Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 20 novembre 2018

Autriche : Le gouvernement vérifie tous les binationaux

drapeau-autriche-avec-des-blasons-des-9-laender-90-x-150-cm.png

Autriche : Le gouvernement vérifie tous les binationaux

Ex: https://echelledejacob.blogspot.com

 
Des milliers de citoyens d'origine turque risquent de perdre leur nationalité d'adoption en raison d'une offensive déclenchée par l'extrême droite au pouvoir.


Alper Yilmaz connaît des nuits agitées: naturalisé autrichien il y a trente ans, ce paisible commerçant viennois craint, comme des milliers de citoyens d'origine turque, de perdre sa nationalité d'adoption en raison d'une offensive déclenchée par l'extrême droite au pouvoir.

Le ciel lui est tombé sur la tête en juin dernier, quand il a reçu une lettre des autorités l'accusant d'avoir une double nationalité, un délit -sauf cas particulier- en droit autrichien.

«Elle disait que je devais renoncer à ma nationalité autrichienne» sauf à apporter la preuve qu'il ne disposait plus de la nationalité turque, explique ce gérant d'un café-restaurant du nord de la capitale.

Nationalité annulée

Or, Alper Yilmaz, 53 ans, l'assure: il a fait annuler sa nationalité turque en 1988, de façon précisément à pouvoir être naturalisé par l'Autriche, où il avait rejoint ses parents à l'adolescence.

Son cas est loin d'être isolé depuis que le parti d'extrême droite FPÖ, arrivé au pouvoir en décembre dernier avec les conservateurs, a entrepris de faire vérifier la nationalité de la centaine de milliers de personnes figurant sur les listes électorales turques en Autriche.

«Au sein de la communauté, c'est pour ainsi dire devenu le seul sujet de conversation», confie Duygu Ozkan, journaliste autrichienne d'origine turque travaillant au quotidien «Die Presse».

Parcours d'obstacle

La façon dont ces listes supposées sont arrivées en possession du FPÖ reste un mystère. Tout comme la raison pour laquelle le nom d'Alper Yilmaz et d'autres citoyens ayant renoncé à leur nationalité turque y figurent.

«Mon pays, c'est l'Autriche», souligne le commerçant, qui assure n'avoir jamais redemandé la nationalité turque. «Je n'en dors plus la nuit, je me demande ce qui va arriver», confie-t-il.

L'Autriche, un pays de 8,7 millions d'habitants qui comme de nombreux autres en Europe a massivement fait appel à la main d'oeuvre étrangère dans les années 1960, compte quelque 270'000 habitants d'origine turque, dont plus de 150'000 ont obtenu la nationalité autrichienne.

Vérification systématique

Ordonnée par le ministère de l'Intérieur, la vérification systématique de l'état civil des personnes figurant sur les listes électorales turques a nécessité l'embauche de 26 personnes rien que pour la ville de Vienne, a reconnu celle-ci.

Les cas de fraude avérés sont cependant rares: pour l'ensemble du pays, seuls 85 citoyens ont à ce jour été déchus de leur nationalité autrichienne et des droits y afférents.

Mais pour les personnes de bonne foi, faire la preuve qu'elles ne possèdent pas la nationalité turque se transforme le plus souvent en parcours d'obstacles kafkaïen. D'autant que les autorités turques ne sont pas toujours coopératives.

Un client de l'avocat salzbourgeois Peter Weidisch en a fait l'amère expérience. Invité par les autorités autrichiennes à obtenir un certificat de non-nationalité auprès du consulat turc, il s'y est vu répondre «Vous êtes un citoyen autrichien, on ne peut rien faire pour vous», témoigne-t-il.

«On lui demande de prouver qu'il n'a pas fait quelque chose (redemander la nationalité turque, ndlr). C'est extrêmement difficile», relève l'avocat.

Listes des électeurs turcs

Cigdem Schiller, une jeune femme de 31 ans naturalisée en 2003, a eu plus de chance. Elle a aussi été sommée de prouver qu'elle ne disposait pas de la nationalité turque, elle a fini par obtenir le précieux certificat, non sans avoir dû faire le siège du consulat et alerté les médias.

Mais comment a-t-elle pu figurer sur les listes électorales turques alors qu'elle était mineure au moment où elle a renoncé à la nationalité de ce pays? La presse autrichienne a avancé que les consulats turcs avaient pu être incités à «gonfler» ces listes, la diaspora votant massivement pour le parti AKP du président Erdogan.

Pour Alper Yilmaz, le cauchemar n'est pas fini: le consulat l'a invité... à se rendre en Turquie pour régulariser sa situation. Un scénario que le commerçant veut éviter à tout prix: membre de la minorité kurde alévite, il craint d'y être emprisonné dès qu'il remettra les pieds dans le pays.

Propagande

«J'attends de l'Etat autrichien qu'il nous soutienne: nous sommes citoyens autrichiens», résume-t-il. Mais une inflexion du FPÖ apparaît peu probable, du moins à court terme. Dans un message sur Facebook, le vice-chancelier Heinz-Christian Strache a vanté «le FPÖ en action» en annonçant les 85 premières déchéances de nationalité.


Le parti, qui depuis son arrivée au pouvoir s'est efforcé de limiter les dérapages xénophobes, a par ailleurs dû retirer en catastrophe de son site il y a quelques jours une vidéo contre les fraudes à la sécu où les suspects se prénommaient Ali ou Mustafa et portaient le fez.

(nxp/afp)

Écrire un commentaire