Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 juin 2021

Netanyahou évincé du pouvoir : Naftali Bennett devient le nouveau Premier ministre d'Israël

GettyImages-1233188879-1320x881.jpg

Netanyahou évincé du pouvoir : Naftali Bennett devient le nouveau Premier ministre d'Israël

Ex: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/historico-de-noticias/34383-sacan-del-poder-a-netanyahu-naftali-bennett-se-convierte-en-el-nuevo-primer-ministro-de-israel

La Knesset, le nom du parlement israélien, a approuvé un nouveau gouvernement, mettant ainsi fin au mandat historique de Benjamin Netanyahu. Avec 60 voix pour et 59 contre, les législateurs ont mis fin dimanche à un cycle de deux ans de paralysie politique au cours duquel le pays a organisé quatre élections.

Le nouveau Premier ministre israélien est Naftali Bennett, un ancien conseiller de Netanyahu devenu son rival, qui doit maintenant présider une coalition de huit partis aux profondes différences idéologiques. De son côté, Netanyahu devient le chef de l'opposition et se retrouve dans une situation beaucoup plus faible, même au sein de son parti, le Likoud.

Pour mettre fin aux douze années de mandat de M. Netanyahu en tant que Premier ministre, l'opposition israélienne a conclu un accord pour former un nouveau gouvernement sans le Likoud, qui était le principal parti au pouvoir. Par ailleurs, le parti Yamina de Bennett et le parti Nouvel espoir de Gideon Sa'ar se sont joints au leader centriste Yair Lapid pour former un gouvernement de coalition après l'échec de Netanyahu.

Contexte politique

Netanyahou est devenu une figure polarisante de la politique israélienne, et il fait également face à un procès pour corruption depuis fin 2019. Chacune des quatre élections consécutives organisées dans le pays au cours des deux dernières années a été considérée comme un référendum sur la continuité de l'homme politique, qui s'est positionné comme la figure dominante de l'agenda national des trois dernières décennies.

94d8346f-5fb2-4e3a-a527-895338534c87.jpg

M. Bennett a affirmé que des mesures drastiques étaient nécessaires pour éviter de nouvelles élections et, bien qu'il partage l'idéologie nationaliste de M. Netanyahou, il a estimé qu'il n'y avait aucun moyen viable pour la droite de former une majorité à la Knesset après l'impasse des élections du 23 mars. L'homme politique a affirmé que de nouvelles élections donneraient les mêmes résultats et a estimé qu'il était temps de mettre fin au cycle.

Si ses opposants n'avaient pas réussi à former le gouvernement et que de nouvelles élections étaient convoquées, une autre possibilité s'offrait à Netanyahou, à savoir la formation d'un parlement qui serait favorable à l'octroi d'une immunité de poursuites pour la durée du litige dans lequel il est impliqué.

Le Washington Post révèle : Bibi impliqué dans un coup d'état en Jordanie

Un rapport révèle que le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu, alias "Bibi", a comploté avec les États-Unis et l'Arabie saoudite pour plonger la Jordanie dans l'instabilité.

Le Washington Post a révélé samedi que Netanyahou était impliqué dans les tentatives de Washington et de Riyad de faire pression sur le roi jordanien Abdallah II dans le cadre du prétendu accord de paix de la précédente administration américaine dirigée par Donald Trump, connu sous le nom de "deal du siècle".

À cet égard, un ancien responsable de l'Agence centrale de renseignement américaine (CIA), cité anonymement par le journal, a déclaré que Trump, président américain entre 2017 et 2021, était convaincu que le roi de Jordanie était "un obstacle" à la mise en œuvre de l'accord, qui laisse la quasi-totalité du territoire palestinien aux mains d'Israël.

La publication a souligné qu'il s'agissait de tentatives de "remise en cause" des politiques internes d'Amman ces dernières années, dont le point culminant a été le coup d'État manqué contre le roi de Jordanie, qui a eu lieu en avril dernier, pour "déstabiliser" le pays.

Le Washington Post a rappelé que les agences d'espionnage israéliennes avaient déjà informé le roi qu'elles n'étaient pas impliquées dans la tentative de coup d'État contre lui.

Un ancien responsable du renseignement américain qui a vu les messages envoyés à Amman en a déduit que "l'élément clé" des notes était le suivant : "Ce n'est pas nous. Cela vient d'en haut", a-t-il fait remarquer, faisant probablement allusion à Netanyahou.

JordanKingAbdullahParliament2012.jpg

Quel rôle joue Abdullah II dans Al-Quds ?

Selon le journal, la plupart des pressions se sont concentrées sur Al-Quds (Jérusalem), où Abdullah II est reconnu comme le gardien du "Mont du Temple" (nom donné par les Israéliens à la mosquée Al-Aqsa et au Dôme du Rocher).

Ce lieu saint est une zone d'Al-Quds, contrôlée par Israël, mais placée sous la garde de la Jordanie en vertu d'un statu quo en vigueur depuis 1967, lorsque le régime sioniste usurpateur a annexé la partie orientale de la ville lors de la guerre des Six Jours.

Alors que le rapport cherche à redorer l'image des services de renseignement israéliens, le quotidien israélien Yedioth Ahronoth, citant le site d'information Ammon, aligné sur la famille royale jordanienne, a révélé début avril l'implication d'un ancien agent des services de renseignement israéliens (le Mossad) dans la tentative de coup d'État en Jordanie.

Il a expliqué que l'ancien fonctionnaire israélien a offert à l'ancien prince héritier jordanien Hamza bin Hussein et à sa femme un avion pour s'échapper du pays.

Écrire un commentaire