Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 17 mai 2024

La guerre hybride euro-atlantiste s'attaque à la vie du Premier ministre slovaque Robert Fico

cover-r4x3w1200-6645b899866bf-photo-d-archives-du-premier-ministre-slovaque-robert-fico.jpg

La guerre hybride euro-atlantiste s'attaque à la vie du Premier ministre slovaque Robert Fico

par Giulio Chinappi

Source: https://www.cese-m.eu/cesem/2024/05/il-terrorismo-euroatlantista-attenta-alla-vita-del-primo-ministro-slovacco-robert-fico/

Le premier ministre slovaque, Robert Fico, a été grièvement blessé lors d'une tentative d'assassinat à l'issue d'une réunion du cabinet. Sa vie est hors de danger après une intervention chirurgicale réussie, mais cet épisode soulève de vives critiques à l'égard de la rhétorique adoptée par l'opposition euro-atlantiste, soutenue par Bruxelles.

Selon certaines informations, le Premier ministre slovaque Robert Fico a été blessé par balles à la poitrine, à l'abdomen et à un membre lors d'une tentative d'assassinat. Les coups de feu ont été tirés alors qu'il sortait d'une réunion de cabinet dans la ville de Handlová.

Robert Fico était redevenu chef du gouvernement slovaque en octobre 2023, après avoir dirigé le gouvernement de 2006 à 2010, puis de 2012 à 2018. L'électorat l'avait récompensé après une longue campagne caractérisée par une critique sévère de la stratégie occidentale sur l'Ukraine, le rejet d'une solution militaire au conflit et le refus des livraisons d'armes de son gouvernement à Kiev. En outre, M. Fico a déclaré à plusieurs reprises que la Slovaquie ne soutiendrait pas la candidature de l'Ukraine à l'OTAN et qu'elle s'opposait aux sanctions économiques imposées par le bloc occidental à la Russie.

Il n'a pas fallu longtemps aux partisans de Robert Fico pour accuser l'opposition libérale de la tentative d'assassinat, qui, ces derniers temps, n'a pas ménagé ses critiques, voire ses propos violents, à l'encontre du gouvernement en place et de son chef. Peu après, les médias slovaques ont confirmé l'identité de l'agresseur, l'écrivain Juraj Cintula, 71 ans, fondateur d'un club littéraire dans la ville de Levice et partisan de l'opposition libérale slovaque.

Ján Čarnogurský, ancien premier ministre et président de l'Association d'amitié russo-slovaque, a explicitement déclaré que la tentative d'assassinat de Robert Fico était dirigée contre la politique d'amitié du gouvernement avec la Russie : « La tentative d'assassinat ne peut être attribuée qu'à un fou politique, endoctriné par les médias de l'opposition slovaque. En substance, cet attentat était dirigé contre le gouvernement dirigé par M. Fico et sa politique de poursuivre des relations amicales avec la Russie", a déclaré M. Čarnogurský.

6478d3964a958_000-33gl7ap.jpg

Les propos de la présidente en exercice Zuzana Čaputová (photo) ont été moins directs, mais elle a néanmoins attribué la cause de l'attentat au climat politique pesant qui règne dans le pays. Elle a qualifié l'attaque contre Fico d'« attaque contre la démocratie », ajoutant que de tels crimes sont motivés par la « rhétorique de la haine » caractéristique de la société moderne. Il convient de noter qu'en juin, Mme Čaputová sera remplacée à la plus haute fonction par Peter Pellegrini, vainqueur des élections présidentielles d'avril dernier et proche allié de Robert Fico.

ijcoep.jpg

la-carta-di-identita-di-juraj-cintula-l-uomo-che-ha-sparato-a-robert-fico-1989406.jpg

Selon les médias slovaques, l'auteur de l'attentat a lui-même avoué à la police qu'il avait agi pour des raisons politiques : « Je ne suis pas d'accord avec la politique du gouvernement [de Fico] », a déclaré l'auteur de l'attentat, Juraj Cintula (photo), selon des informations diffusées par la chaîne de télévision TA3. Cintula aurait fait cette déclaration immédiatement après son arrestation, disant qu'il s'opposait à la politique du gouvernement car celui-ci restreignait la liberté des médias. Selon la chaîne de télévision, l'homme pourrait avoir planifié l'attaque contre le premier ministre au cours du mois dernier. L'opposition de l'agresseur à la politique de M. Fico a également été confirmée par son propre fils.

Outre la responsabilité de l'opposition, les experts ont également souligné « l'échec total » des gardes du corps du premier ministre, qui n'ont pas réussi à déjouer la tentative d'assassinat. En effet, les médias slovaques affirment que l'incident aurait pu être évité si les gardes du corps avaient agi conformément à la procédure.

Heureusement, la vie de Robert Fico ne semble pas en danger, selon son adjoint Tomáš Taraba, qui occupe également le poste de ministre de l'environnement. M. Taraba a déclaré à la BBC que l'opération avait réussi et que le premier ministre n'était pas dans un état critique.

Cependant, l'issue positive de l'opération ne doit pas détourner l'attention de la gravité de ce qui s'est passé et de la responsabilité de l'opposition de gauche libérale, pro-européenne et atlantiste, ainsi que de toutes les forces européennes qui la soutiennent ouvertement contre le gouvernement de Fico, légitimement choisi par le peuple slovaque. Bien qu'il n'y ait pas de preuve directe de l'implication des forces politiques dans l'attentat, leur responsabilité morale apparaît clairement, comme nous l'avons déjà souligné. C'est également l'avis de Giorgio Cremaschi, dont nous citons le post Facebook ci-dessous:

L'auteur de l'attentat contre Robert Fico, chef du gouvernement slovaque et anti-guerre, est un écrivain libéral et un partisan du parti d'opposition pro-européen. Pour le journal La Repubblica, c'est un gauchiste, manifestement selon les mêmes canons que ceux qui définissent le journal de la famille Agnelli.

Dans les journaux télévisés, nous avons vu l'annonce de l'attentat, puis les condamnations des gouvernements, immédiatement recouvertes par de longues descriptions des fautes commises par le dirigeant slovaque blessé, dont la principale est évidemment celle de s'opposer à la guerre de l'OTAN et de l'UE contre la Russie.

En bref, ils ont clairement indiqué que Fico l'avait bien cherché, ce que les « patriotes » ukrainiens sur les médias sociaux proclament sans retenue.

Le fauteur de l'attentat est décrit comme un partisan de l'Europe et un ennemi de la Russie, ce qui suffit à lui conférer une "patine démocratique".

Après tout, il y a quelques jours, Michel, un libéral belge qui est aujourd'hui président du Conseil européen, a déclaré qu'il était juste de collaborer avec les fascistes européens (qu'il appelle pudiquement l'extrême droite) s'ils étaient contre la Russie. Ainsi, même les méthodes des fascistes deviennent "démocratiques" si elles sont utiles à l'établissement. Sur les médias sociaux, les fascistes du clavier, à drapeau bleu et jaune, attaquent depuis longtemps ceux qui ne veulent pas de la Troisième Guerre mondiale. Depuis le 7 octobre, nombre d'entre eux ont également ajouté le drapeau israélien au drapeau ukrainien. Et ils sont devenus encore plus violents et méchants. Ils sont entrés en symbiose mentale avec les colons israéliens.

Et finalement, quelqu'un sort un revolver et tire.

Le soutien à l'Ukraine et à Israël devient la voie royale vers la fascisation de l'Europe. Et maintenant, nous avons aussi un terrorisme pro-européen.

jeudi, 16 mai 2024

Slovaquie, l'attentat contre Fico est le résultat de sa dissidence avec l'Occident

65391e2a3719d65391e2a3719e169824209065391e2a3719b65391e2a3719c.jpg

Slovaquie, l'attentat contre Fico est le résultat de sa dissidence avec l'Occident : et certains parlent de guerre civile

Stelio Fergola

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/approfondimenti/slovacchia-lattentato-a-fico-frutto-della-sua-dissidenza-con-loccidente-e-ce-chi-parla-di-guerra-civile-279203/

Rome, 16 mai - La tentative d'assassinat dont a été victime hier le Premier ministre Robert Fico a choqué non seulement la Slovaquie mais aussi, bien évidemment, l'ensemble des milieux politiques continentaux. Ces derniers ont, comme il se doit, condamné l'incident. Malgré le fait que, dans le passé, les accusations portées contre le dirigeant slovaque n'avaient pas été tendres et, à bien des égards, similaires à celles constamment portées contre son collègue hongrois Viktor Orban : ainsi, il serait autoritaire, antidémocratique, dictatorial. Certaines formules nous sont familières, surtout lorsqu'elles s'adressent à ceux qui ont pour l'UE et l'Occident un défaut jugé intolérable: ne pas adhérer aux diktats occidentaux.

Fico, succès en Slovaquie et dissidence

Robert Fico s'est affirmé lors des élections de septembre dernier. Une victoire obtenue par acclamation populaire, il faut le dire, puisque 70% des électeurs se sont rendus aux urnes en Slovaquie. Des taux de participation dont on ne peut même pas rêver dans notre partie du monde. Depuis son arrivée à la tête du pays, Fico a lancé une politique résolument à contre-courant du reste de la zone UE, notamment sur le lourd dossier russo-ukrainien, en se prononçant contre l'envoi d'une nouvelle aide économique à Kiev. Il y a quelques mois, le premier ministre avait témoigné d'une grave ingérence occidentale dans un hypothétique accord entre Kiev et Moscou qui interviendrait peu après le déclenchement du conflit. Sans parler de ses critiques à l'égard de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), en particulier du « traité » évoqué il y a quelques mois, ni de ses invectives contre les vaccins anti-covididistes.  Socialiste, anti-européen, pro-russe, pas « co vidiste », dirons-nous. Peut-être un peu trop dissident (nous sommes bien sûr sarcastiques).

Un pays divisé ou rebelle ?

Ceux d'entre nous qui se sont rendus en Slovaquie en ont clairement témoigné : c'est un pays divisé en deux, entre, d'une part, ceux qui soutiennent pleinement le programme occidental mené par les États-Unis et, d'autre part, le reste de la nation. Dans les rues, avant le vote de septembre, les gens appelaient à la participation (« Ukradnú ti Štát, ak neprídeš voliť », « Si vous n'allez pas voter, ils vont vous voler votre État ! ») précisément pour cette raison : essayer de faire gagner un dissident, comme Fico, à la tête d'un parti, le Smer, qui vient de la gauche, mais certainement pas de la même gauche que Pedro Sanchez en Espagne, pour donner un exemple. Ce qui est sûr, c'est que celui qui a tiré sur Fico l'a avoué clairement : « Je n'aime pas sa politique ». Bref, il n'y a donc pas de longues digressions à écrire....

On parle de guerre civile...

C'est le ministre slovaque de la Défense, Robert Kaliňák, comme le rapporte Euronews, qui a donné l'alerte lors d'une conférence de presse devant l'hôpital de Banská Bystrica, où le premier ministre est gardé en observation, actuellement dans un coma pharmacologique. Le journaliste Gábor Tanács a déclaré : « L'attentat contre le premier ministre a clairement choqué le pays et les ministres. Elle montre la profonde division politique qui règne en Slovaquie pendant la campagne électorale ». De toute évidence, le Smer est accusé d'être antidémocratique depuis des mois, ne serait-ce qu'en raison de sa proximité avec la Russie de Vladimir Poutine.

Irak: les intérêts du pays et l'agenda d'un monde multipolaire

0393e083ffd28c51e147f0678bb70444.jpg

Irak: les intérêts du pays et l'agenda d'un monde multipolaire

Amir Al-Mafraji

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/liraq-e-gli-interessi-e-lagenda-di-un-mondo-multipolare

Nous pouvons comprendre les objectifs de la Chine et de l'Occident vis-à-vis de l'Irak en mettant en lumière la nature de leurs stratégies à l'égard du Moyen-Orient dans son ensemble et leur relation avec l'importance géographique et économique de l'Irak, compte tenu de l'attention que le monde arabe et islamique a accordée à la lutte des puissances mondiales montantes pour saper l'influence de l'unilatéralisme américain. Cette lutte a été observée par tous les présidents américains et leurs administrations, quelle que soit leur affiliation politique. La domination de la Chine en matière d'exportations commerciales et d'avancées technologiques en fait un concurrent majeur pour les intérêts américains et européens en Afrique et au Moyen-Orient. L'Irak, quant à lui, est un exemple de conflit d'intérêts et de programmes dans le conflit entre l'unipolarisme représenté par la politique américaine et le multipolarisme que les pays émergents tentent d'établir dans le monde.

Il n'est pas difficile de comprendre la forme et la nature de la relation entre les États-Unis et l'Irak, qui est similaire à la relation entre ce dernier et la Chine, si l'on considère les liens commerciaux de la Chine et leur importance dans la réalisation et le maintien d'une stratégie multipolaire. Cette stratégie vise non seulement à contrer l'approche unilatérale des sociétés américaines et occidentales, mais aussi à les confronter politiquement et militairement par le biais d'une politique de « réseau » visant à faire face à la grande puissance économique.

L'influence économique de la Chine au Moyen-Orient s'étend à tous les niveaux, principalement en raison du besoin de Pékin d'importer des matières premières, en particulier du pétrole, qui est probablement le principal moteur de l'économie chinoise. La Chine représente plus de 50% des exportations de pétrole de l'Irak et du Golfe, ainsi que de l'Iran, et a fini par dominer la balance commerciale, devenant ainsi l'une des plus grandes économies du monde. Elle a dépassé les États-Unis pour devenir le premier exportateur mondial en termes de réserves de change.

6a12048e3ea905cff8108b85651938b070753fd2.png

Comme la Chine est une puissance émergente majeure qui cherche à contester la domination occidentale en Afrique et au Moyen-Orient et qu'elle est en mesure d'influencer l'économie mondiale grâce à la gestion de ses riches réserves mondiales de devises, en particulier de dollars américains, Pékin s'intéresse de près à l'Irak, qui constitue une extension stratégique importante du continent asiatique. Les dirigeants chinois ont cherché à établir des relations d'amitié et de coopération avec le régime de Bagdad, profitant des tensions politiques et sectaires entre le gouvernement et divers partis influents sur la question du maintien des États-Unis dans le pays, sans parler de la relation stratégique de la Chine avec l'Iran, qui pourrait faire pencher la balance en sa faveur dans les luttes de pouvoir dans la région.

Il y a aussi le projet de la Nouvelle route de la soie, ou l'initiative « Une ceinture, une route », que la Chine développe et qui façonne ses liens avec le monde ; il a été lancé par le président Xi Jinping en 2013. Ce projet vise à revitaliser les anciennes routes commerciales et à relier les oléoducs, les gares ferroviaires, les ports et les aéroports dans les pays limitrophes de la Russie et du Moyen-Orient afin d'assurer la croissance économique continue du géant asiatique et le développement des exportations vers le Moyen-Orient et l'Europe.

Par conséquent, le développement industriel et économique de la Chine est devenu une source d'inquiétude pour les principaux pays industrialisés, car Pékin a clairement pour objectif d'établir des relations et des alliances pour renforcer sa position dans le système international et soutenir sa stratégie contre l'hégémonie des États-Unis, travaillant ainsi à les retourner en faveur de la Chine - lui donnant un avantage sur le plan international. C'est pourquoi elle cherche à engager des pays d'Afrique et du Moyen-Orient, y compris l'Irak, qui semble être devenu un État prioritaire pour la politique étrangère chinoise. Pékin a fait preuve d'une ouverture diplomatique croissante dans ses relations avec les responsables de Bagdad, sans pour autant négliger les relations étroites entre les États-Unis, l'Occident et l'Irak.

Les dirigeants chinois sont convaincus de l'importance de revitaliser l'Irak pour maintenir leur influence au Moyen-Orient, malgré ses liens étroits avec l'Europe et les États-Unis et la suspension du projet de la route de la soie. Quelle que soit la forme qu'il prendra, il sera financé par des prêts de la Chine. Ce sera l'occasion d'accroître l'influence de l'Irak par le biais de partenariats superficiels, sans trop se soucier de savoir si cela entraînera un grave problème d'endettement pour Bagdad.

main-qimg-03c3f9f75d12982960e237512fb984a0-lq.jpg

Bien que le projet de route de développement annoncé par le gouvernement irakien avec la participation des ministres des transports des pays voisins, y compris ceux du Conseil de coopération du Golfe, ne soit pas tout à fait conforme aux intérêts de la route de la soie chinoise, soutenue par le lobby sino-iranien en Irak, l'accent mis par l'ambassadeur chinois sur le projet et son accord de financement révèlent les objectifs de Pékin.

Il convient de noter que les banques de développement chinoises accordent des prêts importants à des projets dans les pays impliqués dans la construction de la route de la soie, malgré le manque de conditions et de transparence nécessaires pour garantir les prêts en cas d'échec du projet ou de détournement de fonds dû à la corruption généralisée. Dans ce cas, l'Irak pourrait perdre le contrôle et la souveraineté sur ces projets, ce qui permettrait aux banques d'influencer les affaires de l'Irak, qui tomberait dans une dangereuse spirale d'endettement.

Il ne fait aucun doute que les objectifs déclarés de développement et de financement de projets en Irak ne cachent qu'en partie l'intention de la Chine de continuer à accroître son poids économique pour stimuler les exportations vers l'Europe, étant donné la proximité de l'Irak avec la Turquie. Il y a aussi la question du désir de la Chine de dominer l'Afrique et l'Asie culturellement, technologiquement et économiquement, notamment en augmentant son influence économique et militaire au Moyen-Orient.

Tout cela doit être considéré à la lumière du déclin de la présence militaire et économique des États-Unis dans le système mondial et de leur influence sur l'ensemble du Moyen-Orient, en particulier sur l'Irak. Cela pourrait conduire Bagdad à accepter volontairement la Chine et à entrer dans une « zone grise », la rendant finalement otage d'objectifs contradictoires dans un monde multipolaire, étant donné la capacité encore limitée de la Chine à défier et à mettre fin à la présence militaire américaine en Irak.

mercredi, 15 mai 2024

Elections européennes - TSM : Tout Sauf Macron ou FREXIT?

En54oNV9YzeBnqb6wbndL36CW6w.jpg

Elections européennes 

TSM : Tout Sauf Macron ou FREXIT?

par Pierre-Emile Blairon

Breakdance

Je n’ai pas été surpris de découvrir que les Jeux Olympiques 2024, organisés à Paris du 26 juillet au 11 août, comporteront une nouvelle « discipline », le breakdance ; il s’agit d’une branche (la danse) de ce mouvement marginal né dans le quartier du Bronx à New-York peuplé de Noirs et de Latinos, mouvement appelé Hip-hop, qui comprend aussi le rap (pour la « musique ») et les tags (pour l’expression « picturale ») ; ce mouvement est essentiellement revendiqué et pratiqué par les jeunes de banlieue en France par une compréhensible réaction mimétique ; le breakdance, comme son nom l’indique : casser la danse, donc l’harmonie, est ce style de danse convulsive qui semble, pour les non-initiés, hystérique ou épileptique, qui consiste à se rouler au sol avec quelques envolées aléatoires.

imbrdaage.jpg

L’introduction de ce pseudo-sport dans l’organisation des jeux Olympiques de 2028 à Los Angeles, qui vont succéder à ceux de Paris, a été refusée par les Américains, plus informés que nous, et de plus longue date, sur ce qu’il convient de penser de cette « culture » mais qui n’hésitent pas à en faire la promotion en Europe, histoire d’affaiblir un peu plus nos défenses immunitaires, puisqu’il s’agit de leur intérêt.

06-530258.jpg

Nous sommes, avec cette agitation corporelle frénétique et disgracieuse, bien loin de la noblesse du geste du discobole de Myron qui reste le symbole artistique et visuel des jeux olympiques antiques, qui permettaient de célébrer la beauté et la puissance du corps des athlètes : mens sana in corpore sano, un esprit sain dans un corps sain, devise créée par le poète latin Juvénal au 1er siècle et reprise par Pierre de Coubertin, le restaurateur des Jeux Olympiques de l'ère moderne en 1894, avec une variante : Mens fervida in corpore lacertoso, un esprit ardent dans un corps musclé.

De la même façon que sont aussi éloignées de nos valeurs artistiques les autres composantes du mouvement hip-hop : les « tags » qui ne représentent que le besoin compulsif de certains jeunes gens (atteints de crétinisme) à marquer leur territoire en dégradant un mur qui leur paraît un peu trop propre en le recouvrant de signes agressifs, de même que les rappeurs, dans leurs éructations et leurs borborygmes, ne cherchent guère à égaler la sublime poésie d’un Brel  ou d’une Barbara ; il suffit de découvrir les « paroles » d’une « chanson » de celle qui a été proposée par les instances organisatrices des J.O. de Paris pour chanter lors de la cérémonie officielle de leur ouverture pour en être convaincus.

LY6NZ7OOHNBLJMC7MU2V5XYFX4.jpg

Ce sont certains de ces gens qui n’ont qu’un rapport très lointain avec le sport, et encore moins avec les origines des Jeux antiques d’Olympe en Grèce, l’un des berceaux de notre civilisation européenne, qui ont été conviés à porter la flamme olympique tout le long de son parcours de Marseille à Paris ; ils ne sont pas les seuls ; il y aura aussi quelques vrais sportifs, mais pas que ; les diverses instances locales qui ont accepté de payer une somme conséquente (sans avoir au préalable consulté leurs administrés) pour voir traverser leur commune de cette « flamme » en forme de suppositoire (là encore une image très symbolique !) se sont soumises à l’une des conditions, explicitement exprimée ou non, d’y intégrer les personnes transgenres, LGBTQ +, et autres représentants de minorités, sexuelles ou non.

C’est toute cette faune interlope qui ne représente qu’un pourcentage infime de la population française qu’on met en avant dans ce qui sera la vitrine du savoir-faire français en matière d’organisation, de ce qui reste de la vision qu’ont les étrangers de la classe, de la bienséance, de la bienveillance, de l’harmonie de ses paysages et de son architecture ancienne, de la distinction, de la courtoisie et de l’élégance à la française.

Ce « breakdance », dont j’ai tracé les principales caractéristiques, symbolise à merveille le pouvoir actuel et explicite le but qu’il semble rechercher : être en accord avec les non-valeurs wokistes qui envahissent l’espace culturel occidental et ainsi humilier ce qui reste du peuple français dans ce qu’il a de plus cher et dans ce qui l’a toujours défini tout au long des siècles : précisément les vertus que je viens d’énumérer.

1675575-nemo-remporte-l-eurovision-2024.jpg

L’Eurovision

J’ai jeté ma télé une nuit de Nouvel an en même temps que j’ai arrêté de fumer, en l’an 2000, pour fêter dignement le nouveau millénaire. Et j’en suis fier, et heureux. Je n’ai donc pas vu la cérémonie qui s’est déroulée en Suède la semaine dernière mais seulement quelques extraits sur les réseaux sociaux qui confirment les niveaux de dégénérescence et d’avilissement qui règnent dans le monde occidental et qui sont imposés à l’Europe par la secte mondialiste sataniste ( ce dernier point était visuellement présent tout au long des prestations des différents « artistes » participant à ce concours) par le biais de cette organisation (entre autres) que l’on supposait, à l’origine, être uniquement européenne, ne serait-ce que par son nom.

C’est Ségolène Royal qui arrive toujours là où on ne l’attend pas qui a formulé les critiques les plus virulentes à propos de cette mascarade : « Ce n’était pas un concours de talent musical, mais un concours de laideur, de vulgarité, de grossièreté, d’exhibitionnisme (sanctionné par la loi mais diffusé à des millions d’enfants et d’ados !). Il faut espérer que pas un euro d’argent public ou européen ne soit allé à cette farce lugubre, (à quelques exceptions près), et que les questions sur l’entreprise de costumes et de mise en scène qui a sévi et sur ceux qui l’ont choisie, puissent être posées. Les chanteurs et chanteuses eux-mêmes ont-ils eu la liberté de refuser les pitoyables vêtement maltraitants que les organisateurs leur ont fait porter ? Une enquête sérieuse sur les méthodes ainsi qu’un bilan financier détaillé de cette exhibition minable mais manifestement coûteuse s’imposent. La culture, la musique et l’Europe doivent se respecter sinon personne ne les respectera plus. »

Michel Lebon, sur le site de Nice Provence Info, conclut son article du 13 mai, Flamme olympique et Eurovision, par ces mots : « Après ces spectacles pitoyables de Fête du Slip de l’Ancien Monde occidental, la Russie, la Chine, l’Inde et les pays arabes se frottent les mains. La décadence de l’Occident est actée, leur victoire finale est assurée. »

malmo-eurovision-2024-1280x640.jpg

Des manifestations sous contrôle

Car, ne nous y trompons pas: ces manifestions d’aspect ludique ne sont pas seulement d’aimables divertissements mais font partie de cette vaste entreprise d’ingénierie sociale qui a pris des proportions inimaginables au plan mondial au début de l’année 2020 avec la production d’une pseudo-pandémie suivie de la production d’un pseudo-vaccin.

Panem et circenses: du pain et des jeux pour le peuple de telle manière qu’il ne songe pas à se rebeller. En l’occurrence, il y eut plus de jeux que de pain.

Et, encore une fois, cette gigantesque manipulation a parfaitement fonctionné.

L’Eurovision a rassemblé 5,4 millions de Français devant leur petite lucarne et le parcours de la flamme (une sorte de pot d’échappement en forme de suppositoire brandi par les « athlètes ») suscite la mobilisation de foules importantes qui se déplacent avec un grand enthousiasme pour voir cet événement ; on a persuadé ces masses innombrables qu’elle assistaient au plus grand spectacle de leur vie. Je dois avouer que j’ai été surpris de cet engouement pour un spectacle qui, en réalité, n’existe pas, de la même manière que j’ai été stupéfait de la rapidité avec laquelle, en 2020, les instances mondialistes ont su imposer quantité de mesures très contraignantes à l’ensemble de la planète sans qu’il y ait la moindre contestation, sauf de la part du tout petit nombre de personnes lucides et sensées que les comploteurs appellent les complotistes.

Elections européennes : pour qui voter ?

Evidemment, ces manifestations se conjuguent, pour détourner l’attention, avec l’imminence d’un vote essentiel pour l’avenir de notre pays et celui de la véritable Europe des patries charnelles. L’Union européenne, ce monstre créé à Bruxelles par les agents de la CIA après la deuxième guerre mondiale [1] joue parfaitement son rôle de vassale des Etats-Unis au point de sacrifier les intérêts des peuples européens à ceux de l’Amérique. Je ne reviendrai pas sur cette vision géopolitique que n’importe quel enfant en âge de raisonner pourrait comprendre.

Je ne m’adresse ici qu’aux Français dont le cerveau n’a pas été atomisé comme celui de ces masses ahuries qui vont obéir à la moindre injonction de leurs maîtres.

Ces Français qui ont su garder le plein exercice de leurs capacités intellectuelles et de leur indépendance de jugement sont, certes, peu nombreux mais suffisamment en nombre pour pouvoir influer sur ce vote décisif à condition de se déplacer devant les urnes.

Il n’y a que deux options, comme d’habitude : le vote utile et le vote de conviction.

FrSyvwTWIAYxi75.jpg

Le vote utile : Tout Sauf Macron

Le vote utile, c’est quand il y a urgence à dégager une liste particulièrement nocive.

Pour ces prochaines élections européennes, la liste toxique est représenté par le parti qui soutient Macron: la liste Valérie Hayer du parti Renaissance ; non pas que cette dame soit particulièrement dangereuse, mais le fait qu’elle fasse un score encore plus minable que celui qui lui est prédit est un facteur important pour calmer les ardeurs belliqueuses du président Macron qui, s’il est soutenu par les Français lors de ces élections européennes, nous amènera inévitablement à la guerre et à la possible disparition de la France et des Français qui n’ont toujours pas compris qu’en s’attaquant à la Russie,

- d’une part, les Européens ne sont pas dans leur droit car ce n’est pas la Russie qui a cherché la guerre en Ukraine mais bien l’Amérique, l’Otan et ses vassaux européens ; l’ancien président Hollande a d’ailleurs avoué publiquement qu’il avait saboté les accords de Minsk.

- d’autre part, à cause de la propagande massive occidentale, ils n’ont toujours pas compris non plus que la Russie n’est pas Monaco ou la Principauté d’Andorre, mais le plus grand pays du monde avec une armée colossale et une population qui soutient à fond son président Poutine parce qu’elle se sait dans son bon droit.

- Enfin, les Français ne savent pas que la guerre en Ukraine est quasiment terminée et que ce sont les Russes qui l’ont gagnée, non pas seulement contre l’Ukraine de Zelensky  - qui avait perpétré un massacre des populations russophones dès 2014 (15.000 morts civils), raison de l’intervention russe - mais aussi contre l’Otan et les Européens va-t-en-guerre.

Le vote utile voudra donc dire qu’on pourra voter pour les oppositions contrôlées qui sont tout autant belliqueuses et mondialistes que Macron ; Jordan Bardella a déclaré le 22 mars au micro de France Info: « Je soutiens l'utilisation des bénéfices des avoirs russes pour financer l'effort de guerre en Ukraine : c'est une mesure que j'ai portée auprès du chef de l’État, qui y était d'ailleurs réticent, lors de la réunion des chefs de parti le jeudi 7 mars à l’Élysée ».

Ce qui veut dire qu’il approuve ce vol manifeste et qu’il n’a toujours rien compris de la situation géopolitique mondiale, à moins d’être devenu l’un des plus fidèles vassaux de l’Ordre mondial comme je l’ai évoqué et démontré dans un précédent article [2] sur ce même site. Le détournement de ces avoirs deviendra aussi un casus belli pour les Russes. Bardella est tout aussi irresponsable que Macron, mais l’élection européenne ne l’amène pas directement au pouvoir en France, il sera toujours temps de l’en empêcher dans un deuxième temps.

Le vote de conviction

Le vote de conviction, c’est le Frexit, je vais juste reprendre un commentaire qui fait suite, sur le site de Nice Provence Info, à l’article de Massimo Luce du 10 mai, intitulé Sortez les sortants ! qui a le mérite de résumer très bien l’intérêt du vote Frexit.

Ce commentaire que je reproduis en l’état est signé de Couëtdic, écrit le 12 mai 2024 à 18:07 :

« Oui, il faut aller voter si on veut avoir une chance de sauver notre belle France. Cela passe d’abord par la sortie de l’U.E, complètement vérolée qui nous coûte très cher puisque nous sommes contributeurs nets contrairement à d’autres pays et qui détruit nos agriculteurs, nos entreprises, nos libertés et milite pour la guerre au service des États-Unis. C’est paradoxal puisque ce sont des élections pour élire des députés européens mais cela fera entrer au parlement des voix dissidentes. Par contre, pour ma part, ce sera la liste des Patriotes avec Florian Philippot que je soutiendrai, les seuls qui ont été aux côtés des suspendus, dans la rue tous les samedis, se battant inlassablement pour nos libertés. Ils ont d’ailleurs avec eux entre autres, le porte-parole de Vérity France, Marc Doyer. Asselineau n’a pas souhaité se joindre à la coalition qu’ils ont montée avec d’autres partis et c’est bien dommage pour notre pays.

À part eux, tous les autres partis veulent rester dans l’U.E mais parlent de souveraineté !

Quelle souveraineté puisque la France et donc les Français ne pourront plus décider de rien (c’est déjà largement commencé) ! Les lois ou les décrets de l’U.E priment sur ceux des États.

Nos ancêtres ne se sont pas battus pour cela ! »

Alors ? A vous de décider sereinement ; vous avez ici quelques éléments en main.

Pierre-Emile Blairon

Notes:

[1] Selon Marie-France Garaud : https://www.youtube.com/watch?v=usM_vZ3X7SA et Philippe de Villiers : j’ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu (éditions Fayard)

[2] Traditionalistes contre globalistes : le grand chambardement planétaire du 22 février 2024.

L'Inde intensifie sa coopération avec l'Iran dans le domaine des infrastructures de transport

e418a24a-cee4-48e0-9e62-16ff483f5964.jpg

L'Inde intensifie sa coopération avec l'Iran dans le domaine des infrastructures de transport

Arthur Kowarski 

Source: https://jornalpurosangue.net/2024/05/14/india-intensifica-cooperacao-com-o-ira-em-infraestrutura-de-transportes/

L'Inde a signé un contrat de dix ans avec l'Iran pour développer et exploiter le port iranien de Chabahar, a annoncé le gouvernement indien.

Le port de Chabahar revêt une importance stratégique pour l'Inde: il constitue un lien crucial avec l'Afghanistan, l'Asie centrale et la région eurasienne au sens large.

Chabahar_port_operation_1.png

chabahar-port.jpg

L'accord signé hier entre l'Inde et l'Iran prévoit d'intégrer le port de Chabahar dans le corridor international de transport nord-sud (INSTC), afin de faciliter les échanges entre l'Inde, la Russie et d'autres pays, en passant par l'Iran et, éventuellement, l'Azerbaïdjan.

Chabahar.rota_.jpg

La ligne actuelle en violet et les nouveaux itinéraires possibles en bleu.

Cela permettra à l'Inde de contourner le Pakistan et d'établir un accès direct à l'Afghanistan et, à terme, à l'Asie centrale. Ennemi historique de l'Inde, le Pakistan empêche l'économie à la croissance la plus rapide du monde d'accéder à sa frontière septentrionale, constituée du pays voisin et de la barrière himalayenne.

Le principal avantage de ce corridor passant par Chandahar est qu'il réduit de deux à trois fois le temps nécessaire à la livraison des marchandises, ce qui accroît encore la compétitivité des produits indiens sur ce marché et augmente le potentiel d'un meilleur écoulement de la production de pétrole et de gaz de la Russie et d'autres pays d'Asie centrale vers le marché indien.

L'un des porte-parole du département d'État américain, Vedant Patel, n'exclut pas la possibilité que des entreprises indiennes soient sanctionnées pour leur participation à des activités commerciales avec l'Iran. « Toute entité, toute personne qui envisage de faire des affaires avec l'Iran doit être consciente des risques auxquels elle s'expose et du risque possible de sanctions », a déclaré M. Patel lors d'une audition au Congrès américain.

Historiquement, l'Inde a été l'un des leaders du mouvement des non-alignés et a maintenu une position de détachement par rapport au conflit tout au long de la guerre froide. Elle maîtrise officiellement la technologie militaire pour la fabrication d'armes nucléaires depuis les années 1970, sans perdre le respect des États-Unis et du reste de l'Occident, qui se rapproche de l'Inde en raison de sa rivalité avec la Chine. Même si les États-Unis maintiennent une forte présence au Pakistan.

Si la coopération entre l'Inde et l'Iran se poursuit, on verra jusqu'où ira la menace américaine de sanctionner les entités impliquées dans des affaires avec l'Iran. Si les États-Unis ne renoncent pas à leur hostilité envers la Chine et la Russie, l'ouverture d'un conflit avec l'Inde ne ferait qu'accélérer l'émergence d'un monde multipolaire.

mardi, 14 mai 2024

Neutralité perdue

csm_in_banner_fr_0ffcf0226d.jpg

Neutralité perdue

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/la-neutralita-perduta/

Il était une fois... le pays neutre. Celui qui, par sa constitution, ses lois et ses traditions, ne faisait pas partie de blocs armés, d'alliances ou de pactes militaires. Et qui déclarait explicitement qu'il n'avait pas l'intention de participer à des conflits de quelque nature que ce soit.

Neutre. Mais non désarmé. Ce sont deux choses très différentes. La Suisse a toujours eu une forte organisation défensive. De manière à garantir la neutralité et la sécurité. Favorisée d'ailleurs, aussi et surtout, par sa position géographique.

Et la Suède, autre pays historiquement neutre, a une longue et glorieuse tradition militaire.

La neutralité de certains États a toujours représenté, au cours du siècle dernier, un point fondamental dans les équilibres géopolitiques. En particulier les équilibres européens. En effet, les États neutres représentent des points névralgiques qui permettent de décanter les tensions entre blocs et puissances. Ce sont des chambres de compensation et, en même temps, des zones franches où les adversaires peuvent se rencontrer. Discuter et trouver des accords pour mettre fin au conflit.

230310-neutralitat2.jpg

Bref, les Neutres représentent une pièce fondamentale de la mosaïque géopolitique. En apparence seulement. Parce qu'elle fait partie de ces éléments qui, s'ils manquent, rendent l'ensemble de l'architecture plus incertaine. Plus exposée à un effondrement désastreux.

Je n'aurais cependant pas dû utiliser le présent pour parler des États neutres. Plutôt un passé proche. Car aujourd'hui, la neutralité a littéralement fondu comme neige au soleil.

La Suède n'est plus neutre. Depuis un certain temps déjà, elle donnait des signes de rapprochement avec l'OTAN. Elle en est devenue membre à part entière.

La Finlande n'est plus neutre. Et c'est encore plus sensationnel. Et plus grave. Car la neutralité d'Helsinki était garantie par un traité entre puissances - Washington et Moscou pour l'essentiel - signé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Et il avait précisément pour fonction de garantir un État tampon entre les deux rivaux de la guerre froide, dans une zone cruciale de l'échiquier européen.

Un traité qui a été déchiré. De manière unilatérale. Et la Finlande est maintenant non seulement dans l'OTAN, mais elle se prépare à accueillir ses bases et ses quartiers généraux opérationnels.

Un choix qui nous fait apprécier la sagesse différente des hommes qui ont pris les décisions en 45, par rapport à certains aventurismes inconsidérés qui s'affichent de nos jours.

Quant à la neutralité suisse, elle n'est plus qu'une feuille de vigne. Qui couvre à peine la dépendance de plus en plus étroite de Berne à l'égard de l'Occident collectif. Dans les décisions financières, en premier lieu.

imago0159290906h.jpg

Bien sûr... en Europe, il reste l'Autriche. Qui parvient, malgré son appartenance à l'UE, à maintenir une certaine neutralité. Avec difficulté. Et seulement parce qu'elle est trop petite, et essentiellement désarmée, pour vraiment compter.

La stratégie globale de Washington ne permet plus ni n'admet l'existence de pays neutres. Les zones grises de la décantation des tensions deviennent les carreaux d'un nouveau domino. Destiné à encercler l'ennemi, la Russie, comme les anneaux d'un boa constrictor.

Pour l'étouffer lentement.

On l'a vu, et on le voit clairement en Ukraine. Si un accord avait été trouvé à temps pour garantir la neutralité absolue de Kiev, un massacre aurait été évité. Et, peut-être plus important encore, un équilibre dans les relations entre la Russie et l'UE aurait été garanti.

Cela n'a pas été le cas. Et surtout, ce n'était pas censé être le cas. Les Ukrainiens en paient lourdement les conséquences. Et bientôt, nous, Européens, les paierons tous.

dimanche, 12 mai 2024

La guerre idéologique n'est symétrique que sur la frontière du Donbass

ad55a0cf2d1cf617f0975cdc4ff65796-1650375656.jpg

La guerre idéologique n'est symétrique que sur la frontière du Donbass

René-Henri Manusardi

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/la-guerra-ideologica-e-una-guerra-simmetrica-solo-sulla-frontiera-del-donbass

La guerre culturelle entendue comme guerre totale (Kulturkampf), c'est-à-dire l'affrontement idéologique entre l'hégémonie de l'unipolarité occidentale et l'aspiration multipolaire du "reste du monde", est une bataille de l'esprit et des idées, c'est une guerre de civilisations qui ne trouve aujourd'hui sa parfaite symétrie que sur la frontière militaire et spirituelle du Donbass. Là, dans la ferveur de l'opération militaire spéciale, qui prend désormais de plus en plus l'allure d'une guerre mondiale paneuropéenne, deux visions du monde farouchement antagonistes s'affrontent à grands renforts d'armes et de foi: d'une part, l'État-civilisation qu'est la Fédération de Russie, qui vise l'unité politique impériale interne et une future coexistence multipolaire externe avec le "reste du monde", d'autre part, l'impérialisme occidental, c'est-à-dire le totalitarisme libéral à double traction USA/OTAN, qui veut imposer son hégémonie unipolaire au "reste du monde". Une imposition mondialiste qui part précisément de la tentative en place depuis plusieurs décennies, visant à désintégrer et à briser la réalité fédérative de la Russie elle-même, à travers des guerres interreligieuses et interethniques, qui trouvent aujourd'hui un levier et une force dans le nationalisme ukrainien et la foi néonazie de ses forces spéciales qui ont continué à massacrer des civils russes dans le Donbass depuis l'année 2014 jusqu'à aujourd'hui.

L'aspiration multipolaire majoritaire du "reste du monde", qui, certes, se concrétise comme un événement géophysique, géopolitique et géo-anthropique, mais certainement pas comme une domination du réseau psycho-multimédia mondial qui reste encore fermement entre les mains de l'Occident; ce "reste du monde" trouve en outre un deuxième front de confrontation ouvert d'un point de vue géoéconomique avec l'institution des BRICS désormais établie, même si la rivalité économique et géopolitique entre la Chine et l'Inde et la pleine intégration de la Chine dans les mécanismes financiers occidentaux ralentissent et ne permettent pas encore cette homogénéité nécessaire pour abattre le dollar et l'hégémonie de la puissance financière et multinationale américaine. En économie et en finance, on peut dire que la guerre est d'abord, ou plutôt, partiellement symétrique et donc encore favorable à la puissance mondiale américaine, une puissance qui sait très bien déclencher et diriger, par le biais des agences de renseignement, la division et l'intolérance mutuelles entre États géopolitiquement voisins.

GN4_DAT_37733615.jpg

Si l'on aborde ensuite des questions résolument plus internes au fil Rome-Moscou et Italie-Russie dans le domaine culturel, philosophique et artistique, force est de constater que, depuis le début de l'année 2024 jusqu'à aujourd'hui, l'assaut multimédia et la PsyOp, déployés successivement par les réseaux de renseignement occidentaux, vise précisément à entraver et à anéantir tout ce qui a été construit chaque jour pendant des décennies de relations humaines interpersonnelles et culturelles, par des "hommes de bonne volonté" des deux nations, afin de faire connaître à l'Italie, et par conséquent à l'Europe, les vérités de la Russie.

Ainsi, l'assaut médiatique contre la première pièce de théâtre dédiée à Darya Douguina, organisée à l'ambassade de Russie à Rome, les conférences subséquentes annulées d'autorité dans certaines régions italiennes pour faire connaître Darya Douguina et la vérité du multipolarisme avec la présence en ligne d'Alexandre Douguine, présenté dans les médias comme un néo-fasciste et un hitlérien, ainsi que l'arrivée à Moscou, au Forum du Mouvement russophile international, de plusieurs Italiens qui furent ensuite combattus par la presse et les médias nationaux, nous amènent à la conclusion que la guerre culturelle dans notre beau pays est encore résolument asymétrique.

Une chose doit cependant être dite, à notre humble avis: à l'avenir, pour faire avancer uniquement le Bien de la Cause et non sa propre affirmation ou rédemption personnelle, ainsi que le bavardage multimédia et l'action PsyOp, il sera nécessaire d'utiliser des stratégies opérationnelles de faible intensité, à l'image de la sagesse tenace, continue mais également silencieuse du style métapolitique et politique du léninisme, et de ne plus jamais se livrer au caquetage multimédia, dans le pur style de D'Annunzio, à l'impact élevé mais à l'échec certain.

9788898809684_0_536_0_75.jpg

Un autre domaine d'asymétrie doit également être identifié dans la guerre culturelle "pérenne" en faveur de l'unipolarisme occidental, à savoir la gestion et la manipulation du phénomène italien du populisme, selon une direction calculée qui conduit les mouvements populistes eux-mêmes à une hétérogénéité problématique de finalités. Après l'effondrement de la Première République, au moins trois macro-espaces populistes se sont succédé en Italie depuis les années 1990, qui se sont ensuite fondus dans le système politique parlementaire, ont connu des phases de croissance et de déclin en alternance et, de surcroît deux d'entre eux ont gouverné ensemble l'Italie pendant le bref moment populiste américain du président Donald Trump (20 janvier 2017 - 20 janvier 2021), avec les gouvernements de Giuseppe Conte, Conte I (1er juin 2018 - 5 septembre 2019) et Conte II (5 septembre 2019 - 13 février 2021); le troisième macro-espace gouverne actuellement la nation italienne.

42726844_605.jpg

IMG_1343.jpg

meloni.jpg

Salvini, Grillo et Meloni.

Trois populismes désormais historiques, qui se développent dans des contextes idéologiques différents, mais qui agissent comme le ciment du mécontentement populaire, du moins celui qui vote encore et ne s'abstient pas, et qui leur donne, déplace ou retire le consensus en fonction de leur cohérence dans la défense des principes non négociables et/ou des droits acquis par les classes moyennes et populaires. Il s'agit de la Ligue pour Salvini (née des cendres de la Ligue du Nord), qui voulait représenter le populisme fédéraliste sur une base nationale; du Mouvement 5 étoiles, né à l'initiative du comique Beppe Grillo et de Gianroberto Casaleggio, qui représentait le populisme multimédiatique; du Parti Fratelli d'Italia, né à l'initiative de l'actuelle Première ministre Giorgia Meloni, d'Ignazio La Russa et de Guido Crosetto, qui voulait représenter le populisme souverainiste.

Trois réalités qui ont profondément déçu ceux qui ont voté pour elles, des réalités qui ont totalement ignoré leurs promesses électorales fédéralistes, web-démocratiques et souverainistes, des réalités qui ont dû s'incliner et baisser leur pantalon devant l'impérialisme américain, le véritable maître de notre pays depuis 1945 et devant son élan mondialiste et unipolaire. C'est la seule façon de gouverner en Italie: en acceptant le gouvernement de la nation, on doit se plier au diktat mondialiste américain et belliciste de l'OTAN. Les volte-faces folles de Salvini, Grillo, Meloni sont désormais à l'ordre du jour et ne se comptent plus...

Aujourd'hui encore, l'illusion de chevaucher le tigre de l'unipolarisme par le biais d'un multipolarisme dépourvu de contenu idéologique se concrétise dans un certain nombre de groupes néo-populistes qui font partie du Mouvement pour l'indépendance, fondé par Gianni Alemanno, un ancien parlementaire de Fratelli d'Italia, ancien du MSI et de l'AN, ancien gendre de Pino Rauti, une personne humainement bonne mais aussi un renégat historique bien connu de l'Espace national-populiste, certainement par fragilité et idéalisme plutôt que par mauvaise intention, qui cherche aujourd'hui à se refaire une virginité sous la forme d'un mea culpa.

Ces groupes néo-populistes à orientation multipolaire sont voués à l'échec, aux luttes intestines à moyen terme ainsi qu'à une future homologation par le Pouvoir, même s'ils devaient faire un bon score aux élections européennes de juin 2024. La raison en est très simple: si le multipolarisme est une coquille vide sans la connaissance et l'application des principes de la Quatrième Théorie Politique qui a généré le multipolarisme lui-même et qui sont des principes inspirés par une lutte totale et sans concession contre le totalitarisme libéral qui utilise le parlementarisme pour endormir et diriger les consciences politiques, alors a fortiori sans la présence opérationnelle des acteurs de la Quatrième Théorie Politique, des philosophes armés pour la Guerre Culturelle, des nouveaux cadres et des nouveaux officiers pour l'Imperium multipolaire, tous les efforts seront vains et infructueux. En effet, il n'est pas possible et ce n'est que pure illusion et utopie, quelque peu grotesque, de tenter de diriger à la façon d'"éminences grises", installées à l'extérieur ou en marge d'un mouvement populiste créé par les élites mondialistes elles-mêmes pour refluer et anesthésier la protestation populiste et la noyer dans un nouvel oubli historique.

Dans un prochain article, nous examinerons en détail les mécanismes que le Pouvoir utilise historiquement de manière égale et constante pour faire naufrage de tout mouvement populiste lorsque, après l'oubli de la première phase asymétrique, et après la deuxième phase asymétrique d'insulte et de dérision, le Pouvoir passe à la troisième phase asymétrique de conquête du mouvement lui-même, qui peut être identifiée dans l'ordre progressif des étapes suivantes : encerclement, pénétration, infiltration, moquerie, accusations criminelles, homologation, éclatement, disparition. Il n'y a pas d'échappatoire possible !

L'alternative est une guerre culturelle dont le pivot stratégique doit être les formes de résistance civile qui s'articulent autour de la chute des illusions électorales et parlementaires, et la formation intégrale de militants capables alors de transférer l'éternité, la réalité et la faisabilité de l'Idée Impériale dans le peuple, avec le peuple, pour la gloire et l'honneur d'une nouvelle Italie fédérale et d'une nouvelle Europe fédérale.

S'abonner à la chaîne: LE BARDE DE DASHA/Бард Даши:

https://t.me/ilbardodidasha

#thebardodididasha

Exaspérations touristiques

iticmage.jpg

Exaspérations touristiques

par Georges FELTIN-TRACOL

Dans la dernière semaine d’avril, de nombreux habitants des îles Canaries, cet archipel espagnol de l’Atlantique situé en face du Maroc, ont manifesté contre le surtourisme. Il menacerait leurs ressources naturelles, leurs paysages et leur cadre de vie. Les revendications des vingt à cinquante mille manifestants portaient aussi sur les mauvaises conditions de vie des travailleurs du secteur touristique, principal employeur de l'archipel (plus de 40% des emplois). Ils dénonçaient enfin le prix inabordable de l'immobilier qui empêche d’obtenir un logement décent.

Cette réaction aux méfaits du tourisme de masse aux Canaries (14 millions de touristes en 2023 pour une population de 2,2 millions d’habitants) n’est pas unique en Espagne. Un autre archipel, en Méditerranée, les Baléares, subit une situation semblable. La réaction y est plus ancienne. Les opposants au surtourisme montent des panneaux en anglais près des plages pour dissuader les touristes de s’y faire bronzer. Les prétextes avancés insistent sur des menaces inventées (présence de méduses dangereuses, risque de chutes de pierres ou bien baignades interdites).

Boat-Party-Ibiza.png

Île connue pour son ambiance exubérante, Ibiza a longtemps attiré des flots continus de touristes britanniques, néerlandais et allemands grâce aux compagnies aériennes à très bas coût pour des fins de semaine sur-alcoolisées, festives et débridées. Des centaines de touristes plus qu’éméchés vomissaient, urinaient et déféquaient partout. D’autres complètement ivres, mais pas toujours, se jetaient au péril de leur vie dans la piscine de leur hôtel depuis le balcon de leur chambre au dixième, quinzième ou vingtième étage.

En Italie, face à la marée croissante des touristes occasionnels, la mairie de Venise a instauré, le 25 avril dernier, une taxe de séjour journalière, qualifiée de « contribution d’accès », d’un montant unique de cinq euros. Elle concerne toutes les personnes étrangères à la Cité des Doges qui désirent visiter la vieille ville en une seule journée, de 8 h 30 à 16 h 00. Outre des dérogations prévues, cette contribution ne concerne pas ceux qui passent au moins une nuit à l’hôtel. Elle n’est pas non plus permanente. Elle n’est effective qu’une trentaine de jours au moment des très grandes affluences touristique, les jours fériés et tous les samedis et dimanches entre les mois de mai et de juillet.

wfvfw.jpg

Ce droit d’entrée – une première au monde – a suscité le mécontentement d’une partie des Vénitiens. Souvent militants de gauche et de l’écologie radicale, les manifestants se scandalisent de cette disposition qui ferait de leur ville le plus grand parc d’attraction de la planète. Ils préfèrent l’établissement de quotas d’accès quotidiens. Ils oublient que ce serait une discrimination répréhensible pour le droit dit européen. Parmi les protestataires, d’autres s’indignent que les parents et les amis des Vénitiens qui n’habitent pas la ville s’acquittent aussi de la taxe. Les réunions de famille ou amicales tenues à Venise deviennent ainsi payantes… Enfin, une faction des contestataires s’inquiète de l’infrastructure technique et numérique nécessaire à sa supervision. Tout visiteur doit passer par quelques points d’entrée contrôlés, ce qui revient dans les faits à l’établissement d’une douane intérieure ainsi qu’au retour de l’octroi. Cela n’irait-il pas à l’encontre de la libre circulation des personnes prévue dans les accords de Schengen ? D’habitude si sourcilleuse sur le respect des droits individuels les plus loufoques, la Commission pseudo-européenne garde un silence éloquent sur cette violation indéniable des traités dits européens.

La procédure d’inscription pour payer la taxe risque de donner de très mauvaises idées aux tristes sires que sont les commissaires européens. Avant de franchir les accès d’entrée filtrés, il faut au préalable se déclarer sur Internet, payer avec sa carte bancaire et s’enregistrer avec un QR-code. La police municipale réalise des contrôles inopinés et dressent des amendes de cinquante à trois cents euros… Mis en avant au moment de la mystification covidienne, le QR-code va avantageusement remplacer un possible puçage des êtres humains puisque ces derniers ne peuvent plus se passer de leurs téléphones super-connectés. Dans un Occident terminal toujours plus liberticide, cette inclination vers une servitude techno-numérique volontaire ravit la super-classe cosmopolite mondiale. Signalons qu’en Grèce, il faut désormais que les voyageurs réservent sur un site spécial leur envie de parcourir l’Acropole d’Athènes.  

what-to-know-before-visiting-the-acropolis-10-min.jpg

Les îles Canaries s’inspireront-elles de l’exemple vénitien ? Leur insularité modifie en partie la portée d’autant que l’activité touristique représente en 2022 35 % de leur PIB. L’absence de touristes plongerait l’archipel dans des difficultés économiques considérables. Le problème structurel de la surfréquentation touristique ne se limite pas aux îles Canaries, à Venise, à Athènes et aux Baléares. Tout lieu qui accueille maintenant des touristes en nombre rencontre d’inévitables inconvénients.

Observons par ailleurs que, si les habitants des Canaries s’élèvent contre l’afflux massif des touristes qui contribuent par leurs dépenses à faire tourner l’économie locale, les mêmes se taisent souvent à propos de l’arrivée sur les plages de l’archipel d’immigrés clandestins originaires d’Afrique. Les mêmes qui beuglent « Dégagez les touristes ! » ne réagissent pas devant le déferlement migratoire allogène. Certes, le tourisme est une forme de migration même si elle n’est que temporaire. Une réflexion similaire s’adresse aux musées. La réservation en ligne s’impose pour arpenter les couloirs du Louvre. Des bourgades au cachet historique conservé rencontrent la rançon du succès en attirant bien trop de monde.

Le tourisme de masse appartient à la Modernité. Il concrétise l’aspiration démente à une « société ouverte » qui tend dorénavant vers la plus grande inclusion possible. Son hypertrophie parasite l’activité économique et place le pays dans une mono-activité peut-être rentable, mais guère satisfaisante pour un essor plus global. Ce constat sert de moyen de pression pour tous ceux qui en vivent officiellement ou non.

A contrario, une société fermée, strictement cloisonnée, autarcique et autocentrée sur le plan socio-économique, n’a pas besoin de touristes. Avec le développement de la réalité virtuelle, ne serait-il pas temps de s’en servir ? En restant chez soi, il deviendrait possible de visiter des monuments lointains et/ou disparus. La consommation d’énergie nécessaire à cet usage compenserait-elle le gain obtenu en combustible non utilisé ? Plutôt que de recourir encore une fois à une technique envahissante et dépendante, un livre ne permet-il pas un meilleur dépaysement ? Et si on veut voyager, pourquoi ne pas l’entreprendre en vélo, à cheval ou à pied ? Le touriste symbolise la Modernité tardive chaotique. Pour paraphraser Guillaume Faye, il sera bientôt temps de remplacer les villages de vacances, les centres de loisirs formatés et les musées abscons par des pas de tir à missiles nucléaires.

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 114, mise en ligne le 7 mai 2024 sur Radio Méridien Zéro.

Les enseignements de Clausewitz et les antagonismes historiques contemporains

carl-von-clausewitz-pruisen-officier.jpeg

Paix dictée ou paix négociée en Ukraine?

Les enseignements de Clausewitz et les antagonismes historiques contemporains

Irnerio Seminatore

Le 28 avril dernier Jens Stoltenberg, Secrétaire Général de l’Otan en visite à Kiev, a rassuré formellement Volodymir Zelenski que la guerre contre la Russie pouvait être encore gagnée par l’Ukraine et il a réaffirmé: « La Russie doit bien le comprendre. Elle ne pourra pas gagner. Elle ne pourra pas nous avoir à l’usure ! »

Or à quel type de guerre appartient-elle, cette «Opération Militaire Spéciale», déclenchée par Moscou contre Kiev le 24 février 2022?

Clausewitz et le but de guerre

Suivant les questionnements de Clausewitz sur le but ultime de la guerre (Zweck), qui se confond toujours avec une certaine paix, la modalité du retour à la paix devient le critère de la distinction entre deux espèces de guerre. Paix imposée ou dictée d’une part, paix négociée de l’autre. Celle où la finalité est d’abattre l’ennemi et que l’on veuille l’anéantir politiquement ou que l’on veuille le désarmer, et celle où l’on veut seulement faire quelques conquêtes aux frontières de son empire. La paix devient le critère de l’alternative. Dans le premier cas, le vainqueur impose à l’ennemi mis à terre n’importe quelles conditions, y compris éventuellement la disparition de l’État, voire l’élimination physique de la population (R. Aron, Clausewitz. Penser la guerre - Age européen p.102 103) Dans la pire des hypothèses pour Kiev, la fin politique de la guerre, considérée dans sa totalité (neutralisation), influe sur les objectifs militaires dans la guerre (Ziel) et concerne tout aussi bien la stratégie, ou l’emploi des combats, que la modalité du retour à la paix au moment où s’arrêtent les hostilités (dépeçage de l’Ukraine ?). Cependant « la politique (internationale) ne détermine adéquatement la fin (Zweck) qu’à la condition d’apprécier exactement la nature de la guerre, en fonction des circonstances (régionales, indirectes et systémiques), qui la conditionnent » (p.107). La distinction établie par Clausewitz dans le cadre du « système européen », peut-elle rester la même dans le « système planétaire », où changent la multiplicité des acteurs, la configuration des forces et des volontés, les caractéristiques des enjeux, la diffusion des foyers de conflits, les types de sécurité et, globalement l’homogénéité et l’hétérogénéité du système (européen et mondial)?

Pourra-t-on geler par une paix négociée ou dictée des intérêts distincts et irréductibles, où les erreurs d’évaluations ont été multiples?

En effet, la fin opératoire des hostilités, comme nous le rappelle Clausewitz, et l’objectif immanent à la guerre elle-même en tant qu’acte de violence», c’est de désarmer l’ennemi et désarmer l’ennemi équivaut, dans la lutte entre Etats, à les jeter à terre comme des lutteurs, car « tomber » constitue l’objectif propre de la lutte en tant que preuve de force, dont le but est le renversement politique de l’adversaire (en termes actuel le «regime change»). Cependant dans le conflit ukrainien « le tiers non engagé » (les Etats-Unis et l’Otan, bref l’Occident collectif), resté jusqu’ici en dehors du duel formel des forces et des volontés aux prises, manifeste son influence dans l’action réciproque de l’offensive et de la défensive et, sous différentes manières, évite « d’introduire dans la philosophie (et dans la pratique) de la guerre un principe de modération, sans commettre une absurdité » (p.110).

« Pugna cessat, Bellum manet ! »

Puisque la résistance à l’envahisseur dépend de la grandeur de ses moyens et de sa volonté, la force morale des Ukrainiens, qui échappe à tout calcul, serait laissée à son seul sentiment d’hostilité, vis-à-vis des Russes, en cas de paix négociée, selon le principe du « Pugna cessat, bellum manet » (la bataille cesse, mais la guerre perdure !). En définitive, la stratégie d’hostilité à la Russie, adoptée sous l’unipolarisme américain successif à l’effondrement de l’Union Soviétique (1989) demeure encore déterminante aujourd’hui, perdurera avec toute probabilité au delà d’une éventuelle paix négociée, servant d’aliment à la peur et, peut-être à tout esprit de revanche future et reste conditionnée par trois facteurs majeurs :

- L’évolution des combats sur le terrain;

- l’unité et la fermeté de la fragile coalition occidentale;

- l’incertitude sur le leadership européen et sur le rôle de l’Amérique après les élections présidentielles de novembre prochain.

Une paix négociée (comme masque d’une paix de capitulation) comporterait pour Moscou une victoire diplomatique face aux BRICS, à l’OCS et à l’AUKUS et un critère de mesure du succès du partenariat Russie-Chine, comportant une baisse des tensions dans le cadre du système international. Pour mieux préciser, la modalité du retour à la paix est définie par R. Aron comme le point de rencontre entre l’objectif militaire et de la fin politique (du conflit).

ConflitUkraine_site-e1712570190502.jpg

Pourparlers de paix de mars - avril 2022

Les révélations récentes de la revue Foreign Affairs sur l’occultation par la presse occidentale des pourparlers de paix entre Zelenski et Poutine, de mars-avril 2022 pouvant conduire à un arrêt des hostilités rappellent que Kiev et Moscou étaient prêtes à envisager des compromis extraordinaires pour mettre fin à la guerre". Si Kiev et Moscou reviennent à la table des négociations cela revient à dire que le but de la guerre n’est pas la victoire militaire, ce en quoi a échoué à Zelenski, lors de la contre-offensive des mois de juin-septembre 2023, mais le but de guerre, la neutralisation de l’Ukraine, qui n’intéressait pas les Occidentaux (Johnson-Blinken), autrement dit la sécurité de la Russie, ou encore, l’application des Accords de Minsk 1 & 2. Il reste qu'en réalité le seul point que les Russes considéraient comme non négociable était la neutralité de l'Ukraine, assortie de certaines garanties, jugées nécessaires par Kiev, à savoir que certaines puissances mondiales, dont les Etats-Unis, s'engagent à la défendre en cas d'attaque russe.

En revenant à la doctrine et, encore davantage à la réalité historique, la victoire militaire appartient au vocabulaire de la tactique et correspond aussi à la recommandation de J. F. C. Fuller de « penser la guerre non en elle-même, mais par rapport à la paix ! », autrement dit à des rapports politiques et à des conditions de stabilité viables.

Or l’opposition de Kiev à l’objectif politique initial qui fut à l’origine du choc des forces et des volontés russes et ukrainiennes et à l’opération militaire spéciale qui en découla, comportèrent une sous-estimation de l’importance ultérieure de l’engagement. Borné à une perspective purement régionale et à une conception antagoniste des équilibres de sécurité russo-américains, Zelenski fit appel indéfiniment au soutien en ressources des Occidentaux, en jouant au chantage des uns contre les autres et à l’épouvantail d’une hypothétique invasion de l’Ukraine, de la Pologne, des Pays Baltes, et de la Moldavie de la part de Poutine.

vFi9BJb5VmkEPrczafY8k4mCzySSvwxZ.jpg

Des négociations impossibles ?

Il rejeta à plusieurs reprises toute discussion avec Moscou signant notamment un décret, en 2022 qui déclarait officiellement toute négociation "impossible".

Le général Vadym Skibitsky (photo), numéro deux du directoire du renseignement militaire ukrainien (HUR), a avoué récemment à la revue The Economist que des discussions seront nécessaires à un moment donné, comme c'est le cas dans toute guerre. "Le général Skibitsky dit qu'il ne voit pas comment l'Ukraine pourrait remporter la guerre sur le seul champ de bataille. Même si elle était capable de repousser les forces russes à ses frontières - une perspective de plus en plus lointaine-, cela ne mettrait pas fin à la guerre", écrit la revue.

Entre temps ont changé radicalement les trois notions qui président à l’affrontement armé, celle d’ennemi, de stabilité et de système et s’est radicalisée outre mesure celle d’hostilité civilisationnelle.

En ce sens les liens entre politique et guerre nous conduisent à rendre explicite l’idée que dans les philosophies de l’action, commandées par la dualité des moyens et des valeurs morales, d’une part, et par le but politique, d'autre part, l’emploi des moyens se transforme, dès lors que le but de guerre change et que, dans le cas de l’Ukraine, on est passé d’une stratégie régionale à une stratégie globale et systémique. Ainsi ce conflit figurera comme un combat partiel de la stratégie mondiale dans laquelle il est impliqué, en vue d’une alternative hégémonique. En outre ce conflit définit la mesure des forces à mobiliser pour une grande preuve historique. Il en découle que l’entreprise hégémonique ne déterminera le conflit européen qu’à la condition d’apprécier exactement l’ampleur et la complexité de la guerre générale et globale. Dans cette perspective le conflit d’Ukraine figurera comme l’activateur indirect et le moment tactique d’une stratégie globale d’alternative systémique, celle du duel du siècle entre les Etats-Unis et la Chine.

Bruxelles 9 mai 2024

samedi, 11 mai 2024

Logiques africaines

fbe98555215ef93a296f393957c6aa58.jpg

Logiques africaines

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/logiche-africane/

Les Russes arrivent au Niger. Et les Américains s'en vont. Avec une certaine gêne réciproque. Mais aussi avec de bonnes manières. Dans un style militaire de part et d'autre.

La junte militaire nigérienne a pris sa décision. Les Américains quittent la base militaire de Niamey. Et pour conforter son choix, elle a demandé à une milice russe « privée » de prendre leur place. Pour garantir la sécurité contre les groupes djihadistes.

La milice en question est le fameux et tristement célèbre Groupe Wagner. Vous vous en souvenez ? Celui de Prighozin, le « cuisinier » de Poutine. Celle qui devait, selon nos fins analystes, renverser le tsar. Et nous faire gagner la guerre avec la Russie, sans coup férir.

254337.jpg

Au lieu de cela, le Groupe Wagner est maintenant en Afrique. Au service des intérêts géopolitiques du Kremlin.

Et, apparemment, elle le fait bien.

La relève de la garde s'est déroulée sans incident. En effet, il semble que les Russes et les Américains se soient salués poliment.

En fait, cet épisode - qui vient de faire surface dans nos actualités - révèle la présence croissante de la Russie en Afrique sahélienne. La Franceafrique, qui s'effrite, perd morceau par morceau. Sans que les Etats-Unis n'aient réussi à concrétiser l'intention peu subtile de remplacer Paris dans le contrôle de la région.

Ce qui, dans la logique de Washington, aurait dû équilibrer et contenir l'expansion de l'influence chinoise depuis le Sud et la Corne de l'Afrique.

Car les Français sont certes des alliés, mais pas toujours fiables.

D'ailleurs, comme le disait Kissinger, être l'ennemi des Etats-Unis est dangereux. Mais être leur ami est mortel.

Mais tout le monde avait compté sans l'aubergiste. C'est-à-dire sans les Africains. Car les cadres militaires des pays de la ceinture subsaharienne ont beau avoir été formés sous l'égide de l'OTAN, ils se révèlent las de toute tutelle. C'est-à-dire de ce néocolonialisme qui les maintient dans une situation séculaire de minorité. Et de misère.

e4f1cff_5487346-01-06.jpg

C'est ainsi que le Burkina Faso - fort de la leçon de Sankhara - puis le Mali et le Niger ont rompu avec l'Occident collectif. En chassant les Français. Et en invitant, plus poliment, les Américains à faire leurs valises.

Et voilà que le Sénégal, toujours sentinelle de Paris, voit lui aussi l'ascension démocratique d'un président qui revendique une indépendance totale vis-à-vis de la France.

Et le Congo prend lui aussi ses distances avec Washington. Et fait un clin d'œil à Moscou.

Reste le Tchad. Avec sa forte tradition militaire. Mais même là, les secousses telluriques deviennent plus intenses et plus fréquentes.

Il semble que le rêve de Kadhafi soit en train de se réaliser. La création d'un pôle géopolitique africain dans la région du Sahel. Capable de rivaliser dans le grand jeu géopolitique, avec un rôle autonome. Ce n'est plus une terre de conquête.

mouammar-kadhafi.jpg

Le colonel était, certes, un hurluberlu. Mais il avait une vision à long terme.

Bien sûr, cette nouvelle génération de dirigeants africains, essentiellement militaires, est bien consciente des dangers auxquels elle est confrontée. Le fantôme de Sankhara hante leurs nuits. Et les Russes aussi.

Car la Russie n'a pas d'objectifs coloniaux. Et elle conçoit sa présence croissante en Afrique comme une stratégie pour mettre Washington en difficulté. Et pour souder la relation avec la Chine, qui prend le contrôle des autres régions du continent.

Un jeu extrêmement complexe. Il est difficile de dire comment les choses vont se passer. Ce qui est certain, en revanche, c'est que l'Afrique n'est plus un appendice périphérique du Grand Jeu. Elle en devient l'un des principaux théâtres.

La stratégie atlantiste de la tension pour libérer le terrorisme nouveau

le_jugement_dernier.jpg

La stratégie atlantiste de la tension pour libérer le terrorisme nouveau

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/la-strategia-della-tensione-atlantista-per-scatenare-il-nuovo-terrorismo/

"À 18 heures, le Jugement dernier commence...". C'est en 1961 que sort dans les salles de cinéma le film avec Alberto Sordi, dans lequel une voix annonce, en fait, la fin du monde. La manie de formuler de telles annonces a caractérisé la stratégie de la tension au cours de la décennie suivante. Dans les journaux du régime, c'est-à-dire dans la quasi-totalité d'entre eux, l'avertissement « danger de coup d'État demain » était périodiquement publié. Comme s'il s'agissait des prévisions météorologiques. Cinquante ans ont passé, mais la mauvaise habitude est restée. Et maintenant, ce sont les journaux atlantistes qui anticipent la catastrophe: « Poutine prépare des attaques contre les infrastructures européennes ».

Ce qui, dans l'espoir des Dr. Strangelover de tous les pays de l'Occident collectif, signifierait que le droit de réponse de l'OTAN entraînerait une guerre nucléaire et la fin de l'Europe, si ce n'est du monde entier.

Mais les voix qui mettent en garde contre les plans terroristes du Kremlin sont les mêmes - quelle combinaison ! - qui ont interdit à l'Allemagne d'enquêter sur les attaques terroristes contre les gazoducs North Stream lorsqu'il est apparu clairement que le gang Zelensky et ses manipulateurs atlantistes en étaient responsables.

De toute évidence, les annonces des années 1970 concernant les coups d'État de 17 heures se sont révélées être des foutaises. Mais elles étaient utiles pour convaincre une masse d'idiots d'un danger inexistant. De même, les avertissements d'aujourd'hui seront peut-être suivis d'attentats, peut-être avec de nombreux morts, organisés par les services occidentaux pour manipuler l'opinion publique européenne et la préparer à de nouveaux sacrifices qui ne serviront qu'à enrichir les marchands d'armes. Tout cela s'accompagne d'un nouveau durcissement contre la liberté d'expression et de circulation. Pour faire face à la nouvelle urgence, ça va sans dire...

Un Chinois en Europe

67492271af463126b50f47d4f8bf20ae.jpg

Un Chinois en Europe

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/ce-un-cinese-in-europa/

Xi Jinping en voyage officiel en Europe. Cela n'était pas arrivé depuis longtemps. Et rien que cela devrait faire les gros titres. Car Xi n'est pas seulement le président de la Chine. Il est l'homme le plus puissant que l'Empire céleste ait connu depuis l'époque lointaine de Deng Xiaoping. Et peut-être même depuis Mao.

Bref, un président-empereur.

De plus, il est l'empereur de la puissance qui domine aujourd'hui le commerce mondial. Après avoir dépassé les États-Unis depuis plusieurs années. Sans parler de l'Europe.

Et, maintenant, il se renforce progressivement dans deux autres grands domaines.

La monnaie. Le yuan chinois devient de plus en plus un concurrent du dollar dans les échanges internationaux. Les Saoudiens acceptent désormais la monnaie chinoise en échange de pétrole et de gaz. C'est la même voie que suivent presque tous les pays liés aux BRICS. Les membres effectifs et les aspirants.

Une menace mortelle pour Washington car elle mettrait un terme définitif à sa primauté mondiale.

Ensuite, les forces armées. Qui sont certes encore loin des possibilités américaines. Mais qui peuvent compter sur une force de plus de trois millions et demi d'hommes. De moins en moins liées au vieux modèle de l'armée populaire de masse. Et de plus en plus sur la voie de la haute spécialisation. À commencer par la marine et les unités spéciales aéroportées.

Bref, un invité, ce Chinois, qui mériteraient toutes les marques de respect. A recevoir avec les grands honneurs et un tapis rouge. A traiter avec les gants de la diplomatie la plus subtile. Et au lieu de cela...

Et au lieu de cela, à Paris, première étape du voyage de Xi Jinping, les classes dirigeantes européennes ont démontré leur incapacité à comprendre le monde qui nous entoure.

xi-jinping-macron.jpg

Car les rencontres avec Macron et von der Leyen ont tourné à la triste farce.

Un choix déjà significatif en soi. Parce que Xi n'a rencontré que le président français et la représentante de l'UE. Il a snobé l'inconsistant Scholz, qui mène l'Allemagne vers un déclin rapide. Et sans même prendre Meloni en considération. Notamment à cause, pensons-nous, de sa décision absurde d'exclure l'Italie du projet de la route de la soie. Je l'avais écrit à l'époque. Ce choix, dicté par Washington, ne serait pas sans répercussions. Les Chinois procèdent froidement. Mais ils ont la mémoire longue. Et ceci... n'est qu'un début.

Macron représente la seule puissance militaire d'importance dans l'UE. Et von der Leyen est considérée comme celle qui dicte la conduite à suivre aux autres gouvernements européens, tous ineptes.

La réunion s'est mal passée. En fait, très mal. Macron a osé ordonner à Xi de cesser de soutenir et d'aider la Russie. Et de s'aligner sur les sanctions occidentales contre Moscou.

Vous pouvez facilement imaginer à quel point l'empereur, habituellement impassible, a été stupéfait.

Mais Xi Jinping a définitivement perdu son sang-froid lorsque l'ineffable duo Ursula/Emmanuel est allé jusqu'à lui dire, sur un ton impérieux, de réduire la production industrielle et les exportations. Pour ne pas nuire aux... normes européennes.

Et c'est là qu'on a vraiment eu l'impression que Xi avait parlé. Et a donné aux deux personnages une dure leçon de politique et de diplomatie.

Après cela, il est parti. Les deux seules autres escales européennes ont été celles de Vucic en Serbie, le plus proche allié de Poutine. Et d'Orban en Hongrie.

Ces choix sont déjà un signal clair.

Les chrétiens-démocrates allemands veulent supprimer le terme Leitkultur

imago0102585379h-jpg-100-1920x1080.jpg

Les chrétiens-démocrates allemands veulent supprimer le terme Leitkultur

Peter W. Logghe

Source: https://www.facebook.com/peter.logghe.94

L'ancien secrétaire général de la CDU en Allemagne, Ruprecht Polenz, était un homme de poids au sein du parti. Il semble qu'il ait complètement épuisé ce crédit. En effet, il a déposé une demande de modification du programme du parti. Il ne voulait pas seulement changer une virgule ou une procédure de vote, non, il voulait ni plus ni moins supprimer le terme « Leitkultur » ("culture directrice" ou "culture dominante") du programme de la CDU.

Polenz, connu au sein de la CDU comme un partisan de l'ancienne chancelière Angela Merkel, a donc soumis sa proposition aux membres de la CDU. Selon l'ancien rédacteur en chef du journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, Hugo Müller-Vogg, sur X (anciennement Twitter), 159 des quelque 380.000 Allemands possédant une carte de membre de la CDU ont exprimé leur soutien à ce changement fondamental de programme. En pourcentage, cela représente 0,04 %.

« La conscience du parti »

Ruprecht Polenz, qui aime être présenté dans les grands médias allemands comme « la conscience du parti », « la boussole morale de la CDU », a fait une grave erreur de calcul dans cette affaire. Même sur les réseaux sociaux, il est apparu clairement que l'hyperactif de 77 ans n'a plus guère de soutien au sein de son propre parti, en particulier en ce qui concerne la « Willkommenskultur » (culture de l'accueil).

Hugo Müller-Vogg va même plus loin : « Parmi les 96.000 personnes qui suivent Polenz sur les médias sociaux, il semble y avoir très peu de membres de la CDU. Les fans de Polenz se trouvent principalement parmi les Verts de gauche ». Le silence de la base de la CDU a été particulièrement assourdissant. Mais cela n'empêchera probablement pas les médias traditionnels allemands de continuer à promouvoir Polenz comme une voix importante au sein des démocrates-chrétiens allemands. « Les chaînes publiques (allemandes) apprécient particulièrement les critiques de la CDU, formulées par ceux qui possèdent une carte de membre de la CDU », a déclaré nog Müller-Vogg.

Vous voulez parier que les électeurs de nos partis centraux CD&V, Open VLD et Vooruit sont également beaucoup plus à droite que la moyenne des représentants de ces partis ?

jeudi, 09 mai 2024

On recherche de nouveaux soixante-huitards. Désespérément.

Dutschke-DW-Berlin-Buxtehude-jpg.jpg

On recherche de nouveaux soixante-huitards. Désespérément.

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/68-cercasi-disperatamente/

Un vent étrange souffle. Plein d'échos anciens.

On dirait... le vent de 68.

Mais du vrai 68. Pas celui dont trop de gens se gavent depuis plus d'un demi-siècle. Le (faux) mythe petit-bourgeois des fils à papa qui descendent dans la rue et crient des slogans vides de sens. Pour eux. Contre les policiers et les carabiniers qui étaient souvent, eux, de vrais fils de paysans. Des gens ordinaires, normaux. Comme Pier Paolo Pasolini a eu le courage solitaire de l'écrire.

Non. C'est le vent qui rappelle le vrai 68. Celui des universités américaines. Qui est ensuite venu, en mai, à Paris. Et qui n'a tourné à la farce que plus tard, en Italie.

two_days_antiwar_1_800.jpg__2000x1125_q85_crop_subsampling-2_upscale.jpg

À l'époque, la protestation des étudiants de Berkeley et d'autres universités américaines était alimentée par le spectre du Viêt Nam.

Une guerre qui s'intensifiait. Une guerre qui consumait la vie de jeunes Américains.

L'un des exemples les plus flagrants de la stupidité militaire. Et d'exploitation d'une guerre, inutile et sans fin, pour les intérêts de la finance et de l'industrie de la guerre.

Une guerre que Washington ne pouvait pas gagner. Principalement parce qu'elle ne voulait pas la gagner. Comme le dit le Gunny de Clint Eastwood. L'intérêt était dans la guerre. La poursuite de la guerre. Pas la victoire.

C'est l'autre Amérique qui est descendue dans la rue. Blessée par les images de marines revenant dans des sacs de jute. Par les images de la jungle dévorant les vies. Par la révélation des massacres de My Lay.

L'Amérique la plus authentique... bien que peut-être mal représentée par les hippies du campus avec leurs guitares et leurs symboles anarchistes. L'Amérique dont la "chute" a été chantée - ou peut-être prophétisée - par Allen Ginsberg. Et racontée par Kerouac dans Sur la route.

16099531605_bfe1d52ea4_b.jpg

C'était, en 68, le thermomètre d'une fièvre rampante. Et brûlante. Qui a conduit à cet "effondrement du front intérieur" qui a contraint Nixon à s'extraire du bourbier indochinois. Abandonnant à leur sort les Sud-Vietnamiens qui avaient cru aux promesses de Washington.

Et ce fut un destin tragique.

Mais la guerre, les guerres, aujourd'hui, ne sont plus menées pour gagner. Pour obtenir un résultat. Qu'il soit politique ou géopolitique. C'est un monstre qui se nourrit de lui-même. Qui a besoin de la guerre, et du sang, pour prospérer et s'enrichir.

Le Baal carthaginois en version gigantesque. Et mondial.

567932.jpg

D'où la guerre sans fin en Ukraine. Et celle, d'anéantissement, dans la bande de Gaza. Contre laquelle, surtout, les étudiants américains protestent. Les étudiants juifs aussi. Mais cela ne compte pas. Pour nos médias, ce sont de toute façon des antisémites.

Un nouveau 68 ? Capable d'émouvoir l'opinion publique et de forcer les politiques à mettre fin aux conflits et aux massacres ?

Pour cela, il faudrait qu'il y ait de la politique. Et surtout des hommes politiques. À Washington et en Europe. Capables d'interpréter les humeurs rebelles de leurs pays, qui transparaissent confusément dans ces manifestations, et, surtout, capables de faire des choix. De prendre des décisions de manière autonome.

Ce que les marionnettes ne peuvent pas faire.

08:43 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : actualité, guerres | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 08 mai 2024

L'intelligence artificielle dans le monde russe

6168f4be7300c3d1bea9bf479d19ff27.jpg

L'intelligence artificielle dans le monde russe

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/05/01/tekoaly-venalaisessa-maailmassa/

Le philosophe russe Alexandre Douguine craint que la technologie de l'intelligence artificielle ne change le monde tel que nous le connaissons, ainsi que les êtres humains eux-mêmes. « Dans le domaine de l'intelligence artificielle, l'humanité doit être conçue comme un grand ordinateur, mais ses composants ne fonctionnent pas parfaitement », déclare-t-il.

« Le matérialisme, le nominalisme, l'évolutionnisme, la philosophie analytique (basée sur le positivisme logique) et la technocratie » ont préparé le terrain théorique pour une « quatrième révolution industrielle », qui sera « diffusée et mise en œuvre par le biais de la science, de l'éducation et de la culture ».

« Dans un certain sens, l'humanité telle qu'elle est présentée par la science et la philosophie modernes est déjà une intelligence artificielle, un réseau neuronal. L'IA est humaine dans la mesure où les épistémologies modernes et postmodernes imitent artificiellement la pensée humaine", conclut Douguine.

« L'État bourgeois est l'ordinateur de la première génération, la société civile la deuxième, le pouvoir total du gouvernement mondial la troisième, et la transition vers l'IA, la quatrième, qui achève le processus d'aliénation [de l'humanité] », énumère le politologue.

Dans ce cadre, « l'histoire du capitalisme est le processus de création du superordinateur ». « L'ère moderne culminera inévitablement dans l'intelligence artificielle, à moins que la vision du monde scientifique antithéiste et antihumaniste du modernisme ne soit abandonnée », estime Douguine.

03161b9b0586ddd308fda71ca2f20276.jpg

L'IA est le « dernier arrêt » pour Douguine, mais « ce train a été pris il y a cinq cents ans ». Pour inverser cette tendance, il faudrait faire dérailler le capitalisme ici et maintenant. Existe-t-il une volonté de le faire, dans quelque direction que ce soit ?

L'opération militaire spéciale [en Ukraine] est une guerre philosophique", affirme Douguine. « La tâche des Russes est de vaincre la cyber-réalité. Il n'est guère possible de l'éviter. Il faut chevaucher le tigre et transformer le poison en médicament. L'idée russe doit conquérir et soumettre non seulement l'Ukraine, mais aussi l'intelligence artificielle. Tels sont les enjeux", s'enflamme le penseur.

Mais qu'en pense le dirigeant russe, le président Vladimir Poutine lui-même? Il salue l'IA comme « une réalisation exceptionnelle de l'esprit humain ». Néanmoins, il estime également qu'il est « important de réfléchir à ce que les gens ressentent en présence des machines ».

« Où fixer les limites du développement de l'IA ? Ces questions éthiques, morales et sociales ont suscité de sérieux débats dans notre pays et dans le monde entier. Certains ont même suggéré de reporter le développement dans le domaine de l'IA générative et particulièrement puissante, qui devrait avoir des capacités cognitives surpuissantes. »

Poutine est trop pragmatique pour être un luddite hostile à tout développement. « Nier le développement de la technologie n'est pas la voie de l'avenir, car c'est tout simplement impossible », estime-t-il. Même si la Russie interdit l'IA, d'autres continueront à y travailler et le monde russe restera à la traîne. Bien entendu, ce n'est pas ce que souhaite M. Poutine.

« Mais il est crucial de garantir la sécurité et l'utilisation rationnelle de ces technologies, et nous devons nous appuyer sur la culture traditionnelle, entre autres, parce qu'elle est le régulateur éthique le plus naturel du développement technologique. Ces idéaux de bonté et de respect humain ont été exprimés par Tolstoï, Dostoïevski et Tchekhov, ainsi que par d'excellents auteurs de science-fiction tels que Belyayev et Yefremov", ricane Poutine dans le coin éthique de son esprit, en rentrant chez lui.

61959edc1380b3427bbb099a4d79a774.jpg

« On peut demander à l'intelligence artificielle de réfléchir aux moyens de limiter le champ de ses activités afin d'éviter de franchir certaines limites préjudiciables à l'homme. Les travaux de nos éminents auteurs ont servi de boussole morale à des générations de scientifiques, permettant à notre pays de remporter des victoires scientifiques et d'utiliser ces réalisations au profit des gens", suggère M. Poutine.

Mais une superpuissance ou une entreprise technologique - ou l'IA avancée elle-même - peut-elle (ou pourra-t-elle) réussir ? - Peut-on limiter le développement afin de ne pas entrer dans une ère transhumaniste, « post-humaine », où la « gouvernance mondiale » est contrôlée par l'IA, comme dans la science-fiction ?

La seule différence entre les différents intérêts dans le développement technologique pourrait être que l'Occident collectiviste, au bord de la ruine, permet à la technologie d'asservir les gens au « wokisme », tandis que la politique identitaire du monde russe favorise le réalisme, c'est-à-dire la reconnaissance qu'il n'y a encore que deux sexes, masculin et féminin.

Pour les experts les plus pessimistes, une intelligence artificielle de type extraterrestre qui pense mille fois plus vite que nous ne détruira pas le monde, mais seulement les hommes qui l'habitent. La « quatrième révolution industrielle » mangera-t-elle les hommes à mesure que s'estomperont les frontières de la réalité telle que nous la connaissons, ou l'IA ne sera-t-elle qu'une bulle informatique de plus ?

mardi, 07 mai 2024

La fonction d'information est devenue la censure

3ac2e7afcc263a6f6c97e785fe33c1ba.jpg

La fonction d'information est devenue la censure

par Andrea Zhok

Source : Andrea Zhok & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/la-funzione-dell-informazione-e-divenuta-la-censura

Le 3 mai, c'était la « Journée internationale de la liberté de la presse ». Cet anniversaire, comme d'autres, a été promu par l'Assemblée générale des Nations unies en 1993, au plus fort du triomphe néolibéral, à une époque où l'on pensait qu'il n'y avait plus qu'une seule forme de civilisation sur le point de se répandre dans le monde, celle représentée par les États-Unis. Le fait que les États-Unis aient toujours eu une relation assez controversée avec la « liberté de la presse » et le sens à donner à l'information publique (voir Fifth Estate ou Le cinquième pouvoir de Sydney Lumet) ne semblait plus être un problème.

le-cinquieme-pouvoir.jpg

La liberté de la presse fait également partie des droits de l'homme inscrits dans la charte de 1948 (art. 19) et qui n'ont commencé à prendre de l'importance qu'au lendemain de l'effondrement de l'URSS, lorsqu'on a cru que ces droits pouvaient être gérés sans trop de problèmes par la seule superpuissance hégémonique restante. C'est lors de cette phase que les droits de l'homme ont été utilisés pour lancer des campagnes militaires ou de discrédit, toujours strictement destinées aux ennemis des États-Unis (l'ère des « guerres humanitaires »: Irak, Afghanistan, Serbie, etc.)

Mais de manière inattendue, plus ou moins depuis les lendemains de la crise des subprimes, donc depuis les années 2010, certains contre-pouvoirs ont commencé à émerger dans le monde dirigé par les États-Unis, menaçant le monopole de la vérité et de l'information internationale. C'est le début d'une nouvelle phase, où l'Occident, c'est-à-dire les succursales extérieures de l'Empire américain, a commencé à réagir de manière de plus en plus hystérique face aux revendications de la liberté d'information.

C'est en 2010 que la persécution d'Assange a commencé (en novembre 2010 on formule l'accusation, aujourd'hui certifiée comme fausse, de viol en Suède).

maxresdcensytlt.jpg

Avec le cocovivid, un nouveau durcissement s'est opéré, qui se poursuit encore aujourd'hui: la fermeture systématique de sites, de pages web, la suppression de vidéos, la fermeture de plateformes web, l'utilisation systématique d'algorithmes de blackout pour les mots-clés, etc. ont commencé.

L'utilisation de fabrications médiatiques à visée militante devient désormais constante. On sait aujourd'hui que certains événements décisifs (massacres, bombardements à l'arme chimique) pour les interventions en Serbie ou en Syrie étaient déjà des fabrications médiatiques. Mais pour en venir aux événements en cours, on apprend ce matin que le narratif des fameux « 40 enfants décapités » par le Hamas au début du conflit étaient également un mensonge fabriqué de toutes pièces et propagé avec art pour justifier ce qui a suivi. Avec le temps, quand un tel narratif n'est plus nécessaire, certains démentis parviennent encore à émerger au grand jour. En ce qui concerne l'affaire de la pandémie, ce n'est qu'au prix d'efforts considérables qu'un début de vérité commence à émerger, ici et là, et même là seulement pour les plus vigilants, parce que l'appareil dominant continue obstinément à garder le silence et à dissimuler les faits. Il est douteux qu'à ce rythme, le grand public parvienne un jour à comprendre l'ampleur de la manipulation qui a eu lieu (ne voulant pas tomber dans la banalité, j'hésite à rappeler ici le lot de mensonges qui ont passé pour des vérités scientifiques).

Dans ce cadre, il est difficile de donner un sens autre que sarcastique à la « Journée mondiale de la liberté de la presse ». Dans le nouveau contexte de tension internationale, contexte d'une nouvelle « guerre froide », l'espoir qu'une quelconque apparition tangible d'information non manipulée soit produite est très faible.

623a298a8808f3a115de7a3a_61d6b58161127e0bc28c68e5_FakeNews.jpeg

En revanche, je suis certain qu'aujourd'hui les « grands noms » de la presse italienne s'échangeront de grandes médailles du mérite pour leur combat exemplaire contre les « fake news », c'est-à-dire dans la lutte contre toute nouvelle qui perturbe pro tempore la manœuvre de l'agent manœuvrier / pourvoyeur de salaire. Et c'est bien la seule fonction qui leur reste. Le manque de crédibilité de l'information officielle est aujourd'hui largement perçu, ce qui se traduit concrètement par la chute des ventes et de l'audimat. Les seuls à y croire aveuglément sont les minorités de ZTL qui ont un intérêt substantiel à continuer à y croire (rien ne donne plus de force de persuasion à une prétendue vérité que le fait qu'elle soit commode).

La fonction laissée à l'information officielle n'est donc plus de produire des convictions fortes dans le grand public. Cela peut arriver sur des sujets inédits, comme lors de la pandémie, mais ce type d'emprise est de plus en plus faible. Non, le rôle laissé à la « grande information publique » (en cela similaire au rôle des « grands partis ») est surtout de créer un bouchon qui empêche l'éclosion de nouveauté. Ils ne sont plus capables de convaincre, encore moins d'éduquer, mais ils parviennent à occuper presque tous les espaces mentaux avec le bruit stérile de leurs propres récits commodes. Et en ce qui concerne les quelques espaces qu'ils n'occupent pas, ils se produisent constamment dans une activité de discrédit et de délégitimation des voix indépendantes, traitées comme des conspirations, comme des « canulars » à soumettre à leur propre vérification des faits, qui, elle, est posée comme irréprochable.

L'information d'aujourd'hui n'est plus vraiment capable de produire une vérité publique convaincante, mais on lui a laissé la tâche d'empêcher toute autre vérité de passer, et elle s'acquitte encore admirablement de cette tâche.

La multipolarité en tant que phénomène

8207a6b363e6917eaacde73afc6f8613.jpg

La multipolarité en tant que phénomène

Dimitrios Ekonomou

Source: https://www.geopolitika.ru/el/article/i-polypolikotita-os-gegonos

La multipolarité est un fait et non une théorie académique falsifiable, en particulier par ceux qui désirent obsessionnellement une hégémonie unipolaire utopique des États-Unis. Les événements vont plus vite que l'enracinement dans le système international postulé par la théorie d'un monde multipolaire. Une théorie que Douguine a introduite pour la première fois dans le discours international dans son intégralité en créant un mouvement politique mondial. Beaucoup ont commencé, plus tôt, à parler de multipolarité dans le monde occidental, mais pas complètement et pas toujours dans le contexte intellectuel de l'hégémonie occidentale. La théorie critique (marxiste) et les approches post-théoriques ont ouvert la voie à la prise de conscience que, derrière le mondialisme des derniers siècles, se cache le désir d'hégémonie de la civilisation occidentale et, en particulier au cours des dernières décennies, le désir hégémonique des États-Unis d'exercer leur pouvoir sur le plan matériel et intellectuel afin de mondialiser leurs valeurs prétendument universelles.

6a6dc45d4a2f9d8c558051cbde1458be.jpg

La théorie critique a révélé l'hégémonisme de l'exploitation mondiale caché derrière la nature prétendument coopérative du capitalisme libéral en identifiant complètement l'hégémonie au seul capitalisme, qu'elle accepte comme une étape nécessaire vers la réalisation d'une autre universalité idéologique basée sur l'autre face de la médaille moderne. Les approches post-positivistes ont démontré la localité et la temporalité du phénomène culturel occidental en identifiant l'hégémonie à la perpétuation de la modernité qui ne demande qu'à être débarrassée de tout résidu pré-moderne. L'Occident est un phénomène culturel local dont les valeurs concernent exclusivement une zone géographique spécifique d'influence principalement anglo-saxonne. Huntington va plus loin en reconnaissant dès la « fin de l'histoire » l'existence d'autres cultures qui deviendront les pôles d'un nouveau système, mais toujours dans le cadre réaliste de la compétition internationale.

Telles sont les limites de la perception de l'Occident. Même la reconnaissance de pôles potentiels ne change pas la vision bipolaire du monde de l'Occident : « d'une part, nous, en tant qu'hégémon d'un système unipolaire potentiel et, d'autre part, ceux qui s'opposent à notre globalisme ». Malheureusement pour eux, les « miroirs » de la technologie, du commerce mondial et des transactions économiques, de l'appel à cette partie hédoniste de la nature humaine avec des droits et des haines qui sont une bombe dans les fondations de toute société mais aussi des outils de manipulation et d'hégémonisme autoritaire, n'ont pas fait le travail qu'ils attendaient. Les sociétés qui ont besoin de conserver au plus profond d'elles-mêmes leur conscience collective pré-moderne n'ont été influencées par rien de tout cela, restant profondément traditionnelles et, bien qu'elles soient des États appartenant au système international westphalien, elles n'ont jamais acquis de caractéristiques ethnocratiques. Ce sont des mégapoles culturelles (malheur à ceux qui ont vendu leur histoire et leur âme à l'ethnocratie moderne). Ce phénomène est appelé dans les relations internationales « modernisation sans occidentalisation ». La Chine, l'Inde, la Russie en sont des exemples plus ou moins marqués. L'Islam au Moyen-Orient (malgré les conflits entre sectes) perçoit l'ethnocratie comme un obstacle et la cause de son éclatement.

8b1fe68bded2d3b394a104eff9835f4d.jpg

La théorie multipolaire moderne commence à devenir un choix conscient pour tous ces États multiethniques et multireligieux (qui sont donc une projection postmoderne d'empires pré-modernes) mais qui ont des caractéristiques culturelles claires qui unissent toutes ces distinctions tout en respectant leur diversité. Cela a été particulièrement le cas après l'effondrement du pouvoir absolu des idéologies occidentales en leur sein immédiatement après la fin de la guerre froide. Comme le souligne Huntington, l'effondrement du pôle communiste et la diffusion des valeurs et des institutions libérales capitalistes dans le monde entier ont fait porter la concurrence mondiale non plus sur les idéologies, mais sur les cultures qui en relevaient jusqu'alors. Le capitalisme a été transmis à ces sociétés non pas comme une idéologie mais comme un outil contre l'hégémonie de l'Occident qui veut soumettre les valeurs pré-modernes renaissantes qui ont été couvertes pendant tout le 20ème siècle sous le manteau des idéologies.

Il y a également eu un long débat académique et politique sur la question de savoir si la bipolarité ou la multipolarité est en fin de compte une solution plus pacifique pour le système international afin d'éviter un conflit mondial. La guerre froide a montré, comme l'affirment les universitaires occidentaux, que lorsque le système international est constitué de deux pôles solides, il est stable, les conflits contrôlés se déroulant à la périphérie géographique des deux pôles. Aujourd'hui, l'Occident s'appuie donc sur cette expérience tout en affirmant que le monde multipolaire peut être imprévisible. Il s'agit toujours de justifier son besoin d'hégémonie en poursuivant une compétition bipolaire qui le conduira à nouveau à l'hégémonie mondiale, soit avec un centre mondial et une dispersion du centre de décision au niveau individuel de la soi-disant « société civile », soit avec les États-Unis eux-mêmes au centre (dans les deux cas, nous parlons d'américanisation - d'occidentalisation et d'un melting-pot social mondial).

165057d0643e31bcf28b8618558a4a42.jpg

Au contraire, dans le domaine des relations internationales, il est désormais clair qu'un monde multipolaire peut être stable et éviter plus facilement une guerre mondiale. Peut-être même plus que la bipolarité puisque l'élément de polarisation est absent. Dans ce cas, les conflits peuvent être plus nombreux et régionaux, mais il y a plus de flexibilité en raison d'une polarisation réduite par rapport à la polarisation extrême d'un système bipolaire. En outre, les nouveaux pôles du système mondial, du moins ceux qui sont déjà formés et fonctionnent consciemment comme des forces polaires, n'ont pas le potentiel de devenir hégémoniques. Le seul à rechercher l'hégémonie est l'euro-atlantisme. C'est dans cette fluidité que se joue le jeu actuel, où émergent d'une part des pôles indépendants qui reconnaissent un monde multipolaire et d'autre part une puissance hégémonique qui continue à voir le monde de manière hégémonique. C'est-à-dire potentiellement unipolaire et conventionnellement bipolaire (nous, les vainqueurs de la guerre froide, qui sommes à juste titre hégémoniques dans le système mondial, contre ceux qui contestent notre victoire et notre hégémonie). Bref, le système actuel est multipolaire, mais le refus de l'Occident de voir la réalité le rend dangereux. D'ailleurs, si l'euro-atlantisme reconnaissait l'existence de plusieurs pôles et pas seulement d'une zone de « barbares » située à la périphérie, cela l'obligerait à se rendre compte qu'il ne peut pas être une puissance hégémonique, qu'il est un phénomène culturel historiquement et géographiquement limité et que sa prétention à universaliser ses valeurs ne repose que sur le droit que lui confère sa puissance économique et militaire. S'il existe une chance d'éviter la Troisième Guerre mondiale, c'est uniquement la prise de conscience par les Etats-Unis qu'ils sont un pôle parmi sept autres et sont géographiquement confinés à leur sphère d'influence traditionnelle.

Sinon, les avant-postes de l'impérialisme-hégémonie (Ukraine, Israël, Taïwan et, dans un avenir proche, d'autres États situés à la périphérie des pôles), qui sont les outils de l'Occident pour poursuivre sa pénétration en Eurasie, deviendront les éléments déclencheurs de la dernière phase militaire d'une nouvelle guerre mondiale. Afin d'aider la théorie à échapper aux débats théoriques constants et à déterminer quel système polaire est le plus stable, nous pouvons dire que si l'Occident insiste sur la lecture bipolaire, le système bipolaire sera considéré comme le plus destructeur dans la littérature des relations internationales, et non la multipolarité... S'il est logique de poursuivre la littérature internationaliste après quelques explosions nucléaires...

lundi, 06 mai 2024

Divisés sur la politique européenne

brexit-4100607_1280-1.jpg

Divisés sur la politique européenne

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/05/05/europolitiikasta-erimielisesti/

« Un raz-de-marée de droite dure est sur le point de frapper l'UE », prévient l'ancien Premier ministre britannique Gordon Brown dans The Guardian. "Les démagogues ultranationalistes et les nationalistes populistes sont en tête des élections en Italie, aux Pays-Bas, en France, en Autriche, en Hongrie et en Slovaquie", déclare-t-il.

La principale crainte de M. Brown, comme celle d'autres personnalités comme lui, semble être que ces groupes populistes, avec leurs points de vue qui appâtent le citoyen, forcent les partis traditionnels de centre-droit « à succomber à des positions anti-immigration, anti-éxconomique et anti-environnementalistes de plus en plus extrêmes ».

Pour le journaliste William Nattrass, à l'approche des élections européennes de juin, « de telles prédictions de malheur ne sont pas inhabituelles ». Alors que les politiciens de l'establishment mettent en garde contre les conséquences d'un « mauvais vote », je suis moi-même très sceptique quant aux chances qu'une direction politique quelconque apporte un changement radical à la politique de l'UE.

Dans le cadre de ce spectacle euro-politique, même la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a brièvement flirté avec une idéologie plus conservatrice, ce qui lui a déjà valu les critiques de l'euro-gauche.

« En tant que mère de sept enfants, je veux que mes petits-enfants grandissent dans une Europe sûre et prospère », peut-on lire sur le site web de la campagne électorale de Mme von der Leyen. Mme von der Leyen a également exprimé sa volonté de travailler avec les Conservateurs et Réformistes européens, qui, comme le parti des Vrais Finlandais, soutiennent les groupes de pouvoir de Bruxelles sur des questions telles que l'aide à l'Ukraine, tout en ne remettant pas en question l'eurocratie.

Cependant, un autre groupe de droite, Identité et Démocratie, qui comprend le Rassemblement national français et l'Alternative für Deutschland allemande, n'est pas du goût de Mme von der Leyen, qui les a qualifiés de « représentants de Poutine ».

Les euro-atlantistes sont également incapables de coopérer avec le parti de centre-droit Fidesz en Hongrie ou le parti social-démocrate Smer-SD en Slovaquie, dirigé par Viktor Orbán et Robert Fico, tous deux critiques à l'égard de la politique ukrainienne.

Malgré la montée du sentiment anti-immigration en Europe, les fédéralistes de Mme von der Leyen n'ont rien fait pour endiguer le flux de migrants. Dans ce contexte, les fédéralistes invoquent cyniquement les «droits de l'homme» qu'ils ont foulés aux pieds, il y a un an, pour que les géants pharmaceutiques transnationaux puissent faire des milliards de profits en imposant aux citoyens des vaccins coronaviresques.

Il a été suggéré que les questions d'intervention en matière de politique étrangère devraient constituer une nouvelle ligne de démarcation fondamentale. Là encore, il n'y a pas de contraste significatif, puisque la majorité des gouvernements des États membres sont toujours prêts à soutenir la guerre en Ukraine et les politiques économiques anti-russes, au détriment de leurs propres économies nationales. Même le génocide israélien à Gaza n'est pas abordé.

Malgré les tentatives occasionnelles des (faux) médias de pouvoir de souligner les différences entre les nationalistes et les euro-fédéralistes, les grandes lignes de la politique de l'euro restent les mêmes, quels que soient les résultats des élections. Il est difficile de changer la machine bruxelloise, même de l'intérieur, mais les rappels de la « menace de l'extrême droite » sont néanmoins destinés à guider le comportement électoral des «gens stupides».

Quant aux votes de protestation anti-Euro, ils ont surtout une valeur de divertissement dans un système contrôlé par le pouvoir bancaire central privé. Un vote suffisant pourrait bien révolutionner la vie et le niveau de vie du candidat individuel et de sa famille proche, mais je doute que le vote puisse accomplir quoi que ce soit d'autre.

samedi, 04 mai 2024

La Mongolie dans la politique mondiale

01497bd59bf70574925c0903fb495628.jpg

La Mongolie dans la politique mondiale

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/la-mongolia-nella-politica-mondiale

La position géopolitique de la Mongolie est déterminée par ses pays voisins: au nord et à l'est, la Russie et à l'ouest et au sud, la Chine. Ces deux pays jouent un rôle clé dans les relations de politique étrangère de la Mongolie.

La Mongolie a récemment signé un partenariat stratégique avec la Russie et la Chine, qui contribuera à diversifier sa politique étrangère et à lui offrir davantage d'opportunités de développement économique.

Les documents officiels régissant la politique étrangère de la Mongolie sont la Constitution, la Stratégie nationale de politique étrangère et le Programme d'action de l'État pour le maintien de la paix et de la sécurité internationales.

Les priorités géopolitiques de la Mongolie comprennent le renforcement des relations amicales avec les pays voisins, le développement de la coopération économique et la participation aux initiatives régionales et internationales.

IMG_2021-1024x683.jpg

L'un des aspects clés est le développement des transports et des liaisons logistiques du pays. La Mongolie travaille activement à l'amélioration de ses infrastructures de transport afin d'offrir un accès plus efficace aux marchés mondiaux.

Le président Ukhnaagiin Khurelsukh et le ministre des affaires étrangères Battsetseg Batmunkhijn sont des figures importantes de la politique mongole, responsables de la politique étrangère du pays.

Des élections parlementaires ont également eu lieu récemment, ce qui pourrait influencer les priorités de la politique étrangère du pays à l'avenir.

La Mongolie participe activement aux traités et accords multilatéraux, tels que l'Organisation de coopération de Shanghai et la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures. Ces initiatives favorisent la coopération avec d'autres pays, offrent de nouvelles opportunités de développement économique et renforcent la position de la Mongolie sur la scène internationale.

Actuellement, les vecteurs de la coopération de la Mongolie avec les pays occidentaux sont les suivants :

    - Les relations commerciales et économiques. La Mongolie coopère activement avec les États-Unis, le Canada, l'UE et le Japon. Cela lui permet de développer son économie, d'attirer les investissements et d'accéder aux technologies modernes.

    - Relations politiques. La Mongolie entretient des relations diplomatiques avec plusieurs pays occidentaux et participe activement aux forums et organisations internationaux. Cela permet au pays de renforcer sa position sur la scène internationale et de protéger ses intérêts.

    - Capital humain. La Mongolie cherche à développer l'éducation et la culture en se concentrant sur l'échange d'étudiants, d'enseignants et de chercheurs avec les pays occidentaux. Cela permet d'améliorer les compétences de la population et de promouvoir le développement de la science et de la technologie dans le pays.

   - Énergie et ressources naturelles. La Mongolie coopère avec les pays occidentaux pour l'extraction du charbon, des métaux et d'autres ressources naturelles. Cela permet au pays de développer son industrie et d'assurer sa sécurité énergétique.

Cependant, l'influence des acteurs occidentaux sur la politique étrangère de la Mongolie n'est pas toujours à sens unique. D'une part, la coopération avec les pays occidentaux aide la Mongolie à développer et à renforcer ses relations avec la communauté internationale. D'autre part, certains critiques estiment que la Mongolie pourrait devenir dépendante des pays occidentaux et perdre sa souveraineté.

Les entreprises étrangères jouent également un rôle important dans l'économie mongole. Des entreprises des États-Unis, du Canada, d'Australie, du Royaume-Uni et d'autres pays opèrent sur son territoire. Elles investissent activement dans l'extraction du charbon, des métaux, du pétrole et du gaz, ainsi que dans le tourisme, la construction et l'agriculture. Cela contribue au développement de l'économie mongole, à la création d'emplois et au progrès technologique.

d8eefad1b071c0e8bad8306ddb3432b4.jpg

Par conséquent, les vecteurs de la coopération entre la Mongolie et les pays occidentaux sont très variés et ont un impact significatif sur le développement du pays dans différents secteurs.

Les plus grands projets internationaux modernes en Mongolie sont les suivants :

    - Le dépôt de charbon de Shatskoye. Le groupe Shenhua, une entreprise chinoise, développe une mine de charbon en Mongolie. Ce projet est l'un des plus gros investissements dans l'industrie du charbon du pays.

    - Projet ferroviaire Oulan-Bator - Choyr - Zamyn Uud - Oulan-Bator. Ce projet, auquel participent les chemins de fer russes et Genghis Haan, vise à moderniser et à construire l'infrastructure ferroviaire en Mongolie.

    - Projet d'exploitation aurifère Oyuu Tolgoi. L'entreprise australienne Rio Tinto et l'entreprise publique mongole Erdenes Tavan Tolgoi travaillent au développement du projet aurifère à grande échelle Oyuu Tolgoi. Ce projet revêt une importance stratégique pour l'économie mongole et attire d'importants investissements.

    - Centrale solaire de Sambuu. L'entreprise française Engie développe un projet de construction de la centrale solaire de Sambuu en Mongolie. Ce projet permettra de réduire la dépendance du pays à l'égard des importations d'électricité et de réduire les émissions de dioxyde de carbone.

    - Projet de fonderie Oyuut Olzai. L'entreprise chinoise Ganfeng Lithium développe le projet de fonderie Oyuut Olzai en Mongolie. Ce projet vise à répondre à la demande de lithium utilisé dans la production de batteries pour les véhicules électriques et d'autres machines.

Ces projets et d'autres sont importants pour le développement économique de la Mongolie et attirent les investissements des entreprises étrangères, contribuant ainsi à la diversité de l'économie du pays.

Les intérêts vitaux actuels de la Mongolie se concentrent principalement sur le développement économique, la sauvegarde de son indépendance et de sa souveraineté, et la protection de l'environnement.

Les intérêts économiques du pays comprennent le développement du tourisme, l'extraction des ressources naturelles (principalement le charbon, le cuivre, l'or et l'uranium), le développement de l'agriculture et des infrastructures.

5bcee0b17ec333849e80206e26e9d184.jpg

Les intérêts politiques de la Mongolie sont le maintien de relations amicales avec les pays voisins, notamment la Russie, la Chine et les États-Unis, et le renforcement de sa position au sein de la communauté internationale.

L'un des principaux intérêts environnementaux de la Mongolie est de lutter contre les menaces qui pèsent sur les ressources du sol et l'agriculture du pays. Les efforts visant à préserver la biodiversité et à protéger le mode de vie traditionnel du peuple mongol, qui dépend des ressources naturelles pour sa survie, sont également importants.

20:27 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, mongolie, asie, affaires asiatiques | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 03 mai 2024

Déjà 63 millions de Latino-américains aux Etats-Unis: les Latinos vont-ils décider de l'élection américaine ?

cristina.jpg

Déjà 63 millions de Latino-américains aux Etats-Unis: les Latinos vont-ils décider de l'élection américaine ?

Source: https://zuerst.de/2024/05/01/schon-63-millionen-lateinamerikaner-in-den-usa-entscheiden-latinos-die-us-wahl/

Washington. Suite à des décennies d'immigration massive de Latino-américains aux Etats-Unis, la composition ethnique de la population américaine a changé de manière spectaculaire. Dans certains Etats, comme la Californie (traditionnellement de gauche), les non-Blancs sont devenus majoritaires et les Latinos sont un facteur important: alors qu'ils étaient 50,5 millions en 2010, ils étaient 63,6 millions en 2022.

photo_021633_c.jpg

LBPinfographic.jpg

Avec un tel ordre de grandeur, la minorité latino pourrait faire pencher la balance lors des prochaines élections présidentielles de novembre 2024. C'est en tout cas ce que souhaite la "Latino Vote Initiative". Sa vice-présidente, Martínez-de-Castro, le sait: "Les Latinos sont géographiquement concentrés dans des États riches en délégués aux primaires et en votes des grands électeurs (Californie, Floride, New York, Texas), dans lesquels se déroulent des campagnes électorales (Arizona, Nevada) ou présentent les deux avantages. De plus, même dans les États les plus disputés où la population latino est moins nombreuse - comme la Géorgie, la Pennsylvanie et le Wisconsin - ces électeurs peuvent faire pencher la balance, étant donné que les marges pour obtenir la victoire sont très minces". Les Latinos pourraient faire pencher la balance - par le passé, ils ont toujours montré une nette préférence pour les candidats démocrates.

Aujourd'hui encore, les démocrates sont clairement en tête avec 48% d'intention de vote chez les électeurs latinos. Les républicains ne recueillent que 25% des suffrages envisagés. Et plus l'afflux d'immigrés traversant le Rio Grande se poursuivra, plus Biden pourra peser dans la balance en novembre. Si Trump n'y parvient pas, Biden forcera l'afflux de nouveaux Latinos, malgré toutes les déclarations contraires, et le piège ethnique se refermera sur les Républicains (mü).

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

16:23 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, états-unis, latinos, élections américaines | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 02 mai 2024

Le Sud ne fait plus confiance aux doubles standards atlantistes. Et il agit...

1712642856265-2024-04-03-iss-today-banner.png

Le Sud ne fait plus confiance aux doubles standards atlantistes. Et il agit...

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/il-sud-globale-non-si-fida-piu-del-doppiopesismo-atlantista-e-agisce/

La confiance est-elle une bonne chose ? Elle ne l'est plus. Et le Sud global montre, faits à l'appui, qu'il ne fait plus confiance aux promesses et aux engagements de l'Occident collectif. Ainsi, l'Inde, l'Iran et la Russie ont décidé d'investir dans la construction de la grande épine dorsale ferroviaire qui reliera Saint-Pétersbourg à Mumbai grâce au corridor INSTC, le corridor de transport international nord-sud. Il s'agit de plus de 7200 km pour atteindre d'abord les ports iraniens puis, par bateau, Mumbai en Inde.

Un moyen facile de contourner les sanctions qui sont étudiées la nuit à Washington avant d'être imposées, dès le lendemain, aux larbins européens. La nouvelle liaison renforcera la coopération entre les pays concernés et évitera les ingérences occidentales. Mais elle évitera aussi de transiter par des zones marquées par des tensions et des affrontements.

Évidemment, le canal de Suez sera pénalisé et, par conséquent, la Méditerranée aussi. Une juste récompense pour les politiques démentes de certains pays méditerranéens, à commencer par l'Italie.

Mais il n'y a pas que la Russie, l'Inde et l'Iran qui estiment que l'Occident atlantiste n'est plus digne de confiance. Agcnews explique que "les principales économies d'Afrique et du Moyen-Orient retirent progressivement leurs réserves d'or des États-Unis". Cette année, de telles décisions ont déjà été prises par l'Égypte, l'Afrique du Sud, le Nigeria, le Ghana, le Cameroun, le Sénégal, l'Algérie et l'Arabie saoudite.

S'emparer des réserves russes en Occident n'était peut-être pas une si bonne idée.

20:08 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, politique internationale, sud global | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Sahra Wagenknecht découvre le thème des étrangers: "Ne pas minimiser la criminalité des étrangers"

231019-wagenknecht.jpg

Sahra Wagenknecht découvre le thème des étrangers: "Ne pas minimiser la criminalité des étrangers"

Source: https://zuerst.de/2024/04/30/sahra-wagenknecht-entdeckt-das-auslaenderthema-auslaenderkriminalitaet-nicht-herunterspielen/

Berlin. Sahra Wagenknecht, longtemps leader du Parti de gauche, est une populiste talentueuse. Elle sait quels sont les thèmes qui font mouche - et c'est pourquoi elle prend désormais la parole sur la politique des étrangers.

Elle a fait savoir à l'agence de presse allemande dpa qu'il était nécessaire d'organiser un sommet des ministres de l'Intérieur à la Chancellerie, qui aborderait également le problème de l'immigration incontrôlée. Ce serait une étape qui irait au-delà de la conférence des ministres de l'Intérieur (IMK) déjà existante. Puis elle devient encore plus claire et aborde le sujet tabou de la criminalité étrangère: "Si les statistiques criminelles montrent que les crimes sont commis de manière disproportionnée par des personnes issues de certains milieux de l'immigration, un ministre de l'Intérieur ne doit pas rendre ce problème tabou et le minimiser".

Il est en outre important, selon elle, de mieux équiper la police et d'accorder aux fonctionnaires un plus grand respect social. Jusqu'à présent, il s'agissait de revendications classiques "des droites".

Cette prise de parole s'explique par le fait que le thème de l'immigration devrait être d'une importance capitale tant pour les élections européennes que pour les élections dans trois Länder d'Allemagne centrale en septembre. Wagenknecht voit une opportunité de braconner dans le réservoir d'électeurs de l'AfD, notamment dans les nouveaux Länder. Elle a ainsi annoncé il y a quelque temps déjà qu'elle se proposait comme "alternative sérieuse" pour les partisans et électeurs de l'AfD (rk).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

mardi, 30 avril 2024

Actualité géopolitique: Robert Steuckers répond aux questions d'Al Jazeera

655226b4cc3c662fa872047ce132c381.jpg

Actualité géopolitique: Robert Steuckers répond aux questions d'Al Jazeera

Propos recueillis par Hafsa Rahmouni

Voir aussi: https://www.aljazeera.net/politics/2024/4/25/

Iran et Israël

Comment voyez-vous l’attaque iranienne contre Israël ? Quelles sont ses conséquences politiques et militaires pour les pays de la région ?

Je replace cette attaque dans un contexte historique très large, très ancien. Le stratégiste américain Edward Luttwak prétendait qu’en Méditerranée orientale, les Etats-Unis, suite à la Grande-Bretagne, étaient les héritiers des stratégies romaines et byzantines. L’Iran, dans cette perspective, demeure l’héritier de l’empire perse. Israël relève alors, comme le soulignait notamment Arnold Toynbee, d’une judaïté hérodienne, alignée sur les desiderata impériaux de Rome et sert à empêcher tout l’arrière-pays mésopotamien et perse de se projeter vers la Méditerranée, désormais « Mare Nostrum », non plus d’un Empire romain ou d’une Italie mussolinienne, mais d’un hegemon américain, foncièrement étranger à l’espace méditerranéen, d’un point de vue anthropologique et religieux. La redistribution des cartes, depuis la consolidation de la Russie par Poutine, depuis la présence russe en Syrie, depuis la volonté chinoise de parachever le projet « Belt and Road » fait qu’une entité sioniste-hérodienne devient une gêne pour les dynamiques nouvelles. Les puissances maritimes anglaise, puis américaine, ont une stratégie récurrente : occuper les terres qui se trouvent à l’extrémité intérieure des mers intérieures. Le Koweit dès 1910 pour empêcher l’Empire ottoman d’exploiter sa fenêtre sur le Golfe et sur l’Océan Indien (chasse gardée des Britanniques à l’époque). Les Pays Baltes au moment de la révolution bolchévique de 1917 puis lors de l’effondrement de l’Union Soviétique. La Géorgie à l’extrémité orientale de la Mer Noire, etc. Israël a reçu pour fonction de garder la côte la plus orientale de la Méditerranée au bénéfice de Londres d’abord, de Washington ensuite.

Iran China Russia map.png

L’Iran, et derrière lui, la Russie et la Chine, contestent cette fonction et verraient plutôt l’espace qui va d’Antioche à Gaza (voire à Suez) comme un tremplin vers la Méditerranée. Les questions qui sont ouvertes depuis la riposte iranienne sont les suivantes :

  • Le rejet des règles diplomatiques, théorisé et appliqué par les penseurs et les praticiens de l’idéologie néo-conservatrice américaine, est désormais suivi d’effets et plus seulement de paroles.
  • L’Iran renforce ses alliés sur la ligne Syrie/Yémen, écornant de la sorte les structures et entités hérodiennes.
  • L’audace de l’Iran laisse supposer qu’il a désormais les moyens de faire face à Israël, puissance nucléaire. La donne changerait alors du tout au tout.

À votre avis, pourquoi les États-Unis et l’Europe cherchent-ils à décourager Israël de répondre à l’Iran ?

Vu le nombre de zones de conflit potentielles, les Etats-Unis craignent l’hypertrophie impériale soit savent que la prochaine présidence américaine sera trumpiste donc isolationniste et que le bellicisme de Biden ne pourra pas se déployer à temps soit entendent gagner du temps pour consolider leur front anti-russe de l’Arctique à la Mer Noire soit savent que l’Iran dispose dorénavant des moyens de se sanctuariser. Dans ce scénario très inquiétant, l’Europe sera en quelque sorte le dindon de la farce :

  • Elle sera laissée seule face à la Russie avec une opinion publique qui n’est pas vraiment intéressée à déclencher un conflit en dépit de la propagande éhontée débitée par le quatrième pouvoir médiatique, de plus en plus démonétisé. En plus, ses arsenaux sont vides.
  • L’objectif non déclaré des Américains est d’affaiblir définitivement l’Europe en l’opposant à la Russie dans une guerre d’usure de longue durée qui paralysera Moscou sans la terrasser. Cette guerre empêchera la soudure de la grande masse eurasienne justement en un lieu qui est une « région-transit » ou « gateway region » telle l’Ukraine. Au Levant, la guerre de Syrie, qui n’est pas terminée, la présence d’un Israël hérodien, une longue guerre d’usure empêchera la côte orientale de la Méditerranée d’être la fenêtre vers l’Ouest des arrière-pays mésopotamien, iranien, indien et chinois.  L’Europe sera à nouveau enclavée, courant ainsi le risque d’imploser.

Comment expliquez-vous, d'un point de vue stratégique, le double standard occidental dans l'escalade iranienne avec Israël. Alors que l'Occident n'a pas condamné le bombardement par Israël du consulat iranien à Damas, qui constitue une violation flagrante du droit et des normes internationales, les Occidentaux pays sont venus défendre Israël politiquement et militairement lorsque l’Iran a répondu de la même manière à Israël ?

Le double standard est un fait qui ne date pas d’hier. L’hypocrisie est un mode de gouvernement occidental, propre au binôme idéologique qui structure la pensée anglo-saxonne : la fusion entre la rage puritaine d’un protestantisme sectaire et dévoyé et le libéralisme moralisant de Locke. A cette fusion entre religiosisme délirant et libéralisme irréaliste s’ajoutent les délires de la pensée révolutionnaire française. Ces tares anciennes ont été actualisées par le néolibéralisme et le néoconservatisme américains, importés en Europe depuis l’avènement de Margaret Thatcher au poste de premier ministre au Royaume-Uni en 1979. Lors de l’agression contre l’Irak, les néoconservateurs bellicistes américains proclamaient que les Européens étaient des lâches, des « fils de Vénus et non de Mars » parce qu’ils préconisaient des solutions diplomatiques. Depuis lors, les hommes politiques européens, qui pariaient sur les ressorts de la diplomatie traditionnelle, ont été progressivement vidés du pouvoir en Europe sous la pression des services américains : Sarközy a rejoint l’OTAN, que De Gaulle avait quittée dans les années 1960 ; la France est devenue le troisième pilier du Gros-Occident au lieu de mener une politique autonome. Avec Macron, qui est un « Young Global Leader », l’alignement est total au détriment du peuple français, mis au pas à coups de matraque, de grenades de désencerclement, etc.

FMCHs0DXEAMAX44.jpg

L’attaque d’Israël contre le consulat iranien à Damas est une étape supplémentaire dans le déni de diplomatie et dans le non respect des conventions internationales, préconisés par l’idéologie néoconservatrice ou « kaganiste » (les thèses de la famille Kagan, dont fait partie Victoria Nuland). Cette attaque, avec l’assaut contre l’ambassade du Mexique en Equateur, constitue une première, inaugure un nouveau mode de fonctionnement. Les règles ne seront plus respectées désormais et un pesant silence médiatique s’abattra sur les entorses aux conventions diplomatiques tandis que les Etats ou les régimes considérés comme ennemi du trinôme occidental (France, Etats-Unis, Royaume-Uni) et des Etats vassalisés tenus en main par les « Young Global Leaders » ou figures assimilées, devront subir toutes les avanies sans avoir le droit de s’exprimer ou de se défendre.

Politique européenne

Quel est l’impact attendu de la montée de l’extrême droite en Europe et de ses chances aux prochaines élections sur la politique étrangère de l’Union européenne ?

Il n’existe pas une seule « extrême-droite », au singulier : ce qui est rassemblé arbitrairement sous ce vocable constitue un ensemble kaléidoscopique et hétéroclite de réactions diverses à l’encontre ou en faveur de l’Occident et de l’OTAN. On peut raisonnablement prévoir une montée des partis populistes de droite aux prochaines élections européennes mais la question réelle qui devrait être posée est la suivante : ces formations diverses se retrouveront-elles dans les mêmes groupes ou agiront-elles en ordre dispersées au sein de groupes différents dans le futur Parlement européen ? Le critère de différenciation est à l’évidence la position des uns et des autres face à l’OTAN, aux Etats-Unis, à la Russie et à la guerre en Ukraine. On constate que Giorgia Meloni s’est entièrement alignée sur la politique de l’OTAN, alors que cela n’avait pas été dit lors de sa campagne électorale. On pouvait même croire qu’elle allait favoriser une politique italienne indépendante en Méditerranée. Le Rassemblement National français, au cours de ces deux dernières années, semble suivre la même politique et on peut imaginer, d’ores et déjà, qu’il s’alignera sur la politique suivie par Meloni en Italie, de même que « Reconquête », le mouvement d’Eric Zemmour et Marion Maréchal qui, subitement, et contrairement aux thèses défendues dans le cadre de son institut politique, l’ISSEP, se met à prendre des positions hostiles à la Russie dans le conflit ukrainien, espérant sans doute former un groupe assez vaste avec des bellicistes de droite d’Europe orientale, jugés partenaires plus convenables que les neutralistes allemands ou autrichiens. La germanophobie pathologique est toujours vivace en France, de même que l’inhabilité à comprendre ce qui est différent des manies ou des institutions de l’Hexagone.

kickl001.jpg

En Allemagne et en Autriche, au contraire, les positions neutralistes, différentes des positions de l’OTAN, s’affirment dans les rangs des partis populistes, l’AfD et la FPÖ. Cette dernière partage également des positions communes avec les Hongrois de Orban (qui sont dans le groupe du PPE) et les Slovaques de Fico et Pellegrini. On peut penser que la Lega italienne de Salvini, elle, s’alliera aux Allemands et aux Autrichiens, compensant ainsi la perte, pour le groupe « Identité et Démocratie », des élus du Rassemblement National. Si tous ces partis gagneront immanquablement des voix en juin prochain, ils ne se retrouveront pas dans les mêmes groupes et ceux qui rejoindront les positions de Mesdames Meloni, Le Pen et Maréchal voteront en faveur des politiques américaines (et woke), avec les Libéraux, la gauche socialiste, les conservateurs pro-OTAN, les écologistes de Cohn-Bendit et le PPE. Les autres seront isolés ou n’auront pas assez de poids pour faire valoir leurs positions neutralistes.

Avec la fin du soutien économique des pays africains (anciennes colonies), la guerre en Ukraine et l’impact de ce qui se passe au Moyen-Orient… Comment évaluez-vous les performances de l’Europe jusqu’à présent ?

On ne peut pas parler de performances quand on évoque l’Europe actuelle. La France s’est rendue odieuse en Afrique en tentant d’imposer aux peuples de ce continent des politiques néolibérales et woke qu’ils ne pouvaient accepter. Le coup le plus dur que Paris a dû encaisser a été la perte du Niger, d’où provient l’uranium qui fait fonctionner les centrales nucléaires françaises, donnant à la France un atout énergétique important, lui permettant de vendre (très cher) de l’énergie à d’autres pays d’Europe.

La colonisation indirecte de l’Afrique permettait aussi l’exploitation de pays d’Europe. La guerre en Ukraine a brisé définitivement tous les espoirs de constituer ce que Gorbatchev avait appelé la « Maison commune ». Les événements actuels du Levant, en Syrie et à Gaza, ne permet aucun harmonie en Méditerranée. Aucune de ces nouvelles donnes ne joue en faveur de l’Europe réelle. Tous ces événements contribueront à affaiblir l’Europe encore davantage voire à la faire imploser définitivement. Alignée sur les Etats-Unis, elle n’a aucune chance de se développer, d’entrer dans les dynamiques à l’œuvre ailleurs dans le monde, alors qu’elle y aurait tout intérêt.

Comment voyez-vous l'expansion du groupe BRICS et son programme déclaré visant à former un axe ou un bloc international pour faire face à l'hégémonie américaine sur le système international et à démanteler le système unipolaire en un système multipolaire ?

L’existence du groupe BRICS est un fait. Qui demeurera incontournable. Les objectifs de ce groupe de grandes puissance économiques et de pays émergents, voire de pays-continents, sont de développer un commerce intensif inter-BRICS, selon des règles qui ne sont pas celles instaurés à l’ère néolibérale occidentale, commencée en 1979. Ce commerce doit tenter d’échapper au maximum aux fausses règles néolibérales (occidentales), notamment en accentuant le processus de dédollarisation, auquel l’Europe devrait à terme se joindre, di moins si elle parvient à se débarrasser de la dictature néolibérale actuellement en place dans la Commission de Bruxelles. L’Europe, surtout après le Brexit, devrait retourner à des politiques de semi-autarcies, telles celles qui ont toujours été préconisées par les grands économistes concrets et non idéologisés.

Ces économistes font partie d’une catégorie de penseurs que d’aucuns avaient baptisée « hétérodoxes », soit des penseurs qui ne sont pas réductionnistes dans leur approche de l’économie. Ils s’inscrivent dans des histoires nationales ou continentales particulières, ayant développé dans un contexte précis, des pratiques spécifiques, adaptées au temps et à l’espace, comme, par exemple, l’économie chinoise actuelle, post-maoïste, est adaptée à la tradition impériale de l’Empire du Milieu et à la pensée confucéenne, tout en se souvenant des règles de l’économiste allemand du 19ème siècle, Friedrich List, par ailleurs inspirateur du Kuomintang. La bataille à engager est la bataille contre les errements de l’idéologie irréaliste du libéralisme pur, dégagé de l’histoire réelle et des institutions concrètes des peuples.

brics-dollar.png

Voyez-vous que les pays économiquement émergents comme la Chine, la Russie, l'Inde et le Brésil suivent un système économique différent de celui dans lequel évoluent l'Occident, notamment l'Amérique et l'Europe, et quelles sont les différences entre eux ? Lequel est le plus capable de rivaliser et de sauver l’économie mondiale ?

Les pays émergents, surtout la Chine et l’Inde, peuvent parier sur un marché intérieur suffisamment vaste, vu leur poids démographique. L’Occident connaît un ressac démographique préoccupant. Actuellement, la Chine semble être l’Etat-Civilisation le plus dynamique, pariant justement sur une pratique préconisée jadis par Friedrich List : développer les infrastructures de transport sur la masse continentale eurasienne, grâce au projet dit « Belt and Road ». Si nous voulions schématiser, nous dirions que l’Occident repose sur une logique thalassocratique, sur une logique fluide, tandis que les puissances émergentes, que sont la Russie, la Chine, l’Inde et l’Iran, reposent sur une logique continentale, ancrée dans la vaste territorialité eurasienne. La logique thalassocratique de l’Occident ne peut survivre que si la logique continentale est entravée, si les communications terrestres sur le vaste espace eurasien sont bloquées. L’Europe n’a aucun intérêt à ce que triomphe la logique thalassocratique : si tel est le cas, l’Allemagne en est déjà la première victime.

Le sabotage des gazoducs Nord Stream 1 & 2, qui amenaient le gaz du Nord-Est de la Russie (zone arctique), déséquilibre totalement le dynamisme légendaire de son industrie, étouffée désormais par le prix exorbitant de l’énergie. Le ressac de son commerce avec la Chine fera que cette industrie périclitera encore davantage. Le très récent voyage du falot Chancelier Scholz à Pékin a bien montré que les anciens gouvernements Merkel puis surtout l’actuel gouvernement « feu tricolore » a fait fausse route sur toute la ligne, à cause des écologistes délirants, qui font la politique américaine qui a toujours visé le démantèlement des structures industrielles européennes, surtout les allemandes. En France, Macron a vendu les fleurons de l’industrie française au Etats-Unis (Alstom, etc.). Les pays émergents des BRICS en Eurasie doivent éviter cette logique délétère : c’est la raison pour laquelle la propagande occidentale (made in USA) leur colle l’étiquette désormais infâmante d’ « illibérale ».

Peut-être que la chose la plus marquante qui distingue récemment l’Occident est la protection du phénomène de l’homosexualité et du transgenre par les systèmes au pouvoir, les organisations internationales et les institutions de la société civile ? Selon vous, pourquoi l’Occident cherche-t-il à imposer cette approche à la majorité de l’humanité qui rejette cette approche anormale ?

Remontons à l’histoire des idées au 18ème siècle, période où se sont affirmées les idéologies occidentales, qui atteignent leur apex aujourd’hui, basculant dans le délire, tout en exigeant que la planète entière y participe également. De l’Angola à la Papouasie et du Kirghizistan au Pérou, tous les peuples sont contraints par l’idéologie dominante occidentale d’adopter le délire LGBTiste et woke. Au 18ème siècle, les diverses variantes de l’idéologie des Lumières, qui, par convergence, génèreront l’occidentalisme actuel, postulait un individu isolé, détaché de tout contexte social (Locke, Rousseau).

Woke-EU-3801205.jpg

Les variantes, aujourd’hui refoulées des Lumières, qui n’ont pas conduit à cet occidentalisme pernicieux contemporain, voyait un homme ancré dans une famille, un clan (asa’biyya en arabe), un peuple, une histoire, une tradition littéraire et religieuse (Herder). Nous assistons aujourd’hui à la rage des idéologues des Lumières libérales qui entendent parachever leur programme en brisant les ressort de la famille traditionnelle en stigmatisant le couple hétérosexuel et la parentalité bienveillante qu’il est censé générer. La rage woke, quant à elle, cherche à briser tout ancrage des hommes concrets dans l’histoire, dans la religion, dans la tradition, en détruisant les statues commémoratives, en interdisant la lecture des classiques de la littérature, en détruisant les humanités gréco-latines (socle de l’Europe), en incendiant des églises (comme partout en France à l’heure actuelle, y compris la cathédrale de Paris), etc.

Cet occidentalisme destructeur entend généraliser cette rage iconoclaste à l’ensemble des civilisations de la planète. Ces autres civilisations ne l’acceptent pas : qu’elles soient portées par des milliards de personnes comme en Chine ou en Inde (Bharat) ou qu’elles soient plus modestes en dimensions, comme en Afrique où les peuples commencent à se souvenir des Empires Songhai, de la civilisation indigène de l’Ethiopie, etc.

Guerre d'Ukraine

Pourquoi l’intérêt international pour la guerre en Ukraine a-t-il diminué après qu’elle ait longtemps dominé l’actualité ? Y a-t-il un changement dans la politique des États-Unis et de l’Europe en faveur de la guerre ?

La guerre en Ukraine a été manigancée pour créer le chaos en Europe et pour ruiner la locomotive industrielle allemande. Elle a été également conçue pour bloquer les dynamiques eurasiennes en un point crucial, soit à l’endroit où convergent les routes plurimillénaires de la grande masse territoriale eurasienne. La Crimée a été longtemps la porte ouverte de l’Europe à la Chine, l’aboutissement des routes de la Soie médiévales où les comptoirs italiens réceptionnaient les denrées dont l’Europe avait besoin. La fleuve Don est lié à la Volga qui mène à l’Arctique et à la Baltique (donc à l’Europe allemande et néerlandaise de la Mer du Nord), d’une part, et à la Caspienne, donc à la Perse et à Bagdad, d’autre part. L’archéologie découvre actuellement que, dès le néolithique, les multiples parties de l’Eurasie ont toujours été en rapports assez étroits entre elles. Le commerce de l’ambre liait la Baltique et la Mer du Nord à l’Egypte. Des artefacts en or ou en lapis lazuli, trouvés en Europe et datant de la protohistoire, sont faits au départ de matériaux provenant d’Asie centrale (via les cultures d’Andranovo et de Yamnaya) ou de l’Afghanistan actuel.

La culture militaire des thalassocraties veut actuellement des guerres courtes, d’un an ou moins. La guerre d’Ukraine est entrée dans sa troisième année. La dynamique est bloquée. Le peuple ukrainien est saigné à blanc. Sur le terrain, la situation est figée comme pendant de longues années lors de la Première Guerre Mondiale. La Russie a tenu bon et restera apparemment  dans les régions russophones de l’Est et du Sud de l’ancienne Ukraine soviétique. Le scénario prévisible est le suivant : les oblasts conquis par l’armée russe feront partie de la Fédération de Russie ; l’Occident empêchera la conquête d’Odessa (on évoque aujourd’hui l’entrée d’unités françaises dans la ville ou aux abords de celles-ci, information à vérifier) ; l’Occident tentera de gagner du terrain en Mer Noire (vieux but de guerre britannique), en tentant de satelliser la Géorgie et l’Arménie ; l’OTAN a profité du conflit ukrainien pour transformer la Baltique en un lac otanien, l’Europe perdant du même coup la possibilité d’élargir au départ des deux Etats neutres (Suède et Finlande) une zone non alignée sur l’ensemble du continent ; le conflit ukrainien a permis d’ouvrir un vaste front qui part de l’Arctique et s’étend jusqu’à la Mer Noire, menace les ports russes de Mourmansk et Arkhangelsk (vitaux lors de la Deuxième Guerre Mondiale) et la ville de Saint-Pétersbourg, toute proche de la frontière finlandaise.

shutterstock-2159213229-scaled.jpg

L’OTAN a ainsi gagné plusieurs atouts territoriaux et stratégiques : le conflit ukrainien peut donc désormais être gelé. Il s’agit désormais de se maintenir en Méditerranée orientale, d’isoler la base russe sur le littoral syrien, de s’imposer à la Turquie qui joue aujourd’hui une politique néo-ottomane originale et en porte-à-faux par rapport à l’OTAN, de vider l’abcès palestinien à Gaza et de consolider un Etat hébreux hérodien (au service d’un Empire américain de l’Ouest, présenté par le stratégiste Edward Luttwak comme néo-romain ou néo-byzantin, dont le but est de maintenir éloigné le pôle perse des BRICS).

La destruction de Gaza a aussi, très probablement, pour but de faire de ce territoire le terminal méditerranée d’un « Canal Ben Gourion », relié à la Mer Rouge (Golfe d’Akaba) et censé doublé le Canal de Suez. Ce Canal devrait alléger le trafic de celui de Suez et être relié à un projet alternatif au projet chinois « Belt and Road », d’une part, et au projet des Russes, Iraniens et Indiens, baptisé « International North South Economic Corridor », reliant Mumbai en Inde aux ports iraniens et, de ceux-ci, à la Caspienne et au Caucase pour aboutir à la Baltique et à la Mer Blanche. L’importance de ce projet occidental relativise le conflit bloqué d’Ukraine.

Après deux ans de guerre en Ukraine, comment voyez-vous son issue sur le plan stratégique ? La victoire de Poutine lors d'un nouveau mandat présidentiel aura-t-elle un impact sur l'évolution du conflit entre l'Occident et la Russie ?

Sur le plan stratégique, l’Occident américain qui a éliminé le non-alignement suédois et finlandais en Europe du Nord, permis à l’OTAN de faire pression sur la Russie de Mourmansk à Saint-Pétersbourg et à Kaliningrad/Königsberg, devrait se satisfaire de ces avancées, très avantageuses. Sur le terrain, dans le Donbass, à Luhansk, en Crimée, etc., il est prévisible que l’Occident accepte une solution coréenne avec un nouveau Rideau de Fer à l’Est du Dniepr. Le poutinisme n’aura pas été vaincu ni éliminé comme certains l’avaient espéré. Quant à l’après-Poutine, qui arrivera inéluctablement, rien ne permet de le deviner.

La balle est dans le camp des Européens : accepteront-ils encore longtemps les politiques suicidaires que préconisent les services américains, tolèreront-ils encore longtemps les errements des « Young Global Leaders » qui les ruinent ? Aucun sursaut ne semble se dessiner à l’horizon, aucune généralisation des politiques de résistance de la Hongrie et de la Slovaquie n’est à l’ordre du jour ailleurs en Europe, surtout en France et en Allemagne (malgré les suggestions de l’AfD à droite et du parti de Sahra Wagenknecht et Oskar Lafontaine à gauche). Cependant, c’est en Europe de l’Ouest que le sursaut devra se produire.

Tout lecteur arabe de ces lignes doit se mettre en tête que l’Europe n’est pas nécessairement l’Occident : celui-ci découle, idéologiquement, de deux ou trois matrices perverses : le calvinisme hollandais, le puritanisme cromwellien puis américain, l’idéologie révolutionnaire française. L’Espagne catholique, le prussianisme luthérien, l’indépendantisme irlandais, le neutralisme suédois, les héritages de l’Empire austro-hongrois, le confédéralisme suisse, les innombrables ressources de l’Italie, les traditions de l’Europe orthodoxe et l’héritage gréco-romain ne participent pas des trois matrices occidentales et recèlent, s’ils le voulaient, toutes les recettes, tous les remèdes, pour guérir de la maladie occidentale.

 

Akhand Bharat. Grande Inde

fdf9b03f191c3171b962948e756c2403.jpg

Akhand Bharat. Grande Inde

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/akhand-bharat-velikaya-indiya

À la surprise générale, l'Inde est aujourd'hui l'économie qui connaît la croissance la plus rapide. Le PIB du pays a augmenté de 8,4% en 2023. D'ici 2027, elle deviendra la troisième économie mondiale. Si cette tendance se poursuit, l'Inde a des chances de dépasser les États-Unis et même la Chine dans les années 2030.

L'Inde est un leader tant sur le plan démographique que sur celui des technologies de l'information. La diaspora indienne contrôle désormais un segment important de la Silicon Valley, et le premier ministre britannique est un Indien de souche, Rishi Sunak, tout en étant un libéral-mondialiste. Il est intéressant de noter que Vivek Ramaswamy, un influent politicien conservateur du Parti républicain américain, fervent partisan de Trump, également d'origine indienne, est l'antipode idéologique complet de Sunak. Quoi qu'il en soit, les Indiens montent partout au créneau.

Nous avons affaire à un phénomène entièrement nouveau - la naissance d'un nouveau centre du monde se déroule sous nos yeux. L'Inde doit une grande partie de son succès au nouveau tournant politique qui a suivi l'arrivée au pouvoir du parti conservateur Bharatiya Janata Party. En réalité, l'Inde moderne a été fondée par un autre parti, de gauche et progressiste, le Congrès national indien, lors de la décolonisation. Bien sûr, la plus grande valeur pour les Indiens après l'indépendance était la libération des effets du colonialisme, mais l'Inde est restée membre du Commonwealth postcolonial des Nations, dominé par les Britanniques et s'est fermement accrochée à la démocratie installée par les Britanniques, se targuant même d'être "la plus grande démocratie du monde". Le Congrès s'est contenté de donner au pays une indépendance politique vis-à-vis de ses anciens maîtres, mais a accepté d'imiter le paradigme sociopolitique, économique et culturel de l'Occident.

Le monopole du Congrès sur le pouvoir en Inde a d'abord été ébranlé par la victoire d'un parti conservateur alternatif de droite, le Bharatiya Janata Party, lors des élections de 1996 à la chambre basse du Parlement (Lok Sabha). Ce parti est lui-même issu du mouvement extrêmement conservateur Rashtriya Swayamsevak Sangh, créé en 1980.

980468c3ecc3fea0b1466017d53b2f82.jpg

Narendra Modi est devenu le premier ministre de ce parti en 2014 et le reste jusqu'à ce jour. Selon les analystes, Modi a toutes les raisons de conserver son poste lors des élections de 2024, qui ont débuté le 19 avril et se termineront le 1er juin.

Le règne du Bharatiya Janata Party et le charisme politique personnel de Modi ont fondamentalement changé l'Inde. D'ailleurs, sous Modi, le nom officiel de l'Inde a été remplacé par le nom sanskrit Bharat. Le fait est que Modi s'appuie sur une idéologie complètement différente de celle du Congrès national indien.

Au départ, la lutte de l'Inde pour son indépendance vis-à-vis des Britanniques s'est déroulée dans deux directions : l'une douce et pacifiste, incarnée par le Mahatma Gandhi, qui a misé sur la résistance non violente, et l'autre plus militante et intransigeante, représentée par des personnalités telles que le traditionaliste indien Bal Gangadhar Tilak, le fondateur du Rashtriya Swayamsevak Sangh, Keshav Hedgewar, et le nationaliste Vinayak Savarkar.

bal-gangadhar-tilak1690087935742.jpg

KB-Hedgewar.jpg

Savarkar.jpg

Tilak, Hedgewar et Savarkar

Les Britanniques, au moment où ils s'en sont allés, ont discrètement confié le pouvoir en Inde (après avoir cédé un certain nombre de territoires habités par des musulmans - le Pakistan et le Bangladesh, ainsi que le Sri Lanka, le Bhoutan et le Népal) au Congrès, estimant que ce parti maintiendrait l'Inde dans la zone d'influence anglo-saxonne et la conduirait sur la voie de la modernisation et de l'occidentalisation (avec des spécificités régionales), c'est-à-dire qu'une certaine forme de contrôle colonial serait conservée.

En revanche, les principaux opposants au Congrès, dès le début de la lutte pour l'indépendance, estimaient que l'Inde n'était pas seulement un pays ou une ancienne colonie, mais le territoire d'une civilisation puissante et distincte. C'est ce que nous appelons aujourd'hui un État-civilisation. Cette idée a été formulée pour la première fois par Kanaiyalal Munshi et a été appelée "Akhand Bharat", "Inde indivise" ou "Grande Inde".

En 2022, Narendra Modi a fait de la "décolonisation de l'esprit indien" son principal objectif. Et devant nous apparaît aujourd'hui une Inde que nous ne connaissions pas du tout - une Inde conservatrice de droite, un État-civilisation védique, une Grande Inde engagée sur la voie de la souveraineté totale.

Bien sûr, un observateur superficiel remarquera une contradiction: l'Inde se rapproche géopolitiquement des États-Unis et d'Israël, elle est entraînée dans un conflit frontalier croissant avec la Chine (d'où la participation de l'Inde à plusieurs blocs régionaux anti-chinois tels que le QUAD, etc.), et les relations avec le monde islamique deviennent plus aiguës - tant à l'intérieur de l'Inde qu'à l'égard du Pakistan. Si les traditionalistes indiens veulent "décoloniser l'esprit indien" et lutter contre la civilisation matérielle occidentale, qu'ont-ils en commun avec les États-Unis ?

Pour lever cette ambiguïté, nous pouvons nous pencher sur l'histoire de la montée en puissance de la Chine moderne. Dès la fin des années 1970, les représentants du Conseil américain des relations extérieures (CFR), et en particulier Henry Kissinger, ont personnellement proposé à la Chine un partenariat bilatéral contre l'URSS, afin de briser définitivement le camp socialiste. La Chine, sous la direction de Deng Xiaoping, en a profité pour se transformer progressivement, en l'espace de 40 ans, d'un client économique des États-Unis, elle est devenue un puissant pôle indépendant avec lequel les États-Unis sont désormais entrés en concurrence et, en fait, en guerre commerciale. L'escalade du problème autour de Taïwan permet de prédire le passage de cette confrontation à une phase chaude.

Aujourd'hui, les mêmes forces mondialistes occidentales ont décidé de soutenir l'Inde, cette fois contre la Chine. Et Modi, fort de l'expérience chinoise, a adopté cette stratégie. Mais tout comme la Chine a utilisé la mondialisation à ses propres fins, non pas en perdant mais en renforçant sa souveraineté, la Grande Inde a l'intention de faire de même. D'abord, en tenant compte des réalités objectives de la politique internationale, pour maximiser sa puissance, accroître le bien-être de son immense population, le volume de son marché intérieur, sa puissance militaire, son potentiel technologique, et ensuite, au moment opportun, pour émerger en tant que pôle totalement indépendant et souverain.

maxsorosindiafault.jpg

Cette stratégie est mieux comprise par les mondialistes eux-mêmes. Ainsi, George Soros et sa Fondation Open Society, interdite en Russie, qui s'est ouvertement fixé comme objectif principal la lutte contre la tradition, la souveraineté et les cultures et sociétés indépendantes, ont déclaré la guerre à Narendra Modi et au Bharatiya Janata Party. Ce faisant, il a non seulement soutenu l'opposition du Congrès, mais aussi activement alimenté la discorde sociale et ethnique en Inde, notamment en appelant les Dalits (une caste répertoriée très répandue) à se révolter contre Modi. Il s'agit là d'une autre version de la "révolution colorée", modus operandi par lequel les mondialistes mènent la charge.

La Russie doit simplement prendre conscience des changements fondamentaux qui se produisent en Inde. C'est un pays très différent de celui avec lequel nous avons construit une relation assez étroite pendant la période soviétique. Oui, les Indiens éprouvent encore beaucoup de sympathie et de nostalgie à l'égard des Russes. Et cela s'applique non seulement aux gauchistes du Congrès (où, soit dit en passant, sous l'influence de Soros, les voix des russophobes se font de plus en plus fortes), mais aussi aux traditionalistes de droite. Et dans ce cas, le rôle clé n'est pas joué par l'inertie, mais par une compréhension claire du fait que la Russie se déclare comme un État-civilisation, qu'elle est une force majeure dans la construction d'un monde multipolaire et qu'elle traverse également une sorte de "décolonisation de la conscience". Alors que l'Inde connaît certains problèmes de conflit - en particulier dans les zones frontalières - avec la Chine, un autre État de civilisation et un autre pôle du monde multipolaire, il n'y a rien de tel avec la Russie, même dans un avenir lointain.

Dans le même temps, nous ne devrions pas nous rapprocher de l'Inde en dépit de notre partenariat stratégique étroit avec la Chine. Au contraire, nous avons un intérêt vital à résoudre les relations entre ces deux grandes puissances, car si un conflit éclate entre elles (ce à quoi l'Occident pousse), les perspectives d'un monde multipolaire seront repoussées indéfiniment. La Russie se dresse aujourd'hui pour défendre ses valeurs traditionnelles. Dans ce cas, nous devrions mieux comprendre tous ceux qui se sont levés pour défendre les leurs.

Et puis le partenariat énergétique, les plans stratégiques pour le corridor de transport Nord-Sud, les processus d'intégration eurasiatique, la coopération en matière de haute technologie (et l'Inde est aujourd'hui l'un des leaders mondiaux en matière d'informatique) et la sphère financière vont acquérir une nouvelle dimension idéologique : les traditionalistes intéressés par la souveraineté civilisationnelle et par l'arrêt de l'expansion de l'hégémon occidental se comprendront bien mieux que quiconque.

L'impasse du capitalisme d'urgence

7bcab4179bb1109c3a7820b985614a54.jpg

L'impasse du capitalisme d'urgence

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/04/19/hatakapitalismin-umpikuja/https://markkusiira.com/2024/04/19/hatakapitalismin-umpikuja/

"Il ne faut jamais perdre de vue le tableau d'ensemble", rappelle l'universitaire Fabio Vighi, pour qui "la série de conflits géopolitiques que nous vivons n'est ni aléatoire ni arbitraire" mais "le symptôme d'une fragilité systémique croissante" et de "l'effondrement de la logique du capital".

Ce déclin économique - qui n'est en rien unique dans l'histoire, mais qui est néanmoins révélateur de l'effondrement de la civilisation occidentale - est, selon Vighi, illustré par le dicton bien connu "quand tout le reste échoue, ils vous mènent à la guerre".

Dans ce monde à la logique inversée, les "guerres à la périphérie de l'empire" ne sont pas la cause des problèmes économiques. "C'est plutôt un environnement économique explosif qui déclenche des conflits militaires, dans une tentative désespérée de sauver la face et de repousser l'heure des comptes", précise le philosophe italien.

Les guerres, "surtout lorsqu'elles sont présentées comme humanitaires, défensives ou antiterroristes", sont, selon Vighti, essentiellement "un moyen criminel de faire de l'argent facile, qui maintient les bulles financières actuelles à des niveaux record, tandis que les conditions économiques de millions d'employés et de chômeurs s'effondrent à un rythme tout aussi record".

"L'énorme quantité de dette qui a été injectée dans l'architecture financière labyrinthique pendant des décennies, nécessitant un refinancement constant (c'est-à-dire une dette supplémentaire), est maintenant au cœur des récits eschatologiques qui ont proliféré tout autour de nous - de la catastrophe climatique à la pandémie de taux d'intérêt en passant par la menace d'une guerre nucléaire", réitère Vighi dans son argument de base.

d846ce805dd89afc56445d2bb1162519.jpg

Sans le mécanisme des circonstances exceptionnelles, tout le système économique s'effondrerait. Ce serait le chaos dans les rues, la guerre civile et la rupture des liens sociaux. "Mais l'effet secondaire immédiat de l'endettement croissant pour financer les urgences est la dévaluation de la monnaie, une crise révolutionnaire de l'instrument monétaire qui va balayer le monde", exhorte Vighi.

"C'est peut-être un signe des temps que même les penseurs, historiens et commentateurs géopolitiques les plus pointus peinent à comprendre la nature existentielle du lien entre notre système économique basé sur l'endettement et les escalades militaires.

Selon M. Vighi, les gens ne semblent pas comprendre pourquoi l'Occident surendetté "essaie constamment de déclencher un nouveau conflit géopolitique". Il s'agit pourtant d'une logique très simple: les urgences politiques d'aujourd'hui font simplement partie du "modus operandi destructeur du renouveau capitaliste".

"Le bruit des bombes en Ukraine, à Gaza et au Moyen-Orient est l'accompagnement opératique de la danse mortelle de la récession et de l'inflation", écrit M. Vighi. Les réalités inévitables de l'effondrement économique doivent être noyées dans la cacophonie assourdissante de la guerre - ou de sa menace. "L'élite financière psychopathe aime l'odeur du napalm le matin", formule Vighi dans son allusion à un film de guerre (Apocalypse Now).

La ligne de défense du casino financier de l'élite est "soumise à une telle pression que seule une agitation géopolitique constante peut maintenir l'illusion de la durabilité du système". "Le mécanisme est devenu si pervers que le capital mondial a besoin du Covi d, de l'Ukraine, de Gaza, des Houthis et maintenant (comme on peut s'y attendre) de l'Iran - de préférence tous en même temps, mais aussi à tour de rôle - pour relancer la machine", écrit M. Vighi, avec un certain pathos.

La destruction provoquée par le "capitalisme de crise" alimente également l'émergence d'un nouvel ordre totalitaire, une "infrastructure de contrôle interactive technofasciste basée sur l'IA", qui tire sa force, entre autres, d'une "rhétorique pseudo-gauchiste, contagieuse comme une maladie".

03a61111a313305a042dd796fc0aa7dc.jpg

Qu'il s'agisse de politique identitaire, de sécurité publique ou de la nouvelle religion de l'économie verte, la rhétorique pseudo-humanitaire manipule et contrôle les populations dans le besoin tout en empêchant une lutte collective sérieuse contre la pauvreté endémique et l'élimination des misérables inutiles et improductifs, comme les Palestiniens.

Les causes économiques du paradigme de l'urgence ne sont pas abordées, pas plus qu'il n'y a de critique de l'économie politique. Les partis systémiques qui influencent la politique, de droite comme de gauche, ont capitulé devant la logique destructrice du capitalisme contemporain en faillite et ne cherchent qu'à préserver le statu quo dans l'intérêt des puissances d'argent. Même l'État-providence finlandais n'est plus qu'un souvenir.

L'Occident libéral-démocratique devient totalitaire. La classe politique est réduite à un "administrateur technocratique des intérêts économiques". Le parlementarisme est conçu pour "cacher les véritables contradictions socio-économiques". Le capitalisme étant en phase terminale, l'élite a besoin d'un état d'urgence permanent.

Le capital n'a plus besoin d'une production à forte intensité de main-d'œuvre. Les nouvelles technologies éliminent effectivement la main-d'œuvre et les travailleurs restants doivent être inhumainement flexibles, rapides et cyniquement opportunistes, sous la tutelle de la classe politique et des (faux) médias de pouvoir.

"Tout cela confirme que le capitalisme d'urgence d'aujourd'hui est administratif. Son but est de réaliser d'énormes profits pour une petite élite et d'exclure tous les autres", observe Vighi avec les accents d'une critique sociale.

"L'ancien prolétariat a perdu sa position de sujet de la production de valeur et de la consommation, mais les nouveaux pauvres n'ont rien à perdre. Ils continuent à représenter une menace qui peut exploser à tout moment". Mais les groupes Bader-Meinhof de la nouvelle ère, les Gardes de l'Armée rouge, ne sont pas encore en vue ?

Les milieux financiers ne savent que faire de millions de personnes qui n'ont plus de rôle à jouer, même en tant qu'"armée de réserve industrielle" marxiste dans le poème épique du capital. De nombreuses générations futures se retrouveront "surplus humain", par rapport à la dynamique aveugle et enragée du profit.

Dans les estimations les plus dystopiques, les "mangeurs inutiles" seront éliminés dans les guerres limitées, les épidémies organisées, les famines et autres "mesures" technocratiques créées par le système capitaliste de contrôle. Est-ce pour cela que l'"Agenda 2030" de l'ONU a été créé, pour "assurer la prospérité d'une manière écologiquement durable" ?

Existe-t-il un moyen de sortir de l'impasse du capitalisme d'urgence ? Est-ce que, comme le suggère M. Vighi, certains de ceux qui sont radicalement exclus de ce système malade pourraient encore construire une alternative au capitalisme extrême, ou est-ce juste un vœu pieux de philosophe, en attendant que la population humaine se raréfie ?