Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 25 novembre 2021

Sur la frontière polonaise

polish-belarusian-border.jpg

Sur la frontière polonaise

Enric Ravello Barber

Ex: https://www.enricravellobarber.eu/2021/11/en-la-frontera-de-polonia.html?fbclid=IwAR39lia6p607_12Dsb4u4zFbnbF2HSkBXDRj6nrXskXZBCtl-oNPJgMlWRw#.YZ0NOLrjKUk

La Pologne défend sa frontière, qui est celle de l'UE, contre une vague d'immigrants clandestins qui cherchent à la prendre d'assaut. Varsovie a déployé son armée pour empêcher l'assaut de milliers de réfugiés qui cherchent à s'installer sur notre continent. Nous soutenons pleinement le gouvernement et l'armée polonais qui doivent agir avec toute la force nécessaire pour arrêter et faire reculer cette invasion intolérable.

Il n'existe aucune considération "humanitaire" pouvant servir de prétexte pour s'opposer à une action polonaise énergique. Si les migrants ont froid et sont dans le besoin, la solution consiste à ouvrir des ponts aériens identiques à ceux qui les ont amenés à la frontière polonaise, mais dans la direction opposée pour les ramener chez eux.

Cela dit, énonçons quelques commentaires sur le contexte de la situation.

L'ombre de Washington dans la crise

Après les attentats du 11 septembre, les "néo-cons" ont imposé leur stratégie à l'administration américaine. Dans leur messianisme irrationnel, ils font déclarer aux USA une "guerre générale contre le Mal", un "Mal" dont ils se donnent le droit de déterminer les pays qui le composent.

Dans cette dynamique délirante, les USA ont envahi l'Irak - un pays laïc et islamiste - en 2003. Les États-Unis ont promis aux Kurdes, soumis à l'Irak, un État à eux s'ils soutenaient leur invasion.  Il convient de rappeler que la Pologne, alors gouvernée par l'Alliance de la gauche démocratique, a soutenu l'invasion américaine en Irak.

Les États-Unis n'ont pas tenu leur promesse aux Kurdes et lorsqu'ils ont retiré leurs troupes d'Irak, ils ont laissé leurs anciens collaborateurs sans protection, comme ils l'ont fait récemment en Afghanistan. La grande majorité des réfugiés qui tentent de prendre d'assaut la frontière polonaise sont précisément des Kurdes.

Depuis son retour dans la politique internationale, c'est-à-dire depuis la chute du rideau de fer, la Pologne définit sa position géopolitique comme une alliance claire avec les États-Unis. Elle a été le premier pays à déployer le bouclier de défense antimissile contre la Russie. Plus récemment, Varsovie a soutenu la "révolution orange" et la tentative de renversement de Loukachenko, derrière laquelle se cachait la diplomatie américaine. Les "révolutions de couleur", orchestrées par les services de renseignement américains et souvent financées par Soros, ont eu pour principal objectif de supprimer le contrôle de Moscou sur l'espace ex-soviétique que la Russie contrôlait encore : les exemples de la Géorgie et de l'Ukraine sont clairs. La tentative suivante a été de détacher le Belarus, mais cette fois, elle a échoué.

Les réactions de Lukashenko et du Kremlin

La Turquie, elle, est toujours prête à créer de l'instabilité dans l'UE et plus particulièrement en Allemagne, qui est la destination finale de tous ces réfugiés. Elle a affrété des vols, principalement de Kurdes, à 1500 euros le billet et le visa de sortie - pas vraiment pour les pauvres. Les visas pour le Belarus ont été généreusement délivrés par ses ambassades. La complicité de Minsk dans la crise est incontestable. La vengeance de Loukachenko contre la Pologne, et éventuellement contre la Lituanie et la Lettonie, pays avec lesquels le Belarus a également une frontière et un désir de vengeance, est stratégiquement maladroite.  Minsk a annoncé qu'en réponse aux sanctions économiques européennes sévères pour les violations des droits de l'homme au Belarus, c'est-à-dire pour se venger de l'échec de la "révolution colorée", elle inonderait les pays de l'UE de "drogues et de migrants". Une réaction absurde et répréhensible, typique d'un autocrate nostalgique de l'Union soviétique.

imapolgfge.jpg

"L'Occident avec ses guerres injustifiées est responsable du flux de réfugiés", a déclaré Vladimir Poutine en référence à la situation actuelle. Le président russe a raison. Toutefois, la poursuite de l'inacceptable position de Minsk consistant à faire chanter l'Europe avec des vagues de réfugiés illégaux éloigne Poutine de son rôle de grand homme d'État, suscite la méfiance de l'Europe occidentale à l'égard de sa vision continentale et, bien sûr, entrave son projet d'"Europe unie de Lisbonne à Vladivostok", qu'il a récemment qualifié de principal objectif géopolitique. En somme, cette tension Pologne/UE-Belarus/Russie est une victoire politique et de propagande pour les positions atlantistes en Europe de l'Est et dans l'espace Intermarium. C'est l'espace clé où se joue la guerre géopolitique la plus importante pour l'avenir de l'Europe.

Privé d'influence en Géorgie et "de facto" confronté à une Ukraine alliée de l'OTAN, Moscou ne peut se permettre de perdre le Belarus, le dernier État européen ex-soviétique dans son orbite. Le Belarus est un État tampon typique utilisé par une grande puissance (la Russie) pour amortir les conflits et disposer d'une ligne de front à partir de laquelle il peut agir - diplomatiquement et militairement - sans impliquer son propre territoire. Dans ce cas, c'est une arme à double tranchant, car le Belarus est le dernier État tampon du Kremlin en Europe, un Kremlin qui est dès lors obligé de suivre et de soutenir toute aventure - aussi risquée et absurde soit-elle - à Minsk.

L'escalade de la tension, le déploiement de l'armée polonaise à la frontière, avec la même réponse des forces biélorusses, a incité la Russie à envoyer des parachutistes d'élite et des hélicoptères à armement nucléaire pour soutenir Minsk. Ce n'est pas du tout une bonne nouvelle pour les Européens dans leur ensemble.

Il est nécessaire de surveiller l'évolution de la situation et de voir qui prend la tête de la solution et s'avère être un politicien doté d'une vision continentale. Poutine a fait un premier pas dans cette direction en proposant une rencontre entre les gouvernements allemand et biélorusse.

L'hypocrisie impuissante de l'UE

Face à la Pologne l'Europe a une attitude ambigüe:e la menace de son expulsion à l'éloge de son travail en tant que garant de la défense de l'UE, en passant par l'acceptation de financer un mur anti-immigration sur son territoire. C'est dire à quel point les dirigeants européens sont versatiles et hypocrites.  La Pologne est aujourd'hui un cas d'espèce. Pourtant, Salvini, qui a été le premier à mettre en garde et à agir de manière cohérente sur le danger de la migration, a été attaqué politiquement et est toujours poursuivi en justice.

Après avoir attaqué Trump pour avoir érigé un mur contre l'immigration - qu'Obama, objet de tous les éloges, avait commencé - les ridicules dirigeants européens ont ensuite proposé de construire eux-mêmes un mur identique.  L'UE est décadente, inutile, sacrifiable, craintive et incapable d'agir dans le monde du 21ème siècle et l'absence de tout leadership en Europe occidentale est une nouvelle fois démontrée.

Dans certains milieux, on peut lire des déclarations telles que "laissons l'UE se montrer sévère envers le Belarus". La réponse doit être claire : l'UE n'a pas la main forte, pas de capacité gazière ou nucléaire pour répondre à la Russie. Nous avons toujours prôné une synergie entre l'Europe et la Russie pour créer un tel bloc de Lisbonne à Vladivostok. Cette crise démontre plus que jamais sa nécessité.

Conceptuellement, ce n'est qu'en assumant une logique de civilisation européenne, Polonais et Biélorusses, que les peuples européens pourront assurer leur avenir et empêcher toute forme de manipulation qui nous fracture et nous affaiblit.

Écrire un commentaire