Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 08 août 2021

Pegasus et les guerres du cyberespace

Pegasus.jpeg

Pegasus et les guerres du cyberespace

Ex: https://piccolenote.ilgiornale.it/52443/pegasus-e-le-guerre-cyberspaziali

Cet été chaud et tragiquement pluvieux a été un peu égayé par une histoire d'espionnage made in Israël, dont le protagoniste est la NSO, une société de cybersécurité qui a vendu à la moitié du monde son système d'espionnage avancé, Pegasus, capable d'infiltrer les systèmes de communication avec une facilité toute nouvelle, sans aucune interaction de la part de l'utilisateur.

Il suffit de connaître le numéro de téléphone de la personne concernée, selon la démonstration publique de l'entreprise aux autorités saoudiennes, qui ont été invitées, pendant la représentation, à acheter un smartphone dans le supermarché voisin, puis à ne leur communiquer que le numéro de l'appareil. La démonstration a été un succès total, les Saoudiens étant en extase et prêts à signer les contrats obligatoires.

Une anecdote racontée par Haaretz explique comment Netanyahu était le principal sponsor de l'entreprise. L'article illustre en effet la corrélation ponctuelle entre les voyages de l'ancien premier ministre israélien dans le monde et l'achat de Pegasus par les pays intéressés.

Une ponctualité surprenante, pour laquelle nous nous référons au journal israélien. Bien sûr, c'est le jeu de tout le monde, car NSO n'est pas la seule société à vendre de tels produits (elle est en bonne compagnie avec les Américains, les Russes et bien d'autres), mais le fait que le Pegasus ait été vendu à des régimes autoritaires et utilisé pour espionner des journalistes et des personnalités de l'opposition a jeté une ombre sur ces opérations.

Opération commerciale et géopolitique

Ces opérations, explique encore Haaretz, n'avaient pas seulement un but commercial, mais avaient aussi une valeur "géopolitique". A tel point que l'article mentionne également la Défense israélienne, qui est appelée à donner les autorisations nécessaires pour la vente de logiciels sophistiqués à des pays tiers.

Shalev_Hulio.jpg

Le journal israélien cite un certain nombre d'exemples où des interventions supérieures ont dicté la ligne à l'entreprise en question, ainsi qu'à d'autres rivaux (également israéliens). Des exemples comme celui-ci : "Le fondateur et PDG de NSO, Shalev Hulio (photo)" a déclaré à Haaretz que "après que la société ait décidé d'appuyer sur le fameux kill switch de son logiciel, coupant les vivres à ceux qui abusaient de son système Pegasus, elle a reçu une demande pour le réactiver pour des raisons diplomatiques et de défense".

En particulier, le logiciel semble avoir servi à accompagner l'accord d'Abraham avec les pays du Golfe, mais aussi à encourager une "surchauffe" des relations entre Riyad et Téhéran, une évolution qui va dans le sens des intérêts d'Israël.

En bref, bien qu'ils aient été créés et gérés par des personnes privées, la NSO et ses organisations sœurs ont agi en coordination avec l'appareil étatique israélien. Cette hypothèse a également été avancée par le Washington Post, qui a titré : "Les responsables de la sécurité des États-Unis et de l'UE se méfient des liens entre la NSO et les services de renseignement israéliens". Et donc dans le sous-titre : "Des fonctionnaires et des analystes affirment que la société israélienne de technologie de surveillance a créé un produit de classe mondiale, mais certains soupçonnent une relation avec le gouvernement israélien".

Les guerres du cyberespace

NSO nie les allégations et affirme être victime d'une campagne orchestrée, ce qui est évident dans un premier temps et plus que plausible dans un second, puisqu'il s'agit d'un secret de polichinelle, partagé par de nombreuses entreprises du secteur, qui a émergé pour créer un scandale à retardement.

Cela dit, il est probablement bon que, au moins pour une fois, le monde puisse s'interroger sur certaines opérations et sur certains mélanges ; et plus généralement, sur les multiples sens du terme cybersécurité.

13:29 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cyberspace, pegasus, israël, nso, espionnage, cyber-espionnage | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire