Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 juin 2021

G7, OTAN et sommet avec Poutine : les dirigeants colonialistes veulent former une alliance contre la Chine et décider du sort du monde

CISSCKEDBRGDVDQ2FX3LRHNFAM.jpg

G7, OTAN et sommet avec Poutine : les dirigeants colonialistes veulent former une alliance contre la Chine et décider du sort du monde

Ex: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/historico-de-noticias/34384-g7-otan-y-cumbre-con-putin-los-cabecillas-colonialistas-pretenden-una-alianza-contra-china-y-decidir-el-destino-del-mundo

La Chine dénonce la décision que vient de prendre le G7 de contrer Pékin, car l'époque où quelques pays décidaient pour le monde est révolue, prévient-elle.

"L'époque où les décisions mondiales étaient dictées par un petit groupe de pays est révolue", a déclaré dimanche un porte-parole de l'ambassade de Chine au Royaume-Uni, cité par l'agence de presse britannique Reuters.

Il a entériné la position du géant asiatique, soulignant que "les pays, grands ou petits, forts ou faibles, pauvres ou riches, sont égaux, et que les affaires du monde doivent être gérées par des consultations entre tous les pays".

Le diplomate chinois a fait ces remarques après que le Groupe des Sept (G7) - le Royaume-Uni, le Canada, la France, l'Allemagne, l'Italie, le Japon et les États-Unis - a adopté samedi une position unifiée pour contrer la Chine.

Comment le G7 cherche-t-il à contrer la Chine ?

Les dirigeants des pays membres du G7, réunis à Carbis Bay, au Royaume-Uni, ont décidé de lancer leur super-projet "Reconstruire en mieux pour le monde", censé "répondre aux énormes besoins en infrastructures des pays à revenu faible ou intermédiaire", selon la Maison Blanche.

Les nations ont accepté l'initiative comme une alternative au projet de développement économique chinois "One Belt, One Road". L'objectif est d'aller au-delà de la proposition chinoise, selon le communiqué de la Maison Blanche.

g7-cornwall.png

Quel est l'objectif du mégaprojet "One Belt, One Road" ?

L'idée de la ceinture économique et de la route maritime de la Route de la soie, qui vise à relier l'Asie et l'Europe, a été présentée en 2013 par le président chinois Xi Jinping. Le projet prévoit la reconstruction de l'ancienne route de la soie et la création d'une route maritime parallèle. Il comprendrait 60 pays, 75 % des réserves énergétiques connues du monde, 70 % de la population mondiale et générerait 50 % du produit intérieur brut (PIB) mondial.

Les États-Unis, qui, parmi d'autres pays occidentaux, sont de farouches détracteurs du projet chinois, ont exercé des pressions sur différents États pour qu'ils n'adhèrent pas au projet chinois, car ils considèrent la Nouvelle route de la soie comme un grand défi pour leurs intérêts face à l'un de leurs principaux rivaux, le géant asiatique.

Les dirigeants des pays du G7 ont conclu qu'ils devaient adopter une approche unifiée vis-à-vis de la Chine, a déclaré à Reuters une source au sein de l'administration du président américain Joe Biden.

20150428_SilkroadChina_STCopy.gif

Le fonctionnaire, qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat, a expliqué que les dirigeants des plus grandes économies du monde se sont mis d'accord sur une position commune concernant les exportations chinoises à "prix injustement bas" et les violations présumées des droits de l'homme par le géant asiatique.

"Je dirais qu'il y avait unanimité en termes de volonté de s'exprimer contre les abus des droits de l'homme et les violations des libertés fondamentales qui invoquent nos valeurs communes", a déclaré la source de l'agence. "Il y avait un engagement à agir en réponse à ce que nous voyons".

En ce sens, le G7 aurait fait des progrès significatifs par rapport au sommet d'il y a trois ans, lorsque le communiqué final ne mentionnait même pas la Chine, a ajouté le fonctionnaire.

Toutefois, des sources de CNN ont affirmé que les parties ne sont pas parvenues à un accord sur leur approche de Pékin.

Selon le média, Joe Biden a exhorté ses homologues à critiquer publiquement les "pratiques antidémocratiques" de la Chine et a souligné la nécessité d'agir. Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre canadien Justin Trudeau lui ont donné raison.

Pendant ce temps, la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre italien Mario Draghi et des représentants de l'Union européenne ont cherché à mettre en évidence les domaines de coopération avec la Chine.

Le G7 estime qu'il est nécessaire de "rivaliser" avec la Chine et de la "contrer" en tant que "défi pour les démocraties".

Les dirigeants du G7 prônent la nécessité de "contrer et de concurrencer" la Chine sur des défis allant de la sauvegarde de la démocratie à la course à la technologie, a déclaré dimanche le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, à l'issue du sommet qui s'est tenu au Royaume-Uni ce week-end.

"Pas seulement de la bouche de Biden"

S'adressant aux journalistes à bord d'Air Force One en route pour Bruxelles, M. Sullivan a souligné que, en ce qui concerne la Chine, la réunion a marqué "des progrès significatifs comme jamais auparavant" au sein du G7 et "reflète une convergence croissante qui n'existait pas il y a quelques années".

static.politico.com.jpg

"Il existe un large consensus sur le fait que la Chine représente un défi important pour les démocraties du monde", a déclaré le conseiller. En ce sens, il a expliqué que les dirigeants se sont mis d'accord sur la nécessité de maintenir un agenda commun par rapport à Pékin, y compris les scénarios dans lesquels "s'élèverait, contrerait et rivaliserait" avec le géant asiatique.

En ce sens, M. Sullivan a déclaré que des mots comme "counter" et "compete" "sortaient de la bouche de tous les dirigeants présents dans la salle, et pas seulement de Joe Biden".

Comment Biden se perd en marge du sommet du G7

Le président américain Joe Biden se perd dans la cafétéria lors du sommet du Groupe des Sept (G7), suscitant les rires des témoins.

Vendredi, lors du sommet du G7 en Cornouailles, dans le sud du Royaume-Uni, Biden a connu un incident gênant lorsqu'il est entré lentement dans une terrasse de cafétéria, dans la confusion.

"Comment se passent vos réunions en Cornouailles ?" lui demande une femme, probablement une journaliste qui était sur place. À ce moment-là, le chef confus se fige, fait un geste du pouce et répond "très bien".

Juste après, la première dame des États-Unis, Jill Biden, s'est approchée du président et l'a orienté dans la bonne direction pendant que les visiteurs de la cafétéria riaient.

VIDÉO: https://www.hispantv.com/noticias/ee-uu-/494149/biden-se-pierde-cafeteria

Les dirigeants du G7 s'accordent sur l'objectif de zéro émission nette de carbone d'ici 2050

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé que les dirigeants mondiaux réunis au sommet du G7 ont convenu de décarboniser le secteur de l'énergie et se sont engagés à réduire les émissions nettes à zéro d'ici 2050 et à limiter l'augmentation de la température moyenne mondiale à 1,5 degré Celsius maximum.

5N5YXn-BajIAL6MazG8m01.jpg

"L'accord du G7 visant à mettre fin au financement mondial du charbon est une grande réussite et envoie un message fort au monde", a déclaré Mme Von der Leyen, qui a fait remarquer qu'actuellement, 25 % de l'énergie utilisée dans les pays de l'UE provient de sources renouvelables et que, d'ici 2030, ils prévoient de porter ce pourcentage à 38 %.

Les dirigeants du G7 ont également convenu d'augmenter leurs contributions pour respecter l'engagement d'allouer 100 000 millions de dollars par an pour aider les pays les plus pauvres à réduire leurs émissions de carbone, face au réchauffement climatique.

Dans le projet de communiqué, vu par Reuters, les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, la France, l'Allemagne, l'Italie et le Japon ont déclaré qu'ils "mobiliseront 100 milliards de dollars par an de sources publiques et privées jusqu'en 2025."

"À cette fin, nous nous engageons à augmenter et à renforcer toutes nos contributions publiques internationales globales au financement du climat au cours de cette période et nous appelons les autres pays développés à se joindre à nous et à augmenter leurs contributions à cet effort", indique le document.

210611-sg-pc.jpeg

L'OTAN tient un sommet axé sur la Russie, Poutine et Biden s'affrontent

BRUXELLES (Sputnik) - Le secrétaire général de l'OTAN, l'économiste norvégien Jens Stoltenberg, a assuré que le sommet de l'organisation militaire à Bruxelles portera sur la Russie et sur la première rencontre entre les dirigeants de Washington et de Moscou, respectivement Joe Biden et Vladimir Poutine.

"Nos relations avec la Russie sont à leur plus bas niveau depuis la fin de la guerre froide", a déclaré M. Stoltenberg avant le début de la réunion de l'OTAN.

L'organisation militaire, a-t-il ajouté, s'adapte et a déjà renforcé ses capacités de défense collective.

Le secrétaire général a également déclaré que les membres de l'OTAN consulteront M. Biden avant sa rencontre avec le président russe prévue le 16 juin en Suisse.

M. Stoltenberg a fait remarquer que les dirigeants de l'OTAN confirmeront lors de leur sommet la relation double avec Moscou, avec une défense forte d'une part et un dialogue d'autre part.

"Nous allons essayer de dialoguer avec la Russie. Le dialogue n'est pas un signe de faiblesse, mais de force", a-t-il souligné.

Ces dernières années, l'OTAN a accru son activité militaire près des frontières de la Russie, ce qui inquiète les autorités russes.

L'OTAN prévoit de laisser l'Europe sans missiles nucléaires

Les États membres de l'OTAN devraient s'opposer officiellement au déploiement de missiles nucléaires terrestres en Europe après la réunion du président américain Joe Biden avec d'autres chefs d'État à Bruxelles, rapporte Defense News.

Cette position, qui fait écho à des commentaires antérieurs du secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, est exposée dans un projet de communiqué qui sera publié après le sommet de l'OTAN du 14 juin.

Selon Defense News, après le sommet de l'Alliance atlantique, une déclaration sera faite pour interdire le déploiement d'armes nucléaires terrestres en Europe. Le refus officiel de placer des armes nucléaires en Europe nécessite l'approbation du président américain. Selon les médias, une telle décision pourrait aider M. Biden à obtenir le soutien des partisans de la maîtrise des armements si l'interdiction des missiles nucléaires basés au sol en Europe devient officielle.

Les discussions de l'OTAN ont débuté alors que l'on apprenait que Moscou allait à nouveau proposer un moratoire sur le déploiement de missiles terrestres à portée intermédiaire et à courte portée. Cette démarche est considérée comme un moyen possible d'apaiser les tensions avec Moscou et d'intensifier le dialogue sur le contrôle des armements avant le sommet États-Unis-Russie qui se tiendra à Genève le 16 juin.

Selon les médias russes, à la mi-septembre 2020, le président Vladimir Poutine a envoyé un message aux capitales de plusieurs dizaines de pays, dont des membres de l'OTAN, proposant un moratoire sur le déploiement de missiles à portée intermédiaire et à courte portée en Europe et dans d'autres régions. La même lettre a été envoyée à Stoltenberg.

20190306_190306-ukraine-nato.jpg

Le cabinet allemand confirme que l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN ne figure pas à l'ordre du jour actuel

BERLIN (Sputnik) - L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN n'est pas à l'ordre du jour de l'OTAN, a déclaré la porte-parole adjointe du Cabinet allemand, Ulrike Demmer.

La veille, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que rien ne garantit que l'Ukraine ne rejoindra pas l'OTAN et a appelé à réfléchir aux "lignes rouges" à ne pas franchir. Le président a souligné qu'en cas d'entrée de l'État ukrainien dans l'Alliance, une fusée lancée depuis la ville ukrainienne de Kharkov ou depuis Dniepr n'aura besoin que de 7 à 10 minutes pour atteindre la partie centrale de la Russie.

"Vous connaissez notre approche de l'Ukraine, l'importance de notre coopération avec elle, mais son adhésion à l'OTAN n'est pas à l'ordre du jour", a déclaré M. Demmer lors d'une conférence de presse, commentant les préoccupations du dirigeant russe.

En 2014, l'Ukraine a renoncé à son statut d'État non aligné. En juin 2016, le pays a proclamé l'adhésion à l'OTAN comme un objectif de politique étrangère. En 2019, le Parlement ukrainien a adopté des amendements constitutionnels proclamant l'objectif de rejoindre l'Union européenne et l'Alliance atlantique.

En juin 2020, l'Ukraine est devenue le sixième État à bénéficier du statut de partenaire de l'OTAN aux possibilités élargies.

Netanyahou évincé du pouvoir : Naftali Bennett devient le nouveau Premier ministre d'Israël

GettyImages-1233188879-1320x881.jpg

Netanyahou évincé du pouvoir : Naftali Bennett devient le nouveau Premier ministre d'Israël

Ex: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/historico-de-noticias/34383-sacan-del-poder-a-netanyahu-naftali-bennett-se-convierte-en-el-nuevo-primer-ministro-de-israel

La Knesset, le nom du parlement israélien, a approuvé un nouveau gouvernement, mettant ainsi fin au mandat historique de Benjamin Netanyahu. Avec 60 voix pour et 59 contre, les législateurs ont mis fin dimanche à un cycle de deux ans de paralysie politique au cours duquel le pays a organisé quatre élections.

Le nouveau Premier ministre israélien est Naftali Bennett, un ancien conseiller de Netanyahu devenu son rival, qui doit maintenant présider une coalition de huit partis aux profondes différences idéologiques. De son côté, Netanyahu devient le chef de l'opposition et se retrouve dans une situation beaucoup plus faible, même au sein de son parti, le Likoud.

Pour mettre fin aux douze années de mandat de M. Netanyahu en tant que Premier ministre, l'opposition israélienne a conclu un accord pour former un nouveau gouvernement sans le Likoud, qui était le principal parti au pouvoir. Par ailleurs, le parti Yamina de Bennett et le parti Nouvel espoir de Gideon Sa'ar se sont joints au leader centriste Yair Lapid pour former un gouvernement de coalition après l'échec de Netanyahu.

Contexte politique

Netanyahou est devenu une figure polarisante de la politique israélienne, et il fait également face à un procès pour corruption depuis fin 2019. Chacune des quatre élections consécutives organisées dans le pays au cours des deux dernières années a été considérée comme un référendum sur la continuité de l'homme politique, qui s'est positionné comme la figure dominante de l'agenda national des trois dernières décennies.

94d8346f-5fb2-4e3a-a527-895338534c87.jpg

M. Bennett a affirmé que des mesures drastiques étaient nécessaires pour éviter de nouvelles élections et, bien qu'il partage l'idéologie nationaliste de M. Netanyahou, il a estimé qu'il n'y avait aucun moyen viable pour la droite de former une majorité à la Knesset après l'impasse des élections du 23 mars. L'homme politique a affirmé que de nouvelles élections donneraient les mêmes résultats et a estimé qu'il était temps de mettre fin au cycle.

Si ses opposants n'avaient pas réussi à former le gouvernement et que de nouvelles élections étaient convoquées, une autre possibilité s'offrait à Netanyahou, à savoir la formation d'un parlement qui serait favorable à l'octroi d'une immunité de poursuites pour la durée du litige dans lequel il est impliqué.

Le Washington Post révèle : Bibi impliqué dans un coup d'état en Jordanie

Un rapport révèle que le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu, alias "Bibi", a comploté avec les États-Unis et l'Arabie saoudite pour plonger la Jordanie dans l'instabilité.

Le Washington Post a révélé samedi que Netanyahou était impliqué dans les tentatives de Washington et de Riyad de faire pression sur le roi jordanien Abdallah II dans le cadre du prétendu accord de paix de la précédente administration américaine dirigée par Donald Trump, connu sous le nom de "deal du siècle".

À cet égard, un ancien responsable de l'Agence centrale de renseignement américaine (CIA), cité anonymement par le journal, a déclaré que Trump, président américain entre 2017 et 2021, était convaincu que le roi de Jordanie était "un obstacle" à la mise en œuvre de l'accord, qui laisse la quasi-totalité du territoire palestinien aux mains d'Israël.

La publication a souligné qu'il s'agissait de tentatives de "remise en cause" des politiques internes d'Amman ces dernières années, dont le point culminant a été le coup d'État manqué contre le roi de Jordanie, qui a eu lieu en avril dernier, pour "déstabiliser" le pays.

Le Washington Post a rappelé que les agences d'espionnage israéliennes avaient déjà informé le roi qu'elles n'étaient pas impliquées dans la tentative de coup d'État contre lui.

Un ancien responsable du renseignement américain qui a vu les messages envoyés à Amman en a déduit que "l'élément clé" des notes était le suivant : "Ce n'est pas nous. Cela vient d'en haut", a-t-il fait remarquer, faisant probablement allusion à Netanyahou.

JordanKingAbdullahParliament2012.jpg

Quel rôle joue Abdullah II dans Al-Quds ?

Selon le journal, la plupart des pressions se sont concentrées sur Al-Quds (Jérusalem), où Abdullah II est reconnu comme le gardien du "Mont du Temple" (nom donné par les Israéliens à la mosquée Al-Aqsa et au Dôme du Rocher).

Ce lieu saint est une zone d'Al-Quds, contrôlée par Israël, mais placée sous la garde de la Jordanie en vertu d'un statu quo en vigueur depuis 1967, lorsque le régime sioniste usurpateur a annexé la partie orientale de la ville lors de la guerre des Six Jours.

Alors que le rapport cherche à redorer l'image des services de renseignement israéliens, le quotidien israélien Yedioth Ahronoth, citant le site d'information Ammon, aligné sur la famille royale jordanienne, a révélé début avril l'implication d'un ancien agent des services de renseignement israéliens (le Mossad) dans la tentative de coup d'État en Jordanie.

Il a expliqué que l'ancien fonctionnaire israélien a offert à l'ancien prince héritier jordanien Hamza bin Hussein et à sa femme un avion pour s'échapper du pays.

La révolution numérique, nouvelle étape ou fin programmée de la politique ?

unnamedrevnum.jpg

La révolution numérique, nouvelle étape ou fin programmée de la politique ?

par Frédéric Andreu Certains se sont aventuré à établir un lien de cause à effet entre la crise sanitaire Covid 19 et les lois sociétalo-numériques passées en catimini pendant le confinement. La coïncidence est en effet troublante. L'Histoire retiendra qu'une cohorte impressionnante de verrous sociétaux - lois bioéthiques, expérimentation sur les chimères, légalisation de l'avortement à 9 mois, euthanasie, etc - ont été forcées par les votes de députés masqués. C'est le moment de relire "l'ile du Docteur Moreau", chef d'œuvre de H. G. Wells où les hommes-bêtes vivent dans un village et obéissent à « La Loi », un ensemble de règles leur interdisant les comportements primitifs et prônant la vénération de Moreau, qu'ils appellent « Maître ».

zu2zlqudq1eyswoo5itccfqlrp-084.jpg

Désormais, d'autres docteurs masqués pourront légalement fabriquer des monstres mi-chèvre-mi mouton, découper des foetus humains ou insérer des capsules sous-cutanées selon les normes imposées par la Silicone Valley. L'ONU parle déjà d'"identité numérique" à hauteur de 2030...

Un tel concentré de lois nous rappelle que les systèmes de domination avancent davantage par sauts qualitatifs que par progression lente. On peut donc parler, à l'instar du président du forum de Davos, de "fenêtre d'opportunité" car elle permet de faire passer tout ce que le contexte habituel n'avait pas encore rendu possible. Logiquement, le Corona aurait dû être l'occasion de revoir la folle politique migratoire de la France, de réformer notre système de santé, de fermer temporairement les frontières ; il a été au contraire le théâtre d'une accélération sans précédent dans le sens du post-humanisme. Cependant, avons-nous assez de distance pour mesurer la nature du saut - le changement de paradigme - que nous venons de franchir ? 

Pour se faire, reportons-nous à une autre époque elle aussi marquée par des soubresauts politiques "irruptifs". La Révolution et le Premier Empire ont été de celles-là dans la mesure où la "dignité royale" a été remplacée par le primat de l'idée et de la propagande d'Etat. On peut en effet penser que cette période préparée par le "soft power" de la philosophie des Lumières a connu son "hard power" pendant la Terreur et les conquêtes napoléoniennes. Pour parvenir à cette lecture, encore faut-il en finir avec cette Histoire-timbres-poste divulguée par les mass-medias. Il faut recourir à Spengler, Toynbee, aux historiens des grands cycles et  à la vision pénétrante de la lecture pour théoriser, c'est-à-dire "voir" l'Histoire. Cette autre manière consiste à repérer les grandes ruptures du passé. Ce sont elles qui aident à anticiper celles du futur. 

Dans cette perspective, les 25 ans de la séquence "Révolution Française-Premier Empire" marquent à mon avis la substitution de l'être organiciste à l'être mécaniciste. Les révolutionnaires ont fait croire (et continuent de le faire) que les sociétés (ce qu'il appellent l'"Homme") fonctionnent "par des idées". La loi Le Chapelier, interdisant les corporations et toutes protections syndicales, rendit impuissants les exploités face aux industriels ; ces interdictions ont été faites au nom de la liberté. Les thuriféraires de la Révolution se battaient pour des "idées", pas pour les peuples. Les anthropologues ont montrés que les sociétés ne fonctionnent pas avec des idées mais en fonction de structures sociales reposant sur l'ordre coutumier et traditionnel. Les opinions se servent d'idées mais le pain se fabrique avec de la farine et des savoirs-faire et non avec des opinions. Au risque de décevoir les adeptes de Napoléon en cette période de commémoration, je dirais que le pouvoir hypercentralisé de Napoléon doublé d'un système de surveillance n'échappe pas à cette conception mécaniciste. Louis-Ferdinand Céline a dit de Napoléon : "il était philosophique" sous-entendant par-là que les rois étaient, eux, "traditionnels".  

cd0403948da21bb6ee7e8c2f71fc10c0631d720c84bf78bd5556513218c7fb1c.png

À mon avis, le contexte sanitaire corona-reset et autres Pass Sanitaire marquent un autre changement de paradigme non moins déterminant qui le précédent. Les avancées sociétales de notre temps se font au nom de l'Homme nouveau, émancipé de toutes limites et appartenances locales. Nous basculons sans nous en rendre compte dans l'ère numérique ou "numériciste". Les puces électroniques insérées dans les nouvelles carte d'identité (réduites à la taille d'une carte bleue) sont le prélude à la puce sous-cutanée. Le traçage numérique réalisée dans les portables peut déjà permettre d'exécuter un quidam par drone en appuyant sur un bouton. Le Staline du futur pourra éliminer ses opposants politiques comme s'il jouait avec une Playstation. Plus besoin de Stasi, de Goulag et de mouchards lorsque l'ordinateur relié à un réseau de satellites sera devenu la tour de contrôle de la terre entière.

Le cas français est particulièrement emblématique de cette avancée du plan numérique de domination. Là encore, la France anticipe le nouvel ordre mondial. Avec moins de 20 % de soutien populaire, le pouvoir numérique a fait passer toutes les lois sociétales anti-organicistes, pendant les heures tardives du confinement dans des hémicycles à demi vides et devant des députés masqués. 

Les quelques gouvernements illibéraux qui demeurent en Europe sont conscients du pouvoir numérique, le redoutent. Ils savent que les processus techniques du numérique sont peut être inévitables ; les élites macronoïdes, elles, souhaitent au contraire leur avènement. C'est la toute la différence. Le "Young Leader" Macron restera dans l'Histoire comme le prophète du numérique, comme Mitterrand fut l'apôtre de l'antiracisme ; Chirac, celui du métissage et de la repentance, posture idéologique qui ont toutes en commun de relever de ce que Francis Cousin appelle "la religion du Capital". Le monde que ces élites préparent est un paradis pour les robots, un pays où les êtres génétiques, les hommes de parole et les poètes seront considérés comme surnuméraires. L'arraisonnement numérique est une étape dans un processus de ce que Alain de Benoist appellent la "Forme-Capital". Le déploiement d'un processus qui est selon moi déjà contenu en germe dans le monothéisme. Même dans une société hypersécularisée comme la nôtre, la guerre à laquelle nous assistons reste, d'un certain point de vue, d'ordre théologique. Il s'agit de l'aboutissement d'un messianisme dévoyé. Même dilué à dose homéopathique, ce messianisme-la reste d'essence religieuse. Désormais, la politique consiste de plus en plus à entrer en dissidence face à ce processus numérique, de vivre en marge du système de contrôle. Le seul moyen d'y parvenir pourrait être le contre-réseau et le retour à la communauté de base, c'est-à-dire le retour au réel pré-idéologique et pré-numérique. Frédéric Andreu. Contact : fredericandreu@yahoo.fr

08:29 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, révolution numérique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 14 juin 2021

La guerre mondiale contre la nature

against-nature-e8e66.jpg

La guerre mondiale contre la nature

par Marcello Veneziani

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/la-guerra-mondiale-contro-la-natura

Nous avons célébré la Journée mondiale de l'environnement ; les institutions et les médias se sont pieusement pliés au thème, les journaux se sont même habillés en vert pour honorer la liturgie écologique. Mais pourquoi parle-t-on d'environnement au lieu de nature ? Parce que la nature est un nom ancien qui inclut avec la planète tous ses habitants, y compris nous les humains ; la nature est la réalité que nous n'avons pas créée mais que nous avons trouvée, qui ne dépend pas de nous. La nature évoque alors le droit naturel, les créatures telles qu'elles sont nées et peut-être un créateur ou du moins une reine, appelée Mère Nature. La nature, c'est la rencontre des différences originelles, la copulation et la procréation.

Dans l'ancien dialecte de mon pays, la nature est le nom du vagin. Je ne connais pas de définition plus belle, plus essentielle et plus cosmique de l'organe génital féminin. La nature comme lieu corporel où l'on naît, où une personne prendra forme, dans ce futur d'où viendra l'enfant à naître : si la nature est à l'origine, la nature est aussi ventura, naissance. Si je pense à la définition de la nature dans mon pays, je me souviens du célèbre tableau du vagin nu de Gustave Courbet, appelé non par hasard "L'origine du monde". La correspondance entre le microcosme du corps féminin et le macrocosme du monde naturel est parfaite.

La nature, c'est aussi l'alchimie de la fécondation, par la rencontre entre le mâle et la femelle. Au lieu de l'expression nature, nous préférons la définition aseptique, neutre, anonyme de l'"environnement", qui peut aussi faire allusion à quelque chose de construit, de modifié, peut aussi être un hangar, une caserne ou un laboratoire, peut-être avec les murs peints en vert. Il n'y a pas de distinction entre l'environnement naturel et l'environnement artificiel.

Mais la raison principale pour laquelle il existe un discours mondial et officiel dédié à la sauvegarde de l'environnement mais qu'il n'y a plus de compagnon pour sauver la nature, est idéologique, philosophique et techno-scientifique, et investit la conception de l'homme et de la vie. Si l'on parle de nature, on ne peut pas omettre la référence à la nature humaine, il faut en tenir compte, dès la naissance, comme l'enseigne l'ancienne sagesse populaire du lexique rural. On ne peut pas défendre la nature dans les plantes, dans l'air, dans l'eau, dans les animaux, dans le monde végétal et minéral et ne pas défendre la nature humaine. Au contraire, nous vivons aujourd'hui une guerre mondiale contre la nature, je dis bien la nature humaine. L'environnementalisme fanatique s'empresse de défendre l'intégrité génétique de la carotte contre la manipulation des OGM ; mais il accepte, voire encourage, la modification génétique de l'homme et sa manipulation radicale. L'identité de la carotte est plus importante que celle de l'homme. En ce sens que l'homme, pour l'idéologie transgenre, est ce qu'il veut être et non ce que la nature l'a fait.

Si vous remarquez, le thème de nos journées, qui concerne d'abord la bioéthique, puis la biopolitique, et qui touche l'humanité, le monde, les relations entre les hommes, commence ici : nous vivons une guerre de libération de la nature humaine, pour une humanité mutante dans tous les sens du terme. L'homme, ou plutôt la personne, ne se définit pas sur la base de sa nature mais sur la base de sa volonté subjective, il est ce qu'il veut être, maintenant ; je dis "il" car même lui et elle sont variables, ils ne descendent plus de la nature mais sont le résultat d'un choix, même provisoire. Le désir est prééminent sur la réalité et sur ce qui vient de la nature. Si l'on jette un coup d'œil rapide aux grands thèmes de notre époque qui ont remplacé les thèmes sociaux et politiques, on se rend compte que l'invité de marque est la nature : le droit de changer la nature, le sexe, le droit à la maternité par une décision, même unique, plus la technologie et l'investissement (par l'insémination artificielle, l'utérus à louer, la maternité de substitution), le droit d'avorter le fruit de la nature, l'enfant non désiré, et tout autre droit envisagé à notre époque part du rejet préalable de ce que la nature nous a donné. Notre liberté est conçue comme une émancipation radicale et plurielle de la nature.

uploded_istock-926621578-1531234361.jpg

Le désir prévaut sur l'être, la volonté sur la réalité, tout peut changer de direction, la nature, l'anatomie, les relations. La nature évoque le destin, et notre volonté subjective modifie plutôt le hasard : le hasard de naître homme ou femme, de ces parents, dans cette famille, à cet endroit, à cette époque, dans ce peuple.

Le même droit s'étend à la relation avec les lieux de naissance et de vie et investit les peuples et pas seulement les individus. C'est-à-dire que le fait de naître dans un lieu est occasionnel, insignifiant, comme le fait de naître d'un couple hétéro, père et mère, car ce qui compte, c'est l'endroit où l'on décide d'aller et de vivre. La nature ne s'applique donc pas même au lien avec les lieux de naissance.

Or l'argument à faire valoir n'est pas trivialement de renverser l'impératif actuel et de concevoir la Nature comme un Absolu Immuable, pétrifié, non susceptible de modification et de changement. La nature elle-même change au cours de longs processus, elle n'est pas inerte. Mais la véritable bataille est celle qui oppose ceux qui considèrent la Nature, y compris la Nature humaine, comme un bien à sauvegarder, un point d'origine d'où il faut partir et auquel il faut revenir sans cesse, même au cours des changements nécessaires, et ceux qui, au contraire, considèrent la Nature comme une prison et rêvent de s'échapper et de briser finalement la prison elle-même. Et ce qui est en jeu dans la Nature, c'est la défense du réel, de nos limites, des imperfections humaines, en rejetant tout délire de toute-puissance, toute prétention du Sujet à devenir Absolu et mutant, comme Protée. Dans ce contexte, il est important de traiter la nature comme un environnement et un climat en danger, des espèces en voie d'extinction. Mais la nature, comme l'ont dit Lucrèce, Leibniz et Linné à différentes époques et dans différents contextes, ne fait pas de bonds mais procède par degrés ; et nous ne pouvons pas sauter le degré de la nature humaine dans la sauvegarde du monde.

09:19 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, marcello veneziani, nature | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le canal de Suez et ses alternatives

MapCanal-de-Suez.png

Le canal de Suez et ses alternatives

Ex: https://katehon.com/ru/article/sueckiy-kanal-i-ego-alternativy

Dans les conditions actuelles de coopération étroite entre les pays et de mondialisation de l'économie, le problème des corridors de transport internationaux (ITC) requiert une attention particulière dans les politiques nationales et internationales. L'organisation des corridors de transport est basée sur la concentration des flux de marchandises, de transport et de passagers dans une seule direction, ce qui implique des infrastructures développées et de grande capacité.

Les canaux construits par l'homme dans différentes parties du monde ont modifié le transport international, en réduisant les itinéraires de livraison et les coûts d'exploitation. Actuellement, les principaux canaux construits par l'homme dans le monde, tels que le canal de Panama, le canal Volga-Don, le canal de Corinthe, le Grand Canal et le canal de Suez, offrent des voies de transport alternatives à travers les principaux réseaux maritimes du monde, facilitant ainsi un transport efficace.

Le canal de Suez, long de 193,30 kilomètres (120 miles), est une voie d'eau artificielle au niveau de la mer située en Égypte qui relie la mer Méditerranée au golfe de Suez, la branche nord de la mer Rouge. Officiellement ouvert en novembre 1869, le canal de Suez est l'une des voies maritimes les plus utilisées au monde, avec des milliers de navires qui y passent chaque année. Séparant l'Asie du continent africain, le canal offre la voie maritime la plus courte entre l'Europe et les régions qui bordent l'océan Indien et le Pacifique occidental.

Le canal de Suez relie Port Saïd, sur la mer Méditerranée, et Suez, sur la mer Rouge. Le transport de marchandises par le canal reste l'un des moyens les moins chers et les plus sûrs de transporter des marchandises entre l'Europe et l'Asie par la mer.

Ouvert à la navigation en 1869, le canal a longtemps été géré par les Français et les Britanniques. Le 26 juillet 1956, le président égyptien Gamal Abdel Nasser annonce sa nationalisation.

L'exploitation de ce corridor fluvial est l'une des principales sources de recettes en devises pour le trésor égyptien, avec les exportations d'hydrocarbures, le secteur du tourisme et les envois de fonds des Égyptiens travaillant dans d'autres pays.

Aujourd'hui, plus de 30.000 navires battant pavillon de plus de 100 pays du monde passent par le canal chaque année. Au total, ils transportent environ 300 millions de tonnes de marchandises diverses. 14% du total du commerce mondial, la plupart des expéditions de pétrole de la région du Golfe Persique vers l'Europe et l'Amérique passent par le canal.

Au cours de l'exercice 2007-2008, le canal de Suez a réalisé des recettes record de 5 milliards 113 millions de dollars, soit près d'un milliard de plus que les années précédentes.

file7f3uwhrpvl213hcvfniw.jpg

Dans la matinée du 23 mars 2021 (7 h 40 heure locale), l'Ever Given, l'un des plus grands porte-conteneurs du monde (avec 18.000 conteneurs à bord), en provenance de Malaisie et à destination des Pays-Bas, traverse le canal de Suez. Il traverse le canal et s'échoue, sa proue et sa poupe restant coincées dans le rivage. À la suite de l'accident, la circulation dans le canal a été interrompue.

Le navire a été partiellement échoué avec succès le 29 mars à 04:30 heure locale (05:30 MSK). Vers 15h00 (16h00 MSC) le même jour, le navire a été complètement retiré du haut-fond et remorqué, après que 27 000 mètres cubes de sable aient été excavés sous l'étrave du navire. Cependant, le trafic dans le canal n'a pas été repris.

De tels incidents, bien que rares, se produisaient encore dans le canal de Suez. Cela a nécessité la sélection de voies de transport alternatives. Il a également été suggéré que les armateurs pourraient être intéressés par l'utilisation de la route maritime du Nord, qui est une alternative aux routes des canaux de Suez et de Panama, mais cela retarderait les délais de livraison, augmenterait les coûts de transport et entraînerait une pénurie de conteneurs et de porte-conteneurs disponibles.

"La route maritime du Nord" dessert les ports de l'Arctique et les principaux fleuves sibériens (importations de carburant, d'équipements, de nourriture ; exportations de bois, de ressources naturelles). Alors que la distance parcourue par les navires entre le port de Mourmansk et le port de Yokohama (Japon) par le canal de Suez est de 12840 miles nautiques, la route maritime du Nord ne prend que 5770 miles nautiques.

 Une autre contrepartie au canal de Suez est le projet de corridor de transport international (ITC) nord-sud (NS). Le corridor de transport est conçu pour fournir une liaison de transport entre les États baltes et l'Inde via l'Iran.

Les principaux avantages du corridor de transport nord-sud par rapport à d'autres itinéraires (en particulier, par rapport à la route maritime passant par le canal de Suez) sont une réduction de moitié ou plus de la distance de transport, ainsi que des coûts de transport par conteneur inférieurs à ceux du transport maritime. La longueur de ce corridor de transport international sera de 7,2 mille kilomètres [1].

North_South_Transport_Corridor_(NSTC).jpg

L'incroyable coïncidence de la signature de l'accord de partenariat stratégique entre l'Iran et la Chine et des événements avec Ever Given dans le canal de Suez conduira inévitablement à un regain d'intérêt pour l'initiative "One Belt, One Road" (OBOR) (PPI) et tous les corridors interconnectés de l'intégration eurasienne.

Une autre partie du puzzle est la manière dont le corridor de transport international (ITC) nord-sud sera relié au PPI et à l'EAEU. L'Iran, la Russie et l'Inde discutent depuis 2002 des complexités de la construction de ce corridor commercial maritime/ferroviaire/routier de 7.200 km. L'ITC part de Mumbai et traverse l'océan Indien jusqu'en Iran, la mer Caspienne, puis Moscou. En termes d'attractivité, le projet concerne l'Arménie, l'Azerbaïdjan, le Belarus, le Kazakhstan, le Tadjikistan, le Kirghizstan, l'Ukraine, Oman et la Syrie.

Le MCT réduit le délai de livraison de l'Inde occidentale à la Russie européenne de 40 à 20 jours, tout en réduisant les coûts de 60 %. Elle est déjà opérationnelle, mais pas encore en tant que route maritime et ferroviaire continue.

En avril 2021, les autorités turques ont annoncé le début imminent de la construction du canal d'Istanbul, une nouvelle voie navigable de 51 kilomètres de long, qui doublera le détroit du Bosphore. Le début de la construction est déjà prévu pour la fin juin 2021.

Selon les plans du gouvernement, le canal, qui reliera la mer de Marmara et la mer Noire, se tiendra à 100 kilomètres à l'ouest d'Istanbul et transformera en fait la partie européenne de la ville en une île.

1525istanbul-canal.jpg

Grâce à ce nouveau canal, les autorités turques espèrent décongestionner le Bosphore, l'une des voies de navigation les plus fréquentées au monde, par laquelle transitent chaque année 53 000 navires. Elle devrait également protéger l'architecture et les monuments d'Istanbul contre des incidents tels que celui qui s'est produit récemment dans le canal de Suez. Contrairement au Bosphore, créé par la nature, qui est assez sinueux et difficile à traverser, le canal d'Istanbul sera constitué de deux sections presque droites, ce qui facilitera et accélérera le passage des navires.

"Le canal d'Istanbul sera une route maritime internationale qui améliorera les capacités logistiques et les infrastructures de la Turquie", a déclaré le ministre des infrastructures et des transports, Adil Karaismailoglu [2].

Le coût du projet, selon diverses sources, est estimé à 15-20 milliards de dollars. Le détroit artificiel devrait avoir une longueur de 45 à 50 kilomètres, une profondeur de 25 mètres et une largeur moyenne de 150 mètres. De telles dimensions permettront aux grands paquebots, aux pétroliers et même aux sous-marins de le traverser. À titre de comparaison, le canal de Suez a aujourd'hui une profondeur d'environ 20 mètres et une largeur pouvant atteindre 350 mètres. Des résidences et des maisons privées seront construites le long des rives du canal d'Istanbul.

Cette référence historique est nécessaire pour passer en revue le sujet qui nous préoccupe : la présence ou l'absence d'une raison de construire un canal navigable en Israël.

L'administration du canal a créé un fonds, dans lequel 25 % de toutes les recettes brutes sont déposées pour financer les travaux d'équipement et l'approfondissement continu du canal.

Mais malgré cette somme considérable, le canal, qui avait été enfoncé jusqu'à 20 mètres de profondeur, devient à nouveau peu profond. Aujourd'hui, les autorités du canal garantissent officiellement aux marins une profondeur de 13 mètres, soit le maximum autorisé pour la navigation de la flotte de gros tonnage. Chaque année, les avis émis par l'Organisation maritime internationale (OMI) font état de dizaines de navires échoués alors qu'ils suivent le canal de Suez [3].

Quels sont les avantages du projet israélien ? Le canal doit relier la mer Méditerranée (Ashkelon) et la mer Rouge (Eilat), en passant par le désert du Néguev. La situation géographique d'Israël et, par conséquent, de son canal navigable, ainsi que du canal de Suez, se situe dans la zone de l'isthme entre la mer Méditerranée et la mer Rouge, ce qui constitue un facteur décisif réduisant la route la plus courte pour les navires voyageant de l'Asie vers l'Europe et l'Amérique, raccourcissant la distance de 5 à 9 mille miles par rapport à la route contournant l'Afrique. Les nombreuses années de fonctionnement du canal de Suez, aussi critiques que nous puissions être à l'égard de son fonctionnement, ont atteint leur objectif premier : il a attiré le trafic de marchandises du monde entier.

carte_plan_oasis_p-5f157.jpg

Les arguments de la partie israélienne sont les suivants :

1) "Il nous suffit de construire notre propre canal, bien meilleur en tous points techniques et de navigation que le canal de Suez. Contrairement au canal de Suez, le canal de navigation israélien est posé sur un sol sec, souvent rocheux.

Cela présente un avantage majeur par rapport au canal de Suez, car nous évitons les énormes dépenses liées au déblaiement d'un canal posé dans un terrain marécageux. Coupant le plateau du Néguev à son point le plus bas (600 m au-dessus du niveau de la mer), exactement du nord-nord-ouest au sud-sud-est, puis profitant du creux naturel de la mer Morte, et, coupé de l'entrée dans la mer Morte par un barrage, le canal tourne le long du creux au sud-sud-ouest, vers Eilat.

Le principal facteur de réussite du fonctionnement du canal israélien est sa taille. La taille du canal, sa largeur et la profondeur de son chenal déterminent sa capacité de transport. Le calcul lors de la construction de tels ouvrages hydrauliques doit tenir compte du fait que leur exploitation est prévue pour l'éternité, il est donc nécessaire de prendre en compte le développement de la flotte mondiale de grande capacité.

2) "Contrairement à l'Égypte, nous ne pouvons pas autoriser le passage de navires dont le port en lourd (deadweight) est de 300.000 tonnes et plus. En raison de l'impossibilité de passer le canal de Suez, ils suivent le cap de Bonne-Espérance (autour de l'Afrique). Les dimensions de notre canal devraient garantir un passage libre et sûr pour la flotte de grande capacité.

Si tous les types de navires peuvent naviguer à plein régime dans le canal israélien et ne sont pas gênés par la largeur et le tirant d'eau du canal, ce sera la clé du succès.

Les dimensions proposées pour le canal maritime israélien permettraient aux navires de tous types de naviguer sans escale à l'approche du canal, ne ralentissant que pour accueillir les pilotes et les représentants des autorités frontalières et douanières.

La taille du canal de navigation maritime israélien permettra aux navires non seulement de traverser le canal à plein régime, mais aussi, si nécessaire, de le doubler sans craindre de quitter le chenal.

En résumé, il est évident que la fermeture du canal de Suez donnera un nouvel élan au développement de routes commerciales alternatives. Actuellement, nous pouvons déjà constater que la Russie travaille plus activement à la mise en œuvre du projet de "route maritime du Nord" et que certaines décisions sont prises en matière de soutien hydrographique à la navigation dans l'Arctique. Il est probable que la Chine oriente ses forces vers l'intensification des travaux relatifs à l'initiative "Une ceinture, une route". Le fait que le canal de Suez soit utilisé pour une part importante du commerce entre l'Europe et l'Asie du Sud, ainsi que le coût et la rapidité de la livraison suggèrent que cette option restera une priorité dans un avenir proche. En outre, l'évaluation de la perspective à moyen terme prouve qu'à l'heure actuelle, rien ne peut remplacer le canal de Suez.

Comme indiqué ci-dessus, les problèmes liés au blocage du trafic sur le canal de Suez se sont produits assez rarement dans l'histoire, et des mesures peuvent être prises pour éviter de tels incidents à l'avenir. Par exemple, les autorités égyptiennes peuvent continuer à approfondir et à élargir le canal, comme elles l'ont fait il y a quelques années avec le projet du nouveau canal de Suez. Ce sera probablement la mesure la plus efficace pour réduire les risques de tels accidents à l'avenir.

Notes:

1] La Russie, l'Inde et l'Iran vont créer une alternative au canal de Suez.

[2] https://tass.ru/mezhdunarodnaya-panorama/11079293

[3] http://isracanal.com/index/ehkonomika/0-8

[4] http://isracanal.com/

Un sabir nomade contre les langues nationale et vernaculaires

Ministere_1.jpg

Un sabir nomade contre les langues nationale et vernaculaires

par Georges FELTIN-TRACOL

Ex: http://www.europemaxima.com

Saisi à l’instigation du cabinet du ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, par une soixantaine de députés de la majorité présidentielle parmi lesquels Aurore Bergé et le très manuel Benjamin Griveaux dont ce fut l’ultime râle politicien avant de démissionner du Palais-Bourbon, le Conseil constitutionnel a annulé divers points de la loi portant sur la protection patrimoniale des langues régionales et leur promotion, le 21 mai dernier.

Le Parlement avait auparavant approuvé la proposition de loi du député du Morbihan Paul Molac, affilié au groupe transpartisan « Libertés et Territoires ». Les neuf « vigies » du Régime proscrivent les signes diacritiques dont le tilde, et déclarent inconstitutionnelle une pratique pédagogique innovante : l’enseignement immersif. Les écoles primaires en alsacien, en basque, en breton, en catalan, en corse, en néerlandais, en occitan et en créoles deviennent de fait hors-la-loi.

1650417_2012032811805000-1.jpg

Le samedi 29 mai, des milliers de manifestants ont défilé de Guingamp à Bastia, de Pau à Perpignan, de Bayonne à Strasbourg, pour défendre l’existence de ces écoles privés sous contrat. Ces établissements scolaires connaissent un indéniable succès auprès de parents souvent bo-bo qui, en bonne conscience, y inscrivent leurs enfants afin de ne pas les envoyer à l’école publique de secteur multiculturalisée déclinante…

Le choix du Conseil constitutionnel relance le sujet de la ratification française de la Convention européenne des langues régionales et minoritaires déjà envisagée sous la cohabitation Chirac – Jospin. Par « langues minoritaires », il faut entendre les langues de l’immigration extra-européenne. Si les panneaux de signalisation routière peuvent être rédigés en breton ou en occitan, pourquoi pas en wolof ou en hindi ? Ainsi faut-il bien différencier les langues régionales (ou parlers vernaculaires) des langues minoritaires. Autant les premières sont légitimes, autant les secondes, issues de l’immigration de peuplement, ne doivent bénéficier d’aucun avantage. Certes, certains voient dans le soutien aux langues régionales une manœuvre subtile de briser le cadre politique national. Ce n’est pas faux. Maints mouvements régionalistes, autonomistes et indépendantistes témoignent de leurs opinions progressistes et cosmopolites. On retrouve néanmoins cette perception commune chez les souverainistes républicains et chez les tenants de l’euro-mondialisme.

Le Conseil constitutionnel motive sa position en spécifiant que « les particuliers ne peuvent se prévaloir, dans leurs relations avec les administrations et les services publics, d’un droit à l’usage d’une langue autre que le français, ni être contraints à un tel usage ». Dont acte ! Mais comment réagir alors à la propagande en faveur de l’écriture inclusive ? Cette fumisterie est-elle constitutionnelle ? Et puis, pourquoi la nouvelle carte nationale d’identité supposée infalsifiable est-elle co-écrite en français et en anglais ?

Par la grâce du Brexit, depuis le 1er janvier dernier, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord n’appartient plus à l’Union dite européenne. Cette plaisante nouvelle aurait dû s’accompagner de la fin de l’hégémonie de la langue anglaise dans les institutions communautaires puisque aucun des Vingt-Sept États membres ne l’utilisent de manière officielle. L’Irlande, Malte et Chypre la pratiquent comme simple langue d’usage. Or, non seulement la Commission de Bruxelles continue à travailler dans la langue de Shakespeare et le Parlement européen adopte des documents uniquement rédigés dans cette langue, mais le récent Parquet européen anti-corruption l’emploie aussi.

Cette préférence linguistique inouïe favorise la conception anglo-saxonne du droit aux dépens du corpus juridique continental d’origine romaine. La nouvelle carte d’identité plastifiée porte par ailleurs dans un coin en haut le F de France au centre du drapeau de l’Union non-européenne comme s’il s’agissait d’une simple province de l’Eurocratie atlantiste. Faut-il en comprendre l’inefficacité flagrante de la loi Toubon de 1994 qui insiste sur la traduction systématique des termes, titres et noms étrangers en français, et la généralisation d’un déplorable franglais ? Le ministère de l’Intérieur n’hésite plus à violer l’article 2 de la Constitution de 1958 qui fait de la langue de Baudelaire la langue officielle.

690.jpg

Pour quelles raisons le ministère de l’Intérieur a-t-il choisi l’anglais et non pas l’allemand, l’espagnol, l’italien ou le coréen de Pyongyang ? Il est même inacceptable qu’à l’instar du passeport, un papier officiel utilisé par l’ensemble de la population française en France soit rédigé dans une langue étrangère. Ce détail guère anecdotique confirme l’extrême servilité de l’exécutif et de la haute-administration envers les intérêts anglo-saxons de la City, de Wall Street, du Capitole et de Hollywood. La place Beauvau abolit l’ordonnance royale de Villers-Cotterêts de 1539 prise par François Premier.

Outre que l’actuel gouvernement hexagonal se met à dos tous les défenseurs des langues vernaculaires, il provoque en même temps les partisans de la langue française et n’hésite même plus à cracher au visage des peuples de la Francité d’Amérique. Hors du Québec, bureaucrates obtus et politicards anglophones aigris, souvent chantres zélés du multiculturalisme, bafouent, contestent et nient les droits culturels fondamentaux des Acadiens et des autres minorités francophones de l’Ouest canadien.

L’avenir d’une langue française, nettoyée des métastases de l’inclusivité scripturale, dépend aussi du sort des gosiers vernaculaires de l’ethnie française outre-Atlantique, et de l’engouement pour les langues régionales, fussent-elles codifiées et normalisées. Les institutions de l’Hexagone se doivent de reconnaître officiellement la pluralité linguistique autochtone. Et exigeons du ministère de l’Intérieur que la prochaine carte nationale d’identité soit entièrement en français !

Georges Feltin-Tracol

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 218, mise en ligne sur TVLibertés, le 8 juin 2021.

dimanche, 13 juin 2021

Le menu est uniquement américain, l'Europe n'existe pas!

B9727322746Z.1_20210611195741_000+G1RIACUK8.1-0.jpg

Le menu est uniquement américain, l'Europe n'existe pas!

par Alberto Negri

Source : The Manifesto & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-menu-e-solo-americano-l-europa-non-c-e

Sommet de l'OTAN. La réunion de l'alliance atlantique s'ouvre sous les "meilleurs auspices". Outre l'ennemi numéro un, la Chine, et l'ennemi traditionnel, la Russie, on peut aussi penser qu'une nouvelle campagne humanitaire du front des "démocraties libérales" va s'enclencher pour exporter peut-être davantage de déstabilisation, après l'Afghanistan, l'Irak, la Syrie et la Libye. L'Europe n'aime pas ça, mais elle acquiesce. 

Le sommet de l'OTAN de demain à Bruxelles, précédé du G-7 en Cornouailles, commence par deux ou trois plaisanteries et une chose sérieuse. Ce qui est grave, c'est que le chef du Pentagone, Lloyd Austin, a signé une directive alertant les forces militaires pour qu'elles considèrent la Chine comme le défi numéro un des États-Unis et de l'Occident.

Dans le "paquet" proposé par les Etats-Unis de Biden au sommet de l'OTAN, il y a évidemment aussi la "cible Russie", avec l'idée d'une alliance entre les "démocraties libérales" européennes à déployer contre Pékin et Moscou. L'idée d'un élargissement de l'OTAN vers l'est est toujours présente à l'esprit, ce qui ne fera que raidir le Kremlin en vue du prochain sommet entre Biden et Poutine.

Ce que l'Europe gagne de cette "perspective" de futures relations avec la Russie et la Chine n'est pas du tout clair. Étant donné qu'entre autres choses, l'Alliance atlantique se retire de l'Afghanistan, manoeuvre qui n'a pas été sanctionnée par les pays de l'OTAN mais par les négociations des Américains au Qatar avec les Talibans. Les Européens n'ont rien décidé, sauf le jour de la cérémonie de descente du drapeau.

Cela signifie que les États-Unis, lorsqu'il y a quelque chose à établir, le font par eux-mêmes et le communiquent ensuite aux autres qui doivent engloutir leur menu, qu'ils le veuillent ou non.

Et voici le menu américain. M. Biden a appelé les autres dirigeants à envoyer un message réprobateur contre le "travail forcé" et le traitement réservé par Pékin à la minorité musulmane ouïghoure du Xinjiang. Comme étape supplémentaire, il a présenté une "route de la soie" occidentale. Derrière cet humanitarisme apparent se cache un nouveau piège: les Talibans, qui n'ont jamais été dissociés dans les faits d'Al-Qaïda, et d'Isis, répandu dans la province du Khorasan, peuvent devenir un instrument de déstabilisation avec les djihadistes du Xinjiang musulman.

En laissant peut-être en place la Turquie d'Erdogan, un membre de l'OTAN qui est devenu le grand manœuvrier des djihadistes entre la Syrie et la Libye. En bref, même depuis la défaite en Afghanistan, rien n'est jeté et tout peut être recyclé.

000_1SU9PJ.jpg

Le sommet de l'OTAN s'ouvre sous les "meilleurs auspices". Outre l'ennemi numéro un, la Chine, et l'ennemi traditionnel, la Russie, on peut aussi penser à une nouvelle campagne humanitaire du front des "démocraties libérales" pour exporter peut-être une autre déstabilisation, après l'Afghanistan, l'Irak, la Syrie et la Libye. Une chaîne d'échecs dévastateurs. Et en plus, les États-Unis gagnent économiquement, peut-être nous, Européens, un peu moins.

Parce que l'Europe a "ses" intérêts économico-commerciaux avec la Chine et ne veut pas couper les ponts avec Pékin, à tel point qu'en 2020, la Chine a dépassé les États-Unis et est devenue le premier partenaire commercial de l'Union. La réalité est que les États-Unis, en particulier dans le secteur technologique, font pression sur les Européens: du jour au lendemain, il faut acheter "américain".

Le sommet atlantique de Bruxelles sera l'occasion de réitérer ce message. Nous l'entendrons probablement lors de la rencontre entre Biden et Erdogan, qui a acheté des batteries antimissiles S-400 à Poutine. On en a eu un avant-goût lors de la rencontre dans le port sicilien d'Augusta où, sur le plus grand porte-avions d'Europe, le Queen Elisabeth britannique, le ministre de la Défense Guerini et deux de ses collègues, le Britannique Ben Wallace et le Turc Hulusi Akar, se sont rencontrés. Biden déteste Erdogan mais ils finiront par trouver un accord car la Turquie est opposée à la Russie sur trois fronts, la Syrie, la Libye et l'Azerbaïdjan, et même l'Italie s'arrangera avec Erdogan en échangeant peut-être les parts de gaz d'ENI dans la mer contestée de Chypre avec quelques concessions en Libye où la Turquie a une sorte de protectorat sur la Tripolitaine.

Et nous en arrivons aux blagues. L'existence d'une politique étrangère européenne fait rire tout le monde. Merkel est en liquidation, Macron se porte mal et Johnson est plus transatlantique que jamais grâce au Brexit. S'il est vrai que les États-Unis ont suspendu pour l'instant les sanctions contre le gazoduc North Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne, Washington n'a certainement pas renoncé à faire exploser le projet en nommant Amos Hochstein, un ancien conseiller d'Obama et de Biden, comme envoyé spécial pour les affaires énergétiques.

maxramho.jpg

Hochstein (photo) a siégé au conseil de surveillance du géant ukrainien de l'énergie Naftogaz. Et comme tout le monde le sait, le fils de Biden, Hunter, a été impliqué dans des transactions gazières louches en Ukraine. Hochstein a été l'homme de l'ombre de Biden dans le secteur de l'énergie. Cet ancien officier de l'armée israélienne est celui qui a déjà fait sauter le South Stream avec Moscou (2 milliards de commandes de Saipem) : attention, il n'est pas écologiste, il sponsorise le pipeline Tap.

La dernière histoire nous concerne directement, nous Italiens. Biden a promis à Draghi un soutien total sur la Libye ; le président américain n'est incertain que sur un point: raconter ou non au premier ministre la blague sur la "salle de contrôle italienne" déjà promise par Obama et Trump. Et ce après avoir bombardé Kadhafi en 2011 avec la France et la Grande-Bretagne. Entre-temps, le fils de Kadhafi, Seif Islam, aimerait se présenter à la présidence, soutenu par l'actuel premier ministre Dbeibah qui a dirigé l'une des sociétés d'investissement de Seif. Vous pouvez voir dans quelles mains nous nous trouvons.

Carlos X. Blanco : "Le libéralisme, si bien revendiqué aujourd'hui par VOX ou le PP, est une honte pour l'Humanité"

41KI7Nwh0wS._SX322_BO1,204,203,200_.jpg

Carlos X. Blanco : "Le libéralisme, si bien revendiqué aujourd'hui par VOX ou le PP, est une honte pour l'Humanité"

Propos recueillis par Javier de la Calle

Ex: http://ramblalibre.com/2021/06/06/carlos-x-blanco-el-liberalismo-tan-reivindicado-hoy-vox-o-el-pp-es-una-verguenza-para-la-humanidad/

Carlos X. Blanco, docteur et professeur de philosophie, vient de présenter son dernier essai controversé intitulé El virus del liberalismo.  Il s'agit d'un travail corrosif et dévastateur contre une idéologie qui est devenue, de nos jours, l'un des plus grands dangers pour l'Humanité.

Pourquoi un livre contre le libéralisme ?

Parce que j'en ai assez de la pensée unique, hégémonique, qui domine les deux bancs, la droite et la gauche. Cette Pensée Unique change de costume, se maquille selon les occasions, mais elle signifie toujours la même chose : une agression contre les peuples, un asservissement progressif des classes productrices (notamment les ouvriers, les paysans, les indépendants, les petits et moyens patrons). Le libéralisme qui se niche dans les rangs de la droite est le même chien à col bleu, le même chien plein de gale et de rage que celui qui met un col rouge.

Nous devons commencer par condamner les crimes du libéralisme. Il est très aisé de le faire avec les crimes du communisme et du fascisme. Comme il est facile de battre les morts! Quand en Espagne le PSOE et Podemos veulent vaincre Franco au 21ème siècle, maintenant, quand presque plus personne ne se réclame du franquisme et qu'il n'y a plus de fusils " fascistes " pour s'opposer aux attaques de cette gauche courageuse, alors il faut parler d'une pseudo-gauche lunatique qui, économiquement et essentiellement, est libérale, même si elle porte une cravate rouge. Mais, symétriquement, lorsque la droite écrit à grands titres qu'Iglesias est un "communiste", ou que le grand danger de Sánchez est son idéologie néo-stalinienne ou marxiste, on ne sait pas s'il faut en rire ou en pleurer... C'est-à-dire qu'il s'avère que, au moins au niveau rhétorique et propagandiste, le communisme et le fascisme sont toujours des dangers ou des ennemis à abattre, mais pas le libéralisme.

Et je me demande comment il se fait que personne, sur les bancs des rouges et des bleus, ou des orange ou des violets, ne lance une condamnation des plus énergiques du libéralisme, cause de tant de misère et de mort ? Parce que le libéralisme se niche dans les deux camps, en apparence opposés.

Ce sous-produit intellectuel du monde anglo-saxon s'est d'abord épanoui dans les cortex cérébraux puritains à l'ère moderne. C'est précisément lorsque les tyrans les plus abjects de la chrétienté, les Anglais, ont pu liquider la résistance du peuple, de l'Église, de la petite noblesse rurale, que le génocide libéral a commencé. L'Empire espagnol a essayé de réveiller le monde catholique pour défendre les valeurs de la civilisation, et pour arrêter le génocide libéral, parce que, depuis l'Angleterre, a commencé -aux 16ème et 17ème siècles- un véritable génocide des pauvres et a démarré un plan de harcèlement à mort de notre Empire. Les paysans ont été expulsés de leurs terres, louées à la même famille depuis des siècles, expulsés à la pointe de l'épée et, plus tard, à la pointe des baïonnettes. Les rois et la haute noblesse utilisaient leur Parlement pour transformer les terres fertiles en terrains de chasse ou les friches en latifundia et ainsi générer violemment et artificiellement la nouvelle classe ouvrière qui n'aurait d'autre choix que d'affluer vers les banlieues pour mendier des emplois de pacotille dans l'industrie et la fabrication naissantes. Il s'agit d'un processus que Marx a appelé "Accumulation originelle", qui comprenait le génocide d'une grande partie de la nation irlandaise, ainsi que d'autres peuples des îles britanniques, et le début d'un esclavage encouragé par l'État de la perfide Albion lui-même. C'est un fait bien connu que dans les colonies britanniques, il y avait des esclaves blancs (irlandais, mais aussi venus d'ailleurs) moins chers et plus maltraités que les nombreux esclaves de couleur, des esclaves mal nourris forcés de s'hybrider avec des noirs, pour générer de la force de travail dans ces territoires. Le libéralisme a commencé de cette façon, si humainement...

img_9296.jpg

21children-picking-cotton-in-texas-in-1913-often-falsely-claimed-to-be-irish-slave-children-by-purveyors-of-the-irish-slavery-myth.-humanities-texas-1.jpg

Le libéralisme, tant vanté aujourd'hui par notre droite, celle de VOX ou du PP, par exemple, est une honte pour l'Humanité. Il n'est en aucun cas synonyme de "démocratie", et notre maître en philosophie, Ortega, l'a souligné. Toute l'histoire des Britanniques au 19ème siècle est l'histoire d'un libéralisme sans démocratie, où l'État, avec toutes ses institutions - Couronne, armée, Parlement, etc. - est mis au service d'une logique purement économique du profit, qui l'emporte sur la foi, la moralité, la dignité humaine, le piétinement de la tradition ou toute autre valeur autrefois considérée comme suprême. Le problème est que, sans nommer si souvent le terme "libéralisme", mais en appliquant ses règles à la lettre, ces déchets idéologiques sont également très présents à gauche. Mon livre, récemment publié chez "Letras Inquietas", tente de mettre en garde contre ce virus.

Quelle serait votre définition du libéralisme ?

C'est une idéologie politique qui vise à imposer, par la force si nécessaire, mais aussi par la persuasion et le lavage de cerveau, la réification générale de toutes les entités du monde qui ne peuvent prendre une valeur d'échange, sous peine de dégradation pénale. Les entités qui ne peuvent et ne doivent pas être réifiées sont: la Terre (la nature, dont il faut prendre soin plutôt que de la valoriser économiquement), l'Homme (qui est un être fait à l'image et à la ressemblance de Dieu et dont le corps, l'âme et l'activité, qui inclut le Travail, sont des entités qui n'ont pas de prix, car leur valeur est infinie). La façon dont l'Homme et la Terre sont mutuellement liés, et créent des traditions, des cultures, des institutions naturelles, etc. sont également des barrières naturelles à la réification. Et la réification chez l'homme, c'est l'asservissement, sa transformation en marchandise. Le libéralisme vise à supprimer l'homme et la nature, car il s'agit d'une idéologie très semblable aux lunettes magiques: une fois qu'on les a chaussées, on ne voit plus que des marchandises ou des sources de profit.

En quoi le libéralisme est-il semblable à un virus ?

En ce sens qu'il s'agit d'une idéologie parasitaire, elle n'a pas de vie propre, peu importe le nombre de contes de bonne femme qu'on nous raconte sur les marchés autorégulateurs, les mains invisibles, comme celles d'Adam Smith, etc. Il s'agit d'une idéologie qui infecte de façon virale une société traditionnelle et la transforme de fond en comble, en quelques années, en dégradant les sources de solidarité entre les personnes, en détruisant les familles et les modes de production empreintes de dignité, en transformant en esclaves du capital des masses de personnes qui, il n'y a pas si longtemps, possédaient leurs propres modes de vie et leur propre manière subtile - longuement élaborée - de se rapporter à l'environnement, leurs propres manières de vivre de lui et avec lui. Le libéralisme ne crée pas sa propre et nouvelle culture, mais se nourrit des restes des civilisations précédentes, dont il suce le sang comme le font les vampires. Elle transforme en pseudomorphoses ce qui, il n'y a pas si longtemps, était des structures organiques, propres de sociétés saines et de civilisations grandioses. Par exemple, sur le cadavre de l'Espagne traditionnelle, les déstructurations du 19ème siècle ont aboli le passé rural issu de la Reconquête, où la milice, la foi et le travail de la terre s'entremêlaient. De même, la création d'une classe bourgeoise inepte, corrompue et vile à Madrid, résultat de dés-amortissements criminels, a ruiné l'héritage fondamental des anciennes classes nobles, des paysans libres et des congrégations religieuses, qui exerçaient un doux gouvernement paternel de la terre et des villages. Le latifundisme du sud de l'Espagne est plutôt un effet immédiat du libéralisme, et non du "féodalisme", et coïncide avec cette classe parasitaire anoblie, une caste de tyrolévites de la Cour de Madrid, qui ne pouvait guère s'entendre avec le paysan et le propriétaire terrien libres, ainsi qu'avec l'hidalgo rural, surtout du nord, qui n'avait pas besoin de faire de la lèche à Madrid. D'où les guerres carlistes.

lacar-volvio.jpg

En théorie, le libéralisme est divisé en différentes familles (minarchistes, anarcho-capitalistes, néo-libéraux, etc.). Font-ils tous partie du problème ou peuvent-ils tous faire partie de la solution ?

C'est le même virus, qui subit des mutations. Et il ne faut jamais se fier à leurs proclamations anti-étatistes. Le libéralisme exige de posséder l'État, et son monopole de la violence, par le biais de l'appareil de répression et, maintenant de plus en plus, de l'appareil d'endoctrinement (qui est une répression au niveau cérébral) se démantèle, et il le fait dans les domaines où il doit laisser le champ libre à la spéculation, à la privatisation, à la réification. L'accumulation originelle des 16ème et 17ème siècles, qui a ouvert la voie au capitalisme et mis fin à l'ordre ancien, s'est exercée à partir du pouvoir fort d'un État absolutiste, aux ordres duquel se trouvaient les soldats, les juges, les policiers.....

Cela ressemble à ce que Marcelo Gullo nous explique à propos de l'insubordination fondatrice. Les puissances capitalistes dominantes (Angleterre, USA) prêchent toujours l'abolition des tarifs douaniers, la suppression des taxes, l'élimination du protectionnisme... mais ce sont les autres qui doivent l'appliquer ! Pas eux ! Les exportateurs de libéralisme sont des pays qui font très attention à ne pas être protectionnistes et interventionnistes dans leurs propres affaires. Il en va de même pour le rôle de l'État. Que l'État disparaisse en matière de couverture sociale... c'est bien, mais aussi que l'État se réserve sa fonction d'imposer le libéralisme, avec la loi du bâton si nécessaire. C'est ainsi que le libéralisme a toujours agi, avec ce double standard.

D_NQ_NP_668612-MLU41178180145_032020-O.jpg

En quoi le libéralisme a-t-il contribué à la destruction des valeurs européennes en général et des valeurs hispaniques en particulier ?

D'une manière absolue, implacable et féroce. L'Espagne, en particulier, était une possibilité en soi pour faire émerger une "autre modernité", avec la possibilité de passer d'une civilisation catholique éminemment rurale et guerrière à une chrétienté plus urbanisée, au développement technologique et à l'interconnexion de la planète (découverte du Nouveau Monde et tour du monde). Les valeurs de la dignité humaine, la condition humaine de créature rationnelle et libre, qui inclut la libre disposition de son travail et la propriété privée... tout cela aurait pu être défendu dans un empire agglutinant, comme l'empire hispanique, complémentaire du Saint Empire romain germanique. Mais avec le libéralisme est apparue la maladie: l'individualisme, où l'atome social est géré uniquement en termes d'argent. Tout s'achète, même la volonté, le corps des autres, l'amour et les idées...

Dans le cas particulier de l'Espagne, quel a été le rôle joué par le libéralisme dans l'imposition du Régime de 78 dont les effets ont été, en termes nationaux, économiques, sociaux et culturels, dévastateurs ?

Le libéralisme est organisé à l'échelle mondiale et dispose d'États gendarmes et d'organisations semi-secrètes qui surveillent les pays qui, sous quelque forme que ce soit, sortent du script, comme cela s'est produit avec l'Espagne du vieux Franco. La maison d'édition "Letras Inquietas" a publié et traduit des rapports de la CIA, récemment déclassifiés, qui illustrent bien cette situation. Le franquisme lui-même trahissait ses propres principes fondateurs et cédait au libéralisme international. Pour les États-Unis et le consortium mondial néolibéral, il ne suffisait pas qu'un État, comme l'État espagnol, défende la propriété privée et la libre entreprise, toujours en accord avec le bien commun et l'engagement social, et devienne un ennemi déclaré du communisme. Il fallait devenir une colonie de la finance mondiale, s'éloigner du protectionnisme et que toutes sortes de capitaux étrangers deviennent maîtres du pays. Aujourd'hui, le libéralisme mondial ne s'intéresse même plus à l'Espagne en tant qu'entité unie: la centrifugation qui a commencé avec les Bourbons et le déclin de la véritable monarchie hispanique, celle des Habsbourg, les véritables héritiers du trône de Pelayo, ne fait que s'accélérer. Nous sommes pratiquement une colonie, pas seulement de Bruxelles et de Washington. Nous sommes aussi une colonie de Rabat. Dès qu'un nouveau président du gouvernement espagnol est nommé, il lui parait nécessaire et impérieuxde se rendre à Rabat pour rendre hommage au trône chérifain et garantir le paiement de la taifa correspondante.

Après la chute du mur de Berlin et l'effondrement du communisme, est venue "la fin de l'histoire" prophétisée par Francis Fukuyama. Et pendant plusieurs décennies, il semblait que le libéralisme serait la seule idéologie. Cependant, une alternative et une opposition intellectuelle et politique à celle-ci a éclaté avec force sous divers noms et formes (illibéralisme, alt-right, populisme, identitarisme, etc.) .....

Attention, car pas mal de ces populismes et mouvements "ni de gauche ni de droite" sont encore profondément imprégnés d'idéologie anglo-saxonne, infectés par le virus du libéralisme, et vivent sous une colonisation mentale d'origine anglo-saxonne, qui avec un verbiage plus ou moins "patriotique" ou "identitaire", soutiennent l'existence de la cause même des maux, avec laquelle les maux persisteront: le monde comme marché, l'action des transnationales, le pouvoir des requins de la finance, des grandes entreprises technologiques, le rôle des USA comme gendarmes de l'"Occident" .... Ils veulent, par exemple, que les émigrants non européens ne viennent pas, parce qu'ils les considèrent comme non éduqués, inesthétiques, culturellement étrangers ou potentiellement criminels, mais au lieu de cela, ils promeuvent une ingénierie sociale contraire à la famille, à la natalité, au distributisme, à la vie paysanne... c'est-à-dire qu'ils ne font rien pour résoudre le désert démographique et la crise simultanée de la virilité et de la féminité européennes. Ils font partie du problème.

1136_gettyimages-89861584.jpg

Quelle est la relation entre le libéralisme et le nouvel ordre mondial mondialisé et multiculturel qui nous emporte ?

Ce NOM est le libéralisme lui-même, porté à son expression maximale, armé des nouveaux outils de contrôle social, en particulier de la cooptation et du kidnapping mental des enfants et des jeunes (accès généralisé à Internet pour les moins de 18 ans, distribution gratuite de pornographie et de réseaux sociaux aux enfants, africanisation musicale et, en général, esthétique, promesses d'un salaire à vie sans avoir à travailler, passage d'examens sans étude, obtention de diplômes académiques même si l'on ne passe pas les épreuves, manipulation de l'histoire et "formatage" du système de valeurs des "anciens" ..... ). Tout cela constitue les symptômes du libéralisme du 21ème siècle. C'est l'équivalent actuel de l'expulsion des villageois de leurs terres pour en faire des prolétaires d'usine ou des esclaves blancs dans les colonies anglaises... Mais maintenant ils ne veulent pas faire des prolétaires: ils veulent former une populace qui collabore à un remplacement ethnique de l'Europe, qui devient stérile, indolente et commercialisable.

Carlos X. Blanco : El virus del liberalismo : Un virus recorre el mundo. Letras Inquietas (mai 2021).

Pour commander l'ouvrage: https://www.amazon.es/El-virus-del-liberalismo-Inquietas/dp/B095NRTMQ8?__mk_es_ES=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&dchild=1&keywords=El+virus+del+liberalismo&qid=1622453687&s=books&sr=1-1&linkCode=ll1&tag=microprensa-21&linkId=20f64a211f56675edd586b6c86f739a6&language=es_ES&ref_=as_li_ss_tl

 

L'Institut Iliade et l'économie

colloque-iliade8-16-9-1024x576.jpg

L'Institut Iliade et l'économie

Les penseurs économiques hétérodoxes

 
« Un marchand n’est nécessairement citoyen d’aucun pays en particulier. Il lui est, en grande partie indifférent en quel lieu il tienne son commerce. » Derrière cette citation datant de 1776, se cache Adam Smith, père de la théorie économique moderne. Malgré sa portée retentissante, l’œuvre de Smith, et celle de ses continuateurs, ne doit pas être prise pour parole d’Evangile. La théorie de cet économiste écossais, aujourd’hui omniprésente, met au pinacle l’homme égoïste et individualiste, dont les actions trouveraient leur sens au sein d’un marché autorégulateur et impersonnel. (...)
 

La place de l’économie dans la plus ancienne tradition européenne

 
 
Mythes et dieux de la troisième fonction : la place de l’économie dans la plus ancienne tradition européenne. Vidéo projetée lors du VIIIème colloque annuel de l'Institut Iliade, samedi 29 mai 2021. "Les mythes antiques ne sont pas seulement de belles histoires. Ils expriment une vision du monde, celle des peuples fondateurs de la civilisation européenne. Grecs et Latins, Celtes et Germains, Baltes et Slaves partagent des représentations communes, héritées de leurs ancêtres indo-européens. Pour tous ces peuples, l’ordre du monde s’articule autour de trois fonctions hiérarchiquement ordonnées, nécessaires à l’équilibre de l’univers et au bon fonctionnement de la société.
 
La première fonction renvoie à l’exercice de la souveraineté, la seconde à la pratique des vertus guerrières. La troisième fonction est le domaine de la production et de la reproduction, de la richesse et de la volupté, de l’abondance et de la paix. Subordonnée aux deux premières fonctions, elle forme avec elles un ensemble harmonieux, et joue un rôle central dans le destin de nos peuples. Les multiples dieux et déesses de la troisième fonction président à la fertilité de la terre et à la clémence des éléments, à l’abondance du bétail et à la fécondité des couples humains, aux travaux des artisans et aux échanges commerciaux. Ils protègent les foyers et sont garants de l’opulence des royaumes.
 
Les Grecs honorent Déméter, déesse des moissons, image de la terre nourricière. Ils érigent dans leurs maisons des autels à Hestia, déesse du foyer domestique. Ils rendent un culte à Hermès, gardien des routes et des carrefours, dieu des voyageurs et des commerçants. Ils vénèrent Aphrodite, déesse de l’amour, amante de Dionysos, dieu de la vigne et du vin. Ils invoquent la protection des Dioscures, jumeaux divins qui veillent sur les marins dans les situations désespérées. Ils connaissent la puissance de Poséidon, maître des océans, ou celle d’Héphaïstos, forgeron des dieux. Des figures du même ordre apparaissent dans toutes les mythologies européennes. Chez les Romains, ce sont Vénus, Bacchus, Cérès, Neptune ou Quirinus, dont le temple se dresse sur la colline du Quirinal. Chez les Celtes, c’est la déesse bienfaitrice Dana, figure primordiale du peuple sacré des Tuatha Dé Danann. Chez les Slaves, Vélès est le dieu du bétail et de la richesse, le protecteur des marchands et des paysans ; sa statue est décorée chaque année d’une barbe faite d’épis de blés.
 
Chez les Germains du Nord, Freyr, fils de Njord et ancêtre des premiers rois d’Upsal, assure la prospérité de la Suède. Mais les divinités de la troisième fonction possèdent également un côté plus sombre : souvent liées à la terre, elles le sont également au monde des morts. Les forces naturelles qui leur sont attachées peuvent apporter aux hommes le bonheur, mais aussi le désastre lorsqu’elles se déchainent de manière incontrôlée. Poséidon sème la mort en provoquant des tremblements de terre. Dionysos est le dieu de l’ivresse et de la fureur. Hermès, dieu des voleurs, conduit les âmes aux enfers. Car la troisième fonction, comme tout ce qui touche au domaine de l’élémentaire, doit demeurer sous le contrôle de divinités souveraines, garantes de la mesure et de l’ordre naturel. Dans le vieux poème nordique de la Voluspá, les dieux tentent en vain de brûler à trois reprises la magicienne Gullveig, dont le nom signifie « ivresse de l’or ». Cet épisode déclenche la première guerre du monde, opposant les dieux des deux premières fonctions à ceux de la troisième. Les deux camps se réconcilient finalement, fondant un nouvel ordre où chaque camp trouve sa place, sous l’égide d’Odin, incarnation de la fonction souveraine. Telle est la grande leçon de la sagesse antique : pour que l’ordre l’emporte sur le chaos, l’être doit prendre le pas sur l’avoir ; l’économie doit remplir sa fonction, mais demeurer subordonnée au politique."
 
Henri LEVAVASSEUR
 

Sciences économiques ou économie politique ? Politique d’abord !

 
Introduction au VIIIème colloque annuel de l'Institut Iliade, samedi 29 mai 2021, par Jean-Yves Le Gallou.
Texte de l'intervention à retrouver ici : https://institut-iliade.com/sciences-...
 

« Capitalisme moderne et société de marché » : un nouvel essai éclairant de Guillaume Travers

 
Au-delà de Marx, Guillaume Travers nous incite, avec René Guénon, Werner Sombart, Julius Evola ou Charles Péguy, à penser la modernité capitaliste comme une régression spirituelle autant que comme un équarrissoir des peuples et de leurs traditions. Il importe de réenchanter le monde. Galvanisant !
 
A retrouver dans la boutique Iliade : https://boutique.institut-iliade.com/...
 

Les nouvelles formes du travail : aliénation ou libération ?

 
 
Intervention de Philippe Schleiter, prononcée lors du VIIIème colloque annuel de l'Institut Iliade, samedi 29 mai 2021.
 
 

La revue de presse de CD - 13 juin 2021

4020-0cervenRobKomala-2000x1200.jpg

La revue de presse de CD

13 juin 2021

DESINFORMATION

La sécurité nationale comme prétexte pour limiter la liberté d’expression

La création d’une agence nationale de lutte contre les manipulations de l’information en provenance de l’étranger, en vue, notamment, de la présidentielle 2022 représente un énorme danger pour la liberté d’expression politique en France.

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2021/06/08/399120-la-securit...

« L’Espagne pourrait devenir la Hongrie de la Méditerranée ». Entretien avec Jónatham Moriche

Jónatham Moriche est écrivain, analyste politique, et un observateur avisé des gauches espagnoles. Il commente les conséquences du scrutin du 4 mai aux élections régionales de Madrid.

Le Vent se Lève

https://lvsl.fr/lespagne-pourrait-devenir-la-hongrie-de-l...

surveillance-antivirus-NSA-Snowden.jpeg

ESPIONNAGE

Européens espionnés par la NSA : « Dans l’univers numérisé, la notion d’allié n’existe pas »

Pour Nicolas Arpagian, de l’École de guerre économique (EGE), spécialiste de la cybersécurité (1), les affaires avérées d’écoutes massives de dirigeants européens par la NSA entre 2012 et 2014 n’ont pas permis de mettre un terme à cette pratique. Les Européens sont moins naïfs, mieux équipés, mais toujours très divisés.

La Croix.com

https://www.la-croix.com/Monde/Europeens-espionnes-NSA-lu...

FRANCE

Instruction en famille : l’acharnement contre la liberté éducative continue

Le choix de l’instruction en famille est un choix éducatif légitime. Comme tous les autres choix parentaux, il appartient aux parents.

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2021/06/04/398915-instructio...

Absentéisme à l’Assemblée nationale et inflation législative : deux plaies démocratiques

L’absentéisme au sein de l’Assemblée nationale ainsi que l’inflation législative sont deux phénomènes majeurs et regrettables.

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2021/06/04/398951-absenteism...

Notre chaîne pénale est-elle en voie d'obsolescence ? 

Ces dernières semaines, le pouvoir judiciaire était l’objet de critiques souvent légitimes. L’appareil répressif submergé et inefficace, ainsi que l’idéologie sous-jacente, amènent à un changement de modèle profond. Par Béatrice Brugère, magistrate.

Front Populaire.fr

https://frontpopulaire.fr/o/Content/co535870/notre-chaine...

Pass sanitaire, ou comment s’asseoir sur l’éthique

Le gouvernement a fini par réussir à imposer le pass sanitaire. En transformant le passeport vaccinal en pass sanitaire, moins fermé, il tient formellement parole sur la non-obligation vaccinale. Pour cela il intègre d’emblée la guérison naturelle de l’infection et la possibilité d’un test négatif. Grâce à cela, il court-circuite le débat sur l’éthique de la vaccination de masse que le pass implique, et il essaie d’éviter de braquer ceux qui ne veulent pas être vaccinés.

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2021/06/10/399296-pass-sanit...

pergelisol-nsidc_cle41b1ec.jpg

GEOPOLITIQUE

Mare Nostrum

Les nouveaux rois de Thulé, je veux dire les ministres des Affaires étrangères des huit pays membres du Conseil de l’Arctique, viennent de se réunir à Reykjavik. Ils y ont rendu publique le 20 mai une déclaration commune qui juxtapose des lieux communs et des autocongratulations qui ne changeront pas l’avenir de la planète, de l’humanité ni des ours polaires. L’Arctique ne passionnait sans doute pas grand monde il y a dix jours et la réunion avait surtout pour intérêt de permettre à MM. Blinken et Lavrov de préparer une rencontre entre MM. Biden et Poutine. Tels des joueurs de go déposant leurs premières pierres, l’un a affirmé que l’Arctique est « une zone d’influence légitime », l’autre qu’il faut « éviter une militarisation de l’Arctique ».

Geopragma

https://geopragma.fr/mare-nostrum/

MEDIA

Julian Assange. Portrait d’un combattant de la liberté d’information

Avant Edward Snowden, avant Bradley Manning, il y avait Julian Assange. Ancien informaticien et hacker, fondateur de la plateforme WikiLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gouvernement américain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak. En 2010, il fait fuiter près de 400 000 documents classifiés de l’armée américaine, portant sur le conflit qui a débuté en mars 2003. Tortures, crimes de guerre, massacres sont révélés au grand public. L’épée de Damoclès de la demande d’extradition américaine pèse sur l’activiste, à la santé désormais précaire, alors qu’il est incarcéré dans une prison de haute sécurité britannique depuis 2019, au grand dam de ses nombreux soutiens à travers le monde. Portrait.

OJIM

https://www.ojim.fr/portraits/julian-assange-master-hacke...

minsk-header.jpg

RUSSIE

Bélarus : marches de l’Europe ou glacis soviétique ?

La confusion est trop souvent faite lorsque l’on évoque le Bélarus qui reprit son nom en 1991 après 70 ans de République Populaire de Biélorussie, renommée ainsi par les Soviets en 1919 après son invasion par l’Armée rouge. Car le Bélarus n’est pas une « Russie blanche », pâle plaine dont Minsk, la millénaire et magnifique capitale sur l’axe Varsovie-Moscou ne présente aujourd’hui qu’un monotone air soviétique après avoir été rasée à 80% durant la seconde guerre-mondiale.

Geopragma.fr

https://geopragma.fr/belarus-marches-de-leurope-ou-glacis...

TOTALITARISME

Comment Ayn Rand a anticipé la « cancel culture »

Une des œuvres de fiction les moins connues d’Ayn Rand décrit un phénomène brûlant d’actualité. L’origine du « grand reset » cher aux réunions de Davos.

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2021/06/05/378007-comment-ay...

Günther Anders et Hanna Arendt – Notre Bibliothèque Verte

Une réflexion commune autour de la « banalité du mal » désigne l’absence de pensée qui est en effet la chose du monde la mieux partagée. A quoi bon penser puisque nous sommes les machins d’une Machine bionique intelligente, qui, grâce aux big data et aux algorithmes, le fait tellement mieux que nous. La Mère Machine totale et inclusive qui intègre le vivant et le non-vivant sur un pied d’égalité, au-delà de ces dualismes binaires qui font tant souffrir les ennemis de toute discrimination.

Pièces et main d’œuvre

https://chimpanzesdufutur.wordpress.com/2021/06/02/gunthe...

Ne jamais oublier Tienanmen

Partout dans le monde, la Chine fait pression pour effacer Tienanmen des mémoires. Et la tentation est grande en face pour se plier aux désirs du nouveau géant asiatique.

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2021/06/07/399129-ne-jamais-...

samedi, 12 juin 2021

Enjeux sécuritaires européens et reconfiguration du système international

99629640-38811232.jpg
 
Institut Européen des Relations Internationales:
 

Enjeux sécuritaires européens et reconfiguration du système international

Problèmes régionaux et "balance" mondiale

Irnerio SEMINATORE

Texte conçu en vue de sa présentation à la 9ème Conférence Internationale sur la Sécurité à Moscou, 21-24 juin 2021, organisée par le Ministère de la Défense de la Fédération de Russie

ABSTRACT

Ce texte examine les relations de sécurité entre système planétaire et sous-système régional européen, à la lumière de la réorganisation de l'ordre mondial et du risque d'un conflit inter-étatique de haute intensité.

Il y décèle l'émergence d'un globalisme multipolaire, différent, par essence, de la « gouvernance mondiale renforcée ». Suite au déclin d'Hégémon et à l'apparition de nouveaux paradigmes structurants, il met en évidence les changements intervenus dans l'échiquier stratégique mondial, à l’ère de l'asymétrie et des risques non conventionnels. La crise de légitimité des régimes politiques, l'antinomie des alliances, les conflits hybrides et les mouvements stratégiques en cours, poussent l'auteur à formuler une interrogation, d'ordre historique, sur la conjoncture présente. Sommes nous en présence d'une « alternative hégémonique » ou d'une « Révolution systémique » ? Le texte donne ici un aperçu des répercussions théoriques de ce questionnement.

MOTS-CLES

Système, conjoncture, multipolarité, globalisme multipolaire, gouvernance mondiale, asymétrie, conflits hybrides, hégémonie, légitimité, révolution Systémique.

TABLE DES MATIÈRES

Conflit inter-étatique de haute intensité, théâtre européen élargi et réorganisation de l'ordre mondial

Multipolarisme et globalisme mutipolaire. Un ordre sans le « tabou » de la paix

La sécurité et la priorité du « global » sur le régional

L'espace planétaire et ses dynamiques

Mouvements stratégiques et antinomies d'alliances en Eurasie

La délégitimation de l'UE

Changements de l'échiquier stratégique mondial et émergence de nouveaux paradigmes structurants

Incertitudes stratégiques

Le « déclin d'Hégémon ». Alternance hégémonique ou « révolution systémique » ?

Conflit inter-étatique de haute intensité, théâtre européen élargi et réorganisation de l'ordre mondial

1200px-François_Lecointre_(27116106159)_(cropped).jpg

Le chef d'état-major des armées françaises, Général F. Lecointre, après avoir rappelé que « le risque de conflit va s’accroître d'ici à 2030 » (Le Figaro du 22-23 mai 2021), a conclu son jugement sur la conjoncture stratégique actuelle par la formule « Nous allons vers une réorganisation de l'ordre du monde ». L'examen de ce procès est tout autant de nature politique que stratégique, et vise l'aspect régional et global de la sécurité, par une vue d'ensemble de la conjoncture, « car le cours des relations internationales reste suprêmement historique : en toutes les acceptions de ce terme » (R.Aron). A ce propos et sur le plan politique, par tous les changements incessants, le théâtre européen élargi (par l'inclusion des crises en chaîne, allant des zones contestées de l'Europe orientale au Moyen Orient et donc des Pays Baltes, Bélarus et Ukraine au Golfe et à l'Iran, en passant par la Syrie et par la confrontation israëlo-palestinienne), peut-devenir soudainement l'activateur d'un conflit inter-étatique de haute intensité. Cette hypothèse n'est pas nulle et nous pousse à la conjecture que la clé, déterminante et finale, de l'antagonisme régional en Europe, dont l'enjeu est la suprématie d'un État sur le continent par le contrôle de sa zone d'influence est, aux yeux des occidentaux, la répétition par la Russie des aventures des grands États du passé (Espagne, France et Allemagne). La conclusion d'une pareille aventure se situerait dans la bordure continentale et maritime de l'Eurasie et dans la stratégie du Rimland du monde. Autrement dit, à la frontière indécise entre les problèmes régionaux irrésolus, en Europe ou ailleurs, et les équilibres stratégiques de la « Balance of Power » mondiale, pivotant désormais sur le système asiatique, devenu central. Ainsi, l'actuelle progression vers une guerre générale repropose aux décideurs le dilemme classique, hégémonie ou équilibre des forces, comme dans les guerres du passé. Or, suite à la constitution d'un système asiatique autonome autour de la Chine, comme centre de gravité mondial, la victoire finale, dans un affrontement général, pourrait échapper à la coalition des puissances maritimes, le Rimland, par l'impossibilité d'une conquête ou reconquête de l'Eurasie de la part de l'Amérique et de ses forces coalisées et vassales. Au sein de la triade, Russie, États-Unis et Chine les deux plans d'analyse, régional et planétaire, présentent des interdépendances conflictuelles majeures et caractérisent cette conjoncture comme de révolution systémique, plus encore que de transition hégémonique.

Par le biais de la sécurité régionale nous percevons clairement que se met en place une autre organisation de l'ordre du monde et que cet ordre se structure autour d'une compétition sans nuances entre Chine et États-Unis, dans laquelle chaque pays est obligé de choisir son camp, y compris la Russie, qui perdrait son rôle traditionnel d'équilibre. En Europe de l'Ouest, dépourvue d'unité et d'identité politique et militaire, la confrontation apparaît d'abord comme politique et colporte une déstabilisation des régimes au pouvoir et des formes de sociétés, au cœur desquels s'affrontent des héritages ethniques et culturels antinomiques. Depuis 1945 et le processus de décolonisation l'Europe a perdu la force et la confiance en elle même, qu'elle a remplacé par le règne de la morale et de la loi, aggravé par l'égarement de ses intérêts et de son rôle. Par ailleurs, déshéritée par le Saint Esprit de la Realpolitik, la constipation bureaucratique qui lui a succédée,lui a interdit initiatives et risques, faisant d'une médiocrité souveraine, la reine de toutes les batailles. Quant aux aspects géopolitiques et stratégiques, la crise des démocraties occidentales engendre deux tentatives contradictoires, l'exigence de compenser les faiblesses internes de l'autorité et de l’État, marquées par le terrorisme et par l'ennemi islamique et la subordination accrue à l'alliance atlantique, l'Otan. La recherche européenne d'une autonomie politique et d'une indépendance stratégique, assurant un équilibre géopolitique entre l'Est et l'Ouest, résulte de la tentative d'échapper aux contraintes de sécurité mondiale et d'une crise asiatique majeure, sous peine, pour l'Europe, de disparaître totalement et de perdre sa marge résiduelle de liberté d'action vis à vis de la Russie et de la Chine.

Dans une pareille situation, la Chine, puissance extérieure à l'Europe, mais dominante en Eurasie, serait bénéficiaire d'une lutte à mort entre l'Occident et la Russie et marquerait la prééminence finale sur le monde connu.

Multipolarisme et globalisme mutipolaire. Un ordre sans le « tabou » de la paix

La multiplication des crises et la résurgence de puissances déstabilisatrices pousse au constat que la période qui s'ouvre n'est plus à l’intégration ou à la coopération régionales, qui ont caractérisé les priorités des décennies de non-guerre et de multilatéralisme, successives au deuxième conflit mondial, mais à une phase de réorganisation des rapports de force et de légitimité, au niveau du système international. Une phase qui sera marquée par un multipolarisme systémique, un resserrement des alliances militaires et une affirmation des intérêts nationaux, intégrés à une autre conception du globalisme et des partenariats, plus sécuritaires qu'économiques. Dans cet aboutissement d'une politique authentiquement planétaire, naîtra un globalisme multipolaire, de rupture, d'interdiction, de chantage et de sanctions, où l'action militaire sera davantage inclue dans les règlements régionaux et globaux et définira, encore une fois, la nouvelle réorganisation de l'ordre mondial, plus prospectif et plus stratégique. La dialectique historique n’exclura pas le « tabou de la paix », mais se fondera davantage sur les conceptions de la compétition et de la lutte, qui domineront, en perspective, tous les secteurs d'activités et tous les champs d'action (espace sousmarin, éso-atmosphérique, webb, cyber, énergétique démographique, environnemental et sanitaire).

La sécurité et la priorité du « global » sur le régional

Les formes politiques, dans lesquelles s'expriment les incompatibilités sont constituées par le modèle démocratique de gouvernement à l'Ouest et le modèle autocratique à l'Est. Ainsi les moyens de lutte pour saper les fondements adverses du pouvoir et de l'action nationale, recouvrent tous les domaines du numérique et de l'influence (désinformation et lutte informationnelle, recours à des stratégies hybrides, liberté de manœuvre dans l'espace des communications, pandémies et capacités de perturbations, de combat et de destruction des moyens adverses).

Le domaine du conflit, surtout dans l'espace sécuritaire européen s'enrichit de jour en jour d'un fossé grandissant entre les élites et le peuple, les régimes d'antan et les revendications de pluralisme des sociétés ouvertes.

Ce conflit repose sur des visions du monde antinomiques et demeure un aspect de la rivalité géopolitique, non seulement entre les acteurs majeurs de la Triade (Chine, États-Unis et Russie), mais aussi à l'intérieur des nations qui constituent la constellation diplomatique de chacun d'eux, assumant très clairement des couleurs politiques, raciales et religieuses. En leur sein les aspects politiques et laïques se parent de nationalismes et les aspects confessionnels d'islamisme et de terrorisme. L'adhésion verbale à des conceptions uniques de l'organisation politique s'appelle universalisme, multilatéralisme et sécurité collective et leur coexistence avec les réalités des nations et des empires du vieux monde historique, s'entremêlent à l'hétérogénéité des États qui coexistent dans un espace planétaire unique et conflictuel.

unnadyngeopol.jpg

L'espace planétaire et ses dynamiques

Le système international actuel, qui inclut le système inter-étatique, la société mondiale et la globalisation des économies, se caractérise par une triple dynamique, de fragmentation, de polarisation et de confrontation et cette dernière se traduit en une reconfiguration des alliances militaires, face aux risques de conflit entre la Chine, les États-Unis et la Russie, confrontés au piège de Thucydide (G. Allison).

Ces risques appartiennent à l'ordre historique et instaurent une politique ambivalente, de rivalité-partenariat et d'antagonisme. Il s'agit d' une politique qui a pour enjeu le contrôle de l'Eurasie et de l'espace océanique indo-pacifique, articulant les deux stratégies complémentaires du Hearthland (1) et du Rimland (2).

Les rivalités, qui secouent aujourd'hui plusieurs régions du monde ont forcé l'Est et l'Ouest à resserrer leurs alliances militaires et à s'interroger sur un nouveau projet de sécurité en Europe.

Cependant toute tentative de définir un ordre régional quelconque, ne peut être conçue que dans la perspective d'un ordre global et dans la recherche de formes d' équilibre et de stabilité à caractère planétaire.

indexrchv.jpg

C'est par référence à la triangulation géopolitique et stratégique de la Russie, des États-Unis et de la Chine, et en subordre, de l'Asie centrale, de l'Inde et du Japon, que doit être comprise la liberté de manœuvre des puissances régionales en Europe, au Moyen Orient, au Golfe et en Iran et c'est là que se situe l'une des clés de la stratégie générale des grandes puissances.

Mouvements stratégiques et antinomies d'alliances en Eurasie

Dans tout système international, le déclin de l'acteur hégémonique se signale par un resserrement des alliances militaires. A ce sujet dans la conjoncture actuelle, deux mouvements stratégiques rivaux s'esquissent au niveau planétaire :

- un rapprochement sino-russe, assurant l'autonomie stratégique du Hearthland, en cas de conflit et promouvant, en temps de paix, la coopération intercontinentale en matière de grandes infrastructures, (ex.projet OBOR /One Belt, One Road)

- la stratégie du « containement » des puissances continentales par les puissances maritimes du « Rimland » (Amérique, Japon, Australie, Inde, Europe etc), comme ceinture péninsulaire extérieure à l'Eurasie

Rappelons que les deux camps sont en rivalité déclarée et leurs buts stratégiques opposés.

En effet, le couple sino-russe est défini « concurrent stratégique », ou « concurrent systémique » (notamment par l'UE) et refuse de se soumettre à l'ordre international issu de la deuxième guerre mondiale et dessiné par les États-Unis.

La délégitimation de l'UE

L'aggravation de la crise économique mondiale, le processus de délégitimation de l'Union
Européenne et l'absence d'un dessein en politique étrangère, rendu plus difficile par la sortie de la Grande-Bretagne et par la gestion des flux migratoires, ont mis en évidence le déclin des régimes démocratiques à l'Ouest, contrastant avec la stabilité des formes autocratiques de pouvoir en Eurasie et provoquant un tournant « populiste » des opinions et la « révolution culturelle » de Trump.

Les perspectives d'école américaine (2017-2025) ont prévu l'affirmation d'une ère d'inter-actions transatlantique trans-eurasiennes et transpacifiques fortes, caractérisées par un équilibrage serré de « puissances relatives ». Il en résultera un nivellement du pouvoir international et un réalignement politique et stratégique général, par des rapprochements capacitaires significatifs.

Changements de l'échiquier stratégique mondial et émergence de nouveaux paradigmes structurants

Le conflit ukrainien, qui a abouti au « Coup d'État de Maïdan » (février 2014), au « retour de la Crimée » à la Russie et au conflit séparatiste concomitant de l'Est del'Ukraine (Donetsk, Lougansk), a visé à saper l'influence de la Russie dans l'espace post-soviétique et à propager la conception de l'élargissement de la démocratie.

L'ensemble des dynamiques mentionnées permet de brosser une esquisse de prospective stratégique, mettant en valeur les caractéristiques générales de la conjoncture. Les éléments retenus interfèrent entre eux et affectent le système dans son ensemble, par leurs répercussions d'ordre général.

Ils concernent :

*les incertitudes des nouvelles « coalitions multipolaires » dans un contexte de bipolarisme sous-jacent (Chine-USA)

*le système de sécurité ou de défense collectives, qui échappe en large partie aux organes existants (ONU, OTAN, autres...) et aux instances de gouvernance actuelles (G7, G20), et cela en raison des variations de la « mix security »

*les combinaisons croisées de la « Balance of Power », pratiquées par les puissances traditionnelles et de la « Balance of Threats » par les puissances montantes (comme mélange de menaces et de vulnérabilités)

*la démocratisation du fait balistico-nucléaire (ADM) et la généralisation multiforme de nuisances et de terrorisme (Iran, Corée du Nord,...)

*la dominance offensive de la cyber-guerre et des guerres spatiales, qui induit une modification du rapport de force entre attaquants et défenseurs (avec une prime à l'attaquant)

*l'asymétrie, les guerres hybrides et les conflits non maîtrisées.

Ainsi les institutions universelles, de débat et de prévention, comme foyers de médiation, d'élaboration de règles ou de leurs contestations (ONU, etc), sont reléguées à des missions de sécurité collective et à la gestion mineure des tensions.

La distribution des alliances s'effectue en fonction d'un choix systémique, qui discrimine, comme toujours, entre puissances de « status quo » et puissances perturbatrices, puissances terrestres et puissances thalassocratiques.

Incertitudes stratégiques

Au niveau des nouvelles incertitudes et des nouveaux défis, l'Europe aura des difficultés à établir une connexion entre la diplomatie multilatéraliste, pratiquée jusqu'ici et la diplomatie multipolariste dominante dans la scène planétaire. Le multipolarisme s'affirme comme tendance à la régularité classique des regroupements politiques dans l'organisation des relations internationales et la compréhension de cette évolution exige, aux vues de la puissance dominante du système (les États-Unis), de faire recours à deux grandes interrogations :

- Quelle stratégie adopter vis à vis d'une grande coalition eurasienne et anti-hégémonique, Russie-Chine- Iran ?

- Quelles hypothèses de conflits ouverts entre pôles et quels scénarios de belligérance entre pôles continentaux et pôles insulaires ?

Le « déclin d'Hégémon ». Alternance hégémonique ou « révolution systémique » ?

La question qui émerge du débat sur le rôle des États-Unis, dans la conjoncture actuelle, en Europe et dans le monde, est de savoir si la « stabilité hégémonique » (R.Gilpin), qui a été assurée pendant soixante dix ans par l'Amérique, est en train de disparaître, entraînant le déclin d'Hégémon et de la civilisation occidentale, ou si nous sommes confrontés à une alternance hégémonique et à un monde post-impérial. La transition de la fin de la guerre froide au système unipolaire à intégration hiérarchique incomplète s'est précisé comme une évolution vers un pouvoir partagé et un leadership relatif.

La transition nouvelle (celle de la nouvelle guerre froide), se manifeste comme :

- l'incapacité d'Hégémon d'imposer un ordre planétaire contraignant et comme lente décomposition du moment américain (déclin progressif de l'unipolarisme capacitaire et de l'unilatéralisme décisionnel).

20110314_400.jpgCela se traduit:

- par le passage de la « global dominance » de la période unipolaire au « global leadership », qui définit une série d'équilibres de réseaux et une fonction d'arbitrage que la puissance dominante (USA) exerce au sein de ses équilibres de réseaux

En ce sens, le « leadership global » des États-Unis, face a la Russie et à la Chine, dispose d'un large éventail d'options, lui permettant de faire recours à une panoplie des moyens politiques plus différenciés :

*un réseau mondial inégalé d’alliances militaires; des partenariats stratégiques de choix, à l’extrémité Ouest du Heartland (Europe), ou dans la jonction intercontinentale du plateau turque et sur la façade littorale de Moyen Orient (Israël), ainsi qu'une constellation insulaire et péninsulaire des « pays pivots » tout au long du Rimland (Japon, Inde, Golfe)

*un multilatéralisme institutionnel et informel, alternatif et de convenance.

L'interrogation qui s'accompagne à ce déclin et à la transition vers un système multipolaire articulé , est également centrale et peut être formulée ainsi : « Quelle forme prendra-t-elle cette transition ? »

La forme, déjà connue, d'une série de conflits en chaîne, selon le modèle de Raymond Aron, calqué sur le XXème siècle, ou la forme plus profonde, d'un changement tragique de la civilisation, de l'idée de société et de la figure de l'homme, selon le modèle des « révolutions systémiques », de Stausz-Hupé, embrassant l'univers des relations socio-politiques du monde occidental et couvrant les grandes aires de civilisations connues ? Or, derrière l' obscure clarté des hypothèses, il apparaît évident que cette transition ne marquera pas un accord sur des principes de légitimité, pouvant assurer la stabilité du monde, comme au Congrès de Vienne en 1815, mais la concordance fatale d'un partage du monde ou de la guerre pour sa prééminence, impériale et séculaire, comme dans la guerre du Péloponnèse ; concordance inexorable, inhérente à la dimension contingente de l'histoire humaine.

Bruxelles le 29 mai 2021

(Texte révisé le 7 juin 2021)

1. Heartland, « le pivot géographique de l'histoire », 1904, Halford MacKinder

2. Rimland, la bordure maritime de l'Eurasie, ou « inner crescent », concept géostratégique de Nicholas Johan Spykmann

BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE

Raymond Aron, Paix et Guerre entre les nations, Ed. Calmann-Lévy, 1962

Raymond Aron, Dimensions de la Conscience Historique et en particulier , la destruction du système européen, cycles historiques et originalité de la conjoncture, conjoncture mondiale

Raymond Aron Penser la guerre, Clausewitz, (Tome 1 l'âge européen) - (Tome 2 L'âge planétaire) Ed.Gallimard 1976

Raymond Aron, Etudes poltiques Ed.Gallimard 1972

Raymond Aron, Mémoires, Cinquante ans de refléxion politique, Ed. Julliard, 1983

Thérèse Delpech, La dissuasion nucléaire au XXIème siècle Ed. Odile Jacob Septembre 2013

Carl Clausewitz, De la Guerre, Ed. De Minuit 1956

Halford John Mackinder, The Geographical Pivot of History, B. McCahill (Editor), 2016(first published 1904)

Nicholas John Spykman, America's Strategy in World Politics: The United States and the Balance of Power,New York: Harcourt, Brace and Company 1942

Graham Allison, Vers la Guerre. L'Amérique et la Chine dans le piège de Thucydide? Ed. Odile Jacob, 2019

Luigi Bonanate, Il sistema delle relazioni nternazionali Ed. Giulio Einaudi, Torino, 1976,

Morton A. Kaplan, Some Problems of International System Reaserch, in International politics of Community, Doubleday, 1966

R. N. Rosencrance, Bipolarity, Multipolarity, and the Future, réédité in Journal of Conflict Resolution, sept.1966

James Rosenau, Toward the study of National International Linkages, in Linkages Politics, Macmillan Publishing Co, 1969

Kenneth Waltz, Theory of International Politics (Hedley Bull, Herbert Butterfield et Kenneth Waltz)

Henry Kissinger, Diplomacy Ed. Fayard, 1997

Henry Kissinger, L'ordre du monde, Ed. Fayard, 2014

Zbigniew-Brzezinski, L'Amérique et le reste du monde, le Grand echiquier, Ed. Bayard.

Robert Gilpin, War and Change in World Politics - Cambridge University Press, March 2010

Niccolo' Machiavelli, Il Principe ou De Principatibus Ed Feltrinelli 1991

Irnerio Seminatore, L'Europe et le système international, Ed L'Harmattan, 2011

Général Lecointre, Interview Le Figaro, Publié le 21 mai 2021

Robert Strausz-Hupé, Geopolitics: The Struggle for Space and Power (1942)

Robert Strausz-Hupé, The Balance of Tomorrow: Power and Foreign Policy in the United States (1945)

Robert Strausz-Hupé, International Relations (1950)

Thucydide, La guerre du Péloponnèse Ed. Les belles lettres, 1972

La promesse chinoise de soutenir pleinement la Syrie : une nouvelle ère géopolitique?

2017-05-08T120000Z_441292372_RC1693134050_RTRMADP_3_MIDEAST-CRISIS-SYRIA-CHINA-scaled.jpeg

La promesse chinoise de soutenir pleinement la Syrie : une nouvelle ère géopolitique?

Par Andrew Korybko

Source Oriental Review

La promesse envoyée par télégramme par le président Xi de soutenir pleinement la Syrie à l’issue de ses dernières élections pourrait ouvrir une nouvelle ère géopolitique si sa rhétorique présage d’une nouvelle réalité au sein de laquelle la République Populaire assiste son homologue arabe quant à perfectionner son exercice d’équilibrage difficile entre plusieurs puissances.

L’exercice d’équilibrage syrien

La Syrie s’est fait engluer dans un dilemme géopolitique depuis déjà plusieurs années : elle subit des pressions à la fois de la part de puissances amicales et hostiles pour lui faire mettre en œuvre des réformes politiques, dans le cadre de son difficile processus de paix. Ces pressions ont pris plusieurs formes : d’une part le « projet de constitution » écrit par la Russie, qui constituait une forme plus douce de pression visant à encourager aux compromis mutuels entre toutes les parties légitimes du conflit ; d’autre part, les tentatives bien plus agressives menées par les États-Unis pour forcer Damas à des concessions politiques unilatérales. Prise entre ces deux parties rivales, qui en substance poussent vers un résultat structurel très similaire, la Syrie les a subtilement détournées en renforçant sur tout le spectre ses relations avec l’Iran, afin d’améliorer sa position stratégique, et ainsi de se donner plus de temps avant qu’une possible percée puisse se produire.

Les risques iraniens

Mais le vecteur iranien de la grande stratégie syrienne n’est pas sans poser ses propres défis, car la Russie comme les États-Unis préféreraient, chacun pour ses propres raisons, que les forces militaires de la République islamique quittent la République arabe, en dépit du fait que c’est bien Damas qui les a invitées à opérer sur son sol. La Russie envisage un retrait progressif, honorable et préparé en plusieurs phases de l’Iran hors de Syrie, et considère qu’un tel retrait fournirait l’impulsion pour une suite plus grande d’accords diplomatiques visant à sécuriser une paix sur le long terme en Asie occidentale. De leur côté les États-Unis sont toujours simplement opposés par principe à l’expansion de l’influence de l’Iran dans la région. Les deux Grandes Puissances sont également alliées avec « Israël« , chacune à sa manière ; ce dernier pays considère la présence militaire iranienne dans la Syrie voisine comme une grave menace à sa sécurité nationale. Néanmoins, la Syrie a maintenu sa loyauté envers l’Iran et a refusé de demander son départ, malgré des bombardements « israéliens » pratiqués par centaines au fil des années.

Lectures sur le contexte

Le contexte sous-jacent est bien plus complexe que ce que nous avons pu décrire ci-avant, mais le lecteur intrépide peut se mettre au fait des analyses passées du même auteur au sujet de ces dynamiques compliquées s’il souhaite en apprendre davantage au sujet des détails et dynamiques particuliers :

En résumé, la Syrie semblait destinée à mettre en œuvre de manière inévitable une forme de concession politique visant à la décentralisation, tout en demandant à l’Iran de mettre en place un retrait militaire, honorable et préparé, hors du pays, si elle escomptait la moindre chance de voir les États-Unis lever leurs sanctions unilatérales, et pouvoir ainsi enfin se reconstruire.

Wang Yi and Mouallem.jpg

Le remodeleur chinois

Toutes ces remarques ont été pertinentes des années durant, mais pourraient se retrouver dépassées, si les dernières sorties rhétoriques de la Chine présagent d’une nouvelle réalité. Le président Xi a promis, dans le télégramme qu’il a envoyé à son homologue syrien à l’issue des dernières élections, que la République Populaire « allait accorder toute l’assistance possible… pour revitaliser l’économie du pays et améliorer la vie de la population », entre autres choses telles que l’aide pour la Covid-19 et l’amélioration des relations bilatérales. Un tel scénario était déjà en cours d’apparition, mais sa probabilité a été fortement accrue au cours des six derniers mois, comme l’indiquaient les récentes analyses publiées par le même auteur :

En bref, le partenariat stratégique sino-iranien conclu pour une durée de 25 années permet à la République Populaire de se connecter à la République islamique au travers du Pakistan, en étendant vers l’Ouest le CPEC, projet amiral des Nouvelles Routes de la Soie, suivant la vision W-CPEC+. Le couloir émergent pourra alors s’étendre davantage à l’Ouest jusque la Syrie. En outre, l’influence iranienne profondément implantée et la confiance absolue que ses représentants ont pour leurs homologues syriens peut ouvrir des portes importantes pour la Chine en Syrie. Le résultat final est que Damas pourrait s’abstraire d’avoir à souscrire à des compromis si l’assistance de Pékin au travers des Routes de la Soie permet de reconstruire le pays de manière fiable.

Conséquences stratégiques

Jusqu’à présent, la Russie semblait avoir pris pour acquis le fait que la Chine n’investirait pas de manière sérieuse en Syrie dans un avenir proche, du fait de la situation politico-militaire irrésolue qui est celle du pays, et qui pourrait mettre en péril ses projets des Routes de la Soie. Néanmoins, la République Populaire semble avoir interprété la conclusion réussie des dernières élections syriennes comme un message fort au monde, laissant paraître le fait que tout revient enfin en ordre dans la République Populaire, du moins suffisamment pour que la Chine puisse considérer y investir de manière plus étendue. Si cela se déroulait comme prévu, l’influence russe en Syrie connaîtrait un relatif déclin, car Damas n’aurait aucune raison d’accepter les compromis auxquels Moscou l’a gentiment encouragée au cours des quelques années passées, dont celui concernant le retrait dans l’honneur mais préparé de l’Iran hors du pays.

Les calculs de la Russie

L’exercice d’équilibrage régional de la Russie pourrait par conséquent devenir moins bien dosé si la Russie n’est plus en mesure de jouer sur les grands accords diplomatiques qu’elle a projetés et sans doute à tout le moins laissé connaître à ses nouveaux partenaires, tels « Israël » et la Turquie. En outre, la position économique dominante qui était celle de la Russie en Syrie pourrait prochainement se voir défiée du fait de la « compétition amicale » désormais pratiquée par la Chine sur ce terrain. La Syrie a évidemment tout à gagner à faire jouer l’une contre l’autre ces deux Grandes Puissances, dans un processus d’enchères au meilleur accord de reconstruction possible. Mais la Russie pourrait souffrir en silence d’avoir à perdre l’un de ses leviers d’influence les plus puissants sur le pays. La Russie peut toujours faciliter de manière indirecte les opérations de bombardement pratiquées par « Israël » contre l’Iran pour réduire l’influence de ce pays en Syrie, mais elle ne peut rien faire pour contrer la Chine. Cette observation suggère que la politique pratiquée par le Kremlin en Syrie pourrait prochainement changer.

Du « Monopole » à l’arrangement »

La « culture stratégique » de la Russie présente une tradition séculaire d’influence sur les décideurs pour « monopoliser » les régions étrangères dans lesquelles ils opèrent, ce qui permet à Moscou de devenir la puissance indéniablement dominante sur ces lieux. Cela a commencé à changer au moment de la fin de la première guerre froide, surtout dans les régions sur lesquelles la Russie avait bénéficié de l’emprise la plus forte. La marche vers l’Est de l’OTAN a vu la Russie « s’accommoder » à reculons du bloc militaire en Europe centrale et orientale, cependant que l’expansion des Routes de la Soie vers l’Asie centrale ont vu la Grande Puissance eurasiatique en faire autant avec son principal partenaire stratégique. Par suite de la guerre du Karabakh l’an dernier, la Russie s’est vue contrainte de « s’accommoder » de la présence turque dans le Sud-Caucase, et désormais, par suite du télégramme envoyé par le président Xi, de la présence chinoise en Syrie, le joyau de la couronne de la grande stratégie de Moscou pour le Moyen-Orient.

russia-syria-damascus-1228385568.jpg

La nouvelle réalité

La principale tendance est que la Russie s’adapte de manière souple à l’ordre mondial multipolaire en cours d’émergence, y compris dans le contexte mouvant de la guerre mondiale de la Covid, qui a débouché sur une transition d’un modèle de « monopolisation » à son nouveau modèle d’« arrangement ». Dans le cas syrien, Cela amènera sans doute la Russie à diminuer certaines des « pressions amicales » qu’elle avait jusqu’alors pratiquées sur Damas pour que celle-ci mît en œuvre les compromis projetés par la Russie, dont la demande à faire à l’Iran de pratique un retrait militaire hors de Syrie. La Grande Puissance eurasiatique pourrait bientôt réaliser que la Syrie pourrait tout bonnement la remplacer par la Chine à la place de partenaire stratégique préféré de la République arabe, étant donné que Moscou va rester militairement présente dans le pays comme préalablement convenu, mais ne sera pas récompensée économiquement par l’attribution de contrats de reconstructions bénéficiaires si elle ne « s’arrange » pas des intérêts de Damas en lien avec ce point.

Conclusion

Pourvu que la Chine honore la promesse formulée par le président Xi, et que l’Iran n’ait pas déjà conclu un accord secret avec les États-Unis pour pratiquer un retrait progressif hors de Syrie, dans le cadre d’un plus vaste compromis au sujet de son programme nucléaire (scénario qui paraît peu plausible et deviendrait sans doute impossible si les principalistes/conservateurs remportent les élections à venir en ce mois de juin), les probabilités sont très fortes pour que le jeu géopolitique vienne soudainement d’avoir changé en Syrie. Les relations russo-syriennes resteront excellentes, mais leur nature exacte pourrait quelque peu changer si Damas joue avec davantage de confiance la carte chinoise pour protéger ses intérêts politiques et militaires en lien avec son refus de mettre en œuvre divers compromis, ainsi que la demande de retrait honorable et progressif de l’Iran hors de Syrie. Les États-Unis ne seront sans doute pas satisfaits d’un tel développement, mais ils ne pourront rien faire concrètement pour inverser cette tendance.

Andrew Korybko est un analyste politique étasunien, établi à Moscou, spécialisé dans les relations entre la stratégie étasunienne en Afrique et en Eurasie, les nouvelles Routes de la soie chinoises, et la Guerre hybride.

Note du Saker Francophone:

On pourra ajouter sur la liste des échecs de l'empire étasunien unipolaire, 
non seulement son incapacité à renverser le gouvernement d'un pays de dimension
assez moyenne, mais en prime le fait que la guerre hybride déclenchée par les
agences CIA, NED, etc débouche en fin de compte sur l'implantation chinoise
dans le pays. Les dents n'ont pas fini de grincer à Washington.

Traduit par José Martí, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

vendredi, 11 juin 2021

La langue de l'Empire

_106551370_lenguaje-inclusivo.jpg

La langue de l'Empire

Jordi Garriga

Le 7 mai, nous avons lu dans la presse que "la France interdit officiellement le langage inclusif dans les écoles". Le ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer, a fait publier au Journal officiel de l'État une circulaire interdisant ce type de langage dans les écoles, car il "constitue un obstacle à la lecture et à la compréhension de l'écrit".

Peu après, le 26 du même mois, le directeur de la Real Academia Española, Santiago Muñoz Machado, a déclaré, lors de sa participation au Forum de la justice du Barreau de Madrid, que "des termes tels que "otros, otras ou otres" défigurent notre langue de manière insoutenable". Et il a rappelé comment, l'année dernière, il a dû répondre à la vice-présidente espagnole elle-même, Carmen Calvo, qui a demandé à la RAE si la Constitution de 1978 était "sexiste" (sic) en désignant au masculin toutes les fonctions publiques... Eh non, illustre dame, la forme masculine dans la langue espagnole est inclusive en soi.

Depuis de nombreuses années, il y a toute une offensive pour réformer la langue espagnole et en général toutes les langues qui ont un genre: masculin, féminin et/ou neutre. Cela va de l'ancienne façon d'utiliser le @ comme s'il s'agissait d'une lettre "a" et "o" en même temps, à l'utilisation de la lettre "e" au pluriel, l'imprononçable "x" ou en passant directement à l'utilisation du pluriel au féminin, inversant complètement la langue.

Il est clair que les langues ne s'arrêtent jamais, sauf si elles meurent. Ils évoluent au cours de l'histoire en raison de multiples facteurs historiques, culturels, technologiques, sociaux, économiques, etc. L'espagnol que nous parlons aujourd'hui est différent de celui que nous parlions il y a des siècles, et même il n'y a pas tant d'années. La différence géographique a fait que les modalités de l'espagnol d'Amérique se distinguent facilement de celles de la péninsule ibérique.

Ainsi, cette offensive qui appelle à un usage "égalitaire et inclusif" de la langue espagnole, on voit bien qu'elle ne correspond à aucune revendication populaire. Il est plutôt utilisé par les élites culturelles et politiques qui œuvrent en faveur de la mondialisation. Il arrive souvent qu'à travers ce langage totalement artificiel, ils accusent ceux d'entre nous qui ne veulent ou ne doivent pas l'utiliser d'être "sexistes, arriérés" et tous les blablablas habituels. C'est ce qui doit nous mettre en garde et nous inciter à le rejeter avec force.

L'autoproclamé "langage inclusif" relève, il est vrai, d'un mouvement égalitaire, mais avec une égalité basée sur la colonisation culturelle. Elle vise à déformer l'espagnol, et d'autres langues, pour qu'elles finissent par avoir une structure simple, comme l'anglais, une néo-langue facile à apprendre et à utiliser, avec le moins de complications possible pour que personne ne se fatigue à trop réfléchir... Oui, il y a des années, un idiome artificiel, candidat à la langue universelle, était l'espéranto, mais il avait un sérieux problème: aucune puissance mondiale n'était derrière lui et il ne favorisait aucune stratégie impériale de domination.

L'objectif est d'accélérer la mondialisation, et pour cela la destruction des langues est fondamentale. Chaque langue n'est pas seulement une façon de parler, c'est une façon de penser, d'être au monde: derrière elle, il y a toute une histoire nationale, civilisatrice, enracinée, identitaire. Bref, un obstacle pour le "monde unique" de demain. Si l'espagnol et le français sont déformés, c'est pratiquement la même chose que s'ils avaient été détruits. Si leur grammaire et leur orthographe sont modifiées de manière aussi atroce, ils seront colonisés.

On pourrait objecter que l'anglais suffirait, mais la progression démographique et sociale de l'espagnol au cœur de l'Empire, soit les États-Unis d'Amérique, est imparable, étant déjà la deuxième langue la plus parlée dans pratiquement ses 50 États fédérés. Et que se passe-t-il avec cela ? Eh bien, il faut arracher l'âme de cette langue et la soumettre, c'est-à-dire l'anglo-saxoniser, si vous me permettez ce nouveau verbe. L'espagnol ne sera plus l'espagnol, mais un pseudo-anglais déformé de façon commode.

Utiliser un "langage inclusif", c'est utiliser le "langage de l'empire". Il est toujours bon de savoir comment les idéaux sont instrumentalisés pour des questions plus matérielles, comme la domination globale et mentale.

Les États-Unis prêchent des valeurs qu’ils violent ouvertement

phptUcuLb.jpg

Les États-Unis prêchent des valeurs qu’ils violent ouvertement

par Glenn Greenwald

Comment pouvez-vous feindre la colère face aux attaques d’autrui contre la liberté de la presse alors que vous emprisonnez Assange pour le punir de ses révélations essentielles sur les responsables américains ?

Source : Glenn Greenwald
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken parle de l’importance du journalisme indépendant, le 6 mai 2021 (Radio Free Europe). Julian Assange arrive au tribunal de Westminster à Londres dans sa tentative de résister à l’extradition par l’administration Biden (Photo par Victoria Jones/PA Images via Getty Images)

Poursuivant sa tournée mondiale de conférences vertueuses, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a proclamé jeudi – dans un sermon qu’il faut entendre pour le croire – que peu de choses sont plus sacrées dans une démocratie que le « journalisme indépendant. » S’adressant à Radio Free Europe, Blinken a rendu hommage à la « Journée mondiale de la liberté de la presse. » Il a affirmé que « les États-Unis soutiennent fermement le journalisme indépendant. » Il a expliqué que « le fondement de tout système démocratique » implique de « demander des comptes aux dirigeants » et « d’informer les citoyens » ; et il a prévenu que « les pays qui refusent la liberté de la presse sont des pays qui n’ont pas une grande confiance en eux-mêmes ou en leurs systèmes. »

La cerise rhétorique sur le gâteau est venue lorsqu’il a posé cette question : « Pourquoi avoir peur d’informer le peuple et de demander des comptes aux dirigeants ? » Le secrétaire d’État a ensuite émis ce vœu : « Partout où le journalisme et la liberté de la presse sont remis en question, nous nous tiendrons aux côtés des journalistes et de cette liberté. » Comme je sais que je serais extrêmement sceptique si quelqu’un me disait que ces mots venaient de sortir de la bouche de Blinken, je vous présente ici le clip vidéo non édité d’une minute et cinquante-deux secondes où il dit exactement cela:

Le fait que le gouvernement Biden croit si fermement au caractère sacré du journalisme indépendant et se consacre à sa défense partout où il est menacé surprendrait beaucoup de monde. Parmi eux, Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks et la personne responsable de la divulgation de plus de faits importants sur les actions de hauts fonctionnaires américains que pratiquement tous les journalistes américains employés par la presse mainstream réunis.

Actuellement, Assange se trouve dans une cellule de la prison britannique de haute sécurité de Belmarsh parce que l’administration Biden tente non seulement de l’extrader pour qu’il soit jugé pour espionnage pour avoir publié des documents embarrassants pour le gouvernement américain et le parti démocrate, mais aussi parce qu’elle a fait appel de la décision rendue en janvier par un juge britannique rejetant cette demande d’extradition. L’administration Biden fait tout cela, note le New York Times, en dépit du fait que « les groupes de défense des droits de l’Homme et des libertés civiles avaient demandé [à l’administration] d’abandonner l’effort de poursuivre Assange, en faisant valoir que l’affaire… pourrait créer un précédent constituant une grave menace pour les libertés de la presse » – les libertés de la presse, exactement la valeur que Blinken vient juste de passer la semaine à célébrer et à promettre de défendre.

C’est le ministère de la justice [DOJ, Department of Justice, NdT] de Trump qui a porté ces accusations contre Assange après que le directeur de la CIA de l’époque, Mike Pompeo, a affirmé dans un discours de 2017 que WikiLeaks a longtemps « prétendu que les libertés du premier amendement de l’Amérique les protègent de la justice » puis a prévenu : « Ils ont pu le croire, mais ils ont tort. » Pompeo a ajouté – en invoquant la mentalité de tous les États qui persécutent et emprisonnent ceux qui les dénoncent efficacement – que « donner à [WikiLeaks] l’espace nécessaire pour nous écraser avec des secrets mal acquis est une perversion de ce que représente notre grande Constitution. Cela prend fin maintenant. »

Mais comme tant d’autres politiques de Trump concernant les libertés de la presse – qu’il s’agisse de défendre l’utilisation par le DOJ de Trump de mandats pour obtenir les relevés téléphoniques des journalistes, d’exiger qu’Edward Snowden soit maintenu en exil, ou de maintenir Reality Winner et Daniel Hale en prison – les hauts responsables de Biden sont depuis longtemps entièrement d’accord avec la persécution d’Assange. En effet, ils ont été à l’avant-garde des efforts visant à détruire les libertés fondamentales de la presse, non seulement pour WikiLeaks mais aussi pour les journalistes en général.

C’est Joe Biden qui a qualifié Assange de « terroriste de la haute technologie » en 2010. C’est l’administration Obama qui a réuni un grand jury pendant des années pour tenter de poursuivre Assange. C’est la sénatrice Dianne Feinstein (Démocrate de Californie) qui a insisté pour qu’Assange soit poursuivi en vertu de la loi sur l’espionnage, des années avant l’entrée en fonction de Trump. Et c’est la collègue de Blinken au sein de l’équipe de sécurité nationale d’Obama, Hillary Clinton, qui a félicité le DOJ pour les poursuites engagées contre Assange. Tout cela était destiné à punir les révélations d’Assange sur les méfaits endémiques du gouvernement américain et de ses alliés et gouvernements adverses dans le monde entier.

ass.jpg

The New York Times, 21 février 2021

Comment pouvez-vous parcourir le monde en feignant la colère face à la persécution de journalistes indépendants par d’autres pays alors que vous êtes un élément clé de l’administration qui fait plus que quiconque pour détruire l’un des journalistes indépendants les plus importants de ces dernières décennies ? En effet, comme de nombreux journalistes l’ont signalé à l’époque, peu d’administrations dans l’histoire des États-Unis, si tant est qu’il y en ait, sont plus hostiles aux libertés fondamentales de la presse que l’administration Obama dans laquelle Blinken a servi précédemment, notamment en poursuivant deux fois plus de sources journalistiques en vertu des lois sur l’espionnage que toutes les administrations précédentes réunies.

En 2013, alors que Blinken occupait un poste de haut niveau au Département d’État, le Comité pour la protection des journalistes a fait quelque chose de très rare – il a publié un rapport mettant en garde contre une épidémie d’atteintes à la liberté de la presse par le gouvernement américain – et a déclaré : « Dans le Washington de l’administration Obama, les responsables gouvernementaux ont de plus en plus peur de parler à la presse. » Jane Mayer, du New Yorker, a déclaré à propos des attaques de l’administration Obama contre la liberté de la presse : « C’est une énorme entrave à l’information, et donc le refroidissement n’est pas assez fort, c’est plutôt le gel de l’ensemble du processus. » James Goodale, avocat général du New York Times pendant la bataille menée par le journal dans les années 1970 pour publier les Pentagon Papers, a averti que « le président Obama dépassera certainement le président Richard Nixon en tant que pire président de tous les temps sur les questions de sécurité nationale et de liberté de la presse. »

Même « l’attaque contre la liberté de la presse » à laquelle Blinken fait référence dans cette interview vidéo – à savoir la récente demande de la Russie aux médias liés à des gouvernements étrangers, comme Radio Free Europe, de s’enregistrer en tant « qu’agents étrangers » auprès du gouvernement russe et de payer des amendes pour ne pas l’avoir fait – est une arme que Blinken et ses camarades utilisent contre d’autres depuis des années. En effet, la Russie répondait à la demande antérieure du gouvernement américain d’enregistrer RT et d’autres agences de presse russes en tant « qu’agents étrangers » aux États-Unis, ainsi qu’à l’escalade des attaques de l’administration Biden le mois dernier contre les agences de presse qui, selon elle, servent d’agents de propagande pour le Kremlin.

Ce n’est pas très nouveau pour les États-Unis de multiplier les conférences que le reste du monde reconnaît comme des farces complètes. En 2015, le président Obama se pavanait en Inde pour donner des conférences sur l’importance des droits de l’Homme, avant d’écourter son voyage pour s’envoler vers l’Arabie saoudite, où il a rejoint de nombreux hauts responsables du gouvernement américain pour rendre hommage au roi saoudien Abdallah, leur allié proche et hautement répressif de longue date, dont Obama a tant fait pour fortifier le régime totalitaire.

abdullah-obama.jpg

Mais galoper à travers le monde en se faisant passer pour le champion de la liberté de la presse et des droits des journalistes indépendants, tout en travaillant à prolonger l’enfermement et la détention de l’une des personnes responsables de la plupart des révélations journalistiques les plus importantes de cette génération au-delà de la décennie qu’il a déjà endurée, est d’un tout autre niveau de tromperie. Le terme « hypocrisie » est insuffisant pour rendre compte du manque de sincérité qui se cache derrière la posture de Blinken.

Il est toujours facile – et peu coûteux – de condamner les violations des droits de l’Homme de ses ennemis. Il est beaucoup plus difficile – et plus significatif – de faire respecter ces principes pour ses propres dissidents. Blinken, comme tant d’autres qui l’ont précédé dans ce bureau de Foggy Bottom [quartier de Washington comportant de nombreux services du département d’Etat, NdT], excelle théâtralement dans le premier cas et échoue lamentablement dans le second.

Source : Glenn Greenwald, 09-05-2021
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Source: https://www.les-crises.fr/blinken-preche-des-valeurs-que-son-administration-viole-ouvertement-par-glenn-greenwald/

 

18:05 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, états-unis, julian assange | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Géopolitique pour les Geeks

carte-abstraite-des-continents-la-mondialisation-et-géopolitique-dans-le-monde-de-haute-technologie-d-avenir-illustration-200490407.jpg

Géopolitique pour les Geeks

Un mot que l’on semble entendre souvent ces derniers temps est « geek », qui désigne une personne passionnée, voire obsédée, par les différentes innovations technologiques.

Par Leonid Savin

Source Oriental Review

La technologie joue un rôle crucial dans la géopolitique, bien que ce fait soit souvent négligé. Le développement des technologies maritimes a entraîné une dichotomie entre la puissance maritime et la puissance terrestre, à laquelle s’est ajoutée la domination dans l’air et dans l’espace au XXe siècle. Le XXIe siècle a vu l’apparition d’une nouvelle dimension, le cyberespace, totalement artificielle et en constante amélioration. Il a donc une nature inconstante et fluide, mais il est aussi extrêmement important pour les communications et les technologies de l’information.

L’exemple historique du lancement du satellite soviétique Spoutnik en 1957 et la création par l’Amérique de l’ARPA (rebaptisée plus tard DARPA) en réponse en 1958, au sein de laquelle est né Internet, montre l’importance de la technologie dans la géopolitique – pas tant en théorie qu’en simulation pratique.

Entre-temps, l’accès aux technologies, dont les résultats peuvent être achetés et vendus, n’est pas aussi important que le contrôle total, l’autarcie de l’ensemble de la chaîne technologique et l’assurance entrepreneuriale qui empêche les concurrents d’atteindre la parité ou de prendre de l’avance.

C’est pour cette raison que les États-Unis ont fait échouer l’achat par la Chine de l’entreprise aérospatiale ukrainienne Motor Sich, qui aurait permis à Pékin de créer des moteurs d’avion. Cela a été assez facile pour Washington, étant donné le niveau d’influence de la Maison Blanche sur Kiev. L’ensemble de l’appareil politique et de renseignement américain surveille de près le monde pour s’assurer que de tels accords n’affectent pas les monopoles actuels des entreprises américaines.

Mais dans le même temps, ces monopoles représentent un risque pour les autres pays, même lorsqu’il s’agit de technologies critiques. Le 14 décembre 2020, par exemple, diverses applications Google dans le monde entier ont été indisponibles pendant une heure environ. Compte tenu du grand nombre de personnes dans le monde qui utilisent les services de Google, l’incident a dû causer beaucoup de désagréments. Étant donné qu’un certain nombre d’entreprises informatiques occidentales deviennent tout simplement toxiques pour certains pays, les alternatives locales et le protectionnisme sont essentiels du point de vue de la sécurité nationale.

istockphoto-864512662-612x612.jpg

En creusant davantage, il est possible de voir d’autres raisons. Cecilia Rikap souligne que « les monopoles intellectuels ne sont pas seulement – ni principalement – le résultat de la R&D interne des entreprises géantes. Leur monopole de la connaissance repose sur l’appropriation et la monétisation des résultats de leurs multiples réseaux d’innovation organisés sous la forme d’étapes de connaissance modularisées en charge de différentes organisations (des start-ups aux organismes de recherche publics et aux universités)… La répartition inégale persistante de l’innovation dans le monde est une vérité structurelle aggravée par le capitalisme de monopole intellectuel. Les monopoles intellectuels trouvent leur origine dans les pays du cœur du technologisme, en particulier aux États-Unis, mais leurs effets se propagent dans le monde entier… En outre, les pays périphériques doivent établir leur propre programme de lutte contre les monopoles intellectuels, qui devrait inclure la limitation de toutes les formes d’extractivisme (données, connaissances, mais aussi biens naturels, dont certains sont essentiels pour les chaînes de valeur numériques). »

Le problème est que pendant que ces pays périphériques réfléchissent et discutent des conséquences de ces monopoles, les États-Unis font déjà des efforts pour parvenir à une autarcie et une affirmation de soi totales.

Un rapport spécial sur la concurrence entre grandes puissances, préparé pour le Congrès américain et daté du 4 mars 2021, fait référence à plusieurs reprises à l’importance de différentes technologies – non seulement dans le domaine de l’armement, mais aussi des technologies de réseau, des technologies quantiques, des biotechnologies, des technologies appliquées, etc. Tout cela dans le contexte de la confrontation géopolitique de l’Amérique avec la Russie et la Chine.

C’est pour cette raison que Joe Biden a émis un décret en avril 2021 pour revoir les chaînes d’approvisionnement utilisées par quatre industries américaines clés – défense, santé publique, transports et informatique – afin d’éviter les pénuries d’équipements médicaux, de semi-conducteurs et de divers autres biens.

Les risques pourraient être multiples. L’entreprise sud-coréenne SK Innovation, qui fournissait des batteries à Ford et Volkswagen aux États-Unis, a été placée sur une liste noire en raison d’un vol de propriété intellectuelle. En conséquence, la fourniture de produits de la Corée du Sud aux États-Unis a été bloquée. La Chine est considérée par les États-Unis comme un partenaire d’importation gênant à bien des égards. Même certains partenaires, tels que le Canada et l’UE, pourraient créer des problèmes aux États-Unis s’ils constataient que les accords commerciaux et économiques sont inégaux et accusaient Washington de tenter de tricher (ce qui serait solidement justifié).

darpa-ia.jpg

Les chaînes d’approvisionnement sont vitales pour les technologies à double usage et l’industrie de la défense. Conscients de cela, la DARPA et la société Intel ont annoncé en mars 2021 un partenariat de trois ans visant à développer et à fabriquer localement des plates-formes d’application pour les systèmes électroniques de la défense et de l’aviation commerciale.

Un problème similaire préoccupe également l’UE, puisque sa dépendance à l’égard des importations en provenance de divers pays a augmenté de façon spectaculaire ces dernières années. Par exemple, l’UE est relativement dépendante de la Russie pour le nickel (72,5 %), tandis que plus de 30 % des machines de traitement automatique des données, des équipements de télécommunications et des machines électriques de l’UE sont importés de Chine. Les États-Unis fournissent plus de 50 % des moteurs et des moteurs non électriques de l’UE, et celle-ci est très dépendante des importations américaines d’équipements d’électrodiagnostic et de radiologie, d’instruments optiques, d’instruments médicaux et de produits aérospatiaux. L’UE est approvisionnée en minerai de fer et en cuivre par le Brésil, le Canada, le Chili et l’Ukraine.

Il est significatif que l’UE et les États-Unis soient tous deux préoccupés par la souveraineté dans le domaine des technologies critiques, en particulier la microélectronique, et la raison en est la même : la désindustrialisation des dernières décennies et la tentative d’utiliser la globalisation pour exploiter les pays vers lesquels la production a été déplacée.

L’instabilité globale soulève également des questions sur la fiabilité des partenaires – les États fragiles honoreront-ils leurs engagements si leur situation politique ou économique s’aggrave.

Il existe également d’autres risques. Les sanctions peuvent avoir un effet à long terme sur les pays tiers, car, en règle générale, elles sont imposées contre les secteurs de l’économie qui ont un impact direct sur la concurrence économique et les capacités de défense d’un pays. Dans le but de nuire à l’économie russe, les États-Unis ont mis sur liste noire des entreprises de défense, des instituts de recherche et des secteurs de produits de base. En raison de ces restrictions, d’autres États sont incapables d’acheter des produits et des services essentiels. Par exemple, l’achat par la Turquie du système russe de missiles sol-air S-400 a entraîné des sanctions qui, à leur tour, ont perturbé l’approvisionnement du Canada et… des composants nécessaires aux drones turcs.

Certains estiment que même la crise climatique pourrait menacer l’accès aux produits essentiels et aux innovations technologiques.

DARPAlaseraircraft.jpg

L’UE est parvenue aux conclusions suivantes concernant la géopolitique des chaînes d’approvisionnement :

  • la diversification du commerce comporte des risques importants en raison de la fragilité des États, de la coercition économique et de la vulnérabilité climatique ;
  • une stratégie de diversification s’appliquera très probablement aux matières premières ou aux composants plutôt qu’aux domaines de haute technologie tels que les processeurs de données, les télécommunications ou les super-ordinateurs, qui nécessitent des investissements plus importants pour être autosuffisants ; et
  • les partenaires commerciaux actuels de l’UE constituent une bonne base pour la diversification.

Les leçons tirées par l’UE des expériences passées montrent que les projets de technologie et d’innovation doivent être pris plus au sérieux plutôt que d’être laissés au hasard.

Le projet Minitel, lancé dans les années 1980 comme une tentative de la France de créer son propre internet et, grâce à des terminaux spéciaux, de fournir un accès gratuit aux comptes bancaires, aux pages jaunes et à d’autres services, a échoué.

TERIA-Galileo.jpg

Le projet spatial Galileo, annoncé en 1999 comme une tentative de l’UE de créer son propre système GPS, s’est également soldé par un échec quelques années plus tard. Ce n’est qu’en 2011 que l’UE a réussi à lancer ses premiers satellites, qui ne sont devenus pleinement opérationnels qu’en 2019. En conséquence, le projet a pris des années de retard, a été trois fois supérieur au budget et n’a apporté aucune innovation ou technologie nouvelle.

GAIA X Capture d'écran 2020-10-22 18.31.30.png

Il y a également eu la tentative de créer l’écosystème de stockage en nuage GAIA-X qui a été lancé en 2020 dans le cadre d’une tentative de renforcer la souveraineté numérique de l’Europe. Vingt-deux entreprises ont investi dans le projet au départ, mais il n’a jusqu’à présent débouché sur rien. L’objectif du projet GAIA-X est bien sûr clair : réduire la dépendance à l’égard des serveurs de stockage en nuage des entreprises américaines Amazon et Microsoft. L’UE introduit également des tarifs spéciaux et des mesures restrictives dans l’espoir d’obtenir un avantage concurrentiel. Or, Microsoft est l’une des entreprises impliquées dans GAIA-X.

Partie 2

La production de semi-conducteurs est un pôle crucial des technologies modernes. Des décennies de progrès dans la production de masse de puces contenant un nombre toujours plus élevé de circuits ont radicalement modifié l’économie de l’informatique et remodelé en profondeur l’économie mondiale. La révolution des ordinateurs personnels des années 1980, la révolution de l’internet des années 1990 et les révolutions des smartphones et des médias sociaux du début des années 2000 ont toutes été bâties sur le silicium.

La prochaine génération d’applications industrielles et grand public susceptibles de changer la donne et reposant sur les réseaux 5G dépendra également des améliorations apportées aux performances et à la puissance de calcul fournies par les puces de pointe. L’accès aux semi-conducteurs de pointe est également essentiel à l’équilibre de la puissance militaire mondiale en raison de leur utilisation dans le calcul haute performance et les applications d’IA et d’internet des objets (IoT), mais aussi du rôle crucial qu’ils jouent dans les plate-formes d’armes modernes et de nouvelle génération.

POU6J4VDN5PQNKFJ5BERQ3ECHY.jpg

À l’heure actuelle, seules deux entreprises – la société sud-coréenne Samsung et la société taïwanaise TSMC – fabriquent des semi-conducteurs à l’échelle industrielle les processeurs les plus avancés. Ces leaders de l’industrie produisent actuellement en quantités commerciales des processeurs gravés à 7 nanomètres (nm), tout en s’efforçant de passer à 5 nm, puis, finalement, à 3 nm d’ici le milieu des années 2020. À titre de comparaison, le fabricant américain de puces intégrées Intel est également désireux de produire en volume à 7 nm, mais l’entreprise a rencontré des difficultés pour atteindre cet objectif, annonçant en juillet 2020 que la production de ses puces de nouvelle génération serait reportée à 2022.

À l’heure actuelle, les puces en 7 nm – y compris le système sur puce Kirin 990 de Huawei fabriqué par TSMC à Taïwan – sont les semi-conducteurs les plus avancés dans le commerce. HiSilicon, la filiale de Huawei spécialisée dans la conception de puces, a travaillé avec TSMC sur le dernier modèle de la série Kirin, fabriqué en 5 nm.

Malgré les prouesses croissantes des entreprises technologiques chinoises dans des domaines tels que la 5G, l’intelligence artificielle, les applications mobiles et l’informatique quantique, Pékin est toujours très en retard sur les technologies de pointe de fabrication de semi-conducteurs dans le monde. Par conséquent, afin d’atteindre ses objectifs ambitieux et de rester compétitives sur le marché mondial, les entreprises technologiques chinoises s’appuient sur les fabriques étrangères pour créer leurs puces les plus avancées.

La Chine intensifie ses efforts pour maîtriser les technologies avancées de fabrication de semi-conducteurs. Par l’intermédiaire de son énorme Fonds national d’investissement dans les circuits intégrés, créé en 2014 et recapitalisé en 2019, mais aussi d’autres fonds régionaux et locaux, elle a alloué un financement supérieur à 200 milliards de dollars, soit plus que le coût, ajusté en fonction de l’inflation, du vol lunaire américain Apollo, datant de la guerre froide. Toutefois, la Chine n’a obtenu jusqu’à présent que des résultats limités. Le premier fabricant chinois de semi-conducteurs, Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC), a toujours 3 à 5 ans de retard sur les leaders du secteur que sont Intel, Samsung et TSMC. En août, SMIC a annoncé qu’il serait en mesure de pousser son équipement lithographique existant jusqu’à 7 nm. Bien qu’il s’agisse d’une avancée majeure pour l’entreprise, elle reste à la traîne des leaders du secteur.

Quant à Intel, Samsung et TSMC, ils ont déjà été contraints de chercher de nouvelles façons de travailler ensemble et de partager les coûts pour suivre le rythme actuel de l’innovation de pointe. Les coûts de R&D et les dépenses d’investissement combinés des entreprises américaines de semi-conducteurs sont passés de 40 milliards de dollars en 2007 à 72 milliards de dollars en 2019, ce qui reflète l’augmentation du coût du respect de la loi de Moore. En 2018, un autre acteur majeur, GlobalFoundries – détenu par le fonds souverain émirati Mubadala – a effectivement abandonné la course au leadership mondial après avoir annoncé qu’il allait abandonner ses efforts de développement de cœur à 7 nm, principalement en raison de coûts d’outillage prohibitifs.

Chip-package-assembly-line.jpg

Une ligne d’assemblage de paquets de puces intelligentes dans
une entreprise d’électronique à Nantong, dans la province chinoise
du Jiangsu, en 2018

Un goulet d’étranglement spécifique pour SMIC et d’autres fabricants chinois est la technologie de lithographie à ultraviolets extrêmes (EUV), une technologie de fabrication de nouvelle génération qui est nécessaire pour passer à des cœurs inférieurs à 7 nm. L’EUV, qui utilise des longueurs d’onde plus courtes de la lumière ultraviolette pour produire des circuits plus fins et plus denses que ne le permettent les techniques de fabrication antérieures, est utilisée par TSMC et Samsung pour le nœud de processus de 7 nm. Intel travaille à l’intégration de l’EUV dans ses lignes de production commerciales mais a rencontré des problèmes. TSMC, Samsung et Intel comptent sur l’EUV pour leur fabrication en 5 nm.

Le développement de la technologie informatique est un élément clé de cette course. En 2019, Google a développé un ordinateur quantique de 53 qubits, un dispositif capable de résoudre des problèmes complexes en trois minutes environ. Cela peut ne pas sembler si impressionnant, mais lorsque vous considérez qu’il faudrait environ 1000 ans à un ordinateur non quantique pour effectuer les mêmes calculs, vous commencez à comprendre la puissance de l’informatique quantique.

Qu’elles soient grandes ou petites, les entreprises investissent d’énormes quantités de ressources dans le développement des ordinateurs quantiques, et beaucoup affirment qu’il pourrait s’agir de la prochaine grande nouveauté dans le monde de la technologie. Selon certaines estimations, le marché de l’informatique quantique atteindra 770 millions de dollars d’ici 2025. Entre 2017 et 2018, l’informatique quantique a connu une « ruée vers l’or quantique », les investisseurs ayant déversé 450 millions de dollars dans l’informatique quantique.

IBM a récemment annoncé son intention de construire un ordinateur quantique de 1000 qubits d’ici 2023. Les transports occupent également un certain pôle dans les technologies de pointe.

cover-r4x3w1000-5dd7bb6843ccf-tesla-cybertruck11-jpg.jpg

Des entreprises comme Tesla, Uber, Cruise et Waymo promettent un avenir dans lequel les voitures sont essentiellement des robots mobiles qui peuvent nous emmener où nous voulons en quelques pressions sur un smartphone. TuSimple tente de prendre de l’avance en créant des technologies uniques avec un certain nombre de partenaires stratégiques. En collaboration avec le constructeur de camions Navistar et le géant de l’expédition UPS, TuSimple mène déjà des opérations de test en Arizona et au Texas, notamment des courses autonomes de dépôt à dépôt. TuSimple prévoit d’atteindre le niveau 4 d’autonomie d’ici 2024, ce qui signifie que ses camions seront capables de fonctionner sans conducteur humain dans des conditions limitées pouvant inclure l’heure de la journée, la météo ou des itinéraires préétablis.

Il a été noté que l’industrie automobile chinoise développe aussi activement des véhicules autonomes. Dans le même temps, la Chine utilise une approche intégrée où la technologie 5G et l’intelligence artificielle, qui sont nécessaires pour assurer la synergie, sont introduites en parallèle.

L’écosystème des véhicules autonomes du pays fait partie de la nouvelle initiative pour les infrastructures lancée en mai 2020. Il est inclus dans le plan quinquennal et a reçu un financement d’environ 1 400 milliards de dollars.

Bien sûr, le secteur lié à la technologie le plus important en géopolitique est la défense et la sécurité. Aux États-Unis, ce secteur a été lié à trois stratégies de compensation lancées par le Pentagone.

Scott Savitz, de la RAND Corporation, a écrit sur deux des grandes tendances technologiques de cette génération et leur impact sur la guerre :

La première est l’amélioration incessante et rapide des technologies de l’information (TI), dans des domaines aussi divers que l’analyse des données, l’intelligence artificielle et la réalité augmentée. L’une de ses principales applications dans le domaine de la guerre est de permettre l’intégration et l’analyse rapide des données provenant de capteurs distribués et en réseau, afin de générer des informations opportunes et exploitables sous des formes que les humains et les machines peuvent facilement interpréter.

La deuxième tendance est connexe mais distincte : les capacités croissantes des systèmes sans pilote à accomplir des missions utiles. Ces capacités augmentent non seulement grâce aux technologies de l’information avancées qui permettent des opérations plus autonomes, mais aussi grâce aux améliorations apportées à la science des matériaux, au stockage de l’énergie, à la conception et à d’autres domaines.

Une troisième tendance, beaucoup moins remarquée, est l’amélioration des capteurs, qui deviennent plus petits, moins chers et plus perspicaces, avec des demandes d’énergie plus faibles et une plus grande durabilité dans divers environnements.

exoskeleton.jpg

Les technologies de pointe offrent également un certain nombre de solutions dans le secteur de l’armement qui suscitent l’enthousiasme des militaires. L’une des plus récentes est la bombe électromagnétique – un dispositif qui génère une impulsion électromagnétique de grande puissance ou une impulsion micro-ondes de grande puissance. Contrairement aux munitions classiques à énergie cinétique, les bombes électromagnétiques ont un effet dévastateur sur les appareils électroniques et les réseaux informatiques.

Bien que de telles armes existent déjà, les nouvelles technologies permettent de créer des dispositifs plus puissants.

Le déterminisme naturel et les perceptions différentes du monde extérieur (y compris des menaces), qui sont au cœur de la pensée géopolitique et de la culture stratégique, n’auront plus cours dans les décennies à venir. Cependant, la technologie aura un impact significatif sur eux, et ce facteur doit être pris en compte dans les évaluations des risques et les projections pour l’avenir.

Leonid Savin

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

jeudi, 10 juin 2021

Le Forum de St Pétersbourg. Une cartographie du siècle eurasiatique

5931479ac361885b218b46bc.jpg

Le Forum de St Pétersbourg. Une cartographie du siècle eurasiatique

Par Pepe Escobar

Source The Saker’s Blog

Il est impossible de comprendre les détails de ce qui se passe sur le terrain en Russie et dans toute l’Eurasie, sur le plan commercial, sans suivre le Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF).

Allons donc droit au but et proposons quelques exemples choisis de ce qui a été discuté lors des principales sessions.

L’Extrême-Orient russe. Voici une discussion sur les stratégies, largement couronnées de succès, visant à stimuler les investissements productifs dans l’industrie et les infrastructures dans l’Extrême-Orient russe. L’industrie manufacturière en Russie a connu une croissance de 12,2 % entre 2015 et 2020 ; en Extrême-Orient, elle était du double, à 23,1 %. Et de 2018 à 2020, l’investissement en capital fixe par habitant y était de 40 % plus élevé que la moyenne nationale. Les prochaines étapes sont centrées sur l’amélioration des infrastructures, l’ouverture des marchés mondiaux aux entreprises russes et, surtout, la recherche des fonds nécessaires (Chine ? Corée du Sud ?) pour les technologies de pointe.

L’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Comme j’ai pu le constater moi-même lors des précédentes éditions du forum, il n’existe rien de comparable en Occident pour ce qui est de discuter sérieusement d’une organisation telle que l’OCS, qui a progressivement évolué de son objectif initial de sécurité vers un rôle politico-économique de grande envergure.

La Russie a présidé l’OCS en 2019-2020, lorsque la politique étrangère a pris un nouvel élan et que les conséquences socio-économiques du Covid-19 ont été sérieusement abordées. Désormais, l’accent devrait être mis sur la manière de rendre ces nations membres, en particulier les « stans » d’Asie centrale, plus attrayantes pour les investisseurs mondiaux. Parmi les intervenants figuraient l’ancien secrétaire général de l’OCS, Rashid Alimov, et l’actuel secrétaire général, Vladimir Norov.

Le Partenariat eurasiatique. Cette discussion portait sur ce qui devrait être l’un des nœuds essentiels du siècle eurasiatique : le corridor international de transport nord-sud (INSTC). Un précédent historique important s’applique : la route commerciale de la Volga des 8e et 9e siècles qui reliait l’Europe occidentale à la Perse – et qui pourrait maintenant être prolongée, dans une variante de la Route de la soie maritime, jusqu’aux ports de l’Inde. Cela soulève un certain nombre de questions, allant du développement du commerce et de la technologie à la mise en œuvre harmonieuse de plateformes numériques. Les intervenants sont originaires de Russie, d’Inde, d’Iran, du Kazakhstan et d’Azerbaïdjan.

Le partenariat de la Grande Eurasie. La Grande Eurasie est le concept russe global appliqué à la consolidation du siècle eurasien. Cette discussion est largement axée sur la Big Tech, notamment la numérisation complète, les systèmes de gestion automatisés et la croissance verte. La question est de savoir comment une transition technologique radicale pourrait servir les intérêts de la Grande Eurasie.

Et c’est là que l’Union économique eurasienne (UEEA) dirigée par la Russie entre en jeu : comment la volonté de l’UEEA de créer un grand partenariat eurasien devrait-elle fonctionner dans la pratique ? Parmi les intervenants figurent le président du conseil d’administration de la Commission économique eurasienne, Mikhail Myasnikovich, et une relique du passé d’Eltsine : Anatoliy Chubais, qui est désormais le représentant spécial de Poutine pour les « relations avec les organisations internationales en vue de réaliser les objectifs de développement durable ».

Il faut se débarrasser de tous ces billets verts

La table ronde la plus intéressante de la SPIEF était consacrée à la « nouvelle normalité » (ou anormalité) post-Covid-19 et à la manière dont l’économie sera remodelée. Une sous-section importante portait sur la manière dont la Russie peut éventuellement en tirer parti, en termes de croissance productive. Ce fut une occasion unique de voir la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, le gouverneur de la Banque centrale russe, Elvira Nabiullina, et le ministre russe des finances, Anton Siluanov, débattre autour de la même table.

404383.jpg

En fait, c’est Siluanov (photo) qui a fait tous les gros titres concernant le SPIEF lorsqu’il a annoncé que la Russie allait abandonner totalement le dollar américain dans la structure de son fonds national souverain et réduire la part de la livre sterling. Ce fonds aura plus d’euros et de yuans, plus d’or, et la part du yen restera stable.

Ce processus de dédollarisation en cours était plus que prévisible. En mai, pour la première fois, moins de 50 % des exportations russes étaient libellées en dollars américains.

Siluanov a expliqué que les ventes d’environ 119 milliards de dollars d’actifs liquides passeront par la Banque centrale russe, et non par les marchés financiers. En pratique, il s’agira d’un simple transfert technique d’euros vers le fonds souverain. Après tout, cela fait déjà des années que la Banque centrale se débarrasse régulièrement de ses dollars américains.

Tôt ou tard, la Chine suivra. En parallèle, certaines nations d’Eurasie, de manière extrêmement discrète, se débarrassent également de ce qui est de facto la monnaie d’une économie basée sur la dette, à hauteur de dizaines de trillions de dollars, comme l’a expliqué en détail Michael Hudson. Sans compter que les transactions en dollars américains exposent des nations entières à l’extorsion d’une machine judiciaire extra-territoriale.

Sur le très important front sino-russe, qui a été abordé lors de toutes les discussions du SPIEF, le fait est que l’association du savoir-faire technique chinois et de l’énergie russe est plus que capable de consolider un marché pan-eurasien massif et capable d’éclipser l’Occident. L’histoire nous apprend qu’en 1400, l’Inde et la Chine étaient responsables de la moitié du PIB mondial.

Alors que l’Occident se vautre dans un effondrement auto-induit, la caravane eurasienne semble inarrêtable. Mais il y a toujours ces satanées sanctions américaines.

La session du club de discussion du Valdai a approfondi l’hystérie : les sanctions servant un agenda politique menacent de vastes pans de l’infrastructure économique et financière mondiale. Nous en revenons donc une fois de plus au syndrome inéluctable du dollar américain servant d’arme, déployé contre l’Inde qui achète du pétrole iranien et du matériel militaire russe, ou contre les entreprises technologiques chinoises.

indexcaldai.jpg

Des intervenants, dont le vice-ministre russe des finances, Vladimir Kolychev, et le rapporteur spécial des Nations unies sur les « effets négatifs des mesures coercitives unilatérales sur la jouissance des droits de l’homme », Alena Douhan, ont débattu de l’inévitable nouvelle escalade des sanctions anti-russes.

Un autre thème récurrent dans les débats du SPIEF est que, quoi qu’il arrive sur le front des sanctions, la Russie dispose déjà d’une alternative à SWIFT, tout comme la Chine. Les deux systèmes sont compatibles avec SWIFT au niveau logiciel, de sorte que d’autres nations pourraient également l’utiliser.

Pas moins de 30 % du trafic de SWIFT concerne la Russie. Si cette « option » nucléaire venait à se concrétiser, les nations commerçant avec la Russie abandonneraient presque certainement SWIFT. En outre, la Russie, la Chine et l’Iran – le trio « menaçant » l’hégémon – ont conclu des accords d’échange de devises, bilatéralement et avec d’autres nations.

Cette année, le SPIEF a eu lieu quelques jours seulement avant les sommets du G7, de l’OTAN et de l’UE, qui mettront en évidence l’insignifiance géopolitique de l’Europe, réduite au statut de plateforme de projection de la puissance américaine.

Et moins de deux semaines avant le sommet Poutine-Biden à Genève, le SPIEF a surtout rendu un service à ceux qui y prêtent attention, en traçant certains des contours pratiques les plus importants du siècle eurasien.

Pepe Escobar

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

mardi, 08 juin 2021

État, pouvoir et subjectivité sociale

innovation.jpg

État, pouvoir et subjectivité sociale

Par Andrés Berazategui*

Ex: https://nomos.com.ar/2020/06/03/estado-poder-y-subjetividad-social/

L'expansion de l'internet et la massification des réseaux sociaux, ainsi que la mobilité accrue des personnes et des capitaux qui a eu lieu au cours des dernières décennies, ont modifié non seulement les modes de vie et les possibilités de consommation, mais aussi la manière de constituer les sujets sociaux. En effet, l'expansion technique et le nomadisme ont généré d'autres types de relations intersubjectives, modifiant ainsi les espaces humains de coexistence. Dans le passé, nos relations étaient basées sur un contact personnel et immédiat, ce qui signifie que nous ne pouvions utiliser les médias que comme un moyen de communication instrumental et accessoire pour traiter avec les autres. Aujourd'hui, nous pouvons avoir des amis partout dans le monde, que nous pouvons contacter de manière immédiate, stable et fluide à presque tout moment, et ils ne seront ni moins ni moins bons amis pour cette raison.

Quoi qu'il en soit, tout argument utilisé en faveur des relations fondées sur le contact personnel, aussi raisonnable soit-il, ne peut nier l'existence de celles fondées sur le contact virtuel. Ce qu'il est important de souligner pour cette réflexion, c'est que les liens générés par les réseaux sociaux et les nouveaux modes de communication, constituent de nouveaux types de subjectivité sociale, produit d'un réseau d'intérêts qui peut être immédiat et local, mais aussi constitué par la distance et les médiations offertes par la technique. Mais pour comprendre cela, il faut d'abord se pencher un peu plus sur la manière dont cette situation s'est produite.

connexion-internet-lent-intro-8.jpg

Les processus d'intégration

L'unification de la planète s'est faite par un "rétrécissement" temporel et spatial qui est le produit, comme nous l'avons dit, de la circulation des capitaux et des personnes, et de la diffusion massive des médias et des réseaux sociaux. Les capitaux se déplacent de façon vertigineuse, se localisant dans les endroits où ils peuvent apporter le plus de bénéfices et la délocalisation des entreprises est devenue un événement très courant et même recherché par les États qui misent davantage sur l'arrivée d'investissements. L'argent peut traverser les frontières instantanément et sans nécessiter beaucoup d'efforts. L'accès aux communications s'est généralisé dans presque tous les coins de la planète et avec des mécanismes de fonctionnement très différents de ceux qui existaient dans le passé. Internet, mais pas seulement lui, génère des espaces de communication quotidiens où l'on établit des liens réels avec d'autres personnes, bien qu'ils soient médiatisés par des distances qui atteignent des milliers et des milliers de kilomètres. Les téléphones portables peuvent nous faire parler ou envoyer des messages à partir d'applications gratuites et accessibles. Nous vivons littéralement "connectés", à tel point que, selon certaines études, un jeune passe aujourd'hui environ 50 % de son temps d'éveil devant un écran, qu'il s'agisse d'un téléphone portable, d'une télévision ou de différents types d'ordinateurs.

Or, il est clair que les utilisateurs ont tendance à rester dans ces réseaux ou ces pages qui n'obéissent qu'à leur propre intérêt et qui, précisément en raison de leur quantité et de leur diffusion, génèrent tout un environnement de connectivité quotidienne qui finit par favoriser une véritable coexistence, bien que celle-ci soit en réalité "en ligne". Supposons par exemple qu'une personne soit fan de musique pop sud-coréenne (appelée K-pop), un phénomène qui, ces dernières années, a connu un grand essor parmi les jeunes, tant à l'Est qu'à l'Ouest. Eh bien, les fans du monde entier qui écoutent cette musique peuvent communiquer de manière quasi-permanente par le biais d'une multitude de pages, de forums ou de réseaux sociaux. Les informations mises à jour quotidiennement par ces plateformes les tiennent au courant de la vie et des performances de leurs idoles. Dans divers fandoms (1), les fans qui se font confiance s'échangent leurs numéros de téléphone et peuvent rester connectés grâce à des applications. Bien sûr, le jeune qui a aujourd'hui 15 ans et qui écoute cette musique peut demain changer ses goûts et se mettre à écouter du heavy metal, une musique très différente. Il peut aussi se désintéresser de la musique et devenir un fan d'une autre activité comme la pêche, l'ufologie ou autre. Ce qu'il est important de souligner, c'est que, quelle que soit l'activité ou la connaissance dans laquelle vous voulez canaliser votre temps, vous pourrez établir des liens à travers les réseaux sociaux et les espaces virtuels avec des milliers et des milliers d'autres individus avec lesquels vous établissez une communauté d'intérêts.

Nous aimerions faire deux observations sur cette situation. Tout d'abord, nous voudrions noter la fluidité que les processus de constitution de l'identité peuvent avoir comme conséquence des changements -ou confluences- dans les domaines d'intérêt. Comme nous l'avons noté, on peut être aujourd'hui un fan de pop coréenne, demain un terraplaniste, dans quelques mois un dévot du Pacha Mama. Même ces intérêts peuvent converger en même temps, tissant une toile de symboles, d'imaginaires et de langages qui influencent les individus d'une manière qui, en raison de la "liquidité" qu'ils acquièrent, ne parvient pas à constituer des identités durables.

La deuxième observation est que, néanmoins, il existe des préoccupations qui, en raison des problèmes qu'elles incarnent, génèrent des liens plus stables. Nous pouvons citer les questions liées aux intérêts professionnels, à l'écologie, à l'exclusion ou celles qui ont trait aux droits des femmes. Et c'est sur ce deuxième point que nous voulons nous arrêter.

En tenant compte du fait que les êtres humains sont eux avec d'autres et quelque part, et si nous disons que les relations humaines se constituent et s'expriment à travers le virtuel, comme conséquence logique, un processus est généré par lequel de nouvelles subjectivités sociales de caractère déterritorialisé naissent. Mais ce n'est pas tout. Il est certain que les jeunes fans d'un certain style de musique ne s'organiseront pas de manière stable et permanente pour défendre les "droits" des auditeurs de musique K-pop ou même pour défendre les revendications professionnelles de leurs idoles.

image-from-rawpixel-id-586516-jpeg-1024x576.jpg

Mais qu'en est-il des questions qui nous affectent de manière réelle et sûrement durable, comme la dégradation de l'environnement, le réchauffement climatique, la pauvreté, la violence domestique, etc. Abstraction faite de la manipulation médiatique dont ces questions peuvent faire l'objet, il est impossible de nier qu'elles sont devenues des causes beaucoup plus visibles ces derniers temps et que même les jeunes générations les considèrent comme faisant partie de leurs préoccupations générationnelles. Ces questions, et c'est là le point important, ne font pas seulement l'objet d'une lutte territoriale et locale. Les questions écologiques ne respectent évidemment pas les frontières. Dans la génération de la pauvreté et de l'exclusion, les entreprises transnationales ont une responsabilité fondamentale ; la violence dite "de genre" est dénoncée dans un cadre biopolitique beaucoup plus large que la perspective domestique traditionnelle. La sur-idéologisation militante et l'exagération médiatique déforment souvent la portée réelle de ces questions, mais il s'agit de problèmes qui existent réellement et qui s'expriment souvent de manière particulièrement grave. La détérioration de l'environnement, la pauvreté, la violence domestique, etc. ne sont pas des "inventions". Et comme il s'agit de questions qui, de par leurs caractéristiques, s'expriment au-delà des espaces traditionnels de coexistence - et naissent d'hybridations géographiques, d'âge ou de "classe" - il est logique que des acteurs émergent avec des récits qui suivent la même logique d'hybridité spatiale et sociale pour y répondre. Et c'est là qu'interviennent les nouveaux modes de liaison virtuelle et leur impact potentiel sur la vie collective, puisque les réseaux sociaux et les communications permettent d'articuler leurs membres de manière permanente et durable au-delà des distances, en leur donnant la possibilité de générer des mécanismes instantanés d'expression, de consultation, d'organisation et de prise de décision. Plusieurs personnes peuvent se rencontrer à tout moment et immédiatement alors qu'elles se trouvent à des milliers de kilomètres les unes des autres. L'impact des communications sur la dynamique organisationnelle est donc incalculable, puisqu'elles relient ceux qui sont proches et ceux qui sont éloignés, ceux qui se connaissent personnellement, ainsi que ceux qui se trouvent à l'autre bout du monde.

La lutte pour la décision

Le modèle westphalien du système international est basé sur des unités politiques que nous appelons "États-nations". Les territoires - supposition fondamentale pour l'existence propre de l'État - ont adopté des éléments propres à la Modernité et ont été reformulés par rapport à l'ordre médiéval en apparaissant différentes juridictions qui valorisaient comme jamais auparavant ces lignes imaginaires appelées limites, et qui étaient tracées avec la précision typique de la raison calculatrice propre de la nouvelle époque. Afin de centraliser le pouvoir entre les mains d'une autorité supérieure, les pouvoirs ont été retirés aux différents domaines et régions qui existaient jusqu'alors. Afin d'éviter que la religion ne devienne une source de conflit, le principe cuius regio, eius religio (2) a été établi, selon lequel la religion officielle de chaque unité politique serait simplement celle du dirigeant. En ce qui concerne les relations internationales, les principes de l'égalité de traitement entre les gouvernements, de la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres États et de leur indépendance les uns par rapport aux autres ont été consacrés.

imagesicm.jpg

Afin d'obtenir une cohésion qui maintiendrait la stabilité des unités politiques naissantes, tous les éléments susceptibles d'être utilisés pour la réalisation de l'"unité nationale" ont été mis à profit, car une société affectée par la désarticulation et la désintégration de ses parties est difficile à diriger. Ainsi, les études linguistiques sont nées dans le but d'unifier les langues, les attributs du pouvoir ont été concentrés dans des gouvernements centralisés et, à mesure que le temps passait et que les masses gagnaient du terrain en matière de participation publique, les élites dirigeantes se sont efforcées de réaliser des récits nationaux unifiés à partir de l'enseignement standardisé de l'histoire, de la promotion d'un culte des ancêtres communs et de l'établissement des mêmes symboles patriotiques pour l'acceptation et la reconnaissance de tous les citoyens des États.

Cependant, les nouvelles identités émergentes assiègent et remettent en question l'hypothèse d'un même récit national unifié, car elles génèrent leurs propres langues, symboles et intérêts. Cela ne signifie pas que de nouveaux agents apparaissent qui ont la possibilité de supplanter les nations, mais qu'ils superposent leurs propres intérêts à ceux déjà constitués dans les États. Ces "identités agrégées" se disputent la loyauté des individus - en particulier des plus jeunes - qui vivent déjà dans une ère où les institutions traditionnelles sont de plus en plus démantelées. La famille, les guildes ou les clubs, pour ne citer que quelques exemples, ne sont pas toujours des espaces d'épanouissement personnel, et ce non pas parce qu'ils sont inefficaces, mais parce qu'ils sont parfois inexistants. Divorces en augmentation, précarité de l'emploi, tâches où la communication se fait par télétravail -distant et impersonnel-, apparition de multiples divertissements et intérêts ; telle est la réalité d'aujourd'hui, où les espaces traditionnels de coexistence ont été notoirement modifiés. C'est le contexte auquel nos sociétés doivent désormais faire face, en particulier celles où les liens collectifs ont été les plus érodés.

En ce qui concerne la sphère internationale, les États restent les acteurs les plus pertinents sans discussion. Cela est apparu brutalement lorsque la pandémie causée par le coronavirus a fait revenir les gouvernements dans leurs espaces nationaux, et que des frontières que l'on pensait périmées ont acquis une importance critique pour la gestion de la crise. Les ressources dures telles que l'industrie, la technologie elle-même ou les forces de sécurité ont été mises à contribution. Les aspirations cosmopolites des minorités éclairées qui observent le monde depuis leur ordinateur semblaient être laissées pour compte, et la faiblesse humaine avait besoin d'un pouvoir politique organisé pour se défendre contre le dangereux virus.

Digital-Economy-7.jpg

Mais désormais, les États auront besoin d'autres logiques pour l'exercice de leur pouvoir. Ils devront faire des efforts pour réaliser une intégration sociale qui permette à chaque peuple de disposer d'institutions légitimes, car les loyautés des individus et des groupes sociaux ne se coalisent plus sur la base d'un sentiment d'appartenance à une seule unité de destin, de sorte qu'une multiplicité de griefs croissants peut miner l'efficacité des pouvoirs publics. L'éducation aux symboles nationaux ou la connaissance de sa propre histoire, par exemple, accroît la conscience d'être Argentin, ce qui fait de lui un acteur du patrimoine commun, et favorise la loyauté nécessaire à la coexistence collective. Mais ce n'est pas suffisant. Il est nécessaire de réfléchir à la manière d'accroître le sentiment d'appartenance à une même communauté, même dans la pluralité des identités coparticipantes.

D'autre part, les décideurs publics devront accepter que les agendas comportant des questions transfrontalières sont également là pour rester. Ces agendas sont construits sur des questions qui ont toujours existé, mais qui aujourd'hui prennent forme dans des mouvements qui débordent et dépassent les frontières nationales en raison des dynamiques relationnelles que nous avons mentionnées au début. Cela est d'autant plus important que les réseaux qui se tissent autour de questions telles que l'écologie, les droits de l'homme, l'exclusion sociale ou le rôle des femmes, par exemple, peuvent constituer un terrain propice à la remise en cause de l'autorité des États, soit par la dynamique des revendications non résolues elles-mêmes, soit par l'action d'autres États qui les utilisent à leurs propres fins. La contestation de ces agents peut même atteindre le monopole même de la décision, qui est le principe sur lequel repose la souveraineté. Pour citer un exemple concret, qui décidera de ce qu'il faut faire en Amazonie en matière de gestion de ses vastes ressources : les États qui partagent son territoire ou les réseaux d'organisations écologiques qui opèrent au-delà de ses frontières? C'est là que l'intégration régionale, toujours retardée, devient pertinente, considérée en termes géopolitiques et pas seulement rhétoriques.

Une question qui ne peut être remise à plus tard en ce qui concerne l'efficacité des pouvoirs publics est la décentralisation, au niveau territorial, tant dans la gestion des ressources locales que dans le processus décisionnel. De nouvelles méthodes relocalisées d'information et de gestion devront être repensées, où les méthodes participatives dans les espaces immédiats de coexistence sociale se développent considérablement. Cela permettra aux citoyens concrets, dans des espaces concrets, de s'attaquer aux problèmes immédiats, en évitant la bureaucratie habituelle et croissante typique du gigantisme qu'adoptent les nations. Si cette adaptation s'avère inadéquate, il peut y avoir un risque de croissance du pouvoir des réseaux transnationaux avec pour conséquence le discrédit des autorités publiques. La technique même dont nous avons parlé pourrait accélérer cette dynamique.

L'État est l'expression formalisée du pouvoir dont dispose une communauté, avec tout ce que cela implique. Mais il est aussi le serviteur de la nation, puisque l'objet de la politique est de promouvoir le bien commun et non le profit des partis ou la croissance des organismes publics. Les ressources techniques, si elles sont centralisées chez des dirigeants peu scrupuleux, peuvent être utilisées pour le contrôle social et c'est un réel danger qui guette nos peuples, compte tenu des systèmes de surveillance modernes. En résumé, la recherche de la cohésion sociale, la décentralisation et la refonte de nouvelles organisations basées sur le niveau territorial sont les défis à relever à court terme et avec une vision stratégique. Il s'agit, ni plus ni moins, de revenir à la notion de communauté organisée.

*Andrés Berazategui, membre de Nomos, est diplômé en relations internationales de l'Universidad Argentina John F. Kennedy, et titulaire d'un master en stratégie et géopolitique de l'Escuela Superior de Guerra del Ejército (ESGE).

Notes

1 Contraction de fan kingdom, royaume des fans. La communauté des adeptes d'un artiste, d'un groupe ou d'un passe-temps.

2 Quelque chose comme "selon la religion du roi, telle sera la religion de ses dominions".

 

Un coup d’éclat magistral !

B9727176261Z.1_20210528062440_000+G6II7AOET.2-0.jpg

Un coup d’éclat magistral !

par Georges FELTIN-TRACOL

Ex: http://www.europemaxima.com

Diplomates et journalistes occidentaux n’en reviennent toujours pas. L’action audacieuse du Bélarus restera à coup sûr comme l’un des événements marquants de l’année 2021. Le dimanche 23 mai, un avion de chasse Mig-29 bélarussien reçoit l’ordre d’escorter jusqu’à l’aéroport de Minsk un avion de ligne Boeing 737 de la compagnie Ryanair qui relie Athènes en Grèce à Vilnius en Lituanie. Une alerte à la bombe à son bord est signalée et revendiquée par le Hamas.

Parmi les passagers qui sont repartis après une fouille minutieuse de l’appareil et de leurs bagages se trouvaient Roman Protassevitch et sa compagne russe Sofia Sapega. Ce journaliste contestataire vivait en exil en Pologne depuis deux ans, car, en opposant virulent au président Alexandre Loukachenko, il n’hésitait pas depuis l’étranger à inciter ses compatriotes à renverser l’ordre constitutionnel légitime du Bélarus.

Son arrestation a indigné tout le Bloc occidental atlantiste (BOA). Les opposants bélarussiens qui se terrent hors de leur patrie connaissent maintenant la frousse. Ces apprentis-prévaricateurs rêvent de chasser le président Loukachenko afin de mieux s’emparer du potentiel économique exceptionnel du pays. Les richesses agricoles, industrielles et informatiques bélarussiennes attisent leurs convoitises ultra-libérales. Les diplomaties occidentales dénoncent bien sûr un supposé « détournement » aérien. Le complexe médiatique d’occupation mentale répète en boucle ce point de vue approximatif. Les plumitifs de service le lundi de Pentecôte parlent pour leur part d’un acte sans précédent. Soit ce sont des incompétents notoires, soit ce sont des menteurs avérés.

661_afp-news_7fb_6bb_880347769f27c13aa0252c4f88_000_9AL9PF-highDef.jpg

Le 2 juillet 2013, l’avion du président Evo Morales était détourné sur Vienne en Autriche. Au mépris de l’immunité diplomatique et présidentielle, l’appareil fut fouillé et le chef d’État bolivien dut patienter treize heures à l’aéroport. Sur réquisition des États-Unis et de l’OTAN, la police autrichienne recherchait un dangereux terroriste censé voyager à ses côtés : Edward Snowden. Le président Morales qualifia cet outrage inouï d’« acte de terrorisme d’État ». Alors respectivement vice-président des États-Unis et ministre français de la Défense, Joe Biden et Jean-Yves Le Drian ne condamnèrent pas ce scandale.

On a aussi oublié le détournement, le 22 octobre 1956, du DC – 3 d’Air Atlas – Air Maroc par l’aviation française. Faisant la liaison entre le Maroc et la Tunisie, l’avion personnel du souverain marocain transportait cinq hauts-dirigeants du FLN algérien. Cette décision prise sous un gouvernement socialiste, mais à l’insu du président du Conseil Guy Mollet, heurta les belles âmes de gauche et autres porteurs de valises homicides. Le 25 février 1963, des barbouzes, plus ou moins liées au renseignement militaire, enlevèrent à Munich en Allemagne de l’Ouest le colonel Antoine Argoud, membre du Comité exécutif du Conseil national de Résistance favorable à l’Algérie française. En dépit des protestations de Bonn, le colonel Argoud fut jugé par une cour spéciale de justice et condamné à la prison à perpétuité. La République française n’a jamais regretté cet enlèvement illégal et clandestin. Pour le DC – 3 comme pour le Boeing 737, la France et le Bélarus exercent leur droit le plus souverain.

tumblr_pw2d0pF3nm1y8e8d3o1_400.png

Roman Protassevitch risque de longues années de détention pour ses appels fréquents au soulèvement. Le BOA exige sa libération immédiate. Qu’il libère d’abord Julian Assange ! Incapable de rétablir l’ordre public dans le quartier de Stalingrad dans le XIXe arrondissement de Paris, le pitoyable gouvernement français joue une nouvelle fois au petit caïd sur la scène internationale. Avant de vouloir donner des leçons à la terre entière, il devrait plutôt contempler ses propres turpitudes liberticides. C’est dans l’Hexagone macronien que l’écrivain Hervé Ryssen a été emprisonné et condamné pour des citations de livres, qu’Alain Soral risque quatre ans de prison pour des commentaires politiques inappropriés, que l’humoriste Dieudonné demande l’asile politique à la Turquie, que Boris Le Lay fait l’objet d’un mandat d’arrêt international. Le 22 avril dernier, le Gilet jaune Christophe Chalençon a été condamné à six mois de prison avec sursis et à cinq ans d’inéligibilité pour « incitation à s’armer contre l’autorité de l’État ». Pendant son procès, il a assumé être un opposant politique et une victime de la censure du Régime hexagonal. Pendant ce temps, la police politique allemande perquisitionne le domicile de Björn Höcke, le président de l’AfD de Thuringe, député régional de ce Land et chef de file de la ligne nationale-populaire. A-t-il caché un financement politique occulte ? S’agit-il d’une nouvelle affaire de corruption ? C’est bien plus grave. Le Parquet le soupçonne de « stigmatiser les “ réfugiés ” » et de les considérer comme des criminels potentiels. Ainsi blasphèmerait-il contre les « migrants » et se voit accusé de crime de lèse-immigrés clandestins. Ces quelques exemples, principalement ouest-européens, se rapprochent de ce que les chancelleries occidentales souhaitent, approuvent et encouragent au Bélarus contre un président charismatique qui a compris le prétexte pandémique et qui ne se compromet pas avec deux youtubeurs en vogue.

L’EPHAD continental qu’est l’Union dite européenne vient de prendre de nouvelles sanctions contre le Bélarus. Ce pays a néanmoins l’habitude des menaces occidentales. Le dernier État d’Europe qui ose appliquer la peine de mort détient désormais une longue et solide expérience de résistance à l’hyper-classe cosmopolite. Il vient de le démontrer avec ce coup d’éclat magistral.

Georges Feltin-Tracol

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 217, mise en ligne sur TVLibertés, le 1er juin 2021.

lundi, 07 juin 2021

L’Europe: un terrain de jeux de guerre pour la stratégie américano-otanienne

2105-68-cf127-47348.jpg

L’Europe: un terrain de jeux de guerre pour la stratégie américano-otanienne

par Manlio Dinucci, Italie

Ex: https://www.zeit-fragen.ch/fr/archives/2021/

En 2020, la mobilité terrestre des personnes dans l’Union européenne a été paralysée par les verrouillages, principalement à la suite du blocus du tourisme. La même chose s’est produite dans la mobilité aérienne: selon une étude du Parlement européen (mars 2021), elle a subi une perte nette de 56 milliards d’euros et 191 000 emplois directs, plus d’un million dans les industries connexes. En 2021, la reprise s’annonce très problématique. Un seul secteur a fortement accru sa mobilité en allant à l’encontre de la tendance: le secteur militaire.

En ce moment, environ 28 000 soldats passent d’un pays à l’autre en Europe avec des chars et des avions: ils sont engagés dans Defender-Europe 21, le grand exercice de l’armée américaine (et non de l’OTAN) en Europe impliquant 25 alliés et partenaires européens. L’Italie y participe non seulement avec ses forces armées, mais en tant que pays hôte. Dans le même temps, l’exercice Steadfast Defender de l’OTAN est sur le point de commencer, mobilisant plus de 9 000 soldats américains et européens, dont des soldats italiens. Il constitue le premier test à grande échelle des deux nouveaux commandements de l’OTAN: le Joint Force Command, avec son quartier général à Norfolk (USA), et le Joint Support Command avec son quartier général à Ulm (Allemagne). La «mission»du Norfolk Command est de «protéger les routes atlantiques entre l’Amérique du Nord et l’Europe» qui, selon l’OTAN serait menacée par les sous-marins russes; la «mission»du commandement d’Ulm est «d’assurer la mobilité des troupes à travers les frontières européennes pour permettre un renforcement rapide de l’Alliance sur le front de l’Est», menacée par les forces russes d’après l’OTAN.

Pour cette seconde «mission» l’Union européenne joue un rôle important, car l’armée américaine a demandé la création d’un «espace Schengen militaire». Le plan d’action sur la mobilité militaire, présenté par la Commission européenne en 2018, envisage de modifier «les infrastructures (ponts, voies ferrées et routes) qui ne sont pas adaptées au poids ou à la taille des véhicules militaires lourds». Par exemple, si un pont ne peut pas supporter le poids d’une colonne de réservoir de 70 tonnes, il doit être renforcé ou reconstruit. Après avoir alloué une dotation initiale d’environ 2 milliards d’euros à cet effet, en deniers publics soustraits des dépenses sociales, les ministres de la Défense de l’UE (Lorenzo Guerini pour l’Italie) ont décidé le 8 mai d’impliquer les Etats-Unis, le Canada et la Norvège sur le Plan de mobilité militaire de l’UE. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, présent à la réunion, a souligné le fait que «les Alliés non membres de l’UE jouent un rôle essentiel dans la protection et la défense de l’Europe». Ainsi, l’OTAN (21 pays de l’UE sur 27 sont membres de l’OTAN), après avoir chargé l’UE de mener et de financer la restructuration des infrastructures européennes à des fins militaires, prend en fait la gestion de la «Espace Schengen militaire».

militaires_usa_lituanie_sipa.jpg

Dans la région européenne transformée en terrain de parade, l’adaptation des infrastructures à la mobilité des forces US / OTAN est testée dans des essais de guerre incluant «le déploiement de forces terrestres et navales d’Amérique du Nord vers la région de la mer Noire». Ils servent – selon les propos de M. Stoltenberg – à «démontrer la capacité et la volonté de l’Otan à protéger tous ses alliés de toute menace». Le type de «menace» a également été déclaré par les ministres des Affaires étrangères du G7 (Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne, Allemagne, France, Italie et Japon), qui se sont réunis le 5 mai à Londres. Les sept ministres (Luigi Di Maio pour l’Italie), renversant les faits, ont accusé la Russie de «comportement irresponsable et déstabilisateur, annexion illégale de la Crimée, regroupement des forces militaires à la frontière ukrainienne, utilisation d’armes chimiques pour empoisonner les opposants, activités malveillantes visant à saper le système démocratique d’autres pays, menacent l’ordre international fondé sur des règles». Le fait que le G7 ait formulé ces accusations avec les mêmes mots utilisés par le Pentagone et répétés par l’OTAN, confirme l’existence de la même matrice dans la stratégie de tension poussant l’Europe dans une situation de plus en plus dangereuse.•

La Libye, un jeu stratégique

0-43740.jpg

La Libye, un jeu stratégique

par Alberto Negri

Source : Il Manifesto & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/libia-una-partita-strategica

Chaque fois qu'un dirigeant italien rencontre un dirigeant libyen, il y a de la moquerie en l'air, qu'elle soit voulue ou non. Pourtant, la Libye pourrait devenir notre plus grand fournisseur de gaz.

Cela s'est encore passé hier à Rome lors de la rencontre très attendue entre le Premier ministre Mario Draghi et Abdul Hamid Dbeibah, sa première visite officielle en Italie depuis sa prise de fonction, moins de deux mois après celle de Premier ministre à Tripoli.

On parle d'arrêter les migrants mais que voit-on ? Depuis des semaines, des dizaines de bateaux partent de Zuara, et personne ne les arrête avant qu'ils ne partent : il y a pourtant les garde-côtes libyens, que nous finançons généreusement, une mission européenne Irini au large des côtes libyennes, des drones, des satellites, des radars, bref, une série de dispositifs qui devraient permettre d'empêcher les départs.

Ensuite, il y a la question des camps de réfugiés, qui sont devenus des lager. Les Libyens, en paroles, disent qu'ils veulent les démanteler. Mais avant tout, ils devraient changer leurs lois. La Libye n'adhère pas aux conventions internationales sur les réfugiés, ni à la Convention de Genève ni aux conventions ultérieures. En un mot, toute personne qui entre sur le territoire libyen est considérée comme un immigrant illégal, donc privée de droits et peut être traitée comme on le souhaite, comme un criminel.

unnamedlibye.jpg

Cela dit, la réunion d'hier ne portait pas seulement sur les migrants mais aussi sur la reprise économique. Et même ici, il y a de la de dérision dans l'air : la Libye produit du gaz et du pétrole et pourrait en vendre beaucoup plus si les Libyens s'entendaient entre eux au lieu de prendre les armes et de se livrer au banditisme et au harcèlement, s'ils décidaient de faire fonctionner les choses. Mais pour ce faire, il faudrait un État qui, depuis la chute de Kadhafi en 2011, n'a pas encore pu être reconstruit. Le pays est divisé entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque, la première sous le protectorat d'Erdogan, la seconde commandée par le général Khalifa Haftar avec le soutien de la Russie, de l'Égypte et des Émirats. Sans parler de la vaste région du Fezzan où les tribus jouent leur propre jeu autonome. En réalité, comme chacun le sait, l'actuel gouvernement d'unité nationale expirera avec les élections de décembre, où les vrais gros bonnets de la politique et des milices libyennes entreront en lice. Comme nous pouvons le constater, nous sommes loin de la stabilité, et le même gouvernement qui est s'est présenté hier à Rome est une entité précaire.

Mais nous devons être réalistes et faire avec ce que nous avons. Et surtout avec une Libye où les influences extérieures sont prépondérantes : ni le dirigeant turc Erdogan ni Poutine n'ont l'intention de renoncer à leurs positions stratégiques. La Turquie a gagné la guerre contre Haftar et l'Italie n'a apporté aucun soutien militaire au gouvernement de Sarraj à Tripoli, tandis que la Russie est entrée sur la côte nord-africaine où elle a l'ambition d'étendre sa présence militaire. L'Italie, incapable de défendre ses intérêts nationaux et stratégiques, ne peut donc compter que sur le soutien européen et américain, mais sans se faire trop d'illusions, car le passé récent démontre abondamment que les intérêts occidentaux et italiens ne convergent pas toujours. Aujourd'hui, par exemple, la France de Macron est solidaire du gouvernement Draghi, mais pendant des années, c'est précisément en Libye qu'elle a systématiquement saboté les initiatives diplomatiques de Rome.

kadhafi-rome-libye_554824.jpg

N'oublions pas que l'attaque de la France contre la Libye de Kadhafi en 2011, soutenue par les États-Unis et la Grande-Bretagne, a signifié la plus grande défaite de l'Italie depuis la Seconde Guerre mondiale et la perte de 50 milliards d'accords économiques avec le dirigeant libyen, que nous avions reçu en grande pompe à Rome à peine six mois plus tôt.

Avec Dbeibah hier, il y avait plusieurs ministres libyens, celui des Affaires étrangères, ceux de l'Intérieur, des Transports et de l'Économie. Un forum d'affaires s'est tenu à la Farnesina auquel ont participé, outre Di Maio et la délégation de Tripoli, un grand nombre d'entreprises italiennes : Snam, Saipem, Terna, Ansaldo Energia, Fincantieri, PSC Group, Italtel, Leonardo, WeBuild, Gruppo Ospedaliero San Donato, CNH Industrial et ENI. La réactivation de certains macro-investissements italiens en Libye, comme la construction de l'autoroute de la paix prévue dans les accords signés par Silvio Berlusconi et Mouammar Kadhafi en 2008, ou le dossier de l'énergie, est en cours de discussion. La Libye est reliée à l'Italie par le gazoduc Greenstream, dont l'ENI aimerait doubler ou tripler la capacité si possible. Dans un avenir proche, l'Italie pourrait compter sur Tripoli pour plus d'un tiers de ses approvisionnements en gaz.

Il s'agit d'un jeu stratégique ; nos concurrents, mais aussi nos partenaires occidentaux, feront tout pour y mettre leur nez.

Censure de la loi Molac, victoire des « anywhere » !

Langues.png

Censure de la loi Molac, victoire des «anywhere»!

par Llorenç PERRIÉ ALBANELL

Le vendredi 21 mai 2021 le Conseil constitutionnel, saisi par une soixantaine de parlementaires suite à l’adoption le 8 avril 2021 de la la loi Molac relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, à rendu sa décision (n°2021-818 DC 21 mai 2021).

Le Conseil constitutionnel a décidé de rendre non conforme à la Constitution les articles 4 et 9 de la loi Molac, portant respectivement sur le caractère immersif de l’enseignement dans les établissements du service public ou associés, et l’utilisation des signes diacritiques des langues régionales pour les actes administratifs.

L’article principalement utilisé par les Sages est le premier alinéa de l’article 2 de la Constitution « La langue de la République est le français ». Par une pirouette juridico-jacobine le Conseil constitutionnel a su utiliser à bon escient pour sa démonstration l’article 75-1 de la Constitution « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ». Ce dernier en effet ne revêt aucun caractère contraignant, ce qui a l’avantage de muséifier les dites langues tout en donnant l’illusion de faire quelque chose. L’observateur sagace notera que si la langue de la République est le français, les langues régionales, en revanche, ne sont que des langues du patrimoine de la France. Existe t-il une hiérarchie entre la République et la France ? Ou alors une dichotomie entre le pays légal et le pays réel ? Les deux à la fois certainement. En tout cas il est certain que les langues régionales n’appartiennent pas au patrimoine de la République.

Nous pouvons voir qu’un réel problème politique se pose devant nous. Une loi votée par le Parlement est ainsi censurée par le Conseil Constitutionnel, la procédure est évidemment autorisée par la Constitution (art. 61). Nous sommes loin de la célèbre phrase du général de Gaulle « En France, la cours suprême, c’est le peuple ». Que reste t-il donc du vox populi dont la souveraineté (existe-elle encore?) est déléguée à la représentation nationale, le Parlement ?

La question se pose doublement. Faisons un peu d’anticipation électorale en cas d’un bouleversement de grande ampleur lors des prochaines présidentielles, même si cet hypothétique futur Gouvernement dispose des outils du parlementarisme rationalisé (en cas de tentative de déstabilisation ou d’obstruction parlementaire, faute de majorité), il devrait faire face à la fois au Conseil constitutionnel et au droit communautaire.

imageslangreg.jpg

Revenons à la question des langues régionales. Une solution s’esquisse, mais difficilement réalisable, non pas techniquement, mais politiquement. Une révision des articles 2 et 75-1 de la Constitution. Tout d’abord donner un caractère contraignant à l’article 75-1, et ensuite insérer la réalité plurielle des langues régionales autochtones dans l’article 2. En effet, la République a parfaitement réalisé la francisation généralisée des régions, un retour en arrière est impossible, s’acharner de la sorte se résume à tirer sur un cadavre refroidi depuis bien longtemps, les langues régionales, elles, ne représentent aucun danger pour l’unité de la France. Invoquer les cas de sécession en Europe relève de l’épouvantail et du fanatisme jacobin. La France doit donc assumer, juridiquement, non seulement l’enseignement mais aussi la promotion des langues régionales sous peine de perdre le peu de vitalité identitaire qui lui reste encore. C’est un chemin ardu, car pour en arriver à une telle procédure, il faut un Gouvernement d’enracinés, ce qui pour l’heure n’est pas le cas. En effet, aucune proposition de loi constitutionnelle n’a abouti jusqu’à présent, seuls les projets de lois constitutionnelles aboutissent, car ils émanent de l’exécutif.

Nous pouvons dire que pour l’heure ce sont les anywhere (ceux de partout) qui ont remporté la partie contre les somewhere (ceux de quelque part). En effet, la soixantaine de parlementaires nomades qui a saisi le Conseil constitutionnel restera dans l’histoire comme celle qui aura porté atteinte à plus de quarante années de lutte, de construction, d’expérimentation, de résultats et de travail sérieux pour maintenir et transmettre les langues vernaculaires d’un pays laminé par la mondialisation, après avoir été son laboratoire idéologique. Sœur

Llorenç Perrié Albanell

• D’abord mis en ligne sur Terre et Peuple, le 1er juin 2021.

La revue de presse de CD - 06 juin 2021

otto-kirchner-der-zeitungsleser.jpg

La revue de presse de CD

06 juin 2021

DESINFORMATION

Biélorussie : Roman Protassevitch opposant fabriqué et néo-nazi

Le détournement de l’avion Ryanair vers Minsk et l’arrestation de Roman Protassevitch permet d’assister une fois de plus à un jeu de rôle classique. Le moins que l’on puisse dire c’est que si détournement il y a pour permettre une arrestation, c’est simplement de la piraterie. Et le fait que les États-Unis, l’Allemagne et la France (coucou Assange, coucou Snowden, coucou Benbella…) n’aient aucune leçon à donner n’empêche pas cette qualification. Sur le fond j’invite à prendre connaissance de l’interview de l’interview d’Arnaud Dubien qui montre que l’affaire est un peu plus compliquée qu’on ne le présente.

Vu du Droit

https://www.vududroit.com/2021/05/bielorussie-roman-prota...

ESPIONNAGE

L’espionnage des Européens par la NSA dépasse en volume tout ce que l’on peut imaginer et rien ni personne ne s’y oppose

On apprenait ce week-end que la NSA aurait, entre autres choses, utilisé délibérément un accord secret avec le Danemark pour espionner indûment ses alliés, à l'image de la France et de l’Allemagne. Interview de Franck DeCloquement.

Atlantico.fr

https://atlantico.fr/article/decryptage/l-espionnage-des-...

GEOPOLITIQUE

Israël : nouveau directeur du Mossad mais même objectif : l'Iran

Après plusieurs mois d’attente, Benjamin Netanyahu a annoncé la nomination du nouveau chef des services secrets de l’État hébreu. L'arrivée de David Barnea à la tête du Mossad sonne comme une mise en garde contre l’Iran.

Atlantico.fr

https://atlantico.fr/article/decryptage/israel---nouveau-...

Illusion et désillusion d’une Grande Syrie arabe

La Syrie et le Liban sont deux régions où la France dispose de liens historiques et culturels importants. Durant la Première Guerre mondiale, elle a tenté de faire valoir ses intérêts en permettant la création d’une Grande Syrie arabe. Une tentative qui a certes échoué, mais qui a malgré contribué à façonner le visage actuel de la région. 

Conflits.com

https://www.revueconflits.com/illusion-et-desillusion-dun...

Eschatologie du conflit russo-turc

Les récents événements du Moyen-Orient ont accru les sentiments antiturcs parmi les peuples orthodoxes chrétiens à l’intérieur de l’espace byzantin : Grecs, Serbes, Bulgares et Roumains. Les tensions croissantes ont conduit beaucoup de gens dans la région et dans d’autres pays orthodoxes chrétiens, incluant la Russie, à se référer aux prophéties des Saints orthodoxes sur la guerre entre la Russie et la Turquie.

Euro-synergies

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/05/28/e...

bhl_libye_600_330.jpg

MEDIA

BHL « enquête », la défaite du journalisme

Grand moment de journalisme dans le JDD qui nous offre dans Le Journal du Dimanche du 23 mai une « enquête » signée Bernard-Henri Levy sur deux pleines pages. Sujet de l’investigation ? « Le Doge de Paris », l'ancienne bourse transformée en musée privé par François Pinault. Un monument du genre (pas le Doge, l’article…) qui en dit long sur les relations incestueuses entre médias, influence et capitalisme. En matière de journalisme tout court et d'indépendance, on fait difficilement mieux.

Blast-info

https://www.blast-info.fr/articles/2021/bhl-enquete-la-de...

La Croix (celtique) et le terrorisme inconnu…

La Croix hebdo, le numéro de fin de semaine (21 mai 2021) du journal de centre gauche, nous a gratifié d’un titre racoleur pour son opus de Pentecôte : « Terrorisme d’ultra droite — une autre menace ». Le tout illustré d’une belle croix celtique. Une « une » à la Libé à laquelle La Croix ne nous avait pas habitués… Mais à y regarder de plus près, on regrette presque les pages de Libération.

OJIM

https://www.ojim.fr/la-croix-celtique-et-le-terrorisme-in...

Populismes en Inde et au Brésil : l’indigence des analyses médiatiques

Quel est le point commun entre l’Inde et le Brésil ? A priori, aucun : tout semble séparer ces deux pays. Leur traitement médiatique récent tend pourtant à les rapprocher. Il s’agirait dans les deux cas de grandes démocraties, dirigées depuis peu par des personnages autoritaires, et confrontées à une catastrophe sanitaire sans précédent face à la pandémie de Covid-19. De là à présenter l’hécatombe comme une conséquence logique de l’élection de « populistes » tels que Narendra Modi et Jair Bolsonaro, il n’y a qu’un pas, que certains médias franchissent allègrement.

Le Vent se Lève

https://lvsl.fr/populismes-en-inde-et-au-bresil-lindigenc... /

Les trois clés pour la souveraineté numérique

Aujourd'hui, des entreprises françaises stockent leurs données sur les clouds d'Amazon (AWS), de Google ou de Microsoft et de nombreux Français échangent quotidiennement sur des messageries et applications qui collectent leurs données pour les partager avec les GAFAM. Mais comment agir pour que les solutions françaises et européennes deviennent une évidence et un réflexe pour toute la population ?

La Tribune

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/les-trois-cles...

UNION EUROPEENNE

Injure démocratique du traité de Lisbonne : qui a fait quoi ?

Le 29 mai 2005, le peuple français avait explicitement par une large majorité rejeté le Traité Constitutionnel Européen. Le sens de ce vote obtenu par référendum c’est-à-dire par l’arbitrage ultime de la souveraineté populaire était clair : le refus de la voie empruntée par le TCE visant à confisquer au peuple français sa souveraineté sur le territoire national. Par l’ossification définitive dans des traités irréformables, des questions relevant auparavant de la délibération des citoyens de notre pays.

Vu du Droit

https://www.vududroit.com/2021/05/injure-democratique-du-...

dimanche, 06 juin 2021

Il n'y a pas de démocraties ni d'autocraties, seulement des gouvernements

tourisme-640x407.jpg

Il n'y a pas de démocraties ni d'autocraties, seulement des gouvernements

Andrew Korybko

Ex : http://oneworld.press/?module=articles&action=view&am...

La division du monde en "démocraties" et en "autocraties" est un reflet inexact de la réalité. Il n'y a que des gouvernements, et chacun d'entre eux comporte des éléments de ces deux catégories, bien qu'à des degrés divers selon les particularités du modèle national effectivement en vigueur.

Le président américain Joe Biden a déclaré aux membres des services américains à la fin du mois dernier que "nous sommes dans une bataille entre les démocraties et les autocraties". Il a également exploité ses nombreux contacts personnels avec le président chinois Xi Jinping pour se présenter comme une autorité pour juger la vision globale du dirigeant chinois. Biden a faussement affirmé que le président Xi "croit fermement que la Chine, avant les années 2030, 2035, va posséder l'Amérique parce que les autocraties peuvent prendre des décisions rapides". Bien qu'il ne s'agisse que de détails très mineurs dans un discours beaucoup plus vaste, ils méritent un examen plus approfondi car ils révèlent beaucoup de choses sur les conceptions géostratégiques contemporaines de l'Amérique.

La direction du pays, aujourd’hui dirigée par les Démocrates, est ouvertement idéologique et considère que le monde est divisé entre "démocraties et autocraties", les États-Unis et la Chine étant respectivement à la tête de l’un de ces camps. Le but de cette vision est d'établir la base idéologique et structurelle d'une nouvelle guerre froide. Elle sert également de prétexte aux États-Unis pour faire pression sur les pays qui ne cèdent pas leurs intérêts souverains à l'Amérique, sous prétexte qu'il s'agit d'"autocraties" qui ont donc vraisemblablement besoin d'une "démocratie" (généralement violente) soutenue par les États-Unis. En d'autres termes, ce n'est rien de plus que de la rhétorique pour dissimuler des objectifs de politique étrangère intéressés.

La raison pour laquelle il s'agit d'une telle ruse est qu'il n'existe plus vraiment de démocraties ou d'autocraties bien définies, mais seulement des gouvernements. En théorie, la démocratie dans sa forme la plus pure et la plus classique n'existe au niveau national dans aucun pays. Il n'est pas pratique pour les citoyens d'avoir la possibilité de voter sur chaque décision prise à chaque niveau de leur gouvernement, d'où la nécessité de ce que l'on appelle la démocratie représentative. Mais même ce système est imparfait car il n'y a pas grand-chose à faire avant le prochain tour des élections pour retenir les politiciens responsables s'ils mentent au peuple pendant leur campagne.

Une autre critique que l'on peut formuler à l'encontre du concept de démocratie est que les bureaucraties permanentes axées sur la sécurité nationale, telles que l'armée, les services de renseignement et la diplomatie, ne peuvent pas être démocratiques de manière réaliste compte tenu de leurs missions, même si leurs décisions ont un impact sur tous les autres habitants du pays et parfois même au-delà. Le concept de démocratie lui-même a plutôt été exploité à des fins de gestion de la perception pour pouvoir contrôler le plus grand nombre de personnes, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire, en fonction du contexte national particulier dont question et aussi en fonction de leur vision idéale de la société.

Quant aux autocraties, ce terme a également été déformé au-delà de son sens premier. Il n'existe aucun pays au monde où un seul individu exerce le pouvoir suprême. C'est tout simplement impossible. Aucun être humain ne peut prendre toutes les décisions nécessaires au quotidien pour faire fonctionner un pays. Il existe cependant un leadership centralisé et décisif, qui est plus courant dans les systèmes politiques non occidentaux que dans les systèmes occidentaux (dits "démocratiques"), mais même ces derniers confèrent parfois légalement de larges pouvoirs à certaines personnalités, comme la Constitution américaine le fait pour le président. La présence ou l'absence de ces droits est simplement une différence entre les systèmes politiques.

Les soi-disant autocraties délèguent les responsabilités à l'ensemble de la société, mais parfois pas de manière électorale mais méritocratique. Il n'y a rien de mal à cela non plus, c'est simplement une autre différence entre la façon dont certains pays sont gérés. Néanmoins, les États-Unis ont tendance à mépriser ces systèmes parce qu'ils sont plus difficiles à manipuler de l'extérieur par des moyens politiques tels que l'ingérence dans les élections et les mouvements de protestation armés. Il semble également que ces types de systèmes soient dirigés par des dirigeants et/ou des partis qui accordent plus d'importance à la souveraineté nationale et au bien-être de leur peuple qu'au profit des sociétés transnationales.

La division du monde en "démocraties" et "autocraties" est donc un reflet inexact de la réalité. Il n'y a que des gouvernements, et chacun d'entre eux comporte des éléments relevant de ces deux catégories, bien qu'à des degrés divers selon les particularités du modèle national effectivement en vigueur. Tenter d'établir une hiérarchie des systèmes de gouvernement est une tâche intrinsèquement subjective et sujette aux préjugés, exactement comme le serait l'établissement d'une hiérarchie des ethnies. Au lieu d'être obsédé par les différences de certains gouvernements, tout le monde devrait accepter leur diversité, tout comme on devrait le faire pour les nombreuses ethnies du monde.

Par Andrew Korybko

Réflexions sur le choc Maroc/Espagne

37a534f_PDH613_EUROPE-MIGRANTS-SPAIN-CEUTA_0726_11.JPG

Réflexions sur le choc Maroc/Espagne

Par Jordi GARRIGA

Ex: https://metainfos.com

Avec le Maroc, il est très facile de faire une comparaison avec Israël. En fait, la question de Gaza et de sa comparaison possible avec le Sahara ou Ceuta est quelque chose que nous pouvons faire. En d’autres termes, les Israéliens, les Américains, veulent se laver les mains, avoir les « mains propres », c’est pourquoi ils ont finalement fait reconnaître au Maroc l’État d’Israël. Avec ce soutien, le Maroc sait qu’il peut, sinon réussir, commencer à faire des tentatives, à faire des expériences, à tester la résistance espagnole sur ses places nord-africaines.

En effet, on peut supposer que le Maroc ne s’arrêtera pas là, le Maroc a complètement contourné le droit international, tout comme Israël le fait, tout comme le font les États-Unis, et comme aujourd’hui la plupart des puissances souveraines dans le monde. Parce que le gros problème avec l’Espagne est qu’elle n’a en réalité pas ou plus de souveraineté.

Des documents, des résolutions, tout ce que vous voulez peut nous être présenté, mais l’Espagne est une entité qui n’est pas souveraine, ni politiquement ni économiquement.

Lorsque l’Espagne est entrée dans la Communauté économique européenne (aujourd’hui l’UE) en 1986, l’Espagne a elle-aussi, à ce moment là, été contrainte de reconnaître l’État d’Israël, faisant ainsi exploser la politique traditionnelle espagnole d’amitié avec les pays arabes.

Le fait est que la situation va très bien pour le « sultan » du Maroc: d’une part, il utilise son peuple à volonté en le jetant contre l’Espagne. C’est un moyen traditionnel en politique que de solutionner ses problèmes internes, en particulier dans le cas du Maroc ceux du Nord du pays en les projetant à l’extérieur, et en blâmant l’Espagne de tous les maux.

Il existe pourtant de nombreux liens économiques entre les deux pays, donc si un boycott est proclamé, les coupables seront en premier les Espagnols car, dans tous les cas, à Casablanca, tout ce qui détériorera la situation économique marocaine sera forcément la faute du voisin pervers du nord.

Et c’est qu’en Espagne, cette question est vécue aussi de manière compliquée, car nous avons comme en France un grave problème d’identité nationale et il ne faut pas s’attendre à ce que de nombreux citoyens soient prêts à défendre l’ « espagnolité » de Ceuta et Melilla.

En ce sens que depuis de nombreuses années, l’idée s’est répandue qu’il vaut peut-être mieux «rendre» ces villes au Maroc.

Le problème est que ces îlots ne peuvent être renvoyés à leur propriétaire, à un État, par exemple le Marocain car ils n’ont en réalité jamais fait partie du Maroc: Ceuta était portugaise en 1415 et espagnole en 1580 jusqu’à aujourd’hui présent. Melilla depuis 1556. Le Maroc n’existe que depuis 1956.

Mais … cette propagande constante pendant plus de 40 ans après l’abandon du Sahara occidental, trahi par l’ancien roi Bourbon en 1975, a fait des ravages. Bien que la position doit être ferme: nous n’avons rien à rendre, car ce sont deux villes espagnoles, point final.

Le problème, qui le relie avec Israël cité plus-haut, c’est que le Maroc est l’autre grand porte-avions yankee qui surveille l’accès de l’Europe de l’Ouest à la Méditerranée: contrôle de l’Afrique du Nord, contrôle de l’Europe, contrôle du Moyen-Orient … Et cette situation va perdurer tant que l’Europe continuera d’être la partie orientale de l’Empire mondialiste incarné par les États-Unis, tant que l’Espagne, comme les autres pays européens, est totalement dépendante de la géopolitique de la soumission atlantiste, soumise à l’obligation de rejoindre le bloc mondialiste, « occidental » quel qu’il soit.

À l’heure actuelle, l’Europe et encore moins l’Espagne ou la France à eux seuls n’ont assez de pouvoir pour créer leur propre bloc pour affronter le Maroc et ses parrains yankee-sionistes puisque l’Europe contre ses intérêts à choisi une politique anti-eurasienne, anti-russe.

Pour l’Espagne, les alternatives sont compliquées: elle est déjà intégrée dans une Europe, l’UE, mais on sait déjà à quel point cette organisation est dans la dépendance complète et incapable de défendre un quelconque de ses intérêts.

Depuis longtemps, l’Espagne et le Maroc vivent dans une tension constante. Dans quelle mesure cette tension va-t-elle se poursuivre et jusqu’à quand les tentatives d’invasion, les provocations continueront-elles?  Jusqu’au réveil du peuple hispanique ?…  Jusqu’au sursaut européen final ? C’est très difficile de savoir. Mais il est clair que pendant de nombreuses années, cela posera aux Espagnols, de nombreux problèmes et de multiples ricochets à nos voisins européens les plus proches : les marocains ne font pour la moitié d’entre eux que traverser l’Espagne pour rejoindre Paris.

Ce qui vient de se passer n’est en tout cas qu’un épisode de plus dans le drame d’une Europe assiégée de l’intérieur comme de l’extérieur.

samedi, 05 juin 2021

"1979 l'Année Charnière" avec Robert Steuckers & "Les nonagénaires génocidaires" avec Nicolas Bonnal

20191104161632-Frank-B-ouml-sch---Zeitenwende-1979--Als-die-Welt-von-heute-begann.jpg

Café Noir N.26

"1979 l'Année Charnière" avec Robert Steuckers & "Les nonagénaires génocidaires" avec Nicolas Bonnal

 
Café Noir – Un Autre Regard sur le Monde. Émission du vendredi 04 juin 2021 avec Pierre Le Vigan et Gilbert Dawed.
 
Première Partie: 1979 l'Année Charnière avec Robert Steuckers
et Deuxième Partie: Le Coup de Gueule de Nicolas Bonnal: Les Nonagénaires Génocidaires.
 
 
INDEX (pour naviguer la vidéo, cliquer sur les liens)
 
00:00 - Présentation & Introduction
05:10 - La "Cancel" & "Woke" Cultures
08:30 - La Chine s'ouvre à l'Économie de Marché
10:00 - Le Retour de Khomeini à Tehran
13:20 - Les Verts en Allemagne
16:10 - Le Néo-conservatisme aux USA (Reagan)
17:00 - Le Néo-libéralisme en Grande Bretagne (Thatcher)
27:28 - Jean-Paul II en Pologne
28:30 - Les Boat-People
30:10 - La Nouvelle Philosophie en France
34:53 - La Prise de l'Ambassade USA à Tehran
37:50 - La Double Décision de l'OTAN (Allemagne)
43:45 - L'Invasion de l'Afghanistan par l'Union Soviétique
46:35 - Les Premiers "Regime Change"
50:45 - La Première Conférence Internationale sur le Climat
51:10 - L'Emergence du Système Monétaire Européen
 
52:44 - Le CDGNB: Les Nonagénaires Génocidaires
 

getimage.jpg

RÉFÉRENCES
Frank Bösch (Wikipédia France) https://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_B...
Zeitenwende 1979. Als die Welt von heute begann, Frank Bösch, Beck C. H., 2019 (Le changement d'époque de 1979 - Quand commença le monde d'aujourd'hui).
De la Chine, Henry Kissinger, Fayard, 2012
La Société ouverte et ses ennemis, Karl Popper, Seuil, 2018
Le Suicide français, Éric Zemmour, Albin Michel, 2014
Le Testament de Dieu, Bernard-Henri Lévy, Grasset, 1979
Les Maîtres penseurs, André Glucksman, Grasset, 1977
No Society, Christophe Guilluy, Flammarion, 2018
 
SITES
Robert Steuckers (Euro-Synergies) http://euro-synergies.hautetfort.com/