Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 27 octobre 2022

La sécurité énergétique européenne entre les mains de la Turquie?

46359003_7.png

La sécurité énergétique européenne entre les mains de la Turquie?

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/10/26/euroopan-energiavarmuus-turkin-kasissa/

L'importance géostratégique de la Turquie est devenue embarrassante pour les politiciens finlandais qui pensaient que l'adhésion à l'OTAN serait un jeu d'enfant. Ils doivent maintenant attendre avec angoisse que le président Erdoğan ait la grâce de ratifier l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'alliance militaire.

Plus généralement, l'importance de la Turquie devient évidente pour d'autres personnalités politiques européennes alors que l'Europe se débat avec une crise énergétique qui s'aggrave. En effet, couper les liens avec la Russie n'a eu pour conséquences qu'une cascade de conséquences malheureuses.

"Qu'il s'agisse des exportations de céréales de la région de la mer Noire ou de l'approvisionnement en énergie des pays producteurs de l'Est, le Bosphore et les liens avec l'Eurasie jouent à nouveau, comme si souvent dans l'histoire, un rôle géopolitique crucial. Le fait est que la Turquie est désormais essentielle pour la sécurité européenne", écrit Karin Kneissl, ancienne ministre autrichienne des Affaires étrangères.

La part de la Russie dans les importations européennes de gaz est tombée à moins de 10 % depuis la perturbation politique du gazoduc Yamal-Europe et le sabotage du gazoduc Nord Stream.

Alors que la coopération énergétique entre la Russie et l'Europe a été délibérément réduite par les États-Unis, le partenariat entre la Russie et la Turquie n'a fait que s'intensifier. Déjà au début de 2020, le projet TurkStream a été lancé, et plus récemment, le 19 octobre, Erdoğan a annoncé qu'il s'était mis d'accord avec Poutine pour établir un centre d'approvisionnement en gaz naturel en Turquie.

Selon Poutine, la Russie peut faire de la Turquie une nouvelle route principale pour ses approvisionnements en gaz. Avec la construction d'un second gazoduc et la création d'un centre d'approvisionnement, le gaz russe continuerait d'être acheminé de la Turquie vers des pays tiers, notamment vers l'Europe. En outre, une bourse du gaz pourrait être mise en place en Turquie pour déterminer les prix.

Bien que l'UE souhaite, pour des raisons politiques, contourner les sources d'énergie russes, il s'agit déjà d'un projet géographiquement difficile. Alors que Bruxelles, sous la pression des États-Unis, est à l'agonie, la Turquie est l'un des pays heureux de pouvoir combler le vide de consommation.

South_Stream_mapdddffdffdd.png

La Turquie a déjà bénéficié en 2014 du projet SouthStream, qui est ensuite devenu TurkStream. L'UE a finalement perdu, tandis qu'Ankara a gagné, puisque l'UE achète désormais aussi du gaz russe via la Turquie.

Cette route énergétique sera encore étendue lorsque le projet gazier russe en Turquie démarrera. À mesure que la Russie adapte son rôle, la Turquie pourrait devenir un acteur clé de la sécurité énergétique de l'UE. En abandonnant la coopération directe avec la Russie, l'UE pourrait devoir négocier les questions énergétiques avec la Turquie à l'avenir.

En tant que plaque tournante pour divers projets énergétiques, Ankara a tenté par le passé de devenir membre de l'Union européenne, ce à quoi Bruxelles n'a pas consenti. Il semble maintenant que la Turquie change de cap et s'oriente vers l'Eurasie et deviendra bientôt membre de l'Organisation de coopération de Shanghai. Malgré son adhésion à l'OTAN, la coopération d'Ankara avec Moscou et Pékin ne fait que se renforcer.

L'UE a joué au poker énergétique avec les Américains et s'est retrouvée avec les cartes les plus faibles. Lorsque vous fuyez l'ours russe, vous rencontrez le loup gris turc. L'Europe deviendra-t-elle bientôt plus dépendante de la bonne volonté turque ?

La deuxième question est la suivante : les États-Unis - soupçonnés d'avoir fait sauter les gazoducs Nord Stream - permettront-ils à la Turquie, membre de l'OTAN, de conclure un tel partenariat énergétique avec la Russie ? Après tout, l'objectif a été de rendre l'Europe dépendante de l'Amérique pour l'énergie également. Selon des sources russes, il y a déjà eu des tentatives de sabotage du pipeline TurkStream.

Comme le suggère Kneissl, "les mois à venir montreront de façon éclatante à quel point les gouvernements de l'UE ont traité de façon irresponsable les besoins de sécurité énergétique du continent".

jeudi, 22 septembre 2022

La conflit oublié du Karabakh

ANP-304997293.jpg

Le conflit oublié du Karabakh

Peter W. Logghe

Bron: Nieuwsbrief Nr 172 - September 2022 - Knooppunt Delta Vzw

L'invasion de la Russie et la guerre en cours en Ukraine ont relégué au second plan - dans les médias en tout cas - d'autres conflits sur notre planète. L'escalade militaire du conflit du Karabakh entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan au mois d'août jette une lumière claire sur la situation particulièrement tendue dans la région. Les acteurs géopolitiques du Caucase du Sud, outre les deux adversaires que sont l'Arménie (qui revendique le Karabakh) et l'Azerbaïdjan, sont la Turquie, l'Iran et la Russie. La guerre en Ukraine, par exemple, amène la Russie à réduire ses effectifs dans et autour du Karabakh, modifiant ainsi l'équilibre des forces existant.

Dans les derniers jours de juillet, le conflit, qui avait commencé en 2020, s'est rallumé. Suite à des bombardements mutuels, l'armée azerbaïdjanaise a très récemment lancé une offensive éclair et pris le contrôle de plusieurs endroits stratégiques. Ce qui a fait que le gouvernement des nationalistes arméniens à Stepanakert (capitale du Karabakh) a décidé de déclarer immédiatement la mobilisation générale.

Les tensions géopolitiques croissantes persistent

Le conflit militaire enfle donc à nouveau, préoccupant Téhéran, Constantinople et Moscou. Ce qui pouvait ressembler aux premiers pas vers une solution stable avec un cessez-le-feu en 2020 s'est toutefois progressivement transformé en un fouillis de passages frontaliers peu clairs et de prétendues troupes de maintien de la paix de la Turquie et de la Russie.

NK_2020_Map_Image_Christopher_J_Khachadour.jpg

En novembre 2020, les gouvernements d'Arménie, de Russie et d'Azerbaïdjan ont conclu un cessez-le-feu. Le retrait des troupes arméniennes des territoires occupés en Azerbaïdjan et le stationnement de troupes russes dans la région étaient à peu près les principaux éléments constitutifs au cœur de la trêve. Cela a permis au président russe Poutine de souligner son rôle de "courtier honnête de la paix" et aussi de faire comprendre aux Arméniens à quel point leur situation était désespérée (sans l'aide de la Russie).

La Russie, cependant, a dû laisser assez rapidement la place à une autre superpuissance (régionale). La Turquie, sous la direction de son très ambitieux président Recep Erdogan, avait utilisé des drones technologiquement avancés et agressifs pour influencer le cours de la guerre en faveur de son partenaire et allié, l'Azerbaïdjan. Sans la participation de l'Arménie, les troupes turques ont pu accéder aux territoires contestés. Alors qu'elles devaient rester en dehors des zones véritablement arméniennes, les troupes turques étaient désormais également aux commandes du centre de contrôle qui était censé aider à surveiller le cessez-le-feu.

Sans surprise, le début des hostilités entre la Russie et l'Ukraine suite à l'invasion de la Russie a été suivi avec un intérêt particulier en Azerbaïdjan. Encore et encore, des attaques (limitées) azéries contre des soldats et des civils arméniens ont eu lieu dans la région. On a remarqué que de plus en plus de prisonniers ont été faits. Les observateurs occidentaux pensent que l'Azerbaïdjan est occupé à poser des mines dans de nouvelles zones pour préparer une nouvelle offensive. L'Azerbaïdjan espère qu'une offensive bien préparée et coordonnée lui permettra d'avancer si rapidement que le Karabakh arménien pourra être entièrement placé sous son contrôle. Cela permettrait à l'Azerbaïdjan non seulement de forcer l'entrée au Nakhitchevan (une exclave de l'Azerbaïdjan prise en sandwich entre l'Arménie et l'Iran), mais aussi d'établir une liaison terrestre avec la Turquie. Aux dépens des Arméniens, qui perdraient ainsi non seulement le Karabakh, mais aussi d'importantes portions de leur territoire à l'est (où leurs terres s'étendent jusqu'à la frontière de l'Iran).

Et nous en arrivons ainsi au troisième partenaire dans le jeu d'échecs géopolitique. L'Iran a clairement montré son mécontentement face aux escarmouches entre ses voisins. L'ayatollah Ali Khamenei a clairement indiqué que si l'Iran était très heureux que l'Azerbaïdjan ait repris le contrôle de vastes zones de son territoire, une modification des frontières irano-arméniennes: non, Téhéran ne veut pas de ça. Selon l'Iran, il s'agit d'"une route commerciale millénaire" - lisez : redessiner ces frontières est trop délicat.

AzerbaijaniSpeaking.jpg

Dans la région, l'Iran a longtemps été considéré comme un ami à moitié caché de l'Arménie. Les deux pays partagent une aversion historique pour la Turquie et entretiennent de bonnes relations avec les Russes. Après le discours de Khamenei, des troupes iraniennes ont été immédiatement envoyées dans la zone frontalière. Pour l'information de nos lecteurs, plus d'Azéris vivent en Iran qu'en Azerbaïdjan même. Ainsi, les sentiments pan-turcs qu'Erdogan ne cesse de jouer ne sont pas seulement particulièrement bienvenus et sensibles en Azerbaïdjan, mais aussi dans certaines provinces iraniennes. Une offensive militaire turque réussie dans le Caucase du Sud pourrait être particulièrement menaçante pour l'État pluripolaire qu'est l'Iran.

jeudi, 18 août 2022

Kurdes : ethnologie, religion, géopolitique

kurden-demonstration-100~_v-HintergrundL.jpg

Kurdes : ethnologie, religion, géopolitique

par l'équipe de Katehon.com

Source: https://www.geopolitika.ru/article/kurdy-etnologiya-religiya-geopolitika

Groupes ethniques et tribus kurdes

Les Kurdes sont un peuple indo-européen qui, à partir d'un certain moment, a commencé à jouer un rôle important dans la région qui englobe l'Anatolie orientale, la zone nord de la Mésopotamie et le nord-ouest de l'Iran, une région précédemment habitée par les Hourrites, qui ont ensuite migré vers le Caucase.

Les Kurdes sont les descendants des Mèdes, des tribus iraniennes nomades, qui sont arrivés à la fin du IIe - début du Ier millénaire au nord-ouest de l'Iran moderne, où ils ont fondé un État appelé Mèdie. Au VIIe siècle avant J.-C., ils ont créé un immense empire, qui comprenait de nombreux peuples, territoires et langues. Le noyau des Mèdes est resté dans les mêmes territoires qui sont devenus le pôle de leur expansion, où se trouvait également leur capitale Ekbatana (la ville iranienne moderne de Hamadan). Les descendants directs des Mèdes, outre les Kurdes, sont les peuples caucasiens des Talysh et des Tat (qu'il convient de séparer strictement des Juifs des montagnes).

2-2EmpireHitites.jpg

13-Urartu-9-6mta.gif

Comme les Kurdes vivaient sur le territoire des anciens Hurrites et Urartiens, qui étaient également des Arméniens et des Kartvéliens assimilés, on peut supposer qu'il y avait une composante hurrite dans leur ethnogenèse. Dans le même temps, des populations captives de Houthis (Tochars), de Kassirs et de Lullubéens, que certains historiens considèrent comme des Indo-Européens, vivent depuis des temps immémoriaux dans les montagnes du Zagros, au nord-ouest de l'Iran. Ils peuvent également avoir participé à l'ethnogenèse des Mèdes et des Kurdes. L'ancien nom des Kurdes était "kurtii", en grec Κύρτιοι, et des références à eux en tant que peuple habitant les régions de l'Atropatène (Azerbaïdjan) et du nord de la Mésopotamie sont conservées dans des sources anciennes.

Dans les chroniques persanes, le terme "kurt" (kwrt) désigne les tribus iraniennes nomades habitant le nord-ouest de l'Iran, ce qui permet d'inclure les Kurdes dans la typologie des sociétés touraniennes.

On peut distinguer plusieurs groupes parmi les Kurdes :

- Les Kurdes du nord, qui forment la base du peuple kurde actuel - les Kurmanji (kurmancî), le nom - kur mancî - étant interprété comme "fils du peuple de Mèdie" ;

- La partie sud des Kurdes de Kurmanji est désignée par l'ethnonyme iranien Sorani ;

- Un groupe distinct est constitué par les Kurdes de Zaza, qui se nomment eux-mêmes dımli, dymli, et sont les descendants des peuples du nord de l'Iran qui vivaient autrefois dans la région de Dailam, au sud de la mer Caspienne (ces peuples étaient appelés "caspiens") ;

- Le peuple kurde Ghurani, qui habitait aussi autrefois la région de Daylam mais a ensuite migré plus au sud que les Kurdes de Zaza, a la même origine;

- Les plus méridionaux sont les Kurdes Kelhuri, ainsi que les tribus Feili et Laki, dont la situation est similaire,

- Auparavant, les Luriens qui vivaient dans le sud-ouest de l'Iran étaient comptés parmi les Kurdes, et aujourd'hui ils sont communément appelés Iraniens.

H-abitat-of-speakers-of-the-Kurdish-Complex-today-Hennerbichler-2011-p-56.jpg

Il existe également une hypothèse selon laquelle les Kurdes et les Baloutches seraient apparentés.

Contrairement aux autres peuples iraniens, les Kurdes ont longtemps conservé un mode de vie nomade, ce qui, combiné à l'habitat montagneux, leur a permis de garder intactes de nombreuses caractéristiques archaïques, entretenant ainsi un lien continu avec la culture touranienne.

Les Kurdes sont aujourd'hui un peuple important (plus de 40.000.000 d'âmes) qui vit sur le territoire de quatre États - la Turquie, l'Irak, la Syrie et l'Iran - mais qui ne dispose pas de son propre statut d'État. Ceci est également un indicateur de la préservation par les Kurdes d'une société traditionnelle affectée par la modernisation dans une moindre mesure que les peuples parmi lesquels les Kurdes vivent. Cependant, les processus de modernisation les atteignent également, ce qui a créé un "problème kurde" au siècle dernier, c'est-à-dire qu'il a soulevé la question de la création d'un État kurde séparé, car dans la Modernité politique, on ne peut penser à un peuple en dehors de l'État, c'est-à-dire à une nation politique.

La Mèdie et les polities kurdes médiévales

Dans le lore kurde, il y a l'idée de leur lien avec l'Arche de Noé. Parce que les Kurdes ont vécu dans les régions adjacentes au mont Ararat, ils se considèrent comme les descendants directs des habitants du village situé à son pied, que Noé a fondé lorsqu'il est descendu dans la vallée à la fin du Déluge. Cette même légende d'une présence autochtone et originelle dans les régions situées entre la mer Noire et la mer Caspienne, dans la région du mont Ararat, se retrouve chez d'autres peuples caucasiens - notamment les Arméniens, les Géorgiens et les Tchétchènes, qui - chacun selon sa logique ethnocentrique - y trouvent un certain nombre de preuves symboliques. Les Kurdes du vingtième siècle justifient cela par leur descendance des Urartiens et des Hurrites, ce qui est toutefois généralement vrai des Arméniens, des Kartveliens et des Vainakhs, dont l'ethnogenèse - bien qu'à des degrés divers - inclut les Hurrites. Cependant, l'identité kurde proprement dite est touranienne (tribus nomades indo-européennes) et plus spécifiquement mède.

En supposant un lien génétique direct avec les Mèdes, les Kurdes peuvent être considérés comme porteurs d'une tradition étatique ancienne, antérieure à la Perse et revendiquant la succession d'un empire mondial après sa prise conjointe de l'Assyrie avec les Chaldéens de Nouvelle-Babylone. Mais aux époques suivantes, à commencer par les Achéménides, l'Iran était aux mains des Perses, qui habitaient les territoires du sud de l'Iran, et les terres de Mèdie, ainsi que l'Arménie et d'autres territoires, n'étaient que des provinces iraniennes.

À une certaine époque - après la mort d'Alexandre le Grand - les tribus nomades (touraniennes) des Parthes, qui ont fondé la dynastie des Parthes, se placent également à la tête de l'Iran, mais la base culturelle reste toujours les traditions spécifiquement persanes, ce qui devient encore plus prononcé à l'époque sassanide. Néanmoins, il existe une théorie, partagée par de nombreux historiens, selon laquelle les Parthes et les Kurdes sont apparentés, car tous deux habitaient les territoires du nord de l'Iran et appartenaient à des peuples indo-européens nomades. Plus tard, les peuples du nord de l'Iran et de l'Atropatène (Azerbaïdjan) se trouvent à la périphérie de ce processus, et lors de la vague suivante de création d'un État iranien, venant tout juste du nord sous les Safavides, les Turcs iraniens (chiites-kizilbashi) s'avèrent être la base de l'élite politique. Les Kurdes ne jouent pas un rôle majeur dans ce processus.

Iranian_Kurds_celebrating_Nowruz.jpg

nowruz-rituals-in-the-iranian-kurdish-village-of-palangan-SURFIRAN-8-1.jpg

Historiquement, les Kurdes, descendants des Mèdes, étaient zoroastriens, et la religion zoroastrienne de l'Iran sassanide était traditionnelle pour eux.

Dès le premier siècle de notre ère, le christianisme a commencé à être prêché parmi les Kurdes. Eusèbe de Césarée rapporte que Thomas l'Apôtre a prêché parmi les Mèdes et les Parthes. Comme les Kurdes chrétiens vivaient dans les régions orientales, le nestorianisme s'est ensuite répandu parmi eux, ce qui les a fait entrer dans l'Église iranienne. Au Kurdistan, il y avait de nombreux centres influents de la religion nestorienne qui ont joué un rôle important à cette époque - le centre d'Erbil au 16ème siècle, celui de Jezir au 17ème siècle, et la ville kurde de Kujan au 19ème siècle est devenue le centre d'un diocèse nestorien. Le miaphysisme s'est également répandu (cette fois sous influence arménienne). 

1200px-Dioceses_of_the_Church_of_the_East.svg.png

L'expansion du nestorianisme en Asie

À partir du VIIe siècle de notre ère, lorsque l'Iran a été envahi par les Arabes, qui ont atteint le Caucase et le sud de la mer Caspienne, c'est-à-dire occupé tout le territoire historiquement habité par les Kurdes, ces derniers se sont retrouvés sous l'autorité du califat arabe et, par suite, sous l'influence de l'islam. Au début, les Kurdes ont opposé une résistance farouche aux Arabes lors de leur conquête de Holwan, Tikrit, Mossoul, Jizra et de l'Arménie du Sud, puis ils ont pris part aux révoltes anti-arabes. Petit à petit, cependant, les Kurdes eux-mêmes ont commencé à se convertir à l'Islam.

Parmi eux, l'islam sunnite du mazkhab shafiite est le plus répandu, ce qui les rapproche des musulmans du Daghestan et du Caucase du Nord dans son ensemble. Une petite minorité de Kurdes pratique le chiisme. À l'époque de la propagation du soufisme (IXe siècle), les Kurdes ont volontiers accepté ses enseignements, et le soufisme dans ses deux principales versions, naqshbandiya et kadyriya, est devenu une partie intégrante de l'islam kurde. Cependant, le soufisme ne s'est pas répandu avant le XVIe siècle.

À certaines périodes, les Kurdes ont créé des formations politiques de grande envergure et fondé des dynasties dirigeantes. L'une de ces dynasties kurdes était les Shaddadids ou Saddadides, qui ont établi un État indépendant sur le territoire de l'Albanie caucasienne aux XI-XIIe siècles. Les Saddadides pratiquaient l'islam sunnite et se présentaient comme des adeptes de l'islam, contrairement à la Géorgie et à l'Arménie chrétiennes. En 1072, la dynastie s'est divisée en deux branches: Ganja et Ani. La population des émirats de Ganja et d'Ani était majoritairement arménienne et la culture majoritairement perse.

Les Saddadides ont régné jusqu'à la fin du douzième siècle. Plus tard, les Kurdes ont reconnu la domination des Seldjoukides, avec lesquels ils étaient alliés, et ont obtenu le droit de créer une autre entité vassale, l'émirat d'Ani.

Une autre dynastie kurde a été fondée dans la province de Jebel en 959 par le chef kurde de la tribu Barzikan, Hasanwayhid bin Hasan, qui a été renversé par les Bouyides.

Une autre dynastie, la plus célèbre, fut celle des Mervanides (de 990 à 1096). Cette dynastie kurde a été fondée par Abu Ali bin Mervan bin Dustak.

shawn-slg.jpg

Salah ad-Din (1138 - 1193), le plus grand chef militaire du XIIe siècle, qui était d'origine kurde et appartenait à la même tribu Ravadi, dont le fondateur de la dynastie des Shaddadis - Mohammed Shaddad ben Kartu devrait être mentionné séparément.

Salah ad-Din dépose le dernier souverain chiite de l'État fatimide, élimine le califat fatimide, conquiert aux croisés d'immenses territoires du Moyen-Orient, dont la Terre sainte, et devient le sultan d'Égypte, d'Irak, du Hedjaz, de Syrie, du Kurdistan, du Yémen, de Palestine et de Libye, établissant la dynastie ayyoubide, qui existera jusqu'en 1250. Mais dans ses exploits, Salah ad-Din ne parle pas au nom des Kurdes en tant que communauté, mais au nom des Seldjoukides, au service desquels il était et sur l'armée desquels il comptait.

Néanmoins, le fait même de l'existence de dynasties kurdes confirme le modèle classique des débuts touraniens: les nomades indo-européens belliqueux sont souvent devenus les fondateurs de dynasties ou l'élite militaro-politique d'États sédentaires.

La région habitée par les Kurdes jusqu'au treizième siècle était appelée "Jebel" (littéralement, "Hautes terres") par les Arabes; plus tard, elle a été connue sous le nom de "Kurdistan". Au début du XVIe siècle, il existait de petites principautés ou émirats kurdes au Kurdistan: Jazire, Hakari, Imadia, Hasankayf, Ardelan (au Kurdistan iranien), Soran et Baban. En plus de ceux-ci, il y avait des fiefs plus petits. En outre, depuis le début du Moyen Âge (de 1236 à 1832), les Kurdes yézidis possédaient un petit émirat dans le nord de la Mésopotamie, le Sheikhan. L'"État idéal" des Yazidis, en partie politico-administratif, en partie ethno-religieux, comprenait Sheikhan et Sinjar, ainsi que la vallée sacrée de Lalesh, où se trouve le principal sanctuaire yazidi - la tombe de Sheikh Adi, le fondateur de la religion kurde du yazidisme.

Lalish-Iraqi-Kurdistan-4.jpg

Après l'établissement de la dynastie safavide, les Iraniens ont délibérément détruit l'indépendance des principautés kurdes. Le souvenir de la résistance héroïque des Kurdes à cet égard est conservé dans les légendes kurdes sur la défense de la forteresse de Dymdım. Après la défaite du Shah par les Ottomans sous Selim I, la majeure partie du Kurdistan est passée sous la domination des Turcs, qui ont également commencé à abolir les principautés kurdes autonomes.

Pendant les conquêtes mongoles, la plupart des régions peuplées de Kurdes sont passées sous la domination des Halaguidés. Après l'écrasement de la résistance kurde, de nombreuses tribus kurdes ont quitté les plaines pour les régions montagneuses, répétant en partie le scénario de civilisation des peuples caucasiens, avec lesquels les Kurdes étaient à bien des égards très semblables. Certains Kurdes se sont également installés dans le Caucase.

Plus tard, les territoires kurdes se sont retrouvés dans la zone frontalière entre la Turquie ottomane et l'Iran, ce qui a eu pour effet douloureux de diviser l'horizon culturel et de donner une dimension tragique au Dasein kurde. Descendants directs des grands Mèdes qui ont dirigé l'empire mondial, ils ont été privés de pouvoir politique et déchirés entre deux empires en guerre, dont aucun n'a été pour les Kurdes le leur jusqu'au bout. Avec les Iraniens, ils étaient liés par leur ascendance indo-européenne, leurs anciennes racines zoroastriennes et la proximité de leur langue, et avec les Turcs par le sunnisme et un lien commun de militantisme nomade, ce qui en faisait des alliés même à l'époque seldjoukide.

Pavaangyal.jpg

Le yazidisme et ses strates

La plupart des Kurdes appartiennent à l'islam sunnite, mais dans tous les cas, les Kurdes ressentent vivement leur différence avec les autres peuples, gardant leur identité inchangée. Cette identité est l'horizon kurde, qui depuis des siècles est étroitement lié aux montagnes et au paysage d'accueil montagneux. Comme les Kalash et les Nuristanis, les Kurdes ont conservé de nombreux traits archaïques des peuples indo-européens du Touran, ne s'étant jamais totalement mêlés aux Perses sédentaires (majoritairement chiites) ni aux Turcs sunnites, malgré des contacts culturels étroits et durables avec les uns et les autres.

Cette identité kurde s'exprime le plus clairement dans le phénomène hétérodoxe (d'un point de vue islamique) du yézidisme ou yazidisme, un mouvement religieux particulier et unique parmi la branche nord des Kurdes, les Kurmanji. Ce courant est lui-même apparu comme une ramification du soufisme au XIIe siècle, sur la base des enseignements du cheikh soufi Adi ibn Musafir (1072 - 1162), venu au Kurdistan irakien depuis la région de Balbek au Liban. Le cheikh Adi connaissait des figures majeures du soufisme comme al-Ghazali et le fondateur de la tariqat qadiriyyah Abdul-Qadir al-Gilani. Les Yazidis eux-mêmes croient que Cheikh Adi, qu'ils révèrent comme l'incarnation de la divinité, n'a fait que réformer et renouveler conformément au mandat divin l'ancienne foi, qu'ils appellent "Sharfadin".

RTX5RT3P-1.jpg

Les enseignements des Yazidis sont pratiquement inexplorés en raison de la nature fermée de ce groupe religieux, qui se tient à l'écart non seulement des autres confessions et peuples, mais aussi de la majorité des Kurdes, et qui est très réticent à communiquer les fondements de sa foi. Une légende veut que les Yazidis possèdent des collections de textes sacrés, que les représentants des castes supérieures - les cheikhs et les pirs - dissimulent soigneusement aux autres. Seuls deux de ces textes - manifestement fragmentaires et composés d'éléments hétérogènes - ont été connus et traduits dans les langues européennes: le "Livre des Révélations" (Kitab-ol-Jilwa) et le "Livre noir" (Mashaf-Resh). Ils ont été publiés en anglais en 1919, et en russe en 1929. Dans l'ensemble, cependant, la religion yézidie est restée pratiquement inconnue jusqu'à aujourd'hui.

Ezidikhan-within-Iraq-300.png

Certains détails de la théologie religieuse yézidie ont donné aux peuples environnants, les musulmans surtout, l'impression que la religion yézidie vénère Shaitan (le diable chrétien). Cependant, cette tradition est certainement quelque chose de plus complexe, bien qu'elle se distingue nettement de l'Islam - même dans sa forme soufie.

Il existe plusieurs versions sur l'origine de la religion yazidi, qui peuvent être considérées non pas comme mutuellement exclusives, mais comme correspondant à différentes couches de cette tradition.

La couche la plus profonde est le zoroastrisme, qui se manifeste dans la doctrine sur les sept archanges (Amesha Spenta du mazdéisme), dans le culte du feu, dans le culte du soleil, et même le principal symbole des Yézides - le Grand Paon, parfois représenté simplement par un oiseau (les Yézides dans le "Livre noir" nommé Angar) - peut être une version de l'image de l'oiseau sacré zoroastrien Simurg. Tous les Kurdes en général (y compris les Yezidis) admettent qu'avant l'adoption de l'Islam, ils pratiquaient la religion zoroastrienne. La préservation chez les Indo-Européens des montagnes de fragments de l'ancienne foi semble donc tout à fait naturelle. Les vêtements sacrés des Yézidis sont également proches de la tenue zoroastrienne - une chemise blanche (kras) avec un col spécial brodé (toka yezid ou grivan) et une longue ceinture sacrée en laine (banne pshte), appelée "kusti" par les Zoroastriens.

young-man-young-man-holds-national-yazidi-flag-his-hands-against-background-high-mountains-forests-rivers-196808718.jpg

Le nom Yezid est dérivé du fils du premier calife omeyyade, Muwiya I Yazid. Les Yazidis eux-mêmes soulignent parfois que le réformateur (ou fondateur) de leurs enseignements, Sheikh Adi, était lui-même un descendant de Muawiya par Yazid. Yazid était un adversaire majeur de l'Imam Ali et de sa famille et est considéré comme responsable de la mort de l'Imam Hussein. Pour cette raison, il n'est pas très populaire auprès des musulmans, et les chiites le détestent ouvertement et avec véhémence. Dans le même temps, les traces du Yazid historique ont été presque entièrement effacées par les Yazidis, le pathos anti-chiite est absent, et Yazid ou Yazid lui-même est considéré comme une divinité céleste (peut-être la plus élevée). En effet, l'étymologie iranienne interprète le mot Yazid ou Yezid comme un mot moyen persan yazad ou yazd (de la base iranienne ancienne *yazatah), signifiant "divinité", "ange", "être digne d'adoration". Par conséquent, le nom même de "Yazidis" peut être interprété comme "peuple des anges" ou "peuple du culte", mais aussi comme "peuple de Yazd", c'est-à-dire "peuple de Dieu".

Mais la trace la plus frappante du zoroastrisme est la fermeture complète de la communauté yézidie, fondée sur les castes. Elle est strictement divisée en trois castes - deux sacerdotales (cheikhs et pirs) et une séculière (mrid), bien que la caste séculière, à laquelle appartiennent la plupart des Yezidis, représente par définition les adeptes des maîtres spirituels et soit le plus étroitement liée aux deux plus hautes. Ainsi, chaque mrid (simple yazid) doit avoir un "frère dans l'au-delà", qui ne peut être qu'un membre de la caste des cheikhs et des pirs. Le "frère dans l'au-delà" est censé aider le yezid décédé à passer le pont mince (l'équivalent direct du pont Chinwat zoroastrien) vers le paradis. Les castes sont strictement endogènes, et il est strictement interdit à tous les Yazidis de se marier ou même d'avoir des relations extraconjugales avec des membres d'une autre caste. Ceci est justifié par le fait que les Yezidis appartiennent à un type spécial de personnes, radicalement - ontologiquement - différent du reste.

La légende yézidie raconte que les premiers êtres humains Adam et Eve, qui ne connaissaient pas le mariage, ont essayé de produire une progéniture à partir de leurs propres graines en les plaçant dans deux jarres. Après neuf mois, des bébés mâles et femelles ont émergé dans la cruche d'Adam à partir de sa semence, et dans la cruche d'Eve à partir de sa "semence", des vers puants ont émergé. Les Yezidis croient qu'ils poursuivent la lignée de ces enfants d'Adam créés sans femelles. Le reste du peuple est issu des enfants ultérieurs d'Adam, déjà conçus par Eve. Nous voyons ici le motif zoroastrien classique de la pureté sacrée des enfants de la Lumière, qui ne doivent en aucun cas se mêler aux enfants des Ténèbres. D'où l'endogamie rigide des castes.

RTX6Q6WS.jpg

La première des trois règles principales de la religion yazidie est l'interdiction du mélange des castes. La deuxième règle est l'interdiction de changer de foi. La troisième est l'interdiction de la désobéissance aux prêtres et plus encore de la violence à l'encontre des membres du Sheikh et des castes de fétiches.

Tous ces éléments, qui sont essentiels et fondamentaux pour la religion yézidie et son organisation ethno-politique, remontent directement au zoroastrisme classique.

En même temps, il y a un trait curieux dans les mythes et légendes des Yezidis qui a, cette fois, des racines touraniennes. Elle concerne l'interdiction des cultures céréalières. La chute même d'Adam n'est pas décrite comme une conséquence de la consommation d'une pomme, mais comme une conséquence de la consommation du grain interdit par Dieu. Il s'agit d'une caractéristique classique de la société nomade, qui percevait les céréales - partie intégrante de la culture agricole - comme un domaine interdit, une sorte d'"enfer pour le nomade". Pour un porteur d'une culture purement touranienne, manger du pain est un péché. La même parcelle a été conservée chez le peuple indo-européen Talysh, proche des Kurdes par la langue et la culture, mais contrairement aux Kurdes (principalement du sud - Zaza et Gurani), les Talysh n'ont pas quitté leurs territoires et ne se sont pas déplacés de la mer Caspienne vers la Mésopotamie, l'Anatolie et le Moyen-Orient, restant sur la terre d'Azerbaïdjan. Ainsi, une trace touranienne prononcée s'ajoute au zoroastrisme classique dans le yézidisme kurde.

On peut en outre distinguer certains éléments de l'iranisme hétérodoxe combinés à des motifs judéo-chrétiens. Les courants judéo-chrétiens sont proches de l'iranisme tant au niveau génétique que conceptuel dans leur structure. Inversement, les sectes judéo-chrétiennes ont eu une grande influence sur le manichéisme. Nous voyons des traces du judéo-christianisme chez les Yezidis dans les rites préservés du baptême et de la communion avec le vin lors d'un repas sacré. En outre, les Yezidis pratiquent la circoncision, qui correspond également au cycle judéo-chrétien.

Le fait que le principal sanctuaire yézidi de Lalesh était autrefois un monastère nestorien s'inscrit donc bien dans cette séquence. Ces mêmes courants hétérodoxes irano-chrétiens (comme les Mandéens, les Sabéens, etc.) étaient également caractérisés par des motifs gnostiques, que l'on retrouve en abondance chez les Yézidis. Cette couche a, cette fois, une origine moyen-orientale et se superpose à une identité tourano-iranienne plus ancienne.

Enfin, les influences islamiques proprement dites constituent la dernière couche de la religion complexe des Yezidis. Nous voyons ici les deux traditions soufie et chiite. Associée au soufisme, la pratique même de l'adoration du Sheikh comme kutb, le poteau. Un rôle majeur dans la métaphysique yazidi est joué par l'image de la perle blanche, dans laquelle l'essence divine s'est incarnée avant même le début de la création. Ce thème est central à l'ontologie soufie, développant la thèse du hadith selon lequel "Dieu était un trésor caché (la perle) mais voulait être connu". Cette image joue un rôle majeur dans les enseignements du shi'ite Nusayri. Sont également associées à l'islam chiite les notions de l'importance particulière du premier cercle des disciples du cheikh, qui dans l'islam chiite a été transféré à la famille de Mohammad et surtout à la famille de l'imam Ali.

Dans les enseignements des Yazidis, une attention particulière est portée à l'ambiguïté du principal gestalt sacré, l'Ange-Paulin (Malaki-Ta'uz), identifié à l'ange juif Azazil. Dans la Kabbale juive, le même nom (Aza, Azazil) est utilisé pour le démon de la mort. Les textes yézidis soulignent que dans les autres religions, qui ont leurs origines dans Adam et Eve et pas seulement Adam, comme les Yézidis eux-mêmes, l'ange-Paulin est mal compris comme un "ange déchu". C'est l'aspect le plus inquiétant de la religion yézidie, et il a conduit d'autres cultures à les considérer comme des adorateurs du diable.

D'une part, l'oiseau primordial peut être rattaché à la tradition indo-européenne, aux oiseaux sacrés des Scythes, au Garuda des Hindous, au Simurg des Perses et à l'aigle de Zeus des Hellènes. Mais cette image ne souffre nulle part de la moindre ambiguïté et est considérée comme un attribut de la plus haute divinité céleste.

Mais nous rencontrons la diabolisation de l'aigle en dehors du contexte indo-européen chez les peuples adyguéens-abkhazes du Caucase, où l'aigle de fer du dieu maléfique Paco devient la victime du héros "positif" Bataraz, et en plus il y a une image encore plus expressive de la "Tha des oiseaux de proie", comme la tête des anges déchus. La proximité géographique des Caucasiens et des Kurdes, et les liens communs avec le substrat hurrite, suggèrent une autre dimension de la religion kurde yazidie responsable de ses aspects "sombres" ou du moins ambigus.

À cette ambiguïté s'ajoute la subtile dialectique de la métaphysique soufie d'al-Khallaj, qui contient une sorte de justification d'Iblis (le Diable), qui a refusé de se prosterner devant Adam non par orgueil, mais par Amour absolu pour Dieu qui ne permet aucun intermédiaire. Ce thème est en accord avec les motifs gnostiques de la Sophia déchue. Bien que chez les Yezidis ce thème ne soit pas directement souligné, la structure gnostique de leur tradition et certaines allusions antinomiennes - par exemple, l'intrigue du Livre noir des Yezidis, où c'est Malaki-Ta'uz qui encourage Adam à enfreindre l'interdiction divine de manger du grain - permettent cette interprétation.

Dans l'ensemble, la religion des Yezidis reflète une identité kurde profonde qui remonte au fond des âges. L'analyse de ce que les critiques extérieurs reprochent aux Yazidis et de ce qui constitue des aspects ambigus de leur religion repose en grande partie sur une mauvaise compréhension de sa structure interne, ainsi que sur une mauvaise interprétation des figures et images individuelles, ce qui est exacerbé par une nature véritablement syncrétiste et fermée des Yazidis, rendant difficile la compréhension de la morphologie intégrale de leurs enseignements.

Kurdes chiites

L'identité kurde se manifeste de manière tout à fait différente à l'autre extrémité du spectre religieux - chez les Kurdes chiites. Il convient ici de distinguer deux courants : les Kurdes alévis, les plus nombreux parmi l'ethnie Zaza (mais aussi parmi les Kurdes du nord - les Kurmanji) et les Kurdes partageant la doctrine des Ahli Haq (littéralement, "peuple de la vérité").

tumblr_p4no1_500.jpg

Les Alevis sont un ordre chiite-soufi qui est apparu au 13ème siècle dans le sud-est de l'Anatolie, près de l'école fondée par Hadji Bektash et qui est devenue plus tard la base religieuse de la "nouvelle armée" des sultans ottomans - les janissaires. Les Alévis ont perpétué la tradition du soufisme iranien extrême (Gulat), centré sur la vénération d'Ali et des Imams, et de Salman Fars comme figure clé particulière de la gnose lumineuse iranocentrique. Plus tard, aux XVe et XVIe siècles, les Alévis ont été rejoints par les branches turques des Qizil Bash, qui sont devenus le fondement de la dynastie safavide d'Iran, mais dans les territoires turcs sous contrôle sunnite, ils ont dû s'adapter à des conditions hostiles et dissimuler leur identité. De même, les Kurdes ont vu dans l'alévisme la possibilité de rester au sein de la société ottomane, où un islam zahirite agressif et plutôt intolérant est devenu la force dominante après Sélim Ier, parce que les dirigeants ottomans avaient du respect pour l'alévisme - en tant qu'idéologie religieuse originelle des premiers dirigeants ottomans et base spirituelle de la plus importante institution militaire et religieuse de l'Empire ottoman - l'armée des janissaires et l'ordre des bektashi.

D'autre part, les Kurdes voyaient dans l'alévisme de nombreux traits proches de la tradition zoroastrienne, ce qui rendait leur participation à ce courant justifiée en termes de préservation de leur identité indo-européenne originelle. Un certain nombre de caractéristiques rituelles rapprochent les Alévis kurdes des Yazidis. Parmi eux, on trouve par exemple le principe de l'endogamie stricte - les Kurdes alévis ont le droit de n'épouser que des membres de la communauté alévie, préservant ainsi la pureté des "enfants de la Lumière" sur laquelle se fondent la tradition mazdéenne et diverses versions ultérieures de l'iranisme.

Un autre courant du shi'isme radical (gulat) est l'Ahli Haqq, fondé par le sultan Sahak à la fin du quatorzième siècle. Cette tendance s'est répandue parmi les Kurdes du sud et surtout parmi les Kurdes d'Iran. La plupart d'entre eux appartiennent à l'ethnie Goran, mais il existe également des groupes importants d'Ahli Haqq dans les peuples kurdes de Kelhuri et de Lur. Un autre nom pour cette doctrine est Yarsan (Yâresân - littéralement, "communauté d'amoureux" ou "communauté d'amis").

La doctrine du mouvement Ahli Haqq est sensiblement la même que celle du yézidisme. Il affirme également l'idée de l'incarnation d'êtres supérieurs (Dieu ou les anges) dans une chaîne de sept messagers choisis. Ce thème est un classique de la prophéologie judéo-chrétienne et du manichéisme. Elle est également assez caractéristique du chiisme - en particulier du chiisme radical, où les membres de la famille de Mohammad et du clan de l'imam Ali sont considérés comme de telles incarnations. Les membres de l'Ahli-Haqq reconnaissent sept de ces incarnations successives, où la deuxième et la troisième coïncident avec la lignée des séminaristes chiites, Ali et Hasan ("Shah Khoshen"). En général, il est facile d'identifier l'influence ismaélienne dans les enseignements d'Ahli Haqq (par exemple, la mention de Sheikh Nusayr parmi les assistants d'Ali). La première incarnation, cependant, est Havangdagar, par laquelle les membres de l'Ahli Haqq font référence à la Déité suprême elle-même. Chaque incarnation est accompagnée de quatre "anges amis" ou "anges aides" (yārsān-i malak), d'où le nom de toute la communauté des Yarsan. La cinquième "aide" est l'ange féminin, une figure classique du zoroastrisme (fravarti).

L'Ahli Haqq partage la doctrine soufie traditionnelle des quatre étapes de la connaissance de la vérité - shariah, tarikat, marifat et haqiqat, et des étapes du développement spirituel de l'âme respectivement. Les adeptes de cette école de pensée pratiquent le zikr soufi traditionnel.

Un trait irano-zoroastrien est l'idée de la dualité d'origine de l'humanité, qui rapproche également l'Ahli Haqq des Yazidis. Selon leur doctrine, les membres de la communauté Ahli-Haqq ont été créés à l'origine à partir de "l'argile jaune" (zarda-gel), tandis que le reste de l'humanité est issu de la "terre noire" (ḵāk-e sīāh).

L'eschatologie d'Ahli Haqq reproduit généralement le chiisme classique: les élus attendent la venue de l'Homme du Temps, le Mahdi. Mais selon Ahli Haqq, le Mahdi doit apparaître parmi les Kurdes - dans la région kurde de Sultaniyah (province iranienne de Zanjan) ou à Shahrazur, la ville qui, selon les légendes kurdes, a été fondée par le roi Dayok (ou Dayukku), considéré comme le fondateur d'une dynastie de rois mèdes. Ce détail souligne le caractère ethnocentrique de l'eschatologie kurde.

En même temps, comme chez les Yezidis, on constate l'influence des groupes judéo-chrétiens - on reconnaît notamment l'immaculée conception du fondateur (ou réformateur) de cette doctrine, le sultan Sahak, dont la tombe dans la ville de Perdivar est un centre de pèlerinage.

À la fin du 19ème et au début du 20ème siècle, l'un des chefs spirituels de l'Ahli Haqq, Hajj Nematallah, a beaucoup fait pour activer ce groupe, en publiant un certain nombre de textes religieux et poétiques, qui ont joui d'une grande popularité parmi les Kurdes - surtout le Shah-name-i haqikat (Le livre de la vérité du roi).

Kurdistan_bajar_0.PNG

Les Kurdes : identité et État

Bien que leurs origines remontent aux Musulmans qui ont fondé le puissant Empire, et bien qu'ils aient parfois été les ancêtres de puissantes dynasties (comme les Ayubides), les Kurdes n'ont pas été en mesure de construire un État propre jusqu'à aujourd'hui.

Ils ont cependant apporté une contribution significative à la culture du Moyen Âge islamique, notamment dans le domaine de la poésie. Le premier poète kurde est considéré comme étant Piré Sharir, qui a vécu au 10ème siècle et a laissé un corpus de courts poèmes aphoristiques, extrêmement populaires parmi les Kurdes. Un autre des premiers poètes kurdes était Ali Hariri (1009-1079). La première grammaire de la langue kurde a été compilée aux Xe et XIe siècles par un contemporain d'Ali Hariri, le poète Termuqi, qui a été le premier à écrire des poèmes en kurmanji. L'une des œuvres de Termuqi porte le même nom que la célèbre pièce de Calderon "La vie, en effet, est un rêve".

Plus tard au XVIe siècle, l'éminent poète kurde Mela Jeziri a jeté les bases d'un courant soufi dans la poésie kurde, devenant un modèle pour les générations successives de poètes soufis kurdes. Dans toutes les élites intellectuelles kurdes, un accent particulier sur l'identité kurde est évident dès les premiers poètes. Au 17e siècle, un autre poète soufi kurde, Faqi Tayran (1590 - 1660) (illustration, ci-dessous), également appelé "Mir Mehmet", a rassemblé de nombreux contes populaires kurdes dans un recueil intitulé "Contes du cheval noir" (Kewlê Hespê Reş). Il a été le premier à faire l'éloge de la défense héroïque de la forteresse de Dymdım en 1609-1610.

1247940.jpg

Les représentants de l'élite kurde commencent progressivement à se rendre compte de l'anomalie - le fossé entre la grande histoire des Kurdes, le niveau de conscience de leur identité unique, leur militantisme et leur héroïsme d'une part, et la position subordonnée au sein d'autres empires - d'abord le califat arabe, puis la Turquie ottomane et l'Iran séfévide.

Ainsi, le plus grand poète kurde Ahmed Khani (1650-1708), l'auteur du célèbre poème épique parmi les Kurdes sur l'histoire d'amour tragique "Mom et Zin", est imprégné de la douleur pour l'État kurde disparu et de la nostalgie de la grandeur passée. Ahmed Hani est considéré comme l'un des premiers idéologues du renouveau kurde et est reconnu comme un combattant de l'identité kurde, préparant la prochaine étape de l'éveil de la conscience nationale. Un autre poète kurde de premier plan, Hadji Qadir Koy (1816-1894) (illustration,ci-dessous), a poursuivi cette tendance. Dans son œuvre, le désir de libération des Kurdes et d'établissement de leur propre État est encore plus contrasté et sans ambiguïté.

1 u9w9TKQKE3aIJSWQBI5jtA@2x.jpeg

Au XIXe siècle, lorsque l'Empire ottoman a commencé à s'affaiblir et que nombre des peuples qui le composaient (Arabes, Grecs, Slaves, etc.) ont commencé à élaborer des projets d'indépendance, des sentiments similaires ont surgi chez les Kurdes. En 1898, le premier journal en kurde, Kurdistan, est publié au Caire. Plus tard, le journal Kurdish Day (rebaptisé plus tard Kurdish Sun) commence à être imprimé à Istanbul. Un magazine appelé Jin (Vie) est publié en turc, qui proclame ouvertement la volonté de créer un État kurde indépendant.

À la fin du XIXe siècle, les Kurdes provoquent de plus en plus de soulèvements anti-turcs (par exemple, en 1891 à Dersim).

Les Kurdes ont d'abord soutenu les Jeunes Turcs et l'arrivée au pouvoir de Kemal Ataturk, y voyant l'espoir de mettre fin à l'oppression de l'administration ottomane. Les Alévis ont même reconnu Ataturk comme le Mahdi, une figure eschatologique destinée à libérer les peuples de l'oppression et de l'injustice : C'est ainsi que la conscience religieuse a interprété la fin de l'ère de la domination du zahirisme sunnite rigide qui, depuis l'époque de Selim Ier et de Soliman le Magnifique, avait été remplacée par une religion entièrement différente - spirituelle et de style iranien - des premiers dirigeants ottomans, inextricablement liée au soufisme ardent du cheikh Haji-Bektaş, de Yunus Emre et de Jalaladdin Rumi et comportant de nombreux thèmes chiites.

Cependant, les Kurdes n'ont pas obtenu ce qu'ils voulaient de l'effondrement de l'Empire ottoman. Une partie du Kurdistan est restée dans le nouvel État turc, une autre partie a été incorporée à l'Irak par l'administration d'occupation britannique, la troisième a été cédée à la Syrie et la quatrième est restée en Iran. Ainsi, une immense nation de quarante millions de personnes a été divisée en quatre parties, comprenant deux puissances coloniales, où le nationalisme arabe ou est devenu l'idéologie dominante (Syrie et Irak), la Turquie, où s'est affirmé le nationalisme turc sous une nouvelle forme - laïque, et l'Iran, où le chiisme dominant duodécimain et l'identité perse ont également servi de dénominateur commun à l'État, sans accorder aux Kurdes une place particulière, sans toutefois les opprimer autant qu'en Irak, en Syrie et en Turquie.

Le vingtième siècle n'a donc pas été l'occasion pour les Kurdes d'établir leur propre statut d'État, et la question a été reportée à un avenir incertain. En même temps, il n'y avait pas de consensus clair parmi les Kurdes sur le type d'État kurde qu'il devait être et sur quelle base idéologique il devait être fondé. De plus, il n'y avait pas non plus de consensus entre les dirigeants.

Ainsi, dans chacun des pays dans lesquels les Kurdes ont vécu, les forces suivantes ont pris forme.

En Turquie, l'organisation de gauche basée sur les principes socialistes (communistes) - le Parti des travailleurs du Kurdistan - est devenu l'expression politique de la lutte des Kurdes pour l'autonomie et, à la limite, l'indépendance. Depuis le milieu des années 40, l'Union soviétique apporte un soutien militaire et politique aux Kurdes afin de contrer les intérêts des pays occidentaux au Moyen-Orient. Ainsi, le leader des Kurdes irakiens Mustafa Barzani (1903 - 1979) s'est enfui vers le territoire soviétique après avoir été vaincu par les Irakiens de la République kurde de Mehabad, où il a été accueilli, soutenu, puis à nouveau envoyé en Irak. Pour les Kurdes, l'URSS était donc considérée comme un point d'appui géopolitique, qui prédéterminait dans une large mesure l'orientation idéologique des Kurdes - en particulier en Turquie. Chez les Kurdes vivant dans une société traditionnelle, le communisme était difficilement compréhensible et attrayant, de sorte que ce choix a très probablement été déterminé par des considérations pragmatiques. En outre, les Kurdes irakiens se sont heurtés à plusieurs reprises aux Britanniques (le premier soulèvement anti-anglais a été soulevé par Ahmed, le frère de Mustafa Barzani, en 1919), au cours duquel les Britanniques ont mené des opérations punitives contre les Kurdes, détruisant tout sur leur passage, mais les Britanniques étaient des ennemis de l'URSS.

81uv3p9o.jpg

Le chef du Parti des travailleurs du Kurdistan était Abdullah Öçalan, qui a dirigé le mouvement d'insurrection armée kurde, proclamant en 1984 le début de la lutte armée pour l'établissement d'un Kurdistan indépendant. L'aile militaire du parti est les Forces d'autodéfense du peuple. Öçalan est actuellement emprisonné en Turquie, après avoir été condamné à la prison à vie.

Le Parti des travailleurs du Kurdistan lui-même est considéré comme une "organisation terroriste" dans de nombreux pays. En fait, le Parti de la paix et de la démocratie, qui a été transformé à partir du Parti de la société démocratique, interdit en 2009, agit désormais au nom des Kurdes en Turquie. Mais pour toutes ces structures, la tradition des idées socialistes et sociales-démocratiques de gauche parmi les Kurdes turcs est maintenue.

Les Kurdes irakiens sont unis au sein du Parti démocratique du Kurdistan, formé par Mustafa Barzani, qui, comme nous l'avons vu, était également tourné vers l'URSS et bénéficiait de son soutien. L'aile militaire du parti est devenue l'armée kurde - les Peshmerga (Pêşmerge littéralement, "ceux qui regardent la mort en face"), qui est apparue à la fin du 19ème siècle pendant la lutte des Kurdes irakiens pour l'indépendance.

Il y a eu une confrontation précoce entre deux leaders à la tête du Parti démocratique du Kurdistan, reflétant les intérêts de deux formations tribales kurdes - les Barzani, centrés à Bahdinan, et les Kurdes Sorani, centrés à Sulaymaniyah.

Le représentant de la tribu Barzani était le héros de la lutte pour l'indépendance kurde Mustafa Barzani, dont la cause après sa mort a été dirigée par son fils Masoud Barzani, l'ancien président de la région du Kurdistan irakien dans la période critique pour l'Irak de 2005 à 2017. Masoud Barzani était impliqué dans des opérations militaires avec les unités kurdes peshmerga depuis 16 ans. Après que Massoud Barzani a quitté la présidence, son neveu, le petit-fils de Mustafa Barzani, Nechirvan Idris Barzani, a repris le poste.

L'alliance tribale opposée après 1991 était représentée par la figure flamboyante de Jalal Talabani (photo), qui a été président de l'Irak de 2005 à 2014...

_98125544_002244296-1.jpg

Après la défaite des forces de Saddam Hussein par les forces de la coalition occidentale, Masoud Barzani et Jalal Talabani ont travaillé ensemble pour établir un contrôle militaire et politique sur les territoires du Kurdistan irakien. Toutefois, les contradictions entre les dirigeants se sont reflétées dans la division effective du Kurdistan irakien en deux parties - la partie orientale (Sulaymaniyah, district de Soran, du nom de la tribu kurde des Sorani), patrie de Talabani, où sa position était la plus forte, et la partie nord-ouest (Bahdania), patrie de Barzani, où ses partisans l'emportaient.

Ce dualisme relatif parmi les Kurdes irakiens a persisté jusqu'à aujourd'hui. Dans certaines situations, les dirigeants des deux entités tribales forment des alliances entre eux. Dans d'autres, la coopération cède la place à la rivalité.

En Syrie, le Parti démocratique kurde de Syrie peut être considéré comme la principale organisation kurde. Actuellement, pendant la guerre civile syrienne, il y a aussi le Conseil national syrien, qui comprend d'autres forces. Les Kurdes syriens n'avaient pas de figures aussi brillantes que Barzani, Talabani ou Öçalan, leurs idées et leurs structures étaient donc fortement influencées par les structures kurdes turques ou irakiennes, où dans les deux cas les tendances gauchistes étaient fortes.

En Iran, les Kurdes vivent dans quatre provinces - Kurdistan, Kermanshah, Azerbaïdjan occidental et Ilam. Les Kurdes iraniens ont historiquement montré moins de volonté d'établir un statut d'État indépendant et n'ont pas organisé de structures politiques autonomes centralisées.

En 2012, deux partis, le Parti démocratique du Kurdistan iranien et le Komala (Parti révolutionnaire des travailleurs du Kurdistan) ont fait une offre pour une telle unification.

dimanche, 07 août 2022

La guerre des grains et la nouvelle posture de la Sublime Porte

shutterstock_396579595.jpg

La guerre des grains et la nouvelle posture de la Sublime Porte

Irene Ivanaj

Source: https://secolo-trentino.com/2022/07/31/la-guerra-del-grano-e-la-nuova-postura-della-sublime-porta/

Le rôle d'Erdogan en tant que grand médiateur dans la guerre Russie-États-Unis via l'Ukraine, alliée de l'OTAN mais également capable d'une ligne autonome, tandis que l'Europe tâtonne dans le noir.

Le grain, plus encore que le gaz, est une arme diplomatique entre les mains de la Russie et une guerre d'usure se profile en mer Noire, avec le déploiement de grandes puissances. La phase de libre-échange mondial des biens et des capitaux, ainsi que le transport des personnes à bas prix partout, est un souvenir, avec un blocage consécutif des chaînes d'approvisionnement mondiales.

La Chine, qui montre qu'elle voit loin, s'est préparée à la guerre et surtout à une économie de guerre. L'année dernière, elle a accéléré son désengagement de la dette publique américaine, même si cela avait été prévu depuis des années. D'autres puissances régionales, comme la Turquie et Israël, tentent de trouver des équilibres alternatifs et, pour des raisons évidentes, de ne pas contrarier le géant russe. Les alliés occidentaux, ayant peu à peu oublié l'usage de la diplomatie, tentent de rafistoler les adhésions à l'UE ou à l'OTAN en cherchant désespérément d'autres alliés et se targuent d'être prêts au dialogue dans le Haut-Karabakh.

De l'autre côté de la mer d'Azov, Erdogan a enregistré plusieurs victoires diplomatiques et militaires en Afrique et au Moyen-Orient. La semaine dernière, il a conclu l'accord sur les céréales en faisant office de garant entre les deux parties - la chaleur et les copeaux seront pris en charge plus tard ; peut-être après avoir remporté les élections prévues l'année prochaine. Du nouveau rôle de la Turquie, Carlo Marsili, ancien ambassadeur d'Italie à Ankara, a parlé avec beaucoup de clarté lors du 19ème atelier international du think tank Il Nodo di Gordio, organisé par Daniele Lazzeri à Baselga di Pinè.

01_03_22_Sinem.jpg

Parmi les nombreuses bizarreries que l'on peut lire sur la Turquie, l'une d'entre elles est que c'est un pays isolé. Ce n'est pas vrai : pas plus tard qu'en mars dernier, le premier ministre israélien, le président azéri, la chancelière allemande, le ministre arménien des affaires étrangères, le premier ministre néerlandais se sont rendus sur place [...]. En juillet, le troisième sommet italo-turc a donné une impulsion importante aux relations diplomatiques, qui s'étaient quelque peu relâchées avec le temps. La deuxième bizarrerie est de prétendre que la Turquie est anti-occidentale et n'est pas un allié fiable. C'est faux, c'est un pays qui, en raison de sa géographie particulière, a suivi une voie unique en matière de politique étrangère. Un pays musulman, membre de l'OTAN, candidat à l'UE, membre du Conseil de l'Europe, membre du G20, premier partenaire de nombreux pays africains, avec une très forte présence en Somalie, etc. aura nécessairement des intérêts différents qui ne sont souvent pas faciles à concilier."

108036_TUR20210618ErdoganAA_1624023202236.jpg

Depuis le début de la guerre, Erdogan "[...] s'est érigé en médiateur, convoquant les présidents russe et ukrainien au forum d'Antalya. L'opération a abouti hier (25 juillet, ndlr) à la signature d'un accord rouvrant le trafic aux navires ukrainiens chargés de céréales. Un succès significatif". L'accord se compose de deux documents, l'un signé par les parties turque et russe et l'autre signé par la partie ukrainienne avec les Turcs. Pour parvenir à cet accord, la Turquie a dû jouer un rôle diplomatique qui, selon une certaine presse, était ambigu, mais qui s'est révélé au contraire précieux. D'une part, elle a condamné l'invasion russe aux Nations unies, fourni des drones à l'Ukraine, accueilli de nombreux réfugiés, activé la convention de Montreux de 36 sur les détroits dans une fonction restrictive, mais n'a pas appliqué de sanctions et a poursuivi le dialogue politique avec Moscou [...].

Abordant un point controversé, Marsili a déclaré :

    "En ce qui concerne le veto turc à l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'OTAN, la Suède - selon les Turcs - abrite le quartier général du PKK, une organisation dont le but est la division de l'État turc par la création d'un nouvel État kurde, qui n'a jamais existé à ce jour. Un objectif totalement opposé à celui de l'OTAN".

Erdogan négocie depuis une semaine pour établir les procédures opérationnelles standard de la base logistique installée sur les détroits par les Turcs pour guider les navires le long des routes minées par les Ukrainiens eux-mêmes, alors que les Russes craignent que les couloirs soient utilisés pour importer des armes et que les Ukrainiens accusent les uns et les autres de voler des cargaisons de céréales syriennes qui ont été repérées au Liban. Mais la semaine dernière a vu les retombées économiques de la tension : l'Égypte a retiré une commande de 240.000 tonnes de céréales ukrainiennes, une nouvelle détérioration des relations, et maintenant la guerre déborde sur le front géorgien, voisin et partenaire de la Turquie.

Gudauri.png

Et ces derniers jours, la situation en Géorgie se détériore rapidement, élargissant le champ de la confrontation. Dans les accords bilatéraux de l'année dernière, une règle générale a toujours été d'examiner les sujets un par un, mais cela pourrait ne pas être possible. Le mois dernier, il y avait déjà eu des tensions avec l'ambassadrice américaine, Georgia Degan, qui était accusée de vouloir fomenter une guerre dans le pays. En effet, l'ouverture d'un éventuel second front serait particulièrement préjudiciable à Moscou, mais la population géorgienne ne semble pas en être convaincue. Il y a une semaine, des manifestations avaient rempli les places pour la visite à Tbilissi d'une délégation du Parlement européen qui encouragerait l'entrée du pays dans l'Union. Entre-temps, avant-hier, un accord datant d'avant le 24 février ou janvier entre la Russie et la Géorgie a été publié : une partie du littoral de l'Abkhazie ira aux Russes.

Erdogan a été très habile pour gérer la neutralité d'un pays qui a un pied en Europe et un autre en Asie, un allié occidental unique, qui a tellement élargi ses accords qu'il peut négocier avec n'importe qui, souvent à ses propres conditions. Ajoutez à cela les multiples infrastructures réalisées au fil des ans, à tel point qu'elle est devenue une plaque tournante pour les hydrocarbures.

thumbs_b_c_89cbc0894c9b93996055bcd8e55ec0ce.jpg

L'Europe et l'Amérique, quant à elles, ont certes préparé le reste du monde à s'organiser, mais sans construire une alternative aux relations brûlées au fil du temps. My way, or the highway, ont-ils dit au monde ces dernières années ; les Américains ont les ressources pour le faire, l'Europe non. Erdogan a agi rapidement, il est retourné en Géorgie et a renouvelé un accord commercial de 3 milliards avant-hier. La politique n'attend plus l'heure de la justice internationale, et la diplomatie est un travail sur lequel on prend facilement du retard. En témoigne le procès qui oppose l'Arménie à l'Azerbaïdjan, ouvert à la Cour internationale de justice après neuf mois d'accusations mutuelles de génocide, qui a entre-temps été déclaré "résolu" avec la reprise du conflit du Haut-Karabakh. Là aussi, Erdogan a placé et déplacé ses pions.

vendredi, 05 août 2022

Erdogan, Poutine, Iran et Ukraine: le grand complot des drones

Erdogan-drones.jpg

Erdogan, Poutine, Iran et Ukraine: le grand complot des drones

SOURCE : https://it.insideover.com/guerra/erdogan-putin-iran-e-ucraina-il-grande-intreccio-dei-droni-2054515.html

La "relation spéciale" entre Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine se poursuit. Après le sommet de Téhéran où les deux présidents se sont rencontrés pour le sommet dit du "format Astana", le "sultan" et le "tsar" se retrouveront le 5 août à Sotchi, en Russie. Une rencontre qui confirmera non seulement la ligne de dialogue qui n'a jamais été interrompue entre Ankara et Moscou, même pendant les phases les plus délicates de la guerre en Ukraine, mais aussi une sorte de regain d'intérêt de la part des présidents russe et turc pour apparaître ensemble, rétablissant une accélération même physique dans les relations entre les deux pays qui semble presque être un plongeon dans le passé, certainement avant la soi-disant "opération militaire spéciale".

Il y a de nombreuses questions sur la table. Il y a le nœud constitué par la Syrie, qui a déjà été révélé lors du sommet de Téhéran. Il y a le blé, étant donné que, pas plus tard qu'hier, un centre logistique a été ouvert à Istanbul pour contrôler les exportations de blé ukrainien à travers la mer Noire. L'un des points les plus importants de l'accord signé en Turquie par Moscou et Kiev avec le gouvernement d'Ankara et les Nations Unies. Mais comme l'a expliqué le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, l'accent de cette réunion sera également mis sur la coopération dans le domaine militaire. Une clarification qui a surtout servi à ne pas démentir les hypothèses circulant ces dernières heures sur un prétendu intérêt russe pour une coopération dans la production des célèbres drones Bayraktar TB2 de fabrication turque. Des drones qui, comme on l'a vu dans l'actualité ces derniers mois, sont devenus des armes clés aux mains des forces ukrainiennes.

246745862.jpg

L'accord entre Kiev et Ankara pour la fourniture de ces machines de guerre n'a jamais été apprécié par le Kremlin, qui a toujours considéré ce pacte comme une sorte de coup de poignard dans le dos commis par Erdogan. Non seulement le président turc a des liens familiaux avec le géant de la défense (Selçuk Bayraktar, le directeur technique de Baykar, est le mari de la fille d'Erdogan, Sumeyye), et donc tous les accords sont considérés comme une sorte d'affaire personnelle, mais il faut également se rappeler que jusqu'à présent, ces drones ont également été appréciés par des pays profondément rivaux de la Russie, en commençant par l'Ukraine et en terminant par la Pologne et la Lettonie. L'image n'est donc certainement pas l'une des meilleures du point de vue de Poutine, compte tenu également du type de relation construite au fil des ans avec le dirigeant turc. Et ce facteur ne doit certainement pas être sous-estimé. Cependant, le fait que Moscou puisse maintenant être intéressé par une collaboration avec Ankara dans ce même secteur suggère non seulement la valeur de ces systèmes pilotés à distance produits par la Turquie, mais aussi le désir du Kremlin de faire un pas en avant en entrant dans un domaine complexe non seulement sur le plan stratégique, mais aussi sur le plan diplomatique. En substance, il s'agit de s'insinuer dans un système qui voit la Turquie fournir, pour l'instant, des technologies de guerre aux ennemis de la Russie.

Pour l'instant, Moscou n'a ni confirmé ni infirmé cette hypothèse. Peskov a seulement déclaré que la coopération en matière de défense entre les deux pays est "constamment à l'ordre du jour" et que cela indique qu'il existe un partenariat très important entre les deux gouvernements. Mais ce qui importe avant tout, c'est le timing de ces rumeurs à la lumière d'un point d'interrogation qui a marqué la visite de Poutine à Téhéran : la fourniture éventuelle de drones iraniens à la Russie. Une hypothèse divulguée par des sources américaines et qui n'avait pas trouvé un mur de déni aussi clair de la part de la République islamique. Au contraire, l'Iran a pris soin de préciser que la coopération avec la Fédération de Russie était de longue date. Et de nombreux observateurs avaient spéculé qu'en cas de vente d'appareils iraniens à Moscou, une véritable guerre éclaterait dans le ciel ukrainien entre les drones d'Ankara et ceux de Téhéran, les premiers aux mains de Kiev, les seconds aux mains de l'ennemi.

maxresdefaerdpiutggfdult.jpg

La rumeur d'un éventuel intérêt russe pour les drones turcs Bayraktar TB2 changerait encore la donne. Le Daily Sabah, un quotidien proche des cercles autour d'Erdogan, a rapporté des rumeurs d'intérêt de la part de la Russie et des Émirats arabes unis pour un travail conjoint avec la Turquie sur ces drones. Et la question aurait également été discutée lors d'une réunion du parti AKP d'Erdogan. Mais selon les rapports du Daily Sabah, le PDG de Baykar, la société qui produit les Bayraktar TB2, a déclaré qu'il soutenait la résistance ukrainienne et qu'ils n'avaient aucun accord avec le Kremlin.

dimanche, 24 juillet 2022

La troïka bat Biden en Asie occidentale

108762692.jpg

La troïka bat Biden en Asie occidentale

Pepe Escobar

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/la-troika-del-potere-batte-biden-asia-occidentale

Le sommet de Téhéran réunissant l'Iran, la Russie et laTurquie a été un événement fascinant à plus d'un titre. Concernant ostensiblement le processus de paix d'Astana en Syrie, lancé en 2017, la déclaration commune du sommet a dûment noté que l'Iran, la Russie et la Turquie (récemment renommée) continueront à "coopérer pour éliminer les terroristes" en Syrie et "n'accepteront pas de nouveaux faits en Syrie au nom de la défaite du terrorisme".

Il s'agit d'un rejet total de l'unipolarisme exceptionnaliste de la "guerre contre le terrorisme" qui régnait autrefois en Asie occidentale.

S'opposer au shérif mondial

Le président russe Vladimir Poutine a été encore plus explicite dans son discours. Il a insisté sur "des mesures spécifiques pour promouvoir un dialogue politique inclusif en Syrie" et, surtout, a appelé un chat un chat : "Les États occidentaux, menés par les États-Unis, encouragent fortement le sentiment séparatiste dans certaines régions du pays et pillent ses ressources naturelles dans le but de détruire l'État syrien".

Il y aura donc "davantage de mesures dans notre format trilatéral" visant à "stabiliser la situation dans ces régions" et, surtout, à "rendre le contrôle au gouvernement légitime de la Syrie". Pour le meilleur ou pour le pire, l'époque du pillage impérial sera révolue.

Les rencontres bilatérales en marge du sommet - Poutine/Raisi et Poutine/Erdogan - étaient encore plus intrigantes. Le contexte est crucial : la réunion de Téhéran a eu lieu après la visite de Poutine au Turkménistan fin juin pour le 6ème sommet de la Caspienne, où tous les pays riverains, y compris l'Iran, étaient présents, et après les voyages du ministre des affaires étrangères Sergei Lavrov en Algérie, au Bahreïn, à Oman et en Arabie saoudite, où il a rencontré tous ses homologues du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

Le moment de Moscou

Nous voyons ainsi la diplomatie russe tisser soigneusement sa tapisserie géopolitique de l'Asie occidentale à l'Asie centrale - avec chacun de ses voisins désireux de parler et d'écouter Moscou. À l'heure actuelle, l'entente cordiale Russie-Turquie tend à pencher vers la gestion des conflits et est forte en matière de relations commerciales. Le jeu Iran-Russie est complètement différent: il s'agit d'un partenariat stratégique.

Ce n'est donc pas une coïncidence si la National Oil Company of Iran (NIOC) a annoncé, en marge du sommet de Téhéran, la signature d'un accord de coopération stratégique de 40 milliards de dollars avec la société russe Gazprom. Il s'agit du plus grand investissement étranger de l'histoire de l'industrie énergétique iranienne, qui en avait cruellement besoin depuis le début des années 2000. Sept accords, d'une valeur de 4 milliards de dollars, concernent le développement de champs pétrolifères ; d'autres portent sur la construction de nouveaux pipelines d'exportation et de projets de GNL.

Le conseiller du Kremlin, Youri Ouchakov, a délicieusement révélé que Poutine et le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, ont "discuté de questions conceptuelles" lors de leur rencontre privée. Traduction : il veut dire grande stratégie comme dans le processus complexe d'intégration de l'Eurasie en évolution, dans lequel les trois nœuds clés sont la Russie, l'Iran et la Chine, qui intensifient maintenant leur interconnexion. Le partenariat stratégique Russie-Iran reprend en grande partie les points essentiels du partenariat stratégique Chine-Iran.

L'Iran dit "non" à l'OTAN

Concernant l'OTAN, Khamenei a dit les choses telles qu'elles sont : "Si la voie est ouverte pour l'OTAN, alors l'organisation ne voit pas de frontières. Si elle n'avait pas été arrêtée en Ukraine, après un certain temps, l'alliance aurait déclenché une guerre sous le prétexte de la "Crimée".

Il n'y a pas eu de fuites sur l'impasse du Plan d'action global conjoint (JCPOA) entre les États-Unis et l'Iran - mais il est clair, sur la base des récentes négociations à Vienne, que Moscou n'interférera pas dans les décisions nucléaires de Téhéran. Non seulement Téhéran-Moscou-Pékin savent parfaitement qui empêche le JCPOA de se remettre sur les rails, mais ils voient aussi comment ce blocage contre-productif empêche l'Occident collectif d'accéder au pétrole iranien dont il a tant besoin.

AA-5078962-min-scaled.jpg

Ensuite, il y a le front des armes. L'Iran est l'un des leaders mondiaux de la production de drones : Pelican, Arash, Homa, Chamrosh, Jubin, Ababil, Bavar, drones de reconnaissance, drones d'attaque, et même drones kamikazes, bon marché et efficaces, déployés pour la plupart à partir de plates-formes navales en Asie occidentale.

La position officielle de Téhéran est qu'elle ne fournit pas d'armes aux nations en guerre - ce qui, en principe, invaliderait les "informations" peu claires des États-Unis concernant leur fourniture à la Russie en Ukraine. Mais cela pourrait toujours se passer en catimini, étant donné que Téhéran est très intéressé par l'achat de systèmes de défense aérienne russes et d'avions de chasse ultramodernes. Après la fin de l'embargo du Conseil de sécurité de l'ONU, la Russie pourra vendre à l'Iran autant d'armes conventionnelles qu'elle le souhaite.

Les analystes militaires russes sont fascinés par les conclusions auxquelles les Iraniens sont arrivés lorsqu'il a été établi qu'ils n'auraient aucune chance contre une armada de l'OTAN ; en substance, ils ont opté pour une guérilla de niveau professionnel (une leçon tirée de l'Afghanistan). En Syrie, en Irak et au Yémen, ils ont déployé des formateurs pour guider les villageois dans la lutte contre les salafistes-djihadistes ; ils ont produit des dizaines de milliers de fusils de sniper de gros calibre, d'ATGM et de thermiques ; et bien sûr, ils ont perfectionné leurs chaînes de montage de drones (dotés d'excellentes caméras pour surveiller les positions américaines).

Sans oublier qu'au même moment, les Iraniens construisaient des missiles à longue portée plutôt performants. Il n'est pas étonnant que les analystes militaires russes pensent qu'il y a beaucoup à apprendre tactiquement des Iraniens - et pas seulement sur le front des drones.

Le ballet Poutine-Erdogan

Passons maintenant à la rencontre Poutine-Erdogan - un ballet géopolitique qui attire toujours l'attention, surtout si l'on considère que le sultan n'a pas encore décidé de monter dans le train à grande vitesse de l'intégration eurasienne.

Poutine a diplomatiquement "exprimé sa gratitude" pour les discussions sur les questions alimentaires et céréalières, réaffirmant que "toutes les questions relatives à l'exportation de céréales ukrainiennes depuis les ports de la mer Noire n'ont pas été résolues, mais des progrès ont été réalisés".

Hulusi_Akar_(cropped,_2019).jpg

Poutine faisait référence au ministre turc de la Défense, Hulusi Akar (photo), qui a assuré en début de semaine que la création d'un centre d'opérations à Istanbul, l'établissement de contrôles conjoints aux points de sortie et d'arrivée des ports et la surveillance étroite de la sécurité des navires sur les routes de transfert sont des questions qui pourraient être résolues dans les jours à venir.

Apparemment, Poutine-Erdogan ont également discuté du Nagorno-Karabakh (sans détails).

Ce que certaines fuites n'ont certainement pas révélé, c'est que sur la Syrie, à toutes fins utiles, la situation est dans l'impasse. Cela favorise la Russie, dont la principale priorité est le Donbass. Le rusé Erdogan le sait, c'est pourquoi il a peut-être essayé d'arracher quelques "concessions" sur la "question kurde" et le Nagorno-Karabakh. Quoi que Poutine, le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev et le vice-président Dmitri Medvedev pensent réellement d'Erdogan, ils apprécient certainement à quel point il est précieux de cultiver un partenaire aussi erratique qui peut rendre l'Occident collectif fou.

Cet été, Istanbul s'est transformée en une sorte de troisième Rome, du moins pour les touristes russes expulsés d'Europe : ils sont partout. Mais le développement géo-économique le plus crucial de ces derniers mois est que l'effondrement par l'Occident des lignes de commerce/approvisionnement le long des frontières entre la Russie et l'UE - de la Baltique à la Mer Noire - a finalement mis en évidence la sagesse et le sens économique du Corridor international de transport Nord-Sud (INTSC) : une grande réussite d'intégration géopolitique et géo-économique entre la Russie, l'Iran et l'Inde.

Lorsque Moscou parle à Kiev, elle parle par l'intermédiaire d'Istanbul. L'OTAN, comme le Sud global le sait bien, ne fait pas de diplomatie. Par conséquent, toute possibilité de dialogue entre les Russes et certains Occidentaux éduqués a lieu en Turquie, en Arménie, en Azerbaïdjan et aux Émirats arabes unis. L'Asie occidentale et le Caucase n'ont d'ailleurs pas rejoint l'hystérie des sanctions occidentales contre la Russie.

2_political_cartoon_u.s._joe_biden_democrats_gaffe_problem_teleprompter_solved_-_bruce_plante_cagle.jpg

22AUGUST19COLOR.jpg

Dites adieu au "téléprompteur"

Comparez maintenant cela avec la récente visite dans la région du soi-disant "leader du monde libre", qui alterne joyeusement entre des poignées de main avec des personnes invisibles et la lecture - littéralement - de tout ce qui tourne sur un téléprompteur. Nous parlons du président américain Joe Biden, bien sûr.

Fait : Biden a menacé l'Iran de frappes militaires et, en tant que simple suppliant, a supplié les Saoudiens de pomper plus de pétrole pour compenser les "turbulences" sur les marchés énergétiques mondiaux causées par l'hystérie des sanctions de l'Occident. Le contexte : l'absence flagrante d'une vision ou de quoi que ce soit qui ressemble ne serait-ce qu'à un projet de plan de politique étrangère pour l'Asie occidentale.

Les prix du pétrole ont donc grimpé en flèche après le voyage de Biden : le Brent a augmenté de plus de quatre pour cent pour atteindre 105 dollars le baril, ramenant les prix au-dessus de 100 dollars après une interruption de plusieurs mois.

Le nœud du problème est que si l'OPEP ou l'OPEP+ (qui comprend la Russie) décident un jour d'augmenter leurs approvisionnements en pétrole, ils le feront sur la base de leurs délibérations internes, et non pas sous la pression de l'exceptionnalisme américain.

Quant à la menace impériale d'attaques militaires contre l'Iran, c'est de la pure démence. L'ensemble du golfe Persique - sans parler de toute l'Asie occidentale - sait que si les États-Unis/Israël attaquaient l'Iran, une riposte féroce ferait tout simplement s'évaporer la production énergétique de la région, avec des conséquences apocalyptiques, notamment l'effondrement de milliers de milliards de dollars de produits dérivés.

Biden a ensuite eu le culot de dire : "Nous avons fait des progrès dans le renforcement de nos relations avec les États du Golfe. Nous ne laisserons pas un vide que la Russie et la Chine pourront remplir au Moyen-Orient".

Eh bien, dans la vraie vie, c'est la "nation indispensable" qui s'est transformée en vide. Seuls les vassaux arabes achetés et payés - pour la plupart des monarques - croient en la construction d'une "OTAN arabe" (copyright du roi Abdullah de Jordanie) pour affronter l'Iran. La Russie et la Chine sont déjà présentes en Asie occidentale et au-delà.

rmb-dollar-rolls-renminbi-r-780.jpg

La dédollarisation, pas seulement l'intégration eurasienne

Ce n'est pas seulement le nouveau corridor logistique de Moscou et Saint-Pétersbourg à Astrakhan, puis à travers la Caspienne à Enzeli en Iran et à Mumbai qui bouleverse les choses. Il s'agit d'augmenter le commerce bilatéral qui n'implique pas le dollar américain. Il s'agit des BRICS+, dont la Turquie, l'Arabie saoudite et l'Égypte ont hâte de faire partie. Il s'agit de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui, en septembre prochain, accueillera officiellement l'Iran comme membre à part entière (et bientôt le Belarus). Il s'agit des BRICS+, de l'OCS, de l'ambitieuse initiative chinoise "Belt and Road" (BRI) et de l'Union économique eurasienne (UEE), interconnectés dans leur cheminement vers un partenariat de la Grande Eurasie.

L'Asie occidentale abrite peut-être encore un petit groupe de vassaux impériaux à souveraineté zéro dépendant de l'"assistance" financière et militaire de l'Occident, mais c'est du passé. L'avenir est maintenant, avec les trois principaux BRICS (Russie, Inde, Chine) qui coordonnent lentement mais sûrement leurs stratégies qui se chevauchent à travers l'Asie occidentale, avec l'Iran impliqué dans toutes ces stratégies.

Et puis il y a la grande image globale : indépendamment des circonvolutions et des stupides plans de "plafonnement des prix du pétrole" inventés par les États-Unis, le fait est que la Russie, l'Iran, l'Arabie saoudite et le Venezuela - les principaux et puissants pays producteurs d'énergie - sont absolument en phase : sur la Russie, sur l'Occident collectif et sur les besoins d'un véritable monde multipolaire.

mercredi, 20 juillet 2022

Poutine convient avec l'Iran d'intensifier l'utilisation de monnaies nationales autres que le dollar et de renforcer la coopération internationale en matière de sécurité

thumbs_b_c_508d707ee6f8d77110dd085fb9f32838.jpg

Poutine convient avec l'Iran d'intensifier l'utilisation de monnaies nationales autres que le dollar et de renforcer la coopération internationale en matière de sécurité

par KontraInfo

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/putin-acordo-con-iran-intensificar-el-uso-de-monedas-nacionales-por-fuera-del-dolar-y-reforzar-la-cooperacion-en-materia-de-seguridad-internacional/

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré, lors d'une rencontre avec le président iranien Ebrahim Raisi, qu'ils ont "renforcé la coopération internationale en matière de sécurité" et qu'ils "peuvent se targuer de chiffres commerciaux records", en réponse aux sanctions américaines imposées aux deux nations. Le président iranien, pour sa part, a exprimé à M. Poutine son espoir que "votre visite officielle en Iran sera un tournant dans le renforcement des relations entre les deux pays, tant sur l'agenda régional qu'international". Les deux nations s'acheminent vers un traité de coopération stratégique global et ont convenu d'intensifier les paiements en monnaies nationales, hors de l'hégémonie du dollar.

"Une attention particulière a été accordée au renforcement de la coopération dans les domaines de l'énergie, de l'industrie et des transports. Nous avons convenu de la réalisation d'importants projets communs et de l'intensification de l'utilisation des monnaies nationales dans les paiements directs entre les deux pays", a déclaré M. Poutine.

S'exprimant lors d'une réunion tripartite des dirigeants de la Russie, de l'Iran et de la Turquie à Téhéran, le dirigeant russe a également souligné que "la présence de l'État islamique et d'autres groupes extrémistes en Syrie doit prendre fin pour toujours". "Je tiens à souligner que la situation dans les territoires non contrôlés par les autorités syriennes est particulièrement inquiétante. C'est de là que viennent les véritables menaces de la criminalité, de l'extrémisme et du séparatisme. Cette situation est en grande partie due à la ligne destructrice des pays occidentaux, menés par les États-Unis, qui cherchent à démembrer à terme l'État syrien. Par conséquent, il est souhaitable que des mesures supplémentaires soient prises dans notre format pour stabiliser ces zones et les rendre au contrôle du gouvernement syrien légitime", a déclaré M. Poutine.

Le président iranien Ebrahim Raisi a déclaré au début des discussions que la présence illégale des troupes américaines en Syrie est un facteur de déstabilisation pour la région. "Il est nécessaire que les forces américaines quittent la région, y compris la Syrie, le plus rapidement possible", a déclaré M. Raisi. Le dirigeant perse a accusé Washington de piller les ressources syriennes, notamment le pétrole, et a condamné les frappes aériennes d'Israël sur le territoire syrien.

4218110.jpg

Le président russe est arrivé mardi à Téhéran, où il a tenu plusieurs séries d'entretiens bilatéraux avec les dirigeants de la Turquie et de l'Iran. Il a également pris part à une réunion trilatérale des chefs des Etats garants du processus d'Astana sur la résolution de la situation en Syrie : le président iranien Ebrahim Raisi et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, rapporte TASS. Il a également rencontré le chef suprême de la nation perse, l'Ayatollah Ali Khamenei.

L'une des questions les plus pressantes est le développement des relations entre la Russie et l'Iran sur le plan économique, compte tenu des sanctions anti-russes imposées par l'Occident et de la signature éventuelle d'un accord permanent entre l'Iran et l'Union économique eurasienne pour la création d'une zone de libre-échange. Au cours des quatre premiers mois de 2022, les échanges commerciaux entre la Russie et l'Iran ont augmenté de 31 %, a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

La veille de la visite, le Kremlin a déclaré que la Russie avait déjà remis au gouvernement iranien un projet de traité sur la coopération stratégique globale, qui pourrait être signé "assez rapidement" après la présentation et l'adoption de quelques amendements supplémentaires.

Les négociations sur l'accord nucléaire iranien - le plan d'action global conjoint (JCPOA) signé en 2015 et suspendu après que l'ancien président américain Donald Trump a annoncé en 2018 le retrait unilatéral des États-Unis - constituent une autre question clé, les deux nations préconisant de restaurer le document dans son format original.

L'agenda de Poutine à Téhéran prévoit également une réunion bilatérale avec son homologue turc. Entre autres sujets, Poutine et Erdogan discuteront des paiements en monnaies nationales autres que le dollar et de l'éventuelle visite du président turc à Moscou.

Les parties devraient également discuter de la situation autour de l'Ukraine et de l'exportation sûre des céréales ukrainiennes, ce qui prévoit la création d'un centre de coordination à Istanbul.

Selon de nombreux experts, la rencontre de Poutine avec le président iranien Ebrahim Raisi pourrait être considérée comme une réponse à la récente visite du président américain Joe Biden en Israël et en Arabie saoudite, qui a été marquée par une opposition à l'Iran dans la région. Les discussions russo-iraniennes seront donc suivies de près à Riyad et leur résultat sera certainement pris en compte à la lumière de la prochaine réunion de l'OPEP+ début août. La Russie, pour sa part, est intéressée par l'utilisation de la voie de transport du pétrole iranien pour contourner les sanctions logistiques occidentales : par la mer Caspienne, vers les ports iraniens du golfe Persique, puis vers l'Inde.

dimanche, 17 juillet 2022

Un premier accord sur les céréales ukrainiennes et le déblocage de Kaliningrad

thumbs_b_c_4f851c2bfe1ab75499f890e01d51fa19.jpg

Un premier accord sur les céréales ukrainiennes et le déblocage de Kaliningrad

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/56721/un-primo-accordo-sul-grano-ucraino-e-lo-sblocco-di-kaliningrad

La réunion à Istanbul sur le rétablissement du transit ukrainien de céréales en mer Noire a été couronnée de succès. Antonio Guterres, Secrétaire général de l'ONU, l'organisme qui a servi de médiateur entre les Russes et les Ukrainiens aux côtés de la Turquie, a déclaré que la réunion des délégations des pays en guerre était "une lueur d'espoir",

Une déclaration relayée par l'agence Anadolu, qui ajoute : "Le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a annoncé que les responsables turcs, ukrainiens, russes et de l'ONU avaient convenu de créer un centre de coordination à Istanbul pour faciliter les exportations de céréales ukrainiennes."

"Akar a déclaré que les participants ont trouvé un terrain d'entente sur plusieurs questions techniques, telles que la sécurité de la navigation sur les routes commerciales, ainsi que sur les contrôles conjoints d'entrée et de sortie dans les ports."

Il reste encore quelques détails à régler, poursuit l'agence d'Ankara, qui seront discutés lors d'une réunion ultérieure qui se tiendra en Turquie, mais les "progrès" sur ce point ont également été confirmés par Zelensky, qui était jusqu'à présent le plus réfractaire à l'entente car, comme d'autres dans le camp occidental, il espérait utiliser la crise alimentaire mondiale comme levier pour une intervention des navires de l'OTAN en mer Noire.

Le nœud du blé ukrainien semble donc avoir été dénoué, même si le manque d'officialité, qui n'arrivera qu'après la prochaine réunion, incite à une certaine prudence.

Au-delà de la donnée en elle-même, qui est plus que pertinente, il faut noter qu'une fois de plus, la part du lion des négociations russo-ukrainiennes a été prise par la Turquie, qui avait déjà favorisé les rencontres entre les parties au début de la guerre.

Et c'est depuis l'effondrement du dialogue initial que Russes et Ukrainiens ne s'étaient pas rencontrés, ce qui rend ce sommet sur le blé encore plus important.

Et il est intéressant, dans ce sens, que la note de remerciement finale de Guterres ait loué la Turquie pour son "engagement exceptionnel" au cours des discussions, ainsi que pour le "rôle critique qu'Ankara jouera à l'avenir" (également Anadolu).

Guterres fait référence à la finalisation de l'accord sur les céréales, mais le flou de la phrase laisse également entrevoir autre chose, à savoir la possibilité qu'Ankara puisse arracher davantage aux parties belligérantes.

Une possibilité encore incertaine, mais il convient de noter que, parallèlement à l'accord sur le blé ukrainien, le différend sur Kaliningrad, l'enclave russe à laquelle la Lituanie avait imposé un blocus commercial, suscitant l'irritation risquée de Moscou (le Washington Post l'a qualifié de "provocation imprudente"), a également été débloqué.

L'UE a finalement convaincu la Lituanie, réticente, de laisser passer les trains entre l'enclave et la Russie.

Un one-two sur fond de déclarations belliqueuses. Des indices de détente qui semblent s'aligner sur les scénarios de certains analystes qui parlent d'un changement de climat sur le conflit.

Nous ne sommes pas à la fin de la guerre, ni, semble-t-il, au début de sa fin. Mais nous sommes certainement à la fin de son commencement. En d'autres termes, l'Occident a maintenant reconnu que toutes ses prédictions d'une victoire à court terme sur la Russie, produite par une vaillante résistance militaire ukrainienne (lire l'OTAN) et l'effet dévastateur des sanctions, ont été réduites à néant par la réalité.

Une réalité qui a également posé des critiques dramatiques à l'autre perspective, cette fois-ci à long terme : celle d'une guerre qui épuiserait le pays de Poutine. Là aussi, la réalité dit que cette guerre épuise l'Europe et une grande partie du monde plus que la Russie.

Une fois ces géostratégies illusoires terminées, l'Occident doit revoir ses plans. Il reste, certes, bien que moins affirmée, la perspective d'user la Russie (elle ne peut pas non plus s'éteindre avant la fin de la partie). Mais à côté de cela, des hypothèses d'un tout autre signe commencent également à être envisagées, à savoir comment sortir indemne de cette souricière dans laquelle les néocons et les dirigeants de l'OTAN ont conduit le monde.

Si l'on pense seulement que le flot d'armes vers l'Ukraine était censé servir, comme tous les stratèges - télévisés et autres - l'ont répété et le répètent, à amener Kiev à la table des négociations en position de force, on peut voir comment cette perspective s'amenuise également, car la position de l'Ukraine s'affaiblit de jour en jour.

Il s'agit donc de mettre fin au conflit sans donner la victoire à Poutine, ce qui devient de plus en plus difficile au fil du temps.

Les déclarations des dirigeants ukrainiens sur la création prochaine d'une armée d'un million d'hommes ne changent rien à l'affaire. Il s'agit d'une hyperbole propagandiste, car les armées ne sont pas créées de toutes pièces, et les civils ne peuvent pas non plus être transformés par magie en troupes de choc en quelques jours. Ce sont là des trucs de boucher, de producteurs de chair à canon.

Il ne reste plus qu'à attendre, malheureusement, que l'Amérique sorte du tunnel, même s'il est difficile de voir comment. Un simple cessez-le-feu peut offrir une certaine marge de manœuvre à cet égard, car il peut être vendu comme une impasse momentanée, comme ce fut le cas pour la guerre de Corée, une impasse qui a ensuite duré plusieurs décennies. Mais même cette solution présente des problèmes critiques pour Washington, qui doivent être surmontés d'une manière ou d'une autre.

Toutefois, il convient également de noter que l'alternative folle de l'option de l'apocalypse, à réaliser par l'escalade (nous renvoyons sur ce point à une note de Responsible Stratecraft), également prônée avec ferveur par les néocons et leurs acolytes, semble avoir perdu de son mordant pour le moment. Bien. 

dimanche, 10 juillet 2022

Disputes internes au sein de l'OTAN

DWO-AP-Teaser-Erdogan-NATO-Erweiterung-pd-jpg.jpg

Disputes internes au sein de l'OTAN

Par Alexander Markovics

Dans le sillage des opérations militaires russes, deux nouveaux États souhaitent rejoindre l'alliance offensive américaine de l'OTAN : la Suède et la Finlande. La fin de la neutralité déjà bien érodée de ces deux Etats signifierait une menace potentielle pour la Russie venant du nord : Saint-Pétersbourg, la deuxième ville russe, Mourmansk, le port de la mer du Nord, ainsi que des forces navales supplémentaires de l'OTAN dans la région de la mer Baltique, donneraient de sérieux tracas à Moscou. Tous les pays de l'OTAN sont favorables à l'élargissement au nord - mais le deuxième membre le plus puissant de l'Alliance sur le plan militaire, la Turquie dirigée par Recep Tayip Erdogan, oppose son veto à l'élargissement de l'Alliance. Erdogan exige que la Finlande et la Suède cessent de soutenir les groupes kurdes PKK et YPG.

Bien que le PKK figure sur la liste des organisations terroristes de l'UE, ce groupe terroriste d'obédience avérée à la gauche, qui s'aligne de plus en plus sur la ligne libérale de l'Occident depuis la fin de la Guerre froide, dispose d'un vaste réseau de soutien en Europe, notamment en Allemagne et en Autriche. Pour la Turquie, cela est particulièrement important, car un conflit armé couve depuis des décennies dans l'est du pays avec des partisans du PKK - qui utilisent notamment des pays comme la Finlande et la Suède pour échapper aux poursuites judiciaires d'Ankara. Pour la Turquie, cette demande est un aspect non négociable de sa souveraineté. Son récent veto montre que, depuis la présidence d'Erdogan, elle est prête à faire valoir ses intérêts nationaux, même face à Washington. Ainsi, la Turquie a également refusé de se joindre aux sanctions occidentales contre la Russie. Ce faisant, la Turquie prend non seulement en compte ses intérêts économiques - elle dépend non seulement du gaz russe, mais aussi des céréales et des touristes de Moscou - mais suit également la vieille doctrine d'Atatürk consistant à entretenir de bonnes relations avec la Russie.

Enfin, Ankara se souvient très bien des événements de l'été 2016 : à l'époque, l'Occident avait soutenu un coup d'État du mouvement Gülen (un ancien partenaire d'Erdogan) contre son allié fidèle, la Turquie. Peu après, des provocations de militaires pro-occidentaux à l'encontre de la Russie ont culminé avec la destruction d'un avion russe. Une guerre entre la Turquie et la Russie - et donc une guerre mondiale - était alors imminente, qui n'a pu être évitée que grâce à la médiation courageuse des cercles eurasiens de Russie et du Parti de la Patrie en Turquie.  

L'attitude de l'Occident dans ce conflit au sein de l'OTAN reste ambivalente : en particulier dans la lutte contre l'État islamique - également créature de l'Occident - Washington a misé sur un soutien aux associations kurdes armées et à l'État kurde "Rojava", créé grâce au soutien occidental. Cette entité, créée dans le cadre de la guerre en Syrie, viole encore aujourd'hui la souveraineté de la Syrie et sert l'Occident en privant l'État du Levant de ressources précieuses - pétrole, coton et nourriture. Du point de vue occidental, les combattants kurdes ne semblent pas encore avoir fait leur devoir. La Turquie est également active dans le nord de la Syrie et n'y joue pas un rôle glorieux, notamment en occupant la ville d'Afrin. Les préoccupations sécuritaires de la Turquie vis-à-vis des milices kurdes au service de l'Occident peuvent se justifier, mais pas l'occupation de certaines parties du pays voisin. L'offensive récemment annoncée par la Turquie contre les Kurdes dans le nord de la Syrie est un casse-tête pour Washington et dépend du bon vouloir de la Russie, qui y détient la maîtrise de l'air.

1356153.jpg

Le président croate Zoran Milanovic s'oppose également à l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN, ce qui le place en porte-à-faux par rapport au gouvernement croate - le journal Deutsche Stimme a rapporté sa position critique sur les mesures Corona. Milanovic veut bloquer l'élargissement au nord jusqu'à ce que les Croates obtiennent une position plus forte dans la loi électorale bosniaque. Il contribue ainsi à déstabiliser davantage l'État bosniaque sous protectorat de l'UE/OTAN, dont la pérennité est de plus en plus mise en doute, y compris par les Serbes.

dimanche, 05 juin 2022

La Turquie ébranle l'OTAN

images.jpg

La Turquie ébranle l'OTAN

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/la-turchia-scuote-la-nato

La relation de la Turquie avec l'OTAN met en évidence l'incompatibilité entre la préservation de sa souveraineté et le fait d'être un allié des États-Unis.

Les défis des Américains en Syrie, en mer Noire et en mer Égée

Le 1er juin, le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé le début d'une opération militaire en Syrie. "Une nouvelle phase commence avec la formation (en Syrie) d'une 'zone de sécurité' à 30 kilomètres à l'intérieur de la frontière avec la Turquie. Nous enleverons Tall Rifat et Manbij aux terroristes", a déclaré l'agence de presse Anadolu citant le dirigeant turc. Sont visées des formations de Kurdes syriens fidèles au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui constituent l'épine dorsale des "Forces démocratiques syriennes" (FDS) soutenues par les États-Unis.

Officiellement, l'opération se déroulera dans la zone où la Russie et la Turquie ont précédemment convenu de retirer les formations séparatistes kurdes de la frontière turque. Cependant, ces formations sont étroitement liées aux États-Unis et font preuve de loyauté, avant tout, envers les États-Unis. Cela rend leur protection officielle par la Russie et Damas inappropriée.

Selon des sources de l'opposition syrienne, les troupes russes ont quitté cette zone plus tôt que prévu.

Les États-Unis se sont liés si étroitement aux séparatistes qu'une attaque contre les forces syriennes dans n'importe quelle zone de responsabilité sera considérée comme une preuve de l'impuissance américaine. Cela affectera les relations avec d'autres alliés au Moyen-Orient, en premier lieu avec les pays du golfe Persique, qui deviennent de moins en moins dépendants des États-Unis et développent des contacts intensifs avec la Russie et la Chine.

La veille, le 30 mai, une conversation téléphonique a eu lieu entre les présidents de la Russie et de la Turquie, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan. La veille, le 29 mai, le président Erdogan a accusé les États-Unis d'aider les terroristes kurdes.

X3GS7SG3A5Q73RDVZ5BM35MBLY.jpg

"Les États-Unis continuent de fournir des armes à des organisations du nord de la Syrie que la Turquie considère comme terroristes", a déclaré Erdogan. Le président a noté que la Turquie est déterminée à "éradiquer le terrorisme" dans le nord de l'Irak et en Syrie, tandis que le pays n'a pas l'intention d'obtenir la permission de quiconque, y compris des États-Unis, pour mener une éventuelle nouvelle opération en Syrie.

Plus récemment, le 12 mai, le Trésor américain a publié sur son site Internet une licence permettant d'opérer dans 12 secteurs différents de l'économie dans les zones occupées par les États-Unis et les zones séparatistes kurdes du nord-est de la Syrie. La licence ouvre également la possibilité d'un commerce gris de produits pétroliers, "destinés à être utilisés en Syrie". Auparavant, les États-Unis avaient imposé un embargo sur le commerce du pétrole syrien. Toutefois, une exception a maintenant été faite pour les zones contrôlées par les Kurdes.

Les intentions d'Ankara de mener une nouvelle opération militaire dans les zones contrôlées par les Kurdes, réitérées à plusieurs reprises ces derniers jours, compliquent une fois de plus ses relations avec Washington.

"Nous sommes profondément préoccupés par les rapports et les discussions concernant une éventuelle escalade de l'activité militaire dans le nord de la Syrie et, en particulier, par son impact sur la population civile", a déclaré la veille le porte-parole du département d'État, Ned Price, aux journalistes. "Nous condamnons toute escalade. Nous soutenons le maintien des lignes de cessez-le-feu existantes."

Le 1er juin, le secrétaire d'État américain Anthony Blinken a déclaré que les États-Unis étaient opposés à une éventuelle opération militaire de la Turquie. Lors d'une conférence de presse conjointe avec le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, le chef de la diplomatie américaine a déclaré que "nous nous opposerons à toute escalade dans le nord de la Syrie", soulignant que Washington soutient "le maintien des lignes de cessez-le-feu existantes".

La Russie, en revanche, comprend les préoccupations turques. "Jusqu'à présent, l'armée américaine, qui a occupé une partie importante de la rive orientale de l'Euphrate, y a ouvertement créé une formation quasi-étatique, encourageant directement le séparatisme, utilisant à cette fin l'humeur d'une partie de la population kurde d'Irak. Ici, les problèmes surgissent entre les différentes structures qui unissent les Kurdes irakiens et syriens. Tout ceci affecte la tension dans cette partie de la région. La Turquie, bien sûr, ne peut pas rester à l'écart", a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, dans une interview accordée à RT Arabic.

Dans le contexte de la déclaration du Royaume-Uni sur la nécessité d'envoyer des navires de guerre pour exporter des céréales depuis les ports ukrainiens, Ankara a annulé le passage des navires de guerre de l'OTAN dans la mer Noire, se référant à la convention de Montreux.

Un nouveau conflit turco-grec éclate. Ankara accuse Athènes de violer ses obligations internationales de démilitarisation des îles de la mer Égée. La Grèce a reçu le soutien du président français Emmanuel Macron. Les traditionnelles contradictions turco-grecques ont déjà dépassé le conflit bilatéral au sein de l'OTAN, certes désagréable, mais non critique pour la structure de l'Alliance. Si les États-Unis étaient auparavant perçus comme au-dessus de la mêlée, la Turquie ne le voit plus de cette façon maintenant.

Le 31 mai, l'allié politique d'Erdogan, le nationaliste Devlet Bahceli, a de nouveau publié une déclaration anti-américaine, affirmant que les neuf bases militaires établies par les États-Unis en Grèce constituent une menace pour la sécurité nationale de la Turquie. Le leader du Parti du mouvement nationaliste (MHP) a déclaré que les Etats-Unis utilisent la Grèce comme un "pion" et entraînent la Turquie "dans l'abîme des préoccupations stratégiques et tentent de la pousser dans un environnement de conflit chaud".

572_1571036956_ATT00410.j.jpg

La géographie de la confrontation en mer Noire et en mer Égée rappelle la doctrine de la "patrie bleue" (Mavi Vatan) du géopoliticien turc moderne, l'amiral Cem Gürdeniz. L'objectif principal de la doctrine est le renforcement du contrôle turc sur les régions de la mer Noire, de la mer Égée, du golfe Persique et de la mer Rouge, la perception des États-Unis comme une puissance hostile et la recherche d'un terrain d'entente avec la Russie en tant qu'adversaire de l'hégémonie maritime américaine.

Ultimatum turc

Une autre question sérieuse qui démontre les différences entre l'OTAN et la Turquie est l'admission de la Suède et de la Finlande dans l'Alliance. L'expansion proposée de l'OTAN dans le nord pour inclure la Suède et la Finlande ne peut pas encore surmonter l'opposition de la Turquie. Malgré les déclarations du ministère suédois des Affaires étrangères sur des discussions "constructives" à Ankara, les dirigeants turcs indiquent qu'ils maintiendront leur position et insistent pour que toutes les demandes soient satisfaites.

Auparavant, les parlements et les gouvernements de la Suède et de la Finlande ont approuvé les demandes d'adhésion à l'OTAN. Ils devraient être examinés lors du sommet de l'OTAN à Madrid à la fin du mois de juin. Toutefois, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré le 13 mai que son pays ne laisserait pas les deux pays rejoindre l'Alliance de l'Atlantique Nord si certaines conditions n'étaient pas remplies. Il s'agit principalement du soutien de la Suède et de la Finlande aux séparatistes kurdes opérant en Syrie, de la fourniture d'asile et d'armes aux séparatistes et aux terroristes, et des activités permanentes des structures de Fethullah Gülen dans les pays scandinaves. Ankara demande également à Stockholm de lever l'embargo sur les armes à destination de la Turquie.

Il ressort des déclarations des responsables turcs que les demandes ne visent pas seulement la Finlande et la Suède, mais aussi d'autres membres de l'OTAN. Outre les membres potentiels de l'OTAN, le 13 mai, Erdogan a accusé un membre de longue date de l'Alliance, les Pays-Bas, d'abriter des terroristes. Le 1er juin, le dirigeant turc a étendu ses allégations, affirmant que les organisations terroristes sont soutenues non seulement par la Suède et la Finlande, non seulement par les Pays-Bas, mais aussi par l'Allemagne et la France.

Des revendications ont été formulées à l'encontre des pays européens qui ont imposé des restrictions à la coopération en matière de défense avec la Turquie en raison de leurs actions contre les séparatistes kurdes et les États-Unis. Washington a humilié la Turquie en refusant de participer au programme de production et de fourniture de chasseurs-bombardiers multirôles F-35 après qu'Ankara ait acheté des systèmes de défense aérienne russes S-400. Aujourd'hui, la Turquie tente de montrer qu'elle cherchera à modifier son statut inégal au sein de l'Alliance, sinon elle ralentira son expansion vers le nord.

Officiellement, il n'existe pas de mécanisme tel que le "droit de veto" à l'OTAN. Toutefois, l'article 10 du Traité de l'Atlantique Nord de 1949 stipule que les membres de l'OTAN "peuvent inviter tout autre État européen capable de développer les principes du présent Traité et de contribuer à la sécurité de la région de l'Atlantique Nord à adhérer au présent Traité" uniquement par "consentement général". Par conséquent, Ankara pourrait empêcher l'invitation de la Finlande et de la Suède à l'OTAN. Tous les récents élargissements de l'OTAN ont également exigé des membres existants de l'Alliance qu'ils signent les protocoles d'adhésion des nouveaux membres, puis les ratifient.

Dans un article du magazine britannique The Economist, Recep Tayyip Erdogan a laissé entendre que les relations avec l'OTAN pourraient se détériorer si les préoccupations de la Turquie ne sont pas prises en compte : "Nous pensons que si les membres de l'OTAN appliquent deux poids deux mesures dans la lutte contre le terrorisme, la crédibilité de l'Alliance sera menacée.

ihpmaxresdefault.jpg

"La sortie de l'OTAN doit être mise à l'ordre du jour"

En Turquie même, un débat public animé a eu lieu sur la nécessité de l'adhésion du pays à l'OTAN et sur les perspectives d'admission de la Suède et de la Finlande. Le 12 mai, dans une interview accordée aux médias turcs, Ismail Hakkı Pekin (photo), lieutenant-général à la retraite et ancien chef du renseignement militaire sous le chef d'état-major des forces armées turques, a déclaré que "la Turquie devrait opposer son veto à l'expansion de l'OTAN". Selon un officier militaire de haut rang, l'élargissement de l'Alliance conduit à une extension de la confrontation avec la Russie, ce qui pourrait plonger la Turquie dans un conflit inutile. Un autre ancien officier militaire de haut rang, le contre-amiral Deniz Kutluk (photo, ci-dessous), a déclaré que l'expansion de l'OTAN "réduit la sécurité de la Turquie".

0x0-emekli-tumamiral-deniz-kutluktan-ege-ve-dogu-akdeniz-cikisi-yunanistan-ukraynanin-yaptigi-hatalari-yapiyor-1654074864986.jpeg

Le partenaire d'Erdogan dans la coalition au pouvoir, Devlet Bahçeli, chef du MHP, a déclaré qu'Ankara pourrait envisager de quitter l'OTAN si ses conditions ne sont pas respectées : "La Turquie n'est pas prise au dépourvu. Si les conditions deviennent inacceptables, la sortie de l'OTAN devrait également être mise à l'ordre du jour comme une option alternative".

En réponse, le leader du "Parti républicain du peuple" Kilichdaroglu (auparavant neutre-positif envers les États-Unis) a proposé de fermer toutes les bases militaires américaines dans le pays. "Les États-Unis ont rempli la Grèce de bases, leur objectif est évident. Si [le parti de Bahceli] présente au Parlement un projet de loi visant à fermer les installations militaires américaines en Turquie, nous le soutiendrons", a écrit le politicien sur Twitter. Ainsi, tant les représentants des autorités que ceux de l'opposition partagent une attitude neutre-négative envers l'OTAN.

resized_a094d-78cbb38f7f26ad4c400bf5d270fee1f6.jpg

Detlev Bahçeli.

Les frictions entre l'OTAN et la Turquie sont complexes. Elle implique des contradictions sur la question kurde (les États-Unis et leurs alliés utilisent les Kurdes séparatistes comme un outil pour miner les pays du Moyen-Orient et faire avancer leurs intérêts), les différends territoriaux entre la Grèce et la Turquie, et l'expansion économique des entreprises françaises, italiennes et américaines en Méditerranée orientale - la zone des intérêts turcs et de la rivalité franco-turque en Libye et en Afrique en tant que telle. De manière générale, les tentatives de la Turquie moderne de jouer le rôle d'un pôle de puissance souverain, l'un des centres de la civilisation islamique, contredisent l'essence même de l'existence de l'OTAN en tant que pilier militaire de l'hégémonie américaine et de la démocratie laïque libérale en Europe.

Interaction compétitive

Certains experts turcs estiment qu'il est nécessaire d'étendre la coopération avec la Russie dans les domaines où les intérêts coïncident ou ont un adversaire commun, qui devient très souvent les États-Unis.

"Au risque de paraître vulgaire et d'être accusé d'être pro-russe, je dois dire qu'il ne semble pas y avoir d'autre issue pour la Turquie que de prendre le contrôle de la question à travers ses relations avec la Russie - ou plutôt, les relations entre le président Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine, qui ont gagné en profondeur pratique et empirique", a déclaré Suleiman Seyfi Yegun, chroniqueur pour la publication pro-gouvernementale Yeni Safak.

Outre la Syrie, où les Kurdes pro-américains des Forces démocratiques syriennes sont un élément indésirable, la Libye a été mentionnée comme un point de contact possible.

"Pour Washington, tant Moscou que son 'soi-disant allié' Ankara constituent un obstacle au contrôle de la Libye, qui revêt une importance stratégique en Afrique du Nord et en Méditerranée. Déjà en 2020, le Congrès américain a appelé à des sanctions contre la Turquie et la Russie", indique la publication turque Aydinlik. "La Turquie et la Russie pourraient conclure un accord et mettre fin à la politique impérialiste américaine en Libye et dans toute l'Afrique."

Atalayar_Turquía y Libia (3).jpg

Les opposants à la Turquie et à la Russie ont longtemps surnommé la propension des deux puissances à "l'interaction contradictoire". Ainsi, l'Institut allemand pour les relations internationales et la sécurité (Stiftung Wissenschaft und Politik) note les avantages pour Ankara: "En Syrie, en Libye et dans le Caucase du Sud, il y a plusieurs avantages significatifs que la Turquie peut obtenir en coopérant avec la Russie. L'aide russe en Syrie pourrait empêcher la création d'une autonomie kurde de jure dans le pays. En Libye, la mise à l'écart d'autres partisans de Haftar et du gouvernement de Tripoli pourrait contribuer à garantir les intérêts économiques et politiques turcs, notamment en forçant la Libye à soutenir la revendication de la Turquie concernant les zones économiques exclusives en Méditerranée orientale. Grâce à la coopération turco-azerbaïdjanaise dans le Haut-Karabakh, Ankara cherche à accroître sa présence militaire et à engager les dirigeants azerbaïdjanais dans des partenariats contre des tiers dans toute la région. Alors que les relations entre la Russie et la Turquie deviennent encore plus complexes, compte tenu des efforts coordonnés et de la rivalité entre les trois pays, ainsi que d'autres relations bilatérales entre la Turquie et la Russie, les risques liés à chaque théâtre de guerre sont encore réduits. Les deux sont toujours en mesure de contenir les problèmes sur un théâtre de guerre distinct grâce à des contreparties dans divers domaines de leur relation".

Les relations entre la Russie et la Turquie ne sont pas antagonistes, ce que l'on ne peut pas dire des relations d'Ankara avec Washington - et en particulier Washington et Moscou. Dans ces conditions, la Turquie se transforme en un pays qui divise l'unité euro-atlantique. D'autre part, Ankara ne considère plus l'OTAN comme un facteur de sa propre sécurité, mais comme un système relativement hostile qui peut toutefois être partiellement contrôlé. La Turquie n'a pas encore fait un pas décisif vers l'abandon de l'OTAN, mais une puissance souveraine consciente de sa mission de centre du monde islamique est déjà trop proche de cette structure.

mardi, 24 mai 2022

La Turquie et l'ordre multipolaire

Turk_1_0703.png

La Turquie et l'ordre multipolaire

par Pierluigi Fagan

Source : Pierluigi Fagan & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/turchia-e-ordine-multipolare

Je m'inspire d'un article sur la Turquie paru dans Ria Novosti (Russie), pour montrer la complexité des jeux multipolaires. La Turquie est l'idéaltype d'un lieu géo-historique multipolaire. Pendant plus de six siècles, un empire musulman sunnite, avec un passé plus récent en tant que société réformiste laïque. Asiatique mais toujours méditerranéenne, la Turquie est née de peuples non indigènes qui ont migré il y a des siècles de l'Asie centrale, où leur ethnie et leur langue sont originaires, la zone violette de la carte (ci-dessous, entre la Caspienne et l'Aral, les peuples Orghuz).

0-39478.jpg

Il va sans dire qu'il existe un penchant naturel pour les peuples de langue turque (les quatre "stans" d'Asie centrale, cercle jaune), bien que ceux-ci soient également courtisés par les États-Unis, sont les alliés (économiques et militaires) pas toujours convaincus de la Russie, qui demeurent en étroite relation économique avec la Chine. En utilisant ces trois zones horaires du cadran général, nous allons procéder dans le sens des aiguilles d'une montre pour voir les autres lignes de relation entretenues par la Turquie contemporaine.

Avec la Chine, la concurrence porte précisément sur la zone de l'Asie centrale et surtout sur les Ouïghours, avec lesquels, soit dit en passant, les ancêtres des Orghuz ont eu un conflit historique au 8e siècle. Les djihadistes ouïghours (chinois) ont été un élément important utilisé par la Turquie dans le récent conflit en Syrie. D'autre part, Ankara regarde avec satisfaction le projet chinois BRI, qui devra compter avec la zone turque pour son développement. L'analyse même des relations avec la Chine montre une dynamique typique des relations multipolaires, à savoir le découplage des intérêts militaires et économiques. On peut être en concurrence sur l'un et collaborer sur l'autre, et investir davantage sur l'un au détriment de l'autre peut servir à équilibrer les relations avec différents partenaires. Le réseau systémique élastique qui en résulte est précisément ce qui caractérise un "ordre multipolaire", un concept que beaucoup ont du mal à comprendre.

Il semble que les Turcs aient désormais une présence militaire dans l'Afghanistan post-conflit, dont ils gèrent actuellement l'aéroport. La Turquie développe fortement son industrie militaire dont elle utilisera les produits pour la géopolitique de sa région, en concurrence avec les Russes, les Chinois et les Américains ou les Européens. Sur l'Iran nous ne rapportons rien de spécial, les relations sont discrètes bien que les deux pays soient des ennemis historiques et naturels.

La courbe bleue signale l'allié organique le plus proche d'Ankara, le Qatar. Mais depuis l'époque des grandes frictions entre le Qatar et les monarchies du Golfe, nous sommes passés à une recomposition des intérêts. Ainsi, après l'affaire du journaliste saoudien taillé en morceaux à Ankara (l'affaire Khashoggi), qui avait rendu les relations avec les Saoudiens très aigres, ceux-ci ont maintenant rouvert des relations diplomatiques selon leurs intérêts (Ligne verte, sur la carte).

La Turquie a un ennemi naturel à sa porte, à savoir les factions kurdes de Syrie (YPG), liées au Parti communiste kurde (PKK) de Turquie, qu'Ankara considère comme des terroristes. C'est la raison, avec d'autres questions d'approvisionnement militaire et de relations avec la Grèce, l'ennemi des ennemis pour Erdogan, pour laquelle les négociations USA-Suède/FIN-TURK donnent le feu vert à l'entrée des Scandinaves dans l'OTAN. Ce problème est moins simple que présenté habituellemen et typique des contradictions entre politique intérieure et extérieure dans les systèmes multipolaires. Pour les Suédois et les Finlandais, il s'agit d'abjurer leur amitié idéale et valorisante avec les formations politiques de la démocratie radicale (le tournant d'Öçalan vers la pensée démo-anarcho-écologiste et féministe de M. Bookchin), pas du tout simple en termes d'échelles de valeurs pour les deux pays historiquement en tête du classement occidental des "démocraties complètes". Le reste, c'est-à-dire les fournitures d'armes et de technologies demandées par Ankara, s'arrangera, mais ce point, en termes de politique intérieure, sera douloureux pour les deux Etats scandinaves.

La nouvelle géopolitique d'Ankara a également conduit à une récente recomposition des relations avec Israël, où Erdogan s'était distingué en étant pratiquement le dernier musulman à soutenir le Hamas (plus de forme que de fond, mais cela compte dans le monde arabe). Cela s'explique également par le cercle jaune ci-dessus. C'est là que se trouve le plus grand trésor, encore caché dans les entrailles de la terre, le gaz naturel. Mais il y a aussi un enchevêtrement multipolaire. La région est dominée par l'Égypte, qui, dans les partitions que constituent les différentes formes de sunnisme politique, est aux antipodes d'Ankara (même si le rapprochement avec les monarchies arabes alliées du Caire pourrait apaiser les esprits) et les deux sont dans des camps opposés en Libye. Il y a ensuite Israël, le Liban et la Syrie, précisément la partie nord-ouest où se trouve une présence militaire russe stratégique. Mais surtout Chypre, ou plutôt le différend historique entre les zones grecque et turque, et bien sûr la Grèce en tant que propriétaire de facto de la mer Égée, autant un ennemi extérieur que les Kurdes sont un ennemi intérieur.

En Libye, Ankara est avec nous et au moins formellement aussi les Américains contre les Russes-Emiratis-Français. L'ancrage turc en Libye est peut-être la présence militaire étrangère la plus importante d'Ankara et fait partie d'une stratégie méditerranéenne très complexe, mais considérée comme stratégique au plus haut degré également parce qu'elle a une base géo-historique solide.

Passons pour l'instant sur la ligne blanche des relations avec les États-Unis, sur laquelle nous reviendrons en conclusion. L'article russe fait allusion à quelque chose de nouveau qui devra être vérifié et suivi. Les Américains auraient promis à Ankara d'entrer dans l'EMS-EPA, qui est un traité de collaboration entre les États-Unis, Israël, la Grèce et Chypre (Grèce) pour forer dans la mer Égée et faire un nouveau gazoduc (East Med) utile à l'opération de désengagement de l'Europe vis-à-vis des approvisionnements russes. Le sujet de beaucoup d'impolitesse mutuelle entre Ankara et Athènes ces dernières années et d'une longue perspective en tout cas. La Grèce, à son tour, s'allie localement avec la France et l'Italie. Un bel enchevêtrement, du pain pour la haute diplomatie, fournir des armes un peu ici et un peu là, ce qui n'est pas du tout facile. Comme dans le cas des sacrifices demandés aux Scandinaves pour lever le blocus turc, convaincre les Grecs sera une tâche ardue, mais là encore, le poids d'Athènes est nul sur le plan international et géopolitique, ils avaleront l'accord à n'importe quel prix, si Washington le veut. Ce n'est pas le cas de la population grecque. La haine des Grecs pour les Turcs est inextinguible, elle est au cœur de l'identité nationale la plus viscérale. 

La Turquie a pénétré profondément dans les Balkans musulmans, le Kosovo et l'Albanie en premier lieu. Ankara fait du chantage à l'UE et à l'Allemagne in primis, avec laquelle elle partage une importante communauté étrangère, sur le problème des migrants que les perturbations alimentaires et climatiques récentes et futures vont accroître, augmentant ainsi le pouvoir de chantage d'Erdogan. En outre, alors que l'Ukraine dépose sa demande d'adhésion à l'UE en une demi-heure, Ankara a déposé sa demande d'adhésion à l'UE en 1987, une UE avec laquelle elle partage une présence dans l'OTAN. Et pendant que nous sommes sur le sujet, notez la fourniture de drones turcs mortels à Kiev, comme un acte d'équilibre contre les Russes, pour maintenir l'équilibre à trois dans la mer Noire.

800px-Map_of_Turkic_languages.svg.png

Nous en arrivons ainsi aux relations complexes avec les Russes. Ankara veut maintenir des relations bivalentes sur le plan militaire, mais cordiales sur le plan économique (elle n'a pas participé aux sanctions et a tenté d'organiser des sommets de la paix), un cas typique d'équilibrage avancé. Pour débusquer les "ambiguïtés" d'Erdogan (les mentalités dichotomiques qualifient d'"ambiguïté" tout ce qui n'est pas tout simplement noir ou tout simplement blanc) ou peut-être simplement pour suivre les intérêts des alliés "stan", Moscou a invité Ankara à rejoindre leur union militaire (OTSC), même si elle sait que c'est peu probable puisque les Turcs font partie de l'OTAN. Attention au Caucase. Ankara est avec l'Azerbaïdjan dans l'affaire du Nagorno-Karabakh, contre l'Arménie, la Russie à l'opposé. Je signale la sortie récente de Kadyrov (Tchétchène-Russe) engagé et à bien des égards crucial dans le conflit en Ukraine, un musulman, qui se dresse précisément contre les "ambiguïtés" d'Erdogan, la Tchétchénie est au beau milieu du Caucase et il y a des Tchétchènes qui sont peut-être parrainés par les Turcs du côté ukrainien, chose que n'apprécie pas Kadyrov dont le poids politique en Russie augmente.

Nous pouvons donc conclure en revenant sur les relations avec les États-Unis. En avril dernier, les États-Unis et la Turquie auraient mis en place un nouveau "mécanisme stratégique" conjoint, dirigé par Victoria Nuland (!), dont la première réunion a eu lieu à Washington entre Blinken et Cavasoglu il y a quelques jours. Tous les jeux énumérés ici composent un parallélogramme très complexe dans lequel les États-Unis tentent de s'insérer aux côtés d'Ankara, en donnant et en demandant. Après tout, Erdogan a fait de l'équilibre multipolaire la figure structurelle de sa stratégie géopolitique.

Nous avions besoin du cas turc à la fois pour actualiser le tableau des relations complexes avec le sommet turc et pour montrer à quel point elles sont complexes. On peut compter au moins 25 États de la vaste région "péri-ottomane" impliqués dans les relations avec Ankara, dont, en plus, trois puissances (USA-Russie-Chine), pour six macro-zones -Asie-Arabie-Afrique-Europe-Amérique-Méditerranée-, avec de multiples interrelations militaires, économiques, culturelles-religieuses, énergétiques, migratoires, géopolitiques, compétitives et coopératives. 

Ce thème (la géopolitique d'aujourd'hui et de demain) sera désormais comme cela. Vous comprendrez donc comment le fait de s'enfermer dans l'angoisse du jugement, de surcroît litigieux, avant même d'avoir compris 10% du sujet, de cette affaire ou d'autres, expose la plupart au ridicule. Ceux qui minimisent ensuite la complexité vont également au-delà du ridicule, ce qui devrait être souligné et qui était alors le but implicite du poste laborieux. 

[Le post mentionne le balayage des sujets mais ne suit pas entièrement le contenu de l'article de Ria Novosti que je joins tout de même par souci d'exactitude: https://ria.ru/20220522/ssha-1789945361.html ].

jeudi, 12 mai 2022

Que faut-il attendre de l'élection présidentielle turque de 2023?

180625123719-07-turkey-election-062418-exlarge-169.jpg

Que faut-il attendre de l'élection présidentielle turque de 2023?

Leonid Savin

Source: https://katehon.com/en/article/what-expect-2023-turkish-presidential-election

Pour la Russie, la défaite de Recep Erdogan peut être utile

Des élections présidentielles et législatives auront lieu en République de Turquie à l'automne 2023. Le pays ayant récemment connu une forme de gouvernement présidentiel (ce qui a donné lieu à des accusations d'usurpation du pouvoir par Erdogan de la part de l'opposition et des pays occidentaux), l'essentiel pour l'avenir de la Turquie n'est pas la répartition des sièges au parlement, mais le poste de chef d'État. L'orientation future de notre politique en dépend, tant dans la sphère extérieure que dans les affaires intérieures.

Le Parti de la justice et du développement de Recep T. Erdogan, au pouvoir, dispose aujourd'hui, selon les sondages, d'environ 33 % du soutien des électeurs. Les avoirs économiques créés sous le règne d'Erdogan sont orientés vers la Russie, le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Asie.

Mais la politique étrangère d'Erdogan elle-même est clairement expansionniste - sous lui, la Turquie a pris pied dans le nord de la Syrie et dans certaines parties de l'Irak, a participé aux batailles en Libye et a étendu sa zone économique en Méditerranée, bien que de manière unilatérale. Les méthodes de soft power de la Turquie sont activement utilisées en Asie centrale, en Afrique et dans les Balkans.

Accord-cartttEgypte-Carte.jpg

5172eae_57453tensionsB-TURQUIE-630.png

Bien que des mesures conservatrices aient été prises en politique intérieure, comme le retrait de la Convention d'Istanbul, qui rapproche les positions de la Turquie et de la Russie, et assimile aux yeux de l'Occident le président Vladimir Poutine et Erdogan à des dirigeants autocratiques.

Quelles sont les ambitions politiques de l'opposition turque actuelle et des autres forces qui prétendent participer à la construction de l'État ?

Le principal concurrent du parti d'Erdogan est le Parti républicain du peuple aux racines historiques, puisqu'il a été créé par le fondateur de la Turquie moderne, Atatürk Kemal. Selon les sondages de sortie des urnes, ils ont maintenant 28%. Le parti n'a pas de programme et d'idéologie clairement perceptibles. Ils sont un mélange hétéroclite de libéraux de gauche, d'anciens communistes, d'Alevis (c'est-à-dire de minorités religieuses), de groupes laïques, de partisans du mariage homosexuel et d'autres pro-occidentaux.

Ils ont une position pro-allemande prononcée (il faut rappeler qu'un grand nombre de Turcs vivent en Allemagne), d'où l'orientation extérieure vers l'UE. En ce qui concerne l'agenda politique intérieur, ils s'appuient sur une opposition ouverte à Erdogan.

kapak_090555.jpg

Le chef du parti est un politicien plutôt âgé, Kemal Kılıçdaroğlu (photo), qui est complètement dépendant des sociétés occidentales et des oligarques turcs liés à l'Europe. Il a déjà annoncé qu'il participerait aux élections en tant que candidat à la présidence. Sur les questions internes du parti, Kılıçdaroğlu est une figure de compromis qui règle les désaccords internes du parti.

Il est assez significatif que l'actuel maire d'Istanbul, Ekrem İmamoğlu, soit plus charismatique et plus performant. Il a également manifesté son intérêt à participer aux élections, mais la direction du parti lui a interdit de se présenter, considérant qu'il valait mieux occuper le poste de chef de la métropole.

Il convient d'ajouter que le parti dispose d'un assez bon financement, et que l'ancienne élite kémaliste le soutient par solidarité. L'Union des industriels et des entrepreneurs de Turquie, qui a précédemment établi des liens avec des structures européennes, est un donateur du Parti républicain du peuple.

Un autre personnage clé du Parti républicain du peuple est Ünal Çeviköz, qui est responsable de la politique étrangère. Ancien employé du ministère turc des Affaires étrangères, il est membre d'une loge maçonnique et a participé en 2019 à une réunion du club Bilderberg.

Il y a aussi le relativement nouveau Parti du Bien (IYI) - ce sont des nationalistes occidentaux, et le parti lui-même a en fait été créé par les États-Unis et l'UE afin d'arracher une partie de l'électorat au parti de Recep Erdogan. Il est paradoxal que les dirigeants de l'IYI s'opposent à la Russie, alors que l'électorat ordinaire nous traite normalement (y compris au sujet de l'opération en Ukraine).

Meral_Akşener_İYİ_Party_(cropped)1.jpg

Le chef du parti est une femme - Meral Akşener (photo), et elle est pro-occidentale dans ses convictions. Ils sont maintenant dans une coalition avec le Parti républicain du peuple. On ne sait pas encore si Meral Akşener se présentera en tant que candidate indépendante à la présidence.

Le Parti démocratique des peuples, qui représentait les intérêts des Kurdes, ne pourra probablement pas se remettre des purges et arrestations massives. Le chef du parti, Selahattin Demirtaş, est un politicien expérimenté, et les représentants locaux ont remporté de nombreux sièges à la mairie lors des dernières élections, mais ils ont tous été arrêtés car soupçonnés d'être impliqués dans le terrorisme. Théoriquement, leurs chances sont bonnes, mais le gouvernement actuel ne leur permet tout simplement pas de consolider officiellement leur victoire et d'étendre leur influence.

Toutefois, les analystes occidentaux soulignent que ce sont les Kurdes qui constitueront un atout important lors des prochaines élections, car ils ont une démographie croissante et comptent de nombreux jeunes de dix-huit ans et plus parmi eux.

Il se murmure qu'un parti trouble-fête pourrait être formé, composé de partisans du clan Barzani du Kurdistan irakien, car ils entretiennent de bonnes relations officielles avec Ankara. Barzani admet le bombardement turc d'une partie du Kurdistan irakien, où se trouve le siège du Parti des travailleurs du Kurdistan.

La question est de savoir comment convaincre la jeunesse kurde de Turquie de rejoindre ce parti, et quelle sera la position concernant la nomination d'un candidat à la présidence. Bien que tout cela ne soit que des affabulations théoriques et qu'il soit tout à fait possible qu'Erdogan poursuive le cours de la répression des Kurdes turcs.

Selon les sondages d'opinion, le Parti démocratique des peuples est le plus russophobe et le plus pro-occidental.

resized_a094d-78cbb38f7f26ad4c400bf5d270fee1f6.jpg

Enfin, il y a le Parti du mouvement national (dirigé par Devlet Bahçeli - photo). En fait, ce sont les fameux "loups gris", c'est-à-dire les nationalistes religieux. Ils sont maintenant les alliés d'Erdogan. D'ailleurs, de toutes les organisations répertoriées, ce sont les meilleures en Russie.

Et le dernier facteur de la politique turque est l'armée. Mais après une tentative de coup d'État ratée en 2016, l'armée a été sévèrement purgée. Maintenant, ils sont complètement subordonnés à Erdogan, et il n'y a aucune ambition politique parmi les militaires, à moins qu'à un niveau secret profond, il y ait un petit groupe de conspirateurs.

Si l'on parle de chances réelles, compte tenu de la situation actuelle, alors Recep Erdogan a les meilleures positions à l'heure actuelle. Bien que le pays connaisse un niveau élevé d'inflation et que la livre turque se soit effondrée il y a quelques mois, le parti au pouvoir dispose d'une ressource administrative et utilise la situation de la politique étrangère à son avantage.

0630534001589840695_1515065_920x517.jpg

À titre d'exemple, nous pouvons citer l'équilibre actuel des relations avec la Russie et l'Ukraine. Pour organiser le flux touristique de la Russie vers la Turquie, une compagnie aérienne supplémentaire est créée. Tandis que des drones Bayraktar sont livrés à l'Ukraine et qu'un soutien diplomatique est apporté.

Et c'est dans ces relations et cet équilibre des forces que la Turquie a un intérêt géopolitique important à affaiblir la Russie. Ce n'est pas un hasard si les Turcs s'intéressent activement à la Crimée et ne la reconnaissent pas comme faisant partie de la Russie, ainsi qu'au Caucase et à la région de la Volga. La Turquie a besoin du projet du panturquisme pour servir de parapluie et de justification à une éventuelle ingérence dans les affaires intérieures de la Russie.

La chaîne de télévision russophone TRT adhère à un cours ouvertement russophobe, qui soutient Navalny et Khodorkovsky, sans parler de l'incitation au séparatisme à l'intérieur de la Russie en mettant l'accent sur l'identité musulmane et turque. Le projet de "génocide circassien" y est également lié, ainsi que divers éléments commémoratifs, tels que des noms de rues en l'honneur de Dzhokhar Dudayev.

Comme le Parti de la justice et du développement se concentre sur l'identité religieuse turque, le souvenir de l'ancienne grandeur de l'Empire ottoman est également très important pour la politique moderne. Et là aussi, il y a une place pour les aspirations anti-russes, car la Turquie rappelle le rôle de l'Empire russe dans la libération des Balkans de la domination turque et une série de guerres russo-turques.

Par conséquent, l'affaiblissement possible de la Russie dans cette région est considéré comme une nouvelle opportunité pour le retour du pouvoir perdu. Et si vous le regardez à travers un prisme religieux, l'expansion turque pour Ankara est aussi la propagation de l'Islam dans de nouveaux territoires. Dans le même temps, la version turque de l'Islam est clairement différente de la version arabe classique.

Par conséquent, il est peu probable que le maintien du pouvoir suprême pour Erdogan conduise à une amélioration des relations avec la Turquie. Au mieux, une coopération pragmatique se poursuivra, notamment en raison de la forte dépendance de la Turquie vis-à-vis des approvisionnements en pétrole et en gaz russes. Mais dans le pire des cas, Ankara se comportera de manière plus persistante et agressive à l'égard de Moscou, et elle devra alors envoyer des signaux explicites, tels qu'une interdiction d'importation de légumes ou une suspension du flux touristique.

Si la situation s'avèrera encore pire, il est difficile d'imaginer quel niveau la confrontation entre la Russie et la Turquie pourra atteindre. Encore une fois, il faut se rappeler que la Turquie est membre de l'OTAN et peut se joindre aux sanctions occidentales à tout moment.

Considérons maintenant la version qui se produirait si des forces pro-occidentales prenaient le pouvoir en Turquie. Par exemple, avec l'aide d'injections financières et d'autres moyens, le chef du Parti républicain du peuple prendra le poste de président.

Tout d'abord, ils commenceront à éliminer les réalisations d'Erdogan, tenteront de revenir au format de la république parlementaire et promouvront activement un système politique laïc. Bien sûr, étant donné leur position pro-occidentale, les Etats-Unis et l'UE les presseront pour qu'ils se dressent contre la Russie. Mais il est peu probable qu'ils renoncent au gaz et au pétrole russes, même s'ils peuvent soutenir certaines des sanctions et le feront très probablement.

En général, il y aura un grand conflit d'intérêts. Cependant, il y aura le chaos à l'intérieur du pays, et compte tenu de cela, il est peu probable que les pro-occidentaux poursuivent une politique étrangère expansionniste. Le plus probable est qu'ils essaieront d'améliorer les relations avec l'UE, et encore une fois, ils attendront naïvement de rejoindre cette association.

Il est certain que les pays musulmans seront sceptiques à l'égard du nouveau gouvernement, ce qui signifie une réduction ou un retrait du soutien des riches États du Golfe. Et un tel affaiblissement de la Turquie sera bénéfique pour la Russie, car avec une approche compétente, il sera possible non seulement de préserver les acquis nécessaires, mais aussi de montrer à la société turque tous les avantages de relations bilatérales véritablement de bon voisinage.

samedi, 07 mai 2022

En limitant les mouvements de Moscou, Erdogan joue à la roulette russe

Les-relations-entre-la-Turquie-et-lUkraine-vont-bien-au-dela.jpg

En limitant les mouvements de Moscou, Erdogan joue à la roulette russe

par Abdel Bari Atwan

Source: https://www.ideeazione.com/limitando-le-mosse-di-mosca-erdogan-sta-giocando-alla-roulette-russa/

La décision de la Turquie de fermer son espace aérien aux avions militaires et civils russes à destination du nord de la Syrie a surpris de nombreux observateurs. L'annonce de cette décision par le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu aux journalistes turcs lors de sa tournée en Amérique latine a soulevé de nombreuses questions sur ses implications futures pour les relations russo-turques.

Il est peu probable que cette décision ait pu être l'un des résultats d'un accord turco-américain suite à des contacts discrets entre le président Recep Tayyip Erdogan et son homologue américain Joe Biden pour sévir contre la Russie. Contrairement à son prédécesseur Donald Trump, M. Biden estime qu'il est difficile d'assurer la sécurité régionale sans la Turquie, qui est un membre originel de l'OTAN. L'accord entre les deux pays prévoyait donc d'étendre la coopération économique et de répondre aux besoins de la Turquie en matière de défense, notamment en ce qui concerne les systèmes de missiles avancés F-35, Patriot et THAAD.

Il y a plusieurs explications à la décision d'Ankara. La première est que les États-Unis ont fait pression sur la Turquie après qu'il soit apparu que les Russes dirigeaient la bataille de Marioupol et d'autres zones du sud-est de l'Ukraine depuis la base aérienne russe de Hemeimim, dans le nord de la Syrie - d'où étaient menées des attaques stratégiques contre les forces ukrainiennes.

Une deuxième explication possible est qu'Erdogan a réussi à améliorer les relations de son pays avec Washington en profitant du besoin désespéré des États-Unis d'avoir des alliés régionaux dans la guerre par procuration de l'OTAN en Ukraine.

Mais là où l'un perd, un autre gagne. À la suite de la décision surprise de la Turquie, Téhéran a astucieusement proposé d'autoriser les avions russes à utiliser l'espace aérien iranien pour atteindre les bases navales et aériennes du nord de la Syrie. Bien que ces temps de vol puissent être plus longs, il y a des avantages immédiats pour les deux pays, en particulier pour l'Iran, qui a maintenant renforcé davantage sa relation stratégique avec l'axe Russie-Chine. L'Iran n'a pas été ambigu: depuis le début de la crise militaire ukrainienne, il n'a pas condamné les actions de Moscou et est resté tranquillement parmi les alliés tacites de la Russie.

Le président russe Vladimir Poutine s'est montré généreux envers son homologue turc. Il a pardonné à Erdogan son erreur de 2015, lorsque les défenses aériennes turques avaient abattu un avion russe Sukhoi qui avait pénétré pendant quelques secondes dans l'espace aérien de la Turquie, près de la frontière turco-syrienne. Il a fallu une série de sanctions russes de bonne envergure pour que le président turc s'excuse dans toutes les langues, y compris le russe, pour cette mésaventure.

Poutine a fait preuve de compréhension, voire de patience, à l'égard de l'occupation par la Turquie de zones dans le nord de la Syrie, contrairement aux souhaits de ses fidèles alliés à Damas. Toutefois, la dernière décision d'Ankara d'établir une zone d'exclusion aérienne russe ne sera pas si facile à pardonner, surtout si elle est suivie d'autres mesures telles que l'interdiction du passage des navires de guerre russes par les détroits du Bosphore et des Dardanelles vers la Méditerranée, conformément à l'accord de Montreux.

Cela reste une option à la lumière de l'amélioration rapide - bien que furtive - des relations turco-américaines; mais choisir de s'aligner sur Washington au sujet de l'Ukraine risque également d'accroître les coûts militaires, politiques et économiques de la Turquie, un an avant les élections cruciales du pays.

S'aligner davantage sur les États-Unis signifie également qu'Erdogan ne pourra pas continuer à jouer son rôle soigneusement élaboré de médiateur "neutre" dans cette crise, et accueillir la prochaine réunion au sommet entre les présidents turc et ukrainien.

s400-990x611.jpg

Les aspirations turques à étendre la coopération commerciale avec la Russie à 100 milliards de dollars par an seront également touchées, et la vente de systèmes de défense antimissile russes S-400 supplémentaires à la Turquie sera peu probable. Plus sérieusement, la Russie pourrait réagir en développant ou en élargissant ses relations avec le parti séparatiste des travailleurs du Kurdistan (PKK) et en soutenant ses opérations en Turquie.

Politiquement parlant, l'opération militaire russe en Ukraine est une question de vie ou de mort pour Poutine. Par conséquent, sa réponse aux mouvements inamicaux d'Ankara sera probablement décisive et pourrait se jouer sur plusieurs fronts :

- Le front syrien : afin de maintenir l'équilibre dans les relations russes avec la Turquie, Poutine s'est fortement opposé au désir des dirigeants syriens d'envahir Idlib pour éliminer les groupes terroristes djihadistes qui y sont basés et rendre le contrôle de ce territoire à Damas. Même si la position de Moscou ne change pas encore, la reprise et l'intensité des opérations militaires russes à Idlib entraîneront la fuite d'un plus grand nombre de Syriens vers le territoire turc, qui accueille déjà plus de 3 millions de réfugiés syriens.

- Renforcement des relations russo-iraniennes : cela aura un impact négatif sur les ambitions régionales d'Erdogan - notamment en Asie occidentale et centrale - en tenant compte du fait que la Chine, qui constitue le troisième bras, et plus fort, dans cette alliance naissante, est un membre à part entière de cette troïka.

- Le front arabe : Le désir de la Turquie d'améliorer ses relations avec l'Arabie saoudite, l'Égypte et d'autres États du golfe Persique et du monde arabe pourrait être entravé par le rapprochement de ces pays avec la Russie et la Chine, qui coïncide avec la rupture de leurs relations avec leur allié américain traditionnel. L'alliance Russie-Iran-Chine (RIC) peut faire beaucoup en Asie occidentale pour perturber les relations d'Ankara dans la région. Il convient de noter que Riyad n'a pas encore répondu aux ouvertures diplomatiques turques, notamment en ce qui concerne la fermeture du dossier étatique sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Ces derniers mois, le leadership d'Erdogan a été caractérisé par la confusion et la volatilité. Parmi les récents développements politiques, citons le renforcement impopulaire des liens d'Ankara avec Israël, son implication progressive dans la crise ukrainienne et le réchauffement des relations avec Washington. Celles-ci interviennent à un moment critique, non seulement en pleine crise économique nationale, mais aussi un an avant les élections présidentielles et législatives qui menacent sérieusement le pouvoir détenu par Erdogan.

Le président Poutine a peut-être décidé dans un premier temps de fermer les yeux sur la vente par la Turquie des drones Bayraktar qui ont probablement contribué à la mort de quelque 2000 soldats russes en Ukraine, et a accepté à contrecœur le rôle d'intermédiaire joué par la Turquie dans la crise. Au niveau stratégique, cependant, il lui sera difficile de tolérer l'accélération des nouveaux rapports de la Turquie avec l'Occident américanisé.

Il est vrai que la Turquie est une puissance régionale, et qu'elle est militairement forte, mais il est également vrai que le camp dirigé par les États-Unis vers lequel elle penche est en déclin, déchiré par les divisions, et échoue dramatiquement dans son régime de sanctions économiques contre la Russie. De plus, ce camp est confronté à l'alliance de deux superpuissances, d'une troisième nucléaire (l'Inde) et d'une quatrième en devenir (l'Iran), qui représentent ensemble plus de la moitié de la population mondiale.

Le nouveau pari du président Erdogan relatif à la Russie est risqué et pourrait se retourner contre lui au mauvais moment.

4 mai 2022

dimanche, 27 mars 2022

Eastmed Poseidon, le gazoduc méditerranéen qui change la donne gazière

eastmed-660x330.jpg

Eastmed Poseidon, le gazoduc méditerranéen qui change la donne gazière

Par Gian Piero Joime

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/economia/eastmed-poseidon-gasdotto-guerra-ucraina-mediterraneo-228356/

Rome, 26 Mar - Que la grave crise énergétique dépende de la dépendance déséquilibrée aux combustibles fossiles importés de quelques pays est désormais bien connu. Le fait qu'une grande partie du gaz importé en Italie, et en Europe, provienne de Russie est désormais un fait notoire. Le fait qu'en 1991, nous ayons extrait de notre territoire 20 milliards de m3 de gaz, qui seront réduits à un peu plus de 3 milliards en 2021, est également un fait connu. Tout comme la recette pour surmonter la crise est également bien connue : revenir à l'extraction du gaz, accélérer les énergies renouvelables, construire de nouvelles usines de regazéification, diversifier les sources d'approvisionnement, et pour ceux qui le savent et le peuvent, investir dans le nucléaire. Et participer à des projets de nouveaux gazoducs. Tout cela est logique, mais très complexe, comme le montre le cas du projet EastMed Poseidon.

EastMed Poséidon : de 2016 à 2020, allez, arrêtez et repartez

Le pipeline EastMed Poseidon, annoncé dès 2016, prévoit un pipeline terrestre de 600 km d'Israël à Chypre, puis un autre de 700 km jusqu'en Crète (où il pourrait y avoir de nouvelles découvertes par Exxon et Total déjà engagés dans des investigations), avant de se connecter à la Grèce continentale dans le Péloponnèse, puis à l'Italie, à Salento.

6247ed26-c317-46ab-bc58-5ae490579ae1-jpeg.jpeg

Appartenant à IGI Poseidon, une coentreprise entre la société grecque DEPA et Edison, et coûtant plus de 6 milliards de dollars, avec une capacité estimée à 11 milliards de mètres cubes (bcm) par an, avec un potentiel allant jusqu'à 20 bcm/an, le projet de pipeline EastMed-Poseidon, géré par l'italien Eni, le français Total et l'américain Chevron, serait le plus long jamais réalisé, mais aussi très coûteux. D'une longueur d'environ 1900 kilomètres, avec des pipelines posés jusqu'à 3000 mètres de profondeur dans la mer Méditerranée, le gazoduc vise à relier directement les champs de gaz de la Méditerranée orientale - les champs israéliens (Tamar et Léviathan), égyptiens (Zohr) et chypriotes (Calypso, Aphrodite) - à la Grèce continentale en passant par Chypre et la Crète, en se connectant aux gazoducs Poséidon et IGB (Interconnecteur Grèce-Bulgarie), pour transporter le gaz vers l'Italie et le réseau européen de gazoducs.

L'accord pour la construction du gazoduc a été signé le 2 janvier 2020 à Athènes par les dirigeants de la Grèce, de Chypre et d'Israël. Tous les pays impliqués dans le projet sont membres du East Mediterranean Gas Forum (EMGF), un forum parrainé par les États-Unis et l'UE et promu par Le Caire. Toujours en 2020, en raison de l'effondrement des prix des hydrocarbures pendant la pandémie de Covid-19, des réserves américaines et des problèmes géopolitiques liés aux tensions avec la Turquie, le projet a été temporairement mis en veilleuse.

2021 : aller, s'arrêter et repartir

En mars 2021, cependant, le projet d'EastMed a franchi une nouvelle étape : IGI Poseidon, le GRT israélien Israel Natural Gas Lines Company (INGL), qui avait déjà rejoint l'équipe en 2019, ont en effet signé un "addendum" supplémentaire au protocole d'accord de 2019, en vertu duquel les deux parties s'engagent à travailler conjointement à la conception et au développement de l'intégration du nouveau gazoduc avec le réseau gazier national d'Israël et avec les mêmes champs du bassin levantin d'où provient le gaz destiné à alimenter ce gazoduc, dont la phase de conception devrait être achevée au cours de l'année 2022. Le gazoduc EastMed, lit-on dans une note publiée par IGI Poseidon, complétera le réseau d'infrastructures énergétiques de la Méditerranée orientale en créant une nouvelle voie de transport de gaz naturel qui profitera à toute la région dans une perspective de relance post-Covid-19. "La coopération fructueuse entre IGI et INGL garantira aux ressources gazières de la région un accès stable au plus grand marché énergétique, l'Europe, grâce à un projet défini et mature, le projet de gazoduc EastMed."

eastmed1.jpeg

En 2021 également, il y a un pas en arrière, du côté italien, avec le Pniec (le plan national pour l'énergie et le climat) : "Bien que le projet puisse permettre à partir de 2025 une diversification supplémentaire des itinéraires actuels, il ne représente pas une priorité étant donné que les scénarios de décarbonisation peuvent être mis en œuvre grâce aux infrastructures existantes et au PTA susmentionné". Le point d'atterrissage d'Eastmed se trouverait à Otranto, à 20 kilomètres au sud de la sortie d'un autre oléoduc, Tap, qui a commencé à fonctionner en 2020 au milieu d'une grande controverse. Le Pniec, également pour cette raison, semblait déterminer la fin du projet, également parce que le délai pour les travaux, prévu pour juin 2021, était maintenant largement dépassé. Et pourtant Poséidon a redémarré, avec l'arrêté du ministère de la Transition écologique du 26 mars 2021 : " Les délais de réalisation du projet de méthanoduc IGI Poséidon section Italie... sont prolongés comme suit : le délai de démarrage des travaux est reporté au 1er octobre 2023 et le délai d'achèvement des travaux est reporté au 1er octobre 2025 ". Le ministre Roberto Cingolani a donc décidé que le Poséidon était nécessaire et qu'il serait construit, accordant à la société de construction un délai supplémentaire de quatre ans pour le terminer.

Les objectifs turcs et le revirement américain

En janvier 2022, cependant, Washington a informé Athènes de ses réserves à l'égard de l'oléoduc EastMed, officiellement en raison de la faisabilité technique et économique du projet et de son impact environnemental. Des réserves qui, avant tout soutenues par des raisons en réalité géopolitiques, constituent un obstacle au développement du pipeline. Washington a alors invité les Européens impliqués dans le projet à le remplacer par des alternatives régionales telles que la construction de terminaux GNL pour l'exportation du gaz de schiste américain. Ainsi, alors que Trump avait parrainé le projet, la décision de l'administration Biden sur EastMed modifie la position américaine, également dans le but d'éliminer une tension majeure sur les routes du gaz entre les acteurs de la région méditerranéenne ; en particulier avec la Turquie, véritable nœud crucial du gazoduc EastMed et du pouvoir en Méditerranée.

Depuis son lancement, le projet Eastmed a exclu Ankara du rôle de plaque tournante du transit du gaz offshore méditerranéen au profit de la Grèce, et a renforcé le rôle de l'Égypte et d'Israël dans le système d'alimentation en gaz.

Cependant, juste au moment où le projet EastMed se développait, la Turquie a conclu un protocole d'accord pour la démarcation des frontières maritimes avec le gouvernement d'entente nationale (GNA) de l'époque à Tripoli en novembre 2019 et dans le cadre de la doctrine géopolitique de la "patrie bleue" basée sur la souveraineté maritime turque en Méditerranée. Les revendications de souveraineté maritime d'Ankara à la suite de l'accord avec Tripoli ont entraîné une exploration et un forage intenses pour le gaz par des navires turcs soutenus par des drones et des navires de guerre, qui ont également entravé les activités d'exploration d'Eni dans les eaux chypriotes sous licence du gouvernement de Nicosie. L'apogée de l'attitude dominante de la Turquie en matière de souveraineté en Méditerranée, et de contrôle de ses trésors, a eu lieu en juin 2020, lorsque la frégate française Courbet a été éclairée par le radar de ciblage d'un navire de guerre turc escortant un navire marchand à destination de la Libye.

EastMed-1024x579.png

5172eae_574530147-tkmavwat-630.png

Cependant, la guerre en cours en Ukraine et la nécessité de réduire drastiquement la dépendance au gaz russe - ainsi que de diversifier toutes les sources d'approvisionnement - rendent urgentes la conception et la mise en œuvre d'une politique énergétique résolument tournée vers la souveraineté nationale et continentale. Et ainsi, le projet EastMed est de nouveau sur les rails. Ainsi, les États-Unis reviennent (du moins semble-t-il) sur leurs choix de janvier, au point de déclarer avec Andrew Light, sous-secrétaire américain aux affaires étrangères au ministère de l'Énergie : "Après les derniers développements, nous allons jeter un nouveau regard sur tout...... Il ne s'agit pas seulement de la transition verte, mais aussi de la transition qui nous éloigne de la "Russie". Les États-Unis pourraient donc donner le feu vert à EastMed Poseidon. Un projet méditerranéen vaste et complexe, pour la sécurité énergétique européenne et italienne, semble donc avoir une souveraineté clairement limitée.

Gian Piero Joime

vendredi, 25 mars 2022

La carte tatar d'Erdogan

crimea-tatar-blog-mejlis-flag-0.1631809876.jpg

La carte tatar d'Erdogan

La Turquie dispose d'un avantage considérable par rapport aux autres pays pour servir de médiateur entre l'Ukraine et la Russie. L'activisme d'Ankara est dicté par une stratégie préparée au fil des ans. Un bref excursus.

Emanuel Pietrobon

Source: https://www.dissipatio.it/erdogan-zelensky-pace/

L'Ukraine de Zelensky a dès le départ tenté d'obtenir le statut de membre observateur au sein du Conseil de coopération des pays de langue turque, également connu sous le nom de "Conseil turc", une organisation internationale basée à Ankara. Cette nouvelle n'est en fait pas une nouvelle pour ceux qui ont suivi l'évolution de la dynamique ukrainienne depuis l'ère post-Euromaidan. En gagnant la bataille pour l'Ukraine, l'Occident a réussi à se rapprocher de la réalisation du rêve de Zbigniew Brzezinski d'expulser la Russie de l'Europe, la transformant en un "empire asiatique". Entre ce scénario et sa réalisation finale, il ne reste plus que trois obstacles : le Belarus, la Moldavie et la Serbie.

En bref, ce à quoi nous assistons, c'est à la disparition de tout le système d'États tampons construit par Staline dans l'entre-deux-guerres pour protéger la Russie d'une invasion extérieure. Ce système est sur le point de s'effondrer car il a été incorporé dans l'orbite euro-américaine par l'élargissement de l'Union européenne et de l'Alliance atlantique. Aujourd'hui, la Russie est encerclée de partout - pas seulement au départ de l'Europe, pensez par exemple à ce qui se passe dans le Caucase du Sud et en Asie centrale. Mais revenons à l'Europe. La Biélorussie est secouée par une grande mobilisation d'une partie ostensible de sa société depuis la nuit du 9 août 2021 ; la Moldavie est un acteur vulnérable en raison de son besoin constant d'investissements étrangers et de la présence d'une minorité turque en Gagaouzie que la Turquie subjugue habilement, tandis que la Serbie est presque entièrement entourée de pays de l'OTAN, même si sa position au sein de l'orbite russe ne semble pas se fissurer pour l'instant (à voir également les manifestations pro-russes de ces jours-ci).

Pour en revenir à l'Ukraine, l'entrée au Conseil turc ne se prête qu'à une seule interprétation : le pays passerait rapidement du monde russe au monde turc. Cette situation ne caractérise pas seulement Kiev, mais de nombreux autres pays, comme les anciens États soviétiques d'Asie centrale et l'Azerbaïdjan, et des régions, comme la Gagaouzie, que je viens de mentionner, et les républiques russes à composition ethnique turque, du Caucase du Nord à la Sibérie. La nouvelle du projet ambitieux du gouvernement ukrainien a été donnée par Emine Dzheppar (photo, ci-dessous), une politicienne ukrainienne d'origine tatare qui a récemment été nommée première vice-première ministre chargée des affaires étrangères. M. Dzheppar, interviewé dans le passé par l'agence de presse turque Demirören, a expliqué que la présidence Zelensky souhaitait rejoindre le Conseil turc parce que :

"Nous sommes des pays voisins. L'Ukraine est l'héritière de la culture turque. Les Tatars de Crimée sont un pont entre l'Ukraine et la Turquie" (Emine Dzheppar).

630_360_1614344315-993.jpg

S'il est vrai que les Tatars constituent un point de connexion utile entre l'Ukraine et la Turquie, le passage sur la prétendue identité turque de l'Ukraine est discutable. En fait, elle n'est même pas discutable : elle est tout à fait anti-historique. Il s'agit d'une tentative de réécrire à la fois l'histoire et l'identité de l'Ukraine, qui est, était et sera toujours le berceau de la civilisation russe. Les Tatars représentent une très petite minorité - environ 70.000 personnes selon le recensement de 2001 - mais ils sont la clé de voûte de l'Ukraine pour entrer dans les bonnes grâces de la Turquie et de l'Occident.

Dès le départ, la décision de rejoindre le Conseil turc a été précédée de nombreuses autres initiatives et l'entrée finale dans l'organisation n'était que l'étape naturelle d'un voyage entamé par Volodymyr Zelensky en août 2019 par une visite officielle à Ankara. Depuis lors, les deux pays ont rapidement construit un partenariat stratégique très solide qui, aujourd'hui, s'étend du commerce à l'industrie, de la défense à la sécurité régionale, de la politique étrangère à la Crimée. Ce dernier point est particulièrement important pour les deux, car il s'agit d'un moyen de saper la grande stratégie de la Russie pour la mer Noire.

Mais pourquoi, dans le passé, l'Ukraine est-elle sur le point de devenir une partie intégrante du monde turc ? Il ne s'agit pas seulement du Conseil turc, de nombreux autres événements se sont produits au cours des dernières années. En juillet 2021, l'ambassadeur turc à Kiev, Yagmur Ahmet Gulder, a annoncé que la Turquie allait construire une maxi-mosquée au cœur de la capitale ukrainienne. Les négociations concernant le terrain ont déjà été résolues et les travaux devraient bientôt commencer. Une fois terminée, la mosquée sera la plus grande du pays : le projet prévoit une capacité d'au moins 5000 fidèles. Le gouvernement turc a fourni cinq millions de dollars pour sa construction. L'idée de construire une nouvelle mosquée à Kiev ne vient pas de Turquie, mais de Mustafa Dzhemilev, le chef du Mejlis, l'organe représentatif officiel des Tatars, qui a été mis hors la loi en Crimée pour cause d'extrémisme. Selon Dzhemilev, le pays a besoin d'une nouvelle mosquée en raison de l'arrivée de dizaines de milliers de Tatars de la péninsule au cours des six dernières années.

Avec en toile de fond les négociations sur la mosquée, la Turquie travaille depuis des années à la construction d'appartements résidentiels pour des centaines de familles tatares dans les villes de Kharkiv, Lviv, Odessa, Kherson et Dnipro. Ces deux initiatives ont été très bien accueillies par la minorité turque et amélioreront considérablement l'image de Recep Tayyip Erdogan en tant que protecteur du peuple turc et des musulmans en général. Mais avant même l'annonce de la mosquée, un événement historique s'est produit le 18 mai. Zelensky avait inclus deux célébrations islamiques très importantes dans le calendrier national des jours fériés : la fête du sacrifice (Eid al-Adha) et la fête de la rupture du jeûne (Eid al-Fitr).

La date de l'annonce a été soigneusement choisie car l'objectif était d'accroître la portée symbolique de l'acte : en effet, le 18 mai de chaque année, les Tatars observent ce que l'on appelle la "Journée de commémoration des victimes du génocide des Tatars de Crimée". Depuis 2014, cet événement historique est officiellement inclus dans la liste des guerres de mémoire liées à la Seconde Guerre mondiale qui divisent l'Occident et la Russie. Aujourd'hui, cette date, grâce à Zelensky, a pris une importance égale pour les Ukrainiens, les Tatars et les Turcs. Selon le président ukrainien, la reconnaissance officielle des fêtes islamiques est une étape fondamentale vers la construction d'une "nouvelle Ukraine au sein de laquelle chacun peut se sentir citoyen".

Le même jour, M. Zelensky a également annoncé la formation d'un groupe de travail au sein du bureau de la présidence, spécialisé dans les questions relatives aux Tatars. L'objectif était d'améliorer les conditions de vie de la minorité dans le pays. Ce sont donc les Tatars qui ont conduit l'évolution du partenariat turco-ukrainien formé l'année dernière. En août dernier, Zelensky a assisté à l'inauguration d'un bureau de représentation des Tatars de Crimée à Ankara. En février, c'était au tour d'Erdogan à Kiev, où le président turc a annoncé un plan de logement pour les Tatars qui avaient fui la péninsule, réaffirmant que son gouvernement ne reconnaîtrait jamais le nouveau statu quo car "la Crimée est la patrie historique des Tatars".

La carte tatare est utile aux deux parties : Kiev peut améliorer son image à l'Ouest, Ankara peut accroître son prestige dans le monde turc et islamique et, simultanément, élargir sa marge de manœuvre à l'intérieur de l'Ukraine dans l'espoir de combler le vide de pouvoir laissé par le Kremlin. Enfin, comme cela a déjà été écrit, jouer la carte des Tatars est le seul moyen pour les rivaux ou les pacificateurs de la Russie de garder ouverte la possibilité de déstabiliser la péninsule par une insurrection à motivation ethnique - ou, comme c'est le cas actuellement, de servir de médiateur entre les deux prétendants. La Russie est confrontée à un défi historique, car le scénario tant redouté de l'encerclement qui hantait les rêves de Staline est devenu une réalité, et la chute des États de la zone-tampon entraînera un déplacement de l'attention vers les républiques turco-musulmanes de Russie. Le risque d'une implosion de type soviétique est élevé, et les dirigeants du Kremlin sont appelés à élaborer une refonte stratégique globale : il en va de la survie même de la Russie telle que nous la connaissons aujourd'hui.

mardi, 01 mars 2022

La Russie: la lutte contre la Turquie passe par l'Ukraine

turquie-ukraine.jpg

La Russie: la lutte contre la Turquie passe par l'Ukraine

Emanuel Pietrobon

Source: https://it.insideover.com/guerra/russia-se-il-contrasto-alla-turchia-passa-dall-ucraina.html

L'Ukraine est le doigt, la transition multipolaire est la lune. Le changement de régime en Ukraine est un faux-fuyant, la réécriture du système de sécurité européen est l'objectif. Cette guerre n'est pas une affaire isolée, dont le déclenchement s'est produit soudainement et du jour au lendemain, mais un chapitre clé de la nouvelle guerre froide. Un chapitre dans lequel les intérêts et les voies de la Russie et des États-Unis s'affrontent, dans lequel l'Union européenne est paralysée et l'Empire céleste sur le qui-vive, et qui, de surcroît, est le dernier reliquat des nouvelles guerres russo-turques.

Kiev, berceau de la Russie et rêve de la Turquie

L'Ukraine, veine exposée du Vieux Continent et ligne de fracture inter-civilisationnelle depuis la nuit des temps, c'est seulement ici que la plus grave crise entre l'Ouest et l'Est de l'après-guerre froide aurait pu éclater. Et, de fait, elle a éclaté.

Convoitée par tous, des Polonais aux Mongols, l'Ukraine est un lieu qui, au-delà des apparences et des stéréotypes, a une histoire complexe et une identité plurielle. Pour les Russes, c'est l'un des berceaux de la civilisation orthodoxe slave, en tant que foyer de la plus ancienne organisation étatique des Slaves orientaux - la Rus' de Kiev. Pour les Polonais, c'est la fille prodigue de leur plus importante constitution impériale : la République dite des Deux Nations. Pour les Américains, les derniers arrivés, c'est le "pivot géopolitique" de l'Eurasie - le nœud territorial décisif dont dépend l'hégémonie sur l'Europe et la vassalisation de l'Europe par le rejet définitif de la Russie à l'est, sa transformation en empire asiatique.

Mais l'Ukraine a joué et continue de jouer un rôle clé, tant sur le plan politique qu'historique, pour une autre puissance: la Turquie. Prolongement du monde turc (Türk dünyası) depuis l'invasion mongole de 1223, l'Ukraine est dans les tranchées des guerres russo-turques depuis la bataille de Kalka et a façonné l'imaginaire collectif des habitants de la Sublime Porte pendant des siècles, leur ayant donné Roxelana et le mythe de la Petite Tatarie.

0001B284T9UGRH44-C125-F4.jpg

Il ne faut pas s'étonner, à la lumière de l'histoire, que la Turquie ait vu dans l'Euromaïdan une occasion de prendre pied dans un ancien domaine, populairement connu sous le nom de Hanshchyna, et qu'elle y ait fait des paris et des investissements importants, en particulier pendant la présidence Zelensky, étendant ses tentacules dans divers domaines : de l'industrie au commerce, en passant par la sécurité régionale, la défense et les affaires religieuses.

Un compte rendu ?

L'avancée des forces armées ukrainiennes dans le Donbass en 2021 n'aurait pas été possible sans l'utilisation des nouveaux Janissaires mortels du ciel, les drones Bayraktar TB2. Et la transformation de la minorité tatare en un pilier de l'ordre post-Euromaidan, avec ses bataillons de combattants volontaires actifs entre Donetsk et Lugansk, ne se serait pas produite aussi rapidement sans la médiation anatolienne.

Le Kremlin n'a jamais caché qu'il ressent un fort sentiment d'agacement, parfois à la limite de l'animosité ouverte, à l'égard de l'ordre du jour turc en Ukraine. Parce que Recep Tayyip Erdoğan était et est l'un des chefs de file du mouvement contre la reconnaissance de la souveraineté russe sur la péninsule de Crimée. Il était et reste parmi les principaux financiers de l'économie ukrainienne - 7 milliards de dollars d'échanges commerciaux au total en 2021, contre 4 milliards en 2019. Et il figurait parmi les principaux fournisseurs d'armements aux forces armées ukrainiennes, à la réorganisation desquelles la Turquie a également contribué.

Le lien entre l'Ukraine et la Turquie est devenu si solide sous l'ère Zelensky qu'en août 2020, le chef du Marinsky avait inauguré les travaux pour l'adhésion du pays au Conseil turc en tant que membre observateur. Un lien solide, certes, mais qui prendrait fin inévitablement si la Fédération de Russie parvenait à re-satelliser l'Ukraine.

Trois indices font une preuve

Les preuves que l'attaque de Moscou contre Kiev est également à considérer dans le contexte des nouvelles guerres russo-turques ne manquent pas : il y en a au moins trois, mais d'autres pourraient être ajoutées étant donné l'évolution constante de la situation. Et puisque, selon Agatha Christie, un indice est un indice, deux indices sont une coïncidence, mais trois indices font une preuve, l'affaire mérite d'être approfondie.

Le premier indice est le fait que c'est la deuxième fois en deux mois que la Russie envoie ses soldats sur un théâtre contesté avec la Turquie : au début de l'année, c'était le Kazakhstan. Dit de cette façon, il est clair que cela ne peut qu'apparaître comme un étirement basé sur l'attraction, mais l'image est incomplète. Car en Turquie, curieusement, l'intervention éclair au Kazakhstan par le biais de l'Organisation du traité de sécurité collective a été reçue très froidement et interprétée par certains comme un avertissement, un message subliminal adressé au Conseil turc.

Le deuxième élément de preuve est le bombardement d'un navire marchand turc au large d'Odessa, qui s'est produit de manière éloquente dans les heures qui ont suivi le déclenchement de la guerre. Un bombardement symbolique, en ce sens qu'il s'est terminé sans blessés ni morts, et qui, du moins dans l'immédiat, a eu l'effet escompté : réduire considérablement l'exposition de la Turquie au conflit.

combatientes-chechenos-ucrania (1).jpg

Le troisième indice, qui pour l'instant est aussi le dernier, est l'arrivée en Ukraine d'une petite armée de Tchétchènes - composée de dix mille à douze combattants (photo, ci-dessus) - sous le commandement de Ramzan Kadyrov, fidèle de Poutine et ennemi juré d'Erdoğan. On ne sait pas quelles sont les véritables raisons de l'intervention tchétchène en Ukraine, mais une chose est plus que certaine : l'utilisation de ces effectifs contre les Ukrainiens aurait un impact négatif sur le soutien de l'opinion publique à la guerre - qui est déjà faible, comme en témoignent les protestations pacifistes qui ont explosé comme une traînée de poudre dans toute la Fédération -, il est donc possible qu'on lui ait délégué la tâche de régler des comptes avec les agents turcs sur place, à savoir les islamistes et les djihadistes, en échange d'une carte blanche dans la chasse aux dissidents anti-Kadyrov.

Peu de choses ont été écrites sur l'alliance profane entre l'Ukraine post-Euromaidan et l'islam radical, mais cela ne signifie pas qu'il s'agisse d'un phénomène sans importance et insignifiant. Deux bataillons d'islamistes tchétchènes combattent les séparatistes pro-russes dans le Donbass depuis 2014. Des éléments djihadistes ont été capturés par le FSB, accusés de travailler pour les services secrets ukrainiens. Et les islamistes du Hizb al-Tahrir, une organisation légale dans certains pays mais interdite dans d'autres, dont la Russie, ont transformé l'Ukraine en un maxi-camp de recrutement, convertissant les Tatars à leurs croyances fondamentalistes.

Qu'est-il advenu de ces guérilleros et islamistes, dont l'implication dans le sabotage d'infrastructures critiques est bien connue, dont la présence dans le Donbass a été constatée et dont les liens avec les djihadistes internationaux ont fait l'objet de rumeurs et, dans d'autres cas, ont été prouvés ? Nous n'entendons pas parler d'eux, car ils sont loin des projecteurs, mais ils existent, ils sont nombreux - des milliers - et c'est à eux que le Kremlin, via Kadyrov, pourrait maintenant vouloir donner la chasse.

La vision de Poutine contre le plan de Biden

Les garanties de sécurité proposées par le Kremlin à l'Alliance atlantique ces derniers mois, qui avaient une forme difficilement acceptable mais un fond tout-à-fait compréhensible - pour ceux qui avaient des oreilles pour entendre - ont été conçues dans le but d'ouvrir une table de négociation : partir de 100, en sachant que l'autre partie offrait 0, pour arriver à un 50 avantageux.

La concentration de troupes aux confins de l'Ukraine était un moyen de parvenir à une fin: un levier de pression utilisé par le Kremlin dans l'espoir d'impressionner, ou plutôt d'intimider, la Communauté euro-atlantique et de la persuader d'entamer une action attendue depuis longtemps, à savoir les travaux d'une nouvelle conférence de Yalta. Remodeler la forme et l'objectif de l'architecture défensive-offensive euro-atlantique, en réduisant son potentiel de pénétration stratégique au cœur de la Russie européenne. Œuvrer pour un "diviser pour régner" mutuellement bénéfique, car il s'appuie sur les principes de non-ingérence et de sphères d'influence. Créez, si possible, un mécanisme de concertation sur le modèle du Congrès de Vienne de 1815.

Aux États-Unis, où le parti de la diplomatie triangulaire - s'ouvrir à la Russie pour isoler la République populaire de Chine - n'a toutefois jamais réussi à prendre pied dans la salle de guerre, c'est pourquoi l'intense séance de négociation a connu une issue malheureuse. La vision du parti qui règne depuis l'ère Obama, le parti du "double endiguement", a prévalu, sentant le retour de bâton potentiel de cette arme à double tranchant qu'est la diplomatie de la canonnière. Retirer cette force potentielle cyclopéenne sans avoir obtenu quoi que ce soit, pas même une lueur d'ébauche, était tout simplement devenu impossible - le point de non-retour était inévitablement passé - et aurait représenté une défaite tonitruante pour Poutine à différents niveaux : contractualité, crédibilité, image.

Et c'est ainsi, au milieu de refus clairs, de non ambigus et de portes fermées à tous les bâtisseurs de ponts en puissance - au premier rang desquels Emmanuel Macron - que l'administration Biden a fait tomber Poutine dans le piège machiavélique : rendre l'évitable inévitable, transformer l'option la plus éloignée en la seule viable. Pour gagner sans combattre. Faire d'une pierre deux coups : l'Union européenne, en lui faisant oublier l'autonomie stratégique et la détente, et la Russie, entraînée dans une guerre fratricide pleine d'embûches.

dimanche, 16 janvier 2022

L'attitude tacite de Biden : ce qui change en Méditerranée

thumbs_b_c_6e2bd49357a6e244ebf4c6ee714da636.jpg

L'attitude tacite de Biden : ce qui change en Méditerranée

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/politica/mossa-silenziosa-biden-cosa-cambia-mediterraneo-east-med-gas.html

Le gaz est un problème qui touche non seulement l'Europe orientale, mais aussi la Méditerranée orientale. Les routes de l'or bleu, en effet, dessinent des lignes géopolitiques qui touchent le Vieux Continent sous différents angles. Et l'une d'entre elles, d'une importance fondamentale bien que récemment oubliée, est celle qui relie le Moyen-Orient à l'Union européenne. Ou plutôt, qui devrait connecter ces deux espaces géographiques. Pour le rêve d'East-Med, c'est-à-dire le projet de gazoduc qui devrait relier les gisements du Levant à l'Europe via Chypre et la Grèce, il n'y a pour l'instant aucune trace. Et ces derniers jours, malgré les différents mémorandums qui ont sanctionné l'axe entre Israël et ses deux partenaires européens, une douche glacée est arrivée directement des Etats-Unis.

eastmed-1024x795.png

Les médias grecs avaient parlé d'un document officieux circulant dans les couloirs de la diplomatie américaine et montrant le désintérêt de Washington pour le projet. Selon ceux qui ont vu le document, East Med est considéré comme un projet excessivement coûteux et peu pratique, qui commence à déplaire même à Jérusalem. L'hypothèse avait suscité de l'inquiétude à Athènes, convaincue de l'importance du projet également comme symbole de sa propre position cruciale en tant que plaque tournante énergétique aux yeux de l'Union européenne et des États-Unis. Et quelques jours plus tard, un autre document, une déclaration parue sur le site web de l'ambassade américaine en Grèce, semble avoir confirmé les craintes des Grecs et des Chypriotes.

Dans cette "déclaration", le gouvernement américain, en plus de réitérer son intérêt pour la sécurité énergétique de l'Europe et d'exprimer son implication dans la coopération entre Chypre, la Grèce et Israël, fait une distinction. D'une part, il rassure que Washington s'engage "à connecter physiquement l'énergie de la Méditerranée orientale à l'Europe", mais d'autre part, il révèle que "notre attention", c'est-à-dire celle du département d'État, "se déplace vers les interconnexions électriques capables de supporter à la fois le gaz et les sources d'énergie renouvelables". D'où la référence explicite à l'interconnecteur EuroAfrica, un câble sous-marin destiné à transporter l'électricité de l'Égypte vers la Grèce via la Crète, et au projet d'interconnecteur EuroAsia destiné à relier les réseaux électriques israélien, chypriote et grec.

L'administration américaine met l'accent sur la question de la transition énergétique. Mais c'est un profil qui pour l'instant semble plutôt en retrait, puisque le gaz serait encore une source majeure d'énergie. Comme l'a montré l'affrontement autour de Nord Stream 2, le gazoduc reliant l'Allemagne à la Russie et évitant les pays baltes tout en les longeant, la question des routes du gaz est purement politique. Il est donc tout à fait clair que la stratégie énergétique de l'Amérique en Méditerranée orientale repose sur des hypothèses qui dépassent la question de la transition et sont plutôt d'ordre géopolitique.

nord-stream-germania-russia-10.png

Le projet East-Med est l'un des éléments qui pourraient créer des problèmes de stabilité dans une zone aussi délicate pour les Etats-Unis que la Méditerranée orientale.

La Turquie, en particulier, a depuis longtemps fait savoir qu'elle considérait cette ligne de gazoducs sous-marins comme un objet de conflit avec ses partenaires du Moyen-Orient et d'Europe.

Le fait d'être "contourné" par rapport aux routes énergétiques du Levant et d'être exclu de la diversification énergétique de l'Europe est une question très importante pour la stratégie de Recep Tayyip Erdogan. Et la Turquie, avec le passage sur son territoire des gazoducs du Caucase et de la mer Noire, a toujours tenu à souligner son propre rôle de plaque tournante énergétique pour l'Europe qu'elle entend réaffirmer à l'avenir. Le fait d'avoir coupé Ankara de ces routes, qui passent par l'île de Chypre, occupée dans sa partie septentrionale par les troupes turques, bouleverse l'agenda du sultan, mais représente également un danger pour divers stratèges turcs en dehors du circuit Erdogan.

Cette décision de l'ambassade des États-Unis en Grèce d'éviter de parler d'East-Med mais de se concentrer sur les interconnexions électriques - qui excluent également la Turquie, mais n'ont jamais été considérées comme une priorité de la politique turque - pourrait donc être lue comme un signe de stabilisation des relations avec Ankara. Une lecture qui ne plaît pas aux Grecs en particulier, qui craignent que la Turquie ne se repositionne sur la liste des alliés des États-Unis après les nombreux accrochages qu'elle a eus tant sur le plan militaire que diplomatique.

mardi, 23 novembre 2021

Les Turcs conseillent à Kiev de ne pas se frotter à l'OTAN

arton4332.jpg

Les Turcs conseillent à Kiev de ne pas se frotter à l'OTAN

Doğu Perinçek

Source: https://www.geopolitica.ru/article/turki-rekomenduyut-kievu-ne-svyazyvtsya-s-nato

L'Alliance de l'Atlantique Nord est une menace pour la sécurité et non une organisation qui protège, le président du Parti de la mère patrie turque Doğu Perinçek en est convaincu.

L'Ukraine a été convoquée à un exercice de l'OTAN en mer Noire, près des frontières roumaines. La frégate roumaine Merăşesti, le destroyer américain Porter, le navire d'état-major Mount Whitney et le pétrolier John Lenthall, la frégate turque Yavuz ainsi que le navire de débarquement ukrainien Yuriy Olefirenko et le patrouilleur Slavyansk ont participé aux manœuvres.

Le but de l'exercice, selon l'armée roumaine, est de "renforcer la capacité de réaction de l'OTAN en mer Noire et d'accroître le niveau d'interaction entre les marines des pays participants". Bien que l'Ukraine n'ait pas encore été acceptée dans l'alliance, Kiev a dû prendre cette invitation comme un bon signe.

295475634.jpg

Cependant, le président du parti turc de la mère patrie (Vatan), Doğu Perincek (photo), ne pense pas que ce soit une raison de se réjouir. Interrogé par PolitEkspert pour savoir si les autorités turques étaient prêtes à soutenir l'entrée de l'Ukraine dans ce bloc militaire, il a répondu :

"L'OTAN est une menace pour la sécurité. Ce n'est pas une organisation qui nous protège. Nous faisons partie de l'OTAN mais la position de l'Alliance a toujours été hostile à la Turquie. Les membres de l'OTAN ont toujours voulu utiliser la Turquie pour leurs propres intérêts, sans penser aux intérêts de notre pays. Tous les coups d'État qui ont eu lieu en Turquie ont été organisés par l'Occident".

Doğu Perinçek estime que "la Turquie quittera bientôt l'OTAN", et ne plaidera donc pas en faveur de l'adhésion de Kiev à l'alliance.

"Nos alliés sont les pays asiatiques, nos voisins - la Russie, l'Iran, la Syrie. Nous devons nous concentrer sur l'amélioration des relations avec eux. L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN ne menace pas seulement la Russie. Elle menace la sécurité de notre pays et la sécurité de toute la région. Je suis sûr que l'Iran et la Russie ne permettront pas que cela se produise. Erdogan devrait également bien peser le pour et le contre avant de soutenir l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN", a-t-il conseillé au site d'information et d'analyse".

La veille, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, dans une interview accordée à HBO, a réaffirmé que les pays du bloc n'étaient pas encore parvenus à un consensus sur l'adhésion de l'Ukraine à l'organisation.

mercredi, 17 novembre 2021

Les Américains nous visent tous : l'alliance eurasienne doit être renforcée

russia-eurasia-map.jpg

Les Américains nous visent tous : l'alliance eurasienne doit être renforcée

Leonid Savin

Source : https://www.geopolitica.ru/it/article/gli-americani-ci-prendono-tutti-di-mira-lalleanza-eurasiatica-deve-essere-rafforzata

Au cours de la dernière décennie, le rapprochement croissant entre la Turquie et la Russie a déclenché un vaste débat sur l'émergence d'un monde multipolaire dans les grands médias occidentaux. C'est pourquoi, afin de bien comprendre la dynamique du débat actuel, le juriste et journaliste turc de renom Ali Göçmen a interrogé l'expert politique russe et chef adjoint du Mouvement international Eurasia, le Dr Leonid Savin.

Ali Göçmen : Bonjour M. Savin, je voudrais tout d'abord commencer par une question sur l'évolution de la situation en Afghanistan. S'exprimant devant le Congrès américain le 7 novembre 2007, le nouveau président français, Nicolas Sarkozy, a déclaré : "La France restera en Afghanistan aussi longtemps que nécessaire parce que ce qui est en jeu là-bas, ce sont nos valeurs et les valeurs de l'Alliance atlantique. Je le dis sérieusement devant vous : l'échec n'est pas une option". Dans le contexte de cette conversation, peut-on dire que non seulement l'Amérique, mais aussi les valeurs atlantiques ont été perdues en Afghanistan ?

Leonid Savin : Absolument. Cela s'est également reflété dans les discours de plusieurs politiciens américains. Les valeurs comptent, certes. Et c'est là l'échec du libéralisme occidental, non seulement en Afghanistan mais aussi sur la scène mondiale. Mais c'est aussi un manque de confiance dans l'Occident. Même les partenaires des États-Unis ont commencé à discuter de la manière de modifier les relations avec Washington à l'avenir en raison de son comportement en Afghanistan. La frustration suscitée par la création de l'AUKUS et la décision de la France d'annuler le contrat portant sur les sous-marins australiens est un autre signe des problèmes de confiance au sein de la communauté transatlantique.

La Turquie en tant que leader et décideur régional

Ali Göçmen : Vous dites depuis longtemps que l'ordre mondial unipolaire est arrivé à son terme. De nombreux analystes affirment que le retrait américain d'Afghanistan est une proclamation symbolique d'un monde multipolaire. Le monologue est maintenant terminé et le nombre d'intervenants augmente. Quel rôle la Turquie peut-elle jouer en tant que pôle important, notamment dans le monde islamique, dans la nouvelle période ?

Leonid Savin : La Turquie s'est déjà déclarée leader et décideur régional. Toutefois, il subsiste quelques tensions avec les pays arabes et les réactions négatives de certaines forces à la présence turque en Syrie et en Irak. Les États-Unis comprennent les vulnérabilités de la Turquie, telles que la question kurde, et sont susceptibles de manipuler ce facteur pour leurs propres intérêts dans la région. L'Iran est également une puissance émergente avec un agenda spécifique et Ankara (surtout à cause de l'Azerbaïdjan) devra coordonner ses activités avec Téhéran. De notre point de vue, la Turquie peut être l'un des centres du nouvel ordre mondial polycentrique et un défenseur des valeurs traditionnelles. Il est très positif que la Turquie ait rompu certains des accords pro-occidentaux qui constituent des bombes à retardement pour la société turque. Mais la Russie, la Chine, etc. en Eurasie, devraient avoir de bonnes relations pragmatiques avec d'autres centres de pouvoir comme la Turquie.

Ali Göçmen : Début septembre, le philosophe russe Alexandre Douguine a écrit un article intitulé "La fin du monde unipolaire au lieu de la fin de l'histoire": "Selon certaines rumeurs, l'administration Biden prévoit d'utiliser des extrémistes contre la Chine et la Russie, libérant ainsi les mains des talibans (considérés comme une organisation terroriste interdite en Russie)", écrit Douguine dans son article. Pensez-vous que cela soit possible ?

Leonid Savin : Ils provoquent et attaquent la Russie à chaque fois et continueront à le faire à l'avenir. [Nous devons combattre la pression exercée par l'Occident sur Moscou par d'autres moyens que la désinformation, les opérations spéciales, la guerre par procuration (où le terrorisme est utile), les lois, les sanctions, la diplomatie préventive...]. Et pas seulement à Moscou. N'oublions pas que certaines sanctions ont également été imposées par les États-Unis et leurs alliés à la Turquie ! Cependant, l'Afghanistan a un impact sur certains pays d'Asie centrale dans le domaine des intérêts russes. Moscou doit donc réagir là aussi. Et la Russie est prête.

En Syrie : les mesures à prendre

Ali Göçmen : Comme je l'ai dit, au début du mois de septembre, le philosophe russe Alexandre Douguine a écrit un article intitulé "La fin du monde unipolaire au lieu de la fin de l'histoire". Bien qu'il y ait eu quelques désaccords au cours de l'histoire, la Russie et la Turquie sont fondamentalement des amis proches. Récemment, ces relations amicales se sont encore renforcées. Enfin, les efforts désintéressés des pilotes russes lors des grands incendies de forêt du mois d'août ont été accueillis avec gratitude par la nation turque. La tension actuelle entre la Turquie et la Russie se concentre sur la Syrie. Comment la Turquie et la Russie, les deux acteurs importants du monde multipolaire, peuvent-ils surmonter la crise en Syrie ?

Leonid Savin : Le fait est que la Russie a été invitée en Syrie par le gouvernement légal. Et après dix ans de conflit, le gouvernement syrien est toujours au pouvoir. La présence russe était fixée par des traités. D'un point de vue rationnel, le soutien continu de la Turquie aux groupes militants aura l'effet inverse. Les tensions se situent maintenant autour de la province syrienne d'Idlib. Les Kurdes sont aussi là. La situation est complexe. Mais la Turquie a entamé le processus de normalisation avec les pays arabes et nous en voyons les fruits. Par exemple, l'activité d'opposition des médias égyptiens est désormais interdite en Turquie. Le même processus est requis pour la Syrie. Et la Russie accueillera toujours favorablement de telles mesures.

Ali Göçmen : Je veux maintenant parler de la politique eurasienne. L'idéal de l'eurasisme n'est pas seulement une question de relations internationales, il a pour base une forte philosophie. Nous le savons. L'un d'eux est la préservation de la famille et des valeurs traditionnelles pour la réhabilitation des institutions sociales corrompues par l'hégémonie libérale. Que peut-on faire pour raviver la tradition dans un monde multipolaire ? Par exemple, que pensez-vous du mariage gay, du féminisme radical, de la lutte contre l'euthanasie ?

Leonid Savin : Vous voyez, la plupart des problèmes liés à l'érosion de nos sociétés traditionnelles viennent de l'Occident. Les déviations existent dans toutes les sociétés. La question est de savoir comment y faire face. Dans les tribus amérindiennes des Amériques, l'homosexualité était définie comme la faute de la coordination du corps et de l'âme. Si le corps est mauvais, le comportement pervers commence dans l'âme (avec le sexe opposé). Il s'agit donc de spiritualité. On peut trouver des réponses à ces questions dans les religions car elles concernent Dieu, l'éternité, notre destin et les ennemis spirituels tels que les démons. Il n'y a pas de réponses à ces questions dans la culture occidentale matérielle, la psychanalyse seule est destructrice. C'est pourquoi ces activités sont exaltées politiquement en Occident. Le fondement spirituel est détruit, les problèmes s'amplifient. C'est pourquoi nous sommes dans le multiculturalisme, le transhumanisme, les LGBT, etc. Ils ont décidé de se convertir.

Le virus qui fuit vers la gauche

Ali Göçmen : Je voudrais vous faire part d'une anecdote qui est restée gravée dans ma mémoire : le clocher d'une église de village figurait en arrière-plan sur les affiches électorales de Mitterrand, l'ancien président de la France... Cela signifie : "Je suis français, pas américain. On est en France, pas à Disneyland ! Je suis dans l'ère classique de la maçonnerie de pierre, pas des tours d'acier". Mitterrand était un socialiste. Mais aujourd'hui, à gauche, les partis socialistes mettent les bannières LGBT derrière eux. Pensez-vous qu'une orientation de gauche nationale et traditionnelle soit possible dans un monde multipolaire ?

Leonid Savin : L'idée la plus forte au sein des organisations et des partis de gauche était la justice. Mais la justice n'est pas le monopole de la gauche. Elle est au cœur des deux principales religions du monde, le christianisme et l'islam. Il est intéressant de constater que certains partis socialistes utilisent le christianisme à des fins politiques (comme au Venezuela sous Hugo Chávez ou en Amérique latine en général, où est née la doctrine catholique de la théologie de la libération). Mais l'application des perversions homosexuelles et autres à la politique de gauche leur semble également dévastatrice. De plus, l'école néo-marxiste de Francfort, développée avec le soutien de la CIA, a une forte influence en tant qu'attaque idéologique contre l'Union soviétique. Le vieux poison est toujours efficace même après que la cible ait été éliminée il y a plusieurs décennies. Parallèlement, Karl Marx a utilisé les idées d'Adam Smith dans son "Capital", de sorte que les idées de la gauche y trouvent leurs racines. Bien sûr, nous devons adapter notre approche à la vision économique et réorganiser nos théories. L'économie ne peut être une fin en soi, elle est une sorte d'environnement, un processus de construction d'une maison dans nos cultures. J'ai d'ailleurs attiré l'attention sur ce problème dans mon livre Ordo Pluriversalis : Revival of the Multipolar world order, qui traite du lien entre les différentes religions et les modèles économiques.

Ali Göçmen : J'espère que votre livre sera traduit en turc et qu'il rencontrera bientôt des lecteurs turcs. Merci pour votre temps, M. Savin.

*****************************************************

Article original de Leonid Savin :

https://www.geopolitica.ru/en/article/usa-targeting-us-all-eurasian-alliance-must-be-strengthened

Traduction par Costantino Ceoldo

 

dimanche, 07 novembre 2021

Erdogan continue de jeter de l'huile sur le feu du conflit libyen

erdoganarmee_600x354.jpg

Erdogan continue de jeter de l'huile sur le feu du conflit libyen

par Alessandro Sansoni

Ex: https://www.lavocedelpatriota.it/erdogan-continua-a-gettare-benzina-sul-fuoco-del-conflitto-libico/?fbclid=IwAR1eql9a2imoe7z0Pg2UZdKtsmv0T4YC7N6wHrH2SHZB18VPSJavJUz4JSc

Les reportages triomphalistes des médias nous ont empêchés d'y prêter toute l'attention nécessaire, mais un développement dangereux a émergé du G20 à Rome. Au cours du sommet, en effet, le président turc Recep Erdogan a déclaré officiellement, et en termes non équivoques, qu'Ankara refuse de retirer ses troupes de Libye. Cette déclaration intervient alors que l'ONU s'est engagée à organiser et à mener à bien le retrait de toutes les troupes étrangères présentes dans le pays, condition préalable indispensable à la célébration des élections censées ramener la paix dans le pays.

Par sa position, la Turquie jette de l'huile sur le feu et menace de porter à un niveau très élevé le conflit entre les factions qui se disputent le pouvoir en Libye, mettant ainsi en péril le processus électoral. Une situation qui aurait des répercussions graves et dangereuses pour l'Italie et l'ensemble de l'Union européenne.

Premier problème : le retrait des mercenaires

La Libye devrait organiser ses élections présidentielles tant attendues le 24 décembre, tandis que les élections législatives sont prévues pour le début de 2022.

L'espoir est de mettre ainsi fin à la longue période d'anarchie et de guerre civile dans laquelle le pays a plongé depuis la fin du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, en sauvegardant éventuellement l'unité du territoire libyen, aujourd'hui effectivement divisé en une partie occidentale sous le contrôle du gouvernement de Tripoli et une partie orientale aux mains du général Khalifa Haftar et de son Armée nationale libyenne (ANL), engagés depuis des années dans un dur conflit non seulement avec les milices tripolitaines, mais aussi avec des groupes islamistes, alliés des Turcs. La situation est encore compliquée par le nombre élevé de mercenaires et de forces étrangères présents sur le terrain pour soutenir les deux prétendants.

C'est précisément pour cette raison que la feuille de route élaborée par les Nations unies prévoit, avant tout, l'élimination des groupes armés étrangers, qui doit être définie dans le cadre d'un format de négociation "5+5", dans lequel toutes les factions belligérantes sont présentes à la table des négociations, sous les auspices des Nations unies. Le 8 octobre, le Comité militaire conjoint "5+5" s'est réuni pendant trois jours au Palais des Nations à Genève et s'est conclu par la signature d'un plan d'action prévoyant un retrait progressif, équitable et coordonné de tous les mercenaires et forces étrangères de Libye.

La réunion de Genève s'est tenue conformément aux pistes définies dans l'accord de cessez-le-feu du 23 octobre 2020 et aux résolutions connexes émises par le Conseil de sécurité des Nations unies. La réunion faisait partie intégrante des diverses négociations intra-libyennes promues par l'ONU, ainsi que des efforts déployés par la communauté internationale à travers la conférence de Berlin.

Carte-controle-territoires-Libye-6-fevrier-2019_1_1399_1538.jpg

Début novembre, le Comité 5+5 a tenu une autre réunion, cette fois au Caire, toujours organisée par l'ONU, à laquelle ont également participé des représentants du Soudan, du Tchad et du Niger. À cette occasion, tous les pays voisins de la Libye ont exprimé leur volonté de coopérer au processus d'expulsion des combattants étrangers et des mercenaires, tandis que les délégués du Soudan, du Tchad et du Niger se sont engagés à coopérer pour assurer le retrait des hommes armés de leurs pays, en coordonnant leurs actions pour éviter qu'ils ne reviennent en Libye et ne déstabilisent les États voisins.

Cependant, le refus de la Turquie de s'aligner sur les accords généraux ouvre un problème gigantesque. En fait, près de la moitié des forces étrangères présentes en Libye sont liées à Ankara : selon le SOHR (Observatoire syrien des droits de l'homme), le nombre total de mercenaires syriens soutenus par la Turquie dans le pays d'Afrique du Nord est d'environ 7000, tandis que les Nations unies ont estimé la présence de 20.000 combattants étrangers sur le territoire libyen. Les sources de SOHR ont également confirmé qu'en dépit des tentatives de négociation de leur retrait début octobre, des miliciens islamistes vétérans du conflit syrien continuent d'être stationnés dans des bases turques en Libye, tandis qu'un nouveau contingent de 90 personnes en provenance de Syrie est arrivé en Libye transporté par des avions turcs.

G20 : la diplomatie à la turque

Lors du G20, Erdogan a non seulement confirmé son intention de ne pas démobiliser ses troupes en Libye, mais a également réaffirmé au président français Emmanuel Macron que la présence turque est légitimée par un accord de coopération militaire signé avec le gouvernement libyen.

"Nos soldats sont là en tant qu'instructeurs", a-t-il réitéré, niant que leurs activités puissent être assimilées à celles de mercenaires illégaux.

Or, ce n'est pas exactement le cas. Tout d'abord, ses propos peuvent s'appliquer au contingent militaire officiellement envoyé par l'armée turque début janvier 2020, et certainement pas aux mercenaires syriens qui continuent à être stationnés dans les bases militaires d'Ankara.

Par ailleurs, les accords conclus lors du sommet du 8 octobre à Genève font explicitement référence au retrait des "mercenaires, combattants étrangers et forces étrangères", les "forces étrangères" étant comprises comme incluant les troupes régulières et les instructeurs.

Enfin, les "instructeurs" turcs ont débarqué en Libye dans le cadre d'un accord signé par Ankara en novembre 2019 avec le gouvernement d'entente nationale (GNA) dirigé par Fayez al-Sarraj, un gouvernement intérimaire auquel a succédé en mars dernier le nouveau gouvernement d'union nationale dirigé par Abdul Hamid Dbeibah. Le point crucial, cependant, est qu'au moment où le traité a été signé, le mandat du GNA avait déjà expiré et donc, en tant que gouvernement intérimaire, il n'avait pas le droit de signer un tel traité de coopération militaire. C'est pour la même raison que tous les voisins de la Libye et de la Turquie ont désavoué le traité sur les frontières maritimes (et les zones économiques exclusives correspondantes) signé par Tripoli et Ankara au même moment. Ce dernier accord a considérablement étendu les revendications turques sur la Méditerranée et ses riches gisements de pétrole et de gaz.

C'est pour ces raisons que la présence militaire turque en Libye doit être considérée comme illégale au regard du droit international, car elle constitue un avant-poste des ambitions néo-impérialistes d'Erdogan. Ce n'est pas une coïncidence si Erdogan, pendant le G20, a annoncé son refus de participer au sommet sur la Libye à Paris (ce qui l'a fait couler), confirmant ainsi qu'il n'a aucune intention de soutenir les efforts internationaux visant à stabiliser le pays.

Nous avons notifié au président Macron, a déclaré Erdogan, notre refus de participer à une conférence à Paris à laquelle participent la Grèce, Israël et l'administration chypriote grecque. Pour nous, il s'agit d'une condition absolue. Si ces pays sont présents, cela n'a aucun sens pour nous d'envoyer des délégués".

À Rome, Erdogan a également eu une réunion séparée avec le Premier ministre Mario Draghi, mais celle-ci n'a donné aucun résultat concret. Aucun progrès n'a été enregistré dans les relations italo-turques, y compris en ce qui concerne le système de défense antimissile italo-français SAMP-T, pour lequel la Turquie avait précédemment manifesté son intérêt. Malgré l'annonce générale de développements futurs à cet égard, il est peu probable que la Turquie reprenne ce projet, à moins que ses relations avec Paris ne s'améliorent. Et Erdogan ne semble avoir aucune envie de poursuivre dans cette direction.

Tensions en Libye

Entre-temps, la situation politique en Libye devient de plus en plus précaire, surtout depuis que la Chambre des représentants (le parlement de Tobrouk) a remis en cause en septembre dernier, à l'instigation de Haftar, le gouvernement d'unité nationale.

D'un point de vue militaire, les tensions augmentent également, à tel point que ces derniers jours, les chefs de deux milices tripolines - Muammar Davi, chef de la Brigade 55, et Ahmad Sahab - ont été victimes d'attaques visant à les tuer.

À ce stade, il est difficile d'être sûr que les élections présidentielles auront lieu en décembre, tandis que les élections parlementaires ont déjà été reportées à 2022.

Le chantage d'Erdogan : géopolitique, énergie, flux migratoires

Si la Turquie a pu renforcer considérablement son influence en Libye, une part considérable de la responsabilité doit être attribuée aux gouvernements dirigés par Giuseppe Conte (surtout le second), caractérisés par un manque d'incisivité sur la question libyenne. Bénéficiant de facto d'une carte blanche, Ankara a pu, en quelques années seulement, débarquer des centaines de "conseillers militaires" dans le pays d'Afrique du Nord.

Avec le traité sur les frontières maritimes et la délimitation des zones économiques exclusives respectives, la Turquie a pris le contrôle du littoral de la Tripolitaine ainsi qu'une sorte de patronage sur les gisements de gaz et de pétrole de la Méditerranée centrale. Son influence politique sur le gouvernement d'accord national, puis sur le gouvernement d'unité nationale, est énorme.

La guerre civile entre Tripoli et Benghazi a permis à Ankara de fournir des troupes et des armes au camp ouest-libyen, de redéployer ses milices mercenaires précédemment actives en Syrie et d'obtenir la gestion du port et de l'aéroport de Misurata pour les 99 prochaines années.

Aujourd'hui, Erdogan, grâce à la forte influence qu'il est en mesure d'exercer sur l'un des plus grands producteurs de pétrole au monde, dispose d'une arme supplémentaire pour faire pression sur l'Europe, celle de l'approvisionnement énergétique, en plus de l'arme déjà largement utilisée du contrôle des flux migratoires, qu'il est désormais en mesure de réguler non seulement sur la route des Balkans, mais aussi sur celle de la Méditerranée centrale. La route la plus empruntée par les trafiquants d'êtres humains, selon les chiffres officiels, selon lesquels, au 22 octobre, 51.568 migrants sont déjà arrivés en Italie cette année, contre 26.683 en 2020.

syrian_refugee_camp_in_turkey.jpeg

Les demandes de Draghi à l'Union européenne d'allouer des fonds pour protéger "toutes les routes" sont du miel aux oreilles turques. Ils font en effet référence aux 6 milliards que Bruxelles a déjà versés à la Turquie pour gérer la route des Balkans et à ceux qu'elle versera encore. Il y a actuellement 3,7 millions de Syriens vivant sur le sol turc, auxquels il faut ajouter 300.000 Afghans. Une bombe à retardement qu'Ankara menace de faire exploser à tout moment si ses exigences ne sont pas satisfaites.

En bref, les crises humanitaires - de l'Afghanistan à la Syrie, auxquelles s'ajoute désormais la crise libyenne - sont devenues une occasion extraordinaire pour la Turquie d'obtenir des ressources de l'Europe et de la maintenir sous pression. C'est pourquoi le maintien d'un gouvernement pro-turc à Tripoli est si important pour Erdogan : il lui permet de jouer un jeu géopolitique complexe contre l'UE qui combine énergie et flux migratoires.

Reconstruire un équilibre en Méditerranée et redimensionner les ambitions turques en adoptant une attitude plus ferme à l'égard du nouveau sultan est le véritable défi que l'Italie doit relever, plutôt que de s'aventurer dans des aspirations improbables et irréalistes à diriger l'UE ou à renforcer les relations transatlantiques.

Alessandro Sansoni
Directeur du magazine mensuel CulturaIdentità

dimanche, 31 octobre 2021

Russie: une menace appelée Turan

32303468902_fafdddae80_b.jpg

Russie: une menace appelée Turan

Pietro Emanueli

Ex: https://it.insideover.com/storia/russia-una-minaccia-chiamata-turan.html

Le Turan est ce lieu perdu, terre des loups et des chamans, qui aurait été le berceau d'une myriade de peuples et de tribus d'Eurasie, notamment les Turcs, les Magyars, les Mongols, les Bulgares, les Finlandais et les Japonais. Situé dans les steppes sauvages et magiques du cœur de la terre, l'Asie centrale, le Touran est un lieu mythologique dont la mémoire a survécu à travers les récits des sages et des conteurs, et dont le charme a résisté à l'érosion du temps et à la transformation de ces peuples nomades en nations.

Aujourd'hui, à l'ère de la fusion des identités où l'histoire s'est arrêtée - comme dans l'Occident sénile et stérile - et de la résurgence des identités où l'histoire ne s'est jamais arrêtée - tout le reste du monde -, cet espace géo-spirituel appelé Turan est revenu à la mode, manifestant sa puissance d'un côté à l'autre de l'Eurasie et devenant l'un des grands catalyseurs du phénomène historique qu'est la transition multipolaire.

Touran est la force motrice de l'agenda politique du Fidesz, qui dirige la Hongrie vers l'Anatolie, l'Asie centrale et l'Extrême-Orient. Touran est l'une des forces motrices du Conseil turc. Touran est l'un des piliers de l'Empire ottoman ressuscité. Et Touran est aussi une source historique de préoccupation pour la Russie. Car les Touraniens sont ceux qui ont pris Moscou en 1382 et 1571. Les Touraniens sont ceux qui se sont révoltés contre le Kremlin dans le Caucase et en Asie centrale pendant et après la Grande Guerre. Et les Touraniens sont ceux qui, aujourd'hui comme hier, contribuent à rendre vivante l'implosion cauchemardesque de la Fédération.

La longue histoire d'amour et de haine entre Moscou et Turan

Le Touran est le lieu situé entre le mythe et la réalité qui, aujourd'hui comme dans les siècles passés, sert de plateforme ancestrale à l'exceptionnalisme de la grande nation turque. Une nation qui, contrairement aux idées reçues, n'est pas née et ne se termine pas en Anatolie, mais traverse une grande partie de l'Eurasie, de la Gagaouzie à la Mongolie, et constitue le motif immatériel qui, depuis des temps immémoriaux, attise les pulsions identitaires des seize grands empires turcs et de leurs rejetons. Une nation qui, historiquement, voyait dans la Russie des tsars et des fous du Christ un ennemi à soumettre, et dont elle a réduit la capitale en cendres à deux reprises: en 1382 et en 1571.

9a6a9475176c527ad8f05fa31d5f1d71.jpg

btt.Yeni TURAN Haritamızı Beğendiniz mi.jpg

Le passage du temps, des siècles, n'a pas changé la nature complexe des relations entre les peuples turcs et les héritiers de Rurik, pas plus qu'il n'a érodé le pouvoir préternaturel de Touran qui, au contraire et de façon (im)prévisible, au début de ce conflit mondial de civilisations qu'était la Grande Guerre, aurait balayé la Russie avec la force d'un tsunami. Une force qui prendra diverses formes, entre 1914 et l'immédiat après-guerre, dont la redoutable Armée islamique du Caucase dirigée par Enver Pacha et théorisée par Max von Oppenheim, l'insurrection d'Asie centrale de 1916 et la révolte des Basmachis au Turkestan (ci-dessous, Basmachis et drapeau de la révolte).

Group-of-Basmachis-of-Eastern-Bukhara-in-the-mid-1920s-State-Archive-of-Film-and_Q320.jpg

440px-Flag_of_Turkestan.svg.png

C'est dans le contexte des escarmouches intermittentes entre la Russie et le Turkménistan dans l'entre-deux-guerres, en particulier la révolte du Basmachi - un précurseur de ce qui se passera en Afghanistan dans les années 1980, étant donné la présence de fondamentalistes islamiques soutenus dans une logique antisoviétique par les Britanniques et les Turcs - que les dirigeants du Kremlin transformeront la lutte contre le spectre ancien et immuable en une obsession sans frontières, parfois irrationnelle, en essayant de réduire la charge explosive de la bombe par des goulags, des processus de russification et des transferts de population.

L'ombre de la croix gammée sur les terres de Touran

Dans l'Union soviétique de l'entre-deux-guerres, tous les citoyens étaient égaux, mais certains étaient plus égaux que d'autres. Et ceux dans les veines desquels coulait le sang des hommes-loups des vallées de Touran et d'Ergenekon, et qui étaient donc identifiés comme ethniquement turcs, étaient considérablement plus exposés à la surveillance du gouvernement et à l'accusation d'être des espions, des cinquièmes colonnes à la solde de puissances étrangères déterminées à fragmenter l'Empire par le séparatisme ethno-religieux.

La paranoïa anti-turque de Staline va faire la fortune du Kremlin à l'approche de la Seconde Guerre mondiale, car l'armée invisible d'agents secrets disséminés en Transcaucasie et en Sibérie va empêcher l'implosion de l'empire soviétique multiethnique, déjouer les conspirations et déjouer les graves atteintes à l'unité nationale. C'est dans ce contexte paranoïaque qu'a eu lieu, entre autres événements notables, la déportation fatidique des Tatars de Crimée, dont le dictateur soviétique craignait un soulèvement sous la direction des Turcs et des Allemands.

De l'autre côté de l'Europe, plus précisément à Berlin, Adolf Hitler voulait en fait utiliser la bombe turco-touranienne, en l'imprégnant de nationalisme islamique pour accroître sa puissance, car il était convaincu de son potentiel mortel et désirait ardemment détruire la Russie en tant qu'acteur historique au moyen d'un processus d'"indianisation induite" fondé sur les enseignements de la Compagnie des Indes orientales. Grâce à Touran, selon le Führer, l'empire pluraliste qu'était l'Union soviétique pourrait être transformé en un patchwork babélique de peuples, de croyances et de tribus à la merci d'un joueur habile à diviser pour mieux régner.

C'est dans le contexte des rêves turcs du Führer, dans lesquels la Russie était imaginée comme l'Inde de l'Allemagne, qu'une série d'événements ont eu lieu, dont les plus significatifs sont les suivants

    - L'introduction de l'Oural dans le plan pour l'Europe de l'Est (Generalplan Ost), qui s'articule autour du concept de "mur vivant" (lebendige Mauer) pour séparer définitivement l'Europe de l'Asie.
    - L'élaboration du projet de Reichkommissariat Turkestan par Alfred Rosenberg, à la suggestion d'un Ouzbek inconnu du nom de Veli Kayyun Han, dans le but de détacher l'Asie centrale de l'Union soviétique en alimentant les mouvements pan-turcs et pan-islamistes. Dans les plans initiaux, l'Altaï, le Tatarstan et la Bachkirie devaient également faire partie de l'entité.
    - La conception du Reichkommissariat Kaukasus, dont Hitler aurait voulu déléguer l'administration à la Turquie en cas de victoire sur les Soviétiques.
    - Les campagnes d'enrôlement destinées aux habitants turcs-turcophones de l'Union soviétique, qui aboutiront à la création d'innombrables régiments composés de volontaires d'Asie centrale (Osttürkischer Waffen-Verband der SS, Turkistanische Legion), de l'Azerbaïdjan (Légion Aserbaidschanische, SS-Waffengruppe Aserbaidschan, etc.) et du Caucase du Nord (Légion Kaukasisch-Mohammedanische, Kaukasischer-Waffen-Verband der SS, Légion Nordkaukasische, Kalmücken-Kavallerie-Korps, etc).
    - Plus précisément, d'après le nombre de bataillons formés et leur taille, les campagnes de recrutement de l'Allemagne nazie ont été particulièrement fructueuses en Azerbaïdjan, en Tchétchénie, au Daghestan, en Ingouchie et même en Kalmoukie bouddhiste, où au moins cinq mille personnes ont prêté serment d'allégeance aux nazis.

Bundesarchiv_Bild_101I-295-1561-09,_Frankreich,_Turkestani_in_der_Wehrmacht.jpg

Pas seulement Hitler, pas seulement un souvenir du passé

En cherchant à instrumentaliser la dimension ancestrale du touranisme, de préférence imprégné d'éléments panturquistes et islamistes, Hitler n'aurait rien inventé de nouveau. Il se serait contenté, tout au plus, de tirer les leçons de la brève mais intense épopée d'Enver Pacha et de reprendre le sceptre hérité des orientalistes pointus du Kaiser, dont von Oppenheim et Werner Otto von Hentig.

Werner Otto von Hentig, un diplomate, aurait entrepris, vers la fin de la Première Guerre mondiale, un long voyage à travers le Caucase, l'Iran, l'Afghanistan et le Turkestan russe afin d'évaluer la faisabilité d'une "ethno-insurrection" à grande échelle présentée à Berlin par le cheikh Abdureshid Ibrahim. Revenant chez lui avec un rapport rempli de noms, de chiffres et de détails de toutes sortes, inhérents à l'histoire, à la foi et à la géographie, le diplomate aurait soutenu la cause de l'extension du Jihad turco-allemand dans les dominions russes à majorité islamique.

Werner-Otto-von-Hentig+Mein-Leben-eine-Dienstreise.jpg

Le sage von Hentig est écouté par le Kaiser, il reçoit également des représentants de la communauté tatare d'Allemagne prêts à organiser un régiment à envoyer à Kazan, mais le temps ne lui permet pas de compléter l'œuvre de son ami Oppenheim. En effet, le 11 novembre de la même année, l'empire épuisé met fin à la guerre par l'armistice signé à Compiègne.

Deux décennies après la fin de la Première Guerre mondiale, puis à l'aube de la Seconde, ce ne seront pas seulement les nazis qui récupéreront le programme islamo-turc du Kaiser, car les Japonais, eux aussi, consacreront effectivement des ressources humaines et économiques à un plan de renaissance du Touran. Un plan qui portait le nom de Kantokuen et dans le cadre duquel les agents secrets de la Société du Dragon Noir ont été envoyés dans les profondeurs de l'Asie centrale et de la Sibérie. La guerre concomitante avec les révolutionnaires chinois et l'ouverture du front du Pacifique auraient toutefois contraint les stratèges de l'empereur Hirohito à éliminer Touran des priorités de l'agenda extérieur japonais. Le reste appartient à l'histoire.

832E4FEB-F3F4-4567-9A5C-5155C0E5DE68.jpeg

Écrire et parler de l'histoire d'amour-haine entre la Russie et la Turquie est plus qu'important - c'est indispensable -, parce que dans les salles de contrôle des États-Unis, de la Turquie (et même de la Chine) continuent de rôder des génies de la guerre secrète dans l'esprit desquels la Russie devra être indianisée - Zbigniew Brzezinski docet - et parce que le Kremlin n'a jamais cessé de regarder par-dessus son épaule ce "danger venant de l'Est", où par Est nous n'entendons pas (seulement) la Chine, mais ce microcosme turco-turc qui, s'étendant de la Crimée et du Tatarstan à la Yakoutie, n'a jamais été et ne sera jamais complètement apprivoisé. Et le nouveau printemps de l'ethno-séparatisme qui enveloppe la Russie, des terres tataro-transcaucasiennes à la Sibérie profonde, en est la preuve : quand Touran appelle, les loups répondent.

lundi, 11 octobre 2021

L'Alliance turco-libyenne, un défi pour la sécurité de l'Italie et de l'Europe

thumbs_b_c_2db763fd79c441ba2118157aefd07348.jpg

L'Alliance turco-libyenne, un défi pour la sécurité de l'Italie et de l'Europe

par Alessandro Sansoni

SOURCE : https://www.lavocedelpatriota.it/lalleanza-turco-libica-una-sfida-alla-sicurezza-dellitalia-e-delleuropa/

L'évolution du cadre politique libyen risque de faire de l'Italie (et de l'Union européenne) l'otage des jeux de pouvoir à Tripoli. Le pays d'Afrique du Nord est en proie à une nouvelle crise politique, dont l'issue pourrait encore renforcer l'influence turque, et Ankara a déjà démontré sa capacité à tenir l'Europe en échec avec la menace de lâcher des migrants. Cette situation pourrait bientôt être aggravée par une crise énergétique.

La Libye à nouveau en proie au chaos (politique) : le gouvernement d'unité nationale contesté

À l'heure actuelle, en Libye, malgré les récentes négociations épuisantes, aucun accord réel n'a encore été conclu entre les factions belligérantes et les institutions qui les représentent. Début 2021, les autorités de Tripoli (le gouvernement d'entente nationale dirigé par Fayez al-Sarraj) et le Parlement de Tobrouk (présidé par Abdullah al-Thani et soutenu par le général Khalifa Haftar) avaient officiellement remis le pouvoir à une institution intérimaire, le gouvernement d'unité nationale (GUN), créée dans le but d'organiser enfin les élections tant attendues. Abdul Hamid Dbeibeh est élu Premier ministre du GUN, tandis que Mohammed al-Manfi se voit confier la direction du Conseil présidentiel.

Malheureusement, malgré ce qui a été convenu à Genève, le Forum pour le dialogue politique libyen, promu par les Nations unies, n'a pas réussi à obtenir des résultats significatifs et à stabiliser le pays. Le choix d'une ville suisse, et non libyenne, pour mener les négociations et la forte intervention de puissances étrangères dans les négociations avaient dès le départ mis à rude épreuve la légitimité du nouveau gouvernement.

En théorie, les élections parlementaires et présidentielles devaient se tenir en décembre, mais la confrontation politique entre les différentes factions s'est intensifiée au fil des mois, tandis qu'un climat général de méfiance entoure le gouvernement intérimaire. En conséquence, les élections, prévues pour le 24 décembre, ont déjà été reportées à janvier.

Le 21 septembre, la Chambre des représentants, la plus haute instance législative de Libye, présidée par Aguila Saleh, a contesté le gouvernement de Dbeibeh. Abdullah Bliheg, porte-parole de la Chambre des représentants, a déclaré que 89 des 113 députés présents ont voté en faveur de la motion de censure contre le gouvernement d'unité nationale lors d'une session à huis clos, en présence de Saleh et de ses deux députés.

Le Parlement a notamment justifié le vote de défiance en accusant le GNU d'effectuer des opérations financières douteuses et de conclure des contrats qui entraînent une augmentation considérable de la dette publique au point de mettre en danger la souveraineté même du pays. Les députés ont accusé les membres du gouvernement de détournement de fonds et de préjudice fiscal et d'avoir dépassé les limites de leur mandat.

Le président de la Chambre des représentants, Aguila Saleh, a souligné que l'exécutif dépensait des sommes importantes, alors que le budget n'a pas encore été approuvé. Selon ses calculs, le Premier ministre Dbeibeh a déjà dépensé entre 40 et 50 milliards de dinars.

En outre, la loi électorale présidentielle approuvée par le Parlement de Tobrouk a été rejetée par le Haut Conseil d'État, qui siège à Tripoli. En fait, le pays continue d'être divisé entre l'est et l'ouest, de sorte que si la Cyrénaïque, toujours sous le contrôle de l'Armée nationale libyenne de Khalifa Haftar, se prépare à organiser des élections selon ses propres règles, la Tripolitaine, toujours aux mains de divers groupes militaires, dont certains sont clairement islamistes, se prépare à faire de même. Même les candidatures officielles proposées à l'organisme électoral sont différentes et, en fait, la partie occidentale a déclaré Haftar inéligible.

Le contraste entre les différentes institutions libyennes et les dépenses financières douteuses du GUN alimentent la confusion, entravent la préparation des élections et compliquent les relations économiques et politiques avec l'Italie. La tension est désormais si forte que la possibilité d'un retour à la confrontation militaire et d'une nouvelle vague de migrants vers l'Europe qui en résulterait se concrétise de plus en plus.

Une Libye pro-turque

Un autre facteur de déstabilisation de la Libye est l'influence croissante de la Turquie dans les sphères politiques et militaires.

L'un des objectifs déclarés du Forum inter-libyen était le retrait des troupes étrangères du pays avant les élections. Ces derniers jours (6-8 octobre), le "Comité militaire conjoint 5+5", qui comprend des délégués des deux parties belligérantes, s'est réuni à Genève pour discuter de cette question : une clause de l'accord de cessez-le-feu du 23 octobre 2020 prévoyait le retrait des combattants étrangers dans un délai de 90 jours, mais il en reste environ 20.000 dans le pays.

D'autre part, malgré les engagements officiels pris par tous les principaux acteurs étrangers présents en Libye, le ministère turc de la défense a officiellement annoncé qu'il continuerait à coopérer militairement avec le gouvernement. De cette manière, Ankara sape le processus de paix et met concrètement en danger la consultation électorale.

En novembre 2019, le gouvernement d'entente nationale (GNA) d'al-Sarraj, alors en place, avait signé deux protocoles d'accord sur la coopération sécuritaire et militaire avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, en vertu desquels Ankara a pu justifier le renforcement de sa présence dans l'État nord-africain.

68687_TUR191010TurkisharmedforcesAA_1577607293725.jpg

Il est intéressant de noter que la coopération avec la Turquie a été favorisée par le passé, et est actuellement poursuivie, par les institutions les plus fortement influencées par les Frères musulmans de par leur composition : à l'époque le GNA, aujourd'hui le GUN et le Haut Conseil d'État de Libye, clairement en faveur de l'osmanisation du pays.

Ce n'est pas un hasard si le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a récemment affirmé que l'accord avec la Libye avait été conclu à la demande explicite du précédent gouvernement d'entente nationale dirigé par Fayez al-Sarraj, raison pour laquelle la Turquie a l'intention de rester dans le pays.

Deux jours avant de faire cette déclaration, Çavuşoğlu avait accueilli à Ankara Khalid Almishri, président du Haut Conseil d'État libyen, un organe qui joue un rôle consultatif.

Almishri, de son propre aveu, représente les Frères musulmans au sein du Haut Conseil. En mai 2018, lors d'une interview avec la chaîne française arabophone France-24, il a explicitement déclaré qu'il était membre des Frères musulmans, qui sont classés comme organisation terroriste par plusieurs pays.

Le point est délicat. En pratique, l'une des plus hautes autorités libyennes serait officiellement un djihadiste à part entière. En tout cas, Almishri est parmi ceux qui ont le plus encouragé l'intervention turque en Libye.

En l'état actuel des choses, la présence des forces turques viole les dispositions des Nations unies et la feuille de route pour une solution pacifique au conflit libyen et est, en principe, incompatible avec les dispositions générales en matière de sécurité.

Cependant, la question est encore plus grave. La présence turque représente un grave danger. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, plusieurs milliers de mercenaires syriens sont encore stationnés dans les bases turques en Libye. Il y a quelques jours à peine, un groupe de 90 combattants appartenant à des groupes liés à la Turquie et opérant à Afrin, dans la zone contrôlée par Ankara, a été envoyé en Tripolitaine, pour être rejoint par un groupe de même taille retournant en Syrie.

Si, par une quelconque hypothèse, qui semble aujourd'hui franchement improbable, les factions et institutions opposées à l'est et à l'ouest du pays parvenaient à une sorte d'accord, formalisant une liste unique de candidats à la présidence et organisant des élections ensemble, avec un résultat accepté par tous, le vainqueur aurait les mains et les pieds liés à la Turquie, dont les troupes resteraient dans le pays. Même Haftar devrait s'entendre avec les Turcs pour gouverner l'ensemble du territoire et pas seulement la partie orientale.

Dans un tel cadre, le prochain gouvernement libyen sera nécessairement pro-turc. Il sera également pro-turc même si les élections n'ont pas lieu et que l'expérience du GUN reconnu internationalement se poursuit.

La crise migratoire

La Turquie a longtemps persisté dans ses attitudes provocatrices, faisant du chantage à l'Union européenne par le biais de la gestion des flux migratoires. Un comportement évident sur la route des Balkans, qu'Ankara répète également en Méditerranée centrale depuis qu'elle a intensifié sa présence en Libye.

1490257431-gommone-migranti.jpg

Selon le Viminale, au cours des quatre premiers jours d'octobre seulement, 1430 migrants sont arrivés en Italie. En 2021, il y a eu 47.750 arrivées, soit environ le double des 24.333 arrivées de 2020. Par rapport à 2019, les débarquements ont été multipliés par six.

Ces chiffres sont appelés à augmenter en raison de la crise politique, économique et sociale qui touche non seulement la Libye, mais aussi la Tunisie, et qui pousse les gens à émigrer, encourageant ainsi la traite des êtres humains.

De même, le nombre de naufrages et de victimes est appelé à augmenter.

Il y a quelques jours, à Lampedusa, on comptait plus d'un millier de migrants illégaux dans un hotspot qui ne peut en accueillir que 250, après le débarquement record de 686 personnes en provenance de Libye sur un bateau de pêche de 15 mètres.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 25.200 personnes ont été interceptées en Méditerranée centrale cette année, soit deux fois plus que l'année dernière.

Dans un contexte qui risque de devenir complètement incontrôlable, l'insuffisance de l'action de la ministre de l'Intérieur, Luciana Lamorgese, qui a vu une augmentation anormale des débarquements depuis sa prise de fonction, est encore plus grave.

La question de l'énergie

Comme on le sait, la Libye est le principal fournisseur d'énergie de l'Italie (gaz et pétrole). ENI opère dans tout le pays d'Afrique du Nord et est l'acteur le plus important de l'industrie énergétique libyenne. Si Tripoli devait accroître sa dépendance politique vis-à-vis d'Ankara, le flux d'hydrocarbures entre les deux rives de la Méditerranée pourrait devenir une arme supplémentaire de chantage entre les mains de la Turquie.

EnLYUZeXcAAauxH.jpg

La même alternative représentée par le gazoduc transadriatique (TAP), dont le terminal des Pouilles est en service depuis un an et qui a déjà fourni à l'Italie et à l'Europe du Sud les 5 premiers milliards de mètres cubes de gaz naturel en provenance d'Azerbaïdjan, traverse toute l'Anatolie. Étant donné que Bakou est un proche allié d'Ankara, nous pouvons affirmer sans risque qu'une partie substantielle des sources d'énergie de l'Italie passe sous contrôle turc.

L'augmentation vertigineuse des prix des produits énergétiques au cours des dernières semaines rend le scénario encore plus inquiétant. Que se passerait-il si, de façon absurde, cet hiver, Erdogan menaçait l'Italie et l'UE, pour quelque raison que ce soit, de couper les approvisionnements en gaz ?

Et l'Italie ?

La résolution de la crise libyenne est d'un intérêt stratégique vital pour l'Italie.

Premièrement, les hostilités représentent un facteur de grave incertitude pour les intérêts économiques et énergétiques italiens en Libye.

Deuxièmement, la pacification de la Libye et un gouvernement solide et légitime sont indispensables à la gestion des flux migratoires.

Troisièmement, et enfin, la perte d'influence en Libye compromet le rôle géopolitique de l'Italie en Méditerranée, que l'orientation néo-ottomane de l'expansionnisme turc tend à supplanter, subvertissant le poids stratégique des deux pays.

Le temps est venu pour l'Italie de reconnaître la Turquie comme son concurrent le plus dangereux et non comme un allié potentiel à ménager.

En attendant, les relations entre Rome et Tripoli se poursuivent par des canaux parallèles plus ou moins productifs. Dans certains cas, elles laissent franchement perplexe.

Compte tenu du passé récent et des rebuffades que Paris subit depuis quelques mois en Afrique, les initiatives en tandem avec la France ne sont pas très efficaces. Ces derniers jours, le Premier ministre Mario Draghi et le président français Emmanuel Macron se sont rencontrés en marge du sommet européen de Brno, en Slovénie, et ont discuté de la situation en Libye.

A l'issue de la réunion, le gouvernement italien a publié une déclaration réitérant la "coordination étroite" entre l'Italie, la France et l'Allemagne pour la tenue d'une conférence sur la crise libyenne le 12 novembre à Paris. Le sommet a été décidé par Macron qui, cette fois-ci, contrairement au passé, a au moins pensé à consulter Rome avant de procéder à la convocation.

Quelques semaines auparavant, le ministre Lamorgese avait rencontré le vice-président du Conseil présidentiel libyen, Abdullah al-Lafi, pour discuter de la manière de développer la coopération et la coordination entre l'Italie et la Libye sur le dossier des migrants, mais sans grand résultat.

La rencontre à Tripoli entre Almishri, l'ambassadeur italien Giuseppe Buccino et l'envoyé spécial de la Farnesina pour la Libye, Nicola Orlando, qui a confirmé la volonté de maintenir un interlocuteur avec les Frères musulmans, a laissé perplexe.

Enfin, une rencontre bilatérale a eu lieu en septembre entre le ministre du Développement économique Giancarlo Giorgetti et le vice-président du Conseil présidentiel libyen Al-Lafi, en visite à Rome, au cours de laquelle les deux hommes ont abordé les questions liées à la coopération économique et industrielle, à commencer par les infrastructures et l'énergie. M. Giorgetti a souligné que l'Italie s'est engagée à promouvoir le processus de stabilisation et de réconciliation nationale en Libye et le redressement économique du pays, dans lequel les entreprises italiennes ont toujours joué un rôle de premier plan. Dans ce cas, la confrontation sur des questions concrètes et pragmatiques pourrait avoir des effets positifs.

Conclusions

Ces derniers jours, de nombreux commentateurs autorisés ont insisté sur la thèse selon laquelle l'Italie, grâce à la stature internationale de Mario Draghi et compte tenu des difficultés françaises et de la vacance du pouvoir dans l'Allemagne post-Merkel, pourrait être le grand protagoniste de la relance de l'Alliance transatlantique, qui est en crise évidente après le retrait d'Afghanistan et le lourd manque de respect diplomatique américain à l'égard de Paris à l'occasion de la fourniture de sous-marins à l'Australie. Le provincialisme de certains experts est déconcertant, d'autant plus qu'il ne semble pas être lié uniquement à des attitudes propagandistes en faveur de l'exécutif actuel, mais le résultat d'une véritable conviction. C'est un symptôme du manque de culture stratégique qui traverse les classes dirigeantes et l'opinion publique italiennes, qui oscillent craintivement entre la sous-estimation et la surestimation du potentiel de l'Italie. Il est vrai que l'Italie est un grand pays, mais elle devrait apprendre à concentrer ses efforts - et l'autorité (éventuelle) de l'actuel Premier ministre - pour qu'ils soient rentables, dans le scénario dans lequel elle joue effectivement un rôle et sur les pays étrangers voisins : la Méditerranée et l'Afrique du Nord. Ici, la Turquie est désormais un problème évident, et une confrontation étroite avec elle est nécessaire sur tous les fronts. C'est une folie que l'UE continue à financer Ankara, cédant à son chantage, pour pouvoir ensuite armer illégalement la situation déjà difficile en Libye.

Concentrons-nous sur ce point, l'Atlantique est loin.....

Alessandro Sansoni.

mardi, 07 septembre 2021

De nouvelles armes turques pour contrôler la Méditerranée

TAI_delivers_another_new_radar-equipped_ANKA_Drone_to_Turkish_Naval_Forces_925_001.jpg

De nouvelles armes turques pour contrôler la Méditerranée

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/difesa/le-nuove-armi-turche-per-controllare-il-mediterraneo.html

La Turquie ne vise pas seulement à se doter de drones aériens, mais aussi de navires sans pilote. Un retournement de situation qui a commencé il y a quelques années et qui montre une évolution très rapide, notamment depuis la fin de l'année 2020. Les dernières nouvelles à ce sujet proviennent du Daily Sabah, l'un des principaux organes de presse de Turquie. Les médias anatoliens ont annoncé que le géant de la défense Aselsan a conçu, en collaboration avec le chantier naval Sefine, de nouvelles plates-formes (de surface et anti-sous-marines), qui représentent pour Ankara une étape supplémentaire dans sa politique de contrôle des mers. Une politique qui, depuis longtemps, a été synthétisée dans la "patrie bleue".

0001906166001-1.jpgLa défense turque a pour objectif de les avoir d'ici la fin de l'année. Elles sont pratiquement indigènes, résultat d'une synergie entre divers segments de l'industrie turque bénis par le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan. Un système de nationalisation de l'industrie de l'armement qui, en Turquie, trouve l'un de ses piliers dans le projet Milgem et qui vise non seulement à approvisionner les arsenaux nationaux sans passer par l'importation, mais aussi à vendre ces systèmes à l'étranger. Les drones turcs sont déjà très convoités dans plusieurs pays européens et asiatiques. Et maintenant, Ankara souhaite étendre ce marché au secteur maritime.

Il s'agit d'une double approche qui découle de deux besoins très ressentis par l'administration turque. D'une part, l'objectif de rendre sa propre défense de moins en moins dépendante des pays étrangers. Un problème qui est devenu central pour la Turquie, surtout après avoir pris conscience de la fragilité de la chaîne d'approvisionnement en cas de blocage politique par l'Occident. Le cas du F-35 - avec toutes les différences de l'affaire - illustre un danger qui guette Erdogan: faire une politique étrangère de plus en plus autonome en dépendant de Bruxelles et de Washington au niveau militaire signifie devoir réduire les attentes de son propre travail.

La question est devenue si importante qu'il a dû étendre le programme de drones nationaux aux armes embarquées sur le futur porte-avions Anadolu, transformé pour l'instant en porte-drones ou en projet d'hélicoptères en attendant que la Turquie revienne au programme F-35. Une attente qui n'est cependant pas nécessairement une limitation. En fait, le blocus a rendu nécessaire pour Ankara de développer, le plus rapidement possible, une technologie autonome pour remplacer ces systèmes liés à la volonté de Washington. Et c'est un virage qui a permis à la Turquie de mener à bien un programme national au point de pouvoir utiliser ses drones à la fois comme une arme et comme un moyen de nouer des partenariats avec d'autres États.

arton50592.jpg

Des sources qualifiées de l'InsdeOver rapportent, par exemple, que c'est précisément en raison de ce développement croissant des drones armés (en particulier, le redoutable Bayraktar) que certains, au sein de l'État grec, pensent que l'hypothèse d'une base pour ces moyens dans la partie nord de Chypre, en particulier à Gecitkale, est toujours sur la table. Une hypothèse émise dans le passé par certains analystes et qui semble aujourd'hui tout à fait irréalisable. Les drones aériens, ainsi que les unités sans pilote pour contrôler les eaux dans un rayon d'environ 600 miles (ce sont les données du projet Aselsan) pourraient constituer un tournant fondamental dans la projection stratégique de la Turquie dans les eaux bouillonnantes de la mer Égée et de la Méditerranée orientale.

jeudi, 19 août 2021

Mythes et réalités de la géopolitique turque

erdogan-2215259_1280.jpg

Mythes et réalités de la géopolitique turque

Alexandre Douguine

Ex: https://katehon.com/ru/article/mify-i-realii-tureckoy-geopolitiki

Après que l'Azerbaïdjan a repris le contrôle du territoire du Nagorny-Karabakh, les analystes ont commencé à remarquer une augmentation des activités turques dans la région du Caucase et, plus largement, en Asie centrale. Erdoğan a une nouvelle fois consolidé sa présence dans les États turcophones, a commencé à promouvoir ses intérêts en Géorgie et a jeté son dévolu sur l'Afghanistan, qui compte également une importante population turque (les Ouzbeks afghans).

Dans le même temps, il convient de noter que ces tendances géopolitiques actuelles ne correspondent pas au néo-ottomanisme. La plupart des territoires en question n'ont jamais fait partie de l'Empire ottoman. À l'époque de la guerre froide, le pan-turquisme et le pan-touranisme ont été artificiellement promus en Turquie, pays de l'OTAN, par les États-Unis. Au cours de la dernière décennie, cependant, alors qu'Erdogan a commencé à mener une politique de plus en plus souveraine et indépendante, le pan-turquisme s'est considérablement affaibli. Une fois de plus, il y a aujourd'hui des signes clairs de sa résurgence. Mais cela se passe maintenant dans un contexte bien différent. Il ne s'agit plus d'une pression de l'Occident utilisant la Turquie dans un grand jeu contre la Russie continentale, mais d'une initiative personnelle d'Erdogan.

Cela a été particulièrement évident après les événements du Haut-Karabakh, et au niveau de l'image, tant en Turquie qu'en Azerbaïdjan même, la victoire a été entièrement attribuée à l'alliance Bakou-Ankara. En réalité, le facteur décisif, ainsi que la bonne préparation d'Aliyev à la guerre, a été l'accord de Poutine donné sotto voce pour restaurer l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan par la force. Les grandes décisions ont été prises précisément à Moscou. Et c'était à Poutine de décider à qui appartenait le Karabakh.

Poutine avait précédemment convenu avec le précédent président arménien, M. Serzh Sargsyan, de débloquer partiellement le problème du Karabakh en cédant cinq districts. Mais Pashinyan, soutenu par Soros et les mondialistes, qui a organisé une révolution colorée à Erevan, a annulé tous les accords. Et on ne fait pas un coup pareil à Poutine. C'est en raison des politiques de Pashinyan et en réponse aux actions du lobby pro-américain et pro-occidental en Arménie que Poutine a pris une décision concernant le Karabakh. Quelle était cette décision, nous pouvons le voir maintenant. Cela aurait pu être très différent. Et là, l'alliance turco-azerbaïdjanaise, je le crains, n'aurait rien pu faire.
Il en va de même pour la position turque au Moyen-Orient, qui était en fait autrefois un territoire sous contrôle ottoman après les Byzantins. Et ici, Erdogan poursuit sa politique plus ou moins réussie uniquement parce que la Russie n'interfère pas avec elle. Avec le front actuel d'Erdogan contre l'Occident, alors qu'en juillet 2016, l'Occident et la CIA ont tenté de le mettre carrément dehors, c'est le soutien discret de Moscou qui permet à Ankara de consolider sa souveraineté.

Mais cette politique de Moscou qui ferme les yeux en Syrie, en Libye, en Irak et maintenant en Azerbaïdjan n'est pas une conséquence de notre faiblesse, mais le résultat d'un calcul géopolitique de grande envergure. La Russie construit un monde multipolaire, cherchant à limiter autant que possible le territoire de l'hégémonie américaine. Et l'ambitieux Erdogan facilite cela dans la pratique. Mais tout cela fonctionnera jusqu'à une certaine limite.

267679.jpg

Cette limite à ne pas franchir, c'est le partenariat militaire d'Ankara avec les russophobes de Kiev, la vantardise excessive de l'alliance Turquie-Azerbaïdjan (en oubliant Moscou, où tout s'est réellement décidé) et l'intensification du pan-turquisme en Asie centrale. À l'exception du volet ukrainien, qu'Ankara aurait dû abandonner complètement (et le plus tôt serait le mieux), les vecteurs les plus solides de la politique turque pourraient être poursuivis - mais pas au nom de l'OTAN et en coordonnant soigneusement les lignes rouges avec la Russie.

L'entrée de la Turquie en Asie centrale ne relève plus de l'ottomanisme, mais d'une certaine version de l'eurasisme turc. Moscou n'a théoriquement rien contre cette vision, mais l'eurasisme turc doit être coordonné avec l'eurasisme russe, car le Kazakhstan, le Kirghizstan et l'Ouzbékistan ne sont pas simplement des alliés de la Russie, mais des membres de diverses structures économiques et militaires. La Turquie pourrait très bien les rejoindre et agir de concert avec la Russie.

C'est la seule façon de résoudre le problème arménien, après tout, la Russie est responsable d'Erevan. Et la reconstruction de la région après la guerre devrait prendre en compte les intérêts de toutes les parties. Y compris l'Iran, d'ailleurs, qui a été en quelque sorte oublié dans la guerre du Karabakh. Et en vain.

L'eurasisme est une idéologie extrêmement importante, précisément parce qu'elle n'a pas de dogmes. Son ambiguïté et son ouverture certaines sont un avantage et non un inconvénient.  La Russie - en tant que foyer, centre, pôle de l'Eurasie et pivot géographique de l'histoire - est le facteur principal de toute construction géopolitique efficace.

Si Ankara opte pour un monde multipolaire, alors bienvenue au club et discutons en toute franchise des souhaits de toutes les parties. S'il s'agit de l'expansion impérialiste voulue par un seul homme ou d'un nouveau cycle pour servir les intérêts de l'OTAN, ce n'est pas seulement un projet non constructif mais un projet suicidaire.

Il est grand temps que la Russie, à son tour, accorde une attention particulière au potentiel de la doctrine eurasienne, tant sur le plan idéologique que géopolitique.  Sans idéologie et en s'appuyant sur un pur pragmatisme, nous ne pouvons tout simplement pas mener à bien des projets d'intégration à long terme.

samedi, 07 août 2021

Istanbul, le canal de la discorde

kanal-istanbulda-onemli-gelisme-1519735078227.jpg

Istanbul, le canal de la discorde

par Marco Valle

Ex: https://blog.ilgiornale.it/valle/2021/08/07/

Samedi 5 juillet 2021, Recep Tayyip Erdogan a officiellement inauguré les travaux du Kanal Istanbul, une voie navigable de 45 kilomètres de long, 150 mètres de large et 25 mètres de profondeur qui reliera la mer Noire à la mer de Marmara. Aussi grand, sinon plus, que Suez et Panama, l'ouvrage contournera le détroit du Bosphore, décongestionnant le passage maritime encombré (48.000 transits par an en moyenne) et transformant la partie européenne de la métropole turque en une véritable cité insulaire.

L'ouverture des chantiers, aussi symbolique soit-elle, couronne l'ancien rêve de Soliman le Magnifique : une idée visionnaire et ambitieuse que, cinq siècles après le départ du sultan, le président à la main de fer a reprise et relancée avec obstination. La première annonce de l'ouverture du "quatrième détroit" turc remonte à 2011 - "voici mon projet fou", a-t-il proclamé devant les ministres ébahis - ; maintes fois reporté, modifié et discuté, le plan a finalement été approuvé par le Parlement en mars dernier. L'excavation sera achevée, du moins selon des sources gouvernementales optimistes, en seulement six ans et coûtera au total environ 15 milliards de dollars.

erdogan-kanal-istanbul-400x240.jpg

Apparemment, rien de nouveau, du moins pour les dirigeants de l'AKP, le parti au pouvoir depuis 2002. Depuis lors, son leader indéboulonnable, Erdogan - d'abord en tant que premier ministre et, depuis 2014, en tant que président de la république - a promu de grands projets d'infrastructure visant à moderniser le visage du pays, à promouvoir la croissance économique et, surtout, à renforcer le consensus interne, base de sa longévité au pouvoir. Un mécanisme qui s'est toutefois grippé puisque l'économie turque est en grande difficulté et que la dévaluation catastrophique de la livre turque (une perte de plus de 400% par rapport au dollar en une décennie) continue de pénaliser un cadre économique aggravé par les coûts de la pandémie, le ralentissement des activités de production et le recul très net du tourisme. En bref, des caisses à moitié vides, de nombreuses dettes et une question cruciale : qui va payer les coûts de "Kanal Istanbul"? Certainement pas les six principales banques d'affaires turques qui, comme le confirme Reuters, se sont montrées très réticentes à financer un projet coûteux et, en même temps, extrêmement conflictuel.

En attendant d'hypothétiques bailleurs de fonds étrangers - le ministre des transports Adil Karaismailoglu a évoqué des investisseurs chinois, qataris ou peut-être néerlandais - la contestation s'amplifie. En première ligne, le maire de la ville, Ekrem Imamoglu, membre du Parti républicain populaire, principale force d'opposition, ennemi juré d'Erdogan et probable adversaire aux élections présidentielles de 2023. Fort du soutien des scientifiques et des écologistes et des craintes de centaines de milliers d'habitants, M. Karaismailoglu n'a pas hésité à dénoncer les risques sismiques (le tracé longe la redoutable ligne de faille sismique anatolienne), les désastres écologiques imminents (pour Greenpeace, il s'agit d'une "catastrophe aux conséquences imprévisibles" et les océanographes craignent la mort de la mer de Marmara déjà languissante) et, surtout, la certitude que le projet représente une gigantesque spéculation immobilière. Ce soupçon est amplement confirmé par la hausse prodigieuse des prix des logements (de 25 dollars le mètre carré à 800), face aux maigres compensations des expropriations depuis 2013.

a745ad45-86f6-4faa-b5fd-0960bcc5c23d-jpeg.jpeg

La question déjà complexe est encore compliquée par l'aspect géopolitique, un facteur central. Depuis 1936, les passages du Bosphore sont régis par la Convention de Montreux, chef-d'œuvre diplomatique de Kemal Ataturk, qui garantit le trafic des navires marchands de tous pavillons et limite l'accès à la mer Noire des navires militaires de pays tiers. Jusqu'à présent, la Turquie a joué son rôle de garant avec équilibre, mais l'ouverture de la voie navigable (avec la taxe de transit attenante) pourrait être l'occasion tant attendue par Erdogan de classer les anciens accords et d'ouvrir une nouvelle phase, tout cela devant être compris et analysé.

9788833372815_0_536_0_75.jpg

Comme le note Lorenzo Vita dans son excellent livre L'onda turca (Historica-Giubilei Regnani, 2021), consacré à l'expansion navale d'Ankara: "La Russie n'aime pas du tout l'idée que la Turquie abandonne les clauses de Montreux. Poutine a appelé Erdogan pour exprimer le point de vue russe sur le détroit. Le président turc a répondu que pour l'instant l'abandon du Traité de Montreux n'est pas mis en question, mais l'attention du Kremlin est un signe de ce qui pourrait arriver. Car si Moscou a tout intérêt à empêcher que l'équilibre de la mer Noire ne soit rompu, la curiosité est grande à Washington: surtout dans une phase d'escalade impliquant l'Ukraine et la "Crimée". Les États-Unis seraient en fait "très intéressés par une voie maritime exclue de cette convention". Si la Turquie décidait de renégocier le traité ou d'exclure la nouvelle voie navigable de l'accord, Washington aurait l'occasion de se débarrasser d'un goulot d'étranglement fondamental, donnant libre cours à la liberté de navigation et à l'idée d'armer la "mer Noire".

21509482lpw-21513107-article-jpg_7822613_660x281.jpg

0001742335001-1.jpg

Des préoccupations également partagées par de nombreux amiraux à la retraite, dont Cem Gurdeniz, le théoricien du "Mavi Vatan" (la patrie bleue), le pilier doctrinal de la nouvelle marine turque. En avril, 104 officiers ont signé une déclaration critiquant l'idée du "Kanal" et considérant la sortie de Montreux comme un suicide politique. En réponse, Erdogan a accusé les marins de préparer un coup d'État et les a jetés en prison ou assignés à résidence. Pour Lorenzo Vita, il s'agit d'un signal fort: "Au bloc nationaliste et laïc qui conteste 'Kanal Istanbul', à la Russie et aux États-Unis. Elle montre que la possibilité d'exclure le canal de la Convention est une hypothèse réelle. Tellement réelle que ceux qui condamnent l'hypothèse sont considérés comme dangereux, même si cela conduit à arrêter un homme qui a façonné la stratégie navale turque actuelle".

Marco Valle.