Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 juin 2016

Après le Brexit, l’Europe peut revenir

Athènes_Acropole_Caryatides.JPG

Après le Brexit, l’Europe peut revenir

Ex: http://metamag.fr

Bernard Asso,

Professeur des universités

Invoquer De Gaulle est devenu une sorte de rituel mais je ne me priverai pas de la gourmandise de le faire dans cette phase de Brexit.

Il est bon de rappeler qu’il a toujours été hostile à l’entrée de la Grande Bretagne dans l’Europe que construisaient les pays fondateurs de l’époque : France – Allemagne – Italie – Benelux.

Avec le sens de ses phrases lapidaires, il rappelait que l’Angleterre était une île ouverte vers le large, dominée par un prisme essentiellement commercial et porte-avion avancé des États-Unis.

Sa vision de l’Europe était marquée par l’intérêt des nations mais également par la nécessité d’une réconciliation avec l’Allemagne, ce qu’il fit par le Traité de l’Elysée en 1963 et il n’a eu de cesse, alors que l’Union soviétique exerçait son imperium, d’évoquer une Europe allant de l’Atlantique à l’Oural lorsque la Russie renaîtrait.

Plus de 50 après, on y est .

Le départ des Britanniques peut s’expliquer pour de multiples raisons

Certes ils ne supportaient plus le néo jacobinisme de Bruxelles, pas plus que les entraves à la liberté du commerce, préférant un esprit de libre échange plutôt que l’édification de normes pour un marché unifié mais surtout le 23 juin, il faut le dire, la majorité des électeurs qui ont voté pour le Brexit se sont déterminés sur la question de l’immigration.

Certes la moitié de la classe politique tant conservatrice que travailliste, lorsqu’elle a joué le Brexit l’a fait pour les conservateurs en écoutant ses électeurs, notamment les classes moyennes déclassées, et les travaillistes ont écoutés les cols bleus inquiets d’être concurrencés par des non britanniques dans les offres d’emploi.

Au fond, les britanniques ont souhaité reconquérir leur souveraineté pour maîtriser eux-mêmes les flux migratoires même s’ils auraient pu le faire déjà, mais cela impliquait, et impliquera, de ne plus tenir compte de la jurisprudence de la Cour de Strasbourg qui privilégie les individus nomades sur les peuples.

Toutefois, les britanniques n’ont jamais eu le désir d’une Europe puissance tant ils sont traditionnellement et historiquement hostiles, à un continent unifié ayant un destin politique autonome du monde anglo-saxon et de nos jours avec un désir de relation pacifiée avec la Russie.

Aujourd’hui les choses doivent être clarifiées

Il convient que les Britanniques puissent se séparer rapidement de l’Union Européenne car ils sont porteurs des intérêts géopolitiques américains.

Ils auront à définir leur propre stratégie, mais du côté de l’Union Européenne c’est une chance historique pour réorienter l’Europe vers une Europe des nations, rappelant le principe de subsidiarité selon lequel les services mutualisés européens ne seront compétents que lorsque les institutions nationales ne peuvent pas traiter elles-mêmes le problème.

Il serait inconvenant de ne pas tenir compte de la volonté grandissante des peuples d’Europe à ne plus vouloir accepter, au nom de la liberté de circulation des personnes, que cette dernière soit dédiée à tous et non pas exclusivement aux Européens.

Il reste que, pour revenir à cette notion d’Europe puissance continentale, il va falloir que les parlements nationaux aient un débat sur quelle Europe des nations veulent-ils ?

On entendra certainement des débats socio économiques sur l’harmonisation fiscale, sur l’harmonisation du code du travail, sur les travailleurs détachés, sur la couverture sociale, débats certes importants mais domestiques.

Les vraies questions seront celles des mécanismes de gouvernement, de l’Europe de la défense, des techniques de prises de décision mais également de ce qui fait une identité européenne en partage en parlant enfin des origines communes.

On ne peut pas bâtir l’Europe sur le seul engagement à respecter la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme qui a trop servi de socle à l’impérium idéologique de la Cour de Strasbourg.

Il faut avoir le courage, le cas échéant, de suspendre la portée de cette jurisprudence lorsque sont en cause les intérêts nationaux en matière de politique migratoire.

Il convient également d’organiser la zone euro et de déterminer les conditions de l’harmonisation en matière de politique économique.
Mais tout cela ne sont que des outils techniques.

La vraie question est celle de s’interroger sur le « nous » et les « autres ».

En quoi sommes-nous des européens enracinés dans nos patries charnelles et différents des « autres » et pourquoi voulons nous être différents des « autres » ?

Ce ne sont pas des débats théoriques sur les institutions, sur le droit constitutionnel, sur le fédéralisme, sur le confédéralisme, sur le juge européen, sur les tarifs extérieurs qui règleront la question centrale  qui est celle de savoir qu’est ce qu’être européen aujourd’hui et jusqu’à quel prix on est prêt à s’engager pour le demeurer ?

C’est une interrogation philosophique, historique, politique, voire spirituelle.

Ne pas atteindre ce niveau de débat pour en rester à des débats techniques, c’est fragmenter rapidement l’Union Européenne et ne pas être sûr que l’Europe se reconstruise à temps dans cette période où les joueurs géopolitiques sont à la fois les espaces/Etats/continentaux et les religions.

Aurons-nous les hommes et les femmes pour ce faire ?

Pour l’instant j’en doute car le monde politique actuel a le nez sur les questions domestiques.

Beaucoup sont issus d’une pensée néo marxiste ou sociale démocrate qui met l’économie au centre de tout, même si les britanniques viennent de nous démontrer qu’ils avaient fait le choix de leur identité.

Avons-nous les ressorts intellectuels pour apprendre à conjuguer Nations et Europe ?

Il y a trop de faveur soit pour le nomadisme mondialisé, soit pour l’individualisme narcissique pour que puisse se lever enfin le sentiment que la vie de chacun ne peut pas se réduire simplement à la vie de soi.

Nous sommes des héritiers et nous avons un devoir de pérennité pour assumer notre destin collectif. La Nation, pour ce faire, semble plus rassurer les personnes. L’espace européen, s’il n’est qu’un espace ne nous rassurera pas s’il ne devient pas un mythe inscrit dans les origines et la durée.

Alors devenu ce symbole commun, il pourra ajouter, aux espaces nationaux, une envie de puissance pour que les européens puissent être à nouveau des vrais acteurs dans l’histoire.

Écrire un commentaire