Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 05 juin 2022

La Turquie ébranle l'OTAN

images.jpg

La Turquie ébranle l'OTAN

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/la-turchia-scuote-la-nato

La relation de la Turquie avec l'OTAN met en évidence l'incompatibilité entre la préservation de sa souveraineté et le fait d'être un allié des États-Unis.

Les défis des Américains en Syrie, en mer Noire et en mer Égée

Le 1er juin, le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé le début d'une opération militaire en Syrie. "Une nouvelle phase commence avec la formation (en Syrie) d'une 'zone de sécurité' à 30 kilomètres à l'intérieur de la frontière avec la Turquie. Nous enleverons Tall Rifat et Manbij aux terroristes", a déclaré l'agence de presse Anadolu citant le dirigeant turc. Sont visées des formations de Kurdes syriens fidèles au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui constituent l'épine dorsale des "Forces démocratiques syriennes" (FDS) soutenues par les États-Unis.

Officiellement, l'opération se déroulera dans la zone où la Russie et la Turquie ont précédemment convenu de retirer les formations séparatistes kurdes de la frontière turque. Cependant, ces formations sont étroitement liées aux États-Unis et font preuve de loyauté, avant tout, envers les États-Unis. Cela rend leur protection officielle par la Russie et Damas inappropriée.

Selon des sources de l'opposition syrienne, les troupes russes ont quitté cette zone plus tôt que prévu.

Les États-Unis se sont liés si étroitement aux séparatistes qu'une attaque contre les forces syriennes dans n'importe quelle zone de responsabilité sera considérée comme une preuve de l'impuissance américaine. Cela affectera les relations avec d'autres alliés au Moyen-Orient, en premier lieu avec les pays du golfe Persique, qui deviennent de moins en moins dépendants des États-Unis et développent des contacts intensifs avec la Russie et la Chine.

La veille, le 30 mai, une conversation téléphonique a eu lieu entre les présidents de la Russie et de la Turquie, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan. La veille, le 29 mai, le président Erdogan a accusé les États-Unis d'aider les terroristes kurdes.

X3GS7SG3A5Q73RDVZ5BM35MBLY.jpg

"Les États-Unis continuent de fournir des armes à des organisations du nord de la Syrie que la Turquie considère comme terroristes", a déclaré Erdogan. Le président a noté que la Turquie est déterminée à "éradiquer le terrorisme" dans le nord de l'Irak et en Syrie, tandis que le pays n'a pas l'intention d'obtenir la permission de quiconque, y compris des États-Unis, pour mener une éventuelle nouvelle opération en Syrie.

Plus récemment, le 12 mai, le Trésor américain a publié sur son site Internet une licence permettant d'opérer dans 12 secteurs différents de l'économie dans les zones occupées par les États-Unis et les zones séparatistes kurdes du nord-est de la Syrie. La licence ouvre également la possibilité d'un commerce gris de produits pétroliers, "destinés à être utilisés en Syrie". Auparavant, les États-Unis avaient imposé un embargo sur le commerce du pétrole syrien. Toutefois, une exception a maintenant été faite pour les zones contrôlées par les Kurdes.

Les intentions d'Ankara de mener une nouvelle opération militaire dans les zones contrôlées par les Kurdes, réitérées à plusieurs reprises ces derniers jours, compliquent une fois de plus ses relations avec Washington.

"Nous sommes profondément préoccupés par les rapports et les discussions concernant une éventuelle escalade de l'activité militaire dans le nord de la Syrie et, en particulier, par son impact sur la population civile", a déclaré la veille le porte-parole du département d'État, Ned Price, aux journalistes. "Nous condamnons toute escalade. Nous soutenons le maintien des lignes de cessez-le-feu existantes."

Le 1er juin, le secrétaire d'État américain Anthony Blinken a déclaré que les États-Unis étaient opposés à une éventuelle opération militaire de la Turquie. Lors d'une conférence de presse conjointe avec le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, le chef de la diplomatie américaine a déclaré que "nous nous opposerons à toute escalade dans le nord de la Syrie", soulignant que Washington soutient "le maintien des lignes de cessez-le-feu existantes".

La Russie, en revanche, comprend les préoccupations turques. "Jusqu'à présent, l'armée américaine, qui a occupé une partie importante de la rive orientale de l'Euphrate, y a ouvertement créé une formation quasi-étatique, encourageant directement le séparatisme, utilisant à cette fin l'humeur d'une partie de la population kurde d'Irak. Ici, les problèmes surgissent entre les différentes structures qui unissent les Kurdes irakiens et syriens. Tout ceci affecte la tension dans cette partie de la région. La Turquie, bien sûr, ne peut pas rester à l'écart", a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, dans une interview accordée à RT Arabic.

Dans le contexte de la déclaration du Royaume-Uni sur la nécessité d'envoyer des navires de guerre pour exporter des céréales depuis les ports ukrainiens, Ankara a annulé le passage des navires de guerre de l'OTAN dans la mer Noire, se référant à la convention de Montreux.

Un nouveau conflit turco-grec éclate. Ankara accuse Athènes de violer ses obligations internationales de démilitarisation des îles de la mer Égée. La Grèce a reçu le soutien du président français Emmanuel Macron. Les traditionnelles contradictions turco-grecques ont déjà dépassé le conflit bilatéral au sein de l'OTAN, certes désagréable, mais non critique pour la structure de l'Alliance. Si les États-Unis étaient auparavant perçus comme au-dessus de la mêlée, la Turquie ne le voit plus de cette façon maintenant.

Le 31 mai, l'allié politique d'Erdogan, le nationaliste Devlet Bahceli, a de nouveau publié une déclaration anti-américaine, affirmant que les neuf bases militaires établies par les États-Unis en Grèce constituent une menace pour la sécurité nationale de la Turquie. Le leader du Parti du mouvement nationaliste (MHP) a déclaré que les Etats-Unis utilisent la Grèce comme un "pion" et entraînent la Turquie "dans l'abîme des préoccupations stratégiques et tentent de la pousser dans un environnement de conflit chaud".

572_1571036956_ATT00410.j.jpg

La géographie de la confrontation en mer Noire et en mer Égée rappelle la doctrine de la "patrie bleue" (Mavi Vatan) du géopoliticien turc moderne, l'amiral Cem Gürdeniz. L'objectif principal de la doctrine est le renforcement du contrôle turc sur les régions de la mer Noire, de la mer Égée, du golfe Persique et de la mer Rouge, la perception des États-Unis comme une puissance hostile et la recherche d'un terrain d'entente avec la Russie en tant qu'adversaire de l'hégémonie maritime américaine.

Ultimatum turc

Une autre question sérieuse qui démontre les différences entre l'OTAN et la Turquie est l'admission de la Suède et de la Finlande dans l'Alliance. L'expansion proposée de l'OTAN dans le nord pour inclure la Suède et la Finlande ne peut pas encore surmonter l'opposition de la Turquie. Malgré les déclarations du ministère suédois des Affaires étrangères sur des discussions "constructives" à Ankara, les dirigeants turcs indiquent qu'ils maintiendront leur position et insistent pour que toutes les demandes soient satisfaites.

Auparavant, les parlements et les gouvernements de la Suède et de la Finlande ont approuvé les demandes d'adhésion à l'OTAN. Ils devraient être examinés lors du sommet de l'OTAN à Madrid à la fin du mois de juin. Toutefois, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré le 13 mai que son pays ne laisserait pas les deux pays rejoindre l'Alliance de l'Atlantique Nord si certaines conditions n'étaient pas remplies. Il s'agit principalement du soutien de la Suède et de la Finlande aux séparatistes kurdes opérant en Syrie, de la fourniture d'asile et d'armes aux séparatistes et aux terroristes, et des activités permanentes des structures de Fethullah Gülen dans les pays scandinaves. Ankara demande également à Stockholm de lever l'embargo sur les armes à destination de la Turquie.

Il ressort des déclarations des responsables turcs que les demandes ne visent pas seulement la Finlande et la Suède, mais aussi d'autres membres de l'OTAN. Outre les membres potentiels de l'OTAN, le 13 mai, Erdogan a accusé un membre de longue date de l'Alliance, les Pays-Bas, d'abriter des terroristes. Le 1er juin, le dirigeant turc a étendu ses allégations, affirmant que les organisations terroristes sont soutenues non seulement par la Suède et la Finlande, non seulement par les Pays-Bas, mais aussi par l'Allemagne et la France.

Des revendications ont été formulées à l'encontre des pays européens qui ont imposé des restrictions à la coopération en matière de défense avec la Turquie en raison de leurs actions contre les séparatistes kurdes et les États-Unis. Washington a humilié la Turquie en refusant de participer au programme de production et de fourniture de chasseurs-bombardiers multirôles F-35 après qu'Ankara ait acheté des systèmes de défense aérienne russes S-400. Aujourd'hui, la Turquie tente de montrer qu'elle cherchera à modifier son statut inégal au sein de l'Alliance, sinon elle ralentira son expansion vers le nord.

Officiellement, il n'existe pas de mécanisme tel que le "droit de veto" à l'OTAN. Toutefois, l'article 10 du Traité de l'Atlantique Nord de 1949 stipule que les membres de l'OTAN "peuvent inviter tout autre État européen capable de développer les principes du présent Traité et de contribuer à la sécurité de la région de l'Atlantique Nord à adhérer au présent Traité" uniquement par "consentement général". Par conséquent, Ankara pourrait empêcher l'invitation de la Finlande et de la Suède à l'OTAN. Tous les récents élargissements de l'OTAN ont également exigé des membres existants de l'Alliance qu'ils signent les protocoles d'adhésion des nouveaux membres, puis les ratifient.

Dans un article du magazine britannique The Economist, Recep Tayyip Erdogan a laissé entendre que les relations avec l'OTAN pourraient se détériorer si les préoccupations de la Turquie ne sont pas prises en compte : "Nous pensons que si les membres de l'OTAN appliquent deux poids deux mesures dans la lutte contre le terrorisme, la crédibilité de l'Alliance sera menacée.

ihpmaxresdefault.jpg

"La sortie de l'OTAN doit être mise à l'ordre du jour"

En Turquie même, un débat public animé a eu lieu sur la nécessité de l'adhésion du pays à l'OTAN et sur les perspectives d'admission de la Suède et de la Finlande. Le 12 mai, dans une interview accordée aux médias turcs, Ismail Hakkı Pekin (photo), lieutenant-général à la retraite et ancien chef du renseignement militaire sous le chef d'état-major des forces armées turques, a déclaré que "la Turquie devrait opposer son veto à l'expansion de l'OTAN". Selon un officier militaire de haut rang, l'élargissement de l'Alliance conduit à une extension de la confrontation avec la Russie, ce qui pourrait plonger la Turquie dans un conflit inutile. Un autre ancien officier militaire de haut rang, le contre-amiral Deniz Kutluk (photo, ci-dessous), a déclaré que l'expansion de l'OTAN "réduit la sécurité de la Turquie".

0x0-emekli-tumamiral-deniz-kutluktan-ege-ve-dogu-akdeniz-cikisi-yunanistan-ukraynanin-yaptigi-hatalari-yapiyor-1654074864986.jpeg

Le partenaire d'Erdogan dans la coalition au pouvoir, Devlet Bahçeli, chef du MHP, a déclaré qu'Ankara pourrait envisager de quitter l'OTAN si ses conditions ne sont pas respectées : "La Turquie n'est pas prise au dépourvu. Si les conditions deviennent inacceptables, la sortie de l'OTAN devrait également être mise à l'ordre du jour comme une option alternative".

En réponse, le leader du "Parti républicain du peuple" Kilichdaroglu (auparavant neutre-positif envers les États-Unis) a proposé de fermer toutes les bases militaires américaines dans le pays. "Les États-Unis ont rempli la Grèce de bases, leur objectif est évident. Si [le parti de Bahceli] présente au Parlement un projet de loi visant à fermer les installations militaires américaines en Turquie, nous le soutiendrons", a écrit le politicien sur Twitter. Ainsi, tant les représentants des autorités que ceux de l'opposition partagent une attitude neutre-négative envers l'OTAN.

resized_a094d-78cbb38f7f26ad4c400bf5d270fee1f6.jpg

Detlev Bahçeli.

Les frictions entre l'OTAN et la Turquie sont complexes. Elle implique des contradictions sur la question kurde (les États-Unis et leurs alliés utilisent les Kurdes séparatistes comme un outil pour miner les pays du Moyen-Orient et faire avancer leurs intérêts), les différends territoriaux entre la Grèce et la Turquie, et l'expansion économique des entreprises françaises, italiennes et américaines en Méditerranée orientale - la zone des intérêts turcs et de la rivalité franco-turque en Libye et en Afrique en tant que telle. De manière générale, les tentatives de la Turquie moderne de jouer le rôle d'un pôle de puissance souverain, l'un des centres de la civilisation islamique, contredisent l'essence même de l'existence de l'OTAN en tant que pilier militaire de l'hégémonie américaine et de la démocratie laïque libérale en Europe.

Interaction compétitive

Certains experts turcs estiment qu'il est nécessaire d'étendre la coopération avec la Russie dans les domaines où les intérêts coïncident ou ont un adversaire commun, qui devient très souvent les États-Unis.

"Au risque de paraître vulgaire et d'être accusé d'être pro-russe, je dois dire qu'il ne semble pas y avoir d'autre issue pour la Turquie que de prendre le contrôle de la question à travers ses relations avec la Russie - ou plutôt, les relations entre le président Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine, qui ont gagné en profondeur pratique et empirique", a déclaré Suleiman Seyfi Yegun, chroniqueur pour la publication pro-gouvernementale Yeni Safak.

Outre la Syrie, où les Kurdes pro-américains des Forces démocratiques syriennes sont un élément indésirable, la Libye a été mentionnée comme un point de contact possible.

"Pour Washington, tant Moscou que son 'soi-disant allié' Ankara constituent un obstacle au contrôle de la Libye, qui revêt une importance stratégique en Afrique du Nord et en Méditerranée. Déjà en 2020, le Congrès américain a appelé à des sanctions contre la Turquie et la Russie", indique la publication turque Aydinlik. "La Turquie et la Russie pourraient conclure un accord et mettre fin à la politique impérialiste américaine en Libye et dans toute l'Afrique."

Atalayar_Turquía y Libia (3).jpg

Les opposants à la Turquie et à la Russie ont longtemps surnommé la propension des deux puissances à "l'interaction contradictoire". Ainsi, l'Institut allemand pour les relations internationales et la sécurité (Stiftung Wissenschaft und Politik) note les avantages pour Ankara: "En Syrie, en Libye et dans le Caucase du Sud, il y a plusieurs avantages significatifs que la Turquie peut obtenir en coopérant avec la Russie. L'aide russe en Syrie pourrait empêcher la création d'une autonomie kurde de jure dans le pays. En Libye, la mise à l'écart d'autres partisans de Haftar et du gouvernement de Tripoli pourrait contribuer à garantir les intérêts économiques et politiques turcs, notamment en forçant la Libye à soutenir la revendication de la Turquie concernant les zones économiques exclusives en Méditerranée orientale. Grâce à la coopération turco-azerbaïdjanaise dans le Haut-Karabakh, Ankara cherche à accroître sa présence militaire et à engager les dirigeants azerbaïdjanais dans des partenariats contre des tiers dans toute la région. Alors que les relations entre la Russie et la Turquie deviennent encore plus complexes, compte tenu des efforts coordonnés et de la rivalité entre les trois pays, ainsi que d'autres relations bilatérales entre la Turquie et la Russie, les risques liés à chaque théâtre de guerre sont encore réduits. Les deux sont toujours en mesure de contenir les problèmes sur un théâtre de guerre distinct grâce à des contreparties dans divers domaines de leur relation".

Les relations entre la Russie et la Turquie ne sont pas antagonistes, ce que l'on ne peut pas dire des relations d'Ankara avec Washington - et en particulier Washington et Moscou. Dans ces conditions, la Turquie se transforme en un pays qui divise l'unité euro-atlantique. D'autre part, Ankara ne considère plus l'OTAN comme un facteur de sa propre sécurité, mais comme un système relativement hostile qui peut toutefois être partiellement contrôlé. La Turquie n'a pas encore fait un pas décisif vers l'abandon de l'OTAN, mais une puissance souveraine consciente de sa mission de centre du monde islamique est déjà trop proche de cette structure.

mardi, 24 mai 2022

La Turquie et l'ordre multipolaire

Turk_1_0703.png

La Turquie et l'ordre multipolaire

par Pierluigi Fagan

Source : Pierluigi Fagan & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/turchia-e-ordine-multipolare

Je m'inspire d'un article sur la Turquie paru dans Ria Novosti (Russie), pour montrer la complexité des jeux multipolaires. La Turquie est l'idéaltype d'un lieu géo-historique multipolaire. Pendant plus de six siècles, un empire musulman sunnite, avec un passé plus récent en tant que société réformiste laïque. Asiatique mais toujours méditerranéenne, la Turquie est née de peuples non indigènes qui ont migré il y a des siècles de l'Asie centrale, où leur ethnie et leur langue sont originaires, la zone violette de la carte (ci-dessous, entre la Caspienne et l'Aral, les peuples Orghuz).

0-39478.jpg

Il va sans dire qu'il existe un penchant naturel pour les peuples de langue turque (les quatre "stans" d'Asie centrale, cercle jaune), bien que ceux-ci soient également courtisés par les États-Unis, sont les alliés (économiques et militaires) pas toujours convaincus de la Russie, qui demeurent en étroite relation économique avec la Chine. En utilisant ces trois zones horaires du cadran général, nous allons procéder dans le sens des aiguilles d'une montre pour voir les autres lignes de relation entretenues par la Turquie contemporaine.

Avec la Chine, la concurrence porte précisément sur la zone de l'Asie centrale et surtout sur les Ouïghours, avec lesquels, soit dit en passant, les ancêtres des Orghuz ont eu un conflit historique au 8e siècle. Les djihadistes ouïghours (chinois) ont été un élément important utilisé par la Turquie dans le récent conflit en Syrie. D'autre part, Ankara regarde avec satisfaction le projet chinois BRI, qui devra compter avec la zone turque pour son développement. L'analyse même des relations avec la Chine montre une dynamique typique des relations multipolaires, à savoir le découplage des intérêts militaires et économiques. On peut être en concurrence sur l'un et collaborer sur l'autre, et investir davantage sur l'un au détriment de l'autre peut servir à équilibrer les relations avec différents partenaires. Le réseau systémique élastique qui en résulte est précisément ce qui caractérise un "ordre multipolaire", un concept que beaucoup ont du mal à comprendre.

Il semble que les Turcs aient désormais une présence militaire dans l'Afghanistan post-conflit, dont ils gèrent actuellement l'aéroport. La Turquie développe fortement son industrie militaire dont elle utilisera les produits pour la géopolitique de sa région, en concurrence avec les Russes, les Chinois et les Américains ou les Européens. Sur l'Iran nous ne rapportons rien de spécial, les relations sont discrètes bien que les deux pays soient des ennemis historiques et naturels.

La courbe bleue signale l'allié organique le plus proche d'Ankara, le Qatar. Mais depuis l'époque des grandes frictions entre le Qatar et les monarchies du Golfe, nous sommes passés à une recomposition des intérêts. Ainsi, après l'affaire du journaliste saoudien taillé en morceaux à Ankara (l'affaire Khashoggi), qui avait rendu les relations avec les Saoudiens très aigres, ceux-ci ont maintenant rouvert des relations diplomatiques selon leurs intérêts (Ligne verte, sur la carte).

La Turquie a un ennemi naturel à sa porte, à savoir les factions kurdes de Syrie (YPG), liées au Parti communiste kurde (PKK) de Turquie, qu'Ankara considère comme des terroristes. C'est la raison, avec d'autres questions d'approvisionnement militaire et de relations avec la Grèce, l'ennemi des ennemis pour Erdogan, pour laquelle les négociations USA-Suède/FIN-TURK donnent le feu vert à l'entrée des Scandinaves dans l'OTAN. Ce problème est moins simple que présenté habituellemen et typique des contradictions entre politique intérieure et extérieure dans les systèmes multipolaires. Pour les Suédois et les Finlandais, il s'agit d'abjurer leur amitié idéale et valorisante avec les formations politiques de la démocratie radicale (le tournant d'Öçalan vers la pensée démo-anarcho-écologiste et féministe de M. Bookchin), pas du tout simple en termes d'échelles de valeurs pour les deux pays historiquement en tête du classement occidental des "démocraties complètes". Le reste, c'est-à-dire les fournitures d'armes et de technologies demandées par Ankara, s'arrangera, mais ce point, en termes de politique intérieure, sera douloureux pour les deux Etats scandinaves.

La nouvelle géopolitique d'Ankara a également conduit à une récente recomposition des relations avec Israël, où Erdogan s'était distingué en étant pratiquement le dernier musulman à soutenir le Hamas (plus de forme que de fond, mais cela compte dans le monde arabe). Cela s'explique également par le cercle jaune ci-dessus. C'est là que se trouve le plus grand trésor, encore caché dans les entrailles de la terre, le gaz naturel. Mais il y a aussi un enchevêtrement multipolaire. La région est dominée par l'Égypte, qui, dans les partitions que constituent les différentes formes de sunnisme politique, est aux antipodes d'Ankara (même si le rapprochement avec les monarchies arabes alliées du Caire pourrait apaiser les esprits) et les deux sont dans des camps opposés en Libye. Il y a ensuite Israël, le Liban et la Syrie, précisément la partie nord-ouest où se trouve une présence militaire russe stratégique. Mais surtout Chypre, ou plutôt le différend historique entre les zones grecque et turque, et bien sûr la Grèce en tant que propriétaire de facto de la mer Égée, autant un ennemi extérieur que les Kurdes sont un ennemi intérieur.

En Libye, Ankara est avec nous et au moins formellement aussi les Américains contre les Russes-Emiratis-Français. L'ancrage turc en Libye est peut-être la présence militaire étrangère la plus importante d'Ankara et fait partie d'une stratégie méditerranéenne très complexe, mais considérée comme stratégique au plus haut degré également parce qu'elle a une base géo-historique solide.

Passons pour l'instant sur la ligne blanche des relations avec les États-Unis, sur laquelle nous reviendrons en conclusion. L'article russe fait allusion à quelque chose de nouveau qui devra être vérifié et suivi. Les Américains auraient promis à Ankara d'entrer dans l'EMS-EPA, qui est un traité de collaboration entre les États-Unis, Israël, la Grèce et Chypre (Grèce) pour forer dans la mer Égée et faire un nouveau gazoduc (East Med) utile à l'opération de désengagement de l'Europe vis-à-vis des approvisionnements russes. Le sujet de beaucoup d'impolitesse mutuelle entre Ankara et Athènes ces dernières années et d'une longue perspective en tout cas. La Grèce, à son tour, s'allie localement avec la France et l'Italie. Un bel enchevêtrement, du pain pour la haute diplomatie, fournir des armes un peu ici et un peu là, ce qui n'est pas du tout facile. Comme dans le cas des sacrifices demandés aux Scandinaves pour lever le blocus turc, convaincre les Grecs sera une tâche ardue, mais là encore, le poids d'Athènes est nul sur le plan international et géopolitique, ils avaleront l'accord à n'importe quel prix, si Washington le veut. Ce n'est pas le cas de la population grecque. La haine des Grecs pour les Turcs est inextinguible, elle est au cœur de l'identité nationale la plus viscérale. 

La Turquie a pénétré profondément dans les Balkans musulmans, le Kosovo et l'Albanie en premier lieu. Ankara fait du chantage à l'UE et à l'Allemagne in primis, avec laquelle elle partage une importante communauté étrangère, sur le problème des migrants que les perturbations alimentaires et climatiques récentes et futures vont accroître, augmentant ainsi le pouvoir de chantage d'Erdogan. En outre, alors que l'Ukraine dépose sa demande d'adhésion à l'UE en une demi-heure, Ankara a déposé sa demande d'adhésion à l'UE en 1987, une UE avec laquelle elle partage une présence dans l'OTAN. Et pendant que nous sommes sur le sujet, notez la fourniture de drones turcs mortels à Kiev, comme un acte d'équilibre contre les Russes, pour maintenir l'équilibre à trois dans la mer Noire.

800px-Map_of_Turkic_languages.svg.png

Nous en arrivons ainsi aux relations complexes avec les Russes. Ankara veut maintenir des relations bivalentes sur le plan militaire, mais cordiales sur le plan économique (elle n'a pas participé aux sanctions et a tenté d'organiser des sommets de la paix), un cas typique d'équilibrage avancé. Pour débusquer les "ambiguïtés" d'Erdogan (les mentalités dichotomiques qualifient d'"ambiguïté" tout ce qui n'est pas tout simplement noir ou tout simplement blanc) ou peut-être simplement pour suivre les intérêts des alliés "stan", Moscou a invité Ankara à rejoindre leur union militaire (OTSC), même si elle sait que c'est peu probable puisque les Turcs font partie de l'OTAN. Attention au Caucase. Ankara est avec l'Azerbaïdjan dans l'affaire du Nagorno-Karabakh, contre l'Arménie, la Russie à l'opposé. Je signale la sortie récente de Kadyrov (Tchétchène-Russe) engagé et à bien des égards crucial dans le conflit en Ukraine, un musulman, qui se dresse précisément contre les "ambiguïtés" d'Erdogan, la Tchétchénie est au beau milieu du Caucase et il y a des Tchétchènes qui sont peut-être parrainés par les Turcs du côté ukrainien, chose que n'apprécie pas Kadyrov dont le poids politique en Russie augmente.

Nous pouvons donc conclure en revenant sur les relations avec les États-Unis. En avril dernier, les États-Unis et la Turquie auraient mis en place un nouveau "mécanisme stratégique" conjoint, dirigé par Victoria Nuland (!), dont la première réunion a eu lieu à Washington entre Blinken et Cavasoglu il y a quelques jours. Tous les jeux énumérés ici composent un parallélogramme très complexe dans lequel les États-Unis tentent de s'insérer aux côtés d'Ankara, en donnant et en demandant. Après tout, Erdogan a fait de l'équilibre multipolaire la figure structurelle de sa stratégie géopolitique.

Nous avions besoin du cas turc à la fois pour actualiser le tableau des relations complexes avec le sommet turc et pour montrer à quel point elles sont complexes. On peut compter au moins 25 États de la vaste région "péri-ottomane" impliqués dans les relations avec Ankara, dont, en plus, trois puissances (USA-Russie-Chine), pour six macro-zones -Asie-Arabie-Afrique-Europe-Amérique-Méditerranée-, avec de multiples interrelations militaires, économiques, culturelles-religieuses, énergétiques, migratoires, géopolitiques, compétitives et coopératives. 

Ce thème (la géopolitique d'aujourd'hui et de demain) sera désormais comme cela. Vous comprendrez donc comment le fait de s'enfermer dans l'angoisse du jugement, de surcroît litigieux, avant même d'avoir compris 10% du sujet, de cette affaire ou d'autres, expose la plupart au ridicule. Ceux qui minimisent ensuite la complexité vont également au-delà du ridicule, ce qui devrait être souligné et qui était alors le but implicite du poste laborieux. 

[Le post mentionne le balayage des sujets mais ne suit pas entièrement le contenu de l'article de Ria Novosti que je joins tout de même par souci d'exactitude: https://ria.ru/20220522/ssha-1789945361.html ].

jeudi, 12 mai 2022

Que faut-il attendre de l'élection présidentielle turque de 2023?

180625123719-07-turkey-election-062418-exlarge-169.jpg

Que faut-il attendre de l'élection présidentielle turque de 2023?

Leonid Savin

Source: https://katehon.com/en/article/what-expect-2023-turkish-presidential-election

Pour la Russie, la défaite de Recep Erdogan peut être utile

Des élections présidentielles et législatives auront lieu en République de Turquie à l'automne 2023. Le pays ayant récemment connu une forme de gouvernement présidentiel (ce qui a donné lieu à des accusations d'usurpation du pouvoir par Erdogan de la part de l'opposition et des pays occidentaux), l'essentiel pour l'avenir de la Turquie n'est pas la répartition des sièges au parlement, mais le poste de chef d'État. L'orientation future de notre politique en dépend, tant dans la sphère extérieure que dans les affaires intérieures.

Le Parti de la justice et du développement de Recep T. Erdogan, au pouvoir, dispose aujourd'hui, selon les sondages, d'environ 33 % du soutien des électeurs. Les avoirs économiques créés sous le règne d'Erdogan sont orientés vers la Russie, le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Asie.

Mais la politique étrangère d'Erdogan elle-même est clairement expansionniste - sous lui, la Turquie a pris pied dans le nord de la Syrie et dans certaines parties de l'Irak, a participé aux batailles en Libye et a étendu sa zone économique en Méditerranée, bien que de manière unilatérale. Les méthodes de soft power de la Turquie sont activement utilisées en Asie centrale, en Afrique et dans les Balkans.

Accord-cartttEgypte-Carte.jpg

5172eae_57453tensionsB-TURQUIE-630.png

Bien que des mesures conservatrices aient été prises en politique intérieure, comme le retrait de la Convention d'Istanbul, qui rapproche les positions de la Turquie et de la Russie, et assimile aux yeux de l'Occident le président Vladimir Poutine et Erdogan à des dirigeants autocratiques.

Quelles sont les ambitions politiques de l'opposition turque actuelle et des autres forces qui prétendent participer à la construction de l'État ?

Le principal concurrent du parti d'Erdogan est le Parti républicain du peuple aux racines historiques, puisqu'il a été créé par le fondateur de la Turquie moderne, Atatürk Kemal. Selon les sondages de sortie des urnes, ils ont maintenant 28%. Le parti n'a pas de programme et d'idéologie clairement perceptibles. Ils sont un mélange hétéroclite de libéraux de gauche, d'anciens communistes, d'Alevis (c'est-à-dire de minorités religieuses), de groupes laïques, de partisans du mariage homosexuel et d'autres pro-occidentaux.

Ils ont une position pro-allemande prononcée (il faut rappeler qu'un grand nombre de Turcs vivent en Allemagne), d'où l'orientation extérieure vers l'UE. En ce qui concerne l'agenda politique intérieur, ils s'appuient sur une opposition ouverte à Erdogan.

kapak_090555.jpg

Le chef du parti est un politicien plutôt âgé, Kemal Kılıçdaroğlu (photo), qui est complètement dépendant des sociétés occidentales et des oligarques turcs liés à l'Europe. Il a déjà annoncé qu'il participerait aux élections en tant que candidat à la présidence. Sur les questions internes du parti, Kılıçdaroğlu est une figure de compromis qui règle les désaccords internes du parti.

Il est assez significatif que l'actuel maire d'Istanbul, Ekrem İmamoğlu, soit plus charismatique et plus performant. Il a également manifesté son intérêt à participer aux élections, mais la direction du parti lui a interdit de se présenter, considérant qu'il valait mieux occuper le poste de chef de la métropole.

Il convient d'ajouter que le parti dispose d'un assez bon financement, et que l'ancienne élite kémaliste le soutient par solidarité. L'Union des industriels et des entrepreneurs de Turquie, qui a précédemment établi des liens avec des structures européennes, est un donateur du Parti républicain du peuple.

Un autre personnage clé du Parti républicain du peuple est Ünal Çeviköz, qui est responsable de la politique étrangère. Ancien employé du ministère turc des Affaires étrangères, il est membre d'une loge maçonnique et a participé en 2019 à une réunion du club Bilderberg.

Il y a aussi le relativement nouveau Parti du Bien (IYI) - ce sont des nationalistes occidentaux, et le parti lui-même a en fait été créé par les États-Unis et l'UE afin d'arracher une partie de l'électorat au parti de Recep Erdogan. Il est paradoxal que les dirigeants de l'IYI s'opposent à la Russie, alors que l'électorat ordinaire nous traite normalement (y compris au sujet de l'opération en Ukraine).

Meral_Akşener_İYİ_Party_(cropped)1.jpg

Le chef du parti est une femme - Meral Akşener (photo), et elle est pro-occidentale dans ses convictions. Ils sont maintenant dans une coalition avec le Parti républicain du peuple. On ne sait pas encore si Meral Akşener se présentera en tant que candidate indépendante à la présidence.

Le Parti démocratique des peuples, qui représentait les intérêts des Kurdes, ne pourra probablement pas se remettre des purges et arrestations massives. Le chef du parti, Selahattin Demirtaş, est un politicien expérimenté, et les représentants locaux ont remporté de nombreux sièges à la mairie lors des dernières élections, mais ils ont tous été arrêtés car soupçonnés d'être impliqués dans le terrorisme. Théoriquement, leurs chances sont bonnes, mais le gouvernement actuel ne leur permet tout simplement pas de consolider officiellement leur victoire et d'étendre leur influence.

Toutefois, les analystes occidentaux soulignent que ce sont les Kurdes qui constitueront un atout important lors des prochaines élections, car ils ont une démographie croissante et comptent de nombreux jeunes de dix-huit ans et plus parmi eux.

Il se murmure qu'un parti trouble-fête pourrait être formé, composé de partisans du clan Barzani du Kurdistan irakien, car ils entretiennent de bonnes relations officielles avec Ankara. Barzani admet le bombardement turc d'une partie du Kurdistan irakien, où se trouve le siège du Parti des travailleurs du Kurdistan.

La question est de savoir comment convaincre la jeunesse kurde de Turquie de rejoindre ce parti, et quelle sera la position concernant la nomination d'un candidat à la présidence. Bien que tout cela ne soit que des affabulations théoriques et qu'il soit tout à fait possible qu'Erdogan poursuive le cours de la répression des Kurdes turcs.

Selon les sondages d'opinion, le Parti démocratique des peuples est le plus russophobe et le plus pro-occidental.

resized_a094d-78cbb38f7f26ad4c400bf5d270fee1f6.jpg

Enfin, il y a le Parti du mouvement national (dirigé par Devlet Bahçeli - photo). En fait, ce sont les fameux "loups gris", c'est-à-dire les nationalistes religieux. Ils sont maintenant les alliés d'Erdogan. D'ailleurs, de toutes les organisations répertoriées, ce sont les meilleures en Russie.

Et le dernier facteur de la politique turque est l'armée. Mais après une tentative de coup d'État ratée en 2016, l'armée a été sévèrement purgée. Maintenant, ils sont complètement subordonnés à Erdogan, et il n'y a aucune ambition politique parmi les militaires, à moins qu'à un niveau secret profond, il y ait un petit groupe de conspirateurs.

Si l'on parle de chances réelles, compte tenu de la situation actuelle, alors Recep Erdogan a les meilleures positions à l'heure actuelle. Bien que le pays connaisse un niveau élevé d'inflation et que la livre turque se soit effondrée il y a quelques mois, le parti au pouvoir dispose d'une ressource administrative et utilise la situation de la politique étrangère à son avantage.

0630534001589840695_1515065_920x517.jpg

À titre d'exemple, nous pouvons citer l'équilibre actuel des relations avec la Russie et l'Ukraine. Pour organiser le flux touristique de la Russie vers la Turquie, une compagnie aérienne supplémentaire est créée. Tandis que des drones Bayraktar sont livrés à l'Ukraine et qu'un soutien diplomatique est apporté.

Et c'est dans ces relations et cet équilibre des forces que la Turquie a un intérêt géopolitique important à affaiblir la Russie. Ce n'est pas un hasard si les Turcs s'intéressent activement à la Crimée et ne la reconnaissent pas comme faisant partie de la Russie, ainsi qu'au Caucase et à la région de la Volga. La Turquie a besoin du projet du panturquisme pour servir de parapluie et de justification à une éventuelle ingérence dans les affaires intérieures de la Russie.

La chaîne de télévision russophone TRT adhère à un cours ouvertement russophobe, qui soutient Navalny et Khodorkovsky, sans parler de l'incitation au séparatisme à l'intérieur de la Russie en mettant l'accent sur l'identité musulmane et turque. Le projet de "génocide circassien" y est également lié, ainsi que divers éléments commémoratifs, tels que des noms de rues en l'honneur de Dzhokhar Dudayev.

Comme le Parti de la justice et du développement se concentre sur l'identité religieuse turque, le souvenir de l'ancienne grandeur de l'Empire ottoman est également très important pour la politique moderne. Et là aussi, il y a une place pour les aspirations anti-russes, car la Turquie rappelle le rôle de l'Empire russe dans la libération des Balkans de la domination turque et une série de guerres russo-turques.

Par conséquent, l'affaiblissement possible de la Russie dans cette région est considéré comme une nouvelle opportunité pour le retour du pouvoir perdu. Et si vous le regardez à travers un prisme religieux, l'expansion turque pour Ankara est aussi la propagation de l'Islam dans de nouveaux territoires. Dans le même temps, la version turque de l'Islam est clairement différente de la version arabe classique.

Par conséquent, il est peu probable que le maintien du pouvoir suprême pour Erdogan conduise à une amélioration des relations avec la Turquie. Au mieux, une coopération pragmatique se poursuivra, notamment en raison de la forte dépendance de la Turquie vis-à-vis des approvisionnements en pétrole et en gaz russes. Mais dans le pire des cas, Ankara se comportera de manière plus persistante et agressive à l'égard de Moscou, et elle devra alors envoyer des signaux explicites, tels qu'une interdiction d'importation de légumes ou une suspension du flux touristique.

Si la situation s'avèrera encore pire, il est difficile d'imaginer quel niveau la confrontation entre la Russie et la Turquie pourra atteindre. Encore une fois, il faut se rappeler que la Turquie est membre de l'OTAN et peut se joindre aux sanctions occidentales à tout moment.

Considérons maintenant la version qui se produirait si des forces pro-occidentales prenaient le pouvoir en Turquie. Par exemple, avec l'aide d'injections financières et d'autres moyens, le chef du Parti républicain du peuple prendra le poste de président.

Tout d'abord, ils commenceront à éliminer les réalisations d'Erdogan, tenteront de revenir au format de la république parlementaire et promouvront activement un système politique laïc. Bien sûr, étant donné leur position pro-occidentale, les Etats-Unis et l'UE les presseront pour qu'ils se dressent contre la Russie. Mais il est peu probable qu'ils renoncent au gaz et au pétrole russes, même s'ils peuvent soutenir certaines des sanctions et le feront très probablement.

En général, il y aura un grand conflit d'intérêts. Cependant, il y aura le chaos à l'intérieur du pays, et compte tenu de cela, il est peu probable que les pro-occidentaux poursuivent une politique étrangère expansionniste. Le plus probable est qu'ils essaieront d'améliorer les relations avec l'UE, et encore une fois, ils attendront naïvement de rejoindre cette association.

Il est certain que les pays musulmans seront sceptiques à l'égard du nouveau gouvernement, ce qui signifie une réduction ou un retrait du soutien des riches États du Golfe. Et un tel affaiblissement de la Turquie sera bénéfique pour la Russie, car avec une approche compétente, il sera possible non seulement de préserver les acquis nécessaires, mais aussi de montrer à la société turque tous les avantages de relations bilatérales véritablement de bon voisinage.

samedi, 07 mai 2022

En limitant les mouvements de Moscou, Erdogan joue à la roulette russe

Les-relations-entre-la-Turquie-et-lUkraine-vont-bien-au-dela.jpg

En limitant les mouvements de Moscou, Erdogan joue à la roulette russe

par Abdel Bari Atwan

Source: https://www.ideeazione.com/limitando-le-mosse-di-mosca-erdogan-sta-giocando-alla-roulette-russa/

La décision de la Turquie de fermer son espace aérien aux avions militaires et civils russes à destination du nord de la Syrie a surpris de nombreux observateurs. L'annonce de cette décision par le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu aux journalistes turcs lors de sa tournée en Amérique latine a soulevé de nombreuses questions sur ses implications futures pour les relations russo-turques.

Il est peu probable que cette décision ait pu être l'un des résultats d'un accord turco-américain suite à des contacts discrets entre le président Recep Tayyip Erdogan et son homologue américain Joe Biden pour sévir contre la Russie. Contrairement à son prédécesseur Donald Trump, M. Biden estime qu'il est difficile d'assurer la sécurité régionale sans la Turquie, qui est un membre originel de l'OTAN. L'accord entre les deux pays prévoyait donc d'étendre la coopération économique et de répondre aux besoins de la Turquie en matière de défense, notamment en ce qui concerne les systèmes de missiles avancés F-35, Patriot et THAAD.

Il y a plusieurs explications à la décision d'Ankara. La première est que les États-Unis ont fait pression sur la Turquie après qu'il soit apparu que les Russes dirigeaient la bataille de Marioupol et d'autres zones du sud-est de l'Ukraine depuis la base aérienne russe de Hemeimim, dans le nord de la Syrie - d'où étaient menées des attaques stratégiques contre les forces ukrainiennes.

Une deuxième explication possible est qu'Erdogan a réussi à améliorer les relations de son pays avec Washington en profitant du besoin désespéré des États-Unis d'avoir des alliés régionaux dans la guerre par procuration de l'OTAN en Ukraine.

Mais là où l'un perd, un autre gagne. À la suite de la décision surprise de la Turquie, Téhéran a astucieusement proposé d'autoriser les avions russes à utiliser l'espace aérien iranien pour atteindre les bases navales et aériennes du nord de la Syrie. Bien que ces temps de vol puissent être plus longs, il y a des avantages immédiats pour les deux pays, en particulier pour l'Iran, qui a maintenant renforcé davantage sa relation stratégique avec l'axe Russie-Chine. L'Iran n'a pas été ambigu: depuis le début de la crise militaire ukrainienne, il n'a pas condamné les actions de Moscou et est resté tranquillement parmi les alliés tacites de la Russie.

Le président russe Vladimir Poutine s'est montré généreux envers son homologue turc. Il a pardonné à Erdogan son erreur de 2015, lorsque les défenses aériennes turques avaient abattu un avion russe Sukhoi qui avait pénétré pendant quelques secondes dans l'espace aérien de la Turquie, près de la frontière turco-syrienne. Il a fallu une série de sanctions russes de bonne envergure pour que le président turc s'excuse dans toutes les langues, y compris le russe, pour cette mésaventure.

Poutine a fait preuve de compréhension, voire de patience, à l'égard de l'occupation par la Turquie de zones dans le nord de la Syrie, contrairement aux souhaits de ses fidèles alliés à Damas. Toutefois, la dernière décision d'Ankara d'établir une zone d'exclusion aérienne russe ne sera pas si facile à pardonner, surtout si elle est suivie d'autres mesures telles que l'interdiction du passage des navires de guerre russes par les détroits du Bosphore et des Dardanelles vers la Méditerranée, conformément à l'accord de Montreux.

Cela reste une option à la lumière de l'amélioration rapide - bien que furtive - des relations turco-américaines; mais choisir de s'aligner sur Washington au sujet de l'Ukraine risque également d'accroître les coûts militaires, politiques et économiques de la Turquie, un an avant les élections cruciales du pays.

S'aligner davantage sur les États-Unis signifie également qu'Erdogan ne pourra pas continuer à jouer son rôle soigneusement élaboré de médiateur "neutre" dans cette crise, et accueillir la prochaine réunion au sommet entre les présidents turc et ukrainien.

s400-990x611.jpg

Les aspirations turques à étendre la coopération commerciale avec la Russie à 100 milliards de dollars par an seront également touchées, et la vente de systèmes de défense antimissile russes S-400 supplémentaires à la Turquie sera peu probable. Plus sérieusement, la Russie pourrait réagir en développant ou en élargissant ses relations avec le parti séparatiste des travailleurs du Kurdistan (PKK) et en soutenant ses opérations en Turquie.

Politiquement parlant, l'opération militaire russe en Ukraine est une question de vie ou de mort pour Poutine. Par conséquent, sa réponse aux mouvements inamicaux d'Ankara sera probablement décisive et pourrait se jouer sur plusieurs fronts :

- Le front syrien : afin de maintenir l'équilibre dans les relations russes avec la Turquie, Poutine s'est fortement opposé au désir des dirigeants syriens d'envahir Idlib pour éliminer les groupes terroristes djihadistes qui y sont basés et rendre le contrôle de ce territoire à Damas. Même si la position de Moscou ne change pas encore, la reprise et l'intensité des opérations militaires russes à Idlib entraîneront la fuite d'un plus grand nombre de Syriens vers le territoire turc, qui accueille déjà plus de 3 millions de réfugiés syriens.

- Renforcement des relations russo-iraniennes : cela aura un impact négatif sur les ambitions régionales d'Erdogan - notamment en Asie occidentale et centrale - en tenant compte du fait que la Chine, qui constitue le troisième bras, et plus fort, dans cette alliance naissante, est un membre à part entière de cette troïka.

- Le front arabe : Le désir de la Turquie d'améliorer ses relations avec l'Arabie saoudite, l'Égypte et d'autres États du golfe Persique et du monde arabe pourrait être entravé par le rapprochement de ces pays avec la Russie et la Chine, qui coïncide avec la rupture de leurs relations avec leur allié américain traditionnel. L'alliance Russie-Iran-Chine (RIC) peut faire beaucoup en Asie occidentale pour perturber les relations d'Ankara dans la région. Il convient de noter que Riyad n'a pas encore répondu aux ouvertures diplomatiques turques, notamment en ce qui concerne la fermeture du dossier étatique sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Ces derniers mois, le leadership d'Erdogan a été caractérisé par la confusion et la volatilité. Parmi les récents développements politiques, citons le renforcement impopulaire des liens d'Ankara avec Israël, son implication progressive dans la crise ukrainienne et le réchauffement des relations avec Washington. Celles-ci interviennent à un moment critique, non seulement en pleine crise économique nationale, mais aussi un an avant les élections présidentielles et législatives qui menacent sérieusement le pouvoir détenu par Erdogan.

Le président Poutine a peut-être décidé dans un premier temps de fermer les yeux sur la vente par la Turquie des drones Bayraktar qui ont probablement contribué à la mort de quelque 2000 soldats russes en Ukraine, et a accepté à contrecœur le rôle d'intermédiaire joué par la Turquie dans la crise. Au niveau stratégique, cependant, il lui sera difficile de tolérer l'accélération des nouveaux rapports de la Turquie avec l'Occident américanisé.

Il est vrai que la Turquie est une puissance régionale, et qu'elle est militairement forte, mais il est également vrai que le camp dirigé par les États-Unis vers lequel elle penche est en déclin, déchiré par les divisions, et échoue dramatiquement dans son régime de sanctions économiques contre la Russie. De plus, ce camp est confronté à l'alliance de deux superpuissances, d'une troisième nucléaire (l'Inde) et d'une quatrième en devenir (l'Iran), qui représentent ensemble plus de la moitié de la population mondiale.

Le nouveau pari du président Erdogan relatif à la Russie est risqué et pourrait se retourner contre lui au mauvais moment.

4 mai 2022

dimanche, 27 mars 2022

Eastmed Poseidon, le gazoduc méditerranéen qui change la donne gazière

eastmed-660x330.jpg

Eastmed Poseidon, le gazoduc méditerranéen qui change la donne gazière

Par Gian Piero Joime

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/economia/eastmed-poseidon-gasdotto-guerra-ucraina-mediterraneo-228356/

Rome, 26 Mar - Que la grave crise énergétique dépende de la dépendance déséquilibrée aux combustibles fossiles importés de quelques pays est désormais bien connu. Le fait qu'une grande partie du gaz importé en Italie, et en Europe, provienne de Russie est désormais un fait notoire. Le fait qu'en 1991, nous ayons extrait de notre territoire 20 milliards de m3 de gaz, qui seront réduits à un peu plus de 3 milliards en 2021, est également un fait connu. Tout comme la recette pour surmonter la crise est également bien connue : revenir à l'extraction du gaz, accélérer les énergies renouvelables, construire de nouvelles usines de regazéification, diversifier les sources d'approvisionnement, et pour ceux qui le savent et le peuvent, investir dans le nucléaire. Et participer à des projets de nouveaux gazoducs. Tout cela est logique, mais très complexe, comme le montre le cas du projet EastMed Poseidon.

EastMed Poséidon : de 2016 à 2020, allez, arrêtez et repartez

Le pipeline EastMed Poseidon, annoncé dès 2016, prévoit un pipeline terrestre de 600 km d'Israël à Chypre, puis un autre de 700 km jusqu'en Crète (où il pourrait y avoir de nouvelles découvertes par Exxon et Total déjà engagés dans des investigations), avant de se connecter à la Grèce continentale dans le Péloponnèse, puis à l'Italie, à Salento.

6247ed26-c317-46ab-bc58-5ae490579ae1-jpeg.jpeg

Appartenant à IGI Poseidon, une coentreprise entre la société grecque DEPA et Edison, et coûtant plus de 6 milliards de dollars, avec une capacité estimée à 11 milliards de mètres cubes (bcm) par an, avec un potentiel allant jusqu'à 20 bcm/an, le projet de pipeline EastMed-Poseidon, géré par l'italien Eni, le français Total et l'américain Chevron, serait le plus long jamais réalisé, mais aussi très coûteux. D'une longueur d'environ 1900 kilomètres, avec des pipelines posés jusqu'à 3000 mètres de profondeur dans la mer Méditerranée, le gazoduc vise à relier directement les champs de gaz de la Méditerranée orientale - les champs israéliens (Tamar et Léviathan), égyptiens (Zohr) et chypriotes (Calypso, Aphrodite) - à la Grèce continentale en passant par Chypre et la Crète, en se connectant aux gazoducs Poséidon et IGB (Interconnecteur Grèce-Bulgarie), pour transporter le gaz vers l'Italie et le réseau européen de gazoducs.

L'accord pour la construction du gazoduc a été signé le 2 janvier 2020 à Athènes par les dirigeants de la Grèce, de Chypre et d'Israël. Tous les pays impliqués dans le projet sont membres du East Mediterranean Gas Forum (EMGF), un forum parrainé par les États-Unis et l'UE et promu par Le Caire. Toujours en 2020, en raison de l'effondrement des prix des hydrocarbures pendant la pandémie de Covid-19, des réserves américaines et des problèmes géopolitiques liés aux tensions avec la Turquie, le projet a été temporairement mis en veilleuse.

2021 : aller, s'arrêter et repartir

En mars 2021, cependant, le projet d'EastMed a franchi une nouvelle étape : IGI Poseidon, le GRT israélien Israel Natural Gas Lines Company (INGL), qui avait déjà rejoint l'équipe en 2019, ont en effet signé un "addendum" supplémentaire au protocole d'accord de 2019, en vertu duquel les deux parties s'engagent à travailler conjointement à la conception et au développement de l'intégration du nouveau gazoduc avec le réseau gazier national d'Israël et avec les mêmes champs du bassin levantin d'où provient le gaz destiné à alimenter ce gazoduc, dont la phase de conception devrait être achevée au cours de l'année 2022. Le gazoduc EastMed, lit-on dans une note publiée par IGI Poseidon, complétera le réseau d'infrastructures énergétiques de la Méditerranée orientale en créant une nouvelle voie de transport de gaz naturel qui profitera à toute la région dans une perspective de relance post-Covid-19. "La coopération fructueuse entre IGI et INGL garantira aux ressources gazières de la région un accès stable au plus grand marché énergétique, l'Europe, grâce à un projet défini et mature, le projet de gazoduc EastMed."

eastmed1.jpeg

En 2021 également, il y a un pas en arrière, du côté italien, avec le Pniec (le plan national pour l'énergie et le climat) : "Bien que le projet puisse permettre à partir de 2025 une diversification supplémentaire des itinéraires actuels, il ne représente pas une priorité étant donné que les scénarios de décarbonisation peuvent être mis en œuvre grâce aux infrastructures existantes et au PTA susmentionné". Le point d'atterrissage d'Eastmed se trouverait à Otranto, à 20 kilomètres au sud de la sortie d'un autre oléoduc, Tap, qui a commencé à fonctionner en 2020 au milieu d'une grande controverse. Le Pniec, également pour cette raison, semblait déterminer la fin du projet, également parce que le délai pour les travaux, prévu pour juin 2021, était maintenant largement dépassé. Et pourtant Poséidon a redémarré, avec l'arrêté du ministère de la Transition écologique du 26 mars 2021 : " Les délais de réalisation du projet de méthanoduc IGI Poséidon section Italie... sont prolongés comme suit : le délai de démarrage des travaux est reporté au 1er octobre 2023 et le délai d'achèvement des travaux est reporté au 1er octobre 2025 ". Le ministre Roberto Cingolani a donc décidé que le Poséidon était nécessaire et qu'il serait construit, accordant à la société de construction un délai supplémentaire de quatre ans pour le terminer.

Les objectifs turcs et le revirement américain

En janvier 2022, cependant, Washington a informé Athènes de ses réserves à l'égard de l'oléoduc EastMed, officiellement en raison de la faisabilité technique et économique du projet et de son impact environnemental. Des réserves qui, avant tout soutenues par des raisons en réalité géopolitiques, constituent un obstacle au développement du pipeline. Washington a alors invité les Européens impliqués dans le projet à le remplacer par des alternatives régionales telles que la construction de terminaux GNL pour l'exportation du gaz de schiste américain. Ainsi, alors que Trump avait parrainé le projet, la décision de l'administration Biden sur EastMed modifie la position américaine, également dans le but d'éliminer une tension majeure sur les routes du gaz entre les acteurs de la région méditerranéenne ; en particulier avec la Turquie, véritable nœud crucial du gazoduc EastMed et du pouvoir en Méditerranée.

Depuis son lancement, le projet Eastmed a exclu Ankara du rôle de plaque tournante du transit du gaz offshore méditerranéen au profit de la Grèce, et a renforcé le rôle de l'Égypte et d'Israël dans le système d'alimentation en gaz.

Cependant, juste au moment où le projet EastMed se développait, la Turquie a conclu un protocole d'accord pour la démarcation des frontières maritimes avec le gouvernement d'entente nationale (GNA) de l'époque à Tripoli en novembre 2019 et dans le cadre de la doctrine géopolitique de la "patrie bleue" basée sur la souveraineté maritime turque en Méditerranée. Les revendications de souveraineté maritime d'Ankara à la suite de l'accord avec Tripoli ont entraîné une exploration et un forage intenses pour le gaz par des navires turcs soutenus par des drones et des navires de guerre, qui ont également entravé les activités d'exploration d'Eni dans les eaux chypriotes sous licence du gouvernement de Nicosie. L'apogée de l'attitude dominante de la Turquie en matière de souveraineté en Méditerranée, et de contrôle de ses trésors, a eu lieu en juin 2020, lorsque la frégate française Courbet a été éclairée par le radar de ciblage d'un navire de guerre turc escortant un navire marchand à destination de la Libye.

EastMed-1024x579.png

5172eae_574530147-tkmavwat-630.png

Cependant, la guerre en cours en Ukraine et la nécessité de réduire drastiquement la dépendance au gaz russe - ainsi que de diversifier toutes les sources d'approvisionnement - rendent urgentes la conception et la mise en œuvre d'une politique énergétique résolument tournée vers la souveraineté nationale et continentale. Et ainsi, le projet EastMed est de nouveau sur les rails. Ainsi, les États-Unis reviennent (du moins semble-t-il) sur leurs choix de janvier, au point de déclarer avec Andrew Light, sous-secrétaire américain aux affaires étrangères au ministère de l'Énergie : "Après les derniers développements, nous allons jeter un nouveau regard sur tout...... Il ne s'agit pas seulement de la transition verte, mais aussi de la transition qui nous éloigne de la "Russie". Les États-Unis pourraient donc donner le feu vert à EastMed Poseidon. Un projet méditerranéen vaste et complexe, pour la sécurité énergétique européenne et italienne, semble donc avoir une souveraineté clairement limitée.

Gian Piero Joime

vendredi, 25 mars 2022

La carte tatar d'Erdogan

crimea-tatar-blog-mejlis-flag-0.1631809876.jpg

La carte tatar d'Erdogan

La Turquie dispose d'un avantage considérable par rapport aux autres pays pour servir de médiateur entre l'Ukraine et la Russie. L'activisme d'Ankara est dicté par une stratégie préparée au fil des ans. Un bref excursus.

Emanuel Pietrobon

Source: https://www.dissipatio.it/erdogan-zelensky-pace/

L'Ukraine de Zelensky a dès le départ tenté d'obtenir le statut de membre observateur au sein du Conseil de coopération des pays de langue turque, également connu sous le nom de "Conseil turc", une organisation internationale basée à Ankara. Cette nouvelle n'est en fait pas une nouvelle pour ceux qui ont suivi l'évolution de la dynamique ukrainienne depuis l'ère post-Euromaidan. En gagnant la bataille pour l'Ukraine, l'Occident a réussi à se rapprocher de la réalisation du rêve de Zbigniew Brzezinski d'expulser la Russie de l'Europe, la transformant en un "empire asiatique". Entre ce scénario et sa réalisation finale, il ne reste plus que trois obstacles : le Belarus, la Moldavie et la Serbie.

En bref, ce à quoi nous assistons, c'est à la disparition de tout le système d'États tampons construit par Staline dans l'entre-deux-guerres pour protéger la Russie d'une invasion extérieure. Ce système est sur le point de s'effondrer car il a été incorporé dans l'orbite euro-américaine par l'élargissement de l'Union européenne et de l'Alliance atlantique. Aujourd'hui, la Russie est encerclée de partout - pas seulement au départ de l'Europe, pensez par exemple à ce qui se passe dans le Caucase du Sud et en Asie centrale. Mais revenons à l'Europe. La Biélorussie est secouée par une grande mobilisation d'une partie ostensible de sa société depuis la nuit du 9 août 2021 ; la Moldavie est un acteur vulnérable en raison de son besoin constant d'investissements étrangers et de la présence d'une minorité turque en Gagaouzie que la Turquie subjugue habilement, tandis que la Serbie est presque entièrement entourée de pays de l'OTAN, même si sa position au sein de l'orbite russe ne semble pas se fissurer pour l'instant (à voir également les manifestations pro-russes de ces jours-ci).

Pour en revenir à l'Ukraine, l'entrée au Conseil turc ne se prête qu'à une seule interprétation : le pays passerait rapidement du monde russe au monde turc. Cette situation ne caractérise pas seulement Kiev, mais de nombreux autres pays, comme les anciens États soviétiques d'Asie centrale et l'Azerbaïdjan, et des régions, comme la Gagaouzie, que je viens de mentionner, et les républiques russes à composition ethnique turque, du Caucase du Nord à la Sibérie. La nouvelle du projet ambitieux du gouvernement ukrainien a été donnée par Emine Dzheppar (photo, ci-dessous), une politicienne ukrainienne d'origine tatare qui a récemment été nommée première vice-première ministre chargée des affaires étrangères. M. Dzheppar, interviewé dans le passé par l'agence de presse turque Demirören, a expliqué que la présidence Zelensky souhaitait rejoindre le Conseil turc parce que :

"Nous sommes des pays voisins. L'Ukraine est l'héritière de la culture turque. Les Tatars de Crimée sont un pont entre l'Ukraine et la Turquie" (Emine Dzheppar).

630_360_1614344315-993.jpg

S'il est vrai que les Tatars constituent un point de connexion utile entre l'Ukraine et la Turquie, le passage sur la prétendue identité turque de l'Ukraine est discutable. En fait, elle n'est même pas discutable : elle est tout à fait anti-historique. Il s'agit d'une tentative de réécrire à la fois l'histoire et l'identité de l'Ukraine, qui est, était et sera toujours le berceau de la civilisation russe. Les Tatars représentent une très petite minorité - environ 70.000 personnes selon le recensement de 2001 - mais ils sont la clé de voûte de l'Ukraine pour entrer dans les bonnes grâces de la Turquie et de l'Occident.

Dès le départ, la décision de rejoindre le Conseil turc a été précédée de nombreuses autres initiatives et l'entrée finale dans l'organisation n'était que l'étape naturelle d'un voyage entamé par Volodymyr Zelensky en août 2019 par une visite officielle à Ankara. Depuis lors, les deux pays ont rapidement construit un partenariat stratégique très solide qui, aujourd'hui, s'étend du commerce à l'industrie, de la défense à la sécurité régionale, de la politique étrangère à la Crimée. Ce dernier point est particulièrement important pour les deux, car il s'agit d'un moyen de saper la grande stratégie de la Russie pour la mer Noire.

Mais pourquoi, dans le passé, l'Ukraine est-elle sur le point de devenir une partie intégrante du monde turc ? Il ne s'agit pas seulement du Conseil turc, de nombreux autres événements se sont produits au cours des dernières années. En juillet 2021, l'ambassadeur turc à Kiev, Yagmur Ahmet Gulder, a annoncé que la Turquie allait construire une maxi-mosquée au cœur de la capitale ukrainienne. Les négociations concernant le terrain ont déjà été résolues et les travaux devraient bientôt commencer. Une fois terminée, la mosquée sera la plus grande du pays : le projet prévoit une capacité d'au moins 5000 fidèles. Le gouvernement turc a fourni cinq millions de dollars pour sa construction. L'idée de construire une nouvelle mosquée à Kiev ne vient pas de Turquie, mais de Mustafa Dzhemilev, le chef du Mejlis, l'organe représentatif officiel des Tatars, qui a été mis hors la loi en Crimée pour cause d'extrémisme. Selon Dzhemilev, le pays a besoin d'une nouvelle mosquée en raison de l'arrivée de dizaines de milliers de Tatars de la péninsule au cours des six dernières années.

Avec en toile de fond les négociations sur la mosquée, la Turquie travaille depuis des années à la construction d'appartements résidentiels pour des centaines de familles tatares dans les villes de Kharkiv, Lviv, Odessa, Kherson et Dnipro. Ces deux initiatives ont été très bien accueillies par la minorité turque et amélioreront considérablement l'image de Recep Tayyip Erdogan en tant que protecteur du peuple turc et des musulmans en général. Mais avant même l'annonce de la mosquée, un événement historique s'est produit le 18 mai. Zelensky avait inclus deux célébrations islamiques très importantes dans le calendrier national des jours fériés : la fête du sacrifice (Eid al-Adha) et la fête de la rupture du jeûne (Eid al-Fitr).

La date de l'annonce a été soigneusement choisie car l'objectif était d'accroître la portée symbolique de l'acte : en effet, le 18 mai de chaque année, les Tatars observent ce que l'on appelle la "Journée de commémoration des victimes du génocide des Tatars de Crimée". Depuis 2014, cet événement historique est officiellement inclus dans la liste des guerres de mémoire liées à la Seconde Guerre mondiale qui divisent l'Occident et la Russie. Aujourd'hui, cette date, grâce à Zelensky, a pris une importance égale pour les Ukrainiens, les Tatars et les Turcs. Selon le président ukrainien, la reconnaissance officielle des fêtes islamiques est une étape fondamentale vers la construction d'une "nouvelle Ukraine au sein de laquelle chacun peut se sentir citoyen".

Le même jour, M. Zelensky a également annoncé la formation d'un groupe de travail au sein du bureau de la présidence, spécialisé dans les questions relatives aux Tatars. L'objectif était d'améliorer les conditions de vie de la minorité dans le pays. Ce sont donc les Tatars qui ont conduit l'évolution du partenariat turco-ukrainien formé l'année dernière. En août dernier, Zelensky a assisté à l'inauguration d'un bureau de représentation des Tatars de Crimée à Ankara. En février, c'était au tour d'Erdogan à Kiev, où le président turc a annoncé un plan de logement pour les Tatars qui avaient fui la péninsule, réaffirmant que son gouvernement ne reconnaîtrait jamais le nouveau statu quo car "la Crimée est la patrie historique des Tatars".

La carte tatare est utile aux deux parties : Kiev peut améliorer son image à l'Ouest, Ankara peut accroître son prestige dans le monde turc et islamique et, simultanément, élargir sa marge de manœuvre à l'intérieur de l'Ukraine dans l'espoir de combler le vide de pouvoir laissé par le Kremlin. Enfin, comme cela a déjà été écrit, jouer la carte des Tatars est le seul moyen pour les rivaux ou les pacificateurs de la Russie de garder ouverte la possibilité de déstabiliser la péninsule par une insurrection à motivation ethnique - ou, comme c'est le cas actuellement, de servir de médiateur entre les deux prétendants. La Russie est confrontée à un défi historique, car le scénario tant redouté de l'encerclement qui hantait les rêves de Staline est devenu une réalité, et la chute des États de la zone-tampon entraînera un déplacement de l'attention vers les républiques turco-musulmanes de Russie. Le risque d'une implosion de type soviétique est élevé, et les dirigeants du Kremlin sont appelés à élaborer une refonte stratégique globale : il en va de la survie même de la Russie telle que nous la connaissons aujourd'hui.

mardi, 01 mars 2022

La Russie: la lutte contre la Turquie passe par l'Ukraine

turquie-ukraine.jpg

La Russie: la lutte contre la Turquie passe par l'Ukraine

Emanuel Pietrobon

Source: https://it.insideover.com/guerra/russia-se-il-contrasto-alla-turchia-passa-dall-ucraina.html

L'Ukraine est le doigt, la transition multipolaire est la lune. Le changement de régime en Ukraine est un faux-fuyant, la réécriture du système de sécurité européen est l'objectif. Cette guerre n'est pas une affaire isolée, dont le déclenchement s'est produit soudainement et du jour au lendemain, mais un chapitre clé de la nouvelle guerre froide. Un chapitre dans lequel les intérêts et les voies de la Russie et des États-Unis s'affrontent, dans lequel l'Union européenne est paralysée et l'Empire céleste sur le qui-vive, et qui, de surcroît, est le dernier reliquat des nouvelles guerres russo-turques.

Kiev, berceau de la Russie et rêve de la Turquie

L'Ukraine, veine exposée du Vieux Continent et ligne de fracture inter-civilisationnelle depuis la nuit des temps, c'est seulement ici que la plus grave crise entre l'Ouest et l'Est de l'après-guerre froide aurait pu éclater. Et, de fait, elle a éclaté.

Convoitée par tous, des Polonais aux Mongols, l'Ukraine est un lieu qui, au-delà des apparences et des stéréotypes, a une histoire complexe et une identité plurielle. Pour les Russes, c'est l'un des berceaux de la civilisation orthodoxe slave, en tant que foyer de la plus ancienne organisation étatique des Slaves orientaux - la Rus' de Kiev. Pour les Polonais, c'est la fille prodigue de leur plus importante constitution impériale : la République dite des Deux Nations. Pour les Américains, les derniers arrivés, c'est le "pivot géopolitique" de l'Eurasie - le nœud territorial décisif dont dépend l'hégémonie sur l'Europe et la vassalisation de l'Europe par le rejet définitif de la Russie à l'est, sa transformation en empire asiatique.

Mais l'Ukraine a joué et continue de jouer un rôle clé, tant sur le plan politique qu'historique, pour une autre puissance: la Turquie. Prolongement du monde turc (Türk dünyası) depuis l'invasion mongole de 1223, l'Ukraine est dans les tranchées des guerres russo-turques depuis la bataille de Kalka et a façonné l'imaginaire collectif des habitants de la Sublime Porte pendant des siècles, leur ayant donné Roxelana et le mythe de la Petite Tatarie.

0001B284T9UGRH44-C125-F4.jpg

Il ne faut pas s'étonner, à la lumière de l'histoire, que la Turquie ait vu dans l'Euromaïdan une occasion de prendre pied dans un ancien domaine, populairement connu sous le nom de Hanshchyna, et qu'elle y ait fait des paris et des investissements importants, en particulier pendant la présidence Zelensky, étendant ses tentacules dans divers domaines : de l'industrie au commerce, en passant par la sécurité régionale, la défense et les affaires religieuses.

Un compte rendu ?

L'avancée des forces armées ukrainiennes dans le Donbass en 2021 n'aurait pas été possible sans l'utilisation des nouveaux Janissaires mortels du ciel, les drones Bayraktar TB2. Et la transformation de la minorité tatare en un pilier de l'ordre post-Euromaidan, avec ses bataillons de combattants volontaires actifs entre Donetsk et Lugansk, ne se serait pas produite aussi rapidement sans la médiation anatolienne.

Le Kremlin n'a jamais caché qu'il ressent un fort sentiment d'agacement, parfois à la limite de l'animosité ouverte, à l'égard de l'ordre du jour turc en Ukraine. Parce que Recep Tayyip Erdoğan était et est l'un des chefs de file du mouvement contre la reconnaissance de la souveraineté russe sur la péninsule de Crimée. Il était et reste parmi les principaux financiers de l'économie ukrainienne - 7 milliards de dollars d'échanges commerciaux au total en 2021, contre 4 milliards en 2019. Et il figurait parmi les principaux fournisseurs d'armements aux forces armées ukrainiennes, à la réorganisation desquelles la Turquie a également contribué.

Le lien entre l'Ukraine et la Turquie est devenu si solide sous l'ère Zelensky qu'en août 2020, le chef du Marinsky avait inauguré les travaux pour l'adhésion du pays au Conseil turc en tant que membre observateur. Un lien solide, certes, mais qui prendrait fin inévitablement si la Fédération de Russie parvenait à re-satelliser l'Ukraine.

Trois indices font une preuve

Les preuves que l'attaque de Moscou contre Kiev est également à considérer dans le contexte des nouvelles guerres russo-turques ne manquent pas : il y en a au moins trois, mais d'autres pourraient être ajoutées étant donné l'évolution constante de la situation. Et puisque, selon Agatha Christie, un indice est un indice, deux indices sont une coïncidence, mais trois indices font une preuve, l'affaire mérite d'être approfondie.

Le premier indice est le fait que c'est la deuxième fois en deux mois que la Russie envoie ses soldats sur un théâtre contesté avec la Turquie : au début de l'année, c'était le Kazakhstan. Dit de cette façon, il est clair que cela ne peut qu'apparaître comme un étirement basé sur l'attraction, mais l'image est incomplète. Car en Turquie, curieusement, l'intervention éclair au Kazakhstan par le biais de l'Organisation du traité de sécurité collective a été reçue très froidement et interprétée par certains comme un avertissement, un message subliminal adressé au Conseil turc.

Le deuxième élément de preuve est le bombardement d'un navire marchand turc au large d'Odessa, qui s'est produit de manière éloquente dans les heures qui ont suivi le déclenchement de la guerre. Un bombardement symbolique, en ce sens qu'il s'est terminé sans blessés ni morts, et qui, du moins dans l'immédiat, a eu l'effet escompté : réduire considérablement l'exposition de la Turquie au conflit.

combatientes-chechenos-ucrania (1).jpg

Le troisième indice, qui pour l'instant est aussi le dernier, est l'arrivée en Ukraine d'une petite armée de Tchétchènes - composée de dix mille à douze combattants (photo, ci-dessus) - sous le commandement de Ramzan Kadyrov, fidèle de Poutine et ennemi juré d'Erdoğan. On ne sait pas quelles sont les véritables raisons de l'intervention tchétchène en Ukraine, mais une chose est plus que certaine : l'utilisation de ces effectifs contre les Ukrainiens aurait un impact négatif sur le soutien de l'opinion publique à la guerre - qui est déjà faible, comme en témoignent les protestations pacifistes qui ont explosé comme une traînée de poudre dans toute la Fédération -, il est donc possible qu'on lui ait délégué la tâche de régler des comptes avec les agents turcs sur place, à savoir les islamistes et les djihadistes, en échange d'une carte blanche dans la chasse aux dissidents anti-Kadyrov.

Peu de choses ont été écrites sur l'alliance profane entre l'Ukraine post-Euromaidan et l'islam radical, mais cela ne signifie pas qu'il s'agisse d'un phénomène sans importance et insignifiant. Deux bataillons d'islamistes tchétchènes combattent les séparatistes pro-russes dans le Donbass depuis 2014. Des éléments djihadistes ont été capturés par le FSB, accusés de travailler pour les services secrets ukrainiens. Et les islamistes du Hizb al-Tahrir, une organisation légale dans certains pays mais interdite dans d'autres, dont la Russie, ont transformé l'Ukraine en un maxi-camp de recrutement, convertissant les Tatars à leurs croyances fondamentalistes.

Qu'est-il advenu de ces guérilleros et islamistes, dont l'implication dans le sabotage d'infrastructures critiques est bien connue, dont la présence dans le Donbass a été constatée et dont les liens avec les djihadistes internationaux ont fait l'objet de rumeurs et, dans d'autres cas, ont été prouvés ? Nous n'entendons pas parler d'eux, car ils sont loin des projecteurs, mais ils existent, ils sont nombreux - des milliers - et c'est à eux que le Kremlin, via Kadyrov, pourrait maintenant vouloir donner la chasse.

La vision de Poutine contre le plan de Biden

Les garanties de sécurité proposées par le Kremlin à l'Alliance atlantique ces derniers mois, qui avaient une forme difficilement acceptable mais un fond tout-à-fait compréhensible - pour ceux qui avaient des oreilles pour entendre - ont été conçues dans le but d'ouvrir une table de négociation : partir de 100, en sachant que l'autre partie offrait 0, pour arriver à un 50 avantageux.

La concentration de troupes aux confins de l'Ukraine était un moyen de parvenir à une fin: un levier de pression utilisé par le Kremlin dans l'espoir d'impressionner, ou plutôt d'intimider, la Communauté euro-atlantique et de la persuader d'entamer une action attendue depuis longtemps, à savoir les travaux d'une nouvelle conférence de Yalta. Remodeler la forme et l'objectif de l'architecture défensive-offensive euro-atlantique, en réduisant son potentiel de pénétration stratégique au cœur de la Russie européenne. Œuvrer pour un "diviser pour régner" mutuellement bénéfique, car il s'appuie sur les principes de non-ingérence et de sphères d'influence. Créez, si possible, un mécanisme de concertation sur le modèle du Congrès de Vienne de 1815.

Aux États-Unis, où le parti de la diplomatie triangulaire - s'ouvrir à la Russie pour isoler la République populaire de Chine - n'a toutefois jamais réussi à prendre pied dans la salle de guerre, c'est pourquoi l'intense séance de négociation a connu une issue malheureuse. La vision du parti qui règne depuis l'ère Obama, le parti du "double endiguement", a prévalu, sentant le retour de bâton potentiel de cette arme à double tranchant qu'est la diplomatie de la canonnière. Retirer cette force potentielle cyclopéenne sans avoir obtenu quoi que ce soit, pas même une lueur d'ébauche, était tout simplement devenu impossible - le point de non-retour était inévitablement passé - et aurait représenté une défaite tonitruante pour Poutine à différents niveaux : contractualité, crédibilité, image.

Et c'est ainsi, au milieu de refus clairs, de non ambigus et de portes fermées à tous les bâtisseurs de ponts en puissance - au premier rang desquels Emmanuel Macron - que l'administration Biden a fait tomber Poutine dans le piège machiavélique : rendre l'évitable inévitable, transformer l'option la plus éloignée en la seule viable. Pour gagner sans combattre. Faire d'une pierre deux coups : l'Union européenne, en lui faisant oublier l'autonomie stratégique et la détente, et la Russie, entraînée dans une guerre fratricide pleine d'embûches.

dimanche, 16 janvier 2022

L'attitude tacite de Biden : ce qui change en Méditerranée

thumbs_b_c_6e2bd49357a6e244ebf4c6ee714da636.jpg

L'attitude tacite de Biden : ce qui change en Méditerranée

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/politica/mossa-silenziosa-biden-cosa-cambia-mediterraneo-east-med-gas.html

Le gaz est un problème qui touche non seulement l'Europe orientale, mais aussi la Méditerranée orientale. Les routes de l'or bleu, en effet, dessinent des lignes géopolitiques qui touchent le Vieux Continent sous différents angles. Et l'une d'entre elles, d'une importance fondamentale bien que récemment oubliée, est celle qui relie le Moyen-Orient à l'Union européenne. Ou plutôt, qui devrait connecter ces deux espaces géographiques. Pour le rêve d'East-Med, c'est-à-dire le projet de gazoduc qui devrait relier les gisements du Levant à l'Europe via Chypre et la Grèce, il n'y a pour l'instant aucune trace. Et ces derniers jours, malgré les différents mémorandums qui ont sanctionné l'axe entre Israël et ses deux partenaires européens, une douche glacée est arrivée directement des Etats-Unis.

eastmed-1024x795.png

Les médias grecs avaient parlé d'un document officieux circulant dans les couloirs de la diplomatie américaine et montrant le désintérêt de Washington pour le projet. Selon ceux qui ont vu le document, East Med est considéré comme un projet excessivement coûteux et peu pratique, qui commence à déplaire même à Jérusalem. L'hypothèse avait suscité de l'inquiétude à Athènes, convaincue de l'importance du projet également comme symbole de sa propre position cruciale en tant que plaque tournante énergétique aux yeux de l'Union européenne et des États-Unis. Et quelques jours plus tard, un autre document, une déclaration parue sur le site web de l'ambassade américaine en Grèce, semble avoir confirmé les craintes des Grecs et des Chypriotes.

Dans cette "déclaration", le gouvernement américain, en plus de réitérer son intérêt pour la sécurité énergétique de l'Europe et d'exprimer son implication dans la coopération entre Chypre, la Grèce et Israël, fait une distinction. D'une part, il rassure que Washington s'engage "à connecter physiquement l'énergie de la Méditerranée orientale à l'Europe", mais d'autre part, il révèle que "notre attention", c'est-à-dire celle du département d'État, "se déplace vers les interconnexions électriques capables de supporter à la fois le gaz et les sources d'énergie renouvelables". D'où la référence explicite à l'interconnecteur EuroAfrica, un câble sous-marin destiné à transporter l'électricité de l'Égypte vers la Grèce via la Crète, et au projet d'interconnecteur EuroAsia destiné à relier les réseaux électriques israélien, chypriote et grec.

L'administration américaine met l'accent sur la question de la transition énergétique. Mais c'est un profil qui pour l'instant semble plutôt en retrait, puisque le gaz serait encore une source majeure d'énergie. Comme l'a montré l'affrontement autour de Nord Stream 2, le gazoduc reliant l'Allemagne à la Russie et évitant les pays baltes tout en les longeant, la question des routes du gaz est purement politique. Il est donc tout à fait clair que la stratégie énergétique de l'Amérique en Méditerranée orientale repose sur des hypothèses qui dépassent la question de la transition et sont plutôt d'ordre géopolitique.

nord-stream-germania-russia-10.png

Le projet East-Med est l'un des éléments qui pourraient créer des problèmes de stabilité dans une zone aussi délicate pour les Etats-Unis que la Méditerranée orientale.

La Turquie, en particulier, a depuis longtemps fait savoir qu'elle considérait cette ligne de gazoducs sous-marins comme un objet de conflit avec ses partenaires du Moyen-Orient et d'Europe.

Le fait d'être "contourné" par rapport aux routes énergétiques du Levant et d'être exclu de la diversification énergétique de l'Europe est une question très importante pour la stratégie de Recep Tayyip Erdogan. Et la Turquie, avec le passage sur son territoire des gazoducs du Caucase et de la mer Noire, a toujours tenu à souligner son propre rôle de plaque tournante énergétique pour l'Europe qu'elle entend réaffirmer à l'avenir. Le fait d'avoir coupé Ankara de ces routes, qui passent par l'île de Chypre, occupée dans sa partie septentrionale par les troupes turques, bouleverse l'agenda du sultan, mais représente également un danger pour divers stratèges turcs en dehors du circuit Erdogan.

Cette décision de l'ambassade des États-Unis en Grèce d'éviter de parler d'East-Med mais de se concentrer sur les interconnexions électriques - qui excluent également la Turquie, mais n'ont jamais été considérées comme une priorité de la politique turque - pourrait donc être lue comme un signe de stabilisation des relations avec Ankara. Une lecture qui ne plaît pas aux Grecs en particulier, qui craignent que la Turquie ne se repositionne sur la liste des alliés des États-Unis après les nombreux accrochages qu'elle a eus tant sur le plan militaire que diplomatique.

mardi, 23 novembre 2021

Les Turcs conseillent à Kiev de ne pas se frotter à l'OTAN

arton4332.jpg

Les Turcs conseillent à Kiev de ne pas se frotter à l'OTAN

Doğu Perinçek

Source: https://www.geopolitica.ru/article/turki-rekomenduyut-kievu-ne-svyazyvtsya-s-nato

L'Alliance de l'Atlantique Nord est une menace pour la sécurité et non une organisation qui protège, le président du Parti de la mère patrie turque Doğu Perinçek en est convaincu.

L'Ukraine a été convoquée à un exercice de l'OTAN en mer Noire, près des frontières roumaines. La frégate roumaine Merăşesti, le destroyer américain Porter, le navire d'état-major Mount Whitney et le pétrolier John Lenthall, la frégate turque Yavuz ainsi que le navire de débarquement ukrainien Yuriy Olefirenko et le patrouilleur Slavyansk ont participé aux manœuvres.

Le but de l'exercice, selon l'armée roumaine, est de "renforcer la capacité de réaction de l'OTAN en mer Noire et d'accroître le niveau d'interaction entre les marines des pays participants". Bien que l'Ukraine n'ait pas encore été acceptée dans l'alliance, Kiev a dû prendre cette invitation comme un bon signe.

295475634.jpg

Cependant, le président du parti turc de la mère patrie (Vatan), Doğu Perincek (photo), ne pense pas que ce soit une raison de se réjouir. Interrogé par PolitEkspert pour savoir si les autorités turques étaient prêtes à soutenir l'entrée de l'Ukraine dans ce bloc militaire, il a répondu :

"L'OTAN est une menace pour la sécurité. Ce n'est pas une organisation qui nous protège. Nous faisons partie de l'OTAN mais la position de l'Alliance a toujours été hostile à la Turquie. Les membres de l'OTAN ont toujours voulu utiliser la Turquie pour leurs propres intérêts, sans penser aux intérêts de notre pays. Tous les coups d'État qui ont eu lieu en Turquie ont été organisés par l'Occident".

Doğu Perinçek estime que "la Turquie quittera bientôt l'OTAN", et ne plaidera donc pas en faveur de l'adhésion de Kiev à l'alliance.

"Nos alliés sont les pays asiatiques, nos voisins - la Russie, l'Iran, la Syrie. Nous devons nous concentrer sur l'amélioration des relations avec eux. L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN ne menace pas seulement la Russie. Elle menace la sécurité de notre pays et la sécurité de toute la région. Je suis sûr que l'Iran et la Russie ne permettront pas que cela se produise. Erdogan devrait également bien peser le pour et le contre avant de soutenir l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN", a-t-il conseillé au site d'information et d'analyse".

La veille, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, dans une interview accordée à HBO, a réaffirmé que les pays du bloc n'étaient pas encore parvenus à un consensus sur l'adhésion de l'Ukraine à l'organisation.

mercredi, 17 novembre 2021

Les Américains nous visent tous : l'alliance eurasienne doit être renforcée

russia-eurasia-map.jpg

Les Américains nous visent tous : l'alliance eurasienne doit être renforcée

Leonid Savin

Source : https://www.geopolitica.ru/it/article/gli-americani-ci-prendono-tutti-di-mira-lalleanza-eurasiatica-deve-essere-rafforzata

Au cours de la dernière décennie, le rapprochement croissant entre la Turquie et la Russie a déclenché un vaste débat sur l'émergence d'un monde multipolaire dans les grands médias occidentaux. C'est pourquoi, afin de bien comprendre la dynamique du débat actuel, le juriste et journaliste turc de renom Ali Göçmen a interrogé l'expert politique russe et chef adjoint du Mouvement international Eurasia, le Dr Leonid Savin.

Ali Göçmen : Bonjour M. Savin, je voudrais tout d'abord commencer par une question sur l'évolution de la situation en Afghanistan. S'exprimant devant le Congrès américain le 7 novembre 2007, le nouveau président français, Nicolas Sarkozy, a déclaré : "La France restera en Afghanistan aussi longtemps que nécessaire parce que ce qui est en jeu là-bas, ce sont nos valeurs et les valeurs de l'Alliance atlantique. Je le dis sérieusement devant vous : l'échec n'est pas une option". Dans le contexte de cette conversation, peut-on dire que non seulement l'Amérique, mais aussi les valeurs atlantiques ont été perdues en Afghanistan ?

Leonid Savin : Absolument. Cela s'est également reflété dans les discours de plusieurs politiciens américains. Les valeurs comptent, certes. Et c'est là l'échec du libéralisme occidental, non seulement en Afghanistan mais aussi sur la scène mondiale. Mais c'est aussi un manque de confiance dans l'Occident. Même les partenaires des États-Unis ont commencé à discuter de la manière de modifier les relations avec Washington à l'avenir en raison de son comportement en Afghanistan. La frustration suscitée par la création de l'AUKUS et la décision de la France d'annuler le contrat portant sur les sous-marins australiens est un autre signe des problèmes de confiance au sein de la communauté transatlantique.

La Turquie en tant que leader et décideur régional

Ali Göçmen : Vous dites depuis longtemps que l'ordre mondial unipolaire est arrivé à son terme. De nombreux analystes affirment que le retrait américain d'Afghanistan est une proclamation symbolique d'un monde multipolaire. Le monologue est maintenant terminé et le nombre d'intervenants augmente. Quel rôle la Turquie peut-elle jouer en tant que pôle important, notamment dans le monde islamique, dans la nouvelle période ?

Leonid Savin : La Turquie s'est déjà déclarée leader et décideur régional. Toutefois, il subsiste quelques tensions avec les pays arabes et les réactions négatives de certaines forces à la présence turque en Syrie et en Irak. Les États-Unis comprennent les vulnérabilités de la Turquie, telles que la question kurde, et sont susceptibles de manipuler ce facteur pour leurs propres intérêts dans la région. L'Iran est également une puissance émergente avec un agenda spécifique et Ankara (surtout à cause de l'Azerbaïdjan) devra coordonner ses activités avec Téhéran. De notre point de vue, la Turquie peut être l'un des centres du nouvel ordre mondial polycentrique et un défenseur des valeurs traditionnelles. Il est très positif que la Turquie ait rompu certains des accords pro-occidentaux qui constituent des bombes à retardement pour la société turque. Mais la Russie, la Chine, etc. en Eurasie, devraient avoir de bonnes relations pragmatiques avec d'autres centres de pouvoir comme la Turquie.

Ali Göçmen : Début septembre, le philosophe russe Alexandre Douguine a écrit un article intitulé "La fin du monde unipolaire au lieu de la fin de l'histoire": "Selon certaines rumeurs, l'administration Biden prévoit d'utiliser des extrémistes contre la Chine et la Russie, libérant ainsi les mains des talibans (considérés comme une organisation terroriste interdite en Russie)", écrit Douguine dans son article. Pensez-vous que cela soit possible ?

Leonid Savin : Ils provoquent et attaquent la Russie à chaque fois et continueront à le faire à l'avenir. [Nous devons combattre la pression exercée par l'Occident sur Moscou par d'autres moyens que la désinformation, les opérations spéciales, la guerre par procuration (où le terrorisme est utile), les lois, les sanctions, la diplomatie préventive...]. Et pas seulement à Moscou. N'oublions pas que certaines sanctions ont également été imposées par les États-Unis et leurs alliés à la Turquie ! Cependant, l'Afghanistan a un impact sur certains pays d'Asie centrale dans le domaine des intérêts russes. Moscou doit donc réagir là aussi. Et la Russie est prête.

En Syrie : les mesures à prendre

Ali Göçmen : Comme je l'ai dit, au début du mois de septembre, le philosophe russe Alexandre Douguine a écrit un article intitulé "La fin du monde unipolaire au lieu de la fin de l'histoire". Bien qu'il y ait eu quelques désaccords au cours de l'histoire, la Russie et la Turquie sont fondamentalement des amis proches. Récemment, ces relations amicales se sont encore renforcées. Enfin, les efforts désintéressés des pilotes russes lors des grands incendies de forêt du mois d'août ont été accueillis avec gratitude par la nation turque. La tension actuelle entre la Turquie et la Russie se concentre sur la Syrie. Comment la Turquie et la Russie, les deux acteurs importants du monde multipolaire, peuvent-ils surmonter la crise en Syrie ?

Leonid Savin : Le fait est que la Russie a été invitée en Syrie par le gouvernement légal. Et après dix ans de conflit, le gouvernement syrien est toujours au pouvoir. La présence russe était fixée par des traités. D'un point de vue rationnel, le soutien continu de la Turquie aux groupes militants aura l'effet inverse. Les tensions se situent maintenant autour de la province syrienne d'Idlib. Les Kurdes sont aussi là. La situation est complexe. Mais la Turquie a entamé le processus de normalisation avec les pays arabes et nous en voyons les fruits. Par exemple, l'activité d'opposition des médias égyptiens est désormais interdite en Turquie. Le même processus est requis pour la Syrie. Et la Russie accueillera toujours favorablement de telles mesures.

Ali Göçmen : Je veux maintenant parler de la politique eurasienne. L'idéal de l'eurasisme n'est pas seulement une question de relations internationales, il a pour base une forte philosophie. Nous le savons. L'un d'eux est la préservation de la famille et des valeurs traditionnelles pour la réhabilitation des institutions sociales corrompues par l'hégémonie libérale. Que peut-on faire pour raviver la tradition dans un monde multipolaire ? Par exemple, que pensez-vous du mariage gay, du féminisme radical, de la lutte contre l'euthanasie ?

Leonid Savin : Vous voyez, la plupart des problèmes liés à l'érosion de nos sociétés traditionnelles viennent de l'Occident. Les déviations existent dans toutes les sociétés. La question est de savoir comment y faire face. Dans les tribus amérindiennes des Amériques, l'homosexualité était définie comme la faute de la coordination du corps et de l'âme. Si le corps est mauvais, le comportement pervers commence dans l'âme (avec le sexe opposé). Il s'agit donc de spiritualité. On peut trouver des réponses à ces questions dans les religions car elles concernent Dieu, l'éternité, notre destin et les ennemis spirituels tels que les démons. Il n'y a pas de réponses à ces questions dans la culture occidentale matérielle, la psychanalyse seule est destructrice. C'est pourquoi ces activités sont exaltées politiquement en Occident. Le fondement spirituel est détruit, les problèmes s'amplifient. C'est pourquoi nous sommes dans le multiculturalisme, le transhumanisme, les LGBT, etc. Ils ont décidé de se convertir.

Le virus qui fuit vers la gauche

Ali Göçmen : Je voudrais vous faire part d'une anecdote qui est restée gravée dans ma mémoire : le clocher d'une église de village figurait en arrière-plan sur les affiches électorales de Mitterrand, l'ancien président de la France... Cela signifie : "Je suis français, pas américain. On est en France, pas à Disneyland ! Je suis dans l'ère classique de la maçonnerie de pierre, pas des tours d'acier". Mitterrand était un socialiste. Mais aujourd'hui, à gauche, les partis socialistes mettent les bannières LGBT derrière eux. Pensez-vous qu'une orientation de gauche nationale et traditionnelle soit possible dans un monde multipolaire ?

Leonid Savin : L'idée la plus forte au sein des organisations et des partis de gauche était la justice. Mais la justice n'est pas le monopole de la gauche. Elle est au cœur des deux principales religions du monde, le christianisme et l'islam. Il est intéressant de constater que certains partis socialistes utilisent le christianisme à des fins politiques (comme au Venezuela sous Hugo Chávez ou en Amérique latine en général, où est née la doctrine catholique de la théologie de la libération). Mais l'application des perversions homosexuelles et autres à la politique de gauche leur semble également dévastatrice. De plus, l'école néo-marxiste de Francfort, développée avec le soutien de la CIA, a une forte influence en tant qu'attaque idéologique contre l'Union soviétique. Le vieux poison est toujours efficace même après que la cible ait été éliminée il y a plusieurs décennies. Parallèlement, Karl Marx a utilisé les idées d'Adam Smith dans son "Capital", de sorte que les idées de la gauche y trouvent leurs racines. Bien sûr, nous devons adapter notre approche à la vision économique et réorganiser nos théories. L'économie ne peut être une fin en soi, elle est une sorte d'environnement, un processus de construction d'une maison dans nos cultures. J'ai d'ailleurs attiré l'attention sur ce problème dans mon livre Ordo Pluriversalis : Revival of the Multipolar world order, qui traite du lien entre les différentes religions et les modèles économiques.

Ali Göçmen : J'espère que votre livre sera traduit en turc et qu'il rencontrera bientôt des lecteurs turcs. Merci pour votre temps, M. Savin.

*****************************************************

Article original de Leonid Savin :

https://www.geopolitica.ru/en/article/usa-targeting-us-all-eurasian-alliance-must-be-strengthened

Traduction par Costantino Ceoldo

 

dimanche, 07 novembre 2021

Erdogan continue de jeter de l'huile sur le feu du conflit libyen

erdoganarmee_600x354.jpg

Erdogan continue de jeter de l'huile sur le feu du conflit libyen

par Alessandro Sansoni

Ex: https://www.lavocedelpatriota.it/erdogan-continua-a-gettare-benzina-sul-fuoco-del-conflitto-libico/?fbclid=IwAR1eql9a2imoe7z0Pg2UZdKtsmv0T4YC7N6wHrH2SHZB18VPSJavJUz4JSc

Les reportages triomphalistes des médias nous ont empêchés d'y prêter toute l'attention nécessaire, mais un développement dangereux a émergé du G20 à Rome. Au cours du sommet, en effet, le président turc Recep Erdogan a déclaré officiellement, et en termes non équivoques, qu'Ankara refuse de retirer ses troupes de Libye. Cette déclaration intervient alors que l'ONU s'est engagée à organiser et à mener à bien le retrait de toutes les troupes étrangères présentes dans le pays, condition préalable indispensable à la célébration des élections censées ramener la paix dans le pays.

Par sa position, la Turquie jette de l'huile sur le feu et menace de porter à un niveau très élevé le conflit entre les factions qui se disputent le pouvoir en Libye, mettant ainsi en péril le processus électoral. Une situation qui aurait des répercussions graves et dangereuses pour l'Italie et l'ensemble de l'Union européenne.

Premier problème : le retrait des mercenaires

La Libye devrait organiser ses élections présidentielles tant attendues le 24 décembre, tandis que les élections législatives sont prévues pour le début de 2022.

L'espoir est de mettre ainsi fin à la longue période d'anarchie et de guerre civile dans laquelle le pays a plongé depuis la fin du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, en sauvegardant éventuellement l'unité du territoire libyen, aujourd'hui effectivement divisé en une partie occidentale sous le contrôle du gouvernement de Tripoli et une partie orientale aux mains du général Khalifa Haftar et de son Armée nationale libyenne (ANL), engagés depuis des années dans un dur conflit non seulement avec les milices tripolitaines, mais aussi avec des groupes islamistes, alliés des Turcs. La situation est encore compliquée par le nombre élevé de mercenaires et de forces étrangères présents sur le terrain pour soutenir les deux prétendants.

C'est précisément pour cette raison que la feuille de route élaborée par les Nations unies prévoit, avant tout, l'élimination des groupes armés étrangers, qui doit être définie dans le cadre d'un format de négociation "5+5", dans lequel toutes les factions belligérantes sont présentes à la table des négociations, sous les auspices des Nations unies. Le 8 octobre, le Comité militaire conjoint "5+5" s'est réuni pendant trois jours au Palais des Nations à Genève et s'est conclu par la signature d'un plan d'action prévoyant un retrait progressif, équitable et coordonné de tous les mercenaires et forces étrangères de Libye.

La réunion de Genève s'est tenue conformément aux pistes définies dans l'accord de cessez-le-feu du 23 octobre 2020 et aux résolutions connexes émises par le Conseil de sécurité des Nations unies. La réunion faisait partie intégrante des diverses négociations intra-libyennes promues par l'ONU, ainsi que des efforts déployés par la communauté internationale à travers la conférence de Berlin.

Carte-controle-territoires-Libye-6-fevrier-2019_1_1399_1538.jpg

Début novembre, le Comité 5+5 a tenu une autre réunion, cette fois au Caire, toujours organisée par l'ONU, à laquelle ont également participé des représentants du Soudan, du Tchad et du Niger. À cette occasion, tous les pays voisins de la Libye ont exprimé leur volonté de coopérer au processus d'expulsion des combattants étrangers et des mercenaires, tandis que les délégués du Soudan, du Tchad et du Niger se sont engagés à coopérer pour assurer le retrait des hommes armés de leurs pays, en coordonnant leurs actions pour éviter qu'ils ne reviennent en Libye et ne déstabilisent les États voisins.

Cependant, le refus de la Turquie de s'aligner sur les accords généraux ouvre un problème gigantesque. En fait, près de la moitié des forces étrangères présentes en Libye sont liées à Ankara : selon le SOHR (Observatoire syrien des droits de l'homme), le nombre total de mercenaires syriens soutenus par la Turquie dans le pays d'Afrique du Nord est d'environ 7000, tandis que les Nations unies ont estimé la présence de 20.000 combattants étrangers sur le territoire libyen. Les sources de SOHR ont également confirmé qu'en dépit des tentatives de négociation de leur retrait début octobre, des miliciens islamistes vétérans du conflit syrien continuent d'être stationnés dans des bases turques en Libye, tandis qu'un nouveau contingent de 90 personnes en provenance de Syrie est arrivé en Libye transporté par des avions turcs.

G20 : la diplomatie à la turque

Lors du G20, Erdogan a non seulement confirmé son intention de ne pas démobiliser ses troupes en Libye, mais a également réaffirmé au président français Emmanuel Macron que la présence turque est légitimée par un accord de coopération militaire signé avec le gouvernement libyen.

"Nos soldats sont là en tant qu'instructeurs", a-t-il réitéré, niant que leurs activités puissent être assimilées à celles de mercenaires illégaux.

Or, ce n'est pas exactement le cas. Tout d'abord, ses propos peuvent s'appliquer au contingent militaire officiellement envoyé par l'armée turque début janvier 2020, et certainement pas aux mercenaires syriens qui continuent à être stationnés dans les bases militaires d'Ankara.

Par ailleurs, les accords conclus lors du sommet du 8 octobre à Genève font explicitement référence au retrait des "mercenaires, combattants étrangers et forces étrangères", les "forces étrangères" étant comprises comme incluant les troupes régulières et les instructeurs.

Enfin, les "instructeurs" turcs ont débarqué en Libye dans le cadre d'un accord signé par Ankara en novembre 2019 avec le gouvernement d'entente nationale (GNA) dirigé par Fayez al-Sarraj, un gouvernement intérimaire auquel a succédé en mars dernier le nouveau gouvernement d'union nationale dirigé par Abdul Hamid Dbeibah. Le point crucial, cependant, est qu'au moment où le traité a été signé, le mandat du GNA avait déjà expiré et donc, en tant que gouvernement intérimaire, il n'avait pas le droit de signer un tel traité de coopération militaire. C'est pour la même raison que tous les voisins de la Libye et de la Turquie ont désavoué le traité sur les frontières maritimes (et les zones économiques exclusives correspondantes) signé par Tripoli et Ankara au même moment. Ce dernier accord a considérablement étendu les revendications turques sur la Méditerranée et ses riches gisements de pétrole et de gaz.

C'est pour ces raisons que la présence militaire turque en Libye doit être considérée comme illégale au regard du droit international, car elle constitue un avant-poste des ambitions néo-impérialistes d'Erdogan. Ce n'est pas une coïncidence si Erdogan, pendant le G20, a annoncé son refus de participer au sommet sur la Libye à Paris (ce qui l'a fait couler), confirmant ainsi qu'il n'a aucune intention de soutenir les efforts internationaux visant à stabiliser le pays.

Nous avons notifié au président Macron, a déclaré Erdogan, notre refus de participer à une conférence à Paris à laquelle participent la Grèce, Israël et l'administration chypriote grecque. Pour nous, il s'agit d'une condition absolue. Si ces pays sont présents, cela n'a aucun sens pour nous d'envoyer des délégués".

À Rome, Erdogan a également eu une réunion séparée avec le Premier ministre Mario Draghi, mais celle-ci n'a donné aucun résultat concret. Aucun progrès n'a été enregistré dans les relations italo-turques, y compris en ce qui concerne le système de défense antimissile italo-français SAMP-T, pour lequel la Turquie avait précédemment manifesté son intérêt. Malgré l'annonce générale de développements futurs à cet égard, il est peu probable que la Turquie reprenne ce projet, à moins que ses relations avec Paris ne s'améliorent. Et Erdogan ne semble avoir aucune envie de poursuivre dans cette direction.

Tensions en Libye

Entre-temps, la situation politique en Libye devient de plus en plus précaire, surtout depuis que la Chambre des représentants (le parlement de Tobrouk) a remis en cause en septembre dernier, à l'instigation de Haftar, le gouvernement d'unité nationale.

D'un point de vue militaire, les tensions augmentent également, à tel point que ces derniers jours, les chefs de deux milices tripolines - Muammar Davi, chef de la Brigade 55, et Ahmad Sahab - ont été victimes d'attaques visant à les tuer.

À ce stade, il est difficile d'être sûr que les élections présidentielles auront lieu en décembre, tandis que les élections parlementaires ont déjà été reportées à 2022.

Le chantage d'Erdogan : géopolitique, énergie, flux migratoires

Si la Turquie a pu renforcer considérablement son influence en Libye, une part considérable de la responsabilité doit être attribuée aux gouvernements dirigés par Giuseppe Conte (surtout le second), caractérisés par un manque d'incisivité sur la question libyenne. Bénéficiant de facto d'une carte blanche, Ankara a pu, en quelques années seulement, débarquer des centaines de "conseillers militaires" dans le pays d'Afrique du Nord.

Avec le traité sur les frontières maritimes et la délimitation des zones économiques exclusives respectives, la Turquie a pris le contrôle du littoral de la Tripolitaine ainsi qu'une sorte de patronage sur les gisements de gaz et de pétrole de la Méditerranée centrale. Son influence politique sur le gouvernement d'accord national, puis sur le gouvernement d'unité nationale, est énorme.

La guerre civile entre Tripoli et Benghazi a permis à Ankara de fournir des troupes et des armes au camp ouest-libyen, de redéployer ses milices mercenaires précédemment actives en Syrie et d'obtenir la gestion du port et de l'aéroport de Misurata pour les 99 prochaines années.

Aujourd'hui, Erdogan, grâce à la forte influence qu'il est en mesure d'exercer sur l'un des plus grands producteurs de pétrole au monde, dispose d'une arme supplémentaire pour faire pression sur l'Europe, celle de l'approvisionnement énergétique, en plus de l'arme déjà largement utilisée du contrôle des flux migratoires, qu'il est désormais en mesure de réguler non seulement sur la route des Balkans, mais aussi sur celle de la Méditerranée centrale. La route la plus empruntée par les trafiquants d'êtres humains, selon les chiffres officiels, selon lesquels, au 22 octobre, 51.568 migrants sont déjà arrivés en Italie cette année, contre 26.683 en 2020.

syrian_refugee_camp_in_turkey.jpeg

Les demandes de Draghi à l'Union européenne d'allouer des fonds pour protéger "toutes les routes" sont du miel aux oreilles turques. Ils font en effet référence aux 6 milliards que Bruxelles a déjà versés à la Turquie pour gérer la route des Balkans et à ceux qu'elle versera encore. Il y a actuellement 3,7 millions de Syriens vivant sur le sol turc, auxquels il faut ajouter 300.000 Afghans. Une bombe à retardement qu'Ankara menace de faire exploser à tout moment si ses exigences ne sont pas satisfaites.

En bref, les crises humanitaires - de l'Afghanistan à la Syrie, auxquelles s'ajoute désormais la crise libyenne - sont devenues une occasion extraordinaire pour la Turquie d'obtenir des ressources de l'Europe et de la maintenir sous pression. C'est pourquoi le maintien d'un gouvernement pro-turc à Tripoli est si important pour Erdogan : il lui permet de jouer un jeu géopolitique complexe contre l'UE qui combine énergie et flux migratoires.

Reconstruire un équilibre en Méditerranée et redimensionner les ambitions turques en adoptant une attitude plus ferme à l'égard du nouveau sultan est le véritable défi que l'Italie doit relever, plutôt que de s'aventurer dans des aspirations improbables et irréalistes à diriger l'UE ou à renforcer les relations transatlantiques.

Alessandro Sansoni
Directeur du magazine mensuel CulturaIdentità

dimanche, 31 octobre 2021

Russie: une menace appelée Turan

32303468902_fafdddae80_b.jpg

Russie: une menace appelée Turan

Pietro Emanueli

Ex: https://it.insideover.com/storia/russia-una-minaccia-chiamata-turan.html

Le Turan est ce lieu perdu, terre des loups et des chamans, qui aurait été le berceau d'une myriade de peuples et de tribus d'Eurasie, notamment les Turcs, les Magyars, les Mongols, les Bulgares, les Finlandais et les Japonais. Situé dans les steppes sauvages et magiques du cœur de la terre, l'Asie centrale, le Touran est un lieu mythologique dont la mémoire a survécu à travers les récits des sages et des conteurs, et dont le charme a résisté à l'érosion du temps et à la transformation de ces peuples nomades en nations.

Aujourd'hui, à l'ère de la fusion des identités où l'histoire s'est arrêtée - comme dans l'Occident sénile et stérile - et de la résurgence des identités où l'histoire ne s'est jamais arrêtée - tout le reste du monde -, cet espace géo-spirituel appelé Turan est revenu à la mode, manifestant sa puissance d'un côté à l'autre de l'Eurasie et devenant l'un des grands catalyseurs du phénomène historique qu'est la transition multipolaire.

Touran est la force motrice de l'agenda politique du Fidesz, qui dirige la Hongrie vers l'Anatolie, l'Asie centrale et l'Extrême-Orient. Touran est l'une des forces motrices du Conseil turc. Touran est l'un des piliers de l'Empire ottoman ressuscité. Et Touran est aussi une source historique de préoccupation pour la Russie. Car les Touraniens sont ceux qui ont pris Moscou en 1382 et 1571. Les Touraniens sont ceux qui se sont révoltés contre le Kremlin dans le Caucase et en Asie centrale pendant et après la Grande Guerre. Et les Touraniens sont ceux qui, aujourd'hui comme hier, contribuent à rendre vivante l'implosion cauchemardesque de la Fédération.

La longue histoire d'amour et de haine entre Moscou et Turan

Le Touran est le lieu situé entre le mythe et la réalité qui, aujourd'hui comme dans les siècles passés, sert de plateforme ancestrale à l'exceptionnalisme de la grande nation turque. Une nation qui, contrairement aux idées reçues, n'est pas née et ne se termine pas en Anatolie, mais traverse une grande partie de l'Eurasie, de la Gagaouzie à la Mongolie, et constitue le motif immatériel qui, depuis des temps immémoriaux, attise les pulsions identitaires des seize grands empires turcs et de leurs rejetons. Une nation qui, historiquement, voyait dans la Russie des tsars et des fous du Christ un ennemi à soumettre, et dont elle a réduit la capitale en cendres à deux reprises: en 1382 et en 1571.

9a6a9475176c527ad8f05fa31d5f1d71.jpg

btt.Yeni TURAN Haritamızı Beğendiniz mi.jpg

Le passage du temps, des siècles, n'a pas changé la nature complexe des relations entre les peuples turcs et les héritiers de Rurik, pas plus qu'il n'a érodé le pouvoir préternaturel de Touran qui, au contraire et de façon (im)prévisible, au début de ce conflit mondial de civilisations qu'était la Grande Guerre, aurait balayé la Russie avec la force d'un tsunami. Une force qui prendra diverses formes, entre 1914 et l'immédiat après-guerre, dont la redoutable Armée islamique du Caucase dirigée par Enver Pacha et théorisée par Max von Oppenheim, l'insurrection d'Asie centrale de 1916 et la révolte des Basmachis au Turkestan (ci-dessous, Basmachis et drapeau de la révolte).

Group-of-Basmachis-of-Eastern-Bukhara-in-the-mid-1920s-State-Archive-of-Film-and_Q320.jpg

440px-Flag_of_Turkestan.svg.png

C'est dans le contexte des escarmouches intermittentes entre la Russie et le Turkménistan dans l'entre-deux-guerres, en particulier la révolte du Basmachi - un précurseur de ce qui se passera en Afghanistan dans les années 1980, étant donné la présence de fondamentalistes islamiques soutenus dans une logique antisoviétique par les Britanniques et les Turcs - que les dirigeants du Kremlin transformeront la lutte contre le spectre ancien et immuable en une obsession sans frontières, parfois irrationnelle, en essayant de réduire la charge explosive de la bombe par des goulags, des processus de russification et des transferts de population.

L'ombre de la croix gammée sur les terres de Touran

Dans l'Union soviétique de l'entre-deux-guerres, tous les citoyens étaient égaux, mais certains étaient plus égaux que d'autres. Et ceux dans les veines desquels coulait le sang des hommes-loups des vallées de Touran et d'Ergenekon, et qui étaient donc identifiés comme ethniquement turcs, étaient considérablement plus exposés à la surveillance du gouvernement et à l'accusation d'être des espions, des cinquièmes colonnes à la solde de puissances étrangères déterminées à fragmenter l'Empire par le séparatisme ethno-religieux.

La paranoïa anti-turque de Staline va faire la fortune du Kremlin à l'approche de la Seconde Guerre mondiale, car l'armée invisible d'agents secrets disséminés en Transcaucasie et en Sibérie va empêcher l'implosion de l'empire soviétique multiethnique, déjouer les conspirations et déjouer les graves atteintes à l'unité nationale. C'est dans ce contexte paranoïaque qu'a eu lieu, entre autres événements notables, la déportation fatidique des Tatars de Crimée, dont le dictateur soviétique craignait un soulèvement sous la direction des Turcs et des Allemands.

De l'autre côté de l'Europe, plus précisément à Berlin, Adolf Hitler voulait en fait utiliser la bombe turco-touranienne, en l'imprégnant de nationalisme islamique pour accroître sa puissance, car il était convaincu de son potentiel mortel et désirait ardemment détruire la Russie en tant qu'acteur historique au moyen d'un processus d'"indianisation induite" fondé sur les enseignements de la Compagnie des Indes orientales. Grâce à Touran, selon le Führer, l'empire pluraliste qu'était l'Union soviétique pourrait être transformé en un patchwork babélique de peuples, de croyances et de tribus à la merci d'un joueur habile à diviser pour mieux régner.

C'est dans le contexte des rêves turcs du Führer, dans lesquels la Russie était imaginée comme l'Inde de l'Allemagne, qu'une série d'événements ont eu lieu, dont les plus significatifs sont les suivants

    - L'introduction de l'Oural dans le plan pour l'Europe de l'Est (Generalplan Ost), qui s'articule autour du concept de "mur vivant" (lebendige Mauer) pour séparer définitivement l'Europe de l'Asie.
    - L'élaboration du projet de Reichkommissariat Turkestan par Alfred Rosenberg, à la suggestion d'un Ouzbek inconnu du nom de Veli Kayyun Han, dans le but de détacher l'Asie centrale de l'Union soviétique en alimentant les mouvements pan-turcs et pan-islamistes. Dans les plans initiaux, l'Altaï, le Tatarstan et la Bachkirie devaient également faire partie de l'entité.
    - La conception du Reichkommissariat Kaukasus, dont Hitler aurait voulu déléguer l'administration à la Turquie en cas de victoire sur les Soviétiques.
    - Les campagnes d'enrôlement destinées aux habitants turcs-turcophones de l'Union soviétique, qui aboutiront à la création d'innombrables régiments composés de volontaires d'Asie centrale (Osttürkischer Waffen-Verband der SS, Turkistanische Legion), de l'Azerbaïdjan (Légion Aserbaidschanische, SS-Waffengruppe Aserbaidschan, etc.) et du Caucase du Nord (Légion Kaukasisch-Mohammedanische, Kaukasischer-Waffen-Verband der SS, Légion Nordkaukasische, Kalmücken-Kavallerie-Korps, etc).
    - Plus précisément, d'après le nombre de bataillons formés et leur taille, les campagnes de recrutement de l'Allemagne nazie ont été particulièrement fructueuses en Azerbaïdjan, en Tchétchénie, au Daghestan, en Ingouchie et même en Kalmoukie bouddhiste, où au moins cinq mille personnes ont prêté serment d'allégeance aux nazis.

Bundesarchiv_Bild_101I-295-1561-09,_Frankreich,_Turkestani_in_der_Wehrmacht.jpg

Pas seulement Hitler, pas seulement un souvenir du passé

En cherchant à instrumentaliser la dimension ancestrale du touranisme, de préférence imprégné d'éléments panturquistes et islamistes, Hitler n'aurait rien inventé de nouveau. Il se serait contenté, tout au plus, de tirer les leçons de la brève mais intense épopée d'Enver Pacha et de reprendre le sceptre hérité des orientalistes pointus du Kaiser, dont von Oppenheim et Werner Otto von Hentig.

Werner Otto von Hentig, un diplomate, aurait entrepris, vers la fin de la Première Guerre mondiale, un long voyage à travers le Caucase, l'Iran, l'Afghanistan et le Turkestan russe afin d'évaluer la faisabilité d'une "ethno-insurrection" à grande échelle présentée à Berlin par le cheikh Abdureshid Ibrahim. Revenant chez lui avec un rapport rempli de noms, de chiffres et de détails de toutes sortes, inhérents à l'histoire, à la foi et à la géographie, le diplomate aurait soutenu la cause de l'extension du Jihad turco-allemand dans les dominions russes à majorité islamique.

Werner-Otto-von-Hentig+Mein-Leben-eine-Dienstreise.jpg

Le sage von Hentig est écouté par le Kaiser, il reçoit également des représentants de la communauté tatare d'Allemagne prêts à organiser un régiment à envoyer à Kazan, mais le temps ne lui permet pas de compléter l'œuvre de son ami Oppenheim. En effet, le 11 novembre de la même année, l'empire épuisé met fin à la guerre par l'armistice signé à Compiègne.

Deux décennies après la fin de la Première Guerre mondiale, puis à l'aube de la Seconde, ce ne seront pas seulement les nazis qui récupéreront le programme islamo-turc du Kaiser, car les Japonais, eux aussi, consacreront effectivement des ressources humaines et économiques à un plan de renaissance du Touran. Un plan qui portait le nom de Kantokuen et dans le cadre duquel les agents secrets de la Société du Dragon Noir ont été envoyés dans les profondeurs de l'Asie centrale et de la Sibérie. La guerre concomitante avec les révolutionnaires chinois et l'ouverture du front du Pacifique auraient toutefois contraint les stratèges de l'empereur Hirohito à éliminer Touran des priorités de l'agenda extérieur japonais. Le reste appartient à l'histoire.

832E4FEB-F3F4-4567-9A5C-5155C0E5DE68.jpeg

Écrire et parler de l'histoire d'amour-haine entre la Russie et la Turquie est plus qu'important - c'est indispensable -, parce que dans les salles de contrôle des États-Unis, de la Turquie (et même de la Chine) continuent de rôder des génies de la guerre secrète dans l'esprit desquels la Russie devra être indianisée - Zbigniew Brzezinski docet - et parce que le Kremlin n'a jamais cessé de regarder par-dessus son épaule ce "danger venant de l'Est", où par Est nous n'entendons pas (seulement) la Chine, mais ce microcosme turco-turc qui, s'étendant de la Crimée et du Tatarstan à la Yakoutie, n'a jamais été et ne sera jamais complètement apprivoisé. Et le nouveau printemps de l'ethno-séparatisme qui enveloppe la Russie, des terres tataro-transcaucasiennes à la Sibérie profonde, en est la preuve : quand Touran appelle, les loups répondent.

lundi, 11 octobre 2021

L'Alliance turco-libyenne, un défi pour la sécurité de l'Italie et de l'Europe

thumbs_b_c_2db763fd79c441ba2118157aefd07348.jpg

L'Alliance turco-libyenne, un défi pour la sécurité de l'Italie et de l'Europe

par Alessandro Sansoni

SOURCE : https://www.lavocedelpatriota.it/lalleanza-turco-libica-una-sfida-alla-sicurezza-dellitalia-e-delleuropa/

L'évolution du cadre politique libyen risque de faire de l'Italie (et de l'Union européenne) l'otage des jeux de pouvoir à Tripoli. Le pays d'Afrique du Nord est en proie à une nouvelle crise politique, dont l'issue pourrait encore renforcer l'influence turque, et Ankara a déjà démontré sa capacité à tenir l'Europe en échec avec la menace de lâcher des migrants. Cette situation pourrait bientôt être aggravée par une crise énergétique.

La Libye à nouveau en proie au chaos (politique) : le gouvernement d'unité nationale contesté

À l'heure actuelle, en Libye, malgré les récentes négociations épuisantes, aucun accord réel n'a encore été conclu entre les factions belligérantes et les institutions qui les représentent. Début 2021, les autorités de Tripoli (le gouvernement d'entente nationale dirigé par Fayez al-Sarraj) et le Parlement de Tobrouk (présidé par Abdullah al-Thani et soutenu par le général Khalifa Haftar) avaient officiellement remis le pouvoir à une institution intérimaire, le gouvernement d'unité nationale (GUN), créée dans le but d'organiser enfin les élections tant attendues. Abdul Hamid Dbeibeh est élu Premier ministre du GUN, tandis que Mohammed al-Manfi se voit confier la direction du Conseil présidentiel.

Malheureusement, malgré ce qui a été convenu à Genève, le Forum pour le dialogue politique libyen, promu par les Nations unies, n'a pas réussi à obtenir des résultats significatifs et à stabiliser le pays. Le choix d'une ville suisse, et non libyenne, pour mener les négociations et la forte intervention de puissances étrangères dans les négociations avaient dès le départ mis à rude épreuve la légitimité du nouveau gouvernement.

En théorie, les élections parlementaires et présidentielles devaient se tenir en décembre, mais la confrontation politique entre les différentes factions s'est intensifiée au fil des mois, tandis qu'un climat général de méfiance entoure le gouvernement intérimaire. En conséquence, les élections, prévues pour le 24 décembre, ont déjà été reportées à janvier.

Le 21 septembre, la Chambre des représentants, la plus haute instance législative de Libye, présidée par Aguila Saleh, a contesté le gouvernement de Dbeibeh. Abdullah Bliheg, porte-parole de la Chambre des représentants, a déclaré que 89 des 113 députés présents ont voté en faveur de la motion de censure contre le gouvernement d'unité nationale lors d'une session à huis clos, en présence de Saleh et de ses deux députés.

Le Parlement a notamment justifié le vote de défiance en accusant le GNU d'effectuer des opérations financières douteuses et de conclure des contrats qui entraînent une augmentation considérable de la dette publique au point de mettre en danger la souveraineté même du pays. Les députés ont accusé les membres du gouvernement de détournement de fonds et de préjudice fiscal et d'avoir dépassé les limites de leur mandat.

Le président de la Chambre des représentants, Aguila Saleh, a souligné que l'exécutif dépensait des sommes importantes, alors que le budget n'a pas encore été approuvé. Selon ses calculs, le Premier ministre Dbeibeh a déjà dépensé entre 40 et 50 milliards de dinars.

En outre, la loi électorale présidentielle approuvée par le Parlement de Tobrouk a été rejetée par le Haut Conseil d'État, qui siège à Tripoli. En fait, le pays continue d'être divisé entre l'est et l'ouest, de sorte que si la Cyrénaïque, toujours sous le contrôle de l'Armée nationale libyenne de Khalifa Haftar, se prépare à organiser des élections selon ses propres règles, la Tripolitaine, toujours aux mains de divers groupes militaires, dont certains sont clairement islamistes, se prépare à faire de même. Même les candidatures officielles proposées à l'organisme électoral sont différentes et, en fait, la partie occidentale a déclaré Haftar inéligible.

Le contraste entre les différentes institutions libyennes et les dépenses financières douteuses du GUN alimentent la confusion, entravent la préparation des élections et compliquent les relations économiques et politiques avec l'Italie. La tension est désormais si forte que la possibilité d'un retour à la confrontation militaire et d'une nouvelle vague de migrants vers l'Europe qui en résulterait se concrétise de plus en plus.

Une Libye pro-turque

Un autre facteur de déstabilisation de la Libye est l'influence croissante de la Turquie dans les sphères politiques et militaires.

L'un des objectifs déclarés du Forum inter-libyen était le retrait des troupes étrangères du pays avant les élections. Ces derniers jours (6-8 octobre), le "Comité militaire conjoint 5+5", qui comprend des délégués des deux parties belligérantes, s'est réuni à Genève pour discuter de cette question : une clause de l'accord de cessez-le-feu du 23 octobre 2020 prévoyait le retrait des combattants étrangers dans un délai de 90 jours, mais il en reste environ 20.000 dans le pays.

D'autre part, malgré les engagements officiels pris par tous les principaux acteurs étrangers présents en Libye, le ministère turc de la défense a officiellement annoncé qu'il continuerait à coopérer militairement avec le gouvernement. De cette manière, Ankara sape le processus de paix et met concrètement en danger la consultation électorale.

En novembre 2019, le gouvernement d'entente nationale (GNA) d'al-Sarraj, alors en place, avait signé deux protocoles d'accord sur la coopération sécuritaire et militaire avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, en vertu desquels Ankara a pu justifier le renforcement de sa présence dans l'État nord-africain.

68687_TUR191010TurkisharmedforcesAA_1577607293725.jpg

Il est intéressant de noter que la coopération avec la Turquie a été favorisée par le passé, et est actuellement poursuivie, par les institutions les plus fortement influencées par les Frères musulmans de par leur composition : à l'époque le GNA, aujourd'hui le GUN et le Haut Conseil d'État de Libye, clairement en faveur de l'osmanisation du pays.

Ce n'est pas un hasard si le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a récemment affirmé que l'accord avec la Libye avait été conclu à la demande explicite du précédent gouvernement d'entente nationale dirigé par Fayez al-Sarraj, raison pour laquelle la Turquie a l'intention de rester dans le pays.

Deux jours avant de faire cette déclaration, Çavuşoğlu avait accueilli à Ankara Khalid Almishri, président du Haut Conseil d'État libyen, un organe qui joue un rôle consultatif.

Almishri, de son propre aveu, représente les Frères musulmans au sein du Haut Conseil. En mai 2018, lors d'une interview avec la chaîne française arabophone France-24, il a explicitement déclaré qu'il était membre des Frères musulmans, qui sont classés comme organisation terroriste par plusieurs pays.

Le point est délicat. En pratique, l'une des plus hautes autorités libyennes serait officiellement un djihadiste à part entière. En tout cas, Almishri est parmi ceux qui ont le plus encouragé l'intervention turque en Libye.

En l'état actuel des choses, la présence des forces turques viole les dispositions des Nations unies et la feuille de route pour une solution pacifique au conflit libyen et est, en principe, incompatible avec les dispositions générales en matière de sécurité.

Cependant, la question est encore plus grave. La présence turque représente un grave danger. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, plusieurs milliers de mercenaires syriens sont encore stationnés dans les bases turques en Libye. Il y a quelques jours à peine, un groupe de 90 combattants appartenant à des groupes liés à la Turquie et opérant à Afrin, dans la zone contrôlée par Ankara, a été envoyé en Tripolitaine, pour être rejoint par un groupe de même taille retournant en Syrie.

Si, par une quelconque hypothèse, qui semble aujourd'hui franchement improbable, les factions et institutions opposées à l'est et à l'ouest du pays parvenaient à une sorte d'accord, formalisant une liste unique de candidats à la présidence et organisant des élections ensemble, avec un résultat accepté par tous, le vainqueur aurait les mains et les pieds liés à la Turquie, dont les troupes resteraient dans le pays. Même Haftar devrait s'entendre avec les Turcs pour gouverner l'ensemble du territoire et pas seulement la partie orientale.

Dans un tel cadre, le prochain gouvernement libyen sera nécessairement pro-turc. Il sera également pro-turc même si les élections n'ont pas lieu et que l'expérience du GUN reconnu internationalement se poursuit.

La crise migratoire

La Turquie a longtemps persisté dans ses attitudes provocatrices, faisant du chantage à l'Union européenne par le biais de la gestion des flux migratoires. Un comportement évident sur la route des Balkans, qu'Ankara répète également en Méditerranée centrale depuis qu'elle a intensifié sa présence en Libye.

1490257431-gommone-migranti.jpg

Selon le Viminale, au cours des quatre premiers jours d'octobre seulement, 1430 migrants sont arrivés en Italie. En 2021, il y a eu 47.750 arrivées, soit environ le double des 24.333 arrivées de 2020. Par rapport à 2019, les débarquements ont été multipliés par six.

Ces chiffres sont appelés à augmenter en raison de la crise politique, économique et sociale qui touche non seulement la Libye, mais aussi la Tunisie, et qui pousse les gens à émigrer, encourageant ainsi la traite des êtres humains.

De même, le nombre de naufrages et de victimes est appelé à augmenter.

Il y a quelques jours, à Lampedusa, on comptait plus d'un millier de migrants illégaux dans un hotspot qui ne peut en accueillir que 250, après le débarquement record de 686 personnes en provenance de Libye sur un bateau de pêche de 15 mètres.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 25.200 personnes ont été interceptées en Méditerranée centrale cette année, soit deux fois plus que l'année dernière.

Dans un contexte qui risque de devenir complètement incontrôlable, l'insuffisance de l'action de la ministre de l'Intérieur, Luciana Lamorgese, qui a vu une augmentation anormale des débarquements depuis sa prise de fonction, est encore plus grave.

La question de l'énergie

Comme on le sait, la Libye est le principal fournisseur d'énergie de l'Italie (gaz et pétrole). ENI opère dans tout le pays d'Afrique du Nord et est l'acteur le plus important de l'industrie énergétique libyenne. Si Tripoli devait accroître sa dépendance politique vis-à-vis d'Ankara, le flux d'hydrocarbures entre les deux rives de la Méditerranée pourrait devenir une arme supplémentaire de chantage entre les mains de la Turquie.

EnLYUZeXcAAauxH.jpg

La même alternative représentée par le gazoduc transadriatique (TAP), dont le terminal des Pouilles est en service depuis un an et qui a déjà fourni à l'Italie et à l'Europe du Sud les 5 premiers milliards de mètres cubes de gaz naturel en provenance d'Azerbaïdjan, traverse toute l'Anatolie. Étant donné que Bakou est un proche allié d'Ankara, nous pouvons affirmer sans risque qu'une partie substantielle des sources d'énergie de l'Italie passe sous contrôle turc.

L'augmentation vertigineuse des prix des produits énergétiques au cours des dernières semaines rend le scénario encore plus inquiétant. Que se passerait-il si, de façon absurde, cet hiver, Erdogan menaçait l'Italie et l'UE, pour quelque raison que ce soit, de couper les approvisionnements en gaz ?

Et l'Italie ?

La résolution de la crise libyenne est d'un intérêt stratégique vital pour l'Italie.

Premièrement, les hostilités représentent un facteur de grave incertitude pour les intérêts économiques et énergétiques italiens en Libye.

Deuxièmement, la pacification de la Libye et un gouvernement solide et légitime sont indispensables à la gestion des flux migratoires.

Troisièmement, et enfin, la perte d'influence en Libye compromet le rôle géopolitique de l'Italie en Méditerranée, que l'orientation néo-ottomane de l'expansionnisme turc tend à supplanter, subvertissant le poids stratégique des deux pays.

Le temps est venu pour l'Italie de reconnaître la Turquie comme son concurrent le plus dangereux et non comme un allié potentiel à ménager.

En attendant, les relations entre Rome et Tripoli se poursuivent par des canaux parallèles plus ou moins productifs. Dans certains cas, elles laissent franchement perplexe.

Compte tenu du passé récent et des rebuffades que Paris subit depuis quelques mois en Afrique, les initiatives en tandem avec la France ne sont pas très efficaces. Ces derniers jours, le Premier ministre Mario Draghi et le président français Emmanuel Macron se sont rencontrés en marge du sommet européen de Brno, en Slovénie, et ont discuté de la situation en Libye.

A l'issue de la réunion, le gouvernement italien a publié une déclaration réitérant la "coordination étroite" entre l'Italie, la France et l'Allemagne pour la tenue d'une conférence sur la crise libyenne le 12 novembre à Paris. Le sommet a été décidé par Macron qui, cette fois-ci, contrairement au passé, a au moins pensé à consulter Rome avant de procéder à la convocation.

Quelques semaines auparavant, le ministre Lamorgese avait rencontré le vice-président du Conseil présidentiel libyen, Abdullah al-Lafi, pour discuter de la manière de développer la coopération et la coordination entre l'Italie et la Libye sur le dossier des migrants, mais sans grand résultat.

La rencontre à Tripoli entre Almishri, l'ambassadeur italien Giuseppe Buccino et l'envoyé spécial de la Farnesina pour la Libye, Nicola Orlando, qui a confirmé la volonté de maintenir un interlocuteur avec les Frères musulmans, a laissé perplexe.

Enfin, une rencontre bilatérale a eu lieu en septembre entre le ministre du Développement économique Giancarlo Giorgetti et le vice-président du Conseil présidentiel libyen Al-Lafi, en visite à Rome, au cours de laquelle les deux hommes ont abordé les questions liées à la coopération économique et industrielle, à commencer par les infrastructures et l'énergie. M. Giorgetti a souligné que l'Italie s'est engagée à promouvoir le processus de stabilisation et de réconciliation nationale en Libye et le redressement économique du pays, dans lequel les entreprises italiennes ont toujours joué un rôle de premier plan. Dans ce cas, la confrontation sur des questions concrètes et pragmatiques pourrait avoir des effets positifs.

Conclusions

Ces derniers jours, de nombreux commentateurs autorisés ont insisté sur la thèse selon laquelle l'Italie, grâce à la stature internationale de Mario Draghi et compte tenu des difficultés françaises et de la vacance du pouvoir dans l'Allemagne post-Merkel, pourrait être le grand protagoniste de la relance de l'Alliance transatlantique, qui est en crise évidente après le retrait d'Afghanistan et le lourd manque de respect diplomatique américain à l'égard de Paris à l'occasion de la fourniture de sous-marins à l'Australie. Le provincialisme de certains experts est déconcertant, d'autant plus qu'il ne semble pas être lié uniquement à des attitudes propagandistes en faveur de l'exécutif actuel, mais le résultat d'une véritable conviction. C'est un symptôme du manque de culture stratégique qui traverse les classes dirigeantes et l'opinion publique italiennes, qui oscillent craintivement entre la sous-estimation et la surestimation du potentiel de l'Italie. Il est vrai que l'Italie est un grand pays, mais elle devrait apprendre à concentrer ses efforts - et l'autorité (éventuelle) de l'actuel Premier ministre - pour qu'ils soient rentables, dans le scénario dans lequel elle joue effectivement un rôle et sur les pays étrangers voisins : la Méditerranée et l'Afrique du Nord. Ici, la Turquie est désormais un problème évident, et une confrontation étroite avec elle est nécessaire sur tous les fronts. C'est une folie que l'UE continue à financer Ankara, cédant à son chantage, pour pouvoir ensuite armer illégalement la situation déjà difficile en Libye.

Concentrons-nous sur ce point, l'Atlantique est loin.....

Alessandro Sansoni.

mardi, 07 septembre 2021

De nouvelles armes turques pour contrôler la Méditerranée

TAI_delivers_another_new_radar-equipped_ANKA_Drone_to_Turkish_Naval_Forces_925_001.jpg

De nouvelles armes turques pour contrôler la Méditerranée

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/difesa/le-nuove-armi-turche-per-controllare-il-mediterraneo.html

La Turquie ne vise pas seulement à se doter de drones aériens, mais aussi de navires sans pilote. Un retournement de situation qui a commencé il y a quelques années et qui montre une évolution très rapide, notamment depuis la fin de l'année 2020. Les dernières nouvelles à ce sujet proviennent du Daily Sabah, l'un des principaux organes de presse de Turquie. Les médias anatoliens ont annoncé que le géant de la défense Aselsan a conçu, en collaboration avec le chantier naval Sefine, de nouvelles plates-formes (de surface et anti-sous-marines), qui représentent pour Ankara une étape supplémentaire dans sa politique de contrôle des mers. Une politique qui, depuis longtemps, a été synthétisée dans la "patrie bleue".

0001906166001-1.jpgLa défense turque a pour objectif de les avoir d'ici la fin de l'année. Elles sont pratiquement indigènes, résultat d'une synergie entre divers segments de l'industrie turque bénis par le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan. Un système de nationalisation de l'industrie de l'armement qui, en Turquie, trouve l'un de ses piliers dans le projet Milgem et qui vise non seulement à approvisionner les arsenaux nationaux sans passer par l'importation, mais aussi à vendre ces systèmes à l'étranger. Les drones turcs sont déjà très convoités dans plusieurs pays européens et asiatiques. Et maintenant, Ankara souhaite étendre ce marché au secteur maritime.

Il s'agit d'une double approche qui découle de deux besoins très ressentis par l'administration turque. D'une part, l'objectif de rendre sa propre défense de moins en moins dépendante des pays étrangers. Un problème qui est devenu central pour la Turquie, surtout après avoir pris conscience de la fragilité de la chaîne d'approvisionnement en cas de blocage politique par l'Occident. Le cas du F-35 - avec toutes les différences de l'affaire - illustre un danger qui guette Erdogan: faire une politique étrangère de plus en plus autonome en dépendant de Bruxelles et de Washington au niveau militaire signifie devoir réduire les attentes de son propre travail.

La question est devenue si importante qu'il a dû étendre le programme de drones nationaux aux armes embarquées sur le futur porte-avions Anadolu, transformé pour l'instant en porte-drones ou en projet d'hélicoptères en attendant que la Turquie revienne au programme F-35. Une attente qui n'est cependant pas nécessairement une limitation. En fait, le blocus a rendu nécessaire pour Ankara de développer, le plus rapidement possible, une technologie autonome pour remplacer ces systèmes liés à la volonté de Washington. Et c'est un virage qui a permis à la Turquie de mener à bien un programme national au point de pouvoir utiliser ses drones à la fois comme une arme et comme un moyen de nouer des partenariats avec d'autres États.

arton50592.jpg

Des sources qualifiées de l'InsdeOver rapportent, par exemple, que c'est précisément en raison de ce développement croissant des drones armés (en particulier, le redoutable Bayraktar) que certains, au sein de l'État grec, pensent que l'hypothèse d'une base pour ces moyens dans la partie nord de Chypre, en particulier à Gecitkale, est toujours sur la table. Une hypothèse émise dans le passé par certains analystes et qui semble aujourd'hui tout à fait irréalisable. Les drones aériens, ainsi que les unités sans pilote pour contrôler les eaux dans un rayon d'environ 600 miles (ce sont les données du projet Aselsan) pourraient constituer un tournant fondamental dans la projection stratégique de la Turquie dans les eaux bouillonnantes de la mer Égée et de la Méditerranée orientale.

jeudi, 19 août 2021

Mythes et réalités de la géopolitique turque

erdogan-2215259_1280.jpg

Mythes et réalités de la géopolitique turque

Alexandre Douguine

Ex: https://katehon.com/ru/article/mify-i-realii-tureckoy-geopolitiki

Après que l'Azerbaïdjan a repris le contrôle du territoire du Nagorny-Karabakh, les analystes ont commencé à remarquer une augmentation des activités turques dans la région du Caucase et, plus largement, en Asie centrale. Erdoğan a une nouvelle fois consolidé sa présence dans les États turcophones, a commencé à promouvoir ses intérêts en Géorgie et a jeté son dévolu sur l'Afghanistan, qui compte également une importante population turque (les Ouzbeks afghans).

Dans le même temps, il convient de noter que ces tendances géopolitiques actuelles ne correspondent pas au néo-ottomanisme. La plupart des territoires en question n'ont jamais fait partie de l'Empire ottoman. À l'époque de la guerre froide, le pan-turquisme et le pan-touranisme ont été artificiellement promus en Turquie, pays de l'OTAN, par les États-Unis. Au cours de la dernière décennie, cependant, alors qu'Erdogan a commencé à mener une politique de plus en plus souveraine et indépendante, le pan-turquisme s'est considérablement affaibli. Une fois de plus, il y a aujourd'hui des signes clairs de sa résurgence. Mais cela se passe maintenant dans un contexte bien différent. Il ne s'agit plus d'une pression de l'Occident utilisant la Turquie dans un grand jeu contre la Russie continentale, mais d'une initiative personnelle d'Erdogan.

Cela a été particulièrement évident après les événements du Haut-Karabakh, et au niveau de l'image, tant en Turquie qu'en Azerbaïdjan même, la victoire a été entièrement attribuée à l'alliance Bakou-Ankara. En réalité, le facteur décisif, ainsi que la bonne préparation d'Aliyev à la guerre, a été l'accord de Poutine donné sotto voce pour restaurer l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan par la force. Les grandes décisions ont été prises précisément à Moscou. Et c'était à Poutine de décider à qui appartenait le Karabakh.

Poutine avait précédemment convenu avec le précédent président arménien, M. Serzh Sargsyan, de débloquer partiellement le problème du Karabakh en cédant cinq districts. Mais Pashinyan, soutenu par Soros et les mondialistes, qui a organisé une révolution colorée à Erevan, a annulé tous les accords. Et on ne fait pas un coup pareil à Poutine. C'est en raison des politiques de Pashinyan et en réponse aux actions du lobby pro-américain et pro-occidental en Arménie que Poutine a pris une décision concernant le Karabakh. Quelle était cette décision, nous pouvons le voir maintenant. Cela aurait pu être très différent. Et là, l'alliance turco-azerbaïdjanaise, je le crains, n'aurait rien pu faire.
Il en va de même pour la position turque au Moyen-Orient, qui était en fait autrefois un territoire sous contrôle ottoman après les Byzantins. Et ici, Erdogan poursuit sa politique plus ou moins réussie uniquement parce que la Russie n'interfère pas avec elle. Avec le front actuel d'Erdogan contre l'Occident, alors qu'en juillet 2016, l'Occident et la CIA ont tenté de le mettre carrément dehors, c'est le soutien discret de Moscou qui permet à Ankara de consolider sa souveraineté.

Mais cette politique de Moscou qui ferme les yeux en Syrie, en Libye, en Irak et maintenant en Azerbaïdjan n'est pas une conséquence de notre faiblesse, mais le résultat d'un calcul géopolitique de grande envergure. La Russie construit un monde multipolaire, cherchant à limiter autant que possible le territoire de l'hégémonie américaine. Et l'ambitieux Erdogan facilite cela dans la pratique. Mais tout cela fonctionnera jusqu'à une certaine limite.

267679.jpg

Cette limite à ne pas franchir, c'est le partenariat militaire d'Ankara avec les russophobes de Kiev, la vantardise excessive de l'alliance Turquie-Azerbaïdjan (en oubliant Moscou, où tout s'est réellement décidé) et l'intensification du pan-turquisme en Asie centrale. À l'exception du volet ukrainien, qu'Ankara aurait dû abandonner complètement (et le plus tôt serait le mieux), les vecteurs les plus solides de la politique turque pourraient être poursuivis - mais pas au nom de l'OTAN et en coordonnant soigneusement les lignes rouges avec la Russie.

L'entrée de la Turquie en Asie centrale ne relève plus de l'ottomanisme, mais d'une certaine version de l'eurasisme turc. Moscou n'a théoriquement rien contre cette vision, mais l'eurasisme turc doit être coordonné avec l'eurasisme russe, car le Kazakhstan, le Kirghizstan et l'Ouzbékistan ne sont pas simplement des alliés de la Russie, mais des membres de diverses structures économiques et militaires. La Turquie pourrait très bien les rejoindre et agir de concert avec la Russie.

C'est la seule façon de résoudre le problème arménien, après tout, la Russie est responsable d'Erevan. Et la reconstruction de la région après la guerre devrait prendre en compte les intérêts de toutes les parties. Y compris l'Iran, d'ailleurs, qui a été en quelque sorte oublié dans la guerre du Karabakh. Et en vain.

L'eurasisme est une idéologie extrêmement importante, précisément parce qu'elle n'a pas de dogmes. Son ambiguïté et son ouverture certaines sont un avantage et non un inconvénient.  La Russie - en tant que foyer, centre, pôle de l'Eurasie et pivot géographique de l'histoire - est le facteur principal de toute construction géopolitique efficace.

Si Ankara opte pour un monde multipolaire, alors bienvenue au club et discutons en toute franchise des souhaits de toutes les parties. S'il s'agit de l'expansion impérialiste voulue par un seul homme ou d'un nouveau cycle pour servir les intérêts de l'OTAN, ce n'est pas seulement un projet non constructif mais un projet suicidaire.

Il est grand temps que la Russie, à son tour, accorde une attention particulière au potentiel de la doctrine eurasienne, tant sur le plan idéologique que géopolitique.  Sans idéologie et en s'appuyant sur un pur pragmatisme, nous ne pouvons tout simplement pas mener à bien des projets d'intégration à long terme.

samedi, 07 août 2021

Istanbul, le canal de la discorde

kanal-istanbulda-onemli-gelisme-1519735078227.jpg

Istanbul, le canal de la discorde

par Marco Valle

Ex: https://blog.ilgiornale.it/valle/2021/08/07/

Samedi 5 juillet 2021, Recep Tayyip Erdogan a officiellement inauguré les travaux du Kanal Istanbul, une voie navigable de 45 kilomètres de long, 150 mètres de large et 25 mètres de profondeur qui reliera la mer Noire à la mer de Marmara. Aussi grand, sinon plus, que Suez et Panama, l'ouvrage contournera le détroit du Bosphore, décongestionnant le passage maritime encombré (48.000 transits par an en moyenne) et transformant la partie européenne de la métropole turque en une véritable cité insulaire.

L'ouverture des chantiers, aussi symbolique soit-elle, couronne l'ancien rêve de Soliman le Magnifique : une idée visionnaire et ambitieuse que, cinq siècles après le départ du sultan, le président à la main de fer a reprise et relancée avec obstination. La première annonce de l'ouverture du "quatrième détroit" turc remonte à 2011 - "voici mon projet fou", a-t-il proclamé devant les ministres ébahis - ; maintes fois reporté, modifié et discuté, le plan a finalement été approuvé par le Parlement en mars dernier. L'excavation sera achevée, du moins selon des sources gouvernementales optimistes, en seulement six ans et coûtera au total environ 15 milliards de dollars.

erdogan-kanal-istanbul-400x240.jpg

Apparemment, rien de nouveau, du moins pour les dirigeants de l'AKP, le parti au pouvoir depuis 2002. Depuis lors, son leader indéboulonnable, Erdogan - d'abord en tant que premier ministre et, depuis 2014, en tant que président de la république - a promu de grands projets d'infrastructure visant à moderniser le visage du pays, à promouvoir la croissance économique et, surtout, à renforcer le consensus interne, base de sa longévité au pouvoir. Un mécanisme qui s'est toutefois grippé puisque l'économie turque est en grande difficulté et que la dévaluation catastrophique de la livre turque (une perte de plus de 400% par rapport au dollar en une décennie) continue de pénaliser un cadre économique aggravé par les coûts de la pandémie, le ralentissement des activités de production et le recul très net du tourisme. En bref, des caisses à moitié vides, de nombreuses dettes et une question cruciale : qui va payer les coûts de "Kanal Istanbul"? Certainement pas les six principales banques d'affaires turques qui, comme le confirme Reuters, se sont montrées très réticentes à financer un projet coûteux et, en même temps, extrêmement conflictuel.

En attendant d'hypothétiques bailleurs de fonds étrangers - le ministre des transports Adil Karaismailoglu a évoqué des investisseurs chinois, qataris ou peut-être néerlandais - la contestation s'amplifie. En première ligne, le maire de la ville, Ekrem Imamoglu, membre du Parti républicain populaire, principale force d'opposition, ennemi juré d'Erdogan et probable adversaire aux élections présidentielles de 2023. Fort du soutien des scientifiques et des écologistes et des craintes de centaines de milliers d'habitants, M. Karaismailoglu n'a pas hésité à dénoncer les risques sismiques (le tracé longe la redoutable ligne de faille sismique anatolienne), les désastres écologiques imminents (pour Greenpeace, il s'agit d'une "catastrophe aux conséquences imprévisibles" et les océanographes craignent la mort de la mer de Marmara déjà languissante) et, surtout, la certitude que le projet représente une gigantesque spéculation immobilière. Ce soupçon est amplement confirmé par la hausse prodigieuse des prix des logements (de 25 dollars le mètre carré à 800), face aux maigres compensations des expropriations depuis 2013.

a745ad45-86f6-4faa-b5fd-0960bcc5c23d-jpeg.jpeg

La question déjà complexe est encore compliquée par l'aspect géopolitique, un facteur central. Depuis 1936, les passages du Bosphore sont régis par la Convention de Montreux, chef-d'œuvre diplomatique de Kemal Ataturk, qui garantit le trafic des navires marchands de tous pavillons et limite l'accès à la mer Noire des navires militaires de pays tiers. Jusqu'à présent, la Turquie a joué son rôle de garant avec équilibre, mais l'ouverture de la voie navigable (avec la taxe de transit attenante) pourrait être l'occasion tant attendue par Erdogan de classer les anciens accords et d'ouvrir une nouvelle phase, tout cela devant être compris et analysé.

9788833372815_0_536_0_75.jpg

Comme le note Lorenzo Vita dans son excellent livre L'onda turca (Historica-Giubilei Regnani, 2021), consacré à l'expansion navale d'Ankara: "La Russie n'aime pas du tout l'idée que la Turquie abandonne les clauses de Montreux. Poutine a appelé Erdogan pour exprimer le point de vue russe sur le détroit. Le président turc a répondu que pour l'instant l'abandon du Traité de Montreux n'est pas mis en question, mais l'attention du Kremlin est un signe de ce qui pourrait arriver. Car si Moscou a tout intérêt à empêcher que l'équilibre de la mer Noire ne soit rompu, la curiosité est grande à Washington: surtout dans une phase d'escalade impliquant l'Ukraine et la "Crimée". Les États-Unis seraient en fait "très intéressés par une voie maritime exclue de cette convention". Si la Turquie décidait de renégocier le traité ou d'exclure la nouvelle voie navigable de l'accord, Washington aurait l'occasion de se débarrasser d'un goulot d'étranglement fondamental, donnant libre cours à la liberté de navigation et à l'idée d'armer la "mer Noire".

21509482lpw-21513107-article-jpg_7822613_660x281.jpg

0001742335001-1.jpg

Des préoccupations également partagées par de nombreux amiraux à la retraite, dont Cem Gurdeniz, le théoricien du "Mavi Vatan" (la patrie bleue), le pilier doctrinal de la nouvelle marine turque. En avril, 104 officiers ont signé une déclaration critiquant l'idée du "Kanal" et considérant la sortie de Montreux comme un suicide politique. En réponse, Erdogan a accusé les marins de préparer un coup d'État et les a jetés en prison ou assignés à résidence. Pour Lorenzo Vita, il s'agit d'un signal fort: "Au bloc nationaliste et laïc qui conteste 'Kanal Istanbul', à la Russie et aux États-Unis. Elle montre que la possibilité d'exclure le canal de la Convention est une hypothèse réelle. Tellement réelle que ceux qui condamnent l'hypothèse sont considérés comme dangereux, même si cela conduit à arrêter un homme qui a façonné la stratégie navale turque actuelle".

Marco Valle.

lundi, 26 juillet 2021

Dégel des relations entre l'Égypte et la Turquie

relations-turco-égyptiennes1.jpg

Dégel des relations entre l'Égypte et la Turquie

Hürkan Asli Aksoy & Stephan Roll


La politique étrangère et les faiblesses économiques rapprochent les régimes du Caire et d'Ankara

La visite d'une délégation turque de haut rang au Caire, début mai 2021, marque un tournant dans les relations entre la Turquie et l'Égypte. Depuis le coup d'État militaire de 2013 en Égypte, les dirigeants des deux pays méditerranéens avaient été extrêmement hostiles l'un envers l'autre. Le rapprochement actuel, qui pourrait au mieux conduire à une reprise des relations diplomatiques, a surpris. Mais sa portée est limitée.

Les principaux obstacles à un partenariat plus étroit entre Recep Tayyip Erdoğan et Abdul Fattah al-Sisi sont les différences entre les fondements idéologiques de leurs régimes. Pour les deux présidents, l'objectif du changement actuel de politique étrangère est d'élargir leurs marges de manœuvre. Leurs régimes sont sous pression en raison des développements régionaux, internationaux et nationaux.

arton4645.jpg

L'Allemagne et l'UE devraient soutenir ces tentatives de normalisation car elles peuvent contribuer à la désescalade dans la région. La faiblesse actuelle des deux régimes en matière de politique étrangère et d'économie offre l'occasion d'appeler à un changement politique dans d'autres domaines.

En juillet 2013, les militaires ont renversé l'ancien président égyptien et membre des Frères musulmans Mohamed Morsi. Depuis lors, les gouvernements d'Ankara et du Caire n'ont pas manqué une occasion de se condamner mutuellement. Le président turc Erdogan, dont le Parti de la justice et du développement (AKP) a été étroitement allié aux Frères musulmans en Égypte, a accusé le président Al-Sisi de s'être emparé illégalement du pouvoir et d'avoir créé un régime totalitaire. À leur tour, les dirigeants égyptiens ont accusé la Turquie de promouvoir le terrorisme dans la région, de soutenir les Frères musulmans et de s'ingérer dans les affaires intérieures d'autres pays.

ill_4355667_6882_466605.jpg

À l'été 2020, il semblait que la guerre froide entre Le Caire et Ankara pouvait effectivement dégénérer en un affrontement armé. L'intervention militaire de la Turquie dans la guerre civile libyenne et la menace du Caire d'intervenir avec des troupes si des unités du gouvernement reconnu internationalement à l'époque et soutenu par Ankara continuaient à avancer, ont augmenté le risque d'une confrontation militaire. Lorsque de nouvelles réserves de gaz ont été découvertes en Méditerranée orientale, une controverse a éclaté au sujet de la taille de la "zone économique exclusive" (ZEE). Les manœuvres des marines des deux pays ont encore accru les tensions.

Pourtant, à la surprise de nombreux observateurs, on a assisté à une convergence progressive des gouvernements à la fin de l'année. Des contacts plus intensifs entre leurs services secrets ont contribué à la détente dans le conflit libyen, lorsque les deux pays ont soutenu les pourparlers de l'ONU lancés fin 2020 sur la formation d'un nouveau gouvernement unifié. À la mi-mars 2021, les dirigeants turcs ont fait une concession claire : les chaînes de télévision de l'opposition égyptienne en exil, dont le siège est à Istanbul, ont reçu l'ordre de modérer leurs critiques à l'égard du régime Al-Sisi. Cela a ouvert la voie à une réunion de deux jours des vice-ministres des affaires étrangères des deux pays au Caire, début mai.

Erdogan dans l'embarras

Erdogan a annoncé avec enthousiasme, à l'issue de la rencontre, que son pays souhaitait restaurer son "amitié historique" avec l'Égypte et prolonger le dialogue, qui a été renoué. Cependant, ce changement de politique étrangère n'est en aucun cas volontaire. La politique étrangère conflictuelle de la Turquie au cours de la dernière décennie, où elle a utilisé des moyens militaires pour défendre ses intérêts, a atteint ses limites.

Le pays est de plus en plus isolé dans son environnement régional. Les relations avec l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) sont extrêmement tendues, notamment en raison du blocus du Qatar. Avec le soutien de l'Égypte, les deux pays du Golfe ont imposé un blocus partiel au Qatar, le plus proche allié d'Ankara dans la région, de juin 2017 à janvier 2021. Depuis que la Turquie est venue en aide au Qatar, les relations se sont nettement détériorées.

qatar_2.jpg

Plus récemment, l'Arabie saoudite a imposé un boycott informel des produits turcs et a annoncé fin avril qu'elle fermerait huit écoles turques. Si Ankara a réussi à améliorer quelque peu ses relations avec Riyad au cours des derniers mois, en ce qui concerne les EAU, les signes indiquent toujours une confrontation. Un chef de la mafia turque qui a divulgué des informations sur les liens présumés entre la politique et le crime organisé aurait trouvé refuge à Dubaï précisément.

226-014739-whatsapp-image-2020-09-22-at-11.32.53-pm.jpeg

En Méditerranée orientale, Ankara est confrontée à une alliance énergétique formée par l'Égypte, la Grèce, la République de Chypre et Israël, qui a créé le Forum du gaz de la Méditerranée orientale avec le soutien d'autres États riverains. Cela signifie qu'Ankara est désormais également désavantagé en raison de son conflit de longue date avec Athènes et Nicosie au sujet des frontières maritimes. En échange de cette faveur, la Turquie a signé un accord avec le gouvernement libyen basé à Tripoli en novembre 2019, en vertu duquel les frontières maritimes des deux pays ont été ajustées selon leurs propres termes.

Toutefois, d'autres États de la région ne reconnaissent pas cet accord. Et l'alliance de la Turquie avec Tripoli n'est pas une garantie de sécurité. Bien qu'Ankara ait pu enregistrer quelques succès grâce à son intervention militaire en Libye, il est peu probable que les moyens militaires seuls suffisent à garantir ses intérêts à long terme dans un pays en proie à la guerre civile.

Erdogan est également sous pression sur la scène internationale. Aucun ajustement fondamental des relations américano-turques n'est attendu dans le cadre du changement de gouvernement à Washington. Le président américain Joe Biden a clairement indiqué qu'il n'hésiterait pas à entrer en conflit avec Ankara. Ce changement de politique se reflète également dans le fait que Biden a officiellement reconnu le génocide arménien dans l'Empire ottoman en tant que tel, un geste que ses prédécesseurs avaient évité pour ne pas risquer de tendre les relations avec la Turquie. Les autorités judiciaires américaines enquêtent également sur la banque d'État turque Halkbank, qui est accusée d'avoir violé le régime de sanctions contre l'Iran.

Ces défis de politique étrangère ont d'autant plus de poids pour le gouvernement turc que la situation économique du pays est précaire. La pandémie de coronavirus a exacerbé les problèmes structurels de l'économie turque et entraîné une nouvelle baisse de l'approbation de l'AKP au pouvoir. Erdogan espère donc que le rapprochement avec l'Égypte lui donnera une certaine marge de manœuvre en matière de politique étrangère et lui permettra de gagner des points sur le plan intérieur.

842539.jpg

Cette démarche lui permet de se présenter à la nouvelle administration américaine comme un leader orienté vers la réconciliation. Cette décision pourrait également affaiblir l'alliance entre l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l'Égypte. En Méditerranée orientale, un rapprochement avec Le Caire permettrait à la fois de renforcer la position d'Ankara dans son conflit de frontière maritime et de garantir les intérêts à long terme de la Turquie en Libye.

Al-Sisi a-t-il un avantage ?

Le Caire cherche le rapprochement avec moins de zèle qu'Ankara. Les responsables du gouvernement égyptien insistent sur le fait que la Turquie doit d'abord faire des concessions pour normaliser les relations. Toutefois, cette rhétorique ne doit pas masquer le fait que la direction politique du président Al-Sisi souhaite également améliorer ses relations bilatérales avec la Turquie.

Comme Erdogan, al-Sisi est soumis à une pression intense. Ses bonnes relations avec les États-Unis sous la présidence de Donald Trump, qui avait qualifié le président égyptien de "dictateur préféré", sont désormais un lourd fardeau pour le nouvel engagement préconisé par le président Biden. La médiation réussie d'Al-Sisi dans le conflit entre Israël et le Hamas, qui s'est récemment intensifié, a en fait amélioré sa réputation à Washington et mis de côté les critiques américaines sur la situation des droits de l'homme.

Néanmoins, les États-Unis ne sont en aucun cas un partenaire fiable pour l'Égypte, notamment lorsqu'il s'agit de relever les défis régionaux auxquels le régime égyptien est confronté. Cela est particulièrement évident dans le conflit autour du Nil, qui constitue actuellement le plus grand défi du Caire en matière de politique étrangère.

Partage-du-Nil1.jpg

Dans le différend qui l'oppose à l'Éthiopie au sujet de la répartition de l'eau, l'Égypte adopte clairement une position défensive, compte tenu des progrès accomplis dans la construction du barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD). Contrairement à son prédécesseur, le président Biden ne soutient pas la position de l'Égypte de manière unilatérale, mais maintient une politique équilibrée.

Le conflit sur le Nil signale également une nouvelle faiblesse de la politique étrangère, qui pourrait être tout aussi dangereuse pour Le Caire que la réorientation de la politique américaine à l'égard de l'Égypte : le refroidissement de ses relations avec l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Les deux pays du Golfe ont adopté une position neutre dans le conflit autour du Nil, alors qu'ils étaient auparavant considérés comme les principaux alliés du régime Al-Sisi. Cependant, depuis le début de l'échec du blocus du Qatar, la triple alliance est devenue de plus en plus faible.

Il n'y a eu pratiquement aucune coordination sur les crises politiques régionales, telles que la guerre civile en Syrie ou le conflit au Yémen. En outre, le Caire est très sceptique quant à la normalisation des relations des EAU avec Israël. Une telle approche pourrait entraîner non seulement la perte d'importance du rôle traditionnel de médiation de l'Égypte dans le conflit du Moyen-Orient, mais aussi la construction de nouveaux pipelines et de nouvelles voies de transport qui pourraient réduire le transport par le canal de Suez, qui est une source importante de revenus pour le gouvernement égyptien.

two-flags-653x393.png

Riyad et Abu Dhabi ont contribué de moins en moins ces dernières années au financement du grave déficit budgétaire de l'Égypte, qui se chiffre en milliards de dollars. La situation économique est le talon d'Achille du régime Al-Sisi. En raison notamment de l'impact de la pandémie de coronavirus, l'Égypte devra continuer à compter sur une aide financière extérieure substantielle dans les années à venir, ne serait-ce que pour assurer l'alimentation de base de sa population croissante.

Cette situation critique, combinée à l'absence d'aide financière de la part des monarchies du Golfe, a probablement incité Al-Sisi à "redresser le front" de la politique étrangère égyptienne afin d'avoir plus de poids dans les futures négociations avec ces deux importants sponsors. La Turquie est également un important marché d'exportation pour l'Égypte.

Al-Sisi dépend notamment d'un accord avec Ankara dans le conflit libyen. Malgré ses menaces, il n'a aucun intérêt à envoyer des troupes terrestres dans la Libye voisine - contrairement à la Turquie. Une telle intervention aurait des conséquences inattendues pour les forces armées égyptiennes. Si les forces armées à l'intérieur du pays sont plus fortes que jamais, il est difficile d'évaluer leur véritable capacité militaire. Par exemple, ils n'ont pas réussi jusqu'à présent à réprimer les violents soulèvements dans le Sinaï.

military_forces_are_seen_in_north_sinai_egypt_december_1_2017._reuters.jpg

Les limites de la convergence

Bien que les deux parties aient de bonnes raisons de se rapprocher et de rouvrir des relations diplomatiques, on ne peut pas encore s'attendre à une normalisation complète des relations turco-égyptiennes. En ce qui concerne la Libye, par exemple, les deux parties semblent être intéressées par un accord. Mais on ne sait pas exactement à quoi cela pourrait ressembler dans la réalité. Il est difficile d'imaginer une grande négociation. L'Égypte aurait du mal à accepter une présence militaire turque à long terme en Libye.

À l'inverse, un retrait total des unités turques serait une option peu probable pour le président Erdogan. Il est également irréaliste d'attendre du Caire qu'il modifie fondamentalement sa politique d'alliance en Méditerranée orientale en faveur d'Ankara. La Grèce, Chypre et l'Égypte continueront sans aucun doute à développer leurs relations.

Toutefois, le principal obstacle à la normalisation complète des relations est constitué par les différences idéologiques entre les régimes. Alors que le président Erdoğan suit le modèle d'une "nation religieuse turco-musulmane", le pouvoir du président As-Sisi est entièrement orienté vers l'armée.

5f289c06ea3d9.jpg

L'arrivée au pouvoir de l'armée égyptienne en 2013 s'est explicitement opposée aux tentatives de consacrer les normes religieuses au niveau de l'État. Étant donné que les deux dirigeants promeuvent activement leurs idéologies respectives dans la région - à travers le soutien de la Turquie aux groupes d'opposition islamistes et le soutien de l'Égypte au général Haftar en Libye et au régime d'Assad en Syrie - le rapprochement entre leurs pays a des limites strictes. Il ne faut pas non plus s'attendre à ce que la Turquie, sous la direction du président Erdogan, cesse d'être un centre de soutien pour l'opposition égyptienne en exil - plusieurs de ses dirigeants ont même reçu des passeports turcs.

Opportunités pour les politiciens en Allemagne et en Europe

Malgré des limites évidentes, un rapprochement entre l'Égypte et la Turquie offre également des opportunités, non seulement pour les deux régimes, mais aussi pour l'Allemagne et ses partenaires européens. Une telle évolution pourrait, par exemple, contribuer à une désescalade de la situation tendue en Méditerranée orientale. L'objectif ici devrait être de profiter de l'occasion pour intégrer la Turquie dans les alliances régionales. Il serait ainsi plus facile de conclure des accords, y compris sur les questions frontalières litigieuses. Une première mesure concrète pourrait consister à accorder à la Turquie le statut d'observateur au sein du Forum du gaz de la Méditerranée orientale.

En Libye, les deux parties sont nécessaires pour maintenir le délicat équilibre des forces. Les Européens devraient encourager l'Égypte et la Turquie à limiter progressivement leurs activités dans le pays sans rompre cet équilibre. Il ne faut pas non plus encourager chaque pays à utiliser les changements potentiels dans l'équilibre des forces lors des élections prévues en décembre 2021 pour pousser l'autre partie hors de Libye.

Enfin, Ankara et Le Caire peuvent jouer un rôle dans l'affaiblissement de l'influence d'autres acteurs extérieurs, tels que la Russie et les Émirats arabes unis.

Avant tout, les Européens doivent comprendre que derrière la convergence des deux régimes se cache une crainte fondamentale de voir leur marge de manœuvre en politique étrangère réduite, voire complètement perdue. En raison de facteurs externes et économiques, Erdoğan et As-Sisi dépendent tout autant des ajustements des relations bilatérales, qui étaient auparavant fondées sur la confrontation. Le moment est donc opportun pour encourager les deux parties à réévaluer politiquement d'autres domaines, comme la situation problématique des droits de l'homme en Égypte et en Turquie.

Source : https://katehon.com/ru/article/ottepel-v-otnosheniyah-mezhdu-egiptom-i-turciey

jeudi, 15 juillet 2021

Comment l'armée turque a tenté de renverser Recep Tayyip Erdogan

AP_16197805732932.jpg

Turquie: cinq ans depuis le coup d'État manqué

Comment l'armée turque a tenté de renverser Recep Tayyip Erdogan

Ex: https://katehon.com/ru/article/pyatiletie-neudavshegosya-perevorota

Dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016, une tentative de coup d'État a eu lieu en Turquie. Un groupe de conspirateurs militaires a tenté de prendre le pouvoir par la force et de destituer physiquement le chef de la république, Recep Tayyip Erdogan. Ils ont échoué, les cerveaux ont été arrêtés et le pays a commencé une purge, notamment des militaires. Le putsch a définitivement changé la politique intérieure et étrangère de la Turquie et ses conséquences se sont reflétées dans les réformes qui ont eu lieu ces dernières années.

L'histoire des coups d'État turcs

Au cours de l'existence de la République moderne de Turquie, le pays a été secoué par un certain nombre de coups d'État militaires et de vagues d'arrestations de grande ampleur. Dans presque tous les cas, ils ont eu le même motif : préserver la nature séculière de l'État et l'ordre politique actuel. En mai 1960, les militaires ont arrêté les membres du "Parti démocratique" au pouvoir en raison de la corruption qui y régnait et des mesures répressives prises par le gouvernement. En septembre 1961, on en arrive à l'exécution du premier ministre déchu. En 1971, le chef du gouvernement est contraint d'abdiquer. Il a toutefois occupé ce poste trois fois de plus par la suite. En 1980, le gouvernement a été renversé par le "Conseil de sécurité nationale". En 1997, Erbakan a été chassé du pouvoir par les militaires. Il est révélateur qu'Erbakan ait été le mentor d'Erdogan et qu'il ait tenté d'islamiser le pays.

Événements en 2016

Il y a cinq ans, un groupe d'officiers se faisant appeler le "Conseil de la paix" a tenté de mener une opération visant à saisir des installations stratégiques et à neutraliser d'éventuels adversaires. Ils ont décrit leur mission comme un retour aux processus démocratiques dans le pays.

000_D937G1-640x400.jpg

Vers minuit, le 15 juillet, les médias sociaux se sont tus en Turquie. Des chars sont apparus dans les rues d'Ankara et d'Istanbul. Tous les vols internationaux dans les aéroports ont été annulés ou retardés. Les conspirateurs eux-mêmes ont diffusé un message sur l'une des chaînes de télévision centrales indiquant que le pouvoir passait entre leurs mains. Un couvre-feu et la loi martiale ont été déclarés.

Il est également largement admis que ce sont des informations en provenance de la Russie, communiquées aux gardes du corps personnels d'Erdogan, qui lui ont permis d'échapper à son triste sort. La chambre d'hôtel où il se trouvait a été visée par des tirs d'hélicoptère, mais Erdogan a été évacué peu avant l'attaque. Les frappes aériennes des avions de guerre ont également visé la résidence présidentielle et le bâtiment du parlement.

Un peu plus tard, le Premier ministre turc, Binali Yildirim, a publié une déclaration indiquant que la tentative de mutinerie avait échoué. Le président est également apparu sur les ondes et a exhorté les gens à descendre dans la rue.

Comme tous les militaires ne se sont pas rangés du côté des putschistes, cela a joué un rôle important dans la lutte pour le pouvoir. Parmi les conspirateurs figuraient les dirigeants de l'armée de l'air et de l'armée de terre, ainsi que de la gendarmerie. Les forces spéciales sont restées fidèles au président.

Deux hélicoptères ont été abattus lors d'échanges de tirs, et les unités de l'armée de l'air fidèles au président ont également attaqué des chars à l'extérieur du palais présidentiel.

22002dd8edf112c725279d508009324e8d1c38b1.jpgL'un des chefs du complot était le chef de l'armée de l'air turque, le général Akın Öztürk. Avec lui, quelque trois mille autres putschistes ont été arrêtés le 16 juillet.

Tous les participants au coup d'État n'ont pas été jugés. Par exemple, huit des participants ont fui vers la Grèce voisine dans un hélicoptère militaire, où ils ont demandé l'asile politique. Ils n'ont pas encore été extradés vers la Turquie.

Au total, 37.000 personnes ont été arrêtées dans l'affaire de la tentative de coup d'État en 2016.

Au cours du putsch, 90 partisans du président ont été tués, dont 47 civils. Du côté des putschistes, 104 personnes ont été tuées.

La piste de Fethullah Gülen

Selon la partie turque victorieuse, la tentative de coup d'État est en partie imputable au prédicateur sectaire Fethullah Gülen, qui a longtemps travaillé pour la CIA et vit aux États-Unis (Pennsylvanie). Gülen a travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement turc dans les années 1990, mettant en place des gouvernements parallèles dans un certain nombre de pays d'Asie centrale et dans les Balkans. Son mouvement Hizmet, ainsi que diverses initiatives commerciales et éducatives, lui ont servi de couverture officielle.

raw_gulen-cemaati-hizmet-camia-ve-paralelden-sonra-son-ismi-emniyet-koydu-feto_729278590.jpg

Après que Gülen a ouvertement soutenu l'opposition au gouvernement lors des manifestations de masse de la place Taksim à Istanbul, qui se sont étendues à plusieurs autres villes de Turquie en 2013, des enquêtes sur ses biens ont été ouvertes. Ses médias, notamment le journal Zaman, ont été fermés. Des demandes ont été faites à un certain nombre de pays du côté turc pour supprimer les activités de ses organisations.

Intérêts américains

Outre l'influence de Gülen sur les événements décrits, certains schémas ont été détectés qui révèlent un lien entre les conspirateurs et les diplomates américains.

General_John_F._Campbell,_December_18,_2015.JPGLe journal turc Yeni Şafak a affirmé que le général de l'armée américaine John F. Campbell (photo), commandant de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) dans le cadre de la mission de l'OTAN en Afghanistan, était responsable du coup d'État. Selon le journal, les auteurs ont reçu environ deux milliards de dollars pour organiser le coup d'État. Les transferts auraient été effectués par l'intermédiaire de la CIA en utilisant la banque UBA au Nigeria ; les flux financiers étaient contrôlés et distribués personnellement par le général Campbell. Selon le journal, Campbell a tenu des réunions très secrètes avec des militaires turcs sur la base militaire d'Erzurum et sur la base aérienne d'Incirlik.

Les médias turcs ont également cité d'autres citoyens américains comme des politologues et des écrivains qui auraient participé au coup d'État.

Les responsables américains ont nié toute implication dans le coup d'État.

La polarisation en Turquie

De manière révélatrice, pendant et après le putsch, une transformation intéressante s'est opérée dans le pays selon des lignes politiques. Certains des anciens opposants d'Erdogan, notamment le Parti des travailleurs (rebaptisé plus tard Patrie, Vatan), ont soutenu les actions d'Erdogan. Alors que certains de ses anciens collègues - le ministre des Affaires étrangères et Premier ministre Ahmet Davutoğlu, Ali Babacan, qui a également été ministre des Affaires étrangères, l'ancien président Abdullah Gül - ont au contraire critiqué et sont passés dans l'opposition.

La consolidation ultérieure de la verticale du pouvoir a conduit à l'arrestation de politiciens pro-kurdes et à la marginalisation des forces politiques kurdes. Dans le même temps, les partis pro-occidentaux et libéraux ont cherché à exploiter ces changements pour leurs propres dividendes politiques.

L'état d'urgence a été imposé dans le pays, et est resté en vigueur jusqu'au 18 juillet 2018.

L'exacerbation des relations avec l'Occident

Le putsch a également conduit à une révision de la coopération avec l'UE et les États-Unis. Il y avait plusieurs dimensions en jeu à ce niveau. Les États-Unis ayant soutenu politiquement et militairement les Kurdes en Syrie, cela a suscité des protestations de la part d'Ankara. Une demande d'extradition de Fethullah Gülen n'a pas été accordée. Dans l'ensemble, la présidence Trump a été caractérisée par une pression claire sur Ankara de la part de Washington. Des sanctions ont été imposées à la Turquie pour avoir acheté des systèmes de défense aérienne S-400 à la Russie. Ce n'est que lors du dernier sommet de l'OTAN que Joe Biden a tenté d'apaiser les tensions entre les pays.

En parallèle, les relations avec l'UE se sont détériorées. Bruxelles a notamment déposé des plaintes contre la Turquie pour violation des droits de l'homme en raison de l'interdiction des partis pro-kurdes, de la fermeture de certains médias et du durcissement de la législation sur les médias sociaux. Et la Turquie s'est retirée de la "Convention d'Istanbul sur la protection des femmes", adoptée en 2011, en mars 2021.

En outre, la Turquie a constamment défié les pays de l'UE sur les flux migratoires, et Bruxelles a été contrainte de faire des concessions en allouant des fonds supplémentaires.

Bien que les liens diplomatiques restent officiellement en place, il est clair que la Turquie se tourne désormais moins vers l'Occident et est prête à agir de manière décisive lorsque ses intérêts sont violés par ses anciens partenaires et alliés de l'OTAN. Cependant, la Turquie reste un participant actif de l'"Alliance de l'Atlantique Nord", malgré les frictions et les problèmes qu'elle rencontre avec la Grèce voisine.


Le président russe Vladimir Poutine a été l'un des premiers hommes politiques à condamner la tentative de coup d'État et à soutenir son collègue Recep Tayyip Erdogan. Cela a contribué au rapprochement politique entre les deux pays, malgré des désaccords sur la question syrienne. Les relations se sont temporairement envenimées en 2018 lorsque la Turquie a abattu un avion de guerre russe en Syrie, tuant le pilote.

dimanche, 11 juillet 2021

Afghanistan: les États-Unis partent, la Turquie arrive?

turkish-troops-afghanistan.jpg

Afghanistan: les États-Unis partent, la Turquie arrive?

Ex: https://katehon.com/ru/node/78007

On ne sait pas encore si Ankara sera en mesure de conclure un accord avec les talibans et de poursuivre la mission de l'OTAN.

Récemment, plusieurs médias ont diffusé des informations selon lesquelles, après le retrait définitif de l'armée américaine d'Afghanistan, l'armée turque pourrait prendre sa place. Au moins, pour assurer la sécurité de l'aéroport international de Kaboul, car il existe un risque élevé que les Talibans (organisation interdite en Russie) - pour des raisons objectives et des particularités de leur politique - puissent plonger la capitale du pays dans le chaos.

Ces déclarations ont donné lieu à plusieurs interprétations principales :

1) La Turquie remplacera les États-Unis parce qu'elle est membre de l'OTAN. L'accord aurait en fait été conclu lors du dernier sommet de l'Alliance de l'Atlantique Nord - et Joe Biden aurait trouvé un terrain d'entente avec Recep Tayyip Erdogan. Ainsi, Washington confie la sécurité (probablement partielle) de l'Afghanistan à la Turquie, tandis qu'Ankara obtient ses dividendes, y compris la possibilité de promouvoir une stratégie de pan-turquisme dans la région.

2) La Turquie a pris sa propre décision et a négocié avec les Talibans sur cette question. En outre, le Pakistan, qui est le partenaire stratégique de la Turquie et qui a une certaine influence sur les talibans, aidera Ankara de toutes les manières possibles. Tout cela se fait contre la volonté des États-Unis, et la Turquie se considère comme un nouveau centre géopolitique suffisamment fort en Eurasie pour mener sa propre politique.

3) L'explosion de nouvelles était délibérée afin de sonder les attitudes à l'intérieur et à l'extérieur de la Turquie, de faire des évaluations appropriées, d'identifier les faiblesses de cette approche, et d'identifier les forces qui ont activement critiqué ou soutenu le concept.

Cependant, il est difficile de dire avec quel sérieux ces forces particulières en Turquie s'attendaient à entrer en Afghanistan - et comment elles représentaient exactement leur présence. Il est possible que l'expérience de l'utilisation des Frères musulmans en Libye ait incité la Turquie à appliquer la même méthodologie de force par procuration (sous la direction directe des supérieurs turcs) en Afghanistan également. Mais le développement de cette histoire a montré certaines inadéquations entre le désir et la capacité.

two-states-flags-turkey-afghanistan-high-quality-business-background-d-illustration-flags-turkey-afghanistan-179328518.jpg

Mohammad Naeem, président du Politburo des Talibans, a accordé une interview à la chaîne de télévision kurde Rudav le 3 juillet 2021. A la question "Que pensez-vous de la nouvelle selon laquelle la Turquie aurait hérité des bases américaines et d'un aéroport en Afghanistan ? Comme vous le savez, il y a des pourparlers entre les États-Unis et la Turquie sur cette question", il a répondu comme suit :

"La question des troupes étrangères et de leur retrait a déjà été finalisée. Selon notre traité, toutes les forces doivent être retirées, sauf les missions diplomatiques. Cette question a été finalisée. Tous ceux qui veulent rester dans notre pays, nous les considérerons définitivement comme des envahisseurs. Ils ne devraient pas rester ici avec la force militaire. Cependant, nous aurons de bonnes relations avec chacun d'entre eux... Nous attendons un soutien international des pays voisins et régionaux. Nos relations avec les autres pays seront bonnes, mais la présence de forces étrangères est totalement rejetée."

Le porte-parole des talibans a donné une réponse évasive. D'une part, il a rejeté la présence militaire de quiconque, mais d'autre part, il n'a ni confirmé ni nié l'éventuelle participation future de la Turquie à la sécurisation de divers sites en Afghanistan. La présence militaire peut être différente de la mise en œuvre de mesures de sécurité, y compris celles dans lesquelles les talibans eux-mêmes ont un intérêt. Puisque, théoriquement, les Talibans peuvent faire appel à des forces extérieures pour n'importe quelle tâche.

Mais la position américaine sur le retrait et la poursuite de la coopération avec les autorités afghanes officielles donne une image plus claire.

Lors d'une conférence de presse du 2 juillet 2021, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré :

"Dans le cadre de notre processus de retrait en cours, le secrétaire à la défense a approuvé un plan visant à transférer le commandement de notre mission en Afghanistan du général Scott Miller au général Frank McKenzie. Ce transfert devrait prendre effet à la fin de ce mois.

Le général McKenzie conservera toute son autorité en tant que commandant des forces américaines en Afghanistan. Il continuera d'exercer son autorité pour mener toute opération antiterroriste nécessaire à la protection du territoire national contre les menaces émanant de l'Afghanistan.

Servicemen_of_the_Turkish_Special_Forces_Command,_led_by_the_Captain_Harun_Ergin_3.jpg

Et il dirigera les efforts des États-Unis pour développer des options de soutien logistique, financier et technique pour les forces afghanes une fois que notre retrait sera terminé. Dans le cadre de ce nouvel accord, le secrétaire d'État a également approuvé la création de la force avancée américaine en Afghanistan, qui sera dirigée par le contre-amiral de la marine Peter Waisley. Le commandement du contre-amiral Waisley sera basé à Kaboul et sera soutenu par le brigadier général Curtis Buzzard, qui dirigera la Direction de la sécurité de la défense en Afghanistan.

Ce bureau sera basé au Qatar et fournira un soutien financier aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes, y compris, à terme, un soutien pour la maintenance des avions. Ce changement de structure et de direction et le transfert aujourd'hui de la base aérienne de Bagram aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes sont des étapes clés de notre processus de retrait, qui reflètent une présence militaire américaine plus réduite en Afghanistan.

Cette présence continuera à se concentrer sur quatre points au cours de la période à venir. Premièrement, protéger notre présence diplomatique dans le pays. Deuxièmement, le soutien aux exigences de sécurité à l'aéroport international Hamid Karzai. Troisièmement, des conseils et une assistance permanente aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes, selon les besoins. Et quatrièmement, le soutien à nos efforts de lutte contre le terrorisme."

La décision de créer ce commandement supplémentaire a été prise par le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, le même jour, le 2 juillet. Il convient de noter que la semaine dernière, le chef du Pentagone s'est rendu au Tadjikistan et en Ouzbékistan, où il a discuté des questions de sécurité régionale et de la coopération avec l'armée américaine.

Nous constatons donc que le contingent américain limité restera en Afghanistan après tout. On ignore si cela s'inscrit dans le cadre des accords conclus avec les talibans (par exemple, autoriser la présence de missions diplomatiques pourrait automatiquement signifier disposer de personnel spécialisé pour assurer la sécurité de ces missions).

L'équipe du contre-amiral Weasley serait au moins à Kaboul, comme indiqué officiellement. Il est possible que les États-Unis et les autorités officielles qu'ils soutiennent tentent de créer une ceinture de sécurité stable autour de Kaboul et des zones spéciales supplémentaires à l'intérieur de la capitale, comme cela a été fait lors de l'occupation de Bagdad en Irak.

La chef de la Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA), Deborah Lyons, a rencontré l'équipe de négociation des Talibans à Doha le 6 juillet. Les deux parties ont convenu que les pourparlers de paix devaient être la seule solution pour un règlement politique en Afghanistan. Cependant, la veille, les Talibans avaient pris le contrôle de la frontière nord du pays en combattant, montrant ainsi exactement le type de politique qu'ils poursuivaient. La situation reste tendue, et si la violence s'intensifie, des milliers de nouveaux réfugiés sont prêts à se déverser dans les pays voisins, à savoir l'Iran, le Pakistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan.

mercredi, 30 juin 2021

La politique des interdictions en Turquie

c300b3b_933200860-269834.jpg

La politique des interdictions en Turquie

Ex: https://katehon.com/ru/article/politika-zapretov-v-turcii

Système constitutionnel et juridique et opposition
Lutte entre partis et épuration politique

Le 2 mars 2021, le bureau du procureur général de Turquie a lancé une enquête sur le "Parti démocratique du peuple" (PDP). L'initiateur était Devlet Bahçeli, président du "Parti du mouvement nationaliste" (MNP), un parti d'extrême droite. Le PDP a changé sa politique peu avant le coup d'État militaire manqué du 15 juillet 2016. Il est passé du statut d'opposant au président actuel Recep Tayyip Erdoğan et au système présidentiel qu'il soutenait à celui de défenseur le plus acharné du nouveau régime politique et d'allié d'Erdoğan.

Le 11 décembre 2020, Bahceli a publiquement exigé que le procureur général enquête sur la possibilité d'interdire le PDP et a déposé une demande d'éviction des partis kurdes de la scène politique. Environ trois mois plus tard, le bureau du procureur a accédé aux demandes de Bahçeli. Le 17 mars, il a déposé une demande d'interdiction du parti auprès de la Cour constitutionnelle. Le procureur général a également demandé que 687 responsables du PDP soient interdits d'activités politiques pendant cinq ans. Cela aurait exclu de la politique la quasi-totalité des dirigeants et des militants du PDP, fermant ainsi les canaux politiques de discussion et de résolution de la question kurde pour les années à venir.

Le 31 mars, la Cour constitutionnelle a rejeté la demande en raison de vices de procédure. Cependant, le 6 juin, le bureau du procureur général a annoncé qu'il avait déposé une autre requête pour interdire le parti. Cette démarche, visant à interdire la politique kurde civile, risque d'accroître l'activité du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), illégal et radical, et de débloquer activement le conflit kurde.

Afin de comprendre le contexte de la déclaration d'interdiction actuelle, il est nécessaire d'examiner de plus près l'histoire des partis politiques dans ce pays. Avant 1961, les partis avaient le statut d'association. Ils pouvaient donc être interdits par les tribunaux civils à la demande du pouvoir exécutif. Seule la Constitution de 1961 a conféré aux partis un statut constitutionnel : ils ont été définis comme des composantes à part entière de la vie politique démocratique. Après cela, ils ne pouvaient être interdits que par une décision de la Cour constitutionnelle sur demande du parquet général. Officiellement, le pouvoir exécutif n'a joué aucun rôle dans la procédure d'interdiction des partis depuis lors. Cette procédure a été largement conservée dans la Constitution de 1982. Dans le même temps, 25 partis ont été interdits en Turquie depuis la création de la Cour constitutionnelle en 1961, soit plus que dans tous les autres pays membres du Conseil de l'Europe.

Des partis interdits par la Cour constitutionnelle de Turquie

La Cour constitutionnelle a interdit le Parti de l'ordre national (MNP, unanimité) en 1971, le Parti de la paix intérieure (HP, 10 contre 5) en 1983, le Parti du bien-être (RP, 9 contre 2) en 1998 et le Parti de la vertu (FP, 8 contre 3) en 2001 pour violation du principe de laïcité. En 2008, le parti actuellement au pouvoir, le "Parti de la Justice et du Développement" (AKP, 5 contre 6), a échappé à l'interdiction.

Les partis suivants ont été interdits pour cause de séparatisme : "Parti des travailleurs de Turquie" (TIP, unanimité) en 1971 ; "Parti des travailleurs turcs" (TEP, unanimité) en 1980 ; "Parti communiste unifié de Turquie" (TBKP-T, unanimité) en 1991 ; "Parti socialiste" (SP, 10 contre 1) en 1992 ; "Parti populaire des travailleurs" (HEP, 10 contre 1), "Parti de la liberté et de la démocratie" (ÖZDEP, unanimité) et "Parti socialiste de Turquie" (STP, unanimité) en 1993 ; "Parti démocratique" (DEP, unanimité) en 1994 ; "Parti de l'unité socialiste" (SBP, unanimité) en 1995 ; "Parti du changement démocratique" (DDP, 10 contre 1) en 1996 ; "Parti du travail" (EMER, unanimité) en 1997 ; Le "Parti démocratique de masse" (DKP - Kurdes libéraux, 6 contre 5) en 1999 ; le "Parti démocratique du peuple" (HADEP, unanime) en 2003 ; et plus récemment, le "Parti de la société démocratique" (DTP, unanime) en 2009.

Des interdictions pour des raisons formelles ont été imposées au "Parti des agriculteurs et des travailleurs" (IÇP, à l'unanimité) en 1968 ; au "Parti de l'idéal progressiste de Turquie" (TIÜP, à l'unanimité) en 1971 ; au "Parti de la Grande Anatolie" (BAP, à l'unanimité) en 1972 ; "Parti républicain du peuple" (CHP, unanimité) en 1991 ; "Parti vert" (YP, 10 contre 1) et "Parti démocratique" (DP, unanimité) en 1994 ; et, plus récemment, "Parti de la renaissance" (DIRIP, unanimité) en 1997.

L'UE et la pression démocratique

Dans les démocraties, les partis politiques ne peuvent être interdits que pour des actions qui s'opposent activement à l'ordre constitutionnel ou menacent l'intégrité territoriale de l'État. La simple existence de lois ou de programmes incompatibles avec la constitution n'est pas une raison suffisante. En vertu du droit sanctionné par la Cour européenne des droits de l'homme, et conformément aux recommandations de la Commission de Venise, la procédure d'interdiction d'un parti doit établir que celui-ci utilise la violence comme moyen politique pour atteindre ses objectifs ou, à tout le moins, qu'il considère l'usage de la violence comme licite. Les partis ne peuvent pas non plus s'attendre à ce que la Cour européenne des droits de l'homme intervienne pour leur défense s'ils recherchent un ordre politique fondamentalement contraire à la constitution démocratique telle que prévue par la Convention européenne des droits de l'homme. Car "la démocratie, l'État de droit et les droits de l'homme" sont les trois piliers de l'ordre politique général en Europe.

cour-europeenne-droits-homme-strasbourg.jpg

Une grande partie de la législation de la Cour européenne des droits de l'homme interdisant les partis politiques a été élaborée sur la base d'affaires turques portées devant la Cour après 1990, lorsque la Turquie a reconnu la compétence obligatoire de la Cour. À ce jour, la Cour a entendu sept appels. À l'exception de l'affaire du "Parti de la charité islamiste" (PP), la Cour européenne des droits de l'homme a estimé que la Cour constitutionnelle turque avait violé la Convention dans tous les cas.

En Turquie, les partis ont été interdits principalement pour leur séparatisme et leurs violations du principe de laïcité ; dans certains cas, des interdictions ont également été imposées pour des raisons purement formelles. Malgré toutes ces interdictions, il était fondamentalement impossible de vérifier si le parti politique accusé légitimait la violence et la terreur ou l'utilisait comme méthode et outil.

Toutefois, la Constitution turque définit d'autres motifs d'interdiction des partis politiques que le séparatisme et la violation de la laïcité : les violations des principes de la démocratie, des droits de l'homme et de l'État de droit ainsi que la propagande visant à instaurer une dictature (article 68/4). Jusqu'à présent, pas une seule proposition d'interdiction d'un parti politique n'a été justifiée par ces motifs, alors que ces principes font partie des caractéristiques immuables de la République et sont protégés dans la Constitution par des clauses dites "de perpétuité". Toutefois, le fait qu'aucune déclaration d'interdiction n'ait été fondée sur ces raisons ne signifie pas que ces principes ne sont pas menacés. Néanmoins, ce ne sont pas les principales défenses des conflits politiques - il ne s'agit pas principalement d'un affrontement sur une plus ou moins grande démocratie, le respect des droits de l'homme ou l'état de droit. Au lieu de cela, la lutte politique était (et est toujours) généralement axée sur la laïcité et le séparatisme.

L'interdiction des partis accusés de séparatisme est généralement votée à l'unanimité par la Cour constitutionnelle. Lors de l'interdiction des partis islamistes, les juges ont généralement obtenu un maximum de 9 voix favorables sur 11. Cela démontre qu'il existe un consensus social considérable pour rejeter les demandes kurdes de droits des minorités, considérées comme séparatistes, alors qu'il existe un désaccord sur le rôle de la religion dans la société et la politique, c'est-à-dire sur la laïcité.
Instrumentalisation des interdictions politiques

Au niveau constitutionnel, l'interdiction des partis a été rendue plus difficile en 2001 en vue des négociations d'adhésion à l'UE. Les raisons d'une interdiction ont été limitées dans leur portée, et le quorum pour une interdiction a été augmenté à 3/5 du nombre de juges. C'est grâce à ces changements que l'AKP a évité d'être interdit en 2008, bien que le tribunal l'ait déclaré "centre d'activités anti-laïques". Lors de l'amendement constitutionnel de 2010, le quorum pour l'interdiction des partis a de nouveau été porté à 2/3, ce qui correspond à 10 juges sur 15.

Les amendements constitutionnels de 2010 ont mis fin à la domination de l'armée sur la politique civile et ont apaisé les tensions entre la religion et l'État au niveau constitutionnel, mais pas social. Cependant, les espoirs de voir s'instaurer un ordre constitutionnel démocratique et de voir lever les interdictions de partis n'ont pas été satisfaits.

Cela s'explique principalement par le fait que le camp gouvernemental, confronté à une diminution rapide du soutien social, a l'intention d'utiliser à nouveau cet outil politique pour se maintenir au pouvoir. Les manifestations visant à protéger le parc Gezi à Istanbul, qui se sont transformées en protestations à l'échelle nationale en 2013, ont été accompagnées fin 2013 d'enquêtes sur la corruption de membres du gouvernement par des personnes fidèles au prédicateur Fethullah Gulen ; ces deux événements ont montré à quel point le gouvernement de l'actuel président Erdoğan était déjà fragile à l'époque. Lors des élections législatives du 7 juin 2015, l'AKP a perdu la majorité absolue pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir treize ans plus tôt, en 2002.

Pour éviter d'avoir à partager le pouvoir, Erdoğan a renoncé à une coalition avec le Parti républicain populaire (PRP) qui aurait pu conduire à une plus grande démocratisation et normalisation. Au lieu de cela, il a conclu une alliance non officielle avec le "Parti du mouvement nationaliste" (MNP), un parti d'extrême droite. En conséquence, les pourparlers de paix avec le "Parti des travailleurs du Kurdistan" (PKK) illégal ont été déclarés un échec, le parlement a été dissous et de nouvelles élections ont été convoquées. Le camp gouvernemental a qualifié le Parti démocratique populaire pro-kurde, qui avait servi de médiateur dans les négociations du gouvernement avec le PKK, de mandataire du PKK terroriste et a déclaré ses politiciens comme terroristes. L'annonce actuelle de l'interdiction du parti n'a donc pas été une surprise.

Implications

Il est peu probable que les électeurs kurdes, en particulier, considèrent cette annonce comme légitime. Ils l'interpréteront sans doute comme le signe que leurs élus sont pénalement responsables, même s'ils ne recourent pas à la violence mais soutiennent la démocratie. Le risque est grand que les Kurdes aient encore moins le sentiment d'appartenir à la Turquie et que certains d'entre eux se tournent à nouveau vers des mesures radicales. Cela pourrait toucher le secteur social, l'économie et avoir des répercussions politiques. L'Occident utilisera instantanément la situation pour faire pression sur les dirigeants de la Turquie. Il est évident que les exigences des États-Unis et de l'Union européenne ne porteront pas uniquement sur la question de la participation politique des Kurdes dans le pays. Washington et Bruxelles tenteront également de regrouper leurs intérêts géopolitiques, notamment les relations avec la Russie et l'activité de la Turquie au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et dans le Caucase du Sud.

 

10:25 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, turquie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 25 juin 2021

L'Islam a découvert l'Amérique et y prépare le "logement" des Frères musulmans

thumbs_b_c_a0790a21cc7c59f1b83ff1f07c83840f.jpg

L'Islam a découvert l'Amérique et y prépare le "logement" des Frères musulmans

Gaston Pardo

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a maintenu en public, le 18 novembre 2014, sa thèse selon laquelle les musulmans ont découver l'Amérique. L'homme d'État turc est convaincu que "les musulmans ont fait cette découverte en 1178". Au 12ème siècle. Presque trois siècles avant Christophe Colomb. Erdogan invoque à l'appui de sa thèse historique "que de nombreux scientifiques très respectés en Turquie et dans le monde" sont les garants de sa déclaration.

En même temps, il regrette que de nombreux croyants n'aient pas confiance en eux. Une proclamation comme celle d'Erdogan ne peut avoir qu'un seul but : établir un droit d'occupation en faveur de l'islam sur des terres aujourd'hui sous la domination des descendants des guerriers chrétiens qui ont combattu, sans succès, les musulmans lors des croisades.

Les croisades étaient des mobilisations de masse au sein desquelles il y avait quelques guerriers, et d'autres qui étaient surtout des aventuriers attirés par la promesse qu'ils seraient autorisés à piller les lieux qu'ils occupaient, comme ils le firent d'ailleurs à divers endroits de Byzance. Leur but était de sauver un tombeau vide à Jérusalem.

Erdogan et les Frères musulmans en Afrique

Une cellule clandestine des Frères musulmans égyptiens, une organisation qui s'est développée illégalement en Afrique du Nord, a été localisée au Soudan en février 2020 ; elle prévoyait de mener des opérations clandestines à Khartoum, la capitale de ce pays. De même, au Caire, la capitale de l'Égypte, un ressortissant égyptien a avoué avoir réussi à entrer au Soudan avec deux passeports syriens qui lui avaient été remis par des fonctionnaires turcs.

3456385187.jpg

Les terroristes étaient liés à d'anciens députés égyptiens appartenant aux Frères musulmans, dont Gamal Hanafi, Yasser Hasanein et Abdul Hadi Shalabi, qui faisaient partie du gouvernement égyptien renversé en 2013.

Selon les autorités soudanaises, les membres égyptiens des Frères musulmans sont arrivés sur le sol soudanais en provenance de Turquie. Les cerveaux de leurs opérations étaient Muhamed Abdul Malik al-Haluji, mort en Turquie en novembre 2019, et Mohamed al-Buhairi, le directeur égyptien des opérations de la confrérie en Afrique. Il a apparemment des vues sur l'autre côté de l'Atlantique depuis un poste d’observation libyen.

Le réseau Buhairi au Soudan

Buhairi, 77 ans, est une figure centrale de l'organisation mondiale des Frères musulmans, recherchée par les services de sécurité égyptiens depuis l'époque de Gamal Abdel Nasser (dirigeant du pays entre 1952 et 1970). Il est arrivé au Soudan dans les années 1990. Dans quel contexte ? Celui de l'organisation fondée en 1928 à Ismaïlia, en Égypte, par le professeur Hassan al-Banna, soit la confrérie des Frères musulmans (FM), qui mène aujourd'hui des activités militantes dans plus de 70 pays (Soudan, Jordanie, Syrie, Palestine, Maghreb, Libye), est l'une des plus anciennes et des plus importantes organisations islamistes sunnites au monde.

S'il n'est pas souhaitable de condamner en bloc ses membres, il faut en revanche qu'un fait historique doit rester ancré dans notre mémoire politique: les rêves d'Al-Banna en 1928, peuvent se réaliser aujourd'hui en faisant régner sur terre une théocratie globale fondée exclusivement sur la loi islamique (charia) et sur un califat islamique qui englobera d'abord les pays arabes, puis les disciples de Mahomet dans le monde. Et enfin le monde entier.

Contexte

Après la "révolution égyptienne" de 1919, le Royaume-Uni a reconnu l'indépendance de l'Égypte en 1922. Fouad Ier adopte alors le titre de "roi d'Égypte". Et lorsque, le 19 avril 1923, on discute de la première constitution, qui contient certains des fondements d'un État moderne, les Égyptiens, pour montrer l'importance du document, déclarent que "la Constitution est notre Coran".

Ce à quoi Hassan al-Banna répond: « Non! Le Coran est notre Constitution. Le Prophète Mohamed est notre chef, le Jihad est notre chemin, et la mort pour la gloire d'Allah est notre plus belle aspiration. (...) La nation se lève avec la prière et ne renaîtra que sous l'impulsion de la charia islamique ».

118656907.jpegPour Hassan-al-Banna (photo), le fondateur des Frères musulmans, et son point de vue est partagé aujourd'hui par les tendances wahhabites en Arabie saoudite, tous les États laïques doivent être démantelés.

Un processus continu

Les efforts d'unification du leader turc

Erdogan a réalisé des investissements pro-Bechir qui ont conduit à la signature d'accords militaires et de renseignement avec le Soudan en mai 2011. Les deux parties se sont engagées à coopérer en matière de formation militaire, de communications et de recherche technologique. En décembre 2017, Erdogan s'est rendu au Soudan pour créer le Conseil de coopération stratégique de haut niveau, ce qui a conduit à la signature de douze accords, comme la location de l'île soudanaise de Suakin à la Turquie.

En avril 2019, Erdogan tourne ses sympathies vers l'opposition clandestine soudanaise, bien encadrée par les Frères. Et comme en Égypte et en Syrie, Erdogan a déclaré que s'il ne pouvait pas prendre le contrôle de l'État soudanais, il le détruirait.

Défections dans le cercle intime d'Erdogan

Ibrahim Kalin, l'un des principaux conseillers d'Erdogan, et l'homme d'affaires turc Abdulah Tivnikli, ont déploré le fait que les manifestants de la Confrérie se soient retirés en Égypte, tandis que Tivnikli a déploré que le mouvement Hamas à Gaza, qui est un autre allié d'Erdogan, pourrait être la prochaine victime des Frères dans la région arabe.

Le chef de l'organisation terroriste imaginaire Al-Qaida a appelé les musulmans du monde entier à commettre de nouvelles attaques. Pour Ayman Al-Zawahiri, les cibles des djihadistes doivent être des Américains, des Européens, des Israéliens ou des Russes. Ça n'a pas d'importance.

Al-Qaïda semble être un moteur capable de mobiliser ses cellules dans le monde entier.

Le professeur Xavier Raufer est le plus grand expert occidental en matière de terrorisme. On a commencé à parler d'Al-Qaida dans les instances gouvernementales américaines peu après les attentats contre les tours jumelles de New York en septembre 2001. Oussama ben Laden était considéré comme le chef du groupe, même si, bien que le magnat saoudien y ait été actif, il n'a jamais prétendu en être membre. Le groupe est resté silencieux alors que l'Émirat islamique était actif. Récemment, le groupe "terroriste" renaissant, qui n'a jamais été mentionné par Oussama, a jeté l'anathème sur l'État d'Israël.

Tout a un sens dans le projet musulman ottoman

Le 24 juillet 1923, le traité de Lausanne annule le traité de Sèvres et crée la Turquie moderne en respectant les exigences de Mustafa Kemal Ataturk, qui ordonne la restauration de Sainte-Sophie et l'offre à l'humanité, transformant le temple en musée en 1934.

Mais le 24 juillet 2020, précisément à l'occasion de l'anniversaire du traité de Lausanne, le président turc Recep Tayyip Erdogan a transformé l'ancienne cathédrale de l'Empire romain d'Orient, la seconde Rome, en mosquée.

KFRAN3YYYD7WK674OWTJDCQW6Q.jpg

On peut voir à travers l'histoire comment les religions ont changé de caractère et, si l'on remonte au Moyen Âge, le christianisme s'avérerait être la religion la plus violente à la surface de la terre, celle qui a le plus persécuté les "autres". L'Islam a été beaucoup plus tolérant (...). Ce qui montre simplement que les religions n'ont pas une fonction permanente de violence ou de paix". C’est Nadia Gost (Khost), universitaire syrienne, qui a fait cette déclaration parue par voie de presse le 20 juin 2013. Elle a été rééditée en 2020 sur le site Arret sur info.

Évoquant le riche patrimoine culturel de son pays et ses traditions de tolérance religieuse, Nadia Gost/Khost rappelle qu'il fait partie intégrante du tissu humain social arabe. Pendant ce temps, le nettoyage ethnique et religieux est une étape du projet israélo-occidental visant à diviser la Syrie en mini-États religieux et nationalistes.

D'une pierre deux coups l'intellectuelle Gost/Khost démontre que la guerre qui démantèle la Syrie n'est pas confessionnelle, mais une dévastation qui dépend de l'emploi de mercenaires fanatiques enrôlés par Israël, l'Occident et leurs alliés du Golfe pour démembrer un pays qui leur offre une forme nette de résistance.

"Cette citation de l'universitaire syrienne elle-même soulève une question: que signifie le Jihad (guerre sainte) et quelle est sa place, quelle est sa relation avec les forces influentes du système mondial? Le Jihad signifie-t-il la résistance aux forces impérialistes, aux côtés des aspirations populaires et d'un projet politique, social et culturel? Ou se sépare-t-il du peuple, en réalisant des projets étrangers financés par des fonds étrangers?

Le christianisme, fille de l'Orient

AVT_Nadia-Khost_6694.jpgSelon notre auteur, Nadia Khost (photo), les colonialistes occidentaux sont le pilier du christianisme, et le christianisme: la réalisation du projet israélo-occidental et le déchaînement de bandes extrémistes contre la population dont l'activité défigure la religion musulmane, de telle sorte que les nations syrienne et irakienne s'éloignent de l'histoire et de la tradition arabes: de la recommandation d'Omar ibn al Gatab ; de la défense par Saladin Ayubide des chrétiens de Jérusalem ; ainsi que du premier État arabe (Omeyyade).

Bilad el Cham, désigne la région qui couvre le territoire des États actuels de Syrie, y compris le dit Sandjak d'Alexandrette (la partie annexée par la Turquie), la Jordanie, le Liban, la Palestine occupée et une partie de l'Irak. Dans l'histoire du Moyen-Orient, dont il existe de nombreuses versions, la région de Bilad el-Cham est considérée comme le berceau de l'islam et du christianisme. Et cette conviction des historiens arabes permet au chef de l'Etat turc de s'arroger des droits indiscutables. Oui, indiscutable car ajoutant la thèse de la découverte de l'Amérique par les musulmans au 12ème siècle à la recherche d'une origine commune du christianisme et de l'islam dans le Bilad el Cham.

L'Amérique latine face à l'Islam

L'augmentation éventuelle des migrations islamistes vers l'Europe et l'Amérique ne doit pas être considérée comme comparativement indésirable, mais seulement comme une tentative de dompter les élites locales de ces deux régions du monde, qualifiées d'"Occident". Les élites qui agissent dans ces domaines sont de moins en moins ancrées dans la population et sont qualifiées d'"élites sans peuple". Les Etats américains ne doivent pas opposer aux migrations islamiques la vision européenne.

Sur le Vieux Continent, les élites paient par l'internement de millions de migrants les ravages causés aux peuples périphériques par le génocide et pour avoir déclaré les territoires conquis comme territoires d'outre-mer et leurs habitants comme sujets coloniaux. En Amérique, comme nous l'avons vu avec les colonisations espagnole, anglaise et portugaise, dont les protagonistes ont agi différemment des autres sujets européens, la colonisation a été réalisée sur la pratique intense du génocide et sa population n'a jamais été considérée comme un outre-mer dérivé de diverses métropoles.

L'Islam peut être une solution en Amérique, entre autres parce que personne ne s'oppose, pour l'instant, à son implantation et à la propagation de sa doctrine. En outre, il est inadmissible qu'en Amérique nous nous engagions dans une querelle avec l'Islam, car il n'est pas dans notre intérêt d'être une seconde partie dans le conflit d'un autre.

Note : L'installation par les Britanniques au Québec de contingents de membres des Frères musulmans, rejetés en principe par la population francophone, est appelée un accommodement.

 

lundi, 24 mai 2021

Les Balkans, Trotsky, Parvus et les Jeunes Turcs

arton743.png

Les Balkans, Trotsky, Parvus et les Jeunes Turcs

Par Gaston Pardo

Entre 1910 et 1914, Léon Trotsky a été le premier analyste des situations complexes qui ont tiré la sonnette d'alarme face à la fragmentation politique des composantes nationales que l'Angleterre et l'Allemagne, fondamentalement, avaient contribué à enfermer dans des frontières "sûres".

Le résultat de l'analyse de Trotsky conduit à l'étude des Balkans, qui entrent dans un processus de désintégration dû aux confrontations entre ses composantes, ce qui, par ailleurs, est analysé par Olga Petrovich dans son livre Realpolitik vs Moralpolitik. Ce document date de 1991, lorsque l'embrasement du territoire des Balkans a commencé.

Cet essai nous permet d'apprendre en détail le génocide ethnique, linguistique et religieux des peuples des Balkans dû aux initiatives de l'OTAN au cours des 30 dernières années, entre la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle.

705px-Le_Petit_Journal_Balkan_Crisis_(1908).jpg

La manipulation des composantes géopolitiques et géostratégiques de la Turquie conduit à une tentative qui semblait alors définitive de démanteler l'empire fondé par Osman I au XIVe siècle et agrandi par son descendant de sang, Mehmet II, 120 ans plus tard. Les services secrets britanniques et la franc-maçonnerie se sont associés dans les Balkans pour effacer de la mémoire des Turcs le souvenir de leur empire avec le projet conspirateur des Jeunes Turcs, qui était soutenu par les communistes russes.

Trotsky écrit :

1.La "conspiration" de l'Autriche et de la Bulgarie

Sous le prétexte d'une grève des chemins de fer, le prince Ferdinand de Bulgarie s'est emparé de la ligne de Roumélie orientale, jusqu'alors propriété des capitalistes autrichiens. Afin de défendre ses intérêts, le gouvernement de Vienne a immédiatement émis une protestation modérée.

Bulgaria_dopo_Santo_Stefano.png

Et pourtant, les calomniateurs avaient raison. Tant l'appropriation du chemin de fer austro-turc que la protestation autrichienne étaient des éléments d'une conspiration entre les gouvernements autrichien et bulgare. Ce fait est devenu évident en deux ou trois jours. Le 5 octobre 1908, la Bulgarie proclame son indépendance et deux jours plus tard, l'Autriche-Hongrie annonce l'annexion de la Bosnie-Herzégovine. Ces deux actions constituent des violations du traité de Berlin, même si elles n'ont rien changé à la carte politique de l'Europe.

Les États qui forment aujourd'hui la péninsule des Balkans ont été créés par la diplomatie européenne lors de la conférence de Berlin de 1879. Lors de cette conférence, toutes les mesures ont été prises pour transformer la diversité nationale des Balkans en un enchevêtrement de petits États. Aucun d'entre eux ne pouvait s'étendre au-delà d'une certaine limite. Chacun d'entre eux, contraint par ses propres liens diplomatiques et dynastiques, s'oppose à tous les autres. Et enfin, tous demeurent impuissants face aux machinations et intrigues constantes des grandes puissances européennes.

Les territoires peuplés de Bulgares sont séparés de la Turquie par cette conférence et transformés en principautés vassales. Cependant, la Roumélie orientale, dont la population est presque entièrement bulgare, reste attachée à la Turquie. La révolte qui secoue ces territoires en 1885 modifie le partage effectué par les diplomates de la conférence de Berlin et, contre la volonté du tsar Alexandre II, la Roumélie orientale est séparée "de facto" de la Turquie et devient la Bulgarie du Sud.

L'annexion par l'Autriche des deux anciennes provinces turques et de l'Herzégovine n'a pas vraiment modifié les frontières des deux États. Les exclamations hystériques de la presse patriotique slavophile russe dénonçant la violence autrichienne contre les Slaves ne peuvent changer le fait que ces provinces avaient été remises à la monarchie des Habsbourg plus de trente ans auparavant par la Russie elle-même. Il s'agit du paiement que l'Autriche a reçu, à la suite de l'accord secret de 1876 avec le gouvernement d'Alexandre II, en récompense de sa neutralité pendant la guerre russo-turque de 1877.

La conférence de Berlin de 1879 n'a fait que confirmer le droit de l'Autriche à occuper ces provinces pour une période indéterminée. Et le gouvernement tsariste a reçu - en échange des deux provinces slaves prises par l'Autriche à la Turquie - la Bessarabie moldave ôtée à la Roumanie.

Carte-postale-turque-1908.jpg

2. La nouvelle Turquie est confrontée à de vieilles difficultés.

La révolution n'a pas encore fait renaître le pays, mais elle a créé les conditions de sa renaissance. La Bulgarie et l'Autriche sont menacées par le danger réel ou apparent que la Turquie veuille et puisse transformer la fiction en réalité. Cela explique la précipitation, marquée par la panique, avec laquelle Ferdinand s'empare de la couronne tandis que François-Joseph étend les domaines soumis à la sienne.

Sanjak_of_Novibazar.png

Un simple coup d'œil sur la carte des Balkans suffit à montrer l'importance de la région de Novibazar - une étroite bande de terre appartenant à la Turquie mais peuplée de Serbes et occupée par les troupes autrichiennes à la suite du traité de Berlin. D'une part, elle est comme un coin entre les deux parties de la "vieille Serbie", c'est-à-dire la Serbie proprement dite et le Monténégro; d'autre part, elle constitue un pont entre l'Autriche et la Macédoine. Une ligne ferroviaire la traversant (pour laquelle l'Autriche avait obtenu une concession dans les derniers jours de l'existence de l'ancien régime turc) relierait la ligne austro-bosniaque à la ligne turco-macédonienne.

Et de cette façon, la Turquie n'a rien perdu, au contraire, elle a récupéré une province dont l'avenir était pour le moins douteux. Si elle a réagi par une protestation aussi vigoureuse, c'est qu'après la longue série de discours de bienvenue au nouveau régime, elle reconnaissait une fois de plus sans masque les mâchoires avides de l'impérialisme européen.

La révolution a sapé l'influence des Hohenzollern à Constantinople, jeté les bases du développement d'une industrie turque "nationale" et remis en question les concessions allemandes, obtenues par la corruption et les intrigues capitalistes. Le gouvernement de Berlin a décidé de se retirer temporairement et de se tenir prêt.

La Grande-Bretagne, pour sa part, exprime des sentiments amicaux à l'égard du nouveau régime dans la même mesure où il a affaibli la position de l'Allemagne dans les Balkans. Dans le contexte de la lutte entre les deux grandes puissances européennes, les "Jeunes Turcs" ont naturellement cherché des soutiens et des "amis" sur les rives de la Tamise.

Map_of_the_Dardanelles_(1904).jpg

Comme nous l'avons déjà dit, la Turquie a toutes les raisons de craindre que la remise en cause de ses droits fictifs par la Bulgarie et l'Autriche s'accompagne d'attaques contre ses propres intérêts. Pourtant, elle n'a pas pris le risque de tirer son épée en se contentant de faire appel aux pouvoirs du Congrès de Berlin. Il ne fait aucun doute qu'une guerre populaire déclarée à l'initiative des "Jeunes Turcs" rendrait leur pouvoir indestructible puisqu'il est lié au rôle de l'armée. Mais c'est à la condition que la guerre soit victorieuse.

Un tel objectif ne mérite pas une guerre. La récupération de la Roumélie orientale? Cela ne renforcerait pas la Turquie mais les tendances centrifuges, déjà importantes en soi, que le nouveau régime tente de surmonter. Les éléments réactionnaires, qui n'ont de toute façon rien à perdre, ont déclenché une vive agitation en faveur de la guerre et, si l'on en juge par les dépêches en provenance de Constantinople, ont réussi à affaiblir l'influence du gouvernement et du comité des "Jeunes Turcs".

L'influence de la paysannerie sur le développement des événements en Turquie est peut-être incomparablement plus grande. La paysannerie, dont un cinquième est sans terre, soumise à un régime de semi-servage, enfermée dans les filets de l'usure, exige de l'Etat des mesures agraires fondamentales. Cependant, seuls le parti arménien "Dashnaktsutiun" et le groupe bulgare-macédonien dirigé par Sandansky poursuivent un programme agraire plus ou moins radical.

3. Intrigues pour une compensation "désintéressée".

L'ennemi le plus perfide de la nouvelle Turquie est sans conteste la Russie tsariste. Le Japon a repoussé la Russie sur les rives du Pacifique et maintenant une Turquie forte menace de l'expulser des Balkans. Une Turquie consolidée sur des bases démocratiques deviendrait un centre d'attraction pour l'ensemble du Caucase et pas seulement pour les musulmans. Liée à la Perse par la religion, la Turquie pourrait expulser la Russie de ce pays et devenir une menace sérieuse pour les possessions russes en Asie centrale.

St. Petersburg est prêt à frapper la Turquie de toutes les manières possibles. Le semi-consentement à l'annexion de la Bosnie-Herzégovine qu'Izvolsky (ministre russe des Affaires étrangères) a transmis à Aehrenthal (ministre autrichien des Affaires étrangères) était sans doute dû à un calcul des avantages que la Russie pouvait attendre du désordre dans les Balkans.

unnamedAllfr.jpg

J'ai déjà eu l'occasion d'écrire dans ces mêmes pages que, dans son stade actuel, la diplomatie tsariste manque totalement d'une "idée" unificatrice et peut être définie comme un opportunisme parasitaire. Il se nourrit principalement du conflit entre l'Allemagne et l'Angleterre et est parasite même par rapport à la politique impérialiste des gouvernements capitalistes. Il combine l'alliance avec la France et l'"amitié" envers l'Allemagne, des accords secrets avec Aehrenthal avec des réunions officielles avec Pichon (ministre français).

Pendant les vacances d’été, Miliukov a visité la péninsule des Balkans et est arrivé à la conclusion que tout se passait bien. Avec l'audace qui le caractérise, il a fait remarquer qu'un rapprochement entre la Serbie et la Bulgarie était déjà bien avancé et porterait bientôt ses fruits. Quelques semaines plus tard, cependant, le panslavisme devait subir une expérience désagréable. Que s'est-il passé ? Les Bulgares ont conclu un accord avec l'"ennemi juré des Slaves", l'Autriche, et l'ont aidée à annexer ses provinces peuplées de Serbes.

Qu'est-ce que cela signifie maintenant de trop "céder" ? Deux ans auparavant, ces messieurs se sont rendus à Paris pour s'assurer le soutien des radicaux français contre le tsarisme. Et maintenant, ils font appel au gouvernement tsariste contre une Turquie qui peine à se relancer. Les pertes subies par la Turquie leur ont fourni un prétexte pour exiger une compensation de la Russie aux frais de la Turquie.

4. Hors des Balkans !

La diplomatie russe veut assurer à sa marine la liberté d'entrer en Méditerranée depuis la mer Noire, eaux dans lesquelles elle est confinée depuis plus d'un demi-siècle.

Le Bosphore et les Dardanelles, la route vers la Méditerranée, sont gardés par l'artillerie turque car, en vertu du "mandat" européen, la Turquie est la gardienne des détroits. Tout comme les navires de guerre russes ne peuvent pas quitter la mer Noire, les navires des autres États ne peuvent pas y entrer. La diplomatie tsariste voulait que le verrou soit ouvert, mais seulement pour sa propre flotte.

La Grande-Bretagne ne peut en aucun cas accepter cette demande.

Trotsky a écrit quelques mois plus tard :

La Turquie se situe dans la péninsule des Balkans, au sud-est de l'Europe. Depuis des temps immémoriaux, ce pays symbolise la stagnation, l'immobilisme et le despotisme. Dans ce domaine, le sultan de Constantinople n'est pas à la traîne de son frère de Saint-Pétersbourg, et le devance même. Des peuples de races et de religions différentes (Slaves, Arméniens, Grecs) ont été soumis à des persécutions diaboliques.

Les écoles n'étaient pas nombreuses. Le gouvernement du sultan - qui craint la croissance du prolétariat - ordonne toute une série de mesures qui rendent difficile la création d'usines. Les espions intriguaient partout. Le gaspillage et le détournement de fonds par la bureaucratie du sultan (comme par celle du tsar) ne connaissent aucune limite. Tout cela devait conduire inexorablement à la faillite complète de l'État.

Parvus_Alexander.jpg

Parvus

Aleksandr Lvovich Parvus, né Izráil Lázarevich Guélfand, également écrit Helphand ; en russe, plus connu sous le pseudonyme d'Alexandre Parvus, était un socialiste révolutionnaire né en 1867 en Biélorussie. D'origine juive russe, il s'est installé en Allemagne, où il s'est distingué comme économiste et écrivain marxiste.

Si en 1893 il avait été expulsé de Prusse, en 1898 il est expulsé de Saxe, mais pas avant que Rosa Luxemburg ne lui succède à la tête du journal social-démocrate de Dresde, ce qui signifie pour elle son premier contact avec l'activité journalistique en Allemagne. Après son expulsion, il se rend en Russie avec un faux passeport pour s'informer sur la famine dans la Volga.

Journaliste dans les Balkans

Insatisfait de l'atmosphère politique en Allemagne après la révolution en Russie, il s'installe d'abord à Vienne, puis en 1910 à Constantinople, où il reste cinq ans. Il y a créé une société de commerce d'armes qui devait réaliser des profits substantiels pendant les guerres des Balkans.

Parvus s'est d'abord tourné vers le journalisme, convaincu que la prochaine grande crise européenne se produirait précisément dans les Balkans. Il a d'abord écrit sur les Jeunes Turcs pour la presse allemande, puis a commencé à écrire pour La Jeune Turquie, le journal officiel du nouveau gouvernement turc, dans lequel il analysait l'impact du nouveau phénomène de l'impérialisme d'Europe occidentale sur l'Empire ottoman. Peu à peu, le journalisme a cédé la place aux affaires et à la prospérité économique: Parvus est devenu conseiller d'affaires pour les marchands russes et arméniens.

JTpers.jpg

Les Jeunes Turcs

En 1876, les Jeunes Ottomans, qui adopteront plus tard le nom de Jeunes Turcs, en 1896. Les Jeunes Turcs sont arrivés au pouvoir en 1908 à la suite d'une conspiration maçonnique britannique. C'est à Salonique qu'a été organisée la loge macédonienne Risen, qui était le centre conspirateur du groupe. L'éminence grise était Emmanuel Carasso, un spéculateur italien basé en Turquie.

Carasso a participé à la supervision des denrées alimentaires entrant en Turquie dans le cadre des opérations d'importation. Il a profité des liens internationaux du marchand d'armes et spéculateur Alexander Helphand Parvus.

Tout comme l'agent anglais Urquhart avait encadré Karl Marx dans sa lutte contre le tsarisme russe, Parvus investit de nombreuses ressources dans l'organisation du mouvement révolutionnaire russe dès les mobilisations de 1905, qu'il finance. Son agent est Léon Trotsky, avec qui il élabore la théorie de la révolution permanente, contenue dans le livre qui porte ce nom.

Parvus s'est installé en Turquie en 1908, peu après la révolution Jeune Turc. Avec Carasso, il a formé une société spéculative qui leur a permis d'accumuler l'argent nécessaire pour opérer en Russie. La grande collaboration pour la révolution communiste de 1917 a été gérée par Parvus et les ressources financières ont été remises à Lénine.

Троцкий_-_Балканы_и_Балканская_война_(1926,_обложка).png

Sources de référence :

Executive Intelligence Review, 12 avril 1996

Le renouveau des Jeunes Ottomans, 1910.

Les Balkans, l'Europe capitaliste et le tsarisme. Par Léon Trotsky. Première édition : Prolétaire n° 38 - 01.11.1910

Source : Archives françaises des marxistes Internet Archive 2000

jeudi, 20 mai 2021

Le défi du gaz et de la bande de Gaza

Leviathan-Tamar-to-Egypt.jpg

Le défi du gaz et de la bande de Gaza

Lorenzo Vita

Ex : https://it.insideover.com/politica/sfida-gas-striscia-di-...

Le gaz a changé la géopolitique de la Méditerranée orientale. Et dans la guerre entre Israël et la bande de Gaza, cet élément s'est récemment ajouté, ce qui peut changer, et pas qu'un peu, la perception du conflit à l'échelle régionale. Les attaques que le Hamas menace de mener contre les plates-formes israéliennes du champ de Tamar ont envoyé un message clair: le gaz figure également sur la liste des objectifs stratégiques des miliciens palestiniens. Ce n'est pas un hasard si la marine israélienne équipe depuis quelque temps ses corvettes de Dôme de Fer afin de blinder l'espace aérien à proximité des plateformes offshore, évitant ainsi le risque d'attaques dévastatrices depuis la plage de Gaza. Mais la menace des missiles sur les structures des champs israéliens représente aussi le symptôme d'un problème qui a été très souvent sous-estimé dans la crise entre Israël et Gaza et qui risque au contraire de devenir une clé de plus en plus importante dans la géopolitique de la région.

La confirmation vient de l'invité de marque dans cette escalade militaire: la Turquie. Accusée d'être la véritable main derrière ce nouveau conflit en Terre Sainte, la Turquie, avec Recep Tayyip Erdogan, est devenue le seul défenseur moyen-oriental de la cause palestinienne avec les Iraniens. Un cas curieux également du point de vue ethnique: les deux seuls États qui soutiennent pleinement les actions palestiniennes ne sont pas des Arabes, mais précisément des Turcs et des Iraniens. Quoi qu'il en soit, ce qui est intéressant à ce stade, c'est un article publié par les médias turcs qui insinue l'idée qu'Ankara envisage de proposer à l'Autorité palestinienne un accord sur la division de la ZEE sur le modèle de l'accord Turquie/Libye. Un accord désavoué par tous, notamment la Grèce, mais qui a servi à Erdoğan pour blinder sa position en Méditerranée centrale.

mavi-vatan-neden-onemli.jpeg

Le problème semble maintenant se répéter avec Gaza. Cihat Yaycı, ancien contre-amiral de la marine turque et l'un des initiateurs de la stratégie dite de ‘’Mavi Vatan’’ impulsée par l’amiral-géopolitologue Cem Gurdeniz, soutient cette initiative. L'amiral, qui est désormais professeur et directeur du Centre des stratégies maritimes et mondiales de l'université de Bahçeşehir, a déclaré au Daily Sabah que cet accord serait particulièrement bénéfique pour les deux parties et "qu'en signant un tel accord, le peuple palestinien obtiendrait le contrôle d'une zone maritime de 10.200 kilomètres carrés qui ouvrirait la voie à l'utilisation de toutes les ressources de la mer. Yaycı a ensuite ajouté que la motivation de la Turquie est de "prendre soin des opprimés", donc des Palestiniens. Mais il est clair que cette phrase révèle un sens beaucoup plus pragmatique que l'hypothétique défense des faibles. Le partage des ZEE est un élément essentiel de la doctrine de la ‘’patrie bleue’’ et, surtout en ce qui concerne le Levant, un tel accord serait une épine dans le pied d'Israël et de Chypre dans leur rêve de construire EastMed, le gazoduc qui reliera les gisements de l'État juif à l'Europe via la Grèce.

La vision de Yaycı, confirmée aujourd’hui, vision qui est beaucoup plus pragmatique que la vision "néo-ottomane" si redoutée, se lie avec la Palestine et provient précisément d'un texte du même contre-amiral pour le Centre Moshe Dayan d'études moyen-orientales et africaines dans lequel il parle d'un accord pour la délimitation de la ZEE entre Israël et la Turquie. Dans le document 2020, l'amiral et Zeynep Ceyhan mentionnent précisément la possibilité que les deux pays deviennent voisins en Méditerranée grâce à un accord sur la délimitation des zones économiques exclusives. Un signe, donc, que la Turquie était déjà largement intéressée par un pacte avec Israël, ce qui confirmait la vision laïque de ‘’Mavi Vatan’’ par opposition au soutien aux causes arabes ou islamiques dont Erdogan est plus proche. Les choses ont changé en Turquie: les arrestations d'anciens amiraux laïques, qui avaient critiqué certains choix d'Erdogan, ont marqué un tournant dans de nombreuses lignes stratégiques et il ne faut pas oublier qu'il existe désormais un désir mal dissimulé d'Ankara de revenir à des relations positives avec l'Égypte. Il est clair que pour avoir des relations positives avec les autres forces de la Méditerranée orientale, en plus d'une nouvelle politique moins affirmée, le nœud reste le gaz: ce n'est pas un hasard si la France s'est présentée pour une proposition de paix avec l'Egypte et la Jordanie. Le gaz du Levant est tentant, mais surtout les relations qui s'établissent grâce à ces nouvelles sources d'énergie sont tentantes. L'exclusion de la Turquie de ce "grand jeu" du gaz levantin a été le véritable déclencheur de la tension qui existe depuis longtemps entre Ankara, Athènes et Nicosie. D’où l’actuelle tension avec Israël qui soutient le bloc pro-hellénique avec les Émirats. Tout peut être décidé par le gaz.

jeudi, 13 mai 2021

Biden veut une Turquie malléable: sa stratégie fonctionnera-t-elle?

7IpyNqw14cuAucC7zMbohu.jpg

Biden veut une Turquie malléable: sa stratégie fonctionnera-t-elle?

Par Salman Rafi Sheikh

Ex : https://geopol.pt/2021/05/07/biden-quer-uma-turquia-malea...

En lâchant la "bombe du génocide", le président américain en exercice semble avoir enclenché un processus qui, selon lui, obligerait la Turquie à s'aligner sur les politiques américaines, alors que les chances politiques d'Erdogan sont apparemment en baisse. N'oublions pas que Joe Biden s'était engagé pendant sa campagne électorale à reconnaître le génocide arménien. Ainsi, alors que l'administration Trump continuait à esquiver cette question, il a fallu moins de trois mois à Joe Biden, nouveau résident de la Maison Blanche, pour reconnaître officiellement le génocide arménien; d'où la question: quels objectifs particuliers l'administration Biden cherche-t-elle à atteindre par cette initiative extraordinaire?

Ces dernières années, la Turquie se positionne de plus en plus comme un "acteur indépendant" entre l'Ouest et l'Est, et utilise cette interaction pour réaliser ses propres ambitions "néo-ottomanes", c'est-à-dire des objectifs qui visent à redonner à la Turquie la position perdue d'acteur mondial majeur qu'était l'empire ottoman au XIXe et au début du XXe siècle.

Au cours des dernières années, la Turquie et les États-Unis ont développé des visions du monde divergentes qui ne sont plus façonnées par un quelconque scénario dominant de l’ancienne guerre froide mondiale. Ainsi, à l'heure où les États-Unis renforcent leur position vis-à-vis de la Russie et de la Chine, de nombreux membres de la coalition gouvernementale turque, y compris le parti d'extrême droite, le Mouvement nationaliste, estiment que la Turquie devrait développer des liens plus forts avec la Russie et la Chine, et mettre fin aux liens avec les États-Unis, l'UE et l'OTAN. Cela a conduit le gouvernement de coalition en Turquie à croire de plus en plus que le monde n'est plus centré sur l'Occident et qu'il existe une marge considérable pour les manœuvres stratégiques.

Cependant, c'est l'auto-positionnement de la Turquie en tant qu'"acteur indépendant" qui l'a mise sur une trajectoire de collision avec les États-Unis. Nombreux sont ceux qui, aux États-Unis, considèrent Erdogan non pas comme un allié de l'OTAN, mais avant tout comme un autocrate qui peut créer des turbulences au détriment des États-Unis dans le Moyen-Orient élargi. Plus important encore, les diverses actions de la Turquie, notamment sa coopération croissante avec la Russie en matière de défense, semblent avoir créé une crise au sein de l'OTAN, l'entravant à l'occasion.

En tant que tel, avec Biden qui tente de faire revivre l'Otan et de réintégrer les États-Unis dans le concert européen pour inverser la dynamique lente des écarts transatlantiques croissants qui ont émergé pendant l'ère Trump, il est impératif que toute division dans l’ensemble transatlantique soit subvertie, ce qui nécessite que tous les membres de l'Otan s'alignent sous le commandement des États-Unis, un objectif que l'administration Biden considère de la plus haute importance pour restaurer la domination perdue de l'Amérique, et raviver sa capacité à influencer et façonner unilatéralement les affaires politiques mondiales.

Mais la question cruciale est la suivante: la Turquie renoncera-t-elle à ses propres ambitions géopolitiques pour plaire à l'administration Biden et l'aider à atteindre la suprématie américaine ?

wolves-800x600.png

Si Erdogan s'est empressé d'adopter une attitude conciliante à la suite de la reconnaissance du génocide arménien par Biden, la Turquie y voit généralement une tentative américaine d'affaiblir le régime d'Erdogan en attisant les divisions politiques au sein de la Turquie en vue d'un "changement de régime". La livre turque est déjà tombée à des niveaux quasi record par rapport au dollar américain après la reconnaissance du génocide par M. Biden, ce qui complique la position politique déjà faible d'Erdogan.

En effet, la référence de Biden au génocide en tant que "génocide arménien de l'ère ottomane" semble viser la rhétorique politique intérieure d'Erdogan qui s'appuie largement sur les héritages de l'ère ottomane, y compris son statut de puissance mondiale. En reconnaissant le génocide, l'administration Biden a obligé les gens du monde entier à prendre conscience de ce que le "néo-ottomanisme" a à offrir au XXIe siècle.

Par conséquent, les objections de la Turquie à cette reconnaissance découlent de la crainte de demandes de réparations, ainsi que de la crainte d'être considérée comme un pays paria, détesté autant par ses territoires cibles "néo-ottomans" en Asie et en Afrique que par l'Occident (les États-Unis et l'Europe).

Toutefois, si l'administration de Joe Biden a peut-être calculé qu'adopter un ton dur à l'égard de la Turquie pourrait rendre Erdogan malléable, il n'en reste pas moins que la reconnaissance du génocide arménien par Biden pourrait également finir par s'ajouter à la longue liste des désaccords entre les alliés de l'OTAN. Ainsi, au lieu de forcer un Erdogan politiquement faible à s'aligner sur les États-Unis au sujet de la Russie, la reconnaissance pourrait également pousser la Turquie à se rapprocher encore plus de la Russie et de la Chine, laissant la crise des liens entre la Turquie et les États-Unis perdurer pendant longtemps.

S'il est possible qu'il n'y ait pas de réaction immédiate, car Erdogan a des options limitées à un moment où il lutte contre l'une des crises de COVID les plus élevées au monde, couplée à une chute continue de la livre turque, Ibrahim Kalin, conseiller d'Erdogan, a déclaré que la Turquie va peser sa réaction avec soin, et ses contre-mesures pourraient même impliquer de mettre fin à la coopération militaire avec l'Otan, ajoutant ‘’qu’il y aura une réaction de différentes formes et types et degrés dans les jours et mois à venir."

Toutefois, une telle réaction, si elle implique d'attaquer l'OTAN de l'intérieur, nécessitera le soutien de la Russie et même de la Chine, un soutien qu'Ankara ne peut obtenir sans procéder à des changements politiques cruciaux dans certains domaines sensibles de sa politique. Un approfondissement des liens avec la Russie ne sera peut-être pas possible si la Turquie n'accepte pas de modifier sa politique consistant à compliquer inutilement les zones de conflit, de la Syrie à l'Ukraine. En ce qui concerne la Chine, la Turquie devra recalibrer sa compréhension des allégations américaines de "génocide" des musulmans ouïgours dans la région du Xinjiang. Pour la Turquie, la reconnaissance américaine du génocide arménien devrait servir de leçon sur la façon dont une telle rhétorique est souvent politiquement motivée, cherchant à déstabiliser une politique particulière.

Par conséquent, la capacité de la Turquie à compenser les problèmes déclenchés par Biden dépendra de la manière dont elle fera contrepoids en établissant soigneusement des liens avec la Russie et la Chine, deux des plus puissants concurrents stratégiques des États-Unis.

Pressions occidentales sur la Turquie

2016-01-23T120000Z_1590057791_GF20000104491_RTRMADP_3_USA-TURKEY-BIDEN-scaled.jpg

Pressions occidentales sur la Turquie

Par Aldo Braccio

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/richiamo-occidentale-alla...

Avril 2021 : on assiste à une accentuation de la pression occidentale sur la Turquie, placée entre un réalignement atlantique (pour lequel, toutefois, un " changement de régime " significatif et une rééducation appropriée de l'opinion publique seraient nécessaires) et le dialogue eurasien. Des États-Unis et de l'Union européenne viennent des leçons de morale - consciencieusement marquées par l'idéologie décadente du politiquement correct - et d'histoire (concernant le conflit entre Turcs et Arméniens) visant à réaffirmer la pensée unique autorisée en matière de droits civils et de recherche historique. Des positions polémiques, des menaces et, de temps en temps, des flatteries qui ajoutent aux tensions en Méditerranée - où une alliance fonctionne déjà pour exclure la Turquie de tout jeu - et en Mer Noire, où l'ingérence militaire de Washington prévoit la collaboration obligatoire d'Ankara dans une perspective anti-russe.

I.

Le mur de l'OTAN présente quelques fissures qu'il n'est pas toujours facile de cacher ou de minimiser: c'est par exemple le cas de la Turquie, à propos de laquelle les attaques médiatiques continues et intenses (et pas seulement) contribuent à creuser la distance entre le monde occidental et le monde turc.

Derrière la regrettée - et grotesque - " discourtoisie du canapé "[1] mise en scène en avril 2021 à l'occasion du sommet entre la Turquie et l'Union européenne se cache d'abord l'idéologie du politiquement correct, qui se conjugue avec une hostilité préjudiciable à l'égard de ce qui est turc : mais il y a aussi un jeu géopolitique plus profond qui concerne en particulier les scénarios à l’œuvre dans la Méditerranée et la mer Noire (c'est-à-dire de la "Méditerranée au sens large") dans le contexte de la confrontation russo-américaine.

Il s'agit de scénarios qui impliquent directement la République turque, la plaçant probablement devant un choix géopolitique décisif pour son avenir.

Mais prenons en considération l'autre controverse anti-turque, plus lourde, qui a explosé en avril 2021, celle du ‘’génocide des Arméniens’’, relancée avec force par le nouvel occupant de la Maison Blanche.

1136_biden_genocide_armenien_turquie.jpg

Joe Biden a toujours eu, à titre personnel, peu de sympathie pour la Turquie d'Erdoĝan, mais aussi pour les Turcs en général, considérés comme génocidaires des Arméniens. Avec des membres du Congrès et des sénateurs des partis républicain et démocrate - tels que Joe Knollenberg, George Radanovich et Nancy Pelosi - le sénateur Biden s'est distingué depuis la première décennie de notre siècle dans la campagne pour la reconnaissance de cette prétendue extermination, allant au-delà de la volonté d’Erevan elle-même - plus prudente que la diaspora arménienne disloquée en Occident - et surtout de l'Eglise arménienne basée en Turquie[2].

Lors de la campagne électorale pour la présidence des États-Unis, le candidat Biden a réitéré sa position, annonçant en août 2020 son intention de faire reconnaître par les États-Unis le génocide des Arméniens attribué aux Turcs.

Comme on le sait, la Turquie ne reconnaît pas et conteste radicalement cette thèse, allant jusqu'à poursuivre ceux qui la soutiennent - et ce, selon une leçon qui vient de l'Occident, où l'on fait souvent semblant de faire taire et d'emprisonner ceux qui proposent courageusement des recherches historiques non conformes à la "vérité" officielle.

Quelle que soit la réalité historique de l'affaire - certes douloureuse mais controversée - la Turquie a toujours perçu cette grave accusation portée contre elle comme une ingérence inacceptable et injustifiée, portant atteinte à sa dignité nationale. Un nouveau pas a été franchi dans cette direction, marqué par une couverture médiatique mondiale: le New York Times du 21 avril a été le premier à rapporter que le président Biden avait décidé de "reconnaître le meurtre d'un million et demi d'Arméniens comme un génocide", et que l'annonce officielle serait faite trois jours plus tard.

C'est ainsi que, le 24 avril, M. Biden a écrit solennellement que "le peuple américain honore tous les Arméniens qui sont morts dans le génocide qui a commencé il y a 106 ans’’.

Le président américain a montré qu'il voulait adoucir le ton de la déclaration - qui reprend par ailleurs les motions similaires approuvées entre octobre et novembre 2020 par le Congrès et le Sénat américains, bien que non contraignantes - en espérant une "réconciliation entre l'Arménie et la Turquie" et une "normalisation de leurs relations". Mais la réaction d'Ankara, de son président et de son ministre des affaires étrangères, a été, à juste titre, dure et furieuse.

Mais en fait, la déclaration solennelle de Biden va dans une direction tout à fait différente de la réconciliation et de la normalisation: elle interrompt la laborieuse tentative de confrontation - même dans le domaine de la recherche historique - en cours entre Turcs et Arméniens pour la fouler aux pieds et condamner son objectif, exacerbant les pulsions nationalistes des extrémistes des deux côtés.

Une déclaration publique récente et raisonnable d'Erdoğan ("Je me souviens respectueusement des Arméniens ottomans qui ont perdu la vie dans les conditions difficiles de la Première Guerre mondiale, et je présente mes condoléances à leurs petits-enfants") est annulée par la "vérité officielle" sanctionnée par Washington, qui intervient pour exciter les esprits: comme cela arrive toujours, surtout au Proche-Orient.

armUS.jpg

Une autre attaque contre Erdoğan, que le président américain s'était réservée à l'occasion de la sortie de la Turquie de la Convention dite d'Istanbul, c'est-à-dire la Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique, en vigueur depuis août 2014 : une convention que la Turquie considère viciée par une orientation idéologique hostile à la famille traditionnelle sous couvert de lutte contre la violence.

"Un choix soudain et injustifié, alors que dans le monde nous assistons à une augmentation des cas de violence domestique, y compris les nouvelles sur l'augmentation des féminicides en Turquie", a commenté Biden, qui avait déjà accusé Erdoğan d'"autocratie", un concept qui s'avère être complètement similaire à celui de dictature, bien que peut-être moins explicite.

L'Union européenne, comme à son habitude, s'est adaptée à l'accélération du ton américain: la commission des affaires étrangères du Parlement européen - par exemple - a condamné Ankara pour "les déclarations provocatrices à l'encontre de l'UE et de ses États membres, la politique hostile, l'éloignement de plus en plus marqué des valeurs et des normes européennes, l'incarcération massive et continue de journalistes, de défenseurs des droits de l'homme et d'opposants politiques"; le ridicule scandale des canapés, mentionné ci-dessus, a ensuite relancé toutes les raisons et tous les prétextes d'accusation contre le pays du Croissant de Lune.

L'Italie, elle aussi, joue un rôle dans le barrage antiturc - ainsi que dans les barrages antirusse et antichinois - comme en témoigne l'attaque soudaine du Premier ministre Draghi contre le président Erdoğan, qualifié rien de moins que de "dictateur", sur fond de campagne médiatique antiturque continue et martelée de la presse italienne.

Le rôle de l'Italie semble être celui indiqué par le secrétaire d'État Blinken lors de la réunion/convocation du ministre des affaires étrangères Di Maio à Washington: une "forte collaboration sur la Libye, l'Ukraine et l'Afghanistan". "L'Italie et les États-Unis partagent la même préoccupation concernant la présence de forces étrangères en Libye", a confirmé Di Maio avec diligence, faisant évidemment allusion à la Turquie et à la Russie, considérées comme des intrus gênants dans un pays que l'Italie a également contribué à plonger dans le chaos le plus total.

II.

Tout cela est certainement le prélude à une nouvelle tentative occidentale de changement de régime en Turquie - cette fois peut-être par des moyens électoraux, plutôt que par un coup d'État militaire - mais cela provoque déjà une forte pression sur Ankara [3], pour l'inciter à coopérer avec la politique extrémiste des États-Unis contre la Russie, la Chine et l'Iran [4].

200620-black-sea_rdax_775x440.jpg

Nous avons déjà mentionné l'importance des scénarios de la Méditerranée et de la mer Noire: si dans le premier cas, le fer de lance de la campagne visant à évincer la Turquie est l'alliance sans précédent entre la France, Israël et la Grèce (avec l'approbation explicite de l'Union européenne), dans le second, l'option d'une "réhabilitation" de la Turquie est réclamée par Washington, qui est toujours à l'aise avec la politique des menaces et des flatteries. En particulier, dans cette phase, les Américains exigent le passage de leurs navires de guerre - et évidemment ceux de l'OTAN - à travers les détroits (Bosphore, Dardanelles, mer de Marmara) - vers la mer Noire, une zone cruciale dans le déploiement antirusse ; c'est là que le grand exercice US-Ukraine-OTAN, nommé Sea Breeze, a été annoncé pour l'été. Le rôle attribué à la Turquie par la Convention de Montreux, qui réglemente le passage par le "Détroit", est, dans cette perspective, important et décisif.

Il faut reconnaître que les relations entre Ankara et Kiev sont bonnes, mais cela ne suffit pas à Washington: dans le cadre d'un récent sommet du Conseil de coopération turco-ukrainien, Erdoğan a en effet déclaré qu'"Ankara est favorable à une résolution rapide et pacifique des différends entre la Russie et l'Ukraine par le biais de négociations", afin de "préserver la paix en mer Noire".

On est loin de la position de Washington, qui ne veut tout simplement pas entendre parler d'équidistance entre la Russie et l'Ukraine et cherche plutôt, comme le souligne le politologue et professeur d'université turc Volkan Özmedir, à "favoriser intentionnellement une augmentation de ces tensions en poursuivant une stratégie visant à ramener de son côté des membres de l'OTAN comme l'Allemagne et la Turquie"[5].

NOTES

1] Une description objective de l'événement, loin des représentations hypocrites des grands médias, dans : Giuseppe Mancini, Il sofà della Von der Leyen: dietro lo scandalo inesistente c’è solo il protocollo, www.laluce.news 7 avril 2021.

2] En ce qui concerne plus particulièrement les Arméniens de Turquie, il convient de tenir compte de: Beraaa Gőktürk, Patriarche arménien de Turquie - "L'exploitation de la douleur d'autrui nous attriste’’ www.aa.com.tr 23 avril 2021. Le patriarche Sahak Mashalian note que le fait de mettre la question historique du ‘’génocide’’ à l'ordre du jour des parlements d'autres pays "ne sert pas le rapprochement des Arméniens et des Turcs, et retarde même leur réconciliation."

3] Le 29 avril, le secrétaire d'État américain, M. Blinken, est allé encore plus loin en annonçant des sanctions en cas de deuxième achat de systèmes de défense S-400 de fabrication russe.

4] Mais cette attitude arrogante et simpliste conduit de plus en plus à une impatience généralisée de la Turquie face aux prétentions occidentales, ainsi qu'à une plus grande prise de conscience historique et géopolitique. Nous citons par exemple Ibrahim Karagül dans Yeni Şafak (le journal le plus représentatif de la zone gouvernementale) du 26 avril 2021, qui souligne qu'il existe des forces en Turquie "en faveur de la protection des États-Unis et de l'Occident sur la Turquie". "Une protection - explique-t-il - demandée depuis l'époque ottomane par les libéraux, les conservateurs et les islamistes pro-américains; les États-Unis sont au centre de l'attaque contre la Turquie (...) ils constituent un État qui s'est établi sur le sang de millions de personnes, qui a massacré des centaines de milliers de personnes même au XXIe siècle (...) mais ils ne sont plus au centre du monde": ils perdent du terrain face aux puissances émergentes du XXIe siècle, et ils sont à couteaux tirés avec la moitié du monde, ils n'ont plus aucune crédibilité (...). Les États-Unis, l'Europe, Israël, toutes les puissances troublées et préoccupées par la montée en puissance de la Turquie, soutiennent la bataille (contre elle) encore plus qu'avec la tentative de coup d'État de 2016". Toujours dans Yeni Şafak et les mêmes jours, Abdullah Muradoğlu déclare que "les fausses accusations de Biden contre la Turquie sont le dernier exemple de la vacuité de la compréhension américaine du terme "allié" (...) Inutile de dire qu'il n'y avait pas de place pour une mentalité génocidaire dans l'ordre établi par l'Empire ottoman". Muradoğlu détaille ensuite les précédents de la politique étrangère américaine, notamment les cas des massacres de la Seconde Guerre mondiale, de Dresde et des bombes atomiques sur le Japon, pour conclure que "les États-Unis doivent se regarder dans le miroir longtemps avant de prêcher le génocide."

5] Sur ce sujet et les retombées de la Convention de Montreux (non signée par les États-Unis), l'intéressant article: Esperto turco: la Convenzione di Montreux ostacola gli USA nel Mar Nero, dans www.it.sputniknews.com du 17 avril 2021.

Aldo Braccio

Aldo Braccio a collaboré assidûment à Eurasia. Rivista di studi geopolitici depuis le premier numéro et a publié de nombreux articles sur son site web. Ses analyses concernent principalement la Turquie et le monde turcophone. Sur des sujets liés à la zone turque, il a donné des conférences au Master Mattei de l'Université de Teramo et ailleurs. Il est l'auteur du livre La norma magica. Il sacro e il diritto in Roma (sur les relations entre la conception du sacré, le droit et la politique dans la Rome antique) et Turkey ponte d'Eurasia (sur le retour du Pays du Croissant sur la scène internationale). Il a écrit plusieurs préfaces et a publié de nombreux articles dans des journaux italiens et étrangers. Il a participé au VIIIe Forum italo-turc qui s'est tenu à Istanbul et a été invité à plusieurs reprises, pour des interviews et des commentaires, par la radio et la télévision d'État iraniennes.