Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 juillet 2021

La vaccination obligatoire comme "référendum d'initiative oligarchique"

pass-sanitaire-la-liste-des-lieux-ou-il-sera-obligatoire-des-demain.jpeg

La vaccination obligatoire comme "référendum d'initiative oligarchique"

par Frédéric Andreu

Du point de vue du spectacle de la marchandise, la campagne de vaccination anti-covid imposée par Macron apparaît comme une sorte de "référendum d'initiative oligarchique". Il s’impose au lendemain d‘ élections régionales à fort taux d'abstention comme un troisième tour imposé par la contrainte. La minorité qui s’y refuse refuse symboliquement la liquidité du libéralisme et sort de la loi néolibérale commune ; elle ne peut sortir vainqueur de son bras de fer avec le pouvoir que par une remise en cause radicale du système...

Ne croyons pas que la campagne de vaccination forcée qui cristallise aujourd'hui l'opposition à Macron d’une partie de la population soit une bévue de plus du gouvernement Macron. Pour envisager cette question sanitaire - transformée de fait en question politique - prenons de la hauteur, celle que permet la métaphore sociale. Dans la Société du spectacle, tout peut se transformer en métaphore ou métonymie de la cybernétique de capital, une mobylette qui roule en ville, une entrée de métro, une éolienne au bord de la mer, devient "hiéroglyphe" du capital. La vaccination obligatoire dit elle aussi quelque chose de notre séquence politique, mais quoi ?

Pour tenter de répondre à ce questionnement, il nous faut tout d'abord comprendre que le savant mélange d'idéologie libérale, de mépris de classe et d'incompétence qui caractérise notre Young Leader Président bien aimé, devait fatalement trouver son paroxysme avant la fin de son quinquennat. Ce quinquennat fusée restera dans l'Histoire comme celui du déchaînement technocratique de la phase terminale du capital. Allié à la pègre marseillaise d’un Castaner, Macron restera le manager de la casse sociale et de la répression policière contre le peuple.

60f08bd3410000cd5f81b669.jpg

Mais au-delà des incarnations temporaires du temps court de l'actualité médiatique, il y a les phases longues du processus. Le processus immanent à l'argent, apparemment inoffensif, produit des Formes-Capital qui ne sont pas directement visibles en tant que choses mais se rendent néanmoins visibles partout en tant que processus. Par exemple, le téléphone portable entré dans le corps social est métaphore du spectacle, tout comme le jogger décathlon emballé dans sa tenue nylon. Quant à la pandémie Covid, elle est à la fois objet, processus et propagande d'Etat. J'avance l'hypothèse que la campagne de vaccination obligatoire est, sous couvert d'urgence sanitaire, un équivalent symbolique d'un référendum pour ou contre la société liquide. Après le vote d'adhésion, le vote électronique, voici l'avènement du vote par injection génique.

Pour les manifestants de rue, accepter la vaccination n'a qu'un rapport très lointain avec la question sanitaire. La vaccination est un "oui" à Macron ; la refuser, ce n'est pas refuser le principe du vaccin ni nier la réalité du virus, c'est dire "non" à Macron. Voici ce que le peuple veut dire en s’opposant  au pass sanitaire.

Guy Debord a identifié les ressorts de la "société du spectacle" mais sans imaginer qu'un virus et une vaccination - sortie tous deux d'éprouvettes de laboratoire - puissent métaphoriser de manière paroxysmique le "grand spectacle". Nous pouvons cependant avancer que le capital, après avoir dissout les corps intermédiaires, les frontières, les valeurs et les saveurs, se retrouve dans une situation paroxysmique où il lui faut un referendum d'initiative oligarchique pour continuer à s'admirer dans sa toute puissance narcissique.

838_narcisse3.jpg

Tout est donc devenu spectacle, le Pole Emploi qui ne sert a rien dans l'ère du chômage de masse, la vaccination qui est loin d'avoir prouver son efficacité, mais tout sert a faire spectacle, tout sert le pouvoir a faire diversion des vraies questions et des vraies luttes. Il est normal que cette onction soit basée sur la peur et la contrainte puisque tel est le capital, à la fois pernicieux, factice et autoritaire. Il faut bien voir que le capital, "comme inversion concrète de la vie, est le mouvement autonome du non vivant" (Guy Debord). Il transforme donc la ville en hôpital, l'amour en pornographie, l’individu en zombi qu'il faut  "maintenir en vie" par le vaccin. C'est pourquoi le vaccin fait partie du spectacle et pas seulement le vaccin covid. En fait, en me remémorant plusieurs séances de vaccination de l'élève que j'étais au collège de Lyon, variole, rubéole, tétanos, j'ai pris conscience que l'éducation du citoyen-monde est aussi basée sur le principe de l'injection. Les spécialistes vous le diront : l'injection vaccinale est aussi, du point de vue psycho-somatique, une information, c'est-à-dire une injonction génique.

bb5-ados-facettes.jpg

La logique de la vaccination touche bien d'autres domaines de notre vie castrée de producteur-consommateurs. Elle est propre à la phase cybernétique du capital. C'est toute l'idéologie des années 90 qui est entrée dans ma génération sous forme de vaccination secondée de piqures de rappels. Mes collègues et moi avons été vaccinés contre le racisme à un rythme constant et répété. Je me souviens que les adolescents de mon temps se demandaient comment ne pas être suspectés de "racisme". La parade la plus répondue alors était de se marier avec une noire, une chinoise, plutôt qu'une blanche. On s'est alors dit qu'une société métissée était la plus grande assurance contre la suspicion de racisme sans comprendre qu'elle était avant tout la société rêvée par la capital. L'antiracisme était devenue une sorte de vaccination laïque et obligatoire : l'équipe de "France" de football assurait le spectacle de cette domination idéologique.   

Il faut dire que les vedettes médiatiques de l'époque arboraient toutes fièrement la main jaune de SOS RACISME, la valeureuse association fondée par Julien Dray et Marek Alter. Alain Finkielkraut a été un des présidents de l'association avant de se reconvertir en chantre barrésien du principe de la frontière et de l'identité. Seul Bernard-Henri Levi poursuit sans relâche cette croisade de chaque instant et sans doute doit-on le louer pour sa persévérance à toute épreuve. On notera au passage la forte marque communautaire de ses professionnels de l'antiracisme ; Harlem Désir et Dieudonné étant les deux exceptions qui la confirme.

La vaccination covid, tout comme les autres injonctions du spectacle de la marchandise sont autant de métaphores de la cybernétique du capital en phase terminale. Phase à la fois terminale et supérieure de la domination du capital puisqu'il entre désormais dans nos cellules biologiques. Chaque individu au génome modifié par le vaccin ou par le métissage idéologique devient un produit validé par le capital. Dire non au vaccin obligatoire, c'est comme dire non à la préférence étrangère et à la logique de planification du capital en phase terminale. Aussi, les effrontés qui manifestent contre ces décisions autoritaires montrent qu'il est encore un peuple debout ; il montre que la planification néolibérale - qu’elle soit sanitaire, économique ou artistique -  n'est pas l'horizon indépassable de la vie en société. Il fait retentir du fond de l'histoire de France le mot de Cambrone à la face du planificateur Macron.

fredericandreu@yahoo.fr 

Commentaires

Marianne, le nez sur le miroir, « En Marche » vers l'assomption transhumaniste…

Écrit par : Narcisse et Narcosse sont dans un bateau | samedi, 31 juillet 2021

Écrire un commentaire