Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 juillet 2022

Mme Baerbock, désorientée

Annalena-Baerbock.jpg

Mme Baerbock, désorientée

Par Mirjam Lübke

Source: https://ansage.org/die-orientierungslose-frau-baerbock/

Annalena Baerbock et la coalition "tricolore" sont actuellement à la recherche de diplomates - et ce "sans connaissances générales et test psychologique", comme l'écrit le Merkur. Lors de son entrée en fonction, Mme Baerbock avait déjà laissé entendre qu'elle souhaitait à l'avenir mener une "politique étrangère féministe". Apparemment, cela passe aussi par l'abaissement des exigences : "Dans la recherche actuelle, deux tests qui devaient encore être réussis jusqu'à présent sont supprimés : le test de connaissances générales et le test psychologique", explique le Merkur. Ce qui est particulièrement piquant, c'est ce qu'un initié a révélé au portail : "Le test psychologique a été supprimé parce que les candidates étaient particulièrement nombreuses à l'avoir raté".

Si l'information sur les projets de notre ministre des Affaires étrangères tant vantée concernant la formation des futurs diplomates s'avérait exacte, cela expliquerait plusieurs choses : d'une part, pourquoi Annalena Baerbock voyage-t-elle si assidûment dans le monde - et d'autre part, son refus de parler à son collègue russe Lavrov. Jusqu'à présent, nous avons tous supposé qu'il s'agissait d'un acte symbolique basé sur des principes éthiques sophistiqués. Parler à l'ennemi est une capitulation sans courage ! Ce que Mme Baerbock demande à Israël - de mener des négociations de paix avec des organisations qui vous rendent la vie difficile en permanence - ne s'applique évidemment pas à un État moralement supérieur comme l'Allemagne.

annalena_2021.jpg

De fausses prémisses

Mais peut-être nous sommes-nous tous laissés guider par des présupposés erronés ? N'est-il pas tout simplement possible que Mme Baerbock ne trouve pas le chemin de Moscou ? " Comment cela ? Oslo n'est pas du tout la capitale de la Croatie ? Il faut bien qu'on me le dise ! Maintenant, je me réjouissais tellement de manger une paella végétalienne" ! - jusqu'à ce que vous retrouviez le chemin de l'Allemagne, avec un détour par Palau, cela peut prendre quelques jours. Heureusement, les Verts ont d'énormes affinités avec l'islam ; on n'ose imaginer que Mme Baerbock, par manque de culture générale, apporte un authentique jambon de la Forêt Noire lors de sa visite officielle au Qatar ! Avec un bon rouge de la Moselle, bien gouleyant. Les bonnes relations commerciales seraient alors rompues !

Il est frappant de constater que jusqu'à la nomination d'Annalena Baerbock au poste de ministre des Affaires étrangères, il était considéré comme hautement sexiste de commenter avec bienveillance le style vestimentaire d'une femme politique. Désormais, la presse ne tarit pas d'éloges sur l'allure "élégante" de notre ministre des Affaires étrangères - même si, malheureusement, aucune robe, aussi chic soit-elle, ne fera d'elle une seconde Condoleezza Rice. Pourtant, chaque mot sortant de la bouche de Mme Baerbock est absorbé par la presse comme une révélation. Elle a maintenant constaté le peu que nous pouvons faire pour l'Ukraine si nous venons à manquer de gaz naturel : il y aurait alors un risque de "soulèvement populaire". Entre-temps, Mme Baerbock a également pris conscience de l'état déplorable des réserves de gaz en Allemagne - les citoyens pourraient bientôt se mettre sérieusement en colère.

12,w=1986,q=low,c=0.bild.jpg

Pas étonnant que les exigences soient réduites partout

Pendant ce temps, son collègue Habeck défend vaillamment la non-ouverture de Nord Stream 2 parce qu'il ne faut pas devenir encore plus dépendant du gaz russe. Mais dans le même temps, il se plaint de l'irrégularité de l'approvisionnement par le gazoduc jumeau Nord Stream 1, ce qui a même suscité le mécontentement des journalistes de la ZDF. On pouvait avoir l'impression que Poutine avait installé sur son bureau une vanne lui permettant de couper ou d'ouvrir le gaz aux Allemands selon son humeur. Ce n'est pas que je ne le crois pas capable de le faire - mais il est apparu très clairement dans la conversation que Habeck était assez dépassé par les détails techniques.

Dans ces conditions, il n'est pas étonnant que le niveau de formation soit abaissé partout afin d'accroître à nouveau la distance intellectuelle entre les dirigeants et les gouvernés. Des diplomates sans culture générale, des spécialistes sans diplôme professionnel - il n'y a plus grand-chose à dire. On peut certes s'initier à certains métiers, mais il faut ensuite montrer dans la pratique ce que l'on sait faire. Pour les diplomates et les "professionnels", il semble que l'on achète un chat dans un sac - voyons ce que cela donne ! Alors que dans les années 90, il était difficile pour les réfugiés russes de faire reconnaître leurs titres et diplômes, nous jouons maintenant à la loterie. Autrefois, les dents étaient arrachées par le maréchal-ferrant, ce qui permettait d'économiser beaucoup d'argent (je n'ai rien contre les maréchaux-ferrants, changer un pneu de cheval n'est certainement pas une mince affaire).

Fort ou mignon ? Embarrassant dans tous les cas

En ce qui concerne la maîtresse de maison du ministère des Affaires étrangères, on ne sait pas non plus exactement quelle est sa formation réelle ; après tout, elle a dû modifier son CV à plusieurs reprises avant qu'il ne corresponde au moins un peu à la réalité. "Quelque chose en rapport avec le droit international". Le pire, c'est que Mme Baerbock elle-même ne considère pas cela comme un défaut et fait des efforts embarrassants pour "grandir" dans sa fonction. Je vous l'accorde : Je me sentirais mal si j'étais soudain propulsé à un tel poste ; au début, je pourrais même bégayer un peu. Ou alors, j'aurais peur de me ridiculiser en ne connaissant pas les us et coutumes du pays que je visite. Dans ce cas, la seule chose à faire est d'évoluer le plus rapidement possible.

Mais Annalena Baerbock fait l'objet d'un tel culte de la personnalité qu'elle ne devrait même plus en avoir besoin. La presse semble ne pas pouvoir décider si elle doit trouver la ministre forte ou mignonne - tout ce qu'elle fait est tout simplement génial ! Et comme l'Allemagne a tendance à surestimer son influence internationale, il en sera probablement toujours ainsi.

Les journalistes devraient peut-être prendre des douches froides plus souvent... c'est censé réveiller. Mais il faudrait alors que de la neige sorte du pommeau de la douche en Allemagne.

Écrire un commentaire