Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 02 décembre 2022

Londres s'engage dans une confrontation avec la Chine : "Un défi systémique"

614d0b20-885f-4cc9-aa48-787f63e5456d.jpeg

Londres s'engage dans une confrontation avec la Chine : "Un défi systémique"

Source: https://zuerst.de/2022/12/01/london-geht-auf-konfrontationskurs-zu-china-eine-systemische-herausforderung/

Londres. Le nouveau Premier ministre britannique Sunak a dressé un premier bilan de sa politique étrangère et s'en est pris à la Chine. Dans un discours prononcé lundi lors d'un banquet organisé par le maire de Londres, M. Sunak a annoncé la fin de "l'âge d'or" des relations avec la Chine. Il a déclaré que la "notion naïve" selon laquelle plus de commerce avec l'Occident conduirait à des réformes sociales et politiques en Chine avait été abandonnée.

Sunak a été encore plus fondamental : "Nous sommes conscients que la Chine représente un défi systémique pour nos valeurs et nos intérêts, un défi qui devient de plus en plus aigu à mesure qu'elle s'oriente vers un autoritarisme encore plus fort", a déclaré Sunak.

Les relations du Royaume-Uni avec la Chine s'étaient nettement améliorées sous le mandat de David Cameron. Cameron a inventé le terme "âge d'or" et a encouragé le commerce et les investissements bilatéraux.

Toutefois, Londres s'est engagée depuis longtemps dans la voie de la confrontation avec l'Empire du Milieu, dans le sillage des États-Unis. Ce n'est qu'en septembre 2021 que le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l'Australie ont formé l'alliance militaire AUKUS, dont l'objectif est de contenir la Chine dans la région Pacifique. Le refroidissement des relations avec la Chine qui vient d'être annoncé aurait donc eu lieu - selon des sources britanniques officielles - même si Liz Truss était restée Premier ministre. Sunak, quant à lui, avait déjà défendu la position selon laquelle la Chine était "la plus grande menace à long terme pour la Grande-Bretagne et la sécurité économique et nationale du monde" lors de la course interne contre Truss, qu'il avait d'abord perdue. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

jeudi, 01 décembre 2022

Le visage féroce du goodisme

aa76a57ebf9b5c0e0765e61564fa63fe.jpg

Le visage féroce du goodisme

par Umberto Bianchi

Source : https://www.ariannaeditrice.it/articoli/17953

L'Occident et le monde entier connaissent une menace nouvelle, qui est sans précédent, pire que les divers virus naturels ou sortis d'une éprouvette, pire que toutes les guerres qui se sont déchaînées jusqu'à présent sur notre malheureux globe, pire que toutes les mafias de ce monde, pire encore que la menace tant redoutée du changement climatique... c'est une menace subtile, impalpable, précisément parce qu'elle est couverte et cachée par un récit continu, obsessionnel et monotone.

Et quel sera le nom de cette menace dangereuse et exacerbée ? Et quel est son impact sur notre vie quotidienne ? Il n'y a qu'une seule définition bien adaptée pour en délimiter les contours, c'est le "goodisme" ou, si l'on ne veut pas utiliser ce néologisme anglo-saxon (certes très "tendance"...), on pourrait l'appeler "politiquement correct". Il s'agit d'une sorte de fièvre hystérique qui trouve son origine exacte dans une perception déformée et distordue de tout ce substrat socio-juridique qui, depuis la Rome antique, constitue la base des systèmes juridiques européens et occidentaux en général, à savoir l'idée de la centralité de la personne et de ses droits.

Une idée qui, avec l'accélération du processus d'économisation du monde entier, s'est élevée à une véritable forme d'hypertrophie d'un "ego", de plus en plus orienté vers lui-même et la satisfaction effrénée de ses propres pulsions, se souciant de moins en moins du respect de lignes de conduite, capables de garantir cette maîtrise de soi nécessaire au respect des devoirs et des limites, alors qu'à la base de la construction de cet "ego fort" ou "moi", l'"ego désirant" représente l'exact contrepoids.

Si au niveau social et au niveau des relations interpersonnelles, les institutions telles que le mariage ou même le couple et les relations familiales ou encore l'équilibre psycho-physique des individus de plus en plus faibles et défaillants se défont au détriment de ce qui a été dit, par l'encouragement subliminal à la consommation de drogues ou de substances psychotropes similaires, mais aussi par une diffusion martelée et tout aussi subliminale de messages publicitaires, visant à exalter et à magnifier tout type de satisfaction débridée de cet "ego", dont nous venons de parler.

Tout cela, afin de détourner les consciences individuelles des problèmes réels, dont la prise de conscience pourrait constituer une réelle menace pour le "statu quo". Mais cette approche ne se reflète pas seulement sur un plan purement personnel, ou tout au plus sur celui des relations interpersonnelles et sociales, mais aussi et surtout sur un plan politique. Et c'est l'idée d'une pensée "forte" capable de répondre aux exigences de la modernité, s'érigeant en élément de défense et de cohésion d'une communauté nationale et de ses institutions, à tous les niveaux : du politique au socio-économique.

Ainsi, le fait de s'opposer à l'entrée forcée de milliers et de milliers de personnes déshéritées et déracinées du tiers-monde, afin de favoriser la pratique infâme du travail servile et du travail criminel, est considéré comme du racisme "tout court", en oubliant, au contraire, combien cette pratique représente une véritable spoliation des ressources humaines de ce même tiers-monde. Ainsi, être contre la consommation de drogues, dans des rassemblements abusifs et chaotiques, au terme desquels il y a souvent des dizaines d'hospitalisations, est considéré comme une forme arbitraire d'autoritarisme et de limitation de la liberté personnelle.

Et donc, à l'inverse, la contestation de mesures répressives et de restrictions sévères aux libertés individuelles, émises sous prétexte de santé publique (comme dans le cas de l'urgence pandémique...) ou le refus d'obligations sanitaires hautement inconstitutionnelles, est considérée comme des positions dignes de réprimandes et d'exécutions médiatiques, en totale incohérence avec le déballage continuel des principes démocratiques de nos constitutions, posés comme panacée et remède à tous les maux du monde.

Ainsi, sur le plan des relations internationales, le fait de s'opposer aux décisions et aux directives du Nouvel Ordre Mondial annonce aux critiques de sévères réprimandes et de graves sanctions. C'est le cas de la Fédération de Russie, qui est même désormais désignée comme un État "terroriste" par les Eurocrates de Bruxelles. Tout cela en oubliant le fait que la réaction militaire contre l'Ukraine a été déclenchée par l'intention manifeste de cette dernière d'adhérer à l'OTAN, dans une fonction ouvertement opposée à son puissant voisin, qui, devant la perspective de voir les missiles de l'alliance atlantique pointés sous son nez et la perpétuation des attaques du régime de Kiev contre les populations russophones sans défense du Donbass, ne pouvait rien faire d'autre qu'intervenir manu militari.

Et ce, malgré les demandes répétées de maintenir au moins une attitude neutre en politique étrangère. C'est ainsi que, sous la bannière d'un sentiment de solidarité mal compris, la décision a été prise de prêter notre concours à une nouvelle prolongation de l'état d'urgence, en adhérant aux sanctions les plus antiéconomiques contre la Fédération de Russie et en érodant davantage le budget public par des dépenses militaires en faveur de l'Ukraine. Tout cela, étrangement, en oubliant le régime d'illégalité totale sous lequel tout cela se déroule. L'OTAN et la soi-disant "Alliance atlantique" trouvent leur raison d'être dans le climat créé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, pendant ce qu'on a appelé la "guerre froide". Leur naissance est donc justifiée par un objectif purement défensif, qui est également souligné dans le statut de l'OTAN.

Or, à la lumière des récents événements (et pas seulement ceux-là !), dans les actions de l'OTAN envers la Fédération de Russie, on peut facilement discerner une grave illégalité. Intervenir indirectement dans la querelle qui oppose Moscou et Kiev, en allant jusqu'à fournir à cette dernière des moyens militaires, non seulement ne peut conduire à la fin du conflit, en bridant et en donnant de la force aux prétentions de l'une des parties en conflit, mais surtout, cela représente une véritable ingérence arbitraire de l'OTAN, dont l'Ukraine n'est pas membre. Une illégalité grave, dont les gouvernements occidentaux devront peut-être un jour répondre devant un tribunal international. Ce qui vient d'être énoncé peut sembler une hypothèse farfelue mais, à y regarder de plus près, le bloc de pays alignés sur des positions de soutien ouvert à la Fédération de Russie ou, du moins, animés par un sentiment de profonde méfiance et de distance vis-à-vis des positions occidentales, est d'une ampleur inattendue.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies est un organe dépassé : il ressemble plus à un petit cercle d'oligarques privilégiés qu'à un organisme créé pour défendre et protéger la stabilité du monde. C'est pourquoi il a besoin d'une réforme radicale dans le sens d'une plus grande ouverture et inclusivité. L'OTAN elle-même a désormais pris la valeur d'un vestige odieux et obsolète de la guerre froide, dont le seul but semble être, au lieu de la défense des peuples européens, leur assujettissement progressif et suicidaire aux diktats mondialistes. De la même manière qu'au lendemain de la perte de sens du communisme historique, le Pacte de Varsovie s'est dissous sans cérémonie, l'OTAN devrait faire la même chose aujourd'hui au nom de l'équanimité.

Mais le virus su goodisme a frappé au plus profond des âmes européennes. Aux images émouvantes de femmes en pleurs succèdent des images de bombardements et de destruction, accompagnées du mantra consistant à diaboliser le méchant de service, désormais incarné par la Fédération de Russie. Mais peut-être, le virus goodiste a ses heures comptées. Le froid de l'hiver est arrivé non seulement en Ukraine, mais aussi dans les foyers des Italiens et des Européens, rendus encore plus frigorifiés et plus pauvres par les conséquences des sanctions, des privations et de la disette. Et peut-être que ce vent glacial de misère et de privation secouera les consciences endormies par des décennies d'inoculation du virus do-gooder, sanctionnant définitivement la fin de cette contagion malsaine.

17:28 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, politiquement correct, goodisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La crédibilité de l'Ukraine mise à l'épreuve alors que la Russie poursuit ses frappes

aerial-view-ukrainian-flag-waving-wind-against-city-kyiv_536604-3951.jpg

La crédibilité de l'Ukraine mise à l'épreuve alors que la Russie poursuit ses frappes

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/11/17/ukrainan-uskottavuus-koetuksella-venaja-jatkaa-iskujaan/

Le régime ukrainien, par l'intermédiaire du président Zelensky, a nié l'origine du missile qui est tombé sur un village polonais, même après que les États-Unis, l'OTAN et la Pologne aient déclaré qu'il s'agissait d'un missile ukrainien. Les déclarations de l'acteur-président sont considérées comme portant atteinte à la crédibilité de l'Ukraine.

Commentant la déclaration de Zelensky, un diplomate d'un pays de l'OTAN à Kiev a déclaré au Financial Times: "Les Ukrainiens sont en train de détruire notre confiance en eux. Personne ne blâme l'Ukraine et ils mentent ouvertement. C'est plus destructeur qu'un missile."

Il est difficile pour le régime ukrainien de reconnaître la vérité de l'affaire, car des "incidents malheureux" similaires se sont produits fréquemment au cours de l'année dernière. Alors que les Russes ont ciblé les infrastructures, les tentatives ukrainiennes de les contrer ont souvent fait des victimes civiles, qui ont ensuite été (mal)rapportées comme des "attaques russes brutales contre des cibles civiles".

Maintenant, la crédibilité de Zelensky et la confiance de l'Occident dans le régime ukrainien sont discutées publiquement. Cela signifie probablement que les États-Unis ne veulent plus financer, ni même poursuivre, cette guerre par procuration : les objectifs ont déjà été partiellement atteints par une politique de sanctions, et les relations entre l'Europe et la Russie se sont effondrées depuis longtemps.

Le jeu géopolitique en Ukraine touche à sa fin, notamment parce que les arsenaux occidentaux s'épuisent et que les États-Unis devraient déjà se concentrer sur la Chine. Comme le complexe militaro-industriel n'a pas l'argent nécessaire pour une guerre sur plusieurs fronts, Washington négocie depuis peu avec Moscou à Ankara. Le régime Zelensky rejette toujours l'idée d'un nouvel accord de paix, mais le conflit actuel se terminera probablement par un accord au plus tard l'année prochaine.

Après tout ce qui s'est passé, la Russie a besoin d'une sorte de victoire dans sa lutte contre l'élargissement de l'OTAN. L'Occident sait que la Crimée et le Donbass ne peuvent plus être rendus. L'Ukraine devra donc se contenter de concessions territoriales et d'une position neutre dans la politique mondiale. Si les choses empirent encore pour l'Ukraine, la Pologne, et peut-être aussi la Hongrie, seront heureuses d'annexer certains des territoires de l'Ouest.

Du point de vue russe, il s'agit d'une guerre existentielle qu'elle ne peut pas perdre sans conséquences politiques qui seraient encore pires qu'au début des années 1990. Dans tous les cas, l'élite russe ne veut pas que la fédération s'effondre, alors, si nécessaire, elle resserrera son emprise. Ce qu'il faut, c'est une solution qui s'appellerait paix à l'Ouest et victoire en Russie. Pendant ce temps, Kiev explose à nouveau.

mercredi, 30 novembre 2022

La revue de presse de CD - 27 novembre 2022

presse-ecrite.jpg

La revue de presse de CD

27 novembre 2022

EN VEDETTE

« Le préalable à la réconciliation, c’est que la vérité soit dite », par Jean-Dominique Michel

« Pour avoir un dialogue constructif, il faut un minimum de bonne foi ». Jean-Dominique Michel, anthropologue de la santé, analyse la crise du Covid-19 à l’aune du concept de « corruption systémique »  du système de santé, « constat avant évident et reconnu devenu tabou », et développe les conditions de « l'amnistie » à remplir pour permettre une réconciliation au sein de la population : un processus qui passerait notamment par la réouverture du débat d'idées et le rétablissement de la vérité, l’identification des « meneurs coupables d’exactions » et leur condamnation, la reconnaissance des « mensonges » qui ont gravement porté atteinte à la crédibilité de la parole publique et le courage de l'honnêteté comme remède à l'aveuglement dogmatique.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/jean-dom...

AFRIQUE

Afrique du Sud, du rêve au naufrage. Podcast avec Bernard Lugan

Guerre des Boers, Grand Trek, apartheid, contrôle de l’ANC, l’histoire de l’Afrique du Sud est marquée par de nombreuses confrontations. Le pays connait aujourd’hui une dépression économique et sociale de grande ampleur dont la spirale de la violence n’est qu’une des manifestations. Entretien avec Bernard Lugan, africaniste, auteur de nombreuses publications sur l’Afrique du Sud dont une Histoire de l’Afrique du Sud parue chez Ellipses.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/podcast-afrique-du-sud-du-r...

ALLEMAGNE

Dépendante envers Moscou et déférente envers Washington, l’Allemagne se retrouve paralysée

La dépendance de Berlin au gaz russe et sa déférence envers la politique américaine la mettent dans une situation difficile, notamment auprès des électeurs.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/dependante-envers-moscou-et-def...

COMPLOTISME (C’est celui qu’y qui y’est !)

Missile anti-tracteur en Pologne : qui veut la guerre ?

Le 15 novembre, à l’occasion de frappes massives sur l’infrastructure énergétique ukrainienne par la Russie, un missile a touché une ferme sur le territoire polonais à proximité immédiate de la frontière, tuant deux Polonais. A cette occasion, les occidentaux et l’Ukraine ont encore perdu en crédibilité. Aussitôt, l’Ukraine a appelé à des frappes de l’OTAN sur les forces russes, et les discours guerriers ont envahi la sphère politique et médiatique occidentale : Réunion de crise en Pologne, réunion de l’OTAN, réponse exemplaire si l’origine russe du missile est confirmée, menace d’utilisation de l’article 5 de l’OTAN pour déclencher les hostilités avec la Russie.

breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2022/11/19/210860/missile-ant...

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/CENSURES/DÉBILITÉ

Revue de presse RT du 13 au 19 novembre 2022

Exercice hebdomadaire de dé/réinformation grâce à Russia Today. Au programme : un petit pas de plus vers la dédollarisation, les différentes positions géopolitiques du monde occidental, ce qui se passe du côté chinois et iraniens.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-du-13-au...

672750-ez-Patrick-Drahi-C-AFP.jpg

Zoom sur la fondation suisse de Patrick Drahi

Comme tous les hommes d’argent et de pouvoir, Patrick Drahi est à la tête d’une fondation. Philanthropique, bien sûr. Les bonnes œuvres du milliardaire font en cet automne 2022 l’actualité : le média d’investigation suisse Heidi.news publie depuis début novembre une série d’articles consacrés au milliardaire, en collaboration avec la RTS et Le Monde pour certains volets. Le troisième épisode de cette série traite de la fondation de droit suisse de Patrick Drahi, une structure qui aurait des activités ne poursuivant pas toujours le but initial de la fondation.

ojim.fr

https://www.ojim.fr/zoom-sur-la-fondation-suisse-de-patri...

De Laure Adler à Claude Askolovitch, en passant par Paul B. Preciado : entre-soi wokisto-journalistique et philosophie trans

Paul B. Preciado, reçu et encensé par le gratin de France Inter, de Laure Adler à Claude Askolovitch, est présenté comme trans et philosophe. Il est peut-être trans, mais il n’a rien d’un philosophe. « Colporteur de charabia » serait un meilleur titre professionnel.

causeur.fr

https://www.causeur.fr/de-laure-adler-a-claude-askolovitc...

Écoles de journalisme : un témoignage de la pression sur les élèves

Il y a 14 écoles de journalisme reconnues par l’État, toutes à des degrés divers dans le moule libéral libertaire. Nous publions le témoignage spontané et très vivant d’un ancien élève (en ce moment en poste dans un média parisien mainstream où il se tient à carreau). À travers son expérience, on comprend comment il faut rentrer dans le moule. D’autres témoignages d’anciens élèves ou d’élèves en cours de formation nous intéressent, nous garantissons l’anonymat.

ojim.fr

https://www.ojim.fr/ecoles-de-journalisme-un-temoignage-d...

TUWEZAVUZ5OZJIIX7YUB3FBYUI.jpg

ÉCOLOGIE (PUNITIVE)

Al Gore, l’architecte du lobby climatique mondial

On ne parle plus guère d’Al Gore. Il s’est médiatiquement discrédité par son train de vie luxueux, son enrichissement via des sociétés liées fortement à l’affaire climatique et à ses démêlés publics et croustillants autour de son divorce. Il n’en reste pas moins qu’il est toujours actif et a construit une organisation impressionnante constituant une véritable structure de lobby mondialisée avec des méthodes sophistiquées de communication et d’infiltration des cercles influents. Tout est transparent, il suffit de visiter les sites de l’organisation (« Climate Reality Project »).

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/11/23/443858-al-gore-la...

Le sens de nos vies est-il renouvelé de COP en COP ?

Alors qu'Antonio Guterres, Secrétaire général de l'ONU est allé jusqu'à parler d'un « suicide collectif » et a affirmé que nous étions «  sur l'autoroute de l'enfer climatique  » en introduction de la COP 27, rejoignant en cela les complaintes des écologistes radicaux qui se multiplient, une question essentielle se pose :  quelle est l'utilité de cette grande messe annuelle. Par Samuel Furfari, professeur en géopolitique de l'énergie, président de la Société européenne des Ingénieurs et Industriels, docteur en sciences appliquées, ingénieur polytechnicien, Michel de Rougemont, ingénieur chimiste et docteur en science et technologie et Jean-Paul Oury, docteur en histoire des sciences et technologies, consultant.

latribune.fr

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/le-sens-de-nos...

Une sobriété qui soûle

Il y a des mots que personne n’employait ni même n’en connaissait la signification et qui se répandent comme les nouvelles des chaînes continues. Sobriété est l’un d’entre eux, qui s’ajoute à résilience, renouvelable et durabilité.

Le blog de Michel de Rougemont

https://blog.mr-int.ch/?p=8648&utm_source=mailpoet&am...

Écologisme, wokisme, féminisme : les leurres de l’hydre

Le mouvement woke, l’écologisme, le féminisme, correspondent parfaitement à la définition besançonienne de la prise d’assaut du réel par l’incendie idéologique.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/11/24/444011-ecologisme...

61I-8o-hj2L.jpg

ÉCONOMIE

Du système de domination au changement de paradigme

Il y a selon vos mots, Valérie Bugault, un « système de domination » qui s’exerce sur les populations occidentales avec un recul des libertés et maintenant une crise énergétique qui découle des sanctions contre la Russie. Quels sont les objectifs de cette stratégie des dirigeants atlantistes? Interview.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/du-systeme-de-domination-au...

Pourquoi nous avons besoin des métaux rares

Les métaux rares sont d’une étonnante complexité dans notre société. Essentiels pour l’industrie et le développement humain, ils sont à l’origine d’enjeux techniques et politiques de grande importance.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/pourquoi-nous-avons-besoin-...

ÉNERGIES

Le plafonnement des prix du pétrole et ses conséquences sur la relation Russie-Inde

Pendant des mois, les États-Unis ont essayé à plusieurs reprises de contraindre l’Inde à couper ses liens avec la Russie, donc à abandonner ses intérêts nationaux. New Delhi, cependant, continue de repousser les tentatives de Washington de soumettre son économie à ses diktats. La dernière affaire en date concerne le plafonnement du prix du pétrole russe par le G7 et l’interdiction par l’UE et le Royaume-Uni du transport maritime et des services connexes pour un brut russe supérieur au prix plafond.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/le-plafonnement-des-prix-du...

phprdqONj.jpg

FRANCE

Graver l’IVG dans la Constitution, ce serait condamner le principe même de limites.

Tribune parue dans Le Figaro. La vice-présidente exécutive de Reconquête! prend position contre la proposition de loi visant à «protéger et garantir le droit fondamental à l’IVG et à la contraception» en l’inscrivant dans la Constitution :

« En France, le sujet de l’avortement est un tabou. Il s’agit même du tabou politique absolu. ‘’Mon corps, mon choix’’ n’est pas un simple slogan, c’est un commandement du décalogue progressiste. Interroger la volonté de la gauche d’assouplir toujours plus le cadre légal de l’IVG est déjà un blasphème. Il ne s’agit plus de débattre sur des arguments politiques mais de bien participer à une compétition de vertus morales. Si vous êtes contre la constitutionnalisation de l’avortement, vous êtes contre la liberté des femmes, ainsi se résument les termes du débat public. Les sujets dits sociétaux permettent à la gauche d’engranger des victoires politiques sans avoir à livrer bataille, car les opposants ont depuis longtemps baissé les armes par peur ou par démagogie. »

marionmarechal.info

https://marionmarechal.info/articles/tribunes/graver-livg...

Amélie de Montchalin à l’OCDE : ces postes d’ambassadeurs français dont vous ignoriez l'existence

Avec la nomination de l’ex-ministre de la Transformation et de la Fonction publique à la représentation de la France à l’OCDE, l'Organisation de coopération et de développement économiques, certains ont découvert l'existence d'un poste d’ambassadeur. En effet, la France est non seulement présente dans 163 pays, mais elle est aussi représentée dans 27 organisations internationales.

marianne.net/

https://www.marianne.net/monde/amelie-de-montchalin-a-loc...  

GAFAM

Surveillance de masse : L’armée américaine acquiert un outil qui prétend couvrir plus de 90 % du trafic Internet mondial

La plateforme « Augury » comprend des données de réseau très sensibles que Team Cymru, une entreprise privée, vend à l’armée. « Tout est là. Rien d’autre à capturer si ce n’est l’odeur de l’électricité », a déclaré un expert en cybersécurité.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/surveillance-de-masse-l-armee-a...

GÉOPOLITIQUE

OPEP+, BRICS : Fin de l’Histoire pour l’Occident ?

Les changements historiques dans la politique mondiale se produisent très lentement. Ce n’était pourtant pas le cas lorsque les États-Unis ont fait leur entrée sur la scène mondiale. Cela s’est produit assez soudainement en 1898, avec l’invasion de Cuba : la vieille Europe a observé la situation avec une anxiété palpable… Le Manchester Guardian, à l’époque, a rapporté que presque tous les Américains avaient fini par adhérer à ce nouvel esprit expansionniste. Les rares critiques sont « simplement moqués pour leur peine ». Le Frankfurter Zeitung mettait en garde contre « les conséquences désastreuses de leur exubérance » mais se rendait compte que les Américains n’écouteraient pas.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/opep-brics-fin-de-l-histoire-po...

mb20inaxresdefault.jpg

MONDIALISME

Coup d’Etat planétaire : les 20 plus gros acteurs du Business préparent le G20 et demandent la restructuration de la Planète.

Surprise ! le sommet du B20 juste s’est tenu le 13-14 novembre 2022, tout juste avant la rencontre du G20 2022 du 15-16 novembre. Un timing parfait… En fait, il n’y a aucun hasard de calendrier puisque le B20 est inclus dans le G20 selon le site de la Présidence de l’évènement de 2022. Rappel et analyse.

Le blog de Liliane Heldkhawam

https://lilianeheldkhawam.com/2022/11/19/coup-detat-plane...

RÉFLEXIONS

Retranscription du colloque sur « Corruption et fraude dans la crise COVID depuis 2020 »

Début de la série de publications présentant les contributions des différents intervenants aux colloques de Lisbonne et Marseille sur le thème « Corruption et fraude dans la crise COVID depuis 2020 ». Ils ont été organisés par Ariane Bilheran et Vincent Pavan. L’introduction sur la crise dite sanitaire qui a révélé un degré de gravité sans précédent dans le phénomène (pourtant identifié de longue date) de corruption institutionnelle et systémique des politiques de santé est de Jean-Dominique Michel. Les présentations du colloque portant sur les statistiques (Pierre Chaillot), l’épidémiologie et les modélisations (Vincent Pavan), l’informatique (Emmanuelle Darles) ou encore l’histoire de la corruption médicale (Olivier Soulier), ainsi que celles des autres intervenants, complètent ce que je nomme et expose ici. Ces contributions seront rendues publiques au cours des deux semaines à venir.

anthropo-logiques.org

https://anthropo-logiques.org/comment-la-fraude-et-corrup...

29e2c3b3fc7679113126eb84c9646dfd.jpg

RUSSIE

La Russie et l’Afrique, par Bernard Lugan

Un dessin animé russe en langue française projeté dans les cinémas centrafricains met en scène un lion -sous-entendu l’Afrique -, attaqué par des hyènes - sous-entendu les pays occidentaux. Intervient alors l’ours russe qui aide le maître de la brousse à rétablir l’ordre des choses, c’est-à-dire le respect que l’on doit au lion. L’allégorie a bien été comprise par les spectateurs enthousiastes. (in L’Afrique réelle)

synthesenationale.hautetfort.com

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2022/11/2...

Kherson : la retraite russe est-elle tactique ou stratégique ?

Kherson est une région russe située juste au nord de la Crimée. Elle fait partie du pont terrestre qui longe la côte de la mer d’Azov et relie la Crimée au reste de la Russie. Elle relie également la Crimée au puissant fleuve Dniepr par un canal qui lui fournit de l’eau pour son irrigation et permet aux agriculteurs de Crimée de cultiver beaucoup de riz (entre autres choses). Et puis il y a la ville de Kherson, qui est à Kherson ce que Kansas City est au Kansas, à la différence que si Kansas City est à cheval sur le fleuve Missouri, Kherson City est de l’autre côté du Dniepr par rapport au reste du territoire de Kherson. En fait, la ville de Kherson se trouve du mauvais côté du fleuve (qui, dans ce cas, est également le bon côté, si vous êtes dans le sens de son écoulement).

lecridespeuples.fr

https://lecridespeuples.fr/2022/11/21/kherson-la-retraite...

SANTÉ/LIBERTÉS

Covid : situation mondiale et variants

Où en est-on de l’épidémie ? Il semble que ce que nous avons écrit ici, il y a 18 mois, se vérifie : ce genre d’épidémie s’arrête naturellement en deux-trois ans. Dans trois mois, nous arriverons chez nous aux 3 ans, et nous venons de passer bientôt un an avec peu de soucis, vivant librement sans précautions, et cela va de mieux en mieux.

Cela se vérifie par les chiffres en observant la courbe des décès dans le monde.

covid-factuel.fr

https://www.covid-factuel.fr/2022/11/19/covid-situation-m...

Soignants suspendus : des sénateurs accusent le gouvernement « d'obstination coupable » malgré « l’agonie » des hôpitaux

La réintégration des personnels de santé non vaccinés a fait l’objet d’un débat houleux en commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale mercredi 16 novembre. Pour l'exécutif, qui maintient l’obligation vaccinale des soignants contre la Covid-19, c’est toujours niet, comme l'a rappelé jeudi sur France 2 l'ex-ministre de la Santé et porte-parole du gouvernement, Olivier Véran. Une position inébranlable qui a provoqué la colère de Sylviane Noël, sénatrice de la Haute-Savoie, et de Laurence Muller-Bronn, sénatrice du Bas-Rhin.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-france/reintegrations...

Mortalité selon le statut vaccinal : la réponse hallucinante de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA)

Dès le début de la campagne vaccinale, en janvier 2021, des questions légitimes sont posées sur l’efficacité et la sécurité des nouveaux vaccins à ARNm. Ceux-ci ont été administrés à très grande échelle, sans recul sur d’éventuels effets indésirables et sur la base des seules études réalisées par les laboratoires pharmaceutiques produisant les vaccins. La suite des événements a montré que les résultats promis étaient pour le moins optimistes, voire douteux, alors que, dans le même temps, un nombre inédit d’effets indésirables étaient remontés auprès des centres de pharmacovigilance français, européens et américains. Face au mutisme des autorités, seule une étude scientifique indépendante est de nature à répondre aux inquiétudes. Dans ce but, Laurent Toubiana a sollicité auprès du ministère de la Santé l’accès aux statistiques d’hospitalisations et de décès toutes causes appariées au statut vaccinal Covid. Le silence persistant des autorités l’a conduit à saisir la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA). Suite à cette demande, la CADA s’est contentée de lui transmettre la réponse étonnante du ministère de la Santé.

francesoir.fr/

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/mortalite-sel...

UKRAINE

Guerre en Ukraine : vidéo N° 16

Actualité assez chargée avec les suites de l’évacuation de Kherson, les bombardements russes sur les installations critiques de l’Ukraine et le « bombardement » de la Pologne par la défense antiaérienne ukrainienne. Au sommaire : petit point sur l’actualité de la chaîne ; annonce d’une vidéo spéciale sur le livre de Sylvain Ferreira : « La bataille de Marioupol » ; bombardement de la Pologne par l’Ukraine. Comportement de Zelensky ; « Libération » de Kherson délires occidentaux et exactions ukrainiennes ; Stratégie russe de bombardement et perspectives pour cet hiver.

vududroit.com

https://www.vududroit.com/2022/11/guerre-en-ukraine-video...

Ukraine-will-become-a-member-of-NATO.jpg

Ukraine : La porte dérobée pour rejoindre l’OTAN ?

Le 20 mars, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré à un intervieweur de CNN qu’il avait personnellement demandé aux dirigeants des membres de l’OTAN « de dire directement que nous allons vous accepter dans l’OTAN dans un an ou deux ou cinq, dites-le directement et clairement, ou dites simplement non. Et la réponse a été très claire, vous ne serez pas membre de l’OTAN, mais officiellement, les portes resteront ouvertes. » Lorsque Zelensky a récemment renouvelé sa demande d’adhésion à l’OTAN, le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan a répondu en balayant du revers de la main que la demande de l’Ukraine « devrait être examinée à un autre moment. » La porte de l’adhésion à l’OTAN est restée fermée à l’Ukraine. Mais la porte dérobée est ouverte.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/ukraine-la-porte-derobee-pour-r...

UNION EUROPÉENNE

En finir avec l’Union européenne, cette oligarchie qui nous mène à la ruine

Olivier Delorme est historien et romancier, auteur notamment des trois tomes de « La Grèce et les Balkans du Ve siècle à nos jours » et de « 30 bonnes raisons pour sortir de l’Europe » aux Éditions H&O. Dans cet entretien par Olivier Berruyer pour Élucid, Olivier Delorme pourfend tous les mythes de l’Union européenne : L’Europe de la paix, l’Europe qui protège, l’Europe sociale… Il démontre que cette institution est en réalité antidémocratique, oligarchique, et menace nos intérêts économiques tout en anéantissant la voix de la France sur le plan géopolitique. Un état des lieux sans langue de bois, pour regarder la vérité en face : une coopération est nécessaire, mais pas au prix de l’anéantissement de la souveraineté des peuples.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/en-finir-avec-l-union-europeenn...

Le Parlement européen demande aux Etats membres « d’élaborer des modules de citoyenneté mondiale » pour « déconstruire les préjugés et construire des sociétés inclusives, sans racisme structurel” »

Les parlementaires européens en pleine confusion migratoire : le Parlement européen met une fois de plus en avant une photo de membres du FEMYSO, ONG islamiste proche des frères musulmans, pour son dossier multimédia de l’Année européenne de la jeunesse 2022

fdesouche.com

https://www.fdesouche.com/2022/11/25/le-parlement-europee...

Ursula, au nom de la grand-mère

Une chance déshonnête semble protéger Ursula von der Leyen de ses impairs et la pousse dans les plus hautes sphères du pouvoir en dépit de son parcours déficient.

causeur.fr

https://www.causeur.fr/ursula-au-nom-de-la-grand-mere-eur...

mardi, 29 novembre 2022

Comment les États-Unis poussent l'Inde vers la multipolarité

7UGTUDDAPBPRJJIGCCNC6K3K6Y.jpg

Comment les États-Unis poussent l'Inde vers la multipolarité

par Katehon Editor

Source: https://www.ideeazione.com/come-gli-stati-uniti-stanno-spingendo-lindia-verso-il-multipolarismo/

Depuis quelques mois, les États-Unis ont tenté à plusieurs reprises de forcer l'Inde à rompre ses liens avec la Russie, abandonnant ainsi ses intérêts nationaux. New Delhi continue toutefois de résister aux tentatives américaines de soumettre son économie aux diktats de Washington.

La dernière controverse concernait la tentative du G7 d'imposer un contrôle des prix du pétrole russe et les interdictions de l'UE et du Royaume-Uni frappant le transport maritime et les services liés au pétrole russe.

L'Inde n'est pas intéressée à rejoindre l'initiative menée par les États-Unis, car elle bénéficie d'une réduction importante sur le pétrole en provenance de Russie et souhaite maintenir des relations avec un partenaire stratégique de longue date. Le ministre indien des Affaires étrangères, Subramaniam Jaishankar, s'est rendu à Moscou le 8 novembre pour discuter de la poursuite des ventes de pétrole. Il a déclaré que l'Inde avait l'intention de continuer à acheter du pétrole russe, ignorant une nouvelle fois les appels lancés par les États-Unis à leurs alliés et partenaires pour isoler la Russie des marchés mondiaux.

Les projets du G7 risquent de faire grimper les prix du pétrole (malgré les déclarations contraires de la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen) et de réduire la disponibilité des pétroliers, mettant ainsi en péril la sécurité énergétique de l'Inde et portant atteinte à son économie, qui est le troisième consommateur et importateur de pétrole au monde.

La Russie a déclaré qu'elle ne vendrait pas de pétrole à un pays impliqué dans le système de plafonnement des prix, et Jaishankar a répété à plusieurs reprises que l'Inde ne peut pas se permettre d'acheter du pétrole à des prix élevés, du moins pas sans nuire à sa croissance économique, qui devrait être de 6,1 % en 2023, faisant de l'Inde la grande économie à la croissance la plus rapide du monde. Selon Energy Intelligence, la Russie est devenue le premier fournisseur de pétrole brut de l'Inde en octobre, avec plus de 900.000 barils par jour, ce qui représente environ un cinquième des exportations de pétrole de l'Inde.

La principale préoccupation des deux pays est de s'assurer que le brut russe continue à circuler après les interdictions imposées par l'UE et le Royaume-Uni le 5 décembre et les plafonds de prix connexes du G7.

En raison de cette attitude attentiste, il n'y a toujours pas de clarté. Bruce Paulsen, expert en sanctions et partenaire du cabinet d'avocats Seward & Kissel, estime que "si les orientations sur la conformité [au plafonnement des prix] n'arrivent pas rapidement, certains acteurs de l'industrie pourraient être laissés en plan jusqu'à ce qu'ils soient en mesure de déterminer si les prix affectent la sécurité de l'approvisionnement".

india-aseanflaf.jpg

Les États-Unis ont temporairement cessé de faire pression sur l'Inde pour qu'elle respecte les plafonds de prix, et Mme Yellen déclare maintenant que Washington est "heureuse" si New Delhi continue à acheter tout le pétrole russe qu'elle souhaite, même à des prix supérieurs aux plafonds de prix du G7. Même si l'Inde ne peut pas utiliser les services d'assurance, financiers ou maritimes occidentaux pour transporter le pétrole.

Les raffineries indiennes peuvent traiter 600.000 bpj supplémentaires de brut russe, à condition qu'elles battent les principaux grades du Moyen-Orient, qui constituent la base de raffinage du pays, soit 5 millions de bpj. Mais la disponibilité de la livraison et de l'assurance, ainsi que des canaux de paiement, est cruciale. À partir du 5 décembre, les pétroliers et les compagnies d'assurance maritime liés aux pays de l'UE et du G7, qui dominent les expéditions mondiales de pétrole, se verront interdire le commerce du brut russe, à moins que ces volumes ne soient vendus à un prix maximum, qui n'a pas encore été déterminé. En outre, 90 % du commerce liquide de l'Inde est assuré par des pétroliers étrangers, ce qui crée des problèmes. L'assurance en elle-même ne semble pas si problématique et les entreprises russes et chinoises pourraient être en mesure de s'en charger.

Cela pourrait rendre la Russie dépendante d'une flotte fantôme de vieux pétroliers qui ne s'échangent pas en dollars. Récemment, Braemar, une société de courtage, a signalé que 33 pétroliers qui transportaient des exportations iraniennes ou vénézuéliennes, transportent depuis avril des exportations russes, principalement vers la Chine et accessoirement vers l'Inde.

Cette "flotte fantôme" représente les pétroliers qui ont transporté du pétrole iranien ou vénézuélien au moins une fois au cours de l'année écoulée. Le nombre total de ces pétroliers s'élève désormais à 240, pour la plupart de petite et moyenne taille, dont 74 % sont âgés de 19 ans ou plus. Quatre-vingts de ces navires sont de très gros transporteurs de brut (VLCC, pétroliers de 2 millions de barils), qui ne pourraient pas faire escale dans les ports russes, mais pourraient être utilisés pour transporter des cargaisons russes d'un navire à l'autre.

Dans le même temps, Washington fait pression sur New Delhi pour qu'elle respecte les plafonds de prix et importe davantage de gazole sous vide de l'Inde, qui est utilisé dans les raffineries pour produire d'autres produits tels que l'essence et le diesel. La Russie était un fournisseur clé de gazole sous vide pour les raffineries américaines jusqu'en février 2022.

Les sanctions américaines et européennes ne s'appliquent pas aux produits raffinés fabriqués à partir de pétrole russe exporté depuis un pays tiers, car ils ne sont pas d'origine russe. En Inde, les raffineurs ont augmenté leurs importations de brut russe à 793.000 bpj entre avril et octobre, contre seulement 38.000 bpj sur la même période un an plus tôt, selon les données commerciales.

Dans le contexte où les États-Unis tentent de construire leur stratégie indo-pacifique pour affronter la Chine, les actions de New Delhi causent clairement des problèmes à Washington. La possibilité que l'Inde poursuive ses propres intérêts nationaux ne semble pas avoir été prise en compte dans cette stratégie.

Les tensions sur la limitation des prix du pétrole en provenance de Russie ne sont que les dernières d'une série de désaccords entre New Delhi et Washington. Les sanctions américaines sur les exportations de pétrole iranien privent également l'Inde du pétrole iranien bon marché et l'obligent à acheter des exportations énergétiques plus chères aux États-Unis. L'Inde est actuellement le plus grand exportateur de pétrole des États-Unis.

Tout comme Washington arme la Grèce et Chypre dans le but de forcer la Turquie à couper ses liens avec la Russie, les États-Unis font de même au Pakistan pour faire pression sur l'Inde. Après avoir renversé l'ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan, qui accuse les États-Unis de lui avoir fait perdre le pouvoir lors d'un vote de défiance, Washington tente de trouver des approches pour le nouveau gouvernement. En septembre, le département d'État américain a provoqué la colère de l'Inde en approuvant un contrat de 450 millions de dollars pour moderniser la flotte d'avions de chasse F-16 du Pakistan. Peu après, l'ambassadeur américain au Pakistan a fait monter la tension lors d'une visite de la partie du Cachemire contrôlée par le Pakistan, qu'il a appelée "Cachemire administré par le Pakistan" au lieu du "Cachemire administré par le Pakistan" approuvé par l'ONU.

62243269_7.png

1422079_body_512736_handelsweg_russland_iran_indien_grafik_karte_body_o.png

Le 8 novembre, le porte-parole du département d'État américain, Ned Price, a même fait la leçon à l'Inde sur ce qui est dans son intérêt : "Nous avons également indiqué clairement que ce n'est pas le moment de faire comme si de rien n'était avec la Russie, et les pays du monde entier ont l'obligation de faire tout leur possible pour relâcher leurs liens économiques avec la Russie. Il est dans l'intérêt collectif, mais aussi bilatéral, des pays du monde entier de mettre fin à leur dépendance vis-à-vis de l'énergie russe et, bien sûr, de s'en débarrasser au fil du temps. Plusieurs pays ont fait l'amère expérience que la Russie n'est pas une source d'énergie fiable. La Russie n'est pas un fournisseur de sécurité fiable. La Russie est loin d'être fiable dans tous les domaines. Il est donc non seulement dans l'intérêt de l'Ukraine, non seulement dans l'intérêt de la région, mais aussi dans l'intérêt collectif de l'Inde de réduire sa dépendance à l'égard de la Russie au fil du temps, mais aussi dans le propre intérêt bilatéral de l'Inde, étant donné ce que nous avons vu en Russie".

Bien sûr, ce n'est pas vrai. Et l'Inde en est bien consciente. L'Indian Observer Research Foundation a publié le 2 novembre les résultats d'un sondage montrant que 43% des Indiens considèrent la Russie comme le partenaire le plus fiable pour leur pays, loin devant les Etats-Unis (27%). Washington n'explique pas pourquoi il serait préférable pour l'Inde de réduire ses liens économiques avec la Russie.

Le commerce bilatéral de l'Inde avec la Russie a atteint le niveau record de 18,2 milliards de dollars entre avril et août de cette année fiscale, selon les derniers chiffres du ministère du Commerce. La Russie devient ainsi le septième partenaire commercial de l'Inde, contre le 25e l'année dernière. Les États-Unis, la Chine, les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite, l'Irak et l'Indonésie sont toujours devant la Russie.

L'Inde, l'Iran et la Russie ont également passé les deux dernières décennies à développer le corridor de transport international Nord-Sud pour stimuler le commerce entre les pays, ce qui a pris une importance accrue avec l'imposition de sanctions occidentales à Moscou. LoadStar rapporte que RZD Logistics, une filiale du monopole ferroviaire russe RZD, a lancé des services réguliers de trains de conteneurs de Moscou à l'Iran pour servir le commerce croissant avec l'Inde par transbordement.

L'objectif est de maximiser l'utilisation du corridor international de transport Nord-Sud (INSTC), un réseau de fret multimodal transfrontalier en Asie centrale qui aide les deux partenaires stratégiques à surmonter les défis de la chaîne d'approvisionnement causés par les sanctions occidentales contre la Russie.

Selon des sources industrielles, le temps de transit le long de la route nationale "océanique" est estimé à 35 jours, contre environ 40 pour les transports traditionnels précédents.

La pression exercée sur l'Inde ne semble qu'encourager New Delhi à chercher des moyens de s'affranchir de la dépendance au dollar. Loadstar ajoute que la Reserve Bank of India introduit également de nouvelles directives réglementaires pour aider les exportateurs à payer leurs expéditions en roupies plutôt qu'en dollars. La Fédération des organisations d'exportation indiennes fait également pression sur le gouvernement pour qu'il introduise une méthode de change alternative en dehors du marché russe. Il est intéressant de noter que le Pakistan demande au ministère russe du commerce d'introduire un mécanisme d'échange de devises afin de renforcer les liens économiques entre les deux pays.

Les États-Unis et l'Occident, par leurs actions irréfléchies, poussent l'Inde et d'autres pays à revoir leurs itinéraires logistiques et à chercher des solutions financières et économiques alternatives. 

samedi, 26 novembre 2022

L'ordre "fondé sur des règles", le mantra de la propagande américaine

bf03ce40d2b9e35e8455f7c8a11499d2.jpg

L'ordre "fondé sur des règles", le mantra de la propagande américaine

par Luciano Lago

Source: https://www.ideeazione.com/lordine-basato-sulle-regole-il-mantra-della-propaganda-usa/

Chaque jour, il y a davantage de foyers de guerre dans le monde, de l'Iran au Caucase, de l'Éthiopie au Yémen, où la superpuissance hégémonique cherche à semer le chaos pour déstabiliser et renverser les gouvernements et les régimes qui ne se conforment pas à ses propres règles et inciter aux émeutes et aux guerres civiles.

Pendant ce temps, en Ukraine, le conflit se poursuit et marque une nouvelle phase après les attaques russes contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes qui paralysent le pays. Les forces ukrainiennes de l'OTAN, celles qui pensaient déjà avoir la victoire en poche, sont enlisées dans leurs positions en attendant l'offensive russe de l'hiver qui, comme tout le suggère, sera la dernière.

La population ukrainienne est la première victime sacrificielle de la guerre par procuration voulue et fomentée par Washington et Londres pour harceler la Russie et l'avoir à l'usure, mais les choses ne se déroulent pas selon les attentes des élites du pouvoir anglo-saxon.

Sur le front des forces de la Fédération de Russie, toutes les formations de missiles ont été rééquipées du système moderne Iskander-M OTRK qui n'a aucun équivalent dans le monde. Selon le ministère russe de la Défense, ces systèmes, compte tenu de leur puissance destructrice et de leur précision, ainsi que du fait qu'ils peuvent porter des ogives nucléaires, sont ceux qui font la différence sur le terrain dans le conflit avec l'Ukraine et l'OTAN.

En Ukraine, on rapporte que le combat direct a commencé entre la compagnie russe Wagner et le PMC américain Mozart. En réponse à l'implication de la compagnie russe en Ukraine, plusieurs centaines de ces mercenaires étrangers américains ont été envoyés sur le territoire de l'Ukraine pour affronter la compagnie russe Wagner, ceci étant en fait la première confrontation directe entre les forces russes et américaines sur le territoire de l'Ukraine. Il s'agit d'une entreprise privée américaine opérant dans une zone restreinte qui coïncide avec la zone où se trouve l'entreprise russe. On ne sait pas exactement combien de temps cette force militaire sera stationnée, mais il ressort d'un certain nombre de données que ces mercenaires sont déjà présents depuis environ deux mois et constituent la plus grande entreprise étrangère participant au conflit en Ukraine, en plus des unités de l'OTAN déguisées en unités ukrainiennes.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, s'exprimant lors du Forum sur la sécurité internationale à Halifax, au Canada, a déclaré que l'issue du conflit en Ukraine façonnera l'ordre géopolitique du 21ème siècle et que la stabilité et la prospérité de l'Occident sont en jeu, a-t-il souligné.

"L'issue du conflit déterminera le cours de la sécurité mondiale pour le siècle entier", a déclaré M. Austin dans le forum international, "...et nous tous en Amérique du Nord risquons d'être laissés pour compte... la prospérité et la stabilité des deux côtés de l'Atlantique sont en danger", a-t-il poursuivi, affirmant que l'opération militaire russe lancée en Ukraine met en danger "l'ordre international fondé sur des règles" qui nous maintient tous en sécurité, a-t-il ajouté.

Il s'avère que le mantra de l'ordre fondé sur des règles établi par les États-Unis est celui qui est répété sans cesse et sans discernement par divers membres de l'administration de Washington pour justifier l'ordre unipolaire dominé par les États-Unis qui consiste en fait en un ordre mondialiste libéral, celui qui comprend les institutions dominées par l'Occident telles que la Banque mondiale, le FMI, l'OMC, l'ONU, l'OMS, l'UE, l'OTAN et d'autres organismes qui ont réglementé l'ordre international, la diplomatie et le commerce depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Du côté russe, le président russe a commenté dans un discours tenu en septembre que cet ordre, plutôt que de profiter au monde, a été mis en œuvre comme un instrument d'hégémonie unipolaire, utilisé par les États-Unis pour convertir les pays du reste du monde en vassaux, afin de soumettre tous les autres pays à leurs intérêts. "L'Occident insiste sur un ordre fondé sur des règles fantômes, mais d'où vient cet ordre, qui a jamais vu ces règles déclamées ? Qui les a jamais approuvés ou convenus ?" a déclaré le président Poutine.

Selon le directeur du Conseil de politique étrangère de la Défense russe, Sergey Karaganov, la Russie est une grande puissance millénaire, une civilisation qui ne s'adapte pas à vivre avec des règles fausses et improvisées. Nous sommes en présence de la naissance d'un nouvel ordre mondial, dans lequel l'Occident devra vivre selon ses moyens, a déclaré Poutine lors de ses interventions à plusieurs reprises, exprimant son désir de construire un nouvel ordre multipolaire où les différentes puissances doivent coexister sur un pied d'égalité et dans le respect des différentes cultures, et où les différends entre les États doivent être résolus dans le cadre des règles du droit international, sans l'ingérence et les manœuvres sordides de la puissance hégémonique.

Ce n'est qu'alors qu'un système de stabilité, d'équilibre et de paix pourra être rétabli, exactement ce qui manque depuis que la superpuissance hégémonique s'est lancée dans des guerres directes ou par procuration pour rétablir ce qu'elle appelle l'ordre fondé sur des règles.

Cela explique l'hostilité et l'esprit agressif que l'élite anglo-saxonne manifeste de toutes les manières contre la Russie et ses alliés. Ils craignent de perdre l'ancien privilège de domination mondiale qu'ils tirent d'un sentiment mal compris d'exceptionnalisme et de suprématie sur les peuples du monde. L'histoire définira la fin d'un empire désormais dans sa phase finale.

19:55 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : actualité, ordre mondial | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 25 novembre 2022

La revue de presse de CD - 20 novembre 2022

dans-les-journaux-l-autre-match-des-candidats.jpg

La revue de presse de CD

20 novembre 2022

EN VEDETTE

Quelle politique migratoire pour la France ?

Le présent rapport s’efforce de dresser un bilan objectif de la politique migratoire menée en France au cours des quarante dernières années, à partir des données officielles et études académiques disponibles, et d’analyser les avantages et inconvénients d’une large ouverture des frontières aux flux de population, de façon à proposer enfin une politique migratoire qui soit conforme aux intérêts de notre pays.

Étude réalisée par André-Victor Robert, Haut fonctionnaire.

polemia.com

https://www.polemia.com/wp-content/uploads/2022/10/Quelle...

COMPLOTISME (C’est celui qu’y qui y’est !)

Théorie du complot ? Non, éclairage !

Cet entretien développe l’idée provocatrice de « complotisme éclairé » avec Philippe Bobola (physicien, biologiste, anthropologue et psychanalyste) et Jean-Dominique Michel (anthropologue, expert en santé publique). C’est-à-dire, explique ce dernier, que face à une « pensée unique », à des « raisonnements abracadabrantesques qui deviennent des vérités, les personnes qui n’adhèrent pas au discours dominant font naître une intelligence collective et une créativité. Elles découvrent que tous les pouvoirs ont une tendance « aux magouilles et aux complots », comme le montrent les fausses preuves que les grandes puissances avancent pour convaincre le public – par exemple dans les guerres d’Irak ou d’Ukraine, et bien sûr avec les vaccins Covid « sûrs et efficaces ».

covidhub.ch

https://www.covidhub.ch/theorie-du-complot-non-eclairage/

1080581-bernard-henri-levy-s-adresse-aux-etudiants-de-l-universite-kyiv-mohyla-a-kiev-le-16-mai-2014-archives.jpg

Un missile tombe en Pologne, BHL explose

Tweet de BHL : « N’en déplaise aux experts en intention & escalade : 1 l’Histoire a un inconscient ; 2 la #Pologne est à nouveau frappée ; 3 les pro-#Poutine sont à l’Ouest, les missiles viennent de #Russie ; 4 #Zelenski avait raison ; 5 le NATO doit, d’1 façon ou d’1 autre, dire : #StandWithPoland ». A la recherche des « experts en intention » et, ça vient de sortir du cerveau volcan de BHL : « l’Histoire a un inconscient. ». Analyse du stade ultime d’une maladie dégénérative.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/11/18/443558-un-missile...

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/CENSURES/DÉBILITÉ

Clashs en série sur les plateaux de France Inter et de C8

Les plus anciens se souviennent du formalisme souvent pesant de la communication des responsables politiques du temps de l’O.R.T.F. jusque dans les années 1970. Les temps et les codes ont bien changé : le « clash » s’invite désormais fréquemment lors d’émissions de radio ou de télévision auxquelles des femmes et des hommes politiques sont invités. Nous revenons sur des passes d’armes intervenues récemment lors du journal du matin de France Inter et de l’émission Face à baba animée par Cyril Hanouna sur C8. Mention spéciale à Marion Maréchal qui, face à Léa Salomé, a refusé avec force et intelligence la « repentance »…

ojim.fr

https://www.ojim.fr/clashs-en-serie-sur-les-plateaux-de-f...

L’Ordre des médecins s’en prend aux élus Wonner et Houpert

La psychiatre Martine Wonner, ex députée, a été convoquée le 4 novembre 2022 devant la Chambre disciplinaire du Conseil régional de l’Ordre des médecins à Nancy. Le même jour, la Chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins de Bourgogne-Franche-Comté a sanctionné le radiologue Alain Houpert, sénateur de Côte-d’Or, d’une interdiction d‘exercer la médecine pendant 18 mois, dont 9 avec sursis. Il prévoit de faire appel. Dans les deux cas, il est reproché à ces élus d’avoir communiqué leurs prises de positions divergentes de celles imposées par le gouvernement et autorités de santé s’agissant de la gestion de la crise Covid. Ils ont dénoncé l’interdiction de prescrire des traitements précoces, le manque de fiabilité des tests PCR, l’obligation des masques (Mme Wonner), les injections expérimentales, et les mesures liberticides. Ils auraient commis des fautes déontologiques en leur qualité de médecins – alors qu’ils se sont exprimés en tant que parlementaires de la Nation.

covidhub.ch

https://www.covidhub.ch/lordre-des-medecins-2/

Revue de presse RT du 6 au 12 novembre 2022

Exercice hebdomadaire de dé/réinformation grâce à cette revue de presse russe. Au sommaire cette semaine : le monde occidental en déliquescence, la Pologne cheval de Troie des États-Unis, les libertés en Europe, le monde multipolaire, a guerre chaude en Ukraine.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-du-6-au-...

aller-sur-le-terrain-permet-d-en-savoir-un-peu-plus-le-grand_6369972_576x348p.jpg

« Dans le journalisme, on ne doit s’interdire aucun sujet » : entretien avec Régis Le Sommier

Le grand reporter Régis Le Sommier, lance le média Omerta le 16 novembre. Sus aux pudeurs de gazelles, l’ancien directeur adjoint de Paris-Match compte bien fracturer les chapelles idéologiques. Au menu, reportages nationaux et internationaux. Pieds dans la boue ou avec les wokes, l’essentiel est d’aller sur le terrain… Entretien.

causeur.fr

https://www.causeur.fr/dans-le-journalisme-on-ne-doit-sin...

Arrestation de Vincent Reynouard au Royaume-Uni : Main basse sur la mémoire, les pièges de la loi Gayssot [Reportage]

Jeudi 10 novembre, en Écosse, Vincent Reynouard (une des rares interviews en vidéo qu’il ait accordé à un média français est ici) écrivain révisionniste de 53 ans, a été arrêté par la police locale, puis présenté à un juge d’Edimbourg en vue de son extradition, réclamée par la France. Ce dernier a été placé en détention en attendant la décision des autorités judiciaires britanniques. Pourtant, au Royaume-Uni, la législation sur la remise en cause de l’histoire officielle (appelée révisionnisme ou négationnisme en France) est bien plus souple qu’en France. Le Monde explique ce qu’il s’est passé : « l’obstacle à l’ouverture d’une enquête par les autorités locales a toutefois pu être levé grâce à une subtilité juridique : les autorités britanniques autorisent l’extradition de ressortissants étrangers lorsqu’ils ont fait, dans leur pays d’origine, l’objet d’une condamnation à un an de prison. Or, le 17 juin 2015, la cour d’appel de Caen a prononcé cette peine à l’encontre de M. Reynouard après la diffusion d’une énième vidéo, remontant à 2014, dans laquelle il entendait « démonter les mécanismes, les ressorts et les mensonges de la propagande imposée aux jeunes générations au nom du devoir de mémoire » à l’occasion du 70e anniversaire du débarquement du 6 juin 1944 »

breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2022/11/15/210682/arrestation...

Coup de filet dans les milieux pédophiles : les profils des accusés vont vous surprendre…

Pour ce qui concerne les profils des inculpés, aucune conclusion sociale ne peut en être tirée : cela va du chômeur au CSP+, disent les policiers. Cela n'a rien de surprenant, car la pédophilie, comme les autres déviances, n'est évidemment pas l'apanage d'un milieu social donné, quoi qu'en pensent les clichés (dans un sens ou dans l'autre). En revanche, il est à noter que plusieurs d'entre eux travaillent pour l'Éducation nationale ou pour l'aide sociale à l'enfance, que certains sont identifiés comme familles d'accueil et que plusieurs conseillers municipaux, de même que le maire d'une commune, font aussi partie du lot. Et là... on n'en saura pas plus…

bvoltaire.fr

https://www.bvoltaire.fr/coup-de-filet-dans-les-milieux-p...

ÉCOLOGIE (PUNITIVE)

Le suicide par écologisme

Il est indubitablement exact que si on élimine les humains, il n’y aura plus de dioxyde de carbone anthropique, par définition. Vu ainsi, on comprend que les doses d’humanisme des écologistes sont rapidement passées dans le domaine homéopathique : en quelques décennies, l’écologie s’est transformée d’une collection de principes – dont certains de bon sens comme une lutte contre les atteintes dangereuses pour l’Homme à son environnement – en une idéologie de plus en plus invasive puis une véritable religion avec sa doctrine (dont la hausse du niveau des océans ou le réchauffement climatique en sont des piliers), ses prêtres (politiciens et figures médiatiques d’ONG officiellement syntonisées avec Gaïa) et ses rites depuis le tri des déchets jusqu’à la lutte contre le nucléaire ou la pédalomanie cyclopathe fièrement affichée par certains.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/11/14/443146-le-suicide...

ÉCONOMIE

La chute de la FTX et de tout ce qui est crypto-monnaie

Cette semaine, j’ai été stupéfait par la stupidité des personnes qui avaient investi dans la crypto-« bourse » FTX. Je suis également stupéfait que certains aient pu « investir » leur « argent » sur le compte de cette entité non réglementée. Comment peut-on être aussi stupide ? Les crypto-« monnaies » n’ont pas de but réel. Elles ne sont pas de l’argent. Leur valeur dépend uniquement de la confiance que les gens ont en elles. Lorsque la confiance disparaît, leur valeur tombe à zéro. C’est ce qui est arrivé à FTX et à la « monnaie » FTT que la société avait émise. Réponse : et si on regardait à qui profite cette fraude ?

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/la-chute-de-la-ftx-et-de-to...

maxresdefault.jpg

« Short sellers », journalistes et « producteurs d’information » : un jeu trouble

Un peu d’information à caractère financier, pour changer un peu. Le short seller ou vendeur à découvert ou VADeur pour les intimes, agit très officiellement pour le « bien de la collectivité » en dénonçant sur les marchés financiers et en bourse les vilains petits canards qui trichent avec les chiffres et mettent en danger le « système ». Mais avec tant à gagner sur un pari, et donc tant à perdre aussi, comment croire que certains ne sont pas tentés de piper un peu les dés ?

ojim.fr/

https://www.ojim.fr/short-sellers-journalistes-et-product...

ÉNERGIES

Énergie : l’Allemagne attaque la France et menace l’Union européenne

Un excellent document de l’École de guerre économique, publié en mai 2021, révèle les manipulations révoltantes de l’Allemagne à Bruxelles pour défendre ses choix énergétiques douteux et ses intérêts industriels aux dépens de l’Union européenne (UE), et notamment de la France. Ce texte décortique clairement comment l’Allemagne tente d’affaiblir durablement la France et l’UE dans le domaine de la production d’énergie en s’opposant au nucléaire et en imposant des énergies renouvelables intermittentes (EnRI) ainsi que le gaz.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/11/14/399712-energie-la...

ÉTATS-UNIS

Élections américaines : implications pour le pays et le monde

La faible performance des Républicains et la « toxicité » de la figure médiatique et diabolisée de Trump soulèvent des questions sur l'avenir de la candidature de celui-ci à la présidence du Parti républicain en 2024.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/11/10/e...

Nouvelle politique nucléaire américaine

Le 27 octobre 2022, l'administration de Joe Biden a publié une version déclassifiée de sa Nuclear Posture Review (NPR). La partie générale est désormais dans le domaine public, ce qui permet de tirer certaines conclusions. Le JCPOA, (c’est-à-dire l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien - en anglais Joint Comprehensive Plan of Action ou JCPOA, traduit en français par l'Union européenne et l'Agence internationale de l'énergie atomique comme Plan d’action global commun (PAGC) et d'autres documents stratégiques militaires américains, démontrent objectivement la nature agressive de la politique étrangère de Washington. Des actions concrètes, telles que le déploiement d'armes nucléaires en Europe et l'apparition de bombardiers stratégiques américains en Australie, le confirment clairement.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/11/12/n...

us-troops-patrol-northeastern-syria.jpg

En violation du droit international : les États-Unis renforcent massivement leur présence militaire en Syrie

Depuis des années, le gouvernement syrien dénonce devant les forums internationaux l'occupation continue et illégale du territoire syrien par les États-Unis. Concrètement, il s'agit d'environ un tiers du territoire syrien à l'est de l'Euphrate. Les États-Unis y exploitent illégalement des gisements de pétrole syriens. Il y a actuellement 28 bases militaires américaines sur le territoire syrien. Elles ont été construites sans l'accord du gouvernement de Damas et servent à la protection militaire des zones pétrolières.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/11/12/e...

Noam Chomsky : « 20 ans après le vote pour la guerre en Irak, les États-Unis continuent de bafouer le droit international »

Cette semaine marque le 20e anniversaire du vote du Congrès américain autorisant la guerre meurtrière en Irak qui, selon certaines estimations, a tué entre 800 000 et 1,3 million de personnes. Dans l’interview exclusive pour Truthout ci-dessous, Noam Chomsky partage ses réflexions sur les causes et les ramifications de cet effroyable crime contre l’humanité.

les-crises.fr

https://www./noam-chomsky-20-ans-apres-le-vote-pour-la-gu...     

 

FOOTBALL

Qatar : les dessous de la Coupe du monde de la honte

Un dossier pour aider à comprendre que, derrière la Coupe du monde de football 2022 au Qatar se joue un monstrueux chantage avec des forces vives, tirant les ficelles dans l’ombre à des fins économiques et personnelles. Accrochez vos ceintures : le voyage s’annonce tumultueux !

static.juste-milieu.fr

https://static.juste-milieu.fr/external/JUM/Dossier-gratu...

FRANCE

Transfert des cotisations de l’Agirc-Arrco à l’URSSAF : 13 millions de dupes à la clé !

Prévue dans le projet de loi pour le financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2020, cette mesure, qui devait à l’origine s’appliquer dès le 1er janvier 2022, a d’abord été repoussée d’un an et n’entrera finalement en vigueur que le 1er janvier 2024 – si elle n’est pas abandonnée. Dans la nuit du 7 au 8 novembre, le Sénat l’a purement et simplement annulée, par 302 voix contre 28 ! Le gouvernement a toujours la ressource de passer en force, en recourant au besoin à l’article 49-3. On peut penser qu’il le fera, mais à un prix politiquement élevé.

bvoltaire.fr

https://www.bvoltaire.fr/transfert-des-cotisations-de-lag...

Justice : Éric Dupond-Moretti se met au déstockage

L’État français serait-il en voie de désintégration ? Pointer l’affaiblissement drastique de l’exercice des fonctions régaliennes est devenu une banalité. Justice, police, ordre public, sécurité, diplomatie et affaires étrangères, défense, finances, donnent un sentiment de dégradation et d’abandon. Mais c’est la même chose pour les grands services publics, santé, énergie, transports, éducation, qui sont plus qu’en souffrance. Et les Français assistent effarés au spectacle de la disparition d’une force administrative autrefois puissante. Mais finalement, le pire est que ceux qui gouvernent ce pays, constatant le naufrage, ont décidé de se contenter de misérables tentatives de colmatage des voies d’eau. Le premier d’entre eux persiste de son côté à prendre l’Élysée pour une estrade de théâtre et à confondre gouverner et se mettre en scène. Alors que la France se prépare à un hiver qui par certains aspects pourrait être tragique, il annonce triomphalement donner 1 milliard d’euros à l’Afrique du Sud pour l’aider dans « sa transition énergétique ».

vududroit.com

https://www.vududroit.com/2022/11/justice-eric-dupond-mor...

GÉOPOLITIQUE

Samarkand : la voie de la multilatéralité

Les résultats du sommet des chefs d'État des pays de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui s'est tenu le 16 septembre à Samarkand, en Ouzbékistan, méritent d'être analysés sans œillères idéologiques ou sans préjugés préétablies. Elle permettrait d'éviter les erreurs d'appréciation géopolitiques que l'on pourrait regretter par la suite.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/26/s...

IMMIGRATION

Les fréquentations racistes de Carlos Martens Bilongo

Carlos Martens Bilongo, nouvelle idole de l’extrême gauche victimaire et de la Nupes, navigue dans des eaux bien troubles. Ses accointances avec des figures anti-juives et partisanes de l’islam radical ont été dévoilées ces derniers jours.

causeur.fr

https://www.causeur.fr/les-frequentations-racistes-de-car...

visactu-locean-viking-accueilli-vendredi-au-port-militaire-de-toulon.jpg

Les fugueurs de l’Ocean Viking, ou comment la France se ridiculise un peu plus

Là, on hésite : en pleurer ou en rire. Les deux à la fois, peut-être. 26 des 44 migrants supposés mineurs se sont fait la malle. Pas du fameux village de vacances de la presqu’île de Giens, transformé en « lieu de privation de liberté », selon les mots de Mediapart, mais d'un hôtel de Toulon où ils étaient hébergés par le Conseil départemental. Vous me direz que ça fait toujours 26 bouches de moins à nourrir. Pour l’instant.

Bvoltaire.fr

https://www.bvoltaire.fr/les-fugueurs-de-locean-viking-ou...

MONDIALISME

OPEP+, BRICS : Le nouveau leadership des coalitions des non-occidentales

Des pays qui représentent plus de 80 % de la population mondiale et un pourcentage similaire du produit intérieur brut mondial sont parfaitement à même de voir les provocations brutales de l’administration Biden et ne les approuvent pas.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/opep-brics-le-nouveau-leadershi...

ONG

Qui finance les passeurs ? Et comment les médias en parlent-ils ?

Nous ne reviendrons pas sur les ritournelles autour des multiples ronds dans l’eau du navire/ONG Ocean Viking, véritable agence de voyage des passeurs. Ni sur la piteuse retraite en rase campagne des autorités françaises, poursuivant avec vigueur la politique du chien crevé au fil de l’eau. Nous repostons quelques articles récents que nous avons publiés sur le sujet et nous en profitons pour jeter un coup d’œil sur les collectivités locales en France qui financent ces passeurs de migrants, pardon de clandestins.

ojim.fr

https://www.ojim.fr/qui-finance-les-passeurs-et-comment-l...

RÉFLEXIONS

« L’Exil intérieur » : le traité de morale et de maintien d’Alain de Benoist

Le dernier essai qu’Alain de Benoist vient de publier L’Exil Intérieur Carnets Intimes ne laisse pas indifférent, tant sur la forme que sur le fond. Sur la forme d’abord, puisqu’il se présente avant tout comme une succession de réflexions et d’aphorismes, ponctuée de courts textes et parfois de poèmes. Sur le fond ensuite, puisqu’il s’agit effectivement de réflexions personnelles qui n’avaient pas vocation, initialement, à être publiées et qui se succèdent depuis les années 1970. Des réflexions qui comme le souligne François Bousquet dans sa belle postface, nous dévoilent aussi une partie du jardin secret d’Alain de Benoist.

polemia.com

https://www.polemia.com/lexil-interieur-le-traite-de-mora...

RUSSIE

Les chefs du renseignement étasunien et russe se rencontrent à Ankara

Le média russe Kommersant a révélé que des négociations américano-russes avaient lieu en Turquie aujourd’hui 14 novembre, à Ankara, la capitale de la Turquie. Le directeur du service du renseignement extérieur, Sergei Naryshkin, s’est rendu à Ankara en avion, depuis la Russie. La dernière fois que les délégations russe et américaine se sont rencontrées à Genève, c’était le 10 janvier dernier à Genève pour des discussions sur les garanties de sécurité. L’absence de résultats concrets des négociations de janvier est souvent considérée comme un préalable diplomatique au déclenchement des hostilités en Ukraine. Analyse de Moon of Alabama.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/les-chefs-du-renseignement-...

 

FX-UhAkWIAEqTgU.jpg

Encore une infox pour noircir la Russie

Le 5V55K est un ancien missile de production soviétique (1978/82) destiné au système de défense aérienne S-300 que l’Ukraine utilise contre les missiles de croisière russes. Sa portée nominale en mode de défense aérienne est de 75 kilomètres. S’il ne parvient pas à atteindre sa cible, les débris risquent de tomber à peu près à cette distance. Przewodow en Pologne (50.47099 lat, 23.93432 lon), où le missile a atterri, se trouve à environ 70 kilomètres au nord de Lviv en Ukraine.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/encore-une-infox-pour-noirc...

SANTÉ/LIBERTÉS

Hydroxychloroquine : petit retour historique

Suite au dernier billet constatant a postériori que l’association Hydroxychloroquine/Azithromycine avait sans doute eu une certaine efficacité lorsqu’elle a pu être prescrite, comme le montrent les chiffres officiels, avec le recul il est bon de faire un petit rappel de ce qu’il s’est passé.

covid-factuel.fr

https://www.covid-factuel.fr/2022/11/11/hydroxychloroquin...

« Corruption et fraude dans la crise Covid » : l’inventaire des dérives

Deux colloques internationaux où des experts de haut niveau révèlent la dimension multidisciplinaire des contrevérités : médicale, politique, médiatique, scientifique, statistique, informatique, juridique, philosophique, psychologique...

covidhub.ch

https://www.covidhub.ch/corruption-et-fraude/

19-06-29-abu-talha-al-hindi-1024x576_2.jpg

TERRORISME

« Vilayat Khorasan », une menace pour toute l'Asie centrale"

Le groupe terroriste État islamique (interdit dans la Fédération de Russie) n'a pas été complètement anéanti. Malgré quelques succès contre le terrorisme en Syrie et en Irak, nous pouvons constater une résurgence des activités de l'organisation dans d'autres régions. En particulier, une branche autonome de l'État islamique de la province du Khorasan (ISKH), également connu sous le nom de Vilayat Khorasan (interdit dans la Fédération de Russie), opère dans une vaste zone englobant l'Asie centrale, l'Afghanistan, le Pakistan et l'Iran. À cet égard, l'adhésion de l'Iran à l'OCS (Organisation de coopération de Shanghai) est importante en tant que facteur de stabilisation.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/26/v...

UKRAINE

Jacques Baud : Voici comment l’Occident ment dans la guerre en Ukraine

L’officier du renseignement suisse, conseiller de l’OTAN et auteur de plusieurs livres, Jacques Baud, s’est penché sur la guerre en Ukraine dans une interview publiée par le portail média indépendant américain grayzone.com et a notamment critiqué sévèrement la couverture médiatique occidentale. Baud, dont le dernier livre publié (« Opération Z ») est consacré au conflit ukrainien, souligne que les médias occidentaux ne donnent systématiquement que la version ukrainienne des événements, mais que celle-ci est souvent édulcorée ou tout simplement fausse.

reseauinternational.net

https://reseauinternational.net/jacques-baud-voici-commen...

UNION EUROPÉENNE

Le retour de la question allemande

En bon historien, Pierre Lellouche revient avec justesse sur ce que l’on a toujours appelé l’axe franco-allemand et sa soi-disant entente cordiale nécessaire à l’équilibre européen alors que celui-ci n’a jamais été autre chose qu’un cache-misère. Quand nos gouvernements vont-ils enfin comprendre que les Allemands, pas plus que les Américains d’ailleurs, ne sont nos « amis ». Angela Merkel nous a enflé, Olaf Schulz est en train de faire de même.

synthesenationale.hautetfort.com

http://synthesenationale.hautetfort.com/media/02/00/26183...

 

mercredi, 23 novembre 2022

Drumont et notre prostration à travers les âges républicains

Edouard_Drumont_BNF_Gallica_(cropped).jpg

Drumont et notre prostration à travers les âges républicains

Nicolas Bonnal

Et de chercher une explication : l’ataraxie. Mieux même, la prostration…

« Tout vient se briser contre une indifférence absolue, contre une sorte d’ataraxie, d’impassibilité générale, qui n’est point l’ataraxie stoïque dont parle Proudhon, mais plutôt une inertie maladive, une prostration sur laquelle rien n’agit. »

Le cœur ne bouge plus trop :

« Les physiologistes connaissent bien ces phases passagères où le cœur est inexcitable. L’organe où l’humanité puise sa flamme a soudain des moments de repos, d’hébétude, de torpeur après lesquels il reprend son fonctionnement… A l’heure actuelle, malheureusement, ce n’est plus par saccades, c’est toujours que le cœur ne répond plus aux excitants. Et comme ce bourdon, qui rythme nos artères, nos expansions et nos violences, dépend lui-même du cerveau, c’est toujours au cerveau qu’il faut chercher la cause des défaillances et des sommeils. »

Cf.: https://www.youtube.com/watch?v=reOB_PUvqJM&t=959s

Et Drumont de s’interroger :

« Comment s’étonner alors que la lassitude saisisse ces entendements secoués, non plus la saine lassitude du travail, où se puisent des forces nouvelles, mais la dépression atonique où l’on a l’illusion de la vigueur ? »

Le monde moderne est là et son absence de réaction (sauf pour aller se vacciner ou pester contre le fascisme ou la Russie – toujours par conformisme et conditionnement) :

« La Mort gagne le monde par l’insensibilité, par l’anesthésie. Cette anesthésie sociale, que l’on appelle l’ataraxie, envahit les masses, comme sa sœur envahit les êtres. Elle débute d’ici, de là, par plaques qui se rejoignent et couvrent bientôt le corps tout entier. Certaines régions intermédiaires jouissent d’une fausse excitation que l’on retrouve avant tous les désastres. Celui qu’attend la congestion bâtit des projets bienheureux. »

Cf.: https://www.youtube.com/watch?v=CEHxpr2l5zo&t=528s

Le temps est à l’optimisme paresseux :

« Nous autres, au bord du gouffre, nous affirmons le Progrès indéfini, une ère joyeuse et libre. Au fond, nous ne croyons même pas à Demain, et nous nous en occupons très peu. »

Nous sommes entourés de frivoles :

« Les frivoles rient jusqu’à la mort ; les esprits moins légers, ceux qui réfléchissent sur les spectacles que la vie déroule devant eux et qui s’irritent de ce qu’elle leur cache, ne peuvent se défendre de la tristesse qui se dégage de tout…".

Cf.: https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/nicolas-bonnal-pense...

On chasse le pessimisme (il n’y pas de grand remplacement, pas de gouvernance mondialiste, pas de dictature sanitaire, pas de complots…):

« Les Français modernes n’ont rien de tout cela. Les troublantes théories de Schopenhauer comme les belles désespérances de Tolstoï, vastes et désolées comme des steppes, les laissent parfaitement indifférents. Intellectuellement, c’est trop fort pour eux, trop étendu d’horizon, trop intense de pensée; cela les obligerait à trop de méditation. »

img-5.png

On se contentera de peu intellectuellement, spirituellement :

« La conception que les Français contemporains ont de la vie n’a d’analogue dans aucun temps, elle est tout à fait particulière à notre époque. Notons tout d’abord que si la vie moderne s’est compliquée au point de vue des faux besoins et des raffinements du bien-être, elle s’est singulièrement simplifiée au point de vue moral ; comme une espèce de Peau de chagrin, elle se rétrécit tous les jours sous ce rapport. »

A lire et à commander: https://www.amazon.fr/DANS-GUEULE-BETE-LAPOCALYPSE-MONDIA...

Le monde moderne a créé son homme rond-de-cuir en France, pays de la Révolution (voyez nos textes sur Cochin) et du bourgeois (Taine) :

« Le régime moderne a créé, on peut le dire, un type d’être spécial que l'on serait tenté d’appeler le contribuable; car, en réalité, si on demandait à beaucoup d’hommes de ce temps pourquoi ils sont sur la terre, ils seraient bien embarrassés de répondre et finiraient par vous dire :

— Ma foi, pour faire notre service militaire, pour acquitter nos contributions et pour payer notre terme. »

S’ensuit une belle comparaison animale :

« Les Français sont admirablement dressés à toute cette organisation fiscale; ils sont comme les méharis qui s’agenouillent pour qu’on puisse les charger plus facilement, ou comme les chevaux de renfort d’omnibus qui, leur besogne faite, vont tout seuls rejoindre leur place au bas de la montée et attendent là qu’on les attelle de nouveau… »

Sources:

Drumont, Testament, III, 1, p.171-172 (archive.org).

https://archive.org/details/letestam

 

https://www.amazon.fr/Pourquoi-monarchie-disparu-France-p...

https://www.youtube.com/watch?v=dnTgAKziCBU&t=948s

 

 

17:30 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, france, édouard drumont | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 22 novembre 2022

Macron et la providentielle punition des Français

collage-sans-titre-4-1.jpg

Macron et la providentielle punition des Français

Nicolas Bonnal

Les Français ont élu et réélu Macron après avoir voté Hollande et Sarkozy. En 2007 ils ont voté pour les trois candidats ultra-européens après avoir soi-disant refusé l’Europe (distrait référendum de 2005). Depuis Mitterrand ils se considèrent comme écologistes, antiracistes, socialistes, européistes, mondialistes, sauf une faible minorité fascisée d’abord puis traitée de complotiste. Depuis 1984, date du départ des cocus communistes et de l’arrivée au pouvoir de Fabius, il y a un seul parti, celui des « élites mondialisées », comme disait un hiérarque républicain. Mais le peuple parfaitement enthousiaste dont a parlé Céline vote et revote pour le même casse-pipe. Avec Macron on a passé les bornes (sic) : comme disait Roland Hureaux, on a voté pour le candidat de l’ultra-finance en 2017, qui était, comme par hasard, aussi le candidat de l’ultragauche sociétale. Je ne fais aucune différence entre Macron, LR (Sarkozy non plus d’ailleurs) et LFI. Tout cela est un sac à puces socialiste, un sac à malices mitterrandien (cf. mon « grand initié »).

mitterrand-le-grand-initie.jpg

Aujourd’hui cet idéalisme mitterrandien passe facture : pauvreté, misère, « remplacement » (petit ou grand, alors ?), insécurité, évanouissement militaire, disparition diplomatique et même pénurie de courant et de nourriture. Ran-Tan-Plan « sent confusément quelque chose », mais on ne voit personne se soulever, on est comme dans le texte cauchemardesque de l’Anglaise de Taine dont j’ai parlé maintes fois : des élites folles et un peuple distrait.

Mais Macron j’ai fini par l’apprécier : il va ruiner le Français et le faire souffrir. Et l’autre ne va pas réagir. Il a donc une fonction providentielle, et on sait que la Providence utilise toutes sortes d’outils pour taper sur les imbéciles dont elle a marre.

front-medium-2460969545.jpg

C’est le moment donc de relire le début des Considérations sur la France de Joseph de Maistre. Il écrit sur les acteurs de la Terreur révolutionnaire :

« Enfin, plus on examine les personnages en apparence les plus actifs de la révolution, et plus on trouve en eux quelque chose de passif et de mécanique. On ne saurait trop le répéter, ce ne sont point les hommes qui mènent la révolution ; c'est la révolution qui emploie les hommes. »

Et Maistre décrit la méritée punition qui arrive sur tous ces froncés toujours sanguinaires à force d’humanitaire (à Berlin ? A Moscou ! Pendons Poutine à Nuremberg !) :

« On dit fort bien, quand on dit qu'elle va toute seule. Cette phrase signifie que jamais la Divinité ne s'était montrée d'une manière si claire dans aucun évènement humain. Si elle emploie les instruments les plus vils, c'est qu'elle punit pour régénérer. »

Monarchiste et chrétien, Maistre reconnait (on est en 1797) les crimes de la France :

« Chaque nation, comme chaque individu, a reçu une mission qu'elle doit remplir. La France exerce sur l'Europe une véritable magistrature, qu'il serait inutile de contester, dont elle a abusé de la manière la plus coupable. »

La France aura dit-il démoralisé l’Europe :

« La France était surtout à la tête du système religieux, et ce n'est pas sans raison que son Roi s'appelait très-chrétien : Bossuet n'a rien dit de trop sur ce point. Or, comme elle s'est servie de son influence pour contredire sa vocation et démoraliser l'Europe, il ne faut pas être étonné qu'elle y soit ramenée par des moyens terribles. »

AGON_HOCQ_2014_01.jpg

Et si en effet le mitterrandisme ou le coq hérétique avait depuis les années 80 et 90 salement transformé l’Europe : humanitaire, autoritaire, belliciste, jacobine et surtout sociale ? Le néolibéralisme a été simplement une invitation socialiste faite aux politiques de se remplir les poches. Lisez les livres de Hocquenghem et de mon éditeur Thierry Pfister qui en parlèrent très bien de cette gauche caviar.

Certes il n’y a pas que des enthousiastes mondialistes de gauche et d’extrême-gauche en France. Mais ils ne seront pas épargnés. Maistre écrit aussi dans la Deuxième soirée que la mort d’un juste sur un champ de bataille n’est pas une injustice, mais un malheur.

Mais le reste va être puni ; il ajoute, toujours dans ses Considérations :

« Depuis longtemps on n'avait vu une punition aussi effrayante, infligée à un aussi grand nombre de coupables. Il y a des innocents, sans doute, parmi les malheureux, mais il y en a bien moins qu'on ne l'imagine communément. »

Puis Maistre remarque que l’armée (déjà déshonorée, en France on aime ça) n’a pas protégé son roi ; mais que personne n’en a fait autant que les savants (ah Lavoisier, ah Monge, ah Cuvier…) :

« On gémit de voir des savants illustres tomber sous la hache de Robespierre. On ne saurait humainement les regretter trop ; mais la justice divine n'a pas le moindre respect pour les géomètres ou les physiciens. Trop de savants français furent les principaux auteurs de la révolution ; trop de savants français l'aimèrent et la favorisèrent, tant qu'elle n'abattit, comme le bâton de Tarquin, que les têtes dominantes. »

Parodions alors Jules Laforgue : ô médecins des plateaux télé ! O chasseurs de non-vaccinés et de légions d’honneur ! O grands amateurs de subventions et de commissions des labos !

Sur l’armée (pensons à la nôtre en ce moment, si otanesque et nulle) :

« L'indifférence de l'armée ne fut pas moins remarquable. Elle servit les bourreaux de Louis XVI bien mieux qu'elle ne l'avait servi lui-même, car elle l'avait trahi. On ne vit pas de sa part le plus léger témoignage de mécontentement. Enfin, jamais un plus grand crime n'appartint (à la vérité avec une foule de gradations) à un plus grand nombre de coupables. »

J’en termine avec cette phrase du maître (dont un descendant je crois fut compromis sous Sarkozy) :

« Un des plus grands crimes qu'on puisse commettre, c'est sans doute l'attentat contre la souveraineté, nul n'ayant des suites plus terribles. »

Le moins que l’on puisse dire c’est que nos élites n’en ont plus rien à faire de notre souveraineté (je joue sur les mots, mais pas tant que ça). Le peuple aussi semble s’en foutre qui fuit comme la peste les candidats souverainistes dotés de scores comiques aux élections.

Macron va donc pouvoir finir de punir les Français : ils auront le sort du chien et du loup de La Fontaine, la laisse électronique et la misère. Mais ils s’y habitueront et revoteront pour lui ou pire (mon rêve serait Rousseau, la bien nommée). Les amateurs de Schadenfreude en seront pour leurs frais. Les autres iront en Floride ou à Madagascar.

Sources:

https://www.bvoltaire.fr/macron-nest-centre-dextreme-gauc...

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fc/Maist...

https://www.amazon.fr/Mitterrand-grand-initi%C3%A9-Nicola...

 

 

samedi, 19 novembre 2022

G-20 : Les "adultes dans la pièce" à la recherche de l'ordre perdu

BS_Russie_Chine_USA_448538431_AlexLMX_1s-1024x569.jpg

G-20 : Les "adultes dans la pièce" à la recherche de l'ordre perdu

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-g20_gli_adulti_nella_stanza_alla_ricerca_dellordine_perduto/39602_47932/

par Paolo Raffone

Les projecteurs qui éclairaient le G20 à Bali étant éteints, on ne voit plus dans la salle que trois adultes - la Chine, les États-Unis et la Russie - qui, dans diverses bilatérales et négociations plus ou moins secrètes, ont affiné certaines questions pendantes. Pas d'amitié ni de solidarité. Tous conscients que personne ne gagne à continuer dans le dangereux (et nuisible) désordre mondial. Aucune concession mutuelle, aucun rabais. Réalisme et pragmatisme sont les mots d'ordre.

Inopportune et provocatrice, la visite de Pelosi à Taïwan a été mise de côté par déférence pour les principes établis en 1971 à l'ONU (une seule Chine... et donc le principe westphalien et sacré, celui de l'intégrité territoriale internationalement reconnue). Sur l'inopportunité d'utiliser des armes nucléaires, la Chine et les États-Unis semblent s'être mis d'accord (Taïwan ne vaut pas la bombe), mais aussi les États-Unis et la Russie semblent aller dans la même direction (réunion pour rouvrir les négociations START). En ce qui concerne l'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, la Chine et les États-Unis se rendent compte de l'échec tactico-stratégique de la Russie, mais sont d'accord sur la stupidité politico-stratégique totale de l'isolement et de l'humiliation de la Russie (la Chine a de solides souvenirs du siècle d'humiliation du Céleste Empire et les États-Unis des conséquences involontaires de la "paix" vexatoire de Versailles). Tous deux préfèrent surmonter l'"incident militaire" par un puissant plan de reconstruction (pour la construction qui fut lésée) qui a une portée régionale transfrontalière convenue et équilibrée avec des sauvegardes et des garanties ainsi que des zones hybrides de collaboration possible.

Conscients de leurs limites et contraintes internes respectives, la Chine et les États-Unis ont reconnu que leur niveau d'interdépendance économique est tel qu'il décourage les nouvelles aventures et les représailles, laissant la voie libre à une concurrence loyale et à une compétition technologique et commerciale (en bref, les embargos et les sanctions enrichissent les avocats mais appauvrissent les États).

Au cours du G20, les perspectives de la gouvernance mondiale semblent être apparues sur un modèle quadrilatéral : G2+1+1. Chine-États-Unis (G2), Chine-Russie (+1) et États-Unis-UE (+1). Le G2 (une idée d'Obama qui a échoué par la suite) serait l'épicentre de l'infrastructure mondiale, tandis que les deux +1 ne seraient pas des zones d'influence typiques de l'ancienne sémantique géopolitique mais plutôt des partenaires auxiliaires dotés d'autonomie. Une configuration mondiale néo-impériale. D'autre part, l'issue actuelle des neuf mois de guerre a conduit à la nécessité de tirer quelques leçons réelles et pragmatiques : a) les logiques unipolaires ne sont plus durables ni commodes pour prévenir le multipolarisme ; b) la captation de l'Europe par les Américains et les puissances émergentes farouchement anti-russes et anti-européennes telles que celles de l'Intermarium polono-ukraino-lituanien (déjà cher à Józef Pilsudski il y a exactement un siècle); c) en Eurasie, c'est la Chine et l'Inde qui dirigent les flux énergétiques et commerciaux nécessaires vers la Russie, avec des retombées évidentes de l'Australie à l'Asie centrale, au Golfe Persique et à l'Afrique.

Rien n'est décisif. Le monde reste fluide. Les coups de Jarnac par les cinquièmes colonnes sont toujours possibles. Les géométries variables sont un must. En tout cas, il semble que dans l'atmosphère décadente de Bali, les dirigeants aient vécu une réflexion psychologique proustienne sur la mémoire et le temps à la recherche de l'ordre perdu. Reste à savoir si, dans le temps retrouvé, les dirigeants se rendront compte de l'inévitabilité du passage du temps, en évitant les remords mais en construisant ensemble un nouveau récit.

FhpSAmfXkAIIGrp.jpg

Dans la salle du G20 à Bali, on aperçoit également des enfants habillés en tenue de fête. Ils s'adressent aux adultes avec des danses et des pirouettes, en essayant de capter leur attention. Parmi eux, seule une jeune fille à la crinière dorée et à la voix rauque. L'air festif est interrompu par les images d'un petit homme vêtu de vert qui brandit les dix commandements de la paix tout en récitant de terrifiants mots de destruction. Au bord de la pièce, d'autres personnages apparaissent, quelque peu distants. Un écuyer méphistophélique, qui sous les traits d'un Savonarole de roman parle d'isoler le malin, propose à tous ses six points pour le bonheur [1], et raconte qu'il possède un merveilleux jardin enchanté, protégé des barbares envahisseurs. Une dame angélique, une Teresa visqueuse qui voltige de pan en fracas en offrant son soutien à tous, cherche désespérément une chaise pour s'allonger. Un esprit faustien se tourne vers le "grand monde" des cours impériales, où il expérimente les séductions du pouvoir, de la richesse et de la gloire terrestre. Soudain, un jeune garçon aux mains fines et osseuses s'agite, annonçant qu'un missile est tombé dans le jardin enchanté. Il brise le silence avec des tremblements de terreur. L'écuyer méphistophélique identifie immédiatement l'envahisseur qui veut troubler l'enchantement du bonheur. Les adultes, quelque peu agacés, se regroupent à l'écart dans un caucus d'où l'on peut les entendre commenter à voix basse: de toute façon, ce sont les barbares qui sont à blâmer, mais ce n'est pas un missile mais un message du ciel. Sic transit gloria mundi.

[1] https://www.politico.eu/article/russia-isolation-european-union-policy/

 

vendredi, 18 novembre 2022

G20 et passe sanitaire: comment le virtuel nous prive de notre perception et de la révolution

000_9FF9QL.jpg

G20 et passe sanitaire: comment le virtuel nous prive de notre perception et de la révolution

Nicolas Bonnal

L’absence de réaction de notre amorphe masse n’échappe plus à personne, même aux plus optimistes. Le G20 va imposer dans une belle indifférence un pass sanitaire mondial et mondialiste (on a le texte en anglais, tout le monde peut aller vérifier) et cela calmera (ou ne calmera même pas) ceux qui croient encore en une alternative mondialiste faite de Brics et de broc. La guerre en Ukraine a permis l’accélération du Reset, de privations et pénuries organisées et imposées - et elle renforce sous couvert du rideau de fumée médiatique (cette guerre est trop terne pour être vraie, cf. mon ami Shamir) le pouvoir de la coulisse dont parlait Disraeli. Derrière toute guerre mondiale il y a une entente. Le seul bénéficiaire c’est l’Etat totalitaire mondialiste en gestation depuis un siècle ou plus. Joseph de Maistre (Soirées, II) ou Monseigneur Gaume en parlèrent en plein dix-neuvième siècle aussi bien que le PM anglais susnommé. Le nouveau PM anglais d’origine hindoue fera mieux et surtout pire que le précédent. Cela aussi avait été prédit – par Chesterton.

Mais pourquoi ne réagissons-nous pas ? La révolution informatique nous mène à un aveuglement face à la réalité qui nous entoure. Et cette alphabétisation douteuse nous mène à d’autres aliénations : voyez mon texte sur Lévi-Strauss où je raconte comment pour ce grand sceptique moderne la modernité alphabétisatrice avait accouché non d’une souris littéraire (souris qui a disparu depuis longtemps, lisez mieux Macluhan) mais du monstre de la raison – et de la militarisation qui fit cent millions de morts en Europe. L’informatisation de la masse va aboutir au même génocide - ou pire d’ici quelques années. Le passe sanitaire va accoucher de cent vaccins par an.

La masse semble aveugle comme ces imbéciles qui à Barcelone se collaient un masque pour se plonger dans le virtuel quand Zuckerberg déambulait en ricanant au milieu d’eux. On pense à Isaïe alors :

« Soyez étonnés et soyez stupéfaits ! Aveuglez-vous et soyez aveugles ! Ils sont enivrés mais non de vin… L’Eternel a répandu sur vous un esprit de profond sommeil ; il a bandé vos yeux ; les prophètes, vos chefs, les voyants, il les a couverts (29, 9). »

Quand j’écrivais mon livre sur Internet je me rendais compte que toutes les réponses se trouvaient dans la Bible (pour la mondialisation, voyez Isaïe, 60). Idem pour mon livre sur Kubrick…

Mais soyons brefs : comme on sait nous disposons d’un temps d’attention de huit secondes et de la mémoire du poisson rouge. Avec tous ces super-cerveaux connectés, il faut se préparer au pire ; Jean Baudrillard, repris par notre ami Lucien Cerise, déclarait déjà il y a presque trente ans en effet :

« Je n’avais pas vu à l’époque affleurer son christianisme… il (Paul Virilio) se place en position apocalyptique, de prophète anti-apocalypse tout en étant persuadé que le pire peut advenir. Sur ce point, on a fini par diverger. Car, je ne crois pas à cette APOCALYPSE REELLE. Je ne crois pas au réalisme de toute façon, ni à une échéance linéaire de l’Apocalypse. A la limite, si l’on pouvait espérer cet accident total, il n’y aurait qu’à le précipiter, il ne faudrait pas y résister. L’avènement du virtuel est lui-même notre apocalypse. Telle est la situation paradoxale… (Le paroxyste indifférent, Grasset, pp. 46-47). »

Pour ceux que rebute ce style élitiste, lisons ces sages remarques de notre chroniqueuse Jenny, recueillies ce matin :

« Il ne se passera rien du côté du « peuple ». Si demain les frigos se vident le bel Etat providence fournira la pâtée, RAS. Spectacle fascinant ce matin, 7h, devant l’arrêt de bus du 326 « déchargeant » matutinalement un troupeau de laborieux de tous âges et toutes origines et d’étudiants (en tout une bonne trentaine de têtes) : tous, je dis bien tous, avaient à la main leur portable, les yeux rivés dessus, tête penchée. Cette impossibilité à demeurer une seconde avec soi-même sonne pour moi le glas de toute possibilité de réaction du « peuple ». C’est mort. Qu’on s’y fasse. »

Casetify-iPhone-12-Pro-Prints-Cases-01-1200x900.jpg

Autrement dit d’un côté on est informé pour se révolter. De l’autre, on est désarmé pour réagir. Ce ne sont pas les armes que les révolutionnaires devraient confisquer au troupeau : c’est son smartphone.

Allez, gardons le moral :

« Fais sortir le peuple aveugle qui a des yeux, et les sourds qui dont des oreilles (Isaïe, 43, 8). »

Sources:

https://www.amazon.fr/DANS-GUEULE-BETE-LAPOCALYPSE-MONDIA...

https://www.amazon.fr/Petits-%C3%A9crits-libertariens-Con...

https://magnificat.ca/textes/bible/isaie.htm

https://twitter.com/f_philippot/status/1592834204798423041

 

 

 

09:34 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, nicolas bonnal, pass sanitaire, g20 | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 17 novembre 2022

Ocean Viking, Meloni n'a pas gagné. Macron n'a pas gagné. Nous avons tous perdu

shutterstock_1902956269.jpg

Ocean Viking, Meloni n'a pas gagné. Macron n'a pas gagné. Nous avons tous perdu

Agata Iacono

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-ocean_viking_non...

Alors que nous assistons sur les réseaux unifiés à un théâtre de marionnettes de la bonhomie, la France entre en crise : la droite française se réveille et les relations diplomatiques entre Rome et Paris deviennent très tendues, peu après la signature de l'absurde traité du Quirinal.

Incapable de jouer le rôle du "souverainiste" avec l'OTAN et l'Union européenne - c'est-à-dire les vrais coupables de la crise économique, énergétique et sociale héritée par les "meilleurs" - Giorgia Meloni choisit de détourner l'attention et les "shows médiatiques" n'attendaient que cela.

Voici venir à la rescousse de tout le monde les "débarquements d'Afrique".

Personne ne s'est demandé ce qui se passe en Libye, personne ne se soucie d'où partent ces nouveaux esclaves des usines textiles de l'Eldorado européen et pourquoi.

La stratégie est toujours la même, la feuille de route est la même, mais cette fois-ci avec une tournure intéressante : connue sous le nom de "stratégie du faux drapeau", de l'opportunité photo ou de la distraction de masse, elle tend à focaliser l'attention des médias "de gauche" et à taire ainsi les questions concrètes: les droits des travailleurs, les décès au travail, les Italiens qui réduisent leur consommation de produits de première nécessité, les jeunes qui quittent l'Italie, le rationnement de l'énergie et ceux qui ne peuvent plus payer leur nourriture et leurs factures, le rationnement de l'énergie, la destruction du tissu productif et socio-économique due à cette co-belligérance harakiri dans une guerre voulue par les USA et visant à couper les ponts entre Européens et partenaires alternatifs.

Meloni, en effet, (gaffe ou pas), oblige la France à prendre en charge les migrants du navire de l'ONG Ocean Viking. Selon la presse française, lors de la conversation entre Macron et Meloni, en marge de la réunion de Sharm El Sheik, le président français avait proposé une solution impliquant le débarquement de l'Ocean Viking en Italie et donc la prise en charge de la plupart des migrants par la France.

La-France-veut-decider-tres-rapidement-du-sort-des-migrants-de-l-Ocean-Viking.jpg

Au lieu de cela, le gouvernement italien a annoncé la volonté de Marcon de débarquer l'Ocean Viking dans les ports français.

Et une pagaille a éclaté, pour utiliser une expression française.....

Dans son empressement à faire payer aux Italiens le fait d'avoir voté pour une "fasciste", une femme de droite qui rappelle tant Le Pen dans l'imaginaire transalpin, Macron a tenté de prendre la balle au bond et d'humilier l'Italie, de la dépasser dans le droit d'accueil, de démontrer combien la France et l'Europe sont noblement porteuses de bons sentiments communautaires....

Atlantistes oui, bellicistes en faveur des néo-nazis ukrainiens certes, mais (comment dire ?) fièrement "antiracistes" et "antifascistes".

Bien sûr, les migrants en France seront identifiés et renvoyés s'ils n'entrent pas dans les catégories absurdes des personnes ayant droit au statut de réfugié, qui est offert non pas parce qu'il y a réellement une guerre ou une dictature dans le pays d'origine, mais en raison de choix géopolitiques sur les terres à piller et à déstabiliser.

Macron est aujourd'hui décrit en France, par la presse française, comme le perdant du défi avec l'Italie, l'ennemi des citoyens, au mépris de l'image bon enfant et pro-européenne, anti-fasciste, que la France voulait opposer à l'Italie de droite.

Et pas seulement sur les médias sociaux, qui se sont déchaînés en inventant des hasthags appelant à la démission de Macron ou l'appelant "Macron De La Honte".

Le Figaro le décrit comme un perdant, au moment le plus dramatique de la crise énergétique française, qui a déjà imposé le rationnement de l'électricité et du chauffage dans les écoles, les lieux publics et privés.

La lutte entre pauvres, utilisée comme instrument de propagande honteuse, la haine, le conflit horizontal, la recherche du bouc émissaire du moment : tout est fonctionnel pour que les causes de la crise ne soient pas abordées, que les intérêts en jeu ne soient pas révélés, en Egypte comme en Libye, dans la colonie Afrique opprimée par le CFA, dans les guerres par procuration favorisées pour contrôler les matières premières et les voies de passage forcées.

A ce jour, 38 réfugiés de l'Ocean Viking ont été relocalisés en France, 78 en Allemagne et 5 au Luxembourg.

Ces chiffres sont vraiment dérisoires, si l'on considère que, depuis le seul mois de juillet 2022, quelque 62.000 personnes ont débarqué en Italie (90.000 depuis le début de l'année).

Mais la secrétaire d'État aux Affaires européennes, Laurence Boone (la même qui, ces dernières semaines, a promis de "veiller" au respect des droits en Italie), interrogée par france.info, déclare que "la confiance avec l'Italie est rompue", et confirme l'opération coup de poing à la dure, à la frontière, où, en plus des 500 agents qui arrivent, des "contrôles beaucoup plus stricts et sérieux" seront introduits, en particulier le "contrôle des passeports".

Et donc Macron bloque la frontière avec l'Italie, une mesure dirigée contre les citoyens français et italiens, afin de montrer que la France accueille les "émigrants".

Meloni n'a pas gagné, Macron pas davantage.

Non. Nous avons encore une fois perdu. Nous tous.

Agata Iacono.

Sociologue, anthropologue, journaliste certifié Wrep Blockchain

mercredi, 16 novembre 2022

Haute finance et "rebelles" écologistes

32bc482e-2319-4e29-bc79-e481be22d1f5_w1200_r1.33_fpx45_fpy52.jpg

Haute finance et "rebelles" écologistes

par Antonio Catalano 

Source : Antonio Catalano & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/grande-finanza-e-ribelli-ambientalisti

Hier, La Verità a publié l'excellent article "Faux rebelles, ceux qui bloquent les routes, barbouillent les peintures, pendent les mannequins la tête en bas". J'en retiens les passages les plus significatifs, ceux qui permettent de se faire une idée de ces "rebelles".

Qui sont-ils ? Ce sont ceux qui portent des gilets orange, qui utilisent tous le même code linguistique articulé autour du mantra de la "désobéissance civile" et ils ont tous le même bailleur de fonds : le Climate Emergency Fund (CEF), fondé par des milliardaires américains comme Aileen Getty, Rory Kennedy et ce Trevor Neilson, le protégé de Bill Gates, qui produit, ô surprise, des carburants durables. Ils se considèrent comme "la dernière génération de l'ancien monde" et rêvent d'un nouveau monde "dans lequel l'humanité s'embrassera, se pardonnera et s'aimera". Last Generation est également le nom de l'organisation italienne fondée en 2021 qui fait partie du réseau A22 financé par ce Fonds d'urgence climatique. Leurs activités se concentrent sur des actions médiatiques telles que la soupe aux pois jetée sur un Van Gogh, le coup-éclair au Colisée ou le blocage du périphérique de Rome (j'en ai parlé dans un billet).

Dans le réseau A22, outre Ultima generazione, il y a des collectifs de nombreux autres pays. Le chef de file et le plus ancien est Extinction Rebellion (XR), un mouvement radical né au Royaume-Uni en 2018 avec des branches dans une soixantaine de capitales. XR dispose d'un système de recrutement très efficace: ceux qui participent aux actions sont remboursés de leurs frais, ce qui permet à certains "volontaires" de gagner jusqu'à 400-450 euros par semaine. Just stop oil, fondée en Angleterre en février 2022, est peut-être, avec XR, l'organisation la plus combative (ceux qui ont jeté de la soupe aux tomates sur les 'Tournesols' de Van Gogh).

idrtdfmage.jpg

En France, il y a Dernière rénovation (ceux qui ont interrompu une étape du Tour de France), qui demande au gouvernement de prendre en charge la rénovation énergétique des foyers français, et ils ont lancé un sondage parmi leurs militants pour savoir s'ils doivent aller saccager la "Joconde" ou le "Déjeuner sur l'herbe" de Monet. Ensuite, il y a Letzte Generation en Allemagne qui se bat pour réduire la limitation de vitesse à 100 km/h: l'un d'entre eux a collé ses cheveux à la vitre protégeant "La fille à la boucle d'oreille de perle" de Vermeer. Et ainsi de suite.

Tous ces groupes se retrouvent sous le baldaquin du réseau international A22 et sont coordonnés et subventionnés par des donateurs privés, dont 90% sont des milliardaires. C'est le système qui tourne autour du CEF, ou Climate Emergency Fund, une organisation à but non lucratif basée à Beverly Hills, qui finance les cornichons impliqués dans toutes les actions entreprises ces derniers mois; elle est décrite comme "l'une des six organisations climatiques les plus importantes au monde". Le rapport décrit l'ensemble du réseau des grands financiers (parmi lesquels George Soros pourrait-il manquer ?). Étrange que la haute finance tourne autour du business climatique et de l'économie verte ?

mardi, 15 novembre 2022

Après l'abandon du gaz russe, les pays industrialisés mettent en péril leurs objectifs climatiques en développant le GNL

gas-natural-y-gnl-10-predicciones-para-2022-14229.jpg

Après l'abandon du gaz russe, les pays industrialisés mettent en péril leurs objectifs climatiques en développant le GNL

Source: https://zuerst.de/2022/11/14/nach-abschied-vom-russengas-...

Charm el-Cheikh. Après avoir réussi à se détacher de l'approvisionnement en gaz russe, de nombreux pays occidentaux se précipitent pour utiliser le gaz de fracturation (GNL) comme substitut. Le principal exportateur de ce type de gaz serait actuellement les États-Unis, mais d'autres pays pourraient également en fournir aux Européens. Mais ces derniers sont loin de disposer de l'infrastructure nécessaire, soit pour transporter le gaz vers l'Europe avec leurs propres navires-citernes GNL, soit pour injecter les livraisons de gaz dans le réseau européen des gazoducs au départ de terminaux spéciaux. Le développement de l'infrastructure GNL doit maintenant être poursuivi à un rythme soutenu.

Mais : cela pourrait compromettre les objectifs climatiques que les Européens se sont fixés. Selon le "Climate Action Tracker", une plateforme prétendument indépendante d'observation du climat, beaucoup plus d'infrastructures sont actuellement construites que ce qui est nécessaire.

Selon ce portail, il pourrait y avoir 500 mégatonnes de gaz liquide dans le monde en 2030. Cela correspond à près de cinq fois la quantité de gaz russe importée par l'UE en 2021. Ce serait également le double de la quantité de gaz actuellement vendue par la Russie dans le monde.

Bill Hare, chef de l'organisation partenaire "Climate Analytics", met en garde: si tous les projets actuellement prévus étaient mis en œuvre, les émissions de CO₂ et de méthane atteindraient des niveaux dangereux. Cela compromettrait à son tour l'objectif de limiter l'augmentation de la température à 1,5 degré si possible par rapport à l'ère préindustrielle.

L'analyse a été présentée jeudi lors de la conférence mondiale sur le climat à Charm el-Cheikh, en Égypte - ce qui relativise quelque peu sa portée. Les lobbyistes du climat réunis à cette occasion affirment que les émissions de gaz "nocifs" pour le climat devraient être réduites de moitié d'ici 2030 pour atteindre l'objectif de 1,5 degré. Mais d'une manière ou d'une autre, ce sont justement les pays occidentaux qui contrecarrent leurs propres objectifs climatiques avec leur politique énergétique mal conçue. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

lundi, 14 novembre 2022

Objectif: éliminer Trump !

02trump-campaign-1-mobileMasterAt3x-v2.jpg

Objectif: éliminer Trump !

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/eliminare-trump

Alors que le dépouillement des bulletins de vote des élections de mi-mandat se déroule avec une lenteur épuisante, érodant de plus en plus le succès déjà maigre des Républicains, la bataille pour éliminer Trump de la scène politique de l'Empire, bataille qui laisse entrevoir une convergence entre les Démocrates et l'establishment du Parti républicain, se voit réactivée.

À cette fin, en plus de blâmer Trump pour l'échec des républicains, la campagne visant à faire du gouverneur de Floride Ron DeSantis le prochain candidat du GOP pour la présidence américaine à la place du tycoon égaré en politique a pris son envol.

La guerre de Murdoch

Ce développement a été préparé à l'avance, c'est-à-dire avant même que les Midterms aient lieu. C'est ce qu'écrit le Guardian dans un article où il relate l'aversion de longue date de Rupert Murdoch - propriétaire du Wall Street Journal, du New York Post, de Fox TV et d'autres médias - envers Trump.

En effet, le virage de l'establishment républicain en faveur de DeSantis a été soudain et surprenant. Et pourtant, comme l'écrit le Guardian, on a "le sentiment que cela avait été planifié à l'avance, que les cuirassés de Murdoch avaient décidé à l'avance non seulement que Trump était fini, mais qu'ils avaient aussi identifié leur nouvel homme".

0611400284574-web-tete.jpg

En fait, avant que les médias de Murdoch ne commencent à tirer des boulets sans discontinuité contre Trump à propos du résultat des élections, ajoute le tabloïd britannique, le New York Post "a célébré la réélection de Ron DeSantis [...] avec une première page le saluant comme étant 'DeFuture'".

En bref, la compétition entre les deux coqs du Parti républicain a commencé, même si DeSantis n'a pas encore fait de démarche formelle pour son éventuelle candidature ; mais, comme Trump le claironne avec amertume, il ne dément pas non plus cette perspective.

L'issue de cette compétition est incertaine, mais Trump, traqué par des enquêtes judiciaires et ouvertement contesté par l'establishment de son parti, traverse le moment le plus critique de sa carrière politique.

Dans ces conditions, il vaut la peine de s'intéresser de plus près au nouveau venu, car il pourrait devenir le prochain empereur de l'Occident, ce qui affectera le destin du monde entier.

Le Washington Post dresse le profil de DeSantis et réduit à néant le récit qui fait du nouveau venu une sorte de photocopie gagnante de Trump, taillée sur mesure pour le personnage afin de reporter sur lui le consensus dont jouit l'ancien président au sein de la base républicaine.

L'interventionniste

Tout d'abord, note le WP, "DeSantis est plus une figure orthodoxe du parti républicain que l'homme d'affaires ombrageux devenu politicien" (= Trump).

"En un sens", poursuit le WP, "le passé de DeSantis le rapproche de l'ancien secrétaire d'État Mike Pompeo, dont les tendances plus interventionnistes étaient parfois en désaccord avec Trump", un clin d'œil de grand intérêt pour les fondements de la politique étrangère qui s'institueraient lors de son éventuelle présidence.

En fait, "la plupart de ses déclarations concernant la politique étrangère s'inscrivent parfaitement dans des lignes directrices préexistantes, plutôt que dans le style si souvent personnel de Trump".

"DeSantis", détaille le WP, "a condamné la Russie pour son invasion de l'Ukraine et a critiqué la décision du président Biden de se retirer d'Afghanistan [opération ordonnée par Trump, ndlr]. Il est également fortement opposé aux ennemis traditionnels des États-Unis, tels que l'Iran, et en particulier à l'accord nucléaire avec Téhéran, ainsi qu'aux nouveaux rivaux, dont la Chine, et s'est engagé à être "le gouverneur le plus pro-Israël d'Amérique"."

Homme de Floride, il a beaucoup d'empathie pour les citoyens de son État qui portent de l'intérêt à certains pays attirant sans cesse leur attention, à savoir "Cuba, le Venezuela, la Colombie et Haïti".

Bref, un interventionniste tous azimuts, même si, note le WP, lorsqu'Elon Musk a lancé sa propre proposition de paix entre la Russie et l'Ukraine via twitter, il l'a défendue contre les critiques qu'il s'est attiré de la part des autorités de Kiev.

Mais peut-être, dans ce cas précis, cette défense provenait-elle davantage du fait que le milliardaire l'avait précédemment désigné comme nouveau candidat présidentiel du GOP à la place de Trump, plutôt que de partager les idées du milliardaire...

PM-Meeting-4.jpg

Relations avec Netanyahu

En ce qui concerne la proximité avec Israël que DeSantis a affichée, on peut noter qu'il serait un excellent interlocuteur pour Netanyahu, qui est revenu au pouvoir en Israël, événement coïncidant avec l'ascension de DeSantis comme nouvelle étoile au firmament du GOP.

Le fait que Netanyahou se méfie de l'establishment du parti démocrate est bien connu - puisque cet establishment conserve l'idée de deux États comme seule solution possible au conflit israélo-palestinien. Il y a aussi ses mauvaises relations avec Biden, malgré ses récentes déclarations de sympathie envers le président américain.

Plus réservées, mais non moins vives, sont les divergences entre Netanyahou et Trump, en particulier sur l'Iran, car l'ancien président n'a pas suivi l'instigation du premier ministre israélien en faveur d'une guerre contre Téhéran, en fait l'ancien président républicain était presque parvenu à un accord avec Téhéran (voir sur ce point les mémoires de l'ancien conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton).

De plus, DeSantis s'est lancé dans des louanges dithyrambiques à Netanyahu lors d'une visite qu'il a effectuée à Jérusalem en 2019, déclarant que le premier ministre israélien "a été un modèle de leadership fort pour Israël pendant son mandat". "Je me réjouis de la poursuite de notre partenariat car la Floride reste l'État le plus pro-Israël de la nation".

De plus, l'affirmation de DeSantis sur les questions éthiques serait une aubaine pour l'électorat israélien historique de Netanyahu. Un tel sentiment pour le nouveau messie d'Israël, si DeSantis parvient un jour à la Maison Blanche, pèserait de tout son poids dans la politique étrangère américaine au Moyen-Orient, un domaine clé de la politique impérialiste.

Assainir la polarisation de la société américaine

Reste à savoir si Trump sera capable de résister à la tenaille qui se referme sur lui. Il a des ressources, mais des ressources limitées. Et il reste à voir si DeSantis, si la perspective de sa candidature à la Maison Blanche se concrétise, sera en mesure de l'emporter sur son concurrent démocrate.

Ce qui est certain, c'est que le système qui a pénalisé Trump ne semble pas cultiver un rejet similaire à l'égard du gouverneur de la Floride. Au contraire, une présidence républicaine débarrassée des idées isolationnistes de Trump pourrait s'avérer la bienvenue, ayant le potentiel de guérir le conflit qui polarise la société américaine.

Mais pour cela, DeSantis devrait peut-être atténuer son affirmation sur les questions éthiques, ce qui n'est pas impossible aussi parce que cela pourrait le freiner dans une compétition présidentielle. Après tout, Washington vaut bien une messe.

Mais une telle conversion pourrait même ne pas être nécessaire. L'interventionnisme, carburant indispensable du complexe militaro-industriel, suffit à l'establishment. Le reste est du théâtre à usage interne.

Cela dit, le premier obstacle sur son chemin reste Trump, qui n'est pas du tout disposé à jeter l'éponge et a déjà commencé à tirer de copieuses salves de boulets contre son éventuel concurrent.

US Midterm : la défaite victorieuse de l'establishment

iStock-1405284332.jpg

US Midterm : la défaite victorieuse de l'establishment

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/midterm-usa-la-sconfitta-vittoriosa-dellestablishment

Le résultat des élections du midterm, vendu par les médias grand public comme une victoire majeure pour les Démocrates (comment transformer les défaites en victoires) n'est en fait pas surprenant. Les Républicains ont remporté, comme c'était évident dès le départ, la Chambre, mais il semble que les Démocrates aient conservé le contrôle du Sénat, malgré le fait que les décomptes soient encore en cours dans certains États pour ce dernier.

Le vote en Pennsylvanie, un État sur lequel le GOP républicain a misé tous ses jetons pour arracher le Sénat à ses adversaires et dans lequel le démocrate Fatterman a remporté la victoire sur le trumpiste Oz, est un indicateur du résultat en faveur des démocrates.

La lutte politique qui s'est déroulée en Pennsylvanie résume un peu ce qui s'est passé dans cette élection, puisque les médias trumpistes ont pratiquement annoncé la victoire d'Oz comme une certitude, un peu comme ils ont certifié que la vague rouge, la couleur symbolique du parti, était d'emblée une certitude, vague qui, par ailleurs, aurait inondé les États-Unis. Cela n'a pas été le cas.

Par ailleurs, les proclamations sur la vague rouge étaient évidemment exagérées, car elles ne tenaient pas compte de la puissance de feu de la machine électorale des Démocrates : si cette machine avait obtenu des résultats aussi impressionnants aux élections présidentielles, il fallait supposer qu'ils se répéteraient avec ces élections du Midterm-2022, pouvant compter, grâce à la présidence Biden, sur la gestion d'autant de courroies de transmission du pouvoir. Tout comme on pouvait supposer qu'il se concentrerait sur le Sénat, où le défi était le plus serré.

La défaite victorieuse de Trump

Il y aura des conséquences. D'abord au détriment de Trump, qui attendait le triomphe électoral pour annoncer sa candidature à la présidentielle de 2024. Il le fera encore, mais ce ne sera pas la même chose.

En effet, ses adversaires au sein du parti utiliseront cette défaite victorieuse pour accroître le récit selon lequel il représente un frein pour le parti, qui, s'il avait été absent, aurait certainement gagné au vu de la méfiance des citoyens envers les institutions, notamment en raison de la forte inflation et du chaos endémique dans les villes.

Notamment parce que, dans l'intervalle, le pouvoir s'est efforcé de trouver une alternative à Trump et l'a trouvée en la personne du gouverneur de Floride Ron De Santis, dont le succès dans ces élections du midterm est, sans surprise, célébré par les médias de l'establishment.

residsze.jpg

De Santis est la figure parfaite pour succéder au Tycoon-entrepreneur, égaré en politique, puisqu'il lui ressemble dans sa rhétorique grandiloquente, sa polémique contre l'establishment démocrate, sa défense des valeurs traditionnelles et son rejet des migrants.

Mais il ne partage avec Trump ni un isolationnisme extrême ni, surtout, une aversion pour l'affichage musclé en politique étrangère (comme on l'a vu lors de la dernière révolution colorée, infructueuse, à Cuba, à laquelle il a contribué avec enthousiasme).

Son ascension a commencé pendant la pandémie, au cours de laquelle il s'est engagé dans un duel serré contre l'establishment en faveur de la propagande axée sur la pandémie, adoptant pour sa Floride des normes libertaires qui se sont avérées fonctionnelles. Cela a attiré les louanges des médias et des électeurs trumpistes, qui avaient au contraire perçu une certaine timidité de la part de l'ancien président pour manoeuvrer dans ce champ de mines.

Le concurrent

DeSantis est ainsi devenu le seul concurrent possible de Trump, proposant sa propre version du trumpisme, qui pourrait être acceptable même pour les architectes des guerres sans fin.

Pour cette raison - et surtout parce qu'il ferait tomber Trump - l'establishment l'a choisi comme successeur possible de Biden, une carte à jouer au cas où un candidat fort n'émergerait pas dans le camp du parti démocrate, ou même si un candidat malvenu (un Sanders, une Michelle Obama, etc.) émergeait.

Trump connaît parfaitement ce jeu et a fait tout son possible pour éviter une rupture avec DeSantis, au point de dire qu'il a voté pour lui lors de ces élections du Midterm.

Il ne pouvait rien faire d'autre, bien sûr, puisqu'il était le seul candidat en Floride, où Trump vote, mais il a voulu dire cela pour souligner le point essentiel bien que tacite, relançant implicitement l'hypothèse, avancée il y a quelque temps, de créer un tandem avec DeSantis pour la vice-présidence.

Mais il sera difficile pour DeSantis de renoncer au rôle présidentiel qu'ils lui ont taillé et que l'establishment républicain, celui sur lequel Trump avait parié, tente de créditer par tous les moyens (voir Washington Examiner: "Choisir Trump plutôt que DeSantis pour 2024 est un suicide politique").

Le faible d'Elon Musk pour les Républicains

La position du nouveau maître de Twitter sera également intéressante dans cette perspective. Elon Musk avait tweeté en juillet que Trump était "trop vieux" et qu'il était temps pour lui de se retirer, tandis que DeSantis "gagnerait facilement" s'il se présentait contre le président Biden en 2024.

Le tweet a été supprimé par la suite, mais le milliardaire, qui, lors des midterms, avait appelé à voter pour les Républicains (un tweet qui a également été supprimé), n'a peut-être pas changé d'avis. Et son opinion, après l'achat du réseau social, pèse davantage. Peu favorable au pouvoir réel lors de l'achat de Twitter, il pourrait être tenté de rechercher son indulgence en favorisant l'éviction de Trump de la vie politique.

Elon_Musk_and_Donald_Trump_1651936248328_1652205134692.jpg

En bref, cette élection pourrait déclencher une épreuve de force dans le camp républicain, transformant la victoire de Trump, qui a également envoyé plusieurs de ses candidats choisis au Congrès, en une possible déroute.

Mais l'ancien président n'a pas l'intention de jeter si vite l'éponge, notamment parce qu'il sait que s'il le fait, son destin est d'aboutir en prison. À tel point qu'il va jusqu'à menacer son éventuel antagoniste en déclarant : "J'en sais plus sur lui que quiconque, sauf peut-être sa femme".

Républicains à la Chambre

En attendant de connaître l'issue de cet affrontement interne au sein du GOP, il faut considérer les autres conséquences des élections, en premier lieu le fait que les Républicains peuvent profiter de la majorité à la Chambre pour lancer quelques enquêtes.

Une enquête sur la pandémie, qui pourrait se transformer en un Nuremberg, est presque certaine (Rand Paul, leader de la Chambre, avait à l'époque demandé que Fauci soit emprisonné).

Cela ne ferait pas trop peur à l'establishment, qui a entre-temps trouvé une autre crise mondiale à gérer (la guerre en Ukraine). Quelques boucs émissaires seraient ceux qui en paieraient le prix. Mais une certaine clarification du passé est toujours souhaitable car elle pourrait peut-être éviter des surprises futures.

Une enquête sur Hunter Biden, le fils du président, qui est depuis longtemps dans le collimateur des républicains, est également possible, et plairait également à l'establishment démocrate, qui est impatient de le remplacer.

La question ukrainienne reste ouverte. Si avant les élections, les Républicains avaient déclaré qu'ils ne donneraient plus de "chèques en blanc" à Kiev, il reste à voir comment cette affirmation sera concrètement mise en œuvre, c'est-à-dire si les justifications du Pentagone suffiront. Mais l'émergence d'une certaine controverse sur le conflit est dans les cartes, car les élus trumpistes sont farouchement opposés aux guerres sans fin.

Le choc épochal entre l'Occident et l'Eurasie

img-5-small580.jpg

Le choc épochal entre l'Occident et l'Eurasie

Luciano Lago

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/lo-scontro-epocale-occidente-versus-eurasia

La succession rapide des événements cruciaux se fait à un rythme soutenu, jour après jour en Europe, et la possibilité d'une confrontation directe entre l'Occident dirigé par les Anglo-Américains et la Russie semble inévitable après les attaques en Crimée menées, comme cela semble confirmé, par les forces spéciales britanniques. La Russie a promis une réponse aux actions secrètes de la Grande-Bretagne, notamment celle que constitue sabotage des gazoducs Nord Stream dans la Baltique, effectué par les forces spéciales sous-marines de la Royal Navy britannique.

D'après les dernières informations ayant fuité dans les cercles du Pentagone, il semble que la manœuvre que Washington prépare consiste à mettre sur pied une force multinationale extra-OTAN qui sera utilisée en Ukraine pour attaquer la Russie sur son territoire. Cette proposition a été avancée par l'ancien chef d'état-major américain David Petraeus et tout porte à croire qu'elle a été acceptée par les cercles du Pentagone pour éviter une défaite en Ukraine. Comme l'avait déclaré le Secrétaire de l'OTAN, M. Stoltenberg, une défaite en Ukraine serait une défaite pour l'OTAN et aurait des conséquences fatales pour l'Alliance.

Toute la question réside dans les objectifs ultimes de l'entreprise, qui sont extrêmement vagues. Quel devrait être le résultat ? Serait-ce d'expulser les forces russes d'Ukraine, de renforcer les défenses ukrainiennes et de parvenir à un cessez-le-feu avec une post-transition pour maintenir une position forte dans les négociations ?

On ne sait pas encore comment les États-Unis se positionneraient dans cette coalition, étant donné que, s'ils y sont, la Russie déterminera qui en prend la tête dans un avenir immédiat et agira en conséquence.

On peut s'attendre à ce que Moscou réponde à la menace en se concentrant sur la destruction de la structure militaire américaine, y compris le commandement spatial, le centre de commandement et de contrôle, le renseignement et la surveillance. L'initiative occidentale semble donc comporter des risques de déclencher un conflit majeur dont l'issue serait impossible à prévoir. Les États-Unis ont besoin de ce stratagème pour des raisons politiques ou veulent simplement transférer une partie de la responsabilité et de l'engagement à leurs alliés, tandis que la question se pose de savoir comment les forces américaines et alliées pourront protéger les nombreuses voies de transport, les aéroports et les bases en Europe contre les attaques des forces russes. En outre, dans ce type d'opération, il est nécessaire de préciser dans quelle mesure le risque est justifié ; le manque de clarté sur l'objectif spécifique peut avoir de graves conséquences.

Il n'est pas difficile de prévoir quelle serait la réaction de la Russie si sa sécurité était menacée, et l'utilisation d'armes nucléaires tactiques ne peut être exclue dans ce cas, conformément à la doctrine militaire russe.

D'autre part, les États-Unis ne peuvent accepter une nouvelle débâcle en Ukraine qui les exposerait à une perte de prestige et de leadership auprès des alliés et à la possibilité d'une rupture de l'Alliance atlantique. Par conséquent, Washington serait prêt à prendre le risque d'un conflit direct avec la Russie, qui a jusqu'à présent été reporté. Cela explique pourquoi le haut commandement du Pentagone y voit une issue possible à l'impasse.

Le conflit imminent entre l'OTAN et la Russie découle d'un contraste entre les deux parties, l'Occident dirigé par les Anglo-Américains et la Russie, qui n'est pas seulement géopolitique et militaire, mais aussi par essence un contraste idéologique et systémique. L'opposition se situe entre le monde occidental arc-bouté sur le totalitarisme libéral-mondialiste et les pays qui veulent garder leur souveraineté et leur identité nationale intactes, refusant de se soumettre aux règles dictées par les États-Unis et leurs alliés.

Le président Biden et son secrétaire d'État Antony Blinken ont tenté à plusieurs reprises de qualifier ce contraste de "division entre les démocraties et les autocraties". En réalité, cette terminologie relève d'un double langage typiquement orwellien.

Par "démocraties", les propagandistes de Washington entendent les États-Unis et les oligarchies financières occidentales qui sont ses alliées. Leur objectif est de centraliser la planification économique entre les mains de gouvernements élus par Wall Street et par d'autres centres financiers sous contrôle américain.

Sous la couverture rhétorique des exposants américains, par "autocraties", Biden et Blinken entendent les pays qui résistent à cette prise de contrôle visant la financiarisation et la privatisation. Dans la pratique, la propagande américaine accuse la Russie et la Chine d'être des régimes autocratiques dans la régulation de leurs propres économies et la promotion de leur propre croissance économique et de leur niveau de vie, c'est en particulier la cas de la Chine dans le maintien de la finance et de la banque comme services publics pour soutenir l'économie réelle de production et de consommation.

Il est bien connu que les diplomates américains utilisent les organismes supranationaux qu'ils contrôlent, tels que le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, pour appeler sans cesse à la privatisation des infrastructures, des entreprises minières et des sociétés de services du monde entier, et pour rendre les pays émergents dépendants des exportations de technologies, de pétrole et de nourriture par l'intermédiaire des multinationales américaines.

Cette approche est appelée "démocratie libérale" et "société ouverte" mais elle cache en réalité une forme de néocolonialisme déguisé imposé par la pression économique, le chantage et les menaces de sanctions pour les gouvernements qui ne se conforment pas.

Tout se résume à la fracture entre la vision unipolaire du monde par les Etats-Unis et la vision multipolaire vers laquelle tendent non seulement la Russie et la Chine, mais aussi l'Inde et une série de pays des différents continents qui adhèrent à ce nouveau bloc émergent organisé dans les BRICS et l'accord de Shanghai. Des accords qui unissent une majorité de pays dans le monde, marquant le détricotage de l'ordre mondial préfiguré par les Etats-Unis et ses vassaux.

Ce qui se passe en ce moment historique est un tournant historique qui suggère qu'il sera impossible de revenir en arrière, alors que nous assistons au démantèlement, pièce par pièce, de l'ancien système et de l'ordre mondial qui était fondé sur la suprématie impériale des États-Unis.

Ce sont les mois à venir qui détermineront si le tournant sera pacifique ou si le monde sera soumis à un conflit majeur suite aux initiatives de la puissance anglo-saxonne qui ne se résigne pas au changement et au nouvel équilibre des forces.

dimanche, 13 novembre 2022

La revue de presse de CD 13 novembre 2022

cover-r4x3w1000-5c91ff3387d0f-000-par7531955-1.jpg

La revue de presse de CD

13 novembre 2022

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/CENSURES/DÉBILITÉ

Revue de presse RT du 30 octobre au 5 novembre

Exercice hebdomadaire de dé/réinformation grâce à cette revue de presse russe. Au sommaire cette semaine : les fissures et les problèmes économiques et sociaux qui se font sentir de plus en plus fortement dans le bloc occidental, la géopolitique de contournement de la Russie et, bien sûr, la guerre en Ukraine.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-du-30-oc...

« Une censure d’État pour briser un thermomètre qui en dérange certains » : Le Point ne peut plus publier son palmarès des hôpitaux et cliniques

« Nous ne publierons pas notre palmarès des hôpitaux et des cliniques de sitôt. Il existe pourtant depuis plus de vingt ans, des centaines de milliers de lecteurs lui font confiance, des dizaines d’établissements hospitaliers prestigieux l’arborent fièrement sur leurs murs. Que s’est-il passé ? Un quarteron de bureaucrates, allergiques à l’évaluation indépendante de notre système de santé et visiblement atteints par l’ivresse de leur pouvoir, a décidé de l’interdire. Une censure : il n’y a pas d’autre mot pour décrire ce qui vient de se passer. Une censure d’État pour briser un thermomètre qui en dérange certains. » Le Point.

fdesouche.com

https://www.fdesouche.com/2022/11/10/une-censure-detat-po...

Eric-Verhaeghe-met-le-ministre-au-defi-de-la-verite.jpg

« Un fonctionnement soviétique » : Éric Verhaeghe dézingue le « cartel de la presse subventionnée »

« Leur sujet n’est pas la vérité ; leur sujet, c’est de défendre le pré carré d’une presse subventionnée par l’État ». Pointant du doigt une guerre commerciale entre médias mainstream et médias indépendants, dans cet "Entretien essentiel", notre invité Éric Verhaeghe, entrepreneur et fondateur du Courrier des Stratèges, analyse la crise de l'information en France, le rôle des fact-checkers et la mise en examen du PDG de l’AFP, Fabrice Fries : « Avant, on disait que ‘’c’était digne de la Pravda’’, car on savait tous qu’une agence de presse officielle produisait du mensonge : l’art des fact-checkers a été de faire croire l’inverse. Aujourd’hui, une information de l’État est supposée plus fiable qu’une information venant de médias indépendants ».

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/videos-l-entretien-essentiel/er...

ÉCOLOGIE (PUNITIVE)

« Morts de chaleur, vraiment ? » : désinformation ordinaire

Il n’est pas facile de toujours rester zen face aux énormités en matière de désinformation que l’on peut constater en faisant le tour des chaînes télé dites d’information en continu. La 27e édition de la mascarade des COP vient de commencer au milieu du tapage médiatique habituel prédisant l’apocalypse climatique si tous les pays du monde « ne prennent pas des mesures drastiques pour limiter le réchauffement, et c’est urgent, demain il sera trop tard, un point de non-retour sera franchi ! » La première rencontre ayant eu lieu en 1994 sous la présidence de Mme Angela Merkel alors ministre de l’Environnement, cela fait maintenant 27 ans qu’au cours du même cérémonial on crie à l’urgence : demain il sera trop tard.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/11/12/442836-morts-de-c...

ÉNERGIES

Comment nos dirigeants ont créé la hausse des prix de l’électricité

La hausse des prix de l’électricité en France est décrite par nos dirigeants comme un dommage collatéral de la guerre en Ukraine. Moins bien se chauffer et payer ses factures plus cher, ce serait même de la solidarité envers les Ukrainiens, comme l’affirmait l’acteur Jean-Pierre Rouve qui déclarait que pour agir dans ce conflit du côté des victimes, « si cet hiver on doit baisser le chauffage d’un degré, c’est pas très grave ». Or, si la guerre a bien des effets sur nos factures, ce n’est pas elle qui est responsable de la situation. Le démantèlement du monopole public sur l’électricité, un héritage du Conseil National de la Résistance : voilà ce qui nous met en grande difficulté. Enquête sur la façon dont, sciemment, les gouvernements successifs ont créé la hausse des prix de l’électricité."

frustrationmagazine.fr/

https://www.frustrationmagazine.fr/prix-electricite/

ÉTATS-UNIS

Élections US : quand le Time avouait la conspiration contre Trump

Alors que les élections de mi-mandat auront lieu cette nuit aux États-Unis, retour sur ce qui a été un coup de tonnerre en février 2021. Le 4 février 2021, le célèbre magazine Time a publié un article hallucinant. Sous le titre convenable de « L’histoire secrète de la campagne de l’ombre qui a sauvé l’élection de 2020 », il décrit l’ampleur des manœuvres et des manipulations qui ont permis la victoire de Joe Biden. Difficile de ne pas voir dans ce texte fleuve un parfait manuel du détournement d’élection… Un mode d’emploi qui pourrait bien être utilisé dans de nouvelles échéances électorales, aux États-Unis ou en France ! Voici la traduction de ce texte, réalisée par Dreuz info.

polemia.com

https://www.polemia.com/elections-us-quand-le-time-avouai...

5814346-qatar-football-cup-2022-soccer-sport-affiche-infinity-concept-background-vectoriel.jpg

FOOTBALL

Qatar, une dynastie à la conquête du monde. Une vidéo d’Arte

Ce portrait non-autorisé des souverains à la tête du pays le plus riche par habitant de la planète raconte aussi bien la « success story » extrêmement rapide que la face la plus sombre du pays : diplomatie sportive agressive, rôle du Qatar dans le printemps arabe et son soutien aux Frères musulmans ou exploitation des petites mains venues d’Afrique et d’Asie. Pour comprendre pourquoi la prochaine Coupe du monde football va se dérouler dans des lieux plus qu’improbables et impraticables à tous points de vue !

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/qatar-une-dynastie-a-la-conquet...  

FRANCE

Nucléaire : les raisons d’un désastre

Comment en sommes-nous arrivés là ? La France était championne du nucléaire civil avec un vrai temps d’avance sur les autres pays. C’était une filière d’excellence qui attirait nos meilleurs ingénieurs, un savoir-faire français, une compétence technique et technologique rare. Aujourd’hui 30 des 56 réacteurs d’EDF fonctionnent. Cela résulte d’un long processus de déconstruction du parc nucléaire français depuis plus de 20 ans. Qui sont les responsables ?

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/nucleaire-les-raisons-d...

image.khaleejtimes.jpg

Mediapart révèle : les soldats français déployés en Roumanie ont « froid » et « faim »

La mission Aigle a été lancée le 28 février, quatre jours après l’invasion russe de l’Ukraine, avec pour rôle de « renforcer la posture défensive et dissuasive de l’Otan » et de « consolider la protection du flanc est de l’Europe ». L’état-major français assure le commandement de l’opération, qui s’appuie également sur la présence de militaires belges et néerlandais. Cela fait donc huit mois que la France a investi ce camp d’instruction appartenant à l’armée roumaine. Les conditions de vie y sont pourtant toujours précaires.

egaliteetreconciliation.fr

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Mediapart-revele-l...

Marion Maréchal : L’attitude de blocage de la CGT nous rappelle l’impérieuse nécessité de réformer le syndicalisme français

C’est une actualité dont les Français se seraient bien passés. Alors que notre pays fait face à une grave crise énergétique, doublée d’un risque de récession, un autre choc, résultant d’une volonté délibérée, est venu encore aggraver les difficultés des Français ; pour une fois ce n’est pas l’incompétence du gouvernement qui est en cause. La grève préventive engagée à l’initiative de la CGT révèle, une fois de plus, un pouvoir de nuisance inversement proportionnel à sa représentativité. Une centaine de grévistes ont suffi à limiter l’approvisionnement en carburant de l’ensemble du pays.

marionmarechal.info/  

https://marionmarechal.info/articles/tribunes/pour-la-reforme-du-syndicalisme-francais/?utm_source=sendinblue&utm_campaign=Tribune%20CGT&utm_medium=email

Quand la Gendarmerie fait l’expérience de la méthode Macron

C’était il y a dix mois seulement. Emmanuel Macron, le 10 janvier dernier, en campagne pour le premier tour de l’élection présidentielle, annonce qu’en cas de réélection, il s’engageait à créer 200 nouvelles brigades territoriales de gendarmerie. Étonnement, autour de lui personne n’avait l’air d’avoir été prévenu. Surprise chez les gendarmes. Sur les dix années précédentes, la tendance était en effet à la fermeture des petites brigades, devenues inopérantes, et le plus souvent fermées pour l’accueil du public. Sur cette période, le nombre de brigades était passé de 3 600 en 2007 à 3 100. 700 sont dites « autonomes », les autres, dites « de proximité ».

ruebleue.lessor.org

https://ruebleue.lessor.org/p/quand-la-gendarmerie-fait-l...

48258066877_71b520783f_c.jpg

GAFAM

Comment les Renseignements occidentaux infiltrent Internet pour manipuler et détruire des réputations, par Glenn Greenwald

L’une des nombreuses histoires brûlantes qui restent à raconter à partir des archives Snowden est la façon dont les agences de renseignement occidentales tentent de manipuler et de contrôler les échanges en ligne en recourant à des stratégies extrêmes de duperie et de destruction de réputation.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/comment-les-renseignements-occi...

Quand Elon Musk fait peur aux belles-âmes

On connaît les péripéties de cette acquisition qui a vu le multimilliardaire changer plusieurs fois d’avis, mais rester constant dans sa volonté de mettre fin, s’il en prenait la direction, à la censure qui régnait sur ce réseau. On connaît les accointances du fondateur Jack Dorsey avec la partie wokiste du pouvoir démocrate dont il était un fidèle soutien. Toute l’organisation de Twitter était fondée sur cette volonté de maîtriser l’expression dans cette nouvelle agora, en y interdisant l’accès aux idées allant à l’encontre de ses choix.

vududroit.com

https://www.vududroit.com/2022/11/quand-elon-musk-fait-pe...

GÉOPOLITIQUE

Cartographier la guerre écologique : énergie, électricité, géopolitique

Toujours plus de tension : comment notre système énergétique va-t-il passer l’hiver ? Pour comprendre la macrocrise qui se prépare, il faut identifier les bons indicateurs. Chaque vendredi à 11h, grâce au travail d’analyse et de synthèse du Groupe d’études géopolitiques, nous publierons 5 points, 12 graphiques et 6 cartes avec les indicateurs clefs à suivre.

legrandcontinent.eu

https://legrandcontinent.eu/fr/2022/11/03/observatoire-de...

Le nouvel ordre multipolaire sera décidé par la guerre entre la « finance mondiale » et l' « énergie mondiale »

Karin Kneissl, ancienne ministre autrichienne des affaires étrangères résume l'épicentre du conflit en Ukraine : « Les États-Unis et leurs alliés européens, qui représentent et soutiennent le secteur financier mondial, sont essentiellement engagés dans une bataille contre le secteur énergétique ». Elle détaille que « les 22 dernières années ont montré combien il est facile pour les gouvernements d'imprimer de la monnaie papier » alors que "rien qu'en 2022, le dollar américain a imprimé plus de monnaie papier que dans toute son histoire", alors que « l'énergie, elle, ne peut pas être imprimée ».

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/11/03/l...

IMMIGRATION

L’immigration, désormais, ce sera pour « les gentils », pas pour « les méchants »

Dans une interview en duo au Monde (2 novembre), Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, et Olivier Dussopt, ministre du Travail, ont dévoilé les grands axes d’un projet de loi sur l’immigration qui doit être débattu par l’Assemblée nationale au début de 2023. Dans la ligne du « en même temps » macronien, le premier, réputé « de droite », figure la fermeté face aux immigrés illégaux ; le second, venu de la gauche, se veut conciliant pour ceux qui auront travaillé en France ou qui le pourraient. Mais l’objectif commun tient dans cette formule de Gérald Darmanin, qu’on croirait destinée à des élèves de maternelle : « On doit désormais être méchants avec les méchants et gentils avec les gentils ».

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/limmigration-desormais-...

p1msorel.jpg

Projet de loi immigration : le point de vue de Malika Sorel

L'essayiste réagit aux propositions de Gérald Darmanin et d'Olivier Dussopt de délivrer des titres de séjours pour les métiers en tension. Vidéo.

video.lefigaro.fr

https://video.lefigaro.fr/figaro/video/projet-de-loi-immi...

IRAN

Iran : Entre espoir et réalisme

Le martyr d’une part grandissante de la jeunesse iranienne lors de séries ininterrompues de manifestations suivies de répressions sanglantes du régime de la république islamique depuis la mort de Masha Amini, tuée dans un commissariat en septembre 2022 pour port inapproprié du hijab, prend clairement la tournure d’un soulèvement populaire et spontané qui a atteint un point de non-retour. Assoiffés d’informations et d’influences internationales et encouragés en cela par une nombreuse diaspora en Amérique du Nord et en Europe, les iraniens restent pourtant très majoritairement profondément patriotes, malgré les différences sociales et ethniques qu’il convient de ne pas oublier

geopragma.fr

https://geopragma.fr/iran-entre-espoir-et-realisme/

SANTÉ/LIBERTÉS

Les mesures dites sanitaires ont été inutiles et dommageables, selon les meilleurs experts : comment sortir de l’impasse ?

John Ioannidis est l’une des grandes figures actuelles de l'épidémiologie. S’étant fait connaître en 2005 par un article intitulé « Pourquoi la plupart des résultats de recherche sont faux », rapidement devenu le plus téléchargé de la prestigieuse Public Library of Science, il avait alors ouvert un important et fécond débat autour de la qualité de la production scientifique. Professeur de médecine, d’épidémiologie et de santé des populations ainsi qu’en sciences des données médicales à l'Université de Stanford, co-directeur du Meta-Research Innovation Center at Stanford (METRICS), Ioannidis est actuellement considéré comme la référence mondiale en matière d'épidémiologie et de santé publique.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/opinions/les-mesures-dites-sani...

Azithromycine et Hydroxychloroquine marchaient, on ne l’a pas vu !

Azithromycine et Hydroxychloroquine marchaient, ce sont les chiffres officiels qui le disent, et comme nous le répètent les autorités, « les chiffres ne mentent pas ». Démonstration.

covid-factuel.fr

https://www.covid-factuel.fr/2022/11/05/azithromycine-et-...

Alain_Houpert.jpg

« Coupable de courage » : vague de soutien en faveur du sénateur Alain Houpert, privé d'exercice de la médecine durant 9 mois

Suite à trois plaintes déposées contre lui pour ses critiques à l’encontre de la politique sanitaire du gouvernement, la chambre disciplinaire de l'ordre des médecins de Bourgogne-Franche-Comté a sanctionné vendredi 4 novembre Alain Houpert, sénateur de Côte-d'Or (LR) et radiologue, d’une interdiction temporaire d'exercer la médecine pendant 18 mois, dont neuf avec sursis. L’intéressé prévoit d’ores et déjà de faire appel. Dans l’attente, les marques de soutien envers le médecin se multiplient.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-france/coupable-d-avo...

TERRORISME

Sabotage des gazoducs Nord Stream : un expert militaire suisse dissipe le brouillard

Le lieu exact des explosions se trouve juste en dehors des eaux territoriales danoises : apparemment, il fallait empêcher le Danemark d’interpréter ces actes de sabotage comme une menace directe. Pour la même raison, on a probablement veillé à ce que les actes de sabotage aient lieu à l’extérieur d’une zone d’entraînement de la marine danoise. La fuite de Nord Stream 2 au sud-est de Bornholm se trouve à près de 30 km de l’île, et celle de Nord Stream 1 à plus de 50 km. Malgré la douceur de l’automne dans la région et la température de l’eau d’environ 15 degrés Celsius, l’accès aux deux gazoducs est un défi, car les tempêtes automnales ne sont pas rares en mer Baltique à partir de septembre.

solidariteetprogres.fr

https://solidariteetprogres.fr/actualites-001/sabotage-de...

UKRAINE

Guerre en Ukraine : vidéo N° 15

Pendant que les Américains pataugeaient pour essayer de donner un résultat présentable de leurs élections de mi-mandat, démontrant que la plus grande « démocratie » du monde est infoutue d’organiser un scrutin qui ne ressemble pas à une farce, les Russes après avoir solennellement intégré le territoire de la ville de Kherson à la Russie, ont décidé d’en foutre le camp. Immédiatement, les pros ukrainiens français d’une part, toujours généreux avec le sang des autres se sont répandus en acclamations devant cette formidable victoire, les pro-russes tout aussi français d’autre part, se tordent les mains, affolés. Bizarrement les Ukrainiens eux-mêmes sont manifestement circonspects, se demandant si les moujiks n’étaient pas en train de la leur faire à l’envers. On a essayé de mettre un peu d’ordre.

vududroit.com

https://www.vududroit.com/2022/11/guerre-en-ukraine-video...

UNION EUROPÉENNE

Ursula et Heiko von der Leyen : des conflits d’intérêts au minimum

En décembre 2020, Heiko von der Leyen, médecin allemand et mari de la présidente de la Commission européenne, est passé d'un poste de direction d'une clinique à Hanovre (Allemagne) à celui de directeur médical de Orgenesis Inc., une biotech basée aux États-Unis. Cette transition professionnelle s’est produite à un mois d'une négociation extrêmement personnelle, à coups de textos, depuis effacés, entre Ursula von der Leyen et Albert Bourla, directeur général de Pfizer. Négociation qui aurait duré d’août à novembre 2020, selon les révélations du New York Times. Une fois le contrat pharaonique conclu entre la Commission et Pfizer/BioNtech, Heiko traversait l’Atlantique pour intégrer la biotech new-yorkaise, un obscur laboratoire créé en 2008, officiellement spécialisé dans les thérapies géniques, tout comme Pfizer. 

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique/ursula-et-heiko-von-d...

Une ombre chinoise sur le « couple franco-allemand »

Le « couple franco-allemand » a-t-il jamais existé ? Pour les Français, peut-être, mais pas pour les Allemands qui préfèrent – ou préféraient – parler du « moteur franco-allemand ». Si couple il y a eu, le divorce est amorcé ; si le moteur a fonctionné, il est en panne. Et le voyage en cavalier seul du chancelier Scholz en Chine, la semaine dernière, alors qu’Emmanuel Macron avait souhaité s’y joindre, n’est pas de nature à rapprocher les deux grands voisins, ni d’ailleurs à redorer le blason de l’Allemagne aux yeux des autres membres de l’Union Européenne. Aucun autre dirigeant de l’UE n’était du voyage ; en revanche une cohorte d’hommes d’affaires allemands accompagnait le chancelier.

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/une-ombre-chinoise-sur-...

samedi, 12 novembre 2022

Moins 7%: les commandes étrangères à l'industrie allemande s'effondrent

081412_0.jpg

Moins 7%: les commandes étrangères à l'industrie allemande s'effondrent

Source: https://zuerst.de/2022/11/10/minus-7-prozent-auslandsauftraege-fuer-die-deutsche-industrie-brechen-ein/

Wiesbaden, Allemagne. La désindustrialisation de l'Allemagne en chiffres : les commandes pour les entreprises industrielles allemandes ont continué à baisser en septembre. La baisse a été de 4% par rapport au mois précédent et de près de 11% par rapport à septembre 2021, a annoncé l'Office fédéral des statistiques. En juillet et en août, les entrées de commandes dans l'industrie manufacturière avaient déjà baissé. Certes, les commandes nationales ont légèrement augmenté de 0,5%. Mais les commandes étrangères ont chuté de 7,0%.

"L'envolée des entrées de commandes qui s'était produite après la pandémie Corona dans le cadre d'un effet de rattrapage semble être terminée", a déclaré le ministère allemand de l'Économie.

Les perspectives futures de l'activité industrielle restent assombries par la flambée des prix de l'énergie, qui se répercute de plus en plus sur les consommateurs finaux. Selon le ministère, le quatrième trimestre risque d'être faible.

Les entreprises ont également du mal à honorer leurs anciennes commandes. En cause, des chaînes d'approvisionnement perturbées et des "perturbations persistantes dues à la crise de Corona". (se)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

En violation du droit international : les États-Unis renforcent massivement leur présence militaire en Syrie

gettyimages-1176990106-7e01318162db7faf96c75d67d21f13a06bbd62b8.jpg

En violation du droit international : les États-Unis renforcent massivement leur présence militaire en Syrie

Source: https://zuerst.de/2022/11/11/voelkerrechtswidrig-usa-bauen-militaerpraesenz-in-syrien-massiv-aus/

Damas . Depuis des années, le gouvernement syrien dénonce devant les forums internationaux l'occupation continue et illégale du territoire syrien par les États-Unis. Concrètement, il s'agit d'environ un tiers du territoire syrien à l'est de l'Euphrate. Les États-Unis y exploitent illégalement des gisements de pétrole syriens.

Il y a actuellement 28 bases militaires américaines sur le territoire syrien. Elles ont été construites sans l'accord du gouvernement de Damas et servent à la protection militaire des zones pétrolières.

Aux 28 bases existantes (17 dans la province de Hasakah, 9 dans la province de Deir Ezzor et 2 dans la province de Homs) s'ajoute désormais une autre base près du pont Al-Raqqa sur l'Euphrate à Deir Ezzor. Les environs à l'est de Deir Ezzor abritent les bases militaires les plus stratégiques, notamment la base pétrolière d'al-Omar - l'une des plus grandes de Syrie - et le champ gazier de Conoco.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (SOHR), une organisation d'opposition basée au Royaume-Uni, a récemment publié des photos montrant la construction du site. Selon le SOHR, les troupes américaines ont récemment établi un autre poste militaire dans le village de Naqara, situé à trois kilomètres de Qamishli, dans la province de Hasakah (nord-est). L'empreinte militaire des États-Unis ne cesse ainsi de s'étendre.

La répartition des bases militaires américaines illégales correspond à un cordon autour des puits de pétrole et de gaz à l'est de l'Euphrate, qui constituent la majeure partie des ressources naturelles syriennes. Ce faisant, elles empêchent également le gouvernement syrien d'accéder aux ressources essentielles qui seraient nécessaires à la reconstruction des zones pacifiées. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Iran. Derrière le voile

w1280-p1x1-2022-09-20T125018Z_958221437_RC2FKW95EPVS_RTRMADP_3_IRAN-WOMEN.jpg

Iran. Derrière le voile

par Georges FELTIN-TRACOL

Cela fait plus de deux mois que de violentes manifestations secouent l’Iran. Cette situation ravit les bien-pensants. Des femmes d’âge varié attirent autour d’elles diverses catégories sociales afin de renverser la République islamique.

Le prétexte déclencheur de cette vaste conspiration serait l’arrestation, puis le décès d’une Iranienne de 22 ans, Jina Mahsa Amini, victime d’une bavure de la police des mœurs. La jeune femme ne portait pas correctement le voile sur sa tête dans les rues de Téhéran. Dès le 14 septembre, des Iraniennes, en liaison permanente sur les réseaux sociaux d’origine occidentale, se découvrent en public, puis se coupent une mèche de leurs cheveux en signe de protestation symbolique. La médiacratie occidentale et ses larbins politicards regardent ce mouvement avec les yeux de Chimène.

En pleine séance du Parlement dit européen, une députée suédoise se tranche elle aussi une mèche. Son geste est ensuite reproduit un peu partout dans la grande sphère occidentale aliénée. Pourquoi toutes ces imitatrices ne se raseraient-elles pas le crâne à l’enseigne des pauvres Françaises insultées, frappées et molestées en 1944 – 1945 par une vague sans précédent de jalousie xénophobe ? Le 5 octobre 2022, cinquante actrices hexagonales à la filmographie plus ou moins mièvre signent une pétition de soutien. Il est fort regrettable qu’elles n’ont jamais réagi quand leurs compatriotes « Gilets jaunes » exprimaient une colère légitime. Les mêmes qui s’enthousiasment pour la sédition iranienne condamnent les insurgés du Capitole du 6 janvier 2021, s’offusquent que les pro-Bolsonaro bloquent des routes au Brésil, se taisent à propos du triste sort de Julian Assange et se moquent que la cour d’appel de Grenoble a confirmé, ce 2 novembre, la peine de Damien Tarrel, auteur d’une modeste pichenette à l’actuel locataire de l’Élysée, le 8 juin 2021 (18 mois d’emprisonnement dont quatre fermes, privation du droit de vote pour trois ans et interdiction à vie de travailler dans la fonction publique).

Les évènements en cours en Iran marquent par ailleurs une nouvelle évolution dans le déroulement des « révolutions de couleur ». Elles développent dorénavant une stratégie intersectionnelle. Amini était Kurde. Les foyers d’agitation initiaux surgissent dans les régions kurdes, arabes et du Baloutchistan, en périphérie du noyau ethnique persan. Les exigences féministes et sociétales assez démentes occultent d’évidentes revendications séparatistes. Outre la fin du port obligatoire du voile, les contestataires revendiquent une « occidentalisation » de leur pays qui ose tenir tête à l’hégémonie mondialiste. Les opposants proviennent en général des couches sociales les plus favorisées. La bourgeoisie urbaine iranienne se plaît déjà à vivre à l’heure de Londres, de New York et de San Francisco. Ses enfants regardent pendant des soirées très strictement privées les séries wokistes de Netflix et de Disney, n’hésitent pas à se droguer, à s’alcooliser, voire à draguer. Leur hédonisme ne s’épanouit pas pleinement. De mauvaises conditions économiques limitent leur soif de consommation matérielle. En effet, comme la majorité des États non occidentaux, les difficultés économiques résultent des politiques d’embargo décidées par Washington et ses caniches occidentaux. L’esprit ascétique de la première décennie de la Révolution n’anime plus les nouvelles générations.

Par-delà le voile, l’Occident s’inquiète surtout que l’Iran soit à la veille d’atteindre le seuil nucléaire malgré l’impitoyable guerre secrète menée par le Mossad israélien. La bombe atomique iranienne devient la hantise majeure des diplomaties occidentales. Voilà pourquoi l’hyper-classe cosmopolite met tous ses espoirs mortifères dans un changement rapide de régime. Elle se féliciterait que les Iraniennes soi-disant libérées se teignent les cheveux en bleu, épousent leur grille-pain et avortent tous les quatre matins…

Il faut cependant compter sur la réaction efficace et énergique des autorités. Pasdarans et bassidji jouent avec dextérité de la matraque et du gourdin. Les circonstances gravissimes exigent une extrême fermeté de la part du gouvernement. Une implacable sévérité s’impose donc, quitte à sacrifier une génération au moins ! L’Iran devrait entamer une révolution culturelle intégrale balayant les scories de la modernité occidentale et renouant avec sa riche tradition spirituelle.

Mohammad_Taqi_Mesbah-Yazdi_13980909_1144279.jpg

Les événements actuels confirment les craintes assez anciennes de Mohammad-Taqi Mesbah Yazdi (photo), l’une des références des « principalistes ». Ce marja décédé en 2021 fut le guide spirituel de l’excellent président Mahmoud Ahmadinejad. Il s’opposait régulièrement à Rouhollah Khomeiny au sujet de l’interprétation du Velayet-e Faqih qui régit les institutions iraniennes (voir la chronique n° 37 du 14 juin 2022). Pour Mesbah Yazdi, la constitution de 1979 révisée en 1989 accorde une trop grande place aux procédures démocratiques. À la république islamique, il avançait le concept de « gouvernement islamique », à savoir une direction théocratique assumée, expurgée des éléments électifs générateurs de possibles troubles subversifs.

Les autorités iraniennes font face à la violence incontestable des dévergondées. Leur succès, fut-il partiel, représenterait une redoutable avancée de l’infâme idéologie de l’« hommonculisme ». Sous-traitant des centrales de la désinformation, le système médiatique français d’occupation mentale qui chouine en faveur des apprenties-gourgandines ne comprend pas que les enjeux dépassent de très loin l’humeur de quelques hystériques. La révolution islamique iranienne arrive à un tournant de son histoire. Toute compromission, tout atermoiement, toute concession avec l’ennemi intérieur causeraient sa perte irrémédiable à plus ou moins brève échéance. Espérons que le gouvernement de la République suivra l’exemple chinois du printemps 1989 sur la place Tiananmen à Pékin.

En attendant, faisons à notre tour des doigts d’honneur devant la Déclaration universelle des droits de l’homme !    

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 50, mise en ligne le 8 novembre 2022 sur Radio Méridien Zéro.

jeudi, 10 novembre 2022

Ange de la paix ou transhumaniste ? Les deux visages d'Elon Musk

im-507594.jpg

Ange de la paix ou transhumaniste? Les deux visages d'Elon Musk

Alexander Markovics 

Mercredi 27 octobre 2022 : le milliardaire Elon Musk entre dans le quartier général du service de messagerie Twitter. A haute voix, il annonce en anglais aux dirigeants de la gauche libérale, sous le choc, qu'il a conclu le rachat de Twitter après une longue bataille juridique. Une photo de lui entrant dans le siège social avec un lavabo dans les bras est accompagnée de ses mots "Let that sink in !" (Laissez-vous aller !) ont fait le tour du monde. Les journalistes et les politiciens politiquement corrects laissent alors éclater leur colère et leur désespoir, tout comme les militants anti-mondialistes qui, eux, s'en réjouissent. Musk, qui a symboliquement libéré l'oiseau bleu de Twitter, est depuis considéré comme le champion de la liberté d'expression.

Aux yeux de nombreux altermondialistes, il a fait preuve de la même hardiesse en appelant publiquement l'Occident à entamer des négociations de paix avec la Russie, à reconnaître la Crimée comme russe et à organiser des votes dans les régions occupées sous la supervision de l'ONU. S'il s'agit là du "côté lumineux" d'Elon Musk, que de nombreux patriotes aiment à juste titre, ce Sud-Africain d'origine possède également une part d'ombre. Sa réaction lorsqu'on l'a interrogé sur le coup d'État américain en Bolivie en 2020 en dit long à ce sujet : "Nous allons faire le coup d'État que nous voulons !". Peu de temps après, il a supprimé son tweet, qui était déjà devenu viral. Il ne s'intéresse pas à la souveraineté des autres peuples s'ils font obstacle à ses intérêts économiques, par exemple le lithium bolivien pour les batteries Tesla.

maxreschipdefault.jpg

En outre, Musk est lui-même un transhumaniste convaincu, qui veut implanter la puce "Neuralink", encore en cours de développement, dans des cerveaux humains. Alors qu'Elon Musk lui-même souligne qu'il veut rendre l'homme plus performant que jamais, les critiques objectent que nous pourrions ainsi être non seulement piratés, mais aussi directement contrôlés. Mais ce n'est que le sommet de ce que l'oligarque veut réaliser : le tourisme spatial et les cyborgs sont également à son agenda. Le point commun de ces projets est leur hybris : Musk, tout comme les autres "dieux machines de la Silicon Valley", veut dépasser les limites de l'homme dans tous les sens du terme. Il est donc logique que Musk soit lui-même un fervent militant de la lutte contre le changement climatique et qu'il participe également aux événements organisés par le WEF autour de Klaus Schwab, l'un des principaux représentants du "Great Reset".

A Davos, il a parlé de la "quatrième révolution industrielle" et de ses conséquences. De même, l'oligarque excentrique soutient l'agression occidentale en Ukraine par le biais de Starlink. Lui-même se laisse aller à la faction "de droite" de la Silicon Valley, le creuset technologique, également représentée par Peter Thiel, le fondateur homosexuel de PayPal. Mais tout comme la faction "gauche" de Marc Zuckerberg et Raymond Kurzweil ne défend pas les intérêts des Américains ordinaires, Musk n'est pas non plus un défenseur de la cause des peuples. En défendant haut et fort les intérêts d'une autre faction du capital, voir Twitter, il crée le chaos dans le système, ce qui permet aux altermondialistes du monde entier d'en tirer profit. Elon Musk n'est pas un héros, c'est juste un mondialiste sous un autre jour.

20:17 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, elon musk, transhumanisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Élections américaines : implications pour le pays et le monde

1 gCwh5Uof8bQekmLTm-_rxw.png

Élections américaines : implications pour le pays et le monde

Source: https://katehon.com/ru/article/vybory-v-ssha-posledstviya-dlya-strany-i-mira

La faible performance des Républicains et la "toxicité" de la figure médiatique et diabolisée de Trump soulèvent des questions sur l'avenir de la candidature de celui-ci à la présidence du Parti républicain en 2024.

Les États-Unis ont tenu leurs traditionnelles élections de mi-mandat le 8 novembre. Les citoyens américains ont réélu la totalité de la Chambre des représentants (435 sièges) et un tiers (35 sur 100) des sénateurs. L'équilibre des pouvoirs au sein du corps législatif américain et d'une partie du système judiciaire (les nouveaux juges de la Cour suprême sont nommés par le président avec le consentement du Sénat) dépend du résultat des élections. Une victoire républicaine convaincante dans les deux chambres ferait du président démocrate Joe Biden un "canard boiteux" deux ans avant l'élection présidentielle. La mise en œuvre des politiques qu'il a promises serait pratiquement impossible avec ses adversaires contrôlant à la fois la Chambre et le Sénat. En outre, les Américains ont élu les gouverneurs de 36 États, de 3 dépendances et le maire du district fédéral de Columbia.

Résultats préliminaires

En date du 9 novembre 2022, les républicains ont réussi à remporter les élections pour la Chambre des représentants. La marge numérique est d'environ 20 voix, mais elle se réduit au fur et à mesure que le dépouillement progresse. Avant l'élection, les Démocrates avaient une avance de 8 voix.

Il y a toujours une parité dans la bataille pour le Sénat américain, avec des électeurs en Pennsylvanie, au Nevada, en Arizona, au Wisconsin et en Géorgie presque à moitié divisés. En Alaska, la course est serrée entre les deux candidats républicains au poste de sénateur : l'establishment, le néo-conservateur Liz Murkowski, et la candidate pro-Trump Kelly Tshibaka (photo).

210417211033-kelly-tshibaka-file-2019.jpg

Lors de l'élection du gouverneur, le parti démocrate a généralement renforcé sa position. Les républicains ont perdu au profit de leurs adversaires deux États de la côte atlantique: le Maryland et le Massachusetts. Dans le même temps, les deux partis ont conservé de grands États. Le parti démocrate a conservé le contrôle de la Californie, de New York, de la Pennsylvanie. Les Républicains contrôlent le Texas et la Floride. L'issue de l'élection en Arizona, un autre État qui pourrait changer le républicain au poste de gouverneur pour le démocrate, n'a pas été décidée : la lutte a été serrée entre le favori du vote populaire, un Trumpiste, Carey Lake, et la candidate démocrate, Kathleen Hobbs. Cette dernière a pris une avance inattendue.

L'ancien président américain Donald Trump a déjà appelé à des protestations. Il a déclaré que des obstacles artificiels au vote avaient été créés pour les électeurs républicains, en particulier dans les régions qui votent traditionnellement pour le parti républicain. En Arizona, par exemple, il y aurait eu des dysfonctionnements dans les machines à voter, notamment dans les districts républicains. Ainsi, de nombreux électeurs républicains qui se sont rendus aux urnes n'ont pas pu voter avant la fermeture des bureaux de vote.

Dans un autre État, la Pennsylvanie, il y avait une pénurie de bulletins de vote dans les bureaux de vote, mais un avantage artificiel a été créé pour les démocrates qui préfèrent le "vote par correspondance". Le candidat démocrate au Sénat, John Fetterman, et les membres de son parti qui contrôlent la branche exécutive de l'État insistent pour que les enveloppes de scrutin soient comptées même si elles ne portent pas de date de vote. C'est grâce à de tels votes par correspondance, invérifiables, que le démocrate Joe Biden a remporté l'élection présidentielle américaine de 2020. Aujourd'hui, le parti démocrate américain utilise à nouveau la même technique.

Implications pour les États-Unis

Le résultat des élections montre, tout d'abord, que la société américaine et les élites américaines restent polarisées. Une fois encore, il y a deux Amériques sur la carte électorale : l'Amérique "bleue" des démocrates - les grandes villes et les côtes du Pacifique et de l'Atlantique - et l'Amérique "rouge" du cœur territorial républicain.

Dans le même temps, sur fond de crise économique et énergétique, d'injection constante d'argent en Ukraine dans le conflit avec la Russie, conflit qui est assez impopulaire auprès de l'électorat, et de crise migratoire, les résultats de l'équipe de Joe Biden semblent bons.

Le résultat s'explique aussi par l'utilisation de mécanismes de manipulation des votes, par le contrôle des élites de gauche sur les médias et par la plus grande discipline du parti démocrate. À la veille des élections, les républicains ont dû se battre non seulement contre les démocrates, mais aussi entre eux. Grâce à une lutte sans compromis, Donald Trump a pu porter ses candidats contre la position de l'establishment. Cependant, ce sont les candidats de Trump - Mehmet Oz (photo - pour le poste de sénateur de Pennsylvanie), Cary Lake (pour le poste de gouverneur de l'Arizona), Blake Masters (pour le poste de sénateur de l'Arizona) - qui ont rencontré le plus de difficultés et de pression de la part du système administratif. En outre, il existe des tensions entre Trump et un autre prétendant à la direction informelle du parti, le gouverneur de Floride Ron Desantis.

mehmet-oz-gty-jc-211130_1638306513156_hpMain_1x1_992.jpg

D'autre part, il existe également des exemples de réussite pour les candidats de Trump. Par exemple, J.D. Vance - un protégé de Trump et du milliardaire Peter Thiel - connu pour avoir dit qu'"il ne se soucie pas de l'Ukraine", est devenu sénateur de l'Ohio malgré l'opposition des militants de la communauté ukrainienne, présente dans cet État.

Implications pour le monde

Le faible avantage des Républicains (et non pas la large marge à la Chambre des représentants qu'ils espéraient) n'est pas susceptible d'entraîner des changements sérieux dans les politiques intérieures et étrangères de l'administration de Joe Biden.

Très probablement, les Républicains et les Démocrates maintiendront la parité au Sénat, ou, même, les Démocrates pourraient gagner un léger avantage. Ceci, associé au contrôle des médias et aux divisions au sein des Républicains eux-mêmes, permettra à l'administration de Joe Biden de poursuivre ses politiques précédentes. Cela est particulièrement vrai sur le front de la politique étrangère et de la confrontation à la Russie et à la Chine, où seule une minorité (bien qu'active) de républicains ayant réussi à se faire élire au Congrès s'oppose au conflit avec Moscou, et presque personne n'est en faveur de relations amicales avec la RPC.

Le soutien monétaire et militaro-technique à l'Ukraine se poursuivra. Une augmentation du soutien américain à Taïwan est probable.

midterms-ron-desantis-peut-representer-une-nouvelle-generation-de-leader-republicain.jpg

La faible performance des républicains et la "toxicité" de la figure médiatique et diabolisée de Trump soulèvent des questions sur l'avenir de la candidature républicaine de celui-ci à la présidentielle de 2024. Il pourrait être remplacé par un gouverneur de Floride plus jeune, Ron Desantis (photo), qui a remporté les élections au poste de gouverneur le 8 novembre avec une marge de 20 %.

Ce dernier est tout aussi conservateur en matière de politique intérieure, mais il est jeune et énergique et donc plus attrayant pour les électeurs que le scandaleux et vieillissant Trump. Desantis adhère aux idées républicaines traditionnelles en matière de politique étrangère: être agressif, s'opposer à la Russie, soutenir l'Ukraine, combattre les régimes de gauche d'Amérique latine, avoir une rhétorique anti-chinoise, soutenir Israël au Moyen-Orient et combattre l'Iran. Dans l'ensemble, un candidat plus acceptable pour les sponsors républicains traditionnels que Trump.

mercredi, 09 novembre 2022

L'Europe dans l'actualité géopolitique

91fa20892d1d298772e0132ea488c866.jpg

L'Europe dans l'actualité  géopolitique

Par Enric Ravello Barber 

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/11/europa-en-el-momento-geopolitico-actual.html

Les États-Unis, la Chine et la Russie sont les trois principaux acteurs du monde multipolaire, dans lequel la Turquie, l'Iran et la Corée du Nord se consolident en tant que puissances régionales, et l'Argentine, le Brésil et le Royaume-Uni tentent de le faire mais sans succès. L'Europe, qui aurait un rôle majeur à jouer dans un équilibre multipolaire, a un énorme désavantage par rapport à toutes ces puissances majeures et mineures : elle n'existe pas. Tous les acteurs susmentionnés constituent, chacun à leur manière, une unité politique avec un gouvernement central doté d'une capacité de décision unique et finale; l'Europe est un hybride qui reste à définir. L'Union européenne, première puissance commerciale du monde avec le PIB le plus élevé du monde, n'est pas capable de s'articuler comme un acteur unique et autonome. Le défi consiste à consolider un modèle de gestion unique (économique, politique et diplomatique) qui agit à l'échelle du continent et non comme la somme - souvent contradictoire - des intérêts de chacun des pays qui le composent. En d'autres termes, résoudre la dialectique actuelle de sa nature, qui oscille entre être une unité et être une organisation internationale.

Sans une force militaire commune et autonome qui lui serait propre, l'Europe politique (UE) est incapable d'imposer et de défendre ses intérêts au niveau régional et mondial: le conflit en Ukraine en est la dernière preuve. L'OTAN est une organisation dirigée par les États-Unis. Récemment, il a été question que les pays de l'UE puissent avoir plus de pouvoir interne au sein de l'OTAN, pour "équilibrer" le pouvoir de Washington et de l'Europe dans cette organisation militaire, ce qui est vraiment irréaliste.

55674.jpg

Ukraine : une guerre contre l'Europe et l'Allemagne

Dans les années 1970, le géopoliticien autrichien Jordi von Lohausen a souligné que le véritable ennemi des États-Unis était l'Europe et non l'URSS - nous parlons de l'époque du milieu de la guerre froide. L'obsession de Washington serait de réduire l'Europe à une colonie politique et militaire et de détruire ainsi sa civilisation. C'est une constante de la politique de Washington, une constante qui a un dérivé permanent : éviter tout rapprochement entre l'Allemagne et la Russie, car ce serait la synergie qui pourrait créer une puissance continentale capable de défier la domination américaine.

De nombreux analystes ont souligné que la provocation d'une guerre en Ukraine par les États-Unis et leurs terminaux atlantistes dans l'UE vise à détruire tout à la fois l'Allemagne - première puissance économique d'Europe - et la Russie - première puissance militaire d'Europe. Cela provoquera également une crise d'approvisionnement en hydrocarbures sur le continent - dépendant des matières premières russes - qui le plongera dans une profonde crise socio-économique.

Dans cette dynamique, il convient de signaler quelques réactions européennes qui méritent d'être soulignées comme significatives.

La Pologne a agi selon ses habitudes au cours de ces dernières décennies, en tant que véhicule des intérêts américains en Europe centrale, reprenant le rôle géopolitique que revêtait ses actions provocatrices dans les années 30 sous l'égide de Londres. En réponse à l'explosion du gazoduc Nord Stream en mer Baltique, une attaque contre les intérêts russes, mais surtout contre ceux de l'Europe occidentale, l'eurodéputé et ancien ministre des affaires étrangères polonais Radek Sikorski (du Parti populaire européen) a publié sur son compte Twitter une photo du gazoduc explosé, assortie de la phrase "Merci, USA". Pendant ce temps, le 1er septembre, le gouvernement polonais, aux mains du parti "ultra-conservateur" Droit et Justice, a exigé 1,3 milliard de dollars du gouvernement allemand pour les réparations de guerre. La réponse du chancelier allemand Olaf Scholz a été de réviser l'actuelle frontière germano-polonaise en fonction des "documents historiques". Et, allant un peu plus loin le 5 octobre, poursuivant sa "stratégie de la tension", Varsovie, dans des déclarations de son président Duda, a proposé aux États-Unis de placer des armes nucléaires sur son territoire, ce que l'OTAN elle-même a considéré comme trop risqué.

altic_pipe.jpg

La Pologne se joint également à la stratégie américaine visant à déloger l'Allemagne de sa position de centre politique et économique de l'Europe. La Pologne essaie de remplacer son voisin allemand comme point d'arrivée du gaz en Europe. À cette fin, la Pologne construit le "Baltic Pipe", un gazoduc qui amènerait le gaz norvégien en Pologne, rendant Nord Stream "inutile". Mais la capacité initiale de cette voie baltique est de 3 BCM, qui pourrait atteindre un maximum de 10 BCM, bien loin des 135 BCM de North Stream. Et totalement insuffisante pour les besoins de l'Europe centrale.

Dès le début, la position de Varsovie a été très claire : soutien à l'Ukraine et confrontation avec la Russie. Cette position n'est pas aussi altruiste qu'il n'y paraît et est pleine de doubles intentions. Poutine a déclaré : "La Pologne n'a pas abandonné ses rêves de s'emparer d'une partie de l'Ukraine" (1). Une réalité à laquelle divers analystes internationaux ont fait référence (2). 

Après sa réélection au poste de président, Macron a disparu de la scène internationale. Il a démontré que son leadership européen et son autonomie par rapport à Washington étaient faibles. Au moment décisif, il a montré sa servilité à l'égard des intérêts américains et ses entretiens avec Moscou ont été rapidement interrompus. Ses appels à Washington pour ramener la paix dans la crise de la guerre russo-ukrainienne restent lettre morte à la Maison Blanche, principale partie prenante de la prolongation du conflit.

L'Allemagne est le pays qui commence à réagir à l'attitude des États-Unis. Alors qu'au début, les Verts - ces pacifistes des années 1980 - étaient ouvertement belliqueux contre la Russie et appelaient à armer l'Ukraine, démontrant ainsi que leur parti est depuis des années une courroie de transmission de Washington à Berlin. La réaction générale, politique et populaire, s'est orientée vers différentes prises de position. En août dernier, le vice-président du Parlement allemand, Wolfgang Kubicki, a appelé à "rouvrir Nord Stream 2 dès que possible", en faisant appel aux intérêts nationaux allemands. En octobre, après l'explosion du gazoduc Nord Stream, qui affectera sérieusement l'économie et le bien-être des Allemands, le hastag #Kriegserklärung (déclaration de guerre) est devenu populaire en Allemagne pour décrire ce que le sabotage du gazoduc par les Américains signifie pour leur pays. Au cours du même mois d'octobre, le parlement allemand a gelé l'aide militaire à l'Ukraine.

Après l'explosion de Nord Stream, que même l'ancien conseiller en sécurité américain Douglas McGrecogh a attribuée aux États-Unis (6), des voix autorisées ont émergé en Allemagne et au-delà, soulignant que l'un des principaux objectifs - si ce n'est le principal - de la "guerre en Ukraine est de détruire l'Allemagne en tant que puissance politique et économique (7).

220908-2119-29-99390838-307244324.jpg

La célèbre femme d'affaires et philanthrope allemande Gloria von Thurn und Taxi compare cette tentative de détruire son pays au sinistrement célèbre Plan Morgenthau (4). Alors que l'ancien conseiller d'État suisse Yvan Perrin affirme que l'Allemagne doit comprendre pleinement la stratégie de destruction de son pays afin de rectifier l'ensemble de sa politique européenne et internationale (5).

Ajoutons que le parti nationaliste AfD adopte une ligne très claire et déterminée de son côté pour défendre les intérêts nationaux allemands. Après son dernier congrès où la ligne nationaliste l'a emporté sur la ligne modérée, l'AfD prend des positions intéressantes à tous points de vue, notamment celle-ci: trois députés régionaux (Rhénanie-Westphalie et Saxe-Anhlalt) se sont rendus en Ukraine "au vu de la couverture déformée et partisane du conflit en Ukraine, nous voulons nous faire notre propre idée de la situation et examiner la situation humanitaire".

Visegrad entre dans une crise interne

La Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie forment le groupe dit de Visegrad. La principale caractéristique de leur existence a été de s'opposer aux diktats de Bruxelles quant à l'idéologie du genre et à l'immigration, constituant ainsi un certain pôle antimondialisation au sein de l'UE. Bruxelles a essayé de faire chanter ces pays en menaçant de couper les fonds européens, mais l'importance géopolitique et commerciale de ces régions centrales a atténué l'hostilité de Bruxelles.

Les militants de l'identité européenne ont réfléchi à la possibilité qu'un pays d'Europe occidentale doté d'un gouvernement nationaliste (l'Italie d'aujourd'hui, par exemple) puisse être l'allié nécessaire pour une synergie contre les directives mondialistes de Bruxelles au sein de l'UE.

Certains sont allés plus loin et ont parlé d'Intermarium - notamment en Pologne - ensemble qui comprendrait la Biélorussie, la Lituanie, la Lettonie, l'Estonie, l'Ukraine, la Roumanie-Moldavie, la Serbie, la Bosnie, l'Albanie, la Croatie et la Macédoine du Nord, pour faire un contrepoids géopolitique à l'impérialisme russe et à la Turquie néo-ottomane (8).

La crise en Ukraine a provoqué de graves tensions internes dans le groupe de Visegrad. Les deux capitales des pays leaders du groupe, Varsovie et Budapest, ont réagi de manière opposée. Varsovie dans un suivi atlantiste pathétique, Budapest, cherchant le dialogue avec la Russie et prenant maintenant des positions proches de Moscou, dans la mesure où cela est possible en tant que membre de l'UE (6). N'oublions pas que la Hongrie a des revendications territoriales sur l'Ukraine ; accessoirement, la Pologne aussi.

Visegrad cessera probablement de constituer une synergie politique originale, comme elle le fut. Si la guerre se solde par une défaite russe, la Pologne sera la première puissance régionale - avec le soutien ouvert de Washington - et elle sera rejointe par l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie, dont les stratégies géopolitiques sont aujourd'hui très proches de celles de Varsovie.

cz-6-800x450.jpg

La Hongrie, dans sa position de rapprochement avec la Russie et d'inimitié envers l'Ukraine, avec laquelle elle a des différends territoriaux, sera encore plus éloignée de Bruxelles, qui la soumettra à un nouveau chantage budgétaire, et s'éloignera de son ancien allié polonais.

Il reste à voir quelles positions adopteront la République tchèque, la Slovaquie et la possibilité pour la Slovénie de rejoindre le groupe, comme l'a récemment proposé le Président tchèque Milos Zeman.

Le projet Intermarium, en tant que zone cohésive entre Bruxelles et Moscou, a été définitivement bloqué.

Le Royaume-Uni, la puissance en déclin

Poursuivant la ligne anti-européenne et belliciste de Johnson, Truss a insisté sur le soutien à l'Ukraine, avec ses effets déstabilisants sur l'Europe. L'éphémère premier ministre est allé jusqu'à déclarer en septembre : "La Grande-Bretagne armera l'Ukraine jusqu'à ce qu'elle vainque la Russie". Faisant monter le ton du délire, elle a poursuivi en déclarant : "Si la situation exigeait que j'appuie sur le bouton nucléaire, je le ferais immédiatement. Et je me fiche que des millions de personnes meurent, pour moi l'essentiel est la démocratie et nos idéaux". Fantasmes issus du souvenir d'avoir été un grand empire alors qu'aujourd'hui, ce Royaume-Uni n'est qu'une ancienne puissance en déclin et de plus en plus isolée.

Quelqu'un devrait rappeler à la matamoresque ancienne Premier ministre britannique que le Royaume-Uni possède 215 ogives nucléaires, tandis que la Russie en possède plus de 7.000, dont beaucoup sont dirigées vers Londres.

"Global Britain", la stratégie internationale post-Brexit de Westminster, n'a pas eu de résultats concrets.

Il est de surcroît marginalisé au sein du pacte AUKUS, une alliance de puissances anglo-saxonnes dont le véritable objectif est de faire face à l'expansion chinoise dans le Pacifique. Les trois autres puissances anglo-saxonnes du pacte (les États-Unis, l'Australie et la Nouvelle-Zélande) ont toutes ou presque toutes leurs côtes dans cet océan ; le Royaume-Uni est aux antipodes, son rôle dans l'Alliance n'est guère plus que décoratif.

Londres a essayé de se rendre forte dans les pays de Visegrad, dans sa géopolitique permanente visant à séparer l'Allemagne de la Russie, mais la réalité est que les deux principales capitales du groupe de Visegrad ont ignoré Londres : Varsovie donne la priorité à son alliance avec Washington et Budapest regarde - timidement - vers Moscou.

L'un des arguments que Boris Johnson a présenté aux Britanniques était la signature prochaine d'un pacte commercial qui ferait du Royaume-Uni un partenaire commercial préférentiel des États-Unis, permettant au marché américain de remplacer le marché européen. Non seulement un tel pacte n'est ni imminent ni en vue, mais l'arrivée de Biden - un démocrate - à la Maison Blanche a refroidi les relations entre Washington et Londres, qui sont maintenant au plus bas (6). Rappelant que Biden est d'origine irlandaise et qu'il a à plusieurs reprises mis en garde les locataires de Westminster contre toute détérioration de la situation irlandaise.

NWLD-composite-leadership-KM (1).jpg

La mauvaise gestion économique de Liz Truss a rapidement mis fin à son gouvernement et à sa direction du Parti conservateur. Son successeur est l'Indien Rishi Sunak, qui poursuit la ligne géopolitique de ses collègues du Parti conservateur, Johnson et Truss. La victoire de Sunak accentuera une tendance observée depuis le Brexit, la géopolitique d'un Royaume-Uni anti-européen, multiracial et post-britannique dans lequel sa relation avec Delhi jouera un rôle important, même s'il est plus que probable que cette relation aura la polarité inversée qu'elle avait aux 19ème-20ème siècles et sera le chapitre d'ouverture de la rébellion et de la conquête (démographique et politique) par l'ancien Commonwealth de l'ancienne métropole britannique dans un processus de liquidation identitaire et raciale.

Aucun "front uni anti-occidental" n'est observable

La prétention d'un front uni mondial anti-occidental a été démentie par la réalité et par la dynamique géopolitique même de chaque puissance, notamment la Chine et les puissances émergentes d'Asie centrale et l'Inde qui jouent leur propre rôle.

Pendant cette guerre ukrainienne, cette prétendue conscience "anti-US" n'a pas du tout été mise en scène, de la Chine à l'Ouzbékistan, les "puissances eurasiennes" ont abandonné Poutine dans la guerre ukrainienne (9).

Pékin s'est éloigné de Moscou et y a cherché ses propres intérêts, ce qui implique d'affaiblir la Russie afin de la séparer de l'Europe et de l'attirer docilement dans sa sphère d'influence ; Pékin continue de penser dans une logique bipolaire et n'est pas intéressé par un troisième acteur -la Russie- pour contester cette course à deux pour la domination du monde. Xi Jinping n'a pas eu le moindre problème à continuer à collaborer stratégiquement avec l'Europe, alors que l'Europe a sanctionné la Russie, des sanctions que les entreprises chinoises basées dans l'UE ont respectées à la lettre.  La Chine a joué un double jeu, toujours dans ses propres intérêts plutôt que dans ceux d'un front commun prétendument anti-occidental. Pour Pékin, la guerre ukrainienne a toujours été subordonnée à sa guerre potentielle contre les États-Unis au sujet de Taïwan (10).

L'Inde, traditionnellement alliée de Moscou et qui a continué à l'être dans cette crise en raison de la nécessité d'acheter des hydrocarbures, a prévenu Poutine par l'intermédiaire de son Premier ministre Modi que l'heure n'était pas aux guerres et que les frontières ukrainiennes devaient être respectées, dernier point sur lequel elle était d'accord avec Téhéran.

La "première ceinture" de la construction eurasienne a clairement pris ses distances avec la Russie. Le Kazakhstan est devenu le leader régional en dehors de la zone d'influence de Moscou (11).

Il n'existe pas de "front anti-occidental" russo-turc-chinois-eurasien (12).

D'un point de vue européen, le défi géopolitique doit être la résolution rapide du conflit militaire et la reprise du dialogue et de la synergie entre l'Europe et la Russie.

NOTES:

(1) https://www.elmundo.es/internacional/2022/11/04/636528a5fdddff974f8b45d9.html

(2) https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/11/portal-de-politica-polaca-asi-es-como.html.

(3) https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/10/douglas-macgregor-cree-que-estados.html

(4) https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/10/la-crisis-de-ucrania-no-tiene-que-ver.html

(5) https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/10/morgenthau-y-nord-stream-gloria-von.html

(6) https://euro-sinergias.blogspot.com/2022/10/cuando-alemania-empiece-entender-eeuu.html

(7) https://barr-avel.blog/2022/02/23/vers-une-union-baltique-mer-noire-intermarium-comme-modele-viable-pour-le-renouveau-de-leurope/

(8) https://elordenmundial.com/hungria-se-queda-sola-asi-ha-roto-la-invasion-de-ucrania-el-grupo-de-visegrado/

(9) https://www.elmundo.es/internacional/2022/09/21/632b3d37e4d4d83a158b4584.html

(10) https://www.elespanol.com/mundo/europa/20221105/doble-pekin-rusia-rebajar-amenazas-presiona-taiwan/715928855_0.html

(11) https://elpais.com/internacional/2022-10-10/la-guerra-socava-el-liderazgo-de-rusia-entre-sus-vecinos-postsovieticos.html

(12) https://www.ilprimatonazionale.it/esteri/ma-quale-fronte-anti-occidentale-cosa-non-ci-dice-lincontro-tra-putin-e-xi-jinping-243980/

 

mardi, 08 novembre 2022

L'anti-utopie de Klaus Schwab

image_2174873_20210410_ob_5aa6af_dessin-ab-klaus-schwab-world-economic.jpg

L'anti-utopie de Klaus Schwab

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/antiutopiya-klausa-shvaba

Les idées proposées par le président du Forum économique mondial, Klaus Schwab, dans son livre "La quatrième révolution industrielle" ont déjà fait l'objet de nombreuses critiques pour diverses raisons. Cependant, pour certaines personnes qui ne s'identifient pas comme des partisans de la mondialisation, ils semblent tout à fait attrayants. Après tout, Schwab affirme que l'innovation numérique changera pour le mieux la vie des gens, leur travail et leurs loisirs. Des technologies telles que l'intelligence artificielle et la robotique, le cloud computing quantique et la blockchain font déjà partie de la vie quotidienne. Nous utilisons des téléphones mobiles et des applications, des appareils intelligents et l'internet des objets. Et par rapport aux révolutions industrielles précédentes, affirme-t-il, la quatrième révolution industrielle (4IR) progresse à un rythme exponentiel, réorganisant les systèmes de production, de gestion et de gouvernance de manière inédite.

Cependant, une analyse objective des arguments de Klaus Schwab montre qu'il se trompe en partie et que sa position est généralement motivée par les intérêts de l'exercice du contrôle sur la société et de la gestion du capital, qui acquiert de nouvelles propriétés.

54thIR48x840.jpg

Parmi les critiques du concept 4PR, citons Nanjala Nyabola qui, dans son livre Digital Democracy, Analog Politics, analyse le récit par lequel Schwab a façonné son idéologie.

Elle affirme que la RP4 est utilisée par les élites mondiales pour détourner l'attention des moteurs de l'inégalité et pour faciliter les processus continus d'expropriation, d'exploitation et d'exclusion. Nyabola note astucieusement que "le véritable attrait de cette idée est qu'elle est apolitique. Nous pouvons parler de développement et de progrès sans recourir à des luttes de pouvoir".

9781786994318.jpg

La réplique de l'Afrique, où réside Nyabola, n'est pas fortuite, car cette région, avec l'Asie et l'Amérique latine, est considérée par les mondialistes comme propice à de nouvelles interventions sous couvert d'assistance technologique et de 4PR.

Après tout, les preuves suggèrent que la diffusion de la technologie numérique a été très inégale, stimulée par des innovations technologiques plus anciennes, et qu'elle a été utilisée pour reproduire plutôt que transformer les inégalités sociales.

L'historien Ian Moll va plus loin et se demande si les innovations technologiques numériques actuelles représentent la 4PR en tant que telle ?

Il note qu'il existe une interprétation hégémonique de la "quatrième révolution industrielle" qui dépeint le développement technologique rapide comme une nouvelle révolution industrielle audacieuse. Cependant, il n'y a aucune preuve d'une telle révolution dans la totalité des institutions sociales, politiques, culturelles et économiques, tant au niveau local que mondial, d'où la nécessité de prêter attention à la manière dont cette structure idéologique fonctionne pour faire avancer les intérêts des élites sociales et économiques dans le monde.

Ian Moll affirme que le cadre de la "Quatrième révolution industrielle" renforce le néolibéralisme conventionnel de la période post-consensus de Washington et sert donc de couverture au déclin continu de l'ordre mondial globalisé à travers les belles histoires du "merveilleux nouveau monde". Schwab a simplement fait une sorte de coup idéologique avec un ensemble de métaphores narrant une révolution imaginée.

Alison Gillwald le qualifie de "l'un des outils de lobbying et d'influence politique les plus performants de notre époque"... Mobilisés autour du rassemblement annuel de l'élite à Davos, les plans politiques du WEF pour les 4P comblent un vide pour de nombreux pays qui n'ont pas investi publiquement dans ce à quoi ils veulent que leur propre avenir ressemble... Avec des visions de la prospérité mondiale pleines de conviction futuriste et des projections économiques fantastiques de croissance exponentielle et de création d'emplois, ils semblent fournir une feuille de route toute prête pour un avenir incertain.

Mais la prudence est de mise. Même un coup d'œil rapide aux précédentes révolutions industrielles montrera qu'elles n'impliquaient pas les intérêts des classes ouvrières ou inférieures. Et ce, malgré les avantages plus larges que la société a tirés de l'introduction de la vapeur, de l'électricité et de la numérisation. Ils sont plutôt liés au développement du capitalisme grâce aux "grandes" technologies de l'époque."

Dans ce cas également - les nouvelles technologies serviront les intérêts des capitalistes geeks, pas ceux des sociétés.

Moll écrit que le concept 4PR semble convaincant car il agit comme une sorte de formule :

  1. 1) Dressez une liste de 7 à 15 technologies, principalement numériques, qui semblent intelligentes, nous font sentir obsolètes et nous inspirent une certaine crainte de l'avenir. Même si ce ne sont pas des innovations du XXIe siècle, déclarez-les comme telles.
  2. 2) Déclarer qu'il existe une convergence étonnante et sans précédent entre ces technologies.
  3. 3) Partez du principe qu'ils entraîneront des changements qui perturberont et transformeront chaque partie de nos vies.
  4. 4) Faites appel à chacune des révolutions industrielles précédentes comme modèle pour la présente.
  5. 5) Citez une ou deux technologies ou sources d'énergie majeures dans les révolutions industrielles précédentes. Les suggestions éprouvées sont la machine à vapeur pour 1PR ; le moteur à combustion interne et/ou l'électricité pour 2PR ; les ordinateurs et/ou l'énergie nucléaire pour 3PR (vous auriez mentionné Internet au point I, évitez-le donc ici).

Il instille donc discrètement la justesse du concept global. Ce faisant, "Schwab exploite avec succès notre rationalité technologique intrinsèque. Il proclame la vitesse, la taille et la portée sans précédent de 4PR. La vitesse du changement, dit-il, est exponentielle plutôt que linéaire ; la convergence de multiples technologies est plus large et plus profonde que jamais ; et l'impact systémique est désormais total, englobant toute la société et l'économie mondiale. Il affirme ainsi que "la perturbation et l'innovation [...] se produisent plus rapidement que jamais". 

En même temps, Schwab rejette une grande partie de notre expérience historique sur cette question. Il écrit qu'il est "bien conscient que certains universitaires et professionnels considèrent les événements que j'étudie simplement comme faisant partie de la troisième révolution industrielle".

castells-manuel.jpg

550x818.jpg

Mais Moll propose de prendre en compte certaines des connaissances spécialisées qu'il ignore. Voici deux exemples. Telles sont les contributions du sociologue espagnol Manuel Castells, qui a noté que le rôle critique des technologies de l'information et de la communication en réseau est une "arme à double tranchant" : certains pays accélèrent leur croissance économique en adoptant des systèmes économiques numériques, mais ceux qui échouent sont de plus en plus marginalisés ; "leur retard devient cumulatif". Castells écrit abondamment sur ce qu'il appelle "l'autre facette de l'ère de l'information : l'inégalité, la pauvreté, la misère et l'exclusion sociale", qui sont toutes des séquelles croissantes de l'économie de l'information mondialisée.

Contrairement à Schwab, Castells n'a pas essayé d'idéologiser ou de politiser les données sociologiques. Et ses recherches empiriques ne suggèrent pas une transformation numérique fondamentale de la société à l'ère moderne.

Un autre expert que Schwab ignore est Jeremy Rifkin. En 2016, lorsque Schwab a proposé son concept 4PT, Rifkin faisait déjà des recherches sur les lieux de travail où la robotique avait pris en charge les rôles stratégiques et managériaux dans la production économique. Il existe un désaccord marqué entre les auteurs. Rifkin ne considère pas les changements spectaculaires associés aux TIC comme constituant un 4PR.

jrifkin_uva.jpg

the-third-industrial-revolution.jpg

En 2016, Rifkin a soutenu que le WEF avait "raté son coup" avec son intervention sous le couvert de 4PR. Il a contesté l'affirmation de Schwab selon laquelle la fusion des systèmes physiques, des processus biologiques et des technologies numériques est un phénomène qualitativement nouveau:

La nature même de la numérisation [...] réside dans sa capacité à réduire les communications, les systèmes visuels, auditifs, physiques et biologiques, à de l'information pure, qui peut ensuite être réorganisée en vastes réseaux interactifs fonctionnant largement comme des écosystèmes complexes. En d'autres termes, c'est la nature interconnectée des technologies de numérisation qui nous permet de transcender les frontières et de "brouiller les lignes entre les domaines physique, numérique et biologique". Le principe de fonctionnement de la numérisation est "l'interconnexion et la mise en réseau". C'est ce que la numérisation fait avec une sophistication croissante depuis des décennies. C'est ce qui définit l'architecture même de la troisième révolution industrielle.

Un examen des "technologies" souvent annoncées comme des innovations convergentes clés des 4P - intelligence artificielle, apprentissage automatique, robotique et internet des objets - montre qu'elles ne sont pas à la hauteur des prétentions d'une "révolution" technologique moderne.

Moll conclut que le 4PR de Schwab n'est rien d'autre qu'un mythe. Le contexte social du monde est toujours le même que dans 3PR et peu de changements sont prévus. Il n'y a rien de tel qu'une autre révolution industrielle qui se produit après la 3e. Le nouveau monde merveilleux de Schwab n'existe tout simplement pas.

Après tout, les révolutions ne se caractérisent pas seulement par des changements technologiques. Ils sont plutôt motivés par les transformations du processus de travail, les changements fondamentaux dans les attitudes sur le lieu de travail, les changements dans les relations sociales et la restructuration socio-économique mondiale.

Bien sûr, les innovations technologiques peuvent être bénéfiques pour les travailleurs et la société dans son ensemble. Ils peuvent réduire la nécessité d'effectuer des travaux pénibles, améliorer les conditions et libérer plus de temps pour que les gens puissent s'engager dans d'autres activités significatives.

Mais le problème est que les fruits de l'innovation technologique sont monopolisés par la classe capitaliste mondialisée. Ces mêmes plateformes de travail numérique sont financées principalement par des fonds de capital-risque dans le Nord mondial, tandis que des entreprises sont créées dans le Sud mondial, sans que ces fonds n'investissent dans des actifs, n'embauchent des employés ou ne paient des impôts aux caisses publiques. Il s'agit simplement d'une nouvelle tentative de s'emparer des marchés avec une nouvelle technologie, en profitant de la transparence des frontières, pour en récolter les fruits et ne pas être tenu responsable.

Le récit de 4PR est donc plus une aspiration qu'une réalité. Les aspirations d'une classe aisée qui anticipe la crise du système économique occidental et souhaite trouver un refuge dans d'autres régions. C'est pourquoi, étant donné l'expérience historique du capitalisme de style occidental, le reste du monde considère la 4PR comme une anti-utopie indésirable.