Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 juillet 2022

Axe du Mal: piraterie dans les eaux autour de la péninsule arabique

acd9d1fc-0001-0004-0000-000000563631_w1200_r1_fpx60.82_fpy50.jpg

Axe du Mal: piraterie dans les eaux autour de la péninsule arabique

Damir Nazarov

Source: https://www.geopolitika.ru/article/piratstvo-osi-zla

Israël semble s'être établi sur plusieurs îles dans des mers adjacentes à la fois. Nous parlons de Socotra (mer d'Arabie) et de Tiran (mer Rouge). Si les choses sont beaucoup plus simples avec Tiran (les Saoudiens et les Egyptiens mettent gentiment l'île à la disposition des sionistes), la situation avec Socotra laisse présager une nouvelle guerre d'indépendance pour le peuple yéménite.

1104538.jpg

Profitant de sa position privilégiée dans l'intervention saoudienne contre le Yémen, l'armée émiratie a commencé à occuper Socotra à partir de 2015 dans l'espoir de créer un sentiment pro-émirati. L'établissement d'une tribu loyaliste a échoué, après quoi les Émirats ont entamé un processus d'expulsion des habitants de l'île. C'est ainsi que le "Yémen collectif" (Nord et partiellement Sud) a réalisé que les EAU avaient décidé de s'emparer de l'île. Les habitants comparent les actions des Émirats à la Nakba palestinienne. La première base militaire émiratie à Socotra date de 2018, puis en 2021, les Émirats ont continué à renforcer leur contingent et ont occupé l'île d'Abd-El Kouri.

ee06eef4-346d-4b92-a7ac-e1808de1c0ec.jpg

5-269.jpg

Les raisons de l'occupation en dehors de la géopolitique sont nombreuses pour le fidèle satellite de l'Amérique, comme le pétrole, selon le gouverneur d'Aden : "il y a six secteurs pétroliers prometteurs sur l'île", une zone touristique attrayante, bien que le directeur de la promotion du tourisme au Yémen ait noté que les Émirats ont déjà détruit l'environnement naturel de l'île. Dans tous les cas, les deux parties du conflit ont donc beaucoup de travail à faire pour créer les conditions nécessaires au tourisme. Néanmoins, il y a un an, les EAU ont pu organiser un voyage pour 4000 Israéliens sur l'île. Outre les hydrocarbures et les loisirs, Socotra possède des herbes rares réputées pour leurs pouvoirs de guérison, ouvrant la voie à la création de médicaments de qualité. Le tandem émirati-sioniste a déjà pris possession de cette végétation unique et utilise ces éléments de la flore en pharmacologie, a rapporté une "communauté indépendante de biologistes américains". Des races rares d'oiseaux, ont également été pillées par les Émirats. Les célèbres "arbres champignons" ornent désormais les rues de Dubaï après avoir été volés sur l'île. Le vol de ce type de ressources naturelles fait partie du programme de "développement vert" des EAU.

B9727328584Z.1_20210610232711_000+GPFI9941D.1-0.jpg

Le pillage des ressources de Socotra va de pair avec un plan au service du sionisme, où les EAU cherchent à rendre l'île yéménite disponible pour une présence militaire "néo-khazar". Depuis 2020, le Mossad, avec l'aide des moukhabarat des EAU, prépare activement Socotra à ouvrir un nouveau chapitre dans l'opposition à l'Iran et à ses alliés. Dans ce cas, le sionisme tente de créer des problèmes à Ansar Allah. En plus de combattre les révolutionnaires yéménites, les "nouveaux Khazars" et les Émirats rêvent de contrôler les lignes maritimes qui s'étendent du nord de la mer d'Oman au golfe d'Aden et à la mer Rouge. La prise de Socotra est la première étape d'une "stratégie pirate" pour le contrôle des ports et des détroits. Après Socotra, par exemple, les Émirats ont saisi en 2017 l'île de Mayon, située à l'entrée du détroit de Bab al-Mandab. Selon Emirates Links, des "officiers israéliens" étaient également impliqués dans l'occupation de l'île. Plus tôt en 2015, les EAU ont construit des bases militaires au Somaliland et en Érythrée. Selon l'Administration américaine d'information sur l'énergie, plus de 6,2 millions de barils par jour de pétrole brut et de ses dérivés et environ 30 % du commerce mondial de gaz naturel passent par ledit détroit.

Le sionisme avait l'œil sur Bab al-Mandab immédiatement après la révolution de septembre 2014, lorsque Netanyahu a déclaré qu'il y avait "danger si Ansar Allah atteint Bab al-Mandab". Les craintes des occupants sont faciles à expliquer, car ils dépendent du transport maritime pour la plupart de leurs transactions commerciales. Selon Haaretz, 90% des importations et exportations "israéliennes" se font par voie maritime, et 12% de ces transactions passent par le détroit de Bab al-Mandab. La fermeture du détroit porterait donc un coup sans précédent à l'économie des occupants de la Palestine. Le vice-ministre de l'information, Fahmi al-Yusifi, a noté que "les mouvements israéliens au Yémen ne sont pas apparus hier ou aujourd'hui, et ils n'ont pas été causés par l'intervention des Émirats, cela s'est passé il y a des décennies, notamment depuis 1973, lorsque le Yémen a participé à la guerre d'Octobre et a fermé Bab al-Mandab face aux cuirassés, ce qui a été un facteur dans la retraite d'"Israël" et son retrait des îles Tiran et Sanafir." Al-Yusifi affirme qu'une telle présence est la pierre angulaire de l'usurpation des îles les plus importantes de l'océan Indien en faveur du sionisme, car elle est conforme aux ambitions expansionnistes des occupants de la région. Le fait est que le rôle des Émirats arabes unis en faveur d'"Israël" s'étend du détroit d'Ormuz, en passant par Socotra et Bab al-Mandab, jusqu'aux côtes de la Somalie, de Djibouti, de l'Érythrée, du Soudan, de l'Égypte et de la Libye, l'État du Maroc allant encore plus loin. Cette démarche des Émirats constitue une occupation conjointe des îles yéménites et de la côte yéménite. Quiconque se souvient des événements du milieu des années 90 sait que le régime de Sanaa (*) a cédé une partie de l'archipel de Hanish à l'Érythrée, qui a à son tour conclu des contrats avec "Israël" pour fournir une partie de cet archipel."

260px-Hanish.jpg

En plus de la piraterie, selon les médias occupants de la "terre sainte", il existe déjà un accord de coopération militaire entre "Israël" et les EAU en mer Rouge. En outre, les ressources d'information de l'"entité temporaire" indiquent ouvertement qu'outre les Émirats, l'Arabie saoudite, l'Éthiopie et les séparatistes du sud du Yémen sont d'autres alliés des occupants en termes de saisie de territoires maritimes. Il est certain que l'alliance des pirates et de leurs laquais ne se limitera pas à la mer d'Arabie, son objectif est le golfe Persique.

Il y a cependant un aspect positif à cette histoire sordide de colonisation de la région. À la surprise de Riyad et d'Abou Dhabi, des pays comme la Somalie et Oman ont refusé de soutenir l'intervention des Émirats et ont clairement exprimé leur position selon laquelle Socotra appartient au Yémen, notamment l'État africain a souligné à plusieurs reprises le statut de l'archipel qui doit dépendre de Sanaa. Les Emiratis et les sionistes sauront désormais que dans les futures guerres navales, Ansar Allah pourrait trouver des alliés inattendus. Entre-temps, le peuple de Socotra forme déjà une vaste opposition aux occupants sous toutes les formes.

Vous pouvez voir la beauté de l'archipel ici:

capsoktion.jpg

socotra-0.jpg

aerial_view_socotra_small.jpeg

Socotra_Yemen_7O2A_DX-News.jpg

P.S. Il n'y a pas que le sionisme qui rêve de s'emparer des îles du Yémen, la Grande-Bretagne a aussi la nostalgie de son ancienne colonie, de plus il y a des rumeurs de l'intention des Américains d'établir leur base militaire sur l'île de Mayon pour protéger le sionisme.

(*) - la dictature de feu Saleh.

Écrire un commentaire