Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 décembre 2022

UE : vers la militarisation

ejército-unión-europea_1.jpg

UE : vers la militarisation

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/es-kurs-na-militarizaciyu

Le 10 novembre 2022, la Commission européenne a dévoilé son nouveau plan d'action "Mobilité militaire 2.0". En parallèle, la "Stratégie de cyberdéfense de l'UE" a été publiée.

Officiellement présentés, les documents visent à "faire face à la détérioration de l'environnement sécuritaire suite à l'agression de la Russie contre l'Ukraine et à améliorer la capacité de l'UE à protéger ses citoyens et ses infrastructures".

Selon Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de la Commission européenne, "Aujourd'hui, il n'y a pas de défense européenne sans cyberdéfense. Par conséquent, les deux stratégies sont interconnectées et complémentaires".

En résumé, le plan d'action sur la mobilité militaire devrait aider les armées européennes à répondre mieux, plus rapidement et à une échelle suffisante aux crises survenant aux frontières extérieures de l'UE et au-delà. Elle devrait renforcer la capacité de l'UE à soutenir les États membres et les partenaires en ce qui concerne le transport des troupes et de leur équipement. Il vise également à renforcer la coopération avec l'OTAN et facilitera la communication et le dialogue avec les partenaires clés. Dans le contexte de la position actuelle de l'UE à l'égard de l'Ukraine, ainsi que du renforcement du flanc oriental de l'OTAN, cette initiative ouvre la voie à une nouvelle confrontation avec la Russie et attire dans l'orbite d'influence de Bruxelles des États qui ne sont pas encore membres de l'UE ou de l'OTAN.

S'appuyant sur les réalisations du premier plan d'action lancé en 2018, la nouvelle mobilité militaire couvre la période 2022-2026 et comprend :

- Identifier les éventuelles lacunes en matière d'infrastructure, informer les actions futures pour prioriser les améliorations et intégrer les exigences de la chaîne d'approvisionnement en carburant pour soutenir les mouvements à grande échelle des forces armées à court terme ;

- Numérisation des processus administratifs liés aux douanes, à la logistique et aux systèmes de mobilité militaire ;

- Mesures visant à protéger les infrastructures de transport contre les cyberattaques et autres menaces hybrides ;

- Faciliter l'accès aux véhicules de livraison stratégiques et maximiser les synergies avec le secteur civil pour améliorer la mobilité militaire, notamment par voie aérienne et maritime ;

- Améliorer l'efficacité énergétique et la résilience au changement climatique des systèmes de transport ;

- Renforcer la coopération avec l'OTAN et les partenaires stratégiques clés comme les États-Unis, le Canada et la Norvège, tout en facilitant l'engagement et le dialogue avec les partenaires régionaux et les pays de l'élargissement comme l'Ukraine, la Moldavie et les Balkans occidentaux.

Le plan propose d'autres actions pour assurer la circulation rapide, efficace et sans entrave de forces potentiellement importantes, y compris le personnel militaire et son équipement, tant dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune de l'UE que pour les actions nationales et multinationales, notamment au sein de l'OTAN.

L'approche stratégique de ce plan d'action se concentre sur la nécessité de développer un réseau de mobilité militaire bien connecté, composé de :

- les corridors de transport multimodal, y compris les routes, les chemins de fer, les voies aériennes et les voies navigables intérieures;

- les routes dotées d'une infrastructure de transport à double usage pouvant servir au transport militaire;

- Des plates-formes de transport et des centres logistiques qui apportent le soutien nécessaire aux pays d'accueil et de transit pour faciliter le déploiement des troupes et du matériel ;

- Des règlements, des statuts, des procédures et des mécanismes administratifs numériques harmonisés ;

- Une amélioration de la durabilité, de la résilience et de l'état de préparation des capacités de transport et de logistique civiles et militaires.

Il faudra donc des ressources importantes pour réorganiser les routes et les plateformes logistiques dans l'UE, ainsi que pour adapter la législation aux besoins militaires. En fait, il s'agit d'une militarisation des politiques internes, tant de l'UE elle-même que de chaque membre individuel de la communauté. Il est supposé que tout ceci sera mis en œuvre dans le cadre de la PESCO (Coopération structurée permanente) et en étroite coordination avec l'OTAN. L'infrastructure sera renouvelée par le biais d'une révision de l'initiative de transport transeuropéen. Les procédures de franchissement des frontières intracommunautaires seront également rationalisées. En parallèle, des exercices de grande envergure seront menés, notamment des manœuvres multinationales au sein de l'OTAN.

En matière de cybersécurité, il est prévu d'accorder une attention particulière au secteur des transports civils et à ses systèmes de soutien, notamment les systèmes de gestion du trafic (transport aérien, ferroviaire, maritime), les systèmes de gestion des terminaux à conteneurs, les systèmes de contrôle des écluses, des ponts, des tunnels, etc. La directive actualisée sur la sécurité des réseaux et de l'information (NIS2) récemment adoptée dans le secteur des transports doit être rapidement mise en œuvre. Il est également prévu d'échanger les informations nécessaires pour assurer une connaissance de la situation aussi complète que possible entre les secteurs du transport militaire et civil. Cette tâche sera assurée par le réseau européen d'organisations de liaison en cas de crise cybernétique (EU - CyCLONe). L'importance d'utiliser les capacités spatiales de l'UE à cette fin est également mentionnée.

De manière générale, la tendance à renforcer l'interdépendance euro-atlantique est perceptible. En effet, outre l'OTAN, qui est une organisation partenaire clé, d'autres participants au projet de mobilité militaire PESCO sont mentionnés, notamment les États-Unis, le Canada et la Norvège. On s'attend à ce que la Grande-Bretagne, elle aussi, rejoigne bientôt ce projet PESCO, une fois les procédures pertinentes achevées. 

Il est révélateur que, parallèlement, la France ait également présenté sa stratégie de défense nationale. Elle se concentre également sur la coopération avec l'UE et l'OTAN, ainsi que sur la cybersécurité, les armes nucléaires et la guerre hybride. Mais la stratégie de la France est plus détaillée et presque trois fois plus importante que le plan de l'UE.

Dans l'ensemble, il contient dix objectifs stratégiques.

1. Maintenir une dissuasion nucléaire crédible et digne de confiance. Le conflit en Ukraine "démontre la nécessité de maintenir une dissuasion nucléaire crédible et digne de confiance pour prévenir une guerre majeure" qui soit "légitime, efficace et indépendante", tout en réitérant "la nécessité de maintenir la capacité de comprendre et de contenir le risque d'escalade".

2. Accroître la résilience aux défis de sécurité tant militaires que non traditionnels (manipulation de l'information, changement climatique, chasse aux ressources, pandémies, etc.) en promouvant un esprit défensif et en assurant la cohésion nationale. À cette fin, la France met en œuvre une stratégie nationale de résilience destinée à renforcer sa capacité à résister à tout type de perturbation de la vie normale du pays. En outre, le service national universel sera étendu de manière incertaine ; Macron a déclaré qu'il donnerait des précisions à ce sujet au premier trimestre 2023.

3. S'assurer que l'industrie française soutient l'effort de guerre sur le long terme en constituant des stocks stratégiques, en déplaçant les lignes de production les plus sensibles et en diversifiant les fournisseurs. Cela rappelle l'idée d'une "économie de guerre" que Macron a avancée pour la première fois lors de la conférence Eurosatory en juin 2022.

4. Accroître la cyber-résilience. "Il n'existe aucun moyen de créer une cyberdéfense qui empêcherait toute cyberattaque contre la France, mais il est essentiel d'améliorer sa cybersécurité pour préparer le pays aux nouvelles menaces", indique le document. Pour ce faire, "les efforts des secteurs public et privé doivent être intensifiés". Le document indique notamment que "malgré l'important travail déjà accompli, la cybersécurité de l'État peut être considérablement améliorée" et qu'"il est nécessaire d'améliorer sensiblement la cybersécurité de tous les services publics".

5. Le rôle clé de l'OTAN dans la défense européenne, le rôle de la France dans celle-ci et le renforcement du pilier européen. Le document indique que "la France entend maintenir une position unique au sein de l'Alliance de l'Atlantique Nord. Elle occupe une position exigeante et prépondérante en raison de la spécificité et de l'indépendance de sa politique de défense, en particulier de sa dissuasion nucléaire". Il est ajouté que, sur la base de sa crédibilité opérationnelle, de sa capacité de réaction rapide et de sa contribution financière, "la France entend accroître son influence et celle de ses alliés européens pour peser sur les changements majeurs de la posture de l'OTAN et l'avenir de la stabilité stratégique en Europe". Le document note que la France "exclut l'extension [de l'adhésion] à d'autres zones géographiques, en particulier à la région Indo-Pacifique.

6. Renforcer la souveraineté européenne et développer l'industrie de la défense en Europe. "L'autonomie stratégique européenne dépend d'une capacité industrielle de défense européenne robuste qui répond à ses propres besoins" et à cette fin "la France soutient la création d'un instrument à court terme pour l'acquisition conjointe d'équipements européens".

7. Soyez un partenaire fiable et un fournisseur de sécurité crédible. Le document mentionne une relation approfondie avec l'Allemagne, des partenariats clés avec l'Italie et l'Espagne, des partenariats stratégiques avec la Grèce et la Croatie, un partenariat de renforcement des capacités avec la Belgique, mentionne l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie et note qu'un "dialogue constructif" devrait être "rapidement rétabli avec le Royaume-Uni". Le partenariat stratégique avec les États-Unis "restera fondamental et devra être ambitieux, sobre et pragmatique". Il est fait référence aux relations avec les pays africains, le Golfe Persique, la Méditerranée et la Mer Rouge, et la région Indo-Pacifique.

8. Améliorer l'intelligence. La France doit poursuivre les réformes profondes de ses services de renseignement et mener une politique "ambitieuse" de recrutement et de rétention. Elle doit également investir dans de nouveaux outils techniques qui "devront exploiter le potentiel de l'informatique quantique et de l'intelligence artificielle".

9. Se défendre contre et agir dans des guerres hybrides (combinaisons délibérément ambiguës de modes d'action directs et indirects, militaires et non militaires, légitimes et illégitimes, souvent difficiles à définir). Une organisation plus souple, plus réactive et plus intégrée sera créée pour "identifier, caractériser, déclencher les mécanismes de protection appropriés (...) et réagir efficacement". Des outils sont également développés pour contrer les sociétés militaires privées utilisées comme mandataires par des puissances hostiles. La protection des infrastructures critiques est également une priorité.

10. Liberté d'action et capacité de mener des opérations militaires. Il s'agit de la volonté des forces armées françaises non seulement de s'engager dans des combats de haute intensité, mais aussi de déployer leurs forces le plus rapidement possible et d'être les premières à entrer sur le champ de bataille "avec ou sans le soutien éventuel de pays alliés".

Ici aussi, de sérieuses ambitions d'émerger comme le leader militaire de l'Europe sont visibles, avec une volonté d'être autonome et de développer de larges partenariats. Bien que dans le contexte des échecs de la France en Afrique, qui ont montré une faible capacité de combat, certains postes seront assez difficiles à remplir.

Compte tenu de l'augmentation de la préparation au combat annoncée précédemment par l'Allemagne, de l'augmentation du budget militaire au recrutement de futurs soldats de la Bundeswehr, nous voyons une image plus cohérente qui présente un changement dans la structure des forces armées de l'UE avec l'implication claire que cela est fait contre la Russie.

jeudi, 01 décembre 2022

L'UE tire la sonnette d'alarme contre la concurrence déloyale des États-Unis. Mais ils sont sourds à Rome

cover-r4x3w1200-621df77c2a5ce-000-1lh1o0.jpg

L'UE tire la sonnette d'alarme contre la concurrence déloyale des États-Unis. Mais ils sont sourds à Rome

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/lallarme-ue-contro-la-concorrenza-sleale-statunitense-ma-a-roma-sono-sordi/

Un peu moins de 400 milliards de dollars de subventions pour soutenir les industries vertes américaines dans le cadre de la loi sur la réduction de l'inflation. Et même à Bruxelles, ils se réveillent de leur léthargie servile envers Washington. A Bruxelles, mais pas à Rome. Un atlantisme toujours présent, aveugle et absolu. "Les États-Unis", a expliqué Tonino Pikula, député européen et chef de la commission des relations transatlantiques, "poursuivent un programme national protectionniste et discriminatoire envers leurs alliés".

Dans la pratique, l'UE prend conscience que Washington utilise les sanctions imposées par les pays européens à la Russie pour détruire l'ensemble du système industriel du Vieux Continent. Utiliser l'énergie bon marché des États-Unis comme un avantage concurrentiel par rapport aux entreprises européennes.

Mais pour être sûrs d'anéantir la concurrence européenne une fois pour toutes, les États-Unis ont également fait appel à Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN. Qui, comme l'a rapporté Agcnews, a d'abord offert une pichenette aux Européens, admettant que soutenir la guerre de Biden et Zelensky est particulièrement coûteux pour les atlantistes. Ensuite, il a toutefois averti que l'Europe devait encore faire quelques petits sacrifices. Abandonner le marché chinois après avoir perdu le marché russe. Et, par conséquent, se résigner à un rôle subalterne vis-à-vis de l'économie américaine. Sans oublier la servilité politique.

Curieusement, personne en Italie ne semble remarquer les craintes de l'Union européenne. Pourtant, tout le monde prétend être pro-européen. Mais les marchands d'armes peuvent ignorer la crise dans tous les autres secteurs économiques. Le problème est que le gouvernement italien répond aux marchands d'armes et ignore les difficultés des familles et des entreprises obligées de traiter avec ceux qui, aux États-Unis, jouent avec des cartes truquées.

 

 

mercredi, 30 novembre 2022

Les États-Unis ordonnent à leurs vassaux de s'attaquer à la Chine

shutterstock_1150023404-768x512.jpg

Les États-Unis ordonnent à leurs vassaux de s'attaquer à la Chine

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/11/30/yhdysvallat-komentaa-vasallejaan-kiinan-kimppuun/

Les États-Unis font pression sur leurs alliés européens pour qu'ils adoptent une position plus ferme à l'égard de la Chine. Maintenant que la zone euro a été mécanisée pour mener une guerre hybride contre la Russie, Washington veut que ses vassaux subjugués combattent aussi la Chine.

Les pourparlers entre les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN ont été rapportés par le Financial Times, qui indique que ces dernières semaines, Washington a fait pression sur les membres de l'alliance transatlantique pour qu'ils durcissent leurs déclarations anti-chinoises et prennent des mesures concrètes au-delà des mots pour contenir Pékin.

Au début de son administration, le président Joe Biden a identifié la lutte contre la Chine comme sa "principale priorité en matière de politique étrangère", mais avant cette "principale priorité", la Russie devait être clouée par une intervention militaire prolongée en Ukraine.

Alors que le conflit en Ukraine se poursuit en hiver, Washington s'efforce de mettre la Chine à l'ordre du jour de l'alliance militaire de l'OTAN. Le moment est venu de mettre à contribution les pays européens et anglophones pour apporter un soutien plus concret aux ambitions hégémoniques de l'Amérique dans la région dite indo-pacifique.

Lors de son sommet à Madrid en juin, l'OTAN a approuvé un nouveau "concept stratégique" pour faire face aux "défis systémiques posés par la Chine". Cette semaine, les ministres des Affaires étrangères de l'OTAN et leurs hôtes américains continueront à discuter de la question à Bucarest, en Roumanie.

Les développements économiques, politiques et militaires de la Chine ont été identifiés par l'Alliance comme un "défi" pour les "intérêts, la sécurité et les valeurs" de l'Occident. Une fois que les ministres de l'OTAN auront eu leurs discussions, les (faux) médias occidentaux ne manqueront pas de commencer à mener une campagne plus agressive contre la Chine.

Au milieu des plans de guerre américains, l'UE a paradoxalement évalué les moyens de renforcer ses relations commerciales avec la Chine. Les principaux pays de l'OTAN, tels que l'Allemagne et la France, hésitent à aligner pleinement leurs positions sur la Chine sur celles de Washington.

"On dit que les États-Unis ont une certaine tendance à être dominants, non seulement sur la Chine, mais sur tout", a déclaré un haut fonctionnaire européen à un quotidien économique, mais il a ajouté que l'Europe finirait par s'aligner sur la position américaine. Washington dirige et Bruxelles se contente de pleurnicher, comme toujours.

Alors que l'opération de la Russie en Ukraine continue d'exiger l'attention des États-Unis et de ses eurocallions, Washington a clairement indiqué qu'il s'agissait d'un "répit temporaire dans le cadre du changement à long terme visant à contrer la Chine comme principale politique stratégique de défense et de sécurité".

Le mois dernier, l'administration Biden a publié sa stratégie de sécurité nationale, qui affirme sans ambages que la Chine est une "priorité de la politique de sécurité" plutôt que la Russie, même si cette dernière constitue une menace "imminente et continue".

Ainsi, les conflits géopolitiques ne s'apaiseront pas dans un avenir proche, mais ne feront qu'augmenter. En plus de détester la Russie, les Européens sont également incités à s'en prendre à la Chine - au nom de la "démocratie" et de la "liberté", bien sûr. La Finlande est déjà prête pour cela, comme le suggèrent les déclarations de la Première ministre, Sanna Marin.

dimanche, 30 octobre 2022

Les Pays-Bas contournent les boycotts de l'UE: 91 exceptions aux sanctions depuis février

nederland10.jpg

Les Pays-Bas contournent les boycotts de l'UE: 91 exceptions aux sanctions depuis février

Source: https://zuerst.de/2022/10/29/niederlande-unterlaufen-eu-boykotte-91-ausnahmen-von-den-sanktionen-seit-februar/

Amsterdam . Les sanctions européennes, qui ont de plus en plus d'effet boomerang sur les Européens, ne sont pas gravées dans le marbre. Mais alors que les dirigeants allemands comme la ministre des Affaires étrangères Baerbock et le ministre de l'Economie Habeck (tous deux du parti des "Verts") en font un dogme, d'autres pays de l'UE les traitent de manière beaucoup plus souple - et contrecarrent ainsi la ligne imposée par l'eurocratie de Bruxelles.

Le gouvernement néerlandais a fait savoir qu'il soutenait officiellement les sanctions, mais qu'il faisait de nombreuses exceptions. Il a confirmé 91 exceptions au régime de sanctions, favorisant ainsi les entreprises néerlandaises. C'est ce qu'a révélé le service d'information télévisée néerlandais RTL Nieuws après des entretiens avec les ministères.

Les exceptions concernent de nombreuses entreprises nationales, mais les ministères tiennent leurs noms secrets. De même, ils ne précisent pas la valeur des transactions exemptées de sanctions, ni les secteurs économiques concernés.

Les ministères peuvent accorder des dérogations aux sanctions afin de "permettre une certaine flexibilité dans certains cas", a expliqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères. La liste des dispositions spéciales néerlandaises est longue.

En avril, l'UE a interdit aux navires battant pavillon russe d'accoster dans les ports européens. Le ministère de l'Infrastructure a toutefois accordé une dérogation à 34 navires afin qu'ils puissent, par exemple, faire escale dans les ports néerlandais parce qu'ils transportaient des marchandises importantes telles que de l'aluminium et des denrées alimentaires.

"Les relations diplomatiques" ont été invoquées comme raison pour l'octroi d'une dérogation par le ministère des Affaires étrangères, rapporte la chaîne. Au cas par cas, des transactions impliquant des banques russes détenues majoritairement par l'État ont été autorisées.

Le ministère des Finances a également accordé 13 dérogations en rapport avec des actifs ou des biens gelés tombant sous le coup du régime de sanctions.

Le ministère du Climat et de l'Énergie, rattaché au ministère des Affaires économiques, a accordé 25 dérogations supplémentaires à des organisations néerlandaises qui continuent par conséquent à s'approvisionner en énergie auprès de la Russie. Les dérogations bénéficient à 150 entreprises et organisations, dont des municipalités, des écoles et des associations de gestion de l'eau, a indiqué le ministère à la chaîne de télévision.

Le ministère du Commerce extérieur et de la Coopération au développement, qui dépend du ministère des Affaires étrangères, a accordé 18 dérogations à 13 organisations pour des "raisons humanitaires" afin de permettre la coopération entre l'UE et la Russie sur des "questions purement civiles". (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

jeudi, 27 octobre 2022

La sécurité énergétique européenne entre les mains de la Turquie?

46359003_7.png

La sécurité énergétique européenne entre les mains de la Turquie?

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/10/26/euroopan-energiavarmuus-turkin-kasissa/

L'importance géostratégique de la Turquie est devenue embarrassante pour les politiciens finlandais qui pensaient que l'adhésion à l'OTAN serait un jeu d'enfant. Ils doivent maintenant attendre avec angoisse que le président Erdoğan ait la grâce de ratifier l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'alliance militaire.

Plus généralement, l'importance de la Turquie devient évidente pour d'autres personnalités politiques européennes alors que l'Europe se débat avec une crise énergétique qui s'aggrave. En effet, couper les liens avec la Russie n'a eu pour conséquences qu'une cascade de conséquences malheureuses.

"Qu'il s'agisse des exportations de céréales de la région de la mer Noire ou de l'approvisionnement en énergie des pays producteurs de l'Est, le Bosphore et les liens avec l'Eurasie jouent à nouveau, comme si souvent dans l'histoire, un rôle géopolitique crucial. Le fait est que la Turquie est désormais essentielle pour la sécurité européenne", écrit Karin Kneissl, ancienne ministre autrichienne des Affaires étrangères.

La part de la Russie dans les importations européennes de gaz est tombée à moins de 10 % depuis la perturbation politique du gazoduc Yamal-Europe et le sabotage du gazoduc Nord Stream.

Alors que la coopération énergétique entre la Russie et l'Europe a été délibérément réduite par les États-Unis, le partenariat entre la Russie et la Turquie n'a fait que s'intensifier. Déjà au début de 2020, le projet TurkStream a été lancé, et plus récemment, le 19 octobre, Erdoğan a annoncé qu'il s'était mis d'accord avec Poutine pour établir un centre d'approvisionnement en gaz naturel en Turquie.

Selon Poutine, la Russie peut faire de la Turquie une nouvelle route principale pour ses approvisionnements en gaz. Avec la construction d'un second gazoduc et la création d'un centre d'approvisionnement, le gaz russe continuerait d'être acheminé de la Turquie vers des pays tiers, notamment vers l'Europe. En outre, une bourse du gaz pourrait être mise en place en Turquie pour déterminer les prix.

Bien que l'UE souhaite, pour des raisons politiques, contourner les sources d'énergie russes, il s'agit déjà d'un projet géographiquement difficile. Alors que Bruxelles, sous la pression des États-Unis, est à l'agonie, la Turquie est l'un des pays heureux de pouvoir combler le vide de consommation.

South_Stream_mapdddffdffdd.png

La Turquie a déjà bénéficié en 2014 du projet SouthStream, qui est ensuite devenu TurkStream. L'UE a finalement perdu, tandis qu'Ankara a gagné, puisque l'UE achète désormais aussi du gaz russe via la Turquie.

Cette route énergétique sera encore étendue lorsque le projet gazier russe en Turquie démarrera. À mesure que la Russie adapte son rôle, la Turquie pourrait devenir un acteur clé de la sécurité énergétique de l'UE. En abandonnant la coopération directe avec la Russie, l'UE pourrait devoir négocier les questions énergétiques avec la Turquie à l'avenir.

En tant que plaque tournante pour divers projets énergétiques, Ankara a tenté par le passé de devenir membre de l'Union européenne, ce à quoi Bruxelles n'a pas consenti. Il semble maintenant que la Turquie change de cap et s'oriente vers l'Eurasie et deviendra bientôt membre de l'Organisation de coopération de Shanghai. Malgré son adhésion à l'OTAN, la coopération d'Ankara avec Moscou et Pékin ne fait que se renforcer.

L'UE a joué au poker énergétique avec les Américains et s'est retrouvée avec les cartes les plus faibles. Lorsque vous fuyez l'ours russe, vous rencontrez le loup gris turc. L'Europe deviendra-t-elle bientôt plus dépendante de la bonne volonté turque ?

La deuxième question est la suivante : les États-Unis - soupçonnés d'avoir fait sauter les gazoducs Nord Stream - permettront-ils à la Turquie, membre de l'OTAN, de conclure un tel partenariat énergétique avec la Russie ? Après tout, l'objectif a été de rendre l'Europe dépendante de l'Amérique pour l'énergie également. Selon des sources russes, il y a déjà eu des tentatives de sabotage du pipeline TurkStream.

Comme le suggère Kneissl, "les mois à venir montreront de façon éclatante à quel point les gouvernements de l'UE ont traité de façon irresponsable les besoins de sécurité énergétique du continent".

mercredi, 26 octobre 2022

La spécialisation "anti-récession" donne des leçons à l'UE. Quels sont les choix de la BCE?

62da87c792ef2_5f3a42bb73a12.jpg

La spécialisation "anti-récession" donne des leçons à l'UE. Quels sont les choix de la BCE?

Par Francesco Marotta

Source: https://www.grece-it.com/2022/10/24/lo-specialismo-anti-recessione-da-lezioni-alla-ue-quali-le-scelte-della-bce/?fbclid=IwAR34YrqacHiTIdaMloLW31fAAPUTDfxY5DyyX-peijZwsu5wm62WEQEzrKA     

Selon l'économiste Phil Smith de S&P Global, qui compile les indices, les données de l'économie européenne sont en forte contraction. En ce qui concerne l'Allemagne, on constate "une intensification du ralentissement de l'économie allemande au début du quatrième trimestre", ce qui, dans les perspectives à court terme, "renforce les signes d'une récession imminente dans la plus grande économie de la zone euro". Selon le Fonds monétaire international, les indices PMI sont à la baisse, ce qui est le prélude à une récession. Le journal Repubblica rapporte que l'indicateur PMI, celui qui "surveille l'activité économique dans la zone euro par le biais d'entretiens avec les directeurs d'achat des entreprises" (services et fabrication), est tombé en dessous de 47,1 points depuis septembre, le plus bas enregistré en 23 mois.

S'ajoute à ce tableau sombre le déclin du secteur manufacturier, qui a atteint son plus bas niveau en 29 mois, passant de 48,4 points en octobre à 46,6 points en septembre, ainsi que le déclin du secteur tertiaire, qui a atteint 48,2 points en 20 mois. Alfred Kammer, le chef du département européen du FMI, est également du même avis : "Cet hiver, plus de la moitié des pays de la zone euro connaîtront une récession technique, avec au moins deux trimestres consécutifs". La référence, va notamment à l'Allemagne et à l'Italie, à trois trimestres consécutifs de contraction à partir du troisième trimestre de 2022. En résumé, S&P Global et le FMI s'accordent sur l'avènement d'une catastrophe économique, notamment en Europe.

Il ne reste plus qu'à comprendre les indices en question, à savoir si ce que prétendent les deux organismes est un tant soit peu proche de la vérité ou non, s'il n'y a pas une interprétation sous-jacente des facteurs économiques telle qu'elle conduit à des prévisions, pire encore à des conclusions, qui sont déplacées. Il n'est plus temps d'écouter ceux qui espèrent ou "prédisent" une catastrophe économique en Europe, alors qu'elle sort des bas-fonds précisément à cause de cela. Commençons par dire qu'une récession peut se transformer en déflation, cela peut arriver mais ce n'est pas forcément toujours le cas. Nous savons que depuis le premier jour du gouvernement Meloni, l'indice FTSE MIB, l'indice boursier le plus important de la bourse italienne, se situe juste au-dessus de la parité, "maintenant les gains d'environ 3% réalisés la semaine dernière" (Financiallunge.com).

Les secteurs de la fabrication et des services subissent une certaine contraction pour le quatrième mois consécutif.

Selon une certaine vulgate économique, la quasi-parité de l'indice FTSE MIB est due à l'"adoucissement" de la FED, qui a compensé les indications de contraction de l'économie européenne. C'est très étrange, juste au moment où les indicateurs économiques et même les propres services de la FED commencent à voir une réduction de l'inflation aux États-Unis. Le Livre beige de la Réserve fédérale, un résumé des commentaires sur les conditions économiques actuelles et le rapport publié huit fois par an par le Conseil de la Réserve fédérale américaine, prévoit une hausse modérée des prix aux États-Unis.

Ceci intervient deux semaines seulement avant la réunion de politique monétaire et, surtout, l'augmentation des taux d'intérêt de 75 points de base supplémentaires. Selon les projections des membres du FOMC, le Federal Open Market Committee, les taux d'intérêt devraient être portés à 4,5 % d'ici la fin 2022, à environ 4,75 % l'année suivante, puis se stabiliser à 2,5 % à long terme. Que fait l'UE, et surtout la BCE ?

Tout d'abord, ils tentent de contrôler l'évolution des prix sans y parvenir complètement. Ce que l'on surveille, c'est l'indice des prix à la consommation, qui augmente considérablement, c'est-à-dire le taux d'inflation (en Italie, en septembre, il a atteint +8,9% par rapport à septembre 2021), en essayant de le stabiliser à 2% à moyen terme. La difficulté d'essayer de stabiliser le taux d'inflation est due aux instruments de politique monétaire conventionnels (décisions sur les taux d'intérêt officiels) et non conventionnels (assouplissement quantitatif).

La BCE suit la manœuvre de la Fed en matière de taux d'intérêt dans sa quasi-totalité : les rumeurs qui circulent sur les sujets qui seront abordés lors de la réunion du 27 octobre 2022 ne laissent guère de doute à ce sujet. L'intention semble être de préparer une manœuvre de 75 points de base sur les taux d'intérêt, tout comme la FED, en espérant toutefois que le taux de dépôt ne dépassera pas 1,5 %, alors qu'au contraire les dernières estimations économiques " prévoient " 3 % pour l'été 2023.

Plus en détail, car cela implique de poser des questions et d'essayer de trouver des solutions qui ne se limitent pas à "comment la BCE veut gérer son bilan de neuf milliards d'euros", peut-on lire dans l'avis d'Ulrike Kastens, économiste européenne chez DWS. Il serait plutôt préférable de réfléchir à la manière de freiner la volatilité du marché obligataire sans se plier à ses fluctuations, en s'efforçant de relever le niveau des taux réels et en anticipant toute forme de blocage ou de contre-opération spéculative, plutôt que de suivre les directives de la Fed.

En effet, pour les spéculateurs, la hausse des taux des banques centrales n'est pas un problème, elle ne l'est pas lorsque les décideurs des banques centrales occultent et excluent des "jeux" le coût que les Etats devraient payer, afin de convaincre les investisseurs d'acheter les titres mis sur le marché. Il est bon de rappeler qu'il s'agit de la plus importante place de marché libre, sous l'égide des lois du marché et non des Etats ou des structures supranationales où ceux qui ont beaucoup de dette publique, voir l'Italie, ne peuvent qu'espérer la refinancer. Et cela en dit long...

Quelles sont les attentes des investisseurs et celles des spéculateurs, en supposant que tous les investisseurs ne sont pas des spéculateurs ? Les investisseurs s'attendent à de nouvelles hausses de taux par les banques centrales, ce qui suggère un taux implicite supérieur à 2,75 pour cent. Ce que les spéculateurs espèrent, avec la perte de rendement qui s'ensuit, c'est une baisse de 1,5 % ou moins. Ceci étant précisé, comme nous l'avons dit, le débat porte sur le marché obligataire, en particulier sur le niveau des taux réels. La trajectoire haussière agressive de la BCE pourrait momentanément éclipser la spirale inflationniste si elle est alimentée par les rendements réels à 10 ans, incitant les investisseurs à adopter une perspective à revenu fixe. Quelque chose est en train de changer, même si les investisseurs viennent d'une longue période dans le système d'actions.

8f822ac814829da24a70bce65b8131bdf47-1650537852.jpg

"TINA", l'acronyme de There IS No Alternative, était le slogan de la ministre britannique Margaret Thatcher, qu'elle avait repris d'Herbert Spencer. Aujourd'hui encore, elle est censée être la seule façon valable de penser en économie, en politique et en économie politique : soit le néolibéralisme. Mais ce qui, à l'époque, ne pouvait de toute façon pas être justifié en raison du manque d'alternatives au système du néolibéralisme, connaît une phase de déclin qui devient de plus en plus évidente. Pour la première fois depuis de nombreuses années, le marché boursier est remis en question, preuve en est que les investisseurs orientent leurs efforts vers des classes d'actifs qui offrent des rendements réels et non virtuels, par opposition aux rendements volatils, l'une des pires composantes d'un environnement fortement inflationniste.

Dans le contexte d'une économie en semi-récession et du danger d'une récession de plus en plus réelle, tous les actifs obligataires de qualité deviennent très attractifs. Avec la pandémie d'abord et la guerre en Ukraine ensuite, la protection des "portefeuilles" avec des actifs de haute qualité devient à nouveau primordiale. Si les choses s'effondrent et que les risques de récession deviennent de plus en plus réels, il est facile de s'attendre à une compression des rendements en raison des mesures prises par les investisseurs pour protéger leurs "portefeuilles". La même chose arriverait aux actifs refuges, qui font déjà l'objet d'opérations de couverture. Il est clair qu'une escalade soudaine avec tout le poids des craintes dues à l'aggravation de la récession déclencherait une nouvelle accélération dans cette direction.

Il est très probable que le bond des taux cette année stimulera la demande des assurances et des fonds de pension, notamment aux Etats-Unis ('Les mécanismes de la financiarisation de l'économie', 25/03/2021). La combinaison des choses est devenue favorable en termes d'investissement et les investisseurs institutionnels feront tout pour monétiser l'envolée de la dernière période pour compenser le passif dû à deux crises si rapprochées, en essayant de prolonger ce type d'investissement sur le long terme. En outre, Nadia Netti n'a pas du tout tort lorsqu'elle affirme que "malheureusement, la crise des chambres de compensation de produits dérivés échappe à la comptabilité des nations exposées. Les produits dérivés ne sont pas comptabilisés dans le bilan en tant que "pratique comptable".

Et il l'est encore plus lorsqu'il se moque de ces "tons ridicules et alarmistes de la presse concernant les manœuvres d'une Banque centrale qui ne se contente pas d'agir comme un croupier dans un casino" dirigé par des groupes comme Amazon, "désigné par la Banque centrale européenne pour jouer un rôle de premier plan et contribuer à la création de l'euro numérique (la monnaie numérique officielle de l'union)". En fait, il est très curieux qu'une entreprise privée américaine participe à la conception de la monnaie de l'avenir de l'Europe, alors que ce dont on a besoin, c'est d'une monnaie qui s'éloigne au plus vite des aléas de la virtualisation et du profit de quelques-uns du "système monétaire". Et ce, avant que les "marchés" ne se régalent des dépenses publiques et du désinvestissement des actifs publics, lorsque plus aucun dépassement des règles fiscales et économiques ne sera possible.

jeudi, 06 octobre 2022

Les États-Unis vont-ils briser l'Union européenne?

istockphoto-1219352467-612x612.jpg

Les États-Unis vont-ils briser l'Union européenne?

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/10/01/hajottaako-yhdysvallat-euroopan-unionin/

Après la Seconde Guerre mondiale, les capitalistes ont décidé de créer une Europe plus unie comme tremplin vers la "gouvernance mondiale" qu'ils souhaitaient. Ce projet, qui a débuté avec la Communauté européenne du charbon et de l'acier, a abouti à l'Union européenne, dont l'objectif politique était de former un super-État fédéraliste qui gouvernerait le continent au profit des intérêts capitalistes.

L'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), fondée en 1949, est l'instance de défense militaire de l'élite dirigeante occidentale en Europe, dont la tâche a été de contrer la Russie et de contrôler les pays de la zone euro d'après-guerre au nom d'une architecture de sécurité commune.

Jusqu'à présent, l'Union, que les Américains ont contribué à créer, a plutôt bien servi la cause des mondialistes occidentaux, mais afin de maintenir leur pouvoir économique et politique, les élites semblent maintenant vouloir peaufiner la machine occidentale.

Alors que nous avons atteint la fin de la raison d'être de l'OTAN avec la crise ukrainienne (où elle tente de détruire la Russie), des scénarios ont été avancés sur la façon dont les États-Unis se protégeront contre l'éventualité probable que la Russie gagne la guerre. Voici quelques spéculations sur le sujet.

L'Europe se désindustrialise, c'est-à-dire qu'elle décline sur le plan industriel parce qu'elle est idéologiquement liée aux intérêts américains et s'abstient de coopérer et de commercer avec la Russie. Ce n'est pas tant la Russie qui est touchée par la politique des sanctions, mais la production européenne et l'économie européenne.

Cela rendra bientôt plus attrayant pour les entreprises européennes de s'installer aux États-Unis. Ce faisant, ils soutiendront l'économie nationale américaine, contreront la baisse de la valeur du dollar et contribueront à maintenir la compétitivité de l'Amérique face à la Chine.

"Les États-Unis n'ont pas d'amis ou d'ennemis permanents, seulement des intérêts". Henry Kissinger a un jour mis en pratique la ligne brutale de l'"État profond" américain, l'appareil d'État permanent. Washington n'éprouve donc aucune difficulté à trahir ses soi-disant alliés lorsque le besoin s'en fait sentir.

Prenez l'Australie, par exemple, l'État vassal des États-Unis dans l'hémisphère sud. Dans sa guerre hybride contre la Chine, Washington a incité son vassal kangourou à intensifier les tensions avec Pékin, au nom de ses propres intérêts de politique étrangère.

580px-Kalgoorlie_open_cast_mine.jpg

En conséquence, une Chine irritée a répondu à l'agression australienne par des mesures de rétorsion économique et a cessé d'acheter du charbon à l'Australie. À ce moment-là, les États-Unis ont immédiatement commencé à remplir les carnets de commande et à vendre leur propre charbon à la Chine, en cassant les prix de l'"allié".

Les États-Unis font maintenant la même chose à l'Europe et la première étape consiste à miner délibérément l'UE tout en maintenant l'alliance militaire de l'OTAN en place dans le but de détruire la Russie. Alors que Bruxelles et de nombreux États membres refusent fidèlement de commercer avec Moscou, les États-Unis continuent d'acheter les matières premières dont ils ont besoin à la Russie, même en pleine guerre hybride.

Jusqu'à présent, l'UE a rempli sa mission en mobilisant les pays de la zone euro contre la Fédération de Russie. Cependant, l'économie russe a résisté à la politique de sanctions donc, du point de vue des États-Unis, l'Union ne sert plus son objectif.

Ainsi, l'affaiblissement de l'UE - ou l'éclatement du bloc - ne dérangera pas les États-Unis, dont l'attitude est illustrée par la vieille phrase de Victoria Nuland, aujourd'hui sous-secrétaire d'État, "fuck the EU".

La situation actuelle est illustrée par le fait que même la Finlande, élève modèle de l'UE et contributeur net surendetté, a signé des "accords de coopération en matière de défense" bilatéraux avec les États-Unis et la Grande-Bretagne. Ceci, vraisemblablement, afin que, même si l'Union s'effondre, les Anglo-Américains aient toujours leurs partenaires stratégiques dans une Europe en déclin, juste à côté de la Russie.

Alors que l'empire américain lutte pour survivre dans un monde multipolaire naissant, il cannibalise de plus en plus ses États vassaux et ses colonies de facto, qui souffrent à cause de l'égoïsme de Washington. Malheureusement, de nombreux Finlandais sont encore tellement aveuglés par la culture populaire et la politique américaines qu'ils ne voient pas où cela mène.

mardi, 27 septembre 2022

L'échec du Consortium européen

istockphoto-1034135002-612x612.jpg

L'échec du Consortium européen

par Marcello Veneziani

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-fallimento-della-consorteria-europea

Nous ne savons pas quelle image de l'Italie les urnes nous donneront ce soir (ndt: au soir du dimanche électoral du 25 septembre 2022), ni s'il y aura vraiment une victoire de la droite et de ses alliés, et encore moins s'ils seront à la hauteur, mais une chose que nous pouvons déjà dire avec certitude : nous assistons à l'échec, en Eurovision, des oligarchies européennes. Par oligarchies, j'entends non seulement ce que l'on appelle improprement les élites dirigeantes qui commandent l'Europe, mais aussi le dôme médiatico-institutionnel qui tourne autour d'elle et ses ramifications périphériques, ses fonctionnaires et ses garçons de courses. C'est une défaite inconvenante, une défaite sans honneur, la défaite d'une classe dirigeante qui n'a pas été capable au cours du processus électoral, et pas seulement en Italie, mais aussi en Suède, probablement en Espagne et un peu partout, d'exprimer une vision de l'Europe, une idée positive et un projet d'avenir minimal qui pourrait impliquer les peuples d'Europe et pas seulement les appareils qui se trouvent au-dessus d'eux.

Nous n'avons rien entendu de positif qui puisse générer un partage, mais seulement des peurs, des menaces, des sanctions et des campagnes d'alarme et de dissuasion, sans un minimum de conception politique, culturelle et civique. D'Ursula von der Leyen à Enrico Letta, en passant par toute l'eurocratie, ses satrapes, ses influenceurs, ses acrobates, sans oublier la presse et l'information télévisée, ils n'ont pu offrir aux citoyens européens qu'une série de spectres agités pour les effrayer et les contraindre à une sorte d'enfermement politique; ils leur ont ordonné sur un ton menaçant et mafieux de ne pas sortir du périmètre, proclamant un couvre-feu idéologique et politique, avec des répercussions économiques. Les peuples d'Europe étaient traités comme s'ils étaient des mineurs, voire des handicapés mentaux, incapables de faire des choix pour eux-mêmes. Les noms des spectres agités sont désormais bien connus et répétés de manière obsessionnelle par la machine médiatique au service du consortium: Poutine, Orban, Mussolini.

Ils ont même inventé une nouvelle catégorie politique pour criminaliser même ceux qui gagnent des élections libres et démocratiques et n'ont jamais fait leurs preuves au gouvernement : les gouvernements indésirables, présents et futurs, ils les appellent les "autocraties électorales". Qui décide, et sur la base de quels paramètres, de la différence entre une démocratie "normale" et une "autocratie électorale"? Excluant le consentement du peuple souverain, qui leur est indifférent, excluant le respect des lois et de la liberté des citoyens que personne ne menace, sur quelle base peut-on condamner a priori certains mouvements et dirigeants avec l'accusation apriori d'instaurer un régime d'autocratie électorale ? Mais la même caste l'établit contre quiconque n'est pas issu de ses rangs ou ne s'est pas conformé à ses diktats.

stef_provijn_belgium_4.jpg

Y compris le diktat honteux et orwellien qui dénonce la violation des constitutions alors que les mêmes réseaux s'apprêtent à les violer à nouveau : ceux qui exigent que la volonté souveraine du peuple soit respectée et que la souveraineté des Etats ne soit pas violée, se conforment fidèlement à la Constitution de leur pays. Au contraire, ceux qui violent la Constitution sont ceux qui foulent aux pieds la souveraineté des États et des peuples et donnent carte blanche aux eurocrates pour décider en dernier ressort de leur sort. La dernière manœuvre du laissez-faire est de révoquer le droit de veto, dernière sauvegarde des souverainetés nationales ; si le dôme eurocratique décide d'une ligne, les autres doivent s'y plier, même le droit des minorités et le respect des volontés populaires et nationales ne sont plus protégés. La Charte est réduite à des usages hygiéniques.

Les oligarchies européennes sont issues de différents partis mais sont désormais toutes regroupées au sein du consortium qui utilise les techniciens patentés pour commissionner les peuples et les États et se sert de l'idéologie progressiste comme d'un pourvoyeur de normes éthico-politiques appliquées même aux questions sensibles de la vie, de la mort, de la famille, des différences sexuelles, de l'histoire et de l'identité.

Mais le pire, c'est le silence de mort des oligarchies européennes pour motiver les peuples et les citoyens ; il n'y a aucune ligne de défense de la civilisation européenne et de sa tradition, et encore moins un espoir d'avenir qui donnerait confiance et insufflerait de l'énergie. Ils affirment de manière impavide: "Nous ne gouvernons qu'avec la peur des monstres : si nous ne sommes pas là, Poutine ou le fascisme viendra". Au-delà du jugement que l'on peut avoir sur le Royaume-Uni et la monarchie, nous avons assisté à un pays, à un peuple, se serrant autour des traditions, des rituels et des symboles de son histoire. L'Europe, par contre, comme son drapeau d'étoiles, a un vide au milieu : elle n'a pas de traditions, de symboles, de rituels, de valeurs civilisationnelles autour desquels rallier ses peuples. Elle n'a que des spectres à fuir, des intérêts économiques à défendre, des sanctions à infliger à l'intérieur et à l'extérieur, des dépendances coloniales à servir et des sacrifices à imposer à ses citoyens; des nations à détruire et à humilier comme la Grèce. Un consortium anémique et asphyxié règne sur l'Europe et ne se rend pas compte qu'il perd du terrain, du consensus et de la crédibilité et qu'il perd toutes ses batailles, à commencer par celle de l'énergie. Du Brexit aux référendums qui ont été rapidement bloqués parce qu'ils se prononçaient contre l'UE, aux orientations de vote qui, par deux tiers, en France comme en Italie, et pas seulement en Pologne et en Hongrie, s'expriment dans le sens opposé aux indications de la consorterie. Maintenant, ils penchent vers la droite nationale, populaire, sociale et catholique ; maintenant vers la gauche sociale et radicale comme Mélenchon, maintenant vers les mouvements populistes et paupéristes comme le parti italien des 5 étoiles et les partis antisystème, mais il y a un divorce ostensible et maintenant consolidé entre l'eurocratie des consortiums, pouvoir dominant, et les citoyens européens. Au-delà du résultat électoral et de la manière dont les vainqueurs s'adapteront ensuite aux "directives" européennes, on peut déjà dire que chaque consultation du peuple se révèle être une déclaration de méfiance à l'endroit du consortium européen et une preuve d'échec de celui-ci. Tout comme le résultat électoral qui tombera ce soir en Italie.

samedi, 17 septembre 2022

Le Parlement européen et la Commission dénient à la Hongrie le "statut de démocratie"

676hupar.jpg

Le Parlement européen et la Commission dénient à la Hongrie le "statut de démocratie"

Source: https://www.unzensuriert.at/content/155465-eu-parlament-und-kommission-sprechen-ungarn-demokratie-status-ab/?utm_source=Unzensuriert-Infobrief&utm_medium=E-Mail&utm_campaign=Infobrief&pk_campaign=Unzensuriert-Infobrief

La Commission européenne et une majorité du Parlement européen ont fait preuve d'une autodiscipline incroyable en niant jeudi à la Hongrie le statut de pays démocratique. Un affront pour les citoyens d'un pays qui avaient accordé leur confiance à leur gouvernement lors d'élections libres et à une majorité écrasante. Les centralistes de l'UE menacent désormais de couper des milliards d'aides à la Hongrie.

Dans le même temps, ces mêmes personnalités politiques injectent des milliards d'euros en Ukraine et veulent même faire entrer ce pays dans l'UE. Un pays qui compte parmi les plus corrompus au monde et où les principes de l'État de droit sont très peu développés.

Les centralisateurs de l'UE déterminent ce qui est "démocratique"

Le député FPÖ et président du groupe parlementaire Autriche/Hongrie, Christian Hafenecker (photo), qualifie la résolution adoptée hier par le Parlement européen d'"acte arbitraire et d'affront inconcevable à la population hongroise, ainsi que d'ingérence illégitime dans les affaires internes d'un État souverain".

Christian.Hafenecker_1654200250.jpeg

Pour Hafenecker, les centralistes bruxellois et leurs auxiliaires ont toujours eu en travers de la gorge le fait que le peuple hongrois soutienne majoritairement, lors des élections, une force politique et un gouvernement qui s'engagent pour le maintien de la souveraineté, de l'identité nationale et du socle de valeurs chrétiennes et occidentales de leur pays et de l'Europe. Il juge ainsi les motivations des deux instances européennes derrière cette décision.

Qu'est-ce qu'Ursula von der Leyen a à cacher?

Il est grotesque que ce soit la Commission européenne qui ose priver la Hongrie de son "statut de démocratie" et accuser son gouvernement de corruption. Un organe dont la présidente Ursula von der Leyen n'était même pas candidate en tête de liste lors des élections européennes, ce qui constitue une tromperie manifeste dont les électeurs européens sont victimes.

En outre, selon l'eurodéputé Harald Vilimsky (FPÖ), la présidente de la Commission devrait de toute urgence donner toutes les informations voulues sur son rôle personnel dans l'achat des vaccins. Selon Vilimsky, un rapport de la Cour des comptes européenne montre que la Commission ne veut pas donner de détails sur l'achat de ces vaccins auprès du groupe Biontech-Pfizer et que les messages SMS à ce sujet sont devenus subitement "introuvables" sur le téléphone portable de Mme von der Leyen.

Si vous avez aimé cet article, merci de soutenir le projet unzensuriert en faisant un don. Par paypal (carte de crédit) ou par virement bancaire sur AT58 1420 0200 1086 3865 (BIC : BAWAATWW), ltd. Unzensuriert

Suivez-nous sur notre canal Telegram pour commenter les articles et rester informé de Unzensuriert.

dimanche, 17 juillet 2022

L'Europe perd la "guerre psychologique" sur le gaz avec la Russie

shutterstock_2122587608.jpg

L'Europe perd la "guerre psychologique" sur le gaz avec la Russie

Andrea Muratore

Source: https://it.insideover.com/energia/leuropa-sta-perdendo-la-guerra-psicologica-sul-gas-con-la-russia.html

Le 13 juillet, Gazprom, le géant russe de l'énergie, a déclaré qu'après l'arrêt de dix jours pour des travaux de maintenance prévus de longue date, le flux de gaz par Nord Stream pourrait ne pas reprendre. Cette décision a semé la panique parmi les opérateurs, mais n'a pas été une surprise : il s'agit d'un nouveau cas de prophétie autoréalisatrice dans les relations russo-européennes depuis le début de la guerre en Ukraine.

L'intrigue est toujours la même : L'Union européenne et ses Etats membres font preuve de fermeté à l'égard de la Russie, ils la sanctionnent et visent à frapper son économie afin de dissuader son action guerrière ; ponctuellement, cependant, dans chaque discussion en cours, la question du gaz revient sur le devant de la scène car les pays européens se rendent compte qu'il est presque totalement impossible de remplacer complètement le gaz de Moscou à court terme sans devoir affronter un véritable tsunami énergétique ; cela rend les sanctions caduques et offre une arme de pression que la Russie de Vladimir Poutine peut utiliser sans frais.

Les gestes symboliques et démonstratifs, les interruptions ou coupures d'approvisionnement et les déclarations sont chaque fois calibrés par Moscou dans un jeu astucieux de guerre psychologique contre l'Occident. En sachant, comme le comprend la Russie, que les marchés, auxquels la nécessité de fixer le prix de l'énergie en Europe est largement déléguée, subiront des tensions et des incertitudes.

Dans tout cela, ceux qui gagnent sont les Russes eux-mêmes. L'Europe s'efforce, prudemment, de diversifier ses approvisionnements par rapport à la dépendance excessive actuelle vis-à-vis de Moscou. Mais elle ne peut se passer pour l'instant de certaines des importations restantes en provenance de l'Est. Et grâce à la stratégie de pression de Moscou, les prix s'envolent et la Russie peut se blinder en augmentant sa trésorerie énergétique même dans un contexte de baisse des approvisionnements de l'Europe : au moins 530 millions d'euros par jour ont été garantis par l'Union européenne à la Russie pour les achats d'énergie depuis le 24 février 2022. En quelque 140 jours de guerre, cela représente 74,2 milliards d'euros. Les importations européennes sont en tête des revenus russes : comme le note Il Sole 24 Ore, "la Russie a tiré 93 milliards d'euros de revenus des exportations de combustibles fossiles", dont le charbon, "au cours des 100 premiers jours de la guerre (du 24 février au 3 juin)". Nous parlons d'un excédent commercial sans précédent. L'UE en a importé 61 %, pour une valeur d'environ 57 milliards d'euros. L'Italie se classe troisième en tant qu'importateur mondial".

La dépendance est explicitement déclarée par l'Europe. Et l'Union tout entière n'a pas compris la stratégie de guerre psychologique testée par Moscou depuis l'été 2021. L'hiver dernier, la crise des prix a mis en évidence que la Russie fournissait à l'Europe du Nord-Ouest des volumes de gaz inférieurs à ceux des années précédant l'ère Covid-19 : en particulier, entre septembre 2021 et octobre 2021, ils ont chuté d'environ 17 %. Pendant ce temps, la courbe des prix a montré une impressionnante montée en puissance. Le 6 octobre, la nouvelle d'éventuels problèmes dans la certification de Nord Stream 2 a fait grimper les prix de 30 % en quelques heures pour atteindre 116,83 euros par MWh.

Le 21 décembre, les expéditions russes vers l'Allemagne via l'oléoduc Yamal-Europe ont chuté sans explication, provoquant la panique. Le prix, qui un mois plus tôt s'était établi à 87 euros par MWh, a décollé à 179,18 euros. La guerre en Ukraine n'a fait qu'étendre ce qui existait déjà sur le terrain depuis un certain temps : en période de tension politique, il est commode pour Moscou de tirer sur la corde et de déclencher le chaos.

Le 3 mars, la Russie a ventilé un arrêt des approvisionnements après la décision de l'Allemagne de ne pas certifier Nord Stream 2, faisant monter le prix du gaz européen au point Ttf à plus de 200 euros pour la première fois. La même dynamique s'est produite le 26 avril suivant lorsque le gaz a été coupé à la Pologne et à la Bulgarie : le prix a augmenté de plus de 25 % en quelques heures après être tombé aux niveaux d'avant-guerre, ce qui a amené de nombreux pays à conclure des accords avec la Russie pour payer les contrats en roubles. Après que le mois de mai ait marqué une nouvelle période d'accalmie, ramenant le gaz à 80 euros par MWh après les premières politiques de diversification, une nouvelle flambée s'est produite à la mi-juin lorsque, à l'occasion du voyage de Mario Draghi, Olaf Scholz et Emmanuel Macron à Kiev, la Russie a réduit ses approvisionnements vers l'Italie et l'Allemagne.

Depuis lors, la victoire psychologique russe est définitive, ce que l'on pouvait déjà deviner en entendant les mots sur le "chômage de masse et la pauvreté" que l'Allemagne risquait sans le gaz russe, selon le ministre de l'économie Robert Habeck, prononcés le 15 mars. Le résultat ? Les prix sont passés de 81 à 181 euros entre le 13 juin et le 13 juillet. L'intrigue est claire : à chaque fois que le prix se stabilise ou recule, la Russie lance des coups de pression et une guerre économique hybride auxquels l'Europe réagit ponctuellement dans le désarroi, en se mettant au pied du mur et en rendant explicite sa dépendance vis-à-vis de la Russie. Comment s'en sortir ? En se préparant à supporter le poids de l'embargo énergétique, qui est désormais une option mise sur la table. Mais aussi, sinon surtout, avec des politiques cohérentes : et aujourd'hui plus que jamais, le plafonnement des prix intérieurs apparaît comme un moyen viable de donner à l'Europe des armes pour répondre au chantage énergétique russe. Tertium non datur : il faut savoir qu'avec la stratégie des sanctions, l'arme énergétique est devenue un instrument de pression légitime (et prévisible) pour la Russie. Et soyez prêt à empêcher Moscou de l'exploiter en permanence à l'approche de l'hiver.

mercredi, 08 juin 2022

Les États-Unis mènent en Ukraine une guerre aux frais de l'Union européenne contre... l'Union européenne

europe-usa-trade-war-american-tariffs-as-two-opposing-cargo-freight-containers-european-union-economic-conflict-as-115590664.jpg

Les États-Unis mènent en Ukraine une guerre aux frais de l'Union européenne contre... l'Union européenne

Alexander Gorokhov

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/politica/37922-2022-06-05-15-47-02

Ce n'est un secret pour personne que l'opération militaire spéciale (OMS) actuellement en cours en Ukraine est en réalité une confrontation non pas tant des troupes russes contre les troupes ukrainiennes, mais plutôt une confrontation des grands projets du monde russe, d'une part, et de l'union euro-américaine, d'autre part. Guerre par procuration classique, lorsque quelqu'un tente de protéger ses intérêts mondiaux par procuration sur un territoire étranger aux dépens de quelqu'un d'autre, affaiblissant ainsi l'ennemi.

Les marionnettistes dans les plans des marionnettistes

À première vue, la situation donne l'impression que la guerre est menée contre la Russie par l'entremise de l'Ukraine sur le territoire de celle-ci et à ses dépens. Mais la définition même d'une guerre par procuration, que nous avons prise comme point de départ, nie le rôle de l'Ukraine en tant que véritable partie dans le conflit. Et une étude plus approfondie de la question confirme cette conclusion.

Commençons par le fait que l'Ukraine a cessé d'être un sujet des relations internationales pour devenir un objet des relations internationales après le coup d'État de février 2014. Et cela est confirmé par la discussion publique de l'assistante du chef du Département d'État, Victoria Nuland, avec l'ambassadeur américain en Ukraine sur la candidature du futur premier ministre "carré". Et plus tard, la nomination, à la suggestion des États-Unis, d'étrangers comme membres du gouvernement ukrainien, diverses "réformes" et remaniements de personnages clés sous la pression des États-Unis.

Et si pendant près de sept ans, l'objectivité de l'Ukraine a été diplomatiquement réduite au silence, au cours de la dernière année avant l'opération militaire russe, les dirigeants russes n'ont plus caché le fait que toute négociation sur les affaires ukrainiennes ne devait pas être menée avec Kiev, mais avec Washington, qui décide de tout ce que l'Ukrainien est autorisé à faire.

FNSp1pgWUAsXA-M.jpg

En outre, les événements précédant le début du conflit démontrent que les Etats-Unis ont ouvertement poussé l'Ukraine à opter pour une solution militaire dans la question de la propriété du Donbass et de la Crimée. En outre, les dirigeants militaro-politiques de l'Ukraine ont même essayé pendant un certain temps d'éviter la "phase chaude", réalisant que le potentiel militaire de l'Ukraine n'était en rien comparable à celui de la Russie. Mais, étant a priori dépendante, elle a été contrainte de se préparer à une attaque suicide dans le Donbass. Les documents trouvés confirment les plans visant à lancer une "opération de restitution des territoires temporairement saisis" à partir du 8 mars 2022. En outre, les plans dont ont hérité les militaires russes et ceux de Donetsk à Mariupol indiquent que le but de l'opération dans le Donbass était d'obtenir un accès ultra-rapide à la frontière russe.

La thèse selon laquelle les hostilités actuelles sont menées aux dépens des fonds ukrainiens n'est pas vraie du tout. Oui, une partie du financement provient bien sûr des poches des contribuables ukrainiens. Mais le transfert massif d'armes, de munitions et d'équipements militaires à l'Ukraine par les pays de l'OTAN, ainsi que d'autres aides militaires (y compris la fourniture de renseignements en ligne), ont approché, s'ils ne les ont pas encore dépassés, les coûts de la guerre pour l'Ukraine. Et le fait que la loi Lend-Lease pour l'Ukraine (rappelez-vous que le concept même de Lend-Lease implique une assistance aux États menant des hostilités dans l'intérêt des États-Unis) ait été introduite plus d'un mois avant le début du conflit, témoigne d'un conflit militaire planifié par les États-Unis entre l'Ukraine et la Russie.

Ainsi, l'Ukraine est un outil et un champ de bataille pour les États-Unis afin de défendre leurs propres intérêts. Mais ce n'est qu'une première approche pour comprendre la situation. Avec la deuxième approche, tout est encore plus intéressant.

Si la Russie n'est pas un concurrent des États-Unis, qui l'est ?

Au cours des cent dernières années, l'Union soviétique et la Fédération de Russie, malgré des périodes de rapprochement et même de relations d'alliance avec les États-Unis, ont vécu sans sanctions américaines... moins d'un mois : entre l'abrogation de l'amendement Jackson-Vanik et l'adoption de la loi Magnitsky. Même pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque l'aide Lend-Lease était fournie à la Russie soviétique, il existait des listes de matériaux, d'équipements et d'armes dont la fourniture à l'URSS était interdite. Sans surprise, l'ancien commandant de l'OTAN en Europe, Philip Breedlove (photo), a admis que la Russie constitue une menace existentielle durable pour les États-Unis et leurs alliés. Et la menace implique son élimination ou du moins son affaiblissement. Et mieux, par les mains d'une puissance ou un acteur tiers.

"Au cœur de toute stratégie en Europe doit se trouver la prise de conscience que la Russie constitue une menace existentielle durable pour les États-Unis, leurs alliés et l'ordre international".

Breedlove_2013_HR.jpg

Malgré cette déclaration tapageuse, la "menace russe" n'est que militaire pour les États-Unis. Et Washington est bien conscient que la puissance militaire russe est nettement inférieure à la puissance militaire des États-Unis, sans parler de la puissance combinée des États membres de l'Alliance de l'Atlantique Nord. Et puisque Moscou est également consciente de cette vérité immuable, il ne faut pas s'attendre à ce que la Russie fasse la guerre. Ni une guerre avec des armes conventionnelles, encore moins une attaque suicidaire avec des armes nucléaires. La domination économique mondiale est bien plus importante pour les États-Unis. Et dans cette affaire, la Russie n'est pas du tout un concurrent des États-Unis.

Et qui sont les concurrents ? Il y en a deux : la Chine et l'Union européenne. En outre, l'affaiblissement économique de l'un entraînera automatiquement l'affaiblissement de l'autre : les fabricants chinois et les consommateurs européens sont fortement interconnectés. Et leur affaiblissement conduit inévitablement au renforcement d'"un singe rusé assis dans un grand arbre, au pied duquel deux tigres se battent". De plus, il est également saturé de bananes qui sont soudainement devenues disponibles pour lui. Après tout, avec le début de l'opération militaire des forces armées russes en Ukraine, les actions du complexe militaro-industriel américain ont considérablement augmenté. Et ceci avant même le début du plan proposé par la Pologne pour remplacer l'équipement militaire obsolète datant de l'époque de l'URSS, qu'elle se proposait de livrer à l'Ukraine, par un équipement américain plus récent et plus coûteux.

En d'autres termes, en incitant les marionnettes polonaises à faire un tel pas dans le temps, les États-Unis ne tuent pas deux, mais beaucoup d'oiseaux d'une seule pierre. Premièrement, elle soutient sa propre économie, deuxièmement, elle oblige les Européens à acheter des armes américaines, ce qui affaiblit l'un des deux principaux concurrents économiques et, troisièmement, elle affaiblit délibérément la Russie, la forçant à dépenser des fonds supplémentaires pour "éliminer" la "ferraille" fournie à l'Ukraine, quatrièmement, elle augmente la saturation de l'OTAN en systèmes d'armes modernes et, cinquièmement, elle prolonge l'agonie de la "guerre pour les intérêts américains jusqu'au dernier Ukrainien".

Mais ce n'est pas tout. Les Américains eux-mêmes admettent déjà que la Russie, à leur indescriptible surprise, s'en sort bien avec des sanctions record en termes quantitatifs et qualitatifs. En outre, les réserves financières de la Russie non seulement n'ont pas diminué suite à leur introduction, mais ont augmenté après le début de l'opération militaire d'environ 12 milliards de dollars en raison de la hausse des prix de l'énergie. Dans le même temps, pour la même raison, l'économie de l'UE subit d'énormes pertes, la production la plus importante est arrêtée à cause de la hausse des prix du gaz, et en raison de l'embargo sur l'importation d'engrais russes et biélorusses, le spectre de la pénurie alimentaire plane aux portes de l'Europe. Bien sûr, ils essaient de régler ce dernier problème en exportant à la hâte quelques dizaines de millions de tonnes de céréales d'Ukraine, condamnant le pays à la famine : en raison de la pénurie de carburant et des hostilités, la saison des semailles en Ukraine a en fait été interrompue. Le pain de la prochaine récolte, semble-t-il, les Européens devront l'acheter à un prix plus élevé aux États-Unis.

Faut-il s'étonner que les alliés américains de la coalition anti-russe souffrent de la guerre en Ukraine ? Dans le paradigme de la guerre par procuration, il n'est non seulement pas étrange, mais naturel : que la guerre soit menée sur le territoire ukrainien, mais principalement aux frais de l'Union européenne contre... l'Union européenne. Et le fait que les querelles des Ukrainiens et des Russes ne soient pas non plus un problème : l'essentiel est que ce sont les Américains qui sont les principaux bénéficiaires de cette guerre hybride par procuration.

Que devons-nous faire, comment devons-nous être ?

Dans une guerre, même s'il s'agit d'une guerre hybride contre la Russie et non associée à des hostilités "chaudes", cela signifie que la question aiguë est de savoir comment traiter ceux qui se sont impliqués du côté de nos adversaires. En fait, ils se sont maintenant tirés une balle dans le pied en Europe : dans le contexte des sanctions anti-russes imposées, le taux d'inflation dans tous les pays de l'UE et de l'OTAN, y compris les États-Unis, a fortement augmenté.

QP6RGMD6DRDZRAHYVEGL5ZSLDQ.jpg

La "guerre du gaz" a entraîné un bond sans précédent des prix du "combustible bleu" et, par exemple, en Allemagne, les industriels disent déjà franchement qu'il est moins cher de fermer de nombreuses entreprises que de poursuivre leur production. Les tentatives de limiter l'approvisionnement en pétrole russe ont déjà entraîné une forte hausse des prix du carburant en Europe et aux États-Unis. Qui, soit dit en passant, n'a rien pour remplacer le pétrole de l'Oural dans un certain nombre de raffineries qui sont prêtes à le traiter. Il y a une forte probabilité de crise alimentaire en raison des restrictions sur les importations d'engrais russes. En outre, une hausse des prix du blé a déjà été observée. Et que se passera-t-il après la récolte, qui n'est évidemment pas suffisante sans l'approvisionnement en blé russe ? Après tout, la pénurie de céréales qui se profile en Inde aura également une incidence sur le prix.

Je ne veux pas hausser les épaules, en répondant de manière absolument symétrique, comme pour l'expulsion mutuelle des diplomates. Dites ce que vous voulez, mais le gaz, le pétrole, les engrais, les matières premières industrielles, la nourriture, c'est aussi de l'argent qui sert à renflouer le budget russe. Oui, il existe un certain nombre de pays qui peuvent théoriquement acheter littéralement tous les volumes de ces biens, ce que l'Europe et les États-Unis refusent à leur propre détriment.

Ce qui se passe aujourd'hui avec les prix, en fait, est une répétition, un avertissement aux ennemis de ce qui les attend s'ils entrent dans une confrontation militaire ouverte avec la Russie sous la pression de Washington.

Et ce n'est que le début. Une proposition a déjà été soumise à la Douma d'État pour que la Russie se retire de l'OMC, ce qui permettra une réponse plus ciblée à la pression des sanctions. Par exemple, en modifiant le montant des droits d'importation et d'exportation des pays, en fonction de leur degré de loyauté envers la Russie.

Oui, les revenus de la Russie provenant des hausses de prix "sanctionnées" aujourd'hui battent des records: selon les analystes de Citi, Gazprom reçoit environ 200 millions de dollars par jour, et ses revenus cette année pourraient être le double de ceux de l'année dernière. Mais aujourd'hui, l'Occident discute de plans visant à créer un cartel pour "contrôler" le prix du pétrole russe. Et cela a-t-il un sens de continuer à "gronder gentiment" les pays que nous considérons toujours comme nos "alliés", malgré leurs mesures véritablement anti-russes ? Après tout, comme vous le savez, la Russie n'a que trois alliés : l'armée, la flotte et les forces spatiales nouvellement créées.

Bien sûr, il ne faut pas prendre de décisions drastiques, créant des difficultés pour notre économie avec des contre-mesures. Mais c'est pour cela que le gouvernement existe, pour évaluer et calculer soigneusement les conséquences de ces mesures. Que les circonstances évoluent de telle sorte que notre pays soit devenu un instrument de la guerre géopolitique par procuration menée par les États-Unis contre l'Europe et la Chine, mais il est en notre pouvoir de faire en sorte que cet instrument ne soit pas aveugle, afin que nous ayons la possibilité de tirer le maximum de profit de notre position, et que la Russie en sorte renforcée. L'essentiel est de comprendre la véritable nature du conflit actuel, dans lequel nous avons été poussés avec tant de force : avertis, nous sommes donc armés.

jeudi, 02 juin 2022

Nouvelle loi sur les services numériques (DSA): l'UE va renforcer la censure des sites de réseaux sociaux

lead-image.jpeg

Nouvelle loi sur les services numériques (DSA): l'UE va renforcer la censure des sites de réseaux sociaux

Source: https://www.tradicionviva.es/2022/05/01/nueva-ley-de-servicios-digitales-dsa-la-union-europea-incrementara-la-censura-en-redes-sociales/

Avec la nouvelle loi sur les services numériques (DSA) de l'Union européenne, les entreprises technologiques telles que Facebook, Instagram, Twitter, Youtube et Google devront se conformer à de nouvelles exigences pour censurer les contenus indésirables dans le cadre de la nouvelle législation et notamment ce qu'elles appellent la "désinformation" sur leurs plateformes, après que des fonctionnaires du Parlement européen, de la présidence française du Conseil de l'UE et de la Commission se soient mis d'accord le 23 avril 2022 sur le nouvel ensemble de règles quant à la manière dont les grands acteurs de l'internet devront modérer et gérer les messages des utilisateurs.

La nouvelle loi est présentée sous un ensemble de bonnes intentions, telles que la "sauvegarde de la vie privée", et la prévention d'actes illégaux, comme le "terrorisme", l'"exploitation sexuelle des enfants", etc., toutes questions qui ont toujours été, logiquement, interdites par les différentes plateformes. Toutefois, le véritable objectif politique de ce type de législation, comme l'ont déjà déclaré des ONG telles qu'Amnesty et des leaders politiques mondiaux d'outre-mer, tels que Barack Obama et Hillary Clinton, sera de contrôler et de censurer ce que les Fact Checkers considèrent désormais comme de la "désinformation", ou la vaste catégorie des "discours de haine".

Le portail européen "Politico.eu" explique : "À l'avenir, les régulateurs surveilleront les efforts déployés par les géants de la technologie pour mettre fin à la diffusion de fausses informations, comme les batailles de l'information l'ont montré lors de la pandémie de coronavirus et du conflit en Ukraine. Ils s'assureront que les grandes entreprises numériques contrôlent mieux les algorithmes qui peuvent promouvoir des contenus extrêmes et dangereux".

Les entreprises seront tenues de publier des rapports semestriels détaillés sur leurs efforts de modération, y compris le nombre d'employés, l'expertise, les langues parlées et l'utilisation de l'intelligence artificielle pour supprimer le contenu indésirable. Ils seront tenus de divulguer le nombre de comptes qu'ils ont suspendus et le contenu qu'ils ont supprimé.

Des amendes pour non-conformité allant jusqu'à 6 % du chiffre d'affaires mondial toucheront les géants des médias sociaux comme Facebook et Instagram, les moteurs de recherche comme Google, les plateformes de diffusion de podcasts comme Spotify et les marchés en ligne comme Amazon. La dernière menace serait le bannissement des entreprises qui enfreignent les règles de manière répétée.

"La loi sur les services numériques est une étape importante", a déclaré Thierry Breton, commissaire chargé du marché intérieur. "C'est la première fois en 20 ans que l'Europe s'attaque à la réglementation de l'espace numérique et de l'information."

mardi, 17 mai 2022

L'UE veut s'endetter pour l'Ukraine

arton12578-40f0e.png

L'UE veut s'endetter pour l'Ukraine

Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/eu-will-schulden-fuer-die-ukraine-aufnehmen/

Pour se maintenir à flot économiquement, l'Ukraine a besoin d'environ 15 milliards d'euros au cours des trois prochains mois, soit cinq milliards d'euros par mois. Cette somme doit par exemple permettre de payer les retraites, d'assurer l'approvisionnement des personnes déplacées à l'intérieur du pays ou de régler d'autres coûts liés à la guerre. Les Etats-Unis se sont engagés à couvrir un tiers des besoins financiers de l'Ukraine au cours des trois prochains mois, et les deux tiers restants seront pris en charge par l'Union européenne, selon un rapport du magazine "Politico".

Comme l'écrit "Politico" en citant des diplomates, la Commission européenne prévoit de trouver l'argent pour Kiev sous la forme d'une dette commune de l'UE. Les États membres devraient ensuite garantir les dettes contractées par la Commission européenne. "Cela ressemble au programme SURE, qui a été utilisé pendant la pandémie pour collecter des fonds pour les chômeurs de courte durée, ont déclaré les diplomates", rapporte "Politico". A l'époque, la Commission avait demandé des garanties à hauteur de 25 milliards d'euros pour lever 100 milliards d'euros.

Le projet de la Commission européenne ne fait pas l'unanimité. En effet, certains pays, dont l'Allemagne, l'Autriche et la Grèce, ont demandé à la Commission de fournir des options de financement alternatives avant la présentation de son plan le 18 mai. Quoi qu'il en soit, la présidence française a l'intention de soumettre le dossier à la discussion fin mai afin que les chefs d'Etat et de gouvernement puissent en débattre.

dimanche, 15 mai 2022

La consommation de viande attaquée par les élites mondiales: la Commission européenne accepte de traiter la proposition des défenseurs des droits des animaux visant à supprimer les subventions au bétail

imcowsage.jpg

La consommation de viande attaquée par les élites mondiales: la Commission européenne accepte de traiter la proposition des défenseurs des droits des animaux visant à supprimer les subventions au bétail

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/el-consumo-de-carne-bajo-ataque-de-las-elites-globales-la-comision-europea-acepta-tratar-propuesta-animalista-para-eliminar-ayudas-al-sector-ganadero/

Le secteur de l'élevage est toujours dans le collimateur des élites mondiales: la Commission européenne a récemment accepté de traiter une initiative intitulée "End The Slaughter Age", qui vise à supprimer toutes les subventions au secteur de l'élevage dans l'Union européenne, a dénoncé l'organisation Unión de Extremadura dans un communiqué.

La campagne "End The Slaughter Age" affirme: "Selon le GIEC, nous avons environ 10 ans pour éviter le point de basculement climatique. Les émissions de gaz à effet de serre ont atteint des niveaux jamais vus sur cette planète. De 15% à 51% sont liés à la consommation traditionnelle de viande. Il existe des alternatives éthiques capables de produire la même quantité de viande avec 99% d'émissions de gaz à effet de serre en moins. La technologie pour sauver le monde existe. Aidez-nous à demander aux politiciens d'intervenir avant qu'il ne soit trop tard" et il propose la solution sans demi-mesure et en lettres majuscules: "Viande de ferme et viande de légumes pour un monde sans esclavage".

Et il poursuit en expliquant ces deux propositions: "la viande cultivée, réalisée grâce à la nouvelle agriculture cellulaire et à la technique de fermentation; la viande végétale, capable d'égaler le goût et la saveur de la viande traditionnelle, un exemple de grand succès sur le marché est Beyond Meat".

Comme Kontrainfo l'a rapporté dans le passé, Beyond Meat est une initiative financée par le magnat de l'informatique Bill Gates.

La Commission européenne explique que l'initiative a été soumise par des organisations de défense des animaux qui remplissaient les conditions requises pour que le projet soit traité. "Ce dont nous n'avons pas été informés par la Commission, c'est que les organisations promouvant de telles initiatives, dont le traitement est très coûteux, sont souvent des organisations subventionnées à la fois par la Commission européenne et par les administrations nationales des États membres", indique la déclaration, pointant du doigt les plus hauts décideurs politiques.

017f96a855d9a8b5988188b6aa602d79.jpg

"Nous ne pouvons pas permettre à une minorité subventionnée d'imposer à plus de 250 millions de citoyens ce qu'ils doivent manger ou boire. Il y a des gens et des politiciens qui s'indignent du fait que nous mangeons de la viande, que nous buvons un verre de vin et qui s'attaquent continuellement à la consommation et à un mode de vie que nous pratiquons depuis des siècles, voire des millénaires, et dont il a été prouvé qu'il était bon pour notre alimentation", indique la déclaration.

Pour cette raison, et face à une initiative visant à supprimer toute aide au secteur de l'élevage, et "las de recevoir chaque jour des menaces et des insultes de la part d'une minorité subventionnée, il est grand temps d'entamer les procédures d'approbation d'une initiative populaire visant à supprimer les subventions à tant d'associations animalistes dont le seul objectif est de vivre des subventions publiques et d'intimider des millions de citoyens pour qu'ils changent leur mode de vie qui est sain".

Selon les statistiques, 56 % des 447 millions d'habitants de l'UE, soit 250 millions de personnes, consomment régulièrement de la viande dans leur alimentation et 45 % d'entre eux (201 millions) l'utilisent pour maintenir un régime équilibré. En outre, les exploitations d'élevage européennes emploient chaque année plus de 4 millions de travailleurs sur leurs exploitations, ce qui, avec le travail des indépendants dans ce secteur, porte le nombre total de travailleurs dans le secteur de l'élevage de l'UE à plus de 6 millions.

La promotion du véganisme par les élites mondiales n'est une surprise pour personne. Il est bien connu que si un régime végétalien n'est pas correctement équilibré par divers compléments, il génère d'énormes déficits en vitamine B12, ce qui entraîne des problèmes du système nerveux et de la mémoire à long terme. En l'espace de quelques décennies, le monde souffrira d'une population humaine mal nourrie, dépourvue de toute force physique ou mentale et plus docile au système de domination dominant.

vendredi, 13 mai 2022

Les ennemis de l'Europe sont à Bruxelles et à Strasbourg

parlement-europeen-strasbourg.jpg

Les ennemis de l'Europe sont à Bruxelles et à Strasbourg

par Marcello Veneziani 

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/i-nemici-dell-europa-stanno-a-bruxelles-e-strasburgo

Mais qui est le principal ennemi de l'Europe ? Ne le cherchez pas en dehors de l'Europe ou même en son sein profond, parmi les nationalismes et les populismes. L'anti-européanisme est à Bruxelles, à Strasbourg, au cœur de l'Union européenne, dans ses bâtiments et ses institutions. Il est temps de lancer un processus politique qui part de la réalité et non de l'idéologie, et qui n'a pas peur de toucher aux pouvoirs de l'Eurocratie.

Avec la guerre en Ukraine, l'Union européenne a clairement et nettement démontré qu'elle n'a pas à cœur le rôle, la souveraineté, les intérêts et les valeurs de l'Europe, et qu'elle fait des choix résolument contraires aux besoins des peuples d'Europe. Elle aurait pu avoir un rôle autonome et souverain important, en tant que tierce partie au conflit entre la Russie et les États-Unis, et devenir l'axe d'équilibre pour trouver un compromis, un point de médiation. Au lieu de cela, elle a choisi de prendre parti à l'ombre des États-Unis, sous le parapluie de l'OTAN, payant un coût disproportionné en termes économiques, énergétiques et politiques. Elle a même accepté la fiction selon laquelle les États-Unis et l'OTAN ont occupé le terrain pour défendre l'Europe. Et elle a même crié que la Russie de Poutine avait déclaré la guerre à l'Europe et s'apprêtait à l'envahir en commençant par l'Ukraine. Même pour attribuer les pires intentions à l'autocrate russe, son objectif est de reprendre l'espace qui a été pendant des siècles sous la souveraineté de l'empire des Tsars puis de l'Union soviétique, en ramenant la Crimée et peut-être le Donbass dans le giron russe. Mais Poutine n'a jamais pensé ou déclaré qu'il menacerait l'Europe et l'engloutirait dans un projet d'expansion et d'empire. Mais ce n'est pas tout: se considérant attaquée et envahie, l'Europe s'est en fait déclarée belligérante dans le conflit qui l'oppose à la Russie, excluant toute négociation dans laquelle elle pourrait se présenter comme un troisième sujet, autonome et indépendant, un point d'équilibre entre les prétentions hégémoniques de la Russie et l'hégémonie planétaire des États-Unis.

shutterstock_797855722.jpg

L'UE a accepté de redevenir un satellite, une émanation des États-Unis, totalement et servilement alignée, épousant d'ailleurs la ligne de Johnson de quitter l'Europe et de rétablir l'axe atlantique avec l'Amérique du Nord.

L'Union européenne n'aurait été possible que si, avec la chute de l'Union soviétique, du mur de Berlin et du Pacte de Varsovie, nous avions pu enfin nous libérer de la tutelle américaine et du parapluie de l'OTAN. Cela n'a pas été fait, et ce n'est pas le nationalisme qui a empêché, comme on le prétend à tort, l'unification européenne ; mais c'est la division du monde en deux blocs qui nous a empêchés de sortir de chez nous et d'avoir les clés de la maison ; elle nous a empêchés de nous unifier. Ce n'est que lorsque le rôle de l'OTAN est devenu inutile et que l'autonomie des États-Unis n'était plus nécessaire, qu'il aurait été possible de compléter l'Union européenne en 1992.

Maintenant, nous avons abdiqué de facto la souveraineté et l'indépendance de l'Europe et nous avons accepté d'émettre des sanctions qui non seulement sapent toute relation avec la Russie mais se retournent également contre les intérêts primaires de l'Europe, à commencer par ses plus grands pays comme l'Allemagne, la France et l'Italie elle-même.

Pour effectuer cette transition, nous avons accepté la réduction de l'Europe à l'Occident, ce qui implique la primauté américaine et la stratégie de l'OTAN, et nous avons fait semblant de croire que l'Occident était le monde entier. Considérant qu'il est désormais clair que la mondialisation n'est plus l'occidentalisation du monde mais un processus controversé et polymorphe où le principal acteur mondial est la Chine, avec l'Asie du Sud-Est. L'Occident tel que nous l'entendons ne comprend même pas sa partie la plus peuplée, qui est l'Amérique latine, mais l'Europe, les États-Unis et le Canada, qui sont les pays où le taux de dénatalité est le plus élevé et dont la population, âgée et en surnombre, atteint à peine un dixième de la planète.

Mais il est évident depuis des années que nos intérêts réels, économiques, stratégiques et géopolitiques divergent fortement de ceux des États-Unis. Je ne suis pas un partisan de l'Eurasie, mais je crois qu'il est dans l'intérêt premier de l'Europe de traiter avec la Russie et l'Est sans la permission de nos parents américains. Des nations individuelles comme la France, l'Allemagne, la Hongrie en sont conscientes, mais pas l'UE.

Si l'on veut remonter aux origines de cet anti-européanisme au sein de l'Union européenne, je crois que le rejet des racines européennes dès l'acte de fondation et la négation répétée de notre civilisation chrétienne, grecque et romaine en étaient les prémisses idéales. Puis l'Europe a donné la priorité aux technocrates et à la finance et a été conçue à l'envers, non pas comme une réalité différenciée à l'intérieur et unie à l'extérieur, mais le contraire : l'Union européenne comprime et déprime les identités nationales qui la constituent, tyrannise les peuples, mortifie les différences économiques en son sein et la souveraineté des États-nations, et impose des règles et des contraintes.

Et malgré cela, elle apparaît impuissante, désarmée vis-à-vis du monde extérieur, incapable de se doter d'une ligne politique, stratégique et militaire autonome, incapable de protéger ses frontières, incapable d'affronter de manière unie la concurrence asiatique, les flux migratoires et l'invasion commerciale chinoise. Face à la tenaille qui nous saisit aujourd'hui, à savoir la domination américaine et l'expansion chinoise, nous élevons la Russie de Poutine au rang d'ennemi principal de l'Europe. La Russie de Poutine est certes une autocratie qui a envahi l'Ukraine, mais contrairement aux États-Unis et à la Chine, elle n'a aucune prétention hégémonique sur l'Europe et ne nous envahit pas avec ses produits et ses modèles.

C'est pourquoi, si vous cherchez où se cachent les ennemis de l'Europe, vous les trouverez à la tête de la Commission européenne, parmi ses hauts commissaires, au sommet et dans la majorité de l'Europarlement, dans les tribunaux de Strasbourg, parmi les eurocrates et les fonctionnaires euro-atlantiques zélés, comme ici aussi, à la tête de l'Italie... L'Europe cache des serpents en son sein.

lundi, 28 mars 2022

Armée européenne : première étape sur le très long chemin vers la liberté vis-à-vis des USA ?

DC_ykqxXcAAAXzv.jpg

Armée européenne : première étape sur le très long chemin vers la liberté vis-à-vis des USA ?

Alessandro Cavallini

Source: https://electomagazine.it/esercito-europeo-primo-passettino-sulla-lunghissima-strada-della-liberta-dagli-usa/?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=ReviveOldPost

Certains analystes ont commencé à parler du retour de la guerre froide à la suite du conflit russo-ukrainien. En effet, à première vue, cela semble être le cas : d'un côté, Poutine stigmatise la politique de l'OTAN, tandis que de l'autre, tous les pays européens sont unis dans un seul front occidental, avec les États-Unis, condamnant unanimement l'agression de la Russie. Pourtant, quelque chose sur le Vieux Continent évolue dans une autre direction, vers une plus grande autonomie européenne vis-à-vis des États-Unis.

Dans le sillage du conflit, la formation d'une armée européenne a été accélérée et devrait voir le jour en 2023. Un document spécial, la boussole stratégique, a également été rédigé. Il indique les étapes à suivre, en premier lieu les scénarios stratégiques dans lesquels le bataillon européen pourra opérer : une vaste zone, allant des Balkans à la Méditerranée asiatique et à l'Afrique. Les soldats enrôlés devraient être environ 5000 à partir de l'année prochaine avec des exercices réguliers, puis devenir pleinement opérationnels en 2024, soit un an plus tôt que prévu initialement.

Évidemment, les points critiques de cette opération sont nombreux. Tout d'abord, le faible nombre de personnel envisagé. Ensuite, il y a la question cruciale de la dépendance à l'égard de l'OTAN. Aujourd'hui, sur les 30 pays membres de l'Alliance atlantique, 25 sont membres de l'Union européenne. Comment Bruxelles pourra-t-elle se libérer des diktats de l'encombrant vainqueur de la Seconde Guerre mondiale ?

C'est là qu'intervient l'autre limite majeure de l'Union européenne actuelle, qui, si elle n'est pas résolue, ne conduira jamais à une véritable armée européenne et pas seulement à une façade. Aujourd'hui, l'UE, malgré quelques bonnes intentions, n'est toujours qu'une structure économique, comme à l'époque de la CEE. Lorsqu'il s'agit de politique étrangère, qui est la question la plus importante pour un État véritablement souverain, le Conseil de l'UE doit voter ses décisions à l'unanimité. Cela signifie que, quelle que soit la difficulté de mettre tout le monde d'accord, chaque État membre de l'UE a le même poids politique. Le Luxembourg, par exemple, peut opposer son veto à une décision de politique étrangère exactement de la même manière que l'Allemagne.

C'est là que devrait commencer une réforme sérieuse de l'architecture européenne actuelle. Le problème de l'UE n'est pas, comme le disent les anti-européens de noantri, une absence de démocratie (c'est vrai en Italie, où les pouvoirs du Parlement en sont privés de facto depuis des années...) mais exactement le contraire : un excès de démocratie, entendu comme une vision égalitaire des pays membres. Il serait nécessaire de créer une Union européenne complètement différente, où le poids politique des différentes nations varierait en fonction de leur taille, de leur histoire, de leur capacité industrielle, etc. Ce n'est qu'ainsi que l'Europe cessera d'être une simple structure bureaucratique-administrative et deviendra réellement un État efficace et un acteur d'importance internationale.

Ces dernières années, divers hommes politiques du Vieux Continent ont évolué dans ce sens. Même les différents accords avec la Russie, qui sont aujourd'hui montrés du doigt comme étant de connivence avec le "dictateur Poutine", étaient en fait fonctionnels à la perspective d'une plus grande indépendance et autonomie de l'Europe par rapport aux États-Unis. Aujourd'hui, cependant, la guerre a dérapé et le risque est précisément de redevenir les vassaux de Washington, avec l'excuse que l'Occident tout entier est en guerre contre le tsar de Moscou. Mais l'histoire n'est jamais définitive et souvent, dans les situations les plus imprévisibles, des opportunités se cachent. L'Europe sera-t-elle capable de tourner la situation de guerre actuelle à son avantage ? Si elle veut redevenir une puissance, elle n'a pas d'alternative : elle doit accélérer la politique d'unité politique sur le continent et assumer la structure d'un véritable État, avec sa propre politique étrangère et sa propre armée régulière et nombreuse. Sinon, il n'y a pas d'issue : nous resterons soumis aux maîtres atlantiques, sans tenir compte des véritables intérêts qui ont poussé Poutine à entrer en Ukraine. Comme toujours, il s'agit de prendre sur ses épaules le poids de son propre destin. C'est à nous de nous libérer du joug américain, nous ne pouvons continuer à espérer un sauveur extérieur, qui au final ne serait rien d'autre que notre nouveau maître.

jeudi, 24 mars 2022

Le coup de Poutine sur le gaz, le pétrole et le rouble, qui rend plus difficiles les sanctions européennes

Putin demanded oil payments be made in rubles.jpg

Le coup de Poutine sur le gaz, le pétrole et le rouble, qui rend plus difficiles les sanctions européennes

Federico Giuliani

Source: https://it.insideover.com/economia/la-mossa-di-putin-su-gas-petrolio-e-rublo-che-inguaia-le-sanzioni-europee.html

Renforcer le rouble, limiter davantage le poids des sanctions économiques et jouer un tour à l'Europe. La Russie n'acceptera plus de paiements en dollars et en euros pour son gaz livré à l'Europe, mais uniquement en roubles. Le président russe Vladimir Poutine l'a déclaré lors d'une réunion du gouvernement, en dévoilant ainsi une carte surprise de son jeu.

"J'ai décidé de mettre en œuvre une série de mesures visant à transférer le paiement de nos fournitures de gaz aux pays hostiles (c'est-à-dire ceux qui ont mis en œuvre des sanctions contre Moscou) en roubles russes", a déclaré le chef du Kremlin, ordonnant que les changements soient mis en œuvre dès que possible. La Banque centrale et le Cabinet des ministres doivent déterminer dans un délai d'une semaine la procédure à mettre en œuvre".

"Cela n'a aucun sens pour nous de livrer nos marchandises à l'Union européenne et aux États-Unis et de recevoir des paiements en dollars, en euros ou dans d'autres devises", a fait valoir M. Poutine, laissant entendre que la Russie commencera à n'accepter que des roubles en échange de la vente de gaz naturel, avec la perspective d'appliquer cette mesure à d'autres matières premières également.

Les effets de l'annonce

Hier, suite aux déclarations de Poutine, le prix du gaz a augmenté. À Amsterdam, après un bond à 119 € par Mwh, les prix ont chuté à 115 €, soit une hausse de 17 % par rapport à la clôture d'hier. À Londres, le prix s'est établi à 273 pence par Mmbtu (+16,8%). Après avoir atteint un pic à environ 132,25 € par mégawattheure, le prix du gaz au hub néerlandais Ttf continue d'augmenter, bien qu'avec un léger ralentissement.

Capture-29.jpg

À tout cela, il faut ajouter le fait que la Russie continuera à fournir du gaz selon les volumes et les prix fixés dans les contrats précédents, "car le pays tient à sa réputation de partenaire et de fournisseur fiable". Autre effet des paroles de Poutine : le rouble a repris de la valeur à la bourse de Moscou. Presque comme par magie, ces dernières heures, il s'échangeait à 100 contre le dollar, contre 75 dans la période précédant la guerre en Ukraine.

Les réactions de l'Europe

Pour l'instant, il n'y a pas de réactions officielles de l'Union européenne. L'Allemagne a toutefois réagi, par l'intermédiaire du ministre allemand de l'économie Robert Habeck. "Ce serait une rupture de contrat si la Russie insistait pour que les achats de gaz des pays de l'UE soient désormais payés en roubles", a-t-il déclaré. L'Allemagne, a ajouté le ministre Habeck, "consultera ses partenaires européens pour évaluer si la demande du président russe Vladimir Poutine signifie qu'elle n'est plus un partenaire stable".

Depuis l'Italie, l'économiste et conseiller du Palazzo Chigi Francesco Giavazzi a expliqué que "payer le gaz russe en roubles reviendrait à contourner les sanctions. Il n'y a pas de décision" de la part du gouvernement, "mais je pense que nous continuerons à le payer en euros".

Le coup de Poutine

Au début, il semblait que le geste de Poutine était une tentative désespérée d'alléger le poids des sanctions. C'est le cas, mais il n'y a pas du tout de désespoir dans la démarche du Kremlin, c'est en pleine conscience de frapper l'Europe et de s'en moquer en même temps que ce geste a été posé.

Pourquoi la Russie préfère-t-elle soudainement être payée en roubles plutôt qu'en dollars ou en euros, c'est-à-dire en deux monnaies beaucoup plus fortes que la très faible monnaie russe ? Le raisonnement de Poutine est simple : pour continuer à acheter du gaz russe, il faudra bientôt payer en roubles. Les pays européens devront donc, d'une manière ou d'une autre, en récupérer suffisamment pour pouvoir régler d'énormes comptes. Et le seul moyen d'accumuler suffisamment de roubles sera de frapper à la porte de la Banque centrale russe et de demander de changer les euros en roubles. De son côté, la Banque sera heureuse de mettre ces roubles sur la table en échange de devises précieuses.

En d'autres termes, désormais, en achetant du gaz russe, les pays européens n'engraisseront plus les poches des entreprises proches du Kremlin ou contrôlées par lui, mais directement l'État russe. Ainsi, malgré les sanctions, Moscou pourra continuer à rafler des euros et des dollars : 1) soutenir l'économie russe qui risque de faire défaut ; 2) payer les dépenses de guerre ; et 3) rembourser la dette extérieure. Si les plans de Poutine fonctionnent, le bloc occidental court le risque d'une défaite financière. Oui, car à ce moment-là, les sanctions "rebondiraient" sur la Russie, générant le plus classique des effets boomerang.

mercredi, 23 mars 2022

Avec les sanctions, Ursula va ruiner l'ensemble de l'Europe

mlm-revolution-pauvre-ou-fauchc3a9.png

Avec les sanctions, Ursula va ruiner l'ensemble de l'Europe

par Luciano Lago

Source: https://www.ideeazione.com/con-le-sanzioni-ursula-rovinera-leuropa-intera/

L'Union européenne imposera des restrictions sur la fourniture de produits provenant des entreprises métallurgiques russes. Elle a peur de toucher au gaz.

Bruxelles ne parvient toujours pas à se calmer et poursuit la guerre des sanctions contre la Russie. "Nous allons interdire l'importation de produits clés de l'industrie sidérurgique en provenance de la Fédération de Russie. Cela frappera le secteur central du système (économique - ndlr) russe, le privant de milliards de dollars de recettes d'exportation tout en garantissant que nos citoyens ne subventionnent pas la guerre", a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans un communiqué publié le 11 mars au soir.

Les eurocrates de Bruxelles ont été pris dans une vague de frénésie pacifiste et se sont mis au travail pour imposer de nouvelles sanctions à la Russie. On ne peut que se demander où ils étaient et ce qu'ils faisaient lorsque les troupes de l'OTAN ont détruit la Libye, la Yougoslavie, ou lorsque les Américains ont organisé une "tempête du désert" en Irak ? Et maintenant, ils se construisent un mythe du pacifisme qu'ils s'auto-attribuent. Mais le bâton des sanctions a deux objectifs, la Russie prend des mesures de rétorsion contre l'UE et la question de savoir qui finira le plus mal est ouverte. Les citoyens européens commencent à le comprendre très bien.

"La réponse aux sanctions de l'UE devrait être simple : en proportion de la diminution des importations d'autres biens en provenance de Russie, la Russie réduira également ses exportations d'énergie". "Eh bien, bon retour à l'âge de pierre alors, il suffit d'interdire les importations de gaz en même temps". "L'UE achètera du métal russe en passant par la Chine, mais plus cher et avec coût de transport doublé. Il n'y a pas du tout de cerveau dans l'UE ! Est-ce de la faiblesse de refuser le palladium, le platine et le nickel? La Russie en fournit jusqu'à 50% et il n'y a rien pour la remplacer" et il y a beaucoup de commentaires de ce genre sur le net.

De nombreux utilisateurs mentionnent souvent le mot à trois lettres "gaz". La Russie peut-elle vraiment utiliser ce levier ? Le prix des vecteurs énergétiques est déjà fabuleux et l'hiver n'est pas encore terminé. Et la perspective d'être privé de climatiseurs et d'unités de réfrigération en été a peu de chances de plaire aux citoyens européens, tout comme la suspension de la production en raison de pénuries ou de coûts énergétiques prohibitifs.

Le directeur du Fonds de développement énergétique, Sergei Pikin, estime que la Russie ne franchira pas cette étape.

"Maintenant, la situation est tellement compliquée. Pour nous, l'exportation d'hydrocarbures est un élément clé des recettes en devises. Pourquoi l'arrêter ? Les prix de l'énergie ont augmenté de manière significative, les loyers pour la Russie vont augmenter d'environ une fois et demie, et peut-être même de deux fois. En outre, le président de la Russie a clairement indiqué que les sanctions de rétorsion contre l'UE devraient être prises de manière équilibrée. Que se passe-t-il si l'approvisionnement en gaz de l'Europe est interrompu ? Tout d'abord, il existe un vide important sur le marché, mais il est facile de voir que face à une demande croissante, il y aura d'autres solutions. Le problème sera pour l'Europe de remplacer les quelque 68 % de gaz importés de Russie et la même quantité de pétrole.

Donc, imposer des sanctions sur le gaz, le pétrole ou le charbon, sur les métaux, est une politique à courte vue. Pourtant, Washington demande à l'Europe de le faire, il l'exige même, et les eurocrates de Bruxelles n'osent pas contrevenir aux directives qui viennent d'outre-Atlantique.

Ursula von der Leyen a creusé le trou dans lequel les Européens vont tomber.

jeudi, 17 février 2022

Le grand jeu de l'énergie : l'accord Xi-Poutine qui effraie l'Europe

180608171122-01-xi-jinping-vladimir-putin-june.jpg

Le grand jeu de l'énergie : l'accord Xi-Poutine qui effraie l'Europe

Federico Giuliani

Source: https://it.insideover.com/energia/il-grande-gioco-dellenergia-laccordo-xi-putin-che-spaventa-leuropa.html

Si le renforcement des liens politiques sino-russes est un avertissement pour les États-Unis et l'OTAN, les accords économiques consolidés lors de la dernière rencontre entre Xi Jinping et Vladimir Poutine sont un message direct à l'Europe. L'UE doit maintenant faire ses propres calculs, notamment en termes d'avantages et d'inconvénients énergétiques, et choisir à quelle croisade elle se joindra. Est-ce celle prêchée à Washington, qui continue à diaboliser Moscou en alimentant l'hypothèse d'une invasion russe en Ukraine ? Ou, au contraire, choisira-t-elle la croisade entreprise par le véritable nouvel ordre mondial, réuni en grande pompe dans les tribunes du stade national de Pékin, théâtre des Jeux d'hiver de 2022 en Chine ? Il y aurait aussi une troisième voie : utiliser le pragmatisme pour éviter, comme nous le verrons, de se retrouver dans des sables mouvants.

Il va sans dire que l'Union européenne, entendue comme une institution supranationale, n'a pas la moindre intention de trahir ses valeurs libérales, démocratiques et atlantistes; mais il est tout aussi vrai qu'épouser de trop près le combat de Joe Biden - une question qui semble, à la rigueur, ne concerner que les États-Unis - pourrait conduire à une aggravation de la tempête énergétique qui se prépare depuis quelques semaines. Oui, car l'Europe est dépendante des importations de gaz naturel russe, lequel hydrocarbure est fondamental pour l'approvisionnement en énergie et donc pour répondre aux besoins quotidiens de la population, notamment pour cuisiner et chauffer les maisons.

Il va sans dire qu'en cas d'une hypothétique implication militaire en Ukraine contre la Russie ou d'un renforcement des sanctions, le Vieux Continent se trouverait exposé à de probables représailles économiques de la part de Moscou. À ce moment-là, Poutine aurait tout le pouvoir de fermer les robinets des gazoducs russes vers l'Europe pour acheminer le précieux combustible vers la Chine, où la soif d'énergie est grande. Entre-temps, les Jeux olympiques d'hiver ont sanctionné un nouveau rapprochement tous azimuts entre la Chine et la Russie, qui "s'opposent à un nouvel élargissement de l'OTAN et appellent l'Alliance de l'Atlantique Nord à abandonner ses attitudes idéologiques de la guerre froide" et à "respecter la souveraineté, la sécurité et les intérêts des autres pays".

gaz-russe.jpg

Le gaz russe en Europe

Il est inutile de faire comme si de rien n'était : l'Union européenne est largement dépendante du gaz naturel russe. Les données les plus récentes d'Eurostat, qui remontent à 2019, ont montré que l'UE importait 41,1 % de son gaz de Moscou. Ensuite, bien sûr, la situation varie d'un pays à l'autre, avec des gouvernements à la merci des humeurs du Kremlin et d'autres capables, du moins en partie, de s'extraire d'une dépendance pesante. Selon les données du ministère de la Transition écologique, en 2020, l'Italie importerait 41,1 % de son gaz naturel de Russie, 22,8 % d'Algérie et environ 10 % de Norvège et du Qatar. Pas besoin de calculatrice pour comprendre qu'en cas de coupures russes, Rome perdrait une bonne moitié de ses importations de gaz, avec des effets indésirables sur toute la chaîne économique et des répercussions sur la vie quotidienne des citoyens.

Mais il y a même ceux qui pourraient se retrouver sans gaz : c'est le cas de la Macédoine du Nord, de la Moldavie et de la Bosnie, dont les importations de gaz proviennent à 100% de la Russie, de la Finlande (94%), de la Lituanie (93%), de la Serbie (89%) et de l'Estonie (79%) ; l'Allemagne est "exposée" à 49%, tandis que l'Autriche et la France le sont respectivement à 64% et 24%. En bref, si le scénario ukrainien devait s'aggraver - on pense à une guerre ou à une augmentation des sanctions russes lancées par Bruxelles - il n'est pas exclu que Moscou vende tout son gaz à la Chine. Ainsi, au milieu des États-Unis et de la Russie, deux ports de fer, l'Europe risque de se retrouver comme un pauvre pot de terre et de payer les conséquences les plus coûteuses d'une éventuelle augmentation des tensions internationales.

Pétrole et gaz : les derniers accords entre la Chine et la Russie

La Chine et la Russie ont montré qu'elles étaient sérieuses. Entre-temps, les deux pays, comme le rappelle Reuters, ont signé des accords pétroliers et gaziers d'une valeur de 117,5 milliards de dollars (une part appelée à augmenter, probablement dans un jeu à somme nulle avec l'Europe), ainsi qu'un échange total en 2021 de 146,8 milliards de dollars (contre 107,8 milliards en 2020 et 65,2 en 2015). En ce qui concerne le pétrole, le géant russe Rosneft, dirigé par Igor Sechin, a signé un accord avec la société chinoise CNPC pour fournir 100 millions de tonnes d'or noir via le Kazakhstan d'ici les dix prochaines années, prolongeant ainsi un accord existant. Valeur de l'opération : les Russes ont parlé de 80 milliards de dollars.

8260244f838ebec0209f38025342b413.jpg

Cela nous amène au deuxième accord, celui qui concerne le gaz. Le géant russe Gazprom s'est engagé à fournir aux Chinois de CNPC 10 milliards de mètres cubes de gaz par an via une route située dans l'Extrême-Orient russe, prévoyant de porter les exportations de gaz vers la Chine à 48 milliards de mètres cubes par an (mais on ne sait pas quand ; selon les plans précédents, la Russie devait fournir à la Chine 38 milliards de mètres cubes d'ici 2025). De ce point de vue, il est intéressant de s'attarder sur l'"itinéraire" cité par Moscou. De telles déclarations pourraient en fait impliquer la décision de construire un second pipeline dédié aux besoins de Pékin, capable d'accompagner le gazoduc Power of Siberia déjà existant. Rappelons que la Russie envoie déjà du gaz à la Chine via ce gazoduc dit Power of Siberia susmentionnée, qui a commencé à pomper des fournitures de gaz naturel liquéfié en 2019, et qui, pour la seule année 2021, a exporté 16,5 milliards de mètres cubes de gaz et de gaz liquide au-delà de la Grande Muraille. Si l'on considère que le prix moyen de 1000 mètres cubes de gaz est d'environ 150 dollars, le dernier pacte signé entre Poutine et Xi - à long terme, pour une durée de 25 ans - pourrait valoir environ 37,5 milliards de dollars.

À cet égard, il est important d'apporter quelques précisions. Tout d'abord, le réseau Power of Siberia n'est actuellement pas relié aux gazoducs qui acheminent le gaz vers l'Europe. Toutefois, il n'est pas exclu que le second gazoduc vanté par le Kremlin puise dans la péninsule de Yamal, le même gisement d'où provient une grande partie du gaz destiné au marché européen. D'autres rumeurs affirment que le nouvel accord avec Pékin concerne le gaz russe de l'île de Sakhaline, dans le Pacifique, qui sera transporté par gazoduc à travers la mer du Japon jusqu'à la province de Heilongjiang, dans le nord-est de la Chine, pour atteindre jusqu'à 10 milliards de mètres cubes par an vers 2026. Ensuite, et c'est peut-être le plus important, dans le face-à-face avec l'UE, Poutine a envoyé un message fort et clair. La construction éventuelle d'une nouvelle ligne destinée à l'Est indiquerait les nouveaux plans de Moscou. De plus en plus orientée vers l'Asie et de moins en moins vers l'Occident.

mercredi, 02 février 2022

Un désastre de planification : les réserves de gaz de l'Europe au niveau le plus bas

Zawor-gazociagu-Polska-Spolka-Gazownictwa.jpg

Un désastre dans la planification: les réserves de gaz de l'Europe au niveau le plus bas

Source: https://zuerst.de/2022/02/01/irres-planungsdesaster-europas-gasreserven-auf-rekordtief/

Bruxelles/Moscou. Les risques d'un hiver froid sans gaz augmentent : les réserves de gaz dans les réservoirs européens ont chuté à un niveau historiquement bas en janvier. Selon les statistiques, elles sont désormais remplies à moins de 40 pour cent, alors que plus des quatre cinquièmes du gaz pompé pendant la saison estivale ont déjà été consommés.

Selon Gas Infrastructure Europe, le 29 janvier, le volume de gaz actif dans les stockages souterrains européens était inférieur de 27,3 pour cent, soit 14,4 milliards de mètres cubes, par rapport à son niveau de l'année précédente. Plus de quatre cinquièmes du volume de gaz pompé pendant la saison estivale ont déjà été retirés, a indiqué lundi le groupe énergétique russe Gazprom.

Selon les données de Gazprom, les installations UGS européennes n'étaient plus remplies qu'à 39% en moyenne à cette date. Pour l'Allemagne et la France, ce chiffre s'élevait respectivement à 37 et 36 pour cent. En comparaison, les années précédentes, les réserves de gaz en Europe n'avaient généralement pas atteint la moitié de leur volume à la mi-février. Lors de certains hivers doux, la barre des 50 % n'a même été dépassée que début mars.

Le 11 janvier 2022, les stocks européens de gaz naturel ont atteint leur niveau le plus bas depuis plusieurs années. Le 29 janvier, les réserves étaient déjà inférieures de 2,7 milliards de mètres cubes à la valeur minimale en vigueur à cette date.

Pendant ce temps, les prix des carburants s'envolent. La hausse a commencé au milieu de l'année dernière et, en décembre, les prix boursiers des contrats à terme sur le gaz ont atteint un sommet de plus de 2100 dollars US pour 1000 mètres cubes. Selon les experts, cette situation est influencée, outre par le faible taux d'utilisation des réservoirs souterrains européens, par des difficultés de livraison des grands fournisseurs ainsi que par la forte demande de gaz naturel liquéfié (GNL) en Asie.

Les autorités européennes ont accusé à plusieurs reprises la Russie de provoquer une crise énergétique. Le chef du Kremlin, Vladimir Poutine, a contesté cette accusation à plusieurs reprises et avec force. Il a notamment rappelé avoir proposé à Bruxelles de maintenir des contrats à long terme pour les livraisons de matières premières et a rendu la Commission européenne responsable de la crise, celle-ci ayant délibérément renoncé aux investissements à long terme et opté pour des contrats spot. (mü)

jeudi, 27 janvier 2022

Ce qui se passe dans les coulisses de la situation de crise en Europe autour de l'Ukraine

skynews-ukraine-russia-territorial-troops_5651445.jpg

Ce qui se passe dans les coulisses de la situation de crise en Europe autour de l'Ukraine

La géopolitique pétrolière de la Russie dans la confrontation avec l'Occident

Manuel Espinoza Jarquín

Ex: https://www.geopolitica.ru/es/article/que-hay-tras-bastidores-en-la-situacion-de-crisis-en-europa-alrededor-de-ucrania

Le monde vit très douloureusement la remontée des prix du pétrole, alors que la transition énergétique est encore loin d'être une réalité et que la stratégie géopolitique pétrolière et gazière de la Russie retrouve son potentiel.

Il s'agit d'une stratégie qui remonte aux années 1990 et qui est passée par une série d'étapes qui ont marqué sa rationalité absolue. Le projet de gazoduc Nord Stream 2, d'une valeur de 12 milliards de dollars et d'une longueur de 1200 km, entre l'Allemagne et la Russie, est devenu une réalité à un moment où un hiver rigoureux est prévu pour l'Europe et où la meilleure façon d'empêcher la Russie d'entrer en Europe est d'inventer qu'elle veut attaquer l'Ukraine.

Malgré tout, le Nord Steam 2, est l'expression la plus radicale de l'union continentale de l'Europe occidentale, surtout l'Allemagne, avec le pays euro-asiatique (la Russie) le plus étendu et le plus puissant militairement de toute l'EURASIE. Cette union repose sur des ressources énergétiques stratégiques telles que le pétrole et le gaz, sur des technologies avancées et des transactions financières importantes entre les deux pays susmentionnés, ainsi que sur un dialogue approfondi en matière de sécurité.

En géopolitique, l'école germano-russe de géopolitique est reconnue comme le berceau de la géopolitique terrestre/continentale. Pour de nombreux pays comme la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis et d'autres, cette coopération ne devrait jamais être autorisée alors qu'elle constituerait le summum de la géopolitique continentale et peut-être mondiale.

Depuis que l'URSS a installé un canal de communication secret par l'intermédiaire du KGB à l'époque de Leonid Brejnev et de Willy Brandt et depuis que Mikhaïl Gorbatchev a non seulement laissé tomber la RDA, mais a même retiré les 300.000 soldats soviétiques de ce pays sans aucune condition, l'établissement des meilleures relations politico-économiques s'est fait tacitement.

Même si les États-Unis, sous l'administration Trump, ont tenté d'empêcher la réalisation du projet Nord Stream 2 par des sanctions et toutes sortes de menaces, ou par des démarches en faveur d'une plus grande alliance stratégique, comme la déclaration de l'actuel secrétaire d'État Antony Blinken, le 23 juin dernier, selon laquelle: "Les États-Unis n'ont pas de meilleur ami au monde que l'Allemagne".

nord-stream-2.jpeg

Dans son discours, Blinken, qui joue un jeu à trois, a cherché à :

1) Sortir progressivement du jeu la stratégie résiduaire de Trump, qui consistait à bloquer le gaz russe au gaz et à le remplacer par le pétrole de schiste américain.

2) Puisqu'ils ne sont pas en mesure d'empêcher la mise en oeuvre du gazoduc Nord Stream 2, les Américains travaillent à la promotion et au déploiement rapide de la stratégie de Biden consistant à passer à de nouvelles sources d'énergie, y compris l'énergie atomique, qui sont respectueuses de l'environnement, et

3) au moins dans 10 ans, ils pourront se passer des ressources énergétiques stratégiques de la Russie. En attendant, faire revivre le monstre agresseur symbolisé par l'ours russe est le moyen le plus pratique et le plus rapidede gagner du temps.

Cette stratégie permettrait de contenir l'Europe par des politiques et des normes communes, tout en l'isolant de la Chine en raison de la pollution environnementale largement médiatisée par l'Occident. Mais il ne s'agit pas pour eux de se préoccuper de l'environnement, mais d'empêcher la Russie et la Chine d'avancer dans leur développement et dans l'approfondissement de la révolution numérique et industrielle (4RDI) au détriment d'une Europe piégée et enchaînée aux ressources énergétiques stratégiques de la Russie et de l'incapacité de l'Europe à concurrencer la Chine dans la production de biens et dans le commerce internationale en l'absence d'énergie locale et de ses dérivés.

La réalité post-pandémique de l'Europe d'aujourd'hui, où l'on prévoit un hiver rigoureux jusqu'à la fin de cette année, l'a contrainte à dépendre du charbon russe et à fermer les yeux sur les politiques chinoises peu respectueuses de l'environnement. D'autre part, le retrait des bureaux de l'OTAN à Moscou et de son personnel d'observation à Bruxelles témoigne de l'éloignement de la Russie qui semble abandonner pour longtemps son idée de construire une "Grande Europe" en raison des rebuffades européennes systématiques.

Après la première rencontre virtuelle entre Biden et Poutine

Près de six mois après la rencontre au sommet du 16 juin dernier à Genève entre Joe Biden et Vladimir Poutine, les deux présidents se sont à nouveau rencontrés le 7 décembre, mais cette fois-ci virtuellement. Au cours des six derniers mois, au lieu d'une amélioration des relations, on a assisté à un accroissement d'hostilité, du moins dans les médias.

La stratégie du chantage et des sanctions ne fonctionne pas, pour les Etats-Unis, comme ils le pensaient. Et dans les six mois qui ont suivi les retrouvailles, la défaite des États-Unis a été perceptible. Au moins dans deux points de pression concrets. Nord Stream-2 (NS-2) et l'Ukraine.

Peu de gens savent que lors de la première réunion, Biden a ratifié son chantage sur le projet de gazoduc russo-allemand connu sous le nom de NS-2. Dans son arrogance musclée et son simple chantage diplomatique, il a fait comprendre à Poutine que les États-Unis ne s'opposeraient pas à la réalisation du projet, même s'ils ne peuvent rien y faire, même s'il a de son côté la partie la plus réactionnaire et la plus russophobe de l'établissement allemand.

2000x1333_cmsv2_ac82c73b-6aa5-5b25-9ce4-2dba7b5837c6-5765968.jpg

Les Russes sont habitués à ce type de propositions lors de ces réunions, alors que chaque partie se préparait à la rencontre. Et comme il y a plus de sept mois, lorsque Biden a fait une telle proposition, Poutine a répondu en le remerciant de son intention, mais en dissimulant sa véritable stratégie en la matière. Il en fut de même lorsque, lors de la conférence de Potsdam en 1945, Winston Churchill laissa entendre à Joseph Staline qu'"ils disposaient déjà d'une arme d'une telle capacité de destruction que le monde l'ignorait" : à quoi Staline se contenta de répondre "Je vous remercie pour vos informations", sans manifester la moindre surprise ni le moindre choc.

Non seulement le NS-2 passe par la mer Baltique pour empêcher le chantage de l'Ukraine sur les livraisons à l'Europe, non seulement la Russie et l'Allemagne construisent une alliance énergétique et géopolitique pour le bénéfice de tout le continent, mais il a été démontré ces derniers mois qu'en ne s'étant pas précipités pour achever le projet NS-2 cet hiver, les Européens et même les Américains eux-mêmes ont dû payer cher la Russie pour le gaz et le diesel et s'empresser de conclure des contrats à long terme.

La stratégie consiste à forcer l'UE à abandonner les achats de gaz sur le marché des swaps et à passer à des contrats à long terme avec Gazprom. Cette stratégie contraint la Commission européenne à réviser les règles de la directive sur le gaz du "troisième paquet énergie" promue par l'administration Biden, et elle a fonctionné à la perfection. En bref, le NS-2, qui ne fonctionne pas encore, mais qui génère déjà plus de recettes qu'il n'en faut, maintient les prix aux plateformes gazières à un niveau inacceptable pour l'Europe. Et que lorsque la NS-2 sera mise en service, l'intérêt des Européens à négocier les prix est déjà plus qu'évident.

Dans quelle mesure les États-Unis se sont-ils laissés prendre à cette stratégie, qui consiste à ne pas envoyer de GNL en Europe pendant 9 mois, créant ainsi une pénurie dont la société russe Gasprom a pleinement profité ? L'hiver va maintenant atteindre sa phase finale, et les contrats peuvent être défaits par des sanctions ou d'autres mesures et actions comme celles qui entourent l'Ukraine aujourd'hui. Rien qu'en Ukraine, le prix des bûches pour le chauffage a augmenté de 602 % en janvier de cette année.

Il y a une tête d'aigle bicéphale russe, avec une tête qui regarde vers l'Asie selon la notion de "Grande Eurasie" et qui a été beaucoup plus rentable que l'autre, celle qui est orientée vers l'Europe occidentale. Ainsi, la Chine est un concurrent plus important que l'Europe dans sa dépendance aux ressources stratégiques de la Russie. Cela donne à la Russie un avantage hivernal sur les Européens quant à sa capacité à répondre ou non à leurs demandes de consommation urgentes actuelles. Depuis septembre 2020, le prix du gaz a augmenté de 60% dans les prix à terme.

Une chose qui a grandement profité à la Russie est l'intégration de l'Australie dans l'accord militaire connu sous le nom d'AUKUS (Australie, Grande-Bretagne et États-Unis), le nouvel OTAN contre la Chine en Asie du Sud. L'Australie est l'un des principaux fournisseurs de charbon de la Chine. En adhérant à un accord qui inclut les armes nucléaires, elle amène la Chine à reconsidérer l'achat de ce produit et d'autres intrants de nature stratégique dans le commerce entre les deux pays.

coal-image7by800.jpg

Ainsi, contrairement à l'Europe, les Asiatiques (pas seulement la Chine) sont plus détendus à l'égard des approvisionnements en provenance de la Russie. Ils n'ont pas renoncé à la consommation de tous les types de charbon, tels que le bitume et l'anthracite (houille) et la lignite, dans leur renouvellement des sources d'énergie et de la matrice énergétique et ont déjà conclu de nombreux contrats avec la Russie bien avant cet hiver, et la Russie est sans doute heureuse de s'y conformer.

Cet hiver et jusqu'à ce qu'il soit terminé, la viabilité de la géopolitique du pétrole est un atout dans la manche de la Russie. C'est l'une des raisons actuelles du conflit avec l'Ukraine, qui reçoit 2 milliards de dollars pour avoir laissé passer sur son territoire l'un des principaux gazoducs russes vers l'Europe. Elle observe le Nord Steam-2 avec une grande méfiance et veut faire chanter la Russie et même boycotter le NS-2 avec les Verts l'Allemagne, qui sont aujourd'hui en position de force avec l'aide de l'OTAN.

La ligne rouge entre la Russie et les États-Unis et l'escalade diplomatique

La ligne qui va de Kaliningrad vers l'Ukraine jusqu'aux Balkans et à la mer Noire représente la carte de la confrontation évidente entre les États-Unis, l'Organisation de l'Atlantique Nord (OTAN) et la Russie.

Depuis la séparation des trois républiques baltes, plus l'Ukraine et la Géorgie, de l'URSS et de la Communauté des États indépendants (CEI) dans les années 1990, l'insistance sur la stratégie consistant à rapprocher l'OTAN le plus possible des frontières de la Russie a prévalu dans toutes les actions menées à ce jour.

838_visactu-otan-les-pays-membres-les-annees-d-adhesion-les-candidats.jpg

Ainsi, depuis des décennies, les investissements américains dans les infrastructures civiles et militaires visant à soutenir une présence militaire américaine accrue dans des pays tels que la Pologne, la République tchèque, la Roumanie et même la Bulgarie ont atteint un niveau de préoccupation suffisant en Russie.

À cela s'ajoute le désir de la Géorgie et de l'Ukraine de rejoindre l'OTAN. Cet effort occidental a été vu à la lumière des deux opérations de révolution colorée montées dans ces pays. La dernière tentative de changement de régime a été couronnée de succès selon les plans de la CIA et, en conséquence, l'Ukraine et la Russie ont maintenant les pires relations de leur histoire. Surtout après la réintégration de la péninsule de Crimée dans le territoire russe. Et ce n'est qu'en octobre 2021 que Lloyd Austin, le secrétaire américain à la défense, lors de sa visite à Kiev, a réaffirmé la possibilité pour l'Ukraine de rejoindre l'OTAN.

Il est plus que logique que la Russie ne le permette pas. Tout comme elle ne permettra pas la poursuite du renforcement des forces occidentales dans la mer Noire. Nous avons assisté au renforcement de la présence navale russe en mer Noire et il a été annoncé qu'ils étaient armés de nouveaux missiles hypersoniques. Ils n'autorisent pas non plus les pays de la CEI d'Asie centrale à prêter leurs territoires aux États-Unis pour que l'US Army et l'US Air Force agissent en Afghanistan après leur départ précipité en août de cette année. Les actions de l'armée russe en Géorgie en 2008 sont toujours en suspens.

Après la visite à Moscou de Victoria Nuland, troisième responsable du département d'État (mais "quasi porte-parole du Pentagone"), il est clair que le message menaçant de la Maison Blanche a été rapidement décrypté et, presque immédiatement, la Russie a annoncé qu'elle suspendait les canaux diplomatiques avec l'OTAN. Elle retirait son personnel de Bruxelles et fermait les bureaux de l'OTAN dans sa capitale. Moscou a également réagi à l'expulsion de ses diplomates russes à Bruxelles, accusés d'être des espions du service de renseignement russe (SVR).

C'est dans ce contexte que les tensions diplomatiques se sont intensifiées à la suite des plaintes des États-Unis concernant le lancement par la Russie d'un missile antisatellite et le mouvement croissant des troupes russes à la frontière ukrainienne. Les dernières déclarations de Poutine ont été claires: "Nous exprimons constamment nos inquiétudes lorsque les bombardiers stratégiques (nucléaires) de l'OTAN volent à vingt kilomètres des frontières de notre État, nous parlons de lignes rouges et ne nous soucions pas que nos déclarations ne soient pas prises au sérieux. Mais ils doivent garder à l'esprit que l'OTAN a démantelé tous les mécanismes de dialogue et que, face à leur activisme militaire sur le périmètre de nos frontières, nous réagirons de manière appropriée, mais l'essentiel est qu'à Bruxelles, ils comprennent que la réduction des tensions politico-militaires est dans l'intérêt de la Russie, mais aussi dans celui de toute l'Europe et du monde entier".

arton1641.jpg

Le stress de Washington s'est manifesté par l'envoi du chef de la CIA, William Burns, pour s'entretenir avec le président Poutine de manière extraordinaire et inhabituelle, car il aurait appartenu au secrétaire d'État Antony Blinken ou au chef du Conseil national de sécurité Jake Sullivan de mener à bien cette mission spéciale.

Finalement, le directeur de la CIA, William Burns, n'a parlé au président Poutine que par téléphone, après avoir rencontré le chef du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrushev, et le chef du Service de renseignement russe (SVR), Sergueï Naryshkin. Il semble qu'après la rencontre vide de sens et ratée entre Biden et Poutine, le nouvel activisme militaire post-pandémique de l'OTAN ait déterminé que le temps des visites purement diplomatiques était révolu et que la tension impose un nouveau format au niveau des lignes directes Washington-Moscou, entre le ministère russe des affaires étrangères et le département d'État américain, ainsi que via la CIA et le SVR.

Alertes des services de renseignement russes (SVR) sur les menaces occidentales

Depuis la première quinzaine d'octobre, le service de presse du service de renseignement extérieur russe (FIS) multiplie les mises en garde publiques contre les manœuvres croissantes des États-Unis et de leurs alliés européens visant à déstabiliser les frontières avec la Russie et la Communauté des États indépendants (CEI).

Dans au moins cinq notes publiques depuis le 13 octobre, le SVR a abordé l'impact destructeur de l'Occident collectif sur les États membres de la CEI et les tentatives de mise en œuvre forcée de la "démocratie" de l'extérieur. Elle affirme également que tous ces processus visent à déstabiliser la situation politique interne des États de la CEI, sont coordonnés et déterminés.

Dans leur empressement à s'étendre en Asie centrale, les agences secrètes occidentales sont les directeurs des organisations non gouvernementales et internationales impliquées. Le SVR a "accumulé une grande quantité de matériel qui établit que les États-Unis d'Amérique jouent un rôle important de coordination, surtout à l'approche des élections dans plusieurs pays ex-soviétiques.

Dans le cas de la situation tendue et de la crise aux frontières avec l'Ukraine, le SVR a rapporté que récemment, les responsables de Washington ont activement intimidé la communauté mondiale avec la préparation présumée de la Russie à une "agression" contre l'Ukraine.

"Les Américains brossent un tableau terrible de la façon dont des hordes de chars russes vont commencer à écraser les villes ukrainiennes, les convainquant qu'ils ont des informations fiables sur de telles intentions de la Russie."

"Des rapports font état de l'avancée progressive des positions ukrainiennes au plus profond de la zone dite grise le long de la ligne de démarcation, ainsi que de la concentration des forces et des moyens des forces armées ukrainiennes dans les zones frontalières avec la Russie et le Belarus. Les États-Unis et leurs alliés continuent d'inonder l'Ukraine d'armes, encourageant l'utilisation des armes fournies, y compris les systèmes d'attaque sans pilote, pour mener des provocations militaires".

"C'était le cas lorsque nous avons observé une situation similaire en Géorgie à la veille des événements de 2008. Ce qui, au final, a coûté cher à ce pays".

georgia-map.gif

Tout au long de l'année 2021, l'activité américaine visant à obtenir le soutien des alliés européens pour contenir la Russie a augmenté. En particulier, à la mi-novembre de cette année-là, une réunion des représentants des missions diplomatiques des pays de l'UE en Ukraine s'est tenue à Kiev, en présence de hauts diplomates américains et britanniques.

Des émissaires de Washington et de Londres ont tenté de semer la panique en continuant à manipuler de faux rapports faisant état de l'imminence d'une invasion russe à grande échelle en Ukraine et de l'occupation russe subséquente du territoire ukrainien.

Lors d'une réunion à Kiev, les États de l'UE ont été invités à aider la partie ukrainienne à fournir de l'énergie à partir de sources alternatives. Washington et Londres ont cherché à imposer à l'UE des responsabilités coûteuses pour préserver la viabilité de l'économie ukrainienne face à une corruption sans précédent en Ukraine, à la détérioration des infrastructures énergétiques et à la hausse des prix de l'énergie. Comme nous l'avons dit, ce sont les pays de l'UE qui doivent veiller à ce que l'Ukraine ne perde pas sa stabilité économique au cours de l'hiver rigoureux qui s'annonce.

Une guerre directe entre la Russie et l'OTAN au sujet de l'Ukraine est hors de question, mais pas une guerre indirecte !

Il est clair que la situation autour des frontières européennes de la Russie, en raison de l'avancée et du renforcement des troupes de l'OTAN de la mer Noire au nord vers l'Ukraine, s'est réchauffée de manière alarmante.

Jeudi 2 décembre, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, et le ministre américain des Affaires étrangères, Antony Blinken, se sont rencontrés à Stockholm pour préparer une rencontre virtuelle entre leurs présidents le 7 décembre.

Pendant ce temps, les médias parlaient déjà d'une attaque militaire (d'une guerre) imminente entre la Russie et l'Ukraine, sur la base d'informations fournies par les services de renseignement américains. Cependant, les coûts d'une guerre sont surestimés, dépassant les bénéfices. Au lieu de résoudre ou d'apaiser le conflit, elle ouvrirait davantage de fissures dans le conflit en question.

S'il est vrai que de nombreux scénarios ont été analysés et publiés, aucun d'entre eux ne présente le moindre avantage, même pour l'Occident, qui cherche à jouer le rôle de fournisseur d'armes à l'Ukraine, sans s'impliquer davantage avec la Russie. Suivant un modèle d'action militaire russe, tous les six ans, la Russie répond militairement à une menace pour sa sécurité nationale, ce qui entraîne des changements favorables à ses intérêts géopolitiques.

    - En 2008, conflit avec la Géorgie au sujet de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud,

    - En 2014, la Crimée réunifiée, et consolidée, dans le Donbass des régions de Danesk et de Lugansk, tous territoires ukrainiens, mais avec une énorme majorité russophone.

    - En 2015, Syrie. Déclaré 6 ans plus tard comme mission accomplie.

À la fin de l'année 2021, la situation des relations russo-ukrainiennes présente d'énormes fissures :

    - L'Ukraine, après 2014, suit une ligne anti-russe. Promu par les ultra-nationalistes et les nationalistes ukrainiens.

    - Toute tentative d'engager un dialogue politique avec la Russie est considérée comme inacceptable. 

    - Un "nettoyage politique" des politiciens pro-russes est en cours. 

    - L'Ukraine est loin de démontrer sa volonté de respecter les accords de Minsk et n'est pas prête à les mettre en œuvre.

Un autre élément est que l'avancée de l'OTAN n'a pas cessé depuis l'effondrement du bloc socialiste et la disparition du traité de Varsovie dans sa tentative de conquérir de nouveaux territoires adjacents et même la Russie elle-même.

Les analystes pensent que l'OTAN se prépare pour l'été. Les Russes se battent encore mieux dans le froid. Toutefois, ce n'est pas la guerre qui est en jeu, mais ses conséquences. Tout le monde connaît l'axiome selon lequel "si vous avez la Chine de votre côté, vous avez déjà gagné 50% du conflit". Ce qui est en jeu est :

    - Relancer les accords de Minsk,

    - Gardez l'Ukraine loin de l'OTAN et l'OTAN loin des frontières de la Russie.

    - L'Ukraine et l'OTAN doivent cesser d'utiliser la menace russe comme prétexte pour la formation de leur alliance militaire et pour un projet d'infrastructure militaire supplémentaire avec l'installation d'armes nucléaires stratégiques.

Bien sûr, la Russie pourrait frapper un coup écrasant, mais ce n'est pas une pratique ou un style russe. Ces actions techniques de l'armée russe devraient, d'une manière ou d'une autre, remettre sur les rails les accords de MINSK, le contrôle total de la mer d'Azov et un corridor terrestre vers la République de Crimée. Même l'émergence de deux États ukrainiens n'est pas exclue à l'avenir. Seulement, cela doit se faire sans que les dommages cumulés sur l'économie russe soient énormes.                

Il y a des scénarios, apparemment moins dangereux, comme celui détaillé autour d'une campagne médiatique en faveur de Biden, qui, avec une image malmenée par l'impéritie de sa politique étrangère démontrée jusqu'à présent, va bientôt affronter une élection de mi-mandat dans son pays et sa faiblesse a endommagé l'image du parti démocrate.

L'un ou l'autre scénario génère de nombreuses craintes, risques et menaces. Ces signes ne sont pas nouveaux et la tentation de la mort et de la guerre a été donnée à maintes reprises.

REV 13:2 "La bête que je vis était semblable à un léopard, ses pieds étaient comme ceux d'un ours, et sa gueule comme celle d'un lion. Et le dragon lui donna son pouvoir, son trône et une grande autorité. Une façon intéressante de décrire la Russie comme l'ours, l'Angleterre comme le lion et la Chine comme le dragon dans une figure bestiale appelée "GUERRE".

Pourquoi l'OTAN ne peut-elle pas franchir la ligne rouge ?

Un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la guerre froide a commencé, et s'est terminée sans capitulation 45 ans plus tard, en 1991. 30 ans après l'effondrement du système socialiste, un nouvel ordre international a été rétabli (NOI). Trois décennies perdues de poursuite malencontreuse d'un monde basé sur la paix américaine sont derrière nous.

la-chute-de-la-maison-urss,M67751.jpg

S'il est vrai que cet ordre mondial, dominé par les États-Unis, a été conçu par de grands esprits stratégiques dans les groupes de réflexion américains et les institutions du pouvoir gouvernemental, en tant qu'idée, il ne pouvait que naître, mais jamais devenir une réalité. On peut dire qu'à la naissance, elle est née avec trop de défauts, qu'elle est morte jeune, si on la mesure en termes de temps dans l'histoire mondiale.

Et il y a mille raisons pour lesquelles un tel désir de suprématie ne se concrétisera jamais. Au lieu de l'unité, il y a eu l'absorption de certains, avec des raisons géopolitiques claires et préconçues de l'école euro-atlantiste occidentale. C'est pourquoi l'OTAN n'a jamais cessé d'avancer vers la frontière est-européenne avec la Russie, malgré l'absence du traité de Varsovie et les promesses qu'une telle avancée n'aurait pas lieu. Il était clair qu'un jour, la Russie elle-même devrait être divisée territorialement, une nouvelle étape après celle à laquelle nous assistons depuis 30 ans.

Nous sommes à la "ligne rouge" et aux rêves de la "Maison européenne commune" ou de la "Grande Asie euro". Alors, que va-t-il se passer ? L'OTAN va-t-elle continuer à avancer en Ukraine, jusqu'à installer des fusées nucléaires ? Cette dynamique est-elle une préoccupation majeure pour l'Europe et donc pour les NEI ? Et quelle doit être l'attitude de la Russie ? Les actions de l'OTAN en Bosnie-Herzégovine, en Serbie-et-Monténégro et la reconnaissance du Kosovo, la mise en place d'une infrastructure militaire en Roumanie et en Pologne et la fourniture à ces dernières d'un armement moderne sont encore d'actualité. Il semble que peu de progrès ait été réalisé en termes d'action commune pour étendre le système de sécurité collective européen depuis 1992. Le Conseil OTAN-Russie, créé au début des années 2000, la coopération de la Russie avec l'OTAN en Afghanistan et le programme de contacts et d'exercices OTAN-Russie, qui sont restés assez solides jusqu'à une bonne partie de 2013, ont connu un changement radical après 2014 avec le retour de la Crimée à la Russie.

security_cooperation_osce_steinmeier_a.jpg

On parle de l'effondrement de l'OSCE en tant qu'organisation de sécurité européenne véritablement élargie avec la coopération de la Russie, ce qui était initialement prévu. L'échec des signataires occidentaux à ratifier le traité FCE sur la sécurité militaire et l"échec des mesures de confiance, qui était autrefois un point fort de l'ordre du jour de l'OSCE, y sont également associés.

En termes de sécurité nationale, il existe un axiome selon lequel "la sécurité des uns est l'insécurité des autres" et l'expansion de l'OTAN et de l'UE dans les espaces post-soviétiques tels que la Géorgie, les pays baltes et l'Ukraine est considérée comme une menace pour la Russie. Et leur réaction s'est manifestée en 2008 contre la Géorgie au sujet de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud et en 2014 lors de la reprise de la péninsule de Crimée.

Alors, où en est l'ordre de sécurité européen dans sa réponse aux changements du NOI ? Les principales institutions de l'ordre de l'après-guerre froide - l'OTAN, l'UE et l'OSCE - sont toujours en vie, mais leur force et leur efficacité futures sont plutôt obscures. La Russie affirme se tourner de plus en plus vers l'Eurasie ; la stratégie de sécurité nationale la plus récente de la Russie mentionne à peine l'Europe.

L'Europe, de plus en plus affaiblie dans sa relation avec les Etats-Unis, doit y réfléchir à deux fois, face à un adversaire qui n'est pas seul et dont l'allié stratégique est aujourd'hui la Chine. Quelque chose qui n'existait pas à la fin de la guerre froide. Et comme l'expérience récente l'a montré, dans chaque situation de crise, la Russie répond par une grande force de dissuasion.

Marathon diplomatique entre la Russie, les États-Unis, l'OTAN et l'OSCE pour construire un véritable système de sécurité européen

Au cours des deux premières semaines de cette nouvelle année, les principales actualités internationales ont été la confrontation diplomatique entre la Russie, les États-Unis, l'OTAN et l'OSCE, avec des accusations croisées, des avertissements et des propositions. Beaucoup pensent cependant que tout ce que les parties demandent ne peut être satisfait.

Après deux rencontres entre les présidents Biden et Poutine, plusieurs visites de hauts responsables américains à Moscou et une rupture entre les représentations diplomatiques de la Russie et de l'OTAN, la situation est devenue plus chaude et hostile.

Compte tenu de l'expansion et de la militarisation imminentes de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) en Ukraine, en Géorgie et dans les pays baltes, la Russie a remis le 16 décembre 2021 aux États-Unis, à l'OTAN et à l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) le projet d'accord sur les assurances de sécurité européennes qui ramènerait les forces armées de l'OTAN là où elles étaient stationnées en 1997, avant leur expansion à l'Est (Europe de l'Est).

Le document comprend huit points clés :

    - Renoncer à l'expansion de l'OTAN vers l'est et à l'incorporation dans l'OTAN des républiques qui faisaient autrefois partie de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS).

    - Ne pas y installer des bases militaires.

    - Ne pas déployer de missiles à moyenne et courte portée en dehors du territoire national de chaque partie.

    - Détruire l'infrastructure nucléaire existante dans ces pays.

    - Ne pas procéder à l'installation de l'aviation, des forces navales dans des périmètres proches qui représentent des menaces du fait de leur proximité.

    - Ne pas refuser les exercices et autres activités militaires à grande échelle près de la frontière de la Russie et des États avec lesquels ils ont une alliance militaire ou des pays de l'OTAN.

    - Ne pas mener d'activités militaires en Ukraine et dans d'autres États d'Europe orientale, de Transcaucasie et d'Asie centrale.

    - Que les parties reconnaissent le Conseil de sécurité des Nations Unies comme le principal organe chargé de préserver la paix et la sécurité internationales à l'échelle mondiale.

La Russie exige que les garanties de sécurité soient légales, car elle ne fait pas confiance aux promesses des États-Unis ou de l'OTAN, qui ont tous deux violé leurs engagements par le passé. C'est pourquoi elle a insisté pour que les États-Unis et l'OTAN ne sous-estiment pas le sérieux de la proposition. Les États-Unis et l'OTAN se servent de l'invasion imminente de l'Ukraine par la Russie comme d'un écran de fumée et d'une excuse pour cette mesure, et devraient abandonner ce discours, a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Les 10, 12 et 13 janvier, les représentants russes ont rencontré séparément leurs homologues du Département d'État américain, de l'OTAN et de l'OSCE. L'objectif stratégique ultime de la Russie est de réorganiser et d'installer un nouveau système de sécurité européen, tel qu'il a été défini à Yalta en février 1945 pendant la Seconde Guerre mondiale.

Résumant la conférence, le ministre des affaires étrangères Sergey Lavrov a déclaré: "La patience de la Russie est à bout et l'émergence d'une alliance aux frontières de la Russie est une véritable ligne rouge. D'où la demande de garanties de sécurité. Les offres ne sont pas un menu, il n'y a pas de choix. La clé de tout est la garantie de ne pas étendre l'OTAN à l'Est. Moscou commencera à déployer des équipements militaires en cas d'échec des négociations avec l'Occident et Poutine se rendra en Chine le 4 février.

La réponse des États-Unis a été forte, la secrétaire d'État adjointe Victoria Nuland invitant la Suède et la Finlande à rejoindre l'alliance et la Norvège annonçant des exercices militaires conjoints avec l'OTAN. Le secrétaire de l'OTAN a assuré qu'il avait déjà été décidé d'intégrer l'Ukraine et la Géorgie, mais aucune date précise n'a été fixée. Le vice-ministre russe des affaires étrangères, Sergey Riabkov, a répondu que l'Ukraine et la Géorgie "n'appartiendront jamais à l'OTAN" et que si elles poursuivent leur expansion vers l'est, la Russie ripostera, notamment en installant des bases à Cuba et au Venezuela. Bien qu'il n'ait pas mentionné le Nicaragua, de nombreux médias spéculent à ce sujet.

Et bien que beaucoup ne l'associent pas au clivage Russie/OTAN, l'une des démonstrations d'efficacité et de réponse militaire a été donnée par la Russie sous la forme de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC/ODKB en russe) en tant que force de maintien de la paix face au coup d'État au Kazakhstan. L'OTSC est un accord politique et militaire signé par six pays et promu par la Russie. La liste est complétée par l'Arménie, le Belarus, le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan.

Les États-Unis ont encore le temps de réagir, et les Allemands et les Américains l'ont déjà dit à l'avance. "La Russie ne fermera pas ses portes à l'OTAN". Dans l'intervalle, un changement imminent du système de sécurité européen, en liaison avec la proposition russe, est en cours de reconfiguration. Sinon, le premier semestre de cette année sera un peu plus chaud dans les relations internationales, jusqu'à ce que Vladimir Poutine et Joe Biden se rencontrent à nouveau lors d'une réunion au sommet. 

vendredi, 14 janvier 2022

Comment la décarbonisation sans stratégie pourrait marquer le destin énergétique de l'UE

La-décarbonisation-une-nouvelle-contrainte.jpg

Comment la décarbonisation sans stratégie pourrait marquer le destin énergétique de l'UE

Andrea Muratore

Source: https://it.insideover.com/energia/cosi-la-decarbonizzazione-senza-strategia-puo-segnare-il-destino-energetico-dellue.html

Le risque d'un utopisme excessif dans la planification des futures stratégies énergétiques et environnementales européennes conditionne-t-il l'ordre du jour des pays de l'UE ? La définition d'un plan (Fit for 55) ancré dans un principe de réalité et le tsunami des prix fin 2021 qui menace de submerger toute perspective de reprise sur le Vieux Continent semblent avoir sécurisé la transition énergétique contre l'assaut des utopistes écologistes, mais cela ne signifie pas qu'il faille baisser la garde.

Sur Inside Over, nous avons souligné à plusieurs reprises qu'une autre question à surveiller attentivement sera celle liée aux répercussions géopolitiques de la transition. Pour un continent à forte intensité énergétique et aussi pauvre en sources primaires naturelles que l'Europe, ces répercussions peuvent évoluer dans le sillage du passage de la dépendance aux sources primaires (telles que le gaz naturel et le pétrole), qui voit aujourd'hui le Vieux Continent soumis à la Russie, à la dépendance aux matières premières stratégiques et aux technologies fondamentales pour permettre le saut en termes d'innovation et d'infrastructures qu'imposera l'ère des énergies renouvelables. Dans ce cas, le pays bénéficiant de cette dynamique pourrait être la Chine, premier producteur mondial de technologies de transition.

220px-Massimiliano_Salini_2.JPGPrenez le cas emblématique de l'ère de la transition verte, celui de la voiture électrique. Les changements en termes de chaîne de valeur risquent de rendre l'Europe, où se trouvent certains des constructeurs automobiles les plus avancés au monde et leurs chaînes de sous-traitance (opérant principalement en Allemagne, en France, en Italie, en Espagne et en Suède, avec des chaînes s'étendant à l'Est dans les pays post-communistes), dépendante des fournitures de composants en provenance de la République populaire. "Une stratégie européenne de l'industrie et des transports est nécessaire pour ne pas passer d'une dépendance partielle de l'UE au gaz russe à une dépendance presque totale aux batteries chinoises", a noté l'eurodéputé de Forza Italia Massimiliano Salini (photo) dans un communiqué. "L'interdiction des moteurs à combustion interne à partir de 2035 revient à tout miser sur les voitures électriques, condamnant de fait l'industrie automobile européenne à la dépendance vis-à-vis de la Chine, qui produit 80 % des batteries mondiales", a ajouté M. Salini, reprenant les propos qu'il a tenus lors d'un débat à la Commission Tran sur le projet Fit-for-55 en présence du vice-président de la Commission Frans Timmermans, délégué d'Ursula von der Leyen pour la transition énergétique.

Malgré l'engagement de l'Occident, une tendance similaire est attendue dans les années à venir : un analyste expert en la matière, Daniel Clarke, a déclaré à Forbes qu'en 2026, Pékin gardera une part élevée sur ce chapitre, estimée entre 60 et 65%, "malgré tous les efforts des États-Unis et de l'Union européenne". Salini a souligné dans son discours que "même en soutenant au maximum les projets des nouvelles gigafactories européennes, selon les estimations de la Commission, en 2035, nous arriverions à couvrir seuls seulement 7 % des besoins de l'UE en batteries."

4349_W750.jpg

Et ce ne sont pas seulement les batteries qui sont au centre de la domination chinoise d'un contexte industriel dans lequel Pékin est en mesure d'exploiter les investissements importants et massifs et les avantages d'échelle industrielle liés à ses politiques. Au sujet de la transition industrielle liée à la relance de la décarbonisation des transports, de la consommation, de l'industrie et des services, il faut rappeler que l'hybridation particulière des nouvelles technologies et des nouveaux modes d'approvisionnement énergétique peut créer une synergie unique. Favorisant ceux qui planifient l'avenir depuis des années sur la base de besoins plus importants en matière de progrès numérique et environnemental, ce n'est pas un hasard si le leadership de la Chine en matière de transition énergétique va de pair avec la course de Pékin pour devenir la première puissance technologique mondiale.

Au cours des siècles passés, le charbon a été à l'origine de la révolution industrielle et de l'essor de la puissance impériale britannique, le pétrole a sanctionné l'hégémonie des États-Unis au XXe siècle et, à l'ère des énergies renouvelables, la Chine est un leader du secteur et s'apprête, grâce à ses ramifications géopolitiques sur les marchés de production des cruciales terres rares et des matières premières stratégiques, à consolider son poids à l'échelle internationale. Pour donner un autre exemple concret, rappelons que le marché des panneaux photovoltaïques à bas coût dépend du polysilicium produit au Xinjiang, que six des sept plus grandes entreprises mondiales de panneaux sont chinoises, et que du lithium au cobalt en passant par le nickel, toutes les chaînes de valeur des principales matières premières liées aux technologies de transition sont entre les mains de la République populaire.

Cela a des implications géopolitiques considérables et peut, à long terme, affaiblir la course à la transition européenne et l'efficacité de mesures telles que le Carbon Border Adjustment Mechanism (Cbam), les tarifs verts proposés par l'Union européenne pour frapper les productions polluantes hors du Vieux Continent. Pour Salini, une des solutions pourrait être de redéfinir les paramètres du Vieux Continent en matière de mix énergétique afin d'adapter les sacro-saints objectifs de transition et de protection de l'environnement au réalisme à court et moyen terme. Une nouvelle évolution de ce qui a déjà été fait en incluant le gaz naturel et l'énergie nucléaire, avec les distinctions qui s'imposent, parmi les sources considérées comme utiles pour la transition dans la plus récente taxonomie de l'UE.

Salini propose une nouvelle révision des objectifs liés à l'objectif de 2035 pour la fin de la circulation et de la vente des véhicules à moteur à combustion interne: "Nous demandons l'adoption d'une approche "cycle de vie", qui prend en compte les émissions de CO2 de l'ensemble du cycle de vie du véhicule, la réalisation d'une étude d'impact intermédiaire en 2028 afin de décider du mix énergétique le plus adapté et de revoir le calendrier et les modalités de l'arrêt éventuel des moteurs à combustion interne". Un tournant qui, comme les précédents, permettra d'examiner de plus près les dynamiques de production, d'industrie et de développement. Il ne peut y avoir de durabilité dans un contexte où la transition économique et énergétique affaiblit la sécurité d'un continent entier. Le développement économique ne serait pas non plus possible dans ce cas en abdiquant le rôle principal dans les nouvelles chaînes de valeur au profit de la Chine. La transition ne sera pas, moins que jamais après les derniers développements, un dîner de gala : et l'Europe doit le comprendre.

samedi, 25 décembre 2021

Le droit européen contre le droit national - en l'occurrence la Pologne

shutterstock_1168210648-800x600.jpg

Le droit européen contre le droit national - en l'occurrence la Pologne

par Jan Sergooris

Ex: Nieuwsbrief Knooppunt Delta vzw - Nr. 164 - December 2021
 
De même que la Hongrie était devenue la tête de Turc de l'UE le mois dernier, c'est maintenant au tour de la Pologne d'être torpillée comme le plus grand pécheur de l'Europe. Cette attaque frontale a été déclenchée par l'arrêt de la Cour constitutionnelle polonaise (PGH) remettant en cause la primauté automatique du droit communautaire sur le droit polonais.

Il n'est nullement dans notre intention de faire l'éloge du régime politique en Pologne. Mais, tout comme nous avons critiqué dans notre précédent bulletin d'information les reportages en Europe occidentale sur la Hongrie et sa soi-disant "loi anti-gay", les reportages des médias grand public sur la Pologne nous dérangent énormément. Pour des raisons purement idéologiques, ils utilisent sans vergogne des demi-vérités et des mensonges complets pour déformer délibérément les faits.

De quoi s'agit-il ? Dans la presse occidentale, des journalistes, des universitaires et des politiciens ont affirmé que la Cour constitutionnelle polonaise (PGH) avait jugé que la Constitution polonaise prévalait toujours sur le droit européen. Pour eux, ce n'est rien d'autre qu'une déclaration de guerre à l'Europe et à ses principes fondateurs. D'ailleurs, les gens parlent toujours de l'Europe alors qu'ils veulent en fait parler de l'UE. Mais cela n'a rien à voir avec le sujet.

Lode Goukens, chargé de cours en "Institutions européennes et mondiales" au Collège universitaire Thomas More, est l'un des rares universitaires à tenter de contrecarrer le parti pris idéologique de la presse politiquement correcte en laissant les faits parler d'eux-mêmes. Il souligne qu'en réalité, le PGH n'indique nulle part que le droit polonais prime de toute façon sur le droit européen. Le PGH a seulement jugé que certains des traités européens n'étaient pas compatibles avec la Constitution polonaise dans certains domaines. Le droit communautaire ne peut primer sur le droit national que si l'UE reste dans les limites des pouvoirs qui lui sont accordés par les États membres. Si l'UE dépasse ces limites, le droit communautaire ne pourra jamais primer sur le droit national. Toujours selon Boudewijn Bouckaert, la Pologne reconnaît explicitement la supériorité du droit européen, mais uniquement lorsqu'il s'agit de compétences qui ont été explicitement transférées dans les traités de l'UE. Il souligne que l'Europe n'est pas un État ou un super-État, mais une organisation conventionnelle dotée de pouvoirs importants mais limités ( !).

Dans les interviews qui ont suivi la décision polonaise, les politiciens, les universitaires et les journalistes d'Europe occidentale se sont évertués à faire comprendre que le droit de priorité de l'UE sur le droit national est une loi de la moyenne. Mais sur quoi se base-t-elle ? Revenons donc à l'histoire récente.

ddz.jpg

Slow-democratie.jpg

Dans son livre "Slow Democracy", David Dzjaïz décrit comment la justice sous l'égide de l'UE a clairement déraillé. En droit international classique, un traité européen signé par un État national ne s'appliquait pas encore directement aux citoyens de ce pays. Pour ce faire, l'État devait d'abord transposer le traité dans la législation nationale, c'est-à-dire en pilotant une loi par le parlement. Mais en 1963, la Cour de justice de l'UE (CJUE), dans son arrêt Van Gend & Loos, est allée à l'encontre de la jurisprudence internationale en déclarant que les traités européens sont directement applicables aux citoyens (1). Un an plus tard, la CJUE est allée plus loin avec l'arrêt Costa/Enel (2). Dans cette affaire, la Cour européenne a jugé que, dorénavant, toutes les dispositions juridiques européennes priment sur les législations nationales, y compris les constitutions. Une loi nationale qui ne serait pas conforme au droit européen pourrait être ignorée. Les traités européens sont ainsi devenus une sorte de constitution imposée à toutes les démocraties nationales, qui a primé même sur leurs lois suprêmes, alors que tous les textes fondamentaux de la démocratie affirment que la souveraineté appartient en dernier ressort à la nation. 

Retour en Pologne. Selon le professeur Marc De Vos (Itinera), la révolution de palais polonaise touche une corde sensible dans la construction de l'Union européenne. "L'Union est le résultat final des traités que les pays européens ont conclus par vagues depuis les années 1950. Avec chaque traité, les pays contractants cèdent une partie de leur souveraineté à Bruxelles. Peu à peu, l'Union elle-même a acquis les éléments constitutifs d'un État constitutionnel : un parlement élu, une Commission européenne désignée comme gouvernement de facto, une cour européenne à Luxembourg. L'Union européenne est un État proto-fédéral. Il manque toutefois une chose : un choix clair, inscrit dans les traités constitutionnels de l'Union, concernant la relation hiérarchique entre l'Union et les États membres. Au début de l'unification européenne, il n'y avait pas de consensus politique sur ce point, peut-être même pas de compréhension politique. La Cour de Luxembourg a existé. Dès 1964, la Cour a jugé que le droit européen devait automatiquement primer sur le droit national (supra, Jan S). Toute l'architecture de l'Europe est fondée sur ce principe de primauté. La caractéristique des États fédéraux est que la constitution fédérale régit les relations entre l'État fédéral et les États fédérés et prévoit un mécanisme de règlement des conflits. Dans l'Union européenne, il n'y a jamais eu d'accord. Les États membres n'ont pas eu à modifier leurs constitutions" (Knack 27/7/2021).

Le principe de la primauté du "droit européen" sur le "droit national" n'était pas inscrit dans le traité de Rome ni dans aucun des autres traités européens. Une tentative a été faite pour l'inclure dans la constitution européenne qui a échoué, mais elle n'a pas été incluse dans le traité de Lisbonne (UNHERD).

Herman Michiel affirme également que la priorité du droit européen n'a pas été décrétée par les chefs d'État ou de gouvernement après une décision démocratique des représentants du peuple ou après un référendum, mais par des juristes non élus de la Cour européenne de justice à Luxembourg. Donc pas plus que quelques juges au Luxembourg ! Il n'y a aucune mention d'un traité de souveraineté partagée dans les annales européennes... (12/5/2020 dans Ander Europa).

Le journaliste Bart Haeck confirme que la discussion a été réglée par des juges, et non par des politiciens (de Tijd 21/10/2021). Marc De Vos souligne que la Pologne n'est pas seule dans son attitude. Les deux hautes cours de France (Conseil d' État) et d' Allemagne (Bundesverfassungsgericht), deux membres respectueux des lois de l' UE, ont, ces dernières années, de plus en plus remis en question le fonctionnement de la Cour de justice... Le Royaume-Uni a quitté l'UE en partie par mécontentement face à la jurisprudence européenne incontrôlée et invérifiable qui met la souveraineté nationale sens dessus dessous.....

La Cour constitutionnelle allemande avait déjà jugé à plusieurs reprises dans des arrêts précédents que la préservation d'une véritable démocratie exige que des pouvoirs suffisants restent au niveau national et que la compétence des institutions européennes soit limitée, entre autres, par le principe de subsidiarité (ne pas faire des choses que les États membres peuvent mieux faire eux-mêmes) et le principe de proportionnalité (cela signifie que l'UE ne prend que les mesures nécessaires pour atteindre ses objectifs, et pas plus). Ces principes ont été consacrés dans les traités européens révisés (traité de Lisbonne). Matthias Storme a souligné que dans le contexte de l'achat massif d'obligations gouvernementales par la BCE, la Cour constitutionnelle allemande (le 5/5/2020) a fait une déclaration forte concernant les limites des pouvoirs transférés à l'UE. Les institutions européennes, et plus particulièrement la Banque centrale européenne et la Cour de justice, ont refusé d'entamer un dialogue avec la Cour. Et où était l'indignation des 26 autres États membres parmi les politiciens, les universitaires et dans la presse ?

Conclusion :
 
La chasse aux sorcières contre la Pologne a essentiellement peu ou rien à voir avec les principes concernant la juridiction qui prévaut. Ce n'est rien d'autre qu'un sophisme. Le véritable problème est que la Pologne et la Hongrie, en tant que leaders les plus francs des pays wisigoths, refusent de se conformer politiquement, éthiquement et religieusement aux oukases libéraux de gauche de la Commission européenne et d'autres organes non élus de l'UE. 

Les accusations portées contre les Polonais sont pleines d'hypocrisie. Par exemple, une décision de la Cour constitutionnelle polonaise visant à renforcer les règles relatives à l'avortement était entièrement conforme à l'opinion de la majorité des Polonais qui sont catholiques. Les oligarques de gauche de l'UE n'aiment pas cela.

Ce qu'ils ne veulent pas comprendre, c'est que la population des pays d'Europe de l'Est estime que l'éducation sexuelle de leurs enfants doit relever de la responsabilité des parents, et non d'une idéologie du genre promue par le gouvernement. Alors que la presse occidentale reproche aux zones interdites aux LGTBQ en Pologne d'être un symbole d'homophobie, c'est dans les capitales d'Europe occidentale que les homosexuels sont les victimes quotidiennes de la violence anti-gay, principalement de la part d'extrémistes musulmans. Mais les bien-pensants détournent ostensiblement le regard.

Une autre critique à l'encontre de la Pologne est que la nomination des juges à la Cour suprême en Pologne porte atteinte à la séparation des pouvoirs ... Quel raisonnement bizarre. Dans plusieurs pays européens également, les juges sont nommés ou désignés par des hommes politiques. En Allemagne, par exemple, cela s'applique aux plus hauts juges du Bundesverfassungsgericht. Ces nominations politiques n'ont jamais été une raison de remettre en question l'état de droit en Allemagne. Et la Cour constitutionnelle de Belgique n'est-elle pas un exemple typique d'ingérence politique : sur les 12 membres, six sont nommés parmi les (anciens) politiciens. Et dans le contexte européen, les nominations politiques sont devenues la règle. Les juges de la Cour de l'UE à Luxembourg sont nommés par les différents gouvernements des 26 États membres.

David Engels dit à juste titre que lorsque la Pologne a rejoint l'Union, elle était convaincue que ce projet reposait sur le respect partagé d'institutions sociales fondamentales telles que la famille classique, la propriété privée, l'identité nationale ou la civilisation occidentale. Cependant, les élites européennes se sont de plus en plus tournées vers des idées de gauche radicale telles que le multiculturalisme, la théorie du genre, l'idéologie LGTBQ, le mondialisme, la culture de la dette et le masochisme occidental.

Lode Goukens affirme à juste titre que la CEE, en tant que prédécesseur de l'UE, a de plus en plus glissé du statut d'organisation de libre-échange d'États souverains à celui de club dirigiste et centraliste. Nous pourrions ajouter que la haine et l'intolérance envers ceux qui pensent différemment sont devenues les ingrédients constants de leur recette idéologique.

Jan Sergooris

(1) La société néerlandaise Van Gend en Loos a été confrontée à une taxe à l'importation sur des marchandises importées d'Allemagne. Selon Van Gend en Loos, il s'agissait d'une augmentation des droits de douane interdite par le traité CEE. 

(2) L'affaire Costa Enel concernait un Italien détenant des parts dans une société d'électricité qui se sentait injustement traité par sa nationalisation.

dimanche, 21 novembre 2021

Préface du Professeur Charles Zorgbibe  au livre d'Irnerio Seminatore, en cours d'édition, La Multipolarité au XXIème siècle

Irnerio_Seminatore.png

Préface du Professeur Charles Zorgbibe  au livre d'Irnerio Seminatore, en cours d'édition, La Multipolarité au XXIème siècle

C’est dans le cadre de l’alliance atlantique et sous l’aiguillon de notre intérêt commun pour la géopolitique que j’ai rencontré Irnerio Seminatore… en juin 1983.

La géopolitique –l’étude de la politique internationale dans sa relation avec la géographie- avait connu une évidente désaffection depuis 1945. Pour des raisons morales : la géopolitique était identifiée à son rameau allemand, expression de la recherche d’un « espace vital » et identifiée avec elle. Pour des raisons techniques : le missile balistique semblait avoir aboli les distances et les considérations d’utilisation de l’espace. La dissuasion nucléaire semblait figer les deux principales puissances dans leur face à face et mettre un terme à la conception de la lutte armée comme poursuite de la politique.

9782296546295b.jpgCette double désaffection était-elle justifiée ? Techniquement, si l’armement nucléaire ignore les conditions atmosphériques et réduit les facteurs géographiques à l’attraction de la pesanteur ou aux conditions de rentrée dans l’atmosphère, il n’en reste pas moins qu’à l’abri du feu nucléaire, les principales puissances peuvent recourir à l’armement conventionnel, classique. La dissuasion nucléaire avait pour contrepartie la multiplication des conflits locaux ; la « sanctuarisation » du territoire des membres du « club » nucléaire n’excluait pas l’affrontement des Grands, par acteurs locaux interposés.

Moralement, les excès de la « Geopolitik » allemande ne devaient pas occulter l’actualité de l’autre géopolitique, anglo-saxonne et « démocratique » : les relations Est-Ouest s’inscrivaient alors dans la perspective, chère à McKinder, du conflit inévitable, à long terme, de la puissance du « Heartland », « le cœur de l’île mondiale », l’Union soviétique, et de la puissance maritime, les Etats-Unis. Expulser la puissance continentale de la périphérie du système international, ou concurrencer la puissance maritime dans le contrôle de la frange d’archipels qui entoure l’île mondiale : n’était-ce pas une lecture possible de l’affrontement physique des deux Grands, à l’ère de la guerre froide ?

C’est dans cet esprit que le secrétariat de l’alliance atlantique me demanda de constituer, en partenariat avec mon collègue Ciro Zoppo, de l’université de Californie, un réseau d’universitaires et d’officiers stratèges à même de revoir les thèses de la géopolitique classique et de jauger l’adéquation de l’analyse géopolitique au monde de la guerre froide, avec ses idéologies diplomatiques et sa technologie militaire.

Ce réseau connut son apogée avec un séminaire international à Bruxelles, les 22-24 juin 1983 –qui réunit de brillantes participations, au sein de quatorze délégations nationales. Citons, au hasard : pour les Pays-Bas, Frans Alting von Geusau, qui dirigeait l’Institut Kennedy d’Oisterwijk, et le député démocrate-chrétien van Iersel ; pour la Belgique, Luc Reychler de Louvain, Jacques Jonet de l’Institut européen de sécurité et les responsables de l’Institut royal des relations internationales ; pour le Portugal, issus de la « Révolution des œillets », les généraux Altino Magalhaes, président de l’Instituto da Defensa Nacional, et Cabral Couto, qui commandait la base des Açores, ainsi que Jorge Campinos, professeur de droit international et ministre dans les premiers gouvernements qui suivirent la mutation constitutionnelle de 1974 –Campinos allait disparaître, dix ans plus tard, dans un accident de la route au Mozambique ; pour la France, l’historien Jean-Pierre Cointet, l’amiral Hubert Moineville, auteur d’un manuel de « stratégie de la mer » dans la collection « Perspectives internationales » que je dirigeais alors, mon collègue Jean Klein, de Paris 1-Panthéon Sorbonne. D’outre-atlantique étaient venus, Albert Legault, de l’université Laval de Québec, l’un des animateurs les plus dynamiques du séminaire, William Fox, le politologue à la grande notoriété de l’université Columbia de New York, David Wilkinson, de l’université de Californie et le Lt. Colonel George Thompson.

9782841913299-475x500-1.jpgC’est dans les coulisses de la délégation italienne que je rencontrai Irnerio Seminatore, alors assistant à l’université Paris VIII de Vincennes-Saint Denis, siège mythologique du gauchisme de l’Après-1968. Seminatore avait un double parcours, italien et français : il était né à Turin, capitale du Piémont-Sardaigne, première capitale de l’Italie unifiée, capitale de l’automobile et de l’Italie industrielle, capitale du marxisme et du libéralisme italiens et de toutes les grandes innovations scientifiques et technologiques de la péninsule –Turin à laquelle il a consacré un livre « La rude Gioventu del dopo-guerra ». J’ai partagé l’infinie curiosité de Seminatore pour Turin et sa très complexe sédimentation sociale… à travers les romans policiers de Carlo Fruttero et Franco Lucentini, les auteurs de la « Donna della Domenica » (« La femme du dimanche »), puis lors d’un cycle de conférences à l’université, encore éprouvée par l’activisme des « brigades rouges ». Le président de l’université, auteur d’une thèse sur le terrorisme, était devenue une cible et changeait, chaque jour, d’itinéraire –ce qui ne l’empêcha pas de m’inviter au « Whist », le somptueux club privé, créé par Cavour, l’artisan de l’unification italienne. Après des études universitaires à Turin, Seminatore avait été à Paris l’élève du général Lucien Poirier, l’un des grands théoriciens contemporains de la stratégie. Il était proche de Michel Sudarskis, un jeune et très érudit haut-fonctionnaire français à l’Otan, qui se considérait comme un « hussard » de la guerre froide –un engagement et un militantisme qui causèrent hélas ! la fin prématurée de sa carrière bruxelloise –et des chefs de file de la délégation italienne : Sergio Rossi, brillant éditorialiste de « La Stampa » et chargé de cours à l’université de Turin, et Edgardo Sogno del Vallino.    

Sogno_divisa.jpgDoyen d’âge de notre séminaire atlantique pour les études géopolitiques, Sogno del Vallino (photo) fut le mentor de Seminatore, qu’il associa à toutes les réunions multilatérales tenues en France ou en Italie. Sogno del Vallino, diplomate et homme politique, était une personnalité charismatique, admirée et contestée dans la péninsule. Grand résistant, il avait été l’interlocuteur, auprès des Anglais et Américains, des réseaux monarchistes, les «Badogliani» ; dans l’Après-guerre, il avait été «Golpiste», partisan de la création en Italie d’un régime présidentiel, sur le modèle de la Cinquième République ; il avait également été impliqué dans la constitution du « Gladio », ces réseaux « en attente » de l’Otan dont la mise en lumière provoqua un séisme politique dans les années 1980.

Comment Irnerio Seminatore a-t-il pu enseigner, pendant 29 années, à Paris-VIII, citadelle du gauchisme, alors qu’il portait, dans son adn, l’idée de fédération européenne? Il fut fédéraliste européen, « furieusement » fédéraliste, disciple d’Alexandre Marc, le maître penseur de l’aile fédéraliste la plus radicale, et collaborateur de Claude Nigoul et de son Institut d’études fédéralistes à Nice et Aoste. C’était l’époque de la « théologie » fédéraliste qui mua, avec le temps, en une sorte de positivisme juridique, institutionnel de l’Union européenne.              

En 1996, Seminatore s’établit à Bruxelles où il crée l’Institut européen de relations internationales. L’Institut est installé dans un bel hôtel du boulevard Charlemagne, en plein quartier de l’Union européenne, à deux cents mètres de la Commission et du Conseil de l’Union, un hôtel tellement romain avec son sol de marbre et ses bustes antiques –un hôtel abandonné et tombé en ruines, complètement restauré par Seminatore. De nombreux colloques se succèdent alors, dans ces locaux, réunissant experts du droit, de l’économie, de la politique européennes. Seminatore reçoit eurocrates ou parlementaires en compagnie de son épouse et égérie, Ioana Nicolaie, pneumologue et conseillère scientifique du ministère de la santé du Luxembourg –un produit des séismes du second conflit mondial puisque née roumaine, d’un père juif hongrois, économiste et géologue, et d’une mère russe, ingénieur… « le seul multiculturalisme acceptable », selon lui.

Mais la marche du monde et des institutions européennes déçoit nombre d’observateurs. Seminatore, fédéraliste passionné, s’était transformé en un théoricien réaliste des relations internationales. Désormais, le commentateur lucide des actes de l’Union accomplit sa révolution intellectuelle et devient un contestataire, toujours attentif et exigeant, de « l’establishment » européen et de l’appareil de l’Union. En 2017, il revient sur la souveraineté et l’ordre du monde, il estime l’identité et la civilisation européenne menacées, il appelle à la « révolution des patriotes européens ». L’année précédente, il avait publié un récit de politique fiction, « Waterloo 2015 », qui donnait un visage plausible au processus de décomposition des institutions européennes, à la déconnexion de ses élites du réel, au déclin du continent.

9782296069282-475x500-1.jpgL’évolution intellectuelle et politique d’Irnerio Seminatore peut surprendre : elle est révélatrice des impasses actuelles de la construction européenne. L’Union renonce à créer un pôle de puissance, elle est prête à sortir de l’Histoire selon les schémas néo-hégéliens, une Europe au « pouvoir doux ». L’approche « fonctionnaliste », chère à Jean Monnet et à Robert Schuman, permettait de contourner les souverainetés nationales. Du contournement, la tentation a été forte de passer à la dissolution desdites souverainetés. Surtout, le « millénarisme des droits de l’Homme » a pris le relais du « millénarisme communiste » de l’ère de la guerre froide, avec pour horizon le déracinement des peuples européens. Il s’agit de faire rentrer les peuples européens dans un moule préétabli. Face à ces injonctions, un nouveau « Samizdat » (l’ensemble des moyens à même de permettre la diffusion des œuvres interdites ou réorientées critiquement à l’Est et à l’Ouest) prend forme : les travaux d’Irnerio Seminatore en sont l’une des facettes.

Charles Zorgbibe

Professeur honoraire à la Sorbonne

Ancien recteur de l’académie d’Aix-Marseille

Ancien doyen de la faculté de droit Jean Monnet de Paris-Sud     

vendredi, 05 novembre 2021

L'Europe à la recherche d'une défense commune

0-14931.png

L'Europe à la recherche d'une défense commune

par Marcello Austini

Source : Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/l-europa-alla-ricerca-di-una-difesa-comune

Le nœud du problème n'est pas tant l'armée européenne. Le véritable nœud du problème est de savoir à quoi sert une armée européenne, à quoi sert une défense commune sans l'existence d'une politique étrangère européenne commune efficace. L'Europe ne peut plus compter uniquement sur le parapluie de l'OTAN, étant donné que certains pays de l'Alliance, comme la Turquie, ont des intérêts stratégiques distincts et très éloignés de ceux des 27.

Le récent retrait dramatique d'Afghanistan et le désengagement progressif des États-Unis ont amené l'Union européenne à repenser sa politique étrangère et de défense. À cet égard, le débat a repris sur la manière dont l'Europe peut s'affirmer en tant qu'acteur géopolitique, en faisant correspondre son poids économique à son poids diplomatique et, pourquoi pas, à son poids militaire potentiel. Le haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, Josep Borrell, a récemment déclaré que des travaux étaient en cours sur une proposition visant à mettre en place une force militaire commune, même si "il n'y a pas encore unanimité" parmi les États membres.

À cet égard, il faut dire que le désaccord entre les pays trouve son origine dans la relation avec les États-Unis et, plus précisément, avec l'OTAN (le pacte de l'Alliance atlantique).

Depuis des années, en effet, sur cet aspect spécifique, il y a une confrontation entre la vision française qui voudrait que cette force européenne soit indépendante et celle, plus modérée, menée par l'Italie et l'Allemagne, qui l'interprète comme un "renforcement européen de l'Alliance atlantique".

Par le passé, et encore plus récemment, la France a avancé l'idée de créer une "véritable armée européenne", mais un débat animé a fait rage à ce sujet, soulignant les différences entre les États membres. Il ne faut donc pas sous-estimer la position décisive de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, selon laquelle l'Union européenne ne pourra jamais être une alliance militaire car l'OTAN existe déjà pour répondre à ce besoin.

De l'avis de l'auteur, le point crucial n'est pas tant l'armée européenne. La vraie question est de savoir quel est l'intérêt d'avoir une armée européenne, quel est l'intérêt d'avoir une défense commune sans l'existence d'une politique étrangère européenne commune efficace.

Ce constat premier et fondamental étant fait, la question se pose de savoir quel sera le rôle de l'Europe dans les années à venir ? On se demande, en définitive, "ce que l'Union européenne veut faire quand elle sera grande". Voudra-t-elle vraiment compter pour quelque chose sur la scène internationale ? Le débat, avec les différentes positions avancées, reste ouvert et, évidemment, a une valeur entièrement politique.

Les scénarios

La prochaine présidence semestrielle de l'UE, sous la houlette de la France, pourrait donner une impulsion particulière au débat. Mais dans quelle direction ? Vers quels objectifs ?

Macron s'est récemment prononcé en faveur de la proposition italienne d'impliquer le G20 dans la coordination internationale sur le sujet. L'alignement possible entre Rome et Paris - également à la lumière de la transition politique en Allemagne - pourrait être soutenu par la présidence française de l'UE en janvier. L'Union a "appris à ses dépens", lors de la crise en Afghanistan et ailleurs, la nécessité de renforcer sa capacité défensive, a déclaré Thierry Breton, commissaire chargé du marché intérieur. Selon lui, la défense commune "ne semble plus être optionnelle" et l'Union européenne doit pouvoir gérer les crises et les missions militaires en "pleine autonomie".

Toutefois, en ce qui concerne la défense commune, l'Union a une longue histoire de faux départs et il existe des doutes légitimes quant à cette prochaine opportunité.

indeeurdefcomx.jpg

La défense européenne commune, une alternative à l'OTAN ?

Pour beaucoup, la force de défense européenne ne doit pas être comprise comme une alternative à l'OTAN. Il s'agit de mettre l'Union en mesure d'intervenir lorsqu'il existe un besoin important et urgent.

Il est toutefois paradoxal que, dans l'ensemble, les 27 États membres dépensent autant pour la défense commune que la Russie et la Chine, même si l'UE ne dispose pas de la coordination nécessaire ni des capacités logistiques pour soutenir des opérations militaires à l'étranger sans l'aide des États-Unis.

Pour y faire face, l'Union européenne envisage de mettre en place une force de réaction rapide d'au moins 5000 hommes.

Le projet pèse toutefois lourdement sur les différences entre les États membres, comme dans le cas des pays baltes, qui sont inextricablement liés à l'OTAN, et sur le scepticisme de certains pays d'Europe orientale.

L'Allemagne, en revanche, a fortement soutenu l'initiative et a invoqué l'article 44 du traité de Lisbonne. Cet article, comme on le sait, permet à un groupe d'États membres qui le souhaitent de se réunir et d'aller de l'avant par un vote à la majorité, sans avoir besoin de parvenir à un consentement unanime (coopération renforcée).

Il faut dire que cet aspect, celui du consentement unanime, a également affecté la politique étrangère européenne, contribuant à sa fréquente paralysie. Mais ce n'est ni une excuse ni un écran de fumée juridique.

L'Union européenne est accusée, à juste titre, de manquer d'une véritable politique étrangère commune, d'une stratégie partagée sur la scène internationale, d'un manque de planification, y compris diplomatique, et d'une vision générale du rôle que l'Europe doit jouer dans le monde.

En tout état de cause, le projet de force de défense commune sera présenté à la mi-novembre. Il appartiendra ensuite à la France, peut-être, de prendre les mesures nécessaires à sa mise en œuvre. La France, qui, comme nous l'avons déjà mentionné, a toujours été parmi les principaux partisans de la nécessité de repenser le cadre actuel de l'Alliance atlantique, le pays qui, à partir de janvier, assumera la présidence tournante de l'Union européenne et le seul État de l'UE, après le Brexit, à siéger au Conseil de sécurité des Nations unies.

Besoin d'une "autonomie stratégique" ?

Le défi, cependant, sera celui que nous venons d'évoquer: trouver une communauté de vues et peut-être tenter d'esquiver l'intention française de mener seule la définition de la stratégie. Le cas de la crise libyenne, dont nous payons encore les effets en termes d'approvisionnement en ressources énergétiques, d'augmentation exponentielle de l'immigration clandestine et de géopolitique en général (et pas seulement), a montré combien les intérêts des États européens peuvent être divergents.

Il convient également de noter que la création du Fonds européen de défense (FED) a montré à quel point l'alignement des principaux pays de l'UE peut être productif, même sur une question aussi délicate. La France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne ont toutes œuvré pour donner une impulsion au projet, qui s'est concrétisé au fil des ans par divers instruments de mise en œuvre.

Une fois le fonds défini - avec un budget de 7,9 milliards d'euros pour sept ans - la "course" des États membres pour obtenir ses ressources a déjà commencé, comme d'habitude.

le-general-allemand-jurgen-weigt-commandant-de-l-eurocorps-passe-en-revue-des-soldats-de-l-eurocorps-de-retour-de-missions-en-republique-centre-africaine-et-au-mali-en-fevrier-2018-photo-dna-christian-lutz-sorg-1566811474.jpg

Une concurrence entre les pays qui pourrait, dans l'absolu, prendre même des allures positives, déclenchant un cercle vertueux d'investissements, mais qui risque davantage de se transformer en une course à la "thésaurisation" des ressources par les États membres, laissant le problème de la stratégie européenne commune sans solution et exacerbant au contraire les égoïsmes, les fractures, les divisions et les rancœurs présentes et futures.

La "leçon afghane" devrait constituer un nouvel avertissement pour l'Union européenne et contribuer à réaliser le fameux saut qualitatif espéré dans l'approche de la défense commune et dans la gestion des situations de crise et d'urgence, étant donné que la débâcle en Afghanistan n'a pas de connotations exclusivement militaires, mais qu'il s'agit également d'une défaite politique pour l'Europe et pour l'Occident en général, et qu'elle survient en relation avec le retrait déclaré et évident des États-Unis de certains scénarios et leur concentration sur des zones et des questions d'intérêt plus direct, l'Asie-Pacifique surtout.

Les nouveaux accords américains sont connus depuis un certain temps, mais trouvent aujourd'hui une plus grande évidence, accompagnés de la demande explicite de Washington à ses alliés européens d'assumer davantage de responsabilités sur les théâtres qui leur sont proches, à commencer par la Méditerranée, l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient.

En effet, l'Europe ne peut plus compter uniquement sur le parapluie de l'OTAN pour garantir sa défense, sachant par ailleurs que certains pays de l'Alliance, comme la Turquie, ont des intérêts stratégiques distincts et éloignés de ceux des 27.

Pour conclure cette brève analyse, il est nécessaire de rappeler que pour les pères constitutifs de l'Europe, l'idée de la Communauté européenne de défense existait et répondait à la nécessité première d'éviter les conflits entre les peuples européens d'une part et, d'autre part, la défense commune contre d'éventuels ennemis.

La réticence des États membres à adhérer au principe de l'abandon de la souveraineté (nationale) en faveur d'une souveraineté européenne commune, comme cela s'est déjà produit dans d'autres domaines, l'a entravé à bien des égards jusqu'à aujourd'hui: l'économie, la monnaie unique et le système fiscal, par exemple, qui est en train d'être mis en œuvre, bien qu'au milieu de mille formes de résistance et de mille complexités.

C'est un nœud gordien difficile à démêler, à défaire, et sur lequel il y a tant d'éléments, tant de variables à prendre en compte. Il y a tant de positions entre les États membres, parfois très éloignés les uns des autres, tant de stratégies et d'alliances différentes, des intérêts économiques et monétaires différents, des différences entre les pays en termes de plans de développement industriel et commercial, des différences dans leur composition sociale, leurs modes de pensée et leurs styles de vie. Et puis il y a les vieilles rancunes, les préjugés, les antipathies ataviques qui ne s'effacent jamais... Telle est, malheureusement, l'image de notre vieux continent.

Certains pensent que la solution à la crise du "modèle européen" réside précisément là: dans l'abandon des égoïsmes nationaux internes et le retour aux principes qui ont garanti au Vieux Continent plus de soixante-dix ans de paix. Nous aimons croire so...., mais nous savons parfaitement que ce n'est pas le cas et que de telles déclarations, outre qu'elles sont parfois prononcées de bonne foi, peuvent être un alibi commode, dissimulant d'autres vérités, d'autres réalités.

09-09-24-changeofcommandEC-103-2.jpg

Nous ne pouvons, en effet, que constater, malgré nous, combien l'Union européenne actuelle est l'expression authentique - nous oserions dire le reflet automatique - de la désintégration actuelle des différentes réalités nationales, des contradictions de nos sociétés, de nos systèmes socio-économiques, de nos modèles et modes de vie.

* * *

Juste pour ceux qui souhaitent développer.

La base juridique et le cadre juridique actuel de la défense commune.

Le traité de Lisbonne, également connu sous le nom de traité sur l'Union européenne (TUE) de 2009, définit le cadre général de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC).

L'article 41 du TUE, définit le financement de la PESC et de la PSDC. Les articles 42 à 46, les Protocoles 1, 10 et 11 et les Déclarations 13 et 14 contiennent des informations supplémentaires sur cette politique.

Les innovations du traité de Lisbonne ont amélioré la cohérence des politiques de la PSDC.

Le Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, qui est également vice-président de la Commission européenne (le HR/VP), joue le rôle institutionnel principal. Elle dirige le Service européen d'action extérieure (SEAE), préside le Conseil des affaires étrangères en formation de ministre de la défense (l'organe décisionnel de la PSDC de l'UE) et dirige l'Agence européenne de défense (AED).

Le Haut représentant (HR/VP), dont le rôle est actuellement tenu par Josep Borrell, présente généralement les propositions de décisions de la PSDC aux États membres.

La politique de sécurité et de défense commune (PSDC) définit le cadre des mesures de l'UE dans le domaine de la défense et de la gestion des crises, y compris la coopération et la coordination en matière de défense entre les États membres. Partie intégrante de la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) de l'Union, la PSDC a donné naissance à des structures politiques et militaires internes à l'UE.

Dispositions du traité relatives à la PSDC

Les décisions relatives à la PSDC sont prises par le Conseil européen et le Conseil de l'Union européenne (article 42 TUE). Ces décisions sont prises à l'unanimité, avec quelques exceptions importantes concernant l'AED (article 45 TUE) et la coopération structurée permanente (PESCO, article 46 TUE), qui prévoient une adoption à la majorité.

Le traité de Lisbonne a introduit le concept de politique européenne des capacités et de l'armement (article 42, paragraphe 3, du TUE) et a établi un lien entre la PSDC et les autres politiques de l'Union, en prévoyant une collaboration entre l'AED et la Commission si nécessaire (article 45, paragraphe 2, du TUE). Cela concerne en particulier les politiques de l'Union en matière de recherche, d'industrie et d'espace.

En outre, l'article 21 du TUE rappelle que le multilatéralisme est au cœur de l'action extérieure de l'UE. Elle comprend la participation des partenaires aux missions et opérations de la PSDC ainsi que la collaboration dans une série de questions de sécurité et de défense.

L'UE participe à un certain nombre de tables de travail internationales visant à renforcer la coordination et la coopération, notamment avec les Nations unies et l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), ainsi qu'avec l'Union africaine, le G5 Sahel, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est.

Depuis l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, la PSDC a considérablement changé, tant sur le plan politique qu'institutionnel.

En juin 2016, la HR/VP de l'époque, Federica Mogherini, a présenté au Conseil européen la " Stratégie globale pour la politique étrangère et de sécurité de l'Union européenne ", qui définit la stratégie de la PSDC. Cette stratégie identifie cinq priorités pour la politique étrangère de l'UE : la sécurité de l'Union ; la résilience des États et de la société à l'est et au sud de l'UE ; le développement d'une approche intégrée des conflits ; les ordres régionaux de coopération ; et la gouvernance mondiale pour le 21e siècle. La mise en œuvre de la stratégie devrait faire l'objet d'un examen annuel en consultation avec le Conseil, la Commission et le Parlement.

En novembre 2016, la HR/VP a également présenté au Conseil le "plan de mise en œuvre de la sécurité et de la défense", visant à rendre opérationnelle la vision exposée dans la stratégie globale pour la politique étrangère et de sécurité de l'Union européenne concernant les questions de défense et de sécurité. Le plan présente 13 propositions, dont un examen annuel coordonné de la défense (CARD), une amélioration de la réaction rapide de l'UE et une nouvelle coopération structurée permanente unique (PESCO) pour les États membres qui souhaitent prendre davantage d'engagements en matière de sécurité et de défense. Parallèlement, la HR/VP a présenté aux États membres un "plan d'action européen pour la défense" (EDAP), ainsi que des propositions clés pour le Fonds européen de défense (FED), axées sur la recherche en matière de défense et le développement des capacités. Ce plan a constitué une étape importante vers la mise en œuvre des structures politiques et militaires internes de l'UE définies dans la PSDC.

Depuis le début de son mandat en décembre 2019, le HR/VP Josep Borrell a placé le renforcement de la PSDC au cœur des activités de l'UE et s'engage à poursuivre et à renforcer les initiatives déjà engagées.

Afin de donner un nouvel élan à son programme de sécurité et de défense, l'UE travaille actuellement sur une boussole stratégique qui vise à donner une orientation politico-stratégique renforcée à la sécurité et à la défense de l'UE et à définir le niveau d'ambition dans ce domaine.

La première phase, qui s'est achevée en novembre 2020, a consisté en une analyse complète des menaces et des défis. La deuxième phase, actuellement en cours, consiste en des discussions informelles entre les États membres concernant l'analyse des menaces et des principales conséquences, l'analyse de l'écart des capacités et les priorités des États membres. Cette phase de dialogue devrait permettre aux États membres d'améliorer leur compréhension commune des menaces pour la sécurité auxquelles ils sont collectivement confrontés et de renforcer la culture européenne de sécurité et de défense. Le processus est conçu pour répondre au besoin croissant de l'Union de pouvoir agir en tant que garant de la sécurité.

Les missions et opérations de gestion de crise sont l'expression la plus visible et la plus concrète de la PSDC. Selon le vice-président des ressources humaines Josep Borrell, il est essentiel de renforcer l'engagement par le biais des missions et des opérations de la PSDC, avec des mandats plus forts mais également flexibles.

Bien que le Parlement européen ne joue pas un rôle direct dans la définition de la boussole stratégique, il devrait être régulièrement informé et avoir la possibilité d'exprimer son point de vue sur le processus.

Développement des instruments de la PSDC

En ce qui concerne le développement et l'harmonisation de la coopération en matière de défense entre les États membres, depuis 2016, la PSDC a obtenu un certain nombre de résultats positifs, notamment : le lancement de la PESCO ; une structure permanente de commandement et de contrôle pour la planification et la conduite de missions militaires non exécutives ; un mécanisme de cartographie des capacités de défense ; un Fonds européen de défense ; une amélioration de la mobilité militaire ; une cyberpolitique plus robuste ; et une coopération accrue avec l'OTAN.

En décembre 2020, le Conseil est parvenu à un accord politique provisoire avec les représentants du Parlement sur un règlement établissant le FED, dans le contexte du cadre financier pluriannuel (CFP) pour la période 2021-2027. Avec un budget de 8 milliards d'euros sur sept ans alloué à l'EED, l'UE deviendra l'un des trois principaux investisseurs dans la recherche en matière de défense en Europe.

L'instrument européen pour la paix est l'un des instruments les plus récents de la PSDC. Grâce à cet instrument, l'UE financera les coûts communs des missions et opérations militaires de la PSDC, ce qui renforcera la solidarité et le partage des charges entre les États membres. L'instrument contribuera à accroître l'efficacité de l'action extérieure de l'UE en renforçant les capacités des opérations de soutien de la paix et les capacités des pays tiers et des organisations partenaires dans le domaine militaire et de la défense.

Missions et opérations de la PSDC de 2003 à 2021

Depuis 2003 et les premières interventions dans les Balkans occidentaux, l'UE a lancé et géré 36 opérations et missions sur trois continents. En mai 2021, 17 missions et opérations PSDC sont en cours, dont 11 civiles et 6 militaires, impliquant quelque 5 000 militaires et civils de l'UE déployés à l'étranger. Les missions et opérations les plus récentes ont contribué à améliorer la sécurité en République centrafricaine (EUAM CAR) et à faire respecter l'embargo des Nations unies sur les armes en Libye (EUNAVFOR MED IRINI). Les décisions de l'UE de déployer des missions ou des opérations sont généralement prises à la demande du pays partenaire auquel l'aide est fournie et/ou sur la base d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le rôle (marginal) du Parlement européen

Le Parlement européen soutient traditionnellement l'intégration et la coopération de l'UE en matière de défense. Le Parlement contrôle la PSDC et peut s'adresser à la HR/VP et au Conseil de sa propre initiative (article 36 du TUE). Il exerce également un contrôle sur le budget de la PSDC (article 41 du TUE). Deux fois par an, le Parlement organise des débats sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la PESC et de la PSDC, et adopte des rapports : un sur la PESC, rédigé par la commission des affaires étrangères (AFET), et un sur la PSDC, rédigé par la sous-commission de la sécurité et de la défense (SEDE).

En décembre 2020, le Parlement européen a approuvé son rapport annuel sur la mise en œuvre de la PSDC. Le Parlement a réitéré son soutien au PESCO, au CARD et au FED, car ils peuvent contribuer à accroître la cohérence, la coordination et l'interopérabilité dans la mise en œuvre de la PSDC et consolider la solidarité, la cohésion, la résilience et l'autonomie stratégique de l'Union. Le rapport se félicite de l'engagement de l'UE à accroître "sa présence mondiale et sa capacité d'action", tout en appelant la HR/VP et le Conseil à "fournir une définition formelle commune de l'autonomie stratégique". Elle appelle à une plus grande efficacité des missions PSDC, notamment par une contribution accrue des forces des États membres et l'intégration de la dimension de genre. Il se félicite également des initiatives de renforcement des capacités, tout en notant la nécessité d'en assurer la cohérence. Le rapport aborde également les questions liées aux nouvelles technologies, aux menaces hybrides, à la maîtrise des armements, au désarmement et aux régimes de non-prolifération, ainsi qu'à la coopération avec les partenaires stratégiques tels que l'OTAN, les Nations unies et le Royaume-Uni.

Depuis 2012, le Parlement européen et les parlements nationaux des États membres organisent deux conférences interparlementaires par an pour discuter des questions relatives à la PESC. La coopération interparlementaire dans ces domaines est prévue par le protocole 1 du traité de Lisbonne, qui décrit le rôle des parlements nationaux dans l'UE.

Le traité de Lisbonne permet au Parlement européen de jouer un rôle à part entière dans le développement de la PSDC, faisant de lui un partenaire dans la définition des relations extérieures de l'Union et dans la réponse aux défis tels que ceux relatifs à la mise en œuvre de la stratégie européenne de sécurité.