Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 juillet 2021

Retour sur l'éthique du résistant: sommes-nous au seuil de la modernité post-liquide?

water-815271__480.jpg

Retour sur l'éthique du résistant: sommes-nous au seuil de la modernité post-liquide?

Romina Barbarino

"Le désir de résister à l'oppression est ancré dans la nature humaine."

(Publius Cornelius Tacitus)

Il y a quelques années, le grand penseur polonais Zygmunt Bauman définissait notre société comme une "société liquide", où "le changement est la seule chose permanente et l'incertitude la seule certitude". Nous étions à l'aube du monde global et moderne, voué à la rapidité et à l'efficacité de la communication, du commerce et des déplacements d'un bout à l'autre de la planète dans des délais qui étaient auparavant inimaginables. Enfin, tout le monde est la Terre et tout le monde est un "citoyen du monde". Le cosmopolitisme, cette grande chimère hellénique qui espérait que tous les hommes seraient citoyens d'une seule patrie universelle, le monde, et qui promettait de nouvelles opportunités pour ceux qui étaient jusqu'alors restés en marge d'une planète divisée et inégale, se profilait à l'horizon d'une nouvelle aube universelle. L'intoxication a été de courte durée. Le nouveau phénomène global a marqué la fin de la "communauté" et l'avènement d'un isolationnisme débridé de l'individu, dissimulé derrière la bannière d'un individualisme visant à satisfaire les besoins de chacun, mais, en réalité, consacré à la consommation boulimique de biens et de choses, avalés au rythme effréné imposé par un marché de plus en plus agressif et orienté vers une production économique démesurée. Le citoyen du monde a adouci la pilule par les lumières vives d'écrans alléchants à la portée de tous : la connexion non-stop au réseau infini d'une nouvelle forme de communication signifiait parler et écrire sans l'ennui du stylo et du papier, fabriquer son propre moi, jusqu'alors dispersé dans le melting-pot mondial, une œuvre esthétique faite d'images, de vidéos et de jingles en évolution continue, affichée sans vergogne sur la vitrine des réseaux sociaux, étapes technologiques aux possibilités illimitées de multiplication visuelle.

1600895190404-Blog-ID-Singular-Tecnologia-x-tradi.png

Au pays des jouets, cependant, le jour suivant s'est levé avec un prix élevé à payer. Après tout, tout phénomène voué à l'absolutisation finit inévitablement par tout écraser, comme une tondeuse à gazon sur un champ de fleurs, qui laisse derrière elle un tapis herbeux uniforme synonyme de perfection architecturale en matière d'horticulture, mais dépourvu de l'asymétrie harmonieuse de la marguerite. C'est l'ère de l'entropie totalisante. Tout est flou, ou du moins devient flou. Les frontières perdent leur cohérence et avec elles toute certitude. Nous sommes à l'inversion du parcours, qui semble nous ramener sur des pas déjà faits, dans une direction onirique et visionnaire, selon un processus inverse à l'expansion originelle de la matière et à sa diversification: le nouveau citoyen du monde vit dans une condition déshumanisante, privé de tout point de référence ferme, largué dans une réalité qui n'est plus en devenir, qui, si elle l'était encore, bénéficierait au moins du dernier bastion de référence, celui de l'espace-temps, mais statique, se fondant ainsi dans l'amalgame indistinct d'une société homogénéisée et standardisée, amorphe et justement pour cette raison incapable de se donner une définition.

Or, nous savons que c'est le propre de l'homme de donner un nom aux choses pour les marquer comme objets de sa propre expérience, afin qu'elles aillent mettre en œuvre l'ensemble de la connaissance. Lorsque cela n'est plus possible, lorsque la définition, c'est-à-dire l'attribution d'une forme à chaque chose, n'est plus réalisable, c'est alors qu'il devient difficile de s'y retrouver dans une réalité étrangère. Dans le monde liquide, deux processus diaboliques qui se nourrissent l'un l'autre sont déterminants : les centres de décision deviennent inidentifiables et les institutions, qui incarnent les pouvoirs de l'État, dégénèrent en machines bureaucratiques dépersonnalisées. Les deux acteurs, non pas par coïncidence mais plutôt par superposition et complicité, acquièrent en ce sens une arrogance invasive démesurée et une efficacité despotique illimitée. La structure nécessairement rigide qui les caractérise pour assurer le bon fonctionnement du mécanisme, dans la matière liquide qui imprègne tout, leur garantit la primauté comme seuls organes agissant, ce qui en fait un système absolutisé, omnipotent, omniprésent, omniscient. Tout le reste est liquide. Même les corps humains, habitants du nouveau royaume de l'informe, se fluidifient, défaisant la barrière de la peau, plus apte dans sa malléabilité à suivre les morphologies généralisantes de la nouvelle taxinomie esthétique artificielle.

2.jpg

Des fauteuils sans noms, des corps sans visages. La société indéfinie et indéfinissable risque de se transformer en une plasticine ductile à manipuler au gré de la stratégie de pouvoir du moment, surtout après un an et demi de tempête pandémique qui, dans les méthodes d'information parfois très chaotiques et donc peu compréhensives des experts, n'a certainement pas contribué à renforcer les certitudes de la science humaine.

Dans l'esprit de ceux qui sont encore animés par le sinistre souvenir des exclusions sociales du passé quand les fous, les dissidents, les malades ou les pauvres se voyaient exclus, s'insinue le soupçon d'une médicalisation forcée, qui élude sans vergogne le droit de chaque individu à décider par lui-même. L'administration de masse, non pas expliquée en termes de dialectique juste, mais vendue avec des mélanges désordonnés d'opinions et de points de vue alternant avec des changements continus de direction, devient un acte qui confirme la suspicion de ceux qui craignent un dessein prédéterminé de détourner ce droit à soi, au nom d'une politique de santé sociale parée d'un paternalisme bienveillant à l'ancienne. Une vieille question du passé, non résolue, me vient à l'esprit : de quel droit un gouvernement peut-il forcer des jeunes à aller mourir à la guerre ?

irobot.jpg

Eh bien, aujourd'hui, nous ne sommes pas confrontés à un conflit armé, mais il est certain que chaque fois que le droit d'un individu est mis en échec, il y a déjà une odeur de poudre à canon. Et, ne serait-ce que pour maintenir la pensée humaine en pratique, il est du devoir de chacun, sceptique ou non, d'y réfléchir. Les désobéissants d'aujourd'hui sont montrés du doigt, méprisés et marginalisés. Mais catégoriser un groupe d'individus, les isoler comme une microsociété dans la société peut s'avérer une démarche maladroite du Pouvoir, tout en représentant une forme de nouvelle Résistance. Dans la société liquide et apparemment atomisée, paradoxalement, le groupe externalisé d'un monde dominé par les autres trouve de nouvelles formes d'agrégation et de solidarité, il se dessine dans une "forme", il se redécouvre comme un être essentiel et existant. Il assume donc une identité d'être, entre autres choses, à l'abri de ces règles du jeu officiel, qui l'ont exclu de l'agrégat collectif et des projets de récompense qui en découlent. Le groupe Résistance pourra prendre une valeur politique, si les circonstances favorables lui donnent la possibilité d'agir, en sortant du caractère aléatoire de la pensée contraire et en visant à mettre en place des formes concrètes de revalorisation du droit dénié. Au-delà des contingences de l'époque, c'est le processus qui se déroule chaque fois qu'une instance opposée s'oppose aux stratégies mises en œuvre par le Pouvoir, suivant un développement dialectique qui renaturalise les formes authentiques du devenir, au-delà des opinions individuelles et d'autres droits, pourtant fondamentaux, comme celui de la santé collective. La question se pose plutôt de savoir si une forme de résistance capable de s'opposer à des forces languissantes et difficilement identifiables est possible aujourd'hui. Après tout, nous sommes encore plongés dans le monde liquide, où il est très difficile d'opposer une force opposée à l'absence de forme. L'eau qui déborde d'une rivière en crue s'arrête à peine devant les mains ouvertes, qui cherchent à la repousser.

la-bruche-etait-en-forte-crue-ce-lundi-a-schirmeck-photo-dna-jsa-1580733722.jpg

Au-delà des thèmes que nous offre l'actualité, la tentative d'être dans notre temps nous laisse encore entrevoir qu'une éthique de la résistance se profile à l'horizon, si elle pourra alors entreprendre une stratégie d'opposition à la non-éthique du pouvoir en mettant en place une poussée contraire capable d'inverser les rôles ; nous ne verrons qu'avec le temps et, indépendamment des positions individuelles, il vaudra la peine de révéler s'il y a dans les mailles de la nature humaine, et en quelle densité, un principe opératoire irréductible qui restaurera la liberté de l'Homme.

Romina Barbarino.

Source: https://www.ereticamente.net/2021/07/ritorno-alletica-del-resistente-siamo-alle-soglie-della-modernita-post-liquida-romina-barbarino.html

Écrire un commentaire