Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 26 novembre 2022

L'ordre "fondé sur des règles", le mantra de la propagande américaine

bf03ce40d2b9e35e8455f7c8a11499d2.jpg

L'ordre "fondé sur des règles", le mantra de la propagande américaine

par Luciano Lago

Source: https://www.ideeazione.com/lordine-basato-sulle-regole-il-mantra-della-propaganda-usa/

Chaque jour, il y a davantage de foyers de guerre dans le monde, de l'Iran au Caucase, de l'Éthiopie au Yémen, où la superpuissance hégémonique cherche à semer le chaos pour déstabiliser et renverser les gouvernements et les régimes qui ne se conforment pas à ses propres règles et inciter aux émeutes et aux guerres civiles.

Pendant ce temps, en Ukraine, le conflit se poursuit et marque une nouvelle phase après les attaques russes contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes qui paralysent le pays. Les forces ukrainiennes de l'OTAN, celles qui pensaient déjà avoir la victoire en poche, sont enlisées dans leurs positions en attendant l'offensive russe de l'hiver qui, comme tout le suggère, sera la dernière.

La population ukrainienne est la première victime sacrificielle de la guerre par procuration voulue et fomentée par Washington et Londres pour harceler la Russie et l'avoir à l'usure, mais les choses ne se déroulent pas selon les attentes des élites du pouvoir anglo-saxon.

Sur le front des forces de la Fédération de Russie, toutes les formations de missiles ont été rééquipées du système moderne Iskander-M OTRK qui n'a aucun équivalent dans le monde. Selon le ministère russe de la Défense, ces systèmes, compte tenu de leur puissance destructrice et de leur précision, ainsi que du fait qu'ils peuvent porter des ogives nucléaires, sont ceux qui font la différence sur le terrain dans le conflit avec l'Ukraine et l'OTAN.

En Ukraine, on rapporte que le combat direct a commencé entre la compagnie russe Wagner et le PMC américain Mozart. En réponse à l'implication de la compagnie russe en Ukraine, plusieurs centaines de ces mercenaires étrangers américains ont été envoyés sur le territoire de l'Ukraine pour affronter la compagnie russe Wagner, ceci étant en fait la première confrontation directe entre les forces russes et américaines sur le territoire de l'Ukraine. Il s'agit d'une entreprise privée américaine opérant dans une zone restreinte qui coïncide avec la zone où se trouve l'entreprise russe. On ne sait pas exactement combien de temps cette force militaire sera stationnée, mais il ressort d'un certain nombre de données que ces mercenaires sont déjà présents depuis environ deux mois et constituent la plus grande entreprise étrangère participant au conflit en Ukraine, en plus des unités de l'OTAN déguisées en unités ukrainiennes.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, s'exprimant lors du Forum sur la sécurité internationale à Halifax, au Canada, a déclaré que l'issue du conflit en Ukraine façonnera l'ordre géopolitique du 21ème siècle et que la stabilité et la prospérité de l'Occident sont en jeu, a-t-il souligné.

"L'issue du conflit déterminera le cours de la sécurité mondiale pour le siècle entier", a déclaré M. Austin dans le forum international, "...et nous tous en Amérique du Nord risquons d'être laissés pour compte... la prospérité et la stabilité des deux côtés de l'Atlantique sont en danger", a-t-il poursuivi, affirmant que l'opération militaire russe lancée en Ukraine met en danger "l'ordre international fondé sur des règles" qui nous maintient tous en sécurité, a-t-il ajouté.

Il s'avère que le mantra de l'ordre fondé sur des règles établi par les États-Unis est celui qui est répété sans cesse et sans discernement par divers membres de l'administration de Washington pour justifier l'ordre unipolaire dominé par les États-Unis qui consiste en fait en un ordre mondialiste libéral, celui qui comprend les institutions dominées par l'Occident telles que la Banque mondiale, le FMI, l'OMC, l'ONU, l'OMS, l'UE, l'OTAN et d'autres organismes qui ont réglementé l'ordre international, la diplomatie et le commerce depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Du côté russe, le président russe a commenté dans un discours tenu en septembre que cet ordre, plutôt que de profiter au monde, a été mis en œuvre comme un instrument d'hégémonie unipolaire, utilisé par les États-Unis pour convertir les pays du reste du monde en vassaux, afin de soumettre tous les autres pays à leurs intérêts. "L'Occident insiste sur un ordre fondé sur des règles fantômes, mais d'où vient cet ordre, qui a jamais vu ces règles déclamées ? Qui les a jamais approuvés ou convenus ?" a déclaré le président Poutine.

Selon le directeur du Conseil de politique étrangère de la Défense russe, Sergey Karaganov, la Russie est une grande puissance millénaire, une civilisation qui ne s'adapte pas à vivre avec des règles fausses et improvisées. Nous sommes en présence de la naissance d'un nouvel ordre mondial, dans lequel l'Occident devra vivre selon ses moyens, a déclaré Poutine lors de ses interventions à plusieurs reprises, exprimant son désir de construire un nouvel ordre multipolaire où les différentes puissances doivent coexister sur un pied d'égalité et dans le respect des différentes cultures, et où les différends entre les États doivent être résolus dans le cadre des règles du droit international, sans l'ingérence et les manœuvres sordides de la puissance hégémonique.

Ce n'est qu'alors qu'un système de stabilité, d'équilibre et de paix pourra être rétabli, exactement ce qui manque depuis que la superpuissance hégémonique s'est lancée dans des guerres directes ou par procuration pour rétablir ce qu'elle appelle l'ordre fondé sur des règles.

Cela explique l'hostilité et l'esprit agressif que l'élite anglo-saxonne manifeste de toutes les manières contre la Russie et ses alliés. Ils craignent de perdre l'ancien privilège de domination mondiale qu'ils tirent d'un sentiment mal compris d'exceptionnalisme et de suprématie sur les peuples du monde. L'histoire définira la fin d'un empire désormais dans sa phase finale.

19:55 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : actualité, ordre mondial | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les Franco-ricains

disneylandparis-gewinnspiel.jpg

Les Franco-ricains

par Georges FELTIN-TRACOL

Il y a trente ans, au printemps 1992, s’ouvrait le parc d’attraction parrainé par la souris Mickey et l’avare Picsou: Euro Disney Resort. Pour la circonstance fut dévastée la plaine fertile de la Brie dans l’Est francilien avec un incroyable étalement urbain. La dénomination du complexe industriel de divertissement a varié au gré des années en fonction des stratégies publicitaires. Il s’appelle depuis 2009 Disneyland – Paris. Chaque année, des millions de touristes venus d’Europe, d’autres continents et, hélas !, de France le visitent.

Décidé par le socialiste atlantiste François Mitterrand et accepté par le très falot Jacques Chirac, ce projet fut porté par Charles de Chambrun. Proche des milieux étatsuniens, cet ancien secrétaire d’État du gouvernement de Georges Pompidou sous Charles De Gaulle militait au Front national qui, au moment de la signature de l’accord en 1985, s’affichait en nouvelle force reaganienne française. Le tournant anti-américain du FN ne viendra qu’avec la crise du Golfe à l’été 1990. Charles de Chambrun (photo) fut par ailleurs l’éphémère maire FN de Saint-Gilles-du-Gard entre 1989 et 1992. Une partie de sa propre majorité contesta sa gestion, ce qui entraîna sa chute.

Charles_de_Chambrun,_secrétaire_d'État.jpg

L’inauguration de cette défiguration paysagère, mémorielle et économique se fait l’année du référendum perdu sur le traité de Maastricht, matrice du cosmopolitisme euratlantique. Contre cette verrue effroyable, seuls protestèrent une minorité de l’extrême gauche, le mouvement tiercériste de Jean-Gilles Malliarakis, Troisième Voie, et le GRECE. Disneyland – Paris détourne les mythes européens, pervertit nos légendes et viole l’imaginaire des générations. L’enlèvement culturel s’aggrave aujourd’hui avec la forte fréquentation autour des thématiques de la Guerre des Étoiles de George Lucas et de l’univers cinématographique Marvel. Quand on parle à un adolescent albo-européen du dieu Thor, il le présente sous les traits de l’acteur australien Chris Hemsworth et le voit aux côtés des Avengers…

Disneyland – Paris parachève le processus d’américanisation de la société française. Le Français moyen rêve d’Amérique. Son désir ne tend pas vers le Mexique, le Pérou, la Bolivie, l’Argentine ou le Costa Rica; il se focalise sur les États-Unis à travers le prisme new-yorkais, californien, texan et floridien sans oublier Memphis, Nashville (photo) et Las Vegas. En revanche, il ne se projette jamais dans les Appalaches ou dans les « Grandes Plaines ». Cette affliction civilisationnelle frappe tous les milieux et toutes les classes d’âge.

nashville_crossroads_2015.original.jpg

Le système médiatique d’occupation mentale imite tant par la forme que sur le fond ses collègues d’outre-Atlantique. La politique hexagonale reprend à son compte un vocabulaire directement venu de là-bas : les élections primaires, l’aspiration au bipartisme institutionnel, la tentation d’un régime présidentiel loufoque sous nos latitudes. En 2015, de retour à la tête de son parti, Nicolas Sarközy changea le nom de l’UMP (Union pour un mouvement populaire) qui devient Les Républicains. À la fin du mandat de François « Flamby » Hollande, Manuel Valls envisageait de modifier l’appellation du Parti socialiste en parti démocrate. Par son coup d’éclat électoral, Emmanuel Macron a balayé en 2017 ces tactiques politiciennes en attirant vers lui le centre-gauche et le centre-droit.

Le chanteur Johnny Hallyday a joué un immense rôle dans l’américanisation de la France. Vivant la moitié de l’année à Los Angeles, il a transmis à son public une perception fallacieuse de la réalité étatsunienne. Le cas de Jean-Philippe Smet est édifiant d’autant que ses admirateurs appartiennent à la « France périphérique ». Combien parmi ceux qui pleurèrent l’idole de leur jeunesse en 2017 participèrent-ils ensuite à l’occupation des ronds-points dans le cadre de la révolte tranquille des « Gilets jaunes » ? Ne furent-ils pas des « Gilets Johnny » ?

Enfants et adolescents portent des vêtements ou des cartables aux couleurs des États-Unis d’Amérique ou du Royaume Uni de Grande-Bretagne. Leurs parents décorent leurs habitations et leurs véhicules selon les clichés propagés par les séries télé anglo-saxonnes. Il ne viendrait à aucun Français d’arborer sur lui et chez lui les couleurs de l’Inde, de l’Iran, de la Russie, de la Chine ou de la Hongrie !

johnny-hallyday-pose-en-californie.jpg

La « France périphérique » connaît enfin un puissant engouement pour la musique country. Malgré des origines européennes principalement celtiques, ce style musical s’est épanoui en Amérique du Nord. On recensait néanmoins en 2019 plus d’une cinquantaine de festivals dans l’Hexagone dont à Sainte-Agrève en Ardèche et à Craponne-sur-Arzon en Haute-Loire ! La fermeture des bistrots en zone rurale a déporté le lieu de sociabilité vers le club local de musique made in USA. Il existe ainsi une réelle symétrie comportementale entre la mode country en vogue chez les « petits Blancs » et le rap (ou, plus généralement, l’« inculture » hip hop) qui est apparu dans les banlieues de l’immigration et qui infuse maintenant dans les centres métropolitains où prolifèrent les « Bo-bo ».

L’acculturation américaine intergénérationnelle favorise des mutations socio-politiques inouïes. Les déracinés des banlieues mondialisées se lancent dans un « islamisme de synthèse » fort loin des principes traditionnels. Les gauchistes adoptent les canons du wokisme. Le centrisme se soumet au politiquement correct, cette réminiscence du puritanisme digne de Salem. Quant au courant identitaire, non exempt d’américanotropisme, il peut parfois se complaire dans le suprémacisme blanc qui se montre sur le terrain en auxiliaire zélé d’un contre-mondialisme fomenté par l’État profond yankee.  

s-l500daca.jpg

En huit décennies, le « cancer américain », pour reprendre le titre du célèbre essai d’Arnaud Dandieu et de Robert Aron en 1931, a métastasé la France et l’Europe. L’Hexagone tricolore a viré en territoire franco-ricain. Marianne se grime en pin up décatie et peu attrayante. Presque tout un chacun veut contribuer à l’American Way of Life, cette pathétique illusion sociétale cauchemardesque qui rend l’américanologie, cette science lancée en 1991 par le philosophe conservateur traditionaliste étatsunien d’origine hongroise Thomas Molnar, plus que jamais nécessaire. Nos compatriotes ont l’esprit tourné vers l’Ouest. Pas étonnant dès lors que notre société ressemble de plus en plus à un asile d’aliénés...

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 52, mise en ligne le 22 novembre 2022 sur Radio Méridien Zéro.

vendredi, 25 novembre 2022

L'exemple de Daria Douguina: discours à la jeunesse dissidente

305618443_489361199864227_4808596582162648221_n.jpg

L'exemple de Daria Douguina: discours à la jeunesse dissidente

Lucas Leiroz & Catarina Leiroz

Source: https://www.geopolitika.ru/pt-br/article/o-exemplo-de-daria-dugina-discurso-juventude-dissidente

Discours préparé par nos camarades Lucas et Catarina Leiroz pour le Ier Congrès régional Sud-Sud-Est, en hommage à nos camarades tombés au champ d'honneur et pour que nous puissions les avoir comme exemple permanent de résilience et d'abandon total à notre objectif dissident ultime, celui de la victoire, celui du triomphe du Bien.

Camarades et amis,

aujourd'hui est un jour très spécial. La Nouvelle Résistance est réunie pour célébrer une nouvelle année d'activités incessantes pour la Cause de la Multipolarité. L'année la plus prospère pour notre Organisation, mais aussi la plus ardue - avec seulement un avant-goût des difficultés que nous aurons désormais.

Cependant, nos rangs sont incomplets. Certains camarades ne sont plus physiquement parmi nous, mais ils veillent sur notre Cause depuis un endroit meilleur. Au cours de ces sept années d'existence, la Nouvelle Résistance a perdu pour cause de mort physique deux de ses membres : le camarade André Nogueira, qui a milité dans nos rangs à Ceará en 2016, et la camarade Daria Douguina, reconnue à titre posthume comme membre honoraire de notre Organisation.

André et Daria ont tous deux été tués par l'ennemi. Le premier abattu par nos ennemis internes et la seconde par les parias et ennemis universels de la race humaine. André, dans l'accomplissement de son devoir légal, a été pris en embuscade et lâchement massacré par de vulgaires criminels à Ceará. Daria, elle aussi, a été lâchement tuée dans un attentat terroriste dans la banlieue de Moscou, opéré toutefois par des saboteurs professionnels liés aux services secrets ukrainiens.

Contrairement à Nogueira, homme d'armes et professionnellement apte au combat, Daria n'était qu'une jeune philosophe et journaliste, non armée et non protégée, tuée exclusivement parce qu'elle excellait dans ce qu'elle faisait, comme l'a bien rappelé mon cher Maram Susli lors d'une récente conversation avec nous.

Une bonne philosophe, dont les idées, profondément chrétiennes et platoniciennes, sonnaient trop subversives pour un Occident que l'on peut qualifier non seulement de libéral et de matérialiste, mais aussi, sans euphémisme, de satanique. Et une bonne journaliste, dont les enquêtes ont conduit à des découvertes qui ont profondément dérangé les élites occidentales.

Dans un récent discours au peuple russe, le président Vladimir Poutine a fait remarquer que les laquais ukrainiens de l'OTAN "tuent nos philosophes". Je crois que ses mots n'auraient pas pu être plus directs pour comprendre ce qui a conduit à la mort de Daria. Daria est morte parce qu'elle avait des idées trop dangereuses pour l'Occident. Mais tout ne se résume pas ici.

Daria était une Femme d'Idées, une amoureuse de la connaissance, mais elle était aussi une Femme d'Action. Pas une simple universitaire contemporaine comme tant d'autres qui passent leur vie à s'appesantir sur des livres sans perspective d'action et de changement réel dans le monde. Mais une Philosophe dans la perspective classique, au sens plein du terme. Consciente et active.

Et c'est précisément ici que son visage journalistique et militant a trouvé sa place. Daria était une correspondante de guerre. Elle était sur le champ de bataille. Elle était l'amie des héros de son peuple et parlait "de l'intérieur". Elle a été dans les tranchées lors de tous les grands moments de son pays ces dernières années, que ce soit en tant que reporter ou en tant que membre important du Mouvement international eurasien.

Daria a donc été conduite au Sacrifice Suprême par la sommation générale des dangers qu'elle faisait courir à nos ennemis. Elle dénonçait les maux de notre monde et proposait des solutions. Elle était l'héritière légitime de l'héritage de son père - qu'ils ont également essayé de tuer. Elle était, en somme, l'exemple vivant de ce que signifie être dissident : une femme d'idées, d'action et de foi - élevée dans la plus pure piété orthodoxe.

Chers compatriotes, nous savons tous que l'Homme est guidé par l'exemple, que notre nature exige des icônes, des saints, des héros et des notables. Et le plus grand malheur de notre époque est peut-être de vivre à un moment où ces personnes semblent souvent ne plus exister. Les saints et les héros ont disparu. Les génies et les notables ont disparu.

Et, en y réfléchissant, je réalise à quel point nous sommes privilégiés d'avoir vécu aux côtés de Daria Aleksandrovna Douguina. Le génie des idées. Remarquable dans son travail. Et sanctifiée par le sang, car le Royaume des Cieux est le destin des Héros qui donnent leur vie pour la Patrie.

Vous voyez, camarades, qu'au milieu de tous les malheurs de notre monde, nous avons été gratifiés de la compagnie de Daria. Nous pouvons manquer de tout dans la vie, mais nous ne pourrons jamais dire que nous manquons d'Exemple. Et si nous avons cet exemple, nous ne pouvons nous plaindre de rien d'autre.

L'homme est imparfait et faible. L'homme se trompe et trahit. Beaucoup de ceux qui sont dans nos rangs aujourd'hui nous abandonneront dans les moments de douleur. Et beaucoup de ceux qui nous tiennent la main aujourd'hui s'enfuiront loin lorsque le pas de l'ennemi s'approchera. Ne commettons donc pas l'erreur de nous inspirer les uns les autres. Soyons des frères, pas des gourous et des suiveurs.

Par Maîtres, prenons ceux qui ont saigné pour la Cause et validé par leur existence physique les convictions qu'ils portaient dans la vie. En d'autres termes, pour l'exemple dans tout ce qui concerne la cause dissidente, prenons Daria.

Je vous exhorte, camarades : si vous voulez être des dissidents, soyez comme Daria.

Et avant de clore ce simple hommage, j'insiste encore sur un autre point. Je me souviens encore aujourd'hui de cette fin d'après-midi où j'ai reçu la nouvelle de l'attentat commis contre Daria. Sans arrière-pensée, j'ai rédigé un texte lui décernant à titre posthume, en tant que responsable des relations extérieures de la NR, le titre de membre honoraire et lui promettant des moments de ce silence sacré avant nos événements officiels.

Peu de gens ont compris mon attitude à ce moment-là, mais j'espère que la raison est maintenant claire pour tout le monde : Daria était l'une des nôtres. Elle a vécu et milité avec nous. Elle a parlé avec nous. Elle a tenu notre drapeau et a contribué autant qu'elle le pouvait à notre triomphe.

Et maintenant la question demeure : comment réagir au meurtre brutal et lâche d'un Camarade ? Nous avons de nombreux exemples lointains, de notabilités qui sont mortes pour leurs causes dans d'autres réalités que la nôtre. Mais comment gérer cela par rapport à quelqu'un de si proche ?

C'est peut-être là que se trouve la grande question à laquelle nous devons répondre dans nos cœurs. À mon avis, être membre de la Nouvelle Résistance à l'aube de la Troisième Guerre mondiale consiste précisément à réfléchir chaque jour : qu'ai-je fait aujourd'hui pour la mémoire de Daria ? Quelle a été ma contribution à la recherche de la Justice ? Dans quelle mesure ai-je honoré l'héritage de notre camarade ?

Et, plus encore, ayons clairement à l'esprit la certitude que nous sommes conduits au même abattoir que Daria. Beaucoup en sortiront vivants, mais aussi beaucoup d'entre nous se feront exploser dans les embuscades de l'ennemi. Et si nous sommes vraiment des Dissidents, si nous sommes vraiment des Traditionalistes, si nous sommes vraiment comme Daria, cette conscience de la mort à venir n'est pas un motif de peur ou d'angoisse, mais un encouragement incommensurable dans notre lutte.

La mort ne nous détruira pas, mais elle nous unira à Daria Douguina, à André Nogueira et à tous les Martyrs de la Cause des Peuples, qu'ils soient membres de la Nouvelle Résistance ou des organisations partenaires dans le monde. C'est ce que nous devons rechercher.

São Paulo, 13 novembre 2022,

Lucas Leiroz, secrétaire des relations internationales de la Nouvelle Résistance ;

Catarina Leiroz, leader du secteur féminin de la Nouvelle Résistance.

* * *

    - André Nogueira était membre de la Nouvelle Résistance dans l'État de Ceará, au Brésil. Il était agent pénitentiaire et a été brutalement assassiné par des trafiquants de drogue en 2016.

    - Daria Douguina a toujours été proche des membres de Nouvelle Résistance et a rencontré la délégation de l'organisation envoyée au Festival mondial de la jeunesse à Sochi, en 2017. Elle a été honorée à titre posthume du titre de membre honoraire de la Nouvelle Résistance et sa mémoire est vénérée lors de tous les événements officiels de l'Organisation.

20:46 Publié dans Actualité, Hommages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : daria douguina, hommage, brésil, nova resistencia | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le deuxième monde, la semi-périphérie et l'État-civilisation dans la théorie du monde multipolaire

3.welt-entwiclungslaender-industrielaender-map.jpg

Le deuxième monde, la semi-périphérie et l'État-civilisation dans la théorie du monde multipolaire

Première partie

Alexander Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/vtoroy-mir-poluperiferiya-i-gosudarstvo-civilizaciya-v-teorii-mnogopolyarnogo-mira-pervaya

Le présent article examine trois concepts : "second monde", semi-périphérie et État-civilisation comme concepts de base de la théorie du monde multipolaire. La publication de cet essai comportera trois parties.

La transition de la phase de l'unipolarité à la phase de la multipolarité et les trois concepts

Pour comprendre la transformation fondamentale de l'ordre mondial qui se déroule sous nos yeux, et surtout le passage d'un modèle unipolaire (mondialiste) à un modèle multipolaire, différentes unités conceptuelles et méthodes peuvent être utilisées. Ils devraient progressivement se développer en une théorie plus ou moins cohérente d'un monde multipolaire. J'ai proposé la première version de cette théorie dans mes livres "Multi-polar World Theory" [1] et "Multi-polar World Geopolitics" [2]. Mais ce ne sont que les premières approches d'un sujet très sérieux.

Dans cet article, j'ai voulu attirer l'attention sur trois concepts qui aideront le mieux à comprendre le contenu fondamental de la transition globale qui se déroule dans le système des relations internationales. C'est ce qui explique les grandes tendances, les conflits et les problèmes de notre époque - du conflit en Ukraine au problème de Taïwan et bien d'autres plus locaux. Si nous comprenons la structure de la transition par phase, nous comprendrons la signification des événements actuels. Mais cette transition elle-même nécessite également une description conceptuelle. C'est à cela que servent les trois concepts abordés dans cet article.

Le premier, le deuxième et le troisième monde

Tout d'abord, nous devons prêter attention à la théorie quelque peu oubliée aujourd'hui des "trois mondes", populaire à l'époque de la "guerre froide". C'est la base de la notion de "tiers monde" qui est devenue un concept populaire et persistant dans les théories des relations internationales et, plus largement, dans le langage politique [3]. Toutefois, l'expression "premier monde" n'a pas fait l'objet d'une élaboration similaire, tandis que le concept de "deuxième monde" n'a pratiquement jamais été utilisé. Toutefois, c'est le concept de "deuxième monde" et ses principales caractéristiques qui correspondent le mieux à l'ordre multipolaire et décrivent le mieux les principaux acteurs de la multipolarité.

La théorie des "trois mondes" - premier, deuxième et troisième - repose sur une évaluation du niveau de progrès technologique, de l'efficacité économique et des taux de croissance, de l'industrialisation et de la post-industrialisation, ainsi que de la place d'un pays dans la répartition mondiale de la main-d'œuvre.

"Le "premier monde" était considéré, à l'époque de la guerre froide, comme l'Occident, les États-Unis et leurs principaux alliés, y compris le Japon. L'"Occident" était considéré ici non pas géographiquement, mais civilisationnellement. La catégorie du "premier monde" comprenait les pays dotés d'une économie capitaliste développée, de régimes libéraux-démocratiques, d'une forte prévalence de centres urbains et industriels (haut niveau d'urbanisation), mais surtout de taux élevés de croissance économique, de potentiel scientifique et technique, de leadership financier, de possession des dernières formes d'armement, de domination dans la sphère stratégique, de médecine avancée, etc. qui dépassaient les autres "mondes". "Le Premier Monde était considéré comme le modèle ultime de la société humaine, l'avant-garde du progrès et l'expression visible de la destinée de toute l'humanité. Les deux autres mondes étaient considérés comme destinés à rattraper le "premier monde", en s'en rapprochant de plus en plus.

Puisque c'est le "premier monde" qui a été pris comme modèle universel, les "deux autres mondes" ont été décrits par comparaison avec lui.

Le "tiers monde" était l'exact opposé du "premier monde". Il s'agissait d'une zone très en retard par rapport à l'Occident, avec une économie stagnante et à faible développement (ou pas de développement du tout), avec un développement scientifique et technologique minimal, avec une monnaie instable, avec un stade initial de démocratie combiné à des institutions politiques archaïques, avec une armée faible et incapable, une faible industrialisation, avec une corruption omniprésente, une médecine peu développée, un analphabétisme généralisé et une population majoritairement rurale [4]. Le "tiers monde" était totalement dépendant du "premier monde" et parfois du "deuxième monde", et la souveraineté des pays appartenant au "tiers monde" était une simple convention sans contenu réel [5]. Le "premier monde" a estimé qu'il était de son devoir de prendre en charge le "tiers monde", d'où la théorie du "développement dépendant" [6], les gigantesques prêts non remboursables, l'instauration d'une curatelle directe sur les élites politiques, économiques et intellectuelles de ces pays, en partie intégrée dans les systèmes éducatifs du "premier monde".

Mais le "deuxième monde" à l'époque de la guerre froide était doté de certaines caractéristiques particulières. Il faisait référence aux régimes socialistes qui, bien que rejetant l'économie politique du capitalisme, c'est-à-dire en opposition idéologique directe avec le "premier monde", ont néanmoins atteint un niveau de développement comparable à celui des pays du "premier monde". Cependant, en termes d'indicateurs agrégés (dont les critères ont été formulés par le Premier Monde, ce qui permet un certain parti pris et une motivation idéologique), le Second Monde était toujours inférieur au Premier Monde. Toutefois, le décalage n'était pas aussi important que dans le cas du "tiers monde".

Le "deuxième monde" était compris comme désignant principalement l'URSS, mais aussi les pays du bloc de l'Est (surtout en Europe de l'Est).

Le concept de "deuxième monde" était important en tant que précédent pour que le "premier monde" reconnaisse que, même en suivant un scénario de développement alternatif au capitalisme libéral, il était possible d'obtenir des résultats cumulativement comparables à ceux de l'Occident. C'est ce qui distingue le "deuxième monde" du "troisième monde". Le "deuxième monde" avait le potentiel de s'opposer efficacement au premier et de contester l'universalité de son modèle. Et cette efficacité s'est traduite très concrètement en termes de taux de croissance économique, de nombre d'armes nucléaires, de niveau de potentiel scientifique, d'éducation, de protection sociale, d'urbanisation, d'industrialisation, etc.

Le "premier monde" correspondait au camp capitaliste occidental, le "second monde" au bloc de l'Est et aux pays socialistes.

Les deux mondes étaient en équilibre instable. Elle était instable parce que le "Premier Monde" insistait sur sa suprématie et que le "Second Monde" n'avait qu'à s'y opposer, en adoptant partiellement du "Premier Monde" certains éléments en matière d'économie, de technologie, etc.

"Le Premier Monde et le Second Monde ont projeté leur influence sur le Tiers Monde, qui était la principale zone de leur affrontement.

Tous les pays du tiers-monde étaient divisés en pays capitalistes et socialistes, bien qu'il existait également un "Mouvement des non-alignés" dont les membres tentaient de justifier leur propre stratégie de développement - sans capitalisme et socialisme dogmatiques. Mais celle-ci ne s'est pas constituée en une théorie indépendante et est devenue un système de compromis et de combinaisons en fonction de la situation spécifique. Les critères du "premier monde" (capitalisme) ou leur réinterprétation doctrinale dans l'idéologie du "second monde" (socialisme) ont tout de même servi de modèle.

L'axe principal de la politique internationale de l'époque de la guerre froide était donc la confrontation entre le "premier monde" et le "second monde". Cela s'est traduit par le modèle bipolaire.

Il est important de noter, comme le fait John Hobbson [7], que ce zonage des types de sociétés correspond à la triade classique de l'anthropologie raciste du 19ème siècle (Morgan [8], Tylor [9], etc.), qui distinguait la "civilisation", la "barbarie" et la "sauvagerie". Dans le même temps, le "blanc" correspondait à la "civilisation", le jaune à la "barbarie" et le noir à la "sauvagerie". Ce modèle n'a été définitivement abandonné dans l'anthropologie occidentale qu'après la Seconde Guerre mondiale, mais il a été conservé dans le but d'évaluer le développement politique et économique des pays et des sociétés.

Ainsi, le "premier monde" en est venu à être identifié aux "civilisations" (auparavant, à "l'homme blanc" et son "fardeau" chez Kipling) ; le "deuxième monde" à la "barbarie" (d'où le proverbe raciste "grattez un Russe et vous trouverez un Tatar") ; le "troisième monde" à la "sauvagerie" - aux "peuples d'Afrique et d'Océanie" (généralement aux "Noirs").

Le deuxième monde : une définition élargie

Une chose à noter ici est qu'à l'époque de la guerre froide, les choses étaient généralement ignorées. L'Empire russe du XVIIIe siècle et du début du XXe siècle était également un tel "deuxième monde" par rapport à l'Occident. Alors que l'industrialisation bat son plein en Europe occidentale, l'Empire russe est encore un pays essentiellement agraire. Le capitalisme et la démocratie bourgeoise sont établis en Europe occidentale, tandis que l'Empire russe maintient la monarchie. Des centres scientifiques autonomes fonctionnaient en Europe occidentale, tandis que l'Empire russe copiait assidûment la science et l'éducation européennes. Mais néanmoins, l'Empire russe était tout à fait capable de tenir tête à l'Occident, de défendre sa souveraineté et son mode de vie, et de gagner des guerres.

Cette observation modifie considérablement le contenu du concept de "deuxième monde". S'il est applicable à la fois à l'URSS et aux pays sous son influence et à l'Empire russe, qui occupaient approximativement le même territoire, il doit être compris comme quelque chose de plus généralisé que l'URSS.

"Le Second Monde", au sens large, est un modèle politico-économique et idéologique alternatif au capitalisme mondial qui conteste la domination et l'hégémonie de l'Occident (le Premier Monde).

En ce sens, la chute de l'URSS, bien qu'elle ait été une catastrophe pour le "deuxième monde" (comme la chute de l'Empire russe avant elle), n'a pas été sa fin. Déjà après 1991, de nouveaux contours du "deuxième monde" ont commencé à se dessiner. Un certain nombre de pays qui avaient été considérés comme le "tiers monde" pendant la guerre froide - la Chine, l'Inde, le Brésil, l'Afrique du Sud - ont fait une percée fulgurante et ont atteint un niveau de développement comparable à celui du "premier monde" en trois décennies. Bien sûr, ils ont surtout utilisé la boîte à outils du capitalisme mondial pour y parvenir, mais ils ont su adapter cette boîte à outils de manière à préserver leur souveraineté et à faire bon usage du capitalisme (plutôt que l'inverse - comme avec les réformes libérales en Europe de l'Est et en Russie dans les années 1990).

Depuis le début des années 2000, avec l'accession au pouvoir de Vladimir Poutine en Russie, la Russie, héritière du "deuxième monde" de l'étape précédente, a progressivement commencé à restaurer sa souveraineté géopolitique. Mais cette fois, un modèle multipolaire plutôt que bipolaire a commencé à prendre forme. Ici, le "premier monde" n'était pas opposé à une seule puissance, mais à plusieurs. Et l'idéologie de cette confrontation (qui s'est réalisée dans chaque centre du "deuxième monde" avec des degrés variables de radicalité et de clarté idéologique) n'était pas le socialisme (à l'exception de la Chine), mais un antimondialisme indéfini et un rejet purement réaliste de l'hégémonie occidentale (principalement nord-américaine).

Les pays du "second monde" ne formaient pas un bloc idéologique. Ils sont devenus une ceinture objective de puissances, revendiquant leur propre voie, qualitativement différente du mondialisme du "premier monde".

Les politologues et les économistes ont constaté ce phénomène comme un fait accompli, réunissant les pays du "deuxième monde" de l'ère post-bipolaire dans la construction conventionnelle du BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine), puis après l'inclusion de l'Afrique du Sud, du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud).

À un certain moment, les gouvernements des BRICS ont compris le raisonnement objectif derrière ce zonage de la civilisation et ont commencé à développer leurs relations dans le cadre de ce paradigme. Ainsi a commencé la formation prudente et progressive d'un nouveau modèle de "deuxième monde". Cette fois-ci multipolaire, car chaque membre des BRICS est un phénomène souverain, indépendant des autres membres du club.

Dans le système des BRICS, la Russie est le leader militaire incontesté et en partie le leader en matière de ressources.

La Chine est le leader économique incontesté.

L'Inde est le troisième pôle le plus important, avec une infrastructure économique et industrielle solide, une démographie impressionnante et une société hautement consolidée sur le plan politique.

Le Brésil représente symboliquement l'ensemble de l'Amérique latine et son énorme potentiel (pas encore totalement révélé), ainsi qu'une puissance forte à forte composante militaire, commerciale et scientifique.

L'Afrique du Sud, étant l'un des pays les plus développés du continent africain, représente aussi symboliquement la nouvelle Afrique post-coloniale - avec son énorme potentiel.

A suivre

Notes:

[1] Dugin A.  The Theory of a Multipolar World.  Budapest: Arktos Media Ltd, 2021.

[2] Dugin A.   Geopolítica del mundo multipolar Santiago de Chile: . Ignacio Carrera Pinto Ediciones, 2022.

[3] Aijaz Ch. K. The political economy of development and underdevelopment. New York: Random House, 1973.

[4] Rangel C. Third World Ideology and Western Reality. New Brunswick: Transaction Books, 1986.

[5] Krasner S.D. Sovereignty: Organized Hypocrisy. Princeton: Princeton University Press, 1999.

[6] Cardoso F., Falleto E. Dependency and Development in Latin America. Berkeley: University of California Press. 1979; Ghosh, B.N. Dependency Theory Revisited. Farnham, UK: Ashgate Press. 2001.

[7] Hobson J. The Eurocentric Conception of World Politics: Western International Theory,

1760–2010. Cambridge: Cambridge University Press, 2012.

[8] Morgan Lewis Henry. Ancient Society. Tucson: The University of. Arizona Press, 1995.

[9] Tylor Edward Burnett. Researches into the Early History of Mankind and the Development of Civilization. London J. Murray, 1865.

La revue de presse de CD - 20 novembre 2022

dans-les-journaux-l-autre-match-des-candidats.jpg

La revue de presse de CD

20 novembre 2022

EN VEDETTE

Quelle politique migratoire pour la France ?

Le présent rapport s’efforce de dresser un bilan objectif de la politique migratoire menée en France au cours des quarante dernières années, à partir des données officielles et études académiques disponibles, et d’analyser les avantages et inconvénients d’une large ouverture des frontières aux flux de population, de façon à proposer enfin une politique migratoire qui soit conforme aux intérêts de notre pays.

Étude réalisée par André-Victor Robert, Haut fonctionnaire.

polemia.com

https://www.polemia.com/wp-content/uploads/2022/10/Quelle...

COMPLOTISME (C’est celui qu’y qui y’est !)

Théorie du complot ? Non, éclairage !

Cet entretien développe l’idée provocatrice de « complotisme éclairé » avec Philippe Bobola (physicien, biologiste, anthropologue et psychanalyste) et Jean-Dominique Michel (anthropologue, expert en santé publique). C’est-à-dire, explique ce dernier, que face à une « pensée unique », à des « raisonnements abracadabrantesques qui deviennent des vérités, les personnes qui n’adhèrent pas au discours dominant font naître une intelligence collective et une créativité. Elles découvrent que tous les pouvoirs ont une tendance « aux magouilles et aux complots », comme le montrent les fausses preuves que les grandes puissances avancent pour convaincre le public – par exemple dans les guerres d’Irak ou d’Ukraine, et bien sûr avec les vaccins Covid « sûrs et efficaces ».

covidhub.ch

https://www.covidhub.ch/theorie-du-complot-non-eclairage/

1080581-bernard-henri-levy-s-adresse-aux-etudiants-de-l-universite-kyiv-mohyla-a-kiev-le-16-mai-2014-archives.jpg

Un missile tombe en Pologne, BHL explose

Tweet de BHL : « N’en déplaise aux experts en intention & escalade : 1 l’Histoire a un inconscient ; 2 la #Pologne est à nouveau frappée ; 3 les pro-#Poutine sont à l’Ouest, les missiles viennent de #Russie ; 4 #Zelenski avait raison ; 5 le NATO doit, d’1 façon ou d’1 autre, dire : #StandWithPoland ». A la recherche des « experts en intention » et, ça vient de sortir du cerveau volcan de BHL : « l’Histoire a un inconscient. ». Analyse du stade ultime d’une maladie dégénérative.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/11/18/443558-un-missile...

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/CENSURES/DÉBILITÉ

Clashs en série sur les plateaux de France Inter et de C8

Les plus anciens se souviennent du formalisme souvent pesant de la communication des responsables politiques du temps de l’O.R.T.F. jusque dans les années 1970. Les temps et les codes ont bien changé : le « clash » s’invite désormais fréquemment lors d’émissions de radio ou de télévision auxquelles des femmes et des hommes politiques sont invités. Nous revenons sur des passes d’armes intervenues récemment lors du journal du matin de France Inter et de l’émission Face à baba animée par Cyril Hanouna sur C8. Mention spéciale à Marion Maréchal qui, face à Léa Salomé, a refusé avec force et intelligence la « repentance »…

ojim.fr

https://www.ojim.fr/clashs-en-serie-sur-les-plateaux-de-f...

L’Ordre des médecins s’en prend aux élus Wonner et Houpert

La psychiatre Martine Wonner, ex députée, a été convoquée le 4 novembre 2022 devant la Chambre disciplinaire du Conseil régional de l’Ordre des médecins à Nancy. Le même jour, la Chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins de Bourgogne-Franche-Comté a sanctionné le radiologue Alain Houpert, sénateur de Côte-d’Or, d’une interdiction d‘exercer la médecine pendant 18 mois, dont 9 avec sursis. Il prévoit de faire appel. Dans les deux cas, il est reproché à ces élus d’avoir communiqué leurs prises de positions divergentes de celles imposées par le gouvernement et autorités de santé s’agissant de la gestion de la crise Covid. Ils ont dénoncé l’interdiction de prescrire des traitements précoces, le manque de fiabilité des tests PCR, l’obligation des masques (Mme Wonner), les injections expérimentales, et les mesures liberticides. Ils auraient commis des fautes déontologiques en leur qualité de médecins – alors qu’ils se sont exprimés en tant que parlementaires de la Nation.

covidhub.ch

https://www.covidhub.ch/lordre-des-medecins-2/

Revue de presse RT du 6 au 12 novembre 2022

Exercice hebdomadaire de dé/réinformation grâce à cette revue de presse russe. Au sommaire cette semaine : le monde occidental en déliquescence, la Pologne cheval de Troie des États-Unis, les libertés en Europe, le monde multipolaire, a guerre chaude en Ukraine.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-du-6-au-...

aller-sur-le-terrain-permet-d-en-savoir-un-peu-plus-le-grand_6369972_576x348p.jpg

« Dans le journalisme, on ne doit s’interdire aucun sujet » : entretien avec Régis Le Sommier

Le grand reporter Régis Le Sommier, lance le média Omerta le 16 novembre. Sus aux pudeurs de gazelles, l’ancien directeur adjoint de Paris-Match compte bien fracturer les chapelles idéologiques. Au menu, reportages nationaux et internationaux. Pieds dans la boue ou avec les wokes, l’essentiel est d’aller sur le terrain… Entretien.

causeur.fr

https://www.causeur.fr/dans-le-journalisme-on-ne-doit-sin...

Arrestation de Vincent Reynouard au Royaume-Uni : Main basse sur la mémoire, les pièges de la loi Gayssot [Reportage]

Jeudi 10 novembre, en Écosse, Vincent Reynouard (une des rares interviews en vidéo qu’il ait accordé à un média français est ici) écrivain révisionniste de 53 ans, a été arrêté par la police locale, puis présenté à un juge d’Edimbourg en vue de son extradition, réclamée par la France. Ce dernier a été placé en détention en attendant la décision des autorités judiciaires britanniques. Pourtant, au Royaume-Uni, la législation sur la remise en cause de l’histoire officielle (appelée révisionnisme ou négationnisme en France) est bien plus souple qu’en France. Le Monde explique ce qu’il s’est passé : « l’obstacle à l’ouverture d’une enquête par les autorités locales a toutefois pu être levé grâce à une subtilité juridique : les autorités britanniques autorisent l’extradition de ressortissants étrangers lorsqu’ils ont fait, dans leur pays d’origine, l’objet d’une condamnation à un an de prison. Or, le 17 juin 2015, la cour d’appel de Caen a prononcé cette peine à l’encontre de M. Reynouard après la diffusion d’une énième vidéo, remontant à 2014, dans laquelle il entendait « démonter les mécanismes, les ressorts et les mensonges de la propagande imposée aux jeunes générations au nom du devoir de mémoire » à l’occasion du 70e anniversaire du débarquement du 6 juin 1944 »

breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2022/11/15/210682/arrestation...

Coup de filet dans les milieux pédophiles : les profils des accusés vont vous surprendre…

Pour ce qui concerne les profils des inculpés, aucune conclusion sociale ne peut en être tirée : cela va du chômeur au CSP+, disent les policiers. Cela n'a rien de surprenant, car la pédophilie, comme les autres déviances, n'est évidemment pas l'apanage d'un milieu social donné, quoi qu'en pensent les clichés (dans un sens ou dans l'autre). En revanche, il est à noter que plusieurs d'entre eux travaillent pour l'Éducation nationale ou pour l'aide sociale à l'enfance, que certains sont identifiés comme familles d'accueil et que plusieurs conseillers municipaux, de même que le maire d'une commune, font aussi partie du lot. Et là... on n'en saura pas plus…

bvoltaire.fr

https://www.bvoltaire.fr/coup-de-filet-dans-les-milieux-p...

ÉCOLOGIE (PUNITIVE)

Le suicide par écologisme

Il est indubitablement exact que si on élimine les humains, il n’y aura plus de dioxyde de carbone anthropique, par définition. Vu ainsi, on comprend que les doses d’humanisme des écologistes sont rapidement passées dans le domaine homéopathique : en quelques décennies, l’écologie s’est transformée d’une collection de principes – dont certains de bon sens comme une lutte contre les atteintes dangereuses pour l’Homme à son environnement – en une idéologie de plus en plus invasive puis une véritable religion avec sa doctrine (dont la hausse du niveau des océans ou le réchauffement climatique en sont des piliers), ses prêtres (politiciens et figures médiatiques d’ONG officiellement syntonisées avec Gaïa) et ses rites depuis le tri des déchets jusqu’à la lutte contre le nucléaire ou la pédalomanie cyclopathe fièrement affichée par certains.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/11/14/443146-le-suicide...

ÉCONOMIE

La chute de la FTX et de tout ce qui est crypto-monnaie

Cette semaine, j’ai été stupéfait par la stupidité des personnes qui avaient investi dans la crypto-« bourse » FTX. Je suis également stupéfait que certains aient pu « investir » leur « argent » sur le compte de cette entité non réglementée. Comment peut-on être aussi stupide ? Les crypto-« monnaies » n’ont pas de but réel. Elles ne sont pas de l’argent. Leur valeur dépend uniquement de la confiance que les gens ont en elles. Lorsque la confiance disparaît, leur valeur tombe à zéro. C’est ce qui est arrivé à FTX et à la « monnaie » FTT que la société avait émise. Réponse : et si on regardait à qui profite cette fraude ?

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/la-chute-de-la-ftx-et-de-to...

maxresdefault.jpg

« Short sellers », journalistes et « producteurs d’information » : un jeu trouble

Un peu d’information à caractère financier, pour changer un peu. Le short seller ou vendeur à découvert ou VADeur pour les intimes, agit très officiellement pour le « bien de la collectivité » en dénonçant sur les marchés financiers et en bourse les vilains petits canards qui trichent avec les chiffres et mettent en danger le « système ». Mais avec tant à gagner sur un pari, et donc tant à perdre aussi, comment croire que certains ne sont pas tentés de piper un peu les dés ?

ojim.fr/

https://www.ojim.fr/short-sellers-journalistes-et-product...

ÉNERGIES

Énergie : l’Allemagne attaque la France et menace l’Union européenne

Un excellent document de l’École de guerre économique, publié en mai 2021, révèle les manipulations révoltantes de l’Allemagne à Bruxelles pour défendre ses choix énergétiques douteux et ses intérêts industriels aux dépens de l’Union européenne (UE), et notamment de la France. Ce texte décortique clairement comment l’Allemagne tente d’affaiblir durablement la France et l’UE dans le domaine de la production d’énergie en s’opposant au nucléaire et en imposant des énergies renouvelables intermittentes (EnRI) ainsi que le gaz.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/11/14/399712-energie-la...

ÉTATS-UNIS

Élections américaines : implications pour le pays et le monde

La faible performance des Républicains et la « toxicité » de la figure médiatique et diabolisée de Trump soulèvent des questions sur l'avenir de la candidature de celui-ci à la présidence du Parti républicain en 2024.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/11/10/e...

Nouvelle politique nucléaire américaine

Le 27 octobre 2022, l'administration de Joe Biden a publié une version déclassifiée de sa Nuclear Posture Review (NPR). La partie générale est désormais dans le domaine public, ce qui permet de tirer certaines conclusions. Le JCPOA, (c’est-à-dire l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien - en anglais Joint Comprehensive Plan of Action ou JCPOA, traduit en français par l'Union européenne et l'Agence internationale de l'énergie atomique comme Plan d’action global commun (PAGC) et d'autres documents stratégiques militaires américains, démontrent objectivement la nature agressive de la politique étrangère de Washington. Des actions concrètes, telles que le déploiement d'armes nucléaires en Europe et l'apparition de bombardiers stratégiques américains en Australie, le confirment clairement.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/11/12/n...

us-troops-patrol-northeastern-syria.jpg

En violation du droit international : les États-Unis renforcent massivement leur présence militaire en Syrie

Depuis des années, le gouvernement syrien dénonce devant les forums internationaux l'occupation continue et illégale du territoire syrien par les États-Unis. Concrètement, il s'agit d'environ un tiers du territoire syrien à l'est de l'Euphrate. Les États-Unis y exploitent illégalement des gisements de pétrole syriens. Il y a actuellement 28 bases militaires américaines sur le territoire syrien. Elles ont été construites sans l'accord du gouvernement de Damas et servent à la protection militaire des zones pétrolières.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/11/12/e...

Noam Chomsky : « 20 ans après le vote pour la guerre en Irak, les États-Unis continuent de bafouer le droit international »

Cette semaine marque le 20e anniversaire du vote du Congrès américain autorisant la guerre meurtrière en Irak qui, selon certaines estimations, a tué entre 800 000 et 1,3 million de personnes. Dans l’interview exclusive pour Truthout ci-dessous, Noam Chomsky partage ses réflexions sur les causes et les ramifications de cet effroyable crime contre l’humanité.

les-crises.fr

https://www./noam-chomsky-20-ans-apres-le-vote-pour-la-gu...     

 

FOOTBALL

Qatar : les dessous de la Coupe du monde de la honte

Un dossier pour aider à comprendre que, derrière la Coupe du monde de football 2022 au Qatar se joue un monstrueux chantage avec des forces vives, tirant les ficelles dans l’ombre à des fins économiques et personnelles. Accrochez vos ceintures : le voyage s’annonce tumultueux !

static.juste-milieu.fr

https://static.juste-milieu.fr/external/JUM/Dossier-gratu...

FRANCE

Transfert des cotisations de l’Agirc-Arrco à l’URSSAF : 13 millions de dupes à la clé !

Prévue dans le projet de loi pour le financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2020, cette mesure, qui devait à l’origine s’appliquer dès le 1er janvier 2022, a d’abord été repoussée d’un an et n’entrera finalement en vigueur que le 1er janvier 2024 – si elle n’est pas abandonnée. Dans la nuit du 7 au 8 novembre, le Sénat l’a purement et simplement annulée, par 302 voix contre 28 ! Le gouvernement a toujours la ressource de passer en force, en recourant au besoin à l’article 49-3. On peut penser qu’il le fera, mais à un prix politiquement élevé.

bvoltaire.fr

https://www.bvoltaire.fr/transfert-des-cotisations-de-lag...

Justice : Éric Dupond-Moretti se met au déstockage

L’État français serait-il en voie de désintégration ? Pointer l’affaiblissement drastique de l’exercice des fonctions régaliennes est devenu une banalité. Justice, police, ordre public, sécurité, diplomatie et affaires étrangères, défense, finances, donnent un sentiment de dégradation et d’abandon. Mais c’est la même chose pour les grands services publics, santé, énergie, transports, éducation, qui sont plus qu’en souffrance. Et les Français assistent effarés au spectacle de la disparition d’une force administrative autrefois puissante. Mais finalement, le pire est que ceux qui gouvernent ce pays, constatant le naufrage, ont décidé de se contenter de misérables tentatives de colmatage des voies d’eau. Le premier d’entre eux persiste de son côté à prendre l’Élysée pour une estrade de théâtre et à confondre gouverner et se mettre en scène. Alors que la France se prépare à un hiver qui par certains aspects pourrait être tragique, il annonce triomphalement donner 1 milliard d’euros à l’Afrique du Sud pour l’aider dans « sa transition énergétique ».

vududroit.com

https://www.vududroit.com/2022/11/justice-eric-dupond-mor...

GÉOPOLITIQUE

Samarkand : la voie de la multilatéralité

Les résultats du sommet des chefs d'État des pays de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui s'est tenu le 16 septembre à Samarkand, en Ouzbékistan, méritent d'être analysés sans œillères idéologiques ou sans préjugés préétablies. Elle permettrait d'éviter les erreurs d'appréciation géopolitiques que l'on pourrait regretter par la suite.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/26/s...

IMMIGRATION

Les fréquentations racistes de Carlos Martens Bilongo

Carlos Martens Bilongo, nouvelle idole de l’extrême gauche victimaire et de la Nupes, navigue dans des eaux bien troubles. Ses accointances avec des figures anti-juives et partisanes de l’islam radical ont été dévoilées ces derniers jours.

causeur.fr

https://www.causeur.fr/les-frequentations-racistes-de-car...

visactu-locean-viking-accueilli-vendredi-au-port-militaire-de-toulon.jpg

Les fugueurs de l’Ocean Viking, ou comment la France se ridiculise un peu plus

Là, on hésite : en pleurer ou en rire. Les deux à la fois, peut-être. 26 des 44 migrants supposés mineurs se sont fait la malle. Pas du fameux village de vacances de la presqu’île de Giens, transformé en « lieu de privation de liberté », selon les mots de Mediapart, mais d'un hôtel de Toulon où ils étaient hébergés par le Conseil départemental. Vous me direz que ça fait toujours 26 bouches de moins à nourrir. Pour l’instant.

Bvoltaire.fr

https://www.bvoltaire.fr/les-fugueurs-de-locean-viking-ou...

MONDIALISME

OPEP+, BRICS : Le nouveau leadership des coalitions des non-occidentales

Des pays qui représentent plus de 80 % de la population mondiale et un pourcentage similaire du produit intérieur brut mondial sont parfaitement à même de voir les provocations brutales de l’administration Biden et ne les approuvent pas.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/opep-brics-le-nouveau-leadershi...

ONG

Qui finance les passeurs ? Et comment les médias en parlent-ils ?

Nous ne reviendrons pas sur les ritournelles autour des multiples ronds dans l’eau du navire/ONG Ocean Viking, véritable agence de voyage des passeurs. Ni sur la piteuse retraite en rase campagne des autorités françaises, poursuivant avec vigueur la politique du chien crevé au fil de l’eau. Nous repostons quelques articles récents que nous avons publiés sur le sujet et nous en profitons pour jeter un coup d’œil sur les collectivités locales en France qui financent ces passeurs de migrants, pardon de clandestins.

ojim.fr

https://www.ojim.fr/qui-finance-les-passeurs-et-comment-l...

RÉFLEXIONS

« L’Exil intérieur » : le traité de morale et de maintien d’Alain de Benoist

Le dernier essai qu’Alain de Benoist vient de publier L’Exil Intérieur Carnets Intimes ne laisse pas indifférent, tant sur la forme que sur le fond. Sur la forme d’abord, puisqu’il se présente avant tout comme une succession de réflexions et d’aphorismes, ponctuée de courts textes et parfois de poèmes. Sur le fond ensuite, puisqu’il s’agit effectivement de réflexions personnelles qui n’avaient pas vocation, initialement, à être publiées et qui se succèdent depuis les années 1970. Des réflexions qui comme le souligne François Bousquet dans sa belle postface, nous dévoilent aussi une partie du jardin secret d’Alain de Benoist.

polemia.com

https://www.polemia.com/lexil-interieur-le-traite-de-mora...

RUSSIE

Les chefs du renseignement étasunien et russe se rencontrent à Ankara

Le média russe Kommersant a révélé que des négociations américano-russes avaient lieu en Turquie aujourd’hui 14 novembre, à Ankara, la capitale de la Turquie. Le directeur du service du renseignement extérieur, Sergei Naryshkin, s’est rendu à Ankara en avion, depuis la Russie. La dernière fois que les délégations russe et américaine se sont rencontrées à Genève, c’était le 10 janvier dernier à Genève pour des discussions sur les garanties de sécurité. L’absence de résultats concrets des négociations de janvier est souvent considérée comme un préalable diplomatique au déclenchement des hostilités en Ukraine. Analyse de Moon of Alabama.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/les-chefs-du-renseignement-...

 

FX-UhAkWIAEqTgU.jpg

Encore une infox pour noircir la Russie

Le 5V55K est un ancien missile de production soviétique (1978/82) destiné au système de défense aérienne S-300 que l’Ukraine utilise contre les missiles de croisière russes. Sa portée nominale en mode de défense aérienne est de 75 kilomètres. S’il ne parvient pas à atteindre sa cible, les débris risquent de tomber à peu près à cette distance. Przewodow en Pologne (50.47099 lat, 23.93432 lon), où le missile a atterri, se trouve à environ 70 kilomètres au nord de Lviv en Ukraine.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/encore-une-infox-pour-noirc...

SANTÉ/LIBERTÉS

Hydroxychloroquine : petit retour historique

Suite au dernier billet constatant a postériori que l’association Hydroxychloroquine/Azithromycine avait sans doute eu une certaine efficacité lorsqu’elle a pu être prescrite, comme le montrent les chiffres officiels, avec le recul il est bon de faire un petit rappel de ce qu’il s’est passé.

covid-factuel.fr

https://www.covid-factuel.fr/2022/11/11/hydroxychloroquin...

« Corruption et fraude dans la crise Covid » : l’inventaire des dérives

Deux colloques internationaux où des experts de haut niveau révèlent la dimension multidisciplinaire des contrevérités : médicale, politique, médiatique, scientifique, statistique, informatique, juridique, philosophique, psychologique...

covidhub.ch

https://www.covidhub.ch/corruption-et-fraude/

19-06-29-abu-talha-al-hindi-1024x576_2.jpg

TERRORISME

« Vilayat Khorasan », une menace pour toute l'Asie centrale"

Le groupe terroriste État islamique (interdit dans la Fédération de Russie) n'a pas été complètement anéanti. Malgré quelques succès contre le terrorisme en Syrie et en Irak, nous pouvons constater une résurgence des activités de l'organisation dans d'autres régions. En particulier, une branche autonome de l'État islamique de la province du Khorasan (ISKH), également connu sous le nom de Vilayat Khorasan (interdit dans la Fédération de Russie), opère dans une vaste zone englobant l'Asie centrale, l'Afghanistan, le Pakistan et l'Iran. À cet égard, l'adhésion de l'Iran à l'OCS (Organisation de coopération de Shanghai) est importante en tant que facteur de stabilisation.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/26/v...

UKRAINE

Jacques Baud : Voici comment l’Occident ment dans la guerre en Ukraine

L’officier du renseignement suisse, conseiller de l’OTAN et auteur de plusieurs livres, Jacques Baud, s’est penché sur la guerre en Ukraine dans une interview publiée par le portail média indépendant américain grayzone.com et a notamment critiqué sévèrement la couverture médiatique occidentale. Baud, dont le dernier livre publié (« Opération Z ») est consacré au conflit ukrainien, souligne que les médias occidentaux ne donnent systématiquement que la version ukrainienne des événements, mais que celle-ci est souvent édulcorée ou tout simplement fausse.

reseauinternational.net

https://reseauinternational.net/jacques-baud-voici-commen...

UNION EUROPÉENNE

Le retour de la question allemande

En bon historien, Pierre Lellouche revient avec justesse sur ce que l’on a toujours appelé l’axe franco-allemand et sa soi-disant entente cordiale nécessaire à l’équilibre européen alors que celui-ci n’a jamais été autre chose qu’un cache-misère. Quand nos gouvernements vont-ils enfin comprendre que les Allemands, pas plus que les Américains d’ailleurs, ne sont nos « amis ». Angela Merkel nous a enflé, Olaf Schulz est en train de faire de même.

synthesenationale.hautetfort.com

http://synthesenationale.hautetfort.com/media/02/00/26183...

 

mercredi, 23 novembre 2022

Drumont et notre prostration à travers les âges républicains

Edouard_Drumont_BNF_Gallica_(cropped).jpg

Drumont et notre prostration à travers les âges républicains

Nicolas Bonnal

Et de chercher une explication : l’ataraxie. Mieux même, la prostration…

« Tout vient se briser contre une indifférence absolue, contre une sorte d’ataraxie, d’impassibilité générale, qui n’est point l’ataraxie stoïque dont parle Proudhon, mais plutôt une inertie maladive, une prostration sur laquelle rien n’agit. »

Le cœur ne bouge plus trop :

« Les physiologistes connaissent bien ces phases passagères où le cœur est inexcitable. L’organe où l’humanité puise sa flamme a soudain des moments de repos, d’hébétude, de torpeur après lesquels il reprend son fonctionnement… A l’heure actuelle, malheureusement, ce n’est plus par saccades, c’est toujours que le cœur ne répond plus aux excitants. Et comme ce bourdon, qui rythme nos artères, nos expansions et nos violences, dépend lui-même du cerveau, c’est toujours au cerveau qu’il faut chercher la cause des défaillances et des sommeils. »

Cf.: https://www.youtube.com/watch?v=reOB_PUvqJM&t=959s

Et Drumont de s’interroger :

« Comment s’étonner alors que la lassitude saisisse ces entendements secoués, non plus la saine lassitude du travail, où se puisent des forces nouvelles, mais la dépression atonique où l’on a l’illusion de la vigueur ? »

Le monde moderne est là et son absence de réaction (sauf pour aller se vacciner ou pester contre le fascisme ou la Russie – toujours par conformisme et conditionnement) :

« La Mort gagne le monde par l’insensibilité, par l’anesthésie. Cette anesthésie sociale, que l’on appelle l’ataraxie, envahit les masses, comme sa sœur envahit les êtres. Elle débute d’ici, de là, par plaques qui se rejoignent et couvrent bientôt le corps tout entier. Certaines régions intermédiaires jouissent d’une fausse excitation que l’on retrouve avant tous les désastres. Celui qu’attend la congestion bâtit des projets bienheureux. »

Cf.: https://www.youtube.com/watch?v=CEHxpr2l5zo&t=528s

Le temps est à l’optimisme paresseux :

« Nous autres, au bord du gouffre, nous affirmons le Progrès indéfini, une ère joyeuse et libre. Au fond, nous ne croyons même pas à Demain, et nous nous en occupons très peu. »

Nous sommes entourés de frivoles :

« Les frivoles rient jusqu’à la mort ; les esprits moins légers, ceux qui réfléchissent sur les spectacles que la vie déroule devant eux et qui s’irritent de ce qu’elle leur cache, ne peuvent se défendre de la tristesse qui se dégage de tout…".

Cf.: https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/nicolas-bonnal-pense...

On chasse le pessimisme (il n’y pas de grand remplacement, pas de gouvernance mondialiste, pas de dictature sanitaire, pas de complots…):

« Les Français modernes n’ont rien de tout cela. Les troublantes théories de Schopenhauer comme les belles désespérances de Tolstoï, vastes et désolées comme des steppes, les laissent parfaitement indifférents. Intellectuellement, c’est trop fort pour eux, trop étendu d’horizon, trop intense de pensée; cela les obligerait à trop de méditation. »

img-5.png

On se contentera de peu intellectuellement, spirituellement :

« La conception que les Français contemporains ont de la vie n’a d’analogue dans aucun temps, elle est tout à fait particulière à notre époque. Notons tout d’abord que si la vie moderne s’est compliquée au point de vue des faux besoins et des raffinements du bien-être, elle s’est singulièrement simplifiée au point de vue moral ; comme une espèce de Peau de chagrin, elle se rétrécit tous les jours sous ce rapport. »

A lire et à commander: https://www.amazon.fr/DANS-GUEULE-BETE-LAPOCALYPSE-MONDIA...

Le monde moderne a créé son homme rond-de-cuir en France, pays de la Révolution (voyez nos textes sur Cochin) et du bourgeois (Taine) :

« Le régime moderne a créé, on peut le dire, un type d’être spécial que l'on serait tenté d’appeler le contribuable; car, en réalité, si on demandait à beaucoup d’hommes de ce temps pourquoi ils sont sur la terre, ils seraient bien embarrassés de répondre et finiraient par vous dire :

— Ma foi, pour faire notre service militaire, pour acquitter nos contributions et pour payer notre terme. »

S’ensuit une belle comparaison animale :

« Les Français sont admirablement dressés à toute cette organisation fiscale; ils sont comme les méharis qui s’agenouillent pour qu’on puisse les charger plus facilement, ou comme les chevaux de renfort d’omnibus qui, leur besogne faite, vont tout seuls rejoindre leur place au bas de la montée et attendent là qu’on les attelle de nouveau… »

Sources:

Drumont, Testament, III, 1, p.171-172 (archive.org).

https://archive.org/details/letestam

 

https://www.amazon.fr/Pourquoi-monarchie-disparu-France-p...

https://www.youtube.com/watch?v=dnTgAKziCBU&t=948s

 

 

17:30 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, france, édouard drumont | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 22 novembre 2022

Macron et la providentielle punition des Français

collage-sans-titre-4-1.jpg

Macron et la providentielle punition des Français

Nicolas Bonnal

Les Français ont élu et réélu Macron après avoir voté Hollande et Sarkozy. En 2007 ils ont voté pour les trois candidats ultra-européens après avoir soi-disant refusé l’Europe (distrait référendum de 2005). Depuis Mitterrand ils se considèrent comme écologistes, antiracistes, socialistes, européistes, mondialistes, sauf une faible minorité fascisée d’abord puis traitée de complotiste. Depuis 1984, date du départ des cocus communistes et de l’arrivée au pouvoir de Fabius, il y a un seul parti, celui des « élites mondialisées », comme disait un hiérarque républicain. Mais le peuple parfaitement enthousiaste dont a parlé Céline vote et revote pour le même casse-pipe. Avec Macron on a passé les bornes (sic) : comme disait Roland Hureaux, on a voté pour le candidat de l’ultra-finance en 2017, qui était, comme par hasard, aussi le candidat de l’ultragauche sociétale. Je ne fais aucune différence entre Macron, LR (Sarkozy non plus d’ailleurs) et LFI. Tout cela est un sac à puces socialiste, un sac à malices mitterrandien (cf. mon « grand initié »).

mitterrand-le-grand-initie.jpg

Aujourd’hui cet idéalisme mitterrandien passe facture : pauvreté, misère, « remplacement » (petit ou grand, alors ?), insécurité, évanouissement militaire, disparition diplomatique et même pénurie de courant et de nourriture. Ran-Tan-Plan « sent confusément quelque chose », mais on ne voit personne se soulever, on est comme dans le texte cauchemardesque de l’Anglaise de Taine dont j’ai parlé maintes fois : des élites folles et un peuple distrait.

Mais Macron j’ai fini par l’apprécier : il va ruiner le Français et le faire souffrir. Et l’autre ne va pas réagir. Il a donc une fonction providentielle, et on sait que la Providence utilise toutes sortes d’outils pour taper sur les imbéciles dont elle a marre.

front-medium-2460969545.jpg

C’est le moment donc de relire le début des Considérations sur la France de Joseph de Maistre. Il écrit sur les acteurs de la Terreur révolutionnaire :

« Enfin, plus on examine les personnages en apparence les plus actifs de la révolution, et plus on trouve en eux quelque chose de passif et de mécanique. On ne saurait trop le répéter, ce ne sont point les hommes qui mènent la révolution ; c'est la révolution qui emploie les hommes. »

Et Maistre décrit la méritée punition qui arrive sur tous ces froncés toujours sanguinaires à force d’humanitaire (à Berlin ? A Moscou ! Pendons Poutine à Nuremberg !) :

« On dit fort bien, quand on dit qu'elle va toute seule. Cette phrase signifie que jamais la Divinité ne s'était montrée d'une manière si claire dans aucun évènement humain. Si elle emploie les instruments les plus vils, c'est qu'elle punit pour régénérer. »

Monarchiste et chrétien, Maistre reconnait (on est en 1797) les crimes de la France :

« Chaque nation, comme chaque individu, a reçu une mission qu'elle doit remplir. La France exerce sur l'Europe une véritable magistrature, qu'il serait inutile de contester, dont elle a abusé de la manière la plus coupable. »

La France aura dit-il démoralisé l’Europe :

« La France était surtout à la tête du système religieux, et ce n'est pas sans raison que son Roi s'appelait très-chrétien : Bossuet n'a rien dit de trop sur ce point. Or, comme elle s'est servie de son influence pour contredire sa vocation et démoraliser l'Europe, il ne faut pas être étonné qu'elle y soit ramenée par des moyens terribles. »

AGON_HOCQ_2014_01.jpg

Et si en effet le mitterrandisme ou le coq hérétique avait depuis les années 80 et 90 salement transformé l’Europe : humanitaire, autoritaire, belliciste, jacobine et surtout sociale ? Le néolibéralisme a été simplement une invitation socialiste faite aux politiques de se remplir les poches. Lisez les livres de Hocquenghem et de mon éditeur Thierry Pfister qui en parlèrent très bien de cette gauche caviar.

Certes il n’y a pas que des enthousiastes mondialistes de gauche et d’extrême-gauche en France. Mais ils ne seront pas épargnés. Maistre écrit aussi dans la Deuxième soirée que la mort d’un juste sur un champ de bataille n’est pas une injustice, mais un malheur.

Mais le reste va être puni ; il ajoute, toujours dans ses Considérations :

« Depuis longtemps on n'avait vu une punition aussi effrayante, infligée à un aussi grand nombre de coupables. Il y a des innocents, sans doute, parmi les malheureux, mais il y en a bien moins qu'on ne l'imagine communément. »

Puis Maistre remarque que l’armée (déjà déshonorée, en France on aime ça) n’a pas protégé son roi ; mais que personne n’en a fait autant que les savants (ah Lavoisier, ah Monge, ah Cuvier…) :

« On gémit de voir des savants illustres tomber sous la hache de Robespierre. On ne saurait humainement les regretter trop ; mais la justice divine n'a pas le moindre respect pour les géomètres ou les physiciens. Trop de savants français furent les principaux auteurs de la révolution ; trop de savants français l'aimèrent et la favorisèrent, tant qu'elle n'abattit, comme le bâton de Tarquin, que les têtes dominantes. »

Parodions alors Jules Laforgue : ô médecins des plateaux télé ! O chasseurs de non-vaccinés et de légions d’honneur ! O grands amateurs de subventions et de commissions des labos !

Sur l’armée (pensons à la nôtre en ce moment, si otanesque et nulle) :

« L'indifférence de l'armée ne fut pas moins remarquable. Elle servit les bourreaux de Louis XVI bien mieux qu'elle ne l'avait servi lui-même, car elle l'avait trahi. On ne vit pas de sa part le plus léger témoignage de mécontentement. Enfin, jamais un plus grand crime n'appartint (à la vérité avec une foule de gradations) à un plus grand nombre de coupables. »

J’en termine avec cette phrase du maître (dont un descendant je crois fut compromis sous Sarkozy) :

« Un des plus grands crimes qu'on puisse commettre, c'est sans doute l'attentat contre la souveraineté, nul n'ayant des suites plus terribles. »

Le moins que l’on puisse dire c’est que nos élites n’en ont plus rien à faire de notre souveraineté (je joue sur les mots, mais pas tant que ça). Le peuple aussi semble s’en foutre qui fuit comme la peste les candidats souverainistes dotés de scores comiques aux élections.

Macron va donc pouvoir finir de punir les Français : ils auront le sort du chien et du loup de La Fontaine, la laisse électronique et la misère. Mais ils s’y habitueront et revoteront pour lui ou pire (mon rêve serait Rousseau, la bien nommée). Les amateurs de Schadenfreude en seront pour leurs frais. Les autres iront en Floride ou à Madagascar.

Sources:

https://www.bvoltaire.fr/macron-nest-centre-dextreme-gauc...

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fc/Maist...

https://www.amazon.fr/Mitterrand-grand-initi%C3%A9-Nicola...

 

 

samedi, 19 novembre 2022

Vers la poliorcétique des cyborgs

22676567lpw-22679436-article-jpg_8484476_660x287.jpg

Vers la poliorcétique des cyborgs

par Georges FELTIN-TRACOL

En janvier 2022 paraissait Ces guerres qui nous attendent 2030 – 2060 (éditions des Équateurs/PSL – Université Paris Sciences et Lettres, 224 p., 18 €). Réuni à l’initiative du ministère français des Armées, « le collectif Red Team est composé d’auteurs, de dessinateurs et de scénaristes libres et indépendants ». On y trouve François Schuiten, Jeanne Bregeon, Virginie Tournay, Laurent Genefort, Romain Lucazeau, Xavier Mauméjean et Xavier Dorison ainsi que des pseudonymes comme Colonel Hermès, Capitaine Numericus et DOA. En revanche, le Lieutenant Sturm, Wilsdorf et Alryck n’y figurent pas ! Le projet a agacé, sinon indigné, les écrivains français de science-fiction fortement épris de progressisme, d’inclusivité et d’égalitarisme.

Ces-guerres-qui-nous-attendent.jpg

Inspiré du complexe militaro-industrialo-médiatique qui regroupe outre-Atlantique les industries (numériques ou non), les militaires et le monde du divertissement, cet ensemble réfléchit aux guerres de demain et présente quatre hypothèses. Notons que le livre a été rédigé avant le début des hostilités en Ukraine. Il serait fastidieux de résumer chaque scénario. On insistera sur l’affirmation du combattant opérationnel cybernétique et le grand retour de la poliorcétique.

En science-fiction, le cyborg est un hybride entre l’organisme humain et la machine et/ou l’ordinateur. Les programmes militaires occidentaux ouvrent déjà la voie vers le transhumanisme avec les expériences d’exo-squelette de combat. Red Team imagine à assez brève échéance calendaire la finalité logique du passeport vaccinal et autre « visa numérique » : le puçage généralisé de la population. Cela va même encore plus loin avec NeTAM, soit Neuro Terre Air Mer, à savoir « un protocole d’interface neurale [… qui], selon l’auteur collectif, a pour but de pallier les défaillances humaines et d’améliorer les performances des sujets. [...] Le programme permet notamment l’échange de données homme/machine, la prise de contrôle d’équipements, l’amélioration des capacités du combattant en situation (perception, réception d’informations, gestion du stress, etc.), la collecte et l’archivage en temps réel par un double témoignage live et différé (objectif – subjectif) et l’exploitation de ces informations archivées en vue d’un usage ultérieur. De plus, le programme autorise l’accès à une banque de données sécurisée qui renseigne en flux continu sur le contexte de l’action en cours ».

fb561242b1e4f789c24c614c36ac92d6.jpg

Il passe ensuite à un « programme ArmVie [qui] a pour vocation de recueillir l’ensemble des données d’implant des militaires connectés, en surveillant notamment leur sommeil, leurs habitudes alimentaires, leur activité physique, leur environnement quotidien, leurs interactions sociales, leur mobilité in et out de l’espace militaire, leurs réactions aux événements extérieurs, leur niveau de stress, etc. ». La surveillance actuelle des sportifs, en particulier des cyclistes, au nom de la lutte contre le dopage, en est une ébauche primaire et imparfaite.

La symbiose entre le combattant et l’intelligence artificielle devient une priorité aux yeux des contributeurs pour qui « les opérations spéciales, l’infiltration, les coups de main, le débarquement amphibie, visant à contourner les défenses adverses, redeviennent des enjeux fondamentaux ». Avec l’essor de l’IHM (interface homme machine), « l’homme sur le champ de bataille, du soldat jusqu’à l’officier, devient le centre d’un écosystème d’armement complexe. »

979be2c8d48e9f3364e2143eadbca91b.jpg

Dans le même temps, les conditions de la guerre évoluent sous l’impulsion des armements à très grande vitesse. Le missile hypervéloce, entre Mach 15 et Mach 16, soit près de 20.000 km/h, frappe n’importe où. Facile à tirer, ce missile se montre peu maniable et nécessite une infrastructure de maintenance, de ciblage et de protection que seuls des États performants peuvent se permettre d’avoir. Face à cette nouvelle menace se développe l’« hyperbouclier » (ou « bouclier défensif »). Conçu autour de systèmes physiques (matériels et humains), informatiques (cybernétique et communications) et logistiques (flux matériels) complexes, il emploie de nombreux drones antipersonnels et antichars qui saturent le champ de bataille. Sa principale faiblesse reste cependant une consommation élevée d’énergie, surtout s’il utilise le railgun, un canon capable de propulser très vite des projectiles inertes. Par exemple, « une barre de tungstène de 100 kg accélérée à Mach 12 peut détruire un char situé à 200 km ».

000659144_illustration_large.png

Ce nouveau cycle marque la fin d’une certaine forme de conflit d’autant que l’« hyperbouclier » se transforme bientôt en bastion de protection territoriale: l’« hyperforteresse ». « Arrivé à maturité, le concept de l’hyperforteresse cristallise la fin de la guerre de mouvement, paradigme dominant depuis les années 1940 (couple chasseurs/chars d’assaut). »

Défendant une zone de 150 km de rayon et se déployant autant sur terre, en mer, dans le milieu sous-marin que dans le champ aérien, le domaine spatial, l’univers informatique et la médiasphère, l’hyperforteresse utilise des essaims de drones que son « hyper IA » traite comme des entités uniques dotées de sous-systèmes de gestion. Son point névralgique demeure « l’hypercloud [qui] désigne un ensemble de systèmes de collecte et de traitement des informations ». Or, son entretien nécessite un « haut niveau de maintenance » du fait du vieillissement rapide de ses structures. Sa pérennité exige une autonomie dans la production et la fabrication « sur place de pièces, via des mini-usines et des imprimantes 3D ». En outre, « une hyperforteresse est extrêmement dépendante des flux logistiques. Par ailleurs, afin de bénéficier d’une énergie abondante et disponible, chacune d’elles dispose d’une mini-centrale nucléaire ». Dans cette nouvelle ère de la guerre, « seuls les pays qui disposent d’une base industrielle souveraine complète ou quasi complète, jusqu’à l’accès à l’espace, lit-on, peuvent garantir à leurs populations une protection face aux risques géopolitiques et conservent une grande marge de manœuvre diplomatique ». Il devient par conséquent fort probable que « dans la guerre de position, défaire l’hyperforteresse devient l’objectif principal pour vaincre ». C’est le grand retour de la poliorcétique, l’art militaire d’assiéger les villes.

Entre les hyperforteresses apparaît « le no man’s land […] une zone démilitarisée qui s’étend entre les bordures de deux hyperforteresses durant une guerre de position ». À l’intérieur de ces châteaux forts 4.0, dans un cadre douillet, les civils s’adonnent aux RZE (réseaux de services), c’est-à-dire des « réseaux communautaires qui se structurent autour de la profession, de la religion, de passions et convictions communes ou encore du quartier d’habitation ». La présence de ces communautés affectives dans le monde virtuel représente le transfert des déceptions de la réalité en enchantements dans les mirages dangereux d’une ambiance rêvée.

Red Team conçoit une guerre à haute technicité dans un cadre socio-psychologique qui rappelle plus le XVIIe siècle européen que l’époque médiévale. Le conflit en cours en Ukraine confirmera-t-il ou non ces spéculations ? Seul l’avenir nous le dira.    

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 51, mise en ligne le 15 novembre 2022 sur Radio Méridien Zéro.

Elections de mi-mandat aux Etats-Unis: une course bipartisane

news1-1-664464d810b529fe.jpg

Elections de mi-mandat aux Etats-Unis: une course bipartisane

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/dvuhpartiynaya-gonka

Après le décompte final des résultats de l'élection de mi-mandat aux Etats-Unis, certaines conclusions (mais non concluantes) peuvent être tirées sur l'avenir immédiat de la vie sociale et politique américaine, sur les ajustements et changements possibles en politique étrangère et sur la dynamique d'une polarisation accrue de la société à l'approche de l'élection présidentielle de 2024.

Il convient de noter que le vote ne concernait pas uniquement les candidats au Congrès américain. Au Congrès lui-même, il y a eu une lutte pour 35 des 100 sièges du Sénat, et pour l'ensemble des 435 sièges de la Chambre des représentants. En outre, 36 des 50 États élisaient des gouverneurs. Et dans 27 États, il y avait encore des élections pour les secrétaires d'État. Par conséquent, les démocrates et les républicains se sont affrontés non seulement pour le corps législatif, mais aussi pour le pouvoir exécutif.

Des États importants comme l'Ohio, la Louisiane, le Kentucky et la Floride au Sénat sont passés aux mains des Républicains. Les démocrates ayant remporté de sérieuses victoires se trouvent en Californie, en Pennsylvanie et à New York. À la Chambre des représentants, les Républicains ont déjà 211 sièges, tandis que les Démocrates ont réussi à en obtenir 192.

Malgré le tableau général, au départ, les États de l'Arizona, de l'Alaska, du Nevada et de la Géorgie étaient dans une mauvaise passe. Au 18 novembre, les décomptes indiquaient une petite avance démocrate dans les courses au Sénat en Arizona, au Nevada et en Géorgie [i].

Lors des élections de mi-mandat, comme auparavant, la technologie des médias sociaux a été utilisée pour faire campagne auprès des électeurs. Les données du Pew Research Center montrent que plus de 8000 candidats représentés lors de l'élection ont activement utilisé Twitter pour leur propagande. Au total, 3,4 millions de tweets ont été effectués et environ 14000 messages ont circulé chaque jour en octobre. Le facteur racial a été le plus mentionné sur Twitter, suivie par le mot "avortement" et l'éducation venait en troisième position. En d'autres termes, on a pu constater que les candidats et l'électorat étaient principalement préoccupés par les questions nationales. Viennent ensuite respectivement l'économie, la politique étrangère et la criminalité. Les démocrates, en pourcentage, ont fait plus de tweets (55 %), tandis que les républicains n'en ont fait que 33 % [ii].

Il est difficile de dire quel impact a eu l'achat de Twitter par Elon Musk. La veille de l'élection, il a exhorté ses followers à voter pour les républicains, mais on peut supposer qu'étant donné l'avance des démocrates sur Twitter la veille, son avis n'a pas eu l'effet escompté [iii].

Bien qu'après la mise en œuvre de l'accord, un débat animé a eu lieu sur la façon dont il affecterait la politique de liberté d'expression de l'entreprise.

Si nous faisons une comparaison avec les élections de 2018, on remarque que les Républicains sont passés à l'offensive, commençant à regagner le terrain perdu et gagnant la sympathie de groupes de personnes qui étaient du côté des Démocrates.

Lorsque les démocrates ont pris le contrôle de la Chambre des représentants après les élections de 2018, un peu plus de la moitié des électeurs étaient des femmes et le parti avait un énorme avantage parmi elles. Bien que les femmes aient constitué une majorité similaire d'électeurs en 2022, l'avance des démocrates semble avoir nettement diminué. De plus, en 2022, les Républicains ont augmenté leur soutien auprès de l'électorat masculin.

Les premiers sondages de sortie des urnes ont confirmé que les Américains soutiennent le droit à l'avortement. Seulement un peu plus d'un tiers des électeurs ont déclaré que l'avortement devrait être illégal dans tous ou la plupart des cas. Mais si les Républicains de la Chambre des représentants ont obtenu le soutien de presque tous les électeurs opposés au droit à l'avortement, ils ont également obtenu le soutien d'un quart des électeurs qui ont déclaré qu'il devrait être légal.

Les jeunes électeurs ont traditionnellement soutenu les démocrates, et le fait de les gagner par une marge énorme a aidé le parti en 2018. Les républicains ont profité de cet avantage cette année. Les démocrates et les républicains ont obtenu des votes égaux de la part des électeurs plus âgés en 2018, mais les républicains ont obtenu un soutien majoritaire de leur part en 2022.

9wv60x0.jpg

Les républicains ont également remporté la majorité du vote des femmes blanches, qui est considéré comme un groupe cible important divisé par les deux partis en 2018. Les républicains ont également justifié les prédictions selon lesquelles leurs résultats parmi les électeurs hispaniques seraient meilleurs qu'il y a quatre ans. Les sondages préliminaires à la sortie des bureaux de vote indiquent que le soutien des démocrates parmi les hommes hispaniques était de 63 % en 2018 et de 55 % en 2022. Les républicains semblent avoir réduit l'avantage des démocrates parmi les femmes hispaniques, bien que les démocrates bénéficient toujours du soutien d'environ deux tiers d'entre elles.

La plupart des électeurs américains vivaient dans les banlieues en 2018 et en 2022. Mais alors que les électeurs des banlieues étaient partagés à égalité lorsque les démocrates ont pris le contrôle de la Chambre des représentants il y a quatre ans, en 2022, ils ont basculé du côté des républicains. L'avance déjà forte des républicains parmi les électeurs ruraux est devenue encore plus grande, et les républicains ont même pris l'avantage sur les démocrates dans les zones urbaines.

Avec un président républicain en 2018, de nombreux républicains ont affirmé que l'économie était en bonne forme. En 2022, sous un président démocrate, les démocrates sont susceptibles de trouver mieux. Dans l'ensemble, plus des deux tiers de tous les électeurs ont déclaré que l'économie était excellente ou bonne en 2018, mais en 2022, ce n'est qu'un quart des électeurs. Les démocrates ont cherché le soutien des modérés, tandis que les républicains se sont appuyés sur les conservateurs.

De retour en 2018, 37 % des électeurs se disaient démocrates, contre 33 % qui se disaient républicains et 30 % qui se disaient indépendants. En 2022, les Républicains avaient l'avantage. Lorsqu'ils ont pris le contrôle de la Chambre des représentants en 2018, les démocrates avaient l'avantage parmi les électeurs indépendants. En 2022, ce n'était pas vraiment le cas.

Tant les Démocrates que les Républicains ont progressé parmi ceux qui croyaient que les partis allaient réussir. Mais les Républicains ont gagné l'avance parmi les électeurs qui n'avaient aucune opinion favorable d'un des deux partis. Les démocrates, en revanche, ont perdu leur avance parmi les électeurs qui considèrent les deux partis favorablement [iv].

En termes d'identité religieuse, la dernière fois, 88% des membres du Congrès se sont identifiés comme chrétiens, contre pas plus de 65% dans la société américaine elle-même. Le Congrès était plus protestant (55 % contre 43 %) et plus catholique (30 % contre 20 %) que la population adulte générale des États-Unis.

Quatre-vingt-seize membres du Congrès (18%) se sont identifiés comme chrétiens, sans préciser la dénomination. Le nombre total de protestants au Congrès est resté relativement stable ces derniers temps: environ 300 [v].

Les membres ayant une identité juive (judaïque) représentaient également une grande proportion du Congrès, dépassant leur représentation dans le grand public (6% contre 2%). Les parts de la plupart des autres groupes non chrétiens (bouddhistes, musulmans, hindous et unitariens universalistes) correspondaient plus étroitement à leur part du grand public.

Lors de l'élection actuelle, on a constaté un phénomène d'évolution des préférences au sein de l'électorat juif - alors qu'environ 65 % d'entre eux ont encore voté pour les démocrates, les statistiques montrent que le soutien au parti républicain est en constante augmentation, avec 33 % des répondants qui ont voté pour les rouges, contre 30 % en 2020 et 24 % en 2016.

Sam Markstein, directeur national de la Coalition juive républicaine, a déclaré que les candidats républicains "offrent des solutions concrètes aux problèmes qui sont importants pour les électeurs juifs". Ces questions comprennent "la réduction de la montée en flèche du coût de la vie, la lutte contre l'augmentation des crimes haineux, le choix de l'école, le retour de l'Amérique sur la scène mondiale, le soutien de nos alliés en Israël et la solidarité avec la communauté juive dans la lutte contre l'antisémitisme", a déclaré Markstein au Jerusalem Post. Il a noté "un niveau record de soutien en Floride avec 45% du vote juif".

À New York, le candidat républicain juif Lee Zeldin a tenté de battre la gouverneure démocrate sortante Kathleen Hochul, mais a échoué. Zeldin a reçu environ 80 à 90 % du vote des quartiers hassidiques de Brooklyn et un pourcentage écrasant du vote des juifs orthodoxes. Mais les votes des Juifs progressistes sont allés principalement à Hochul [vi].

On peut dire la même chose de la population noire. À la veille des élections américaines, un rapport de la Deutsche Welle a déclaré que le Wisconsin était un État pivot qui pourrait changer de mains lors des élections de mi-mandat. La ville de Milwaukee a été un bastion démocrate et les électeurs noirs ont été un important pilier de soutien. Mais cette année, les démocrates ne pouvaient pas compter sur le vote des Noirs, car les républicains gagnaient du terrain et la participation électorale était en baisse. Des problèmes tels que l'inégalité, l'inflation et la sécurité publique ont alimenté la frustration. Deux personnes noires ont commenté cette situation dans un reportage qui a été diffusé :

- C'est parfois difficile à vendre car rien ne change pour ces personnes.

- Votez républicain. Et élire quelque chose de nouveau. Et donnez-nous une chance [vii].

Comme vous pouvez le constater, de nombreuses prédictions et statistiques indiquaient que les Républicains allaient prendre l'avantage. Cependant, cela ne s'est pas produit. Bien qu'ils aient pris la majorité à la Chambre des représentants, il semble que les chiffres auraient pu être bien meilleurs.

Paul Craig Roberts, dans sa réaction à l'élection, a noté que "de nombreux éléments indiquent que beaucoup de choses ne vont pas dans le décompte des voix. Les sondages montrent que le taux d'approbation de Biden n'est que de 36 % et que la grande majorité des Américains ne veulent pas que Biden se représente dans deux ans. Alors, comment cette préférence s'aligne-t-elle sur le décompte des votes de mardi ?

Considérez également le mécontentement du public: une criminalité record, une inflation record avec des prix élevés pour la nourriture et l'essence, des taux d'intérêt en hausse et des coûts de logement en baisse, une immigration illégale massive, un traitement idéologique forcé des écoliers avec la théorie du transgenre et la théorie raciale critique, les mandats de vaccination Covid de Biden qui ont entraîné des lésions, des décès et la destruction de carrières, la quarantaine de Biden pour le Covid qui a détruit des entreprises, des emplois, des chaînes d'approvisionnement et augmenté les prix, les sanctions "russes" de Biden qui ont perturbé l'approvisionnement en énergie et augmenté les prix sur tout. Compte tenu de tout ce mécontentement, comment Fetterman, qui a subi une attaque cérébrale et a des problèmes d'élocution, et qui veut libérer les criminels de prison, a-t-il pu obtenir un siège au Sénat américain de Pennsylvanie ?

npr.brightspotcdn.jpg

Enfin, considérez les machines à voter Diebold qui sont tombées en panne dans le New Jersey, en Arizona et au Texas, et le rapport de Gateway Pundit selon lequel à Detroit, dans le Michigan, les bulletins de vote ont été livrés par la porte arrière aux premières heures du mercredi matin, bien après le délai légal.

Maintenant, demandez-vous ce qui est pire : une élection américaine volée ou un électorat américain si peu concerné qu'il a laissé au pouvoir un parti politique qui conduit à la guerre avec la Russie et la Chine, qui déteste et persécute les Blancs, qui a politisé le FBI et le ministère de la Justice pour en faire une Gestapo au service du pouvoir démocratique, qui croit fermement que les parents traitent mal leurs enfants et ne devraient pas avoir leur mot à dire dans leur éducation (lavage de cerveau), cette diabolisation de la normalité et cette normalisation de la perversité, tout cela. .. Je pourrais continuer encore et encore. Les électeurs ont eu la possibilité d'exprimer leur désaccord, mais selon le vote, ils ne l'ont pas fait. Si le décompte des voix était équitable, la conclusion est que nous devrions radier le peuple américain en tant que créatures trop stupides pour survivre en tant que peuple libre. C'est pourquoi je préfère croire que l'élection a été volée une nouvelle fois" [viii].

Bien sûr, la fraude électorale aux États-Unis n'est pas nouvelle. En général, comme l'ont montré les élections de la dernière décennie, le système électoral lui-même est plutôt imparfait et présente un certain nombre de vulnérabilités. Mais si en 2020. Donald Trump a enfreint la règle générale de contestation du vote, ce qui a conduit ses partisans à prendre le contrôle du Capitole et à ouvrir de nombreuses affaires criminelles. Cette fois, personne ne semble disposé à prendre des mesures drastiques. Les cas les plus médiatisés où l'on doute de l'authenticité des résultats des élections sont susceptibles d'être contestés devant les tribunaux.

Outre ce problème, l'élection a démontré un manque d'unité parmi les républicains, ce qui pourrait rendre difficile leur travail au Congrès et la consolidation de leurs efforts avec les autorités exécutives sur le terrain contrôlées par leurs partisans.

La manifestation la plus claire de ces querelles internes est la déclaration plutôt dure de l'ancien président Donald Trump au gouverneur de la Floride. Ron Desantis a remporté une victoire convaincante lors de l'élection du gouverneur, mais Trump ne s'est pas contenté de le qualifier de "républicain moyen", il l'a même insulté (en le traitant de Ron Desantimonious) et l'a qualifié de marionnette que les conservateurs de l'establishment utilisent contre lui et tout le mouvement MAGA (Make America Great Again). Ce faisant, l'ancien président a attribué sa victoire au fait qu'il était celui qui l'avait soutenu lors des primaires de mi-mandat de 2018, affirmant que le gouverneur aurait échoué politiquement sans son soutien [ix].

Cela laisse entrevoir la possibilité d'une plus grande polarisation du public et d'une fragmentation du parti (les démocrates ont également différentes factions et des points de vue divergents sur un certain nombre de questions). Joe Biden ayant confirmé son intention de se présenter aux élections de 2024, c'est maintenant aux républicains de réagir. Bien qu'il reste encore beaucoup de temps pour que les démocrates choisissent une autre figure et la reconnaissent comme leader unifié dans les caucus du parti.

Notes:

 

L'ordre par le chaos: le format américain réplicable à l'infini

imageusach.jpg

L'ordre par le chaos: le format américain réplicable à l'infini

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-lordine_del_caos_il_format_usa_replicabile_allinfinito/39602_47889/

par Enrico Tomaselli (*)

Si nous examinons les dernières guerres menées par l'empire américain, nous ne pouvons que constater qu'elles ont toujours laissé des ruines et des désastres derrière elles. Tel était le cas en Irak, en Syrie, en Afghanistan et en Libye. Même la guerre contre la Serbie a - d'une certaine manière - laissé une traînée de problèmes non résolus et de points chauds potentiels. En bref, quelle que soit l'issue militaire des conflits, le produit final de ceux-ci a toujours été le chaos. À cet égard, on pourrait donc tirer la conclusion que ces guerres ont essentiellement été un échec, ou du moins qu'elles n'ont pas pleinement atteint leurs objectifs. Mais, en fait, ce n'est pas le cas. Ces guerres, en fait, ont réalisé presque entièrement ce qui était considéré comme nécessaire à Washington.

Le premier résultat des guerres américaines est évidemment le renversement d'un régime considéré comme hostile, ou en tout cas comme une menace pour l'empire. Un deuxième résultat obtenu est le message d'avertissement, envoyé en particulier à ceux qui sont dans l'expectative, indécis quant à l'opportunité ou non de défier Washington. Et puis il y a, presque toujours, un troisième résultat, à savoir l'établissement de bases militaires permanentes pour les forces armées américaines, qui, même à travers les conflits, ont progressivement étendu leur réseau - une véritable ceinture, composée de plus de 800 ancrages, disposés de manière à entourer les pays ennemis, la Russie et la Chine surtout, et à s'en rapprocher toujours plus.

Mais il y a surtout le quatrième résultat, d'une importance non moins stratégique, qui accompagne très souvent la conclusion d'une guerre impériale : le chaos. Un pays non stabilisé, laissé en proie au désordre, constitue en effet un instrument parfait pour exercer une influence sur l'ensemble de la zone, qui peut être facilement déstabilisée - le cas échéant - en alimentant précisément ce foyer, commodément maintenu actif.

Dans ce cadre, les États-Unis ont mis au point un véritable format, reproductible presque indéfiniment - un peu à l'image de ce qu'ils font, avec des objectifs stratégiques tout à fait similaires, mais avec des modalités tactiques différentes, pour les révolutions dites colorées.

Ce format prévoit généralement que l'intervention militaire directe, si elle s'avère nécessaire, est presque exclusivement réalisée de manière ciblée, et en utilisant l'aviation et les missiles, en évitant tout au plus de "mettre les bottes au sol". En fait, cette tâche est généralement exercée par des intermédiaires, en utilisant des groupes et des formations préexistants, qui sont dûment financés, entraînés puis utilisés pour des opérations sur le terrain ; leur permanence, même après le renversement du régime ennemi, est l'élément fondamental sur lequel repose la stratégie du chaos. Il est intéressant de noter l'extrême flexibilité avec laquelle la stratégie américaine identifie et utilise les éléments les plus disparates afin d'atteindre ces objectifs. Par exemple, dans le cas du Kosovo - toujours utilisé comme déstabilisateur de la Serbie pro-russe - on a eu recours aux séparatistes pro-albanais de l'UCK, jusqu'à récemment inclus dans la liste des organisations terroristes internationales ; et par coïncidence, toujours en Albanie (un pays de l'OTAN), les terroristes iraniens des Mojahedin-e-Khalq, un groupe autrefois islamo-marxiste, aujourd'hui réduit à une bande de mercenaires voués au culte de la personnalité du leader, ont trouvé l'hospitalité.

Le cas de la Syrie constitue un exemple intéressant de cette flexibilité opérationnelle. La Syrie d'Assad était considérée comme un pays hostile, à la fois en raison de son alliance avec l'Iran et parce qu'elle abrite la seule base navale russe en Méditerranée, à Tartous. Bien que le régime syrien ait précédemment collaboré avec la CIA dans sa guerre contre Al-Qaïda en accueillant des centres de détention clandestins sur son territoire, lorsqu'une occasion de le déstabiliser s'est présentée en 2011, les États-Unis étaient prêts. Immédiatement, les groupes d'opposition à l'origine des protestations sont soutenus et approvisionnés, en particulier les formations islamistes les plus radicales, liées précisément à Al Queda, déclenchant ainsi la spirale répression-réaction, au point de transformer les protestations en véritable guérilla armée. Le vent islamiste qui commence à souffler dans la région finit également par enflammer l'Irak voisin, où les courants de l'islam radical et les communautés sunnites, notamment les anciens soldats de l'armée de Saddam, se soudent, donnant ainsi naissance à Isis-Daesh. Pouvant compter sur sa propre présence militaire, ainsi que sur le soutien du gouvernement du Kurdistan irakien (qui est depuis longtemps pro-américain), puis aussi de celui de la Turquie, Isis se fortifie discrètement, et s'étend également en Syrie.

Lorsque Isis devient incontrôlable, commençant à frapper des pays européens, et surtout lorsque l'intervention directe de la Russie met essentiellement fin à l'État islamique au Levant, les États-Unis - qui entre-temps, sous prétexte de combattre Daesh, ont établi une base militaire sur le territoire syrien, à Tanf - sont prêts à changer à nouveau de cheval. Dans ce jeu d'alliances très compliqué qui se dénoue dans la région, ils commencent donc à parrainer la guérilla kurde syrienne, étroitement liée au PKK kurde-turc, ce qui ne plaît évidemment pas aux Turcs, qui continueront au contraire à parrainer les islamistes dans une fonction anti-kurde. Le nouveau cheval américain devient donc l'alliance SDF, qui regroupe à la fois les Kurdes des YPG et certaines milices des minorités turkmène, arménienne et tchétchène. Il est intéressant de noter qu'à ce stade, les FDS jouent constamment les seconds rôles entre le régime syrien et les États-Unis, notamment pour se défendre contre l'ennemi turc pur et dur. Grâce à cette alliance, Washington maintient une présence active, capable d'exercer des pressions tant sur la Syrie que sur la Turquie, et - ce qui n'est pas tout à fait secondaire - de piller le pétrole syrien, exporté illégalement vers l'Irak. Il est également significatif que, malgré le fait que le YPG soit une formation de gauche radicale, dans les rangs de laquelle de nombreux volontaires politiques ont également combattu et combattent, il est apparu que de nombreux mercenaires servant actuellement en Ukraine ont précédemment combattu avec les SDF.

Un autre exemple intéressant est celui de la Libye. Là aussi, après avoir anéanti l'appareil militaire libyen par une campagne massive de bombardements aériens et de missiles, certaines milices formées parmi les opposants les plus radicaux, grâce aussi au soutien des forces spéciales de l'OTAN présentes dans le pays, se sont chargées de la liquidation de Kadhafi et de son régime. Grâce à l'action de l'Occident, les différences traditionnelles entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque, et celles entre les différentes communautés religieuses, ont explosé en conflits, produisant une série de milices territoriales-tribales et/ou religieuses, y compris - une fois de plus - celles liées à l'Islam le plus radical. Ici aussi, les jeux sont extrêmement imbriqués, car les acteurs intéressés par la région, et par le pétrole libyen, sont variés. Mais au fond, la situation actuelle voit un pays essentiellement coupé en deux: à l'est, en Cyrénaïque, où opère le dernier parlement élu par le peuple libyen (en 2014) et l'armée dirigée par le général Haftar, soutenue par l'Égypte et la Russie (présente avec les hommes du PMC Wagner), à l'ouest, en Tripolitaine, un gouvernement soutenu par l'Occident et la Turquie.

La situation actuelle de chaos dans le pays permet une fonction déstabilisatrice tous azimuts ; non seulement, bien sûr, sur la région du Maghreb, mais aussi potentiellement sur l'Égypte. Et surtout, sur les pays européens qui bordent la Méditerranée. Les milices qui soutiennent le gouvernement pro-américain de Tripoli sont en fait les mêmes qui gèrent le trafic d'êtres humains entre l'Afrique sub-saharienne et l'Europe. La régulation des flux migratoires, fondamentalement dirigée vers l'Italie et la Grèce, répond également à des calculs politiques précis, destinés à alimenter ponctuellement des crises (la Turquie a intérêt à déstabiliser la Grèce), à obtenir de l'argent et des moyens (pour les soi-disant garde-côtes libyens, en fait aux mains des trafiquants), ou des perturbations politiques dans l'UE.

Afin de provoquer et d'entretenir le désordre, les États-Unis ont donc parié à la fois sur les islamistes les plus radicaux (après tout, ils les ont inventés pour contrer les Soviétiques en Afghanistan) et sur les guérillas kurdes de gauche, sur les milices tribales ainsi que sur les trafiquants d'êtres humains. Ce qui se profile à l'horizon, cependant, n'est pas moins inquiétant. La guerre actuelle en Ukraine, une guerre qui ne peut être complètement et définitivement gagnée par aucune des parties (à moins de déclencher un conflit mondial), est donc destinée à rester une blessure ouverte, même lorsque les hostilités cesseront. Une blessure sanglante et purulente, juste à la frontière entre l'Europe et la Russie - la ligne de faille que Washington veut à tout prix ne plus jamais refermer. Une Ukraine en proie au chaos de l'après-guerre, agissant perpétuellement non seulement comme une barrière entre l'Est et l'Ouest, mais comme un facteur de déstabilisation dans les deux sens, et pour laquelle, au cours des huit dernières années, mais surtout ces derniers mois, toutes les conditions ont été habilement créées pour reproduire le fameux format.

Il y a les haines et les rancœurs d'une guerre civile, il y a des frontières qui laissent des minorités des deux côtés, il y a des flots d'armes et de munitions sur lesquels il n'y a pratiquement aucun contrôle, et il y a des milices nazies lourdement armées, prêtes à jouer leur rôle (à cheval sur le trafic criminel et l'allégeance atlantique) d'agents du chaos. Une bombe à retardement, plantée aux confins d'une Europe habituée à la sécurité, à la prospérité et à la stabilité, et qui devra déjà compter avec un séisme économique et social dont les grondements commencent à se faire entendre.

(*) Directeur artistique du festival Magmart

G-20 : Les "adultes dans la pièce" à la recherche de l'ordre perdu

BS_Russie_Chine_USA_448538431_AlexLMX_1s-1024x569.jpg

G-20 : Les "adultes dans la pièce" à la recherche de l'ordre perdu

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-g20_gli_adulti_nella_stanza_alla_ricerca_dellordine_perduto/39602_47932/

par Paolo Raffone

Les projecteurs qui éclairaient le G20 à Bali étant éteints, on ne voit plus dans la salle que trois adultes - la Chine, les États-Unis et la Russie - qui, dans diverses bilatérales et négociations plus ou moins secrètes, ont affiné certaines questions pendantes. Pas d'amitié ni de solidarité. Tous conscients que personne ne gagne à continuer dans le dangereux (et nuisible) désordre mondial. Aucune concession mutuelle, aucun rabais. Réalisme et pragmatisme sont les mots d'ordre.

Inopportune et provocatrice, la visite de Pelosi à Taïwan a été mise de côté par déférence pour les principes établis en 1971 à l'ONU (une seule Chine... et donc le principe westphalien et sacré, celui de l'intégrité territoriale internationalement reconnue). Sur l'inopportunité d'utiliser des armes nucléaires, la Chine et les États-Unis semblent s'être mis d'accord (Taïwan ne vaut pas la bombe), mais aussi les États-Unis et la Russie semblent aller dans la même direction (réunion pour rouvrir les négociations START). En ce qui concerne l'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, la Chine et les États-Unis se rendent compte de l'échec tactico-stratégique de la Russie, mais sont d'accord sur la stupidité politico-stratégique totale de l'isolement et de l'humiliation de la Russie (la Chine a de solides souvenirs du siècle d'humiliation du Céleste Empire et les États-Unis des conséquences involontaires de la "paix" vexatoire de Versailles). Tous deux préfèrent surmonter l'"incident militaire" par un puissant plan de reconstruction (pour la construction qui fut lésée) qui a une portée régionale transfrontalière convenue et équilibrée avec des sauvegardes et des garanties ainsi que des zones hybrides de collaboration possible.

Conscients de leurs limites et contraintes internes respectives, la Chine et les États-Unis ont reconnu que leur niveau d'interdépendance économique est tel qu'il décourage les nouvelles aventures et les représailles, laissant la voie libre à une concurrence loyale et à une compétition technologique et commerciale (en bref, les embargos et les sanctions enrichissent les avocats mais appauvrissent les États).

Au cours du G20, les perspectives de la gouvernance mondiale semblent être apparues sur un modèle quadrilatéral : G2+1+1. Chine-États-Unis (G2), Chine-Russie (+1) et États-Unis-UE (+1). Le G2 (une idée d'Obama qui a échoué par la suite) serait l'épicentre de l'infrastructure mondiale, tandis que les deux +1 ne seraient pas des zones d'influence typiques de l'ancienne sémantique géopolitique mais plutôt des partenaires auxiliaires dotés d'autonomie. Une configuration mondiale néo-impériale. D'autre part, l'issue actuelle des neuf mois de guerre a conduit à la nécessité de tirer quelques leçons réelles et pragmatiques : a) les logiques unipolaires ne sont plus durables ni commodes pour prévenir le multipolarisme ; b) la captation de l'Europe par les Américains et les puissances émergentes farouchement anti-russes et anti-européennes telles que celles de l'Intermarium polono-ukraino-lituanien (déjà cher à Józef Pilsudski il y a exactement un siècle); c) en Eurasie, c'est la Chine et l'Inde qui dirigent les flux énergétiques et commerciaux nécessaires vers la Russie, avec des retombées évidentes de l'Australie à l'Asie centrale, au Golfe Persique et à l'Afrique.

Rien n'est décisif. Le monde reste fluide. Les coups de Jarnac par les cinquièmes colonnes sont toujours possibles. Les géométries variables sont un must. En tout cas, il semble que dans l'atmosphère décadente de Bali, les dirigeants aient vécu une réflexion psychologique proustienne sur la mémoire et le temps à la recherche de l'ordre perdu. Reste à savoir si, dans le temps retrouvé, les dirigeants se rendront compte de l'inévitabilité du passage du temps, en évitant les remords mais en construisant ensemble un nouveau récit.

FhpSAmfXkAIIGrp.jpg

Dans la salle du G20 à Bali, on aperçoit également des enfants habillés en tenue de fête. Ils s'adressent aux adultes avec des danses et des pirouettes, en essayant de capter leur attention. Parmi eux, seule une jeune fille à la crinière dorée et à la voix rauque. L'air festif est interrompu par les images d'un petit homme vêtu de vert qui brandit les dix commandements de la paix tout en récitant de terrifiants mots de destruction. Au bord de la pièce, d'autres personnages apparaissent, quelque peu distants. Un écuyer méphistophélique, qui sous les traits d'un Savonarole de roman parle d'isoler le malin, propose à tous ses six points pour le bonheur [1], et raconte qu'il possède un merveilleux jardin enchanté, protégé des barbares envahisseurs. Une dame angélique, une Teresa visqueuse qui voltige de pan en fracas en offrant son soutien à tous, cherche désespérément une chaise pour s'allonger. Un esprit faustien se tourne vers le "grand monde" des cours impériales, où il expérimente les séductions du pouvoir, de la richesse et de la gloire terrestre. Soudain, un jeune garçon aux mains fines et osseuses s'agite, annonçant qu'un missile est tombé dans le jardin enchanté. Il brise le silence avec des tremblements de terreur. L'écuyer méphistophélique identifie immédiatement l'envahisseur qui veut troubler l'enchantement du bonheur. Les adultes, quelque peu agacés, se regroupent à l'écart dans un caucus d'où l'on peut les entendre commenter à voix basse: de toute façon, ce sont les barbares qui sont à blâmer, mais ce n'est pas un missile mais un message du ciel. Sic transit gloria mundi.

[1] https://www.politico.eu/article/russia-isolation-european-union-policy/

 

vendredi, 18 novembre 2022

Les attaques terroristes contre Nord Stream. Nouvelles importantes du bureau du procureur suédois

720x410c50.jpg

Les attaques terroristes contre Nord Stream. Nouvelles importantes du bureau du procureur suédois

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-attentati_terroristici_nord_stream_importante_novit_dalla_procura_svedese/45289_47936/

Les actions terroristes perpétrées le 26 septembre contre les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2 sont le résultat d'un "sabotage" délibéré. C'est ce qu'a déclaré vendredi Mats Ljungqvist, le procureur chargé de l'enquête en Suède.

"Au cours de l'enquête sur le site de l'accident, qui a été menée en mer Baltique, des saisies importantes ont été effectuées et la zone a été soigneusement documentée. Les analyses effectuées aujourd'hui montrent des traces d'explosifs dans plusieurs des corps étrangers retrouvés", peut-on lire dans un communiqué du parquet remis à la presse.

Le communiqué indique que l'enquête "est très complexe et étendue", et que l'enquête en cours "doit montrer si quelqu'un peut être soupçonné du délit".

"La coopération avec les autorités en Suède et dans d'autres pays est excellente. Il est important de poursuivre les enquêtes préliminaires et les différentes collaborations en cours afin que nous puissions travailler dans la paix et la tranquillité", a déclaré M. Ljungqvist.

Commentant les actes terroristes, le président russe Poutine a déclaré que quelqu'un était derrière eux "qui était techniquement capable d'organiser les explosions et qui a déjà eu recours à ce type de sabotage, pris sur le fait, mais resté impuni". Le dirigeant russe a également indiqué que l'incident était bénéfique pour les États-Unis, qui peuvent désormais "fournir des ressources énergétiques à des prix plus élevés".

Les gouvernements du Danemark, de l'Allemagne et de la Suède ont refusé de coopérer entre eux et de divulguer les résultats de leurs enquêtes sur les explosions de pipelines et ont ignoré les demandes de la Russie d'être autorisée à participer à l'enquête. 

 

Argentine: observations sur les politiciens qui peuvent se présenter à la présidence

istockphoto-92226347-612x612.jpg

Argentine: observations sur les politiciens qui peuvent se présenter à la présidence

Par Enric Ravello Barber

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/11/argentina-ori...

Après l'échec du référendum constitutionnel au Chili, l'élection de la gauche en Colombie et la victoire étriquée de Lula au Brésil, l'Amérique du Sud connaîtra une autre élection importante en 2023.

L'Argentine élira son président en novembre, mais on ne sait pas encore qui sera le candidat de chacun des principaux partis politiques. Si les élections de l'ODEPA (1) ont lieu en mai prochain, il est très probable que cette question sera réglée. Nous détaillons ci-dessous les positions de chacun de ces blocs et leur orientation internationale respective. Entre parenthèses, nous incluons leurs intentions de vote moyennes selon les différents sondages.

Frente_de_Izquierda_y_de_los_Trabajadores_Unidad.png

Gauche et Front des travailleurs, 5-6 %. Le parti a obtenu de bons résultats aux élections du PASO de 2021, notamment dans la province de Jujuy, frontalière de la Bolivie et l'une des plus pauvres du pays. Quel que soit leur candidat aux élections présidentielles de 2023, ils n'ont aucune chance d'atteindre le second tour; leur aspiration est de dépasser le seuil de 1,5 % fixé par la loi argentine pour le remboursement, ce qui semble pour l'instant réalisable sans problème majeur.

La FIyT a déjà entamé le processus interne pour désigner son candidat à la présidence du pays. Leur nomination dépendra du pouvoir interne et des équilibres politiques au sein de la coalition formée par quatre partis: le Parti socialiste des travailleurs, le Parti des travailleurs, la Gauche socialiste et le Mouvement socialiste des travailleurs, tous d'idéologie trotskiste.

Le Front de tous/Frente de Todos (30-34%). Il s'agit de la coalition formée par le Parti justicialiste - le parti péroniste historique, aujourd'hui d'orientation de gauche - et le Front du renouveau du ministre de l'Économie, Sergio Massa, de tendance péroniste et centriste. Aujourd'hui, il existe trois figures de proue de ce Front.

Alberto Fernández. L'actuel président de la République a toujours été considéré comme un instrument de Cristina Kirchner (désormais Kristina), et lorsqu'il a essayé de mettre en œuvre sa propre ligne de conduite, il a été ignoré et désavoué par Kristina elle-même, qui, en tant que vice-présidente, est celle qui dicte réellement la politique du gouvernement. Il est très difficile pour lui d'être candidat à la réélection.

Alberto Fernández, sur les personnes arrêtées pour l'attentat contre Cristina: "Ils ont dit que j'étais le prochain"

alberto-fernandez-1407878.jpg

Sa situation judiciaire signifie que Kristina n'a presque aucune chance de se présenter à la présidence non plus. Le fait que le candidat du parti au pouvoir risque d'être battu est également un facteur, et de nombreux analystes pensent que Kristina ne veut pas assumer cette défaite, mais plutôt continuer à gérer le contrôle du parti et attendre sa chance en 2027, lorsqu'elle espère avoir réglé sa situation juridique.

Quant à sa ligne politique et internationale, nous pourrions dire que même au sein de sa mauvaise gestion, jusqu'en 2008-2009, Kristina a maintenu une ligne que l'on pourrait qualifier de "gauche nationale". Cette année-là, le limogeage de Moreno en tant que ministre de l'Économie et l'ascension politique d'Alex Kicillof ont marqué un profond changement qui l'a fait passer d'une certaine "gauche nationale" à un "mondialisme internationaliste", adoptant comme références idéologiques et stratégiques les points de l'Agenda 2030: LGTBI, mariage homosexuel, destruction morale de la société, "crise climatique".

Dans la sphère internationale, Kristina, peut-être comme un reflet presque inconscient du péronisme réel, maintient une position de distance et même de confrontation avec les États-Unis et leurs alliés: les fréquentes rencontres de Fernández avec Poutine et Xi Jinping vont dans ce sens.  Kristina s'est durement opposée à Israël au sujet de la responsabilité de l'attentat à la bombe contre l'AMIA (société juive) à Buenos Aires, un attentat qu'Israël impute à l'Iran, ce que Kristina dément, tout en mettant en garde contre le rôle du MOSSAD en Argentine. Kristina a éliminé des services secrets argentins tous les agents qu'elle considérait comme proches des renseignements israéliens, a ouvert une confrontation personnelle très dure avec Netanhayu, a annoncé sa visite en Espagne pour honorer le tombeau d'Isabelle la Catholique, cérémonie qui n'a finalement pas eu lieu. Récemment, selon les mêmes lignes politiques, Kristina a interdit l'apparition par vidéoconférence de Zelensky au Parlement argentin. Une position internationale claire. En Amérique du Sud, son gouvernement a salué les victoires de Boric au Chili et de Lula et continue à entretenir de bonnes relations avec le Venezuela, bien que moins intenses que sous Hugo Chávez.

Fa3vas1XwAEvH7o.jpg

Après l'attentat, Cristina Kirchner est réapparue sur les réseaux sociaux

Sergio Massa, actuel ministre de l'économie et homme fort du gouvernement. Son soutien politique provient d'un groupe de médias connu sous le nom de Grupo América, anciennement Grupo Vila Manzano. Il est également étroitement lié à la fondation de l'exilé cubain dans l'EEE, Mark Canosa. Grâce à ces groupes, il entretient d'excellentes relations aux États-Unis, notamment avec le parti démocrate, et nous pouvons affirmer qu'il est le candidat à la Maison rose qui entretient les meilleures relations avec Joe Biden.

Alors que sa nomination en juillet au poste de "super ministre" a dopé sa popularité et que son nom sonnait déjà comme celui d'un candidat officieux, ces derniers mois, sa popularité a chuté et sa force politique dépendra de la manière dont il gérera la situation économique compliquée de l'Argentine au cours des prochains mois. Il est le plus "centriste" des candidats actuellement envisagés par le Frente de Todos.

62eb12ce60b7f_360_480!.jpg

Sergio Massa répète un ajustement mais avec un soutien politique - El Cronista

Ensemble pour le changement/Juntos por el Cambio (38-42%). C'est la coalition d'opposition de centre-droit. Sa principale composante est le parti PRO (Propuesta Republicana) fondé par l'ex-président Macri, il comprend le parti historique de centre-gauche Union civique radicale, dont le premier président après la dictature militaire, Raúl Alfonsín, était membre, et un parti péroniste de centre-droit appelé Peronismo Republicano.

Il y a trois figures principales dans cette coalition et toutes trois ont une chance d'être le candidat présidentiel.

Les liens internationaux de Mauricio Macri sont marqués par la contradiction. Ses intérêts économiques personnels et familiaux sont liés à l'industrie automobile chinoise. Ses intérêts politiciens se tournent, eux, vers les États-Unis. Si, dans un premier temps, Macri a ouvertement soutenu Hillary Clinton en tant que candidate à la Maison Blanche, après la victoire de Trump, il a entamé un rapprochement avec cette dernière qui n'a jamais été aussi étroit que le président argentin le souhaitait. Il a récemment reçu le président du PP espagnol, Feijóo, à Buenos Aires, soulignant la vision commune en matière de politique internationale.

macri-R71E3wx4xiPsXCr70o1TCfM-1200x630@abc.jpg

Mauricio Macri : "Le populisme en Argentine est terminé. L'année prochaine, l'opposition gouvernera".

Patricia Bullrich.  Elle appartient à deux familles historiquement puissantes et riches d'Argentine. La famille Bullrich, des hommes d'affaires d'origine allemande établis en Argentine au début du 19ème siècle, et la famille Pueyrredón, une famille argentine historique d'origine hispano-française. Un nom de famille que l'on voit dans les rues des principales villes du pays de La Plata.

Élevée dans un environnement familial de la plus haute société, elle devient rapidement active sur le plan politique. Dans sa jeunesse, Patricia Bullrich était membre du groupe de guérilla péroniste et gauchiste dissident, les Montoneros. Dans la même organisation, elle faisait partie du groupe dirigé par son beau-frère Rodolfo Gallimberti, l'un des fondateurs de Montoneros, qui, au fil des ans, est devenu un homme d'affaires international et un agent de la CIA.

Son activité au sein de Montoneros l'a conduit en prison et en exil. Après sa libération, elle est retournée en politique et est devenue de plus en plus centriste, devenant ministre dans le gouvernement de la Rúa, pour finalement défendre un ultra-libéralisme de droite, ce qui est sa position actuelle.

Sur le plan international, Patricia Burllich représente le lien avec le parti républicain américain et surtout avec Israël, notamment par le biais de son mari actuel, Guillermo Yanco, juif-argentin, qui aurait fortement encouragé sa rapide ascension politique.

012-bullrich.jpg

Actualités | Les amours de Patricia Bullrich

Rodríguez Larreta. Il a commencé sa carrière politique au sein du parti Justicialiste (péroniste), qu'il a quitté en raison de son désaccord avec la direction de Kirchner. En 2005, il a été l'un des fondateurs de PRO avec Macri. Si nous avons dit que Massa était le candidat le plus "centriste" du parti au pouvoir, nous pouvons dire que Rodríguez Larreta est le candidat le moins "néolibéral" de l'opposition.

Ses bonnes performances en tant que maire (mayor est le mot utilisé en Argentine) de Buenos Aires jouent pour lui. Sous son mandat, la capitale de Buenos Aires a récupéré une grande partie de la sécurité perdue les années précédentes et a réalisé des gains indéniables en matière de propreté et d'entretien des bâtiments publics.

Rodríguez Larreta veut se présenter comme un homme politique "large", ce qui signifie accepter l'idéologie dominante et rechercher une relation stable avec les États-Unis ; on sait qu'il y a des années, il a payé pour se faire photographier avec Bill Clinton afin de renforcer son image politique.

Les analystes disent qu'il est aujourd'hui le candidat de l'opposition qui a le plus d'options, mais dans la politique argentine, il est toujours risqué de faire des prévisions à moyen terme.

0000509527.jpg

Larreta, Vidal et l'habitude de mentir - Diario Hoy Dans l'actualité

La Libertad progresse / La Libertad avanza  (18-20%). Plus qu'un parti, il s'agit de la plate-forme électorale d'un nouveau personnage qui a émergé dans la police argentine Javier Milei. Ancien membre du Forum économique mondial, Milei est défini comme étant de "droite libertaire", alors que lui-même aime se décrire comme "anarcho-capitaliste" et "libéral libertaire".  Son discours est fortement anti-gauche et anti-"progressiste". Milei est un showman avec un fort attrait médiatique, mais il ne dispose d'aucune structure de parti politique, sa croissance sera donc compromise à cet égard.

Milei aime faire des déclarations provocantes, comme la légalisation d'un marché d'organes humains, mais ce qui l'aide à se développer rapidement, c'est sa critique cinglante et radicale des politiciens argentins dans leur ensemble, qu'il décrit comme ineptes et corrompus. Jouant la carte du "ras-le-bol", Milei se développe, en particulier dans le soi-disant Cône Urbain de Buenos Aires, précisément la zone que Kristina considère comme son fief électoral, et cette avancée de Milei dans le Cône Urbain est l'un des facteurs qui pourraient déloger le Kirchnerisme du pouvoir. Curieusement, la population de ce Cône Urbain est celle qui reçoit le plus d'aides sociales et celle qui serait la plus mal lotie si les mesures ultra-libérales de Milei étaient appliquées, ce qui montre que la lassitude politique envers la classe argentine est d'un tel calibre qu'elle est au-dessus de l'intérêt personnel.

Le vote en faveur de Milei est à comprendre comme un vote de protestation, sans aucune chance d'accéder au pouvoir. C'est fort possible, mais dans les derniers sondages, il atteindrait les 20 % et serait en mesure d'accéder à un second tour, ce qui indique clairement la profonde crise de crédibilité de la classe politique argentine.

javier-milei-guzman-1175293.jpg

Javier Milei, le moins libéral des libertaires | Perfil

Sur le plan international, Milei a cherché une alliance avec Bolsonaro et le chilien Katz, qui ne s'est pas concrétisée, entre autres en raison de l'absence d'un véritable parti politique autour de Milei, qui pour l'instant s'affirme dans son rôle de showman médiatique, sans intention d'aller "plus loin". Il a récemment participé à l'événement organisé par VOX à Madrid, VIVA 22, où il a prononcé des phrases telles que: "La justice sociale est violente et injuste" et a invité à lutter contre "el zuderío" (l'expression utilisée en Argentine pour nommer la gauche de manière péjorative).    

Note:                                                                             

(1) https://www.lanacion.com.ar/economia/que-son-las-paso-y-por-que-podrian-no-hacerse-en-las-elecciones-de-2023-nid27102022/

Mille et une Russie

death_of_the_vazir-mukhtar_cropped.jpg

Mille et une Russie

par Paolo Mathlouthi

Source: https://www.centrostudilaruna.it/mille-e-una-russia.html

Une ancienne légende, racontée depuis des siècles par les guides locaux aux rares visiteurs occidentaux de passage à Samarcande, populaire au point d'être encore en vogue dans les jardins d'enfants à l'époque soviétique, raconte que Tamerlan, déterminé à fixer sa résidence dans la ville la plus opulente du monde, avant de partir pour une nouvelle expédition militaire a pris des dispositions pour qu'un grand complexe soit construit en son absence avec deux mosquées, une école coranique et une auberge pour les pèlerins, un hommage en pierre érigé par le Seigneur du Monde en faveur de sa favorite, la princesse mongole Bibi-Khanum. Elle était d'une beauté si éblouissante que l'architecte appelé à superviser les travaux a fini par tomber follement amoureux d'elle, menaçant de ne pas terminer la commande si elle ne cédait pas à ses avances. Inquiète que Tamerlan, peu enclin à faire preuve de tolérance envers ceux qui désobéissaient à ses ordres, ne revienne de la guerre sans que le monument auquel il était tant attaché ne soit achevé, la jeune fille accepta de concéder ses bonnes grâces au prétendant téméraire qui, dans le feu de l'extase amoureuse, lui donna un baiser si passionné qu'il laissa une brûlure sur son cou ! Pour cacher aux yeux indiscrets la preuve brûlante de son infidélité, Bibi-Khanum a décidé de se couvrir le visage d'un voile. De retour à Samarcande, l'émir n'a pas entendu raison: ayant compris la trahison qui s'était tramée dans son dos, il fit enterrer sa concubine vivante à l'intérieur de la mosquée nouvellement achevée, la transformant ainsi en tombeau, et a ordonné à toutes les femmes de son vaste empire de porter un voile à partir de ce jour pour dissimuler leur visage. C'est, du moins selon la légende, l'origine du tchador.

Bibi-Khanum-Mosque-Samarkand-Uzbekistan1.jpg

La mosquée de Bibi-Khanum, Samarcande.

Le lecteur sera peut-être surpris d'apprendre que ce ne sont pas, comme on pourrait le supposer, les auteurs anonymes des "Mille et une nuits" qui ont rapporté ce fameux récit, mais Alexandre Nikolaïevitch Afanassiev (1826-1871), un anthropologue et linguiste qui, sur les traces des frères Grimm, a entrepris au 19ème siècle la tâche cyclopéenne et méritoire de transcrire l'immense patrimoine des contes du peuple russe.

Afanasev.jpg

9782330069933.jpg

Grâce à la voix vivante de son témoignage, nous apprenons également qu'à l'endroit même où a eu lieu l'immolation dramatique de Bibi-Khanum, se trouve un grand lutrin de pierre où, dans les temps anciens, un exemplaire très spécial du Coran cousu d'or était exposé à intervalles réguliers, pour être montré au peuple comme un objet de dévotion, le même exemplaire qu'Osman, le gendre de Mahomet et troisième successeur du Prophète, lisait au moment où il a été assassiné: les gouttes de son sang, laissées sur les pages, en ont fait une relique des plus précieuses, à laquelle les populations turcomanes du Caucase attribuent encore des pouvoirs thaumaturgiques. Lorsque les cosaques d'Alexandre II ont conquis Samarcande en 1868, le talisman de papier a pris la route de Saint-Pétersbourg, avec le reste du butin, pour faire partie du trésor personnel du tsar, où il restera, protégé par le rideau de fer, jusqu'à la dissolution du bloc soviétique.

Les âmes candides qui, aujourd'hui, sont horrifiées à l'idée que les milices tchétchènes de Kadyrov et des unités sélectionnées de l'armée syrienne de Bachar- al-Assad combattent en Ukraine sous la bannière de Moscou comme s'il s'agissait des Haradrim de Tolkien, ignorent (ou feignent d'ignorer) la dialectique séculaire établie par le Kremlin avec l'Islam qui se presse le long des frontières méridionales de la Russie.

Il s'agit là d'un dialogue articulé et complexe mais constant, dont le point culminant a été la récente visite de Vladimir Poutine en Iran, qui a connu des moments d'assimilation forcée alternant avec des phases d'ouverture et dont les racines remontent loin. Pour prouver que les événements suivent souvent des chemins karstiques loin des sentiers battus, il suffit de dire que c'est un aventurier d'origine piémontaise, Giovanni Battista Boetti, qui a introduit la parole du Prophète en Asie centrale russophone à la fin du 18ème siècle. Envoyé à Mossoul par l'ordre dominicain auquel il appartenait pour y exercer sa profession de médecin, il se convertit à l'islam et, s'autoproclamant cheikh sous le nom d'Al Mansur (le Victorieux), se rend en Tchétchénie où, grâce à un prêche particulièrement évocateur, il rameute les populations des montagnes contre Catherine II, rassemblant autour de lui une armée de quatre-vingt-cinq mille hommes que les Russes parviennent difficilement à vaincre. Capturé vivant et traîné enchaîné aux pieds de la Tsarine, cette dernière, impressionnée par sa bravoure, lui pardonna et en fit son conseiller privé et son amant, lui assurant une allocation mensuelle et imposant comme seule limite à sa liberté personnelle l'obligation péremptoire (mais certainement peu contraignante pour l'intéressé) de ne pas quitter Moscou. Sans vouloir diminuer le moins du monde la capacité de persuasion presque exceptionnelle de l'impératrice à la volonté forte, le joyau de la couronne de la politique expansionniste russe dans le Caucase reste la signature du traité historique de Turkmanchay, signé à Téhéran en 1828 en présence du Shah de Perse Fath Ali Qajar par Aleksandr Sergeïevitch Griboïedov (1795 - 1829), figure singulière de musicien et d'homme de lettres, qui se prêta à l'art périlleux de la diplomatie à qui l'écrivain Iouri Tynianov (1894 - 1944) a consacré un monumental hommage posthume, La mort du Vazir Moukhtar. Publié en Russie exactement un siècle après les événements tragiques dont il était le protagoniste, le roman revient aujourd'hui en librairie, dans la traduction classique de Giuliana Raspi, pour les Edizioni Settecolori, grâce à l'intuition pertinente de Manuel Grillo.

9788896986509_0_536_0_75.jpg

G00300.jpg

La particularité de ce livre résolument inhabituel, qui se lit d'une traite malgré sa taille considérable, ne réside pas tant dans la description impitoyable de l'aristocratie moscovite, empêtrée dans la toile étouffante des conventions sociales et minée par une familiarité naturelle avec l'esprit de conspiration, que dans l'extranéité absolue du protagoniste à ce monde auquel il appartient par droit de naissance. N'ayant heureusement échappé à la déportation en Sibérie que parce que les autorités chargées de l'enquête n'ont pas réussi à prouver son implication directe dans le soulèvement décabriste, Griboïedov aborde le voyage vers Tabriz, siège de la lointaine légation qui lui a été assignée, comme s'il s'agissait d'une sorte de voyage initiatique dans le temps: dans l'implacable et exaspérante rigueur du climat et dans la rude simplicité des habitants d'une terre située aux confins de l'Empire et donc de ce qui apparaît à ses yeux comme la Civilisation, l'anti-héros de Tynianov espère trouver un antidote qui l'aidera à apaiser le spleen qui lui ronge l'âme. Il s'immerge comme dans un bain lustral dans des coutumes et traditions antithétiques à celles au nom desquelles il a vécu, au point d'épouser une femme du pays. Se perdre dans la recherche de l'Ailleurs ne suffira cependant pas à le protéger des flèches de l'Histoire. Inconscient d'être un pion dans un jeu bien plus grand que lui, Griboïedov mourra en luttant contre la foule en colère qui assiège l'ambassade russe à Téhéran, préfiguration lugubre de la plus célèbre prise du Palais d'Hiver, avec pour seule consolation un éloge funèbre prononcé par son ami Alexandre Pouchkine, selon lequel rappeler sa "vie enviablement houleuse devrait être la tâche des amis". Mais chez nous, conclut le poète, les gens extraordinaires disparaissent sans laisser de traces. Quelqu'un, faisant écho à ses propos, a écrit que la Russie ne peut être comprise à l'aune de la Raison, puisqu'elle est en définitive une question de Foi. Et la foi, on le sait, exige souvent des victimes de rang.

* * *

Jurij Tynjanov, La morte del Vazir-Muchtar, Edizioni Settecolori, Milan 2022 ; p. 583, € 26.00.

FAiaQt7VIAEsn74.jpg

G20 et passe sanitaire: comment le virtuel nous prive de notre perception et de la révolution

000_9FF9QL.jpg

G20 et passe sanitaire: comment le virtuel nous prive de notre perception et de la révolution

Nicolas Bonnal

L’absence de réaction de notre amorphe masse n’échappe plus à personne, même aux plus optimistes. Le G20 va imposer dans une belle indifférence un pass sanitaire mondial et mondialiste (on a le texte en anglais, tout le monde peut aller vérifier) et cela calmera (ou ne calmera même pas) ceux qui croient encore en une alternative mondialiste faite de Brics et de broc. La guerre en Ukraine a permis l’accélération du Reset, de privations et pénuries organisées et imposées - et elle renforce sous couvert du rideau de fumée médiatique (cette guerre est trop terne pour être vraie, cf. mon ami Shamir) le pouvoir de la coulisse dont parlait Disraeli. Derrière toute guerre mondiale il y a une entente. Le seul bénéficiaire c’est l’Etat totalitaire mondialiste en gestation depuis un siècle ou plus. Joseph de Maistre (Soirées, II) ou Monseigneur Gaume en parlèrent en plein dix-neuvième siècle aussi bien que le PM anglais susnommé. Le nouveau PM anglais d’origine hindoue fera mieux et surtout pire que le précédent. Cela aussi avait été prédit – par Chesterton.

Mais pourquoi ne réagissons-nous pas ? La révolution informatique nous mène à un aveuglement face à la réalité qui nous entoure. Et cette alphabétisation douteuse nous mène à d’autres aliénations : voyez mon texte sur Lévi-Strauss où je raconte comment pour ce grand sceptique moderne la modernité alphabétisatrice avait accouché non d’une souris littéraire (souris qui a disparu depuis longtemps, lisez mieux Macluhan) mais du monstre de la raison – et de la militarisation qui fit cent millions de morts en Europe. L’informatisation de la masse va aboutir au même génocide - ou pire d’ici quelques années. Le passe sanitaire va accoucher de cent vaccins par an.

La masse semble aveugle comme ces imbéciles qui à Barcelone se collaient un masque pour se plonger dans le virtuel quand Zuckerberg déambulait en ricanant au milieu d’eux. On pense à Isaïe alors :

« Soyez étonnés et soyez stupéfaits ! Aveuglez-vous et soyez aveugles ! Ils sont enivrés mais non de vin… L’Eternel a répandu sur vous un esprit de profond sommeil ; il a bandé vos yeux ; les prophètes, vos chefs, les voyants, il les a couverts (29, 9). »

Quand j’écrivais mon livre sur Internet je me rendais compte que toutes les réponses se trouvaient dans la Bible (pour la mondialisation, voyez Isaïe, 60). Idem pour mon livre sur Kubrick…

Mais soyons brefs : comme on sait nous disposons d’un temps d’attention de huit secondes et de la mémoire du poisson rouge. Avec tous ces super-cerveaux connectés, il faut se préparer au pire ; Jean Baudrillard, repris par notre ami Lucien Cerise, déclarait déjà il y a presque trente ans en effet :

« Je n’avais pas vu à l’époque affleurer son christianisme… il (Paul Virilio) se place en position apocalyptique, de prophète anti-apocalypse tout en étant persuadé que le pire peut advenir. Sur ce point, on a fini par diverger. Car, je ne crois pas à cette APOCALYPSE REELLE. Je ne crois pas au réalisme de toute façon, ni à une échéance linéaire de l’Apocalypse. A la limite, si l’on pouvait espérer cet accident total, il n’y aurait qu’à le précipiter, il ne faudrait pas y résister. L’avènement du virtuel est lui-même notre apocalypse. Telle est la situation paradoxale… (Le paroxyste indifférent, Grasset, pp. 46-47). »

Pour ceux que rebute ce style élitiste, lisons ces sages remarques de notre chroniqueuse Jenny, recueillies ce matin :

« Il ne se passera rien du côté du « peuple ». Si demain les frigos se vident le bel Etat providence fournira la pâtée, RAS. Spectacle fascinant ce matin, 7h, devant l’arrêt de bus du 326 « déchargeant » matutinalement un troupeau de laborieux de tous âges et toutes origines et d’étudiants (en tout une bonne trentaine de têtes) : tous, je dis bien tous, avaient à la main leur portable, les yeux rivés dessus, tête penchée. Cette impossibilité à demeurer une seconde avec soi-même sonne pour moi le glas de toute possibilité de réaction du « peuple ». C’est mort. Qu’on s’y fasse. »

Casetify-iPhone-12-Pro-Prints-Cases-01-1200x900.jpg

Autrement dit d’un côté on est informé pour se révolter. De l’autre, on est désarmé pour réagir. Ce ne sont pas les armes que les révolutionnaires devraient confisquer au troupeau : c’est son smartphone.

Allez, gardons le moral :

« Fais sortir le peuple aveugle qui a des yeux, et les sourds qui dont des oreilles (Isaïe, 43, 8). »

Sources:

https://www.amazon.fr/DANS-GUEULE-BETE-LAPOCALYPSE-MONDIA...

https://www.amazon.fr/Petits-%C3%A9crits-libertariens-Con...

https://magnificat.ca/textes/bible/isaie.htm

https://twitter.com/f_philippot/status/1592834204798423041

 

 

 

09:34 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, nicolas bonnal, pass sanitaire, g20 | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 17 novembre 2022

Ocean Viking, Meloni n'a pas gagné. Macron n'a pas gagné. Nous avons tous perdu

shutterstock_1902956269.jpg

Ocean Viking, Meloni n'a pas gagné. Macron n'a pas gagné. Nous avons tous perdu

Agata Iacono

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-ocean_viking_non...

Alors que nous assistons sur les réseaux unifiés à un théâtre de marionnettes de la bonhomie, la France entre en crise : la droite française se réveille et les relations diplomatiques entre Rome et Paris deviennent très tendues, peu après la signature de l'absurde traité du Quirinal.

Incapable de jouer le rôle du "souverainiste" avec l'OTAN et l'Union européenne - c'est-à-dire les vrais coupables de la crise économique, énergétique et sociale héritée par les "meilleurs" - Giorgia Meloni choisit de détourner l'attention et les "shows médiatiques" n'attendaient que cela.

Voici venir à la rescousse de tout le monde les "débarquements d'Afrique".

Personne ne s'est demandé ce qui se passe en Libye, personne ne se soucie d'où partent ces nouveaux esclaves des usines textiles de l'Eldorado européen et pourquoi.

La stratégie est toujours la même, la feuille de route est la même, mais cette fois-ci avec une tournure intéressante : connue sous le nom de "stratégie du faux drapeau", de l'opportunité photo ou de la distraction de masse, elle tend à focaliser l'attention des médias "de gauche" et à taire ainsi les questions concrètes: les droits des travailleurs, les décès au travail, les Italiens qui réduisent leur consommation de produits de première nécessité, les jeunes qui quittent l'Italie, le rationnement de l'énergie et ceux qui ne peuvent plus payer leur nourriture et leurs factures, le rationnement de l'énergie, la destruction du tissu productif et socio-économique due à cette co-belligérance harakiri dans une guerre voulue par les USA et visant à couper les ponts entre Européens et partenaires alternatifs.

Meloni, en effet, (gaffe ou pas), oblige la France à prendre en charge les migrants du navire de l'ONG Ocean Viking. Selon la presse française, lors de la conversation entre Macron et Meloni, en marge de la réunion de Sharm El Sheik, le président français avait proposé une solution impliquant le débarquement de l'Ocean Viking en Italie et donc la prise en charge de la plupart des migrants par la France.

La-France-veut-decider-tres-rapidement-du-sort-des-migrants-de-l-Ocean-Viking.jpg

Au lieu de cela, le gouvernement italien a annoncé la volonté de Marcon de débarquer l'Ocean Viking dans les ports français.

Et une pagaille a éclaté, pour utiliser une expression française.....

Dans son empressement à faire payer aux Italiens le fait d'avoir voté pour une "fasciste", une femme de droite qui rappelle tant Le Pen dans l'imaginaire transalpin, Macron a tenté de prendre la balle au bond et d'humilier l'Italie, de la dépasser dans le droit d'accueil, de démontrer combien la France et l'Europe sont noblement porteuses de bons sentiments communautaires....

Atlantistes oui, bellicistes en faveur des néo-nazis ukrainiens certes, mais (comment dire ?) fièrement "antiracistes" et "antifascistes".

Bien sûr, les migrants en France seront identifiés et renvoyés s'ils n'entrent pas dans les catégories absurdes des personnes ayant droit au statut de réfugié, qui est offert non pas parce qu'il y a réellement une guerre ou une dictature dans le pays d'origine, mais en raison de choix géopolitiques sur les terres à piller et à déstabiliser.

Macron est aujourd'hui décrit en France, par la presse française, comme le perdant du défi avec l'Italie, l'ennemi des citoyens, au mépris de l'image bon enfant et pro-européenne, anti-fasciste, que la France voulait opposer à l'Italie de droite.

Et pas seulement sur les médias sociaux, qui se sont déchaînés en inventant des hasthags appelant à la démission de Macron ou l'appelant "Macron De La Honte".

Le Figaro le décrit comme un perdant, au moment le plus dramatique de la crise énergétique française, qui a déjà imposé le rationnement de l'électricité et du chauffage dans les écoles, les lieux publics et privés.

La lutte entre pauvres, utilisée comme instrument de propagande honteuse, la haine, le conflit horizontal, la recherche du bouc émissaire du moment : tout est fonctionnel pour que les causes de la crise ne soient pas abordées, que les intérêts en jeu ne soient pas révélés, en Egypte comme en Libye, dans la colonie Afrique opprimée par le CFA, dans les guerres par procuration favorisées pour contrôler les matières premières et les voies de passage forcées.

A ce jour, 38 réfugiés de l'Ocean Viking ont été relocalisés en France, 78 en Allemagne et 5 au Luxembourg.

Ces chiffres sont vraiment dérisoires, si l'on considère que, depuis le seul mois de juillet 2022, quelque 62.000 personnes ont débarqué en Italie (90.000 depuis le début de l'année).

Mais la secrétaire d'État aux Affaires européennes, Laurence Boone (la même qui, ces dernières semaines, a promis de "veiller" au respect des droits en Italie), interrogée par france.info, déclare que "la confiance avec l'Italie est rompue", et confirme l'opération coup de poing à la dure, à la frontière, où, en plus des 500 agents qui arrivent, des "contrôles beaucoup plus stricts et sérieux" seront introduits, en particulier le "contrôle des passeports".

Et donc Macron bloque la frontière avec l'Italie, une mesure dirigée contre les citoyens français et italiens, afin de montrer que la France accueille les "émigrants".

Meloni n'a pas gagné, Macron pas davantage.

Non. Nous avons encore une fois perdu. Nous tous.

Agata Iacono.

Sociologue, anthropologue, journaliste certifié Wrep Blockchain

mercredi, 16 novembre 2022

Les missiles tombés en Pologne et les négociations secrètes

Deux-missiles-russes-seraient-tombes-en-Pologne-le-Pentagone-enquete.jpg

Les missiles tombés en Pologne et les négociations secrètes

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/i-missili-caduti-in-polonia-e-i-negoziati-segreti#

Ce n'est pas un hasard si les missiles qui se sont abattus sur le territoire polonais ont été tirés à la fin du G-20, où manifestement quelque chose, en secret, a bougé pour éliminer les risques d'escalade, ou peut-être même pour mettre fin à cette récente folie guerrière.

Ceux qui cherchent l'escalade ont été servis. Les missiles d'hier correspondent à l'attentat d'Istanbul, qui, ce n'est pas un hasard, a eu lieu la veille d'une réunion secrète entre le chef de la CIA et son homologue russe dans la capitale turque. La nécessité d'éviter l'escalade a également été évoquée lors de cette réunion, comme l'explique le Washington Post, qui s'en tient évidemment au récit occidental.

L'attentat à la bombe était un "message", comme l'a déclaré le ministre turc de l'intérieur, et le message était clair : la bombe d'Istanbul visait les perspectives de désescalade, tout comme les missiles tombés en Pologne.

1551737-les-forces-de-police-sont-sur-le-lieux-de-l-explosion-a-istanbul.jpg

Heureusement, comme il le fait depuis le début de la guerre, Biden a freiné les choses, déclarant que les "informations préliminaires" dont il disposait indiquaient que le missile n'avait pas été lancé depuis la Russie.

Entre provocations et négociations

Sur ce point, le New York Times a écrit que "Zelensky, qui souhaite une implication plus large de l'OTAN, a déclaré que la Russie avait commis une 'attaque contre la sécurité collective', citant l'article 5" de l'Alliance, qui oblige les États membres à se défendre mutuellement.

Nous sommes à la merci d'un cercle de criminels internationaux qui veulent plonger le monde dans une guerre totale, en utilisant, pour ce faire, la marionnette de Kiev, qui s'est jetée sur l'opportunité tombée du ciel, il faut bien le dire, sans se soucier de la réalité des faits (détail instructif).

Heureusement, outre la déclaration autoritaire de Biden, confortée par d'autres indiscrétions provenant de l'appareil américain (Associated Press), ce sont également les autorités polonaises qui ont réfuté la paternité russe des missiles, affirmant qu'il s'agissait d'un "malheureux accident" probablement causé par un missile ukrainien.

Mais malgré tout, l'OTAN s'est réunie en urgence, comme s'il s'agissait vraiment de quelque chose de grave, dénotant la nervosité et le désir de prééminence dont elle est la proie depuis que la crise ukrainienne lui a conféré un rôle politique mondial indu, totalement arbitraire et dangereux pour la stabilité du monde et la stabilité des démocraties occidentales.

La nouvelle criticité coïncide, précisément, avec un changement dans le paysage international rapporté par Ted Snider dans Antiwar : "Il y a une pression croissante pour commencer les négociations. De nombreux membres de l'administration Biden souhaitent des pourparlers de cessez-le-feu. Le fait que Sullivan "au sein de l'administration est célèbre pour être en faveur d'une ligne de communication avec la Russie, même si d'autres personnalités politiques de premier plan estiment que, dans la situation diplomatico-militaire actuelle, les négociations ne seraient pas fructueuses" peut expliquer pourquoi il s'est rendu à Moscou et à Kiev, et non le secrétaire d'État Antony Blinken, comme on aurait pu s'y attendre".

https __cdn.cnn.com_cnnnext_dam_assets_221024121102-mark-milley-1012.jpg

"Le Pentagone semble faire pression pour des pourparlers. Le 10 novembre, le président des chefs d'état-major interarmées, le général Mark Milley (photo), a déclaré que le retrait russe de Kherson, combiné à l'impasse actuelle, "pourrait donner aux deux pays une occasion de négocier la paix". Quand il y a une opportunité de négocier, quand la paix peut être atteinte, a dit Milley, saisissez-la".

"Même le Royaume-Uni a récemment déclaré qu'il était "prêt à aider" si "l'Ukraine et la Russie s'engagent à résoudre le conflit". Et l'Allemagne et la France ont demandé à l'Ukraine d'être plus "flexible". À ces prises de position s'ajoutent des pressions similaires de la part des Brics, notamment la volonté exprimée par le nouveau président brésilien Lula da Silva de jouer un rôle de médiateur.

La confirmation de Politico

Politico confirme également, avec prudence, la nouvelle disposition des membres de l'administration américaine, expliquant qu'une chose est ce qu'ils disent en public, une autre est ce qui est privé, et que le général Milley a eu tort de rendre cela privé. Le résultat a été une tempête dans les relations avec Kiev, qui s'est sentie larguée, les Etats-Unis étant obligés de réaffirmer publiquement les positions qu'ils avaient utilisées.

Dans la note de Snider, il y a un passage plus que significatif : "Les responsables du département de la défense disent que ce qui s'est passé dans la région de Kherson est un exemple des durs combats à venir. Se battre à travers le fleuve [Dniepr] pour tenter de regagner des territoires sur la rive opposée est une opération militaire difficile".

"Pourquoi ne pas commencer à parler [de pourparlers de paix] avant de jeter 100.000 vies supplémentaires dans l'abîme?" a déclaré un autre responsable américain. Notamment parce que, comme le souligne l'article, le succès d'une telle offensive est douteux.

Et c'est là que le bât blesse: nous sommes en proie à une boucherie à haut risque d'escalade, sur laquelle nous n'avons même pas d'informations crédibles quant au nombre de morts qu'elle a coûté. Tout ce que nous savons, c'est que le chiffre est effrayant. Un massacre inutile dont tout le monde sait qu'il ne mènera pas l'Ukraine à la victoire, comme l'a clairement indiqué Milley en prenant la défense des Américains.

Aujourd'hui, Biden, vraisemblablement pour apaiser les faucons qui se sont sentis trahis par ses déclarations d'hier sur les missiles tombés en Pologne, a promis une autre manne d'aide à l'Ukraine, mais précisément sur l'aide, la conclusion de Politico est intéressante : "Biden a exprimé sa confiance dans le fait que l'aide continuera à couler même avec la Chambre contrôlée par les républicains. Mais il est possible que les appels accrus aux pourparlers Ukraine-Russie de la part des responsables américains puissent effrayer les Ukrainiens en leur faisant croire que Washington ne les soutiendra pas à long terme". Une peur bien fondée.

Jusqu'à présent, ce sont des choses que nous avions déjà écrites. Si nous nous répétons, c'est parce qu'il nous a semblé opportun de rapporter des confirmations provenant d'autres sources. Mais Ted Snider dans son article ajoute un élément très pertinent concernant le G-20.

Immédiatement après l'annonce de l'absence de Poutine au sommet, qui a éliminé la possibilité d'une rencontre avec Biden et fait baisser les tensions qui s'accumulaient autour du sommet, le président américain a annoncé qu'il rencontrerait Xi Jinping, le "partenaire stratégique" de la Russie.

Un double coup de poing qui suggère, selon Snider, que Xi et Biden, dans des "conversations secrètes en backchannel", tenteraient de tracer une voie pour sortir du tunnel ukrainien. Ce n'est pas du tout une supposition hasardeuse.

PS: Hier, Trump a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de 2024. Cela aurait été la nouvelle du jour, mais elle a été éclipsée par les missiles qui sont tombés en Pologne.

Haute finance et "rebelles" écologistes

32bc482e-2319-4e29-bc79-e481be22d1f5_w1200_r1.33_fpx45_fpy52.jpg

Haute finance et "rebelles" écologistes

par Antonio Catalano 

Source : Antonio Catalano & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/grande-finanza-e-ribelli-ambientalisti

Hier, La Verità a publié l'excellent article "Faux rebelles, ceux qui bloquent les routes, barbouillent les peintures, pendent les mannequins la tête en bas". J'en retiens les passages les plus significatifs, ceux qui permettent de se faire une idée de ces "rebelles".

Qui sont-ils ? Ce sont ceux qui portent des gilets orange, qui utilisent tous le même code linguistique articulé autour du mantra de la "désobéissance civile" et ils ont tous le même bailleur de fonds : le Climate Emergency Fund (CEF), fondé par des milliardaires américains comme Aileen Getty, Rory Kennedy et ce Trevor Neilson, le protégé de Bill Gates, qui produit, ô surprise, des carburants durables. Ils se considèrent comme "la dernière génération de l'ancien monde" et rêvent d'un nouveau monde "dans lequel l'humanité s'embrassera, se pardonnera et s'aimera". Last Generation est également le nom de l'organisation italienne fondée en 2021 qui fait partie du réseau A22 financé par ce Fonds d'urgence climatique. Leurs activités se concentrent sur des actions médiatiques telles que la soupe aux pois jetée sur un Van Gogh, le coup-éclair au Colisée ou le blocage du périphérique de Rome (j'en ai parlé dans un billet).

Dans le réseau A22, outre Ultima generazione, il y a des collectifs de nombreux autres pays. Le chef de file et le plus ancien est Extinction Rebellion (XR), un mouvement radical né au Royaume-Uni en 2018 avec des branches dans une soixantaine de capitales. XR dispose d'un système de recrutement très efficace: ceux qui participent aux actions sont remboursés de leurs frais, ce qui permet à certains "volontaires" de gagner jusqu'à 400-450 euros par semaine. Just stop oil, fondée en Angleterre en février 2022, est peut-être, avec XR, l'organisation la plus combative (ceux qui ont jeté de la soupe aux tomates sur les 'Tournesols' de Van Gogh).

idrtdfmage.jpg

En France, il y a Dernière rénovation (ceux qui ont interrompu une étape du Tour de France), qui demande au gouvernement de prendre en charge la rénovation énergétique des foyers français, et ils ont lancé un sondage parmi leurs militants pour savoir s'ils doivent aller saccager la "Joconde" ou le "Déjeuner sur l'herbe" de Monet. Ensuite, il y a Letzte Generation en Allemagne qui se bat pour réduire la limitation de vitesse à 100 km/h: l'un d'entre eux a collé ses cheveux à la vitre protégeant "La fille à la boucle d'oreille de perle" de Vermeer. Et ainsi de suite.

Tous ces groupes se retrouvent sous le baldaquin du réseau international A22 et sont coordonnés et subventionnés par des donateurs privés, dont 90% sont des milliardaires. C'est le système qui tourne autour du CEF, ou Climate Emergency Fund, une organisation à but non lucratif basée à Beverly Hills, qui finance les cornichons impliqués dans toutes les actions entreprises ces derniers mois; elle est décrite comme "l'une des six organisations climatiques les plus importantes au monde". Le rapport décrit l'ensemble du réseau des grands financiers (parmi lesquels George Soros pourrait-il manquer ?). Étrange que la haute finance tourne autour du business climatique et de l'économie verte ?

Ecroulement physique, fin du carbone et dépeuplement

zusammenbruch-mann.jpg

Ecroulement physique, fin du carbone et dépeuplement

par Nicolas Bonnal

La population française est de plus en plus inerte et prostrée. Elle est affaiblie et incapable de se défendre contre le régime Macron. Tout cela est voulu bien entendu. La fin du carbone est symbolique aussi. Nous rappelions récemment grâce au Figaro :

Tout le monde est vanné :

« Cette perte de motivation n’est sans doute pas sans lien avec la fatigue accumulée à l’occasion des épreuves occasionnées par la pandémie. En effet d’après notre enquête, 41% des Français se sentent plus fatigués qu’avant la crise Covid après un effort physique, contre 54% qui ne ressentent pas de changement et seulement 5% qui ont la sensation d’être moins fatigués qu’avant suite à un effort physique. »

Plus amusant encore l’effondrement des capacités de la cage thoracique :

« Les problèmes physiques de la population et de la jeune génération sont régulièrement documentés depuis plusieurs années maintenant. Ainsi, lorsqu’on compare les résultats à certains tests physiques passés par les adolescents des années 1990 avec ceux passés par les adolescents contemporains, on s’aperçoit que ces derniers ont perdu par exemple un quart de leur capacité pulmonaire en raison du développement de la sédentarité alimentée notamment par les écrans. Conséquence : les jeunes de 2022 mettraient 90 secondes de plus à courir 1600 mètres qu’il y a trente ans. »

Soyons précis : cela veut dire que la « jeune génération » a 30% d’air en moins dans les poumons. Elle n’a rien dans le ventre et pas grand-chose entre les oreilles, pour reprendre un vieux slogan des années 80.

Et nous ajoutions :

« Certes tout cela a commencé avec Loft Story et la culture du confinement née de l’addiction à la technologie, qui crée ce virtuel dont nous crevons maintenant (lire Baudrillard dans Le Paroxyste indifférent à ce propos). »

9782246530718-T.jpg

Evidemment cela rend la résistance difficile :

« Allez manifester râler et tempêter après cela. Macron, les résistants, il peut les attendre longtemps, et en ricanant encore. Qu’ils viennent me chercher ? Ils ne viendront pas, Manu. Tu n’auras même pas besoin de tes coûteuses automitrailleuses. Le mec il dort. Ou il clique. Ou il mate. »

C’est là que cet affaiblissement lié à la télé, la technologie, la sédentarité, rejoint les buts de Davos. Ne plus consommer de carbone… Lisons Eric Verhaege à ce propos :

« Dans l’hypothèse où Macron, en bon élève du mondialisme, déciderait de pousser les feux sur cette question, quel calendrier de mise en place pouvons-nous imaginer ?

La stratégie bas carbone publiée par le gouvernement a posé un jalon fort pour 2025. L’article de BFM souligne l’importance de l’effort que les ménages doivent fournir pour baisser leur consommation énergétique :

Pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, les experts estiment que l’empreinte carbone d’un Français ne devrait pas dépasser l’équivalent de 2 tonnes de CO2 par an. Elle est aujourd’hui estimée en moyenne à 9 tonnes, selon les dernières données pré-Covid du ministère de la Transition énergétique. »

Le Français est condamné à disparaître – famine, pénurie, puis élimination physique pure et simple ; tout cela pour sauver la planète et le climat.

Eric ajoute implacable :

« Autrement dit, il faudrait diviser la production des ménages par 4,5 pour tenir les objectifs… On mesure ici l’ampleur du désastre, et on peut penser que Macron compte fortement sur le renchérissement des prix, présenté comme une conséquence de la guerre en Ukraine, pour faire accepter les efforts. »

L’effondrement de la consommation de carbone sera comme dit H16 l’effondrement de nous-mêmes, l’effacement de l’espèce voulu par des élites psychopathes obéissant à un agenda évidemment satanique, la destruction de l’homme important plus à Satan que celle de Dieu contre qui il ne peut rien. Il a eu l’âme et l’esprit (voir mon texte sur Rudolf Steiner et les vaccins), il veut le corps maintenant avec la dévitalisation des organismes (vaccin, sous-alimentation, immobilisation, prostration chimique et télégénique, contrôle numérique forcené, etc.).

Les génies comme Goethe (voyez mes textes) avaient vu cela venir :

« — Notre population des campagnes, en effet, répondit Goethe, s’est toujours conservée vigoureuse, et il faut espérer que pendant longtemps encore elle sera en état non-seulement de nous fournir de solides cavaliers, mais aussi de nous préserver d’une chute et d’une décadence absolues. Elle est comme un dépôt où viennent sans cesse se refaire et se retremper les forces alanguies de l’humanité. Mais allez dans nos grandes villes, et vous aurez une autre impression. Causez avec un nouveau Diable boiteux, ou liez-vous avec un médecin ayant une clientèle considérable, il vous racontera tout bas des histoires qui vous feront tressaillir en vous montrant de quelles misères, de quelles infirmités souffrent la nature humaine et la société. »

Ajoutons que le G20, autre symbole de ce « démon des organisations » occidental, va imposer les passes sanitaires pour lutter contre les épidémies qui seront conçues et gérées par Bill Gates et ses acolytes.

Mais comme dit l’autre, on va se révolter… Ce ne seront pas « tous les gars du monde » de Paul Fort mais tous les gouvernements qui s’y mettront pour anéantir leur troupeau électoral cocu, désireux de sauver le climat. Aux dynamiques/éveillés de s’en sortir. Le reste finira comme dans Soleil vert.

Sources :

https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/11/15/bfm-sonde-lo...

https://reseauinternational.net/de-la-montee-de-la-flemme...

https://twitter.com/f_philippot/status/1592834204798423041

https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/07/12/lecon-libert...

https://h16free.com/2022/11/14/72682-le-suicide-par-ecolo...

https://myessentielles.fr/culte-des-vaccins-et-declin-de-...

https://lesakerfrancophone.fr/mon-nom-est-legion-locciden...

http://www.cultivonsnous.fr/si-tous-les-gars-du-monde/

 

17:15 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pandémie, nicolas bonnal, médecine, santé | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 15 novembre 2022

Après l'abandon du gaz russe, les pays industrialisés mettent en péril leurs objectifs climatiques en développant le GNL

gas-natural-y-gnl-10-predicciones-para-2022-14229.jpg

Après l'abandon du gaz russe, les pays industrialisés mettent en péril leurs objectifs climatiques en développant le GNL

Source: https://zuerst.de/2022/11/14/nach-abschied-vom-russengas-...

Charm el-Cheikh. Après avoir réussi à se détacher de l'approvisionnement en gaz russe, de nombreux pays occidentaux se précipitent pour utiliser le gaz de fracturation (GNL) comme substitut. Le principal exportateur de ce type de gaz serait actuellement les États-Unis, mais d'autres pays pourraient également en fournir aux Européens. Mais ces derniers sont loin de disposer de l'infrastructure nécessaire, soit pour transporter le gaz vers l'Europe avec leurs propres navires-citernes GNL, soit pour injecter les livraisons de gaz dans le réseau européen des gazoducs au départ de terminaux spéciaux. Le développement de l'infrastructure GNL doit maintenant être poursuivi à un rythme soutenu.

Mais : cela pourrait compromettre les objectifs climatiques que les Européens se sont fixés. Selon le "Climate Action Tracker", une plateforme prétendument indépendante d'observation du climat, beaucoup plus d'infrastructures sont actuellement construites que ce qui est nécessaire.

Selon ce portail, il pourrait y avoir 500 mégatonnes de gaz liquide dans le monde en 2030. Cela correspond à près de cinq fois la quantité de gaz russe importée par l'UE en 2021. Ce serait également le double de la quantité de gaz actuellement vendue par la Russie dans le monde.

Bill Hare, chef de l'organisation partenaire "Climate Analytics", met en garde: si tous les projets actuellement prévus étaient mis en œuvre, les émissions de CO₂ et de méthane atteindraient des niveaux dangereux. Cela compromettrait à son tour l'objectif de limiter l'augmentation de la température à 1,5 degré si possible par rapport à l'ère préindustrielle.

L'analyse a été présentée jeudi lors de la conférence mondiale sur le climat à Charm el-Cheikh, en Égypte - ce qui relativise quelque peu sa portée. Les lobbyistes du climat réunis à cette occasion affirment que les émissions de gaz "nocifs" pour le climat devraient être réduites de moitié d'ici 2030 pour atteindre l'objectif de 1,5 degré. Mais d'une manière ou d'une autre, ce sont justement les pays occidentaux qui contrecarrent leurs propres objectifs climatiques avec leur politique énergétique mal conçue. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Nouveaux soupçons dans l'affaire Nord Stream : une société américaine découvre qu'il y avait des "navires sombres" non loin de la scène du crime

Andreas_Dr._Zeitler-285093.1166982.jpg

Nouveaux soupçons dans l'affaire Nord Stream : une société américaine découvre qu'il y avait des "navires sombres" non loin de la scène du crime

Source: https://zuerst.de/2022/11/15/neue-verdaechtige-im-fall-nord-stream-us-firma-entdeckt-dunkle-schiffe-unweit-des-tatorts/

San Francisco. Un nouveau développement dans l'affaire du dynamitage des gazoducs Nord Stream : le magazine informatique américain Wired rapporte maintenant dans son édition en ligne que la société américaine SpaceKnow a découvert, grâce à l'analyse de données satellites, deux "navires sombres" qui se trouvaient non loin des lieux des actes de sabotage du 26 septembre dans la mer Baltique, navires qui avaient désactivé leur système d'identification automatique par radar AIS.

Le directeur général de SpaceKnow, Jerry Javornicky, a déclaré à Wired qu'il était pour le moins suspect que les navires, qui mesuraient respectivement environ 130 et 95 mètres de long, aient manifestement cherché à dissimuler leurs itinéraires et leurs emplacements. Les données ont donc été transmises à l'OTAN, a-t-il ajouté.

Selon M. Javornicky, les deux navires se trouvaient à proximité des points de fuite quelques jours seulement avant que les gazoducs ne soient détruits par des explosions. Au total, d'après les données satellites, 25 navires s'y sont rendus, mais seulement deux d'entre eux avaient désactivé leur tracker AIS, rapporte Wired.

"Ils avaient désactivé leur AIS, ce qui signifie qu'il n'y avait aucune information sur leurs mouvements. Et ils essayaient de garder leurs informations de localisation et d'autres informations générales cachées au monde", a déclaré Javornicky, cité par le magazine informatique.

Le système d'identification automatique (AIS) assure l'identification des navires sur les mers du monde. Le système d'identification automatique transmet au système d'affichage et d'information cartographique (ECDIS) des données telles que l'identifiant unique, la vitesse, le cap, la position, l'indicatif radio, etc. Il a été adopté comme norme obligatoire par l'Organisation maritime internationale (OMI) en décembre 2000.

La découverte faite par SpaceKnow en analysant les images de plusieurs satellites devrait alimenter les spéculations sur la cause des explosions. Dernièrement, un fait remarquable a été rendu public : quelques minutes après les explosions, la Première ministre britannique Liz Truss, qui a depuis démissionné, a envoyé de son téléphone portable personnel un SMS au secrétaire d'État américain Blinken dans lequel elle écrivait : "It's done" - "c'est fait". Depuis, le Kremlin insiste sur le fait qu'il a des "preuves" d'une implication majeure des services britanniques dans les attentats. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

lundi, 14 novembre 2022

Grande-Bretagne : le déclin d'un ancien empire

UK-Sinking-Debt-GBP-Currency-Money-700x450.jpg

Grande-Bretagne: le déclin d'un ancien empire

par Fabrizio Pezzani

Source : https://www.ariannaeditrice.it/articoli/gran-bretagna-il-declino-di-un-ex-impero

L'histoire de l'ascension et du déclin de la Grande-Bretagne est un véritable manuel pour examiner le parcours des civilisations et des sociétés qui s'élèvent, atteignent leur apogée, puis commencent lentement à s'effondrer. L'essor et la chute des sociétés dépendent de la composante "valeur" des classes dirigeantes et de leur capacité créative.

Au début du XVIe siècle, l'Angleterre était considérée comme un État arriéré et sous-développé, peu peuplé, mais la révolution des moyens de navigation et l'ouverture des routes commerciales maritimes ont offert un tremplin à son affirmation mondiale croissante ; progressivement, les navires de l'Atlantique, les galions, ont supplanté les galères qui ont eu leur dernière occasion de remporter une victoire en 1571 à Lépante. Remplacer l'énergie humaine des galères par l'énergie éolienne et chimico-physique des galions à voile a été une révolution dans le monde maritime. Sur les galions, il était alors possible de placer des canons sur le pont et sous le pont, rendant les armées maritimes presque invincibles.

La conquête de la mer et des océans a permis de passer du commerce méditerranéen au commerce atlantique avec un développement sans précédent des échanges de biens et de matières premières. Jusqu'au début du XVIIIe siècle, l'occupation par les Britanniques et les Européens en général se limitait aux bandes côtières et aux bases navales, mais l'occupation de l'arrière-pays a été l'un des sous-produits de la révolution industrielle qui a contribué à ouvrir la voie à la révolution industrielle elle-même. Dans l'histoire de l'humanité, les interdépendances entre les différents facteurs d'évolution n'opèrent pas toujours aussi clairement.

Ce n'est pas un hasard si la révolution industrielle s'est développée en Angleterre, qui, grâce à sa puissance maritime, avait créé un lien avec les colonies qui fournissaient les matières premières, consommaient les nouveaux produits et offraient des opportunités de richesse et de nouveaux marchés en permanence. La puissance économique et militaire a permis à l'Angleterre de créer un empire colonial inégalé pendant sa période de domination. La révolution industrielle a démoli l'ancien monde sous tous ses aspects, productif, social - le capitalisme se heurte au marxisme -, démographique, politique et financier, et a changé le mode de vie dans les villes au détriment des zones rurales.

Parallèlement à ce développement global, nous avons une évolution de la culture, de la technologie, de la scientificité qui trouve dans les universités un centre de croissance inégalé dans toutes les matières. Les universités deviennent des centres d'excellence et préparent la classe dirigeante de l'empire, la rendant capable d'affronter les défis posés par le nouveau contexte mondial avec créativité et savoir.

Londres devint ainsi un centre nodal financier et d'assurance pour le monde entier, les nouveaux banquiers et assureurs sont formés pour la croissance de l'empire ; la classe dirigeante est de haut niveau et supérieure à celle des autres États concurrents et contribue à renforcer l'empire qui, jusqu'au déclenchement de la Première Guerre mondiale, fait de l'Angleterre l'empire dominant dans le monde qui, ensuite, entame lentement son déclin.

Dans la période de sa plus grande splendeur, les conditions du déclin commencent, en effet l'autoréférence augmente et le manque d'autocritique commence à réduire l'esprit créatif capable de réponse au monde changeant.  À partir des années 1930, le déclin devient de plus en plus évident en raison d'une diminution de la capacité de l'élite dirigeante à faire face aux nouveaux défis avec créativité, restant plus encline à ossifier les gloires du passé récent. Illusionnée par le pouvoir acquis dans les années 1920, elle décide, comme un acte de force, d'imposer la convertibilité de la livre en or ; ce choix, critiqué par Keynes, est un désastre lié à l'incapacité de la classe dirigeante à comprendre les changements qui s'opèrent dans le monde et à adopter un comportement novateur. L'effondrement de l'initiative a affecté les colonies, créant de leur part les premiers signes d'une dissidence indépendantiste qui allait s'amplifier au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Résultat de la même autoréférentialité: le bras de fer perdu sur la conservation du canal de Suez en 1956, finalement gagné par l'Égypte de Nasser.

shutterstock_1078691777.jpg

La révolution financière avec la fin de l'étalon de change or a frappé la finance britannique en la contraignant à accepter l'aide du FMI, c'était le signe d'une rupture avec le passé et le véritable début du déclin ; l'ascension de Margaret Thatcher et l'erreur qui fut de suivre le néo-libéralisme financier dicté par les Etats-Unis ont conduit à l'effondrement culturel avant même l'effondrement économique. Le fait d'avoir épousé sans critique le néolibéralisme financier a détruit la production industrielle qui était excellente dans tant de secteurs et a préparé un déclin et une position politique de soumission aux États-Unis.

Enfin, le Brexit, une fois de plus fruit de l'aveuglement politique et enfant de l'autoréférence suicidaire, a fait le reste : la classe politique s'est montrée de plus en plus inadaptée à la tâche de gouvernement et au changement qu'exige l'histoire, se refermant sur elle-même comme la porte d'un saloon ; elle n'a pas manqué la farce ridicule de la comparaison avec notre pays, qui, malgré son audimat nettement opportuniste, fait preuve d'une vitalité manufacturière qu'ils n'ont plus.

Les États-Unis ont depuis longtemps emprunté cette même voie, faute de dirigeants et incapables de trouver une solution aux problèmes qu'ils pensent résoudre de la même manière qu'ils les ont créés. La tendance fluctuante du dollar a déjà commencé, et ses quantités sans fin et sans véritable base de référence ressemblent à une immense pyramide inversée avec une quantité minimale d'or à sa base.

Lorsque les qualités de la classe dirigeante font défaut, comme l'histoire de l'Angleterre le démontre et celle des États-Unis semble l'imiter, les civilisations et les sociétés commencent à se désintégrer et à s'effondrer ; "commence alors la profonde décadence qui n'est pas une paralysie des facultés naturelles de la classe dirigeante mais un effondrement de son héritage social qui bloque et inhibe toute action de renouvellement et l'effondrement d'une société se produit lorsque la décadence a commencé depuis longtemps : les civilisations, en d'autres termes, ne disparaissent pas par mort violente mais par "suicide". "(A. Toynbee , Civilisations in History, p. 356 ).

Objectif: éliminer Trump !

02trump-campaign-1-mobileMasterAt3x-v2.jpg

Objectif: éliminer Trump !

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/eliminare-trump

Alors que le dépouillement des bulletins de vote des élections de mi-mandat se déroule avec une lenteur épuisante, érodant de plus en plus le succès déjà maigre des Républicains, la bataille pour éliminer Trump de la scène politique de l'Empire, bataille qui laisse entrevoir une convergence entre les Démocrates et l'establishment du Parti républicain, se voit réactivée.

À cette fin, en plus de blâmer Trump pour l'échec des républicains, la campagne visant à faire du gouverneur de Floride Ron DeSantis le prochain candidat du GOP pour la présidence américaine à la place du tycoon égaré en politique a pris son envol.

La guerre de Murdoch

Ce développement a été préparé à l'avance, c'est-à-dire avant même que les Midterms aient lieu. C'est ce qu'écrit le Guardian dans un article où il relate l'aversion de longue date de Rupert Murdoch - propriétaire du Wall Street Journal, du New York Post, de Fox TV et d'autres médias - envers Trump.

En effet, le virage de l'establishment républicain en faveur de DeSantis a été soudain et surprenant. Et pourtant, comme l'écrit le Guardian, on a "le sentiment que cela avait été planifié à l'avance, que les cuirassés de Murdoch avaient décidé à l'avance non seulement que Trump était fini, mais qu'ils avaient aussi identifié leur nouvel homme".

0611400284574-web-tete.jpg

En fait, avant que les médias de Murdoch ne commencent à tirer des boulets sans discontinuité contre Trump à propos du résultat des élections, ajoute le tabloïd britannique, le New York Post "a célébré la réélection de Ron DeSantis [...] avec une première page le saluant comme étant 'DeFuture'".

En bref, la compétition entre les deux coqs du Parti républicain a commencé, même si DeSantis n'a pas encore fait de démarche formelle pour son éventuelle candidature ; mais, comme Trump le claironne avec amertume, il ne dément pas non plus cette perspective.

L'issue de cette compétition est incertaine, mais Trump, traqué par des enquêtes judiciaires et ouvertement contesté par l'establishment de son parti, traverse le moment le plus critique de sa carrière politique.

Dans ces conditions, il vaut la peine de s'intéresser de plus près au nouveau venu, car il pourrait devenir le prochain empereur de l'Occident, ce qui affectera le destin du monde entier.

Le Washington Post dresse le profil de DeSantis et réduit à néant le récit qui fait du nouveau venu une sorte de photocopie gagnante de Trump, taillée sur mesure pour le personnage afin de reporter sur lui le consensus dont jouit l'ancien président au sein de la base républicaine.

L'interventionniste

Tout d'abord, note le WP, "DeSantis est plus une figure orthodoxe du parti républicain que l'homme d'affaires ombrageux devenu politicien" (= Trump).

"En un sens", poursuit le WP, "le passé de DeSantis le rapproche de l'ancien secrétaire d'État Mike Pompeo, dont les tendances plus interventionnistes étaient parfois en désaccord avec Trump", un clin d'œil de grand intérêt pour les fondements de la politique étrangère qui s'institueraient lors de son éventuelle présidence.

En fait, "la plupart de ses déclarations concernant la politique étrangère s'inscrivent parfaitement dans des lignes directrices préexistantes, plutôt que dans le style si souvent personnel de Trump".

"DeSantis", détaille le WP, "a condamné la Russie pour son invasion de l'Ukraine et a critiqué la décision du président Biden de se retirer d'Afghanistan [opération ordonnée par Trump, ndlr]. Il est également fortement opposé aux ennemis traditionnels des États-Unis, tels que l'Iran, et en particulier à l'accord nucléaire avec Téhéran, ainsi qu'aux nouveaux rivaux, dont la Chine, et s'est engagé à être "le gouverneur le plus pro-Israël d'Amérique"."

Homme de Floride, il a beaucoup d'empathie pour les citoyens de son État qui portent de l'intérêt à certains pays attirant sans cesse leur attention, à savoir "Cuba, le Venezuela, la Colombie et Haïti".

Bref, un interventionniste tous azimuts, même si, note le WP, lorsqu'Elon Musk a lancé sa propre proposition de paix entre la Russie et l'Ukraine via twitter, il l'a défendue contre les critiques qu'il s'est attiré de la part des autorités de Kiev.

Mais peut-être, dans ce cas précis, cette défense provenait-elle davantage du fait que le milliardaire l'avait précédemment désigné comme nouveau candidat présidentiel du GOP à la place de Trump, plutôt que de partager les idées du milliardaire...

PM-Meeting-4.jpg

Relations avec Netanyahu

En ce qui concerne la proximité avec Israël que DeSantis a affichée, on peut noter qu'il serait un excellent interlocuteur pour Netanyahu, qui est revenu au pouvoir en Israël, événement coïncidant avec l'ascension de DeSantis comme nouvelle étoile au firmament du GOP.

Le fait que Netanyahou se méfie de l'establishment du parti démocrate est bien connu - puisque cet establishment conserve l'idée de deux États comme seule solution possible au conflit israélo-palestinien. Il y a aussi ses mauvaises relations avec Biden, malgré ses récentes déclarations de sympathie envers le président américain.

Plus réservées, mais non moins vives, sont les divergences entre Netanyahou et Trump, en particulier sur l'Iran, car l'ancien président n'a pas suivi l'instigation du premier ministre israélien en faveur d'une guerre contre Téhéran, en fait l'ancien président républicain était presque parvenu à un accord avec Téhéran (voir sur ce point les mémoires de l'ancien conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton).

De plus, DeSantis s'est lancé dans des louanges dithyrambiques à Netanyahu lors d'une visite qu'il a effectuée à Jérusalem en 2019, déclarant que le premier ministre israélien "a été un modèle de leadership fort pour Israël pendant son mandat". "Je me réjouis de la poursuite de notre partenariat car la Floride reste l'État le plus pro-Israël de la nation".

De plus, l'affirmation de DeSantis sur les questions éthiques serait une aubaine pour l'électorat israélien historique de Netanyahu. Un tel sentiment pour le nouveau messie d'Israël, si DeSantis parvient un jour à la Maison Blanche, pèserait de tout son poids dans la politique étrangère américaine au Moyen-Orient, un domaine clé de la politique impérialiste.

Assainir la polarisation de la société américaine

Reste à savoir si Trump sera capable de résister à la tenaille qui se referme sur lui. Il a des ressources, mais des ressources limitées. Et il reste à voir si DeSantis, si la perspective de sa candidature à la Maison Blanche se concrétise, sera en mesure de l'emporter sur son concurrent démocrate.

Ce qui est certain, c'est que le système qui a pénalisé Trump ne semble pas cultiver un rejet similaire à l'égard du gouverneur de la Floride. Au contraire, une présidence républicaine débarrassée des idées isolationnistes de Trump pourrait s'avérer la bienvenue, ayant le potentiel de guérir le conflit qui polarise la société américaine.

Mais pour cela, DeSantis devrait peut-être atténuer son affirmation sur les questions éthiques, ce qui n'est pas impossible aussi parce que cela pourrait le freiner dans une compétition présidentielle. Après tout, Washington vaut bien une messe.

Mais une telle conversion pourrait même ne pas être nécessaire. L'interventionnisme, carburant indispensable du complexe militaro-industriel, suffit à l'establishment. Le reste est du théâtre à usage interne.

Cela dit, le premier obstacle sur son chemin reste Trump, qui n'est pas du tout disposé à jeter l'éponge et a déjà commencé à tirer de copieuses salves de boulets contre son éventuel concurrent.

US Midterm : la défaite victorieuse de l'establishment

iStock-1405284332.jpg

US Midterm : la défaite victorieuse de l'establishment

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/midterm-usa-la-sconfitta-vittoriosa-dellestablishment

Le résultat des élections du midterm, vendu par les médias grand public comme une victoire majeure pour les Démocrates (comment transformer les défaites en victoires) n'est en fait pas surprenant. Les Républicains ont remporté, comme c'était évident dès le départ, la Chambre, mais il semble que les Démocrates aient conservé le contrôle du Sénat, malgré le fait que les décomptes soient encore en cours dans certains États pour ce dernier.

Le vote en Pennsylvanie, un État sur lequel le GOP républicain a misé tous ses jetons pour arracher le Sénat à ses adversaires et dans lequel le démocrate Fatterman a remporté la victoire sur le trumpiste Oz, est un indicateur du résultat en faveur des démocrates.

La lutte politique qui s'est déroulée en Pennsylvanie résume un peu ce qui s'est passé dans cette élection, puisque les médias trumpistes ont pratiquement annoncé la victoire d'Oz comme une certitude, un peu comme ils ont certifié que la vague rouge, la couleur symbolique du parti, était d'emblée une certitude, vague qui, par ailleurs, aurait inondé les États-Unis. Cela n'a pas été le cas.

Par ailleurs, les proclamations sur la vague rouge étaient évidemment exagérées, car elles ne tenaient pas compte de la puissance de feu de la machine électorale des Démocrates : si cette machine avait obtenu des résultats aussi impressionnants aux élections présidentielles, il fallait supposer qu'ils se répéteraient avec ces élections du Midterm-2022, pouvant compter, grâce à la présidence Biden, sur la gestion d'autant de courroies de transmission du pouvoir. Tout comme on pouvait supposer qu'il se concentrerait sur le Sénat, où le défi était le plus serré.

La défaite victorieuse de Trump

Il y aura des conséquences. D'abord au détriment de Trump, qui attendait le triomphe électoral pour annoncer sa candidature à la présidentielle de 2024. Il le fera encore, mais ce ne sera pas la même chose.

En effet, ses adversaires au sein du parti utiliseront cette défaite victorieuse pour accroître le récit selon lequel il représente un frein pour le parti, qui, s'il avait été absent, aurait certainement gagné au vu de la méfiance des citoyens envers les institutions, notamment en raison de la forte inflation et du chaos endémique dans les villes.

Notamment parce que, dans l'intervalle, le pouvoir s'est efforcé de trouver une alternative à Trump et l'a trouvée en la personne du gouverneur de Floride Ron De Santis, dont le succès dans ces élections du midterm est, sans surprise, célébré par les médias de l'establishment.

residsze.jpg

De Santis est la figure parfaite pour succéder au Tycoon-entrepreneur, égaré en politique, puisqu'il lui ressemble dans sa rhétorique grandiloquente, sa polémique contre l'establishment démocrate, sa défense des valeurs traditionnelles et son rejet des migrants.

Mais il ne partage avec Trump ni un isolationnisme extrême ni, surtout, une aversion pour l'affichage musclé en politique étrangère (comme on l'a vu lors de la dernière révolution colorée, infructueuse, à Cuba, à laquelle il a contribué avec enthousiasme).

Son ascension a commencé pendant la pandémie, au cours de laquelle il s'est engagé dans un duel serré contre l'establishment en faveur de la propagande axée sur la pandémie, adoptant pour sa Floride des normes libertaires qui se sont avérées fonctionnelles. Cela a attiré les louanges des médias et des électeurs trumpistes, qui avaient au contraire perçu une certaine timidité de la part de l'ancien président pour manoeuvrer dans ce champ de mines.

Le concurrent

DeSantis est ainsi devenu le seul concurrent possible de Trump, proposant sa propre version du trumpisme, qui pourrait être acceptable même pour les architectes des guerres sans fin.

Pour cette raison - et surtout parce qu'il ferait tomber Trump - l'establishment l'a choisi comme successeur possible de Biden, une carte à jouer au cas où un candidat fort n'émergerait pas dans le camp du parti démocrate, ou même si un candidat malvenu (un Sanders, une Michelle Obama, etc.) émergeait.

Trump connaît parfaitement ce jeu et a fait tout son possible pour éviter une rupture avec DeSantis, au point de dire qu'il a voté pour lui lors de ces élections du Midterm.

Il ne pouvait rien faire d'autre, bien sûr, puisqu'il était le seul candidat en Floride, où Trump vote, mais il a voulu dire cela pour souligner le point essentiel bien que tacite, relançant implicitement l'hypothèse, avancée il y a quelque temps, de créer un tandem avec DeSantis pour la vice-présidence.

Mais il sera difficile pour DeSantis de renoncer au rôle présidentiel qu'ils lui ont taillé et que l'establishment républicain, celui sur lequel Trump avait parié, tente de créditer par tous les moyens (voir Washington Examiner: "Choisir Trump plutôt que DeSantis pour 2024 est un suicide politique").

Le faible d'Elon Musk pour les Républicains

La position du nouveau maître de Twitter sera également intéressante dans cette perspective. Elon Musk avait tweeté en juillet que Trump était "trop vieux" et qu'il était temps pour lui de se retirer, tandis que DeSantis "gagnerait facilement" s'il se présentait contre le président Biden en 2024.

Le tweet a été supprimé par la suite, mais le milliardaire, qui, lors des midterms, avait appelé à voter pour les Républicains (un tweet qui a également été supprimé), n'a peut-être pas changé d'avis. Et son opinion, après l'achat du réseau social, pèse davantage. Peu favorable au pouvoir réel lors de l'achat de Twitter, il pourrait être tenté de rechercher son indulgence en favorisant l'éviction de Trump de la vie politique.

Elon_Musk_and_Donald_Trump_1651936248328_1652205134692.jpg

En bref, cette élection pourrait déclencher une épreuve de force dans le camp républicain, transformant la victoire de Trump, qui a également envoyé plusieurs de ses candidats choisis au Congrès, en une possible déroute.

Mais l'ancien président n'a pas l'intention de jeter si vite l'éponge, notamment parce qu'il sait que s'il le fait, son destin est d'aboutir en prison. À tel point qu'il va jusqu'à menacer son éventuel antagoniste en déclarant : "J'en sais plus sur lui que quiconque, sauf peut-être sa femme".

Républicains à la Chambre

En attendant de connaître l'issue de cet affrontement interne au sein du GOP, il faut considérer les autres conséquences des élections, en premier lieu le fait que les Républicains peuvent profiter de la majorité à la Chambre pour lancer quelques enquêtes.

Une enquête sur la pandémie, qui pourrait se transformer en un Nuremberg, est presque certaine (Rand Paul, leader de la Chambre, avait à l'époque demandé que Fauci soit emprisonné).

Cela ne ferait pas trop peur à l'establishment, qui a entre-temps trouvé une autre crise mondiale à gérer (la guerre en Ukraine). Quelques boucs émissaires seraient ceux qui en paieraient le prix. Mais une certaine clarification du passé est toujours souhaitable car elle pourrait peut-être éviter des surprises futures.

Une enquête sur Hunter Biden, le fils du président, qui est depuis longtemps dans le collimateur des républicains, est également possible, et plairait également à l'establishment démocrate, qui est impatient de le remplacer.

La question ukrainienne reste ouverte. Si avant les élections, les Républicains avaient déclaré qu'ils ne donneraient plus de "chèques en blanc" à Kiev, il reste à voir comment cette affirmation sera concrètement mise en œuvre, c'est-à-dire si les justifications du Pentagone suffiront. Mais l'émergence d'une certaine controverse sur le conflit est dans les cartes, car les élus trumpistes sont farouchement opposés aux guerres sans fin.

Le choc épochal entre l'Occident et l'Eurasie

img-5-small580.jpg

Le choc épochal entre l'Occident et l'Eurasie

Luciano Lago

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/lo-scontro-epocale-occidente-versus-eurasia

La succession rapide des événements cruciaux se fait à un rythme soutenu, jour après jour en Europe, et la possibilité d'une confrontation directe entre l'Occident dirigé par les Anglo-Américains et la Russie semble inévitable après les attaques en Crimée menées, comme cela semble confirmé, par les forces spéciales britanniques. La Russie a promis une réponse aux actions secrètes de la Grande-Bretagne, notamment celle que constitue sabotage des gazoducs Nord Stream dans la Baltique, effectué par les forces spéciales sous-marines de la Royal Navy britannique.

D'après les dernières informations ayant fuité dans les cercles du Pentagone, il semble que la manœuvre que Washington prépare consiste à mettre sur pied une force multinationale extra-OTAN qui sera utilisée en Ukraine pour attaquer la Russie sur son territoire. Cette proposition a été avancée par l'ancien chef d'état-major américain David Petraeus et tout porte à croire qu'elle a été acceptée par les cercles du Pentagone pour éviter une défaite en Ukraine. Comme l'avait déclaré le Secrétaire de l'OTAN, M. Stoltenberg, une défaite en Ukraine serait une défaite pour l'OTAN et aurait des conséquences fatales pour l'Alliance.

Toute la question réside dans les objectifs ultimes de l'entreprise, qui sont extrêmement vagues. Quel devrait être le résultat ? Serait-ce d'expulser les forces russes d'Ukraine, de renforcer les défenses ukrainiennes et de parvenir à un cessez-le-feu avec une post-transition pour maintenir une position forte dans les négociations ?

On ne sait pas encore comment les États-Unis se positionneraient dans cette coalition, étant donné que, s'ils y sont, la Russie déterminera qui en prend la tête dans un avenir immédiat et agira en conséquence.

On peut s'attendre à ce que Moscou réponde à la menace en se concentrant sur la destruction de la structure militaire américaine, y compris le commandement spatial, le centre de commandement et de contrôle, le renseignement et la surveillance. L'initiative occidentale semble donc comporter des risques de déclencher un conflit majeur dont l'issue serait impossible à prévoir. Les États-Unis ont besoin de ce stratagème pour des raisons politiques ou veulent simplement transférer une partie de la responsabilité et de l'engagement à leurs alliés, tandis que la question se pose de savoir comment les forces américaines et alliées pourront protéger les nombreuses voies de transport, les aéroports et les bases en Europe contre les attaques des forces russes. En outre, dans ce type d'opération, il est nécessaire de préciser dans quelle mesure le risque est justifié ; le manque de clarté sur l'objectif spécifique peut avoir de graves conséquences.

Il n'est pas difficile de prévoir quelle serait la réaction de la Russie si sa sécurité était menacée, et l'utilisation d'armes nucléaires tactiques ne peut être exclue dans ce cas, conformément à la doctrine militaire russe.

D'autre part, les États-Unis ne peuvent accepter une nouvelle débâcle en Ukraine qui les exposerait à une perte de prestige et de leadership auprès des alliés et à la possibilité d'une rupture de l'Alliance atlantique. Par conséquent, Washington serait prêt à prendre le risque d'un conflit direct avec la Russie, qui a jusqu'à présent été reporté. Cela explique pourquoi le haut commandement du Pentagone y voit une issue possible à l'impasse.

Le conflit imminent entre l'OTAN et la Russie découle d'un contraste entre les deux parties, l'Occident dirigé par les Anglo-Américains et la Russie, qui n'est pas seulement géopolitique et militaire, mais aussi par essence un contraste idéologique et systémique. L'opposition se situe entre le monde occidental arc-bouté sur le totalitarisme libéral-mondialiste et les pays qui veulent garder leur souveraineté et leur identité nationale intactes, refusant de se soumettre aux règles dictées par les États-Unis et leurs alliés.

Le président Biden et son secrétaire d'État Antony Blinken ont tenté à plusieurs reprises de qualifier ce contraste de "division entre les démocraties et les autocraties". En réalité, cette terminologie relève d'un double langage typiquement orwellien.

Par "démocraties", les propagandistes de Washington entendent les États-Unis et les oligarchies financières occidentales qui sont ses alliées. Leur objectif est de centraliser la planification économique entre les mains de gouvernements élus par Wall Street et par d'autres centres financiers sous contrôle américain.

Sous la couverture rhétorique des exposants américains, par "autocraties", Biden et Blinken entendent les pays qui résistent à cette prise de contrôle visant la financiarisation et la privatisation. Dans la pratique, la propagande américaine accuse la Russie et la Chine d'être des régimes autocratiques dans la régulation de leurs propres économies et la promotion de leur propre croissance économique et de leur niveau de vie, c'est en particulier la cas de la Chine dans le maintien de la finance et de la banque comme services publics pour soutenir l'économie réelle de production et de consommation.

Il est bien connu que les diplomates américains utilisent les organismes supranationaux qu'ils contrôlent, tels que le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, pour appeler sans cesse à la privatisation des infrastructures, des entreprises minières et des sociétés de services du monde entier, et pour rendre les pays émergents dépendants des exportations de technologies, de pétrole et de nourriture par l'intermédiaire des multinationales américaines.

Cette approche est appelée "démocratie libérale" et "société ouverte" mais elle cache en réalité une forme de néocolonialisme déguisé imposé par la pression économique, le chantage et les menaces de sanctions pour les gouvernements qui ne se conforment pas.

Tout se résume à la fracture entre la vision unipolaire du monde par les Etats-Unis et la vision multipolaire vers laquelle tendent non seulement la Russie et la Chine, mais aussi l'Inde et une série de pays des différents continents qui adhèrent à ce nouveau bloc émergent organisé dans les BRICS et l'accord de Shanghai. Des accords qui unissent une majorité de pays dans le monde, marquant le détricotage de l'ordre mondial préfiguré par les Etats-Unis et ses vassaux.

Ce qui se passe en ce moment historique est un tournant historique qui suggère qu'il sera impossible de revenir en arrière, alors que nous assistons au démantèlement, pièce par pièce, de l'ancien système et de l'ordre mondial qui était fondé sur la suprématie impériale des États-Unis.

Ce sont les mois à venir qui détermineront si le tournant sera pacifique ou si le monde sera soumis à un conflit majeur suite aux initiatives de la puissance anglo-saxonne qui ne se résigne pas au changement et au nouvel équilibre des forces.