Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 26 décembre 2021

Crise migratoire en Europe de l'Est

6193586a2600009a1b3ce4c8.jpeg

Crise migratoire en Europe de l'Est
 
Crise des réfugiés

par Nick Krekelbergh

Ex: Nieuwsbrief Knooppunt Delta - nr. 164 - December 2021

Au cours des derniers mois, l'Europe a été confrontée une fois de plus, peut-être pour la première fois depuis l'apparition de la pandémie du coronavirus, à une manifestation plus ou moins vive de ce que l'on appelle la "crise migratoire". Bien sûr, on ne peut pas dire que le phénomène de la migration endémique vers l'Europe ait été absent pendant tout ce temps. L'accident le plus meurtrier impliquant des migrants sur la Manche à ce jour, qui a eu lieu le 24 novembre, a rappelé brutalement, au prix de 27 vies, que la "jungle" de Calais a peut-être été évacuée, mais que le trafic illégal de personnes entre l'Europe et les îles britanniques se poursuit sans relâche. Des centaines de migrants attendent toujours de passer au Royaume-Uni sur la côte nord de la France. L'année dernière, un nombre record d'entre eux s'est aventuré dans ce voyage risqué, avec 15.400 migrants arrivés rien qu'entre le 1er janvier et le 31 août. Ces chiffres de l'immigration clandestine ont atteint un pic en particulier pendant les mois d'été.

Ce qui est nouveau, en revanche, c'est l'escalade à la frontière entre plusieurs pays d'Europe orientale, dont l'un est en dehors de l'Union européenne et l'autre à l'intérieur. Il ne s'agissait pas des scènes auxquelles nous sommes déjà habitués en provenance de la Méditerranée ou des longs flux de migrants empruntant la route des Balkans, mais d'une accumulation improbable de réfugiés, souvent originaires du Kurdistan irakien, dans un no man's land entre les pays slaves de Pologne et de Biélorussie, loin au nord, ainsi que les pays de la mer Baltique. Au cours de l'été 2021, le nombre de migrants illégaux entrant dans l'espace Schengen via la Lituanie a été multiplié par 50. Cette évolution a été rapidement suivie d'une forte augmentation des flux migratoires vers la Lettonie et la Pologne. Le Belarus enverrait délibérément les migrants à travers la frontière et les attirerait même à Minsk avec des visas touristiques, pour ensuite leur montrer le chemin vers les frontières de l'UE. La Lituanie a rapidement réagi en construisant une clôture de 508 km pour fermer la frontière, et la Lettonie a également rapidement commencé la construction d'un mur similaire. Une telle construction était improvisée et totalement nouvelle, car jusqu'à présent, pas plus de quelques dizaines de migrants s'étaient aventurés du Moyen-Orient à travers l'Europe de l'Est. Le consensus social s'est toutefois avéré large et il n'y a pas eu besoin d'un grand débat politique. Le gros de la migration s'est déplacé à l'automne vers la Pologne, qui a réagi comme si elle avait été piquée par une guêpe. Des troupes ont été mobilisées et envoyées à la frontière et des milliers de migrants ont été piégés entre les armées polonaise et biélorusse dans un camp de tentes près de Kuznica.

phpXjJxbJ.jpg

La Pologne fait partie de l'Union européenne depuis 2004, mais elle est depuis 2015 sous la coupe de la coalition dominée par le PiS, un parti national-conservateur, et se montre depuis lors de plus en plus euro-critique. En octobre de cette année, la décision du tribunal constitutionnel de Varsovie selon laquelle certaines parties du droit européen violent la Constitution polonaise a provoqué de nouveaux troubles à Bruxelles, et les craintes - à la limite de l'hystérie - d'un hypothétique Polexit ont augmenté de manière exponentielle à la nomenclature de l'UE et dans les médias d'Europe occidentale. Depuis les années 1990, le Belarus est dirigé par le leader postcommuniste Loukachenko, qui a instauré un régime autocratique et peu libéral qui est resté extrêmement populaire pendant des décennies. Cela s'explique en partie par le maintien de nombreuses structures sociales et économiques de l'ancienne Union soviétique, qui a épargné à l'ancienne république soviétique une grande partie du malaise économique de ses voisins causé par les libéralisations sauvages des années 1990 et les crises financières de 2008 et 2010. Ces dernières années, cependant, la popularité du leader charismatique a été mise à mal et le régime a été soumis à une pression croissante. Après le déclenchement d'importantes manifestations à l'été 2020, Loukachenko a réussi à éviter un Maïdan à l'ukrainienne, mais seulement en échange d'une influence croissante de Moscou, de sorte que la transition pacifique du pays vers une ère post-Loukachenko semble résider principalement dans la réalisation éventuelle d'une Union-État supranationale (qui existe théoriquement depuis 1999) avec la Russie.

Jeu d'échecs géopolitique

Les Bélarussiens éprouvent un profond ressentiment à l'égard de l'UE, qui présente la dirigeante de l'opposition bélarussienne Sviatlana Tsikhanouskaya comme la grande gagnante des élections et tente d'imposer des sanctions strictes au pays (183 personnes et 26 entités figurent sur la liste des sanctions, ainsi que toutes les compagnies aériennes bélarussiennes). En Occident, Mme Tsikhanouskaya, l'épouse du blogueur Tsikhanousky, qui a été condamné à 18 ans de prison, est considérée comme le visage de l'opposition, bien qu'en réalité celle-ci soit très divisée et comporte également une importante composante pro-russe. Selon un sondage réalisé par Chatham House à l'été 2021, le candidat présidentiel le plus populaire est même le larbin de Gazprom Victor Babarika (également en prison), et Loukachenko est toujours beaucoup plus populaire que Tsikhanouskaya, qui représente elle-même moins de 10 % des votes, mais qui correspond à l'idéal occidental d'une femme, d'un pouvoir et d'une "citoyenne du monde" (bien qu'elle ait pu elle-même être affectée à ce rôle par des étrangers sans trop de contribution après avoir fui le territoire du Belarus à l'été 2020). La Lituanie et la Pologne ont joué un rôle de premier plan dans le soutien de l'opposition biélorusse en 2020, bien que ce rôle semble désormais avoir été largement repris par l'Union européenne. Tout récemment encore, Ursula von der Leyen a annoncé, à la suite d'une rencontre avec Tsikhanouskaya, qu'elle disposerait d'un paquet d'investissements de trois milliards prêts si un changement de régime - souhaitable pour l'UE - devait avoir lieu au Belarus.

manifestation-d-opposants-au-regime-belarus-a-minsk-le-23-novembre-2020_6285250.jpg

Il est donc clair que la crise aux frontières orientales de l'Europe faisait partie d'une partie d'échecs géopolitique sophistiquée, mais ce n'est pas nouveau. Après tout, il est depuis longtemps inhabituel que la migration vers l'UE soit au centre des négociations avec des pays situés à la périphérie du continent européen. À cet égard, il y a déjà eu le "Turkey deal" avec Erdogan en 2016, selon lequel les migrants illégaux arrivant sur les îles grecques pouvaient être renvoyés en Turquie. Elle a non seulement fourni à la Turquie environ six milliards par an, mais aussi un levier pour exercer une pression géopolitique. Cela a été démontré lorsqu'en 2019, l'armée turque a mené l'opération Printemps de la paix au Kurdistan, à la frontière avec la Syrie, et a menacé d'ouvrir les portes à 3,6 millions de réfugiés vers l'Europe lorsque cela a suscité des critiques internationales. En fait, cet accord semble avoir eu un effet d'entraînement. Le Maroc reçoit environ 130 millions de subventions européennes depuis 2014 pour arrêter les migrants à la frontière et l'Espagne a signé un accord selon lequel tout réfugié qui traverse à la nage le détroit de Cueta peut être renvoyé. La réalité, cependant, est régulièrement différente. Pas plus tard qu'en mai de cette année, le gouvernement marocain de Mohammed IV a exercé des représailles contre l'Espagne pour avoir hébergé Brahim Ghali, l'un des dirigeants du Polisario, un mouvement indépendantiste luttant pour le Sahara occidental. Des milliers de migrants ont traversé à Cueta sans que les garde-côtes marocains n'interviennent. Dans d'autres incidents similaires, les gardes-frontières marocains mobilisent même les migrants et leur montrent le chemin. Une situation similaire à celle du Belarus, donc.

Par rapport aux autres frontières extérieures européennes, la détermination rigide avec laquelle les Polonais maintiennent leurs frontières fermées et le niveau de militarisation qui l'accompagne sont peut-être des éléments distinctifs. L'arrivée de l'hiver rigoureux d'Europe de l'Est a mis fin temporairement à l'impasse à la frontière. Les Biélorusses ont démantelé les camps de tentes à partir du 17 novembre et ont rapatrié une grande partie des migrants, mais on s'attend à ce que le jeu recommence tout simplement au printemps prochain. A suivre, sans doute ...
 

Nick Krekelbergh

samedi, 25 décembre 2021

Le droit européen contre le droit national - en l'occurrence la Pologne

shutterstock_1168210648-800x600.jpg

Le droit européen contre le droit national - en l'occurrence la Pologne

par Jan Sergooris

Ex: Nieuwsbrief Knooppunt Delta vzw - Nr. 164 - December 2021
 
De même que la Hongrie était devenue la tête de Turc de l'UE le mois dernier, c'est maintenant au tour de la Pologne d'être torpillée comme le plus grand pécheur de l'Europe. Cette attaque frontale a été déclenchée par l'arrêt de la Cour constitutionnelle polonaise (PGH) remettant en cause la primauté automatique du droit communautaire sur le droit polonais.

Il n'est nullement dans notre intention de faire l'éloge du régime politique en Pologne. Mais, tout comme nous avons critiqué dans notre précédent bulletin d'information les reportages en Europe occidentale sur la Hongrie et sa soi-disant "loi anti-gay", les reportages des médias grand public sur la Pologne nous dérangent énormément. Pour des raisons purement idéologiques, ils utilisent sans vergogne des demi-vérités et des mensonges complets pour déformer délibérément les faits.

De quoi s'agit-il ? Dans la presse occidentale, des journalistes, des universitaires et des politiciens ont affirmé que la Cour constitutionnelle polonaise (PGH) avait jugé que la Constitution polonaise prévalait toujours sur le droit européen. Pour eux, ce n'est rien d'autre qu'une déclaration de guerre à l'Europe et à ses principes fondateurs. D'ailleurs, les gens parlent toujours de l'Europe alors qu'ils veulent en fait parler de l'UE. Mais cela n'a rien à voir avec le sujet.

Lode Goukens, chargé de cours en "Institutions européennes et mondiales" au Collège universitaire Thomas More, est l'un des rares universitaires à tenter de contrecarrer le parti pris idéologique de la presse politiquement correcte en laissant les faits parler d'eux-mêmes. Il souligne qu'en réalité, le PGH n'indique nulle part que le droit polonais prime de toute façon sur le droit européen. Le PGH a seulement jugé que certains des traités européens n'étaient pas compatibles avec la Constitution polonaise dans certains domaines. Le droit communautaire ne peut primer sur le droit national que si l'UE reste dans les limites des pouvoirs qui lui sont accordés par les États membres. Si l'UE dépasse ces limites, le droit communautaire ne pourra jamais primer sur le droit national. Toujours selon Boudewijn Bouckaert, la Pologne reconnaît explicitement la supériorité du droit européen, mais uniquement lorsqu'il s'agit de compétences qui ont été explicitement transférées dans les traités de l'UE. Il souligne que l'Europe n'est pas un État ou un super-État, mais une organisation conventionnelle dotée de pouvoirs importants mais limités ( !).

Dans les interviews qui ont suivi la décision polonaise, les politiciens, les universitaires et les journalistes d'Europe occidentale se sont évertués à faire comprendre que le droit de priorité de l'UE sur le droit national est une loi de la moyenne. Mais sur quoi se base-t-elle ? Revenons donc à l'histoire récente.

ddz.jpg

Slow-democratie.jpg

Dans son livre "Slow Democracy", David Dzjaïz décrit comment la justice sous l'égide de l'UE a clairement déraillé. En droit international classique, un traité européen signé par un État national ne s'appliquait pas encore directement aux citoyens de ce pays. Pour ce faire, l'État devait d'abord transposer le traité dans la législation nationale, c'est-à-dire en pilotant une loi par le parlement. Mais en 1963, la Cour de justice de l'UE (CJUE), dans son arrêt Van Gend & Loos, est allée à l'encontre de la jurisprudence internationale en déclarant que les traités européens sont directement applicables aux citoyens (1). Un an plus tard, la CJUE est allée plus loin avec l'arrêt Costa/Enel (2). Dans cette affaire, la Cour européenne a jugé que, dorénavant, toutes les dispositions juridiques européennes priment sur les législations nationales, y compris les constitutions. Une loi nationale qui ne serait pas conforme au droit européen pourrait être ignorée. Les traités européens sont ainsi devenus une sorte de constitution imposée à toutes les démocraties nationales, qui a primé même sur leurs lois suprêmes, alors que tous les textes fondamentaux de la démocratie affirment que la souveraineté appartient en dernier ressort à la nation. 

Retour en Pologne. Selon le professeur Marc De Vos (Itinera), la révolution de palais polonaise touche une corde sensible dans la construction de l'Union européenne. "L'Union est le résultat final des traités que les pays européens ont conclus par vagues depuis les années 1950. Avec chaque traité, les pays contractants cèdent une partie de leur souveraineté à Bruxelles. Peu à peu, l'Union elle-même a acquis les éléments constitutifs d'un État constitutionnel : un parlement élu, une Commission européenne désignée comme gouvernement de facto, une cour européenne à Luxembourg. L'Union européenne est un État proto-fédéral. Il manque toutefois une chose : un choix clair, inscrit dans les traités constitutionnels de l'Union, concernant la relation hiérarchique entre l'Union et les États membres. Au début de l'unification européenne, il n'y avait pas de consensus politique sur ce point, peut-être même pas de compréhension politique. La Cour de Luxembourg a existé. Dès 1964, la Cour a jugé que le droit européen devait automatiquement primer sur le droit national (supra, Jan S). Toute l'architecture de l'Europe est fondée sur ce principe de primauté. La caractéristique des États fédéraux est que la constitution fédérale régit les relations entre l'État fédéral et les États fédérés et prévoit un mécanisme de règlement des conflits. Dans l'Union européenne, il n'y a jamais eu d'accord. Les États membres n'ont pas eu à modifier leurs constitutions" (Knack 27/7/2021).

Le principe de la primauté du "droit européen" sur le "droit national" n'était pas inscrit dans le traité de Rome ni dans aucun des autres traités européens. Une tentative a été faite pour l'inclure dans la constitution européenne qui a échoué, mais elle n'a pas été incluse dans le traité de Lisbonne (UNHERD).

Herman Michiel affirme également que la priorité du droit européen n'a pas été décrétée par les chefs d'État ou de gouvernement après une décision démocratique des représentants du peuple ou après un référendum, mais par des juristes non élus de la Cour européenne de justice à Luxembourg. Donc pas plus que quelques juges au Luxembourg ! Il n'y a aucune mention d'un traité de souveraineté partagée dans les annales européennes... (12/5/2020 dans Ander Europa).

Le journaliste Bart Haeck confirme que la discussion a été réglée par des juges, et non par des politiciens (de Tijd 21/10/2021). Marc De Vos souligne que la Pologne n'est pas seule dans son attitude. Les deux hautes cours de France (Conseil d' État) et d' Allemagne (Bundesverfassungsgericht), deux membres respectueux des lois de l' UE, ont, ces dernières années, de plus en plus remis en question le fonctionnement de la Cour de justice... Le Royaume-Uni a quitté l'UE en partie par mécontentement face à la jurisprudence européenne incontrôlée et invérifiable qui met la souveraineté nationale sens dessus dessous.....

La Cour constitutionnelle allemande avait déjà jugé à plusieurs reprises dans des arrêts précédents que la préservation d'une véritable démocratie exige que des pouvoirs suffisants restent au niveau national et que la compétence des institutions européennes soit limitée, entre autres, par le principe de subsidiarité (ne pas faire des choses que les États membres peuvent mieux faire eux-mêmes) et le principe de proportionnalité (cela signifie que l'UE ne prend que les mesures nécessaires pour atteindre ses objectifs, et pas plus). Ces principes ont été consacrés dans les traités européens révisés (traité de Lisbonne). Matthias Storme a souligné que dans le contexte de l'achat massif d'obligations gouvernementales par la BCE, la Cour constitutionnelle allemande (le 5/5/2020) a fait une déclaration forte concernant les limites des pouvoirs transférés à l'UE. Les institutions européennes, et plus particulièrement la Banque centrale européenne et la Cour de justice, ont refusé d'entamer un dialogue avec la Cour. Et où était l'indignation des 26 autres États membres parmi les politiciens, les universitaires et dans la presse ?

Conclusion :
 
La chasse aux sorcières contre la Pologne a essentiellement peu ou rien à voir avec les principes concernant la juridiction qui prévaut. Ce n'est rien d'autre qu'un sophisme. Le véritable problème est que la Pologne et la Hongrie, en tant que leaders les plus francs des pays wisigoths, refusent de se conformer politiquement, éthiquement et religieusement aux oukases libéraux de gauche de la Commission européenne et d'autres organes non élus de l'UE. 

Les accusations portées contre les Polonais sont pleines d'hypocrisie. Par exemple, une décision de la Cour constitutionnelle polonaise visant à renforcer les règles relatives à l'avortement était entièrement conforme à l'opinion de la majorité des Polonais qui sont catholiques. Les oligarques de gauche de l'UE n'aiment pas cela.

Ce qu'ils ne veulent pas comprendre, c'est que la population des pays d'Europe de l'Est estime que l'éducation sexuelle de leurs enfants doit relever de la responsabilité des parents, et non d'une idéologie du genre promue par le gouvernement. Alors que la presse occidentale reproche aux zones interdites aux LGTBQ en Pologne d'être un symbole d'homophobie, c'est dans les capitales d'Europe occidentale que les homosexuels sont les victimes quotidiennes de la violence anti-gay, principalement de la part d'extrémistes musulmans. Mais les bien-pensants détournent ostensiblement le regard.

Une autre critique à l'encontre de la Pologne est que la nomination des juges à la Cour suprême en Pologne porte atteinte à la séparation des pouvoirs ... Quel raisonnement bizarre. Dans plusieurs pays européens également, les juges sont nommés ou désignés par des hommes politiques. En Allemagne, par exemple, cela s'applique aux plus hauts juges du Bundesverfassungsgericht. Ces nominations politiques n'ont jamais été une raison de remettre en question l'état de droit en Allemagne. Et la Cour constitutionnelle de Belgique n'est-elle pas un exemple typique d'ingérence politique : sur les 12 membres, six sont nommés parmi les (anciens) politiciens. Et dans le contexte européen, les nominations politiques sont devenues la règle. Les juges de la Cour de l'UE à Luxembourg sont nommés par les différents gouvernements des 26 États membres.

David Engels dit à juste titre que lorsque la Pologne a rejoint l'Union, elle était convaincue que ce projet reposait sur le respect partagé d'institutions sociales fondamentales telles que la famille classique, la propriété privée, l'identité nationale ou la civilisation occidentale. Cependant, les élites européennes se sont de plus en plus tournées vers des idées de gauche radicale telles que le multiculturalisme, la théorie du genre, l'idéologie LGTBQ, le mondialisme, la culture de la dette et le masochisme occidental.

Lode Goukens affirme à juste titre que la CEE, en tant que prédécesseur de l'UE, a de plus en plus glissé du statut d'organisation de libre-échange d'États souverains à celui de club dirigiste et centraliste. Nous pourrions ajouter que la haine et l'intolérance envers ceux qui pensent différemment sont devenues les ingrédients constants de leur recette idéologique.

Jan Sergooris

(1) La société néerlandaise Van Gend en Loos a été confrontée à une taxe à l'importation sur des marchandises importées d'Allemagne. Selon Van Gend en Loos, il s'agissait d'une augmentation des droits de douane interdite par le traité CEE. 

(2) L'affaire Costa Enel concernait un Italien détenant des parts dans une société d'électricité qui se sentait injustement traité par sa nationalisation.

jeudi, 02 décembre 2021

La fin du mythe de l'Amérique

090409-F-8957M-079.JPG

La fin du mythe de l'Amérique

Aleksander Piński

Ex: https://narodowcy.net/koniec-mitu-ameryki/

À bien des égards, la vie en Pologne est meilleure qu'aux États-Unis. Nous avons de meilleures écoles, de meilleurs transports publics, des soins de santé plus efficaces, des taux de criminalité et de sans-abri radicalement inférieurs. Mais ce qui est le plus surprenant, c'est que les Polonais sont plus nombreux que les Américains à avoir des économies.

Une simple comparaison du PIB par habitant donnerait à penser que la Pologne et les États-Unis sont abyssalement différents en termes de niveau de vie. Pour ici (dernières données du Fonds monétaire international en 2021), le PIB par citoyen est de 68.309 USD aux États-Unis et de 16.930 USD en Pologne. En termes nominaux, le Polonais moyen ne produit donc que 24,8% des biens et services produits par l'Américain moyen.

Si l'on examine les statistiques en tenant compte de la valeur d'achat locale de l'argent (le fait est que pour un dollar en Pologne, nous pouvons acheter beaucoup plus que de l'autre côté de l'océan), le PIB par citoyen dans notre pays s'élève à 35.957 USD, ce qui est déjà comparable au PIB de nombreux États américains (Mississippi - 40.464 USD, Virginie occidentale - 43.806 USD et Arkansas - 44.808 USD). À ce stade, nous constatons également que nous produisons 52,6 % de ce que produisent les Américains. Toujours moins, mais l'écart s'est sensiblement réduit.

Pourtant, l'Américain moyen dépense chaque année près de 100 % de plus d'argent que le Polonais moyen. Si l'argent était dépensé proportionnellement de la même manière en Pologne et aux États-Unis, dans tous les domaines, les choses devraient être meilleures aux États-Unis qu'en Pologne. Et pourtant, les expériences des personnes qui ont visité les deux pays sont complètement différentes.

LIRE AUSSI : USA - koniec imperium? (=USA - la fin d'un empire ?)

Par exemple, un homme nommé Cash (pseudonyme d'un voyageur polonais qui télécharge sur YouTube des vlogs de ses voyages à travers le monde) a publié sur sa chaîne, le 11 juillet 2021, une vidéo intitulée "USA - IT'S A DRAMA ! La puanteur, les sans-abri, les junkies, la pauvreté - ce n'est pas le souvenir que j'ai de Los Angeles". Dans ce film, il se promène avec une caméra dans Los Angeles, en Californie, et commente ce qu'il voit. Et les vues peuvent être surprenantes pour beaucoup de gens. "Tout Hollywood Boulevard est envahi par les sans-abri. Ça pue la m... et la pisse..." - raconte-t-il sans ambages.

Il faut ajouter ici que Hollywood Boulevard est une rue célèbre de Los Angeles avec le Hollywood Walk of Fame, c'est-à-dire un trottoir avec des étoiles. C'est également dans cette rue que se trouve le Dolby Theatre, où se déroulent les cérémonies de remise des Oscars. C'est ici que les stars descendent le tapis rouge de leurs limousines avec joie. Bien sûr, quelqu'un pourrait dire que cela a au mieux une valeur anecdotique. Mais regardons les statistiques.

En Pologne, on compte 8 sans-abri pour 10.000 habitants, aux États-Unis 17, mais en Californie ce taux atteint 40,9 (données de 2020). Il convient également de mentionner que la Californie est l'un des États les plus riches des États-Unis, avec un PIB par habitant supérieur à 80.000 USD. Les États-Unis, qui sont un pays environ 100 % plus riche que la Pologne, ont un pourcentage de sans-abri 100 % plus élevé, et, dans l'un des États les plus riches - la Californie - le pourcentage est 400 % plus élevé que dans notre pays.

_108798857_lahomelessness1getty.jpg

Il convient également d'ajouter que les statistiques sur les sans-abri aux États-Unis n'incluent pas les personnes vivant dans des caravanes, et que ces personnes sont environ 20 millions dans ce pays (soit environ 6,4 % de tous les foyers). Et tout porte à croire que, dans la plupart des cas, il ne s'agit pas d'un choix mais d'une nécessité de la vie, puisque le revenu médian (la valeur, au-dessus et en dessous, à laquelle se situe la moitié de l'échantillon) de ceux qui vivent dans des caravanes est à peine supérieur à la moitié du revenu médian de l'ensemble de la population.

Ainsi, la célèbre déclaration de Jerzy Urban, porte-parole du gouvernement communiste polonais, le 13 mai 1986, dans laquelle il déclarait qu'en échange de l'envoi par les États-Unis de lait en poudre pour aider notre pays, les autorités communistes enverraient 5000 couvertures et sacs de couchage aux sans-abri de New York, était sans doute une facétie, mais qui allait au cœur d'un important problème outre-mer.

Le sans-abrisme n'est toutefois pas le seul problème auquel les États-Unis font moins bien face que la Pologne. Le taux de mortalité infantile est une bonne mesure du niveau de civilisation du pays. Elle montre dans quelle mesure le pays est capable de tirer parti des dernières avancées médicales, mais aussi dans quelle mesure les mères sont bien nourries, dans quelles conditions elles vivent, quel est leur niveau d'éducation, etc. Cela en dit également long sur les capacités d'organisation d'une société.

Ainsi, aux États-Unis, pour 1000 naissances vivantes, le taux de mortalité avant l'âge de cinq ans est en moyenne de 6,5. En Pologne, ce taux est de 4,4 (données 2019 selon la Banque mondiale), bien que nous dépensions environ un cinquième de ce que font les États-Unis en matière de soins de santé (en Pologne, on dépense 2230 dollars par citoyen, aux États-Unis 11.072 dollars, en tenant compte du pouvoir d'achat de la monnaie - données 2019 de l'OCDE).

Cependant, ces chiffres ne reflètent pas le drame résultant de cette différence. En pratique, cela signifie que si 24,6 millions d'enfants américains de moins de cinq ans vivaient en Pologne, 51,7 milliers d'entre eux de plus vivraient jusqu'à leur cinquième anniversaire.

Il est intéressant de noter qu'en 2000, l'Amérique était en avance sur nous à cet égard. À l'époque, l'indice en question était de 8,4 aux États-Unis et de 9,3 en Pologne. En moins de deux décennies, cependant, nous avons réduit la mortalité des enfants de moins de cinq ans de 53 %, tandis que les Américains n'ont réduit que de 23 %.

Lire aussi: USA coraz bardziej podzielone aksamitną liną (=Les États-Unis de plus en plus divisés par la corde de velours)

Lorsqu'un jeune Polonais va à l'école, il en retire également beaucoup plus qu'un jeune Américain. Voici, dans les tests dits PISA, qui examinent l'efficacité de l'enseignement dans différents pays, nous avons obtenu en 2018 (dernières données disponibles) un score moyen de 513 points en mathématiques, sciences et lecture (11ème rang mondial). Le score américain était de 495 (25ème). Bien sûr, comme dans le cas des soins de santé, nous obtenons de meilleurs résultats en dépensant une fraction de ce que font les Américains.

smartestkids.jpg

Quoi qu'il en soit, le fait que l'enseignement public polonais est bien meilleur que l'enseignement public américain a été remarqué par les Américains eux-mêmes et ils tentent d'expliquer le secret de notre réussite dans des livres tels que "The Smartest Kids in the World : And How They Got That Way" d'Amanda Ripley (également publié en Pologne par PWN sous le titre "Najbystrzejsze dzieci na świecie"). Et les compétences que nos enfants apprennent à l'école se traduisent par des connaissances pratiques qu'ils peuvent utiliser au travail, celles qui demandent le plus d'effort mental.

L'entreprise technologique HackerRank est connue pour préparer différents types d'énigmes pour les programmeurs du monde entier. Ensuite, non seulement leurs scores sont évalués, mais aussi la rapidité avec laquelle ils ont accompli les tâches. 1,5 million de personnes du monde entier ont participé au concours. Les informaticiens polonais ont pris la 3ème place avec un score de 98 points, les programmeurs des États-Unis se sont classés à la 28ème place avec 78 points.

Le sentiment de sécurité est un élément important du confort de vie dans un pays. Et là encore, nous sommes bien meilleurs que les États-Unis, par exemple en ce qui concerne le taux de meurtres pour 100.000 habitants : la Pologne - 0,67, et les États-Unis - 5,35 (à titre de comparaison, en Afghanistan, ce chiffre est de 6,35). De nombreux Américains ne peuvent pas croire qu'à Varsovie, par exemple, les gens n'ont pas peur de se promener à pied dans la ville après la tombée de la nuit. Parce que dans de nombreuses grandes villes de l'autre côté de l'océan, c'est impensable.

De plus, en lisant les blogs des Américains qui vivent en Pologne, on constate que presque tout le monde, après son arrivée dans notre pays, a l'impression que ses papilles gustatives se sont remises à fonctionner. Par exemple, sur sa chaîne YouTube, Trev, un Américain qui vit actuellement avec sa petite amie polonaise dans notre pays, place le pain et le beurre polonais en tête de sa liste des choses qui sont meilleures en Pologne qu'aux États-Unis. Le blogueur affirme qu'il n'a jamais connu de pain polonais à l'étranger. Parce que le pain américain standard ressemble à ce qui est vendu ici comme pain grillé, et ressemble à de la ouate blanche et a presque le même goût.

LIRE AUSSI :  Epidemia samotności w USA - badanie Pew Research Center (= Epidémie de solitude aux États-Unis - étude du Pew Research Center)

Trev est également impressionné par la propreté, le faible coût et la facilité d'accès des transports publics polonais. Il estime qu'en Pologne, on peut facilement se passer de voiture, ce qui est très difficile aux États-Unis. Selon lui, certaines stations de métro à New York ressemblent à un "dépotoir" comparé au métro de Varsovie.

Warsaw_Metro_Plac_Wilsona_2.jpg

Si quelqu'un essayait de défendre l'Amérique, il pourrait probablement argumenter que les citoyens américains sont plus riches que les Polonais. Mais regardons le pourcentage de citoyens qui déclarent avoir des économies. En décembre 2019, gobankingrates.com a indiqué que 45 % des Américains n'ont aucune épargne. Comment cela se présente-t-il en Pologne ? Eh bien, paradoxalement mieux.  Seuls 24 % d'entre nous n'ont pas d'argent de côté (données issues d'une enquête commandée par le Registre national de l'endettement et publiée en janvier 2021). Et c'est presque moitié moins qu'aux États-Unis.

Il convient également de rappeler qu'il n'existe pas d'assurance maladie universelle aux États-Unis: en 2020, 30,4 millions de personnes n'avaient aucune couverture de ce type. Les enfants ne sont pas automatiquement assurés, comme en Pologne, mais c'est à leurs parents de le faire. S'ils ne le financent pas, il n'y a pas de protection. Et ceux qui ont une telle assurance doivent quand même payer un supplément en cas, par exemple, de visite chez le médecin.

Comme le décrit Lidia Krawczuk, une Polonaise qui vit aux États-Unis depuis 2009, dans son article "Thank God you have the National Health Service, or health insurance in the USA" (Dieu merci, vous avez le service national de santé ou l'assurance maladie aux États-Unis) sur le blog amerykaija.pl, le montant à payer dépend de l'option d'assurance. Habituellement, le prix est de 30 à 40 dollars, soit environ 140 PLN. Toutefois, dans le cas de services plus complexes, il s'agit d'un pourcentage du prix du service, très souvent environ 50 %. Les prix des services médicaux aux États-Unis peuvent donner le vertige. Le blogueur indique que, par exemple, une radiographie de la jambe coûtera environ 1200 dollars, soit environ 4700 PLN, dont un assuré devra payer 600 dollars, soit 2350 PLN, de sa poche.

L'auteur décrit comment elle s'est récemment plainte à son médecin généraliste américain que sa vue baissait. Il lui a conseillé d'aller dans un magasin, de prendre des lunettes sur un présentoir et de voir lesquelles lui permettraient de bien lire. Le médecin n'a pas envoyé la patiente chez un ophtalmologiste pour un examen oculaire professionnel afin de ne pas l'exposer au coût élevé d'un tel service.

Aux États-Unis, le code du travail est archaïque, voire inexistant. Par exemple, un employeur n'est pas obligé d'accorder à un employé un congé annuel (et 23 % ne le font pas), ni même un congé de maternité payé pour les femmes après l'accouchement (il n'y a que la possibilité pour un parent de prendre jusqu'à 12 semaines de congé non payé).

Dans la pratique, cela signifie que 77 % des entreprises privées qui accordent des jours de congé payés à leurs employés aux États-Unis en accordent en moyenne 10 et leur paient des congés pendant huit jours fériés par an. Cela représente un total de 18 jours de congés payés par an (en Pologne, pour les employés à temps plein, ce nombre se situe entre 33 et 39, en fonction de l'ancienneté). Les formalités de licenciement se limitent souvent à ce que l'employeur dise "vous êtes viré", ce qui peut être un problème puisque, rappelons-le, 45 % de la population américaine n'a pas d'économies.

Lire aussi: Protekcja USA w jednym pakiecie z LGBT (= Les protections américaines en un seul paquet avec les LGBT

Les États-Unis sont certainement en tête lorsqu'il s'agit du nombre de personnes très riches. Il y a 180.060 personnes dont la richesse nette (c'est-à-dire après déduction des dettes) dépasse 30 millions de dollars (au moins 116 millions de PLN), alors qu'en Pologne, elles sont 878, soit plus de 99,5 % de moins (données tirées de l'analyse du "Rapport sur la richesse" réalisée par Knight Frank en 2021). Les États gagnent également en termes de quantité de taxes prélevées sur les citoyens. Bien que la différence ne soit pas aussi importante que ce que l'on pourrait conclure en examinant les effets de l'activité de l'État. Aux États-Unis, le trésor public prend 27,1 % du PIB, en Pologne 33,9 % du PIB.

Pour de nombreuses personnes qui se souviennent des années 1980, il peut être surprenant de constater qu'à bien des égards, la vie en Pologne est meilleure qu'aux États-Unis - après tout, le pays le plus puissant du monde. Si je mentionne les années 1980, c'est parce qu'à l'époque, l'Amérique représentait pour beaucoup un idéal inégalé, tant en termes de style que de niveau de vie (comme en témoigne la chanson "Mister of America" de Lombard en 1989). Un idéal qui n'a définitivement pas résisté à l'épreuve du temps. Car, comme le montrent les données et les exemples cités, l'Amérique ne prend pas soin de ses citoyens aussi bien qu'elle le pourrait, compte tenu des richesses dont elle dispose.

warsaw-poland-old-town.jpg

Quelles sont les implications de cette situation ? Tout d'abord, il convient de prendre conscience de nos propres réalisations, car nous avons fait des progrès gigantesques en tant que société au cours des 30 dernières années. Et nous avons été capables de résoudre de nombreux problèmes bien mieux que les Américains, même si nous avons beaucoup moins d'argent qu'eux.

Ne nous laissons donc pas sermonner par des personnes qui font pire que nous dans de nombreux domaines, même si - généralement par leur propre ignorance - elles ne s'en rendent pas compte. Une enquête publiée en juillet 2021 montre que 69% des citoyens américains considèrent que l'Amérique est "le meilleur pays du monde pour vivre".

Cependant, il faut reconnaître que la réalité brise peu à peu les illusions aux États-Unis : au cours de la dernière décennie, le pourcentage de personnes qui le pensent a diminué de 15 points. La deuxième conclusion est que ni la croissance du PIB à elle seule, ni les faibles impôts ne régleront de nombreuses questions importantes. Et les faits parlent d'eux-mêmes : le modèle de développement que nous avons choisi dans la Vistule résout beaucoup plus de ces problèmes que ceux d'outre-mer.

Aleksander Piński

lundi, 29 novembre 2021

Konrad Rękas : Jeder Tritt ein Britt ! - ou encore quelques lignes sur le système britannique

10135.jpg

Konrad Rękas : Jeder Tritt ein Britt ! - ou encore quelques lignes sur le système britannique

Source: https://myslkonserwatywna.pl/rekas-jeder-tritt-ein-britt-czyli-jeszcze-o-systemie-brytyjskim/?fbclid=IwAR1y9ZEev0wp8A_wUNMFC2cRuHcS2Bgr_KANm4LuHCmrk7U3p1jCL8zaLJI

Je ne suis en aucun cas un anglophobe. En fait, je ne suis même pas brittophobe, si l'on se souvient que la notion même de Royaume-Uni politique a été inventée pour renforcer le pouvoir des souverains écossais de la dynastie Stuart, par ailleurs sympathiques. En outre, depuis que j'ai posé le pied sur les îles, il y a une trentaine d'années, en y faisant mes études et en y retournant fréquemment, j'avoue aimer presque tout ce qui vient d'Angleterre, du Pays de Galles et surtout d'Écosse, y compris la ou les langues, la cuisine, les spiritueux, le style vestimentaire traditionnel, les bâtiments et l'ameublement, jusqu'à l'humour et, bien sûr, l'école de pensée politique et le système juridique, à mon humble avis une pratique bien plus efficace que le système continental à bien des égards. En un mot, j'imite bien involontairement tant d'amoureux de tous ces biens et valeurs avant moi, pour ne citer que Roman Dmowski lui-même.

hyancinth_bucket_3504237b.jpg

Le système de Mme Bucket

Et pourtant, pour les mêmes raisons que lui, je n'arrive parfois pas à me défaire de cet étrange mélange de fascination et de sympathie irrationnelle des Polonais pour l'Angleterre, et surtout pour les classes dirigeantes anglaises. Les mêmes classes qui (comme Cat l'a si bien écrit), de toute l'Europe, avaient parfois un peu de considération pour (certains) des Allemands, gardant un intérêt personnel doublé d'un sentiment de supériorité pour les Américains, et méprisant unanimement le reste du monde au point de ne plus tenir compte du néant des autres. Car, de même qu'il est impossible de ne pas apprécier les réalisations anglaises, et plus tard britanniques, elles ne peuvent en aucun cas inspirer la sympathie, elles ne le sont pas et n'ont jamais été destinées à le faire. "Que chacun fasse ce qu'il veut" - cet ordre enthousiaste du duc de Wellington à Waterloo décrit le mieux à la fois le caractère unique reconnu du système britannique et l'attitude extérieure la plus appropriée à son égard.

Quant aux questions sociales et organisationnelles elles-mêmes, plus encore que le système, pendant des siècles, le système politique de la Grande-Bretagne ressemblait à ceci : la monarchie et l'aristocratie concentraient sur elles les intérêts et les complexes des classes moyennes, tous les Bucketheads du monde. Dans le même temps, l'Église anglicane veille à l'obéissance des pauvres et de la classe ouvrière. Et la véritable gouvernance et les affaires avaient lieu à l'extérieur ou derrière cette crèche quasi-monarchique et pseudo-religieuse. Et grâce à cela, en fait, après Oliver Cromwell, la classe dirigeante de l'Angleterre n'a plus eu à se dévoiler, gouvernant derrière des rois faibles et figurants et des premiers ministres poussés au premier rang. La mort de Philip Battenberg n'a fait que rappeler ce rôle utilitaire de la maison britannique... au pouvoir. Le prince Philip lui-même - il est toujours bon de le rappeler - a couvert d'un manteau d'arrogance maladroite son rôle de leader, ou du moins de représentant, dans des initiatives qui ne révèlent leur pleine dimension civilisationnelle qu'après un demi-siècle. En bref, en nous concentrant sur la rusticité de l'aristocrate (quelle antinomie apparente, digne de Zorozh Ponimirski... !), nous n'avons pas vu qu'il était le porte-parole du climatisme précoce, de la dépopulation et d'une nouvelle stratification oligarchique à l'échelle mondiale.

Prince-Philip-pourquoi-son-testament-va-rester-secret.jpg

Le système de Mme Windsor

À propos, il convient peut-être de mentionner une curiosité à la jonction des questions qui nous intéressent - le système britannique, la position Battenberg-Sachs-Coburg-Gotha et le climatisme précisément. En effet, le système invisible du Royaume-Uni, récemment cité dans Mysl Konserwatywna (= Conservative Thought) par le Dr Adam Danek, conserve en fait ses freins législatifs, qui ont été mis en place par les occupants de Buckingham Palace. Quelques mois après que le Guardian ait rapporté que le gouvernement britannique consulte le tribunal sur la législation avant de la soumettre officiellement au Parlement, une pratique similaire a été révélée ( ?) en Écosse. Lors de la précédente législature du Parlement écossais, le parti au pouvoir, le Scottish National Party, négociant avec le soutien des Verts locaux (qui sont indépendantistes et fortement antimonarchistes), a proposé l'introduction d'une législation obligeant les propriétaires fonciers à vendre ou à louer les terrains nécessaires à l'installation d'équipements de transmission d'énergie renouvelable (éoliennes et fermes solaires). Et comme nous le savons - les plus grands propriétaires fonciers en Ecosse sont la Couronne et Elizabeth personnellement. Et il s'est avéré que le gouvernement écossais, qui ne recule devant aucun républicanisme, a accepté d'introduire, avant même la procédure parlementaire, des amendements exemptant de la nouvelle servitude uniquement les successions du monarque actuel. Insistons sur le fait qu'Elizabeth n'a pas bloqué, bien qu'elle aurait pu le faire, cette loi fondamentalement destructrice de la propriété, et qu'elle n'a pas non plus organisé d'exemptions pour ses copains aristocrates, mais qu'elle s'est contentée de rafistoler le bénéfice pour ses biens personnels. Le gouvernement autonome, à son tour, a dû admettre que cela avait été fait pour "assurer le bon fonctionnement de la nouvelle loi". Ainsi, avant que quelqu'un n'écrive quelque chose sur les "rois qui règnent, mais ne gouvernent pas", il serait préférable de vérifier ce que ces grands-pères-transquilles font réellement, ce qu'ils possèdent et à quoi ils servent...

Cette implication de la classe dirigeante britannique dans l'expansion du climatisme (qui, bien sûr, n'empiète sur aucun, même le plus petit, détail des intérêts des membres de cette élite) ne fait que confirmer la continuité de cette doctrine avec le courant plus large du libéralisme, principale matière d'exportation de la Grande-Bretagne depuis des siècles. Sans nous rappeler que ce ne sont nullement les États-Unis qui ont inventé l'impérialisme mondial sous la forme d'une propagation de leur propre système partout, il est également impossible de comprendre la spécificité systémique de la Grande-Bretagne. Et pourtant, c'est précisément de cette manière que Londres/City a neutralisé la concurrence européenne de la France et a finalement désintégré géopolitiquement l'Hispanidad. Alors - un autre paradoxe ! - une tentative similaire par rapport à la Russie, sous la forme de la révolution de février, a été katekhoniquement mais inconsciemment bloquée par les bolcheviks. Puis, à son tour, le parasite qui infeste la vieille Angleterre a commencé à se déplacer de l'autre côté de l'Atlantique, prenant la forme du démo-libéralisme, mais restant essentiellement le même ver solitaire qui se trouvait à Londres depuis au moins la bataille de Bosworth..... Et ce n'est en aucun cas une question indifférente pour l'anglophilie complaisante polonaise, car notre pays et notre nation - bien qu'en principe parfaitement moins qu'indifférents à Albion - ont langui quelque part en marge des intérêts de la City pour deux raisons seulement : la géopolitique/géoéconomie et l'idéologie qui les sert.

Pourquoi la Grande-Bretagne est l'ennemi de la Pologne

En ce qui concerne la première de ces questions, il convient de noter objectivement que les intérêts géopolitiques de l'Angleterre, puis de la Grande-Bretagne, aux alentours des 15ème/16ème siècles, étaient exclusivement opposés aux intérêts de la Pologne. Sans émotion ni sentiment, c'était et c'est toujours le cas. À partir du 15ème siècle, l'Angleterre commence à considérer la Moscovie naissante comme sa sphère d'influence, estimant qu'il est rentable d'acquérir une influence en Orient et de participer au commerce lucratif (notamment des fourrures) avec des perspectives d'expansion loin dans les steppes asiatiques et en Sibérie. C'est l'origine du conflit entre les intérêts anglais, puis britanniques, et les intérêts polonais, qui a duré pendant les trois siècles suivants. La Pologne/la Rzeczpospolita posait un problème, par exemple en faisant concurrence à Moscou pour les Inflants, c'est-à-dire l'accès aux ports de la Baltique, et en s'engageant périodiquement dans une compétition pour gagner de l'influence à l'Est. En un mot - se mettre en travers du chemin. Les Anglais ont donc essayé de manière pragmatique de lever l'obstacle polonais à plusieurs reprises, notamment dans le cadre d'un autre de leurs projets beaucoup plus vastes : le tissage de leur propre réseau d'internationalistes protestants, qui n'a même pas eu besoin d'une incitation spéciale des Anglais pour identifier correctement la République de Pologne comme le maillon faible du camp des États catholiques (traités comme un adversaire naturel). Et ce qui est caractéristique - de telles actions ont été prises par Elizabeth I, James VI, et dans la version améliorée surtout par Cromwell. Car c'est aussi l'un des éléments les plus importants du système anglo-britannique - l'immuabilité de la perception des intérêts géopolitiques/géo-économiques de la classe dirigeante, indépendamment de la gradation actuelle des objectifs et des nuances tactiques, sans parler des différences de politique interne qui sont alors reléguées au second plan. Comme on le sait, après des tentatives moins réussies - comme le Déluge et le traité de Radnot - la politique britannique a finalement triomphé lors des Partitions, dont Londres était l'auteur au moins complémentaire de Berlin. Il est toutefois important de noter que c'est à ce moment-là qu'un autre élément géopolitique important est apparu avec une clarté particulière, à savoir la contradiction croissante entre les intérêts britanniques et russes, déjà immanente bien sûr en raison de l'infériorité de cette dernière composante, mais tout juste perçue par les parties intéressées elles-mêmes.

800px-Borovikovsky_Pavel_I.jpg

En fait, le premier dirigeant russe qui a tenté de limiter l'influence de Londres est Pierre III, et plus tard surtout son fils, l'empereur Paul (illustration, ci-dessus). De même, bien sûr, la contradiction existentielle absolument fondamentale entre la Grande-Bretagne et la Russie est devenue apparente avec l'émergence de la Russie dans les positions eurasiennes et, plus important encore, la prise de conscience mutuelle des implications que recelait cette situation. Dans le même temps, la contradiction entre les intérêts polonais et britanniques s'est poursuivie sans relâche, mais dans ce cas, malheureusement, elle est devenue de moins en moins claire et compréhensible pour ceux de nos ancêtres qui ne comprenaient pas qu'ils se battaient dans des soulèvements non pas pour la Pologne, mais pour l'exportation mondiale de l'idéologie libérale.

1009153-Les_partages_de_la_Pologne_au_XVIIIe_siècle.jpg

Le 19ème siècle polonais a été une grande lutte entre le conservatisme polonais et un libéralisme intrinsèquement cosmopolite, bien que formellement britannique à l'époque et américain aujourd'hui, qui voulait une Pologne de non-conservatisme plutôt qu'une Pologne conservatrice. Malheureusement, au lieu des conservateurs polonais, ce sont nos défenseurs en réaction qui ont dû prendre part à ce combat. Principalement - des Russes, soutenus par moins de quelques Polonais conscients, qu'ils soient penseurs (comme Henryk Rzewuski et Michał Grabowski) ou praticiens (comme Aleksander Wielopolski et Kazimierz Krzywicki). Pour les besoins de l'argumentation, il convient d'ajouter que, bien que cela puisse difficilement être considéré comme une contribution indépendante - en tant que Polonais, nous avons également contribué au Grand Jeu géopolitique commun contre Albion, grâce auquel des noms tels que Jan Prosper Witkiewicz ou Bronisław Grąbczewski sont les rares parmi les dénominations polonaises que les Anglais conscients mentionnent avec appréciation, et certainement plus souvent que les Polonais eux-mêmes.

Gott strafe England

Ainsi, comme on peut le voir, l'ensemble du système britannique se compose à la fois de son côté formel et juridique (avec une monarchie usurpatrice loin d'être une façade et une forme distinctive de parlementarisme), d'un intérêt de classe très concret et conscient et des facteurs idéologiques qui le servent (autrefois sous la forme du libéralisme alternant avec une imitation libérale du conservatisme, aujourd'hui plus souvent sous la forme de diverses incarnations du libéralisme progressiste, y compris le climatisme) et, bien sûr, des facteurs géopolitiques et géoéconomiques. Tout cela constitue ensemble et inextricablement la britannicité politique, politique et sociale, ce qui devrait être instructif et un avertissement surtout pour la Pologne. Comme nous savons que depuis plusieurs centaines d'années, la Grande-Bretagne (même si elle occupe aujourd'hui une position beaucoup moins importante que son ancienne colonie américaine) n'est rien d'autre que l'hôte d'un parasite de la finance, un ver solitaire qui est le principal moteur du mondialisme, un phénomène qui n'est complété que par les phénomènes si infâmes du progressisme dans le monde occidental - nous devrions également comprendre que dans la réalité du triomphe du mondialisme, la finale de la Comédie non divine, il n'y a aucune place pour la Pologne.

Dans le même temps, cependant, nous n'avons aucune raison de rejeter a priori le scénario le plus improbable - l'apocastase géopolitique et idéologique. Puisque, selon Saint-Martin, même Satan peut être sauvé s'il se repent de ses péchés, même les États américains et l'Angleterre redevenus normaux mériteraient et deviendraient peut-être dignes d'un salut (pas seulement géopolitique). Bien que probablement ce n'est pas et ne sera pas le cours des événements appartenant à notre monde...

Konrad Rękas.

dimanche, 28 novembre 2021

Pologne contre Russie: qui va unir les forces conservatrices en Europe?

Poland-Russia-Flags.jpg

Pologne contre Russie: qui va unir les forces conservatrices en Europe?

Ex: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/historico-de-noticias/35989-2021-11-24-11-28-27

Institut RUSSTRAT. Le président du parti polonais au pouvoir, le parti Droit et Justice (PiS), Jaroslaw Kaczynski, a invité des représentants des partis conservateurs et de droite, dont les membres siègent au Parlement européen, à se rendre à Varsovie début décembre. Parmi eux figurent le leader du parti espagnol "Vox" Santiago Abascal, le Premier ministre hongrois et chef du parti Fidesz Viktor Orban, la présidente du parti italien "Frères d'Italie" Georgia Meloni et le chef du parti italien "Ligue" Matteo Salvini.

Le thème principal du sommet sera les tendances qui prévalent actuellement dans l'Union européenne et qui façonneront son avenir. Comme Kaczynski l'a déclaré précédemment, lui et ses partisans ne veulent pas d'une "révolution morale et d'une restriction des libertés". Selon lui, l'UE a "une structure et des objectifs peu clairs", et ses organes "réinterprètent trop souvent le contenu des traités de l'Union signés". C'est pourquoi les politiciens de droite et conservateurs souhaitent une "réforme profonde de l'UE" et un retour aux idées qui, selon lui, disparaissent conjointement "avec la souveraineté des États".

kacz4-903x950.jpg

Mais ce n'est qu'une facette de l'idéologie du président du parti au pouvoir en Pologne. Il y en a une autre. Il en a parlé le 10 novembre à Varsovie et à Cracovie le 11 novembre, jour de l'indépendance de la Pologne. Au départ, Kaczynski a déclaré que la Pologne était attaquée par l'est et l'ouest. L'attaque de l'est est, selon lui, une crise humanitaire à la frontière entre la Pologne et le Bélarus, causée par le "dictateur bélarussien Alexandre Loukachenko". Quelle était l'attaque de l'Ouest ? Il ne l'a pas dit.

Mais il a fait des allusions. "Quel est le dénominateur commun de tout ce qui se passe ? - a demandé Kaczynski. Bien que les intentions soient différentes et que les centres qui provoquent ces conflits soient différents, le fait est que beaucoup, des deux côtés de l'Europe, ne veulent pas accepter notre propre subjectivité (identité), les perspectives de notre développement, la croissance de notre force, la croissance de notre détermination, la détermination d'être une nation qui est non seulement indépendante, libre, mais aussi forte et qui joue un rôle important. Parce que seule une telle Pologne peut survivre.

Il est revenu sur cette thèse à Cracovie : "Nous avons un gros problème en Occident. Tout cela est bien connu : nous parlons de la reconnaissance de notre identité, de la décision du Tribunal constitutionnel polonais (sur la priorité du droit polonais sur le droit européen), de notre droit d'organiser nos propres affaires en Pologne..... Il ne dépend que de nous de savoir si nous pouvons le faire.

Comme le soulignent certaines publications polonaises, le directeur du PiS a prononcé son discours dans un lieu significatif : la société Sokol de Cracovie, qui a joué un grand rôle "libérateur" lors des divisions du Commonwealth polonais au XIXe siècle et était associée à l'Endek (les démocrates romains-nationaux, c'est-à-dire 'nationaux-catholiques' de Dmowski). Mais l'historien polonais Adam Leszczynski voit dans le discours de Kaczynski des échos de "la doctrine diplomatique d'avant-guerre du régime Sanation, le principe de "distance égale" entre l'Allemagne et l'URSS".

800_img.jpg

Leszczynski rappelle qu'après la mort du maréchal Jozef Pilsudski en 1935, les élites dirigeantes de la république polonaise autoritaire ont adhéré au principe selon lequel la Pologne a deux "ennemis mortels : la Russie stalinienne et l'Allemagne nazie, avec lesquels il faut, si possible, entretenir des relations pacifiques, mais pas d'alliances". Cependant, "depuis janvier 1939, lorsque l'Allemagne a fait des revendications territoriales sur la Pologne, espérant qu'elle rejoindrait également l'alliance contre l'URSS, il est devenu impossible de maintenir un équilibre entre la Russie soviétique et l'Allemagne".

Ainsi, la doctrine Kaczynski a au moins une dimension extrêmement dangereuse. Elle crée les conditions et les prérequis pour revenir aux réalités d'une Europe divisée d'avant-guerre et provoquer un nouveau conflit mondial, qui pourrait se transformer en une troisième guerre mondiale. Les alliés du droit et de la justice sont-ils préparés à cela? Nous ne le pensons pas. Salvini, par exemple, ne demande qu'à Varsovie et Rome de créer un "nouvel équilibre" dans l'UE après des années de "domination de l'axe franco-allemand". Nous pensons que les autres forces conservatrices et de droite européennes ne sont pas intéressées par l'augmentation des tensions.

Cependant, l'expérience de la Première Guerre mondiale montre qu'il suffit d'un seul tir d'une seule personne pour déclencher un terrible incendie. C'est pourquoi une alternative à la doctrine Kaczynski est si importante. Moscou l'offre. Ce n'est pas une coïncidence si la plupart des publications polonaises ont attiré l'attention sur le discours du président russe Vladimir Poutine lors de la réunion du club Valdai. Leur attention a été attirée par les mots suivants du chef d'État russe.

"Aujourd'hui, alors que le monde connaît un effondrement structurel, l'importance d'un conservatisme raisonnable en tant que base du cours politique s'est multipliée, précisément en raison de la multiplication des risques et des dangers, de la fragilité de la réalité qui nous entoure", a déclaré M. Poutine. L'approche conservatrice n'est pas une tutelle irréfléchie, ni une peur du changement, ni un jeu de rétention, encore moins un enfermement dans sa coquille. Il s'agit, avant tout, de la confiance dans une tradition éprouvée, de la préservation et de la croissance de la population, du réalisme dans l'évaluation de soi et des autres, de l'alignement précis d'un système de priorités, de la corrélation entre ce qui est nécessaire et possible, de la formulation prudente des objectifs, du rejet fondamental de l'extrémisme comme méthode d'action".

Selon les experts polonais, le président russe a dit exactement ce que les opposants conservateurs à l'idéologie libérale actuellement dominante voulaient entendre aux États-Unis et dans l'UE. Le fait que son discours ait été remarqué et lu "peut être vu dans les déclarations des politiciens occidentaux qui le jettent dans un sac avec le nom de 'populisme de droite'", note-t-on en Pologne. Et encore : "Poutine attire les dirigeants politiques avec son idéologie, les incite à faire des affaires avec lui, après quoi ils font pression sur les électeurs de leurs pays pour qu'ils défendent ces vues".

C'est ce que craint le chef du parti au pouvoir en Pologne. Après tout, le succès du "conservatisme raisonnable" russe enterrera à jamais les tentatives de Kaczynski de mener lui-même un quelconque projet d'intégration de la droite européenne. Il continuera donc à gonfler le mythe de la Pologne, soi-disant menacée simultanément par l'Est et l'Ouest, afin d'empêcher l'unification des forces conservatrices saines en Russie et dans l'UE.

jeudi, 25 novembre 2021

Sur la frontière polonaise

polish-belarusian-border.jpg

Sur la frontière polonaise

Enric Ravello Barber

Ex: https://www.enricravellobarber.eu/2021/11/en-la-frontera-de-polonia.html?fbclid=IwAR39lia6p607_12Dsb4u4zFbnbF2HSkBXDRj6nrXskXZBCtl-oNPJgMlWRw#.YZ0NOLrjKUk

La Pologne défend sa frontière, qui est celle de l'UE, contre une vague d'immigrants clandestins qui cherchent à la prendre d'assaut. Varsovie a déployé son armée pour empêcher l'assaut de milliers de réfugiés qui cherchent à s'installer sur notre continent. Nous soutenons pleinement le gouvernement et l'armée polonais qui doivent agir avec toute la force nécessaire pour arrêter et faire reculer cette invasion intolérable.

Il n'existe aucune considération "humanitaire" pouvant servir de prétexte pour s'opposer à une action polonaise énergique. Si les migrants ont froid et sont dans le besoin, la solution consiste à ouvrir des ponts aériens identiques à ceux qui les ont amenés à la frontière polonaise, mais dans la direction opposée pour les ramener chez eux.

Cela dit, énonçons quelques commentaires sur le contexte de la situation.

L'ombre de Washington dans la crise

Après les attentats du 11 septembre, les "néo-cons" ont imposé leur stratégie à l'administration américaine. Dans leur messianisme irrationnel, ils font déclarer aux USA une "guerre générale contre le Mal", un "Mal" dont ils se donnent le droit de déterminer les pays qui le composent.

Dans cette dynamique délirante, les USA ont envahi l'Irak - un pays laïc et islamiste - en 2003. Les États-Unis ont promis aux Kurdes, soumis à l'Irak, un État à eux s'ils soutenaient leur invasion.  Il convient de rappeler que la Pologne, alors gouvernée par l'Alliance de la gauche démocratique, a soutenu l'invasion américaine en Irak.

Les États-Unis n'ont pas tenu leur promesse aux Kurdes et lorsqu'ils ont retiré leurs troupes d'Irak, ils ont laissé leurs anciens collaborateurs sans protection, comme ils l'ont fait récemment en Afghanistan. La grande majorité des réfugiés qui tentent de prendre d'assaut la frontière polonaise sont précisément des Kurdes.

Depuis son retour dans la politique internationale, c'est-à-dire depuis la chute du rideau de fer, la Pologne définit sa position géopolitique comme une alliance claire avec les États-Unis. Elle a été le premier pays à déployer le bouclier de défense antimissile contre la Russie. Plus récemment, Varsovie a soutenu la "révolution orange" et la tentative de renversement de Loukachenko, derrière laquelle se cachait la diplomatie américaine. Les "révolutions de couleur", orchestrées par les services de renseignement américains et souvent financées par Soros, ont eu pour principal objectif de supprimer le contrôle de Moscou sur l'espace ex-soviétique que la Russie contrôlait encore : les exemples de la Géorgie et de l'Ukraine sont clairs. La tentative suivante a été de détacher le Belarus, mais cette fois, elle a échoué.

Les réactions de Lukashenko et du Kremlin

La Turquie, elle, est toujours prête à créer de l'instabilité dans l'UE et plus particulièrement en Allemagne, qui est la destination finale de tous ces réfugiés. Elle a affrété des vols, principalement de Kurdes, à 1500 euros le billet et le visa de sortie - pas vraiment pour les pauvres. Les visas pour le Belarus ont été généreusement délivrés par ses ambassades. La complicité de Minsk dans la crise est incontestable. La vengeance de Loukachenko contre la Pologne, et éventuellement contre la Lituanie et la Lettonie, pays avec lesquels le Belarus a également une frontière et un désir de vengeance, est stratégiquement maladroite.  Minsk a annoncé qu'en réponse aux sanctions économiques européennes sévères pour les violations des droits de l'homme au Belarus, c'est-à-dire pour se venger de l'échec de la "révolution colorée", elle inonderait les pays de l'UE de "drogues et de migrants". Une réaction absurde et répréhensible, typique d'un autocrate nostalgique de l'Union soviétique.

imapolgfge.jpg

"L'Occident avec ses guerres injustifiées est responsable du flux de réfugiés", a déclaré Vladimir Poutine en référence à la situation actuelle. Le président russe a raison. Toutefois, la poursuite de l'inacceptable position de Minsk consistant à faire chanter l'Europe avec des vagues de réfugiés illégaux éloigne Poutine de son rôle de grand homme d'État, suscite la méfiance de l'Europe occidentale à l'égard de sa vision continentale et, bien sûr, entrave son projet d'"Europe unie de Lisbonne à Vladivostok", qu'il a récemment qualifié de principal objectif géopolitique. En somme, cette tension Pologne/UE-Belarus/Russie est une victoire politique et de propagande pour les positions atlantistes en Europe de l'Est et dans l'espace Intermarium. C'est l'espace clé où se joue la guerre géopolitique la plus importante pour l'avenir de l'Europe.

Privé d'influence en Géorgie et "de facto" confronté à une Ukraine alliée de l'OTAN, Moscou ne peut se permettre de perdre le Belarus, le dernier État européen ex-soviétique dans son orbite. Le Belarus est un État tampon typique utilisé par une grande puissance (la Russie) pour amortir les conflits et disposer d'une ligne de front à partir de laquelle il peut agir - diplomatiquement et militairement - sans impliquer son propre territoire. Dans ce cas, c'est une arme à double tranchant, car le Belarus est le dernier État tampon du Kremlin en Europe, un Kremlin qui est dès lors obligé de suivre et de soutenir toute aventure - aussi risquée et absurde soit-elle - à Minsk.

L'escalade de la tension, le déploiement de l'armée polonaise à la frontière, avec la même réponse des forces biélorusses, a incité la Russie à envoyer des parachutistes d'élite et des hélicoptères à armement nucléaire pour soutenir Minsk. Ce n'est pas du tout une bonne nouvelle pour les Européens dans leur ensemble.

Il est nécessaire de surveiller l'évolution de la situation et de voir qui prend la tête de la solution et s'avère être un politicien doté d'une vision continentale. Poutine a fait un premier pas dans cette direction en proposant une rencontre entre les gouvernements allemand et biélorusse.

L'hypocrisie impuissante de l'UE

Face à la Pologne l'Europe a une attitude ambigüe:e la menace de son expulsion à l'éloge de son travail en tant que garant de la défense de l'UE, en passant par l'acceptation de financer un mur anti-immigration sur son territoire. C'est dire à quel point les dirigeants européens sont versatiles et hypocrites.  La Pologne est aujourd'hui un cas d'espèce. Pourtant, Salvini, qui a été le premier à mettre en garde et à agir de manière cohérente sur le danger de la migration, a été attaqué politiquement et est toujours poursuivi en justice.

Après avoir attaqué Trump pour avoir érigé un mur contre l'immigration - qu'Obama, objet de tous les éloges, avait commencé - les ridicules dirigeants européens ont ensuite proposé de construire eux-mêmes un mur identique.  L'UE est décadente, inutile, sacrifiable, craintive et incapable d'agir dans le monde du 21ème siècle et l'absence de tout leadership en Europe occidentale est une nouvelle fois démontrée.

Dans certains milieux, on peut lire des déclarations telles que "laissons l'UE se montrer sévère envers le Belarus". La réponse doit être claire : l'UE n'a pas la main forte, pas de capacité gazière ou nucléaire pour répondre à la Russie. Nous avons toujours prôné une synergie entre l'Europe et la Russie pour créer un tel bloc de Lisbonne à Vladivostok. Cette crise démontre plus que jamais sa nécessité.

Conceptuellement, ce n'est qu'en assumant une logique de civilisation européenne, Polonais et Biélorusses, que les peuples européens pourront assurer leur avenir et empêcher toute forme de manipulation qui nous fracture et nous affaiblit.

dimanche, 10 octobre 2021

Varsovie défie Bruxelles : Le droit européen ne prime pas sur le droit national

unnalpoltribcomed.jpg

Varsovie défie Bruxelles : Le droit européen ne prime pas sur le droit national

Varsovie/Bruxelles. Le différend entre la Pologne et l'UE passe à la vitesse supérieure. Cette fois, c'est particulièrement grave, car la Cour suprême du pays s'est prononcée et a annoncé une décision capitale qui avait été longtemps reportée : elle a déclaré jeudi que les traités de l'UE étaient en partie inconstitutionnels. La présidente du tribunal, Julia Przylebska (photo), a accusé les institutions européennes de s'ingérer illégalement dans les affaires intérieures de la Pologne.

Julia_Przyłębska_-_I_Prezes_Trybunału_Konstytucyjnego.jpg

La juge a énuméré toute une série d'articles des traités de l'UE qui n'étaient pas compatibles avec la constitution polonaise. Avec leur action contre Varsovie, les institutions européennes ont outrepassé leurs compétences.

Le tribunal a ainsi suivi l'avis du chef du gouvernement Mateusz Morawiecki, qui avait engagé la procédure et demandé aux juges de se prononcer sur la question de savoir si la constitution polonaise primait sur le droit européen. L'affaire a été déclenchée par des décisions de l'instance judiciaire de l'UE à Luxembourg contre les réformes judiciaires polonaises.

Bruxelles accuse le gouvernement de Varsovie de porter atteinte à l'indépendance des tribunaux et à la séparation des pouvoirs, et a donc intenté une série d'actions au Luxembourg. Le gouvernement polonais ne s'est pas non plus conformé aux ordres répétés de la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE) de suspendre la réforme judiciaire. La Cour constitutionnelle a maintenant soutenu le gouvernement. Le porte-parole du gouvernement polonais, Piotr Muller, a salué la décision de la juge.

Selon les observateurs, la décision de Varsovie ne fera qu'accentuer les clivages déjà profonds entre Varsovie et Bruxelles et aggravera encore la situation. Car la Commission européenne a déjà condamné Varsovie, il y a quelques semaines, à des amendes quotidiennes ( !) - jusqu'à ce que le gouvernement de Varsovie se conforme aux ordres de Bruxelles. En outre, la Commission européenne refuse depuis des mois de donner son accord au versement à la Pologne de milliards de dollars provenant du fonds de reconstruction Corona de l'UE. À Varsovie, on considère cela comme du "chantage".

La consternation règne maintenant à Bruxelles. Le commissaire européen à la justice, Didier Reynders, s'est dit "préoccupé" par la décision de la Cour constitutionnelle polonaise. Bruxelles épuisera "tous les moyens" pour faire en sorte que le droit européen soit respecté en Pologne. Le principe de la primauté du droit de l'UE sur le droit national, ainsi que le caractère contraignant des décisions du système judiciaire de l'UE, sont des éléments centraux de la confédération.

Le ministre luxembourgeois des affaires étrangères, Jean Asselborn, a également trouvé des termes dramatiques : "L'arrêt détruit l'idée fondamentale de l'intégration européenne", a déclaré M. Asselborn, qui est également l'un des agitateurs les plus en vue dans le conflit permanent qui oppose l'UE à la Hongrie. La Pologne ne doit plus recevoir d'argent de l'UE. Cela ne contribuera certainement pas à détendre la situation. (mü).

Source: https://zuerst.de/2021/10/09/warschau-nimmt-den-fehdehandschuh-aus-bruessel-auf-eu-recht-steht-nicht-ueber-nationalem-recht/

samedi, 09 octobre 2021

Le cordon sanitaire atlantique

698d674302c6a6a5cb3dcb5eaacf041a.jpg

Le cordon sanitaire atlantique

Par Claudio Mutti

(Archives, novembre 2017)

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/cordone-sanitario-atlantico/?fbclid=IwAR3A5K4hxh5MG1_mniGFXeYCui6Mp1xpxkHVJUONkyWbzgX4H1X4YT58MTA

Au tournant des 13e et 14e siècles, la géographie de l'Europe de l'Est était complètement différente de ce qu'elle est aujourd'hui et offrait un tableau politique extrêmement fragmenté, dans lequel les forces qui allaient avoir une influence décisive sur l'histoire ultérieure prenaient lentement forme. La Russie est un ensemble de principautés, parmi lesquelles le petit duché de Moscovie ne s'est pas encore imposé comme le noyau du nouvel État russe. Le royaume de Pologne, qui, au siècle précédent, avait été réduit à une multitude d'îlots, ne comprenait ni la Silésie ni les territoires baltes de la Poméranie et, à l'est, touchait à peine la Galicie. Sur la côte de la Baltique, entre les embouchures de la Vistule et de la Neva, se trouvait le territoire de l'Ordre Teutonique. L'État lituanien est coincé entre les principautés russes et la Pologne. La partie sud de l'Ukraine actuelle, avec la péninsule de Crimée, était sous la domination des Khans tatars.

3873ebfeb2a1a4a371a6c647123aa56a.jpg

À partir des dernières décennies du XIIIe siècle, et pendant environ un siècle et demi, la Lituanie a repoussé ses frontières vers l'est sans rencontrer d'obstacles majeurs. Ayant vaincu les armées de l'Ordre Teutonique et étendu ses territoires vers le nord également, la Lituanie était devenue, au milieu du XIVe siècle, "un État puissant" [1] s'étendant de la mer Baltique presque jusqu'à la mer Noire.

En 1386, le grand-duc lituanien Jogaila (dont le nom sera connu en Europe sous la forme polono-latine de Jagiello, c'est-à-dire Jagellon) décide de se faire baptiser, afin d'être marié à la reine polonaise Jadwiga, âgée de onze ans (qui deviendra sainte Hedwige, patronne des reines, de la Pologne et de l'Union européenne elle-même) et de pouvoir être couronné roi de Pologne sous le nom de Ladislas (1386-1434). La Lituanie reste donc un grand-duché sous souveraineté polonaise. Selon les accords préliminaires conclus avec l'aristocratie polonaise, le fondateur de la dynastie des Jagellons s'engage à unir ses possessions lituaniennes et russes à la couronne polonaise, à faire la guerre aux chevaliers teutoniques, à soutenir l'Église catholique et à appuyer les efforts des missionnaires allemands et polonais pour convertir les Lituaniens païens.

Le 15 juillet 1410, les armées du nouveau souverain polonais et de son cousin lituanien Vytautas (1350-1430) ont vaincu les chevaliers teutoniques à Grunwald, mettant ainsi fin au pouvoir de l'Ordre dans la région de la Baltique. Sous Vytautas, qui poursuit la politique d'expansion lituanienne vers le sud et l'est, conquérant de larges portions du territoire russe et attirant les Tatars de Crimée dans sa sphère d'influence, le Grand-Duché de Lituanie "atteint son extension territoriale maximale, allant jusqu'à la mer Noire, avec une superficie d'environ 1 000 000 de kilomètres carrés, plus de trois fois la taille de l'Italie actuelle"[2].

1009151-Les_États_de_la_maison_des_Jagellons.jpg

Au siècle suivant, le 10 janvier 1569, une diète commune lituano-polonaise a ratifié l'union des deux États à Lublin. C'est ainsi que naquit la République des deux nations (pol. Rczeczpospolita Obojga Narodów), qui devait rester le plus grand État d'Europe jusqu'au XVIIe siècle, lorsque la volonté de puissance de l'aristocratie polonaise fut ravivée par le mythe de son origine sarmate, inspirant une sorte de messianisme politique exprimé par ce mot d'ordre : "Poland caput ac regina totius Sarmatiae !". En d'autres termes, "il aurait appartenu à la Pologne de prendre la tête d'une formation slave qui aurait unifié presque tous les peuples d'Europe centrale et orientale" [3], la soi-disant "Sarmatie de l'Europe".

Mais au lieu de cela, secoué par les luttes internes causées par le système de patronage et pris dans les tenailles des puissances périphériques émergentes telles que la Russie (la "Sarmazia asiatique") et la Prusse, le système géopolitique unitaire créé par les Jagellons disparaît progressivement à la suite des partages de la Pologne en 1772, 1793 et 1795.

Adam_Jerzy_Czartoryski.jpg

L'idée de faire revivre la République des Deux Nations est relancée pendant son exil parisien par le prince Adam Jerzy Czartoryski (1770-1861) (tableau, ci-dessus), "cet aristocrate qui, pour ses partisans, était le "roi non couronné" de Pologne" [4], qui pensait qu'avec le soutien de la Grande-Bretagne, de la France et de la Turquie, il serait possible de ressusciter la Pologne, d'incorporer les régions orientales de la Prusse et de reconstituer un État polono-lituanien fédéré avec les Estoniens, les Lettons, les Ukrainiens, les Tchèques, les Slovaques, les Hongrois, les Roumains et les Slaves du Sud. De cette manière, la puissance prussienne aurait été fortement réduite et la Russie aurait été contrainte d'abdiquer son rôle en Europe orientale. Mais le projet de Czartoryski, qui, pour ses partisans, devait sembler réalisable à l'époque des soulèvements anti-impériaux de 1848-49, a échoué en raison du désintérêt de l'Occident et de l'intransigeance de la Hongrie à l'égard des Tchèques, des Slovaques et des Roumains, ainsi que de l'hostilité de la Russie et de la Prusse.

La réapparition du projet a été favorisée par la défaite de la Russie, de l'Allemagne et de l'Autriche-Hongrie lors de la Première Guerre mondiale et par les bouleversements provoqués en Russie par la révolution d'octobre. Après la guerre opposant la Russie et la Pologne, qui s'est terminée le 18 mars 1921 par le traité de paix de Riga, le maréchal Józef Piłsudski (1867-1935), chef provisoire de l'État polonais renaissant, a lancé l'idée d'une fédération d'États, s'étendant "entre la mer Baltique et la mer Noire", serait appelée Międzymorze en polonais, Tarpjūris en lituanien et Intermarium en latin, selon un néologisme qui n'est pas à la hauteur de la tradition humaniste polonaise. La fédération, héritière historique de l'ancienne entité politique polono-lituanienne, selon le projet initial de Piłsudski (1919-1921) devait comprendre, outre la Pologne, force hégémonique, la Lituanie, la Biélorussie et l'Ukraine. Il est clair que le projet Intermarium visait à la fois l'Allemagne, qu'il fallait empêcher de redevenir une puissance impériale, et la Russie, qui, selon le projet complémentaire "Prométhée" du maréchal, devait être démembrée en ses composantes ethniques.

Józef_Piłsudski_(-1930).jpg

Pour la France, ce projet présentait un certain intérêt, car il aurait permis de bloquer simultanément l'Allemagne et la Russie par le biais d'un bloc centre-oriental dirigé par la Pologne. Mais le soutien français ne suffit pas à concrétiser le projet, qui est remplacé par le fragile système d'alliances balayé par la Seconde Guerre mondiale.

Une variante plus audacieuse du projet Intermarium, élaborée par le Maréchal entre 1921 et 1935, renonçait à l'Ukraine et à la Biélorussie, mais s'étendait en contrepartie à la Norvège, la Suède, le Danemark, l'Estonie, la Lettonie, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce, la Yougoslavie et l'Italie. Les deux mers sont devenues quatre, la mer Baltique et la mer Noire étant rejointes par l'Arctique et la Méditerranée. Mais même cette tentative a échoué et le seul résultat a été l'alliance de la Pologne avec la Roumanie.

L'idée d'une entité géopolitique d'Europe centrale entre la mer Baltique et la mer Noire est reproposée en termes de "troisième Europe" par le collaborateur de Piłsudski, Józef Beck (1894-1944), qui prend en 1932 la direction de la politique étrangère polonaise et conclut un pacte d'alliance avec la Roumanie et la Hongrie.

Plus tard, pendant la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement polonais de Władisław Sikorski (1881-1943) - en exil d'abord à Paris puis à Londres - a présenté aux gouvernements de la Tchécoslovaquie, de la Grèce et de la Yougoslavie la perspective d'une union d'Europe centrale entre la mer Baltique, la mer Noire, la mer Égée et l'Adriatique ; mais en raison de l'opposition soviétique et de la réticence de la Tchécoslovaquie à se fédérer avec la Pologne, le projet a dû être abandonné.

19_07_2013_13_12_59.jpg

Avec la chute de l'URSS et la dissolution du Pacte de Varsovie, l'idée de l'Intermarium a été relancée, prenant différentes formes telles que le Conseil de coopération de la mer Noire, le Partenariat oriental et le Groupe de Visegrád, moins ambitieux et plus petits que les variantes du projet "classique".

Mais le système d'alliances qui se rapproche le plus du schéma de l'Intermarium est celui théorisé par Stratfor, le centre d'études américain fondé par George Friedman, à l'occasion de la crise ukrainienne. Pour sa part, le général Frederick Benjamin "Ben" Hodges, commandant de l'armée américaine en Europe (décoré de l'Ordre du mérite de la République de Pologne et de l'Ordre de l'étoile roumaine), a annoncé un "prépositionnement" des troupes de l'OTAN dans toute la zone qui, proche des frontières occidentales de la Russie, comprend les territoires des États baltes, de la Pologne, de l'Ukraine, de la Roumanie et de la Bulgarie. De la Baltique à la mer Noire, comme dans le plan initial de Piłsudski.

Le 6 août 2015, le président polonais Andrzej Duda a préfiguré la naissance d'une alliance régionale explicitement inspirée du modèle Intermarium. Un an plus tard, du 2 au 3 juillet 2016, la conférence inaugurale du groupe d'assistance Intermarium s'est tenue à l'hôtel Radisson Blue de Kiev en présence du président de la Rada ukrainienne Andriy Paruby et du président de l'Institut national de recherche stratégique Vladimir Gorbulin, ainsi que de personnalités politiques et militaires de diverses régions d'Europe, au cours de laquelle a été présenté le projet d'unification des États situés entre la mer Baltique et la mer Noire.

Le mois suivant, les deux mers étaient déjà devenues trois : les 25 et 26 août 2016, le Forum de Dubrovnik sur le thème "Renforcer l'Europe - Connecter le Nord et le Sud" a publié une déclaration commune dans laquelle était présentée l'initiative des trois mers, un plan ayant pour objectif de "connecter les économies et les infrastructures de l'Europe centrale et orientale du nord au sud, en élargissant la coopération dans les domaines de l'énergie, des transports, des communications numériques et de l'économie en général". L'initiative des trois mers, conçue par l'administration Obama, a été baptisée par Donald Trump le 6 juillet 2017 lors de sa visite à Varsovie. L'initiative, qui, selon le président Duda, découle d'un "nouveau concept visant à promouvoir l'unité européenne", réunit douze pays situés entre la mer Baltique, la mer Noire et la mer Adriatique et presque tous les membres de l'Alliance atlantique : l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Slovaquie, la République tchèque, l'Autriche, la Slovénie, la Croatie, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie.

D'un point de vue économique, l'objectif de l'initiative des trois mers est de frapper les exportations de gaz russe vers l'Europe en favorisant les expéditions de gaz naturel liquéfié en provenance d'Amérique : "Un terminal dans le port balte de Świnoujście, d'un coût d'environ un milliard de dollars, permettra à la Pologne d'importer du GNL américain à hauteur de 5 milliards de mètres cubes par an, extensible à 7,5. Grâce à ce terminal et à d'autres, dont un prévu en Croatie, le gaz provenant des États-Unis, ou d'autres pays par l'intermédiaire de sociétés américaines, sera distribué par gazoducs dans toute la "région des trois mers""[5].

Ainsi, la macro-région des Trois Mers, liée par des liens énergétiques et militaires plus à Washington qu'à Bruxelles et Berlin, brisera effectivement l'Union européenne et, englobant tôt ou tard l'Ukraine, resserrera davantage le cordon sanitaire le long de la frontière occidentale de la Russie.

NOTES:

[1] Josef Macek, L'Europa orientale nei secoli XIV e XV, Sansoni, Florence 1974, p. 16.

[2] Beruta Žindžiūtė Michelini, Lituanie, NED, Milan 1990, p. 50.

[3] Francis Conte, Gli Slavi. Le civiltà dell'Europa centrale e orientale, Einaudi, Turin 1990, p. 293.

[4] Oscar Halecki, I Polacchi, in Il mondo degli Slavi, édité par Hans Kohn, Cappelli editore, Bologna 1970, p. 115.

[5] Manlio Dinucci, Sui Tre mari dell'Europa bandiera USA, Réseau Voltaire, Rome, 10 juillet 2017 http://www.voltairenet.org/article197081.htm

Le "précédent polonais" aura un effet domino sur l'UE  

RUFZZA4VGFETVIMQHSUOCYCOXM.jpg

Le "précédent polonais" aura un effet domino sur l'UE  

Source: EADaily & http://aurorasito.altervista.org/?p=20263

Pour la deuxième journée, Bruxelles est sous le choc de la décision de la Cour constitutionnelle polonaise, qui a reconnu la suprématie de la constitution polonaise sur le droit international, y compris les traités de l'UE. Les réseaux sociaux politiques sont envahis par les commentaires furieux des fonctionnaires de l'UE, des parlementaires et des experts. EADaily a préparé une vue d'ensemble de quelques aperçus.

Le président du Parlement européen, David Sassoli, a déclaré : "La primauté du droit communautaire doit être incontestable. Quiconque viole ce principe menace l'un des principes fondamentaux de l'UE. Nous demandons à la Commission européenne de prendre les mesures nécessaires".

Jeroen Lenaers, représentant légal du Parti populaire européen au Parlement européen: "Il est difficile de croire que le gouvernement PiS (parti au pouvoir en Pologne - EADaily) affirme ne pas vouloir quitter l'UE. Il agit dans le sens inverse. Assez ! En déclarant que les traités de l'UE sont incompatibles avec le droit polonais, la Cour constitutionnelle illégale met le pays sur la voie du Polexit. Les États de l'UE ne doivent pas demeurer inertes!".

Jens Geyer, député européen du Parti socialiste européen : "Si la communauté juridique de l'UE n'existe plus, elle doit être dissoute. Il y a maintenant deux options pour la Pologne. Soit la constitution polonaise sera mise en conformité avec la législation européenne, soit la Pologne devra quitter l'UE".

Teresa Reintke, eurodéputée allemande (Verts): "Les gouvernements de l'UE ne doivent plus être paresseux pendant que le gouvernement polonais essaie de changer les règles de la démocratie !".

Laurent Pech, professeur de droit public européen à Londres : "Nous avons devant nous le Polexit du système juridique. Et aussi la fin de la confiance dans le droit européen. La Pologne veut créer un système judiciaire de type soviétique afin que l'autocratie puisse se développer sans entrave."

TG Europe WTF résume: "C'est un moment décisif pour l'ensemble de la communauté européenne. Si maintenant la question de la Pologne n'est pas résolue de manière radicale (ni avec la sortie du pays de l'UE, ni avec le retour de Varsovie à la directive européenne) et que Bruxelles avale les actions des Polonais, alors un tel précédent entraînera un effet domino, surtout en Europe de l'Est, où par exemple aussi la Hongrie s'est engagée sur la voie d'une plus grande souveraineté. En fin de compte, cela conduirait à la désintégration de l'ensemble du bloc."

Nos commentaires:

1) Le droit doit correspondre à un réalisme ontologique et anthropologique: s'il n'en tient pas compte, il ne vaut rien et doit être abrogé et remplacé par un système juridique cohérent, inspiré, par exemple, du droit constitutionnel polonais ou du droit tel qu'il était pratiqué avant le déliquescence contemporaine.

2) Le fétichisme du droit, manie jacobine et occidentale, est une calamité. On peut vouloir échapper à cette calamité. Le droit est toujours une abstraction qui ne peut en aucun cas contrevenir aux lois fondamentales du réel physique et biologique.

3) L'effet domino est parfaitement souhaitable car il conduira à terme à une harmonisation du droit, respectueux des réalités ontologiques et anthropologiques. Au contraire, le droit préconisé par l'UE actuelle conduit à des dissensions sans fin, dont les décisions du tribunal constitutionnel polonais et les réticences hongroises ne sont que les prémisses. Il faut mettre fin à toutes ces dissensions potentielles en retournant à un droit expurgé de toutes les manies modernes, pour lesquelles le réel est marqué d'insuffisances ou de lacunes auxquelles doivent pallier les bricolages de juristes écervelés et d'idéologues fous. 

samedi, 28 août 2021

Rus' de Lituanie : une occasion perdue par Alexandre Douguine

imUPLages.png

Rus' de Lituanie : une occasion perdue

Alexandre Douguine

Ex: https://katehon.com/ru/article/rus-litovskaya-poteryannaya-vozmozhnost

Le 14 août 1385, les autorités de deux États médiévaux voisins - la Pologne et la Lituanie - se sont réunies au château de Krzewo, dans l'actuel Belarus, et ont scellé un pacte historique - une union. L'alliance entre les deux États voisins et très influents à l'époque a été scellée par le mariage de la reine Jadwiga de Pologne, la dernière de la dynastie des Piast, et du duc lituanien païen Jagiello. À l'époque, cela semblait être une solution géopolitique parfaite, car elle permettrait aux deux États précédemment en guerre de se concentrer sur des questions plus importantes : s'opposer à l'Ordre Teutonique, basé dans les pays baltes voisins, et renforcer l'influence lituanienne à l'Est, qui était sous domination mongole et contrôlé par des princes russes, vassaux des Mongols.

Polen_Litauen.png

Une condition préalable à cette alliance était la conversion des Lituaniens au catholicisme. C'est là que se situe le principal enjeu. Le fait est que le monarque païen du Grand-Duché de Lituanie n'était que le sommet de la hiérarchie lituanienne. La population de base dans cet état était une population orthodoxe de Slaves de l'est qui, plus tard, s'est formée au sein de deux communautés - les Velikorosses et les Biélorusses, mais auparavant ces deux communautés étaient unies avec encore plus de ressortissants de la branche orientale des Russes - dont les Velikorosses qui se sont installés dans l'est et le nord de la Russie ancienne. Les païens lituaniens ont facilement trouvé un langage commun avec les croyants orthodoxes russes, et n'ont pas été entravés dans l'exercice de leur liberté religieuse. En outre, un certain nombre de princes lituaniens eux-mêmes se sont parfois convertis à l'orthodoxie, alors que le processus inverse, la conversion de l'orthodoxie au paganisme, n'a eu lieu ni au niveau de l'aristocratie ni au niveau des roturiers.

Cet état de fait a permis à la population orthodoxe occidentale de considérer la Lituanie comme son propre État, le Rus' Lithuanien, jusqu'à l'Union de Krevo. Cela a été possible à la fois parce que la majorité de la population était bien russe et orthodoxe, et parce que même dans l'élite, les princes et les boyards de Russie occidentale étaient largement représentés. En fait, les Biélorusses modernes et en partie les Ukrainiens constituaient le noyau de cette Rus' lituanienne.

3_lublinunion.jpg

L'union de Krevo a changé la structure même de la Rus' lituanienne sur le plan ethnologique, culturel et religieux. À cette époque, la Pologne était toujours catholique. Sa population n'était pas composée de Russes de Slavonie orientale, mais de Polonais de Slavonie occidentale. Le modèle de gouvernement aristocratique en Pologne était plus proche de celui de l'Europe féodale, et différait grandement des sociétés russes dominées par les communautés paysannes et le mode de vie du zemstvo.

Enfin, un rôle décisif a été joué par le catholicisme, qui était totalement intolérant à l'égard de l'orthodoxie. Le paganisme lituanien pacifique a été rapidement aboli, et les prêtres polonais se sont attachés à imposer le catholicisme partout, ce qui s'est accompagné d'une oppression généralisée des chrétiens orthodoxes, de conversions forcées, d'une pression constante pour détruire les traditions religieuses et socioculturelles russes.

Après l'Union de Krevo, l'État lituanien a cessé d'être la Rus' lituanienne et s'est progressivement transformé en une province orientale de la Pologne. La dynastie des Jagellons a conservé ses positions pendant un certain temps, mais son origine lituanienne n'a eu aucune influence sur les principaux vecteurs de la politique.

Un tel revirement a amené les Russes occidentaux à reconsidérer leur attitude envers la Lituanie. Désormais, ce n'est plus leur État, capable de rivaliser avec la Moscovie orientale pour le droit de représenter le peuple russe en tant que tel dans son intégralité. Les Russes se sont retrouvés sous une autorité étrangère. Cette union a transformé la population libre en esclaves colonisés, en personnes de seconde classe.

Bien entendu, cette image s'est formée irrévocablement et définitivement bien plus tard, après la seconde union, celle de Lublin, lorsqu'en 1569, la Lituanie et la Pologne ont finalement uni les deux États en un seul royaume - la Rzeczpospolita. Jusqu'à cette époque, la Lituanie avait essayé de défendre d'une manière ou d'une autre son indépendance et son autonomie vis-à-vis de la Pologne, et dans ce cadre, elle avait parfois cherché le soutien de Moscou. Avant l'Union de Lublin, théoriquement, la Lituanie avait encore une chance de redevenir une Rus, même si elle était lituanienne. Mais cela ne s'est pas produit: après l'Union de Krev, la Pologne catholique a commencé à absorber la Lituanie, et a progressivement achevé le processus. Et puis la Pologne elle-même est tombée sous les attaques germaniques de l'Ouest, et des Grands Russes de l'Est.

La Lituanie moderne, en revanche, n'a pas grand-chose à voir avec ce défunt État immense, puissant et extrêmement prometteur - avec la possibilité d'un destin particulier et unique - qu'était le Grand-Duché de Lituanie avant l'Union de Krev.

lundi, 09 août 2021

Populistes, souverainistes et conservateurs : ce qui se passe réellement en Europe de l'Est

cover-r4x3w1000-5ac8b39c29515-7bf5e9763bc8b89a0a4946f572997534464a1287-jpg.jpg

Populistes, souverainistes et conservateurs: ce qui se passe réellement en Europe de l'Est

Federico Giuliani

Ex: https://it.insideover.com/politica/populisti-sovranisti-e-conservatori-cosa-succede-davvero-in-europa-orientale.html

Le populisme et la souveraineté sont deux concepts politiques complètement différents. Bien que les médias fassent souvent l'erreur de superposer les deux termes comme s'ils étaient synonymes, il existe en fait des différences significatives qui séparent les phénomènes populistes et souverainistes.

Les premiers ne suivent pas de dogmes, ils incarnent une lutte générique du peuple contre les élites, accusées d'être des usurpatrices de richesses, ils proposent des solutions simples à des problèmes complexes et poussent à une réforme de la démocratie, afin qu'elle soit la plus directe possible. Ils proposent des solutions simples à des problèmes complexes et poussent à une réforme de la démocratie de la manière la plus directe possible. Les populismes se nourrissent également des crises économiques et démocratiques, au point qu'ils peuvent être considérés comme d'excellents thermomètres pour mesurer la santé d'un système politique donné.

Ce n'est pas le cas des souverainismes, dont les expériences, tout en partageant des points de contact avec les phénomènes populistes, voire en faisant usage du même populisme dans la communication politique, ou dans d'autres domaines, visent à protéger l'identité d'un État-nation par rapport à la communauté internationale, aux frontières et, plus généralement, aux prérogatives de la nation.

Ces dernières années, des leaders politiques hybrides sont apparus dans le monde entier, difficiles à étiqueter dans un sens ou dans l'autre. La situation est encore compliquée par le contexte des pays qu'ils représentent, qui ne sont parfois même plus considérés comme démocratiques mais comme "autocratiques", pour ne pas dire autoritaires. Prenons le cas de Viktor Orban, premier ministre de Hongrie, chef du parti Fidesz, un politicien chevronné qui a été légitimement élu par le peuple à l'issue de compétitions électorales régulières. Orban est accusé - en termes péjoratifs - d'être un populiste, un souverainiste et un démagogue. Au-delà des considérations évaluatives des journalistes et des experts, quelle est la place de personnes comme Viktor Orban sur la scène politique actuelle ? Et quel est leur objectif politique ?

Orban : populiste ou souverainiste ?

La figure politique d'Orban est assez énigmatique. Le leader hongrois peut-il être qualifié de populiste ? Selon Marco Tarchi, politologue, expert du populisme et professeur de sciences politiques à l'université de Florence, nous sommes confrontés à un malentendu non résolu. "Conceptuellement, le problème est que nous n'avons pas encore fait une distinction claire entre le populisme et la souveraineté. Il y a cependant une distinction claire et, de ce point de vue, Orban joue la carte d'un souverainisme fortement conservateur et traditionaliste, qui n'a pas nécessairement trop de points communs avec le populisme", a immédiatement précisé M. Tarchi.

Après tout, le populisme est également capable, par définition, d'adopter des positions conservatrices dans certaines circonstances. En Hollande, nous pouvons prendre l'exemple de Geert Wilders et de son Parti pour la liberté ; Wilders représente une formation populiste qui peut compter sur un fond idéologique très peu conservateur. Orban, quant à lui, "joue la carte du conservatisme", mais son patriotisme national-religieux est compliqué par le fait que, malgré une nette majorité catholique, la Hongrie possède également un protestantisme vivant. En bref, nous avons affaire à un leader politique qui utiliserait le populisme comme un outil pour obtenir du soutien, tout en s'appuyant sur un conservatisme sous-jacent bien évident dans la société hongroise.

Mais quel est l'avenir de Viktor Orban ? "Orban peut devenir, s'il réussit et s'il le veut, le leader d'un nouveau conservatisme réactif, qui ne se résignerait plus seulement à diminuer la vitesse du changement imposé par les progressistes, mais qui est prêt à combattre le progressisme sur son propre terrain", a expliqué M. Tarchi. Toutefois, Orban doit faire face à une importante épée de Damoclès, la même épée qui plane au-dessus de la tête des gouvernements polonais, tchèque et slovaque.

"Le boulet pour Orban, et dans une certaine mesure aussi pour les autres membres du groupe de Visegrad, est le fait qu'il n'est pas en mesure de quitter l'Union européenne, car d'un point de vue économique, un tel mouvement provoquerait un énorme bouleversement pour la Hongrie", a ajouté M. Tarchi. Le Premier ministre hongrois devra donc constamment faire face aux sanctions, au dénigrement et aux attaques plus ou moins directes de Bruxelles, du moins tant que l'UE conservera le leadership qu'elle a actuellement. "Le rôle d'Orban, en dehors des frontières magyares, est très difficile à interpréter", conclut Tarchi.

Les dirigeants du groupe de Visegrad

Orban n'est que la partie émergée de l'iceberg d'un phénomène complexe. Il est le prototype des récents leaders apparus en Europe de l'Est, quelque part défini contradictoirement et simultanément comme populiste, souverainiste et conservateur. Souvent, ces hommes politiques combinent ces trois concepts, retravaillant de nouvelles formes de communication. Il y a cependant des différences à prendre en compte, dictées par l'importance que les pays respectifs gouvernés par ces personnalités jouent sur l'échiquier géopolitique international. En effet, le rôle de la Hongrie d'Orban est une chose, celui de la Pologne, de la République tchèque ou, mieux encore, de la Russie, en est une autre.

"La logique de conduite du pouvoir de Vladimir Poutine prend en compte la dimension mondiale de son pays. Celle d'Orban, celle des Tchèques, ou même celle des Slovaques et des Polonais, ne peut que tenir compte d'une interdépendance beaucoup plus grande", a répété M. Tarchi. Il est vrai, a-t-il ajouté, que "le groupe de Visegrad existe" et qu'il y a "une coordination entre ces pays pour intervenir sur certains points, notamment celui du blocage de l'immigration". Cependant, la menace de l'UE d'Ursula von der Leyen reste vivante, celle d'agir par le biais de sanctions et de plans nationaux individuels liés à l'UE nouvelle génération. Cela peut mettre plusieurs "bâtons dans la roue".

Quoi qu'il en soit, conclut M. Tarchi, malgré les rencontres entre les dirigeants du groupe de Visegrad et les diverses proclamations, "je ne vois pas encore se former de manière organique ou très coordonnée un front souverainiste conservateur capable d'agir de manière similaire dans tous les pays et de constituer un contre-pouvoir - bien que limité pour l'instant - à celui de l'UE".

 

samedi, 24 avril 2021

Civilisation latine - variante orientale - La Pologne, le sarmatisme et le catholicisme

2fa59cfb5308ce6ddf637671fc603312.jpg

Ronald Lasecki:

Civilisation latine - variante orientale

La Pologne, le sarmatisme et le catholicisme

Ex : https://xportal.pl/

Dans les auto-déclarations idéologiques des milieux conservateurs polonais, la référence à la civilisation latine apparaît très souvent. Elle est très souvent comprise à travers le prisme de la théorie controversée et critiquée de Feliks Koneczny sur la civilisation. Il est considéré comme un monolithe indifférencié en interne et immuable dans le temps. Rome et les pays catholiques de la Méditerranée devaient être son lieu de référenceet son centre le plus important. La culture polonaise ne devait être que leur écho et leur reflet régional.

Une telle perspective semble simplifier à l'extrême les problèmes plus complexes de la morphologie de la civilisation latine et de l'identité civilisationnelle de notre pays. Il est nécessaire d'exposer ces questions de manière plus approfondie et de fournir des explications complémentaires, ce qui sera fait dans cet essai.

Origine et expansion de la civilisation latine

La civilisation latine est l'une des civilisations qui ont émergé sur le continent européen. Historiquement, elle est née de la civilisation en déclin de la Rome antique, avec tous ses ajouts spirituels orientaux de l'époque, y compris le christianisme né parmi les Juifs. Dans sa période de formation, entre le 4e et le 9e siècle, elle a également intégré de nombreux éléments culturels germaniques, celtiques et gnostiques, tels que la chevalerie, le concept d'honneur, une sorte de sacralisation des femmes, etc.

Au cours des siècles suivants, la civilisation latine s'est étendue vers le nord et l'est, couvrant presque toute l'Europe. À partir du XVe siècle, elle a été implantée par les couronnes portugaise, espagnole et française dans l'hémisphère occidental ainsi qu'en Afrique, en Asie et dans le Pacifique. Aux XIVe et XVIe siècles, les Allemands, les Suédois et les Polonais ont également tenté de l'étendre aux régions de l'est et du sud-est de l'Europe. Aux 17e et 18e siècles, les Allemands d'Autriche ont réussi à étendre leur influence dans le bassin du Danube.

Crise de la civilisation latine

En même temps, depuis le XIVe siècle, on assiste à une crise multiforme de la civilisation latine dans la plupart des pays d'Europe occidentale et dans certains pays d'Europe centrale. Des difficultés économiques et des troubles sociaux apparaissent. La crise atteint son apogée dans la tentative de réforme de l'Église menée par Martin Luther. Les hypothèses de la réforme sont erronées, la personnalité impulsive du réformateur complique encore la résolution du conflit qu'il a initié. En fin de compte, des pans entiers de l'Europe du Nord se détachent de l'Église romaine, les cultures et les sociétés traditionnelles se désintégrant et ces pays entrant dans la modernité.

L'Église catholique romaine réagit au protestantisme en procédant à sa propre réforme à partir du Concile de Trente (1545-1563), qui constitue une transition de l'Église au départ d'une civilisation traditionnelle vers une civilisation moderne. Les contenus anthropocentriques de la doctrine chrétienne, tels que la confiance dans la raison humaine et l'importance de l'individu humain, sont soulignés. Toutefois, elle reste dans une relation non conflictuelle avec la pensée traditionnelle - après tout, la raison doit être éclairée par la lumière de la foi, tandis que l'individu doit établir un contact personnel avec Dieu dans le cadre de la devotio moderna.

Modernité occidentale et modernité

Il est très important à ce stade de faire la distinction entre la modernité et le modernisme. La modernité est un paradigme anthropocentrique (humaniste). Il se distingue du paradigme théocentrique traditionnel, mais il ne l'attaque pas ouvertement. L'ère moderne est une coexistence de paradigmes traditionnels (théocentriques) et modernes (anthropocentriques).

468d10c83585b988d075c0902104c2df.jpg

Un changement qualitatif accompagne la modernité. La modernité ne crée pas son propre paradigme, distinct du paradigme moderne. La modernité conserve comme paradigme l'anthropocentrisme moderne. La différence est qu'au sein de la modernité, le paradigme traditionnel est dépouillé de son droit d'exister. La modernité commence l'extermination idéologique et physique planifiée de la société traditionnelle.

Pour illustrer cette thèse à l'aide d'exemples, des représentants de la modernité tels que Copernic, Newton, Kepler, Galilée et Hobbes commençaient généralement leurs œuvres par des invocations à Dieu et des louanges aux souverains, au moins dans leur titre. Des philosophes déjà modernes, tels que Condorcet, Diderot, Voltaire et d'autres, s'en prenaient toutefois ouvertement à la religion et aux dispositifs de la société traditionnelle, n'hésitant parfois pas à critiquer la monarchie. Marquant symboliquement le début de la modernité, la révolution de 1789 en France a commencé la liquidation physique des sociétés et institutions traditionnelles.

Trois variantes de la civilisation latine

Pour en revenir à l'étendue spatiale de la civilisation latine, elle est sortie des turbulences des XVIe et XVIIe siècles en étant spatialement réduite et territorialement hétérogène, ce qui n'est pas resté sans influence sur son histoire et sa morphologie ultérieures. En effet, dans les pays habités par les peuples germaniques en Europe du Nord et en Amérique du Nord, la modernité protestante a prévalu. La civilisation latine a cependant survécu dans les pays européens méditerranéens, dans les pays d'Europe centrale et dans les colonies des États espagnols en Amérique et aux Philippines, ainsi que dans les anciennes colonies de la France dans l'hémisphère occidental.

Ces pays étaient géographiquement séparés les uns des autres et la civilisation latine s'y est développée dans des conditions sensiblement différentes, prenant un caractère légèrement différent dans chacune de ces régions. On peut donc distinguer trois variétés de civilisation latine :

  1. la variété euro-romaine. Géographiquement, elle englobait les pays d'Espagne, d'Italie, de Belgique, de Suisse occidentale et méridionale et la France ;
  2. la variété d'Europe centrale. Elle a rayonné dans des pays qui ont été à différentes époques sous l'influence politique de la Pologne et de l'Autriche, et des traces de son influence plus ou moins forte sont visibles à l'intérieur des frontières des anciens dominions d'Europe centrale des Jagellons et des Habsbourg;
  3. la variété latino-américaine. Elle a façonné le visage civilisationnel de l'Amérique latine, c'est-à-dire des pays américains où l'espagnol, le portugais ou le français sont langues officielles ou la langue utilisée par la majorité des habitants.

6db5f56c6d96a12b5447a789cab38364.png

Il est important de noter que chacune des variantes indiquées de la civilisation latine avait sa propre spécificité, la différenciant clairement des autres, bien qu'évidemment les éléments communs l'emportent sur les différences. Par exemple, dans les pays de la version méditerranéenne de la civilisation latine, le nationalisme ethnique est incomparablement plus fort que dans les pays d'Amérique latine. Les immigrants du Moyen-Orient, tels que les Juifs, les Arabes et les Berbères, sont chassés d'Espagne, de France et d'Italie. Des tendances ethnocentriques similaires n'apparaissent qu'éphémèrement en Amérique latine où la population européenne était la population immigrée.

Au seuil de la civilisation sarmate

Cependant, nous sommes plus intéressés à ce stade par le cas de la variante orientale de la civilisation latine, dans laquelle se situe également la Pologne. La spécificité du Commonwealth polono-lituanien en Europe centrale devait en fait être un accélérateur des tendances menant à la création d'une civilisation "sarmate" distincte. En elle, la matrice religieuse chrétienne et la matrice civilisationnelle de la steppe devaient se fondre.

La civilisation sarmate serait donc une civilisation chrétienne de la steppe, bien qu'elle ne soit pas du tout nomade, mais sédentaire et agricole. Ces centres centripètes et en même temps autonomes par rapport aux centres extérieurs ont influencé dans la République l'orthodoxie (l'archevêque de Moguilea, l'Académie de Kiev), l'islam (les Tartares lituaniens) et même le judaïsme local et les colons germaniques et les États allemands vassalisés (Prusse, Courlande).

Le catholicisme en Pologne a également pris une spécificité slave: les catholiques polonais ont mené des campagnes missionnaires, et non des guerres, dans les pays païens. La Lituanie n'a pas coulé du sang des infidèles comme les pays germaniques convertis par le feu et l'épée, et plus tard les pays des Slaves de l'Elbe et des Prussiens. Dans cette première période, les Polonais n'ont pas mené de guerre contre les orthodoxes comme les Allemands et les Suédois. Avant que la modernité ne pénètre nos terres, nous n'avions rien sur la conscience comme le sac de Constantinople en 1204.

La chute du sarmatisme polonais

La faiblesse du sarmatisme polonais, qui a déterminé son échec final, est le fait qu'il n'a jamais été clairement conceptualisé. Il n'y avait pas d'idée clairement articulée d'une civilisation sarmate, dans laquelle des éléments tirés de la civilisation latine occidentale seraient traités et mélangés à d'autres contenus locaux. C'est pourquoi le Commonwealth s'est avéré sans défense face à l'expansion agressive de la modernité protestante et de la modernité catholique occidentales, qui, se disputant l'influence en son sein, ont empêché la formation d'une civilisation distincte de la steppe sarmate et ont finalement provoqué l'effondrement de l'État et sa disparition de la carte politique de l'Europe.

cracovie.jpg

Elle a commencé avec la diffusion des idées de la Réforme et du protestantisme dans les pays de l'ouest et du nord de la République. Les gens font rarement attention à ce fait, mais les idées de la Réforme polonaise ont eu une influence fatale et décomposante sur le système de la République de Pologne, renforçant son contenu républicain, parlementaire, civique ou même individualiste. Aujourd'hui, notre pays est une colonie des États-Unis d'Amérique, et la norme politique et idéologique obligatoire est donc le démolibéralisme. Dans cette situation, on ne peut critiquer les idées des protestants polonais, car elles préfigurent de facto le système politique et l'idéologie actuels. Cependant, si l'on se base sur le paradigme traditionnel, la validité de cette critique devient évidente.

La réponse à la menace de voir le Commonwealth se détacher de l'Église romaine a été la profonde ingérence politique, par le biais de l'ordre des Jésuites, dans les affaires internes de l'État, et la réorientation finale du Commonwealth en un instrument de la politique orientale du pape. Henryk Litwin en parle abondamment dans son excellent ouvrage Glory of the North. Il s'agissait d'une politique de latinisation, d'occidentalisation et de catholicisation unilatérale menée dans un esprit moderne formaliste et rationaliste envers un pays oriental et largement traditionnel. Le contenu fatal de cette politique est symbolisé par trois noms : Skarga, Kuncewicz et Bobola.

La civilisation sarmate de la République, incapable de se définir, était donc vouée à l'échec. Elle aurait pu être la proie de la modernité protestante ou de la modernité catholique. Ces deux tendances étaient occidentales, et la victoire de l'une ou l'autre signifiait un reformatage de l'idéo-matrice polonaise en une idéo-matrice occidentale. Les coûts étaient terribles, car ils signifiaient une division civilisationnelle et territoriale du Commonwealth sarmate. Le modèle moderne de catholicisme centralisé et bureaucratique pouvait être imposé par la force en Amérique du Sud ou en France, mais en République, l'équilibre des pouvoirs était complètement différent et de tels "traitements" conduisaient à la "mort du patient".

La civilisation latine face au postmodernisme

Faisons maintenant un grand saut historique du 17ème siècle au début du 21ème siècle. Les pays latins de la Méditerranée et d'Amérique sont entrés dans la modernité dans la première moitié du XIXe siècle, mais ils n'y ont pas été entraînés par l'Église catholique, mais par les révolutions politiques anti-cléricales qui ont commencé en France en 1789. La corporation sacerdotale catholique romaine elle-même est restée dans le paradigme moderne "tridentin" jusqu'au Concile de Vatican II de 1962-1965. Le Concile n'a cependant pas marqué le passage du clergé catholique de la modernité au modernisme, mais le passage de la modernité à la postmodernité.

ec0fbe14adceb439d700f9286b84766d.jpg

Le glissement de la hiérarchie catholique romaine vers le postmodernisme a déclenché les mêmes processus dans les sociétés latines de la Méditerranée et d'Amérique qui étaient déjà modernes depuis le XIXe siècle. Le postmodernisme crée un paradigme distinct du paradigme anthropocentrique moderne: c'est un paradigme de subjectivation et d'individualisation totales. La modernité a détruit le paradigme traditionnel objectif, imposant à sa place le paradigme moderne objectif. Le postmodernisme se retourne contre l'idée même d'un paradigme objectif.

L'Église libérée de la modernité

Cette situation est porteuse d'opportunités et de dangers. La première consiste dans le fait que le catholicisme, en "sautant" en quelque sorte par-dessus la modernité, évite le danger de se ternir par un chauvinisme envers la société traditionnelle. Notons les différences dans les effets de la colonisation ibérique et française et de la colonisation anglo-saxonne: dans les pays d'Amérique latine, malgré tous les crimes qui y ont été commis par les colonisateurs, une grande partie des peuples indigènes ont survécu, alors qu'en Amérique anglo-saxonne, ils ont été presque totalement exterminés.

Sur ce facteur, le traditionaliste américain Carlos Albert Disandro, entre autres, a établi une distinction entre l'América hispánica romanizada et l'América británica, périphérique sur le plan civilisationnel. La première était une civilisation construite sur le paradigme moderne et n'a donc pas attaqué directement les sociétés indiennes traditionnelles mais les a plutôt intégrées. La seconde était une forme de modernité protestante et, en tant que telle, elle refusait aux sociétés non modernes le droit d'exister et pratiquait à leur encontre l'ethnocide, voire le génocide.

il_570xN.1093892159_q8zx.jpg

Le catholicisme n'a donc jamais été mêlé au paradigme moderne chauvin et criminel. Pour le moins, l'Église catholique romaine s'est toujours tenue à l'écart des courants chauvins du nationalisme, du totalitarisme mécanisé moderne, de l'économisme et du scientisme qui ont complètement englouti et subjugué les branches protestantes du christianisme.

Contrairement aux protestants, les prêtres catholiques se sont opposés aux attitudes chauvines envers les peuples archaïques dès une prise de conscience relativement précoce du problème, empêchant ainsi le génocide colonial contre les peuples indigènes d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale (dans le cas des Caraïbes, la réaction est arrivée trop tard et les peuples Tain et Arawak ont été massacrés par les Espagnols avant que l'Église ne puisse les aider).

L'Église détruite par le postmodernisme

Le danger du postmodernisme, en revanche, est la décomposition complète et donc la mort du catholicisme lui-même et de la civilisation latine fondée sur lui. La libéralisation du clergé catholique après le Concile Vatican II a supprimé le dernier point d'appui des États latins déjà envahis politiquement par le démo-libéralisme. La variante méditerranéenne de cette civilisation a été complètement anéantie. Pendant la crise de l'immigration de 2017, elle n'était déjà qu'un triste souvenir en Europe occidentale. Lors des émeutes des immigrés en France en novembre 2005, les autorités et la société ont réagi par une ouverture encore plus grande aux immigrés et par la suppression des pulsions éphémères d'autodéfense.

La situation en Amérique n'est pas meilleure. Au XVIIIe siècle, le Québec fut séparé de l'Amérique latine. Au 19ème siècle, la Floride, le Mississippi, et plus de la moitié du Mexique, ainsi que les îles Malouines au sud en ont également été détachés. Sous l'occupation américaine, les Philippines ont cessé d'être latines dans la première moitié du 20e siècle. Aujourd'hui, le pourcentage de protestants dans les pays d'Amérique centrale, au Brésil ou au Venezuela, atteint un tiers, parfois même 40% de la population. Déchirée par de constantes convulsions politiques et économiques et tourmentée par l'oppression et l'exploitation yankee, l'Amérique latine perd peu à peu son caractère civilisationnel latin.

Polonia semper fidelis sur les ruines de la civilisation latine

Il semble que le catholicisme des pays d'Europe centrale soit dans une position plus favorable. Sa situation dans la partie orientale de l'Europe a retardé l'entrée des pays de notre région dans la modernité. Ce n'est que dans le dernier quart du XIXe siècle que la modernité, dans sa version capitaliste, a atteint les terres polonaises, et ce n'est qu'avec les bolcheviks, dans les années 1920 et 1930, que la Russie a connu une modernisation en profondeur, détruisant les sociétés traditionnelles pour les remplacer par une société moderne communiste. L'invasion soviétique et un demi-siècle de captivité communiste ont, tel un rouleau compresseur, rasé la civilisation latine en Pologne, mais ont en même temps isolé notre pays et d'autres pays d'Europe centrale et orientale de l'Occident démo-libéral, nous protégeant de son nihilisme postmoderne.

5d3eb6a558f19400040458tjtshsiz.jpg

Ainsi, dans certains pays de notre région, comme la Pologne, la Lituanie, la Slovaquie, l'Autriche, la Bavière, le catholicisme a été préservé en assez bon état. Le problème est qu'il a été préservé dans sa forme moderne, et non dans sa forme traditionnelle. En outre, depuis le Concile Vatican II, et surtout depuis la chute du communisme et la transformation définitive de la Pologne en colonie des États-Unis dans la première décennie du XXIe siècle, notre pays et toute la région ont été soumis à une pression occidentale de plus en plus forte, exercée par de nombreux canaux, visant à nous imposer le nihilisme postmoderne.

Latinité slave

Une bonne réponse à ce défi historique serait, cette fois, un choix conscient des Polonais de construire une civilisation latine catholique d'Europe centrale. Cela ne consisterait même pas en un transfert sélectif et une renaissance des institutions de la civilisation latine de la Méditerranée, qui s'est effondrée depuis. Les peuples méditerranéens sont les peuples romans. Les Polonais sont un peuple slave occidental. Nous ne devons jamais nous rabaisser au rôle de "rempart" ou de "bras armé" du premier. Dans les années à venir, la Pologne sera le centre le plus important du catholicisme en Europe. Compte tenu du déclin de l'Occident roman, elle devrait également créer sa propre variante, slave, de la culture latine.

Puisque nous ne devons pas être le "rempart" ou le "bras armé" de l'Occident contre l'Orient, cela ouvre la porte à un accord avec les centres conservateurs non catholiques. Dans la situation actuelle, afin de préserver notre identité catholique, nous devons nous protéger du mondialisme occidental, du démo-libéralisme et du postmodernisme. Par conséquent, nous devons rechercher un accord et tisser un réseau d'alliances avec d'autres centres de force qui poursuivent des objectifs similaires: il peut s'agir de la Hongrie catholique/calviniste, de la Russie orthodoxe et du Belarus, de la Bavière et de la Croatie catholiques et de la Turquie musulmane. Ce sont tous des centres de pouvoir contre-hégémoniques que nous avons intérêt à renforcer dans leur identité traditionnelle et leur orientation contre-hégémonique.

poland_4076_old_town_square.jpg

La civilisation latine en Eurasie

Avec l'effondrement de la civilisation dans la partie occidentale de l'Europe, le rôle de la partie orientale du continent sera de préserver l'héritage de la civilisation européenne. Dans le nouveau système géopolitique, l'Est, c'est aussi nous. Nous sommes l'Orient parce que nous rejetons le postmodernisme. Quiconque accepte le démo-libéralisme, le capitalisme et le postmodernisme est désormais un partisan de la civilisation occidentale. Quiconque les rejette en Europe passe dans la catégorie de l'Est européen.

La civilisation latine dans les pays méditerranéens-romains a cessé d'exister. Face à la décomposition des repères romains et ibériques, l'Amérique latine est confrontée à un reformatage de son identité. Il est probable qu'au moins les Caraïbes et l'Amérique centrale évolueront vers une civilisation anglo-saxonne protestante et des pays comme le Pérou, la Bolivie ou le Paraguay vers une nouvelle civilisation américaine syncrétique dans laquelle les accents indiens seront les plus forts.

Le catholicisme et des éléments de l'héritage latin peuvent être préservés en Pologne et dans certains autres pays d'Europe centrale. Cette région n'évitera cependant pas l'occidentalisation postmoderne si elle ne développe pas l'idée de sa propre spécificité civilisationnelle et de son autonomie idéologique par rapport au centre romain dégénéré du catholicisme. Le catholicisme et le latinisme en Pologne ne peuvent être des importations romaines ou des extensions de Rome. Ils doivent acquérir un contenu local, slave, et s'intégrer harmonieusement dans le paysage civilisationnel de l'Europe de l'Est et de l'Eurasie.

Aujourd'hui, nous sommes les vrais catholiques. La civilisation catholique s'est effondrée en Europe méditerranéenne, tandis qu'elle a survécu en Europe slave occidentale, qui pourra être reconstruite en tant que pays et sociétés traditionnels catholiques. Peut-être que, de même que dans le passé le centre réel de l'orthodoxie s'est déplacé de Constantinople à Moscou, de même à l'avenir le centre réel du catholicisme se déplacera de Rome, par exemple, à Czestochowa. Si nous avions un "pape polonais", pourquoi les papes ne déménageraient-ils pas un jour en Pologne et nous aurions un "pape en Pologne" ?

concilio-1024x495.jpeg

Ce ne serait plus le catholicisme moderne "tridentin" avec son formalisme, son bureaucratisme, son rationalisme, son caractère doctrinaire et sa jurisprudence. Le paradigme moderne dans l'Église s'est effondré lors du Concile Vatican II. Un retour à cette situation ne serait ni possible ni souhaitable. En reconstruisant la civilisation catholique en Pologne, nous devons nous tourner vers les éléments les plus traditionnels et les plus archaïques du catholicisme. Avec notre dévotion mariale et le culte de nos saints locaux, notre tâche est beaucoup plus facile.

Notre identité est donc catholique et latine dans le sens où nous puisons dans l'héritage de la variante orientale de la civilisation latine. Notre vocation est de porter le catholicisme et l'héritage de la civilisation latine dans le nouvel ordre géopolitique qui se dessinera en Eurasie autour des nouvelles routes de la soie. La Chine offre sa coopération à la Russie et aux pays asiatiques, et - dans le format 16+1 - également à l'Europe centrale. Lors du 1er forum "Belt and Road" en mai 2017, le président Xi Jinping, aux côtés de l'union eurasienne, a notamment évoqué la "route de l'ambre" passant autrefois par les terres polonaises. Notre destin est donc de nous tourner géopolitiquement vers l'Est, mais, comme le dirait Stanislaw Brzozowski, "nous ne devons pas manquer un moment", ce qui signifie que nous devons entrer dans le projet eurasien, mais avec tout notre bagage culturel.

Ronald Lasecki

 

jeudi, 04 février 2021

L'Occident existe-t-il ?

vieille-carte-du-monde-occidentale-atlantique_23-2148232490.jpg

L'Occident existe-t-il ?

par Emanuel Pietrobon

Ex : https://www.sinistrainrete.info

Avec cette réflexion approfondie d'Emanuel Pietrobon, notre Observatoire « Sinistra in Rete » poursuit aujourd'hui son débat sur le concept d'Occident : Emanuel Pietrobon, spécialiste en géopolitique, dans cet article, confronte la problématique de la double nature de l'Occident, un concept géopolitique qui a été enveloppé dans une superstructure de valeurs créée a posteriori. Mais dans la sphère géopolitique américaine, de nombreuses tendances innées, d’essence non occidentale, persistent et continuent à se manifester, sous différents points de vue, dans divers pays: Pietrobon cite les cas de la Turquie, de la Hongrie, de la Pologne et de l'Allemagne

Lorsque l'on parle de l'Occident, on se réfère à un bloc précis du monde caractérisé par une série d'éléments communs, tels que les traditions culturelles, la philosophie politique et religieuse, les valeurs sociales, le système économique et la culture politique articulée sur le binôme État de droit - démocratie.

L'Occident, plus en détail, correspondrait à une entité géopolitique précise, articulée sur le rôle central des États-Unis et sur la présence périphérique d'autres puissances, comme le Canada, le Japon, l'Union européenne, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et la Turquie.

Qu'on le veuille ou non, l'Occident est un bloc uni et cohérent, difficile à déstabiliser car il repose sur des valeurs communes et partagées. Il n'est donc pas surprenant que la plus grande et la meilleure expression de l'Occident soit l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), la plus grande et la plus durable des alliances militaires sur la planète.

Au nom de la défense du "monde libre" que l'Occident garde, protège et représente, la guerre froide et les guerres en Corée, au Vietnam et en Irak ont été menées, des coups d'État ont été promus dans le monde entier et même ce qui a été rebaptisé "guerre sans fin", c'est-à-dire la guerre contre les djihadistes internationaux, a été lancé.

Les pays occidentaux sont tellement unis qu'ils sacrifient leurs intérêts nationaux au nom d'un bien suprême, à savoir la protection de la communauté, la survie du monde libre, et ils se préparent aujourd'hui à ce qui semble être la guerre froide du nouveau millénaire : celle contre la République populaire de Chine.

À ce stade, cependant, nous devons prendre du recul et revenir à l'unité et à la cohésion de ce bloc, parce que cette unité et cette cohésion sont fausses. L'Occident, tel qu'on le comprend actuellement, n'a jamais existé et est, en fait, maintenu artificiellement en vie par les États-Unis parce qu'il s’avère fonctionnel pour la perpétuation de l'ordre international qui a émergé après la Seconde Guerre mondiale, des cendres de l'eurocentrisme, et s'est consolidé avec la chute de l'Union soviétique.

31lMcLP+dnL._AC_.jpg

L'Occident n'a jamais existé avant 1945 et lutte pour exister de manière autonome encore aujourd'hui, malgré les milliards de dollars investis par les États-Unis pour hégémoniser culturellement le Vieux Continent. L'américanisation de l'Europe est une réalité irréfutable: coutumes, valeurs, idées, mode de vie, politique, vêtements, culture, musique, langue ; tout est importé par l'ancien cousin rebelle devenu père-maître d'une famille dysfonctionnelle.

On disait autrefois que "quand Paris a froid, l'Europe éternue", aujourd'hui on peut dire que "quand l'Amérique a froid, l'Europe fait de l'hypothermie". Les événements qui ont suivi la mort de George Floyd en sont la preuve la plus éloquente: la bataille culturelle de la gauche radicale et des antiracistes de Black Lives Matter a rapidement traversé l'océan Atlantique, atteignant des sommets d'extrémisme encore plus élevés que ceux atteints aux États-Unis.

Pourtant, outre l'américanisation des coutumes, la spectacularisation hollywoodienne de la politique, l'appauvrissement linguistique causé par la domination de l'anglais et les luttes menées dans le monde entier pour défendre l'idée du monde qu'est l'Occident, il est légitime de soutenir qu'il s'agit d'un artifice.

Un Occident existe, c'est clair, mais c'est un monde dans un monde. Les Occidentaux sont les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Scandinavie, berceaux du libéralisme politique et avant-gardes des révolutions (ou involutions ?) sociales et culturelles qui, de là, se sont étendues au reste de la civilisation du bloc euro-américain. Mais ne sont pas et ne seront peut-être jamais occidentaux des pays comme la Turquie, la Hongrie, la Pologne et l'Allemagne.

Vous pouvez occidentaliser leurs coutumes et leurs esprits, et même convaincre leurs politiciens de participer à certaines guerres, mais seulement pour un temps. L'épopée occidentalisante de la Turquie a duré le temps de Mustafa Kemal mais, de 1960 à aujourd'hui, les forces armées, gardiennes d'une constitution anti-historique et contre nature, puisqu'elle est républicaine, laïque et occidentale, ont dû intervenir, ou ont menacé d'intervenir, à dix reprises pour protéger ces valeurs importées et transplantées par la force. Finalement, la force brute ne suffit pas: Recep Tayyip Erdogan, le père de la nouvelle Turquie, l'emporte sur l'ordre kémaliste, dont le dernier et faible coup de queue s’est manifesté en juillet 2016.

3f9361d_GGGIST08_TURKEY-ANNIVERSARY-_0529_11.JPG

Si l'Occident était vraiment le bloc cohérent et unifié tel qu'il se présente, les chartes fondamentales de ses membres ne seraient pas protégées par la force et, surtout, nous ne verrions pas de telles oscillations. L'ascension imparable d'Erdogan est la preuve que la Turquie n'est pas l'Occident et que son maintien en son sein, forcé et contraint pour des raisons géopolitiques, n'a pas été possible.

Il y a plus de rivalités entre la Turquie et ses supposés alliés qu'il n'y en a dans le monde. Erdogan est, tout simplement, l'expression d'une révolution que le peuple, c'est-à-dire la Turquie profonde, cherchait depuis soixante ans et qu'il a finalement réalisée. La Turquie n'était pas et n'est pas l'Occident, mais elle était et est encore la Sublime Porte entre l'Europe et l'Asie, le cœur battant du panturquisme et du nationalisme islamique et, surtout, le rival par excellence du Vieux Continent.

En Hongrie et en Pologne, au contraire, le dégagement se fait de manière plus douce, également en raison de l’adhésion de ces deux pays à l'Union européenne, mais, néanmoins, il se produit. Aucun parti, dans le court interlude démocratique des deux pays, n'a jamais bénéficié du consensus dont le Fidesz et ‘’Droit et la Justice’’, deux forces politiques aux aspirations révolutionnaires et non occidentales, disposent aujourd'hui.

hongrie-elections-viktor-orban-533x261.jpg

Viktor Orban, le leader du Fidesz, qui en plus d'être un homme politique est aussi un penseur d'une certaine complexité, est celui qui a lancé la révolution illibérale qui a traversé l'Occident pendant des années et qui a finalement atterri aux États-Unis en 2016. Orban est le théoricien d'un nouveau modèle de civilisation, antithétique à l'Occident parce que non libéral, chrétien et tourné vers l'Orient. Orban est aussi celui qui a permis à la petite Hongrie de se projeter hors des frontières européennes, en récupérant l'ancienne idéologie touranienne, sur les terres d'Asie centrale et les pentes du Mont Fuji.

Le touranisme est une école de pensée que l'on croyait morte jusqu'il y a quelques années, mais qui est maintenant un sujet d'étude en Hongrie, en Turquie et dans les pays d'Asie centrale. En tant qu’idéologie, elle a échoué au moment de sa conception, qui s'est produite au tournant des XIXe et XXe siècles, car elle n'a pas réussi à convaincre les peuples installés en Europe d'origine turque, mongole et/ou ouralo-altaïque (comme les Magyars, les Turcs, les Finlandais, les Tatars, etc.) de s'allier dans une perspective hostile au panslavisme et au pangermanisme.

Aujourd'hui, cependant, au nom de la fraternité turque, la Hongrie, la Turquie et les « -stan » coopèrent de manière fructueuse et active dans le cadre du Conseil turc, échangent des étudiants, organisent des événements culturels, se font des cadeaux, se prêtent de l'argent. Les frères turcs ont été les premiers à répondre aux appels à l'aide de Budapest lors du déclenchement de la pandémie de Covid-19 ; un signe des temps.

Le touranisme mis à part, si la cohésion et l'unité étaient les éléments constitutifs de l'Occident, puisqu'il est représenté comme un ensemble impérissable, la Hongrie aurait également dû enterrer d'anciennes revendications territoriales dans la zone des Balkans et de l'Europe de l'Est, mais ce n'est pas le cas.

La Pologne, tout comme la Hongrie et la Turquie, a dépoussiéré, au cours de ces dernières décennies, de vieux rêves hégémoniques et identitaires qui peuvent être, oui, complémentaires à l'Occident mais qui, en fin de compte, lui seront défavorables en raison de contradictions sous-jacentes. La référence est ici l'Intermarium (Międzymorze), un concept géopolitique élaboré par l'un des pères de la Pologne moderne, Józef Piłsudski, dans l'entre-deux-guerres.

Piłsudski, effrayé par l'idée d'un encerclement russo-allemand perpétuel, a estimé que la Pologne devait investir toutes ses ressources humaines, économiques et diplomatiques dans la reconstitution de l'ancien royaume polonais, même de manière informelle, en créant une union inoxydable avec le voisinage composé des actuels Bélarus, Ukraine et Lituanie (ainsi que de l'Estonie et de la Lettonie). L'histoire se répétera, la Pologne sera à nouveau engloutie par les Russes et les Allemands, les catholiques persécutés pour leur foi, le Christ de l'Europe mourra à nouveau. Le temps lui a donné raison et la Pologne n'a retrouvé la liberté et l'indépendance qu'en 1989.

Jarosław-Kaczyński-Main-image-credit-FlickrSejmRPCC-BY-2.0.jpg

Après une brève parenthèse de pur pro-européanisme et d'enchantement libéral, le paysage politique polonais a vu l'entrée en scène du parti ‘’Droit et Justice’’, une création des frères jumeaux Lech et Jaroslaw Kaczyński. Ce dernier, qui a succédé au premier après sa mort dans le controversé accident d'avion de Smolensk en 2010, a exprimé une vision très similaire à celle d'Orban, mais sans l'ingrédient eurasiatique, rêvant de la construction d'une Pologne en position antagoniste, au sens culturel, face à l'Occident.

Même l'Allemagne, bien qu'elle ait abandonné son identité nationale au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à la suite des horreurs consécutives au nazisme, continue de montrer que les vieilles habitudes ont la vie dure, comme en témoigne le partenariat discrètement créé avec la Chine ces dernières années. Il a fallu deux guerres mondiales pour que l'Allemagne se dé-germanise (presque) complètement, mais les tendances eurasiennes et hégémoniques de ses tropismes diplomatiques n'ont pas été effacées. Tendances qui ont sous-tendu l'hostilité de l'administration Trump envers Berlin : un allié loyal plus enclin à la soumission aveugle que la plupart des autres, mais toujours redoutable car naturellement prédisposé à échapper subrepticement à l'hégémonie américaine.

L'Occident existe, oui, et l'Italie, l'un des pays les plus américanisés d'Europe, en est la preuve, mais c'est la coercition, et non le partage présumé d'éléments communs, qui le maintient à flot et perpétue son existence. Il est peut-être impossible d'éviter sa désintégration, mais les pays qui y resteront seront toujours l'Occident.

samedi, 19 décembre 2020

Polish Nationalism of the New Millennium: An Interview with Jaroslaw Ostrogniew

Tomasz-Szczepanski.jpg

Polish Nationalism of the New Millennium:
An Interview with Jaroslaw Ostrogniew

Ex: http://www.counter-currents.com

I have known Jaroslaw for a long time. He always impressed me as a highly erudite individual. We are both active in writing articles on the New Right and in various metapolitical organizations. We agreed to exchange interviews, so I will provide an interview for Szturm magazine and Jaroslaw for Reconquista.

Jaroslaw is a very interesting personality. We first met at the black metal festival Asgardsrei [2], from where Jaroslaw wrote reports on the popular American website Counter-Currents (CC). In addition to black metal and alternative music in general, Jaroslaw also engages in other activities, writes articles at CC [3], and translates longer essays for the Polish Szturm magazine.

Until recently, he also worked at the university, but due to the excessive political correctness of this environment and personal dissatisfaction, he moved to the private sphere. Today he pursues a professional career, travels the world, and tries to cultivate the Polish patriotic scene. He himself devotes a lot of space to historical novels and poetry, which is rather rare in the circles where we both move. Jaroslaw does what he considers right in life and takes a positively realistic approach.

In the first part of the interview, he will tell us something about Polish politics, contemporary nationalist organizations, the EU and possible Polexit, the most important patriotic event Marszi Niepodległości, the magazine and organization Szturm, the geopolitics of Intermarium, contemporary censorship, and how different religious denominations come together.

marsz.png

Ondrej Mann: What is the actual political situation in Poland?

Jaroslaw Ostrogniew: First of all, thank you for sending me the questions and for giving me a chance to present Szturm to the readers of your magazine! And now back to the question — I see you want to jump into the deepest waters right away. So let’s try — the political situation in Poland is quite complicated, but I will talk about the most important points. The ruling party is Prawo I Sprawiedliwość (though they are actually in a coalition with smaller conservative parties), who are ruling now for the second term. In the foreign media they are portrayed as “evil nationalists,” but this is completely not the case. They are a kind of conservative populist mild party, and as is always the case with such parties, they are generally less to the Right than their constituency. Some of their policies are good, some are bad, and some are terrible and disastrous. You have to remember that the previous ruling party (the center-liberal Platforma Obywatelska) reached unbelievable levels of corruption, hubris, EU ass-kissing, liberal stupidity, and unwillingness to do anything besides cling to political power, that it eventually collapsed under its own weight. So anything that came afterward seemed to be better. The coronavirus pandemic is also something that keeps the popularity of the government high, as they are rather effective in their actions, especially compared to “old EU” countries, such as Italy or Spain.

532122-352x500.jpg

Prawo I Sprawiedliwość enjoys large popularity in Polish society, but it is a kind of “pragmatic relationship without love.” People see the positive impact of the pro-social policies introduced by Prawo I Sprawiedliwość and they believe that there is no better alternative, but most of them do not really like the party, and the leader, Jarosław Kaczyński, is widely disliked even by the people who vote for his party. There are two very important and very good things that Prawo I Sprawiedliwość introduced. The first one is the introduction of pro-family social policies, namely the program 500+. The idea is very simple: every family gets 500 PLN [Polish złoty] per month per every non-adult child in the family from the state’s budget, regardless of the parents’ income. You have to remember Poland had one of the lowest social support systems in Europe. For instance, the only support a family would get would be a one-time payment of 1000 PLN when the child was born, and that was it. The second good accomplishment is that the government managed to strengthen the Polish tax system, especially the VAT tax, which was being avoided by large companies on a massive scale. This tax reform provided the funds for the social programs. The bad things about the current government are that it is rather “cuckservative”: they support civic nationalism, mass immigration, they are powerless against international corporations (which still do not pay any taxes in Poland), they tolerate Leftist extremism in the universities, they keep virtue signaling to the liberal media, and attacking the nationalists. They are also very pro-EU (they have some small feuds with EU, but mostly follow the general line in the most important matters), very pro-US (the American ambassador even dictates policies which are later being enabled by the government) and extremely pro-Zionist.

602853-352x500.jpg

There are two terrible and disastrous things that the Prawo I Sprawiedliwość government has enabled. The first one is mass immigration to Poland. It is interesting, because one of the main slogans of this party is not accepting Muslim refugees into Poland (but on the other hand spending a large amount of public funds on help for refugees in Middle Eastern countries). However, the same government has opened the Polish job market to workers from outside of the EU. The government makes sure that the official figures are lowered, but it can be estimated that now there are more immigrants in Poland than there have ever been combined in our contemporary history. Most of the workers are coming from Ukraine — I must emphasize I have nothing against Ukrainians, I think this is one of the countries Poland has most connections with and I spend time and effort to strengthen the ties between nationalists in these two countries. However, accepting over one million people from another country in one year is not a good idea. As usual, the economically worse-off workers from Ukraine have been used by capital to keep wages low and working conditions bad in Poland. Mass immigration is the reserve army of capital and it has been used for this sole purpose again and again — this was the case with Yugoslav and Turkish workers in former West Germany, with Polish workers in the United Kingdom, and now with the Ukrainian workers in Poland. It is harmful to both Ukraine and Poland. What is even worse is that capital is never satisfied — both international corporations and large Polish companies have successfully pushed for accepting workers from outside of Europe, mostly India and the Philippines. Before Prawo I Sprawiedliwość came to power, Poland had been an almost completely ethnically homogeneous country. Now we have an extremely large European minority and growing large non-European minorities. Right now, in the largest Polish cities, Uber Eats and such services are dominated by non-whites. Ethnically speaking, Warsaw looks pretty much like Berlin, Paris, or London. And we know that we can expect another wave of non-European immigrants right after this pandemic is over.

The second disastrous thing “achieved” by our current government is the onslaught of Leftist extremism in Poland. It is another paradox, because Prawo I Sprawiedliwość presents itself as a conservative party. They even use the public media to attack Leftists and liberals. However, they are a dog that barks a lot but never bites. Leftist organizations still receive funds from the state (and funding from outside has really increased lately), Leftists can freely abuse the education system and the academia to push their agenda and attack their opponents, as well as organize their demonstrations and marches unharmed by the state and protected by the police from the wrath of the people. Just to give you an example: under the current government, there were “LGBT pride parades” (legal and actively protected by the police) organized in every Polish major city. Something like this has never happened before, not even in the time when Poland was ruled by the post-Communist social democrats.

Bp9k9kuTURBXy85YzAyZDY1Ni01OTEwLTQ2NzgtYWQ3ZS0zZGRiOGZjMjk2YWMuanBlZ5GVAs0DBwDDw4GhMAE.jpg

So, as you see from this summary, our current political situation is complicated, and the ruling party is a very mixed bag. I personally think that Prawo I Sprawiedliwość is in some aspects better than the previous ruling party, that the pro-social policies and the better tax system are real accomplishments, but many of their policies, especially pushing mass immigration, are already bringing disastrous consequences to Poland, and will have even worse consequences in the future.

OM: What is your opinion on Polish conservative and nationalist parties? Ruch Narodowy, Kukiz ’15, Konfederacja Wolność i Niepodległość, and currently the strongest Prawo i Sprawiedliwość?

JO: Well, I think I said enough about Prawo I Sprawiedliwość in the previous answer. Ruch Narodowy is an initiative that started out as a new expression of the Polish tradition of national democracy. However, it gradually softened its message to appeal to the more “common people” — or, to use a better expression, to the normies of all ages — to gain more votes and get into Parliament. Eventually, it became a conservative movement with some national flavor (mostly petty chauvinism and civic nationalism), but it is definitely not a nationalist initiative. Once their representatives got into Parliament, they mostly became interested in keeping their seats and got engaged in some pretty weird virtue-signaling. For instance, they proposed a strengthening of the infamous Article 256 of the Polish penal code, which is the basis of persecution of Polish nationalists. They also get into the “anti-fascists are the real fascists” and “Muslims threaten our modern way of life” cuckservative stuff all the time. So basically speaking, Ruch Narodowy is not a nationalist initiative and is an example of another wasted opportunity in Polish politics.

1200px-Warsaw_Independence_March_2019_04.jpg

Kukiz ‘15 was an interesting phenomenon, as it was the first Polish populist initiative that really gained popular support. It was a coalition of various groups and individuals, representing the whole political spectrum, but united in their opposition to the existing political system. The leader of this movement, Paweł Kukiz, is an interesting figure, as he is a musician coming from the Polish punk rock scene (which always had a strong anti-communist aspect), who started emphasizing patriotic (but definitely not nationalist) themes in his later songs and who was a supporter of the liberal Platforma Obywatelska, but later became one of their main opponents. As usual with such populist initiatives, they live for a very short moment, kept together only by a charismatic leader and the goal to overthrow or reform the system — and Kukiz ’15 started to dissolve right after it got into Parliament. Now, to stay active, they cooperate with the Polish agrarian party: Polskie Stronnictwo Ludowe.

Konfederacja is a kind of attempt at repeating the success of Kukiz ’15: creating a loose populist coalition of various organizations opposing the existing system. However, Konfederacja became dominated by free-market liberals (whose leader is Janusz Korwin-Mikke, whom your readers might know from various YouTube clips), and right now their main slogan is “fighting socialism” (and they consider anyone who is not libertarian to be a socialist, so. . .) by reducing or removing taxes and public services. It is not a nationalist initiative at all, and it definitely does not have anything to do with the new nationalism Szturm represents.

OM: There is a lot of discussion in the Czech Republic that as soon as Poland brings more money into the EU than it receives, it will leave the EU. Is Polexit possible?

JO: First of all, it is a good question — whether Poland gets more from the EU than it gives. And the answer depends on how you count the money. The second thing is that Poland is one of the most pro-EU countries in Europe. Many people do not like the whole ideological aspect of the EU, the push for LGBT propaganda, or the “refugees” quotas, but they consider Polish membership in the EU as a huge achievement and associate it with better infrastructure and the possibility to travel without passports. When talking to normies (especially those of the older generation) the most difficult issue is to convince them that we need a Polexit. I became involved in nationalism at the time Poland was entering the EU, so it is quite obvious I have been anti-EU for some time, but once I started working on the EU project, I truly understood that the EU is the main obstacle to solving all of the main problems of Europe. The EU is a barely-working bureaucracy, which has the power only to counteract anything productive, and it uses enormous amounts of money to create and maintain a whole class of parasites living on EU funds. Unfortunately, Poland is one of these countries, where this parasitic class is relatively strong and has a big influence on public opinion.

z25399534ICR,Marsz-Niepodleglosci--organizowany-przez-skrajna-p.jpg

OM: Do you have any comments about Marsz Niepodległości?

JO: This is a complicated issue. Marsz Niepodległości was at first a strictly nationalist event, with very low attendance. This started to change when football fans and later more regular young people began attending this event. You have to remember, that in Poland since the change of regime in 1989, there was a phenomenon of “pedagogy of shame.” It was promoted by Leftist and liberal circles (also more pro-EU oriented central circles). The basic idea was that Poles are an evil nation, responsible for the persecution of various minorities throughout our history culminating after the First World War in Polish antisemitism, and that Poles need to atone for their sins as the “specter of Polish nationalism” can rise anytime soon. Any kind of display of national pride was scorned by our liberal elites and any form of Polish patriotism was associated with antisemitism or Nazism. This “pedagogy of shame” was present in all mainstream Polish media, in our school system, in our political discourse, even in the disputes among the common Poles. When Marsz Niepodległości began to attract more people, especially the regular people, the media and the politicians attacked it on all fronts, branding it as an expression of the returning Polish antisemitism, etc. However, this worked the opposite way, since many more regular people started to attend the event every year. The ruling party at the time (the liberal Platforma Obywatelska) decided to use force against the march (including regular police violence, lots of police provocations, and outright persecution of both organizers and attendants of the march). Again, this attracted more and more regular people, and Marsz Niepodległości became the main anti-establishment event in Poland. However, once the conservative Prawo I Sprawiedliwość party gained power, police stopped attacking the event, and Marsz Niepodległości gradually became a more regular patriotic event. The ruling party does all it can do that the march not become a nationalist event. For example, every year, editors of Szturm are arrested under false accusations right before the march and later released without any charges right after the event. To sum it all up: on the one hand, Marsz Niepodległości is an interesting, large patriotic event, which can be especially impressive to people from other countries. On the other hand, it has lost much of its nationalist color: it is a regular patriotic event, with an ever-stronger “cuckservative” flavor. Lots of the energy of past marches has gone to waste. However, Polish nationalists such as Szturm or Nacjonalistyczne Południe (with the help of our comrades from other countries) are making sure that there is a strong nationalist presence during the event by forming a nationalist bloc in the march.

532126-352x500.jpg

OM: Does Szturm also have a geopolitical vision? Intermarium, V4, Eurosibirsk?

JO: Yes, geopolitics and international relationships are one of our key focus points. Our main idea is to overcome prejudice among European nations and ethnic chauvinism among European nationalists. This means both standing against chauvinist attitudes among Polish nationalists, but also against anti-Polish resentments among nationalists from other countries. Szturm is first and foremost a ground for discussion of various ideas among Polish nationalists, not a loudspeaker for promoting one and only “correct” vision of nationalism. Many articles published in Szturm are dedicated to the problem of geopolitics and international relationships and the authors do not agree on everything. However, there is no doubt among us that in contemporary circumstances all European nations need to awaken and stand together against the common threats: both eternal (such as non-European immigration) and internal (such as liberalism). The most popular position among our writers is Intermarium. I personally am a proponent of looking further West and East and making the Intermarium bloc not an opposition against Western Europe or Russia, but a rallying point for European nationalists, whose ultimate goal is the establishment of nationalism in all European countries. For me, the goal is the united Europe of nations, which will form an autarchy — a self-sustainable economic and political bloc independent of other geopolitical blocs. This cannot be achieved only in one part of Europe. Another idea I promote in Szturm is that the Americans are another European nation (but living on a different continent) that is being occupied by an alien government, and our enemy is the contemporary American system with its liberal imperialism, not the American nation (understood as a nation of European Americans).

OM: What is the purpose of Szturmowcy? And what means do you use for it?

JO: Szturmowcy was an organization connected with the ideas propagated by the Szturm magazine. The brand of nationalism represented by Szturm is quite original, it even gained a name of its own: “szturmowy nacjonalizm,” so it was only a matter of time that such an organization would emerge. However, the organization and the magazine are not the same thing, and the organization wanted to become more independent, so they are now unaffiliated with the magazine, and some chapters even rebranded or disbanded. I cannot comment on the details as I was not a part of this organization. As is often the case, organizations are temporal while ideas are longer-lasting, which might have something to do with the fact that ideas are more about setting the goals (let’s say they belong to the level of strategy), while organizations are more about achieving these goals (let’s say they belong to the level of tactics) and need to adapt to the changing circumstances, which in Poland are difficult due to the rising persecution of nationalists by the state.

szt.jpg

OM: Is there any persecution of dissidents, dismissal from work, bans on publishing books, censorship, doxing, concert cancellation in Poland?

JO: Yes. It is a serious problem and I have discussed it a little answering the previous questions. The basis of this persecution is Article 256 of the Polish penal code. And the persecution is now growing. One of the main reasons is the changing attitude of the politicians, persecutors, judges, or police — they believe in the false idea of the “hate crime”: namely, that words and thoughts are as important as actions and even a small comment in social media can lead to “another holocaust.” And this persecution has accelerated under the current government, which tries to virtue-signal the liberal media by persecuting nationalists. So any time there is any kind of nationalist event condemned by the media, the government will enforce fierce persecution to show that they have nothing to do with nationalism. Another problem is that the current government understands that the only alternative to the system that could be supported by Polish society is the nationalist movement, so they try to eradicate this real opposition. They especially target any forms of international cooperation — and they are right, because as we both know, the growing “nationalist international” is real, getting stronger both metapolitically and politically, and has already become a real challenge to the liberal system. In Poland, the state mostly focuses on active legal persecution of nationalists, while media and NGOs focus on finding and pointing out “wrongthink” in social media. The whole phenomenon of doxing in Poland has got to a whole new level — there are organizations dedicated only to this aim, and they focus not on actual nationalists, but some random people writing mean comments on social media. So they dox and harass literally hundreds of people every month for writing things like “fuck Muslims” on Facebook. The leader of one of these organizations is an interesting person — he had an NGO and ran a theater, but he used this as an opportunity to steal money from his Leftist colleagues. He was convicted of fraud and theft by the court, and he ran away to Norway where he successfully pleaded for refugee status, claiming that he was persecuted for his sexual orientation (he is married and has children, so. . .). He is also morbidly obese — so now you have the whole picture of what kind of people organize online doxing in Poland.

OM: Does the state regulate censorship from the side of Facebook, YouTube, etc.?

JO: No. The Polish state cannot or does not want to do anything against international corporations. For instance, Amazon runs many of its stores in Poland, but like all corporations, they evade almost all taxes, and Poles cannot even order anything from these stores (we can only do it via Amazon Germany). The commodities and “sense” of late capitalism. . . But back to the question. As usual on corporate social media: the nationalists are persecuted, the Leftists are not. And as I mentioned, social media are the main tool of doxing and harassing by the Leftists and our courts refuse to do anything against it. Welcome to the brave new world.

Marsz Niepodległości.jpg

Is there an Arktos-type publishing house or any New Right organization in Poland?

Unfortunately not, but we are working on it. There is no typically nationalist or New Right-focused publishing house in Poland, but there are nationalist and New Right books published by other publishing houses. For instance, Capitalbooks (which is a typically patriotic publisher) published the Polish translation of Daniel Friberg’s The Real Right Returns. There is a small publishing house, Arte, that publishes translations of Leon Degrelle and Robert Brasillach. Its main focus is on historical books. Szturm also publishes books: anthologies of the best essays first published online, booklets dealing with certain contemporary problems from the nationalist perspective, and new editions of some classics of the Polish nationalist thought. There are also interesting books by nationalist or New Right writers published by completely mainstream publishers, such as translations of Ernst Jünger, Yukio Mishima, Louis-Ferdinande Celine, Martin Heidegger, Carl Schmitt, Oswald Spengler, Carl Gustav Jung, Mircea Eliade, Knut Hamsun, Ezra Pound, or Gottfried Benn. The Polish translation of Kevin MacDonald’s Culture of Critique was published by one of the main publishers of humanist books. However, we definitely need a Polish publishing house similar to Arktos.

OM: Poland is quite a Catholic country, how do nationalists of different confessions come together?

JO: Poland is not such a Catholic country as most people assume. It is true that 95% of Poles officially belong to the Roman Catholic church, but most of them do not actively take part in religious life, except for such occasions as weddings or funerals. Another aspect of Polish Catholicism is that it is really shallow, and even many of the people who take part in religious ceremonies do it on an external level but do not have very strong religious convictions. So the really believing and really practicing Catholics are a minority in Poland. Another thing you have to remember is that Poland is quite a large country with some visible differences. There is a difference between Western and Eastern Poland, with Western Poland being more liberal and secular and Eastern Poland being more conservative and religious. It is similar to large cities and towns and villages. Religion is a subject taught in Polish public schools (even in kindergartens) but it is not obligatory, though most of the students attend these lessons. However, the secular tendencies in Polish society are more common especially among these generations, which attended religion in school. Also, Poles are famous for having very little knowledge about the Catholic faith, which may be connected with how these religious lessons are organized. There are also very strong anti-clerical tendencies in Poland, even among people who attend church. When it comes to teachings of the Church on such issues as sexuality, contraception, marriage and divorce, or abortion, the vast majority of Catholics in Poland do not agree with the church.

GettyImages-1066138918-1160x777.jpg

The case of Polish nationalism is also not so obvious, as the early Polish nationalists (the national democrats) were coming from the positivist and Darwinist circles, so they had a negative attitude towards religion. Even Roman Dmowski had this attitude at first; he just changed his mind when he realized how strong folk Catholicism was at that time and the importance of religion in the national identity of the masses, so he decided to use this to spread nationalism among the common people. But even then, for a long time, he was rather pro-Catholic than pro-Christian. Even one of the main Polish conservatives Stanisław Cat-Mackiewicz stated that the only problem with Catholicism is that there is no God, but apart from that, he is all for it. In Polish nationalism, we have a strong strain of non-Christian pagan nationalism connected with Jan Stachniuk and the Zadruga movement, who claimed that Catholicism is not a necessary part of Polish identity, and even went further — that it was against Polish identity. Stachniuk was right in reminding everyone that during the rule of the Jagiellonian dynasty, at the peak of the power of Poland, many of the elites, the whole nobility (szlachta) were leaning towards Reformation, with many of the most famous Polish humanists such as Jan Kochanowski or Mikołaj Rej being Protestants. Back then, Poland was on the brink of proclaiming a national church and cutting ties with Rome. Though I personally think that it would not have changed much in our history.

Getting back to the point of your question, I think nationalists of different confessions can come together. The four main tendencies we see among Polish nationalists are: Orthodox Catholics, “mild” Catholics, atheists, and pagans. All of these tendencies are represented in Szturm — but we do not pretend they do not exist. We talk about them openly and agree to disagree on certain issues. Among the young nationalists, we see the same tendency as among the youth in Europe as a whole — they care less about religion, and tend not to think about it too much or just consider this a personal issue. Personally, I am an adherent of the Slavic native faith, a practicing pagan if you would like, but I have more in common with many of the Catholic nationalists than with the “liberal pseudo-pagans.” We have a nation to save and an enemy to defeat. We can talk more about religion afterward.

This interview was conducted by Ondrej Mann of Reconquista and originally printed in Reconquista number XXXIII [4].

If you want to support Counter-Currents, please send us a donation by going to our Entropy page [5] and selecting “send paid chat.” Entropy allows you to donate any amount from $3 and up. All comments will be read and discussed in the next episode of Counter-Currents Radio, which airs every weekend on DLive [6].

Don’t forget to sign up [7] for the twice-monthly email Counter-Currents Newsletter for exclusive content, offers, and news.

Article printed from Counter-Currents: https://counter-currents.com

URL to article: https://counter-currents.com/2020/12/interview-jaroslaw-ostrogniew/

URLs in this post:

[1] Image: https://counter-currents.com/wp-content/uploads/2020/12/marsz.png

[2] black metal festival Asgardsrei: https://counter-currents.com/2018/12/storm-over-kiev-report-on-asgardsrei-2018/

[3] writes articles at CC: https://counter-currents.com/tag/jaroslaw-ostrogniew/

[4] Reconquista number XXXIII: https://www.reconquista.sk/2020/11/05/reconquista-xxxiii-intermarium-nasa-buducnost/

[5] our Entropy page: https://entropystream.live/countercurrents

[6] DLive: https://dlive.tv/counter-currents

[7] sign up: https://counter-currents.com/2020/05/sign-up-for-our-new-newsletter/

vendredi, 11 décembre 2020

Stanislaw Ignacy Witkiewicz - Le Désastre et l’Adieu

7.jpg

Luc-Olivier d’Algange:

Stanislaw Ignacy Witkiewicz

Le Désastre et l’Adieu

410-THw2KdL._SX340_BO1,204,203,200_.jpgStanislaw Ignacy Witkiewicz fut une des figures majeures de l’avant-garde polonaise de Zakopane avec ses amis  Witold Gombrowicz, Bruno Schulz et Tadeusz Kantor, lequel fut son metteur en scène. Né le 24 février 1885 à Varsovie, il mit fin à ses jours en 1939, après s’être adonné à la littérature, au théâtre, à la philosophie, à la peinture, à la photographie, dans un jaillissement créateur ininterrompu. Surtout connu comme homme de théâtre, il est aussi l’auteur de plusieurs romans qui subvertissent radicalement, à l’égal de James Joyce, l’art romanesque, parmi lesquelles, Les 622 chutes de Bungo, L’Adieu à l’automne et L’Inassouvissement, autobiographie hallucinée et uchronie terrifiante et prophétique, que les éditions Noir sur Blanc ont pris l’heureuse initiative de rééditer dans la « Bibliothèque de Dimitri », ainsi intitulée en hommage à Vladimir Dimitrijevic, fondateur des éditions L’Âge d’Homme. Peu d’œuvres auront davantage fait se heurter, en présence d’un désastre grandiose, le passé et l’avenir, ce qui disparaît et ce qui doit advenir – au point de révoquer en doute la nature même de l’existence des êtres et des choses, et à peu près tout ce que nous pensions savoir de l’esprit humain. L’occasion nous est ainsi donnée de revenir sur cette pensée en action qu’est l’œuvre polyphonique de Witkiewicz.

Ce précipité du temps porté à incandescence ne relève en rien de la fantaisie ou de l’arbitraire d’une subjectivité : la situation historique nous renseigne ; Witkiewicz se donne la mort à l’entrée des troupes étrangères dans son pays. Le passé était détruit, et l’avenir au « nivellisme », autrement dit à la suprême égalité de la mort. Mais avant de se donner la mort, cet homme qui fut prodigieusement un grand vivant fit de l’art, de la littérature, de la philosophie, de l’amour, de la science, de l’ivresse autant d’expériences métaphysiques, mues par une énergie et une discipline peu communes. Avant de quitter le monde qu’il avait prodigieusement honoré  de son intelligence et de ses passions, Witkiewicz, qui se considérait d’abord comme un philosophe, écrivit donc des romans, considérant que la genèse d’une pensée vaut autant que la pensée elle-même dans ses résultats et qu’un roman, diachronique plus que synchronique, témoigne mieux qu’un traité de ces temporalités abruptes ou bouleversées qui révèlent des causes lointaines et des effets indiscernables,  sans plus  céder à l’illusion scientiste des expériences reproductibles. Là où les systèmes traitent de cas généraux, avec des paramètres en nombres limités, le roman décrit des cas particuliers, avec des paramètres en nombre infini.  Là où les systèmes définissent l’humanité en général, le roman va à la rencontre des hommes de chair et de sang, les « frères, les vrais frères », comme disait Miguel de Unamuno.

66ff48d5627ce0d78b2ab05794d5c5dd_53782.jpg

Witkiewicz se pose ainsi la question de l’individu, au moment où il lui semble que celui-ci est sur le point de disparaître. Qu’est-ce qu’un individu ? Pour lui, l’individu – ce qui ne peut se diviser – est un irréductible, un indivis, et aussi, comme en témoigne la dernière phrase de L’Adieu à l’Automne, un drôle d’individu, une sorte de mauvais sujet, un mal-pensant.

Dès lors qu’elle échappe à la réduction au plus petit commun dénominateur et qu’elle ose être un défi aux convenances, la pensée ne témoigne plus que pour elle-même. Toutefois, écrit Witkiewicz, « la caractéristique du moment, c’est que l’âme médiocre, se sachant médiocre, a la hardiesse d’affirmer les droits de la médiocrité et de les imposer partout ». Les six décennies qui nous séparent de sa mort, l’une après l’autre, confirment ses vues : « Le nivellisme : cette idée maniaque était comme un fleuve dans lequel s’écoulaient depuis un certain temps, comme de petites rivières, toutes ses autres pensées ; ce fleuve se jetait dans la mer : dans l’idée s’une société d’automates désindividualisés. S’automatiser au plus vite et cesser de souffrir ! »

9782825114629.jpgCe que Witkiewicz nomme le « nivellisme » ne porte pas seulement atteinte à ses goûts ; et il serait trop facile d’opposer le généreux sens commun aux préférences aristocratiques de l’esthète. Ce « nivellisme » est aussi et surtout une négation de la nature humaine dans ses nuances et gradations. Emprisonné dans un seul temps, dans un seul état de conscience et d’être, une seule destinée, nous voici, tel du bétail, au nom du bonheur collectif ou de « l’homme nouveau », livrés à la pire des régressions. Le « nivellisme » sera donc une mise en demeure, à celui qui ne voudra pas s’y résigner, de sauver, une dernière fois avant l’« Adieu », toutes les puissances de l’intelligence, de l’imagination et du désir humain.

Les hallucinogènes, les narcotiques et excitants divers seront, par exemple, pour Witkiewicz, non des complaisances au désespoir et à la confusion, mais des clefs ouvrant à divers états de conscience qui aiguiseront, à l’inverse, la lucidité qu’ils ont pour fonction d’exacerber ou de troubler. De même la culture encyclopédique, loin de ramener au bercail d’un savoir commun, sera pour l’auteur de L’inassouvissement une mise en abyme de l’étonnement : pouvoir être quelques instants l’infini à soi-même et comme la toute-possibilité du monde, mais détachée : « Ensuite un soleil gigantesque, de grands chats paresseux, des serpents et des condors tristes, tous devenaient lui-même et en même temps n’étaient pas du tout lui. »

Toute philosophie, nous le savons depuis Nietzsche, est toujours autobiographique. Celle de Witkiewicz est un combat dans le désastre, un « Adieu » au monde héraldique, en abyme, où le visible fût plus mystérieux encore que l’invisible dont il est l’empreinte.  Un « Adieu » au monde complexe, tourmenté et fallacieux qui devra laisser place à un monde déterminé, banal, simple et sincère  – celui des derniers des hommes dont parle Nietzsche – où la conscience réduite à l’utilité sociale se laissera borner par une morale puritaine, où l’existence comme une corolle frémissante, une corolle épouvantée, s’étiolera dans la communication de masse et l’éclairage sans ombre portée des salles d’opération.

Avant que cette banalité ne fît oublier les fastes qui la précédèrent, avant l’« Adieu », avant « l’oubli de l’oubli » des hommes heureux, des amnésiques, qui, je cite, « ne sauront plus rien de leur déchéance », autrement dit avant la bestialisation et l’infantilisation totale de l’espèce, qui rebutera définitivement la beauté du monde, Witkiewicz évoquera donc le moment inaugural de la pensée : «  Donc tout existe quand même. Cette constatation n’était pas aussi banale qu’elle pouvait paraître. L’ontologie subconsciente, animale, principalement animiste, n’est rien à côté du premier éblouissement de l’ontologie conceptuelle, du premier jugement existentiel. Le fait de l’existence en lui-même n’avait jusqu’alors représenté pour lui rien d’étrange. Pour la première fois il comprenait l’insondabilité abyssale de ce problème ».

L_Adieu_a_l_automne.jpgAvant donc la culture commune « conviviale, festive, et citoyenne », avant « l’homme-masse » – et je renvoie ici à l’excellente post-face à L’Adieu à l’Automne, d’Alain van Crugten, pour la comparaison avec Ortega –, Witkiewicz retourne aux ressources profondes de la culture européenne, à l’esprit critique, à l’ontologie conceptuelle qui laisse entre les hommes et le monde, entre les hommes entre eux, entre la certitude et le doute, entre ce que nous sommes et ce que nous croyons être, une distance, une attention, lesquelles nous rendent à la possibilité magnifique et terrible d’être dissemblables et seuls, au lieu d’être voués, de naissance, à cette fusion sociale purement immanente, ce grégarisme, qui évoque bien davantage la vie des insecte que l’humanitas. Quoi qu’on en veuille, et l’œuvre de Witkiewicz est ici anticipatrice, sinon prophétique ; le « nivellisme », nous y sommes, menacés par la facilité, et « cette sensation de triomphe et de domination qu’éprouvera en lui chaque individu moyen ». L’individu moyen, se concevant et se revendiquant comme moyen sera non le maître sans esclave rêvé par les utopies généreuses, mais l’esclave sans maître, c’est à dire le dominateur le plus impitoyable, le plus résolu, le mieux armé, par sa quantité, le plus administratif, le mieux assis dans sa conviction d’incarner le Bien.

Notons, en passant, la différence fondamentale entre une Église, qui unit les hommes en les considérant comme une communauté de pécheurs, et ces communautés d’« hommes nouveaux », qui se considèrent, dans leur médiocrité, littéralement impeccables et parfaits, sans plus rien avoir à apprendre du passé, et relisons contre eux, comme un alexipharmaque, c’est à dire un contre-poison, les romans provocants, vénéneux, vénériens, sarcastiques, lyriques, coruscants, métaphyiques, cruels et humoristiques de Witkiewicz, relisons dans les heures, et nous savons que les heures, par étymologie sont des prières qui nous restent avant d’être dissous dans la communication de masse, avant d’être, dans l’informe, la proie au pire conformisme !

En lisant les romans de Witkiewicz, on reconnaît qu’il fut homme de théâtre, tant ils semblent se dérouler dans un espace où l’alentour aurait été aboli dans une sorte de frayeur intersidérale. Un vide métaphysique, sans plus de civilisation, ni de spectateurs semble entourer les personnages, dans leur étrangeté même. Sur la scène de l’œuvre, deux configurations du passé s’entrebattent. L’une est liée à la forme, à l’Idéa, au « double regard » platonicien, qui voit les choses comme déjà advenues et comme devant advenir, réminiscence « de ces instants où la vie contemporaine mais lointaine et comme étrangère à elle-même, rayonnait de cet éclat mystérieux que n’avaient habituellement pour lui que certains des meilleurs moments du passé ». L’autre est liée à la force de dissolution, de nostalgie mauvaise : « Être un taureau, un serpent, même un insecte, ou encore une amibe occupée à se reproduire par simple division, mais surtout ne pas penser, ne se rendre compte de rien. »  Autrement dit, être parfait, sans péché, sans manque, sans attente, sans transcendance…  Nous en sommes là. L’heure est, selon la formule rimbaldienne, « pour le moins très sévère ». La témérité spirituelle est requise. L’« Adieu » est une oraison funèbre, mais sans pomposité, à des êtres humains téméraires et fragiles, à des êtres humains imparfaits, livrés à l’incertitude et au doute, à l’exaltation et à l‘acédie, et cette imperfection, pour Witkiewicz, et pour nous qui consentons à être les hôtes du romancier, vaut infiniment mieux qu’une perfection planifiée, une perfection considérée comme due par d’éternels revendiquants,  épris du bonheur de l’amibe – perfection qui ne saurait être réalisée qu’au prix d’une terrible réduction procustéenne. Nous y sommes.

L’« Adieu » de Witkiewicz est un « Adieu » à l’imperfection, c’est à dire un « Adieu » à l’Inassouvissement, à l’insatisfaction, un « Adieu » à la beauté escarpée, anfractueuse, déroutante. Un « Adieu » à la fragilité des hommes seuls, désemparés, pessimistes, audacieux et frémissants. Un « Adieu » à des hommes, qui sont des personnages flamboyants et farfelus alors que nous sommes sur le point d’entrer dans un monde de figurants tristes, ternes et sérieux. Et l’on se souviendra de La Bruyère écrivant : « le barbare est celui qui prend tout au sérieux ».

Luc-Olivier d’Algange 

Stanislaw Ignacy Witkiewicz, L’Inassouvissement, Éditions Noir sur Blanc, 2019.

 

samedi, 12 septembre 2020

Nord Stream 2 menacé : quels enjeux pour l’Europe?

1573853_fancybox_1t_lDR_Zq87A1.jpg

Nord Stream 2 menacé : quels enjeux pour l’Europe?

Ex: https://www.katehon.com

Le projet de gazoduc Nord Stream 2 n’a jamais semblé aussi proche d’être abandonné, sous la pression de facteurs politiques. Mais pourquoi et qui gêne-t-il tant, et qu’aurait l’Europe à perdre ou à gagner, en y renonçant, à deux tuyaux du but ?

Alors que sa construction est achevée à près de 95%, le gazoduc sous-marin Nord Stream 2 est plus proche que jamais d’être abandonné par ses promoteurs. Les oppositions constantes à ce projet d’infrastructure énergétique russo-européen – de la part des Etats-Unis et de certains pays d’Europe orientale – ont, depuis l’«affaire Navalny», trouvé de nouveaux renforts.

En France, alors que la compagnie Engie – dont l’Etat est actionnaire majoritaire – est investie dans Nord Stream 2 pour près d’un milliard d’euros, le président de la République Emmanuel Macron a confié, fin août, à des journalistes de l’Association de la presse présidentielle ses «réserves» sur la construction du gazoduc. Pour Emmanuel Macron «l'approche qu'on doit avoir auprès de la Russie» ne devait pas «se nourrir d'un accroissement de notre dépendance». Une allusion au doublement de la capacité d'exportation de gaz russe vers l'Allemagne que permettrait l'achèvement de Nord Stream 2.

En Allemagne, le ministre des Affaires étrangères qui s’indignait encore récemment des menaces américaines contre Nord Stream 2, et martelait que «La politique énergétique européenne [était] décidée en Europe et non aux Etats-Unis», a changé de ton depuis l’empoisonnement présumé de l’homme politique russe Alexeï Navalny. Dans une interview accordée au supplément dominical du quotidien allemand Bild publiée le 7 septembre, Heiko Maas a ainsi concédé :«J'espère vraiment que les Russes ne nous forceront pas à changer de position sur Nord Stream 2.» 

Norbert Röttgen, président de la commission des affaires étrangères de l'Allemagne au Bundestag et candidat à la direction de la CDU – et donc potentiel successeur d’Angela Merkel – est allé plus loin en appelant, le 3 septembre sur Twitter, à renoncer à ce projet: «Après l'empoisonnement de Navalny, nous avons besoin d'une réponse européenne forte, ce que Poutine comprend. L'UE devrait décider conjointement d'arrêter Nord Stream 2.» 

unnamedukr.jpg

L'Ukraine au cœur du problème pour Washington et Varsovie 

Aux Etats-Unis, un consensus politique s’est forgé de longue date au Congrès entre Républicains et Démocrates contre ce projet de gazoduc d’un coût de 10 milliards d’euros, dirigé par Gazprom et co-financé par le géant russe du gaz avec cinq acteurs majeurs de l’énergie européens : les allemands Uniper (groupe E.ON) et Wintershall (groupe BASF), l’anglo-néerlandais Shell, l'autrichien OMV et le français Engie. 

Dès le départ ce consensus contre Nord Stream 2 a été lié à l’Ukraine. Un pays que les Etats-Unis souhaiteraient intégrer dans l’Otan, arrimer à l'Union européenne, et par lequel transite encore une part importante du gaz russe exporté en Europe. 

En janvier 2016, donc avant l’élection de Donald Trump, le président ukrainien s’était réjoui de sa rencontre au Forum de Davos avec le vice-président des Etats-Unis qui était alors Joe Biden, aujourd'hui candidat à l’élection présidentielle. Sur son compte twitter, Petro Porochenko pouvait écrire : «Lors d’un entretien avec @VP [le compte officiel du vice-président des Etats-Unis, qui était alors Joseph Biden] il a été clairement dit que le projet Nord Stream 2 était purement politique et que nous devions agir de manière efficace pour y mettre un terme.» 

BN-TC503_STATEP_P_20170424130332.jpg

Depuis l’élection de Donald Trump, le ton s’est durci et le 20 mars 2018 la porte-parole du département d'Etat américain Heather Nauert (photo) lors d'une conférence de presse a martelé: «Comme beaucoup de gens le savent, nous nous opposons au projet Nord Stream 2, le gouvernement américain s'y oppose», ajoutant que Washington ferait tout ce qui est en son pouvoir pour faire capoter le projet russo-européen de gazoduc. 

Nord Stream 2 permettrait à la Russie de contourner l'Ukraine pour le transit de gaz vers l'Europe, ce qui priverait l'Ukraine de revenus de transit substantiels et augmenterait sa vulnérabilité à l'agression russe

En 2019, le Département d’Etat a publié sur son site une note qui résume la position américaine officielle à propos de Nord Stream 2 qualifié d’«outil que la Russie utilise pour soutenir son agression continue contre l'Ukraine». 

La diplomatie américaine estime aussi que «Nord Stream 2 permettrait à la Russie de contourner l'Ukraine pour le transit de gaz vers l'Europe, ce qui priverait l'Ukraine de revenus de transit substantiels et augmenterait sa vulnérabilité à l'agression russe». 

Enfin, pour la diplomatie américaine : «Nord Stream 2 contribuerait également à maintenir la forte dépendance de l’Europe à l’égard des importations de gaz naturel russe, ce qui crée des vulnérabilités économiques et politiques pour nos partenaires et alliés européens.» 

«Partenaires et alliés européens» 

Et dans sa guerre diplomatique contre Nord Stream 2, Washington peut compter sur des alliés au cœur même de l’Union européenne. Dès 2015, alors que l’Allemagne n’avait pas encore donné son accord officiel au projet, dix Etats baltes et d’Europe centrale et orientale ont envoyé un courrier à la Commission européenne, dans lequel ils affirmaient que «l'extension de Nord Stream pour livrer des volumes croissants de gaz en Allemagne pourrait avoir de graves conséquences pour les pays de l'UE et Kiev». 

sans-titre-87.png

Dans leur lettre ces pays affirmaient que la préservation de la voie de transport à travers l'Ukraine était «d'intérêt stratégique pour l'UE dans son ensemble, non seulement du point de vue de la sécurité énergétique, mais également une stabilité renforcée de la région Europe de l'Est». Un discours surprenant, dans la mesure où les relations complexes entre la Russie et l’Ukraine, ainsi qu’entre Gazprom et la compagnie d’Etat Ukrainienne NaftoGaz, ont conduit à de multiples interruptions des livraisons de gaz à ces pays y compris pendant des périodes hivernales. Des incidents qui contredisent au mois la notion de «sécurité énergétique» invoquée.

Parmi ces opposants au projet de gazoduc russo-européen qui se recrutent principalement dans la «Nouvelle Europe» vantée par le ministre de la Défense des Etats-Unis en 2003 James Rumsfeld, la Pologne se distingue par son ardeur. En janvier 2018 son ministre des Affaires étrangères Jacek Czaputowicz affirmait au quotidien allemand Handelsblatt que Nord Stream 2 était «en train de tuer l'Ukraine» et expliquait déjà : «Si le transit du gaz russe via l'Ukraine prend fin, le pays ne perd pas seulement des revenus importants, il perd également la garantie de protection contre une nouvelle agression russe.» Une analyse que l'on retrouvera au mot près dans la note du Département d’Etat américain.

A propos de l’Ukraine, Nord Stream 2 a effectivement été conçu pour la contourner et éviter les risques de complications politiques et commerciales qui ont abouti à des ruptures temporaires de livraisons lors des hivers 2006 et 2009, sans compter une multitude d’incidents au cours des années suivantes. Le renouvellement de l’accord de transit décennal via l’Ukraine, qui prenait fin en décembre 2019, a fini par être signé à 24 heures du réveillon de la nouvelle année, après de très âpres négociations qui ont nécessité l’implication forte de la Commission européenne. Mais la Russie n’a accepté de signer que pour cinq ans et avec des volumes minimaux de transport en nette réduction par rapport à la moyenne des années précédentes. Une période de transition vers la marginalisation programmée du transport de gaz russe via l’Ukraine ?

Priorité à l'exportation de ressources énergétiques américaines 

Depuis longtemps le gouvernement allemand voit dans la pression américaine contre Nord Stream 2 un but avant tout commercial : imposer au marché européen un gaz naturel liquéfié aux Etats-Unis et transporté par méthaniers à travers l'Atlantique en remplacement du gaz russe. 

unnamedtransit.jpg

Nous estimons qu'il est inacceptable qu'une loi [américaine] puisse demander aux Européens de renoncer au gaz russe pour nous vendre du [gaz] américain à la place, à un prix bien plus élevé

Heiko Mass s’en était déjà offusqué, lors d’une visite à Moscou en juin 2017, déclarant selon le quotidien allemand Handelsblatt : «Nous estimons qu'il est inacceptable qu'une loi [américaine] puisse demander aux Européens de renoncer au gaz russe pour nous vendre du [gaz] américain à la place, à un prix bien plus élevé». Le chef de la diplomatie allemande évoquait les nouvelles sanctions contre la Russie adoptées par le Sénat américain à la mi-juin, et notamment un amendement précisant : «Le gouvernement des Etats-Unis devrait donner la priorité à l'exportation de ressources énergétiques [américaines] afin de créer des emplois américains, aider les alliés et les partenaires des Etats-Unis et renforcer la politique étrangère [américaine].» 

Le 18 mai 2018, lors d’une interview à la chaîne de télévision allemande ARD, le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier livrait à son tour son analyse : «Ils ont une importante infrastructure de terminal de gaz naturel liquéfié dont ils veulent tirer profit […] mais leur GNL [gaz naturel liquéfié] sera nettement plus cher que celui du gazoduc ...» 

«Nord Stream 2 contribuera à renforcer la sécurité énergétique de l’Europe occidentale»

L’indépendance énergétique de l’Europe est-elle menacée par la Russie comme le martèlent les responsables américains ? Nord Stream 2 ou pas, elle importe de toute façon plus de la moitié (55%) de son énergie et cette proportion devrait augmenter dans les prochaines années. En effet, les réserves européennes, comme celles du gaz de la mer du Nord, sont en train de s’épuiser. Or, la Russie effectivement, occupait en 2018, la première place des fournisseurs de pétrole et de gaz de l'Europe avec respectivement 29,8% et 40,1% de part de marché. Loin devant l’Irak (8,7%) et l’Arabie saoudite (7,4%) pour l’or noir, ainsi que la Norvège (18,5%), l’Algérie (11,3%) et le Qatar (4,5%) pour l’or bleu. 

Pourtant, à rebours des déclarations américaines ou est-européennes, certaines voix en Europe estiment que «Nord Stream 2 contribuera à renforcer la sécurité énergétique de l’Europe occidentale», comme le disait en juillet 2016 à RT France Gérard Mestrallet, pdg de Engie de 2008 à mai 2016, et président de son conseil d’administration jusqu’en mai 2018. 

«Depuis quelque temps, expliquait-il, la production du gaz est en déclin en Europe et notamment en Mer du Nord, au Royaume-Uni comme aux Pays-Bas. Nous serons donc obligés d’accroître les importations. Il faudra couvrir le déficit à l’aide d'exportations en provenance de Russie, ce qui exige une infrastructure appropriée. C’est pour cela que nous soutenons le Nord Stream 2 et sommes prêts à investir dans ce projet.» 

Le gaz russe qui passe par des pipelines offre en outre l’avantage de la stabilité de prix et de fourniture, grâce à des contrats pluriannuels que ne peuvent efficacement concurrencer des livraisons de gaz liquéfié avec, pour leur transport par voie maritime, une empreinte carbone très défavorable par rapport à des tuyaux sous-pression. 

Le gaz russe est surtout une priorité pour l’Allemagne qui a renoncé au nucléaire et doit réduire sa consommation importante de charbon. Elle reçoit déjà par le premier tronçon Nord Stream 1, inauguré en 2012, près de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an. Et Nord Stream 2 doit permettre de doubler cette capacité, la portant à 110 milliards de mètres cubes, soit plus de la moitié du volume des exportations actuelles de gaz de Gazprom vers l’Europe. 

Au titre de l'année 2019, Gazprom revendique 199 milliards de mètres cubes de gaz exportés vers l'Europe, dont les deux tiers via des réseaux de conduites terrestres qui traversent l'Ukraine ou… la Biélorussie, des pays qui prélèvent des frais de transit substantiels et ont des relations complexes avec la Russie. 

Ivan Lapchine

Source : RT France

vendredi, 11 septembre 2020

The New Axis: Berlin-Warsaw-Moscow-Bejing?

Eurasia_Blank_Map.png

The New Axis: Berlin-Warsaw-Moscow-Bejing?
 
by Konrad Rekas
Ex: http://oneworld.press
 
In fact, the axis from Berlin through Warsaw to Moscow and Beijing, the continental bridge that realists wrote about, who saw geopolitical and geoeconomic benefits and obviousness – this is the future.

What is the lesson from the anniversary of the Molotov-Ribbentrop Pact? That it was the Polish minister Józef Beck who could and should sign a pact with Molotov or Ribbentrop, and preferably with both - instead of sitting like this… believing in "Western guarantees".

Do Not Count On The Mistakes Of Others By Making Our Own

Poland has focused on the German-Russian conflict many times in its history, most often not supporting either side, but the forces that provoked these clashes. And despite the immediate benefits - it was a strategic Polish FAULT, which had to be based on the hope that one of our great neighbours would also make a mistake and act against their own geopolitical interests. Such a mechanism took place, for example, on the eve and during the Great War, which MUST be an almost successful suicide both for Russia and Germany - because that was the reason why it broke out. A similar situation happened in World War II, when Hitler, in turn, not only betrayed Nazism by selling it to great capital, but also tried to deny the geopolitical destiny of Germany, causing a war only in the interest of the Anglo-Saxons and for their rule over the World. Par excellence, therefore, both the Russian mistake in World War I and the German fault in World War II temporarily paid off for Poland - however, in the first case, almost only because there was simply a season to appoint small and weak national transition states in Central Europe as a necessary stage of reaching World Government (i), and in the second case, we were shielded by the scale of the Soviet victory and the suspension by communism of further geopolitical and civilization processes for less than half a century.

For the truth, the German-Russian alliance, or more broadly the Euro-Eurasian alliance, is the most obvious thing in the World, and it is by no means true that this is a deal, without exception, that can only deadly for the very existence of Poland. Well, that is, this is deadly, but only in a situation where Poland itself assumes the absurd role of the Trojan horse of Atlantism, deliberately acting against its own geopolitical determination. If we, Poles, stop considering as our historical mission to counteract the absolutely necessary combination of the potential of Europe and Eurasia - then we will become BENEFICIARIES, and not a hindrance to this process, which is also profitable for us.

China: A Necessary Fulfilment To Eurasia

Equally evident, but more recent date, is the geopolitical falsehood of the conflict with China, which seems to be the dominant economic power of Asia, and is our natural partner, not an enemy, for Poland and the whole of Central Europe, thus providing an opportunity to escape the trap of medium development and investment, barely keeping us alive, but transferring profits outside our country. And it does not matter for such an emerging natural European-Russian-Chinese alliance that historically China had moments in its long history, or rather makings, when the periodic advantage of the mercantile factor could make it the Ocean Empire. However, there has always been an introverted withdrawal to the Continental areas and the return of the domination of the political factor over the trade factor, typical for this formation.

Now the situation might only look different. But is it really bad? Let us remember, however, that such as United States had all the data to not go Alfred Mahan’s way, but to remain an alternative Continent, that is China has this comfort in the opposite direction to some extent. Their real return to Zheng He’s routes does not have to deny Eurasianism, but only supplement its formula.

Anyway, the Eurasian choice of Europe (including Poland) would be a salvation for all of us from the burdensome American dependence and the destruction of suicide, which for the Old Continent were two World Wars, and for Poland a joyful appearance in the Second one as a pretext, a spark, and the first a victim of a conflict that artificially divides (our) natural allies. In fact, the axis from Berlin through Warsaw to Moscow and Beijing, the continental bridge that realists wrote about, who saw geopolitical and geoeconomic benefits and obviousness – this is the future. Let us not repeat the mistakes of our ancestors, let us not ignore the reality that is happening around us. Whenever we went against our geopolitical destiny in history, only sacrifice and destruction awaited us. It is high time to change that.

(i) Nota bene, on the eve of the Great War, Russia was planning to give Poles independence, because it was already fed up with us, and its ruling spheres felt a deep reluctance to think about joining more lands inhabited by Poles. In addition, the Russians finally found a partner, in the form of Polish National-Democracy, to whom they could leave Poland - both in the conviction of the unity of interests and the durability of such governments in reborn Poland, more reliable than conservatives deprived of social support. This has been a theme that has been running in Polish-Russian relations for 300 years. Already Catherine II, sending Nikolai Repnin to Poland as her ambassador, instructed him: "We need reliable Poles!". And nothing has changed since the times of the Great Empress...

By Konrad Rękas
Polish journalist
 

vendredi, 29 mai 2020

Trump pourrait préparer une guerre nucléaire contre la Russie en s'appuyant sur la Pologne

US_Poland_Flag.jpg

Trump pourrait préparer une guerre nucléaire contre la Russie en s'appuyant sur la Pologne

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

Durant la guerre froide, l'Allemagne, principale de membre l'Otan (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord) s'était vu imposer le stationnement d'une vingtaine de bombes nucléaires tactiques B-61 visant à équiper sous contrôle américain des avions d'attaque allemands en vue de préparer une frappe nucléaire de l'Otan contre la Russie.

Cette frappe avait été présentée comme dissuasive (deterrent ou de seconde frappe) mais aucun membre de l'Otan n'ignorait qu'elle pouvait être offensive (première frappe) si le Pentagone décidait de s'appuyer sur ses bases au sein de l'Otan, notamment en Allemagne, pour attaquer la Russie. Cette possibilité avait été implicitement acceptée par les membres européens de l'Otan. Ce fut la raison pour laquelle en son temps le président De Gaulle avait refusé la présence de la France au sein de l'Organisation. L'Allemagne ancienne puissance vaincue et sous contrôle américain, n'avait pas refusé de jouer ce rôle de première ligne contre la Russie, en n'ignorant pas cependant qu'elle serait la première victime d'une telle guerre.

Aujourd'hui, en Allemagne, certains membres du SPD, parti social-démocrate, qui soutient la coalition des conservateurs CDU-CSU présidée par Angela Merkel,, demandent le retrait des forces nucléaires américaines en Allemagne. Angela Merkel a aussitôt réagi en déclarant que cette décision serait inopportune. Néanmoins, aux Etats-Unis, Donald Trump et son ministre de la défense Mike Pompeo ont laissé entendre qu'en cas de refus allemand, la Pologne accepterait de les remplacer, et que les armes nucléaires pourraient être stationnées sur son sol, au plus près de la frontière avec la Russie.

On trouvera référencé ci-dessous un article de Scott Ritter, précédemment chargé au sein de l'ONU du suivi des questions d'armement. Pour lui ce redéploiement augmenterait considérablement les risques de guerre. Il serait inévitablement considéré à Moscou comme une provocation militaire, peut-être destinée à préparer un véritable conflit armé.

Cette mesure s'ajouterait à deux autres menaçant la coexistence pacifique entre les deux puissances nucléaires, jusqu'ici acceptée tant par Washington que par Moscou. Il s'agit du retrait américain du traité dit Ciel ouvert, Open Sky Treaty, ou OST signé en 2002 et acceptant que l'Amérique et la Russie puissent librement s'assurer par des patrouilles aériennes non armées qu'elles ne se dotaient pas d'équipements militaires lourds susceptibles d'être employés dans une guerre réciproque. Ce retrait vient d'être décidé par Donald Trump. Aujourd'hui, avec la surveillance satellitaire, des patrouilles aériennes ne s'imposent plus, néanmoins l'OST était considéré comme une marque de bonne foi réciproque. Cette décision a été très mal accueillie en Allemagne.

56f751f4c2f63.image.jpg

Précédemment, Donald Trump avait décidé le retrait américain du traité FNI ou Traité sur les forces nucléaires intermédiaires signé en 1987 et visant à éliminer tous missiles non-intercontinentaux et portant des têtes nucléaires. Ce retrait signifie que de tels missiles pourraient désormais être utilisés contre la Russie par les Etats-Unis. Washington avait prétendu que Moscou ne respectait pas ses obligations, ce qui n'a jamais pu être prouvé.

On rappellera que les Etats-Unis se sont également retirés du traité JCPOA avec l'Iran permettant le contrôle de la politique d'armement nucléaire de l'Iran en échange d'une levée des « sanctions » imposées à ce pays par les autres signataires. Là encore Washington avait prétendu sans preuves que l'Iran ne respectait pas le traité.

Par ailleurs Donald Trump laisse entendre qu'il ne renouvellera pas le traité New START qui limite les plateformes nucléaires stratégiques américaines et russes permettant de lancer des missiles nucléaires contre l'adversaire. Le traité expirera le 5 février 2021. La Russie a proposé de le renouveler pour cinq ans sans aucune condition. Les États-Unis ont rejeté cette offre. Ils disent que la Chine doit être intégrée au traité, même si la Chine ne disposera pas avant longtemps de telles armes.

Enfin, Trump pense maintenant  à rompre  le  traité d'interdiction  totale des essais nucléaires que les États-Unis ont signé mais pas ratifié. Son administration discute de l'opportunité de procéder à un nouvel essai nucléaire, qui serait le premier depuis 1992, au prétexte que la Russie et la Chine procèdent à des essais nucléaires de faible puissance, ce que ces deux pays démentent. De tels essais, là encore, ne pourraient pas passé inaperçus des moyens d'observations satellitaires.

Scott Ritter considère que ces différents décisions américaines commencent à inquiéter sérieusement Moscou. Mais ceci ne devrait pas l'inciter à lancer une guerre nucléaire préventive globale dont les conséquences seraient catastrophiques. Il estime que la Russie s'appuierait sur les capacités des formations de première ligne de sa 1ère armée blindée de la Garde et de sa 20ème armée des forces combinées pour mener des opérations offensives de pénétration profonde destinées à capturer et détruire toute arme nucléaire de l'OTAN sur le sol polonais, avant qu'elle ne puisse être utilisée.

Il est douteux cependant que ceci puisse se faire sans déclencher une guerre globale. Manifestement, il semble que le Complexe militaro industriel américain dit Etat Profond, dont Trump n'est que l'émissaire (la puppet), ne redoute pas cette perspective. Il serait temps qu'en Europe, notamment en France et en Allemagne, on se décide à réagir en menaçant Trump, notamment, d'un rapprochement stratégique avec la Russie et la Chine.

Références:

US nukes in Poland would not be a deterrent, but a MASSIVE provocation for Russia
19 mai 2020 https://www.rt.com/op-ed/489068-nato-nuclear-poland-russia/

Scott Ritter https://fr.wikipedia.org/wiki/Scott_Ritter

lundi, 25 mai 2020

Le mémoriel russe doit rester pacifique

Se souvenir des blessures dont la patrie a souffert, ne pas oublier les drames qui l’ont marquée et qui font partie de son histoire est parfaitement compréhensible et naturel, d’autant que ces moments douloureux ont souvent contribué à forger son unité. Quoi de plus normal également, que ceux qui en furent les martyrs, les héros, soient honorés. Mais tout ceci doit rester dans le cadre national et ne pas se transformer en haine contre l’autre.

Des atrocités, les guerres en regorgent. Elles résultent souvent d’ambitions, nationales, mais parfois personnelles. Aucun des camps qui s’affrontent ne peut prétendre se parer du blanc-manteau de l’innocence. Au nom de valeurs trop fréquemment hypothétiques, elles voient les peuples s’écharper allégrement. L’apogée dans l’horreur revenant certainement à la seconde guerre mondiale, où l’inhumanité a atteint son paroxysme.

Malgré tout ce qui rapproche les peuples européens, les difficultés à s’unir, pour contrebalancer les deux grandes puissances dominatrices et celles qui commencent à émerger, sont difficiles à dépasser. Il en va ainsi avec la Russie, pourtant nécessaire à la grande Europe, qui nous hisserait au premier rang mondial.

Cette immense entité serait sécurisante et avantageuse pour les deux parties, l’Union européenne et la Russie. Ce n’est pas en exhumant les contentieux d’une histoire, même récente, que l’on y parviendra. Laissons le temps poursuivre son œuvre d’apaisement. Les cicatrices seront toujours présentes, mais elles doivent surtout nous rappeler que la coopération et la paix doivent seules nous inspirer.

La Russie peut-être amère, face à une Europe qui n’a pas su, pour certains de ses membres pas voulu, saisir l’occasion d’engager une saine et féconde coopération.

Pour notre part, nous avons souvent dénoncé l’attitude malveillante de certaines initiatives européennes. Le Partenariat Oriental illustre ce comportement.

Particulièrement cynique et provocateur, à travers toutes les dispositions, politiques, sécuritaires et économiques, il nuit à la Russie. De même, nous nous sommes élevés contre les sanctions démesurées, prises lors de l’annexion de la Crimée.

Tout bien considéré, elles sont loin d’être justifiées, cette région étant historiquement, linguistiquement, culturellement, russe. Quelle curiosité cet empressement à châtier ce pays, alors que ces mêmes censeurs sont totalement passifs, face aux annexions absolument arbitraires, commises par d’autres nations dans le monde. Cela étant, la dernière initiative prise par la Russie, concernant la Finlande, est pour le moins inappropriée.

kim_550.jpg

N’extirpons pas de la mémoire des faits douloureux ou glorieux, capables de faire ressurgir du tréfonds de l’être, des sentiments de revanche. Posons-nous la question de savoir si les batailles mémorielles qu’ils vont alimenter sont nécessaires pour laver des affronts.

L’intérêt des nations ne s’identifie pas forcément à celui de ses dirigeants. En ouvrant une enquête pénale contre la Finlande, sous le chef d’accusation de génocide, la Russie ne favorise guère le bon voisinage.

Les faits reprochés, des crimes commis par les troupes d’occupation finlandaises entre 1941 et 1942 en Carélie, ne soulèvent aucun doute. Cependant, les termes de l’accusation, par les graves implications qui peuvent en résulter, nous semblent excessifs. Que la Russie désire explorer ce passé lancinant, pour en connaître toutes les facettes, rien de plus naturel. Les historiens dont c’est la vocation et la compétence peuvent mener ces recherches, en toute honnêteté et au seul profit de l’histoire.

Contrairement à la majorité des autres pays de la région, qui à l’instar de la Pologne, entretiennent une suspicion chargée d’agressivité à l’égard de la Russie, la Finlande est plutôt placide. Malgré les incursions de l’aviation russe dans son espace aérien, elle a des rapports apaisés. La Finlande a fait preuve de bonne volonté.

Elle a privilégié une mitoyenneté profitable et toujours recherché le dialogue. L’attitude de la Russie n’en est que plus déroutante et interrogative. Enjeu des rivalités territoriales russo-finlandaises, la Carélie est une région martyre, qui n’a pas été épargnée lors de la seconde guerre mondiale. Durant cette période, l’armée finlandaise a commis des meurtres en Carélie orientale, qui sont connus et qu’elle a reconnus. Au-delà du problème soulevé, les drames qui ont ravagé cette région n’honorent ni la Finlande, ni la Russie.

kekkonen.jpg

Le président Urho Kekkonen, ancien des Corps francs anticommunistes finlandais et artisan d'une paix durable avec l'URSS.

Dans le passé, Le Président Vladimir Poutine nous avait habitués à une autre approche de ce type de question. À Varsovie, en avril 2010 et alors qu’en 2008 la Pologne avait signé l’accord sur le bouclier antimissile, il a déclaré, concernant le massacre de Katyn « Un crime ne peut être justifié d’aucune manière », ajoutant « Nous n’avons pas le pouvoir de changer le passé, mais nous pouvons rétablir la vérité et la justice historique. »

Enfin, rejetant tout impérialisme : « Dans l’Europe du XXIe siècle, il n’y a pas d’alternative à un bon voisinage entre la Pologne et la Russie. »

C’est ce langage que nous aimerions voir adopter à l’égard de la Finlande qui, contrairement à la Pologne, a constamment manifesté son désir d’entretenir des rapports pacifiés. La construction de la grande Europe doit emprunter les chemins de la conciliation.

Il est logique que la Russie, comme toutes les nations, recherche la vérité sur les événements qui l’ont affectée. Mais cette quête doit seulement concourir à construire son histoire.

lundi, 11 mai 2020

Démocratie parlementaire contre gouvernement des juges : le problème ne se pose pas qu’en Pologne et en Hongrie !

juges-Belgique.jpg

Démocratie parlementaire contre gouvernement des juges : le problème ne se pose pas qu’en Pologne et en Hongrie !

Ex: http://www.lesobservateurs.ch

 
Europe – La question de la démocratie parlementaire contre le gouvernement des juges ne concerne pas que la Pologne et de la Hongrie, même si la Commission européenne et la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) semblent concentrer leur attention principalement sur ces deux pays d’Europe centrale depuis maintenant 10 ans (depuis 2010 pour la Hongrie et depuis 2015 pour la Pologne). Et d’ailleurs, la limitation des pouvoirs des parlements démocratiquement élus au moyen d’un équilibre des pouvoirs entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire n’est pas une condition indispensable à la démocratie, comme le montre la tradition de souveraineté illimitée du parlement au Royaume-Uni. À cet égard, n’oublions pas que l’un des principaux points mis en avant par les partisans du Brexit et autres eurosceptiques britanniques, c’était justement que soumettre leur pays aux décisions de tribunaux supranationaux ou internationaux comme la Cour de justice de l’UE et la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) empiète de plus en plus sur la souveraineté du Parlement de Westminster et est par nature antidémocratique. La Grande-Bretagne n’a certes pas pour le moment l’intention de se retirer de la Convention européenne des droits de l’homme et de rejeter la juridiction de la CEDH, mais la question peut à nouveau se poser à la suite du rapport publié en février par le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), où il est fait état des liens étroits entre un nombre important de juges de la CEDH et l’Open Society Foundations de George Soros, ce qui soulève des questions sur l’impartialité des auteurs de nombreux jugements importants. En vertu du Traité de Lisbonne, les précédents établis par la CEDH affectent le droit de l’UE, et cela pose donc des limites claires à la souveraineté des États-nations, comme c’est aussi le cas avec la CJUE. Cette dernière est une institution de l’Union européenne et elle a, depuis longtemps déjà, pris l’habitude d’interpréter les traités européens de manière à favoriser l’évolution vers une Europe fédérale bien au-delà de ce qui est prévu par la lettre de ces traités. La question de l’actuelle réforme judiciaire polonaise, soumise à la CJUE par la Commission européenne, offre justement aux juges de Luxembourg une opportunité pour étendre les pouvoirs de Bruxelles comme jamais auparavant.

Justice-sénégalaise-681x284.jpg

L’UE prend parti pour les juges rebelles en Pologne au nom de l’État de droit et de la démocratie

En effet, le 8 avril dernier (soit un mois avant la date originellement prévue pour l’élection présidentielle polonaise), la CJUE répondait favorablement à une demande de la Commission européenne en délivrant une ordonnance provisoire censée « geler » la Chambre disciplinaire créée au sein de la Cour suprême polonaise (qui est une cour de cassation) dans le cadre de la réforme judiciaire adoptée en 2018 par le Parlement dominé par le parti Droit et Justice (PiS) de Jarosław Kaczyński et sa coalition Droite unie (une majorité absolue reconduite à la chambre basse du Parlement lors des élections législatives d’octobre 2019). La dispute autour de cette Chambre disciplinaire entre dans le cadre d’un conflit plus large concernant la façon dont sont nommés les quinze juges siégeant au Conseil national de la magistrature (KRS), car c’est le KRS qui présente au Président polonais un choix de candidats à la Chambre disciplinaire. Depuis la réforme du KRS adoptée en 2018, ces quinze juges (sur 25 membres du KRS au total) sont nommés non plus par d’autres juges mais par le Parlement, ce qui signifie que la majorité parlementaire PiS est désormais à l’origine de la majorité des nominations au KRS. Ces membres choisis par le PiS ont donc eu une voix décisive quant aux candidatures soumises au président Andrzej Duda (qui vient lui aussi du PiS) pour siéger à la Chambre disciplinaire. Il convient toutefois de préciser que, si elle stipule qu’il doit y avoir 15 juges parmi les 25 membres du Conseil national de la magistrature, la Constitution polonaise laisse au Parlement le soin de déterminer la façon dont ces juges doivent être nommés, et le Tribunal constitutionnel polonais a confirmé en mars 2019 que la procédure de nomination des membres actuels du KRS était conforme à la Constitution.

Cour-justice-lUnion-europeenne-estime-plusieurs-aspects-reforme-retraite-magistrats-etaient-contraires-droit-lUnion_0_729_486.jpg

Pourtant, certains juges polonais remettent en cause la légitimité de ce KRS réformé et de la Chambre disciplinaire nouvellement créée à la Cour suprême. La juge Małgorzata Gesdorf, première présidente de la Cour suprême qui s’est engagée activement depuis 2017 contre les réformes de la justice adoptées par le Parlement (y compris en prenant part à des manifestations organisées par l’opposition), a publiquement demandé aux juges de la Chambre disciplinaire de ne plus rendre de jugements plusieurs mois avant l’arrivée à terme de son propre mandat de première présidente le 30 avril dernier. Le président de l’association de juges Iustitia a annoncé pour sa part qu’il ne comparaîtrait pas devant la Chambre disciplinaire, alors qu’il avait été convoqué pour son militantisme politique (les juges en Pologne n’ont pas le droit de faire de la politique de manière publique). Pire encore, certains juges de rang inférieur siégeant dans les tribunaux locaux ont prétendu pouvoir contester les décisions rendues par d’autres juges dont la nomination avait été proposée au président de la Pologne par le KRS réformé, car ils considèrent que ces nominations n’avaient pas été faites de manière valide, le KRS réformé ne jouissant pas de la légitimité nécessaire à leurs yeux (en vertu de leur propre interprétation de la Constitution, chose pourtant normalement réservée au Tribunal constitutionnel). Même si en vertu des traités européens l’organisation du pouvoir judiciaire est normalement une compétence souveraine de chaque État membre, en août 2018 un groupe de juges polonais rebelles siégeant à la Chambre du travail et des assurances sociales de la Cour suprême a envoyé à la CJUE une série de questions préjudicielles portant sur les réformes du PiS dans une affaire sans lien direct avec ces questions, ce qui est une pratique interdite par le droit européen. Dans un jugement rendu en novembre 2019, la Cour de justice a déclaré que c’est à la juridiction de renvoi, en l’occurrence à la Chambre du travail et des assurances sociales près la Cour suprême polonaise, « de vérifier si la KRS offre ou non des garanties suffisantes d’indépendance à l’égard des pouvoirs législatif et exécutif ».

1551892270_026505_1551892328_noticia_normal.jpgCe jugement avait de quoi surprendre, car en droit polonais seul le Tribunal constitutionnel a cette compétence, et les traités européens n’autorisent pas la CJUE à attribuer une telle compétence à un autre organe judiciaire d’un État membre. Néanmoins, prétendant se fonder sur cette décision de novembre de la CJUE, la première présidente de la Cour suprême Małgorzata Gesdorf (dessin, ci-contre)a convoqué le 23 janvier une audience rassemblant trois des cinq chambres de la Cour suprême, soit environ la moitié de tous les juges de la Cour suprême, afin d’adopter une résolution par laquelle toutes les décisions prises par la Chambre disciplinaire étaient déclarées non valides et tous les juges nommés par le Président Duda sur la base des candidatures présentées par le KRS réformé devaient cesser de prononcer des jugements, cette résolution de la Cour suprême affirmant que les réformes votées par le Parlement en 2017-18 violaient le droit européen, à savoir le principe d’indépendance de la justice mentionné en termes généraux dans les traités européens. La présidente de la Diète (la chambre basse du parlement polonais) a donc saisi le Tribunal constitutionnel sur la question des compétences respectives du Parlement et de la Cour suprême. Les juges constitutionnels ont alors suspendu à titre provisoire la résolution de la Cour suprême avant de constater dans un arrêt définitif rendu le 20 avril que la résolution adoptée le 23 janvier à la Cour suprême violait à la fois la Constitution polonaise et le droit européen et n’avait donc aucun effet.

Pour ajouter à la confusion, le 20 avril, soit 10 jours avant la fin de son mandat de première présidente de la Cour suprême, la juge Małgorzata Gesdorf délivrait un arrêt en vertu duquel elle transférait toutes les affaires confiées à la Chambre disciplinaire aux autres chambres de la Cour suprême. Mme Gesdorf justifiait sa décision en brandissant l’ordonnance provisoire du 8 avril de la CJUE, alors que les décisions de la CJUE ne peuvent pas s’appliquer directement (il aurait fallu un vote du parlement polonais pour mettre en œuvre l’ordonnance provisoire de la CJUE, c’est-à-dire pour suspendre l’application de la loi ayant décidé de la création de ladite Chambre disciplinaire). Le 5 mai, cet arrêt était annulé par le premier président par interim de la Cour suprême polonaise, Kamil Zaradkiewicz. Conformément à la Constitution polonaise, le juge Zaradkiewicz a été nommé par le président Andrzej Duda pour conduire la procédure d’élection du prochain premier président de la Cour suprême, Małgorzata Gesdorf n’ayant pas conduit cette élection avant la fin de son mandat.

Toutefois, de même que la Commission Juncker auparavant, la Commission Von der Leyen prend ouvertement parti pour les juges polonais rebelles qui, comme mentionné plus haut, demandaient eux aussi à la Cour de justice de l’UE de se prononcer un jugement sur la validité du régime disciplinaire mis en place par le Parlement polonais. Ce jugement de la CJUE serait censé s’appuyer sur les principes généraux d’État de droit et d’indépendance des tribunaux mentionnés dans les Traités européens. Le 29 avril, la Commission européenne engageait d’ailleurs une nouvelle procédure contre la Pologne, cette fois à propos d’une réforme du régime disciplinaire des juges adoptée en janvier 2020. Cette réforme vise à pouvoir sanctionner efficacement ces juges qui, prétendant appliquer directement la décision de la CJUE de novembre 2019, remettent en cause la légitimité d’autres juges quand ceux-ci ont été nommés sur recommandation du Conseil national de la magistrature (KRS) après les réformes du PiS. Dans tout autre pays de l’UE, un juge ne peut pas invalider un jugement au prétexte que le juge à l’origine de la décision ne serait pas légitime à ses yeux. Mais pour la Commission européenne, que la Pologne sanctionne ce type de comportements rebelles de la part de juges militants serait une atteinte au principe d’indépendance de la justice !

justice-europe.jpg

UE contre Hongrie

De manière assez similaire, lorsqu’en 2011 Viktor Orbán, fort d’une majorité constitutionnelle au parlement, a introduit une nouvelle constitution qui restreignait les compétences de la Cour constitutionnelle hongroise et abaissait l’âge de la retraite des juges à 62 ans, de manière à éliminer les juges qui avaient commencé leur carrière sous le régime communiste, la Commission européenne a pris le parti de ceux qui voyaient en ces réformes une menace pour l’État de droit et pour la démocratie. Elle a alors porté la question de l’âge de la retraite devant la CJUE qui a estimé en novembre 2012 que « l’abaissement radical de l’âge de la retraite des juges hongrois constitue une discrimination fondée sur l’âge non justifiée », et la Hongrie a dû porter l’âge de la retraite des juges à 65 ans, soit l’âge standard de la retraite dans ce pays. En juin 2011, le Parlement européen a de son côté adopté une résolution critiquant la nouvelle Loi Fondamentale hongroise parce qu’elle serait « susceptible de mettre en péril l’indépendance de la justice hongroise », notamment à cause des « dispositions portant sur la nouvelle Cour constitutionnelle hongroise ». Autre exemple : en juin 2019, la Commission européenne a adressé au Conseil une recommandation sur la Hongrie dans laquelle elle explique que « l’équilibre des pouvoirs, crucial pour assurer l’indépendance de la justice, a été encore affaibli dans le système des tribunaux ordinaires. Le Conseil national de la magistrature fait face à des difficultés croissantes pour exercer un contrepoids face aux pouvoirs du Président de l’Office national de la justice. Cela fait naître des inquiétudes concernant l’indépendance judiciaire. » Sans surprise, tandis que les membres du Conseil national de la magistrature sont des juges nommés par d’autres juges, le président de l’Office national de la justice est nommé par le Parlement. Ici encore, la Commission européenne, tout comme le Parlement européen, attaque la Hongrie pour avoir mis en place un contrôle parlementaire sur des juges nommés (et non élus), comme si l’État de droit et la démocratie ne pouvaient être garantis que par l’existence d’un pouvoir judiciaire totalement indépendant, et comme si un pouvoir judiciaire contrôlé uniquement par lui-même était en soi la meilleure garantie de démocratie.

Pourquoi l’UE n’a-t-elle jamais remis en cause le principe de la souveraineté illimitée du Parlement britannique ?

colloque-10.10.19.pngSi c’était le cas, les institutions de l’UE auraient dû mettre le Royaume-Uni sous le feu des projecteurs dès son adhésion au bloc européen en 1973, ou au minimum dès l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne en 2009, puisque ce traité a incorporé dans le droit européen la Charte des droits fondamentaux et l’obligation de souscrire à la Convention européenne des droits de l’homme. Il est vrai que le protocole n° 30 de la Charte des droits fondamentaux stipule explicitement que « La Charte n’étend pas la faculté de la Cour de Justice de l’Union européenne, ou de toute juridiction de la Pologne ou du Royaume-Uni, d’estimer que les lois, règlements ou dispositions, pratiques ou action administratives de la Pologne ou du Royaume-Uni sont incompatibles avec les droits, les libertés et les principes fondamentaux qu’elle réaffirme. ». Mais alors, en vertu dudit Protocole, ce qui s’appliquait au Royaume-Uni jusqu’au Brexit devrait s’appliquer à la Pologne aussi, ce qui n’est manifestement pas le cas aux yeux de la Commission européenne et de la CJUE (voir le jugement du 19 novembre 2019 à propos du Protocole n° 30 et de l’application de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne à la République de Pologne et au Royaume-Uni : « il ne remet pas davantage en question l’applicabilité de la Charte en Pologne et n’a pas pour objet d’exonérer la République de Pologne de l’obligation de respecter les dispositions de la Charte »).

Tandis que l’on reproche à Varsovie et Budapest des réformes décrites comme constituant un abus de pouvoir par le parlement et comme remettant en cause le système d’équilibre et de séparation des pouvoirs et donc, paraît-il, l’État de droit et la démocratie, dans l’une des plus anciennes démocraties d’Europe la souveraineté du parlement est définie de la manière suivante : « La souveraineté parlementaire est un principe de la constitution britannique. En vertu de ce principe, le Parlement est l’autorité juridique suprême du Royaume-Uni qui peut adopter ou abroger toute loi. D’une manière générale, les tribunaux ne peuvent pas annuler ses lois et aucun Parlement ne peut adopter de lois que les futurs Parlements ne pourront pas modifier. La souveraineté parlementaire est l’élément le plus important de la constitution britannique. »

La moitié des juges de la Cour suprême polonaise et sa première présidente se sont arrogé en janvier le droit d’invalider une loi adoptée par le Parlement, en se fondant sur le jugement de la CJUE de novembre où il était dit que le droit européen est supérieur aux lois nationales, et en arguant du fait que le deuxième alinéa de l’article 19, par. 1, du traité sur l’Union européenne stipule que « Les États membres établissent les voies de recours nécessaires pour assurer une protection juridictionnelle effective dans les domaines couverts par le droit de l’Union ». Malheureusement, la Commission européenne soutient ouvertement cette attitude clairement inconstitutionnelle au nom du principe de l’application directe du droit européen. En Pologne, seul le Tribunal constitutionnel a la capacité d’invalider des lois approuvées par le Parlement, et c’est pourquoi les juges constitutionnels polonais ont invalidé le 20 avril 2020 cette résolution adoptée le 23 janvier à la Cour suprême, la considérant comme non conforme à la Constitution polonaise et au droit européen. En même temps, dans un autre pays ayant appartenu à l’Union européenne jusqu’en janvier 2020, le Parlement « peut adopter ou abroger toute loi » et « les tribunaux ne peuvent pas annuler ses lois », ce qui n’a jamais posé problème à la Commission européenne actuelle ni à aucune Commission antérieure.

vote-brexit-parlementaires-11-decembre-696x383.png

Par ailleurs, le Royaume-Uni n’a pas de cour constitutionnelle et sa Cour suprême, qui est considérée par de nombreux observateurs comme contraire à la tradition parlementaire britannique, n’a été créé qu’en 2009 par une loi promulguée par le Parlement sous le gouvernement travailliste de Tony Blair. Puisque d’après la constitution britannique « aucun Parlement ne peut adopter de lois que les futurs Parlements ne pourront pas modifier », la Cour suprême britannique pourrait facilement être abolie par la majorité parlementaire actuelle. Il se trouve que le nouveau Procureur général pour l’Angleterre et le pays de Galles nommé par le premier ministre Boris Johnson en février, Suella Braverman, est d’avis que, pour le bien de la démocratie, le Parlement doit récupérer la souveraineté qui lui a été confisquée non seulement par l’Union européenne mais aussi par les tribunaux. Mme Braverman a écrit en janvier que l’arrêt par lequel la Cour suprême avait décidé en septembre que la suspension du Parlement par Boris Johnson était illicite était un nouvel exemple de « l’intrusion continue et chronique des juges » sur le terrain de la politique. Elle a critiqué l’« activisme judiciaire » et déclaré : « Oui, les tribunaux doivent agir pour contenir les abus de pouvoir par le gouvernement, mais si un petit nombre de juges non élus et n’ayant de comptes à rendre à personne continuent de déterminer les grandes politiques publiques en s’opposant aux décideurs élus, notre démocratie ne peut pas être qualifiée de représentative. La légitimité du parlement est sans égale et c’est la raison pour laquelle nous devons reprendre les commandes, non seulement aux dépens de l’UE, mais aussi de l’appareil judiciaire ». En tant que procureur général, Braverman est maintenant procureur en chef pour l’Angleterre et le Pays de Galles et premier conseiller juridique du gouvernement.

Dans un article intitulé « Réparer la Cour suprême devrait être la priorité constitutionnelle de Boris Johnson », l’éditorialiste du Telegraph Charles Moore se moque de la vision d’un Brexit qui serait « une lutte entre les ‘populistes’ sans vergogne et les justes déterminés à résister à tout ce qui pourrait avoir ‘un effet extrême sur les fondements de notre démocratie’ », les derniers mots étant une citation de la décision de septembre de la Cour suprême qui avait invalidé la suspension du Parlement par Johnson quand l’opposition anti-Brexit, aidée par le Speaker John Bercow, avait pris le contrôle de l’ordre du jour de la Chambre des communes tout en refusant de nouvelles élections. Pour que cela ne se reproduise pas à l’avenir, Boris Johnson a promis d’abroger la loi de 2011 sur la durée fixe du Parlement afin de redonner au gouvernement la capacité de convoquer des élections législatives au moment où il le souhaite. Moore suggère aussi que le gouvernement et sa majorité au Parlement trouvent le moyen de restaurer une prérogative de la prorogation (suspension du Parlement pour une durée déterminée) qui ne doit pas être soumise au contrôle des juges. Il estime en outre qu’« il faut revoir le panel ‘indépendant’ chargé de nommer les juges, qui donne à l’establishment une capacité presque illimitée d’auto-réplication » En effet, écrit Moore, la « Déclaration des droits de 1689 […] protège la liberté politique en insistant pour qu’aucune ‘délibération du Parlement’ ne puisse être ‘annulée’ par un tribunal », et « il n’y avait jamais eu auparavant de séparation formelle des pouvoirs dans ce pays. C’était mieux ainsi », conclut l’éditorialiste.

Les gens comme Małgorzata Gesdorf – la première présidente de la Cour suprême polonaise jusqu’au 30 avril – ou Věra Jourová – la Vice-présidente de la Commission européenne pour les Valeurs et la Transparence qui remet aujourd’hui en cause le droit qu’a le Parlement polonais de nommer des membres de son Conseil national de la magistrature (KRS) – pensent-ils donc aussi que l’État de droit et la démocratie sont menacés en Grande-Bretagne à cause d’une séparation des pouvoirs insuffisante ?

george-soros-une-cedh-a-sa-main.jpg

Les juges de Soros à la Cour européenne des droits de l’Homme

Une autre question est de savoir si les « juges non élus et n’ayant de comptes à rendre à personne » qui siègent à la CJUE et à la CEDH sont vraiment indépendants et impartiaux. La CEDH en particulier soulève de sérieux doutes. S’il ne s’agit pas d’une institution de l’Union européenne, c’est elle qui interprète la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Or « les droits fondamentaux, tels qu’ils sont garantis par la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales et tels qu’ils résultent des traditions constitutionnelles communes aux États membres, font partie du droit de l’Union en tant que principes généraux. » (art. 6, par. 3, du Traité sur l’Union européenne). Au cours de la décennie écoulée, les jugements de la CEDH ont imposé à l’Italie la légalisation des unions homosexuelles et à l’Autriche l’adoption des enfants par le « deuxième parent » dans les couples homosexuel. La CEDH a aussi exercé des pressions sur la Pologne en faveur d’une libéralisation de l’avortement tandis que la Hongrie a été forcée d’abolir la perpétuité réelle (la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle). Non seulement la CEDH est-elle souvent accusée d’activisme judiciaire en raison de ses interprétations souvent très libres et militantes d’une Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales écrite en termes généraux, mais ce reproche est désormais conforté par un rapport récemment publié par le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), une ONG internationale dédiée à la protection des droits de l’homme. On trouve en effet dans ce rapport une liste des juges de la CEDH ayant des liens étroits avec les ONG actives devant cette même CEDH. Comme on peut le lire dans l’introduction du rapport de l’ECLJ, « au moins 22 des 100 juges permanents ayant siégé à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) entre 2009 et 2019 sont anciens responsables ou collaborateurs de sept ONG fortement actives auprès de cette Cour. Douze juges sont liés au réseau de l’Open Society Foundation (OSF), sept aux comités Helsinki, cinq à la Commission Internationale des Juristes, trois à Amnesty International, un à Human Rights Watch, un à Interights et un à l’A.I.R.E. Centre. L’Open Society se distingue par le nombre de juges qui lui sont liés et par le fait qu’elle finance les 6 autres organisations citées dans ce rapport. Depuis 2009, on recense au moins 185 affaires dans lesquelles l’une de ces sept ONG est officiellement impliquée dans la procédure. Parmi celles-ci, dans 88 cas, des juges ont siégé dans une affaire dans laquelle était impliquée l’ONG avec laquelle ils étaient liés. (…) Sur la même période, on observe seulement 12 cas de déports dans lesquels un juge s’est retiré d’une affaire en raison, semble-t-il, d’un lien avec une ONG impliquée dans l’affaire. Cette situation met en cause l’indépendance de la Cour et l’impartialité des juges ; elle est contraire aux règles que la CEDH impose elle-même aux États en la matière. C’est d’autant plus problématique que le pouvoir du tribunal est exceptionnel. »

La démocratie en Occident menacée par l’activisme judiciaire plutôt que par la souveraineté parlementaire

Et si donc la véritable menace pour la démocratie occidentale aujourd’hui ne venait pas de « populistes sans vergogne » rétablissant un certain contrôle parlementaire sur le pouvoir judiciaire, mais plutôt de l’attitude de ces « justes déterminés à résister à tout ce qui pourrait avoir ‘un effet extrême sur les fondements de notre démocratie’ », et de leur volonté de mettre à la merci d’un gouvernement de juges « éclairés » toutes les lois adoptées par les parlements élus ?

Antonin_Scalia_Official_SCOTUS_Portrait.jpgLe problème n’est pas uniquement européen. Quand la Cour suprême des États-Unis a imposé la légalisation du « mariage gay » dans les 50 États de l’Union en 2015, le juge dissident Antonin Scalia (photo) a qualifié cette décision d’insulte à la démocratie et il a accusé la Cour suprême dont il faisait partie de chercher de plus en plus souvent à créer les politiques de la nation plutôt qu’à se poser en arbitre. « La décision prise aujourd’hui veut dire que mon dirigeant et le dirigeant des 320 millions d’Américains vivant entre les deux côtes, c’est une majorité des neuf juristes siégeant à la Cour suprême », a alors écrit Scalia. « Cette pratique de la révision constitutionnelle par un comité non élu de neuf personnes, toujours accompagnée (comme c’est le cas aujourd’hui) d’éloges excessifs de la liberté, prive le peuple de la liberté la plus importante qu’il s’était affirmé dans la Déclaration d’Indépendance et qu’il avait obtenu par la révolution de 1776 : la liberté de se gouverner lui-même. »

Sans aller aussi loin, l’arrêt de juin 2018 de la Cour de justice de l’Union européenne qui a contraint les 28 États membres à reconnaître les effets juridiques des unions de même sexe porte lui aussi dans une certaine mesure atteinte à la liberté des peuples de l’Europe de se gouverner eux-mêmes. En effet, en vertu des traités européens qui ont été approuvés par leurs représentants élus, ces peuples n’avaient jamais sciemment renoncé à leur droit de décider souverainement de leurs transformations sociétales futures.

Et d’ailleurs, n’en déplaise à la Commission européenne et à la Cour de Justice de l’UE, les peuples de l’Union européenne n’ont jamais non plus formellement renoncé à leur droit de préserver ou rétablir une certaine forme de contrôle démocratique sur leur propre système judiciaire et de défendre la démocratie parlementaire contre l’activisme des juges militants.

Article publié originellement le 12 mars 2020 en anglais sur kurier.plus, le site de l’Institut de coopération polono-hongroise Wacław Felczak.

Traduit en français et mis à jour le 7 mai 2020 pour le Visegrád Post.

 

Extrait de: Source et auteur

vendredi, 13 mars 2020

Stanisław Przybyszewski

Stanislaw-Przybyszewski-photo-by-Karol-Pecherski-The-courtesy-of-The-National-Digital.ppm.png

Stanisław Przybyszewski

Halina Floryńska-Lalewicz

Author: Culture.pl

Writer, poet, dramatist and essayist. Born on 7 May 1868 in Łojewo near Kruszwica, died 23 November 1927 in Jaronty– Inowrocław county.

Upon graduation from a German gymnasium in Toruń (Thorn), Przybyszewski went to Berlin to study architecture and medicine from 1889. In 1892 he edited "Gazeta Robotnicza", the Polish socialist weekly appearing in Berlin. The following year he married the Norwegian writer Dagny Juel and in 1894-98 lived mostly in Norway. While in Germany and Norway, he stayed in close touch with the circles of international Bohemia; he was friends with Edvard Munch, Richard Dehmel, August Strindberg and others.

In 1898 he arrived in Kraków and was appointed editor of "Życie". The following year the magazine went bust for censorhip and financial reasons. In 1901-05 Przybyszewski lived in Warsaw, devoting himself to literary work.

From 1906 to 1918 he stayed in Munich. In 1917-18 he contributed to the Expressionist magazine "Zdrój" which was published in Poznan.

In 1919 he returned to Poland to take civil service posts in Poznan and Gdansk. He also got involved in social responsibility projects - he was the champion and organizer of the construction of a Polish gymnasium and the Polish House in Gdansk. In 1924 he got employed at the Civil Office of the President of the Republic. He was awarded the Officer Cross and the Commander Cross of the Polonia Restituta Order. An active man of letters till his last days, he was the author of a great many publications and gave tremendously popular public lectures.

Przybyszewski's role in the Young Poland period goes beyond the facts contained in his curriculum vitae and, indeed, beyond what he wrote. In the late 19th and early 20th centuries he was a major figure, if not a prophet, of literary life. Writers of more intellectually mature works used to start their discourse from comments on his views. A large percentage of his generation spoke his language. One of the reasons for it was his eccentric personality and his scandalizing legend which included erotic excesses, drinking and the notorious divorce of Jadwiga and Jan Kasprowicz which he had caused. More than that, he was the one to formulate the main philosophical ideas of his generation in a most extreme and dramatic way, and did it through literary provocation.

spybook.jpgHe earned fame in Berlin, where he became a hero of the international artistic community. It was in Berlin that he published his resonant essay "Zur Psychologie des Individuums. I - Chopin und Nietzsche. II - Ola Hansson" 1892 as well as poems Totenmesse, 1895 (Polish version: Requiem aeternam, 1904), Vigilien, 1895 (Polish version: Z cyklu wigilii, 1899), De profundis, 1895 (Polish version 1900), Androgyne, 1900. They introduced themes which would be central to all of his work: individualism, the metaphysical and social status of creative individuals, fate of geniuses, the sense of such attributes of genius as "degeneration" and "illness". He continued to present his philosophical views in essays published in a number of magazines and later collected in the volumes "Auf den Wegen der Seele" 1897 ("Na drogach duszy" [On the Paths of the Soul], 1900), "Szlakiem duszy polskiej" [On the Paths of the Polish Soul], 1917, "Ekspresjonizm, Słowacki i Genesis z ducha" [Expressionism, Slowacki and Genesis from the Spirit], 1918.

Initially open to various views, Krakow's "Życie", coming out in 1897-1900, was transformed into a magazine of the young generation when Artur Górski was appointed editor-in-chief in early 1898, to become the organ of Young Poland. In no. 1 of 1899 Przybyszewski published Confiteor, the manifesto of the new art and one of its key writings. Its main slogan, "art for art's sake", was not just an appeal for the autonomy of artistic activities. It was born out of Przybyszewski's conviction, shared with other artists, that art reveals important truths about existence, reaching the Absolute. The artist's "naked soul", stripped of conventions and freed from social constraints and intellectual stereotypes, is able to transcend the seeming biological and spiritual dualism of the human being. Indeed, this dualism is one of cognitive powers, and conceals the basic unity of being. According to Przybyszewski, the opposition of soul and brain is the opposition of intuitive and discursive cognition; the former, analytical and communicable, belongs to the unified order of social phenomena; the latter is a way in which the individual communicates with absolute reality.

Przybyszewski's manifesto, affirmative of creative individuals as bearers of metaphysical insight, was targeted against the positivist program of socially involved art and the positivist concept of progressive natural and social evolution. It juxtaposed two types of cognition, two moral models and two development ideas: the social one and the individual one. Przybyszewski invoked the anti-positivist trends of contemporary philosophy, represented by Friedrich Nietzsche, Arthur Schopenhauer, Eduard Hartmann, as well as Polish romantic tradition (mainly Słowacki's philosophy of Genesis), theosophy and occultism. His views were also influenced by the heritage of naturalism. The sphere of the Absolute, in which the "naked soul", freed from social constraints, belongs, initially had strongly marked features of the sphere of biology and drive, believed to determine the conscious life of man and to cause permanent moral conflict. Przybyszewski based on it his concepts of "blameless guilt", doom and evil, the latter perceived as the inseparable element of being. Gradually, however, the "naked soul" evolved to become increasingly spiritual, its destructive and self-destructive energy proving the evolution's driving force towards individual perfection. Przybyszewski combined Slowacki's concept of King Spirit who destroys the existing forms of being to create finer ones, with Nietzsche's idea of the Overman. To legitimize these ideas, he finally accepted the concept of re-incarnation.

spybook2.jpgPrzybyszewski translated the philosophical issues raised in his essays and narrative poems into the language of literary prose and drama. A very prolific writer, he published many novels, all of them trilogies, in German and Polish, notably Homo Sapiens, German edition 1895-96, Polish edition. 1901; Satans Kinder, 1897; Synowie ziemi [Sons of the Earth], 1904-11; Dzieci nędzy [Children of Poverty], 1913-14; Krzyk [The Cry], 1917; Il Regno Doloroso, 1924. All of his novels had basically the same type of protagonists, i.e. outstanding individuals destroyed by the social world and by their internal demons. These doomed characters were presented in extreme, frequently pathological, emotional states of alcoholism, jealousy, destructive love. The plots were weak and served as a pretext to analyze the characters' internal states. This new type of the protagonist required appropriate narration techniques that were different from those used in realistic novels. Przybyszewski made innovative use of (seemingly) indirect speech and of internal monologue.

As they violated taboos of social behaviour and were - intentionally - morally provocative, all of his books aroused intense public response. Translated into English, Italian, Czech, Bulgarian, Serbo-Croatian, Yiddish and many other languages, his novels and essays had a major influence on the period's literature, particularly in Scandinavia and Central Europe.

He also wrote a number of dramas, including Das grosse Gluck, 1897; Złote Runo [Golden Fleece], 1901; Śnieg [The Snow], 1903; Matka [Mother], 1903; Odwieczna Baśń [Perennial Fairytale], 1906; Śluby [The Oaths], 1906; Gody życia [The Nuptials of Life], 1910; Topiel [Deep Water], 1912; Miasto [The Town], 1914; Mściciel [The Avenger], 1927. Their themes and characters were similar to those of the novels. Likewise, the plots were flimsy, and were compensated for by numerous monologues and discussions revealing the inner life of the characters.

Przybyszewski's dramas were put on stage in many Polish and European theatres; in a number of cases the staging preceded the coming out in print. In 1921, marking Przybyszewski's thirtieth anniversary as a writer, his dramas appeared in the repertoires of the theatres of Krakow, Warsaw and Lvov. All the premieres were accompanied by heated debates on their literary and moral aspects.

Both the work and the legend of Przybyszewski lost some of its popularity in the twenty years separating the two world wars, other literary events eclipsing them. Przybyszewski's other side came to the forefront, however. This enemy of involvement of art and of any social ties gave himself in to the tide of patriotic feeling, publishing a bilingual pamphlet "Polen und der heilige Krieg; Polska and the Holy War" (1916), an apotheosis of the struggle for national liberation. After World War I his support for the freshly regained statehood was not limited to words; he championed and master-minded pro-Polish public actions and became a valued civil servant. Once a poet maudit, he had a funeral worthy of a dignitary, writes his biographer, Stanisław Helsztyński. Przybyszewski was buried in Góra in the Kujawy region. His coffin was placed in a four-horse carriage decorated with state insignia. The funeral procession was a three-quarter mile long and included state and Church dignitaries, chancellors of colleges and universities, writers and journalists. An honorary salute was fired over his grave. A public collection of money which lasted for four years paid for the stately tomb that has survived to the present day.

Przybyszewski played a major role in Polish cultural life as an artist, thinker and taboo-breaking provocateur. Writing in Polish as well as German, he was among the best-known Polish writers in Europe. Today he is of interest mostly to historians of literature and culture as well as to lovers of the period of Young Poland. Of the few stagings of his dramas, the most interesting performance was that of Matka directed by Krystian Lupa in Jelenia Góra in 1979.

Major publications: "Wybór pism" [Selected Writings], Wroclaw 1966; "Listy" [Letters] vol. 1-2, Wroclaw 1954.

Author: Halina Floryńska-Lalewicz, January 2004
 

mercredi, 19 février 2020

L’autre droite polonaise

konfed.jpg

L’autre droite polonaise

par Georges FELTIN-TRACOL

Ex: http://www.europemaxima.com

Quatre faits majeurs ont marqué les élections générales du 13 octobre dernier. La majorité gouvernementale constituée autour du PiS (Droit et Justice) de Jaroslaw Kaczynski est reconduite, ce qui est en soi un événement majeur depuis la fin du régime communiste en 1990.

Si le PiS et ses alliés remportent la majorité absolue des sièges à la Diète, cette entente ne dispose que de 48 sièges sur cent au Sénat désormais présidé par un opposant de centre-droit. Disparue à l’occasion des élections précédentes, l’Alliance de la gauche démocratique retrouve une représentation parlementaire de 49 sièges. Animée par les agrariens du Parti paysan qui sert souvent de force d’appoint aux gouvernements de droite comme de gauche, la Coalition polonaise (30 députés) réunit les centristes de l’Union des démocrates européens, les libéraux-sociaux du Parti démocratique, les régionalistes de Silésie ensemble et les anciens populistes de Kukiz’15 désormais ralliés à la démocratie directe, au conservatisme libéral et à l’intégration européenne.

Mais la surprise provient de la Confédération, véritable cauchemar de Kaczynski qui n’a pas empêché l’émergence sur sa droite d’un pôle authentiquement radical. Lancée le 6 décembre 2018, la Confédération Liberté et Indépendance avait récolté aux élections européennes de mai dernier 621 188 voix et 4,55 %. Aux législatives, ce cartel obtient 1 256 953 voix, soit 6,81 % et onze députés. Grâce à un usage massif et réfléchi des réseaux sociaux, il devient la troisième force politique chez les moins de trente ans. Pour le Sénat, en raison du mode de scrutin majoritaire uninominal à un tour, elle ne rassemble que 144 124 bulletins (0,79 %).

a414f953-0419-4275-99da-aff95523c50e.jpg

La Confédération Liberté et Indépendance soutient la sortie de la Pologne de l’Union européenne. Cet ensemble souverainiste s’oppose aussi à l’avortement, au féminisme et à la vague LGBTXYZ. Plutôt climatosceptique, il préconise l’emploi simultané du charbon et des énergie renouvelables. C’est enfin une alliance électorale de sept mouvements, trois majeurs et quatre mineurs. Parmi ces derniers, mentionnons l’Association nationale STOP NOP pour la connaissance de la vaccination qui rejette les campagnes de vaccination obligatoire, les protestataires anti-bureaucratiques relativement « poujadistes » du Parti des chauffeurs qui exige un code de la route moins répressif et des infrastructures routières plus sûres, l’Union des familles chrétiennes qui défend la vie et le catholicisme traditionnel, et, rassemblant d’anciens activistes de la Ligue des familles polonaises et de Samoobrona, la Ligue nationale, un temps proche du PiS, dont le discours se réfère à la doctrine sociale de l’Église et au solidarisme de troisième voie.

koooor.jpg

Examinons maintenant ses principaux piliers. Avec un élu, la Confédération de la Couronne polonaise dédiée à Dieu et à la Vierge Marie, est une formation monarchiste sans prétendant, car le royaume de Pologne fut jusqu’en 1772 une monarchie élective. Avec cinq députés chacun, le mouvement KORWIN et le Mouvement national en sont les deux moteurs. KORWIN est l’acronyme polonais de Coalition pour la restauration de la liberté et de l’espoir de la République, clin d’œil évident à son président-fondateur, l’ancien député européen loufoque Janusz Korwin-Mikke de sensibilité libertarienne minarchiste (un État réduit à ses seules prérogatives régaliennes). Lointain héritier du Parti national-démocrate du penseur nationaliste Roman Dmowski (1864 – 1939), le Mouvement national lutte pour une Pologne subsidiariste et ethniquement homogène.

roman-dmowski-a8a245c8-c87b-492e-a3c3-24f7b38c4c6-resize-750.jpeg

Roman Dmowski

La Confédération Liberté et Indépendance s’oppose avec force à la politique étrangère catastrophique, atlantiste et pro-occidentale, du PiS. Sur les traces du pro-russe Roman Dmowski, elle a proposé à la Russie de partager l’Ukraine : l’Est dont le Donbass reviendrait à Moscou, l’Ouest, y compris la Galicie, à la Pologne. Elle reprend à son compte la vision géopolitique du grand rival de Dmowski, le maréchal Pilsudski. Elle se justifie par le fait que la Pologne accueille déjà des centaines de milliers d’immigrants d’origine ukrainienne. Si pour certains, l’ukrainien ne serait qu’une variante dialectale du russe, la Confédération estime qu’il s’agit d’une variante paysanne du polonais. Aucun ne s’est demandé si l’ukrainien ne serait pas plutôt la langue-mère du polonais, du russe et du bélarussien…

Si la Confédération Liberté et Indépendance ne sombre pas dans de vaines querelles de personnes, elle pourra à terme vraiment représenter une alternative crédible à Jaroslaw Kaczynski. Encore faudrait-il qu’elle délaisse une bonne fois pour toute l’impression persistante d’amateurisme politique.

Georges Feltin-Tracol

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 159, mise en ligne sur TV Libertés, le 10 février 2020.

mardi, 19 novembre 2019

Du gaz de schiste plutôt que du gaz russe de Gazprom : la Pologne lie sa politique énergétique aux Etats-Unis

polonais-les-projets-d-extraction-toujours-en-suspens_grand.jpg

Du gaz de schiste plutôt que du gaz russe de Gazprom : la Pologne lie sa politique énergétique aux Etats-Unis

Varsovie : la Pologne ne met apparemment aucune limite à son américanophilie bien affichée. Désormais, Varsovie veut se détacher, sur le plan énergétique, du consortium russe Gazprom et parie dorénavant sur le gaz liquide américain, plus cher et plus nocif pour l’environnement. Le consortium du pétrole et du gaz de l’Etat polonais, le PGNiG, vient de déclarer qu’il ne prolongera pas son accord sur l’importation du gaz naturel de Gazprom, accord qui avait été signé pour durer jusqu’à la fin de l’année 2022.  Plus encore, le Traité dit de Jamal ne sera pas renouvelé le 31 décembre 2022.

Selon les clauses de ce traité datant de 1996, les parties s’obligent à annoncer toute éventuelle prolongation ou non prolongation trois années avant le terme prévu pour toute résiliation, donc avant le 31 décembre 2019.

Les importations de gaz russe vers la Pologne avaient déjà diminué de 6,4% l’an passé pour se limiter à 9,04 milliards de m3. A la même époque, PGNiG a signé, il y a un an, un contrat avec l’entreprise américaine Cheniere Marketing, prévoyant la livraison de gaz de schiste pour une période de vingt-quatre années. Entre 2019 et 2022, la Pologne devrait recevoir quelque 0,52 million de tonnes de gaz liquide (ce qui revient à environ 0,7 milliard de m3 de gaz après re-gazéification). Dans la période allant de 2023 à 2042, le volume annuel du gaz liquide fourni monterait à 1,45 million de tonnes (soit 1,95 milliard de m3).

Auparavant, le consortium polonais avait déjà signé un accord avec la firme américaine Venture Global LNG, selon lequel deux millions de tonnes de gaz liquide (2,7 milliards de m3 après re-gazéification) devraient être livrées chaque année pendant une période de 20 ans à la Pologne (mü).

Article issu de http://www.zuerst.de )

mardi, 22 janvier 2019

Salvini, les Polonais et l'euroscepticisme

salvini-a-varsovie.jpg

Salvini, les Polonais et l'euroscepticisme

Ex: http://www.dedefensa.org

Il y a cinq ans encore, la chose aurait déclenché des haussements d’épaule de dérision, des sourires condescendants et quelques gloussements tonitruants. Aujourd’hui, “la chose” vient parfaitement à son heure ; elle est évidente et irrésistible, elle ne fait rire personne sinon de l’ironie d’elle-même et ouvre des horizons à bien d’autres. Nous voulons parler de l’affirmation du vice-Premier italien et ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, poursuivant sa croisade européenne (Orban, Le Pen, etc.) et visitant la Pologne, et déclarant à l’issue des entretiens avec les dirigeants polonais : « Il est temps de remplacer l'axe franco-allemand par un axe italo-polonais »

Salvini a été prolixe et très écouté, et entendu, et approuvé par tous ses interlocuteurs polonais, lors de ses divers entretiens et de sa conférence de presse clôturant sa journée de travail d’hier à Varsovie. Il a annoncé avoir proposé à Jaroslaw Kaczynski, chef du parti de gouvernement PiS, un “programme commun” entrant dans le projet d’un vaste rassemblement des “souverainistes” (Sovranisti) européens, avec l’objectif de former un grand parti au Parlement européen (élections en mai prochain). Salvini a estimé que les Polonais et lui étaient d’accord “à 90%” sur ce programme, et précisant également qu’un seul sujet n’avait pas été abordé, – les sanctions contre la Russie, et en général les relations avec la Russie, là où le désaccord est profond entre les deux pays... (Tactique désormais établie et éprouvée : mettre de côté les points de désaccord de politique étrangère pour se concentrer sur les questions européennes.)

« “J'ai proposé, afin de dépasser les différences entre partis, différences dues à des raisons de géographie et de tradition culturelle, un contrat pour l'Europe, un pacte pour l'Europe, qui n'existe pas encore, je ne suis pas venu avec un produit déjà fini”. Quelle forme prendrait ce pacte ? Selon Matteo Salvini, il pourrait s'agir d'un “pacte pour l'Europe” en dix points. Les populations des différents pays européens décideraient ensuite “si elles sont d’accord ou pas d’accord” avec ces propositions. “Nous y travaillerons dans les prochains jours. Avant les élections. Les pactes, il vaut mieux les présenter avant les élections qu’après”.

» Déclarant espérer qu'une alliance de “tous ceux qui veulent sauver l'Europe” occupera la deuxième ou même la première place au sein du Parlement européen, il a répété qu'il était temps “de remplacer l'axe franco-allemand par un axe italo-polonais”, et qualifié de “vrais eurosceptiques” ceux qui ont gouverné l'Europe ces dernières années. [...]

» Dès le début de sa visite de quelques heures à Varsovie, il Capitano avait affirmé que l'Italie et la Pologne seraient les “protagonistes du nouveau printemps européen” qu'il appelle de ses vœux pour réformer l'Union européenne. Il s'adressait aux médias à l'issue d'une rencontre avec le ministre polonais de l'Intérieur, Joachim Brudzinski, [qui] a souligné de son côté que l'Italie et la Pologne étaient d'accord sur presque tous les sujets abordés. Les deux pays, a-t-il insisté, “ne comptent pas quitter l’Union européenne” car ils sont “partie intégrante de l’Union”. Ils souhaiteraient au contraire la “renforcer” en “améliorant la sécurité” et la “réformer” afin qu'elle soit “plus proche des citoyens que des élites”. » 

Parlant précisément du projet de renouvellement du Traité de l’Élysée de 1963, qui doit être signé par Macron et Merkel le 22 janvier prochain, Breitbart-UK écrit à propos de la visite de Salvini en Pologne, pour préciser dans quelle circonstance a été suggérée l’idée de remplacer un axe par un autre : « Faisant allusion à un autre pacte évoqué mercredi, – celui de Macron et de Merkel prévoyant d’intégrer leurs deux pays sur des matières telles que la défense et les affaires étrangères comme un arrangement précurseur de l’“Europe souveraine”, – Mr Salvini a interrogé : “Je me demande si un axe polono-italien ne pourrait pas remplacer l’axe franco-allemand ?” »  

Le projet de renouvellement du Traité de l’Élysée représente ainsi la plus parfaite trahison de ce que devait être le premier traité, tel qu’imaginé par de Gaulle et très rapidement défiguré par l’ajout d’un “Protocole” liant l’Allemagne à l’OTAN et aux USA, par le Bundestag, quelques mois après sa signature. Macron-Merkel achèvent ainsi la complète liquidation de la souveraineté, conformément à la tradition globaliste que ces deux dirigeants totalement discrédités entendent imposer avant leur naufrage commun, ou en même temps que leur naufrage commun, – car Macron et Merkel ont au moins et sûrement quelque chose en commun, qui est leur naufrage politique : 

« La France et l'Allemagne doivent élaborer des politiques de défense, des politiques étrangère et économique communes dans le cadre d'un pacte de “jumelage” sans précédent, considéré comme un prototype pour l'avenir de l'Union européenne. Angela Merkel et le président Macron vont signer ce mois-ci un traité qui permettra à ces deux pays voisins de présenter un front diplomatique uni et d'agir conjointement dans les missions de maintien de la paix.

» Les régions situées de part et d'autre de la frontière franco-allemande seront encouragées à former des “Eurodistricts” comprenant des réseaux fusionnés d'eau, d'électricité et de transports en commun. Berlin et Paris offriront des liquidités pour encourager ces zones transfrontalières, qui pourraient impliquer des hôpitaux partagés, des projets conjoints ou des projets environnementaux communs. » (Selon le Times de Londres du 10 janvier.)

... Par conséquent, on ne rit plus à l’idée de Salvini, de remplacer l’axe franco-allemand, parce que cet axe est devenu nocif, catastrophique et mortifère à l’image de leurs deux opérateurs, Macron et Merkel. Les deux dirigeants faillis, ayant conduit l’Europe à la faillite, ayant capitulé partout où cela pouvait être fait face au monstre bureaucratique de Bruxelles ; lequel monstre, à la fois Orque etMordor, est bien loin d’être un substitut et un outil de la puissance allemande, mais bien une monstrueuse machinerie produisant d’elle-même des politiques catastrophiques pour tous les peuples.

La visite de Salvini en Pologne confirme donc bien qu’une immense bataille est désormais engagée en Europe et au sein de l'Europe, et le premier acte aura lieu en mai prochain. Cette bataille sera engagée dans des conditions nouvelles, qui sont apparues subrepticement dans les déclarations italiennes et polonaises :

• Les “eurosceptiques”, désormais, ce ne sont plus les souverainistes et les populistes, mais les globalistes du type du tandem Macron-Merkel, parce qu’ils sacrifient la sécurité de l’Europe, notamment avec leur politique d’immigration et le transfert de tous leurs pouvoirs au réseaux financiers et bancaires internationaux. Ce tournant autant dialectique que tactique est rendu possible par la montée vertigineuse du mécontentement politique dans le sens du populisme, et bien entendu l’important événement des Gilets-Jaunes en France.

• Donc, le but des souverainistes-populistes n’est plus de “quitter l’Europe” mais de “sauver l’Europe” des mains des globalistes. Il s’agit de hausser les principes du “nationalisme” au niveau européen, tout en protégeant les souverainetés des pays-membres... On en revient évidemment et toujours à “l’Europe des patries”. 

• Il y a tout aussi évidemment de la tactique électorale là-dedans : Salvini veut “ratisser très-large” en abandonnant l’aspect négatif prêté aux “eurosceptiques”, surtout à la lumière du catastrophique Brexit ; et en adoptant une tactique d’entrisme qui commencerait par le Parlement Européen. (On voit bien que l’objectif réel de Salvini, c’est bien de parvenir à faire des souverainistes-populistes le premier parti européen au PE.)

• Il nous paraît assez inutile de chercher en détails les impossibilités et les imperfections de cette tactique, – qui, justement, n’est qu’une tactique, et donc un moyen et un outil plutôt qu’un but. Là n’est pas le débat, parce que le débat c’est d’abord de tenter de mettre KO toute la nomenklatura globaliste européenne, dans les gouvernements, au PE, dans les institutions européennes, etc. Après, on verra, parce que la situation politique sera complètement nouvelle et qu’alors tout sera ouvert et possible.

• “Tout sera ouvert et possible”... Y compris, selon notre appréciation, une véritable explosion-révolution de l’intérieur de l’UE, si les souverainistes-populistes l’emportent. L’entrisme, cela sert également à aller poser une bombe dans le cœur grondant de la chose qu’on veut conquérir : quelles que soient les intentions réelles de Salvini, notre sentiment est qu’il est inexorablement poussé d’abord à détruire (d’une façon ou d’une autre et selon ce qui est possible et souhaitable, tout ce qui a rapport avec l’UE en place) ; cela, même s’il se dit meilleur européen que les globalistes, – ce qui est d’ailleurs vrai, – et pas du tout “eurosceptique”, – ce qui est disons à moitié vrai, en poussant un peu pour faire passer l’argument qui a le charme des paradoxes et le panache de l’oxymore...

• Ce que nous désignerions comme un “Moment” historique pour l’Europe, c’est bien ceci que la prépondérance franco-allemande est totalement mise en cause, et elle l’est, et elle peut et doit l’être à juste raison, à cause de la trahison des élites. Il est montré par les divers événements en cours autant que par le comportement et l’action des dirigeants de cet “axe” franco-allemand que cette prépondérance n’a plus aucune légitimité.

 

Mis en ligne le 11 janvier 2019 à 13H40

jeudi, 01 mars 2018

La stratégie américaine du gaz liquide contre l’Europe

Terminal-LNG.jpg

La stratégie américaine du gaz liquide contre l’Europe: la Pologne devient l’allié continental des Etats-Unis contre son propre environnement historique et politique !

Bruxelles/Varsovie: Les Etats-Unis ne laissent rien en plan pour torpiller le projet germano-russe du gazoduc “Nordstream 2” et parient de plus en plus nettement pour un partenariat gazier avec la Pologne.

Grâce à une augmentation des livraisons américaines de gaz liquide (lequel nuit à l’environnement et provient de la technique d’exploitation dite du “fracking” ou de la fracturation, interdite dans l’UE), la Pologne est sur la bonne voie pour devenir le carrefour d’acheminement du gaz américain en Europe centrale et orientale, en se débarrassant ainsi des acheminement traditionnels, qui suivent un axe Est/Ouest.

Entretemps, 12% du volume total des importations polonaises arrivent via un terminal installé à Swinemünde (Swinoujscie) en Poméranie ex-allemande. Un volume croissant de ce gaz provient des Etats-Unis. Ce glissement observable dans la politique énergétique polonaise vise bien évidemment la Russie. Maciej Wozniak, vice-président de l’entreprise PGNiG, appartenant pour moitié à l’Etat polonais, a expliqué récemment et sans circonlocutions inutiles aux médias : « Nous envisageons d’arrêter toute importation de gaz russe d’ici 2022 ».

Par ailleurs, PGNiG a pu, au cours de ces derniers mois, fournir un milliard de mètres cubes de gaz naturel à l’Ukraine. Outre cette livraison de gaz à l’Ukraine, on observe l’émergence, en Pologne, d’un réseau de gazoducs qui, dans l’avenir, acheminera du gaz importé d’outre-mer vers les pays de l’Europe de l’Est et du Sud-Est. Le ministre américain des affaires étrangères, Rex Tillerson, a déclaré que les Etats-Unis soutiendraient le projet. On devine aisément que c'est pour des raisons géostratégiques évidentes!

L’eurocratie bruxelloise, elle aussi, soutient, avec l’argent des contribuables européens et avec le soutien américain, la construction et le développement de sites d’arrivée et de débarquement de gaz naturel ou liquide ainsi que de gazoducs venant de Scandinavie pour aboutir en Europe orientale voire en Azerbaïdjan et au Turkménistan, pour faire concurrence au projet germano-russe « Nordstream 2 » et pour limiter l’influence dominante de Gazprom, le consortium russe du gaz naturel. Le programme « Connecting Europe Facility » (CEF) installe des ports d’importation de gaz liquide en provenance de la Mer du Nord en Baltique et en Méditerranée. Le système des gazoducs, qui y est lié, forme un demi-cercle parfait autour du territoire de la Fédération de Russie. Le gaz qui est importé via ce système provient de plus en plus de pays où les gisements sont exploités par la méthode de « fracking » (de « fracturation »), laquelle est préjudiciable à l’environnement : ces pays sont le Canada, les Etats-Unis et l’Autstralie.

Dans ce contexte, les Etats-Unis, la Pologne et les Pays baltes poursuivent des intérêts économiques et politiques particuliers : ils veulent imposer un bloc anti-russe, d’inspiration transatlantique, aux pays de l’Europe orientale membres de l’UE et à tous leurs voisins d’Europe de l’Est, au détriment de la coopération entre Européens et Russes, déjà mise à mal par les sanctions que l’Occident impose à la Russie.

Articld paru sur : http://www.zuerst.de