Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 juin 2022

La Cour Suprême des États-Unis contre l'idéologie du progrès

9f904762-b74a-11eb-a88b-02fe89184577.jpg

La Cour Suprême des États-Unis contre l'idéologie du progrès

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/united-states-court-against-ideology-progress?fbclid=IwAR1DdDGPQhtF3ij6E89l0C-xCgdRvheL7seYQvmxFChCvttMAxgu1Vt1lOs

La nouvelle n°1 dans le monde aujourd'hui n'est pas 'Opération militaire spéciale de la Russie ou l'effondrement de l'économie occidentale, mais la décision de la Cour suprême des États-Unis de réviser l'arrêt Roe-Wade de 1973 et d'annuler les garanties constitutionnelles au droit d'interrompre une grossesse. Désormais, la question de l'avortement a été déplacée au niveau de chaque État, et immédiatement le procureur général du Missouri, Eric Schmitt, a annoncé la décision d'interdire l'avortement. Cela a fait l'effet d'une décharge électrique aux États-Unis et toute la clique mondialiste de cet État hégémonique, ayant encaissé un tel coup, s'est précipitée dans les rues avec des hurlements, des rugissements et une envie incontrôlable de brûler des voitures et de piller des magasins. À mon avis, la situation est très grave.

_105574789_gettyimages-1084718214.jpg

Le fait est que la seule branche du gouvernement américain qui ne s'est pas encore discréditée était jusqu'à récemment les tribunaux. Leur autorité était considérée comme incontestable par toutes les forces politiques. On pense que la corruption et le lobbying idéologique au sein du pouvoir judiciaire n'ont pas réussi à prendre le contrôle total. Et maintenant, les juges nommés sous Trump ont agi. Tout ceci nécessite de notre part une réflexion très sérieuse.

Le fait est qu'il n'y a pas seulement un État américain sur le territoire des USA, mais deux pays et deux nations portant ce nom et cela devient de plus en plus évident. Il ne s'agit même pas d'une question de clivage entre républicains et démocrates, dont l'opposition devient de plus en plus âpre. C'est le fait qu'il existe une division plus profonde encore dans la société américaine.

La moitié de la population américaine est partisane du pragmatisme. Cela signifie que pour eux, il n'y a qu'un seul critère: ça marche ou ça ne marche pas, ça marche/ça ne marche pas. C'est tout. Et pas de dogme ni sur le sujet ni sur l'objet. Chacun peut se voir comme il le veut, y compris se prendre pour Elvis Presley ou pour le Père Noël, et si cela fonctionne, personne n'osera s'y opposer. Il en va de même avec le monde extérieur: il n'y a pas de lois inviolables, faites ce que vous voulez avec le monde extérieur, mais s'il réagit durement, c'est votre problème. Il n'y a pas d'entités, seulement des interactions. C'est la base de l'identité américaine, c'est la façon dont les Américains eux-mêmes ont traditionnellement compris le libéralisme: comme la liberté de penser ce que vous voulez, de croire ce que vous voulez et de vous comporter comme vous voulez. Bien sûr, en cas de conflit, la liberté de l'un est limitée par la liberté de l'autre, mais sans essayer, vous ne pouvez pas savoir où se trouve la fine ligne à ne pas transgresser. Essayez, peut-être cela fonctionnera-t-il.

C'est ainsi que la société américaine a été jusqu'à un certain point sur la ligne du temps. Ici, interdire l'avortement, là, autoriser l'avortement, ici, changer de sexe, là, punir le changement de sexe, organiser des parades gay ou des parades néo-nazies, tout était possible, rien ne se refusait d'emblée, la décision pouvait être n'importe quoi, et les tribunaux, s'appuyant sur une multitude de critères, de précédents et de considérations imprévisibles, étaient le dernier recours pour décider, dans les cas problématiques, de ce qui fonctionne/ne fonctionne pas. C'est le côté mystérieux des Américains, complètement incompris des Européens, et aussi la clé de leur succès: ils n'ont pas de limites, ce qui signifie qu'ils vont où ils veulent jusqu'à ce que quelqu'un les arrête, et c'est exactement ce qui fonctionne.

Mais dans l'élite américaine, qui est composée de personnes issues de milieux très divers, s'est accumulé à un moment donné un nombre critique de non-américains. Il s'agit principalement d'Européens, souvent originaires de Russie. Beaucoup sont ethniquement juifs mais imprégnés de principes et de codes culturels européens ou russo-soviétiques. Ils ont apporté une culture et une philosophie différentes aux États-Unis. Ils n'ont pas du tout compris ou accepté le pragmatisme américain, ne le considérant que comme une toile de fond pour leur propre avancement. En d'autres termes, ils ont profité des opportunités américaines, mais n'avaient pas l'intention d'adopter une logique libertaire sans rapport avec une quelconque allusion au totalitarisme. En réalité, ce sont ces élites étrangères qui ont détourné la vieille démocratie américaine. Ce sont elles qui ont pris la tête des structures mondialistes et qui ont progressivement pris le pouvoir aux États-Unis.

Ces élites, souvent de gauche, parfois ouvertement trotskistes, ont apporté avec elles une position profondément étrangère à l'esprit américain : la croyance en un progrès linéaire. Le progressisme et le pragmatisme sont incompatibles. Si le progrès fonctionne, tant mieux. Sinon, il faut l'abandonner. Voici la loi du pragmatisme : ça marche/ça ne marche pas. Si vous voulez avancer, avancez, si vous voulez le contraire, pas de problème, c'est la liberté à l'américaine.

Cependant, les émigrants de l'Ancien Monde ont apporté avec eux des attitudes très différentes. Pour eux, le progrès était un dogme. Toute l'histoire était vue comme une amélioration continue, comme un processus continu d'émancipation, d'amélioration, de développement et d'accumulation de connaissances. Le progrès était une philosophie et une religion. Au nom du progrès, qui incluait une augmentation continue des libertés individuelles, le développement technique et l'abolition des traditions et des tabous, tout était possible et nécessaire, et il n'importait plus que cela fonctionne ou non. Ce qui comptait, c'était le progrès.

edb9e515a802f3f671dff671fee80ef57d652c98.jpg

Cela représentait toutefois une interprétation totalement nouvelle du libéralisme pour la tradition américaine. L'ancien libéralisme soutenait la position suivante: personne ne peut jamais rien m'imposer. Le nouveau libéralisme répondait: imposons une culture de l'abolition, de la honte de soi, de l'élimination totale des vieilles habitudes, de la possibilité de changer de sexe, de la liberté de disposer du fœtus humain (pro-choice), de l'égalité des droits pour les femmes et les races n'était plus seulement une possibilité, c'était devenu une nécessité. L'ancien libéralisme disait : sois ce que tu veux, du moment que ça marche. Le nouveau libéralisme a répondu : vous n'avez pas le droit de ne pas être un libéral. Si vous n'êtes pas un progressiste, vous êtes un nazi et devez être détruit. Tout doit être sacrifié au nom de la liberté, des LGBT+, des transgenres et de l'intelligence artificielle.

Le conflit entre les deux sociétés - l'ancienne société libertaire et pragmatique et la nouvelle société néolibérale et progressiste - n'a cessé de s'intensifier au cours des dernières décennies et a culminé avec la présidence de Trump. Trump a incarné une Amérique et ses adversaires démocratiques mondialistes une autre. La guerre civile des philosophies a atteint un point critique. Et il s'agit en réalité d'une question d'interprétation de la liberté. La vieille Amérique voit la liberté individuelle comme celle qui exclut toute prescription extérieure, toute demande de l'utiliser seulement de cette façon et pas d'une autre, seulement pour ceci et rien d'autre. Seulement pour l'avortement et la gay pride, par exemple, et jamais pour interdire l'avortement ou diaboliser les pervers. La Nouvelle Amérique, en revanche, insiste sur le fait que la liberté exige la violence contre ceux qui ne la comprennent pas assez bien. Ce qui signifie que la liberté doit avoir une interprétation normative et que c'est aux néo-libéraux eux-mêmes de déterminer comment et pour qui ils l'utilisent et comment ils l'interprètent. L'ancien libéralisme est libertaire. Le nouveau est carrément totalitaire.

Et c'est dans ce contexte qu'il faut considérer la décision de la Cour suprême américaine de 1973 sur l'avortement Roe vs. Wade. Elle est en faveur de l'ancien libéralisme et du pragmatisme. Notez qu'elle n'interdit pas l'avortement, mais déclare simplement qu'il n'y a pas de solution claire au niveau de la loi fédérale. Les États peuvent résoudre le problème comme ils le souhaitent, mais cela signifie, ni plus ni moins, que le temps est réversible. Vous pouvez aller dans une direction, progressiste, ou vous pouvez aller dans la direction opposée. Tant que cela fonctionne. Il ne s'agit donc pas du tout d'avortement. Il s'agit de comprendre la notion du temps, à laquelle se réfèrent les uns et les autres. Il s'agit des divisions les plus profondes de la société américaine. Il s'agit d'une Amérique qui entre en guerre contre une autre Amérique de plus en plus ouvertement.

La Cour suprême est en train de renverser la stratégie dictatoriale totalitaire des élites mondialistes néo-libérales, qui agissent - un peu comme les bolcheviks en Russie - au nom de l'avenir. Le progrès justifie tout. Jusqu'alors, toutes les décisions n'allaient que dans un sens: en faveur de l'individualisme, de l'égocentrisme et de l'hédonisme, et soudain la Cour suprême fait un brusque retour en arrière. Pourquoi, a-t-elle été autorisée à le faire ? Et les vieux Américains presque désespérés, les pragmatiques et les libertaires se réjouissent: la liberté de faire ce que l'on veut, pas ce que disent les progressistes et les technocrates, d'aller dans n'importe quelle direction, pas seulement là où les mondialistes nous envoient de force, a de nouveau triomphé, et le courageux procureur général du Missouri a déjà montré ce qu'il est possible de faire. Bravo ! C'est une révolution pragmatique, une révolution conservatrice à l'américaine.

Bien sûr, toutes les conneries progressistes mondialistes sont sur le point de tomber à l'eau. La vieille Amérique a en quelque sorte contre-attaqué et affronté la nouvelle Amérique.

"Si le royaume de la loi est divisé en lui-même, il sombrera à coup sûr dans la désolation". Matthieu 12:25 Mieux vaut tôt que tard....

Le fil de l'histoire de l'hégémonie libérale

istockphoto-1162715340-612x612.jpg

Le fil de l'histoire de l'hégémonie libérale

Raphael Machado

Source: https://novaresistencia.org/2022/06/20/o-fio-da-historia-da-hegemonia-liberal/

Nous sommes dans une ère de transformations mondiales. Comme à chaque époque de transition, il est même possible de choisir une date comme jalon dans le passage d'une période à l'autre, mais le monde réel est toujours beaucoup plus graduel, tout en nuances de gris. L'époque actuelle se caractérise par l'affaiblissement et le recul de l'idéologie hégémonique (le libéralisme postmoderne) dans toutes ses dimensions.

Les diverses dimensions du libéralisme reculent toutefois à des rythmes différents selon la région de la planète, de sorte que nous ne pouvons obtenir une image complète qu'en examinant l'ensemble du spectre thématique. Une nouvelle ère commence maintenant, mais tout comme l'ère médiévale s'est fait sentir dans une grande partie de l'Europe jusqu'au 19ème (ou même au début du 20ème) siècle, nous passerons encore un certain temps (des décennies, peut-être plus d'un siècle) à combattre le libéralisme qui continue à s'accrocher aux peuples du monde.

Mais examinons les tendances par domaine :

Domaine spirituel : Toutes les statistiques indiquent un recul de l'athéisme et de l'irréligiosité dans la plupart des régions du monde, à l'exception de certaines parties de l'Occident. Dans ces régions, alors que l'on observe un déclin général des effectifs chrétiens, les groupes chrétiens traditionalistes vont dans la direction opposée et affichent une tendance à la hausse. Il est intéressant de noter que ce déclin mondial de l'athéisme n'est pas le résultat de la croissance d'une seule religion spécifique, mais d'une myriade de traditions spirituelles. Même en Chine, on constate une croissance de la religiosité;

Domaine politique : La croissance et l'expansion de la démocratie libérale à travers la planète semblent avoir été stoppées. Au contraire, le Myanmar, le Mali et l'Afghanistan indiquent un renversement de la marche démo-libérale. Même les pays envahis n'ont pas réussi à consolider les régimes libéraux et reviennent à des variations politiques militaristes, autocratiques ou même tribales. Même des pays d'importance mondiale comme la Russie commencent à se distancer de plus en plus de la coquille démo-libérale. La tendance semble être la croissance des modèles césaristes de démocratie et des mouvements populistes;

Domaine géopolitique : Les États-Unis ont perdu leur capacité à imposer unilatéralement leur volonté sur la planète. Les institutions centrées sur l'Occident sont de plus en plus remises en question dans une crise qui s'est accélérée depuis la pandémie et a atteint son apogée avec l'opération spéciale militaire. Les coalitions alternatives comme les BRICS, l'OCX, l'OTSC gagnent en importance. Les liens occidentaux s'affaiblissent et même les pays qui ont été occupés par les États-Unis pendant des décennies commencent à prendre leurs distances avec l'atlantisme;

Domaine économique : les dogmes du marché libre n'ont jamais été autant remis en question. À l'exception de quelques pays, les processus de privatisation commencent à être inversés. Les mesures protectionnistes, les programmes de travaux publics et les investissements dans les infrastructures reviennent sur la table dans presque toutes les régions de la planète. La pandémie a accéléré la tendance à se concentrer sur des chaînes de production plus courtes et continentalisées. Aucun modèle unique ne remplacera le libéralisme économique, les pays semblent se diriger vers des modèles mixtes tels que le capitalisme d'État, le socialisme de marché, le dirigisme et d'autres formes alternatives mêlant socialisme, coopérativisme, étatisme et mécanismes de marché;

Domaine culturel : Le progressisme, confiant dans son triomphe, a décidé d'accélérer et de radicaliser tous ses agendas, soutenu par les grandes entreprises, les médias de masse, les ONG et certains gouvernements. Malgré l'essor du discours postmoderne, l'Occident n'a pas réussi à étendre ses tentacules culturelles à travers la planète et une grande partie de l'humanité reste encore épargnée par ce discours. Pendant ce temps, même à l'Ouest, en Europe et en Amérique ibérique, les tendances conservatrices et patriotiques semblent croître ou se consolider.

En bref, nous sommes dans une ère de transition et, évidemment, le choix d'un jalon chronologique symbolique a toujours quelque chose d'arbitraire. Mais non, le monde ne reviendra pas à ce qu'il était il y a 5 ans.

lundi, 27 juin 2022

Nippon Kaigi, bref historique et objectifs de la plus grande formation patriotique du Japon

78031.HR.jpg

Nippon Kaigi, bref historique et objectifs de la plus grande formation patriotique du Japon

Franz Camillo Bertagnolli

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/esteri/nippon-kaigi-breve-storia-obiettivi-piu-grande-formazione-patriottica-giappone-237300/

Le Nippon Kaigi (Conférence du Japon) a été fondé en 1997 et est la plus grande formation patriotique de l'Empire du Soleil Levant. En 2020, il comptait environ 40.000 membres. Malgré sa grande influence sur le gouvernement, l'organisation était inconnue du grand public jusqu'en 2015.

AsahinaSogen.jpg

Les mouvements précurseurs du Nippon Kaigi

Le Nihon wo Mamoru Kai était une organisation religieuse formée en avril 1974 en tant que groupe shinto-bouddhiste par le grand prêtre de l'époque, Asahina Sōgen (photo), du temple Kamakura Enkakuji. L'association religieuse la plus importante à l'époque de sa fondation était la Seichō-no-Ie (Maison de la croissance).

En juillet 1978, le Gengō Hōseika Jitsugen Kokumin Kaigi (Conférence nationale pour l'utilisation légale des noms des ères du règne des empereurs) est né du Nihon wo Mamoru Kai. En se concentrant sur ce mouvement, un mouvement national (kokumin undō) a été lancé et le 6 juin 1979, la Diète japonaise a adopté un projet de loi sur les noms d'époques, transformant cette pratique en loi.

Après avoir passé avec succès le projet de dénomination des époques, l'organisation s'est réorganisée en octobre 1981 sous le nom de Nihon wo Mamoru Kokumin Kaigi (ou simplement Kokumin Kaigi, mouvement national), c'est-à-dire en tant qu'organisation permanente pour la promotion d'un mouvement national pour la révision de la Constitution et d'un gouvernement d'unité nationale.

Lors de son lancement, ses responsables comprenaient le président Kase Shunji (premier ambassadeur du Japon aux Nations unies, aujourd'hui décédé) ; le président du comité directeur Mayuzumi Toshirō (musicien, futur président du Kokumin Kaigi, décédé), le secrétaire général Soejima Hiroyuki (conseiller permanent au sanctuaire Meiji et membre senior du Nippon Kaigi, décédé) ; le secrétaire exécutif Kabashima Yūzō (actuel secrétaire exécutif du Nippon Kaigi).

La première édition du journal officiel Kokumin Kaigi Nihon no Ibuki (Le souffle d'énergie du Japon) a été publiée le 15 avril 1984. Ce n'était pas un mensuel à l'époque et seuls 113 exemplaires ont été publiés avant la fondation de Nippon. Même après être devenu l'organe officiel de Nippon Kaigi, il a continué à être publié sous le même nom et classé comme "un magazine d'opinion ayant pour but de créer une nation fière". Dans le rapport d'ouverture de l'assemblée plénière du Kokumin Kaigi, le président du comité exécutif Mayuzumi Toshirō a exposé l'objectif fondamental de "réviser" la Constitution et de former une nation centrée sur la figure de l'Empereur :

Afin de protéger le Japon, il y a deux problèmes à résoudre :

Celle de la protection de la nation avec la force militaire physique et celle de l'éducation, c'est-à-dire la protection de la nation avec notre esprit et notre mental. Dans le processus d'unification de ces deux points, la Constitution est le principal obstacle, mais je crois que le cœur de la protection se résume à la façon dont nous percevons notre État-nation ou, en d'autres termes, à la façon dont nous percevons la figure de notre Empereur. Lorsque nous demandons des modifications de la constitution, cela dépend tout d'abord de la manière dont nous percevons notre conscience nationale. Nous devons également envisager de commencer à créer une politique nationale claire liée à la figure de l'Empereur. En d'autres termes, je crois que s'il existe une conscience nationale adéquate, les problèmes liés à la constitution, à l'éducation et à la défense doivent être abordés à partir du problème fondamental de l'esprit - à savoir l'établissement d'une conscience nationale adéquate (Nihon no Ibuki, n° 2, 15 juin 1984 ).

La formule actuelle

Nippon Kaigi a été créé en 1997 suite à la fusion des organisations ci-dessus. Le premier président et fondateur était Koichi Tsukamoto, fondateur de l'industrie textile Wacoal. Nippon Kaigi compte environ 40.000 membres, 47 sections au sein des préfectures et 230 sections au niveau local.

1613778693737.jpg

La pensée du mouvement en un coup d'œil

Nippon Kaigi poursuit essentiellement six buts :

1 - Une merveilleuse souveraineté nationale pour l'avenir du Japon. La promotion d'un sentiment d'unité et de développement social autour de la famille impériale et de l'identité nationale japonaise, ainsi que des traditions et valeurs communes.

2 - Une nouvelle Constitution adaptée à notre époque. La restauration du droit d'autodéfense, la correction du déséquilibre entre les droits et les obligations en renforçant le rôle de la famille et en assouplissant la séparation entre la religion et l'État.

3 - Une politique qui défend l'institution étatique et la vie des gens. Répondre à la perte d'intérêt du public pour la politique et le gouvernement en adoptant une position plus agressive dans le traitement des débats historiques et la gestion des crises.

4 - Créer une éducation qui favorise un sentiment d'identité japonaise. Aborder les différents problèmes qui se posent dans le système éducatif japonais (intimidation, prostitution, etc.) et instaurer le respect du drapeau et de l'hymne national du Japon, ainsi que de l'histoire, de la culture et des traditions nationales.

5 - Contribuer à la paix mondiale en renforçant la sécurité nationale. Renforcer la puissance défensive du Japon pour contrer la Chine, la Corée du Nord, la Russie et d'autres puissances hostiles et se souvenir des morts tombés pendant les guerres menées par le Japon.

6 - Amitié avec le monde liée à un esprit de coexistence et de prospérité mutuelle. Établir des relations amicales avec les pays étrangers par le biais de programmes d'échanges sociaux et culturels.

Le Nippon Kaigi est actuellement le principal acteur d'un profond changement culturel et spirituel au sein de la société japonaise. Contrairement à de nombreux petits groupes idéologiquement similaires, ses liens étroits avec une grande partie de l'establishment le rendent très influent au Japon.

Franz Camillo Bertagnolli

dimanche, 26 juin 2022

La revue de presse de CD - 26 juin 2022

pressreader_header.jpg

La revue de presse de CD

26 juin 2022

EN VEDETTE

Liberté de la presse : Assange mène son combat le plus important à ce jour

La ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, a autorisé l’extradition du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, vers les États-Unis pour qu’il y soit jugé en vertu de la loi sur l’espionnage. Cette affaire vise à créer un précédent juridique pour la poursuite de tout éditeur ou journaliste, où que ce soit dans le monde, qui rapporte des vérités dérangeantes sur l’empire américain.

Lecridupeuple.fr

https://lecridespeuples.fr/2022/06/19/liberte-de-la-press...

ASIE

En Indonésie, un islam de plus en plus radical

La multiplication d’emprisonnements pour « blasphème » porte une ombre à la réputation d’islam modéré de l’archipel. Sous l’influence d’un wahhabisme importé de la Péninsule arabique, les musulmans (85% des Indonésiens) se radicalisent. « Il faut que le monde le sache ! » implore, depuis sa cellule, Appolinaris Darmawan. Ce septuagénaire purge une peine de 5 ans pour « incitation à la haine ». En cause, des vidéos partagées sur YouTube, dans lesquelles il met en cause l’islam, la religion dans laquelle il est né et qu’il a abjurée.

Laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/en-indonesie-un-islam-d...

Comment est née la scission entre Beijing et Taipei

Le passé ne passe jamais, il est donc essentiel de lire le présent avec les yeux de l'historien. Les événements d'aujourd'hui sont le résultat des événements d'hier, tout comme le futur est la conséquence du présent. Une répétition continue d'erreurs. Un éternel retour des antagonismes et des inimitiés. Une saṃsāra où les empires, les peuples et les civilisations vivent, meurent et renaissent encore et encore.

Euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/06/16/c...

Mathieu_Bock-Côté_2017-01-25.jpg

BELGIQUE

Mathieu-Bock Côté censuré en Belgique

Au Royaume de Belgique francophone, le cordon sanitaire a encore frappé. Après Jordan Bardella, voici que c’est au tour de Mathieu Bock-Côté à être censuré dans notre pays.

Bvoltaire.fr

https://www.bvoltaire.fr/tribune-mathieu-bock-cote-censur...

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/CENSURES

Google : désinformateur criminel ou informateur d’utilité publique?

Ce jeudi 16 juin 2022 s’est tenue l’audience d’appel du procès FranceSoir contre Google, dans la plus grande discrétion, puisqu’aucun média n’en a parlé.

Francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/opinions-editos/google-desinfor...

Influenceurs prorusses : une nouvelle liste publiée par Le Monde

La chasse aux collabos se poursuit. Après avoir dénoncé les médias prorusses, comme nous l’évoquions en mars dernier, le journal a publié une nouvelle liste de suspects le 8 juin. Une traque qui rappelle les meilleures heures du maccarthysme. « J’ai ici en main une liste de 205 noms… », avait proclamé le sénateur américain, en 1950, au début de sa croisade contre les sympathisants communistes. La contribution du Monde est plus modeste : douze influenceurs répartis dans huit pays occidentaux accusés de répandre « des discours de désinformation prorusses ».

Bvoltaire.fr

https://www.bvoltaire.fr/influenceurs-prorusses-une-nouve...

Revue de presse RT du 12 au 18 juin 2022

La désinformation/propagande vue de « l’autre côté »… Cette semaine au sommaire de la revue de presse RT, la guerre des sanctions contre les pays qui résistent à la globalisation continue de faire des dégâts, l’Ukraine s’enfonce dans la défaite et le déni, l’intensification de la crise économique en Europe et aux États Unis.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-du-12-au...

df811231-de2b-4082-a21d-e2041a674150.jpg

Catastrophe et « panicanicule »

Tous les prétextes, y compris climatiques, sont bons pour réduire les libertés et ne plus les rendre aux citoyens. Le principe : faire peur.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/06/20/433242-catastroph...

ÉCONOMIE

L’économie italienne est aussi malade de ses élites

C’est l’une des conséquences du premier relèvement des taux directeurs de la banque centrale européenne (BCE) depuis une décennie, annoncé le 9 juin dernier : le taux obligataire italien à 10 ans a bondi à plus de 4 %, soit environ un point et demi de plus qu’un mois plus tôt. Cette hausse subite a réactivé la peur du « spread », à savoir l’écart des taux auxquels se financent les différents pays de la zone euro qui avait conduit à la crise de 2011. Si bien que la BCE s’est réunie en urgence, le 15 juin, pour annoncer la mise en place d’un « nouvel outil anti-fragmentation », sans donner plus de précision. Cette communication a rassuré les marchés en contribuant à resserrer le « spread », mais le taux obligataire italien restait encore à des niveaux élevés une semaine plus tard (3,70 le lundi 20 juin) illustrant les inquiétudes marchés quant à la solvabilité du pays.

Theconversation.com

https://theconversation.com/leconomie-italienne-est-aussi...

ÉNERGIES

L’illusion de l’hydrogène « vert »

L’ambitieuse (folle ?) politique de l’hydrogène vert poursuivie par l’UE aura pour effet de renforcer les incohérences de la politique énergétique européenne, imitée par la France, et contribuera à alourdir les coûts de l’accès à l’énergie pour les consommateurs européens.

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/06/19/433111-lillusion-...

Financer le nucléaire sans argent public et sans démanteler EDF : une solution existe !

Ce n’est pas en renationalisant, puis en démantelant le groupe EDF que la France pourra piloter efficacement la transition énergétique. Propositions.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/06/21/433258-financer-l...

fotonoticia_20220619222358-20611400999_9999.jpg

ESPAGNE

Élections en Andalousie : une majorité absolue historique pour le Parti populaire

En 2018, constatant la rupture de la coalition qui la liait aux centristes de Citoyens (Cs), la présidente régionale andalouse, Susana Díaz (Parti socialiste ouvrier espagnol), appelait aux urnes les électeurs de la région. Elle ne disposait alors que de 47 sièges sur les 109 du Parlement de Séville et aspirait à une majorité plus claire.

Revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/elections-regionales-andalo...

KFMVDFRILNEXHKT62PH6VMWV3U.jpg

ÉTATS-UNIS

Black Ops : La vie d’un guerrier de l’ombre de la CIA

Ric Prado, agent de longue date de la CIA, vient de publier ses mémoires. Qu’il s’agisse de former des paramilitaires d’extrême droite meurtriers ou de se plaindre des « trous de l’enfer » du monde entier, il est d’une franchise choquante – mais son contenu n’est guère surprenant pour quiconque connaît la politique étrangère des États-Unis.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/black-ops-la-vie-d-un-guerrier-...

FRANCE

Après le bouleversement des législatives, quelle place pour le Sénat ?

Anomalie démocratique, « assemblée du seigle et de la châtaigne », réunion de notables ou de privilégiés, les qualificatifs négatifs ne manquent pas pour désigner le Sénat, seconde chambre méconnue du Parlement. Cette image, peu flatteuse, est liée à son mode d’élection. Les 348 sénateurs du Palais du Luxembourg sont en effet élus au suffrage universel indirect par un collège électoral composé essentiellement de délégués des conseils municipaux, ce qui explique, pour partie, sa composition politique majoritairement à droite et qu’il soit qualifié de « Grand conseil des communes de France ».Or, au vu de la crise politique que traverse la France, l’attention politique pourrait bien désormais se porter sur les sénateurs de droite, qui, pour certains observateurs seraient les grands gagnants de cette élection législative.

Theconversation.com

https://theconversation.com/apres-le-bouleversement-des-l...

GAFAM

Royaume-Uni : la réforme sur les données personnelles se précise

Dans un communiqué publié par le ministère britannique au Numériuque, à la Culture, aux Médias et au Sport, le 17 juin, le gouvernement britannique a évoqué les changements qu'il souhaitait apporter dans le cadre de son projet de loi sur la réforme des données personnelles. En 2021, le Royaume-Uni avait indiqué sa volonté de se détacher du RGPD, ce qui implique la création d'une loi adaptée aux souhaits du pays quant à la protection des données.

Siecledigital.fr

https://siecledigital.fr/2022/06/20/royaume-uni-la-reform...

jad20220525-ass-senegal-rachel-kekejpg-592x296-1653486130.jpg

LECTURE

Femmes de ménage

Lu dans L’incorrect/L'Incotidien #444 du 21 juin 2022 sous l’excellente plume de Maël Pellan

Ah bah on ne parle que de ça ! Rachel Kéké la « femme de ménage » de LFI !

« Ce petit monde parisiano-centré bourgeois composé en quasi-totalité d'homosexuels en est tout froufroutant de canaillerie prolo : une femme de ménage africaine ! Qui parle un français niveau segpa ! C'est tellement inaaaaattenduuuu ! Comme les dames patronnesses d'autrefois, le Tout-Paris médiocrate va se ruer sur la pauvre Kéké.

Portrait dans Paris Match. Dans « Elle ». Avec un peu de chance, elle repartira peut-être avec une ou deux vieilles robes de la rédactrice en chef. Et une paire de Louboutin déjà portés, comme la mère Traoré. Tiens on n'en parle plus de celle-là… On n'en parle plus parce que la médiaticaille se lasse. Une fois qu'elle aura fait le tour des rédactions et raconté deux-trois conneries à l'assemblée, l'effet de nouveauté sera également passé pour Rachel Kéké. Et elle repartira dans son néant. Et dans ses brosses à chiottes.
A moins qu'elle ne fasse quelques discours bien sanglants dans l'hémicycle. Une vraie surprise ! Remettant quelques évidences sociales au centre des débats. Foutant un coup de serpillière à chiottes dans la gueule de la Macronie des winners. Curieux de voir ce que ça va donner en tout cas.

Par contre, une qui ne devrait pas avoir sa bobine dans Cosmopolitan c'est « l'autre femme de ménage » : Lisette Polet. Nouvelle députée RN de la Drôme. Pas la bonne couleur. Pourtant elle est d'origine portugaise. Mais les Portugais, c'est un peu comme les Vietnamiens, ce sont pas les bons immigrés pour la Gauche bobo. Ils bossent, ils s'intègrent, ils ne font pas parler d'eux, ils ne réclament rien et ils sont catholiques. De toute façon, Lisette Polet est française, c'étaient ses parents qui étaient des immigrés sympas. Elle est chef d'équipe du ménage dans un lycée de Valence. Malheureusement pour elle, elle n'aura jamais les échantillons de parfum sortis des poubelles de la rédaction de Biba parce qu'elle est Française et qu'elle fait partie du RN prolo. Le RN des naufragés de la mondialisation. Des sacrifiés de l'Europe libérale. « Tenez bon, on arrive ». C'était le bon temps. D'avant la « cage aux folles ».

Oui mais voilà, Lisette Polet pue la France et pas assez l'Afrique. Elle aurait cramé une ou deux voitures dans son quartier de Portos et aurait quatre frères en prison pour trafic de drogues que ça lui aurait donné quelques lignes d'encouragement dans Libé. Reste à espérer qu'elle est un peu payday sur les bords, il lui resterait « Têtu ». Mais non… La médiatiquaille lui préférera toujours Rachel Kéké parce que la médiatiquaille est fascinée par « l’Étranger ». « L'Exotique ». Le « Noir ».

Oui mais dame, badaboum, après l'euphorie autour de la petite causette de la NUPES, on se rend compte qu'elle a déjà partagé des posts de FdeSouche, de Marine Le Pen, du Bastion Sociale sur sa page Facebook. Mais alors ça ne serait pas une « bonne négresse » pour la gauche bobo ?

Apparemment, elle a un certain « recul » sur les Maghrébins. Ça tombe bien nous aussi. Et Lisette aussi sûrement. On a tous du « recul », beaucoup beaucoup de « recul ». Il faut tout de même savoir que les Maghrébins ne peuvent pas sentir les Noirs qu'ils traitent d'esclaves, alors que les Noirs leur rendent bien. Multi-culturalisme = multi-racismes, encore et de tous temps.

Pas encore en disgrâce la Kéké mais on va bien attendre ses premières sorties à l'assemblée pour se faire une idée. Ce serait drôle qu'elle abandonne son parti de profs donneurs de leçons et de bobos insupportables à la Autain/Garrido/Coquerel pour s'allier avec Lisette Polet dans un cartel des femmes de ménage. On peut toujours rêver. Et quand elles vont croiser Gilles Legendre et Aymeric Cayron, que va-t-il se passer. L'un d'entre eux porte déjà sur lui les stigmates de la dégénérescence bobo. Ce faciès ! Cette connardise qui se lit dans les traits. L'un d'eux a peut-être fondé une autre espèce tant il paraît différent de nous. « L'Homo Cornadus ».

Cette histoire de bonniches montre surtout l'invisibilisation des professions manuelles et ouvrières au sein de la représentativité nationale. Politiques singes savants comme Macron. Jamais vraiment bossé. Aucune expérience de la vraie vie. Députés issus de la haute-fonction publique. ENA. Coupés du monde. Saloperies. A exterminer.

En 36 ma grand-mère, ouvrière à Olida en banlieue parisienne, avait séquestré le patron de sa boîte sur le toit de son usine. Attaché à une chaise. Pour demander les congés payés. Et des salaires. Et le droit d'avoir une vie en dehors du boulot. Et ça a été le beau printemps du Front Populaire ! Vive la Sociale ! Ca va faire hurler les maurassiens de L'Inco mais ils peuvent bien s'étouffer dans leur vomi, le Front Populaire a changé la vie des ouvriers !

Faut dire, qu'en ce temps-là, il y avait 89 députés ouvriers ou employés au Palais Bourbon. Un député sur sept ! Eux ils savaient de quoi ils parlaient. Eh bien c'était un beau printemps… »

 

MONDIALISME/BIOTERRORISME/DICTATURE

Une fuite massive montre une conspiration de l’État profond anglais pour pousser au Brexit

Une conspiration élaborée, prétendument dirigée par des personnages agissant dans l’ombre au sein de l’élite britannique, a été exposée dans une fuite massive publiée par un groupe de pirates informatiques, fin mai. Les documents et courriels alléguant un complot de l’État profond par les partisans inconditionnels du Brexit pour obtenir un Brexit le plus « dur » possible est maintenant disponible sur un site internet nommé « Very English Coup d’État ».

Lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/une-fuite-massive-montre-un...

nato_and_money__gatis_sluka.jpg

OTAN

OTAN : une histoire de gros sous

Il a survécu à ce qui aurait dû sonner le glas, l’effondrement de l’URSS. En fait il s’est agrandi et est devenu plus agressif une fois que l’Union Soviétique, son ennemi supposé, s’est évanoui. Le propre site de l’OTAN mentionne cette bizarrerie : sa première opération militaire a eu lieu non pas pendant la Guerre Froide, mais en 1991. C’est curieux, pas vrai ?

Antifixion.blogspot.com

https://antifixion.blogspot.com/2022/06/otan-une-histoire...

La guerre de la Turquie contre les Kurdes met en évidence l’agression de l’OTAN

Alors que tous les regards sont tournés vers la guerre en Ukraine, le président turc Recep Tayyip Erdoğan prépare une nouvelle invasion du nord de la Syrie. Depuis 70 ans, la Turquie est un membre clé de l’OTAN – et le soutien de l’OTAN à son agression montre que l’alliance n’est pas un simple pacte de défense.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/la-guerre-de-la-turquie-contre-...

RÉFLEXIONS

Parlementaires de tous les partis, unissez-vous !

La démocratie athénienne pourrait-elle inspirer notre nouvelle Assemblée ? Après tout, depuis Napoléon Ier, le palais Bourbon ressemble à un temple grec, avec ses douze colonnes, son fronton triangulaire, et ses statues d’Athéna et de Thémis, déesses de la sagesse et de la justice, dont le regard se tourne vers la Concorde. Leur pouvoir muet suffira-t-il à la maintenir ? Un esprit de revanche bridé par cinq ans de jupitérisme et deux ans d’autoritarisme sanitaire ne demande qu’à déferler sur l’hémicycle aux fauteuils couleur de lave. Dans ce cratère, certains veulent même faire tonner leurs passions : « Ça va dépoter sévère ! », lâche ainsi l’insoumise Clémentine Autain...

Laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/parlementaires-de-tous-...

L'Américanisme des gauches

L'affirmation selon laquelle la gauche "ne pouvait qu'être américaniste et fordiste, puisqu'elle avait été industrialiste dès le début semble fondée car, en fait, depuis l'Idéologie allemande, Marx et Engels avaient exalté le développement de l'industrie"

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/06/22/l...

SANTÉ/INTERDICTIONS/LIBERTÉS

Le vaccin anti-covid de Valneva, mal-aimé des autorités ?

Dans le paysage vaccinal européen, le VLA2001 de la société franco-autrichienne Valneva ressemble de plus en plus au vaccin dont tout le monde parle mais qui pourrait ne jamais voir le jour dans l'Union Européenne. Pourtant, en tant que vaccin "classique" inactivé à virus entier, il s'agit d'un produit unique en Europe (quoique semblable aux vaccins chinois Sinovac et Sinopharm). Son profil intéresse surtout ceux qui restent réticents par rapport aux vaccins à ARN messager pour diverses raisons. Pourtant, si on a prédit en novembre 2021 que "cela va partir comme des petits pains", Valneva serait actuellement sur le point de jeter l'éponge au niveau de l'UE pour deux raisons : la menace de résiliation de son contrat signé avec la Commission Européenne en novembre 2021 (pour 60 millions de doses) ainsi qu'une demande internationale largement inférieure à celle espérée.

Laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/le-vaccin-anti-covid-de...

iivndex.jpg

Ivermectine et Together : vers un nouveau LancetGate ?

Décidément l’ivermectine fait peur, tout est bon pour éviter de la prescrire, pour éviter les études pouvant démontrer une potentielle efficacité. S’il y a 84 études sur le sujet, celles qui tentent de démontrer que cela ne fait rien sont pour le moins surprenantes, parfois douteuses. Le dernier grand essai, Together, semble bien avoir été conduit pour donner ce résultat, en espérant une suite, comme celle du LancetGate avec Surgisphère qui a fermé la porte à l’hydroxychloroquine, sans que ceux qui ont fermé cette porte en raison de l’étude, ne l’aient rouverte une fois la vaste farce découverte. Le scénario vient de se reproduire en Afrique du Sud, qui vient de retirer l’ivermectine.

covid-factuel.fr

https://www.covid-factuel.fr/2022/06/14/ivermectine-et-to...

La gestion de la crise covid : gouverner par la peur

Depuis le début de la crise la tendance est de gouverner par la peur. L’obsession de tout contrôler mêlée à la peur a des effets désastreux sur nos sociétés.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/06/23/415047-la-gestion...

Pourquoi l’Office parlementaire qui enquête sur les effets secondaires des vaccins Covid ne rend-il pas publics tous ses débats ?

Le 24 mai dernier, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques tenait une audition publique de clôture de ses travaux « sur les effets secondaires des vaccins contre la Covid-19 et le fonctionnement du système français de pharmacovigilance ». Et son rapport a été rendu public le 9 juin. Derrière l’apparente publicité des débats, l’Office a en réalité rendu invisibles certaines interventions portant sur les effets secondaires des vaccins contre le covid-19.

qg.media/blog/laurent-mucchiellli

https://qg.media/blog/laurent-mucchielli/pourquoi-loffice...

Vaccinons nos enfants…

Vaccinons nos enfants en toute sécurité, avec des produits sûrs, efficaces à près de 100%, sans effets secondaires, et éprouvés de longue date. Nos autorités sanitaires sont là pour surveiller qu’il en soit ainsi, avec toutes les garanties qui s’imposent. Pour ceux qui ne lisent pas les études, pour ceux qui pensent que les autorités sanitaires les lisent avant d’autoriser, Hélène Banoun a lu ces études comme peu de gens le font, et nous fait part de leur contenu rassurant. Tout est vérifiable.

Covid-factuel.fr

https://www.covid-factuel.fr/2022/06/24/vaccinons-nos-enf...

UKRAINE

Ukraine : moments de sincérité dans Bloomberg

La narration simpliste des médias occidentaux du début du conflit russo-ukrainien semble parfois loin derrière nous. Le Guardian est revenu sur certaines de ses erreurs, le New York Times pose la question de la responsabilité US dans le conflit, le Washington Post compare le rôle des États-Unis au Yémen à la guerre de la Russie en Ukraine, alors que l’influent Robert Kagan était déjà passé aux aveux dans Foreign Affairs en avril. Au cours de la première quinzaine de juin, deux articles de Hal Brands, historien adepte de l’unipolarité américaine et professeur à l’université Johns Hopkins, parus dans Bloomberg, participent de cette logique de déballage susceptible d’esquinter sérieusement la version admise à l’Ouest sur le conflit.

Ojim.fr

https://www.ojim.fr/ukraine-moments-de-sincerite-dans-blo...

223007625-europaparlament-4-1600x900.jpg

UNION EUROPÉENNE

Les eurodéputés français se trompent souvent de vote au Parlement européen

Les eurodéputés français, FN en tête, sont les champions des corrections de vote au Parlement européen, qu’il s’agisse d’erreurs de vote ou d’affichage politique.

Lemonde.fr

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/03/07/l...

Le Parlement européen prétend faire la leçon à la Cour suprême des États-Unis

En attendant le jugement de la Cour suprême des États-Unis sur l’avortement, voici une analyse d’une résolution du Parlement européen qui s’inquiète d’un revirement de jurisprudence. Les députés européens osent donner aux juges américains une leçon sur la Constitution des États-Unis. L’ECLJ est intervenu en tant qu’“amicus curiae” dans l’affaire en cours auprès de la Cour suprême. Cette tribune a été publiée dans Famille chrétienne.

lesalonbeige.fr

https://www.lesalonbeige.fr/le-parlement-europeen-pretend...

samedi, 25 juin 2022

Les véritables héritiers de Mai 68

macron-thatc.jpg

Les véritables héritiers de Mai 68

par Adriano Erriguel

Bron: https://elmanifiesto.com/tribuna/6117/deconstruccion-de-l...

Mai 1968 est un jalon central dans la formation de notre monde. Un événement qui est souvent célébré comme le seuil d'une nouvelle ère: celle de l'individu libéré et pleinement émancipé. Un exploit progressiste associé à l'héritage sentimental et moral de la gauche. Mais pour être précis, c'est le néolibéralisme - plutôt que la gauche en tant que telle - qui est le véritable héritier de Mai 1968.

Le néolibéralisme se place dans la zone de confort de l'histoire. D'une part, il revendique l'attitude subversive, non-conformiste et rebelle typique des intellectuels. Mais d'un autre côté, son caractère rebelle fonctionne au profit des intérêts dominants. D'une part, il fournit l'illusion d'être en faveur de l'histoire, d'être le porte-parole d'un avenir qui viendra de toute façon. Mais d'autre part, il adopte un air agonisant, comme s'il était en lutte douloureuse avec les forces obscures du passé. En bref: le clinquant de la transgression plus le confort de la domination. "Les partisans du néolibéralisme - écrit le politologue mexicain Fernando Escalante - se sont toujours sentis, quoi qu'il arrive, rebelles (...) il est impossible de lire Hayek et de ne pas avoir l'impression, à un moment donné, qu'il est le dernier homme libre dans le monde de cauchemar décrit par Orwell ou par Huxley. Son travail, comme celui de Popper, Becker et Buchanan, est écrit contre l'establishment. Les partisans du néolibéralisme peuvent toujours se présenter comme des rebelles, des iconoclastes, des marginaux, des défenseurs de la liberté contre l'ordre bureaucratique établi. Et c'est pourquoi ils sont véritablement les héritiers de l'esprit de protestation des années 1960".

L'idée néolibérale de base de la liberté et de l'émancipation est, au fond, assez simple: "nous sommes tous des entrepreneurs, ou nous le serions tous si nous n'étions pas opprimés par un État qui nous en empêche" [1].

c163698_1644026915484-theweek042018.png

L'homme comme start up

Contrairement aux stéréotypes de l'extrême gauche, le néolibéralisme ne se réduit pas à un ultra-capitalisme sauvage, ni à une machination de financiers sans scrupules, ni à un démantèlement des services publics. Le néolibéralisme possède certaines de ces choses, mais elles ne constituent certainement pas son essence. Il ne s'agit pas non plus d'une idéologie répressive et rétrograde (comme le prétend régulièrement la gauche). Bien au contraire, le néolibéralisme est révolutionnaire, émancipateur et libertaire, et ce sont précisément les pouvoirs publics - les pouvoirs de l'État - qui poussent à cette "libération". S'il y a répression au sein du néolibéralisme, c'est celle que le sujet s'impose à lui-même de manière autonome. Si exploitation il y a, c'est celle que l'individu exerce sur sa propre vie.

Le néolibéralisme est avant tout une vision du monde, une façon d'être et d'être dans le monde. Le néolibéralisme va un peu plus loin que l'homo oeconomicus du marxisme ou du capitalisme. Le prototype du néolibéralisme est l'homme-entrepreneur ; ou plus précisément : l'homme-entrepreneur de lui-même. "Chaque être humain a un entrepreneur dans l'âme !" chantent les rhapsodes du néolibéralisme. Le néolibéralisme - souligne le sociologue français Christian Laval - prend toujours un air d'évidence, de conformité à un mouvement naturel de la société, à une réalité à laquelle gouvernants et gouvernés doivent s'adapter. Mais cette "réalité" (et c'est là que réside le piège du néolibéralisme) est "faite de situations créées, de règles établies, d'institutions construites qui encouragent les comportements" [2]. Le néolibéralisme n'est pas la "main invisible" du libéralisme classique, mais est un volontarisme et un constructivisme. C'est la main très visible de l'État qui agit - quand il le faut - pour parfaire l'ingénierie sociale nécessaire et adapter la société aux moules néolibéraux.

c1_3530654_700.jpg

Le néolibéralisme a un rêve: étendre de manière illimitée "un modèle de compétitivité auquel les sujets devront s'adapter en fonctionnant comme des entreprises, c'est-à-dire comme des unités de capitalisation privée. Dans ce contexte, le marché n'est plus un fait ou un moyen naturel, mais un espace normatif qu'une politique économique et législative permet de devenir, de maintenir, de corriger et d'étendre" [3]. L'extension illimitée du marché: c'est là que réside le caractère émancipateur et progressiste du néolibéralisme.

L'homme néolibéral est obligé de se réinventer, de s'optimiser, de s'adapter à la dynamique du marché, s'il veut accéder au paradis des opportunités. La précarité généralisée prend ainsi un air libérateur. Bien sûr, tout cela nécessite un préalable: l'abolition de tous les obstacles qui s'opposent aux relations mercantiles entre individus, y compris les domaines jusqu'ici régis par des archaïsmes éthiques, religieux, nationaux ou culturels. Parce qu'il n'y a plus de peuples, de nations, de cultures, de religions ou de sexes. Ou plutôt : il y en a, mais en tant que "kits" identitaires de consommation particulière, en tant que réalités fluides et malléables, en tant que mode-fusion, simulacre et vintage. Le "dernier homme" de Nietzsche est une startup individuelle qui pense globalement et s'identifie par sa fidélité à ses marques.

Notes:

[1] Fernando Escalante Golzalbo, El neoliberalismo, Ediciones Colegio de México (édition Kindle).

[2] Christian Laval, Foucault, Bourdieu et la question néolibérale, Éditions la découverte 2018, p. 60.

[3] Christian Laval, Œuvres citées, p. 66.

Tiré de : https://elmanifiesto.com/.../deconstruccion-de-la...

Comme nous le verrons, entre l'homme-entrepreneur du néolibéralisme et l'individu "habilité" de la gauche postmoderne, la ligne est très mince.

21:26 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, mai 68, néolibéralisme, libéralisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Vladimir Poutine et la fin du monde occidental

GettyImages-1241368441-1024x683.jpg

Vladimir Poutine et la fin du monde occidental

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/06/20/vladimir-putin-ja-yksinapaisen-maailman-loppunaytos/

Vladimir Poutine a exposé sa vision de l'avenir de la Russie et du monde dans un discours prononcé au Forum économique de Saint-Pétersbourg, déclarant la fin du "monde unipolaire" centré sur l'Amérique.

Il n'y a pas de retour en arrière possible pour la Russie, donc Poutine peut au moins énoncer les faits froidement. Pour certains, la "révolution contre la dictature mondiale de l'Occident" a commencé. Poutine n'est pas seul, la Chine est déjà derrière lui et de nombreux autres pays suivront bientôt. À moins que les Etats-Unis, pays à somme nulle, ne changent leurs habitudes, ils resteront une île isolée en dehors du nouvel ordre.

"Lorsque les États-Unis ont déclaré leur victoire dans la guerre froide, les Américains se sont auto-proclamés 'les représentants de Dieu sur terre', sans obligations, avec seulement des intérêts posés comme sacrés et déclarés tels", a critiqué Poutine à l'encontre de l'élite de Washington. Depuis lors, cependant, a-t-il déclaré, "de nouveaux centres de pouvoir ont émergé, qui ont le droit de protéger leurs propres systèmes, modèles économiques et souveraineté".

Ces "changements véritablement révolutionnaires et tectoniques dans la géopolitique, l'économie mondiale, la technologie et l'ensemble du système des relations internationales" sont "fondamentaux, révolutionnaires et inexorables", a affirmé M. Poutine.

Ce serait une erreur de penser qu'après une période de changements tumultueux, les choses redeviendront ce qu'elles étaient. "Cela ne se produira pas", a assuré le dirigeant russe.

Lorsque les États-Unis et leurs alliés ont lancé une campagne visant à isoler la Russie suite au conflit en Ukraine, ils espéraient faire chuter l'économie et la société russes dans leur ensemble. Au lieu de cela, les sanctions ont été une défaite pour ceux qui les ont imposées, exacerbant les problèmes sociaux et économiques, augmentant les prix de la nourriture, de l'électricité et du carburant et sapant la qualité de vie dans tout l'Occident, mais surtout en Europe.

Poutine considère que l'élite du pouvoir occidental "vit dans un passé illusoire". "Ils refusent de voir l'évidence et s'accrochent obstinément aux ombres du passé. Ils semblent croire, par exemple, que la domination occidentale sur la politique et l'économie mondiales est une valeur immuable et éternelle. Rien ne dure éternellement."

Les puissances occidentales sont encore influencées par les perceptions ossifiées de ceux qui sont au pouvoir : elles considèrent les autres pays comme "arriérés ou arrière-cour". "Ils les traitent toujours comme des colonies et les personnes qui y vivent comme des citoyens de seconde zone", a déclaré M. Poutine.

Poutine avait également une vision claire de l'UE : "L'Union européenne a complètement perdu sa souveraineté politique et son élite bureaucratique danse au rythme imposé par quelqu'un d'autre, acceptant tout ce qu'on lui dit d'en haut, au détriment de sa propre population et de son économie."

Il a ajouté que les citoyens européens paieront un lourd tribut à des "décisions déconnectées de la réalité et contraires au bon sens", car l'UE pourrait perdre "plus de 400 milliards de dollars par an" en pertes directes du seul fait des sanctions.

Blâmer la Russie pour les prix élevés de l'énergie et l'inflation est "stupide" selon Poutine, la Russie n'est pas un manipulateur aussi important de l'économie mondiale. L'Occident n'a qu'à se blâmer pour l'état des choses ; selon lui, les pays dits du G7 ont "systématiquement conduit le monde dans une énorme crise mondiale".

imadollarges.jpg

Selon le dirigeant russe, la "foi aveugle de l'UE dans les sources d'énergie renouvelables" et l'abandon des accords à long terme sur le gaz naturel avec la Russie ont entraîné une flambée des prix de l'énergie l'année dernière. Dans le même temps, les États-Unis et l'UE ont poursuivi leur impression insensée de dollars et d'euros.

Selon M. Poutine, les politiques poursuivies par les dirigeants de l'UE et des États-Unis "exacerbent les inégalités et la polarisation des sociétés, non seulement en termes de prospérité, mais aussi en termes de valeurs et d'orientation des différents groupes".

"Une telle déconnexion de la réalité et des demandes de la société conduira inévitablement à la montée du populisme et à la croissance de l'extrémisme, à de graves changements sociaux et économiques, à la décadence et au changement d'élite en Europe", a déclaré le dirigeant russe dans sa vision de l'avenir du continent.

Poutine a souligné que les sanctions américaines et européennes à l'encontre de la Russie - notamment sur les exportations d'engrais et de céréales - sont l'une des causes de l'insécurité alimentaire croissante dans le monde. Si les pays les plus pauvres du monde sont bientôt confrontés à la famine, "ce sera entièrement la faute de l'administration américaine et de la bureaucratie européenne".

Les problèmes de sécurité alimentaire sont apparus ces dernières années - et non ces derniers mois - en raison des "actions à courte vue de ceux qui ont l'habitude de résoudre leurs propres problèmes aux dépens des autres" et de fausser les flux commerciaux en imprimant de l'argent dans une sorte de "politique coloniale prédatrice", a conclu M. Poutine.

En conclusion de son discours de 73 minutes, M. Poutine a déclaré qu'il était "évident" que des "États forts et souverains" fixeront les règles d'un "nouvel ordre mondial". Cela reflète l'idée qu'un monde faits de blocs est en train de se dessiner, dominé par différentes puissances agissant selon leurs intérêts.

Alors que Poutine, le Chinois Xi et quelques autres semblent être les dirigeants illibéraux les plus populaires pour les capitalistes monopolistes de l'Occident, que diriez-vous si je jouais pendant quelques instants l'avocat du diable et si je posais quelques questions inconfortables en cette fin d'article.

Que signifie réellement la "fin du monde monolithique" si toutes les puissances, grandes et petites, continuent néanmoins à suivre le scénario de la crise menant à une technocratie dystopique, à distribuer des vaccins expérimentaux contre les pandémies et à favoriser le passage à la monnaie numérique, à la robotique et à la technologie de l'IA ?

Vivrons-nous à l'avenir - selon les pires scénarios - dans de petites chambres dans des villes intelligentes, mangeant des insectes, ne possédant rien, ou pourrions-nous entrer dans un monde post-pénurie de "communisme de luxe entièrement automatisé" ?

Je ne crois pas beaucoup aux utopies, car l'élite au pouvoir actuelle semble ne rien vouloir partager du tout, mais se contente de répéter le jargon de l'ONU sur la réduction de l'"empreinte carbone" (ou, en fin de compte, du nombre de personnes). La redistribution du pouvoir mondial aura-t-elle un impact sur cette question, ou la "nouvelle normalité" de ces dernières années se poursuivra-t-elle dans un monde apparemment multipolaire ?

jeudi, 23 juin 2022

L'Amérique en déclin, la Chine et la menace d'une guerre économique

guerre-commerciale-usa-chine.jpg

L'Amérique en déclin, la Chine et la menace d'une guerre économique

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/06/21/taantuva-amerikka-kiina-ja-taloussodan-uhka/

La revue américain Foreign Policy affirme que les décideurs chinois sont de plus en plus convaincus que les États-Unis vont mettre en œuvre une stratégie d'isolement de la Chine à grande échelle. Les responsables, les universitaires et les médias chinois parlent de plus en plus d'autonomie et de préparation.

Fang Xinghai, vice-président de la Commission chinoise de réglementation des valeurs mobilières, a proposé d'accélérer l'internationalisation du yuan pour mieux préparer le désengagement économique des États-Unis.

Un universitaire basé à Shanghai a déclaré que "les dividendes de la paix sont terminés" et qu'"il est temps pour la Chine de se préparer à un désengagement complet". Même des voix plus modérées ont reconnu les profonds changements dans les relations entre les États-Unis et la Chine et ont exhorté la Chine à "se préparer au pire mais à rechercher le meilleur".

Alors qu'en guise de représailles, l'armée chinoise est encore renforcée, le pays resserre également deux ficelles économiques. Elle redouble sa stratégie d'autosuffisance déjà existante et assure la résistance de la Chine aux sanctions, tout en renforçant ses capacités géo-économiques offensives par le biais des chaînes d'approvisionnement et des voies maritimes commerciales internationales.

Le Parti communiste chinois a fait de "l'indépendance et de l'autonomie" un élément clé de sa résolution historique de 2021. Les récentes sanctions sévères de l'Occident contre la Russie ont rappelé aux dirigeants chinois la nécessité de renforcer leur indépendance économique.

Le 25 février, alors que la Russie lançait son opération militaire en Ukraine, un éditorial du Quotidien du Peuple affirmait que "l'indépendance et la confiance en soi permettront à la cause du Parti et du peuple de continuer à avancer de victoire en victoire". Les décideurs politiques s'efforcent de préparer l'économie chinoise à supporter le lourd coup économique d'une sécession forcée.

Ces préoccupations ne sont pas nouvelles. Depuis la crise financière asiatique de la fin des années 1990, les décideurs chinois ont préconisé une réforme du système financier mondial et ont cherché à se prémunir contre l'hégémonie du dollar américain.

En 1999, le gouverneur de la Banque populaire de Chine de l'époque, Dai Xianglong, a déclaré que le système financier mondial actuel "doit être réformé" car "le rôle des monnaies nationales de quelques pays en tant que monnaies de réserve internationales a été une source majeure d'instabilité".

Si les hostilités entre les superpuissances éclatent réellement, l'empire occidental étendra sa politique de sanctions à Pékin, comme il l'a fait avec Moscou. Quelles options de réponse la Chine aurait-elle dans cette situation ?

Jusqu'à présent, dans les guerres commerciales et technologiques lancées par les États-Unis ces dernières années, les Chinois ont essentiellement été sur la défensive. Pourraient-ils passer à l'offensive ?

Dans les scénarios les plus radicaux, Pékin pourrait renoncer à ses réserves de dollars, exiger le paiement en monnaie chinoise de ses exportations de biens vers l'Occident, voire cesser complètement d'exporter.

Par exemple, si une confrontation militaire sur le statut de Taïwan déclenchait une guerre économique, Pékin pourrait utiliser deux contre-mesures offensives : perturber les chaînes d'approvisionnement mondiales et restreindre l'accès des étrangers aux ports commerciaux contrôlés par Pékin.

La perturbation délibérée des chaînes d'approvisionnement pourrait prendre au moins deux formes : la mise en œuvre d'un cadre réglementaire anti-sanctions pour restreindre l'accès aux marchés chinois et l'imposition de contrôles à l'exportation de matériaux critiques.

Le gouvernement chinois pourrait obliger les entreprises étrangères à choisir entre les marchés chinois ou occidentaux et pénaliser la coopération avec les acteurs étrangers considérés comme menaçant les entreprises et les intérêts nationaux chinois.

La revue Foreign Policy suggère que les décideurs chinois ont une vision claire de la manière dont la position dominante de la Chine dans les chaînes d'approvisionnement mondiales pourrait être stratégiquement exploitée contre les restrictions étrangères, si nécessaire, pour protéger les besoins nationaux de la Chine.

En réponse aux sanctions occidentales et à la guerre hybride, la Chine pourrait également restreindre les exportations vers l'Occident d'électronique grand public et d'éléments de terres rares nécessaires à la fabrication d'armes américaines avancées telles que l'avion de chasse F-35. Entre 2014 et 2017, la Chine a fourni 80 % des terres rares dont les États-Unis ont besoin.

La position de la Chine en tant que première puissance maritime commerciale offre également à Pékin un moyen de pression en cas d'escalade de la guerre économique. Les acquisitions de ports chinois donnent à la Chine un plus grand contrôle sur les flux maritimes mondiaux, ce qui pourrait limiter la capacité des étrangers à sécuriser les chaînes d'approvisionnement.

En 2019, la Chine avait investi dans plus de 100 projets portuaires. Trois opérateurs portuaires chinois - COSCO Shipping Ports, China Merchants Port Holdings et Qingdao Port International - avaient déjà des participations dans 16 ports européens en 2018.

1619350091508.png

COSCO possède 100% du terminal portuaire du Pirée en Grèce, 85,5% du terminal portuaire de Zeebrugge en Belgique, 51% du terminal à conteneurs de Noatumi en Espagne et des participations minoritaires dans plusieurs autres ports européens. La manière dont la Chine pourrait réellement contrôler les ports étrangers au milieu d'un conflit est une autre question.

Toutes ces stratégies comportent leurs propres risques d'escalade. Même si l'administration Biden cherche à défier et à concurrencer la Chine, il serait sage de résister à la tentation de diaboliser Pékin, de l'opposer à propos de Taïwan ou de sous-estimer le potentiel de la Chine à défier la position mondiale et la puissance en dollars des États-Unis.

La priorité stratégique de la Chine pour le moment semble être d'éviter de faire quoi que ce soit qui puisse interrompre le processus de déclin des États-Unis. La Chine est également restée à l'écart du conflit ukrainien. Elle ferait probablement bien de se contenter d'observer l'affaiblissement de la domination géo-économique des États-Unis.

Le leadership américain ne semble plus du tout attrayant pour de nombreux pays. Si Washington ne peut pas faire preuve de compassion envers les pays qui ont besoin d'aide au développement et qui ont réclamé une meilleure représentation dans le système actuel, les puissances non européennes et non anglo-saxonnes seront heureuses d'écouter ce que la Chine a à offrir.

L'implication croissante de la Chine en Asie occidentale (le "Moyen-Orient" en termes occidentaux) en est un exemple. La Chine a réussi à conclure un accord de partenariat stratégique global avec l'Iran et l'Arabie saoudite, étendant ainsi l'influence de Pékin et lui apportant de nouveaux avantages économiques.

L'Irak est également devenu un lien important pour le projet "Belt and Road" et les investissements de la Chine. Alors que les États-Unis pilonnent Bagdad à coups de bombardiers, la Chine a récemment accepté de construire un millier d'écoles dans la région. C'est un bon coup de pouce pour l'image de la Chine par rapport aux machinations de l'Occident.

Une action constructive est plus attrayante pour les partenaires que l'intimidation et le chantage économico-militaire américains. Toutefois, le succès de la Chine peut provoquer un retour de bâton de l'OTAN et de l'Occident, et le régime de Pékin sera abattu par les mêmes moyens que la Russie. La Chine réussira-t-elle à éviter les pièges américains ?

La fin de la mondialisation et les Verts, fossoyeurs de l'environnement

cover-r4x3w1000-5e70df7908d09-3b3fdde99f099e9ed54818efd1d57948e8acbf61-jpg.jpg

La fin de la mondialisation et les Verts, fossoyeurs de l'environnement

Thomas Röper

Source: https://www.anti-spiegel.ru/2022/das-ende-der-globalisier...

La politique actuelle de l'UE, menée en grande partie par les Verts, sonne le glas de la mondialisation et place l'obéissance aux États-Unis au-dessus de la protection de l'environnement et des intérêts économiques en Europe.

Il est évident pour tout le monde que la force motrice de la politique anti-chinoise dans laquelle l'UE s'est désormais engagée est les États-Unis. Lorsque le président Trump a déclenché la guerre commerciale contre la Chine, l'UE était encore réticente à s'y associer, bien que des responsables politiques européens de premier plan comme Reinhard Bütikofer aient déjà fait campagne pour une ligne de conduite explicitement anti-chinoise à l'époque de Trump, même si cela pouvait nuire à l'économie de l'UE et coûter des millions d'emplois.

Quand Trump et Biden font la même chose

Lorsque Trump a quitté le pouvoir, Bruxelles a sans doute espéré que la politique américaine vis-à-vis de la Chine changerait sous la houlette de Joe Biden, accueilli comme un sauveur. Mais la politique anti-chinoise n'était pas une lubie de Trump, mais un objectif géopolitique des élites américaines, et Biden n'a pas seulement maintenu le cap de Trump, il l'a même renforcé. C'est pourquoi l'UE, fidèle vassale de Washington, s'est alignée sur la ligne anti-chinoise américaine immédiatement après le changement de pouvoir à Washington, même si elle est bien plus dommageable pour l'UE que pour les États-Unis sur le plan économique. Ce qui était encore "fi & diantre" sous Trump est soudain devenu génial sous Biden.

Tout comme ils viennent de le faire contre la Russie, les dirigeants de l'UE et de ses Etats membres courent droit au suicide économique en ce qui concerne la Chine, uniquement pour plaire à leur colonisateur d'outre-mer.

Les "idéaux" des Verts

Comme on le sait, les Verts sont, dans leur rhétorique, les batteurs de tambour les plus bruyants pour une ligne dure à l'égard de la Chine et pour un éloignement général de l'Europe par rapport ce pays. Le fait que les Verts n'aient aucune idée de l'économie et que leurs "idéaux" passent avant des questions aussi banales que l'économie et l'emploi n'est pas non plus nouveau. Ce qui est nouveau, en revanche, c'est qu'ils accordent désormais plus d'importance à leurs "idéaux" qu'à la protection de l'environnement. Nous avons déjà pu le constater avec les sanctions contre la Russie, qui ont conduit de facto à une renaissance de l'énergie tirée du charbon et qui ont également remis en question l'abandon du nucléaire, cause jadis si sacrée pour les Verts.

Cela se produira probablement aussi dans la lutte contre la Chine, car un découplage économique de l'UE par rapport à la Chine aura notamment pour conséquence que la transition énergétique prônée par les Verts ne pourra être mise en œuvre qu'au prix d'importants dégâts environnementaux en Europe. Pour l'extraction de nombreuses matières premières (pas seulement le pétrole et le gaz), on ne pourra pas, en Europe non plus, se passer de la fracturation, une technique nuisible à l'environnement, que les Verts qualifieront alors de prix à payer pour les "valeurs occidentales".

Afin de créer le climat nécessaire à cet effet dans l'opinion publique, des campagnes médiatiques anti-chinoises sont régulièrement lancées. La dernière en date a été la présentation des soi-disant Xinjiang Police Files - qui, comme on a pu le vérifier en seulement cinq minutes de recherche, était une opération de propagande menée de manière assez dilettante par les Etats-Unis, visant à rallier davantage l'opinion publique occidentale à leur cause anti-chinoise.

Les seuls "idéaux" que les Verts actuels suivent encore sont ceux des élites américaines. Les Verts sont devenus les plus fervents partisans des objectifs de la géopolitique américaine et ces "idéaux" passent désormais avant des questions aussi banales que la protection de l'environnement ou la garantie de la prospérité des populations, cette dernière n'ayant de toute façon jamais vraiment intéressé les Verts.

globalization-header-twitter-card-1024x628.png

Le(s) nouvel(aux) ordre(s) mondial/diaux)

J'ai souvent souligné que le conflit actuel ne concernait pas l'Ukraine, ce pays meurtri n'étant qu'un pion dans le jeu qu'est la géopolitique. Il s'agit de la lutte des mondialistes, qui tiennent les rênes en Occident, contre des États qui considèrent que l'économie peut gagner de l'argent, mais qu'elle doit se tenir à l'écart de la politique. Ces États sont principalement la Russie et la Chine et sont donc les ennemis déclarés des États-Unis et de leurs élites.

Cette année, nous sommes entrés dans la phase la plus chaude de cette lutte géopolitique, dont les médias et les hommes politiques occidentaux disent ouvertement qu'elle vise à établir un nouvel ordre mondial. Mais comme ils n'ont pas réussi à vaincre la Russie et la Chine, la nouvelle stratégie dans cette phase chaude de la lutte géopolitique semble être de couper toutes les relations - pas seulement politiques, mais aussi économiques - avec la Russie et la Chine. Si aucune des deux parties ne remporte prochainement une victoire décisive, nous aurons probablement dans un avenir proche deux systèmes économiques et financiers coexistants dans le monde.

Les analystes russes publient de plus en plus d'articles sur les objectifs de la politique occidentale, à savoir nuire à l'économie de telle sorte qu'un nouveau système, le nouvel ordre mondial, puisse finalement être mis en place en Occident sans trop de protestations, et sur les moyens utilisés pour mettre en œuvre cette voie ; vous trouverez des exemples récents ici : https://www.anti-spiegel.ru/2022/tagungen-von-iwf-und-weltbank-der-westen-opfert-die-weltwirtschaft/ et https://www.anti-spiegel.ru/2022/der-kreml-ueber-den-zusammenbruch-des-globalismus-und-kommende-weltordnungen/

D'ailleurs, des experts occidentaux arrivent également à cette conclusion, même s'ils utilisent des formulations différentes. Il y a une semaine, un article du Spiegel faisait état de ces mêmes tendances, auxquelles se prépareraient selon eux la majorité des directeurs financiers des groupes occidentaux. Ce que les experts russes appellent ouvertement par son nom est décrit en Occident par des mots comme "formation de blocs" et des formules comme "localisation des chaînes d'approvisionnement". Mais cela signifie la même chose que ce que les Russes voient venir: l'émergence de deux systèmes économiques et financiers coexistants dans le monde.

L'agence de presse russe TASS vient de publier une autre analyse sur la politique anti-chinoise de l'UE, principalement promue par les Verts, et montre pourquoi cette politique est un clou de plus dans le cercueil que l'UE s'est fabriqué. Comme je trouve cette analyse très instructive, je l'ai traduite.

Début de la traduction :

La mondialisation, c'est du passé ? L'Europe rompt avec la Chine sur ordre des États-Unis

Pékin, et non Washington, était le principal partenaire commercial de l'UE dans les années 2010. Mais en 2022, la politique est plus importante que l'économie : les relations établies en matière de commerce et d'investissement se brisent sous nos yeux.

Après une pause d'un an, la Chine et l'UE se préparent à un nouveau round de la guerre des sanctions. Le 9 juin, le Parlement européen a reconnu l'authenticité du contenu des Xinjiang Files - une base de données sur la situation des Ouïghours chinois obtenue par des pirates informatiques. Les députés européens demandent que de nouvelles sanctions, y compris contre de hauts fonctionnaires chinois, viennent s'ajouter à celles déjà imposées en 2021. La dernière fois, la Chine n'a pas laissé une telle attaque sans réponse: elle a même mis des députés européens sur la liste noire. L'Europe est prête à poursuivre l'échange de coups: selon un sondage, un quart des investisseurs allemands seraient prêts à délocaliser la production de la Chine vers d'autres parties du monde. Cependant, personne ne profite d'une telle rupture: les investissements chinois dans le Vieux Monde ont été multipliés par dix au cours des dix dernières années, permettant à l'économie chinoise de faire face à deux crises financières. Trouver d'autres investisseurs de ce type est quasiment impossible.

ESB-Professionalshutterstock_287193896.jpg

Voler à l'Europe

Malgré les risques qui se profilent, l'UE parle d'une décision bien arrêtée de quitter la Chine: dans ses relations avec la Chine, le Vieux Monde veut suivre la voie des États-Unis. En mai 2022, le ministre allemand des Finances Christian Lindner a déclaré qu'il était urgent de "réduire la dépendance" de l'économie allemande vis-à-vis de l'Empire du Milieu. Son collègue de la coalition gouvernementale, le vice-chancelier Robert Habeck, est du même avis : "Nous diversifions de plus en plus nos relations et réduisons notre dépendance vis-à-vis de la Chine. Le soutien aux droits de l'homme est plus important [que les gains financiers]". En octobre 2021, une délégation du Parlement européen s'est rendue à Taïwan, que la Chine considère comme une partie intégrante de son territoire. En touchant à ce sujet sensible, les Européens montrent le sérieux de leurs intentions : On sait que la Chine ne fera pas de concessions sur la question de ses frontières. Lorsqu'en mai 2022, le Bundestag a demandé l'admission de l'île au sein de l'Organisation mondiale de la santé, comme s'il s'agissait d'un État souverain, on ne pouvait y voir qu'une attaque directe contre la Chine.

Depuis 2019, lorsque l'UE a pour la première fois officiellement qualifié la Chine de puissance inamicale - son "adversaire systémique et concurrent économique" -, les piques de ce type ont été nombreuses. En Allemagne, des entrepreneurs chinois se sont vu refuser l'autorisation d'acheter des entreprises locales: l'État est intervenu. En France, l'achat de terres agricoles s'est révélé impossible: face à l'intérêt chinois pour les terres agricoles, Paris a drastiquement durci la réglementation des transactions. Et en 2021, le principal accord entre Européens et Chinois, le Grand Accord sur l'Investissement, dont les détails ont été négociés de 2013 à 2020, a été remis en cause. Le 30 décembre 2020, les négociateurs ont adopté le texte final, mais six mois plus tard, les députés européens l'ont gelé. Depuis, l'Ancien Monde ne veut plus se souvenir de ce document.

Ce n'est pas un hasard si la décision de l'UE de rompre ses liens avec la Chine coïncide avec la crise encore plus profonde des relations entre les Etats-Unis et la Chine. Washington dit faire de son mieux pour former une "coalition basée sur les valeurs", dont l'adversaire déclaré est Pékin. Et pourtant, la différence des conditions de départ saute aux yeux : pour l'économie américaine, moins orientée vers l'exportation, une rupture des relations avec l'Empire du Milieu ne serait pas du tout aussi douloureuse que pour l'Union européenne. Et les risques sécuritaires liés à l'océan Pacifique sont bien plus préoccupants pour les Américains que pour le Vieux Monde. Les Européens, contraints de suivre la querelle de leur grand frère avec la Chine, perdent plus que de l'argent: ils perdent l'initiative, la chance de s'affirmer comme une force internationale influente. Il n'est pas surprenant que la préparation du retrait suscite parfois des murmures en Europe.

Tirer la moustache du dragon

"Devons-nous fermer toutes nos usines [en Chine] ?", demande, irrité, Jörg Wuttke, responsable de la chambre de commerce de l'UE en Chine. Son incompréhension est parfaitement compréhensible. Environ 900.000 emplois en Allemagne sont directement liés aux activités des entreprises allemandes en Chine, où elles emploient près d'un million de personnes. Le montant total des investissements allemands en Chine s'élève à 86 milliards d'euros. Il n'est pas surprenant que la Chine occupe sans interruption la première place parmi les partenaires commerciaux de l'Allemagne de 2015 à 2021.

Historiquement, les avantages des relations sino-allemandes sont liés à la résolution par l'Allemagne de trois crises financières successives : la première après la réunification avec l'Allemagne de l'Est, la deuxième après le krach de 2008 et la dernière due à la pandémie. La croissance économique de la Chine implique une augmentation proportionnelle de sa solvabilité. Pendant des années, l'Empire du Milieu a aidé les économies stagnantes de l'Ancien Monde à éviter la récession grâce à ses solides relations bilatérales (et à sa demande de produits européens).

De plus, la Chine a investi auprès d'elles. Entre 2010 et 2018, le total des investissements a été multiplié par dix, passant de 6,1 milliards d'euros à 79 milliards d'euros. Et bien que la balance commerciale ait toujours été en faveur de la Chine, celle-ci a dépensé de plus en plus chaque année, jusqu'à ce que l'Europe lui réserve un accueil glacial à la fin de la dernière décennie.

imagesdddd.jpg

Le prix de la désunion

La volonté de rompre tous les liens avec la Chine, ou du moins de les affaiblir qualitativement, pose le même problème à l'Europe que les projets de boycott de la Russie. De la même manière que le fait de se passer du gaz de pipeline russe oblige les Européens à acheter du gaz liquide beaucoup plus polluant, l'exclusion de la Chine des chaînes d'approvisionnement rend plus difficile la transition vers une économie verte dont la base des ressources est concentrée en Chine. L'Empire du Milieu est reconnu comme le leader de l'extraction des terres rares, sans lesquelles les voitures électriques, les panneaux solaires et les éoliennes ne pourraient pas être fabriqués. Sur les 30 types de matières premières considérées comme critiques dans l'UE, 19 sont majoritairement d'origine chinoise. Cela signifie que si l'Europe considère sa relation avec la Chine comme une dépendance, elle n'a pas d'autre choix que de sécuriser son approvisionnement à partir de gisements alternatifs, qu'elle doit d'abord trouver.

Cette tâche, aussi étrange qu'elle puisse paraître, n'est pas impossible. Les gisements de terres rares ne sont pas si rares que cela: On en trouve en Europe, où l'on prépare déjà l'extraction du lithium en Saxe, et au Groenland, qui appartient au Danemark. La difficulté réside dans l'extraction de ces ressources : comme le pétrole et le gaz de fracturation américains, on ne peut les extraire du sol qu'au prix de la destruction de l'environnement. La rupture avec la Chine place les Européens devant un choix difficile : la géopolitique ou la protection de l'environnement.

Du point de vue des Etats-Unis, où les normes environnementales sont moins exigeantes qu'en Europe, cette difficulté ne semble pas insurmontable. La fracturation, qui empoisonne les sols et l'eau pour extraire le pétrole et le gaz des roches de schiste, est autorisée dans une partie des Etats américains, ce qui leur a permis d'augmenter leurs revenus en 2022 en évinçant du marché les produits russes concurrents, plus propres. En Europe même, qui est très sensible à son patrimoine naturel, la situation est différente. Il est difficile pour l'Europe de faire de tels sacrifices.

Face à la muraille de Chine

Peut-être parce que le poids du doute est plus grand pour les Européens, ceux-ci ont pris du retard dans leur retrait hors de Chine dès 2018, loin derrière la promptitude des États-Unis dans le conflit déclenché par les Américains. Il y a cependant peu de chances que la situation soit désamorcée dans un avenir proche. L'UE est perturbée par le principe de solidarité naturel de toute union, qui implique le soutien de tous les États membres, dont certains ont une relation de confiance particulière avec les États-Unis. Parmi eux, la Lituanie, qui a déclenché un différend totalement imprévu avec la Chine en 2021.

mondialisation_214b78701a.jpg

En raison de ses relations amicales avec les Américains (environ 600.000 Lituaniens vivent aux États-Unis, contre 2,5 millions dans les pays baltes), Vilnius a accepté d'accueillir une mission commerciale de Taïwan sur son territoire. Les sanctions imposées ensuite par la Chine étaient attendues, mais le coup, même s'il n'est que symbolique, a touché l'ensemble de l'Union européenne, puisqu'il concerne l'un de ses pays membres. (NDLR : j'ai fait un article à ce sujet, vous trouverez les détails ici : https://www.anti-spiegel.ru/2021/politik-wichtiger-als-menschen-wie-litauen-seine-wirtschaft-aus-politischen-gruenden-schaedigt/ )

Le piège s'est refermé : les pays européens ont été entraînés dans un nouveau cycle de confrontation avec Pékin. Sa poursuite est liée à des changements globaux pour l'économie mondiale, car non seulement la Chine est le premier partenaire économique de l'UE, mais l'UE l'est aussi pour la Chine. Si elles se séparent, elles se concentreront sur les besoins de leurs marchés nationaux et fragmenteront l'économie mondiale. L'Europe perdra alors sa chance de devenir un acteur géopolitique à part entière.

Fin de la traduction.

mercredi, 22 juin 2022

La farce du nouveau progressisme

Amsterdam_Gay_Pride_2013_De_Kringen_boat_pic3.JPG

La farce du nouveau progressisme

Par Felipe Quintas

Source: https://jornalpurosangue.com/2022/06/22/a-farsa-do-novo-progressismo/

Dans un monde qui se rapproche de plus en plus des États-Unis, ces derniers cherchent à renforcer leur influence sur l'Amérique latine et l'Europe occidentale, leurs dernières zones d'influence. Si, par le passé, l'élite du pouvoir américain utilisait le libéralisme néo-conservateur comme vecteur de ses intérêts dans d'autres pays, elle utilise aujourd'hui le progressisme post-moderne, formulé par le système financier transnational et élevé au rang d'idéologie officielle américaine, étant défendu par tous ses organes de pouvoir directs et indirects. Boric, Petro, Macron et Scholz sont quelques-uns de ses principaux représentants aujourd'hui, sans oublier Biden, qui fait office de pape.

Des mots à la mode comme "changement climatique"/"décarbonisation"/"Green New Deal", "Black Lives Matter", la reconnaissance des nations indigènes et les droits reproductifs et LGBTQIAP+, constituent aujourd'hui le noyau idéologique de l'impérialisme américain et du système spéculatif centré sur Davos. Ils visent non seulement à affirmer les gouvernements et les politiques favorables au programme de la Grande Réinitialisation, mais aussi à s'opposer aux pays et aux blocs civilisationnels qui ne se plient pas à leurs objectifs, jugés "fascistes" en bloc, sans nuances, et cela va de la Chine marxiste-léniniste-confucéenne à l'Iran islamique, du social-conservatisme de Poutine au réformisme social-démocrate à l'ancienne d'Andrés López Obrador, président du Mexique.

Les représentants de cette nouvelle tendance progressiste postmoderne n'ont pas besoin et ne devraient pas être populaires, car ils ne sont pas choisis pour diriger des gouvernements charismatiques, mais pour rendre opérationnels les ordres de la technocratie financière de l'Atlantique Nord, et peuvent être tranquillement remplacés quand cette technocratie le souhaite. Ils sont donc une version actualisée de la "Troisième voie" (de Blair, ndt) des années 1990, une version néolibérale de la social-démocratie qui a fait élire plusieurs gouvernants dans la zone d'influence des États-Unis, tels que FHC au Brésil, Ricardo Lagos au Chili, Tony Blair au Royaume-Uni et Gerhard Schroeder en Allemagne. Ces dirigeants fantoches qui, à l'époque, ont également suscité l'espoir d'une ère post-néolibérale, dans un contexte où le néolibéralisme était associé au néoconservatisme de Thatcher et Reagan, mais qui ont quitté le gouvernement sans laisser de trace, et dont l'héritage n'a pas été dépassé par les gouvernements suivants.

Comme la Troisième Voie des années 1990, et contrairement aux attentes de leurs électeurs de la vieille gauche et aux craintes de leurs détracteurs de la droite libérale/libertaire, les politiciens progressistes postmodernes n'ont pas l'intention de s'opposer aux précédentes réformes néolibérales, qu'ils acceptent comme un fait accompli, mais de les reformuler selon leurs propres critères. Les idées de la vieille gauche, celle du "régime du prolétariat" (dans le cas de la gauche révolutionnaire) ou celle de "l'État-providence" (dans le cas de la gauche réformiste) leur sont totalement étrangères, et avaient des présupposés qui sont inexistants aujourd'hui, tels que des partis léninistes, des sociétés industrielles et/ou des États nationaux solides et centenaires. Ainsi, la nouvelle gauche cherche à ouvrir des espaces de "représentativité" sur le "marché" pour les minorités identitaires, à produire des transformations comportementales qui soumettent les êtres humains à "Big Tech" et "Big Pharma", à rendre la production et la consommation d'énergie (déjà privatisées) plus coûteuses sous prétexte d'environnementaliser la matrice énergétique, et à approfondir le processus de désintégration territoriale des pays afin, soi-disant, de corriger de supposées "dettes historiques". Il ne s'agit donc pas d'une négation ou d'un dépassement du néolibéralisme, mais de sa substitution en tant que stratégie de contrôle financiaro-impérialiste de la population et des ressources stratégiques des pays liés à la zone d'influence américaine.

queer_10koln0-1024x670.jpg

Comme le disait le vieux mais pas dépassé Marx, les idées dominantes d'une époque sont les idées de la classe dominante, et les idées de la classe dominante aujourd'hui sont celles du progressisme postmoderne, qui trouve une plus grande acceptation dans la nouvelle gauche que dans la droite populiste. Cette dernière est encore bloquée dans l'"économisme" de la droite néo-conservatrice des années 1980 et n'a pas compris que l'objectif de l'élite du pouvoir et de la finance américaine n'est plus la privatisation et la déréglementation en soi, puisque pratiquement tout a déjà été remis au sommet de la pyramide capitaliste, mais le changement du modèle de civilisation occidentale, d'une société individualiste de consommation de masse au transhumanisme et au post-matérialisme, que la nouvelle gauche embrasse avec la même ferveur que ses patrons à Washington et Davos.

index.jpg

Pour donner un exemple, la "transition énergétique", l'un des éléments centraux de la doctrine ESG (Environmental, Social, and Corporate Governance) et du Great Reset, est un stratagème des élites financières de Wall Street et de Davos pour rendre l'énergie plus chère et détruire la capacité de production et de consommation des pays, comme cela s'est récemment produit en Allemagne. C'est l'engagement de Gustavo Petro, loué par Miriam Leitão sur CBN. Détail : 77% de la matrice énergétique colombienne est composée de pétrole et de charbon.

Au Brésil, ce processus avance de manière significative avec la privatisation d'Eletrobrás et de Petrobras aux mêmes fonds spéculatifs qui ont créé et sponsorisent ce programme. Une fois que Bolsonaro aura fait sa part du marché, à savoir tout privatiser, ce sera au tour de Lula de poursuivre le programme en faisant ici ce que Petro veut faire en Colombie.

Au nom de la modernité, de la démocratie et du climat, ils feront manger des sauterelles et des vers à la population. Quiconque se plaindra sera condamné par la Cour suprême pour diffusion de fake news et génocide environnemental. Le pire, c'est qu'il ne manquera pas de personnes pour se lécher les doigts après avoir ingurgité des insectes et pour dénoncer ceux qui ne l'aimeront pas.

Sur le blé: de l'antiquité à la guerre russo-ukrainienne

GettyImages-134216250-e1530285225433.jpg

Sur le blé: de l'antiquité à la guerre russo-ukrainienne

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/grano-derivati/

Parlons du... blé. Précisément du blé, le grain de l'épi, chanté par Virgile dans le livre I des Géorgiques. Son véritable chef-d'œuvre, selon Paratore. Car le poète d'Andes - un village de la campagne autour de Mantoue, qui n'est pas mieux identifié, même si, bien sûr, toutes les villes actuelles de la région prétendent être son lieu de naissance - était de la race des paysans. Et d'esprit, surtout, qui aimait la tranquillité champêtre, les arbres chargés de fruits, les bœufs à tête massive attelés à la charrue ... les champs de blé éclatant sous le soleil. Et dans le genre épique, il était certainement grand, ce Virgile, mais il n'était pas Homère. Et la guerre n'était pas dans sa sensibilité.

Quoi qu'il en soit, c'est de ce blé que nous parlerons. Également chanté par Pascoli, pour qui Virgile a toujours été la plus grande référence. Et par l'Alcyone de D'Annunzio. La Spica. Où la poésie géorgique devient un lyrisme intense, musical. Et résonne, de manière évocatrice, avec les mystères d'Eleusis... Car, pour nous, peuples méditerranéens, le blé est le symbole de la vie. Ainsi que la source primaire de notre alimentation.

Car sur les deux rives de ce que nous appelions autrefois notre mer, le blé a toujours été la principale source de subsistance. Pain, pâtes, couscous, biscuits, farine... nous, les peuples méditerranéens, consommons toujours du blé en fin de compte.

Pourtant, nous ne sommes pas de grands producteurs de la précieuse céréale. Dans l'Antiquité, les greniers méditerranéens étaient, en fait, au nombre de trois. La Sicile d'abord et avant tout. Et cela explique, dans une large mesure, la longue et féroce lutte entre Carthage et les cités grecques pour le contrôle de la grande île. Une lutte à laquelle Rome a mis fin, par ses propres moyens, qui, alors, étaient dérisoires.

life06b.jpg

Puis l'Égypte, bien sûr. Le plus grand producteur de l'antiquité. Et il semble paradoxal qu'aujourd'hui, l'Égypte dépende de pays étrangers pour son approvisionnement en céréales. Une dépendance qui, ces jours-ci, devient dramatique. Mais, pour Rome, la source principale qui alimentait la Ville, était la Cura Annona (la production annuelle). Et son contrôle la clé du pouvoir au cœur de l'empire. À tel point que les empereurs, à partir d'Octave, l'ont gouverné par l'intermédiaire de légats. Comme une sorte de propriété personnelle. Et le pauvre Cornelius Gallus, qui avait été le gouverneur de cette Cura Annona, a payé lourdement les soupçons d'Auguste. De sa vie. Et avec l'effacement de son travail et de sa mémoire. Ce qui nous a privé, probablement, de l'un des plus grands poètes élégiaques latins.

Et puis il y avait la Colchide. Le sud du Caucase, entre l'Azerbaïdjan et la Géorgie. Le pays de la Toison d'or. Evoquons simplement l'entreprise des Argonautes. Celle de Jason et de Médée.

Ancientcolchisandiberia_andersen.png

Athènes importait déjà des céréales de là-bas. L'Attique était trop aride et sablonneuse pour garantir les besoins de la cité de Périclès.

Et les Romains, sans la conquérir, y ont étendu une sorte de protectorat. Ils ont pris sous leur aile les colonies milésiennes de la mer Noire. D'où provenaient les céréales cultivées dans la région située plus au nord. Dans le pays qui s'appelait aussi Sarmatie. Et qui est maintenant, au moins en partie, l'Ukraine. Et la Russie.

Et ici - après avoir confirmé mon surnom de Docteur Divagus - nous arrivons au cœur du problème.

La guerre entre la Russie et l'Ukraine semble, entre autres, mettre en péril l'approvisionnement en céréales de l'Europe et de l'Afrique.

Il semble... car on nous dit que des centaines de navires de transport sont bloqués de l'autre côté du Bosphore avec leur précieuse cargaison depuis plus de deux mois. Qui, d'ailleurs, ne devrait plus être si précieuce. Puisque les céréales, stockées dans la cale d'un navire, se détériorent au bout d'un mois. Et elles deviennent inutiles pour tout usage alimentaire.

En tout cas, la crise de l'offre est là. C'est indiscutable. À tel point que nos pâtes bien-aimées ont déjà augmenté dans les rayons des supermarchés. Car, évidemment, dans les plaines d'Ukraine, le blé est récolté entre février et mars. Et les eskimos et les pingouins sont embauchés comme ouvriers... Un petit soupçon, seulement vague, de spéculation est-il légitime ? Ou s'agit-il, une fois de plus, d'une démonstration de la-terre-est-platisme?

Et puis, il y a quelque chose qui m'intrigue. Le patron d'une marque populaire de pâtes, une bonne marque d'ailleurs, a déclaré qu'il est obligé d'augmenter le prix parce que plus aucun blé n'arrive d'Ukraine.

Je vais à la cuisine. Et je prends un paquet de spaghetti. De cette marque même. En grosses lettres sur l'emballage: "100% blé italien". Mah....

La bataille pour le blé a donc commencé. Le seul salut pourrait être d'encourager la production nationale. Draghi torse nu fauchant sous le soleil brûlant de juin serait un spectacle intéressant...... Mais je doute que le banquier s'expose au risque des rayons ultraviolets. Ce risque lui est déconseillé par ses amis écologistes bien connus, tels que Soros et Gates. Il s'efforce de combler le trou dans la couche d'ozone et de sauver le monde. Sous les applaudissements de Greta et de la foule des gretins.

Le seul trou qui devrait nous inquiéter, cependant, est celui de notre ventre. Inévitable si le grain n'arrive vraiment plus. Parce qu'une politique autarcique est, soyons honnêtes, très difficile à mettre en œuvre. Parce que cela prendrait trop de temps, et nous n'en avons pas. Et, en outre, cela pourrait éveiller des soupçons de sympathie pour un certain régime du passé. Et pour un certain faucheur. Qui, contrairement à Draghi, avait le physique pour faucher.

Bien sûr, notre ami Bill viendra à la rescousse. Les céréales viendront des États-Unis. Strictement OGM, et à trois fois le prix de l'ukrainien ou du russe.

Patience. Nous ne renonçerons pas aux pâtes. Nous allons donc sacrifier autre chose et les spaghettis à la sauce tomate, les grice, les amatriciane, les trenette al pesto continueront à animer nos cantines. Malgré les anathèmes des nutritionnistes (personnes maléfiques, et prophètes de malheur).

Oui.... mais l'Afrique ? Le Maghreb qui ne vit, presque, que de céréales ? Et puis celle de l'Afrique subsaharienne. Qui est déjà affamée. Comment vont-ils s'y prendre ? Le prix des céréales de Biden est trop élevé pour être à leur portée... La faim, et donc les guerres et les émeutes sont déjà à l'horizon proche.

Mais personne ne semble s'en soucier. Les Arabes et les nègres, pardon les noirs ou si vous préférez les alterblancs, n'ont d'intérêt qu'en tant que migrants. Comme main-d'œuvre bon marché et comme ressource pour diverses ONG.

Chez eux, ils peuvent mourir de faim. Contribuant ainsi à la politique de diminution de la population mondiale si chère aux fans de Malthus, qui se réunissent périodiquement autour de Davos...

mardi, 21 juin 2022

L'Europe est donc la grande perdante

wanago.jpg

L'Europe est donc la grande perdante

par Daniele Perra

Source : Daniele Perra & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/l-europa-dunque-e-la-grande-perdente

Début juin, le Centre d'études stratégiques et internationales basé à Washington (un groupe de réflexion très proche du ministère américain de la Défense et de l'industrie américaine de l'armement par laquelle il est copieusement financé) a publié un article d'Antony H. Cordesman intitulé "L'impact à long terme du conflit ukrainien et l'importance croissante du volet civil de la guerre", qui décrit bien la nouvelle approche nord-américaine du conflit en Europe de l'Est.

On y lit : "il semble désormais possible que l'Ukraine ne récupère pas ses territoires à l'est et ne reçoive pas rapidement l'aide dont elle a besoin pour la reconstruction". Une aide qui serait estimée, de manière très optimiste, à 500 milliards de dollars (un chiffre qui ne tient pas compte de la perte territoriale de sa région la plus riche). De plus, l'Ukraine devra compter avec une menace russe permanente qui limitera sa capacité à reconstruire ses zones industrialisées et qui, surtout au vu des pertes territoriales mentionnées supra, n'entraînera pas quelques problèmes en termes de commerce maritime (le risque que la Russie, une fois les opérations dans le Donbass terminées, se dirige vers Odessa, excluant complètement Kiev du littoral de la mer Noire, reste réel).

L'article rapporte également comment le conflit a mis en évidence, du côté russe, une utilisation coordonnée et très souple des moyens militaires, politiques et économiques en comparaison de laquelle, le simple recours à la guerre de propagande et au régime de sanctions du côté occidental a semblé sensiblement inefficace. Un facteur qui, d'une manière ou d'une autre, remodèlera le système mondial puisque la fin éventuelle des combats ne signifiera pas la fin de ses impacts économiques et géopolitiques à long terme. Sans compter que la Russie et la Chine développent une remarquable capacité à attirer les pays africains et asiatiques à leurs côtés (le récent cas du Mali, qui a choisi d'expulser les contingents français et italiens, en ce sens, est emblématique).

En outre, contrairement à la propagande occidentale jusqu'à présent, Cordesman affirme que seule une "infime partie" des actions russes en Ukraine peut être formellement définie comme des "crimes de guerre", malgré leur impact sur la population civile.

Maintenant, indépendamment des considérations du chef émérite en stratégie du Think Tank nord-américain (avec lesquelles on peut être d'accord ou non), ce qui est évident, c'est le changement de paradigme dans la narration du conflit par le centre de commandement de l'Occident.

Les Etats-Unis (ceux qui, selon Kissinger, n'ont que des intérêts et non des alliés) ne sont pas novices dans ces opérations d'abandon de l'"ami" lorsqu'ils ont atteint leur but ou ne le jugent plus utile (du Vietnam à l'Afghanistan, en passant par le Panama et l'Irak, l'histoire regorge d'exemples similaires). Il reste à voir si les États-Unis ont réellement atteint leurs objectifs en ce qui concerne le conflit en Ukraine ou si ce changement de paradigme peut être interprété comme un "retrait stratégique".

Il a été souligné précédemment que le conflit en Ukraine entraîne de profonds changements dans la structure économique, financière et géopolitique actuelle du monde. Peut-on parler d'une évolution vers un système multipolaire ? La réponse est oui, même si les États-Unis eux-mêmes tentent de la ralentir. Comment ? Il existe aujourd'hui trois (à l'avenir, il pourrait y en avoir quatre avec l'Inde) grandes puissances mondiales : les États-Unis, la Russie et la Chine (ces deux dernières sont considérées comme des puissances révisionnistes du système unipolaire). Cependant, le principal concurrent mondial du dollar est l'euro. Ergo, l'objectif nord-américain, pour gagner du temps dans la parabole descendante de l'empire nord-américain, est l'affaiblissement constant de la monnaie européenne. Outre l'Ukraine, qui est le grand perdant du conflit actuel en Europe de l'Est ? L'Union européenne. L'objectif des États-Unis, au moins depuis 1999, est de rendre leur propre industrie artificiellement compétitive en détruisant l'industrie européenne tout en maintenant le Vieux Continent dans un état de captivité géopolitique. L'élite politique européenne en est bien consciente, mais elle est trop occupée à poursuivre ses propres intérêts, ceux du portefeuille.

Prenez par exemple le cas limite de l'Italie, dont la stratégie énergétique à long terme a volé en éclats avec l'agression de l'OTAN contre la Libye. Depuis lors, les gouvernements Monti, Letta et Renzi ont été les principaux responsables de la subordination presque totale de la politique énergétique italienne au gaz russe. Aujourd'hui, les mêmes partis qui ont d'abord soutenu la nécessité d'une intervention en Libye, puis les gouvernements qui ont suivi celui de Berlusconi (responsable de la trahison de Tripoli) sont les mêmes qui demandent et applaudissent l'embargo sur les importations d'hydrocarbures en provenance de Russie, une fois de plus au mépris total de l'intérêt national de l'Italie. Dans ce contexte, la seule solution pour l'Italie ne peut être que de se débarrasser au plus vite du draghisme.

L'Europe est donc la grande perdante sur le plan économique et géopolitique. La possibilité d'une crise alimentaire en Afrique et au Proche-Orient en raison de la poursuite du conflit et, par conséquent, la réduction des exportations de céréales russes et ukrainiennes vers ces régions pourraient provoquer de nouvelles vagues de migration qui affecteront directement une Europe dans laquelle le problème de l'approvisionnement énergétique entraînera une inflation toujours plus élevée, une crise économique structurelle et une baisse relative de la qualité de vie générale.

Enfin, il ne faut pas sous-estimer le fait que l'ancre de salut pour l'Europe (du moins à court terme, car la diversification via l'Afrique et Israël semble bien loin) était censée être le gaz naturel liquéfié nord-américain. Eh bien, une étrange explosion a récemment mis hors service le HUB GNL de Freeport, au Texas, d'où partent les navires transportant le gaz vers l'Europe. L'infrastructure sera à nouveau opérationnelle à partir de la fin de 2022. Tout cela alors que Gazprom réduit ses exportations vers l'Europe en représailles à l'approbation d'un énième paquet de sanctions suicidaires.

Voir : 

The longer-term impact of the Ukraine conflict and the growing importance of the civil side of the war, www.csis.org

L'utopia di chi spera nel GNL di USA, Africa e Israele, www.ilsussidiario.net

L'UE ed il suo settore energetico,  www.eurasia-rivista.com.

Que s'est-il passé en 2015 pour que tout se soit accéléré?

2015-wood.jpg

Que s'est-il passé en 2015 pour que tout se soit accéléré?

Ernesto Milà

Source: https://info-krisis.blogspot.com/search?updated-max=2022-06-17T01:18:00-07:00&max-results=40

L'ONU a déclaré 2015 "Année internationale de la lumière". Une bêtise comme une autre, si ce n'est qu'en 1945, lors de la création de l'ONU, la même entité a déclaré que cet événement avait initié "l'ère de la Lumière". Beaucoup de "lumière" et beaucoup de majuscules. Nous pouvons légitimement nous demander pourquoi le cycle actuel de la modernité a commencé cette année-là et pas avant ou après ? Parce que 2015 a été une année charnière dans l'histoire du monde.

Il faut parler de l'ONU qui vaut la peine d'être évoquée si nous voulons comprendre ce qui s'est passé en 2015.

L'année touchait à sa fin et les 15 et 16 novembre, le G-20 s'était réuni à Antalya (Turquie). Qu'est-ce que l'ONU a à voir avec le G-20 ? Apparemment, il s'agit de deux organismes distincts : l'ONU, du moins en théorie, rassemble des représentants de chacun des 193 États membres (elle a été fondée par 51 États). En réalité, les "Etats membres" ne sont présents qu'à l'"Assemblée générale", mais, contrairement à la croyance populaire, le quotidien est dominé par le "personnel de l'ONU et le personnel associé" qui est protégé par la Convention sur la sécurité du personnel de l'ONU, adoptée en 1994.

Quant au G-20 (ou Groupe des Vingt), il s'agit en théorie d'un forum qui réunit les présidents ou chefs de gouvernement et les banquiers centraux des vingt économies les plus fortes du monde. En réalité, ce n'est pas non plus le cas, car certains pays industrialisés aux économies fortes ne sont pas représentés : l'Iran, par exemple, n'y figure pas. Taïwan non plus. L'Espagne est un "invité permanent" (nous le sommes, mais nous ne le sommes pas, et si nous le sommes, c'est à condition d'apporter une chaise pliante...). D'autre part, il est difficile de comprendre pourquoi, si l'Espagne est invitée, la Pologne, qui est un pays équivalent avec un niveau économique similaire, ne l'est pas. Le champ d'action du G20 ne se limite pas aux 20 pays membres, mais dispose d'un deuxième cercle concentrique composé de quatorze organisations internationales associées, dont les présidents siègent en tant que membres à part entière aux réunions du G20.

Le G20 a vu le jour en 1999, mais ce n'est qu'en 2008, lors de la grande crise économique mondiale, qu'il a commencé à prendre de l'importance, devenant le point central des discussions sur l'évolution de l'économie mondiale, dépassant et annulant les expériences précédentes (le G8, le G8+5, etc.).

1 F9-pQWdtYvYfyhGaPvlxfQ.png

DE LA CRISE DE 29 À LA CRISE DE 2008

Lorsque les gens parlent de la "crise de 29" et la comparent à la crise qui a débuté avec celle des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis, les comparaisons sont odieuses:

    - La crise de 29 a commencé sur le marché boursier, tandis que la crise de 2008 a eu pour origine des opérations irresponsables dans le secteur bancaire et immobilier.

    - La crise de 29 a principalement touché les pays dotés d'un secteur financier et d'un commerce international solides, les économies libérales, tandis que les pays ayant peu de commerce extérieur ont été à peine affectés et que les économies socialistes ne l'ont même pas remarqué. La crise de 2008 a touché le monde entier: c'était la première crise "mondiale".

    - Au moment de la crise de 1929, la taille de l'économie était incomparablement plus petite qu'en 2008.

    - La crise de 1929 a généré un mouvement isolationniste dans le monde entier, tandis que la crise de 2008 n'a pas empêché les pratiques globalisantes de se poursuivre, mais pas du tout les mesures "protectionnistes".

    - Tout comme la crise de 1929 a généré des politiques d'austérité et des programmes de travaux publics qui ont réussi dans certains pays (Troisième Reich) et échoué dans d'autres (New Deal aux États-Unis), la crise de 2008 a été surmontée par une augmentation mondiale de l'endettement des États.

    - La crise de 1929 a conduit à l'émergence du fascisme, mais la crise de 2008, après avoir été digérée et méditée, a conduit à d'autres options très différentes qui, au fond, ne sont rien d'autre qu'un pas en avant dans la mondialisation, un changement de regard dans le néolibéralisme. L'Agenda 2030 et les théories de Klaus Helmut Schwab sur la quatrième révolution industrielle en sont le résultat.

Ainsi, ce qui s'est passé durant l'"année charnière" est directement lié aux expériences, réflexions et résolutions qui ont émané de l'analyse de ce qui s'était passé depuis l'éclatement de la crise des subprimes aux États-Unis (printemps-été 2007), en passant par la crise bancaire jusqu'à la crise de la dette (2010-2011).

krise2020.jpeg

CE QUI SE TROUVAIT AU-DELÀ DE LA FALAISE DE LAQUELLE NOUS AVONS FAILLI TOMBER EN 2008

Le risque de cette crise était le suivant :

    - La crise économique va se transformer en crise sociale.

    - Le risque était que, dans une deuxième phase, la crise sociale se transformerait en crise politique et que, finalement, la crise politique s'effondrerait.

    - Le risque, enfin, était que la crise politique romprait avec la dynamique initiée en 1989 après la chute du mur de Berlin : économie mondiale globalisée, générant de nouveaux modèles politiques qui pourraient bien être des "populismes".

Dans les années où l'économie mondiale a réussi à se stabiliser à nouveau, en 2012, les différents groupes de réflexion mondiaux ont entamé leur réflexion, dont le résultat a été l'Agenda 2030 proclamé par les Nations unies lors de la réunion en Turquie en 2015.

 D'où viennent ces thèses ?

    - D'une part, de la part de l'ONU elle-même, qui a vu les résultats de son programme lancé en 2000 : les "Objectifs du Millénaire". Ces "objectifs", dont aucun n'avait été pleinement atteint, ont été reformulés et on leur a ajouté une dimension environnementale, on a établi un risque prioritaire ("sauver la planète"), on a ajouté un jargon rempli de mots fétiches (gouvernance, voire "perspective de genre", etc.) et tout cela a été accompagné d'une bonne volonté naïve et exaspérante qui, finalement, lorsque la pandémie est arrivée, s'est accompagnée de l'idée que la pandémie pouvait signifier un recul global en "terrain conquis".

    - En outre, les idées (et le jargon même utilisé) adoptées dans l'un des 30 documents approuvés lors du sommet du G20 en Turquie les 15 et 16 novembre 2015, intitulé "Transformer notre monde : Programme 2030 pour le développement durable", ont été transférées à l'Assemblée générale des Nations unies et transformées en "17 objectifs", ceux du Programme 2030.

    - Mais ces idées n'avaient pas non plus été élaborées dans ce forum, mais étaient empruntées à une réunion précédente qui avait eu lieu à Davos en avril 2015, convoquée par le Forum économique mondial et où Klaus Schwab avait lancé son idée de "quatrième révolution industrielle".

    - Le "poids moral" attribué à l'ONU a conduit les gouvernements du monde entier - mais surtout ceux des pays occidentaux - à adapter l'"Agenda 2030" à leurs réalités nationales, renonçant largement aux "agendas nationaux" en faveur de ce qui était, par essence, un "agenda mondial".

Ainsi, l'origine de ces idées est l'environnement et les groupes de travail du Forum économique mondial (WEF), structures qui ont une représentation majoritaire au sein du G-20 (n'oublions pas que les chefs de gouvernement arrivent aux réunions de cet organisme, accompagnés des présidents de leurs Banques centrales, la plupart, sinon tous, proches du WEF. À travers le G-20, où sont également représentés l'Organisation mondiale du commerce, la Banque mondiale, l'ONU, le Fonds monétaire international et le Conseil de stabilité financière, l'"agenda" approuvé en Turquie atteint l'ONU et les objectifs du WEF, ainsi que le nouveau langage d'un "capitalisme à visage humain", "conscient des risques écologiques", qui s'engage en faveur du "développement durable" et recherche un régime "d'équité, de parité et d'égalité", deviennent des OBJECTIFS MORALEMENT OBLIGATOIRES pour les 193 États membres de l'ONU.

arton7700.jpg

RÉFLÉCHIR EN 2015 SUR UN SYSTÈME QUI AVAIT BESOIN D'UNE RÉFORME EN PROFONDEUR

Eh bien, à l'horizon 2015, il semble déjà très clair que des mutations politiques ont lieu dans le monde entier, qui risquent de bloquer le processus de mondialisation de l'économie mondiale (souhaité par le WEF) et de stopper le processus de "globalisation" auquel aspirent l'ONU, l'UNESCO et leurs classes de fonctionnaires.

Deux phénomènes ont eu lieu cette année-là qui ont rendu ces "craintes" très tangibles :

    - D'une part, la social-démocratie européenne, qui depuis le congrès de Bad Godesberg (1959) avait fixé le nord stratégique du socialisme (coexistence avec le capitalisme, société de bien-être et conquêtes sociales progressives), s'était littéralement effondrée, après que les différents partis sociaux-démocrates au pouvoir, aient opté en 2009 pour des opérations de sauvetage des banques, plutôt que de sauver la société.

    - En revanche, la gauche ibéro-américaine, née au Forum de Sao Paolo en 1990 sous le slogan "les peuples du monde contre le néolibéralisme et pour la paix", avec les Chávez, Lula, Kirchner, Bachelet, Múgica et même Castro, était littéralement hors jeu en 2015: dans tous ces pays, les droites nationalistes ont pris le pouvoir et, pour couronner le tout, Castro et Chávez sont morts et Lula s'est réveillé un matin en prison.

    - Enfin, la plus grande défaite pour ces courants est l'arrivée au pouvoir aux Etats-Unis de Donald Trump, dont la victoire en 2016 était déjà prévue l'année précédente.

Les problèmes fondamentaux qui ont conduit les "seigneurs de l'argent" à repenser la situation en 2015 sont de quatre ordres :

    1) Les "marchés" ne sont pas infaillibles, ni nécessairement équitables. En fait, les marchés échouent avec une certaine fréquence, en raison de crises de croissance, de processus inflationnistes, de politiques monétaristes erronées, ou simplement en raison de la dopamine excessive des courtiers et des ambitions irresponsables des spéculateurs financiers.

    2) La mondialisation est un système asymétrique et instable : asymétrique parce qu'il concentre la fabrication dans une zone géographique, alors que la consommation se situe dans une zone très différente, et instable parce que le capital financier est toujours à la recherche de théâtres d'investissement plus rentables et que ceux-ci se déplacent constamment. Mais la mondialisation est inaliénable pour les élites économiques internationales, ses plus grands bénéficiaires.

    3) Depuis la fin des années 60, le pouvoir d'achat des classes moyennes et populaires diminue, et si cela continue, des révoltes et des bouleversements sociaux pourraient éclater, car, ce n'est pas en vain, tout mouvement de renouveau est historiquement issu de groupes sociaux ayant un bon niveau culturel et qui ont vu leurs intérêts collectifs mis en danger.

    4) L'accélération technologique et les changements qu'elle va générer dans la période 20-30 sont d'une telle ampleur qu'il est nécessaire de donner une nouvelle orientation au néolibéralisme et d'essayer, par tous les moyens, d'empêcher des bouleversements sociaux qui risquent de faire s'effondrer tout le cadre économique mondial (en dehors des effets plus brutaux et inévitables des processus révolutionnaires de masse : guillotines, fosses et liquidation d'une classe dirigeante par une autre).

"NOUS, LE PEUPLE", N'A RIEN DÉCIDÉ EN 2015 (ET CERTAINEMENT PAS AUJOURD'HUI).

Ainsi, tant l'Agenda 2030 que son inspirateur, le Forum économique mondial (son président Klaus Schwab a publié en avril 2015 son livre sur la quatrième révolution industrielle, qui contient le récit et toutes les thèses défendues par son organisation), par son influence sur le groupe G20, sont issus de la réflexion qui a suivi la crise économique mondiale de 2007-2011 : Il s'agissait non seulement de prévenir la répétition d'une telle catastrophe, mais aussi de ne pas altérer les principes du néolibéralisme (la mondialisation en premier lieu) et de prévoir d'éventuels scénarios futurs dans lesquels des "régressions" dans le chemin suivi depuis la chute du mur de Berlin, historiquement, l'année zéro de la mondialisation, pourraient se produire - comme elles commençaient à le faire en 2014-2017.

841c1282-0001-0004-0000-000000796342_w1600_r1.5_fpx29.98_fpy54.99.jpg

L'opinion publique mondiale cette année-là, en 2015, a été très distraite par certains des événements qui ont eu un impact au cours de ces mois :

    - Les attentats djihadistes ont commencé à devenir fréquents en Europe occidentale et dans le monde entier : c'est l'attentat de Charlie-Hebdo, les attentats de Copenhague et ils sont devenus quotidiens avec le Boko Haram au Nigeria

    - La guerre syrienne était à son apogée et DAESH a atteint son contrôle territorial maximal cette année-là. Ces avancées obligeraient la Russie à intervenir en septembre.

L'Europe observait dans la crainte des attaques djihadistes qui allaient se poursuivre pendant les trois prochaines années, et l'attention du monde était concentrée sur la Syrie et le conflit fomenté par les États-Unis et l'État d'Israël. Ainsi, les nouveaux instruments destinés à réformer le néolibéralisme et à lui donner un "visage humain", qui se forgeaient en coulisses, passaient toujours inaperçus et n'étaient rendus publics qu'une fois finalisés.

Les "17 objectifs de développement durable de l'Agenda 2030" sont passés inaperçus à l'époque dans l'opinion publique et ont ensuite été repris par les gouvernements, dont les membres avaient choisi de remplacer les "agendas nationaux" par cet "agenda mondialiste". Ce sera un peu plus tard, en 2020, que l'on commencera à voir des politiciens portant l'emblème multicolore de l'"Agenda 2030" dans le monde entier et, en Espagne, spécifiquement, lorsque, en l'absence d'un programme de gouvernement socialiste, Pedro Sánchez, flanqué de l'extrême gauche, l'assumera dans son intégralité comme substitut à tout simulacre de programme de gouvernement socialiste.

Les effets de ce qui a été décidé dans le dos des démocraties et de l'opinion publique mondiale ont commencé à se faire sentir avec le poids d'une dalle de plomb à partir de 2020. Pour sauver le néolibéralisme et la mondialisation, il fallait un "récit amical" et un bras de fer. La meilleure dictature est celle dans laquelle les citoyens ne sont pas conscients qu'ils vivent sous l'oppression.

Et c'est ce que l'Agenda 2030 et le Forum économique mondial nous proposent depuis 2015. Car c'est de la dictature que nous devons parler.

Notes pour un syndicalisme de solidarité

solidarite.jpg

Notes pour un syndicalisme de solidarité

Juan José Coca

Source: https://posmodernia.com/apuntes-para-un-sindicalismo-solidario/

ORIGINES DU SYNDICALISME ET PERSPECTIVE GLOBALE DU CAPITALISME

Les premières organisations syndicales remontent au 19ème siècle, et leur naissance apparaît comme la prise de conscience personnelle de ceux qui sont engagés dans un secteur social et qui entrevoient la nature sous-humaine de salarié qu'on leur impose: ils réagissent dès lors aux conditions de travail créées par le capitalisme. Ils se sont constitués comme des organes de défense des travailleurs contre les intérêts des employeurs. Avec la révolution industrielle et le processus de prolétarisation, les organisations se sont consolidées et sont devenues des organisations de masse et certaines idéologies les ont utilisées comme instruments politiques et comme organes de lutte à leur service. Cette circonstance impliquait que les syndicats étaient désormais liés au concept de la lutte des classes. Cependant, après l'encyclique Rerum Novarum du pape Léon XIII, les syndicats catholiques ont opté pour un modèle de syndicalisme basé sur la collaboration entre employeurs et travailleurs, loin du "dogme" de la lutte des classes.

cq5dam.thurerum0.422.jpeg

Avec l'apparition du "Contrat social" et du "Discours sur l'origine de l'inégalité" de Jean-Jacques Rousseau, de "La richesse des nations" et de la "Théorie des sentiments moraux" d'Adam Smith, le libéralisme politique et le capitalisme économique sont nés: tout doit être soumis à la volonté du peuple, il n'y a pas de vérités absolues et la main invisible doit être celle qui régule le marché.

Le libéralisme et le capitalisme économique ont toujours fait bon ménage. Le capitalisme et le libéralisme économique sont nés ensemble mais ce sont des choses différentes:

- Le capitalisme est la suprématie du capital. Placer le capital au centre des processus de production, en lui donnant le droit exclusif de propriété des moyens de production.

- Et le libéralisme économique, c'est la main invisible, c'est laisser les ressources être allouées de manière plus ou moins spontanée, en pensant que cela produira le plus grand bien pour le plus grand nombre de personnes.

Le sens juste de la naissance du socialisme

Un siècle plus tard, Marx ne formule pas une seule explication de la crise économique capitaliste mais trois: la crise économique associée à l'augmentation de la composition organique du capital, la crise dérivée de la concentration du capital et de la prolétarisation progressive de la société et, enfin, la crise de surproduction. Cela donnerait un sens juste à la naissance du socialisme.

Selon la théorie marxiste, le taux de profit dans le temps tend inévitablement à sa réduction par une augmentation de la composition organique du capital, qui est symbolisée par le rapport entre le capital fixe et le capital variable.

Le taux de profit étant la rentabilité marginale du capital. C'est-à-dire le bénéfice nécessaire pour que le capital soit réinvesti et que le système économique continue à fonctionner. Le capital fixe est ce que nous comprenons comme étant le capital et le capital variable serait la main-d'œuvre.

karl_marx_portratt-emr_tyzlrtir_s21tbp2-w.jpg

Comme le capitalisme tend vers la substitution du travail par le capital et l'accumulation de la propriété entre quelques mains, cela implique que le taux de profit diminue inévitablement, augmentant ainsi le taux d'exploitation.

Et qu'est-ce que le taux d'exploitation ? Le taux d'exploitation est directement lié à la plus-value ou à la valeur ajoutée, qui, dans un système capitaliste, va dans les mains du capitaliste ou de l'entrepreneur au détriment de la classe ouvrière.

La défense de la propriété privée

La correction du système devrait concentrer la plus-value de la production dans une forme de propriété à laquelle participent les travailleurs d'une entreprise, le syndicat étant une opportunité avec sa propre force économique qui procurerait le crédit nécessaire pour produire, sans avoir besoin de le louer aux banques.

Toutefois, contrairement à l'exposé marxiste, il convient de faire une distinction entre la propriété privée et le capitalisme. La propriété privée est la projection de l'homme sur ses choses. Il s'agit d'un attribut essentiellement humain. Nous sommes propriétaires de notre travail et, de cette manière, nous nous projetons sur la nature et la transformons. Le capitalisme est la destruction de ce droit que nous avons tous de posséder notre travail et les fruits de celui-ci.

Nous ne devons pas seulement faire la distinction entre la propriété privée et le capitalisme, car il s'agit de deux concepts antagonistes. Le capitalisme est la destruction de la propriété privée parce que le capitalisme tend à concentrer la propriété des moyens de production entre les mains de quelques-uns, et surtout parce qu'il institue le régime du salariat.

Sous le capitalisme, l'employeur ne se contente pas d'acheter le fruit du travail mais achète le travail lui-même. Le salaire est le prix du travail. Le travail est un attribut essentiellement humain et le salaire, en fin de compte, est un montant que l'on reçoit et constitue un moyen de déshumanisation.

Dans la Rome antique, le salarié était considéré au même niveau que l'esclave, car d'une certaine manière, il était entendu qu'il se vendait lui-même. La doctrine sociale de l'Église nous dicte d'essayer de faire en sorte que chaque personne soit propriétaire de son travail comme moyen d'épanouissement personnel, non seulement d'un point de vue économique pour obtenir un moyen de subsistance, mais aussi pour pouvoir maintenir la relation entre l'homme et ses choses, la nature qui l'entoure et son environnement.

Courrière_1906.jpg

Tout au long de l'histoire, il y a eu des modèles qui ont tenté d'harmoniser le capital et le travail, de maintenir les relations de production telles qu'elles sont produites dans le système capitaliste, mais en essayant de les tempérer, de rechercher un équilibre, de faire disparaître la lutte sociale. Actuellement, un modèle syndical qui n'aspire qu'à cela ne pourra pas faire face aux bases ou aux piliers de l'avenir. Harmoniser le capital et le travail est un mélange d'huile et d'eau. Il s'agit de biens de nature totalement différente et l'harmonisation est impossible. Le fascisme s'y est essayé et n'a pas manqué de devenir une sorte de capitalisme retardé qui a cherché à tempérer ses abus sociaux mais sans altérer l'essence du système.

Guy-Standing-250x250.jpgLe travailleur, en échange d'un salaire fixe, cesse d'être propriétaire du fruit de son effort, il renonce à lui-même car en renonçant à son travail, il refuse une partie de son humanité. Dans le présent, pour reprendre les termes de Bauman, le conflit n'est plus entre les classes sociales, mais entre chacun et la société. "Les grands changements dans l'histoire ne sont jamais venus des pauvres miséreux, mais de la frustration de personnes ayant de grandes attentes qui ne sont jamais venues". Guy Standing (photo), professeur à l'Université de Londres, associe les mots "précaire" et "prolétaire" pour expliquer la création de ce nouveau collectif en déclarant ce qui suit :

"Le précariat a des relations de production ou des relations de travail différentes. Contrairement à ce qui se passe dans le prolétariat, le précariat a un emploi précaire, instable, passant rapidement d'un emploi à l'autre, souvent avec des contrats incomplets ou contraint à des emplois négociés et négociables par des agences".

L'homme au centre des considérations économiques et sociales

Le capitalisme de la révolution industrielle qui a son point de référence iconographique dans la ville hautement industrialisée de Manchester au XIXe siècle n'a pas grand-chose à voir avec les économies mixtes d'aujourd'hui dans lesquelles le secteur public gère entre 35 et 50 % de la richesse nationale.

Il est possible que les corrections capitalistes actuelles de l'État-providence trouvent leur origine dans l'école d'économie historiciste allemande, représentée par le leader de sa "jeune" génération, Gustav von Schmoller (photo).

Gustav_von_Schmoller_by_Nicola_Perscheid_c1908.jpg

Schmoller a soutenu que l'économie et la politique "devaient être fondées sur une science morale de l'économie elle-même. C'est pourquoi son approche doit également être qualifiée de réaliste et d'éthique. Il a particulièrement insisté sur la composante éthique de l'économie, qu'il entendait orienter dans une certaine direction, afin de placer les personnes au centre des considérations économiques et sociales, par opposition aux biens. Il s'agissait de souligner le rôle de l'État en tant qu'entité politique suprême et en tant qu'organe éthique le plus important pour l'éducation de l'humanité. C'est la principale matrice du réformisme dans les domaines interdépendants de l'économie et de la politique sociale. Dans la mesure où la question sociale devient une question politique, de nouvelles formes d'organisation sociale et un nouveau rôle de l'État dans la société sont nécessaires".

D'autres apports théoriques ont permis de corriger les effets du capitalisme: la publication en février 1936 de la "Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie" de J. M. Keynes, les réformes économiques du chancelier Bismarck, l'influence de la Doctrine sociale de l'Église, les demandes de soins économiques formulées par la génération qui subit les conséquences des guerres mondiales, etc.

Cependant, toutes ces théories ne criminalisent pas le marché en tant que lieu d'échange des produits des processus de production. Ils harmonisent plutôt, selon le principe de subsidiarité, le marché avec l'État, en plaçant l'homme au centre de l'action économique. Il s'agit d'une contribution intéressante qui reflète le sociédalisme de l'Asturien Vázquez de Mella (photo).

Juan_Vázquez_de_Mella_2.jpg

Le concept de sociédalisme est exprimé dans notre essai, ici, parce qu'il servira de source d'inspiration pour la solidarité syndicale lorsqu'il s'agira d'énumérer les bases essentielles qui devraient régir un syndicalisme total imprégné du principe de subsidiarité de ses membres.

En soustrayant une grande partie des décisions économiques au marché, décisions prises en dehors du principe du profit maximum, le système capitaliste a pu survivre. Cependant, malgré le soi-disant "État-providence" dans lequel opèrent les économies du premier monde, de nombreux maux essentiels du capitalisme continuent de faire surface. Les scénarios d'exploitation se sont diversifiés :

    - La surexploitation des ressources naturelles.

    - L'hyper-promotion de la société de consommation.

    - Symétrie de la répartition des revenus dans les sociétés développées, qui s'accentue en période de récession.

    - La division du monde en zones d'exploités et d'exploiteurs... Nous voyons comment (selon les données de l'ONU) l'écart entre les pays développés et les pays sous-développés s'accroît.

    - Prolétarisation de la société avec la disparition progressive des classes moyennes suite au harcèlement des entreprises par des Etats qui dilapident les ressources mixtes à des fins idéologiques/politiques plutôt que sociales.

    - La pression du turbo-capitalisme, enfant de la mondialisation, pour améliorer ses comptes de profits et pertes impersonnels par l'homogénéisation des goûts culturels des consommateurs ?

    - Des modèles néolibéraux qui menacent les États-nations, tendant à la privatisation des secteurs stratégiques nationaux. Ainsi, les États perdent leur indépendance et leur souveraineté économique dans la gestion autonome de leurs ressources essentielles.

    - Etc....

Multinationales, village global et sociétés ouvertes

Le matérialisme historique s'est emparé de tout, le marxisme conjugue ses abus avec les excès du capitalisme, le chômage reste un phénomène massif qui, malgré l'État providence et toutes les mesures de protection sociale qui ont été créées, est lié aux inégalités existantes, à la pauvreté et à la terrible division du monde en zones d'exploitation.

Et aujourd'hui, l'ingénierie sociale des lobbies néo-capitalistes est le plus grand ennemi des conquêtes sociales de l'Occident, de ses économies mixtes et finalement de l'État-providence. A cette fin, ils tentent d'opérer une idéologisation vers un concept de village global et plus spécifiquement vers celui de la société ouverte.

La société ouverte prônée par le néocapitalisme n'est pas celle théorisée par Karl Popper, soit une société qui défend la démocratie et l'esprit critique... La société d'aujourd'hui doit être comprise comme amorphe, dépourvue de traditions, d'identité. Avec des individus déracinés de leur histoire et de toute religion, attendant l'arrivée d'une utopie définitive : la mise en place de l'État global et du Nouvel Ordre Mondial sous des prémisses absolument néolibérales. Et pas tant pour que le système financier et les nouvelles méga-corporations puissent gagner encore plus d'argent, ce qui est possible, mais pour mettre en œuvre un nouveau modèle social et rien de moins qu'une nouvelle façon de comprendre les êtres humains et le monde.

Comme stratégie pour atteindre leurs objectifs, il est nécessaire d'éliminer les structures de base de la résistance telles que l'État-nation, les identités culturelles des peuples, le sens spirituel de la vie, la famille en tant que cellule de base de la coexistence sociale, et d'entraîner les syndicats supposés de classe à suivre les diktats idéologiques homogénéisants. Il ne s'agit plus seulement de protéger la démocratie contre la dictature, l'homme contre l'individu, la tolérance contre l'intolérance. À notre époque, la bataille se déroule à un niveau beaucoup plus profond ; le plus grand ennemi de l'État-providence et du système de protection sociale se trouve aujourd'hui dans l'idéologisation/homogénéisation et dans le détournement de l'argent destiné à la protection sociale des familles vers des structures de propagande ancrées dans les ceintures des administrations publiques qu'elles contrôlent.

Les processus de délocalisation, un euphémisme amusant s'il ne cachait pas la souffrance et la misère humaine, ont conduit le monde à une surproduction de matériaux et de biens dans des pays où les droits sociaux des travailleurs sont très éloignés des conquêtes occidentales. Des pays où les coûts de la main-d'œuvre sont ridicules, parviennent à produire et à inonder tout l'Occident de ces marchandises, annulant leur compétitivité productive et générant du chômage ou débouchant sur la très mauvaise situation des salaires inférieurs.

Un autre élément dystopique de l'approche néocapitaliste, et qui menace les États-providence, se situe dans sa détermination suicidaire à encourager l'immigration vers l'Europe, en la subventionnant, et en contrôlant ainsi les systèmes d'immigration à partir de la gouvernance mondiale. Pendant ce temps, les conséquences sont payées par les gens habituels, les migrants qui s'exposent à la mort à la recherche d'un avenir meilleur, et les travailleurs espagnols avec le frein à la productivité comme conséquence des changements de salaire à la baisse. Dans la logique néolibérale, dans un système de libre-échange, les salaires ont tendance à baisser uniformément dans tous les pays et l'effet est une diminution de la demande et une tendance à la surproduction maintenue dans le temps.

UNE PROPOSITION POUR L'ACTION SYNDICALE EN ESPAGNE

Nous avons précédemment analysé les origines du syndicalisme en tant que réponse aux abus du capitalisme. Nous avons examiné le sens légitime de la naissance du marxisme en tant que réponse au libéralisme politique et au capitalisme de Jean-Jacques Rousseau et d'Adam Smith. Nous nous sommes concentrés sur les trois prédictions marxistes de l'effondrement du capitalisme et nous sommes passés à l'évolution du capitalisme aujourd'hui. Les corrections apportées au capitalisme au fil du temps ont permis d'assurer sa survie sous la forme d'États-providence à économie mixte dans lesquels le secteur public gère entre 35 et 50 % de la richesse nationale. Cependant, les États-providence actuels sont menacés par une nouvelle forme d'expression capitaliste: un système financier et de nouvelles méga-corporations qui tentent de mettre en œuvre un nouveau modèle social déraciné des structures fondamentales de résistance telles que l'État-nation, les identités culturelles des peuples, le sens spirituel de la vie, la famille en tant que cellule de base de la coexistence sociale... ce qui nous conduit à l'homogénéisation de la société mondiale afin d'augmenter ses comptes de profits et pertes et de faire reculer les droits sociaux obtenus par les travailleurs au cours des derniers siècles.

En Espagne, aux maux mondiaux du capitalisme s'ajoutent les maux politiques que le régime de 78 a incorporés dans notre nation, entraînant une perte globale du pouvoir d'achat, la prolétarisation de la société et la réduction des salaires et des droits sociaux.

Face à cette circonstance, il est nécessaire d'articuler une réponse citoyenne qui protège les fonctionnaires, les travailleurs, les indépendants et les PME à un niveau structurel. Une réponse articulée par l'action syndicale et éloignée des paramètres idéologiques des syndicats traditionnels et de leurs pratiques corrompues.

Espagne : Concentration du capital et pillage des impôts : Le tombeau des indépendants et des PME

En Espagne, 99,98 % des entreprises sont des PME et créent 74 % des emplois du pays, ce qui fait de l'économie espagnole l'une des plus dépendantes des PME en Europe.

Cette réalité est attaquée sur deux fronts: au niveau international par les Trusts, les méga-corporations, les multinationales et les fonds d'investissement, et au niveau local par l'Etat et les différentes administrations publiques à travers les taxes et les obstacles administratifs.

Les grandes entreprises internationales se développent et absorbent en même temps les petits capitaux, les petites industries, les petits commerçants. Le capitalisme de la mondialisation est le grand ennemi du travailleur et du petit capital, car il absorbe et annihile les sources de production. Le processus transforme les hommes, les travailleurs, la classe moyenne de plus en plus réduite, en individus et en prolétaires, soit directement, en les éloignant des moyens de production, soit par le biais du phénomène du précariat.

D'autre part, l'Espagne souffre d'une superstructure administrative qui est le résultat d'un système autonome et d'une administration parallèle qui insiste pour maintenir les travailleurs, les indépendants et les PME au détriment des impôts. Une superstructure qui sape le principe fondamental de justice face à un corps héroïque de fonctionnaires qui ont dû préparer et réussir un concours pour accéder à leur emploi.

La conséquence de ces deux offensives est que la richesse fuit des mains des classes moyennes, qui subissent un processus de prolétarisation.

Espagne : Le secteur primaire a toujours été négligé

L'Espagne doit exiger que l'UE change de cap dans sa politique de dérégulation des marchés et de libéralisation des échanges, et mette en place des mécanismes efficaces pour stabiliser les marchés agricoles et garantir aux agriculteurs des prix qui couvrent leurs coûts de production.

La mise en œuvre des accords de libre-échange (TTIP, CETA, Australie et Nouvelle-Zélande, Japon, etc.) a de graves répercussions sur notre agriculture et notre alimentation. Dans tous ces cas, le modèle d'agriculture familiale durable, de petite et moyenne taille, majoritaire en Europe, est mis en danger, au profit des intérêts du modèle industriel de distribution. Il est urgent de les réviser et, dans certains cas, de les paralyser, car ils affectent directement les cadres réglementaires relatifs à la sécurité alimentaire, aux réglementations environnementales, aux désignations de qualité et à la volatilité des prix.

premio-alimentos-de-espana-al-mejor-jamon-2016_6637.jpg

Il est essentiel de mettre en place des mécanismes publics pour lutter contre la concurrence déloyale des importations de produits agricoles et alimentaires qui ne respectent pas les normes de production espagnoles en matière de sécurité alimentaire, de bien-être animal et d'environnement, ainsi que pour prévenir les pratiques abusives et déloyales (vente à perte, enchères aveugles, etc.).

La Nation comme concept de solidarité et de subsidiarité

"Seuls les riches peuvent se permettre le luxe de ne pas avoir de nation". Tant le capitalisme que le socialisme génèrent la désunion des peuples et des individus. L'individualisme sépare les personnes de leur environnement. La Nation, comprise comme communauté, comme Patrie, devient l'espace de solidarité dans la perspective de la subsidiarité de l'Etat.

Dans la vision du monde communautaire, indépendamment du fait que cette position sociologique comprend qu'il ne faut pas dépendre d'instruments monopolisant la communauté tels que les États, il existe trois concepts entrelacés qui favorisent un sens harmonieux du concept de Patrie : le principe de la hiérarchie des valeurs, le principe de la construction sociale de la valeur et le principe de la certification a posteriori.

author-98922-300x438.jpg

edition-85916-236x359.jpg

La reconnaissance du principe de la hiérarchie des valeurs, selon le professeur José Pérez Adán (photo), "s'exprime lorsque nous affirmons que la vie est plus importante que la propriété et nous mettons en garde contre le danger de donner à la propriété plus de valeur qu'à la vie, car cela revient à asservir certains êtres humains au caprice d'autres personnes". Cela nous permet d'établir des critères de hiérarchie dans les valeurs fondamentales, les valeurs elles-mêmes n'étant pas importantes, mais le principe hiérarchique. La préséance des valeurs est obtenue par des accords minimaux. La diversité dans l'unité, la pluralité sauvant les accords de base sur la préséance des valeurs.

Par conséquent, si nous parlons du concept de patrie du point de vue d'Ortega : la patrie comme construction intergénérationnelle de l'avenir, d'une mission historique reconnue par des tiers... La patrie comme contribution intercommunautaire, voire internationale (nations hispano-américaines dans leur ensemble, ou nations européennes dans leur ensemble), nous parlons de diversité dans l'unité, de pluralité avec un accord vers l'unité, vers la mission, vers l'avenir...

Afin de construire socialement la valeur de la patrie, nous devons garder à l'esprit que l'identité collective transmise par la culture est différente de l'identité individuelle, et qu'elle est constituée de nombreuses facettes qui nous sont données. L'histoire n'est pas seulement construite par des individus mais par des collectifs et des groupes humains. Contrairement au relativisme, le communautarisme affirme le contextualisme. Les valeurs sont façonnées socialement par les relations sociales au fil du temps.

Lorsque nous défendons notre concept de patriotisme à partir du principe de la communauté plurielle, il n'est pas synonyme de nationalisme. Le nationalisme est la négation de la communauté, l'élimination de toutes les communautés sauf une, parce qu'elle comprend de manière chauvine qu'elle est au-dessus de toutes les autres.

La certification de l'existence de la patrie est un contraste empirique résultant de la transmission des valeurs dans les relations sociales, de la confirmation de la communauté des communautés dans un accord vers l'unité, et de la coopération et de l'entraide comme éléments de progrès et de bonheur collectif. Un dialogue intergénérationnel vers la construction de l'avenir, une entente entre les communautés en tant que groupes primaires dans la construction d'une communauté de communautés basée sur la subsidiarité entre elles, sur la solidarité émanant de la communion dans l'identité collective par opposition à l'individualisme et réaffirmant le concept de Patrie.

Principes de base pour un syndicalisme solidaire. Une proposition pour l'action syndicale en Espagne

Un changement de tendance est nécessaire dans l'action syndicale pour assurer la défense des droits des travailleurs dans notre Nation, une nouvelle philosophie organisationnelle est nécessaire pour représenter les besoins réels de tous les agents du travail impliqués et pour garantir la paix et la cohésion sociale tout en respectant la légalité. À cette fin, nous proposons les bases suivantes comme principes devant inspirer un syndicat total et uni :

1.- L'homme comme centre des considérations économiques et sociales, par opposition aux marchandises. Dans toute action syndicale, la composante humaine doit primer sur les considérations matérielles, afin de faire prévaloir un facteur éthique de l'économie dans les relations de travail.

2.- L'action syndicale doit suivre une voie transversale éloignée des idéologies matérialistes et individualistes. Le socialisme et le libéralisme sont les deux faces d'une même pièce. Un syndicat solidaire doit fuir la désunion qui accompagne le dogme de la lutte des classes et l'individualisme consumériste qui voit l'autre comme un bien de consommation, comme une satisfaction du moi.

3.- Un syndicalisme total doit aspirer à l'excellence dans sa défense des services publics essentiels, et en même temps protéger la propriété privée comme projection de l'homme sur ses choses. Un syndicalisme de solidarité qui est du côté de la propriété privée face à la déshumanisation des multinationales capitalistes qui tendent à concentrer la propriété des moyens de production dans les mains de quelques-uns.

4.- La défense des intérêts des indépendants et des petites et moyennes entreprises contre la dictature de l'administration publique doit être l'un des piliers essentiels de l'action syndicale. La demande d'élimination des obstacles bureaucratiques et la baisse des impôts comme source de création d'emplois, une des constantes essentielles de son action publique.

5.- Le syndicat doit être compris comme une communauté de solidarité entre égaux. Une mutualité constituée selon les principes de subsidiarité et d'entraide entre ses membres. Un instrument au service des intérêts légaux en droits de ses membres et de la gestion de prestations importantes en cas d'aléas professionnels, d'invalidité temporaire ou de cessation d'activité de ses membres.

6.- Le syndicat comme instrument de capitalisation qui oriente la plus-value de la production vers une forme de propriété à laquelle participent les travailleurs d'une entreprise. Encouragement de la promotion des coopératives de crédit syndical face à la spéculation bancaire et comme forme d'actionnariat salarié dans les entreprises.

Le syndicat est une opportunité avec sa propre force économique qui devrait fournir le crédit nécessaire à la production, sans avoir besoin de le louer aux banques.

7.- Demande d'un système mixte de négociations : collectives dans les secteurs productifs stratégiques et négociations individuelles avec les indépendants et les PME. Promotion de la représentation syndicale, en tant qu'arbitre, dans les négociations individuelles. Le syndicat en tant qu'observateur neutre entre les indépendants et les salariés.

8.- La revendication de la rémunération des bénéfices comme forme d'accès à la plus-value dans toutes les négociations collectives et individuelles où son existence est avérée. Lutte contre la précarité comme nouvelle forme d'exploitation du travail.

9.- Défense de la suppression des subventions publiques aux organisations patronales et syndicales. Financement propre du syndicat, renoncement aux subventions publiques.

10.- Lutter contre le modèle syndical espagnol car il est dépassé, archaïque et terriblement pernicieux. Il est devenu un instrument de corruption et de fraude au profit de quelques-uns, aux dépens de l'argent de tous les contribuables. Il s'agit d'une stratégie conçue au niveau organisationnel pour se financer de manière irrégulière, en tant qu'usines de placement idéologique dans les administrations publiques, en contournant tous les contrôles et garanties prévus par la loi afin d'éviter d'éventuelles actions illicites.

11.- Exiger une réduction drastique des dépenses publiques pour des positions et des organes idéologiques et redondants. Élimination des institutions dont le but est de créer des structures parallèles de l'État. Des ressources devraient être allouées pour aligner les salaires des fonctionnaires travaillant dans les services sociaux de l'État sur les moyennes européennes.

12.- Défense du modèle public dans les secteurs stratégiques nationaux.

13.- Défense des soins de santé publics et de qualité. La fin des réductions de salaire pour les travailleurs de la santé. Réclamer des augmentations de salaire à hauteur de la moyenne européenne.

14.- Défense de l'égalisation salariale réelle entre le Corps de la Police Nationale, la Garde Civile et les forces de police autonomes.

15.- Défense d'une loi unique sur la carrière militaire qui évite le manque de protection des soldats et des sous-officiers à partir de 45 ans. Les militaires et les marins ont les mêmes droits que le reste des citoyens et ne peuvent être soumis à vie à la précarité.

 16.- Les agriculteurs garantissent un approvisionnement stable en nourriture, produite de manière durable et à des prix abordables, à plus de 46 millions d'Espagnols. Le syndicat doit être un instrument au service de la production de la campagne espagnole et de ses travailleurs. Augmenter la compétitivité du secteur, améliorer et renforcer les assurances agricoles, exiger des mesures pour éviter la volatilité des marchés, promouvoir la diversification des revenus des agriculteurs avec des aides à l'investissement, exiger des accords-cadres pour l'importation d'engrais, la défense de la priorité de la politique agricole espagnole sur la politique agricole commune de l'UE, la défense d'une production durable et multifonctionnelle qui respecte l'environnement, la promotion de mesures de lutte contre les pratiques abusives et déloyales résultant de la concurrence déloyale des importations sans droits de douane... doit être la base de l'action syndicale pour la défense de notre agriculture.

17.- La défense des travailleurs maritimes pour éviter la dépréciation des biens et faciliter leur accès à la propriété des éléments nécessaires à l'exercice de leur profession. La défense de notre souveraineté dans nos propres zones de pêche et dans les eaux internationales.

18.-Dénonciation des politiques d'immigration car elles ont été une source de coûts très importants pour les caisses publiques, et ont été utilisées par les grandes entreprises pour réduire les salaires et déstabiliser l'équilibre du travail de notre société. Ils ont été irresponsables envers les millions d'immigrants déjà installés, qu'ils soient en situation régulière ou non, afin qu'ils puissent avoir accès aux droits à un emploi et à un logement décent établis dans le préambule de notre ordre constitutionnel.

Pour le capital, le manque de contrôle des processus migratoires est une affaire importante, et ce manque de contrôle se traduit par des mouvements massifs de personnes dans un laps de temps très court. Cela conduit, d'une part, à une homogénéisation culturelle des goûts des consommateurs, qui permet aux grandes multinationales d'augmenter leur clientèle potentielle en générant des besoins uniformes quel que soit l'État-nation dans lequel se trouvent leurs futurs consommateurs ; et, d'autre part, à un ralentissement de la productivité en raison de l'évolution des salaires à la baisse. Dans la logique néo-libérale, dans un système de libre-échange, les salaires ont tendance à baisser uniformément dans tous les pays et l'effet est une diminution de la demande et une tendance à la surproduction maintenue dans le temps.

19.- Exiger les besoins de nos retraités. Défense d'un programme spécifique pour les retraités qui incorpore des actions décisives pour réduire le coût du logement, l'adaptation du logement à leurs besoins, la réduction ou l'élimination des impôts pendant les 10 prochaines années pour les retraités vivant dans les zones rurales et l'incorporation d'un programme de dépendance qui garantit la qualité de vie, l'utilisation de leurs capacités intellectuelles et de leur expérience au service de la communauté, et la restructuration administrative pour faciliter leur accès aux services sociaux de base.

20.- Défense des travailleurs dans l'Espagne dépeuplée. Pour s'attaquer au problème, une action conjointe d'incitations est nécessaire, telles que des abattements et des déductions fiscales dans l'impôt sur le revenu des personnes physiques, dans les activités professionnelles et commerciales, des subventions à l'embauche et des abattements sur les cotisations de sécurité sociale pour tous ceux qui exercent leur activité et ont leur résidence habituelle dans des communes dont la population est inférieure à 5 000 habitants. Des incitations à la copropriété des exploitations agricoles comme moyen de promouvoir les femmes dans les zones rurales. En même temps, il est urgent de mettre en place un plan de relance spécifique pour les PME et les indépendants et pour la création d'entreprises et d'emplois dans le secteur agroalimentaire, les petites entreprises et le tourisme dans les zones rurales, en donnant la priorité, dans l'attribution des marchés publics, aux entreprises qui embauchent des personnes vivant dans ces zones, en garantissant la satisfaction des besoins des consommateurs, la professionnalisation du secteur agroalimentaire et l'injection de ressources économiques du secteur touristique. Du point de vue de l'emploi public, un plan d'incitation à la carrière économique et professionnelle devrait être créé afin de garantir que les fonctionnaires résident habituellement dans les zones rurales où ils sont affectés.

Bibliographie:

- Références aux articles des auteurs suivants : José Manuel Cansino Muñoz-Repiso, Manuel Funes Robert, Miguel Ángel Gimeno Álvarez, Gustavo Morales Delgado, et Adolfo Muñoz Alonso.

- Le Contrat social" (1762) et "Discours sur l'origine de l'inégalité" (1754) de Jean-Jacques Rousseau ; "La richesse des nations" (1776), et "Théorie des sentiments moraux" (1759) d'Adam Smith. "Le Capital" (1867) de Karl Marx.

- "Postmodernité dystopique : Revisiter l'héritage de Zygmunt Bauman" par Cherry Adam.

- "Une anthologie politique". Par Juan Vázquez de Mella y Fanjul.

- "La politique sociale dans la doctrine du penseur allemand Gustav von Schmoller". Par Juan Miguel Padilla Romero

- Popper, Soros et le nouvel ordre mondial" par Antonio Martínez.

9788484692393-us.jpg

- "Communautarisme" par José Pérez Adan. Université de Valence

- Manifiesto Sindicalista" par Jorge Garrido San Román.

- Encyclique des DSI Quadragesimo anno de Pie XI (1931) qui traite du syndicalisme d'entreprise.

lundi, 20 juin 2022

Pourquoi le débat sur la technologie est central (et le seul qui vaille la peine d'être abordé)?

9ae1b773f33191448481aaddfbbcbf85_XL.jpg

Pourquoi le débat sur la technologie est central (et le seul qui vaille la peine d'être abordé)?

Ernesto Milà

Source: https://info-krisis.blogspot.com/2022/06/cronicas-desde-mi-retrete-por-que-el.html

Aujourd'hui, nous ne vivons pas dans une "ère de changement", mais dans une ère de changement constant. Il est admis qu'un diplôme universitaire ne vaudra bientôt plus grand-chose: au moment où il est obtenu, la matière apprise en première année est déjà obsolète. Si vous voulez bénéficier d'une formation compétitive, vous devez non seulement choisir soigneusement votre parcours professionnel, mais aussi accepter de devoir poursuivre un "apprentissage tout au long de la vie" si vous voulez rester compétitif durant toute votre vie professionnelle. Il est admis que 40% des spécialisations actuellement enseignées dans les universités vont disparaître. Bien sûr, de nouvelles apparaîtront, mais dans ce domaine, comme dans tous les autres, l'enseignement public sera en retard sur la réalité. Quelle est la raison de cette "obsolescence" ? Il n'y a qu'une seule cause à cela et à la plupart des changements qui nous attendent dans les années à venir: l'irruption des nouvelles technologies.

LES TERREURS NOCTURNES DE KLAUS HELMUT SCHWAB

Le chef du Forum économique mondial a raison de considérer l'avènement prochain de la "quatrième révolution industrielle" comme l'étape la plus importante du 21e siècle. Le problème est que, malgré son "beau langage" et son "récit amical", Klaus Helmut Schwab ne peut s'empêcher d'être le représentant du "vieil argent", des grandes dynasties économiques, de la haute finance, des entreprises et, en bref, des "seigneurs de l'argent", chez qui les problèmes s'accumulent. En gros, trois secteurs.

    - Ils persistent à défendre l'adéquation d'une économie mondialisée, malgré le fait que la mondialisation a créé un système économique instable, étant donné que le monde est trop diversifié et inégal pour que les mêmes formules puissent être appliquées partout.

    - Le "vieil argent" commence à sentir le souffle du "nouvel argent" dans sa nuque, composé de deux types d'entreprises: les grandes entreprises technologiques (Meta, Google, Mac, Microsoft) et les "entreprises perturbatrices" (Uber, AirBNB, Cabify, les multiples applications, etc). Ces entreprises ont de meilleurs ratios de capitalisation avec moins de personnel et moins d'investissements.

    - Le sentiment croissant que le néolibéralisme et la mondialisation menacent l'identité des peuples et qu'à tout moment, une réaction populaire peut se produire ; par conséquent, avant que les nouvelles technologies de la deuxième décennie du XXIe siècle ne se généralisent, des changements sont nécessaires dans les systèmes politiques et dans la corrélation entre la politique et l'économie: la seconde doit diriger la première.

EsKvPRyXcAANlq6.jpg

81T-L3YBJTL.jpg

Ces trois problèmes ne sont pas mentionnés dans le livre de Schwab, The Fourth Industrial Revolution, ni dans son travail sur The Great Reset, mais ce sont sans doute ceux qui ont incité Schwab à écrire son ouvrage en essayant de sauver le récupérable et de parvenir à un accord, au moins temporaire, entre le "vieil argent" et le "nouvel argent".

CHAQUE RÉVOLUTION INDUSTRIELLE A EU SES "MAÎTRES"

Schwab sait que les élites qui dictent les normes socio-politiques d'une époque sont les propriétaires des technologies qui, à un moment donné, s'imposent comme les moteurs du changement social:

    - Dans l'Angleterre du 18e siècle, ceux qui dictaient les règles n'étaient plus, comme 100 ans plus tôt, la noblesse, les lords, mais la nouvelle classe d'entrepreneurs qui avait émergé avec l'application de la vapeur, de la machine à tisser et du charbon.

    - À la fin du 19e siècle et tout au long des deux tiers du 20e siècle, ce sont les grands industriels qui ont pris les rênes des sociétés développées en mettant en place des chaînes de production, les propriétaires de l'industrie du pétrole et des carburants et, enfin, les PDG des grandes sociétés multinationales.

    - Les progrès de la micro-informatique ont permis de gérer plus efficacement les entreprises et celles qui se sont adaptées au commerce mondial ont commencé à dominer aux côtés des multinationales. Mais les années 1970 ont vu la naissance d'une toute nouvelle classe de jeunes fous, tous immatures sur le plan émotionnel, qui ont construit les deux premières références technologiques, Microsoft et Apple. Ils n'ont pas dicté les règles de l'époque, mais au tournant du millénaire, leurs actionnaires et les propriétaires de ces marques figuraient déjà sur les listes Forbes des millionnaires.

35562304-32137930.png

- Avec la généralisation des nouvelles technologies de communication, avec la diffusion de la fibre optique et de la 4G, d'autres entreprises technologiques sont apparues (Facebook, Google, Amazon) qui ont réussi à aller encore plus loin. Ils ont investi une partie de leurs bénéfices dans des crypto-monnaies et dans la recherche d'une "science de pointe". C'est là qu'ils ont rencontré les "anciens" et c'est là que l'alliance actuelle est née. Mais la vérité est que ce seront les propriétaires des brevets d'IA, des nouvelles technologies de l'information et du commerce, des "entreprises perturbatrices" et des entreprises liées au génie génétique, qui décideront de ce que sera l'avenir. Les Schwab, comme les dynasties de "vieil argent", sont une chose d'un passé qui refuse de passer.

"OLD MONEY" ET "NEW MONEY", DES CONTRADICTIONS

L'"alliance" entre "old money" et "new money" passe par des investissements communs dans certains domaines. Les premiers optent encore pour des investissements dans des domaines conventionnels, ouverts aux nouvelles technologies, la plupart de leurs volumes d'affaires tournent encore autour d'affaires spéculatives liées à la finance, au prêt à intérêt, à la commercialisation de biens par des canaux classiques. Ils ont une "expérience historique" et savent que, si l'on comprime trop la société, si l'on cherche à faire des profits au-delà du raisonnable, il peut y avoir des régressions, des explosions sociales, l'émergence de mouvements de protestation incontrôlables et, enfin, le risque de perdre les positions conquises.

Ceux qui représentent le "new money" ont renoncé à tout type d'investissement dans les entreprises conventionnelles: ils ne s'intéressent qu'au domaine des nouvelles technologies. C'est parfaitement compréhensible. Ces chiffres montrent l'inquiétude du "vieil argent" et les efforts déployés par le Forum économique mondial pour s'acclimater à la nouvelle situation :

    - En 1990, les trois plus grandes entreprises de Détroit, avaient une capitalisation boursière combinée de 36 milliards de dollars et des revenus de 250 milliards de dollars, avec 1.200.000 employés.

    - En 2014, les trois plus grandes entreprises de la Silicon Valley avaient une capitalisation boursière de 1,09 trillion de dollars et généraient les mêmes revenus, mais avec seulement 137.000 employés. Et les chiffres d'aujourd'hui sont encore meilleurs.

f4aef04_743165530-000-8wa6va.jpg

Elon Musk, par exemple, a non seulement des projets ambitieux dans le secteur automobile (après la voiture électrique abordable, la voiture autonome sans conducteur arrivera dans un an et demi ou deux ans au plus tard), mais il envahit d'autres domaines: SpaceX est l'une des 10 nouvelles entreprises aérospatiales qui prennent le relais des agences d'État dédiées à la recherche spatiale; Neurolink est une entreprise avec laquelle il espère connecter le cerveau et l'ordinateur avant la fin de la décennie; le programme CRISPR, qui permet de "couper" les gènes cassés dans les brins d'ADN et de les remplacer par d'autres - provenant de personnes ou d'animaux - est également lié à Musk. Même dans le domaine des "médicaments à la demande", les grandes entreprises et les laboratoires universitaires qui travaillent dans ces domaines sont largement financés par le capital excédentaire généré par l'activité de la Silicon Valley.

Le "new money" sait, en outre, que le "old money" a plus d'expérience dans la gestion et, surtout, dans les relations avec le pouvoir politique. Elle a beaucoup à apprendre, mais il ne fait aucun doute que dans vingt ans, ce sont les propriétaires de brevets technologiques et les grandes entreprises qui dicteront les règles. En fait, l'"arrangement transitoire" entre les deux branches de l'"argent" profite aux deux: le "vieil argent" parce qu'il réoriente ses investissements et s'adapte aux signes du temps; le "nouvel argent" parce que toutes ces nouvelles technologies en sont encore à leurs balbutiements et que, dans certains cas, il faudra 5 ou 10 ans au maximum avant qu'elles ne fassent brutalement irruption dans la société et n'aient un impact sur elle: 5 dans le cas de la robotique et de la "réalité étendue", 10 dans le cas des médicaments à la demande, une période intermédiaire pour imposer l'impression 3D d'organes humains à partir de cellules souches, 10 de plus jusqu'à ce que les nouvelles "technologies haptiques" de reconnaissance sensorielle soient disponibles, etc.

haptique_6226436.jpg

PLEURER POUR NOS "SOURCES DOCTRINALES"

Je suis désolé, mais je ne peux m'empêcher de sourire avec une certaine tristesse, tant sur mon passé intellectuel, que sur les dernières dérivations de la pensée de l'environnement politique dont je suis un enfant.

Certains n'ont pas encore compris que la géopolitique sert tout au plus à anticiper certains conflits localisés, mais qu'elle est depuis longtemps secondaire par rapport à la "géoéconomie" et que, de même qu'aux 19ème et 20ème siècles, il s'agissait de savoir qui contrôlait le charbon et le fer, ou les gisements de pétrole, aujourd'hui, l'essentiel est d'assurer le contrôle des "terres rares" et que les obstacles "géopolitiques" peuvent être surmontés par des drones, des fusées récupérables, des avions VTOL, etc. Une frontière n'est pas plus sûre si elle est marquée par une rivière... que si elle est surveillée depuis les airs par des satellites espions et des satellites "tueurs". Les côtes ne garantissent pas plus les "empires commerciaux" que les "États terrestres" ne garantissent des systèmes de gouvernement forts. Presque rien de ce qu'Amazon déplace aujourd'hui ne se fait par voie maritime et dans cinq ans, les "propriétaires" des nouvelles technologies ne s'intéresseront qu'à l'origine de l'approvisionnement en "terres rares" et autres éléments nécessaires pour garantir leur prépondérance sociale. La géopolitique restera pertinente dans les conflits localisés et pour les "plans d'urgence" des militaires, mais, contrairement à la géoéconomie, elle aura de moins en moins d'impact. Penser, par exemple, que l'"Eurasie", avec ses trois extensions, l'Europe, l'Iran et la Chine, peut former un ensemble homogène est une discussion de stratèges de casino: car, en fin de compte, le grand problème de notre époque est de savoir comment la technologie affectera toutes les activités humaines, toutes les formes de gouvernement, tous les concepts et valeurs sur lesquels la vie s'est fondée depuis l'ère néolithique.

Ce n'est pas sans une certaine douleur que je regrette également que certaines des plumes qui ont nourri ma génération et les précédentes aient laissé un champ intact, ni proche ni lointain : celui du rôle de la technologie dans la construction de la post-modernité et de son rôle au XXIe siècle. Lorsque j'ai lu les premiers numéros de Nouvelle Ecole à la fin des années 1960 et au début des années 1970, j'ai pensé que le groupe qui en était à l'origine aspirait à faire une critique du marxisme à travers les sciences objectives, en particulier la génétique. Mais tout cela a été éclipsé par un flot d'idées "originales" sur le "gramscisme de droite", brillantes, honnêtes, mais peu opérationnelles... Nous devions nous préparer à la "bataille culturelle", mais le coach - de Benoist, surtout - nous incitait à nous préparer à un match qui ne semblait jamais venir. Puis, il s'est avéré qu'en France, la réponse populiste, quand elle est venue, n'avait rien à voir avec la "nouvelle droite", mais était plutôt une recomposition populiste de nombreux courants politiques de la "vieille droite" comprise, liée à la lassitude et au simple sentiment que le système dérive vers sa désintégration fatale.

51IsPLVfvjL._SX326_BO1,204,203,200_.jpgSeul Jünger l'a abordé il y a exactement cent ans, et seul Guillaume Faye y a apporté une contribution dans L'archéofuturisme, mon livre de chevet à la fin du millénaire ; à part cela, rien ou presque n'a été dit par la "nouvelle droite" sur le sujet. En Italie, en 1980, paraissait le livre L'Età dell'intelligenza, de Maurizio Gasparri et Adolfo Urso, du Fronte della Gioventu, militants du MSI, qui auraient plus tard des responsabilités ministérielles dans les gouvernements Berlusconi et sous-titraient leur livre "Le droit et le changement dans la révolution informatique", une véritable prédication dans le désert, qui avait peu de lecteurs même dans leur propre vivier politique. Aujourd'hui, ce travail, très brillant à l'époque, n'anticipe même pas de loin les nouvelles technologies du 21e siècle. Evola, à son tour, a également écrit quelques mots lucides sur la technologie dans Chevaucher le Tigre. Mais il serait vain de s'appuyer sur tout ce matériel : il est - et je suis désolé de le dire - OBSOLETE.

La technologie que Jünger connaissait et qui l'impressionnait dans les tranchées n'était en rien comparable à celle qui nous guette: la technologie pouvait détruire l'être humain et "l'ouvrier" était obligé de la maîtriser. Aujourd'hui, cependant, la technologie prend une direction différente que Jünger n'aurait pas pu prévoir à l'âge de 100 ans. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à une technologie qui ne cherche pas à "détruire" l'être humain, mais "seulement" à estomper la ligne de démarcation entre l'humain et le mécanique. À l'époque de Jünger, la technologie était quelque chose d'extérieur à l'être humain, aujourd'hui elle tend à être incorporée à l'humain : la phrase même "Je n'ai pas pu communiquer parce que ma batterie était à plat" montre que quelque chose d'aussi banal qu'un téléphone portable commence à être considéré comme quelque chose qui est déjà incorporé à l'humain. Les biohackers implantent des puces CFR pour effectuer certaines tâches. La mise en œuvre de l'"internet des objets" nous amènera à porter des "vêtements intelligents" dotés de puces pour nous alerter sur notre état de santé. Nous "améliorerons" nos capacités grâce à des prothèses implantées, des connexions cerveau-ordinateur, une partie de nos gènes peut provenir de n'importe quelle espèce animale ; tous les membres ou organes que nous voulons améliorer ou remplacer seront remplacés par des prothèses mécaniques. Robocop arrive à grands pas et certains pensent qu'il s'agit d'un film plus ou moins intéressant. Chaque année, la Silicon Valley investit des dizaines de milliards dans des études et des recherches sur des sujets qui, jusqu'à récemment, ne relevaient que de la science-fiction. Ces sujets vont changer, SONT en train de changer, notre monde et la façon dont nous nous rapportons au monde.

4c78b8f5e61cf85b59491976564bfed7.jpg

La technique qu'Evola connaissait n'est plus cette machine de la deuxième révolution industrielle : le métier à navette ou la presse à quatre unités qu'il voyait fonctionner dans les journaux pour lesquels il travaillait. C'est une technique dont le principal risque est de savoir comment elle parviendra à coexister avec l'humain. Le principal problème ontologique dans quelques années sera de savoir où commence l'humain et où finit le mécanique. L'intelligence artificielle n'a plus - ici et maintenant - besoin des humains : elle s'améliore elle-même, utilise les big-data, effectue des calculs statistiques et apprend par elle-même. Il n'est pas rare que les grandes entreprises du moment (de Facebook à Netflix) soient des prédateurs systématiques de données.

LA TECHNOLOGIE QUI SE DIRIGE VERS LA DESTRUCTION DE L'ÊTRE HUMAIN

Si la définition de la personne humaine commence à devenir conflictuelle (pour couronner le tout, les connards progressistes définissent déjà les animaux comme des "êtres sensibles"), l'IA nous connaît mieux que nous ne nous connaissons nous-mêmes : elle est capable de rationaliser nos habitudes de consommation, de déduire si nous sommes joyeux ou déprimés, d'anticiper nos réactions et de savoir comment nous pensons. C'est à cela que servent les big data. La vie privée est devenue un luxe. Nous sommes simplement des "actifs numériques" de grands consortiums spécialisés dans les nouvelles technologies. Il y a vingt ans, on disait à juste titre que si de nombreux services proposés sur Internet étaient gratuits, c'est parce que le "produit" est l'utilisateur. Un robot de nettoyage rotatif a un prix de marché similaire à son coût, les entreprises ont-elles renoncé à leurs bénéfices ? Pas du tout : le robot, dès qu'il est activé, commence à envoyer des données sur les dimensions de la maison, le quartier, les membres de la famille, le pouvoir d'achat, il vérifie ce qui est ou n'est pas dans la maison et, en peu de temps, sur la base de ces données, il est possible d'envoyer de la publicité à ce ménage pour tel ou tel produit qui correspond le mieux à son profil. Il en va de même pour les téléphones portables. Tous les terminaux informatiques connectés au système numérique sont devenus les informateurs de notre vie privée.

Proscenic-aspirateur-robot-790T-sans-fil-3-en-1-robot-connect-par-Wifi-qui-enl-ve.jpg

De nombreuses personnes diront : "Eh bien, je n'ai rien à cacher. Je me moque qu'ils sachent tout de moi, même mes perversions les plus intimes, alors...". Faux. Lorsque quelqu'un vous connaît complètement, même mieux que vous ne vous connaissez vous-même, il est toujours facile, très facile, pour lui de vous manipuler.

Les États ont renoncé à légiférer sur la protection de la vie privée car ils savent pertinemment que cela signifierait un affrontement avec les propriétaires des nouvelles technologies.

Ainsi, le débat du moment ne peut plus être géopolitique (cette science auxiliaire de la politique que certains ont tendance à confondre avec la politique elle-même afin d'ancrer leur nationalisme dans des concepts "objectifs"), ni économique ou social, car, aujourd'hui déjà, les dérives dans ces deux domaines ne dépendent pas uniquement de l'économie elle-même, isolée des autres branches, et les répercussions de l'économie sur la société ne découlent pas directement de cette dernière. Critiquer le néolibéralisme aujourd'hui revient à "jeter un cheval mort". Schwab lui-même et le Forum économique mondial sont conscients de la non-viabilité de la mondialisation et des concepts néo-libéraux et ont été contraints de modifier leur récit: il parle même de "l'économie des parties prenantes" qui viendrait après l'économie des sociétés par actions tendant au profit maximum et l'économie socialiste tendant à la planification étatique; les "parties prenantes", entreprises et consommateurs, devraient "coopérer pour le bien commun des deux"... Est-il utile de critiquer ces concepts qui ne sont que des appels de détresse d'un système qui se meurt d'opulence et qui veut éviter une explosion sociale mettant en danger, non seulement ses actifs, mais ses têtes ? Est-il utile de critiquer le néo-libéralisme ou la mondialisation à ce stade, alors que leur sort dépend uniquement du processus de renouvellement technologique et que les risques réels ne sont plus seulement économico-sociaux mais touchent à l'intégrité même, au concept et à la dimension de l'Humain ?

C'est pourquoi je pense qu'à ce stade, l'environnement culturel dans lequel certains d'entre nous ont été formés a échoué : il n'a pas été capable d'intégrer, jour après jour, de nouvelles analyses et de nouveaux concepts, il n'a pas suffisamment relié les causes aux effets, et il continue à revenir sur des questions qui ont déjà très peu de contact avec la réalité de notre époque. Nous sommes restés à la traîne dans le débat d'idées, dans le wagon de queue, absents des grandes questions auxquelles nous sommes toujours arrivés avec des années de retard (ou tout simplement pas du tout).

L'HOMME DÉCONSTRUIT, LE DERNIER HOMME, EST ICI

La technologie est désormais utilisée pour "déconstruire" l'être humain. Nous sommes sur le point d'entrer dans une période qui marque la limite de ce processus ; l'époque du "dernier homme", cet homme déconstruit qui ignore qui il est et comment il est arrivé là où il est. Cette phase a été précédée d'une longue trajectoire de destruction des structures traditionnelles de la société, par l'anéantissement des différents systèmes identitaires dans lesquels nous pouvions nous reconnaître et nous ancrer, mais aussi nous servir de tremplin pour l'avenir, nous avons maintenant atteint la dernière phase de ce processus : l'abolition de la ligne qui sépare l'humain de l'artificiel. Dans "l'âge des masses" défini par Ortega y Gasset, l'homme de masse est celui qui n'a rien, qui ne possède qu'un reflet de lui-même dépendant des coutumes et des modes de son époque; il est dépourvu de personnalité, il est un "individu", un simple grain de sable sur une plage, indépendant mais rigoureusement semblable à d'autres identiques à lui. Il n'est pas rare qu'il essaie de se démarquer pour le peu qu'il peut revendiquer en sa faveur.

En effet, à une époque où les masses sont indifférentes à l'endroit où elles sont nées, à leur héritage culturel, à leurs racines, à leurs traditions, a succédé une époque où même les identités sexuelles ont été abolies, où les enfants ont été remplacés par des animaux domestiques, où la musique digne de ce nom a été remplacée par des sons stridents, hypnotiques et répétitifs, la musique de pacotille ; les relations personnelles et directes ont été remplacées par des relations à distance par le biais d'interfaces électroniques ; le processus de remplacement de la personnalité par le "look", le reflet subjectif de la personnalité projeté sur les masses par le biais des réseaux sociaux et à la recherche de likes ; on finit par diluer sa propre personnalité dans un monde virtuel où chacun cherche l'acceptation et l'originalité comme seul objectif et, pour l'accompagner, par des allusions à "sauver la planète", à "la paix dans le monde" (qui ne sont plus seulement répétées par les aspirantes à un quelconque concours de "Miss Monde", mais aussi par celles qui mendient un "like" sur leur réseau social) et à la "fierté" (comme si cela valait la peine d'être fier de la personne avec qui je me couche ou avec qui je me réveille).

L'étape suivante de ce système de déconstruction des identités est l'attaque frontale de la nature humaine. L'objectif des transhumanistes (atteindre une "conscience universelle", une fusion de toutes les consciences "téléchargées dans le nuage", qui inaugurera le "stade post-biologique"), l'objectif de Klaus Schwab lorsqu'il fait allusion aux "technologies convergentes" (nanotechnologies, l'intelligence artificielle et l'ingénierie générique qui, selon Schwab, "nous feront repenser ce qu'est l'être humain et ses limites", dit-il avec une clarté cristalline), un objectif vers lequel tendent presque nécessairement les modèles de nouvelles technologies avec la création d'univers virtuels et de métaverse.

https___bucketeer-e05bbc84-baa3-437e-9518-adb32be77984.s3.amazonaws.com_public_images_59c9d53b-b7d3-4c8c-8840-c2d54a62749d_2130x1373.png

Le temps est venu où nous devrons choisir entre la "pilule rouge" et la "pilule bleue", entre une vérité inconfortable et une ignorance satisfaite. Soit dans le Metaverse, soit de ce côté de la réalité. Soit nous sommes un avatar artificiel et lui confions tout notre être, soit nous construisons notre personnalité et reconstruisons notre système identitaire. Soit nous laissons les nouvelles technologies nous submerger complètement, soit nous soumettons la technologie à une analyse critique et discriminons la "science sans conscience" de celle qui peut contribuer à vivre et à comprendre la réalité de manière objective, pleine et entière. Ce choix n'est pas un thème gratuit et original des sœurs Wachowski et de leur Matrix, mais un choix qui se présentera à nous tous dans les cinq prochaines années.

Alors ne me dites pas qu'il existe un autre débat plus important que celui que nous aurions dû entamer il y a des années sur la technologie.

18:51 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, technologie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 19 juin 2022

La revue de presse de CD - 19 juin 2022

newsimage354648-scaled.jpg

La revue de presse de CD

19 juin 2022

EN VEDETTE

Identité numérique : prouve que tu existes

La Commission européenne prépare son « portefeuille européen d’identité numérique ». Rome et Bologne adoptent le « crédit social numérique » à la chinoise. La digitalisation de l’État et son corollaire, l’identification numérique, progressent dans l’indifférence des Smartiens, à la faveur des phases aigües de la Crise (épidémie, guerre, effondrement écologique). Il aura fallu moins de vingt ans pour que se réalisent nos pires anticipations sur la société de contrainte.

piecesetmaindoeuvre.com

https://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/prouve_que_tu...

ASIE

Division parmi les élites du Japon

Depuis que Fumio Kishida a pris le poste de premier ministre, la situation a radicalement changé. En peu de temps, le Japon est en fait devenu "garçon de courses", non seulement en suivant tous les ordres des États-Unis, mais aussi en essayant, comme on dit, d'être "en avance", de prendre une place à l'avant-garde du chœur anti-russe. Les relations russo-japonaises, qui avaient été consolidées par Abe et ses prédécesseurs, Kishida a pu littéralement les réduire à néant en quelques semaines. La rhétorique de Kishida parle d'elle-même, appelant, par exemple, à "aider le monde à réaliser la dé-russification énergétique".

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/06/08/d...

maxrejennrsdefault.jpg

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/CENSURES

Londres reconnaît avoir espionné l'avocate australienne de Julian
Assange...

Le gouvernement britannique a admis avoir espionné l’avocate
australienne Jennifer Robinson, membre de l’équipe juridique du
fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, et partagé l’information avec
les États-Unis, a révélé jeudi l'avocate. Jennifer Robinson a déclaré jeudi
qu’elle était parvenue à un accord à l’amiable avec les autorités du
Royaume-Uni après que celles-ci aient reconnu devant la Cour
européenne des droits de l’Homme qu’elle avait été surveillée pendant
qu’Assange était hébergé à l’ambassade d’Équateur à Londres. « Le
gouvernement britannique a maintenant admis qu’il a violé mes droits en
me surveillant et en partageant des informations avec les États-Unis, et
cela inclut la protection du matériel journalistique confidentiel
» a déclaré
l’avocate, qui a porté plainte devant le tribunal européen en 2016, ainsi
que deux autres plaignants. Jennifer Robinson a ajouté que son cas
faisait partie d’un exemple d’espionnage illégal sur le fondateur de
WikiLeaks et son équipe juridique, ce qui a également été révélé lors du
procès d’extradition du journaliste australien aux États-Unis. L’agence de
sécurité espagnole engagée par l’ambassade d’Équateur à Londres
aurait régulièrement espionné Assange pendant les sept années qu’il a
passées à l’ambassade d’Équateur, et a partagé l’information avec les
services de renseignement américains. (Radio Havane Cuba, le 10-06-2022)

Cf2r.org

https://cf2r.org/wp-content/uploads/2022/06/Renseignor123...

« Expérimentation sauvage » contre la tuberculose : fin de partie pour Mediapart et les détracteurs du Pr Raoult

Le 22 octobre 2021, le journal Mediapart portait des accusations graves à l’encontre du Pr Didier Raoult et de l’Institut hospitalo-universitaire de Marseille qui auraient mené « une expérimentation sauvage contre la tuberculose ». Des allégations qui seraient infondées selon Didier Raoult qui rapporte dans un communiqué les conclusions de l’ANSM après son inspection : « Il n’y a jamais eu le moindre essai thérapeutique sur la tuberculose au sein de l'IHU ».

Francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-france/raoult-essai-t...

Législatives 2022 : une union de la gauche très populaire auprès des médias de grand chemin

Jean-Luc Mélenchon a réussi un coup de maître en affichant sa volonté de se voir nommé premier ministre à l’issue des élections législatives, s’il obtient un nombre de députés suffisants. Il s’est ainsi placé en premier opposant à Emmanuel Macron, bien qu’il n’ait pas été qualifié au second tour de l’élection présidentielle. Mais un autre facteur, bien plus déterminant, lui donne un atout majeur : la surreprésentation du temps de parole des candidats de l’union de la gauche (la « NUPES ») dans de nombreux médias de grand chemin.

ojim.fr

https://www.ojim.fr/legislatives-2022-nupes-temps-de-paro...

Revue de presse RT du 5 au 11 juin

L’actualité vu de « l’autre côté ». Au sommaire : L’histoire des HIMARS (missiles américains longue distance) ou comment lancer l’escalade du conflit sans en avoir l’air ; L’Europe s’enfonce dans un sombre système de « police politique » ; L’OTAN continue à provoquer la Russie ; Et l’Europe continue d’en payer les conséquences ; Les méthodes fascistes ukrainiennes continuent ; Les occidentaux n’arrivent pas à perdre leur prétention à décider de tout, tous seuls ; Le seul effet des sanctions est l’effet boomerang, C’est avec de telles nouvelles que l’on voit qui est le vrai boss en Europe, parallèlement, la pression sur la Chine s’accentue.

Lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-du-5-au-...

image-fv.jpg

ÉCONOMIE

Un capitalisme de l'urgence dans un monde en désintégration

"L'accélération du paradigme de l'urgence à partir de 2020 a un but simple mais largement contesté : dissimuler l'effondrement socio-économique", affirme Fabio Vighi (photo), professeur à l'université de Cardiff, en exposant sa thèse sur la façon dont diverses crises bio- et géopolitiques sont utilisées pour ralentir l'effondrement du système capitaliste.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/06/11/u...

Le fiasco de la guerre économique de l’Occident contre la Russie

Dans un mélange d’irréalisme géopolitique, de diplomatie spectacle et d’atlantisme aveugle, l’Union européenne a dégainé l’arme économique pour contrer l’invasion russe en Ukraine. Ces sanctions se sont révélées dommageables pour les Européens.

Maliweb.net

https://www.maliweb.net/international/le-fiasco-de-la-gue...

ÉNERGIES

Allemagne et Qatar : géopolitique du gaz, hydrogène et… football

L’Allemagne espère acheter du gaz au Qatar afin de pallier la fin du gaz russe. Un chemin pas si simple à obtenir compte tenu des contraintes mondiales. Et pendant ce temps, le Qatar et les compagnies pétrolières gèrent la géopolitique de l’énergie…

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/06/13/432668-allemagne-...

india-gas-banner.jpg

L’Inde commence à remplacer l’UE comme principal marché énergétique de la Russie

Malgré les demandes occidentales de cesser ses achats de pétrole russe, une agence de recherche basée à Helsinki a constaté que l’Inde a acheté 18% de tout le brut exporté par la Russie en mai, contre 1% avant le début de l’opération militaire en Ukraine. Les rabais ont permis à New Delhi de ne pas suivre la voie des sanctions, d’autant que les raffineurs indiens sont extrêmement satisfaits.

breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2022/06/16/188216/linde-comme...

Les guerres énergétique et alimentaire se retournent l'une contre l'autre et mettent Biden au pied du mur

La Russie gagne la "guerre économique" (https://bit.ly/3xohBsg) que lui imposent les États-Unis et l'OTAN - qui contrôlent une Union européenne (UE) méconnaissable - alors que les prix du pétrole et du gaz ont grimpé en flèche jusqu'en des hauteurs stratosphériques, tandis que le rouble, désormais la monnaie la plus puissante du monde, s'échange à moins de 61 pour un dollar. Le Wall Street Journal fait une excellente remarque : "Ne riez pas (sic) : La Maison Blanche veut fabriquer des panneaux solaires et des bombes thermiques pour arrêter Vladimir Poutine" (https://on.wsj.com/3GTQxo5).

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/06/13/l...

ÉTATS-UNIS

Une histoire des bourdes de la CIA

La CIA fait rêver et fantasmer. On lui prête beaucoup : des coups d’Etat, des renversements de dirigeants, des assassinats. Pourtant, son histoire est surtout celle de ses bourdes et de ses échecs. Mais avoir fait croire qu’elle était redoutable et efficace contribue à sa puissance et est probablement son plus grand succès. Toutefois, en dépit de son titre, il ne s’agit pas d’une histoire de la CIA mais d’un récit des errements successifs de l’Agence à partir de quelques-unes de ses figures. L’ouvrage est plus un travail militant qu’un travail d’historien.

Revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/une-histoire-des-bourdes-de...

Ukraine : les États-Unis responsables du conflit, un article du NYT

Le New York Times est le représentant attitré de l’« establishment » de la côte est et du versant woke de la côte ouest américaine. Mais il publie parfois des tribunes libres qui marquent un ton très différent, comme celle de Christopher Caldwell le 31 mai 2022, qui indique clairement un partage des responsabilités de la guerre Russie/Ukraine. Une analyse assez éloignée de ce que l’on peut lire habituellement dans les médias de grand chemin. Les intertitres sont de notre rédaction.

ojim.fr

https://www.ojim.fr/ukraine-les-etats-unis-responsables-d...

FMjBjL_XMAoWpU9.jpg large.jpg

Les États-Unis reconnaissent avoir financé des laboratoires biologiques en Ukraine

Dans une fiche d’information rédigée au mois de mars, cependant mise en ligne le 9 juin, le Pentagone a admis avoir versé depuis 2005 « environ 200 millions de dollars en Ukraine » dans l’objectif de participer au développement de « 46 laboratoires, établissements de santé et sites de diagnostic » en lien avec la recherche sur les agents pathogènes et la surveillance biologique. Le département de Défense précise qu’il s’agit de laboratoires « pacifiques ».

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-monde/les-etats-unis-...

Le Washington Post compare le rôle des États-Unis au Yémen à la guerre de la Russie en Ukraine

« Alors que les bombardements russes d’une maternité et d’autres cibles civiles en Ukraine ont suscité l’indignation générale en tant que crimes de guerre, des milliers de frappes similaires ont eu lieu contre des civils yéménites », écrivait le Washington Post le 4 juin.

ojim.fr

https://www.ojim.fr/le-washington-post-compare-le-role-de...

08-espace-productif-agricole-en-france.jpg

FRANCE

Le secteur agricole français : un outil de puissance mal exploité

Forte de sa géographie et de son histoire agricole, la France a su adapter, moderniser et améliorer son agriculture jusqu’à atteindre la première place parmi les producteurs européens. Ces éléments demeurent, pour l’Hexagone, une source de puissance non-négligeable. Cette dernière s’incarnant au travers de 3 aspects : l’offensif, le défensif et le soutien. Malheureusement, ces capacités sont exploitées inégalement, et rarement à leur pleine capacité.

Ege.fr

https://www.ege.fr/infoguerre/le-secteur-agricole-francai...

Une polarisation qui dégénère

Le premier tour des législatives montre de façon claire qu’une majorité du peuple a bien compris qu’il était le dindon d’une farce tragique.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/06/15/432874-une-polari...

Futurs députés, abolissez toutes les mesures d’urgence !

Dans l’immédiat, demandons dès maintenant à nos futurs députés de voter la levée de toutes les mesures d’urgence sanitaire qui défigurent la France sans raison depuis trop longtemps.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/06/18/433095-futurs-dep...

GAFAM

Collusions avec des vendeurs de dispositifs de chiffrement, cartes mères vérolées : Comment les Five Eyes vous ont espionné pendant des décennies Et continuent à travailler pour étendre leur emprise

Des pays à travers le monde entretiennent des alliances pour espionner leurs citoyens. Collusions avec des vendeurs de dispositifs de chiffrement, cartes mères vérolées, etc. Voici comment l’alliance Five Eyes (qui est la plus ancienne de toutes) et ses descendantes vous ont espionné pendant des décennies et continuent à travailler pour étendre leur emprise.

Securite.developpez.com

https://securite.developpez.com/actu/334292/Collusions-av...

De la "webocratie"

Au milieu des difficultés, des embarras et des hypocrisies d'une classe politique culturellement désarmée, coupable d'avoir sous-estimé de manière flagrante la relation entre la démocratie et la diffusion du savoir, incapable de réguler les géants du numérique, nous nous retrouvons dans la fâcheuse situation de la fameuse grenouille bouillie à petits feux doux.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/06/13/d...

GÉOPOLITIQUE

Le sommet de l'OEA ou quand l'hégémonisme échoue

Du 6 au 10 juin, le sommet de l'OEA a eu lieu aux États-Unis. L'objectif initial du sommet était de restaurer l'image des États-Unis en Amérique latine et de tenter de consolider l'hémisphère occidental contre la Russie et la Chine. Mais tout ne s'est pas déroulé comme prévu

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/06/15/l...

IMMIGRATION

Le pacte européen sur les migrations et l’asile progresse: ce sera toujours plus d’immigration et moins de contrôles !

Vendredi 10 juin, les 27 ministres de l’intérieur des pays composant l’Union européenne sont parvenus à un accord sur un mécanisme pérenne de répartition et de relocalisation de migrants présents dans le sud de l’Europe. 10 000 demandeurs d’asile vont être concernés la première année. Le conseil de l’Union européenne a également adopté une résolution visant à restreindre le rétablissement des contrôles aux frontières intérieures de l’espace Schengen.

Breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2022/06/14/188065/le-pacte-eu...  

150907-migrants-germany-jpo-703a.jpg

Sur le 1,5 million de migrants arrivés en Allemagne en 2015, près de 900.000 vivent encore de prestations sociales

Des données publiques officielles ont révélé que près de 900 000 migrants, soit environ la moitié de ceux qui sont arrivés en Allemagne pendant la crise des migrants de 2015-2016, vivent toujours de prestations sociales.

lalettrepatriote.com

https://lalettrepatriote.com/sur-le-15-million-de-migrant...

LECTURE

Titre :

Poutine maître du jeu ?, de Jacques Baud. Max Milo, 298 pages, 2022.

Auteur ;

Jacques Baud a été membre du renseignement stratégique suisse, spécialiste des pays de l’Est et chef de la doctrine des opérations de la paix des Nations Unies. Au sein de l’OTAN, il a suivi la crise ukrainienne de 2014, puis a participé à des programmes d’assistance à l’Ukraine.

9782315010264_w300.jpg

Présentation :

Une remarquable synthèse sur la guerre qui se déroule en Ukraine, le rôle de l’OTAN, la politique des États-Unis et la vassalisation des gouvernements européens, sans oublier l’emprise à sens unique des médias occidentaux. Dommage qu’une fois de plus les éditions Max Milo ne fassent pas leur travail de corrections et de relecture car les coquilles abondent, travail loin d’être à la hauteur du manuscrit !

Extraits :

« Comme le dit Richard Sakwa, professeur de politique russe et européenne à l’Université du Kent : ‘’Un vrai paradoxe géopolitique est que l’OTAN existe pour gérer les risques créés par sa propre existence.’’ »

« Ce que les Américains et les Français appellent pudiquement ‘’contractants’’ en Afghanistan et en Irak deviennent des ‘’mercenaires’’ en Centrafrique. »

« Après la crise ukrainienne de 2014, les Occidentaux tentent de mettre en cohérence une ‘’invasion russe’’ sans troupes russes, une révolution démocratique par des militants d’extrême-droite nationalistes, la légitimité d’un gouvernement qui gouverne sans avoir été élu, etc. »

« Les États-Unis sont le pays qui a le plus de pannes des réseaux électriques de tous les pays occidentaux du fait de réseaux privatisés et vétustes que les exploitants ne mettent que rarement à niveau pour baisser les coûts et qui résistent mal aux surcharges. Les soi-disant cyber-attaques russes permettent ainsi aux compagnies de dégager leur responsabilité. »

« Comme le disait en 2014 le nouveau président Porochenko, mis en place par les Occidentaux en parlant de ses citoyens russophones : ‘’Nous aurons du travail, eux non ! Nous aurons des retraites, eux non ! Nous aurons des rentes pour les retraités et les enfants, eux non ! Nos enfants iront à l’école et à la garderie, les leurs resteront dans les caves des sous-sols ! Parce qu’ils ne savent rien faire ! Et c’est comme ça, précisément comme ça, que nous gagnerons cette guerre !’’ »

Au sujet des Accords de Minsk : « On avait d’un côté la France et l’Allemagne qui étaient les garants de l’accord du côté ukrainien tandis que la Russie était celui des autonomistes russophones. Le problème est que les accords prévoient que leur mise en œuvre est l’affaire de Kiev – ce qui est logique puisqu’il s’agit d’une affaire liée à sa souveraineté – mais que les deux garants occidentaux n’ont pas respecté leurs obligations. »

MONDIALISME/BIOTERRORISME/DICTATURE

Les 10 choses les plus inquiétantes et dystopiques proposées par le Forum économique mondial

Lorsque nous parlons d'élites mondiales, nous entendons ce cercle de pouvoir capable d'assumer une quantité et une qualité de pouvoir telles qu'elles peuvent affecter l'évolution historique au moins du présent. À première vue, cela peut sembler excessif, mais la concentration économique-financière, culturelle-idéologique et politique résumée dans ces personnalités et leurs entreprises et associations, peut facilement résumer une "puissance de feu" définissable comme étant "de quantification complexe" mais selon toute vraisemblance supérieure, en termes de résultats pratiques, même au travail potentiel de certaines nations individuelles. Si l'on ajoute à cela le besoin, non seulement de contrôle (voir le système de crédit social) et de supervision, mais aussi de prévision du comportement des individus, il est bien évident que le monde de demain est déjà parmi nous.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/06/11/l...

OTAN

Les États-Unis mènent en Ukraine une guerre aux frais de l'Union européenne contre... l'Union européenne

À première vue, la situation donne l'impression que la guerre est menée contre la Russie par l'entremise de l'Ukraine sur le territoire de celle-ci et à ses dépens. Mais la définition même d'une guerre par procuration, que nous avons prise comme point de départ, nie le rôle de l'Ukraine en tant que véritable partie dans le conflit. Et une étude plus approfondie de la question confirme cette conclusion.

euro-synergies.hautetfort.com/

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/06/08/l...

25299.jpeg

RÉFLEXIONS

Les révolutions démographiques et politiques vont de pair

Il y a près de 250 ans, deux régions du monde ont connu une dépression démographique majeure : la Nouvelle Angleterre (région américaine alors colonie de la couronne britannique) et la France (alors première puissance européenne). S’ensuivront deux révolutions qui changeront la face du monde. Or, aujourd’hui, les prémices d’une crise démographique globale sont visibles : les projections de l’ONU montrent que la population mondiale devrait atteindre son pic vers 2100 pour connaitre ensuite une chute. Certains s’en félicitent, d’autres s’en inquiètent. Tomas Pueyo, franco-espagnol, diplômé de Centrale et de Stanford (USA), considère que cette dépression démographique serait une catastrophe évitable (voir son essai en lien). Ayant étudié en profondeur les précédents du 18ème siècle, il expose les raisons d’un tel bouleversement et en tire les conséquences pour notre monde d’aujourd’hui.

Laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/les-revolutions-demogra...

Le rejet du processus de Bologne et les convulsions idéologiques de l'élite, par Alexandre Douguine

Parlons du rejet du processus de Bologne [NDLR : Il s'agit du processus de réforme du système d'enseignement supérieur au niveau international, qui a débuté en 1999 à l'Université de Bologne, dont il tire son nom. Cet accord a permis la mise en place d'un système presque unifié de reconnaissance et d'équivalence des qualifications académiques. De nombreux États européens adhèrent au processus, mais depuis trois ans, on assiste à un abandon progressif de la convention]. Le point central est une question de principe. L'introduction du système de Bologne faisait partie d'un projet global : la pleine intégration de la Russie dans le monde global, ce qui signifie l'adoption sans restrictions de toutes les normes et règles de l'Occident. Il ne s'agissait pas seulement d'éducation, mais de la principale stratégie du gouvernement russe depuis 1991.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/06/09/l...

SANTÉ/INTERDICTIONS/LIBERTÉS

La vraisemblable évasion du Covid-19 d’un labo de Wuhan

La piste d’une évasion accidentelle du SARS Cov2 du laboratoire de Wuhan bénéficie d’un solide faisceau d’indices convergents. Tiens, ce n’est plus du « complotisme » !

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/06/13/395898-la-vraisem...

Confinement : une étude rapporte plus de 170.000 morts excédentaires aux Etats-Unis

Cette étude, menée par l’institut de recherche National Bureau of Economic Research (NBER), considéré comme le plus important organisme de recherche économique des États-Unis, constate une mortalité excédentaire de plus de 170 000 décès non liés au Covid, aux États-Unis, en 2020 et 2021. Un chiffre qui, selon les chercheurs, serait en vérité plus proche des 200 000 morts, puisque 70 000 personnes décédées potentiellement avec le virus, et non à cause de celui-ci, n’ont pas été prises en compte dans les calculs.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/societe-sante/confinement-etude...

Ivermectine et Together : vers un nouveau LancetGate ?

Décidément l’ivermectine fait peur, tout est bon pour éviter de la prescrire, pour éviter les études pouvant démontrer une potentielle efficacité. S’il y a 84 études sur le sujet, celles qui tentent de démontrer que cela ne fait rien sont pour le moins surprenantes, parfois douteuses. Le dernier grand essai, Together, semble bien avoir été conduit pour donner ce résultat, en espérant une suite, comme celle du LancetGate avec Surgisphère qui a fermé la porte à l’hydroxychloroquine, sans que ceux qui ont fermé cette porte en raison de l’étude, ne l’aient rouverte une fois la vaste farce découverte. Le scénario vient de se reproduire en Afrique du Sud, qui vient de retirer l’ivermectine.

covid-factuel.fr

https://www.covid-factuel.fr/2022/06/14/ivermectine-et-to...

maxresjavukrdefault.jpg

UKRAINE

Dark Web : l’Ukraine revend les armes fournies par l’UE

Sur les marchés du Dark Web, plusieurs vendeurs proposent des armes lourdes fournies à l’Ukraine par les pays occidentaux. Les lance-roquettes et autres drones kamikazes pourraient tomber entre les mains des terroristes et autres criminels…

Lebigdata.fr

https://www.lebigdata.fr/dark-web-armes-ukraine

Les insupportables réactions de Zelensky

Billet d’humeur rédigé par Eric Denécé, Directeur et Fondateur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement. Parallèlement à la poursuite du conflit militaire dans l’est de l’Ukraine, la guerre médiatique continue de battre son plein et ceux qui en sont à l’origine – ainsi que leurs relais, conscients ou inconscients – donnent de plus en plus dans la démesure, comme l’illustre la réaction mensongère et scandaleuse de représentants des forces pro-russes à la suite de la mort de Frédéric Leclerc-Imhoff, journaliste de BFM TV. Mais ce camp n’est pas le seul à être dans l’outrance en matière de communication, Zelensky et son entourage excellent particulièrement en la matière.

Geopragma.fr

https://geopragma.fr/les-insupportables-reactions-de-zele...

UNION EUROPÉENNE

Plus l’abstention croît, plus la technocratie (« française » ou bruxelloise) renforce son influence

Cette abstention a également un autre effet pervers surprenant : alors que la droite est quasiment absente du débat, il est facile de constater que la gauche ne réunit pas beaucoup plus de voix qu’en 2017. Le bloc socialo-écolo-communiste réunissait 6,9 millions d’électeurs au premier tour des législatives de 2017 (contre 7,7 millions cette année). Tandis que les macronistes réunissaient 7,3 millions d’électeurs (contre 6,1 millions cette année). Les deux phénomènes importants de ce premier tour de 2022, loin de manifester un enthousiasme pour l’extrême gauche, sont donc d’une part la plus grande abstention relative des électeurs de droite et d’autre part le transfert, au sein du bloc de gauche, de la social-démocratie vers l’extrême-gauche. L’évolution du PS est symptomatique de ce dernier point : alors que la plupart des électeurs socialistes avaient voté LREM en 2017, le PS vient de faire allégeance à Mélenchon.

Lesalonbeige.fr

https://www.lesalonbeige.fr/plus-labstention-croit-plus-l...

 

samedi, 18 juin 2022

La santé émotionnelle des générations futures a-t-elle été sacrifiée su l'autel de la pandémie?

1_GettyImages-1281624839.jpg

La santé émotionnelle des générations futures a-t-elle été sacrifiée su l'autel de la pandémie?

SOURCE : https://www.theunconditionalblog.com/la-salute-emotiva-delle-generazioni-future-e-stata-sacrificata-sullaltare-del-covid/

Je n'apporte rien de nouveau en publiant la traduction de cet article paru hier sur HART, mais je le fais parce que je crois qu'il est important de maintenir l'attention sur les très graves dommages subis par nos enfants au cours de cette pandémie et avec l'espoir, je ne sais pas si un tel espoir est bien de mise vu les décideurs actuels, qu'il y ait un changement de stratégie. Je tiens également à souligner que les mesures prises en Grande-Bretagne (dont traite l'article) étaient très différentes et beaucoup plus légères que celles prises en Italie.

(Prof. Maurizio Matteoli)

Le 4 avril 2022, l'Ofsted (Office for Standards in Education, Children's Services and Skills) a publié son dernier rapport sur les implications de la pandémie sur les enfants, en se concentrant sur les praticiens de la petite enfance. Cela donne une lecture intimidante.

La santé physique des enfants a été la moins affectée par le Covid, mais ce qui les a le plus blessés, c'est la réaction des travailleurs actifs dans le domaine de la petite enfance. Des politiques gouvernementales très discutables, mises en œuvre en théorie pour "arrêter la propagation", ont porté préjudice aux êtres les plus vulnérables de notre société. La plupart des gens étaient tellement terrifiés qu'ils ont adopté ces procédures sans réfléchir et ont transféré leurs angoisses sur les jeunes enfants. Au cours de la période de panique, les risques pour la santé émotionnelle ont été remplacés par les risques pour la santé physique dans l'esprit de beaucoup ; cela reflétait l'attention exclusive du gouvernement, des services de santé et des médias sur les taux de mortalité. Les enfants ont un taux de survie de 99,995 %, mais leur développement personnel, social et émotionnel a été considérablement compromis par ceux qui étaient censés les protéger. Ils ont suivi des directives fondées sur une science douteuse, fomentées par la peur et sans esprit critique apparent.

Ofsted Banner 1.jpg

Le rapport de l'Ofsted est une lecture intimidante. Les personnes travaillant dans le domaine de la santé, des soins aux enfants, de l'éducation, du développement de l'enfant et de la traumatologie devraient savoir, de par leur formation, à quel point les premières années de la vie sont cruciales pour le développement du cerveau. Pourtant, des pratiques profondément néfastes continuent d'être adoptées pour les jeunes enfants. Masques faciaux, confinements et barrages de toutes sortes, éloignement et isolement social, messages de peur constants, services de garde d'enfants incohérents et irréguliers, interdiction aux parents d'entrer dans les locaux pour déposer et récupérer leurs enfants. Cette liste est l'antithèse de ce dont les enfants ont besoin pour se développer en tant que membres sains, heureux et sûrs de la société.

22315583_web1_schoolseason-jsj-200722_1.jpg

Il est extrêmement décourageant de voir des masques faciaux portés autour des nourrissons et des jeunes enfants. Le préjudice résultant pour nos enfants, tel que décrit dans le rapport de l'Ofsted, était prévisible :

"Les enfants ont une confiance limitée ou nulle en leur vocabulaire. En outre, certains enfants avaient du mal à répondre aux expressions faciales de base. Les praticiens ont signalé que les enfants étaient particulièrement anxieux et peu habitués à voir des visages différents et beaucoup ont noté des retards dans les processus de parole et de langage des enfants."

La capacité de voir des visages entiers est cruciale pour le bon développement du cerveau des enfants. Les expressions invisibles sont très désorientantes et déroutantes. Indubitablement, cela aura souvent porté atteinte de manière significative au processus de création de liens et d'attachement entre les parents et leurs enfants, entraînant potentiellement de graves effets négatifs sur la santé mentale de ces derniers, voire des deux.

"Certains praticiens continuent de constater des retards dans le développement physique des enfants, avec des retards dans l'apprentissage du ramper et de la marche. Certains ont rapporté que les enfants avaient régressé dans leur autonomie et leur capacité à prendre soin d'eux-mêmes. En outre, un opérateur a fait remarquer que les enfants semblaient avoir passé plus de temps sur les écrans et avaient commencé à parler avec des accents et des voix qui ressemblaient au matériel qu'ils regardaient."

deJqREuikPutPfefhllE.jpg

Presque quotidiennement, de nouveaux rapports et des données choquantes sont publiés, soulignant les dommages supplémentaires causés à la prochaine génération par la pandémie de peur qui dure depuis deux ans. Il s'agit notamment de :

    - Les taux d'augmentation de l'IMC (indice de masse corporelle) ont presque doublé, avec un taux d'évolution 2,5 fois plus élevé qu'avant la pandémie pour les enfants âgés de 6 à 11 ans.

    - Une baisse de près de 20 points de ce qui devrait être plus ou moins équivalent au QI, réalisée en seulement 2 ans, pour des enfants âgés de 3 mois à 3 ans. Les enfants de cet âge apprennent des choses qu'ils ne pourront pas apprendre plus tard, comme la reconnaissance précoce du langage, aidée par l'observation et l'interaction avec des personnes qui montrent leur visage complet (non caché derrière un masque).

    - Les enfants nés pendant la pandémie ont souffert de retards de développement et peuvent être retardés par le niveau de stress de leur mère. Des chercheurs de l'Université de Columbia aux États-Unis affirment que les confinements, le travail et les problèmes de santé peuvent affecter le développement des nourrissons.

    - Selon une étude de l'UCL, 60.000 élèves du secondaire de plus en Angleterre ont sombré dans la dépression clinique.

    - Les enfants confinés sont incapables de parler ou de jouer correctement, selon les données du Royal College of Speech and Language Therapists. Les évaluations montrent qu'un enfant sur cinq ne répond pas aux normes à l'âge de 2 ans et demi. Ces pourcentages interviennent alors que l'on prévient que les diagnostics ont doublé depuis la pandémie et que les thérapeutes sont incapables de suivre le rythme.

    - Les dentistes ont prévenu que 20.000 enfants ayant des dents cariées ont perdu la possibilité de subir des opérations pour améliorer leur santé, le nombre d'extractions ayant diminué de moitié au cours de la première année de la pandémie.

    - Les services de santé mentale pour enfants en Angleterre sont surchargés au point que les jeunes attendent jusqu'à deux ans pour être traités. Et ce, après une décennie au cours de laquelle le gouvernement a promis que les maladies mentales bénéficieraient d'un "traitement égal" à celui des maladies physiques.

Il est honteux que les thérapeutes tenant compte des traumatismes ne se soient pas exprimés - si tant est qu'ils le fassent - pour protéger la précieuse vie émotionnelle et le développement délicat du cerveau des enfants. De même, il est remarquable que les adultes chargés de les soigner et de les protéger aient permis que les enfants soient traités de la sorte. Le fait que les parents aient généralement consenti est un témoignage supplémentaire du pouvoir de la peur pour influencer le comportement.

Dans un article que j'ai écrit pour HART en octobre 2021, intitulé "Can a trauma-informed approach and adherence to Covid-19 guidelines ethically co-exist ?", j'ai longuement documenté comment la réponse à la pandémie entravera profondément le développement émotionnel des enfants et que les professionnels et les soignants qui sont "trauma-informed" devaient reconnaître cela et remettre en question les politiques aberrantes. Malheureusement, cette prophétie d'un préjudice généralisé pour nos enfants était exacte. S'il est peut-être trop tard pour les personnes déjà touchées, il n'est pas trop tard pour veiller à ce que ces politiques ne soient plus jamais infligées à nos enfants. Utiliser les jeunes comme boucliers humains pour protéger les adultes de cette manière est antisocial, abusif et non scientifique ; cela ne doit plus jamais se reproduire.

Article original sur HART - Traduction par le Dr Maurizio Matteoli

Pour mieux comprendre les institutions iraniennes

1489365-l-iran-un-pays-conservateur-illustration.jpg

Pour mieux comprendre les institutions iraniennes

par Georges FELTIN-TRACOL

La tradition offre aux peuples un avenir viable. Tournons-nous aujourd’hui vers l’Iran. En 1979, les Iraniens renversent le Shah avec l’appui d’une faction de l’« État profond » yankee. La monarchie valorisait l’antique Perse et se heurtait au clergé chiite. Sa chute permet l’établissement d’une république islamique inédite. Les constitutionnalistes occidentaux expriment depuis lors leur perplexité devant des institutions qui dérogent aux classifications habituelles du droit constitutionnel occidental. Spécialiste de l’Iran, Morgan Lotz présente et commente La constitution de la République islamique d’Iran (Éditions Perspectives libres, 2021, 178 p., 23 €). Avant d’examiner plus en détail ce sujet, on ne peut que regretter que la première partie de ce livre préfacé par Arnaud Christen, c’est-à-dire l’étude historique et institutionnelle, soit parsemée de coquilles rendant la lecture difficile.

Lotz.png

La Constitution de 1979 fait de l’Iran « un régime curieux et intrigant ». En effet, à côté du Vatican et de la république monastique autonome du Mont-Athos, l’Iran est une théocratie constitutionnelle assise sur une incontestable légitimité populaire. Révisée en 1989, la loi fondamentale comprend un long préambule historico-politique, quatorze chapitres et cent soixante-dix-sept articles. Sa disposition interne diffère totalement des rédactions constitutionnelles occidentales. Toutefois, de nombreux articles confirment l’orientation sociale de la République islamique. Ainsi l’article 29 proclame-t-il que « la jouissance de la sécurité sociale en matière de retraite, de chômage, de vieillesse, d’incapacité de travail, d’absence de tuteur, d’indigence, d’accidents et de catastrophes, de besoins en soins sanitaires et médicaux et en surveillances médicales sous forme d’assurance ou autrement, est un droit pour tous ». L’article 30 précise que « l’État a le devoir de fournir les moyens d’éducation gratuits pour toute la nation jusqu’à la fin du cycle secondaire, et de développer les moyens pour l’enseignement supérieur à titre gratuit, afin de permettre l’autosuffisance du pays ». Quant à l’article 44, il explique que « le système économique de la République islamique d’Iran est fondé sur la base de trois secteurs : étatique, coopératif et privé, avec une programmation ordonnée et correcte ».

ahf.jpg

Morgan Lotz rappelle bien trop brièvement le rôle de deux intellectuels dans le déclenchement de la révolution de 1979. Bien qu’assassiné en 1977, Ali Shariati mêla dans ses écrits le gauchisme occidental représenté par le Che Guevara, Jean-Paul Sartre, Frantz Fanon et Simone de Beauvoir, et l’enseignement spirituel du chiisme. Le second étudia la philosophie à la Sorbonne et à Heidelberg. Ahmad Fardid (1910 – 1994) fut un disciple de Martin Heidegger. Hostile au « Dispositif » occidental d’aliénation, cet heideggérien invente vers l’âge de trente ans le concept traduit en anglais de « Westoxication », jeu de mot entre « Occident » et « intoxication ». La révolution iranienne a ainsi des sources idéologiques fort guère politiquement correctes.

010141014.jpg

Homme de foi et érudit reconnu, Rouhollâh Khomeyni a travaillé sur les penseurs grecs de l’Antiquité, en particulier Platon. Sa République influence l’agencement constitutionnel de l’Iran révolutionnaire. « La République islamique d’Iran, écrit l’auteur, est un système politique de type républicain mêlant les principes islamiques avec une direction présidentielle unitaire, de manière théocratique et constitutionnelle. » Morgan Lotz déplore la légèreté des commentateurs hostiles qui oublient que « la république est un système d’organisation politique dans lequel le pouvoir est exercé par des personnes nommées ou élues selon le mode de scrutin instauré. République ne signifie donc pas forcément démocratie et suffrage universel ». On est très loin de la République française hypostasiée par la clique politico-médiatique hexagonale.

Le chef de l’État iranien, par ailleurs chef des armées et, l’Iran atteignant le seuil nucléaire, pourra employer la bombe atomique, est le Guide de la Révolution islamique dont le mandat est d’une durée indéterminée. Ce religieux chiite est élu par l’Assemblée des Experts, une instance de 86 membres élus au suffrage universel direct pour huit ans. Elle surveille les actes du Guide et peut le révoquer. Pour sa part, le Guide supervise quatre pouvoirs strictement indépendants les uns des autres.

La révision de 1989 abolit la fonction de premier ministre. Ses attributions reviennent au président de la République, élu pour 4 ans renouvelable une fois. Chef du gouvernement (il préside le conseil des ministres) et de l’administration, il nomme ses vice-présidents et ses ministres qui sont tous approuvés par l’Assemblée consultative islamique. Celle-ci peut aussi voter la défiance, individuelle ou collective. L’Assemblée consultative islamique compte 270 élus pour 4 ans. Les juifs, les zoroastriens et les minorités chrétiennes assyriennes, chaldéennes et arméniennes y disposent de représentants. Cette assemblée vote les lois et le budget et peut destituer le président de la République en accord avec le Guide.

Raisi_in_2021_election_26.jpg

Le président de la République islamique doit composer avec le Guide quand il pourvoit aux ministères stratégiques de la Défense et du Renseignement. Le président iranien sollicite l’avis du Chef du pouvoir judiciaire avant de désigner le ministre de la Justice. Le Chef du pouvoir judiciaire est nommé pour cinq ans par le Guide. Cette « plus haute autorité du pouvoir judiciaire (article 157) » a sous sa tutelle la Cour suprême dont il nomme le président et le procureur général. Il soumet en outre à l’Assemblée consultative islamique qui les élit six candidats pour six ans au Conseil des Gardiens de la Constitution. Les six autres membres sont six jurisconsultes religieux nommés par le Guide. Ce conseil constitutionnel interprète la constitution, approuve toutes les candidatures aux élections et participe aux séances de l’Assemblée.

Il résulte de cette répartition de la puissance publique en quatre pôles de nombreux contentieux politico-juridiques et, parfois, des blocages. Afin que le Guide ne perde pas son autorité et son prestige dans des conflits subalternes, la révision de 1989 crée le Conseil de discernement de l’Intérêt supérieur du régime. Cette institution d’une quarantaine de membres (président de la République, président de l’Assemblée, Chef du pouvoir judiciaire, Conseil des Gardiens de la Constitution, etc.) tranche les désaccords. Elle préserve de cette façon le Guide qui se consacre à l’essentiel.

On comprend mieux pourquoi l’Occident moderne déteste la République islamique d’Iran. Malgré l’embargo et les sanctions économiques, elle demeure pourtant un État souverain. Nonobstant son caractère musulman, l’exemple iranien n’inspirerait-il pas des modèles européens à venir qui dépasseront enfin la philosophie délétère des sordides « Lumières » ?    

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 37, mise en ligne le 14 juin 2022 sur Radio Méridien Zéro.

Alexandre Douguine: Code russe

RUS_Etn.jpg

Code russe

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/russian-code?fbclid=IwAR2uPl4o1gfXQnq1TqdaoQhFFdatd7Y-Okskc_f3JiHlnRhkrgpjVAC5P48

En s'engageant dans une confrontation directe avec l'Occident pendant l'Opération militaire spéciale, même si l'Occident lui-même n'y participe que par le biais de sa structure ukrainienne donc par procuration, structure qui ne peut pas être appelée un "pays", la Russie est, par voie de conséquence, obligée de défendre sa souveraineté à tous les niveaux. En termes de politique militaire, économique et formelle, c'est assez évident, mais l'Occident est bien plus qu'une structure politico-militaro-économique: c'est une civilisation avec un code de programmation fondamental. Tout le reste découle de ce code: les armes, l'économie, la politique, la culture, l'éducation, la science, les médias, etc. La Russie est maintenant obligée d'affronter l'ensemble du spectre et, en général, le code occidental lui-même.

Les autorités russes ne le comprennent pas encore pleinement et même les plus ardents opposants à l'Occident dominant pensent en termes de confrontation militaro-stratégique, politico-diplomatique et informationnelle, mais le passage à un nouveau niveau de compréhension par les autorités et la société de ce qu'est une civilisation souveraine est inévitable. Il peut être reporté, il ne peut être évité.

Ce qu'est la souveraineté nationale dans le système westphalien des relations internationales et dans la théorie du réalisme des relations internationales est compréhensible : cela signifie qu'un État-nation, reconnu (par lui-même et par d'autres) comme souverain, ne peut par définition avoir aucune autorité qui puisse nécessairement dicter ce que cet État doit ou ne doit pas faire. C'est là que réside la souveraineté: tout État-nation souverain peut faire ce qu'il veut, tant qu'il est capable de le faire - parce que d'autres États-nations peuvent ne pas l'apprécier. Dans les cas critiques extrêmes, la guerre décide de tout. C'est ce que représente la souveraineté nationale dans la théorie réaliste des pays du Moyen-Orient.

Cette théorie est contrée par le libéralisme dans les RI (relations internationales), qui insiste :

    - sur la limitation de la souveraineté,

    - sur sa relativité,

    - sur le transfert progressif du pouvoir des États-nations vers un gouvernement mondial.

Dans cette théorie, la souveraineté n'est pas une valeur, encore moins une valeur suprême. Elle est simplement un état transitoire sur la voie de l'intégration de l'humanité.

Poutine est clairement du côté du réalisme, ce qui nous a finalement conduits à l'Opération militaire spéciale. Il est significatif que le libéralisme continue de dominer au MGIMO. [NdT. : MGIMO est l'Institut d'État des relations internationales de Moscou, Московский государственный институт международных отношений МИД Российской Федерации, МГИМО, translittéré Moskovskij gosudarstvennyj institut meždunarodnych otnošenij MID Rossijskoj Federacii], ainsi que parmi les experts internationaux, contrairement à l'orientation apparente de Poutine. C'est une anomalie absolue, mais c'est le résultat de la pénétration profonde du code occidental dans les fondements mêmes du système éducatif et de l'environnement des experts russes.

ivppmages.jpg

Poutine comprend la souveraineté dans l'esprit du réalisme, avant tout :

    - dans le domaine militaro-stratégique

    - puis politique,

    - enfin, en termes économiques.

La Russie, sous sa direction, réagit donc de manière très aiguë

    - à l'élargissement de l'OTAN

    - aux tentatives d'ingérence étrangère dans la politique intérieure (pouvant aller jusqu'au changement de régime, ce que l'Occident n'hésite pas à faire, soutenant obstinément les oppositions les plus radicales);

    - et, dans une moindre mesure, à la dépendance directe de l'économie russe vis-à-vis des institutions mondiales et des monopoles occidentaux mondiaux.

C'est plus ou moins ainsi que se présente la hiérarchie de la souveraineté et l'école du réalisme dans les RI. Si l'on se limite à cette échelle, les thèmes de la science, de la culture, de la technologie, de l'éducation, des communications de masse, de l'art et, enfin, du comportement quotidien et de la psychologie de la population sont relégués non pas au deuxième, mais au dixième étage. On a l'impression qu'ils n'ont rien à voir avec la souveraineté et, s'ils ont un rapport avec elle, alors c'est un rapport très lointain.

Cela serait vrai si nous acceptions consciemment l'attitude de base selon laquelle nous sommes au sein de la civilisation occidentale moderne, nous partageons ses points de référence et ses valeurs, nous sommes d'accord avec ses règles et ses normes, c'est-à-dire que nous acceptons son code fondamental, son système d'exploitation. Après tout, l'école du réalisme en RI a été créée en Occident et y est restée influente et fait autorité jusqu'à ce jour (malgré la forte montée du libéralisme en RI - surtout au cours des 40 dernières années). En d'autres termes, pour Poutine, la question de la souveraineté russe fait partie d'un paradigme occidental largement accepté. La Russie accepte le code occidental, mais lutte farouchement pour maintenir sa souveraineté au sein de ce paradigme, revendiquant sa place sous le soleil - mais sous un soleil occidental couchant.

C'est là qu'intervient la partie la plus importante. L'Opération militaire spéciale initiée par la Russie est perçu par l'Occident lui-même comme un défi civilisationnel. Francis Fukuyama a écrit un article caractéristique intitulé "La guerre de Poutine contre l'ordre mondial libéral" au tout début de cette opération. Le point important n'est pas seulement le défi lancé au mondialisme et au libéralisme dans les pays européens (qui pourrait également être interprété en termes de réalisme, comme le font par exemple Mearsheimer, Kissinger ou Bannon), mais aussi la remise en question révolutionnaire par la Russie des fondements mêmes de la civilisation occidentale, qui étaient jusqu'à récemment entièrement contrôlés par l'hégémon occidental. C'est pourquoi l'Opération militaire spéciale a soulevé la question de la transition du monde unipolaire au monde multipolaire, qui présentera un ordre mondial absolument différent, dans lequel l'Occident et son code de civilisation ne sont pas quelque chose d'omniprésent et d'universel, mais seulement une partie et quelque chose de localisé, de régional et d'absolument inutile pour tout le reste. Fukuyama a vu dans les actions de Moscou quelque chose de plus grand que Moscou elle-même. C'est le choc des civilisations dont le principal adversaire de Fukuyama, Samuel Huntington, a mis en garde. La Russie est engagée dans un conflit de civilisation, et non un conflit national, avec l'Occident. C'est avec l'Occident en tant que civilisation, en tant que code, et non avec un pays individuel.

mcdonalds.jpg

Cela explique également la réaction de l'Occident :

   -  exclure la Russie de son monde (américano-centré),

    - de la couper des réseaux économiques et technologiques occidentaux,

    - de l'expulser de toutes les structures mondiales contrôlées par l'Occident (et il s'avère que l'Occident les contrôle presque toutes !)

    - de l'isoler de ses partenaires non-occidentaux, en la houspillant à la marge par tous les moyens,

    - de mobiliser tous les réseaux orientés vers l'Occident en Russie même, afin d'arrêter l'Opération militaire spéciale le plus rapidement possible, de ralentir l'offensive russe et, au minimum, de renverser Poutine.

L'Occident veut montrer que sans l'Occident et sans la complicité de la civilisation occidentale - sans le code occidental - la Russie périra et, si elle insiste, l'Occident contribuera activement à cette disparition.

La situation est la suivante : Moscou, en poursuivant l'Opération militaire spéciale, comprend la souveraineté de manière sectorielle, tandis que l'Occident la comprend de manière totale, non seulement au niveau des intérêts nationaux, mais au niveau du code de la civilisation lui-même, dont la Russie est résolument coupée.

Ce manque de compréhension de notre part entraîne un retard dans la formulation d'une idéologie souveraine et le développement d'une stratégie souveraine à part entière dans tous les domaines de la vie.

Nous n'avons pas encore réalisé à quel point l'Opération militaire spéciale est fondamentale du point de vue de la civilisation. Nous avons commencé quelque chose que nous n'avons pas entièrement compris. Et maintenant, nous sommes surpris de voir à quel point le code occidental a pénétré notre société. Il ne s'agit pas seulement d'une boule de neige d'agents étrangers, de transfuges, d'oligarques, de traîtres et de russophobes. Il ne s'agit là que d'un symptôme. L'enjeu réel relève de la nécessité de faire un effort incroyable, national et populaire, pour soutenir la souveraineté civile.  Cela signifie tout d'abord établir - en partie pour se souvenir, en partie pour recréer - notre propre code russe. Cela nécessite des changements radicaux dans des sphères qui ne sont clairement pas une priorité pour le gouvernement: la philosophie, la science, la culture, l'éducation, l'art, la conscience sociale, la psychologie et même la mode et le style. C'est ce qu'on appelle "l'idéologie", sauf qu'aujourd'hui nous ne parlons pas des options idéologiques offertes par l'Occident moderne (libéralisme, socialisme, nationalisme), mais d'une idéologie de civilisation spécifique - l'idéologie civilisationnelle russe - qui va au-delà des clichés occidentaux. Par convention, nous pouvons l'appeler la "quatrième théorie politique", au-delà du libéralisme, du communisme et du fascisme.

Nous entrons inévitablement dans une nouvelle phase de la bataille pour le code russe et, si vous voulez, cette bataille ne dépend pas directement du succès et de la rapidité de l'Opération militaire spéciale. Notre excommunication prononcée par l'Occident a déjà eu lieu. L'Occident a déjà porté un jugement sans appel sur la Russie. Il est impossible de corriger la situation et de tout ramener à ce qu'elle était avant le 24 février 2022. Nous devons accepter pleinement et profondément les conséquences du défi civilisationnel que nous avons nous-mêmes provoqué.

vendredi, 17 juin 2022

De la génération Mitterrand au peuple nouveau de Macron

partie-de-campagne-du-05-02-macron-mitterrand-20170206-0821-96359a-0@1x.jpeg

De la génération Mitterrand au peuple nouveau de Macron

Nicolas Bonnal

Le peuple nouveau n’a pas fini de nous étonner avec son crétinisme électoral : il est de gauche ou d’extrême-gauche bien tempérée, écolo, russophobe, américanisé jusqu’à l’os, pleurnichard humanitaire. Il est super ce peuple. Et il est prêt à vivre sans rire de l’éolienne et de la bicyclette (pour repousser Poutine et la Chine avec Biden ?) avant de se coller antenne et puce dans son cerveau branché.

La droite BCBG et attardée est bien attrapée et découvre que le peuple nouveau dont a parlé Macron donc ne veut plus d’elle : ce peuple nouveau veut du Reset de la pénurie écologiquement programmée ; ce peuple nouveau, abstentionniste ou pas, veut terminer le grand remplacement ; le peuple nouveau adore la dictature sanitaire (vite le vaccin obligatoire) et il veut de la tyrannie bureaucratique de Bruxelles et de la guerre éternelle US contre la Russie, condition du maintien de la caste au pouvoir (comme le rappelle Orwell) ; le peuple nouveau woke, féministe (Chesterton annonçait que sous le règne de l’ogresse américaine nous ne serions plus des citoyens mais des enfants) et humanitaire a même remplacé le vieux peuple de droite sur la côte d’azur, comme vient de s’en rendre compte l’infortuné Zemmour qui aurait dû se contenter de rédiger des brochures touristiques, seule destination légitime des amateurs d’histoire aujourd’hui ; car le reste est bon pour la culture de l’annulation. Je dis cela sans animosité car j’ai plus retenu enfant de mes lectures du guide vert Michelin que de mes manuels Malet-Isaac.

1205960-le-logo-de-l-association-de-lutte-contre-le-racisme-touche-pas-a-mon-pote-illustration.jpg

Mais j’ai parlé de Mitterrand et de sa génération. C’est bien lui l’oncle de Mélenchon et le grand-père de Macron.  Il me semble que son ombre s’est étalée partout, que son bras s’est allongé, comme dit Gandalf. Et j’ai expliqué pourquoi jadis : Mitterrand avait fondé une religion New Age et rétrofuturiste bien plus efficace que toutes les autres réunies. Mélenchon incarne la génération Mitterrand, la génération des potes et du trotskisme, de SOS Racisme et du mondialisme ; mais Macron aussi, qui incarne le mariage de la gauche caviar et du mondialisme américano-bruxellois. Sous Mitterrand, après le départ des communistes qui avaient énervé plus qu’effrayé les bourgeois, ce petit monde s’est entendu. Et le peuple petit-bourgeois bohême a pris de la graine.

Mitterrand est le père du PS, le parti attrape-tout, qui s’est toujours très bien entendu avec les milliardaires (la fortune de Bernard Arnault a été multipliée par cent en quarante ans) qui ont frayé depuis cette époque bénie avec les hauts fonctionnaires mondialisés et désireux de ne plus se contenter de miettes : ils bradent le patrimoine national et empochent la commission. Cela n’a pas empêché le bon peuple de voter et de rester socialo et mitterrandien : il est bien passé des ténèbres à la lumière.

Sources :

51D57GM3G5L._SX321_BO1,204,203,200_.jpg

https://www.amazon.fr/Mitterrand-grand-initi%C3%A9-Nicola...

71JYWI9PpYL.jpg

https://www.amazon.fr/DANS-GUEULE-BETE-LAPOCALYPSE-MONDIA...

 

 

 

jeudi, 16 juin 2022

Comment est née la scission entre Beijing et Taipei

122607122_taiwan_china_index_976.png.jpeg

Comment est née la scission entre Beijing et Taipei

Emanuele Pietrobon

SOURCE : https://it.insideover.com/storia/cina-taiwan-storia.html

Le passé ne passe jamais, il est donc essentiel de lire le présent avec les yeux de l'historien. Les événements d'aujourd'hui sont le résultat des événements d'hier, tout comme le futur est la conséquence du présent. Une répétition continue d'erreurs. Un éternel retour des antagonismes et des inimitiés. Une saṃsāra où les empires, les peuples et les civilisations vivent, meurent et renaissent encore et encore.

On ne peut pas comprendre la "troisième guerre mondiale en morceaux", pourquoi elle est apparue et comment elle pourrait évoluer, sans connaître l'histoire des derniers siècles. Histoire utile pour comprendre comment certaines des compétitions d'aujourd'hui, du Grand Jeu 2.0 à la nouvelle course à l'Afrique, ne sont que des remakes des grandes confrontations d'hier. Histoire fondamentale pour comprendre comment dans certains des théâtres les plus chauds du monde contemporain, par exemple Taïwan, nous nous approchons de l'inéluctable redde rationem des jeux qui ont commencé il y a longtemps.

Il n'y a pas de Chine sans Taïwan

Il y a deux catégories de pouvoirs, le post-historique et l'historique, mais il ne peut y avoir qu'un seul type d'empire, à savoir celui qui préserve jalousement le mythe fondateur et qui est voué à un horizon spatio-temporel extra-mondain et messianique, car l'histoire enseigne que la perte de mémoire et la temporalité sont les antichambres du déclin et de la mort.

Si la République populaire de Chine réécrit peu à peu la face du monde, avec l'ambition de toucher et d'altérer ses cordes sensibles, c'est parce que, prenant acte des erreurs commises par la dynastie Qing, elle s'est réapproprié cette propension à la transcendance qui remontant à l'époque perdue des Trois Augures et des Cinq Empereurs, avait placé la Cité interdite au centre du monde jusqu'au milieu du XIXe siècle - jusqu'à l'atterrissage malencontreux de l'Empire britannique dans la Sinosphère et le début consécutif de l'Âge de l'Humiliation (百年國恥).

d142cc99671c743fc47b730a234223ef--british-colonial-military-history.jpg

Remettre les lunettes de l'occidentalo-centrisme dans le tiroir, en utilisant à leur place les lentilles sobres de l'objectivité historique, c'est se rendre compte que dans le cas en question, celui de la Chine, il ne peut y avoir de transcendance, et donc aucune forma mentis apte à réintégrer l'histoire après le Siècle de l'Humiliation et la lente renaissance pendant la Guerre Froide, qui va au-delà de la sécurisation des cinq ventres mous traditionnellement infiltrés et incendiés par les puissances rivales - Hong Kong, Mongolie intérieure, Taïwan, Tibet, Xinjiang - et qui ne vise pas à surmonter la condition tellurocratique dans laquelle l'Empire céleste a été enfermé au moyen de la stratégie de la chaîne d'îles.

Après avoir déforesté Hong Kong, muselé les mouvements séparatistes au Tibet et au Xinjiang, et sécurisé la Mongolie intérieure, la direction prévoyante et patiente du Parti communiste chinois, qui se croit prête à accomplir le destin de l'Empire du Milieu renaissant, n'a plus qu'un dernier objectif : Capturer Taïwan parce que c'est ce que souhaitent les maîtres de la Cité interdite, pour qui le monde est trop petit pour deux Chine, et parce que c'est ce que réclament les stratèges, sachant que la survie de la mondialisation et du système asphyxiant de la chaîne insulaire dépend de l'État insulaire.

Tous fous pour Taïwan

Taïwan, également connue sous le nom de Formose ou de Taipei chinois, est et sera longtemps au centre du chapitre indo-pacifique de la compétition entre grandes puissances. Pour certains, à la lumière des intérêts en jeu - elle détient 92% de la capacité de production de semi-conducteurs avancés, ergo, elle est le cœur battant du Nord mondial, et est l'épine dorsale de la chaîne d'îles -, elle pourrait être l'Armageddon dans lequel, si Pékin tente une annexion manu militari, la troisième guerre mondiale éclatera.

1 cVbWlixhE52xiV5coZhYpg.jpeg

20210501_FBM981.png

20201010_ASM985.png

Beaucoup a été écrit et dit sur les raisons pour lesquelles Taïwan est cruciale pour les États-Unis, et l'histoire qui a conduit au désaveu d'une Chine en faveur de la reconnaissance de l'autre est également bien connue, mais il est nécessaire, pour des raisons d'objectivité et d'impartialité, d'examiner également celles de la République populaire de Chine.

Taïwan est ce que l'on appelle en géostratégie un "pivot" et en géophilosophie un "lieu de destin". Contrôler cet archipel revient à détenir les clés des mers entourant la Chine continentale, qui, de Taïwan, peuvent constituer une tête de pont pour l'obtention d'une profondeur stratégique dans le Pacifique, ou qui, de Taïwan, peuvent être maintenues dans une condition tellurocratique pour l'utilisation et la consommation de rivaux historiques - comme le Japon - ou récemment acquis - les États-Unis et leurs sœurs de l'anglosphère.

Le divorce jamais digéré

La nature géostratégique de Taïwan est la raison pour laquelle les dynasties successives sur le trône de la Cité interdite ont dû se battre continuellement et avec ténacité pour imposer leur autorité à l'ennemi du jour. Au début, ce sont les hordes de pirates qui ont fait de Taïwan une forteresse dans laquelle se réfugier pour échapper aux armées de l'Empire céleste. Plus tard sont venus les Espagnols, puis les Portugais et enfin les Hollandais. Les soldats de la dynastie Ming ont réussi à expulser les colons européens dans la seconde moitié du XVIIe siècle, établissant le royaume de Tungning sur l'île.

1000px-Kingdom_of_Tungning.svg.png

500px-Dutch_and_Spanish_Taiwan_nl.svg.png

En vert, au nord, les parties de Formose contrôlées par l'Espagne; en mauve, au sud, les parties contrôlées par la compagnie hollandaise des Indes orientales.

La dynastie Qing, s'appuyant sur l'héritage des Ming, tente de stabiliser l'autorité de la Chine continentale sur l'archipel jamais apprivoisé en en faisant une préfecture, puis une province distincte, mais des facteurs endogènes - le début du déclin - et exogènes - l'arrivée des grandes puissances dans la Sinosphère - vont contrarier le plan. En 1895, à la suite de leur défaite dans la première guerre sino-japonaise, les Qing ont été contraints de céder le contrôle de Taïwan au Japon. Un traumatisme national qui allait façonner des générations entières de nationalistes chinois.

ch01fig02.jpg

Soldats japonais à Formose.

Le divorce entre Pékin et Taipei, contrairement à la croyance populaire, a commencé avec la cession de l'État archipélagique à Tokyo. C'est dans le contexte de la domination japonaise que les Taïwanais ont commencé à développer une identité propre, antithétique à celle de la Chine continentale, car ils ont été endoctrinés avec de nouveaux livres d'histoire, initiés aux coutumes japonaises et même élevés dès leur plus jeune âge à l'étude du japonais. Et tandis que Taïwan subit un processus de japonification, qui portera ses fruits dans les décennies à venir, l'Empire céleste sombre dans le chaos de la guerre civile.

Pékin allait oublier Taipei pendant longtemps, pendant toute la durée de la période républicaine, car elle était la proie d'assassinats politiques, de faux messies, d'émeutes et d'un crescendo de violence perpétré par deux extrêmes opposés: les nationalistes de Chiang Kai-shek et les communistes de Mao Tse Tung. Les premiers, malgré le soutien transversal des puissances capitalistes, communistes et fascistes, seront écrasés par le poids d'une insupportable guerre sur deux fronts: contre le Japon et contre les révolutionnaires.

Les ouvriers-guerriers de Mao, après avoir survécu à une série de manœuvres d'encerclement en se réfugiant à l'intérieur des terres - la fameuse Longue Marche (长征) -, allaient au début de la Seconde Guerre mondiale profiter des événements pour lancer une puissante attaque contre les centrales républicaines. La guerre civile ne s'achèvera qu'en 1949, avec la prise de la dernière ville aux mains des républicains et la fuite de Chiang Kai-Shek et de ses loyalistes vers Taïwan, qui entre-temps était redevenue indépendante. Et là, croyant qu'un renversement de l'ordre maoïste naissant avec l'aide des États-Unis était possible, Chiang Kai-Shek a mis en place une nouvelle république, croyant être le seul représentant légitime du peuple chinois, ce qui a donné naissance au conflit des deux Chines.

Les États-Unis, qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ont hérité de l'Empire britannique un monde de routes et de goulets d'étranglement à contrôler et une riche expérience en matière de division et de conquête, n'auraient jamais eu de doute sur la marche à suivre. Ils avaient appris la valeur de Taïwan entre l'entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondiale, en observant son utilisation multidimensionnelle par le Japon: comme grenier, comme usine et comme base d'opérations à partir de laquelle lancer des attaques aériennes et maritimes massives contre la Chine continentale. Des épisodes que les stratèges du futur gendarme mondial auraient étudiés avec zèle et qui les auraient incités à faire pression sur l'administration Truman pour qu'elle oublie la déclaration du Caire de 1943, cosignée par Franklin Delano Roosevelt, concernant la restitution de l'archipel à la Chine continentale à la fin de la guerre. Le reste appartient à l'histoire.

Emanuele Pietrobon

Le Bitcoin: une utopie libertaire ou un outil aux mains de la finance mondiale?

rawbitcoin.jpg

Le Bitcoin: une utopie libertaire ou un outil aux mains de la finance mondiale?

Pietro Bottazzi

SOURCE : https://www.theunconditionalblog.com/bitcoin-unutopia-libertaria-o-uno-strumento-nelle-mani-della-finanza-globale/

Selon une information récente, l'État du Salvador a légitimé l'utilisation du bitcoin dans le pays comme moyen de paiement - à côté de la monnaie officielle qui est le dollar américain -, ce qui en fait le premier État au monde à avoir rendu les crypto-monnaies légales dans son système économique et financier [1]. Depuis un certain temps déjà, dans les pays qui se caractérisent par une infrastructure bancaire médiocre ou qui n'ont que peu ou pas d'accès au crédit, les gens utilisent des monnaies numériques en remplacement des monnaies officielles pour leurs besoins quotidiens [2].

Qu'est-ce qui est nouveau dans la sphère monétaire au niveau mondial, au point que les régulateurs institutionnels sont obligés de bouger, alertés par les taux de développement très élevés de cette technologie ?

Le monde des bitcoins est complexe et pour le comprendre, il faut avoir une vue d'ensemble distincte, qu'il n'est pas facile d'embrasser d'un seul coup.

Il faut d'abord se demander: le bitcoin est-il une monnaie ? Si pour ses admirateurs la question n'a même pas besoin d'être posée car le bitcoin est non seulement une monnaie mais sera la monnaie du futur, en réalité il ne remplit aucun des attributs qui identifient la monnaie, c'est-à-dire en résumé: être une unité de compte qui fixe les prix des biens, émise par une autorité centrale qui agit comme garant, et qui se réfère à un actif sous-jacent qui assure sa valeur, qui peut être une denrée rare (comme l'était l'or jusqu'à la fin des accords de Bretton Woods) ou la puissance économique et militaire d'une nation. Le bitcoin n'a pas ces exigences et ne devrait pas les avoir car il a été inventé pour se conformer à une dynamique stricte de pair à pair (face à face) qui priverait les banques et les institutions de leur centralité dans le mouvement de l'argent. La structure qui permet cela est une blockchain, la véritable âme révolutionnaire de ce produit. La blockchain est le registre public de toutes les transactions qui ont lieu en bitcoin, sur lequel la transaction financière est identifiée et son historique enregistré de manière inaltérable.

Mais si le bitcoin n'a pas d'organe financier pour protéger son existence et n'a pas de réserve de valeur comme garantie, et ne peut même pas entrer dans la définition plus traditionnelle de la monnaie, d'où tire-t-il sa valeur ? Dit autrement : qui est chargé de noter l'origine d'un bitcoin ?

Un bitcoin est un actif numérique fini (rare) qui est produit par minage (extraction), lequel consiste à résoudre une chaîne alphanumérique imposée par un algorithme. Cela peut sembler complexe mais c'est très simple. Au départ, une communauté s'est formée autour d'une idée conçue par un personnage fictif japonais dont le rêve, après la crise mondiale de 2008 déclenchée par l'éclatement de la bulle des prêts hypothécaires à risque, était de se libérer du pouvoir des banques et des financiers. Il a conçu un protocole, soutenu par une petite fraternité d'adeptes, qui se déroulait comme suit: un algorithme produit des quiz numériques (chaînes alphanumériques à décrypter), ceux qui partagent cette idée s'organisent pour avoir la capacité de décrypter, de résoudre ces quiz. En contrepartie, ils recevront un enregistrement sur un registre public (la blockchain), une authentification ou un "tampon".  La valeur de ce cachet (c'est-à-dire ce déverrouillage ou cette authentification numérique de la solution) est donnée par la reconnaissance de cette capacité de calcul par la communauté. Au départ, il fallait peu d'énergie et de temps pour résoudre chaque défi généré par l'algorithme, peu de personnes participaient et la valeur du "timbre" était faible. Aujourd'hui, elle est beaucoup plus compliquée, compte tenu de l'intérêt suscité et du plus grand nombre de personnes impliquées, et nécessite des équipements beaucoup plus puissants.  En fait, sa valeur a connu une croissance exponentielle suivant la règle selon laquelle plus la demande d'une denrée rare est forte, plus son prix est élevé.

L'or pourrait bien servir de contre-valeur équivalente à la monnaie en raison de sa rareté et de la dépense d'énergie humaine à mettre dans son extraction, et ces propriétés sont également présentes dans la structure du bitcoin.  Le protocole élaboré par son créateur fait en sorte que leur production soit limitée, c'est-à-dire que l'algorithme fournit 25 bitcoins par bloc et pas plus, pour un total de 21 millions de bitcoins au-delà duquel il n'est plus possible de les extraire.

Les bitcoins ainsi frappés sont placés au-dessus des États et des banques - et c'est là leur motif idéologique le plus fort, à savoir utiliser un système qui supprime l'arbitraire des gouvernements et le considérer comme un moyen de se libérer d'un système économique qui a fait de la dette un outil d'esclavage. Néanmoins, elles en viennent à jouer un rôle commercial et financier, car leurs détenteurs, par le biais de plateformes d'échange, peuvent les utiliser, lorsqu'elles sont acceptées, pour acheter des biens et des services, ou les convertir en d'autres devises. C'est donc ce double aspect d'être une monnaie désintermédiée mais utilisable comme contre-valeur pour le commerce qui en fait un instrument sur lequel l'attention de beaucoup se porte, augmentant sa diffusion à l'échelle mondiale.

D'autre part, dans le monde globalisé d'aujourd'hui, où émergent une nouvelle guerre froide technologique et de nouvelles stratégies géopolitiques pour la sécurité des États basées sur le contrôle et la possession de l'information, il ne faut pas s'étonner que la valeur d'une monnaie soit centrée sur une chaîne informatique contenant des informations (bit = information).

Si cette technologie peut susciter la perplexité, force est de constater que toute la finance devient de plus en plus une affaire de lignes de code et d'algorithmes. La plupart des fonds d'investissement sont devenus des fonds "passifs", c'est-à-dire des fonds qui investissent et désinvestissent, laissant la fonction de suivi des indices boursiers à des algorithmes complexes.

Le système bitcoin est donc un Janus à deux visages: il peut être à la fois une opportunité et un autre outil du système financier mondial, la chasse gardée d'une petite élite, qui reproduit l'argent par l'argent et contourne les systèmes fiscaux des différents pays.  D'une part, dans les pays où les structures bancaires/financières ne sont pas développées, comme mentionné au début, ou qui sont souvent soumis à des politiques monétaires externes agressives, la possibilité d'utiliser un moyen de paiement libre et neutre affecte le mode de vie des gens. En outre, l'utilisation de la monnaie numérique protège l'épargne des taux de dévaluation des monnaies nationales - souvent l'objet de spéculations de la part des grands fonds mondiaux - et annule les frais bancaires liés au transfert d'argent d'un pays à l'autre, qui peuvent affecter la valeur de la transaction jusqu'à un tiers.  Pour le deuxième aspect, il est également évident que les banques privées, après les premiers moments de perplexité, et même si cela échappe à leur contrôle, ont flairé que le bitcoin pouvait être un instrument de spéculation.

E-Perrot.JPG

L-art-de-decider-en-situations-complexes.jpg

L'anthropologue français Etienne Perrot (photo) affirme qu'avec l'adoption des crypto-monnaies à grande échelle, une mutation anthropologique est en train de se produire, qui, avec la suppression des intermédiaires classiques grâce à l'utilisation de la blockchain, pousse à l'extrême la tendance culturelle qui s'articule autour de l'individualisme, caractéristique du système néo-libéral, en dévaluant l'instance politique fondée sur la communauté [3]. Mais l'idée originale de son inventeur - connu sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto - était consécutive à une vision économico-politique d'une société alternative, à savoir celle d'une démocratie directe exprimée dans une société basée sur une approche coopérative entre les personnes, dans laquelle certains biens sont considérés comme n'étant pas susceptibles d'être possédés par quiconque. Il s'agit d'une alternative à la vision plus traditionnelle d'une société fondée sur des autorités centrales exerçant de vastes pouvoirs et sur l'interrelation entre public et privé (avec toutes les distorsions auxquelles le bien public est soumis dans cet échange).

En l'état actuel des choses, pouvons-nous attribuer cette fonction aux crypto-monnaies, ou ne s'agit-il pas fondamentalement d'une autre tournure vers la spéculation ?

L'esprit anarchique de l'origine s'est largement perdu. Les "mineurs" solitaires sont désormais rejoints par des "pools miniers", de puissantes sociétés de haute technologie qui ont tendance à acquérir de gros pourcentages de la capacité minière et donc de la propriété du bitcoin.

Cependant, sa révolution n'est pas terminée. Pensons simplement à la possibilité pour ceux qui n'ont pas accès au crédit d'établir un régime commercial fonctionnel et autonome, libre de la finance traditionnelle. Ou ceux qui ont subi des interdictions comme Wikileaks, dont le site a été fermé en 2010 et qui a été empêché d'effectuer des transactions financières par les principaux circuits de crédit, et qui ne survit que parce que son fondateur Julian Assange reçoit la moitié de ses dons en bitcoins et autres monnaies virtuelles.

171227-cox-wikileaks-hero_powg2x.jpg

L'originalité réside également dans le fait d'avoir une valeur symbolique qui diffuse un autre récit sur la monnaie, qui peut revenir à rassembler une communauté au lieu d'en créer un semblant autour de la consommation sans fin de biens. Pour ce message utopique, nous le considérons comme apparenté à ceux qui professent la souveraineté monétaire, bien que de nombreux facteurs les différencient.

Un inconvénient de toutes les technologies informatiques/numériques dont font partie les bitcoins - que les politiciens n'ont pas le moins du monde compris, entichés et possédés par le nouvel esprit de la numérisation du globe -, est qu'elles sont extrêmement énergivores et ne sont pas du tout au service de l'inversion du changement climatique. Les installations s'entassent dans des cloud cities [4], véritables villes spécialisées dans le stockage de données.

Si l'on ne peut construire une idée de la société exclusivement autour de l'argent, il ne fait aucun doute, en revanche, du pouvoir coercitif qu'il exerce sur les États et les populations par le biais des organismes internationaux, qui exercent un néocolonialisme candide et feutré sur les pays qui tentent de se sortir de la pauvreté et reçoivent en retour un assujettissement économique et politique par la force.

Pietro Bottazzi

17:11 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, économie, monnaies numériques, bitcoin | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Lagarde saborde l'Europe

21350_original.jpg

Lagarde saborde l'Europe

par Luigi Tedeschi

Source : Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/lagarde-affossa-l...

La tempête du tout récent vendredi noir sur les bourses européennes s'est fait attendre. Les décisions de Lagarde de relever les taux de 25 points et la fin du programme d'achat de titres de la BCE ont conduit à cet effondrement: en Europe, on a enregistré des pertes de 265 milliards de capitalisation, dont 39 milliards à la bourse de Milan, qui a été la pire de l'UE avec une chute de 5,17 %.

Les effets de la hausse des taux de la BCE étaient entièrement prévisibles. L'inflation aux États-Unis a atteint 8,6 %, le pic le plus élevé depuis 40 ans. Dans le cadre des récentes hausses de 75 points des taux américains et des nouvelles hausses attendues dans les mois à venir dans le cadre du programme de la Fed, l'Europe aussi aurait dû s'adapter tôt ou tard, étant donné l'interconnexion économico-financière entre les États-Unis et l'UE. Également afin d'éviter la fuite massive des capitaux en euros attirés par des taux plus rémunérateurs dans la zone dollar.

Il s'agissait de mesures monétaires destinées à contenir l'inflation qui s'était manifestée dans la phase de reprise post-pandémique avec la hausse des prix de l'énergie et la pénurie de semi-conducteurs pour l'industrie. Les banques centrales ont prédit que ce phénomène inflationniste était temporaire, car il était dû à la demande excédentaire apparue à la fin de la pandémie et à l'énorme quantité de liquidités émises par les banques pour faire face à la crise du COVID 19. La hausse de l'inflation persiste et semble inarrêtable.

Christine-Lagarde-1.jpg

La guerre en Ukraine et les sanctions imposées à la Russie ont accentué les effets d'une crise déjà en cours. Toutefois, il faut considérer que les causes de l'inflation américaine par rapport à l'inflation européenne diffèrent considérablement. Aux États-Unis, l'inflation a été causée par une demande excessive et doit donc être considérée comme un phénomène congénital d'une phase de croissance accentuée. Ce n'est pas un hasard si la thérapie anti-inflationniste américaine est beaucoup plus agressive qu'en Europe. Cependant, le gouverneur de la FED, Jerome Powell, contrairement à Lagarde, a également annoncé des mesures pour permettre un "atterrissage en douceur", c'est-à-dire pour compenser les effets de la hausse du coût de l'argent, afin de ne pas compromettre la croissance économique. Les résultats de ces choix restent toutefois à voir. En Europe, en revanche, le phénomène inflationniste est dû à la hausse du coût des matières premières, avec un impact important sur les coûts de production et la perte de compétitivité des exportations. L'inflation érode également le pouvoir d'achat des citoyens, ce qui entraîne une dépression de la consommation. Ainsi, une phase économique de stagflation apparaît en Europe, avec une croissance et une inflation faibles.

Le relèvement des taux de la BCE s'avère donc être une mesure qui affectera négativement les perspectives de reprise de l'économie européenne. En fait, Mme Lagarde n'a annoncé qu'un relèvement des taux, qui sera suivi d'une nouvelle hausse de 50 points en septembre, sans aucun garde-fou pour la croissance. Les perspectives incertaines de l'économie européenne s'intensifient et la réaction négative des marchés ne s'est pas fait attendre. Le défaut fondamental de la politique de la BCE se trouve dans l'approche exclusivement monétaire qu'elle a adoptée pour traiter les problèmes d'inflation, ignorant les effets secondaires qui ne tarderont pas à se manifester dans l'économie réelle. Giulio Sapelli note à cet égard dans une interview récente : "Ceux qui croient que ce sont des problèmes qui peuvent être résolus avec les outils dont dispose une banque centrale, les fameux whatever it takes, se ridiculisent tout simplement. Encore plus pour le fait que la BCE est tout sauf une banque centrale. Nous pouvons la définir comme une institution financière qui, jusqu'à présent, achète des obligations d'État en imprimant de la monnaie commune au profit des nations signataires d'un traité, qui ne modifie toutefois ni les politiques fiscales ni le bien-être. La hausse des prix est uniquement déterminée par les attentes des marchés boursiers, qui tirent vers le haut".

bce-article-tt-width-1200-height-900-crop-1-bgcolor-ffffff.jpg

En effet, Lagarde n'a pas annoncé, en même temps que la hausse des taux, la création simultanée d'un bouclier anti-spread, c'est-à-dire d'un programme visant à sauvegarder la soutenabilité des dettes publiques des Etats membres de l'UE qui, à ce stade, pourraient faire l'objet de vagues spéculatives agressives, avec pour conséquence des crises financières qui pourraient se propager dans toute la zone euro. En fait, il faut garder à l'esprit que les effets de cette augmentation s'ajoutent à ceux liés à la décision de mettre fin au programme QE, avec lequel, par l'achat indirect de titres par la BCE et donc par des émissions périodiques de liquidités, la banque centrale avait soutenu la dette des États membres dans les phases déflationnistes qui ont suivi la crise de 2008 et la crise pandémique. Ces mesures peuvent peut-être freiner l'inflation, mais au détriment de la reprise économique et pourraient produire des augmentations incontrôlables des spreads. Les prévisions de croissance pour l'Italie ont été revues à la baisse : 2,6% pour 2022, 1,6% pour 2023 et 1,8% pour 2024.

Mais la création d'un bouclier anti-spreads, déjà invoqué dans divers forums afin d'empêcher la spéculation financière sur les dettes souveraines, semble irréalisable. La BCE devrait en fait acheter des titres de créance italiens à haut risque et vendre en même temps des titres de créance allemands hautement sécurisés afin de garantir la dette publique des États membres de la zone euro. La proposition de créer un bouclier anti-propagation se heurterait à l'hostilité catégorique des pays frugaux. Cependant, certaines remarques spécifiques doivent être faites à propos du moralisme financier rigide prêché par les pays frugaux (Allemagne & C.). La crise de la dette italienne n'a-t-elle pas été déclenchée par la vente de 7 milliards de titres détenus par la Deutsche Bank, qui ont ensuite atterri dans les valeurs refuges de la dette allemande ? Face à de telles manœuvres spéculatives, ouvertement déstabilisantes pour un Etat membre, il n'y a eu aucune critique moralisatrice ni aucune alarme face à la perspective d'un défaut de paiement de l'Italie. Au contraire, ces perspectives ont déclenché de nouvelles spirales spéculatives sur les produits dérivés. Cependant, c'est l'Italie qui a subi les effets de la politique d'austérité imposée par l'UE à travers le gouvernement technique de Mario Monti.

Devant l'impossibilité de mettre en place un bouclier anti-spread européen, l'hypothèse de déléguer la gestion des dettes publiques des Etats au MES a refait surface dans les milieux financiers européens. En réalité, la BCE n'est pas une véritable banque centrale, elle n'a pour mission que d'assurer la stabilité financière de la zone euro, elle ne remplit pas de fonctions de politique économique et n'a pas le rôle de prêteur en dernier ressort. Par conséquent, toute intervention sur les écarts de taux étant en dehors de ses attributions statutaires, cette fonction devrait être déléguée au MES, un organisme extérieur à l'UE qui peut intervenir dans les crises de la dette en imposant des conditionnalités capricieuses dans le versement des prêts, puisqu'elles peuvent être modifiées en fonction de situations qui varient dans le temps : le MES peut également imposer des mesures de restructuration de la dette qui pourraient conduire au défaut des États. L'expérience de la boucherie sociale de l'austérité à laquelle la Grèce a été condamnée est éclairante en ce qui concerne les conditionnalités imposées par le MES.

Dans les phases de crise, les limites, les contradictions et les conflits irréconciliables au sein de l'UE refont surface, une structure financière rigide imposée à l'Europe et, surtout, qui s'est avérée inadaptée pour fonctionner dans des contextes géopolitiques mondiaux en constante évolution.

Avec la hausse des taux d'intérêt et la fin du QE, le cauchemar du spread est réapparu en Italie. L'écart entre les obligations italiennes et le Bund allemand a augmenté de 233 points, le plus haut depuis février 2014. Les prédictions de Giulio Sapelli, exprimées dans l'interview susmentionnée, sont très pessimistes: "L'Italie se dirige vers une situation qui ne ressemble pas tant au défaut de l'Argentine qu'à celui du Liban. Et donc nous nous retrouverons avec les mêmes partis à la tête du pays, même au niveau économique, le gouvernement Draghi sera reconduit et il y aura une division du territoire économique entre les banques françaises et les industries allemandes. Le traité du Quirinal signé entre Rome et Paris sera suivi d'un traité italo-allemand, ce qui conviendra particulièrement à Berlin et, je vous en dirai plus, même d'un traité italo-espagnol".

Lors du Black Friday, les plus fortes baisses ont été enregistrées dans le secteur bancaire, avec des pertes de 8,6 %. Ce secteur a enregistré des baisses globales d'environ 22% depuis le début de l'année. Cette tendance négative est en lien direct avec la performance des titres de la dette publique. Les banques détiennent 400 milliards de BTP dans leur portefeuille. L'augmentation de l'écart a entraîné une dévaluation importante des obligations d'État dans les actifs des banques. Ces diminutions pourraient entraîner une détérioration progressive des ratios de fonds propres du système bancaire italien, ce qui pourrait gravement affecter leur capacité à fournir des crédits aux entreprises et aux citoyens. Les effets dévastateurs sur l'économie réelle sont évidents. L'augmentation du coût de l'argent pèse sur les entreprises à un stade déjà extrêmement critique pour l'économie italienne. De plus, la hausse des taux d'intérêt se répercute sur l'augmentation des intérêts des prêts hypothécaires, ce qui pèse lourdement sur le budget des familles, décimé par l'inflation qui, de plus, affecte les salaires dont le pouvoir d'achat était déjà bien inférieur à la moyenne européenne dans la phase d'avant-crise. Nous assisterons à la multiplication des insolvabilités qui, en plus de détruire économiquement des milliers de familles, contribueront à créer davantage d'instabilité dans le système bancaire.

Le problème de la dette des Etats est insoluble, car ces derniers restent à la merci des vagues spéculatives de la finance mondiale. Seule une croissance structurelle planifiée de l'économie réelle pourrait assurer la viabilité de la dette publique.

Il est vrai que le versement des fonds NG-EU sous forme de subventions et de prêts à des taux très bas aura pour effet de réduire les besoins de l'État d'environ 50 % et donc de réduire l'émission d'obligations d'État. Mais l'impact dans la reprise économique des fonds européens sera toujours diminué par l'inflation et un ralentissement de la croissance dû aux événements géopolitiques qui changeront les perspectives économiques dans un avenir proche. Une révision de la NG-EU serait nécessaire pour l'adapter aux nouvelles situations. Il serait également nécessaire de créer de nouveaux fonds européens pour faire face à une crise énergétique qui entraînera des changements structurels dans l'économie européenne. Ces propositions ne semblent pas trouver un soutien adéquat dans les organes institutionnels de l'UE, étant donné l'hostilité des pays frugaux.

Même les perspectives de développement de l'euro semblent incertaines. La hausse des taux aurait dû entraîner des entrées de devises et donc une appréciation de l'euro par rapport au dollar. Au lieu de cela, l'euro s'est déprécié de 2,2 % en 48 heures. En cas de crise, le capital cherche des havres de sécurité. Par conséquent, comme l'euro n'offre pas de garanties suffisantes de stabilité dans ce contexte, les capitaux affluent vers la zone dollar, qui en sort renforcée.

L'ère de l'argent à coût zéro est-elle donc révolue ? Giulio Tremonti déclare dans une interview au Giornale du 11/06/2022 : "Ce qui aurait pu être une technique d'urgence, est devenu une technique de longue date. Cela a duré 10 ans, avec une satisfaction illusoire et universelle. Et c'est ainsi que le tout-venant est devenu un tout-venant. Il y a deux ans, à l'Eurotower, pour la passation de pouvoirs entre les présidents, dans le public qui applaudissait se trouvaient les chefs d'État et de gouvernement de toute l'Europe. Il aurait été difficile de voir De Gasperi ou Adenauer, Mitterand ou Cossiga courir pour applaudir les "banquiers". ... 'L'image que cette iconographie nous transmet est la suivante : l'axe du pouvoir s'est déplacé des peuples et des gouvernements vers la finance. Aujourd'hui, le pouvoir des banquiers est remis en question par le marché et la réalité. C'est la fin d'une décennie. Dix années qui ont commencé par l'austérité et sont passées par la magie, qui à un moment donné a également évolué vers l'idée d'une bonne dette. Et maintenant, le processus s'est arrêté".

En réalité, l'offre illimitée de liquidités et les taux d'intérêt nuls, voire négatifs, ont été les instruments financiers grâce auxquels on a pu échapper à la crise de 2008. Ils ont constitué les conditions de la survie du capitalisme financier mondialiste pendant plus d'une décennie. Cependant, en Europe, ces instruments financiers extraordinaires, qui ont été adoptés tardivement par rapport aux États-Unis, ont eu des effets limités, au-delà de la rhétorique pro-Draghi. En fait, la croissance européenne a été bien plus faible qu'en Chine et aux États-Unis (la croissance de l'Italie a été presque inexistante), l'économie européenne n'a jamais retrouvé ses niveaux d'avant 2008 et, dans la phase déflationniste, l'inflation européenne n'a pas réussi à atteindre les 2 % prévus. Giulio Tremonti remarque avec sarcasme : "L'objectif était même trop ambitieux : il était de 2 pour cent, nous avons déjà atteint 8 pour cent".

Des financements extraordinaires ont été nécessaires pour préserver un système néo-libéral toujours identique, au-delà des échecs répétés. Après la crise de 2008, le système économique mondial aurait dû être réformé et réglementé en profondeur. Mais au lieu de cela, la déréglementation financière mondiale s'est intensifiée, les liquidités émises pendant la phase de pandémie ayant largement afflué vers les marchés financiers, au détriment du soutien à l'économie productive. Nous avons assisté à des performances record répétées des marchés financiers, mais celles-ci ont été assorties d'une récession mondiale de l'économie réelle.

Verrons-nous, avec la hausse des prix de l'énergie, l'inflation galopante et la montée en flèche des spreads, cette tempête parfaite par laquelle le capitalisme génère sa restructuration créative ? La tempête parfaite est un dogme idéologique néolibéral répétitif et dépassé. Les transformations géopolitiques en cours conduiront à un monde multipolaire avec des scénarios sans précédent et imprévisibles. Il pourrait y avoir une réduction de la zone dollar et une réduction de la zone d'influence politique et économique de l'Occident dans le monde. La mondialisation mondialiste pourrait se décomposer en de nombreuses mondialisations régionales ou tout au plus continentales.

Cette fois, des horizons inconnus et sombres se préparent également pour l'avenir du capitalisme.

Le Sommet des Amériques montre l'échec des États-Unis

cumbre-de-las-americas-VN-e1652547267894.jpg

Le Sommet des Amériques montre l'échec des États-Unis

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/sammit-amerik-pokazal-nesostoyatelnost-ssha

La veille du sommet de l'Organisation des États américains (OEA), qui, selon le plan de l'administration Biden, devait consolider les liens entre pays de la région conformément à la politique de la Maison Blanche, s'est effondrée. La participation officielle d'un certain nombre de dirigeants et de politiciens s'est muée en pathos, rien de plus.

L'idée même de l'Organisation des États américains remonte à la fin du XIXe siècle, lorsque l'Union internationale des républiques américaines a été fondée en avril 1890. Elle est ensuite devenue l'Union panaméricaine en 1910. Et en 1948, une Charte a été signée en Colombie, établissant une organisation régionale [i]. Un an plus tard, l'Accord de Rio a été signé, qui a effectivement établi une alliance de défense dans la région [ii].

Nous pouvons constater que la réorganisation intervient au début de la guerre froide, lorsque les États-Unis tentaient activement de redessiner la carte du monde en fonction de leurs propres intérêts. Pour eux, l'Amérique latine était considérée comme une arrière-cour à pacifier selon les plans et les aspirations de Washington, pour ensuite utiliser les pays de la région comme satellites.

L'OEA elle-même se compose de trois principaux organes de décision - un conseil permanent, un secrétariat général et une assemblée générale. Le budget est constitué par les contributions des États, et en 2022, il s'élève à 81 millions de dollars.  L'organisation compte 35 États membres, mais Cuba ne participe pas à l'OEA depuis 1962 et a été expulsé en 2009. L'OEA compte des observateurs (70 pays) et jusqu'à récemment, la Russie en faisait partie.

Cumbre_Wikimedia_130418.jpg

Le dernier sommet de l'OEA s'est tenu au Pérou en 2018, et c'est la première fois qu'un président américain était absent - Donald Trump a refusé de se rendre à l'événement.

Le Council on Foreign Relations a relevé cinq points principaux à l'ordre du jour à la veille du sommet :

1. COVID-19. Près de 1,7 million de personnes dans la région sont mortes de cette maladie, qui a endommagé les systèmes de santé et provoqué des troubles sociaux. Mais dans certains pays, comme Haïti, les campagnes de vaccination sont au point mort.

2 . Changement climatique. Selon un récent rapport d'experts de l'ONU, les pays d'Amérique latine sont parmi les plus vulnérables au changement climatique. La région connaît des températures plus élevées, une sécheresse généralisée, une perte record de forêts et des inondations, des tempêtes tropicales et des cyclones plus intenses et plus fréquents, ce qui a exacerbé les problèmes agricoles et l'insécurité alimentaire.

3. La reprise économique. Bien que l'Amérique latine ait connu une croissance économique modérée en 2021, elle est confrontée à une inflation croissante, un chômage élevé, des inégalités de revenus, une dépréciation de la monnaie et une dette croissante. D'autres défis sont liés aux relations croissantes de la région avec la Chine et la Russie, qui sont des partenaires commerciaux majeurs.

4. Migration et sécurité. L'instabilité économique, les troubles politiques, le changement climatique et le banditisme poussent un nombre record de migrants à fuir leur pays d'origine. Plus de six millions de réfugiés ont fui la crise humanitaire au Venezuela, tandis que des dizaines de milliers d'autres, venus de Cuba, d'Haïti et même de certains pays africains, ont traversé le périlleux détroit de Darien pour atteindre la frontière sud des États-Unis.

5. Polarisation politique. Les divisions idéologiques et les craintes d'une désinformation généralisée se sont intensifiées ces dernières années. Malgré les efforts des États-Unis et de l'OEA pour promouvoir la démocratie, les régimes autoritaires continuent de consolider leur pouvoir. Dans des pays comme le Chili et le Pérou, les électeurs ont soutenu les candidats outsiders"[iii].

Venezuela-OAS-cartoon.jpg

Il s'agit donc du programme démocrate mondialiste typique, qui comprend le mélange habituel de droits de l'homme et d'égalité, d'écologie, de narratifs sur la démocratie et la prospérité économique dans un avenir incertain. Mais il y a aussi des références à la Russie et à la Chine ainsi qu'aux "régimes autoritaires", à la désinformation et à d'autres idéologies. Une indication claire qu'il ne devrait y avoir qu'une seule idéologie - une idéologie libérale-démocratique calquée sur celle des États-Unis.

C'est pourquoi Politico a noté que Biden était très préoccupé par le succès des populistes dans la région. Cela était également lié à sa réticence à inviter Cuba, le Nicaragua et le Venezuela au sommet [iv]. Après tout, si les représentants d'une idéologie et d'un parcours politique différents sont plus efficaces, alors pourquoi écouter les États-Unis ?

Des impératifs aussi durs de la part de Washington ont eu un effet indésirable pour eux lorsque les chefs d'autres pays ont exigé de manière ultimatum des invitations obligatoires de la part des trois pays en question. En conséquence, les dirigeants du Mexique, du Honduras, de la Bolivie et du Guatemala ont refusé de se rendre au sommet après des critiques fortes et justifiées.

Et les chefs d'État de l'Argentine et du Belize ont fait des déclarations sévères contre les États-Unis lors du sommet. À propos, un contre-sommet de ceux qui soutiennent Cuba et le Venezuela, et s'opposent également à la politique étrangère agressive des États-Unis, s'est tenu à Los-Angeles, dans la vieille tradition de l'antimondialisme. Le cortège de Biden a été accueilli avec des drapeaux cubains et pendant qu'il parlait, un groupe de personnes dans la salle a commencé à crier des slogans politiques hostiles.

Selon les experts américains, le sommet a été l'occasion pour l'administration Biden de promouvoir sa vision régionale. Pour cette raison, Biden a tenté de freiner la migration vers les États-Unis, a annoncé une initiative "Build Back Better World" pour stimuler le développement des infrastructures, et a également légèrement assoupli les sanctions contre Cuba et le Venezuela. Mais cela n'a pas beaucoup aidé.

En fait, les mêmes experts du Council on Foreign Relations ont déclaré après la fin du sommet qu'avant même qu'il ne commence, il y avait de nombreuses contradictions qui ne pouvaient être résolues [v]. Maintenant, la Maison Blanche essaie fébrilement et a proposé de tenir le Sommet des Amériques de 2023 à Denver, Colorado, pour encourager d'une manière ou d'une autre les pays d'Amérique latine à coopérer.

211423.png

Biden a également proposé le lancement du Partenariat des Amériques pour la prospérité économique, mais à en juger par le manque de réaction, il est peu probable qu'il obtienne une quelconque adhésion. Les pays d'Amérique latine pourraient développer leurs propres mécanismes à leurs propres frais ; il existe, après tout, un certain nombre d'associations régionales à cet effet. Et les États-Unis ne sont manifestement pas disposés à dépenser de l'argent uniquement pour acheter une loyauté politique. En outre, l'époque des années 90, où Washington mettait en scène ses marionnettes et les soutenait avec des subventions, est révolue.

À l'issue du sommet, une seule déclaration sur la migration a été signée, dans laquelle les parties ont convenu de résoudre d'une manière ou d'une autre la question. Au même moment de l'événement, on a appris qu'une énorme colonne de réfugiés d'Amérique centrale avait traversé la frontière vers le Mexique. On ne les a pas empêchés et il est peu probable qu'on les empêche de passer aux États-Unis.

Il est clair que même au niveau de l'image, Washington ne peut plus rien offrir à la région. Le Département d'État n'est plus en mesure de donner une image attrayante pour, d'une part, alimenter sa propre démographie avec des cadres issus des pays latino-américains, facilitant ainsi la fuite des cerveaux d'Amérique latine, et d'autre part, pour parachever un mur de fer, comme Donald Trump a tenté de le faire.

Les États-Unis, en particulier les États du sud, sont déjà suffisamment latino-américanisés pour créer leurs propres réseaux de diasporas et leurs économies parallèles. De manière générale, la politique américaine en tant que telle suscite une frustration croissante en Amérique du Sud et centrale, ainsi qu'au Mexique, sans parler du fait que Washington n'a pas d'ordre du jour bien clair.

cover-r4x3w1000-629419b4739f2-1fcf4bb76cc48fc1fde2853beb316adea000456e-jpg.jpg

Quant au populisme, une sorte de test décisif sera le second tour des élections présidentielles en Colombie le 19 juin. Si le candidat de gauche Gustavo Pedro (photo) l'emporte, cela signifiera l'effondrement du projet pro-Washington dans ce pays, l'amélioration des relations entre les Etats contestataires et la Colombie et un exemple à suivre dans d'autres pays où des forces politiques de droite orientées vers les États-Unis détiennent encore le pouvoir.

D'ailleurs, l'uribiste Rodolfo Hernandez, qui le talonne, a annoncé qu'il pourrait même retirer sa candidature à l'élection. Il est probable que les autorités puissent jouer la carte de l'instabilité avant les jours cruciaux du vote pour perturber la victoire de Pedro. Et il y aura des élections au Brésil à l'automne, où l'ancien président Lula da Silva a de bonnes chances.

En conclusion, l'OEA n'est pas la seule entité de la région à servir d'organisation parapluie. L'association la plus prometteuse est la CELAC (Communauté des pays d'Amérique latine et des Caraïbes), qui s'intéresse à l'intégration et à la coopération régionales.

cd.png

En outre, la CELAC interagit avec la Russie et la Chine, ce qui suggère un programme  plus large pour l'organisation. Le Brésil s'est retiré de la CELAC en 2020, arguant que Cuba, le Nicaragua et le Venezuela contrôlaient l'union, ce qui n'est pas vrai. Il est plus probable que cela ait été fait à l'instigation des États-Unis afin de briser la structure.

Cuba, le Venezuela et le Nicaragua (ainsi que la Bolivie) ont leur propre alliance, l'ALBA, établie en 2004 par les dirigeants vénézuéliens et cubains Hugo Chavez et Fidel Castro.

Il y a aussi l'UNASUR (Union des nations sud-américaines), créée en 2008, mais en 2018, à cause du Venezuela, de nombreux membres ont quitté l'union. Par ailleurs, Prosur (Forum pour le progrès de l'Amérique du Sud) a été créé en 2019 avec l'Argentine, le Brésil, le Chili, l'Équateur, le Pérou, la Colombie, le Paraguay et la Guyane.

Dans tous les cas, il est dans l'intérêt des pays d'Amérique latine de promouvoir activement leur propre vision au sein de leurs alliances, plutôt que de gaspiller des ressources et de l'énergie sur les projets américains au sein de l'OEA.

Notes:

[i] http://www.oas.org/en/sla/dil/inter_american_treaties_A-4...

[ii] http://www.oas.org/juridico/english/treaties/b-29.html

[iii] https://www.cfr.org/in-brief/whats-stake-biden-2022-summi...

[iv] https://www.politico.com/news/2022/06/06/six-things-to-wa...

[v] https://www.cfr.org/councilofcouncils/global-memos/region...

mercredi, 15 juin 2022

Le sommet de l'OEA ou quand l'hégémonisme échoue

AP22157838931847.jpg

Le sommet de l'OEA ou quand l'hégémonisme échoue

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/quando-legemonia-fa-fiasco

Du 6 au 10 juin, le sommet de l'OEA a eu lieu aux États-Unis. L'objectif initial du sommet était de restaurer l'image des États-Unis en Amérique latine et de tenter de consolider l'hémisphère occidental contre la Russie et la Chine. Mais tout ne s'est pas déroulé comme prévu.

Du 7 au 10 juin, le Sommet des Amériques s'est tenu à Los Angeles sous les auspices de l'OEA (l'Organisation des Etats Américains), censé symboliser le retour des États-Unis en Amérique latine et dans les Caraïbes. L'objectif principal de l'événement était de renforcer la position des États-Unis en Amérique latine.

Plongeons un peu dans l'histoire du sommet. L'Organisation des États américains (OEA) est une organisation internationale qui a été fondée le 30 avril 1948. L'objectif de l'organisation est la coopération entre l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud. L'OEA comprend les États d'Amérique latine, des Caraïbes et les États-Unis eux-mêmes. Le sommet s'est tenu pour la première fois en 1994. En juin 2022, ce fut le 9e Sommet des Amériques. Le slogan de cet événement, publié sur le site officiel du gouvernement américain, était "construire un avenir durable et équitable". Cependant, dans le contexte actuel, ce mot d'ordre semble très douteux.

Cette fois, il y a eu plusieurs incidents en même temps. Les États-Unis n'ont pas invité le Venezuela, Cuba et le Nicaragua. Six États ont refusé de participer au sommet: le Mexique, le Guatemala, le Honduras, la Bolivie, Antigua et la Barbade. Ces pays étaient indignés que le président américain Biden n'ait pas invité les principaux États des Caraïbes. À cet égard, l'ordre du jour du dernier sommet perd radicalement de sa valeur. Tout ce que les États-Unis peuvent offrir à l'Amérique latine est un engagement de 300 millions de dollars en faveur de la sécurité alimentaire. En comparaison, le commerce de la région avec la Chine dépasse 450 milliards de dollars. La Chine est déjà le premier partenaire commercial des pays situés au sud des Caraïbes.

exportadores-china-en_v2 (1)_0.jpg

Dans le contexte de la situation actuelle, le ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard, a proposé de recréer l'OEA. Il a noté que l'OEA a joué un rôle négatif dans le coup d'État en Bolivie en 2019. Il a également condamné l'organisation pour avoir imposé des sanctions contre des pays d'Amérique latine. Le Premier ministre du Belize, John Briceño, a critiqué les actions de la Maison Blanche et a qualifié l'absence de certains Etats d'"inexcusable". "Il est inconcevable que nous ayons isolé des pays d'Amérique, qui ont contribué à résoudre les problèmes les plus importants de l'hémisphère", a souligné le chef du gouvernement.

"De toute évidence, l'Organisation des États américains et son modus operandi ont fait leur temps", a déclaré le ministre, ajoutant que la proposition mexicaine consiste à former un groupe de travail qui présentera un projet visant à recréer l'organisation pour la coopération interétatique américaine.

44008f0f4f.jpg

Mais les problèmes dans la conduite du sommet ne se sont pas arrêtés là. Biden a de nouveau "trébuché sur l'échelle, incapable de garder son équilibre". Le président américain s'est efforcé de justifier toutes les actions des Etats-Unis, qui sont critiquées. Il est arrivé avec sa femme et a accueilli tous les invités. Alors que Biden parlait depuis la scène de paix et de prospérité, le service de sécurité présidentiel a brutalement réprimé toutes les tentatives des manifestants de s'exprimer contre lui. Un seul piquet de protestation, organisé par une femme, s'est soldé par une arrestation. En outre, le discours de Joe Biden au sommet a été interrompu par des manifestants qui hurlaient de slogans hostiles. Le président américain s'est arrêté de parler, a gloussé et a poursuivi son discours. Comme l'ont précisé des témoins oculaires, Biden a été interrompu au même moment par deux personnes venues de l'assistance, qui ont été rapidement emmenées hors de la salle par les services de sécurité.

Ainsi, le sommet, conçu comme une démonstration de force américaine, s'est soldé par un échec. Cela s'est produit pour plusieurs raisons. Tout d'abord, les États-Unis ont commencé à perdre leur pouvoir économique. Puis, l'influence politique a commencé à s'estomper. De nouveaux acteurs forts, tels que la Russie et la Chine, sont apparus sur l'échiquier.

FIQXlCKXoAQu0gj.jpg

Deuxièmement, l'Amérique du Sud et l'Amérique centrale avaient des contradictions avec l'Amérique du Nord. Aujourd'hui, la Russie fait la promotion du système GLONASS dans les pays d'Amérique latine et du Sud. Des conseillers militaires russes travaillent au Venezuela et à Cuba. Le gouvernement nicaraguayen achète 90 % de toutes ses armes à la Russie et, tout récemment, il a accordé la permission aux troupes, aux navires et aux avions russes d'utiliser le territoire du pays pour participer à des formations, des exercices et fournir une aide humanitaire.

La Chine sape visiblement l'hégémonie américaine sur le continent en utilisant ses connexions au Nicaragua. La Russie soutient également le Nicaragua au même titre que la Chine. Le statut de la Maison Blanche en Amérique latine perd considérablement de son pouvoir.

L'expert de l'Institut d'études américaines et canadiennes de l'Académie russe des sciences, le docteur en économie Vladimir Vasiliev, déclare: "Personne ne peut vraiment dire aujourd'hui quelle est la chose la plus importante de ce sommet. Biden a déformé sa rhétorique sur la démocratie. Par exemple, il est nécessaire de développer la démocratie dans les pays d'Amérique latine, alors que Cuba, le Nicaragua et le Venezuela sont des "États non démocratiques". Mais il s'avère une chose intéressante : seuls les migrants de ces pays aux États-Unis ont des opinions opposées, sont venus pour une vie meilleure et jusqu'à présent ne sont pas très heureux de leur séjour en Amérique. Il s'avère que l'Amérique est arrivée à ce sommet avec un problème central: le problème de la migration. Les pays d'Amérique latine, les pays d'Amérique centrale, disent-ils, développent notre économie. Mais Biden a proposé un plan décoratif, rien de concret. Les États-Unis eux-mêmes ne les aideront pas beaucoup".

Il faut en conclure que le sommet n'a apporté aucun résultat positif concret. Ce n'est qu'une fois de plus qu'il est devenu une pomme de discorde entre les pays d'Amérique latine et les États-Unis. Le Sommet des Amériques a montré que les États-Unis n'ont pas beaucoup de partenaires régionaux, et l'absence d'un certain nombre de pays dans le forum constitue un défi patent à l'"hégémonie". Les compétences oratoires du président Joe Biden ne sont pas non plus à la hauteur. Il fait souvent des erreurs et des réserves, qui se retrouvent ensuite sur Internet et ne provoquent que des "rires nerveux". Le sommet montre une fois de plus que les Américains perdent leur puissance. La tentative des États de consolider l'hémisphère occidental contre la Russie et la Chine a échoué. Ce sommet peut se résumer en trois mots : fiasco, échec et déception.

Multipolarité et mondialisation

multi-polar.jpeg

Multipolarité et mondialisation

Alexander Bovdunov

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/multipolarity-and-globalization

Les événements déclenchés par l'opération militaire spéciale russe ont commencé à affecter la mondialisation :

- Tout d'abord, la diaspora kurde en Suède a toujours soutenu et financé tous les mouvements séparatistes kurdes, nous ne devrions donc pas être surpris par la position prise par la Turquie contre l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'OTAN. Il est intéressant de noter que les réalités du Moyen-Orient affectent désormais directement l'équilibre des forces en Europe du Nord.

- La crise alimentaire (que l'on attribue exclusivement à la guerre en Ukraine, mais qui est en fait le résultat de plusieurs causes), a provoqué des protestations en Afrique, notamment en Ouganda, en raison de la hausse des prix due aux sanctions contre la Russie.

- Pour que les sanctions contre la Russie soient efficaces, les États-Unis doivent négocier avec les monarchies du golfe Persique ou l'Iran. Les politiciens américains ne sont pas préparés à cela et c'est pour cette raison que les négociations sont au point mort.

manifestaciones-rusia-mali.jpg

Tout ceci démontre la fragilité même de l'économie mondiale actuelle telle que décrite par Braudel et Wallerstein. Les liens intrarégionaux et interrégionaux sont devenus des obstacles au développement ou à la réalisation de nombreux projets, d'autant plus que les grands acteurs dépendent désormais de petites diasporas - autrefois insignifiantes - exilées dans leur pays pour obtenir ce qu'ils veulent, tandis que pour obtenir certains avantages sur d'autres concurrents, il est nécessaire de trouver des compromis avec des acteurs secondaires. En outre, le fait de dépendre de l'achat d'un bien produit à l'étranger, au lieu de le produire sur place, peut entraîner un effondrement industriel, alimentaire et énergétique au cas où ce bien ne serait plus disponible en raison de circonstances imprévues.

L'économie mondiale capitaliste a été créée grâce à l'hégémonie occidentale, qui a eu recours à toutes sortes de moyens non économiques (p. ex. la force) pour atteindre cet objectif. Tous les pays qui ont été incorporés dans l'économie mondiale ont fini par être exploités comme s'ils étaient des colonies, directement ou indirectement. Cependant, il existe des pays non occidentaux comme la Chine, l'Iran, l'Inde et la Turquie qui ont réussi à atteindre un développement politique et économique qui les rend indépendants de l'Occident et maintenant l'Occident est obligé de négocier avec eux. L'imposition de sanctions, de blocus ou d'invasions militaires signifierait la destruction des fondations de l'économie occidentale elle-même et finirait par faire éclater toutes les fondations sur lesquelles elle est construite.

Par conséquent, nous pouvons nous demander : quel est l'intérêt de créer un système qui ne donne pas à l'Occident un avantage sur le reste du monde ?

Tout cela nous amène à penser que le monde se dirige vers l'émergence de multiples économies mondiales - des empires (donc la multipolarité) - ou vers la création d'une économie commerciale mondiale post-capitaliste contrôlée politiquement et idéologiquement par l'Occident (certains pays comme la Chine ont réussi à se tailler une place dans le monde grâce à cela). 

En fait, le discours consistant à "mettre de côté les avantages économiques pour sauver l'Ukraine" est une tentative de mettre en œuvre ce dernier scénario, car grâce aux avantages accumulés par l'Occident (malgré le déclin de sa puissance économique, militaire et idéologique), il possède encore les mécanismes nécessaires pour créer un nouveau système sans craindre de détruire l'ancien, y compris par l'utilisation de la puissance militaire, afin d'anéantir tous ses concurrents.

 

13:00 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, mondialisation, multipolarité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook