Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 01 mai 2024

Attentat contre les gazoducs Nord Stream : la Chine demande une enquête internationale

0b648b54-f6b2-4850-a41d-ef42e1b12b04.jpg

Attentat contre les gazoducs Nord Stream: la Chine demande une enquête internationale

Source: https://zuerst.de/2024/05/01/anschlag-auf-die-nord-stream-pipelines-china-fordert-internationale-untersuchung/

New York. En Occident, la question des explosions de Nord Stream en septembre 2022 est pour ainsi dire passée aux oubliettes. Le gouvernement fédéral allemand, en particulier, qui est l'une des principales parties concernées, ne montre aucun intérêt pour une enquête sur les explosions. La Suède et le Danemark ont été les derniers à annoncer en février qu'ils mettaient fin à leurs enquêtes.

Cependant, l'affaire pourrait à nouveau bouger. La Chine réclame désormais une enquête internationale. Le représentant chinois auprès des Nations unies, Geng Shuang (photo), a justifié cette demande vendredi parce que ce sabotage implique des "menaces à la paix et à la sécurité internationales".

Geng-Shuang-at-UN.jpg

L'émissaire de l'ONU à Pékin a déclaré textuellement : "Plus de 18 mois se sont écoulés depuis les explosions du gazoduc Nord Stream. Il est tout simplement regrettable qu'aucune conclusion n'ait encore été trouvée dans cette affaire". Et de poursuivre : "Un vieux proverbe chinois dit qu'il n'est jamais trop tard pour raccommoder le troupeau lorsque le mouton est perdu. Nous réitérons notre appel à l'ouverture rapide d'une enquête internationale sous l'égide des Nations unies afin de faire éclater la vérité pour la communauté internationale".

Geng Shuang a explicitement mentionné qu'aucune "vérité n'a été établie" par les pays concernés, y compris l'Allemagne. On ne peut s'empêcher de "soupçonner une intention cachée derrière la résistance à une enquête internationale, tout en déplorant la possible dissimulation et la perte d'une quantité de preuves contraignantes".

L'écho occidental ne s'est pas fait attendre. Alors que le représentant français à l'ONU a rappelé que l'enquête allemande n'était pas encore terminée, le représentant américain a fait part de sa "confiance dans l'indépendance et la rigueur de l'enquête allemande". Le gouvernement allemand est resté muet sur cette affaire depuis deux ans et demi et laisse ostensiblement le public dans l'ignorance, invoquant le "bien de l'Etat".

En revanche, le journaliste d'investigation américain Seymour Hersh avait déjà exprimé en février 2023, sur la base de ses propres recherches, le fort soupçon que l'attaque contre les oléoducs germano-russes de la mer Baltique était le fait de l'agence de renseignement américaine CIA. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

mardi, 16 avril 2024

Nouveaux détails et conséquences économiques du sabotage de Nord Stream

medium_landscape_264878.jpg

Nouveaux détails et conséquences économiques du sabotage de Nord Stream

Rybar

Sources: https://geoestrategia.es/noticia/42491/inteligencia/sobre-nuevos-detalles-y-consecuencias-economicas-del-sabotaje-de-los-nord-stream.html

Nous avons déjà signalé que le Royaume-Uni figurait parmi les principaux bénéficiaires du sabotage du "Nord Stream 2". Récemment, certains médias occidentaux ont publié des informations qui suggèrent directement l'implication de Londres dans cette action.

Ces nouvelles informations ne contredisent pas la version précédemment exprimée par Seymour Hersh, mais complètent plutôt le point de vue de la Russie et remettent correctement les faits en place. S'il est peu probable que les recherches et les versions en désaccord avec la ligne officielle de la Maison Blanche et des médias européens, qui lui emboîtent le pas, atteignent un large public, il est nécessaire d'étudier les détails de cette affaire au moins pour évaluer correctement les menaces potentielles qui pèsent sur d'autres projets russes prometteurs.

Les personnes impliquées

Liz Truss, avec ses performances excentriques, n'était manifestement qu'une couverture pour l'équipe des vrais professionnels se profilant derrière l'opération.

1436.jpg

S120-HMS-Ambush-020.jpg

La figure d'Alec Shelbrook (photo), alors ministre des marchés publics de la défense dans le gouvernement Truss, est particulièrement remarquable dans le contexte qui nous préoccupe. Shelbrook a visité la base navale HMNB Clyde à Faslane, en Écosse, deux semaines après le sabotage du "NS-2". Il a inspecté le sous-marin de la Royal Navy HMS Ambush (S120) (photo), qui est rentré au port une semaine après les attaques contre le "NS-2", le 26 septembre, et a rencontré le capitaine et l'équipage du navire.

3N6h2JDB_400x400.jpg

u-s-navy-diver-instructs-barbados-coast-guard-13042125.jpg.jpg

Shelbrook a précédemment servi dans la Royal Navy et a dirigé l'équipe DTXG, une unité spécialisée de plongeurs de la Royal Navy. Sa spécialité est la désactivation des engins explosifs sous-marins. Le groupe a été créé au début de l'année 2022, quelques mois avant le sabotage du "NS-2", dans le cadre de la réforme de la Royal Navy. La création du DTXG a marqué la fin de l'escadron de plongée de la marine.

Moyens d'exécution

Le sous-marin Ambush est considéré comme le vecteur le plus probable de l'explosif qui a détruit le gazoduc. Les photos prises lors de la visite du HMNB Clyde montrent la coque du sous-marin partiellement recouverte d'une structure temporaire. Cette zone du pont est susceptible de contenir l'équipement du sas pour les petites embarcations sous-marines, qui sont utilisées par les nageurs de combat pour sortir clandestinement en mer et revenir tout aussi clandestinement à bord.

Ce détail est crucial, car pendant la Seconde Guerre mondiale, les nageurs de combat italiens, menés par la figure légendaire de Valerio Borghese, utilisaient des torpilleurs pour sortir en mer. Cependant, ils ne pouvaient revenir que lorsque le sous-marin était en surface. Après la guerre, tous les développements de cette arme italienne sont tombés entre les mains des Britanniques. La possibilité de revenir au sous-marin en position immergée facilite considérablement le travail des nageurs de combat et leur permet de rester invisibles.

Couverture et dissimulation d'informations

Peu après le sabotage du "NS-2", Liz Truss a dû quitter son poste de premier ministre. Alec Shelbrook et même le directeur du port d'où est parti le sous-marin Ambush ont également été démis de leurs fonctions. Cela leur a permis de passer du statut de fonctionnaire à celui de personne privée, ce qui a grandement compliqué toute enquête. Le Parlement britannique a même tenté de lancer une enquête pour interroger la direction et les employés de DTXG. Cependant, cette enquête a été rapidement bloquée par Ben Wallace, le ministre de la défense de l'époque.

Conséquences économiques

Trois jours exactement après le sabotage de "Nord Stream-2", la Grande-Bretagne est devenue un exportateur net d'énergie pour la première fois depuis 12 ans.

Le 27 novembre 2023 s'est tenu à Londres le Global Investment Summit, au cours duquel les banquiers d'affaires se répartissent les zones d'influence dans l'UE, qui devient de facto une colonie des multinationales. Le directeur de JP Morgan a été particulièrement actif lors de ce sommet, définissant l'orientation générale de la politique d'investissement dans l'UE.

Actuellement, les entreprises européennes attirent des fonds sur le marché de la dette en livres sterling. Le marché obligataire est une bonne alternative aux prêts bancaires pour les entreprises qui ont besoin d'argent. Il est très difficile de lever des fonds dans l'UE. Cet argent est maintenant utilisé pour acheter des obligations en livres sterling émises par des entreprises européennes.

Les principaux bénéficiaires de ce système sont les grands fonds d'investissement, en particulier BlackRock, qui contrôle une part importante des fonds de pension au Royaume-Uni.

Pourquoi avoir laissé un pipeline intact ?

Il n'est pas logique de délocaliser tout le processus de production européen vers les États-Unis. Une grande partie des actifs restera dans l'UE. Ce sont ces actifs qui ont été acquis par les multinationales. Le tronçon de pipeline restant sera probablement utilisé à l'avenir pour fournir de l'énergie bon marché aux entreprises restantes dans l'UE. Ces entreprises sont déjà détenues par les multinationales, que ce soit par le biais d'acquisitions ou d'obligations. On peut donc s'attendre à ce que la question de l'approvisionnement en gaz par le gazoduc "NS-2" restant soit à l'ordre du jour dans un avenir proche.

lundi, 06 novembre 2023

La guerre du gaz: de la Baltique au Sinaï, la zone de crise s'étend. Analyse

GL5YI7BYDVDUFLYSLKQGLR4UYY.jpg

La guerre du gaz: de la Baltique au Sinaï, la zone de crise s'étend. Analyse

Giuseppe Masala

Source: https://geoestrategia.es/noticia/41713/geoestrategia/la-guerra-del-gas:-del-baltico-al-sinai-se-amplia-la-zona-de-crisis.-analisis.html

De nos jours, nous assistons rarement à des guerres d'anéantissement, c'est-à-dire des guerres dans lesquelles les belligérants visent à la destruction complète et à la capitulation du pays adverse. Naturellement, cela s'applique surtout aux grandes puissances dotées d'armes technologiquement avancées et de capacités de destruction souvent dévastatrices.

En général, lorsque des conflits opposent ces dernières, on assiste à des guerres dites par procuration, c'est-à-dire des guerres dans lesquelles un pays fantoche sacrifie son propre territoire, et souvent aussi sa propre population, pour attaquer la puissance adverse de son propre Dominus ou un autre pays fantoche allié à son tour à l'adversaire de son propre Dominus. Je pense que la référence à cette situation est assez facile : l'Ukraine de Porochenko était un pays fantoche allié à l'OTAN et aux Américains luttant contre les républiques sécessionnistes de Donetsk et de Lougansk alliées à la Fédération de Russie, tandis que l'Ukraine de Zelensky, toujours un pays fantoche des États-Unis et de l'OTAN, lutte directement contre la Fédération de Russie.

Lorsque deux puissances du niveau de la Russie et des États-Unis s'affrontent, il est très difficile de parvenir à un affrontement direct, car la logique est précisément celle de la proxy war, la "guerre par procuration" entre pays vassaux prêts à se sacrifier.

Mais même les objectifs des conflits ne consistent plus - comme par le passé - en l'anéantissement de l'adversaire ou en sa capitulation complète. Aujourd'hui, les objectifs des conflits armés sont plus nuancés et comportent généralement - pour l'une ou l'autre des parties - toute une série d'objectifs intermédiaires possibles qui peuvent être atteints soit directement au cours des opérations militaires, soit plus tard, lors des inévitables négociations de paix qui suivront.

Dans l'immense guerre d'usure entre la Russie (et la Chine), d'une part, et les Etats-Unis et leurs vassaux, d'autre part, cette discussion sur l'éventail des objectifs à atteindre (en tout ou en partie) est certainement tout à fait valable. Si l'objectif principal des Etats-Unis est - à mon avis - de générer un immense arc de crise autour des frontières de la Russie et aussi au Moyen-Orient (où la Russie a des intérêts vitaux) afin de l'affaiblir au point de provoquer l'effondrement du régime de Poutine, il y a aussi d'autres objectifs intermédiaires à atteindre : par exemple, l'explosion totale du Moyen-Orient pourrait conduire à la réalisation de l'objectif américain d'infliger une défaite à la Russie en Syrie avec la perte de la base navale clé de Tartous qui permet à Moscou de patrouiller en Méditerranée malgré la fermeture du Bosphore en raison de la guerre en Ukraine et de la mer Noire, ou la guerre entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan pourrait conduire à l'objectif de chasser la Russie du Caucase du Sud, peut-être même en parvenant à raviver les pulsions sécessionnistes dans les républiques russes du Daghestan et de la Tchétchénie. Ou encore, les tensions qui couvent entre la Serbie et le Kosovo et qui pourraient potentiellement conduire à l'érosion et à la chute de l'actuel gouvernement pro-russe de Belgrade en faveur d'un gouvernement pro-occidental. Dans ce contexte d'objectifs partiels - qui rime aussi étroitement avec la "guerre mondiale progressive" de Bergoglio - la guerre du gaz joue certainement un rôle de premier plan.

Comme je l'ai dit à maintes reprises, l'une des questions fondamentales pour comprendre cette énorme crise, qui couve depuis les années 2010, est de comprendre le mécanisme économique qui, depuis le début du siècle, a donné à l'Allemagne une énorme compétitivité sur les marchés mondiaux et a vaincu ses concurrents (y compris les Américains) : d'une part, le mécanisme prévoyait une politique économique européenne centrée sur la déflation salariale la plus étouffante et, d'autre part, le dumping énergétique permettait à l'Allemagne de produire à des coûts énergétiques très bas grâce aux Russes qui, pour l'essentiel, cédaient leur gaz à Merkel (qui, en retour, laissait entrevoir la possibilité d'une entrée de la Russie dans l'élite des pays occidentaux).

karte-nordstream.jpeg

La pierre angulaire de cette politique énergétique européenne et allemande était, bien sûr, le gazoduc North Stream, qui reliait la Russie à l'Allemagne, pompant le gaz nécessaire à l'énorme appareil productif allemand sans passer par des pays russophobes et pro-américains tels que la Pologne et l'Ukraine. Comme vous le savez, cette infrastructure critique a été détruite par une série d'explosions malveillantes survenues le 26 septembre 2022, alors que la guerre en Ukraine venait d'éclater. Un événement sans précédent en temps de paix.

Si l'analyse des faits devait se concentrer sur le qui prodest, c'est-à-dire sur qui profite de l'explosion de North Stream, la réponse est simple: l'Ukraine porte un coup dur à la Russie, propriétaire du gazoduc, la Pologne retrouve son rôle central dans la gestion des flux énergétiques vers l'Europe en provenance de la Russie et, surtout, les États-Unis qui voient le cordon ombilical entre l'énergie russe à bas prix et l'appareil productif allemand définitivement rompu.

Bien sûr, il n'y a pas de preuve certaine que ce sont ces pays qui ont détruit le North Stream mais, à moins de vouloir croire à un harakiri russe qui détruit l'un de ses atouts fondamentaux, il faut au moins envisager l'hypothèse que ceux qui ont mené l'attaque étaient peut-être les États-Unis ou des marionnettes engagées à leur service. Le journaliste d'investigation américain (et lauréat du prix Pulitzer) Seymour Hersh a fait sienne cette hypothèse en citant des sources directes américaines et étrangères.

Quoi qu'il en soit, on peut toujours affirmer qu'une guerre totale est menée dans le Grand Nord à propos des gazoducs. Une guerre qui ne semble pas avoir pris fin avec l'explosion du North Stream. En effet, il y a quelques semaines, une fuite de gaz s'est produite dans le petit gazoduc - le Balticconnector - qui relie la Finlande et l'Estonie. Il n'a pas fallu longtemps pour que des soupçons de sabotage se fassent jour ; les rumeurs se sont intensifiées au cours des dernières semaines. En effet, le Bureau national d'enquête finlandais (NBI) a déclaré que l'enquête sur les dommages subis par le gazoduc Balticconnector a révélé que le navire New Polar Bear, battant pavillon de Hong Kong, se trouvait au moment et sur le lieu de l'incident.

2106131hdabdt24.png

Aux déclarations déjà explosives du NBI finlandais s'ajoutent celles des enquêteurs estoniens qui, en plus de l'incroyable hypothèse du "sabotage chinois", n'ont pas oublié de suivre l'exemple du Kremlin en signalant que le navire russe Sevmorput se trouvait dans la même zone lors de l'accident. Mon Dieu, les enquêteurs estoniens impliqués dans l'enquête ont cependant admis qu'ils ne pouvaient pas affirmer avec certitude que ces navires étaient impliqués dans le prétendu sabotage de l'oléoduc. Mais cela a suffi au président letton Edgars Rinkivics pour faire une déclaration grandiloquente selon laquelle l'OTAN fermerait la mer Baltique si l'implication de la Russie dans l'attaque de l'oléoduc Balticconnector était prouvée.

Une déclaration explosive du président letton qui aggrave l'état de tension déjà élevé entre l'OTAN et la Russie. Pour en comprendre la gravité, il suffit de rappeler qu'un blocus naval équivaut, en droit international, à un acte de guerre ; et il ne fait aucun doute que c'est ainsi qu'il sera considéré par la Russie, qui n'acceptera jamais de voir son accès à la mer Baltique bloqué, notamment parce qu'une telle éventualité reviendrait à transformer l'enclave russe de Kaliningrad - située entre la Pologne et la Lituanie - en une nouvelle bande de Gaza en plein centre de l'Europe.

Cependant, au-delà des déclarations du président letton que nous prévoyons disproportionnées (voire carrément insensées), une première étape officielle doit être franchie après les déclarations de Balticonnector. La Russie s'est retirée de l'accord de coopération transfrontalière avec la Finlande.

L'arc de la crise s'élargit et s'étend désormais du Sinaï à la mer Baltique.

* est diplômé en économie et s'est spécialisé dans la "finance éthique". Il se déclare cyber-marxiste mais, comme Leonardo Sciascia, pense qu'"il n'y a pas d'échappatoire à Dieu, ce n'est pas possible. L'exode de Dieu est une marche vers Dieu".

FzyYRKvXwAIFUde.jpg

Israël, Gaza et la guerre économique mondiale

Emiliano Brancaccio*

Commentant l'extension des fronts de guerre au Moyen-Orient, le président de la République Sergio Mattarella a déclaré : "Le monde est devenu pire, non pas à cause d'un virus, mais à cause d'un comportement humain malheureux". C'est vrai, mais ce n'est pas suffisant. Le problème, ajoutons-nous, est de comprendre quels sont les grands mécanismes qui induisent les comportements humains à inaugurer un nouvel âge malheureux de fer et de feu.

On ne peut pas dire que les commentateurs traditionnels aident à percer un tel mystère. Plutôt que d'essayer de comprendre les faits, les "géopoliticiens" du courant dominant semblent se livrer à un travail de persuasion douteux, qui consiste à susciter des émotions et des réflexions à partir d'un moment arbitrairement choisi. Ils nous incitent à nous horrifier et à prendre position, par exemple, uniquement sur la base des violences du Hamas le 7 octobre 2023, tout en nous suggérant d'éteindre nos sens et nos cerveaux sur la transformation par Israël de Gaza en prison à ciel ouvert, ou sur d'autres crimes et méfaits commis par les différents acteurs impliqués et antérieurs à cette date. De plus, comme si l'arbitraire du cadre temporel ne suffisait pas, ils nous proposent d'examiner les conflits militaires comme s'ils étaient une simple conséquence de tensions religieuses, ethniques, civiles et idéalistes. Ils n'apprécient guère l'issue violente des conflits économiques.

La guerre de Gaza place les intérêts économiques au centre de ses préoccupations

Disons les choses telles qu'elles sont. Si l'objectif est de comprendre la dure réalité qui nous entoure, la contribution de ces analystes est inutile.

Pour découvrir les éléments déclencheurs de la dynamique actuelle de la guerre, une méthode un peu plus robuste, inspirée de certaines contributions récentes de la recherche "historico-matérialiste", peut s'avérer utile. Cette méthode ne néglige pas les déterminants religieux, culturels ou idéels des conflits, mais les subordonne à un mécanisme historique plus général et plus puissant, qui place au centre de l'enquête les facteurs matériels et les intérêts économiques qui alimentent les vents de la guerre. En substance, l'argent sert à déchiffrer le mouvement des comportements humains malheureux.

Récemment, cette méthodologie a été appliquée au conflit en Ukraine, dans l'un de nos livres [1], puis dans un appel intitulé "Les conditions économiques de la paix" que nous avons publié dans le Financial Times et Le Monde, ainsi que dans ces mêmes pages [2].

Ces contributions ont été largement saluées par les membres de l'Accademia dei Lincei et d'autres, mais aussi critiquées par certains détracteurs. Parmi eux, certains affirment que notre méthode de recherche n'est pas utile pour expliquer les conflits "non économiques", tels que le conflit israélo-palestinien. En effet, il ne devrait pas être difficile d'identifier un élément "économique" dans un conflit entre deux peuples caractérisés par des taux de croissance démographique élevés et destinés à se disputer une part dérisoire du monde. Mais il ne s'agit pas seulement d'une question de pressions démographiques. Comme je l'ai soutenu à l'Institut Gramsci avant même la nouvelle explosion de violence, le conflit israélo-palestinien non résolu, dont le point de friction maximal se situe à Gaza, est un facteur majeur des énormes contradictions, de nature économique, qui alimentent les tensions militaires mondiales. Voyons pourquoi.

Quel est le rapport entre la crise hégémonique de l'économie américaine et Gaza ?

Le point de départ de notre interprétation est le fait, reconnu par les diplomaties occidentales elles-mêmes, d'une crise hégémonique de l'économie américaine. Le capitalisme américain conserve le leadership mondial en matière de technologie et de productivité. Cependant, de l'ère fastueuse du libre-échange mondial, les États-Unis héritent d'un fardeau important de problèmes, de compétitivité et de déséquilibres connexes. Bien que caractérisée par une croissance plus faible que celle de la Chine et d'autres grands pays émergents, l'économie américaine présente un excès permanent d'importations par rapport aux exportations et, par conséquent, un lourd déficit net vis-à-vis des pays étrangers, qui a atteint le chiffre record de 18.000 milliards de dollars.

carte_1-3gaz_png.jpg

Si le dollar reste prééminent dans l'ordre monétaire, ce déséquilibre est de plus en plus difficile à gérer. Il n'est pas sans rapport, entre autres, avec les difficultés actuelles de financement des campagnes militaires dans le monde. Si, à l'époque glorieuse du mondialisme, les États-Unis développaient presque de concert la dette et les milices à l'étranger, aujourd'hui, ce glorieux circuit "militaro-monétaire" traverse indubitablement une crise. Le géant américain se trouve donc au milieu d'une transition historique difficile, s'adaptant au nouveau scénario mondial moins facile.

Les raisons du virage protectionniste de Washington

Signe essentiel de cette transition historique américaine, un tournant colossal s'est opéré dans la politique économique internationale. Prenant acte des problèmes de compétitivité et de dette extérieure apparus durant la phase mondialiste, les États-Unis ont dû agir de manière dialectique, c'est-à-dire qu'ils ont abandonné l'ancienne ligne d'ouverture au libre-échange mondial et l'ont démolie, en inaugurant une stratégie de levée des barrières commerciales et financières protectionnistes, qu'ils appellent "friend shoring" (renforcement de l'amitié).

En pratique, avec des critères économiques sélectifs, très différents de ceux du passé, les Américains tentent de diviser le monde en deux listes : d'une part, les "amis" et les partenaires occidentaux avec lesquels il faut faire des affaires et, d'autre part, les "ennemis" dont il faut se tenir à l'écart. Parmi les "ennemis", les patrons du pouvoir américain comptent les pays exportateurs qui ont accumulé des crédits envers les Etats-Unis et qui pourraient à tout moment utiliser leurs actifs pour acquérir des entreprises américaines : la Chine en premier lieu, mais aussi plusieurs autres détenteurs de la dette américaine situés à l'Est et même, dans une faible mesure, la Russie. En bref, Washington doit éviter le risque d'une "centralisation du capital" entre les mains de l'Est. Le virage protectionniste des États-Unis sert en fin de compte cet objectif.

Le tournant de la guerre en Ukraine et la question énergétique

On comprend aisément que la Chine, la Russie et les autres créanciers de l'Est n'apprécient pas ce changement de cartes sur la table. Leur thèse est que les Etats-Unis ne sont plus en mesure de modifier l'ordre économique mondial à leur guise en fonction des convenances de la phase historique. Ce n'est pas un hasard si plusieurs ténors de la diplomatie internationale ont vu dans la guerre en Ukraine une étape importante, permettant également de vérifier la stabilité du nouvel ordre protectionniste décidé unilatéralement par les Américains.

Mais ce virage protectionniste présente également une difficulté intrinsèque. Le problème est que, dans le plan américain de division de la planète en blocs économiques, la question de l'énergie est encore plus épineuse qu'à l'époque de la mondialisation. En effet, le bloc occidental dirigé par les États-Unis est en grande partie une économie qui importe de l'énergie et des matières premières pour ensuite les transformer.

Certes, grâce aux nouvelles technologies d'extraction, les Américains ont amélioré leur balance commerciale énergétique. Il est également vrai que la "transition écologique" réduit lentement la dépendance de l'Occident à l'égard des grands exportateurs de combustibles fossiles. Mais globalement, le bloc dit "ami" aura encore longtemps besoin d'énergie et de matières premières en provenance de l'étranger.

F5H6JKyXoAELPPf.jpg

Trump, Biden, les accords d'Abraham et l'impact sur Gaza

Et c'est là que nous en arrivons aux tensions actuelles au Moyen-Orient. Le virage protectionniste des États-Unis est à l'origine des tristement célèbres "accords d'Abraham" de 2020 et des traités connexes. Signés par Trump mais aussi poussés par Biden, ces accords visent à "normaliser" les relations d'Israël avec les principaux producteurs d'énergie arabes et, plus généralement, avec les pays à majorité musulmane riches en ressources naturelles. L'objectif est clair : faciliter le repositionnement de ces pays dans le bloc économique occidental énergivore. Il s'agit là d'une pièce décisive pour compléter la grande mosaïque du "friend propping" américain.

La diplomatie internationale a cependant toujours admis que cette pièce présentait plusieurs faiblesses. La première est que les accords abrahamiques avec Bahreïn et les Émirats arabes unis, et à l'avenir avec l'Arabie saoudite, ainsi que les traités annexes avec le Maroc, le Soudan et d'autres pays, laissent la question de la Palestine et de la bande de Gaza complètement en suspens. À tel point que la diplomatie américaine a dû se livrer à un exercice rhétorique audacieux, affirmant que le processus de "normalisation des relations avec Israël ne représente pas un substitut à la paix entre Israéliens et Palestiniens". Un argument embarrassant par sa vacuité.

La question palestinienne sape le projet américain

Au fond, dans les négociations pour la "normalisation" des relations entre Israël et les producteurs d'énergie arabes, ceux qui ont agi pour que la question palestinienne ne soit pas résolue ont eu un impact plus ou moins conscient et beaucoup plus profond, ébranlant même le projet américain de division de l'économie mondiale en blocs. Ce n'est qu'en tenant compte de ce point de fragilité systémique de "l'accompagnement des amis" qu'il est possible de comprendre le sens et les implications globales de l'agression du Hamas sur le territoire israélien, du déclenchement de la réaction militaire de Tel-Aviv et des conséquences menaçantes non seulement à Gaza, mais dans l'ensemble du Moyen-Orient.

Gaza, la Chine et l'idée qu'il n'est pas viable de soutenir des amis

La position adoptée par le principal homologue sur la scène mondiale est révélatrice à cet égard. Le gouvernement chinois a fait valoir que la reprise des affrontements entre Israël et Gaza constituait une indication claire de l'instabilité non seulement des accords d'Abraham, mais aussi de l'IMEEC, le corridor Inde-Moyen-Orient-Europe que les Américains parrainent en tant que route commerciale opposée à la nouvelle route de la soie de la Chine.

Bref, pour Pékin, les tentatives américaines de diviser le monde en deux sont précaires. Le retour de la question palestinienne sur le devant de la scène est une preuve supplémentaire que le projet protectionniste américain de "soutien aux amis" n'est pas viable.

Les conditions ne sont pas encore réunies pour vérifier si la thèse chinoise de l'insoutenabilité du "crony propping" est destinée à être confirmée. Toutefois, un fait émerge des faits : le virage américain vers cette forme de protectionnisme unilatéral est actuellement le principal facteur de déclenchement d'un comportement humain malheureux vers la guerre. C'est la principale cause matérielle de la détérioration du monde.

La paix, le capitalisme éclairé et le rôle de l'Europe

L'appel à des "conditions économiques pour la paix" indique un moyen d'apaiser les tensions militaires internationales. La condition préalable est que les Américains abandonnent leur stratégie de division de l'économie mondiale en blocs "amis" et "ennemis". Quant aux Chinois, ils devraient accepter un plan visant à réguler, politiquement et non en fonction du marché, l'énorme crédit qu'ils ont accumulé envers les États-Unis.

Pour qu'une solution de "capitalisme éclairé" ait une chance de succès, l'Europe pourrait jouer un rôle important. Après tout, la même position extérieure active offre à l'UE des opportunités politiques que les Américains n'ont pas. Mais l'idée de l'Europe comme "agent de paix", évoquée par Romano Prodi lors d'un débat avec moi il y a quelques années, semble dépassée par la réalité des institutions européennes subordonnées au protectionnisme agressif des États-Unis [3]. [La leçon à tirer des affrontements qui se déroulent dans la bande de Gaza, mais aussi en Cisjordanie et à la frontière israélo-libanaise, devrait pourtant être claire. En l'absence de "conditions économiques pour la paix", les contradictions capitalistes internationales nous poussent dans les ténèbres de la guerre totale.

*économiste à l'université de Sannio, promoteur de l'appel international "Conditions économiques pour la paix" publié dans le Financial Times, Le Monde et Econopoly.

NOTES

[1] Brancaccio, E., Giammetti, R., Lucarelli, S. (2022). La guerre capitaliste. Compétition, centralisation, nouveau conflit impérialiste. Mimesis, Milan.

[2] Brancaccio, E., Skidelsky, R., et al. (2023). The economic conditions for peace : the economic conditions that make wars more likely, Financial Times, 17 février (traduit. Les conditions économiques de la paix, Le Monde, 12 mars).

[3] Brancaccio, E., Prodi, R. (2017). Horizons européens. Dialogue entre Romano Prodi et Emiliano Brancaccio sur l'histoire et l'avenir de l'UE. Micromega, n. 5 (réimprimé dans : Brancaccio, E., Ce ne sera pas un déjeuner de gala, Meltemi, Milan, 2020).

lundi, 02 octobre 2023

Les terroristes d'État norvégiens doivent rendre des comptes

bildschirmfoto-2023-03-09-um-053037-635x442.png

Les terroristes d'État norvégiens doivent rendre des comptes

Par Olav Boye

Source: https://steigan.no/2023/09/de-norske-statsterroristene-ma...

Un an s'est écoulé depuis l'attaque terroriste contre Nord-Stream 1 et 2. Officiellement, l'affaire n'a pas été classée et personne n'a été condamné pour la plus grande attaque commise en Europe et contre l'Europe ces derniers temps. L'expérience montre que les criminels de guerre et les terroristes de l'axe du mal, États-Unis-OTAN-UE, ne sont jamais punis pour leurs actes criminels. Nos "alliés" sont à l'origine du massacre de quatre millions et demi d'innocents en Serbie-Yougoslavie, en Libye, en Afghanistan, en Irak, en Syrie, au Yémen, en Afrique et maintenant aussi contre les Russes en Ukraine. La Norvège est pleinement impliquée, en tant qu'humble serviteur de l'impérialisme américano-européen.

L'émetteur de l'OTAN à Marienlyst nous sert depuis longtemps des mensonges en matière de politique étrangère. Le sommet de l'information mensongère de la chaîne d'État a été atteint par le "reporter" Morten Jentoft, qui a balbutié une "fake news" et nous a informés de manière incertaine que c'était une bande d'Ukrainiens qui était derrière l'acte terroriste contre les gazoducs Nord-Stream. L'autre possibilité, qu'il évoque, est que les Russes ont eux-mêmes détruit les gazoducs. Ces deux propositions sont de piètres tentatives de blanchir les vrais terroristes - les États-Unis et la Norvège.

C'est le site steigan.no qui, une fois de plus, nous donne des informations que d'autres médias tentent de cacher ou qui sont des mensonges, souvent basés sur la propagande de l'OTAN. À la télévision, nous rencontrons des menteurs professionnels, avec ou sans uniforme, ou des professeurs financés par l'État qui lisent consciencieusement les messages qui leur sont assignés par les impérialistes de l'OTAN ou les atlantistes de Norvège, qui dominent l'élite politique de notre pays. 

1676714_1.jpg

Nous savons avec une grande certitude que le président américain Joe Biden et ses faucons de guerre ont déclaré qu'ils empêcheraient Nord Stream de fournir du gaz bon marché à l'Allemagne et à l'Europe. Joe Biden s'est vanté qu'il mènerait cette action terroriste pour mettre fin à la dépendance de l'Allemagne à l'égard de la Russie. Le journaliste vedette américain Seymour Hersh a démontré de manière approfondie que les États-Unis sont les principaux responsables, avec l'aide de la CIA, de l'organisation américaine de renseignement criminel et des experts sous-marins de la marine norvégienne. Dans les archives de steigan.no, vous trouverez un certain nombre d'articles documentant ce qui s'est passé.

Il est de la plus haute importance que notre pays, la Norvège, et notre système juridique s'attaquent à nos propres terroristes d'État - au sein du gouvernement, du parlement, du commandement militaire, de la marine norvégienne, et de tous ceux qui sont complices de ce méfait flagrant. Nous devons également nous pencher sur les médias norvégiens, qui ont systématiquement dissimulé ce grave acte de terrorisme et ses auteurs. Nous devons nous demander si les médias norvégiens doivent recevoir un soutien de l'État pour leur désinformation, qui fausse le débat politique et crée une nation de citoyens réactionnaires qui réclament davantage de guerre contre les ennemis construits par l'OTAN.  

La police norvégienne a reçu des dizaines de millions supplémentaires pour son travail de lutte contre la criminalité. La population doit exiger que cet argent soit également utilisé pour démasquer les auteurs des actes de terrorisme d'État perpétrés par notre propre pays. Les responsables doivent être traduits devant un tribunal norvégien; il n'y a aucune raison de faire confiance au soi-disant Tribunal international qui statue sur les crimes de guerre à La Haye. Ils ne s'intéressent qu'aux personnes à la peau foncée et aux socialistes. Laissez le système judiciaire américain s'occuper de ses terroristes d'État.

La Norvège aime se considérer comme une bonne société qui croit à la solidarité internationale, à la justice et à la paix. Cette réputation a été détruite à bien des égards par notre participation aux nombreuses guerres impérialistes menées par les États-Unis, l'OTAN et l'UE. L'action terroriste contre le Nord-Stream et nos soi-disant alliés en Europe, et surtout nos actes de guerre suprêmes avec l'OTAN contre des pays et des personnes innocentes, doivent avoir des conséquences sur une nouvelle politique étrangère. Une politique sans l'OTAN, sans les États-Unis et sans l'UE. Notre pays peut prendre l'initiative d'une organisation de sécurité paneuropéenne, comme l'a proposé le président Poutine. Ce serait la meilleure façon de sortir de la guerre insensée en Ukraine.

Les Norvégiens responsables du terrorisme d'État sont toujours en liberté, ils roulent dans des voitures noires du ministère et ils continuent à jouer leur rôle de partisans aveugles des États-Unis et de l'UE. Ils distribuent des milliards d'argent des contribuables norvégiens et des armes au régime corrompu d'Ukraine, tout en ignorant les tâches importantes à accomplir et que réclame la société norvégienne. Ces jours-ci, ils se posent des questions sur les raisons pour lesquelles les gens n'ont pas voté. Le peuple norvégien n'a pas de partis et de représentants élus dignes de ce nom pour lesquels voter. Cela montre que le gouvernement populaire disparaît progressivement au profit du contrôle par le marché et l'impérialisme.

Il se peut que la documentation de Seymour Hersh ne soit pas correcte, que les États-Unis et la Norvège ne soient pas responsables des actes terroristes contre Nord Stream. Tout porte cependant à croire qu'il a raison. Seule une enquête approfondie peut nous donner la réponse. Peut-on faire confiance à la justice norvégienne?  Un an après le délit, la plupart des activités sportives ont été complètement éliminées. Cela ne doit pas empêcher le système judiciaire norvégien de se saisir de l'affaire et de traduire en justice nos propres dirigeants politiques, nos terroristes d'État, afin qu'ils soient punis. La Norvège montre au monde entier qu'elle prend position contre ses dirigeants politiques et criminels. Cela montrera que la Norvège est un État de droit qui pourrait ouvrir la voie à une communauté mondiale plus pacifique et plus juste.

Les dirigeants politiques norvégiens ne doivent pas être autorisés à s'en tirer à bon compte ; il doit s'agir d'une demande populaire solide : les terroristes d'État norvégiens doivent répondre de leurs actes et être condamnés.

Rapport de police contre Støre pour le rôle de la Norvège dans l'explosion des pipelines Nord Stream : https://steigan.no/2023/02/politianmeldelse-mot-store-for...

lundi, 19 juin 2023

Attentat contre le Nord Stream: les traces polonaises commencent à émerger

phpaM2nn7.jpg

Attentat contre le Nord Stream: les traces polonaises commencent à émerger

par Fabrizio Poggi

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/25738-fabr...

Les enquêteurs allemands auraient établi que le navire "Andromeda", qui avait transporté les explosifs HMX (ottogène) dans la zone de l'attentat contre les tracés des gazoducs Nord Stream 1 et 2, avait traversé les eaux territoriales polonaises avant ce moment. Et la Pologne, comme elle l'a proclamé à plusieurs reprises avant même septembre 2022, visait depuis longtemps à devenir une plaque tournante européenne pour le gaz américain, pour lequel le gaz russe acheminé vers l'Allemagne et l'Europe de l'Ouest via le gazoduc Nord Stream n'est qu'un dangereux concurrent.

Cependant, les services allemands estiment, comme le note Andrej Rezcikov dans le journal russe Vzgljad, que Varsovie n'était pas en mesure de mener à bien l'opération seule, même si la capitale polonaise était certainement au courant des plans; techniquement, seuls deux pays disposent des capacités techniques nécessaires. Le Wall Street Journal affirme que la Pologne a servi de "centre logistique" et de centre de financement de l'action.

im-741710.jpg

L'analyse des données provenant des équipements de radio et de navigation du yacht, ainsi que des données satellitaires et de téléphonie mobile, aurait permis aux analystes allemands de reconstituer en détail les mouvements d'"Andromeda" au cours des deux semaines précédant le jour du sabotage du Nord Stream 1 et 2 sur le fond de la mer Baltique.

Le navire, propriété d'une société allemande, avait été affrété par l'agence de voyage "Feeria Lwowa" (de Lvov/Lviv, qui reste la ville ukrainienne la plus polonaise de toutes), enregistrée au nom de deux citoyens ukrainiens qui, selon les enquêteurs, étaient liés aux services de renseignement ukrainiens. Officiellement, l'Allemagne ne dispose d'aucune donnée concrète sur l'implication de Varsovie dans le sabotage et le bureau du procureur général allemand s'est refusé à tout commentaire.

Pour leur part, la Suède et le Danemark, dans les "zones économiques" où les explosions ont eu lieu (près de l'île danoise de Bornholm), n'ont jusqu'à présent pas défini les responsabilités. Stockholm, qui a clôturé son enquête en octobre dernier, s'est contenté de parler de "soupçons croissants de sabotage grave", sans indiquer de responsabilité. Alors que la Suède et le Danemark avaient initialement convenu avec Berlin d'une enquête commune, ils ont par la suite mis cette idée au placard.

Après une série de dépêches, lancées par les médias américains au printemps dernier, basées sur des rapports américains, qui parlaient de l'implication de "groupes pro-ukrainiens", mais que Moscou qualifiait de "dépêches coordonnées de désinformation", le journal belge De Tijd a révélé ces derniers jours que la CIA, peu de temps après les explosions, avait informé les services belges de fortes suspicions concernant les Ukrainiens.

En tout état de cause, la Pologne a eu tout à gagner à ce que le gazoduc Nord Stream cesse d'exister, estime Vadim Trukhacev, maître de conférences à l'Université humanitaire d'État de Russie. Les gouvernements polonais, actuels et anciens, l'ont combattu et sont allés jusqu'à le qualifier de "second pacte Molotov-Ribbentrop". Varsovie, dit Trukhacev, comme Berlin, Stockholm et Copenhague, ne pouvait pas ne pas être au courant des préparatifs de sabotage; le fait est que la Pologne est un pays "préparé à tout" et, contrairement à l'Allemagne et à la Suède, "a accepté de mettre son territoire à la disposition des Américains et des Britanniques, qui ont mené l'opération". "Et quelque chose s'est également préparé sur le territoire danois".

Major_russian_gas_pipelines_to_europe.png

Convaincu à la fois de la main des Yankees dans l'affaire et des bénéfices du sabotage pour Varsovie, le directeur de l'Institut d'études ukraino-occidentales, Oleg Khavic, l'est aussi: seul Seymour Hersh, qui avait publié en février dernier les résultats de ses propres investigations et noté la coïncidence de la période du sabotage avec les exercices de l'OTAN "Baltops-2022", a fourni une version cohérente de l'attaque, affirme Khavic. Il estime que la Norvège et la Pologne ont été associées à de probables centres logistiques américains pour parfaire le sabotage. Tout ce qui a été "publié dans la presse occidentale depuis la version de Hersh", affirme M. Khavic, n'est rien d'autre qu'une "tentative de dissimuler ou de détourner l'attention de l'administration américaine et du président Joe Biden en personne, des organisateurs et des auteurs de l'acte terroriste".

Selon M. Trukhacev, ni la Pologne ni l'Ukraine n'auraient été techniquement capables de saboter l'oléoduc. Il y a cependant eu une "tentative de tout mettre sur le dos de l'Ukraine, pour qui, dit-on, c'était particulièrement avantageux". "Je doute de la participation norvégienne", déclare Trukhacev; Oslo ne possède pas "suffisamment de gaz pour que le Nord Stream soit un concurrent dangereux". "Toutefois, les Britanniques et les Américains auraient également pu utiliser des plongeurs norvégiens".

Khavic n'exclut pas non plus la possibilité que l'Ukraine soit finalement reconnue coupable, mais seulement après sa défaite militaire et la réalisation des objectifs déclarés de Moscou pour justifier l'opération spéciale: "Si l'Occident, en cas de défaite militaire, décide d'abandonner l'Ukraine, il proclamera alors qu'il ne savait pas qu'il s'agissait de "si mauvaises gens". Si la Russie, en revanche, se contente d'un résultat plus modeste, le sabotage sera sans aucun doute attribué à Moscou".

Quoi qu'il en soit, si l'on regarde l'Italie, il est désormais évident, même pour les personnes les mieux informées, que les bénéficiaires du sabotage sont ceux qui, au contraire, doivent payer généreusement de leur poche le gaz "libre et démocratique" des Yankees.

 

jeudi, 15 juin 2023

Confusion autour des explosions de Nord Stream: était-ce les Ukrainiens?

Map-of-Nord-Stream-1-Nord-Stream-2-sabotage-attacks.png

Confusion autour des explosions de Nord Stream: était-ce les Ukrainiens?

Source: https://zuerst.de/2023/06/15/zuerst-hintergrund-verwirrspiel-um-die-nord-stream-sprengungen-waren-es-die-ukrainer/

Washington/Berlin/Kiev. Le mystère entourant le sabotage du gazoduc Nord Stream en septembre 2022 commence à se dissiper. Le Washington Post a rapporté que la CIA avait été informée plusieurs semaines à l'avance par les services secrets militaires néerlandais (MIVD) que l'Ukraine préparait un attentat contre les pipelines. Les services américains auraient alors mis en garde les Ukrainiens contre la mise en œuvre de ces plans.

Selon le Neue Zürcher Zeitung, cette version est également corroborée par des documents récemment mis au jour et issus des "Pentagon Leaks". Selon ces documents, un service de renseignement européen non identifié aurait eu connaissance, par une source de l'état-major ukrainien, d'un plan ukrainien visant à faire sauter le gazoduc Nord Stream 1, et ce, trois mois avant les explosions. La CIA aurait alors été informée - celle-ci aurait à son tour partagé ses connaissances avec le gouvernement fédéral allemand.

Ce qui est particulièrement piquant, c'est que ce dernier n'a jusqu'à présent rien communiqué au public, bien que des députés du Bundestag aient demandé à plusieurs reprises, au cours des mois qui ont suivi l'attaque, s'ils avaient de nouvelles informations. Le gouvernement fédéral garde un silence de fer, invoquant le "bien de l'État".

La chaîne néerlandaise NOS veut en savoir plus. On y a récemment rapporté, en citant les services secrets néerlandais, que le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, le général Zaluchny, avait été chargé de diriger l'opération. Une petite équipe de plongeurs et un voilier auraient également été impliqués. La version du voilier, qui aurait été loué par une équipe ukrainienne ou pro-ukrainienne auprès d'un loueur de bateaux polonais, circule depuis des mois. Le "New York" l'a lancée pour la première fois en mars, et les médias allemands ont ajouté des détails.

L'Ukraine, quant à elle, se distancie catégoriquement de toute implication dans les explosions de l'oléoduc. Le conseiller présidentiel ukrainien Podolyak a déclaré à l'époque à propos de la version avec le voilier: "L'Ukraine n'a rien à voir avec la situation autour de Nord Stream". Selon lui, les services secrets ukrainiens sont exclusivement occupés par la guerre contre la Russie. "D'éventuelles opérations au fond de la mer Baltique ne sont pas de nature à influencer de manière significative la situation opérationnelle de la guerre". Podolyak avait alors déclaré que l'Ukraine n'avait rien à voir avec les attaques contre les pipelines et qu'elle ne disposait pas non plus "d'informations sur de prétendus 'groupes de sabotage pro-ukrainiens'".

En dépit des informations actuelles, la version du journaliste d'investigation américain Seymour Hersh, qui a accusé en février les Etats-Unis d'être à l'origine du sabotage sur la base de ses propres recherches, reste d'actualité. Les observateurs ne veulent donc pas exclure que la prétendue piste ukrainienne ne soit qu'une manœuvre de diversion visant à mettre le gouvernement américain hors de la ligne de mire.

Dernièrement, le NZZ a également repris la version ukrainienne et a rapporté, en se référant à un ancien cadre supérieur des services de renseignement allemands à l'étranger (BND), que les services de sécurité allemands enquêtent désormais "presque exclusivement" en direction de l'Ukraine. Dans le même temps, selon le journal, les services allemands, y compris des politiciens de premier plan, s'obstinent de manière étonnante à croire que la Russie est derrière les attentats.

La NZZ soulève dans ce contexte une autre question explosive : "Que l'Ukraine ait ou non mené l'attaque reste (...) douteux. Mais une chose est presque certaine : le gouvernement allemand était au courant d'un plan visant à faire exploser les pipelines trois mois avant l'acte. Pourquoi n'a-t-il pas agi ?"

Swistek_Goeran_presse.jpg

Des spécialistes se posent désormais la question, comme l'ancien capitaine de frégate Göran Swistek (photo), aujourd'hui expert en sécurité maritime à la Fondation Science et Politique. "Après que les rapports des services de renseignement ont été connus, le gouvernement aurait pu montrer une présence plus forte aux abords du site avec déploiement de navires de guerre, mais aussi de navires de la police fédérale", explique Swistek. "En outre, le gouvernement allemand aurait pu exercer une influence politique sur l'Ukraine".

L'ancien employé du BND Gerhard Conrad atteste lui aussi que le gouvernement fédéral a pour le moins fait preuve d'inaction - après avoir informé l'organe de contrôle parlementaire conformément à son devoir, il a probablement espéré le meilleur et compté sur le fait que les plans ukrainiens resteraient des plans.

En fin de compte, même après les dernières informations, le public est aussi intelligent qu'avant. Jusqu'à présent, la conjecture ukrainienne n'est rien de plus qu'une théorie (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

jeudi, 23 février 2023

Nebenzia : L'Occident cherche à étouffer de toutes ses forces l'enquête sur le sabotage de Nord Stream

1279273.jpg

Vasily Nebenzia : L'Occident cherche à étouffer de toutes ses forces l'enquête sur le sabotage de Nord Stream

Source: https://katehon.com/ru/news/nebenzya-zapad-stremitsya-vse...

Mercredi, 22 Février 2023

Le représentant permanent de la Russie estime que le travail des pays occidentaux pour enquêter sur les circonstances du sabotage du gazoduc est biaisé.

Le premier jour des consultations sur un projet de résolution russe visant à créer une commission spéciale chargée d'enquêter sur les circonstances du sabotage des gazoducs Nord Stream, a donné l'impression que les pays occidentaux n'ont pas l'intention de participer à un processus objectif. Le représentant permanent russe Vasily Nebenzia a exprimé cette opinion lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.

Nebenzia a déclaré : "Nos experts discutent ces jours-ci du texte que nous avons proposé, mais après le premier tour, nous avons l'impression que les experts occidentaux ne sont pas intéressés par une enquête internationale objective, ce qui, bien sûr, ne fait que renforcer nos soupçons", a-t-il déclaré.

Le diplomate a souligné que l'enquête actuelle, à laquelle participent le Danemark, la Suède et l'Allemagne, vise à dissimuler toutes traces et à protéger les États-Unis. Dans le même temps, la Russie n'est tout simplement pas autorisée à participer à l'enquête.

Compte tenu de toutes les circonstances, la Russie ne se fait aucune illusion sur le motif, les auteurs et la méthode de sabotage des gazoducs, a résumé M. Nebenzia.

lundi, 20 février 2023

La Chine demande à l'Allemagne d'empêcher une répétition de l'incident du Nord Stream

2efdaf62-701b-41c8-b11f-800439ac0f29.jpg

La Chine demande à l'Allemagne d'empêcher une répétition de l'incident du Nord Stream

Source: https://katehon.com/ru/news/kitay-prizval-frg-ne-dopustit-povtoreniya-incidentov-s-severnymi-potokami

Dimanche, 19 Février 2023

Wang Yi, chef du bureau de la Commission des affaires étrangères du Comité central du Parti communiste chinois et membre du Politburo, lors d'une rencontre avec la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock à Munich, a mis en garde la partie allemande contre une répétition d'incidents comme les explosions des pipelines Nord Stream 1 et Nord Stream 2 en lien avec la crise ukrainienne prolongée.

L'agence de presse Xinhua a rapporté samedi: "Nous comprenons les préoccupations de l'Allemagne concernant la crise en Ukraine. Plus la situation de crise s'éternise, plus l'Europe subira des dommages. Il pourrait soudainement y avoir une répétition d'incidents similaires aux explosions de Nord Stream", a déclaré l'agence citant le superviseur de la politique étrangère de la Chine.

Selon Wang Yi, les autorités chinoises, même dans les circonstances les plus difficiles, ont l'intention de faciliter une résolution pacifique de la crise ukrainienne.

"Sur la question de l'Ukraine, la Chine a toujours fait des efforts en faveur de la réconciliation et de la promotion de négociations pacifiques. Quelle que soit la difficulté de la situation, nous n'abandonnerons pas ces efforts", a déclaré Xinhua citant le diplomate chinois.

Comme l'a précisé Wang Yi, Pékin souhaite renforcer la coopération avec les pays européens, dont l'Allemagne, afin de réduire au plus vite l'escalade du conflit en Ukraine.

 

vendredi, 17 février 2023

Bizarre: personne ne veut savoir qui a fait sauter les pipelines de "Nord Stream"

sabotage-gazoducs.jpg

Bizarre: personne ne veut savoir qui a fait sauter les pipelines de "Nord Stream"

Source: https://www.unzensuriert.at/168722-komisch-keiner-will-wi...

Au Parlement autrichien, l'ÖVP (démocrates-chrétiens), le SPÖ (socialistes), les Verts et les Neos n'auraient pas pu dire plus clairement qu'ils n'étaient pas intéressés par l'enquête sur le dynamitage de "Nord Stream 2". Pourquoi en effet ?

Pourquoi Poutine devrait-il détruire sa source de revenus ?

Si l'éventuelle vérité est révélée, les partis pourraient en effet - comme dans le cas du C oro nav irus - se ridiculiser avec leurs récits précédents. Le récit selon lequel Vladimir Poutine et la Russie seraient à l'origine de l'attaque contre les principaux gazoducs de la mer du Nord s'est rapidement répandu. Mais beaucoup en doutaient, car pourquoi Poutine détruirait-il lui-même sa source de revenus ?

Un reporter légendaire a décrit une opération secrète

Depuis que le légendaire reporter américain Seymour Hersh a décrit en détail comment l'opération secrète de démolition avait été planifiée, comment elle s'était déroulée et que les Etats-Unis et la Norvège y auraient participé, le silence s'est à nouveau fait autour du mystérieux attentat à l'explosif de septembre 2022. Unzensuriert a rapporté l'information.

Pas de dépendance énergétique vis-à-vis des États-Unis

La FPÖ continue toutefois d'exiger des éclaircissements, raison pour laquelle ses élus ont déposé une motion à ce sujet au sein de la sous-commission européenne du Conseil national. Le texte exact :

"Le gouvernement fédéral autrichien est invité à s'engager fermement au niveau européen en faveur d'une enquête rapide, indépendante et efficace sur les attaques contre les gazoducs "Nord Stream". Le gouvernement fédéral autrichien est également invité à s'engager à ce que l'Europe ne devienne pas dépendante des États-Unis d'Amérique pour son approvisionnement en énergie après la destruction du gazoduc Nord Stream".

L'ÖVP, le SPÖ, les Verts et les Neos contre l'enquête

Une demande qui ne peut être que soutenue par tous les partis, quelle que soit leur sensibilité. C'est ce que l'on croit. Car l'ÖVP, le SPÖ, les Verts et les Neos ont dit non - ils ne veulent apparemment pas d'éclaircissements et préfèrent répéter ce que l'Union européenne et les États-Unis leur dictent.

Les États-Unis profitent de l'attentat

Le fait est que, d'un point de vue géopolitique, les États-Unis d'Amérique sont les plus grands bénéficiaires de l'attaque contre les gazoducs "Nord Stream", car les États européens doivent désormais acheter du GNL coûteux et polluant aux États-Unis au lieu de pouvoir disposer de gaz naturel bon marché en provenance de Russie.

Le texte original de la proposition de la FPÖ : voir URL ci-dessus.

 

vendredi, 10 février 2023

Chrupalla demande des explications - L'explosion de Nord Stream : Les questions brûlantes de l'AfD

afd-chrupalla-113~_v-grossgalerie16x9.jpg

Chrupalla demande des explications

L'explosion de Nord Stream: les questions brûlantes de l'AfD

Source: https://jungefreiheit.de/politik/deutschland/2023/nord-st...

Suite au rapport d'un journaliste vedette selon lequel les États-Unis et la Norvège auraient fait sauter les pipelines, l'AfD demande des commissions d'enquête. Elle exprime des soupçons inouïs.

BERLIN - Le président du groupe parlementaire AfD au Bundestag, Tino Chrupalla, a demandé la mise en place de commissions d'enquête dans le cadre de l'attentat contre les gazoducs Nord Stream. Selon lui, tant le Bundestag que le Parlement européen doivent examiner si les Etats-Unis et la Norvège ont fait exploser les pipelines. C'est la nouvelle qu'avait diffusée le célèbre journaliste d'investigation américain Seymour Hersh dans un rapport dont la JUNGE FREIHEIT a rendu compte en détail ici : https://jungefreiheit.de/politik/2023/usa-sprengung-nord-stream/ .

Chrupalla a maintenant déclaré : "Les soupçons du lauréat du prix Pulitzer doivent absolument être examinés". Des "commissions d'enquête" doivent maintenant répondre à toutes les questions en suspens. Le Bundestag a "le droit de savoir de quelles connaissances dispose le gouvernement fédéral". Le chef de l'AfD a posé une question inouïe : "Des représentants du gouvernement étaient-ils peut-être au courant de la planification de l'attentat?"

Ce que Hersh écrit sur Scholz, Biden et Nord Stream

Hersh avait écrit: "Après avoir vacillé, Olaf Scholz était désormais fermement installé dans l'équipe américaine". Il faisait référence à une rencontre entre le chancelier et le président américain Joe Biden le 7 février dernier. Lors de la conférence de presse commune, le chef d'État américain avait déclaré à propos de la guerre alors imminente contre l'Ukraine: "Si la Russie envahit l'Ukraine, il n'y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin".

Le président du groupe parlementaire de l'AfD demande maintenant: "La puissance dirigeante de l'OTAN a-t-elle commis une attaque dans les eaux européennes contre des infrastructures critiques vitales de notre pays?". Si tel était le cas, il faudrait se demander si l'Alliance garantit la sécurité en Europe ou si elle ne la met pas plutôt en danger. Le retrait de toutes les troupes américaines en serait la conséquence".

Selon Chrupalla, le Parlement européen devrait rassembler toutes les connaissances des autorités nationales: "Les États européens ne doivent pas se laisser faire par de telles ingérences violentes. Ils doivent encore moins y participer" (fh).

Les États-Unis ont saboté les gazoducs Nord Stream: pas vraiment une surprise

Nordstream-sabotage-US-Seymour-Hersh.jpg

Les États-Unis ont saboté les gazoducs Nord Stream: pas vraiment une surprise

Par Alexander Schwarz

Source: https://ansage.org/usa-sabotierten-nord-stream-keine-wirk...

Depuis que le légendaire journaliste américain Seymour Hersh, aujourd'hui âgé de 85 ans, a expliqué de manière plausible dans un dossier retentissant que le gouvernement américain était à l'origine du dynamitage des gazoducs Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique en septembre dernier, confirmant ainsi le scénario le plus probable de cet acte de sabotage pour les analystes et les observateurs critiques, les médias sociaux sont en ébullition. Selon Hersh, la décision aurait été prise dès la fin 2021, avant l'invasion de l'Ukraine. En juin 2022, des plongeurs de la marine américaine auraient placé des explosifs sur les pipelines dans le cadre de l'exercice de l'OTAN "Baltops 2022", qui auraient ensuite été déclenchés à distance en septembre. L'opération a été ordonnée par le président Joe Biden et menée sous la direction de l'agence de renseignement extérieur CIA, selon Hersh. Des plongeurs de la Marine - et non des membres des forces spéciales - ont été spécialement utilisés pour cette opération, car les opérations secrètes des forces spéciales ne relèvent pas du seul commandement militaire, mais doivent être signalées au Congrès et communiquées à l'avance à ses dirigeants.

nULAND-FB.jpg

L'annonce faite en janvier 2022 par la sous-secrétaire d'État Victoria Nuland, qui avait menacé de manière éloquente de désactiver le gazoduc (elle avait dit textuellement: "Je veux vous dire très clairement aujourd'hui que si la Russie envahit l'Ukraine, Nord Stream 2 sera bloqué d'une manière ou d'une autre"), aurait été utilisée par la CIA pour faire passer l'opération de sabotage du niveau le plus élevé à celui d'une opération régulière de haute sécurité, évitant ainsi tout contrôle parlementaire. Le pouvoir de décision revenait donc uniquement à Biden.

Des démentis attendus

Sans surprise, le rapport de Hersh, qui s'appuie sur une source interne non identifiée, a été vigoureusement démenti à Washington. La Maison Blanche a fait savoir par l'intermédiaire de la porte-parole du Conseil de sécurité nationale que "c'est totalement faux et une invention totale". La CIA a réagi presque dans les mêmes termes: "Cette affirmation est complètement et totalement fausse". La ministre norvégienne des Affaires étrangères a également déclaré que le rapport était "faux". Cela n'invalide cependant pas la plausibilité de la démonstration de Hersh. De toute façon, l'affaire ne pourra pas être balayée d'un revers de main: Hersh, lauréat du prix Pulitzer, n'est pas n'importe qui, il est considéré comme l'un des reporters les plus célèbres des Etats-Unis. Il a notamment révélé le massacre perpétré par les troupes américaines dans le village vietnamien de My Lai en 1969 et la torture de prisonniers irakiens à la prison d'Abu Ghraib en 2004. Depuis que, tout en conservant son indépendance journalistique, il a révélé à plusieurs reprises des faits dérangeants qui embarrassaient la gauche qui le célébrait jusqu'alors, et qu'il s'est opposé à certains récits officiels - par exemple sur l'assassinat d'Oussama ben Laden ou les attaques au gaz toxique du régime Assad - il a été catalogué, comme c'est souvent le cas aujourd'hui, parmi les "théoriciens du complot".

Dans le cas présent de Nord Stream, Hersh ne spécule pas vraiment, il fournit au contraire un faisceau d'indices convaincants et présente une argumentation extrêmement cohérente et logique. La paternité des explosions du gazoduc par les États-Unis expliquerait également le silence frappant du gouvernement fédéral et de la plupart des médias sur cet acte monstrueux, qui a disparu des gros titres en un rien de temps, comme par magie, alors qu'il s'agissait en fait d'un acte de guerre et que Nord Stream 1 avait été pendant de longues années l'épine dorsale de l'approvisionnement en gaz de l'Allemagne et l'objet d'un débat politique parfois acharné. Malgré cela, le dynamitage a été et est toujours traité comme un détail par les officiels et les médias.

Pas un sujet pour les médias d'État allemands

Par conséquent, les révélations de Hersh n'ont même pas été mentionnées par le Tagesschau - bien que la chaîne ARD ait salué l'année dernière Hersh comme "une épine dans le pied des puissants", qui "montre à l'opinion publique mondiale le visage hideux des Etats-Unis". Hersh a également été acclamé avec frénésie par Die Zeit. Aujourd'hui, à l'ère de Biden et de la solidarité pro-ukrainienne servile de la gauche allemande et de ses médias de cour, l'extase a apparemment disparu. Indépendamment de l'exposé de Hersh, il est clair que si, comme il l'a affirmé à l'époque, il existait effectivement la moindre preuve de l'implication de la Russie dans l'explosion, le gouvernement allemand l'aurait dénoncée sans relâche. Comme cela n'a pas été le cas et que le sujet a été délibérément minimisé, il ne reste en fait que les États-Unis comme seul pays ayant la volonté, le pouvoir et l'intérêt de détruire les pipelines - d'autant plus qu'un Joe Biden présomptueux avait quasiment annoncé cette mesure devant la presse mondiale en présence du chancelier allemand Olaf Scholz en février 2022 - au grand désarroi de ceux qui avaient planifié l'action, comme le note Hersh. Il est donc impossible de rejeter son rapport et de le placer dans le domaine de la fable aussi grossièrement que l'on tente de le faire aujourd'hui...

 

vendredi, 18 novembre 2022

Les attaques terroristes contre Nord Stream. Nouvelles importantes du bureau du procureur suédois

720x410c50.jpg

Les attaques terroristes contre Nord Stream. Nouvelles importantes du bureau du procureur suédois

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-attentati_terroristici_nord_stream_importante_novit_dalla_procura_svedese/45289_47936/

Les actions terroristes perpétrées le 26 septembre contre les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2 sont le résultat d'un "sabotage" délibéré. C'est ce qu'a déclaré vendredi Mats Ljungqvist, le procureur chargé de l'enquête en Suède.

"Au cours de l'enquête sur le site de l'accident, qui a été menée en mer Baltique, des saisies importantes ont été effectuées et la zone a été soigneusement documentée. Les analyses effectuées aujourd'hui montrent des traces d'explosifs dans plusieurs des corps étrangers retrouvés", peut-on lire dans un communiqué du parquet remis à la presse.

Le communiqué indique que l'enquête "est très complexe et étendue", et que l'enquête en cours "doit montrer si quelqu'un peut être soupçonné du délit".

"La coopération avec les autorités en Suède et dans d'autres pays est excellente. Il est important de poursuivre les enquêtes préliminaires et les différentes collaborations en cours afin que nous puissions travailler dans la paix et la tranquillité", a déclaré M. Ljungqvist.

Commentant les actes terroristes, le président russe Poutine a déclaré que quelqu'un était derrière eux "qui était techniquement capable d'organiser les explosions et qui a déjà eu recours à ce type de sabotage, pris sur le fait, mais resté impuni". Le dirigeant russe a également indiqué que l'incident était bénéfique pour les États-Unis, qui peuvent désormais "fournir des ressources énergétiques à des prix plus élevés".

Les gouvernements du Danemark, de l'Allemagne et de la Suède ont refusé de coopérer entre eux et de divulguer les résultats de leurs enquêtes sur les explosions de pipelines et ont ignoré les demandes de la Russie d'être autorisée à participer à l'enquête. 

 

mardi, 15 novembre 2022

Nouveaux soupçons dans l'affaire Nord Stream : une société américaine découvre qu'il y avait des "navires sombres" non loin de la scène du crime

Andreas_Dr._Zeitler-285093.1166982.jpg

Nouveaux soupçons dans l'affaire Nord Stream : une société américaine découvre qu'il y avait des "navires sombres" non loin de la scène du crime

Source: https://zuerst.de/2022/11/15/neue-verdaechtige-im-fall-nord-stream-us-firma-entdeckt-dunkle-schiffe-unweit-des-tatorts/

San Francisco. Un nouveau développement dans l'affaire du dynamitage des gazoducs Nord Stream : le magazine informatique américain Wired rapporte maintenant dans son édition en ligne que la société américaine SpaceKnow a découvert, grâce à l'analyse de données satellites, deux "navires sombres" qui se trouvaient non loin des lieux des actes de sabotage du 26 septembre dans la mer Baltique, navires qui avaient désactivé leur système d'identification automatique par radar AIS.

Le directeur général de SpaceKnow, Jerry Javornicky, a déclaré à Wired qu'il était pour le moins suspect que les navires, qui mesuraient respectivement environ 130 et 95 mètres de long, aient manifestement cherché à dissimuler leurs itinéraires et leurs emplacements. Les données ont donc été transmises à l'OTAN, a-t-il ajouté.

Selon M. Javornicky, les deux navires se trouvaient à proximité des points de fuite quelques jours seulement avant que les gazoducs ne soient détruits par des explosions. Au total, d'après les données satellites, 25 navires s'y sont rendus, mais seulement deux d'entre eux avaient désactivé leur tracker AIS, rapporte Wired.

"Ils avaient désactivé leur AIS, ce qui signifie qu'il n'y avait aucune information sur leurs mouvements. Et ils essayaient de garder leurs informations de localisation et d'autres informations générales cachées au monde", a déclaré Javornicky, cité par le magazine informatique.

Le système d'identification automatique (AIS) assure l'identification des navires sur les mers du monde. Le système d'identification automatique transmet au système d'affichage et d'information cartographique (ECDIS) des données telles que l'identifiant unique, la vitesse, le cap, la position, l'indicatif radio, etc. Il a été adopté comme norme obligatoire par l'Organisation maritime internationale (OMI) en décembre 2000.

La découverte faite par SpaceKnow en analysant les images de plusieurs satellites devrait alimenter les spéculations sur la cause des explosions. Dernièrement, un fait remarquable a été rendu public : quelques minutes après les explosions, la Première ministre britannique Liz Truss, qui a depuis démissionné, a envoyé de son téléphone portable personnel un SMS au secrétaire d'État américain Blinken dans lequel elle écrivait : "It's done" - "c'est fait". Depuis, le Kremlin insiste sur le fait qu'il a des "preuves" d'une implication majeure des services britanniques dans les attentats. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

dimanche, 06 novembre 2022

Tout le monde sait qui a attaqué Nord Stream, mais ils préfèrent garder le silence

bord-scaled.jpg

Tout le monde sait qui a attaqué Nord Stream, mais ils préfèrent garder le silence

par Luciano Lago

Source : https://www.ideeazione.com/tutti-sanno-chi-ha-attaccato-il-nord-stream-ma-preferiscono-tacere/

Le président serbe assure que le monde entier sait qui est derrière le sabotage contre les gazoducs germano-russes Nord Stream, mais ils gardent le silence pour ménager leurs propres intérêts. "On sait qui les a sabotés en [mer Baltique], mais nous prétendons tous ne pas nuire aux intérêts de nos pays", a déclaré jeudi le président serbe Aleksandr Vucic.

Auparavant, M. Vucic avait déclaré qu'après avoir appris la nouvelle des explosions de Nord Stream, il ne savait pas "s'il devait pleurer ou crier".

Le 26 septembre, la société Nord Stream 2, l'exploitant du gazoduc russe du même nom, a signalé une chute de pression dans des sections du gazoduc situées dans les eaux danoises de la mer Baltique, près de l'île de Bornholm (île du Danemark). Il a ensuite été signalé qu'en plus de Nord Stream 2, deux lignes du gazoduc Nord Stream 1 avaient également été sabotées.

La Russie, qui dénonce une série d'attaques terroristes à son encontre en mer Noire et en mer Baltique, a accusé le Royaume-Uni d'être impliqué dans les explosions qui ont provoqué des fuites dans les pipelines Nord Stream. Le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué l'ambassadeur britannique, Deborah Bronnert, jeudi, afin de présenter des preuves présumées de l'implication du Royaume-Uni dans le sabotage.

Dans ce contexte, le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolai Patrushev, a annoncé que des représentants des forces navales britanniques ont participé à la planification et à la réalisation des explosions.

Nord Stream est le gazoduc le plus important pour l'Europe. Nord Stream 1 a été construit en 2011, tandis que Nord Stream 2, soumis aux sanctions et pressions américaines, n'a été achevé qu'en novembre 2021, mais n'est jamais devenu opérationnel en raison des tensions entre Berlin et Moscou sur le conflit en cours en Ukraine.

 

Nord Stream: Qui a divulgué l' "aveu" britannique ?

67740370-47826966.png

Nord Stream: Qui a divulgué l' "aveu" britannique ?

Par Karel Meissner

L'ex-Premier ministre britannique Liz Truss aurait envoyé la phrase "It's done" peu après l'attentat contre le gazoduc Nord Stream. Un aveu ? Si oui, qui l'a divulgué ? Et pour quelle raison ? Quoi qu'il en soit, l'attentat s'inscrit dans le cadre de la guerre américaine contre l'Allemagne. Lisez tout sur les dessous de l'affaire dans le dernier numéro de COMPACT Guerre contre l'Allemagne : de l'attentat contre Nord Stream au chantage nucléaire. En savoir plus ICI: https://www.compact-shop.de/shop/compact-magazin/compact-11-2022-krieg-gegen-deutschland/.

Cover_COMPACT_2022_11_shop.jpg

L'ex-première ministre britannique Liz Truss a-t-elle envoyé un message au secrétaire d'État américain Antony Blinken peu après les explosions sur le tracé du gazoduc Nord Stream en disant "It's done", en français "C'est fait !"? C'est la question que la Russie a maintenant adressée au gouvernement de Londres.

Le porte-parole de Poutine, Dmitry Peskov, a déclaré à Moscou : "Nous disposons d'informations selon lesquelles des représentants d'une unité de la marine britannique ont participé à la préparation et à l'exécution de l'attentat en mer Baltique".

D'où proviennent ces informations ? Selon la BBC, les services secrets russes auraient piraté le téléphone portable de Truss. Une deuxième piste mène toutefois à Kim Schmitz, alias Kim Dotcom, un pirate informatique de pointe vivant en Nouvelle-Zélande. Ce dernier a déjà été impliqué dans plusieurs cyber-guerres et est traqué par le FBI.

5fc8ca35823e4b2a1f8828a4349b8d4a.jpg

Kim Dotcom (photo) a cité la phrase en question sur Twitter et a affirmé l'avoir envoyée. Si cela s'avère exact, l'attaque est un complot anglo-américain contre l'Allemagne, bénéficiaire potentiel des gazoducs.

Le rédacteur en chef de la revue et du site Compact, Jürgen Elsässer, a exprimé hier sur COMPACT-TV une autre théorie sur l'interception du message de Truss. Il faut d'abord savoir que l'ex-première ministre britannique est une belliciste avérée. En avril déjà, elle annonçait :

"Nous devons considérablement renforcer notre soutien à l'Ukraine. La guerre en Ukraine est notre guerre - c'est notre guerre à tous, car la victoire de l'Ukraine est une nécessité stratégique pour nous tous. Armes lourdes, chars, avions - nous puisons profondément dans nos arsenaux, nous augmentons la production. Tout cela est nécessaire. Nous allons faire encore plus vite et encore plus pour chasser la Russie de toute l'Ukraine".

Elle a ajouté plus tard :

"Nous ne nous reposerons pas tant que l'Ukraine ne sera pas victorieuse".

Et que se passera-t-il si le conflit se transforme en guerre nucléaire mondiale? Aucun problème pour Mme Truss. Lors d'un talk-show, celle qui était alors Premier ministre a avoué qu'elle était prête à une destruction totale - avec une froideur émotionnelle que l'on attribue habituellement aux tueurs en série :

Le journaliste John Pienaar a demandé à Truss dans le talk-show Times Radio host (fin août) : Supposons que l'on vous conduise dans une pièce où se trouvent les fameuses Letters of Last Resort. Avec celles-ci, vous pourriez "donner l'ordre d'utiliser nos armes nucléaires. Cela signifierait l'anéantissement mondial. (...) Comment vous sentez-vous à cette idée ?

Liz Truss : Je pense que c'est une tâche importante pour le Premier ministre. Je suis prête à le faire.

John Pienaar : Je vous ai demandé comment vous vous sentiriez à ce sujet.

Liz Truss : Je suis prête à le faire".

Qu'auraient écrit les médias si un homme politique russe s'était déclaré prêt à prendre en otage l'humanité entière pour ses délires ?

Le rédacteur en chef de COMPACT, Jürgen Elsässer, pense qu'un bellicisme aussi radical va trop loin, même pour les amis de Mme Truss au sein de son propre parti et pour ses alliés américains. Les Etats-Unis s'efforcent justement de limiter la guerre et d'empêcher son extension au territoire russe. Les fantasmes de destruction mondiale de leur collègue britannique étaient tout simplement trop dangereux.

En d'autres termes, le téléphone portable sécurisé ultramoderne utilisé par la Première ministre Liz Truss pour envoyer son triomphal "It's done" n'a pas été piraté par les services secrets russes ou Kim Dotcom, mais a peut-être été publié par les Etats-Unis eux-mêmes.

D'autant plus que l'ex-première ministre britannique a également fait des erreurs en matière de politique financière. En tant que néolibérale de la vieille école, Truss avait prévu un allègement fiscal pour les super-riches. Le président américain Joe Biden a ouvertement critiqué ce projet, le qualifiant d'"erreur". La raison de ce refus se trouve dans l'idéologie occidentale du "Great Reset" : celle-ci veut, à l'exception d'une petite élite, non seulement tuer financièrement les classes inférieures et moyennes, mais aussi les classes supérieures.

L221022ce-small.jpg

Ainsi, les États-Unis auraient deux motivations pour la fuite de la petite phrase "It's done" et la destitution rapide de Liz Truss : sa volonté d'escalade et son boycott néolibéral du Great Reset.

La destruction du gazoduc Nord Stream fait partie de la guerre américaine contre l'Allemagne. Lisez tout sur les dessous de l'affaire dans le dernier numéro de COMPACT Guerre contre l'Allemagne : de l'attentat contre Nord Stream au chantage nucléaire. Vous pouvez commander le magazine ICI: https://www.compact-shop.de/shop/compact-magazin/compact-11-2022-krieg-gegen-deutschland/ .

lundi, 31 octobre 2022

Qui veut une rupture entre l'Europe et la Russie?

bruch-europa-russland.jpg

Qui veut une rupture entre l'Europe et la Russie?

par Fabio Massimo Parenti

Source: https://www.ideeazione.com/chi-vuole-la-rottura-fra-europa-e-russia/

Avec les explosions provoquées en des points précis de Nord Stream 1 et Nord Stream 2 dans les eaux de la zone économique exclusive du Danemark, la sécurité énergétique de l'Europe a été définitivement mise à mal. Le système d'approvisionnement Europe-Russie mis en place au cours des vingt-cinq dernières années semble irrémédiablement compromis, et quelle que soit l'issue des enquêtes menées par les autorités des pays scandinaves impliqués, il est peu probable que les choses redeviennent comme avant.

Après le sabotage, les déclarations faites par le président américain Joe Biden le 7 février lors d'une conférence de presse ont inévitablement fait le tour du web : "Si la Russie nous envahit, il n'y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin". À l'objection du journaliste : "Comment allez-vous faire exactement, puisque le projet est sous contrôle allemand ?", le locataire de la Maison Blanche a répondu : "Je vous garantis que nous serons en mesure de le faire".

En revanche, l'aversion de Washington, et en particulier des démocrates, pour le gazoduc était connue depuis un certain temps. Le 1er janvier 2021 déjà, le Sénat américain avait voté pour passer outre le veto de Trump à la loi d'autorisation de la défense nationale (NDAA), qui comprenait " de nouvelles dispositions relatives à Nord Stream 2 dans le cadre de la loi de clarification de la sécurité énergétique de l'Europe (PEESCA) ". Ainsi, conformément aux nouvelles sanctions, l'entreprise norvégienne DNV GL a été contrainte de cesser toute activité de vérification pour le réseau du gazoduc Nord Stream 2.

Nord Stream 2, achevé l'année dernière mais jamais mis en service, était censé doubler le volume de l'approvisionnement en gaz russe de l'Allemagne déjà garanti avec son jumeau Nord Stream 1, un projet conçu en 1997 et réalisé - après des années d'études, de négociations et d'obstacles - entre 2011 et 2012. Le 6 septembre 2011, le premier gazoduc est entré en service et le 8 novembre suivant, le gazoduc a été officiellement inauguré en présence de la chancelière allemande de l'époque, Angela Merkel, du président russe de l'époque, Dmitri Medvedev, et du premier ministre français de l'époque, François Fillon : une image révélatrice de la direction, bien différente d'aujourd'hui, prise par les deux pays leaders de l'UE à ce stade.

Si depuis 2014, la guerre civile en Ukraine a progressivement détérioré les relations UE-Russie, l'échec définitif des accords de Minsk et le lancement de l'opération militaire spéciale russe ont bouleversé toute l'architecture diplomatique, et donc énergétique, du Vieux Continent. D'une part, la Russie, se sentant menacée par l'intention de l'Ukraine - annoncée à plusieurs reprises par Zelensky - de rejoindre l'Alliance atlantique, a décidé de porter un coup dur à son voisin dans un double but : garantir l'équilibre des forces sur la mer Noire, vital pour l'accès de Moscou aux mers chaudes, et protéger les communautés russophones du sud-est du pays. De l'autre, une Europe faible s'est confirmée comme un acteur incapable d'exprimer sa propre doctrine stratégique et une vision géopolitique claire, au moins autonome par rapport à celle des Etats-Unis.

Les décisions de l'administration Biden ont placé et placent l'Europe dans une position extrêmement critique, jetant les bases du déclenchement d'une crise économique et sociale sans précédent dont témoigne la flambée de l'inflation, qui avait déjà augmenté avant le début du conflit en raison du déséquilibre entre l'offre et la demande de matières premières et de produits semi-finis résultant de la pandémie. En septembre, l'UE et la zone euro ont enregistré une inflation à deux chiffres, avec des pics de plus de 20 % dans les pays d'Europe centrale et orientale, à commencer par les pays baltes : ce n'est pas un hasard si ce sont les plus exposés face aux sept trains de sanctions approuvés à ce jour par Bruxelles.

Repenser toute une chaîne d'approvisionnement énergétique en quelques mois a et aura des conséquences dévastatrices pour les économies les plus dépendantes des approvisionnements russes, à commencer par l'Italie et l'Allemagne. Les deux pays fondateurs de la Communauté européenne se retrouvent extrêmement vulnérables face à une accélération forcée de la diversification, si soudaine et si précipitée qu'elle risque de compromettre même la transition énergétique promue il y a tout juste trois ans par le Green New Deal européen et guidée, du moins en partie, par le PNRR approuvé l'année dernière.

En fait, la nécessité d'identifier immédiatement des sources alternatives au gaz russe a contraint plusieurs pays européens à mettre en service des centrales électriques au charbon et des centrales nucléaires qui avaient déjà été mises hors service ou étaient de toute façon destinées à être fermées. La recherche effrénée de gaz naturel liquéfié (GNL), nettement plus cher que le gaz naturel, a contraint le Vieux Continent à accroître la demande à l'étranger, en s'appuyant sur une série d'acteurs non européens pour lesquels aucun plafond de prix ne peut tenir : la Norvège, le Qatar, le Japon, le Canada et surtout les États-Unis.

shutterstock_1154610286.jpg

Les données officielles de l'EIA, l'agence statistique et analytique du ministère américain de l'Énergie, montrent comment Washington est devenu le premier fournisseur mondial de GNL au premier semestre 2022, en hausse de 12 % par rapport au second semestre 2021, pour atteindre une moyenne d'environ 317 millions de mètres cubes par jour. Dans le détail des quatre premiers mois de cette année, les États-Unis ont exporté 74 % de leur droit de GNL vers l'Europe : une part impressionnante si on la compare à la valeur moyenne pour 2021 (34 %).

Bref, des affaires en or pour les exportateurs américains, d'autant plus dans une conjoncture mondiale de forte hausse des prix, donc favorable aux producteurs et défavorable aux acheteurs.

Avant le déclenchement de la guerre russo-ukrainienne, l'ensemble de l'UE recevait de la Russie pas moins de 120 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an. Sur ce total, un quart, soit 30 milliards, est arrivé en Italie. Il est évident que cette augmentation soudaine des exportations fait également augmenter le prix du gaz aux États-Unis, qui a déjà quadruplé pour le consommateur américain en septembre dernier.

Si l'administration Biden, comme c'est désormais une certitude, subit les contrecoups de cette inflation "légère", les grands producteurs ne resteront certainement pas les bras croisés et n'auront pas trop de scrupules. Ce sont eux, en effet, comme cela arrive souvent aux États-Unis, qui influencent fortement l'orientation de la Maison Blanche, tant en politique intérieure qu'en politique étrangère.

Il en va de même pour le secteur de l'armement militaire. La décision de la Russie d'envahir l'Ukraine a suffi à faire bondir pratiquement tous les gouvernements des pays européens. La Finlande et la Suède ont demandé à adhérer à l'OTAN, profitant d'une procédure accélérée spécialement conçue pour l'occasion, tandis que la plupart des gouvernements des États membres actuels ont proposé ou approuvé des augmentations importantes des dépenses militaires. Il suffit de rappeler que sur les derniers 40 milliards de dollars alloués par l'administration Biden pour soutenir Kiev, près de 9 milliards devront être dépensés pour reconstituer le "stock" d'armes donné aux Ukrainiens. Surtout, les deux géants, Northrop Grumman et Lockheed Martin, ont déjà enchaîné gains sur gains en bourse, mais d'autres entreprises moins connues du grand public comme Raytheon et General Dynamics se frottent également les mains face à la prolongation de la guerre en Ukraine et au réarmement généralisé au niveau mondial.

vendredi, 28 octobre 2022

L'homme d'affaires qui est mort avec sa famille dans l'accident d'avion était le président du groupe Griesemann, qui est lié au pétrole et au gaz

griesemann-gruppe-peter-griesemann-2-1f79a204.jpg

Analyse: L'homme d'affaires qui est mort avec sa famille dans l'accident d'avion était le président du groupe Griesemann, qui est lié au pétrole et au gaz

Beatriz Talegón

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/confidenciales/38985-2022-10-06-13-00-16

Karl-Peter Griesemann était le propriétaire de la société aerotaxis et d'avions médicaux et pilotait l'avion qui s'est écrasé dans la mer Baltique début septembre. Ce sont les informations que nous connaissions à tout moment sur cet Allemand qui passait de longues périodes à Zahara de los Atunes.

Il était accompagné de sa femme, de sa fille et du compagnon de celle-ci. Ces quatre personnes sont mortes dans l'accident.

Cependant, ce week-end, une information a été révélée qui, parce qu'elle n'était pas connue jusqu'à présent, a attiré l'attention : l'homme d'affaires était le président du groupe allemand Griesemann.

L'entreprise se consacre à la construction, à la conception et à la maintenance de grandes infrastructures de traitement de l'énergie, un domaine dans lequel elle "fournit des solutions individuelles et flexibles dans les domaines de la construction, de l'ingénierie, de la technologie et de la protection des installations, avec des services multidisciplinaires couvrant l'ensemble du cycle de vie des installations industrielles" depuis plus de 45 ans.

En 1975, Peter Griesemann a jeté les bases de l'actuel groupe Griesemann, d'abord en fondant la société Consulting Engineers (axée sur la planification des systèmes mécaniques), puis en élargissant le domaine d'activité par l'acquisition et l'intégration d'autres sociétés. Aujourd'hui, le directeur général du groupe Griesemann est son fils aîné, Björn Griesemann.

Un message de condoléances sur le décès du "fondateur de notre entreprise et des directeurs généraux Peter Griesemann, Juliane Griesemann, Lisa Griesemann et Paul Föllmer" peut être lu sur le site web de Griesemann. "En raison de l'incompréhensible et tragique accident d'avion du 4 septembre, les autorités ne supposent plus que les occupants seront retrouvés vivants", indique le communiqué.

L'avion a été escorté par des avions de l'OTAN avant de s'écraser.

Au moment du crash, il a été signalé que plusieurs avions de différents États ont suivi l'appareil jusqu'à ce qu'il s'écrase dans la mer Baltique.

Les informations indiquaient que "des avions de chasse espagnols de la base de Torrejón, des chasseurs français, des Eurofighters allemands et un F-16 danois ont escorté le Cessna de la famille Griesemann à partir du moment où il a signalé des problèmes de pressurisation". Le quotidien de Jerez a ensuite expliqué que ces opérations s'inscrivent dans le cadre du protocole de l'OTAN, qui établit l'envoi d'avions militaires lorsqu'un avion est en difficulté, que des routes de vol civiles sont modifiées sans avertissement ou que des avions survolent l'espace commun sans autorisation, par exemple. Ces manœuvres sont appelées scramble, selon El Mundo.

Il est frappant de constater que cet homme d'affaires a toujours été mentionné en raison de ses compagnies aériennes, mais pas parce qu'il est le président du groupe qui travaille à la création et à la maintenance d'usines de gaz et de pétrole, entre autres.

Cxtx a souligné que cette société était chargée de l'entretien des gazoducs Nord Stream 1 et 2 (Source : Diario 16).

mercredi, 12 octobre 2022

Douglas Macgregor pense que les États-Unis et le Royaume-Uni pourraient être derrière le sabotage de Nord Stream

https __cdn.cnn.com_cnnnext_dam_assets_190911101036-douglas-macgregor-file.jpg

Douglas Macgregor pense que les États-Unis et le Royaume-Uni pourraient être derrière le sabotage de Nord Stream

Lucas Leiroz

Source: https://novaresistencia.org/2022/10/09/douglas-macgregor-acredita-que-eua-e-reino-unido-podem-estar-por-tras-da-sabotagem-do-nord-stream/

Les médias occidentaux ont tenté de suggérer que l'incident du gazoduc Nord Stream était le résultat d'une opération de sabotage russe, mais ce récit ne semble pas convaincre même les experts occidentaux. Récemment, un ancien conseiller du Pentagone a déclaré que les États-Unis et le Royaume-Uni semblent être responsables de l'opération qui a conduit aux explosions de Nord Stream 1 et 2. L'implication évidente de l'Occident dans ce crime devrait susciter la condamnation de la société internationale.

Participant à une émission du podcast Judging Freedom avec l'animateur Andre Napolitano, l'ancien conseiller du secrétaire américain à la Défense, Douglas Macgregor, a déclaré que les États-Unis et le Royaume-Uni pourraient être les pays à l'origine de la récente explosion du gazoduc gemano-russe. Macgregor affirme catégoriquement que les Russes n'ont pas pris part à une telle opération et qu'un éventuel plan d'auto-sabotage allemand semble également très improbable. Pour lui, les États-Unis et le Royaume-Uni sont les pays qui non seulement semblent les plus intéressés par ce genre d'attitude, mais qui disposent également de la plus grande capacité technique et opérationnelle pour mener à bien ce type de travail.

Comme on s'y attendait, M. Macgregor n'a pas parlé sur un ton accusateur et a précisé qu'il ne disposait d'aucune donnée concrète permettant de dire qui est à l'origine de ce crime, mais il a déclaré avec insistance que seuls les Américains et les Britanniques semblent disposer des conditions techniques et matérielles nécessaires pour répondre aux exigences de ce type d'opération.

"Les Russes n'ont pas fait cela (...) Vous devez regarder qui sont les acteurs étatiques qui ont la capacité de parfaire une telle action. Et cela signifie la Royal [UK] Navy et la United States Navy (...) Je pense que c'est assez clair", a-t-il déclaré lors de l'entretien avec Napolitano.

Il a également commenté la façon dont les circonstances ont conduit à croire que les États-Unis ont réellement participé à l'acte, rappelant, par exemple, le tweet de Radoslaw Sikorski, ancien ministre polonais des Affaires étrangères, député européen, remerciant littéralement les États-Unis pour l'attaque contre Nord Stream. Compte tenu de la position de Sikorski en tant que haut fonctionnaire européen, il est probable qu'il dispose d'informations concrètes qui légitiment cette conclusion. Bien que M. Mcgregor n'ait pas commenté l'affaire en détail, il est même possible de penser à un certain degré de participation polonaise dans ce type d'attaque, car la Pologne est l'une des parties les plus intéressées - tant sur le plan politique qu'économique - par la fin du projet Nord Stream.

En fait, l'opinion d'un ancien conseiller du Pentagone est absolument dépourvue de toute position idéologique pro-russe. M. Mcgregor analyse l'affaire de manière technique et impartiale, en s'attachant véritablement à la vérité. De nombreux médias occidentaux affirment que croire que les États-Unis ont mené l'attaque du Nord Stream serait une sorte de "théorie du complot pro-russe", mais ce n'est pas vrai. Les circonstances suggèrent une participation américaine, comme l'affirment les experts militaires occidentaux eux-mêmes. Il ne s'agit pas d'une guerre de récits sur qui aurait ou n'aurait pas fait le sabotage, mais d'une simple conclusion analytique : les États-Unis et le Royaume-Uni ont des intérêts politiques et économiques à détruire les gazoducs germano-russes, ainsi qu'à posséder les conditions matérielles et l'appareil technique nécessaires pour parfaire l'opération.

h_54265091.jpg

À cet égard, la Russie a encouragé la progression des enquêtes, y compris dans le cadre de l'ONU. Le représentant permanent de la Russie auprès des Nations unies, Vasily Nebenzya (photo), a déclaré au CSNU que son pays préconise une enquête complète sur le sabotage des gazoducs et a clairement indiqué que Moscou ne croit pas à l'hypothèse selon laquelle l'attaque a été organisée par des terroristes conventionnels, suggérant qu'elle a été planifiée par des agences de renseignement professionnelles.

"La Russie appelle à une enquête complète pour découvrir la cause réelle de ce qui s'est passé (...) Il est absolument clair pour nous que des terroristes ordinaires ne sont pas capables de mener des activités de sabotage de cette complexité et de cette ampleur. Nous considérons les actions visant à endommager les gazoducs comme un acte délibéré de sabotage contre les installations énergétiques cruciales de la Russie (...) Nous établirons certainement tous ceux qui sont impliqués dans cet acte de sabotage", a déclaré M. Nebenzya lors de la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.

Il est nécessaire que l'ensemble de la société internationale se mobilise pour exiger, comme la Russie, que la vérité sur cette affaire soit révélée grâce à l'avancement des enquêtes. Il est inacceptable que les organisations internationales, en particulier celles directement concernées, comme l'UE, restent silencieuses face à ce crime. Si les soupçons des experts concernant l'implication des États-Unis et du Royaume-Uni (et éventuellement de la Pologne) sont avérés, ces pays doivent être tenus pour responsables.

Source : Infobrics - https://infobrics.org/post/36747/

samedi, 08 octobre 2022

La guerre de l'OTAN, la crise énergétique et la menace nucléaire creuseront-elles la tombe de l'Europe?

https __static.nieuwsblad.be_Assets_Images_Upload_2022_09_28_54af9eef-a1e2-4e84-bad7-f0ceb428fe3d.jpg

La guerre de l'OTAN, la crise énergétique et la menace nucléaire creuseront-elles la tombe de l'Europe?

Par Luigi Tedeschi 

Source: https://www.centroitalicum.com/la-guerra-della-nato-la-crisi-energetica-e-la-minaccia-nucleare-saranno-la-tomba-delleuropa/

L'Europe sera déstabilisée par la crise économico-énergétique et subira un déclassement majeur dans la géopolitique mondiale. Les classes politiques européennes seront fustigées pour leurs responsabilités à s'être montrées incapables d'empêcher le déclenchement de cette guerre en Europe et pour les choix pro-atlantiques peu judicieux de leurs gouvernements.

Le sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et 2 dans la mer Baltique s'inscrit dans l'escalade du conflit en cours entre les États-Unis et la Russie dans le cadre de la guerre d'Ukraine. Ces sabotages ont eu lieu après les référendums qui ont sanctionné l'annexion à la Russie des régions de Zaporizhzhia, Kherson, et des républiques autoproclamées de Luhansk et Donetsk. Le courant dominant occidental les a qualifiés de "référendums de sotie" et d'illégaux, car ils se sont tenus dans des territoires sous occupation russe et où des opérations de guerre sont toujours en cours. Ces référendums sont donc illégitimes car ils ont été menés en violation flagrante de la Charte des Nations Unies. Il convient toutefois de noter que la Charte des Nations unies prévoit également le principe de l'autodétermination des peuples, qui a été invoqué pour légitimer la sécession armée du Kosovo contre la Serbie et, avec elle, le bombardement de Belgrade par l'OTAN qui a fait environ 2500 morts. Cependant, le principe d'autodétermination n'est pas considéré comme légitime dans le cas du Donbass, une région peuplée majoritairement de Russes. Sans parler des droits toujours ignorés de peuples tels que les Palestiniens et les Kurdes, dont les terres ont été soumises à des siècles d'occupation et dont les populations subissent une répression violente cyclique. Quant aux "référendums de sotie", les précédents historiques d'annexions territoriales sont innombrables, y compris le référendum qui a sanctionné l'unification de l'Italie, qui s'est déroulé d'une manière assez semblable.

Suite aux succès de la contre-offensive ukrainienne, la Russie avait l'intention de répondre par l'annexion des régions occupées et donc toute attaque contre ces territoires serait désormais considérée comme une agression directe contre la Russie.

C'est dans ce contexte de guerre qu'a eu lieu le sabotage des gazoducs reliant la Russie à l'Europe. Les dommages économiques sont incalculables et peut-être irréversibles d'un point de vue environnemental. Il a fallu de nombreuses années pour construire ces gazoducs, qui ont coûté environ 20 milliards de dollars. Nous assistons toujours à un va-et-vient des accusations entre la Russie et l'Occident. Les tensions de ce conflit sont exacerbées par les menaces nucléaires, les sanctions, les troubles internes et les appels de plus en plus répandus des pays occidentaux pour que leurs citoyens quittent la Russie.

Si la Russie était responsable de ces sabotages, cela pourrait être interprété comme un casus belli susceptible de provoquer un conflit direct entre la Russie et les États-Unis, puisque les attaques ont été menées dans les eaux territoriales des États membres de l'OTAN. Toutefois, ces actes de sabotage ne semblent pas compatibles avec la stratégie de Poutine consistant à exercer une pression sur une Europe qui, menacée par une crise énergétique dévastatrice pour son économie, serait poussée à lever les sanctions contre la Russie. En effet, Poutine pouvait exercer un chantage énergétique sur l'Europe simplement en coupant les approvisionnements. Ajoutez à cela le fait que ces attaques ne profitent ni à la Russie ni à l'Europe, puisque Gazprom possède 51 % des pipelines Nord Stream et que des entreprises allemandes, néerlandaises et françaises possèdent les 49 % restants. Parler alors de représailles contre l'Occident est totalement infondé, puisque le gazoduc qui traverse l'Ukraine pour transporter du gaz vers l'Europe est toujours en service.

aux-1664015401-333.png

Ce n'est pas vraiment une étrange coïncidence si, au même moment que les attentats, le nouveau gazoduc Baltic Pipe est entré en service en Pologne, par lequel le gaz norvégien sera importé en Pologne même, puis redistribué en Europe. La construction de ce gazoduc a pour objectif évident de couper l'approvisionnement en gaz russe de l'Europe. Mais surtout, le principal effet de cette diversification des approvisionnements énergétiques est de dévaloriser le rôle de l'Allemagne en Europe. Une fois que les relations économiques et énergétiques entre la Russie et l'Allemagne seront rompues, cette dernière perdra sa primauté européenne. En effet, l'Allemagne, par la construction des gazoducs Nord Stream, qui contournent la Pologne et l'Europe de l'Est, a été un importateur direct de gaz russe bon marché, qui a ensuite été redistribué en Europe. Cette crise entraînera donc une débâcle politique majeure pour l'Allemagne en Europe, étant donné sa nouvelle dépendance énergétique vis-à-vis de la Pologne, par les territoires de laquelle passe déjà l'oléoduc Druzhba qui fournit du pétrole aux Länder orientaux de l'Allemagne.

Les effets des attaques étaient prévisibles et immédiats. Le prix du gaz sur les marchés financiers a grimpé en flèche et les États-Unis ont saisi cette occasion propice pour augmenter leurs exportations de gaz liquéfié américain. Ce n'est pas une coïncidence si le secrétaire d'État américain Blinken a réaffirmé la nécessité de "mettre fin à la dépendance de l'Europe vis-à-vis du gaz russe". Cette position américaine est d'ailleurs corroborée par le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, qui, en rejetant comme absurdes les accusations portées contre la Russie, a déclaré : "Nous constatons une augmentation significative des bénéfices des compagnies énergétiques américaines qui fournissent du gaz à l'Europe.

Le prodige de qui concernant un tel sabotage est évident: la stratégie américaine dans cette guerre est de perturber l'approvisionnement en gaz russe et de déstabiliser ainsi l'UE. Les déclarations de l'ancien ministre polonais des affaires étrangères, M. Sikorsky, qui, outre l'impromptu "Tank you, USA" apparu sur Twitter, s'inscrivent parfaitement dans cette stratégie: "Tous les États baltes et l'Ukraine s'opposent à la construction de Nord Stream depuis vingt ans. Désormais, 20 milliards de dollars de ferraille gisent au fond de la mer, un autre coût pour la Russie et sa décision criminelle d'envahir l'Ukraine".  

nord-stream-explosion.png

L'hostilité des États-Unis à l'égard de la politique énergétique allemande trouve ses origines loin dans le temps. Tant Obama que Trump avaient déjà exprimé à plusieurs reprises l'aversion des États-Unis pour la construction de Nord Stream 2, menaçant de sanctions l'Allemagne. En effet, les États-Unis se sont toujours opposés à toute tentative d'émancipation de l'Europe vis-à-vis de l'Ouest américain. D'autre part, les accords économiques et énergétiques entre l'Allemagne et la Russie étaient un élément fondamental pour consolider l'autonomie allemande et européenne par rapport à la géopolitique de l'OTAN. Les États-Unis ont toujours craint que l'Allemagne ne passe du statut de géant économique à celui de puissance géopolitique autonome. Et la guerre en Ukraine s'est avérée être une occasion propice pour déstabiliser l'Europe et tuer dans l'œuf toute ambition autonomiste.

Ces sabotages étaient en tout cas prévus. Le 7 février 2022, Biden avait ouvertement déclaré lors d'une réunion avec Scholz : "Si la Russie envahit l'Ukraine, il n'y aura plus de Nord Stream"... "L'OTAN et nous sommes prêts à intervenir". En juin, des expériences de drones sous-marins ont eu lieu sur l'île de Bornholm (emplacement proche des sites de bombardement), du côté américain. La CIA elle-même avait récemment averti l'Allemagne d'éventuelles attaques contre les gazoducs de la Baltique. Le 13 septembre, des avions de guerre américains sont aperçus dans la zone baltique. De plus, il y a quelques jours, les navires américains se trouvaient à quelques kilomètres seulement de la zone de sabotage. Il semble donc y avoir suffisamment de faits et d'arguments pour comprendre comment la logique de ces attaques est parfaitement cohérente avec la stratégie de l'OTAN consistant à couper tous les liens entre l'Europe et la Russie.

L'Europe, déstabilisée par la crise économico-énergétique, l'escalade de la guerre et les menaces nucléaires, subira un déclassement majeur dans la géopolitique mondiale. L'Occident de l'OTAN sera la tombe de l'Europe. En outre, ce sont les prêts usuraires de la Norvège en matière d'énergie, la rapacité financière des Pays-Bas et surtout l'égoïsme nationaliste de l'Allemagne de Scholz, qui a opposé son veto à une politique énergétique commune en ce qui concerne la fixation du plafond des prix et la création d'une nouvelle relance énergétique, qui feront imploser la structure de l'UE de l'intérieur.

Ce qui est certain, c'est que les classes politiques européennes seront très prochainement tenues responsables de ce désastre vu leur incapacité à empêcher le déclenchement de cette guerre en Europe et vu les choix pro-atlantiques peu judicieux de leurs gouvernements.

Par l'économie de l'urgence (d'abord la pandémie puis la crise énergétique), et les virages politiques autoritaires qui se profilent avec la quatrième révolution industrielle, le modèle néolibéral occidental, associé à la primauté mondiale américaine, veut se perpétuer dans le temps et survivre à ses crises structurelles devenues cycliques et irréversibles. Cette crise va cependant entraîner de profondes transformations dans la géopolitique mondiale. Mais quel sera le coût en termes de vies humaines et de destruction irréversible des ressources naturelles et économiques du déclin progressif du néolibéralisme et donc de la primauté américaine et occidentale ?

Morgenthau et Nord Stream : Gloria von Thurn und Taxis en remet une couche

www.schlager.de-gloria-fuerst-johannes-von-thurn-und-taxis-die-ganze-wahrheit-ueber-ihr-zoegerliches-jawort-h-02158839-e1655708502955.jpg

Plan Morgenthau et Nord Stream: Gloria von Thurn und Taxis en remet une couche

Par Daniell Pföhringer

Source: https://www.compact-online.de/morgenthau-und-nord-stream-gloria-legt-nach/?mc_cid=6946d92f02&mc_eid=128c71e308

C'est l'heure de vérité : Gloria von Thurn und Taxis qualifie les attaques contre les pipelines de la mer Baltique de "déclaration de guerre contre l'Allemagne" - et réaffirme ses déclarations explosives sur Morgenthau. Dans COMPACT-Spécial "Guerre. Mensonges. USA - La trace de sang d'une puissance mondiale", vous trouverez des informations de fond importantes et des extraits des plans Morgenthau et Kaufman. Ce numéro très demandé est toujours disponible en version numérique. Téléchargez-le ici : https://www.compact-shop.de/shop/compact-spezial/krieg-luegen-usa-die-blutspur-einer-weltmacht/ .

Cover_COCAM25_shop.jpg

Le dirigeante d'une entreprise de sylviculture et ex-femme du monde Gloria von Thurn und Taxis nous a servi dans le talkshow d'un quart d'heure avec Nena Schink sur Bild TV une portion de vérité que l'on trouve rarement dans les médias grand public. Pour cette princesse pugnace, il est clair que des milieux américains sont derrière l'attaque contre les gazoducs Nord Stream. La destruction des artères vitales de l'énergie est une action punitive contre l'Allemagne - et s'inscrit dans la fâcheuse tradition du plan Morgenthau.

Boum ! Oui, vous avez bien lu. C'est ainsi que l'on peut résumer les propos de la Princesse Gloria devant des millions de téléspectateurs. Littéralement, elle a déclaré à propos du gouvernement fédéral et de sa politique énergétique :

    "La grande question que l'on doit se poser en tant que citoyen est la suivante : sont-ils aussi stupides - ou y a-t-il un plan derrière tout cela ? Mon opinion est qu'il n'est pas possible d'être aussi stupide. Il doit y avoir un plan derrière".

Sa réponse est claire :

    "Pour moi, cela ressemble à l'accomplissement tardif du plan Morgenthau".

Elle a développé sa propre théorie :

    "On nous a toujours reproché d'avoir vendu plus de marchandises à l'exportation que nous n'en avons acheté à l'importation. Et cet excédent de bilan nous a valu une mauvaise réputation, surtout dans le monde anglo-saxon.

    Nous économisons trop et nous vendons trop à l'extérieur. C'est ce qu'ils nous ont répété : nous devons enfin laisser tomber. Mais l'Allemand ne peut pas s'en empêcher. Nos produits étaient si populaires, les gens aiment nos voitures, nos réfrigérateurs, etc. Et nous économisons : celui qui économise au fil du temps, a de quoi dans le besoin".

Gloria von Thurn und Taxis a ensuite enchaîné sur le terrorisme qui a frappé Nord Stream :

    "C'est pourquoi nous sommes maintenant punis - selon la devise : qui ne veut pas entendre doit ressentir. L'attaque terroriste contre les gazoducs est clairement une déclaration de guerre contre l'industrie allemande, contre le citoyen allemand, contre nous. Mais on ne veut pas l'admettre. Nous souffrons d'un syndrome de Stockholm collectif".

1-formatOrigiddddddnal.png

Son appel :

    "Nous devons enfin penser aux intérêts allemands. Nous devons penser à nos citoyens. Nous devons nous émanciper. (...) Celui qui subit les dommages n'a pas à se soucier des moqueries. Le monde entier se moque de l'Allemagne".

Voici l'intégralité de l'émission:

En juin déjà, le sylvicultrice bavaroise avait lâché la bombe Morgenthau sur la chaîne autrichienne Servus TV. Voir https://www.compact-online.de/fuerstin-gloria-gruene-vollstrecken-morgenthau-plan/ :

    "La Russie ne coupe pas le gaz, mais il y a quelques semaines, on disait encore : nous devons souffrir un peu parce que c'est le prix de la solidarité avec l'Ukraine. Nous ne devons pas acheter de gaz aux Russes parce que nous ne pouvons pas soutenir le méchant Poutine. C'est ce qu'on nous a dit ces dernières semaines. Maintenant, tout est soudain à nouveau différent : maintenant, c'est soudain la méchante Russie qui ne veut plus nous vendre de gaz (...)".

    Pendant la période de la pandémie, nous avons vu et appris que l'on nous disait sans cesse autre chose, que l'on nous trompait sans cesse avec de nouvelles informations qui se contredisaient complètement. Et c'est exactement la même chose maintenant. Nous ne pouvons donc pas partir du principe que ce que nous lisons ou entendons est vrai, mais qu'il s'agit plutôt d'un arrosage de propagande ininterrompu. Et vous devez faire l'effort de regarder par vous-même : ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas.

    En raison des prix élevés de l'énergie, l'Allemagne ne pourra plus produire - et c'est la réalisation tardive du plan Morgenthau. Et c'est ce que veulent les Verts. (...) Le rêve des Verts est que l'Allemagne soit désindustrialisée".

L'aristocrate conservatrice a ainsi établi un parallèle intéressant, qui a été repris peu après par l'ex-rédacteur en chef de Bild, Julian Reichelt : Le nom de l'homme politique américain Henry Morgenthau (1891-1967) est associé au plan de destruction de l'Allemagne sans doute le plus tristement célèbre. Cet ami proche et conseiller du président Roosevelt avait été secrétaire au Trésor entre 1934 et 1945. Cf. https://www.compact-online.de/habeck-morgenthau-reichelt-macht-die-gloria/.

morgrnthau-henry-kombo-buch.jpg

Il voulait faire de l'Allemagne un désert agricole et, sous le titre "L'Allemagne est notre problème", il a conçu en 1944 "le plan de meurtre de masse le plus monstrueux jamais imaginé par la volonté de vengeance et la barbarie humaines", selon le professeur de littérature américain Austin J. App.

Même le secrétaire américain à la Guerre Henry L. Stimson a été effrayé par les propos de son collègue de cabinet. Stimson estimait à 30 millions le nombre de morts si ce plan de transformation de l'Allemagne en un État agricole était mis en œuvre. Le ministre des Affaires étrangères Cordell Hull a calculé qu'environ 40% de la population serait détruite.

Le cœur du plan Morgenthau était la destruction de l'industrie allemande, c'est-à-dire la base de la vie du peuple, le démembrement du Reich et la séparation de grandes parties du territoire. Roosevelt et Churchill ont donné leur accord de principe au projet lors de la conférence de Québec en 1944. La réalisation de l'intention n'a été stoppée que lorsque la guerre froide a éclaté et que l'Occident craignait, sans rempart allemand, de se faire écraser par Staline.

Dans le numéro spécial de COMPACT "Krieg. Lügen. USA - Les traces de sang d'une puissance mondiale", nous avons documenté les principaux extraits du plan Morgenthau et du plan dit Kaufman ("L'Allemagne doit être détruite"). Nous expliquons les messages clés de ces deux plans perfides et les replaçons dans leur contexte historique.

Les noms de Morgenthau et de Kaufman sont associés à deux plans de folie génocidaire contre l'Allemagne. Dans COMPACT-Spécial "Guerre. Mensonges. USA", vous trouverez des informations importantes sur le contexte et des extraits de ces plans génocidaires. Ce numéro spécial, très demandé, est toujours disponible en version électronique. Télécharger ici: voir lien ci-dessus.


   
    

samedi, 01 octobre 2022

Des activités opaques: des hélicoptères américains ont survolé Nord Stream pendant des semaines

SH-60B_Seahawk2.jpg

Des activités opaques: des hélicoptères américains ont survolé Nord Stream pendant des semaines

Source: https://zuerst.de/2022/09/30/undurchsichtige-aktivitaeten-us-hubschrauber-kreisten-wochenlang-ueber-nord-stream/

Gdansk/ Rønne. De plus en plus de détails troublants apparaissent au sujet de la destruction du gazoduc Nord Stream en mer Baltique. La chaîne d'information arabe "Al Mayadeen" vient d'annoncer que des semaines avant l'attaque, des hélicoptères américains tournaient déjà très souvent au-dessus de la zone maritime où ont justement eu lieu les explosions fatales du 26 septembre.

Les données de vol du service en ligne "Flightradar24" permettent de reconstituer cette situation. Déjà au début du mois de septembre, un peu moins d'un mois avant l'attentat, un hélicoptère Sikorsky MH-60R "Seahawk" de la marine américaine a tourné pendant des heures, plusieurs jours de suite, notamment les 1er, 2 et 3 septembre, au-dessus du site où les gazoducs ont été endommagés par la suite, non loin de l'île de Bornholm.

Selon le portail de suivi des avions, l'hélicoptère américain est parti de Gdansk pour se rendre dans la zone pour survoler les gazoducs de Nord Stream. Les 10 et 19 septembre, des hélicoptères américains ont également survolé Nord Stream 1, et dans les nuits entre le 22 et le 25 septembre, plusieurs hélicoptères sont restés pendant des heures au-dessus du site des explosions ultérieures. Les hélicoptères qui ont volé dans les nuits du 22 au 23 et du 25 au 26 septembre ont laissé des traces de vol particulièrement troublantes.

En outre, la dernière nuit, un hélicoptère polyvalent MH-60R "Strike Hawk" a tourné pendant neuf heures au-dessus d'une zone maritime située à environ 250 kilomètres de Bornholm, de 17h30 à 2h30, heure d'Europe centrale. Le "Strike Hawk" peut notamment combattre des cibles sous-marines (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Plus jamais de gaz russe - les États-Unis prévoient de nouveaux sabotages

FduarwoVQAIVVZz.jpg

Plus jamais de gaz russe - les États-Unis prévoient de nouveaux sabotages

Source: https://zurzeit.at/index.php/nie-wieder-russisches-gas-usa-planen-weitere-sabotagen/

Joe Biden avait promis que le gazoduc "Nord Stream 2" n'existerait bientôt plus. Le président américain avait aussi répondu à la question de savoir comment cela pourrait se produire alors que l'Allemagne le contrôlait : "Je vous promets que nous y arriverons".

Il est intéressant de noter que la même nuit, des chutes de pression "accidentelles" se sont produites dans les gazoducs "Nord Stream 1" et "Nord Stream 2". Selon des informateurs, il s'agirait d'attaques ciblées. Depuis le début des sanctions contre la Russie et la promesse de livraison d'armes à l'Ukraine par l'UE, il serait évident que les Etats-Unis compteraient évidemment parmi les gagnants de la guerre en Ukraine. La conclusion selon laquelle les Américains sont impliqués dans cette affaire n'est donc pas tirée par les cheveux.

Tout le monde sait que l'UE se détourne depuis un certain temps de l'énergie russe (qu'elle achetait directement) et qu'elle mise, entre autres, sur le gaz de fracturation américain, très polluant et beaucoup plus cher, suite aux sanctions tant vantées. Mais il est nouveau que l'Union européenne, si soucieuse de la protection du climat, veuille se passer complètement du gaz russe peu polluant. Bien qu'un embargo sur le gaz n'ait pas encore été décidé officiellement, tout semble aller bel et bien dans ce sens. Les États-Unis tentent, disent-ils, d'aider l'Europe. Or l'acte de sabotage plus ou moins évident, qui vient d'être commis, vise à forcer l'UE à prendre une décision favorable au gaz de schiste américain. Qu'est-ce que les Américains ont à faire d'une catastrophe économique sur notre continent ? Au contraire, ils n'auront plus à se soucier d'un concurrent très sérieux sur le marché mondial.

Axel.Kassegger_1654200052.jpeg

Le porte-parole de la FPÖ autrichienne pour la politique étrangère Axel Kassegger (photo) demande donc à l'UE de faire toute la lumière sur cette affaire et de s'engager réellement pour les intérêts européens : "L'intérêt de l'Europe ne peut nullement être de se couper entièrement du gaz russe. Il est grand temps que l'UE fasse pression sur les deux belligérants pour qu'ils entament enfin des négociations sérieuses afin de mettre fin à la guerre le plus rapidement possible".

Il en appelle en outre à la raison: "Actuellement, l'Europe ne peut pas se passer du gaz russe, loin de là. Avec les défaillances techniques des gazoducs, l'approvisionnement ne tient plus qu'à un fil. Les récentes déclarations du président américain Biden méritent d'être remises en question. Un changement de mentalité doit enfin avoir lieu!". Il n'y a rien à ajouter à ces propos.       

vendredi, 30 septembre 2022

L'endommagement sans précédent des deux gazoducs Nord Stream et Nord Stream 2 est un acte de guerre contre l'Europe

Nord_Stream.jpg

L'endommagement sans précédent des deux gazoducs Nord Stream et Nord Stream 2 est un acte de guerre contre l'Europe

par Daniele Dell'orco

Source : Daniele Dell'orco & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-danneggiamento...

L'endommagement sans précédent des deux gazoducs Nord Stream et Nord Stream 2 est un acte de guerre contre l'Europe. C'est la seule considération qui ne laisse aucune place au doute.

Une attaque contre l'Europe menée dans les eaux territoriales européennes. Quels que soient les auteurs du sabotage, sept mois après le début de la crise, il est de plus en plus clair que beaucoup, sinon tous, les prétendants sont d'accord sur une chose : profiter des faiblesses de l'Union européenne, qui, de son propre aveu, est à la fois l'entité qui a le plus à perdre dans cette affaire et qui est la plus couchée. Les explosions des deux tronçons de gazoducs qui déversent plus de 2 milliards d'euros de gaz naturel dans la mer représentent le point le plus bas de l'histoire récente de l'UE.

Au moment où ils en auraient le plus besoin, les citoyens européens voient la ressource vitale, dont ils ne disposent hélas pas eux-mêmes, partir en fumée dans une de leurs propres mers intérieures, car elle se déverse hors des infrastructures que leurs gouvernements ont contribué à construire.

Alors que Nord Stream 2 AG est détenu à 100 % par Gazprom (bien que les Européens aient financé 50 % de l'infrastructure), dans Nord Stream AG, 51 % appartiennent aux Russes, 15,5 % chacun aux Allemands Wintershall Dea et E.ON, 9 % à la société néerlandaise Gasunie et 9 % à la société française Engie. NS 1 a coûté 7,4 milliards d'euros, contre 11 milliards d'euros pour NS 2.

Après la crise des turbines de cet été qui a fait flamber les prix du gaz naturel en Europe, Gazprom a réduit la capacité de pompage de Nord Stream à 20 %, un choix politique évident motivé d'abord par la maintenance d'une turbine dans l'usine canadienne de la société allemande Siemens (les autorités canadiennes n'ont pas voulu rendre l'unité en raison des sanctions anti-russes et l'ont transférée en Allemagne. Gazprom, à son tour, a refusé de prendre la turbine sans preuve documentaire que les sanctions n'affecteraient pas le transport et les réparations ultérieures), puis avec une fuite d'huile sur l'unité, qui a finalement cessé de pomper complètement et pour une période indéterminée.

Nord Stream 2, d'une capacité similaire (55 milliards de mètres cubes) et d'une longueur de plus de 1200 km, a été achevé en septembre 2021 avec du gaz encore plus sophistiqué déjà injecté dans ses deux tronçons, mais après avoir été longtemps combattu par les États-Unis, l'Ukraine et la Pologne, il n'est jamais entré en service car l'Allemagne a suspendu sa certification après que Moscou a reconnu l'indépendance des républiques du Donbass fin février.

Aujourd'hui l'incident est commenté mais avec l'habituel et énième ping-pong de blâmes et de reproches. Le fait qu'il s'agisse d'un sabotage ne fait même pas l'objet d'un débat. Mais il s'agit d'une opération sérieuse et loin d'être anodine, qui nécessite l'intervention de forces spéciales, comme des plongeurs ou un sous-marin. Les dommages causés aux pipelines pourraient être la responsabilité des forces ukrainiennes ou polonaises, dans les deux cas avec le soutien américain. Ceux qui soutiennent cette hypothèse estiment que Kiev pourrait accroître son attractivité de cette manière, puisque le gaz russe qui atteint encore l'Europe circule à partir de gazoducs traversant l'Ukraine (ainsi que TurkStream). En outre, les États-Unis pourraient profiter encore davantage de la hausse déjà massive des achats de GNL par l'UE. Enfin, en rejetant la responsabilité sur la Russie au plus fort de la tension, l'Ukraine pourrait pousser l'Europe à entrer de plain-pied dans le conflit en envoyant des chars, notamment allemands, déjà demandés par le conseiller de Zelensky, Podolyak.

L'autre version serait celle d'une opération russe menée sous faux drapeau, ce qui pourrait provoquer davantage d'incertitude et faire grimper les prix du gaz pour exacerber la crise du coût de l'énergie en Europe, qui s'est quelque peu calmée récemment avec des prix passant de plus de 3000 $ à 1900 $ par 1000 mètres cubes.

Une chose à considérer est que, si d'une part pour la Russie faire sauter une infrastructure qu'elle possède serait insensé d'autant plus qu'elle la contrôle déjà en éteignant simplement un interrupteur pour l'arrêter, d'autre part, précisément parce qu'elle est déjà éteinte, faire sauter des gazoducs ne change pas grand-chose à la politique d'approvisionnement en gaz de l'Europe. Du moins à court terme.

Avec un stockage complet, une consommation réduite et du GNL à volonté, l'UE pense qu'elle compense le manque (en payant des prix plus élevés), et il ne peut y avoir de problèmes qu'à l'avenir, car des pipelines sont nécessaires pour remplir les installations de stockage. Mais en quelques mois, ils pourraient être réparés et, de toute façon, les pays de l'UE ont déjà convenu de réduire leur consommation de gaz l'année prochaine et de diversifier leurs approvisionnements, de sorte qu'il n'est même pas certain qu'ils en auront besoin.

Le sabotage pourrait donc n'être qu'un avertissement à l'Europe que la route vers Moscou est désormais fermée à jamais et qu'il est donc temps de passer aux choses sérieuses. Le plus grand dommage, dans tous les cas, serait causé à la Russie, qui, de toute façon, n'aurait déjà logiquement que très peu de raisons de saboter ses actifs.

Ce qui est certain, en revanche, c'est que nous avons atteint un nouveau stade inquiétant dans l'escalade, précisément dans les mêmes heures où les référendums pour l'adhésion à la Russie des quatre régions, où se sont tenus des référenda, entre le Donbass et le sud de l'Ukraine ont pris fin, et précisément dans les mêmes heures où l'armée ukrainienne encercle Liman et pousse les Russes hors de Kupyansk. Ce sont des moments très tendus. Tant de choses d'une importance capitale se produisent en même temps. Mais le plus grave pour nous tous est qu'aujourd'hui la guerre est officiellement arrivée sur notre territoire.

jeudi, 29 septembre 2022

Sabotage de Nord Stream 1 & 2

sabotage-nord-stream-gimp-720x340.jpg

Sabotage de Nord Stream 1 & 2

par le comité de rédaction de Katehon

Source: https://www.ideeazione.com/il-sabotaggio-del-nord-stream-2/

Le 26 septembre, une fuite de gaz a été signalée sur les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2. L'opérateur du gazoduc a déclaré que l'incident, marqué par une chute de pression au niveau de Nord Stream 2, s'est produit dans la zone économique exclusive danoise, au sud-est de Bornholm. Les gazoducs offshore Nord Stream et Nord Stream 2 ont une capacité combinée de 110 milliards de m3. Aucun gaz n'était pompé au moment de l'urgence, mais il y avait du gaz de procédé à l'intérieur qui a atteint la surface de la mer.

Le ministère danois de la Défense a déclaré que la frégate Absalon et le navire environnemental Gunnar Thorson ont été envoyés sur le site de la fuite des pipelines Nord Stream et Nord Stream 2 en mer Baltique pour évaluer les circonstances.

Le Premier ministre danois a poursuivi en disant que les fuites des gazoducs Nord Stream sont considérées comme le résultat d'une action délibérée. Le journal Berlingske, citant l'Autorité énergétique danoise, a également rapporté que les fuites de Nord Stream pourraient être le résultat d'une action délibérée, car "il n'y a pas seulement une petite fissure mais, au contraire, un très gros trou".

La police suédoise, pour sa part, a déclaré avoir lancé une enquête préliminaire sur un éventuel sabotage lié à cette fuite de gaz de Nord Stream 1 dans la mer Baltique. "Nous avons rédigé un rapport et classé le crime comme relevant d'un sabotage grave", a déclaré un porte-parole de la police nationale.

Les sismologues suédois, pour leur part, ont déclaré que plusieurs explosions ont été détectées et que la deuxième explosion de Nord Stream était d'une puissance équivalente à plus de 100 kg de dynamite. Il s'agit donc clairement d'un sabotage délibéré.

Les dommages subis par les gazoducs offshore du système Nord Stream sont sans précédent. Il n'est actuellement pas possible d'estimer combien de temps il faudra pour restaurer l'infrastructure gazière de Nord Stream.

Coupables possibles

L'hebdomadaire Spiegel, citant des sources, écrit que les autorités américaines ont averti l'Allemagne, il y a plusieurs semaines, d'éventuelles attaques contre les gazoducs des États riverains de la mer Baltique.

Le 7 février, le président américain Joe Biden avait déclaré ouvertement : "Si la Russie envahit, je veux dire, si ses chars et ses troupes traversent la frontière ukrainienne, une fois de plus, il n'y aura plus de Nord Stream 2, nous y mettrons fin... Nous le ferons... Je vous promets que nous pouvons le faire". L'ancien ministre polonais des Affaires étrangères Radek Sikorski (qui a étudié au Royaume-Uni et a été longtemps citoyen de ce pays, ayant même été ministre) a remercié dans un tweet les États-Unis pour avoir saboté Nord Stream.

La presse néo-conservatrice américaine a décrit la situation avec un cynisme particulier, suggérant que l'Allemagne en souffrira. Et en tentant d'indiquer que c'est dans l'intérêt de la Russie. 'Trois pertes en deux jours ? Wow, quelle honte ! Il semble que le gazoduc s'effondre et qu'il ne sera tout simplement pas un moyen fiable d'acheminer le gaz naturel de la Russie vers l'Allemagne. Je pense que les espoirs de voir l'Allemagne et la Russie mettre de côté leurs différends concernant l'invasion de l'Ukraine et restaurer la dépendance à long terme de l'Allemagne vis-à-vis de l'énergie russe ne se concrétiseront pas dans un avenir proche. Une chance terrible pour Vladimir Poutine et le Kremlin, qui pensaient manifestement qu'un hiver froid avec des approvisionnements énergétiques limités forcerait l'Allemagne et d'autres pays européens à revenir à la table des négociations. Presque n'importe qui aurait pu bloquer le pipeline, mais celui qui l'a fait voulait s'assurer que les pipelines Nord Stream ne seraient pas utilisés pendant longtemps".

Des tentatives similaires de blâmer la Russie ont suivi de la part de plusieurs politiciens européens et américains. Mais comme le transit du gaz vers l'Allemagne passe désormais par l'Ukraine, il ne s'agit pas de bloquer complètement le gaz, mais d'exclure l'exploitation de corridors de transport de gaz passant exclusivement par la mer Baltique. Cela profite non seulement à l'Ukraine, mais aussi à la Pologne, aux États baltes et, indirectement, aux États-Unis. Le timing du sabotage est tel que les investissements des pays européens dans le gazoduc et l'intérêt pour le gaz russe ne sont plus une priorité. Même si le prix de l'essence a de nouveau augmenté depuis l'incident.

Outre les déclarations, d'autres preuves indiquent l'implication des États-Unis dans l'accident. Il a été enregistré que des hélicoptères et des avions militaires américains ont volé à plusieurs reprises le long de la route du Nord Stream. Ces manœuvres ont eu lieu dans la première moitié du mois de septembre. On sait que des hélicoptères Sikorsky MH-60S utilisant l'indicatif FFAB123 étaient impliqués.

BALTOPS-22, un exercice dirigé par les États-Unis, s'est déroulé en été dans la région de l'île de Bornholm, près du site du sabotage. Il a été rapporté que "la marine américaine continue d'utiliser l'exercice comme une occasion de tester de nouvelles technologies... En soutien à BALTOPS, la 6ème flotte de la marine américaine, en collaboration avec les centres de recherche et de guerre de la marine, a déployé les dernières avancées en matière de drones de détection de mines sous-marines dans la mer Baltique pour démontrer leur efficacité dans des scénarios opérationnels. L'expérience a été menée au large de Bornholm, île danoise, avec des participants du Pacific Information Warfare Center de la Marine, du Newport Underwater Warfare Center de la Marine et du Mine Warfare Readiness and Performance Measurement Center, sous la direction de l'US Navy 6th Fleet Task Force 68.

Le 22 septembre, un détachement de navires de l'US Navy, dirigé par le navire d'assaut amphibie polyvalent Kearsarge, quitte la mer Baltique pour la mer du Nord. On peut supposer que les sous-mariniers américains auraient pu placer des mines sous trois points du pipeline, puis faire exploser les dispositifs (à distance ou en mode différé).

Washington est clairement à l'origine d'une escalade. Il est difficile de prévoir quel sera le prochain coup : détournement d'un navire de transport ou pillage des propriétés russes à l'étranger. Évidemment, il faut être prêt à toute provocation et donner une réponse immédiate et ferme.

mercredi, 28 septembre 2022

Détruire le gazoduc Nord Stream et "Fuck the EU !"

Gasleck-Nordtsream-4-3-108014400240-1440x1080.jpg

Détruire le gazoduc Nord Stream et "Fuck the EU !"

Par Dimitris Konstantakopoulos

Source: http://www.defenddemocracy.press/destroy-the-nord-stream-fuck-the-eu/

"Merci les USA" écrit sur son compte twitter l'ancien ministre des affaires étrangères de Pologne, membre du comité directeur du Club Bilderberg et actuel député européen Roman Sikorski (https://news.antiwar.com/2022/09/27/explosions-cause-major-damage-to-both-nord-stream-pipelines/). Sikorski fait référence au sabotage, selon toutes les indications, des deux pipelines sous-marins Nord Stream capables de transporter le gaz naturel de la Russie vers l'Allemagne. Sikorsky se réjouit que la Russie paie le prix de ses opérations en Ukraine et voit le pipeline de vingt milliards de dollars gisant inutilisable dans les profondeurs de la mer Baltique.

5ad04bd945f4ba24f60c018134a8267384bc638f348bd8fc6e65f0e4bc74074d_1.jpg

Les États-Unis nient bien sûr avoir un quelconque lien avec le sabotage du gazoduc. Mais normalement, les soupçons se portent sur eux, étant donné les nombreuses déclarations de responsables américains contre les deux pipelines. En janvier dernier par exemple, le président Biden lui-même a eu le dialogue suivant avec des journalistes :

Président Biden : "Si la Russie nous envahit... alors il n'y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin".

Journaliste : "Mais comment ferez-vous cela, exactement, puisque... le projet est sous le contrôle de l'Allemagne ?"

Biden : "Je vous promets que nous serons en mesure de le faire". (http://abcn.ws/3B5SScx). 

Quant à la secrétaire d'État adjointe Victoria Nuland (et l'un des protagonistes du coup d'État à Kiev en 2014), elle l'a dit en janvier dernier : "Si la Russie envahit l'Ukraine, d'une manière ou d'une autre, Nord Stream 2 n'avancera pas" (souligné par nous). 

Maintenant, Zelenski s'est précipité pour accuser la Russie d'être responsable du sabotage. Cette affirmation est plutôt ridicule comme l'était son autre affirmation selon laquelle les Russes bombardaient la centrale nucléaire de Zaporizhie, ce qui l'occupe (ou l'accusation contre Poutine selon laquelle il est responsable de l'assassinat d'un journaliste russe soutenant sa campagne ukrainienne à Moscou). 

Bien que ridicules, de telles affirmations sont utiles aux forces extrémistes et aux services secrets qui contrôlent et utilisent le président ukrainien comme un provocateur international, afin même d'intervenir dans la vie intérieure de l'Allemagne au nom du "parti de la guerre" international.

Dans un environnement public occidental dominé par l'hystérie anti-russe, il est presque impossible de trouver des médias qui exposent le ridicule de telles affirmations, notamment par crainte de paraître pro-russe.

Confrontés au dilemme de croire les moyens auxquels ils font confiance ou leur esprit contre eux, les citoyens sont jetés dans une confusion généralisée. C'est aussi la logique de Goebbels: mentez, mentez, il en restera quelque chose.

Avec les deux pipelines en bon état, la Russie tient largement en main l'approvisionnement énergétique de l'Allemagne. Moscou peut fournir du gaz si elle le souhaite ou peut refuser de le faire. Pour que les pipelines soient une arme entre ses mains, comme l'affirme Bloomberg, la Russie a besoin que les pipelines existent et puissent fonctionner.

Mais si les gazoducs sont en état de marche, l'Allemagne peut aussi, si elle décide de changer sa politique à l'égard de l'Ukraine, par exemple sous la pression du manque d'énergie, rétablir immédiatement le flux complet du gaz russe vers elle.

Au contraire, avec les deux pipelines hors service, Berlin est désespérément dépendante des États-Unis pour son approvisionnement en énergie, il lui sera donc beaucoup plus difficile de changer de politique sur l'Ukraine, si elle le souhaite.

En d'autres termes, ce que le sabotage des deux pipelines accomplit, c'est qu'il prive d'une part la Russie de son "arme" et que, d'autre part, il lie l'Allemagne et, d'une manière plus générale, l'Europe, à la politique belliciste de l'OTAN qui continue son action contre la Russie. Cela prouve ainsi, une fois de plus, que nous n'avons pas seulement affaire à une guerre contre la Russie, mais, aussi, à une guerre indirecte contre l'Europe lancée par l'"Empire". 

skynews-nord-stream-gas-leak_5912785.jpg

C'est l'Europe qui paie le coût des sanctions, son économie étant désormais sous la menace d'un effondrement complet, d'autant plus que le conflit autour de l'Ukraine s'intensifie. Les Etats européens, leur économie, leurs forces armées et leurs services secrets deviennent plus que jamais dépendants des Etats-Unis. L'Europe perd toute possibilité de cultiver des relations équilibrées avec Washington et Moscou, ce qui est une condition préalable à toute autonomie européenne. Elle se transforme en vassal total des Etats-Unis (Oscar Lafontaine : "L'Allemagne agit comme un vassal américain dans la guerre d'Ukraine" | cf. Defend Democracy Press) et de l'Empire international de la finance "super-impérialiste" (pour reprendre la terminologie de Kautsky) qui dirige l'"Occident collectif".

Cela ne doit pas être une surprise pour ceux qui connaissent les stratégies américaines et, en particulier, celles des néocons. L'une des idées principales qui sous-tendent leurs textes, comme par exemple le rapport Wolfowitz ou le Projet pour un nouveau siècle américain, est que Washington doit tout faire pour ne pas permettre à deux des pôles de puissance mineurs du monde (par exemple l'Europe et la Russie ou la Russie et la Chine) de développer des relations privilégiées entre eux, car dans ce cas ils remettraient en cause la domination mondiale des Etats-Unis. 

La destruction des relations Europe - Russie est un objectif secondaire, non déclaré mais très important de la politique ukrainienne des Etats-Unis depuis de nombreuses années. Nous avons eu une manifestation de cette politique lors de la crise ukrainienne de 2014. Les ministres des affaires étrangères français, allemand et polonais se sont alors rendus à Kiev et ont négocié un accord permettant une sortie pacifique de la crise. Les auteurs du coup d'État, dont le Secteur droit et d'autres paramilitaires d'extrême droite, ont attendu que leur avion quitte Kiev et, aussitôt après, ont lancé leur provocation suivie immédiatement de leur coup d'État armé contre Ianoukovitch. 

Une phrase prononcée alors par Victoria Nuland est devenue célèbre : "Fuck the EU!". 

Nous devons maintenant souligner le fait que trop peu d'Etats ont la capacité technique d'entreprendre une opération comme celle qui a été mené contre le Nord Stream et, également, une chance raisonnable de la garder secrète pendant une longue période après celle-ci. Je crois qu'il nous est conseillé de ne pas tirer de conclusions hâtives quant à savoir qui était directement responsable. 

Au contraire, il est presque certain que le sabotage des pipelines (alors que les référendums dans le Donbass et ailleurs avaient lieu), a été planifié et décidé par les centres de pouvoir de l'"Empire profond" et du "Parti de la guerre", contrôlant tout l'"Occident collectif" et même les États-Unis eux-mêmes. Nous avons vu l'action de ce parti à plusieurs reprises, non seulement sur le front de la crise ukrainienne, mais aussi de celles du Moyen-Orient et de la Chine. Maintenant, ils semblent avoir détourné, en quelque sorte, tout l'establishment politique occidental. 

À propos, Mme Victoria Nuland est une personne clé qui relie tous ces "fronts". Elle était la conseillère du républicain Dick Cheney lorsqu'il a lancé les guerres au Moyen-Orient et elle était également secrétaire d'État adjointe sous le président démocrate Obama, lorsque la crise ukrainienne a éclaté.  

Tant que le parti de la guerre ne rencontre aucune résistance sérieuse, que ce soit de la part de l'establishment politique, économique et médiatique occidental, ou des mouvements et partis de masse en Europe et en Amérique, ou des prétendus "intellectuels", il peut généraliser sans limites le conflit avec la Russie. Ils ne provoqueront pas la défaite de la Russie comme ils l'espèrent, mais ils tendent à conduire l'"Occident collectif" au néo-fascisme ("néoclassique" ou "postmoderne") et à une guerre mondiale totale.

Malheureusement, la plupart des politiciens, intellectuels, analystes ou activistes européens, même ceux qui, parmi eux, sont considérés comme radicaux, car ils ont vécu toute leur vie dans des temps relativement libres et prospères, semblent être organiquement incapables de réaliser pleinement vers quel type de précipice nous nous dirigeons et d'agir en conséquence.