Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 janvier 2023

Entretien avec Alexander v. Bismarck - "Nous ne pouvons pas lâcher la Russie"

PAZ03_03_Alexander_von_Bismarck_pa_Kopie.jpg

Entretien avec Alexander v. Bismarck

"Nous ne pouvons pas lâcher la Russie"

Source : https://paz.de/artikel/wir-koennen-russland-nicht-einfach-links-liegen-lassen-a8235.html

Pourquoi un homme privé, mais prussien au nom éminent, cherche à dialoguer avec des interlocuteurs russes, surtout en temps de guerre - et ce que la politique allemande actuelle peut apprendre de l'ancien chancelier, virtuose de politique étrangère, Otto v. Bismarck

Propos recueillis par René Nehring

Depuis le début de l'attaque russe contre l'Ukraine, la Russie et l'Occident sont en froid. Des sanctions réciproques ont été imposées et de nombreuses relations ont été interrompues ou réduites au minimum dans presque tous les domaines de la vie publique. C'est dans ce contexte qu'Alexander v. Bismarck, descendant d'une célèbre famille aristocratique de l'Altmark et de Poméranie, a lancé une initiative, le "Dialogue Bismarck", afin d'apporter au moins une petite contribution pour que le travail de compréhension entre l'Est et l'Ouest au cours des trente dernières années n'ait pas été vain.

Monsieur v. Bismarck, qui votre dialogue veut-il rassembler ?

C'est toujours un problème lorsque des individus, des familles entières ou même des nations se divisent durablement en cas de conflit. Je pense que dans de telles situations, et notamment lorsqu'il s'agit d'intérêts fondamentalement opposés, voire d'une guerre, il est indispensable de continuer à dialoguer. Si l'on ne veut pas se battre indéfiniment, il faut se parler, garder des canaux de discussion ouverts et chercher à échanger avec ceux qui le souhaitent également.

J'ai beaucoup de connaissances et d'amis en Russie et j'ai constaté ces derniers mois qu'il est possible de parler ouvertement avec eux, même en temps de guerre, même si nous ne sommes pas d'accord sur tout. Je pense qu'il est important de maintenir cet échange et de l'élargir. C'est pourquoi j'ai créé le "Dialogue Bismarck".

Concrètement, à qui s'adresse le dialogue ? La plupart des canaux de discussion avec la Russie, comme le Dialogue de Saint-Pétersbourg et le Forum germano-russe - ou encore les partenariats de politique communale, comme celui de la Landsmannschaft Ostpreußen avec des collectivités territoriales russes - sont en grande partie à l'arrêt.

Les forums plus ou moins officiels comme le Dialogue de Saint-Pétersbourg posent problème, dans des périodes comme celle-ci, parce qu'ils sont trop étroitement liés à la politique. Ce qui peut être un avantage en temps de paix, car cela donne plus de poids aux événements, devient un problème en cas de guerre et de sanctions, car on ne peut pas s'affranchir des constellations politiques.

Je veux créer un lieu de rassemblement privé pour les Russes et les Allemands qui cherchent également à se parler, et les mettre en contact. Après tout, nous parlons ici de deux peuples qui se sont entendus pacifiquement dans la plupart des phases de leur histoire, mais qui se sont infligés des crimes terribles au 20ème siècle et qui viennent tout juste de se retrouver péniblement après 1991. J'essaie de réunir des personnes des deux pays qui se sentent concernées par les relations entre nos deux nations.

Cela se fait actuellement dans le cadre de petites tables rondes, la première chez moi, dans mon domaine de Döbbelin, la seconde à Moscou avec des représentants russes du Dialogue de Saint-Pétersbourg, mais à un niveau tout à fait élevé. Les participants étaient des politologues et des historiens, des hommes d'affaires et des représentants d'associations, des journalistes et des conseillers politiques ainsi que des membres d'organisations de la société civile.

Quelles ont été les réactions ?

Extrêmement positives. J'ai par exemple été surpris par le nombre de professeurs d'université ou d'officiers de l'armée allemande intéressés par un tel échange, et qui ne souhaitent pas seulement s'informer par le biais des médias, mais aussi se rencontrer personnellement. Je suis étonné de voir combien de personnalités de haut niveau, rien que du côté allemand, veulent continuer à entretenir de bons contacts avec la Russie.

Et quelles ont été vos expériences en Russie ?

Je me suis rendu deux fois à Moscou à la fin de l'année dernière et j'ai parlé à de nombreuses personnes de tous horizons: des étudiants, des médecins d'un hôpital pour enfants atteints de cancer, des personnes du monde artistique et des hommes d'affaires. Partout, il y a un intérêt incroyable à maintenir le contact avec l'Allemagne. Malheureusement, les autorités allemandes empêchent cela et interdisent même aux institutions partenaires locales de le faire. Dans le cas de l'hôpital pour enfants cancéreux, il s'agit du ministère de la Recherche, et pour les musées, de la ministre de la Culture. Ces contacts n'ont rien à voir avec le conflit militaire en Ukraine, il s'agit de partenariats civils et humanitaires qui ne soutiennent en rien la guerre en Ukraine, c'est pourquoi je pense qu'ils devraient être encouragés plutôt qu'interdits.

Lors du dialogue officiel de Saint-Pétersbourg à Moscou, que les Russes continuent d'organiser et qu'ils ne veulent pas voir s'effondrer, j'étais le seul Allemand à y assister personnellement. J'y ai demandé très clairement: "Puis-je parler ouvertement ici ?" et j'ai été expressément encouragé à le faire. Et j'ai remarqué qu'il était tout à fait possible de trouver des dénominateurs communs, aussi bien lors de la conférence officielle que lors des entretiens personnels qui ont suivi.

Avez-vous également rencontré des représentants du niveau politique?

Bien sûr, j'ai eu des contacts avec des acteurs politiques, par exemple avec la commissaire russe aux droits de l'homme, Tatiana Moskalkova. Nous avons notamment parlé de l'échange de prisonniers entre l'Ukraine et la Russie.

En tant que personne privée, je n'avais bien sûr pas de mandat pour parler des questions de guerre et de paix. Mais je pouvais faire des suggestions sur les relations interpersonnelles. J'ai notamment suggéré que les Russes pourraient unilatéralement supprimer l'obligation de visa pour les Allemands se rendant en Russie, afin que les gens puissent se rencontrer. C'est ce qui s'est passé lors de la Coupe du monde de football 2018, où chaque supporter pouvait se rendre en Russie avec un billet sans visa.

Comment les Russes interprètent-ils la situation actuelle, en particulier la guerre en Ukraine ?

Je pense qu'il est difficile de discuter de conflits militaires entre deux pays au niveau privé. Que se passe-t-il si les deux parties ont des opinions différentes à ce sujet ? Dois-je attendre que les Russes renoncent à leur propre leadership pour en parler avec eux ? Le dialogue ne fonctionne pas ainsi, surtout en temps de guerre.

Mais on peut bien sûr parler de la contribution que chacun peut apporter pour mettre fin le plus rapidement possible à cette situation inextricable. On peut parler de la manière dont la confiance peut être rétablie entre les nations. Dans ce sens, je trouve d'ailleurs bien qu'Olaf Scholz continue à téléphoner à Vladimir Poutine malgré toutes ses brouilles avec lui. Chaque mot d'échange, aussi petit soit-il, peut être une contribution à la désescalade.

~otto-von-bismarck_03945811_detail.jpg

Le Dialogue de Bismarck est-il exclusivement conçu pour les relations entre Russes et Allemands - ou doit-il également inclure des représentants d'autres nations ? Les Polonais, les Baltes et les autres reprochent souvent aux Russes et aux Allemands de ne pas tenir compte de leurs points de vue et de leurs intérêts.

C'est vrai. Toutefois, la situation s'est largement inversée à cet égard, en particulier au niveau politique, de sorte que la perspective russe n'est plus guère prise en compte chez nous, alors que celle des autres pays domine. C'est pourquoi notre dialogue met l'accent sur les relations entre la Russie et l'Allemagne.

Otto v. Bismarck a dit un jour: "Si la Russie et l'Allemagne sont amies, l'Europe se porte bien". Je pense que c'est toujours vrai et que de bonnes relations germano-russes profitent également à tous les autres pays européens. Que cela nous plaise ou non, nous ne pouvons pas lâcher la Russie. C'est le plus grand pays du monde - et il le restera après la guerre en Ukraine, quelle qu'en soit l'issue.

Vous venez de mentionner l'ancien chancelier, qui a non seulement fondé l'Empire allemand, mais aussi, auparavant, le ministère des Affaires étrangères. Malgré l'importance de ce dernier, l'actuelle ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock a récemment fait effacer le nom d'Otto v. Bismarck de son ministère en renommant une salle qui lui était consacrée et en y décrochant son portrait. Qu'est-ce qui émeut quelqu'un comme vous, qui est lui-même actif en politique étrangère à titre privé et qui porte le même nom, lorsqu'il entend cela ?

Je pense que la décision de Mme Baerbock est historiquement et politiquement imprudente. Et je pense qu'elle se fonde davantage sur des motivations morales que sur des connaissances analytiques. Il faut évaluer chaque personnalité en fonction de son époque. Un homme politique sous un empire n'agit pas de la même manière que dans une démocratie. En outre, l'ère Bismarck n'a pas seulement créé les bases étatiques de l'Allemagne actuelle, mais a également posé de nombreux fondements sociaux, comme par exemple le système social avec les caisses d'assurance maladie et la retraite.

L'actuelle ministre des Affaires étrangères pourrait également s'inspirer de son prédécesseur. Par exemple, l'orientation de la politique étrangère en fonction d'intérêts concrets, dont font également partie les intérêts d'autres puissances. C'est pourquoi il est incompréhensible pour notre famille et pour moi que le nom d'Otto v. Bismarck ait été effacé d'une institution comme le ministère des Affaires étrangères.

Que nous apprend ce changement de nom sur la politique étrangère allemande d'aujourd'hui ?

Je ne peux pas évaluer le travail de Mme Baerbock, car je ne la connais que par les médias et je n'assiste pas à ses interventions en tant que ministre. Je trouve cependant que certaines de ses démarches ne sont pas habiles pour une diplomate. Otto v. Bismarck n'aurait probablement jamais attaqué personnellement les représentants d'un autre Etat, comme Mme Baerbock l'a fait à plusieurs reprises en visant la Russie. Il se serait également abstenu de faire la leçon à la Chine. Ces deux pays font partie de nos principaux partenaires commerciaux, nous ne pouvons pas les traiter constamment de haut.

Nous vivons dans un monde global, et je pense qu'il faut encore plus de compréhension pour la diversité de ce monde qu'à l'époque de Bismarck.

Otto v. Bismarck n'était pas seulement député et Premier ministre prussien, ministre des Affaires étrangères et chancelier, mais aussi ambassadeur à Saint-Pétersbourg et à Paris. Est-ce que cela manque à la politique étrangère d'aujourd'hui, la proximité personnelle et la connaissance d'autres pays qui ont une influence sur la propre politique ?

Tout à fait. Bien sûr, un responsable de la politique étrangère ne peut pas avoir visité tous les pays du monde avant de devenir ministre. Mais c'est justement lorsque l'on porte des jugements graves sur un pays que l'on doit le connaître personnellement. Cela vaut d'ailleurs aussi pour les journalistes. Je vois beaucoup trop de commentaires négatifs dans lesquels il apparaît rapidement que la personne qui commente n'a jamais été dans le pays qu'elle critique. Lorsque l'on connaît personnellement un pays et ses habitants, on porte toujours un jugement différent. L'objectif du Dialogue Bismarck est de vous aider à le faire en ce qui concerne la Russie.

- Alexander v. Bismarck est directeur général de von Bismarck Handels GmbH.

www.bismarck-doebbelin.de

Cet article est tiré de l'actuel PAZ. Si vous souhaitez découvrir le journal de plus près, vous pouvez souscrire un abonnement d'essai de 4 semaines ici: https://paz.de/abo/probe-abo.html.

jeudi, 19 janvier 2023

Idéologie du genre et transhumanisme, un produit de notre déni de la réalité

5a58451334c071565bb4318b89875387.jpg

Idéologie du genre et transhumanisme, un produit de notre déni de la réalité

par Marcello Veneziani

Source : Pro Vita & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/ideologia-gender-e-transumanesimo-un-prodotto-del-nostro-scontento-della-realta

Le mécontentement est le mal sombre de notre époque. L'homme contemporain a tout à sa disposition mais n'est jamais heureux. Cette agitation, ce malaise, n'a cependant pas pour débouchés la rébellion et la colère qui s'est exprimée dans un passé tout récent. Marcello Veneziani a abordé ce thème, si vaste, difficile, presque insaisissable, dans son nouvel essai Scontenti. Perché non ci piace il mondo in cui viviamo (= Malcontents - Pourquoi nous n'aimons pas le monde dans lequel nous vivons) (Marsilio, 2022).

9788829717781_0_536_0_75.jpg

"Nous ressentons la décadence qui affecte les relations humaines, civiles et intersexes, et les relations entre citoyens et institutions ; c'est la perte des différences sous le signe de l'homologation et la perte des points communs sous le signe de l'atomisation", écrit Veneziani dans Panorama, en présentant son livre. L'humanité apparaît en danger, pressurisée par les mutations génétiques et écologiques, par les déséquilibres entre surpopulation mondiale et dénatalité occidentale, et par de multiples facteurs de déstabilisation du monde et des liens: l'avènement du transhumanisme, de la genderfluidité, de l'intelligence artificielle, des neuro-technologies, la prééminence du virtuel sur le réel, de la technologie sur l'humanisme, de la finance sur la culture. L'inconfort, la désorientation qui en résulte, enracine le mécontentement; il le rend permanent et non transitoire, substantiel et non occasionnel".

La révolution anthropologique "transhumaniste", avec toutes les aberrations du cas, ne serait pas possible si l'homme acceptait la réalité, son destin et son rôle naturel. Mais en même temps, comme Veneziani lui-même l'explique à Pro Vita & Famiglia, il y a aussi une sacro-sainte insatisfaction: celle de ceux qui, face au rouleau compresseur de la cancel culture et du nihilisme autoritaire rampant, ont la force de relever la tête et de dire que ça suffit.

Marcello Veneziani.jpg

Marcello Veneziani, selon le contenu de votre livre, l'humanité n'est plus rebelle, ni en colère, ni rancunière, mais simplement mécontente : quelle évolution anthropologique vivons-nous ?

"Le mécontentement est le mal noir de notre époque, c'est un état d'esprit qui précède la colère ou la rébellion, la haine et le ressentiment, il en constitue même la prémisse. Il a des racines profondes, mais la cause fondamentale aujourd'hui est que les aspirations des hommes ont énormément augmenté et qu'un fossé infranchissable a été créé entre la réalité et les désirs. Mais tout cela n'est pas simplement le résultat spontané d'un climat: il y a ceux qui, sur notre insatisfaction, fondent leur pouvoir et notre dépendance, construisent leur marché et stimulent notre envie de consommer".

Le transhumanisme, l'intelligence artificielle et l'idéologie du genre font-ils partie des conséquences de ce mécontentement ou, plutôt, contribuent-ils à l'alimenter ?

"Ils sont étroitement liés à l'insatisfaction car ils proviennent du rejet de la réalité, de la nature et de l'identité, du désir de muter, de l'envie de se renier et de devenir autre que soi.  Nous ne penserions pas au posthumain, à l'intelligence artificielle, au transgenre si nous acceptions le sort de notre humanité, de notre intelligence et de notre nature: mais nous sommes mécontents de ce que nous sommes et de ce qui nous entoure ; ou plutôt, nous sommes induits à ce mécontentement".

Quels aspects des thèmes ci-dessus avez-vous particulièrement explorés dans votre essai ?

"Dans Scontenti et l'essai qui le précède et qui lui est lié, La Cappa, je me suis référé à ces aspects saillants de notre époque et à ce rejet des identités et des différences, de nos limites et de notre histoire ; j'ai également saisi sa corrélation avec la cancel culture et le politiquement correct, qui est le substrat idéologique de cette vision. Piloter notre insatisfaction est la mission de l'usine à désirs qui domine notre société et véhicule des modèles de vie artificiels".

Nous parlons d'une catégorie très spécifique de mécontents : ceux qui ont pris au sérieux - en s'y opposant - la propagation de l'idéologie du genre ou des carrières fictives dans les écoles. Quel genre de personnes sont-elles et comment les situeriez-vous dans l'époque dans laquelle nous vivons ?

"Ils sont mécontents dans un autre sens et d'une autre manière que ceux qui sont influencés par ces agences médiatiques, idéologiques et culturelles qui incitent au rejet de soi. Ils sont mécontents, au contraire, de cette hégémonie, ils n'acceptent pas de se soumettre à cette domination devenue asphyxiante, qui passe aussi par le cinéma, l'art, la télévision et l'école. Mais ils le font au nom des identités et des différences, de la nature et de la tradition, ils défendent la réalité avec toutes ses imperfections et n'acceptent pas le remplacement de la vie réelle par son substitut. Ce mécontentement est sacro-saint, et s'il est exprimé avec intelligence et réalisme, il est l'antidote à la "falsification du monde réel".

lundi, 09 janvier 2023

Les événements du Brésil: entretien avec Lucas Leiroz, journaliste à InfoBRICS, Nova Resistência et Sputnik Radio

bdd20aa_brazil-protests-15.JPG

Les événements du Brésil: entretien avec Lucas Leiroz, journaliste à InfoBRICS, Nova Resistência et Sputnik Radio

Propos recueillis par Alexander Markovics

Cher Monsieur Leiroz ! Les dernières élections présidentielles au Brésil ont été remportées de justesse par le candidat de gauche et co-fondateur du format BRICS, Lula da Silva, contre le président de droite Jair Bolsonaro. Alors que Bolsonaro a promis de maintenir le cap souverainiste de son pays et a reçu le soutien de l'ancien président des États-Unis Donald Trump, Lula da Silva a montré une proximité avec l'actuel président américain Joe Biden et certains éléments de la gauche postmoderne (LGBT, etc.). Que signifie ce résultat pour la future politique intérieure du Brésil ?

Je ne pense pas qu'il y aura des changements fondamentaux. Lula a été élu président avec une courte majorité de voix, alors que les alliés de Bolsonaro ont remporté les élections législatives. Il y a des protestations et une méfiance collective envers Lula. Le plus probable est qu'il servira de figure de proue et d'homme politique pour les cérémonies, utilisant son image publique pour mobiliser le soutien au nouveau gouvernement, dont le véritable chef sera Geraldo Alckmin, son vice-président.  Alckmin est un politicien néolibéral typique qui n'a aucun intérêt pour les questions sociales et qui est indifférent aux intérêts du peuple. Il est le président idéal pour les élites mondialistes, mais il est trop impopulaire pour gagner les élections; on a donc formé une alliance entre lui et Lula. Cependant, la réputation de Lula est également très controversée en raison des scandales qui ont éclaté dans le passé. Il pourrait donc ne pas jouer un rôle actif, mais servir de légitimité à Alckmin. La seule chose que Lula sera en mesure de faire est de mettre en œuvre de manière crédible l'agenda de la gauche libérale, comme les droits LGBT et l'idéologie du genre, alors que l'économie et la politique seront gérées par Alckmin (photo, ci-dessous).

Geraldo_Alckmin2023.jpg

En ce qui concerne l'économie néolibérale que nous avons pu voir sous Bolsonaro, il n'y aura pas de changement, seulement une exécution un peu plus "gauche".

Cependant, je voudrais souligner que l'héritage le plus significatif de ces élections est probablement la polarisation, qui s'aggrave de jour en jour. Le gouvernement Lula-Alckmin n'aura pas la tâche facile, car des millions de personnes forment une forte opposition et sont capables de se mobiliser pour des manifestations de grande ampleur. Des années de turbulences et de violence nous attendent. 

OTtNX0Z4_400x400.jpg

Lucas Leiroz

Le Brésil est l'un des principaux pays d'Amérique latine et le moteur de l'intégration latino-américaine. Par le passé, le Brésil a adopté une position neutre vis-à-vis de la guerre de l'OTAN contre la Russie en Ukraine, à laquelle il achète du soja et des engrais, et maintient également des relations cordiales avec la Chine, à laquelle il vend ses produits agricoles. Comment pensez-vous que le nouveau président soutiendra la politique étrangère du Brésil et sa participation à la construction d'un monde multipolaire ?

Pour comprendre le Lula d'aujourd'hui, il est important d'oublier le Lula du passé. Il n'est plus le leader de tous les pays émergents. Nous devons laisser derrière nous l'image de Lula comme fondateur des BRICS. Depuis qu'il a quitté la prison, Lula s'est de plus en plus tourné vers les intérêts des élites occidentales. Il l'a clairement fait savoir dans son discours sur la forêt amazonienne et le conflit en Ukraine. Il utilisera certainement son héritage pour approfondir la coopération entre les pays du Sud au sein des BRICS et du Mercosur, mais il ne remettra pas en cause l'ordre unipolaire des États-Unis. La politique étrangère de Lula pourrait renforcer le multilatéralisme économique organisé autour de l'ONU, ce qui implique la neutralité du Brésil vis-à-vis des grands conflits. Au niveau régional, il devrait nouer des alliances avec d'autres représentants de la gauche mondialiste, comme le Colombien Petro, qui défend littéralement la présence des troupes de l'OTAN en Amazonie. De même, on peut s'attendre à ce qu'il défende avec plus d'enthousiasme les agendas internationaux concernant l'environnement, les droits de l'homme, l'identité, le genre et d'autres questions pour le Brésil dans les accords internationaux.

D'une part, le ministre brésilien des Affaires étrangères Ernesto Araujo s'est opposé à la Grande Réinitialisation du Forum économique mondial (WEF), et d'autre part, de nombreux Brésiliens, notamment parmi les classes populaires, ont critiqué la mauvaise politique de santé du pays. Quelles sont les perspectives pour le Brésil en ce qui concerne le Great Reset et sa politique de santé sous Lula ?

Il ne fait aucun doute que le projet de Great Reset de Lula sera encouragé. L'ensemble de la gauche brésilienne suit les directives du WEF et Lula est à la tête de cette coalition.  L'autoritarisme médical, la protection radicale de l'environnement, les mesures d'économie d'énergie, la réduction des émissions de CO2 et d'autres thèmes sont inclus dans le projet politique de Lula. Un capitalisme vert basé sur la technologie est l'une des principales promesses de Lula, qui soutient également sans faille le programme de vaccination soutenu par les géants de la technologie. Le Brésil deviendra donc un partisan des idées du WEF parmi les pays du Sud mondial.

ZN5GAE6EKRHHFDVIRU6ACIWORU.jpg

Le Brésil est un exportateur net de pétrole brut vers le reste du monde, alors que sa propre population est de plus en plus mécontente de la hausse des prix de l'énergie dans le pays. La forêt amazonienne et les droits des populations indigènes sont également des sujets chaudement débattus dans la politique brésilienne. Pensez-vous que le Brésil maintiendra sa politique orientée vers l'exportation ou pensez-vous qu'il défendra à l'avenir un nationalisme des ressources ?

La politique d'exportation restera en place. Lula a clairement indiqué par le passé qu'il ne reviendrait pas sur la privatisation d'entreprises stratégiques, ce qui signifie qu'il n'y aura pas de politique de développement à orientation nationale. Lula "combattra" la pauvreté par le biais de mesures d'aide néolibérales, et non par une nouvelle politique d'industrialisation et d'emploi. De même, il se servira de la nécessité d'empêcher la destruction des forêts et de protéger les droits des indigènes pour justifier la poursuite de l'internationalisation de l'Amazonie et empêcher les politiques de défense de la souveraineté brésilienne. Malheureusement, l'avenir ne laisse rien présager de bon.

Merci beaucoup pour cet entretien !

dimanche, 08 janvier 2023

Maximilian Krah (AfD) : "L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN amène la guerre chez nous"

Maximilian-Eugen-Krah-deutscher-R-9.jpg

Maximilian Krah (AfD) : "L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN amène la guerre chez nous"

Source: https://www.freilich-magazin.com/welt/nato-mitgliedschaft...

En décembre, le "New York Republican Clubs" a organisé un gala. L'eurodéputé Maximilian Krah (AfD) revient sur cet événement dans un entretien avec FREILICH.

FREILICH : Récemment, vous avez participé au gala du "New York Republican Club", un club conservateur. Quelle en était la raison ?

Maximilian Krah : Le "New York Young Republicans Club" a une jeune équipe très ambitieuse et veut se profiler comme une plate-forme de contact pour les conservateurs des deux côtés de l'Atlantique. Je pense que c'est une bonne idée, et comme j'ai moi-même étudié à New York, je la suis avec beaucoup de sympathie. L'AfD poursuit une politique étrangère guidée par ses intérêts et intéressée par de bons contacts avec l'Est et l'Ouest. Et bien sûr, les États-Unis sont un acteur important en Europe, il est donc dans notre intérêt d'échanger avec des politiciens américains, surtout s'ils ont des idées politiques similaires, ce qui est le cas des Young Republicans.

Quelles sont vos impressions ? Quels sont les points communs et les différences ?

Le Parti républicain est dans une phase de redéfinition. Il y a les républicains de Reagan, pour qui les réductions d'impôts sont en fait la solution à tous les problèmes. Ce sont plutôt des libertariens. Et puis il y a les républicains plus jeunes, influencés par Trump, qui reconnaissent d'ores et déjà que la politique doit aussi aborder les questions sociales et culturelles, et ce, en tant que conservateurs classiques. En politique étrangère, nous avons les néocons, qui veulent répandre dans le monde entier ce qu'ils considèrent comme des "valeurs occidentales" par le biais de sanctions et de guerres, assurant ainsi la domination mondiale des élites de Washington, et les isolationnistes qui, à l'instar de Trump également, veulent se concentrer sur l'Amérique et considèrent le modèle américano-occidental comme un exemple plutôt que comme une règle. Les New-Yorkais sont très majoritairement conservateurs et isolationnistes, ce qui les rend parfaitement adaptés à une coopération avec nous. Mais il y a bien sûr parmi eux quelques néocons purs et durs qui ne comprennent guère la politique étrangère de l'AfD, axée sur la paix, l'équilibre et la diplomatie. En ce sens, ces visites sont toujours l'occasion de discussions difficiles, et pas seulement inscrites sous les signes de la paix, de la joie et de l'unité.

Est-il prévu de poursuivre la mise en réseau avec les forces conservatrices aux États-Unis ?

Bien sûr que oui. La droite démocratique n'a aucune raison de laisser les contacts avec les États-Unis aux seuls libéraux ou néocons. La realpolitik nous impose de chercher des partenaires aux États-Unis et d'agir ensemble sur les questions qui nous touchent de part et d'autre de l'Atlantique. Prenez l'idéologie woke qui gangrène notre société : nous menons le même combat.

Donald Trump a entre-temps annoncé son intention de se présenter à nouveau à la présidence. Trump serait-il un meilleur président que Joe Biden du point de vue allemand ?

Avec Trump, nous n'aurions pas de guerre en Ukraine, nous aurions nettement moins de sanctions commerciales. Notre balance du commerce extérieur serait donc encore positive, le prix de l'énergie plus bas et donc l'inflation inférieure à cinq pour cent. Donc la paix et la prospérité au lieu de la guerre et de la désindustrialisation. Ce serait mieux ? Sans aucun doute ! Biden est une catastrophe pour l'Allemagne. Car quelle que soit l'issue de cette guerre provoquée en Ukraine, le perdant est déjà désigné : l'Allemagne.

maxkrahresdefault.jpg

En tant que député européen, que pensez-vous des nouvelles sanctions de l'UE contre la Russie ?

L'AfD s'est opposée à ces sanctions dès le début pour de bonnes raisons, et cela vaut également pour les dernières de ces sanctions. Celles-ci touchent l'Allemagne plus durement que la Russie et font de nous la partie prenante d'une guerre économique, contre nos propres intérêts économiques.

Parlons de l'Ukraine : après la fin de la guerre en cours, le député vert Anton Hofreiter aimerait voir l'Ukraine dans l'OTAN. Sinon, il faudrait, selon lui, l'équiper de 3.000 chars Guépard en guise de protection permanente. Une bonne idée ?

Une idée saugrenue, remarquablement grotesque même pour les Verts. Car l'adhésion envisagée de l'Ukraine à l'OTAN a été la raison de la guerre pour les Russes, et elle le restera, que cela nous plaise ou non. L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN amènera la guerre chez nous, car nous aurons alors des obligations d'allié. Ce serait le front de l'Est 2.0. Et rien d'autre ne s'applique à la proposition de réarmement massif. Car la Russie ne peut pas non plus l'accepter à sa porte. Les Verts jettent ici par-dessus bord toute leur idéologie fondatrice et passent du statut de pacifistes à celui de fous bellicistes.

En Allemagne et en Europe, nous sommes confrontés à plusieurs crises simultanées. Puisque nous venons de commencer la nouvelle année : Quelles évolutions prévoyez-vous pour 2023 ?

Sur le plan économique, ce sera désastreux, car une industrie axée sur la production ne pourra pas supporter une augmentation du prix de l'énergie d'un facteur quatre. La désindustrialisation s'accélère donc, et le gouvernement s'en félicite même parfois pour des raisons idéologiques, ou plutôt pseudo-religieuses, avec pour mot d'ordre l'obsession climatique. Ces crises économiques vont se répercuter sur la paix sociale, déjà fragilisée par l'immigration de masse et la polarisation politique. En réponse à cela, je n'attends rien d'autre de ce gouvernement que la répression contre l'opposition.

Le seul espoir pour 2023 est que de plus en plus de personnes, y compris les membres des élites économiques, se rendent compte que ce gouvernement et la fausse opposition ruinent le pays, qu'ils n'ont aucun concept positif, mais qu'ils sont sur le point de détruire ce qui a été construit pendant des générations en termes de prospérité et de paix. C'est la condition pour être enfin perçus comme une véritable alternative, ce que nous sommes, et pas seulement comme un mouvement de protestation. Et là, je suis très confiant que nous y parviendrons, non seulement parce que l'échec des autres est devenu si flagrant, mais aussi parce que, grâce au nouveau bureau fédéral et aux deux porte-parole, nous sommes devenus meilleurs, plus unis et plus cohérents sur le fond.

À propos de la personne :

Maximilian Krah est docteur en droit et député AfD au Parlement européen. Originaire de Saxe, il est membre du bureau fédéral de l'AfD depuis 2022 et a été candidat à la mairie de Dresde la même année.

Facebook : https://www.facebook.com/maximilian.krah/

Twitter : https://twitter.com/KrahMax

dimanche, 06 novembre 2022

L'économie des urgences

Relance.jpg

L'économie des urgences

Entretien avec Davide Rossi

Source : Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/l-economia-delle-emergenze

Davide Rossi est l'auteur du livre "L'economia delle emergenze" (Arianna Editrice, 2022)

Propos recueillis par Luigi Tedeschi

La domination des puissances financières transnationales a conduit à l'inversion de la relation traditionnelle entre la politique et l'économie. Ce sont en fait les lobbies financiers qui l'emportent sur l'État et déterminent ses directives politiques et économiques. L'idéologie libérale de l'État minimal a maintenant été supplantée par un système néolibéral oligarchique et mondialiste. Le système néo-libéral n'a-t-il donc pas besoin d'un super-État autoritaire et répressif pour subsister, ce qui contredit ses fondements idéologiques libéraux en ce qui concerne les libertés individuelles, les droits de l'homme et l'ordre démocratique ? Par ailleurs, l'économie d'urgence, avec son involution politique autoritaire, ne conduira-t-elle pas à la fin du modèle occidental ?

DR : Beaucoup pensent que les États sont conditionnés par le pouvoir financier, mais les choses sont plus complexes.  Les États sont le pouvoir financier et, en même temps, les institutions financières sont les États. L'État n'est pas une entité abstraite qui poursuit l'intérêt de la nation, mais un centre de pouvoir occupé par des élites qui gèrent les espaces militaires, diplomatiques, financiers et la haute bureaucratie. L'État n'est qu'un des moyens utilisés par les classes dirigeantes pour exercer précisément leur pouvoir. L'argent est indispensable au pouvoir et le pouvoir produit à son tour de l'argent. Une monnaie de plus en plus immatérielle, déconnectée de la production et du travail. Une technologie pure qui repose sur la confiance, obtenue par la tromperie, de personnes ordinaires. La finance est certes une méthode d'enrichissement pour l'establishment, mais elle est encore plus un outil efficace et moderne pour contrôler les populations, pour les garder sous son emprise. La simple corruption des représentants des institutions ne suffit pas à expliquer la tyrannie des puissances financières dans ces mêmes institutions et pays. S'il ne s'agissait que de cela, la politique aurait les moyens de se financer et de contenir ces pouvoirs en même temps. Si BlackRock, Goldman Sachs, JP Morgan et les autres peuvent prendre possession d'espaces aussi vastes et stratégiques dans la vie économique, politique et même sociale, c'est parce que les groupes dirigeants de la politique, des institutions, de la finance et des appareils militaires se chevauchent, constituent cet unique agglomérat de pouvoir que nous appelons l'État. En bref, il existe une énorme constellation de pouvoir financier/politique à un niveau technologique très élevé, entrelacée avec le système militaire. Bien sûr, il y a très peu de libéralisme dans tout cela. Le terme galvaudé de néo-libéralisme est à lire dans une clé de lecture orwellienne du néo-langage : la guerre c'est la paix, etc. Il n'y a absolument rien de libéral dans ce qui se passe.

finanza-e-pandemia-77044.jpg

Le tournant autoritaire de l'Occident libéral-démocratique est devenu évident. L'urgence pandémique d'abord, puis l'urgence énergétique liée à la guerre, représentent les phases prodromiques de l'avènement de la quatrième révolution industrielle. La Grande Réinitialisation, avec la révolution numérique et la transition écologique, impliquera en effet la mise en œuvre d'une planification économique à un niveau mondial tout à fait comparable à celle du socialisme réel tardif. De la restructuration économique capitaliste déjà en cours, n'émergera-t-il pas un ordre oligarchique et dirigiste semblable à celui de la Chine, néo-libéral en économie, mais totalitaire en institutions politiques ? Le modèle capitaliste-communiste chinois n'est-il pas devenu paradigmatique pour l'Occident en ce qu'il s'est avéré plus efficace, parce qu'il n'est pas conditionné par le pluralisme et l'instabilité constante de l'ordre démocratique occidental ?

DR : Je réponds par les mots du professeur Michael Rectenwald, un éminent spécialiste conservateur américain : "Une autre façon de décrire l'objectif de la Grande Réinitialisation est le 'capitalisme avec des caractéristiques chinoises' : une économie à deux niveaux avec des monopoles rentables et l'État au sommet et, en bas, le communisme pour la majorité du peuple. Il y a plusieurs décennies, alors que le Parti communiste chinois (PCC) ne pouvait plus nier de manière crédible la dépendance croissante de la Chine vis-à-vis des secteurs à but lucratif de son économie, ses dirigeants ont adopté le slogan "communisme aux caractéristiques chinoises" pour décrire son système économique. Ce système à la chinoise comprend, d'une part, une intervention fortement accrue de l'État dans l'économie et, d'autre part, le type de mesures autoritaires que le gouvernement chinois utilise pour contrôler sa population.

covid-19-la-grande-reinitialisation.jpg

Schwab et Malleret écrivent que si "les cinq derniers siècles en Europe et en Amérique" nous ont appris quelque chose, c'est que "les crises aiguës contribuent à renforcer le pouvoir de l'État". Cela a toujours été le cas et il n'y a aucune raison qu'il en soit autrement avec la "pandémie COVID-19". Les fermetures draconiennes décidées par les gouvernements occidentaux ont permis d'atteindre des objectifs dont les communistes corporatistes du WEF ne pouvaient que rêver : avant tout, la destruction des petites entreprises, l'élimination des concurrents des "entreprises monopolistiques" favorisées par l'État. Dans mon livre, vous trouverez l'analyse complète et éclairante de Rectenwald.

L'économie financière a supplanté l'économie productive. L'économie mondiale est désormais dominée par un pouvoir financier qui crée de l'argent à partir de rien, alimentant des bulles spéculatives qui provoquent inévitablement des crises financières aux effets dévastateurs sur l'économie réelle. La Grande Réinitialisation avec l'innovation technologique aura un impact destructeur sur le système de production actuel, avec des inégalités toujours plus grandes et un appauvrissement généralisé des masses. Mais puisque seuls l'investissement et le travail salarié produisent la richesse réelle, la quatrième révolution industrielle ne s'effondrera-t-elle pas à cause de l'effondrement de la consommation, dont le niveau est déjà artificiel, puisqu'il est soutenu par un endettement anormal de la consommation qui sévit depuis des décennies ?

DR : La gestion autoritaire de l'économie et de la société s'impose comme une condition nécessaire à la survie (dystopique) du capitalisme lui-même, qui n'est plus en mesure de se reproduire par le travail salarié de masse et l'utopie consumériste associée. L'agenda qui a donné naissance au fantôme de la pandémie en tant que religion de la santé-vaccination découle de l'impraticabilité perçue d'un capitalisme basé sur la démocratie libérale. Je fais référence à l'effondrement de la rentabilité d'un modèle industriel rendu obsolète par l'automatisation technologique, et pour cette raison de plus en plus lié à la dette publique, aux bas salaires, à la centralisation des richesses et du pouvoir, à un état d'urgence permanent, et à la créativité du secteur financier, où l'argent se multiplie lui-même, par parthénogenèse.

L'hypertrophie financière actuelle a généré un endettement public et privé insoluble dans le monde, dépassant largement le PIB mondial. Le capitalisme financier s'est révélé incapable de se reproduire et ne peut survivre que s'il est alimenté par de gigantesques émissions périodiques de liquidités créées à partir de rien et avec des taux d'intérêt nuls. Cependant, le spectre de l'inflation plane sur l'économie mondiale. La masse de liquidités libérée dans l'urgence pandémique, se déversant dans l'économie réelle, pourrait provoquer une spirale inflationniste incontrôlable. Avec le début de la crise énergétique en conjonction avec la guerre, l'inflation a atteint des niveaux alarmants. La politique de la FED consistant à contrer l'inflation en augmentant les taux d'intérêt, ainsi qu'à produire une récession économique, pourrait ne pas s'avérer efficace pour faire baisser l'inflation actuelle, qui ne provient pas d'une surchauffe de la demande, mais de facteurs externes, tels que la hausse des prix de l'énergie provoquée par la spéculation financière (mais le capitalisme ne se fournit-il pas lui-même la corde pour se pendre ?), et certainement pas par Poutine ? Cela ne crée-t-il pas une spirale inflationniste incontrôlable qui pourrait conduire à l'implosion du système financier néolibéral ?

DR : Le système économico-financier, "drogué" par l'énorme et continue perfusion de liquidités par les banques centrales, a besoin d'urgences incessantes pour justifier la poursuite des différents programmes de Quantitative Easing. Et le système n'a certainement pas lésiné sur les chocs nécessaires. La farce tragique de la pandémie a été amplifiée et dilatée au point d'être improbable. Chaque fois que, pour maîtriser les poussées inflationnistes, les banques centrales ont émis l'hypothèse de relever les taux d'intérêt et de mettre fin ou du moins de ralentir les programmes de production monétaire, une nouvelle variante inquiétante du virus est apparue, "imposant" de nouvelles restrictions et des confinements partiels. Ainsi, l'économie a été déprimée à nouveau et l'alibi a été créé pour continuer à inonder les marchés d'argent frais, indispensable pour empêcher l'effondrement du système. Les gouvernements d'alors, endettés jusqu'au cou en raison de la gestion de la pandémie autoproclamée, ne pouvaient se permettre une hausse des taux d'intérêt qui aurait rendu insoutenable le paiement des intérêts sur la "monstrueuse" dette publique. L'inflation elle-même, mortelle pour les revenus et l'épargne des citoyens, a eu l'effet bénéfique de "réduire" les dettes publiques des États eux-mêmes. Ainsi, dans certaines limites et pendant une certaine période, il pourrait également être autorisé à se dégonfler. Le système financier a en fait explosé et nous sommes plongés dans une gigantesque "chaîne de Ponzi", c'est-à-dire que le mécanisme continue à fonctionner (pour l'instant) uniquement parce que les gens continuent à lui donner confiance et donc à l'alimenter. Mais nous sommes confrontés à une combinaison explosive de blocages économiques, de dettes qui montent en flèche, d'impression monétaire sans fin et d'inflation galopante, combinée à des changements sociaux et politiques massifs dans tout l'Occident, de sorte que la confiance des gens dans le système monétaire peut s'effondrer à tout moment, entraînant avec elle le "schéma de Ponzi".

L'Italie a toujours été incapable de défendre son intérêt national. Toutefois, il convient de noter que notre république est née sous un régime d'occupation américain qui perdure encore avec la présence de bases de l'OTAN sur le territoire italien. L'Italie est un pays indépendant mais non souverain. Mais quel intérêt national un gouvernement italien peut-il défendre lorsque sa ligne politique doit nécessairement être compatible avec l'UE, l'OTAN et, surtout, les marchés financiers au jugement desquels il est quotidiennement soumis ? D'ailleurs, quelle souveraineté est praticable pour un pays qui a si peu d'estime de soi, au point d'invoquer souvent l'intervention de contraintes extérieures, se croyant incapable de se gouverner lui-même ?   

DR : Depuis quelques années, les politiciens autoproclamés "souverainistes" sont à la mode en Italie. Certains se qualifient même de "patriotes", un terme qui était interdit et obsolète en notre pays depuis des décennies. Ils demandent (et souvent malheureusement obtiennent) des votes, promettant enfin que, grâce à eux, l'intérêt national tant vanté sera poursuivi. Le problème est qu'à force de ne pas le poursuivre, cet intérêt national n'est même plus compris, et c'est donc en son nom que sont perpétrées les escroqueries politiques les plus flagrantes.  Pour en revenir au sujet de notre intérêt national dans la guerre en cours, nos gouvernants ont fait exactement le contraire de ce qui était nécessaire, répondant de toute évidence à des centres de décision situés à l'extérieur du pays. De cette façon, ils ont sciemment procuré aux Italiens le risque d'un choc économique sans grand précédent. Enfin, il est tout à fait clair que le conflit russo-ukrainien permet de faire un pas puissant vers la réalisation du Great Reset, qui se traduit essentiellement par une gigantesque opération d'endettement et d'appauvrissement de la classe moyenne européenne, italienne en particulier. La contrainte externe en sa meilleure illustration.

mercredi, 05 octobre 2022

Diego Fusaro: le penseur du social-patriotisme

ioodfo.jpg

Diego Fusaro: le penseur du social-patriotisme

Javier R. Portella

Source: https://www.geopolitika.ru/es/article/diego-fusaro-el-pensador-del-social-patriotismo

Nous avons le plaisir de vous présenter aujourd'hui l'entretien que le directeur du blog elmanifiesto.com (Madrid), Javier R. Portella, a réalisé avec le célèbre penseur italien Diego Fusaro.

Ma première question ne peut qu'être d'actualité : que pensez-vous de la victoire de Giorgia Meloni et de Fratelli d'Italia aux élections italiennes du 25 septembre ? Partagez-vous mon espoir que cela pourrait représenter le début d'une rupture avec l'ordre (ou le désordre...) actuel du monde ? Ou craignez-vous, au contraire, que rien de fondamental ne change ?

Malheureusement, je ne peux pas partager l'espoir qu'il s'agisse d'une nouvelle étape ou la promesse d'une rupture avec l'ordre néolibéral dominant. Après tout, la droite néolibérale et atlantiste de Giorgia Meloni représente parfaitement le système dominant, basé sur la souveraineté du marché et l'impérialisme atlantiste qui est son complément. En ce sens, ils ont tort de dire que le parti de Giorgia Meloni est un parti néo-fasciste. Il s'agit plutôt d'un parti profondément néolibéral qui est au moins aussi éloigné du fascisme que la gauche fuchsia et arc-en-ciel d'aujourd'hui l'est du communisme. L'ordre néolibéral d'aujourd'hui agit comme un aigle avec deux ailes : nous avons l'aile gauche fuchsia pour la galerie, puis l'aile droite bleue de l'argent. La droite et la gauche néolibérales, inféodées au capital, représentent ceux d'en haut contre ceux d'en bas, le capital contre le travail, la mondialisation capitaliste contre les nations souveraines et démocratiques. C'est pourquoi, en Italie, le parti unique articulé de manière néo-libérale a encore gagné, avec son alternance sans alternative. Dans le sixième canto du Purgatorio, Dante compare Florence à une personne malade qui se tourne à droite et à gauche de son lit pour trouver un soulagement temporaire à sa propre souffrance: c'est ce que font aujourd'hui les peuples d'Europe, en se tournant tantôt vers la droite néolibérale tantôt vers la gauche néolibérale; c'est pourquoi le véritable geste révolutionnaire à accomplir consiste, tout d'abord, à dépasser la dichotomie de la droite et de la gauche qui ne profite qu'à ceux d'en haut pour créer une nouvelle géographie politique pour ceux d'en bas, c'est-à-dire pour le Peuple des classes populaires et des classes moyennes.

1_marx-idealiste-essais-heretiques-sur-son-materialisme.jpg

Dans votre contestation, précisément, de l'ordre mondial actuel, vous êtes souvent étiqueté comme un "rossonero", un rouge-noir, (en espagnol on dit "rojipardo", rouge-brun, bien que le terme correct à utiliser en Espagne serait "rojiazul", rouge-bleu), ce qui, comme cela a déjà été précisé dans votre réponse précédente, implique de défendre à la fois des principes de droite et de gauche. Les vrais, bien sûr : pas les principes de la droite libérale ou de la "gauche fuchsia", comme vous l'appelez. Quels sont ces principes ?

Disons que "rossonero" est présenté par le discours unique, politiquement correct et éthiquement corrompu ? Pour ma part, je me considère au-delà de la gauche et de la droite, un élève indépendant de Hegel et de Marx. Comme je l'ai écrit dans mon livre Penser différemment, "aujourd'hui il est nécessaire d'avoir des idées de gauche et des valeurs de droite, et par idées de gauche j'entends la défense du travail et de la solidarité, de la communauté et des intérêts des classes laborieuses. Par droite, j'entends la patrie et la famille, l'honneur et la transcendance". Rien de tout cela ne se retrouve aujourd'hui ni dans la droite bleue délavée ni dans la gauche rose néo-libérale, qui ne sont que des appendices de la culture du néant, celle du capital cosmopolite.

9788869760075.jpg

Nos sociétés sont marquées par un conflit profond que vous qualifiez souvent de "lutte des classes". Ma question est la suivante : à côté de cette lutte de nature fondamentalement économique entre "ceux d'en haut" et "ceux d'en bas", n'y a-t-il pas aussi un autre conflit qui, de manière transversale, ébranle les fondements de notre civilisation ? Je fais référence au conflit entre, d'une part, ceux qui, imprégnés de matérialisme et d'individualisme, cherchent à annihiler le sens et la beauté du monde ; et, d'autre part, ceux d'entre nous qui luttent pour le défendre et l'améliorer ?

La lutte des classes existe et, comme les classes dirigeantes le disent elles-mêmes, elles la gagnent sous la forme d'un massacre de classe à sens unique. La lutte des classes existe aujourd'hui, mais pas sous la forme que Marx l'avait imaginée : la nouvelle composition des classes présente en fait au sommet le bloc oligarchique capitaliste-financier, à la base l'union de la moyenne bourgeoisie et des classes ouvrières. Selon les mots de Hegel, le maître mondial élitiste contre le serf national populaire. Mais la lutte de classe différente de notre présent a également à voir avec le fait qu'il ne s'agit pas seulement d'une lutte matérielle et économique, malgré que cela soit certainement le cas. Il s'agit également d'une lutte culturelle et spirituelle, car le Global Master élitiste est ancré dans le relativisme postmoderne et nihiliste, dans la culture de l'annulation ("cancel culture") et dans le nouvel ordre mental qui reflète le néant de la forme marchandise globalisante. Le Serviteur National du Peuple, par contre, reste enraciné dans l'histoire et la culture, dans la tradition et la communauté, dans les liens avec les territoires et les personnes, avec le Sacré et avec la transcendance, de sorte que la lutte des classes est aussi une lutte culturelle, qui se présente aussi comme une lutte entre les flux perceptibles sur le territoire et la régulation, entre la dérégulation et les normes qui peuvent donner un sens au monde et à l'existence. La culture dite de l'effacement, qui n'est pas à proprement parler une "culture" qui aurait pour élément central une forme ou une autre d'effacement, mais une culture qui consiste à effacer définitivement toute la culture, est ce qui exprime le mieux la civilisation et de tout ramener au néant de la classe ploutocratique mondiale actuelle, ainsi que le mouvement de développement du capital qui précède comme le néant du film et du livre bien connus The Neverending Story. Se battre dans la lutte des classes aujourd'hui signifie défendre les intérêts des classes moyennes et ouvrières, essayer de dépasser la réification du capitalisme; mais aussi essayer d'arrêter l'avancée du néant techno-capitaliste en valorisant notre civilisation, notre histoire, notre culture. C'est pourquoi, aujourd'hui, défendre Platon et Aristote n'est pas, pour Dotti, un geste de snobisme aristocratique, mais le geste fondamental de la défense de notre civilisation.

 

front-medium-1669317696.jpg

 

 

              

lundi, 03 octobre 2022

Entretien avec Claudio Mutti, rédacteur en chef de la revue d'études géopolitiques Eurasia

claudiomutti_1.jpg

Entretien avec Claudio Mutti, rédacteur en chef de la revue d'études géopolitiques Eurasia

Source: https://www.gazzettadellemilia.it/politica/item/38584-intervista-a-claudio-mutti,-direttore-della-rivista-di-studi-geopolitici-%E2%80%9Ceurasia%E2%80%9D?fbclid=IwAR0w9sbHYpqFPxMGzsc9nPZQxr9veJcrJuyGJq8C5au-1S_urTDkcpc7kAQ

La semaine qui s'achève laisse penser que le conflit ukrainien est sur le point de prendre une nouvelle direction et que les scénarios pourraient changer. Pour tenter d'apporter un éclairage, nous avons interrogé un expert en géopolitique, Claudio Mutti, rédacteur en chef du magazine EURASIA.

Par Matteo Pio Impagnatiello Felino (PR)

Au moment où nous nous parlons, la guerre entre l'Ukraine et la Fédération de Russie se poursuit. Pouvez-vous nous dire ce qui se passe réellement dans le scénario de guerre en Europe de l'Est ?

Les États-Unis utilisent l'Ukraine pour creuser un fossé entre la Russie et le reste de l'Europe. Cela ne vient pas de moi, mais d'une source très autorisée, nullement soupçonnée d'anti-américanisme : George Friedman, président de Strategic Forecasting, Inc. connu sous le nom de Stratfor. S'exprimant devant le Chicago Council of Global Affairs, Friedman a déclaré: "L'intérêt premier des États-Unis, pour lequel nous avons mené des guerres pendant un siècle (la Première guerre mondiale, la Seconde et la Guerre froide), est d'empêcher l'Allemagne et la Russie de s'unir, car ensemble, elles représentent la seule force capable de nous menacer. Pour les États-Unis, la crainte fondamentale est que le capital financier et la technologie allemands se soudent aux ressources naturelles et à la main-d'œuvre russes. C'est la seule alliance qui fait peur aux États-Unis, nous essayons de l'empêcher depuis un siècle".

Copertina-Eurasia-Numero-4-2018-Prima-1.jpg

A la lumière du vote du dimanche 25 septembre en Italie, y aura-t-il des échos sur les relations diplomatiques bilatérales entre l'Italie et la Fédération de Russie ?

Quelques jours avant les élections italiennes, la Pravda écrivait : "La potentielle nouvelle première ministre italienne, Giorgia Meloni, a choisi la voie du chaos (...) elle sera une atlantiste convaincue et une partisane de l'Ukraine". Le diagnostic sévère et réaliste de ce quotidien historique russe a été confirmé le 26 septembre par Meloni elle-même. Au message diplomatique de Dmitry Peskov, porte-parole du président Poutine, qui, parlant de l'Italie, a déclaré : "Nous sommes prêts à accueillir toute force politique capable d'être plus constructive dans les relations avec Moscou", Meloni a répondu indirectement en déclarant son "soutien loyal à la cause de la liberté du peuple ukrainien". Faisant écho à Draghi en niant la validité du référendum visant à annexer les quatre régions ukrainiennes à la Russie, elle a ajouté : "Poutine démontre une fois de plus sa vision néo-impérialiste de style soviétique qui menace la sécurité de l'ensemble du continent européen".

En septembre, d'importantes fuites sous-marines se sont produites dans les pipelines Nord Stream 1 et Nord Stream 2. Comment peut-on les expliquer?

Elles sont expliquées à la lumière des menaces explicites proférées au début de l'année par le président Biden et le secrétaire d'État adjoint américain. En fait, le 7 février 2022, M. Biden a promis que si la Russie attaquait l'Ukraine, le Nord Stream 2 n'existerait plus car les États-Unis s'en débarrasseraient définitivement. Le 27 janvier 2022, Victoria Nuland avait anticipé la menace de Biden en garantissant qu'en cas d'attaque russe contre l'Ukraine, Nord Stream 2 ne se ferait pas. Les menaces ont été suivies de manœuvres militaires. Le 2 septembre, l'hélicoptère américain FFAB123, probablement un élément du support aérien installé sur le navire d'assaut USS Kearsarge, a volé le long du tracé de l'oléoduc aux endroits où l'"incident" allait se produire. Le 13 septembre, d'autres avions de chasse américains ont retracé la route dudit hélicoptère. Le jour où "l'incident" s'est produit, un détachement expéditionnaire de navires de la marine américaine dirigé par l'USS Kearsarge se trouvait à une trentaine de kilomètres.

61RU9yTRrKL.jpg

Volodymyr Oleksandrovyč Zelens'kyj est le président de l'Ukraine, une république semi-présidentielle qui peut difficilement être considérée comme une superpuissance (avec une population d'un peu plus de 40 millions d'habitants et un niveau de vie encore loin des standards de l'Europe occidentale). Néanmoins, il semble que l'influence du président Zelens'kyj (pour être clair, les demandes qu'il renouvelle périodiquement aux pays du bloc atlantique) soit forte, ce qui entraîne des implications importantes pour l'équilibre géopolitique au détriment de la paix. Est-ce le cas ?

Volodymyr Zelens'kyj est devenu président de l'Ukraine grâce à l'oligarque milliardaire Ihor Kolomojs'kyj, ancien gouverneur de l'oblast de Dnipropetrovs'k, fondateur de la PrivatBank, président de la Communauté juive unie d'Ukraine et citoyen israélien, financier du bataillon Aidar et propriétaire de la chaîne de télévision qui a assuré le succès de Zelens'kyj en tant qu'acteur. Immédiatement après son élection, Zelens'kyj a reçu son programme par le biais d'un communiqué de la Fondation Renaissance, qui, avec l'ambassade des États-Unis à Kiev et le tristement célèbre National Endowment for Democracy, est l'un des principaux financiers de l'Ukraine Crisis Media Center, l'organisation qui fournit des informations sur l'Ukraine aux médias occidentaux. Président d'un pays qui, suite au coup d'État de l'Euromajdan, s'est transformé en principal avant-poste occidental contre la Fédération de Russie, Zelens'kyj exerce de manière flagrante la fonction de mégaphone de l'OTAN que lui a assignée Washington.

61a76-2yKiL.jpg

Jusqu'à présent, nous avons mentionné les pays belligérants et l'Italie. Voulez-vous développer la stratégie américaine ? Quel rôle les Américains ont-ils joué et jouent-ils en Europe ?

La guerre contre la Russie menée par les États-Unis à travers l'Ukraine trouve son origine dans la même stratégie antisoviétique élaborée à l'époque par le secrétaire d'État américain Zbigniew Brzezinski ; qui, pour illustrer le rôle décisif qu'une Ukraine séparée de la Russie est appelée à jouer dans la stratégie américaine de contrôle total de l'Eurasie, a cité la célèbre formule du géopoliticien britannique Mackinder : "Celui qui a le pouvoir sur l'Europe de l'Est domine le Territoire du Cœur (= Heartland; en gros, la Russie et les régions voisines) ; celui qui a le pouvoir sur le "Territoire du Cœur" domine l'Île-Monde (c'est-à-dire le Vieux Continent) ; celui qui a le pouvoir sur l'Île-Monde domine le Monde". En bref, la "géostratégie pour l'Eurasie" épousée par l'impérialisme américain consiste à empêcher Moscou d'exercer à tout prix son hégémonie sur sa sphère d'influence historique. Et l'Ukraine, véritable "pivot" géopolitique, en existant en tant que pays "indépendant", empêche la Russie de devenir un empire eurasien. En particulier, l'Ukraine "indépendante" garantit au bloc occidental un accès à la région transcaucasienne, où il peut menacer l'Iran à bout portant et assurer la domination régionale d'Israël.

mercredi, 21 septembre 2022

Martin Sörös, spécialiste de la Chine: "Nous vivons dans un désordre mondial unipolaire"

ad9c3d993a6cc0193d10cb84816ee4e9.jpg

"Nous vivons dans un désordre mondial unipolaire"

Martin Sörös, spécialiste de la Chine, évoque les points de vue et les stratégies chinoises dans la compétition avec les États-Unis et le potentiel économique de la Chine

Propos recueillis par Bernard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/wir-leben-in-einer-unipolaren-welt-unordnung/

Dans le cadre des sanctions contre la Russie, l'Occident doit constater qu'il est seul. A l'inverse, la Chine est très active, par exemple dans le cadre du groupe des pays BRICS ou de l'Organisation de coopération de Shanghai. Comment la Chine considère-t-elle l'Occident ? La Chine voit-elle l'Occident décliner ?

Martin Sörös : La Chine est actuellement en état d'observation et suit avec inquiétude beaucoup de choses qui se passent dans le monde. La Chine n'a pas peur des Etats-Unis, la Chine n'a pas peur de l'UE, la Chine n'a peur de personne en principe, mais on enregistre qu'il y a maintenant une sorte de développement qui ne correspond pas aux intérêts de la Chine. La Chine est un pays qui s'est fait la guerre à elle-même dans les années 1940, mais qui n'a jamais déclenché une guerre extérieure de son propre chef. La Chine veut le calme, la Chine veut l'amitié, la Chine veut le développement commun de projets économiques et n'est pas heureuse de ce qui se passe actuellement. Tout cela dans un contexte où la Chine comprend très bien la stratégie qui se cache derrière. C'est toujours lorsque l'Europe est faible que les États-Unis sont les plus heureux. L'Europe n'a jamais été aussi faible que celle qu'elle est actuellement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Si vous parlez aux gens en Chine, ils disent qu'il semble que M. Biden ait appelé Mme von der Leyen et lui ait dit : "Tu dois te défendre maintenant, sinon Poutine va attaquer la Pologne". Cela repose sur un pacte commun entre M. Biden et Mme von der Leyen et, qui plus est, sans l'accord de la population européenne. Comme je l'ai dit, la Chine observe, la Chine s'inquiète et, en réalité, la Chine aimerait bien jouer les médiateurs : la Chine a également la possibilité d'agir en tant que médiateur, car M. Poutine, qui, selon moi, agit également sans peur, ne veut certainement pas d'un conflit à l'Ouest et d'un conflit à l'Est. Cela signifie que Poutine voudra toujours s'entendre avec la Chine, parce que les pays du BRICS - nous parlons d'une part de 41,5 % de la population mondiale - représentent un pouvoir politique, social et économique très important.

autor_martin_soeroes.jpg

Martin Sörös, né en 1962, vit à Vienne et en Basse-Autriche et travaille depuis plus de trois décennies en tant que journaliste national et international (notamment pour le quotidien KURIER pendant environ un quart de siècle) et en tant qu'auteur. Ses domaines de prédilection sont le sport, la politique et la Chine.

Dans quelle mesure la compétition entre l'Occident et la Chine porte-t-elle aussi sur des conceptions différentes ? C'est-à-dire l'ordre mondial unipolaire avec les États-Unis comme puissance dominante et l'ordre mondial multipolaire, tel qu'il est promu par la Chine, de l'autre côté.

Sörös : Tout d'abord, je ne qualifierais pas l'ordre mondial actuel d'ordre mondial unipolaire, mais de désordre mondial unipolaire. Si tout était en ordre, c'est-à-dire si les États-Unis et les pays de l'UE étaient tous heureux, si l'économie était florissante, tout irait bien. Mais aujourd'hui, c'est un désordre mondial unipolaire, car je pense que les États-Unis s'efforcent d'affaiblir les autres d'une certaine manière. C'est quelque chose que l'on observe avec incompréhension et colère en Chine. Les États-Unis se voient constamment en concurrence avec la Chine pour la meilleure place au soleil en ce qui concerne l'économie mondiale. Mais la Chine ne veut pas de cette concurrence et n'en a pas besoin. La Chine souhaiterait coopérer plus intensément avec les États-Unis. Je voudrais rappeler qu'aujourd'hui, si les États-Unis et la Chine mettent fin à leur coopération économique du jour au lendemain, un Américain sur cinq perdra son emploi. Je pense que les États-Unis ont commis une grave erreur après le départ de Trump. Après le départ de Trump, la joie internationale a été très grande et on a dit que le meilleur président de tous les temps arrivait. Mais je voudrais juste rappeler que dans sa première interview, qui a eu un retentissement international, Biden a dit que le prince héritier saoudien était un assassin. Dans sa deuxième interview, Biden a dit que la Chine était un ennemi et dans sa troisième interview, que Poutine était un criminel. Les ennemis extérieurs rendent les gens populaires auprès de leur propre électorat, mais les États-Unis ont une responsabilité mondiale, et Biden ne l'a pas assumée.

    Les États-Unis sont constamment en concurrence avec la Chine pour la meilleure place économique au soleil.

daxue-consulting_chemical-industry-in-China.png

Dans quelle mesure l'histoire ou le contexte culturel jouent-ils un rôle dans la stratégie chinoise ? Je pense au confucianisme, où l'harmonie joue un rôle important, ou aux expériences historiques négatives comme le "siècle de la honte".

Sörös : Tout cela joue bien sûr un rôle. Mais une chose a un effet apaisant : dans le monde entier, il y a eu et il y a encore des guerres et des conflits en raison de différences religieuses. Mais cela ne joue de facto aucun rôle en Chine, car le thème de la religion y est considéré de manière beaucoup plus détendue. Je vous rappelle que la Chine compte 85,5 millions de membres du parti communiste et 87 millions de chrétiens. Le siècle de la honte a certainement marqué la Chine, la question de Hong Kong y joue un rôle, les conflits avec le Japon y jouent un rôle. La Chine ne veut plus jamais revivre cela, la Chine veut continuer à se développer, la Chine veut la paix, la Chine ne développe pas non plus de jalousie, car il existe en Chine une incroyable conscience de soi et une confiance en soi dans ce que font les dirigeants politiques. Il y règne un tout autre état d'esprit et on ne se rend pas compte ici en Europe que la Chine est un pays très positif.

    La Chine compte 200 millions d'habitants de plus que le G7 et l'Union européenne réunis.

Quelles leçons la Chine tire-t-elle de la guerre de la Russie contre l'Ukraine et des sanctions occidentales, notamment en ce qui concerne la question de Taïwan, qui revient sans cesse sur le devant de la scène ?

Sörös : Tout cela forme un ensemble. La Chine voit d'abord les sanctions antirusses d'un mauvais œil. La Chine - et beaucoup de gens en Autriche - aurait été très heureuse si le conflit entre la Russie et l'Ukraine n'avait pas éclaté sous cette forme. Ce conflit aurait très bien pu être évité. Si, en tant qu'OTAN, j'installe des armes nucléaires à la frontière d'une puissance nucléaire, je ne dois pas m'étonner, en tant qu'OTAN, de la réaction de la Russie à un moment donné. Si la Russie, l'Ukraine et les États-Unis s'étaient réunis et avaient dit : créons une garantie que l'Ukraine ne rejoindra jamais l'OTAN, faisons un pacte de coopération, cette guerre aurait pu être évitée. En outre, en Chine, on sait que les sanctions n'aboutissent à rien. En ce qui concerne Taïwan, les États-Unis multiplient les provocations. En ce qui concerne Taïwan, la Chine applique le principe d'une seule Chine, qui est également reconnu dans les traités internationaux avec la Chine et également par l'ONU. Lorsque les États-Unis affirment que la Chine veut mener une guerre d'agression, cela n'a aucune logique. Car pourquoi la Chine attaquerait-elle son propre pays ? Par conséquent, ce qui se passe dans le détroit de Taïwan est une provocation qui ne profite à personne et ne fait que diviser encore plus le monde. Sur ce point, les États-Unis et l'OTAN se surestiment également sur le plan militaire. Lorsque la ministre allemande des Affaires étrangères, Mme Baerbock, affirme que "nous défendrons Taiwan par tous les moyens", cela montre une grave sous-estimation des possibilités dont disposerait la Chine dans le domaine militaire. Mme Baerbock est là en plein dans le discours américain, "nous sommes forts, nous sommes bons, nous sommes unis". Tout comme, en Autriche, la ministre Edtstadler, qui a récemment déclaré qu'elle n'avait jamais vu l'UE aussi unie qu'en ce moment avec les sanctions contre la Russie. C'est un non-sens total, l'UE n'a jamais été aussi divisée que maintenant ! La question de Taïwan pèse certainement sur les Chinois, mais ils ne la résoudront pas militairement. Mais ils ont les moyens militaires de répondre aux provocations.

d8b54de5-9e51-4eb5-90fe-137430e12a8b.jpeg

Dans le commerce bilatéral avec d'autres pays, la Chine mise de plus en plus sur l'utilisation des monnaies nationales, comme le yuan. La Chine a-t-elle une stratégie à long terme de dédollarisation de l'économie mondiale?

Söros : La Chine est devenue un acteur mondial, la moitié de l'Afrique appartient à la Chine, jusqu'au port du Pirée, et c'est pourquoi la Chine connaît déjà très bien sa position et la défense de sa place. Sur le plan monétaire, il a été annoncé que les Chinois achètent en yuans et en roubles, et que les Chinois font de même avec d'autres pays avec lesquels des partenariats sont mis en place. Une alliance est en train de se former, qui ne se limite pas aux BRICS. Il y a aussi le groupe ASEAN qui se renforce de plus en plus. Autre chose : si vous additionnez la population des pays du G7 et celle de l'UE, il vous manque encore 200 millions d'habitants pour atteindre celle de la Chine. Rien qu'en termes de main-d'œuvre, de puissance économique et de croissance économique, la Chine a des possibilités qui dépassent clairement celles des États-Unis. La Chine répondra toujours, non pas par la force des armes, mais avec beaucoup, beaucoup de détermination.

L'entretien a été mené par Bernhard Tomaschitz.

mardi, 13 septembre 2022

David Engels réfléchit sur l'œuvre de Spengler : penser à l'avenir

44IJXSeM.jpg

David Engels réfléchit sur l'œuvre de Spengler : penser à l'avenir

Par Javier Navascués

Source: https://elcorreodeespana.com/hispanidad-y-geopolitica/558345695/David-Engels-reflexiona-sobre-su-obra-Spengler-Pensando-en-el-futuro-Por-Javier-Navascues.html

Le célèbre historien David Engels (né à Verviers, en Belgique, en 1979) est professeur en charge de recherches à l'Instytut Zachodni de Poznan (Pologne), où il se consacre à l'étude approfondie de toutes les questions liées à l'histoire intellectuelle occidentale et à l'identité européenne. Il est également président de la Société Oswald Spengler. Auteur d'un livre fondateur, intitulé Le declin, David Engels consacre également une grande partie de son ouvrage à l'esquisse d'une possible réforme des institutions européennes basée sur ce qu'il appelle "l'Hespérialisme", une combinaison profonde et rénovatrice du meilleur patriotisme européen avec le conservatisme culturel le plus élaboré. Auprès de l'éditeur espagnol Letras Inquietas, il a participé à l'ouvrage collectif Las 13 claves del Nuevo Orden Mundial.

Pourquoi Spengler a-t-il été le grand scrutateur de l'âme occidentale ?

Spengler est sans aucun doute l'un des plus grands philosophes de l'histoire de la civilisation occidentale. On peut discuter de la valeur de sa pensée métaphysique - il appartenait à l'école du vitalisme, qui se résume finalement à un dualisme très difficile à maintenir sur le plan de la logique - mais les parallèles factuels qu'il a découverts entre les grandes civilisations humaines comptent parmi les choses les plus importantes jamais écrites dans ce domaine. Personnellement, ce n'est pas tant l'analyse de l'histoire européenne que je qualifierais d'originale - dans une large mesure, ses contemporains la considéraient également comme telle - mais la découverte de son inévitable nécessité à la lumière de développements analogues dans d'autres cultures ; un double "éloignement" historique qui nous permet non seulement de voir l'Occident sous un jour entièrement nouveau, mais aussi d'aborder les civilisations non européennes dans une perspective complètement différente.

oswald-spengler.jpg

Il faut ajouter à cela la précision presque mathématique avec laquelle Spengler a également tenté de prédire l'avenir de l'Europe sur cette base ; une tentative qui doit être largement considérée comme vérifiée 100 ans après la publication du Déclin de l'Occident, où l'on annonçait le déclin de la population, le déclin du christianisme, le socialisme à plusieurs milliards de dollars, la pollution environnementale, le populisme, les migrations de masse, la montée des peuples non-européens (notamment d'Asie et du monde musulman), le pacifisme, l'extinction des villages, la fatigue spirituelle, la désindustrialisation, le leadership allemand sur l'Union européenne et bien d'autres encore, tandis que la guerre en Ukraine pourrait marquer le dernier chapitre du césarisme. Mes propres recherches sur Spengler sont donc guidées par deux impératifs : d'une part, en tant qu'historien, pour approfondir la pensée de Spengler par analogie (et la corriger à l'occasion), et d'autre part, en tant qu'Occidental du 21ème siècle, pour contribuer à façonner de manière analytique et essayistique notre propre présent à la lumière de la morphologie culturelle de Spengler.

Parlez-nous brièvement du mythe de Faust et de son application à l'homme européen, et donc de la nature faustienne.

Pour Spengler, chaque culture se caractérise par une vision du monde unique et inimitable, profondément ancrée dans son âme culturelle, une façon spécifique et inimitable de voir et de comprendre Dieu, l'Homme et le monde. L'Égyptien voit le monde comme une longue route menant directement au royaume des morts et à l'au-delà, l'Oriental comme un espace de destinée entièrement déterminé par l'incalculable arbitraire divin, le Grec et le Romain comme une collection de corps concrets et matériels, et l'Occidental comme un espace de puissance abstraite et infinie qui invite à atteindre constamment l'horizon, à se dépasser et à traduire tout ce qui existe en pouvoirs et en fonctions. Comme le légendaire Faust, l'Occidental est insatiable, insatisfait, intempestif, toujours aussi curieux que mégalomane. Son avidité de "plus" s'exprime aussi bien dans la dimension architecturale des cathédrales et des gratte-ciel que dans la dimension musicale de la polyphonie des orgues de salle et des grands orchestres symphoniques, dans la dimension politique des croisés et des conquérants que dans la dimension scientifique des voyages spatiaux et de la fission nucléaire. On aurait donc tort de considérer l'histoire comme une sorte de développement linéaire du progrès par rapport à l'état actuel des connaissances des Européens : la haute technologie est plutôt un pur produit de l'homme occidental (qui, pour sa part, est incapable d'apprécier à leur juste valeur nombre des grandes créations des autres civilisations) et disparaîtra avec lui dans le temps prévisible de quelques générations et périra à l'exception de quelques rudiments de technologie de simple application.....

Quelles solutions proposez-vous pour éviter ce déclin ?

Soyons francs : nous ne pouvons pas empêcher le déclin ; tout au plus pouvons-nous le freiner un peu et, surtout, essayer de le façonner de manière à pouvoir défendre notre honneur et maintenir notre civilisation comme cadre de vie le plus longtemps possible malgré sa pétrification naissante ; c'est le devoir que nous avons non seulement envers nos ancêtres, qui ont construit cette civilisation au prix de grands sacrifices, mais aussi envers nos descendants, à qui nous voulons la laisser aussi indemne que possible. L'Empire romain, la dynastie chinoise des Han ou les Ramessides égyptiens sont des exemples typiques de la manière dont une telle civilisation fossilisée a pu perdurer pendant de nombreuses générations, bien que sous une forme de plus en plus affaiblie et simplifiée, et transmettre son héritage aux civilisations ultérieures.

mini_magick20220706-32662-1jy5grm.png

Renovatio-Europae-Plaidoyer-pour-un-renouveau-hesperialiste-de-l-Europe.jpg

À cet égard, j'ai mis l'accent sur deux solutions dans mes différents ouvrages récents sur le sujet. Dans "Que faire ? Vivre avec le déclin de l'Europe" (Ed. esp.: Madrid, EAS, 2019), j'ai montré des approches quant à la façon dont les individus peuvent rester fidèles aux idéaux de leur civilisation, même contre la résistance de toute une société, et les transmettre aux générations suivantes ; dans Renovatio Europae (Renovatio Europae. Por una renovación hesperialista de Europa; éd. esp.: Madrid, EAS, 2020) et mon dernier volume, Europa Aeterna (pas encore publié en anglais), j'ai exposé avec de nombreux co-auteurs l'idée politique de l'"hesperialisme", c'est-à-dire un patriotisme européen culturellement conservateur qui pourrait nous aider à surmonter notre crise actuelle et à initier la phase finale de notre civilisation sur la base de la connaissance des rouages de l'histoire.

51UzZ7AjryL._SX383_BO1,204,203,200_.jpg

El Correo de España n'est pas responsable des opinions de ses contributeurs, qui en sont les seuls responsables.

Javier Navascués

Directeur adjoint de El Correo de España. Présentateur de radio et de télévision, conférencier et scénariste. Il a été rédacteur sportif de El Periódico de Aragón et de Canal 44. Il a collaboré à des médias tels que EWTN, Radio María, NSE et Canal Sant Josep, Adelante la Fe, dont il a été le directeur, et Agnus Dei Prod. Acteur du documentaire Cura de Ars et d'une autre œuvre contre le marxisme culturel, John Navasco. Il a réalisé des vidéos virales telles que El Master Plan et El Valle no se toca. Il tient actuellement un blog sur le prestigieux portail InfoCatólica et participe occasionnellement à Somatemps, Ahora Información, Español Digital et Radio Reconquista à Dallas, au Texas. Il collabore avec le programme Javier Cárdenas sur OKDIARIO.

 

dimanche, 11 septembre 2022

Giorgia Meloni et les prochaines élections italiennes - Entretien avec Marco Malaguti, directeur d'Essenzialismi

fb21e91a-ea45-4e9b-a12f-02a85a5c55ee_w1600_r1.4992503748125936_fpx40.69_fpy44.98.jpg

Giorgia Meloni et les prochaines élections italiennes

Entretien avec Marco Malaguti, directeur d'Essenzialismi

Marco Malaguti (né en 1988 à Bologne), directeur du nouveau portail culturel et philosophique Essenzialismi (www.essenzialismi.it). Auteur pour la plateforme géopolitique Aliseo depuis mai 2022, membre du groupe de réflexion "Centro studi politici e strategici Machiavelli". Expert en philosophie romantique et postmoderne.

L'entretien a été réalisé et traduit de l'anglais par Alexander Markovics pour le journal allemand Deutsche Stimme.

Cher Monsieur Malaguti !
Vous êtes vous-même journaliste et vous vous intéressez depuis des années à la politique intérieure italienne. Le 25 septembre, l'Italie réélit son Parlement. La favorite est Giorgia Meloni, connue entre autres pour sa phrase célèbre "Je suis Giorgia. Une femme, une mère et une chrétienne. Et personne ne m'enlèvera cela". Comment évaluez-vous personnellement Mme Meloni et ses chances de gagner les prochaines élections ?

Ce que Giorgia Meloni récolte est le résultat d'un travail de plusieurs années. Contrairement à Salvini, Meloni a toujours eu une vertu fondamentale en politique: la patience. Son héritage politique comprend le MSI, un descendant direct du parti national fasciste, et elle s'est toujours préparée à participer au gouvernement, une nécessité que Salvini n'a jamais ressentie comme urgente. Par conséquent, Salvini s'est rapproché de tous les partis "marqués" au sein de l'UE, y compris le FN français. Bien que ce dernier soit historiquement plus proche du parti de Meloni, les Fratelli d'Italia (FdI) se sont plutôt rapprochés des partis conservateurs au pouvoir dans plusieurs pays de l'UE, notamment le PiS polonais et le FIDESZ hongrois. Cette manœuvre a également concerné l'autre côté de l'Atlantique : alors que Salvini tentait de se faire une réputation d'ami de Poutine (une opération qu'il a complètement annulée après l'invasion de l'Ukraine), Meloni a assisté à de nombreux événements conservateurs aux États-Unis, comme le CPAC, et est devenue membre de l'Institut Aspen.  De ce point de vue, elle a fait preuve de clairvoyance : bien qu'elle ait également eu des sympathies pro-russes dans le passé et que beaucoup dans son parti les partagent, elle a compris à l'avance que l'Occident allait radicaliser son action contre la Russie et qu'elle devait faire le ménage à temps, une mesure que ni Salvini ni Berlusconi, qui est un ami proche de Poutine, n'ont été en mesure de mettre en œuvre. Les FdI seront le parti le plus fort dans une coalition de droite et probablement le parti le plus fort d'Italie, mais il serait faux de considérer ces voix comme un héritage de Meloni. L'écrasante majorité de ces voix proviendront de la Ligue, qui les avait précédemment obtenues de Forza Italia. De manière générale, les électeurs de droite en Italie se sentent largement sous-représentés et cherchent à chaque fois un autre candidat pour défendre leurs intérêts. Meloni était tout simplement la seule candidate restante. Ce serait une erreur de considérer ces électeurs comme des habitués du FdI.

a80d9b8df5f784c3a2f8331766f42605.jpeg

Marco Malaguti.

Giorgia Meloni remporte les élections législatives en s'alliant avec Silvio Berlusconi et Matteo Salvini, qui ont tous deux une grande expérience politique et ont déjà travaillé avec Meloni par le passé. Malheureusement, Berlusconi et Salvini ont tous deux déçu de nombreux électeurs et légitimé le gouvernement technocratique européen de Draghi. Les critiques mondialistes décrivent l'ancienne journaliste comme une candidate d'"extrême droite" et mettent en garde contre un glissement de l'Italie vers un nouveau fascisme. Comment évaluez-vous idéologiquement la nouvelle alliance de droite en Italie ? Pourrait-elle réellement conduire à une révolution conservatrice en Italie ?

Meloni a réussi à se forger une réputation de pureté idéologique et d'intransigeance pour elle-même et son parti, mais la réalité est différente. Les FdI ne sont rien d'autre que les successeurs de l'Alleanza Nazionale (AN), un parti qui a déjà passé de nombreuses années dans une coalition avec Berlusconi, et de nombreux membres de l'AN font désormais partie des FdI. Meloni a elle-même été ministre de la Jeunesse dans le dernier gouvernement Berlusconi. L'idée qu'on se fait d'elle comme d'une femme politique intransigeante qui ne s'est jamais aventurée dans les bas-fonds de la gouvernance est donc romantique, mais fausse.

D'un point de vue idéologique, la coalition des droites italiennes a toujours été d'une grande confusion : des libéraux aux nostalgiques du mussolinisme, des régionalistes aux centralistes. Si je devais montrer ce qui unit cette coalition, je devrais d'abord citer l'aversion pour les impôts, une politique de sécurité stricte en termes de loi et d'ordre, ainsi qu'une hostilité voilée envers l'immigration et l'agenda LGBT. Si je cite des thèmes particuliers, c'est parce qu'il n'existe pas d'idéologie ou de philosophie formulée à laquelle la droite italienne adhère en bloc.

Le travail culturel qui définit une fois pour toutes ce que doit être la droite italienne n'a été fait que récemment et arrive trop tard, souvent écrasé en outre par le lourd héritage du fascisme, dont les Italiens ont encore aujourd'hui une bonne opinion, si l'on exclut les lois raciales. Je ne pense pas qu'un gouvernement de droite puisse déchaîner une "révolution conservatrice" en Italie, et encore moins un retour généralisé du fascisme. De manière réaliste, on peut s'attendre à un assouplissement de la censure des médias et à un arrêt momentané de l'agenda LGBT, mais tout cela sera perdu avec le prochain changement de gouvernement si cette politique n'est pas accompagnée d'un travail culturel profond en coulisses, qui n'a été mené que de manière très partielle et inefficace jusqu'à présent.

En matière de politique étrangère et de géopolitique, Giorgia Meloni adopte des approches plutôt non conventionnelles pour un parti de droite. Elle a ainsi déclaré publiquement vouloir suivre les directives de Bruxelles et livrer des armes à l'Ukraine. Que pensez-vous de ce positionnement géopolitique? Est-ce que cela permettra à l'Italie de récupérer sa souveraineté auprès de l'UE et des États-Unis ou est-ce que cela signifie une consécration de son statut de vassal des États-Unis ?

Aucun des partis de droite de la coalition n'a actuellement la volonté et la possibilité de changer la position atlantiste de l'Italie. La position vis-à-vis de l'UE est plus nuancée, mais la Lega et les FdI sont désormais sceptiques quant à une sortie de l'Italie hors de l'UE, alors que Forza Italia a toujours été pro-UE.  Cependant, l'européisme des FdI est très différent de celui des libéraux et plus proche de la vision eurocritique de Varsovie et Budapest que de l'européocentrisme français ou de la forte adhésion à l'euro en Allemagne.  Ce recentrage permet d'une part d'éviter que les électeurs eurosceptiques ne quittent les FdI pour des partis plus radicaux (par exemple Italexit ou ISP), mais d'autre part il place l'Italie dans une situation d'assiégeant du noyau européen franco-allemand, sous contrôle américain.

WhatsApp-Image-2021-05-11-at-14.jpg

Cet axe, qui marche de concert avec le groupe consolidé de Visegrad, serait complété par l'Italie et les pays du sud de l'UE.  Ce processus joue sur le profond mécontentement en Italie et dans ces pays en raison des politiques d'austérité mises en place par l'UE du Nord au détriment de l'UE du Sud. Ce n'est pas un hasard si Meloni a signé un pacte d'amitié avec le leader du parti espagnol Abascal. Si elle l'emporte en Italie et que la droite triomphe à Madrid grâce à Vox, nous serions alors face à la réalisation d'un rêve de Donald Trump : l'implosion de l'UE et la poursuite de cette politique de "diviser pour mieux régner" qui empêche l'Europe de s'émanciper de ses maîtres de Washington.

samedi, 10 septembre 2022

Le voyage comme symbole de la vie

DLEXj3SVAAA0pxy.jpg-large.jpeg

Le voyage comme symbole de la vie

Les carnets de voyage de Giovanni Sessa, "Azurs lointains -la tradition en chemins, trente ans de l'Irlande au Karakorum", sont sortis de presse.

SOURCE : https://www.barbadillo.it/105972-viaggi-patrie-sessa-il-viaggio-e-il-simbolo-della-vita/

Entretien - Propos recueillis par Domenico Pistilli

Cop.-SESSA-LE-BON-OK.jpg"Le voyage ? C'est un symbole de vie" : c'est ainsi que Giovanni Sessa, écrivain et secrétaire de la Fondation Evola, ancien maître de conférences en histoire des idées et ancien professeur de philosophie et d'histoire dans les lycées, résume ce que représente pour lui le fait de prendre la route. C'est ce qu'il fait à la fin d'une vaste conversation sur son dernier livre, Azzurre lontananze - Tradizione on the road (Iduna Edizioni), où l'exploration prend les traits d'une protestation ferme et radicale contre le système, sur la trajectoire d'une recherche intense de l'origine, à pied, à vélo, en bus ou en auto-stop, parmi les glaciers, les montagnes qui touchent le ciel, les références littéraires et culturelles, et bien plus encore...

Professeur, Azzurre lontananze - Tradition on the road rassemble des carnets de voyage écrits il y a environ trente ans en Irlande, au Népal, en Islande, au Pakistan et en Mongolie. Pourquoi et sous quels angles avez-vous décidé de les réunir dans un livre ?

"Tout d'abord, merci à vous et à Barbadillo pour l'interview. J'ai décidé de faire un livre de mes carnets de voyage, d'abord pour témoigner de l'existence d'un groupe important de jeunes, appartenant à la génération qui a vécu sa jeunesse dans les années 1970, qui se sont formés à d'autres auteurs que ceux que suggérait l'"intellectuellement correct". En particulier, mon appartenance, déjà à l'époque, à la mouvance non-conformiste, m'a conduit à être un lecteur, peut-être trop naïf (la naïveté est cependant révélatrice de la sincérité), mais certainement assidu, des penseurs de la Tradition : Evola, surtout, mais aussi Guénon et Coomaraswamy. La publication de mes journaux intimes vise à montrer qu'une telle culture de référence permet de lire le monde, l'art et les paysages que l'on rencontre en voyageant, avec un regard absolument différent de celui induit par le sens commun contemporain, centré sur les pseudo-valeurs de l'économisme consumériste. Le monde et la nature deviennent, dans l'exégèse traditionnelle, des symboles renvoyant à celui qui, dans ma perspective, ne vit qu'en eux".

tibet-himalayas-1933.jpg!Large.jpg

Des falaises d'Irlande aux steppes de Mongolie, en passant par les glaciers d'Islande, ou les temples du Népal et les montagnes du Pakistan, au milieu des traditions et des spécificités culturelles, quel est votre souvenir le plus marquant des pays que vous avez visités ?

"Les destinations de mes voyages n'ont jamais été suggérées par des choix aléatoires. Cela n'arrive qu'au touriste, pas au voyageur au sens propre du terme. Pour le premier, une destination en vaut une autre, il est, comme l'a noté Roberto Calasso, la variable moderne et post-moderne de l'ancien cosmopolite. Produit anthropologique des sociétés occidentales et opulentes (du moins jusqu'à il y a quelques décennies, elles l'étaient), il ignore que le voyage, en plus d'être un déplacement des hommes dans l'espace, implique également un déplacement temporel. Le voyage dans le temps est induit par la rencontre avec d'autres civilisations que la nôtre qui, dans certains cas, nous permet de rencontrer des traditions et des coutumes expulsées par la modernité de la scène historique européenne, mais encore présentes chez certains des peuples que j'ai rencontrés (Mongolie, Népal, Pakistan) ou résidant chez certains peuples européens (Irlande, Islande). Ce que je retiens le plus de mes voyages, c'est la spécificité, culturelle et spirituelle, des pays que j'ai visités. Elle est évidente, non seulement à partir des œuvres d'art, des monuments et des villes : elle est présente dans les manières de faire, de se rapporter aux autres, de la part de ces populations. Elle est même détectable dans les regards de ces hommes, car les yeux sont vraiment le miroir de l'âme".

Népal, Pakistan, Mongolie. Quelle curiosité vous a conduit vers ces ambiances asiatiques ? Avec quels résultats ?

Vers ces pays asiatiques, j'ai été poussé par ce qui, en tant qu'Européens, nous unit à eux : notre origine indo-européenne. Elle est décelable dans l'architecture des villes traditionnelles (au Pakistan Rawalpindi, au Népal dans les trois capitales de la vallée de Katmandou, en Mongolie à Karakorum), dans la structure des habitations orientées selon des critères de géographie sacrée autour de l'axis mundi, dans l'art et la littérature, dans les temples et les rituels qui s'y déroulent. Ces résultats positifs ont été suivis d'une certaine déception : les processus de mondialisation sont en train de changer ces peuples. Dans un gher (tente) de bergers nomades, dans la steppe mongole, où j'ai été accueilli selon les coutumes traditionnelles, ils regardaient la télévision : ils diffusaient un épisode du drame italien "La Piovra", sous-titré en mongol. Cela veut dire quelque chose ! L'uniformisation des cultures au modèle occidental de la "société du spectacle" progresse à grande vitesse. Son succès est dévastateur..."

mongolian-yurt.jpg

Qu'en est-il de l'Irlande et de l'Islande ? Quelle était la boussole qui a orienté vos pas lors de vos voyages dans ces territoires ?

"Mes voyages en Irlande et en Islande étaient également motivés par une recherche d'origine spirituelle, je suis parti sur la piste de la culture celtique et nordique. Sur les routes des deux îles, je me suis déplacé principalement à pied ou à vélo. En Irlande, j'ai découvert, dans le paysage des îles d'Aran, la quintessence de l'île d'émeraude, où le bleu du ciel se confond, dans un horizon sans fin, avec le vert intense des prairies.

aran_islands___icp.jpg

fa2af5cb1c3d42c0bdb25db5d532b165.jpg

À Dublin, j'ai suivi, accompagné du petit-fils de James Joyce, le parcours d'Ulysse, découvrant la beauté, non facile et immédiate, de cette ville. En Islande, je me suis promené sur les sentiers, entre les glaciers et les volcans, immergé dans une nature intacte. De nombreux Islandais sont convaincus, sur la base du mythe nordique, de l'existence du "peuple invisible" dans les landes les plus reculées de ce pays, tout comme plusieurs Irlandais rendent hommage aux "cercles de fées" dans la campagne. La culture originelle de l'Europe palpite encore dans ces deux pays".

Entre la région himalayenne de Langtang au Népal, le Karakoram au Pakistan et les monts Altaj en Mongolie, votre livre témoigne d'une profonde sensibilité pour les sommets et la vie en haute altitude. Est-il plus facile de se connaître soi-même quand on va à la montagne ?

La plupart de mes voyages se sont déroulés dans les montagnes. J'ai voyagé en marchant. Evola a fait de l'alpinisme une voie de réalisation, car la montagne est traditionnellement un symbole axial, axis mundi, indiquant la possibilité de s'élever de la condition chthonique à la condition ouranique.

Rakaposhi_West.jpg

C'est une voie, celle de l'alpinisme, dont les difficultés représentent, pour ceux qui la pratiquent, une véritable "descente aux enfers" suivie d'un savoir inhabituel. Dans les trois pays que vous avez mentionnés, j'ai souvent grimpé à plus de 5000 mètres, les moments de difficulté physique et psychologique étaient nombreux et intenses. Pourtant, dans ma formation, ils étaient fondamentaux. La pratique de la randonnée et de l'alpinisme est essentielle, dans le monde contemporain, non seulement, comme le disait Messer, pour "rechercher les frontières inexistantes de notre âme", mais aussi pour comprendre l'unité qui anime la vie".

Un conseil pour ceux qui sont sur le point de se lancer dans un voyage ? Avec quel genre d'attitude faut-il l'aborder ?

Le vrai voyage se fait, avec Xavier de Maistre, "autour de sa chambre". Ce sont vos idées, ce que vous êtes vraiment au fond de vous, qui déterminent le choix de votre destination. Ce que je veux dire, c'est qu'un voyageur doit avoir les livres nécessaires dans son sac à dos pour prendre ses décisions de manière autonome et que le "vrai voyage" est, en quelque sorte, déjà accompli avant le départ.  Par conséquent, un néophyte doit éviter d'être attiré par les destinations faciles, les "hit and run", proposées par l'industrie touristique".

Quel itinéraire d'auteurs et de lectures suggéreriez-vous pour rétablir un lien authentique avec la dimension du voyage et son sens le plus vrai ? 

Nomad_In_the_Footsteps_of_Bruce_Chatwin_poster.jpgEn plus des penseurs de la Tradition déjà mentionnés, je suggérerais de lire Bruce Chatwin qui a pleinement saisi le sens du nomadisme traditionnel et qui, pour cette raison, a toujours voyagé à pied. Dans ce sens, des suggestions importantes peuvent également être tirées de Thoreau et de son livre Walking. Dans ce texte, l'écrivain américain explique à ses contemporains la valeur métaphysique et cognitive de la marche, bien connue en Europe dans la tradition de l'Hésychasme et de la "prière du cœur". Je suggérerais également la lecture de Jack Kerouac, en particulier son The Wanderers of Dharma, à condition que la dimension purement négative de ce texte, sa critique de la société capitaliste, qui était caractéristique du mouvement hippie, soit suivie d'une adhésion au monde de la "Tradition" fondée sur des valeurs.

Entre autres, le livre présente en annexe la première traduction italienne de quatre chapitres du Voyage au Népal de Gustave Le Bon, publié pour la première fois en 1886 dans le volume Le Tour du monde...

Oui, j'ai traduit ces quatre chapitres du livre de Le Bon car je pense qu'ils constituent une excellente introduction à la connaissance de la culture népalaise.

Quel est l'héritage des expériences contenues dans le livre ?

J'espère que ce livre incitera d'autres personnes à se lancer dans un voyage et, surtout, à lire ou à s'engager avec les auteurs dont je parle dans ses pages.

Quels autres lieux et environnements avez-vous explorés à la suite de vos voyages dans le livre ? Y en a-t-il un en particulier que vous aimeriez visiter?

Un voyage important qui n'apparaît pas dans le livre, en dehors de ceux effectués en Europe, est certainement celui au Ladakh. Le Ladakh est l'État le plus septentrional de l'Inde. Je suis arrivé dans sa capitale Leh, venant du Cachemire, plus précisément de Srinagar, la Venise de l'Orient, en suivant l'itinéraire tracé par le grand orientaliste Giuseppe Tucci lors de son voyage.

ladakh-6014242_1280.jpg

À Leh, après l'occupation chinoise du Tibet, les moines tibétains qui ont réussi à échapper au régime communiste ont trouvé refuge. Parmi les destinations non encore atteintes, bien qu'ayant été en Grèce, figure la Crète. L'île était, selon le mythe, le lieu de naissance de Zeus et de Dionysos: la Crète est donc le "nombril du monde" de la civilisation hellénique.

En conclusion, quelle signification symbolique et spirituelle le "voyage" revêt-il pour vous ?

Le voyage est un symbole de la vie. Elle naît, comme le savaient les néo-platoniciens, de la tension nostalgique qui accompagne notre ex-êtres, notre "être hors" de l'origine, tout comme ce fut le cas pour Ulysse qui, après de terribles pérégrinations, retourna à Ithaque. Vivre, c'est voyager. C'est pourquoi il est nécessaire de le faire au mieux de ses capacités et non pas simplement, comme l'a fait remarquer Marguerite Yourcenar, pourtant avec acuité, parce que la condition des hommes est semblable à celle des condamnés incités, par cet état, à faire le tour de la prison dans laquelle ils sont logés. Non, le voyage permet de s'émerveiller de la beauté que l'on rencontre en vertu de l'animation de tout ce qui est'.

Domenico Pistilli

Azzurre lontananze - Tradizione on the road, par Giovanni Sessa, Gustave Le Bon, Iduna Edizioni, pp. 226, euro 20.00 ( https://www.idunaeditrice.it/autore-nome-cognome/giovanni-sessa/ )

 

22:18 Publié dans Entretiens, Livre, Livre, Voyage | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : voyage, giovanni sessa, entretien, livre | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 16 août 2022

Alexander Markovics : "La grande réinitialisation a commencé avec l'élection de Joe Biden"

screenshot_2021-05-20_at_12.25.57.png

Alexander Markovics : "La grande réinitialisation a commencé avec l'élection de Joe Biden"

Javier Navascués & Alexander Markovics

Source: https://www.geopolitika.ru/es/article/alexander-markovics-el-gran-reinicio-comenzo-con-la-eleccion-de-joe-biden

Alexander Markovics est un historien et journaliste autrichien. Reconnu comme un intellectuel de premier plan de la Nouvelle Droite germanophone et pour son rôle dans la fondation et l'organisation du mouvement identitaire dans son pays, Markovics est, depuis 2019, le secrétaire général et l'attaché de presse de l'Institut Souvorov, une organisation pour la promotion du dialogue entre la Russie et l'Autriche. Parmi d'autres médias, il est un contributeur régulier du magazine Deutsche Stimme, notamment sur les questions liées à la géopolitique.

index.jpgPourquoi un livre sur la biopolitique, le transhumanisme et la mondialisation?

Depuis le début du régime sanitaire dans les pays occidentaux, ces questions sont plus pertinentes que jamais. Nos gouvernements tentent de nous convaincre de nous agenouiller devant un régime de vaccination et de verrouillage numérique. Les élites mondialistes comme Bill Gates et Klaus Schwab poussent un agenda transhumaniste, afin de prendre le contrôle de nos corps - les nouveaux vaccins n'étaient que le début. Pendant l'enfermement des non-vaccinés, nous nous retrouvions soudain à l'intérieur d'un camp de concentration électronique et faisions l'expérience de ce que signifie "l'existence nue". C'est pourquoi ce livre arrive juste à temps pour vous avertir des développements actuels.

Quels sont les principaux principes du credo mondialiste ?

Le principal principe du credo mondialiste est l'expansion mondiale des démocraties de consommation américano-libéralistes. Ils veulent que nous devenions des "hommes unidimensionnels", que nous nous contentions de travailler et de consommer, que nous devenions des individus parfaits qui ne se soucient plus de leur avenir ou de leur identité. Mais cette déshumanisation ne s'arrête pas là.

Quel est le principal changement de paradigme auquel ils veulent nous conduire?

Le principal changement de paradigme est incarné par les principes du "Build Back Better" et l'idée du "Great Reset" ou "Grande Réinitialisation". Après les récentes défaites des mondialistes dans leurs aventures militaires à travers le monde et la montée du populisme, ils veulent adapter leur stratégie. Par conséquent, ils veulent relancer le mondialisme dans leur territoire principal, l'Occident. Le Grand Redémarrage a commencé avec l'élection de Joe Biden aux Etats-Unis, qui semble avoir été fabriqué selon les observateurs non-mondialistes aux Etats-Unis et s'est consolidé avec l'émergence de la crise sanitaire. Les mondialistes veulent instaurer une surveillance totale, non seulement des personnes et de leurs données, mais aussi de leur corps.

Ils se servent du soi-disant changement climatique attribué à l'homme pour mettre en œuvre une politique de croissance/réduction du carbone - mais le carbone qui doit être réduit, ce sont les gens ordinaires en Occident, les "déplorables" selon Hillary Clinton, qui en subiront les conséquences. En fin de compte, les élites occidentales veulent non seulement remplacer les identités humaines collectives telles que la religion, la famille et la nation, mais elles veulent également transformer les hommes en machines - d'abord par le biais du politiquement correct et de la culture de l'annulation, puis par le transhumanisme. Nous devons étudier attentivement cette évolution et ses dangers afin de pouvoir la combattre efficacement. Au final, nous devons mener une révolte mondiale du peuple - le Grand Réveil - contre la vision mondialiste de la Grande Réinitialisation.

Sur quoi basez-vous vos arguments ?

51r7R8Y9lbL.jpgTout d'abord, je fonde mes arguments sur l'étude des écrits mondialistes eux-mêmes - tels que "The Great Reset" de Klaus Schwab, "Homo Deus" de Yuval Noah Harari et "The singularity is near" de Raymond Kurzweil - la plupart des élites sont assez franches quant à leurs plans. En outre, j'ai étudié d'importants penseurs altermondialistes, tant de gauche que de droite. Je peux particulièrement recommander Giorgio Agamben, Alain de Benoist et Alexandre Douguine, qui a offert une critique remarquable du régime transhumaniste, lors de la crise sanitaire, et du mondialisme.

Vous êtes réfractaire à ce discours accepté sans la moindre dissidence, qui fait des ravages si désastreux dans le gros de l'intelligentsia de notre époque. Pourquoi votre discours est-il irréductible aux impositions de la pensée unique?

Parce que ma pensée est ancrée dans la tradition européenne. Platon, Aristote, la Bible, Jean de Damas, Johannes Althusius, René Guenon et Julius Evola nous offrent le cadre intellectuel et spirituel pour lutter contre les mensonges mondialistes et leur monde matérialiste. Personne ne peut soumettre les Européens qui sont conscients de leur identité !

Comment les articles ont-ils été sélectionnés?

Les articles couvrent les thèmes de la biopolitique, du transhumanisme et de la biopolitique. D'une part, le volume est composé d'analyses approfondies de certains aspects de ces sujets (par exemple, les dieux-machines de la Silicon Valley, mettant en évidence le genius loci de ce lieu) et d'articles plus courts décrivant certains développements de la mondialisation et du transhumanisme.

Quelle est, selon vous, votre contribution à la pensée dissidente ?

Je considère l'analyse de la pensée mondialiste actuelle et les dimensions philosophiques souvent négligées du transhumanisme abordées dans ce livre comme une contribution à la pensée dissidente.

Source :

LIEN VERS LE LIVRE, LE SYNOPSIS ET LA BIOGRAPHIE DE L'AUTEUR : http://www.letrasinquietas.com/biopolitica-transhumanismo-y-globalizacion/

vendredi, 29 juillet 2022

Conflit ukrainien : Jörg Baberowski voit un avenir sombre - Selon l'historien, l'Europe est en mauvaise posture

AF_Baberowski_Jörg__02370.jpg

Conflit ukrainien : Jörg Baberowski voit un avenir sombre

Selon l'historien, l'Europe est en mauvaise posture

Erich Körner-Lakatos

Source: https://zurzeit.at/index.php/ukraine-konflikt-joerg-baberowski-sieht-eine-duestere-zukunft/

Les factures nous seront bientôt présentées. C'est le titre d'un entretien publié jeudi 14 juillet par le service d'information en ligne t-online avec le célèbre historien contemporain Jörg Baberowski (61 ans), qui enseigne l'histoire de l'Europe de l'Est à l'université Humboldt de Berlin.

Pour anticiper le résumé de Baberowski : l'Europe se trouverait dans une situation quasiment désespérée face à un Poutine déjà victorieux depuis longtemps. Si les Américains se retiraient de la confrontation (comme au Vietnam ou en Afghanistan), les Européens se retrouveraient seuls face à Poutine. Au plus tard à ce moment-là, les premiers pays européens sortiraient de la coalition anti-russe. Poutine sait tout cela, et il continuera à faire la guerre jusqu'à ce que le doute devienne une certitude en Europe occidentale. Selon Baberowski, il ne reste à l'Europe que la Realpolitik, pour laquelle il félicite expressément le chancelier allemand Olaf Scholz.

Par le biais de sanctions, l'Occident voulait faire entendre raison au belliciste russe Vladimir Poutine. Mais que s'est-il passé jusqu'à présent ? L'Allemagne tremble à l'idée d'une coupure de gaz russe, tandis que les troupes du Kremlin gagnent du terrain en Ukraine. En outre, l'économie russe est loin d'être en berne, malgré toutes les attentes.

Vladimir Poutine a souvent prouvé qu'il avait de la patience. Il attend désormais que l'enthousiasme de l'Occident pour la lutte défensive des Ukrainiens s'éteigne. Une illusion ? Pas du tout, selon Jörg Baberowski, l'un des plus éminents spécialistes de la Russie et de son histoire.

41-dgeBnN7L._SX318_BO1,204,203,200_.jpg

Laissons Baberowski s'exprimer sur les principaux passages de l'interview.

t-online : Professeur Baberowski, l'Occident a imposé des sanctions sévères à la Russie et l'armée ukrainienne défend son pays avec ténacité. Vladimir Poutine semble toutefois ne pas s'en émouvoir. Comment y parvient-il ?

Jörg Baberowski : Poutine sait très bien que le temps joue en sa faveur, quelles que soient les sanctions imposées par l'Occident à la Russie. Tant que la Chine, l'Inde et d'autres pays achèteront du pétrole, Poutine pourra compenser les sanctions par des exportations. Pour l'instant, le rouble est stable et l'économie russe ne s'est pas encore effondrée.

t-online : En revanche, l'Occident ne se porte pas bien du tout sur le plan économique. L'inflation est élevée et la crainte, notamment en Allemagne, d'un arrêt complet des livraisons de gaz russe est grande. Le front occidental contre la Russie va-t-il bientôt s'éroder ?

Baberowski : Le front occidental contre Poutine s'effrite déjà depuis longtemps. Certaines entreprises se sont certes retirées de Russie. Mais d'autres continuent à faire de très bonnes affaires avec les Russes. Maintenant, les prix augmentent en Occident, le taux d'inflation est au plus haut. Dès que l'hiver arrivera, nous ressentirons nous aussi ce que cela signifie d'être sanctionné. Et bientôt, les factures nous seront présentées. Je ne peux pas imaginer que les citoyens des pays occidentaux veuillent faire des sacrifices à tout prix. Tout gouvernement démocratiquement légitimé doit s'attendre à cela.

t-online : A quoi vous attendez-vous après les mois d'été ?

Baberowski : En hiver, Poutine pourra utiliser son arme la plus puissante : la fermeture des gazoducs. Il sait bien sûr que le soutien à l'Ukraine diminuera lorsque les appartements se refroidiront et que les portefeuilles se videront. C'est pourquoi il n'est intéressé par aucune négociation et continuera cette guerre jusqu'à ce que le front uni à l'Ouest s'érode.

9783421055644-de-300.jpg

t-online : Quelle est la position de la population russe sur la guerre en Ukraine ?

Baberowski : Il y a aussi des critiques en Russie contre le gouvernement et sa guerre d'agression. Mais ces critiques sont formulées par des minorités et n'apparaissent pas du tout dans les médias officiels. La majorité de la population russe soutient Poutine, on ne sent pas du tout de lassitude face à la guerre... s'attendre à des protestations en Russie est une illusion.

t-online : De nombreux Russes ont pourtant des liens étroits avec l'Ukraine. Ne voyez-vous aucun scrupule à détruire le pays de manière aussi brutale ?

Baberowski : Pour la plupart des Russes, ce conflit n'est pas du tout une guerre entre deux Etats souverains, mais une guerre civile qui a pour but de ramener une province dissidente dans l'empire. Poutine veut punir les Ukrainiens pour leur "trahison", c'est ainsi que l'opinion publique russe voit les choses.

t-online : Les Ukrainiens sont pourtant dans leur droit lorsqu'ils défendent leur pays contre l'agresseur, Poutine a violé le droit international.

Baberowski : Être dans son droit ne signifie pas pouvoir faire ce que l'on veut. Il est sans aucun doute moralement nécessaire de s'opposer à une guerre d'agression. Mais celui qui veut s'y opposer avec succès ne doit pas perdre de vue les limites du possible...

jeudi, 28 juillet 2022

Patrick Poppel évoque la situation dans les régions russophones de l'est de l'Ukraine

Langue-Ukraine.jpg

"La population a choisi de ne pas être ukrainienne"

Patrick Poppel évoque la situation dans les régions russophones de l'est de l'Ukraine

Source : https://zurzeit.at/index.php/die-bevoelkerung-hat-sich-gegen-die-ukraine-entschieden/

J7SsZqgR7oM.jpg

La guerre en Ukraine dure maintenant depuis quatre mois et demi : Poutine a-t-il atteint ses objectifs ?

Patrick Poppel : Je suppose qu'il y a eu un changement de stratégie et que les nouveaux objectifs qui ont été fixés ont été globalement atteints. C'est-à-dire le contrôle des territoires revendiqués par les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, une liaison terrestre entre le Donbass et la Crimée et le contrôle de la mer d'Azov.

Lorsque vous évoquez les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, il y a eu des flambées de violence militaire depuis 2014, malgré les accords de Minsk. Vous y êtes allé et pouvez-vous nous en dire plus ?

Poppel : C'était un conflit latent permanent avec des tirs d'artillerie sur les grandes villes des républiques populaires de la part des Ukrainiens et il y avait régulièrement de petits combats sur la ligne de front, mais pas de grands gains territoriaux d'un côté ou de l'autre. Mais le gros problème était les tirs d'artillerie constants sur des zones civiles et des cibles clairement non militaires à Donetsk et Lougansk. Et c'est l'une des raisons pour lesquelles cette opération militaire russe a été lancée, car la situation n'était pas supportable à long terme pour la population civile locale.

Quel rôle ont joué les associations de volontaires comme le bataillon Azov ?

Poppel : Ce qui est décisif, c'est que ces structures avaient déjà été créées lors du Maïdan, c'est-à-dire en tant que groupes pro-occidentaux, mais qui sont tout de même des groupes très nationalistes sur le plan idéologique et même parfois criminels. Plus tard, ces groupes ont été intégrés dans la Garde nationale ukrainienne et apparemment aussi dans l'armée ukrainienne. Ces groupes ont également contribué à l'éclatement de ce conflit, car il ne faut pas oublier que la majorité des soldats ukrainiens n'étaient pas prêts à mener cette soi-disant opération antiterroriste contre les républiques populaires. Il s'agissait donc de facto d'une guerre civile entre l'Est et l'Ouest du pays.

Peut-on également considérer que ces éléments ont alimenté le séparatisme dans l'est de l'Ukraine ?

Poppel : Bien sûr, car de nombreux crimes ont également été commis, à commencer par l'incendie de la maison des syndicats à Odessa le 2 mai 2014. Des excès de violence ont eu lieu contre la population russophone, contre les syndicalistes, et divers crimes de guerre ont été commis sur le sol des républiques populaires par ces associations de volontaires. Cela a eu pour effet de renforcer la volonté de se défendre à l'Est, car il fallait tout simplement se défendre contre ces groupes. Dans les républiques populaires, lorsque l'on fait des prisonniers de guerre, on distingue très précisément si la personne concernée est un soldat ukrainien régulier qui "fait son travail" ou un membre de ces associations qui prend les armes avec une énergie tout à fait criminelle.

Dans quelle mesure le coup d'État de Maïdan en 2014 a-t-il déclenché un changement d'humeur dans l'est de l'Ukraine ? Le Maïdan a-t-il été l'élément déclencheur des aspirations sécessionnistes ou celles-ci étaient-elles déjà présentes auparavant ?

Poppel : D'après ce que je sais, le coup d'État et les différentes déclarations de divers politiciens, y compris l'interdiction de la langue russe ou la discrimination de certaines minorités, ont fortement contribué à l'émergence de ces soulèvements. Pour être complet, il faut encore mentionner que cela n'a pas seulement concerné Donetsk et Lougansk, mais aussi Odessa, qui se trouve dans le sud-ouest et non dans la partie orientale de l'Ukraine. Des tentatives de sécession ont également eu lieu à Odessa, à Kharkov, à Marioupol, mais ces régions n'ont pas pu se détacher de l'Ukraine parce que ces soulèvements ont été très rapidement réprimés, entre autres, par ces associations radicales. Les soulèvements n'ont réussi qu'à Donetsk et Lougansk, avec une sécession partielle, et bien sûr en Crimée, où cela s'est passé sans effusion de sang. Cela concerne donc environ la moitié de l'Ukraine, où des républiques populaires ont également été proclamées, mais n'ont pas pu s'organiser. Près de la moitié de l'Ukraine s'est donc sentie désavantagée par les changements survenus après le Maïdan, et le tout a été accompagné d'actes de violence. Il y a également eu des attaques contre des partisans anti-Maïdan qui se sont rendus à Kiev pour protester contre le Maïdan. Un convoi de bus qui retournait en Crimée a été attaqué par ces forces radicales - il y avait déjà des conditions de guerre civile peu après le Maïdan et avant que ces scissions n'aient lieu.

Et la nouvelle loi linguistique, qui limite considérablement l'utilisation du russe comme langue officielle, n'a pas non plus été une mesure intelligente de la part du gouvernement de Kiev.

Poppel : Il existe un fort sentiment anti-russe dû à la guerre civile qui dure depuis des années. Mais il faut faire attention: il y a aussi des Ukrainiens qui servent du côté des républiques populaires. Je connais personnellement des gens, surtout à Lougansk, qui se considèrent comme Ukrainiens mais qui ne veulent plus rien avoir à faire avec Kiev. Donc dire que ce sont tous des Russes ou des personnes relevant de la minorité ou du groupe ethnique russe n'est pas vrai. Il ne s'agit pas tant d'être pro-russe, mais avant tout de l'idée de ne pas passer dans le secteur occidental et de faire partie du monde russe comme autrefois en Union soviétique. Il y a des gens qui se considèrent comme Ukrainiens et qui veulent vivre avec la Russie, et il y a d'ailleurs encore aujourd'hui un théâtre ukrainien qui fonctionne à Lougansk. Mais je ne sais pas s'il y a encore aujourd'hui un théâtre russe à Kiev ou à Lviv.

Le président ukrainien Zelenski a déclaré à plusieurs reprises que l'on voulait récupérer, reconquérir les territoires perdus. Est-ce réaliste ou n'est-ce qu'un vœu pieux ?

Poppel : Ces annonces ont été faites (en ce qui concerne la Crimée, ndlr) avant même le début de l'opération militaire russe en février. Tout au long de l'hiver, l'armée ukrainienne s'est préparée, des troupes ont été massivement rassemblées pour envahir la Crimée, mais aussi les républiques populaires. Cela signifie que l'attaque précipitée et partiellement infructueuse des forces armées russes peut être attribuée à une planification très rapide et je soupçonne la Russie de considérer cela plutôt comme une attaque préventive. Il n'est toutefois pas très réaliste que l'Ukraine récupère effectivement les territoires perdus, car la population locale a en grande partie opté pour la Russie, comme le montrent différentes élections. De plus, on peut supposer que la population est prête à se défendre et à s'opposer aux tentatives d'intégration ukrainiennes. C'est le point crucial qui fait qu'un retour de ces territoires à l'Ukraine n'est plus du tout possible, même si Poutine le voulait, parce que la population s'est prononcée contre l'Ukraine.

L'entretien a été réalisé par Bernhard Tomaschitz.

samedi, 23 juillet 2022

Alexandre Douguine: "Le libéralisme a pris la place de la religion"

anti_liberal_movement_3.0.jpg

Alexandre Douguine: "Le libéralisme a pris la place de la religion"

Entretien avec Sergei Mardan

Source: https://www.geopolitika.ru/article/liberalizm-zanyal-mesto-religii

Sergei Mardan : L'ancien Premier ministre britannique Tony Blair - le même, vieilli, bien sûr, mais toujours reconnaissable - a déclaré que la fin de l'ère de la domination du monde occidental approchait. Vous le dites depuis longtemps et très souvent. Étonnamment, ils commencent à s'en rendre compte, eux aussi ?

Alexander Dugin : Ce n'est vraiment pas une question facile. Si nous examinons la déclaration des penseurs et philosophes les plus éminents de l'Occident, ainsi que des personnalités sociales et politiques, il s'avère qu'au cours des cent dernières années, plus le penseur est responsable, plus il est profond et substantiel, plus il voit un avenir et un présent catastrophiques pour l'Occident. On peut se référer ici à Spengler, à Heidegger, à des philosophes de la tradition allemande, mais aussi à de nombreux penseurs américains, français et anglais. Arnold J. Toynbee, par exemple, qui a étudié différentes civilisations, étant un patriote anglais et un défenseur de l'Occident: il a néanmoins soutenu que les pays occidentaux arrivent à un état très désastreux. Plus ces penseurs sont responsables, plus ils dressent un bilan critique et pessimiste de la civilisation occidentale, et plus leur pronostic pour celle-ci est catastrophique. Et c'est aussi la tradition de l'Occident d'être pessimiste, de comprendre les menaces, de voir que la domination occidentale du monde touche à sa fin, qu'il est nécessaire de réaliser combien d'erreurs et de crimes l'Occident a commis dans l'histoire, et parallèlement à cela de promouvoir (c'est aussi un point étonnant) un mondialisme optimiste, en ignorant tout le ton tragique, toute la ligne catastrophique, tous les opus magistraux des critiques de la civilisation occidentale par la civilisation occidentale elle-même. Et les politiciens et les penseurs de l'Occident, sans être du tout des ennemis de l'Occident, affirment : nous tombons, nous sommes dans le désastre, nous avons perdu à la fois la domination et le leadership du monde, et nous avons construit nous-mêmes une anti-civilisation. Certains d'entre eux le disent, tandis que d'autres - comme s'ils n'en entendaient rien - se ferment complètement à la critique de leurs propres génies, de leurs propres personnes les plus brillantes (Tony Blair, par exemple, est un politicien assez brillant). Et ils disent : nous continuerons à gouverner, nous vous montrerons le Nouveau Siècle Américain, une nouvelle domination occidentale, nous corrigerons et avons déjà corrigé les erreurs et sommes prêts à nous lancer à nouveau dans un nouveau cycle de mondialisation, nous renforcerons encore les règles de notre comportement, nous ne traiterons qu'avec ceux qui partagent pleinement notre beau nouveau système de valeurs.

spenglera-biste-min-768x1024.jpg

Et c'est une sorte de dissonance. C'est comme si une moitié du cerveau occidental était critique et réaliste par rapport à la situation et essayait de trouver une issue, tandis que l'autre moitié vit simplement avec un agenda différent et n'entend rien du tout. Parfois, elle peut coexister dans le même esprit. Prenons l'exemple de George Soros. Dans la moitié de ses ouvrages, il explique à quel point les régimes totalitaires sont terribles, combien il est important de promouvoir la démocratie, la société ouverte, comment le processus de démocratisation doit être mené à l'échelle mondiale, de financer des révolutions de couleur, de renverser des gouvernements indésirables - c'est-à-dire qu'il fait beaucoup pour renforcer la position de l'Occident. Et en même temps, l'autre moitié de son esprit affirme : l'Occident s'est effondré, l'Amérique a basculé dans le totalitarisme et n'est plus capable de diriger le monde, le système économique libéral s'est effondré, a explosé. Et tout cela est revendiqué par la même personne.

8_112016_b3-riddell8201.jpg

Si vous comprenez que les choses vont mal, vous devez trouver une issue, vous ouvrir à d'autres critiques, engager le dialogue. Mais ici, c'est le contraire. Il s'agit peut-être d'un diagnostic. Je n'exclus pas qu'il s'agisse d'une sorte de schizophrénie civilisationnelle. Nous avons affaire à deux voix, pour ainsi dire. En Occident, il y a deux voix complètement parallèles qui ne s'écoutent pas l'une l'autre. Une voix dit : tout est perdu. Les autres disent : nous allons vous en montrer, maintenant, tout de suite !

Serghei Mardan : Pour confirmer cette thèse, je voudrais attirer votre attention sur la déclaration récente de M. Borrell. Le même jour, il y a une interview de Blair qui dit que le déclin de l'Occident est en train de se produire, et pas dans le contexte de "tout est perdu !" mais il le formule comme un problème mondial que la société occidentale doit soit commencer à combattre, soit apprendre à vivre dans ce nouveau monde. Et puis arrive Borrell, l'un des principaux responsables européens, qui, les yeux fermés, déclare simplement : "Nous tiendrons les sanctions jusqu'au bout, elles fonctionneront certainement, nous devons être patients." L'impression est que Borrell se trouve dans un contexte complètement différent.

Alexandre Douguine : Cette dualité, ce dualisme ou cette schizophrénie civilisationnelle, est devenue apparente au tout début des années 1990. Deux projets sont apparus à cette époque - The End of History de Fukuyama et The Clash of Civilizations de Huntington. Selon Huntington, la domination mondiale de l'Occident ne s'étendrait plus après la chute de l'Union soviétique, l'Occident ne prendrait pas le contrôle et ne soumettrait pas le monde entier, mais il resterait une civilisation parmi d'autres. Une analyse tout à fait sobre et correcte qui prépare tous les acteurs - occidentaux et non occidentaux - à entrer dans un monde multipolaire. Trente ans de contrôle de la réalité montrent que Huntington avait raison.

1843-22-10-2020-fukuyama-header.png

Et puis Fukuyama arrive et dit : "Non, rien de tout cela, nous avons maintenant vaincu le dernier adversaire formel sous la forme du système communiste mondial et le monde restera avec une seule idéologie dominante, le libéralisme. Toutes les nations s'y soumettront car personne ne propose d'alternative. En fait, sera la fin de l'histoire, nos adversaires n'ont pas d'arguments, il vient une ère d'un seul ordre mondial libéral occidental, appelé la mondialisation.

Deux projets. Il semblerait, qu'il faille choisir, écouter les arguments, faire un test de réalité. Ce dont parlait Fukuyama est-il confirmé ? Rien n'a été confirmé depuis les années 1990. Et dans les années 2000, tout a commencé à exploser comme des dépôts de munitions. Toutes les thèses de Fukuyama dans les années 1990 (bien qu'il ait tenté de les corriger par la suite) s'effondrent aujourd'hui. Sa dernière idée était que Poutine remettait en cause l'ordre mondial libéral, un ordre mondial de normes et de règles qui sont désormais en danger et doivent être défendues. Quelle que soit la thèse de Fukuyama et de ceux qui sont sur sa longueur d'onde depuis trente ans, tout cela rate la cible. C'est tout faux. Quoi qu'il prétende - tout est réfuté par la vie.

Néanmoins, une partie paranoïaque de l'identité occidentale, y compris des maniaques comme Borrell, continue de demander plus de sanctions contre la Russie, insistant sur les droits de l'homme, sur les LGBT. Déjà, les Saoudiens, les partenaires les plus proches, leur laissent entendre que si l'Occident ne traite qu'avec ceux qui pensent comme eux sur tous les sujets, il se retrouvera exclusivement dans les limites de l'OTAN et perdra le monde entier, y compris ses alliés du monde islamique. Mais néanmoins, la paranoïa occidentale continue... C'est comme une obsession - continuer quoi qu'il arrive.

En même temps, si nous prenons Samuel Huntington avec son "Choc des civilisations", au contraire, tout ce que ce penseur a dit il y a trente ans est en train d'être mis en œuvre. Trente ans à confirmer la moitié de la thèse de ce dualisme occidental. Soit dit en passant, le Premier ministre britannique Tony Blair a un jour développé l'idée d'une "troisième voie", estimant que le capitalisme classique avait dégénéré. Et Blair n'est pas du tout un homme limité et est un penseur assez intéressant. Je ne suis pas un de ses grands fans, et sa "troisième voie" ne me semble pas du tout tenable, mais au moins il essayait de penser de manière critique, alternativement.

clash.jpg

Et maintenant, il s'avère que la ligne Huntingtonienne est complètement confirmée, tandis que la ligne Fukuyama a échoué. Et alors ? Les partisans de la fin de l'histoire, de la Grande Réinitialisation, tous ces forums  de Schwab, de Davos, de Soros, ne cessent de répéter la même chose : "plus de sanctions, imposer des sanctions à la Chine, diaboliser la Russie, avertir sévèrement le monde islamique, remettre Erdogan à sa place, isoler l'Iran, bombarder la Corée du Nord et détruire ses installations militaires. Et tout est comme avant, comme si rien ne s'était passé. Et c'est comme si Huntington n'avait jamais existé. Et surtout, c'est comme si personne ne faisait un bilan de la réalité, personne ne comparait la direction que nous prenons. Mais toutes les personnes sensées en Occident peuvent voir que le monde suit la ligne Huntington.

Sergei Mardan : Une pensée m'a traversé l'esprit. Et si cet entêtement, cette irréversibilité de la voie choisie était une quasi-religiosité particulière ? La religion traditionnelle semble avoir complètement disparu, elle semble être absente, mais d'un autre côté, l'Europe reste la même, comme elle l'était à l'époque de la guerre de Trente Ans, de la guerre de Cent Ans, des croisades. Féroce, intransigeante ... Continent des croisés, qui sont prêts à massacrer aussi bien des compatriotes que des étrangers au nom d'une idée.

Alexander Dugin : Peut-être. Si nous regardons attentivement, nous découvrirons en effet le fanatisme, la manie et la foi religieuse dans le libéralisme et le progrès. Alors que ces modèles ne fonctionnent pas, des prix Nobel sont distribués à droite et à gauche aux auteurs des concepts de la croissance exponentielle à progression géométrique de l'économie libérale mondiale. Quelques années après la distribution de ces prix Nobel, il s'avère que c'est le contraire qui arrive, que tous les indicateurs sont en baisse. Et pourtant, les lauréats du prix Nobel disparaissent et la religion demeure. Une religion libérale et, en un sens, satanique...

Sergey Mardan : L'Occident est obsédé, l'Occident est religieusement fanatique. Avec tout cela, ils ont jeté la vraie religion traditionnelle dans la poubelle de l'histoire.

Alexandre Douguine : En fait, le libéralisme a pris la place de la religion. Les dogmes de la conception libérale - du progrès, de l'individu, de la personne - sont, en fait, une sorte de théologie. Elle n'a pas de dimension divine, mais elle insiste sur des dogmes, des règles et des normes, tout comme le faisait la théologie médiévale.

Dans le même temps, il est intéressant de constater que l'Occident combat désormais ouvertement son propre racisme. Il proclame : nous sommes racistes mais nous devons nous débarrasser du racisme. Mais l'Occident va surmonter son racisme en tant que raciste. Il déclare : nous nous battons et vous vous battez. Nous nous excusons pour nos erreurs - et vous devriez vous excuser. Et ensuite, tout le monde doit accepter ces excuses comme un dogme absolu. Et toutes les nations, surtout les nations non occidentales, surtout les nations arriérées, les nations de second rang, comme elles le voient, devraient l'accepter comme une plate-forme commune. Même l'antiracisme occidental devient totalement raciste. Et l'antifascisme devient fasciste. Le libéralisme devient totalitaire. Son cœur reste inchangé. Il s'agit, en effet, d'une sorte d'ethnocentrisme, où au centre se trouve l'Occident, sa propre histoire. Autour de la périphérie, sur laquelle elle jette son pouvoir, désormais économique, informationnel, technologique. Tout le monde doit lui obéir strictement. Même si elle exige que chacun se repente de son expérience coloniale. C'est un paradoxe, c'est orwellien.

0a31efd9c7253076b9e3a9074e84cd6e.jpg

Je pense que tout le monde avait peur que le monde décrit par Orwell advienne, je veux dire le monde présenté dans 1984, un monde dit d'Europe de l'Est, dit des pays socialistes. Ce phénomène de "1984" n'est pas venu d'où on l'attendait. Nous vivons dans un monde libéral totalement totalitaire, avec une idéologie raciste, nazie, totalement fanatique, qui, tout comme celle d'Orwell, proclame : l'amour est la haine, la guerre est la paix, la pauvreté est la richesse, la richesse est la pauvreté. Et il impose ces paradoxes idéologiques à tout le monde de manière terrible. Si vous ne le pensez pas, nous vous "abolirons". D'où la "culture de l'annulation" (cancel culture). Et elle est devenue tout simplement omniprésente aujourd'hui.

Et les Occidentaux qui ont encore leur raison sont horrifiés par ce que leur propre culture, par ce que leur civilisation est devenue. Les autres sont complètement déconnectés de toute réalité et ils sont tombés dans un état spécial, fanatique et maniaque. Voyant que tout s'écroule pour eux, ils disent : "Non, ça ne s'écroule pas, ça se renforce. Lorsqu'ils voient qu'ils sont en train de perdre, ils disent : "nous sommes en train de gagner". Et nous le voyons en Ukraine. L'Occident a appris à l'Ukraine à ne pas gagner, à ne pas se battre, à ne pas défendre ses intérêts, mais à délirer, oui, c'est exactement cela: à délirer. Et c'est une illusion de réseau très efficace. Lorsque vous perdez des territoires, vous dites, comme les Ukrainiens : "Peu importe, nos troupes se tiennent près de Rostov, bientôt Belgorod et Moscou seront pris. Minsk est, en fait, déjà à nous".

Et moins il y a de réussites, plus il y a d'échecs, plus il y a de pertes, plus ces espoirs délirants grandissent. Il s'agit d'une forme de trouble collectif mental. Mais il n'est pas simplement ukrainien. Nous pensons qu'il en est ainsi en Ukraine. Mais il en est ainsi dans toute l'Europe. Draghi dit qu'il part, Matarella répond qu'il ne peut pas partir, étant mis à la porte. Macron n'a pas de réel soutien de la part de la population, les gilets jaunes le combattent depuis des années et il prétend "être le dirigeant le plus performant". C'est la même chose avec Scholz. Ces gouvernants suggèrent à leur peuple de prendre des mesures incroyables. Ils ont tout simplement échoué. Il aurait fallu parler sérieusement à la Russie dès le début. Mais personne ne l'a vu de cette façon. Ainsi, l'illusion remplace la réalité.

Sergey Mardan : Je vous propose l'hypothèse suivante pour expliquer pourquoi ils se comportent de la sorte. Peut-être n'est-ce pas vraiment du fanatisme, mais une sorte de rationalisme ? Ils l'ont été pendant les quatre cents dernières années sous le concept que le "milliard d'or" gouverne le monde (maintenant un milliard, auparavant il y en avait beaucoup moins). Un monde eurocentrique. L'Europe est entourée de périphéries, de colonies, elle les aspire. Et tout cela a pris forme, a changé d'une manière ou d'une autre. Mais rien n'a fondamentalement changé. Le centre s'est déplacé de la Grande-Bretagne à New York, puis à Washington. Maintenant, tout est en train de s'effondrer. Le système du dollar est en train de s'effondrer, l'économie mondiale est en train de s'effondrer en tant que phénomène qui a été conçu pour les nourrir, pour faire baffrer ce "milliard d'or", et tout cela est en train de s'effondrer. Et ils ne sont pas prêts à l'accepter, car dans le nouveau monde, dans un monde non eurocentrique, ce sera très triste. Ils refusent juste de reconnaître la réalité, c'est tout.

Alexander Dugin : Vous avez tout à fait raison. De plus, leur vision s'effrite. Autrefois, selon une vision raciste, il y avait des "Blancs" perçus comme étant de "première classe", des "Jaunes" de "deuxième classe" et des "Noirs" de "troisième classe". Du pur racisme. Elle remonte au dix-neuvième siècle. Elle était principalement pratiquée par les libéraux, d'ailleurs. Le libéralisme anglais, britannique, était totalement raciste. On dit parfois que le racisme est arrivé en Europe avec Hitler. Mais le racisme est arrivé en Allemagne même depuis l'Angleterre, l'Angleterre britannique libérale, par le biais des écrits de Chamberlain. Les Allemands n'étaient pas racistes jusqu'à ce que cette influence maligne et monstrueuse des libéraux anglais vienne à eux. Le libéralisme est un phénomène raciste à la base.

C'est alors que l'idée a émergé : les blancs, puis les jaunes, puis les noirs. Bien sûr, au vingtième siècle, cela a été abandonné. Mais qu'avons-nous aujourd'hui ? Centre, semi-périphérie, périphérie. Nord riche, zone intermédiaire, Sud pauvre. Civilisation, barbarie, sauvagerie. Toutes ces taxonomies, toutes ces hiérarchies sont restées inchangées. Au centre se trouve l'Occident, autour de lui se trouvent ceux qui suivent l'Occident, la ligue des démocraties, et à la périphérie se trouvent tous les États voyous, les rogue states. Le même modèle. Et maintenant, il s'effrite. Et en fait, cela ne fonctionne plus. Parce que cela ne satisfait personne. Ni les colonies, ni les opposants à l'Occident, ni les amis de l'Occident. Cela ne correspond tout simplement plus à la réalité.

Et c'est là que naît ce sentiment étrange, lorsque le monde est déjà très différent et que tous ces modèles racistes y sont attachés. C'est le désespoir. Il est clair que l'Occident va avoir une vie légèrement plus difficile. Mais c'est l'Ouest pour l'adaptation, pour trouver des issues, pour construire un nouveau modèle. Ils pensent qu'ils sont très flexibles, pleins de ressources et qu'ils volent les cerveaux du monde entier. Alors, faites en sorte que ces cerveaux justifient comment l'Occident peut survivre dans le monde multipolaire. Peut-être peut-on trouver une voie sans colonisation, sans ce libéralisme totalement totalitaire.

orwell-trump-1400x0-c-default.jpg

Au fait, concernant Trump. Lorsque Trump est arrivé, l'Amérique elle-même est allée dans cette direction. La question était de savoir comment rester une puissance forte lorsqu'il existe d'autres pôles. C'est à cela qu'il faut penser. Il est réaliste. C'est une chose à laquelle il faut penser en se réveillant, en reprenant ses esprits. Une approche saine consiste à trouver une place pour l'Occident, pour la civilisation occidentale dans le contexte des autres civilisations, russe, chinoise, indienne, islamique, qui se sont franchement levées. Comment l'Occident doit-il se comporter avec ces civilisations, comment se positionner, comment développer son économie, comment établir des relations ? Ce n'est pas une tâche facile mais je pense que c'est possible.

Mais pour le résoudre, nous devons le fixer. Nous voyons donc Borrell, nous voyons Biden, nous voyons Soros, nous voyons Schwab. Nous voyons des maniaques devant nous. Ils ne sont pas seulement vieux par leur âge, ils sont vieux par leur conscience. Ils veulent maintenir la domination occidentale à tout prix. Même si elle n'existe plus, ils en parlent encore. C'est une absurdité, marque de sénilité. Les gens sont à la retraite depuis longtemps mais ils continuent à s'habiller et à se rendre dans la cage d'escalier tous les matins pour donner des tâches à quelqu'un. J'ai connu une situation similaire dans les années 1980: nous avions un tel voisin. Au début, il était un cadre supérieur, puis il a pris sa retraite et est devenu progressivement fou. Et chaque jour, il allait au travail et criait. Il se tenait dans la cage d'escalier et hurlait sur ses subordonnés. Ce n'était pas drôle, c'était sinistre.

Biden me fait penser au genre de manager tardif, hors de lui, qui hurle à tout va. Personne ne l'entend, seule sa femme, de temps en temps, lorsqu'elle a de la peine pour lui, elle le ramène dans sa chambre.

sleepy-joe-for-president.png

Sergey Mardan : Donnez-lui une pilule.

Alexandre Douguine : L'Occident se trouve dans cet état même. Il traite d'un monde qui n'existe pas. L'Occident est un malade violent. En même temps, il possède des armes nucléaires, il peut aussi imposer des sanctions, il fournit des armes à longue portée aux maniaques ukrainiens, il donne naissance à des maniaques qui y croient. Sous leurs yeux, des personnes jeunes, saines et normales, sous l'influence de cet obscurantisme sénile, se transforment en monstres. C'est cela le libéralisme. Le libéralisme est une contagion. En fait, cela handicape les gens. On dit aux gens: tout est permis, vous êtes un individu, vous n'avez pas d'identité collective. Et si un homme y croit, il tombe dans le panneau. Et il perd toute humanité, devient comme un maniaque, comme cette partie occidentale de l'humanité.

Mais je pense que la délivrance de l'Occident viendra de l'intérieur de lui-même.

vendredi, 22 juillet 2022

L'usine des manipulations

0-30105.jpg

L'usine des manipulations

Entretien avec Enrica Perucchietti

Source : Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/la-fabbrica-della-manipolazione-98142

Entretien avec Enrica Perucchietti, co-auteur avec Gianluca Marletta du livre La Fabbrica della manipolazione, Arianna Editrice 2022, édité par Luigi Tedeschi.

fabbrica-della-manipolazione-4d.jpgI. Le bipensiero est une dissociation mentale par laquelle le pouvoir impose sa propre vérité totalisante aux masses, indépendamment de sa vérification dans la réalité. Cette technique de manipulation ne me semble toutefois pas être un produit original de la technocratie qui prévaut aujourd'hui dans le monde. Au contraire, le bipensiero trouve son origine et sa légitimation dans le contexte de l'idéologie libérale, en tant qu'idéologie du progrès illimité. En fait, l'État libéral ne s'identifie pas à la démocratie. Le pluralisme n'est-il donc pas seulement apparent et instrumental ? Parmi les diverses options politiques conflictuelles, n'y a-t-il pas toujours une idée qui est en soi destinée à l'emporter sur le consensus populaire, en tant que progressiste, démocratique et libérale, sur d'autres qui sont obscurantistes, réactionnaires et illibérales ? L'idée même de tolérance ne se révèle-t-elle pas idéologiquement une forme d'indulgence à l'égard d'idées et de personnes que l'on peut définir comme des "la-terre-est-plattistes", dans la mesure où elles sont hors de l'histoire et donc non compatibles avec l'idée néolibérale et technocratique du progrès ?

J'irais même plus loin, en ce sens que la stratégie consistant à manipuler et à falsifier la vérité au point de générer une véritable dissociation mentale, voire une schizophrénie cognitive, est un mode de pouvoir inné : imposer sa propre idéologie par des techniques de conditionnement mental. Après tout, le bipensiero sert à empêcher les citoyens de penser librement et d'exercer leur conscience critique. Aujourd'hui, ce mode va beaucoup plus loin grâce, comme l'imaginait déjà Orwell, au néo-langage. Le langage est réduit à sa plus simple ossature, les mots deviennent finalement des coquilles vides, idéales pour véhiculer les concepts du bipensiero, qui peuvent être constamment modifiés, renversés, niés, désavoués. De même qu'on nivelle la conscience et qu'on déracine l'identité de la personne en la "remplissant" des préceptes du pouvoir, on vide le langage en empêchant la personne d'avoir encore des mots pour penser. Aujourd'hui, le nivellement idéologique se produit de plus en plus facilement, car l'individu est habitué dès l'enfance à modeler ses intérêts, ses pensées et ses actions sur ce qui est exigé de lui par le système. C'est-à-dire que l'individu, par une forme de mimésis, s'identifie à la société comme faisant partie du tout. Cette identification le conduit cependant à l'aliénation et à être englouti par la société elle-même.

foto-enrica-perroquetti-1.jpgII. Le progrès technologique a entraîné un écart de connaissances infranchissable entre les masses et les élites technocratiques au pouvoir. L'envahissement technologique domine désormais la vie privée des individus. La technologie, légitimée par l'autorité scientifique, a créé une société soumise à une hétérodirection oligarchique. La subalternité consensuelle des masses ne trouve-t-elle pas son origine dans l'indifférentisme éthique substantiel intériorisé par les peuples depuis des décennies, puisque toute décision (même de vie privée) est déléguée à des autorités extérieures qui imposent des directives totalisantes ? Le désenchantement du monde théorisé par Weber serait-il donc définitivement achevé, parallèlement à la disparition du thaumazein (émerveillement) platonicien, puisque toute aspiration à la connaissance est étouffée dans l'œuf par des réponses préprogrammées et qu'il n'y a plus de doutes ni de dissensions quelconques, en vertu de l'autocensure spontanée des individus?

D'une part, nous sommes immergés dans la datacratie : tout est données, algorithmes, information. La diffusion de plus en plus envahissante des technologies numériques transforme radicalement la société, qui est également de plus en plus passive et déresponsabilisée. L'attitude paternaliste du pouvoir a poussé des millions, des milliards de personnes à se soumettre sans critique à l'autorité, à confier passivement leur vie, à comprimer les libertés et à remplacer les principes démocratiques par des dispositifs basés sur la biosécurité et le biopouvoir. D'autre part, les difficultés toujours plus grandes de la vie (économiques, sociales, politiques) maintiennent les gens distraits, qui, par commodité et simplicité, s'abandonnent aux mains du pouvoir, lui déléguant leurs choix. Enfin, l'émerveillement s'est peu à peu éloigné des individus, leur faisant croire qu'ils ont tout à portée de main, sans avoir besoin de s'informer, de faire des recherches, de se remettre en question. Afin de créer des clones homologues qui pensent et agissent tous de la même manière, on a détruit les écoles, nivelé l'enseignement, imposé des modèles de référence de plus en plus médiocres, grossiers et vulgaires, et convaincu les gens qu'ils ont toutes les informations à portée de main (pensez à Wikipedia).

III. La pandémie a sans aucun doute accéléré les processus d'évolution de la société néo-libérale et technocratique déjà en place. Le totalitarisme sanitaire imposé par le terrorisme médiatique pour susciter un état d'angoisse collective n'a-t-il pas généré une conception pathologique de la vie elle-même ? La dissidence a également été criminalisée, et configurée comme une pathologie. Le salut de la science a été invoqué. Sur la base de l'idéologie positiviste, la science n'a-t-elle pas remplacé la religion comme nouvelle révélation salvatrice ? Tout comme dans les siècles passés, la religion a été invoquée pour la rédemption du péché. La pathologie n'est-elle pas aujourd'hui identifiée au mal, au péché ? Ainsi, alors que pour la religion, la dissidence représentait le mal et l'hérésie devait être éradiquée, pour la science, la dissidence est une pathologie qui peut être soignée par le recours à des mesures thérapeutiques. Mais alors que la religion fait référence à un horizon transcendant la vie humaine, la science ne dispose-t-elle pas de techniques de manipulation bien plus envahissantes et répressives, car elle se fonde sur l'analyse de données technologiques, statistiques et mathématiques, qui sont de toute façon de perception immédiate, quelle que soit leur justification ? Dieu est invisible, tandis que le progrès a produit le culte de l'image virtuelle qui remplace la réalité.

La pandémie de Covid-19 a révélé combien les germes d'un changement de paradigme - une mutation sociale, économique, politique et anthropologique - étaient en puissance dans notre société, prêts à faire surface à la première urgence mondiale (en l'occurrence la santé). La peur de l'urgence sanitaire a conduit à la mise en place d'une sorte de psycho-police dans laquelle les citoyens se sont empressés d'endosser la robe de dénonciateurs, prêts à dénoncer quiconque, selon les paramètres du catéchisme scientocratique, ne respecterait pas les règles. Nous avons assisté à une exacerbation du climat de terreur qui pousse la population à adopter un comportement soumis rappelant les effets troublants de la célèbre expérience de psychologie sociale menée en 1961 par le professeur américain Stanley Milgram, qui a étudié le niveau d'obéissance de personnes à qui l'on avait ordonné de faire du mal à d'autres êtres humains en leur administrant un choc électrique. L'expérience de Milgram a montré que les gens ordinaires, sous les ordres d'une figure d'autorité, sont susceptibles de faire du mal à un autre être humain innocent au point de le tuer, et que l'obéissance à l'autorité est ancrée en chacun de nous en raison de la manière dont nous avons été élevés et éduqués dans notre enfance. La dissidence est une pathologie qui, comme dans les systèmes totalitaires, est censée être éradiquée avec quelques pilules ou une forme de réhabilitation psychiatrique après avoir criminalisé et persécuté ceux qui en souffrent. Toute personne dissidente, qui exprime un doute, qui ose encore penser autrement ou pire, s'engager dans une recherche et un journalisme indépendants, est une sorcière moderne. C'est un hérétique. Aujourd'hui, on ne peut plus brûler physiquement les dissidents et les hérétiques (ce ne serait pas politiquement correct), alors ils sont persécutés et censurés, empêchés d'exprimer démocratiquement leurs pensées. L'autoritarisme sanitaire dans lequel nous vivons nous a amenés à consolider un nouveau culte d'État basé sur le bio-pouvoir et à adopter un catéchisme spécifique avec sa liturgie. En définissant comme moralement et spirituellement "mauvaise" toute forme de critique, d'analyse ou de dissidence à l'égard du nouveau catéchisme et de ses diktats, la secte empêche toute discussion sur sa propre validité et empêche les membres de se livrer à une réflexion sans tomber dans "l'hérésie". Quiconque exprime une dissidence et est donc coupable d'hérésie est qualifié d'"ennemi absolu" dans une forme tout aussi moderne de manichéisme qui implique la diabolisation, la persécution et l'exclusion des hérétiques du groupe: ils sont donc qualifiés de menteurs en série, de fous et de paranoïaques (comploteurs et NO vax), d'agresseurs (parce qu'ils ne respectent pas les règles, parce qu'ils les rejettent). Le lynchage de la dissidence se fait en dépoussiérant une terminologie qui n'a aucun lien logique, comme le terme "négationniste". Le doute n'est pas autorisé et est dangereux car il peut "infecter" le reste de la population, entraînant un déclin du consensus.

IV. La domination de l'idéologie libérale a conduit à un processus de désacralisation progressive de la société. Cependant, l'Église catholique a renoncé à son rôle de rempart de défense de la civilisation chrétienne face à la propagation du matérialisme moderniste. Au contraire, on constate que depuis au moins 50 ans, le besoin premier de l'Église est de s'adapter à la société sécularisée et progressiste. L'Église aspire à assumer une fonction de soutien humanitaire et d'aide sociale (tout à fait similaire à une ONG), dans le contexte du monde globaliste. Mais la mondialisation n'est-elle pas un symposium auquel l'Église n'a pas été invitée ? Le processus de déconstruction spirituelle de l'Église est évident. L'universalisme a été remplacé par le cosmopolitisme, le salut de l'âme par la santé corporelle, la transcendance par l'humanitarisme, la dimension de l'autre monde par le mondialisme, la charité chrétienne par la solidarité, la conversion des peuples par l'assistance. Sur les questions de genre et de LGBT, son attitude est souvent ambiguë. Au fait, le cyber-homme serait-il doté d'une âme ou non ? L'hypothèse d'une disparition progressive du christianisme en Occident ne semble-t-elle pas probable ? Ou de sa dissolution progressive dans l'humanitarisme d'une matrice culturelle moderniste - immanentiste ?

arianna_False_Flag.jpgOui, j'en parle et j'écris à ce sujet depuis des années, dans l'indifférence de ceux qui préfèrent ne pas saisir les signes désormais macroscopiques du démantèlement interne de l'Église qui ouvre la voie à un culte progressiste, écologiste, politiquement correct et faussement inclusif qui pourra servir de béquille au nouvel ordre qu'il veut instaurer. Après tout, pour le meilleur ou pour le pire, les religions ont souvent été des obstacles à l'unification, à l'homogénéisation et à la dépersonnalisation de l'humanité, et devraient donc être démolies, instrumentalisées, cooptées afin de poursuivre les objectifs du mondialisme. Les pouvoirs qui contrôlent la société contemporaine se développent à partir d'un socle idéologique fortement anti-religieux ; de plus, une puissance mondiale ne pourrait pas accepter de "partager" la domination sur les esprits et les cœurs des hommes avec d'autres puissances. Enfin, plus que tout, les religions traditionnelles (et surtout celles de la branche abrahamique, comme le christianisme et l'islam) pouvaient difficilement - au moins une fois - digérer l'objectif d'une humanité déracinée, privée de corps intermédiaires comme la famille, asexuée, transgenre, et oubliant ses racines. La stratégie la plus efficace pour désamorcer le problème des religions a été de les vider de l'intérieur. Faire de la religion une "coquille vide", incapable de transmettre un message spirituel capable d'informer le monde de lui-même, l'aplatir à des dimensions horizontales ou exclusivement mondaines, peut être un moyen de destruction bien plus efficace. Et c'est précisément ce qui semble s'être produit au cours des dernières décennies : parce que l'art de la manipulation est aussi efficace sur les individus que sur les masses, mais, en fait, il s'est avéré l'être même à l'égard d'institutions millénaires comme les religions. Lorsque l'on parle, de nos jours, de la désintégration de la religion, l'esprit ne peut manquer d'aller, avant toute autre chose, au scénario qu'offre actuellement l'Église catholique : une religion qui, à l'exception de quelques îlots de résistance, semble réduite à une sorte d'ONG post-confessionnelle, aplatie sur un plan horizontal et incapable de communiquer un quelconque message spirituel. Ce naufrage, qui semble aujourd'hui avoir atteint son apogée, a en fait une longue histoire derrière lui, que nous retraçons dans le livre.

9788828507697_0_536_0_75.jpg

V. L'avènement de l'ère numérique se révélera être une nouvelle dystopie élitiste plus avancée. Une nouvelle oligarchie émergera en tant que détentrice du pouvoir économique et technocratique, qui s'accompagnera de la prolétarisation de la société dans son ensemble. L'idéologie du progrès illimité est dès ses origines animée par l'hybris, comme aspiration de l'homme à transcender les limites de la condition humaine. Le développement de l'intelligence artificielle conduira au transhumanisme, compris comme l'amélioration technologique illimitée des facultés humaines, et au posthumanisme, comme l'hybridation radicale de l'homme et de la machine. Le transhumanisme et le posthumanisme ne sont cependant pas, à mon avis, comparables à cette aspiration aussi vieille que l'homme lui-même, de s'identifier et de remplacer Dieu le créateur comme origine et sens ultime de la vie humaine. L'homme qui a voulu se faire le Dieu des utopies des siècles passés, s'identifie au mythe, à l'idée de se transcender, alors que le transhumanisme est le résultat d'un processus évolutif qui se déroule dans la reproduction toujours plus poussée de l'identique. Le caractère sacré du mythe a dégénéré en virtualité médiatique. Le transhumanisme et le posthumanisme ne sont pas des utopies qui impliquent l'idée d'un modèle inatteignable de perfection de la condition humaine expurgée de ses maux. Au lieu de cela, ils sont l'expression d'une simple volonté de puissance. Ils représentent le résultat final d'un développement évolutif néo-darwinien. Le progressisme présuppose une conception déterministe de l'histoire, comprise comme un développement mécaniste nécessaire et illimité qui exclut toute finalité éthique. Alexandre Douguine déclare : "Le choix de tuer Dieu avait déjà été fait, la mort de Dieu est la base fondamentale de la modernité, mais aujourd'hui il y a un autre choix : tuer l'homme". La dérive postmoderne, inhérente à l'hyper-capitalisme, ne trouve-t-elle donc pas son épilogue dans la catastrophe nihiliste, dans la décomposition de la nature humaine ? Que pensez-vous à cet égard ?

Je suis d'accord, également parce que, comme je l'ai montré dans Cyberuomo (Arianna Editrice), les origines du transhumanisme sont ancrées dans le darwinisme social. Comme vous l'avez observé, le "titanisme" (et plus généralement l'hybris) est une caractéristique fondamentale pour encadrer le transhumanisme et le posthumanisme. L'impression est que l'Homme d'aujourd'hui tente délibérément d'humilier le divin et la Nature en se dressant contre eux dans un acte d'orgueil, sans penser aux conséquences possibles. C'est comme si nous étions entre les mains de jeunes Icare attirés par le désir de l'infini ou séduits par le chant des sirènes de la technologie.

cyberuomo-perucchietti-libro.jpg

Le rêve prométhéen qui a séduit l'homme est de renverser la nature, de donner du pouvoir au corps, de changer son destin biologique et de transcender ses limites. C'est parce que nous sommes confrontés à une pensée scientiste qui a effacé l'âme, réduisant la conscience à des données, au mental. C'est de là que naît l'obsession de l'homme, d'arracher à la Nature le privilège de créer et de devenir lui-même un créateur, de fabriquer son propre univers, de transcender les limites imposées par sa propre espèce et d'être Dieu lui-même. Mais l'homme, comme l'a observé Günther Anders, en est aussi venu à envier les choses qu'il produit, comme si elles étaient parfaites contrairement à l'homme lui-même qui les fabrique.

J'insiste également sur l'importance du corps (au détriment de l'âme) pour montrer comment le transhumanisme a poussé à l'extrême la dévalorisation platonicienne/gnostique/néognostique du corps, visant à dépasser ses limites humaines et à l'améliorer par des prothèses/implants cybernétiques jusqu'à ce qu'il soit complètement remplacé par des dispositifs anthropomorphes. C'est un point clé du transhumanisme : l'homme est corps, il est esprit, il n'a plus d'âme, et il doit imaginer des moyens de survivre et de s'autonomiser, en excluant tout culte, religion, initiation, mysticisme. Toute aspiration à l'infini. Le techno-progressisme, d'une part, exalte l'application de la technologie comme moyen de résoudre tous les problèmes de l'Homme (y compris la vieillesse et la mort), et d'autre part, se présente comme une version moderne du gnosticisme. Si, pour les gnostiques, la rédemption de l'âme coïncidait avec la libération du corps/prison, le transhumanisme hérite de leur vision de base, mais réduit l'âme à l'esprit et l'esprit à une "information", comme le confirme l'écrivain Mark O'Connell dans son ouvrage Being a Machine : "Le transhumanisme est parfois compris comme une renaissance contemporaine des hérésies gnostiques, une façon de repenser une idée religieuse en termes parascientifiques. En effet, la valorisation exclusive de l'âme s'est progressivement muée en ce qui est aujourd'hui l'"esprit" : le corps est compris comme une collerette interchangeable, modifiable par la chirurgie et dans un avenir proche par des implants dermiques. Si nous sommes quelque chose, pour les transhumanistes nous sommes des "informations" et le substrat qui contient l'esprit est inférieur à son contenu, qui peut donc être répliqué et transféré indépendamment du substrat.

91qvQKPxU6L.jpg

Ce processus est un enfant de l'époque, de l'involution culturelle et anthropologique actuelle que nous subissons et du détachement de toute forme de spiritualité, de la décadence de notre société qui a fini par aspirer à devenir, en vertu de la "fracture prométhéenne", une machine. Abdiquer l'essence même de l'être humain.

 

mardi, 12 juillet 2022

Où en sommes-nous ? Leonid Savin, expert russe en géopolitique, a répondu à nos questions sur l'avenir possible

savin.jpg

Où en sommes-nous ?

Leonid Savin, expert russe en géopolitique, a répondu à nos questions sur l'avenir possible

Costantino Ceoldo & Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/es/article/donde-estamos

Près de six mois se sont écoulés depuis le début de l'opération militaire spéciale russe en Ukraine et le scénario qui se présente à nous n'est pas celui auquel l'Occident s'attendait.

Les attentes caressées par les chancelleries occidentales ici, dans l'Empire du Bien, étaient de voir la Russie perdre son élan initial en peu de temps, pour finir dans une coulée de boue suite aux sanctions politiques et économiques et aux défaites militaires de plus en plus patentes, jusqu'à ce que les armées russes soient obligées de s'arrêter et de rentrer à Moscou la tête basse et la queue entre les jambes, vaincues et humiliées.

Il est difficile de comprendre ce qui passe par la tête de nombreux analystes occidentaux qui nient l'évidence ou, du moins, ne suspendent pas leur jugement en attendant des événements plus précis. Peut-être qu'un sens mal placé du patriotisme pousse certains à se ranger systématiquement du côté de ce qui est maintenant le mauvais côté depuis la chute du mur de Berlin et la dissolution de l'Union soviétique. En pensant aux autres, feu le journaliste allemand Udo Ulfkotte me vient aussi à l'esprit, aux nécessités de la vie quotidienne et à ces petits luxes indispensables qui rendent la vie si agréable à certains qu'ils en oublient qu'ils ne sont que des scribouillards dont on loue les services (ndlr: Sur Udo Ulfkotte, lire: http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2017/01/15/une-grande-perte-pour-nos-libertes-udo-ulfkotte-est-mort.html ).

Malgré la quantité impressionnante de sanctions que l'Occident a imposées à la Russie de Poutine, malgré l'aide militaire, économique et en matière de renseignement apportée au régime de Kiev, le Donbass est désormais presque entièrement libéré et Moscou se prépare à libérer également Odessa et la Transnistrie. À moins d'un bouleversement inattendu sur le terrain en faveur de Kiev et de son président qui peut jouer du piano avec son propre pénis, la guerre se terminera probablement par une victoire russe et la réalisation des objectifs déclarés de Moscou.

Quels objectifs, à moyen et à long terme ?

Leonid Savin, un expert russe en géopolitique, a répondu à nos questions sur l'avenir possible.

Pourquoi la politique étrangère américaine stagne-t-elle depuis des décennies sur les voies habituelles que nous connaissons tous bien maintenant ?

La principale technique américaine est simple. En politique intérieure, elle se fonde sur la formule du triangle de fer (entreprises - lobbies - gouvernement) qui se reflète également dans la politique étrangère. Dans les relations internationales, en revanche, Washington utilise le principe de la carotte et du bâton, masqué par l'idée de hard power/soft power. Mais l'objectif est le même: contrôle des ressources à l'étranger, domination et hégémonie.

Est-il possible que la situation actuelle, y compris la guerre en Ukraine, soit due au caractère excessivement raisonnable de la Russie envers l'Occident dans le passé ?

C'est à cause de l'irresponsabilité et de la logique tordue de l'Occident. Même aux États-Unis, de nombreux scientifiques et personnalités politiques s'accordent à dire que la crise en Ukraine est le résultat de l'expansion de l'OTAN impulsée par les États-Unis. Nous constatons maintenant que de nombreuses initiatives de la part des gouvernements occidentaux, en particulier des États-Unis, ont eu lieu pour isoler et fragmenter la Russie. L'esprit de la guerre froide est encore dans leur tête. Mais l'époque de la guerre froide est révolue. La Russie n'attendra pas de voir comment l'Occident tente de la détruire.

La Maison Blanche, le Pentagone et le Département d'État suivent-ils la même ligne de conduite convenue, ou devons-nous nous attendre à une autre "fronde des généraux" comme cela s'est produit avec la Syrie ?

Il semble que la Maison Blanche et le Département d'Etat soient d'accord sur la Russie. Le Pentagone est plus prudent, mais suit les ordres de Biden et Blinken. Le ministère de la Défense a récemment annoncé qu'il allait fournir une aide supplémentaire à l'Ukraine. Globalement, nous voyons donc une stratégie unifiée contre la Russie.

La crise ukrainienne vise-t-elle également à neutraliser les aspirations de Berlin à une plus grande indépendance vis-à-vis de Londres et de Washington ? À votre avis, Berlin aurait-il pu chercher la protection de Moscou ces dernières années en poursuivant un programme sur le long terme ?

L'axe Moscou-Berlin-Paris est le pire cauchemar des atlantistes. En effet, le livre de Brooks Adams écrit à la fin du 19e siècle contient la thèse de la nécessité pour l'Amérique d'empêcher une future amitié entre la Chine, la Russie et l'Allemagne au profit de Washington. Les États-Unis craignent l'intégration continentale de l'Eurasie sous quelque forme que ce soit. C'est pourquoi ils utilisent la stratégie du "diviser pour régner". Jusqu'à présent, il n'y a aucun signe que Berlin s'engage dans une politique souveraine et indépendante. Certains ministres font simplement des pas de géant. Nous avons entendu que l'Allemagne ne fournira plus d'armes à l'Ukraine parce qu'elle doit maintenir la Bundeswehr dans un état normal de fonctionnement. C'est une bonne nouvelle, mais elle n'est pas suffisante. D'autre part, la leçon de la Russie sur l'approvisionnement et les prix du gaz aidera les politiciens allemands à bien réfléchir.

L'opération militaire spéciale en Ukraine se déroule-t-elle comme prévu ?

Oui, c'est le cas. Nous procédons étape par étape. Il n'y a pas de termes concrets, seulement des objectifs. Maintenant, la République populaire de Lugansk a été libérée. L'étape suivante sera la République populaire de Donetsk et d'autres régions d'Ukraine. Chaque jour, il y a moins de chances pour la dictature de Zelensky et plus de chances pour les prochaines revendications russes.

Kiev court-il le risque sérieux de se retrouver enclavé et de voir l'étendue de son territoire fortement réduite, même au profit de certains de ses "amis" à la frontière occidentale ?

Les "amis" de la frontière occidentale sont très intéressés par l'intégration de ces parties de l'Ukraine dans leur territoire le plus rapidement possible. Je pense que ce genre d'opportunité se présentera bientôt. Mais la côte revêt également une importance stratégique pour l'Ukraine. Les régions qui produisent la majeure partie du PIB de l'Ukraine (les secteurs industriels du sud-est) sont actuellement sous contrôle russe. Le port d'Odessa sera une bonne récompense après d'autres succès dans la région de Zaporozhie et la région de Nikolaev sous administration russe (très bientôt, espérons-le).

Pouvez-vous nous informer sur les laboratoires biologiques américains (malheureusement) notoires en Ukraine ?

Les dernières nouvelles concernaient le lien entre les citoyens russes disparus en Ukraine depuis 2014 et l'activité de ces laboratoires. Des enquêtes sont en cours.

Parlons économie : le système MIR rend-il la Russie indépendante de SWIFT et à l'abri de son éventuelle exclusion ?

En Russie, nous pouvons utiliser Mastercard et Visa ; il n'y a pas encore de problèmes. Le MIR est plus indépendant car c'est un produit national, mais il est limité à l'étranger. Aujourd'hui, les gouvernements russes négocient pour l'installer dans des pays amis.

À quoi ressemblera la nouvelle monnaie de réserve internationale, sera-t-elle exclusive ou coexistera-t-elle avec le dollar ?

Sur le marché boursier russe, nous constatons que le yuan est plus utile que le dollar américain. La Chine est en train de construire son propre système de transaction. En outre, Pékin et Moscou ont convenu d'organiser une autre monnaie mondiale pour éviter toute dépendance.

Le moment unipolaire américain est-il définitivement terminé ?

Oui, bien sûr. Mais comme pour tout changement global, nous aurons des turbulences pendant un certain temps encore.

Si vous le permettez, j'aimerais conclure par une question naïve : pourquoi les peuples occidentaux sont-ils encore si convaincus que leurs gouvernements sont "bons" ?

Les raisons sont peu nombreuses. Les gouvernements sont issus du peuple et le mythe de la démocratie reste fort. Les élites politiques disposent d'outils d'influence, de l'éducation aux médias en passant par l'appareil répressif. Enfin, ces dernières décennies, on a assisté à un sérieux déclin de la pensée politique indépendante, influencée par le consumérisme.

mercredi, 06 juillet 2022

Les causes de la guerre en Ukraine remontent à de nombreuses années avant Poutine

AFP_32CJ8BH-k8S-U33501273241802cEB-656x492@Corriere-Web-Sezioni.jpg

Les causes de la guerre en Ukraine remontent à de nombreuses années avant Poutine

par Giacomo Gabellini

Source : DiariodelWeb & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/le-cause-della-guerra-in-ucraina-nascono-molti-anni-prima-di-putin

Dans cette interview avec DiariodelWeb.it, Giacomo Gabellini, auteur du livre 1991-2022. Ucraina. Il mondo al bivio (= "1991-2022. Ukraine, le monde à la croisée des chemins"), retrace les origines lointaines dans le temps du conflit.

propos recueillis par Fabrizio Corgnati

Le déclenchement officiel de la guerre en Ukraine remonte au 24 février, avec l'invasion de la Russie. Mais si l'on en est arrivé à cette escalade, c'est en vertu de causes qui s'accumulent depuis de nombreuses décennies, et qu'il faut comprendre en profondeur si l'on veut vraiment saisir les enjeux de ce conflit. Giacomo Gabellini, écrivain et chercheur sur les questions historiques, économiques et géopolitiques, a écrit à ce sujet dans son dernier livre "1991-2022". Ukraine, le monde à la croisée des chemins", publié par Arianna Editore, qu'il présente dans cet entretien avec DiariodelWeb.it.

Giacomo Gabellini, vous remontez loin dans le temps pour trouver les causes du conflit en Ukraine.

Il y a précisément un siècle, en 1922, lorsque Staline a été nommé commissaire des nations de l'Union soviétique. C'est à ce titre qu'il a commencé à concevoir un projet impérial. Il s'est rendu compte que pour maintenir ensemble un État aussi diversifié sur le plan ethnique, linguistique et confessionnel, il était nécessaire de renforcer le pouvoir central.

De quelle manière ?

En empêchant la création de groupes ethniques surpuissants au sein de chaque république fédérée. En flanquant les groupes ethniques majoritaires d'autres groupes tout aussi nombreux. Peut-être lié à la proximité des groupes ethniques dominants dans les républiques voisines.

russischer-panzer.jpg

En d'autres termes, empêcher la consolidation d'identités ethniques distinctes dans des nations individuelles ayant un sentiment d'appartenance.

Exactement. Soit par le déplacement de populations entières, soit par la modification continuelle des frontières. Ainsi, des groupes ethniques qui n'avaient pas grand-chose en commun se sont retrouvés à vivre avec un sentiment de méfiance mutuelle, dû à l'extranéité.

Cela ressemble un peu à la conception de la société mondialiste...

Oui, le plan était basé sur une idée similaire. Et l'Ukraine est l'un des exemples les plus flagrants, car les populations russes étaient intégrées dans la partie sud et est du pays. Plus tard, en 1954, Khrouchtchev a également annexé la Crimée, habitée principalement par des Russes, à l'État ukrainien.

En avançant de quelques décennies, Kiev s'est donc retrouvé à contrôler des morceaux de territoire qui n'avaient rien à voir avec la culture, la langue ou le sentiment d'appartenance ukrainiens.

L'Ukraine est un État très composite. Elle compte plusieurs groupes ethniques en son sein, dont, par exemple, les Polonais et les Hongrois, et ceux-ci ont rarement vécu en harmonie les uns avec les autres. Lorsque la situation économique se dégrade, ces vieilles rivalités ont tendance à refaire surface avec vigueur.

71HLNYy6rKL.jpg

Quelqu'un a-t-il délibérément attisé les flammes de ces rivalités pour faire monter les tensions ?

Sans aucun doute. Déjà au lendemain de l'effondrement de l'URSS et de l'indépendance de l'Ukraine, un essai de Soljénitsyne soulignait comment les élites ukrainiennes tentaient progressivement de marginaliser la langue russe. Ce qui n'était pas une mince affaire, pour un pays qui comptait des millions et des millions de citoyens ne parlant que cette langue. Zelensky lui-même était russophone et a dû apprendre l'ukrainien. À partir de 2008, même l'ukrainien a été imposé par la loi comme seule langue officielle: un peu comme si dans notre Tyrol du Sud on décidait de n'imposer que l'italien.

Ces dernières années, cette épuration ethnique, que je ne sais comment définir autrement, a pris des contours encore plus violents.

Sans l'ombre d'un doute. Au fur et à mesure que le conflit s'aggrave, on assiste à un durcissement des mesures contre ces minorités. La fermeture des écoles, l'unification des chaînes de télévision par la loi martiale, l'érection de statues de personnages controversés de la Seconde Guerre mondiale, l'interdiction de dizaines de partis accusés de collaborer avec la Russie, y compris le principal bloc d'opposition, le Bloc pour la vie. Toutes ces mesures n'ont pas aidé à la coexistence, mais ont exacerbé les différences.

Mais les Ukrainiens ont-ils adopté cette stratégie de leur propre gré ou sous une certaine pression internationale ?

Une partie de la population ukrainienne, notamment dans la région de Lviv, est fortement nationaliste. Et ils s'inspirent des idées de personnes comme Stepan Bandera et Jaroslav Stec'ko, qui avaient collaboré avec les forces d'occupation allemandes dans les années 1940 et étaient responsables du massacre de dizaines de milliers de personnes. Lorsque l'Union soviétique est parvenue à vaincre les nazis, l'agence américaine OSS, dont les résidus ont donné naissance plus tard à la CIA, a pris soin d'offrir à ces personnages l'hospitalité aux États-Unis et en Allemagne de l'Ouest. Lorsque l'URSS s'est effondrée, la femme de Stec'ko est retournée en Ukraine et a fondé le parti nationaliste ukrainien, qui défendait les mêmes positions que son mari.

Vous êtes en train de me dire qu'il y a eu une aide active des États-Unis ?

Oui. Ce qui n'a pas seulement impliqué l'Ukraine mais aussi, comme on le sait, de nombreux hiérarques nazis et anticommunistes, recyclés par la suite en conseillers de dictatures militaires sud-américaines pro-US.

Pourquoi, dans le récit le plus répandu, cette responsabilité américaine disparaît-elle et seule celle de Poutine subsiste ?

Parce que les États alliés européens n'ont que formellement gagné la Seconde Guerre mondiale. Pour l'essentiel, ils étaient occupés par les États-Unis, politiquement, militairement et surtout en termes de renseignements. À partir de 1945, il y a eu un alignement plus ou moins rigide sur les États-Unis, en fonction des pays, qui se sont dégradés au niveau de colonies.

En d'autres termes, nous portons la version officielle américaine parce que nous sommes des succubes des États-Unis.

Oui, nous nous plions à leurs diktats et suivons leurs orientations stratégiques. Même lorsqu'ils entrent en conflit avec nos intérêts.

9788865882283_0_536_0_75.jpg

Comme c'est le cas avec cette guerre, pour laquelle on ne voit pas bien ce que nous avons à gagner.

Nous avons tout à perdre. En particulier, les économies manufacturières comme l'Allemagne et l'Italie ont besoin de matières premières bon marché pour maintenir la compétitivité de leurs produits. Ce que la Russie a garanti jusqu'à présent, notamment les hydrocarbures, auxquels nous devrons désormais renoncer. Dans le meilleur des cas, ces approvisionnements seront remplacés par du gaz de schiste américain, qui coûte beaucoup plus cher et pèsera sur le prix final des produits européens. Cela entraînera une perte de compétitivité et donc d'emplois.

Quel est le scénario le plus probable à ce stade : une escalade vers une guerre mondiale ou un atterrissage en douceur, avec un armistice ?

Arriver à un armistice aussi équitable que possible est certainement dans l'intérêt de l'Europe occidentale. Pas de ceux de l'Est, qui aspirent exactement au contraire: l'intention des États baltes et de la Pologne est d'infliger un coup éventuellement mortel à la Russie, de l'affaiblir et de la mettre en position de ne pas nuire.

Ce qui a très peu de chances d'arriver.

De mon point de vue, c'est absolument impossible. Quant aux États-Unis, ils n'ont aucun intérêt dans une solution pacifique. Leur perspective est de combattre la Russie jusqu'au dernier Ukrainien, de creuser un fossé aussi infranchissable que possible entre elle et l'Europe occidentale. Dans la vision géopolitique anglo-américaine, l'objectif a toujours été de prévenir et de consolider les synergies politico-économiques de la puissance démographique et de la richesse matérielle russes avec la technologie occidentale.

Ce faisant, cependant, ils envoient la Russie dans les bras de la Chine. Ne s'agit-il pas d'une erreur stratégique ?

En effet, il existe des observateurs, tels que Henry Kissinger, qui ne peuvent certainement pas être soupçonnés d'être poutinistes...

...ou même pacifistes.

Exactement. Kissinger, disais-je, a répété ad nauseam que poursuivre dans cette voie ne fait que lier Moscou et Pékin dans une alliance stratégique structurelle, capable de créer un bloc économique gigantesque. Autour duquel des dizaines de pays de ce que l'on appelle le sud du monde ont tendance à graviter : l'Inde, le bloc Brics, les économies latino-américaines en plein essor comme le Mexique.

Les États-Unis continuent de considérer le monde comme bipolaire, dans la perspective de l'ancienne guerre froide, mais ne se rendent pas compte qu'il est aujourd'hui devenu multipolaire.

Le problème est justement là. Les apparatchiks américains ont grandi avec la logique de la guerre froide et ne peuvent concevoir autre chose. La Russie, à leurs yeux, ne peut en aucun cas être un allié potentiel. Elle reste un ennemi à vaincre, après quoi, à mon avis, leur dessein sera de passer à la Chine. Mais la position de Kissinger montre que même les élites américaines sont plutôt divisées sur l'approche à adopter.

vendredi, 01 juillet 2022

L'alternative pour l'Europe de l'Est est la tradition et l'amitié avec la Russie

slavic10_800x600.png

L'alternative pour l'Europe de l'Est est la tradition et l'amitié avec la Russie

Alexander Bovdunov & Pavel Kiselev

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/alternative-eastern...

Cette interview de Pavel Kiselev avec l'expert en histoire et en géopolitique Alexander Bovdunov aborde la réalité actuelle de l'Europe de l'Est. Le livre que Bovdunov vient de publier a eu un large écho parmi les conservateurs russes et est devenu essentiel pour étudier les processus politiques et philosophiques en Europe de l'Est.

Kiselev : Alexander, depuis combien de temps vous intéressez-vous au sujet de l'Europe de l'Est ? Pourquoi avez-vous commencé à l'étudier ?

Bovdunov : J'ai commencé à étudier la Roumanie lorsque j'étais étudiant au MGIMO. Ma deuxième langue étrangère était le roumain. Puis j'ai développé un intérêt pour la pensée conservatrice orthodoxe roumaine et, par coïncidence, j'ai commencé à traduire quelques textes en même temps, activité qui s'est ensuite transformée en un intérêt plus large et plus complexe pour la région [l'Europe de l'Est]. Il s'est alors avéré que la notion de "région" ne s'applique pas bien à cette structure complexe caractérisée par ses frontières. Par essence, la région est une zone-frontière fluctuante entre la Russie et l'Europe. Ensuite, les questions de savoir quoi faire de cette frontière et quelles alternatives à la situation géopolitique actuelle pouvaient être développées en un intérêt académique, dans une thèse de doctorat sur une réorganisation géopolitique alternative de l'Europe. Je m'intéressais au problème de savoir quelles alternatives à leur statu quo les Européens de l'Est voyaient. Finalement, cela s'est transformé en un livre, publié par hasard à un moment chaud où l'intérêt pour la région s'était considérablement accru.

amqnavqka35bnvf8ydsfdsuggpiiua6vrmow_kgbbr1jghawyzrj3s0g_gp7lfuitd3m-t5pbxm6tamdikj3vdhw_1.jpg

Kiselev : Quand avez-vous commencé à écrire le livre ?

Bovdunov : Le corps principal du texte a été écrit en 2012-13 alors que je préparais et défendais mon doctorat en sciences politiques. Puis je l'ai mis à jour, j'ai écrit plusieurs nouveaux chapitres entièrement consacrés aux espaces philosophiques de l'Europe de l'Est. Autrement dit, le livre a été écrit avec des interruptions : d'abord dans les années 2010 et mis à jour dans les années 2020 et 21.

Kiselev : Vous avez dit que l'intérêt pour l'Europe de l'Est a augmenté pendant les "périodes chaudes". L'opération militaire spéciale a-t-elle eu un impact sur le contenu du livre, avez-vous fait des ajouts après son début ?

Bovdunov : Malheureusement, il n'y en a pas eu, car le livre avait déjà été imprimé à ce moment-là. Conceptuellement, cependant, rien n'a changé dans la région. Au contraire, les stratégies atlantistes de contrôle de la région et d'expansion en tant que "zone tampon" à l'est, telles que décrites dans le livre, sont devenues encore plus prononcées. Il est clair que la position de certains politiciens est également en train de changer, car certains auteurs ouvertement pro-russes ont dû être réduits au silence. Cependant, nous pouvons déjà constater que cette tendance est en train de changer. C'est-à-dire que les experts commencent à s'exprimer contre les livraisons d'armes à l'Ukraine, pour la normalisation des relations avec la Russie, etc. Je pense qu'en fait, tout va revenir à la normale. En outre, plus la Russie sera performante, mieux, paradoxalement, elle sera traitée. Plus la Russie sera forte dans le cadre de l'Opération militaire spéciale, meilleure sera l'attitude à son égard de ceux qui ont jusqu'à présent adopté une attitude sceptique et attentiste, mais qui ne sont pas prêts à accepter la dégénérescence et la dégradation causées par la civilisation occidentale moderne. Une Russie forte devra être prise en considération, et les forces conservatrices et traditionalistes (au sens large du terme) verront dans une Russie forte un soutien. Beaucoup pensent déjà que la Russie devrait être le centre d'attention, qu'elle est un acteur important dans l'arène géopolitique, défiant l'Occident.

Kiselev : Dans ce contexte, comment voyez-vous les relations entre la Russie et l'Europe de l'Est après la fin de l'opération spéciale ?

Bovdunov : Je pense que le refroidissement actuel est temporaire et qu'ils devront rechercher le dialogue à l'avenir. Et puis les concepts géopolitiques anti-atlantiques et continentaux, même s'ils ne sont que des idées pour l'instant et ne sont pas soutenus par beaucoup, auront un rôle à jouer et devront être abordés. L'important est d'avoir des idées, et les idées sont là. Elles vivent à nos côtés, et il me semble qu'il y aura une certaine réorientation, au moins dans les pays où il existe de sérieuses positions pro-russes, par exemple en Bulgarie et en Slovaquie. Avec la Pologne, c'est compliqué, car à bien des égards, nous sommes aux antipodes, et le différend polono-russe n'est pas tant un différend entre le catholicisme et l'orthodoxie, mais entre deux grandes puissances qui ont tenté de concentrer l'hégémonie entre leurs mains dans cette partie de l'Europe. La Russie a réussi, la Pologne n'a pas réussi. La question se pose : le choix de la Pologne était-il le bon ? La nostalgie impériale polonaise se manifeste de diverses manières : dans la politique prométhéenne, dans l'idée jagellonienne, dont il est question dans mon livre, et dans une sorte de "nostalgie" de l'Empire russe ! À ce sujet, je peux également recommander un livre de l'écrivain polonais Mariusz Swider intitulé "Comment nous avons construit la Russie".

T335191.jpg

C'est un livre très populaire en Pologne - il existe de nombreuses éditions et les Polonais s'y intéressent activement. Il décrit le rôle des Polonais dans l'histoire de la Russie, le nombre de Polonais qui ont servi dans l'armée, le gouvernement et la police de l'Empire russe est plus élevé que tout autre groupe ethnique, comment ils ont participé à la création de la culture russe. Et donc, ils ont la nostalgie de la grandeur que cela a donné. Nous leur proposons de rechercher cette grandeur avec la Russie, et non pas contre la Russie, non pas au bénéfice des doctrines libérales occidentales, qui finiront par détruire la Pologne. Cela n'a aucun sens pour les "hussards ailés" polonais d'aller contre la Russie si la communauté LGBT vient de l'arrière avec des "plumes". La menace pour leur identité ne vient pas de la Russie.

Kiselev : Votre livre a fait une impression positive sur une grande partie de la communauté conservatrice en Russie, car le sujet de l'Europe de l'Est est à l'ordre du jour pour beaucoup en ce moment. Dites-moi, y a-t-il des études russes sur cette région, ou des parties de celle-ci, philosophiques ou géopolitiques, que vous pourriez citer et qui auraient pu influencer votre travail également ?

Bovdunov : Tout d'abord, Noomakhia d'Alexander G. Douguine, deux volumes qui traitent directement des régions d'Europe de l'Est. De manière générale, il a été influencé par les discussions qui ont eu lieu au sein du Center for Conservative Studies dans les années 2010. Je pense que ce sont des ouvrages exemplaires qu'il faut lire. Quant aux autres ouvrages russes, je ne pense pas que beaucoup d'ouvrages sérieux soient publiés aujourd'hui. Vous pouvez chercher des traductions d'auteurs lituaniens, par exemple d'Antanas Maceina (photo), brillamment traduit par Maxim Medovarov et aussi des auteurs roumains.

Antanas_Maceina.jpgKiselev : Dans votre livre, vous indiquez qu'en plus de Noomakhia, votre livre a été influencé par les autres ouvrages de Douguine, Géopolitique et Fondements de la géopolitique. Des concepts tels que l'approche civique et la quatrième théorie politique jouent-ils un rôle dans vos recherches ?

Bovdunov : L'approche civique, oui. Quant à la "Quatrième Théorie Politique", je n'en parle pas directement. Mais il y a une section dans le livre intitulée "Grande Europe de l'Est : réveil ou réinitialisation", qui parle des concepts de grand réveil et de la façon dont on peut mener un discours contre-hégémonique, lié à la notion de "troisième traditionalisme" - un appel à l'horizon paysan. Ceci, à mon avis, se combine avec QTP. Le phénomène même du populisme est-européen est précisément une tentative de surmonter la dichotomie gauche-droite, qui est essentiellement une expression et un reflet du même projet des Lumières, mais sous des formes différentes. Il recoupe donc en partie les concepts de ce qu'Alexandre Douguine appelle la Quatrième théorie politique.

Kiselev : En ce qui concerne l'approche civilisationnelle, voyez-vous l'Europe de l'Est comme une civilisation distincte, ou y a-t-il trop de contradictions internes qui l'empêchent ?

Bovdunov : Non, cette région ne peut être considérée comme une civilisation séparée, elle est un terrain de contact de diverses civilisations : Islamique, Orthodoxe, Catholique. Un autre fait est qu'il y a quelque chose de commun dans ce domaine à partir duquel le projet de la Grande Europe de l'Est peut être construit, je veux parler de la composante conservatrice qui est évidemment présente dans ces pays et qui est en partie liée à nous. Il y a une couche supplémentaire, l'horizon paysan, car l'Europe de l'Est est le berceau du paysan européen, où la civilisation de la Grande Mère se superpose au dionysisme (Dionysos vient d'Europe de l'Est, de Thrace). Et ces horizons philosophiques sont également importants pour trouver un terrain d'entente. Il y a des moments de chevauchement même dans l'idée slave, car il semblerait que le panslavisme et l'eurasianisme soient difficilement compatibles, mais, en fait, nous devrions nous tourner vers la dimension profonde de l'idée slave, vers la langue, vers la recherche linguistique, vers les tentatives de former la philosophie sur la base de la langue.

Ainsi, le philosophe macédonien Bronislav Sarkanyants fait remarquer que nous pouvons retracer comment les concepts philosophiques que l'on trouve dans les langues slaves du Sud ont fait un long chemin depuis la tradition grecque, jusqu'au latin, à l'allemand, au russe, au serbe, et ainsi de suite. Nous avons eu Cyrille et Méthode, il y avait une tradition de traduction du grec, qui était essentiellement une traduction du grec philosophique, la langue du Nouveau Testament et du platonisme chrétien. Pourquoi ne nous tournons-nous pas ensemble vers la tradition de Cyrille et Méthode ? C'est déjà un défi intéressant. Au lieu de passer par une chaîne de perte de sens, nous pouvons faire une tentative pour atteindre l'antiquité et notre tradition commune léguée par Cyrille et Méthode.

Les-saints-égaux-aux-Apôtres-Cyrille-Méthode.jpg

L'image de Cyrille et Méthode est importante pour nous, pour les Serbes et les Slovaques, qui avons la croix de Cyrille et Méthode dans nos armoiries. On peut trouver de profondes tendances russes et slaves chez les Slovaques. Nous pouvons trouver des influences mutuelles de tendances philosophiques: les Slovaques ont une école philosophique, fondée par Nikolai Loski. Nous sommes unis aux Polonais par la figure de Thaddeus Zielinsky (photo), un grand et intéressant spécialiste de l'antiquité et fondateur de l'idée de la Renaissance slave. En général, il y a beaucoup de couches différentes qui se croisent et se chevauchent, et c'est ce qui rend la région si intéressante.

Tadeusz_ZielińskiPhoto.jpg

Kiselev : Quelles conclusions tirez-vous de votre livre et quels sont vos espoirs pour l'avenir de l'Europe de l'Est ?

Bovdunov : La conclusion est que nous pouvons construire un projet pour l'Europe de l'Est. Ce projet respectera l'identité de la région. Les pays d'Europe de l'Est doivent se tourner vers les horizons philosophiques sous-jacents qui les unissent, d'une part. D'autre part, les aspects pragmatiques et géopolitiques jouent un rôle important. Pour ce faire, il faut d'abord mettre fin à l'occidentalo-centrisme, qui empêche l'Europe de l'Est de rattraper l'Occident, car le discours lui-même est actuellement construit de telle sorte qu'elle ne peut pas le rattraper; l'Europe de l'Est est éternellement contrainte d'être l'"Autre" interne de l'Occident, en le copiant, en éliminant ses caractéristiques, tandis que la Russie est l'"Autre" externe. Ce qui est projeté sur l'image de l'"Autre" est ce que l'Europe nie actuellement en elle-même. Pour sortir de ce cercle vicieux, il est nécessaire que l'"autre" Europe devienne l'"autre Europe". Il est nécessaire de chercher son alternative dans la Tradition et avec la Russie.

 

dimanche, 05 juin 2022

"L'hypermoralisme fait partie du mode de vie actuel" - Entretien avec Thor Kunkel

ThorKunkel.jpg

"L'hypermoralisme fait partie du mode de vie actuel"

Entretien avec Thor Kunkel

Propos recueillis par Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/hypermoralische-haltung-gehoert-zum-heutigen-lifestyle/

L'écrivain Thor Kunkel évoque les Verts, qui ont sacrifié le pacifisme sur l'autel du pouvoir et se sont entendus avec les Etats-Unis, et le risque que cette politique entraîne l'Allemagne dans la guerre en Ukraine.

Si l'on regarde la position des Verts en République fédérale d'Allemagne sur la guerre en Ukraine, ils n'ont aucun scrupule face aux livraisons d'armes. Où est passé le mouvement pacifiste dont sont issus en partie les Verts ?

Thor Kunkel : Nous avons tous été surpris, je pense, par la rapidité avec laquelle ce parti, qui s'est longtemps revendiqué du mouvement pour la paix et qui jouit donc d'une sympathie sans précédent auprès des jeunes électeurs, s'est transformé en très peu de temps. On pourrait parler d'un parti de politiciens au pouvoir. Remarquez qu'il s'agit de politiciens de pouvoir dépourvus de tout bagage professionnel.

Thor Kunkel fait partie des écrivains germanophones modernes. Il a étudié les arts plastiques, notamment à Francfort-sur-le-Main et à San Francisco, et a travaillé pendant de nombreuses années comme créatif pour des agences de publicité britanniques et néerlandaises (photo : Thor Kunkel).

Ce ne sont donc pas les bonnes personnes qui occupent des postes à responsabilité ?

Kunkel : C'est une certaine tradition chez les Verts. Pensez au fameux discours de Joschka Fischer en 1999 sur l'entrée en guerre de l'OTAN au Kosovo : on a découvert après coup que M. Fischer n'avait même pas lu le traité de Rambouillet. On a alors dit que si les chapitres 7 et 8 avaient été connus auparavant, de nombreux députés Verts n'auraient pas voté pour la guerre à l'époque. En d'autres termes, un certain manque de professionnalisme est tout à fait typique des Verts.

979100_Cover_neu.jpg

En ce qui concerne le pacifisme, ou plutôt la non-violence, il n'y a jamais eu de condamnation claire de la RAF de la part des Verts, et des représentants des Verts continuent de faire des mamours avec le petit monde des Antifa, qui est tout sauf pacifique.

Kunkel : Je dirais que la base du parti est relativement violente. Mais en ce qui concerne le comportement de Mme Baerbock et de M. Habeck, il y a encore d'autres raisons déterminantes, - la vassalité vis-à-vis des Américains et aussi l'intention de ne décevoir aucun des amis transatlantistes.

Si nous jetons un bref coup d'œil à l'histoire, lors de la guerre du Vietnam, le mouvement pacifiste a violemment critiqué les États-Unis et a quasiment glorifié les Nord-Vietnamiens et Ho Chi Minh. Au début des années 80, lors de la double décision de l'OTAN sur le réarmement, les États-Unis ont à nouveau été vivement critiqués, tandis que le rôle de l'URSS était occulté. D'où vient cette divergence ?

Kunkel : Tout d'abord, la gauche a fait à l'époque ce qu'elle fait aujourd'hui, c'est-à-dire qu'elle s'est solidarisée avec les peuples coloniaux exploités, parmi lesquels elle comptait les Nord-Vietnamiens. Par ailleurs, l'impérialisme géopolitique des États-Unis était alors à son apogée, ce qui correspondait très, très bien à la phase de légitimation des partis de gauche et des partis verts. Aujourd'hui, nous nous trouvons dans une situation différente : les Verts font partie de l'establishment. Ils sont choyés par les médias qui leur sont favorables, et ils savent aussi que la jeune génération les soutient. Ils cultivent un style de vie élitiste et ont appris à s'accommoder de la dernière grande puissance occidentale, les États-Unis. Les élites s'arrangent toujours avec les dirigeants, et cela explique le changement que vous venez d'évoquer.

Welt-unter.jpg

Le nouveau roman de Thor Kunkel, "Welt unter", va bientôt paraître.

Cela signifie que les choses vont probablement continuer ainsi avec les Verts, car la coalition "feux de circulation" va, selon les prévisions actuelles, tenir jusqu'à la fin de la législature.

Kunkel : Nous devons partir de ce principe. La majorité des Allemands approuvent cette orientation belliciste, cette "attitude", comme on dit, de la ministre des Affaires étrangères. On dit qu'elle fait du bon travail et que les Allemands sont également satisfaits du travail de M. Habeck. Bien entendu, ces déclarations des médias grand public doivent être prises avec précaution. Je pense toutefois qu'ils n'ont pas perdu la confiance en adoptant une position qui consiste à livrer des armes lourdes à un seul des belligérants. La majorité des Allemands semble les soutenir.

Ad-Endstufe-2021.jpg

Parce qu'ils pensent être du bon côté sur le plan moral ?

Kunkel : Cela correspond exactement à cette attitude hypermoraliste qui fait aujourd'hui partie du style de vie vert, on est alors "moralement protégé". De nos jours, le prestige, la réputation et cette attitude morale sont presque devenu des avantages en monnaie sonnantes et trébuchantes. On sait aussi, bien sûr, que si l'on adopte une position critique - du moins en Allemagne -, on risque aujourd'hui de perdre son gagne-pain ou de ruiner sa carrière. Celui qui fait partie du système et tous ceux qui gagnent simplement leur vie se taisent.

media_8872419.jpeg

Pourrait-on également formuler cela de manière un peu provocante en disant que l'opinion dominante est que "le monde doit être sauvé par l'hypermoralisme allemand" ?

Kunkel : Si vous faites allusion aux années 30 et 40, je ne peux que vous donner raison. J'ai l'impression que le risque d'être impliqué d'une manière ou d'une autre dans cette guerre est pris à la légère. On fait semblant de ne pas être impliqué dans la guerre, ce qui n'est pas vrai dans les faits. On ne peut pas livrer systématiquement des armes lourdes à une partie belligérante et prétendre ensuite ne pas être impliqué. Si des soldats ukrainiens sont formés par des Américains en Allemagne pour pouvoir maîtriser certains systèmes de missiles qui tuent des soldats russes, il s'agit clairement d'une forme de "service de guerre". S'il devait y avoir des réactions, s'il devait y avoir des explosions nucléaires, cette guerre se déroulerait principalement en Europe et les États-Unis seraient, comme toujours, en dehors du jeu.

C'est ce qui avait été envisagé dans les années 1970 comme le pire scénario de la 3ème Guerre mondiale. Un éventuel échange de coups devait se limiter au sol européen, plus précisément au territoire de l'Allemagne vaincue. En raison de leur manque de souveraineté, les gouvernements de l'époque - Schmidt, Kohl - ont accepté que des armes nucléaires soient installées sur le territoire allemand. Dans le pire des cas, on pourrait s'attendre à ce que ces systèmes d'armes fixes soient utilisés. Curieusement, cela semble laisser la population allemande indifférente, car elle n'a guère tiré de leçons des événements fatals de la Seconde Guerre mondiale.

Pendant longtemps, la grande maxime politique de la République fédérale était "plus jamais la guerre", et l'armée allemande ne devait pas participer à des opérations de guerre à l'étranger. Puis, comme vous l'avez déjà mentionné, le gouvernement fédéral rouge-vert et le ministre des Affaires étrangères Fischer ont déclenché la guerre de l'OTAN contre la Serbie, et l'Allemagne risque maintenant d'être entraînée dans la guerre qui sévit aujourd'hui en Ukraine. Comment expliquer tout cela ?

Kunkel : Je ne sais pas. Il s'agit vraisemblablement de certains schémas de réaction qui semblent se répéter. En arrière-plan, il semble y avoir un objectif supérieur et symboliquement chargé - un objectif fixé par nos "amis" transatlantiques, dont la géopolitique doit être accomplie par le vassal. Un État souverain se comporterait différemment dans cette situation, et surtout, les politiciens allemands ne seraient pas prêts à risquer la vie de millions d'Allemands pour une politique absurde basée sur des  "valeurs" (occidentales). Même si la catastrophe n'arrive pas tout de suite, plus les belligérants s'échauffent, plus le risque est grand que cela ait des conséquences que les "professionnels de la politique" comme Mme Baerbock et M. Habeck ne peuvent pas prévoir. Ce qui m'inquiète, c'est que la caste politique semble considérer 89 millions d'Allemands comme une masse de manœuvre qui doit simplement rester immobile.

M03499231514-source.jpg

J'aimerais vraiment entendre un jour un M. Scholz déclarer clairement: "Le bien du peuple, que je représente en vertu de ma fonction, passe avant tout". Avant les "valeurs" (occidentales), avant la politique symbolique, et même avant les victimes de la guerre, dans laquelle l'Allemagne n'a aucune responsabilité. En revanche, une guerre nucléaire en Europe serait si terrible qu'on ne veut pas y penser. Le comportement arrogant de certains personnages clés du gouvernement ukrainien suggère d'ailleurs de qui pourrait provenir une première frappe nucléaire en cas de doute. Je pense qu'un macho comme Zelenski n'a pas grand-chose à envier à Poutine.

Pour revenir brièvement au pacifisme : Peut-on résumer cela en disant que le pacifisme n'était ou n'est toujours qu'un slogan politique de la gauche ?

Kunkel : Il semblerait que oui. Pour le parti, c'était un terme de combat utile dans la boîte à outils du marketing politique, bien que je ne veuille pas nier à de nombreux membres de la gauche et du parti des Verts une attitude pacifiste de base. Dans la vie politique quotidienne, l'affirmation d'être un mouvement pacifiste était bien sûr un plus émotionnel et une feinte rhétorique visant à discréditer indirectement l'adversaire politique.

Il est également significatif que le terme ait récemment été utilisé dans le débat politique. M. Habeck a fait savoir que, bien qu'il éprouve du respect pour une "position de pacifisme inconditionnel" au sein de son parti, il "pense que c'est faux". Mme Baerbock a répondu aux questions de l'opposition que les Verts "ne voulaient plus être endormis". Ils sont prêts - à la différence de l'AfD - à adapter leurs exigences programmatiques "aux circonstances". Cela ressemblait à de l'auto-dénigrement, mais n'a pas vraiment irrité qui que ce soit. On sait que Mme Baerbock a une relation quelque peu légère et inconsistante avec la vérité.

L'entretien a été réalisé par Bernhard Tomaschitz.

jeudi, 26 mai 2022

Diego Fusaro : "La guerre de Biden et de l'OTAN contre la Russie a la Chine comme principal ennemi"

f.elconfidencial.com_original_216_cca_034_216cca0342ed0633cabbcf355de550fe.jpg

Diego Fusaro : "La guerre de Biden et de l'OTAN contre la Russie a la Chine comme principal ennemi"

Propos recueillis par Carlos X. Blanco 

Source: http://adaraga.com/diego-fusaro-la-guerra-de-biden-y-la-otan-contra-rusia-tiene-como-enemigo-fundamental-a-china/

Nous avons eu la chance de pouvoir nous entretenir avec le philosophe italien Diego Fusaro, bien connu des habitués du site et de la revue Adáraga. La Chine est sans aucun doute devenue l'une des grandes puissances (si ce n'est la plus grande de toutes) et, par conséquent, nous ne pouvions manquer d'interroger l'un des esprits les plus critiques et les plus lucides sur cette question.

De ce côté du monde appelé "Occident", cadavre surmonté de l'atlantisme yankee, la Chine nous est présentée comme une "menace". Notre penseur italien, dans une approche multipolaire, analogue par certains aspects à l'approche utilisée par Robert Steuckers et Aleksandr Duguin, soutient qu'il n'est pas légitime en soi de combattre des civilisations-nations comme la Russie et la Chine, et encore moins de le faire au nom d'un seul pôle de puissance et d'une seule forme de domination. La domination de l'échiquier mondial dans les mains d'une seule puissance, celles d'un Occident qui n'est en réalité que le marécage miasmatique de l'atlantisme nord-américain, ne peut être bonne pour les autres peuples du monde.

La nation-civilisation de la Chine a démontré sa résistance à l'impérialisme et aux diverses conquêtes. Le bellicisme forcené de Biden ne pourra jamais "avaler" tout un monde, tout un mode de vie qui, de plus, prend l'ascendant économique, militaire et technologique sur l'atlantisme. L'Occident, qui n'est plus l'Europe, n'est plus une civilisation. Il s'agit, contrairement à la Chine et à la Russie, d'un réseau d'États qui ne correspond plus aux peuples que chacun d'eux contient. Elle est donc au service du turbo-capitalisme et ses contradictions internes n'ont d'autre effet que de semer le chaos. L'empire yankee n'est plus l'empire d'une nation, comme il a perfidement prétendu l'être au début, en volant les possessions de l'Espagne américaine et asiatique, alors que notre empire était déjà un cadavre. Cette politique prédatrice entamée en 1898 était encore une politique étrangère expansionniste au service d'une jeune nation, un peu monstrueuse et à moitié formée, et héritière de l'impérialisme capitaliste esclavagiste des Britanniques.

009767134.jpg

Mais aujourd'hui, la politique étrangère et l'agressivité otanesque et américaine ne règlent même pas en termes de nation et d'empire : elles règlent en termes de reconstruction désespérée des moyens de production de la plus-value dans une économie follement financiarisée et chaotique. Le chaos économique occidental veut nous conduire au chaos civilisationnel. Mais la "muraille de Chine" arrêtera une fois de plus une telle barbarie. Voici quelques questions auxquelles Diego a aimablement répondu en exclusivité pour Adáraga.

Carlos X. Blanco : Pensez-vous que la guerre de Biden et de l'OTAN contre la Russie est fondamentalement une guerre contre la Chine ?

Diego Fusaro : Bien sûr, c'est aussi, je le souligne, une guerre contre la Chine. Mais pas seulement contre la Chine. C'est une guerre contre le bloc de l'Est qui ne s'incline pas devant l'impérialisme américain. En substance, nous sommes à l'apogée de l'expansion impérialiste américaine à l'Est, qui est maintenant en conflit direct avec la Russie, puis avec la Chine. C'est pourquoi la résistance de la Russie et de la Chine, les derniers bastions de la résistance à l'impérialisme américain, est si importante aujourd'hui.
SUGGESTION : Ukraine : une situation gagnant-gagnant pour Joe Biden ?

Pensez-vous que la Chine deviendra bientôt le grand empire mondial ou qu'elle sera confrontée à des obstacles et des contradictions ?

La Chine, sur le plan économique et commercial, est déjà le grand empire du monde, ce qui explique précisément pourquoi la civilisation du dollar ne peut pas le supporter et fera tout son possible pour le renverser. La Chine a la suprématie économique, les États-Unis ont la suprématie militaire: il est clair que Washington tentera d'utiliser sa suprématie militaire pour détruire la Chine et essaiera également de blâmer la Chine elle-même en la dépeignant comme dictatoriale et totalitaire.

Y a-t-il un marxisme reconnaissable dans la politique intérieure et étrangère chinoise?

Certes, c'est un marxisme très différent de celui de Mao, mais c'est toujours du marxisme, surtout en ce qui concerne le pouvoir du parti communiste et la primauté du pouvoir éthique de l'État, comme l'appellerait Hegel. La Chine est maximalement souverainiste à l'intérieur, et maximalement mondialiste à l'extérieur. C'est absolument unique. Une ancienne maxime chinoise dit qu'il faut être comme l'eau, en prenant la forme de récipients. La Chine reste marxiste mais rivalise avec les pays capitalistes en prenant temporairement leur forme et en parvenant jusqu'à présent à les vaincre.

9788869760075_large.jpg

Les Américains sont-ils à l'origine de la phobie croissante de la Chine, est-ce la volonté de Washington de ne pas payer ses dettes ou s'agit-il simplement d'une lutte de pouvoir?

Certes, la haine de la Chine provient de Washington et est principalement montée par la droite bleue néolibérale, une droite sordide, mais elle peut également être montée dans une large mesure par la gauche fuchsia tout aussi néolibérale. Le dépassement de la gauche et de la droite doit également avoir lieu à ce stade, c'est-à-dire sur la question géopolitique : la gauche et la droite sont atlantistes, nous devons être pour un monde multipolaire.

Est-il vrai et dangereux que la Chine achète des terres, des minéraux et des ressources de base dans le monde entier? Sommes-nous en train d'échanger un impérialisme contre un autre?

La Chine fait exactement la même chose que tous les autres pays capitalistes, mais elle le fait pour quelle raison : est-elle devenue capitaliste pour elle-même ou utilise-t-elle le capitalisme en vue de le dépasser ?

Ne pensez-vous pas que nous, Européens, sommes déjà incapables d'apprécier certaines des vertus des Chinois : la hiérarchie, le sens de la famille, la discipline?

Certes, l'Europe, en tant que colonie de Washington, est déjà victime de la civilisation du néant, de la culture de l'annulation. La Chine a encore réussi à maintenir des valeurs qui la rendent supérieure à cette civilisation du néant que nous sommes maintenant, et que nous ne pouvons même plus comprendre.

Y a-t-il une unité entre Confucius et Marx dans ce pays, y a-t-il encore des valeurs solides ou le matérialisme le plus grossier va-t-il triompher en Chine ?

C'est un thème sur lequel Costanzo Preve insistait souvent, à savoir le fait que le marxisme en Chine a toujours eu une caractéristique particulière parce qu'il s'est greffé sur une culture chinoise antérieure et unique et a donné naissance à un marxisme très particulier, inaccessible aux autres marxismes.

Une alliance entre la Chine, la Russie et d'autres puissances émergentes sera-t-elle l'occasion pour l'Europe de se défaire du vieux joug américain créé en 1945 ?

Cela serait hautement souhaitable : contre l'impérialisme monopolaire américain, qui appelle la mondialisation l'américanisation forcée du monde entier, il faut espérer la création d'un multipolarisme, c'est-à-dire d'un nouvel ordre multilatéral qui crée un nouvel équilibre et peut ainsi résister à l'impérialisme américain. Comme l'a dit Kant dans Pour une paix perpétuelle, un monde avec plusieurs États-nations, même en conflit les uns avec les autres, est meilleur pour l'idée de raison qu'une monarchie universelle qui les soumet tous, ce qui fait dégénérer le monde en anarchie. Si nous voulons le multipolarisme, c'est parce que lui seul peut garantir un équilibre des forces et donc une paix durable qui n'est pas la paix des cimetières, pour citer à nouveau Kant, c'est-à-dire la paix faite par les Américains, qui, pour citer le vieux Tacite, est le désert. C'est pourquoi nous devons plus que jamais espérer une Chine et une Russie alliées, souveraines à tous égards, du militaire au monétaire, du culturel au politique, c'est-à-dire capables de résister sans céder à l'ennemi principal, c'est-à-dire l'impérialisme de Washington. L'Europe entière devrait enfin se libérer de l'impérialisme sordide de Washington, qui en a fait une colonie depuis 1945, et s'ouvrir à une perspective eurasienne et multipolaire. Mon pays, l'Italie, compte plus de 120 bases militaires américaines : ce n'est pas un allié de Washington, c'est une colonie de Washington ; il ne peut y avoir ni démocratie ni liberté lorsque les décisions sont prises non pas à Rome mais à Washington, c'est-à-dire lorsque vous êtes une colonie des États-Unis d'Amérique.

vendredi, 20 mai 2022

La "Patrie sans mer": entretien avec Marco Valle

marco-valle-resize.jpg

La "Patrie sans mer": entretien avec Marco Valle

Propos recueillis par Gianluca Kamal

Source: https://domus-europa.eu/2022/05/19/la-patria-senza-mare-intervista-a-marco-valle-a-cura-di-gianluca-kamal/

Il a traversé de nombreuses mers. Les mers tumultueuses de la lutte politique (à la tête du Fronte della Gioventù de Milan dans les années 80) ; les mers plus douces mais tout aussi vivantes de la recherche et des études historiques menées au fil des ans avec passion et perspicacité ; les mers inconstantes du journalisme et des institutions (il fut porte-parole du ministre de la Défense). Mais surtout, l'esprit typiquement triestin d'un chercheur agité et d'un voyageur curieux, peut-être les seules qualités suffisantes pour faire d'une vie un véritable vécu. La mer comme horizon, comme motif de curiosité, comme motif d'investigation. Voici donc "Patria senza mare", un ouvrage novateur dans lequel Marco Valle, l'auteur et "l'homme mystérieux" décrit jusqu'ici, raconte avec précision et dans un style brillant les succès et les difficultés de l'Italie maritime, indiquant dans la redécouverte de la mer, et de la Méditerranée en particulier, le signe d'un nouveau (et très ancien) destin tout italien.

Entretien

Après Braudel, le temps semble enfin venu de se réoccuper de la mer, et de la Méditerranée en particulier. Si l'œuvre fondamentale de l'historien français a marqué un "tournant" dans la manière de concevoir et de périodiser l'histoire, votre volume (à paraître les 25/26 mai 2022) rompt un long silence incompréhensible de la part des éditeurs italiens à l'égard des écrivains et des choses de la mer. Pourtant, les auteurs et les volumes de valeur n'avaient certainement pas manqué avant vous.....

"La maritimité est (ou, plutôt, devrait être) une priorité de notre récit national. Qu'on le veuille ou non, en Méditerranée, comme le rappelait Braudel, "l'Italie a toujours trouvé le signe de sa propre destinée puisqu'elle en constitue l'axe médian et qu'il lui est donc naturel de rêver et d'avoir la possibilité de dominer cette mer dans toute son extension" et c'est précisément dans le "continent liquide" que résident les principaux éléments politiques, économiques et militaires sur lesquels repose tout le système des nations. Malheureusement, malgré trois mers et 7551 kilomètres de côtes, les Italiens ne sont pas ce "peuple de navigateurs" invoqué par Benito Mussolini dans son célèbre discours du 2 octobre 1935. Ou, du moins, ils l'ont été par le passé, mais toujours de manière intermittente, discontinue et locale. L'eau salée peut amuser (en été...) mais elle n'intéresse pas, elle n'excite pas. Parfois, elle fait peur. La réfractarité paradoxale de la classe politique actuelle et d'une grande partie de la classe entrepreneuriale vis-à-vis de la mer reflète l'esprit terrien et terrestre de la majorité de nos compatriotes. Paradigmatique est l'attitude du monde des sciences humaines qui, aujourd'hui encore, fuit, sous-estime ou même ignore la dimension maritime. Relançant une provocation d'Egidio Ivetic, la recherche historique, à part les brillantes exceptions que j'ai largement utilisées dans ce travail, continue: "Regarder la Méditerranée passivement sans inclure les différentes parties de la Méditerranée dans le récit historique de l'Italie dans une clé comparative. Dans les Annali tematici (Annales thématiques) de la Storia d'Italia d'Einaudi, une série de 27 gros volumes, on trouve tout sauf un volume consacré à la mer. En bref, il y a des études et des universitaires, mais il y a un manque de systématicité historiographique, un manque de visions et d'interprétations". En bref, il persiste un manque d'intérêt marqué et constant de la part de l'industrie éditoriale italienne envers toute suggestion de la mer et envers les écrivains sur les choses de la mer. En raison d'un provincialisme embarrassant, tout semble se terminer dans le "Bréviaire méditerranéen" du peut-être surestimé Predag Matevejevic, de Croatie, ou dans les œuvres de David Abulafia ou John Julius Norwich, tous deux d'Angleterre. Les Italiens ne sont pas ou peu considérés.

Certaines lectures biaisées nous parlent de la Méditerranée comme d'un grand champ de bataille au cours des siècles entre différentes cultures et civilisations. Mais l'histoire semble plutôt nous parler de "rencontres/chocs" (F. Cardini) qui ont fait de cette mer un immense carrefour de riches contaminations. Parlez-nous de ce passage historique particulier.

Les catégories étroites du "choc des civilisations", sans parler des récits vétérano-occidentaux, ne m'ont jamais convaincu. De plus, la Méditerranée, comme nous l'enseigne Franco Cardini, n'est pas simplement un espace étroit entre deux océans et trois continents, mais reste, dans une succession de contaminations et de contrastes, de commerces et de guerres, une forge de civilisations, cette "méditerranéité" polyphonique que nous trouvons encore aujourd'hui sur tous les rivages de la mer intérieure. La relation historique entre Venise et l'Empire ottoman est emblématique à cet égard: économiquement liés, le dogato et La Porta, ils sont devenus, pour citer une fois de plus Braudel, deux "ennemis complémentaires", un couple malheureux mais indissoluble. C'était une relation insaisissable, discontinue mais finalement profitable, bien loin du récit rhétorique de nombreux spectateurs européens, d'Etienne de la Boètie à Montesquieu, qui voyaient dans la République l'incarnation de Judith, la liberté, et dans l'Empire turc celle d'Holopherne, la tyrannie. Malgré les guerres et les pertes territoriales douloureuses au Levant, les relations commerciales vénitiennes avec le système ottoman sont toujours restées avantageuses, à tel point qu'en 1574, l'exécutif du doge accorde aux marchands musulmans l'ouverture de leur propre bureau dans la ville, le Fondaco dei Turchi.

500px-Repubblica_di_Venezia.png

A l'ère de la grande transformation, ou Chaoslandia comme vous l'appelez dans le livre, quelles devraient être les lignes directrices à travers lesquelles faire avancer la réflexion sur le présent et le futur de l'Italie et de l'Europe au niveau géopolitique ?

"La Méditerranée, débarrassée de la rhétorique pro-européenne - cette "tension lotharingienne" que Camillo Benso di Cavour reprochait à ses collègues du gouvernement très provincial - reste pour l'Italie une opportunité, une perspective forte et, peut-être, la seule viable ; si nous voulons rester une "puissance moyenne à vocation mondiale", ce n'est que sur la mer et par la mer que nous pourrons défendre notre vocation mercantile et relancer une projection d'influence géopolitique autonome. Pour citer Lucio Caracciolo: "Il ne s'agit pas de fuir la Méditerranée, mais d'en assumer la cogestion avec les principaux partenaires européens, nord-africains et levantins, en tant qu'avant-garde géographique et en partant de nos intérêts".

Au moment où le monde s'oriente vers un modèle d'économie "verte" et "bleue", l'Italie, qui a supprimé le ministère de la marine marchande en 1993, semble totalement mal préparée et arriérée pour faire face aux énormes défis qui viennent également de la mer. D'où peuvent venir les lueurs d'espoir d'un renouveau national dans ce sens ?

"Malgré les criticités structurelles et l'absence d'un ministère de la mer, quelque chose commence à bouger. Je pense à l'Université de Gênes, l'une des meilleures universités au monde sur les questions maritimes ; en 2019, elle a créé un "Centre de la mer" spécial qui rassemble les compétences de plus de 400 enseignants et chercheurs, avec cinq cursus de trois ans (design de produits et nautique, économie d'entreprise maritime, logistique du transport, ingénierie nautique et navale, sciences et technologies maritimes) et huit masters (biologie et écologie marines, design naval, nautique et de yachts, économie, océanographie, logistique, environnement). Il s'agit d'un laboratoire de très haut niveau dans lequel on peut étudier et expérimenter la mer sous ses différentes facettes : environnementale, productive, récréative et sociale.  Le centre universitaire a son pendant naturel dans le splendide Galata Museo del Mare, le plus grand musée maritime de la Méditerranée.

En outre, l'année dernière, dans le cadre du fonds de relance, un "projet intégré des ports italiens" a été prévu avec 1,22 milliard d'euros destinés à la durabilité environnementale, principalement pour l'électrification des quais avec le système de "repassage à froid".  Un premier pas vers les nombreux "ports verts" espérés, grâce à l'engagement de l'Autorité du système portuaire de Trieste, dirigée par son dynamique président Zeno D'Agostino. Depuis 2020, l'escale julienne est le chef de file d'un projet environnemental européen, Susport Sustainable Ports. Un plan stratégique impliquant toutes les autorités portuaires de l'Adriatique. En plus de Trieste, Venise, Ravenne, Ancône, Bari, Porto Nogaro et les ports croates de Rijeka, Zadar, Split, Ploce et Dubrovnik y participent. L'objectif est d'améliorer les performances environnementales et l'efficacité énergétique, en transformant les ports de simples lieux de déchargement et de chargement de marchandises en hubs énergétiques, des structures capables de produire de l'énergie propre.

Un autre signal important pour un possible renversement de tendance et l'annonce (nous l'espérons) d'une vision maritime innovante provient des efforts de la revue "Limes" qui, à partir de 2006, a consacré de nombreux numéros au sujet et a organisé en 2020 et 2021 - au plus fort de l'urgence pandémique - "Le giornate del mare" (journées de la mer), une série de rencontres de haut niveau au cours desquelles des professeurs, des opérateurs, des chefs des Forces armées et des politiciens (quelques-uns) ont abordé le problème de la récupération de la dimension maritime "naturelle" de l'Italie avec des clés interprétatives originales.

Le sentimentalisme hypocrite et l'idéologisme aveugle ont conduit à considérer la mer Méditerranée presque exclusivement, en raison des naufrages tragiques de migrants, comme une "mer de larmes". Comment cette vision s'est-elle concrétisée ?

"La Méditerranée doit aujourd'hui être considérée comme l'Océan du Milieu, comme la connexion entre l'Océan Indo-Pacifique (l'espace du contraste sino-américain) et l'Océan Atlantique, l'océan canonique de la projection américaine vers l'Europe, avec en son centre le détroit de Sicile, une réalité stratégique à laquelle nous ne semblons pas nous intéresser particulièrement. Et pourtant, c'est ici que se joue la partie décisive de notre présent et de notre avenir, face à une "pression désintégrative" immédiate à notre frontière, déterminée par l'écart démographique toujours plus grand entre l'Italie et les pays africains, un écart destiné à s'accroître et à conditionner ainsi les relations dans toute la zone. Nous devons donc prendre conscience du défi géopolitique et de la centralité de la Méditerranée. Et il faut sortir du généralisme des politiques-politiciens, des polémiques inutiles, du moralisme facile déguisé en solidarité ou des logiques d'urgence à souffle court, très court".

280-453e0e0ec641.jpg

La montagne est verticale, avec son sommet pointant vers le ciel, elle semble presque essayer de toucher Dieu. La mer... Vous nous dites l'image de la mer.

"Je suis le fils, le petit-fils et l'arrière-petit-fils de marins d'Istrie-Vénétie. Enfant, mon terrain de jeu était le Vieux Port de Trieste où j'attendais ou saluais les bateaux de mon père. Ce n'est pas un hasard si je me suis retrouvé dans les pages de Giovanni Comisso, dans ses descriptions de l'Adriatique, de la mer d'Istrie et de la Dalmatie. Dans ses livres, les voix des protagonistes, capitaines, maîtres d'équipage et matelots, sont entrecoupées et entremêlées - comme les stases du chœur d'Eschyle - avec les soupirs, les pensées et les cris des épouses et des petites amies qui attendent, parfois pendant des mois, de voir les navires de retour réapparaître à l'horizon. Mais le véritable protagoniste est toujours la mer. Avec ses couleurs, ses reflets, son obscurité inextricable, le reflet de la lune, les vents, les tempêtes et le calme des amarres."

jeudi, 12 mai 2022

"La transmutation totale du progressisme doit être radicale, complète et étrangère à la partitocratie et au néolibéralisme"

Marx.jpg

"La transmutation totale du progressisme doit être radicale, complète et étrangère à la partitocratie et au néolibéralisme"

Nous avons interviewé Carlos X. Blanco auteur du livre "Le marxisme n'est pas de gauche".

Par Carlos Pérez- Roldán Suanzes- Carpegna

Nous avons interviewé Carlos X. Blanco, qui a récemment publié El Marxismo no es de izquierda (le marxisme n'est pas de gauche), un ouvrage dans lequel il démonte les sophismes de ceux qui se disent défenseurs des travailleurs.

- Tant le PSOE que Podemos insistent pour nous convaincre que les droits des travailleurs sont en sécurité avec eux. La gauche actuelle est-elle vraiment engagée dans la défense des travailleurs ?

Pas du tout, de manière générale et en référence aux organisations majoritaires. En réalité, ceux qui se définissent comme des gauchistes et des progressistes suivent, en général, les dictats d'un agenda créé par une élite urbaine et apatride, qui, en Espagne, fait partie de la caste des universitaires, des ONG, des syndicats, des fonctionnaires, etc. C'est une élite qui regarde avec beaucoup de hauteur et d'arrogance le travailleur salarié et le modeste indépendant, l'Espagnol qui se lève tôt, qui s'efforce de subvenir aux besoins de sa famille et qui lutte pour joindre les deux bouts. Ils méprisent aussi profondément les agriculteurs, qu'ils qualifient de réactionnaires, de carnivores, d'ennemis du développement "durable". Ces haineux font partie d'une caste qui n'a pas quitté le pouvoir depuis le Felipismo, pas même dans les législatures théoriquement conservatrices d'Aznar et de Rajoy: ce sont les mêmes qui détestent les indépendants, tous ceux qui ne dépendent d'aucune autorité ou subvention pour leur dire ce qu'ils doivent penser correctement, ils détestent ceux d'entre nous qui ne vivent pas de subventions ou d'avantages. Cette élite gauchiste post-moderne (ou progressiste) est le résultat immédiat des agressions commises par le felipismo contre l'ensemble de la classe ouvrière, et elle n'a cessé de se reproduire et de s'étendre depuis lors. C'est une élite ochlocratique, qui déteste le talent et s'attaque toujours aux secteurs les plus productifs du pays. Felipe González a pris sur lui, dans les années 1980, de démanteler le tissu industriel qui avait été rapidement et solidement créé par le défunt régime franquiste.

elmarxismonoesdeizquierdas_web.jpg

La neuvième puissance industrielle du monde était l'Espagne que Franco a laissée derrière lui à sa mort, une place d'honneur obtenue par un peuple alors très endurant et responsable, dirigé par des critères techniques plutôt qu'idéologiques ; même si, à vrai dire, l'Espagne était une puissance économique pleine de contradictions internes à résoudre et qu'il n'y avait aucune volonté de les aborder. L'une de ces contradictions était l'absence d'une véritable intégration du facteur travail dans les structures de l'État, avec une représentation adéquate des producteurs et des mécanismes de négociation du travail non classistes et non libéraux qui minimiseraient les conflits endémiques de l'époque. Un modèle organique de représentation et de négociation était nécessaire, des systèmes non partisans qui protégeraient les travailleurs de l'instrumentalisation des "syndicats de classe" qui étaient, et sont, à proprement parler, les courroies de transmission et les bras d'exécution des partis "progressistes". Ceux-ci, à leur tour, se sont avérés être des marionnettes contrôlées par le capital étranger, ultra-subventionnées et achetées, avec un très faible militantisme et une très faible participation : ils ont été créés afin de démanteler la nation au niveau productif et de nous transformer en la triple colonie que nous sommes maintenant : une colonie des États-Unis, de Bruxelles et du Maroc, peut-être dans cet ordre. La gauche autoproclamée d'aujourd'hui ne fait que servir de bélier à la politique néolibérale sauvage et criminelle déjà initiée par les ministres de Felipe (Solchaga, Boyer), une politique économique qui a toujours eu le soutien de fait (sous couvert de critiques purement verbales et testimoniales) des communistes, honteusement reconvertis en "Izquierda Unida" (Gauche unie). Aux heures décisives, les communistes de l'IU ont presque toujours soutenu les gouvernements socialistes des municipalités et des communautés autonomes, et les syndicats ont participé à la corruption et à la cooptation des dirigeants ouvriers, à la domestication des rebelles, pour les faire entrer dans le rang et permettre au capital d'exercer sa domination.

Le repli de la gauche postmoderne et indéfinie, de plus en plus anti-marxiste, dans l'univers délirant de ce que Prada appelle à juste titre les "droits de la culotte" et la gestion hédonique des fluides corporels, les questions de "violence du pénis", etc, avec le multiculturalisme et le "génératisme" obligatoires, ainsi que la capitulation devant l'Islam et les puissances qui le promeuvent, est la trahison la plus dégoûtante du marxisme et de tous les autres courants et traditions de lutte pour la justice sociale. Ce progressisme anti-marxiste et post-marxiste, comme celui de Podemos et de ses mutations et franchises, collabore à la liquidation de notre peuple. Il n'y a pas de libération du peuple si le peuple n'existe plus. Dans vingt ans, en 2042, le peuple espagnol n'existera plus.

- La gauche est-elle tombée dans le piège de la défense du marché et des grands dogmes libéraux ?

Complètement. C'est pourquoi ils ne comprennent plus le Das Kapital de Marx. Ils ne savent pas le lire, et s'ils le lisaient intelligemment, peut-être cesseraient-ils de s'identifier à la gauche et opteraient-ils pour les notions de souverainisme et de troisième position. C'est pourquoi, à d'honorables exceptions près, la gauche post-moderne qui n'a pas quitté le wagon du pouvoir, et qui ne cesse de créer des "marques blanches" pour compléter les montagnes russes du PSOE (Podemos, Más País, divers séparatistes...) n'a pas la moindre idée des lois économiques du capitalisme. C'est pourquoi la gauche dégénérée ne fait que des extrapolations métaphoriques des lois du marché. Le virus du libéralisme est si profondément ancré dans leur cerveau qu'ils ne peuvent qu'appliquer la logique mercantile et réifiante du Capital, et supposer tacitement et inconsciemment que la personne est une marchandise dont l'emballage peut être modifié à volonté. Aujourd'hui, je suis un homme, demain une femme, le jour suivant une grenouille et la semaine prochaine un alien. L'homogénéité et la non-différenciation des marchandises, la réduction des essences et des qualités du monde à de simples transactions économiques entre des atomes post-humains se reflètent dans une société comme celle qu'ils veulent construire : une société de fourmis où il n'y a pas d'identités sexuelles, nationales, religieuses ou autre. C'est le triomphe de l'abstraction. L'homme est déjà une marchandise.

C'est pourquoi dans mes livres, et notamment dans celui-ci, El Marxismo no es de Izquierdas (EAS, 2022), je défends un retour à la rationalité. Je défends le retour à la justice sociale, au noyau rationnel du marxisme, au droit des peuples à se défendre communautairement contre tous ces outrages législatifs, répressifs et idéologiques dirigés contre les travailleurs. Une agression contre les travailleurs qui est, en même temps, un ensemble d'agressions contre notre État national, une entité qui doit redevenir souveraine face au mondialisme et à la colonisation. Franco a admis, bien que de manière limitée, que les Yankees s'immisceaient dans notre souveraineté, peut-être parce que nous manquions de pain. C'est le sort des peuples brisés et pauvres. Mais le régime de 1978 n'a fait que nous enfoncer de plus en plus dans l'indignité: au point que nous sommes une extension du sultanat du Maroc. Voilà leurs jeunes qui viennent étudier gratuitement chez nous et leur population excédentaire vient repeupler une terre désolée, et nous acceptons encore et encore leurs décrets unilatéraux.

En tout cas, il y a une partie de la gauche, la plus en phase avec le marxisme authentique et la plus éloignée de la folie radicale féministe, animaliste et lacunaire (celle d'Ernesto Laclau), qui se rebelle. Récemment, en ce mois de mai, un numéro du magazine El Viejo Topo est paru avec un dossier consacré au livre de Fusaro auquel j'ai participé. Il y apparaît clairement quel genre de "gauche" est celle qui se limite à disqualifier un géant de la philosophie actuelle, tel que Fusaro, un érudit ayant écrit des dizaines de livres philosophiques que les progressistes ne liront ou ne comprendront jamais, en les traitant, avec une grande impudence, de "cantamañanas". Ces paresseux qui écrivent sur les ordres de Soros dans leurs pamphlets et traînent leur héritage dans les couloirs des universités veulent maintenant être une "police de la pensée". Ils pensent qu'en se faisant traiter de "rojipardo" (de "rouge-bruns") ou pire, ceux qui s'opposent réellement au capitalisme vicieux et à la perte de souveraineté se tairont. Si seulement ils pouvaient travailler pour une fois, y compris sur le plan intellectuel. Ce serait une autre histoire si nous avions une plus grande proportion de jeunes studieux, rigoureux et productifs et non une bande de bimbos hostiles au travail.

Il existe une gauche et un anticapitalisme qui n'est pas à la botte du mondialisme. C'est pourquoi elle publie gratuitement chez EAS, dans Letras Inquietas, dans El Viejo Topo, dans Adáraga, dans La Tribuna del País Vasco, dans Tradición Viva... Le public le plus agité peut avoir accès en ces lieux à des textes fondamentaux de Cruz-Sequera, de Fusaro, de Steuckers, de Preve, de Denis Collin.

carlos-x-blanco.jpg

Après la mort de Franco, peut-on considérer que les politiques socialistes visant à démanteler le système destiné à protéger les travailleurs et les familles étaient délibérées?

Je pense que le modèle partitocratique, avec ses innombrables tentacules et extensions dans les syndicats, les associations d'entreprises, les ONG, etc. a été désastreux. Ce modèle a servi à neutraliser la pression de la classe ouvrière face à la poussée néolibérale qui a commencé avec l'ère Thatcher, Reagan, etc. et a permis d'adapter l'agression néolibérale à l'Espagne avec des mesures identiques mais certifiées avec l'approbation de la "gauche". Il semble que les autres voies possibles de transition vers un autre régime post-franquiste aient été délibérément bloquées afin de garantir la domination mondialiste sur l'Espagne et de parvenir à sa neutralisation effective. Vous savez: un concurrent de moins. Pour faire de la nation la triple colonie qu'elle est aujourd'hui. Je répète: colonie des États-Unis, de l'UE (Allemagne) et du Maroc. Il y avait beaucoup d'argent pour que Felipe monte sur le podium et fasse de l'Espagne un eunuque, un impuissant. Un pays de serveurs de café et de bars de plage, un abreuvoir où les étrangers peuvent s'enivrer et vivre du manège aux dépens des impôts d'une maigre classe ouvrière, et d'une classe moyenne en déclin.

Les Asturies, ma nation charnelle, étaient un laboratoire. Et ceux d'entre nous qui l'ont vécu dans les années 80, face à cette neutralisation brutale à laquelle nous étions soumis, devraient toujours l'avoir à l'esprit. Dans les Asturies, jusqu'en 1978, il y avait une culture du travail bien ancrée. Travail dans la "casería", la ferme régionale typique des Asturiens, et travail dans les mines et dans l'industrie. Il s'agissait souvent d'un travail de qualité, exigeant une préparation et une responsabilité maximales, qui se traduisait par des revenus élevés, un haut niveau d'éducation et de culture, etc. Mais l'héritage de l'INI devait être démoli, ainsi que la précieuse tradition d'autosuffisance asturienne qu'était la "casería". Les fameuses reconversions socialistes ont mis fin à tout cela. Aujourd'hui, dans ma patrie, il y a beaucoup de "beodos", les parasites de la "paguita", les singes réfractaires au travail et à l'effort tirés par le PSOE et Podemos. Presque personne n'a plus d'enfants dans les Asturies. Gijón, la ville où je suis né, est pleine d'excréments dans les rues. Vous pouvez difficilement marcher sur les trottoirs sans y mettre les pieds. Il y a plus de chiens que de personnes. Et eux, les quadrupèdes, ont plus de droits que les enfants, ils s'approprient les parcs jusqu'à ce qu'ils deviennent dangereux.

asturies-1-440x330.jpeg

Il y a de nombreuses années, nous avons essayé d'articuler une réponse spécifiquement asturienne à la décadence en dehors de certains "syndicats de classe" qui faisaient partie du problème et non de la solution. Rien à faire. Bien sûr, rien à faire de la part des secteurs "nationalistes" : peu nombreux mais avec un niveau très élevé en matière de stupidité. Et rien de la "droite", complètement engagée dans le néolibéralisme, indissociable des socialo-communistes, c'est-à-dire de ceux qui ont permis la destruction des secteurs stratégiques de l'industrie et de la campagne. Les autochtones élèvent des chiens, et les étrangers sont les seuls à remplir les jardins d'enfants. J'ai appelé cela "génocide" il y a de nombreuses années. Et j'ai été traité d'exagérateur et supprimé de "Wikipedia" (ce dont je suis reconnaissant aujourd'hui). Le problème existe lorsque les personnes elles-mêmes admettent d'aller à l'abattoir, de leur plein gré et avec le petit drapeau rouge à la main. Les Asturiens, comme la plupart des Espagnols, ont accepté d'aller à l'abattoir. Ce que j'ai vécu dans les Asturies au cours de ces "années décisives", je le vois maintenant dans le reste de l'Espagne. Ceux qui collaborent avec ce régime veulent que nous soyons une colonie, que nous nous laissions envahir, que nous existions comme un peuple castré prêt à être remplacé, et que nous soyons vidés de notre sang par les vampires néolibéraux, les seigneurs de l'argent. Laissez-les profiter de ce pour quoi ils ont voté.

La privatisation des entreprises publiques, l'incorporation de l'Espagne dans l'OTAN, l'intégration à l'Union européenne, le soutien aux mouvements indépendantistes périphériques peuvent-ils être considérés comme des jalons pour parvenir à la subordination de l'Espagne au grand capital?

Bien sûr qu'ils le peuvent. C'est ce que je pense depuis des années. Le colonialisme et la subordination des pays au 20e siècle ont été réalisés fondamentalement par le biais de la subordination financière et des instruments économiques. Et avec le chantage économique, nous, les Espagnols, qui ne devrions jamais oublier l'humiliation et les arts perfides de la bête américaine en 1898, sommes entrés dans l'orbite yankee. Nous, qui avons assisté impuissants à un génocide comme celui des Philippines (un million de morts), dès que l'indépendance a été obtenue par une ruse yankee : la mort programmée d'un million de personnes qui, un peu plus tôt, étaient les Espagnols d'Asie... L'indépendance devrait tirer ces leçons de l'histoire. En Europe de l'Est et dans les Balkans, la Bête a également apporté (et apporte) un génocide.

Que sont nos frères des Amériques depuis qu'ils se sont séparés de l'Espagne ? Esclaves des Yankees, pour la plupart. Leurs républiques se sont-elles améliorées sous le joug anglo-saxon ? Les deux empires anglo-saxons ont toujours été à l'origine de la fragmentation de l'Hispanidad. Tous les anciens Espagnols (Philippins, Américains, Guinéens, Sahraouis) devraient voir ce que leurs "republiquets" sont devenus. Si Madrid leur avait imposé un joug, c'était sans aucun doute un joug plus doux que celui imposé par les Américains. Bordels, casinos et parcs d'extraction de matières premières, esclaves dans l'âme, tel est le destin des ex-espagnols. Outre la puissance du dollar et de l'euro franco-allemand, il y a la puissance du pétrodollar et l'inspiration du croissant de lune. Laissez-les continuer, laissez-les continuer. Ce qui les attend, c'est de tomber dans la poubelle de l'histoire. Les alliés parlementaires du Dr Sánchez qui veulent plus de républiques basques et catalanes, qu'ils continuent sur cette voie.

La gauche espagnole est-elle un rara avis, ou est-elle une partie active d'un processus de dissolution de l'Europe?

Il y a de l'espoir pour une révolte du peuple travailleur et entreprenant, pour un abandon de la nauséabonde "idéologie exaltant les minorités", pour un rejet absolu de l'idéologie post-moderne inventée dans les universités américaines sous une certaine patine post-moderne et structuraliste française. Si elle n'abandonne pas bientôt la folie du génératisme, de la maurophilie, du suivisme moutonnier de l'Agenda 2030, etc., la gauche espagnole se dissoudra dans le néant et la crasse, en même temps que la dissolution de l'identité espagnole elle-même. Cette gauche fera partie du problème, l'agent causal du mal. Si, en revanche, elle revient à la défense du travailleur, du petit entrepreneur, du paysan, il y a une lumière au bout du tunnel.

Le concept marxiste d'aliénation ne se heurte-t-il pas frontalement aux politiques de la gauche européenne, qui s'acharne à défendre bec et ongles le turbo-capitalisme?

Si Marx a parlé d'aliénation, il a parlé d'une "perte de l'essence humaine". Marx est inscrit dans le meilleur et le plus classique de la philosophie (il n'était pas seulement hégélien, il était aristotélicien: l'ousia, l'essence que l'humanité sous le capitalisme perd). Mais cette gauche postmoderne d'aujourd'hui, majoritairement achetée par le Capital, est relativiste et nihiliste. Il n'y a pas d'essence, donc il n'y a rien à perdre. Ils ont décrété l'abolition de l'homme (et de la "femme"). Nous sommes des "choses" qui peuvent être "accordées", modifiées et "déconstruites", telles sont les barbaries qu'ils nous disent. Il n'y a pas de plus grande aliénation que d'être le champion d'un système qui vous anéantit. Les plus aliénés du système sont ceux qui, étant manipulés, instrumentalisés par des élites dont l'idéologie n'est autre que de faire de l'argent, se consacrent à transmettre l'idéologie aux autres et à s'idéologiser eux-mêmes. Le seigneur de l'argent n'a que faire du transgenderisme, de la culture de l'"éveil" et de l'"annulation" (= woke, cancel culture), de l'idéologie lauclaudienne ou du post-marxisme. Ce qu'il veut, c'est augmenter le nombre d'idiots afin de continuer à empocher des bénéfices.

Lorsque je lis certaines choses sur des sites de pseudo-gauche (CXTX, El Salto, El País...), je ne peux que me sentir triste. Beaucoup d'entre eux, auteurs ou lecteurs, sont jeunes. S'ils s'étaient appliqués à leurs études, ils auraient pu remettre en question un grand nombre d'absurdités qui leur ont été enseignées dans les cours universitaires et dans des livres rabâchés. Beaucoup d'entre eux se seraient consacrés à la procréation au lieu de dénigrer les mères et les femmes au foyer. S'ils avaient appris un métier ou s'ils avaient préparé un concours, ils cesseraient de traîner sur les réseaux sociaux ou dans les couloirs des facultés de politique en essayant de "se faire aimer", à la recherche du grand subventionneur, ce dont beaucoup d'entre eux rêvent vraiment : ils rêvent de vivre sans travailler. Beaucoup de ceux qui dénigrent aujourd'hui ceux qui pensent, produisent, procréent et entreprennent, se verront dans quelques décennies comme ce qu'ils sont presque aujourd'hui : vieux avant l'heure, abandonnés par un Système qui les a trompés, un pouvoir qui les a entraînés dans une tranchée de guerre qui n'aurait jamais dû être creusée. Ce sont les zelenskis que nous avons à chaque coin de rue, dans chaque commentaire de profil social, dans chaque critique qui n'en est pas une. Quelqu'un les a encouragés à s'engager dans une guerre médiatique dont ils sont d'avance les perdants. Pendant ce temps, les seigneurs de l'argent, qui ne sont ni de gauche ni de droite, ils sont simplement les seigneurs de leur argent, se frotteront les mains. Vieux et sans enfants, sans amour et entraînés par leur nihilisme, les ex-progressistes de demain seront comme des zombies. Morts dans la vie, qui se rendront compte trop tard qu'ils sont devenus les abatteurs d'un moulin à vent, le fascisme, mais abatteurs eux qui, très végétaliens, ne goûteront pas la viande.

La gauche semble avoir oublié l'économie et s'est tournée avec armes et bagages vers le libéralisme le plus débridé. Est-ce peut-être cette reddition qui justifie qu'ils se vendent maintenant à nous comme des combattants d'un fascisme inexistant ? Ne serait-il pas plus vrai de reconnaître que l'ennemi actuel de l'Occident est le capital sans patrie, sans nom, qui envahit et contrôle tout ?

Les termes sont tellement usés et dépassés qu'ils ne servent plus d'insulte ou d'injure. Elle est déjà "fasciste" ou "pro-russe" ou "populiste" ou "rojipardo" (= "rouge-brune") tout ce qu'ils déplorent. Tant de personnes déplorables vont constituer toute l'humanité à l'exception de cette élite très curieuse. Tant de Nazbols seront produits par ce progressisme qui vit à l'ombre de ce système universel d'exploitation et de domination, que leur élitisme et leur suprémacisme n'en seront qu'accentués et qu'ils deviendront les vrais nazis. Ils traceront une frontière : moi et les déplorables. Une minorité dérisoire dicte déjà comment ceux d'entre nous qui ont de sérieux doutes et objections à ce genre de progrès et à cette dérive d'un R78 qui n'est rien d'autre qu'une vente au rabais de la nation doivent penser et ressentir. Ils ne font que soutenir le libéralisme le plus débridé (un libéralisme qui contredit la propriété privée et la méritocratie, les axes du libéralisme classique et raisonnable), avec ses extravagances, et ils sont prêts à défendre les plus grandes absurdités idéologiques pour que cela ne se remarque pas. Felipe a su être un néo-libéral dans la pratique et un socialiste en surface. La progredumbre post-Sanchez aura du mal à cacher ses excroissances.

Le capital n'a pas de pays. Les travailleurs et la terre le font. Les post- et anti-marxistes de la gauche post-moderne ignorent les bases de l'inter-nationalisme. La lutte pour nos droits se déroule dans un cadre national. Il s'agit d'une "question" nationale. Il est insensé de ne pas comprendre cela. Il est insensé d'identifier le mondialisme et l'internationalisme.

La lecture de votre livre "Le marxisme n'est pas de gauche" permet de conclure que la gauche est passée de l'agnosticisme théologique à l'agnosticisme de la réalité. La défense de l'idéologie du genre, le mouvement d'annulation et sa défense de la mémoire historique sont-ils des manifestations de cet éloignement de la réalité ?

Oui, c'est un détachement de la réalité provoqué par l'absence même d'une ontologie, d'une théorie de la réalité. La gauche post-moderne est intellectuellement indigente et ignore complètement la philosophie classique. Il est urgent de la désintoxiquer des féministes, des animalistes, des structuralistes, des post-structuralistes et de tout le reste. Étudiez Platon, Aristote, Saint Thomas, Kant, Hegel, Marx... avec rigueur, et arrêtez avec les folies car, si vous finissez par les croire, vous finissez par détruire toute la culture et ruiner l'humanité. Je répéterais également ce que j'ai entendu tant de fois de la part de mon professeur, Don Gustavo Bueno : "Je suis un thomiste et un marxiste". On apprend toujours des grands. Puissent les futurs dirigeants du travail, de la lutte sociale, de la justice souveraine, entendre un jour : "nous sommes thomistes et marxistes". Il y a une réalité, et nous devons ramener la politique nationale et mondiale à la réalité. Cela signifiera que la politique aura mis l'économie à genoux, que le facteur travail domine le facteur argent et que l'homme sans entrave qui ne travaille pas ne méritera pas de manger. Nous avons besoin de quelque chose comme ce que Perón appelait une "communauté organisée". Le capitalisme veut créer des réalités virtuelles, véritable opium pour le peuple, pour vivre sur un tas de fumier mais en même temps pour croire ce que Bill Gates met dans votre cerveau, des petites fleurs rouges dans les prés de printemps. Face à cela, l'ontologie des combattants sociaux est une ontologie communautaire et une philosophie de la praxis. Une ontologie réaliste de l'être social : la polis qui se fait et se refait pour la rendre plus vivable et plus humaine.

Il semble que sur la scène politique officielle de l'Occident, seul ce que certains appellent le "progressisme" soit désormais représenté. Y a-t-il un espoir de reconstruire l'homme, la famille et les nations ?

Ma révision particulière du marxisme peut ressembler en partie à ce que certains appellent la "troisième position". Ni l'individualisme libéral, ni le collectivisme. Mettre un frein à tout excès de libéralisme. Du libéralisme classique, je retiens les droits naturels : la vie, la propriété privée résultant du travail et de l'épargne, la liberté de conscience et d'initiative. Peu d'autres choses. Du communautarisme je retiens la communauté organique et organisée, un peuple uni autour du facteur travail, la première école des lettres et des métiers étant la famille, sanctuaire inaliénable, composée d'hommes, de femmes et d'enfants. Du communisme, j'abolis la lutte des classes et je parle d'entente entre les classes afin de forger à nouveau un peuple unifié et souverain, qui est doté d'organisations démocratiques mais non partisanes et qui sait reconnaître les vrais leaders qui le représentent. Un peuple qui possède son destin et sait d'où il vient. L'amendement à la totalité du progressisme doit être radical, complet et étranger à la partitocratie et au néolibéralisme.

mercredi, 11 mai 2022

Le Pragmatisme: Outil d'Analyse d'un Monde Complexe - Questions à Gérard Dussouy

le-pragmatisme_adf-une.jpg

Café Noir N.44

Le Pragmatisme: Outil d'Analyse d'un Monde Complexe

Questions à Gérard Dussouy

 
 
Café Noir – Un Autre Regard sur le Monde. Émission du mardi 10 mai 2022 avec Gilbert Dawed & Gérard Dussouy. Le sommaire et le lien du livre de Dussouy ci-dessous.
 
 
SOMMAIRE
00:34 – Auteur
01:01 – Pourquoi ce livre?
04:41 – Mondialité postmoderne?
09:11 – La philosophie pragmatiste & le pragmatisme méthodologique?
15:58 – Evaluation du monde actuel?
23:10 – Conclusion
 

Dussouy-Gerard-quadri.jpg

Gérard DUSSOUY est professeur émérite à l’Université de Bordeaux. Ses travaux portent sur l’épistémologie de la géopolitique et des relations internationales, et sur la théorisation de la mondialité. Il en a retenu que le pragmatisme méthodologique est la manière la plus efficace d’approcher la réalité. Il en a acquis la conviction que l’Etat européen est devenu indispensable aux Européens afin qu’ils maintiennent leur civilisation.
 

le-pragmatisme_cov-01.noresize.jpg

Description du livre

Pour comprendre le monde dans lequel nous sommes entrés, celui de la mondialité connexe et synchrone, la meilleure méthode est de s’inspirer des enseignements des auteurs pragmatistes, philosophes et sociologues, qui, tout au long des siècles passés, depuis les Grecs jusqu’à Richard Rorty, se sont évertués, et limités, à interpréter le leur. Loin de rechercher la vérité, de courir après une transcendance ou de vouloir accéder à l’essence des choses, le pragmatisme méthodologique s’efforce plus modestement de contextualiser la pensée qui guide l’action des hommes.

Le premier objectif de ce livre est de retracer les parcours intellectuels de tous ceux qui ont permis, d’une manière ou d’une autre, l’éclosion de l’épistémologie pragmatiste. Celle-ci voudrait faire partager l’idée que l’objet de la science politique consiste à interpréter les configurations interactives de pouvoirs et d’acteurs qui se proposent à elle. Et cela sans aucune prétention universelle ou prescriptive, mais en restaurant le lien, rompu par les Modernes, entre la culture et la nature.

Le moment de cette mutation est particulièrement propice. En effet, le monde est entré, depuis sa globalisation, dans une ère post-occidentale et post-moderne. Or, cette mondialité effective est caractérisée par l’existence de plusieurs nœuds gordiens dont nul ne peut prévoir comment ils seront tranchés. Au moment où a été écrit ce livre, avant l’irruption de la pandémie globale du coronavirus qui ajoute un autre stress, cinq d’entre eux étaient identifiables : celui du changement climatique et de la sauvegarde de l’environnement, celui de la démographie mondiale et de ses déséquilibres, celui de l’avenir incertain de la croissance économique, celui des sociétés fragmentées et numérisées, et enfin celui des nouvelles architectures de la puissance internationale et civilisationnelle. La complexité de leurs interactions ne laisse place qu’à l’interprétation et qu’à des politiques commandées par l’adaptation et par la survie.

Informations complémentaires

Auteur(s)

Gérard Dussouy

Editeur

AVATAR Editions

Date

15/09/2021

Collection

Agora

Pages

394

Dimensions

156 x 234 x 29

Dos

Broché

Isbn – Ean

9781907847677

Format

Livre

Autre

Disponible à partir du 01/07/2021

 
Le Pragmatisme: Outil d'Analyse d'un Monde Complexe
 
CHAINE AVATAR EDITIONS SUR ODYSEE

mardi, 10 mai 2022

"Dans la nouvelle étape, les États-Unis seront un acteur important, mais ils ne seront pas une puissance hégémonique comme il y a quelques années"

esta-pour-voyager-aux-usa.jpeg

"Dans la nouvelle étape, les États-Unis seront un acteur important, mais ils ne seront pas une puissance hégémonique comme il y a quelques années"

Entretien avec Andrés Berazategui

Propos recueillis par Santiago Asorey

Source: https://www.agenciapacourondo.com.ar/internacionales/en-la-nueva-etapa-estados-unidos-sera-un-actor-importante-pero-no-sera-una-potencia?fbclid=IwAR3jCX7vWjQV37h3rUow1Mp60ea7Uxj_azUWF5vURLH1ClWfc9BpeiJpKuY

Andrés Berazategui est titulaire d'un diplôme en relations internationales, d'un master en stratégie et géopolitique et d'un diplôme en analyse stratégique internationale. Il est également membre du groupe de réflexion et du projet d'édition Nomos. Dans une interview accordée à l'AGENCIA PACO URONDO, il a réfléchi au conflit géopolitique qui oppose les puissances atlantistes de l'OTAN et la Fédération de Russie en Ukraine.

APU : Commençons par le conflit lui-même, en Ukraine, et la rapidité avec laquelle le différend entre les puissances atlantistes et la Chine et la Russie a développé des tensions dans le monde entier, sur la base des pressions exercées par les États-Unis pour imposer une guerre économique à la Russie. Comment le nouvel ordre international émerge-t-il de ce nouveau scénario ?

AB : Deux aspects importants peuvent être soulignés, au-delà de ceux déclarés par la Russie en relation avec la région de Donbass. D'une part, les aspects strictement géopolitiques: la Russie en tant que puissance ne peut pas permettre (comme toute puissance qui se respecte) des voisins hostiles à sa périphérie. Les puissances sont mal à l'aise face aux menaces proches de leurs frontières. D'autant plus que l'Ukraine appartient à l'ancien espace soviétique, une zone que les Russes considèrent comme leur zone naturelle et immédiate de projection d'intérêts. Et ce d'autant plus que l'Ukraine est particulièrement sensible dans l'histoire de la Russie, tant pour des raisons historico-culturelles que militaires (c'est la zone classique d'empiètement de l'Ouest sur l'Est).

D'autre part, il existe un conflit d'une plus grande portée: le défi permanent lancé par Poutine à l'ordre libéral international. Poutine a remis en question à plusieurs reprises les politiques, les valeurs et les institutions de l'ordre dirigé par les États-Unis. Le président russe n'est pas d'accord avec le projet libéral et l'expansion de ce modèle d'ordre, mais cherche à faire reconnaître la nouvelle répartition mondiale du pouvoir et où la Russie doit être reconnue comme un acteur important. Ce point est particulièrement sensible, car il remet en cause l'ordre international né avec la fin de la guerre froide, c'est-à-dire qu'il ne s'agit pas d'une question conjoncturelle. Il s'agit du désir de la Russie d'organiser un ordre dans lequel elle est plus favorisée, et le principal obstacle est un États-Unis qui cherche à étendre ses propres valeurs et institutions de manière compulsive. Cette situation est déjà de plus en plus remise en question, même à Washington, et il faut donc s'attendre à des changements importants dans l'ordre international.

Quant à la Chine, elle s'est tenue à distance prudente du conflit en Ukraine. D'après ce que l'on peut voir dans ses médias, il est largement admis que le PCC n'est pas d'accord avec l'intervention elle-même ; mais pour la Chine, elle a beaucoup plus à gagner de la Russie en tant que partenaire stratégique, elle ne s'opposera donc pas non plus activement au Kremlin.

APU : "Que se passe-t-il aujourd'hui ? C'est la destruction du système d'un monde unipolaire qui s'est formé après la chute de l'URSS", a déclaré Poutine il y a un mois. Voyez-vous un déclin de l'hégémonie atlantiste ?

AB : Il est certain qu'il y a un déclin des États-Unis et donc un relâchement du maintien des politiques de l'ordre libéral international. Il y a une Chine défiante qui se rapproche de plus en plus de l'équilibre des attributs du pouvoir dans tous les segments de la compétition avec les États-Unis. Il existe une Russie révisionniste qui cherche à déplacer davantage de frontières et qui a conclu un accord avec la Chine. Il y a des mouvements en Europe qui pourraient conduire à une autonomie croissante du vieux continent par rapport aux États-Unis. Dans notre Amérique, le drapeau de l'intégration a déjà été hissé et, bien que ralentie, elle reste un objectif... c'est un monde en transition : nous passons d'un ordre unipolaire à un ordre de grands espaces où le grand espace atlantique (Grossraum, en langage schmittien) sera un parmi d'autres. Les États-Unis seront un acteur important, mais en aucun cas une puissance hégémonique comme il y a quelques années.

APU : La hausse du coût de l'énergie pour les populations européennes dépendantes du gaz et des hydrocarbures russes constitue également un problème électoral pour les dirigeants européens qui tentent de défendre une position pour le moins discutable d'un point de vue national. Cependant, les États-Unis ont prévalu. Quelle explication trouvez-vous à cela ?

AB : Étant donné que les événements se déroulent toujours, il reste à voir dans quelle mesure les États-Unis ont fait prévaloir leurs vues. De plus, en Europe, les points de vue sur l'approvisionnement en énergie ne sont pas unanimes, aussi des mesures prudentes ont-elles été prises sur cette question. Je pense que les Allemands, en particulier, sont impatients de voir le conflit en Ukraine prendre fin dès que possible et de revenir à la normalité (au fait, qu'est-ce que la "normalité" aujourd'hui ?), au moins en ce qui concerne l'approvisionnement en énergie. Cependant, en raison des enjeux que j'ai mentionnés plus haut, je pense que les questions énergétiques ne sont pas les plus importantes aujourd'hui. Je crois qu'en fin de compte, nous parlons des forces souterraines de l'histoire qui mettent à l'épreuve la force des cultures et des peuples dans une lutte où s'affrontent de grandes volontés collectives. Et les tensions générées par ces volontés seront utiles à ceux qui sauront en tirer parti, que ce soit par une intervention ouverte dans la lutte ou par la sagesse de ceux de "l'extérieur" dans la gestion de leurs intérêts.

640px-Flag_map_of_Argentina.svg.png

L'Argentine dans le monde

APU : La deuxième partie de l'interview porte sur la position de l'Argentine, mais dans la perspective de la troisième position historique du péronisme.

AB : La troisième position est née comme une alternative qui promouvait l'épanouissement individuel en harmonie (et dans un rapport de subordination) avec le destin collectif. En politique étrangère, compte tenu du fait que la seconde après la Seconde Guerre mondiale divisait deux blocs, l'un mettant l'accent sur l'individualisme capitaliste et l'autre sur le collectivisme marxiste, la troisième position a marqué ses propres modes d'organisation de la vie sociale et politique et a établi une neutralité face au conflit Est-Ouest, évitant ainsi de s'aligner sur l'un des deux blocs. En même temps, cela laissait la voie ouverte pour tirer parti et maximiser les intérêts avec l'un ou l'autre lorsque cela était nécessaire, car il ne s'agissait pas d'une position d'opposition compulsive : en bref, sans nous aligner politiquement ou sur les questions de sécurité, nous avons commercé avec les deux blocs, par exemple. La troisième position a promu son propre modèle philosophique politique dans les affaires intérieures et a recherché la liberté d'action en politique étrangère. En ce qui concerne la confrontation entre l'Occident et la Russie au sujet du conflit actuel en Ukraine, je ne pense pas que la troisième position s'applique, notamment en raison de deux problèmes : D'une part, nous ne sommes pas dans un moment bipolaire analogue à celui de la guerre froide (il est possible que cela se produise à long terme entre les États-Unis et la Chine, mais il est encore prématuré de l'affirmer) ; en fait, nous sommes aujourd'hui en transit vers un monde multipolaire. D'autre part, nous évoluons également vers un monde plus pragmatique et moins idéologique qu'à l'époque.  Dans la conjoncture actuelle, j'ai tendance à valoriser la validité de la troisième position - comme je l'ai fait dans un autre ouvrage - en tant que contrepoint à la dialectique entre l'individualisme libéral et le collectivisme des "nouvelles luttes" dans le style de Tony Negri, Holloway et d'autres. Une dialectique qui, par ailleurs, dans ses expressions politiques concrètes finit (du moins en Occident) par être légitimée par un discours libéral, tant de gauche que de droite, si ces concepts ont un sens aujourd'hui.

APU : Comment analysez-vous le vote argentin à l'ONU sur l'expulsion de la Russie du Conseil des droits de l'homme ?

AB : Je considère que c'est incorrect. Il y avait au moins la possibilité de s'abstenir. C'est une méfiance gratuite, sachant que les implications pratiques de l'appartenance à un tel organisme sont secondaires. Je considère qu'il s'agit d'un impact plus symbolique que matériel, ce qui explique qu'il n'affecte pas non plus la Russie de manière substantielle, mais il s'agit toujours d'une position prise par l'Argentine et ce n'est pas une position appropriée à prendre : il s'agit d'un conflit dans lequel nous devrions adopter la neutralité. Quel était l'avantage de l'expulser ? Que gagne l'Argentine ? En quoi ce vote nous positionne-t-il mieux ? Je ne vois rien de positif dans cette décision.

APU : L'Argentine est également confrontée à un défi lié aux conditions imposées par l'accord avec le FMI. La construction d'une centrale nucléaire à laquelle participe la China National Nuclear Corporation est menacée par la pression des Etats-Unis, quelle analyse proposez-vous sur ce point de conflit ?

AB : En ce qui concerne le FMI, il s'agit d'un passif absolu. Elle limite sérieusement nos options économiques, mais aussi nos options de politique étrangère, car la dette est une conditionnalité politique, même si nos politiciens veulent la formuler en termes strictement financiers. Cela devrait être compris par tous et faire l'objet d'un débat public : la dette et les organismes internationaux de prêt sont des instruments de projection de puissance par les pouvoirs en place. Le FMI ne demande pas seulement de faire fonctionner la politique fiscale ou telle ou telle variable macroéconomique. Et vous avez raison de faire le lien avec la centrale nucléaire. Si nous ne trempons pas nos barbes dans l'eau, cette initiative et d'autres seront bloquées par des États-Unis en pleine concurrence avec une Chine montante. La question que nous devons toujours nous poser est "qu'est-ce qui est dans notre meilleur intérêt". Et il n'est pas dans notre intérêt d'être liés à la dette, pas plus qu'il n'est dans notre intérêt de nous tourner vers les États-Unis pour qu'ils nous "aident" à résoudre nos problèmes. Il est vrai que lorsque vous négociez, vous devez céder quelque chose, mais quand avons-nous jamais bien négocié avec le FMI ?  Les organisations internationales sont nées, façonnées et principalement financées par les grands acteurs internationaux et sont des plateformes de projection de leur pouvoir : il faut le comprendre une fois pour toutes.