Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 juin 2021

Qu'est-ce que la géopolitique? Son objet d'étude et pourquoi s'y intéresser?

20-oeuvres-pour-aimer-la-geopolitique-e1610276629659.jpg

Qu'est-ce que la géopolitique? Son objet d'étude et pourquoi s'y intéresser?

Par Andrés F. Berazategui

Ex : https://nomos.com.ar/2021/06/03/que-es-la-geopolitica-su-objeto-de-estudio-y-por-que-deberia-importarnos/

La géopolitique semble être sur toutes les lèvres, alors qu'il n'y a pas si longtemps, elle était répudiée parce qu’identifiée au national-socialisme. Elle a été présentée comme une pseudo-science qui cherchait à dissimuler des objectifs de domination, ou comme une simple idéologie qui cherchait à légitimer des conquêtes territoriales. Aujourd'hui, les choses ont changé et la géopolitique trouve partout des prédicateurs, des porte-parole et des analystes, à tel point que nous pouvons affirmer que nous sommes face à une situation abusive, puisque bien souvent des événements qui n'ont aucun rapport avec l'objet d'étude de la discipline sont qualifiés de "géopolitiques". Les variables et les théories de cette science sont souvent ignorées et il semble que tout événement international, pour le simple fait d'être tel, est déjà de la géopolitique ; et généraliser de cette manière est incorrect. Mais alors, qu'est-ce que c'est ? Ces lignes visent à ajuster les concepts.

De la géographie humaine à la géopolitique

Nous soutenons que la géopolitique a un antécédent fondamental au 19e siècle, lorsque certains géographes ont étudié les facteurs de conditionnement que l'environnement spatial (1) exerçait sur la vie humaine. Des savants tels que Humboldt, Ritter et Ratzel, en Allemagne, ou Vidal de la Blache, Camille Vallaux et Élisée Reclus, en France, ont étudié des facteurs tels que le climat, le sol, le temps, voire le paysage (2), et leur influence sur l'homme ; c'est ainsi qu'est née la géographie humaine, branche particulière de la géographie générale. Cependant, cela ne suffit pas à identifier l'objet d'étude de la géopolitique. Pour cette science, il est nécessaire d'avoir un acteur spécifique de la vie sociale, l'État, compris comme l'organisation territorialisée d'une collectivité pour ordonner ses relations sociales. Bien que l'État ne soit pas le seul acteur susceptible d'avoir des intérêts territoriaux, pour la géopolitique, il s'agit de l'acteur fondamental, car en tant que science, elle est née dans le but d'atteindre des objectifs politiques liés à la géographie.

À ce stade, nous pouvons donner une définition précise : la géopolitique est la science qui étudie l'influence des déterminants spatiaux sur la vie et les objectifs des États. C'est une science car elle a son propre objet d'étude et utilise des méthodes, des variables et des connaissances vérifiables pour l'aborder. Dans son évolution, comme dans toute science, des théories, des écoles, des paradigmes et des auteurs classiques sont nés.

Or, si ce que nous étudions est la manière dont l'environnement spatial influence les objectifs nationaux, nous devons expliquer l'utilité du territoire pour un État. Quatre fonctions principales ont été identifiées : (a) la protection ; (b) la source de ressources ; (c) la mobilité des personnes ; et (d) l'échange de biens et d'idées. En ce qui concerne le premier point, il est logique que l'être humain recherche un environnement pour se protéger des autres hommes, de l'inclémence du temps ou des animaux sauvages. La recherche de la sécurité est plus complexe dans le cas des collectivités organisées ; ainsi, les villes ont été fondées dans des zones surélevées ou protégées par un élément géographique quelconque, et pour fixer les populations, on a évité les marécages et les sols difficiles. Dans le cas des capitales, il était naturel qu'elles soient situées loin des côtes pour éviter d'éventuelles attaques -les capitales sont généralement les centres de gravité politiques d'un État-, mais aussi pour éviter les logiques économiques qui prévalent habituellement dans les ports.

20190528_geopolitique_quel_impact_sur_la_supply_chain.jpg

La mise à disposition de ressources découle du besoin de se nourrir et d'accéder à des éléments utiles en termes économiques ou techniques, tels que les métaux, le bois, les hydrocarbures, etc. Au fur et à mesure que la vie collective se complexifie, la question des ressources devient un élément clé dans la compétition positionnelle des différents acteurs internationaux, puisque non seulement les États bénéficient des avantages générés par les ressources, mais aussi les entreprises dans leur quête de profit. L'entreprise peut être un autre acteur ayant des intérêts géopolitiques, comme des organisations terroristes, des entités étatiques subnationales, des mouvements séparatistes, etc. Partout où il y a des objectifs liés à l'espace et à la poursuite de la puissance (politique, économique ou autre), il y a nécessairement de la géopolitique.

La mobilité dans l'espace est destinée aux transports et aux communications. Les gens ont besoin d'itinéraires efficaces qui relient des points dans le temps le plus court possible, et ils ont besoin que ces itinéraires soient sûrs, ce qui relie cette fonction au premier point. Le commerce a prospéré grâce à des ressources qui pouvaient être exploitées de manière stable, transportées en toute sécurité et, une fois fabriquées, distribuées dans le monde entier. Un système tel que le capitalisme n'aurait pas pu s'épanouir sans ces hypothèses, indépendamment de la réticence des hommes d'affaires à l'égard de la géopolitique. Ou faut-il rappeler que l'Empire britannique a atteint son hégémonie en créant un ordre international fondé sur la liberté de la mer ? La mobilité est également liée au dernier point, l'échange de biens et d'idées. Les nouveautés, les biens de consommation et les idées politiques utilisent les routes territoriales pour se déplacer. Ainsi, les ports, étant un point d'arrivée de l'étranger, ont historiquement été plus perméables aux cultures étrangères, comme les villes méditerranéennes plus conservatrices. Comme nous pouvons le constater, l'espace est un support pour l'influence des facteurs matériels, ainsi que des aspects symboliques et culturels.

Nous sommes maintenant en mesure d'apporter une précision importante : la géopolitique n'est pas la même chose que la géographie politique. Le premier sert à atteindre des objectifs politiques, et a donc une tâche prescriptive et dynamique. En effet, dans la réalisation des objectifs, les solutions doivent être prescrites dans le cadre de l'action politique, où les scénarios sont changeants et où les alliances, les menaces et les objectifs politiques eux-mêmes peuvent varier. La géographie politique, en revanche, a une tâche descriptive et statique, puisqu'elle traite de données mesurables sur le territoire d'un État, comme la description de ses aspects climatiques : elle mesure la taille d'un pays et l'étendue de ses frontières, décrit les types de sol et les vents qui agissent sur son territoire, etc. La géopolitique se situe dans l'orbite de la science politique et, plus précisément, des relations internationales ; la géographie politique, en revanche, est attribuée à la géographie (3). La confusion a été répandue par des auteurs qui ont diabolisé la géopolitique en la qualifiant d'"idéologie nazie" et ont préféré parler de géographie politique, commettant un abus sémantique qui a forcé le sens d'une autre discipline.

De la géopolitique aux relations internationales

Comme nous l'avons vu, il existe une relation entre la géopolitique et les relations internationales, même si nous pouvons affirmer que la géopolitique en tant que discipline est antérieure. Les premiers chercheurs de ce que l'on a fini par appeler les relations internationales ont utilisé les connaissances de la géopolitique et les ont intégrées à des éléments d'histoire, de droit international ou de sociologie pour expliquer la politique internationale. Après la Seconde Guerre mondiale et en raison de la confrontation entre les États-Unis et l'Union soviétique, les spécialistes sont revenus aux concepts de la géopolitique classique, tels que la zone d'influence, la zone de friction, la zone pivot, l'endiguement, la frontière naturelle, etc. En matière de relations internationales, les auteurs de ce que l'on appelle le "réalisme" ont été les premiers à intégrer les variables territoriales.

annales-geopo-1370x912.jpg

Cependant, si l'on parle de politique internationale (4), l'importance de la géopolitique sera conditionnée par ce que l'on entend par politique. C'est une chose d'être dans le monde en croyant que l'acteur principal de la réalité sociale est l'homme en tant qu'être-atome qui entre en compétition avec les autres pour des bénéfices individuels, et c'en est une autre de comprendre que certaines unités politiques sont celles qui ont la possibilité de conditionner l'histoire et que ces unités agissent motivées par le pouvoir, compris comme le moyen qui accorde la liberté d'action dans la poursuite d'objectifs. La première vision, typique du libéralisme, va considérer la géopolitique comme quelque chose de secondaire, voire de néfaste, puisque cette science sert à accroître le pouvoir de l'État, ce qui semble pernicieux au libéral, puisqu'il préfère maximiser les libertés individuelles. En revanche, pour un gouvernement, la géopolitique est (ou devrait être) une science utile pour atteindre des objectifs nationaux, et c'est ainsi que l'entendaient les auteurs de l'école réaliste, qui incluaient le territoire dans ce qu'on appelle les "attributs de la puissance nationale". Voyons voir ce qu'il en est.

Un État possède des attributs - qualités matérielles et immatérielles d'une unité politique - qui permettent une évaluation approximative de son potentiel. Certains de ces attributs sont plus ou moins mesurables, comme la taille des forces armées, la taille de la population, la taille du territoire ou la taille de l'économie ; d'autres, comme la qualité du leadership politique, le niveau des professionnels, la volonté nationale ou le développement de la science, sont plus difficiles à mesurer. On pourrait citer d'autres attributs, mais ce sont les plus classiques. Ensemble, ils nous donnent une image du quantum de pouvoir qu'un État possède et, s'il a beaucoup de pouvoir, plus il devrait être performant en politique internationale. Chacun de ces attributs est abordé par diverses disciplines et, parmi elles, la géopolitique a sa propre tâche, qui consiste à traiter de l'autonomisation de l'espace national afin de maximiser les fonctions que l'attribut territoire a pour un État. En d'autres termes, et pour revenir à ce qui a été dit plus haut sur les fonctions de l'espace, la géopolitique s'intéresse principalement à la manière dont la géographie doit être exploitée pour accroître la sécurité, assurer la fourniture de ressources et rationaliser la mobilité qui s'opère par les voies de communication.

Une nation dotée d'un territoire puissant et sûr peut devenir un acteur important ayant la capacité de participer activement au système international. Sans puissance nationale, il n'y a pas de liberté d'action, et dans ce cas, la défense de la souveraineté devient purement déclamatoire. En raison des fonctions que l'espace a pour un État, on peut conclure que les problèmes géopolitiques sont directement liés aux objectifs stratégiques nationaux et intimement liés au profil productif d'un pays, ainsi qu'à ses politiques de défense nationale. C'est pourquoi la géopolitique doit intégrer des connaissances pluridisciplinaires, faisant appel à la géographie, bien sûr, mais aussi à l'économie et à la sociologie, entre autres sciences auxiliaires.

ba20fd2557d29595e1eb318bb6e21da6.gif

Quelques réflexions sur notre pays, l’Argentine

L'Argentine a de nombreux défis à relever en matière territoriale, puisqu'elle possède le huitième plus grand territoire du monde, mais avec un espace national désintégré ; sa région patagonienne est vide, ses possessions dans l'Atlantique Sud lui ont été enlevées et son objectif est de se projeter vers l'Antarctique. A ce stade, il est légitime de se poser deux questions : les dirigeants politiques de notre pays ont-ils une formation en géopolitique ? D'autre part, les parties sont-elles parvenues à un accord sur les objectifs géopolitiques de la nation ? Nous pensons qu'il y a un sérieux déficit sur ces deux questions, notamment en ce qui concerne la deuxième question.

Selon nous, ce n'est pas que les objectifs ne soient pas identifiés ou que les stratégies fassent défaut. Nous pensons que le problème réside dans le fait que l'Argentine a bien des objectifs et des stratégies, mais qu'ils sont la conséquence de transferts idéologiques qui assignent à l'Argentine un rôle périphérique en termes de profil productif et faible par rapport aux attributs du pouvoir national. Nos politiciens ont adopté des scénarios élaborés par d'autres et agissent comme si le mieux était d'avoir peu de pouvoir et peu de revendications, puisque cela nous transformerait en un pays "sérieux et prévisible", sans revendications inconfortables pour les acteurs les plus importants du système international. Pour les décideurs politiques autochtones, tout se résume à "s'insérer intelligemment dans le processus de mondialisation", un discours qui promeut une politique étrangère "de consensus" qui cherche systématiquement à éviter tout conflit avec d'autres acteurs, souvent au prix de la défense de nos propres intérêts ; mais cette attitude n'éradique pas le caractère agonal de la praxis politique. Ce rôle de "bon élève" que nous avons adopté s'est consolidé avec un accent particulier après la guerre des Malouines, et c'est pourquoi nous pensons que la question de l'Atlantique Sud va au-delà de la géopolitique : la cause des Malouines doit devenir un symbole de notre revigoration nationale.

D'autre part, nous devons surmonter cette colonisation mentale qui légitime notre dépendance par une "pédagogie de la faiblesse" qui nous fait croire qu'il est vertueux d'avoir peu de pouvoir et de ne pas contrarier les puissants, tout comme il est vertueux de pratiquer toujours et en toutes circonstances le pacifisme, la solidarité "globale" et l'humanitarisme. Examinons quelques conséquences pratiques de cette mentalité : nous n'avons pas de politique de défense active, parce que la Grande-Bretagne a du poids sur les marchés financiers où nos dirigeants ont l'habitude d'aller mendier de l'argent ; nous ne consolidons pas l'unité géopolitique de l'Amérique du Sud, parce que ce serait l'"arrière-cour" des États-Unis ; nous ne produisons pas d'aliments pour une alimentation saine, parce que cela coupe les affaires des transnationales qui nous empoisonnent avec leurs OGM et leurs engrais... et nous pourrions continuer ainsi.

Pour inverser cette situation, nous devons changer de logique : nous devons comprendre que nous ne vivons pas dans un monde d'agneaux, mais dans un monde où les acteurs les plus puissants se comportent comme des loups, car ils cherchent à maintenir leur position hégémonique. Cela a toujours été le cas, mais en raison de notre situation géographique particulière, loin des foyers traditionnels de conflit, le mythe de l'Argentine comme "île de paix" s'est profondément ancré dans l'imaginaire collectif de nos compatriotes. Toutefois, ce mythe ne peut plus être entretenu et c'est une grave erreur de prétendre qu'il existe, a fortiori dans des scénarios progressivement intégrés et complexes. Nous devons construire le pouvoir national, renforcer le territoire et moderniser l'économie en donnant la priorité à la connaissance et aux technologies de pointe ; nous devons protéger nos ressources naturelles en modelant un projet de pays qui favorise le soin de l'environnement, et où les espaces de coexistence permettent une saine vitalité psychophysique. Mais surtout, nous devrons prendre en charge les conflits potentiels qui découleront nécessairement de ce changement de cap, pour lesquels la sagesse politique devra prévoir des stratégies qui nous permettront d'y faire face. Si nous voulons vraiment consolider une nation indépendante, tels sont les défis et les risques que nous devons assumer.

*Andrés Berazategui, membre de Nomos, est titulaire d'un diplôme en relations internationales de l'Université John F. Kennedy d'Argentine et d'un master en stratégie et géopolitique de l'École supérieure de guerre des armées (ESGE).

Notes :

1 Voir Pierre Gallois, Géopolitique. Los caminos del poder, Ediciones Ejército, Madrid, 1992, en particulier les chapitres II, IV et X.

2 Ces quatre facteurs, et la manière dont ils influencent les peuples, ont été étudiés par le psychologue Willy Hellpach, dans son livre Geopsique de 1911, qui a eu un certain retentissement parmi les géopoliticiens allemands. Voir Willy Hellpach, Geopsyche. El alma humana bajo el influjo de tiempo y clima, suelo y paisaje, Espasa Calpe S. A., Madrid, 1940.

3 Voir Jorge Atencio, Qué es la geopolítica, Pleamar, Buenos Aires, 1982, 4ème édition, pp. 41-52. Le livre d'Atencio est un classique de la pensée géopolitique argentine. Comme le lecteur peut le constater, nous paraphrasons son titre pour le présent article.

4 On peut trouver un regard récent (bien qu'antérieur à la pandémie) sur les tendances géopolitiques dans Robert D. Kaplan, The Revenge of Geography. Comment les cartes conditionnent le destin des nations, RBA, Barcelone, 2015.

Écrire un commentaire