Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 12 octobre 2022

Douglas Macgregor pense que les États-Unis et le Royaume-Uni pourraient être derrière le sabotage de Nord Stream

https __cdn.cnn.com_cnnnext_dam_assets_190911101036-douglas-macgregor-file.jpg

Douglas Macgregor pense que les États-Unis et le Royaume-Uni pourraient être derrière le sabotage de Nord Stream

Lucas Leiroz

Source: https://novaresistencia.org/2022/10/09/douglas-macgregor-acredita-que-eua-e-reino-unido-podem-estar-por-tras-da-sabotagem-do-nord-stream/

Les médias occidentaux ont tenté de suggérer que l'incident du gazoduc Nord Stream était le résultat d'une opération de sabotage russe, mais ce récit ne semble pas convaincre même les experts occidentaux. Récemment, un ancien conseiller du Pentagone a déclaré que les États-Unis et le Royaume-Uni semblent être responsables de l'opération qui a conduit aux explosions de Nord Stream 1 et 2. L'implication évidente de l'Occident dans ce crime devrait susciter la condamnation de la société internationale.

Participant à une émission du podcast Judging Freedom avec l'animateur Andre Napolitano, l'ancien conseiller du secrétaire américain à la Défense, Douglas Macgregor, a déclaré que les États-Unis et le Royaume-Uni pourraient être les pays à l'origine de la récente explosion du gazoduc gemano-russe. Macgregor affirme catégoriquement que les Russes n'ont pas pris part à une telle opération et qu'un éventuel plan d'auto-sabotage allemand semble également très improbable. Pour lui, les États-Unis et le Royaume-Uni sont les pays qui non seulement semblent les plus intéressés par ce genre d'attitude, mais qui disposent également de la plus grande capacité technique et opérationnelle pour mener à bien ce type de travail.

Comme on s'y attendait, M. Macgregor n'a pas parlé sur un ton accusateur et a précisé qu'il ne disposait d'aucune donnée concrète permettant de dire qui est à l'origine de ce crime, mais il a déclaré avec insistance que seuls les Américains et les Britanniques semblent disposer des conditions techniques et matérielles nécessaires pour répondre aux exigences de ce type d'opération.

"Les Russes n'ont pas fait cela (...) Vous devez regarder qui sont les acteurs étatiques qui ont la capacité de parfaire une telle action. Et cela signifie la Royal [UK] Navy et la United States Navy (...) Je pense que c'est assez clair", a-t-il déclaré lors de l'entretien avec Napolitano.

Il a également commenté la façon dont les circonstances ont conduit à croire que les États-Unis ont réellement participé à l'acte, rappelant, par exemple, le tweet de Radoslaw Sikorski, ancien ministre polonais des Affaires étrangères, député européen, remerciant littéralement les États-Unis pour l'attaque contre Nord Stream. Compte tenu de la position de Sikorski en tant que haut fonctionnaire européen, il est probable qu'il dispose d'informations concrètes qui légitiment cette conclusion. Bien que M. Mcgregor n'ait pas commenté l'affaire en détail, il est même possible de penser à un certain degré de participation polonaise dans ce type d'attaque, car la Pologne est l'une des parties les plus intéressées - tant sur le plan politique qu'économique - par la fin du projet Nord Stream.

En fait, l'opinion d'un ancien conseiller du Pentagone est absolument dépourvue de toute position idéologique pro-russe. M. Mcgregor analyse l'affaire de manière technique et impartiale, en s'attachant véritablement à la vérité. De nombreux médias occidentaux affirment que croire que les États-Unis ont mené l'attaque du Nord Stream serait une sorte de "théorie du complot pro-russe", mais ce n'est pas vrai. Les circonstances suggèrent une participation américaine, comme l'affirment les experts militaires occidentaux eux-mêmes. Il ne s'agit pas d'une guerre de récits sur qui aurait ou n'aurait pas fait le sabotage, mais d'une simple conclusion analytique : les États-Unis et le Royaume-Uni ont des intérêts politiques et économiques à détruire les gazoducs germano-russes, ainsi qu'à posséder les conditions matérielles et l'appareil technique nécessaires pour parfaire l'opération.

h_54265091.jpg

À cet égard, la Russie a encouragé la progression des enquêtes, y compris dans le cadre de l'ONU. Le représentant permanent de la Russie auprès des Nations unies, Vasily Nebenzya (photo), a déclaré au CSNU que son pays préconise une enquête complète sur le sabotage des gazoducs et a clairement indiqué que Moscou ne croit pas à l'hypothèse selon laquelle l'attaque a été organisée par des terroristes conventionnels, suggérant qu'elle a été planifiée par des agences de renseignement professionnelles.

"La Russie appelle à une enquête complète pour découvrir la cause réelle de ce qui s'est passé (...) Il est absolument clair pour nous que des terroristes ordinaires ne sont pas capables de mener des activités de sabotage de cette complexité et de cette ampleur. Nous considérons les actions visant à endommager les gazoducs comme un acte délibéré de sabotage contre les installations énergétiques cruciales de la Russie (...) Nous établirons certainement tous ceux qui sont impliqués dans cet acte de sabotage", a déclaré M. Nebenzya lors de la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.

Il est nécessaire que l'ensemble de la société internationale se mobilise pour exiger, comme la Russie, que la vérité sur cette affaire soit révélée grâce à l'avancement des enquêtes. Il est inacceptable que les organisations internationales, en particulier celles directement concernées, comme l'UE, restent silencieuses face à ce crime. Si les soupçons des experts concernant l'implication des États-Unis et du Royaume-Uni (et éventuellement de la Pologne) sont avérés, ces pays doivent être tenus pour responsables.

Source : Infobrics - https://infobrics.org/post/36747/

Écrire un commentaire