Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 14 avril 2024

Pellegrini et Fico pour une Slovaquie pacifiste alliée à Orban

pellegrini-a-fico.jpg

Pellegrini et Fico pour une Slovaquie pacifiste alliée à Orban

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/pellegrini-e-fico-per-una-slovacchia-pacifista-alleata-di-orban/

Peter Pellegrini élu après Robert Fico. Des noms italiens (et les origines de Pellegrini sont lombardes) pour la direction de la Slovaquie. Car après le gouvernement remporté par Fico, Pellegrini est arrivé à la présidence de la république et est en parfaite harmonie avec le premier ministre. Une harmonie qui indigne les médias italiens. Oui, parce que la Slovaquie a renforcé sa position en faveur de la paix en Ukraine et contre l'envoi d'armes à la bande de Zelensky.

Le problème, c'est que Pellegrini arrive à la présidence en ayant gagné, et de manière décisive, le scrutin. Et même les journalistes italiens sectaires n'ont pas eu le courage de remettre en cause la régularité du vote. Ainsi, même dans les pays qui ont subi l'oppression soviétique, le désir de se passer des ordres de Stoltenberg, des impositions d'Ursula et des commentaires des médias italiens (et autres) se fait de plus en plus sentir.

D'un autre côté, il faut les comprendre, les politiquement corrects des salles de rédaction. La gauche intello pleure parce que la Slovaquie renforce la position de la Hongrie d'Orban. Même si, vivant de platitudes et de banalités, la gauche journalistique ne comprend pas comment l'alliance entre la droite d'Orban et la gauche de Fico est possible. La situation n'est pas meilleure chez les néo-mélonistes. Déjà en difficulté pour faire accepter à leurs maîtres américains leur passion pour Orban, ils sont maintenant aux prises avec cet axe slovaco-hongrois qui agace leur copine Ursula. Et Orban a ajouté une autre source d'embarras pour Lady Garbatella (= Giorgia Meloni) : il s'est rendu en Serbie pour défendre les positions des principaux alliés de Poutine dans cette partie de l'Europe.

Le pauvre Tajani, ministre italien des affaires étrangères, risque l'infarctus.

lundi, 12 février 2024

Jadis, sauveur de l'Europe, bientôt son destructeur?

e75585f66db9540a97ae8e3ef3ac26c5.jpg

Jadis, sauveur de l'Europe, bientôt son destructeur?

Source: https://opposition24.com/politik/vom-retter-europas-zum-zerstoerer/

La Pologne a joué à plusieurs reprises un rôle clé dans la survie des civilisations européennes. Le moment le plus important où la Pologne a "sauvé" l'Europe des Turcs a peut-être eu lieu lors du siège de Vienne en 1683. Dans un effort européen combiné, les troupes du Saint Empire romain germanique et de Pologne se sont réunies pour repousser les Ottomans. Le roi Jan III Sobieski de Pologne a dirigé la Ligue catholique, qui est intervenue au moment crucial de la bataille et a joué un rôle déterminant dans la victoire sur les forces ottomanes et la levée du siège. Cette victoire de la Pologne a marqué un tournant dans l'histoire de l'Europe, car elle a façonné les conditions politiques et culturelles du continent pour des siècles et a effectivement empêché l'avancée ottomane.

Les Polonais n'ont guère tiré bénéfice de leur engagement pour la préservation de l'Occident chrétien. En tant que zone tampon entre la Russie, l'Autriche-Hongrie et la Prusse, puis l'Empire allemand, elle a toujours été divisée entre les grandes puissances et privée de son statut d'État. Cette situation a perduré jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale. Au cours de la guerre, les soldats polonais ont combattu dans différents camps. Les espoirs d'indépendance se sont concrétisés le 11 novembre 1918, peu après l'armistice à l'Ouest. La Pologne retrouva sa souveraineté et Józef Piłsudski devint chef d'État.

Deux ans plus tard, la Pologne battait l'Armée rouge et sauvait l'Europe des Soviétiques, comme on le dit aujourd'hui de manière un peu exagérée.

Polish-soviet_war_1920_Polish_defences_near_Milosna,_August.jpg

Le miracle de la Vistule

La bataille de Varsovie, souvent appelée "Miracle de la Vistule", s'est déroulée du 12 au 25 août 1920 pendant la guerre polono-soviétique. Au cours de cette bataille, l'armée polonaise, commandée par le maréchal Józef Piłsudski et le général Tadeusz Rozwadowski, a vaincu l'Armée rouge dirigée par Mikhaïl Toukhatchevski. La bataille fut décisive car elle permit non seulement de garantir l'indépendance de la Pologne, mais aussi de stopper l'expansion soviétique vers l'ouest et peut-être vers le reste de l'Europe. Elle a peut-être aussi empêché la propagation du bolchevisme en Allemagne et en d'autres pays de l'ouest, et a donc eu une grande importance pour l'orientation politique de l'Europe dans l'entre-deux-guerres.

Le rôle de la Pologne jusqu'à la Seconde Guerre mondiale

A l'approche de la Seconde Guerre mondiale, l'antisémitisme s'est développé au sein de la société et avec le soutien des institutions. Dans les années 1930, une augmentation des boycotts contre les magasins juifs et les universités, qui ont introduit des mesures contre les étudiants juifs, a conduit de nombreux Juifs de l'Est à fuir vers le Reich allemand.

Les différends avec l'Allemagne qui ont conduit à la Seconde Guerre mondiale étaient principalement la demande centrale de révision du Traité de Versailles de 1919, par lequel l'Allemagne avait perdu des territoires après la Première Guerre mondiale, y compris des territoires qui ont contribué à la création de la Pologne indépendante. La demande de restitution de la ville libre de Danzig (Gdańsk) et du corridor polonais qui séparait la Prusse orientale du reste de l'Allemagne a été un élément déclencheur décisif. Comme on le sait, la Pologne a été occupée par l'Allemagne, vaincue, puis "libérée" par les Soviétiques et intégrée au bloc de l'Est. Et elle n'était plus là, la souveraineté qu'elle venait de retrouver.

klassenbrueder-waffenbrueder_plakat_L-1994-02-0005.jpg

La Pologne se prépare à la guerre avec la Russie

Depuis l'effondrement du bloc de l'Est, la Pologne est redevenue souveraine. La méfiance envers l'Allemagne et l'hostilité ouverte envers la Russie sont restées. Qui peut blâmer les Polonais d'avoir cherché à se protéger dans l'OTAN et à rejoindre l'UE ? L'Alliance occidentale traverse actuellement sa crise la plus profonde. La Grande-Bretagne, la Suède, la Finlande et le Danemark ont rejoint les cris de guerre que l'on entendait encore le plus fort en Allemagne.

sdpolarmyault.jpg

Le gouvernement polonais fraîchement élu annule l'une après l'autre les réformes du gouvernement conservateur précédent. Le mariage pour tous et une loi plus libérale sur l'avortement devraient bientôt voir le jour dans la Pologne catholique, comme le souhaite Bruxelles. Le nouveau ministre de la Défense prévoit une guerre contre la Russie, et un appel à la conscription est lancé dans tout le pays pour environ 230.000 personnes. Et la plus grande manœuvre de l'après-guerre est organisée à la frontière avec la Russie, avec une forte participation allemande. En criant si fort à la guerre, on augmente les chances de l'obtenir.

dimanche, 04 février 2024

Petr Pavel : l'OTAN doit se préparer à la victoire de Trump

Petr-Pavel-Press-Conference-Credit-Petr-Pavel-Via-Facebook.png

Petr Pavel : l'OTAN doit se préparer à la victoire de Trump

Lucas Leiroz

Source: https://novaresistencia.org/2024/02/01/petr-pavel-a-otan-deve-preparar-se-para-a-vitoria-de-trump/

Apparemment, l'éventualité d'un retour de Donald Trump à la Maison Blanche désespère déjà les faucons de l'OTAN.

Dans une récente déclaration, le président tchèque Petr Pavel a appelé tous les dirigeants de l'alliance occidentale à se préparer aux conséquences possibles d'une victoire républicaine aux États-Unis. Selon lui, l'ascension de Trump pourrait conduire à un "accord avec Poutine", contrecarrant définitivement les plans occidentaux.

Lors d'un entretien avec les médias, Pavel a déclaré que M. Trump pensait "différemment" des autres dirigeants occidentaux, raison pour laquelle son élection éventuelle devrait être considérée avec inquiétude à l'heure actuelle. Alors que la plupart des responsables de l'OTAN estiment que la meilleure façon de gérer le conflit en Ukraine est d'apporter un soutien militaire à Kiev, Donald Trump adopte un point de vue plus pragmatique qui inclut la nécessité de négocier la paix directement avec les Russes.

Pavel précise que son intention n'est pas de perturber l'alliance euro-américaine ou d'interférer dans les affaires intérieures des États-Unis, mais simplement de faire avancer les discussions sur la manière dont l'OTAN devrait se préparer à un éventuel changement de politique de la Maison Blanche à l'égard de l'Ukraine. Il prévient que l'élection de M. Trump aura de graves conséquences, raison pour laquelle il exhorte les autres dirigeants de l'alliance à se préparer à un avenir difficile.

"Il ne s'agit pas de perturber le lien transatlantique en contestant les États-Unis en tant qu'alliés. Mais nous devrions admettre de manière réaliste que Donald Trump voit un certain nombre de choses différemment (...) Nous devrions nous y préparer, car il y aura certainement des conséquences", a-t-il déclaré aux journalistes.

Pavel a également mis l'accent sur les points qu'il considère comme essentiels pour une stratégie de l'OTAN en Ukraine. Selon lui, Kiev est désavantagé sur le champ de bataille car ses options militaires sont limitées et ses actions tactiques sont insuffisantes pour causer des dommages aux Russes. À l'instar des activistes pro-guerre les plus radicaux, il propose que l'alliance atlantiste augmente de manière exponentielle les livraisons d'armes à l'Ukraine, afin que les troupes de Kiev soient suffisamment fortes pour parvenir à un "équilibre des forces" avec les Russes. Il estime que ce n'est que lorsque Kiev aura atteint une telle capacité qu'il sera possible de mener des négociations de paix équitables avec Moscou.

"Seul un équilibre des forces peut contraindre les deux parties à comprendre qu'elles ne remporteront plus de succès et qu'il est temps de négocier", ajoute Pavel.

En fait, la crainte de Pavel reflète la mentalité des principaux fauteurs de guerre occidentaux. Lors de sa campagne électorale, Donald Trump a notamment promis de "mettre fin à la guerre en Ukraine en un jour". Il est évident que le seul moyen d'y parvenir est de négocier directement la paix avec les Russes, de forcer l'Ukraine à reconnaître ses pertes territoriales, de garantir la neutralité de Kiev et de mettre fin à l'interventionnisme de l'OTAN aux frontières de la Russie.

On ne sait pas encore si M. Trump fera réellement les efforts nécessaires pour parvenir à la paix, mais il y a au moins une possibilité significative que cela se produise, étant donné que le dirigeant républicain défend l'idée de "l'Amérique d'abord" - proposant un isolationnisme nationaliste et la réduction de la présence des États-Unis dans le monde.

En outre, le fils de Trump, qui a participé activement à la campagne électorale de son père, a déjà déclaré publiquement qu'il était nécessaire de mettre fin au conflit par des négociations, en ignorant toute possibilité de solution militaire. Il est clair que Trump ne souhaite pas poursuivre l'objectif de "vaincre" la Russie ou de parvenir à une "victoire ukrainienne", mais plutôt de se concentrer sur le développement interne.

Une telle politique s'annonce désastreuse pour les partisans de la guerre contre la Russie, d'où l'inquiétude de Pavel et de tous les fauteurs de la guerre actuelle. Auparavant, le président ukrainien lui-même, Vladimir Zelensky, s'était déjà dit inquiet de l'éventuelle élection de Trump. Selon le leader néo-nazi, le projet de Trump de mettre fin à la guerre est "très dangereux" car il met en péril les ambitions irréalistes de Kiev de "récupérer" les territoires réintégrés à la Fédération de Russie. En pratique, le régime ukrainien et les gouvernements pro-guerre de l'OTAN sont déjà en train d'établir leur position dans les élections américaines en apportant un soutien ouvert aux démocrates.

En fait, Trump a de grandes chances de gagner s'il se présente aux élections. Plusieurs tentatives ont été faites pour bloquer légalement sa candidature, mais jusqu'à présent, on ne sait pas si ces procédures judiciaires suffiront à l'arrêter. De toute évidence, la question de savoir si Trump peut ou non se présenter est une affaire interne aux autorités américaines. Toutefois, il est indéniable que les tentatives visant à arrêter Trump ou à le rendre inéligible sont ouvertement soutenues par les secteurs les plus favorables à la guerre dans la société américaine et internationale. En ce sens, il est possible qu'il n'y ait pas seulement de telles méthodes bureaucratiques pour empêcher Trump de se présenter, mais même des manœuvres illégales, comme la fraude, pour lui faire perdre l'élection d'une manière ou d'une autre.

C'est au peuple américain seul de décider de la meilleure option pour gouverner son pays, mais jusqu'à présent, Trump est le seul candidat à avoir une proposition concrète pour reprendre les négociations de paix. Comme on pouvait s'y attendre, cela suscite l'hystérie chez les partisans d'une guerre prolongée.

Vous pouvez suivre Lucas Leiroz sur: https://twitter.com/leiroz_lucas et https://t.me/lucasleiroz

Source : Infobrics

samedi, 03 février 2024

La fin de la "Pologne traditionnelle", de la Pologne dirigée par les conservateurs

poland-1699723265.jpeg

La fin de la "Pologne traditionnelle", de la Pologne dirigée par les conservateurs

Nick Krekelbergh

Source : Nieuwsbrief Knooppunt Delta, no 186, janvier 2024

L'année dernière, la pression migratoire a encore fortement augmenté en Europe et, selon certains analystes, nous serons à nouveau confrontés en 2024 à une vague sans précédent depuis la crise des réfugiés de 2015-2016. À l'époque, celle-ci avait créé un phénomène inédit depuis la fin de la guerre froide, à savoir un clivage entre l'Europe de l'Ouest et l'Europe de l'Est, avec des visions nettement différentes quant à l'avenir du continent. La Pologne et la Hongrie ont refusé de se plier aux plans de dispersion de l'Union européenne, et en Hongrie, un mur a même été érigé à la frontière sud pour endiguer le flux de migrants empruntant ce qu'on appelle les "routes des Balkans". En outre, la réticence à accueillir des populations importantes en provenance du Moyen-Orient et d'Afrique était partagée par de nombreux pays d'Europe de l'Est, ce qui a donné lieu au phénomène dit de "Visegrád". La presse et la littérature professionnelle universitaire ont parfois parlé de "démocraties illibérales".

L'un des grands déclencheurs et de loin le plus grand pays avec une population équivalente à celle du reste du groupe de Visegrád a été la Pologne. Le parti national-conservateur Prawo i Sprawiedliwość (PiS en abrégé, traduit par Droit et Justice) y était au pouvoir depuis 2015. Le PiS a été fondé par les frères jumeaux Lech et Jarosław Kaczyński, et avait déjà été en concurrence pour le pouvoir avec la Plateforme civique, le parti libéral de Donald Tusk, avec plus ou moins de succès pendant une décennie et demie. En 2015, cependant, ils sont devenus le plus grand parti de la Diète (parlement polonais), juste après l'éclatement de la grande crise européenne des réfugiés. Lech Kaczyński, quant à lui, était mort dans un accident d'avion à Smolensk en 2010, à propos de quoi une tension fondamentale subsisterait entre la Pologne et la Russie depuis ce jour-là.

gf-JsG4-4Ky7-XHLu_andrzej-duda-i-jaroslaw-kaczynski-jakie-sa-ich-relacje-994x828.jpg

Jarosław Kaczyński (photo) était le leader incontesté du parti. Au fil des années, le PiS a développé en Pologne un modèle de société considéré comme exemplaire par de nombreux conservateurs et identitaires à travers l'Europe. Tout d'abord, le PiS s'est obstinément opposé à tout projet d'accueil de réfugiés extra-européens. Il s'en est pris nommément aux migrants originaires de pays musulmans, ce qui ne leur a pas rendu service à l'heure où des mesures draconiennes étaient prises dans les grandes villes d'Europe de l'Ouest pour prévenir les attentats terroristes. Dans le même temps, le pays a absorbé des centaines de milliers de travailleurs migrants en provenance d'Ukraine en tant que "réfugiés", ce qui était nécessaire pour maintenir à flot son économie à croissance relativement rapide: après tout, les écarts de salaires relativement élevés ont poussé une grande partie des travailleurs les plus productifs sont partis en Europe occidentale pour aller travailler dans des secteurs tels que la construction, l'agriculture et les entreprises de nettoyage. En outre, sur le front social, le PiS lui-même a poursuivi une politique sociale et interventionniste forte pendant toutes ces années, ce qui lui a valu les éloges de Sahra Wagenknecht, politicienne de Die Linke (à l'époque), entre autres.

Un deuxième élément qui, à l'époque du Brexit et d'une réévaluation de l'État-nation, pouvait compter sur beaucoup de sympathie était l'opposition à l'ingérence de l'Union européenne dans ce qui était considéré comme des affaires nationales. Un dossier symbolique important à cet égard était celui de la réforme du système judiciaire, que les puissances européennes considéraient comme une érosion de l'État de droit libéral. Que Kaczyński et ses acolytes aient réellement voulu mettre un terme au gouvernement des juges par ce biais ou qu'ils aient surtout voulu construire un réseau loyaliste de fonctionnaires fidèles au PiS, comme ils l'avaient fait dans les autres branches de l'administration nationale, il vaut mieux ne pas se prononcer, car la vérité se trouve peut-être aussi quelque part à ce niveau médian. Quoi qu'il en soit, cela a valu à la Pologne un blâme de la Cour de justice de Luxembourg, à l'issue d'une procédure de deux ans engagée par la Commission européenne. Les projets de réforme du système judiciaire polonais étaient "contraires au droit communautaire".

flat,750x,075,f-pad,750x1000,f8f8f8.jpg

Un troisième aspect du gouvernement était son approche culturellement conservatrice et son profond attachement à l'Église catholique polonaise, qui reste à ce jour d'une popularité sans précédent dans le pays. Quiconque a déjà assisté à une messe en Pologne pourra confirmer qu'il s'agit d'une expérience très différente de celles que l'on éprouve dans les églises disparues d'Europe occidentale aujourd'hui. Cette même Église catholique a pu ensuite marquer de son empreinte les politiques culturelles et éthiques conservatrices du PiS. L'avortement y a été de facto interdit et, après 2020, il y a eu un conflit ouvert avec l'"idéologie LGBTQ+", qui peut être considérée comme le terme est-européen pour "woke" puisqu'il s'agit de son aspect le plus manifeste (le discours de décolonisation est beaucoup moins répandu en Pologne pour des raisons historiques évidentes). Et puis, bien sûr, il y a le patriotisme populaire, qui n'a jamais été très refoulé en Pologne, même sous le régime national-communiste de la PZPR dans la seconde moitié du 20ème siècle. Sous le PiS, ce patriotisme s'est transformé en un culte identitaire mettant l'accent sur la victimisation des Polonais tout au long de l'histoire. La marche annuelle de l'indépendance à Varsovie était ouvertement soutenue par le PiS et attirait non seulement des dizaines de milliers de patriotes et de nationalistes polonais, mais aussi toutes sortes de pèlerins et de sympathisants venus d'autres pays, principalement d'Europe occidentale. Dans l'argot anglo-saxon de l'internet, on parlait de "based Poland", ce qui signifie aussi bien "inébranlable" que "non influencé par l'opinion des autres".

111226248-jpg-100-1920x1080.jpg

Se réveiller dans une nouvelle Europe de l'Est

À l'automne 2023, cependant, cette "Pologne directrice", conservatrice, a pris fin. Le PiS est à nouveau sorti des élections en tant que premier parti, mais l'opposition libérale, qui s'était unie dans une liste d'unité comme en Hongrie un an et demi plus tôt, avait de meilleures cartes en main pour former une majorité. Ainsi, à la fin de l'année dernière, le pays avait un gouvernement composé de libéraux, de centristes chrétiens et de la gauche woke, et ce sous la direction du vétéran Donald Tusk. En outre, le PiS avait tenté de combiner les élections avec un référendum sur l'immigration, mais comme seuls 40 % des électeurs avaient pris la peine de le remplir, le résultat de ce référendum n'était pas suffisamment représentatif pour être déclaré légalement valide. La Pologne s'est dotée d'un nouveau gouvernement présentant une image résolument différente de la société, saluée par les eurocrates comme un "retour à la maison au sein de la grande famille européenne". Cependant, on peut imaginer que de nombreux électeurs polonais ont voté en faveur de l'intégration à l'Occident et, par conséquent, à son système de valeurs, non pas tant parce qu'ils souhaitaient consciemment une telle société, mais parce qu'ils avaient simplement "besoin de quelque chose de différent pour une fois". Ces dernières années, le PiS a donc été hanté par des scandales d'abus de pouvoir, de mauvaise gestion et de corruption, y compris - ironiquement - un scandale de visas pour lequel deux anciens membres du gouvernement PiS sont aujourd'hui poursuivis. En outre, l'Église catholique polonaise a également été mêlée à des scandales d'abus sexuels et de décadence, alors qu'elle avait été jusqu'alors relativement épargnée par rapport à d'autres pays. La haine entre les conservateurs et l'opposition libérale a atteint des sommets inégalés au cours de la dernière décennie et, bien plus que d'autres pays d'Europe centrale et orientale, la Pologne est désormais en proie à des guerres culturelles (importées) en réaction de l'opposition à l'omnipotence de l'Église catholique. Les conséquences peuvent être devinées. Immédiatement après l'arrivée au pouvoir de Donald Tusk, le régime libéral a pris un tournant autoritaire, les médias d'État conservateurs ont été retirés des ondes et plusieurs anciens membres du gouvernement PiS ont été poursuivis en justice. Selon David Engels, l'opinion publique est également prête à mettre fin au strict refoulement des migrants à la frontière biélorusse (https://notesfrompoland.com/2024/01/11/hundreds-of-ngos-and-public-figures-call-on-tusk-to-stop-migrant-pushbacks-at-belarus-border/ ). 101 ONG et 550 activistes, artistes et universitaires ont déjà signé une lettre ouverte à Donald Tusk à cet effet. Agnieszka Dziemianowicz-Bak (photo, ci-dessous), femme politique de gauche ouvertement anti-chrétienne et éthiquement progressiste, a été nommée ministre de la famille, du travail et des affaires sociales (https://www.corrigenda.online/politik/agnieszka-dziemianowicz-bak-offen-linksradikal-das-ist-polens-neue-familienministerin).

images.jpgMais ce qui a peut-être joué, plus que toute autre chose, dans la chute de la "Pologne fondée", c'est que depuis 2022, nous nous sommes réveillés dans une autre Europe de l'Est. La guerre entre la Russie et l'Ukraine, plutôt que les flux migratoires ou le wokeness, est le thème dominant dans cette région, et le PiS a toujours lutté pour trouver un équilibre entre la défense de sa propre souveraineté nationale et le fonctionnement au sein de la coalition internationale (occidentale) chargée de soutenir l'Ukraine par un appui militaire et économique. Les conservateurs et les libéraux polonais ont tendance à être fortement anti-russes (à l'exception du parti Konfederacja, relativement nouveau et plus radical, qui gagne en popularité, surtout parmi les jeunes), mais lorsque le discours sur le soft power de la Russie repose en partie sur des principes éthiquement conservateurs très similaires à ceux du PiS, le maintien d'un discours anti-russe virulent joue naturellement à l'avantage des libéraux à long terme. Le déversement de grandes quantités de céréales ukrainiennes sur le marché polonais, qui a mis les agriculteurs polonais dans une situation difficile, a provoqué d'importantes tensions entre les deux pays. L'escalade a été telle qu'à un moment donné, la Pologne a menacé de réduire son soutien militaire à Kiev. Les conséquences ne se sont pas arrêtées là. Une semaine avant les élections, tous les hauts gradés de l'armée (intégrée à l'OTAN) ont démissionné en signe de protestation contre le gouvernement PiS.

Nick Krekelbergh

mercredi, 24 janvier 2024

Nous ne voulons pas de l'Ukraine dans l'OTAN. La Slovaquie se détache du front atlantiste

26756952112_8b2e566e75_o-e1490112283469-1200x594.jpg

Nous ne voulons pas de l'Ukraine dans l'OTAN. La Slovaquie se détache du front atlantiste

par Clemente Ultimo

Source: https://www.destra.it/home/non-vogliamo-lucraina-nella-nato-la-slovacchia-si-sfila-dal-fronte-atlantista/

La Slovaquie utilisera son droit de veto pour empêcher l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN, déclare le Premier ministre Robert Fico. Cette déclaration a été faite lors d'une interview à la radio slovaque, à la veille de la rencontre - prévue mercredi prochain - entre Fico et le Premier ministre ukrainien Denys Shmyhal. Je lui dirai, a déclaré le premier ministre slovaque, que je suis contre l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, que je mettrai mon veto et que je la bloquerai parce qu'elle est la base de la troisième guerre mondiale et rien d'autre".

Fico a également confirmé que la Slovaquie n'enverrait pas d'aide militaire à Kiev, soulignant qu'une partie non négligeable des fournitures envoyées par les pays occidentaux est perdue ou n'arrive pas à destination en raison de la corruption de l'appareil civil et militaire ukrainien.

Le coup le plus dur a toutefois été porté quelques heures après l'entretien radiophonique: M. Fico a souligné qu'un accord de paix ne pouvait passer que par la cession de territoires ukrainiens à la Russie. "Il doit y avoir une sorte de compromis, qui sera très douloureux pour les deux parties. Et qu'attendent-elles? Que les Russes quittent la Crimée, le Donbass et Louhansk? C'est irréaliste", ont déclaré les premiers ministres selon le quotidien slovaque Aktuality. En pratique, il s'agit de la position opposée à celle de Zelensky, officiellement adoptée par les pays européens (mais en fait maintenant abandonnée car considérée comme irréaliste).

La position de Fico, annoncée pendant la campagne électorale, renforce la position de la Hongrie au sein de l'Union européenne: jusqu'à présent, le gouvernement de Budapest était le seul à s'opposer à de nouveaux financements à Kiev et à ne pas envoyer d'armes aux forces armées ukrainiennes.

lundi, 11 décembre 2023

Le président slovaque fermement opposé à la dictature de l'OMS: Bratislava rejette le "traité sur les pandémies"

Fico-Slovacchiaaa.jpg

Le président slovaque fermement opposé à la dictature de l'OMS: Bratislava rejette le "traité sur les pandémies"

Source: https://zuerst.de/2023/12/08/slowakischer-praesident-stri...

Bratislava. Depuis qu'il est redevenu président de la Slovaquie il y a quelques semaines, Robert Fico provoque de nombreuses migraines chez ses partenaires occidentaux. Il a d'abord déclaré ostensiblement que son pays ne participerait plus au soutien occidental à l'Ukraine et n'enverrait plus d'armes.

Coup de théâtre suivant: Fico annonce que son gouvernement ne signera pas le traité que veut imposer l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les pandémies. Les députés du SMER, le parti de Fico, voteraient également contre la ratification au Parlement. Fico, qui a formé une coalition avec le parti de centre-gauche HLAS et le parti de droite Slovenská Národná Strana, s'est fermement opposé, au cours de son discours d'une heure, à ce que les pouvoirs de l'OMS soient renforcés au détriment de la souveraineté des États.

Il a au contraire affirmé que seuls des "laboratoires pharmaceutiques fous" avaient pu imaginer une telle chose. En effet, en cas de future "pandémie", les compétences des ministères de la Santé des pays signataires seraient transférées à l'OMS en vertu de l'accord.

Cette organisation, qui n'est élue par personne, recevrait alors des pouvoirs de décision draconiens et aurait le pouvoir non seulement d'obliger les pays signataires à acheter des vaccins et des médicaments, mais aussi d'ordonner des vaccinations obligatoires sans que l'État, avec son gouvernement élu, ne puisse s'y opposer.

Fico a qualifié l'ensemble de l'accord de "plan de sociétés pharmaceutiques avides" (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

mardi, 26 septembre 2023

L'Autriche est-elle menacée par une campagne Waldheim 2.0?

550x356.jpg

L'Autriche est-elle menacée par une campagne Waldheim 2.0?

Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/droht-oesterreich-eine-waldheim-2-0-kampagne/

Les mondialistes appellent à faire pression sur l'Autriche en raison de la montée du FPÖ

La montée de la FPÖ, qui pourrait arriver en tête des prochaines élections nationales, est suivie de près par les milieux mondialistes. Ils souhaitent même que l'Autriche soit placée sous surveillance internationale. La raison en est la réaction aux propos sur le "prix du sang" de Martin Selmayr, le représentant de la Commission européenne en Autriche.

Dans un article d'opinion publié dans l'édition Europe du magazine américain "Politico" (https://www.politico.eu/article/its-time-to-end-austrias-gemutlichkeit/ ), il est demandé que l'Autriche soit "mise sous pression" pour qu'elle renonce à sa neutralité et rejoigne l'OTAN. La relation prétendument étroite avec la Russie est également critiquée. Sans oublier la référence à la proximité, jadis, de nombreux Autrichiens avec le régime nazi.

L'article du journaliste Matthew Karnitschnig, fils d'un père autrichien et d'une mère américaine, regorge de préjugés et de haine: "Livrés à eux-mêmes, les pires instincts des Autrichiens les dominent".

L'auteur est particulièrement gêné par le fait que la grande majorité des Autrichiens apprécient la neutralité. Selon lui, la neutralité a été "fétichisée" pendant des décennies, l'Autriche est un "resquilleur vis-à-vis de ses voisins et des Etats-Unis et continuera à le faire jusqu'à ce qu'elle soit mise sous pression pour changer de cap". Et "l'UE et les États-Unis doivent lui rendre la vie inconfortable". En outre, il faut "plus de langage clair de la part de gens comme Selmayr, pas moins".

A la fin de l'article, Karnitschnig fait savoir pourquoi l'Autriche doit être forcée d'entrer dans l'OTAN: "Si les partenaires de l'Autriche continuent d'éviter la confrontation, le pays devrait continuer à glisser vers l'orbánisme". L'auteur fait ensuite référence aux sondages qui annoncent les succès de la FPÖ et aux prochaines élections législatives en Slovaquie, qui devraient voir la victoire des forces politiques qui veulent une relation correcte avec la Russie.

La montée de la FPÖ doit donc être stoppée, ce qui nécessite une pression extérieure: "Jusqu'à présent, l'UE et Washington sont restés silencieux face à la montée inquiétante de la FPÖ, comptant sur le fait que les Autrichiens y mettraient fin. S'ils ne font pas souspression de l'extérieur, ils ne le feront pas. Pourquoi le feraient-ils ?"

samedi, 16 septembre 2023

Forte augmentation de l'immigration légale de main-d'œuvre en Hongrie

Tour-dEurope-de-lemploi-pays-hongrie.jpg

Forte augmentation de l'immigration légale de main-d'œuvre en Hongrie

Nick Krekelbergh

Source: Nieuwsbrief Knooppunt Delta, n°182, septembre 2023

Une politique stricte en matière de réfugiés ...

Pendant près d'une décennie, la Hongrie a été considérée par de nombreux identitaires et nationalistes d'Europe occidentale comme le pays guide prééminent en Europe, qui prouverait que des politiques de droite, conservatrices et critiques à l'égard de l'immigration sont effectivement possibles. Pour eux, le gouvernement de Viktor Orbán est synonyme de souveraineté nationale, de valeurs conservatrices (chrétiennes) et, surtout, d'une approche ferme et proactive de l'immigration clandestine. Lorsque la grande crise des réfugiés a éclaté en 2015, la politique hongroise était plutôt considérée comme l'antithèse du "Wir schaffen das" d'Angela Merkel. En tant que pays frontalier de l'Union européenne et de l'espace Schengen, la Hongrie a donc été confrontée à un afflux très important de migrants illégaux qui voulaient transiter vers l'Allemagne par la route des Balkans. En réponse, une clôture de 175 km de long et de 4 m de haut a été construite à la frontière avec la Serbie.

Un peu plus tard, ce fut le tour de la Croatie, pays de l'UE mais situé en dehors de l'espace Schengen. Une nouvelle loi sur l'asile prévoit également un raccourcissement de la période d'examen de chaque demande d'asile. Si les demandeurs d'asile originaires de pays tels que la Syrie, l'Irak ou l'Afghanistan avaient traversé des pays considérés comme sûrs, les Hongrois pouvaient également rejeter ces demandes. Par la suite, le parlement hongrois s'est également opposé au plan européen de dispersion, en vertu duquel des centaines de milliers de réfugiés seraient dispersés dans les États membres en fonction de certains quotas de redistribution. Au cours des années suivantes, le gouvernement hongrois a continué à lutter bec et ongles contre l'accueil de demandeurs d'asile en provenance d'autres pays de l'UE. Des refoulements cordiaux ont également été mis en place à la frontière.

Cette politique migratoire stricte a été largement applaudie par les conservateurs européens et américains, parmi lesquels Viktor Orbán a même atteint le statut de personne-culte et qui n'étaient que trop heureux de fermer les yeux sur le fait que leur "héros anticommuniste" des années 1980 (Orbán a commencé sa carrière en tant que "militant de la démocratie" à la fin de la guerre froide) faisait entre-temps de bonnes affaires économiques avec leurs deux ennemis héréditaires traditionnels, la Chine et la Russie. Les autres pays d'Europe centrale, les pays dits de Visegrád, ont soutenu l'exemple hongrois, l'initiative le long de la frontière hongroise et ont fait front commun contre les quotas de redistribution européens. Mais cette politique a également gagné beaucoup de crédit auprès du peuple hongrois lui-même. Malgré l'union de la quasi-totalité de l'opposition sur une même liste, le parti Fidesz a obtenu une "super majorité" au parlement lors des élections de 2022, ce qui lui permet de faire passer n'importe quelle loi sans avoir à chercher des partenaires dans d'autres partis.

... mais : "C'est l'économie, idiot !"

La création par le parlement hongrois, le 13 juin dernier, d'un nouveau statut juridique pour les "travailleurs invités" originaires de pays extérieurs à l'Union européenne aurait donc été un coup de tonnerre pour beaucoup, si ce n'est que nos médias n'en ont guère fait état. Au total, 135 députés ont voté pour, 47 contre et 10 se sont abstenus. Les nouvelles règles permettent aux travailleurs originaires de pays extérieurs à l'Union européenne de séjourner en Hongrie pendant plus de 90 jours, à condition qu'ils puissent présenter des documents de voyage en bonne et due forme, qu'ils disposent d'un endroit où loger, qu'ils gagnent leur vie et qu'ils satisfassent aux exigences de sécurité. Les travailleurs invités sont autorisés à rester dans le pays pour une durée maximale de deux ans, avec la possibilité d'une prolongation d'un an, et ils peuvent soumettre à nouveau leur demande de séjour dans le pays à la fin de la période de trois ans.

ferenc-almassy-colloque-iliade-2021.jpg

Ferenc Almássy (photo), rédacteur en chef du blog d'information conservateur franco-hongrois Visegrád Post, interprète cette évolution dans son article d'opinion intitulé "La chute de l'immigration légale". Selon lui, l'immigration n'a pas été un problème en Hongrie pendant longtemps. Au contraire, après la chute du communisme, c'est l'émigration structurelle qui a posé problème, entraînant la disparition d'une partie importante de la main-d'œuvre du pays. La crise des réfugiés de 2015 a marqué un tournant symbolique dans la perception populaire, les pays d'Europe centrale ayant remporté la première bataille contre l'Union européenne, malgré les mécanismes d'extorsion financière employés par Bruxelles dans le processus. Mais la croissance économique de ces dernières années et la forte pression exercée par les grandes multinationales ainsi que par l'UE mettent en lumière un autre phénomène : la migration légale de main-d'œuvre.

Almássy souligne délicatement que la Pologne, partenaire de Visegrád, a accordé pas moins d'un million de visas à des citoyens non européens d'ici 2021. C'est trois fois plus qu'en France ! En Hongrie, ce chiffre est beaucoup plus faible, mais il a tout de même triplé en 2021 par rapport à l'année de crise de 2015 (de 20.000 à 58.000). L'Europe centrale est-elle donc confrontée à un rattrapage accéléré dans le processus de "repeuplement" ? Selon M. Almássy, il existe une nuance importante pour l'instant : la majorité des travailleurs migrants sont actuellement des Ukrainiens, ce qui répond à certains schémas historiques profondément enracinés. "Il est évident que les Ukrainiens sont en tête de liste des immigrants légaux qui viennent travailler. S'agissant d'une population assez proche culturellement, moralement et ethniquement, notamment en Pologne, les problèmes posés par cette immigration restent limités. De plus, dans toute l'Europe centrale, il existe une tradition de cohabitation avec les autres groupes ethniques de la région. Il n'est donc pas choquant que des communautés ukrainiennes se forment ici et là ou que des quartiers deviennent ukrainiens". Cependant, cela ne change rien au fait que "le nombre de visas délivrés par la Pologne et la Hongrie à des pays tels que le Viêt Nam, l'Inde, le Bangladesh, la Turquie, l'Azerbaïdjan, la Chine, l'Égypte et la Corée du Sud a explosé. On voit également de plus en plus d'Arabes et d'Africains dans les centres-villes des capitales d'Europe centrale". En particulier, les entreprises à la recherche d'une main-d'œuvre bon marché et dépourvue de droits sociaux, telles que les sociétés de taxis et de coursiers, font figure de "pompes aspirantes", selon Ferenc Almássy.

DMOHA20190126009.jpg

41188385_3143019_fe26f40e988cfe4153cb34cf4422c1a4_wm.jpg

L'opposition hongroise s'agite. László Toroczkai (photo) était, jusqu'à la mi-2018, membre de la direction du parti nationaliste Jobbik et, pendant trois mandats, maire de la ville frontalière d'Ásotthalom, qui se trouvait dans la ligne de mire des routes migratoires. Lorsque le Jobbik a pris une orientation plus libérale pour conclure un pacte électoral contre le Fidesz avec les partis de gauche, il a fondé le parti Mi Hazánk, particulièrement populaire auprès des jeunes et qui recueille aujourd'hui environ 10% des suffrages. Dans une interview accordée à Breizh-Info, il déclare : "Le parlement hongrois vient d'adopter une nouvelle loi favorisant l'immigration dite légale. Cela montre que le gouvernement Orbán recherche un afflux de main-d'œuvre bon marché, tout comme d'autres gouvernements européens. Nous rejetons fermement cette idée, car elle ne sert que les intérêts des grandes multinationales. Il n'est pas nécessaire d'investir là où les grandes entreprises ne paient pas ou très peu d'impôts grâce aux avantages qu'elles reçoivent des gouvernements, tout en remplaçant la population autochtone de ces pays, tout cela parce que les multinationales ont besoin d'une main-d'œuvre bon marché pour maintenir les salaires à un niveau peu élevé. Des millions de personnes souffrent et des nations disparaissent pour que ces capitalistes puissent gagner des milliards en plus des milliards d'euros ou de dollars qu'ils gagnent déjà".

Nick Krekelbergh

Sources d'information:

Le Parlement approuve une nouvelle catégorie d'emploi pour les travailleurs invités. Dans : About Hungary, 14 juin 2023 - https://abouthungary.hu/news-in-brief/parliament-approves-new-category-of-employment-for-guest-workers

Ferenc Almássy, Le Piège de l'Immigration légale. Dans : Deliberatio, 26 juin 2023 - https://deliberatio.eu/fr/opinions/le-piege-de-limmigration-legale

László Toroczkai : "Orbán fait massivement appel à la main d'œuvre étrangère en Hongrie" [Interview exclusive]. Dans : Breizh-Info, 9 juin 2021 - https://www.breizh-info.com/2023/06/09/221138/laszlo-toroczkai-orban-fait-massivement-appel-a-la-main-doeuvre-etrangere-en-hongrie-interview-exclusive/

samedi, 27 mai 2023

Dimitrios Kisoudis : Europe centrale et multipolarité

Figure-1.jpg

Dimitrios Kisoudis: Europe centrale et multipolarité

Bron: https://www.pi-news.net/2023/05/dimitrios-kisoudis-mittel...

Le volume de la collection Kaplaken "Mitteleuropa und Multipolarität" de Dimitrios Kisoudis est paru aux éditions Antaios à Schnellroda (cf. infra).

L'Allemagne n'est pas l'Occident ou l'Est, mais les deux à la fois et surtout, elle est un pont. C'est la conviction de Dimitrios Kisoudis, journaliste et conseiller politique du porte-parole de l'AfD Tino Chrupalla au Bundestag allemand, et c'est dans ce petit volume concis et précis qu'il raconte la courte histoire de l'idée de Mitteleuropa.

La Mitteleuropa est la figure géopolitique du tristement célèbre "Sonderweg allemand" (la "voie particulièrement de l'Allemagne"). L'Allemagne appartient au centre - ni géographiquement ni politiquement, l'Allemagne n'a jamais été "l'Ouest" : elle a été forcée de prendre le chemin de l'Ouest.

Aujourd'hui, il apparaît que ce chemin n'est pas un chemin de salut. Qu'est-ce que les puissances victorieuses avaient identifié comme défauts allemands après 1945 ? Le militarisme et l'obéissance à l'autorité. Le "Pflichtethos" allemand originel a été réinterprété en "Kadavergehorsam" (obéissance perinde ac cadaver). La "rééducation" est passée par là !

kisoudis-696x388.jpg

Pour échapper au danger de la "Wokeness" occidentale, l'Allemagne doit désormais reprendre son "Sonderweg". Sur cette "voie spéciale", l'Allemagne avait déjà découvert la multipolarité - qu'elle doit faire revivre.

    - L'économiste Friedrich List a conçu l'Union douanière allemande comme une grande région d'Europe centrale.

    - L'homme politique Friedrich Naumann voulait transférer l'idée de Saint Empire romain de la nation germanique à l'idée de Mitteleuropa dans l'ordre moderne des grandes régions.

    - Pendant plus d'un siècle, l'idée d'une Mitteleuropa dirigée par l'Allemagne a marqué la politique. Elle a trouvé son apogée dans l'idée d'un bloc continental allant de l'Europe centrale à l'Asie de l'Est.

Parmi beaucoup d'autres, Kisoudis cite ici le père de la gymnastique, Turnvater Jahn : "L'Allemagne, si elle est unie avec elle-même, pourra un jour être la fondatrice de la paix perpétuelle en Europe, l'ange gardien de l'humanité".

fd26eb0c7469866b3c011c69ef5c9655.jpg

Oui, c'était à l'évidence du pathos ! Et pourtant, ce n'est pas du tout faux. Il y a des siècles déjà, l'idée de la Mitteleuropa a fait entrer le Saint Empire romain de la nation germanique dans l'ère moderne. Aujourd'hui, une véritable conception de la Mitteleuropa pourrait être plus attrayante que jamais.

Car nous sommes entrés dans l'ère de la multipolarité. L'idée d'un monde de grands espaces égaux revient d'Asie en Allemagne. Alors que la Pologne enfonce un coin dans le continent avec son initiative des Trois Mers, l'Allemagne, elle, devrait au contraire construire un pont entre l'Ouest et l'Est.

Kisoudis appelle à une initiative d'Europe centrale, au-delà de l'UE et de l'OTAN. Un petit ouvrage de base très intéressant.

" Dimitrios Kisoudis : Mitteleuropa und Multipolarität, Schnellroda : Antaios 2023, 86 p., 10 € - à commander ici: https://antaios.de/gesamtverzeichnis-antaios/reihe-kaplaken/176668/mitteleuropa-und-multipolaritaet

samedi, 22 avril 2023

Orban pour une OTAN européenne sans les Etats-Unis

orfsdgfregeban.jpg

Orban pour une OTAN européenne sans les Etats-Unis

La Hongrie met en garde : la force de paix européenne n'est qu'un prétexte pour entrer dans la guerre en Ukraine

Alexander Markovics

Le président hongrois Viktor Orban met en garde : les élites de l'UE discutent à huis clos de la création d'une "force de paix" européenne pour l'Ukraine. Dans une interview accordée à la station de radio Kossuth-Radio, du nom du combattant hongrois pour la liberté Lajos Kossuth, il attire l'attention sur les projets de l'UE d'envoyer plusieurs dizaines de milliers de soldats de la paix dans l'est de l'Ukraine afin d'imposer la paix entre l'Ukraine, soutenue par l'Occident, et la Russie. Mais le déploiement de plusieurs milliers de soldats allemands, français, italiens et venus d'autres pays européens sur un front de plusieurs milliers de kilomètres pourrait rapidement provoquer des incidents dont l'issue logique serait la troisième guerre mondiale.

Orban laisse ainsi entendre, entre les lignes, que ce "plan de paix" orwellien pourrait n'être qu'un prétexte à une entrée directe de l'UE dans le conflit. Les conséquences pour les armées européennes mal équipées seraient fatales - un combat jusqu'au "dernier Européen" sous la direction des Etats-Unis. Non seulement la Hongrie, mais aussi toute l'Europe sont menacées par une guerre à leurs propres frontières, qui pourrait à tout moment dégénérer en guerre mondiale.

Une OTAN européenne sans les États-Unis comme réponse au problème de sécurité de l'Europe

Mais comment résoudre autrement le problème de sécurité à la frontière orientale de l'Europe ? A cet égard, Orban, qui défend un cours souverainiste pour la Hongrie, demande d'une part des négociations immédiates de cessez-le-feu - ce qui rend le "mouton noir de l'UE" suspect aux yeux des mondialistes euro-bruxellois. D'autre part, Orban a fait dresser les oreilles eurocratico-atlantistes lorsqu'il a appelé, dans une interview accordée au journal suisse Die Weltwoche, à la création d'une alliance militaire de type OTAN pour l'Europe mais sans la participation des États-Unis. La raison en est que les États-Unis auraient aujourd'hui le dernier mot dans une guerre aux frontières de l'Europe. En revanche, le Premier ministre hongrois perçoit de plus en plus souvent les intérêts de l'Amérique dans les décisions de Bruxelles.

Ainsi, si l'Europe se sent menacée par la Russie, elle doit montrer sa force, car les Russes sont des soldats et ne respectent pas la faiblesse. L'objectif de cette alliance serait de renforcer sa propre sécurité et de pouvoir se défendre sans avoir besoin de l'aide des États-Unis. Cette alliance défensive des Européens, contrairement à l'OTAN, n'a donc pas pour but de déclencher ou d'attiser de futures guerres, mais d'avoir un effet dissuasif et de donner aux Européens la possibilité de formuler et de défendre leurs propres intérêts loin de Washington. Dans la bouche d'Orban, de tels plans sont sans aucun doute crédibles, puisqu'il avait déjà fait une proposition similaire en 2012. L'important dans la mise en œuvre de ces plans est sans aucun doute qu'ils soient mis en œuvre par des hommes d'État patriotes et soucieux de la souveraineté de l'Europe comme Orban, et non par la clique mondialiste de Bruxelles. Car Urusula von der Leyen veut, elle aussi, créer une armée européenne, qui ne servirait alors sans aucun doute pas la paix.

Entretien avec Dmitri Lioubinski, ambassadeur de Russie en Autriche

Ljubinski.jpg

Martin Sörös a réalisé un entretien remarquable avec l'ambassadeur russe Dmitri Lioubinski à Vienne.

Entretien avec Dmitri Lioubinski

Source: https://www.unzensuriert.at/176166-interview-mit-dmitrij-ljubinskij-wann-haben-wir-wieder-frieden-herr-botschafter/?utm_source=Unzensuriert-Infobrief&utm_medium=E-Mail&utm_campaign=Infobrief&pk_campaign=Unzensuriert-Infobrief

Quand aurons-nous à nouveau la paix, Monsieur l'Ambassadeur ?

Dans une interview exclusive, l'ambassadeur russe à Vienne, Dmitri Lioubinski, donne un aperçu du conflit ukrainien. Il est intéressant de noter que les sanctions contre son pays font plus de mal aux pays de l'UE qu'à la Russie. Il affirme en outre que Vienne a perdu son rôle de pacificateur en menant une politique étrangère à courte vue et en affaiblissant constamment son propre statut de neutralité "perpétuelle".

Interview par Martin Sörös

Monsieur l'Ambassadeur, merci d'avoir accepté de répondre à cette interview, et permettez-moi de commencer tout de suite par la question qui brûle actuellement les lèvres de tous les habitants du monde : quand vivrons-nous à nouveau en paix ?

Lioubinski : Je recommanderais de poser cette question à Kiev, mais cela n'a pas beaucoup de sens. Il faut donc la transmettre directement à Washington et à ses "satellites". Les problèmes auxquels nous sommes tous confrontés aujourd'hui ne concernent pas seulement l'Ukraine, loin de là, mais l'ensemble du continent européen. Ils se sont accumulés au cours de nombreuses années, voire de décennies. La "poussée vers l'Est" continue de l'OTAN, l'encouragement constant aux forces en Ukraine qui font profession de haïr la Russie, encouragement qui a finalement conduit au coup d'État de 2014, les tentatives inlassables de l'Occident pour contenir la Russie, la soumettre et la rendre obéissante - tout cela nous a poussés dans cet abîme politique et diplomatique.

Cela signifie-t-il que votre "interprétation" est la suivante: la Russie ne fait qu'exercer son droit légitime à se défendre ?

Lioubinski : Il faut enfin comprendre que les préoccupations et les besoins essentiels de la Russie en matière de sécurité doivent être respectés et que les droits de la population russophone doivent également être respectés en Ukraine. En outre, la haine de la Russie, en tant qu'idée héritée du nazisme et en tant que principe fondamental de la politique internationale (en Europe et en Asie), ne doit plus constitué un fondement du politique en Europe. Ce n'est qu'à cette condition qu'une coexistence pacifique et durable sera ancrée, où l'indivisibilité de la sécurité est à la base. Or, c'est exactement le contraire qui se produit actuellement. Le plan de l'Occident visant à atteindre ses objectifs stratégiques avec les forces ukrainiennes lesquelles doivent verser de plus en plus de sang sur le champ de bataille, plan qui est de lutter contre la Russie jusqu'au "dernier Ukrainien" afin d'affaiblir Moscou, de retourner la situation ou même de fragmenter la Fédération de Russie. Tout cela ne marchera jamais. Il faut enfin le comprendre et respecter la nouvelle donne "sur le terrain".

Je tiens à souligner cette thèse en particulier ces jours-ci, autour du 19 avril - le 240ème anniversaire de l'entrée de la péninsule de Crimée, de l'île de Taman et de toute la région du Kouban dans l'Empire russe. En fin de compte, beaucoup de choses complexes dépendront de la capacité et de la volonté de l'Europe de se comporter comme un acteur indépendant. Et de la capacité de l'Europe à écouter enfin les attentes de sa propre population.

csm_20210706_diplomatie_cerium_9b67aa1e6c.jpg

La Chine pourrait-elle jouer un rôle de médiateur dans le conflit ? C'est un espoir que l'on caresse depuis longtemps.

Lioubinski : La Chine a un potentiel de médiation considérable, et les récents succès de la médiation diplomatique de ce pays au Moyen-Orient le confirment. La Russie est très attachée à son partenaire chinois et à d'autres partenaires importants pour comprendre les raisons de ce qui se passe en Ukraine et pour leur volonté de contribuer à la résolution du conflit. Mais en ce qui concerne le gouvernement de Kiev, et surtout ses sponsors occidentaux, ils ne semblent pas du tout intéressés par un règlement.

Par décret, Zelensky a récemment établi l'impossibilité de négocier avec la partie russe. Pour des pourparlers de paix, il est évident qu'il faut au moins deux parties. Pour l'instant, la partie adverse semble tout mettre en œuvre pour régler le conflit sur le champ de bataille uniquement. Les énormes quantités d'armes et de munitions fournies par l'Occident - qui, soit dit en passant, sont payées avec l'argent des contribuables européens et américains - font partie de ce plan. Les vies humaines passent au second plan. Mais le jour viendra - bientôt, espérons-le - où l'on comprendra qu'il est impossible de battre la Russie militairement. Mais est-il essentiel pour l'Europe de laisser la Chine résoudre les questions de sa propre sécurité régionale ? Je me permets également de rappeler que nos propositions essentielles en la matière ont été présentées en décembre 2021. Mais elles ont été balayées avec arrogance à l'époque. En ce qui concerne le rôle de Vienne dans son ensemble, elle a perdu ses chances avec une politique étrangère à courte vue et un affaiblissement constant de sa neutralité "perpétuelle".

Quelques messages clés et contenus de l'entretien:

        - La haine de la Russie ne doit pas être un principe en Europe.

        - Si vous demandez quand il y aura la paix, adressez cette question à Kiev ou à Washington.

        - Kiev n'est pas du tout intéressé par la paix.

        - L'Europe veut-elle vraiment laisser la Chine résoudre la question de la sécurité régionale ?

        - L'Occident perd énormément sur le plan stratégique à cause des sanctions.

        - L'économie russe se porte bien, les sanctions ne servent à rien.

        - Le commerce entre la Russie et l'Autriche a doublé en 2022.

        - La Russie s'appuie désormais sur d'autres marchés fiables.

        - L'Autriche perd de plus en plus d'importance sur la scène internationale en raison de sa quête d'une solidarité sans frontières avec l'euro.

        - Les dirigeants militaires autrichiens connaissent la position de la Russie sur le transport d'armes.

        - Les perspectives de normalisation des relations bilatérales Russie-Autriche s'amenuisent.

        - Il s'agit de l'OTAN, du pouvoir décroissant du G7 et d'un nouvel ordre mondial.

        - L'Europe se laisse instrumentaliser par les États-Unis.

On a lu dans les médias occidentaux que la Russie était proche de l'effondrement économique en raison des sanctions imposées par l'UE et les États-Unis. Les sanctions sont donc manifestement efficaces, non ?

Loin de là, comme on l'espérait en Occident, et les conclusions qui en découlent sont très différentes. Les sanctions illégales de l'Occident sont incontestablement une épée à double tranchant. La question de savoir qui, de la Russie ou de l'Occident, est le plus touché est, selon moi, secondaire. Mais une chose est d'ores et déjà certaine à mes yeux : "l'Occident collectif" perd énormément sur le plan stratégique. Des chiffres récents montrent à quel point ces mesures punitives sans précédent ont affecté l'économie autrichienne.

Et quels sont-ils ?

Lioubinski : Le taux d'inflation dans le pays (l'Autriche) était de 9,2% en mars, avec un record mensuel de 11,2% en janvier. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 16%, les prix de l'essence de 30%, les faillites d'entreprises ont augmenté de 22% au premier trimestre 2023 (ce qui représente 14 entreprises chaque jour). De nouvelles prévisions du FMI montrent que les sanctions font plus de mal aux pays de l'UE qu'à la Russie. En 2023, l'économie autrichienne prévoit une croissance de 0,4%, soit environ la moitié du taux de croissance de la Russie (0,7%).

Russia-economy-featured-image.png

Et quelle est la situation réelle de l'économie russe à l'heure actuelle ?

Lioubinski : En ce qui concerne l'économie russe, notre gouvernement a élaboré à temps des mesures efficaces pour masquer les conséquences négatives des sanctions. Il ne peut sans aucun doute pas être question d'un effondrement souhaité par l'Occident. C'est ce que confirment aussi bien des experts économiques occidentaux de renom que des institutions économiques internationales. La Banque centrale et l'ensemble du secteur bancaire obtiennent les meilleures notes pour faire face aux conséquences des sanctions. Des restrictions sans précédent ont, pour leur part, conduit à repenser fondamentalement notre politique et nos structures économiques, en mettant l'accent sur l'innovation et l'autoproduction de biens stratégiques. A cela s'ajoute la réorientation des flux commerciaux vers de nouveaux marchés, des moyens de paiement sûrs, mais aussi des perspectives d'avenir. Aujourd'hui, nous avons déjà moins de quatre pour cent d'inflation et les investissements dans le capital total ont augmenté de 4,6%.

D'une manière générale, il convient également de souligner que les sanctions ne mènent jamais au but recherché et que, dans la plupart des cas, elles ne font que produire l'effet inverse. Mais les fossés qui se sont déjà creusés en Europe, de nature absolument artificielle il faut le souligner, ne pourront être comblés, si tant est qu'ils le soient, qu'avec beaucoup de difficultés. Et encore une fois, tout cela correspond-il aux attentes des populations des pays actuellement inamicaux à notre égard ? J'en doute fortement.

Une partie de l'économie autrichienne commence à se demander, plus ou moins bruyamment, si les sanctions de l'UE contre la Russie n'affectent pas davantage l'économie et la population autrichiennes que la Russie. Est-ce que l'espoir d'une base de discussion se fait jour ?

Lioubinski : La coopération économique et commerciale, qui a longtemps été la pierre angulaire et le principal moteur de nos relations bilatérales avec l'Autriche, bien que freinée par la pression des sanctions, reste toujours présente et importante. D'un point de vue statistique, la Russie reste l'un des principaux partenaires commerciaux de l'Autriche et occupe la sixième place en termes de volume d'exportation. Selon les données russes, notre volume commercial bilatéral a même augmenté de 65,4% entre janvier et octobre 2022, même si cela est dû en grande partie aux prix record de l'énergie. Selon la WKÖ (= la chambre de commerce autrichienne), le commerce mutuel a doublé en 2022 pour atteindre 10,07 milliards d'euros. Les exportations autrichiennes n'ont diminué que de 8% en 2022, celles de l'UE de 38,1%, tandis que les exportations russes ont augmenté de 76%. Il ne fait aucun doute que la grande majorité de la communauté des hommes d'affaires en Autriche et dans d'autres États membres de l'UE n'est pas satisfaite de la situation actuelle et considère ces restrictions contraires au droit international comme contre-productives et nuisibles en elles-mêmes.

Les hommes d'affaires européens perdent beaucoup: leurs anciennes positions sur le marché russe sont rapidement réoccupées par des entreprises et des partenaires volontaires d'autres pays dont les gouvernements sont plus raisonnables et plus prévoyants. Ces créneaux lucratifs ne pourront être récupérés qu'avec beaucoup de difficultés, voire pas du tout. En ce qui concerne le dialogue énergétique russo-autrichien, le gouvernement fédéral de Vienne s'est empressé, contrairement à la logique économique, de déclarer qu'il était terminé avec la Russie. On s'empresse aujourd'hui de faire passer pour une erreur le partenariat stratégique irréprochable entre nos deux pays dans le secteur du gaz, qui dure depuis un demi-siècle. Et ce faisant, nous oublions que c'est précisément ce dernier qui a assuré, dans une large mesure, la base des miracles économiques et des piliers de la prospérité de l'Autriche (comme de certains autres pays). La nécessité de la nouvelle doctrine de sécurité autrichienne, qui fait actuellement l'objet de vifs débats et dont l'une des toutes premières tâches semble être de réduire la "dépendance énergétique" vis-à-vis de la Russie, constitue ni plus ni moins une lutte contre des moulins à vent. Nous entendons souvent dire qu'il n'y aura plus de "business as usual". Il faut pourtant assumer cela, que le "business as usual" ne sera définitivement plus possible pour notre dialogue sur l'énergie. Nous allons nous réorienter vers d'autres marchés plus fiables et des acheteurs de confiance. Nous ne céderons au chantage de personne à ce sujet.

8fbbf5558ed5ff274f9dc1158e398d22.jpg

En tant que représentant de la Russie en Autriche, êtes-vous en contact avec des diplomates ou des hommes politiques autrichiens ? Est-ce qu'on se parle au moins ?

Lioubinski : Nos relations avec l'Autriche, autrefois constructives et partenariales, sont malheureusement au plus bas. L'ambassade ne travaille cependant pas en vase clos. Nous restons en contact avec les autorités autrichiennes, y compris avec le ministère des Affaires étrangères, le plus souvent au niveau du travail, dans la mesure où cela est actuellement nécessaire. Même ou surtout les sujets délicats et désagréables sont abordés très ouvertement de notre côté. Mais ce n'est pas le plus important. Compte tenu de l'attitude actuelle du gouvernement de coalition autrichien, nous avons une base de négociation et un ordre du jour réduits. S'il n'y a plus rien à ajouter à Vienne à ce qui a déjà été déclaré à Bruxelles, il nous reste peu de sujets de discussion.

Cela ressemble à une forte amertume et à une déception, non ?

Lioubinski : Dans sa quête d'une euro-solidarité sans frontières, l'Autriche perd au fond son importance internationale et son rôle d'État neutre, et interprète la neutralité exclusivement en termes militaires. Mais là aussi, des questions se posent. De plus en plus d'informations font état de transports d'armes pour Kiev à travers la République alpine. Des Autrichiens et des compatriotes inquiets nous signalent également souvent de telles livraisons suspectes en transit. Le commandement militaire autrichien connaît bien notre position à ce sujet. Les assurances selon lesquelles aucun des transports transitant par l'Autriche n'est destiné à Kiev sont difficilement vérifiables d'ici et restent sur la conscience de Vienne. Elles ne semblent pas particulièrement crédibles lorsque, par exemple, les chars sont transportés sur le réseau ferroviaire autrichien.

En résumé, l'orientation ouvertement inamicale des dirigeants autrichiens, y compris leur soutien empressé aux sanctions antirusses illégitimes et massives, détruit complètement les fondements constructifs des relations bilatérales établis au fil des décennies et limite considérablement les perspectives d'une normalisation sérieuse dans un avenir prévisible. Nous constatons que les hommes politiques autrichiens se permettent des déclarations ouvertement hostiles à la Russie et ne semblent pas remarquer les manifestations de partisans nationalistes de Bandera (Stepan Bandera, leader nationaliste ukrainien et opposant à Staline dans les années 1930 et 1940, ndlr) dans le centre de Vienne. Dans ces conditions, il ne peut être question pour l'instant d'un dialogue de fond avec Vienne. Nous restons cependant une ambassade ouverte aux contacts dans le CD représentatif de Vienne et protégeons également des personnalités pensant de manière indépendante et absolument raisonnables dans le monde politique et au-delà en Autriche.

Loin des médias dominants, les informations se multiplient sur les réseaux sociaux selon lesquelles le conflit entre la Russie et l'Ukraine concerne en réalité une sorte de nouvel ordre mondial en gestation. Les États-Unis et l'UE d'un côté, les pays BRICS avec l'Arabie saoudite, l'Afrique et d'autres soutiens, de l'autre. Qu'est-ce que cela implique ?

Lioubinski : Le monde est en effet en train de changer. Les tentatives d'instaurer un ordre mondial unipolaire avec à sa tête un tout petit groupe de pays (comme le G7) qui se qualifie de "jardin" et tente d'imposer ses règles au reste de la "jungle" sont en train d'échouer. Bien sûr, cela agace énormément Washington et Bruxelles, mais nous sommes convaincus que le nouveau modèle d'un monde démocratiquement libre et pluraliste, basé sur le droit international, sans exploitation néocoloniale, menaces et chantage, finira par s'imposer. C'est ce que nous défendons, et avec nous un groupe très important de pays partageant les mêmes idées, comme la Chine par exemple.

PT-800x450.jpg

Et l'Europe ?

Lioubinski : En matière de sécurité, l'UE fusionne de plus en plus avec l'OTAN qui, de son côté, s'efforce de plus en plus de dominer le monde. Les Européens semblent perdre de vue la manière dont ils sont instrumentalisés pour les intérêts des États-Unis et entraînés dans un jeu de pouvoir dangereux. L'OTAN n'est plus depuis longtemps une alliance défensive et tente avec véhémence de saper les pouvoirs du Conseil de sécurité de l'ONU. Je n'ai absolument pas besoin de vous expliquer à quel point cela peut être dangereux, les exemples des bombardements sur Belgrade sont encore sous les yeux de beaucoup. Ou les conséquences des "bonnes intentions" fictives à l'égard de l'Irak, de la Libye... La liste est longue si l'on veut parler de politique criminelle. En Syrie, on sait que cela n'a pas fonctionné.

De son côté, la Russie consolide ses relations avec les pays émergents du monde. Ce groupe de pays représente une majorité absolue de la population mondiale. Comme vous l'avez justement mentionné, nous entretenons une bonne coopération avec les pays du BRICS. Le partenariat russo-chinois est plus fort que jamais. Comme l'a très bien dit le président Poutine, c'est un partenariat qui est tourné vers l'avenir. Nos contacts avec les pays du Golfe persique se développent de manière satisfaisante, de même que le partenariat avec l'Égypte, l'Algérie, un grand nombre d'États d'Afrique, l'Amérique latine, où le ministre des affaires étrangères Lavrov vient d'effectuer une longue visite, l'Asie du Sud-Est et le Moyen-Orient. Je peux allonger cette liste, en particulier pour les pays de l'Union économique eurasienne, de l'Organisation de coopération de Shanghai, etc. Nous insistons toujours sur le fait que tous les pays devraient avoir le droit de vivre selon des règles universelles, convenues et ancrées dans la Charte des Nations unies, et non selon les directives d'un centre de pouvoir bien connu et de ses satellites. Lorsque l'Occident "civilisé" aura enfin compris cela, notre monde pourra vivre beaucoup mieux, de manière plus pacifique et plus juste. L'espoir est le dernier à mourir.

Martin Sörös travaille depuis bientôt quatre décennies comme journaliste (indépendant) et auteur de livres.

Soutenez notre travail critique et non censuré en faisant un don. Par paypal (carte de crédit) ou par virement bancaire sur AT58 1420 0200 1086 3865 (BIC : BAWAATWW), ltd. Unzensuriert

Suivez-nous sur notre canal Telegram pour commenter les articles et rester informé de Unzensuriert.

mardi, 18 avril 2023

Et maintenant, les atlantistes attaquent la Hongrie

9de2e39bc63b8174ca2a32641b5845f7.jpg

Et maintenant, les atlantistes attaquent la Hongrie

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/ed-ora-gli-atlantisti-attaccano-lungheria/

Les atlantistes ouvrent un nouveau front. La folie des marchands d'armes ne connaît plus de limites et, pour poursuivre la guerre en Ukraine, avec l'espoir de l'étendre à d'autres parties du monde, la désinformation se déchaîne. Dans le collimateur, une cible facile: le Hongrois Orban. On a d'abord tenté de le déstabiliser par des menaces de Bruxelles, puis par des sanctions européennes qui lui coupent les vivres simplement parce qu'il ne s'emballe pas pour la gay pride à Budapest. Mais le peuple hongrois n'a pas été effrayé par l'ingérence politiquement correcte de la bande d'Ursula et a voté en masse pour Orban.

Et là où la politique du chantage n'a pas atteint son but, l'espionnage et la désinformation l'ont fait. Les espions américains - si attentifs à intercepter les amis, les alliés et les pays-larbins - ont fait savoir qu'ils avaient illégalement surpris une conversation d'Orban dans laquelle le dirigeant hongrois affirmait que le principal ennemi de Budapest était Washington. Un truisme, bien sûr, mais qui agace beaucoup les maîtres américains. Ils l'ont donc divulguée au moment même où Orban concluait un nouvel accord avec Moscou pour l'approvisionnement en gaz et en pétrole, absolument essentiel pour l'économie hongroise.

Un accord conclu à la lumière du jour. Et les amis espions ont ajouté qu'Orban autoriserait les avions de l'OTAN transportant des armes à survoler l'Ukraine. Juste pour mettre Poutine en colère. Qui ne s'est pas fâché parce qu'en tant qu'ancien membre des services secrets, et bien qu'il n'ait pas servi dans l'armée à Cuneo, il est un homme du monde et sait comment ces choses se passent.

Ainsi, Budapest continuera d'obtenir de l'énergie à des prix avantageux, en dépit de la colère d'Ursula. Et les États-Unis enverront en prison le gamin un peu stupide qui a divulgué une nouvelle fois des informations sur les services secrets. Tout comme ils sont prêts à enterrer en prison Assange qui avait révélé des milliers d'autres saloperies atlantistes. Mais les clercs de la désinformation italienne s'indignent parce que les Russes ont arrêté un journaliste américain qui révélait les secrets de Moscou...

jeudi, 13 avril 2023

Budapest appelle l'OTAN à la raison : "Nous ne voulons pas d'un bloc anti-chinois"

20221012d4eaedb9c0764f85a67ea0b0ba79e07e_efbd7143-517d-4352-be02-4f3e42caed14.jpg

Budapest appelle l'OTAN à la raison: "Nous ne voulons pas d'un bloc anti-chinois"

Source: https://zuerst.de/2023/04/12/budapest-ruft-nato-zur-vernunft-wir-wollen-keinen-anti-china-block/

Budapest/Bruxelles. Dans la nouvelle confrontation entre les deux blocs, la Hongrie se montre toujours comme le pôle de la raison. Le gouvernement de Budapest refuse de mettre en péril ses bonnes relations avec la Russie, et le pays ne soutient pas non plus les sanctions occidentales.

Aujourd'hui, à l'issue d'une réunion ministérielle de l'OTAN qui a duré deux jours à Bruxelles, le ministre hongrois des Affaires étrangères, M. Szijjártó, s'est opposé à l'ouverture d'un autre front - contre la Chine. "Nous ne voulons pas que l'OTAN devienne un bloc anti-chinois. Nous ne voyons pas le sens de cette rivalité, nous n'en voyons pas la logique, et nous ne voyons pas ce qui peut en sortir de bon", a déclaré Szijjártó.

Il a souligné que le gouvernement de Budapest était intéressé par une coopération mutuellement bénéfique et non par une rivalité, ce qui est non seulement possible mais aussi nécessaire, par exemple en ce qui concerne la révolution automobile. Les constructeurs européens sont devenus totalement dépendants des batteries électriques sud-coréennes et chinoises, a-t-il ajouté.

"Tous ceux qui appellent à une séparation entre l'économie chinoise et l'économie européenne risquent de porter un coup sévère à l'économie européenne", a averti M. Szijjártó, alors que le volume des échanges commerciaux entre la Chine et les États membres de l'UE dépasse 870 milliards d'euros. L'une des conséquences les plus graves de la guerre en Ukraine est que le monde se dirige à nouveau vers un bloc, ce qui est particulièrement une mauvaise nouvelle pour l'Europe centrale, qui a toujours souffert du conflit Est-Ouest, a-t-il ajouté.

Enfin, il a évoqué le plan de paix de la Chine pour l'Ukraine, qui pourrait être un bon point de départ pour des négociations internationales. Toutefois, l'initiative de Pékin est unanimement rejetée par l'Occident (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

samedi, 17 décembre 2022

L'ex-président du FPÖ Strache fonde une plate-forme pour la paix: "Tous ceux qui doutent ne comprennent pas Poutine"

FILES-AUSTRIA-POLITICS-CORRUPTION.jpg

L'ex-président du FPÖ Strache fonde une plate-forme pour la paix: "Tous ceux qui doutent ne comprennent pas Poutine"

Source: https://zuerst.de/2022/12/17/ex-fpoe-chef-strache-gruendet-friedens-plattform-nicht-jeder-der-zweifelt-ist-putin-versteher/

Vienne. Une initiative de paix remarquable a été lancée en Autriche. L'initiateur de la "Plateforme pour la paix et la neutralité" est l'ancien chef du FPÖ Heinz-Christian Strache. Lundi, une table ronde très attendue a eu lieu à Vienne. Les invités étaient Andreas Mölzer, vétéran du FPÖ, Peter Fichtenbauer, ancien conseiller national libéral et "avocat du peuple", Christina Baum, députée de l'AfD au Bundestag, Heinrich Fiechtner, ancien député de l'AfD au Landtag de Bade-Wurtemberg, et Efgani Dönmez (photo), sans étiquette.

efgani-dönmez.1024x1024.jpg

Le motif de l'événement et de la création de cette plate-forme était qu'il n'y avait "aucune initiative de paix visible et audible", a expliqué Strache, qui a animé le débat. Il a reproché à l'Occident de ne pas avoir invité la Russie à la table des négociations. L'ancien député européen Mölzer a constaté que "du côté européen, on n'apporte absolument rien de positif pour le moment".

Les participants au débat étaient également d'accord sur le fait que la Russie était présentée de manière unilatérale et négative dans les médias occidentaux. Les causes de la guerre sont toutefois beaucoup plus complexes, a constaté Mölzer. Et: "Tous ceux qui doutent ne sont pas ceux qui comprennent Poutine (Putin-Versteher)".

Pour Christina Baum (photo), députée de l'AfD au Bundestag, qui s'était déjà prononcée au Bundestag contre l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN, la Russie ou le chef du Kremlin Poutine ne sont pas non plus responsables de la guerre en Ukraine. "L'agresseur est celui qui force son adversaire à prendre les armes", a-t-elle déclaré en citant Frédéric le Grand. Elle s'était déjà dit avant la guerre "espérons que Poutine garde son sang-froid", car il a été "provoqué en permanence".

christina-baum-afd.jpg

Avec Dönmez, ancien membre des Verts et de l'ÖVP, un participant du camp des partis mainstream a également enrichi la table ronde. Mais Dönmez a également plaidé pour la retenue et la compréhension à l'égard de la Russie : "On nous présente un récit, une histoire que nous devons accepter sans réfléchir. En tant que médiateur, je dis : je veux aussi comprendre un Monsieur Poutine". Cela vaut également pour le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le président turc Erdogan. Au lieu de cela, l'Occident se livre à une escalade délibérée.

La guerre est une guerre par procuration des grandes puissances, selon Dönmez. L'UE n'agit que comme un "État vassal" des États-Unis. Poutine a rendu service à ces derniers avec la guerre: l'UE s'est en effet rapprochée des Etats-Unis et s'est distancée de la Russie. L'UE devrait en fait poursuivre une politique de paix indépendante, a expliqué Dönmez.

Ensuite, un autre éclat amusant: interrogé par l'animateur Strache sur le fait de savoir si l'Ukraine était l'incarnation des "valeurs occidentales", l'ex-député AfD du Landtag Heinrich Fiechtner (photo) a répondu : "Malheureusement, oui, elle l'est - dans toute sa connivence corrompue".

Heinrich-Fiechtner-Foto-privat-24952.jpg

Le groupe de discussion était également d'accord pour prendre parti en faveur de la neutralité autrichienne, qui est de plus en plus érodée, au moins depuis le début de la guerre en Ukraine. "Une adhésion à l'OTAN est, je pense, la dernière chose que les Autrichiens souhaitent", a constaté Strache. La députée de l'AfD Baum a abondé dans le même sens, estimant qu'"il est très important que l'Autriche reste neutre". Elle souhaite qu'il en soit de même pour l'Allemagne. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

dimanche, 30 octobre 2022

Patriotisme pragmatique: le parti polonais KORWiN veut à nouveau du charbon russe

Janusz_Korwin-Mikke_Sejm_2015_01.JPG

Patriotisme pragmatique: le parti polonais KORWiN veut à nouveau du charbon russe

Source: https://zuerst.de/2022/10/29/pragmatischer-patriotismus-polnische-korwin-partei-will-wieder-kohle-aus-russland/

Varsovie. En Pologne, il n'y a pas que des chauvins qui détestent la Russie, mais aussi des patriotes raisonnables qui, malgré la guerre en Ukraine, n'ont pas perdu de vue l'essentiel. Le nouveau président du parti de droite KORWiN, Sławomir Mentzen (photo, ci-dessous), vient d'appeler à la fin de l'embargo sur les livraisons de charbon russe. Selon lui, l'origine du charbon n'a aucune importance pour les consommateurs.

e81f12fe002af26985dc10360b46.jpeg

En mars, le gouvernement PiS avait imposé une interdiction sur les importations de charbon russe dans le cadre des sanctions prises après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, ce que Mentzen a aujourd'hui critiqué comme étant une mauvaise décision. "Demandez donc à une vieille dame qui a froid en hiver si elle se chaufferait ou non au charbon russe. Pour cette vieille dame qui aurait froid dans son petit appartement, l'origine du charbon ne ferait aucune différence", a déclaré Mentzen.

S'il n'en tenait qu'à lui, il ne bloquerait pas les importations de charbon en Pologne "de partout", y compris de Russie. La Pologne ne peut pas attendre l'adoption de règles au niveau de l'UE pour le faire.

Jusqu'au printemps dernier, la Russie était le plus grand exportateur de charbon vers la Pologne. Mais actuellement, la Pologne est confrontée à une pénurie de charbon et à des prix élevés en raison de l'embargo sur les importations.

Le parti KORWiN a été fondé en 2015 par un groupe de politiciens polonais de droite eurosceptiques. Il a été baptisé du nom de l'ancien député européen Janusz Korwin-Mikke, qui était l'un des fondateurs du parti et qui faisait régulièrement la une des journaux au Parlement européen avec des interventions tapageuses et généralement humoristiques. Mentzen a été élu lundi à la tête du parti en remplacement de Korwin-Mikke. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

jeudi, 29 septembre 2022

Hongrie démocratique: les citoyens peuvent voter sur les sanctions contre la Russie

Budapest.jpg

Hongrie démocratique: les citoyens peuvent voter sur les sanctions contre la Russie

https://zuerst.de/2022/09/28/demokratisches-ungarn-buerger-duerfen-ueber-russland-sanktionen-abstimmen/

Budapest. On ne peut que rêver d'une telle démocratie dans notre pays : en Hongrie, les citoyens auront bientôt l'occasion de se prononcer par référendum sur les sanctions de l'UE à l'encontre de la Russie. Selon les déclarations répétées du gouvernement hongrois, celles-ci ne nuisent qu'à l'Europe elle-même et ne sont en outre pas légitimées par la volonté de la population.

"Les sanctions n'ont pas été décidées de manière démocratique, ce sont les bureaucrates de Bruxelles et les élites européennes qui en ont décidé", a déclaré M. Orbán lundi au Parlement de Budapest, ajoutant : "Bien que les citoyens européens en paient le prix, on ne leur a pas demandé leur avis".

Dans le cadre d'une "consultation nationale", le gouvernement hongrois sera donc "le premier en Europe à demander l'avis des citoyens sur les sanctions contre la Russie", a annoncé Orbán.

Par le passé, le gouvernement Orbán a régulièrement organisé des référendums sur des questions politiques clés, comme la législation nationale sur la protection de l'enfance, ce qui lui a régulièrement valu des critiques de l'UE. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

samedi, 17 septembre 2022

Le Parlement européen et la Commission dénient à la Hongrie le "statut de démocratie"

676hupar.jpg

Le Parlement européen et la Commission dénient à la Hongrie le "statut de démocratie"

Source: https://www.unzensuriert.at/content/155465-eu-parlament-und-kommission-sprechen-ungarn-demokratie-status-ab/?utm_source=Unzensuriert-Infobrief&utm_medium=E-Mail&utm_campaign=Infobrief&pk_campaign=Unzensuriert-Infobrief

La Commission européenne et une majorité du Parlement européen ont fait preuve d'une autodiscipline incroyable en niant jeudi à la Hongrie le statut de pays démocratique. Un affront pour les citoyens d'un pays qui avaient accordé leur confiance à leur gouvernement lors d'élections libres et à une majorité écrasante. Les centralistes de l'UE menacent désormais de couper des milliards d'aides à la Hongrie.

Dans le même temps, ces mêmes personnalités politiques injectent des milliards d'euros en Ukraine et veulent même faire entrer ce pays dans l'UE. Un pays qui compte parmi les plus corrompus au monde et où les principes de l'État de droit sont très peu développés.

Les centralisateurs de l'UE déterminent ce qui est "démocratique"

Le député FPÖ et président du groupe parlementaire Autriche/Hongrie, Christian Hafenecker (photo), qualifie la résolution adoptée hier par le Parlement européen d'"acte arbitraire et d'affront inconcevable à la population hongroise, ainsi que d'ingérence illégitime dans les affaires internes d'un État souverain".

Christian.Hafenecker_1654200250.jpeg

Pour Hafenecker, les centralistes bruxellois et leurs auxiliaires ont toujours eu en travers de la gorge le fait que le peuple hongrois soutienne majoritairement, lors des élections, une force politique et un gouvernement qui s'engagent pour le maintien de la souveraineté, de l'identité nationale et du socle de valeurs chrétiennes et occidentales de leur pays et de l'Europe. Il juge ainsi les motivations des deux instances européennes derrière cette décision.

Qu'est-ce qu'Ursula von der Leyen a à cacher?

Il est grotesque que ce soit la Commission européenne qui ose priver la Hongrie de son "statut de démocratie" et accuser son gouvernement de corruption. Un organe dont la présidente Ursula von der Leyen n'était même pas candidate en tête de liste lors des élections européennes, ce qui constitue une tromperie manifeste dont les électeurs européens sont victimes.

En outre, selon l'eurodéputé Harald Vilimsky (FPÖ), la présidente de la Commission devrait de toute urgence donner toutes les informations voulues sur son rôle personnel dans l'achat des vaccins. Selon Vilimsky, un rapport de la Cour des comptes européenne montre que la Commission ne veut pas donner de détails sur l'achat de ces vaccins auprès du groupe Biontech-Pfizer et que les messages SMS à ce sujet sont devenus subitement "introuvables" sur le téléphone portable de Mme von der Leyen.

Si vous avez aimé cet article, merci de soutenir le projet unzensuriert en faisant un don. Par paypal (carte de crédit) ou par virement bancaire sur AT58 1420 0200 1086 3865 (BIC : BAWAATWW), ltd. Unzensuriert

Suivez-nous sur notre canal Telegram pour commenter les articles et rester informé de Unzensuriert.

vendredi, 02 septembre 2022

Donation américaine de plusieurs millions de dollars: une fondation de gauche veut renverser Orbán - et Soros se pointe à nouveau...

sorosorban.png

Donation américaine de plusieurs millions de dollars: une fondation de gauche veut renverser Orbán - et Soros se pointe à nouveau...

Source: https://zuerst.de/2022/09/01/millionenspende-aus-den-usa-linke-stiftung-wollte-orban-stuerzen-und-soros-ist-wieder-dabei/

Budapest/New York. En Hongrie, un solide scandale politique fait grand bruit: une fondation dirigée par des critiques du gouvernement hongrois d'Orbán et par d'éminents gauchistes américains a apporté un soutien financier considérable à l'opposition hongroise à l'approche des dernières élections législatives d'avril, dans le but de provoquer un changement de gouvernement à Budapest. Mais : les contributions financières étrangères aux partis politiques hongrois sont interdites. Des accusations d'abus se font déjà entendre dans les cercles du parti au pouvoir, le Fidesz.

Péter Márki-Zay, maire de Hódmezővásárhely (sud-est de la Hongrie) et ancien candidat à la présidence pour les élections législatives d'avril, a lui-même attiré l'attention sur cette affaire. En ce qui concerne les comptes détaillés de la campagne électorale, qu'il vient seulement de voir, Márki-Zay a admis qu'il avait reçu plusieurs millions de forints en provenance des Etats-Unis en juillet et que ces fonds devaient maintenant servir à payer les factures de la campagne.

Il n'a pas caché que tous les dons avaient été utilisés pour tenter de "renverser" le Premier ministre Orbán - et qu'ils continueraient à l'être.

Selon Márki-Zay, les dons proviennent d'une fondation américaine appelée Action for Democracy, qui n'a été créée qu'en février 2022, juste avant les élections hongroises.

Protest-of-students-in-Hungary-800x450.jpg

Entre-temps, Action for Democracy ne se concentre plus exclusivement sur la Hongrie. Sur son site Internet, la fondation dresse la liste des "principaux pays contestés dans le monde", "où nous estimons que la démocratie est la plus menacée et où des élections auront lieu l'année prochaine, qui décideront du sort de ces démocraties". Il s'agit notamment de l'Italie, du Brésil, de la Hongrie, de la Pologne et de la Turquie. Dans tous ces pays, les partis nationaux-conservateurs sont au pouvoir ou, comme dans le cas de l'Italie, ont de fortes chances de remporter les prochaines élections.

Bien que le conseil consultatif de la fondation soit présidé par l'écrivain hongrois Kati Marton, il compte de nombreux autres membres éminents, dont l'historien britannique Timothy Garton Ash, l'historienne américaine Anne Applebaum, l'ancien commandant en chef de l'OTAN, le général Wesley K. Clark, le politologue libéral américain Francis Fukuyama, l'historien américain Timothy Snyder et l'ancien ministre des affaires étrangères britannique David Milliband.

Le responsable de la communication du Fidesz, István Hollik, a indiqué aux médias qu'il était illégal en Hongrie qu'un parti reçoive des fonds de l'étranger. Selon lui, Márki-Zay et son équipe ont "abusé de la loi" puisqu'ils ont reçu les fonds sur le compte de leur association. Hollik a également attiré l'attention sur le fait qu'Action for Democracy avait des "milliers de liens" avec George Soros. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands: https://zuerst.de/abo/ !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

samedi, 20 août 2022

Pologne: l'"idée piastienne" et la nouvelle géopolitique

800px-polish_flag_with_coat_of_arms.jpg

Pologne: l'"idée piastienne" et la nouvelle géopolitique

Aleksandr Bovdunov

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/polonia-la-gestalt-della-pista-e-la-nuova-geopolitica

Il est traditionnellement admis de diviser la conception que se fait la Pologne de sa mission géopolitique en deux directions: l'idée jagellonienne et l'idée piastienne. Chacune fait référence à deux époques de l'histoire polonaise et à deux dynasties : les Piast, qui ont fondé l'État polonais et mené une politique étrangère active à l'Ouest (Allemagne, République tchèque et Hongrie), et les Jagellon, qui ont uni la Pologne à la Lituanie, déplaçant le centre de gravité de la politique étrangère polonaise vers l'Est.

Cjr7S0yMrdwtpLqYpdKLngWbjrELOzP1sfZAYZyWVDM.jpg

La géopolitique jagellonienne voit la Pologne comme la protectrice du monde chrétien occidental contre la Russie; la Pologne comme la puissance porteuse d'une mission de promotion de la civilisation occidentale à l'Est. Il s'agit d'une référence symbolique à l'époque de la Rzeczpospolita, à l'héritage géopolitique et idéologique de Pilsudski (le national-conservatisme), au sarmatisme, à la noblesse, aux concepts d'"Inter-mer" (ou Intermarium) et de "Prométhéisme", à l'ULB (Ukraine, Lituanie, Belarus) de Giedroyc-Meroszewski. Telle est la géopolitique contemporaine de la Pologne.

En revanche, l'idée piastienne a toujours été caractérisée par l'accent mis sur la confrontation avec l'Ouest germanique. Le paradigme piastien était caractéristique de Roman Dmowski et des nationaux-démocrates, les adversaires "de droite" de Piłsudski. Les nationalistes et les nationaux-démocrates (symbole de l'"épée des braves") et les partis paysans ("Parti paysan polonais Piast") se sont logiquement tournés vers des symboles faisant référence à l'ancienne ère Piast.

2-40537.jpg

81X-0Ph-iYL.jpg

D'une part, le Piast est devenu un symbole d'authenticité, de "polonité" (c'est pourquoi à l'époque de Rzeczpospolita, un candidat au trône royal était appelé Piast, et ne pouvait être d'origine étrangère). D'autre part, la référence à l'héritage des Piast est devenue à la fois un symbole de lien avec la terre et une dimension paysanne, en partie opposée à la dimension "noble" et "jagellonienne" du nationalisme polonais, que les paysans considéraient avec suspicion. Il n'est pas surprenant, comme l'a souligné le premier Premier ministre de la Pologne indépendante Witos Wincenty, fondateur du parti Piast, qu'en 1918 les paysans appréhendent la reconstitution de l'État polonais, craignant le retour des anciens ordres féodaux [1]. En particulier, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Wincenty (photo, ci-dessous) est devenu l'un des vice-présidents de la Krajowa Rada Narodowa, le gouvernement pro-soviétique de Pologne, qui a entrepris en 1944 une vaste réforme agraire qui a éliminé les derniers vestiges de "panchyna" [2] sur les terres polonaises.

Witos_1920.jpg

Les communistes polonais, chez qui - contrairement à bon nombre de leurs frères du Komintern - le nationalisme de gauche était traditionnellement fort, ont commencé, une fois au pouvoir, à construire un socialisme avec un "visage Panchyna", et pas seulement polonais. Les références symboliques à l'ère piastienne et non jagellonienne impliquaient un appel au peuple et aux paysans, un retranchement ethnique (au lieu du fédéralisme multiethnique du Commonwealth polono-lituanien), mais aussi une politique étrangère anti-occidentale en bloc avec l'URSS, justifiant même le déplacement des frontières de la Pologne vers l'ouest comme un retour à "l'héritage piastien".

robert-f-barkowski-die-piasten-978-3-86964-101-0.jpg

Selon l'historien polonais Adam Zamoyski, le régime "se présentait comme une version socialiste du royaume médiéval des Piast" [3]. L'invocation symbolique de l'héritage des Piast a eu lieu à tous les niveaux: de la mise en évidence dans les documents officiels que le blason polonais est "l'aigle des Piast" aux affiches de propagande montrant d'anciens rois slaves attendant avec impatience des conquêtes territoriales à l'Ouest. La création de l'Organisation du Pacte de Varsovie pour contrer l'Occident, où la Pologne était la deuxième puissance militaire après l'URSS, peut être considérée comme le point culminant de la géopolitique "piastienne" de la Pologne au 20ème siècle.

Le discours historique officiel contemporain en Pologne a tendance à négliger à la fois le caractère nationaliste de gauche du NPD dans les premières années de son existence et après le retour au pouvoir de Vladislav Gomulka en 1956, et le soutien massif à la réforme paysanne menée par les communistes eux-mêmes.

Les répressions et l'implication des organes de sécurité de l'État soviétique, le mécontentement de masse à l'égard de la tutelle militaire soviétique, la nature aliénée de l'idéologie marxiste - tout cela contribue à la diabolisation de l'héritage et de l'expérience du NPD dans la Pologne contemporaine, et dans une large mesure, c'est ce qui a causé le déclin du NPD en tant que projet "national-bolchevique" distinctif.

cocdecmi302_72dpi.jpg

Dans le même temps, les aspects géopolitiques, sociaux et historiographiques de la recréation du "royaume des Piast" en une enveloppe socialiste témoignent de manière convaincante que cette forme s'est opposée à l'orthodoxie communiste à bien des égards et est devenue l'expression des tendances sociales et politiques internes de la Pologne, notamment celles qui s'opposaient à la Pologne "jagellonienne" de Piłsudski. Cela peut expliquer la collaboration avec les communistes de Witos Wincenty ou de Bolesław Piasecki, leader du mouvement national conservateur-révolutionnaire Falanga, qui est devenu le chef de l'association catholique PAX dans la nouvelle Pologne [4]. Parmi les autres leaders du camp national-démocratique, qui ont soutenu une série de transformations dans la nouvelle Pologne, on trouve l'écrivain Wladyslaw Grabski (fils du premier ministre polonais) et le collaborateur de Roman Dmowski, l'historien Stanisław Kozicki.

220px-Adam_Doboszyński.jpg

71vEuuU0VmL.jpg

Un exemple intéressant et tragique est le destin d'une autre figure de proue de la démocratie nationale, Adam Doboszynski (photo, ci-dessus). Adversaire catégorique du bolchevisme et du marxisme, il retourne en Pologne en 1947. N'acceptant pas le régime communiste, il a cherché à établir des liens avec la clandestinité armée, essayant de prouver que l'Occident capitaliste ne viendrait pas en aide aux nationalistes polonais. Doboszynski, tout en rejetant l'idéologie communiste, a fait l'éloge du déplacement des frontières vers l'ouest et de la nationalisation des entreprises et a affirmé que les changements économiques et surtout la réforme agraire des communistes "représentaient un pas vers un ordre chrétien, et non pas vers le marxisme" [5].

Doboshinsky, dans son livre inachevé Halfway Through, a noté que "ni la victoire du capitalisme de connivence américain ni le marxisme totalitaire des Soviétiques" dans la guerre froide en cours n'amèneraient l'humanité à un remède. Au contraire, selon lui, le développement rapide de la technologie et la chute des valeurs religieuses et morales annonçaient un "scénario apocalyptique" d'où émergerait, après une succession de guerres et de catastrophes, une nouvelle humanité.

Pour la Pologne, il voyait le salut dans le fait de s'appuyer sur le catholicisme, en prônant un renouveau intellectuel (néo-thomiste) et spirituel de la foi et la construction d'un nouveau système politique, social et économique basé sur les valeurs chrétiennes et une large autonomie populaire. Cependant, Doboszynski a laissé en héritage l'idée de ne pas rejeter tout l'héritage de l'époque du socialisme, de préserver ce qui correspond à l'esprit anticapitaliste chrétien et d'essayer de changer le système socialiste de l'intérieur.

En 1949, Adam Doboszynski a été exécuté à Varsovie. Après la chute du socialisme, sa volonté n'a pas été accomplie. La Pologne a suivi la voie de la transformation par le marché et de la "thérapie de choc" dans l'esprit néo-libéral.

La position et le parcours de vie d'Adam D o b o s h i n, et de quelques autres nationaux-démocrates polonais d'après-guerre, sont similaires à ceux des Eurasistes russes et des nationaux-bolcheviks qui l'ont précédé de deux décennies. Ils étaient tout aussi clairement opposés à l'idéologie du marxisme, mais pensaient que de nombreuses transformations anti-bourgeoises en Russie soviétique pouvaient servir la cause du renouveau national. À l'instar de Doboszynski, de nombreux Eurasistes et l'idéologue national-bolchevique Nikolai Ustryalov (photo, ci-dssous) ont visité l'URSS et parié sur des changements internes du système ou sur le fait qu'il soit travaillé souterrainement par des groupes patriotiques de l'intérieur. Comme Ustryalov, Doboshinsky a payé de sa vie son retour dans sa patrie.

Устрялов_Николай_Васильевич,_студент_ИМУ_(1913).jpg

D'une part, la répression ou la marginalisation des partisans du "bolchevisme national" dans le socialisme réel peut servir d'argument pour l'échec de leurs projets et l'incapacité du système marxiste à renaître fondamentalement dans un esprit néo-national. D'autre part, leur présence même, ainsi que les caractéristiques "narodniki" et hétérodoxes du socialisme réel, ne nous permettent pas de considérer ce phénomène comme accidentel ou sans importance.

Dans le cas polonais, où les références symboliques des nationalistes à la composante populaire du PRP officiel et des forces paysannes à l'idée "Piast" combinent organiquement la géopolitique continentale, l'anti-bourgeoisie, l'autochtonie, l'authenticité, l'appel à l'horizon paysan et la dimension populaire slave de l'identité polonaise, nous pouvons parler non seulement d'un symbole, mais aussi d'une "Gestalt Piast".

Dans ce cas, le terme "Gestalt" est compris dans le sens le plus général de ce terme de langue germanique comme une structure intégrale, qui ne dérive pas de ses composants constitutifs, mais les précède, se tient derrière eux. Une Gestalt n'est pas une unité construite artificiellement, mais une totalité trouvée qui s'exprime dans le contexte de diverses idéologies, transparaissant à travers les actions, les déclarations et la pensée des individus.

La "Gestalt Piast" - avec la figure du roi laboureur slave et solaire, fondateur de la première dynastie historique des rois polonais - est cette dimension de l'identité polonaise dont le seul attrait peut développer une compréhension du rôle et de l'avenir géopolitique de la Pologne différente de celle qui lui est actuellement offerte.

Ceci est extrêmement important pour la Russie dans les circonstances historiques actuelles, alors que la Pologne est devenue l'un des bastions les plus importants de l'atlantisme et de la russophobie, alors que c'est à travers la Pologne que le régime de Kiev, en opposition, à la Russie est largement soutenu. Cependant, les Russes et les Polonais devront finalement trouver un langage commun et coexister d'une manière ou d'une autre dans l'espace eurasien. L'idéologie pseudo-conservatrice actuelle du parti polonais au pouvoir, Droit et Justice, ne suggère pas du tout une telle coexistence, ce qui conduit Varsovie, si ce n'est à un suicide géopolitique, à une crise grave. Une alternative peut être trouvée si l'on dépasse les clichés historiographiques de l'inimitié permanente et que l'on se tourne vers les idées, les figures et les symboles associés à la Gestalt Piast.

Aborder la Gestalt Piast comme une unité sémantique dans laquelle se révèlent la géopolitique, l'idéologie et l'historiographie est un geste révolutionnaire car il exige un refus de considérer la géopolitique polonaise contemporaine et la tradition nationale-romantique qui la sous-tend comme un impératif normatif ou évident. Mais il s'agit également d'un geste résolument conservateur, car il implique d'aborder les aspects les plus anciens et les plus profonds de l'identité slave polonaise.

L'unité commune slave et chrétienne, les traditions de démocratie et d'autogestion des peuples slaves, l'appel à l'horizon paysan sont également des domaines de recherche importants dans l'analyse géosophique et noologique [6]. Ils peuvent aussi être spécifiquement liés à la Gestalt Piast.

Le développement et la compréhension de la Gestalt Piast pourraient également devenir une composante importante du dialogue et de la recherche polono-russes dans l'esprit de la Quatrième théorie politique [7]. Du côté russe, ce sujet requiert une extrême sensibilité, une compréhension du contexte polonais, de l'empathie et du respect pour l'interlocuteur, ainsi que le rejet des clichés idéologiques soviétiques et post-soviétiques.

Au lieu d'agir comme un instrument obéissant de l'Occident euro-atlantique dans sa lutte contre la Russie et de tenter de venger les torts et les défaites du passé, en promouvant finalement à l'Est des valeurs incompatibles avec la dimension folciste (narodniki, völkisch) chrétienne-catholique ou pré-chrétienne de l'identité polonaise, Varsovie pourrait devenir un bastion de la tradition. Le véritable défi à la polonité aujourd'hui ne vient pas de l'Est, mais de l'Ouest déchristianisé. Mais cela nécessite également de repenser la composante sarmate et noble de l'idée nationale polonaise, qui est l'apanage des Polonais eux-mêmes.

Pour en savoir plus sur la géopolitique des relations polono-russes, voir le livre d'A.L. Bovdunov intitulé "The Great Eastern Europe : Geopolitics". Géosophie. Le troisième traditionalisme".

Notes:

[1] Alors comment les paysans sont-ils devenus des Polonais ?. URL: https://whereispoland.com/en/who-was-polish/7

[2] Миколай Глиньский. Колониализм по-польски, или длинная тень панщины URL : https://culture.pl/ru/article/kolonializm-po-polski-ili-dlinnaya-ten-panshchiny

[3] Kozdra, J. R. (2017). "Quelle sorte de communistes êtes-vous ?" La lutte entre le nationalisme et l'idéologie en Pologne entre 1944 et 1956. https://ro.ecu.edu.au/theses/1955.

[4] Engelgard. J. Bolesław Piasecki 1939-1956. Wydawnictwo Myśl Polska, Warszawa 2015.

[5] Doboszyński А. W pół drogi cz. III. URL : https://dzienniknarodowy.pl/adam-doboszynski-pol-drogi-cz-iii/.

[6] Дугин А.Г. Номахия : войны ума. Восточная Европа. Il n'y a pas d'autre solution que d'aller à l'école pour les enfants. - М. : Академический проект, 2018.

[7] Дугин А.Г. Четвёртая политическая теория. М.:2009, Дугин А.Г. Четвертый Путь. Введение в Четвертую Политическую Теорию. М. : 2014.

 

vendredi, 01 juillet 2022

L'alternative pour l'Europe de l'Est est la tradition et l'amitié avec la Russie

slavic10_800x600.png

L'alternative pour l'Europe de l'Est est la tradition et l'amitié avec la Russie

Alexander Bovdunov & Pavel Kiselev

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/alternative-eastern...

Cette interview de Pavel Kiselev avec l'expert en histoire et en géopolitique Alexander Bovdunov aborde la réalité actuelle de l'Europe de l'Est. Le livre que Bovdunov vient de publier a eu un large écho parmi les conservateurs russes et est devenu essentiel pour étudier les processus politiques et philosophiques en Europe de l'Est.

Kiselev : Alexander, depuis combien de temps vous intéressez-vous au sujet de l'Europe de l'Est ? Pourquoi avez-vous commencé à l'étudier ?

Bovdunov : J'ai commencé à étudier la Roumanie lorsque j'étais étudiant au MGIMO. Ma deuxième langue étrangère était le roumain. Puis j'ai développé un intérêt pour la pensée conservatrice orthodoxe roumaine et, par coïncidence, j'ai commencé à traduire quelques textes en même temps, activité qui s'est ensuite transformée en un intérêt plus large et plus complexe pour la région [l'Europe de l'Est]. Il s'est alors avéré que la notion de "région" ne s'applique pas bien à cette structure complexe caractérisée par ses frontières. Par essence, la région est une zone-frontière fluctuante entre la Russie et l'Europe. Ensuite, les questions de savoir quoi faire de cette frontière et quelles alternatives à la situation géopolitique actuelle pouvaient être développées en un intérêt académique, dans une thèse de doctorat sur une réorganisation géopolitique alternative de l'Europe. Je m'intéressais au problème de savoir quelles alternatives à leur statu quo les Européens de l'Est voyaient. Finalement, cela s'est transformé en un livre, publié par hasard à un moment chaud où l'intérêt pour la région s'était considérablement accru.

amqnavqka35bnvf8ydsfdsuggpiiua6vrmow_kgbbr1jghawyzrj3s0g_gp7lfuitd3m-t5pbxm6tamdikj3vdhw_1.jpg

Kiselev : Quand avez-vous commencé à écrire le livre ?

Bovdunov : Le corps principal du texte a été écrit en 2012-13 alors que je préparais et défendais mon doctorat en sciences politiques. Puis je l'ai mis à jour, j'ai écrit plusieurs nouveaux chapitres entièrement consacrés aux espaces philosophiques de l'Europe de l'Est. Autrement dit, le livre a été écrit avec des interruptions : d'abord dans les années 2010 et mis à jour dans les années 2020 et 21.

Kiselev : Vous avez dit que l'intérêt pour l'Europe de l'Est a augmenté pendant les "périodes chaudes". L'opération militaire spéciale a-t-elle eu un impact sur le contenu du livre, avez-vous fait des ajouts après son début ?

Bovdunov : Malheureusement, il n'y en a pas eu, car le livre avait déjà été imprimé à ce moment-là. Conceptuellement, cependant, rien n'a changé dans la région. Au contraire, les stratégies atlantistes de contrôle de la région et d'expansion en tant que "zone tampon" à l'est, telles que décrites dans le livre, sont devenues encore plus prononcées. Il est clair que la position de certains politiciens est également en train de changer, car certains auteurs ouvertement pro-russes ont dû être réduits au silence. Cependant, nous pouvons déjà constater que cette tendance est en train de changer. C'est-à-dire que les experts commencent à s'exprimer contre les livraisons d'armes à l'Ukraine, pour la normalisation des relations avec la Russie, etc. Je pense qu'en fait, tout va revenir à la normale. En outre, plus la Russie sera performante, mieux, paradoxalement, elle sera traitée. Plus la Russie sera forte dans le cadre de l'Opération militaire spéciale, meilleure sera l'attitude à son égard de ceux qui ont jusqu'à présent adopté une attitude sceptique et attentiste, mais qui ne sont pas prêts à accepter la dégénérescence et la dégradation causées par la civilisation occidentale moderne. Une Russie forte devra être prise en considération, et les forces conservatrices et traditionalistes (au sens large du terme) verront dans une Russie forte un soutien. Beaucoup pensent déjà que la Russie devrait être le centre d'attention, qu'elle est un acteur important dans l'arène géopolitique, défiant l'Occident.

Kiselev : Dans ce contexte, comment voyez-vous les relations entre la Russie et l'Europe de l'Est après la fin de l'opération spéciale ?

Bovdunov : Je pense que le refroidissement actuel est temporaire et qu'ils devront rechercher le dialogue à l'avenir. Et puis les concepts géopolitiques anti-atlantiques et continentaux, même s'ils ne sont que des idées pour l'instant et ne sont pas soutenus par beaucoup, auront un rôle à jouer et devront être abordés. L'important est d'avoir des idées, et les idées sont là. Elles vivent à nos côtés, et il me semble qu'il y aura une certaine réorientation, au moins dans les pays où il existe de sérieuses positions pro-russes, par exemple en Bulgarie et en Slovaquie. Avec la Pologne, c'est compliqué, car à bien des égards, nous sommes aux antipodes, et le différend polono-russe n'est pas tant un différend entre le catholicisme et l'orthodoxie, mais entre deux grandes puissances qui ont tenté de concentrer l'hégémonie entre leurs mains dans cette partie de l'Europe. La Russie a réussi, la Pologne n'a pas réussi. La question se pose : le choix de la Pologne était-il le bon ? La nostalgie impériale polonaise se manifeste de diverses manières : dans la politique prométhéenne, dans l'idée jagellonienne, dont il est question dans mon livre, et dans une sorte de "nostalgie" de l'Empire russe ! À ce sujet, je peux également recommander un livre de l'écrivain polonais Mariusz Swider intitulé "Comment nous avons construit la Russie".

T335191.jpg

C'est un livre très populaire en Pologne - il existe de nombreuses éditions et les Polonais s'y intéressent activement. Il décrit le rôle des Polonais dans l'histoire de la Russie, le nombre de Polonais qui ont servi dans l'armée, le gouvernement et la police de l'Empire russe est plus élevé que tout autre groupe ethnique, comment ils ont participé à la création de la culture russe. Et donc, ils ont la nostalgie de la grandeur que cela a donné. Nous leur proposons de rechercher cette grandeur avec la Russie, et non pas contre la Russie, non pas au bénéfice des doctrines libérales occidentales, qui finiront par détruire la Pologne. Cela n'a aucun sens pour les "hussards ailés" polonais d'aller contre la Russie si la communauté LGBT vient de l'arrière avec des "plumes". La menace pour leur identité ne vient pas de la Russie.

Kiselev : Votre livre a fait une impression positive sur une grande partie de la communauté conservatrice en Russie, car le sujet de l'Europe de l'Est est à l'ordre du jour pour beaucoup en ce moment. Dites-moi, y a-t-il des études russes sur cette région, ou des parties de celle-ci, philosophiques ou géopolitiques, que vous pourriez citer et qui auraient pu influencer votre travail également ?

Bovdunov : Tout d'abord, Noomakhia d'Alexander G. Douguine, deux volumes qui traitent directement des régions d'Europe de l'Est. De manière générale, il a été influencé par les discussions qui ont eu lieu au sein du Center for Conservative Studies dans les années 2010. Je pense que ce sont des ouvrages exemplaires qu'il faut lire. Quant aux autres ouvrages russes, je ne pense pas que beaucoup d'ouvrages sérieux soient publiés aujourd'hui. Vous pouvez chercher des traductions d'auteurs lituaniens, par exemple d'Antanas Maceina (photo), brillamment traduit par Maxim Medovarov et aussi des auteurs roumains.

Antanas_Maceina.jpgKiselev : Dans votre livre, vous indiquez qu'en plus de Noomakhia, votre livre a été influencé par les autres ouvrages de Douguine, Géopolitique et Fondements de la géopolitique. Des concepts tels que l'approche civique et la quatrième théorie politique jouent-ils un rôle dans vos recherches ?

Bovdunov : L'approche civique, oui. Quant à la "Quatrième Théorie Politique", je n'en parle pas directement. Mais il y a une section dans le livre intitulée "Grande Europe de l'Est : réveil ou réinitialisation", qui parle des concepts de grand réveil et de la façon dont on peut mener un discours contre-hégémonique, lié à la notion de "troisième traditionalisme" - un appel à l'horizon paysan. Ceci, à mon avis, se combine avec QTP. Le phénomène même du populisme est-européen est précisément une tentative de surmonter la dichotomie gauche-droite, qui est essentiellement une expression et un reflet du même projet des Lumières, mais sous des formes différentes. Il recoupe donc en partie les concepts de ce qu'Alexandre Douguine appelle la Quatrième théorie politique.

Kiselev : En ce qui concerne l'approche civilisationnelle, voyez-vous l'Europe de l'Est comme une civilisation distincte, ou y a-t-il trop de contradictions internes qui l'empêchent ?

Bovdunov : Non, cette région ne peut être considérée comme une civilisation séparée, elle est un terrain de contact de diverses civilisations : Islamique, Orthodoxe, Catholique. Un autre fait est qu'il y a quelque chose de commun dans ce domaine à partir duquel le projet de la Grande Europe de l'Est peut être construit, je veux parler de la composante conservatrice qui est évidemment présente dans ces pays et qui est en partie liée à nous. Il y a une couche supplémentaire, l'horizon paysan, car l'Europe de l'Est est le berceau du paysan européen, où la civilisation de la Grande Mère se superpose au dionysisme (Dionysos vient d'Europe de l'Est, de Thrace). Et ces horizons philosophiques sont également importants pour trouver un terrain d'entente. Il y a des moments de chevauchement même dans l'idée slave, car il semblerait que le panslavisme et l'eurasianisme soient difficilement compatibles, mais, en fait, nous devrions nous tourner vers la dimension profonde de l'idée slave, vers la langue, vers la recherche linguistique, vers les tentatives de former la philosophie sur la base de la langue.

Ainsi, le philosophe macédonien Bronislav Sarkanyants fait remarquer que nous pouvons retracer comment les concepts philosophiques que l'on trouve dans les langues slaves du Sud ont fait un long chemin depuis la tradition grecque, jusqu'au latin, à l'allemand, au russe, au serbe, et ainsi de suite. Nous avons eu Cyrille et Méthode, il y avait une tradition de traduction du grec, qui était essentiellement une traduction du grec philosophique, la langue du Nouveau Testament et du platonisme chrétien. Pourquoi ne nous tournons-nous pas ensemble vers la tradition de Cyrille et Méthode ? C'est déjà un défi intéressant. Au lieu de passer par une chaîne de perte de sens, nous pouvons faire une tentative pour atteindre l'antiquité et notre tradition commune léguée par Cyrille et Méthode.

Les-saints-égaux-aux-Apôtres-Cyrille-Méthode.jpg

L'image de Cyrille et Méthode est importante pour nous, pour les Serbes et les Slovaques, qui avons la croix de Cyrille et Méthode dans nos armoiries. On peut trouver de profondes tendances russes et slaves chez les Slovaques. Nous pouvons trouver des influences mutuelles de tendances philosophiques: les Slovaques ont une école philosophique, fondée par Nikolai Loski. Nous sommes unis aux Polonais par la figure de Thaddeus Zielinsky (photo), un grand et intéressant spécialiste de l'antiquité et fondateur de l'idée de la Renaissance slave. En général, il y a beaucoup de couches différentes qui se croisent et se chevauchent, et c'est ce qui rend la région si intéressante.

Tadeusz_ZielińskiPhoto.jpg

Kiselev : Quelles conclusions tirez-vous de votre livre et quels sont vos espoirs pour l'avenir de l'Europe de l'Est ?

Bovdunov : La conclusion est que nous pouvons construire un projet pour l'Europe de l'Est. Ce projet respectera l'identité de la région. Les pays d'Europe de l'Est doivent se tourner vers les horizons philosophiques sous-jacents qui les unissent, d'une part. D'autre part, les aspects pragmatiques et géopolitiques jouent un rôle important. Pour ce faire, il faut d'abord mettre fin à l'occidentalo-centrisme, qui empêche l'Europe de l'Est de rattraper l'Occident, car le discours lui-même est actuellement construit de telle sorte qu'elle ne peut pas le rattraper; l'Europe de l'Est est éternellement contrainte d'être l'"Autre" interne de l'Occident, en le copiant, en éliminant ses caractéristiques, tandis que la Russie est l'"Autre" externe. Ce qui est projeté sur l'image de l'"Autre" est ce que l'Europe nie actuellement en elle-même. Pour sortir de ce cercle vicieux, il est nécessaire que l'"autre" Europe devienne l'"autre Europe". Il est nécessaire de chercher son alternative dans la Tradition et avec la Russie.

 

jeudi, 26 mai 2022

Slovaquie et Hongrie : deux voies totalement différentes

Pins-Hongrie-Slovaquie.jpg

Slovaquie et Hongrie : deux voies totalement différentes

Erich Körner-Lakatos

Livraisons d'armes et état de guerre

Comme l'annonce le quotidien slovaque de langue hongroise Új Szó, le gouvernement de Bratislava attise la guerre en Ukraine en livrant de nouvelles armes. Selon le ministre de la Défense Jaroslav Nad', la Slovaquie va fournir aux forces armées ukrainiennes des hélicoptères militaires MI-17 et des lance-missiles RM-70. "Dans le cadre de l'horizon à long terme de la coopération, il est possible de transférer d'autres technologies soviétiques si un approvisionnement suffisant est assuré, de sorte que le transfert éventuel n'aura pas d'impact négatif sur la défense de la Slovaquie et de l'OTAN", a déclaré Nad'.

Le gouvernement de Viktor Orbán, qui a été investi mardi (24 mai), a choisi une toute autre voie, celle de la désescalade du conflit par l'accueil des réfugiés, l'aide à l'ethnie magyare en Ukraine des Carpates et le refus de livrer des armes (y compris des permis de transit pour du matériel de guerre étranger). Par mesure de précaution, le nouveau cabinet a déclaré la loi martiale sur l'ensemble du territoire national à partir du 25 mai à 0h00, afin de pouvoir réagir immédiatement à toute menace venant de l'Est.

Cette mesure, qui élargit le champ d'action de l'exécutif, est bien entendu prévue par la Constitution : en effet, le 24 mai, le Parlement a adopté le dixième amendement de la Loi fondamentale (Constitution) par 136 voix pour et 36 contre. Cela permet au gouvernement de déclarer la loi martiale comme forme d'état d'urgence, même en cas de conflit armé, de guerre dans un pays voisin ou de catastrophe humanitaire.

mercredi, 18 mai 2022

La russophilie et la russophobie comme facteurs géopolitiques en Europe de l'Est

drapeaux-de-pays-de-l-europe-de-l-est-97110058.jpg

La russophilie et la russophobie comme facteurs géopolitiques en Europe de l'Est

par le comité de rédaction de Katehon

Source: https://www.ideeazione.com/russofilia-e-russofobia-come-fattori-geopolitici-nelleuropa-orientale/

Le rôle clé dans la position des pays est joué par la présence ou l'absence d'élites souveraines au pouvoir.

L'opération militaire spéciale (SVO, abréviation russe) menée par la Russie en Ukraine dure depuis trois mois et est loin d'être terminée. Cette longue campagne n'aurait pas été possible sans l'assistance militaire sans précédent de l'OTAN au régime ukrainien. Les pays d'Europe de l'Est limitrophes de l'Ukraine jouent un rôle clé à cet égard. D'une part, c'est par le territoire de ces États que passent les livraisons d'équipements militaires. Ils fournissent également de vieilles armes soviétiques, avec lesquelles l'armée ukrainienne a l'habitude de travailler. D'autre part, ce sont ces pays qui accueillent la plus grande part des réfugiés ukrainiens. Ils supportent les principaux coûts et risques d'une confrontation avec la Russie.

Dans cette optique, le facteur idéologique acquiert une importance particulière. La russophobie ancrée dans la psychologie nationale ou, au contraire, une attitude traditionnellement amicale ou neutre envers la Russie peuvent être des facteurs influençant la stabilité dans un pays donné. À cet égard, les pays d'Europe de l'Est ne sont pas homogènes.

Slovaquie

En avril, les autorités slovaques ont livré à l'Ukraine leur système unique de défense aérienne S-300. La livraison du complexe a eu lieu en secret. L'opposition s'est fortement opposée à ce geste. Elle a accusé les autorités slovaques d'entraîner le pays dans le conflit et de réduire ainsi la capacité de défense du pays. Les États-Unis ont promis d'envoyer des systèmes de défense aérienne Patriot à la Slovaquie. Toutefois, ils seront contrôlés par du personnel militaire non slovaque, ce qui prive la Slovaquie du contrôle de son espace aérien, dé-souverainisant de la sorte ce petit pays.

fico.jpeg

L'ancien premier ministre slovaque et leader du parti Smer-SD, Robert Fico (photo), affirme que "le transfert des S-300 pour la défense aérienne à l'Ukraine est un acte de guerre aux conséquences imprévisibles pour la Slovaquie".

Malgré les protestations, le Premier ministre slovaque Eduard Heger est allé plus loin et, le 12 avril, a proposé de fournir des avions MiG-29 slovaques à l'Ukraine. L'armée de l'air slovaque possède une douzaine de ces appareils. Auparavant, même la Pologne n'osait pas prendre une telle mesure, craignant les attaques russes sur son territoire. Dans le même temps, malgré la propagande anti-russe, un tiers des Slovaques soutiennent l'opération militaire spéciale russe en Ukraine.

Le 4 mai, la Slovaquie a également annoncé qu'elle était prête à réparer les équipements militaires ukrainiens endommagés. Ainsi, la république, où les sentiments pro-russes, a-t-on noté, étaient les plus prononcés parmi tous les pays d'Europe centrale avant l'opération militaire spéciale, est la plus intensément impliquée dans les hostilités parmi tous les pays du flanc oriental de l'OTAN. La raison en est que ce pays est le moins "sujet" de sa propre histoire. En 2018, la Slovaquie a connu sa "révolution colorée", les manifestations "anti-corruption" fomentées par l'Occident ont conduit à la démission de Robert Fico, puis à la perte de la majorité parlementaire par le parti Smer-SD. Le gouvernement slovaque peut être contraint de faire ce que même la Pologne n'ose ouvertement pas faire. Cette politique s'accompagne de répressions : ils tentent de priver Robert Fico de son mandat de député et l'arrêtent pour avoir divulgué des informations sur les violations fiscales de ses adversaires (les informations auraient été obtenues illégalement). Auparavant, un autre leader de l'opposition, le chef du parti populiste de droite Notre Slovaquie, Marian Kotleba, a été privé de son mandat parlementaire sur la base d'accusations forgées de toutes pièces.

Pologne

Le 30 mars, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré que la Pologne "établissait des normes d'un certain type" sur ce que l'on appelait auparavant la russophobie. Varsovie se sent comme un nouveau centre de l'Europe qui, sur la vague du sentiment anti-russe, tente de démontrer son leadership. D'une part, cela s'applique à la France et à l'Allemagne. D'autre part, la Hongrie. Le vice-premier ministre du gouvernement polonais et véritable leader du parti au pouvoir Droit et Justice, Jaroslaw Kaczynski, a déclaré que la Pologne "ne peut plus coopérer" avec la Hongrie tant que celle-ci ne change pas de cap.

Nous parlons de la coopération entre la Hongrie et la Russie. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban tente de bloquer toute tentative d'imposer des sanctions européennes sur le gaz et le pétrole russes, car elles "tueraient la Hongrie". La Hongrie est également le seul pays européen à réclamer une enquête objective et indépendante sur la tragédie de Bucha. D'autres ont déjà accusé la Russie de tout.

"Lorsque le Premier ministre Orban dit qu'il ne peut pas voir ce qui s'est exactement passé à Bucha, on devrait lui conseiller de consulter un ophtalmologue", a poursuivi le chef du parti Droit et Justice au pouvoir.

Malgré la tentative de la Pologne de jouer les premiers violons dans le concert russophobe des puissances occidentales, cela n'a pas amélioré ses relations avec Bruxelles. Les dirigeants conservateurs de la Pologne sont depuis longtemps en conflit prolongé avec les dirigeants de l'UE. Pour cette raison, l'UE a suspendu l'allocation de fonds à la Pologne.

file7j0qhwk6gc8pxzwedga.jpg

Le 4 mai, le président polonais Andrzej Duda (photo) a déclaré dans une interview au Wall Street Journal que pour lui "la présence de troupes américaines dans notre région" est une garantie contre "l'expansion de la politique impériale russe". Il a souligné qu'il serait "très heureux si ces troupes restaient ici de façon permanente".

Hongrie

La décision de Viktor Orban de payer le gaz russe en roubles pourrait entraîner l'isolement de la Hongrie, a menacé le ministre allemand de l'économie Robert Habeck.

Selon lui, les actions du Premier ministre hongrois contredisent la décision du G7 de payer l'énergie russe dans les devises stipulées dans les contrats: dollars et euros. Ainsi, l'UE commence déjà à mettre en œuvre sa politique d'isolement, qui a été clairement évoquée en prévision de la victoire électorale d'Orban.

La position de la Hongrie a été critiquée par d'autres pays de l'OTAN et de l'UE pendant les mois de l'opération militaire spéciale. Les dirigeants ukrainiens ont accusé Budapest de planifier la saisie de territoires ukrainiens (sans noter l'existence de tels plans en Pologne). En conséquence, le Premier ministre hongrois Viktor Orban s'est retrouvé sur le site Myrotvoretz dans la liste des ennemis de l'Ukraine.

Dans l'UE, la Hongrie s'oppose fermement aux plans visant à imposer un embargo pétrolier à la Russie, même avec une prolongation pour la Hongrie et la Slovaquie jusqu'à la fin de 2023. Parmi les pays d'Europe centrale et orientale, la Hongrie adhère à la position la plus indépendante, ce qui complique la construction d'un front commun anti-russe.

Roumanie

En Roumanie, le pompage de la société par la propagande anti-russe a conduit à une attaque terroriste contre l'ambassade de Russie le 6 avril, lorsqu'un citoyen local faisant l'objet d'une enquête pour pédophilie s'est déclaré ukrainien et a foncé sur les grilles de l'ambassade de Russie à Bucarest, après quoi il s'est immolé avec sa voiture.

La Roumanie, en cas d'escalade du conflit en Transnistrie, pourrait prendre le contrôle de la République de Moldavie, selon des sources médiatiques russes. Le sud de la Bessarabie - une partie de la région ukrainienne d'Odessa, séparée du principal territoire ukrainien par une barrière naturelle - l'estuaire du Dnestr - revêt également une importance stratégique pour la Roumanie.

La Roumanie, comme la Pologne, joue un rôle clé dans l'approvisionnement de l'Ukraine en carburant et en armes occidentales. La présence des troupes américaines dans le pays augmente. Dans le même temps, la Roumanie intensifie sa coopération avec l'Ukraine pour envoyer des marchandises via la Moldavie. Par conséquent, la Roumanie devient d'une importance capitale dans la fourniture d'armes au sud de l'Ukraine et à la région d'Odessa et dans l'exportation de produits ukrainiens.

_70w4224.jpg

Bulgarie

En Bulgarie, des manifestations ont eu lieu tout au long du mois d'avril contre les livraisons d'armes à l'Ukraine. Les manifestations étaient organisées par le parti parlementaire "Vazrazhdane" ("Renaissance"). Le président Rumen Radev (photo) s'est opposé à la fourniture d'une assistance militaire à l'Ukraine. La décision de Gazprom de suspendre les ventes de gaz à la Bulgarie a heurté les positions des russophiles bulgares. Cependant, cette situation a été causée par le refus du gouvernement du pays lui-même d'acheter du gaz en roubles.

Le 4 mai, le parlement bulgare (à l'exception des députés de Renaissance) a voté en faveur de la fourniture d'une assistance humanitaire et militaro-technique à l'Ukraine. Kiev souhaiterait réparer ses équipements militaires en Bulgarie et exporter des céréales via le port de Varna (les ports roumains sont déjà pleinement utilisés par l'Ukraine). Le président Radev a critiqué la décision du parlement, déclarant qu'"il y a un danger d'entraîner la Bulgarie dans ce conflit". Selon le chef de l'État, "le conflit ne sera pas court, il s'intensifiera et nécessitera des solutions raisonnables, et le terme même d'"assistance militaro-technique" est plutôt vague et risqué".

Il convient de noter qu'en Bulgarie, le niveau de soutien à la Russie au cours des derniers mois (février à mai) a chuté de 32% à 25%. En même temps, il faut tenir compte du fait que dans le contexte de la propagande hystérique anti-russe et de la réticence de nombreux Bulgares à parler aux sociologues de leur véritable état d'esprit, par peur de la répression et de l'ostracisme, dans le contexte du discours anti-russe dominant dans les médias, 25% est un chiffre substantiel. Dans cette situation, au moins un quart de la population déclare ouvertement son désaccord avec le récit anti-russe.

Grèce

En Grèce, tout comme en Bulgarie, des manifestations contre la fourniture d'armes à l'Ukraine ont eu lieu début avril. Cependant, aujourd'hui, les principaux arguments des manifestants sont la critique de l'augmentation des prix de l'énergie associée à l'adhésion de la Grèce aux sanctions anti-russes.

En général, les facteurs de russophilie ou de russophobie ne jouent pas un rôle particulier en Grèce. Les principales forces anti-guerre du pays sont la gauche. La détérioration de la vie des gens ordinaires est un facteur clé pour contrer l'implication dans le conflit. En général, dans les pays de l'OTAN d'Europe de l'Est, le facteur russophilie et russophobie joue un rôle en Slovaquie et en Bulgarie, où les forces pro-russes étaient auparavant au moins un peu évidentes. C'est dans ces pays que se pose aujourd'hui la question de la stabilité politique et d'éventuelles élections anticipées en raison de problèmes politiques internes, mais un facteur externe agit comme un catalyseur : le conflit en Ukraine et la perspective d'être entraîné dans une guerre avec la Russie.

Dans les États baltes, en Pologne et en Roumanie, la situation est plus stable. Toutefois, d'une manière générale, la pression de Washington, Londres et Bruxelles est si forte que l'opposition des forces pro-russes en Bulgarie et en Slovaquie risque d'être brisée. Le rôle clé dans la position des pays, comme le montre l'exemple de la Hongrie, est joué par la présence ou l'absence d'élites souveraines au pouvoir. Dans le premier cas, même l'expérience historique relativement négative des relations avec la Russie ne fait pas obstacle à une évaluation sobre de la situation. Au contraire, dans les pays totalement dépendants de l'Occident et dotés d'élites faibles, aucune expérience historique positive ne joue un rôle particulier ; de plus, il est possible en peu de temps de "raviver" la conscience de la majorité de la société par une exposition médiatique intense.

16 mai 2022

vendredi, 18 mars 2022

Neutralité et défense nationale: Réalité et vision

angelobung-am-nationalfeiertag-verfassun-768x517.jpg

Neutralité et défense nationale: Réalité et vision

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/03/17/neutralitat-und-landesverteidigung-realitat-und-vision/

Selon des sondages récents, un peu plus de 70% des Autrichiens sont favorables au maintien de la neutralité. Et presque autant de personnes sondées sont favorables à ce que notre république alpine fasse partie d'un système de défense européen. Seule une minorité, quasi insignifiante, est donc favorable à l'adhésion à une OTAN dominée par les États-Unis.

En fait, il y a un peu plus de 20 ans, sous la coalition ÖVP-FPÖ de Wolfgang Schüssel et Susanne Riess-Passer, une brève période a laissé entrevoir une européanisation du pacte de l'Atlantique Nord et donc une émancipation des Européens de la domination américaine. A l'époque, il semblait que l'OTAN pouvait évoluer vers une alliance de défense réduite aux pays de l'UE. L'achat des 24 Eurofighters par la coalition ÖVP-FPÖ - en fait, il s'agissait d'un gouvernement FPÖ-ÖVP - devait être une sorte de contribution autrichienne à une défense européenne de l'espace aérien et les Battlegroups de l'Union européenne, dont il était question à l'époque, auraient probablement été conçus comme le noyau d'une armée européenne. La question de savoir comment une telle armée européenne aurait fonctionné compte tenu du potentiel militaire des deux puissances nucléaires que sont la Grande-Bretagne et la France n'avait même pas été abordée à l'époque. En tout état de cause, une armée européenne dotée du potentiel nucléaire des deux puissances atomiques d'Europe aurait pu développer la force nécessaire pour égaler les autres grandes puissances militaires.

FLUGSHOW-AIRPOWER-13-IN-ZELTWEG-EINFLIEGEN-EUROFIGHTER-TYPHOON_1487234172002479_v0_l.jpg

Non, il en a été autrement : malgré tous les échecs militaires et le chaos militaire que les forces armées américaines ont dû affronter lors de leurs opérations globales en l'Afghanistan et en Amérique latine, la domination américaine au sein du pacte de l'Atlantique Nord n'a pas seulement perduré, elle s'est même renforcée. Sous la présidence de Donald Trump, les Américains semblaient se replier sur la doctrine Monroe et sur une "splendide désolation". Aujourd'hui, sous le président démocrate Biden, les choses sont à nouveau très différentes, notamment en ce qui concerne l'adversaire géopolitique russe. Historiquement, ce sont les présidents américains démocrates qui ont le plus souvent engagé l'Amérique dans des guerres et des conflits militaires mondiaux. Joe Biden n'est qu'un de ceux-là et, avec l'élargissement considérable de l'OTAN vers l'Est, dans des territoires de l'ancien pacte de Varsovie, voire de l'ex-Union soviétique, il a quasiment encerclé la Russie. Les réactions de l'Union européenne, mais aussi des puissances européennes les plus fortes, la France et l'Allemagne, ainsi que du Royaume-Uni, qui s'est retiré de l'UE, dans le conflit armé actuel autour de l'Ukraine, montrent clairement que les Européens suivent ici, au sein de l'OTAN, les directives américaines de manière absolument servile.

Les Européens, en particulier les Allemands, mais aussi les Autrichiens neutres, ont été secoués par la guerre en Ukraine dans la mesure où ils ont dû admettre que leurs armées respectives n'étaient en aucun cas capables de se défendre et qu'elles n'avaient rien à opposer à d'éventuelles attaques extérieures. Bien qu'il n'y ait eu, et qu'il n'y ait toujours, aucun signe ou indice d'une intention russe d'attaquer des pays de l'UE ou des membres de l'OTAN, ce rappel à l'ordre semble avoir été fructueux et très nécessaire. Le gouvernement allemand, dirigé par Olaf Scholz, a immédiatement promis 100 milliards d'euros pour le réarmement du gouvernement fédéral, et même l'Autriche s'est soudainement montrée prête à augmenter le budget minimal de la défense. Et puis, il y a même eu des voix au sein de la République alpine qui ont déclaré que seule une adhésion à l'OTAN pourrait apporter la sécurité au pays.

22542340885.jpg

Nous savons maintenant que la neutralité perpétuelle, que nous avons acceptée sous la pression soviétique dans le contexte du traité d'État, est devenue au fil des ans une partie de l'identité autrichienne, apparemment appréciée par la majorité de la population. Du point de vue de la politique de sécurité, il s'agissait bien sûr d'un mensonge pendant la guerre froide, car même à cette époque, l'armée fédérale n'aurait pas été en mesure de résister à une attaque du Pacte de Varsovie. Dans le secret des cercles de l'armée autrichienne, on savait à l'époque qu'en cas de guerre, on n'aurait pu que lancer un appel à l'aide à l'OTAN et qu'on aurait peut-être été en mesure de résister brièvement. Et cela ne s'est pas du tout amélioré depuis la fin de la guerre froide.

En tant que membre de l'Union européenne, entouré de membres de l'OTAN, on pensait, à Vienne, y compris dans les cercles de l'armée fédérale, que la défense militaire du pays ne devait plus vraiment être prise au sérieux. L'armée fédérale était au mieux une organisation de protection civile, un bon corps de pompiers, qui devait fournir des services d'assistance en cas de catastrophe et, le cas échéant, intercepter les migrants illégaux lors d'une mission d'assistance à la frontière.

Au moyen d'innombrables réformes depuis l'ère Kreisky, l'armée a été amaigrie au cours de longues décennies, son armement est obsolète, le concept de milice a été purement et simplement mis au placard et même l'obligation générale de servir a été remise en question à un moment donné. La possibilité d'effectuer un service civil et les critères trop prudents appliqués lors de la sélection des conscrits ont de toute façon fortement érodé cette obligation générale de servir. C'est ainsi que l'armée de terre n'est aujourd'hui que partiellement opérationnelle, qu'elle ne dispose ni d'armes modernes ni d'une surveillance aérienne réellement opérationnelle, et qu'elle aurait à peine les carburants nécessaires pour les véhicules et les munitions nécessaires pour une intervention.

211022-1708-948-0900-349417-20211022s15kaserne.jpg

Au vu de ces faits, et donc en ce qui concerne la neutralité et l'état de préparation effectif du pays à la défense, il convient de développer des stratégies d'avenir qui, d'une part, rendent la République réellement apte à se défendre et qui, d'autre part, permettent la mise en place d'un système de sécurité et de défense militaire européen, qui aurait dû être mis en place depuis longtemps. Si les belles paroles des responsables politiques devaient effectivement se concrétiser et si un budget adéquat devait être alloué à la défense nationale, l'armée fédérale devrait être réarmée le plus rapidement possible - ce qui devrait sans aucun doute prendre des années - sur le modèle suisse. Des investissements massifs devraient être consacrés à l'équipement et à la formation des cadres, qui constituent en quelque sorte le noyau d'une armée de milice à large spectre en tant qu'armée professionnelle.

Pour une telle armée de milice, le service militaire obligatoire devrait être étendu à l'obligation générale de servir pour tous les jeunes citoyens. Dans le cadre de ce service obligatoire, les jeunes hommes et les jeunes femmes devraient être obligés d'effectuer un an de service de solidarité civique, soit dans le cadre du service militaire, soit dans le cadre du service social et de la protection civile. Il n'y a pas d'argument valable pour que cette obligation de service ne s'applique pas aux femmes, étant donné que l'égalité entre les hommes et les femmes doit être imposée depuis longtemps dans tous les domaines juridiques et sociaux. Il va de soi qu'une telle armée de milice serait ouverte aux femmes de manière tout à fait équivalente et qu'elle devrait être dotée de certains avantages de nature financière par rapport aux services sociaux et à ceux du domaine de la protection civile, afin de garantir les effectifs correspondants. Une telle armée de milice, dotée d'un équipement moderne et d'une formation optimale, avec une armée professionnelle en son cœur, devrait avoir la volonté et la capacité de défendre le pays de manière autonome. Elle serait ainsi également garante de la neutralité militaire de l'Autriche, tant que celle-ci est maintenue.

Si l'Union européenne était en mesure de devenir un "acteur mondial", également du point de vue de la politique de sécurité, cela nécessiterait naturellement de s'émanciper des Américains. Que cela passe par une européanisation du traité de l'Atlantique Nord ou par un retrait des Européens de ce traité est secondaire. Même si une sorte de communauté de valeurs transatlantique des grandes puissances démocratiquement organisées, c'est-à-dire les États-Unis et l'Europe, doit continuer à exister, une action autonome de l'Union européenne en matière de politique de sécurité et de géopolitique serait indispensable comme condition préalable à la sauvegarde de ses propres intérêts. Et ce serait bien sûr aussi la condition pour abandonner la neutralité autrichienne sur le plan militaire au profit d'une participation à une armée de l'UE.

Depuis l'adhésion à l'UE, la thèse selon laquelle la neutralité de l'Autriche subsiste, mais qu'elle serait obsolète au profit d'une solidarité européenne en cas d'urgence militaire, est quelque peu éloignée de la réalité. En cas de création d'un système européen de sécurité et de défense, dont l'armée autrichienne ferait partie, notre neutralité serait sans doute caduque, tout comme celle des autres pays de l'UE jusqu'ici neutres, à savoir l'Irlande, la Suède et la Finlande.

Les propos tenus ces jours-ci par l'ancien haut responsable militaire Höfler, selon lesquels l'Autriche n'aurait actuellement que deux possibilités, à savoir un réarmement adéquat de l'armée fédérale ou l'adhésion à l'OTAN, seraient donc dépassés. Un réarmement approprié et efficace de notre armée, avec maintien provisoire de la neutralité jusqu'à la création d'un système de sécurité et de défense paneuropéen, serait plutôt la seule possibilité réaliste, mais aussi visionnaire, de maintenir la stabilité de la politique de sécurité du pays. Et cette armée devrait alors être intégrée dans ce système de sécurité européen et pourrait y développer une puissance militaire utile en tant que partie intégrante et contribution de l'Autriche. Le rêve pseudo-pacifiste d'une paix éternelle a fait long feu, nous le voyons ces jours-ci. Les exigences en matière de politique de sécurité pour notre République, mais aussi pour l'Europe commune, doivent maintenant être satisfaites au plus vite. Sinon, nous risquons, non seulement l'Autriche, mais aussi les pays de l'Union européenne dans leur ensemble, de devenir des profiteurs de troisième ordre de la politique mondiale.

Autriche: "Nous avons actuellement une neutralité au rabais"

brigkdt_ertl.jpg

Autriche: "Nous avons actuellement une neutralité au rabais"

Le brigadier à la retraite Günter Polajnar sur la neutralité et les besoins d'investissement de la Bundesheer autrichienne

Source: https://zurzeit.at/index.php/wir-haben-derzeit-eine-diskont-neutralitaet/

Monsieur le Brigadier, quelles leçons l'Autriche doit-elle tirer de la guerre en Ukraine en ce qui concerne la défense nationale et l'armée fédérale ?

Günter Polajnar : Tous les politiciens rivalisent à nouveau d'interventions sur le "budget famélique" de l'armée fédérale autrichienne, comme par exemple : "Nous devons investir dans notre défense nationale plus qu'auparavant, au moins, etc ... !"

J'entends les mots, mais je n'y crois pas ! Chaque gouvernement de ces dernières décennies a laissé des traces essentiellement partisanes dans la structure de l'armée fédérale autrichienne, qui est donc passée d'une réforme à l'autre en titubant. La stratégie politique des partis a toujours été plus importante pour nos gouvernements que la nécessité de la politique de défense ! Klaudia Tanner (ÖVP), notre actuelle ministre de la Défense, en a fourni un exemple particulièrement frappant : En 2020, elle voulait tout juste réduire au minimum la mission principale de la défense nationale (car la fameuse "bataille des chars dans le Marchfeld" n'aura plus jamais lieu). Au lieu de cela, notre armée fédérale devait, malgré sa neutralité, être transformée selon le "modèle suisse" en un corps d'assistance technique légèrement armé pour des missions d'assistance. Or, depuis le 24 février 2022, des chars russes circulent et tirent dans l'Ukraine voisine et maintenant (minuit cinq), quelle surprise, la chère Madame parle soudain d'un "incroyable besoin de rattrapage" !

Autres exemples de la volonté de défense autrichienne : Herbert Scheibner (FPÖ) a dû avaler en 2002, après un "petit déjeuner avec l'éminent chancelier", les Eurofighter Typhoon du chancelier Schüssel de l'époque au lieu de la solution bien plus raisonnable du Gripen suédois (photo, ci-dessous) proposée par l'état-major (entre autres à cause de l'infrastructure de chantier suffisamment disponible à l'époque, d'origine suédoise) !

Saab_JAS_39_Gripen_at_Kaivopuisto_Air_Show,_June_2017_(altered)_copy.jpg

Juste avant les élections nationales de 2006, Günther Platter (ÖVP) a suspendu les exercices de milice et en a fait le point culminant de sa carrière de ministre. Pour couronner le tout, il a réduit de moitié la capacité de mobilisation de l'armée et a supprimé les exercices. Enfin, Norbert Darabos (SPÖ), objecteur de conscience déclaré, était prévu pour le ministère de l'Intérieur lors du changement de gouvernement en 2007. Cependant, l'ancien chancelier Schüssel a imposé Platter comme ministre de l'Intérieur. Darabos est donc devenu, à notre grand regret, le ministre suivant de la Défense.
Il s'est immédiatement mis au travail, a réalisé le vœu le plus cher de Gusenbauer (SPÖ) et a marginalisé la défense aérienne, qui était de toute façon quasiment inexistante, en réduisant encore considérablement le nombre des Eurofighters, déjà mal aimés, à un nombre honteux et ridicule de 15 unités.

image-article169Gallery-5a54ce6d-1227364.jpg

Pour couronner le tout, cet appareil a été rétrogradé au rang d'avion-école tout juste utilisable, sans capacité de combat de nuit. Sous Hans-Peter Doskozil (SPÖ), dans le sillage de la crise migratoire de 2015/16, un budget un peu plus élevé a de nouveau été obtenu pour l'armée, et Thomas Starlinger a été le dernier ministre fédéral de la Défense nationale dans le gouvernement d'experts avant le gouvernement Kurz de 2020, qui, en tant que spécialiste reconnu, avait le courage et probablement la compétence d'aborder clairement les vérités désagréables et de les mettre sur la table des débats. Ainsi, ce triste éventail de nombreux échecs et de mauvaises décisions se referme sur la phrase de Marcus Tullius Cicero, qui reste malheureusement toujours d'actualité : "Si vis pacem, para bellum" ou "Si tu veux la paix, prépare la guerre" !

Le Bgdr i. R. Günter Polajnar a commandé la 7e brigade de chasseurs (Photo : Bundesheer)

Pendant des années, voire des décennies, l'armée fédérale a été traitée en parent pauvre par les politiques et sous-dotée financièrement. Aujourd'hui, les politiques se sont engagés à augmenter le budget de l'armée. Pensez-vous que l'armée fédérale obtiendra désormais les moyens dont elle a besoin ?

Polajnar : Il n'est pas facile de répondre à cette question ! Comme nous l'avons déjà dit, la stratégie politique des partis, leur cuisine intérieure, a toujours été plus importante que les besoins de la politique de défense. J'ai toujours entendu toutes ces promesses d'augmentation des investissements pour la défense nationale lorsqu'il y avait le feu au lac !

Oui, notre armée jouit d'un certain prestige, mais principalement en raison de ses nombreuses interventions en cas de catastrophe et d'assistance, ainsi que de ses fréquentes opérations de protection des frontières en rapport avec les réfugiés cherchant à entrer illégalement sur le territoire, mais pas vraiment pour la mission principale pour laquelle elle est censée être prioritaire, à savoir la défense nationale.

La responsabilité principale de ce dilemme n'incombe pas aux citoyens, mais surtout à nos hommes et femmes politiques, qui n'agissent en tant qu'État que lorsqu'il y a le feu à la baraque et qu'il serait nécessaire et donc raisonnable de disposer de pompiers prêts à intervenir. Mais contrairement aux pompiers, qui n'interviennent que pour minimiser les dégâts, une armée bien équipée devrait déjà servir à prévenir le "feu" imminent.

Pour faire court, je ne pense pas que la défense nationale soit une priorité à long terme, en raison de l'expérience intense que j'ai acquise dans le cadre de cette politique essentiellement partisane, qui fait passer ses propres intérêts avant l'intérêt général et dont l'objectif est de maximiser l'électorat.

Les principaux responsables de ce dilemme sont les hommes et les femmes politiques qui n'ont agi que lorsque le feu avait été allumé.

Selon vous, où faut-il mettre l'accent sur la défense nationale dans les années à venir ? La défense contre les cyber-attaques, la protection des infrastructures critiques ou autre?

Polajnar : Je dois malheureusement avouer que je ne peux peut-être pas répondre à cette question de manière aussi compétente que je le souhaiterais, étant donné que je suis à la retraite depuis un certain temps déjà. Il me manque donc simplement un état des lieux actuel, mais je vais faire de mon mieux. La culture stratégique de l'Autriche en matière de défense militaire repose sur deux points essentiels :

    - L'hypothèse qu'il n'y aura pas de conflit militaire sur le sol autrichien, et
    - qu'en cas d'urgence, l'Autriche neutre et non-alignée pourra tout de même compter sur le soutien de ses alliés.
    - De ces deux hypothèses clés découle la tendance de la classe politique autrichienne à utiliser l'armée fédérale sur le territoire national principalement pour des tâches secondaires telles que des missions d'assistance. Une défense militaire efficace n'est pas nécessaire et il n'est donc pas nécessaire d'y consacrer des ressources financières supplémentaires.
    - Que peut-on attendre de cette "pensée quasi-stratégique" pour l'avenir ?
    - Il est très probable qu'une réforme ou une restructuration de l'armée fédérale dans l'esprit de la "culture de défense autrichienne habituelle" impliquera de toute façon toujours plus de mise en scène que d'amélioration effective des performances militaires. Le sous-financement chronique des forces armées fait partie intégrante de cette culture, et même les conflits armés dans notre voisinage immédiat (comme en Yougoslavie en 1991) n'ont pas permis d'amorcer un changement de mentalité. Or, pour armer efficacement la République contre de nouveaux dangers, il faut non seulement une nouvelle définition de la guerre et de la paix et une nouvelle doctrine, mais aussi et surtout un soutien budgétaire à plus grande échelle.
    - Pour la raison susmentionnée, on ne peut pas non plus supposer que de nouveaux concepts opérationnels dans les domaines de la cyberdéfense ou de la défense contre les drones contribueront de manière significative à la défense militaire du pays.
    - Pour des raisons financières et de sécurité géographique, ces nouvelles priorités seront très probablement des programmes ponctuels, sans effet à grande échelle et avec de faibles capacités techniques militaires. Pour augmenter efficacement la capacité de combat de l'ensemble des forces armées et les rendre réellement opérationnelles sur le plan militaire conventionnel pour le XXIe siècle, il y aurait une multitude d'investissements à réaliser, y compris dans la guerre électronique ou dans la mise en réseau de tous les systèmes d'information de commandement, qui devraient être effectués en liaison avec cette dernière pour obtenir une valeur ajoutée militaire. La cyberdéfense ne fonctionne pas sans un renseignement efficace en matière de télécommunications et d'électronique.

En fin de compte, les attaques futures ne seront pas unidimensionnelles, mais très probablement multidimensionnelles, comme l'infiltration d'infrastructures critiques par des forces spéciales associées à des drones et soutenues par des cyberattaques ciblées. La nouvelle priorité ne doit donc en aucun cas signifier le désarmement de toutes les autres capacités.

Compte tenu de l'invasion russe en Ukraine, la neutralité est également un sujet de préoccupation en Autriche. L'Autriche devrait-elle envisager d'adhérer à l'OTAN ?

Polajnar : Notre neutralité au rabais actuelle ne protège pas, l'Autriche a objectivement deux options principales, à savoir une neutralité armée honnête ou l'adhésion à l'OTAN, mais subjectivement, je pense que nous n'avons qu'une seule option :
Mettre fin à notre parasitisme politicien irresponsable, dire enfin adieu à cette "neutralité en forme de clin d'œil" au cœur d'une Europe entièrement inféodée l'OTAN et, au lieu de cela, s'engager clairement en faveur d'une volonté d'affirmation de la politique de défense selon le modèle suisse, comme l'exigeait à l'origine la loi sur la neutralité, parce que l'Autriche a signé le 15 décembre 2009 un accord de paix avec l'OTAN. Après de longues et difficiles négociations, l'Autriche a obtenu son traité d'État et donc son indépendance le 1er mai 1955, et "dans le but d'affirmer en permanence son indépendance vis-à-vis de l'extérieur et de garantir l'inviolabilité de son territoire, l'Autriche déclare de son plein gré sa neutralité perpétuelle. L'Autriche la maintiendra et la défendra par tous les moyens à sa disposition".

Parce que je rejette catégoriquement la "position phéacienne" des Autrichiens et l'inconstance de nos politiciens qui font sans cesse des allers-retours sans jamais trancher ! Si, au lieu de l'OTAN actuelle - dont les États-Unis sont l'acteur principal -, une communauté de défense exclusivement européenne devait un jour se développer, il faudrait alors réévaluer cette nouvelle situation stratégique !

L'entretien a été mené par Bernhard Tomasachitz.

lundi, 01 novembre 2021

La Roumanie et les fausses alliances stratégiques

indicateur-de-la-roumanie-131897450.jpg

La Roumanie et les fausses alliances stratégiques

par Cristi Pantelimon*

La Roumanie se trouve dans une situation géopolitique ambiguë, que l'on pourrait considérer comme celle des "fausses alliances". Elle privilégie la relation stratégique avec les puissances atlantistes afin de se défendre contre une prétendue agressivité de la Russie. Une telle vision et la géopolitique qui en découle n'ont aucun fondement dans la situation géo-historique de la Roumanie, un État continental par définition. Une telle alliance peut fonctionner pendant un certain temps, mais elle ne sera que conjoncturelle et opportuniste. On peut dire la même chose des États occidentaux. La seule stratégie géopolitique à long terme qui se fonde sur l'histoire du continent est la stratégie eurasiste, c'est-à-dire une tentative de consolidation du Grand Continent de Lisbonne à Vladivostok.

5y_AF3GZO1JL8fAI_h8i7-pryXM.jpgLa Roumanie, comme d'autres États européens, est clairement confrontée au problème des fausses alliances. Ce syntagme a été utilisé dans la longue réflexion que le géopolitologue et général autrichien Jordis von Lohausen a consacrée au destin géopolitique de l'Europe après la Seconde Guerre mondiale dans son ouvrage Mut zur Macht. Denken in Kontinenten (1). Lohausen est un chercheur d'autant plus intéressant qu'il propose souvent une solution aux conflits géopolitiques passés sur le mode d'une histoire contrefactuelle, étant extrêmement crédible dans ce registre. Ses réflexions et ses solutions géopolitiques visent à renforcer une conception qui n'était pas pleinement réalisée au moment historique où les événements ont eu lieu, mais qui est encore plus évidente après la fin de ces événements. Ainsi, son continentalisme et son eurasianisme sont d'autant plus crédibles qu'au moment de la Seconde Guerre mondiale (et aussi de la Première), ils n'ont pas été pleinement soutenus par les puissances européennes, avec les conséquences qui sont sous nos yeux aujourd'hui : une Europe qui se trouve, pratiquement, à la discrétion des puissances thalassocratiques (surtout les États-Unis) et de l'OTAN (où l'influence des États-Unis est presque totale) ; une Europe qui ne peut pas résoudre ses problèmes, non pas à cause d'un manque de capacité bureaucratique, mais à cause d'un manque de vision globale d'un point de vue géopolitique et géostratégique. Le moment est venu pour l'Europe de choisir entre des alliances conjoncturelles et souvent opportunistes (celles avec les puissances thalassocratiques) et des alliances durables et logiques (peut-être plus difficiles à articuler pour le moment) avec les puissances continentales, en particulier la Russie.

SIbP8e7zoD5DEDC2Au-VcW2QHLI.jpg

La géopolitique : une science traditionnelle ?

Cette provocation est également manifeste dans le cas de la Roumanie, traversée par une véritable ligne de fracture géopolitique, quoique non déclarée, entre les adeptes de l'atlantisme d'une part et les adeptes (de plus en plus nombreux et déterminés) d'un continentalisme que la crise actuelle de l'Europe semble sortir de sa léthargie.

La géopolitique est souvent une science romantique. En d'autres termes, elle est pratiquée, en dehors de ceux qui, à un moment donné, semblent avoir la décision politique, par une série de personnes qui restent en dehors des véritables jeux de pouvoir, mais dont la mission est de créer, avec leurs idées, de véritables "états d'esprit", pour reprendre la notion de René Guénon. Ainsi, à côté de la dimension que nous avons appelée romantique (pour souligner le caractère gratuit, culturel et désintéressé de la géopolitique), ce secteur de la pensée humaine fait également ressortir son caractère profondément traditionnel, peut-être le moins mis en évidence jusqu'à présent. Si nous acceptons cette perspective, la géopolitique devient brusquement un territoire de liberté d'esprit, où ce qui n'est pas possible dans la réalité immédiate peut être considéré comme une probabilité ou une alternative créative dans le futur. Ce n'est qu'en ce sens que la géopolitique peut revendiquer une dimension créative; c'est-à-dire que ce n'est que dans la lutte avec la réalité à partir d'un certain moment qu'elle peut manifester ses qualités profondes. Une géopolitique des données concrètes et immuables, une géopolitique des faits achevés, des décisions déjà prises et du présent déjà transformé en un passé inerte est une fausse géopolitique, une géopolitique dépourvue de sens. Comme l'histoire humaine, la géopolitique est aussi une agonie (agonie comme lutte) pour la transformation des données réelles du monde, une lutte pour la revitalisation de l'humanité et son équilibre perpétuel.

Il découle de ces considérations que la géopolitique, parmi de nombreuses autres possibilités d'affirmation, a pour destin essentiel la critique et la négation des états de fait apparemment établis, la critique et la négation des évidences imposées par l'idéologie, de la pensée unique, du confort dans l'acte de réflexion.

En tant que science traditionnelle, la géopolitique doit chercher, tout d'abord, à découvrir quelles sont les sources de la force géopolitique. Qu'est-ce qu'une force géopolitique ? C'est cette force qui s'oppose à la domination injuste, non traditionnelle, non naturelle d'un peuple ou d'un espace donné. Il existe une domination géopolitique naturelle et une domination géopolitique non naturelle. La domination géopolitique naturelle est celle qui se déroule dans un esprit traditionnel. Selon le géopoliticien Jordis von Lohausen, la force géopolitique doit protéger la vie. Si elle ne le fait pas et commence à protéger les aspects superficiels de la vie, la force s'ankylosera et deviendra nuisible: "Tout pouvoir provient de la vie et est soumis au devoir de protéger la vie. Si elle perd ce sens originel, si elle se perd dans des objectifs superficiels, si elle ne cherche que le succès, alors elle se corrompt (...) Comme la flamme de la lanterne qui émet une dernière lumière avant de s'éteindre, ainsi la course à la superficialité célèbre ses triomphes, qui ne sont que la confirmation d'une réelle extinction" (2).

21.jpg

La Roumanie et les "tentations" stratégiques

La géopolitique de la Roumanie actuelle est, malheureusement, tributaire des aspects non traditionnels et donc, à notre sens, non géopolitiques de l'Europe occidentale. Une Europe occidentale qui se complaît dans une "fausse alliance" (ce syntagme appartient aussi à Lohausen) avec la thalassocratie mondiale américaine. Une alliance qui, sous couvert de protection (aujourd'hui contre le "danger russe") ne fait que débiliter l'esprit vital du continent et lui rendre un mauvais service à long terme.

L'aperçu de cette débilitation européenne dirigée par les États-Unis est bien illustré par Lohausen dans une postface de l'ouvrage cité. Lohausen s'exprime de la manière la plus directe qui soit: "Cinquante ans de croissance ininterrompue de la richesse sous le parapluie nucléaire américain n'ont pas seulement érodé la conscience de soi des Européens, ils ont aussi engourdi leur vigilance et détruit leur volonté de se défendre. La richesse sans défense est toujours une invitation au vol et au pillage. Le pouvoir est comme l'eau: il ne connaît pas d'espaces vides (3). Comme dans le cas de l'Europe occidentale, l'alliance stratégique de la Roumanie avec les États-Unis est un piège caché par le besoin de protection totale.

La première idée exprimée à propos de cette alliance est qu'elle fonctionne comme une protection contre la résurgence de l'esprit agressif de la Russie. Mais ce qui apparaît de ce point de vue est une situation et une idée contradictoires. D'une part, la Russie décrite comme un État agresseur doit intensifier sa vigilance militaire et géopolitique sur la Roumanie et dès lors renforcer la fameuse alliance (le "partenariat stratégique") avec les États-Unis. En revanche, ce qui est étrange, c'est que la Russie se voit refuser la puissance géopolitique dans la même mesure, ce qui la réduit au statut d'"acteur" sur la scène internationale. On fait souvent des comparaisons qui se veulent humiliantes, en comparant le produit intérieur brut des États-Unis à celui de la Russie, ou le niveau des dépenses en armement des premiers à celui des seconds. A l'évidence, ces comparaisons aboutissent à une Russie presque caricaturale en tant que poids géopolitique.

Le premier geste géopolitique naturel de la Roumanie serait de reconnaître la puissance géopolitique de la Russie et de tenter de la "capturer" dans l'esprit d'une collaboration stratégique continentaliste. En effet, dans l'hypothèse d'un affaiblissement géopolitique de la Russie, la Roumanie, contrairement à ce que préconise la recette atlantiste officielle, devrait contribuer à accroître cette puissance géopolitique. Nonobstant certaines contradictions historiques entre la Roumanie et la Russie, l'intérêt du Continent, qui n'est pas occasionnel et qui n'est pas opportun, serait celui d'une collaboration mutuellement bénéfique.

Toutefois, cette recette de collaboration présupposerait une image globale du continent européen qui ne correspond pas à la vision actuelle (4). Malheureusement, l'élite politique et militaire de la Roumanie actuelle semble être prisonnière d'une idée préconçue anti-russe, souvent subtilement, mais continuellement, alimentée par la "mémoire" d'épisodes historiques embarrassants dans les relations entre les deux pays (5). L'idée qu'à l'heure actuelle, la Roumanie a les mêmes intérêts géopolitiques que les États-Unis a infiltré la mentalité collective de l'élite intellectuelle roumaine. Une telle idée ne résiste toutefois pas à une analyse approfondie.

indexMV.jpgDans l'entre-deux-guerres, un célèbre sociologue et philosophe roumain (martyr du changement brutal de la situation géopolitique européenne en 1945), Mircea Vulcănescu (1904-1952), a proposé une vision intéressante des forces qui ont façonné en profondeur la civilisation roumaine. Sa théorie peut être appelée "théorie des tentations historiques" et consiste principalement en la théorisation subtile d'un mécanisme d'"éternel retour" aux origines du peuple roumain à travers le souvenir (plus ou moins une anamnèse de type platonicien) des éléments constitutifs de son ethnogenèse. Vulcănescu, cependant, ne privilégie pas l'aspect ethnique ou anthropologique au sens biologique, mais plutôt l'aspect strictement culturel et civilisationnel. "Chaque peuple, chaque âme populaire peut être caractérisée par un certain dosage de ces tentations, qui reproduisent dans son architecture interne l'interpénétration dans l'actualité spirituelle des vicissitudes historiques par lesquelles le peuple respectif est passé" (6).

En bref, il s'agit d'une série d'attractions irrésistibles, de forces configurantes que l'on retrouve non seulement dans les périodes d'épanouissement historique, mais surtout dans les périodes de bouleversement et de provocation historiques. Les influences extérieures s'accompagnent toujours d'un douloureux processus de reconfiguration morphologique ou, peut-être, de pseudomorphose. Mais ces influences, une fois subies, deviennent des tentations ou des facteurs générateurs d'énergies historiques, des éléments de nature vitale dans l'affirmation historique d'une communauté.

Selon Vulcănescu, les plus importantes tentations historiques des Roumains sont la tentation grecque, la tentation romaine, la tentation byzantine, la tentation russe, la tentation germanique, la tentation française et la tentation thrace (que l'auteur roumain considère comme la plus importante de toutes, étant de nature "résiduelle", c'est-à-dire liée au noyau). Ces "tentations" correspondent à certaines tendances qui façonnent le cadre global de la civilisation roumaine. Comme on le voit, les Roumains, peuple profondément continental (qui, selon Marija Gimbutas (7), réside précisément dans le "foyer" de l'Europe ancienne), n'ont pas de liens spirituels profonds avec le monde d'où vient aujourd'hui leur "salut" géopolitique, le monde atlantique. Au contraire, toutes les références anciennes ou récentes de la spiritualité roumaine sont d'ordre continental. Dans ces conditions, même si l'on peut spéculer sur le fait que la géopolitique a des règles différentes de l'histoire, il n'en est pas moins vrai que l'histoire et la géographie, ensemble, fournissent les orientations les plus sûres pour la géopolitique, comprise, comme nous l'avons dit plus haut, comme une science de l'empreinte traditionnelle.

Les alliances actuelles de la Roumanie et de l'Europe occidentale peuvent fonctionner. Mais ce fonctionnement n'aura jamais qu'un sens conjoncturel et opportuniste.


* Cristi Pantelimon, sociologue, est l'auteur des ouvrages suivants : Corporatisme şi economie. Critica sociologică a capitalismului, Ed. Academiei Române, Bucureşti, 2009 ; Prin cenuşa naţiunii, Ed. Etnologică, Bucureşti, 2006 ; Sociologie politică, Ed. Fundaţiei România de Mâine, Bucureşti, 2005. Il a coordonné les volumes collectifs suivants : Modernităţi alternative, Ed. Institutului de Ştiinţe Politice şi Relaţii Internaţionale, 2013 ; (avec Antoine Heemeryck), La globalisation en perspective. Elites et normes, Ed. Niculescu, 2012 ; Ideea naţională şi ideea europeană, Ed. Institutului de Ştiinţe Politice şi Relaţii Internaţionale, Bucureşti, 2009. Il a édité : Emile Durkheim, Diviziunea muncii sociale, Ed. Antet, Bucureşti, 2007 et Donoso Cortés, Eseu asupra catolicismului, liberalismului şi socialismului, Ed. Antet, Bucureşti, 2007. Il est l'auteur de traductions et d'articles sur divers sujets d'actualité pour le blog www.estica.eu. En italien : Vasile Gherasim e l'Eurasia spirituale, "Eurasia" 4/2015.  

Article paru dans: EURASIA. Revue d'études géopolitiques, Année XIII - Numéro 1, Janvier-mars 2016

Notes:

1. Kurt Vowinckel, Berg am See, 1979 și 1981. Nous citons l'édition française : Jordis von Lohausen, Les empires et la puissance. La géopolitique aujourdʼhui, Éd. du Labyrinthe, 1996.
2. Jordis von Lohausen, Les empires et la puissance. La géopolitique aujourdʼhui, Éd. du Labyrinthe, 1996, p. 78.
3. Ibid, p. 320.
4. De notre point de vue, ces dernières années, la vision concernant le continent européen a de nouveau subi une distorsion qui rappelle la guerre de l'information de la période de la guerre froide. Cette fois, le mal axial du monde n'est pas l'URSS, mais tout ce qui est sous l'influence de la Russie, à commencer bien sûr par la Russie elle-même. L'Europe n'est l'Europe que si la Russie en est éliminée. Une telle perception coïncide avec les plans atlantistes et maximalistes du pouvoir à Washington, mais est évidemment désastreuse pour l'ensemble du continent (que tout géographe non régenté idéologiquement voit s'étendre non pas jusqu'à l'Oural, mais au-delà... jusqu'à Vladivostok). 
5. Bien sûr, cette "mémoire" n'est pas seulement présente dans l'espace roumain. La logique de la situation fait que les forces anticontinentales de l'espace russe agissent dans le même sens : le "fascisme" roumain reste, semble-t-il, une cible privilégiée pour un nationalisme russe dépourvu de véritable horizon géopolitique. 
6. Mircea Vulcănescu, Dimensiunea românească a existenței, Ed. Fundației Culturale Române, București, 1991, p. 43.
7. " La Roumanie est le foyer de ce que nous avons appelé l'Europe ancienne, une entité culturelle située chronologiquement entre 6500 et 3500 av. J.-C., fondée sur une société matriarcale, théocratique, pacifique, amoureuse de l'art et créative, qui a précédé les sociétés guerrières patriarcales indo-européennes des âges du bronze et du fer " (Marija Gimbutas, Civilizație și cultură, Ed. Meridiane, București, 1989, p. 49).