Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 juin 2016

Pour l'Europe! (suite)

quadDSCF9626.JPG

Pour l'Europe !

Suite

Ex: http://www.leblancetlenoir.com

Les résultats du referendum britannique suscitent moult analyses ainsi que des appels à re-voter. Peter Sutherland, ancien Commissaire européen à la concurrence, ancien directeur général de l’OMC, actuel président de l’European Policy Center et actuel président de Goldman Sachs International a diffusé le tweet suivant suite à la victoire du Brexit au référendum britannique :

« La jeune génération au Royaume-Uni a été sacrifiée, tout ça à cause d’une déformation des faits et des conséquences. D’une façon ou d’une autre, ce résultat doit être annulé. »

http://www.bbc.com/news/uk-politics-18519395

Cela ne surprendra que les moins informés. Dans la même veine, voici ce que dit Jacques Attali sur son blog (Extraits de Sanctuariser le progrès).

" Il est donc important, de réfléchir, à froid, avant qu’il ne soit trop tard, aux sujets qu’un seul vote majoritaire du peuple ne pourrait suffire à trancher. On devrait d’abord et ce serait passionnant, faire la liste de tels sujets, qui seraient sanctuarisés, en les inscrivant dans la constitution. En particulier, une génération devrait y réfléchir à deux fois avant de modifier une situation ayant un impact sur les générations suivantes. Il faudrait ensuite modifier la procédure de réforme constitutionnelle, pour s’assurer qu’un vote de circonstances ne puisse avoir des conséquences de long terme non désirées. Toute décision ayant un impact lourd sur le sort des générations suivantes, ne devrait pas pouvoir être prise par une majorité de moins de 60 % des votants, réaffirmée à trois reprises à au moins un an d’écart."

Chacun se rendra compte de l'étrange conception de la démocratie de ce monsieur et plus généralement de la classe politique. (Au passage, pourquoi ne pas appliquer cette théorie au referendum relatif à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ?) :

En arrivera-t-on à un nouveau vote ? Ce ne sera sans doute pas nécessaire car ainsi que le note très justement T. Ferrier au nom d'un Parti des Européens (que nous découvrons pour la circonstance) :

" Contrairement à ce que disent media et responsables politiques nationaux et européens, l’UE reste pour le moment à 28. Elle ne sera 27 que dans plusieurs années et ce sous réserve que le brexit ait réellement lieu. Car il ne suffit pas de voter en sa faveur à un référendum pour que le dit processus aboutisse."

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2016/06/26/u...

Gérard Dussouy, avec qui nous sommes d'accord sur bien des points (mais pas sur tous), quoique partisan du maintien du RU dans l'UE, développe une analyse intéressante dans Du Brexit à la re-construction européenne :

Le Brexit n’est pas une bonne solution pour le peuple britannique, mais il peut rendre service aux Européens

(...)

En attendant, pour les Européens, en tout cas pour les plus convaincus, le départ du Royaume-Uni peut être une chance de renouveau, parce qu’il entraîne un affaiblissement du « bloc libéral » dans l’UE, et qu’il fait sauter un obstacle dirimant à l’Europe politique.

Ainsi allégée, l’UE peut changer d’orientation. L’Europe doit se re-construire en revenant à ses fondamentaux, en se recentrant sur les intérêts communs de ses peuples. (...)

La question qui reste entière est de savoir comment conduire la re-construction européenne en l’absence de leaders charismatiques et de véritables hommes d’État dans le vieux continent ? À partir de quelles nations aussi, parce qu’il apparaît stratégiquement inconcevable de ne pas s’appuyer sur un noyau dur pour recommencer ? La question vaut, en particulier, pour les Français. Car, chacun le sait, l’Histoire est plus une affaire d’hommes que d’institutions.

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2016/06/27/d...

On n'est pas obligé de partager l'optimisme de Gérard Dussouy au sujet de l'affaiblissement du "bloc libéral" dans l'UE mais y croit-il réellement ? Les divers gouvernants (de droite ou de gauche) tant en France qu'en Allemagne ou Italie se sont prêté, sans difficulté, à l'évolution ultralibérale du monde contemporain n'étant ni plus ni moins que les zélés serviteurs des lobbies mondialistes.

Nous ne croyons pas non plus à une re-construction européenne qui, in fine, ne se recentrera pas sur les "sur les intérêts communs de ses peuples" pour la bonne raison que cette Europe là en est restée au stade économique. Mais les opposants à cette Europe là ne proposent pas, à notre connaissance, de projet mobilisateur alternatif à la société marchande américaine. A supposer que l'Europe de leurs voeux se réalise, quel sera son contenu ? Quel type de société ? Aucune réponse. T. Ferrier, déjà cité, écrit : "Détruire l'UE actuelle, c'est donner raison aux nationalistes europhobes qui empêcheront toute nouvelle tentative, même identitaire. C'est un bien trop grand risque. Il faut assumer désormais une stratégie de subversion révolutionnaire de l'UE. Ne pas hériter de l'UE mais s'en emparer. Ce qui est très différent. Combat pour Bruxelles." Pour hériter d'un champ de ruines ! A quoi bon ? Les plus anciens feraient bien de réfléchir aux raisons des insuccès passés qui ne résultaient pas seulement d'un manque de moyens. Nous croyons au contraire, en tant qu'Européens convaincus, à la nécessité de donner un contenu qui soit une raison de vivre et lutter voire de mourir. Les peuples européens ont besoin d'un mythe mobilisateur en lieu et place de la sinistre société marchande actuelle.

Europe Oui, mais pas seulement !

Leblancetlenoir

Écrire un commentaire