Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 24 janvier 2023

L'"Homo Davos"

4dccccc6f2b7766a4b1061d67fda253e.jpg

L'"Homo Davos"

Par Raphael Machado

Source: https://jornalpurosangue.net/2023/01/19/o-homo-davos/

A Davos se construit un nouvel archétype de l'homme, tout droit sorti des pages dystopiques de Yuval Harari.

L'"homme de Davos" n'est pas comme nous, simples mortels, il est pratiquement membre d'une autre espèce, rappelant ces extraterrestres du film They Live (en français: Invasion Los Angeles). Les mythes sur les "reptiliens" ne sont que l'idiotie superficielle et "conspirationniste" du sentiment d'étrangeté absolue que suscite "l'homme de Davos".

Lui, par exemple, ne vient de nulle part. Son corps est naturellement né quelque part, mais l'"homme de Davos" se distingue en n'ayant aucun attachement particulier au lieu de sa naissance. Il le quitte dès qu'il le peut, pour aller étudier dans un autre pays. Au cours de ses études, il passera par un ou deux autres pays. Dans l'un de ces endroits, il choisira une épouse banale, une étudiante d'origine asiatique.

Son entreprise sera développée "autour de là". Il possède une usine de voitures au Vietnam et une entreprise de biscuits en Finlande, sans oublier bien sûr une banque en Italie, une usine d'armes en Bolivie et un pied dans le business des sociétés militaires privées avec un siège à Luanda. Sa maison, bien sûr, est en Suisse, mais il passe plus de temps à l'hôtel qu'à l'intérieur. Ce n'est pas vraiment une "maison" qu'il a, mais juste un "endroit" où laisser des choses.

Il a un certain penchant romantique pour l'espéranto, qu'il aimerait voir mondialisé, mais comme il n'a pas eu le temps de l'apprendre, il parle anglais. En fait, lorsqu'il pense, il pense d'abord en anglais et seulement ensuite dans sa langue maternelle, si tant est qu'il le fasse.

Son enfant, s'il en a un, a été produit par éprouvette ou par mère porteuse, mais parfois l'"Homme de Davos" "adopte" aussi un ou deux enfants africains ou haïtiens, arrachés presque de force à leurs familles misérables, pour montrer combien il est noble et supérieur. Du haut de sa noblesse, l'"Homme de Davos" sème aussi une poignée d'ONG, de fondations et d'instituts. Ces projets permettront de dispenser une "éducation" et de promouvoir l'"inclusion" et les "droits de l'homme", notamment dans les pays qui n'apprécient pas trop ces "hommes de Davos". Avec cela, l'"Homme de Davos" croit faire le bien. Ce faisant, il sape le tissu social des nations du monde entier.

L'"homme de Davos" soutient pleinement l'ensemble du récit sur le genre comme étape préparatoire au transhumanisme. Mais il n'est pas vraiment intéressé par les résultats les plus aberrants de cette voie, il s'intéresse davantage aux transmutations subtiles, comme l'édition de gènes, ou à des formes plus radicales de transmutation, comme l'IA et la virtualisation. Parfois, bien sûr, la fille de l'"Homme de Davos" glisse vers quelque chose de plus exotique, mais cela en fait partie. Depuis combien d'années ne l'a-t-il pas vue ?

L'"homme de Davos" a dépassé même la simulation publique de la religiosité. Son idéologie, son style de vie, sa sexualité, tout cela se mêle à une religiosité basée sur des rituels exotiques qu'il a appris lors d'une réunion au Luxembourg avec un moine bouddhiste américain dans un monastère uruguayen. Parfois, ces rituels deviennent incontrôlables et un enfant innocent meurt. Mais dans un monde de sept milliards d'habitants, ce n'est qu'une statistique.

Il utilise des jets pour se rendre à des conférences sur le climat afin de débattre de la manière d'apprendre à la populace à sauver la nature, alors qu'une journée de fonctionnement de son entreprise annule déjà une année d'austérité plébéienne. Il chante également la nécessité de faciliter les flux migratoires, dont aucun n'atteindra ses demeures, après tout, vous ne pouvez pas construire votre empire sans main-d'œuvre servile. Alors que le monde s'enfermait à l'intérieur, tout le monde portant des masques (ses télévisions en Hollande et les journaux égyptiens ont aidé à diffuser la propagande), il allait aux fêtes, libre, léger et décontracté.

L'"Homme de Davos" a construit un bunker. Il pense qu'une guerre nucléaire est presque inévitable. Rire à part, certains admettent que peut-être alors la Grande Réinitialisation se déroulera plus en douceur. Malheureusement, "l'homme de Davos" pense que tous les dirigeants du monde pensent comme lui, et qu'il peut acheter les autres.

Il n'a pas mis sur la calculette le retour des sociétés traditionnelles.

Écrire un commentaire