Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 avril 2023

Tentative de changement de régime en Géorgie - l'ukrainisation est-elle imminente ?

13924947.jpg

Tentative de changement de régime en Géorgie - l'ukrainisation est-elle imminente?

Alexander Markovics

Des manifestants lancent des cocktails Molotov sur les policiers. Drapeau européen à la main, ils tentent de prendre d'assaut le Parlement. Ce qui ressemble à un scénario de guerre civile ou à une révolution de couleur, digne d'un livre d'images, s'est déroulé du 6 au 10 mars dans un État du Caucase, la Géorgie. La "pierre d'achoppement" était littéralement une proposition de loi du gouvernement géorgien visant à rendre public le financement étranger des ONG si celles-ci recevaient plus de 20% de leurs fonds de l'étranger. Ces organisations auraient été obligées de donner au ministère de la Justice l'accès à toutes les données, y compris les informations personnelles.

Mais cette démarche, qui est une pratique courante aux États-Unis et dans d'autres pays occidentaux, a été accusée dans ce cas de "tournant autoritaire" par Bruxelles et Washington. L'organisation "Transparency International", qui aurait été la principale concernée par cette loi, a principalement appelé à protester contre cette décision. Ses soutiens, visibles publiquement, appartiennent à une famille géopolitique terriblement occidentalisée : la Commission européenne, l'Open Society Foundation de l'autoproclamé "roi de l'Europe de l'Est" George Soros et l'International Republican Institute, proche du National Endowment for Democracy, qui est lui-même un groupe de réflexion et de révolution financé par les Etats-Unis. Le gouvernement géorgien avait donc toutes les raisons de garder un œil critique sur les nombreuses ONG présentes dans le pays, d'autant plus qu'une révolution de couleur, la "révolution des roses", avait déjà eu lieu en 2003. Celle-ci a non seulement porté Mikhaïl Saakachvili au pouvoir en 2004, mais a également conduit à un réarmement du pays par les États-Unis, qui ont finalement poussé la Géorgie à provoquer la Russie en 2008.

maxszresdefault.jpg

Cela a conduit à la guerre du Caucase de 2008, que la Géorgie a perdue. Grâce notamment à la présidente pro-occidentale de la Géorgie, Salomé Zourabichvili (photo), les manifestants ont finalement obtenu gain de cause et la loi a été retirée. Jusqu'ici, la situation actuelle de la souveraineté géorgienne est décevante. Face aux pressions extérieures, le Premier ministre Irakli Garibashvili met en garde contre l'ukrainisation du pays. Selon lui, ce plan de l'Occident devait conduire à un coup d'État en Géorgie afin d'ouvrir un deuxième front contre la Russie en Géorgie avec un chef de gouvernement docile, dans le but de renverser le sort de la guerre au détriment de la Russie. On va donc bientôt mourir non seulement jusqu'au "dernier Ukrainien", mais aussi jusqu'au "dernier Géorgien" ?

C'est dans ce contexte que la tristement célèbre ministre allemande des Affaires étrangères, Mme Baerbock, s'est rendue en Géorgie afin de mettre le pays sur la voie de l'UE. Mais jusqu'à présent, Bruxelles ne veut pas donner au pays une perspective d'adhésion, les réformes étant trop "lentes". Le gouvernement de Tbilissi, quant à lui, ne semble pas pressé et préfère se libérer progressivement des griffes de l'Occident. Le souvenir de la défaite de la guerre de 2008 est encore trop frais pour que l'on veuille être précipité dans la prochaine guerre. L'avenir de la Géorgie reste donc ouvert.

Écrire un commentaire