Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 novembre 2022

Elections de mi-mandat aux Etats-Unis: une course bipartisane

news1-1-664464d810b529fe.jpg

Elections de mi-mandat aux Etats-Unis: une course bipartisane

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/dvuhpartiynaya-gonka

Après le décompte final des résultats de l'élection de mi-mandat aux Etats-Unis, certaines conclusions (mais non concluantes) peuvent être tirées sur l'avenir immédiat de la vie sociale et politique américaine, sur les ajustements et changements possibles en politique étrangère et sur la dynamique d'une polarisation accrue de la société à l'approche de l'élection présidentielle de 2024.

Il convient de noter que le vote ne concernait pas uniquement les candidats au Congrès américain. Au Congrès lui-même, il y a eu une lutte pour 35 des 100 sièges du Sénat, et pour l'ensemble des 435 sièges de la Chambre des représentants. En outre, 36 des 50 États élisaient des gouverneurs. Et dans 27 États, il y avait encore des élections pour les secrétaires d'État. Par conséquent, les démocrates et les républicains se sont affrontés non seulement pour le corps législatif, mais aussi pour le pouvoir exécutif.

Des États importants comme l'Ohio, la Louisiane, le Kentucky et la Floride au Sénat sont passés aux mains des Républicains. Les démocrates ayant remporté de sérieuses victoires se trouvent en Californie, en Pennsylvanie et à New York. À la Chambre des représentants, les Républicains ont déjà 211 sièges, tandis que les Démocrates ont réussi à en obtenir 192.

Malgré le tableau général, au départ, les États de l'Arizona, de l'Alaska, du Nevada et de la Géorgie étaient dans une mauvaise passe. Au 18 novembre, les décomptes indiquaient une petite avance démocrate dans les courses au Sénat en Arizona, au Nevada et en Géorgie [i].

Lors des élections de mi-mandat, comme auparavant, la technologie des médias sociaux a été utilisée pour faire campagne auprès des électeurs. Les données du Pew Research Center montrent que plus de 8000 candidats représentés lors de l'élection ont activement utilisé Twitter pour leur propagande. Au total, 3,4 millions de tweets ont été effectués et environ 14000 messages ont circulé chaque jour en octobre. Le facteur racial a été le plus mentionné sur Twitter, suivie par le mot "avortement" et l'éducation venait en troisième position. En d'autres termes, on a pu constater que les candidats et l'électorat étaient principalement préoccupés par les questions nationales. Viennent ensuite respectivement l'économie, la politique étrangère et la criminalité. Les démocrates, en pourcentage, ont fait plus de tweets (55 %), tandis que les républicains n'en ont fait que 33 % [ii].

Il est difficile de dire quel impact a eu l'achat de Twitter par Elon Musk. La veille de l'élection, il a exhorté ses followers à voter pour les républicains, mais on peut supposer qu'étant donné l'avance des démocrates sur Twitter la veille, son avis n'a pas eu l'effet escompté [iii].

Bien qu'après la mise en œuvre de l'accord, un débat animé a eu lieu sur la façon dont il affecterait la politique de liberté d'expression de l'entreprise.

Si nous faisons une comparaison avec les élections de 2018, on remarque que les Républicains sont passés à l'offensive, commençant à regagner le terrain perdu et gagnant la sympathie de groupes de personnes qui étaient du côté des Démocrates.

Lorsque les démocrates ont pris le contrôle de la Chambre des représentants après les élections de 2018, un peu plus de la moitié des électeurs étaient des femmes et le parti avait un énorme avantage parmi elles. Bien que les femmes aient constitué une majorité similaire d'électeurs en 2022, l'avance des démocrates semble avoir nettement diminué. De plus, en 2022, les Républicains ont augmenté leur soutien auprès de l'électorat masculin.

Les premiers sondages de sortie des urnes ont confirmé que les Américains soutiennent le droit à l'avortement. Seulement un peu plus d'un tiers des électeurs ont déclaré que l'avortement devrait être illégal dans tous ou la plupart des cas. Mais si les Républicains de la Chambre des représentants ont obtenu le soutien de presque tous les électeurs opposés au droit à l'avortement, ils ont également obtenu le soutien d'un quart des électeurs qui ont déclaré qu'il devrait être légal.

Les jeunes électeurs ont traditionnellement soutenu les démocrates, et le fait de les gagner par une marge énorme a aidé le parti en 2018. Les républicains ont profité de cet avantage cette année. Les démocrates et les républicains ont obtenu des votes égaux de la part des électeurs plus âgés en 2018, mais les républicains ont obtenu un soutien majoritaire de leur part en 2022.

9wv60x0.jpg

Les républicains ont également remporté la majorité du vote des femmes blanches, qui est considéré comme un groupe cible important divisé par les deux partis en 2018. Les républicains ont également justifié les prédictions selon lesquelles leurs résultats parmi les électeurs hispaniques seraient meilleurs qu'il y a quatre ans. Les sondages préliminaires à la sortie des bureaux de vote indiquent que le soutien des démocrates parmi les hommes hispaniques était de 63 % en 2018 et de 55 % en 2022. Les républicains semblent avoir réduit l'avantage des démocrates parmi les femmes hispaniques, bien que les démocrates bénéficient toujours du soutien d'environ deux tiers d'entre elles.

La plupart des électeurs américains vivaient dans les banlieues en 2018 et en 2022. Mais alors que les électeurs des banlieues étaient partagés à égalité lorsque les démocrates ont pris le contrôle de la Chambre des représentants il y a quatre ans, en 2022, ils ont basculé du côté des républicains. L'avance déjà forte des républicains parmi les électeurs ruraux est devenue encore plus grande, et les républicains ont même pris l'avantage sur les démocrates dans les zones urbaines.

Avec un président républicain en 2018, de nombreux républicains ont affirmé que l'économie était en bonne forme. En 2022, sous un président démocrate, les démocrates sont susceptibles de trouver mieux. Dans l'ensemble, plus des deux tiers de tous les électeurs ont déclaré que l'économie était excellente ou bonne en 2018, mais en 2022, ce n'est qu'un quart des électeurs. Les démocrates ont cherché le soutien des modérés, tandis que les républicains se sont appuyés sur les conservateurs.

De retour en 2018, 37 % des électeurs se disaient démocrates, contre 33 % qui se disaient républicains et 30 % qui se disaient indépendants. En 2022, les Républicains avaient l'avantage. Lorsqu'ils ont pris le contrôle de la Chambre des représentants en 2018, les démocrates avaient l'avantage parmi les électeurs indépendants. En 2022, ce n'était pas vraiment le cas.

Tant les Démocrates que les Républicains ont progressé parmi ceux qui croyaient que les partis allaient réussir. Mais les Républicains ont gagné l'avance parmi les électeurs qui n'avaient aucune opinion favorable d'un des deux partis. Les démocrates, en revanche, ont perdu leur avance parmi les électeurs qui considèrent les deux partis favorablement [iv].

En termes d'identité religieuse, la dernière fois, 88% des membres du Congrès se sont identifiés comme chrétiens, contre pas plus de 65% dans la société américaine elle-même. Le Congrès était plus protestant (55 % contre 43 %) et plus catholique (30 % contre 20 %) que la population adulte générale des États-Unis.

Quatre-vingt-seize membres du Congrès (18%) se sont identifiés comme chrétiens, sans préciser la dénomination. Le nombre total de protestants au Congrès est resté relativement stable ces derniers temps: environ 300 [v].

Les membres ayant une identité juive (judaïque) représentaient également une grande proportion du Congrès, dépassant leur représentation dans le grand public (6% contre 2%). Les parts de la plupart des autres groupes non chrétiens (bouddhistes, musulmans, hindous et unitariens universalistes) correspondaient plus étroitement à leur part du grand public.

Lors de l'élection actuelle, on a constaté un phénomène d'évolution des préférences au sein de l'électorat juif - alors qu'environ 65 % d'entre eux ont encore voté pour les démocrates, les statistiques montrent que le soutien au parti républicain est en constante augmentation, avec 33 % des répondants qui ont voté pour les rouges, contre 30 % en 2020 et 24 % en 2016.

Sam Markstein, directeur national de la Coalition juive républicaine, a déclaré que les candidats républicains "offrent des solutions concrètes aux problèmes qui sont importants pour les électeurs juifs". Ces questions comprennent "la réduction de la montée en flèche du coût de la vie, la lutte contre l'augmentation des crimes haineux, le choix de l'école, le retour de l'Amérique sur la scène mondiale, le soutien de nos alliés en Israël et la solidarité avec la communauté juive dans la lutte contre l'antisémitisme", a déclaré Markstein au Jerusalem Post. Il a noté "un niveau record de soutien en Floride avec 45% du vote juif".

À New York, le candidat républicain juif Lee Zeldin a tenté de battre la gouverneure démocrate sortante Kathleen Hochul, mais a échoué. Zeldin a reçu environ 80 à 90 % du vote des quartiers hassidiques de Brooklyn et un pourcentage écrasant du vote des juifs orthodoxes. Mais les votes des Juifs progressistes sont allés principalement à Hochul [vi].

On peut dire la même chose de la population noire. À la veille des élections américaines, un rapport de la Deutsche Welle a déclaré que le Wisconsin était un État pivot qui pourrait changer de mains lors des élections de mi-mandat. La ville de Milwaukee a été un bastion démocrate et les électeurs noirs ont été un important pilier de soutien. Mais cette année, les démocrates ne pouvaient pas compter sur le vote des Noirs, car les républicains gagnaient du terrain et la participation électorale était en baisse. Des problèmes tels que l'inégalité, l'inflation et la sécurité publique ont alimenté la frustration. Deux personnes noires ont commenté cette situation dans un reportage qui a été diffusé :

- C'est parfois difficile à vendre car rien ne change pour ces personnes.

- Votez républicain. Et élire quelque chose de nouveau. Et donnez-nous une chance [vii].

Comme vous pouvez le constater, de nombreuses prédictions et statistiques indiquaient que les Républicains allaient prendre l'avantage. Cependant, cela ne s'est pas produit. Bien qu'ils aient pris la majorité à la Chambre des représentants, il semble que les chiffres auraient pu être bien meilleurs.

Paul Craig Roberts, dans sa réaction à l'élection, a noté que "de nombreux éléments indiquent que beaucoup de choses ne vont pas dans le décompte des voix. Les sondages montrent que le taux d'approbation de Biden n'est que de 36 % et que la grande majorité des Américains ne veulent pas que Biden se représente dans deux ans. Alors, comment cette préférence s'aligne-t-elle sur le décompte des votes de mardi ?

Considérez également le mécontentement du public: une criminalité record, une inflation record avec des prix élevés pour la nourriture et l'essence, des taux d'intérêt en hausse et des coûts de logement en baisse, une immigration illégale massive, un traitement idéologique forcé des écoliers avec la théorie du transgenre et la théorie raciale critique, les mandats de vaccination Covid de Biden qui ont entraîné des lésions, des décès et la destruction de carrières, la quarantaine de Biden pour le Covid qui a détruit des entreprises, des emplois, des chaînes d'approvisionnement et augmenté les prix, les sanctions "russes" de Biden qui ont perturbé l'approvisionnement en énergie et augmenté les prix sur tout. Compte tenu de tout ce mécontentement, comment Fetterman, qui a subi une attaque cérébrale et a des problèmes d'élocution, et qui veut libérer les criminels de prison, a-t-il pu obtenir un siège au Sénat américain de Pennsylvanie ?

npr.brightspotcdn.jpg

Enfin, considérez les machines à voter Diebold qui sont tombées en panne dans le New Jersey, en Arizona et au Texas, et le rapport de Gateway Pundit selon lequel à Detroit, dans le Michigan, les bulletins de vote ont été livrés par la porte arrière aux premières heures du mercredi matin, bien après le délai légal.

Maintenant, demandez-vous ce qui est pire : une élection américaine volée ou un électorat américain si peu concerné qu'il a laissé au pouvoir un parti politique qui conduit à la guerre avec la Russie et la Chine, qui déteste et persécute les Blancs, qui a politisé le FBI et le ministère de la Justice pour en faire une Gestapo au service du pouvoir démocratique, qui croit fermement que les parents traitent mal leurs enfants et ne devraient pas avoir leur mot à dire dans leur éducation (lavage de cerveau), cette diabolisation de la normalité et cette normalisation de la perversité, tout cela. .. Je pourrais continuer encore et encore. Les électeurs ont eu la possibilité d'exprimer leur désaccord, mais selon le vote, ils ne l'ont pas fait. Si le décompte des voix était équitable, la conclusion est que nous devrions radier le peuple américain en tant que créatures trop stupides pour survivre en tant que peuple libre. C'est pourquoi je préfère croire que l'élection a été volée une nouvelle fois" [viii].

Bien sûr, la fraude électorale aux États-Unis n'est pas nouvelle. En général, comme l'ont montré les élections de la dernière décennie, le système électoral lui-même est plutôt imparfait et présente un certain nombre de vulnérabilités. Mais si en 2020. Donald Trump a enfreint la règle générale de contestation du vote, ce qui a conduit ses partisans à prendre le contrôle du Capitole et à ouvrir de nombreuses affaires criminelles. Cette fois, personne ne semble disposé à prendre des mesures drastiques. Les cas les plus médiatisés où l'on doute de l'authenticité des résultats des élections sont susceptibles d'être contestés devant les tribunaux.

Outre ce problème, l'élection a démontré un manque d'unité parmi les républicains, ce qui pourrait rendre difficile leur travail au Congrès et la consolidation de leurs efforts avec les autorités exécutives sur le terrain contrôlées par leurs partisans.

La manifestation la plus claire de ces querelles internes est la déclaration plutôt dure de l'ancien président Donald Trump au gouverneur de la Floride. Ron Desantis a remporté une victoire convaincante lors de l'élection du gouverneur, mais Trump ne s'est pas contenté de le qualifier de "républicain moyen", il l'a même insulté (en le traitant de Ron Desantimonious) et l'a qualifié de marionnette que les conservateurs de l'establishment utilisent contre lui et tout le mouvement MAGA (Make America Great Again). Ce faisant, l'ancien président a attribué sa victoire au fait qu'il était celui qui l'avait soutenu lors des primaires de mi-mandat de 2018, affirmant que le gouverneur aurait échoué politiquement sans son soutien [ix].

Cela laisse entrevoir la possibilité d'une plus grande polarisation du public et d'une fragmentation du parti (les démocrates ont également différentes factions et des points de vue divergents sur un certain nombre de questions). Joe Biden ayant confirmé son intention de se présenter aux élections de 2024, c'est maintenant aux républicains de réagir. Bien qu'il reste encore beaucoup de temps pour que les démocrates choisissent une autre figure et la reconnaissent comme leader unifié dans les caucus du parti.

Notes:

 

vendredi, 18 novembre 2022

Argentine: observations sur les politiciens qui peuvent se présenter à la présidence

istockphoto-92226347-612x612.jpg

Argentine: observations sur les politiciens qui peuvent se présenter à la présidence

Par Enric Ravello Barber

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/11/argentina-ori...

Après l'échec du référendum constitutionnel au Chili, l'élection de la gauche en Colombie et la victoire étriquée de Lula au Brésil, l'Amérique du Sud connaîtra une autre élection importante en 2023.

L'Argentine élira son président en novembre, mais on ne sait pas encore qui sera le candidat de chacun des principaux partis politiques. Si les élections de l'ODEPA (1) ont lieu en mai prochain, il est très probable que cette question sera réglée. Nous détaillons ci-dessous les positions de chacun de ces blocs et leur orientation internationale respective. Entre parenthèses, nous incluons leurs intentions de vote moyennes selon les différents sondages.

Frente_de_Izquierda_y_de_los_Trabajadores_Unidad.png

Gauche et Front des travailleurs, 5-6 %. Le parti a obtenu de bons résultats aux élections du PASO de 2021, notamment dans la province de Jujuy, frontalière de la Bolivie et l'une des plus pauvres du pays. Quel que soit leur candidat aux élections présidentielles de 2023, ils n'ont aucune chance d'atteindre le second tour; leur aspiration est de dépasser le seuil de 1,5 % fixé par la loi argentine pour le remboursement, ce qui semble pour l'instant réalisable sans problème majeur.

La FIyT a déjà entamé le processus interne pour désigner son candidat à la présidence du pays. Leur nomination dépendra du pouvoir interne et des équilibres politiques au sein de la coalition formée par quatre partis: le Parti socialiste des travailleurs, le Parti des travailleurs, la Gauche socialiste et le Mouvement socialiste des travailleurs, tous d'idéologie trotskiste.

Le Front de tous/Frente de Todos (30-34%). Il s'agit de la coalition formée par le Parti justicialiste - le parti péroniste historique, aujourd'hui d'orientation de gauche - et le Front du renouveau du ministre de l'Économie, Sergio Massa, de tendance péroniste et centriste. Aujourd'hui, il existe trois figures de proue de ce Front.

Alberto Fernández. L'actuel président de la République a toujours été considéré comme un instrument de Cristina Kirchner (désormais Kristina), et lorsqu'il a essayé de mettre en œuvre sa propre ligne de conduite, il a été ignoré et désavoué par Kristina elle-même, qui, en tant que vice-présidente, est celle qui dicte réellement la politique du gouvernement. Il est très difficile pour lui d'être candidat à la réélection.

Alberto Fernández, sur les personnes arrêtées pour l'attentat contre Cristina: "Ils ont dit que j'étais le prochain"

alberto-fernandez-1407878.jpg

Sa situation judiciaire signifie que Kristina n'a presque aucune chance de se présenter à la présidence non plus. Le fait que le candidat du parti au pouvoir risque d'être battu est également un facteur, et de nombreux analystes pensent que Kristina ne veut pas assumer cette défaite, mais plutôt continuer à gérer le contrôle du parti et attendre sa chance en 2027, lorsqu'elle espère avoir réglé sa situation juridique.

Quant à sa ligne politique et internationale, nous pourrions dire que même au sein de sa mauvaise gestion, jusqu'en 2008-2009, Kristina a maintenu une ligne que l'on pourrait qualifier de "gauche nationale". Cette année-là, le limogeage de Moreno en tant que ministre de l'Économie et l'ascension politique d'Alex Kicillof ont marqué un profond changement qui l'a fait passer d'une certaine "gauche nationale" à un "mondialisme internationaliste", adoptant comme références idéologiques et stratégiques les points de l'Agenda 2030: LGTBI, mariage homosexuel, destruction morale de la société, "crise climatique".

Dans la sphère internationale, Kristina, peut-être comme un reflet presque inconscient du péronisme réel, maintient une position de distance et même de confrontation avec les États-Unis et leurs alliés: les fréquentes rencontres de Fernández avec Poutine et Xi Jinping vont dans ce sens.  Kristina s'est durement opposée à Israël au sujet de la responsabilité de l'attentat à la bombe contre l'AMIA (société juive) à Buenos Aires, un attentat qu'Israël impute à l'Iran, ce que Kristina dément, tout en mettant en garde contre le rôle du MOSSAD en Argentine. Kristina a éliminé des services secrets argentins tous les agents qu'elle considérait comme proches des renseignements israéliens, a ouvert une confrontation personnelle très dure avec Netanhayu, a annoncé sa visite en Espagne pour honorer le tombeau d'Isabelle la Catholique, cérémonie qui n'a finalement pas eu lieu. Récemment, selon les mêmes lignes politiques, Kristina a interdit l'apparition par vidéoconférence de Zelensky au Parlement argentin. Une position internationale claire. En Amérique du Sud, son gouvernement a salué les victoires de Boric au Chili et de Lula et continue à entretenir de bonnes relations avec le Venezuela, bien que moins intenses que sous Hugo Chávez.

Fa3vas1XwAEvH7o.jpg

Après l'attentat, Cristina Kirchner est réapparue sur les réseaux sociaux

Sergio Massa, actuel ministre de l'économie et homme fort du gouvernement. Son soutien politique provient d'un groupe de médias connu sous le nom de Grupo América, anciennement Grupo Vila Manzano. Il est également étroitement lié à la fondation de l'exilé cubain dans l'EEE, Mark Canosa. Grâce à ces groupes, il entretient d'excellentes relations aux États-Unis, notamment avec le parti démocrate, et nous pouvons affirmer qu'il est le candidat à la Maison rose qui entretient les meilleures relations avec Joe Biden.

Alors que sa nomination en juillet au poste de "super ministre" a dopé sa popularité et que son nom sonnait déjà comme celui d'un candidat officieux, ces derniers mois, sa popularité a chuté et sa force politique dépendra de la manière dont il gérera la situation économique compliquée de l'Argentine au cours des prochains mois. Il est le plus "centriste" des candidats actuellement envisagés par le Frente de Todos.

62eb12ce60b7f_360_480!.jpg

Sergio Massa répète un ajustement mais avec un soutien politique - El Cronista

Ensemble pour le changement/Juntos por el Cambio (38-42%). C'est la coalition d'opposition de centre-droit. Sa principale composante est le parti PRO (Propuesta Republicana) fondé par l'ex-président Macri, il comprend le parti historique de centre-gauche Union civique radicale, dont le premier président après la dictature militaire, Raúl Alfonsín, était membre, et un parti péroniste de centre-droit appelé Peronismo Republicano.

Il y a trois figures principales dans cette coalition et toutes trois ont une chance d'être le candidat présidentiel.

Les liens internationaux de Mauricio Macri sont marqués par la contradiction. Ses intérêts économiques personnels et familiaux sont liés à l'industrie automobile chinoise. Ses intérêts politiciens se tournent, eux, vers les États-Unis. Si, dans un premier temps, Macri a ouvertement soutenu Hillary Clinton en tant que candidate à la Maison Blanche, après la victoire de Trump, il a entamé un rapprochement avec cette dernière qui n'a jamais été aussi étroit que le président argentin le souhaitait. Il a récemment reçu le président du PP espagnol, Feijóo, à Buenos Aires, soulignant la vision commune en matière de politique internationale.

macri-R71E3wx4xiPsXCr70o1TCfM-1200x630@abc.jpg

Mauricio Macri : "Le populisme en Argentine est terminé. L'année prochaine, l'opposition gouvernera".

Patricia Bullrich.  Elle appartient à deux familles historiquement puissantes et riches d'Argentine. La famille Bullrich, des hommes d'affaires d'origine allemande établis en Argentine au début du 19ème siècle, et la famille Pueyrredón, une famille argentine historique d'origine hispano-française. Un nom de famille que l'on voit dans les rues des principales villes du pays de La Plata.

Élevée dans un environnement familial de la plus haute société, elle devient rapidement active sur le plan politique. Dans sa jeunesse, Patricia Bullrich était membre du groupe de guérilla péroniste et gauchiste dissident, les Montoneros. Dans la même organisation, elle faisait partie du groupe dirigé par son beau-frère Rodolfo Gallimberti, l'un des fondateurs de Montoneros, qui, au fil des ans, est devenu un homme d'affaires international et un agent de la CIA.

Son activité au sein de Montoneros l'a conduit en prison et en exil. Après sa libération, elle est retournée en politique et est devenue de plus en plus centriste, devenant ministre dans le gouvernement de la Rúa, pour finalement défendre un ultra-libéralisme de droite, ce qui est sa position actuelle.

Sur le plan international, Patricia Burllich représente le lien avec le parti républicain américain et surtout avec Israël, notamment par le biais de son mari actuel, Guillermo Yanco, juif-argentin, qui aurait fortement encouragé sa rapide ascension politique.

012-bullrich.jpg

Actualités | Les amours de Patricia Bullrich

Rodríguez Larreta. Il a commencé sa carrière politique au sein du parti Justicialiste (péroniste), qu'il a quitté en raison de son désaccord avec la direction de Kirchner. En 2005, il a été l'un des fondateurs de PRO avec Macri. Si nous avons dit que Massa était le candidat le plus "centriste" du parti au pouvoir, nous pouvons dire que Rodríguez Larreta est le candidat le moins "néolibéral" de l'opposition.

Ses bonnes performances en tant que maire (mayor est le mot utilisé en Argentine) de Buenos Aires jouent pour lui. Sous son mandat, la capitale de Buenos Aires a récupéré une grande partie de la sécurité perdue les années précédentes et a réalisé des gains indéniables en matière de propreté et d'entretien des bâtiments publics.

Rodríguez Larreta veut se présenter comme un homme politique "large", ce qui signifie accepter l'idéologie dominante et rechercher une relation stable avec les États-Unis ; on sait qu'il y a des années, il a payé pour se faire photographier avec Bill Clinton afin de renforcer son image politique.

Les analystes disent qu'il est aujourd'hui le candidat de l'opposition qui a le plus d'options, mais dans la politique argentine, il est toujours risqué de faire des prévisions à moyen terme.

0000509527.jpg

Larreta, Vidal et l'habitude de mentir - Diario Hoy Dans l'actualité

La Libertad progresse / La Libertad avanza  (18-20%). Plus qu'un parti, il s'agit de la plate-forme électorale d'un nouveau personnage qui a émergé dans la police argentine Javier Milei. Ancien membre du Forum économique mondial, Milei est défini comme étant de "droite libertaire", alors que lui-même aime se décrire comme "anarcho-capitaliste" et "libéral libertaire".  Son discours est fortement anti-gauche et anti-"progressiste". Milei est un showman avec un fort attrait médiatique, mais il ne dispose d'aucune structure de parti politique, sa croissance sera donc compromise à cet égard.

Milei aime faire des déclarations provocantes, comme la légalisation d'un marché d'organes humains, mais ce qui l'aide à se développer rapidement, c'est sa critique cinglante et radicale des politiciens argentins dans leur ensemble, qu'il décrit comme ineptes et corrompus. Jouant la carte du "ras-le-bol", Milei se développe, en particulier dans le soi-disant Cône Urbain de Buenos Aires, précisément la zone que Kristina considère comme son fief électoral, et cette avancée de Milei dans le Cône Urbain est l'un des facteurs qui pourraient déloger le Kirchnerisme du pouvoir. Curieusement, la population de ce Cône Urbain est celle qui reçoit le plus d'aides sociales et celle qui serait la plus mal lotie si les mesures ultra-libérales de Milei étaient appliquées, ce qui montre que la lassitude politique envers la classe argentine est d'un tel calibre qu'elle est au-dessus de l'intérêt personnel.

Le vote en faveur de Milei est à comprendre comme un vote de protestation, sans aucune chance d'accéder au pouvoir. C'est fort possible, mais dans les derniers sondages, il atteindrait les 20 % et serait en mesure d'accéder à un second tour, ce qui indique clairement la profonde crise de crédibilité de la classe politique argentine.

javier-milei-guzman-1175293.jpg

Javier Milei, le moins libéral des libertaires | Perfil

Sur le plan international, Milei a cherché une alliance avec Bolsonaro et le chilien Katz, qui ne s'est pas concrétisée, entre autres en raison de l'absence d'un véritable parti politique autour de Milei, qui pour l'instant s'affirme dans son rôle de showman médiatique, sans intention d'aller "plus loin". Il a récemment participé à l'événement organisé par VOX à Madrid, VIVA 22, où il a prononcé des phrases telles que: "La justice sociale est violente et injuste" et a invité à lutter contre "el zuderío" (l'expression utilisée en Argentine pour nommer la gauche de manière péjorative).    

Note:                                                                             

(1) https://www.lanacion.com.ar/economia/que-son-las-paso-y-por-que-podrian-no-hacerse-en-las-elecciones-de-2023-nid27102022/

jeudi, 10 novembre 2022

Élections américaines : implications pour le pays et le monde

1 gCwh5Uof8bQekmLTm-_rxw.png

Élections américaines : implications pour le pays et le monde

Source: https://katehon.com/ru/article/vybory-v-ssha-posledstviya-dlya-strany-i-mira

La faible performance des Républicains et la "toxicité" de la figure médiatique et diabolisée de Trump soulèvent des questions sur l'avenir de la candidature de celui-ci à la présidence du Parti républicain en 2024.

Les États-Unis ont tenu leurs traditionnelles élections de mi-mandat le 8 novembre. Les citoyens américains ont réélu la totalité de la Chambre des représentants (435 sièges) et un tiers (35 sur 100) des sénateurs. L'équilibre des pouvoirs au sein du corps législatif américain et d'une partie du système judiciaire (les nouveaux juges de la Cour suprême sont nommés par le président avec le consentement du Sénat) dépend du résultat des élections. Une victoire républicaine convaincante dans les deux chambres ferait du président démocrate Joe Biden un "canard boiteux" deux ans avant l'élection présidentielle. La mise en œuvre des politiques qu'il a promises serait pratiquement impossible avec ses adversaires contrôlant à la fois la Chambre et le Sénat. En outre, les Américains ont élu les gouverneurs de 36 États, de 3 dépendances et le maire du district fédéral de Columbia.

Résultats préliminaires

En date du 9 novembre 2022, les républicains ont réussi à remporter les élections pour la Chambre des représentants. La marge numérique est d'environ 20 voix, mais elle se réduit au fur et à mesure que le dépouillement progresse. Avant l'élection, les Démocrates avaient une avance de 8 voix.

Il y a toujours une parité dans la bataille pour le Sénat américain, avec des électeurs en Pennsylvanie, au Nevada, en Arizona, au Wisconsin et en Géorgie presque à moitié divisés. En Alaska, la course est serrée entre les deux candidats républicains au poste de sénateur : l'establishment, le néo-conservateur Liz Murkowski, et la candidate pro-Trump Kelly Tshibaka (photo).

210417211033-kelly-tshibaka-file-2019.jpg

Lors de l'élection du gouverneur, le parti démocrate a généralement renforcé sa position. Les républicains ont perdu au profit de leurs adversaires deux États de la côte atlantique: le Maryland et le Massachusetts. Dans le même temps, les deux partis ont conservé de grands États. Le parti démocrate a conservé le contrôle de la Californie, de New York, de la Pennsylvanie. Les Républicains contrôlent le Texas et la Floride. L'issue de l'élection en Arizona, un autre État qui pourrait changer le républicain au poste de gouverneur pour le démocrate, n'a pas été décidée : la lutte a été serrée entre le favori du vote populaire, un Trumpiste, Carey Lake, et la candidate démocrate, Kathleen Hobbs. Cette dernière a pris une avance inattendue.

L'ancien président américain Donald Trump a déjà appelé à des protestations. Il a déclaré que des obstacles artificiels au vote avaient été créés pour les électeurs républicains, en particulier dans les régions qui votent traditionnellement pour le parti républicain. En Arizona, par exemple, il y aurait eu des dysfonctionnements dans les machines à voter, notamment dans les districts républicains. Ainsi, de nombreux électeurs républicains qui se sont rendus aux urnes n'ont pas pu voter avant la fermeture des bureaux de vote.

Dans un autre État, la Pennsylvanie, il y avait une pénurie de bulletins de vote dans les bureaux de vote, mais un avantage artificiel a été créé pour les démocrates qui préfèrent le "vote par correspondance". Le candidat démocrate au Sénat, John Fetterman, et les membres de son parti qui contrôlent la branche exécutive de l'État insistent pour que les enveloppes de scrutin soient comptées même si elles ne portent pas de date de vote. C'est grâce à de tels votes par correspondance, invérifiables, que le démocrate Joe Biden a remporté l'élection présidentielle américaine de 2020. Aujourd'hui, le parti démocrate américain utilise à nouveau la même technique.

Implications pour les États-Unis

Le résultat des élections montre, tout d'abord, que la société américaine et les élites américaines restent polarisées. Une fois encore, il y a deux Amériques sur la carte électorale : l'Amérique "bleue" des démocrates - les grandes villes et les côtes du Pacifique et de l'Atlantique - et l'Amérique "rouge" du cœur territorial républicain.

Dans le même temps, sur fond de crise économique et énergétique, d'injection constante d'argent en Ukraine dans le conflit avec la Russie, conflit qui est assez impopulaire auprès de l'électorat, et de crise migratoire, les résultats de l'équipe de Joe Biden semblent bons.

Le résultat s'explique aussi par l'utilisation de mécanismes de manipulation des votes, par le contrôle des élites de gauche sur les médias et par la plus grande discipline du parti démocrate. À la veille des élections, les républicains ont dû se battre non seulement contre les démocrates, mais aussi entre eux. Grâce à une lutte sans compromis, Donald Trump a pu porter ses candidats contre la position de l'establishment. Cependant, ce sont les candidats de Trump - Mehmet Oz (photo - pour le poste de sénateur de Pennsylvanie), Cary Lake (pour le poste de gouverneur de l'Arizona), Blake Masters (pour le poste de sénateur de l'Arizona) - qui ont rencontré le plus de difficultés et de pression de la part du système administratif. En outre, il existe des tensions entre Trump et un autre prétendant à la direction informelle du parti, le gouverneur de Floride Ron Desantis.

mehmet-oz-gty-jc-211130_1638306513156_hpMain_1x1_992.jpg

D'autre part, il existe également des exemples de réussite pour les candidats de Trump. Par exemple, J.D. Vance - un protégé de Trump et du milliardaire Peter Thiel - connu pour avoir dit qu'"il ne se soucie pas de l'Ukraine", est devenu sénateur de l'Ohio malgré l'opposition des militants de la communauté ukrainienne, présente dans cet État.

Implications pour le monde

Le faible avantage des Républicains (et non pas la large marge à la Chambre des représentants qu'ils espéraient) n'est pas susceptible d'entraîner des changements sérieux dans les politiques intérieures et étrangères de l'administration de Joe Biden.

Très probablement, les Républicains et les Démocrates maintiendront la parité au Sénat, ou, même, les Démocrates pourraient gagner un léger avantage. Ceci, associé au contrôle des médias et aux divisions au sein des Républicains eux-mêmes, permettra à l'administration de Joe Biden de poursuivre ses politiques précédentes. Cela est particulièrement vrai sur le front de la politique étrangère et de la confrontation à la Russie et à la Chine, où seule une minorité (bien qu'active) de républicains ayant réussi à se faire élire au Congrès s'oppose au conflit avec Moscou, et presque personne n'est en faveur de relations amicales avec la RPC.

Le soutien monétaire et militaro-technique à l'Ukraine se poursuivra. Une augmentation du soutien américain à Taïwan est probable.

midterms-ron-desantis-peut-representer-une-nouvelle-generation-de-leader-republicain.jpg

La faible performance des républicains et la "toxicité" de la figure médiatique et diabolisée de Trump soulèvent des questions sur l'avenir de la candidature républicaine de celui-ci à la présidentielle de 2024. Il pourrait être remplacé par un gouverneur de Floride plus jeune, Ron Desantis (photo), qui a remporté les élections au poste de gouverneur le 8 novembre avec une marge de 20 %.

Ce dernier est tout aussi conservateur en matière de politique intérieure, mais il est jeune et énergique et donc plus attrayant pour les électeurs que le scandaleux et vieillissant Trump. Desantis adhère aux idées républicaines traditionnelles en matière de politique étrangère: être agressif, s'opposer à la Russie, soutenir l'Ukraine, combattre les régimes de gauche d'Amérique latine, avoir une rhétorique anti-chinoise, soutenir Israël au Moyen-Orient et combattre l'Iran. Dans l'ensemble, un candidat plus acceptable pour les sponsors républicains traditionnels que Trump.

dimanche, 06 novembre 2022

Leçons italiennes (II)

venice-2085864_1280-1024x768.jpg

Leçons italiennes (II)

par Georges FELTIN-TRACOL

La semaine dernière, la 48e chronique de votre vigie préférée traitait des élections parlementaires italiennes. Il faut y revenir tant la Péninsule apparaît plus que jamais comme un exceptionnel laboratoire socio-politique.

Force est d’abord de constater l’incroyable et vivace diversité des populismes italiens. Coexistent le populisme télévisuel berlusconien précurseur, le populisme « ethno-fiscal » de la Ligue du Nord, le populisme de la gauche radicale, surtout visible sur le terrain contre la ligne à grande vitesse Lyon – Turin, ainsi que le populisme tribunicien du Mouvement 5 Étoiles (M5S). Son nouveau chef politique, Giuseppe Conte, a mené une campagne schizophrénique puisqu’il a condamné la politique de Mario Draghi dont le gouvernement comptait des élus du M5S.

peppe-conte.jpg

Outre une défense vibrante du revenu de citoyenneté, Giuseppe Conte (photo) s’est aussi réclamé de l’action politique d’Emmanuel Macron ! Or, quelques mois auparavant, il refusait publiquement de choisir entre le président français sortant et Marine Le Pen. Penchant vers la Russie et, surtout, vers la Chine, le M5S souhaite la levée des sanctions économiques contre Moscou et milite en faveur de la paix et du désarmement en Europe orientale.

La proximité, théorique ou non, d’une formation politique avec une puissance étrangère n’est pas propre au non-parti de Beppe Grillo. C’est plutôt une constante de la vie politique italienne depuis la nuit du 25 juillet 1943. L’atlantisme dominant fait de l’Italie un État à la souveraineté limitée. Le 13 septembre dernier, le renseignement yankee lâchait une bombe médiatique en pleine campagne électorale. L’officine étatsunienne publiait son rapport sur les financements russes aux partis politiques d’une vingtaine d’États depuis 2014. Le M5S et la Lega qui a signé un partenariat avec Russie unie, auraient perçu la bagatelle de 300 millions d’euros de la part du Kremlin. Bien sûr, ce document contestable ne mentionne jamais – et pour cause ! - les montants mille fois supérieurs à cette somme distribuées à tous les partis politiques cosmopolites inféodés à Wall Street, à la City et à Hollywood. L’Europe est depuis 1945 une colonie étatsunienne qui s’est étendue vers l’Est à partir de 1991.

so-5b60205b66a4bdf638b04b76-ph0.jpg

Cette incroyable ingérence se double, le 16 septembre suivant, d’une longue conversation téléphonique entre le secrétaire d’État Anthony Blinken et Mario Draghi. Bien que confidentielle, la discussion s’est retrouvée dans la presse transalpine. On y apprend que Blinken prévient Draghi que la Maison Blanche pose son veto à la présence de Matteo Salvini (photo) dans un prochain gouvernement pour cause de « russolâtrie » supposée. Biden et sa clique auraient parfaitement pu voter à la place des Italiens… Proche des milieux conservateurs trumpistes et post-trumpistes, Giorgia Meloni n’a pas pris en compte l’avis des démocrates puisque Matteo Salvini est nommé vice-président du Conseil et ministre des Infrastructures tandis que son ancien chef de cabinet, Matteo Piantedosi, prend l’Intérieur. 

Ursula von der Leyen a menacé, pour sa part, les électeurs de représailles s’ils osaient mal voter. L’invasion sino-russe des instances d’un État italien évanescent relève d’un fantasme propre aux campagnes électorales. En revanche, les principaux partis agissent en vassaux de Bruxelles, de Berlin, de Londres et de Washington.

giorgia-meloni-5-choses-a-savoir-sur-la-femme-politique-italienne-d-extreme-droite.jpeg

Cent ans plus tard, l’histoire ne se répète pas. Le système médiatique occidental d’occupation mentale insiste par exemple sur le passé militant de Giorgia Meloni. Elle adhéra à 15 ans au Front de Jeunesse du MSI et, à 19 ans, continua à saluer l’action de Benito Mussolini. Entre-temps, elle devint une parlementaire reconnue, une ministre aguerrie et, depuis 2020, la présidente des Conservateurs et réformistes européens, cofondé par les tories britanniques avant le Brexit, et les Polonais de Droit et Justice. La charte fondatrice de ce groupe assume son engagement atlantiste et anti-fédéraliste au niveau continental. Fin août 2022, l’Allemand Manfred Weber, le président du PPE (Parti populaire européen), inféodé à la CDU et qui compte dans ses rangs Forza Italia, adoubait le programme de la coalition de droite italienne. Par ailleurs, en tant que principal parti d’opposition au gouvernement Draghi, les Frères d’Italie ont désigné l’un des leurs, Adolfo Urso, pour présider la COPASIR (Commission parlementaire pour la sécurité de la République) qui supervise les services secrets. Par sa fonction, Adolfo Urso (photo), désormais ministre des Entreprises et du « Made in Italy » (sic !), a ainsi rencontré maints responsables des cénacles de renseignement occidentaux.

8587541_medium-kNfE-U3380607975111O2E-656x492@Corriere-Web-Sezioni.jpg

Il ne faut pas oublier que Giorgia Meloni a suivi son mentor, Gianfranco Fini, dans la transformation du MSI en Alliance nationale, puis dans la fusion de cette dernière dans le grand parti libéral-berlusconien Peuple de la Liberté. Les reniements successifs de Gianfranco Fini ont finalement incité Giorgia Meloni à quitter avec d’autres anciens missinistes la formation fourre-tout de Silvio Berlusconi pour fonder Fratelli d’Italia. Dans la « Chronique hebdomadaire du Village planétaire » du 10 juin 2020 présente dans L’Actualité à la hache. Se déconfiner du prêt-à-penser (Éditions du Lore, octobre 2021, 28 €), votre serviteur écrivait déjà à propos de la « grande sœur des Italiens » que « contrairement à Salvini qui navigue à vue entre l’illibéralisme pro-russe et un populisme pro-israélien, Giorgia Meloni campe sur des positions atlantistes et occidentalistes claires et tranchées. Dans la foire d’empoigne qui oppose le démocrate Nicola Zingaretti, Renzi, les grillinistes Di Maio et Conte, et Salvini, elle se contente d’avancer, tranquillement et patiemment, vers le palais Chigi. Il est donc possible que, dans les prochaines années, Giorgia Meloni soit la première femme nommée à la présidence du Conseil des ministres de la République italienne (pp. 393 – 394) ».

Outre un euratlantisme assumé, perceptible au sujet de l’aide militaire occidentale apportée à l’Ukraine, Giorgia Meloni affiche un centralisme certain. L’excellent blogue de Lionel Baland rapporte, à la date du 12 août 2022, ses propos critiquant la minorité germanophone du Tyrol du Sud – Trentin – Haut-Adige. « Si les Sud-Tyroliens ne veulent pas se sentir italiens, qu’ils émigrent en Autriche; s’ils n’aiment pas le tricolore italien, alors ils n’ont pas besoin des milliards d’euros avec lesquels l’État italien finance l’autonomie. » À l’instar des Démocrates de Suède dont les députés européens siègent dans le même groupe que Fratelli d’Italia à Strasbourg - Bruxelles, et qui insultent les Sami, l’ultime peuple indigène d’Europe installé en Laponie depuis quelques millénaires, Giorgia Meloni semble ne pas apprécier les petites communautés ethniques natives sur leurs terres ancestrales. Un Tyrolien du Sud est évidemment chez lui dans la région autonome du Trentin – Haut-Adige – Tyrol du Sud. Le système d’autonomie qui s’y applique est l’un des plus remarquables qui puisse exister en Europe.

IMG_1781.jpg

Faut-il craindre pour la pérennité des peuples francophone, welsche et ladin du Val d’Aoste ? Par sa tradition subsidiariste, la Ligue du Nord est plus apte à accepter cette diversité ethno-culturelle inhérente à l’esprit européen qui contredit le mirage uniformisateur mortifère de l’État-nation. Porteuse d’une certaine idée de l’Empire, l’Italie se doit de composer avec la pluralité originelle des composantes populaires albo-européennes enracinées sur son sol depuis tant de générations.

Enfin, Giorgia Meloni doit prendre en compte les demandes de ses alliés berlusconiens et liguistes désavoués dans les urnes, ce qui les rend guère gérables à moyen terme. Derrière les sourires photographiques, les tensions sont déjà vives entre Meloni, Salvini et Berlusconi, furieux et dépités de ne plus gouverner. De nombreux désaccords conjoncturels et programmatiques traversent l’alliance de centre-droit. Le 13 octobre dernier, lors de la session inaugurale du Sénat, les sénateurs Forza Italia ne votent pas en faveur du candidat de la coalition, Ignazio La Russa (photo), le premier président de Fratelli d’Italia. L’ancien ministre de la Défense, connu pour ses collections autour du Duce, devient le deuxième personnage de l’État, en tant que président du Sénat, grâce à dix-sept voix venues des oppositions. Les soupçons se portent aussitôt vers Italia viva de Matteo Renzi.

arton130700.jpg

La majorité obtenue tant à la Chambre des députés qu’au Sénat ne signifie pas la fin de l’instabilité gouvernementale. Il est envisageable que le gouvernement de Giorgia Meloni ne soit que le premier de cette nouvelle législature. Les jeux politiciens contribuent à l’effacement structurelle de la puissance régalienne italienne. 

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 49, mise en ligne le 1er novembre 2022 sur Radio Méridien Zéro.

samedi, 29 octobre 2022

Leçons italiennes (I)

siena-4677913_1920-1024x730.jpg

Leçons italiennes (I)

par Georges FELTIN-TRACOL

Le 25 septembre dernier, quelques mois avant l’échéance prévue pour le printemps 2023, les Italiens renouvelaient la Chambre des députés et le Sénat de la République. Fin juillet, constatant l’absence de soutien effectif d’une partie du Mouvement 5 Étoiles (M5S), de Forza Italia de Silvio Berlusconi et de la Ligue de Matteo Salvini au gouvernement de Mario Draghi, le président de la République Sergio Mattarella dissolvait les deux assemblées.

La constitution italienne du 22 décembre 1947 établit un régime parlementaire dans lequel le bicaméralisme est parfaitement égalitaire. Chambre des députés et Sénat disposent des mêmes prérogatives constitutionnelles dont celle de renverser le gouvernement. À cette première particularité s’ajoute un mode de scrutin désormais identique. Le Rosatellum adopté en 2017 distingue trois huitièmes des sièges élus au scrutin majoritaire uninominal à un seul tour dans de vastes circonscriptions nommées « collèges » des cinq huitièmes des sièges restant élus au scrutin proportionnel de liste. Contrairement aux électeurs allemands qui disposent de deux bulletins, les Italiens doivent choisir entre les candidats des collèges et les listes proposées. Si la loi électorale permet la multiplicité des candidatures dans différents collèges, le Rosatellum favorise surtout les ententes partisanes qui peuvent remporter la majorité absolue des sièges si une coalition franchit 40 % des suffrages.

Longtemps, les parlementaires italiens furent pléthoriques. En avril 2020, après bien des négociations, un référendum adopte une révision constitutionnelle. Outre une égalité complète accordée aux électeurs et aux candidatures tant à la Chambre des députés qu’au Sénat si bien que les deux assemblées sont pleinement redondantes, la principale mesure réduit le nombre de sénateurs et de députés. La Chambre des députés compte dorénavant 400 membres et le Sénat 200 (plus les sénateurs nommés à vie et les anciens chefs de l’État).

1e6d40f_1644064160179-senat-0.jpg

Malgré une abstention élevée (36,09 %), ce qui demeure faible par rapport à l’abstention notée aux législatives françaises de juin dernier (53,13 % en moyenne), ces élections anticipées modifient une nouvelle fois le paysage politique de la Péninsule. En 2018, quatre cartels électoraux dépassaient le million de suffrages. Conduit par le liguiste Salvini, le centre-droit récoltait 12.164.732 voix. Le M5S obtenait 10.743.566 suffrages. L’alliance de centre-gauche de l’ancien président du Conseil Matteo Renzi recueillait 7.512.243 votes. Enfin, le mouvement d’extrême gauche éco-sociétal Libres et Égaux de Pietro Grasso ramassait 1.114.799 voix.

Cette année, la coalition de centre-gauche d’Enrico Letta réunissant le Parti démocratique, Plus d’Europe d’Emma Bonino, Engagement civique – Centre démocratique de Luigi Di Maio et l’Alliance verte et gauche, réunit 7.337.624 suffrages, soit une déperdition de 174.619 voix. Ce déclin de la gauche de gouvernement résulte d’une double concurrence surgie sur ses flancs. À sa droite a émergé avec 2.186.658 voix, issu des catégories sociales supérieures urbanisées, un « troisième pôle » qui regroupe Action de l’ancien ministre de l’Économie, Carlo Calenda, et Italia viva de Matteo Renzi, deux personnalités en rupture avec leur ancienne famille politique et qui rêvent d’importer en Italie le macronisme. À gauche du Parti démocratique, ce lointain héritier du Parti communiste italien et des courants de gauche de la démocratie chrétienne, résiste le M5S de l’ancien président du Conseil Giuseppe Conte. Certes, en quatre ans, le non-parti fondé par Beppe Grillo a perdu 6.409.818 électeurs pour ne réaliser que 4.333.748 voix. Se posant en « avocat du peuple » et en « porte-parole des plus pauvres », Giuseppe Conte a axé sa campagne sur le maintien et la généralisation du revenu de citoyenneté, l’équivalent du RSA, et d’autres aides étatiques. Grâce à une campagne populiste au sens plébéien du terme, le M5S confirme sa solide implantation dans la Botte et le Mezzogiorno au point que les commentateurs la qualifient de « Ligue du Sud » ou de « syndicat du Midi»…

Les dissidences du grillinisme, l’extrême gauche et les autres forces de la droite radicale demeurent inaudibles. Scission du M5S, Engagement civique ne récolte que 0,58 % et perd tous ses élus. Malgré la venue de Jean-Luc Mélenchon, l’Union populaire de Liugi de Magistris tourne autour de 1,19 %. Signalons qu’Italie souveraine et populaire de Marco Rizzi fait environ 1,20 %.  Opposé aux vaccins covidiens, à la 5 G, aux OGM et à l’immigration extra-européenne, le mouvement Vita de Sara Cunial, ne réalise que 0,72 %. Quant à Italexit lancé par un exclu du M5S, Gianluigi Paragone, qui comptait parmi ses candidats des militants de CasaPound, il stagne à 1,90 %.

sara-cunial-movimento-vita.png

En augmentation de 134.916 voix, le centre-droit, soit l’union électorale de Forza italia, de la Ligue, de Frères d’Italie et des centristes démocrates-chrétiens de Nous, Modérés, attire 12.299.648 suffrages. En son sein, avec près de 26 %, Frères d’Italie de Giorgia Meloni arrivent en tête tandis que la Ligue et Forza Italia s’effondrent, passant respectivement - par rapport à 2018 - de 17,36 % et de 14,04 % à 8,77 % et 8,11 %.

La victoire de Giorgia Meloni signifie-t-elle le succès de l’union des droites comme le pensent certains Français ? Pour paraphraser Pascal, « vérité en deçà des Alpes, erreur au delà ». Dès 1994, les libéraux de Forza Italia, les régionalistes – autonomistes – indépendantistes de la Ligue et les néo-fascistes du MSI coopèrent dans le premier gouvernement de Silvio Berlusconi. En dépit de profonds désaccords et des tensions internes permanentes, le centre-droit a pris en trois décennies l’habitude de se coordonner et de se présenter uni aux élections nationales. Le « cordon sanitaire » et le « plafond de verre » n’existent pas en Italie !

Par ailleurs, Forza Italia, la Lega et Fratelli d’Italia ont déjà une longue et ancienne pratique gouvernementale tant au niveau de l’État que dans les régions, les provinces (soit les départements) et dans les communes. Les inévitables divergences n’empêchent pas des alliances ponctuelles. Une telle configuration en France s’avère impossible entre le RN, les Républicains et Reconquête !. Les Républicains sont tiraillés entre un accord, implicite ou non, avec le macronisme, quitte à heurter le centre-droit macronien d’Édouard Philippe, et une opposition plus ou moins affirmée elle-même divisée entre Xavier Bertrand, Bruno Retailleau, Éric Ciotti et Laurent Wauquiez. Tous lorgnent avec gourmandise sur le « bas de laine » électoral constitué par le marinisme sans comprendre que l’hégémonie chiraco-sarkozyste est définitivement révolue.

Les profondes animosités au sein des droites françaises écartent tout scénario à l’italienne d’union des droites. En revanche, si se poursuivent et s’amplifient les délires wokistes, écolo-sectaires et islamo-gauchistes au risque d’agacer l’électorat populaire autochtone albo-européen, il devient envisageable que s’opère face à l’arrogance macronienne une union nationale du peuple.  

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 48, mise en ligne le 25 octobre 2022 sur Radio Méridien Zéro.

vendredi, 16 septembre 2022

La Suède détruit le cauchemar social-démocrate

41b7ffd6-5d6c-4423-97eb-f0cdc9e28623.jpg

La Suède détruit le cauchemar social-démocrate

par Enric Ravello

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/09/suecia-destruye-la-pesadilla.html

Magdalena Andersson, Premier ministre suédois, démissionne après les résultats des élections législatives suédoises. La cause n'est pas le résultat de son parti, qui reste le premier parti du pays avec 30% (+2%), mais l'échec de sa coalition gouvernementale de gauche, qui se retrouve derrière le bloc droite+nationalistes, laquelle, avec 176 sièges, a la majorité absolue et la possibilité de former un gouvernement.

C'est le signe indubitable de l'échec du modèle social-démocrate qui, depuis les années 1970, s'est acharné à détruire la société suédoise et à la transformer en un cauchemar multiculturel (1).

Ces résultats ouvrent un processus de négociations. Étant donné que la majorité absolue est détenue par le bloc droite+nationalistes et que le résultat des élections reflète un rejet clair des politiques sociales-démocrates, il y a deux options et deux questions.

La première option - la plus logique - serait que Jimmie Akesson, leader des Démocrates suédois (SD), qui a remporté 21% des voix et est la force la plus  représentative du bloc de droite en nombre de voix, soit à la tête du nouveau gouvernement. La deuxième option serait pour le leader du deuxième parti de droite, Ulf Kristersson des Modérés (17%), qui a subi lors de ces élections le raz-de-marée dans le bloc de droite en faveur des "Démocrates Suédois" (SD). 

Pour savoir quelle option sera la dernière, il faut se poser deux questions: Akesson exigera-t-il d'être le nouveau Premier ministre? Le reste des partis de droite, libéraux, modérés et conservateurs, continuera-t-il à appliquer un cordon sanitaire contre ce qu'il est convenu, dans les médias mainstream, d'appeler l'"extrême droite", soit les SD ? Les chrétiens-démocrates sont les plus réticents à l'idée de le faire, des rumeurs indiquant qu'ils pourraient même soutenir un gouvernement social-démocrate si les SD n'arrivent pas au pouvoir.

Les négociations s'annoncent longues et intenses, et M. Akesson a fait des déclarations initiales en toute franchise et dans un esprit constructif, mais sans encore arrêter une position concrète:

"Deuxièmement, le peuple suédois a voté pour un changement de pouvoir. Les succès électoraux, tant pour le camp bleu-jaune que pour notre parti, impliquent une grande responsabilité envers les électeurs, et nous assumerons cette responsabilité de la meilleure façon possible et avec le plus grand respect. Il faut maintenant en finir avec la politique social-démocrate ratée qui, depuis huit ans, continue de mener le pays dans la mauvaise direction. Il est temps de commencer à reconstruire la sécurité, le bien-être et la cohésion. Il est temps de faire passer la Suède en premier. Les Démocrates suédois seront une force constructive et motrice dans ce travail".

19327935056_b197fc5b81_b.jpg

Un processus commence maintenant pour pouvoir définir en détail comment l'équipe gagnante sera structurée et c'est un processus qui prendra le temps qu'il faut, tout cela afin de construire un nouveau gouvernement stable à long terme.

La formule du succès des SD est simple: être le seul parti qui ose pointer du doigt les conséquences désastreuses de l'immigration de masse, telles l'insécurité, la criminalité, le taux de viols élevés et le radicalisme islamique dans un pays où la gauche et la droite traditionnelle n'osaient pas dire un mot critique. Cette formule, associée à un processus interne de modération des formules, a fait passer les SD de 0,1 % en 1991 à 21 % aux dernières élections aujourd'hui.

Autres parties et tendances futures

Dans la section sur les autres partis, avec 1,4 % des voix, deux partis se distinguent par leurs positions et leurs positions antithétiques.

Le premier est Alternative pour la Suède (0,28%), une dissidence des SD, qui préconise une révision de tous les processus de légalisation et de naturalisation des immigrants et leur rapatriement. Si le vote anti-immigration s'est concentré sur les SD, le discours d'AfS augmente son soutien dans l'opinion publique suédoise. Dans une situation de radicalisation sur l'immigration, l'avenir dira si les SD durciront leurs discours ou si l'AfS parviendra à se développer au sein de l'électorat identitaire suédois. Beaucoup dépendra des performances des SD au cours des quatre prochaines années.

L'autre formation est le parti islamiste Nyans (0,44%) qui obtient des résultats compris entre 20 et 25% dans les banlieues de Stockholm et de Malmö.  Nyans a été fondé récemment et est soutenu financièrement et logistiquement par le gouvernement turc (2). Sa croissance est due à une tendance claire: les immigrants musulmans, qui sont de plus en plus nombreux, se sentent politiquement et démographiquement plus forts et votent déjà directement pour leurs propres partis, délaissant les partis de gauche, qui recevaient traditionnellement leurs votes comme acquis ; la croissance des Nyans se fait aux dépens des sociaux-démocrates et des autres partis de gauche. C'est le vote ethno-religieux qui va changer la carte politique européenne. Aux Pays-Bas, DENK, un parti présentant les mêmes caractéristiques est déjà présent au Parlement néerlandais.

Notes:

1) https://www.enricravellobarber.eu/2021/06/rinkeby-como-paradigma-del-fracaso.html#.YyRNxLTP2Uk

2) https://www.enricravellobarber.eu/2021/06/nuevo-partido-musulman-en-suecia-apela.html#.YyRNf7TP2Uk

 

samedi, 04 juin 2022

Salmigondis macronien

8-juillet-2020-le-en-meme-temps-macronien.jpg

Salmigondis macronien

par Georges FELTIN-TRACOL

Le 24 avril dernier, à 20 h 01, une fois annoncée la réélection d’Emmanuel Macron commençait la bataille pour sa succession prévue en 2027. En révisant en 2008 la Constitution, Nicolas Sarközy, l’esprit tourné vers le funeste modèle des États-Unis, imposa la limitation de deux mandats présidentiels consécutifs. Sans cette interdiction institutionnelle, vu son âge, « Manu » aurait pu briguer un troisième, voire un quatrième mandat…

Cette absurdité institutionnelle aiguise déjà l’appétit de certaines figures de la Macronie d’autant que les élections législatives des 12 et 19 juin prochains montrent que les alliés du chef de l’État réélu représentent, avec leurs formations politiques respectives, un ensemble disparate.

Centrisme contre-populiste, le macronisme s’étend sur tous les champs du spectre politique, du communiste Robert Hue à une soi-disant « extrême droite » incarnée par le maire de Béziers, Robert Ménard, en passant par la sociale-démocratie, l’écologisme, le radicalisme, la démocratie chrétienne et la pseudo-droite libérale – sécuritaire. Autour de La République en marche devenue Renaissance, du MoDem (Mouvement démocrate) et du Parti radical gravitent une composante libérale-bankstériste (Horizons d’Édouard Philippe et Agir – La droite constructive de Franck Riester), une faction écologiste (En commun), un courant sociétaliste divisé en Territoires de progrès et en Fédération progressiste, et même une aile souverainiste avec Refondation républicaine de Jean-Pierre Chevènement. Chacune de ces composantes à l’audience groupusculaire se prépare à l’échéance cruciale de 2027.

La diversité des sensibilités ne s’arrête pas aux partis; elle concerne aussi des individus. Quoi de commun en effet entre Pap Ndiaye, le nouveau ministre wokiste de la (ré)éducation nationale, et Manuel Valls, candidat dans la circonscription des Français expatriés au Portugal, en Espagne, en Andorre et à Monaco, si ce n’est qu’une forte attachement au cosmopolitisme ? Les commentateurs remarquent la défaveur des laïcards du Printemps républicain. Dans un duel post mortem, Olivier Ferrand de Terra Nova l’emporte finalement sur Laurent Bouvet...

En nommant à Matignon une terne technocrate sans changer pour l’heure de secrétaire général de l’Élysée, Emmanuel Macron veut aussi neutraliser les rivalités naissantes entre des candidats putatifs. Il est vrai qu’un second mandat est toujours très compliqué. Réélu en 1965, Charles De Gaulle assiste à l’affrontement croissant entre Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing. Réélu en 1988, François Mitterrand prononce la dissolution de l’Assemblée nationale choisie en 1986. Les élections législatives de juin 1988 lui donnent une majorité relative. Son quatrième premier ministre, le socialiste Michel Rocard, doit au gré des projets de loi s’appuyer tantôt sur les communistes, tantôt sur les centristes. Il use et abuse par conséquent de l’article 49 – 3. Fait impensable depuis la révision de 2008 qui en limite l’usage. Par ailleurs, François Mitterrand contemple le naufrage de son courant en 1990 au congrès du PS à Rennes. Le mitterrandisme explose, miné par la féroce rivalité entre Laurent Fabius et Lionel Jospin. Réélu en 2002 après la « Quinzaine de la haine », Jacques Chirac n’arrive pas à entraver la montée en puissance de Nicolas Sarközy aux dépens de ses poulains Alain Juppé et Dominique Galouzeau de Villepin. On se souvient que, ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarközy encourage la fronde des étudiants et des lycéens contre le contrat première embauche (CPE) en 2006 afin de mieux saper l’autorité de Villepin, son propre chef du gouvernement et potentiel présidentiable.

2011_sauveur.jpg

À cinq ans de la fin prévue du second mandat macronien, qui lorgnent déjà sur la présidence de la République ? Malgré un âge certain, il y a François Bayrou qui n’a jamais renoncé à accéder un jour à la magistrature suprême. Il aimerait surtout ne plus être un « faiseur » de président. Fondateur et président d’Horizons, l’ancien premier ministre Édouard Philippe enregistre dans les enquêtes d’opinion une forte popularité. Étrange pour quelqu’un qui a tant martyrisé la France périphérique et appliqué avec une absence de bon sens la tyrannie covidienne. Très discret, le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a supervisé en tant que principal responsable de la coalition présidentielle  Ensemble ! l’investiture des candidats aux législatives. C’est un poids lourd qui va compter. Candidat malheureux (2,38 %) à la primaire de la                       « droite » et du centre en 2016, Bruno Le Maire y pense sûrement tous les matins. Deuxième personnage du nouveau gouvernement, il conserve le ministère de l’Économie et en fait son fief à l’instar de Giscard d’Estaing, secrétaire d’État aux Finances de 1959 à 1962, puis ministre de l’Économie et des Finances de 1962 à 1966, et de 1969 à 1974, soit douze ans en deux fois, rue de Rivoli, l’ancienne adresse de ce ministère avant le déménagement à Bercy. Enfin, n’oublions pas l’« homme qui dissout plus vite que son ombre » : Gérald Moussa Darmanin. Ce fidèle sarközyste suit le même parcours que son triste mentor (le budget pour l’un, les comptes publics pour l’autre avant d’investir le ministère de l’Intérieur). Sa reconduction l’incite à penser à d’autres étapes plus prometteuses.

Ces ambitions navrent des macroniens qui aimeraient les circonvenir en organisant un parti unique et un seul groupe au Palais-Bourbon. Bien que ne s’appréciant guère, Édouard Philippe et François Bayrou s’unissent un instant et douchent immédiatement toute intention unitaire. Pas question d’imiter l’UMP de Jacques Chirac ! Cette profusion de micro-partis et de pré-candidats présidentiels démontre que le macronisme n’est pas une pensée politique structurée. Ce n’est qu’un opportunisme politico-électoral circonstanciel.

L’actuel locataire de l’Élysée doit donc s’attendre à un quinquennat compliqué et peut-être plus agité encore que le précédent. Pour reprendre une expression en cours aux États-Unis, il sera bientôt un « canard boiteux », c’est-à-dire un président sans plus aucune influence politique déterminante. Qu’il y ait donc un grand désordre à venir chez les macroniens ne peut être qu’une grande satisfaction publique ! 

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 35, mise en ligne le 31 mai 2022 sur Radio Méridien Zéro.

samedi, 21 mai 2022

Contre-sens irlandais

Unity_flag_mockup__56380.1627658416.png

Contre-sens irlandais

par Georges FELTIN-TRACOL

Le jeudi 5 mai 2022, en même temps que les élections locales en Angleterre, en Écosse et au Pays de Galles, les électeurs renouvelaient les 90 sièges de l’Assemblée d’Irlande du Nord. Cette institution constitue un rouage essentiel dans la pacification des esprits après trente ans de conflit (1968 - 1998). Au cours de ces trois décennies d’agitations et d’oppression de la communauté catholique, l’Ulster devint un terrain fertile d’application des stratégies militaires de maintien de l’ordre.

Les troubles cessèrent avec les « Accords du Vendredi Saint » signés le 10 avril 1998 à l’initiative du Premier ministre britannique, le travailliste Anthony Blair. Aidé de son homologue de la République d’Irlande, il força les protestants loyalistes et les républicains catholiques à se partager le pouvoir. L’Assemblée d’Irlande du Nord investit, approuve les actes et contrôle un gouvernement territorial bicéphale. Représentant chacun leur communauté confessionnelle, le Premier ministre et le vice-Premier ministre disposent des mêmes prérogatives. Depuis un quart de siècle, un protestant détient la première fonction et un catholique la seconde. En 2006, l’Accord de Saint-Andrews provoqua une séisme politique : les ennemis jurés du DUP (Parti unioniste démocratique) et du Sinn Féin (« Nous mêmes ») décidèrent de coopérer. Cette parité confessionnelle procède d’abord des accords de 1998, puis ensuite du mode de scrutin qui combine la proportionnelle et le scrutin majoritaire uninominal à un tour. Le « système de Hare » impose le scrutin à vote unique transférable. Les électeurs classent selon leur préférence tous les candidats. Ceux qui recueillent le moins de suffrages sont écartés et leurs votes sont attribués aux autres candidats. Certes, bien plus long, le dépouillement est fastidieux. Il donne cependant une chambre assez représentative.

AP22127555060660_1.jpg

Il est probable que le prochain Premier ministre d’Irlande du Nord soit une catholique, à savoir la vice-présidente du Sinn Féin Michelle O’Neill. Une grande première ! En effet, avec 29 %, soit un point de plus, le Sinn Féin obtient 27 sièges. Le DUP n’en remporte que 25, ne fait que 21,4 % et perd 6,7 points. Une partie non négligeable de son électorat a privilégié la TUV (Voix unioniste traditionnelle) qui passe en cinq ans de 20 523 votes à 65 788, soit 7,6 % et un gain de cinq points. La TUV n’a toutefois qu’un seul élu. Les formations modérées, parrains des accords du Vendredi Saint conclus sous l’égide de l’Union pseudo-européenne, reculent encore. Avec neuf sièges, le Parti unioniste d’Ulster obtient 11,1 % et perd près de deux points. Le Parti social-démocrate et travailliste maintient ses 8 sièges malgré une régression de 2,9 points (9 %). Mouvement populiste d’extrême gauche, « Le peuple avant le profit », réunit 1,15 % et garde son unique siège. En revanche, l’Alliance qui rejette le critère structurant conflictuel entre catholiques  et protestants réalise 13,5 %, soit 4,5 points de plus et remporte 17 sièges. Ce succès traduit la lassitude des nouvelles générations qui n’adhèrent plus aux clivages religieux. Il s’explique aussi par l’apparition d’Irlandais d’origine immigrée souvent musulmans. Ces deux données sont à prendre en considération pour les décennies à venir.

Il ne faut pas se réjouir de cette élection. Longtemps vitrine politique de l’IRA (Armée républicaine irlandaise), le Sinn Féin agit tant au Nord qu’au Sud de l’île. Vainqueur en Ulster, il compte déjà quatre sénateurs et 37 députés dans la République d’Irlande dont il incarne l’opposition officielle à la coalition ministérielle centriste. Né en 1970, à l’occasion de dissensions au sein des groupes paramilitaires républicains, l’actuel Sinn Féin n’est pas l’héritier direct de son homonyme du début du XXe siècle.

Très tôt, ce mouvement s’inscrit dans la gauche radicale. Son seul député européen siège aux côtés des élus grecs de Syriza, espagnols de Podemos et de La France Insoumise dans le groupe de la Gauche unitaire européenne – Gauche nordique verte. Le Sinn Féin a dénoncé les régimes militaires d’Amérique du Sud, critiqué l’apartheid en Afrique du Sud et soutenu la cause palestinienne. Lors de la crise des sans-papiers en 2015 – 2016, ses militants établissaient un parallèle spécieux avec l’exode déclenché par la Grande Famine de 1845 – 1851.

214110002-f6d3b56c-78f8-4a6e-b7e1-11bc86d03783.jpg

La présidente eurosceptique du Sinn Féin, Mary Lou McDonald, ne cache pas par ailleurs son progressisme foncier. Elle promeut l’inclusivité, le multiculturalisme, le sociétalisme et le gendérisme sans oublier l’avortement, le féminisme et l’homoconjugalité. Le supposé nationalisme du Sinn Féin relève du nationalisme civique contractualiste, négateur des appartenances identitaires charnelles effectives… Il faut par conséquent le considérer comme l’avant-garde du « national-cosmopolitisme ». De leur côté, par leur proximité historique et symbolique avec la franc-maçonnerie et le biblisme politique vétéro-testamentaire, sous la bannière de Dieu, du Royaume Uni et de la Couronne, les unionistes défendent les Afrikaners et l’État d’Israël. Ils s’enferment dans un passéisme muséal. Leur conservatisme moral et sociétal n’a pas empêché la légalisation du « mariage » homosexuel en Ulster. Force est de constater que ces deux camps rivaux nuisent au destin civilisationnel de l’Europe impériale. 

Sauf coup de théâtre, l’Irlande et l’Ulster ne se réunifieront pas dans les prochaines années. Grâce au Brexit, la Verte Erin forme déjà au quotidien un seul ensemble douanier puisque la frontière « euro-britannique » passe en mer d’Irlande. Cette réalité enrage les unionistes favorables à l’établissement d’une véritable frontière entre les deux territoires irlandais au risque possible de relancer les troubles au Nord. Cette question sera le principal sujet de discussion entre le Sinn Féin et le DUP. Pas sûr que les négociations aboutissent. Un blocage institutionnel se profile donc à l’horizon... 

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 33, mise en ligne le 17 mai 2022 sur Radio Méridien Zéro.

dimanche, 15 mai 2022

Le triomphe du nationalisme nord-irlandais balkanise le Royaume-Uni alors que Johnson subit une raclée électorale

6272aab427248.image.jpg

Le triomphe du nationalisme nord-irlandais balkanise le Royaume-Uni alors que Johnson subit une raclée électorale

Par Alfredo Jalife Rahme

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/triunfo-del-nacionalismo-norirlandes-balcaniza-la-gran-bretana-global-mientras-johnson-sufre-paliza-en-elecciones-por-alfredo-jalife-rahme/

Paradoxes de la démondialisation : les dirigeants de la Grande-Bretagne (GB) et des Etats-Unis subissent une profonde répudiation sur le plan intérieur, alors qu'ils encouragent la guerre en Ukraine contre la Russie, au risque de déclencher un échange de tirs nucléaires entre les deux blocs.

La "première guerre mondiale hybride" (https://bit.ly/3KVXzZS) est en train de se dérouler - comme en conviennent l'économiste Sergei Glaziyev, proche du Kremlin, et le géopoliticien brésilien Pepe Escobar - car en Ukraine, plusieurs guerres sont menées en une seule et, surtout, les États-Unis mènent ouvertement une "guerre par procuration" contre la Russie et la Chine, puisqu'en affaiblissant Moscou, la profondeur stratégique de Pékin est diminuée.

La "guerre de propagande" qui proclame le "triomphe (sic)" du président ukrainien Zelenski, comédien de profession, sur la Russie - qui n'existe que dans les hallucinations morbides de Twitter et de Televisa avec son partenaire américain Univision - a déjà des effets délétères sur la politique intérieure britannique: effondrement de la livre sterling, défaite électorale cuisante du premier ministre conservateur Boris Johnson, hausse des taux d'intérêt, inflation, crises énergétique et alimentaire, etc.

Scénario similaire pour son allié de guerre Joe Biden - qui affiche aujourd'hui un taux de rejet de 57 %, selon le sondage de Rasmusen (https://bit.ly/3P9JgUN) - dont le front intérieur s'effondre à six mois des élections cruciales de mi-mandat qui laissent présager un tsunami trumpiste dû à l'inflation, à la crise incoercible de l'immigration, à la criminalité et à une gestion épouvantable de la santé.

Le premier ministre Johnson a subi une raclée lors des élections locales du 5 mai: "il a perdu près de 500 sièges et le contrôle de 11 conseils", les travaillistes ayant récupéré 139 sièges, selon la BBC (https://bbc.in/3PdWcJe).

Au-delà de la débâcle de Johnson, le triomphe du parti nationaliste nord-irlandais Sinn Fein - le bras politique de l'Armée républicaine irlandaise (IRA) - en faveur de son indépendance du Royaume-Uni (RU) - qui est la somme de l'Irlande du Nord et de la "GB globale". La Grande-Bretagne qui, à son tour, est l'ensemble formé par l'Angleterre/l'Écosse/le Pays de Galles -, a perdu la majorité des sièges favorables à l'Union au Parlement de l'Ulster pour la première fois en 101 ans.

61719874_101.jpg

Le "libéral unioniste", qui opère sur Twitter sous le nom de @SrIberist, commente : "Victoire historique pour le Sinn Fein en Irlande du Nord. La réunification de l'Irlande est une question de temps. Elle sera suivie de l'indépendance de l'Écosse et de son adhésion en tant que 28e État à l'UE. Il est intéressant de penser à ce que sera l'avenir du Royaume-Uni pour l'Angleterre et le Pays de Galles" (https://bit.ly/39cX6p3).

Il est très paradoxal que la matrice autrefois financiarisée de la mondialisation néolibérale reste éviscérée en son sein: tant par la victoire du nationalisme du Sinn Fein en Ulster, partie du Royaume-Uni/"Global GB", qu'aux États-Unis par le Trumpisme.

L'Ukraine est-elle la dernière guerre de la mondialisation ? D'où feront-ils fonctionner la machinerie financière de la mondialisation sans leurs opérateurs centraux qui sont désormais au bord de la balkanisation ?

Le premier ministre écossais pro-indépendance Nicola Sturgeon (https://bit.ly/3wkt6zb) a félicité le Sinn Fein pour "un résultat véritablement historique", alors que les sécessions de l'Irlande du Nord et de l'Écosse se nourrissent mutuellement de leur volonté d'indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni/de la "GB globale".

041908751-5dc7b9fa-6a2a-46b0-8421-3737727c4214.png

20776.jpeg

Plutôt que la sécession attendue, plus tôt que tard, de l'Irlande du Nord pour rejoindre ses frères dans une Irlande désormais indépendante, réunie, et à majorité catholique, la véritable nouvelle est le triomphe souverainiste/nationaliste au sein même du modèle "Global GB" qui est devenu le mantra du ministère britannique des Affaires étrangères après son Brexit (https://bit.ly/3KYs0ytx),

Le monde s'est écroulé autour du "héros de l'Ukraine" Johnson, qui doit encore payer pour le péché politique capital de son Partygate - les bacchanales du premier ministre britannique dans des bureaux publics, en pleine réclusion forcée https://bbc.in/3M4eE5f) - alors que les plaques tectoniques de la monarchie néolibérale de la "GB globale" se sont fracturées avec les balkanisations non improbables, entraînée par les électeurs  de l'Écosse et de l'Irlande du Nord.

Moralité : le nationalisme souverain est l'antidote à la mondialisation néolibérale (https://bit.ly/38krIVp).

Pour suivre le Prof. Alfredo Jalife Rahme:

https://alfredojalife.com

Facebook : AlfredoJalife

Vk : alfredojalifeoficial

Télégramme : https://t.me/AJalife

https://www.youtube.com/channel/UClfxfOThZDPL_c0Ld7psDsw?view_as=subscriber

Tiktok : ZM8KnkKQn/

Podcast : 3uqpT1y

samedi, 23 avril 2022

Macron-Le Pen: un dialogue entre sourds qui oublient le sens des mots

cv1.jpg

Macron-Le Pen: un dialogue entre sourds qui oublient le sens des mots
 
par Frédéric Andreu

Les dialogue de sourds sont souvent les plus bruyants. Emmanuel Macron et Marine Le Pen viennent d'en donner une démonstration éclatante ce jeudi 21 avril 2022 à la faveur du traditionnel débat de l'entre-deux tours des élections présidentielles. Au cours du débat télévisé, le premier accusa la seconde de "nationalisme étroit", tandis que la seconde le qualifia d'"euro-mondialiste" et d'"incompétent", autant de noms d'oiseaux qui ne volèrent pas très haut.

"Incompétent" n'est d'ailleurs pas le mot que j'aurai personnellement choisi pour qualifier la politique du capitaine Macron au gouvernail de la France depuis cinq ans. Cela tombe bien, je ne fus pas convié au débat. Je dirai même que le Young Leader applique son plan politique avec une redoutable efficacité.
 
L'équation politique que veut résoudre Macron peut se résumer en ceci : créer les conditions d'une souveraineté européenne dans le cadre d'une Europe basée sur des valeurs qui ne sont pas européennes. Le comble est qu'il veut résoudre cette équation à partir d'un pays européen - la France - qui n'a plus de souveraineté depuis 200 ans, depuis le soir de la bataille de Waterloo pour être précis.

Mais ne rentrons pas dans un débat entre historiens qui nous obligerait à choisir entre gentils droits-de-l'hommistes et méchants complotistes. Ce débat-là ne nous intéresse pas.
 
Soulignons plutôt la perte totale des repères sémantiques des deux finalistes à la Présidentielle, leur discours truffé de statistiques et d'(im)postures verbales et non verbales, le manque de hauteur de vue, et l'ignorance crasse de l'Histoire.

Rappelons quelques faits. L'élection du Président de la République n'a été instauré en France que pour le maintien au pouvoir des vainqueurs de 1789. Elle est typique des fausses libertés imaginées par le pays légal pour contrer le pays réel. Elle fut instaurée, à la fin du XIXème siècle, pour rendre impossible le retour des Bourbons (le comte de Chambord) sur le trône de France. En plus de la valeur symbolique du nombre sept, le septennat fut imaginé en rapport au calcul de l'espérance de vie du dît comte de Chambord. On considérait que dans sept ans, il serait mort et que la république serait donc sauvée.

Au-delà de cette petite piqûre de rappel de faits historiques tombés dans les oubliettes, les deux candidats à la présidentielle 2022, semblent souffrir d'une autre maladie très française: la perte du sens des mots et des métaphores. Le terme "démocratie" martelé comme autant de clous dans un pays qui bat tous les records de consommation de tranquillisants, est révélateur. Répéter à longueur d'onde médiatique des mots tels que "démocratie", "racisme", "antisémitisme", c'est leur effacer tous sens et les remplacer par des clous de propagande.
 
Rappelons le sens d'un de ces mots cloutés en nous: "Démocratie". Ce mot provient de l'assemblage de deux mots grecs, "Démos et "Cratos": le "pouvoir par le peuple". Il fut forgé dans l'Athènes d'avant l'ère chrétienne, en un temps où le pays ne connaissait ni nation ni smartphone ni monothéisme. Pour les Grecs de l'époque, parler de "Demos" sans 'Ethnos" n'avait pas grand sens. Cette Ethnos est précisément ce que le système en place depuis 200 ans dans le monde et particulièrement en France cherche à transformer, voire à faire disparaître. On a même l'impression que plus l'Ethnos disparaît plus leur Demos est prospère. Pour couper court à toutes spéculations historiques, je propose à nos chers élites parisiennes qui se succèdent au pouvoir en France depuis 1789 - par la magie de l'entre-soi et des loges d'obédience diverses - d'acheter un billet de train Paris-Genève. Qu'ils descendent à la gare Cornavin, marchent dans les rues de la vieille ville, discutent avec les commerçants, les passants. Ils feront l'expérience non pas de la démocratie grecque mais de la "démocratie" moderne dans un pays européen. Ils feront l'expérience d'un espace citoyen circonscrit dans l'espace, où on prend le temps de respirer et de parler entre voisins et où le peuple a encore l'impression d'être souverain.

Gare_de_Geneve_Cornavin_Mars_2019_opt.jpg

Ces élites parisiennes seront peut être surpris de voir trois drapeaux flotter dans les places et les rues de Genève. Un drapeau de commune, un autre du canton, et un troisième plus connu, le fameux drapeau helvétique frappé de la croix blanche. Trois drapeaux pour trois niveaux de souveraineté, chacun étant organiquement lié au deux autres. Un détail ne leur apparaîtra pas à première vue: le drapeau de la confédération helvétique est le seul drapeau au monde de forme carrée. Quant à la République de Genève, elle ne dépasse pas la taille du canton éponyme et n'a aucune prétention à l'universalisme. A Lausanne prévalent d'autres lois, d'autres parlers, d'autres moeurs...

Drapeau_et_cathédrale_de_Genève.jpg

En prenant un peu de hauteur, grâce notamment à la lecture de Denis de Rougemont, les cantons suisses organiquement liés entre eux, pourraient même leur apparaître comme une union européenne en petit. Les relations à la fois tendues et solidaires entre cantons pouvant être perçues comme un résumé des relations entre nations. Bref, nos élites rentreront sans doute peinés de ce voyage laborieux pour leur bonne conscience républicaine en revenant la tête pleine et les poches vides.
Les poches vides? En effet. Non pas que le prix du Vitell Fraise soit plus élevé à Genève qu'à Paris, mais parce que les "patriotes" qui gouvernent la France depuis Paris ont une fâcheuse tendance à laisser des sommes d'argent assez importantes dans les banques suisses...

Frédéric Andreu
Contact : fredericandreu@yahoo.fr 

vendredi, 22 avril 2022

Le débat Macron-Le Pen et la France sans vision

macron-lepen-2022-presidentielle_1.jpg

Le débat Macron-Le Pen et la France sans vision

Le président s'est imposé grâce à son bagage technico-économique tandis que le "nouveau" leader patriotique vise l'électorat frontalier

par Gennaro Malgieri

Source: https://www.barbadillo.it/104085-il-dibattito-macron-le-per-e-la-francia-senza-visione/

Le débat télévisé Macron-Le Pen

Le dernier débat de la campagne électorale a montré qu'aucun des candidats n'a la stature des anciens présidents. Comme l'écrit Le Figaro, s'il est vrai que chaque camp a trouvé ses raisons, il est également vrai que Macron et Le Pen ont donné l'impression que "leur" France manque de vision politique et est donc incapable de jouer un rôle de premier plan sur la scène européenne.

Les deux prétendants ont trouvé des moyens et des mots pour être satisfaits du débat qu'ils ont animé. Tant Emmanuel Macron que Marine Le Pen ont couvert les domaines qui leur sont les plus favorables: l'économie, la finance et le développement pour le premier; l'identité française, l'Europe des nations, la controverse sur le quinquennat pour la seconde. Ni l'un ni l'autre n'a fait chavirer le cœur des Français. Les rabâchages et les vieux gags politiques n'ont pas fait rire les téléspectateurs, dont beaucoup ont dit s'ennuyer.

Justifiés par une situation interne et externe difficile, sur laquelle ni Macron ni Le Pen n'ont porté de coups décisifs, s'en tenant plus ou moins aux généralités, ils ont donné lieu à un affrontement sans âme. Dans lequel le pragmatisme du président est apparu grâce à son bagage technico-économique et à sa solide expérience gouvernementale. La "nouvelle" Le Pen, pour tenter de séduire l'électorat frontiste, s'est présentée comme rassurante, calme, pacifiante et a jeté aux orties les thèmes classiques de la droite française pour ne pas paraître excessivement répétitive. Bref, la leader du Rassemblement national a offert une image d'elle-même bien éloignée du cliché habituel qui l'a jusqu'ici "diabolisée": une modérée pour qui - c'est du moins ce que nous avons compris - l'euro et l'islam ne sont plus les principaux "dangers" qu'elle craignait il y a cinq ans.

Dans les derniers jours de la campagne électorale, il faudra voir quel effet aura le nouveau look politique de Le Pen, tandis qu'en face, on trinque presque déjà à la victoire car, objectivement, malgré les nombreuses erreurs qu'il a commises, Macron semble avoir, plus par le rôle qu'il a joué que par les intentions qu'il a exprimées, une plus grande maîtrise de ce qu'attendent les Français, c'est-à-dire une action sur les impôts, la sécurité, plus en rapport avec les préoccupations des citoyens qu'avec une Europe que lui et ses autres collègues sont incapables de gouverner.

Mme Le Pen a frappé son meilleur coup lorsqu'elle a déclaré, non sans l'approbation des téléspectateurs, du moins selon les opinions exprimées immédiatement après le débat, qu'elle voulait être "le président de la vie quotidienne, de la vraie vie", suscitant une réponse furieuse de M. Macron qui a déclaré "nous sommes tous dans la vraie vie". Mais ce n'est pas le cas, car la plupart des Français le perçoivent encore comme "le président des riches", la figure de proue de l'establishment, le candidat de l'élite. Mais cela ne suffit pas si, comme le montre un sondage Ipsos publié par Le Monde, 29% des 45% de l'électorat de Jean-Luc Mélenchon, leader de la France Insoumise, voteront pour Macron, tandis que les 16% restants convergeront vers Le Pen.

En bref, l'absence du Front républicain a été remplacée par la gauche afin de construire une barrière contre la montée de la candidate de droite : maigre consolation pour Mélenchon et les écologistes qui apportent à Macron en dot tout ce pour quoi la gauche l'a contesté, et en particulier une bonne partie de cette bourgeoisie conformiste déterminée à ne jamais changer au prix de devenir l'agneau sacrificiel des politiques sociales du président sortant.

Avoir "inventé" les gilets jaunes malgré lui, avoir humilié la France profonde avec ses politiques sociales, ne pas avoir tendu la main aux classes les plus modestes pour résoudre leurs problèmes, avoir utilisé la rhétorique écologique comme un attrape-votes, fait de Macron un heureux élu pour le préjugé anti-système (et même pas tant que ça) que Le Pen a continué, bien que comme "modérée", à poursuivre dans cette campagne électorale.

S'il est vrai qu'il existe un écart de dix points entre les deux, comme l'affirme Le Monde, qui rapporte toujours les données d'un sondage Ipsos, cela signifie que la France ne veut pas changer. Et les "candidats à la présidence" qui l'ont compris ne dépassent pas leurs frontières et ne tentent pas de rassembler tout ce qui est à leur portée. Macron parviendra probablement à l'emporter avec l'apport décisif de la gauche, ce qui le rend faible devant son propre électorat; Marine Le Pen perdra pour la deuxième fois pour le simple fait qu'en cinq ans elle n'a pas su construire une droite à la hauteur de ses ambitions, favorisant la naissance de Reconquête de l'antagoniste Éric Zemmour. La droite française n'a jamais été aussi divisée. Et cela est incroyable si l'on considère l'effondrement du parti inspiré de De Gaulle, évoqué par Le Pen, qui, avec les deux formations, ou du moins une partie d'entre elles, aurait pu changer le sort de la compétition.

Le dernier débat de la campagne électorale a montré qu'aucun des concurrents n'a la stature des anciens présidents (sauf Hollande, bien sûr). Comme l'écrit Le Figaro ce matin, s'il est vrai que chaque camp a trouvé ses raisons, il est également vrai que Macron et Le Pen ont donné l'impression que "leur" France manque de vision politique et est donc incapable de jouer un rôle de premier plan sur la scène européenne.

On s'attend à ce que Macron gagne, mais l'enjeu ne sera pas uniquement le sien. Il y aura un peu moins de la moitié de la France qui le regardera avec suspicion et, comme par le passé, ne l'aimera pas. Il deviendra président parce que ses adversaires n'ont pas été capables de le défier sur son terrain et d'appeler les Français à reprendre ce que la haute finance, le "système", leur a pris. En commençant par la fierté et une certaine idée de la grandeur qu'aucun président avant le vieux garçon d'Amiens n'avait jamais abandonnée.

@barbadilloit
Gennaro Malgieri

lundi, 18 avril 2022

Pierre Le Vigan - Tout Sauf Macron: Quand les Castors du bas font barrage aux Castors du haut

pierre-le-vigan-300x197.jpg

Café Noir N.42

Pierre Le Vigan - Tout Sauf Macron: Quand les Castors du bas font barrage aux Castors du haut

Café Noir – Un Autre Regard sur le Monde. Émission du vendredi 15 avril 2022 (enregistrée le 15/04/2022) avec Gilbert Dawed & Pierre Le Vigan.
 
Le sommaire et les liens des livres de Le Vigan ci-dessous.
 
SOMMAIRE
00:58 Quelles leçons peut on tirer du premier tour?
04:12 Pourquoi le succès relatif de Mélenchon ?
11:59 Y a-t-il un échec d'Éric Zemmour,
17:30 Parenthèse Jean Lasalle & NDA
18:41 Quel avenir pour le Rassemblement National ?
23:10 Faut-il glisser un bulletin de vote au second tour et pour qui? Errata: A
02:55 c'est bien entendu Danièle Obono ou Clementine Autain et pas Rokhaya Diallo.
 
 
 
LE NOUVEAU LIVRE DE PIERRE LE VIGAN
Éparpillé Façon Puzzle Macron contre le Peuple et les Libertés https://cerclearistote.com/fr/product...
 

PL-faconpuzzle.jpg

LES LIVRE DE PIERRE LE VIGAN CHEZ AVATAR ÉDITIONS
 
Inventaire de la Modernité, Avant Liquidation https://avatareditions.com/livre/inve...
 
Le Malaise est dans l’Homme https://avatareditions.com/livre/le-m...
 

9780955513251-475x500-1.jpg

Le-malaise-est-dans-l-homme.jpg

CHAINE AVATAR EDITIONS SUR ODYSEE https://odysee.com/@avatarmediaeditions
 

samedi, 16 avril 2022

France. La somme ne fait pas le total

imagepres2t.jpg

France. La somme ne fait pas le total

par Roberto Pecchioli

Source: https://www.ideeazione.com/francia-la-somma-non-fa-il-totale/

Le premier tour des élections présidentielles françaises évoque un vers du comique italien Totò (1898-1967) : c'est la somme qui fait le total. Dans ce cas, par la négative ; la somme ne fait pas le total, car une fois de plus, une anomalie des démocraties libérales autoproclamées s'est manifestée : la majorité des citoyens a voté contre le système, mais le système a gagné. Le 24 avril, cette vérité sera confirmée par le second tour entre Emmanuel Macron, le président en exercice, jeune gentleman de l'écurie Rothschild prêté à la politique, et Marine Le Pen, son adversaire, décrite comme une représentante de l'extrême droite.

Le schéma est le même que lors des élections précédentes et le résultat sera le même, même s'il est certain que la différence de voix entre l'homme de l'oligarchie et la femme de l'opposition sera beaucoup plus faible qu'en 2017, lorsque le schéma classique de la politique - pas seulement française - a fonctionné à la perfection, à savoir la conventio ad excludendum, le cordon sanitaire contre Le Pen, qui avait déjà été testé jadis contre son père Jean Marie.

Un coup d'œil aux chiffres : Macron a obtenu un peu plus de 27%, Le Pen plus de 23%, dépassant le troisième venu, Jean Luc Mélenchon, champion de la gauche sociale, d'environ un demi-million de voix. La défaite des partis politiques qui ont dominé la scène transalpine pendant des décennies a été dévastatrice : un humiliant 4,7 % pour la représentante de la droite modérée, Valérie Pecresse, et même 1,7 % pour Anne Hidalgo, la maire socialiste de Paris. Les résultats des écologistes et du candidat communiste, fidèle allié des socialistes, ont été très modestes. En revanche, le résultat du candidat rural conservateur, Jean Lassalle, est flatteur, avec un score peu impressionnant de 3 % des voix. Les 7 % recueillis par le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour, un juif d'origine maghrébine, qui a mobilisé un nombre considérable de jeunes et imposé plusieurs thèmes de campagne, sont contradictoires.

Les deux candidats ultra-communistes ont fait chou blanc, avec un résidu de 2% pour le souverainiste Dupont Aignan, le seul à s'être rangé du côté de Marine Le Pen au second tour il y a cinq ans. Le taux d'abstention a été intéressant, atteignant 28% - un record - auquel il faut ajouter un nombre ostensible de citoyens non inscrits sur les listes électorales, une mesure préventive que la France partage avec les Etats-Unis.

Un Français sur trois n'a pas voté, et bien plus de 50% (Le Pen, Mélenchon, Lassalle, Dupont Aignan, l'ultra-gauche, certains partisans de Zemmour et les communistes "officiels") sont allés aux forces anti-establishment. Cependant, ceux-ci perdront, car la somme ne fait pas le total, c'est-à-dire qu'il est impensable que les opposants à Macron et à l'establishment convergent massivement vers la candidature de Le Pen. Au contraire, le réflexe conditionné de barrer la route à l'extrême droite a déterminé - alors que le dépouillement est encore en cours - le déploiement unanime des communistes, des socialistes, des écologistes et de la droite modérée et étourdie en faveur de Macron. Le soutien attendu de l'ancien président Sarkozy à son successeur est également arrivé.

222Melenchon.png

De manière cryptique, Mélenchon a exhorté les gens à ne pas voter pour Marine Le Pen, mais a évité de prendre le parti de Macron. Il semble que beaucoup ne l'écouteront pas: un tiers de ses électeurs serait prêt à voter pour Le Pen. Quoi qu'il en soit, la victoire de Macron ne fait aucun doute, même si l'écart ne sera pas énorme. Le système de pouvoir gagnera malgré le fait qu'il soit manifestement minoritaire parmi les citoyens. Un scénario similaire à celui de l'Italie, ressemblant de plus en plus à celui de l'Espagne et de l'Allemagne. Les anciennes "grandes" familles politiques du vingtième siècle qui se partageaient le pouvoir en faisant semblant de se le disputer (socialistes, popularistes démocrates-chrétiens, libéraux) ont de moins en moins d'audience dans l'opinion publique, mais elles parviennent à maintenir leur emprise sur la société parce que leurs adversaires sont politiquement incompatibles, querelleurs, en proie à des conflits passés et à des idiosyncrasies rédhibitoires. Diviser pour mieux régner, la plus ancienne leçon de pouvoir.

L'addition ne fait pas le compte et des millions de personnes, en France, en Italie et partout ailleurs, se réfugient dans l'abstention, dans l'indifférence rancunière, dans la radicalisation verbeuse. Pensons, en clé italienne, à l'immense déception de la grillina, qui a rassemblé en 2018 un électeur sur trois et a été instantanément apprivoisée et cooptée dans les mécanismes du pouvoir. Le sort de la Ligue, devenue l'alliée du gouvernement Draghi, le vice-roi des puissances fortes dont le métier est de liquider ce qui reste de la souveraineté, de l'économie et de la nation, n'est pas différent.

Les réactions italiennes au résultat des élections sont significatives : seul Salvini est favorable à Le Pen, tandis que Berlusconi fait l'éloge du "libéral et modéré" Macron et que Giorgia Meloni se déclare neutre, attendant le parti de Zemmour et la minorité gaulliste anti-Macron. Un intellectuel conservateur, Marco Gervasoni, souhaite la victoire de Macron parce qu'il est de droite.  Regardons les choses en face : il a raison. L'ancien fonctionnaire de Rothschild et ancien ministre socialiste est le produit d'une intuition de Giovanni Agnelli : la meilleure droite est le centre-gauche. Le droit de l'argent et la gauche de la morale se rencontrent au centre pour les affaires, comme l'a écrit un intellectuel socialiste, Jean-Claude Michéa. Macron est le croisement parfait entre la riche gauche "progressiste" - caviar, dit-on en France - et la vraie droite - libérale, atlantiste, mercatiste.

ob_decb1a_michea-le-loup-dans-la-bergerie.jpg

Il est désormais inconvenant de considérer Marine Le Pen comme "d'extrême droite". Elle est la favorite des ouvriers français et des classes populaires: son programme social est tout sauf libéral, et ses mots d'ordre très clairs sur l'immigration et la culture de l'effacement sont moins radicaux que ceux de Zemmour, dont la base électorale est constituée des classes moyennes supérieures. Le schéma déjà vécu en Amérique se répète: Trump représente les valeurs morales traditionnelles et les grands secteurs territoriaux et sociaux des perdants de la mondialisation; les Démocrates représentent les classes supérieures urbaines et le radicalisme sur les questions éthiques et sociales.

Le 10 avril 2022, la France a montré que le schéma gauche-droite ne signifie presque plus rien. Elle est utilisée par le pouvoir en place pour se maintenir en place tout en diabolisant l'adversaire, en exerçant un chantage et en ralliant à lui les milieux et les classes dont les intérêts divergent des politiques concrètes mises en œuvre par les groupes dirigeants, qu'ils soient de centre-gauche ou de centre-droit. Le système de parti unique l'emporte en raison de l'incapacité persistante à trouver un terrain d'entente pour une vaste opposition à la fois politique, sociale, éthique et fondée sur des valeurs.

Le schéma est évident pour toute personne qui observe la réalité sans œillères: pas de droite/gauche, mais du haut/bas, centre/périphérie, exclus/gratifiés, villes/campagnes et banlieues, gagnants/perdants de la mondialisation, mondialistes/souverainistes et identitaires. En ce sens, les électeurs de Macron seront principalement des fonctionnaires, des professions libérales, des travailleurs de haut niveau dans les nouvelles technologies, des employés des secteurs économiques "forts" et des grandes villes. Le reste de la société est déjà son ennemi, comme le montre la révolte des gilets jaunes, les vagues de grèves et de manifestations populaires, l'opposition farouche à l'augmentation de l'âge de la retraite.

SIPA_AP21600034_000004.jpg

Chaque nuit, la France est secouée par des émeutes, tandis que dans au moins sept ou huit cents quartiers (les banlieues), la police n'entre plus, soustraite de fait à l'autorité de la fière République. La nuit des élections a vu la dévastation de plusieurs villes, démontrant comment le modèle jacobin d'assimilation de grandes masses non-européennes a échoué de manière retentissante, tout comme les tentatives d'intégration. La France est aujourd'hui ce que l'Italie sera très bientôt.

La géopolitique joue un rôle important. La France aime se considérer comme une grande puissance sans en être une, mais elle conserve un certain degré d'indépendance internationale. Macron n'a pas épousé sans critique la ligne américaine sur le conflit ukrainien et a besoin d'accords avec l'avancée de l'axe russo-chinois en Afrique, où les intérêts français dans les pays dont la monnaie est encore le franc colonial émis par Paris sont énormes. Marine Le Pen interprète un sentiment répandu en promettant, en cas de victoire, de sortir le pays du commandement intégré de l'OTAN, une position gaulliste.

Cependant, la question à se poser est autre: la chef du Rassemblement national peut-elle vraiment devenir président ? La réponse est non. L'Europe, le système atlantique, l'oligarchie non élue de l'Occident peut tolérer - avec un agacement croissant - la petite faction hongroise, supporter l'anomalie polonaise dans une clé anti-russe, mais elle ne peut accepter une France désalignée, souverainiste et protagoniste de politiques migratoires, financières et sociales qui ne sont pas conformes à ses intérêts d'oligarchie. Une victoire de Le Pen plongerait probablement la France dans un climat insurrectionnel dont le feu serait attisé par les puissances financières, économiques et militaires mondialistes.

Cela signifie que la France, même fière, est un pays à souveraineté limitée et que la démocratie - c'est-à-dire la participation et la décision du peuple sur son propre destin - n'est qu'un vain mot. Cela fonctionne tant que celui qui leur plaît gagne, cela devient de l'extrémisme, du populisme et tout court du fascisme ou du communisme si un peuple décide d'une manière qui diffère de la volonté de ceux qui dominent le monde et contrôlent la presse, l'économie, la culture, la finance et la politique. Sous Macron, le fonds géant Black Rock a pénétré en France avec un succès retentissant, tout comme un géant du conseil, McKinsey.

220318-macron-mc-kinsey-mutio-full.jpg

Déjà soupçonné d'avoir piloté la campagne présidentielle de 2017 en fonction des intérêts américains, le groupe a remporté des contrats d'une valeur de 2,3 milliards d'euros pour travailler sur des questions allant de la réforme des retraites à la numérisation. Malgré la force et la qualité traditionnelles des cadres supérieurs français, Macron a privatisé les grands choix, qui plus est à une société étrangère. Mc Kinsey est également accusé de ne pas avoir payé un centime d'impôt en France: c'est probable, car les sociétés de services - déterritorialisées comme les Gafam - parviennent à échapper à l'impôt partout, avec un réseau de sociétés, de facturation carrousel et de bureaux fictifs dans les paradis fiscaux. Selon le politologue français Thierry Meyssan, "le groupe McKinsey a réalisé un véritable exploit en élisant à la présidence un homme politique inexpérimenté afin de détruire la société française".

McKinsey et le Boston Consulting Group sont devenus les conseillers du gouvernement en matière de politique de défense, de climat et de migration, ainsi que dans le développement de stratégies épidémiques. Il y en aurait assez pour évincer le président, qui est également soupçonné d'évasion fiscale pendant les périodes où il a travaillé comme intermédiaire d'affaires de haut niveau. Des rumeurs, des soupçons, peut-être, qui s'abattraient pourtant comme des rochers sur le candidat Macron s'il n'était pas l'élu du système. En 2017, un scandale a été monté contre son adversaire le plus accrédité, le gaulliste François Fillon, qui n'a abouti à rien, l'accusation d'avoir employé sa femme comme eurodéputée avec un salaire de commis. La route était pavée pour l'enfant prodige.

Croyons-nous encore à la volonté du peuple, à la régularité matérielle des élections, à la possibilité réelle que les demandes du peuple l'emportent, quelles qu'elles soient ?  Si l'alternative n'est pas au goût des échelons supérieurs, ils organisent une campagne de diabolisation. Cela a fonctionné pendant des années, cela fonctionnera également au second tour entre Macron et Le Pen. Une fois encore, la somme ne s'additionnera pas. Mais c'est peut-être la dernière fois : bientôt la vague, d'où qu'elle vienne, qui l'incarne, ne pourra plus l'arrêter. Ou ils suspendront les délais inutiles, les procédures fatiguées de "leur" démocratie. En Italie, ils l'ont déjà fait.

lundi, 11 avril 2022

Peu de nouveautés dans les élections françaises : deux fronts sans terrain d'entente

phpy9R5FH.jpg

Peu de nouveautés dans les élections françaises: deux fronts sans terrain d'entente

Ernesto Milà

Source : http://info-krisis.blogspot.com/2022/04/pocas-novedades-en-las-elecciones.html

Le résultat était, plus ou moins, couru d'avance, comme le montraient les sondages. Marine Le Pen est arrivée en deuxième position, comme prévu, malgré son retour de dernière minute, tandis qu'Emmanuel Macron a remporté la victoire qui précédera celle qu'il obtiendra au second tour dans quatorze jours. En bref, nous sommes confrontés au même schéma qu'il y a cinq ans, il n'est donc pas inutile de faire quelques remarques sur ce qui a changé.

1. L'odieuse comparaison entre les deux premiers tours de 2017 et de 2022

Il y a cinq ans, un candidat fabriqué par le capital marketing et médiatique, a remporté le premier tour avec 8.657.326 voix, contre la candidate du Front national de l'époque, avec 7.679.493 voix. Moins d'un million de voix séparaient les deux candidats, sur un électorat de 47.581.118 personnes. Aujourd'hui, cinq ans plus tard, Macron a obtenu 9.560.545 voix et Marine Le Pen 8.109.857 voix. La différence est de près d'un million et demi de voix en faveur du premier, sur un électorat de 48.803.175 voix. Cela signifie que Macron est en hausse de 10,4%, tandis que Marine Le Pen est en hausse de 5,6%. Apparemment, c'est Macron qui a gagné le plus de voix et de pourcentage... mais cela s'explique facilement par son activisme "humanitaire" et "pacifiste" orchestré pendant les semaines précédant les élections (et qui faisait partie de sa campagne électorale) en relation avec le conflit ukrainien et grâce à l'exercice du pouvoir, avec sa présence conséquente dans les médias. La défaite de Marine Le Pen n'est donc pas totale, d'autant que son électorat naturel a été brisé par la présence d'un autre candidat "à sa droite", Éric Zemmour, qui obtient 2.442.624 voix. Il est légitime de penser que les deux candidatures, si elles avaient fusionné en une seule, auraient dépassé celle de Macron d'un million de voix. Une victoire à la Pyrrhus, donc, pour le "Sanchez français", l'homme chargé par le Forum économique mondial de mettre en œuvre l'Agenda 2030 en France.

2. L'EFFONDREMENT DU CENTRE-DROIT

Une autre note importante est la disparition pratique du centre-droit français, représenté par Les Républicains, anciennement l'Union pour un mouvement populaire, qui incarnait les valeurs de l'ancien gaullisme. En 2017, son candidat, François Fillon, avait remporté 20 % des voix, se plaçant à un point seulement du Front national: 7.213.797 voix. Cependant, au premier tour en 2022, sa candidate, Valérie Pécresse, a à peine réussi à recueillir 1.658.386 voix, soit 4,79 %, une chute de plus de cinq millions et demi de voix. Avec ces résultats, Les Républicains peuvent se considérer comme amortis: l'ancienne droite, l'équivalent de la "petite droite" espagnole du PP, est devenue résiduelle. Une chose dont les nouveaux propriétaires du PP devraient prendre note.

actualité,france,présidentielles françaises,europe,affaires européennes,politique,politique internationale

3. LE SOCIALISME ABSENT

Il fut un temps où le "parti frère" du PSOE était le Parti socialiste français, dont il a même copié, en 1977, l'emblème: le poing fermé avec la rose. Qui plus est, cette fraternité existait depuis l'époque où le PSF était la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO). Aujourd'hui, nous aurions tort de continuer à penser que la défaite du socialisme français est aussi la défaite du PSOE. Anne Hidalgo, maire de Paris et candidate du PS, a obtenu de justesse 1,7%. Jusqu'en 1973, il faut le rappeler, elle avait la nationalité espagnole. Cependant, le "partenaire" politique de Pedro Sánchez n'est pas le PS français, mais Macron et sa formation hétéroclite dans laquelle on retrouve tous les traits de l'"idéologie douce" et le même objectif : la mise en œuvre et l'application, au nom du Forum économique mondial, de l'Agenda 2030.

4. L'ABSTENTION, OUI, MAIS SANS TROP D'ÉTATS D'ÂME

Dans les heures précédant le vote, on disait que 40% de la population était abstentionniste et les "experts" et analystes parlaient de la "désaffection" de la population française envers la politique. C'est absolument vrai, sauf qu'à la dernière minute, au moment des élections, les électeurs choisissent de voter (s'ils n'ont rien de mieux à faire) pour le candidat qui, selon eux, leur profitera le plus. Habituellement, ces électeurs de dernière minute, qui ne se soucient pas du sort du pays ni de savoir qui tient les rênes du pouvoir, sont ceux qui reçoivent quelque part une subvention, sans se soucier le moins du monde de l'augmentation de la dette publique ou de la nécessité d'augmenter les charges fiscales pour d'autres groupes sociaux. Ils veulent garder les choses telles qu'elles sont. Et ce sont ces secteurs qui, à la dernière minute, ont boosté la candidature de Macron. Après tout, le taux d'abstention entre 2017 et 2022 n'a augmenté que de 3 points, ce qui laisse un taux de participation de 74,82 %, alors qu'il était de 77,77 % en 2017. Il est significatif que, par rapport aux élections de 2012, le taux de participation de 2017 était déjà en baisse de 1,7 % et que, lors des élections de cette année-là, le nombre d'électeurs avait également diminué de 4,3 % par rapport aux élections de 2007. Le nombre de bulletins nuls exprime également le mécontentement de l'électorat : ce sont des votes de protestation déguisés. Plus d'un million au premier tour en 2022 : presque le double du nombre de voix obtenues par le PSF. Mais le système peut parfaitement digérer tous ces pourcentages. Ce serait différent s'ils approchaient de la barre des 50%, mais il reste encore 25 points à parcourir avant cette déconnexion fatidique entre politique et citoyenneté et, même si les tendances actuelles de l'abstention croissante et du vote protestataire nul se confirmaient, il pourrait s'écouler des décennies avant que la fracture totale entre électorat et citoyenneté ne soit évidente.

actualité,france,présidentielles françaises,europe,affaires européennes,politique,politique internationale

5. MARINE LE PEN : AVEC DES AMIS SUR SA DROITE?

La candidature d'Éric Zemmour a pu sembler impréparée et irréfléchie. En fait, ses positions ne sont que légèrement plus radicales que celles de Marine Le Pen. Zemmour n'est en aucun cas un radical d'extrême droite classique: en fait, il est d'origine juive et algérienne, fréquente la synagogue, parle le yiddish et, plus qu'un "politicien", c'est un intellectuel anti-immigrationniste et un nationaliste français conventionnel, frappé par d'innombrables procès pour "diffamation", "haine raciale", etc... La différence avec Marine Le Pen est qu'elle a plus d'expérience politique et connaît beaucoup mieux les tenants et aboutissants des campagnes électorales. Si la candidature de Zemmour n'était pas apparue, Marine Le Pen serait vraisemblablement arrivée en tête au premier tour. Zemmour a obtenu 7% des voix, un chiffre non négligeable qui rappelle les pourcentages que Jean-Marie Le Pen a commencé à obtenir dans la première moitié des années 1980. Il n'y a pas de place pour deux formations anti-immigration et anti-agenda-2030. Cela semble clair, mais il va être très difficile de faire converger les deux options compte tenu de ceux qui les soutiennent. Le plus surprenant, cependant, est que les essais écrits par Zemmour (Le Suicide français, Destin français, La France n'a pas dit son dernier mot) sont sans aucun doute partagés par Marine Le Pen. Sa candidature a été soutenue par certains de ceux qui faisaient autrefois partie du Front national, dont Hervé Ryssen, considéré comme un "antisémite". Sa candidature, et son parti qui porte le nom significatif de Reconquête, une référence aux huit siècles de lutte contre l'Islam dans la péninsule ibérique, a reçu le soutien de groupes conservateurs et d'anciens dirigeants du mouvement des "gilets jaunes" et, surtout, de l'ancien Mouvement national républicain qui s'était séparé du Front national en 1998, et avait été dirigé par Bruno Mégret. Philippe de Villiers, autre membre historique de la droite française, lui a apporté son soutien, ainsi qu'un groupe d'élus du parti de Marine Le Pen, passé à Reconquête. Au début de l'année, le parti comptait 85.000 membres cotisants réguliers, ce qui en faisait le deuxième parti de France en termes d'effectifs. De manière significative, des personnes proches du milieu "négationniste" dans la lignée de Robert Faurisson et des "identitaires" issus de groupes activistes ont également soutenu la candidature de Zemmour. Bien que les résultats de Zemmour soient inférieurs aux prévisions des sondages (qui lui donnaient jusqu'à 15% des voix), le fait est qu'il est arrivé en quatrième position, ce qui semble garantir sa survie. Le temps nous dira si l'ex-FN et Reconquête renforceront leurs liens ou s'il y aura une guerre d'usure (comme cela s'est produit entre le FN et le MNR, entre Jean-Marie Le Pen et Mégret, jusqu'à la disparition de ce dernier). Un pas en faveur de la convergence semble avoir été franchi par Zemmour qui appelle à voter pour Marine Le Pen au second tour.

6. LA GAUCHE PERDUE DANS SON LABYRINTHE

Au-delà de la candidature du PSF, la fragmentation de la gauche française est surprenante, produit de sa perte de repères et de ses contradictions internes. Le Parti communiste de France, Europe Écologie - Les Verts, la Primaire populaire, Lutte ouvrière, le Nouveau parti anticapitaliste et la France insoumise sont les candidats de gauche qui se présentent à ces élections. De tout ce magma d'acronymes, seule la France Insoumise a obtenu un résultat que l'on peut qualifier de grand succès : la France Insoumise de Jean Luc Mélenchon. Ce dernier est un ancien membre du Parti socialiste, qui s'est scindé au début du 21e siècle, dont le grand-père était d'ailleurs originaire de Murcie. Mélenchon a profité de la désintégration de la gauche après la crise économique de 2008, en en rassemblant différents fragments avec un programme commun dont le principal attrait était le populisme de gauche, l'altermondialisme, l'environnementalisme, l'euroscepticisme et l'antimondialisation... Son objectif était de reconquérir les secteurs sociaux "de gauche", en particulier les travailleurs, qui avaient transféré leur vote vers le Front national depuis les années 1990. Il n'a pas réussi, mais il a réussi à éclipser à la fois le Parti communiste et le Parti socialiste et à attirer les votes de certains secteurs de l'extrême gauche. Par rapport à 2017, Mélenchon a attiré 7,7% d'électeurs en plus, se situant à 21,95%, pratiquement deux points derrière Marine Le Pen. Il serait difficile d'essayer de trouver une traduction des opinions de La France Insoumise en Espagne. La ressemblance la plus proche serait un secteur de Podemos, mais sa présence dans le gouvernement de Sánchez rend impossible l'existence d'un "populisme de gauche" altermondialiste. Le reste des candidats de gauche ont obtenu de mauvais résultats : 2,3% pour le Parti communiste, 0,6% pour Lutte Ouvrière, 0,8% pour le Nouveau parti anticapitaliste, 3,2% pour Résistons (une des factions du mouvement des gilets jaunes), tandis que les Verts ont obtenu 4,6%. La somme des résultats des différentes options de gauche représente plus d'un tiers de l'électorat. Mais il serait très difficile de penser qu'un magma aussi disjoint, contradictoire, sans points de vue unitaires et sans grands leaders charismatiques, puisse converger vers une candidature unitaire. La gauche française est, aujourd'hui, quelque chose comme Podemos : un magma dans lequel il y a tout et son contraire, centré autour de diverses figures de peu d'importance politique, avec des obsessions et des réminiscences du passé qui n'ont pas été dépassées, impossible à transformer en une option unitaire.

actualité,france,présidentielles françaises,europe,affaires européennes,politique,politique internationale

7. CONCLUSION : VERS LE DEUXIÈME TOUR

Quelques minutes après que les résultats du premier tour aient été connus, tous les partis politiques ont déjà exprimé pour qui ils recommanderont de voter au second tour. Comme on pouvait s'y attendre, Marine Le Pen sera soutenue par Reconquête et les voix que Zemmour peut apporter, ce qui la portera à la barre des 30% (lors des élections précédentes, elle a atteint 33%) et elle recueillera probablement aussi quelques voix supplémentaires, de sorte qu'elle restera plus ou moins sur les mêmes positions. Tous les autres partis (y compris la gauche) ont décidé de donner leurs voix à Macron. La comédie électorale a donc à peine besoin de quinze jours pour se terminer, mais nous savons déjà quelle sera la fin. Marine Le Pen n'a pas atteint son objectif : arriver en tête au premier tour. Nous verrons si elle atteint maintenant son deuxième objectif : dépasser les votes et le pourcentage qu'elle a obtenus en 2017. La possibilité d'un renouveau en France est donc très lointaine et difficile : tant que les circonstances actuelles perdureront, le trio de la droite (Le Pen), du centre (Macron) et de la gauche (Mélenchon) sera sûrement le trio candidat qui obtiendra le plus de voix (même si les têtes de liste changent), mais le problème sera toujours que deux de ces trois candidats (le centre et la gauche) finiront toujours par pactiser pour vaincre la "droite populiste". Or, la contradiction réside dans le fait que la gauche montante est, du moins en théorie, antimondialisation, alors que le centre n'est qu'une marionnette contrôlée par le Forum économique mondial. Cependant, le programme de la gauche est, à bien des égards, exactement le même que celui de l'Agenda 2030, de sorte que l'"alternative de gauche" n'est rien de plus que de la poudre aux yeux.

En réalité, les élections françaises ne servent qu'à confirmer une chose : il n'y a que deux options politiques en Europe : soit vous êtes pour l'Agenda 2030, soit vous êtes contre. Et ici, il n'y a pas de juste milieu : il n'y a pas de place pour dire "eh bien, je suis contre la mondialisation, mais en faveur de l'immigration", "je suis contre le néo-capitalisme, mais je suis en faveur de la lutte contre le changement climatique", "je suis en faveur de l'égalité, mais contre les théories du genre". Car c'est là le grand problème: l'Agenda 2030 présente un ensemble cohérent de mesures orientées dans une seule direction, la narcose des masses, l'homogénéisation des masses, la dissimulation des véritables adversaires au profit de problèmes secondaires, la défense de la démocratie, mais sous la tutelle des grandes entreprises et de l'élite financière. Et, face à cela, il n'y a pas de juste milieu : soit nous acceptons ce destin, soit nous le rejetons en bloc. Et si cet agenda est rejeté, on est encore loin d'une synthèse capable de s'attaquer aux problèmes divers et variés (et même sans intérêt) posés par cet Agenda 2030. En fait, il faudra peut-être plus de temps pour dénoncer ses superfluités gendéristes que pour construire un programme alternatif complet.

En France, pour l'instant, un tel programme n'existe pas, et du "trio" des aspirants au pouvoir, il y a toujours un "tiers exclu". Ces élections l'ont montré et dans une quinzaine de jours, cela sera confirmé.

dimanche, 20 mars 2022

France, élections présidentielles: Cinq pour deux!

10_candidats.PNG

France, élections présidentielles: Cinq pour deux!

par Georges FELTIN-TRACOL

Depuis le lundi 7 mars 2022, douze candidats se présentent au choix des Français pour désigner le prochain directeur général de l’EHPAD hexagonal. Les dernières semaines de la campagne du premier tour se déroulent dans un contexte général qui combine une sortie (provisoire ?) d’une pandémie, un conflit majeur en Europe orientale, un retour de l’inflation, des pénuries économiques durables et un contrôle inouï de l’information sur Internet et les réseaux sociaux sous prétexte de combattre de supposées infox. Tout concourt à biaiser le scrutin d’autant que le président-candidat à la morgue légendaire refuse toute confrontation avec ses concurrents.

Malgré un détestable bilan socio-économique, Emmanuel Macron serait, selon les différentes séries des sondages, le grand bénéficiaire de l’hystérie médiatique coronatralalaviro-belliciste. Outre un socle électoral solide et fidèle composé de retraités soixante-huitards et de jeunes ambitieux, l’actuel locataire de l’Élysée tire un réel profit de l’ambiance anxiogène distillée par le système médiatique d’occupation mentale, et ce, nonobstant sa gestion calamiteuse de la crise sanitaire et ses gesticulations internationales. Il faut en outre prendre en compte ces électeurs qui votent toujours par une sorte de réflexe faussement légitimiste pour le président quand il se représente comme en 1981, en 1988, en 2002 et en 2012. Certes, Macron ne sera pas réélu dès le soir du 10 avril. Il risque en revanche de frôler le résultat de « Tonton » Mitterrand en 1988 avec 34,10 %. Qui affrontera-t-il donc dans un vain duel au second tour le 24 avril prochain ?

Sur les onze autres candidats émergent pour l’instant quatre qui ont une chance plus ou moins élevée de se qualifier : Marine Le Pen, Valérie Pécresse, Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon. Le surgissement d’un autre candidat (Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Fabien Roussel) constituerait une vraie surprise. Écartons-les cependant des hypothèses suivantes.

À en croire les sondages qui se trompent régulièrement, le cas de figure le plus probable serait un duel Emmanuel Macron – Marine Le Pen, soit une répétition de 2017. Le clan mariniste transpose volontiers cette confrontation aux deux duels Giscard d’Estaing – Mitterrand de 1974 et de 1981. En 1974, François Mitterrand perdit le débat. Il le gagna sept ans plus tard en se montrant offensif et incisif face à un Giscard affaibli. Marine Le Pen suivrait-elle cet exemple ? Son entourage en rêve. Or, les enquêtes d’opinion la donnent perdante. Sa présence au second tour renforcerait son emprise pour une décennie au moins sur une soi-disant « droite nationale » en ruine.

L’affrontement Macron – Pécresse reste pour l’heure assez aléatoire. Ces deux libéraux progressistes autoritaires discuteraient sans beaucoup de conviction à l’instar du débat insipide entre Lionel Jospin et Jacques Chirac en 1995. Valérie Pécresse au second tour sauverait en tout cas Les Républicains d’une déroute cinglante, d’une implosion annoncée et d’une profonde recomposition politique. Un second tour entre Emmanuel Macron et Éric Zemmour s’envisage si l’ancien journaliste parvient à imposer quelques idées percutantes auprès des électeurs les plus indécis ou les plus blasés. Une telle perspective relancerait à coup sûr un « front ripoublicain » plus mobilisateur que face à Marine Le Pen bien qu’une partie de la gauche préférerait cette fois-ci s’abstenir, voter nul ou mettre un bulletin blanc, lassée des injonctions répétées à faire barrage au fascisme imaginaire pour le plus grand plaisir d’un néo-libéralisme suffisant et envahisseur.

presidentielle-2022.jpg

Plus surprenant, un duel entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon n’est pas farfelu. Rompu à l’exercice en dépit du parasitisme de la candidature communiste de Fabien Roussel qui singe les campagnes de Jacques Duclos en 1969 (21,27 %) et de Georges Marchais en 1981 (15,35 %), le député des Bouches-du-Rhône commence à bénéficier d’une dynamique de campagne. Cet élan peut attirer vers lui des pans entiers du « peuple de gauche » en mal de champion. Mélenchon est capable de coiffer d’un cheveu Le Pen, Pécresse et Zemmour qui, avec Nicolas Dupont-Aignan et Jean Lassalle, risquent finalement de se neutraliser. Dans cette hypothèse, l’électorat lepéniste n’hésiterait pas à se reporter, par anti-macronisme lucide compréhensible, sur le représentant de l’Union populaire, ce qui rendrait le résultat du second tour plus incertain que prévu, n’en déplaise aux instituts de sondages.

Il faut enfin envisager l’éventualité pour l’heure plus que loufoque que le dégagisme commencé en 2017 et amplifié par les Gilets jaunes et l’hostilité au passeport vaccinal liberticide se poursuive en évinçant dès le premier tour le président sortant. Ce serait sans précédent sous la Ve République. Cette situation entraînerait une déflagration politique inédite, quelque soit l’identité des finalistes. Le résultat pourrait toutefois fortement varier en fonction de la configuration finale : Marine Le Pen contre Valérie Pécresse, Éric Zemmour contre Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen contre Éric Zemmour, Jean-Luc Mélenchon contre Valérie Pécresse, Marine Le Pen contre Jean-Luc Mélenchon ou Valérie Pécresse contre Éric Zemmour. Par ailleurs, dans ces situations hautement spéculatives, il n’est pas sûr qu’il y ait un second tour, surtout en l’absence de Valérie Pécresse. Afin d’éviter une présidence « populiste » mélenchonienne, lepéniste ou zemmourienne, le Conseil constitutionnel pourrait, après un désordre sciemment orchestré, annuler le premier tour et ordonner le recommencement de toute la procédure électorale. Édouard Philippe ferait dès lors le don de sa barbe bicolore à l’Hexagone. Cette entourloupe institutionnelle satisferait-elle des électeurs vindicatifs ?

Quelque soit le président élu au soir du 24 avril, il gérera le lent naufrage du pays. Ernest Renan l’affirmait au jeune Maurice Barrès : « Les nations meurent aussi ! ». Faute d’Europe impériale, la France poursuit son agonie.    

GF-T

• « Vigie d’un monde en ébullition », n° 24, mise en ligne le 15 mars 2022 sur Radio Méridien Zéro

mercredi, 02 mars 2022

Pino Rauti et la méthode de la politique

unnapinorautimed.jpg

Pino Rauti et la méthode de la politique

Source:  https://vendemmietardive.blogspot.com/search?updated-max=2022-02-07T23:16:00-08:00&max-results=7

Sur la crise russo-ukraino-américaine, il y a quelques jours, constatant l'habituel réflexe atlantiste de notre droite italienne, fruit d'un conditionnement perpétuellement matraqué, et constatant ensuite avec un profond découragement que, par rapport à il y a trente ans, il n'y a pas eu le moindre pas en avant, j'ai évoqué et presque invoqué le nom de Pino Rauti. Les réactions ont été de trois types : ceux qui ont exprimé les mêmes sentiments que moi, ceux qui ont critiqué ma position, en insistant sur les erreurs politiques du secrétaire du MSI, et enfin ceux qui, s'appuyant sur des sources fallacieuses, ont reproduit les accusations qu'une certaine gauche conspirationniste avait faites autrefois, en alléguant des compromis avec des pouvoirs forts et des complots plus ou moins obscurs.

La troisième perspective est de loin la plus imparfaite. Elle serait vraiment répréhensible si elle n'était que le fait de quelqu'un y croit réellement. Mais il y a là une erreur de méthode : on ne peut accepter des thèses sans examiner leur contenu polémique et les déformations dont elles font l'objet par rapport à l'inimitié politique radicale et à la haine fanatique que cette inimitié peut parfois susciter. Une fois cela fait, on peut évaluer leur incohérence réelle et les reléguer au chapitre de la psychopathologie politique, en invitant ceux qui les ont acceptés de bonne foi à ne plus tomber dans de tels pièges.

La deuxième thèse, concernant les erreurs politiques de Pino Rauti, est certainement plus grave. La longue carrière politique de l'homme politique calabrais peut faire l'objet de critiques. Il y a eu quelques mauvais choix dans les années 1960 et 1970, mais surtout, la grande occasion gâchée de prendre le secrétariat du MSI en 1990-91 a représenté un point de non-retour pour tout un milieu de militants, de dirigeants, de politiciens et d'intellectuels. Pris dans un tourbillon de tactiques pour leur propre intérêt, dans un contexte de faiblesse électorale du parti, avec des alliés prêts à prendre sa place, il a fini par commettre la plus grosse erreur de toutes, qui n'a pas été de perdre sa position de leader du parti, mais de ne laisser aucun témoignage auquel ses partisans pourraient se raccrocher dans l'avenir. D'où, par exemple, la position profondément erronée sur la guerre dans le Golfe. L'erreur était de taille, précisément parce que Rauti n'a pas réussi, à ce moment-là, à suivre le style politique qu'il avait lui-même cultivé auparavant et communiqué à son cercle de référence, préférant un coup d'échecs inutile à une action ayant un fort attrait symbolique et une profonde valeur historique et culturelle.

Le-idee-che-mossero-il-mondo.jpg

Sur cette question, cependant, la possibilité même de détecter son erreur la plus évidente, il faut le reconnaître, est à mettre sur le compte de sa grandeur. Et ici, nous devons comprendre ce qu'était l'enseignement de Pino Rauti. Pour résumer, nous pouvons utiliser le titre de l'un de ses textes, Le idee che mossero il mondo (Les idées qui ont fait bouger le monde). Il a inoculé à un milieu de militants politiques le merveilleux sérum d'un idéalisme particulier. Le moteur de l'histoire réside dans l'élaboration d'une vision du monde et de la vérité capable de s'imprimer dans la réalité, entraînant d'abord les hommes puis, avec eux, les choses. Il n'y a rien de plus radicalement antithétique à la modernité et à son matérialisme général. Il y a ce qu'il a appelé une "utopie lucide" à promouvoir et à ancrer dans le temps et l'expérience de notre peuple. Nous allons ici au-delà du volontarisme idéologique qui a connu un certain succès au XXe siècle, se montrant même compatible avec les élaborations matérialistes. Ici, au contraire, nous pouvons parler de la politique comme d'une science de l'esprit. Seule une révolution intérieure, commençant par la culture d'une idéosphère historico-philosophico-scientifique, peut produire non pas tant l'accès au pouvoir d'une élite à la place d'une autre, mais un changement radical dans la direction du chemin historique de notre civilisation. Se préparer à ce grand projet, se mouvoir à l'aise dans les grandes questions du temps et du monde, et en même temps apprendre le dur métier de l'homme politique (je me réfère, bien sûr, à Weber) au service de son propre peuple dans le petit et le quotidien : c'est le style que Rauti a communiqué à son peuple, et c'est précisément cela qui l'a rendu, comme nous tous, critiquable.

Rauti-nel-suo-studio-foto-del-1990.jpg

Et c'est précisément parce que nous pouvons être critiqués que nous n'avons pas peur de critiquer, surtout ceux qui sont au pouvoir. Il n'y a pas de plus grand plaisir que d'affirmer les raisons de la pensée contre ceux qui pensent avoir raison uniquement en vertu de la position de pouvoir qu'ils occupent... et de là, on avancera peut-être l'argument risible d'une éthique de la responsabilité omniprésente (bien au-delà de ce que Weber lui-même lui avait accordé). Il n'y a rien que nous ayons stigmatisé avec plus de conviction : rester au pouvoir et demander lâchement de la compréhension pour ses mécanismes "irrésistibles", raconter aux gouvernés le conte de fées de l'impuissance "irrésistible" des gouvernants et, pendant ce temps, profiter des avantages personnels de cette usurpation impuissante. Voici donc le "feu au quartier général" de l'appel d'en bas pour que les élites se lèvent, qui n'est pas une faction mais un soutien, qui n'est pas une conspiration mais un activisme révolutionnaire qui appelle les élites à leur devoir, même difficile, ne renonçant pas à offrir leur aide. On dira qu'il s'agit en soi d'une formulation idéalisée. Certes, mais c'est sans doute le style que nous avons essayé d'incarner sous la direction de Pino Rauti et dans le sillage de son expérience. Et ce style est désespérément nécessaire à la droite d'aujourd'hui, à une époque de croissance et, si vous voulez, de succès social et médiatique. Parce que la scène politique italienne et européenne est pleine de météores, de droites et de droites de gouvernement et de gouvernement aussi, mais si Giorgia Meloni veut être quelque chose de différent, elle doit puiser dans cet héritage éthique et politique, en écoutant attentivement sa sacro-sainte critique et en en tirant le meilleur parti, peut-être en partant des questions internationales les plus urgentes.

Publié par Massimo Maraviglia

https://vendemmietardive.blogspot.com/search?updated-max=2022-02-07T23:16:00-08:00&max-results=7

15:55 Publié dans Histoire, Hommages, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, italie, pino rauti, hommage, msi, histoire | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 04 février 2022

Pierre Le Vigan: Le Mystère Zemmour

c-etait-tres-dur-voir-quelle-maladie-souffrait-mere-eric-zemmour-lucette.jpeg

Pierre Le Vigan: Le Mystère Zemmour

Café Noir – Un Autre Regard sur le Monde. Émission du jeudi 27 janvier 2022 avec Gilbert Dawed & Pierre Le Vigan.
 
Sommaire et liens des livres de Le Vigan chez Avatar ci-dessous.
 
SOMMAIRE
00:00:00 – Introduction. La mystère Zemmour
00:01:47 – Q1: Pourquoi Zemmour se presente-t-il?
00:03:41 – Q2: Est-il tombé dans un piège?
00:05:59 – Les revirements de Zemmour (Europe, Euro, OTAN...)
00:08:58 – Q3: Est-ce que le politique est inférieur au Chroniqueur?
00:10:43 – Les prises, le meeting de Cannes, volet social, RN...
00:15:42 – Q4: A quoi sert Zemmour?
00:17:06 – Pécresse / Macron / Marine Le Pen
00:19:58 – L'Union des droites
00:21:41 – Conclusion
 
 
LES LIVRES DE PIERRE LE VIGAN CHEZ AVATAR ÉDITIONS
 
Inventaire de la Modernité, Avant Liquidation https://avatareditions.com/livre/inve...
Le Malaise est dans l’Homme https://avatareditions.com/livre/le-m...
 
CHAINE AVATAR EDITIONS SUR ODYSEE

samedi, 15 janvier 2022

Le gouvernement des conseils (en France aujourd'hui)

61bc9b4c280000cd8d7ecf84.jpeg

Le gouvernement des conseils (en France aujourd'hui)

par Georges FELTIN-TRACOL

La crise covidienne n’a fait qu’accélérer et qu’entériner la pratique très personnelle de gouverner d’Emmanuel Macron. Candidat en 2017 de la « disruption », cet anglicisme qui désigne à la fois le chamboule-tout, le dégagisme et une posture à contre-courant médiatiquement construite, l’actuel locataire de l’Élysée concentre la totalité des pouvoirs au point qu’à la différence d’Édouard Philippe, Jean Castex n’est que le deuxième de ses collaborateurs et le super-directeur de cabinet d’un gouvernement présidentiel. On se souviendra que c’était déjà le cas, mais d’une manière moins prononcée, entre 2005 et 2007 avec la présence à Matignon de Dominique Galouzeau de Villepin sous la présidence de Jacques Chirac.

La concentration présidentielle de l’autorité se concrétise avec la multiplication des conseils au point qu’on pourrait parler d’une nouvelle polysynodie. Les historiens du droit constitutionnel et des institutions françaises se rappellent que sous la Régence pendant la minorité de Louis XV de 1715 à 1723, le Régent Philippe d’Orléans tente à la demande du mémorialiste Saint-Simon de changer la forme absolutiste du gouvernement de la France. À côté du Conseil de régence mentionné dans le testament du « Roi-Soleil », le duc d’Orléans remplace le Contrôle général des Finances et les secrétaires d’État par sept instances spécialisées.

Le Conseil de Guerre, le Conseil des Affaires étrangères, le Conseil des Finances, le Conseil des Affaires du dedans du Royaume, le Conseil de Commerce, le Conseil de Marine, aussi compétent pour les colonies, et le Conseil de Conscience destiné aux questions religieuses forment des ministères collégiaux avec une soixantaine de conseillers dont certains cumulent les charges dans différents conseils. Réticent envers la monarchie ludovicienne, Saint-Simon s’inspire des expériences impériale, espagnole et russe. Cette façon polysynodale d’organiser la puissance publique au quotidien montre assez vite ses limites et ses déficiences si bien que le Régent rétablit les ministères traditionnels dès 1718.

Dans cette perspective historique, Emmanuel Macron est un « néo-saint-simonien » qui privilégie les réunions en petits comités décisionnels. La Constitution de 1958 ne stipule pourtant qu’un seul conseil de cette nature : le Conseil des ministres en général hebdomadaire. Ses séances se déroulent selon un ordre du jour précis réparti en quatre moments. Le A concerne les projets de loi, les décrets et les ordonnances que doit approuver et signer le chef de l’État. Le B porte sur la nomination des fonctionnaires (ambassadeurs, généraux, préfets, recteurs, etc.). Le C correspond aux interventions des ministres appelés « communications » dont la première et la plus longue revient au ministre des Affaires étrangères. Inaugurée en 2007 par Nicolas Sarközy, la partie D consiste à un échange moins codifié entre les participants du Conseil autour d’un sujet d’actualité. À la différence des IIIe et IVe Républiques, les débats sur la politique gouvernementale n’existent pas et aucun vote n’y est possible. Ce n’est pas le cas pour les « conseils de cabinet » présidés par le Premier ministre, surtout effectifs en période de cohabitation. Le Conseil des ministres peut être considéré comme une phase d’approbation institutionnelle.

Or, cette mouture déplaît à DJ Manu. Il préfère la forme du « conseil restreint », en particulier le Conseil de défense. En s’appuyant sur l’article 15 de la Constitution qui évoque « les conseils et les comités supérieurs de la Défense nationale », le décret du 24 décembre 2009 pris par Sarközy crée le Conseil de défense et de sécurité nationale compétent dans les domaines militaires, diplomatiques et sécuritaires. De ce conseil en découlent le Conseil national du renseignement et le Conseil des armements nucléaires. Leur coordination repose sur le secrétaire général de la Défense et de la Sécurité nationale. Ceux qui y participent doivent laisser à l’entrée leurs téléphones, y compris cryptés, et les discussions sont tenues au secret-défense, ce qui est légitime pour une instance régalienne  s’occupant des services secrets, des forces spéciales et des opérations clandestines.

Sur ce modèle martial, Emmanuel Macron lance en mai 2019 le Conseil de défense écologique dont la gestion dépend à la fois du secrétaire général du gouvernement et du commissaire général au Développement durable. Pourquoi un tel organisme bénéficie-t-il de telles dispositions confidentielles ? Le sauvetage du climat dépendrait-il du GIGN ou du Commando Hubert ? La transition écologique aurait-elle une valeur stratégique inconnue du quidam, ce qui justifierait le secret-défense ?

imacdsge.jpg

La pandémie coronavirale de 2020 a enfin vu la formation du Conseil de défense sanitaire avec la participation du ministre de la Santé et du Directeur général de la Santé, soit son vice-ministre. Les choix pris au cours de ces réunions ne sont pas anodins puisqu’ils affectent la vie courante des Français (apartheid vaccinal, confinement, couvre-feu, restrictions diverses et variées). En « conseil de défense », en tant que chef des armées, le président de la République peut imposer sa volonté. Malgré l’obligation de silence, on sait maintenant que Macron a usé de cette prérogative pour contraindre Édouard Philippe, réticent à tout cadeau accordé au vicomte de Villiers, à rouvrir le Puy du Fou en Vendée à l’été 2020.

Pourquoi le secret-défense s’applique-t-il en matière de santé publique ? L’exécutif a-t-il peur d’un noyautage des lieux par le covid-19 ? Le maréchal Coronavirus aurait-il de redoutables taupes ? Envisage-t-on de lancer des unités d’élite contre les variants Delta et Omicron ? Parler de guerre contre un virus relève de la boursoufflure verbale. L’obligation de se taire tranche singulièrement avec l’exigence croissante de transparence pour les particuliers. Se confirme ainsi un scandaleux « deux poids deux mesures »…

Le recours fréquent à ces conseils de défense thématiques (Conseil de défense et de sécurité nationale, Conseil de défense écologique, Conseil de défense sanitaire en attendant le Conseil de défense économique, le Conseil de défense financière et le Conseil de défense sociétale, voire un Conseil de défense identitaire ou un Conseil de défense démographique) permet à Emmanuel Macron d’ordonner des mesures exceptionnelles, souvent liberticides, prévues à l’article 16 tout en court-circuitant la supervision du Conseil constitutionnel et du Parlement.

Comme le remarquait le Lieutenant Sturm dans le n° 42 de « Revue & Corrigés » de décembre 2021, au Conseil de défense sanitaire viennent en outre s’ajouter le fameux Conseil scientifique et le Haut-Conseil de la Santé publique dont bien des membres ont intérêt à ce que continue la pandémie. Dans le même temps, l’Assemblée nationale à majorité macronienne suit aveuglément les injonctions de l’exécutif. Avez-vous dit contrôle parlementaire du gouvernement ?

La profusion des conseils non élus est un symptômes supplémentaires du passage de la démocratie formelle ploutocratique en despotisme bureaucratique progressiste explicite. En russe, on le sait, « conseil » se dit « soviet ». Avec la présidence pandémique du giflé de l’Élysée émergent les institutions soviétiques de la République hexagonale.

GF-T.

mercredi, 29 décembre 2021

Voulez-vous d'un "Macron remastérisé" pour gouverner la France?

cover-r4x3w1000-61aa3877710ba-sipa-01045805-000013.jpg

Voulez-vous d'un "Macron remastérisé" pour gouverner la France?

par Frédéric Andreu

La ficelle est grosse comme une corde, mais diablement efficace : le système électoral et la logique pernicieuse du “vote utile” consistent à nous faire choisir, au final, non pas entre deux visions du monde radicalement différentes, mais entre deux copies du même. Les élections présidentielles françaises illustrent parfaitement cette stratégie avec la montée de Valérie Pécresse dans les sondages. Le but du système étant de nous fourguer un “Macron remasterisé” en nous donnant le choix entre un énarque idéologique d'un côté et une autre énarque plus pragmatique.

Par quel tour de passe-passe le système s'y prend pour s'auto-reproduire tous les cinq ans? C'est très simple : la démocratie avance toujours par “étapes”, jamais de face, et en présentant des copies du même afin que tout tourne autour du même rond-point idéologique.

C'est une question d'ingénierie sociale que connaissaient déjà les Anciens. En effet, les Présocratiques ont montré un certain nombre de principes qui prévalent de toute éternité. Ils ont notamment démontré qu'entre l'original et la copie, c'est toujours la copie qui l'emporte. Le pouvoir du "double" est fascinatoire et intrinsèquement luciférien (en tant qu'il est "porteur de lumières"). D'ailleurs, le candidat est étymologiquement le “candidus”, celui qui porte la tunique blanche qui reflète la lumière. A l'époque antique, la tunique était un signe de visibilité mais à notre époque d'écrans omniprésents, il est devenu le règne du reflet luciferien. La stratégie du double règne dans nos consciences avec une redoutable efficacité. La démocratie, qui s'exerce en France le temps de déposer un bulletin pendant quelque instant est un exercice de “pensée magique” qui consiste à faire croire au “changement”, à l' “alternative”. C'est l'aspect fascinatoire du système électoraliste. 

Elections_large.jpg

Que faire face à ces gorgones de papier issues des mêmes cavernes universitaires ? Il reste à brandir le bouclier de Persée. Ne pas regarder en face Macron, Pécresse, c'est refuser déjà de valider leur vocabulaire et autres "éléments de langage", leurs arguments à coup de taux de croissance, leurs poncifs historiques de la seconde guerre mondiale, leur logique de bilans et autres courbes économiques destinés à donner un vernis scientifique à  ce qui n'est qu'une croyance économique.  

Tout ce petit monde formé aux méthodes de la "com" a le pouvoir magique de transformer notre jugement en pierre, c'est pourquoi il ne faut pas se prémunir de leurs stratégies. Leurs "éléments de langage" sont des formules de sorcellerie médiatique. Il convient au contraire de montrer que la stratégie du système est celle de la photocopieuse qui, en période électorale, marche à plein régime. Elle consiste à envahir le paysage médiatique de copies du même afin de faire croire à la liberté de choix entre deux candidats en réalité consensuels sur le fond mais opposés sur la couleur des tickets de métro; opposés sur tout mais consensuels sur le processus néolibéral de déréalisation du monde.

Conference-de-presse-Valerie-Pecresse-candidate-LR-a-la-presidentielle-le-21-decembre-2021-a-Erevan-Armenie-1192790.jpg

Entre Macron et Pécresse, on nous dira que voter pour Pécresse, c'est être moderne car c'est voter pour une femme. On nous opposera des différences de fond sans jamais nous dire lesquelles. Dans l'ère de la démocratie cosmétique, la victime, c'est l'imagination, la poésie, le don gratuit, la tradition - et finalement ce "pays réel" qui agonise en silence sous les coups de boutoir des normes, alors même que son négatif, le “pays légal” triomphe dans tous les domaines. C'est pourquoi les lendemains des élections se suivent et se ressemblent. Ils ressemblent à ces lendemains de fête lorsque les convives sont partis et que l'on se retrouve avec la gueule de bois et la maison sans dessus dessous. Toujours ce même sentiment de descendre en enfer, de voir la France et l'Occident s'évaporer dans le néant. Le même sentiment de ne croiser que le vide dans les yeux des passants.

Je ne dis pas que les candidats, en tant que personne, seraient porteurs de toutes les responsabilités. Tout revient, comme l'a bien montré Guy Debord à l'auto-mouvement cybernétique du capital en oeuvre dans la “Société du Spectacle”. C'est elle qui explique pourquoi sous François Hollande, on finissait par regretter Sarkozy ; sous Macron, on a regretté Hollande, et pourquoi nous sommes tous plus ou moins en train de nous demander si l'on ne va pas regretter Macron...

En réalité, les idéologies programmatiques, surtout celles qui nous promettent le bonheur sur terre, sont des "calypsos” (les forces de la captation et de la dissimulation) des véritables processus en cours dans l'Histoire. On remarquera en effet que tous les systèmes opposés sur le papier, capitalisme et communisme (voire, dans une moindre mesure, le fascisme), ont tous servi le processus technicien. Ils ont tous remplacé l'objet par le produit, le jardin par l'usine, la qualité par la quantité et au final, l'homme par la machine...

La stratégie de nos Macron ou Pécresse consiste à accompagner le broyage systématique du Pays Réel tout en jouant la carte de la nouveauté. Il faut paraître jeune et "branché", ou à l'inverse, réactionnaire. Toutes les stratégies sont bonnes pourvu que la France demeure une puissance inféodée aux grands ensembles mondiaux au rebours de ce que sa situation géopolitique lui commende : être le fer de lance des pays “non-alignés”.

Au lieu de chercher le consensuel mou, le pathos, le cercle de raison, les candidats devraient au contraire se rappeler qu' "un homme persuadé persuade". La foi agit comme une onde de choc et non comme une programation. Le phénomène Zemmour le montre bien.

A "gauche", Mélenchon auto-censure ses pulsions nationalistes à la Marcel Déat. A "droite", les idéaux restent prisonniers du tribunal idéologique de la gauche. En 2006, Pécresse n'a-t-elle pas déclaré que la “société métissée est l'avenir de la France” ? Quant à Marine Le Pen, elle court derrière la « respectabilité » c'est-à-dire derrière les inférences de la gauche idéologique. Au fond des choses, le jeu électoraliste est implicitement pervers car basé sur la peur et le vote utile.

Un pays qui a connu l'aventure bonapartiste est dans son Histoire  prédisposé à jouer un autre rôle que celui de caniche nain des oligarchies mondialistes. Même si la démographie n'est plus celle de la fin du 18ème siècle, la France, riche du génie de ses peuples, de sa géopolitique liée à ses territoires ultramarins, est prédisposé à être le chef de file des pays non-alignés du monde.

La France est une locomotive que l'on cherche a réduire à un wagon.

dimanche, 26 décembre 2021

Éric Zemmour, le pour et le contre

SIPA_AP22629133_000005.jpg

Éric Zemmour, le pour et le contre

par Georges FELTIN-TRACOL

Le mardi 30 novembre 2021, à quarante-huit heures de deux événements historiques chers à ce fervent napoléonien, Éric Zemmour a décidé de se présenter à l’élection présidentielle. Sa candidature attise les tensions au sein du « camp national » avec les partisans respectifs de Marine Le Pen, de Florian Philippot, de Nicolas Dupont-Aignan, de François Asselineau, voire d’Yvan Benedetti. Son entrée officielle dans l’arène électorale va-t-elle bouleverser les actuels rapports de forces ? À voir…

D’après les sondages, l’ancien journaliste se trouve dans le quatuor de tête en compagnie d’Emmanuel Macron, de Valérie Pécresse et de Marine Le Pen. Il faut néanmoins rester prudent envers ces indicateurs à la fiabilité aléatoire. Ils constituent en effet de redoutables outils de manipulation médiatique. Ces instruments de guerre psychologique de masse sont dorénavant capables de fomenter dans l’opinion des détestations ou des adhésions factices. Souvenons-nous que quatre mois avant le 21 avril 2002, Jean-Pierre Chevènement faisait figure de troisième homme… Les couvertures de la presse people sur Éric Zemmour participent à une entreprise de formatage des mentalités qui à la fois le valorise et le dénigre. Nul doute que la papesse des ragots de pissotière à peine sortie de taule soit en service commandé pour l’Élysée. Quant aux nombreux exemplaires vendus de La France n’a pas dit son dernier mot, ils ne préjugent en rien du résultat final au soir du premier tour. Avec divers titres (biographies historiques et essais politiques), le vicomte Philippe de Villiers se vend bien. Il ne fit pourtant aux présidentielles de 1995 et de 2007 que 4,74 % et 2,23 %. Supposons qu’Éric Zemmour écoule trois cent mille volumes, que tous les acheteurs soient ses électeurs et qu’ils entraînent avec eux une autre personne, cela ne ferait que six cent mille suffrages, soit, avec une abstention de 50 %, 2,66 % des votes exprimés. Le nouveau candidat est peut-être la victime d’une illusion savamment orchestrée.

413IdvOdhmL._SX319_BO1,204,203,200_.jpgFaudrait-il que le 10 avril prochain, les électeurs puissent encore trouver dans les bureaux de vote des bulletins marqués « Éric Zemmour » ? Obtiendra-t-il les cinq cents parrainages nécessaires ? La transparence tyrannique du calamiteux Flamby a imposé la publicité des signatures. Souvent lâches malgré leur appel incessant au civisme de leurs administrés, les élus locaux ne cachent plus leurs réticences à soutenir un candidat. Et quand bien même le « Z » les aurait, rien n’empêcherait le Conseil constitutionnel, fort du précédent de 1969 avec Pierre Sidos, de rejeter sa candidature soit pour des formulaires mal remplis, soit parce qu’il a été condamné à deux reprises pour délit d’opinion. Cette dernière hypothèse serait osée quand on sait que parmi les neuf conseillers constitutionnels siège un ancien condamné exilé une année au Québec…

Supposons qu’Éric Zemmour franchisse ces deux obstacles. Il a déjà compris la nécessité de fortifier son équipe, d’où la nomination comme directeur de campagne de l’ancien n°2 de l’armée de terre, le général Bertrand de la Chesnais. Il va avoir du boulot en raison d’une organisation pour l’heure  « vaporeuse ». Qui fait quoi entre les Comités Zemmour, Génération Z et les Amis d’Éric Zemmour ? Une campagne présidentielle est un marathon de courses de 110 m haies.

La précédente chronique se gaussait de la dénomination grotesque qui affuble certains partis. Force est de constater que le nom du mouvement zemmourien, Reconquête !, n’appartient pas à ce registre de tiédeur sémantique. C’est un beau titre et un excellent mot d’ordre qui a des précurseurs. Le programme embryonnaire demeure en revanche toujours déficient. Le nouveau candidat n’émet presque aucune critique envers l’actuel despotisme sanitaire. Hormis l’immigration et une vision enjolivée des « Trente Glorieuses », en particulier les décennies 1950 et 1960, ses quelques propositions semblent contenter les nostalgiques de Nicolas Sarközy, les exclus de Marine Le Pen, les orphelins de Marion Maréchal, les déçus de François Fillon et les recalés de « La Manif pour Tous ». Éric Zemmour pense réaliser sur sa personne la fameuse « union des droites », cette alliance fantasmagorique entre la « droite hors-les-murs » d’essence versaillaise et le « bloc populaire » péri-urbain ou la coagulation entre la petite bourgeoisie conservatrice et les Gilets jaunes. Pas sûr que l’amalgame prenne…

mon-programme-faye.jpgS’il veut vraiment réussir cette synthèse improbable, même si les questions sociale, identitaire et écologique sont intriquées, Éric Zemmour devrait puiser dans Mon Programme écrit en 2012 aux Éditions du Lore par Guillaume Faye. Les commentateurs ne comprennent pas que l’auteur de Premier sexe soit protectionniste à l’extérieur et libéral à l’intérieur. Tout en se référant à des libéraux hétérodoxes tels que Vilfredo Pareto, Maurice Allais et François Perroux, Guillaume Faye développait « un programme révolutionnaire [qui] ne vise pas à changer les règles du jeu mais à changer le jeu ». Le « Z » se sent-il capable de changer le jeu ? Lors de son discours de Villepinte, il aurait pu proclamer sa volonté de renverser la table. Il s’arrête au milieu du Rubicon.

Bon éditorialiste et essayiste de talent, le personnage Zemmour n’est pas antipathique. Ses deux condamnations judiciaires en font même une victime du politiquement correct. Il est le seul candidat présent dans les sondages à souhaiter l’abrogation salutaire des lois liberticides et mémorielles hémiplégiques. En 2013, il a signé la pétition des « 343 salauds » contre la pénalisation des clients de prostituées. S’il n’a pas encore adopté toutes les convenances médiatiques, son parler vrai tranche avec le ronron douçâtre des autres candidats.

Son entourage immédiat constitué d’anciens sarközystes et de start uppers ex-macroniens soulève toutefois des interrogations légitimes. Ne l’a-t-il pas empêché d’accepter naguère les invitations de s’exprimer sur Radio Méridien Zéro ? N’est-ce pas sous sa pression que le nouveau candidat a en partie estimé l’inélégance de son doigt d’honneur à une rombière marseillaise qui le méritait largement ? Cet entourage risque de le mener dans une impasse libérale-conservatrice guère compatible avec les aspirations sociales-sécuritaires de la « France périphérique ». On touche là une réelle béance stratégique, tactique et programmatique.

Éric Zemmour répète volontiers qu’il souhaite refaire le RPR des années 1980 (et non, nuance, le FN des années 1970 ou du début des années 1990 !). Mais quel Rassemblement pour la République ? Celui du discours d’Égletons de 1976 en faveur d’un « travaillisme à la française » (comprendre une forme édulcorée de gaullisme de gauche en confrontation directe avec le libéralisme avancé giscardien) ? Celui de 1977 qui ouvre ses listes municipales à Paris aux militants du Parti des Forces nouvelles ? Celui, anti-européen, de l’« Appel de Cochin » de 1979 rédigé par Marie-France Garaud et Pierre Juillet ? Celui de la période 1982 – 1986 qui bénéficie des travaux du Club de l’Horloge ? Celui du putsch interne raté de Charles Pasqua et de Philippe Séguin en 1990 contre Alain Juppé ? Celui du « non » au référendum sur le traité de Maastricht en 1992 ? Ou bien celui de 1995 avec un Jacques Chirac faisant campagne sur la « fracture sociale» ?

Le nouveau candidat se dit « gaulliste » et « gaullien ». Pourquoi tient-il alors des propos ultra-libéraux à faire pâlir Thatcher et Reagan ? Il devrait plutôt souscrire à des mesures de « démondialisation » pratiques susceptibles de réconcilier les sans-culottes artisans et commerçants, canuts propriétaires de leurs outils de travail et les catholiques sociaux d’Albert de Mun, de Léon Harmel, de René de La Tour du Pin et de G.K. Chesterton : l’intéressement des salariés aux bénéfices, la participation effective à cette communauté productive de destin nommée « entreprise », l’association capital – travail et la cogestion. Par ailleurs, il ne réclame pas la sortie de la civilisation européenne du carcan décadent de l’Union faussement européenne et ouvertement cosmopolite.

Les écrits politiques d’Éric Zemmour inclinent nettement vers une recentralisation politico-administrative autour de Paris et de l’Île-de-France. C’est une grave erreur. La France souffre d’une hypertrophie centralisatrice parisienne ainsi que d’une décentralisation avortée monopolisée par les partis politiques. Oublie-t-il qu’en 1969, Charles De Gaulle défendait une régionalisation couplée à une déconcentration administrative bien plus pertinente que les lois Defferre de 1982 ? Ignore-t-il qu’en 1947, l’ancien non-conformiste des années 1930 Jean-François Gravier dénonçait dans Paris et le désert français les ravages anciens du centralisme parisien ?

81AIXrEMpvL.jpgSon autre grave erreur concerne l’assimilation. Nostalgique de l’école de la IIIe République, le candidat préfère ne pas s’attarder sur le bilan désastreux des « Hussards noirs ». Au-delà des souvenirs savoureux de Marcel Pagnol dans la classe de son père, les lois scolaires de Jules Ferry ont durablement et profondément altéré l’identité enracinée et européenne de la France. Les instituteurs de la « Belle Époque » ont brisé les identités vernaculaires et ainsi indirectement favorisé le terrible ethnocide des campagnes françaises entre 1914 et 1918.

Vouloir et même exiger au XXIe siècle l’assimilation de fait impossible de millions de non-Européens est non seulement un non-sens, mais c’est aussi un mépris pour toutes les personnalités collectives. Osons le dire fermement ! Le désaccord sur ce sujet entre Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour relève de l’ordre du degré et non de sa nature. La « créolisation » rêvée du premier n’est que l’aboutissement ultime de l’« assimilation » républicaine du second.

Éric Zemmour entend-il vraiment adopter une « synthèse nationale et  populaire » ou bien ne fait-il que sonner le tocsin civilisationnel ? Les prochaines semaines montreront s’il est en mesure d’atteindre le seuil du second tour ou bien s’il sera un autre Louis Ducatel.

GF-T.

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 14, mise en ligne le 14 décembre 2021 sur Radio Méridien Zéro.

jeudi, 23 décembre 2021

Non-sens politico-sémantique

creative-snowman-ideas-54-5853ec68d23fc__605.jpg

Non-sens politico-sémantique

par Georges FELTIN-TRACOL

De nombreux et remarquables « Panoramas – Actu » sur la présente radio critiquent régulièrement les politiciens sans imagination, en particulier ceux qui profitent de la France pour toujours mieux la ruiner. On a maintenant la confirmation qu’ils conçoivent les affaires publiques comme leur réserve privilégiée avec des noms de partis politiques inexpressifs. Depuis la fin du XIXe siècle, les partis présentaient leurs intentions programmatiques : L’Appel au Peuple bonapartiste, la Section française de l’Internationale ouvrière socialiste, le Parti républicain radical et radical-socialiste, le Parti paysan, etc. L’ambiguïté commençait déjà à poindre avec des partis de droite qui refusaient de s’assumer en tant que tels comme l’Action libérale populaire de Jacques Piou et du comte Albert de Mun qui rassemblait les catholiques ralliés à la République, ou l’Union républicaine de France – Fédération républicaine de France (1924 - 1940) qui regroupait les députés de droite modérée. Il faut aussi noter que certains noms ne correspondent plus à leur évolution postérieure. Ainsi, se positionnant au centre, le Parti radical et ses succédanés ne défendent-ils plus aucune radicalité.

phpOFYWLC.jpg

Le 9 octobre 2021, l’ancien Premier ministre Édouard Philippe a lancé un nouveau parti appelé Horizons, ce qui ne veut rien dire. « Horizons 2027 » aurait été plus parlant dans la perspective de la présidentielle suivante. Gageons que cette nouvelle formation politicarde dont le secrétaire général n’est autre que Christophe Béchu, le maire d’Angers, l’un des principaux détracteurs de L’Alvarium, n’a pas dû faire face à de nombreuses obstructions administratives et bancaires au contraire d’autres formations militantes.

Au lancement du parti philippiste participait La France audacieuse de Christian Estrosi, le maire « motodidacte » de Nice. Ce dernier ne pouvait pas nommer son association « La France frileuse » ou « L’Hexagone timoré ». Cette désignation fait surtout penser au slogan de François Bayrou à la présidentielle de 2002 : « La France humaine ». Il est vrai qu’il lui aurait été difficile de parcourir le pays à bord de son bus avec « La France bestiale » ou « La France automatique » inscrit dessus…

estrosi.jpg

Le parti présidentiel incarne l’absence de tout signifiant. D’abord appelé En marche, il est devenu dès l’élection de son concepteur La République en marche. Faut-il comprendre que la République arrive à reculer ? LREM signifie surtout « La Répression en marche » avec une profusion inouïe de mesures liberticides établissant une tyrannie 2.0. Dans le marécage macronien où grenouillent de sémillants groupuscules (Territoires de progrès, Agir, En commun) vient chapeauter une sorte de « maison commune » appelée « Ensemble citoyens ! ». Et pourquoi pas « Ensemble clampins ! », « Ensemble moutons ! » ou « Ensemble béotiens ! » ?

La vacuité sémantique des partis politiques n’appartient pas aux seuls macroniens. D’autres partis prennent des noms grotesque. Cette mode se comprend avec la généralisation de l’« analphabétisme civique » d’une opinion sevrée d’informations et de propagande. Certes, il perdure encore le Parti communiste français, le Rassemblement national, Lutte ouvrière et même Europe – Écologie – Les Verts. Avant 2015, Les Républicains se nommèrent successivement « Union pour la majorité présidentielle » assez compréhensible avant de devenir une fumeuse Union pour un mouvement populaire (UMP). Cette appellation avait été adoptée après de longues tractations. Certains avaient proposé « La Maison Bleue ». Aux législatives anticipées de 1988, l’alliance RPR – UDF attribuait à ses candidats l’étiquette URC, soit « Union pour le rassemblement et le centre ». Jean-Marie Le Pen s’en gaussa en parlant de l’« Union pour la redondance comique ».

Au cœur de l’UMP longtemps sarközyste, plusieurs tendances prenaient divers noms susceptibles de ravir les militants comme « La Droite libre ». En novembre 2012, les adhérents purent choisir entre la « Droite forte », la « Droite sociale », la « Droite populaire » et « Le gaullisme, une voie d’avenir pour la France ». La plus caricaturale se désignait « France moderne et humaniste ». Animée par Laurent Wauquiez, la « Droite sociale » s’adossait à un micro-parti de son fondateur, « Nouvel Oxygène ». Au moment de la guerre interne pour la présidence de l’UMP en 2012 entre François Fillon et Jean-François Copé, il exista de novembre 2012 à janvier 2013 un groupe dissident éphémère de députés fillonistes appelé « Rassemblement – UMP », une autre redondance loufoque.

entête-droite-sociale.jpg

Raphaël Glucksman a pour sa part créé en novembre 2018 Place publique. Combien d’électeurs comprennent-ils qu’il s’agit d’une allusion à l’agora athénienne et au forum romain ? En juillet 2017, Benoît Hamon lança Génération.s, point médian et écriture inclusive en plus. Vu les résultats électoraux, « Riquiqui » ou « Étriqué » serait plus approprié… Le débat public serait-il enfin plus riche avec « Lévrette politique », « Pissotière républicaine » ou « Mycose démocratique » ?

imdardage.jpgN’oublions pas que certains acronymes prêtent à sourire. En mars 2010, l’humoriste et saltimbanque chiraquien Patrick Sébastien mit brièvement un pied en politique avec le DARD ou « Droit au respect et à la dignité ». Il abandonna toute velléité politique trois mois plus tard, vexé et meurtri d’être qualifié par le système médiatique d’« apprenti populiste »… Des slogans électoraux sont parfois dignes de l’excellent Almanach Vermot. Aux municipales de 2020 dans la commune de Bezons dans le Val-d’Oise, la liste macroniste s’intitula « Bezons, de toutes nos forces ». Quant aux listes vertes, elles s’approprièrent le climat en s’intitulant, par exemple, « Pétahouchnock pour le climat » comme si le temps géologique se confondait ici avec une fébrilité électoraliste momentanée.

Instruit de tous ces précédents, l’instant est historique, Amis ! Votre serviteur fonde dès à présent son propre parti : le Mouvement bien profond. Nul doute qu’il remportera les prochaines échéances électorales avec plus de 500 % des suffrages avant même le premier tour surtout si on valorise son slogan principal : « Au fondement de la République, le Mouvement bien profond ! » 

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 13, mis en ligne sur Radio Méridien Zéro, le 7 décembre 2021.

lundi, 08 novembre 2021

Droite et gauche, depuis 1989, les deux bras du rouleau compresseur néo-libéral

queer_100-1024x670.jpg

Droite et gauche, depuis 1989, les deux bras du rouleau compresseur néo-libéral

Les nouvelles gauches fuchsia et post-marxistes finiront par devenir l'emblème même, culturellement et politiquement, du turbo-capitalisme gagnant!

Par Diego Fusaro

Ex: https://www.tradicionviva.es/2021/11/07/derecha-e-izquierda-desde-1989-los-dos-brazos-del-monstruo-neoliberal/

Tant à droite qu'à gauche, les gens ont été incapables, par myopie ou par mauvaise foi, de saisir la véritable signification historique de 1989 comme le triomphe du capitalisme américain contre toutes les formes de résistance culturelle, politique et économique. Dans la seconde moitié du 20ème siècle, le soi-disant "néo-fascisme" a largement pris la forme d'une ressource de normalisation atlantiste et anti-soviétique servile, fonctionnelle parce qu'il abandonnait toute résistance anti-impérialiste et participait au reflux complet de la droite vers le capitalisme gagnant. Une dynamique convergente de domestication des intelligences critiques avait eu lieu à gauche ; une dynamique destinée à culminer dans l'actuelle reconfiguration globale de la gauche comme front avancé de la post-modernisation capitaliste, avec la centralité incontestable de la privatisation et de la libéralisation individualiste des coutumes et de la consommation.

Grâce à une métamorphose kafkaïenne, les nouvelles gauches fuchsia et post-marxistes finiront par devenir l'emblème même, sur le plan culturel et politique, du turbo-capitalisme gagnant. Preuve en est que la Nouvelle Gauche post-marxiste, qui - comme toute force libérale - est également anticommuniste et antifasciste, aurait repris toutes les batailles du cosmo-mercantilisme après 1989, adhérant pleinement au projet de libéralisation privée dans la sphère économique, d'impérialisme éthique made in USA en politique étrangère, de dé-souverainisation au profit de la Banque centrale européenne dans la sphère politique.

Les mots de Tacite s'inscrivent dans cette course générale vers la servitude: at Romae ruere in servitium consules, patres, eques... En ce sens, il est toujours bon de rappeler comment, aujourd'hui encore, le secteur de la gauche constitue le front le plus avancé pour la dé-souverainisation et la sanctification du projet de l'Union européenne. Sur ce plan incliné, qui les amènerait à se redéfinir comme ce que Gramsci a combattu tout au long de son existence, les gauches fuchsia et arc-en-ciel, traîtresses à Marx et au projet anticapitaliste, sont en fait devenues de manière cohérente des formes articulées pour se maintenir à bonne distance du peuple et antithétiques aux intérêts matériels des travailleurs.

De la lutte contre le capital, la gauche est passée à la lutte pour le capital, se redéfinissant comme un parti glamour et individualiste, culturellement libertaire, politiquement anti-étatiste et privatiste, économiquement libéral et compétitif, géopolitiquement atlantiste : "Je me sens plus en sécurité en restant de ce côté, sous le parapluie de l'OTAN", avait déjà improvisé Enrico Berlinguer en 1976, révélant l'adhésion déjà presque totale de la gauche démo-phobe - comme de la droite - à l'ordre de la mondialisation américano-centrique et, dans ce contexte, anti-soviétique. Cette déclaration, qui condense l'embryon de la reddition de la gauche à l'atlantisme, gauche qui était en train de se redéfinir comme post-marxiste, peut pratiquement être considérée comme un achèvement de la déclaration du secrétaire du parti Refondation communiste, Paolo Ferrero, dans le journal "Liberazione" du 9 novembre 2009 : la chute du mur de Berlin "était un fait positif et nécessaire, à célébrer" (sic !). Les paroles de Ferrero, dans ce contexte, auraient pu être les mêmes que celles de n'importe quel politicien de foi libérale ferme. Non seulement cela, mais, comme cela a souvent été souligné, le secteur de la gauche s'est révélé incapable d'offrir une réponse forte et plausible à la crise du paradigme keynésien, sans parler d'une véritable alternative à celui-ci. Qui plus est, il s'est retrouvé directement à "gérer la crise du capital pour le compte du capital" : et ce sur le plan incliné qui le conduira, après 1989, à se hisser au rôle insoupçonné d'espace politique privilégié pour la représentation des intérêts des classes dominantes.

Enrico-Berlinguer_5523d44534253.jpg

La figure de Berlinguer constitue en effet un carrefour décisif dans le processus de métamorphose de la gauche marxiste et de sa normalisation libérale et atlantiste, tel qu'il finira par se réaliser après 1989 dans la nouvelle gauche malheureuse et sans conscience, celle des porte-drapeaux de l'Union européenne. Togliatti avait fait une revendication gramscienne de la souveraineté nationale comme base de l'internationalisme et de la "voie nationale vers le communisme" (s'opposant avec la même force à l'OTAN et aux projets d'intégration européenne). Il était aussi clairement conscient du conflit structurel entre le capital et le travail.

togliatti.jpg

Pour sa part, Berlinguer abandonne la référence à la souveraineté nationale des communistes, optant pour la voie de l'eurocommunisme et de l'ouverture cosmopolite (plutôt qu'internationaliste), mais aussi pour la subordination de la nation italienne à la monarchie du dollar ("le parapluie de l'OTAN"). Berlinguer a ainsi posé les bases de la redéfinition ultérieure de la gauche comme force de soutien à l'Union européenne et à cette ouverture cosmopolite qui était, de facto, l'ordre symbolique de la classe dominante et qui, dans l'imaginaire de la nouvelle gauche, réoccuperait pleinement l'espace précédemment occupé par la lutte des classes et la question du travail.

De plus, Berlinguer a remplacé de manière perverse la question sociale du conflit entre le capital et le travail par la "question morale", qui non seulement n'a rien de marxiste (puisque le marxisme considère la société du capital comme intrinsèquement corrompue, quelle que soit la conduite morale des agents individuels). De plus, elle a fini par ouvrir la voie, à son grand regret, à la fois à l'anti-keynésianisme qui marquera plus tard le quadrant de gauche comme la nouvelle force privilégiée du libéralisme après 1989, et à la perte, de la part de la gauche, de toute référence à la question socio-économique et au conflit de classe associé.

Article publié en italien sur https://avig.mantepsei.it/single/destra-e-sinistra-dal-1989-sono-le-due-braccia-del-mostro-neoliberale 

samedi, 30 octobre 2021

Rétablir deux vérités politiques

838_gettyimages-1047296618.jpg

Rétablir deux vérités politiques

par Georges FELTIN-TRACOL

Avec l’écoulement des années, la mémoire collective flanche souvent, surtout quand le complexe médiatique d’occupation mentale la travaille en profondeur avec insistance. Il n’hésite pas en effet à tordre les faits, à travestir la réalité et à détourner le sens des évènements afin de se conformer à sa narration idéologique. Ses manipulations ne datent pas des fameuses fake news ou infox.

La politique d’intoxication volontaire de l’information se révèle désastreuse auprès des jeunes générations qui, dépourvues de sens critique et sans connaissances particulières de sujets plus ou moins historiques, contribuent à leur insu à entériner les déformations officielles. Prenons deux cas politiques français que les moins de vingt ans ne connaissent plus.

Le premier tour de l’élection présidentielle, le 21 avril 2002, marque la qualification de Jean-Marie Le Pen au duel final face au président sortant Jacques Chirac. Avec une avance de 194.505 voix, le président du Front national (FN) élimine le premier ministre socialiste sortant Lionel Jospin. D’abord choqués par cet incroyable coup de tonnerre, les hiérarques socialistes désignent très vite les responsables de cette élimination prématurée : le nombre élevé de candidats et la présence de Jean-Pierre Chevènement qui recueille 1.518.568 suffrages.

Deux explications fallacieuses ! Seize candidats - trois trotskistes (Arlette Laguiller, Olivier Besancenot, Daniel Gluckstein), deux écologistes (Corinne Lepage, Noël Mamère), un chasseur (Jean Saint-Josse), deux ex-barristes (Christine Boutin, François Bayrou), deux libéraux (Jacques Chirac, Alain Madelin) et deux nationaux (Jean-Marie Le Pen, Bruno Mégret) – reflètent le large spectre politique du pays réel. La candidature de Jean-Pierre Chevènement sur une ligne nationale-républicaine favorable au rassemblement des souverainistes des deux rives (droite et gauche) n’attire que quelques électeurs socialistes. En fait, l’éviction de Lionel Jospin résulte d’une mauvaise campagne au cours de laquelle il déclare que, face aux licenciements industriels, « l’État ne peut pas tout » et que son « programme n’est pas socialiste ». Son échec reste l’exemple flagrant d’une campagne de premier tour conduite comme une campagne de second tour. Par ailleurs, bien que chef de file de la « Gauche plurielle », le Premier ministre battu avait accepté une multiplication des candidatures au sein de sa propre majorité parlementaire. Contre lui se présentaient Chevènement, les Verts, le communiste Robert Hue et l’exquise Christiane Taubira au nom du Parti radical de gauche (PRG). Or, les divergences entre le PS et le PRG sont d’ordre microscopique. Les 660 515 voix de Christiane Taubira se seraient naturellement portées aux deux tiers sur Jospin et, pour le dernier tiers, sur un autre candidat de gauche. L’élue guyanaise porte ainsi la lourde responsabilité de la défaite historique du candidat socialiste. Il va de soi que cette vérité ne se proclame pas, car ce serait presque outragé l’icône médiatique de la pseudo-diversité…

La seconde vérité politique à rétablir concerne les mairies FN dont la gestion dans les années 1990 aurait été ca-ta-stro-phique ! Au soir du second tour des élections municipales, le 18 juin 1995, le FN remporte trois municipalités grâce à Jean-Marie Le Chevalier à Toulon dans le Var, à Daniel Simonpieri à Marignane dans les Bouches-du-Rhône et à Jacques Bompard à Orange dans le Vaucluse. Deux ans plus tard, la liste de Catherine Mégret, l’épouse de Bruno Mégret déclaré inéligible par le Régime pour un prétexte futile, s’empare d’une autre commune des Bouches-du-Rhône, Vitrolles.

Le FN avait déjà dirigé des municipalités. Dès 1983, le maire de Thio en Nouvelle-Calédonie, Roger Galliot, se ralliait au FN, séduit par un ferme discours anti-indépendantiste. Thio devint cependant en 1985 un solide bastion indépendantiste. En 1989, un ancien député tour à tour démocrate-chrétien et gaulliste, naguère secrétaire d’État d’un gouvernement Pompidou, Charles de Pineton de Chambrun, devient le maire frontiste de Saint-Gilles dans le Gard. Toutefois, il démissionne en 1992. L’élection partielle fait retomber Saint-Gilles-du-Gard dans le giron de la droite molle. Charles de Chambrun (1930 – 2010) représentait la tendance modérée et atlantiste du FN. Il négocia au début des années 1980 l’implantation en France de l’ignoble Disneyland – Paris et les dérogations léonines au code du travail. Son action municipale timorée explique ce retrait prématuré.

Entre 1995 et 2001, les équipes municipales frontistes subissent le feu nourri des journalistes, des associations subventionnées et des services préfectoraux qui font leur maximum pour entraver les décisions communales. En 2001 se tiennent de nouvelles élections municipales. Les « bobardements » et autres harcèlements incessants du Système sont-ils des succès ? Non, puisqu’il perd par 3 à 1. Les maires de Vitrolles, d’Orange et de Marignane sont réélus. Le FN gagne même avec Marie-Christine Bignon, la mère de Stéphanie Bignon, présidente de Terre et Famille, la commune de Chauffailles en Saône-et-Loire et plus précisément en Charolais, cette vieille terre d’Empire. Certes, les maires de Vitrolles et de Marignane portent à ce moment-là l’étiquette du MNR (Mouvement national-républicain). La seule défaite concerne Toulon pris par le futur macronien Hubert Falco.

Cette perte n’est pas une surprise. Pourtant, en 1997, Jean-Marie Le Chevalier (1936 - 2020) avait été élu député avant que son élection fût invalidée pour un motif bancal et que son épouse Cendrine, candidate à sa place, fût battue de peu par un abject « front ripoublicain ». Le journaliste Serge de Beketch et l’écrivain Yves-Marie Adeline ont rapporté dans leurs souvenirs respectifs l’amateurisme de l’équipe toulonaise, les dissensions internes et les menaces fréquentes de la pègre locale très puissante, d’où le décès plus que suspect de l’adjoint au maire Jean-Claude Poulet-Dachary. Appartenant à l’aile modérée, venu du giscardisme et ami personnel de Jean-Marie Le Pen, Jean-Marie Le Chevalier manqua surtout d’audace et de ténacité, au contraire de ses homologues d’Orange, de Vitrolles et de Marignane.

En 2003, Catherine Mégret perd Vitrolles, victime des magouilles juridiques du Conseil d’État. Malgré son ralliement à l’UMP de Nicolas Sarközy, Daniel Simonpieri est vaincu en 2008 au profit d’un sarközyste dissident. Si Orange et Chauffailles conservent leurs édiles, ceux-ci ont abandonné l’étiquette frontiste. En 2020, Marie-Christine Bignon a transmis la mairie à Stéphanie Dumoulin et occupe une vice-présidence Les Républicains au conseil départemental de Saône-et-Loire. Seul Jacques Bompard demeure après vingt-six ans de mandat l’homme fort d’Orange. Lors des élections municipales et départementales, il est courant que dans ce coin de France, les seconds tours opposent sa Ligue du Sud au FN – RN. Un vrai rêve éveillé...

On aura compris qu’il faut sans cesse rapporter la réalité et contrer les mensonges éhontés du Système. C’est ça aussi, la réinformation !   

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 7, mise en ligne sur Radio Méridien Zéro du 27 octobre 2021.

mercredi, 27 octobre 2021

Elections présidentielles 2022: faut-il voter?

prsidetielle.jpg

Elections présidentielles 2022: faut-il voter?

par Pierre-Emile Blairon

Etat des lieux

Alors que les signes d’une prise de pouvoir sur l’ensemble de la planète par les élites ploutocratiques se faisaient sentir depuis des décennies (au moins), seules, quelques personnes plus lucides que d’autres tentaient d’alerter les populations.

De fait, une césure est lentement apparue qui s’est transformée en une crevasse infranchissable qui séparait le monde des sociétés traditionnelles de celui des affairistes, le monde des terroirs, des régions avec leurs coutumes millénaires, leur savoir-faire artisanal, leur art de vivre, le monde des peuples enracinés, des hommes et des femmes de bon sens insérés dans leurs milieux naturels contre celui des mondialistes, matérialistes progressistes, monde artificiel sans règles et sans valeurs, désormais dirigé par les transhumanistes qui ne rêvent que de transformer les populations en esclaves ou en robots.

Une sorte de statu quo paraissait s’être instauré mais ces forces négatives ont décidé, comme dans l’urgence, fin 2019 et début 2020, de sauter sur l’occasion que leur donnait la « découverte » de ce coronavirus en Chine pour imposer leur loi sous couvert sanitaire à toute la planète. Je me suis longuement demandé comment un très petit groupe d’être humains avait pu imposer avec une telle rapidité et une telle efficacité cette totale soumission de la population terrienne (plus de 7 milliards d’individus quand même) à ce qui s’apparente à sa propre disparition. C’est grâce à certaines techniques de conditionnement des foules, comme l’ingénierie sociale, que les mondialistes ont pu arriver à ce résultat.

C’est ainsi que nous vivons depuis bientôt deux ans les effets de la plus grande manipulation de tous les temps.

Notre génération a l’insigne privilège de contempler, stupéfaite et désespérée, un monde qui se défait littéralement dans le déchaînement des entités diaboliques qui ont pris le pouvoir sur une population tétanisée.

Il se fait que ces incroyables bouleversements se font dans l’apathie générale d’individus lobotomisés qui refusent de croire aux événements qui se déroulent sous leurs yeux et qui ne se soucient que de leurs petits intérêts matériels ; on assiste à une interruption, voire à une régression brutale de l’intelligence chez la plupart de ces individus, dégradation qui peut clairement être constatée par ceux qui ont réussi à conserver, en dépit du matraquage médiatique, leur esprit critique ; c’est à l’aune de cette constatation que ces quelques esprits éclairés ont pris la mesure de l’ampleur du désastre en cours et se préparent au pire.

Une contestation a fini par éclore, en France et dans d’autres pays du monde, résistance bien timide d’abord ; en France, elle est née sous l’égide de Florian Philippot ; les militants de son parti, Les Patriotes, rassemblaient fin 2020 quelques dizaines de militants réunis sur les lieux emblématiques de quelques villes en France ; et la mayonnaise a pris de telle sorte que c’est maintenant des dizaines de milliers de Français qui défilent chaque samedi dans au moins deux cents villes en France contre le pass sanitaire. De même, les populations de nombreux pays du monde protestent contre la dictature mondiale qui se met en place sous prétexte de mesures sanitaires.

Les médias français subventionnés ne disent pas un mot de ces manifestations, qu’elles se déroulent en France, ou ailleurs dans le monde ; la contestation n’existe pas pour ces pseudo-journalistes.

Les Français opposés à la mise en place de cette tyrannie planétaire savent parfaitement que les instances européennes n’en sont qu’un relais efficace et que le gouvernement français entièrement soumis aux élites ploutocratiques ne fait qu’appliquer leurs directives.

Moins nombreux sont ceux qui savent que le pouvoir mondial utilise les masses immigrées et les terroristes islamiques pour mieux déstabiliser les sociétés traditionnelles, notamment européennes et occidentales.

Une autre dichotomie est apparue, plus ancrée dans le réel quotidien, plus susceptible de nourrir les passions et de préparer un monde de cauchemar où les citoyens de chaque pays pourraient s’affronter dans une guerre civile qui ne serait même pas raciale.

On constate effectivement la présence face à face de deux populations.

Il y a, d’une part, ceux qu’on peut appeler les résistants. Ils ont compris que le « pass sanitaire » et le vaccin n’étaient que des outils (ou plutôt des armes de destruction massive) pour soumettre les populations ou, plus inquiétant encore, pour réduire leur nombre que les mondialistes jugent pléthorique.

Et il y a, d’autre part, ceux qui, par bêtise, par confort ou par lâcheté (à vrai dire, les trois à la fois) ne veulent pas entendre parler d’un quelconque conditionnement et traitent de complotistes ceux qui ont su garder un esprit critique et éveillé.

Il est très difficile d’établir un pourcentage de chacune de ces deux populations, d’une part à cause du silence des autorités qui ne permettent donc pas aux organismes d’évaluation de révéler des chiffres fiables, d’autre part, du fait d’un nombre grandissant de personnes qui comprennent enfin la supercherie des gouvernants. Evaluons à 30 % les populations réveillées et donc à 70 % [1] celle des morts-vivants lobotomisés, des zombies.

061327342135-web-tete.jpg

Voilà donc un état de la situation tel qu’il peut apparaître en cette fin d’octobre alors que l’esprit des Français est occupé par ce qui plaît infiniment aux médias de pouvoir : les élections présidentielles.

Les candidats à la présidentielle

Nous allons nous intéresser uniquement aux candidats susceptibles de jouer un rôle de premier plan dans ces élections.

Macron

Rien à dire sur le président en exercice qui a bien l’intention de renouveler son mandat, sinon confirmer qu’il n’est qu’une marionnette entre les mains de l’oligarchie mondiale, pour le malheur du peuple français.

jerc-caricature-Emmanuel-Macron-marionette-des-fonds-de-pensions-st-2019-12-19-le-poing.jpg

Marine Le Pen était désignée d’office comme son principal adversaire avant que ne survienne Eric Zemmour. Le RN, au fil du temps, est devenu une coquille de noix vide qui vogue au gré des courants sondagiers ; Marine Le Pen n’a cessé de raboter toutes les aspérités qui pouvaient l’empêcher de glisser vers la victoire comme une trottinette sur les trottoirs parisiens. Exit les militants trop passionnés, les propos trop affirmés, et les sujets qui fâchent les minorités devenues majorité. Les Français veulent moins d’immigration et plus de sécurité [2] ? Donnons-leur ce qu’ils veulent ou, tout au moins disons ce qu’ils veulent entendre. L’oeil de Marine Le Pen n’est pas fixé sur la ligne bleue des Vosges mais sur le baromètre Ipsos.

Et puis, Z comme Zemmour est arrivé, sans se presser [3] ; patatras pour Marine Le Pen qui caracolait à 21 % derrière Macron ; adieu, veau, vache, cochon (qui s’en dédit)…

Sa candidature éventuelle a été accueillie par un flot de railleries antisémites (ce qui, pour la presse aux ordres, apparaissait jusqu’alors comme le pire des crimes) ; les invectives sont venues à la fois de vieilles badernes nostalgiques d’un certain passé, et des « jeunes » banlieusards d’origine maghrébine qui ont fait de Zemmour et de ses militants leur cible favorite. Les uns et les autres auront finalement trouvé un terrain d’entente sur le dos de Zemmour. On n’a pas entendu les ligues de vertu antiracistes s’élever contre ce qu’elles appellent, en d’autres circonstances, une  « abomination » ; et pour cause ; Zemmour constitue aussi pour ces gens l’ennemi à abattre. « Pas un vote juif ne doit aller à Zemmour » a déclaré Kalifat, le patron du Crif. Le crime de Zemmour est de revendiquer son statut de Français avant celui de juif.

Zemmour est incontestablement plus cultivé et plus intelligent que ses deux adversaires.

SP20210924_Zemmour-1200-1024x948.jpg

Nous aurions donc espéré qu’il prenne une position tranchée sur la mise en place de cette dictature mondiale qui ne cache même plus ses objectifs.

Tout homme – ou toute femme – qui se targue d’avoir une vision politique des événements (qui n’adviennent pas par le fait du hasard) ne peut ignorer cette nouvelle donne.

Nous aurions aimé au moins entendre quelques mots de solidarité envers ces soignants qui se font  littéralement jeter de leur travail sans aucune compensation parce qu’ils refusent de se faire injecter ce qu’ils savent être un poison. Ces soignants que les Français ont adulés l’année dernière et pour lesquels ils n’ont désormais aucune compassion alors qu’ils ont, comme tout un chacun, un loyer à payer , des enfants à élever, des traites à honorer ; les « anti vax », comme les appellent leurs adversaires sont devenus des parias.

Mais non, ni Marine Le Pen ni Eric Zemmour ne s’en soucient. Zemmour déclarait au micro d’André Bercoff sur Sud-Radio le 11 octobre : « Je suis moi-même vacciné, le pass sanitaire ne me dérange pas ; le sujet essentiel n’est pas là. »

Et qu’en est-il des instances européennes qui prétendent s’immiscer dans toutes les décisions nationales des pays adhérents ?

Il y a longtemps que Marine Le Pen ne s’en préoccupe plus après ses échecs récurrents sur ce thème ; quant à Zemmour, dans cette même émission de Sud-Radio, il a déclaré : « Je ne veux pas de Frexit pour ne pas désorganiser la France ».

Finalement, Marine Le Pen et Eric Zemmour s’entendent bien pour admettre que le sujet essentiel n’est ni la dictature pseudo-sanitaire, ni l’intrusion des instances européennes dans la politique intérieure des états-nations ; le sujet essentiel, c’est l’immigration et aussi l’insécurité, sondage oblige.

C’est ici qu’intervient très pertinemment Florian Philippot qui déclarait le 20 janvier 2021 : « Stopper l’immigration massive et expulser tous ceux qui doivent l’être ne peut se faire qu’à la condition expresse d’en avoir le pouvoir. C’est à dire à la condition expresse de quitter sur le champ UE et CEDH qui décident de tout. Le reste : du verbiage. »

Il faut tenir compte en outre d’un autre paramètre : l’Ordre mondial utilise les migrations et les terroristes pour déstabiliser à la fois les sociétés traditionnelles accueillantes (de gré ou de force) et les sociétés traditionnelles partantes [4].

On se rend compte finalement que Marine Le Pen et Eric Zemmour espèrent puiser dans le même vivier, celui des zombies lobotomisés qui représentent donc 64 % de la population française en âge de voter. Ont-ils compris que ces gens ne voteront que pour leur Maître, Macron, celui qui déclarait en toute ambiguïté : « Je crois que notre génération doit savoir que la Bête de l’évènement est là, elle arrive, qu’il s’agisse du terrorisme, de cette grande pandémie ou d’autres chocs. Il faut la combattre quand elle arrive avec ce qu’elle a de profondément inattendu, implacable. »

Florian Philippot s’est révélé l’homme politique le plus combatif, le plus pugnace, le plus efficace et le plus sincère tout au long de ces deux années de folie au cours desquelles le Système a essayé, et continue d’essayer, d’imposer son totalitarisme planétaire, ce qui constitue la question prioritaire à l’heure actuelle ; les autres questions : Europe, immigration, pouvoir d’achat, insécurité, rétablissement des frontières nationales, relocalisations, localisme, etc. en dépendent.

Pour conclure, je ne voterai évidemment pas pour Macron, et non plus pour Le Pen, ni pour Zemmour, puisque ces deux derniers ne s’intéressent qu’accessoirement au sort du peuple français, quoiqu’ils en disent.

Je ne voterai pas non plus pour Philippot,  pour une raison unique, liée à mon ADN ; je suis Français né en Algérie. Philippot est gaulliste. Imaginez qu’on demande à un Arménien de voter pour un admirateur d’Erdogan qui est prêt à déclencher un nouveau génocide à chaque instant ?

Faut-il le rappeler ? De Gaulle  est celui qui a sciemment provoqué le massacre, dans des conditions épouvantables, de dizaine de milliers de Pieds-Noirs et de musulmans fidèles à la France qu’on a appelés harkis.

Comme tous les candidats, y compris Marine Le Pen et Eric Zemmour, se réclament de De Gaulle, je ne voterai donc pas aux élections présidentielles de 2022.

Pierre-Emile Blairon.

Notes:

[1] Sondage Elabe pour BFMTV du 23 août 2021 : 64 % des français sont favorables au pass sanitaire.

[2] Pour 82% des Français, la lutte contre l'insécurité sera importante dans leur vote en 2022 (sondage Fiducial-Odoxa  pour Le Figaro du 25 octobre 2021.

[3] Il n’est toujours pas candidat à ce jour, 26 octobre 2021.

[4] Voir mon article sur le sujet paru il y a tout juste un an : Terrorisme islamique et terreur sanitaire : le monde pris dans l’étau de Big Brother,

jeudi, 21 octobre 2021

Trois commentaires (amers) sur les dernières élections italiennes

EMDCD.jpg

Trois commentaires (amers) sur les dernières élections italiennes

La défaite du centre-droit en Italie: personne ne démissionne et personn ne change les équipes d'incompétents

Augusto Grandi

SOURCE : https://electomagazine.it/la-disfatta-del-centrodestra-ma-nessuno-si-dimette-e-nessuno-cambia-squadre-di-incapaci/

Pendant la campagne électorale, lorsque Electomagazine a prédit une défaite générale du centre-droit dans les cinq premières villes (Rome, Milan, Naples, Turin et Bologne), un lecteur a protesté, affirmant que les comptes ne sont faits qu'à la fin. Nous sommes arrivés à la fin et le centre-droit a perdu dans les cinq villes. Il est difficile de faire pire, notamment parce qu'il a très mal perdu. Avec de nets écarts à Rome et Turin après avoir perdu au premier tour dans les autres villes.

Et il est très difficile de renverser la réalité en prétendant que perdre Rome mais tenir bon à Trieste signifie 1:1, que perdre Turin mais gagner à Beinasco et Carmagnola signifie un triomphe. Même à Latina, le centre-droit a réussi à perdre au scrutin après avoir eu l'illusion d'avoir gagné au premier tour.

S'il y avait des hommes politiques cohérents à la tête des partis de centre-droit, l'ensemble de la classe dirigeante aurait démissionné immédiatement. Car il ne suffit pas d'aller à la télévision et d'admettre que, oui, peut-être, les candidats choisis n'étaient pas les meilleurs. Trop commode, et même pas vrai dans certains cas. Paolo Damilano, à Turin, n'était pas un mauvais candidat. La coalition qui a échoué à présenter un projet pour la ville s'est complètement trompée.

Ce qui n'allait pas partout, c'était la stratégie consistant à viser le centre, ces modérés que Berlusconi aime mais qui n'aiment pas Berlusconi. D'autre part, cette course au centre a fait perdre les voix des banlieues. Ils ne se sentent pas représentés par les majordomes de la Confindustria, qui ne se reconnaissent pas dans une politique en faveur de ceux qui font monter les prix pour profiter de la reprise fantôme.

Trois partis, plus divers autres pièges, qui ont abandonné leurs âmes pour partir à la recherche d'un électeur qui n'existe que dans les rêves nocturnes de ceux qui en ont mangé beaucoup. Même l'âme plastifiée de Forza Italia a été mise de côté pour poursuivre le politiquement correct, la sexualité fluide, la culture du cachet, toutes les bêtises imposées par les opposants et véhiculées par les " copines " du sultan. La Ligue a renoncé au fédéralisme, Meloni a coupé les racines mais sans réfléchir à la manière de nourrir l'arbre.

Tous trois - Salvini, Meloni et Berlusconi - sont convaincus que les solistes suffisent à faire gagner leurs partis respectifs et à gouverner l'Italie. Une énorme erreur. Nous avons besoin de grands chefs d'orchestre qui savent réunir d'excellents musiciens, éventuellement les meilleurs pour chaque instrument. Mais pour y parvenir, il faut renverser tout ce qui a été fait ces dernières années. Sans culture, sans préparation, sans étude, vous n'avez pas d'excellents musiciens. Et un chef d'orchestre, aussi bon soit-il, ne transformera pas un groupe d'amis d'amis qui ne savent pas jouer et ne veulent pas apprendre en un grand orchestre.

Augusto Grandi

Sans vision, sans idéologie, sans classe dirigeante, le centre-droit se réunit pour ne rien changer

par Augusto Grandi

SOURCE : https://electomagazine.it/senza-visione-senza-ideologia-senza-classe-dirigente-il-centrodestra-si-incontra-per-non-cambiare/

Le centre-droit italien se réunit pour faire le point sur la situation. En réalité, s'il y avait une once d'honnêteté intellectuelle, cela ne prendrait que le temps d'un café. Parce que l'analyse de la défaite est extrêmement simple. Avant le vote, amis et adversaires, anciens compagnons de voyage et ceux qui aimeraient encore voyager ensemble, l'avaient déjà fait. Tous sont d'accord sur un point : la classe dirigeante des trois partis concernés est désastreuse, irrémédiablement désastreuse. Chacun des analystes pouvait avoir des visions différentes sur la direction à prendre, mais il y avait unanimité sur le bas niveau des classes dirigeantes, quelle que soit leur position politique.

Mais comme c'est cette même classe dirigeante qui fera le point sur la situation, il semble peu probable que cela conduise à un suicide collectif. Dans le meilleur des cas, mais ce sera de toute façon difficile, il sera peut-être possible d'arriver à une toute petite autocritique. Déplacer la responsabilité des défaites sur les candidats et non sur ceux qui les avaient promus. Il sera beaucoup plus difficile d'avoir le courage de remettre en question la bonté des stratégies. Et il est impossible de critiquer les idéologies, pour la simple raison qu'elles n'existent dans aucun des trois partis.

Mais ils sont tous confiants de remporter les élections en 2023. Les sondages sont rassurants, comme ils l'ont été pour ce cycle électoral. Mais les électeurs en ont eu assez d'être menés en bateau et n'ont pas voté. Récompensant, de cette manière, une gauche obtuse mais constamment obtuse. A droite, en revanche, la cohérence est inconnue.

Mais 2023, c'est loin, et il devient compliqué de continuer à esquiver pour éviter de clarifier ses positions. Il n'est pas possible de concilier les slogans de la droite sociale avec les apparitions du majordome de la Confindustria qui demande moins de financement pour les personnes en difficulté et le donne aux grandes entreprises. Il est ridicule d'insister sur la souveraineté et de refuser ensuite d'accepter le fait qu'il existe des mesures pour frapper les entreprises qui délocalisent (ce qui est très différent d'une internationalisation qui ne supprime pas d'emplois en Italie). Il est stupide de demander l'annulation du revenu de citoyenneté en l'absence d'une réelle proposition de création de nouveaux emplois décemment rémunérés.

La gauche, par une opération culturelle et idéologique, a offert à sa base une vision du monde. Discutable, dangereuse, mais appréciée par la base et qui a suscité le vote. À droite, les selfies de Salvini, les bêtises du tribunal d'Arcore sur le sexe et les restrictions à la liberté de pensée, la servilité de Lollobrigida envers les patrons, ont convaincu les anciens électeurs de rester à la maison.

Mais alors, à quoi bon faire le point sur la situation ? Berlusconi s'obstine à ne pas vouloir d'un dauphin décent, le cercle de Garbatella reste retranché dans le grand périphérique de Rome, Salvini est un leader diminué de moitié qui attend de comprendre ce que Giorgetti et Zaia veulent faire quand ils seront grands. Il n'est pas question de "vision du monde". Tout ce que nous pouvons espérer, c'est un nouveau slogan banal et perdant.

Augusto Grandi

Une droite atteinte du Syndrome de Stockholm subira sans cesse des attaques dans les prochains mois

Enrico Toselli

SOURCE : https://electomagazine.it/una-destra-con-la-sindrome-di-stoccolma-sara-sotto-attacco-anche-nei-prossimi-mesi/

La droite italienne est liée aux SS. Le dogue antifasciste peut donc être déchaînée. Avant de comprendre que SS signifie Syndrome de Stockholm. Un article paraît dans Repubblica dans lequel, tout en réaffirmant la fascisterie de Fdi, il n'incite même pas à pendre tous les électeurs de droite. Non représentable, avec un parti à dissoudre mais en évitant de les exterminer. "Comme tu es bon", aurait commenté Fantozzi. Exactement comme ils l'ont commenté à droite.

Mais c'est le même syndrome de Stockholm qui émerge lorsque, dans une élection quelconque, la droite gagne. Et ils se sentent coupables envers leurs adversaires qui, jusqu'à la veille, étaient occupés à cracher sur les nouveaux vainqueurs. Ainsi, pour éviter tout sentiment de culpabilité, les rôles fondamentaux en politique sont confiés à la gauche. Dans l'espoir de s'attirer ses faveurs, d'éviter les protestations et les controverses. Qui, au contraire, sont immédiatement déclenchées.

Quand, au contraire, c'est la gauche qui gagne, elle place tous ses loyalistes à des postes clés. Comme il se doit. Mais le syndrome de Stockholm n'est pas perdu pour la droite vaincue. Il évite ainsi toute opposition sérieuse et crédible. En réalité, il s'agit d'un alibi banal. On ne s'oppose pas, non pas par respect ou par peur de ses adversaires, mais parce que ce serait fatigant. Étudier les dossiers, parcourir les villes pour vérifier les vrais problèmes, mettre en place un dispositif de contre-information. Non, trop compliqué.

Il vaudrait mieux se contenter d'attendre une protestation citoyenne spontanée et tenter ensuite de s'en sortir. Sans même vérifier si la protestation est motivée, si elle est basée sur des faits réels.

Aujourd'hui, nous votons alors que la gauche a déjà remporté trois grandes villes au premier tour. Personne n'a remarqué une intervention pour construire une véritable opposition à Milan, Naples, Bologne. Il est vrai que la campagne électorale de la gauche a été aussi sordide et partisane qu'on puisse l'imaginer, mais l'incapacité de la droite à réagir a été embarrassante.

Et si le modèle d'agression s'avère avoir fonctionné à Rome et à Turin, il est logique qu'il soit répété dans les mois à venir. Sans que la droite ait la moindre idée de comment réagir.

Enrico Toselli