Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 30 novembre 2021

La révolte de Maritz et De Wet en 1914, annonce la revanche des Boers sur l'Angleterre

11-Oktober_Rebelliedagboek_Unieverdedigingsmagte.jpg

La révolte de Maritz et De Wet en 1914, annonce la revanche des Boers sur l'Angleterre

Francesco Lamendola

Ex: https://www.centrostudilaruna.it/rivolta-di-maritz-e-de-wet-sudafrica.html

La République d'Afrique du Sud, comme on l'appelle, avait quitté le Commonwealth britannique en 1949 et n'a été réadmise qu'en 1994, après la disparition de l'objet du litige avec le Royaume-Uni, c'est-à-dire après le démantèlement de la législation sur l'apartheid.

C'est la composante boer de la communauté européenne, installée au Cap de Bonne Espérance au 17ème siècle qui, pendant les guerres napoléoniennes (1797), fut repoussée à l'intérieur des terres par les Britanniques et qui a créé au 19ème siècle les deux fières républiques indépendantes du Transvaal et de l'Orange.

La grande migration des Boers au-delà du fleuve Orange, ou Great Trek, comme on l'appelle dans les livres d'histoire sud-africains, a eu lieu à peu près en même temps que l'arrivée des tribus bantoues du nord qui, originaires de la région des lacs d'Afrique orientale, repoussaient à leur tour les Bushmen et les Hottentots. Les Boers, et les Sud-Africains blancs en général, ont toujours nié la validité de l'affirmation selon laquelle une minorité blanche dans leur pays s'était imposée à une majorité noire, arguant au contraire qu'ils avaient atteint et colonisé les régions intérieures avant les Bantous, et non après.

Quoi qu'il en soit, les Boers ont mené deux guerres contre l'impérialisme britannique: une victorieuse en 1880-81, et une beaucoup plus dure en 1899-1902, qui s'est terminée par la défaite complète de la courageuse résistance boer, dirigée par le légendaire président Krüger. Le conflit avait été rendu inévitable non seulement par les projets expansionnistes grandioses de l'impérialisme britannique, incarné en Afrique par des hommes comme le financier Cecil Rhodes et par son célèbre slogan "du Caire au Cap" (de Bonne-Espérance), mais aussi et surtout par la découverte de riches gisements d'or et de mines de diamants sur le territoire des deux républiques boers.

President_Kruger.jpg

9-cecil-john-rhodes-1853-1902-granger.jpg

Cette dernière n'était pas une victoire dont l'immense Empire britannique pouvait être fier: il n'a réussi à vaincre la résistance de ces petits paysans tenaces qu'après avoir déployé toutes les ressources humaines, matérielles et financières dont il disposait sur les cinq continents et qu'après que ses commandants aient eu recours à la tactique de la terre brûlée, en détruisant les fermes et les cultures, et surtout en transférant et en internant la population boer dans des camps de concentration, où des milliers de personnes sont mortes de privations et de maladies.

Il est vrai que la paix, signée à Pretoria le 31 mai 1902, et le traité ultérieur de Veereniging, qui sanctionne la souveraineté britannique sur les deux républiques, accordent des conditions relativement douces, voire généreuses, aux vaincus. Le gouvernement britannique a notamment pris en charge la dette de guerre du gouvernement du président Krüger, qui s'élevait à l'époque à 3 millions de livres, et a accordé un statut juridique spécial à la langue néerlandaise, ne reconnaissant pas encore la spécificité de la langue afrikaans.

Il convient de noter que le traité stipulait explicitement que les Noirs ne se verraient pas accorder le droit de vote, à l'exception de ceux résidant dans la colonie du Cap, où les colons britanniques constituaient la majorité blanche; car, dans l'Orange et le Transvaal, les Boers n'auraient jamais accepté une telle éventualité, même à moyen ou long terme.

L'intention du gouvernement britannique était d'intégrer progressivement les Boers dans leur propre culture, en commençant par l'éducation et la langue; mais le projet d'anglicisation des Boers par la scolarisation s'est avéré infructueux et en 1906, avec l'arrivée du parti libéral au gouvernement à Londres, il a été abandonné. De plus, les autorités britanniques ont dû reconnaître l'afrikaans comme une langue distincte du néerlandais, ce qui a constitué un premier pas vers le renversement du rapport de force au sein de la communauté blanche sud-africaine entre les colons d'origine britannique et ceux d'origine boer.

Une autre étape est la naissance, le 31 mai 1910, de l'Union sud-africaine, grâce à l'union des quatre colonies du Cap, du Natal, d'Orange et du Transvaal : Huit ans seulement après la conclusion d'une guerre extraordinairement sanglante et cruelle, caractérisée par des pratiques inhumaines typiquement "modernes", telles que la destruction des cultures, le déplacement forcé de populations entières et leur internement dans de véritables camps, l'Afrique du Sud devient un Dominion autonome au sein de l'Empire britannique, à majorité afrikaner; un processus qui culminera en 1931 avec la conquête de la pleine indépendance, votée par le Parlement de Londres avec le "Statut de Westminster".

Manie Maritz (1876-1940)

Un épisode peu connu du public occidental est celui de la révolte anti-britannique qui a éclaté dans l'Union sud-africaine en 1914, sous la direction des généraux boers Manie Maritz (tableau, ci-dssous) et De Wet, coïncidant avec le début de la Première Guerre mondiale, à laquelle l'Union elle-même a participé aux côtés de la Grande-Bretagne, notamment pour le fort soutien apporté à la cause britannique par des hommes prestigieux de la communauté afrikaner tels que Louis Botha et Jan Smuts.

unngmmamed.jpg

En effet, toutes les blessures du dernier conflit n'avaient pas été cicatrisées et une partie de la population afrikaner, animée par de forts sentiments nationalistes, n'ignorant pas la sympathie (bien que seulement verbale) manifestée par le Kaiser Wilhelm II Hohenzollern pour la cause boer, pensait que l'heure de la rédemption avait sonné et se désolidarisait du gouvernement de Pretoria, appelant, en effet, à la lutte ouverte contre les Britanniques aux côtés de l'Allemagne.

De l'autre côté du cours inférieur de l'Orange, depuis 1884, la colonie allemande du Sud-Ouest africain (aujourd'hui la Namibie) était établie et les chefs insurgés afrikaners espéraient que de là - ou, plus probablement, d'une victoire rapide des armées allemandes en Europe - viendrait l'aide nécessaire pour vaincre les forces britanniques et hisser le drapeau de l'indépendance boer sur les terres de l'Orange et du Transvaal.

C'est ainsi que l'historien français Bernard Lugan, "Maître de Conférences" à l'Université de Lyon III, spécialiste de l'histoire africaine et professeur pendant dix ans à l'Université du Rwanda, a rappelé cet événement dans son livre Histoire de l'Afrique du Sud de l'Antiquité à nos jours (Paris, Librairie Académique Perrin, 1986 ; traduction italienne par L. A. Martinelli, Milan, Garzanti, 1989, pp. 195-99) :

"Lorsque la guerre éclate le 4 août 1914, l'Union sud-africaine se trouve automatiquement engagée, en tant que dominion britannique, du côté des Britanniques, c'est-à-dire dans le camp de l'Entente. La cohésion entre les deux composantes blanches de la population a été immédiatement affectée. Les anglophones acceptent l'entrée en guerre comme un devoir envers la mère patrie, tandis que les Afrikaners se divisent en deux groupes: le premier, suivant les vues de Botha et Smuts, proclame sa solidarité avec la Grande-Bretagne, le second, mené par Hertzog, propose que l'Union reste neutre jusqu'à une attaque directe. Le fondateur du parti nationaliste a rejeté toute obligation directe, et a affirmé le droit de l'Afrique du Sud à décider librement dans des situations dramatiques comme celle d'aujourd'hui. Lorsque, en septembre 1914, le Parlement du Cap accède à la demande de Londres d'enrôler un corps militaire dans l'Union pour l'occupation du Sud-Ouest africain allemand, une grande partie de l'opinion publique afrikaner réagit violemment. Une insurrection, menée par les anciens généraux boers Manie Maritz et De Wet, se propage rapidement parmi les officiers supérieurs de l'armée sud-africaine : douze mille hommes, principalement originaires d'Orange, prennent les armes contre leur gouvernement. Une guerre civile entre Afrikaners semblait imminente, et le risque était grand car les rebelles avaient proclamé la République sud-africaine :

    "PROCLAMATION DE LA RESTAURATION DE LA RÉPUBLIQUE D'AFRIQUE DU SUD

    Au peuple d'Afrique du Sud :

    Le jour de la libération est arrivé. Le peuple Boer d'Afrique du Sud s'est déjà soulevé et a commencé la guerre contre...

     LA DOMINATION BRITANNIQUE détestée et imposée.

    Les troupes de la Nouvelle République d'Afrique du Sud ont déjà commencé à se battre contre les troupes du gouvernement britannique.

    Le gouvernement de la République d'Afrique du Sud est provisoirement représenté par MM. Général MARITZ, Major DE VILLIERS, Major JAN DE WAAL-CALVINIA

    Le gouvernement rendra au peuple d'Afrique du Sud l'indépendance que l'Angleterre lui a volée il y a douze ans.

    Citoyens, compatriotes, vous tous qui souhaitez voir l'Afrique du Sud libre,

    NE MANQUEZ PAS DE FAIRE VOTRE DEVOIR ENVERS LE BIEN-AIMÉ

    ET BEAU DRAPEAU de quatre couleurs (le "Vierkleur") !

    Unissez-vous jusqu'au dernier homme pour restaurer votre liberté et votre droit !

    LE GOUVERNEMENT ALLEMAND, DONT LA VICTOIRE EST DÉJÀ ASSURÉE, A RECONNU LE DROIT D'EXISTENCE DE LA RÉPUBLIQUE SUD-AFRICAINE, et a ainsi montré qu'il n'a pas l'intention d'entreprendre la conquête de l'Afrique du Sud comme MM. Botha et Smuts l'ont prétendu au Parlement de l'Union.

    Kakamas, République d'Afrique du Sud, octobre 1914.

    LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D'AFRIQUE DU SUD

    (Signé) MARITZ, DE VILLIERS, JAN DE WAAL".

Botha décide de déclarer la loi martiale le 12 octobre, deux jours après que Maritz, à la tête d'un régiment sud-africain, ait déserté pour rejoindre les troupes allemandes en proclamant son intention d'envahir la province du Cap. Les partisans inconditionnels de la cause boer estiment que l'Allemagne est capable d'infliger une défaite définitive à l'Angleterre, ce qui leur offre une occasion unique de prendre leur revanche sur les vainqueurs de 1902 et de rendre l'Afrique du Sud aux Afrikaners. Mais le mouvement est désordonné: les "kommandos", organisés à la hâte, mal armés, mal aimés par une partie de la population qui vient de panser les plaies de 1899-1902, ne sont pas en mesure d'affronter les unités de l'armée régulière. Les derniers rebelles se rendent le 2 février 1915.

vreikorps.jpg

Ainsi, la campagne contre le Sud-Ouest africain allemand peut commencer. Londres avait fait savoir qu'elle serait considérée comme un service rendu à l'Empire, et que par conséquent l'Empire en bénéficierait politiquement au moment du traité de paix.

La disproportion des forces est telle que les Allemands n'ont d'autre choix que d'essayer de retarder une défaite inévitable. Ils disposent de 1600 hommes, renforcés par 6000 réservistes mobilisables sur une population blanche de 6000 personnes. Le colonel Heydebreck ne peut empêcher la manœuvre sud-africaine: Botha débarque à Swakompund avec 12.000 hommes, Smuts à Lüderitz avec 6000, et plus de 30.000 hommes traversent le fleuve Orange. Le 5 mai 1915, Windhoek, la capitale de la colonie allemande, est occupée; une résistance sporadique se poursuit, aidée par l'immensité de la steppe, jusqu'au 9 juillet 1915, date à laquelle la reddition des troupes du Reich est signée à Otavi. La campagne avait été courte et les pertes humaines limitées: Botha a ainsi donné à l'Union le protectorat sur le sud-ouest de l'Afrique.

Lors des élections générales d'octobre 1915, Botha est confronté à une opposition croissante du Parti national de Hertzog. Les nationalistes afrikaners rejettent toute nouvelle forme de participation sud-africaine à la guerre, et s'opposent en particulier à l'envoi de contingents en Afrique orientale. Afin d'exprimer et de défendre les intérêts des Afrikaners pendant la campagne électorale, le parti national a lancé son propre journal, "Die Burger".

louis-botha-1862-1919south-african-mary-evans-picture-library.jpg

Botha (photo) conserve la majorité au parlement avec 54 sièges, auxquels s'ajoutent les 40 sièges gagnés par les unionistes qui soutiennent la politique militaire du premier ministre. Toutefois, le Parti national, avec 27 sièges, a pu faire entendre sa voix.

En 1916, une force de 15.000 Sud-Africains est envoyée au Tanganyika pour renforcer l'armée britannique qui, bien que nombreuse, ne parvient pas à vaincre les troupes allemandes du général Lettow-Vorbeck. En août 1914, ce dernier - alors colonel - n'avait à sa disposition que 3000 Européens et 16.000 ascaris pour la défense de toute l'Afrique orientale allemande: mais avec ces très maigres forces et sans recevoir aucun ravitaillement de la mère patrie, il résista à plus de 250.000 soldats britanniques, belges, sud-africains et portugais jusqu'en novembre 1918. Dans la guerre d'embuscades dans laquelle les Alliés et les Allemands se sont affrontés dans le sud du Tanganyika, le contingent sud-africain, commandé d'abord par le général Smuts, puis par le général Van Deventer, a joué un rôle de premier plan.

La 1st South African Brigade débarque à Marseille le 15 avril 1916. Incorporée à la 9ème division écossaise, elle est envoyée sur le front de la Somme en juin, où, entre le 14 et le 19 juin, les volontaires se distinguent dans les combats du bois de Delville, tenant leurs positions au prix de lourdes pertes: 121 des 126 officiers et 3032 des3782 soldats tombent au combat. Reconstituée avec l'arrivée d'autres volontaires, la brigade participe aux batailles de Vimy et d'Ypres en 1917, et à la bataille d'Amiens en 1918, où elle perd 1300 des 1800 hommes engagés dans les combats. Elle a été reconstituée pour la troisième fois et a pu participer aux dernières étapes de la guerre.

Au total, l'Union sud-africaine a fourni aux Alliés un contingent de 200.000 hommes, dont 12.452 sont tombés au combat. De plus en plus d'Afrikaners ne veulent plus être obligatoirement appelés à se battre pour la Grande-Bretagne et sont déterminés à obtenir une plus grande autonomie, voire une indépendance totale. Sur ce point, Hertzog n'obtient aucune satisfaction à Versailles, car les Alliés confirment la situation existante tout en offrant à l'Union un mandat sur le sud-ouest de l'Afrique.

Paradoxalement, la présence même d'un protectorat germanique sur la rive nord du fleuve Orange, aux frontières de la province du Cap, avait joué un rôle important dans le renforcement des liens entre l'Union et la mère patrie britannique, car la composante anglaise de la population blanche sud-africaine avait vécu cette proximité avec malaise, voire avec un réel sentiment de danger.

8_1Karte2_detail.jpg

En 1878, la colonie du Cap avait obtenu l'accord mitigé de Londres pour occuper Whale Bay, une enclave stratégique dans ce qui n'était pas encore la colonie allemande du sud-ouest de l'Afrique; mais lorsqu'en 1884, presque du jour au lendemain, le chancelier Bismarck a proclamé le protectorat du Reich, prenant le Foreign Office complètement au dépourvu, ce sentiment de menace s'est matérialisé presque à partir de rien et a certainement joué un rôle important dans le renforcement de la loyauté du Dominion envers l'Angleterre, avant et pendant la guerre mondiale de 1914-18.

Une situation similaire s'était produite, au cours de ces mêmes années, avec le Dominion d'Australie (et, dans une moindre mesure, la Nouvelle-Zélande): la présence allemande dans l'océan Pacifique, notamment dans le nord-est de la Nouvelle-Guinée, dans l'archipel de Bismarck et dans les îles Marshall, dans les Mariannes, à Palau et à Caroline, ainsi que dans une partie des Samoa, habilement exploitée par la propagande britannique, a généré une sorte de psychose dans l'opinion publique australienne qui, à la recherche d'une protection contre une éventuelle menace germanique, est amené à chercher un bouclier contre les Allemands dans le renforcement des liens moraux et idéaux avec la mère patrie (la même chose se répétera en 1941, cette fois contre la menace japonaise beaucoup plus concrète et immédiate).

Quant à la révolte boer de Maritz et De Wet, son échec rapide est dû à la faible adhésion de la population boer: un faible soutien qui était l'effet non pas d'un sentiment de solidarité ou d'une "gratitude" problématique envers la Grande-Bretagne, tous deux impossibles et pour diverses raisons, mais plutôt, comme le souligne Bernard Lugan, de la fatigue due à la dure épreuve de 1899-1902 et du désir de ne pas rouvrir trop tôt ces blessures et de ne pas mettre en péril, et dans des circonstances pour le moins incertaines, ces marges d'autonomie que, bon gré mal gré, le gouvernement britannique avait reconnues aux Boers.

Il s'agissait, comme nous l'avons vu, de marges d'autonomie qu'ils étaient décidés, surtout par l'action politique des nationalistes de Hertzog et de Malan, à étendre pacifiquement, mais avec une extrême détermination, jusqu'aux dernières conséquences, en prenant soin, toutefois, de bien jouer leurs cartes et de ne pas s'exposer, par une manœuvre imprudente, à une nouvelle défaite, avec tous les effets politiques négatifs que cela aurait inévitablement entraînés.

En ce sens, le fait que ce n'est qu'avec une extrême difficulté, et seulement deux ans après le début de la guerre, que l'Union sud-africaine a accepté d'envoyer un corps expéditionnaire substantiel contre l'Afrique orientale allemande (la brève campagne contre l'Afrique du Sud-Ouest allemande en 1915 n'avait été que le corollaire naturel de l'échec de la révolte boer); et que, en 1917-18, une seule brigade a été envoyée pour combattre en dehors du continent africain, alors que des forces canadiennes, australiennes et néo-zélandaises beaucoup plus importantes combattaient ou avaient déjà combattu aux côtés de la Grande-Bretagne en Europe et au Moyen-Orient (campagne de Gallipoli), témoigne de la faible perception de la population sud-africaine de la "sécurité" au sein du système impérial et du manque de fiabilité des troupes sud-africaines, en particulier des Boers, dans une campagne militaire qui se déroulait loin des frontières de l'Union et qui n'avait donc pas un caractère clairement défensif.

f3448ffc48f2e248f13b7c63acacc8cf.jpg

Même le "mandat" sur l'ancien Sud-Ouest africain allemand, en fait, doit être lu principalement comme un palliatif conçu par le gouvernement de Londres qui, grâce à ses bons offices à la Société des Nations, avait l'intention de donner un bonbon au nationalisme afrikaner, toujours dans l'illusion qu'il pourrait repousser l'épreuve de force avec le parti de Hertzog et Malan et la perte de toute souveraineté effective sur l'Afrique du Sud et ses immenses richesses minérales.

Il s'agissait au contraire d'un calcul à courte vue, qui n'a pas servi à détourner l'attention des nationalistes afrikaners de la poursuite de l'indépendance totale et qui, au contraire, a créé les conditions d'une nouvelle complication internationale: car, comme on le sait, le gouvernement sud-africain a considéré le mandat sur le Sud-Ouest africain comme une simple fiction juridique et le Parlement sud-africain a légiféré dans le sens d'une véritable annexion de ce territoire et certainement pas dans la perspective de le lancer vers l'indépendance.

Il ne faut jamais oublier que l'Empire britannique, en 1914, comprenait un quart de la masse continentale de la Terre et un ensemble de territoires, comme l'Inde, habités par des centaines de millions de personnes, avec des richesses matérielles incalculables. L'historien du vingtième siècle et, en particulier, l'historien des deux guerres mondiales, ne devrait jamais méconnaître la volonté ferme et tenace des gouvernements britanniques, surtout des conservateurs, de défendre par tous les moyens cet immense patrimoine, dans la conviction qu'ils pouvaient trouver la formule politique pour desserrer, peut-être, l'étau, mais pour préserver la substance de cette situation, extrêmement enviable pour la mère patrie.

Les dirigeants britanniques étaient tellement convaincus de pouvoir réussir dans cette entreprise que même Churchill, en signant avec Roosevelt, en 1941, la Charte de l'Atlantique qui sanctionnait l'engagement solennel anglo-américain en faveur de la liberté et de l'autodétermination des peuples, était loin de se douter que six ans plus tard seulement, l'Angleterre devrait reconnaître l'indépendance de l'Inde et du Pakistan, le cœur et la fierté de cet Empire.

Ils craignaient l'effet domino de tout renoncement colonial sur le reste de l'Empire et c'est pourquoi ils ont si férocement réprimé le soulèvement de Pâques de 1916 à Dublin, pour n'accorder à l'Irlande, mais seulement après la guerre, une indépendance mutilée, préservant cet Ulster où, entre nationalistes protestants et indépendantistes catholiques, la même dynamique destructrice qu'Afrique du Sud, divisée entre Blancs d'origine anglaise et Blancs d'origine boer, se reproduirait, mais avec des parties inversées, après la victoire militaire britannique de 1902.

L'histoire nous montre que ceux qui gagnent militairement ne gagnent pas toujours politiquement à moyen et long terme.

C'était également le cas de l'Afrique du Sud, après la conquête britannique de 1902 ; et en ce sens, même l'insurrection boer ratée de 1914 doit peut-être être considérée davantage comme la première annonce de la future indépendance de l'Afrique du Sud vis-à-vis de l'Angleterre, que comme le dernier souffle de la précédente guerre anglo-boer.

Écrire un commentaire