Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 15 juillet 2021

Comment l'armée turque a tenté de renverser Recep Tayyip Erdogan

AP_16197805732932.jpg

Turquie: cinq ans depuis le coup d'État manqué

Comment l'armée turque a tenté de renverser Recep Tayyip Erdogan

Ex: https://katehon.com/ru/article/pyatiletie-neudavshegosya-perevorota

Dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016, une tentative de coup d'État a eu lieu en Turquie. Un groupe de conspirateurs militaires a tenté de prendre le pouvoir par la force et de destituer physiquement le chef de la république, Recep Tayyip Erdogan. Ils ont échoué, les cerveaux ont été arrêtés et le pays a commencé une purge, notamment des militaires. Le putsch a définitivement changé la politique intérieure et étrangère de la Turquie et ses conséquences se sont reflétées dans les réformes qui ont eu lieu ces dernières années.

L'histoire des coups d'État turcs

Au cours de l'existence de la République moderne de Turquie, le pays a été secoué par un certain nombre de coups d'État militaires et de vagues d'arrestations de grande ampleur. Dans presque tous les cas, ils ont eu le même motif : préserver la nature séculière de l'État et l'ordre politique actuel. En mai 1960, les militaires ont arrêté les membres du "Parti démocratique" au pouvoir en raison de la corruption qui y régnait et des mesures répressives prises par le gouvernement. En septembre 1961, on en arrive à l'exécution du premier ministre déchu. En 1971, le chef du gouvernement est contraint d'abdiquer. Il a toutefois occupé ce poste trois fois de plus par la suite. En 1980, le gouvernement a été renversé par le "Conseil de sécurité nationale". En 1997, Erbakan a été chassé du pouvoir par les militaires. Il est révélateur qu'Erbakan ait été le mentor d'Erdogan et qu'il ait tenté d'islamiser le pays.

Événements en 2016

Il y a cinq ans, un groupe d'officiers se faisant appeler le "Conseil de la paix" a tenté de mener une opération visant à saisir des installations stratégiques et à neutraliser d'éventuels adversaires. Ils ont décrit leur mission comme un retour aux processus démocratiques dans le pays.

000_D937G1-640x400.jpg

Vers minuit, le 15 juillet, les médias sociaux se sont tus en Turquie. Des chars sont apparus dans les rues d'Ankara et d'Istanbul. Tous les vols internationaux dans les aéroports ont été annulés ou retardés. Les conspirateurs eux-mêmes ont diffusé un message sur l'une des chaînes de télévision centrales indiquant que le pouvoir passait entre leurs mains. Un couvre-feu et la loi martiale ont été déclarés.

Il est également largement admis que ce sont des informations en provenance de la Russie, communiquées aux gardes du corps personnels d'Erdogan, qui lui ont permis d'échapper à son triste sort. La chambre d'hôtel où il se trouvait a été visée par des tirs d'hélicoptère, mais Erdogan a été évacué peu avant l'attaque. Les frappes aériennes des avions de guerre ont également visé la résidence présidentielle et le bâtiment du parlement.

Un peu plus tard, le Premier ministre turc, Binali Yildirim, a publié une déclaration indiquant que la tentative de mutinerie avait échoué. Le président est également apparu sur les ondes et a exhorté les gens à descendre dans la rue.

Comme tous les militaires ne se sont pas rangés du côté des putschistes, cela a joué un rôle important dans la lutte pour le pouvoir. Parmi les conspirateurs figuraient les dirigeants de l'armée de l'air et de l'armée de terre, ainsi que de la gendarmerie. Les forces spéciales sont restées fidèles au président.

Deux hélicoptères ont été abattus lors d'échanges de tirs, et les unités de l'armée de l'air fidèles au président ont également attaqué des chars à l'extérieur du palais présidentiel.

22002dd8edf112c725279d508009324e8d1c38b1.jpgL'un des chefs du complot était le chef de l'armée de l'air turque, le général Akın Öztürk. Avec lui, quelque trois mille autres putschistes ont été arrêtés le 16 juillet.

Tous les participants au coup d'État n'ont pas été jugés. Par exemple, huit des participants ont fui vers la Grèce voisine dans un hélicoptère militaire, où ils ont demandé l'asile politique. Ils n'ont pas encore été extradés vers la Turquie.

Au total, 37.000 personnes ont été arrêtées dans l'affaire de la tentative de coup d'État en 2016.

Au cours du putsch, 90 partisans du président ont été tués, dont 47 civils. Du côté des putschistes, 104 personnes ont été tuées.

La piste de Fethullah Gülen

Selon la partie turque victorieuse, la tentative de coup d'État est en partie imputable au prédicateur sectaire Fethullah Gülen, qui a longtemps travaillé pour la CIA et vit aux États-Unis (Pennsylvanie). Gülen a travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement turc dans les années 1990, mettant en place des gouvernements parallèles dans un certain nombre de pays d'Asie centrale et dans les Balkans. Son mouvement Hizmet, ainsi que diverses initiatives commerciales et éducatives, lui ont servi de couverture officielle.

raw_gulen-cemaati-hizmet-camia-ve-paralelden-sonra-son-ismi-emniyet-koydu-feto_729278590.jpg

Après que Gülen a ouvertement soutenu l'opposition au gouvernement lors des manifestations de masse de la place Taksim à Istanbul, qui se sont étendues à plusieurs autres villes de Turquie en 2013, des enquêtes sur ses biens ont été ouvertes. Ses médias, notamment le journal Zaman, ont été fermés. Des demandes ont été faites à un certain nombre de pays du côté turc pour supprimer les activités de ses organisations.

Intérêts américains

Outre l'influence de Gülen sur les événements décrits, certains schémas ont été détectés qui révèlent un lien entre les conspirateurs et les diplomates américains.

General_John_F._Campbell,_December_18,_2015.JPGLe journal turc Yeni Şafak a affirmé que le général de l'armée américaine John F. Campbell (photo), commandant de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) dans le cadre de la mission de l'OTAN en Afghanistan, était responsable du coup d'État. Selon le journal, les auteurs ont reçu environ deux milliards de dollars pour organiser le coup d'État. Les transferts auraient été effectués par l'intermédiaire de la CIA en utilisant la banque UBA au Nigeria ; les flux financiers étaient contrôlés et distribués personnellement par le général Campbell. Selon le journal, Campbell a tenu des réunions très secrètes avec des militaires turcs sur la base militaire d'Erzurum et sur la base aérienne d'Incirlik.

Les médias turcs ont également cité d'autres citoyens américains comme des politologues et des écrivains qui auraient participé au coup d'État.

Les responsables américains ont nié toute implication dans le coup d'État.

La polarisation en Turquie

De manière révélatrice, pendant et après le putsch, une transformation intéressante s'est opérée dans le pays selon des lignes politiques. Certains des anciens opposants d'Erdogan, notamment le Parti des travailleurs (rebaptisé plus tard Patrie, Vatan), ont soutenu les actions d'Erdogan. Alors que certains de ses anciens collègues - le ministre des Affaires étrangères et Premier ministre Ahmet Davutoğlu, Ali Babacan, qui a également été ministre des Affaires étrangères, l'ancien président Abdullah Gül - ont au contraire critiqué et sont passés dans l'opposition.

La consolidation ultérieure de la verticale du pouvoir a conduit à l'arrestation de politiciens pro-kurdes et à la marginalisation des forces politiques kurdes. Dans le même temps, les partis pro-occidentaux et libéraux ont cherché à exploiter ces changements pour leurs propres dividendes politiques.

L'état d'urgence a été imposé dans le pays, et est resté en vigueur jusqu'au 18 juillet 2018.

L'exacerbation des relations avec l'Occident

Le putsch a également conduit à une révision de la coopération avec l'UE et les États-Unis. Il y avait plusieurs dimensions en jeu à ce niveau. Les États-Unis ayant soutenu politiquement et militairement les Kurdes en Syrie, cela a suscité des protestations de la part d'Ankara. Une demande d'extradition de Fethullah Gülen n'a pas été accordée. Dans l'ensemble, la présidence Trump a été caractérisée par une pression claire sur Ankara de la part de Washington. Des sanctions ont été imposées à la Turquie pour avoir acheté des systèmes de défense aérienne S-400 à la Russie. Ce n'est que lors du dernier sommet de l'OTAN que Joe Biden a tenté d'apaiser les tensions entre les pays.

En parallèle, les relations avec l'UE se sont détériorées. Bruxelles a notamment déposé des plaintes contre la Turquie pour violation des droits de l'homme en raison de l'interdiction des partis pro-kurdes, de la fermeture de certains médias et du durcissement de la législation sur les médias sociaux. Et la Turquie s'est retirée de la "Convention d'Istanbul sur la protection des femmes", adoptée en 2011, en mars 2021.

En outre, la Turquie a constamment défié les pays de l'UE sur les flux migratoires, et Bruxelles a été contrainte de faire des concessions en allouant des fonds supplémentaires.

Bien que les liens diplomatiques restent officiellement en place, il est clair que la Turquie se tourne désormais moins vers l'Occident et est prête à agir de manière décisive lorsque ses intérêts sont violés par ses anciens partenaires et alliés de l'OTAN. Cependant, la Turquie reste un participant actif de l'"Alliance de l'Atlantique Nord", malgré les frictions et les problèmes qu'elle rencontre avec la Grèce voisine.


Le président russe Vladimir Poutine a été l'un des premiers hommes politiques à condamner la tentative de coup d'État et à soutenir son collègue Recep Tayyip Erdogan. Cela a contribué au rapprochement politique entre les deux pays, malgré des désaccords sur la question syrienne. Les relations se sont temporairement envenimées en 2018 lorsque la Turquie a abattu un avion de guerre russe en Syrie, tuant le pilote.

Écrire un commentaire