Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 mai 2024

La guerre et le facteur humain

31026461-une-groupe-de-moderne-guerre-soldats-est-combat-une-guerre-dans-dangereux-eloigne-foret-domaines-une-groupe-de-soldats-est-combat-sur-le-ennemi-ligne-avec-moderne-armes-le-concept-de-guerre-et-militaire-conflits-photo.jpg

La guerre et le facteur humain

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/il-fattore-umano/

Des sources généralement considérées comme faisant autorité (Bloomberg et autres) rapportent qu'en Ukraine, l'application de l'IA aux stratégies de guerre s'est révélée être un échec total.

En effet, les ingénieurs et stratèges du Pentagone pensaient qu'avec l'utilisation de l'Intelligence Artificielle, fournie par les Etats-Unis, les forces de Kiev l'emporteraient facilement sur celles de Moscou.

Parce que leurs stratégies auraient été guidées par des données objectives, filtrées par un système transversal de détection informatique. Et organisées par l'IA. Évitant les limites de l'erreur humaine.

Mais ce n'est pas le cas. Pour ne citer qu'un exemple, la précision de tir des Russes, qui s'appuie encore sur l'homme, est plusieurs fois supérieure à celle des Ukrainiens. Tirs télécommandés, pour ainsi dire, par des systèmes informatiques sophistiqués.

Je ne suis pas un technicien et je ne prétends pas avoir d'expertise en la matière. Je me réfère cependant aux données des agences en question.

Ce qui m'amène à réfléchir.

Sur la guerre et... le facteur humain.

Car, dans l'Art de la guerre, ce qui s'est peu à peu perdu, c'est précisément cela. Le "facteur humain". C'est-à-dire l'importance de l'homme qui se bat. Avec ses mérites et ses défauts. Son héroïsme et sa peur.

Et c'est une grave perte. Surtout dans ce que l'on appelle l'Occident. Qui a cru remplacer cela par la "technique". En fait, il a déshumanisé la guerre. Celle-ci, que nous l'aimions ou non (et je comprends que nous ne l'aimions pas), est un élément fondamental de notre histoire. Et de notre vie.

istockphoto-148392416-612x612.jpg

Notre civilisation commence avec l'Iliade. Achille contre Hector. Et ce que nous sommes, ce que nous avons été pendant des siècles, des millénaires, vient de là.

Homme contre homme. L'épreuve des armes. De la vaillance. L'aristia. Une image qui a perduré presque jusqu'à aujourd'hui. Elle s'est transformée en stratégie. Qui est, en effet, l'art. Sanglant. Mais de l'art. Et donc dépendant de la vaillance, de l'habileté et de l'intelligence des hommes.

Car il ne s'agit plus seulement de force physique et de courage. César n'était pas particulièrement apte au combat. Mais c'était un génie de la stratégie. Il en va de même pour Napoléon, qui semble avoir eu peur de la confrontation physique. Mais il a dominé la bataille grâce à son intelligence. Par son génie stratégique. Qui dépassait de loin les limites de la force physique. Ou de la brute, selon les cas.

gettyimages-2642148_wide-943975672d20d6a12a3b31696ed969435cc843a5.jpg

Ainsi, jusqu'à la Grande Guerre. Qui était une guerre de masses. Et de matériaux. Où la puissance technique a commencé à compter plus que l'intelligence stratégique. Et la vaillance sur le champ de bataille.

Ernst Jünger l'a compris avec lucidité. Dans "Les orages d'acier", il raconte l'affrontement entre l'homme et la machine. Il s'agit toujours de l'Iliade, mais l'un des deux adversaires n'est plus humain. C'est le pouvoir de la technologie. Qui vient de la richesse. De l'argent.

C'est pourquoi Ezra Pound a écrit qu'il est impossible pour un poète moderne d'ignorer l'économie. Tout comme il était impossible pour Homère de ne pas parler de la guerre.

L'économie, l'intérêt et le pouvoir économique ne font pas que déclencher des guerres. Elles en déterminent l'issue. La victoire dépend des moyens dont on dispose. En fin de compte, de la richesse et de la technologie. Qui ne sont pas... humaines.

L'Amérique a incarné et incarne cette vision différente de la guerre. Qui caractérise désormais l'ensemble de ce qu'il est convenu d'appeler l'Occident collectif.

confed_cav_guide.jpg

Une vision qui s'est affirmée lors de la guerre de Sécession. La vaillance des Cavaliers gris de Lee a été vaincue par la supériorité matérielle des Vestes bleues de Grant.

Bloody Shiloh en est la preuve.

Mais ce nouveau paradigme, cette conception de la guerre comme puissance matérielle et non comme valeur humaine, a commencé à montrer des failles après la Seconde Guerre mondiale.

Au Viêt Nam, le rapport de force matériel était tout à fait en faveur des Américains. Pourtant, ils ont perdu.

Incapacité à comprendre l'environnement. Et les hommes, les Vietcongs, qui vivaient et combattaient dans cet environnement.

Le général David Petreus l'explique lucidement dans son essai historique.

Et l'histoire s'est répétée. Avec les talibans, par exemple.

Attention. Aucune sympathie idéologique pour les Viets ou les Talibans. Juste le constat que l'idée que les guerres ne se gagnent que par la supériorité des moyens et de la technologie, sans l'homme, s'avère progressivement en faillite.

De plus en plus faillible, à mesure que le facteur humain perd de son importance. Moins pris en compte. Jusqu'à cette tentative de remplacer les décisions humaines par celles d'une Intelligence Artificielle aseptisée. Comme dans un cauchemar issu de l'imagination de Philip K. Dick.

Je ne sais pas comment se terminera la guerre en Ukraine. Et ce n'est d'ailleurs pas ce qui m'intéresse aujourd'hui.

Mais, si les informations de Bloomberg sont vraies, nous pourrions avoir la preuve que le facteur humain ne peut pas être remplacé par quelque chose d'artificiel. Dans la guerre, comme dans toutes les autres activités fondamentales de la vie.

19:36 Publié dans Actualité, Militaria, Polémologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : militaria, guerre, polémologie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 22 février 2024

La Russie se porte mieux qu'il y a deux ans: un blâme pour les "experts" occidentaux !

9cf6b303131ebf1e655b95f08e7871a7.jpg

La Russie se porte mieux qu'il y a deux ans: un blâme pour les "experts" occidentaux !

Source: https://zuerst.de/2024/02/22/riesenklatsche-fuer-westliche-experten-russland-steht-besser-da-als-vor-zwei-jahren/

New York. Deux ans presque jour pour jour après le début de la guerre en Ukraine, les visages occidentaux s'allongent: pratiquement aucun des pronostics des analystes et "experts" occidentaux concernant la Russie ne s'est avéré exact. La Russie n'est pas à court de matériel de guerre et l'économie russe ne s'est pas effondrée. C'est même le contraire: dans presque tous les domaines, la Russie se porte mieux aujourd'hui qu'il y a deux ans.

Le magazine américain The New Yorker a maintenant analysé les raisons de cette évolution dans un texte détaillé et en arrive à la conclusion décevante pour les observateurs occidentaux: "Le facteur décisif a été l'armée russe. Elle était meilleure que ce que l'on pensait d'elle après sa performance catastrophique de la première année de guerre. Elle n'était pas démoralisée, incompétente ou mal équipée".

imrobleeage.png

Contrairement à ce que les experts occidentaux avaient prévu, les soldats russes se sont "battus à mort", ont mené "une défense brutale et efficace" "et disposaient d'hélicoptères de combat, de drones et de mines malgré toutes les pertes". L'ancien soldat de la marine Rob Lee (photo), qui est maintenant analyste de l'armée russe au Foreign Policy Research Institute, a commenté au New Yorker: "Les gens ont tiré des conclusions très claires du premier mois de la guerre, et je pense que beaucoup de ces conclusions étaient fausses".

Au plus tard à l'automne 2023, après l'échec final de la contre-offensive ukrainienne tant attendue, il ne pouvait plus y avoir de doute sur le fait que les Russes avaient appris de leurs erreurs initiales et s'étaient adaptés aux conditions changeantes sur le champ de bataille. Selon l'analyste militaire Rob Lee, "les militaires russes se sont adaptés. Ils ont souvent besoin de leçons douloureuses, mais ils s'adaptent ensuite". Selon Lee, ni la stratégie du côté ukrainien ni la livraison trop tardive d'armes modernes occidentales ne sont responsables du fiasco de l'été 2023: "La plupart des choses sont venues du côté russe".

Dara_Massicot2.jpg

Dara Massicot (photo), du think tank américain Carnegie Endowment for International Peace à Washington, dresse également un constat désabusé: "Les affirmations selon lesquelles l'armée russe est un clown incompétent, incapable d'apprendre, sur le point de s'effondrer, et ainsi de suite, ne sont pas utiles et ont causé de réels dommages. Ils ne se sont pas effondrés. Ils sont toujours là. Ils sont restés sur le terrain et ont fait fondre pour des milliards de dollars d'armes et d'aide occidentales pendant deux ans".

71c2B+GjrxL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Actuellement, la Russie dispose d'avantages évidents - et d'une position plus forte, pour des raisons politiques en fin de compte. The New Yorker rappelle l'ouvrage de référence Democracies at War (2002) de Dan Reiter et Allan C. Stam. On y trouve l'indication que les démocraties s'en sortent en moyenne mieux que les autocraties dans les guerres. Mais cela ne s'applique pas si la guerre s'éternise: "Si la victoire rapide promise ne se produit pas, la population peut reconsidérer sa décision d'approuver la guerre et retirer activement son soutien". Plus une guerre se prolonge, "plus il est probable que les autocraties gagnent". En Ukraine, cette observation semble se vérifier une fois de plus (he).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

dimanche, 18 février 2024

Le général Kujat contredit l'hystérie guerrière : "Je ne vois pas d'intention d'attaque de la part des Russes"

harald-kujat-429d5f9b-df2c-4a7b-85a1-2f4637d170d-resize-750.jpg

Le général Kujat contredit l'hystérie guerrière : "Je ne vois pas d'intention d'attaque de la part des Russes"

Source: https://zuerst.de/2024/02/13/general-kujat-widerspricht-der-kriegshysterie-kann-keine-angriffsabsichten-der-russen-erkennen/

Berlin . L'ancien inspecteur général de la Bundeswehr, le général à la retraite Harald Kujat, a toujours été l'une des voix les plus mesurées depuis le début de la guerre en Ukraine. Il a averti très tôt que les livraisons excessives de matériel et de munitions à l'Ukraine affectaient également les capacités de la Bundeswehr. Pas plus tard qu'en novembre, il s'était rendu impopulaire auprès des transatlantistes et des soutiens à l'Ukraine en déclarant : "L'Ukraine ne peut pas gagner cette guerre".

Dans une interview, Kujat s'est à présent inscrit en faux contre l'inflation des avertissements de guerre lancés par les politiciens et les militaires occidentaux, qui suggèrent sur tous les canaux une attaque imminente de la Russie contre les pays de l'OTAN. Kujat s'y oppose - en accord avec de nombreuses déclarations officielles de Moscou : "Je n'ai toutefois vu jusqu'à présent aucune preuve concrète que la Russie ait réellement l'intention d'attaquer des pays de l'OTAN. Il n'est pas rare qu'un pays belligérant augmente sa capacité d'endurance militaire. De plus, la Russie se voit engagée dans une guerre par procuration avec les Etats-Unis et leurs alliés et s'attend apparemment à ce que les forces de l'OTAN interviennent éventuellement et directement pour éviter une défaite totale de l'Ukraine".

Selon lui, la Russie n'est actuellement pas en mesure de lancer avec succès une attaque conventionnelle contre l'OTAN - mais l'OTAN n'est pas non plus en mesure de se défendre avec succès. Mais même aux Etats-Unis, la situation n'est pas aussi dramatique qu'en Europe. Kujat estime également que les mises en garde contre les plans "impériaux" du Kremlin sont exagérées. "Il s'agit apparemment plutôt pour Moscou d'empêcher l'extension de l'OTAN par l'adhésion de l'Ukraine jusqu'à la frontière russe" - ce qui était déjà l'objectif déclaré de la Russie avant le déclenchement de la guerre actuelle. Le général à la retraite a déclaré qu'il ne voyait "actuellement aucun préparatif concret d'attaque ni aucune intention d'attaque de la part des Russes".

Il a rappelé dans ce contexte la part de responsabilité des Etats-Unis dans la détérioration des relations avec la Russie au cours des dernières années, car les Etats-Unis ont finalement résilié unilatéralement le traité ABM et ont en outre "mis en place en Europe un système de défense antimissile qui n'était certes pas prévu comme une agression contre la Russie, mais qui peut tout à fait être compris comme une menace pour la capacité de deuxième frappe nucléaire russe". Ainsi, "une partie essentielle du filet de sécurité politique qui avait été tissé depuis les années 1970 a été éliminée".

w1900_h1353_x1024_y729_6170592-92a26ba72fce3857.jpg

Kujat rappelle à juste titre que "les relations économiques étroites de l'Allemagne avec la Russie n'étaient pas dans l'intérêt des Américains", même dans le contexte du rapprochement sino-russe.

Dans l'ensemble, on peut toutefois observer que "les anciennes puissances perdent de leur force et que de nouveaux acteurs s'efforcent de s'imposer". Le monde se dirige vers "une ère d'incertitudes et de grands conflits". Dans ce contexte, Kujat estime qu'il est conseillé de "refaire de la Bundeswehr une armée à la hauteur" tout en "stabilisant l'équilibre militaire par des accords politiques". Il est inquiétant que "chez nous, on n'en discute guère, et encore moins qu'on réagisse de manière appropriée". (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Général e.r. Erich Vad : La politique allemande en Ukraine manque d'objectif politique

erich-bad-brigadegeneral-bundeswehr-ukraine-waffen-russland-krieg-lieferung-100-1920x1080.jpg

Général e.r. Erich Vad :

La politique allemande en Ukraine manque d'objectif politique

Source: https://zuerst.de/2024/02/17/general-a-d-erich-vad-der-deutschen-ukraine-politik-fehlt-jedes-politische-ziel/

Berlin. Après l'ancien inspecteur général de la Bundeswehr, le général à la retraite Harald Kujat, qui s'est opposé avec force à l'hystérie guerrière occidentale (voir notre article: https://zuerst.de/2024/02/13/general-kujat-widerspricht-der-kriegshysterie-kann-keine-angriffsabsichten-der-russen-erkennen/ ), c'est au tour de l'ancien conseiller militaire de l'ex-chancelière Merkel, le général de brigade à la retraite Erich Vad, de s'en prendre à la politique ukrainienne de l'Allemagne dans une interview à la Berliner Zeitung. Lui aussi - contrairement à une grande partie de l'establishment politique et médiatique - considère qu'une attaque russe sur le territoire de l'OTAN est peu probable. "Les forces russes déployées sont trop faibles pour pouvoir occuper toute l'Ukraine, et encore plus pour risquer une guerre avec l'OTAN", juge Vad.

L'objectif stratégique de la Russie est simplement de créer ou de maintenir un tampon de sécurité dans l'espace occidental, compte tenu de son expérience historique de 1812 et de la Seconde Guerre mondiale.

L'ancien militaire est particulièrement clair à l'égard des maximalistes d'aujourd'hui qui prônent une défaite militaire de la Russie : "Ceux qui exigent aujourd'hui de vaincre la Russie et de l'affaiblir jusqu'à la rendre inopérante oublient en outre qu'un effondrement de la Fédération de Russie laisserait un vide stratégique énorme : l'Est de l'Eurasie serait largement déstabilisé. Ce ne serait pas dans l'intérêt de l'Occident".

Vad reproche notamment à la politique allemande menée par le chancelier Scholz de ne formuler pratiquement aucun objectif pour son engagement en Ukraine. "Il est inutile de faire la guerre sans fixer au préalable des objectifs politiques réalistes", déclare Vad. "Clausewitz le savait déjà, d'ailleurs". Il manque "un concept stratégique réaliste pour la conclusion militaire des combats et, surtout, un concept politique pour sortir de ce conflit dans lequel il n'y a pas de solution militaire".

71fT5CxzQyL.jpg

L'ex-général estime que l'estimation parfois entendue selon laquelle les deux belligérants, la Russie et l'Ukraine, se trouvent actuellement dans une impasse militaire, est trop optimiste, "car la Russie a l'initiative militaire et la domination de l'escalade de son côté. Il semble que ce soit le cas : La Russie a les rênes militaires en main. Moscou consolide et arrondit actuellement les territoires occupés, et il n'est pas exclu qu'elle poursuive son offensive dans la région de Kharkiv et d'Odessa".

A la politique européenne, Vad, qui est aujourd'hui conseiller en sécurité, conseille de faire preuve de plus d'autonomie. Dans le cas contraire, elle pourrait être confrontée à un scénario comme celui de l'Afghanistan, où elle a été totalement prise au dépourvu par le retrait surprise des Américains. En outre, il estime que le débat, en particulier en Allemagne, est "hypocrite" et dominé par l'ignorance professionnelle : "Je trouve étrange que des Allemands non impliqués dans la guerre semblent être les plus grands patriotes ukrainiens. Des figures politiques qui n'ont pas fait de service militaire et qui ont argumenté de manière pacifiste pendant des décennies veulent tout à coup tout donner pour les Ukrainiens et de préférence aller 'all in'. Est-ce que cela renforce la crédibilité de la politique ?" Dans un monde de plus en plus multipolaire, il faut éviter de penser simplement en noir et blanc, "afin que nous puissions nous préparer aux conflits de demain" (he).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

jeudi, 04 janvier 2024

Les leçons militaires de la guerre en Ukraine

imgukrage.jpg

Les leçons militaires de la guerre en Ukraine

Philippe Banoy

De l'actuel conflit en Ukraine, on peut déjà tirer les enseignements suivants. Ces enseignements ne sont pas exhaustifs et pourront encore évoluer car le conflit n'a pas encore trouvé sa résolution.

A) remarque d'ordre général

1) les armées de moins de 2 à 3 millions d'hommes n'ont pas les moyens d'une guerre offensive de haute intensité.

2) la puissance et la précision des armes anti (anti-chars, anti-aériennes, anti-navires, etc) est telle que les grandes offensives sont très coûteuses (destruction massive des chars et blindés, menace très forte sur les hélicoptères et l'aviation d'appui au sol, etc). Paradoxalement le fantassin a plus de chance de survie que le tankiste.

UkraineDrones.jpg

3) multiplication effrayante des drones tueurs tant contre les chars et blindés que contre l'artillerie. Le fantassin, quant à lui, est atteint par largage de grenades (on peut supposer dans l'avenir des nuées de drones pourvu d'intelligence artificielle parcourant les champs de bataille et attaquant  en toute autonomie les ennemis).

4) l'essentiel de la reconnaissance se fait par drone. Aussi bien sur la ligne de front que dans la profondeur du dispositif ennemi.

5) remplacement du duo chars-avions par le duo chars-drones. Ce dernier remplissant pour chaque blindé le rôle de reconnaissance, désignation laser et même attaque suicide.

6) obligation d'un commandement décentralisé et de terrain pour réagir en temps réel. Les opportunités de frappes doivent être avalisées en quelques secondes.

9eb9020ead244abb3f81145f6c83f8ef-1660507863.jpg

7) la consommation de munitions est dix fois supérieure à la théorie. Sans stock immense, la guerre s'arrêterait au bout de quelques jours (l'Ukraine a vidé les stocks de toutes les armées de l'OTAN; si l'OTAN était entrée en guerre contre la Russie ses stocks auraient disparus en quelques jours, quelques semaines tout au plus.)

8) le manque d'effectifs pousse à devoir lancer une offensive extrêmement brutale et rapide pour ne pas laisser à l'adversaire le temps et l'espace pour organiser une ligne défensive correctement pourvue d'armes anti. Mais cependant, le même manque d'effectifs empêche de sécuriser les arrières de l'offensive la rendant fragile et susceptible d'être coupée de ses bases et de son ravitaillement. Si l'ennemi ne s'effondre pas et ne capitule pas très vite les avancées peuvent être autant de pièges pour l'armée attaquante.

2015-09-17_centr015_tockoe191.jpg

9) les paras n'ont aucune chance contre des objectifs bien défendus et seront balayés si des renforts terrestres plus lourdement équipés ne viennent les renforcer très rapidement. Leur intérêt militaire se limite à la reconnaissance, au sabotage et à la prise d'objectif non défendus et rapidement accessibles aux troupes classiques.

10) les missiles sont la nouvelle artillerie de profondeur. Mais il faut en avoir des quantités énormes pour saturer les défenses anti-missiles et continuer les frappes jour après jour.

11) les grandes unités navales, telles que le croiseur Moskva ou les portes-avions seraient particulièrement susceptible d'être détruits dans les premières heures de la guerre.

B) Quelques remarques concernant les particularités du conflit russo-ukrainien

Dans un conflit de type OTAN-Russie ou OTAN-Chine les Russes auraient en face d'eux une aviation nombreuse et techniquement plus avancée. Il en résulterait que la supériorité aérienne du moins au début du conflit leur échapperait. Avec pour conséquence une menace en profondeur sur les dépôts d'armes et de carburant sur la ligne de front, et plus encore en profondeur, la destruction d'infrastructures de transport (ponts, échangeurs routiers, ligne de chemin de fer et ports, la destruction des centrales électriques etc...), le ciblage des déplacements des grandes unités.... bref une très grande insécurité et une désorganisation importante des arrières. Le tout risquant d'entraver l'offensive en alourdissant considérablement le coup humain et matériel de celle-ci.

Par ailleurs, les Russes dans le conflit actuel font un usage intensif de l'artillerie; s'ils affrontaient l'OTAN, leur artillerie serait particulièrement ciblée.

conflit-en-ukraine-21-1024x731.jpg

L'OTAN utiliserait massivement des missiles conventionnels à longue portée (mais les Russes aussi évidement) afin de ravager les industries lourdes et détruire ainsi le potentiel industriel militaire adverse. Rendant le renouvellement des stocks de matériels et de munitions très difficiles. L'importance de la constitution de ceux-ci avant le conflit n'en étant que plus grande.

Les satellites militaires et civils utiles à la guerre seraient certainement neutralisés très vite, les moyens de transmission détruit et les QG à l'arrière visés (dans l'actuel conflit l'OTAN utilise tout cela contre les Russes mais comme elle n'est pas officiellement en guerre avec Moscou, cette dernière est dans l'impossibilité de les détruire. Cette sanctuarisation est un des grand atout de l'Ukraine et explique en partie sa capacité à tenir le coup. En cas de conflit ouvert OTAN-Russie, les satellites deviendraient des cibles.

On peut donc imaginer une augmentation des effectifs militaires de tous les grands acteurs mondiaux, le possible retour du service militaire ou la constitution de réservistes en grand nombre. La constitution de grands stocks de munitions et de matériels de remplacement. Le développement de drones et de robots de combat liés à l'intelligence artificielle les rendant autonome sur le champ de bataille (ce qui limite l'utilisation d'opérateurs humains et la nécessité de communications avec eux).

Mais d'une manière générale, le niveau de destruction dans le premier mois de conflit entre grandes puissances seraient tels qu'il constitue déjà en soi une dissuasion. Le Pentagone doit déjà être arrivé à la conclusion qu'une telle guerre confinerait au suicide.

dimanche, 01 octobre 2023

Le temps des guerres écologiques

CEHC_Warfare_UAlbany.jpeg

Le temps des guerres écologiques

par Georges FELTIN-TRACOL

La chronique n° 51 du 15 novembre 2022 intitulée « Vers la poliorcétique des cyborgs » recensait l’ouvrage collectif de Red Team (voir: http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/11/19/vers-la-poliorcetique-des-cyborgs.html), ce projet du ministère français des Armées qui réunit illustrateurs, auteurs de science-fiction, ingénieurs et militaires de carrière afin de réfléchir aux prochains conflits.

9782382844762_1_75.jpg

Toujours intitulé Ces guerres qui nous attendent 2030 – 2060. Saison 2 (éditions des Équateurs/PSL – Université Paris Sciences et Lettres, 2023, 210 p., 22 €), un nouvel ouvrage est paru sous la même signature qui rassemble Virginie Tournay, Laurent Genefort, Romain Lucazeau, Capitaine Numericus, François Schuiten et Saran Diakité Kaba avec une préface commune d’Alain Fuchs et de Cédric Denis-Rémis. Mais, à la différence du premier, on trouve aussi de courtes contributions de plusieurs spécialistes et un avant-propos des animateurs de ce programme, Nicolas Minvielle et Olivier Wathelet.

Red-Team-vs-Blue-Team.png

Ainsi apprend-on l’existence d’une Blue Team, un groupe de « militaires de différents corps » qui examine la véracité et la pertinence des hypothèses émises par Red Team. Il paraît évident que « l’initiative du collectif Red Team Défense, par sa dimension inédite et son engagement citoyen, est un nouvel outil d’anticipation qui contribue à l’orientation des efforts d’innovation et de défense ». Tout aussi ambitieux que le premier, ce nouveau livre explore deux facettes inattendues de la confrontation inter-étatique.

24077946lpw-24077942-libre-jpg_9283197.jpg

Le premier scénario part d’une uchronie un peu bancale. Dans ce monde perdure la Horde d’Or d’origine mongole qui contrôle les khanats de Königsberg et de Minsk et qui vient de s’emparer de la Ruthénie de Khief. Elle doit composer, à l’Est de l’Eurasie, avec l’Empire han et, à l’Ouest, avec la Ligue hanséatique qui regroupe entre autres la Francie occidentale, la Bretagne et la Bourgogne… La Horde et la Ligue traversent une ère de guerre froide. Or émerge « une cinquième révolution industrielle marquée par les biotechnologies ». Ces avancées techno-scientifiques concernent la « bio-ingénierie » et le travail sur l’ADN chez soi en utilisant un matériel perfectionné au coût assez faible. Au risque que l’homme perde toute maîtrise sur le vivant, il devient bientôt possible de fabriquer des chimères issues de manipulations génétiques audacieuses. À l’intersection de l’agronomie et de l’industrie militaire surgissent alors des armes nouvelles qui ne sont plus biologiques, mais « écosystémiques, c’est-à-dire capables de modifier un écosystème entier pour le rendre plus favorable à un camp dans un conflit ». Par exemple, la « surveillance basée sur des capteurs de mouvement constitués de filaments de mycélium ». L’historien militaire Michel Goya conclut que « la “ weaponization “ du vivant peut se jouer à la fois dans le microscopique, avec des virus et de l’ADN, et dans la macroscopique, avec des organismes animaux et végétaux ».

Le second scénario s’intéresse au déroulement d’une opération extérieure soumise aux contraintes de la sobriété énergétique et au respect absolu des réserves naturelles riches en biodiversité. En raison de la « décarbonation progressive de tous les systèmes militaires à tous les niveaux », les engins militaires roulent désormais au moteur électrique. Dans le même temps, « la carrière de chaque membre est indexée sur sa note énergétique ». Or les combattants portent une combinaison à camouflage actif et une série d’appareils très énergivores (casques à vision nocturne avec intelligence artificielle intégrée, sac de combat modulaire de 100 litres, chaussures de combat « intelligentes », etc.). Chaque soldat emploie en outre des drones-éclaireurs et des drones-batteries afin de réussir la mission.

magecodefault.jpg

La rareté des sources énergétiques disponibles oblige l’état-major à considérer un nouveau cadre opérationnel, surtout si « chaque opération est indexée sur un budget énergétique ». Dans ces conditions restrictives, « les armées se sont dotées de centrales électriques mobiles (flottantes ou terrestres) où les unités peuvent recharger leurs batteries ». Tant pour le port des tenues de combat que pour l’alimentation en énergie des troupes, le design prend dès lors une valeur cruciale. Qui aurait pensé que « le design, explique Édith Buser, directrice adjointe de la recherche de l’École nationale supérieure des arts décoratifs, est mobilisé sur des projets impliquant les sciences cognitives, l’IA, la chimie, la biologie, la médecine, la soft robotique mais aussi l’économie, le management, la sociologie, l’anthropologie ainsi que d’autres champs artistiques » ? Elle ajoute aussitôt que « chercheurs et doctorants sont impliqués dans des projets de recherche liés à la santé et au soin, au textile, à l’architecture, ou encore à la data visualisation de grandes masses de données ».

Ces supputations n’empêchent pas « le brouillard de la guerre » de perdurer, voire de s’épaissir, car l’application de la sobriété énergétique dépend en premier lieu de la volonté politique. On pourrait en effet croire que ce deuxième ouvrage contredit le premier qui met en avant les missiles hypervéloces et les forteresses à grand besoin d’énergie. La contradiction n’est qu’apparente. En fonction du déroulement des combats peuvent se succéder des phases d’intenses consommations énergétiques et d’autres à très basse consommation. L’art de la guerre prend vraiment des voies singulières.

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 85, mise en ligne le 26 septembre 2023 sur Radio Méridien Zéro.

12:41 Publié dans Livre, Livre, Militaria | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre, guerre écologique, polémologie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 09 septembre 2023

Lire et discuter Clausewitz. Penser la guerre

3dd0618269a3b4c0888111fab488d852.jpg

Lire et discuter Clausewitz. Penser la guerre

Pierre Le Vigan

Source: https://strategika.fr/2023/09/05/lire-et-discuter-clausewitz-penser-la-guerre-pierre-le-vigan/

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez les livres : “Globalisme et dépopulation” et « La guerre des USA contre l’Europe » édités par Strategika

Né en 1956, Pierre Le Vigan, issu d’une famille populaire, a grandi à Boulogne-Billancourt. De bonne heure rétif à la pensée préfabriquée, il a publié, jeune, dans des revues sans esprit de chapelle, défendant la liberté de l’esprit et l’aversion pour l’esprit bourgeois et le conformisme. Il a défendu l’idée d’une troisième voie entre économie étatique et marché débridé. Ultérieurement, attentif aux mouvements des sociétés, il a publié, notamment dans la revue « Éléments », des articles sociologiques, littéraires, philosophiques, nourris de ses lectures, de ses expériences, de ses goûts, de ses aversions, aussi, pour certains aspects du monde moderne. Il est urbaniste et a travaillé dans le domaine du logement social. (Source : Babelio).

41twNfNAsZL._SY344_BO1,204,203,200_QL70_ML2_.jpgAlors que l’Europe redécouvre la guerre, il serait peut-être temps de relire le grand traité de Clausewitz (1780-1831) : « De la guerre ». Présentation d’un livre décisif.

Certains observateurs ont pu penser, avec la fin de la guerre froide et de l’Union soviétique en 1991, que la guerre cesserait d’être un problème majeur, du moins pour l’Europe. Certes, des conflits subsisteraient (on le verra : Mali, Syrie, Afghanistan…), mais loin de chez nous, et de faibles conséquences pour nous. C’était le rêve d’un monde apaisé. Du moins pour les pays ayant la chance d’avoir des dirigeants issus du « cercle de la raison ». C’est-à-dire des libéraux partisans de la poursuite et de l’accélération de la mondialisation. En avant vers un monde de plus en plus uniforme et de plus en plus lisse, malgré quelques accros inévitables. Telle était la perspective.

On peut se demander si l’erreur n’était pas totale. En d’autres termes, est-ce que la guerre froide n’était pas précisément ce qui empêchait les guerres chaudes ? La guerre d’Ukraine déclenchée en 2022 montre que l’Europe n’est pas préservée des guerres. Du reste, nous avons vite oublié les guerres de Yougoslavie et les bombardements de l’OTAN sur la Serbie, une action assimilée trop rapidement à une simple correction administrée à un pays complaisant envers des nationalistes « d’un autre âge ». On connaît la formule qui est clamée par la caste dirigeante, face à tous les rebelles à un nouvel ordre mondial à la fois géopolitique et moral : « Nous ne sommes plus au Moyen Âge ! » Ce qui veut dire : « Vous avez tort de croire à l’existence de constantes anthropologiques. »

Et pourtant. Chassez le réel, il revient au galop. Voilà donc que la guerre revient, en Ukraine, et que ses conséquences économiques – au détriment de l’Europe – nous rendent cette réalité plus sensible que jamais. Mais depuis 2015 (attentats Charlie Hebdo, Bataclan, puis Nice, etc.), voilà que la guerre a pris des formes nouvelles, extra-étatiques. C’est la guerre des partisans, c’est le terrorisme, c’est aussi la guerre informationnelle, technologique, industrielle. Ce sont des guerres pas toujours déclarées mais néanmoins bien réelles. Un camp veut en affaiblir un autre et le mettre à genoux. Par tous les moyens, même légaux, la production de lois, par exemple dans le domaine international, étant aussi une forme de guerre. Exemple : la guerre, ou au moins les sanctions, contre un pays « non démocratique », non « LGBT friendly », etc.

Nous redécouvrons une constante de l’histoire des peuples et des civilisations : le monde est conflictuel. Comment avons-nous pu l’oublier ? Comment nos gouvernants peuvent-ils encore rester aveugles à cette évidence ? Comment les entretiens de Macron sur la politique étrangère (par exemple sur le site Le grand continent) peuvent-ils être aussi désolants par leur insignifiance et ses actes aussi consternants ou contre-productifs ? À moins que les discours à la fois lénifiants et inquiétants soient encore un moyen de mener une guerre contre les peuples pour leur cacher qu’il y a bien un projet oligarchique de gouvernance mondiale – projet parfaitement assumé et conforme à une idéologie que l’on peut contester, mais dont la cohérence est réelle d’un point de vue universaliste – et qu’il n’y a pas qu’une seule politique internationale possible.  

La « Formule » de Clausewitz

Le spectre de la guerre plane donc sur les Européens. Un foyer de guerre peut toujours s’étendre. Une guerre localisée n’est jamais assurée de le rester. C’est le moment de réfléchir à nouveau à ce que Clausewitz nous a dit de la guerre. Il faut tout d’abord ne pas se méprendre sur le projet de Clausewitz (1780-1831). Il ne fournit pas une « doctrine pour gagner les guerres ». Pas même celles de son temps. Clausewitz fournit une série de leçons d’observations. Ce n’est pas la même chose. Des leçons pour comprendre des situations diverses. Son objectif est de nous montrer ce qui caractérise un conflit guerrier par rapport à d’autres phénomènes socio-historiques. Qu’est-ce que la guerre a de spécifique dans les activités humaines ? Comment connaître la guerre et qu’y a-t-il à connaître dans la guerre ? Il s’agit donc, par-delà la diversité des guerres, de déterminer ce qu’il y a de commun à toutes les guerres. C’est une entreprise aussi capitale que de chercher à connaître quelle est l’essence de l’économique, ou l’essence du politique.

Clausewitz-Aron.jpg

Une grande partie des discussions tournent autour de ce que Raymond Aron a appelé la « Formule » de Clausewitz : « La guerre est une simple continuation de la politique par d’autres moyens. » Considérée comme trop brutale par certains politologues, ceux-ci ont proposé soit de l’inverser, soit de la corriger. Au risque de lui enlever toute sa force. Ou de verser dans la pirouette. Et si la question n’était pas d’invalider cette formule, mais de bien la lire, et d’en comprendre toute la force explicative ? La guerre, expression de la politique ? Bien sûr, mais de quelle politique ? La guerre selon Clausewitz est à la fois un outil du politique et une forme du politique. Une continuation de la politique par d’autres moyens. Un outil et une nouvelle tunique. Du reste, doit-on comprendre la Formule : « par d’autres moyens [que les moyens politiques] » ? Ou « par d’autres moyens [que les moyens de la paix] » ? De là une question : tous les moyens non directement politiques de faire évoluer un rapport de forces relèvent-ils de la guerre ? Même question pour tous les moyens non directement pacifiques, c’est-à-dire fondés sur une contrainte (financière, morale, etc.), sur la technologie, la mobilisation des masses, la propagande, l’intoxication, la déstabilisation… On voit que la simple définition que donne Clausewitz ouvre déjà à la possibilité de diverses interprétations.

Dès lors, la guerre est-elle le seul affrontement entre deux armées ou est-elle l’ensemble des moyens, diplomatiques, idéologiques, moraux, économiques, destinés à faire plier l’adversaire ? Ainsi, la guerre peut être – version restreinte – la seule confrontation des armées, ou bien – version large – l’ensemble des moyens, militaires ou autres, visant à soumettre l’adversaire à notre volonté et à modifier un rapport de forces en notre faveur. La guerre peut donc être définie selon deux interprétations, l’une restreinte, l’autre élargie. La guerre, c’est : a) seulement quand les armes parlent ; ou bien b) quand l’ensemble des leviers sont mobilisés pour exercer une violence sur l’adversaire et le faire plier, sans que les armées entrent forcément en action. La guerre suppose comme préalable, dans les deux définitions, conflit d’intérêt entre deux puissances, et conscience de ce conflit, au moins par l’un des deux camps, et sentiment d’hostilité même s’il est inégalement partagé. C’est dire que la guerre relève du politique en tant que mode de gestion des conflits.

belle13-DW-Kultur-Waterloo-jpg.jpg

La guerre comme mode des relations publiques

L’une des difficultés dans la lecture de Clausewitz est justement ceci : bien qu’étant « à la fois stratège et penseur du politique » (Éric Weil), il ne définit pas toujours de manière identique le politique. C’est « l’intelligence de l’État personnifié » (De la guerre, livre I, chap. 1), nous dit Clausewitz. C’est encore ce qui représente « tous les intérêts de la communauté entière » (livre VIII, chap. 6). Ces deux définitions ne s’opposent pas. Comprendre où sont les intérêts pour les défendre : les deux propositions de Clausewitz se complètent. Reformulons cela en termes modernes : le politique, c’est la recherche de l’intérêt de l’État en tant qu’il représente la nation. La guerre est-elle, dès lors, uniquement la résultante du politique comme analyse rationnelle des intérêts de la nation ? Non. C’est la réponse que nous suggère Clausewitz. Il écrit : « La guerre n’est rien d’autre que la continuation des relations publiques, avec l’appoint d’autres moyens » (De la guerre, livre VIII, chap. 6). Cela veut dire que la guerre a toujours une dimension politique, mais ne résulte pas toujours d’un choix politique d’un sujet de l’histoire. La guerre échappe en partie à la dialectique sujet-libre choix-acte (dialectique de Descartes). Elle est une interaction. Elle est un mode des relations publiques. C’est bien pour cela que lorsque l’on étudie l’enchaînement qui mène à une guerre, on ne peut que rarement attribuer l’entière responsabilité d’un conflit à un seul camp. On observe ainsi qu’il y a guerre lorsque les deux protagonistes la veulent. Si un des deux ne fait qu’accepter la guerre (sans quoi, c’est pour lui la capitulation), il y aussi guerre. Mais peut-il y avoir guerre quand aucun des protagonistes ne la veut ? C’est l’hypothèse d’un enchaînement fatal non voulu. Or, Clausewitz envisage les deux cas de figure, la guerre prévue et assumée ; et la guerre qui nous échappe en partie.

Un exemple du Clausewitz rationnel est celui de la « Formule », déjà cité plus haut. Le Clausewitz rationnel est aussi celui qui dit : « L’intention politique est la fin, tandis que la guerre est le moyen, et l’on ne peut concevoir le moyen indépendamment de la fin. » Mais l’irrationnel pointe quand Clausewitz écrit : « Ne commençons pas par une définition de la guerre lourde et pédante ; bornons-nous à son essence, au duel. La guerre n’est rien d’autre qu’un duel à une plus vaste échelle. » En un sens, c’est une deuxième « Formule », autre que « la guerre, continuation de la politique par d’autres moyens ». Deuxième « Formule » qui nous éloigne du rationnel. Chacun sait, en effet, que les duels sont souvent une question d’honneur. Bien plus qu’une question d’intérêt ou de rationalité. Et quand le duel est porté à l’échelle de groupes organisés – en allant du duellum au bellum –, il reste une interaction et une relation. Avec sa part d’irrationnel. « Je ne suis pas mon propre maître, car il [l’adversaire] me dicte sa loi comme le lui dicte la mienne », écrit Clausewitz. Comme le dit Freud de son côté, « le moi n’est pas maître dans sa propre maison ».

Schlacht-bei-Ligny-1815-nach-Knoetel.jpg

La guerre n’est pas un accident

Ainsi, la guerre est-elle une volonté appliquée à « un objet qui vit et réagit ». Clausewitz résume : « La guerre est une forme des rapports humains. » La preuve du caractère relationnel de la guerre est qu’il faut être deux à recourir à la violence. Si l’un des camps attaqué répond à la violence par la non-violence – comme le Danemark face à l’Allemagne en 1940 –, il n’y a pas guerre (il y a néanmoins occupation du pays et sujétion de celui-ci. Il y a donc défaite de la nation et risque de disparition politique de celle-ci). On peut parfois éviter la guerre, mais si un pays vous désigne comme son ennemi, vous êtes son ennemi, que cela vous plaise ou non.  Nous voyons ainsi que Clausewitz pense la rationalité, et espère la rationalité. Mais il envisage la possibilité de l’irrationalité.  En fonction des citations, on passera de l’accent mis sur un registre à l’accent mis sur l’autre. Le rationnel précède l’irrationnel pour Clausewitz. Mais il ne le supprime pas.

Nous avons vu plus haut que l’on peut se demander parfois s’il n’y a pas guerre sans qu’elle soit vraiment voulue par les protagonistes. Il faut préciser les choses. La guerre résulte toujours de décisions, celles de l’attaquant, celle de l’attaqué, qui décide (ou pas, nous l’avons vu avec le Danemark de 1940) de se défendre. L’idée de la guerre comme simple enchaînement a ses limites. Dans Les Responsables de la Deuxième Guerre mondiale, Paul Rassinier explique que rien ne prouve que Hitler voulait la guerre en Europe en 1939, car il pensait pouvoir récupérer le couloir de Dantzig sans guerre, contrôler le pétrole roumain sans guerre, voire faire s’effondrer l’Union soviétique sans guerre, etc. Outre que cette thèse apparait très fragile compte tenu de la croyance affichée par Hitler dans les vertus « virilisantes » de la guerre (forme de « concurrence libre et non faussée » entre les peuples), il est bien évident que l’on ne peut arguer de son désir de paix en partant de l’hypothèse que tout le monde se pliera, en capitulant, à ses exigences.  Toutefois, le caractère relationnel de la guerre dont parle Clausewitz dans le chapitre 6 du livre VIII De la guerre laisse penser que l’accident – nous voulons dire la guerre comme accident – n’est pas forcément impossible. La relation prend le pas sur les sujets de la relation. Sur la base d’un malentendu, tout peut se dérégler. Mais cela n’empêche pas qu’il y a dans le déclenchement d’une guerre des responsabilités parfaitement identifiables, même si les responsables ont parfois agi ou décidé dans le brouillard d’hypothèses contradictoires ou imprécises.  Prenons l’exemple de l’Allemagne impériale en 1914 : on a dit à bon droit que Guillaume II ne voulait pas la guerre. Peut-être. Réalité « psychologique ». Mais l’essentiel est qu’il a quand même décidé de céder aux pressions du grand état-major général, notamment en acceptant d’envahir la Belgique, pourtant disposant d’un statut de neutralité internationale.

Résumons : des accidents peuvent infléchir des décisions, mais une guerre n’intervient pas par accident. Autre exemple, plus brûlant. Imaginons que Poutine ait pensé que suite au déclenchement de l’« Opération spéciale », le gouvernement ukrainien serait immédiatement renversé et négocierait avec la Russie dans un sens favorable aux projets de Poutine, à supposer qu’ils aient été très clairs dans son esprit. Il n’y aurait pas eu de guerre. Certes. Mais ce n’était qu’une hypothèse et de fait, elle ne s’est pas vérifiée : le gouvernement de Zelensky, pour x ou y raisons, ne s’est pas effondré. Poutine a donc pris le risque d’une guerre. Il en est donc responsable. En revanche, il n’en est pas le seul responsable, car il est bel et bien exact que les populations prorusses du Donbass étaient bombardées depuis 2014, et que les accords de Minsk (2014) n’ont pas été appliqués. Derechef. Il y a une part d’accident dans la guerre, mais la guerre n’est pas un accident.

51TDJEFTH3L._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

1_penser-la-guerre-clausewitz-t.1.jpg

La notion de guerre totale

La définition par Clausewitz de la guerre comme « continuation des relations politiques » est éclairante non seulement par elle-même, par ce qu’elle dit de la nature dialogique de la guerre, mais par ce qu’elle montre de la conception du politique par Clausewitz. Le politique, c’est le commerce entre les États et les nations. Le commerce n’est évidemment pas que le simple commerce des marchandises et de l’argent. C’est aussi le commerce des idées. Le politique, ce sont les relations entre les nations telles que déterminées par les intentions de chacun et par les interactions réciproques. En ce qui concerne la politique dite « intérieure », c’est la même chose, sauf qu’il s’agit des relations entre des groupes sociaux. La guerre est donc bien pour Clausewitz la continuation du politique par d’autres moyens (que les moyens pacifiques). Mais justement, en tant que continuation du politique, elle ne le fait pas disparaître, non plus que les autres moyens du politique. La guerre n’absorbe pas tout le politique. « Nous disons que ces nouveaux moyens s’y ajoutent [aux moyens pacifiques] pour affirmer du même coup que la guerre elle-même ne fait pas cesser ces relations politiques, qu’elle ne les transforme pas en quelque chose de tout à fait différent, mais que celles-ci continuent à exister dans leur essence, quels que soient les moyens dont elles se servent. »

C’est pourquoi la guerre n’exclut pas de mener en parallèle des négociations.  « On livre bataille au lieu d’envoyer des notes mais on continue d’envoyer des notes ou l’équivalent de notes alors même que l’on livre bataille », écrit Raymond Aron (Penser la guerre, Clausewitz, tome 1, Gallimard, 1989, p. 180). La notion de guerre totale (Erich Ludendorff, 1916) exprime justement cette idée que la guerre, c’est plus que la violence armée. C’est la mobilisation de tout, y compris des imaginaires (idéalisation de soi, diabolisation de l’ennemi). C’est la mobilisation de tout le peuple, y compris les vieillards et les enfants. Si l’Allemagne nazie augmente le montant des retraites de ses citoyens en 1944, ce n’est pas parce qu’elle sous-estime la priorité du militaire, c’est parce qu’elle pense que l’arrière doit tenir pour que le front ne s’effondre pas. Mobilisation de tout et de tous : c’est pourquoi la stratégie n’est pas un concept étroitement militaire, mais est la conduite de tous les aspects économiques, démographiques, politiques, technologiques qui peuvent conduite à la victoire, comme l’explique le général André Beaufre (Introduction à la stratégie, Pluriel-Fayard, 2012). La guerre inclut la violence armée et son usage, mais va au-delà et inclut des moyens pacifiques. La paix comme la guerre relèvent des relations politiques. Ces relations sont des rapports de force mais aussi des rapports asymétriques entre vues du monde.

entrevue_dresde-e1517845396331.jpg

Quand Napoléon dit en 1813 à Metternich qu’il ne peut pas revenir battu en France, contrairement aux souverains légitimes qui peuvent revenir vaincus dans leur pays sans perdre leur trône, c’est une vérité subjective qui devient une vérité objective. Dans la mesure où Napoléon dit lui-même qu’il sera trop affaibli devant les Français s’il accepte d’être vaincu, les Alliés (alors les ennemis de la France) ne veulent pas traiter avec un dirigeant affaibli qui ne garantirait pas la durée de la paix aux conditions obtenues par eux. L’argument de Napoléon se retourne contre lui. Nous le voyons : la dimension rationnelle de la guerre et du politique, qui relève du calcul, se croise toujours avec une dimension irrationnelle, qui relève des subjectivités. Mais pour qu’il y ait guerre, et non stasis (guerre civile, discorde violente) ou terrorisme, il faut qu’il existe des groupes organisés, des nations ou des fédérations de nations, mais non pas des tribus éphémères. En ce sens, la postmodernité qui s’installe amène des conflits qui ne seront pas – et sans doute de moins en moins – des guerres au sens traditionnel, et qui n’en seront pas moins très violents, et échapperont à un mode de règlement classique par des négociations. Une perspective de chaos accru.

vendredi, 26 mai 2023

Les guerres algorithmiques du futur

galg279853258.jpg

Les guerres algorithmiques du futur

Vladimir Prokhvatilov

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/empresas/40751-2023-05-22-12-28-30

L'humanité est entrée dans l'ère de la guerre algorithmique. C'est ce qu'a annoncé Will Roper, sous-secrétaire de l'armée de l'air, dans une interview accordée à Popular Mechanics en décembre 2020, en évoquant l'utilisation réussie d'un système d'intelligence artificielle (IA) en tant que copilote de l'avion de reconnaissance aérienne U-2 Dragon Lady.

Selon un communiqué de presse de l'armée de l'air, l'algorithme d'intelligence artificielle, appelé ARTUµ , était responsable du contrôle des capteurs et de la navigation tactique lors de ce vol.

U-2S-intelligence-artificielle-couverture_USAF.jpg

Le pilote et ARTUµ ont effectué un vol de reconnaissance au cours d'une simulation de tir de missile. La tâche principale de l'IA était de trouver les lanceurs ennemis, tandis que le pilote cherchait les avions ennemis. Selon Roper, ARTUµ est une version modifiée d'un algorithme de jeu qui surpasse les humains à des jeux tels que les échecs et le go. Les résultats du vol étaient si prometteurs que la fonction de guerre électronique a été ajoutée à la mission suivante d'ARTUµ.

"Comme tout pilote, ARTUµ a des forces et des faiblesses", écrit Roper. "Les comprendre pour préparer les humains et l'IA à une nouvelle ère de guerre algorithmique est notre prochaine étape obligatoire. Soit nous devenons de la science-fiction, soit nous entrons dans l'histoire".

"Pour combattre et gagner dans un futur conflit avec un adversaire égal, nous devons avoir un avantage numérique décisif", a déclaré le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Charles Brown. "L'intelligence artificielle jouera un rôle essentiel dans l'obtention de cet avantage".

Le développement des algorithmes de combat aux États-Unis a débuté en avril 2017 avec la création, sous l'égide de la DIA ( Defense Intelligence Agency, DIA ), de la Combat Algorithmic Warfare Cross-Functional Team, connue sous le nom de Project Maven.

article_5bd8a92ea4d031_92545619.jpg

GA-ASI_Gray-Eagle_USA_6-1920x1280.jpg

Le projet a été conçu pour améliorer l'efficacité de l'analyse des données de reconnaissance aérienne. La première expérience réussie du projet a été l'analyse des données vidéo des drones MQ-1C Gray Eagle et MQ-9 Reaper (photos, ci-dessus). Un drone de reconnaissance fournit quotidiennement des téraoctets de renseignements. Avant que l'IA ne soit incluse dans l'analyse de ces données, l'équipe d'analyse devait travailler 24 heures sur 24 pour n'utiliser qu'une partie des données des capteurs d'un seul drone. L'IA, en particulier ARTUµ, y parvient en quelques secondes.

En 2018, le ministère américain de la défense a publié un rapport intitulé "Artificial Intelligence. Strategy. Using AI to promote our security and prosperity" (Intelligence artificielle. Strategie. Utiliser l'IA pour promouvoir notre sécurité et notre prospérité), qui expose le point de vue du Pentagone sur l'utilisation du potentiel de la technologie de l'IA dans la guerre algorithmique.

Le Joint Artificial Intelligence Center (JAIC), créé en 2018, doit introduire des systèmes d'IA dans toutes les unités structurelles de l'armée américaine. Jack Shanahan, ancien chef du Project Maven et principal idéologue de la guerre algorithmique, a dirigé le JAIC.

Le principal domaine d'intérêt du JAIC est l'informatique neuromorphique. Le terme "neuromorphique" en relation avec les systèmes informatiques signifie que leur architecture est basée sur les principes du cerveau. Le système neuromorphique s'écarte de l'architecture informatique classique de von Neumann. Dans l'architecture de von Neumann, les blocs de calcul et les blocs de mémoire sont séparés. La principale différence entre l'architecture du processeur neuromorphique et l'architecture classique est qu'elle combine la mémoire et les noyaux de calcul, et que la distance de transfert des données est réduite au minimum. La distance de transfert des données est ainsi minimisée, ce qui réduit la latence et la consommation d'énergie.

Neuromorphic.png

Les processeurs neuromorphiques, contrairement aux processeurs classiques, n'ont pas besoin d'accéder à la mémoire (ou aux registres) et d'en extraire des données; toutes les informations sont déjà stockées dans les neurones artificiels. Il est donc possible de traiter de grandes quantités de données sur des périphériques sans avoir à connecter une puissance de calcul supplémentaire.

L'un des principaux domaines de recherche de JAIC est la création de réseaux neuromorphiques à partir de "memristors" (résistances avec mémoire). Les memristors sont des éléments microélectroniques qui peuvent modifier leur résistance en fonction de la quantité de courant qui les a traversés auparavant. Ils sont dotés d'une "mémoire", ce qui explique qu'on leur envisage un avenir en tant que dispositifs de stockage ou puces électroniques. En 2015, des ingénieurs de l'université de Californie à Santa Barbara ont créé le premier réseau neuronal artificiel entièrement basé sur des memristors.

En février 2022, le JAIC a été intégré à la Direction générale du numérique et de l'intelligence artificielle (CDAO). À la tête de la CDAO, c'est cette fois un civil qui a été mis en place: un spécialiste de l'apprentissage automatique, docteur en informatique, le professeur Craig Martell.

a6bc371c-42a4-4f1d-98c1-d38ced76276d.png

Fin 2022, le Washington Post a publié un article ouvertement propagandiste de David Ignatius, discutant de l'utilisation des technologies algorithmiques à des fins de renseignement par les forces armées ukrainiennes. L'article ne mentionnait ni la JAIC ni la CDAO, mais traitait du logiciel fourni par la société américaine Palantir aux forces armées ukrainiennes.

Palantir est un système d'IA pour l'analyse des Big Data utilisant des réseaux neuromorphiques, grâce auquel le commandement des forces armées ukrainiennes, selon Ignatius, dispose de cartes numériques similaires du théâtre d'opérations dans l'est de l'Ukraine. Cependant, le fait que les forces armées ukrainiennes n'utilisent pas les développements JAIC et CDAO montre que l'armée ukrainienne ne peut pas utiliser les versions les plus avancées des algorithmes de combat américains.

Les guerres algorithmiques du futur ne se limiteront pas au renseignement. Il est prévu de les utiliser, entre autres, dans les opérations cybernétiques. Les algorithmes seront capables de détecter et d'exploiter les vulnérabilités des cyber-réseaux ennemis tout en chassant les attaquants de leurs propres réseaux.

maxresdekargu2fault.jpg

Aujourd'hui, "le débat académique et politique tend à se concentrer sur la menace des armes entièrement autonomes qui prennent des décisions de vie ou de mort", écrit Lauren Gould, chercheuse à l'université d'Utrecht, aux Pays-Bas. Un exemple est donné. Selon un rapport d'experts de l'ONU datant du printemps 2020, lors des combats en Libye, le quadcopter d'attaque KARGU-2 de la société turque STM a attaqué de manière autonome les soldats du maréchal libyen Haftar qui battaient en retraite. Le drone a ciblé de manière autonome l'un des soldats et, sans ordre de l'opérateur, a tiré un coup de feu mortel. Des experts militaires ont confirmé qu'il s'agissait du premier cas connu dans lequel un drone de combat avait pris de manière autonome la décision d'éliminer un ennemi.

Les analystes américains attribuent ces cas à des erreurs d'intelligence artificielle. "Le problème, c'est que lorsque [les IA] commettent des erreurs, elles le font d'une manière qu'aucun être humain ne commettrait jamais", aimait à dire Arati Prabhakar, directeur du DARPA sous la présidence de Barack Obama.

Pour se préparer à la guerre algorithmique, les États-Unis et leurs alliés développent non seulement des plateformes de reconnaissance, mais aussi des systèmes d'armes entièrement autonomes qui recherchent une cible et prennent la décision de la détruire de manière indépendante, sans tenir compte des conséquences d'éventuelles erreurs de la part de ces systèmes.

Les systèmes d'armes autonomes contrôlés par l'IA constituent aujourd'hui l'épine dorsale de la stratégie militaire américaine. Cette stratégie, selon le Pentagone, devrait assurer un leadership mondial, principalement dans le domaine militaire.

dimanche, 21 mai 2023

Engels en tant que théoricien militaire

SVK_SNG.K_19452.600w.jpeg

Engels en tant que théoricien militaire

par Joakim Andersen

Source: https://motpol.nu/oskorei/2023/04/30/engels-som-militarteoretiker/

À l'époque du socialisme réel, on parlait souvent de "Marx et Engels", mais aujourd'hui, ce dernier semble avoir été relégué à l'arrière-plan. Ce n'est pas tout à fait surprenant, car Marx avait souvent une profondeur d'analyse qui manquait à Engels, et c'est aussi quelque chose qu'Engels lui-même soulignait souvent. En même temps, le "marxisme" moderne est fortement marqué par Engels, qui était lui aussi un penseur de premier plan. Par ailleurs, bien que Marx et Engels aient tous deux été, selon la terminologie moderne, homophobes et racistes, il y avait chez Engels un nationalisme allemand qui a été repris par la social-démocratie allemande.

Un aspect intéressant d'Engels réside dans ses écrits sur la théorie militaire, un aspect qui a été transmis dans de nombreuses parties de la tradition politique qu'il a contribué à façonner. Engels a acquis une expérience dans ce domaine lors d'une rébellion ratée en 1849, au cours de laquelle il s'est forgé une réputation de chef militaire courageux et compétent. Il a étudié et écrit sur de nombreux conflits et soulèvements au cours de sa vie, depuis les soulèvements de 1848-1849 et les guerres coloniales jusqu'à la guerre de Crimée et la guerre de Sécession. En matière de théorie de la guerre, c'est Engels, et non Marx, qui a été le maître reconnu, ce qui est intéressant compte tenu des succès militaires des guérillas marxistes-léninistes au 20ème siècle. Engels était "le premier Clausewitz rouge" (il est cité 6 fois dans La théorie du partisan de Carl Schmitt, 47 fois dans Lénine et 40 fois dans Mao).

Le major Michael A Boden développe ce sujet dans son livre The First Red Clausewitz : Friedrich Engels And Early Socialist Military Theory (Le premier Clausewitz rouge : Friedrich Engels et la théorie militaire socialiste primitive). Il aborde, entre autres, le fait que l'accent a souvent été mis sur Engels en tant que théoricien stratégique et que ses connaissances au niveau tactique et opérationnel ont souvent été négligées. La guerre moderne, la science de la guerre, la nation et la guérilla sont quelques-uns des thèmes intéressants abordés dans l'ouvrage de Boden.

Engels s'intéressait sans surprise à la relation entre la société et la guerre, à la manière dont les changements dans les forces et les conditions de production conduisaient à des changements militaires. En ce qui concerne la guerre moderne, il a pu écrire que "la guerre moderne est le produit nécessaire de la Révolution française. Sa condition préalable est l'émancipation sociale et politique de la bourgeoisie et des petits paysans". Il constate que le soldat citoyen est un phénomène nouveau, qui a aussi des répercussions sur les rapports de force entre les classes. Pendant un temps, Engels a espéré qu'une grande guerre européenne pourrait déboucher sur une lutte des classes. En même temps, il était conscient que les guerres modernes avaient tendance à être plus inhumaines, compte tenu des éléments de haine de classe et de haine nationale. Il a également décrit la guerre comme une "force sociale ayant une dynamique propre".

Giuseppe_Garibaldi_(1866).jpg

a-group-of-garibaldians-filippo-palizzi.jpg

Garibaldi. Chemises rouges formant les unités de combat garibaldistes.

Engels considérait la science de la guerre comme un phénomène nouveau, essayant activement et scientifiquement de développer une perspective et un ensemble de concepts pour ce phénomène. Ici aussi, il y avait un lien avec les relations de production ; il écrivait que "la nouvelle science de la guerre doit être tout autant un produit nécessaire des nouvelles relations sociales que la science de la guerre créée par la révolution et Napoléon était le résultat nécessaire des nouvelles relations engendrées par la révolution". Pour Engels, le caractère massif des armées est important, tout comme la mobilité et la rapidité. Garibaldi en est un exemple ; Engels écrit que "dans la guerre, et en particulier dans la guerre révolutionnaire, la rapidité d'action jusqu'à ce qu'un avantage décisif soit acquis est la première règle".

L'intérêt d'Engels pour les nations et le nationalisme est lié à l'approche scientifique de la guerre. Dans Les armées de l'Europe, il a compilé et analysé les conditions et les ressources des différentes armées. Il s'est penché sur des facteurs tels que les effectifs, la discipline, l'équipement et l'entraînement. Mais il a également abordé les caractéristiques nationales et raciales d'une manière qui serait totalement taboue aujourd'hui. Les Français sont décrits comme "une nation guerrière et pleine d'entrain, qui éprouve de la fierté pour ses défenseurs". L'armée autrichienne était, dans le vocabulaire d'aujourd'hui, caractérisée par la diversité ; Engels écrivait que "c'est là que réside le point faible de cette armée". Il trouve la même faiblesse dans l'armée danoise, avec les éléments allemands de la région du Schleswig-Holstein, et dans l'armée turque. Il décrit les Allemands comme le peuple guerrier par excellence en Europe, "la constance délibérée des Allemands les rend particulièrement aptes au service de l'artillerie. Par ailleurs, ils comptent parmi les peuples les plus pugnaces du monde, appréciant la guerre pour elle-même et allant souvent la chercher à l'étranger lorsqu'ils ne peuvent pas l'avoir chez eux. Depuis les Landsknechte du moyen âge jusqu'aux légions étrangères actuelles de la France et de l'Angleterre, les Allemands ont toujours fourni la grande masse de ces mercenaires qui se battent pour le plaisir de se battre. Si les Français les dépassent en agilité et en vivacité d'attaque, si les Anglais sont leurs supérieurs en dureté et en capacité de résistance, les Allemands dépassent certainement toutes les autres nations européennes dans cette aptitude générale au devoir militaire qui fait d'eux de bons soldats en toutes circonstances". Il décrit les soldats russes comme étant à la fois courageux et maladroits, les Turcs comme étant paresseux, fatalistes et tellement racistes qu'ils refusent d'adopter les méthodes européennes. L'attitude d'Engels à l'égard des peuples slaves, à l'exception des Polonais, est probablement bien connue.

Il considérait le nationalisme comme une forte source de motivation, ainsi que comme un problème important pour les États multiculturels. Engels a écrit sur plusieurs soulèvements nationaux et guerres de libération, en lien avec son intérêt pour la guérilla. Boden écrit qu'Engels a été l'un des premiers à analyser ce phénomène. Il écrit dans La défaite des Piémontais que "le soulèvement de masse, la guerre révolutionnaire, les détachements de guérilla partout - c'est le seul moyen par lequel une petite nation peut vaincre une grande, par lequel une armée moins forte peut être mise en position de résister à une armée plus forte et mieux organisée. Les Espagnols l'ont prouvé en 1807-1802, les Hongrois le prouvent aujourd'hui également". Dès 1852, il écrit sur les défis du chef de partisan, soulignant à nouveau l'importance du mouvement et de l'initiative ("la défensive est la mort de tout soulèvement armé"). Parallèlement, il s'intéresse à la relation entre les classes et la guerre. Pendant la guerre de Sécession, il écrit que les Sudistes pauvres auraient pu s'engager dans une guérilla, mais qu'ils auraient alors eu les anciens propriétaires d'esclaves contre eux, "il ne fait guère de doute, il est vrai, que les éléments du white trash, comme les planteurs eux-mêmes appellent les "pauvres blancs", tenteront la guérilla et le brigandage. Une telle tentative, cependant, transformera très rapidement les planteurs possédants en unionistes. Ils appelleront eux-mêmes les troupes des Yankees à leur secours".

ColonelJohnSMosbyPortrait.jpg

6004184772_378a127989_b.jpg

John S. Mosby, chef des pauvres sudistes qui auraient voulu entamer une guerre de guerilla.

Dans l'ensemble, Boden offre un aperçu lisible d'Engels en tant que théoricien militaire doué, avec des références à plusieurs articles théoriquement féconds, tous disponibles sur l'internet. Le théoricien de la guerre qu'est Engels n'apparaît pas non plus ici comme un déterministe ; la relation entre les conditions de production et la guerre est complexe, et de mauvais dirigeants peuvent détruire des conditions objectivement bonnes, du moins à court terme. Pour rappeler les contrastes entre "Marx et Engels" d'une part et la "gauche" d'aujourd'hui d'autre part, il est également utile de lire le théoricien militaire Engels. En ce qui concerne les caractéristiques nationales et raciales en tant que facteurs matériels, par exemple, il était plus proche de la droite alternative d'aujourd'hui que de la "gauche" contemporaine. Son analyse des relations sociales dans le Sud est également difficile à concilier avec la "critique blanche" (du "White nationalism") d'aujourd'hui. Mais il s'agit là d'une curiosité ; l'avantage durable réside dans la méthode d'Engels, qui intègre des facteurs tels que la nation, la classe, la motivation, la mobilité, le leadership et la technologie. L'importance relative de ces facteurs a peut-être quelque peu changé depuis le 19ème siècle, mais la valeur de l'approche demeure.

dimanche, 04 décembre 2022

UE : vers la militarisation

ejército-unión-europea_1.jpg

UE : vers la militarisation

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/es-kurs-na-militarizaciyu

Le 10 novembre 2022, la Commission européenne a dévoilé son nouveau plan d'action "Mobilité militaire 2.0". En parallèle, la "Stratégie de cyberdéfense de l'UE" a été publiée.

Officiellement présentés, les documents visent à "faire face à la détérioration de l'environnement sécuritaire suite à l'agression de la Russie contre l'Ukraine et à améliorer la capacité de l'UE à protéger ses citoyens et ses infrastructures".

Selon Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de la Commission européenne, "Aujourd'hui, il n'y a pas de défense européenne sans cyberdéfense. Par conséquent, les deux stratégies sont interconnectées et complémentaires".

En résumé, le plan d'action sur la mobilité militaire devrait aider les armées européennes à répondre mieux, plus rapidement et à une échelle suffisante aux crises survenant aux frontières extérieures de l'UE et au-delà. Elle devrait renforcer la capacité de l'UE à soutenir les États membres et les partenaires en ce qui concerne le transport des troupes et de leur équipement. Il vise également à renforcer la coopération avec l'OTAN et facilitera la communication et le dialogue avec les partenaires clés. Dans le contexte de la position actuelle de l'UE à l'égard de l'Ukraine, ainsi que du renforcement du flanc oriental de l'OTAN, cette initiative ouvre la voie à une nouvelle confrontation avec la Russie et attire dans l'orbite d'influence de Bruxelles des États qui ne sont pas encore membres de l'UE ou de l'OTAN.

S'appuyant sur les réalisations du premier plan d'action lancé en 2018, la nouvelle mobilité militaire couvre la période 2022-2026 et comprend :

- Identifier les éventuelles lacunes en matière d'infrastructure, informer les actions futures pour prioriser les améliorations et intégrer les exigences de la chaîne d'approvisionnement en carburant pour soutenir les mouvements à grande échelle des forces armées à court terme ;

- Numérisation des processus administratifs liés aux douanes, à la logistique et aux systèmes de mobilité militaire ;

- Mesures visant à protéger les infrastructures de transport contre les cyberattaques et autres menaces hybrides ;

- Faciliter l'accès aux véhicules de livraison stratégiques et maximiser les synergies avec le secteur civil pour améliorer la mobilité militaire, notamment par voie aérienne et maritime ;

- Améliorer l'efficacité énergétique et la résilience au changement climatique des systèmes de transport ;

- Renforcer la coopération avec l'OTAN et les partenaires stratégiques clés comme les États-Unis, le Canada et la Norvège, tout en facilitant l'engagement et le dialogue avec les partenaires régionaux et les pays de l'élargissement comme l'Ukraine, la Moldavie et les Balkans occidentaux.

Le plan propose d'autres actions pour assurer la circulation rapide, efficace et sans entrave de forces potentiellement importantes, y compris le personnel militaire et son équipement, tant dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune de l'UE que pour les actions nationales et multinationales, notamment au sein de l'OTAN.

L'approche stratégique de ce plan d'action se concentre sur la nécessité de développer un réseau de mobilité militaire bien connecté, composé de :

- les corridors de transport multimodal, y compris les routes, les chemins de fer, les voies aériennes et les voies navigables intérieures;

- les routes dotées d'une infrastructure de transport à double usage pouvant servir au transport militaire;

- Des plates-formes de transport et des centres logistiques qui apportent le soutien nécessaire aux pays d'accueil et de transit pour faciliter le déploiement des troupes et du matériel ;

- Des règlements, des statuts, des procédures et des mécanismes administratifs numériques harmonisés ;

- Une amélioration de la durabilité, de la résilience et de l'état de préparation des capacités de transport et de logistique civiles et militaires.

Il faudra donc des ressources importantes pour réorganiser les routes et les plateformes logistiques dans l'UE, ainsi que pour adapter la législation aux besoins militaires. En fait, il s'agit d'une militarisation des politiques internes, tant de l'UE elle-même que de chaque membre individuel de la communauté. Il est supposé que tout ceci sera mis en œuvre dans le cadre de la PESCO (Coopération structurée permanente) et en étroite coordination avec l'OTAN. L'infrastructure sera renouvelée par le biais d'une révision de l'initiative de transport transeuropéen. Les procédures de franchissement des frontières intracommunautaires seront également rationalisées. En parallèle, des exercices de grande envergure seront menés, notamment des manœuvres multinationales au sein de l'OTAN.

En matière de cybersécurité, il est prévu d'accorder une attention particulière au secteur des transports civils et à ses systèmes de soutien, notamment les systèmes de gestion du trafic (transport aérien, ferroviaire, maritime), les systèmes de gestion des terminaux à conteneurs, les systèmes de contrôle des écluses, des ponts, des tunnels, etc. La directive actualisée sur la sécurité des réseaux et de l'information (NIS2) récemment adoptée dans le secteur des transports doit être rapidement mise en œuvre. Il est également prévu d'échanger les informations nécessaires pour assurer une connaissance de la situation aussi complète que possible entre les secteurs du transport militaire et civil. Cette tâche sera assurée par le réseau européen d'organisations de liaison en cas de crise cybernétique (EU - CyCLONe). L'importance d'utiliser les capacités spatiales de l'UE à cette fin est également mentionnée.

De manière générale, la tendance à renforcer l'interdépendance euro-atlantique est perceptible. En effet, outre l'OTAN, qui est une organisation partenaire clé, d'autres participants au projet de mobilité militaire PESCO sont mentionnés, notamment les États-Unis, le Canada et la Norvège. On s'attend à ce que la Grande-Bretagne, elle aussi, rejoigne bientôt ce projet PESCO, une fois les procédures pertinentes achevées. 

Il est révélateur que, parallèlement, la France ait également présenté sa stratégie de défense nationale. Elle se concentre également sur la coopération avec l'UE et l'OTAN, ainsi que sur la cybersécurité, les armes nucléaires et la guerre hybride. Mais la stratégie de la France est plus détaillée et presque trois fois plus importante que le plan de l'UE.

Dans l'ensemble, il contient dix objectifs stratégiques.

1. Maintenir une dissuasion nucléaire crédible et digne de confiance. Le conflit en Ukraine "démontre la nécessité de maintenir une dissuasion nucléaire crédible et digne de confiance pour prévenir une guerre majeure" qui soit "légitime, efficace et indépendante", tout en réitérant "la nécessité de maintenir la capacité de comprendre et de contenir le risque d'escalade".

2. Accroître la résilience aux défis de sécurité tant militaires que non traditionnels (manipulation de l'information, changement climatique, chasse aux ressources, pandémies, etc.) en promouvant un esprit défensif et en assurant la cohésion nationale. À cette fin, la France met en œuvre une stratégie nationale de résilience destinée à renforcer sa capacité à résister à tout type de perturbation de la vie normale du pays. En outre, le service national universel sera étendu de manière incertaine ; Macron a déclaré qu'il donnerait des précisions à ce sujet au premier trimestre 2023.

3. S'assurer que l'industrie française soutient l'effort de guerre sur le long terme en constituant des stocks stratégiques, en déplaçant les lignes de production les plus sensibles et en diversifiant les fournisseurs. Cela rappelle l'idée d'une "économie de guerre" que Macron a avancée pour la première fois lors de la conférence Eurosatory en juin 2022.

4. Accroître la cyber-résilience. "Il n'existe aucun moyen de créer une cyberdéfense qui empêcherait toute cyberattaque contre la France, mais il est essentiel d'améliorer sa cybersécurité pour préparer le pays aux nouvelles menaces", indique le document. Pour ce faire, "les efforts des secteurs public et privé doivent être intensifiés". Le document indique notamment que "malgré l'important travail déjà accompli, la cybersécurité de l'État peut être considérablement améliorée" et qu'"il est nécessaire d'améliorer sensiblement la cybersécurité de tous les services publics".

5. Le rôle clé de l'OTAN dans la défense européenne, le rôle de la France dans celle-ci et le renforcement du pilier européen. Le document indique que "la France entend maintenir une position unique au sein de l'Alliance de l'Atlantique Nord. Elle occupe une position exigeante et prépondérante en raison de la spécificité et de l'indépendance de sa politique de défense, en particulier de sa dissuasion nucléaire". Il est ajouté que, sur la base de sa crédibilité opérationnelle, de sa capacité de réaction rapide et de sa contribution financière, "la France entend accroître son influence et celle de ses alliés européens pour peser sur les changements majeurs de la posture de l'OTAN et l'avenir de la stabilité stratégique en Europe". Le document note que la France "exclut l'extension [de l'adhésion] à d'autres zones géographiques, en particulier à la région Indo-Pacifique.

6. Renforcer la souveraineté européenne et développer l'industrie de la défense en Europe. "L'autonomie stratégique européenne dépend d'une capacité industrielle de défense européenne robuste qui répond à ses propres besoins" et à cette fin "la France soutient la création d'un instrument à court terme pour l'acquisition conjointe d'équipements européens".

7. Soyez un partenaire fiable et un fournisseur de sécurité crédible. Le document mentionne une relation approfondie avec l'Allemagne, des partenariats clés avec l'Italie et l'Espagne, des partenariats stratégiques avec la Grèce et la Croatie, un partenariat de renforcement des capacités avec la Belgique, mentionne l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie et note qu'un "dialogue constructif" devrait être "rapidement rétabli avec le Royaume-Uni". Le partenariat stratégique avec les États-Unis "restera fondamental et devra être ambitieux, sobre et pragmatique". Il est fait référence aux relations avec les pays africains, le Golfe Persique, la Méditerranée et la Mer Rouge, et la région Indo-Pacifique.

8. Améliorer l'intelligence. La France doit poursuivre les réformes profondes de ses services de renseignement et mener une politique "ambitieuse" de recrutement et de rétention. Elle doit également investir dans de nouveaux outils techniques qui "devront exploiter le potentiel de l'informatique quantique et de l'intelligence artificielle".

9. Se défendre contre et agir dans des guerres hybrides (combinaisons délibérément ambiguës de modes d'action directs et indirects, militaires et non militaires, légitimes et illégitimes, souvent difficiles à définir). Une organisation plus souple, plus réactive et plus intégrée sera créée pour "identifier, caractériser, déclencher les mécanismes de protection appropriés (...) et réagir efficacement". Des outils sont également développés pour contrer les sociétés militaires privées utilisées comme mandataires par des puissances hostiles. La protection des infrastructures critiques est également une priorité.

10. Liberté d'action et capacité de mener des opérations militaires. Il s'agit de la volonté des forces armées françaises non seulement de s'engager dans des combats de haute intensité, mais aussi de déployer leurs forces le plus rapidement possible et d'être les premières à entrer sur le champ de bataille "avec ou sans le soutien éventuel de pays alliés".

Ici aussi, de sérieuses ambitions d'émerger comme le leader militaire de l'Europe sont visibles, avec une volonté d'être autonome et de développer de larges partenariats. Bien que dans le contexte des échecs de la France en Afrique, qui ont montré une faible capacité de combat, certains postes seront assez difficiles à remplir.

Compte tenu de l'augmentation de la préparation au combat annoncée précédemment par l'Allemagne, de l'augmentation du budget militaire au recrutement de futurs soldats de la Bundeswehr, nous voyons une image plus cohérente qui présente un changement dans la structure des forces armées de l'UE avec l'implication claire que cela est fait contre la Russie.

samedi, 19 novembre 2022

Vers la poliorcétique des cyborgs

22676567lpw-22679436-article-jpg_8484476_660x287.jpg

Vers la poliorcétique des cyborgs

par Georges FELTIN-TRACOL

En janvier 2022 paraissait Ces guerres qui nous attendent 2030 – 2060 (éditions des Équateurs/PSL – Université Paris Sciences et Lettres, 224 p., 18 €). Réuni à l’initiative du ministère français des Armées, « le collectif Red Team est composé d’auteurs, de dessinateurs et de scénaristes libres et indépendants ». On y trouve François Schuiten, Jeanne Bregeon, Virginie Tournay, Laurent Genefort, Romain Lucazeau, Xavier Mauméjean et Xavier Dorison ainsi que des pseudonymes comme Colonel Hermès, Capitaine Numericus et DOA. En revanche, le Lieutenant Sturm, Wilsdorf et Alryck n’y figurent pas ! Le projet a agacé, sinon indigné, les écrivains français de science-fiction fortement épris de progressisme, d’inclusivité et d’égalitarisme.

Ces-guerres-qui-nous-attendent.jpg

Inspiré du complexe militaro-industrialo-médiatique qui regroupe outre-Atlantique les industries (numériques ou non), les militaires et le monde du divertissement, cet ensemble réfléchit aux guerres de demain et présente quatre hypothèses. Notons que le livre a été rédigé avant le début des hostilités en Ukraine. Il serait fastidieux de résumer chaque scénario. On insistera sur l’affirmation du combattant opérationnel cybernétique et le grand retour de la poliorcétique.

En science-fiction, le cyborg est un hybride entre l’organisme humain et la machine et/ou l’ordinateur. Les programmes militaires occidentaux ouvrent déjà la voie vers le transhumanisme avec les expériences d’exo-squelette de combat. Red Team imagine à assez brève échéance calendaire la finalité logique du passeport vaccinal et autre « visa numérique » : le puçage généralisé de la population. Cela va même encore plus loin avec NeTAM, soit Neuro Terre Air Mer, à savoir « un protocole d’interface neurale [… qui], selon l’auteur collectif, a pour but de pallier les défaillances humaines et d’améliorer les performances des sujets. [...] Le programme permet notamment l’échange de données homme/machine, la prise de contrôle d’équipements, l’amélioration des capacités du combattant en situation (perception, réception d’informations, gestion du stress, etc.), la collecte et l’archivage en temps réel par un double témoignage live et différé (objectif – subjectif) et l’exploitation de ces informations archivées en vue d’un usage ultérieur. De plus, le programme autorise l’accès à une banque de données sécurisée qui renseigne en flux continu sur le contexte de l’action en cours ».

fb561242b1e4f789c24c614c36ac92d6.jpg

Il passe ensuite à un « programme ArmVie [qui] a pour vocation de recueillir l’ensemble des données d’implant des militaires connectés, en surveillant notamment leur sommeil, leurs habitudes alimentaires, leur activité physique, leur environnement quotidien, leurs interactions sociales, leur mobilité in et out de l’espace militaire, leurs réactions aux événements extérieurs, leur niveau de stress, etc. ». La surveillance actuelle des sportifs, en particulier des cyclistes, au nom de la lutte contre le dopage, en est une ébauche primaire et imparfaite.

La symbiose entre le combattant et l’intelligence artificielle devient une priorité aux yeux des contributeurs pour qui « les opérations spéciales, l’infiltration, les coups de main, le débarquement amphibie, visant à contourner les défenses adverses, redeviennent des enjeux fondamentaux ». Avec l’essor de l’IHM (interface homme machine), « l’homme sur le champ de bataille, du soldat jusqu’à l’officier, devient le centre d’un écosystème d’armement complexe. »

979be2c8d48e9f3364e2143eadbca91b.jpg

Dans le même temps, les conditions de la guerre évoluent sous l’impulsion des armements à très grande vitesse. Le missile hypervéloce, entre Mach 15 et Mach 16, soit près de 20.000 km/h, frappe n’importe où. Facile à tirer, ce missile se montre peu maniable et nécessite une infrastructure de maintenance, de ciblage et de protection que seuls des États performants peuvent se permettre d’avoir. Face à cette nouvelle menace se développe l’« hyperbouclier » (ou « bouclier défensif »). Conçu autour de systèmes physiques (matériels et humains), informatiques (cybernétique et communications) et logistiques (flux matériels) complexes, il emploie de nombreux drones antipersonnels et antichars qui saturent le champ de bataille. Sa principale faiblesse reste cependant une consommation élevée d’énergie, surtout s’il utilise le railgun, un canon capable de propulser très vite des projectiles inertes. Par exemple, « une barre de tungstène de 100 kg accélérée à Mach 12 peut détruire un char situé à 200 km ».

000659144_illustration_large.png

Ce nouveau cycle marque la fin d’une certaine forme de conflit d’autant que l’« hyperbouclier » se transforme bientôt en bastion de protection territoriale: l’« hyperforteresse ». « Arrivé à maturité, le concept de l’hyperforteresse cristallise la fin de la guerre de mouvement, paradigme dominant depuis les années 1940 (couple chasseurs/chars d’assaut). »

Défendant une zone de 150 km de rayon et se déployant autant sur terre, en mer, dans le milieu sous-marin que dans le champ aérien, le domaine spatial, l’univers informatique et la médiasphère, l’hyperforteresse utilise des essaims de drones que son « hyper IA » traite comme des entités uniques dotées de sous-systèmes de gestion. Son point névralgique demeure « l’hypercloud [qui] désigne un ensemble de systèmes de collecte et de traitement des informations ». Or, son entretien nécessite un « haut niveau de maintenance » du fait du vieillissement rapide de ses structures. Sa pérennité exige une autonomie dans la production et la fabrication « sur place de pièces, via des mini-usines et des imprimantes 3D ». En outre, « une hyperforteresse est extrêmement dépendante des flux logistiques. Par ailleurs, afin de bénéficier d’une énergie abondante et disponible, chacune d’elles dispose d’une mini-centrale nucléaire ». Dans cette nouvelle ère de la guerre, « seuls les pays qui disposent d’une base industrielle souveraine complète ou quasi complète, jusqu’à l’accès à l’espace, lit-on, peuvent garantir à leurs populations une protection face aux risques géopolitiques et conservent une grande marge de manœuvre diplomatique ». Il devient par conséquent fort probable que « dans la guerre de position, défaire l’hyperforteresse devient l’objectif principal pour vaincre ». C’est le grand retour de la poliorcétique, l’art militaire d’assiéger les villes.

Entre les hyperforteresses apparaît « le no man’s land […] une zone démilitarisée qui s’étend entre les bordures de deux hyperforteresses durant une guerre de position ». À l’intérieur de ces châteaux forts 4.0, dans un cadre douillet, les civils s’adonnent aux RZE (réseaux de services), c’est-à-dire des « réseaux communautaires qui se structurent autour de la profession, de la religion, de passions et convictions communes ou encore du quartier d’habitation ». La présence de ces communautés affectives dans le monde virtuel représente le transfert des déceptions de la réalité en enchantements dans les mirages dangereux d’une ambiance rêvée.

Red Team conçoit une guerre à haute technicité dans un cadre socio-psychologique qui rappelle plus le XVIIe siècle européen que l’époque médiévale. Le conflit en cours en Ukraine confirmera-t-il ou non ces spéculations ? Seul l’avenir nous le dira.    

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 51, mise en ligne le 15 novembre 2022 sur Radio Méridien Zéro.

vendredi, 05 août 2022

Erdogan, Poutine, Iran et Ukraine: le grand complot des drones

Erdogan-drones.jpg

Erdogan, Poutine, Iran et Ukraine: le grand complot des drones

SOURCE : https://it.insideover.com/guerra/erdogan-putin-iran-e-ucraina-il-grande-intreccio-dei-droni-2054515.html

La "relation spéciale" entre Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine se poursuit. Après le sommet de Téhéran où les deux présidents se sont rencontrés pour le sommet dit du "format Astana", le "sultan" et le "tsar" se retrouveront le 5 août à Sotchi, en Russie. Une rencontre qui confirmera non seulement la ligne de dialogue qui n'a jamais été interrompue entre Ankara et Moscou, même pendant les phases les plus délicates de la guerre en Ukraine, mais aussi une sorte de regain d'intérêt de la part des présidents russe et turc pour apparaître ensemble, rétablissant une accélération même physique dans les relations entre les deux pays qui semble presque être un plongeon dans le passé, certainement avant la soi-disant "opération militaire spéciale".

Il y a de nombreuses questions sur la table. Il y a le nœud constitué par la Syrie, qui a déjà été révélé lors du sommet de Téhéran. Il y a le blé, étant donné que, pas plus tard qu'hier, un centre logistique a été ouvert à Istanbul pour contrôler les exportations de blé ukrainien à travers la mer Noire. L'un des points les plus importants de l'accord signé en Turquie par Moscou et Kiev avec le gouvernement d'Ankara et les Nations Unies. Mais comme l'a expliqué le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, l'accent de cette réunion sera également mis sur la coopération dans le domaine militaire. Une clarification qui a surtout servi à ne pas démentir les hypothèses circulant ces dernières heures sur un prétendu intérêt russe pour une coopération dans la production des célèbres drones Bayraktar TB2 de fabrication turque. Des drones qui, comme on l'a vu dans l'actualité ces derniers mois, sont devenus des armes clés aux mains des forces ukrainiennes.

246745862.jpg

L'accord entre Kiev et Ankara pour la fourniture de ces machines de guerre n'a jamais été apprécié par le Kremlin, qui a toujours considéré ce pacte comme une sorte de coup de poignard dans le dos commis par Erdogan. Non seulement le président turc a des liens familiaux avec le géant de la défense (Selçuk Bayraktar, le directeur technique de Baykar, est le mari de la fille d'Erdogan, Sumeyye), et donc tous les accords sont considérés comme une sorte d'affaire personnelle, mais il faut également se rappeler que jusqu'à présent, ces drones ont également été appréciés par des pays profondément rivaux de la Russie, en commençant par l'Ukraine et en terminant par la Pologne et la Lettonie. L'image n'est donc certainement pas l'une des meilleures du point de vue de Poutine, compte tenu également du type de relation construite au fil des ans avec le dirigeant turc. Et ce facteur ne doit certainement pas être sous-estimé. Cependant, le fait que Moscou puisse maintenant être intéressé par une collaboration avec Ankara dans ce même secteur suggère non seulement la valeur de ces systèmes pilotés à distance produits par la Turquie, mais aussi le désir du Kremlin de faire un pas en avant en entrant dans un domaine complexe non seulement sur le plan stratégique, mais aussi sur le plan diplomatique. En substance, il s'agit de s'insinuer dans un système qui voit la Turquie fournir, pour l'instant, des technologies de guerre aux ennemis de la Russie.

Pour l'instant, Moscou n'a ni confirmé ni infirmé cette hypothèse. Peskov a seulement déclaré que la coopération en matière de défense entre les deux pays est "constamment à l'ordre du jour" et que cela indique qu'il existe un partenariat très important entre les deux gouvernements. Mais ce qui importe avant tout, c'est le timing de ces rumeurs à la lumière d'un point d'interrogation qui a marqué la visite de Poutine à Téhéran : la fourniture éventuelle de drones iraniens à la Russie. Une hypothèse divulguée par des sources américaines et qui n'avait pas trouvé un mur de déni aussi clair de la part de la République islamique. Au contraire, l'Iran a pris soin de préciser que la coopération avec la Fédération de Russie était de longue date. Et de nombreux observateurs avaient spéculé qu'en cas de vente d'appareils iraniens à Moscou, une véritable guerre éclaterait dans le ciel ukrainien entre les drones d'Ankara et ceux de Téhéran, les premiers aux mains de Kiev, les seconds aux mains de l'ennemi.

maxresdefaerdpiutggfdult.jpg

La rumeur d'un éventuel intérêt russe pour les drones turcs Bayraktar TB2 changerait encore la donne. Le Daily Sabah, un quotidien proche des cercles autour d'Erdogan, a rapporté des rumeurs d'intérêt de la part de la Russie et des Émirats arabes unis pour un travail conjoint avec la Turquie sur ces drones. Et la question aurait également été discutée lors d'une réunion du parti AKP d'Erdogan. Mais selon les rapports du Daily Sabah, le PDG de Baykar, la société qui produit les Bayraktar TB2, a déclaré qu'il soutenait la résistance ukrainienne et qu'ils n'avaient aucun accord avec le Kremlin.

mercredi, 03 août 2022

Drones, applications et développements

drones-militaires-scaled.jpg

Drones, applications et développements

par le comité de rédaction de Katehon

Source: https://www.ideeazione.com/uav-applicazioni-e-sviluppi/?fbclid=IwAR3aFN5lqFgn5RFRESRrK4Ai4ij9rNkCuGkgDkineQG0vQBWUZ1yo3ecamo

Un véhicule aérien sans pilote (UAV) est un appareil qui est contrôlé par un équipement de radiocommande et qui possède son propre logiciel de contrôle. L'industrie des drones est un secteur de haute technologie en pleine croissance qui englobe de nombreux domaines, de la recherche et du développement à la production, l'utilisation, l'exploitation et la prestation de services. La partie supérieure de la chaîne industrielle se compose principalement de nouveaux matériaux, de composants électroniques, de développement de logiciels, etc. La partie intermédiaire de la chaîne industrielle comprend la production, l'assemblage et la vente, etc., et la partie inférieure de la chaîne industrielle, outre l'utilisation militaire, comprend également la recherche scientifique, l'agriculture, l'électricité, les transports, la météorologie et d'autres industries civiles.

Ces dernières années, l'industrie mondiale des drones a connu une croissance rapide. Selon New America, les États-Unis, Israël et la Chine sont les plus grands producteurs et vendeurs de drones sur le marché mondial.

Selon une étude du département de recherche de Statista, le marché chinois des drones devrait générer le revenu le plus élevé au monde en 2022, avec environ 1,27 milliard de dollars. Les États-Unis et la France suivent avec 1,24 milliard de dollars et 150 millions de dollars, respectivement.

an-mq-9-reaper-remotely-piloted-aircraft-flies-by-during-a-news-photo-1584049837.jpg

Les meilleurs vendeurs

États-Unis

Le meilleur drone de combat américain est le General Atomics MQ-9 Reaper (photo, ci-dessus), que l'US Air Force utilise depuis plus de dix ans pour soutenir des opérations dans le monde entier. Après les attentats du 11 septembre, les États-Unis ont lancé leurs premières attaques de drones, dans le cadre d'un programme de drones en plein essor, en utilisant le MQ-1 Predator, que l'armée de l'air utilise au combat depuis 21 ans. Le 27 février 2017, le ministère de la Défense a annoncé le retrait du drone Predator afin de "suivre le rythme de l'évolution de l'environnement de combat spatial". L'Amérique n'a vendu des drones qu'aux membres de l'OTAN, mais a approuvé la vente à l'Inde en 2018.

iai-heron.jpg

Israël

Le Heron israélien d'IAI (photo, ci-dessus) est destiné à concurrencer le Reaper. Israël est le plus grand exportateur de drones au monde. Selon une base de données compilée par l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), Israël a représenté 41 % de tous les drones exportés entre 2001 et 2011, bien qu'Israël refuse de publier une liste complète des pays auxquels il a vendu des armes militaires. Une liste partielle des bénéficiaires comprend les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, la France, l'Australie, l'Allemagne, l'Espagne, le Brésil, l'Inde, la Chine, les Pays-Bas, l'Azerbaïdjan et le Nigeria.

Chine

La Chine est un exportateur croissant de drones et a comblé les lacunes du marché grâce à ses politiques d'exportation plus libérales. En 2015, le Pakistan, l'Irak et le Nigeria ont mené des attaques en utilisant des drones de combat fournis par la Chine ou développés en coopération avec elle.

maxresindiadefault.jpg

Les meilleurs acheteurs

Inde

Selon la base de données sur les livraisons d'armes du SIPRI et de Statista, l'Inde et le Royaume-Uni sont les premiers importateurs de drones au monde. Selon un rapport de Business Insider basé sur les données du SIPRI, l'Inde a représenté 22,5 % des importations de drones entre 1985 et 2014. En plus des importations, l'Inde dispose également de véhicules aériens de combat sans pilote (UCAV) de fabrication indigène. Le 16 novembre 2016, le drone indien Rustom-II, armé d'un drone durable de moyenne altitude, a effectué avec succès un vol d'essai.

Royaume-Uni

De 2010 à 2014, le Royaume-Uni a été le plus grand importateur de drones, représentant 33,9 % des importations au cours de cette période. Le Royaume-Uni produit les petits drones MALE et Watchkeeper, basés sur un drone Hermes 450 importé d'Israël.

L'utilisation des drones dans l'armée

Conflit militaire dans la région du Nagorno-Karabakh

Le 27 septembre 2020, un conflit a éclaté entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan dans la région du Haut-Karabakh, et les hostilités se sont poursuivies pendant près de deux mois, jusqu'à ce que, le 9 novembre, les dirigeants de la Russie, de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie signent une déclaration et annoncent un cessez-le-feu complet au Karabakh à partir du 10 novembre à 00h00, heure de Moscou, ce qui a marqué la fin temporaire des hostilités.

madrnkxresdefault.jpg

Dans cette opération militaire, en raison de la puissance militaire relativement faible des deux pays, le développement de l'aviation n'est pas achevé et aucun des deux pays ne dispose d'un système de combat aérien approprié, ce qui rend difficile la conduite d'un combat aérien au sens traditionnel du terme. Par conséquent, les drones sont devenus une arme puissante pour les deux camps dans la lutte pour la suprématie aérienne. Il convient de noter que quelques semaines après le début de la guerre, l'armée azerbaïdjanaise a utilisé l'avantage particulier des drones dans des attaques de reconnaissance au sol, à la suite desquelles l'armée arménienne a perdu plus de 100 chars. En tant que nouveau système d'armes à faible coût, facile à reproduire, avec de faibles barrières à l'entrée et des opérations asymétriques, les drones jouent un rôle de plus en plus important dans les interventions de la Turquie en Asie occidentale et en Afrique du Nord.

Les drones turcs, dotés d'une performance exceptionnelle en combat réel, ont participé à plusieurs reprises à des opérations militaires nationales et étrangères. En 2021, la société turque Baykar Makina a indiqué que le drone Bayraktar TB2 avait effectué plus de 350.000 heures de vol de combat. Jusqu'en 2018, ce type de drone était principalement utilisé pour les opérations antiterroristes nationales en Turquie, luttant efficacement contre les forces terroristes intérieures. La Turquie a fourni le Bayraktar TB2 en 2019 aux forces armées libyennes, détruisant 23 ensembles de systèmes de défense aérienne de fabrication russe et un grand nombre de véhicules terrestres blindés. En mars 2020, des drones armés de ce type ont été déployés en Syrie, détruisant 151 chars du gouvernement syrien, plus de 100 véhicules blindés, 86 pièces d'artillerie, 8 hélicoptères, 8 systèmes de défense aérienne, une grande quantité de munitions et d'installations militaires : toutes ces actions ont empêché l'avancée des forces gouvernementales syriennes. Dès le début du conflit militaire dans la région du Haut-Karabakh, les drones turcs ont principalement effectué un appui aérien rapproché, éteint des feux et attaqué des points fixes, détruisant 106 chars arméniens, 146 pièces d'artillerie, 62 systèmes de lancement de roquettes multiples, 18 systèmes de missiles anti-aériens, 7 installations radar et 161 autres véhicules, causant plus d'un milliard de dollars de dommages à l'Arménie.

Après l'utilisation généralisée des drones pendant le conflit du Karabakh pour les armées nationales de petite et moyenne taille et les forces armées tribales qui ne s'appuient que sur de simples véhicules et des chars pour mener à bien leurs opérations, la supériorité aérienne et la forte rentabilité des drones reflètent la fragilité des forces mécanisées traditionnelles. Le renforcement des capacités dans le domaine de la défense aérienne et de la guerre électronique, notamment la mise en œuvre d'opérations anti-aériennes pour les drones attachés aux troupes, deviendra une orientation pour le développement des petites et moyennes armées du pays.

L'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine

Depuis le début du conflit militaire russo-ukrainien le 24 février 2022, la Russie et l'Ukraine ont fait un usage intensif de drones sur le champ de bataille. En outre, les États-Unis et d'autres pays de l'OTAN ont continuellement apporté une aide militaire à l'Ukraine en lui fournissant des drones. Sur le champ de bataille russo-ukrainien, les drones ont joué un rôle important dans le renseignement et la surveillance, le ciblage, les frappes de précision, la guerre électronique, la guerre cognitive et la contre-opinion.

098749087a560720e786d85a1ecb8f0b.jpg

Le principal drone utilisé par l'armée ukrainienne est le Bayraktar TB2. En 2019, l'Ukraine a acheté 12 de ces drones, puis la marine ukrainienne en a commandé cinq autres, qui ont été livrés en 2020.

Dans ce conflit entre les deux pays, l'Ukraine a utilisé le Bayraktar TB2 pour lancer des frappes de précision contre des centres logistiques tels que les pétroliers russes, les véhicules pétroliers terrestres et les véhicules d'approvisionnement en munitions, offrant ainsi une dissuasion efficace à l'ennemi. En raison des limites d'altitude et de vitesse des drones, le nombre de Bayraktar TB2 ukrainiens abattus par le système de défense aérienne russe a atteint le nombre de 35, soit plus de la moitié du nombre visé. Cela indique que ces drones sont toujours confrontés à des problèmes de survie face à des systèmes de défense aérienne avancés. Alors que la Russie et l'Ukraine entrent dans la phase des combats de rue dans le Donbass, l'OTAN a fourni de petits drones de reconnaissance et d'attaque. Le RQ-20 Puma AE et le Switchblade-600 peuvent fournir un soutien puissant aux forces terrestres ukrainiennes. L'armée ukrainienne aurait également utilisé ce type de drone pour couler plusieurs navires russes au large de l'île aux Serpents en mer Noire.

La tendance du développement futur de l'industrie des drones militaires

Le domaine des drones de combat dans son ensemble est représenté par "une superpuissance et de nombreuses puissances fortes" et les pays asiatiques ont un grand potentiel de marché. Du point de vue de l'évolution technologique des drones militaires, la dynamique de leur changement se reflète grossièrement dans les cinq aspects suivants [1].

    - Évolution de la technologie d'alimentation des drones : le grand rapport de dérivation de la moyenne et de la faible poussée et le turbofan du petit moteur principal seront au centre du développement des groupes d'alimentation des drones à l'avenir ; en outre, la recherche sur l'application de nouvelles sources d'énergie telles que l'énergie solaire, les piles à combustible et les systèmes d'alimentation en hydrogène liquide peuvent fournir des sources d'énergie plus efficaces pour les drones.

    - Évolution de la technologie des plateformes de drones : technologie aérodynamique à haut rendement, technologie furtive, technologie aéroélastique, technologie de calcul des charges aérodynamiques et technologie des structures composites.

    - Évolution de la technologie de contrôle autonome : technologie de connaissance de la situation, technologie de planification et de coordination, technologie de prise de décision autonome et technologie d'exécution des tâches.

    - Technologie de communication en réseau.

    - Intégration de charges multitâches : technologie d'intégration plate-forme/activité, technologie de détection multispectrale/hyperspectrale, technologie avancée de radar à ouverture synthétique, technologie lidar.

La situation actuelle et les tendances de développement de l'industrie des drones civils

À l'heure actuelle, le développement mondial des drones civils en est encore à ses débuts et il existe un écart important entre la demande et la taille du marché des drones militaires. Aujourd'hui, les utilisateurs civils de drones sont principalement concentrés dans les unités fonctionnelles de recherche et de gestion. La partie inférieure de la chaîne industrielle et le groupe stable à long terme de clients commerciaux ne sont pas entièrement formés.

Mais avec le développement de la technologie des drones, les pays montrent un grand intérêt pour les drones civils. Ces dernières années, les pays du monde entier ont commencé à développer et à produire de petits drones multirotors, notamment des drones grand public avec une charge utile de moins de 10 kg dans le domaine civil. Le chinois DJI, le parisien Parrot, l'américain 3D Robotics et l'allemand AscTec figurent parmi les quatre premières entreprises de quadricoptères.

dienst-drones.jpg

Dans le domaine professionnel civil, la proportion de drones civils utilisés pour la protection des cultures, l'inspection électrique, l'inspection des oléoducs et gazoducs, l'équipement de la police, la recherche scientifique et l'arpentage augmentera à l'avenir, notamment dans le secteur de la logistique, où les possibilités de développement sont importantes.

En matière de consommation civile, les drones vont se rapprocher de plus en plus du grand public. Au fur et à mesure que les exigences techniques en matière de photographie et les besoins esthétiques des gens s'améliorent, de plus en plus de consommateurs posséderont des petits drones civils multirotors, profitant pleinement de la technologie unique de photographie aérienne.

Note:

[1] Zheng Bo, Yang Wenxian. Le statut et la tendance du développement de l'industrie mondiale des drones [J]. Technologie et produits à double usage, 2014, (8) : 8-11.

mardi, 26 juillet 2022

Les stratégies militaires modernes de la Chine

Zwetsloot_China-PLA-Tech-scaled.jpg

Les stratégies militaires modernes de la Chine

Groupe de réflexion Katehon

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/strategie-militari-moderne-della-cina

Les modifications apportées au Livre blanc clarifient l'orientation du développement militaire de la Chine.

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, le déclenchement de la guerre du Golfe et la mise en œuvre de nouvelles réformes militaires dans le monde entier ont montré que la guerre mécanisée allait être remplacée par une nouvelle forme de guerre: la guerre de l'information. La manière de traiter efficacement les nouveaux défis de sécurité de la Chine et les préparatifs militaires pour la nouvelle révolution militaire mondiale sont devenus les questions militaires les plus importantes mises à l'étude à l'époque.

Jiang_Zemin2.pngJiang Zemin (photo), alors président du Conseil militaire central, avait depuis longtemps commencé à étudier comment mener les futures batailles et comment construire une armée, et à planifier et formuler de nouvelles orientations militaires stratégiques pour prendre la direction stratégique. Dans les années 1990, la politique stratégico-militaire a été étudiée très activement dans le milieu universitaire de l'armée chinoise, et différents points de vue sont souvent apparus, indiquant une tendance au développement de la "lutte de centaines d'écoles". Les scientifiques ont fait de nombreuses propositions pour définir la stratégie militaire dans une nouvelle situation et beaucoup d'entre elles sont pertinentes.

Jiang Zemin a déclaré à l'époque : "La question de la politique stratégique militaire peut être étudiée dans les forces armées, en particulier dans les départements de recherche, mais la politique stratégique de notre pays dans son ensemble doit, selon moi, être menée conformément à la politique de défense active définie par le camarade Xiaoping, car la défense active est conforme à notre réforme et à notre ouverture, à notre politique de développement économique".

Il a souligné que la stratégie militaire est en fin de compte le moyen de gouverner un pays. Dans toute nation, il est absolument impossible de gouverner le pays sans une armée de qualité. "La politique de défense active est notre héritage et nous devons l'étudier pleinement et systématiquement, la comprendre complètement et précisément, et la mettre en œuvre rigoureusement. En même temps, comme la situation évolue, elle doit aussi être transmise et développée de manière réaliste". Ainsi, après de nombreuses études, les militaires chinois ont progressivement formé un consensus sur la stratégie militaire de la nouvelle ère. Et au début de 1993, la "politique militaro-stratégique de défense active dans une nouvelle ère" a été officiellement présentée. Dans ce document, un ajustement stratégique sérieux de l'idéologie directrice a été effectué et le point principal de la préparation à la lutte militaire est passé de la réaction à des guerres locales dans des conditions générales à la victoire de guerres locales dans les conditions de la technologie moderne. Il s'agit d'un développement important de la pensée stratégique de la défense active, ainsi que de l'approfondissement de la transformation stratégique de l'idéologie directrice de la construction militaire, marquant l'établissement de la stratégie militaire de la Chine dans une nouvelle ère.

La "défense active" est au cœur de la stratégie militaire de la nouvelle ère. La Chine prônant fermement la construction économique, la réforme et l'ouverture, le but de la préparation à la lutte militaire est de créer un environnement pacifique pour le développement du pays. Par conséquent, la politique militaro-stratégique de la nouvelle ère doit résoudre non seulement le problème de la préparation à la guerre et de la manière de la mener, mais aussi la dissuasion efficace de la guerre, le désir de l'éviter et de l'arrêter.

Wei Xinan, historien militaire, a déclaré que la politique militaro-stratégique de la nouvelle ère commence par une grande stratégie, intègre étroitement le combat militaire au combat politique, diplomatique et économique, s'efforce d'améliorer l'environnement stratégique de la Chine, de réduire l'instabilité et de contenir et retarder les guerres ou les conflits armés contre la Chine.

Au tournant du siècle, une nouvelle révolution militaire mondiale, dont le contenu principal est l'informatisation militaire, s'est développée et les caractéristiques de la guerre informatisée sont devenues de plus en plus évidentes. La Commission militaire centrale est bien consciente de ce changement et a une fois de plus développé la politique militaro-stratégique de la nouvelle ère, proposant de transférer la base de la préparation de la lutte militaire pour la victoire dans l'information des guerres locales qui peuvent survenir dans le futur.

Le spécialiste Wei Xinan a déclaré : "Pour gagner une guerre locale dans un environnement de haute technologie, nous devons nous appuyer sur l'utilisation des armes et des équipements existants, et hériter et développer l'excellente tradition de l'armée populaire en utilisant des équipements obsolètes. Cependant, de nos jours, l'essence de la guerre de haute technologie est la "guerre de l'information". Il a également souligné que la politique militaire enrichie et améliorée de la nouvelle ère a déplacé l'objectif de la direction stratégique vers "la construction d'une armée basée sur l'information et la victoire dans une guerre basée sur l'information", clarifiant davantage l'idéologie directrice fondamentale à laquelle il faut adhérer lors de la construction de son armée et de la préparation au combat.

ozhzhrigin.jpg

Sécurité nationale : la situation actuelle de la Chine

Zhang Zhaozhong, théoricien militaire chinois, observateur militaire et contre-amiral de la marine, a souligné dans son article "National Defence Again" [1] qu'étant donné la situation actuelle de la sécurité nationale, la Chine devrait prêter attention au moins aux huit questions suivantes.

Premièrement, la Chine doit reconnaître la menace de la guerre dans le monde moderne. Actuellement, l'ordre dominant dans le monde est toujours le système institutionnel capitaliste, dirigé par les pays occidentaux développés, avec les États-Unis en tête. Dans le processus de mondialisation capitaliste, la recherche du profit est le principal moteur, la nature du capital n'a pas changé. Si la nature du capitalisme, qui maximise les profits, favorise le développement économique, elle entraîne également une plus grande concurrence mondiale. Le général estime que tant qu'il y aura une concurrence mondiale au sein du système capitaliste, les guerres entre les peuples seront inévitables.

Deuxièmement, la Chine doit reconnaître la menace d'un endiguement stratégique de la Chine par les États-Unis. Les États-Unis sont la seule superpuissance du monde de l'après-guerre froide à disposer d'une stratégie globale et d'un vaste système d'alliances militaires avec des bases militaires dans le monde entier. La façon dont les États-Unis choisissent de traiter avec la Chine a un grand impact sur l'environnement sécuritaire chinois. En d'autres termes, les États-Unis sont le plus grand facteur externe influençant la sécurité de la Chine. Plus récemment, l'Amérique a poursuivi une stratégie de "rééquilibrage de l'Asie-Pacifique" pour contenir la Chine en termes de politique, de sécurité et d'armée. Cette stratégie de "rééquilibrage Asie-Pacifique" montre clairement que les principes politiques américains n'ont pas changé.

Troisièmement, la Chine doit reconnaître la menace d'un parti pris de droite dans la politique japonaise. La Chine et le Japon sont séparés par une simple bande d'eau. Une coopération amicale tous azimuts entre la Chine et le Japon est dans l'intérêt fondamental des deux peuples et constitue la politique constante de la Chine. Toutefois, il convient de noter que depuis la fin de la guerre froide, on a assisté à une augmentation du nombre de courants idéologiques de droite dans la société japonaise qui nient ouvertement l'histoire de l'agression nipponne, embellissent la guerre d'agression, promeuvent vigoureusement la révision de la constitution et une tentative d'acquérir officiellement le "droit d'autoprotection collective", se débarrassent des restrictions de l'article 9 de la constitution. Ces dernières années, le Japon a cherché à exploiter le déplacement du centre de gravité stratégique américain vers l'est pour défier ouvertement la Chine et poursuivre la politique dite de "nationalisation" du territoire chinois sacré des îles Diaoyu, qui non seulement menace la souveraineté territoriale mais remet aussi ouvertement en question le système international fondé sur le processus de Tokyo. Zhang Zhaozhong estime donc que, poussé par la tendance de la société de droite, le Japon glisse de plus en plus vers la possibilité d'une confrontation avec la Chine.

Quatrièmement, la Chine doit reconnaître la menace de l'instabilité de la péninsule coréenne. La péninsule coréenne n'est séparée de la Chine que par un fleuve et la Chine tient à sa sécurité. L'élimination de toute forme d'ingérence, la réalisation de la dénucléarisation de la péninsule coréenne et le maintien d'une paix à long terme sont non seulement dans l'intérêt de la Chine, mais aussi dans celui de toutes les parties.

Cinquièmement, la Chine doit reconnaître la menace que représentent les différends relatifs aux droits et intérêts maritimes. Ces dernières années, les actions de certains pays voisins qui empiètent sur les droits et intérêts maritimes de la Chine sont devenues plus fréquentes. La situation concernant l'occupation d'îles chinoises, la division des espaces maritimes et le pillage des ressources maritimes est de plus en plus grave. Bien que la Chine ait promu la politique de "suprématie de la souveraineté, ajournement des différends et développement commun" à partir de l'intérêt commun de maintenir la paix et la stabilité dans la région, de préserver l'amitié traditionnelle avec les pays voisins et de maintenir les opportunités de développement commun, les bons vœux de la Chine ne reçoivent pas la réponse qu'ils méritent.

Sixièmement, la Chine doit reconnaître la menace d'une "indépendance de Taïwan". Le général a souligné que les forces séparatistes n'ont pas disparu de Taiwan. Après le retour de Hong Kong et de Macao dans leurs patries, la réunification pacifique des deux côtés du détroit de Taïwan selon le principe "un pays, deux régimes" est toujours confrontée à une bataille difficile et il reste un long chemin à parcourir.

Septièmement, la Chine doit reconnaître la menace que représentent les forces de l'"indépendance du Xinjiang" et de l'"indépendance du Tibet". Les "forces du mal" représentées par le "mouvement du Turkestan oriental" ont des tendances obstinées, réactionnaires, radicales et violentes. Ils ont conspiré et se sont fait écho à l'intérieur et à l'extérieur, soutenus et tolérés par les forces étrangères anti-chinoises, ont été très destructeurs et ont eu un grand impact sur la sécurité politique, économique et sociale de la Chine, en particulier du Xinjiang et du Tibet.

Huitièmement, la Chine doit reconnaître la menace de pénétration et de différenciation par les forces occidentales anti-chinoises. Ces dernières années, les forces occidentales ont continuellement infiltré le pays sur le plan politique par divers moyens, encouragé les forces antigouvernementales dans certains pays et organisé une série d'actions politiques délibérées dans le but de renverser le régime en place. Par exemple, l'incident du "printemps arabe" créé par les États-Unis en Égypte ressemble à un "cauchemar arabe" ; l'Égypte s'est muée en un "pays démocratique" presque du jour au lendemain, et bien que des élections libres aient été organisées, elle n'a pas atteint une véritable démocratie. Zhang Zhaozhong estime que "ces incidents sanglants sont exactement ce que les forces occidentales anti-chinoises veulent voir survenir en Chine et nous devons être prêts".

Chinese marines taking part in a drill with the PLAN in southern China in 2016 Alamy 2EWJRWF.jpg

Le "Livre blanc sur la stratégie militaire de la Chine" : la quête d'une armée nationale forte et de la paix mondiale

Le 26 mai 2015, le gouvernement chinois a publié le "Livre blanc sur la stratégie militaire chinoise", le neuvième livre blanc sur la défense nationale publié par le gouvernement chinois depuis 1998 et le premier livre blanc à exposer spécifiquement la stratégie militaire de la Chine. Avant la publication du "Livre blanc sur la stratégie militaire chinoise", la Chine a publié huit livres blancs sur la défense nationale. En 1998, le système de livre blanc de la défense nationale avec des caractéristiques chinoises a été établi, qui pour la première fois a décrit de manière systématique la politique de défense nationale de la Chine. En 2000, pour la première fois, la question de Taïwan a été spécifiquement abordée dans la section sur la politique de défense nationale ; en 2002, pour la première fois, la politique stratégico-militaire de la nouvelle ère a été systématiquement exposée, un nouveau chapitre "Forces armées" a été ajouté, qui présente de manière exhaustive la composition de l'armée de libération du peuple, de la police armée et de la milice. En 2004, les principes et méthodes de base pour la promotion de la réforme militaire aux caractéristiques chinoises ont été exposés pour la première fois dans une nouvelle présentation, tels que "réduire le nombre de troupes de 200.000 unités", "renforcer la construction de la marine, de l'armée de l'air et de la deuxième armée d'artillerie" et "promouvoir la création de technologies de l'information". En 2006, la stratégie nucléaire de la Chine a été annoncée pour la première fois, une stratégie de sécurité nationale a été proposée pour la première fois, et l'environnement sécuritaire de la Chine a été analysé de manière exhaustive pour la première fois. En 2010, l'établissement d'un mécanisme de confiance mutuelle entre les deux rives du détroit a été esquissé pour la première fois et en 2013, le regroupement des forces a été annoncé pour la première fois dans le premier document de défense.

Depuis le premier livre blanc sur la défense nationale en 1998, qui traitait des sept régions militaires, sans même énumérer de noms spécifiques, jusqu'au livre blanc "La défense nationale de la Chine 2008", qui a publié des données clés sur les changements intervenus dans le domaine de la défense au cours des 30 dernières années après la réforme et l'ouverture, la direction du développement des forces armées est devenue claire. Le théoricien militaire Ni Hongyang estime que les changements apportés au contenu du Livre blanc reflètent pleinement l'attitude positive de la Chine, qui recherche la confiance par l'ouverture, lutte pour la sécurité par la coopération et le développement par des résultats gagnant-gagnant, réfutant ainsi efficacement la "théorie de la menace chinoise" [2].

Notes :

[1] Zhang Zhaozhong. Défense nationale [J]. National Defense, 2015(06):21-24.DOI:10.15969/j.cnki.11-2770/e.2015.06.007.

[2] Ni Hongyan, Interprétation du premier livre blanc sur la stratégie militaire de la Chine [J]. Journal of Political Science, 2015(09) : 84-85.DOI:10.16296/j.cnki.zgxk1979.2015.09.055

mardi, 12 juillet 2022

La guerre hybride dans les zones grises

22-04-06-iss-today-hybrid-warfare-KA-banner.jpg

La guerre hybride dans les zones grises

Anastasia Tolokonina

Source: https://www.geopolitika.ru/article/gibridnaya-voyna-v-seryh-zonah

Recension du livre de L.V. Savin Hybrid Warfare and the Grey Zones (en anglais)

"Celui qui sait faire la guerre conquiert l'armée d'autrui sans combattre ; prend les forteresses d'autrui sans les assiéger ; écrase l'État d'autrui sans garder longtemps son armée", dit le célèbre et antique traité chinois L'art de la guerre, dont la paternité est traditionnellement attribuée au chef militaire et stratège Sun Tzu (VIe-Ve siècles avant J.-C.).

Étonnamment, cette déclaration est encore très pertinente aujourd'hui. En outre, Sun Tzu peut être considéré comme l'un des premiers théoriciens dans le domaine de la guerre hybride, qui semble être un phénomène moderne. Le traité de cet ancien philosophe chinois sert encore de base aux approches théoriques des services de renseignements de nombreux pays, dont les États-Unis.

sun-tzu-illustration-wall-art.jpg

En parlant du rôle des États-Unis dans la formation du concept de guerre hybride, il convient de noter que le terme a été développé et appliqué pour la première fois dans ce pays. Au fil du temps, le concept américain (et généralement occidental) de guerre hybride n'a cessé d'évoluer, provoquant de nombreuses controverses parmi les nombreux chercheurs et analystes qui étudient la guerre hybride. L'un de ces analystes est L. Savin, qui, dans son livre Hybrid War and the Gray Zone, a examiné en détail la genèse du concept de guerre hybride, les développements savants des auteurs occidentaux et la transformation ultérieure du terme. Dès le titre de la monographie, il est facile de comprendre qu'en plus de la guerre hybride, l'ouvrage examine un autre phénomène non moins remarquable, à savoir la "zone grise". Ainsi, Savin examine en détail l'évolution du concept occidental de guerre hybride et de zone grise, et analyse les changements intervenus dans les approches de l'étude de ces phénomènes dans le contexte de l'évolution de l'image géopolitique du monde.

savin_gvsz_oblozhka.jpg

Avant d'aborder le contenu du livre, je voudrais dire quelques mots sur l'auteur. L.V. Savin est un politologue et l'auteur de nombreux ouvrages sur la géopolitique et les conflits contemporains, dont Towards Geopolitics, Networked et Networked Warfare. Une introduction au concept, Ethnopsychologie. Peuples et pensée géopolitique, Nouvelles façons de faire la guerre. How America Builds Empire, et bien d'autres. Il est le rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse geopolitika.ru, qui suit la ligne et l'approche eurasiennes. À cet égard, même avant de lire le livre, on aurait pu supposer que L.V. Savin s'exprimerait dans l'esprit de l'eurasianisme, en critiquant le modèle mondialiste unipolaire du monde promu par les États-Unis. Il s'est avéré que ces hypothèses n'étaient pas fausses.

La monographie Guerre hybride et zone grise se compose de trois parties, elles-mêmes divisées en paragraphes plus petits. Toutefois, avant de passer directement à l'examen des concepts de guerre hybride et de zone grise, L.V. Savin met en lumière certains des changements intervenus dans les conflits contemporains ces dernières années. En outre, l'auteur aborde les nouvelles tendances des relations internationales dans le contexte de la réalité géopolitique actuelle. Selon le politologue, dans notre monde complexe et controversé, la question des nouvelles formes de conflits doit être abordée de manière aussi objective et prudente que possible, car il n'est pas facile de trouver une compréhension commune de tout problème moderne.

La première partie du livre est consacrée à l'évolution du terme "guerre hybride" depuis sa première mention en 1998 jusqu'à aujourd'hui. L.V. Savin examine les diverses interprétations du concept développées par la communauté militaro-scientifique occidentale. Ainsi, l'auteur étudie et analyse les travaux de R. Walker, J. Pinder, B. Nemeth, J. Mattis et F. Hoffman, C. Gray, M. Booth, J. McQueen, N. Freyer, R.W. Glenn, B. Fleming, ainsi que les documents doctrinaux américains sur la guerre hybride, notamment le concept américain de menace hybride de 2009, Le guide 2015 de l'organisation de la structure des forces pour contrer les menaces hybrides, Analyse de la stratégie militaire américaine 2015, TRADOC G-2, Joint Operating Environment 2035. La force interarmées dans un monde contesté et désordonné 2016. En outre, L.V. Savin examine les approches de l'OTAN et de l'UE, qui ont développé leur propre concept de guerre hybride.

Il convient de noter qu'une place à part dans tous les développements théoriques des pays occidentaux sur la question de la guerre hybride est accordée à la Russie. L'auteur de la monographie consacre un paragraphe séparé à ce phénomène. En particulier, Savin décrit en détail l'approche du major de l'armée américaine Amos Fox, qui évalue les actions de la Russie dans le contexte de la guerre hybride.

guerre-hybride-1024x620.png

Après avoir lu ce chapitre, il devient clair pourquoi le terme "guerre hybride" est si difficile à comprendre. La réponse est simple : il n'existe pas de définition unique de la "guerre hybride" car, premièrement, chaque chercheur interprète le concept différemment, et deuxièmement, il change et évolue constamment en fonction du contexte géopolitique.

En outre, le terme est très ambigu et est interprété par toutes les parties selon leurs propres intérêts. Quant aux interprétations occidentales du concept de guerre hybride, la plupart d'entre elles affirment que la guerre hybride est principalement menée par la Russie, la Chine, la Corée du Nord et l'Iran. De toute évidence, qualifier ces pays d'"acteurs hybrides" est largement dépourvu de sens, puisqu'il n'y a pratiquement aucun pays (et encore moins de grandes puissances) qui ne soit actuellement engagé dans une guerre hybride. La guerre hybride est la nouvelle réalité (est-elle nouvelle ?) dans laquelle la société moderne existe. De plus, le fait d'étiqueter un "acteur de la guerre hybride" fait lui-même partie de la guerre hybride menée par les pays occidentaux, entre autres.

La deuxième partie de la monographie, comme on peut le deviner, explore un autre concept, la "zone grise". Ce chapitre commence à nouveau par l'étiquetage de la Russie. Cette fois, L.V. Savin cite l'exemple d'une déclaration de Brian Clark de l'Institut Hudson, qui a noté que "la Russie mène une guerre agressive dans la zone grise contre le Japon". Ainsi, l'auteur lance le sujet d'une nouvelle discussion - sur les interprétations du concept de zone grise.

Le deuxième chapitre examine à nouveau l'évolution du concept, en fournissant les interprétations du Département d'État et du Congrès américains, ainsi que des principaux groupes de réflexion tels que RAND et CSIS. Il convient de noter que de nombreuses approches sont accompagnées d'illustrations sous forme de diagrammes, ce qui facilite grandement la compréhension de l'une ou l'autre interprétation du concept de "zone grise". L.V. Savin considère deux interprétations de la "zone grise" - comme une zone géographique contestée et comme un instrument de lutte politique. L'auteur présente les cas de la Chine, qui a des territoires contestés en mer de Chine méridionale, et d'Israël avec son activité de longue date dans la zone grise.

Le concept de "zone grise" n'est pas moins ambigu que la notion discutée précédemment. Comme dans le cas de la guerre hybride, L. V. Savin pense également que la "zone grise" servira d'étiquette spéciale pour toute action de certains États dans les années à venir, principalement la Russie, la Chine, l'Iran et la Corée du Nord. Après avoir lu ce chapitre, on peut tirer une conclusion similaire à celle citée précédemment sur la guerre hybride, et ce n'est pas un hasard : les concepts de "guerre hybride" et de "zone grise" sont en effet très similaires et interchangeables à bien des égards ; on ne voit pas immédiatement quelle est la différence, ou si elle existe tout court. C'est à cela que notre auteur consacre la troisième partie du livre.

Ainsi, dans le troisième chapitre, le politologue combine les deux concepts en question en analysant divers documents et études dans lesquels "zone grise" et "guerre hybride" semblent être synonymes. Cette partie du livre répond définitivement à la question de savoir si la guerre peut encore être menée sans hostilités directes. En outre, l'étude de cas la plus récente de l'auteur, l'opération spéciale russe en Ukraine, prouve une fois de plus que les acteurs de la guerre hybride et des actions dans les "zones grises" ne sont pas seulement la Russie, la Chine, l'Iran et la Corée du Nord, mais aussi l'Occident "collectif". De nouveaux instruments et méthodes de confrontation sont en effet régulièrement introduits et testés dans les points chauds par divers pays, dont la Russie et les États membres de l'OTAN et d'autres acteurs internationaux.

Quant aux différences entre les deux termes, elles sont effectivement difficiles à définir, et le troisième chapitre le confirme. Comme le montrent de nombreuses études examinées par L.V. Savin, la confusion entre "zone grise" et "guerre hybride" est effectivement possible. Ce phénomène est expliqué le plus clairement par Arsalan Bilal, membre de l'équipe de recherche de l'Université de l'Arctique : "une guerre hybride elle-même peut avoir lieu dans une zone grise, et une zone grise, respectivement, crée les conditions d'une guerre hybride.

amosfoks.jpg

En résumé, L.V. Savin répète la thèse selon laquelle l'Occident continuera à qualifier la Russie d'"acteur hybride" et à l'accuser d'actions malveillantes dans la zone grise, en utilisant pour ce faire une rhétorique politique et des données fabriquées. En outre, Savin explique pourquoi il est important et nécessaire d'étudier les approches et l'expérience occidentales en matière de guerre hybride.

En ce qui concerne l'impression de la lecture de la monographie, on peut dire sans aucun doute qu'elle ajoute grandement au bagage de connaissances sur le sujet de la guerre hybride, qui est actuellement plus pertinent que jamais. Cette monographie sera particulièrement utile aux lecteurs qui étudient les nouvelles formes de conflits - guerre de l'information, cyber-guerre, guerres économiques, etc.

Il convient également de noter plusieurs nuances. Tout d'abord, malgré la petite taille du livre, on ne peut pas dire qu'il soit facile à lire. La monographie de L.V. Savin contient beaucoup de terminologie complexe, qui ne convient pas au lecteur non préparé. Mais il ne faut pas oublier que cet ouvrage s'adresse à un public particulier - chercheurs et théoriciens dans le domaine de la polémologie, des relations internationales et de la stratégie militaire, décideurs politiques et personnes impliquées dans le développement de contenus d'information. Autrement dit, pour lire cette monographie, il faut avoir une certaine base de connaissances, au moins en relations internationales.

Deuxièmement, pour la plupart, l'ouvrage décrit des études occidentales sur le sujet donné. Bien que l'on ressente le point de vue et le sentiment de l'auteur "entre les lignes" en lisant la monographie, il aurait été souhaitable que L.V. Savin commente davantage et raisonne ouvertement. Cela aurait permis d'approfondir le sujet des guerres hybrides et des zones grises, ainsi que de mieux comprendre ce que les experts occidentaux tentent de transmettre aux lecteurs de leurs travaux. Les commentaires d'un expert ne sont jamais superflus.

hybrid_warfare-001_0.jpg

Deux conclusions importantes peuvent être tirées après la lecture de ce document. Premièrement, la guerre hybride est une réalité dans laquelle nous devrons toujours exister. Nous faisons nous-mêmes partie de la guerre hybride, et à bien des égards, nous en sommes l'objet. À l'ère de la société de l'information et de la technologie, il n'y a pas d'autre moyen : nous faisons partie de cette réalité géopolitique lorsque nous accédons aux réseaux sociaux, lisons les nouvelles, allumons la télévision, etc. Nous sommes tous des objets d'une influence omniprésente, des objets d'un flux d'informations sans fin qui sert les intérêts d'un côté ou de l'autre de la guerre hybride. La deuxième conclusion, qui découle de la première, est que nous devons être capables de prendre toute information de manière critique. Même si une source fait autorité (et les sources citées dans la monographie font très autorité), elles servent toutes également les intérêts de quelqu'un et sont toujours biaisées, comme le prouve le livre de L.V. Savin.

samedi, 02 juillet 2022

Guerre cognitive: le cerveau du citoyen est le nouveau champ de bataille

photo-d-illustration-intelligence-artificielle-ia-ai-robotique-robotisation-1_5955058.jpg

Guerre cognitive: le cerveau du citoyen est le nouveau champ de bataille

"Le but est de transformer tout le monde en une arme"

Elze van Hamelen

Source: https://deanderekrant.nl/nieuws/cognitieve-oorlogvoering-...

L'OTAN a ajouté un nouveau domaine aux domaines traditionnels de la guerre - terre, mer, air, espace et cyberespace - "le domaine cognitif". Il ne s'agit pas seulement de véhiculer certaines idées ou certains comportements, comme dans la propagande traditionnelle et les opérations psychologiques, mais de modifier la cognition - d'influencer le processus par lequel nous arrivons à des idées, des intuitions, des croyances, des choix et des comportements. La cible n'est pas de prime abord une armée ennemie, mais le citoyen. Y compris ses propres citoyens, qui sont utilisés comme armes dans les combats.

"La guerre cognitive est l'un des sujets les plus discutés au sein de l'OTAN", a déclaré le chercheur François du Cluzel lors d'une table ronde le 5 octobre 2021. Il a rédigé un article de premier plan intitulé "Cognitive Warfare" pour le groupe de réflexion Nato Innovation Hub en 2020. Bien que la guerre cognitive recoupe la guerre informationnelle, la propagande classique et les opérations psychologiques, Du Cluzel souligne que la guerre cognitive va beaucoup plus loin. Dans une guerre de l'information, on essaie "simplement" de contrôler le flux d'informations. Les opérations psychologiques consistent à influencer les perceptions, les croyances et les comportements. Le but de la guerre cognitive est de "transformer tout le monde en arme", et "le but n'est pas d'attaquer ce que les individus pensent, mais comment ils pensent". Du Cluzel : "C'est une guerre contre notre cognition - la façon dont notre cerveau traite les informations et les transforme en connaissances. Il cible directement le cerveau". La guerre cognitive consiste à "pirater l'individu", grâce auquel le cerveau peut être "programmé".

Image-article-cognition.jpg

Pour exercer cette influence, on fait appel à presque tous les domaines de connaissance imaginables : psychologie, linguistique, neurobiologie, logique, sociologie, anthropologie, sciences du comportement, "et plus encore". "L'ingénierie sociale commence toujours par une compréhension de l'environnement et de la cible ; le but est de comprendre la psychologie de la population cible", écrit Du Cluzel. La base reste les techniques traditionnelles de propagande et de désinformation, qui sont renforcées par la technologie actuelle et les progrès des connaissances. "Le comportement peut désormais être prédit et calculé dans une telle mesure", déclare Du Cluzel, "que l'économie comportementale pilotée par l'IA devrait être classée comme une matière scientifique (hard science) plutôt que comme une matière alpha (soft science).

Comme presque tout le monde est actif sur Internet et les médias sociaux, les individus ne sont plus des destinataires passifs de la propagande: avec la technologie d'aujourd'hui, ils participent activement à sa création et à sa diffusion. La connaissance de la façon de manipuler ces processus "est facilement transformée en arme". Du Cluzel cite en exemple le scandale de Cambridge Analytica. Grâce aux données personnelles fournies volontairement à Facebook, des profils psychologiques individuels détaillés ont été établis pour une large population. Normalement, ces informations sont utilisées pour des publicités personnalisées, mais dans le cas de Cambridge Analytica, ces informations ont été utilisées pour bombarder des électeurs douteux avec une propagande personnalisée. La guerre cognitive "exploite les faiblesses du cerveau humain", en reconnaissant l'importance du rôle des émotions dans la conduite de la cognition. La cyberpsychologie, qui cherche à comprendre l'interaction entre les humains, les machines et l'IA (intelligence artificielle), sera de plus en plus importante dans ce domaine.

facebookcambridge.jpg

D'autres technologies prometteuses qui peuvent être déployées sont les neurosciences et les technologies : NeuroS/T et NBIC (nanotechnologie, biotechnologie, technologie de l'information, science cognitive), "y compris les développements en matière de génie génétique". Les NeuroS/T peuvent être des agents pharmacologiques, des couplages cerveau-machine, mais aussi des informations psychologiquement perturbantes. En influençant le système nerveux par la connaissance ou la technologie, on peut provoquer des changements dans la mémoire, la capacité d'apprentissage, les cycles de sommeil, la maîtrise de soi, l'humeur, la perception de soi, la capacité de prise de décision, la confiance et l'empathie, la forme physique et la vigueur. Du Cluzel écrit : "Le potentiel de la NeuroS/T pour créer une perspicacité et la capacité d'influencer la cognition, les émotions et le comportement des individus est d'un intérêt particulier pour les services de sécurité et de renseignement, et les initiatives militaires et de guerre".

La guerre sur les processus cognitifs des individus représente un changement radical par rapport aux formes traditionnelles de guerre, qui, au moins en principe, cherchent à garder les civils hors de danger. Dans la guerre cognitive, le citoyen est la cible et son cerveau le champ de bataille. Elle change la nature de la guerre, les acteurs, la durée et la façon dont la guerre est gagnée.

Selon Du Cluzel, "la guerre cognitive a une portée universelle, de l'individu aux États et aux sociétés multinationales". On ne gagne plus un conflit en occupant un territoire, ou en ajustant les frontières sur une carte, car "l'expérience de la guerre nous enseigne que si la guerre dans le domaine physique peut affaiblir une armée ennemie, elle ne permet pas d'atteindre tous les objectifs de la guerre". Avec la guerre cognitive, l'objectif final se déplace : "Quels que soient la nature et le but de la guerre elle-même, elle se résume en fin de compte à un affrontement entre des groupes qui veulent quelque chose de différent, et la victoire signifie donc la capacité d'imposer le comportement souhaité à un public choisi". Il s'agit donc, en fait, d'opérer une conversion idéologique dans la population cible.

L'ennemi n'est pas seulement les civils en territoire occupé ou ennemi - mais aussi leurs propres citoyens, qui, selon les estimations de l'OTAN, sont des cibles faciles pour les opérations cognitives des parties ennemies. "L'être humain est le maillon faible. Il faut le reconnaître afin de protéger le capital humain de l'OTAN".

IMG_20220512_114601.jpg

Cette "protection" va très loin : "L'objectif de la guerre cognitive n'est pas seulement de nuire aux soldats, mais aussi aux sociétés. Cette façon de mener la guerre ressemble à une "guerre de l'ombre" et nécessite l'implication de l'ensemble du gouvernement pour la combattre". La guerre peut donc être menée avec ou sans les militaires, et Du Cluzel poursuit : "La guerre cognitive est potentiellement sans fin, car pour ce type de conflit, vous ne pouvez pas conclure un traité de paix, ni signer une reddition".

Sources :

    https://www.innovationhub-act.org/sites/default/files/202...  (PDF)

    https://thegrayzone.com/2021/10/08/nato-cognitive-warfare...

    https://hcss.nl/wp-content/uploads/2021/03/Behavior-Orien...  (PDF)

 

18:27 Publié dans Actualité, Militaria | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : guerre, guerre cognitive, actualité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 06 juin 2022

La guerre hybride: encadrer le discours

guerre-hybride-1024x620.png

La guerre hybride: encadrer le discours

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/gibridnaya-voyna-teper-uzhe-diskurs-freym

Outre les militaires de haut niveau et les décideurs politiques, des institutions et organisations de recherche occidentales s'impliquent dans l'étude du phénomène de la guerre hybride (qui est devenu un domaine interdisciplinaire). L'Université arctique norvégienne, par exemple, dispose d'un groupe de recherche sur la zone grise et la guerre hybride. Il compte 20 membres, dont sept professeurs. Les domaines de recherche comprennent la géopolitique, la technologie, le droit et la sociologie. Les résultats sont des propositions de gestion des conflits, de stratégies, de défense, etc. Le site Web du groupe indique que "nous explorons à la fois la manière dont ces concepts sont définis et compris, ainsi que les différentes menaces et la manière dont elles sont perçues, de l'individu et du public aux niveaux national et international. Nos sujets de recherche incluent : "Personnes", "Géopolitique", "Droit" et "Technologie". Nous examinons les différentes manières de gérer les menaces, les crises et les guerres possibles, y compris la préparation locale et la confiance du public, les stratégies de préparation nationales, la défense commune, les approches pan-gouvernementales et intégrées. Nous souhaitons comprendre les complexités du vaste tableau des menaces, de l'utilisation de la désinformation et des opérations psychologiques/d'information aux cyberattaques sur les infrastructures et aux incursions militaires qui conduisent à l'érosion de la confiance et de la sécurité dans les sociétés" (1).

Christer Pursiainen May 2016.JPG

L'une des publications d'un auteur de ce groupe, Krister Pursiainen (photo), porte sur l'infrastructure critique de la Russie (2). Elle fournit une analyse des définitions, une liste des installations et des structures qui traitent de la sécurité dans leur domaine.

La responsable du groupe, le professeur Gunhild Hoogensen Gjorv, est également l'une des responsables du groupe international EU-HYBNET, un réseau paneuropéen de lutte contre les menaces hybrides qui est financé par la Commission européenne dans le cadre du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'UE et lancé en mai 2020 (le projet lui-même est d'une durée de 60 mois, soit cinq ans). Le projet est coordonné par l'Université des sciences appliquées d'Espoo, en Finlande.

indhybnetex.png

Le réseau comprend le Centre d'excellence européen pour les menaces hybrides (European Hybrid CoE (3), le Centre de ressources communes de la Commission européenne (4), l'Organisation européenne pour la sécurité (5) représentant la communauté des chercheurs et des CSI de 15 pays de l'UE, la Plate-forme polonaise pour la sécurité intérieure et plusieurs autres institutions, organisations et agences gouvernementales de toute l'Europe.

f6d0d4317b2c45f9915df0eea54a69c1.jpg

800x12inter00.jpg

Il ressort de ces publications que les auteurs de l'équipe de recherche de l'Université de l'Arctique adoptent une large approche interdisciplinaire. Par exemple, dans une publication, Gunhild Hoogensen Gjorv (photo) écrit que "bien qu'il n'existe pas de définition convenue des menaces et/ou de la guerre hybrides, certaines caractéristiques peuvent être mises en évidence. En général, la guerre hybride 1) utilise une combinaison de techniques militaires et non militaires, englobant les domaines militaire, politique, économique, civil et de l'information ; 2) l'adversaire est souvent caché ou dispersé et peut être un acteur étatique ou non étatique (ou les deux) ; 3) elle contrôle le récit par des combinaisons d'informations et de désinformation ; 4) elle utilise des cyberattaques contre des infrastructures critiques ; 5) elle est conçue pour déstabiliser ou affaiblir la cible, ce qui se traduit par des attaques souvent inférieures aux "seuils définis par l'article 5 de l'OTAN". En bref, cela conduit à une distinction floue entre la paix et le conflit. La guerre hybride s'appuie fortement sur des sphères non militaires. Les civils jouent un rôle central dans le conflit en tant que source de vulnérabilité sociopolitique potentielle pour la société et en tant que cibles de menaces et d'attaques non militaires, y compris de campagnes de désinformation" (6).

Un autre article examine la question du genre dans le contexte des menaces hybrides. Il indique que "la dynamique qui sous-tend les menaces hybrides démontre la complexité des différentes manières dont le genre et les autres marqueurs d'identité sont définis et manipulés pour atteindre des objectifs spécifiques. Le genre est un concept relatif dont la construction varie en fonction de l'espace géographique et du temps. L'influence des constructions de genre doit être comprise en relation avec d'autres catégories et hiérarchies de pouvoir socialement construites, telles que la race et la classe. La conceptualisation et la définition du genre sont très fluides et dynamiques, en fonction des événements et des acteurs impliqués dans le processus de construction. Les catégories de genre peuvent être manipulées et modifiées dans les discours, utilisées en politique ou reconstruites par les individus et les communautés pour répondre à la vulnérabilité sociale. Les menaces hybrides ... montrent comment le genre est complexe et s'entrecroise avec d'autres identités. Dans les situations de menace qui se concentrent sur les identités (généralement) marginalisées ou non dominantes, l'identité de l'autre est créée par rapport à soi-même et posée comme anormale, ne correspondant pas au groupe dominant" (7).

69773_Elementsofhybridwarfare101_1578577050785.jpg

Il convient de noter que l'article fait référence à des dimensions mondiales, ce qui indique une tentative des pays de l'OTAN d'élaborer un plan d'action en dehors de leur domaine d'expertise. "L'utilisation d'approches intersectorielles de l'analyse nous permet de comprendre des régions plus vastes et plus complexes qui sont de plus en plus ciblées par des menaces hybrides. Mais nous devons aller plus loin. Certaines recherches s'accumulent sur les démocraties du nord du monde, mais on en fait moins sur le sud du monde, où un nombre croissant de nouvelles démocraties émergentes peuvent être extrêmement vulnérables à d'éventuelles opérations d'influence et de désinformation. Il existe une lacune dans la littérature qui explore les divers aspects des menaces et des guerres hybrides dans le sud du monde, en particulier en Afrique. La littérature existante sur les cas africains fait très peu de recherches sur la mesure dans laquelle la technologie affecte les institutions, la gestion de crise ou les normes (et vice versa) " (8).

Étant donné l'activisme politique des États-Unis dans la diffusion de l'idéologie des minorités sexuelles sous le couvert de la normalité, on peut dire que la Maison Blanche et le Département d'État américain mènent une guerre hybride en instrumentalisant le genre comme objectif politique.

Le numéro de février 2022 de leur lettre d'information aborde le thème de la manipulation et de l'interférence des informations. "L'action proposée est considérée comme un moyen de renforcer la réponse paneuropéenne aux menaces hybrides survenant dans le domaine de l'information. En outre, les actions proposées pourraient être un moyen de soutenir la mise en œuvre du système d'alerte rapide des États membres de l'UE et la mise en œuvre du plan d'action de l'UE pour la démocratie, axé sur la "lutte contre la désinformation, l'ingérence étrangère et les opérations d'ingérence dans l'information". La solution proposée contribuerait également aux actions prévues dans la stratégie de sécurité de l'UE en mettant l'accent sur les menaces hybrides.

Un autre membre du groupe, Arsalan Bilal, a publié son texte directement sur le site de l'OTAN. Il stipule que "la guerre hybride implique l'interaction ou la fusion d'instruments de pouvoir conventionnels et non conventionnels et d'instruments de subversion. Ces outils se combinent de manière synchronisée pour exploiter les vulnérabilités de l'antagoniste et obtenir des effets synergiques. L'objectif de la combinaison d'outils cinétiques et de tactiques non cinétiques est d'infliger des dommages à l'État en guerre de manière optimale. En outre, la guerre hybride présente deux caractéristiques distinctives. Premièrement, la frontière entre la guerre et le temps de paix devient floue. Cela signifie qu'il est difficile de définir ou de distinguer le seuil de la guerre. La guerre devient insaisissable car elle est difficile à mettre en œuvre.

La guerre hybride en deçà du seuil de la guerre ou de la violence ouverte et directe rapporte des dividendes, même si elle est plus facile, moins chère et moins risquée que les opérations cinétiques. Il est beaucoup plus facile, disons, de parrainer et de diffuser de la désinformation en collaboration avec des acteurs non étatiques que d'introduire des chars sur le territoire d'un autre pays ou de faire voler des avions de chasse dans son espace aérien. Les coûts et les risques sont sensiblement moindres, mais les dégâts sont réels. La question clé ici est : peut-il y avoir une guerre sans hostilités directes ou confrontation physique ? Étant donné que la guerre hybride imprègne les conflits interétatiques, on peut répondre à cette question par l'affirmative. Elle reste également étroitement liée à la philosophie de la guerre. L'art suprême de la guerre consiste à soumettre l'ennemi sans combattre, comme le suggérait l'antique stratège militaire chinois Sun Tzu.

bb19dfe7426d844a0e42bc6427246504.png

La deuxième caractéristique déterminante de la guerre hybride concerne l'ambiguïté et l'attribution. Les attaques hybrides ont tendance à se caractériser par une grande ambiguïté. Cette ambiguïté est délibérément créée et étendue par les acteurs hybrides afin de compliquer l'attribution ainsi que la réponse. En d'autres termes, le pays visé est soit incapable de détecter l'attaque hybride, soit incapable de l'attribuer à un État susceptible de la perpétrer ou de la parrainer. En utilisant les seuils de détection et d'attribution, l'acteur hybride rend difficile pour l'État cible l'élaboration de réponses politiques et stratégiques... La guerre hybride rend la dynamique du conflit peu claire non seulement parce qu'elle offre une boîte à outils vaste et en expansion pour miner l'ennemi, mais aussi parce qu'elle permet de miner sa sécurité sur deux fronts simultanément. Cela s'applique également aux objectifs primordiaux de la guerre hybride. Le front des capacités exploite les vulnérabilités de l'État cible dans les sphères politique, militaire, économique, sociale, informationnelle et infrastructurelle jusqu'à l'affaiblir de manière tangible et fonctionnelle" (10).

Bilal qualifie le paysage complexe du conflit lui-même de zone grise, confondant ainsi les deux concepts. Selon cette approche, une guerre hybride elle-même peut se dérouler dans une zone grise, tandis que la zone grise crée par conséquent les conditions d'une guerre hybride.

Ensuite, selon la logique de Bilal, la Russie n'a pas mené de guerre hybride contre l'Ukraine en 2014, lorsque les troupes russes sont arrivées en Crimée, car il s'agit d'un niveau différent et évident d'utilisation des forces armées. Mais alors, pourquoi les représentants de l'OTAN et de l'Ukraine ont-ils constamment accusé la Russie de mener une guerre hybride ? La pluralité des interprétations de ce terme continue de différer de façon spectaculaire.

Les chercheurs de l'Université de la défense nationale de Suède ont également tendance à confondre zone grise et guerre hybride. Dans une monographie sur le sujet, ils écrivent que "l'environnement de sécurité internationale a évolué ces dernières années en une zone instable et de plus en plus grise de guerre et de paix. Les défis de sécurité posés par les menaces et les guerres hybrides figurent désormais en bonne place sur l'agenda de la sécurité dans le monde entier. Cependant, malgré l'attention et le nombre croissant de recherches sur des questions spécifiques, il existe un besoin urgent de recherches qui attirent l'attention sur la façon dont ces questions peuvent être abordées afin de développer une approche globale pour identifier, analyser et contrer la violence liée au sexe" (11).

Il est intéressant de noter qu'un chapitre a inclus le référendum catalan sur l'indépendance en Espagne parmi les cas de guerre hybride. Cependant, il a été déclaré (sans aucune preuve) que les forces de sécurité russes étaient impliquées dans ce projet.

Ainsi, nous pouvons constater que la guerre hybride en Occident devient un concept de plus en plus confus et flou, mais de plus en plus commode à utiliser à des fins politiques, car pratiquement n'importe quel domaine de la vie peut être attribué à la guerre hybride et ainsi justifier l'ingérence des gouvernements dans la vie privée, restreindre les droits et libertés des citoyens, et justifier leurs propres échecs, leur corruption et leur ignorance par certaines menaces hybrides émanant d'autres États.

Sources :

1) https://uit.no/research/thegreyzone

2 Christer Pursiainen. Russia’s Critical Infrastructure Policy: What do we Know About it? European Journal for Security Research (2021) 6:21–38. https://doi.org/10.1007/s41125-020-00070-0

3 https://www.hybridcoe.fi/

4 https://ec.europa.eu/info/index_en

5 http://www.eos-eu.com/

6 Gunhild Hoogensen Gjørv. Hybrid Warfare and the Role Civilians Play, Aug 2, 2018.

https://www.e-ir.info/2018/08/02/hybrid-warfare-and-the-r...

7 Jane Freedman, Gunhild Hoogensen Gjørv, Velomahanina Razakamaharavo. Identity, stability, Hybrid Threats and Disinformation // Icono 19 (1), 2021. Р. 43. doi:10.7195/ri14.v19i1.1618

https://uit.no/Content/713066/cache=20210201130129/2021%2...

8 Ibidem. Р. 61.

9 EU-HYBNET Policy Brief No3. Information Manipulation and Interference. Empowering a Pan-European Network to Counter Hybrid Threats, February 2022. Р. 4.

https://euhybnet.eu/wp-content/uploads/2022/02/EU-HYBNET_...

10 Arsalan Bilal. Hybrid Warfare – New Threats, Complexity, and ‘Trust’ as the Antidote. 30 November 2021.

https://www.nato.int/docu/review/articles/2021/11/30/hybr...

11 Niklas Nilsson, Mikael Weissmann, Björn Palmertz, Per Thunholm and Henrik Häggström. Hybrid Warfare - Security and Asymmetric Conflict in International Relations. Bloomsbury Publishing, 2021.

 

mercredi, 04 mai 2022

Les effets en cascade de la cyberguerre

28ea2048050075.588fe1a203ef6-1-min.jpg

Les effets en cascade de la cyberguerre

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/cascading-effects-cyber-warfare

Dans le présent article, nous aborderons les aspects actuels de la cyber-guerre que mènent les États-Unis et les pays de l'OTAN contre la Russie. Bien entendu, le concept même de "cyber" doit être compris dans le sens traditionnel, platonicien, où le "cybernet" constitue le souverain. Par conséquent, même l'application des technologies de communication modernes est une question de domination et de contrôle.

Le 10 mars 2022, une autre conférence juridique du Cyber Command s'est tenue aux Etats-Unis pour discuter d'un certain nombre d'aspects juridiques et de questions de sécurité nationale.

640px-General_Paul_M._Nakasone_(NSA).jpg

Étant donné que l'opération lancée par la Russie en Ukraine était déjà en cours à ce moment-là, le chef du Cyber Command, le général Nakasone (photo), n'a pas pu s'empêcher d'en parler, notant que "le Cyber Command surveille la ligne de front numérique des actions russes en Ukraine...". Le conflit russo-ukrainien augmente la probabilité d'opérations russes dans le cyberespace visant les intérêts américains et alliés... La situation en Ukraine a revigoré nos alliances et augmenté l'appétit pour des opérations conjointes parmi nos partenaires internationaux dans le cyberespace. C'est un aveu ouvert sur la structure d'élite du Pentagone qui travaille contre la Russie. Il semble que dès les premiers jours, on ait tiré certaines conclusions à Washington.

Le lieutenant général Charles Moore, qui est l'adjoint de Nakasone, a expliqué que la combinaison d'opérations d'information et de mesures cybernétiques pourrait donner aux États-Unis un avantage stratégique sur leurs futurs adversaires. "Sans aucun doute, nous avons appris que les opérations de cyberattaque, lorsqu'elles sont combinées - plutôt une approche globale - avec ce que nous appelons traditionnellement les opérations d'information, sont un outil extrêmement puissant." Selon lui, les États-Unis devraient adopter "une stratégie visant à influencer les perceptions des adversaires.

Il s'agit d'un niveau de guerre informationnelle-psychologique, cognitive ou mentale.

Entre-temps, M. Moore a déclaré que son commandement dispose des autorisations nécessaires pour mener des opérations quotidiennes visant à s'engager continuellement avec les adversaires dans le cyberespace pour exposer leurs cybermesures et les forcer à faire des dépenses. "Nous montrons que nous pouvons opérer dans cet espace en dessous du niveau d'utilisation de la force - en dessous de ce que nous considérerions comme un conflit armé - et mieux nous défendre sans escalade", a-t-il déclaré.

Pour le dire autrement, il s'agit du type de guerre hybride auquel les experts de l'OTAN se plaisent à faire référence ces dernières années, car l'une de ses caractéristiques est un niveau inférieur au seuil du conflit armé traditionnel.

Sur le plan pratique, il faut se pencher sur le cyber exercice OTAN Locked Shields, qui s'est déroulé du 19 au 22 avril au Centre de cybersécurité de Tallinn.

Cyberdéfense-la-France-gagne-le-Locked-Shields-20192.jpg

Selon les responsables, cet exercice annuel de défense des réseaux en temps réel offre aux participants une occasion unique de s'entraîner à protéger les systèmes informatiques civils et militaires nationaux et les infrastructures critiques. Ils se déroulent dans un environnement sous haute pression, avec une série de cyberattaques sophistiquées s'abattant sur les équipes. Les exercices sont l'occasion de pratiquer la coopération en cas de crise entre les unités civiles et militaires, ainsi que les secteurs public et privé, car ces décideurs tactiques et stratégiques doivent travailler ensemble en cas de cyberattaque de grande envergure.

Dans le scénario de cette année, la nation insulaire fictive de Berelia connaît une situation sécuritaire qui se détériore. Une série d'événements hostiles a coïncidé avec des cyberattaques coordonnées sur des systèmes informatiques militaires et civils clés.

En plus de protéger de multiples systèmes cyber-physiques, les équipes impliquées s'exercent à la prise de décision tactique et stratégique, à la coopération et à la subordination dans une situation de crise où elles doivent également traiter des questions judiciaires et juridiques et répondre aux défis des opérations d'information.

Les similitudes avec l'Ukraine sont évidentes.

Cette année, plus de 2000 participants de 32 pays ont pratiqué ces actions. Quelque 5500 systèmes virtualisés ont été impliqués dans l'exercice, qui a été soumis à plus de 8000 attaques. Outre la sécurisation de systèmes informatiques complexes, les équipes participantes doivent également signaler efficacement les incidents et s'occuper de la criminalistique, des aspects juridiques, des opérations médiatiques et de la guerre de l'information.

L'exercice a été organisé par l'OTAN en coopération avec Siemens, TalTech, Arctic Security, CR14. Le Centre reconnaît également les éléments uniques ajoutés à Locked Shields 2022 par Microsoft Corporation, le Financial Services Information Sharing and Analysis Centre (FS ISAC), SpaceIT, Fortinet.

Nous pouvons donc constater que la grande industrie occidentale aide ouvertement l'OTAN dans la cyberguerre.

Ajoutons que de nombreux experts occidentaux en cybersécurité et des responsables ukrainiens n'ont cessé de mentionner que la Russie compléterait son opération par une puissante cyberattaque visant les infrastructures critiques.

En général, les publications américaines à vocation militaire diffusent continuellement des informations sur d'éventuelles nouvelles cyberattaques de la Russie contre des infrastructures critiques aux États-Unis et dans d'autres pays occidentaux.

Incidemment, à la veille de l'exercice, le Tallinn Center a publié une autre monographie collective sur la cybersécurité, consacrée aux attributions des cyberattaques. Elle accuse la Russie d'avoir interféré dans l'élection américaine et d'avoir lancé une cyberattaque avec SolarWinds en 2020.

Et le 7 avril, une nouvelle initiative visant à développer les technologies critiques et émergentes, l'Accélérateur d'innovation de défense pour l'Atlantique Nord - DIANA, a été lancée au siège de l'OTAN.

DIANA devrait permettre de réunir le personnel de la défense et les jeunes talents, les chercheurs universitaires et les entreprises technologiques les plus brillants de l'Alliance pour relever les défis critiques en matière de défense et de sécurité. Les innovateurs participant aux programmes DIANA auront accès à un réseau de dizaines de sites d'accélération et de centres d'essai dans plus de 20 pays alliés. Les dirigeants de l'OTAN ont décidé que DIANA disposera d'un bureau régional en Europe et en Amérique du Nord. Le bureau régional européen de DIANA a été choisi à la suite d'une candidature conjointe de l'Estonie et du Royaume-Uni, et le Canada envisage activement d'accueillir un bureau régional nord-américain.

DIANA se concentrera sur les technologies profondes et de rupture que l'OTAN a définies comme prioritaires, notamment : l'intelligence artificielle, le traitement des données massives, les technologies quantiques, l'autonomie, la biotechnologie, les nouveaux matériaux et l'espace.

Les Alliés occidentaux ont également décidé de créer un fonds multinational d'innovation de l'OTAN. Il s'agit du premier fonds de capital-risque multi-souverain au monde. Il investit un milliard d'euros dans des start-ups en phase de démarrage et dans d'autres fonds de technologie profonde qui correspondent à ses objectifs stratégiques.

Si vous regardez la carte des centres de cette initiative, ils sont concentrés en Europe de l'Est, c'est-à-dire plus près des frontières de l'Ukraine et de la Russie/Biélorussie. Cet emplacement a clairement été choisi avec une certaine intention.

Si l'on considère d'autres aspects pratiques de la guerre contre la Russie, l'enquête journalistique sur le programme d'espionnage des Zignal Labs, grâce auquel les États-Unis ont suivi le mouvement des troupes russes avant même l'opération en Ukraine et ont identifié les soldats, est très importante.

sticker-png-atlantic-capital-bank-zignal-labs-logo-brand-bank-blue-angle-text-logo-bank-thumbnail.png

Il est évident que ces données ont été transmises à la partie ukrainienne.

La numérisation du Pentagone se poursuit également à un rythme accéléré. Le 25 avril, l'un des dirigeants de Lyft, Craig Martell, a été nommé responsable de la transformation numérique et de l'intelligence artificielle au Pentagone.

Martell a également travaillé sur l'apprentissage automatique chez Dropbox et LinkedIn. On sait que son adjoint sera Margaret Palmieri, responsable de la guerre numérique à l'US Navy.

L'armée américaine utilise actuellement l'intelligence artificielle pour analyser les opérations de combat en Ukraine, ce qui permet de traiter plus rapidement de grandes quantités de données et de simuler divers scénarios. Il est probable que les États-Unis souhaitent dériver une formule générale qui permettra de calculer les vulnérabilités de la Russie et de les utiliser à l'avenir.

De plus, à en juger par le site Web du Département d'État américain, l'agence se concentre désormais sur les activités anti-russes, ce qui ne peut qu'être alarmant. Si vous descendez sur le site, vous pouvez voir des publications consacrées exclusivement à la Russie, laquelle y est toujours présentée sous un jour négatif. Trois articles ont été postés en avril, bien que les thèmes datent de 2017, 2018 et 2020. Il est clair que cela fait partie de la campagne globale de désinformation contre la Russie. Cela dit, ce site ShareAmerica lui-même a été, comme indiqué, créé pour couvrir la vie et les événements aux États-Unis.

Si l'on place tout ces éléments dans un même puzzle et que l'on ajoute le flux 24/7 de faux et de mises en scène à des fins politiques, on obtient une conclusion assez sérieuse avec laquelle il faut compter et à laquelle il faut répondre en conséquence.

lundi, 28 mars 2022

Armée européenne : première étape sur le très long chemin vers la liberté vis-à-vis des USA ?

DC_ykqxXcAAAXzv.jpg

Armée européenne : première étape sur le très long chemin vers la liberté vis-à-vis des USA ?

Alessandro Cavallini

Source: https://electomagazine.it/esercito-europeo-primo-passettino-sulla-lunghissima-strada-della-liberta-dagli-usa/?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=ReviveOldPost

Certains analystes ont commencé à parler du retour de la guerre froide à la suite du conflit russo-ukrainien. En effet, à première vue, cela semble être le cas : d'un côté, Poutine stigmatise la politique de l'OTAN, tandis que de l'autre, tous les pays européens sont unis dans un seul front occidental, avec les États-Unis, condamnant unanimement l'agression de la Russie. Pourtant, quelque chose sur le Vieux Continent évolue dans une autre direction, vers une plus grande autonomie européenne vis-à-vis des États-Unis.

Dans le sillage du conflit, la formation d'une armée européenne a été accélérée et devrait voir le jour en 2023. Un document spécial, la boussole stratégique, a également été rédigé. Il indique les étapes à suivre, en premier lieu les scénarios stratégiques dans lesquels le bataillon européen pourra opérer : une vaste zone, allant des Balkans à la Méditerranée asiatique et à l'Afrique. Les soldats enrôlés devraient être environ 5000 à partir de l'année prochaine avec des exercices réguliers, puis devenir pleinement opérationnels en 2024, soit un an plus tôt que prévu initialement.

Évidemment, les points critiques de cette opération sont nombreux. Tout d'abord, le faible nombre de personnel envisagé. Ensuite, il y a la question cruciale de la dépendance à l'égard de l'OTAN. Aujourd'hui, sur les 30 pays membres de l'Alliance atlantique, 25 sont membres de l'Union européenne. Comment Bruxelles pourra-t-elle se libérer des diktats de l'encombrant vainqueur de la Seconde Guerre mondiale ?

C'est là qu'intervient l'autre limite majeure de l'Union européenne actuelle, qui, si elle n'est pas résolue, ne conduira jamais à une véritable armée européenne et pas seulement à une façade. Aujourd'hui, l'UE, malgré quelques bonnes intentions, n'est toujours qu'une structure économique, comme à l'époque de la CEE. Lorsqu'il s'agit de politique étrangère, qui est la question la plus importante pour un État véritablement souverain, le Conseil de l'UE doit voter ses décisions à l'unanimité. Cela signifie que, quelle que soit la difficulté de mettre tout le monde d'accord, chaque État membre de l'UE a le même poids politique. Le Luxembourg, par exemple, peut opposer son veto à une décision de politique étrangère exactement de la même manière que l'Allemagne.

C'est là que devrait commencer une réforme sérieuse de l'architecture européenne actuelle. Le problème de l'UE n'est pas, comme le disent les anti-européens de noantri, une absence de démocratie (c'est vrai en Italie, où les pouvoirs du Parlement en sont privés de facto depuis des années...) mais exactement le contraire : un excès de démocratie, entendu comme une vision égalitaire des pays membres. Il serait nécessaire de créer une Union européenne complètement différente, où le poids politique des différentes nations varierait en fonction de leur taille, de leur histoire, de leur capacité industrielle, etc. Ce n'est qu'ainsi que l'Europe cessera d'être une simple structure bureaucratique-administrative et deviendra réellement un État efficace et un acteur d'importance internationale.

Ces dernières années, divers hommes politiques du Vieux Continent ont évolué dans ce sens. Même les différents accords avec la Russie, qui sont aujourd'hui montrés du doigt comme étant de connivence avec le "dictateur Poutine", étaient en fait fonctionnels à la perspective d'une plus grande indépendance et autonomie de l'Europe par rapport aux États-Unis. Aujourd'hui, cependant, la guerre a dérapé et le risque est précisément de redevenir les vassaux de Washington, avec l'excuse que l'Occident tout entier est en guerre contre le tsar de Moscou. Mais l'histoire n'est jamais définitive et souvent, dans les situations les plus imprévisibles, des opportunités se cachent. L'Europe sera-t-elle capable de tourner la situation de guerre actuelle à son avantage ? Si elle veut redevenir une puissance, elle n'a pas d'alternative : elle doit accélérer la politique d'unité politique sur le continent et assumer la structure d'un véritable État, avec sa propre politique étrangère et sa propre armée régulière et nombreuse. Sinon, il n'y a pas d'issue : nous resterons soumis aux maîtres atlantiques, sans tenir compte des véritables intérêts qui ont poussé Poutine à entrer en Ukraine. Comme toujours, il s'agit de prendre sur ses épaules le poids de son propre destin. C'est à nous de nous libérer du joug américain, nous ne pouvons continuer à espérer un sauveur extérieur, qui au final ne serait rien d'autre que notre nouveau maître.

vendredi, 18 mars 2022

Neutralité et défense nationale: Réalité et vision

angelobung-am-nationalfeiertag-verfassun-768x517.jpg

Neutralité et défense nationale: Réalité et vision

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/03/17/neutralitat-und-landesverteidigung-realitat-und-vision/

Selon des sondages récents, un peu plus de 70% des Autrichiens sont favorables au maintien de la neutralité. Et presque autant de personnes sondées sont favorables à ce que notre république alpine fasse partie d'un système de défense européen. Seule une minorité, quasi insignifiante, est donc favorable à l'adhésion à une OTAN dominée par les États-Unis.

En fait, il y a un peu plus de 20 ans, sous la coalition ÖVP-FPÖ de Wolfgang Schüssel et Susanne Riess-Passer, une brève période a laissé entrevoir une européanisation du pacte de l'Atlantique Nord et donc une émancipation des Européens de la domination américaine. A l'époque, il semblait que l'OTAN pouvait évoluer vers une alliance de défense réduite aux pays de l'UE. L'achat des 24 Eurofighters par la coalition ÖVP-FPÖ - en fait, il s'agissait d'un gouvernement FPÖ-ÖVP - devait être une sorte de contribution autrichienne à une défense européenne de l'espace aérien et les Battlegroups de l'Union européenne, dont il était question à l'époque, auraient probablement été conçus comme le noyau d'une armée européenne. La question de savoir comment une telle armée européenne aurait fonctionné compte tenu du potentiel militaire des deux puissances nucléaires que sont la Grande-Bretagne et la France n'avait même pas été abordée à l'époque. En tout état de cause, une armée européenne dotée du potentiel nucléaire des deux puissances atomiques d'Europe aurait pu développer la force nécessaire pour égaler les autres grandes puissances militaires.

FLUGSHOW-AIRPOWER-13-IN-ZELTWEG-EINFLIEGEN-EUROFIGHTER-TYPHOON_1487234172002479_v0_l.jpg

Non, il en a été autrement : malgré tous les échecs militaires et le chaos militaire que les forces armées américaines ont dû affronter lors de leurs opérations globales en l'Afghanistan et en Amérique latine, la domination américaine au sein du pacte de l'Atlantique Nord n'a pas seulement perduré, elle s'est même renforcée. Sous la présidence de Donald Trump, les Américains semblaient se replier sur la doctrine Monroe et sur une "splendide désolation". Aujourd'hui, sous le président démocrate Biden, les choses sont à nouveau très différentes, notamment en ce qui concerne l'adversaire géopolitique russe. Historiquement, ce sont les présidents américains démocrates qui ont le plus souvent engagé l'Amérique dans des guerres et des conflits militaires mondiaux. Joe Biden n'est qu'un de ceux-là et, avec l'élargissement considérable de l'OTAN vers l'Est, dans des territoires de l'ancien pacte de Varsovie, voire de l'ex-Union soviétique, il a quasiment encerclé la Russie. Les réactions de l'Union européenne, mais aussi des puissances européennes les plus fortes, la France et l'Allemagne, ainsi que du Royaume-Uni, qui s'est retiré de l'UE, dans le conflit armé actuel autour de l'Ukraine, montrent clairement que les Européens suivent ici, au sein de l'OTAN, les directives américaines de manière absolument servile.

Les Européens, en particulier les Allemands, mais aussi les Autrichiens neutres, ont été secoués par la guerre en Ukraine dans la mesure où ils ont dû admettre que leurs armées respectives n'étaient en aucun cas capables de se défendre et qu'elles n'avaient rien à opposer à d'éventuelles attaques extérieures. Bien qu'il n'y ait eu, et qu'il n'y ait toujours, aucun signe ou indice d'une intention russe d'attaquer des pays de l'UE ou des membres de l'OTAN, ce rappel à l'ordre semble avoir été fructueux et très nécessaire. Le gouvernement allemand, dirigé par Olaf Scholz, a immédiatement promis 100 milliards d'euros pour le réarmement du gouvernement fédéral, et même l'Autriche s'est soudainement montrée prête à augmenter le budget minimal de la défense. Et puis, il y a même eu des voix au sein de la République alpine qui ont déclaré que seule une adhésion à l'OTAN pourrait apporter la sécurité au pays.

22542340885.jpg

Nous savons maintenant que la neutralité perpétuelle, que nous avons acceptée sous la pression soviétique dans le contexte du traité d'État, est devenue au fil des ans une partie de l'identité autrichienne, apparemment appréciée par la majorité de la population. Du point de vue de la politique de sécurité, il s'agissait bien sûr d'un mensonge pendant la guerre froide, car même à cette époque, l'armée fédérale n'aurait pas été en mesure de résister à une attaque du Pacte de Varsovie. Dans le secret des cercles de l'armée autrichienne, on savait à l'époque qu'en cas de guerre, on n'aurait pu que lancer un appel à l'aide à l'OTAN et qu'on aurait peut-être été en mesure de résister brièvement. Et cela ne s'est pas du tout amélioré depuis la fin de la guerre froide.

En tant que membre de l'Union européenne, entouré de membres de l'OTAN, on pensait, à Vienne, y compris dans les cercles de l'armée fédérale, que la défense militaire du pays ne devait plus vraiment être prise au sérieux. L'armée fédérale était au mieux une organisation de protection civile, un bon corps de pompiers, qui devait fournir des services d'assistance en cas de catastrophe et, le cas échéant, intercepter les migrants illégaux lors d'une mission d'assistance à la frontière.

Au moyen d'innombrables réformes depuis l'ère Kreisky, l'armée a été amaigrie au cours de longues décennies, son armement est obsolète, le concept de milice a été purement et simplement mis au placard et même l'obligation générale de servir a été remise en question à un moment donné. La possibilité d'effectuer un service civil et les critères trop prudents appliqués lors de la sélection des conscrits ont de toute façon fortement érodé cette obligation générale de servir. C'est ainsi que l'armée de terre n'est aujourd'hui que partiellement opérationnelle, qu'elle ne dispose ni d'armes modernes ni d'une surveillance aérienne réellement opérationnelle, et qu'elle aurait à peine les carburants nécessaires pour les véhicules et les munitions nécessaires pour une intervention.

211022-1708-948-0900-349417-20211022s15kaserne.jpg

Au vu de ces faits, et donc en ce qui concerne la neutralité et l'état de préparation effectif du pays à la défense, il convient de développer des stratégies d'avenir qui, d'une part, rendent la République réellement apte à se défendre et qui, d'autre part, permettent la mise en place d'un système de sécurité et de défense militaire européen, qui aurait dû être mis en place depuis longtemps. Si les belles paroles des responsables politiques devaient effectivement se concrétiser et si un budget adéquat devait être alloué à la défense nationale, l'armée fédérale devrait être réarmée le plus rapidement possible - ce qui devrait sans aucun doute prendre des années - sur le modèle suisse. Des investissements massifs devraient être consacrés à l'équipement et à la formation des cadres, qui constituent en quelque sorte le noyau d'une armée de milice à large spectre en tant qu'armée professionnelle.

Pour une telle armée de milice, le service militaire obligatoire devrait être étendu à l'obligation générale de servir pour tous les jeunes citoyens. Dans le cadre de ce service obligatoire, les jeunes hommes et les jeunes femmes devraient être obligés d'effectuer un an de service de solidarité civique, soit dans le cadre du service militaire, soit dans le cadre du service social et de la protection civile. Il n'y a pas d'argument valable pour que cette obligation de service ne s'applique pas aux femmes, étant donné que l'égalité entre les hommes et les femmes doit être imposée depuis longtemps dans tous les domaines juridiques et sociaux. Il va de soi qu'une telle armée de milice serait ouverte aux femmes de manière tout à fait équivalente et qu'elle devrait être dotée de certains avantages de nature financière par rapport aux services sociaux et à ceux du domaine de la protection civile, afin de garantir les effectifs correspondants. Une telle armée de milice, dotée d'un équipement moderne et d'une formation optimale, avec une armée professionnelle en son cœur, devrait avoir la volonté et la capacité de défendre le pays de manière autonome. Elle serait ainsi également garante de la neutralité militaire de l'Autriche, tant que celle-ci est maintenue.

Si l'Union européenne était en mesure de devenir un "acteur mondial", également du point de vue de la politique de sécurité, cela nécessiterait naturellement de s'émanciper des Américains. Que cela passe par une européanisation du traité de l'Atlantique Nord ou par un retrait des Européens de ce traité est secondaire. Même si une sorte de communauté de valeurs transatlantique des grandes puissances démocratiquement organisées, c'est-à-dire les États-Unis et l'Europe, doit continuer à exister, une action autonome de l'Union européenne en matière de politique de sécurité et de géopolitique serait indispensable comme condition préalable à la sauvegarde de ses propres intérêts. Et ce serait bien sûr aussi la condition pour abandonner la neutralité autrichienne sur le plan militaire au profit d'une participation à une armée de l'UE.

Depuis l'adhésion à l'UE, la thèse selon laquelle la neutralité de l'Autriche subsiste, mais qu'elle serait obsolète au profit d'une solidarité européenne en cas d'urgence militaire, est quelque peu éloignée de la réalité. En cas de création d'un système européen de sécurité et de défense, dont l'armée autrichienne ferait partie, notre neutralité serait sans doute caduque, tout comme celle des autres pays de l'UE jusqu'ici neutres, à savoir l'Irlande, la Suède et la Finlande.

Les propos tenus ces jours-ci par l'ancien haut responsable militaire Höfler, selon lesquels l'Autriche n'aurait actuellement que deux possibilités, à savoir un réarmement adéquat de l'armée fédérale ou l'adhésion à l'OTAN, seraient donc dépassés. Un réarmement approprié et efficace de notre armée, avec maintien provisoire de la neutralité jusqu'à la création d'un système de sécurité et de défense paneuropéen, serait plutôt la seule possibilité réaliste, mais aussi visionnaire, de maintenir la stabilité de la politique de sécurité du pays. Et cette armée devrait alors être intégrée dans ce système de sécurité européen et pourrait y développer une puissance militaire utile en tant que partie intégrante et contribution de l'Autriche. Le rêve pseudo-pacifiste d'une paix éternelle a fait long feu, nous le voyons ces jours-ci. Les exigences en matière de politique de sécurité pour notre République, mais aussi pour l'Europe commune, doivent maintenant être satisfaites au plus vite. Sinon, nous risquons, non seulement l'Autriche, mais aussi les pays de l'Union européenne dans leur ensemble, de devenir des profiteurs de troisième ordre de la politique mondiale.

Autriche: "Nous avons actuellement une neutralité au rabais"

brigkdt_ertl.jpg

Autriche: "Nous avons actuellement une neutralité au rabais"

Le brigadier à la retraite Günter Polajnar sur la neutralité et les besoins d'investissement de la Bundesheer autrichienne

Source: https://zurzeit.at/index.php/wir-haben-derzeit-eine-diskont-neutralitaet/

Monsieur le Brigadier, quelles leçons l'Autriche doit-elle tirer de la guerre en Ukraine en ce qui concerne la défense nationale et l'armée fédérale ?

Günter Polajnar : Tous les politiciens rivalisent à nouveau d'interventions sur le "budget famélique" de l'armée fédérale autrichienne, comme par exemple : "Nous devons investir dans notre défense nationale plus qu'auparavant, au moins, etc ... !"

J'entends les mots, mais je n'y crois pas ! Chaque gouvernement de ces dernières décennies a laissé des traces essentiellement partisanes dans la structure de l'armée fédérale autrichienne, qui est donc passée d'une réforme à l'autre en titubant. La stratégie politique des partis a toujours été plus importante pour nos gouvernements que la nécessité de la politique de défense ! Klaudia Tanner (ÖVP), notre actuelle ministre de la Défense, en a fourni un exemple particulièrement frappant : En 2020, elle voulait tout juste réduire au minimum la mission principale de la défense nationale (car la fameuse "bataille des chars dans le Marchfeld" n'aura plus jamais lieu). Au lieu de cela, notre armée fédérale devait, malgré sa neutralité, être transformée selon le "modèle suisse" en un corps d'assistance technique légèrement armé pour des missions d'assistance. Or, depuis le 24 février 2022, des chars russes circulent et tirent dans l'Ukraine voisine et maintenant (minuit cinq), quelle surprise, la chère Madame parle soudain d'un "incroyable besoin de rattrapage" !

Autres exemples de la volonté de défense autrichienne : Herbert Scheibner (FPÖ) a dû avaler en 2002, après un "petit déjeuner avec l'éminent chancelier", les Eurofighter Typhoon du chancelier Schüssel de l'époque au lieu de la solution bien plus raisonnable du Gripen suédois (photo, ci-dessous) proposée par l'état-major (entre autres à cause de l'infrastructure de chantier suffisamment disponible à l'époque, d'origine suédoise) !

Saab_JAS_39_Gripen_at_Kaivopuisto_Air_Show,_June_2017_(altered)_copy.jpg

Juste avant les élections nationales de 2006, Günther Platter (ÖVP) a suspendu les exercices de milice et en a fait le point culminant de sa carrière de ministre. Pour couronner le tout, il a réduit de moitié la capacité de mobilisation de l'armée et a supprimé les exercices. Enfin, Norbert Darabos (SPÖ), objecteur de conscience déclaré, était prévu pour le ministère de l'Intérieur lors du changement de gouvernement en 2007. Cependant, l'ancien chancelier Schüssel a imposé Platter comme ministre de l'Intérieur. Darabos est donc devenu, à notre grand regret, le ministre suivant de la Défense.
Il s'est immédiatement mis au travail, a réalisé le vœu le plus cher de Gusenbauer (SPÖ) et a marginalisé la défense aérienne, qui était de toute façon quasiment inexistante, en réduisant encore considérablement le nombre des Eurofighters, déjà mal aimés, à un nombre honteux et ridicule de 15 unités.

image-article169Gallery-5a54ce6d-1227364.jpg

Pour couronner le tout, cet appareil a été rétrogradé au rang d'avion-école tout juste utilisable, sans capacité de combat de nuit. Sous Hans-Peter Doskozil (SPÖ), dans le sillage de la crise migratoire de 2015/16, un budget un peu plus élevé a de nouveau été obtenu pour l'armée, et Thomas Starlinger a été le dernier ministre fédéral de la Défense nationale dans le gouvernement d'experts avant le gouvernement Kurz de 2020, qui, en tant que spécialiste reconnu, avait le courage et probablement la compétence d'aborder clairement les vérités désagréables et de les mettre sur la table des débats. Ainsi, ce triste éventail de nombreux échecs et de mauvaises décisions se referme sur la phrase de Marcus Tullius Cicero, qui reste malheureusement toujours d'actualité : "Si vis pacem, para bellum" ou "Si tu veux la paix, prépare la guerre" !

Le Bgdr i. R. Günter Polajnar a commandé la 7e brigade de chasseurs (Photo : Bundesheer)

Pendant des années, voire des décennies, l'armée fédérale a été traitée en parent pauvre par les politiques et sous-dotée financièrement. Aujourd'hui, les politiques se sont engagés à augmenter le budget de l'armée. Pensez-vous que l'armée fédérale obtiendra désormais les moyens dont elle a besoin ?

Polajnar : Il n'est pas facile de répondre à cette question ! Comme nous l'avons déjà dit, la stratégie politique des partis, leur cuisine intérieure, a toujours été plus importante que les besoins de la politique de défense. J'ai toujours entendu toutes ces promesses d'augmentation des investissements pour la défense nationale lorsqu'il y avait le feu au lac !

Oui, notre armée jouit d'un certain prestige, mais principalement en raison de ses nombreuses interventions en cas de catastrophe et d'assistance, ainsi que de ses fréquentes opérations de protection des frontières en rapport avec les réfugiés cherchant à entrer illégalement sur le territoire, mais pas vraiment pour la mission principale pour laquelle elle est censée être prioritaire, à savoir la défense nationale.

La responsabilité principale de ce dilemme n'incombe pas aux citoyens, mais surtout à nos hommes et femmes politiques, qui n'agissent en tant qu'État que lorsqu'il y a le feu à la baraque et qu'il serait nécessaire et donc raisonnable de disposer de pompiers prêts à intervenir. Mais contrairement aux pompiers, qui n'interviennent que pour minimiser les dégâts, une armée bien équipée devrait déjà servir à prévenir le "feu" imminent.

Pour faire court, je ne pense pas que la défense nationale soit une priorité à long terme, en raison de l'expérience intense que j'ai acquise dans le cadre de cette politique essentiellement partisane, qui fait passer ses propres intérêts avant l'intérêt général et dont l'objectif est de maximiser l'électorat.

Les principaux responsables de ce dilemme sont les hommes et les femmes politiques qui n'ont agi que lorsque le feu avait été allumé.

Selon vous, où faut-il mettre l'accent sur la défense nationale dans les années à venir ? La défense contre les cyber-attaques, la protection des infrastructures critiques ou autre?

Polajnar : Je dois malheureusement avouer que je ne peux peut-être pas répondre à cette question de manière aussi compétente que je le souhaiterais, étant donné que je suis à la retraite depuis un certain temps déjà. Il me manque donc simplement un état des lieux actuel, mais je vais faire de mon mieux. La culture stratégique de l'Autriche en matière de défense militaire repose sur deux points essentiels :

    - L'hypothèse qu'il n'y aura pas de conflit militaire sur le sol autrichien, et
    - qu'en cas d'urgence, l'Autriche neutre et non-alignée pourra tout de même compter sur le soutien de ses alliés.
    - De ces deux hypothèses clés découle la tendance de la classe politique autrichienne à utiliser l'armée fédérale sur le territoire national principalement pour des tâches secondaires telles que des missions d'assistance. Une défense militaire efficace n'est pas nécessaire et il n'est donc pas nécessaire d'y consacrer des ressources financières supplémentaires.
    - Que peut-on attendre de cette "pensée quasi-stratégique" pour l'avenir ?
    - Il est très probable qu'une réforme ou une restructuration de l'armée fédérale dans l'esprit de la "culture de défense autrichienne habituelle" impliquera de toute façon toujours plus de mise en scène que d'amélioration effective des performances militaires. Le sous-financement chronique des forces armées fait partie intégrante de cette culture, et même les conflits armés dans notre voisinage immédiat (comme en Yougoslavie en 1991) n'ont pas permis d'amorcer un changement de mentalité. Or, pour armer efficacement la République contre de nouveaux dangers, il faut non seulement une nouvelle définition de la guerre et de la paix et une nouvelle doctrine, mais aussi et surtout un soutien budgétaire à plus grande échelle.
    - Pour la raison susmentionnée, on ne peut pas non plus supposer que de nouveaux concepts opérationnels dans les domaines de la cyberdéfense ou de la défense contre les drones contribueront de manière significative à la défense militaire du pays.
    - Pour des raisons financières et de sécurité géographique, ces nouvelles priorités seront très probablement des programmes ponctuels, sans effet à grande échelle et avec de faibles capacités techniques militaires. Pour augmenter efficacement la capacité de combat de l'ensemble des forces armées et les rendre réellement opérationnelles sur le plan militaire conventionnel pour le XXIe siècle, il y aurait une multitude d'investissements à réaliser, y compris dans la guerre électronique ou dans la mise en réseau de tous les systèmes d'information de commandement, qui devraient être effectués en liaison avec cette dernière pour obtenir une valeur ajoutée militaire. La cyberdéfense ne fonctionne pas sans un renseignement efficace en matière de télécommunications et d'électronique.

En fin de compte, les attaques futures ne seront pas unidimensionnelles, mais très probablement multidimensionnelles, comme l'infiltration d'infrastructures critiques par des forces spéciales associées à des drones et soutenues par des cyberattaques ciblées. La nouvelle priorité ne doit donc en aucun cas signifier le désarmement de toutes les autres capacités.

Compte tenu de l'invasion russe en Ukraine, la neutralité est également un sujet de préoccupation en Autriche. L'Autriche devrait-elle envisager d'adhérer à l'OTAN ?

Polajnar : Notre neutralité au rabais actuelle ne protège pas, l'Autriche a objectivement deux options principales, à savoir une neutralité armée honnête ou l'adhésion à l'OTAN, mais subjectivement, je pense que nous n'avons qu'une seule option :
Mettre fin à notre parasitisme politicien irresponsable, dire enfin adieu à cette "neutralité en forme de clin d'œil" au cœur d'une Europe entièrement inféodée l'OTAN et, au lieu de cela, s'engager clairement en faveur d'une volonté d'affirmation de la politique de défense selon le modèle suisse, comme l'exigeait à l'origine la loi sur la neutralité, parce que l'Autriche a signé le 15 décembre 2009 un accord de paix avec l'OTAN. Après de longues et difficiles négociations, l'Autriche a obtenu son traité d'État et donc son indépendance le 1er mai 1955, et "dans le but d'affirmer en permanence son indépendance vis-à-vis de l'extérieur et de garantir l'inviolabilité de son territoire, l'Autriche déclare de son plein gré sa neutralité perpétuelle. L'Autriche la maintiendra et la défendra par tous les moyens à sa disposition".

Parce que je rejette catégoriquement la "position phéacienne" des Autrichiens et l'inconstance de nos politiciens qui font sans cesse des allers-retours sans jamais trancher ! Si, au lieu de l'OTAN actuelle - dont les États-Unis sont l'acteur principal -, une communauté de défense exclusivement européenne devait un jour se développer, il faudrait alors réévaluer cette nouvelle situation stratégique !

L'entretien a été mené par Bernhard Tomasachitz.

samedi, 19 février 2022

Guerre en mosaïque et opérations à tous les niveaux

dn2aaugjd4l41.jpg

Guerre en mosaïque et opérations à tous les niveaux

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitica.ru/article/mozaichnaya-voyna-i-operacii-vo-vseh-sferah

Les doctrines militaires et les méthodes de guerre changent constamment et s'adaptent aux conditions actuelles et aux conflits futurs anticipés. Les États-Unis modernisent constamment leurs documents doctrinaux à cet égard.

Dans le présent document, nous mettons en lumière plusieurs concepts étroitement liés qui ont constitué des doctrines de travail dans l'armée américaine ces dernières années et qui visent à restructurer les capacités du Pentagone et des alliés.

Opérations multi-domaines

La première étape de l'examen sera le concept d'opérations multi-domaines (c'est-à-dire dans plusieurs domaines). Il est détaillé dans un document d'une centaine de pages publié en décembre 2018, intitulé U.S. Army Training and Doctrine Command [i]. L'avant-propos, rédigé par Mark Milley, président des chefs d'état-major interarmées des forces armées américaines, indique explicitement que "les concurrents stratégiques tels que la Russie et la Chine font la synthèse des nouvelles technologies avec leur analyse de la doctrine et des opérations militaires.

Ils déploient des capacités pour combattre les États-Unis à travers de multiples couches de confrontation dans tous les domaines - espace, cyber, air, mer et terre. "Le défi militaire auquel nous sommes confrontés, dit-il, consiste à surmonter les multiples couches de confrontation dans tous les domaines afin de maintenir la cohérence de nos opérations".

En fait, le Pentagone a identifié ses adversaires comme étant la Russie et la Chine. Alors que la Russie modernise ses forces armées à des fins défensives, les États-Unis l'envisagent avec leur propre logique et y voient la préparation d'un conflit militaire dans un avenir proche. D'où également les déclarations actuelles sur l'invasion imminente de l'Ukraine par Moscou.

Naturellement, la Russie ne va attaquer personne, mais les États-Unis se préparent déjà à briser la capacité de défense de notre pays par des moyens militaires, ce qui est l'un des objectifs pour lesquels cette charte a été émise. Il est souligné à plusieurs reprises que "en fin du présent document, la Russie est la menace principale" [ii].

RestoringAmerica.jpg

Alors, que représente en théorie la conduite d'opérations multi-domaines ?

L'idée centrale est la suivante: c'est l'armée américaine, en tant qu'élément de la force interarmées, qui mène des opérations multi-domaines pour gagner la compétition ; si nécessaire, les unités de l'armée pénètrent et désactivent les systèmes anti-accès/déni de zone (A2/AD) de l'ennemi et utilisent la liberté de manœuvre qui en résulte pour atteindre les objectifs stratégiques (victoire) et ensuite forcer un retour à la compétition à des conditions plus favorables.

En d'autres termes, ils parlent de mener des opérations spéciales et de sabotage réellement derrière les lignes de l'ennemi ou dans un territoire sous son contrôle. Les États-Unis disposent d'un Commandement des opérations spéciales distinct, il est donc quelque peu étrange de voir leurs tâches prioritaires transférées à des unités de l'armée.

Le document indique que les principes des opérations multi-domaines reposent sur le principe selon lequel l'armée relève les défis posés par les opérations chinoises et russes dans le cadre de la concurrence et des conflits en appliquant trois principes interdépendants : la posture de force alignée, les formations multi-domaines et la convergence.

La posture de force alignée est une combinaison de la posture et de la capacité à manœuvrer sur des distances stratégiques. Les formations multi-domaines ont la capacité, l'aptitude et l'endurance nécessaires pour opérer dans plusieurs domaines dans des espaces contestés contre un adversaire presque égal.

La convergence est l'intégration rapide et continue des capacités à travers les domaines, le spectre électromagnétique et l'environnement d'information, qui optimise les effets pour une supériorité sur l'ennemi par une synergie inter-domaines et des formes d'attaque multiples, le tout rendu possible par un commandement de mission et une initiative disciplinée. Les trois principes de solution sont complémentaires et communs à toutes les opérations multi-domaines, même si la façon dont ils sont mis en œuvre varie d'un niveau à l'autre et dépend de la situation opérationnelle spécifique.

0mw.jpg

Les forces combinées, telles que conçues par les auteurs, sont destinées à vaincre les adversaires et à atteindre les objectifs stratégiques dans le cadre d'une compétition, d'un conflit armé et lors du retour à la compétition. Ce passage rappelle un ancien manuel de campagne de l'armée américaine, selon lequel la guerre n'est pas seulement menée pendant un conflit armé, mais aussi avant, en temps de paix et après le retour à la paix. Cela ne s'applique pas seulement aux ennemis, mais aussi aux alliés et aux forces neutres. Dans le nouveau document, l'état de paix est changé en état de concurrence.

La Russie est mentionnée 159 fois dans le document, tandis que la Chine est mentionnée 82 fois, c'est-à-dire deux fois moins. Pendant ce temps, d'autres pays que les analystes américains aiment lier à la présence ou aux intérêts russes, comme la Syrie et la Géorgie, sont utilisés une fois chacun, tandis que l'Ukraine l'est trois fois. Taiwan n'est pas du tout mentionné.

Cela suggère implicitement que la défense de l'Ukraine ou de la Géorgie (ainsi que de Taïwan) n'intéresse pas les États-Unis en tant que partenaires à aider. Le véritable objectif est de créer une force militaire si performante qu'elle puisse briser les défenses de la Russie et/ou de la Chine.

On y décrit de manière assez détaillée ce que la Russie fait et pourrait faire en cas de conflit armé. Il est noté que "le centre de gravité opérationnel des actions de la Russie dans une lutte concurrentielle est l'intégration étroite de la guerre de l'information, de la guerre non conventionnelle et des forces armées conventionnelles. La capacité d'utiliser tous les éléments de manière coordonnée offre à la Russie un avantage en matière d'escalade, dans lequel toute réponse amicale s'accompagne d'une réponse plus puissante.

0qqqssffd.jpg

Dans le cadre de la compétition, l'escalade la plus extrême est une transition vers un conflit armé qui favorise un adversaire ayant la capacité de mener une attaque devant le fait accompli avec ses forces armées conventionnelles. La capacité démontrée de mettre en œuvre le fait accompli donne de la crédibilité aux récits d'information russes.

La combinaison de la guerre de l'information, de la guerre non conventionnelle et des forces conventionnelles et nucléaires offre à la Russie une confrontation politique et militaire dans laquelle elle peut obtenir des objectifs stratégiques qui n'impliquent pas un conflit armé avec les États-Unis.

La guerre de l'information et la guerre non conventionnelle contribuent à déstabiliser la sécurité régionale, mais sont insuffisantes à elles seules pour atteindre tous les objectifs stratégiques de la Russie. Cet avantage dans l'escalade fourni par les forces conventionnelles complète la guerre de l'information et la guerre non conventionnelle, permettant à la Russie de conserver l'initiative dans la compétition" [iii].

La référence au fait accompli fait clairement référence aux événements de 2014 et au retour de la Crimée à la Russie. Et l'utilisation du terme "centre de gravité" suggère une continuation du discours caractéristique de la pensée stratégique militaire américaine des années 1990. Dans l'ensemble, la Russie a fait l'objet de nombreuses pages décrivant les capacités techniques, militaires et politiques du point de vue de l'armée américaine. Outre la Russie et la Chine, la Corée du Nord et l'Iran sont mentionnés comme des menaces.

Cependant, que suggèrent les concepteurs d'opérations multi-domaines pour un scénario de guerre hypothétique avec la Russie et la Chine ?

Tout d'abord, le besoin de manœuvrer de manière indépendante, tout en poursuivant les opérations dans un environnement de campagne de théâtre contesté. "Une manœuvre indépendante indique une formation ayant l'aptitude, la capacité et l'initiative d'opérer dans les contraintes de l'environnement opérationnel".

Les formations multi-domaines ont la capacité organique de se soutenir et de se défendre jusqu'à ce qu'elles reprennent contact avec les unités voisines et de soutien. Ils sont soutenus par des capacités telles que des signatures visuelles et électromagnétiques réduites, des canaux de communication redondants protégés du brouillage ennemi, des exigences logistiques réduites, un soutien médical amélioré, des réseaux de soutien multiples, des capacités robustes d'appui aux manœuvres et un camouflage multi-domaines.

Les brigades, les divisions et les corps d'armée, en particulier, ont besoin d'un commandement de mission organique, de reconnaissance et de reconnaissance ainsi que de la capacité de soutenir des opérations offensives sur plusieurs jours malgré des lignes de communication hautement contestées"  (iv].

Le deuxième est le feu de combat inter-domaines. "La capacité de tir inter-domaines offre des options aux commandants et augmente la résilience au sein de la force interarmées pour surmonter la séparation fonctionnelle temporaire imposée par les systèmes de déni et de refus de zone de l'ennemi.

dkch.jpg

En plus des défenses aériennes et antimissiles modernisées et des capacités de tir au sol à longue portée, les formations multi-domaines fournissent des capacités de tir inter-domaines grâce à des systèmes aériens, des systèmes de défense avancés, une défense aérienne et une reconnaissance multicouches, des dispositifs EOD, des munitions multi-spectrales guidées par capteurs, des capacités liées à la cybernétique, à l'espace et à l'information.

Les tirs inter-domaines comprennent les capacités de renseignement et de reconnaissance nécessaires pour les exploiter, ce qui peut inclure une combinaison de capacités organiques et d'accès à des ressources externes. Les tirs interdomaines sont combinés aux progrès nécessaires en matière de mobilité et de létalité dans les futures plates-formes aériennes et terrestres, les réseaux de communication et le traitement des données (vitesse et volume) pour fournir une capacité de manœuvre interdomaines"[v].

Il est également question d'améliorer la qualité du personnel. Ici, il y a un parti pris clair en faveur des nouvelles technologies et un accent sur l'expertise requise dans la main-d'œuvre. "Les capteurs biotechniques qui surveillent la condition humaine et les changements de performance améliorent la compréhension que les commandants ont de leurs unités, éclairent les décisions concernant le rythme et l'intensité des opérations et aident les unités à maintenir et à rétablir leur force physique et psychologique.

Les interfaces homme-machine soutenues par l'intelligence artificielle et le traitement des données à grande vitesse augmentent la vitesse et la précision de la prise de décision humaine. L'utilisation de capacités multi-domaines exige de l'armée qu'elle attire, forme, retienne et recrute des chefs et des soldats qui possèdent collectivement une quantité et une profondeur importantes de connaissances techniques et professionnelles"[vi].

Le document s'appuie sur la convergence et les synergies inter-domaines, reflétant les stratégies de combat antérieures du département de la Défense des États-Unis.

"Le concept d'accès aux opérations interarmées (JOAC) repose sur la thèse de la synergie interdomaines - l'utilisation complémentaire ou simplement additive de capacités dans différents domaines de telle sorte que chacune renforce l'efficacité et compense les vulnérabilités des autres pour établir une supériorité dans une certaine combinaison de domaines qui fournira la liberté d'action nécessaire à l'exécution de la mission"[vii].

Le concept d'accès pour les opérations unifiées implique plus d'intégration entre les domaines et à des niveaux inférieurs que jamais auparavant.

L'utilisation de la synergie inter-domaines à des niveaux de plus en plus bas sera essentielle pour créer le tempo, qui est souvent crucial pour exploiter les capacités locales fugaces afin de perturber un système ennemi. Le JOAC envisage également une intégration plus poussée et plus souple que jamais des opérations dans l'espace et le cyberespace dans les espaces traditionnels de combat aérien, maritime et terrestre.

Ce concept, à son tour, s'appuie sur le précédent concept de pierre angulaire des opérations interarmées (CCJO)[viii].

Il décrit un futur environnement opérationnel caractérisé par l'incertitude, la complexité et le changement rapide. Comme solution à ces conditions, le CCJO propose un processus d'adaptation opérationnelle impliquant une combinaison dynamique de quatre grandes catégories d'activités militaires : le combat, la sécurité, l'engagement et les secours, et la récupération.

Les opérations de combat immédiat reposent sur la neutralisation des systèmes de combat à longue portée de l'ennemi (défenses aériennes, installations de missiles balistiques), le suivi des manœuvres des troupes, la collecte et le traitement rapides de données provenant de différentes zones, la frappe des capacités de renseignement de l'autre camp et l'attaque des cibles à partir de différentes sphères (c'est-à-dire l'utilisation synchrone de différents types de troupes et d'armes).

9788413523569.gifLe général de l'armée de terre à la retraite David Perkins, qui était à la tête du Training and Doctrine Command, a déclaré dans une interview que le concept de bataille multi-domaine était autrefois appelé "du vieux vin dans une nouvelle bouteille" ou "une bataille air-sol sur des stéroïdes".

Une doctrine assez proche est le Joint All-Domain Command and Control (JADC2), un concept du ministère américain de la Défense visant à connecter les capteurs de tous les services militaires - Air Force, Army, Marine Corps, Navy et Space Force - en un seul réseau. Traditionnellement, chacun des services militaires développait son propre réseau tactique qui était incompatible avec les réseaux des autres services (c'est-à-dire que les réseaux de l'armée de terre ne pouvaient pas communiquer avec les réseaux de la marine ou de l'armée de l'air).

Les responsables du DOD ont fait valoir que les conflits futurs pourraient exiger que les décisions soient prises en quelques heures, minutes ou potentiellement secondes, par rapport au processus actuel de plusieurs jours d'analyse de l'environnement opérationnel et d'émission de commandements. Ils ont également fait valoir que l'architecture actuelle de commandement et de contrôle du ministère est insuffisante pour répondre aux exigences de la stratégie de défense nationale.

L'étude du Congrès américain sur le sujet a cité la technologie du service de covoiturage d'Uber comme analogie. "Uber combine deux applications différentes - une pour les passagers et une pour les conducteurs. À partir de la position des utilisateurs respectifs, l'algorithme d'Uber détermine la meilleure correspondance en fonction de la distance, du temps de trajet et des passagers (entre autres variables).

L'application fournit ensuite facilement au conducteur les indications à suivre, conduisant le passager à sa destination. Uber s'appuie sur les réseaux cellulaires et Wi-Fi pour la transmission de données afin de faire correspondre les conducteurs et de fournir des instructions de conduite. "[ix]

Et les opérations unifiées tous domaines (JADO) sont une évolution du concept des opérations multi-domaines (MDO). Il est dit que "JADO incorpore l'énorme potentiel d'une force véritablement intégrée (le point central de MDO) et met à jour le concept pour inclure plusieurs aspects critiques de la façon dont l'OTAN cherche à conduire les opérations futures. Le JADO déplace le centre d'intérêt du "multi-domaine", dans lequel les services individuels ont opéré pendant des décennies, et le ramène à la résolution des défis des opérations interarmées.

CNY_PR26773_LMAPS_16x9_v2.jpg

En outre, étant donné la complexité des systèmes et des capacités interconnectées couvrant plusieurs domaines dans les forces armées d'aujourd'hui, on pourrait faire valoir que la structuration traditionnelle des services basée sur leur domaine opérationnel principal pourrait ne pas s'avérer très utile dans de nombreux scénarios futurs.

Il est probable que le vainqueur sera une force capable de manœuvrer facilement dans tous les domaines et de s'y déplacer de manière synchronisée à une vitesse que l'adversaire ne pourra pas égaler. Compte tenu de ces considérations, il est facile de conclure que le fait d'accorder trop d'importance au domaine réduit l'attention portée à la tâche conjointe de plusieurs services travaillant ensemble de manière transparente dans plusieurs domaines. "[x]

La guerre des mosaïques

En 2017, un nouveau concept de "guerre en mosaïque" a été annoncé aux États-Unis. Le terme a été inventé par Thomas J. Burns, ancien directeur de la Direction de la technologie stratégique de la DARPA, et son ancien adjoint Dan Patt.

Cette théorie est fondamentalement différente du modèle traditionnel des "systèmes de systèmes", que Burns et Patt considèrent comme défectueux car il limite souvent de manière inhérente l'adaptabilité, l'évolutivité et l'interopérabilité.

faparicj1.jpg

Dans une interview, Patt a déclaré : "Le terme "système de systèmes" est souvent utilisé pour décrire des capacités qui ont été conçues dès le départ pour travailler ensemble et fonctionner comme un tout, même s'il y a de nombreux composants - un peu comme le concept d'un puzzle, où de nombreuses pièces spécialement conçues s'emboîtent de manière unique pour former une image cohérente.

L'application des processus classiques de conception et de validation à un "système de systèmes" peut entraîner l'impossibilité d'apporter des modifications futures au système, car chaque pièce est conçue et intégrée de manière unique pour remplir un rôle particulier, et les longs délais de développement nécessaires pour examiner comment chaque modification affecte l'ensemble du système.

La guerre des mosaïques envisage la possibilité d'une composition ascendante, où des éléments individuels (systèmes existants ou nouveaux), comme les carreaux individuels d'une mosaïque, s'assemblent pour créer un effet d'une manière non envisagée auparavant, potentiellement de façon dynamique. Ce concept est conçu pour révolutionner les cycles temporels et l'adaptabilité des capacités militaires"[xi].

La clé sera de combiner les unités avec et sans équipage, de partager les capacités et de permettre aux commandants d'appeler à l'action de manière transparente depuis la mer, la terre ou les airs, selon la situation et quelle que soit la force armée qui fournit la capacité.

Un exemple dans l'aviation serait une série de drones accompagnant une formation de combat typique de quatre chasseurs. L'un des robots ailés pourrait être là uniquement pour brouiller les radars ou utiliser d'autres équipements de guerre électronique.

Un autre peut avoir une charge utile d'armes. Un troisième peut avoir un ensemble de capteurs et un quatrième peut agir comme un leurre. Au lieu de quatre points sur le radar, l'ennemi en voit huit, et il n'a aucune idée des capacités offertes par chacun d'eux[xii].

Dans un autre exemple, le groupe d'opérations spéciales A, derrière les lignes ennemies, découvre un lanceur de missiles sol-air inconnu jusqu'alors. Il a communiqué sa position par radio et le système de commande et de contrôle a automatiquement recherché le meilleur moyen de détruire la cible. Il peut s'agir d'une brigade de l'armée voisine, d'un sous-marin ou d'un avion de patrouille de chasse. Un ordre est envoyé et la meilleure plate-forme pour la mission est appelée à frapper.

Mosaic-picture-with-missing-tiles-but-still-understandable-content_Q320.jpg

Le problème est que chacune de ces plateformes est actuellement conçue pour sa propre mission spécifique. Un autre problème consiste à faire travailler ensemble un grand nombre d'éléments divers et flexibles.

Le concept lui-même semble être né des problèmes d'incompatibilité de certains équipements de combat aux États-Unis. Par exemple, le F-22 Raptor et le F-35 Joint Strike produits par la même société Lockheed Martin avaient des liaisons de données incompatibles.

Dans l'ensemble, la guerre mosaïque est similaire dans sa conception à d'autres concepts de guerre en vogue, tels que les "systèmes de systèmes" ou les opérations multi-domaines conjointes.

La voie de la confrontation

Dans l'ensemble, nous voyons des modèles assez similaires qui diffèrent dans certains détails. Comme l'indique une étude récente, "les concepts de guerre future tels que la mosaïque, le commandement et le contrôle unifiés tous domaines (JADC2) et le système avancé de gestion de la bataille (ABMS) reposeront sur des réseaux d'information et des programmes d'intégration avancés basés sur des logiciels comme base opérationnelle.

Le succès dans les conflits de demain dépendra largement de la façon dont les combattants seront capables d'utiliser et d'adapter tout, des systèmes de contrôle des avions aux ensembles de capteurs, en passant par les réseaux et les aides à la décision. Pour gagner dans un espace de combat dynamique et contesté, les combattants doivent être capables de reprogrammer et de reconfigurer leurs systèmes d'armes, leurs capteurs et leurs réseaux" [xiii].

Il est possible que ces doctrines et concepts soient transformés en quelque chose de nouveau dans un avenir proche. Le travail à ce sujet est déjà en cours. Une étude du Conseil atlantique (une organisation indésirable dans la Fédération de Russie), préparée en tant que projet pour une future stratégie de défense nationale américaine et publiée en décembre 2021, identifie quatre points clés qui, selon les auteurs, devraient être adoptés comme un impératif pour les États-Unis et les partenaires de l'OTAN.

"Le département de la défense doit désormais être compétitif et s'engager dans une guerre hybride offensive. Les États-Unis doivent réagir là où il y a une concurrence avec la Chine et la Russie aujourd'hui, principalement en jouant un rôle plus actif dans la concurrence en zone grise. En conséquence, le Pentagone devrait adopter le paradigme de la concurrence comme un continuum allant de la coopération au conflit armé en passant par la concurrence.

Mais embrasser le continuum n'est pas suffisant ; le ministère de la Défense, en collaboration avec des partenaires interagences le cas échéant, doit se défendre plus agressivement et prendre des mesures offensives dans la zone grise conformément aux valeurs américaines. Taking Advantage articule le concept du continuum de la concurrence et formule des recommandations à l'intention du ministère de la Défense pour façonner l'environnement informationnel et la concurrence dans le cyberespace.

- Les hostilités futures doivent être coopératives, combinées et englober tous les domaines. Les conflits futurs devraient exiger une meilleure intégration de tous les services militaires américains et se dérouleront sur terre, en mer, dans les airs, dans l'espace et le cyberespace, ainsi que sur l'ensemble du spectre électromagnétique.

Elle sera également menée en étroite coordination avec les alliés et les partenaires, qui constituent collectivement l'un des plus grands avantages des États-Unis par rapport à leurs principaux concurrents. Un nouveau concept opérationnel couvrant ce futur champ de bataille est nécessaire.

Tirer parti de l'avantage introduit le "concept de guerre combinée". Il s'agit d'un concept de guerre global, interarmées et combiné, qui englobe dès le départ le rôle, les capacités, ainsi que ceux des alliés et des partenaires.

- Le ministère de la Défense doit créer une force capable de dominer les conflits armés de l'avenir. Le futur champ de bataille sera axé sur les données, mis en réseau et évoluera rapidement. Tant les États-Unis que leurs concurrents stratégiques investissent activement dans des armes cinétiques et non cinétiques révolutionnaires, notamment les vecteurs hypersoniques, les systèmes de combat autonomes, l'énergie dirigée et les outils cybernétiques.

imossaaages.jpg

Si ces armes permettront de neutraliser ou de détruire plus facilement des cibles, trouver ces cibles sera un défi plus immédiat. Par conséquent, les guerres de l'avenir seront probablement remportées par le camp qui saura le mieux exploiter les données disponibles dans tous les domaines et priver un adversaire de la possibilité de faire de même. Saisir l'avantage articule des priorités d'investissement claires pour construire cette force - et des priorités d'aliénation pour se la permettre.

- Le ministère de la Défense doit équilibrer sa structure de forces en passant d'un commandement centralisé à un modèle plus orienté vers le monde. Alors que les États-Unis modifient leur orientation générale, passant du contre-terrorisme à la compétition stratégique, la structure de leurs forces mondiales doit changer en conséquence. L'ère des déploiements multiples et longs par rotation dans la zone de responsabilité du Commandement central est révolue.

Une autre solution consiste à tirer parti de l'introduction d'un modèle de posture équilibré, différencié et en "treillis" qui déplacerait les types d'actifs nécessaires vers l'Indo-Pacifique et l'Europe et s'appuierait sur une structure de défense plus étroitement alignée avec les alliés et les partenaires, réduisant ainsi les risques associés au rééquilibrage américain."[xiv]

En somme, si le réoutillage technique de l'armée américaine est une question de capacité de défense de routine qui dépend de nouveaux types d'armes, les accents géopolitiques sur le théâtre de guerre possible et les futurs adversaires sont un choix politique. Et les doctrines actuelles suggèrent que Washington s'est engagé sur la voie de la confrontation.

Notes:

 

[i]               The U.S. Army in Multi-Domain Operations 2028. TRADOC Pamphlet 525-3-1. U.S. Army Training and Doctrine Command, December 6, 2018.

[ii]              Ididem. Р. vi.

[iii]            Ididem. Р. 11.

[iv]            Ididem. Р. 19.

[v]             Ididem.

[vi]            Ididem. Р. 20.

[vii]           Joint Operational Access Concept (JOAC). Departament of Defense, 17 January 2012. https://dod.defense.gov/Portals/1/Documents/pubs/JOAC_Jan...

[viii]          Department of Defense, Capstone Concept for Joint Operations, v3.0, 15 Jan 2009.

[ix]            Joint All-Domain Command and Control(JADC2). Congressional Research Service, July 1, 2021.

                https://sgp.fas.org/crs/natsec/IF11493.pdf

[x]          All-Domain Operations in a Combined Environment.

                https://www.japcc.org/portfolio/all-domain-operations-in-...

[xi]            Stew Magnuson. DARPA Pushes ‘Mosaic Warfare’ Concept // National Defense, 11/16/2018.

                https://www.nationaldefensemagazine.org/articles/2018/11/...

[xii]          Brad D. Williams. DARPA’s ‘mosaic warfare’ concept turns complexity into asymmetric advantage // Fifth Domain, August 14, 2017.

                https://www.fifthdomain.com/dod/2017/08/14/darpas-mosaic-...

[xiii]          David A. Deptula, Heather Penney. Speed is Life: Accelerating the Air Force’s Ability to Adapt and Win. Policy Paper, Vol. 28, July 2021. Р. 1.

[xiv]          Clementine G. Starling, Lt Col Tyson K. Wetzel, and Christian S. Trotti. SEIZING THE ADVANTAGE: A Vision for the Next US National Defense Strategy. Washington: Atlantic Council. December 2021. Р. 21.

jeudi, 28 octobre 2021

L'OTAN développe des techniques de guerre cognitive

kognitiv.png

L'OTAN développe des techniques de guerre cognitive

Leonid Savin

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/nato-razrabatyvaet-metody-vedeniya-kognitivnoy-voyny

L'Innovation pour l'excellence en matière de défense et de sécurité (IDEaS), également appelée "Innovation Hub", basée au Canada, joue un rôle de premier plan dans ce domaine. Toutefois, ce centre ne figure pas sur la liste des centres d'excellence de l'OTAN officiellement accrédités, comme le Centre de cyberdéfense en coopération de Tallinn ou le Centre de sécurité énergétique de Vilnius. L'OTAN ne souhaitant probablement pas attirer l'attention sur son travail, elle opère de manière "autonome".

Certes, cette approche de dissimulation a été couronnée de succès, puisque les fils d'actualité montrent que le centre a commencé à fonctionner dès 2017.

Les objectifs officiellement déclarés ne diffèrent pas beaucoup des travaux d'autres centres similaires de l'OTAN. Ils sont décrits dans des phrases générales et représentent:

- Accès à une large communauté d'experts, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'OTAN ;

- Une plateforme collaborative en ligne pour l'interaction avec la communauté ;

- Une base de connaissances sur tous les sujets abordés par le Centre d'innovation ;

- Documents sur les solutions innovantes pour relever les défis futurs de l'OTAN et des capacités nationales ;

- Des occasions d'expliquer les problèmes, de poser des questions ou de proposer des solutions.

Le site web énumère sept domaines dans lesquels le Centre travaille. Il s'agit de l'éducation et de la formation, des mécanismes de prise de décision, du cyberespace, des initiatives humanitaires, de l'information et de la désinformation, des systèmes autonomes et de la stratégie. Cependant, le thème le plus récurrent dans plusieurs domaines à la fois est la guerre cognitive. Fin 2020, le centre a publié une étude sur ce sujet, dont l'auteur est François de Cluzel.

La préface du document indique que "l'esprit humain est désormais considéré comme un nouveau champ de bataille. Avec le rôle croissant de la technologie et la surcharge d'informations, les capacités cognitives individuelles ne suffiront pas à assurer une prise de décision éclairée et opportune, ce qui a conduit à un nouveau concept de guerre cognitive, qui est devenu ces dernières années un terme récurrent dans la terminologie militaire... La guerre cognitive a une portée universelle, de l'individu aux États et aux organisations multinationales. Elle utilise des techniques de désinformation et de propagande visant à épuiser psychologiquement les récepteurs d'information. Chacun y contribue, à des degrés divers, consciemment ou inconsciemment, et cela permet d'acquérir des connaissances inestimables sur la société, en particulier les sociétés ouvertes comme celles de l'Occident. Cette connaissance peut alors facilement être utilisée comme une arme... Les outils de la guerre de l'information, auxquels s'ajoutent les "neuro-armes", élargissent les perspectives technologiques futures, suggérant que le domaine cognitif sera l'un des champs de bataille de demain. Cette perspective est encore renforcée par le développement rapide des nanotechnologies, des biotechnologies, des technologies de l'information, des sciences cognitives et de la compréhension du cerveau."

Information-Sphere.png

Bien sûr, ces technologies et l'intérêt qu'elles suscitent d'un point de vue militaire ne sont pas nouveaux. Les agences américaines DARPA et IARPA sont engagées dans ces domaines depuis de nombreuses années. Mais dans ce cas, cette approche est reconnue comme une stratégie prometteuse pour les guerres futures par l'OTAN. Et les neuro-armes en tant que composante importante de l'armée

Le rapport fournit un certain nombre de définitions. "La guerre cognitive est une guerre d'idéologies qui cherche à saper la confiance qui sous-tend toute société... La désinformation exploite la vulnérabilité cognitive de ses cibles, en profitant de peurs ou de croyances préexistantes qui les prédisposent à accepter des informations fausses.

Pour cela, l'agresseur doit avoir une compréhension claire des dynamiques sociopolitiques en jeu et une connaissance précise du moment et de la manière de pénétrer afin d'exploiter au mieux ces vulnérabilités.

La guerre cognitive exploite les vulnérabilités innées de l'esprit humain en raison de la manière dont il est conçu pour traiter l'information, qui a bien sûr toujours été utilisée dans la guerre. Cependant, en raison de la rapidité et de l'omniprésence de la technologie et de l'information, l'esprit humain n'est plus capable de traiter le flux d'informations.

Ce qui différencie la guerre cognitive de la propagande, c'est que chacun participe, en grande partie involontairement, au traitement de l'information et à la formation des connaissances d'une manière sans précédent. Il s'agit d'un changement subtil mais significatif. Alors que les individus se soumettaient passivement à la propagande, ils y contribuent désormais activement.

L'exploitation des connaissances humaines est devenue une industrie de masse. Et les nouveaux outils d'intelligence artificielle devraient bientôt offrir aux propagandistes des possibilités radicalement élargies de manipuler l'esprit humain et de modifier le comportement humain."

Le rapport parle également de l'économie comportementale, qui se définit comme une méthode d'analyse économique qui applique une compréhension psychologique du comportement humain pour expliquer la prise de décision économique.

Comme le montre la recherche sur la prise de décision, le comportement devient de plus en plus computationnel.

Sur le plan opérationnel, cela signifie l'utilisation massive et méthodique des données comportementales et le développement de techniques d'approvisionnement actif en nouvelles données. Avec l'énorme quantité de données (comportementales) que chacun génère en grande partie sans notre consentement ou sans que nous en soyons conscients, de nouvelles manipulations sont facilement réalisables.

6112cf29d3705.image.jpg

Les grandes entreprises de l'économie numérique ont mis au point de nouvelles méthodes de collecte de données qui permettent de sortir des informations personnelles que les utilisateurs n'ont pas nécessairement l'intention de divulguer.

Et les données redondantes sont devenues la base de nouveaux marchés prédictifs appelés publicité ciblée.

"Voici les origines du capitalisme de surveillance dans une brassée sans précédent et lucrative : la redondance comportementale, la science des données, l'infrastructure physique, la puissance de calcul, les systèmes algorithmiques et les plateformes automatisées", indique le document.

Et tout cela a déjà été mis au point par des géants occidentaux comme Facebook, Google, Amazon, Microsoft et d'autres. Ce n'est pas une coïncidence s'ils ont été critiqués à plusieurs reprises à la fois pour avoir imposé un monopole et pour avoir utilisé une manipulation basée sur les données des utilisateurs. Et comme ils coopèrent tous activement avec les agences de sécurité américaines en tant que contractants, cela crée un risque de manipulation délibérée pour les utilisateurs du monde entier.

Il a également été suggéré que l'absence de réglementation de l'espace numérique profite non seulement aux régimes de l'ère numérique, qui peuvent exercer une influence importante non seulement sur les réseaux informatiques et les corps humains, mais aussi sur l'esprit de leurs citoyens, mais qu'elle peut également être utilisée à des fins malveillantes, comme l'a démontré le scandale Cambridge Analytica.

Le modèle numérique de Cambridge Analytica décrivait comment combiner les données personnelles avec l'apprentissage automatique à des fins politiques en profilant des électeurs individuels pour les cibler avec des publicités politiques personnalisées.

En utilisant les techniques de sondage et de psychométrie les plus avancées, Cambridge Analytica a en fait pu collecter une énorme quantité de données sur les gens qui lui ont permis de comprendre, grâce à des informations économiques, démographiques, sociales et comportementales, ce que chacun d'entre eux pensait. Cela a littéralement ouvert une fenêtre dans l'esprit des gens pour l'entreprise.

L'auteur écrit que "la gigantesque collecte de données organisée par la technologie numérique est désormais largement utilisée pour identifier et anticiper le comportement humain. Les connaissances comportementales sont un atout stratégique. L'économie comportementale adapte la recherche psychologique aux modèles économiques, créant ainsi une vision plus précise des interactions humaines".

Pendant ce temps, de nombreuses entreprises américaines de ce type continuent tranquillement à opérer en Russie et à collecter les données de nos citoyens.

Un autre aspect intéressant relevé dans l'étude sur la guerre cognitive est la cyberpsychologie, qui se situe à la jonction de deux grands domaines : la psychologie et la cybernétique. Comme il a été dit, " tout cela concerne la défense et la sécurité, et tous les domaines qui sont importants pour l'OTAN dans sa préparation à la transformation. La cyberpsychologie, axée sur l'élucidation des mécanismes de la pensée et des concepts, des usages et des limites des systèmes cybernétiques, est une question clé dans le vaste domaine des sciences cognitives. L'évolution de l'intelligence artificielle introduit de nouveaux mots, de nouveaux concepts, mais aussi de nouvelles théories qui englobent l'étude du fonctionnement naturel des humains et des machines qu'ils créent, et qui sont désormais totalement intégrées dans leur environnement naturel (anthropotechnique). Les hommes de demain devront inventer une psychologie de leur rapport aux machines. Mais le défi consiste à développer également une psychologie des machines, des logiciels dotés d'une intelligence artificielle ou des robots hybrides. La cyberpsychologie est un domaine scientifique complexe qui englobe tous les phénomènes psychologiques liés aux technologies évolutives correspondantes ou affectés par elles. La cyberpsychologie étudie la façon dont les humains et les machines s'influencent mutuellement, et explore comment la relation entre les humains et l'intelligence artificielle modifiera l'interaction humaine et la communication inter-machine."

Cyberpsychology.jpg

Le rapport met également en évidence les aspects problématiques de la pensée humaine. Elle indique que "les biais cognitifs peuvent conduire à des jugements inexacts et à une mauvaise prise de décision, ce qui peut provoquer une escalade involontaire ou empêcher l'identification rapide des menaces. Comprendre les sources et les types de biais cognitifs peut aider à réduire les malentendus et à développer des stratégies plus efficaces pour répondre aux tentatives des adversaires de tirer parti de ces biais.

En particulier, le cerveau :

- Ne peut pas déterminer si une information particulière est correcte ou incorrecte ;

- Est utilisé pour déterminer rapidement la validité des messages en cas de surcharge d'informations ;

- A tendance à croire que les déclarations ou les messages qu'il a déjà entendus sont vrais, même s'ils peuvent être faux ;

- Accepte les affirmations comme vraies si elles sont étayées par des preuves, sans tenir compte de l'authenticité de ces preuves".

Il y a également une section sur la Russie. Comme d'autres études de ce type, la référence au rôle de la Russie sert plutôt à justifier le besoin de fonds pour développer des neuro-armes et des techniques de guerre cognitive afin de garantir que l'OTAN ne soit pas dépassée par ses adversaires.

En juin 2021, le Centre a publié une autre étude sur la guerre cognitive.

Il fournit déjà une formulation claire de la terminologie, indiquant que le concept de guerre cognitive a été adopté par l'OTAN.

"La guerre cognitive est une approche globale des armes qui combine les capacités de guerre non cinétique de la cybernétique, de l'information, de l'ingénierie psychologique et sociale pour gagner sans combat physique. Il s'agit d'un nouveau type de guerre, défini comme l'utilisation de l'opinion publique par des acteurs extérieurs comme une arme. Ceci est fait pour influencer et/ou déstabiliser une nation. Ces attaques peuvent être considérées comme une matrice : elles englobent le petit nombre et le grand nombre, influencent les pensées et les actions, visent des cibles allant de la population entière à des mesures individuelles, entre des communautés et/ou des organisations. Les attaques visent à modifier ou à renforcer les pensées. La manière dont elle est menée diffère des domaines plus traditionnels de la guerre. La guerre de l'information tente de contrôler ce que le public cible voit, la guerre psychologique contrôle ce que le public cible ressent, la cyberguerre tente de perturber les capacités technologiques des pays cibles, tandis que la guerre cognitive se concentre sur le contrôle de la façon dont le public cible pense et réagit."

Ce document présente un certain nombre de technologies permettant d'améliorer les performances de l'OTAN. Le premier consiste en des outils de guerre électronique cognitive (GEE) du "monde réel". Il s'agit de l'utilisation de systèmes cognitifs, de l'intelligence artificielle ou de l'apprentissage automatique pour améliorer le développement et le fonctionnement des technologies de guerre électronique (GE) pour la communauté de la défense. Plus proche de la guerre automatisée, elle diffère d'un véritable système cognitif où les plans ont été élaborés en fonction des pensées et du comportement que l'on attendrait de ses adversaires. Il se compose de deux types d'outils CRB. La première est non cinétique et utilise les systèmes REB pour modifier les pensées/comportements de l'ennemi en ciblant ses systèmes d'information/influence. La guerre cinétique, quant à elle, utilise ces systèmes pour modifier les pensées et le comportement de l'ennemi en affectant directement son système nerveux.

image-asset.jpeg

Une deuxième technologie est la bio-impression en 3D à partir de tissus neuronaux... Une autre technologie est le simulateur de performance cognitive en réalité virtuelle. Intégrant l'entraînement en réalité virtuelle et l'analyse des données neuronales, cette approche améliore les performances humaines dans les missions militaires. Il associe la réalité virtuelle à des capteurs d'électroencéphalographie (EEG) et à des systèmes de contrôle humain pour améliorer les performances en analysant les données neurales acquises pendant l'entraînement. Le travail dans un environnement stressant impose souvent des exigences supplémentaires aux individus, faisant de la cognition humaine le facteur le plus important. L'objectif est d'accroître la productivité opérationnelle. Le casque de l'utilisateur est équipé de capteurs qui collectent des données EEG pendant certains tours et tout au long du jeu. Dans le test de Stroop, on demande à l'utilisateur de tirer sur des cibles en trois séries distinctes, exposées à des distractions et à un temps croissant. Après chaque tour, l'utilisateur est placé dans une "salle de repos" où son niveau de stress peut revenir à la ligne de base avant d'être soumis à un autre tour du test. Un rapport de suivi détaillé permet de suivre les résultats techniques et tactiques tels que la précision, la prise de décision et l'excitation. Tout cela s'articule autour d'une évaluation unique des performances à la fin de la simulation. Chaque session est mesurée, stockée et analysée dans un système de contrôle manuel, où les données sont affichées à l'aide d'un tableau de bord virtuel.

Cette dernière technologie consiste en l'informatique et la technologie quantique. C'est le seul moyen de traiter des ensembles de données disparates gigantesques et d'obtenir rapidement des données analytiques. À l'avenir, il sera essentiel de pouvoir effectuer une stimulation neuronale à l'échelle nanométrique chez l'homme."

Nous pouvons donc constater que les experts scientifiques de l'OTAN prennent très au sérieux l'introduction de nouvelles méthodes de guerre fondées sur les dernières avancées dans diverses sciences. Incidemment, les premières victimes des innovations en matière de guerre cognitive, développées par l'OTAN, ont été les Canadiens. Les citoyens de ce pays ont été utilisés comme des cobayes, inconscients de la manipulation à laquelle ils étaient soumis.

En avril 2020, un plan de propagande a été élaboré et mis en œuvre, et l'épidémie de Covid-19 a servi de couverture à ce plan. Bien que les Forces armées canadiennes aient déjà reconnu que "les opérations d'information, les politiques et les doctrines de ciblage sont conçues pour les adversaires et ont une application limitée dans le concept national".

Le plan élaboré par le Commandement des opérations interarmées du Canada, également connu sous le nom de CJOC, reposait sur des méthodes de propagande similaires à celles utilisées pendant la guerre en Afghanistan. La campagne appelait à "façonner" et "utiliser" l'information. Le CJOC a fait valoir que le dispositif d'opérations d'information était nécessaire pour prévenir la désobéissance civile parmi les Canadiens pendant la pandémie de coronavirus et pour renforcer les messages du gouvernement sur le problème.

a2.jpg

Une initiative distincte, sans rapport avec le plan du CJOC mais supervisée par des officiers de renseignement des Forces armées canadiennes, consistait à recueillir des informations à partir de comptes de médias sociaux accessibles au public en Ontario. Des données ont également été collectées sur les réunions de Black Lives Matter et les leaders de BLM. Les officiers supérieurs de l'armée ont affirmé que ces informations étaient nécessaires pour assurer le succès de l'opération Laser, la mission des Forces armées canadiennes visant à aider les foyers de soins de longue durée touchés par le COVID-19, et à contribuer à la distribution de vaccins dans certaines communautés du Nord. Bien sûr, après que l'information ait été rendue publique dans les médias canadiens, peu de gens ont cru ces excuses, car elles n'étaient absolument pas convaincantes. Enfin, il convient de noter que la conférence du réseau d'innovation de l'OTAN a déjà été programmée pour le 9 novembre. Et le 30 novembre, la conférence du Défi Innovation de l'OTAN se tiendra en Ontario. Cela indique que les développements de la guerre cognitive de la part de l'Occident vont se poursuivre.

samedi, 27 mars 2021

Iran contre Israël : une guerre secrète explose en mer

9ce3d2d2f74f0ba56eecd90256565c20.jpg

Iran contre Israël : une guerre secrète explose en mer

Par Lorenzo Vita

Ex : https://it.insideover.com/

La base d'Aitlit, en Israël, est l'un des endroits les plus inaccessibles au monde. Des eaux cristallines, un maquis méditerranéen et un château des croisés font de cette portion du territoire israélien un véritable joyau de nature et d'histoire. Mais personne ne peut la visiter. A quelques mètres de la forteresse d'Aitlit se trouve en effet le quartier général de l'unité la plus redoutable de la marine israélienne: le Shayetet 13. Une unité qui a vu le jour aussi grâce à la contribution fondamentale de notre Dixième Flotille. Certains des meilleurs éléments de la marine italienne sont arrivés en Israël afin de former les hommes qui devront constituer les unités d'élite de la marine de l’Etat hébreu. Mais en plus des hommes, la marine israélienne a importé d'Italie des moyens et des techniques de combat: bateaux à moteur, esquifs explosifs et tactiques de sabotage - les mêmes qui avaient terrorisé la Royal Navy dans toute la Méditerranée - sont désormais entre les mains des commandants militaires de l'État juif. Un "savoir-faire" qui a servi à la flottille 13 d’Israël pour mener à bien la première véritable grande opération de son histoire: le naufrage du navire égyptien Emir Farouk. Pour former le groupe de saboteurs il y avait une vieille connaissance de la Décima: Fiorenzo Capriotti.

Cette prémisse historique nous permet de comprendre l'importance qu'a toujours eue la guerre menée par Israël à l’aide de ces moyens. Et elle nous relie directement à notre époque, avec l'escalade croissante qui  s’amorce entre l'État juif et l'Iran dans les eaux entourant le Moyen-Orient. Le golfe Persique, la mer d'Arabie, la mer Rouge et la Méditerranée orientale elle-même sont devenus ces dernières années de véritables théâtres de guerre de "basse intensité", où se déroule un conflit secret et d'une importance fondamentale impliquant les meilleurs services d'Israël et de la République islamique d'Iran.

PRE_kab135220_big.jpg

L'attaque rapportée hier par les médias israéliens - un missile aurait frappé un porte-conteneurs appartenant à une société de Haïfa alors qu'il naviguait de la Tanzanie vers l'Inde - n'est que le dernier épisode d'une longue série. Fin février déjà, le gouvernement israélien avait accusé l'Iran d'avoir frappé un autre navire, le Mv Helios Ray, l'obligeant à effectuer des réparations dans le port de Dubaï. Un épisode plutôt obscur, étant donné que les enquêtes se poursuivent et que Téhéran, évidemment, nie toute implication. Mais c'est un événement qui s'inscrit dans une dynamique de guerre qui n'est certainement pas nouvelle, ni pour Israël ni pour l'Iran. Tant en termes d'attaques de navires que de méthodes.

Ces dernières semaines, deux enquêtes, l'une du Wall Street Journal et l'autre du quotidien israélien Haaretz, ont établi que depuis au moins 2019, la marine israélienne a mené des attaques contre des cargos iraniens à destination de la Syrie. Selon l'enquête d'Amos Harel, il y aurait eu des dizaines d'attaques israéliennes contre les pétroliers et les cargos de Téhéran. "Les navires iraniens partent des ports du sud de l'Iran et traversent la mer Rouge, passant par le canal de Suez pour rejoindre la Méditerranée", explique-t-il à Haaretz, "leur port de destination est généralement Banias, dans le nord de la Syrie, qui est situé entre les deux plus grands ports de la côte syrienne, Tartous et Lattaquié". Beaucoup d’observateurs se sont demandés pourquoi ces attaques n'ont jamais été signalées par Damas, Téhéran ou les commandements israéliens eux-mêmes. La réponse pourrait être double. D'une part, Israël n'aurait jamais pu admettre de frapper des navires en Méditerranée, près de Suez et en mer Rouge, car cela aurait révélé un conflit dans une zone où des milliers de navires transitent chaque année. D'autre part, l'Iran et la Syrie ne pourraient pas avouer avoir contourné les sanctions en faisant circuler des navires chargés de pétrole, d'armes et d'autres produits de contrebande. Le seul aveu tacite, du moins du côté israélien, est représenté par l'augmentation exponentielle des honneurs et des médailles pour les hommes de la marine: en l'absence de campagnes évidentes, il est possible qu'il y ait eu des opérations secrètes derrière elles.

6ec53b0ee578d24f46270cb0fbe45c729dadc8f0_hq.jpg

Des opérations dans lesquelles, très probablement, est impliquée précisément la Flottille 13, le Shayetet. Comme l'écrit Gianluca Di Feo dans Repubblica, les commandos "n'auraient pas utilisé d'explosifs, se limitant à saboter les hélices, les gouvernails et autres équipements des pétroliers". Un choix qui génère ipso facto un conflit de basse intensité qui, pourtant, pourrait parfaitement s’inscrire dans les méthodes utilisées par l'élite israélienne. Et qui pourrait également remonter au même type d’escalade amorcée par l'Iran dans le golfe Persique au cours des années précédentes, lorsqu'une série d'enlèvements, de sabotages et de mystérieuses explosions avaient mis en péril le transit naval dans le détroit d'Ormuz. La différence, cependant, réside dans le secret. Cela est très probablement dû aussi au niveau technologique atteint par Israël qui, en ce qui concerne les opérations des forces spéciales, est certainement parmi les premières armées au monde à les mettre en oeuvre.

5d307f0509fac2a9348b4567.jpg

Une source qualifiée a évoqué à InsideOver la possibilité que des véhicules pilotés à distance aient également été utilisés, sans qu'il soit nécessaire de saboter le navire en utilisant l'élément humain. Cela les différencierait des forces des Pasdarans, qui ont plutôt été repérées en train de placer des explosifs sur la ligne de flottaison d'une cible. Mais dans tous les cas, poursuit la source, il est important de prendre en considération le type de sabotage perpétré. Un drone, ou tout autre moyen, peut, le cas échéant, appliquer une charge explosive avec un système de fixation magnétique. Les cas de sabotage d’hélices et de gouvernails sont différents, car, au contraire, ils tendent à nécessiter l'action d’un être humain qui doit alors effectuer un travail complexe et, surtout, s’avérer capable de réagir aux facteurs inconnus de la mission. Évidemment, ce type d'attaque ne peut être réalisé qu'avec un navire stationnaire dans un port ou éloigné de la côte mais au mouillage. En revanche, pour les attaques à l’aide missiles, le navire peut aussi être en route. Le navire israélien Lori naviguait en mer d'Arabie, tandis que le Shahr e Kord naviguait au large des côtes israéliennes lorsqu'un incendie s'est déclaré dans les conteneurs.

unnamedpasPG.jpg

En tout cas, le conflit clandestin risque de se transformer de plus en plus en une dangereuse guerre froide impliquant l'une des régions les plus importantes du monde. L'administration de Joe Biden risque d'être entraînée dans un conflit de faible intensité qui rend néanmoins impossible la poursuite des négociations en vue de trouver un accord sur le programme nucléaire iranien et sur la question connexe des missiles de la République islamique. Les risques d'escalade affectent directement le commerce du pétrole, du gaz liquéfié et même de toutes les autres marchandises. Et ils se multiplient. On l'a vu avec Suez: il suffit de rien pour provoquer un effet domino très dangereux pour le monde entier. Et dans ce cas, ce ne sont pas seulement les compagnies marchandes qui seraient concernées, mais aussi les flottes militaires qui n'auraient besoin que d'une seule erreur pour déclencher un gigantesque incendie.

samedi, 20 mars 2021

Des robots de Rossum à l'intelligence artificielle

unnRUR.jpg

Des robots de Rossum à l'intelligence artificielle

par Leonid SAVIN

https://orientalreview.org/  

Le 25 janvier 2021 marque le centenaire de la première de la pièce de théâtre R.U.R. (Rossum's Universal Robots) de l'écrivain tchèque de science-fiction Karel Čapek. Cette courte œuvre a anticipé les livres ultérieurs sur le sujet, ainsi que les films cyberpunk et post-apocalyptiques comme Terminator et Alien: Covenant. Les robots universels de Rossum ont été conçus comme des assistants des humains, mais après un certain temps, ils se rebellent et détruisent la race humaine, à l'exception d'un ouvrier d'usine, dont ils ont besoin pour recréer leur propre espèce.

Karel-Capek.jpg

Karel Capek.

Le mot "robot" s'est rapidement banalisé et a été appliqué à des mécanismes dotés d'un ensemble limité de fonctions programmables et nécessitant un diagnostic, un entretien et une réparation. Plus récemment, cependant, notamment après le développement des ordinateurs et des cyber-technologies, des discussions sont déjà en cours pour savoir si les machines peuvent penser et prendre des décisions sur un pied d'égalité avec les personnes.

Les dernières réalisations en matière de robotique et d'informatisation ne sont nulle part plus demandées que dans l'armée, notamment aux États-Unis, où des centres spéciaux ont été créés pour développer des programmes, des applications et du matériel spécifiques. De nombreux laboratoires de l'armée américaine, du corps des Marines, de la marine et de l'armée de l'air, avec l'aide de contractants et des principales institutions du pays, mènent à bien les prototypes de modèles avancés - toute cette technologie doit servir les nouvelles guerres que Washington prévoit de déclencher à l'avenir.

Les récentes avancées dans ce domaine sont révélatrices.

Le navire sans équipage Ghost Fleet Overlord a récemment parcouru 4700 miles nautiques avec succès et a participé à l'exercice Dawn Blitz, où il a opéré de manière autonome pendant presque tout le temps.

SAS-2019-Austal-Unveils-Range-of-Autonomous-USVs-4.jpg

Ceux qui s'inquiètent de la puissance croissante de la Chine proposent d'utiliser de tels systèmes pour toutes les relations futures avec l'APL: utiliser des drones suicide sous-marins pour attaquer les sous-marins chinois, par exemple. Les États-Unis parlent déjà de robots de combat sous-marins et de surface qui seraient en cours de développement par l'armée chinoise et que les Chinois appellent une "Grande Muraille sous-marine". C'est pourquoi ils suggèrent d'établir une parité avec les Chinois ou de les surpasser d'une manière ou d'une autre.

Les efforts de la Chine dans ce domaine montrent que la disponibilité de nouveaux types d'armes ne donne aux États-Unis aucune garantie que ces systèmes ne seront pas mis en service par d'autres pays. Par exemple, l'apparition de drones de combat dans un certain nombre de pays a obligé les États-Unis à développer des méthodes et des stratégies pour contrer les drones.

Ainsi, en janvier 2021, le département de la défense américain a publié une stratégie pour contrer les petits systèmes d'aéronefs sans pilote : cette stratégie s'alarme de l'évolution de la nature de la guerre et de la concurrence croissante, qui constituent toutes deux des défis pour la supériorité américaine.

bio-groen.pngLe lieutenant général Michael Groen, directeur du Joint Artificial Intelligence Center du ministère américain de la défense, évoque la nécessité d'accélérer la mise en œuvre de programmes d'intelligence artificielle à usage militaire. Selon lui, "nous pourrions bientôt nous retrouver dans un espace de combat défini par la prise de décision basée sur les données, l'action intégrée et le rythme. En déployant les efforts nécessaires pour mettre en œuvre l'IA aujourd'hui, nous nous retrouverons à l'avenir à opérer avec une efficacité et une efficience sans précédent".

Le Centre interarmées d'intelligence artificielle du Pentagone, créé en 2018, est désormais l'une des principales institutions militaires développant des "logiciels intelligents" pour les futurs systèmes d'armes, de communication et de commandement.

L'intelligence artificielle est désormais le sujet le plus discuté au sein de la communauté de recherche de la défense américaine. C'est une ressource qui peut aider à atteindre certains objectifs, comme permettre aux drones de voler sans supervision, de recueillir des renseignements et d'identifier des cibles grâce à une analyse rapide et complète.

On suppose que le développement de l'intelligence artificielle entraînera une concurrence féroce, car l'IA elle-même se distingue de nombreuses technologies passées par sa tendance naturelle au monopole. Cette tendance au monopole exacerbera les inégalités nationales et internationales. Le cabinet d'audit Pricewaterhouse Coopers prévoit que "près de 16.000 milliards de dollars de croissance du PIB pourraient découler de l'IA d'ici à 2030", dont 70 % pour les seuls États-Unis et la Chine. Si la rivalité est le cours naturel des choses, alors pour les entreprises qui utilisent l'intelligence artificielle à des fins militaires ou pour des technologies à double usage, la considérer de cette manière semblera tout à fait logique. Il s'agira d'un nouveau type de course aux armements.

25414-topshot1-bg3.jpg

Sur le plan éthique, toutefois, les systèmes d'intelligence artificielle militaires pourraient être impliqués dans la prise de décisions visant à sauver des vies ou à prononcer des condamnations à mort. Ils comprennent à la fois des systèmes d'armes autonomes létaux, capables de sélectionner et d'engager des cibles sans intervention humaine, et des programmes d'aide à la décision. Certaines personnes plaident activement en faveur de l'inclusion de machines dans un processus décisionnel complexe. Le scientifique américain Ronald Arkin, par exemple, affirme que non seulement ces systèmes ont souvent une meilleure connaissance de la situation, mais qu'ils ne sont pas non plus motivés par l'instinct de conservation, la peur, la colère, la vengeance ou une loyauté mal placée, suggérant que, pour cette raison, les robots seront moins susceptibles de violer les accords de paix que les personnes.

Certains pensent également que les fonctions de l'intelligence artificielle peuvent transformer la relation entre les niveaux tactique, opérationnel et stratégique de la guerre. L'autonomie et la mise en réseau, ainsi que d'autres technologies, notamment la nanotechnologie, la furtivité et la biogénétique, offriront des capacités de combat tactique sophistiquées au sol, dans les airs et en mer. Par exemple, des bancs de véhicules sous-marins autonomes concentrés à des endroits précis de l'océan pourraient compliquer les actions secrètes des sous-marins qui assurent actuellement une frappe de représailles garantie par les puissances nucléaires. Par conséquent, d'autres plateformes tactiques pourraient également avoir un impact stratégique.

1 c1xMQs8VzU0RwyRKA1tkdQ.jpeg

L'amélioration de la manœuvrabilité est également liée à l'intelligence artificielle. Celle-ci comprend, entre autres, des logiciels et des capteurs qui permettent aux robots d'être autonomes dans des endroits dangereux. C'est l'un des moteurs de l'utilisation de systèmes autonomes par l'armée. L'armée américaine fonde de grands espoirs sur l'autonomie des machines, car elle pourrait offrir une plus grande flexibilité aux personnes qui commandent et combattent aux côtés des robots. Les développeurs américains espèrent passer de 50 soldats soutenant un drone, un véhicule terrestre sans pilote ou un robot aquatique, comme c'est le cas actuellement, à un paradigme où une seule personne soutiendrait 50 robots.

Mais l'intelligence artificielle pourrait aussi créer de sérieux problèmes. L'intelligence artificielle militaire pourrait potentiellement accélérer le combat au point que les actions des machines dépassent les capacités mentales et physiques de ceux qui prennent les décisions dans les postes de commandement d'une guerre future. Par conséquent, la technologie dépassera la stratégie, et les erreurs humaines et de la machine se confondront très probablement - avec des conséquences imprévisibles et involontaires.

erich-1024x654.jpg

Une étude de la RAND Corporation, qui examine l'influence des machines à penser sur la dissuasion en cas de confrontation militaire, met en évidence les graves problèmes qui pourraient survenir si l'intelligence artificielle était utilisée sur le théâtre de la guerre. Sur la base des résultats des jeux réalisés, il a été démontré que les actions entreprises par une partie, que les deux joueurs percevaient comme ‘’désescalatoires’’, étaient immédiatement perçues par l'intelligence artificielle comme une menace. Lorsqu'un joueur humain retire ses forces afin de désamorcer une situation, les machines sont les plus susceptibles de percevoir cela comme un avantage tactique qui doit être consolidé. Et lorsqu'un joueur humain faisait avancer ses forces avec une détermination évidente (mais pas hostile), les machines avaient tendance à percevoir cela comme une menace imminente et à prendre les mesures appropriées. Le rapport a révélé que les joueurs devaient faire face à la confusion non seulement de ce que pensait leur ennemi, mais aussi de la perception de l'intelligence artificielle de leur ennemi. Les joueurs devaient également faire face à la façon dont leur propre intelligence artificielle pouvait mal interpréter les intentions humaines, qu'elles soient amicales ou hostiles.

En d'autres termes, l'idée contenue dans la pièce de Karel Čapek sur les robots est toujours d'actualité : il est impossible de prévoir le comportement de l'intelligence artificielle. Et si les robots "intelligents" ont un usage militaire, alors ils pourraient aussi devenir un danger pour leurs propriétaires. Même aux États-Unis, certains militaires sceptiques se rangent dans le camp des traditionalistes qui pensent que de telles innovations, imaginées par des utopistes de la Silicon Valley seront nuisibles à la politique de l'État américain.