l'UE et réfléchissent également à la meilleure façon de traiter ce problème. Pour les Vingt-Sept, "l'objectif serait d'obtenir le même statut que le Canada et le Mexique", dont la production bénéficie des mêmes avantages que celle des États-Unis dans les mesures prises. Il s'agit au moins d'une "position de départ dans les négociations", a souligné le ministre tchèque de l'Industrie Jozef Sikela, président en exercice du Conseil de l'énergie.

L'Allemagne, avec les géants de l'automobile Volkswagen, BMW et Mercedes, avait mis en garde il y a trois semaines contre le risque d'une "guerre tarifaire" transatlantique, le danger que ce que les États-Unis ont légiféré soit extrêmement protectionniste envers les exportations vers l'UE.

jeudi, 03 novembre 2022

Changement de cap de la politique étrangère en Colombie: "Les Etats-Unis ruinent toutes les économies"

https __ns.clubmed.com_dream_CIRCUITS_DECOUVERTE_Ameriques___Antilles_Colombie_121537-lv00dvws98-swhr.jpg

Changement de cap de la politique étrangère en Colombie: "Les Etats-Unis ruinent toutes les économies"

Source: https://zuerst.de/2022/11/03/aussenpolitischer-kurswechsel-in-kolumbien-die-usa-ruinieren-alle-volkswirtschaften/

Bogotà . Pendant des décennies, la Colombie a été l'un des principaux alliés des États-Unis et le seul pays partenaire de l'OTAN en Amérique latine. Mais un changement politique s'annonce également en Amérique du Sud. En juin, le pays s'est doté pour la première fois d'un président de gauche en la personne de Gustavo Petro.

Petro a prononcé un discours retentissant dans lequel il a critiqué fondamentalement les États-Unis, une expérience totalement nouvelle pour la Colombie. Les Etats-Unis mènent presque toutes les économies du monde à la ruine, a déclaré M. Petro, s'adressant à la population - à l'instar des dirigeants politiques de notre pays - pour la préparer à des temps difficiles. Il faut s'attendre à une récession "sans doute à venir" et de "lourds nuages économiques et sociaux" s'amoncellent au-dessus du pays.

Il s'agit d'un phénomène mondial ("nos monnaies chutent toutes, pas seulement le peso colombien"), principalement dû à la politique économique et financière égoïste des États-Unis. Petro a ensuite présenté dans son discours une série de pays déjà touchés par les conséquences, en faisant explicitement référence aux "grandes puissances économiques comme l'Allemagne": "Les Etats-Unis ruinent pratiquement toutes les économies du monde, l'économie allemande est détruite, les Russes, les Ukrainiens, les Européens ont avant tout déclenché une guerre sur leur propre continent, qui est une guerre pour le gaz et l'énergie".

Le chef d'État colombien a poursuivi : "Et à la suite de cette guerre, l'économie européenne s'effondre. La puissante Allemagne entre en récession et, qui l'eût cru, l'Angleterre, l'ancienne puissance coloniale, l'Empire britannique, s'enfonce dans une profonde crise économique. En Espagne, les gens se soulèvent dans chaque ville, en France et aux États-Unis, ils prennent des décisions pour se protéger, parfois sans penser à ce qui va arriver à cause de leurs actions, et l'économie des pays d'Amérique latine est ainsi vidée de sa substance".

En conclusion, Petro a déclaré : "Nous sommes soumis à des intérêts de pouvoir qui ne visent pas le bien-être du simple travailleur, mais celui du propriétaire du système financier mondial". Ces derniers mois, le président russe Poutine a adressé à plusieurs reprises des reproches similaires aux Etats-Unis. Les observateurs soulignent que la Colombie a récemment manifesté son intérêt pour rejoindre le groupe BRICS, qui comprend actuellement le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

lundi, 31 octobre 2022

Qui veut une rupture entre l'Europe et la Russie?

bruch-europa-russland.jpg

Qui veut une rupture entre l'Europe et la Russie?

par Fabio Massimo Parenti

Source: https://www.ideeazione.com/chi-vuole-la-rottura-fra-europa-e-russia/

Avec les explosions provoquées en des points précis de Nord Stream 1 et Nord Stream 2 dans les eaux de la zone économique exclusive du Danemark, la sécurité énergétique de l'Europe a été définitivement mise à mal. Le système d'approvisionnement Europe-Russie mis en place au cours des vingt-cinq dernières années semble irrémédiablement compromis, et quelle que soit l'issue des enquêtes menées par les autorités des pays scandinaves impliqués, il est peu probable que les choses redeviennent comme avant.

Après le sabotage, les déclarations faites par le président américain Joe Biden le 7 février lors d'une conférence de presse ont inévitablement fait le tour du web : "Si la Russie nous envahit, il n'y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin". À l'objection du journaliste : "Comment allez-vous faire exactement, puisque le projet est sous contrôle allemand ?", le locataire de la Maison Blanche a répondu : "Je vous garantis que nous serons en mesure de le faire".

En revanche, l'aversion de Washington, et en particulier des démocrates, pour le gazoduc était connue depuis un certain temps. Le 1er janvier 2021 déjà, le Sénat américain avait voté pour passer outre le veto de Trump à la loi d'autorisation de la défense nationale (NDAA), qui comprenait " de nouvelles dispositions relatives à Nord Stream 2 dans le cadre de la loi de clarification de la sécurité énergétique de l'Europe (PEESCA) ". Ainsi, conformément aux nouvelles sanctions, l'entreprise norvégienne DNV GL a été contrainte de cesser toute activité de vérification pour le réseau du gazoduc Nord Stream 2.

Nord Stream 2, achevé l'année dernière mais jamais mis en service, était censé doubler le volume de l'approvisionnement en gaz russe de l'Allemagne déjà garanti avec son jumeau Nord Stream 1, un projet conçu en 1997 et réalisé - après des années d'études, de négociations et d'obstacles - entre 2011 et 2012. Le 6 septembre 2011, le premier gazoduc est entré en service et le 8 novembre suivant, le gazoduc a été officiellement inauguré en présence de la chancelière allemande de l'époque, Angela Merkel, du président russe de l'époque, Dmitri Medvedev, et du premier ministre français de l'époque, François Fillon : une image révélatrice de la direction, bien différente d'aujourd'hui, prise par les deux pays leaders de l'UE à ce stade.

Si depuis 2014, la guerre civile en Ukraine a progressivement détérioré les relations UE-Russie, l'échec définitif des accords de Minsk et le lancement de l'opération militaire spéciale russe ont bouleversé toute l'architecture diplomatique, et donc énergétique, du Vieux Continent. D'une part, la Russie, se sentant menacée par l'intention de l'Ukraine - annoncée à plusieurs reprises par Zelensky - de rejoindre l'Alliance atlantique, a décidé de porter un coup dur à son voisin dans un double but : garantir l'équilibre des forces sur la mer Noire, vital pour l'accès de Moscou aux mers chaudes, et protéger les communautés russophones du sud-est du pays. De l'autre, une Europe faible s'est confirmée comme un acteur incapable d'exprimer sa propre doctrine stratégique et une vision géopolitique claire, au moins autonome par rapport à celle des Etats-Unis.

Les décisions de l'administration Biden ont placé et placent l'Europe dans une position extrêmement critique, jetant les bases du déclenchement d'une crise économique et sociale sans précédent dont témoigne la flambée de l'inflation, qui avait déjà augmenté avant le début du conflit en raison du déséquilibre entre l'offre et la demande de matières premières et de produits semi-finis résultant de la pandémie. En septembre, l'UE et la zone euro ont enregistré une inflation à deux chiffres, avec des pics de plus de 20 % dans les pays d'Europe centrale et orientale, à commencer par les pays baltes : ce n'est pas un hasard si ce sont les plus exposés face aux sept trains de sanctions approuvés à ce jour par Bruxelles.

Repenser toute une chaîne d'approvisionnement énergétique en quelques mois a et aura des conséquences dévastatrices pour les économies les plus dépendantes des approvisionnements russes, à commencer par l'Italie et l'Allemagne. Les deux pays fondateurs de la Communauté européenne se retrouvent extrêmement vulnérables face à une accélération forcée de la diversification, si soudaine et si précipitée qu'elle risque de compromettre même la transition énergétique promue il y a tout juste trois ans par le Green New Deal européen et guidée, du moins en partie, par le PNRR approuvé l'année dernière.

En fait, la nécessité d'identifier immédiatement des sources alternatives au gaz russe a contraint plusieurs pays européens à mettre en service des centrales électriques au charbon et des centrales nucléaires qui avaient déjà été mises hors service ou étaient de toute façon destinées à être fermées. La recherche effrénée de gaz naturel liquéfié (GNL), nettement plus cher que le gaz naturel, a contraint le Vieux Continent à accroître la demande à l'étranger, en s'appuyant sur une série d'acteurs non européens pour lesquels aucun plafond de prix ne peut tenir : la Norvège, le Qatar, le Japon, le Canada et surtout les États-Unis.

shutterstock_1154610286.jpg

Les données officielles de l'EIA, l'agence statistique et analytique du ministère américain de l'Énergie, montrent comment Washington est devenu le premier fournisseur mondial de GNL au premier semestre 2022, en hausse de 12 % par rapport au second semestre 2021, pour atteindre une moyenne d'environ 317 millions de mètres cubes par jour. Dans le détail des quatre premiers mois de cette année, les États-Unis ont exporté 74 % de leur droit de GNL vers l'Europe : une part impressionnante si on la compare à la valeur moyenne pour 2021 (34 %).

Bref, des affaires en or pour les exportateurs américains, d'autant plus dans une conjoncture mondiale de forte hausse des prix, donc favorable aux producteurs et défavorable aux acheteurs.

Avant le déclenchement de la guerre russo-ukrainienne, l'ensemble de l'UE recevait de la Russie pas moins de 120 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an. Sur ce total, un quart, soit 30 milliards, est arrivé en Italie. Il est évident que cette augmentation soudaine des exportations fait également augmenter le prix du gaz aux États-Unis, qui a déjà quadruplé pour le consommateur américain en septembre dernier.

Si l'administration Biden, comme c'est désormais une certitude, subit les contrecoups de cette inflation "légère", les grands producteurs ne resteront certainement pas les bras croisés et n'auront pas trop de scrupules. Ce sont eux, en effet, comme cela arrive souvent aux États-Unis, qui influencent fortement l'orientation de la Maison Blanche, tant en politique intérieure qu'en politique étrangère.

Il en va de même pour le secteur de l'armement militaire. La décision de la Russie d'envahir l'Ukraine a suffi à faire bondir pratiquement tous les gouvernements des pays européens. La Finlande et la Suède ont demandé à adhérer à l'OTAN, profitant d'une procédure accélérée spécialement conçue pour l'occasion, tandis que la plupart des gouvernements des États membres actuels ont proposé ou approuvé des augmentations importantes des dépenses militaires. Il suffit de rappeler que sur les derniers 40 milliards de dollars alloués par l'administration Biden pour soutenir Kiev, près de 9 milliards devront être dépensés pour reconstituer le "stock" d'armes donné aux Ukrainiens. Surtout, les deux géants, Northrop Grumman et Lockheed Martin, ont déjà enchaîné gains sur gains en bourse, mais d'autres entreprises moins connues du grand public comme Raytheon et General Dynamics se frottent également les mains face à la prolongation de la guerre en Ukraine et au réarmement généralisé au niveau mondial.

samedi, 29 octobre 2022

Comment les USA auraient pu ne jamais exister  - et demeurer anglais

d1c5abec-ea15-40a4-9dec-a83cf193e1cb.47e03a91fafe1ede3143c5768a997e56.jpeg

Comment les USA auraient pu ne jamais exister  - et demeurer anglais

Nicolas Bonnal

Un article d’Adam Gopnik dans The New Yorker avait mis en rage en 2017 les énergumènes de Prisonplanet.com. Il ne faisait pourtant que reprendre à sa manière gauchiste les arguments des libertariens et de quelques traditionalistes sur une question importante : l’existence-même des USA, pays qui tyrannise et menace la planète par sa technologie, son dollar et ses armées toujours en guerre.

Nous aurions pu être le Canada. We could have been Canada.

On n’avait donc pas besoin de faire une guerre d’indépendance cruelle et dangereuse contre l’Angleterre. L’Amérique aurait été moins peuplée, serait restée un dominion tranquille comme le Canada et l’Australie, et l’Angleterre aurait continué de trôner pragmatiquement sur le monde. L’Allemagne n’aurait bien sûr pas osé la défier, et nous n’aurions pas connu les horreurs mondiales de nos guerres germano-britanniques.

Gopnik ajoute qu’on aurait aboli l’esclavage sans passer par cette folle et sanglante guerre de Sécession. C’est une évidence : l’Angleterre a aboli pacifiquement dans la foulée de sa révolution industrielle l’esclavage dans toutes ses colonies. Je pense aussi qu’il y aurait eu une immigration anglo-irlandaise dans ce grand pays, et cela aurait été mieux. Je suis arrivé à cette conclusion en lisant Poe, Melville, Kipling, Grant, Stoddard, Ross et quelques dizaines d’autres.

Thomas di Lorenzo dans son livre sur Lincoln a révélé le personnage que c’était. Un radical, un whig, comme ceux qui voulaient la révolution de 1776 aux relents Illuminati. J’ai souligné dans un texte précédent que Lincoln dénonce d’un côté la barbarie de la populace américaine (crimes racistes, lynchages, pendaisons ; comparez au Canada) et cette adoration de la loi qui confine aujourd’hui au totalitarisme, avec 42 % de la population carcérale mondiale.

La nation indispensable de Biden-Obama (qui vient de palper 3.2 millions pour pérorer en jet sur l’effet de serre) n’aurait pas détruit ou défiguré la moitié du monde et l’Asie, et n’aurait pas hypocritement géré la question noire après l’esclavage (un million de jeunes noirs tués en trente ans là-bas), n’aurait pas détruit la culture européenne et même mondiale par sa sous-culture déracinée. Elle ne serait pas en train de nous préparer à une guerre d’extermination contre la Russie pour satisfaire son ego.

Oui, je pense aussi que l’on pouvait se passer de l’Amérique et que la France aurait pu garder la Louisiane, l’Espagne la Californie et la Russie l’Alaska. La destruction de la planète par l’Américanisme depuis deux-cent-quarante ans maintenant est certainement la plus grande catastrophe eschatologique de l’histoire du monde. Ajoutez que si nous n’avions pas aidé cette anti-nation à chasser les gentlemen anglais, nous n’aurions pas connu la révolution et son cortège de catastrophes. Il est vrai qu’il y en a que cela motive. Je n’ai jamais pu supporter La Fayette.

Sources :

« We could have been Canada » – The New Yorker – 15 mai 2017

Samuel Johnson – The patriot (1774)

Nicolas Bonnal – La culture comme arme de destruction massive (Amazon_Kindle)

https://www.newyorker.com/magazine/2017/05/15/we-could-have-been-canada

 

21:28 Publié dans Uchronie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique fiction, nicolas bonnal, états-unis, uchronie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 27 octobre 2022

"Il est temps de construire une anti-flotte": les États-Unis reconnaissent la perte de leur domination maritime

US-Navy-Task-Force-e1627569700299.jpg

"Il est temps de construire une anti-flotte": les États-Unis reconnaissent la perte de leur domination maritime

Elena Panina

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/defensa/39122-2022-10-22-21-50-30

La Chine et les États-Unis sont entrés dans une "zone de danger", écrit James Holmes, président de la stratégie maritime au US Naval War College. Il s'appuie sur un discours cinglant de Mike Gallagher, membre du Congrès du Wisconsin, sur l'état de l'armée américaine à la Heritage Foundation basée à Washington, qui a publié son rapport annuel sur l'indice de puissance militaire des États-Unis.

Pour la première fois dans ce document, les forces armées américaines sont reconnues comme "faibles" par rapport aux tâches qui leur sont assignées dans le Pacifique occidental.

Gallagher en voit la raison interne dans une "sortie stratégique de la guerre froide et dans la guerre contre le terrorisme". La raison externe est la forte augmentation de la puissance de la marine de l'APL.

Le nombre et la puissance de feu de la marine américaine sont en baisse, souligne ce membre du Congrès : dans les prochaines années, elle passera de 292 à 280 navires. Dans le même temps, le Congrès les a obligés à avoir 355 navires. Et selon l'armée elle-même, pour atteindre ses objectifs dans le monde, les États-Unis ont besoin de "plus de 500 navires, avec ou sans équipage".

Mais le temps presse et M. Gallagher rappelle le principe de la "fenêtre Davidson" : la prévision de l'ancien chef du commandement indo-pacifique américain, l'amiral Phil Davidson, qui a prédit une attaque de Pékin sur Taïwan d'ici 2027. Il est irréaliste de pouvoir porter la flotte américaine à 500 ou 355 navires en cinq ans.

Gallagher propose donc le concept dit "anti-flotte" jusqu'à ce qu'il prenne de l'ampleur (vraisemblablement dans les années 2030).

Il implique le déploiement de trois anneaux de systèmes de missiles autour de la République populaire de Chine dans les première et deuxième chaînes d'îles de l'océan Pacifique, ainsi que dans des endroits plus éloignés comme l'Alaska et Hawaï. La tâche consiste à perturber le débarquement des forces amphibies de l'APL sur Taïwan.

James Holmes, quant à lui, complète la prescription stratégique de Gallagher par "une flotte de navires de surface armés de missiles à faible coût et de sous-marins diesel".

Notez que le concept d'"anti-flotte" n'est pas nouveau. Sans qu'il n'ait été fait usage de ce terme, elle a toutefois été inscrite dans la stratégie indo-pacifique américaine, publiée en janvier 2018 sous Trump. Dans la première chaîne d'îles, des systèmes de missiles de frappe, dans la seconde, des systèmes de défense aérienne et de défense antimissile.

Et voici ce qui est intéressant. Selon plusieurs sources, les Etats-Unis sont déjà en train de compter les effectifs de la puissance navale conjuguée de la Chine et de la Russie. D'ici 2030, Washington prévoit que le nombre de navires de la marine russe et de la marine de l'APL atteindra 800 unités, tandis que la marine américaine ne disposera que de 400 navires.

En fait, les États-Unis ont peu de chances d'obtenir un leadership mondial en mer, et la stratégie "anti-flotte" ne les aidera pas à gagner du temps. Les Américains ont déjà perdu, ils n'ont qu'à s'en accommoder : ce sera moins cher.

mercredi, 26 octobre 2022

Fareed Zakaria: la guerre d'Ukraine et l'arme du dollar

c-web-clients-ctfumbraco-_tmp-fareed-zakaria-photo.jpg

Fareed Zakaria: la guerre d'Ukraine et l'arme du dollar

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/zakaria-la-guerra-ucraina-e-larma-del-dollaro

La guerre ukrainienne a mis fin à l'ère de la mondialisation qui a débuté en 1989 et fait peser de graves risques sur les États-Unis. Alarmant à cet égard est le discours de Fareed Zakaria, l'un des leaders d'opinion américains les plus influents, qui écrit dans le Washington Post qu'il pense que les alarmes concernant une guerre nucléaire sont exagérées, mais qu'une guerre mondiale est toujours en cours.

En effet, "l'Occident mène de manière compacte une guerre économique mondiale contre la Russie qui aurait été inimaginable il y a seulement un an". Et les conséquences de cette guerre sont susceptibles de persister pendant des "décennies" à venir.

infzdex.jpgLa résilience de la Russie

Cette guerre, qui marque précisément la fin de la mondialisation post-1989 pour ouvrir l'ère de la concurrence entre les puissances, présente des risques très élevés, "même pour les États-Unis", écrit Zakaria, qui poursuit en notant que les sanctions ont échoué dans leur objectif de faire s'effondrer la Russie, qui a au contraire révélé une "résilience" inattendue.

Selon Zakaria, cela est dû à la fois au fait que la Russie était déjà mal intégrée à l'ère de la mondialisation, et au fait qu'elle est l'un des plus grands producteurs mondiaux de matières premières, l'échange desquelles n'est pas sanctionné car cela nuirait non seulement au producteur, mais aussi au consommateur.

Il y a tellement de sous-entendus dans ce point de l'article et on peut se demander pourquoi la seule véritable sanction totale a été celle portant sur le gaz russe, ce qui fait que l'Europe doit l'acheter ailleurs, notamment aux Etats-Unis où elle l'achète quatre fois plus cher, comme l'a publiquement dénoncé le ministre français des Affaires étrangères Bruno Le Maire.

Dans ce cas particulier, les consommateurs européens ont été touchés, et comment! De toute évidence, même sur la liste des sanctions, l'UE s'est montrée clémente envers les États-Unis, leur permettant de ne pas perturber leurs affaires à l'étranger, mais seulement de nous couler.

Mais, pour en revenir à l'article de Zakaria, il constate que les sanctions portant sur le pétrole ne fonctionnent pas, d'où l'urgence d'imposer un plafonnement du prix de l'or noir russe, auquel on ne peut certes pas renoncer, mais peut, de cette manière, permettre une baisse des profits pour Moscou.

C'est ce qu'a exigé la Fed américaine, avec l'obéissance immédiate de l'Europe, qui risque de se retrouver avec une autre bougie dans la main, car Poutine a clairement fait savoir qu'il ne vendrait pas de pétrole aux pays qui adopteraient une telle mesure.

L'arme du dollar

__Why_Nations_Fail_The_Origins_of_Power_Prosperity_and_Poverty.jpegMais le point vraiment intéressant est un autre, lorsque Zakaria écrit : "Le plus grand danger pour les États-Unis est qu'une grande partie de cette guerre économique mondiale est menée par l'Amérique seule, utilisant le statut unique du dollar comme une arme. Puisque les nations doivent utiliser cette seule monnaie véritablement mondiale, la menace de les exclure [du commerce international] permet d'appliquer des sanctions étendues qui peuvent également toucher les biens et services qui ne sont pas produits en Amérique".

En réalité, le dollar a longtemps été utilisé comme une arme d'intimidation et de coercition massive. Pourtant, poursuit Zakaria, dans la tempête déclenchée par la guerre ukrainienne, "de nombreux pays - l'Arabie saoudite, les autres États du Golfe, l'Inde, la Turquie, l'Indonésie et la Chine surtout - cherchent des moyens de se défaire de l'emprise de la monnaie américaine et d'échapper à la longa manus du pouvoir économique de Washington".

Une échappatoire pour se libérer du joug du dollar que les États-Unis doivent éviter, selon Zakaria, qui suggère à Biden qu'il s'agit d'une situation anormale et que dans des circonstances normales, un tel levier ne sera pas utilisé.

Et là, le pundit américain se montre bien trop naïf, puisqu'il semble oublier que les pays auxquels il adresserait un tel réconfort connaissent parfaitement l'histoire récente et la façon dont elle enseigne qu'il ne s'agit en aucun cas d'une anomalie temporaire. Et un petit discours ne suffira pas à les rassurer ; pour les ramener au bercail, il faudra utiliser le soft-power ou la force brute, avec toutes les inconnues du dossier.

Et pourtant, cette naïveté, manifestement voulue, permet à Zakaria de se concentrer sur le danger pour les États-Unis tout en éludant la vraie question, à savoir pourquoi tant de pays ont décidé d'entamer maintenant cette rébellion tacite. Une véritable révolte contre le dominus, qui révèle sa faiblesse sur la scène internationale.

ifzpmmages.jpgLes États-Unis doivent absolument mater cette révolte, s'alarme Zakaria, "sinon, même si les États-Unis gagnent la confrontation avec la Russie, les historiens futurs pourraient se souvenir de ces années comme du moment où les pays du monde entier ont commencé à réduire leur dépendance vis-à-vis de l'Amérique, du moment où Washington a commencé à perdre ce qu'un président français a un jour appelé l'"immense privilège" de posséder la monnaie de réserve du monde".

La concordance Zakaria - Poutine

En fait, avec sa note, Zakaria ne fait que confirmer, sous un autre angle, ce que Poutine a déclaré dans plusieurs discours, à savoir que la guerre d'Ukraine n'est qu'une partie de cette nouvelle guerre mondiale, dont l'enjeu est la perpétuation ou la fin de la domination absolue des Etats-Unis sur le monde, suprématie dont le dollar est l'arme et le symbole.

Permettez-nous, en conclusion, de revenir à l'incipit de notre note pour lui donner de la couleur. L'ère de la mondialisation a commencé avec la défaite de l'ennemi historique de la guerre froide, dont l'année 89 est le symbole - le mur de Berlin est tombé cent ans après la naissance d'Hitler, qui est né en 1889, notait ironiquement à l'époque un célèbre politicien italien. La mondialisation, déjà affaiblie par la pandémie, a pris fin avec le retour de l'ennemi historique sur la scène internationale.

Avec la fin de la mondialisation, l'ère de la concurrence entre les puissances s'est ouverte, pour citer Zakaria. Le fait est que les États-Unis abordent ce nouveau scénario totalement différent avec des perspectives et des dynamiques issues du passé, de sorte que la guerre d'Ukraine est traitée de la même manière que la guerre en Irak ou en Libye, peu importe qu'il s'agisse d'un affrontement avec une puissance nucléaire. Une tragique myopie qui exacerbe les criticités et les inconnues du présent et de l'avenir.

mardi, 25 octobre 2022

La guerre en Ukraine et l'alliance entre les néocons et les libéraux américains

06HEILBRUN-superJumbo-v2.jpg

La guerre en Ukraine et l'alliance entre les néocons et les libéraux américains

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/la-guerra-ucraina-e-lalleanza-tra-neocon-e-liberal-usa

Les nouveaux raids sur Kiev semblent être une réponse à l'attaque de la base d'entraînement des volontaires russes à Belgorod par deux miliciens d'un pays de la CEI (qui regroupe les anciens États soviétiques d'Asie), au cours de laquelle 11 soldats ont été tués.

L'attaque, en plein territoire russe, a eu lieu le jour même où Poutine avait déclaré close la phase des bombardements massifs sur les villes ukrainiennes, d'où la reprise de ceux-ci, visant les infrastructures, notamment les centrales électriques et les nœuds ferroviaires. La guerre ne doit pas cesser, rien de nouveau dans cette dynamique.

Le revers de la contre-offensive ukrainienne

Sur le théâtre de la guerre, on constate un recul de la contre-offensive otano-ukrainienne, comme le rapportent les renseignements britanniques, alors que les médias parlent déjà d'un effondrement imminent des Russes.

Cette nouvelle révèle l'impossibilité pour l'Ukraine d'atteindre l'objectif de la libération de tous les territoires. Cet objectif ne sera jamais atteint, car il s'agit également d'une lutte existentielle pour la Russie et elle ne peut se permettre une défaite totale.

La guerre montre ainsi son vrai visage, celui d'un conflit qui pourrait ne jamais se terminer ou qui, du moins, semble destiné à s'éterniser pendant des années. C'est ce que veut l'Occident, qui a refusé à maintes reprises les initiatives diplomatiques qui se sont profilées à l'horizon ces derniers mois.

C'est ce qu'écrit Ted Snider qui, dans Antiwar, dresse une analyse détaillée de la manière dont les États-Unis ont étouffé dans l'œuf de telles possibilités, la dernière en date étant l'ouverture de Poutine à une rencontre avec Biden lors du sommet du G-20, avec une fermeture rapide de l'intéressé (même si la réponse du président américain a été ambiguë et annonciatrice de surprises, comme il l'a écrit dans une note précédente peut-être trop possibiliste, mais toujours valable en perspective ; après tout, jusqu'aux élections de mi-mandat, rien ne doit venir troubler l'affrontement féroce qui se déroule actuellement).

Comme l'écrit David Sacks dans Newsweek, le pouvoir en Occident est désormais l'apanage d'un format dans lequel s'allient néo-conservateurs et démocrates Woke (les "éveillés", un terme utilisé dans les polémiques politiques américaines), bloquant toute tentative d'apaisement du conflit.

Un parti démocrate qui a trahi Obama, qui, comme le rappelle Sacks, avait refusé de réagir à la prise de contrôle de la Crimée par la Russie, après avoir déclaré qu'une escalade en Ukraine n'était pas dans l'intérêt des États-Unis.

Nouveau pouvoir et censure

L'alliance néocon-libérale multipartite qui a émergé pendant la présidence Trump et en opposition à celle-ci, écrit Sacks, a "décidé que tout soutien à un règlement négocié, même s'il s'agissait des propositions que Zelensky lui-même semblait soutenir au début de la guerre, équivaut à se ranger du côté de la Russie, accusant ceux qui défendent le compromis et la modération [du conflit] d'être des apologistes de Poutine". Cela les exclut du débat officiel et limite la "fenêtre d'Overton" [les options possibles dans le débat] à ceux qui prônent la défaite totale de la Russie et la fin du régime de Poutine, même si nous risquons une troisième guerre mondiale".

Il ajoute que "quiconque suggère que l'expansion de l'OTAN pourrait avoir contribué à la crise ukrainienne, ou que les sanctions imposées à la Russie ne fonctionnent pas et se sont retournées contre l'Europe, qui se retrouvera bientôt à trembler [de froid], ou que les États-Unis doivent avoir pour priorité d'éviter une guerre mondiale avec une Russie dotée de l'arme nucléaire, est accusé d'être un larbin de Poutine".

Il nous semble donc que la description de Sacks capture bien ce qui se passe dans le débat actuel. C'est la dure réalité qui se cache derrière la propagande qui décrit le monde comme étant en proie à un affrontement entre pays libres, d'une part, et autocraties, d'autre part.

À cette description, le courant dominant a coutume de répondre que, contrairement à ce qui se passe dans les autocraties, les voix libres, bien que violemment exclues, du moins bridées pour l'instant, du débat officiel, ont toujours un moyen de s'exprimer dans des espaces résiduels, ce qui n'est pas le cas dans les autocraties, où la censure est plus sévère.

Mais en réalité, ce n'est pas un résultat de la liberté qu'ils prétendent défendre, mais plutôt un acquis de la civilisation occidentale que ces voix résiduelles, par leur existence même, défendent contre l'agression qu'ils subissent.

S'il ne tenait qu'aux champions autoproclamés de la liberté d'aujourd'hui, qui ne cessent d'appeler aux armes pour l'Ukraine, même ces espaces de liberté réduits seraient fermés, comme le démontrent d'ailleurs les nombreuses initiatives coûteuses de chasse aux "fake news", une technique moderne de censure (les nouvelles non officielles sont attaquées à fond, la manipulation officielle jamais).

Le fait est que pour que la pièce de théâtre qui nous campe une lutte entre la liberté et les autocraties apparaisse, sinon véridique, du moins plausible, la censure doit être déployée de manière plus secrète et dissimulée. Si elle apparaît pour ce qu'elle est, à savoir la marque du nouveau pouvoir, tout s'effondre.

L'Ukraine, la crise iranienne et Taïwan

Terminons par deux nouvelles liées à l'Ukraine, mais concernant l'Iran et Taiwan. Depuis quelque temps, et avec une insistance croissante, les médias grand public affirment que les Russes utilisent des drones de fabrication iranienne. Que cela soit vrai ou non, cela ne fait guère de différence pour le sort du conflit. Elle sert cependant à coincer Téhéran dans la zone grise dans laquelle Moscou a été confiné.

En Iran, sous le prétexte de la mort de Misha Amini, une autre révolution colorée est en cours, qui, si elle n'est pas arrêtée, coûtera des dizaines de milliers de vies, voire plus. L'alliance avec la Russie dans la guerre d'Ukraine, qu'elle soit réelle ou supposée, renforce la pression en faveur d'un changement de régime à Téhéran.

L'Occident ne se préoccupe pas des femmes iraniennes, ni du voile, qui est porté dans presque tous les États arabes, mais l'occasion est là de griller une fois pour toutes Téhéran, auquel des sanctions sévères sont imposées depuis longtemps, affamant non seulement les hommes, mais aussi les femmes, pour lesquelles l'Occident s'est engagé, et leur progéniture.

Nous concluons avec la nouvelle que plusieurs membres du parlement ukrainien se rendront à Taiwan en octobre. Un voyage qui ne suscitera pas la même clameur que les visites des parlementaires américains, mais qui est hautement symbolique, puisque certains milieux occidentaux - les mêmes qui alimentent la guerre ukrainienne - espèrent faire de l'île le champ de bataille d'une guerre par procuration contre la Chine. Certains schémas sont banals et ont tendance à se répéter encore et toujours.

samedi, 22 octobre 2022

Les Etats-Unis réinitialisent l'Amérique latine

istockphoto-623702486-612x612.jpg

Les Etats-Unis réinitialisent l'Amérique latine

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/ssha-perezagruzhayut-latinskuyu-ameriku

Le secrétaire d'État Anthony Blinken a effectué une tournée dans trois pays d'Amérique latine. Sa visite témoigne des tentatives de la Maison Blanche d'établir une influence plus douce mais à plus long terme sur les pays de la région.

Le site Web du département d'État a publié l'annonce suivante concernant ce voyage : "Le secrétaire Blinken rencontrera le président Gustavo Petro, la vice-présidente Francia Marquez et le ministre des affaires étrangères Álvaro Leyva en Colombie les 3 et 4 octobre, lundi et mardi. Le secrétaire d'État se concentrera sur nos trois principales priorités communes : soutenir des institutions démocratiques solides, mettre l'accent sur le respect des droits de l'homme dans toute la région et réaffirmer l'approche régionale et holistique de l'hémisphère pour lutter contre la migration irrégulière. Le secrétaire Blinken discutera également des efforts déployés pour faire face à la crise climatique et au trafic de drogue qui touchent la région... Le secrétaire Blinken rencontrera le président Gabriel Borich et la ministre des Affaires étrangères Antonia Urrejol à Santiago, au Chili, le 5 octobre. Il réitérera le soutien des États-Unis à la gouvernance démocratique, aux opportunités bilatérales de commerce et d'investissement, à nos efforts conjoints pour lutter contre le changement climatique, ainsi qu'à la sécurité régionale et à la gestion des migrations.

ylai.jpg

Le secrétaire d'État visitera également le Centre national d'électricité du Chili, où des entreprises américaines contribuent à faire avancer nos objectifs communs d'énergie renouvelable et de zéro émission d'ici 2050. Il rencontrera également des anciens élèves de l'initiative Young Leaders of America, parrainée par les États-Unis, pour discuter de la manière dont leurs innovations contribuent à la croissance économique et à un changement positif dans leurs communautés.

Le 6 octobre, le secrétaire Blinken se rendra à Lima, au Pérou, pour diriger la délégation américaine à l'Assemblée générale de l'Organisation des États américains, où il soulignera l'engagement des États-Unis envers l'OEA et le thème de cette année, Ensemble contre l'inégalité et la discrimination.

Le secrétaire s'engagera également avec les partenaires régionaux sur des questions d'intérêt commun. À l'Assemblée générale, il réaffirmera le rôle important de l'OEA dans la promotion de la démocratie, des droits de l'homme, du développement durable et de la coopération en matière de sécurité dans tout l'hémisphère occidental. Le secrétaire Blinken discutera également des efforts déployés pour mettre en œuvre les engagements pris lors du neuvième Sommet des Amériques.

Il rencontrera le président péruvien Pedro Castillo et le ministre des Affaires étrangères César Landa pour discuter de l'amélioration de la sécurité régionale, du renforcement de la gouvernance démocratique, de la protection de l'environnement et de la promotion d'une croissance économique inclusive.

En marge de l'Assemblée générale de l'OEA, le Secrétaire participera à la réunion ministérielle sur la migration à Lima."

OB-CU695_oj_azn_DV_20081211194350.jpg

S'agissant des intérêts généraux des États-Unis dans la région, il est clair que Washington tient à rétablir son influence en Amérique latine. Faire à nouveau de ce pays son "arrière-cour" afin de contrôler les processus politiques, d'engager des votes à l'ONU à ses propres fins, d'avoir accès aux ressources naturelles et humaines, et d'empêcher les pays latino-américains d'accroître leur coopération avec la Russie et la Chine.

Ce dernier point est l'un des impératifs de la politique étrangère américaine. Ils ne peuvent pas l'affirmer directement (ni faire respecter toutes leurs exigences), ils pénètrent donc dans les pays d'Amérique latine sous de larges prétextes et des projets susceptibles d'intéresser les gouvernements nationaux. Par exemple, la récente initiative "Build Back Better" lancée par la Maison Blanche, qui tente de concurrencer la "Belt and Road" de la Chine, où les investissements de Pékin sont clairement plus intéressants que les prêts américains.

La Colombie, le Chili et le Pérou sont indicatifs dans le sens où dans ces trois pays, les partis de gauche ont remporté les dernières élections. Mais il ne s'agit pas d'organisations marxistes ou maoïstes classiques (dont certaines, soit dit en passant, luttent encore dans la clandestinité dans un certain nombre de pays). Il s'agit d'un nouveau type de partis de gauche, qui s'inscrivent parfaitement dans l'agenda mondialiste. Ils ont des idées sur les droits des minorités sexuelles, la légalisation du mariage homosexuel au même titre que les drogues, et parlent du changement climatique, ce qui plaît à la fois aux Verts européens et au Parti démocrate américain.

Et ces trois pays peuvent difficilement être qualifiés de stables. En Colombie, bien que le groupe de gauche ELN et le gouvernement aient convenu d'un cessez-le-feu, il est encore trop tôt pour parler du lancement d'un processus de paix. Au Chili, les tentatives de Boric de réformer la constitution se sont soldées par un échec. Et cela a conduit à de nouvelles protestations. En outre, il existe des tendances séparatistes croissantes au sein de la population amérindienne.

Le président du Pérou, Pedro Castillo, a été accusé de corruption. Au cours de son court règne (depuis juillet 2021), quatre chefs de gouvernement ont déjà été remplacés. Incidemment, son conseiller économique est l'ancien fonctionnaire de la Banque mondiale Pedro Franke. L'empreinte mondialiste est donc là, et très clairement.

Quelle a été la première chose dont la Colombie a discuté ? Ils ont d'abord parlé du partage de renseignements et d'autres mesures mutuelles visant à lutter contre les trafiquants de drogue. Bien qu'aucun nouvel accord n'ait été officiellement signé entre les autorités américaines et colombiennes. L'administration Biden est probablement encore en train de tester la volonté de la nouvelle direction colombienne pour une telle coopération. Étant donné qu'il existe déjà des bases militaires américaines dans le pays et qu'une coopération est en cours pour lutter contre le trafic de drogue, la Maison Blanche aimerait utiliser ce canal pour accroître son influence. Bien que Gustavo Petro lui-même ait qualifié d'échec la guerre contre la drogue, qui a été menée par les États-Unis pendant toutes ces années, il a appelé à une nouvelle approche internationale.

im-599352.jpg

Mais lorsque le président Petro (photo) lui a demandé pourquoi les États-Unis ne retiraient pas Cuba de la liste des États qui parrainent le terrorisme, le secrétaire d'État américain Anthony Blinken a répondu de manière plutôt vague : "En ce qui concerne Cuba et son inscription sur la liste des États qui parrainent le terrorisme, nous avons des lois claires, des critères clairs, des exigences claires, et nous continuerons à les revoir si nécessaire pour nous assurer que Cuba continue à répondre à cette définition." La question risque de rester uniquement entre les mains de Washington, bien que la Colombie elle-même possède des organisations paramilitaires assez importantes qui utilisent la violence contre les structures de sécurité de l'État. Et le trafic de drogue vers les États-Unis reste assez puissant. Mais la Colombie ne figure pas sur cette liste, car elle continue d'être une marionnette obéissante des États-Unis depuis de nombreuses années. Petro est quelque peu sceptique quant à la poursuite d'une telle "coopération". Au moins avant de gagner les élections, il critiquait ouvertement la politique étrangère américaine. Mais ayant fait partie de l'establishment, il fait maintenant des déclarations plus politiquement correctes.

Petro lui-même a déclaré que ce serait une bonne idée de redéfinir la nature de l'assistance militaire américaine. Et il a donné l'exemple d'une force de police pour éteindre les incendies en Amazonie. Il est douteux que les États-Unis redirigent des ressources vers cette activité. Ils ne font que parler de la protection de l'environnement. En réalité, ils ont besoin d'outils de contrôle efficaces. S'il n'y a pas de militaires fidèles aux États-Unis en Colombie, il sera difficile de faire chanter les chefs de gouvernement pour qu'ils suivent la ligne de conduite de Washington.

Au Chili, Blinken semble avoir atteint ses objectifs : Borich donne jusqu'à présent satisfaction aux États-Unis. Le Pérou aussi. Washington n'a manifestement pas l'intention d'exercer une forte pression sur eux, afin de ne pas provoquer une nouvelle montée de la yankeephobie. Le ministre péruvien des affaires étrangères, Cesar Landa, a déclaré lors d'une conférence de presse conjointe avec le secrétaire d'État américain que leur pays cherche des alternatives aux engrais et aux céréales russes. "Nous avons discuté avec Blinken de la possibilité d'une coopération plus étroite dans la fourniture d'urée, qui est nécessaire en grandes quantités pour les vastes terres agricoles du Pérou, principalement pour les petites exploitations familiales", a déclaré M. Landa.

Il semble peu probable qu'il y ait d'autres options pour fournir ces produits dans un avenir proche.

Mais si on l'examine d'un point de vue stratégique, il révèle les tentatives des États-Unis de sécuriser certains secteurs de l'économie pour que les entreprises américaines puissent y entrer ou faire venir un tiers comme sous-traitant.

Les perturbations actuelles de l'ordre mondial sont étroitement liées à la concurrence technologique. Les États-Unis tentent de forger des alliances, comme celle récemment conclue avec Taïwan et la Corée du Sud dans le domaine de la microélectronique, mais les questions de l'énergie, des engrais et de l'accès aux minéraux (le Chili possède les plus grands gisements de minerai de cuivre et le Pérou a une industrie minière développée) ne peuvent être écartées. Et compte tenu de la relative proximité géographique et des liens historiques, il serait plus facile pour Washington de fermer de tels liens et projets.

Un événement important a été la réunion de l'Organisation des États américains (OEA) à Lima, au Pérou. Les États-Unis ont présenté leur prochaine résolution contre la Russie. Avec 24 voix pour et seulement 9 contre, le document a été formellement adopté - une autre résolution condamnant "l'invasion illégale, injustifiée et non provoquée de l'Ukraine" par la Russie. Mais il est révélateur que les plus grands acteurs de la région s'y soient opposés - l'Argentine, le Brésil et le Mexique, ainsi que les partenaires de la Russie que sont le Nicaragua, le Salvador, la Bolivie et le Honduras. Plus la République Dominicaine, Saint Vincent et les Grenades. Le Venezuela et Cuba n'ont pas voté car leur adhésion à l'OEA est formellement suspendue.

Nous ajoutons deux autres nouvelles qui sont importantes dans ce contexte.

On sait que l'administration Biden pourrait assouplir les sanctions contre Caracas en échange de la reprise par Chevron de ses activités dans les champs pétrolifères vénézuéliens. Les États-Unis veulent reprendre l'accès au pétrole, du moins à court terme. Les États-Unis ont précédemment libéré des neveux condamnés du président Maduro dans le cadre d'un "geste de bonne volonté" et le Venezuela a répondu en libérant sept citoyens américains de prison. "Le Wall Street Journal rapporte que le gouvernement de Maduro a accepté de reprendre les pourparlers avec l'opposition sur les conditions d'élections "libres et équitables" en 2024. Un accord supplémentaire visant à débloquer des centaines de millions de dollars sur des comptes vénézuéliens gelés aux États-Unis est également en cours de discussion.

pd-lula-bolsonaro-empate-2022.jpg

Et, bien sûr, les dernières élections au Brésil. En tant que première économie d'Amérique latine, ce pays ne peut que présenter un intérêt pour les États-Unis. Jusqu'à présent, tous les sondages et les données officielles de la campagne montrent que Lula da Silva a de réelles chances de remporter le second tour des élections présidentielles. Lula est ouvertement soutenu à la fois par le parti démocrate américain et par George Soros. Et son adversaire Bolsonaro est soutenu par Donald Trump. Bolsonaro n'a d'ailleurs pas hésité à rendre visite à la Russie et, lors d'un récent vote au Conseil de sécurité de l'ONU, le Brésil n'a pas soutenu une résolution américaine sur les référendums dans quatre régions ukrainiennes déjà anciennes. Alors que Lula a condamné l'opération spéciale de la Russie.

Bien que nous ayons une relation pragmatique, il y a toujours le risque que les États-Unis fassent plus activement pression pour des actions anti-russes au Brésil à l'avenir, ainsi que dans la région d'Amérique latine dans son ensemble. Et ils le feront. Un contrepoids à ces tentatives est absolument nécessaire. C'est-à-dire l'expansion de tous les canaux possibles d'interaction avec les pays d'Amérique latine. Proposer des offres lucratives, des investissements mutuels et des échanges de marchandises.

Notes:

I https://www.state.gov/briefing-on-secretary-blinkens-upcoming-travel-to-colombia-chile-and-peru/

II https://www.reuters.com/world/americas/colombia-us-discuss-more-drug-interdiction-sea-enhanced-intel-sharing-blinken-2022-10-03/ I

III https://ria.ru/20221007/oag-1822118892.html

IV https://www.wsj.com/articles/u-s-plans-to-ease-venezuela-...

mercredi, 12 octobre 2022

Pourquoi l'Arabie saoudite a rejeté les demandes de M. Biden de faire baisser les prix du pétrole

quest-ce-que-l-opep-petrole.jpg

Pourquoi l'Arabie saoudite a rejeté les demandes de M. Biden de faire baisser les prix du pétrole

Par Sylvia Westall et Fiona MacDonald

Source : https://worldoil.com/news/2022/10/10/why-saudi-arabia-reb...

(Bloomberg) - Les États-Unis ont accusé l'Arabie saoudite de se ranger du côté de la Russie après qu'elle ait amené l'OPEP+ à prendre la décision renversante de réduire la production de pétrole brut, maintenant ainsi les prix du pétrole à un niveau élevé à un moment où l'inflation inquiète le monde entier. Le plus grand exportateur de pétrole au monde insiste sur le fait que la décision est économique et non politique. 

Cette décision marque un moment important dans l'alliance de plus de 70 ans entre l'Arabie saoudite et les États-Unis. La réduction de la production est intervenue moins de trois mois après que le président Joe Biden se soit rendu en Arabie Saoudite pour demander une augmentation de la production afin de faire baisser les prix.

Voici quelques-unes des raisons possibles de la décision de l'Arabie saoudite :

Le pétrole contre la sécurité

Les relations entre la monarchie du Moyen-Orient et la superpuissance occidentale reposent sur un accord selon lequel les États-Unis fournissent au royaume une protection militaire en échange d'un approvisionnement fiable en pétrole. 

Mais avant même que M. Biden ne se rende à Djeddah en juillet, les responsables saoudiens affirmaient que la nature du partenariat entre Washington et Riyad avait fondamentalement changé. L'alliance, disaient-ils, était devenue déséquilibrée. 

Les tentatives des États-Unis pour relancer un accord nucléaire avec l'Iran, l'ennemi régional de Riyad, la participation de l'Arabie saoudite à la guerre au Yémen et ce que les États du Golfe ont perçu comme un manque de protection de la part de Washington contre les attaques des mandataires soutenus par l'Iran, ont tous contribué aux tensions et à une divergence de vues croissante. 

En privé, les responsables du Golfe se plaignent depuis longtemps des tentatives des États-Unis de les contraindre à adopter certaines positions politiques. Les responsables américains ont tardé à reconnaître que l'intimidation ne fonctionne pas et que Washington doit s'accommoder d'un nouvel ordre fondé sur des intérêts mutuels, selon une personne au fait des délibérations au sein de l'OPEP+, qui a demandé à ne pas être nommée pour discuter de sujets diplomatiques sensibles. 

L'influence saoudienne

Le prince Mohammed, âgé de 37 ans, a pour mission de présenter l'Arabie saoudite comme un acteur majeur, en utilisant les milliards qu'elle gagne aujourd'hui grâce au pétrole pour la préparer à devenir une puissance du XXIe siècle. Quatre ans après le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, qui a conduit le prince à être à moitié banni de la compagnie de ses pairs internationaux, certains signes montrent que sa confiance et son ambition sont intactes. 

Le mois dernier, l'Arabie saoudite a pris la décision inhabituelle d'annoncer que le prince avait aidé à négocier un échange de prisonniers entre la Russie et l'Ukraine, présentant le prince héritier comme un médiateur international. 

Dans son pays, il a également assumé le rôle supplémentaire de premier ministre de son père, le roi, qui a fait de lui officiellement le chef du gouvernement. Cette décision, selon ses avocats, devrait également le protéger des poursuites judiciaires américaines liées à l'affaire Khashoggi.

D'autres dirigeants sont revenus l'embrasser, alors que les problèmes énergétiques s'intensifiaient à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Outre M. Biden, le prince héritier a accueilli les dirigeants de la France, du Royaume-Uni et de l'Allemagne dans le royaume cette année. Il a prudemment réparé les liens avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui cherche des investisseurs [pour l'économie turque] dans une économie qui est en passe de devenir l'une des plus dynamiques du groupe des 20. 

Cette semaine, le royaume du désert a même remporté l'appel d'offres pour accueillir les Jeux asiatiques d'hiver de 2029 à Trojena, dans une mégapole qui n'a pas encore été construite. 

Économie

Le ministre saoudien de l'énergie, Abdulaziz bin Salman, a déclaré que la décision de l'OPEP+ était motivée par les fondamentaux du marché et que le groupe devait être réactif en cette période d'extrême volatilité du marché. La décision de réduire la production était fondée sur des indications de l'arrivée d'une récession mondiale, a déclaré le secrétaire général de l'organisation, Haitham Al Ghais, dans une interview à la chaîne de télévision saoudienne Al Arabiya.

La déclaration budgétaire préliminaire de l'Arabie saoudite contient quelques indices sur les perspectives du royaume. Selon les économistes de la banque d'investissement saoudienne Al Rajhi Capital, le mois dernier, sur la base de ces chiffres, les autorités semblent prévoir un prix du baril de Brent d'environ 76 dollars l'année prochaine. 

C'est environ 20 % de moins que le prix du pétrole cette semaine, et beaucoup plus baissier que prévu par la plupart des analystes. Compte tenu de ces éléments, l'Arabie saoudite prévoit que son budget annuel dégagera à peine un excédent de 9 milliards de riyals (2,4 milliards de dollars), inférieur aux estimations précédentes. 

Confrontés à un choix entre soutenir l'économie mondiale à la demande des États-Unis et risquer la leur, les Saoudiens ont choisi leur intérêt. Et les autres États du Golfe ont fait de même.

Équilibrer les puissances

Les responsables du Golfe affirment qu'ils doivent équilibrer leurs liens avec à la fois les États-Unis et la Russie, cette dernière joue un rôle important non seulement dans les marchés de l'énergie, mais aussi dans les conflits régionaux, de la Syrie à la Libye. La Russie est également impliquée dans des négociations avec l'Iran et, contrairement aux États-Unis, elle ne critique pas l'Arabie Saoudite sur les droits de l'homme.

L'Arabie saoudite et ses alliés régionaux ne se sont pas associés aux sanctions contre Moscou pour l'invasion de l'Ukraine et, en privé, les responsables disent qu'isoler complètement la Russie pourrait se retourner contre eux. Ils se méfient également des tentatives des États-Unis de punir la Russie au moyen d'outils tels que le plafonnement des prix de ses exportations d'énergie, qui ont pour effet de transférer le pouvoir de fixation des prix des vendeurs aux acheteurs d'énergie.

Les responsables américains, quant à eux, tentent de trouver un équilibre entre leurs efforts pour punir la Russie et les répercussions inflationnistes de telles mesures. Ils doivent également trouver un équilibre entre leur désir immédiat d'obtenir davantage de pétrole de l'OPEP et leur ressentiment croissant à l'égard d'un cartel peu coopératif qui ne partage pas les intérêts des États-Unis.

A la suite de la dernière réduction de la production, un communiqué de la Maison Blanche a appelé à "des outils supplémentaires pour réduire le contrôle de l'OPEP sur les prix de l'énergie." La décision a également rappelé pourquoi les États-Unis doivent réduire de toute urgence leur dépendance à l'égard des sources étrangères de combustibles fossiles, a-t-il déclaré.

lundi, 10 octobre 2022

La crise ukrainienne ne concerne pas l'Ukraine mais l'Allemagne

630_360_1468231008-9837.jpg

La crise ukrainienne ne concerne pas l'Ukraine mais l'Allemagne

par Michael Whitney

Source: http://www.cese-m.eu/cesem/2022/09/la-crisi-ucraina-non-riguarda-lucraina-ma-la-germania/?fbclid=IwAR2o2pWcMrLESb5XOqV795oxH7T6JsQE_51pig15Cy6FOYLiDstPOQdXErw

En ce qui concerne le sabotage du gazoduc Nordstream, nous vous proposons cet article prémonitoire qui date de février 2022. 

"La raison primordiale qui a conduit les États-Unis à mener des guerres pendant plus d'un siècle - la Première et la Seconde guerres mondiales et la Guerre froide - a été la relation qui existait entre l'Allemagne et la Russie, car unies, elles sont la seule force qui pourrait nous menacer . Npus avons agi pour faire en sorte que cela ne se produise pas". 
George Friedman, PDG de STRATFOR au Conseil des affaires étrangères de Chicago.

La crise ukrainienne n'a rien à voir avec l'Ukraine. Il s'agit plutôt de l'Allemagne et, en particulier, d'un gazoduc qui relie l'Allemagne à la Russie, appelé Nord Stream 2. 

Washington considère le gazoduc comme une menace pour sa primauté en Europe et a tenté de saboter le projet à chaque étape de sa mise en oeuvre.

Néanmoins, Nord Stream est allé de l'avant et est maintenant entièrement opérationnel et prêt à être utilisé. Une fois que les autorités régulatrices allemandes auront fourni la certification finale, les livraisons de gaz commenceront. Les foyers et les entreprises allemands disposeront d'une source fiable d'énergie propre et bon marché, tandis que la Russie verra ses revenus gaziers augmenter considérablement.

C'est une situation gagnant-gagnant pour les deux parties. L'establishment de la politique étrangère américaine n'est toutefois pas satisfait de ces développements. Ils ne veulent pas que l'Allemagne devienne de plus en plus dépendante du gaz russe, car le commerce crée la confiance et la confiance conduit à l'expansion du commerce. 

À mesure que les relations s'intensifient, davantage de barrières commerciales sont supprimées, les réglementations sont assouplies, les voyages et le tourisme augmentent et une nouvelle architecture de sécurité se met en place.

Dans un monde où l'Allemagne et la Russie sont amies et partenaires commerciaux, il n'y aurait pas besoin de bases militaires américaines, pas besoin d'armes et de systèmes de missiles coûteux de fabrication américaine, et pas besoin de l'OTAN.

En outre, il ne serait pas nécessaire de négocier des accords énergétiques en dollars américains ou de stocker des obligations du Trésor américain pour équilibrer les comptes.

karte-nordstream-ii.jpg

Les transactions entre partenaires commerciaux pourraient être effectuées dans leurs monnaies nationales, ce qui ne manquera pas de précipiter une forte baisse de la valeur du dollar et un déplacement spectaculaire du pouvoir économique.

C'est pourquoi l'administration Biden s'oppose à Nord Stream. Ce n'est pas seulement un pipeline, c'est une fenêtre sur l'avenir ; un avenir dans lequel l'Europe et l'Asie se rapprocheront dans une zone de libre-échange de grandes dimensions qui augmentera la puissance et la prospérité mutuelles, laissant les États-Unis à l'extérieur de cette dynamique.

Le rapprochement entre l'Allemagne et la Russie marque donc la fin de l'ordre mondial "unipolaire" que les États-Unis ont supervisé au cours des 75 dernières années.

Une alliance germano-russe constitue donc une menace qui accélérera le déclin de la superpuissance, laquelle s'approchera alors de l'abîme.

C'est pourquoi Washington est si déterminé à faire tout son possible pour saboter Nord Stream et maintenir l'Allemagne dans son orbite. 
C'est, pour les Etats-Unis, une question de survie.

C'est là que l'Ukraine intervient. L'Ukraine est "l'arme de choix" de Washington pour torpiller Nord Stream et creuser un fossé entre l'Allemagne et la Russie. La stratégie est tirée de la première page du manuel de politique étrangère des États-Unis, sous le titre : Diviser pour régner.

Washington doit créer la perception que la Russie représente une menace pour la sécurité de l'Europe.

Tel est l'objectif.

Ils doivent montrer que Poutine est un agresseur sanguinaire dont le tempérament n'est pas digne de confiance. À cette fin, les médias ont été chargés de répéter sans cesse : "La Russie prévoit d'envahir l'Ukraine". Ce qui n'a pas été mentionné, c'est que la Russie n'a envahi aucun pays depuis la dissolution de l'Union soviétique, et que les États-Unis ont envahi ou renversé des régimes dans plus de 50 pays au cours de la même période, et que les États-Unis maintiennent plus de 800 bases militaires dans des pays du monde entier.

Rien de tout cela n'est rapporté dans les médias, l'accent étant mis sur le "méchant Poutine" qui a massé quelque 100.000 soldats le long de la frontière ukrainienne, menaçant de plonger toute l'Europe dans une nouvelle guerre sanglante.

Les sanctions économiques rebutent les Allemands qui y voient un signe d'ingérence étrangère. "Pourquoi les États-Unis s'immiscent-ils dans nos décisions en matière d'énergie ?", demande l'Allemand moyen. "Washington devrait s'occuper de ses propres affaires et rester en dehors des nôtres". 
C'est exactement la réponse que l'on attend de toute personne raisonnable.

nord_stream-sanktionen_3842335.jpg

Ensuite, il y a celle-ci, publiée par Al Jazeera :

"Les Allemands en majorité soutiennent le projet, seules certaines parties de l'élite et des médias sont contre le gazoduc....".

Plus les États-Unis parlent de sanctionner ou de critiquer le projet, plus il devient populaire dans la société allemande, a déclaré Stefan Meister, expert de la Russie et de l'Europe de l'Est au Conseil allemand des relations étrangères." ("Nord Stream 2 : Pourquoi le gazoduc russe vers l'Europe divise l'Occident", AlJazeera)

Ainsi, l'opinion publique est résolument du côté de Nord Stream, ce qui contribue à expliquer pourquoi Washington a décidé d'adopter une nouvelle approche.

Les sanctions ne fonctionnant pas, l'Oncle Sam est passé au plan B : créer une menace extérieure suffisamment importante pour que l'Allemagne soit obligée de bloquer l'ouverture du pipeline. Franchement, cette stratégie sent le désespoir, mais on ne peut s'empêcher d'être impressionné par la persévérance de Washington. Ils sont peut-être menés de cinq points dans le bas de la neuvième manche, mais ils n'ont pas encore jeté l'éponge. Ils lui donneront une dernière chance et verront s'ils peuvent faire des progrès.
La chancelière allemande a été stupéfaite par les commentaires de Biden qui ne faisaient manifestement pas partie du script original. Néanmoins, Scholz n'a jamais accepté d'annuler Nord Stream et a même refusé de mentionner le gazoduc par son nom. Si Biden pensait pouvoir se débarrasser du leader de la troisième plus grande économie du monde en le coinçant dans un forum public, il s'est trompé.

L'Allemagne reste déterminée à lancer Nord Stream, sans tenir compte des répercussions potentielles dans la lointaine Ukraine. Mais cela pourrait changer à tout moment.

high_noon_3285365.jpg

Après tout, qui sait quels incitants Washington pourrait prévoir dans un avenir proche ? Qui sait combien de vies ils sont prêts à sacrifier pour creuser un fossé entre l'Allemagne et la Russie ? Qui sait quels risques Biden est prêt à prendre pour ralentir le déclin de l'Amérique et empêcher l'émergence d'un nouvel ordre mondial "polycentrique" ? Tout peut arriver dans les semaines à venir. Tout ce que vous pouvez imaginer.

C'est à Scholz de décider comment résoudre cette question. Mettra-t-il en œuvre la politique qui sert le mieux les intérêts du peuple allemand ou succombera-t-il aux pressions incessantes de Biden ?

Tracera-t-il une nouvelle voie qui renforce les nouvelles alliances dans le trépidant corridor eurasien ou apportera-t-il son soutien aux folles ambitions géopolitiques de Washington ?

Acceptera-t-il le rôle fondamental que pourra jouer l'Allemagne dans un nouvel ordre mondial - dans lequel de nombreux centres de pouvoir émergents partageront équitablement la gouvernance mondiale et dans lequel les dirigeants resteront fermement attachés au multilatéralisme, au développement pacifique et à la sécurité pour tous - ou cherchera-t-il à soutenir le système d'après-guerre en lambeaux qui a clairement dépassé sa durée de vie ?

Une chose est sûre, ce que l'Allemagne décidera nous affectera tous.

Cet article a été initialement publié dans The Unz Review .

Michael Whitney est un célèbre analyste géopolitique et social basé dans l'État de Washington. Il a commencé sa carrière de journaliste indépendant en 2002 avec un engagement pour un journalisme honnête, pour la justice sociale et la paix mondiale. Il est associé-chercheur au Center for Research on Globalization (CRG).

samedi, 08 octobre 2022

James Fenimore Cooper et la critique de la presse américaine

James_Fenimore_Cooper_by_Brady.jpg

James Fenimore Cooper et la critique de la presse américaine

par Nicolas Bonnal

La critique des USA a été longtemps considérée comme l’apanage de xénophobes ou de réactionnaires ‘(elle est même criminalisée en ces temps d’agonie impériale et occidentale). En réalité elle a toujours existé dans les milieux intellectuels américains – dont les représentants les plus brillants, de Poe à Auster en passant par la génération perdue, ont toujours été en lutte contre une matrice monstrueuse faite de ploutocratie humanitaire, de racisme stratégique, de tartuferie puritaine et de militarisme impérial. Relisons James Fenimore Cooper qui dans son démocrate américain, dresse un portrait au vitriol de sa démocratie déjà très esquintée ; inutile donc de s’en prendre à Beaumont ou Baudelaire pour évoquer une pathologie antiaméricaine.

41p0+eR+twL._SL350_.jpgJe vais citer les passages sur la presse – Fenimore Cooper voit poindre le règne des tyrans médiatiques et des tireurs de ficelle :

« Il ne faut jamais oublier que la presse, en lutte pour les droits naturels mais interdits, n'est pas plus semblable à la presse lorsque ces droits sont obtenus, que l'homme aux prises avec l'adversité, et châtié par le malheur, est comme l'homme rincé de succès et corrompu par la prospérité. »

La montée en puissance de la presse est menaçante :

« L'histoire de la presse est partout la même. À ses débuts, elle est timide, méfiante et dépendante de la vérité pour réussir. A mesure qu'elle acquiert de la confiance avec force, elle propage avec énergie des opinions justes ; répandre les erreurs et promouvoir le mensonge, jusqu'à ce qu'il prévale; lorsque les abus se précipitent, confondent les principes, les vérités, et tout ce qui est estimable, jusqu'à ce qu'il devienne une question sérieuse de doute. »

Guerres, vaccin, faillite monétaire, menace nucléaire, tyrannie médicale ou politique, la presse justifie tout, cautionne tout et encourage tout. Il y a certes des périodes plus libres mais elles sont derrière nous depuis l’avènement du diktat mondialiste en occident.

Pour Cooper la presse est un tyran tout-puissant qui peut nuire tant qu’elle veut (voir la situation actuelle avec Poutine, la Chine, les populistes, etc.) ; il semble d’ailleurs que la presse est depuis toujours monolithique, qu’elle parle toujours d’une seule voix  (Cooper annonce ici Céline) :

« La liberté de la presse, en principe, ressemble à la liberté de porter les armes. Dans un cas, la constitution garantit un droit de publier ; dans l'autre, un droit de garder un mousquet ; mais celui qui blesse son voisin avec ses publications peut être puni, comme celui qui blesse son voisin avec son mousquet peut être puni. La constitution des États-Unis ne garantit même pas le droit de publier, sauf contre les lois du congrès, comme il a été dit précédemment ; la liberté réelle de la presse dépend entièrement des dispositions des gouvernements de plusieurs États, en commun avec la plupart des autres libertés et droits du citoyen. »

La presse américaine – qui va déteindre sur le reste du monde - est déjà imbécile, vulgaire et rabaisse le niveau du lectorat (Tocqueville en parle déjà aussi) :

« La presse à journaux de ce pays se distingue de celle de l'Europe dans plusieurs détails essentiels. Bien qu'il y ait plus d'impressions, elles sont généralement de caractère inférieur. Il s'ensuit que dans tout ce en quoi ils sont utiles, leur utilité est plus diffuse dans la société, et dans tout ce en quoi ils sont nuisibles, le mal qu'ils infligent est plus étendu et plus corrompant. »

La-prairie.jpgL’auteur du dernier des Mohicans (pauvres indiens !) ajoute :

« Le grand nombre de journaux en Amérique, c'est qu'il y a si peu de capitaux, et par conséquent si peu d'intelligence, employés à leur gestion. C'est aussi une raison de l'inexactitude d'une grande partie des vues qu'ils font circuler. »

Cerise sur le gâteau :

« Quand le nombre d'estampes est retenu, et l'avidité avec laquelle on les lit est portée au compte, on s'aperçoit que la nation tout entière, au sens moral, respire une atmosphère de mensonges. »

On est vers 1840 tout de même ! O présent permanent…

La presse précipite le déclin des hommes valables et contribue à faire élire n’importe qui (Biden, Truss, Macron, Scholz, etc.) :

« Quiconque a vécu assez longtemps pour constater des changements de ce genre a dû s'apercevoir à quel point les hommes de probité et de vertu perdent leur influence dans le pays, pour être supplantées par ceux qui ne jugent guère une affectation des qualités supérieures nécessaires à leur succès. Ce châtiment craintif doit, dans une grande mesure, être attribué à la corruption de la presse publique, qui, dans son ensemble, doit son existence aux stratagèmes des aventuriers politiques intéressés. »

La presse (les médias et les lobbies qui les tiennent) fait élire son candidat :

« Les éditeurs louent leurs amis personnels et abusent leurs ennemis dans la presse. Et la conséquence est que les lecteurs obtiennent des vues exagérées, et si les journaux sont utiles pour renverser les tyrans, c'est seulement pour établir leur propre tyrannie. La presse tyrannise les hommes publics, les lettres, les arts, les scènes, et même sur la vie privée. »

Gautier (Théophile) précise que la presse éreinte la vie culturelle dans sa préface de Melle de Maupin – écrite à la même époque. Cooper ajoute :

« Sous prétexte de protéger les mœurs publiques, il les corrompt jusqu'à la moelle, et sous le semblant de maintenir la liberté, il établit peu à peu un despotisme aussi impitoyable, aussi cupide et tout aussi vulgaire que celui de n'importe quel état chrétien connu (NDLR : on n’est déjà plus dans des états chrétiens). Avec de fortes professions de liberté d'opinion, il n'y a pas de tolérance ; à parade de patriotisme, point de sacrifice d'intérêts ; et avec des panégyriques complets sur la bienséance, trop souvent, pas de décence. »

La presse en fait instaure le tyran politiquement correct :

« Dans les despotismes, où la faiblesse des corps des nations, est dérivée d'une ignorance de leur force, et de l'absence de moyens d'agir de concert, la presse est le levier par lequel les trônes des tyrans et des préjugés sont le plus facilement renversés, et, sous tels circonstances, les hommes se disputent souvent des privilèges en son nom, qui deviennent dangereux pour la paix de la société, lorsque les droits civils et politiques sont obtenus. »

Sources :

Alexis De Tocqueville - De la démocratie en Amérique

Fenimore Cooper – The American democrat (archive.org)

Charles Baudelaire – préface aux nouvelles d’Edgar Poe

Nicolas Bonnal – Chroniques sur la fin de l’histoire ; Céline

 

vendredi, 07 octobre 2022

1982: quand la CIA a fait sauter le gazoduc russe

BIBU3_GR51FF9UU.1+FBI3_GHISLENGHIEN.jpg

1982: quand la CIA a fait sauter le gazoduc russe

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/1982-quando-la-cia-fece-esplodere-il-gasdotto-russo

En janvier 1982, le président Ronald Reagan a approuvé un plan de sabotage d'un gazoduc russe transsibérien. C'est ce qu'a révélé Thomas C. Reed, un officier de l'armée de l'air qui servait au Conseil national de sécurité à l'époque, dans son livre At the Abyss : An Insider's History of the Cold War, publié en 2004 par Ballantine Books, dont le Washington Post a publié une critique anticipée le 27 février 2004 sous la plume de David Hoffman.

718LrrRNb3L.jpg

Séparer l'Europe des sources d'énergie de l'URSS

La raison de l'opération coordonnée par la CIA, écrit Reed dans son livre, est à chercher dans le fait qu'"à l'époque, les États-Unis tentaient d'empêcher l'Europe occidentale d'importer du gaz naturel soviétique", afin d'affaiblir Moscou. Reed décrit à la fois l'"enthousiasme" de Regan lorsque l'opération lui a été proposée et la dynamique par laquelle elle a été réalisée.

Grâce à une taupe, la CIA a appris que l'Union soviétique tentait d'obtenir de l'Ouest les équipements technologiques nécessaires au fonctionnement du pipeline. La source a révélé à l'Agence à la fois les équipements que les Soviétiques tentaient d'acquérir et les canaux utilisés à cette fin.

La CIA a ensuite organisé une opération secrète visant à livrer à l'ennemi un "logiciel défectueux", dont la manipulation était toutefois si sophistiquée qu'il a pu passer sans problème les contrôles des techniciens soviétiques.

...et affaiblir l'économie soviétique (en attente de 1989)

Reed écrit: "Afin de perturber l'approvisionnement en gaz de l'Union soviétique, de supprimer ses revenus en devises fortes et d'affaiblir l'économie de l'URSS, le logiciel du gazoduc censé faire fonctionner les pompes, les turbines et les vannes était programmé pour se détraquer après un certain temps, pour être réactivé plus tard avec des vitesses de pompe accrues et des vannes réglées pour produire des pressions bien supérieures à celles supportées par les joints et les soudures des tuyaux.

L'opération se poursuivit et, à l'été 1982, l'oléoduc explose, produisant une détonation qui est également enregistrée par les satellites américains: le sabotage a produit "l'explosion et la boule de feu non nucléaire la plus monumentale jamais vue depuis l'espace", note Reed.

5c5deebd9fac7_155541n.jpg

Cette affaire, qui révèle l'un des nombreux épisodes du conflit sous-jacent qui a eu lieu pendant la guerre froide, est demeurée un "secret jalousement gardé", que Reed a révélé pour la première fois dans son livre, bien que, mentionne le WP pour confirmer l'indiscrétion, "certains détails concernant la technologie défectueuse ont été rapportés dans Aviation Week and Space Technology en 1986 et dans un livre de Peter Schweizer en 1995, intitulé Victory : The Reagan Administration's Secret Strategy that Hastened the Collapse of the Soviet Union.

Toute référence à des événements actuels est purement fortuite.