Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 juin 2022

Sur le blé: de l'antiquité à la guerre russo-ukrainienne

GettyImages-134216250-e1530285225433.jpg

Sur le blé: de l'antiquité à la guerre russo-ukrainienne

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/grano-derivati/

Parlons du... blé. Précisément du blé, le grain de l'épi, chanté par Virgile dans le livre I des Géorgiques. Son véritable chef-d'œuvre, selon Paratore. Car le poète d'Andes - un village de la campagne autour de Mantoue, qui n'est pas mieux identifié, même si, bien sûr, toutes les villes actuelles de la région prétendent être son lieu de naissance - était de la race des paysans. Et d'esprit, surtout, qui aimait la tranquillité champêtre, les arbres chargés de fruits, les bœufs à tête massive attelés à la charrue ... les champs de blé éclatant sous le soleil. Et dans le genre épique, il était certainement grand, ce Virgile, mais il n'était pas Homère. Et la guerre n'était pas dans sa sensibilité.

Quoi qu'il en soit, c'est de ce blé que nous parlerons. Également chanté par Pascoli, pour qui Virgile a toujours été la plus grande référence. Et par l'Alcyone de D'Annunzio. La Spica. Où la poésie géorgique devient un lyrisme intense, musical. Et résonne, de manière évocatrice, avec les mystères d'Eleusis... Car, pour nous, peuples méditerranéens, le blé est le symbole de la vie. Ainsi que la source primaire de notre alimentation.

Car sur les deux rives de ce que nous appelions autrefois notre mer, le blé a toujours été la principale source de subsistance. Pain, pâtes, couscous, biscuits, farine... nous, les peuples méditerranéens, consommons toujours du blé en fin de compte.

Pourtant, nous ne sommes pas de grands producteurs de la précieuse céréale. Dans l'Antiquité, les greniers méditerranéens étaient, en fait, au nombre de trois. La Sicile d'abord et avant tout. Et cela explique, dans une large mesure, la longue et féroce lutte entre Carthage et les cités grecques pour le contrôle de la grande île. Une lutte à laquelle Rome a mis fin, par ses propres moyens, qui, alors, étaient dérisoires.

life06b.jpg

Puis l'Égypte, bien sûr. Le plus grand producteur de l'antiquité. Et il semble paradoxal qu'aujourd'hui, l'Égypte dépende de pays étrangers pour son approvisionnement en céréales. Une dépendance qui, ces jours-ci, devient dramatique. Mais, pour Rome, la source principale qui alimentait la Ville, était la Cura Annona (la production annuelle). Et son contrôle la clé du pouvoir au cœur de l'empire. À tel point que les empereurs, à partir d'Octave, l'ont gouverné par l'intermédiaire de légats. Comme une sorte de propriété personnelle. Et le pauvre Cornelius Gallus, qui avait été le gouverneur de cette Cura Annona, a payé lourdement les soupçons d'Auguste. De sa vie. Et avec l'effacement de son travail et de sa mémoire. Ce qui nous a privé, probablement, de l'un des plus grands poètes élégiaques latins.

Et puis il y avait la Colchide. Le sud du Caucase, entre l'Azerbaïdjan et la Géorgie. Le pays de la Toison d'or. Evoquons simplement l'entreprise des Argonautes. Celle de Jason et de Médée.

Ancientcolchisandiberia_andersen.png

Athènes importait déjà des céréales de là-bas. L'Attique était trop aride et sablonneuse pour garantir les besoins de la cité de Périclès.

Et les Romains, sans la conquérir, y ont étendu une sorte de protectorat. Ils ont pris sous leur aile les colonies milésiennes de la mer Noire. D'où provenaient les céréales cultivées dans la région située plus au nord. Dans le pays qui s'appelait aussi Sarmatie. Et qui est maintenant, au moins en partie, l'Ukraine. Et la Russie.

Et ici - après avoir confirmé mon surnom de Docteur Divagus - nous arrivons au cœur du problème.

La guerre entre la Russie et l'Ukraine semble, entre autres, mettre en péril l'approvisionnement en céréales de l'Europe et de l'Afrique.

Il semble... car on nous dit que des centaines de navires de transport sont bloqués de l'autre côté du Bosphore avec leur précieuse cargaison depuis plus de deux mois. Qui, d'ailleurs, ne devrait plus être si précieuce. Puisque les céréales, stockées dans la cale d'un navire, se détériorent au bout d'un mois. Et elles deviennent inutiles pour tout usage alimentaire.

En tout cas, la crise de l'offre est là. C'est indiscutable. À tel point que nos pâtes bien-aimées ont déjà augmenté dans les rayons des supermarchés. Car, évidemment, dans les plaines d'Ukraine, le blé est récolté entre février et mars. Et les eskimos et les pingouins sont embauchés comme ouvriers... Un petit soupçon, seulement vague, de spéculation est-il légitime ? Ou s'agit-il, une fois de plus, d'une démonstration de la-terre-est-platisme?

Et puis, il y a quelque chose qui m'intrigue. Le patron d'une marque populaire de pâtes, une bonne marque d'ailleurs, a déclaré qu'il est obligé d'augmenter le prix parce que plus aucun blé n'arrive d'Ukraine.

Je vais à la cuisine. Et je prends un paquet de spaghetti. De cette marque même. En grosses lettres sur l'emballage: "100% blé italien". Mah....

La bataille pour le blé a donc commencé. Le seul salut pourrait être d'encourager la production nationale. Draghi torse nu fauchant sous le soleil brûlant de juin serait un spectacle intéressant...... Mais je doute que le banquier s'expose au risque des rayons ultraviolets. Ce risque lui est déconseillé par ses amis écologistes bien connus, tels que Soros et Gates. Il s'efforce de combler le trou dans la couche d'ozone et de sauver le monde. Sous les applaudissements de Greta et de la foule des gretins.

Le seul trou qui devrait nous inquiéter, cependant, est celui de notre ventre. Inévitable si le grain n'arrive vraiment plus. Parce qu'une politique autarcique est, soyons honnêtes, très difficile à mettre en œuvre. Parce que cela prendrait trop de temps, et nous n'en avons pas. Et, en outre, cela pourrait éveiller des soupçons de sympathie pour un certain régime du passé. Et pour un certain faucheur. Qui, contrairement à Draghi, avait le physique pour faucher.

Bien sûr, notre ami Bill viendra à la rescousse. Les céréales viendront des États-Unis. Strictement OGM, et à trois fois le prix de l'ukrainien ou du russe.

Patience. Nous ne renonçerons pas aux pâtes. Nous allons donc sacrifier autre chose et les spaghettis à la sauce tomate, les grice, les amatriciane, les trenette al pesto continueront à animer nos cantines. Malgré les anathèmes des nutritionnistes (personnes maléfiques, et prophètes de malheur).

Oui.... mais l'Afrique ? Le Maghreb qui ne vit, presque, que de céréales ? Et puis celle de l'Afrique subsaharienne. Qui est déjà affamée. Comment vont-ils s'y prendre ? Le prix des céréales de Biden est trop élevé pour être à leur portée... La faim, et donc les guerres et les émeutes sont déjà à l'horizon proche.

Mais personne ne semble s'en soucier. Les Arabes et les nègres, pardon les noirs ou si vous préférez les alterblancs, n'ont d'intérêt qu'en tant que migrants. Comme main-d'œuvre bon marché et comme ressource pour diverses ONG.

Chez eux, ils peuvent mourir de faim. Contribuant ainsi à la politique de diminution de la population mondiale si chère aux fans de Malthus, qui se réunissent périodiquement autour de Davos...

L'Américanisme des gauches

marx_main.jpg

L'Américanisme des gauches

Claudio Mutti

Source: https://www.eurasia-rivista.com/lamericanismo-di-sinistra/

Considérant le fait que le jeune Marx définissait les États-Unis comme le "pays de l'émancipation politique accomplie", c'est-à-dire comme "l'exemple le plus parfait d'un État moderne", capable d'assurer la domination de la bourgeoisie sans exclure les autres classes de la jouissance des droits politiques, un spécialiste du marxisme a observé qu'"aux États-Unis, la discrimination par la censure prend une forme "raciale"" [1], de sorte que, selon lui, on ne peut manquer de remarquer "une certaine indulgence" [2] de Marx à l'égard du système américain, tandis que "l'attitude d'Engels est encore plus déséquilibrée dans un sens pro-américain" [3].

Pour Engels, en effet, le Far West nord-américain "semble être synonyme d'expansion de la sphère de liberté: il n'est pas fait mention du sort réservé aux Amérindiens, de même que l'on passe sous silence l'asservissement des Noirs" [4]. Non seulement cela, mais parfois Engels devient un apologiste explicite de l'impérialisme américain, comme lorsqu'il célèbre la "vaillance des volontaires américains" dans la guerre contre le Mexique: "la splendide Californie a été enlevée aux indolents Mexicains, qui ne savaient qu'en faire"; ou comme lorsqu'il exalte "les énergiques Yankees" qui donnent une impulsion à la production de richesses, au "commerce mondial" et donc à la propagation de la "civilisation" [5].

L'affirmation selon laquelle la gauche "ne pouvait qu'être américaniste et fordiste, puisqu'elle avait été industrialiste dès le début semble fondée car, en fait, depuis l'Idéologie allemande, Marx et Engels avaient exalté le développement de l'industrie" [6].

Lénine, "le marxiste qui voulait réaliser le socialisme avant le développement généralisé du capitalisme, était d'autant plus américaniste et fordiste" [7], de sorte qu'en 1923, Nikolaï Boukharine pouvait exhorter les communistes à "ajouter l'américanisme au marxisme" [8].

Se faisant l'interprète de la haine bourgeoise contre la persistance d'éléments "médiévaux" dans certaines parties de l'Europe à cette époque, Lénine opposait la "campagne" prussienne, où même l'industrie avait des caractéristiques semi-féodales, à la "ville" américaine, où même l'agriculture n'avait pas échappé à l'organisation capitaliste. En Amérique, écrit-il, "la base de l'agriculture capitaliste n'était pas l'ancienne agriculture fondée sur l'esclavage, la guerre de Sécession ayant détruit l'économie esclavagiste, mais l'agriculture libre, du fermier libre, sur des terres libres ; libres de toutes les charges médiévales, du servage et du féodalisme d'une part, et d'autre part, libres de la contrainte de la propriété foncière privée" [9].

Sur le terrain idéologique cultivé par Marx, Engels et Lénine est née l'admiration de Gramsci pour la "civilisation" américaine et la condamnation de Gramsci de l'anti-américanisme. Comme alternative au type du petit bourgeois européen, le "philistin des pays conservateurs", Gramsci a proposé la figure "énergique et progressiste" que Sinclair Lewis avait dépeinte dans le personnage de Babbitt, le petit bourgeois américain qui voit l'industriel moderne comme "le modèle à atteindre, le type social auquel il faut se conformer".

51sdKr6AY1L.jpgAntonio Gramsci revendique pour le groupe communiste de l'"Ordine Nuovo" (qu'il a fondé en 1919 avec Palmiro Togliatti et d'autres) le mérite d'avoir prôné une "forme d'"américanisme" acceptable pour les masses ouvrières". Pour Gramsci, il existe en fait un "ennemi principal" qui est la "tradition", "la civilisation européenne (...), la vieille et anachronique structure sociale démographique européenne" [10]. Nous devons donc remercier, dit-il, la "vieille classe ploutocratique", parce qu'elle a essayé d'introduire "une forme très moderne de production et de travail telle qu'offerte par le type américain le plus perfectionné, l'industrie d'Henry Ford" [11].

Et la vieille classe ploutocratique a rapidement identifié ses compagnons de voyage. En fait, un commentateur faisant autorité sur les classiques du marxisme, Felice Plato, rappelle les "avances" du sénateur Agnelli envers Gramsci et le groupe de Togliatti, faites au nom d'une supposée "concordance d'intérêts entre les travailleurs de la grande industrie et les capitalistes de l'industrie elle-même". C'est d'ailleurs Gramsci lui-même qui a parlé succinctement du "financement d'Agnelli" et des "tentatives d'Agnelli d'absorber le groupe 'Ordine Nuovo'" [12].

Gramsci n'était cependant ni le premier ni le seul, parmi les marxistes, à voir dans l'Amérique le paysage idéal pour la construction d'une société alternative à la société européenne, malheureusement "alourdie par cette chape de plomb" de "traditions historiques et culturelles" [13]. C'est Gramsci lui-même, en fait, qui mentionne explicitement l'intérêt de "Leone Davidovic" (c'est-à-dire Lev Davidovitch Braunstejn/Bronstein, alias Trotsky) pour l'américanisme [14], ainsi que ses enquêtes sur le mode de vie américain et la littérature nord-américaine.

trotsky.jpg

Cet intérêt de la pensée marxiste pour l'américanisme est dû, explique Gramsci, à l'importance et à la signification du phénomène américain, qui est, entre autres, "le plus grand effort collectif jusqu'à présent pour créer, avec une rapidité sans précédent et avec une conscience de but jamais vue dans l'histoire, un nouveau type de travailleur et d'homme" [15]. Les réalisations de l'américanisme ont donné naissance à une sorte de complexe d'infériorité chez les marxistes, qui proclament selon les mots de Gramsci que "l'anti-américanisme est comique, avant d'être stupide" [16].

51nhN+o3ahS._SX326_BO1,204,203,200_.jpgNous avons parlé plus tôt de la littérature américaine.  Eh bien, l'une des manifestations les plus significatives de la culture antifasciste qui a eu lieu pendant le Ventennio de Mussolini a été la publication de l'anthologie Americana éditée par Elio Vittorini pour l'éditeur Bompiani en 1942 (et toujours réédité depuis). On a dit à juste titre que pour Vittorini et les camarades qui l'ont rejoint dans l'initiative en tant que traducteurs (tous gravitant plus ou moins dans l'orbite du Parti communiste clandestin), "la littérature américaine contemporaine (...) est devenue une sorte de drapeau ; et c'est aussi, ou peut-être surtout, comme un manifeste implicite de foi antifasciste que Vittorini a conçu et réalisé son anthologie. L'Amérique devait être pour les lecteurs, comme elle l'était pour lui, une grande métaphore de la liberté et de l'avenir" [17].

Dans ces mêmes années, alors que les antifascistes, parmi lesquels les futurs dirigeants du PCI, trinquaient à la fortune de Sa Majesté britannique [18], dans les discours de Palmiro Togliatti diffusés par Radio Mosca, il y avait une exaltation fréquente des États-Unis qui prenait parfois des accents de mysticisme inspiré. Voici un florilège bref mais significatif des laudes chantées par Migliore.

8 août 1941. "Et en réalité, nous devons être reconnaissants à l'Amérique non seulement pour avoir donné du travail pendant tant de décennies à tant de nos frères, mais aussi pour le fait qu'à ces hommes, qui sortaient de l'obscurité de relations sociales presque médiévales, elle a fait voir et comprendre ce qu'est un régime démocratique moderne, ce qu'est la liberté. (...) Mussolini et le fascisme (...) voudraient faire croire au peuple italien qu'il a un ennemi dans le peuple américain (...). Les Italiens qui connaissent l'Amérique devraient dire la vérité à leurs concitoyens. Qu'ils leur disent que le peuple des États-Unis est ami de l'Italie, mais qu'il est l'ennemi acharné de toute tyrannie (...) Et les Italiens qui aiment leur pays, qui ne sont et ne veulent être les serviteurs d'aucun despotisme, ont une nouvelle raison d'être reconnaissants au peuple des États-Unis, de qui vient aujourd'hui au peuple italien non seulement une nouvelle incitation à briser ses chaînes, mais une aide concrète aussi puissante" [19].

togliatti.png

2 janvier 1942. "Mais une autre voix nous parvient sur les ondes. C'est la voix du grand peuple américain. Dans son accent masculin, il nous semble entendre le rugissement de mille usines travaillant jour et nuit, sans relâche, pour forger des canons, des chars, des avions, des munitions. Il y a un mois, l'Amérique fabriquait autant d'avions en un mois que l'Allemagne et ses vassaux réunis. Bientôt, elle en fabriquera deux fois plus. Trente millions de travailleurs américains ont juré de ne pas relâcher leurs efforts de production tant que les régimes fascistes de terreur, de violence et de guerre ne seront pas écrasés. De bonnes perspectives, donc, pour la nouvelle année" [20].

Nous pouvons citer ici un extrait d'une lettre que Migliore, après la défaite des troupes alpines italiennes à Nikolaevska, a écrite de Moscou le 3 mars 1943 à Vincenzo Bianco : "La position des Italiens d'Amérique, et la nôtre, doit cependant être bien argumentée. Il faut expliquer qu'il ne s'agit pas du tout d'une invasion, mais d'une aide apportée au peuple italien pour retrouver sa liberté, pour chasser ses vrais ennemis, qui sont les fascistes et les Allemands. Expliquez que la véritable invasion de l'Italie est celle des Allemands, organisée par Mussolini. Mussolini est responsable de l'arrivée de la guerre en Italie. Etc. etc. Bien sûr, combinez cela avec la démonstration que les Italiens peuvent empêcher que la guerre soit portée sur leur territoire national en se débarrassant immédiatement du gouvernement de Mussolini, en évinçant ce gouvernement, en brisant la vassalité allemande, etc. D'où l'appel à la lutte, la polémique contre ceux qui disent attendre l'atterrissage pour faire quelque chose, etc. etc.  En cas de débarquement, notre position doit être: une invitation aux populations à accueillir les troupes anglo-saxonnes comme des troupes libératrices ; une invitation aux soldats à déposer les armes, etc." [21].

5arrb.jpg

Les camarades de Togliatti, en revanche, n'ont pas été privés du titre de chevalier par les impérialistes. Pour citer un cas illustre, Arrigo Boldrini dit "Bulow", qui après avoir commandé la 28e brigade "Garibaldi" a été longtemps député du PCI puis président de l'ANPI, a été décoré d'une médaille d'or par le général McCreery, commandant de la 8e armée, en février 1945 (ci-dessus).

Le fait que la "Résistance" antifasciste était un mouvement collaborationniste au service de l'envahisseur anglo-américain est un fait reconnu aujourd'hui même par l'historiographie communiste "hérétique", c'est-à-dire non alignée sur la mythologie de la Résistance. "L'accusation portée contre le mouvement partisan d'être pleinement inclus dans le front de guerre militaire allié a eu un support historique évident" [22], écrit par exemple un historien qui a compilé plusieurs entrées pour l'Encyclopédie de l'antifascisme et de la résistance. Par ailleurs, en 1944 déjà, l'organe d'un groupe communiste écrivait : "Nées de l'effondrement de l'armée, les bandes armées sont, objectivement et dans les intentions de leurs animateurs, des instruments du mécanisme de guerre britannique" [23].

Par la suite, les antifascistes, les catholiques, les libéraux et les sociaux-démocrates ralliés à Badoglio n'ont pas eu trop de mal à admettre le caractère collaborationniste de la "Résistance", notamment parce que, dans les années d'après-guerre, leurs partis ont continué à être subordonnés à la politique américaine et britannique et que de nombreux anciens partisans "blancs" ont poursuivi leurs activités pro-occidentales dans les "partis démocratiques", dans le journalisme ou peut-être dans les rangs du contre-espionnage ou du "Gladio" ; les communistes et les socialistes, qui dans la situation créée par la "guerre froide" se sont retrouvés du côté de l'URSS, ont essayé de créer une image "patriotique" de la "Résistance" et d'attribuer le mérite exclusif de la défaite nazie-fasciste à l'action des partisans, comme si les Anglo-Américains n'avaient jamais existé et comme si l'action des partisans n'avait pas été soutenue et financée par les impérialistes occidentaux (ainsi que par les capitalistes du Nord hostiles à la socialisation des entreprises décrétée par la CSR).

Dans le sud occupé, certaines formations de l'extrême gauche s'étaient immédiatement mises à la disposition des envahisseurs anglo-américains.  En Campanie, par exemple, le Parti socialiste révolutionnaire italien était né, dont l'un des objectifs immédiats était d'"aider les Anglo-Américains à libérer le territoire restant de la péninsule" [24]. "Après avoir accueilli les Alliés comme des libérateurs, les socialistes révolutionnaires avaient rencontré à Salerne le général Clark pour lui demander d'aider les troupes dans leur entrée à Naples et avaient également participé aux négociations pour la création du Gruppi Combattenti Italia" [25].

260px-Adriano_Olivetti_fotoritratto.jpgDans le Nord, depuis février 1943, le Parti communiste, le Parti d'action, le Parti prolétarien pour une République socialiste et le Parti socialiste chrétien étaient en contact avec l'OSS, les services secrets américains, par l'intermédiaire d'un agent de liaison de premier ordre: l'ingénieur Adriano Olivetti (photo), un ami de Carlo Rosselli [26].

La dépendance, y compris économique, des partis antifascistes du CLNAI vis-à-vis des hauts commandements anglo-américains est formalisée par un document de cinq pages rédigé en anglais : les "Protocoles de Rome", qui sont signés le 7 décembre 1944 par le général britannique Henry Maitland Wilson, commandant des forces alliées en Méditerranée, et les dirigeants antifascistes: Alfredo Pizzoni ("Pietro Longhi"), Ferruccio Parri ("Maurizio"), Giancarlo Pajetta ("Mare"), Edgardo Sogno ("Mauri").

Les partisans s'engagent à exécuter tous les ordres des Alliés pendant le conflit; ils s'engagent à nommer un officier acceptable pour les Anglo-Américains comme chef militaire du corps des volontaires de la liberté ; ils s'engagent à exécuter tout ordre après la "libération" du territoire italien. Et le CLNAI, pour sa part, était reconnu par les Anglo-Américains comme le seul gouvernement, de facto et de jure, de l'Italie du Nord.

Le point 5 du document établit les fonds à allouer aux activités antifascistes, en ces termes : "Pendant la période d'occupation ennemie en Italie du Nord, la plus grande assistance sera accordée au CLNAI, comme à toutes les autres organisations antifascistes, pour répondre aux besoins de leurs membres engagés dans l'opposition à l'ennemi en territoire occupé : une contribution mensuelle ne dépassant pas 160 millions de lires sera versée sous l'autorité du commandant suprême des forces alliées pour couvrir les dépenses du CLNAI et de toutes les autres organisations antifascistes".

Traduit en italien: les impérialistes alliés allouent une contribution mensuelle de 160 millions de lires (valeur de l'époque) aux collaborationnistes antifascistes, à répartir dans cinq régions italiennes dans les proportions suivantes : Ligurie 20, Piémont 60, Lombardie 25, Émilie 20, Vénétie 35.

Protocolli+di+Roma+Dicembre+1944.jpg

En stipulant les Protocoles de Rome, le Comité de libération nationale de la Haute-Italie a donc aussi formellement subordonné le mouvement partisan à la stratégie militaire anglo-américaine et l'a placé, comme l'a écrit un auteur communiste, "directement sous les ordres des alliés" [27], tandis que le Comando Volontari della Libertà était reconnu comme l'exécuteur des ordres du commandant en chef allié.

Avant même la signature des protocoles, les "patriotes" s'étaient déjà mis au service des "libérateurs", à tel point que le général Alexander leur avait donné l'ordre suivant: "Tuez les Allemands, mais de telle sorte que vous puissiez rapidement vous échapper et recommencer à tuer. (...) Les groupes de patriotes du nord de l'Italie détruisent les lignes de chemin de fer et si possible les téléphones, font dérailler les trains. Détruire les installations télégraphiques et téléphoniques" [28].

Mais laissons la parole à Renzo De Felice. "Les accords de Rome ont apporté 160 millions à la Résistance. C'était le salut. Et Harold MacMillan, responsable sur place de la politique britannique en Méditerranée, pouvait écrire dans ses mémoires le commentaire féroce et satisfait : 'Celui qui paie le joueur décide de la musique'" [29].

"Rompre avec les Alliés, pour la Résistance, était impossible: cela aurait été une catastrophe économique (Parri lui-même, dans son Mémoire sur l'unité de la Résistance, écrit en 1972, rappelle que la perspective était celle de 'fermer boutique')" [30].

"Les Alliés savaient qu'ils avaient les meilleures cartes en main: la force militaire et l'aide économique. Si pour entretenir un partisan, à la fin de 1943, il fallait mille lires, au début de 1945 il en coûtait 3 mille et même 8 mille, dans les zones les plus chères. En bref, la question économique était devenue politique. Une armée aussi nombreuse ne pouvait s'autofinancer: réquisitions, taxations forcées, grèves de ravitaillement, c'est-à-dire vols, brigandages compromettaient, en ce long hiver 44, l'image même du mouvement sur le territoire. Les résultats auraient été catastrophiques. Il est nécessaire de rationaliser le système de financement au-delà des subventions des industriels, qui ont cependant de plus en plus peur des Allemands au fil du temps, et de l'aide des services secrets britanniques et américains. C'était le chef-d'œuvre de Pizzoni. L'argent des alliés arrivait à Milan du sud via la Suisse" [31].

88f1db96781d25612fbe375f5bed38f7.jpgEn 1944, devant le spectacle d'une extrême gauche à la solde des Anglo-Américains, le fasciste républicain Stanis Ruinas (photo) s'adresse à l'un de ses vieux amis, passé du fascisme anti-bourgeois au communisme, en ces termes : "Au risque de passer pour un naïf, j'avoue ne pas comprendre comment des hommes qui se proclament révolutionnaires - socialistes communistes anarchistes - et qui, pour leurs idéaux, ont subi la prison et l'exil, peuvent applaudir l'Angleterre ploutocratique et l'Amérique trustiste qui, au nom de la démocratie et de la liberté démocratique, dévastent l'Europe. J'anticipe votre réponse. En tant que révolutionnaire, vous n'aimez pas Hitler et vous ne faites pas confiance à Mussolini. Et c'est très bien. Mais comment pouvez-vous faire confiance à l'Angleterre impérialiste qui a trahi la Perse, écrasé les républiques boers, opprimé l'Inde et l'Égypte pendant si longtemps, et qui s'arroge le droit de protéger et de diriger tant de peuples dignes de liberté ? (...) Comment pouvez-vous concilier vos idéaux révolutionnaires avec ceux de Churchill et de Roosevelt ?" [32].

Notes:

[1] Domenico Losurdo, Elogio dell'antiamericanismo, "Voce operaia punto it. L'organe télématique hebdomadaire de Direzione 17", 41, 17 octobre 2003.

[2] Ibidem.

[3] Ibid.

[4] Ibid. L'auteur se réfère à : K. Marx - F. Engels, Opere complete, Editori Riuniti, Rome 1955, VII, p. 288.

[5] K. Marx - F. Engels, Opere complete, Editori Riuniti, Roma 1955, VI, pp. 273-275.

[6] Romolo Gobbi, L'Amérique contre l'Europe. L'anti-Europeismo degli americani dalle origini ai giorni nostri, Editions MB, Milan 2002, p. 10.

[7] Ibidem.

[8] Cité dans D. Losurdo, ibidem.

[9] Cité dans : Emmanuel Malynski, Il proletarismo, Edizioni di Ar, Padoue 1979, p. 7.

[10] Antonio Gramsci, Americanisme et fordisme, Universale Economica, Milan 1950, pp. 20-21 ; édition ultérieure : Einaudi, Turin 1978. Les pages de Gramsci rassemblées dans cette édition correspondent au cahier 22 (V) 1934 des Cahiers de prison.

[11] Op. cit., p. 20.

[12] Op. cit., p. 18. La note de l'éditeur, Felice Platone, se trouve au bas de la page.

[13] Op. cit., p. 25.

[14] Op. cit., p. 42. Sur les relations de Trotsky avec l'usurocratie américaine, voir Pierre Saint-Charles, Banquiers et bolcheviks, in : Henri Coston (ed.), L'alta finanza e le rivoluzioni, Edizioni di Ar, Padoue 1971, pp. 41-50.

[15] Op. cit., ibid.

[16] Op. cit., p. 62.

[17] Giovanni Raboni, E un giorno la sinistra si risvegliò americana. Sessant'anni fa la miticaantologia di Vittorini smontò l'idea fascista sugli USA "Impero del Male", "Corriere della Sera", 24 septembre 2002, p. 35.

[18] "Il y avait, entre autres, Carlo Muscetta, Mario Alicata, Mario Socrate, Antonello Trombadori, Guglielmo Petroni, Gabriele Pepe, Marco Cesarini ; (...) Gabriele Pepe a proposé un toast à l'Angleterre, puis à Churchill, puis à la Royal Air Force. Nous avons trinqué avec joie et exultation" (Manlio Cancogni, Gli scervellati. La seconda guerra mondiale nei ricordi di uno di loro, Diabasis, Reggio Emilia 2003, p. 57). L'auteur rappelle que lui-même, en tant que représentant des socialistes, a apporté à l'imprimeur, le 9 septembre 1943, une affiche du CLN de Pietrasanta, rédigée en anglais, qui donnait le "salut aux Alliés" (op. cit., p. 192).

[19] Mario Correnti (Palmiro Togliatti), Discorsi agli italiani, Società Editrice L'Unità, Rome 1943, pp. 40-42.

[20] Op. cit., p. 93.

[21] members.xoom.virgilio.it/larchivio/togliatti-letteraalpini.htm

[22] Arturo Peregalli, L'altra Resistenza. Il PCI e les oppositions de sinistra. 1943-1945, Graphos, Gênes 1991, p. 356.

[23] Sulla via giusta, "Prometeo", 4, 1er février 1944.

[24] Arturo Peregalli, op. cit. p. 130.

[25] Ibidem.

[26] "Il ressemble aussi physiquement à Rosselli, peut-être parce qu'il est à moitié juif, du côté de son père" - écrit dans son rapport l'informateur de l'OSS qui a rencontré Olivetti près de Berne. Voir Ennio Caretto et Bruno Marolo, Made in USA. Le origini americane della RepubblicaItaliana, Rizzoli, Milan 1996, p. 58 et suivantes.

18303283.jpg

[27] Renzo Del Carria, Proletari senza rivoluzione, vol. IV, Savelli, Rome 1976, p. 166.

[28] Instructions du général Alexander aux patriotes, "Corriere di Roma", 8 juin 1944 ; cit. in: Erich Priebke, Autobiographie, Associazione Uomo e Libertà, Rome 2003, p. 758.

[29] Renzo De Felice, Rosso e Nero, Baldini & Castoldi, Milan 1995, p. 88.

[30] Renzo De Felice, op. cit. p. 84-85.

[31] Renzo De Felice, op. cit. p. 95-96.

[32] Stanis Ruinas, Lettres à un révolutionnaire, cit. in : Paolo Buchignani, Fascisti rossi. Da Salò al PCI, la storia sconosciuta di una migrazione politica 1943-1953, Mondadori, Milan 1998, pp. 21-22.

41JJvuq4pBL._SX350_BO1,204,203,200_.jpg

vendredi, 17 juin 2022

La Chine avant les « Boxers »

clashes-on-the-streets-of-beijing.jpg

La Chine avant les « Boxers »

Par Robert Steuckers

Au 18ème siècle, la Chine et l’Inde concentraient, à elles deux, une bonne partie des richesses du monde. L’Inde était déjà sous influence britannique. La Chine ne l’était pas. Elle était gouvernée par un empereur exceptionnel, petit-fils d’un aïeul non moins exceptionnel. L’Empereur Qianlong (Ch’ien Lung) gouverna le Céleste Empire pendant 60 ans, de 1736 à 1796. Il appartenait à la dynastie mandchoue qui avait pris la succession des Ming, une dynastie chinoise han. Le grand-père de cet empereur, Khang Si (1654-1723), avait aussi régné pendant 61 ans, prouvant que la longévité d’un pouvoir est la garante d’un bon gouvernement et d’une continuité féconde. Sous le règne de Khang Si, l’économie s’était consolidée, le niveau culturel de l’Empire n’avait cessé de croître. Une encyclopédie avait été rédigée à l’usage des mandarins. En 1730, Khang Si avait autorisé les Russes à ouvrir un comptoir à Pékin, en vertu du Traité de Kiakhta. Son petit-fils, Qianlong, qui accède au trône en 1736, va mener la Chine au sommet de sa gloire : il est un Empereur travailleur, sérieux, qui prend le pouls de son Empire en effectuant régulièrement des tournées dans ses provinces. Il est auréolé de gloire militaire : en 1757, il a brisé définitivement le pouvoir mongol en Asie centrale. Il a conquis le Turkestan ou Sinkiang actuel (peuplé d’Ouighours) et a vassalisé le Népal dans l’Himalaya. La Chine a atteint sous son règne son extension territoriale maximale, supérieure à celle qu’elle occupe aujourd’hui. Sa population a cru de manière significative, de 150 à 300 millions d’habitants, grâce à une révolution agricole téléguidée par l’Empereur avisé, qui introduisit le maïs et la pomme de terre en Chine. Comme aujourd’hui, la Chine a connu sous son règne un exode rural vers des villes correctement administrées, grâce aux conseils judicieux de l’Empereur. La culture ne cesse de se consolider et le Palais compte une bibliothèque particulièrement bien fournie.

Kangxi1.jpg

qlql.jpg

Khang Si et Quianlong.

Quand l’Empereur abdique en 1796 (il mourra en 1799), le lent ressac de la Chine commence, surtout à cause des intrigues ineptes de celle qui fut sa favorite, He Shen. La mauvaise gouvernance qui s’ensuit, après le décès de Quianlong, provoque les premières révoltes dans les provinces. Les gouvernements qui se succèdent sont faibles mais imposent tout de même des restrictions au commerce anglais et européen : seuls deux ports sont ouverts aux étrangers, Shanghai et Canton. Le ressac politique entraîne la décadence des moeurs : la Chine est minée par l’opium qui, rapidement, sera importé en masse par les Anglais, qui le vendent contre des richesses bien concrètes, telles la soie ou l’argent. En 1839, un fonctionnaire zélé et non corrompu, Liu Xexu, décide de réagir et fait brûler 20.000 caisses d’opium, dans le port de Shanghai. Les Anglais réagissent brutalement en déclenchant la première guerre de l’opium. Elle durera trois ans. Les Britanniques détenaient la supériorité navale et forcèrent les Chinois à signer le Traité de Nankin en 1842, où ils obtinrent la mainmise sur Hong Kong. En outre, les Chinois durent également ouvrir cinq ports au commerce anglais. C’est le début d’une spirale de déclin : en 1844, les Américains exigent d’avoir les mêmes droits que les Anglais, dont l’extraterritorialité pour leurs ressortissants ; en 1845, le Traité franco-chinois de Whampoa ouvre le Céleste Empire au commerce français. Pour les Chinois, c’est le début du « siècle de la honte ».

Les Chinois qui ne s’adonnent ni aux affres de la décadence ni à la corruption réagissent dès le début des premiers signes de déclin à l’époque de He Shen, en créant des sociétés secrètes qui entendent rétablir l’ordre. Elles ont souvent le défaut d’être messianiques et irrationnelles. Ainsi, Hong Xiuquan, converti au christianisme auquel il donnera une interprétation très personnelle, amorce une révolte d’une ampleur inouïe pour l’époque. Prétendant être le frère ressuscité du Christ, il se place à la tête de bandes armées qui assiègent Nankin en 1850. La ville tombera en 1853. Quinze provinces de l’Empire suivent cet illuminé, embrasant le Sud de la Chine et la plongeant dans une guerre civile très cruelle. Cette révolte est connue sous le nom de « Rébellion Taiping ». Le messianisme chrétien très particulier de Hong Xiuquan proclame l’égalité des hommes et des femmes et l’abolition de la propriété privée. Le maoïsme le plus radical, au 20ème siècle, s’en inspirera, mutatis mutandis. Face à ce délire sanglant, le pouvoir impérial, affaibli, disposant d’une armée professionnelle mais numériquement faible, doit composer avec les puissances européennes afin d’obtenir les moyens matériels de contrer la révolte. Cet appui, modeste, des puissances, se fait bien entendu en échange de concessions supplémentaires, d’ouverture au commerce et de légalisation de l’opium. Hong Xiuquan meurt en 1864, mettant fin à une guerre interne qui fit entre 20 et 30 millions de morts, chiffre jamais atteint nulle part dans le monde dans l’histoire.

taip01s.jpg

Parallèlement à la rébellion Taiping, qui se déroulait dans le Sud, le pouvoir impérial a dû faire face à la révolte des Nian dans la Nord, d’inspiration plus sociale que messianique. Cette révolte des provinces septentrionales s’étendra de 1851 à 1868. Enfin, la deuxième guerre de l’opium (1856-1860), contemporaine des deux soulèvements intérieurs, oppose le pouvoir impérial à la France et à l’Angleterre, dont les corps expéditionnaires prennent Canton et pillent le Palais d’été. La Chine doit accepter l’ouverture de onze ports supplémentaires.

La Chine sort bien sûr considérablement affaiblie de ce triple cataclysme, surtout face à un Japon qui s’apprête à entrer dans l’ère Meiji, celle de sa modernisation rapide et efficace. Sur le plan territorial et géopolitique, la Chine perd ses glacis, acquis par les bons Empereurs des 17ème et 18ème siècles : le Vietnam, qui cesse d’être son vassal, la Mandchourie et la Birmanie. Cet effondrement généralisé déforce la Chine par rapport au Japon qui décide, en quelque sorte, de « chevaucher le tigre de la modernité », apportée par les étrangers occidentaux. En 1872, le Japon introduit le service militaire et modernise son armée. En 1874, la révolte des Samouraï traditionalistes, qui entendent perpétuer le statu quo, est matée par l’armée moderne. En 1876, le Japon signe un traité avec la Corée, dans l’intention de remplacer dans cette péninsule la tutelle chinoise par une tutelle nippone. Cette démarche débouchera dix-huit ans plus tard sur la guerre de 1894-95 où le Japon modernisé écrasera les armées chinoises et imposera le Traité de Shimonoseki : la Corée passe sous domination japonaise et Formose (Taïwan) est annexée à l’Empire du Soleil Levant. Une humiliation supplémentaire pour les Chinois. Seul le Dr. Sun Ya Tsen (1866-1925) en tirera les justes conclusions, en fondant en 1892 sa « Société pour la Renaissance de la Chine », qui se donne pour tâche de moderniser l’Empire comme le faisait le Japon. L’inspirateur de cette Société est l’économiste allemand Friedrich List, inspirateur des politiques européennes et américaines d’investissement dans les communications (chemins de fer, canaux, etc.). Le Kuo Min Tang, parti nationaliste chinois issu de la Société fondée par Sun Ya Tsen, fera siennes les idées pragmatiques de List et la politique actuelle de la Chine de Xi Jinping, visant à créer un vaste réseau de « nouvelles routes de la soie » en est un avatar : derrière un verbiage et un décorum communiste, la Chine est confucéenne et listienne, voire schmittienne. Les messianismes socialisants, religieux et xénophobes n’ont pas permis le succès et, au contraire, ont précipité la Chine dans une misère encore plus noire…

The_Ci-Xi_Imperial_Dowager_Empress_(5).JPG

En 1898, l’Impératrice douairière Ci Xi (Tzu Hsi) tient toutes les rênes du pouvoir. Mais ne refuse obstinément de tirer les conclusions qu’il faut : elle rejette toute idée de modernisation, d’adaptation à la façon japonaise, en dépit de la cuisante leçon qu’a été la défaite de 1895. En 1898 toutefois, elle accorde au jeune Empereur Guangzu (Kuang Hsü) cent jours pour parfaire des réformes modernisatrices. Ce sera un échec, prévisible vu la brièveté de temps laissé aux réformateurs rationnels, inspirés par une pensée confucéenne réinterprétée dans un sens innovateur. Les conseillers de Guangzu, qui avait initié cette tentative audacieuse de sortir de l’ornière d’un traditionalisme confucéen figé, seront décapités. Le jeune Empereur sera enfermé dans ses appartements du palais. Ci Xi impose alors un maximum de fonctionnaires et de généraux mandchous, imaginant ainsi consolider un pouvoir qui, pourtant, échappait désormais totalement à cette ethnie qui avait fait la gloire de la Chine aux 17ème et 18ème siècles. Ces favoris de Ci Xi sont désormais autant d’obstacles au développement de l’Empire et les révoltés han (quelles qu’aient été leurs options religieuses ou idéologiques) crient : « Renversons les Qing (Ch’ing) et restaurons les Ming ! », ces derniers ayant été une dynastie purement chinoise. Parmi ces partisans d’une restauration Ming, on trouve les futurs Boxers, rendus célèbres suite aux « 55 jours de Pékin ». Au début de leur itinéraire, ils criaient : « A bas les Mandchous et toutes les choses étrangères ». Le terme de « Boxers » est relativement injurieux. Il leur a été accolé par les journaux londoniens. Ils s’auto-désignaient comme les adeptes d’une « Société des Poings d’Harmonie et de Justice » (I Ho Ch’üan). Ils sont foncièrement xénophobes et, comme l’Impératrice Ci Xi, sont hostiles à toute forme de modernisation. Pour adhérer à cette « Société », il faut subir une initiation, qui mène les récipiendaires à entrer en transe. Au combat, les Boxers se lancent à l’attaque en chantant des couplets d’exorciste et en se croyant invulnérables (sauf si les « esprits » les abandonnent car ces esprits savent les fautes qu’ils ont commises jadis).

BoxerRebellion.jpg

Le mouvement prend de l’ampleur, favorisé par de hauts fonctionnaires, dont des Mandchous xénophobes, parmi lesquels le gouverneur Yü Hsien, qui ferme les yeux sur les activités des Boxers dans l’espace de sa juridiction. Ce glissement du pouvoir impérial, qui se met à favoriser les révoltés, fait disparaître l’hostilité première que ces derniers vouaient aux Mandchous. Le slogan devient : « Protégeons les Qing (Ch’ing), exterminons les étrangers ! ». La haine des uns et des autres se porte également sur les chrétiens chinois, accusés de favoriser les menées des étrangers. Grâce à l’appui de hauts fonctionnaires et de la cour, l’agitation atteint son comble à la fin du printemps de l’année 1900 : Ci Xi entend instrumentaliser les Boxers et ne veut pas d’une rupture avec ces éléments turbulents car elle se souvient forcément du désastre des révoltes précédentes, celles des Taiping et des Nian, où la répression exercée par le pouvoir impérial avait prolongé les hostilités et ruiné le pays : l’Impératrice douairière ne pouvait se permettre de rééditer de telles opérations.

002.jpg

A la cour, le Prince Tuan, sympathise avec les Boxers. Les choses vont alors très vite se précipiter : le 11 juin 1900, un diplomate japonais est assassiné ; le 13 juin, les Boxers amorcent un massacre de chrétiens chinois et de missionnaires ; dans les jours qui suivent, les arsenaux sont pillés. Le pouvoir impérial, incarné par Ci Xi, fait semblant de vouloir mater la révolte en décrétant la loi martiale. Celle-ci implique que tous les ressortissants étrangers doivent gagner le quartier des légations. Les diplomates occidentaux ne sont pas dupes. Seul le ministre d’Allemagne, von Ketteler, entend poursuivre les négociations : il est assassiné en se rendant au palais. Le 20 juin, les Boxers et l’armée régulière ouvrent le feu sur le quartier des légations. Le siège de 55 jours des légations commence, ce siège que Jean Mabire nous a si magnifiquement narré, ce siège que le fameux film de Nicholas Ray de 1963 a mis en scène avec Charles Heston, Ava Gardner et David Niven.

51qTrDW3BaS._SX323_BO1,204,203,200_.jpg

maxr55JPesdefault.jpg

img_56-1.jpg

La leçon majeure à tirer de cette brève rétrospective de l’histoire chinoise, c’est qu’une entité impériale ne résiste au temps et aux forces sournoises du déclin, toujours tapies et à l’affût, que par la continuité du pouvoir unique, par le sérieux administratif des plus hautes instances impériales et de l’Empereur lui-même, par la défiance à l’endroit des « accélérationistes » messianiques ou idéologiques. Xi Jinping a certainement retenu les leçons et l’exemple de Khang Si et de Qianlong.

Robert Steuckers.

Bibliographie :

Cette bibliographie reprend plusieurs ouvrages didactiques qui donnent une bonne chronologie des événements historiques et offrent des résumés succincts des périodes stables et troublées de l’histoire chinoise.

Jung CHANG, Empress Dowager Cixi, Vintage Books, London, 2014.

Carlo DRAGONI, L’ultima imperatrice della Cina, Iduna Edizioni, Sesto San Giovanni (MI), 2021.

Ludwig KÖNNEMANN, Historica – Grote Atlas van de Wereldgeschiedenis, Parragon Books Ltd, Bath (UK), 2012.

Jim MASSELOS, The Great Empires of Asia, Thames and Hudson, London, 2010-2018.

Pankaj MISHRA, Aus den Ruinen des Empires – Die Revolte gegen den Westen und der Wiederaufstieg Asiens, S. Fischer, Frankfurt a. M., 2013 (Lire surtout le premier chapitre consacré au lent effondrement des empires asiatiques du 18ème au 19ème, pp. 32-51).

Ian MORRIS, Why the West Rules for Now – The patterns of history and what they reveal about the future, Profile Books, London, 2010.

  1. M. ROBERTS, The Far East and a New Europe, vol. 5 of « The Illustrated History of the World », Time Life Books, Alexandria (Virginia), 1998.

Robert STEUCKERS, De l’Eurasie aux périphéries, une géopolitique continentale, vol. II de « Europa », Editions Bios, Lille, 2017 (voir pp. 72-80).

Robert STEUCKERS, L’Europe, un balcon sur le monde, vol. III de « Europa », Editions Bios, Lille, 2017 (voir pp. 241-255).

Wereldgeschiedenis in beeld, Parragon Books Ltd, 2005.

History of the World, Dorling Kindersley Ltd, London, 1994-2004.

La grande chronologie illustrée de l’histoire mondiale, Losange/Maxi Livres, 2004.

07:03 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, chine, boxers, asie, affaires asiatiques | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 16 juin 2022

Comment est née la scission entre Beijing et Taipei

122607122_taiwan_china_index_976.png.jpeg

Comment est née la scission entre Beijing et Taipei

Emanuele Pietrobon

SOURCE : https://it.insideover.com/storia/cina-taiwan-storia.html

Le passé ne passe jamais, il est donc essentiel de lire le présent avec les yeux de l'historien. Les événements d'aujourd'hui sont le résultat des événements d'hier, tout comme le futur est la conséquence du présent. Une répétition continue d'erreurs. Un éternel retour des antagonismes et des inimitiés. Une saṃsāra où les empires, les peuples et les civilisations vivent, meurent et renaissent encore et encore.

On ne peut pas comprendre la "troisième guerre mondiale en morceaux", pourquoi elle est apparue et comment elle pourrait évoluer, sans connaître l'histoire des derniers siècles. Histoire utile pour comprendre comment certaines des compétitions d'aujourd'hui, du Grand Jeu 2.0 à la nouvelle course à l'Afrique, ne sont que des remakes des grandes confrontations d'hier. Histoire fondamentale pour comprendre comment dans certains des théâtres les plus chauds du monde contemporain, par exemple Taïwan, nous nous approchons de l'inéluctable redde rationem des jeux qui ont commencé il y a longtemps.

Il n'y a pas de Chine sans Taïwan

Il y a deux catégories de pouvoirs, le post-historique et l'historique, mais il ne peut y avoir qu'un seul type d'empire, à savoir celui qui préserve jalousement le mythe fondateur et qui est voué à un horizon spatio-temporel extra-mondain et messianique, car l'histoire enseigne que la perte de mémoire et la temporalité sont les antichambres du déclin et de la mort.

Si la République populaire de Chine réécrit peu à peu la face du monde, avec l'ambition de toucher et d'altérer ses cordes sensibles, c'est parce que, prenant acte des erreurs commises par la dynastie Qing, elle s'est réapproprié cette propension à la transcendance qui remontant à l'époque perdue des Trois Augures et des Cinq Empereurs, avait placé la Cité interdite au centre du monde jusqu'au milieu du XIXe siècle - jusqu'à l'atterrissage malencontreux de l'Empire britannique dans la Sinosphère et le début consécutif de l'Âge de l'Humiliation (百年國恥).

d142cc99671c743fc47b730a234223ef--british-colonial-military-history.jpg

Remettre les lunettes de l'occidentalo-centrisme dans le tiroir, en utilisant à leur place les lentilles sobres de l'objectivité historique, c'est se rendre compte que dans le cas en question, celui de la Chine, il ne peut y avoir de transcendance, et donc aucune forma mentis apte à réintégrer l'histoire après le Siècle de l'Humiliation et la lente renaissance pendant la Guerre Froide, qui va au-delà de la sécurisation des cinq ventres mous traditionnellement infiltrés et incendiés par les puissances rivales - Hong Kong, Mongolie intérieure, Taïwan, Tibet, Xinjiang - et qui ne vise pas à surmonter la condition tellurocratique dans laquelle l'Empire céleste a été enfermé au moyen de la stratégie de la chaîne d'îles.

Après avoir déforesté Hong Kong, muselé les mouvements séparatistes au Tibet et au Xinjiang, et sécurisé la Mongolie intérieure, la direction prévoyante et patiente du Parti communiste chinois, qui se croit prête à accomplir le destin de l'Empire du Milieu renaissant, n'a plus qu'un dernier objectif : Capturer Taïwan parce que c'est ce que souhaitent les maîtres de la Cité interdite, pour qui le monde est trop petit pour deux Chine, et parce que c'est ce que réclament les stratèges, sachant que la survie de la mondialisation et du système asphyxiant de la chaîne insulaire dépend de l'État insulaire.

Tous fous pour Taïwan

Taïwan, également connue sous le nom de Formose ou de Taipei chinois, est et sera longtemps au centre du chapitre indo-pacifique de la compétition entre grandes puissances. Pour certains, à la lumière des intérêts en jeu - elle détient 92% de la capacité de production de semi-conducteurs avancés, ergo, elle est le cœur battant du Nord mondial, et est l'épine dorsale de la chaîne d'îles -, elle pourrait être l'Armageddon dans lequel, si Pékin tente une annexion manu militari, la troisième guerre mondiale éclatera.

1 cVbWlixhE52xiV5coZhYpg.jpeg

20210501_FBM981.png

20201010_ASM985.png

Beaucoup a été écrit et dit sur les raisons pour lesquelles Taïwan est cruciale pour les États-Unis, et l'histoire qui a conduit au désaveu d'une Chine en faveur de la reconnaissance de l'autre est également bien connue, mais il est nécessaire, pour des raisons d'objectivité et d'impartialité, d'examiner également celles de la République populaire de Chine.

Taïwan est ce que l'on appelle en géostratégie un "pivot" et en géophilosophie un "lieu de destin". Contrôler cet archipel revient à détenir les clés des mers entourant la Chine continentale, qui, de Taïwan, peuvent constituer une tête de pont pour l'obtention d'une profondeur stratégique dans le Pacifique, ou qui, de Taïwan, peuvent être maintenues dans une condition tellurocratique pour l'utilisation et la consommation de rivaux historiques - comme le Japon - ou récemment acquis - les États-Unis et leurs sœurs de l'anglosphère.

Le divorce jamais digéré

La nature géostratégique de Taïwan est la raison pour laquelle les dynasties successives sur le trône de la Cité interdite ont dû se battre continuellement et avec ténacité pour imposer leur autorité à l'ennemi du jour. Au début, ce sont les hordes de pirates qui ont fait de Taïwan une forteresse dans laquelle se réfugier pour échapper aux armées de l'Empire céleste. Plus tard sont venus les Espagnols, puis les Portugais et enfin les Hollandais. Les soldats de la dynastie Ming ont réussi à expulser les colons européens dans la seconde moitié du XVIIe siècle, établissant le royaume de Tungning sur l'île.

1000px-Kingdom_of_Tungning.svg.png

500px-Dutch_and_Spanish_Taiwan_nl.svg.png

En vert, au nord, les parties de Formose contrôlées par l'Espagne; en mauve, au sud, les parties contrôlées par la compagnie hollandaise des Indes orientales.

La dynastie Qing, s'appuyant sur l'héritage des Ming, tente de stabiliser l'autorité de la Chine continentale sur l'archipel jamais apprivoisé en en faisant une préfecture, puis une province distincte, mais des facteurs endogènes - le début du déclin - et exogènes - l'arrivée des grandes puissances dans la Sinosphère - vont contrarier le plan. En 1895, à la suite de leur défaite dans la première guerre sino-japonaise, les Qing ont été contraints de céder le contrôle de Taïwan au Japon. Un traumatisme national qui allait façonner des générations entières de nationalistes chinois.

ch01fig02.jpg

Soldats japonais à Formose.

Le divorce entre Pékin et Taipei, contrairement à la croyance populaire, a commencé avec la cession de l'État archipélagique à Tokyo. C'est dans le contexte de la domination japonaise que les Taïwanais ont commencé à développer une identité propre, antithétique à celle de la Chine continentale, car ils ont été endoctrinés avec de nouveaux livres d'histoire, initiés aux coutumes japonaises et même élevés dès leur plus jeune âge à l'étude du japonais. Et tandis que Taïwan subit un processus de japonification, qui portera ses fruits dans les décennies à venir, l'Empire céleste sombre dans le chaos de la guerre civile.

Pékin allait oublier Taipei pendant longtemps, pendant toute la durée de la période républicaine, car elle était la proie d'assassinats politiques, de faux messies, d'émeutes et d'un crescendo de violence perpétré par deux extrêmes opposés: les nationalistes de Chiang Kai-shek et les communistes de Mao Tse Tung. Les premiers, malgré le soutien transversal des puissances capitalistes, communistes et fascistes, seront écrasés par le poids d'une insupportable guerre sur deux fronts: contre le Japon et contre les révolutionnaires.

Les ouvriers-guerriers de Mao, après avoir survécu à une série de manœuvres d'encerclement en se réfugiant à l'intérieur des terres - la fameuse Longue Marche (长征) -, allaient au début de la Seconde Guerre mondiale profiter des événements pour lancer une puissante attaque contre les centrales républicaines. La guerre civile ne s'achèvera qu'en 1949, avec la prise de la dernière ville aux mains des républicains et la fuite de Chiang Kai-Shek et de ses loyalistes vers Taïwan, qui entre-temps était redevenue indépendante. Et là, croyant qu'un renversement de l'ordre maoïste naissant avec l'aide des États-Unis était possible, Chiang Kai-Shek a mis en place une nouvelle république, croyant être le seul représentant légitime du peuple chinois, ce qui a donné naissance au conflit des deux Chines.

Les États-Unis, qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ont hérité de l'Empire britannique un monde de routes et de goulets d'étranglement à contrôler et une riche expérience en matière de division et de conquête, n'auraient jamais eu de doute sur la marche à suivre. Ils avaient appris la valeur de Taïwan entre l'entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondiale, en observant son utilisation multidimensionnelle par le Japon: comme grenier, comme usine et comme base d'opérations à partir de laquelle lancer des attaques aériennes et maritimes massives contre la Chine continentale. Des épisodes que les stratèges du futur gendarme mondial auraient étudiés avec zèle et qui les auraient incités à faire pression sur l'administration Truman pour qu'elle oublie la déclaration du Caire de 1943, cosignée par Franklin Delano Roosevelt, concernant la restitution de l'archipel à la Chine continentale à la fin de la guerre. Le reste appartient à l'histoire.

Emanuele Pietrobon

lundi, 13 juin 2022

La correspondance entre Mussolini et De Man et les livres "rouges" dans l'Italie fasciste

AVT_Hendrik-de-1885-1953Man_4227.jpg

La correspondance entre Mussolini et De Man et les livres "rouges" dans l'Italie fasciste

Italo Corradi

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/cultura/il-carteggio-tra-mussolini-e-de-man-e-i-libri-rossi-nellitalia-fascista-235352/

R300273048.jpgLe 21 juillet 1930, Benito Mussolini, depuis Rome, adresse une missive à l'auteur d'un essai sur le marxisme, dont la lecture avait suscité l'intérêt du Duce. Le destinataire est l'intellectuel belge Henri de Man, qui répondra par retour de courrier le 23 août, depuis Francfort, où il enseigne à l'université. Le livre en question, un ouvrage destiné à avoir une influence considérable dans l'histoire du révisionnisme portant sur les théories marxistes, était paru en allemand en 1926 sous le titre Zur Psychologie der Sozialismus, pour être ensuite publié en français sous le titre Au delà du Marxisme. Mussolini, cependant, n'avait pas lu l'original allemand, ni les traductions françaises de l'essai, mais le premier volume de l'édition italienne de 1929 ; en fait, cette année-là, le livre avait également été publié en Italie par l'éditeur Laterza, avec un titre - Il superamento del marxismo - basé sur le titre français.

Un lecteur "illustre et compétent"

Écrivant à De Man, Mussolini loue sa révision éthique et idéaliste de la doctrine de Marx, qui est "définitive dans la mesure où elle suit les événements de 1914-1919 qui ont démoli ce qui restait de "scientifique" dans le marxisme". Ponctuel comme il l'était, le Duce avait cependant quelques reproches à faire au Belge, notamment lorsque celui-ci - se référant à un jugement de Trotsky - semblait interpréter la révolution fasciste comme visant à "mener une caste militaire ou féodale au pouvoir". En fait, la référence au militarisme et au féodalisme a dû piquer au vif Mussolini, s'il a pris soin de préciser que "la révolution fasciste n'a pas amené, n'a pas l'intention d'amener et n'amènera jamais au pouvoir une caste militaire ou féodale", étayant ainsi cette précision par des références à la législation sociale et corporative avancée du régime.

De Man, qui, selon le Duce, n'était pas trop "à jour" (sic) sur le fascisme, se déclare satisfait, dans sa réponse à Mussolini, de l'intérêt suscité par "un lecteur aussi illustre et compétent". Il a ensuite clarifié sa pensée. D'une part, lorsqu'il écrit " caste militaire et féodale ", il fait allusion à " la politique russe au Proche et en Extrême-Orient " ; d'autre part, tout en gardant certaines réserves à l'égard du fascisme, pour lesquelles il renvoie au deuxième volume de son essai (où il lit que le fascisme, comme le bolchevisme, pratique une " politique de puissance qui [... ] exploite les motivations inférieures des masses"), il ajoutait qu'il n'avait aucun scrupule à "rendre justice à certains aspects organisationnels de l'œuvre fasciste", dont il suivait le cours avec "un intérêt passionné".

Censure imprudente ?

L'échange de lettres entre Mussolini et le théoricien belge du socialisme est reproduit dans l'annexe de l'édition italienne de l'autobiographie de De Man - A cose fatte. Mémoires d'un "national-socialiste" - bientôt publié par Altaforte Edizioni. Le "duo" épistolaire, en plus de révéler que le chef du gouvernement italien - entre un engagement officiel et un autre - a trouvé le temps de se mettre à jour sur le débat philosophico-politique en cours, offre l'occasion de réfléchir sur le thème de la circulation, dans l'Italie de la Lictoria, de livres à orientation socialiste, qu'ils soient révisionnistes ou "orthodoxes". En effet, si l'on considère les antécédents marxistes de De Man, les jugements pas toujours flatteurs exprimés sur le fascisme dans son essai, le militantisme de l'auteur au sein du Parti ouvrier belge (la section belge de l'Internationale socialiste) et le fait que l'ouvrage ait vu le jour en Italie sept ans après l'arrivée au pouvoir de Mussolini, on peut se demander comment le texte a pu non seulement gagner les louanges (bien que partielles) du Duce, mais surtout, échapper à ce qui, selon la vulgate, était les contrôles vigilants de la censure de la dictature.

Qu'il ne s'agisse pas d'une publication semi-clandestine est exclu par le nom prestigieux de l'éditeur - Laterza - qui en a édité la version italienne. Était-ce peut-être l'ouvrage qui a atterri sur le bureau de Mussolini pour qu'il en prenne connaissance a posteriori et, le cas échéant, ordonne son retrait des librairies ? Mais si tel était le cas, pourquoi le Duce aurait-il pris la peine d'écrire à l'auteur, prenant même la peine d'écrire son texte à la plume ? En bref, l'épisode, aussi marginal soit-il, ne correspond pas entièrement au récit habituel d'un fascisme qui empêchait la circulation de textes politiquement hétérodoxes. Mais comme le Ventennio (les vingt ans du fascisme), contrairement à l'absolu schellingien de Hegel, n'était pas la nuit où toutes les vaches sont noires, quelques précisions s'imposent.

L'éditeur Laterza entre De Man et Benedetto Croce

Au tournant des années vingt et trente, et plus pleinement dans la seconde moitié de cette décennie, le régime, selon la vulgate susmentionnée, a accéléré sa politique de fascisation du pays, et de la culture en particulier. La publication de l'essai de De Man était-elle alors le chant du cygne de la libre diffusion des textes socialistes en Italie ? Il n'en est rien, du moins à la lumière de certains faits. Commençons par Laterza, qui jouissait à l'époque d'un bon degré d'autonomie.

41hBuDqnXGL._SX316_BO1,204,203,200_.jpgEn 1932, la maison de Bari avait par exemple publié, avec des réimpressions au moins jusqu'en 1938, un classique de l'historiographie libérale, la Storia d'Europa nel secolo decimonono de Benedetto Croce, où ne manquent pas les jugements qui ont probablement déplu au régime, comme celui sur le "culte de la nationalité" qui menaçait de dégénérer en "lugubre luxure raciale". Quant à De Man, les relations entre ce dernier et Laterza ne se limiteront pas à la publication de Superamento del marxismo (un titre, rapporte le Belge dans ses mémoires, choisi à la suggestion de Croce). En 1931, l'éditeur a en effet imprimé un autre essai de Laterza - La gioia nel lavoro (La joie du travail) - résultat d'une enquête sur la condition ouvrière menée à Francfort.

Du Manifeste à Trotzki : les livres "rouges" sous le fascisme

Le cas De Man mis à part, pendant le Ventennio, la publication de textes socialistes, et même marxistes, était tout sauf une exception. Laterza, par exemple, a imprimé La concezione materialistica della storia (La conception matérialiste de l'histoire) d'Antonio Labriola en 1938, tandis qu'entre 1936 et 1939, la Storia della rivoluzione russa (Histoire de la révolution russe) de Trotzki a été publiée respectivement par Treves et Garzanti. En outre, deux éditions du Manifeste du Communisme de Marx et Engels avaient déjà paru en 1934 : l'une à l'initiative de Felice Battaglia de Gentile, dans une série de documents qui voyait le fascisme comme l'aboutissement d'un mouvement d'affirmation des droits de l'homme culminant avec la Charte du Travail ; l'autre éditée par Robert Michels, un érudit avec les "papiers en règle" pour récupérer Marx et le marxisme en fonction de la polémique anti-bourgeoise qui avait déjà marqué le fascisme sansepolcriste.

LA-GIOIA-NEL-LAVORO-HENRI-DE-MAN-LATERZA-FIGLI-1931-221637605793.jpg

Sans parler des revues à thème corporatif éditées par Giuseppe Bottai, dans lesquelles le "fasciste critique" faisait publier des pages de Marx et même de Staline. Quant à Giovanni Gentile, le penseur actualiste commente les Thèses de Marx sur Feuerbach en 1937, tandis que l'entrée Treccani consacrée au "père" du socialisme scientifique est confiée à l'éminent économiste Augusto Graziani. De plus, à l'époque, la libre consultation des "écrits" marxistes n'était pas du tout entravée. Comme le reconnaît Giorgio Amendola dans sa Storia del Partito Comunista italiano, l'intérêt pour le communisme, surtout dans les cercles de jeunes, a conduit à une recherche des livres de Marx et Engels, de Plechanov et de Lénine, "qui sont arrivés en Italie sans trop de difficultés dans les éditions étrangères" et qui étaient présents dans les bibliothèques universitaires, dont beaucoup ont acheté les volumes du Marx-Engels Gesamtausgabe, qui comprenait la correspondance complète entre Marx et Engels et une grande partie des écrits de jeunesse jusqu'alors inédits du philosophe de Trèves.

Livres imprimés et livres au bûcher

D'après ce qui a été dit, l'image d'une industrie italienne de l'édition compacte et "en blouse noire" dépeinte par une certaine historiographie d'après-guerre semble donc inadéquate, surtout si l'on compare la politique d'édition fasciste à celle de l'Allemagne hitlérienne. Un épisode mérite d'être mentionné à cet égard, non pas - qu'il soit clair - pour accréditer le stéréotype d'un fascisme "bon enfant" auquel la sinistre intolérance de son "cousin" allemand serait étrangère, mais pour confirmer le fait que le régime de Mussolini avait une approche plus ouverte de la non-fiction "non conforme" que d'autres expériences historiques qui lui sont idéologiquement apparentées.

Revenons donc à De Man qui, soit dit en passant, dans la seconde moitié des années 30, aurait prôné en Belgique un "socialisme national" peu éloigné du fascisme et se serait rangé, dès 1940, dans les rangs de la "collaboration" avec le Reich. Eh bien, si en Italie, entre 1929 et 1931, Laterza a publié librement ses œuvres, peu après, dans l'Allemagne devenue nazie, les premières Bücherverbrennungen seront allumées. Et c'est à l'un de ces bûchers, en mai 1933, que sera brûlé, parmi d'autres livres, le dernier ouvrage du Belge - Die Sozialistische Idee - que De Man considérait comme le point d'arrivée de son chemin d'émancipation du socialisme par rapport au marxisme.

Italo Corradi

lundi, 30 mai 2022

Le Mexique dans la Grande Guerre

Vocabulary+1.+Explain+the+significance+of +Zimmermann+telegram..jpg

Le Mexique dans la Grande Guerre

Par Gastón Pardo

Le rôle discret du Mexique pendant la première guerre mondiale doit s'aborder en évoquant une confluence d'événements historiques dont on ne nous parle pas à l'école, qui font partie du mythe selon lequel le Mexique n'a pas participé à la Première Guerre mondiale parce que nous étions dans un processus révolutionnaire encouragé par les États-Unis et la Standard Oil. À l'inverse, certains pensent que, si la Première Guerre mondiale s'était déroulée aussi au Mexique, l'Allemagne et les États-Unis se seraient combattus de toutes leurs forces dans le pays. Ainsi, les Mexicains auraient été tellement occupés à s'entretuer qu'ils n'auraient pas su que les puissances se servaient d'eux.

L'historien allemand Friedrich Katz, dans son livre "La guerre secrète au Mexique", tente de ne pas aller trop loin dans ses révélations sur les activités secrètes des Allemands au Mexique, activités parallèles à celles des Britanniques et des Américains dans la lutte pour le pétrole. Il lui semblait plus important de servir les groupes dominants au Mexique que de dire la vérité.

En 1909, l'épisode dont personne ne nous parle a eu lieu lors de l'entrevue à El Paso (Texas) et à Ciudad Juarez entre Porfirio Diaz et le président américain William Taft, au cours de laquelle ont commencé les préparatifs visant à renverser le président mexicain Porfirio Diaz qui avait ouvert la côte Pacifique aux Japonais, qui avaient armé Salina Cruz, dans l'État de Oaxaca.

Lorsque Taft est venu au Mexique, il a demandé à Porfirio Díaz de ne pas construire le projet du canal sec de Tehuantepec parce qu'il ferait concurrence au canal de Panama et de permettre aux États-Unis d'avoir une base militaire en Basse-Californie du Sud pour infiltrer l'Amérique latine à partir de là.

porfirio-diaz-1200x1585.jpg

Il a également demandé à Porfirio Diaz (photo) de cesser d'acheter des armes pour l'armée mexicaine auprès du nouvel empire allemand émergeant et de les acheter plutôt aux États-Unis, ce à quoi Porfirio Diaz a répondu non. Plus important encore, Taft est venu demander que des concessions spéciales soient accordées aux hommes d'affaires américains pour l'extraction du pétrole mexicain, ce à quoi Porfirio Diaz a également répondu non.

Mais le général Alvaro Obregón, lorsqu'il était président du Mexique en 1923, a dit oui et a signé les traités Bucareli avec les États-Unis, qui, sur la base du droit international, accordaient aux États-Unis une situation privilégiée dans l'exploitation du pétrole. Ces traités demeurent en vigueur, après 100 ans de politiques désastreuses qui ont soumis les Indiens Huastec à l'utilisation abusive de leurs terres au profit de l'exploitation pétrolière.

Le pétrole mexicain était extrait à cette époque par l'Anglais Weetman Dickinson Pearson, ce qui laisse supposer qu'en 1909, il y avait un conflit entre les puissances anglo-saxonnes au sujet du pétrole mexicain, notamment parce que l'Empire allemand, né en 1871, était déjà la première puissance en Europe en 1910, lorsque la révolution mexicaine a commencé, et constituait déjà une menace pour l'Empire britannique. L'exploitation du pétrole au Mexique remonte à 1901 par le truchement d'une société américaine, suivie par El Aguila, une société anglaise.

Il ne fait donc aucun doute que la révolution mexicaine a commencé avec des armes et un soutien logistique américains pour Francisco I. Madero et a réussi à renverser Porfirio Diaz. Bien sûr, les gringos ne donnèrent rien. Comme nous le savons, le pays de Madero s'effondrait sous sa présidence et les gringos ont pris sur eux de l'éliminer. Un autre épisode peu connu est qu'en 1912, Winston Churchill, alors Lord of the Admiralty, le chef de la marine britannique, a demandé que le budget de guerre soit doublé pour faire face à la menace allemande, car les Britanniques et les Allemands se disputaient des territoires qui pourraient devenir des colonies dans le monde entier et en même temps ils se disputaient le pétrole.

Anglo-mexican_oil_tank.jpg

L'Allemagne a été le premier pays européen à changer toute sa flotte fonctionnant au charbon pour une flotte fonctionnant au pétrole, et Churchill a donc demandé à l'Angleterre de faire de même. Le détail qui retient l'attention est qu'à cette époque, on n'avait pas encore découvert le pétrole de la mer du Nord ; par conséquent, l'Angleterre n'avait pas de pétrole et l'Allemagne non plus, et ils ont dû mettre les flottes les plus puissantes du monde en mouvement avec du pétrole venu d'ailleurs. Cela signifiait que les deux nations devaient se battre pour le pétrole du Moyen-Orient, qui était à l'époque le pétrole de la Mésopotamie, partie de l'Empire turc, depuis lors allié de l'Empire allemand.

Bien que les hommes d'affaires qui ont extrait le pétrole étaient anglais et que l'autre grande source de pétrole à cette époque n'était autre que le Mexique, l'Angleterre avait donc déjà l'homme d'affaires Weetman qui possédait la propriété du pétrole du Mexique.

Les Allemands voulaient venir exploiter le pétrole mexicain, les gringos voulaient aussi venir exploiter le pétrole mexicain, le président du Mexique, Porfirio Díaz, avait 80 ans et ils ont donc commencé à bouger les pièces nécessaires pour le renverser et mettre un président à leur convenance à sa place. Les gringos ont d'abord essayé avec Francisco I. Madero et plus tard avec Venustiano Carranza, tandis que les Allemands ont soutenu Victoriano Huerta (photo). Selon le récit historique conventionnel, la Révolution au Mexique a commencé le 20 novembre 1910, mais ce qui s'est passé n'est qu'un soulèvement armé qui a abouti à la démission de Porfirio Diaz et à l'arrivée au pouvoir de Francisco I. Madero en 1911. Telle était la situation à la veille de l'année 1912.

wp-victoriano-huerta5597513c1a255818371273-1.jpg

Madero "gouvernait" soi-disant le Mexique et le pays était devenu une véritable poudrière. C'est alors que les gringos eux-mêmes ont planifié de renverser Madero et ont tenté de le renverser en faveur du général Felix Diaz, neveu du président déchu Porfirio Diaz.

Puis apparaît Victoriano Huerta, qui, avec le soutien de l'ambassadeur américain Henry Lane Wilson et après avoir négocié avec l'ambassadeur allemand Heinrich von Eckardt, renverse également Madero. Pour de nombreux spécialistes, la véritable révolution mexicaine commence en 1913 avec le renversement de Madero et cette étape révolutionnaire est liée à la Grande Guerre.

Carte Guerre Civile Mexique.JPG

Les troupes constitutionnalistes s'approchaient du port de Veracruz en mars 1914 et étaient sur le point d'en prendre le port; ensuite, en avril de la même année, lorsque 100 navires yankees ont bloqué le port de Veracruz, un fait inexplicable car il n'y avait pas de guerre déclarée contre eux, il s'avère qu'il y a eu un incident dans le port de Tampico, où quelques marins américains y descendent avec leur drapeau et sont arrêtés par des militaires mexicains.

Un conflit international a alors éclaté et les États-Unis ont demandé que le drapeau gringo soit salué et honoré sur le sol mexicain. Le gouvernement mexicain refuse et les Américains envahissent alors la côte du Golfe. En réalité, ils étaient venus pour protéger les puits et les installations pétrolières et surveiller les douanes de Veracruz et de Tampico ; en outre, les gringos ont découvert que le navire Ipiranga, le nom du navire allemand avec lequel Porfirio Diaz a quitté le pays, était sur le point d'accoster dans le port de Veracruz pour livrer des armes allemandes au gouvernement de Victoriano Huerta, qui a promis de mettre le pétrole mexicain à la disposition des Allemands; les gringos ont alors empêché ces armes d'être livrées aux troupes du gouvernement de Huerta, facilitant ainsi sa défaite.

Lorsque Huerta s'exile, il arrive à La Corogne, en Espagne, où des agents du Kaiser allemand l'attendent pour lui offrir des armes et un soutien pour retourner au Mexique et prendre le pouvoir, ainsi que des facilités pour son retour via New York. C'est là, en effet, qu'il entre en contact avec un espion allemand et commence son voyage vers la frontière mexicaine, où des sous-marins allemands l'attendent avec des armes pour le soutenir pour qu'ils reviennent au pouvoir.

Mais Huerta n'a pas pu franchir la frontière car il a été fait prisonnier par les Texas Rangers qui l'ont mis en prison. Un autre épisode s'est produit lorsqu'un espion allemand, Felix Sommerfeld, a infiltré les rangs de Francisco Villa et a convaincu le général mexicain d'exécuter 25 Américains dans l'État de Chihuahua.

Le journaliste Fernando Moraga a affirmé dans ses reportages pour le journal mexicain "El Universal" en 1974 que l'attaque de Francisco Villa contre Columbus était un acte de guerre pro-allemand. 

Lorsque les gringos ont été exécutés sur les ordres de Villa, le président Woodrow Wilson n'a pas déclaré la guerre au Mexique, mais c'est le même espion Felix Sommerfeld qui a planifié l'attaque de Columbus, ceci étant l'une des versions de l'attaque de Columbus (New Mexico, USA) en mars 1916, essayant de provoquer les États-Unis parce qu'ils voulaient que le Mexique entre une guerre contre les États-Unis, pour que ceux-ci ne soient pas impliqués dans la guerre en Europe; si les Allemands ne pouvaient pas obtenir le pétrole, alors ils devaient entretenir le conflit.

PanchoVilla-vs-EEUU-800x480.jpeg

Il existe encore un autre épisode de la tentative allemande de s'immiscer dans la politique mexicaine lorsqu'en 1917. Les Allemands envoient à Venustiano Carranza le célèbre télégramme Zimmermann, dans lequel la chancellerie allemande propose au Mexique d'entrer en guerre du côté de l'Allemagne avec, comme autre allié, l'empire japonais, dans le but d'envahir les États-Unis.

De tout ce que nous avons mentionné, y compris le rejet de l'option allemande, derrière se trouve le magnat anglais qui domine déjà le pétrole mexicain, plus la concurrence entre Rockefeller qui veut dominer le pétrole mexicain et l'empire allemand qui a besoin du pétrole mexicain pour faire sa guerre et possède une grande flotte, qui ne peut fonctionner sans pétrole, et le pétrole de l'empire turc ne coule pas comme prévu parce que les Anglais sont en guerre contre l'empire ottoman. Les Allemands ont donc perdu la guerre sans le pétrole mexicain.

jeudi, 26 mai 2022

Les bonnes et les mauvaises alliances militaires

Les-30-pays-dans-OTAN.jpg

Les bonnes et les mauvaises alliances militaires

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/05/26/von-guten-und-bosen-militar-bundnissen/

Les débats actuels sur l'élargissement du pacte de l'Atlantique Nord nous renvoient à l'histoire des diverses alliances militaires, du moins à celle du XXe siècle. Tout a commencé avec les deux pactes militaires qui se sont affrontés en Europe à la veille de la Première Guerre mondiale. Il y avait la double alliance entre la Prusse-Allemagne et la monarchie des Habsbourg, qui s'est ensuite élargie à la triple alliance avec le royaume d'Italie. Face à ces puissances centrales se trouvait l'Entente cordiale, composée de la République française et de la Russie tsariste, élargie par la suite au Royaume-Uni.

L'Allemagne, qui représentait alors une sorte de puissance quasi hégémonique en Europe, puisqu'elle était devenue la plus grande puissance économique et disposait également de la plus grande armée, se sentait encerclée par l'Entente. La France voulait prendre sa revanche sur 1870 et la Russie voulait stopper l'influence croissante de l'Allemagne en Europe de l'Est. L'Angleterre, quant à elle, craignait la puissance économique de l'Empire allemand et se sentait menacée dans sa domination maritime mondiale par le développement de la flotte allemande.

Ainsi, les deux alliances militaires qui se faisaient face avaient en fait une vocation défensive et étaient principalement destinées à lutter contre une trop forte montée en puissance des puissances adverses. Pourtant, la Triple Alliance et l'Entente allaient finalement devenir des alliances offensives avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale. L'historien australien Christopher Clark décrit cela de manière impressionnante dans son ouvrage de référence "Les somnambules".

61Y650qi1lL.jpg

La leçon à tirer de la structure des alliances avant la Première Guerre mondiale est tout simplement que les alliances militaires qui s'opposent conduisent avec un certain automatisme à la guerre réelle, même si les représentants des deux parties ne le souhaitent pas explicitement.

Dans l'entre-deux-guerres, on a essayé de créer une sorte d'organisation internationale des États par le biais de la Société des Nations, afin d'éviter l'émergence d'alliances militaires antagonistes. Mais le simple fait que les États-Unis n'aient pas adhéré à la Société des Nations a montré que celle-ci était vouée à l'échec. L'Allemagne vaincue s'étant sentie violée et bâillonnée par le diktat de paix de Versailles, il était évident que Berlin s'opposerait au nouvel ordre d'après-guerre à la première occasion. Et ce, sans doute, même sans une prise de pouvoir par les nationaux-socialistes. La révision du traité de Versailles, souhaitée par Hitler dans les années 30 et réellement mise en œuvre, a finalement entraîné la dissolution de la communauté d'États prévue par le biais de la Société des Nations. Celle-ci fut alors remplacée par deux blocs militaires antagonistes. Il y avait d'une part l'Allemagne, alliée à l'Italie fasciste, et l'alliance des anciens alliés de la Première Guerre mondiale, en particulier la Grande-Bretagne et la France. Le fait qu'Hitler ait réussi à conclure une alliance de courte durée avec Staline a perturbé le retour à la constellation d'avant la Première Guerre mondiale pendant à peine deux ans. Avec l'invasion de l'Union soviétique par l'armée allemande, cette structure d'alliance antagoniste s'est soudainement renouvelée. Et comme lors de la Première Guerre mondiale, les États-Unis sont entrés en guerre contre l'Allemagne avec un certain retard. Ainsi, les puissances de l'Axe, renforcées cette fois par le Japon, ont mené une guerre mondiale contre les Alliés, qu'elles devaient presque inévitablement perdre.

Comme les vainqueurs écrivent l'histoire, il est clair aujourd'hui encore que la responsabilité de la Première Guerre mondiale incombait aux puissances centrales, en particulier à l'Allemagne prussienne et à la monarchie des Habsbourg, et que la Seconde Guerre mondiale était de toute façon une guerre d'agression criminelle de l'Allemagne nazie contre le reste du monde. Ainsi, alors qu'avant la Première Guerre mondiale, il existait encore une sorte d'équivalence morale entre les alliances militaires, il était tout à fait clair lors de la Seconde Guerre mondiale qu'il s'agissait du bien contre le mal. Lorsque la guerre froide a éclaté après la Seconde Guerre mondiale entre les anciennes puissances victorieuses, les États-Unis et l'Union soviétique, il était clair dès le début qu'il s'agissait là aussi du bien contre le mal.

Warsaw_Pact_Logo.svg.png

L'Union soviétique et le Pacte de Varsovie ont pris fin à la fin des années 80 et les États-Unis, avec le Pacte de l'Atlantique Nord qu'ils dirigeaient, sont restés la seule puissance militaire mondiale. Prétendre que les États-Unis et l'OTAN n'ont pas mené de guerre depuis lors serait tout simplement une négation des faits historiques. L'une ou l'autre guerre a sans nul doute été menée sous mandat de l'ONU, mais bien d'autres l'ont été sans mandat. Les États-Unis, seule superpuissance restante, ont toujours cru pouvoir imposer leurs intérêts. Bien entendu, il n'y a jamais eu de sanctions de la communauté internationale contre les États-Unis, comme c'est le cas aujourd'hui contre la Russie. Si l'OTAN s'élargit aujourd'hui avec l'adhésion de la Suède et de la Finlande, c'est dans la continuité de ce qui avait déjà commencé après la fin de la Guerre froide et l'effondrement du Pacte de Varsovie. Malgré les promesses contraires faites à Gorbatchev, l'OTAN s'est étendue à un certain nombre de pays qui faisaient partie du Pacte de Varsovie. Comme le Reich allemand avant la Première Guerre mondiale, la Fédération de Russie, dirigée par Vladimir Poutine, a dû se sentir encerclée. Il ne fait toutefois aucun doute que cela est loin de légitimer une guerre d'agression telle que celle que Poutine mène aujourd'hui en Ukraine.

D'un point de vue géopolitique et mondial, la Russie est sans aucun doute la grande perdante de la guerre et des développements actuels. Un autre perdant est l'Europe, qui n'a d'importance qu'en tant que payeur, par exemple pour la reconstruction de l'Ukraine, et qui reste sous la coupe politique de Washington : un équilibre avec la Russie, judicieux du point de vue de la politique de puissance et de la géopolitique, a été rendu impossible pour des générations. Et les États-Unis, ou plutôt le complexe politico-militaire américain et les forces qui le dirigent en coulisses, ont réussi à faire en sorte que les États-Unis restent la seule puissance mondiale pertinente. En revanche, les membres européens de l'OTAN peuvent simplement se féliciter d'être membres de la bonne alliance militaire, posée commesupérieure sur le plan moral, humanitaire et démocratique.

En ce qui concerne l'Autriche, toujours neutre, la pression médiatique et politique en faveur d'un débat sur la neutralité devrait augmenter dans un avenir proche. Il semble que l'objectif de certaines forces en arrière-plan soit de faire tomber les derniers bastions qui refusent l'adhésion à l'OTAN. La position développée au début du gouvernement Schüssel/Riess-Passer, selon laquelle on pourrait devenir membre de l'OTAN s'il existait une OTAN européanisée, est donc totalement caduque. Une européanisation de l'OTAN ne se dessine plus depuis longtemps, bien au contraire. Et c'est ainsi que l'Autriche, jusqu'ici neutre, court le risque de faire partie du pacte de l'Atlantique Nord avec tous les autres États européens. Ce pacte est absolument dominé par la seule superpuissance restante, à savoir les États-Unis. Ainsi, l'alliance militaire occidentale et tous les membres de l'alliance, en particulier les États européens, sont livrés en premier lieu aux intérêts politiques et militaires des États-Unis. Mais on fait ainsi partie d'une bonne alliance militaire, d'une alliance militaire démocratique de haut niveau moral. Quel bonheur !

mercredi, 11 mai 2022

L'alliance entre les chevaliers et le peuple dans la guerre des paysans comme mythe politique dans la révolution conservatrice

Bauernkrieg_sw_Variante_1.jpg

L'alliance entre les chevaliers et le peuple dans la guerre des paysans comme mythe politique dans la révolution conservatrice

Giovanni Pucci

Source: https://www.ereticamente.net/2018/03/lalleanza-tra-cavalieri-e-popolo-nella-guerra-dei-contadini-come-mito-politico-nella-rivoluzione-conservatrice-giovanni-pucci.html

Parmi les nombreux thèmes qui ont joué un rôle évocateur dans le mouvement culturel connu sous le nom de "révolution conservatrice", qui a joué un rôle non négligeable en Allemagne dans l'entre-deux-guerres, nous pouvons inclure la "guerre des paysans", cette série d'émeutes qui s'est déroulée entre 1524 et 1526 au cœur du Saint Empire romain germanique et qui a débouché sur quelque chose de bien plus grand avant d'être étouffée dans le sang. Connue dans l'histoire sous le nom de guerre, elle se distingue des révoltes précédentes par le nombre de personnes mobilisées, l'étendue géographique des zones concernées et la nature radicale des revendications. On peut en trouver des anticipations dans la formation de la Bundschuh (ou Ligue de la Botte) en 1513 et dans la révolte de l'Armer Konrad en 1514. Mais son prodrome a sans aucun doute été la "révolte des chevaliers", un mouvement qui a débuté à l'été 1522 et qui a vu 5000 fantassins et 1500 cavaliers sous le commandement d'Ulrich von Hutten et Franz von Sickingen (1481-1523) tenir en échec les mercenaires des évêques de Trèves, Mayence et Cologne avant de capituler en 1523 au siège de Landsstuhl.

huttepor.jpg

franz_von_sickingen.jpg

Les ressorts sociaux qui ont poussé la petite aristocratie rurale allemande à former une alliance avec les pauvres et les opprimés afin de tenter une réforme radicale du pays et de l'état des choses sont les conditions sociales modifiées qui ont jeté à la rue une classe autrefois puissante au profit de la nouvelle et riche bourgeoisie des villes, des marchands affamés et des familles bancaires de plus en plus influentes qui avaient désormais l'empereur sous leur emprise, réduit à un symbole vide, avec le parasitisme des princes guelfes et un clergé de plus en plus corrompu. C'est probablement cette "alliance populaire" rudimentaire entre certains éléments des classes guerrières et ouvrières contre les couches improductives et les éléments étrangers à la nation germanique (en premier lieu les évêques envoyés par Rome) qui voulaient faire une révolution pour corriger un ordre désormais inversé et non pour accélérer son inversion qui a fasciné les intellectuels allemands qui ont adhéré de diverses manières à la Révolution conservatrice au 20e siècle. La figure de von Sickingen, soldat des Freikorps au XVIe siècle, était gravée dans le cœur de ceux qui aspiraient à une renaissance allemande après l'humiliation de Versailles et la trahison de novembre, la déclaration de reddition proclamée par le gouvernement de Berlin avec l'armée allemande non conquise sur le terrain et les lignes de front profondément enfoncées dans le territoire français. Le leader envisageait l'élimination des princes ecclésiastiques, la création d'une Église authentiquement allemande, l'annulation du commerce bancaire, l'établissement d'un gouvernement tenu par l'empereur avec un conseil composé uniquement de chevaliers : une vision qui unissait idéalement les exigences d'un rang social en déclin, celui des chevaliers, avec celles du peuple, intéressé à combattre les anciens et nouveaux profiteurs sociaux.

Lovis_Corinth_009.jpg

La guerre des paysans a commencé en 1524 par une série de soulèvements de paysans qui, au début de l'année suivante, se sont organisés en rangs armés (haufen). Le plus célèbre d'entre eux, le Schwarzer Haufen, était dirigé par l'ancien chef des Lansquenets, Floryan Geyer (1490-1525). Noble de naissance, adepte de la Réforme luthérienne qui avait créé le contexte culturel des révoltes (même si Luther condamnera plus tard violemment les insurgés et leurs intentions), il réclame la restauration du pouvoir impérial, la destitution des princes et la saisie des biens ecclésiastiques. Il meurt le 9 juin 1525, assassiné à Rimpar après avoir échappé à la destruction du château d'Ingolstadt, où il avait organisé la dernière résistance du Bataillon noir. Son nom restera dans la légende.

Mein_Fehd_und_Handlungen_(Berlichingen)_b_001.jpg

Une autre figure charismatique reprise par les révolutionnaires-conservateurs au 20e siècle est Gotz von Berlichingen (1480-1562) qui, avec un membre en fer pour remplacer le bras droit perdu au combat en 1508, a mené les rebelles du district d'Odenwald contre les princes du Saint Empire romain germanique. Les noms de Geyer, von Berlichingen, von Hutten et von Sickingen reviennent plusieurs fois dans les écrits d'Arthur Moeller van der Bruck (une figure de proue des Jungkorservativen et un élément central de la RC), de l'historien Friedrich Stieve ou de l'écrivain populaire Hermann Löns. Soit dit en passant, Gotz von Berlichingen et Floryan Geyer, héros connus de toutes les couches de la population, portaient le nom d'autant de divisions de la Waffen SS pendant la Seconde Guerre mondiale, n'en déplaise à ceux qui nient tout lien entre la Révolution conservatrice et le régime national-socialiste qui a suivi.

L'urbanisation qui a érodé les terres agricoles et laissé les petits propriétaires sans terre et incapables de subvenir à leurs besoins, l'accumulation de capital bancaire par l'usure et les rentes financières, l'appauvrissement progressif et la perte de prestige de l'ancienne noblesse rurale, la corruption et l'arrogance du clergé romain : voilà les conditions qui nous ont permis de voir des bandes de paysans encadrées comme des chevaliers. Avec le passage de l'économie féodale aux premiers balbutiements d'un système capitaliste, une telle agitation sociale est apparue dans les campagnes qu'elle a inévitablement trouvé un exutoire violent. Un débouché qui, après des victoires initiales, s'est arrêté et a été réprimé de manière belliqueuse comme un avertissement à venir. Ainsi, à défaut, la guerre des paysans n'a pas bouleversé l'ordre social mais l'a définitivement consolidé. S'arrêtant aux cas que nous avons mentionnés, la soudure entre le peuple et la tradition nationale n'a pas été complètement réalisée et les 12 thèses qui représentaient les doléances du mouvement sont restées inapplicables, ce dernier se contentant de vendettas personnelles individuelles sur les nobles et leurs propriétés, d'ailleurs limitées aux étapes initiales. L'intérêt commun de restaurer les symboles de justice et de rédemption sociale, à rechercher à travers l'unité du peuple allemand, ne s'est en fait pas concrétisé. Bien que les auteurs de la Révolution conservatrice aient idéalisé les figures mentionnées ci-dessus, ils avaient très clairement cette idée en tête et l'ont couchée sur papier dans leurs écrits qui appelaient à une rédemption nationale-populaire. C'est également de ces suggestions que s'est inspiré le mouvement politique qui a pris le pouvoir en Allemagne, avec un programme qui visait à rectifier les écarts économiques et sociaux de la modernité sans la nier, et qui, par le pragmatisme et la pratique quotidienne, mettait en pratique les théorisations des penseurs qui l'avaient précédé et auxquels un très grand nombre d'entre eux adhéraient, voyant en lui la suite politique logique de leurs idées.

Giovanni Pucci

Günter Maschke: un hommage à Ernst Jünger, l'anarque, le sylvestre, l'esthète de l'horreur

1008287-Ernst_Jünger.jpg

Günter Maschke: un hommage à Ernst Jünger, l'anarque, le sylvestre, l'esthète de l'horreur

par Günter Maschke

Source: https://wir-selbst.com/2022/05/07/gun/

Le discours suivant a été écrit en 1982 à l'occasion de la remise du prix Goethe à Hilmar Hoffmann, un fonctionnaire de premier plan de la ville de Francfort-sur-le-Main, qui se consacrait à la culture et avait approuvé l'attribution du prix Goethe à Ernst Jünger et s'était ensuite vu confronté à de vives critiques de la part de ses amis au sein de son parti. Les chances, minimes dès le départ, que ce discours soit prononcé n'ont pas pu être exploitées. Si le ghost-writer de l'époque, Günter Maschke, l'avait prononcé de sa propre initiative, il aurait sans doute été plus clair en bien des points et aurait moins cherché à susciter la compréhension. Le lecteur d'aujourd'hui doit donc garder à l'esprit les circonstances ainsi que la vieille phrase de Georg Lukacs : "Un discours n'est pas une écriture". Cet hommage à Ernst Jünger a été publié pour la première fois sous la plume de Günter Maschke dans la très recommandable revue Etappe - Magazin für drakonisches Denken.

Günter Maschke

(* 15 janvier 1943 à Erfurt ; † 7 février 2022 à Francfort-sur-le-Main)

***

En décernant le prix Goethe à Ernst Jünger, la ville de Francfort rend hommage au dernier grand survivant de la génération de Gottfried Benn et Bertold Brecht, d'Alfred Döblin et Hans Henny Jahnn, de Heinrich et Thomas Mann. La vie littéraire et intellectuelle contemporaine n'est guère plus féconde, ni plus débordante de talents, pour que l'on puisse passer à côté de l'un des représentants les plus importants de l'époque héroïque de notre littérature sans lui rendre hommage. Cela vaut même si de nombreuses pensées de Jünger nous apparaissent désormais incompréhensibles ou nous semblent insupportables. Nous devrions nous rendre compte que le prétendu "précurseur du national-socialisme" et le "glorificateur de la guerre" est considéré sereinement comme le "plus grand écrivain allemand" de notre époque en France, un pays que nous avons attaquée deux fois - et les deux fois, le soldat Jünger était impliqué. In Stahlgewittern - aus dem Tagebuch eines Stoßtruppführers est paru en 1920, et depuis lors, Ernst Jünger est un auteur controversé, toujours contraint à la polémique et à la controverse.

"Il existe aujourd'hui peu de penseurs avec l'œuvre desquels on entretient pendant des années une relation qui alterne sans cesse entre l'approbation spontanée et le rejet déterminé... Nous avons besoin d'Ernst Jünger. Nous en sommes arrivés à la conclusion qu'une erreur, si elle est compréhensible et honnêtement acquise à la vie, est plus à même de nous aider que la constatation d'une vérité à laquelle manque le pouvoir de conviction", écrivait Eugen Gottlob Winkler. "La querelle autour d'Ernst Jünger", tel pourrait être le titre d'une documentation à éditer en plusieurs volumes, et la protestation des Verts et du SPD contre l'attribution du prix Goethe à Ernst Jünger fait également partie de cette querelle. Alors que dans les années 1960, l'auteur semblait entrer dans un panthéon sans danger, cette querelle semblait toucher à sa fin, elle s'enflamme à nouveau aujourd'hui. Ces intervalles de plus d'un demi-siècle dans la querelle, me semblent être un indice certain du rang de cet homme.

IUNGER_Ernst.jpg

On peut objecter beaucoup de choses à Jünger, selon son point de vue idéologique, mais il me semble impossible de nier son importance comme essayiste et mémorialiste, comme descripteur et penseur de la nature, comme diagnostiqueur des guerres, des guerres civiles et du travail industriel. On peut douter que ses romans et ses récits aient une importance similaire. Un prix tel que le Goethe Preis ne peut être décerné qu'en raison d'une réalisation intellectuelle et/ou artistique. C'est précisément lorsqu'un auteur est à ce point controversé que la preuve de sa performance est apportée. Un lauréat qui satisferait tout le monde serait également celui dont le travail ne nous interpellerait en rien - il serait récompensé pour ses propos édifiants, généralement acceptés et généralement ennuyeux. Le prix Goethe n'aurait aucun sens s'il était l'hommage à une médiocrité qui ne passionne personne. Dans quelques réflexions intitulées Autor und Autorschaft, Jünger écrit en 1980: "Mon jugement ne doit pas se fonder sur le fait qu'un auteur pense différemment de moi - mais sur le fait qu'il pense même et peut-être mieux que moi. Je dois le placer dans son système. Mais je peux le rejeter. Encore une fois, cela n'exclut pas l'estime". Je pense que ces mots doivent nous servir de guide et je suis sûr que les membres du jury, qu'ils aient ou non le passage cité sous la main, pensaient de la même manière.

La vie intellectuelle en République fédérale souffre d'une crispation très idéologisée et policée. Ce que l'on dit et pense est en permanence interrogé: d'où cela vient-il? Puis vient régulièrement la question: où cela peut-il mener? Pour finir, nous entendons le jugement de condamnation déjà standardisé: c'est dangereux ! - ce qui revient à dire qu'une pensée inoffensive pourrait être intéressante. Vous avez le choix: la chute du monde libre ou l'esclavage impérialiste, la monotonie mortelle de l'égalité ou le retour des prédateurs (c'est-à-dire le "fascisme"), Vorkhuta ou Auschwitz. La question de savoir d'où l'on vient - par exemple de Marx (comme Lukacs, également lauréat du prix Goethe) ou de Nietzsche (comme Jünger, lui aussi lauréat du prix Goethe) - ne peut bien sûr pas être écartée et la question de savoir à quelles conséquences une pensée peut conduire (mieux encore: à quoi elle peut être utilisée) est non seulement permise, mais aussi utile. Cependant, il doit y avoir un espace au-delà de ces discussions, l'espace réel de la pensée et de la discussion. Et ici, la question est: qu'a-t-il remarqué? Qu'a-t-il vu? L'essentiel est ici, comme le dit très justement la justification du prix décerné à Jünger, dans "l'indépendance de la perception". Ce qui est décisif, c'est de savoir si nous apprenons quelque chose sur l'homme, si notre regard est aiguisé pour les domaines problématiques. Que signifie la Première Guerre mondiale en tant que première guerre des machines? Nous savons qu'il s'agissait d'une boucherie, et que l'officier de première ligne Jünger le sait aussi, c'est certain. Mais que révèlent ces paysages de feu et de sang? Et qu'est-ce qui s'exprime dans la technique industrielle moderne, qu'est-ce qui se cache derrière elle? C'est la question que pose Jünger dans Der Arbeiter. Il y a un domaine d'observation, de constatation des faits ou, en ce qui me concerne, d'affirmation des faits - et il y a un autre domaine où l'on essaie de tirer des conclusions et de trouver des instructions pour agir. Les deux domaines sont souvent difficiles à séparer, mais le lecteur, plus encore que l'auteur, doit toujours essayer de le faire. Si l'on nie l'existence d'un tel terrain neutre de la connaissance, du constat, de la constatation, alors on est également incapable de mener des discussions encore fructueuses par-delà les fronts idéologiques et politiques. Un tel boycott des discussions est régulièrement payé par une augmentation de la stupidité au sein de tous les partis: on ne peut même plus se mettre les arguments de l'adversaire dans sa propre poche. Karl Marx, par exemple, a critiqué le système industriel naissant avec les arguments des idéologues conservateurs semi-féodaux et il a critiqué leur glorification de l'époque préindustrielle avec les arguments des théoriciens enthousiastes du jeune capitalisme. Ce n'est là qu'un exemple. Comme pour tous les auteurs vraiment importants, l'œuvre de Jünger possède une force qui transcende les frontières et les camps, et on peut tout à fait identifier une gauche jüngerienne, comme Alfred Andersch. Il faut également se souvenir que deux des amis les plus proches de Jünger, qui l'ont accompagné toute sa vie, étaient presque homonymes Carlo Schmid et Carl Schmitt. Carlo Schmid, lui aussi lauréat du prix Goethe, l'un des pères de la Constitution de la deuxième République allemande, et Carl Schmitt, le critique sarcastique et incisif de Weimar, le pourfendeur implacable des illusions démocratiques, libérales et pacifistes, un homme dont les démocrates ont beaucoup à apprendre s'ils veulent se défendre. Cette amitié étroite avec deux hommes aussi opposés politiquement, qui travaillaient en outre dans le même domaine, en tant que penseurs de la politique, ne prouve pas que Jünger était un opportuniste à la langue de vipère, mais que des hommes d'esprit et d'horizons totalement différents trouvent notre lauréat stimulant et fructueux. Dans les années 1920, la vie littéraire berlinoise était polarisée par Bert Brecht et Ernst Jünger. Mais à l'époque, Brecht défendait toujours Jünger en disant : "Laissez le Jünger tranquille !".

indjleex.jpg

Le rang intellectuel d'une personne ne se prête donc que de manière limitée à l'excitation morale. Il ne s'agit pas d'un problème démocratique. Pour le dire en termes crus, Goethe n'était pas non plus un démocrate, ne serait-ce que parce qu'il s'intéressait avant tout au perfectionnement de sa propre personne. Les lauréats du prix Goethe, Georg Lukács et Arno Schmidt, ne l'étaient pas non plus. Georg Lukács a certes été l'un des plus grands critiques marxistes du stalinisme, mais il a aussi été longtemps stalinien, ou du moins son collaborateur pendant longtemps. Sa distance vis-à-vis du stalinisme a sans doute toujours été inférieure à celle d'Ernst Jünger vis-à-vis des nationaux-socialistes et c'est à Lukács que l'on doit, une fois qu'il n'y a plus eu de doute sur les crimes du stalinisme, cette phrase horrible dans ses implications : "Le pire des socialismes est toujours meilleur que le meilleur des capitalismes". Arno Schmidt, cependant, dont l'affront au jury du prix Goethe est encore frais dans les mémoires, s'est montré non démocrate d'une manière plus inoffensive, mais sans doute plus provocante: en proclamant la primauté de l'esthétique sur la morale, de l'artistique sur le social, et en mettant en avant le grand écrivain, d'une manière qui semble aujourd'hui audacieuse, sur les nombreux (trop nombreux ?) qui font le travail normal dans une société. La démocratie n'est qu'un principe d'organisation politique - mais la question de savoir si le principe démocratique doit s'appliquer à d'autres domaines de la pratique humaine doit être posée, en particulier aux démocrates.

Au cours de ses plus de soixante années d'écriture, Ernst Jünger a fait l'objet d'appréciations très diverses. L'auteur d'écrits tels que In Stahlgewittern, Der Kampf als inneres Erlebnis, Das Wäldchen 125 a été considéré comme un militariste, voire un va-t-en-guerre. L'auteur de Der Friede, écrit en 1941 et diffusé en copies à partir de 1943, était considéré comme un pacifiste. Après le livre Der Arbeiter (1932), Jünger apparaît comme un technocrate sans conscience. Avec Am Sarazenenturm (1959), avec ses innombrables essais sur les pierres, les papillons, la capture de coléoptères, l'horticulture ou avec ses œuvres allant dans le sens d'une philosophie de la nature comme Subtile Jagden (1967), enfin sa collaboration à la revue Scheidewege fondée par son frère défunt Friedrich Georg, il était considéré comme un écologiste. Le fait que Jünger soit un pionnier du mouvement vert peut être prouvé avec une extraordinaire facilité.

L'harmonie entre l'homme et le cosmos est un thème récurrent chez Jünger, au moins depuis le milieu de son œuvre. Son aversion pour toute science naturelle simplement quantifiante et pour la maîtrise de la nature est tout aussi constante. Le soldat nationaliste Jünger, qui - comme tout le monde doit l'admettre - a lutté à juste titre contre le traité de Versailles, semble être l'ennemi du bon Européen qui, en 1941, avec La Paix, fait ses adieux au nationalisme et appelle à la réconciliation, afin que les efforts et l'héroïsme de la guerre, ces "premières œuvres communes de l'humanité", ne soient pas vains; afin que la haine se transforme en solidarité. Enfin, il y a aussi "l'anarchiste conservateur", comme le politologue Hans-Peter Schwarz a appelé notre lauréat en 1962 dans un livre qu'il convient de lire (H.-P. Schwarz: Der konservative Anarchist. Politik und Zeitkritik Ernst Jünger). Et c'est ce Jünger qui nous apprend non seulement comment se soustraire à un pouvoir totalitaire en "marchant dans les bois", en contournant, en esquivant et en sabotant, et comment préserver ainsi sa propre souveraineté, - c'est aussi le Jünger qui est en contact étroit avec des résistants comme Ernst Niekisch, Speidel et von Stülpnagel, et qui est renvoyé de l'armée de manière déshonorante après le 20 juillet 1944. Il ne fait guère de doute que Jünger s'en est sorti à l'époque parce qu'il était déjà devenu un mythe de la génération des combattants de la Première Guerre mondiale. Cet "anarchiste conservateur" qu'est Jünger est aussi celui qui a un organe réceptif pour les représentants de la sous-culture, pour les marginaux et les hippies, en général pour le déviant et son importance, voire sa nécessité. Les aspects souvent déroutants, voire contradictoires, de Jünger s'expliquent notamment par le fait que les décennies, avec leur lot d'expériences, travaillent sur les textes et en font ressortir sans cesse de nouvelles facettes. Mais en même temps, Jünger n'a cessé de se transformer et d'orienter son intérêt vers de nouvelles questions. Même parmi les auteurs les plus importants du siècle, il est l'un des rares à évoluer jusqu'à un âge avancé, une caractéristique qui rappelle Goethe. Le roman Eumeswil, paru en 1977, en est la preuve évidente. Il dépasse de loin, du moins en pensée, la plupart de la prose allemande des années 1970.

913qZ1TpyNL.jpg

On entend souvent dire que Jünger a toujours été un porte-parole de l'esprit du temps. En réalité, c'est l'esprit du temps qui s'exprimait à travers lui, alors qu'il était également considéré comme intempestif. Les moments de son influence ont coïncidé avec les moments de conscience critique de l'histoire allemande. Hans-Peter Schwarz écrit à ce sujet: "En 1920 ... lorsque le lieutenant de la Reichswehr ... publia son journal de guerre In Stahlgewittern, il fut l'un des premiers à donner une forme littéraire complète à l'expérience de la guerre mondiale du combattant des tranchées. Der Kampf als inneres Erlebnis (1922) procédait déjà à l'approfondissement du diagnostic de l'époque sur la rencontre avec la guerre. L'expérience marquante de Jünger - la bataille de matériel sur le front occidental - était aussi celle de nombreux membres de la génération de la guerre... Un avant-gardiste de l'âge de fer, un porte-parole de la jeunesse activiste, un représentant de la génération qui allait prendre le pouvoir - c'est ainsi qu'il était compris par un nombre sans cesse croissant de lecteurs fidèles...

712677020.jpg

En 1932, la crise de l'Etat et de la société est entrée dans sa phase décisive, personne ne sait où l'on va; le besoin de faire des prévisions est d'autant plus vif. C'est à ce moment-là que parut Der Arbeiter. Il devint la sensation littéraire des mois d'octobre et de novembre 1932 et, comme certains s'en souviennent encore aujourd'hui, l'ouvrage décisif de l'année pour plus d'un. Il s'agissait d'un homme dont les propos, par la magie de son style, pouvaient être considérés comme crédibles et qui annonçait, sur un ton qui n'admettait aucune contradiction, la fin de l'ère bourgeoise libérale et l'avènement d'un État national, socialiste et impérialiste. Les courbes rouges de l'époque et de l'existence de l'auteur avaient convergé au cours de ces années.

1939 - l'année du début de la guerre - et 1942, celle de la plus grande extension de la sphère d'influence allemande, mais en même temps annonciatrice de la catastrophe qui se profilait déjà, ont à nouveau apporté deux livres qui ont rapidement gagné un grand nombre de lecteurs, en particulier auprès de la Wehrmacht: Sur les falaises de marbre et le journal de guerre Jardins et routes. Il trouva à nouveau le mot de l'heure ; mais cette fois-ci pour ceux qui recherchaient la possibilité d'une existence juste, décente et saine. En 1945, il publie Der Friede (La Paix), conçu en 1941, et en 1949 Strahlungen: ces deux ouvrages interviennent directement dans le débat sur l'attitude des Allemands vis-à-vis du Troisième Reich et sur les principes de la politique future. En l'étudiant a posteriori, on a l'impression que, pour certains, la confrontation avec leur destin personnel s'est faite quasiment en confrontation avec l'évolution intérieure de cet homme". - Cette longue citation donne une idée à la fois de l'étendue et de l'actualité sans cesse renouvelée de l'écriture de Jünger, comme nous l'avons déjà évoqué.

Considérons quelques-uns des écrits les plus importants d'Ernst Jünger, et en particulier ceux de ses débuts, dans lesquels on ne peut nier un barbarisme militariste, un romantisme sanguinaire dissuasif, voire un lansquenettisme malveillant - tout comme on ne peut nier la glorification critiquée de la guerre. "Le sang gicle dans les veines en étincelles divines, lorsque l'on s'élance au combat avec la conscience claire de sa propre audace. Sous le pas qui rythment l'assaut, toutes les valeurs du monde s'envolent comme des feuilles d'automne. Sur de tels sommets de la personnalité, on éprouve du respect pour soi-même... Certes, le combat est sanctifié par sa cause, mais plus encore, une cause est sanctifiée par le combat". On rencontre régulièrement ce genre de kitsch d'acier dans les premières œuvres, mais il reste périphérique. Néanmoins, l'indifférence totale à l'égard de toute problématique morale de la guerre fait peur. Mais cette indifférence a au moins un avantage: c'est grâce à elle - au-delà d'hystéries comme celle citée - que le regard froid de Jünger est possible, qui se pose sur la réalité de la bataille de matériel qui menace de dépasser l'homme en tant qu'homme et donc aussi en tant que héros.

Alors que d'autres chroniqueurs littéraires de la Première Guerre mondiale comme Erich Maria Remarque et Ludwig Renn, avec des romans comme A l'ouest rien de nouveau et Guerre, n'ont pas grand chose à nous dire de plus, même si leur récit et leur morale sont saisissants, si ce n'est que la guerre est quelque chose d'horrible, Jünger essaie de comprendre la loi de la guerre des machines, son sens métaphysique et se demande en outre comment les sociétés industrielles européennes évolueront après une telle guerre. Dans les batailles de matériel de la Somme, de Cambrai, des Flandres, une nouvelle époque naît et le monde de la sécularité bourgeoise s'enfonce. Et pourtant, cette guerre avait commencé de manière si romantique: "Nous avions quitté les amphithéâtres, les bancs de l'école et les établis et nous nous étions fondus en un grand corps enthousiaste pendant les courtes semaines de formation. Ayant grandi dans une ère de sécurité, nous ressentions tous la nostalgie de l'inhabituel, du grand danger. La guerre nous avait alors saisis comme une ivresse. Nous étions sortis sous une pluie de fleurs, dans une ambiance d'ivresse de roses et de sang".

Ce début est connu: la guerre a été accueillie avec soulagement dans toute l'Europe. Et bien que la réalité de la guerre décrite par Ernst Jünger, faite de boue, de jours de pilonnage et de combats épuisants, se soit ensuite imposée, nous nous heurtons à chaque page à cette question qui nous paraît aujourd'hui monstrueuse: l'homme a-t-il besoin de la guerre? La nostalgie de l'époque, bientôt si terriblement comblée, le beuverie au bistrot des années plus tard ne doivent-ils pas être compris comme la critique la plus acerbe et la plus désespérée de la paix et de la vie quotidienne, avec sa routine, ses chaînes forgées dans du papier de chancellerie, ses luttes dérisoires et pourtant si épuisantes pour l'influence et le prestige, ses préoccupations mornes entre la fiche de rappel, la facture d'électricité et la revendication juridique ? On ne peut comprendre ni ici ni plus tard la pensée de Jünger, qui n'est souvent qu'une pensée sous le coup d'affects violents, si l'on ne comprend pas la haine du monde de la rentabilité et de l'utilité bourgeoises et bureaucratiques, de l'angoissant "renoncement au monde", que Jünger fuit d'abord dans la guerre, puis dans la nature, enfin dans le mysticisme ou dans l'isolement stylé, souvent trop prétentieux. Il faut prendre en compte le sentiment de vie d'une grande partie de la génération soldatesque de 1914. Celui qui ne veut pas pardonner devrait au moins pouvoir comprendre.

Ernst_Jünger_vers_1920.jpg

La guerre est pour Jünger un événement élémentaire et l'élémentaire ne lui semble finalement pas touché par le fait de la bataille matérielle. Il assume une envie primitive de combattre et de tuer et les soldats qu'il décrit, assourdis par le tonnerre des machines de destruction, par le "mur de feu flamboyant, haut comme une tour ..., baptisé dans un brouillard rouge, dans la soif de sang, la rage et l'ivresse, vivent dans un monde qui, en tant que réalité extrême, semble aussi onirique que choquant. C'est là que s'enracine "l'esthétique de l'horreur" de Jünger (selon son interprète Karl-Heinz Bohrer dans le livre du même nom), avec des effets artistiques qui font de lui peut-être le seul surréaliste de la littérature allemande. Le moment dangereux que l'homme vit de manière aussi somnambule que tranchante et surlignée, et que Jünger a raconté et étudié comme aucun autre, confère à ces œuvres, souvent insupportables dans leur vision du monde, un rang artistique si élevé qu'elles doivent être considérées comme ses plus importantes. La bataille matérielle est exaltée métaphysiquement, considérée par Jünger comme "l'expression d'un élémentaire", comme "un jeu somptueux et sanglant", comme "le besoin du sang de fête, de joie et de célébration" et l'héroïsme, que l'on croyait perdu, devient possible d'une nouvelle manière grâce à la maîtrise parfaite de l'appareil technique de destruction. C'est dans la guerre, dans la proximité de la mort, que la vie s'exprime avec intensité, tandis qu'en même temps la guerre consume les hommes comme le matériau d'une grande idée. C'est la guerre qui crée un Homme Nouveau, une nouvelle aristocratie, celle des tranchées, qui doit remplacer l'élite bourgeoise et ses idéaux éclairés datant du temps des perruques, sa confiance joufflue dans le progrès, le développement et l'humanité, une élite bourgeoise qui se prolonge dans le personnel dirigeant du mouvement ouvrier devenu pacifiste et bourgeois. Une telle esthétisation de l'horreur est du pur nihilisme, mais elle s'enracine tout naturellement dans le sentiment de vie d'une génération qui ne peut plus croire aux idées générales, à la vérité et à la justice des Lumières bourgeoises et du socialisme. Seule la lutte en soi, le fait que l'on lutte et la manière dont on le fait, confère le rang.

5343_1.jpg

Avant de nous indigner, nous devrions nous pencher sur cette génération qui avait perdu toutes ses illusions, y compris celles que nous nourrissions déjà à nouveau, pour devenir la victime d'une nouvelle et plus terrible illusion, celle de la violence libératrice, purificatrice et fortifiante. De là, on peut tracer des lignes vers Georges Sorel et Benito Mussolini, vers Adolf Hitler comme vers Che Guevara et Frantz Fanon. Le sacrifice, la lutte, la souffrance, l'endurance ennoblissent une cause - mais une telle attitude semble être le dernier recours dans un monde désenchanté, banal, organisé, où la soif d'excitation la plus forte augmente de manière totalement inéluctable. Les œuvres du fasciste Pierre Drieu la Rochelle, du conservateur Henry de Montherlant, du socialiste André Malraux ou du sympathisant franquiste et hitlérien Wyndham Lewis montrent que cet enthousiasme a touché de nombreux hommes en Europe à cette époque. Ce sentiment de vie se retrouve au moins jusqu'à la fin de la guerre civile espagnole, à droite comme à gauche. La religion, la convention morale, le progrès, la réconciliation des peuples - ces idées sont devenues de vaines bulles d'air et la stabilisation du moi n'est plus possible que dans le groupe combattant, dans l'endurance fraternelle de monstrueuses épreuves, dans l'action concrète. L'idéologie, toujours défendue, devient alors périphérique. C'est dans l'action que les choses deviennent claires et exigeantes, que la décision est prise, que prend fin la discussion épuisante, le pour et le contre angoissant, le bavardage intellectuel où chaque argument trouve un contre-argument aussi évident que douteux.

Il faut comprendre la confusion, la profonde perplexité, l'ampleur du désenchantement de la génération de Jünger pour ainsi dire sur le plan de l'histoire culturelle: "Casca il mondo ! Le monde s'écroule !". Puis vint la mort avec la machine, dans laquelle la société européenne avait placé de tout autres espoirs, une société dans laquelle, du monarque au dernier chômeur, on avait cru que, peu à peu, l'humanité progressait quand même. De ce point de vue, la Première Guerre mondiale a été un événement bien plus important que la Seconde, qui n'en a été qu'une copie agrandie et déformée. Au-delà de toute idéologie qui nous fait peur, c'est Jünger qui a enregistré le plus laconiquement à l'époque, quasiment comme un graveur à la pointe sèche, ces bouleversements dans lesquels beaucoup ne trouvaient de soutien que dans une existence de soldat. Il était l'un des rares à trouver le courage de le faire ; après l'enthousiasme général, c'est un flot de paroles pacifistes confuses qui prévalait. On pourrait ici se placer sur le plan purement artistique et louer le niveau stylistique élevé de ces textes, à quelques dérapages près. Mais deux choses sont décisives. Premièrement, nous sommes ici conduits vers les abîmes de l'âme humaine (peu importe que Jünger le fasse avec presque autant d'enthousiasme), que nous ne pouvons pas nier, surtout si nous voulons la paix. Cette thèse selon laquelle il existe un besoin d'action guerrière et que ce besoin ne peut pas être expliqué comme le résultat d'intérêts économico-militaires et de manipulation - cette thèse ne mérite pas l'indignation, mais l'examen. Ainsi, pour la plupart d'entre nous, les premiers écrits de Jünger soulèvent la question de savoir si la condition humaine n'est pas encore pire que ce que croit l'amoureux de la paix effrayé par la guerre. Deuxièmement, dans l'horreur de la première guerre industrielle, Jünger parvient à découvrir les structures et les forces motrices de la société industrielle "pacifique". Là encore, l'affirmation de la cause par l'auteur ne change rien à la force d'ouverture des phénomènes de travaux tels que le court essai de 1930 Die totale Mobilmachung. Bien sûr, entre les premiers écrits sur la guerre, la "Mobilisation totale" et le "Travailleur", il y a un livre comme Das abenteuerliche Herz (1929), dans lequel Jünger anticipe sa pensée de promeneur que l'on trouve dans ses derniers journaux et essais, notant sa pensée sur la nature, la société et le quotidien. L'attente au bureau de poste, le shopping, la contemplation des animaux et des plantes, les rêves, les descriptions oppressantes de machines de torture que nous ne connaissons que de Kafka - ce qui caractérise ce recueil, ce n'est pas seulement la certitude du caractère symbolique de tous les phénomènes, mais aussi la volonté de récupérer la réalité la plus fugitive au moyen des sens de l'ouïe, du toucher, de l'odorat et du goût. Dans la littérature allemande de notre siècle, seul Walter Benjamin y est peut-être parvenu de manière similaire. Un tel comportement esthétique, dans lequel le fragment de conscience et de perception devient en un éclair le miroir de l'époque, n'est possible qu'en des temps où le sol vacille, où, comme l'a dit un jour Jacob Burckhardt en 1876, en se référant davantage à la politique, "toute certitude a une fin".

Jünger a souvent dit de lui-même: "Après le tremblement de terre, on frappe sur les sismographes". Et si, pour beaucoup, cette expression traduit l'intention de minimiser son propre travail, elle rend compte en grande partie de la situation. Tous ceux qui ont contribué à détruire les illusions de l'optimisme du progrès au début de notre siècle ne pouvaient le faire sans sarcasme, voire avec une joie malveillante. Les opposants à l'attribution du prix Goethe à Ernst Jünger l'ont qualifié de chantre de la "mobilisation totale" avec une indignation vraiment infatigable. Mais le fait qu'Adolf Hitler aimait utiliser ce terme (c'est pourquoi Jünger l'évitait pendant le Troisième Reich) et que Jünger ne regrettait pas seulement la défaite allemande de 1918, mais espérait une revanche, n'est pas une raison pour nier la valeur diagnostique de cet essai. Il montre que les Etats à structure corporative ou féodale comme la Turquie ou la Russie n'étaient guère à la hauteur de la guerre et que l'Allemagne, qui présentait jusqu'à la fin de la guerre de fortes structures traditionnelles, a également perdu la partie pour cette raison. Les pays qui ont gagné la guerre sont ceux qui possédaient une classe dirigeante métropolitaine et technicisée et qui ont réussi - sur la base de l'égalité civique - à exploiter toutes les réserves de matériel et d'hommes. L'Allemagne n'a réussi qu'une mobilisation partielle et n'avait même pas d'idéologie unifiée. Désormais, tous les pays développés devaient, s'ils voulaient se maintenir dans le monde, orienter toute leur économie et leur technique vers la possibilité d'une guerre totale. Ils devraient aussi, pour assurer l'unité idéologique de la nation, se préoccuper de manipuler une opinion publique favorable aux objectifs du pouvoir. Rarement la tendance de la machine à faire la guerre et l'avenir de la propagande auront été vus avec autant d'acuité. Jünger voyait dans les chars, les canons, les sous-marins, les avions et les mitrailleuses des machines en réalité parfaites. Et comme Nietzsche avant lui, il était clair pour notre auteur que la technique et la science "voulaient" la destruction du monde, tout en croyant encore que la technique ouvrait de nouvelles possibilités d'héroïsme et donc d'humanité. Mais ce n'est que parce qu'il voyait dans les machines la volonté de destruction qu'il affirmait alors, qu'il a pu se lancer plus tard dans une critique aussi convaincante de l'ère technique. L'opposition entre "gauche" et "droite" n'était déjà plus pertinente pour Jünger. Il était convaincu qu'elle avait été dépassée par la bureaucratie et la technocratie qui se servaient alternativement des mots "gauche" et "droite" et des luttes correspondantes entre les camps pour contraindre l'individu à s'adapter. La lutte entre les camps n'était qu'un tour de vis ...

Le caractère inéluctable de ce monde, Jünger le voyait sans doute de la même manière que Max Weber, qui était certes trop prompt à croire que l'on pouvait être "humainement à la hauteur". Dans "La mobilisation totale", Jünger écrivait : "L'abstraction, donc aussi la cruauté de toutes les conditions humaines, augmente sans cesse. Le patriotisme est remplacé par un nouveau nationalisme fortement imprégné d'éléments de conscience. Dans le fascisme, dans le bolchevisme, dans l'américanisme, dans le sionisme, dans les mouvements des peuples de couleur, le progrès fait des avancées que l'on aurait crues impensables jusqu'ici ; il se précipite pour ainsi dire, pour continuer son mouvement sur un plan très simple, après un cercle de dialectique artificielle. Il commence à se soumettre les peuples dans des formules qui ne se distinguent déjà plus guère de celles d'un régime absolu, si l'on veut bien faire abstraction du degré bien moindre de liberté et de convivialité. En de nombreux endroits, le masque humanitaire est déjà tombé, mais un fétichisme mi-grotesque, mi-barbare de la machine, un culte naïf de la technique, apparaissent, précisément dans les lieux où l'on n'a pas de rapport direct, productif, avec les énergies dynamiques dont les canons à longue portée et les escadrons de combat armés de bombes ne sont que l'expression guerrière. En même temps, l'appréciation des masses augmente; le degré d'adhésion, le degré de publicité devient le facteur décisif de l'idée. En particulier, le socialisme et le nationalisme sont les deux grandes meules entre lesquelles le progrès écrase les restes de l'ancien monde et finalement lui-même.

Pendant plus d'un siècle, la "droite" et la "gauche" se sont renvoyé comme des balles les masses aveuglées par l'illusion optique du droit de vote; il semblait toujours y avoir chez l'un des adversaires un refuge contre les prétentions de l'autre. Aujourd'hui, dans tous les pays, le fait de leur identité se révèle de plus en plus clairement, et même le rêve de liberté s'évanouit comme sous la poigne de fer d'une pince. C'est un spectacle grandiose et terrible que de voir les mouvements des masses de plus en plus uniformément formées, auxquelles l'esprit du monde tend ses filets de pêche. Chacun de ces mouvements contribue à une capture plus aiguë et plus impitoyable; et il y a là des sortes de contraintes plus fortes que la torture: si fortes que l'homme les accueille avec jubilation. Derrière chaque issue dessinée avec les symboles du bonheur se cachent la douleur et la mort. Heureux celui qui entre dans ces espaces équipé".

838_ernst_junger.jpg

"La mobilisation totale": c'était aussi la nouvelle annoncée de l'enterrement de l'individu, une évolution qui semblait totalement inéluctable à Jünger, et qu'il affirmait donc avec un pessimisme héroïque. Ce thème est développé plus en détail dans Le Travailleur. Le monde est entré dans l'ère du "grand aménagement de l'espace", où la rationalisation du travail devient parfaite; les moyens techniques déterminent de plus en plus l'homme sur le plan social, psychique et physique. Sous la dictée de la technique, la guerre et le travail industriel se ressemblent de plus en plus. Le soldat devient un technicien de l'extermination, le technicien "civil" agit dans le paysage planifié du nouvel État total comme un soldat de la production: "La tâche de la mobilisation totale est la transformation de la vie en énergie, telle qu'elle se manifeste dans l'économie, la technique et les transports dans le vrombissement des roues ou sur le champ de bataille comme feu et mouvement". Sausen, Blitz, Brausen, Fliegen, Schwirren, Donnern - nous trouvons une accumulation de tels mots dans le livre de Jünger, dans lequel une fascination pour la technique est clairement visible, comme elle l'est par exemple dans la Neue Sachlichkeit (Nouvelle Objectivité) à la même époque. Et pourtant, le fait d'être livré à l'appareil technique est très clair, même si Jünger le salue comme une fatalité à laquelle il faut adhérer. Le mythe de l'ouvrier, qui est le mythe d'une société planifiée et industrielle disciplinée, une sorte de bolchevisme sous des auspices nationalistes, ce mythe est pour Jünger lié à un système autoritaire qui abolit l'inefficacité et la convivialité de l'ère libérale. Les figures du Waldgänger et de l'Anarque qu'il dessinera plus tard, toutes deux ennemies de la technique, se réfèrent au "travailleur". Jünger est un homme des extrêmes et il voit les phénomènes de l'intérieur. C'est ce qui rend cette pensée séduisante, mais c'est aussi ce qui fait sa force : l'exagération qui amplifie les phénomènes en fait ressortir la tendance. Et la déclaration suivante s'applique également à Der Arbeiter: "Notre tâche ... consiste à voir, mais pas à faire de la publicité".

1933-1945. Il ne fait aucun doute que Jünger n'aimait pas la République de Weimar et qu'il espérait un autre système. Mais qui la défendait encore dans sa phase finale, qui l'aimait même? Avec ses chômeurs, son désespoir à peine imaginable aujourd'hui, sa large acceptation du Traité de Versailles, considéré à juste titre comme un diktat insupportable, son (auto-)humiliation nationale? Et: pour comprendre Jünger, il faut au moins considérer comme discutable la thèse selon laquelle, à partir de 1930, après la démission du gouvernement Hermann Müller, la question n'était plus: démocratie ou dictature? - mais seulement: quelle dictature et de qui? C'est un simple fait qu'une grande partie de la population, jusque dans l'électorat des partis démocratiques, n'était pas démocrate et que, si elle voulait le devenir, l'évolution de Weimar ne lui facilitait pas la tâche. The proof of the pudding is in the eating. La démocratie est quelque chose de difficile à faire et nous ne devons pas oublier que Reinhold Maier et Theodor Heuß ont voté en faveur des lois d'habilitation - alors qu'Ernst Jünger et Carl Schmitt n'ont pas eu cette chance...

Certes, il y avait une certaine proximité de Jünger avec le national-socialisme. Mais cette proximité était à l'époque aussi normale que compréhensible. Il suffit de penser à un Ernst Niekisch, dont la résistance, aujourd'hui louée, s'enracinait surtout dans l'opinion qu'Hitler n'était pas assez radical, qu'il était une marionnette de l'"Occident". Cette proximité n'est pas non plus disqualifiante en soi, comme le prouvent les hommes du 20 juillet, qu'il est impossible de maquiller en démocrates et qui ont opposé la résistance qui faisait généralement défaut aux démocrates convaincus. Sous le troisième Reich, Jünger s'est comporté de manière tout à fait irréprochable. Il a refusé d'être admis à l'Académie prussienne de littérature, il a interdit aux journaux nationaux-socialistes de publier ses œuvres, il a immédiatement refusé un mandat au Reichstag qui lui avait été proposé par la NSDAP, il a écrit Auf den Marmorklippen (Sur les falaises de marbre), une œuvre qui a été lue par beaucoup comme une attaque téméraire contre le régime hitlérien, il a fait preuve d'une rare solidarité avec les persécutés (par exemple avec Niekisch), il entretient des contacts étroits et amicaux avec Speidel et von Stülpnagel, il confie à son journal des commentaires sur la situation qui étaient plus que dangereux, si l'on considère que les perquisitions de la Gestapo chez lui ne comptaient pas parmi les raretés. Nous avons déjà évoqué sa démobilisation après le 20 juillet 1944. Si l'on lit dans les Strahlungen les passages concernant Hitler et Goebbels, il est impossible de considérer cet homme comme un ami des nationaux-socialistes. Gärten und Straße, paru en 1942, a été indexé parce que Jünger note le 29 mars 1940 : "Ensuite, je me suis habillé et j'ai lu le psaume 73 à la fenêtre ouverte".

9782267013979_1_75.jpg

Les possibilités de résistance d'un capitaine, qui avait en outre l'intelligence de voir en Hitler l'homme providentiel, étaient modestes. Jünger n'a même pas été en mesure de résoudre le problème central: "Comment puis-je entrer dans le cercle d'exclusion 1 avec la bombe?" - On lui a reproché, à partir de ses écrits Le travailleur et La mobilisation totale, de défendre l'idéologie de l'État total et on a ensuite construit, notamment dans le document de protestation des Verts, une ligne Jünger-Hitler. L'"État total", que Jünger a parfois voulu, était pourtant le concept opposé à celui d'Hitler. Il voulait dire la dictature de la Reichswehr contre la combinaison négative NSDAP/KPD, telle que l'ancien chancelier Kurt von Schleicher, assassiné par les nazis en 1934, l'avait imaginée dans son idée de "front transversal" incluant les syndicats. Le NSDAP ne voulait pas d'un "Etat total" - il voulait une communauté populaire volontaire, car l'Etat total exprimait à la fois la contrainte, qui n'était plus nécessaire entre les heureux membres du peuple, et le caractère légal de la forme politique souhaitée. La polémique contre l'"État total" est presque la caractéristique unificatrice de toutes les théories nationales-socialistes. Il est tout aussi absurde de reprocher à Jünger de constater la tendance à une "caractérologie mathématique et scientifique", par exemple "sur une recherche raciale qui s'étend jusqu'au comptage des globules sanguins". Sa conclusion selon laquelle "ce n'est qu'avec l'apparition de ces phénomènes ... que l'art d'État et la domination à grande échelle, c'est-à-dire la domination mondiale, seront possibles", est tout à fait plausible ; de même que le fait que Jünger constate ici aussi la "renumérotation du monde". Et lorsqu'il écrit en 1920: "L'intégration de tous les Allemands dans le grand peuple de cent millions de personnes de l'avenir, voilà le but pour lequel il vaut bien la peine de mourir et d'écraser toute résistance", ce sont les mots d'un nationaliste déçu, dont la nostalgie est compréhensible même aujourd'hui...

Il est indéniable que Jünger a tenu quelques propos antisémites. Mais avant 1933, de telles prises de position étaient très répandues et les Juifs étaient considérés comme des représentants de la modernité et de l'abstraction, des partisans du système de Weimar en faillite, des organisateurs d'une industrie culturelle décadente. Il faut toujours tenir compte du contexte de telles déclarations, il faut distinguer si elles veulent quelque chose ou si elles ne font que constater quelque chose et il faut enfin accorder ceci ou cela à un homme qui n'a pas seulement écrit quelques livres importants, mais qui a fait preuve de courage, de courage civique et de galanterie à d'innombrables reprises. On ne peut pas non plus attendre d'un homme qui a grandi dans la tradition militaire de l'Empire qu'il devienne un libéral-démocrate enthousiaste. De plus, la critique de la démocratie n'est pas forcément fausse, la sociologie politique en fournit suffisamment de preuves, il suffit de penser à Michels, Pareto, Sorel, Mosca, Ostrogorski et même Schumpeter.

A35434.jpg

Dans le cadre de cet article, il n'est pas possible d'aborder de nombreux écrits, comme la magnifique étude An der Zeitmauer (1959), dans laquelle Jünger éclaire les raisons de la fascination pour l'astrologie, ou l'essai Der gordische Knoten (1953), dans lequel il retrace les racines historiques du conflit Est-Ouest. Il faut également passer sous silence son activité d'éditeur de la revue Antaios (en collaboration avec Mircea Eliade), son œuvre narrative, ainsi que ses derniers carnets de voyage Soixante-dix s'effacent. "Là où l'on met la main, c'est intéressant", disait Goethe à propos de la vie. C'est aussi une maxime de Jünger, dont l'universalité des intérêts rappelle autant Goethe que son talent pour l'aventure de l'étonnement. Certes, tous les écrits du lauréat ne sont pas réussis, et il va de soi que beaucoup d'entre nous n'aiment pas son message, ou du moins pas toujours. Mais qu'est-ce que cela signifie par rapport à l'œuvre d'un grand passeur de frontière entre la poésie, la contemplation et la science, d'un homme avec lequel il vaut toujours la peine de se confronter - même si ce n'est pas de la manière la plus insipide des protestataires contre l'attribution du prix? Avec le Waldgänger dans Der Waldgang (1951) et avec l'Anarchen dans Eumeswil (1977), Jünger nous a esquissé deux types de résistance à la domination. Certes, le Waldgänger qui attend, se tient prêt, frappe de temps en temps, et dont les moyens de lutte sont avant tout le sabotage et le refus, n'est pas quelqu'un qui se jette dans la gueule du loup du pouvoir en place. Mais ce n'est pas le sens de la résistance. Mais il nous est donné ici une suggestion décisive sur la manière dont un système totalitaire pourrait peut-être être contraint de battre en retraite. Certaines phrases de ce travail font l'effet d'une illustration de ce qui se passe aujourd'hui en Pologne et la quintessence de Jünger est donc la suivante: "Là où un peuple se prépare à marcher dans la forêt, il doit devenir une puissance redoutable". La marche en forêt n'est ni plus ni moins qu'une théorie sur l'érosion de l'appareil de domination par les réactions imprévisibles de nombreux individus déterminés. A l'opposé, l'"anarque" (qui ne veut pas, comme l'anarchiste, abolir la domination, car celle qui est combattue à chaque fois ne serait que remplacée par une autre) est une figure plus désespérée. L'anarque comprend que sa résistance est sans espoir et ne se préoccupe que de sa propre liberté de mouvement et de pensée. Il se bat égoïstement pour sa liberté: contre ses parents, contre la "société", contre l'opinion publique, contre les "idées", contre son propre confort. Ce sont deux modèles de liberté qui sont presque toujours négligés dans les discussions sur le grand sujet. On peut reprocher à ces approches de se concentrer trop fortement sur la fuite, l'évitement, la survie. Il n'y a pas ici de guerre d'agression fraîche et joyeuse contre la très grande et la très authentique liberté, mais le "manque d'optimisme" n'est guère un reproche au vu des expériences de l'époque. Peut-être qu'aujourd'hui, en particulier dans les sociétés où la domination des hommes est organisée par des moyens psychiques et intellectuels plutôt que par l'usage classique de la force, la capacité de résistance individuelle et consciente de l'individu est plus nécessaire que celle des groupes sociaux qui, la plupart du temps, ne veulent que participer à l'oppression subtile et lutter pour leur quota légal de possession du pouvoir. C'est parce que Jünger, à ses débuts, a saisi de manière radicale la menace qui pèse sur la liberté individuelle, que le dernier Jünger a pu devenir un partisan de cette liberté. Il est impossible de voir en lui un agent de l'absence de liberté organisée ; nous pouvons encore lire le premier comme un diagnostic, même si nous rejetons ses conséquences - les conseils du dernier peuvent nous être utiles. Dans un écrit comme La Paix - que Rommel a salué comme le fondement éthique de la résistance - Jünger montre un net éloignement de son militarisme antérieur et nomme très clairement les "meurtres sacrilèges" dans les camps de concentration. Les grands efforts de la guerre, avec leurs sacrifices et leur héroïsme, sont pour lui "la semence" d'où doit germer le fruit: la paix. "On peut bien dire que cette guerre a été la première œuvre générale de l'humanité. La paix qui la termine doit être la seconde". Peut-être que seul un vieux soldat comme Jünger pouvait dire le 24 juin 1979 devant les anciens combattants allemands et français à Verdun: "Ne devrions-nous pas, désormais à l'échelle de la planète, commencer tout de suite là où tant de détours de tant de victimes nous ont conduits ?"

Chaque nouvelle lecture prouve à quel point l'œuvre de cet aventurier intellectuel et pisteur est riche en facettes, complexe et même contradictoire. Nul doute qu'il s'agit là d'une œuvre majeure et durable, d'un homme qui a franchi bien des frontières, qui a célébré le pouvoir et qui lui a résisté, qui a exalté la voix du sang et qui, sans doute pour cela, a redécouvert le geste de la fraternité, ce geste si simple et si lourd ; d'un homme qui a souvent été un sismographe et souvent un oiseau d'orage ; d'un homme, enfin, dans l'œuvre duquel se reflètent la tension, le tourment, le cœur des conflits de l'époque qui déchirent les individus. Ernst Jünger est un lauréat digne de ce nom.

Etappe25-211x300.jpg

25. Etappe

L'article de Günter Maschke est d'abord paru dans: Fünfundzwanzigste Etappe, mai 1990. Nous remercions l'éditeur, le Dr Theo Homann, pour l'autorisation de publication. Des exemplaires individuels peuvent être commandés ici: https://etappe.org/25-etappe/

mardi, 10 mai 2022

L'Ukraine, le monde à la croisée des chemins

kiev-f-216669016-jpg--84268-.jpg

L'Ukraine, le monde à la croisée des chemins

par Giacomo Gabellini

Propos recueillis par Luigi Tedeschi

Source : Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/ucraina-il-mondo-...

Entretien avec Giacomo Gabellini auteur du livre "Ukraine, le monde à la croisée des chemins", Arianna Editrice 2022

1) Les frontières de l'Ukraine sont indéfinissables et son identité unitaire s'avère donc floue. L'Ukraine actuelle correspond à la République socialiste soviétique instituée par Staline à la fin de la 2e guerre mondiale. À l'intérieur des frontières ukrainiennes, il existe des populations ethniquement, culturellement, linguistiquement et même religieusement très diverses, telles que des Ukrainiens, des Russes, des Polonais, des Hongrois, des Tatars, etc. ... Par conséquent, avec la rupture définitive des liens politiques, culturels et économiques avec la Russie et la sécession des régions orientales et de la Crimée (territoires pro-russes), l'identité ukrainienne n'apparaît-elle pas comme celle d'un État créé artificiellement, c'est-à-dire sur la base des sphères d'influence russes ou américaines ? Les valeurs unificatrices ne sont-elles pas représentées uniquement par l'adhésion à l'OTAN et à l'Union européenne, c'est-à-dire par l'occidentalisation américaniste et russophobe du pays ? N'assistons-nous pas à une énième reproduction de la logique de Versailles, qui s'est toujours révélée être un échec et un signe avant-coureur de nouveaux conflits potentiels ?

Il est difficile de prévoir avec un haut degré de certitude la configuration que prendra l'État ukrainien. Tout porte à croire, cependant, que le véritable ciment de ce qui restera de l'Ukraine sera un nationalisme aux traits russophobes marqués et un désir de vengeance contre le Kremlin. Beaucoup ont tendance à attribuer ce résultat uniquement à l'attaque déclenchée par la Russie, mais en réalité, la radicalisation du pays représente un phénomène qui était déjà largement observable avant même le déclenchement du Jevromajdan. Il ne faut pas oublier qu'en 2010, le président de l'époque, Viktor Juščenko, arrivé au pouvoir en pleine révolution orange, a décerné le titre de "héros de l'Ukraine" à Stepan Bandera, leader de l'aile maximaliste de l'Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), composée en grande partie de Novorusses catholiques de Galicie, vétérans des campagnes irrédentistes menées contre la Pologne dans les décennies précédant la "grande guerre". Le 21 juin 1941, à l'arrivée des troupes nazies, Bandera proclame l'indépendance de l'Ukraine et participe avec l'OUN et sa branche armée (UPA, l'Armée insurrectionnelle ukrainienne) à la fondation du bataillon Nachtigall, composé de volontaires ukrainiens et soumis à la chaîne de commandement de l'Abwehr (les services secrets militaires allemands). Travaillant aux côtés des envahisseurs et des divisions SS ukrainiennes comme celle de Galicia, l'Oun a activement contribué à l'extermination de dizaines de milliers de Juifs ukrainiens et à la campagne militaire allemande contre l'Union soviétique. L'association avec les envahisseurs a duré plusieurs mois, jusqu'à ce que l'échec de la reconnaissance allemande de l'indépendance ukrainienne, promise à l'Oun à la veille de l'opération Barbarossa, conduise Bandera et ses partisans à retourner leurs armes contre les Allemands. Le chef de l'Oun a ensuite été capturé par la Wehrmacht, puis libéré sur la base d'un accord avec l'Abwehr, qui prévoyait la formation d'une division ukrainienne du Schutz-Staffeln pour aider les troupes allemandes dans la déportation des Juifs et la répression des minorités polonaises. À leur tour, les Polonais ont riposté en s'alliant à l'Armée rouge et en brûlant des villages ukrainiens entiers, ce qui a donné lieu à une guerre civile prolongée et sanglante qui entraînera la mort de plus de 90.000 civils polonais et 20.000 civils ukrainiens. La guérilla antisoviétique menée par l'OUN sous la direction du chef militaire de l'UPA, Roman Šučevič, s'est poursuivie dans les années qui ont suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais lorsque la perspective de la défaite a commencé à se profiler, un grand nombre de ses figures de proue ont fui à l'étranger. Bandera, son collaborateur de confiance Yaroslav Stetsko et Lev Rebet, ancien membre du gouvernement ukrainien collaborationniste, s'installent à Munich. Bandera et Rebet seront attrapés et assassinés par un tueur à gages du KGB entre 1957 et 1959, tandis que Stetsko a réussi à survivre et à entrer dans les bonnes grâces de certaines personnalités de la politique américaine telles que Ronald Reagan et George H.W. Bush. D'autres militants de l'OUN et de l'UPA profitent de l'intercession du directeur de la CIA, Allen Dulles, pour s'installer au Canada et aux États-Unis, où ils créeront des mouvements d'exil à vocation ultra-nationaliste marquée. Au lendemain de Jevromajdan, on assiste d'une part à un processus de "nationalisation des masses" par la prolifération de statues et de monuments portant le nom de personnalités telles que Bandera, Šučevič et Stetsko. D'autre part, l'inclusion de membres dirigeants de mouvements extrémistes tels que Azov, Aidar, Dnepr, Pravij Sektor, Natzionalnyj Korpus et C-14 dans les corps spéciaux et les rangs de la police, grâce à l'intercession du très puissant ministre de l'intérieur Arsen Avakov. C'est grâce aux efforts d'Avakov et aux ressources mises à disposition par des oligarques de la trempe d'Ihor Kolomojs'kyj - propriétaire de la chaîne de télévision qui a lancé la série Serviteur du peuple, qui a garanti à Zelens'kyj une grande popularité, et principal financier de la campagne électorale de l'ancien acteur - que l'Ukraine a pu devenir un centre de gravité de très haut niveau pour le monde de l'extrême droite, capable d'attirer de nouveaux militants de trois continents différents grâce à une utilisation particulièrement efficace des principaux réseaux sociaux. On se demande quels résultats l'Union européenne espère obtenir en accueillant dans ses rangs un pays constamment tenu en échec par des éléments de ce genre.

0-13272.jpg

2) La guerre russo-ukrainienne revêt des significations géopolitiques qui vont au-delà des motivations spécifiques du conflit. La crise ukrainienne est, en fait, un conflit arbitré entre les États-Unis et la Russie, dont l'enjeu est l'existence même de deux grandes puissances. La Russie est un empire qui, depuis l'arrivée au pouvoir de Poutine, est animé par la nécessité de survivre à l'effondrement de l'URSS. La perte de l'Ukraine impliquerait la dissolution de la Russie elle-même, étant donné les liens historiques et culturels et l'interconnexion économique qui existent depuis des siècles entre les deux pays. L'Ukraine serait donc une partie intégrante et une terre ancestrale de la Russie. Pour les États-Unis, leur rôle de puissance mondiale disparaîtrait si un nouvel hégémon eurasien (Europe ou Russie) s'affirmait. La fin du leadership américain en Europe signifierait également la fin de la stratégie d'endiguement de la Chine dans l'Indo-Pacifique. La perspective d'un conflit qui pourrait s'étendre à de nombreux foyers de guerre étendus à l'ensemble de l'Eurasie, donnant lieu à une troisième guerre mondiale, bien que de faible intensité, entre la Russie et les États-Unis de durée indéterminée, n'est-elle pas en train de se dessiner ?

Comme l'a souligné l'influent politologue russe Sergei Karaganov, l'importance de l'Ukraine pour la Russie devrait être fortement réduite. Ce n'est pas tant parce que les liens historiques et culturels incontestables qui unissent les deux pays pourraient également résister à la formidable épreuve de l'agression russe, mais parce que la Russie est une nation inattaquable à tous égards. Toute la campagne de sanctions imposée par les États-Unis et l'Union européenne était fondée sur la prédiction que la Russie ne serait pas en mesure de résister à une longue période de pression économique et financière extérieure, en vertu de la faiblesse structurelle, du retard et des déséquilibres qui caractérisent son système productif. Les principales catégories de produits des exportations russes (pétrole, gaz, matières premières, produits agricoles) dressent le tableau d'une économie relativement peu avancée, à l'exception de quelques éléments discordants (les machines et équipements représentent la quatrième source de revenus d'exportation) et de quelques pics d'excellence dans les domaines aérospatial, informatique et militaire. Les économies avancées d'aujourd'hui, structurées comme elles le sont sur la base des orientations stratégiques suivies depuis les années 1980, reposent avant tout sur des activités à haute valeur ajoutée imputables au secteur tertiaire, qui contribuent bien plus à la formation du PIB que les macro-secteurs inclus dans les secteurs primaire et secondaire. Dans les économies modernes, les services financiers et d'assurance, le conseil, les technologies de l'information, les nouveaux systèmes de communication et le design prédominent sur l'agriculture, l'industrie manufacturière et l'extraction d'énergie et de minéraux. De plus, le PIB de la Russie est encore bien inférieur à celui du Japon, de l'Allemagne, de la France et même de l'Italie, mais il repose sur une production absolument indispensable car non remplaçable pour satisfaire les besoins de base. Les hydrocarbures, les métaux, les céréales, les engrais et le fourrage sont des ressources essentielles pour garantir le chauffage et la sécurité alimentaire et énergétique. Ces conditions sont assurées en période de calme, mais deviennent soudainement chancelantes en présence de situations géopolitiques hautement conflictuelles, dans lesquelles on redécouvre la primauté du pétrole, du gaz, de l'aluminium, du nickel, du blé, des engrais, etc. sur tout le reste. En d'autres termes, la Russie joue un rôle (géo-)économique énormément plus incisif et "lourd" que ce que l'on peut déduire de l'analyse aseptique des données relatives à la taille et à la composition de son PIB, de sorte à lui assurer une capacité de résilience presque inconcevable pour tout autre Pays. Ainsi qu'un éventail d'options alternatives à celle consistant à s'entêter à se tailler un rôle de co-protagoniste dans le "concert occidental". Pour l'Ukraine, cependant, c'est le contraire qui est vrai. Penser que la survie d'un pays aux caractéristiques similaires peut faire abstraction du rétablissement d'une relation de collaboration avec un colosse de la trempe de la Russie, avec laquelle il partage 2 000 km de frontière, est une pieuse illusion.

3) Le régime de sanctions sévères imposé par l'Occident à la Russie vise à provoquer non seulement la défaillance de la Russie elle-même, mais aussi un changement de régime conduisant à la défenestration de Poutine. Selon les plans de Washington, la fin du régime de Poutine entraînerait une nouvelle expansion économique et politique de l'Occident en Eurasie. De tels horizons sont-ils crédibles ? Actuellement, les sanctions ont entraîné une réorientation de la Russie vers l'Asie, avec de nouveaux accords commerciaux avec la Chine et l'Inde, ainsi que le renforcement des relations avec les pays arabes et le Moyen-Orient, pour lesquels l'importation de céréales et d'engrais en provenance de Russie est d'une importance vitale. La création de nouvelles zones commerciales avec des monnaies hors de la zone dollar (notamment le yuan chinois) se profile donc à l'horizon, afin de contourner les sanctions. Verrons-nous une contraction significative de la zone dollar dans le monde entier à court terme ? Par le biais de sanctions, l'Occident veut imposer l'isolement de la Russie dans le contexte mondial. Mais l'espace atlantique, dominé par le dollar, ne va-t-il pas se retrouver isolé et marginalisé tant sur le plan économique que géopolitique ?

Les sanctions n'ont pas réussi à provoquer des changements de régime dans des pays bien moins équipés pour amortir le choc, comme l'Iran et le minuscule Cuba, sans parler de la Russie. Où, comme l'aurait prédit toute personne ayant un minimum de connaissance de l'esprit du peuple russe, un sondage réalisé par le Levada Center (qualifié d'agent étranger par Moscou), qui n'est même pas proche du Kremlin, a certifié que le taux d'approbation de Poutine parmi la population russe est supérieur à 80%. L'attaque contre l'Ukraine a donné une brusque accélération au processus de réorientation géopolitique et économique de la Russie vers l'Est et le Sud, fondé précisément sur l'incapacité structurelle de la Fédération à faire face au commerce international. Les corollaires de ce changement de registre sont l'exclusion du dollar dans le commerce bilatéral, le développement de systèmes de paiement alternatifs à Swift, et la création d'infrastructures de communication alternatives à celles hégémonisées par les Etats-Unis. En bref, la Russie lance une attaque simultanée contre les piliers de l'ordre international sur lesquels les États-Unis ont fondé leur domination. En perspective, le conflit et la campagne de sanctions qui s'ensuit pourraient conduire à une segmentation du scénario international "mondialisé" en blocs géo-économiques beaucoup moins communicants que ce que nous avons vu jusqu'à présent. La première ressemble à une sorte de G-7 élargi avec environ un milliard de personnes, fortement inégalitaire du point de vue des balances commerciales et caractérisé par une position financière nette agrégée profondément négative. Sur le plan politique et culturel, ce bloc - et en particulier son pays le plus puissant, les Etats-Unis - remet en cause avec de plus en plus de vigueur le principe d'égalité formelle des Etats établi par la Charte des Nations Unies afin de préconiser l'introduction d'éléments discriminatoires favorables aux démocraties, qui priveraient peut-être la Russie et la Chine de leur droit de veto au Conseil de sécurité de l'ONU. Le second tourne autour du "triangle stratégique" - pour reprendre une expression d'Evgenij Primakov - Russie-Chine-Inde, réunissant plus de 3,4 milliards de personnes, associant pour la plupart des pays aux balances commerciales positives et enregistrant une position financière nette globale largement positive. Le "triangle stratégique" Russie-Chine-Inde est un bloc de structures économiques largement complémentaires dont l'énergie, les matières premières, les terres arables, l'industrie, la capacité de consommation et le savoir-faire technologique connaissent une croissance rapide. Ses pays membres sont généralement très impatients face à la prétention des pays occidentaux à être les porte-parole de l'ensemble de la communauté internationale, ce qui exclut clairement toutes les nations qui ne répondent pas aux exigences politiques, économiques et culturelles fixées de manière totalement arbitraire et discrétionnaire par l'alliance euro-atlantique. L'Union européenne est dépendante des importations d'énergie de la Fédération de Russie et survit grâce à des excédents commerciaux toujours plus colossaux, principalement avec les États-Unis et la République populaire de Chine, qui se traduisent par la compression systématique de la demande intérieure par des politiques d'assainissement budgétaire catastrophiques. Les Etats-Unis, avec une dette commerciale stratosphérique (859 milliards de dollars en 2021) et une position financière nette terriblement négative (plus de 13 000 milliards de dollars en 2021), n'ont plus de tissu industriel digne de ce nom, ne produisent que des services et importent toutes sortes de produits grâce à l'impression continue de dollars. Pour les Etats-Unis, l'accélération du processus de détérioration de la position dominante occupée par le dollar depuis 1945 en raison de l'abus de sanctions et des gigantesques déséquilibres structurels qui pèsent sur l'économie nationale représente une menace capitale. Le rééquilibrage d'une situation aussi critique ne peut faire abstraction du "confinement" de l'Amérique du Nord et de l'Europe dans le périmètre d'un espace énergétique-technologique-commercial transatlantique qui garantirait d'abord la rupture des liens de dépendance entre le "vieux continent" et les deux ennemis jurés des Etats-Unis, à savoir la Russie et la Chine. Si le projet de Washington devait aboutir, l'Europe serait confrontée à un avenir de colonie barbare, peu sûre et appauvrie des États-Unis.

197802e_mar001-ukraine-crisis-azovstal-0505-1a.jpg

4) La dissolution de l'URSS a déterminé l'expansion de l'OTAN à l'Est. La crise ukrainienne elle-même est tout à fait cohérente avec la stratégie américaine de pénétration en Eurasie, qui impliquerait de déplacer indéfiniment vers l'est les frontières du nouveau rideau de fer. Le démembrement de l'ex-URSS a entraîné une diminution de la composante européenne au sein de la Russie, tant en termes de territoire que de population. La menace expansionniste de l'OTAN a conduit à une réorientation économique et géopolitique de la Russie vers l'Asie. Le développement de l'échange économique croissant et la nécessité d'une défense commune contre l'expansionnisme américain ont donné lieu à l'émergence d'un nouvel axe géopolitique composé de la Chine et de la Russie. Dans ce contexte, pour la Russie, les revenus tirés de la fourniture de gaz à l'Europe ne sont plus aussi cruciaux. La politique américaine de russophobie, déjà historiquement héritée de la Grande-Bretagne, n'est-elle pas responsable de cette conversion de la politique étrangère russe en une politique asiatique ? La mémoire historique devrait mettre en garde l'Occident. Si l'URSS et la Chine de Mao avaient été alliées pendant les années de la guerre froide, quel aurait été le sort de l'Occident ? Et ce n'est pas tout. La dissolution des liens historico-politiques entre la Russie et l'Europe ne signifierait-elle pas la disparition du rôle géopolitique séculaire joué par la Russie en tant que pont entre l'Europe et l'Asie et, en même temps, en tant qu'avant-poste pour défendre l'Europe contre la pénétration asiatique en Europe même ?

La dissolution de l'Union soviétique a été décrite à juste titre par Poutine comme la principale catastrophe géopolitique du 20e siècle, car elle a réduit quelque 25 millions de Russes ethniques vivant en Ukraine, dans les États baltes et en Asie centrale au rang d'étrangers chez eux, voire d'apatrides purs et simples. D'autre part, l'échec substantiel des pourparlers de Pratica di Mare en 2001 et le processus d'expansion de l'OTAN vers l'est ont privé le soi-disant "rideau de fer" d'une localisation géographique précise. Alors que pendant la guerre froide, elle allait "de Stettin à Trieste", pour reprendre une expression formulée par Churchill en 1946, elle va aujourd'hui de Mourmansk à Sébastopol, en passant par l'axe Saint-Pétersbourg-Rostov. La "ligne de front" s'est donc déplacée de 1 200 km vers l'est, à une distance du cœur historique, démographique et économique de la Russie qui n'a jamais été aussi dangereusement réduite depuis l'époque d'Ivan le Grand. La présence de l'Alliance atlantique à proximité des frontières russes prive le Kremlin de l'espace nécessaire à toute forme de repli, obligeant Moscou à réagir à chaque initiative de l'arsenal ennemi avec la dureté et l'imprévisibilité que l'on retrouve chez tout sujet qui se trouve dans les conditions de devoir faire face à des menaces existentielles. D'où la fermeté avec laquelle Poutine a indiqué le maintien de l'Ukraine dans un état de neutralité géopolitique et la permanence de la Biélorussie dans la sphère d'influence russe - avec ou sans Loukachenko - comme les deux "lignes rouges" dont la violation ne sera dorénavant tolérée en aucune manière. Le principal effet généré par la russophobie atlantiste fervente a été de recalibrer l'esprit d'initiative du Kremlin envers l'Est, et en particulier envers la République populaire de Chine. Les relations de coopération entre Moscou et Pékin ne cessent de s'intensifier, notamment dans les domaines sensibles de l'énergie, de la défense et des hautes technologies. Du point de vue américain, la relation de coexistence heureuse établie par le "couple étrange" en question n'est pas destinée à durer pour des raisons historiques, culturelles et géopolitiques qui sont déjà apparues pendant la guerre froide. Contrairement à l'époque où la "diplomatie triangulaire" de Nixon et Kissinger exacerbait les tensions sino-soviétiques, jetant ainsi les bases de l'enrôlement actif de la République populaire de Chine dans le front occidental et, à son tour, de l'isolement de Moscou, la Russie et la Chine poursuivent actuellement des objectifs qui, à bien des égards, coïncident ou sont du moins compatibles, et toutes deux sont ancrées dans la défense de ce droit international que les États-Unis n'hésitent pas à fouler aux pieds avec une systématique obstinée. En d'autres termes, ce sont des nations qui ont identifié - certaines par volonté délibérée (la Chine), d'autres comme un "choix obligatoire" (la Russie) - la trajectoire stratégique à suivre pour procéder au démantèlement de l'ordre mondial défini par la logique atlantiste, auquel l'Europe dans son ensemble reste encore tragiquement ancrée. Tant que le "vieux continent" ne cherchera pas à s'affranchir de la "tutelle" octogénaire des Etats-Unis pour établir une relation de collaboration concrète avec une envergure eurasienne qui redonne à la Russie le rôle fondamental de pont entre l'Est et l'Ouest, il y aura très peu de chances d'enrayer le déclin politique, économique et culturel qui touche l'Europe.

turuncu_yeni_546f3bbe.jpg

5) Il est encore largement admis que cette guerre est un piège tendu par l'Occident pour user la Russie et provoquer la chute de Poutine. Selon Poutine, l'invasion de l'Ukraine est "une question de vie ou de mort pour la Russie". Il est clair que cette guerre transcende la question ukrainienne. La détérioration progressive des relations entre la Russie et l'Occident aurait conduit Poutine à un tournant géopolitique historique pour la Russie, qui entraînerait une révision complète de la stratégie de la Russie vis-à-vis de l'Asie et la fin de la politique d'intégration modernisatrice de la Russie à l'Occident. Cette rupture définitive entre la Russie et l'Occident ne va-t-elle pas générer, dans un avenir proche, une transformation radicale des équilibres mondiaux, avec la configuration d'un monde multipolaire, avec la fin de l'unilatéralisme américain et la fin de la mondialisation imposée par le modèle économique néo-libéral made in USA, qui sera remplacée par de nombreuses mondialisations de dimensions continentales ?

À mon avis, les États-Unis ont dépensé des ressources considérables depuis au moins 2004 pour transformer l'Ukraine en un couteau pointé du côté de la Fédération de Russie. En témoignent le soutien non dissimulé à la Révolution orange, l'intensification des relations entre certains oligarques très puissants (Viktor Pinčuk in primis) et le clan Clinton, la pénétration progressive de l'OTAN dans l'appareil de sécurité de Kiev, le soutien manifeste aux forces radicales qui ont dirigé le Jevromajdan, le sabotage des faibles et contradictoires tentatives de médiation de l'Allemagne et de la France (emblématisées par le célèbre "Fuck the European Union ! ", prononcée en 2014 par la fonctionnaire du Département d'État Victoria Nuland à l'ambassadeur des États-Unis à Kiev Geoffrey Pyatt), le maintien artificiel de l'État ukrainien par des crédits non remboursables fournis par le FMI (en violation de ses statuts), la fourniture d'armes et de formations aux forces militaires et paramilitaires ukrainiennes. L'objectif stratégique poursuivi par Washington consistait à ouvrir un fossé irrémédiable entre l'Europe et la Fédération de Russie, car dans la logique des "appareils" américains qui ont toujours manœuvré la politique depuis les coulisses, le danger mortel, encore plus grand que celui incarné par l'avancée à grande échelle de la République populaire de Chine, reste la synergie entre les ressources naturelles et la puissance militaire russe d'une part, et la technologie et la puissance industrielle européennes - et particulièrement allemandes - d'autre part. Mais il y a plus. Le "nouveau rideau de fer" qui s'élève des rives de la mer Baltique à celles de la mer Noire pourrait probablement faire office de barrière contre l'initiative chinoise "Belt and Road", qui menace de transformer l'ancien Empire céleste en point d'appui d'un nouvel ordre international fondé sur le dépassement de la phase unipolaire menée par les États-Unis.

6) Actuellement, l'Ukraine est déjà reconnue comme une partie intégrante de l'Europe. Cependant, les protagonistes exclusifs du conflit russo-ukrainien sont les États-Unis et la Russie, l'Europe étant complètement marginalisée. Si l'Ukraine devait rejoindre l'UE, la politique de domination économique de l'Allemagne serait répétée. C'est-à-dire incorporer l'Ukraine dans l'Europe de l'Est en tant que pays subordonné à l'espace économique allemand. L'Ukraine deviendrait un important fournisseur de matières premières et de main-d'œuvre bon marché, ainsi qu'un territoire attrayant pour les délocalisations industrielles. Mais, je me demande si le modèle d'expansionnisme économique allemand, déjà expérimenté en Europe de l'Est, est reproductible aujourd'hui, compte tenu de l'état du conflit interne et externe en Ukraine, destiné à se prolonger également dans l'après-guerre et en considération du changement profond de la stratégie géopolitique globale américaine ? L'Allemagne n'a-t-elle pas pu se hisser au rang de puissance économique mondiale dans le cadre d'un alignement politique et militaire sur l'Alliance atlantique, c'est-à-dire sur l'OTAN, qui s'oppose désormais aux intérêts de l'Allemagne ?

Au cours des premiers mois de 2014, alors que les tensions internes en Ukraine étaient à leur comble, l'attitude de l'Allemagne était pour le moins ambiguë, mais clairement dictée par le désir de tirer le meilleur parti de cette situation extrêmement critique. Plus précisément, l'ambition de Berlin n'était pas seulement de recruter l'Ukraine en tant que fournisseur direct de matières premières pour l'industrie allemande, mais de l'incorporer dans le bloc manufacturier étroitement soudé que l'Allemagne avait méticuleusement construit depuis la réunification. L'objectif, en d'autres termes, était d'intégrer l'Ukraine dans la périphérie fordiste du pôle industriel allemand, qui comprenait déjà la République tchèque, la Slovaquie, la Pologne, la Hongrie et la Roumanie. Sous le prétexte fallacieux d'une pénurie de travailleurs hautement qualifiés dans leur pays, les entreprises manufacturières allemandes voulaient obtenir le feu vert pour étendre à l'Ukraine le phénomène, déjà systématiquement appliqué au reste de l'Europe centrale et orientale, des maquiladoras inversées, en référence aux usines mexicaines où sont assemblés des produits américains à haute valeur ajoutée. Dans ce contexte, l'industrie allemande a gardé son cerveau opérationnel chez elle, transplantant certaines de ses productions phares de l'autre côté de la frontière afin de recomposer cette Europe centrale plus "attractive", pour des raisons culturelles et de proximité géographique, que les usines italiennes, espagnoles et nord-africaines sur lesquelles elle s'était concentrée pendant la guerre froide. L'ambitieux projet expansionniste poursuivi par Berlin s'est soldé par un échec substantiel en raison de l'hostilité non pas tant de la Russie que des États-Unis. En 1990, Berlin avait obtenu de Washington l'autorisation de reconstruire son "arrière-cour" en Europe centrale et orientale - et donc de poursuivre ses propres intérêts économiques - en échange de l'adhésion du pays réunifié au camp occidental, conformément au fameux accord verbal conclu à l'époque par le président Mikhaïl Gorbačëv et le secrétaire d'État James Baker, selon lequel l'Alliance atlantique incorporerait l'Allemagne dans son giron sans s'étendre "d'un pouce" à l'est de l'Elbe. L'accord, dont l'existence a été niée par le secrétaire général de l'OTAN, M. Stoltenberg, mais confirmée à la fois par l'ancien ambassadeur américain à Moscou, M. Jack Matlock, et par un document récemment découvert dans les archives nationales britanniques par l'hebdomadaire "Der Spiegel", a été violé depuis 1997, lorsque la Hongrie, la Pologne et la République tchèque ont rejoint l'Alliance atlantique. Le fait est que, de par ses lourdes implications commerciales et géopolitiques, le modèle mercantiliste allemand est entré dans le collimateur de Washington dès l'administration Obama, avec le fameux - et très instrumental - scandale du Dieselgate et les sanctions imposées à la Deutsche Bank, mais c'est sans doute sous Trump que la véritable escalade a eu lieu. Combinée à l'adoption d'une série de mesures protectionnistes, la redéfinition de l'ALENA selon une logique visant manifestement à frapper les exportations allemandes a infligé un coup dur à l'économie allemande, exposée comme nulle autre aux dynamiques extérieures. La position des États-Unis à l'égard de l'Allemagne n'a pas changé de manière significative, même après l'entrée en fonction de l'administration Biden, comme en témoigne la forte pression économique et politique exercée par les États-Unis pour bloquer la construction du gazoduc Nord Stream-2. Une continuité substantielle, prouvant que le mercantilisme teuton pouvait être toléré comme un "mal nécessaire" à l'époque de la guerre froide, certainement pas dans l'ordre géopolitique actuel tendant vers la multipolarité.

ukraine-europe-russie.jpg

7) Cette guerre pèsera lourdement sur le sort de l'Europe. Incapable de jouer un rôle géopolitique autonome, qui aurait pu éviter cette guerre entre peuples européens, puisqu'une telle stratégie neutraliste aurait impliqué une rupture avec l'OTAN, l'Europe est condamnée à en subir les conséquences économiques et politiques, en tant que zone géopolitique subordonnée aux États-Unis. Surtout, n'y aura-t-il pas un déclassement de la puissance économique allemande, compte tenu de la perte de son importance politique et stratégique en Europe de l'Est, de ses liens énergétiques forts avec la Russie et des perspectives potentielles d'expansion économique dans le commerce avec la Chine ? De plus, avec le réarmement de l'Allemagne dans le contexte atlantique, la perspective d'une transformation de l'Allemagne elle-même, de leader économique incontesté en Europe à puissance géopolitique continentale ayant pour fonction de contenir la Russie en Europe de l'Est et de sauvegarder le leadership américain en Europe, est-elle crédible ?      

La dynamique déclenchée par l'attaque russe contre l'Ukraine a entraîné une nette modification des objectifs initiaux poursuivis par les États-Unis à travers leur manipulation de l'Ukraine, qui consistaient essentiellement à séparer l'Europe de la Russie. La guerre et la campagne de sanctions qui a suivi risquent de faire de l'Europe une colonie, y compris économique, des États-Unis, car elles privent le "vieux continent" des approvisionnements à bas prix en matières premières, en énergie et en produits agricoles sur lesquels repose la compétitivité de son industrie, tout en ouvrant le marché européen aux armes, au gaz de schiste et aux produits agricoles américains. Un renversement des relations commerciales transatlantiques traditionnelles se profile à l'horizon, caractérisé par l'accumulation d'excédents commerciaux structurels avec l'Europe, que les États-Unis - pays débiteur par excellence à tous égards - entendent utiliser pour prolonger leur tendance à l'importation massive de marchandises chinoises, malgré le déclin constant du dollar en tant que monnaie de référence internationale. Dans ce contexte, il est illusoire de penser que par le réarmement, l'Allemagne peut se libérer de la relation de vassalité qui la lie aux États-Unis depuis 1945. Surtout dans la situation actuelle où le parti vert ultra-atlantiste - qui doit son succès à la campagne de propagande incarnée par Greta Thunberg, qui a ponctuellement disparu du radar maintenant qu'il est question d'importer du gaz de schiste américain, avec son impact environnemental littéralement dévastateur - exerce une influence décisive sur la politique du gouvernement dirigé par le chancelier Olaf Scholz. Dans la pratique, l'Europe ne peut même pas imaginer un avenir caractérisé par la reconstruction de sa relation avec les États-Unis sur une base non pas tant de parité, mais au moins de subordination moins marquée que ce n'est encore le cas aujourd'hui.

lundi, 02 mai 2022

Vers une finlandisation de l'Ukraine?

adobestock-397925951-min.jpg

Vers une finlandisation de l'Ukraine?

Erich Körner-Lakatos

Source: https://zurzeit.at/index.php/kommt-es-zur-finnlandisierung-der-ukraine/

Neutralité et renonciation à l'adhésion à l'OTAN : une alternative envisageable

Au vu de la situation en Ukraine, il est question ces derniers jours que le pays situé sur les rives du Dniepr pourrait à l'avenir renoncer à adhérer à l'OTAN et devenir un Etat durablement neutre. Des signes en ce sens sont même apparus dans la bouche du président Volodymyr Selenski (soit dit en passant, le prénom Volodymyr correspond à Vladimir; Zelenski et son adversaire Poutine partagent donc au moins le même prénom). Avant cela, Emmanuel Macron avait déjà évoqué le terme de finlandisation, car la Finlande et l'Ukraine sont tout à fait comparables d'un point de vue géographique: tous deux ont une longue frontière avec leur voisin oriental, la Russie, qui est militairement surpuissante.

En d'autres termes, la finlandisation signifie que le petit voisin ne peut affirmer son indépendance limitée que si sa neutralité présente une caractéristique particulière, à savoir un déséquilibre en faveur de la Russie. Un autre parallèle saute aux yeux: la Finlande et l'Ukraine ont longtemps fait partie de la Russie tsariste, l'Ukraine même après, pendant la période de domination communiste. Les deux pays n'ont pu obtenir leur indépendance étatique que pendant une période de faiblesse de la Russie.

Pour comprendre ce que signifie la finlandisation pour la future Ukraine, il est nécessaire de se pencher sur l'histoire de la Finlande pendant la période où cette forme particulière de neutralité a existé.

Comme on le sait, la Finlande faisait partie de la sphère d'intérêt soviétique en vertu du protocole additionnel secret au pacte Molotov-Ribbentrop d'août 1939. C'est pourquoi les troupes soviétiques ont envahi les trois États baltes, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie, sans rencontrer de résistance. Il en alla autrement en Finlande: pendant la guerre dite d'hiver en 1939/40, l'armée finlandaise, relativement petite, remporta des succès défensifs et mit à mal l'Armée rouge, affaiblie par les purges de Staline. Ce n'est qu'au bout de six mois que la supériorité de Moscou se fit sentir et qu'Helsinki dut demander un armistice et subir des pertes territoriales, tout en étant épargnée par l'occupation.

winter-war.jpg

what-was-the-winter-wars-featured-photo.jpg

La situation fut similaire après la guerre de Continuation du côté allemand dans le cadre de l'opération Barbarossa. En 1944, la Finlande n'est pas non davantage occupée, mais commence alors une période qui durera jusqu'à l'effondrement de l'Union soviétique et qui est connue sous le nom de "finlandisation", c'est-à-dire de prise en compte particulière des sentiments et des souhaits de Moscou.

Sous les présidences de Juho Paasikivi (1946-1956) et d'Urho Kekkonen (1956-1981), la Finlande eut plutôt le statut de vassal de l'Union soviétique, du moins en politique étrangère. Kekkonen, qui appartenait au parti paysan du centre et gouverna de manière presque dictatoriale, fit participer les communistes finlandais au gouvernement. On murmure même que Kekkonen a travaillé pendant des années pour les services secrets soviétiques, le KGB.

L'obéissance anticipée d'Helsinki fut frappante. Lorsque la télévision suédoise diffusa un film basé sur la nouvelle d'Alexandre Soljenitsyne Un jour dans la vie d'Ivan Denissovitch, la Finlande coupa les émetteurs des îles Åland (un groupe d'îles dans le golfe de Botnie entre la Suède et la Finlande) parce que le bureau de la censure d'Helsinki interdit le film comme étant hostile aux Soviétiques. Le roman L'Archipel du Goulag, également écrit par Soljenitsyne, ne put pas être publié en finnois - le chef de l'État Kekkonen s'y opposa. Par crainte d'effrayer Moscou.

Les manuels scolaires ne devaient rien contenir qui puisse fâcher les amis russes (les deux pays ont signé un traité d'amitié en 1948). Même la vie culturelle fut soumise à une censure sévère: les acteurs et les artistes de cabaret qui se permettent de faire de petites blagues sur le voisin de l'Est n'obtenaient plus de rôles.

Leonid Brejnev et son Politburo vieillissant se réjouissent d'autant plus des quelque mille manifestations festives organisées en Finlande en 1970. L'occasion en est le retour du centenaire de la naissance de Vladimir Ilitch Lénine, le fondateur de l'Union soviétique.

D'autre part, entre 1945 et 1979, l'économie finlandaise connut un essor fulgurant, basé sur l'économie de marché occidentale. On se transforma pour le voisin de l'Est en une sorte d'épicerie fine, qui profita certes en premier lieu à la nomenklatura, c'est-à-dire à la classe des fonctionnaires du PC soviétique.

En ce qui concerne l'Ukraine, une neutralité à la finlandaise serait un moindre mal. D'autres scénarios - un État vassal à la manière de la Biélorussie, voire une incorporation totale dans la Fédération de Russie - ne sont probablement pas du goût des citoyens ukrainiens.

mardi, 26 avril 2022

Bismarck entre tradition et innovation: les discours du chancelier de fer

test-2-1440x750.jpg

Bismarck entre tradition et innovation: les discours du chancelier de fer

Giovanni Sessa

Source: https://www.paginefilosofali.it/bismarck-tra-tradizione-e-innovazione-i-discorsi-del-cancelliere-di-ferro-giovanni-sessa/

Otto von Bismarck est sans aucun doute un personnage historique de grande importance. Ses choix politiques ont conditionné non seulement l'histoire de l'Allemagne moderne, mais aussi les événements de la première moitié du 20e siècle. Afin de mieux connaître l'homme et le chancelier, nous vous recommandons vivement la lecture d'un de ses livres, Kulturkampf. Discorsi politici, récemment en librairie par la maison d'édition Oaks (pour les commandes : info@oakseditrice.it, pp.291, €24.00). Le volume est enrichi par la préface clarifiante du germaniste Marino Freschi. Né en 1815, une année fatidique pour le destin de l'Europe, Bismarck, comme le note la préface, "est resté attaché aux racines de l'aristocratie foncière" (p. I). Dans sa jeunesse, ses débuts dans l'administration prussienne ne sont pas brillants. Il a été impliqué dans un certain nombre de scandales et a mené une vie inconvenante. Cependant, ce n'était qu'un moment passager: bientôt, la spiritualité piétiste, basée sur la dévotion mystique et visant l'éveil intérieur, s'enracine dans son âme.

Cop.-BISMARCK-ok.jpgDans les cercles piétistes, il a rencontré sa femme et quelques futurs collaborateurs. Parmi eux se trouvait von Roon, qui l'a introduit dans le cercle du futur Wilhelm I. Son éducation politique et culturelle a eu un impact sur sa vie. Son éducation politique et culturelle culmine dans sa fréquentation du cercle conservateur animé par les frères von Gerlach. Il acquiert une expérience administrative au niveau municipal et provincial jusqu'à ce que, après l'accession de Wilhelm Ier au trône en 1862, il soit appelé à la Diète de Francfort en tant que représentant du souverain.  Ses discours étaient caractérisés par un esprit anti-révolutionnaire et démontraient ses qualités oratoires incontestables, comme le montre le livre que nous présentons ici. L'art oratoire de Bismarck, tout en montrant en maints endroits la vaste culture du chancelier, avec des références à Goethe, Lessing, Schiller, Heine, son auteur préféré plus que tout autre, était direct: " il était fondé sur la franchise et l'attaque [...] au-delà de toute pratique rhétorique" (p. III). Il a toujours été conscient du lien entre les choix de politique intérieure et étrangère, en raison de son long séjour en tant qu'ambassadeur à Saint-Pétersbourg et, pour une période plus courte, à Paris. Il se trouvait dans la capitale française lorsqu'il a été rappelé par le nouveau monarque, qui lui a confié la chancellerie.

Dès son premier discours parlementaire, il a exprimé clairement ses idées. L'avenir de la Prusse "devait être réalisé non pas avec des discours, mais par "le fer et le feu", suggérant que l'unification allemande ne serait possible qu'avec une Prusse en armes" (p. V). En 1863, il soutient la répression tsariste des soulèvements polonais. L'opinion publique libérale se dresse alors, ce qui provoque l'affaiblissement politique de Bismarck pendant un moment et conduit à la réapparition des ambitions hégémoniques de François-Joseph.

bismarck-1871-581013.jpg

Avec l'habileté d'un grand stratège, le chancelier s'est rapproché de l'Autriche à l'occasion de la guerre avec le Danemark pour la crise des duchés de Schleswig et de Holstein, mais a ensuite fait déclarer la guerre à son allié dans ce qui est pour nous la troisième guerre d'indépendance: "L'empire séculaire des Habsbourg a été démantelé en quelques batailles" (p. VI). Après la victoire, le chancelier a eu le mérite d'apaiser le désir d'anéantir l'Autriche qui grandissait dans les milieux militaires. Afin de devenir la puissance hégémonique en Europe et de procéder à l'unification allemande, la France doit être vaincue. Le signal a été fourni par la crise dynastique espagnole. Bismarck modifie la dépêche d'Ems rédigée par Wilhelm Ier et lui donne une tournure péremptoire.

La France, malgré une tentative du prudent Thiers pour apaiser les esprits, déclare la guerre et subit une défaite retentissante. La nation française, pendant des décennies, a vu monter les esprits de la revanche alors qu'elle se sentait au bord de la fin: désemparée par la défaite militaire et les troubles de la Commune. Pendant ce temps, le Second Reich est en fait né. Wilhelm devient empereur d'Allemagne, couronné à Versailles le 18 janvier. Malgré cela, le chancelier n'a jamais baissé la garde contre la France, convaincu que seul un renforcement militaire allemand garantirait la stabilité politique sur le continent. Selon lui, l'Alsace et la Lorraine sont stratégiquement importantes pour la défense de l'Allemagne. Il devient ainsi un défenseur de l'autonomie alsacienne, déclarant: "plus les habitants de l'Alsace se sentiront alsaciens, plus ils cesseront d'utiliser le français" (p. XVI). Le Kulturkampf, mené contre l'Église catholique et le "Parti du Centre", aliène les sympathies des Alsaciens, fidèles à l'Église de Rome. Cette bataille était essentiellement un conflit de pouvoir: "c'est la lutte entre la monarchie et le sacerdoce [...] Le but qui a toujours clignoté devant les yeux de la papauté était la soumission du pouvoir séculier au spirituel" (p. XVIII). Bismarck, en tant que piétiste, voyait l'autorité divine incarnée par le roi.

Ce n'est qu'avec l'accession de Léon XIII à la papauté qu'un rapprochement s'opère entre les parties. Après s'être mis en congé de la politique, Bismarck fait un retour en force sur la scène publique avec la promulgation de lois anti-socialistes. Influencé par Lassalle et les "socialistes de la chaire", afin d'ôter toute marge de manœuvre aux sociaux-démocrates, il promeut une législation sociale d'avant-garde, annoncée dans son discours du 15 février 1884. En 1883, il avait introduit une loi prévoyant une assurance contre la maladie, en 1884 pour les accidents du travail, et en 1889 pour l'invalidité et la vieillesse. Une sorte de socialisme d'État, de "socialisme prussien", ou, comme l'a dit le chancelier, de "christianisme pratique".

pl002763.jpg

La politique de Bismarck évolue entre deux pôles, qu'il parvient à intégrer de manière dialectique, la tradition et l'innovation. Lorsque les milieux industriels allemands, qui auraient voulu que le Reich s'implique dans la politique coloniale, se sont débarrassés de lui, avec la complicité de Guillaume II, il a cédé la place, comme le confirme ce recueil de discours, celle d'un homme politique d'une grande profondeur, dont l'Europe aurait encore besoin.

Giovanni Sessa.

18:15 Publié dans Histoire, Livre, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bismarck, livre, histoire, allemagne, 19ème siècle | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 20 avril 2022

Werner Sombart et la bourgeoisie

6-format11240.jpg

Werner Sombart et la bourgeoisie

par Joakim Andersen

Source: https://motpol.nu/oskorei/2022/04/08/werner-sombart-och-bourgeoisien/

Werner Sombart (1863-1941) était en son temps l'un des géants des sciences sociales, aussi bien considéré que son ami Max Weber. Entre autres choses, Sombart a inventé le terme de capitalisme tardif et a développé la perspective que Schumpeter nommera plus tard la destruction créatrice. Jeune homme, il est influencé par Marx et est décrit par Engels comme le seul professeur qui comprenait vraiment le Capital, se situant à l'interface entre la sociologie et l'histoire économique. Le Sombart de la maturité s'est en partie écarté de Marx et est parvenu, à bien des égards, à des conclusions similaires à celles de Spengler. Spengler parlait du socialisme prussien et Sombart du socialisme allemand, les similitudes entre leurs deux approches étaient par ailleurs considérables.

La social-démocratie allemande dans laquelle Sombart évoluait en tant que jeune homme s'est développée dans une direction intéressante à l'époque de la Première Guerre mondiale; nous avons déjà évoqué des figures telles que Plenge, Lensch, Woltmann et Niekisch. Ces sociaux-démocrates peuvent être considérés comme une partie importante du mouvement parti de ce qu'Alexandre Douguine appelle la "deuxième théorie politique" pour aboutir à la troisième, alors que la social-démocratie dans son ensemble n'a pas franchi cette étape complètement. Une expression quintessentielle de la perspective sombartienne pendant la Première Guerre mondiale se trouve dans son "livre de guerre" Händler und Helden, récemment traduit en anglais sous le titre Traders and Heroes. Nous reviendrons sur la description que fait Sombart des commerçants et des guerriers et sur ses réflexions sur "la perfide Albion"; aujourd'hui, nous nous concentrerons plutôt sur la parenté entre Sombart et Klages. 

51am2+axoqS.jpg

9783499554735-de-300.jpg

009296382.jpg

81wHjJ06UrL.jpg

Sombart s'est intéressé à l'histoire du capitalisme dans des ouvrages puissants tels que Der moderne Kapitalismus. Les conditions anthropologiques du capitalisme, le bourgeois en tant que type social et psychologique, étaient intéressantes dans ce contexte. Elle était au centre de l'ouvrage Der Bourgeois de 1911, parfois traduit par "La quintessence du capitalisme". C'est une œuvre fascinante à bien des égards. Sombart note que l'amour de l'or et des taxes est très ancien, mais qu'au cours d'un processus historique, la "cupidité de l'or" a été remplacée par "l'amour de l'argent" en Europe. Cette rage de l'argent a d'abord touché le clergé et les Juifs, selon Sombart, mais a fini par imprégner une grande partie de la société. La rage du lucre, cependant, n'est pas la même chose que le capitalisme; l'argent pourrait être acquis par tout, de la violence et de la magie à la fonction publique et à la fraude. Mais "au fil du temps, l'amour de l'argent s'est uni à l'esprit d'entreprise, et l'esprit capitaliste en a résulté".

Sombart décrit ce qu'il appelle des entreprises, des projets conçus pour faire du profit. Tout projet réussi de ce type nécessite trois personnalités, même si elles peuvent être réunies dans une seule tête: le conquérant, l'organisateur et le commerçant. Quatre types de projets ont été courants dans l'histoire, Sombart dépeint ici les projets guerriers, les systèmes féodaux, l'État et l'Église. Progressivement, de tels projets ont pu être remplis de l'esprit du capitalisme. Sombart évoque ici, entre autres, les libres commerçants, les propriétaires fonciers et les spéculateurs.

Il essaie d'identifier le bourgeois comme un type. Ceci est d'autant plus significatif que "l'esprit d'entreprise et l'esprit bourgeois... lorsqu'ils sont réunis ont généré l'esprit capitaliste". Sombart montre les similitudes entre le grand-père de Léonard et Benjamin Franklin, significatives malgré la distance dans le temps, et dépeint les idéaux bourgeois (résumés dans les mots "l'esprit bourgeois est composé de calcul, de politique prudente, de raison et d'économie"). Il les dissèque en détail, abordant, entre autres, la tenue de livres, l'économie de temps, l'honnêteté en affaires, l'épargne et la diligence. Le fait que même les personnes riches soient économes et diligentes représentait une révolution psychologique. Sombart décrit également le grand changement psychologique qui s'est opéré entre les premiers capitalistes et les capitalistes modernes tardifs, et qui n'a pas joué en faveur de ces derniers.

4576840.jpgSombart devient vraiment passionnant lorsqu'il explore les conditions biologiques de la bourgeoisie. Il note que toutes les expressions de l'esprit capitaliste sont enracinées dans des tendances héritées. Ce sont des qualités qui ne sont pas très courantes, et ce sont deux tendances distinctes. Sombart écrit ici que "deux âmes habitent la poitrine de chaque bourgeois complet: l'âme du croque-mort et l'âme du bourgeois respectable. L'union des deux produit l'esprit capitaliste". L'entrepreneur, "le croque-mort", doit être intelligent, sage et imaginatif. Il, ou elle, doit avoir de la vitalité, une certaine nature robuste et une âme pas trop sensible. C'est dans son portrait de la "nature bourgeoise" que Sombart se rapproche de Klages. Il observe que les gens sont soit donneurs, soit preneurs, marqués par la luxuriance ou l'avarice. Le type "seigneurial" que Sombart associe aux aristocrates plus âgés a des idéaux subjectifs et personnels, le type bourgeois est plutôt objectif et matériel. "Les anciens avaient des valeurs personnelles, nous, les bourgeois, des valeurs matérielles", écrit Sombart, "l'un vit, voit, pense; l'autre organise, forme, éduque". L'affinité avec la perspective biocentrique de Klages, avec son "Eros cosmogonique", devient plus évidente lorsque Sombart aborde l'aspect érotique du contraste.

Fascinante est la tentative de Sombart de relier les conditions biologiques du capitalisme à différents peuples. Il constate que les peuples européens présentent tous ces conditions, mais pas au même degré. Les peuples les moins prédisposés à l'esprit du capitalisme étaient les Celtes et certains peuples germaniques (comme les Goths). Les peuples ayant les meilleures prédispositions, Sombart les divise en peuples héroïques et peuples marchands (comparez marchands et guerriers). Parmi les héroïques, on compte les Romains et plusieurs tribus germaniques. Les commerçants comprenaient des Florentins, des Juifs, des Frisons et des Écossais (pas les Highlanders, d'influence plus celtique). Sombart rappelle la perspective bioculturelle de la Nouvelle Droite lorsqu'il explique comment la sélection au fil des générations a pu affecter la quantité de "gènes capitalistes" dans différents groupes. Comme Klages, il soupçonne que "les éléments non capitalistes ont d'abord été éliminés"; dans plusieurs sociétés, même les strates les plus héroïques ont disparu avec le temps. Que certains types de personnalité soient désavantagés par certaines formes de société ne devrait pas être une hypothèse tout à fait invraisemblable; beaucoup ont remarqué que les types de patients et certaines formes d'originalité sont triés dans le "capitalisme tardif" de notre époque.

Dans l'ensemble, Der Bourgeois est une œuvre fascinante. Sombart aborde tous les sujets, de l'État moderne en tant qu'enfant des souverains italiens du 15e siècle (comparez Burckhardt) au lien entre le capitalisme et les non-conformistes religieux et les religions en général (l'analyse de Sombart du rôle des Juifs dans l'histoire du capitalisme est peut-être l'une de ses théories les plus controversées aujourd'hui). Il aborde le rôle central joué par les migrants dans le développement de l'esprit du capitalisme, "le nouveau venu n'est pas non plus mû par un sentiment, son environnement ne signifie rien pour lui". L'analyse de Sombart sur le déclin du capitalisme se fonde sur son caractère de synthèse de traits héroïques, mercenaires et bourgeois. Au fil du temps, l'élément héroïque a diminué, "l'esprit d'entreprise (et avec lui naturellement l'esprit capitaliste) meurt lorsque les hommes sombrent dans l'aisance confortable d'une vie dépendante des dividendes". À cela s'ajoutent l'élément bureaucratique croissant et le déclin de la procréation. Comme Schumpeter, Sombart soupçonne que le capitalisme vit dangereusement, et que cela est dû à une bourgeoisie bureaucratisée et détendue qui a perdu ses traits héroïques. Quelle que soit l'appréciation que l'on porte sur le capitalisme historique, il mérite d'être connu.

samedi, 16 avril 2022

Le carrefour de l'histoire au cœur de l'Asie

Uzbekistan-dancer-scaled.jpg

Le carrefour de l'histoire au cœur de l'Asie

Un carrefour de peuples et d'histoires, l'Ouzbékistan au centre de l'Eurasie. Et avant l'épopée de Samarcande, c'était grâce aux exploits d'Alexandre le Grand

Andrea Muratore

Source: https://www.ilgiornale.it/news/cultura/alessandro-magno-oggi-luzbekistan-crocevia-storia-2023581.html

D'Alexandre le Grand à aujourd'hui, l'Ouzbékistan au carrefour de l'histoire

Au cœur de l'Eurasie se trouve une nation qui a été un carrefour de peuples, d'armées, de cultures, de religions et d'identités tout au long de son histoire : l'Ouzbékistan. L'Ouzbékistan est un pays qui vit encore comme un kaléidoscope d'identités après la mort du "père du pays" Islam Karimov, à la frontière entre l'ancien espace soviétique, l'Afghanistan, la Chine et le cœur de l'Asie centrale, et qui a eu une histoire tout aussi riche dans son passé.

L'Ouzbékistan est en fait le pays de Samarcande, le "rêve turquoise", le carrefour des caravanes des anciennes Routes de la soie, des routes commerciales sur lesquelles circulaient les hommes, les marchandises et les idées. Mais c'est aussi un pays qui a eu un très noble père dans son histoire: Alexandre le Grand. C'est le Macédonien qui a été le premier à labourer les étendues sablonneuses, les plateaux et les terres aujourd'hui gouvernées par l'ancienne république soviétique, pour faire de l'Ouzbékistan d'aujourd'hui le pôle d'attraction des hommes, des peuples et des identités qui en feront un élément constitutif de la civilisation humaine.

Vittorio Russo le rappelle bien dans son livre intitulé L'Uzbekistan di Alessandro Magno (L'Uzbekistan d'Alexandre le Grand), un essai publié par Sandro Teti dans lequel, entre histoire et mythe, présent et antiquité, se dessine une véritable radiographie de ces terres. Vittorio Russo, capitaine et navigateur au long cours depuis des décennies, a également travaillé de manière intensive en tant que journaliste et essayiste. Dans son essai sur l'Ouzbékistan, il entreprend un voyage à travers la géographie historique d'un pays où passé et présent se confrontent. Notamment parce que ce sont les Grecs menés par le Macédonien au 4e siècle avant J.-C. qui ont donné leur nom à de nombreux points de repère de l'Ouzbékistan.

71ZdIGG73LL.jpg

Les régions de Khwarizim, note Russo, "les Grecs et les Macédoniens d'Alexandre les appelaient Corasmia. Ces terres se trouvent sur les bords méridionaux de la mer d'Aral, le long du cours du fleuve-mer Amu Darya, appelé ainsi depuis les temps anciens parce qu'il était autrefois aussi illimité qu'une mer. C'est aussi la terre où les auteurs anciens ont placé le royaume des Amazones tueuses d'hommes. Le fleuve est également le même que l'ancien Oxus, dont Plutarque a écrit au premier siècle de notre ère qu'il avait "des eaux douces qui oignent la peau". La guerre d'Alexandre contre les Perses, l'Anabasis d'Alexandre racontée par Arrien, s'est déroulée sur l'Oxus, et le projet de "fusionner les peuples et les civilisations dans un destin commun, de mélanger les vies, les coutumes, les mariages et les habitudes" a été réalisé sur ses rives. Une idée unificatrice qui a favorisé un syncrétisme des civilisations, comme en témoignent le lien profond entre les cultures grecque, bouddhiste et sogdienne de l'ère post-macédonienne et le profond attrait qu'exercera, dès l'époque macédonienne, la terre de l'actuel Ouzbékistan. Selon Russo, "l'objectif d'Alexandre" était bien plus pragmatique au départ, "gouverner les peuples soumis à l'aide des structures administratives qu'il avait trouvées", tandis que "cet unitarisme harmonieux" des cultures auquel la vision classique fait référence était essentiellement un dérivé.

En fait, dans un voyage qui se déroule entre les villes contemporaines, de Tachkent à Boysun, le souvenir de la catastrophe de la mer d'Aral à l'époque soviétique et les pensées du passé, l'Alexandre le Grand qui émerge du livre de Russo est très loin de l'image oléographique véhiculée par les nombreux ouvrages, souvent pseudo-historiques, écrits à son sujet : le héros invincible immortalisé dans les marbres de Lysippe cède la place à l'ivrogne meurtrier, au fanfaron, à l'exterminateur de peuples superstitieux et cynique, mais c'est précisément dans l'actuel Ouzbékistan qu'il a vu la difficile réduction de ses diverses natures à une seule entité. Le guerrier féroce, qui a détruit l'Empire perse ; le souverain attentif au respect de l'ennemi, qui a vaincu et tué l'usurpateur Bessus, qui avait fait assassiner le Roi des Rois, et ennemi des Macédoniens, Darius III, le dernier souverain de la Perse ; le chef qui s'est imaginé comme un nouvel Ulysse, se déplaçant à travers des terres labourées plus tard par d'autres conquérants, des mers et des montagnes.

3_172_uzbekistan_02.jpg

Et ce n'est que grâce à la centralité dans l'histoire donnée à la terre, étudiée par Russo, par le passage d'Alexandre, cause de l'essor ultérieur de Samarcande, que l'Ouzbékistan d'aujourd'hui a pu être un centre d'attraction humain et culturel pour le futur: le centre de la philosophie de la civilisation islamique médiévale avec la pensée d'Avicenne ; la capitale des sciences grâce à la promotion du souverain Ulugh Beg ; et surtout, le pôle politique de rayonnement d'un pouvoir qui aimait se penser universel avec l'épopée de Timur, "Tamerlan" pour nous, qui depuis Samarcande a voulu construire un empire qui entre les XIVe et XVe siècles entendait se donner des connotations universelles. Faisant référence dans la lettre à l'empire mongol de Gengis Khan mais, en fait, regardant surtout le Macédonien et son objectif de construire l'unité dans la complexité. Faire revivre et transformer par l'art, l'architecture, la culture et la force politique les terres de l'actuel Ouzbékistan en un véritable "empire" de Samarkand. C'est toujours l'un des points de repère pour comprendre la civilisation antique et le carrefour des routes des peuples d'Europe et d'Asie. L'Ouzbékistan, qui a été le théâtre des raids macédoniens, est un carrefour décisif.

Un autre ouvrage de Vittorio Russo:

71zPLLhZyuL.jpg

vendredi, 15 avril 2022

Le traité de Rapallo de 1922

Italy-1922-League-of-nations-conference-of-Genoa-Meeting-of-t.jpg

Il est possible de faire autrement

Le traité de Rapallo de 1922 montre que l'Allemagne et la Russie peuvent pleinement coopérer - ce qui ne plaisait déjà pas aux puissances occidentales à l'époque.

par Hermann Ploppa

Source: https://www.rubikon.news/artikel/es-geht-auch-anders-3

La confrontation entre l'Occident dit des "valeurs" et la Russie ne cesse de s'intensifier. Bien avant que l'armée russe n'envahisse l'Ukraine en violation du droit international, le ton s'était déjà durci à l'égard de la Russie. Tout au long de l'histoire, la propagande antirusse a donné l'impression que les relations entre l'Allemagne et la Russie avaient toujours été hostiles. Cet oubli de l'histoire est politiquement voulu. Nous sommes tous plus ou moins conscients du terrible conflit armé de la Seconde Guerre mondiale. Elle a été suivie par la guerre froide, au cours de laquelle l'Allemagne de l'Ouest et l'Allemagne de l'Est se sont affrontées en tant qu'États de la ligne de front. Ce n'est qu'avec la politique de détente du chancelier Willy Brandt que d'autres sons de cloche se sont faits entendre. Une partie de notre mémoire collective veut que les relations avec notre voisin de l'Est aient toujours été extrêmement délicates. Mais c'est totalement faux.

La plupart du temps, les relations germano-russes ont été marquées par une étroite coopération et des échanges mutuels. Même à l'époque de la guerre froide, il y a eu des phases d'initiation d'une coopération étroite. Des rapprochements ont eu lieu entre le chancelier allemand de l'époque, Ludwig Erhard, et le chef d'État soviétique, Nikita Khrouchtchev. Le chancelier Helmut Kohl et Mikhaïl Gorbatchev ont également commencé à coopérer plus étroitement. Dans les deux cas, la perte soudaine du pouvoir des hommes forts de l'Est a conduit à la fin de l'Entente.

Une relation de confiance étroite s'est également développée entre le chancelier Gerhard Schröder et Vladimir Poutine. Le président français s'est également joint temporairement à ce groupe d'hommes. A Londres et à Washington, ces coopérations ont été regardées avec scepticisme. On y murmurait souvent que le dangereux "esprit de Rapallo" planait à nouveau sur l'Europe.

Le principe de la nation la plus favorisée

Il y a exactement 100 ans, le dimanche de Pâques 16 avril 1922, le traité portant le nom de la station balnéaire italienne était signé à Rapallo, près de Gênes, entre le Reich allemand et la République socialiste fédérative soviétique de Russie. Dans ce traité, les deux États s'assuraient le traitement de la nation la plus favorisée. En d'autres termes, ils ont commencé à entretenir des relations économiques normales, comme c'était le cas depuis longtemps entre tous les autres pays. Les deux pays renoncèrent aux demandes de réparations réciproques. En d'autres termes, ils renoncèrent aux indemnisations pour les dommages de guerre subis.

L'Allemagne a également renoncé à réclamer les biens allemands expropriés par les bolcheviques en Union soviétique. L'Allemagne a livré des installations industrielles à la Russie. En échange, la Russie fournissait à l'Allemagne le pétrole tant convoité. L'Allemagne a alors ouvert 2.000 stations-service qui servaient de l'essence en provenance d'Azerbaïdjan de la société de distribution soviétique Azneft.

Ce fut un pas en avant décisif pour l'économie allemande, qui souffrait encore largement du boycott de la communauté internationale. Une situation gagnant-gagnant absolue s'est également présentée dans le secteur militaire. En effet, le traité de Versailles interdisait à l'Allemagne d'avoir sa propre armée de l'air et ses propres unités de chars.

Les usines Junkers construisaient désormais leurs avions de guerre dans la banlieue de Moscou, à Fili. Les avions Junkers ont ensuite été testés à Lipetsk. Toute une génération de pilotes de chasse allemands a été formée ici. Les Allemands et les Russes ont également partagé des unités de gaz toxiques à Tonka. Alors que les soldats de la Reichswehr en Allemagne s'amusaient avec des chars factices sous les yeux des Alliés, des ingénieurs et des mécaniciens allemands construisaient de vrais chars en Union soviétique et les testaient à Kazan.

ago-v-maltzan-data.jpg

L'architecte de Rapallo

Le traité de Rapallo est essentiellement l'œuvre du diplomate Adolf Georg Otto von Maltzan (photo), qui, par commodité, se faisait simplement appeler "Ago" (1). Ago von Maltzan avait déjà fait carrière à l'époque de l'Empire et, en tant que chef de la section Russie au ministère des Affaires étrangères, il travaillait depuis la fin de la guerre à un traité de coopération germano-russe. Lors de la conférence financière et économique de Gênes en avril 1922, il est apparu que la Grande-Bretagne et la France travaillaient également sur un traité économique avec l'Union soviétique.

Après avoir tenté d'imposer un changement de régime par une intervention militaire sanglante dans une Union soviétique encore fragile, puis avoir échoué lamentablement dans cette tentative, ces pays acceptaient désormais les bolcheviks comme nouveau "facteur d'ordre" dans la région et essayaient d'en tirer le meilleur parti.

Dans le même temps, les Soviétiques ont fait savoir au gouvernement allemand, par des canaux discrets, qu'ils pouvaient envisager un accord de coopération similaire à celui conclu avec les puissances occidentales, mais également avec l'Allemagne. La délégation allemande s'est alors mise en branle. C'était le 15 avril 1922 et il fallait être vigilant pour le lendemain afin de conclure un accord avec les Soviétiques avant la délégation américano-britannico-française. L'histoire a retenu ce que l'on a appelé la "conférence des pyjamas".

Pendant la nuit, Ago von Maltzan a rédigé le projet de traité et a tiré les membres de la délégation allemande de leur lit. En pyjama, les délégués se sont assis sur le bord de leur lit et ont travaillé ensemble sur le traité, paragraphe par paragraphe. Le ministre des Affaires étrangères responsable, Walther Rathenau, avait encore du mal. Il était plutôt sceptique quant à l'ensemble du projet. Mais finalement, Rathenau a accepté et le projet de traité a été adopté.

Le lendemain, les délégations allemande et soviétique se sont rencontrées, deux heures avant l'heure prévue pour la conclusion du traité, qui était celle fixée par les Alliés occidentaux. Du côté allemand, nous voyons en bonne place : le chancelier Joseph Wirth, le ministre des Affaires étrangères Walther Rathenau, le secrétaire d'État aux Affaires étrangères Ago von Maltzan et leur entourage.

Georgij-Chicherin.jpg

Du côté soviétique : Leonid Borissovitch Krassine, commissaire du peuple au commerce extérieur ; Georgi Vassiliévitch Tchitcherinr (photo), commissaire du peuple aux affaires étrangères, et comme conseiller Adolf Abramovitch Joffe, ambassadeur soviétique en Allemagne. La signature du contrat s'est déroulée dans une atmosphère très cordiale. Deux heures plus tard, la délégation des Alliés occidentaux est arrivée. Leur colère fut sans limite lorsqu'ils apprirent qu'on leur avait coupé les vivres au dernier moment.

Retour sur la scène internationale

Du point de vue allemand, le traité de Rapallo était la dernière chance d'échapper aux effets d'étranglement du traité de Versailles. En effet, le traité de Versailles n'a pas seulement dépossédé massivement les citoyens allemands et leur État mais les a plongés dans une servitude pour dettes totalement contre-productive, ce que l'économiste John Maynard Keynes, et non des moindres, a vivement condamné dans son livre très remarqué (2). L'Allemagne dans son ensemble a été chargée de la responsabilité exclusive du déclenchement de la guerre et mise au ban de la société par un isolement diplomatique.

L'État soviétique russe a également été mis au ban pour son opposition à l'ordre économique capitaliste et pour l'expropriation d'actifs étrangers. Il était donc logique que les stratèges des deux États parias réfléchissent intensément à une coopération germano-russe.

Les deux parties ont agi avec un pragmatisme absolu. La droite politique allemande voyait dans la coopération avec les bolcheviks une réelle opportunité de faire un retour en force de l'Allemagne en dehors des règles fixées par le régime de Versailles. Les partisans d'une union de l'Allemagne avec les puissances occidentales se trouvaient plutôt chez les libéraux et les sociaux-démocrates, tandis que les communistes votaient naturellement pour les Soviétiques.

FDen9r8XIAAAVQq.jpg

Malgré cela, la conclusion du traité de Rapallo le 16 avril 1922 entre l'Allemagne et la République socialiste fédérative soviétique de Russie fit l'effet d'une bombe sur la scène diplomatique internationale. La colère des Français et des Britanniques était immense. Car en fait, ils voulaient eux-mêmes conclure des traités avec les Soviétiques, qui s'étaient imposés comme "facteur d'ordre" sur le territoire de l'ancien empire tsariste. Les énormes ressources naturelles de l'empire géant font que toutes les réserves à l'égard de l'ennemi de classe communiste semblaient surmontables.

Or, le ministre allemand des Affaires étrangères Walther Rathenau et son secrétaire d'État Ago von Maltzan avaient signé le traité avec leur homologue soviétique Georgi Tchitcherine le dimanche de Pâques 1922, peu de temps avant que les Français et les Anglais ne signent un tel traité.

La méfiance des puissances occidentales

Le traité de Rapallo a été majoritairement bien accueilli en Allemagne. Les entrepreneurs allemands, en particulier, poussèrent Rathenau à le signer, car les marchés de l'Ouest leur étaient en grande partie fermés. De plus, on pensait qu'en annonçant la nouvelle politique économique, Lénine ferait un retour en arrière énergique vers l'économie de marché libérale - ce qui ne se réalisera pas sous cette forme, comme on le sait aujourd'hui. Un seul homme politique s'est élevé contre le traité de Rapallo : un certain Adolf Hitler, originaire de Bavière.

Le cas que le géopoliticien anglais Halford Mackinder a décrit dans une conférence donnée à Londres en 1904 comme le pire des cas pour les Anglais s'était donc produit : une puissance de dimension continentale, enclavée, s'était à nouveau alliée à une puissance côtière.

Les Allemands avaient rompu leur isolement et, par leur trahison, jugée sacrilège du point de vue anglais, laissaient entendre qu'ils étaient en mesure de construire dans l'espace eurasien un éventuel contre-pouvoir à l'ordre occidental.

En effet, peu après la fin de la guerre, des cercles influents de l'armée et de l'économie avaient déjà réfléchi à haute voix à un partenariat avec les Soviétiques.

Bundesarchiv_Bild_183-L40010,_Walter_Rathenau.jpg

Walther Rathenau (photo), qui avait hérité du groupe électrique AEG de son père, et le président de son conseil d'administration, Felix Deutsch, entre autres, avaient publié un mémorandum le 17 février 1920. Dans ce document, il est fait référence à l'excédent de main-d'œuvre qualifiée en Allemagne, qui pourrait être parfaitement combiné avec un excédent de matières premières en Russie. Ce sont les "fruits qui mûriront dans un avenir pas très lointain, et non les avantages immédiatement tangibles, qui sont les plus importants si l'on veut juger de l'intérêt allemand à s'associer à la Russie soviétique" (3).

General_von_Seeckt.jpg

Et le général-colonel Hans von Seeckt (ci-dessus), qui venait d'être promu chef de la direction de l'armée de terre de la Reichswehr en 1920, ne laissait aucun doute sur sa vision des choses dans deux mémoires publiés la même année :

"Ce n'est qu'en se rattachant fermement à la Grande Russie que l'Allemagne a la perspective de retrouver sa position de puissance mondiale... L'Angleterre et la France craignent la fusion des deux puissances terrestres et cherchent à l'empêcher par tous les moyens - c'est donc vers elle que nous devons tendre de toutes nos forces" (4).

Plus loin dans le second document : "Et si l'Allemagne se range du côté de la Russie, elle est elle-même invincible, car les autres puissances devront alors toujours tenir compte de l'Allemagne, car elles ne peuvent pas laisser la Russie sans surveillance" (5).

L'assassinat de Rathenau et ses conséquences

Mais Rathenau n'a plus eu la chance de pouvoir contribuer à l'évolution future. Tout comme Olof Palme, il refusait la protection rapprochée. Ainsi, le 24 juin 1922, deux mois à peine après avoir signé le traité de Rapallo, il fut abattu par deux tueurs à gages dans sa décapotable ouverte, alors qu'il se rendait à son travail au ministère des Affaires étrangères.

CHD3111.jpg

340px-Vorwärts_Rathenau.jpg

L'indignation en Allemagne face à ce lâche assassinat a été gigantesque. Des centaines de milliers de personnes ont suivi son cercueil lors d'une impressionnante manifestation en faveur de la démocratie. Des émeutes de type guerre civile s'ensuivirent. Les assassins de Rathenau appartenaient à l'organisation Consul, également appelée  "Reichswehr noire". Il s'agissait d'une scission de la Brigade Erhardt, à laquelle appartenaient des sections importantes de la Division de fer, elle-même issue des Baltikum (mercenaires allemands) ...

La coopération germano-russe n'a jamais atteint la dimension envisagée par Rathenau et Seeckt. Néanmoins, l'armée de l'air et l'armée blindée allemandes ont continué à être développées en Union soviétique - jusqu'à ce que les nazis mettent fin à cette coopération d'un trait de plume en 1933.

Aujourd'hui, le traité de Rapallo du 16 avril 1922 est largement occulté de la mémoire collective. Il ne correspond tout simplement pas à l'agenda transatlantique.

Sources et notes :

(1) Niels Joeres : Der Architekt von Rapallo - Der deutsche Diplomat Ago von Maltzan im Kaiserreich und in der frühen Weimarer Republik. Heidelberg 2005.
(2) John Maynard Keynes : The Economic Consequences of the Peace. Londres 1919.
(3) Cité par Horst Günther Linke : Deutsch-sowjetische Beziehungen bis Rapallo. Cologne 1972. page 94.
(4) Ibid., page 153.
(5) Ibid., page 156.

Pour cet article, des passages du livre Der Griff nach Eurasien - Die Hintergründe des ewigen Krieges gegen Russland de Hermann Ploppa, Marburg 2019, ont été intégrés.

Livres de Hermann Ploppa:

51AFsbZS-zL.jpg

Commandes : https://www.amazon.fr/Die-Macher-hinter-Kulissen-transatl...

csm_BT_Hermann_Ploppa_Der_Griff_nach_Eurasien_ab4f26f7d5.jpg

Commandes : https://www.bookdepository.com/Ploppa-H-Griff-nach-Eurasi...

mardi, 12 avril 2022

Reconquête ou esclavage

img-7-small580.jpg

Reconquête ou esclavage

Carlos X. Blanco

Source: http://elregionalismoastur.over-blog.es/2015/06/reconquista-o-esclavitud.html

Il est un fait établi que l'Espagne mauresque, al-Andalus, était une société esclavagiste. Son mode de production était, à bien des égards, proche de celui du "capitalisme", le capitalisme esclavagiste, qui était très développé par rapport aux structures agricoles rudimentaires des royaumes chrétiens. Al-Andalus était urbaine, les Asturies étaient rurales. En al-Andalus, il y avait des monnaies, c'est-à-dire que des pièces étaient frappées et que la monnaie circulait, ce qui n'était pas le cas dans le Royaume des Asturies. Cordoue, Tolède, Séville et de nombreuses autres villes mauresques étaient de véritables capitales urbaines. Oviedo, en revanche, n'était qu'un rêve, une prétention: devenir le nouveau Tolède. Mais Al-Andalus, si riche et avancée, était une société malade. Elle avait hérité des misères de l'esclavage romain et wisigothique, et les avait considérablement accrues. La pédérastie, la polygamie, le harem, le commerce de la traite des êtres humains, y compris les sementales et les eunuques, ont été institués. Les musulmans ont créé un État dominé par des groupes étrangers qui exerçaient une véritable oppression sur la population hispano-romaine. Les islamistes ont créé un système de taxation oppressive de la population indigène. La soif de richesse et d'esclaves et surtout d'esclaves sexuels était le véritable moteur de leur conquête et de leur domination des peuples d'Hispanie. Si Pelayo, les Asturiens et les Cantabres, ainsi qu'une minorité gothique, ne s'étaient pas soulevés, il est certain que cette péninsule, la plus "occidentale" d'Europe, serait - à l'heure actuelle - la région la plus "orientale" de notre continent.

al-andalus-livre-morera.jpg

L'esclavage honteux et déplorable que les chrétiens de l'époque moderne ont exercé sur les Noirs, en les emmenant aux Indes, a été précédé d'un esclavage moins connu et moins regretté. L'Islam a connu une intense activité de réduction en esclavage des Européens blancs (chrétiens et païens), un trafic et une exploitation qui ont commencé au 8ème siècle et n'ont cessé que bien après le 18ème siècle. Les Juifs, en des points stratégiques tels que Barcelone, ont fourni aux islamistes cette "chair humaine" en abondance. Tous les esclaves européens des islamistes étaient appelés "Slaves" car ils étaient les plus abondants de ce groupe ethnique (al-saqaliba, al-jurs). Il s'agissait d'Européens centraux, nordiques, germaniques ou slaves, qui étaient amenés par cordes dans l'Émirat ou le Califat d'Espagne et vendus aux enchères publiques pour être utilisés dans les harems, les armées, le service, l'administration et pour le plaisir. En raison de leur grande ressemblance physique avec eux, les habitants des régions septentrionales qui se sont rebellés contre le Cordoban, l'Astur, le Galicien, le Vascon, le Cantabrique, etc. ont également été appelés "Slaves", et ils devaient être nombreux, étant donné les fréquentes incursions musulmanes dans les terres du Nord. Ce fait reflété dans les chroniques suggère que la présence physique de nos ancêtres du nord était encore très différente de celle des habitants du sud et de l'est de l'Espagne, et beaucoup plus similaire à celle des Européens du centre et du nord, puisque les Andalous ont ensuite mis tous les esclaves blancs dans le même sac. Aujourd'hui, les différences entre les Espagnols ont été fortement réduites et nous sommes tous beaucoup plus semblables dans les différentes régions.

Dans les villes andalouses, les quartiers étaient formés par les esclaves et les descendants d'esclaves de Galice (Yilliqiya), des Asturies (Asturis) et de Navarre (Al-Busquns) (voir : Ahmed Tahiri, Las clases populares en al-Andalus, Editorial Sarriá, Málaga, 2003 ; p. 48). Sous l'Islam, les Juifs ont donné à Al-Andalus d'importants capitaux financiers et commerciaux. Les hommes d'affaires juifs, après avoir ouvert les portes de l'Hispanie aux envahisseurs maures, ont fait du commerce avec les blancs - péninsulaires ou ultra-pyrénéens - dans leurs deux modalités, en tant qu'eunuques et sémentales.

Les royaumes et comtés chrétiens du nord se sont battus, au début, pour leur simple survie. Vivre en liberté, ne pas tomber en captivité, se libérer du tribut onéreux, telles ont dû être les motivations initiales de la lutte armée de notre peuple pour ne pas tomber, une fois de plus, dans une nouvelle oppression. Si le royaume gothique était oppressif, la domination islamiste dans l'émirat et le califat l'était encore plus. Le pouvoir maure était une continuation - d'une certaine manière - de ces modes de domination économique antérieurs, mais avec le facteur aggravant de représenter une altérité culturelle et religieuse complète. Les "Maures" d'al-Andalus étaient en réalité une mosaïque ethnique, impossible à fusionner, avec une nette coexistence de ses peuples (berbères, muladi, baladi ou arabes, juifs, mozarabes, noirs). Ce n'est qu'en raison de la domination - toujours contestée - d'une minorité arabe qu'un tel conglomérat politique a trouvé une cohérence. Les oppresseurs romains et gothiques d'origine - propriétaires terriens, sénateurs, noblesse gothique - ont été rapidement islamisés afin de pouvoir continuer à exploiter leur peuple en compagnie des étrangers qui dominaient depuis 711. D'autre part, le nord de l'Espagne, chrétien ou non, s'est battu et repeuplé à la recherche d'espaces de liberté. Des conseils asturiens primitifs naîtraient les Cortes de León, la première monarchie "parlementaire" d'Europe. La politique de repeuplement des Asturies allait donner naissance aux conseils libres et aux paysans guerriers de Castille et León. La Reconquête était bien plus qu'une aventure de rois et de magnats. Il s'agissait d'une entreprise populaire dès le départ, une lutte acharnée pour éviter de tomber dans l'esclavage.

21:42 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, espagne, reconquête, reconquista | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 07 avril 2022

Général de division Gerd Schultze-Rhonhof: Poutine est-il vraiment un criminel de guerre?

sr.png

Général de division Gerd Schultze-Rhonhof: Poutine est-il vraiment un criminel de guerre?

Source: https://wir-selbst.com/2022/04/03/generalmajor-gerd-schultze-rhonhof-ist-putin-wirklich-ein-kriegsverbrecher/?fbclid=IwAR1sVM9DpHGrFsPODXb6ME_E-FII4w2J0QJmUpc98it6MPGRzrPw09z4A-Y

Préface

Lorsque j'ai écrit mon premier essai sur le désastre ukrainien, je ne pensais pas que le président russe Poutine pousserait ses efforts pour maintenir l'OTAN à l'écart du seuil de la Russie jusqu'à déclencher la guerre contre l'Ukraine. Mais je ne voulais pas non plus croire que les États-Unis, et avec eux l'OTAN et le président Zelensky, joueraient au poker si haut et si longtemps qu'ils se retrouveraient ensemble face à un désastre.

Depuis environ trois ans, les médias allemands m'ont presque exclusivement présenté le désastre ukrainien d'un point de vue ukrainien. Je n'ai donc pas d'informations de première main sur les sentiments de la population russophone de l'est de l'Ukraine. Je ne connais pas non plus de reportages sur la guerre de séparation qui dure depuis huit ans dans la région du Donbass. La guerre menée par l'armée ukrainienne contre les séparatistes/combattants de la liberté y était-elle juste ou brutale? À quoi ressemblaient les villes détruites? Y avait-il une misère des réfugiés? Les nombreuses "émissions spéciales" et "points chauds" des chaînes de télévision allemandes sur la guerre en Ukraine ont davantage ressemblé à de la propagande ukrainienne qu'à des informations allemandes pour l'ancien soldat que je suis. Leur valeur informative était presque nulle. En revanche, leur valeur de motivation antirusse était élevée. Il m'est donc désormais difficile de ne pas porter un jugement russophobe.

L'élargissement de l'OTAN à l'Est, première partie

Je m'attarde longuement et en détail sur l'importance de l'élargissement de l'OTAN à l'Est, car il est au cœur du désastre actuel de l'Ukraine. Au début du problème, il y a eu l'heureux événement de la réunification allemande et la promesse du secrétaire d'État américain Baker, qui y était initialement liée, selon laquelle l'OTAN ne serait pas élargie à l'Est par la suite. Voici d'abord mon point de vue sur la question, puis les avis contradictoires.

Après des mois de négociations entre les puissances victorieuses et les deux États fédérés allemands sur le futur statut de l'Allemagne, la Russie a accordé à l'Allemagne réunifiée le droit de rester dans l'OTAN, ce qui est aujourd'hui incontestable et effectif. Et il a été assuré en contrepartie aux Russes que l'OTAN renonçait de son côté à son extension vers l'Est, ce qui est aujourd'hui contesté. Le souhait de l'Ukraine et des États-Unis d'intégrer l'Ukraine dans l'OTAN et de pousser ainsi l'OTAN jusqu'aux frontières de la Russie est maintenant devenu un motif et une cause de guerre.

Voici comment les choses se sont déroulées:

Le 31 janvier 1990, le ministre des Affaires étrangères Genscher a déclaré lors d'une conférence à l'Académie protestante de Tutzing: "Quoi qu'il arrive dans le Pacte de Varsovie, il n'y aura pas d'extension du territoire de l'OTAN vers l'Est, c'est-à-dire plus près des frontières de l'Union soviétique. ... L'Occident doit également tenir compte du fait que les changements en Europe de l'Est et le processus de réunification de l'Allemagne ne doivent pas conduire à une atteinte aux intérêts de sécurité soviétiques".

Le 8 février 1990, le secrétaire d'État américain Baker s'est engagé auprès du secrétaire général Gorbatchev à ce que "l'OTAN n'avance pas d'un pouce vers l'Est". Interrogé par Gorbatchev, il l'a confirmé une nouvelle fois. Baker a ensuite confirmé sa déclaration initiale à un journaliste, mais il est revenu sur son contenu. Il a déclaré : "Je n'avais pas convenu de cela avec la Maison Blanche ni avec le Conseil de sécurité nationale. Deux jours après mes déclarations à Gorbatchev sur l'élargissement de l'OTAN, les États-Unis ont changé de position. Les Russes le savaient".

L'engagement de Baker a néanmoins été confirmé le 17 mai 1990 par le secrétaire général allemand de l'OTAN, Wörner, qui - bien que n'étant manifestement pas autorisé à le faire - a également déclaré que l'OTAN renonçait à tout élargissement à l'Est.

Le 11 avril 1990, le ministre britannique des Affaires étrangères Hurd a promis à Gorbatchev, lors de sa visite d'État à Moscou, que la Grande-Bretagne ne ferait rien qui puisse nuire aux intérêts et à la dignité soviétiques.

imago0052602789s.jpg

Lors d'une visite du ministre des Affaires étrangères Genscher à son homologue Baker, Genscher a accordé une interview à un journaliste de la première chaîne de télévision allemande. Debout à côté de Baker, il a déclaré au micro : "Nous sommes tombés d'accord sur le fait qu'il n'y a pas d'intention d'étendre la zone de défense de l'OTAN vers l'Est. ... Cela ne se réfère pas seulement à la RDA, mais cela s'applique de manière générale" (citation littérale). L'interview peut encore être visionnée aujourd'hui sur Youtube (Internet : "Genscher & Baker pas d'élargissement à l'Est de l'OTAN")

Jürgen_Chrobog,1995.jpgLe 6 mars 1991, Jürgen Chrobog (photo), alors chef du bureau ministériel de Genscher, a déclaré aux directeurs politiques des bureaux des affaires étrangères d'Angleterre, de France et des États-Unis, lors de réflexions sur la sécurité future des États d'Europe de l'Est : "Nous avons clairement (clear) indiqué lors des négociations 2+4 que nous n'étendrions pas l'OTAN au-delà de l'Elbe. Nous ne pouvons donc pas proposer à la Pologne et aux autres d'adhérer à l'OTAN".

Il y a eu en outre des déclarations dont l'absence de valeur a posteriori indigne les dirigeants russes actuels. Le 7 juin 1990, par exemple, les ministres des Affaires étrangères de l'OTAN réunis à Turnberry, en Écosse, ont transmis le "message de Turnberry" aux dirigeants des pays du Pacte de Varsovie réunis à Moscou au même moment. Ce message disait : "Nous tendons une main amicale et coopérative à l'Union soviétique et à tous les autres Etats européens. ... La meilleure façon d'assurer une sécurité véritable et durable en Europe est la reconnaissance mutuelle et la compréhension des intérêts légitimes de tous les États en matière de sécurité". La reconnaissance et la compréhension des intérêts légitimes en matière de sécurité, les Russes se les sont naturellement appropriés et les ont pris pour argent comptant.

Trois ans plus tard encore, au printemps 1993, le président américain Clinton a confirmé dans un discours que le fait de ne pas élargir l'OTAN à l'Est correspondait également à son point de vue. L'automne 1997 a marqué un tournant dans cette politique américaine et de l'OTAN. La secrétaire d'État américaine Madeleine Albright, née en République tchèque, a alors suggéré et obtenu que la République tchèque, la Pologne et la Hongrie soient intégrées à l'OTAN en 1999.

Aujourd'hui, la déclaration initiale du secrétaire d'État américain Baker au secrétaire général soviétique Gorbatchev n'est pas reconnue comme contraignante, parce qu'elle n'a pas été formalisée par écrit et par contrat, et parce que Gorbatchev n'a pas insisté pour que cette condition soit incluse dans les traités au cours des négociations suivantes. La "non-opposition" est considérée comme une approbation silencieuse du point de vue diplomatique et du droit des États. Les historiens et les spécialistes du droit public ont toutefois des avis divergents sur la force contraignante des accords oraux.

J'en viens maintenant aux affirmations selon lesquelles l'accord Baker n'a jamais existé.

Teltschik, un ancien conseiller du chancelier Kohl, affirme depuis un certain temps qu'un tel engagement n'a jamais existé. Il a accompagné le chancelier Kohl dans tous ses entretiens et négociations et il n'a jamais été question d'un élargissement de l'OTAN vers l'Est. Teltschik n'est pas un témoin valable dans cette affaire. Il n'était que l'accompagnateur du chancelier Kohl et ne se réfère dans ses déclarations qu'aux entretiens de Kohl. Il n'était pas présent lors des accords et des assurances qui ont été décisifs dans cette affaire. Le chancelier Kohl a manifestement laissé le ministre des Affaires étrangères Genscher négocier toutes les questions relatives au maintien de l'appartenance de l'Allemagne unifiée à l'OTAN et à la présence de l'OTAN sur le territoire de l'ancienne RDA. De plus, Teltschik n'était pas présent lors de l'entretien Baker-Gorbatchev ni lors de la déclaration de Wörner. Il a également ajouté, lors d'une récente interview, qu'il n'était pas possible de parler d'un élargissement de l'OTAN vers l'Est lors des discussions sur la réunification allemande, car personne ne pouvait savoir à l'époque que l'Union soviétique et le Pacte de Varsovie se désintégreraient un jour et laisseraient la place à un élargissement de l'OTAN vers l'Est.

4967C0A9498446FA95037E61A2BA9ADF_03_teltschik_russland_1084_549.jpg

indexhtkkkf.jpg

Ces deux arguments de Teltschik sont désormais partagés par l'ancien secrétaire d'État aux Affaires étrangères Ischinger et l'ancien ministre fédéral des Finances Waigel. Tous deux étaient absents de la réunion Baker-Gorbatchev de février 1990. Teltschik, Ischinger et Waigel se trompent également tous les trois en affirmant qu'à partir de février 1990, et plus encore pendant les négociations 2+4 sur la réunification allemande à partir de mai 1990, personne ne pouvait savoir ou soupçonner que le Pacte de Varsovie et l'Union soviétique allaient se disloquer.

Lorsque le secrétaire d'État américain Baker a donné au secrétaire général Gorbatchev son engagement de "non-élargissement" le 8 février 1990, les républiques soviétiques de Lettonie et de Lituanie grondaient déjà depuis un an et deux. En Lituanie, il y avait le mouvement d'indépendance Sajüdis. Et lorsque le premier cycle de négociations 2+4 a débuté le 5 mai 1990, la Lituanie (le 11 mars 1990) et la Lettonie (le 4 mai 1990) venaient de déclarer leur indépendance et l'Estonie suivait trois jours plus tard (le 8 mai 1990). Les fissures et l'orientation croissante vers l'Ouest étaient également visibles au sein du Pacte de Varsovie. En Hongrie, le processus de réforme était en cours depuis 1987, en Roumanie, en Pologne et en Tchécoslovaquie depuis 1989. Même Maggie Thatcher parlait déjà à l'époque du "processus de réforme en Europe de l'Est". Si les trois hommes cités disent aujourd'hui que personne n'aurait pu voir ou deviner à l'époque que l'évolution en cours en Europe de l'Est créerait dans un avenir proche un espace pour un réaménagement des puissances et des alliances, je ne leur accorde aucun crédit.

Et maintenant, quelque chose de personnel. Le 26 septembre 1989, en tant que commandant de l'école des troupes blindées de Munster, j'ai eu l'honneur d'accueillir et de m'occuper de l'ambassadeur américain à Bonn, Vernon Walters. Nous avons eu une discussion approfondie sur la possibilité d'une réunification allemande et sur l'attitude de son président, George H. W. Bush, à cet égard. L'ambassadeur a répondu ouvertement à toutes mes questions - je l'espère - et a également expliqué l'attitude de son président. Après la réponse de Walters à ma dernière question, il y a eu une autre déclaration que je ne lui avais pas demandée. Il a dit : "La frontière orientale allemande se placera toujours derrière la frontière orientale polonaise". Il est évident qu'à ce moment-là, la Maison Blanche avait déjà réfléchi depuis longtemps aux développements possibles en Europe de l'Est. Pour bien évaluer à quel point Walters était probablement au courant des réflexions de son "maître", il faut savoir que Bush et Walters ont été auparavant chef et vice-chef de la CIA, ce qui se chevauchait dans le temps. Je n'accepte donc pas les objections de Teltschik, Ischinger et Waigel. En revanche, je prends au sérieux l'objection des responsables politiques allemands et américains selon laquelle les accords ne sont pas contraignants s'ils ne sont pas inscrits dans un contrat. C'est la réalité et il n'est pas possible de faire autrement.

Néanmoins, il ne faut pas oublier qu'il existe également une confiance et un respect de la confiance entre les peuples et les gouvernements. L'assurance orale donnée à plusieurs reprises par des responsables politiques américains, allemands et de l'OTAN que l'OTAN ne s'étendrait pas à l'Est et qu'ils ne tireraient pas d'avantages unilatéraux de la réunification allemande a créé une attente russe.

L'élargissement de l'OTAN vers l'Est, partie II

Un changement tout d'abord positif dans les relations OTAN-Russie s'est dessiné lorsque les ministres des Affaires étrangères de l'OTAN se sont réunis le 7 juin 1990 à Turnberry en Écosse et que les dirigeants des pays du Pacte de Varsovie se sont réunis en même temps à Moscou. Les ministres des Affaires étrangères des pays de l'OTAN ont alors envoyé le "message de Turnberry" à Moscou, "ont tendu la main à l'entente" et ont garanti "la reconnaissance et la compréhension mutuelles des intérêts légitimes de tous les États en matière de sécurité". Les Russes se sont bien entendu référés à eux-mêmes en ce qui concerne les intérêts légitimes de sécurité et les Ukrainiens s'y réfèrent également aujourd'hui. Le "message de Turnberry" est aujourd'hui considéré comme la fin de la guerre froide.

Il a été suivi par la création du Conseil OTAN-Russie le 27 mai 1997 à Paris. Dans son acte fondateur, on trouve, outre de nombreux serments de paix et d'unité, des principes que les deux parties peuvent aujourd'hui interpréter à leur avantage. La protection des minorités et le droit à l'autodétermination des peuples y sont évoqués, ce que la Russie invoque aujourd'hui pour se justifier en ce qui concerne la Crimée, Lougansk et Donetsk. Le renoncement à la violence, l'intégrité territoriale et l'indépendance politique des États sont également cités comme des objectifs communs, auxquels l'Ukraine et l'OTAN se réfèrent aujourd'hui. Ce qui est décisif pour l'élargissement de l'OTAN vers l'Est, c'est le "droit naturel (inherent) des États à choisir eux-mêmes la voie (means) de leur propre sécurité", inscrit dans l'acte fondateur. L'OTAN et les anciens États non russes du Pacte de Varsovie ont vu dans cette formulation la concession du président russe Eltsine à l'élargissement de l'OTAN vers l'Est, bien que Eltsine ait ajouté dans son discours de clôture de la conférence de signature qu'il s'opposerait à un élargissement de l'OTAN vers l'Est. Le 12 mars 1999, la Pologne, la République tchèque et la Hongrie ont rejoint l'OTAN.

1 EanlA6MWa8Yi8Fy407g8kg.jpeg

Pour le reste, le Conseil OTAN-Russie n'a pas abouti à l'union tant annoncée. De mars à juin 1999, les troupes de l'OTAN ont attaqué la Yougoslavie contre la volonté de la Russie. A l'époque, la répartition des rôles était toutefois différente de celle qui prévaut aujourd'hui en Ukraine. L'OTAN se battait pour les droits des minorités et la sécession du Kosovo. Aujourd'hui, les Russes se battent pour les droits des minorités et la sécession de Lougansk et de Donetsk. Et depuis 2016, la Russie et les États-Unis se disputent le déploiement de missiles nucléaires de moyenne portée en Pologne et en Roumanie. Là encore, les Américains ont eu gain de cause et ne se sont pas souciés des intérêts de la Russie en matière de sécurité. L'acte fondateur sur lequel repose le Conseil OTAN-Russie n'est donc plus qu'un filet de sécurité fissuré. Lors de la dernière conférence du Conseil OTAN-Russie, le 12 janvier 2022 à Bruxelles, l'unité autrefois invoquée n'a suffi qu'à se présenter mutuellement les exigences maximales "non négociables".

Il est compréhensible que les dirigeants russes - d'abord Eltsine, puis Poutine - se soient sentis piégés et trompés. Sans compter que l'ex-Union soviétique a retiré ses troupes d'Europe centrale, tandis que les États-Unis ont continué à avancer leurs troupes vers l'Est. De plus, la Russie a accepté l'ancrage économique et politique à l'Ouest des membres européens du Pacte de Varsovie et de ses anciens États baltes. Même la réorientation économique de l'Ukraine vers l'UE a été acceptée par la Russie. En outre, il est stratégiquement judicieux de laisser des zones de séparation, c'est-à-dire des États tampons neutres, entre des systèmes, des États et des alliances d'États opposés. De plus, le chancelier Bismarck a souligné qu'une paix durable ne peut être obtenue que par la conciliation des intérêts et non par l'imposition de ses propres intérêts. Les politiciens américains, allemands et de l'OTAN ont enfreint ces principes raisonnables à plusieurs reprises après 1997, lorsque Poutine a précisé pour la première fois lors de la conférence sur la sécurité de Munich où une "ligne rouge" serait franchie pour les intérêts de sécurité russes, à savoir une extension supplémentaire de l'OTAN jusqu'aux frontières de la Russie. L'"Occident" a maintenant tenté de franchir cette ligne rouge. Il revendique le "droit d'être de son côté", se retrouve avec les Russes devant un tas de ruines et ne montre même pas, dans son autojustification, l'ombre d'une autocritique et l'aveu d'une part de responsabilité dans la naissance de cette guerre.

En Allemagne, il ne faut pas non plus oublier que notre réunification, il y a 32 ans, n'a été possible que grâce à l'accord de Gorbatchev. Et celui-ci a été obtenu en échange de l'engagement verbal du secrétaire d'État américain Baker : "L'OTAN n'avancera pas d'un pouce vers l'Est". Renoncer à l'élargissement de l'OTAN vers l'Est était donc une partie du prix à payer pour la réunification. Et ce prix n'a jamais été payé. N'oublions pas non plus que le secrétaire général allemand de l'OTAN, Wörner, et le ministre allemand des Affaires étrangères, Genscher, l'ont confirmé dans leurs discours et leurs interviews. Contrairement à d'autres membres de l'OTAN, nous, Allemands, sommes donc aussi les témoins de premier plan de cet engagement américain précoce.

Le rôle initial de Poutine

Dans un premier temps, Poutine a tenté un rapprochement avec l'"Occident" et s'est efforcé de relier la Fédération de Russie à l'UE et à l'OTAN. Il a proposé une zone de libre-échange entre l'UE et la Russie dans trois discours prononcés en Allemagne en 2001, 2007 et 2010, et a échoué. Et il a évoqué un rattachement de la Russie à l'OTAN lors de la visite d'adieu de Bill Clinton à Moscou en 2000. Là encore, sans écho positif. La fin des tentatives de rapprochement n'est intervenue qu'après le changement de la politique étrangère de l'"Occident". En 1997, toujours sous Clinton, la secrétaire d'État américaine Albright a imposé l'élargissement de l'OTAN à l'Est. En 2007, lors de la conférence de Munich sur la sécurité, Poutine a déclaré qu'une nouvelle extension de l'OTAN vers l'Est sur le territoire de l'ancienne Union soviétique constituerait le "franchissement d'une ligne rouge".

phpdDRg5A.jpg

L'Ukraine tente de se tourner vers l'Occident

L'Ukraine avait conclu un accord de libre-échange avec la Russie en novembre 2011 et négocié un accord d'association avec l'UE en 2012 et 2013. Elle avait tenté de s'ouvrir à un marché sans perdre l'autre. Le gouvernement ukrainien, sous la direction du Premier ministre Azarov, avait ainsi tenté de lier le rapprochement avec l'UE à l'adhésion à la zone de libre-échange de la Russie, ce que les Russes étaient prêts à négocier après une résistance initiale, mais que la Commission européenne a toujours refusé. L'UE a de facto tenté d'imposer un "droit de représentation exclusif" pour le futur commerce extérieur de l'Ukraine. Cela a fait échouer l'intention initiale de Ianoukovytch de faire de l'Ukraine un pont entre l'Est et l'Ouest sur le plan économique et politique.

Alors que les négociations avec l'UE entraient dans leur "phase chaude", le président ukrainien Ianoukovytch craignait de manière réaliste que l'économie ukrainienne, en s'adaptant à l'UE, ne soit pas en mesure de faire face à la pression de la concurrence sur le plan économique et technique, comme l'avait fait auparavant l'Allemagne de l'Est avec la RFA. Il a demandé à l'UE une aide à l'ajustement de 160 milliards d'euros, et l'UE a refusé.

Un deuxième obstacle était que l'Ukraine elle-même devait s'ouvrir aux importations occidentales, mais qu'elle n'avait droit qu'à des quotas d'exportation minimes. Si l'Ukraine perdait le marché russe, elle n'obtiendrait que 200.000 tonnes de quotas d'exportation vers l'UE pour ses 30 millions de tonnes de blé exportées chaque année. Cela représentait 0,7% du blé dont l'Ukraine dépendait pour ses exportations et ses revenus. Pour les produits carnés, ce chiffre était de 2% et pour les exportations d'acier, il était similaire. En conséquence, Ianoukovytch a gelé l'accord d'association pendant un an. Mais la pression de l'opinion publique ukrainienne en faveur d'un rattachement économique à l'Ouest et d'une adhésion ultérieure à l'UE était devenue si forte que Ianoukovytch n'a pas survécu à cette décision. Il a été destitué et le soulèvement dit de Maidan a eu lieu.

L'ancien chancelier allemand Helmut Schmidt avait alors vivement condamné la tentative de la Commission européenne de "placer l'Ukraine devant le choix apparent de choisir entre l'Ouest et l'Est", la qualifiant de mégalomanie. En 2014, il avait déjà averti qu'un tel comportement pouvait conduire à une guerre.

L'occupation économique de l'Ukraine par les États-Unis

Les Etats-Unis ont proposé dès 2008 d'intégrer l'Ukraine à l'OTAN. Il s'agissait et il s'agit toujours d'intérêts économiques et militaires massifs et, en fin de compte, de la revendication hégémonique des Etats-Unis dans toute l'Europe. L'Ukraine possède d'abondantes ressources naturelles. C'est un marché d'exportation considérable. Avec son industrie aérospatiale, elle est un complément important de la même industrie en Russie et, avec la Crimée, elle possède une position stratégique maritime qui lui permet de dominer la mer Noire.

Dans le sillage des négociations de l'UE, les entreprises américaines et les représentants du gouvernement et de l'armée se sont empressés d'intervenir et de profiter de la faiblesse de l'Ukraine pour y "enfoncer des clous". En novembre 2013, la compagnie énergétique américaine Chevron a conclu un contrat de 50 ans pour le développement et l'extraction de gaz naturel par fracturation dans le nord-ouest de l'Ukraine. Exxon Mobil a négocié des gisements de gaz naturel sur la côte de la mer Noire.

phpoq4xna.jpg

Les liens commerciaux et familiaux américains avec l'Ukraine sont également intéressants. Le fils de l'ancien vice-président Joe Biden, Hunter Biden, ainsi que l'ancien chef de cabinet du secrétaire d'État américain de l'époque, Kerry Leter, et l'ancien directeur de campagne de Kerry Archer, sont devenus membres du conseil d'administration de la plus grande société gazière ukrainienne, Burisma, en mai 2014. Hunter Biden a reçu une rémunération fixe en dollars pour chaque millier de mètres cubes de gaz naturel passant par les tuyaux de Burisma. Selon un journal américain, cela représentait 50.000 dollars par mois dans les meilleurs moments. Il est évident que les intérêts économiques nationaux américains se sont combinés avec les intérêts patrimoniaux de la famille Biden. Il convient d'ajouter que Burisma détient les droits d'exploitation du gaz naturel dans la pointe nord de la région séparatiste de Donetsk.

La présentation du désastre ukrainien par les médias allemands manque malheureusement de fond. Lorsqu'en décembre 2013, les négociations d'association de l'Ukraine ont d'abord échoué, notamment en raison de la "prétention à la représentation unique" de l'UE, des risques impondérables menaçaient les investisseurs américains en Ukraine. Quatre semaines plus tard - le 1er février 2014 - le sujet a été mis en lumière lors d'une table ronde à la Conférence de Munich sur la sécurité entre Koschara, alors ministre ukrainien des Affaires étrangères, et Klitschko, membre de l'opposition.

Koschera a répondu à la demande de Klitschko d'orienter l'Ukraine vers l'Ouest en disant: "L'Ukraine ne doit pas être placée devant l'alternative Europe ou Russie". Les États-Unis ne voulaient manifestement pas vivre avec une telle attitude du gouvernement à Kiev. Ils ont tiré les ficelles peu de temps après pour opérer le changement de président de l'Etat de Ianoukovytch à Porochenko et le changement de Premier ministre d'Azarov à Iatseniouk. Sur une photo de presse prise lors de la conférence sur la sécurité de Munich, on peut voir ces changements symbolisés quatre semaines auparavant. On y voit le secrétaire d'État américain Kerry au centre et Porochenko et Iatseniouk à gauche et à droite. L'ancien ministre des Finances a également été remplacé. Il a été remplacé par Natalia Jaresko, une banquière d'investissement américaine, après une naturalisation éclair.

Même s'il manque des preuves au sens strict d'un "changement de régime" dirigé par les Américains, il convient de citer la remarque de Victoria Nuland, alors secrétaire d'État adjointe, qui a déclaré publiquement le 13 décembre 2013 que les États-Unis avaient dépensé plus de 5 milliards de dollars depuis 1991 pour la démocratisation, la prospérité et la sécurité de l'Ukraine. Quand on parle de "sécurité", on peut encore penser à l'armement et aux conseillers militaires. On peut se faire une idée de ce qu'il faut entendre par démocratisation en observant les efforts diplomatiques de Nuland (photo) pour arranger un gouvernement pro-américain à Kiev. En 2013, lors d'une conversation téléphonique interceptée avec l'ambassadeur américain à Kiev Geoffrey Pyatt, récemment entré en fonction, elle a discuté de l'éligibilité des politiciens de l'opposition pro-occidentale pour former un nouveau cabinet au sein du gouvernement ukrainien.

victoria-nuland-5759336315c8b.jpg

La stratégie américaine d'extension de la domination politique et d'acquisition de ressources naturelles outre-mer comprend également la sécurisation des voies maritimes vers les gisements. En 1887, l'amiral Alfred Mahan, théoricien américain de la guerre navale, a marqué la pensée stratégique américaine jusqu'à aujourd'hui avec son livre "L'influence de la puissance maritime sur l'histoire". Il a écrit et enseigné que la maîtrise des mers faisait partie de la puissance mondiale. Celle-ci consisterait en une flotte supérieure à toutes les autres, en la maîtrise des routes maritimes et en la possession de positions stratégiques maritimes, c'est-à-dire de ports de guerre et de commerce dominants au bord des mers. Le conseiller américain à la sécurité George Friedman a rappelé cet aspect de la stratégie et de la tradition américaines dans un discours prononcé en février 2015 devant le Chicago Council of Global Affairs. Il a déclaré : "Les États-Unis ont un intérêt fondamental. Ils contrôlent tous les océans du monde ... Pour cette raison, nous pouvons envahir d'autres pays, mais ils ne peuvent pas le faire chez nous. ... Le maintien du contrôle des océans et de l'espace est la base de notre puissance".

Appliqué à l'Ukraine et plus particulièrement à la péninsule de Crimée, cela signifie, selon la pensée américaine et les craintes russes, qu'une Ukraine ouverte aux Etats-Unis par son adhésion à l'OTAN aurait établi la domination des Etats-Unis sur la mer Noire. La Russie aurait dû céder sa position stratégique maritime à l'US Navy en perdant son port de guerre en Crimée et, par conséquent, le contrôle de la route maritime vers le plus grand port commercial de Russie, Novorossiysk. Le port commercial ukrainien d'Odessa aurait également été sous contrôle américain. Si les allégations de Poutine sont exactes, les États-Unis ont déjà établi un commandement de la mer Noire pour l'US Navy à Ochakiv, à la pointe nord de la mer Noire, à 150 kilomètres à l'ouest de la Crimée.

De manière moins importante, mais qui mérite d'être mentionnée, les Américains envoient depuis des années des conseillers militaires et des mercenaires des sociétés militaires Greystone et Academy, ainsi que du matériel militaire en Ukraine. Et en janvier 2015 - pendant la période Porochenko - le commandant en chef des forces américaines en Europe, le lieutenant-général Ben Hodges, s'est rendu à Kiev et a rendu visite aux dirigeants des forces armées ukrainiennes et à leurs troupes, annonçant que les États-Unis enverraient désormais officiellement des conseillers militaires. Les États-Unis sont donc déjà présents militairement en Ukraine, même sans l'OTAN.

101492300-477822289.jpg

La sécession de la Crimée de l'Ukraine

Dès 1991, lors de la sécession de l'Ukraine de l'Union soviétique, la population de Crimée s'était prononcée par référendum à 93% pour le maintien de l'Ukraine au sein de la Russie.

Dès que Ianoukovytch a été destitué et que Porochenko, orienté vers l'Occident, lui a succédé en juin 2014, celui-ci a de nouveau exigé après quelques jours l'association avec l'UE et l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN. La sonnette d'alarme a alors retenti au Kremlin. Il était clair pour Poutine que l'UE, l'OTAN et les Américains s'installeraient un jour en Crimée et que la marine américaine prendrait le contrôle du port militaire russe de Sébastopol si cela devait arriver. Il a tiré le frein d'urgence et a annexé (selon la lecture occidentale) la péninsule de Crimée en mars 2014, avec sa population majoritairement russe. Du point de vue de la procédure, il s'agissait d'un rattachement à la volonté de la grande majorité de la population locale et il y avait des antécédents.

Le 23 février 2014, au lendemain de la destitution de Ianoukovytch, un gouvernement intérimaire avait promulgué une nouvelle loi linguistique faisant de l'ukrainien la seule langue d'État et interdisant le russe dans les écoles et les administrations. Jusqu'à présent, la population de Crimée, majoritairement russophone, était habituée à l'utilisation du russe comme deuxième langue officielle. Ainsi, deux semaines plus tard, le parlement local de Crimée a demandé et voté pour la première fois le rattachement de la Crimée à la Russie. Une autre semaine plus tard, la population de Crimée a voté à 97,5% lors d'un référendum déclaré illégal par l'UE et les États-Unis (avec 83% de participation) en faveur du rattachement à la Russie. (Les 97,5% proviennent d'un reportage suisse. Les médias allemands ont annoncé des chiffres plus bas, jusqu'à 93%). Il s'agit là des antécédents locaux de la soi-disant "annexion" de la Crimée par la Russie le 21 mars 2014.

La prise de contrôle de la Crimée a certes violé le droit international actuellement en vigueur, mais elle était conforme à un autre principe du droit international, le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. En outre, l'annexion de la Crimée était, dans une certaine mesure, comparable à la défense des Etats-Unis contre l'occupation militaire soviétique de Cuba en 1962. Les États-Unis n'avaient pas non plus toléré d'"adversaire" à la porte de leur arrière-cour.

Et nous, Allemands, devrions nous rappeler qu'il y a 32 ans, les Allemands de l'État fédéré de la RDA ont eux aussi tourné le dos à leur gouvernement légitime et ont rejoint leur voisin, la RFA, d'une manière illégale selon le droit de la RDA. Ils l'ont fait - comme la population de Crimée - par le biais d'une décision parlementaire et d'une élection.

Peu après la prise de contrôle de la Crimée par la Russie, les deux oblasts de Lougansk et de Donetsk, majoritairement peuplés de Russes, ont également voulu se séparer de l'Ukraine. Ils ont déclaré leur indépendance, ce qui a entraîné la guerre civile qui dure depuis huit ans dans l'est de l'Ukraine.

Le manque de parole de l'Occident est le traumatisme des Russes

Depuis sa promesse initiale de ne pas étendre l'OTAN à l'Est, la Russie a assisté impuissante depuis 1999 à l'adhésion de 13 pays d'Europe de l'Est à l'OTAN et à l'installation de missiles américains en Pologne et en Roumanie en dépit des protestations russes. Pour l'Occident, il s'agissait d'une exportation de la démocratie et de la liberté, et pour la Russie, d'un manquement à la parole donnée qui a laissé un amer traumatisme. Hormis l'adhésion de la Pologne, de la Hongrie et de la République tchèque à l'OTAN cinq mois avant la première prise de fonction de Poutine en tant que Premier ministre russe, tous les autres élargissements et déploiements ont eu lieu sous le mandat de Poutine. En ce qui concerne les déploiements de missiles américains, il s'y est opposé à plusieurs reprises et a indiqué à plusieurs reprises quand la Russie considérait que l'Occident franchissait une "ligne rouge". Plus tard également, après la prise de contrôle de la Crimée, la dernière fois en décembre 2021, Poutine a demandé à deux reprises au président américain Biden de renoncer durablement à l'intégration de l'Ukraine - directement à la porte de la Russie. Poutine a ainsi épuisé ce que l'on peut appeler la diplomatie.

Pendant 15 ans, l'Occident a appris à Poutine que les intérêts légitimes de la Russie en matière de sécurité ne pouvaient pas être protégés par la seule diplomatie. Ainsi, avec la prise de contrôle de la Crimée, il a commencé à briser le premier tabou selon la conception occidentale. Il a modifié une frontière d'État étrangère selon la volonté de la population concernée.

donetsk-ukraine-2563223-jpg_2202537_660x287.JPG

Séparation des oblasts de Donetsk et de Lougansk

Quelques semaines après la sécession de la Crimée, la population majoritairement russe des deux oblasts les plus à l'est de l'Ukraine s'agite également. Les 7 et 28 avril 2014, l'oblast de Donetsk, avec 75% de russophones, puis l'oblast de Lougansk, avec 69% de russophones, se sont déclarés républiques populaires indépendantes. Lors d'un référendum en mai 2014, plus de 90 % des personnes interrogées dans les deux oblasts ont voté pour leur indépendance vis-à-vis de Kiev. Le gouvernement central ukrainien a alors ordonné l'entreprise baptisée "opération anti-terroriste" contre les "putschistes" et a fait marcher des troupes contre Donetsk et Lougansk. Depuis, une guerre sécessionniste locale y fait rage avec une ingérence russe peu claire.

Ce qui manque pour évaluer les actes de guerre de l'"opération antiterroriste", c'est une couverture par les médias occidentaux. Selon des rapports non vérifiables, l'opération a commencé par le déploiement d'environ 100.000 soldats des forces armées ukrainiennes régulières contre environ 30.000 séparatistes. Les forces gouvernementales disposaient d'avions équipés de bombes au phosphore et de bombes à sous-munitions, ce qui n'était pas le cas des séparatistes. 80 % des tués auraient été des combattants séparatistes.

L'élément déclencheur semble avoir été la politique du gouvernement de Kiev d'"ukrainisation culturelle" de sa population russe. Il existait à l'origine une loi linguistique qui faisait des langues minoritaires la deuxième langue officielle là où au moins 10 % de la population parlait une langue minoritaire. Mais en février 2014, le gouvernement central ukrainien a déclaré l'ukrainien comme seule langue d'État et officielle avec une nouvelle loi linguistique. Le russe a ainsi disparu des bureaux et des écoles dans 10 des 25 oblasts ukrainiens.

La Russie a soutenu les séparatistes russes dans les oblasts sécessionnistes, mais elle n'a pas attaqué l'intégrité territoriale de l'Ukraine elle-même. Pourtant, dès cette époque, en septembre 2014, Rasmussen, alors secrétaire général de l'OTAN, affirmait que "la Russie attaquait l'Ukraine". Au contraire, lors de deux conférences de Minsk en septembre 2014 et en février 2015 (avec la France et l'Allemagne), la Russie a tenté d'organiser un règlement fructueux pour Lougansk et Donetsk en tant qu'oblasts semi-autonomes au sein de l'Ukraine.

Les accords de Minsk

Le 12 février 2015, les accords de Minsk (Minsk II) ont été conclus entre l'Ukraine et la Russie, puissance protectrice des deux oblasts sécessionnistes, par l'intermédiaire de la France, de l'Allemagne et de l'OSCE. Cet accord prévoyait un cessez-le-feu, des élections anticipées et une loi sur un statut spécial pour Lougansk et Donetsk au sein de l'Ukraine. Le cessez-le-feu n'a toutefois pas duré plus de trois jours. Le gouvernement central ukrainien n'a alors pas organisé d'élections ni élaboré une loi sur le futur statut spécial des deux oblasts contestés. Au lieu de cela, le gouvernement de Kiev a promulgué en 2018 une "loi de réintégration" pour les deux oblasts, a interdit toute négociation avec eux et a continué à interdire l'utilisation de la langue maternelle russe dans les écoles. De facto, le gouvernement ukrainien a ainsi rompu les accords de Minsk II. La guerre civile dans l'est de l'Ukraine s'est donc poursuivie sans relâche. Poutine a vu la souffrance de la population dans la zone de guerre et la réticence ou l'incapacité du gouvernement de Kiev à respecter les accords de Minsk prévoyant l'autonomie partielle de Lougansk et de Donetsk, et il a observé - ce qui a sans doute pesé beaucoup plus lourd - les pressions constantes de Kiev pour être admis dans l'OTAN.

La reconnaissance par Poutine de l'indépendance de Lougansk et de Donetsk

Pour Poutine, l'Ukraine en tant que membre majeur de l'OTAN, et donc la présence américaine à la frontière russe, n'était et n'est toujours pas compatible avec les intérêts vitaux de la Russie en matière de sécurité. Il a donc ordonné un déploiement de menaces à la frontière avec l'Ukraine et a demandé à deux reprises au président américain Biden, en décembre 2021 et février 2022, de renoncer de manière permanente à l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN. Les deux ont refusé. Au lieu de cela, selon un rapport d'Anti-Spiegel, le 21 janvier 2022, l'OTAN a invité le gouvernement ukrainien à participer à l'élaboration du nouveau document stratégique "Agenda 2030 de l'OTAN". Si la nouvelle est exacte, il s'agissait d'une annonce très claire à Poutine que l'élargissement de l'OTAN vers l'est; donc à l'Ukraine, était prévu pour un avenir proche. Il n'est pas improbable que la nouvelle de l'agenda 2030 de l'OTAN soit exacte, étant donné que les ministres des affaires étrangères américain et ukrainien avaient déjà scellé un accord de coopération stratégique entre leurs deux pays peu de temps auparavant, le 10 novembre 2021. De plus, le 19 février 2022, le président ukrainien Zelensky a imprudemment déclaré dans son discours à la conférence de Munich sur la sécurité qu'il envisageait de faire à nouveau de l'Ukraine un État doté d'armes nucléaires. Pour les Russes, ce n'était pas seulement "jeter de l'huile sur le feu" dans une situation déjà surchauffée, c'était de la "dynamite avec mèche". Cela expliquerait les actions ultérieures de Poutine. Il a alors tiré le frein d'urgence pour la deuxième fois le 21 février 2022. Poutine a reconnu la souveraineté des oblasts séparés, sept ans après leur propre déclaration d'indépendance.

MjAxNzEyODNiNmMzMmY5N2MyY2FlYzBhODIxOWNjOTQ0ZTRlMTE.jpg

Avec cette reconnaissance, Poutine a fait ce qui s'était passé 13 ans plus tôt au Kosovo. Là-bas, les pays occidentaux avaient également reconnu les nouvelles frontières et l'indépendance autoproclamée d'une entité serbe après des années de guerre civile ou de sécession et sans l'accord du Conseil de sécurité de l'ONU, modifiant ainsi l'existence territoriale de la Serbie. Dans le cas de l'indépendance du Kosovo, la Cour internationale de justice des Nations unies a déclaré le 22 juillet 2010 : "Le droit international général ne contient pas d'interdiction quelconque de déclarer l'indépendance".

"La guerre de Poutine"

Il ne faut pas voir dans cette phrase l'attribution d'une responsabilité exclusive dans la guerre en Ukraine. La question de la culpabilité est un tout autre sujet.

Après la reconnaissance de l'indépendance des deux "républiques populaires" sur le territoire ukrainien et le rejet de celle-ci par l'Ukraine, l'OTAN, les pays de l'UE et surtout les États-Unis, Poutine avait trois possibilités. La première option aurait été de ne rien faire et d'attendre. Ce faisant, il n'aurait résolu aucun problème. Il n'aurait fait que prolonger la guerre de sécession et n'aurait pas tenu sa promesse de protection de la population russe dans la région du Donbass. La deuxième option aurait été une occupation russe des deux oblasts sécessionnistes. Ce faisant, il n'aurait certes éteint qu'un feu de brousse à la périphérie de l'Ukraine, mais aurait ainsi provoqué l'incendie de forêt dans toute l'Ukraine. L'ouverture d'une guerre contre une partie seulement de l'Ukraine aurait en outre été immédiatement interprétée comme l'ouverture d'une guerre contre l'ensemble de l'État ukrainien et aurait entraîné de manière prévisible une guerre ultérieure contre une "coalition de volontaires". On ne peut pas reprocher à Poutine de ne pas avoir tenu compte de l'assurance donnée par Biden que l'Amérique n'interviendrait pas dans une guerre en Ukraine, après les nombreux manquements américains précédents. L'issue incertaine d'une guerre contre une "coalition de bonnes volontés" menée par les États-Unis n'aurait pas mis fin au risque d'une adhésion ultérieure de l'Ukraine à l'OTAN. La troisième possibilité était ce qu'il a fait. En attaquant l'Ukraine et en occupant brièvement Kiev, il s'est assuré de manière permanente que l'Ukraine ne devienne pas membre de l'OTAN et qu'aucun Américain ne soit stationné directement à la frontière russe à l'avenir.

Une quatrième possibilité avait déjà été perdue auparavant. Pendant 22 ans, Poutine a tenté en vain d'empêcher la présence de forces américaines directement à la frontière russe, par le biais de conférences, de négociations, de revendications, de la mention d'une "ligne rouge" et, plus récemment, juste avant et après le passage à la nouvelle année 2021-2022, lors de deux entretiens téléphoniques avec le président américain Biden.

Une guerre par procuration

La guerre en Ukraine est essentiellement un conflit entre les États-Unis et la Russie. D'un point de vue plus large, il s'agit de poser les jalons d'un "ordre de paix" bipolaire en Europe, avec une Russie à égalité avec les Etats-Unis, ou d'un ordre monopolistique avec l'Amérique en selle et la Russie comme cheval de bataille à côté. Le président américain avait déjà déclaré sans détour qu'il ne considérait plus la Russie que comme une puissance régionale, "préludant" ainsi au conflit en Ukraine. Obama a ainsi exprimé la prétention des États-Unis vis-à-vis de tous les autres États d'Europe.

D'un point de vue purement extérieur, ce conflit pour la suprématie en Europe se joue désormais en Ukraine. Cela se traduit par la volonté des Etats-Unis d'étendre leur zone d'influence et leur puissance militaire en direction de la Russie par le biais de l'OTAN, et par une mainmise économique rapide sur les ressources naturelles de l'Ukraine. Ce sont les États-Unis qui, bien qu'étant les plus éloignés de l'Europe, ont été les premiers à demander le rattachement de l'Ukraine - et de la Géorgie - à l'OTAN, à envoyer des conseillers militaires en Ukraine, à y livrer des armes et, avec les Néerlandais, à s'emparer dès que possible des gisements de pétrole et de gaz. Dans cette lutte d'influence politique, d'exploitation économique et de positionnement militaire, l'Ukraine n'est ici qu'un pion entre les deux grands concurrents. La concurrence entre les deux grandes puissances se traduit également par l'intransigeance des deux parties lorsqu'il s'agit du rôle futur de l'Ukraine.

4239e48c-a33e-11e4-b189-26eecf90f1b5.jpg

Les Etats-Unis et les pays de l'OTAN ne se considèrent pas comme une menace pour la Russie, mais objectivement, ils représentent néanmoins une menace pour tout Etat dirigé de manière autoritaire ou ayant des problèmes internes. Ainsi, les Américains et, dans leur sillage, les Britanniques, les Français, les Italiens et d'autres ont mené des "guerres de changement de régime" avec ou sans mandat de l'ONU contre la Grenade, la Serbie, l'Afghanistan, l'Irak, la Libye et la Syrie au cours des dernières décennies et se sont immiscés dans les guerres civiles et les troubles d'États étrangers sans avoir été eux-mêmes menacés.

L'ancien général américain et ancien commandant en chef des forces de l'OTAN en Europe (SACEUR) Wesley Clark a révélé dans une interview le 9 mars 2007 qu'il avait appris dès septembre 2001 au Pentagone qu'il y avait été décidé que des guerres de changement de système seraient menées dans sept États au cours des cinq prochaines années. Il a cité l'Irak, la Syrie, la Libye, le Liban, l'Iran, la Somalie et le Soudan. Comme nous le savons aujourd'hui, cette liste a été presque entièrement complétée. On peut appeler cela un "plan directeur". C'est en tout cas la manifestation de l'intention américaine d'étendre son emprise par la guerre. Toutes ces guerres ont été préparées par des troubles intérieurs qui, dans tous les États mentionnés, ont pu être rapidement déclenchés de l'extérieur par les différences ethniques, religieuses ou sociales et les groupes d'opposition locaux. Toutes ces guerres, qui devaient exporter la démocratie et les droits de l'homme, ont laissé derrière elles le chaos, des flots de réfugiés, des morts, des familles ruinées et des villes et villages détruits. Ainsi, en dehors du cercle des alliés des États-Unis, on craint qu'à l'occasion, les États-Unis n'interviennent de manière belliqueuse, selon leurs propres intérêts et critères, dans des États étrangers et dans les "changements de gouvernement" qui s'y produisent. Poutine a bien entendu enregistré ces changements de pouvoir. Il a vu qu'après le changement de gouvernement de 2014, l'Ukraine était sur le point de tomber entièrement dans la zone d'influence économique américaine et que si la Russie continuait à se développer, elle aurait également des troupes américaines, des missiles à moyenne portée et des bases navales à son seuil. Ainsi, la guerre actuelle en Ukraine est un conflit russo-américain, même si les États-Unis ne sont pas encore impliqués dans la guerre avec des armes.

L'UE y est - sans intention apparente - l'ouvrier qui construit la voie sur laquelle le train de l'OTAN se dirige ensuite vers l'Est, avec les États-Unis à l'avant de la locomotive.

La brutalité des guerres

Les guerres militaires sont toujours brutales. Le Code de la guerre terrestre de La Haye et les Conventions de Genève ont tenté d'endiguer les atrocités de la guerre. Ces deux textes prévoient notamment la protection des civils non armés et la protection des villes et villages non défendus contre les tirs et les bombardements. Même les civils qui s'arment et font face à un agresseur alors que leurs propres forces militaires ne sont pas encore déployées bénéficient des droits de protection qui ne sont normalement accordés qu'aux soldats. Or, ce n'était plus le cas dans cette guerre d'Ukraine, après 8 ans de guerre dans le Donbass.

56669112.jpg

Celui qui, en tant que chef d'État, appelle sa population civile à fabriquer des cocktails Molotov et à se procurer des fusils, accepte à bon compte que les règles de protection de la population ne s'appliquent plus. Ordonner à ses militaires de fortifier et de défendre les villes, c'est accepter de manière calculée que ces villes soient l'objet de combats, de tirs et de bombardements. Celui qui montre avec une fierté évidente devant les caméras de télévision comment de jeunes volontaires reçoivent une formation militaire dans un bâtiment scolaire ne doit pas se plaindre à la télévision, à grand renfort de médias, de la brutalité de l'adversaire lorsqu'il fait tirer sur de tels bâtiments. L'alternative est de déclarer les villes "villes ouvertes" et de les épargner des bombes et des obus, et de mener la guerre dans des "batailles de terrain".

Pour mettre fin à une guerre avant sa défaite, il faut encore pouvoir négocier. Et les négociations ne peuvent être ouvertes que sans conditions préalables. L'expérience montre que plus une guerre se prolonge, plus les conditions imposées par la partie belligérante, jusque-là supérieure, se durcissent.

Poutine est-il un criminel de guerre ?

Poutine s'est actuellement attiré les foudres et les moqueries du monde entier. Les politiciens et les journalistes rivalisent d'invectives, qui contiennent toutes des accusations ou mettent en doute sa responsabilité. Poutine n'est ni inconscient ni mégalomane, il n'est pas fou et ne souffre pas d'une obsession de grande puissance. Même M. Gysi l'a accusé de mener une guerre d'agression criminelle, ce qui fait également de lui un "criminel". Le président Poutine ne pourrait être qualifié de criminel que si les nombreux dirigeants occidentaux qui ont ouvert des guerres évitables au cours des 30 dernières années étaient également qualifiés de criminels et de meurtriers de masse. La différence entre eux et Poutine réside dans la perception qui nous a été transmise à l'époque par les discours des hommes politiques et les reportages des médias. Il s'agissait d'opérations de police ou d'interventions humanitaires. On disait qu'il s'agissait de renverser des régimes injustes, de sauver des régions des armes de destruction massive qui s'y trouvaient, de protéger des minorités, de préserver les droits de l'homme ou le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Les étiquettes chatoyantes "Pour la démocratie et les droits de l'homme" nous ont souvent masqué la vue.

Poutine est maintenant accusé de toute la misère qu'il a déclenchée en ouvrant la guerre. On passe sous silence ses 22 années d'efforts infructueux, d'abord pour se rapprocher de l'Occident, puis ses supplications, puis ses demandes de ne pas pousser l'élargissement de l'OTAN à l'Est jusqu'à son paroxysme, puis ses "lignes rouges". Mais le "narratif" des politiques et des médias ne commence qu'avec la Crimée et le déploiement de menaces. Comme l'UE, l'OTAN et les États-Unis n'ont manifestement pas pris Poutine au sérieux auparavant et ont tout simplement nié le besoin de sécurité de la Russie, et comme Zelenski, les dirigeants de l'OTAN et les Américains ont joué trop gros à la fin, Poutine n'avait le choix qu'entre l'affirmation de la Russie ou la soumission à la revendication hégémonique des Américains. C'était en réalité le choix entre la soumission ou la guerre, le choix entre la peste et le choléra. Il a alors fait un choix malheureux.

Par ailleurs, il reste que parmi les responsables de la guerre en Ukraine figurent ceux qui n'ont pas tenu la "promesse de non-élargissement de l'OTAN vers l'Est" et qui n'ont pas respecté le droit des peuples à l'autodétermination pour les groupes ethniques de Russes expatriés en Crimée et dans l'est de l'Ukraine. Cela inclut le gouvernement ukrainien, qui a refusé le statut spécial pour Donetsk et Lougansk convenu à Minsk II, et tous ceux qui ont joué gros à la fin et ont attendu de voir comment Poutine réagirait dans son coin.

La réponse

Toute guerre est un crime contre ses victimes. Si l'on cherche les coupables et les criminels de guerre, il ne faut pas négliger ceux qui tirent les ficelles en coulisses. Le seul responsable n'est pas celui qui a d'abord demandé, puis exigé, puis menacé et enfin imposé par la force que l'on respecte ses intérêts légitimes en matière de sécurité. Les acteurs qui ont parlé de liberté de choix des alliances et de droits de l'homme, mais qui ont parlé de gaz naturel, de bases militaires et de parts de marché, sont également coupables et, en fin de compte, criminels de guerre.

maxresdefgschrhault.jpg

Qui est le Général de division à la retraite Gerd Schultze-Rhonhof?

Gerd Schultze-Rhonhof est né le 26 mai 1939 à Weimar. Après avoir fréquenté le lycée et obtenu son baccalauréat à Bonn, il s'est engagé dans les forces armées en 1959 et a été formé comme officier de chars. En 1964 et 1965, il a effectué un voyage d'étude de six mois en Namibie et en Afrique du Sud. Après trois années passées à la tête d'une compagnie de chars, il a suivi une formation pour servir àétat-major général. Il a ensuite été affecté comme officier d'état-major général au quartier général du groupe d'armées NORTHAG de l'OTAN, à la troupe, au ministère de la Défense et a commandé un bataillon de chars. Schultze-Rhonhof a ensuite lui-même formé pendant quatre ans de futurs officiers d'état-major général à l'Académie du commandement de la Bundeswehr, avant de devenir successivement commandant d'une brigade d'infanterie blindée, de l'École des troupes blindées, de la 3e et de la 1re division blindée et de la zone militaire Basse-Saxe/Brême. Parmi ses dernières missions, le major général Schultze-Rhonhof a dirigé le premier exercice "Partnership for Peace" de l'OTAN en Hongrie et a participé en tant qu'observateur à une manœuvre égypto-américaine dans le désert libyen.

51ZnR1iJ8tL._SX351_BO1,204,203,200_.jpg

511oa7++Q1L.jpg

Schultze-Rhonhof a quitté la Bundeswehr en 1996, à sa demande, car il ne voulait pas partager la responsabilité des conséquences d'une réduction inappropriée de la durée du service militaire à 10 mois. Depuis, il a publié en 1997 le livre Wozu noch tapfer sein? , en 2003 le livre Der Krieg, der viele Väter hatte (= "1939, La guerre qui avait plusieurs pères") et en 2008 le livre Das tschechisch-deutsche Drama 1918-1939 (= "Le drame tchéco-allemand 1918-1939″) et d'autres contributions à des livres et à des journaux. En 2013, il a traduit en allemand le livre américain de l'auteur J.V. Denson A Centrury of War et l'a publié sous le titre Sie sagten Frieden und meinten Krieg.

Il a également donné de nombreuses conférences en Allemagne, en Autriche, en Suisse, en Turquie, en Italie et au Pérou. En 1996, Schultze Rhonhof a reçu le prix de la liberté de la fondation "Demokratie und Marktwirtschaft" à Munich et le prix du courage de la "Verband der privaten Wohnungswirtschaft" à Hanovre. En 2012, il a reçu le prix culturel de la Landsmannschaft pour le journalisme libre.

Gerd Schultze-Rhonhof est marié, a trois filles mariées et neuf petits-enfants. Il vit à Haldensleben, près de Magdebourg.

jeudi, 31 mars 2022

De la "Doctrine" de Monroe aux "Quatorze points" de Wilson 

1280px-'Keep_off!_The_Monroe_Doctrine_must_be_respected'_(F._Victor_Gillam,_1896).jpg

De la "Doctrine" de Monroe aux "Quatorze points" de Wilson 

par Michele Rallo

Les origines de l'interventionnisme américain dans les affaires européennes

Source : https://www.ereticamente.net/2022/03/dalla-dottrina-di-monroe-ai-quattordici-punti-di-wilson-michele-rallo.html

C'est en 1823 que James Monroe, le 5e président des États-Unis d'Amérique, a énoncé la "doctrine" qui allait prendre son nom (en réalité dû à son ministre des affaires étrangères John Adams). Selon cette doctrine, les États-Unis revendiquent une suprématie totale sur les Amériques du Nord et du Sud, ordonnant aux puissances européennes de ne pas intervenir dans cet "hémisphère", à l'exception des territoires coloniaux qui leur appartiennent encore. En réalité, seule la présence des cousins britanniques serait tolérée (du Canada aux Malouines), tandis que les autres puissances coloniales (France, Espagne, Portugal) seraient directement ou indirectement évincées de leurs possessions.

The-1912-cartoon-of-the-Monroe-Doctrine.ppm.pngQuoi qu'il en soit, tout le monde s'accordait à l'époque à dire que la doctrine de Monroe était essentiellement une proposition de partage du monde : l'Amérique aux Américains et - corollaire logique - l'Europe aux Européens. Liberté d'action dans le reste du monde, avec toutefois quelques voies préférentielles : l'Asie orientale et le Pacifique pour les États-Unis, l'Asie occidentale et l'Afrique pour les puissances européennes.

Cela a duré quelques décennies : le temps nécessaire aux Américains pour se débarrasser de certaines présences gênantes, notamment aux frontières. Le dernier épisode fut la guerre hispano-américaine de 1898, à l'issue de laquelle les États-Unis ont acquis Cuba (officiellement "indépendante"), Porto Rico et - en Asie - les Philippines et l'île de Guam.

L'Espagne étant ainsi expulsée du continent américain, on a eu l'impression pendant un moment que les États-Unis et les puissances européennes étaient retranchés dans leurs sphères d'influence respectives. Mais ce n'était qu'une impression - justement - parce que depuis quelques années (après l'assassinat de Lincoln en 1865), les cercles de la City de Londres avaient déjà commencé à tisser la toile d'une entente transocéanique qui unirait les États-Unis et le Royaume-Uni avec ses dominions : cimentant ainsi, derrière le paravent d'une alliance ethnique, les intérêts financiers et mercantiles du bloc anglo-saxon. Quelques années plus tard, le Sud-Africain (blanc) Jan Smuts qualifiera ce bloc de "fédération britannique des nations" et vantera sa fonction anti-européenne : "N'oubliez pas qu'après tout, l'Europe n'est pas si grande et ne continuera pas à le paraître à l'avenir. (...) Ce n'est pas seulement l'Europe que nous devons considérer, mais aussi l'avenir de cette grande confédération d'États à laquelle nous appartenons tous" [1].

Le projet de bloc anglo-saxon a franchi une étape décisive lors de l'élection présidentielle de novembre 1912, lorsque le parti républicain - dominant depuis l'époque de Lincoln - s'est divisé et a présenté deux candidats opposés de taille (le président sortant William Taft et l'ancien président Theodore Roosevelt), permettant à l'outsider démocrate Thomas Woodrow Wilson d'être élu.

William_Orpen_Woodrow_Wilson_1919.jpg

Wilson prend ses fonctions en mars 1913 et se lance immédiatement dans un vaste programme de "réformes" apparemment positives. En réalité, l'objectif de toute son activité frénétique de réforme était de privatiser le système bancaire, alignant ainsi les États-Unis sur le modèle financier qui dominait la politique britannique. En décembre 1913, la Réserve fédérale a été créée, une banque "centrale" qui était aux États-Unis d'Amérique ce que la Banque d'Angleterre des Rothschild était à la Grande-Bretagne depuis 1694 : toutes deux étaient privées et avaient le droit exclusif de frapper la monnaie nationale et de la prêter à leurs gouvernements respectifs.

Avec l'élection de Wilson, le monde des affaires et de la finance quittait donc le parti républicain pour se lier - étroitement - au parti démocrate. Et ce monde trépignait, il avait envie de franchir les frontières, de se lier à d'autres hommes d'affaires et à d'autres financiers, de s'étendre bien au-delà des frontières tracées par la Doctrine Monroe. Il s'agissait d'une nouvelle forme de colonialisme, un colonialisme économique ; qui, toutefois, ne rivalisait pas avec les partenaires britanniques pour les domaines traditionnels afro-asiatiques, mais visait plutôt le "marché" le plus riche, celui de l'Europe. Avec une connotation particulière : alors que le colonialisme européen visait des pays arriérés, presque toujours dépourvus d'une structure étatique complète, le néocolonialisme américain prétendait s'imposer à des pays hautement civilisés et développés, ceux dont étaient issus les colons qui ont construit les États-Unis d'Amérique. Ce sont les fils enrichis qui se sont retournés contre leurs pères.

Naturellement, les nations européennes n'étant pas prêtes à se laisser coloniser le sourire aux lèvres, les Américains ont dû attendre la bonne occasion pour intervenir sur le Vieux Continent, pour faire peser le poids de la puissance américaine sur la balance : puissance industrielle et militaire, mais surtout puissance économique. Et l'occasion ne tarde pas à se présenter : le 28 juin 1914, l'attentat de Sarajevo a lieu, et un mois plus tard, le premier coup de canon est tiré dans ce qui deviendra la Grande Guerre, la Première Guerre mondiale.

attentat-sarajevo-1914.jpg

Bien que la majorité de la population américaine (anglo-saxonne) ait naturellement sympathisé avec leurs cousins britanniques, ils n'ont pas dévié de leur attitude traditionnelle à l'égard des affaires européennes : un isolationnisme "historique" profondément ancré, qui, en temps de guerre, se traduisait par une neutralité absolue, à la limite de l'indifférence.

Au contraire, les milieux financiers, industriels et mercantiles sont pieds et poings liés à leurs correspondants britanniques, qu'ils approvisionnent par des envois massifs et continus par voie maritime. Leur intérêt spécifique était non seulement la victoire à Londres, mais aussi - en perspective - la pénétration des marchés européens, que seule cette victoire pouvait favoriser.

Le président Wilson, officiellement du moins, semblait fermement ancré dans des positions non-interventionnistes. En fait, il était plus que favorable à l'intervention américaine dans la guerre en Europe. Cependant, il avait les mains liées par les nouvelles élections présidentielles, qui approchaient à grands pas. Étant donné la neutralité viscérale de l'électorat américain, il ne pouvait être réélu que s'il donnait l'impression, ou plutôt la certitude, qu'il maintiendrait les États-Unis en dehors de la guerre en Europe.

Même après sa réélection (novembre 1916), Wilson ne pouvait pas changer sa ligne diplomatique d'un iota : les Américains étaient toujours très opposés à la possibilité même la plus lointaine d'une intervention, et le président ne pouvait certainement pas aller dans la direction opposée.

Ce sont toutefois les Allemands qui ont offert sur un plateau d'argent l'excuse qui permettrait à Woodrow Wilson de décider d'intervenir. Au fur et à mesure que les approvisionnements de l'industrie américaine vers l'Angleterre augmentaient, le nombre de torpillages de navires marchands américains augmentait, avec les pertes humaines que cela impliquait. Les Allemands auraient pu obtenir le même résultat en arrêtant les navires américains et, peut-être, en les saisissant. Au lieu de cela, ils ont préféré torpiller et couler les navires. Ils ne se rendaient pas compte (et ne se rendraient pas compte non plus pendant la Seconde Guerre mondiale) qu'un comportement brutal provoque la désapprobation et l'hostilité générales, même si ce comportement est le résultat d'une "provocation" de l'ennemi.

1280px-U-Boote_Kiel_1914.jpg

Le casus belli s'est produit le 19 mars 1917, avec le naufrage du cargo "Vigilantia" avec tout son équipage. L'indignation de l'opinion publique américaine est telle que Woodrow Wilson peut demander au Congrès de voter l'entrée en guerre des États-Unis. Cela s'est produit le 6 avril.

La voie du "libre-échange" était enfin ouverte. Il fallait cependant rassurer les Européens (amis, ennemis et neutres), les convaincre que l'envoi des armées américaines sur le Vieux Continent ne cachait aucune intention colonialiste, mais n'était que le fruit de la générosité, d'une propension à la charité à l'échelle planétaire. Voici donc le recours à un alibi idéologique : ce n'est pas par soif de pouvoir que les États-Unis ont envoyé leurs soldats outre-Atlantique, mais pour défendre la démocratie ; non pas pour en retirer des avantages économiques, mais pour libérer le peuple. [Un refrain répété de manière obsessionnelle dans toutes les guerres américaines, de la Seconde Guerre mondiale à la destruction de la Libye].

Wilson s'est dessiné le profil moraliste d'un grand leader qui a conduit sa nation à la guerre non pas pour des raisons futiles, mais pour défendre les idéaux les plus élevés de liberté, de démocratie, de justice, de progrès, de prospérité, de paix entre les nations et d'autodétermination des peuples. D'où la nécessité d'idéologiser le choix de la guerre, en la présentant comme une intervention visant à réparer les torts imposés aux nations par les "méchants" du moment, presque comme la transposition d'un film "occidental" sur la scène mondiale tout entière.

Le président a très bien su camoufler un choix clairement utilitaire sous de nobles idéaux. Il a inventé un certain nombre de slogans frappants - "la guerre pour mettre fin aux guerres" ou "rendre le monde sûr pour la démocratie" - et est allé jusqu'à esquisser un scénario d'après-guerre idyllique : "pas d'annexions, pas de contributions, pas d'indemnités de guerre" [2]. Rien de tout cela ne se produira. Au contraire, les annexions, contributions et indemnités de guerre - appliquées de manière disproportionnée au profit de Londres, de Paris et de leurs clients - contribueraient de manière décisive à rendre le monde peu sûr pour la démocratie et à préparer le terrain pour de nouvelles guerres. Et ce, avec la circonstance aggravante d'une attitude qui variera fortement d'un sujet à l'autre : forcer - par exemple - l'Italie à renoncer à Fiume/Rijeka, et en même temps permettre à la France de mutiler impitoyablement l'Allemagne, ou à l'Angleterre de tenter de rayer la Turquie de la carte. Tout cela a été couronné par un fort coup de pinceau de la fierté et de l'arrogance du nouveau riche, du nouveau maître du monde qui dicte benoîtement à ses sujets les règles de la coexistence civilisée.

main-qimg-eefb4e68b0506adf8a5b6595bec95dbc-lq.jpg

Tout cela a été inclus et condensé dans un véritable manifeste idéologique de l'interventionnisme américain, qui est entré dans l'histoire sous le nom des "Quatorze points de Wilson". Il s'agissait d'un "message au Congrès" par lequel le président tentait d'adoucir la pilule de l'intervention ; une intervention qui - malgré le comportement imbécile des Allemands qui avait indigné les Américains - continuait à susciter des doutes et de la perplexité, tant dans l'opinion publique nationale que dans de nombreux secteurs du Congrès. Mais les Quatorze Points - en même temps - étaient aussi une sorte de message aux chancelleries du monde entier, énonçant dès le départ les diktats de la pax americana, auxquels tous - vainqueurs et vaincus - devraient se conformer.

Le bavardage initial était un exercice de justification inventive de l'intervention, entièrement basé sur les déclarations de principe (mensongères) déjà mentionnées : "Nous sommes entrés dans cette guerre parce qu'il y avait eu des violations du droit qui nous touchaient au plus profond de nous-mêmes et qui rendaient la vie de notre peuple impossible à moins qu'il n'y soit remédié et que le monde soit une fois pour toutes protégé du danger de leur retour. Ce que nous exigeons de cette guerre n'a donc rien de particulier pour nous. Ce que nous voulons, c'est que le monde devienne un lieu sûr où chacun puisse vivre, un lieu possible pour toutes les nations qui veulent la paix, pour toutes les nations qui veulent vivre leur vie librement, décider de leurs propres institutions, être sûres d'être traitées équitablement et justement par les autres nations, au lieu d'être exposées à la violence et à l'agression. Tous les peuples du monde sont en effet unis dans cet intérêt suprême ; et en ce qui nous concerne, nous voyons très clairement que si la justice n'est pas rendue aux autres, elle ne peut l'être à nous-mêmes. Notre programme est donc le programme de la paix mondiale."

Mais lorsqu'il s'agit de détailler "le programme de paix mondiale", les vagues déclarations se transforment en diktats concrets et arrogants qui préfigurent l'avenir établi à Washington (et à Londres) pour les différentes nations d'Europe. Avec la réserve que ce programme était "le seul programme possible".

Le point 9 était consacré à l'Italie : "Une révision des frontières de l'Italie doit être effectuée sur la base de la frontière ethnographique facilement reconnaissable." Nous verrons plus tard comment "la frontière ethnographique facilement reconnaissable" était, en réalité, le mécanisme qui devait empêcher la réalisation de nos objectifs, laissant des milliers et des milliers de nos compatriotes sous la souveraineté yougoslave.

Mais, au-delà de l'arrogance avec laquelle le sort de chaque pays européen était fixé, ce qui était particulièrement significatif, c'était un point général, le numéro 3 : "L'abolition, jusqu'à l'extrême limite du possible, de toutes les barrières économiques, et la création de conditions égales en matière de commerce entre tous les pays qui adhéreront à la paix et s'uniront pour la maintenir" [3].

Le seul programme possible pour la paix mondiale était donc l'abolition des barrières économiques, des "murs" du Vieux Continent, dans le seul but de favoriser la diffusion de la production et des capitaux américains en Europe. C'était l'anticipation de ce qui, un siècle plus tard, serait appelé "mondialisation".

NOTES:

[1] Jan Christian SMUTS : La Federazione Britannica delle Nazioni. Discorso del generale Smuts tenuto a Londra il 15 maggio 1917. 

[2] Thomas Woodrow WILSON : Le Président Wilson, la guerre, la paix. Recueil des déclarations du Président des Etats-Unis d'Amérique sur la guerre et la paix. 20 décembre 1916 - 6 avril 1918.  Librairie Berger-Levrault, Paris, 1918.

[3] WILSON : Le Président Wilson, la guerre, la paix.  Cit.

 

Librement tiré de la rubrique " Rievocazioni " du mensuel de Trapani " La Risacca " publié en décembre 2017.

 

dimanche, 27 mars 2022

Le Président-Roi et le "sidonisme" de Fernando Pessoa

portrait-de-fernando-pessoa-107879865.jpg

Le Président-Roi et le "sidonisme" de Fernando Pessoa

En lui, le poète portugais a identifié une figure de leader charismatique et idéalisée

par Brunello Natale De Cusatis

Source: https://www.barbadillo.it/103719-il-presidente-re-e-il-sidonismo-di-fernando-pessoa/

Dans son sens actuel, le terme "sidonisme" fait référence à une période spécifique et circonscrite de l'histoire et de la politique portugaises sous la présidence du major Bernardino Cardoso da Silva Sidónio Pais (1872-1918) (photo).

04_sidonio_pais.jpg

Cet homme à l'éducation républicaine fait son apparition sur la scène politique en septembre 1911, lorsque le Premier ministre de l'époque, João Chagas, lui confie le Trésor. Après les premières divisions au sein des républicains en 1912, il rejoint le parti unioniste de Brito Camacho. De 1913 à 1916, il est ambassadeur à Berlin. Le 5 décembre 1917, il retourne au Portugal et prend la tête d'une insurrection de soldats qui s'opposent à l'entrée en guerre du Portugal aux côtés des Alliés. Le soulèvement, auquel de larges pans de la population, opprimée par de lourdes restrictions économiques et alimentaires après la guerre, ont déclaré leur solidarité, a été victorieux. Le 8 décembre, un régime autoritaire et présidentiel est instauré, avec l'élection directe, au suffrage universel, du chef de l'État, Sidónio lui-même, qui occupe également le poste de Premier ministre. Cette expérience s'est terminée le 14 décembre 1918, le jour de son assassinat.

Tels sont, en résumé, les événements historiques liés au "Président-Roi" et à sa "Nouvelle République" (pour la distinguer de la précédente, l'"Ancienne République"), deux expressions inventées par Fernando Pessoa qui, peu après l'instauration du régime dictatorial sidonien, écrira :

     "nous souhaitons saluer le Dr Sidónio Pais, président de la République, par la volonté du Destin, par le droit de la Force, des droits supérieurs au suffrage emprunté qui l'a élu" [PESSOA, 2018 : 189].

Je crois qu'aucun critique aujourd'hui ne peut remettre en question l'hétérodoxie de la pensée de Pessoa. Une position impolitique de base (dans la lignée de celle de Manni, où la figure du Dichter, le poète médiateur entre la réalité et la dimension fantastique et mythico-symbolique de l'existence, s'oppose à la figure du Literat, le simple intellectuel organique) qui ne l'aurait pas empêché de s'intéresser à plein temps et publiquement à certains moments des événements sociopolitiques d'un pays, le Portugal de l'époque, qu'il considérait "nationalisé" et sans identité propre. Il n'est pas rare, selon ce que j'ai déjà eu l'occasion de souligner ailleurs, qu'il l'ait fait à partir d'une position qu'il n'est pas déplacé ni contradictoire de définir comme "réaliste" (1).

Pessoa était incontestablement anti-démocratique et anti-parti. Son soutien "passif" à la République parlementaire, dicté par sa répulsion pour la monarchie constitutionnelle portugaise (1820-1910), ne durera que quelques mois. En fait, il s'est vite rendu compte que le régime républicain parlementaire, établi au Portugal le 5 octobre 1910, n'était rien d'autre que la continuation, "à un niveau inférieur", du constitutionnalisme, une "monarchie sans roi" qui avait encore intensifié la décadence et la nationalisation du pays (2).

Pessoa-Un-Singulier-regard-plat-1-e1607366061448.jpg

Son système idéal de gouvernement, le seul et unique vrai "régime naturel", était la "monarchie pure" (3). Encore plus approprié, écrira-t-il, "pour une nation organiquement impériale comme le Portugal" (4). Toutefois, lorsqu'il arrivera à la conclusion réaliste de l'impraticabilité de la monarchie absolue dans les conditions modernes, il optera pour la République présidentielle. Autrement appelée, dans le célèbre Ultimatum de 1917 signé par son hétéronyme Álvaro de Campos, "Monarchie scientifique" : rien d'autre qu'une République monarchique, c'est-à-dire une monarchie non dynastique, "absolument spontanée" et gouvernée par un "Roi-Media" (5). Ce personnage sera peu après identifié par l'orthonyme Pessoa à Sidónio Pais :

    "Roi né, sa royauté, / ne pouvant l'hériter de ses ancêtres / avec une plénitude mystique / de Dieu il l'a héritée" (PESSOA, 2010 : 43).

Ceci dit, il est toutefois nécessaire de contextualiser le "sidonisme" de Fernando Pessoa au sein de son "sébastianisme" plus général. En effet, le sens qu'il donnait à ce terme allait au-delà de la simple contingence du moment historique, se rapportant à un discours beaucoup plus large et complexe, c'est-à-dire au caractère prophétique qui imprégnait tout son être.

Alonso_Sánchez_Coello_009.jpg

En 1557, à la mort de Jean III d'Avis, son petit-fils Sébastien, âgé de trois ans seulement et fils de l'infant Jean, monte sur le trône. En cet "enfant-souverain" (à qui le peuple avait donné le surnom de "Le Désiré" et qui n'assumera le gouvernement qu'à l'âge de quatorze ans, en 1568), le Portugal, déjà loin de la gloire et de la splendeur des mythiques exploits d'outre-mer, avait placé l'espoir de sa propre renaissance complète, tant morale que politico-économique.

Issu d'un milieu chrétien-mystique et partisan convaincu, pour son pays, du rôle de défenseur de la chrétienté et de celui d'une grande puissance impériale, Sébastien décide, malgré le désaccord de certains conseillers, d'intervenir massivement en Afrique du Nord. Ici, au Maroc, une situation de danger territorial et commercial alarmante pour l'Europe était apparue en raison de l'influence croissante des Turcs. Une armée potugaise d'environ 20.000 hommes est rassemblée et affronte le 4 août 1578 à Al-ksar el Kebir l'armée marocaine du sultan Mumaly 'Abd al-Malik, dont le contingent dépasse les 50.000 hommes. Pour les Portugais, la bataille inégale se transformera en un "holocauste" héroïque, avec quelque 7000 morts, dont le souverain lui-même. L'impossibilité de retrouver le corps de Sébastien a fait entrer celui-ci dans la légende, marquée par l'attente messianique de son retour et bientôt transformée en mythe national.

Les conséquences de cette défaite et de la disparition relative du "Désiré" seront fatales pour le pays. Deux ans plus tard, en 1580, à la mort du cardinal Henri, l'oncle de Sébastien, qui avait pris le pouvoir en l'absence d'un héritier direct de Sébastien, le Portugal est annexé à l'Espagne. Philippe II de Castille, neveu d'Emmanuel Ier d'Avis, avait en effet réussi à l'emporter sur les autres candidats aspirant à la succession, sanctionnant entre autres son couronnement par la victoire de ses troupes sur les Portugais, commandés par Antoine Ier, à la bataille d'Alcantara le 25 août 1580. La soi-disant "double monarchie" ou "ère philippine" a duré soixante ans, jusqu'au 1er décembre 1640, lorsqu'un soulèvement - d'abord du palais, puis du peuple - a mis fin à l'occupation espagnole et que Jean, duc de Bragance, a été acclamé roi sous le nom de Jean IV.

Portrait_of_John,_Duke_of_Braganza_c._1630_(The_Royal_Castle_in_Warsaw).png

Jusqu'à ce point, les faits historiques, auxquels, cependant, selon les Sébastianistes, qui représentaient alors la majorité dans le pays, avaient apporté des événements superhistoriques : Jean IV, le principal artisan de l'expulsion de l'envahisseur, n'aurait été rien d'autre que la réincarnation du "Désiré".

Il est clair, cependant, que le mythe de Sébastien ne s'est pas arrêté avec Jean IV. L'une des caractéristiques du mythe est précisément celle de sa perpétuation. Cela explique, par exemple, comment après la mort de ce souverain, survenue en 1656, le père António Vieira a prophétisé, en interprétant à la fois certains textes bibliques et le Trovas de Bandarra (6), la résurrection de Jean IV lui-même, vu comme le futur empereur du Cinquième Empire judéo-chrétien (7). Ce même royaume, définitif et éternel, qui, selon les mots du prophète Daniel - lorsqu'il interpréta le rêve de Nabuchodonosor, roi de Babylone - "ne sera jamais détruit et ne sera pas transmis à un autre peuple : il écrasera et anéantira tous les autres royaumes, tandis qu'il durera éternellement" [Daniel, c. 2 : 44].

Tout cela signifie que le "Sébastianisme" a également son propre contenu idéologico-politique, puisque le type d'idée impériale qui le distingue et auquel il aspire contraste fortement avec un autre type d'idée impériale présent dans la péninsule ibérique : D'un côté, précisément dans le modèle sébastianiste, nous avons la revendication d'un Portugal portugais, c'est-à-dire nationaliste ; de l'autre, selon un autre modèle, un Portugal étranger, celui, pour être clair, de l'époque philippine (1580-1640) et, plus tard, dans un autre contexte, celui des Lumières, des positivistes et des rationalistes [cf. QUADROS, 1982-1983 : 199].

Lors d'une enquête, menée en 1926 par un journal de Lisbonne, Pessoa a eu l'occasion de déclarer :

    "Il n'y a qu'un seul type de propagande par lequel le moral d'une nation peut être relevé : la construction ou le renouvellement et la diffusion multiforme conséquente d'un grand mythe national. Instinctivement, l'humanité déteste la vérité, car elle sait d'instinct qu'il n'y a pas de vérité, ou que la vérité est inaccessible. Le monde est dirigé par des mensonges ; celui qui veut le réveiller ou le diriger devra lui mentir de manière exaltée, et le fera avec d'autant plus de succès qu'il se ment à lui-même et se convainc de la vérité du mensonge qu'il a créé. Nous avons, heureusement, le mythe de Sebastian, qui a des racines profondes dans le passé et l'âme portugaise. Notre travail est donc plus facile ; nous n'avons pas à créer un mythe, seulement à le renouveler. Commençons à nous imprégner de ce rêve, à l'intégrer en nous, à l'incarner. Une fois cela fait, chacun de nous en toute indépendance et seul avec lui-même, le rêve se propagera sans effort dans tout ce que nous disons ou écrivons, et l'atmosphère sera créée où tous les autres, comme nous, le respireront. Alors, un phénomène imprévisible se formera dans l'âme de la nation, d'où surgiront les Nouvelles Découvertes, la Création du Nouveau Monde, le Cinquième Empire. Le roi Don Sebastiano sera revenu" (8).

5301637_f.pessoa_,cartoon.jpg

Mais qu'est-ce que Pessoa entendait, au fond, par "Sébastianisme" ? Eh bien, dans l'une de ses nombreuses notes sur le sujet, il aurait écrit :

    " Dans un sens symbolique, Don Sebastiano est le Portugal : le Portugal qui a perdu sa grandeur avec Don Sébastien et qui ne la retrouvera qu'avec son retour, un retour symbolique - comme, par un mystère merveilleux et divin, sa vie elle-même avait été symbolique - mais dans lequel il n'est pas absurde d'espérer " [PESSOA, 2018 : 323].

Il est important de souligner comment Pessoa, dans cette note, revient sur ce qu'il appelle de manière paradigmatique " le symbolisme de l'Histoire ", puisque " le symbole est né avant les ingénieurs " (9). Tout ce qui existe, dit-il, tourne autour de la "forme" et de l'"âme". D'où la croyance en la possibilité réelle du retour de Don Sebastiano, qui se ferait par un phénomène de "métempsycose" :

    "Principes essentiels :

/ 1. Là où il y a forme, il y a âme. La forme est ce qui fait d'une chose ce qu'elle est. Ainsi, un arbre a une forme. Une bataille, une certaine bataille, et pas une autre, a aussi une forme. Plus la chose est grande, plus sa forme lui est propre. On ne peut pas rendre sa forme à une bataille. Une fois que cela s'est produit, cela ne se répète pas. Les événements ont des âmes. Les événements sont des hommes.

/ 2. la métempsycose. L'âme est immortelle et, si elle disparaît, elle revient pour apparaître lorsqu'elle est évoquée à travers sa "forme". Ainsi, à la mort de Don Sebastiano, si nous parvenons à évoquer en nous quelque chose qui ressemble à la forme de l'âme de Don Sebastiano, "ipso facto" nous l'aurons évoqué et son âme entrera dans la forme que nous avons évoquée. Par conséquent, lorsque vous aurez créé quelque chose dont la forme est identique à celle de la pensée de don Sébastien, il sera revenu, non seulement au sens figuré, mais réellement, dans sa présence concrète, même si ce n'est pas physiquement dans sa personne. Un événement est un homme ou un esprit sous une forme impersonnelle.

/ 3. la prophétie est la vision des événements sous leur forme corporelle. C'est le contraire de ce que nous avons dit plus haut. Une bataille qui va avoir lieu apparaît avec une forme, humaine ou autre, avant qu'elle ne se déroule. Parce qu'il peut avoir une forme humaine, parce qu'il l'a vraiment.

/ 4. La prophétie peut parfois (ou toujours) s'appliquer à diverses choses. Cela n'invalide pas la prophétie. C'est que divers événements sont un seul événement, c'est-à-dire une seule entité sous diverses formes. Ainsi, si une prophétie représente éventuellement Don Sebastiano, Don Jean IV, Don Pierre IV (ou V), la République et bien d'autres choses, cela ne signifie pas que la prophétie est fausse. Cela signifie qu'il est la prophétie d'une seule chose sous diverses formes, et qu'il exprime l'essentiel qui traverse toutes les formes.

/ 5. Avec don Sebastian, la grandeur de la Patrie est morte. Si la Patrie sera à nouveau grande, elle reviendra, "ipso facto", Don Sebastiano, non seulement symboliquement parlant, mais réellement" [IDEM : 321-322] (10).

portugal_-_fernando_pessoa_-_fresque_murale.jpg

Ces notes - prises par Pessoa pour un livre, jamais terminé, intitulé Sébastianisme - datent probablement d'avant la mort de Sidónio Pais. Cela expliquerait l'absence du "Presidente-Roi" de la liste des "formes" représentatives d'"une seule entité", c'est-à-dire de celles que plus tard, y compris Sidónio lui-même, l'écrivain portugais définira (et il ne pouvait en être autrement, puisque le mythe, dans le sens que lui donne Pessoa, est essentiellement un "phénix" qui, à chacune de ses morts, renaît de ses propres cendres) "les fausses formes du Réel voilé" [IDEM : 337-338 (337)] (11).

Entre-temps, il est indiscutable, et l'ode écrite à sa mémoire le prouve, qu'en Sidónio - aussi longtemps qu'il a vécu et durant son éphémère apparition à la barre du destin du Portugal - Fernando Pessoa a identifié une figure de leader charismatique, telle qu'il la concevait et l'idéalisait, qui "Fleurit émergeant du marécage de la nation, / aube de la Rédemption" dans laquelle "s'incarna une fois le roi / don Sebastian" [PESSOA, 2010 : 49].

Notes:

(1) Sur l'inséparabilité de la "double âme" de Pessoa, celle "poétique" et celle "théorico-politique", voir mon article Contemplation et réalisation - Pessoa sociologue et théoricien politique [voir DE CUSATIS, 19941], ainsi que mes introductions aux deux volumes de Fernando Pessoa : Ecrits sur la sociologie et la théorie politique [voir DE CUSATIS, 19942 : 9-40] et Politique et prophétie. Notes et fragments 1910-1935 [cf. DE CUSATIS, 2018 : 35-50].

(2) Voir, sur ce thème : PESSOA, 2018. En particulier, les écrits et notes correspondants contenus dans les sections I (pp. 53-94) et IV (pp. 185-230).

(3) Voir son article-essai L'opinione pubblica, dans PESSOA, 1994 : 121-144 (133).

(4) Note biographique [écrite par Fernando Pessoa le 30 mars 1935], dans IDEM : 47-51 (50).

(5) Cf. Ultimatum, dans IDEM : 85-103 (102).

df59e2fb5f669a833f178380f7665172ebff2de5.jpg

(6) Gonçalo Anes, le "Nostradamus portugais", dit Bandarra (1500?-1545), cordonnier de profession, fut, pour ses prophéties, tout comme le Père António Vieira, accusé de judaïsme et donc jugé et condamné en 1541 par le Tribunal de l'Inquisition portugaise. Ses célèbres Trovas (1ère édition posthume : Paraphrase et concordancia de alguas propheçias de Bandarra, çapateiro de Trancoso, por Dom Ioam de Castro, Lisboa 1603) ont, au fil des âges, été interprétés de manière répétée et différente, y compris par Pessoa lui-même [cf. PESSOA, 2018 : 301-319].

vieira.jpg

(7) Célèbre père jésuite et missionnaire portugais (1608-1697), qui a longtemps vécu au Brésil, où il a œuvré en faveur des Indiens réduits en esclavage. Conseiller spirituel et politique de Jean IV de Bragance, il fut l'un des plus éminents champions de la "Restauration", ainsi qu'une figure de proue du panorama littéraire, non seulement baroque, de l'expression portugaise. Sa vaste œuvre comprend les célèbres Sermões (1679-1684) et la non moins célèbre História do Futuro, publiée à titre posthume en 1718. En 1665-1667, il a été jugé et condamné par l'Inquisition pour un manuscrit (Esperança de Portugal, Quinto Impero do Mundo. Primeira e segunda vida de El-Rei D. João IV, escritas por Gonçalo Eanes Bandarra e comentadas por Vieira, em carta ao bispo do Japão : D. André Fernandes) jugée hérétique car elle prophétisait la résurrection de Jean IV, mort en 1656 [voir VIEIRA, 1951-54].

(8) [Enquête] Déclaration de l'écrivain Fernando Pessoa, dans PESSOA, 1994 : 161-168 (167-168). Fondamentalement, comme le souligne Ángel Crespo, ces déclarations sont une prise de position publique pour les sceptiques et les anti-sexobastianistes (alors nombreux parmi les intellectuels positivistes portugais dont le plus grand représentant était António Sérgio), " dans laquelle Pessoa dissimule sa propre foi ésotérique accréditée et indubitable afin de convaincre les menteurs, en prétendant être l'un d'entre eux " [CRESPO, 2014 : 532].

(9) [Interview] Que pensez-vous de notre crise ? [...], dans PESSOA, 1994 : 142-152 (149).

(10) Il s'agit fondamentalement d'un "sébastianisme rationnel" (expression propre à Pessoa) qui se réfère à la fois à un savoir de type gnostique, d'inspiration judéo-chrétienne et ésotérique à la fois, et, à y regarder de plus près, à un "rationalisme thomiste", selon lequel le monde de la connaissance est également fondé sur des représentations abstraites ("intellect possible" par opposition à "intellect agissant").

(11) Néanmoins, Sidónio sera toujours considéré par Pessoa comme un cas à part de toutes les autres "fausses formes de la Vraie Voilée" : "Des trois fausses Voilées [dans ce cas, les deux autres sont Jean IV de Bragance et le Marquis de Pombal] c'est sans doute Sidónio qui était celui qui portait l'auréole mystique relativement la plus grande. Pombal, non seulement en raison de la nature de son travail, mais aussi en raison de son caractère et du rationalisme auréolé de son époque, n'était enveloppé d'aucune atmosphère mystique. Don Juan IV l'était, à la fois parce qu'il apparaissait directement au centre du sentiment sébastianiste, et parce que sa venue coïncidait avec la Restauration, avec le véritable Premier Avènement de Don Sebastian [...]. / Sidónio, cependant, qui a sans aucun doute porté haut le mysticisme subconscient de la nation, n'est pas apparu au centre du sentiment sébastianiste, ni à une époque quelque peu mystique, et son arrivée n'a pas coïncidé avec quelque chose d'apparemment plus remarquable que l'aversion nationale pour les gouvernements républicains, contre lesquels il a réagi. Par conséquent, la vague mystique que Sidónio soulève est plus considérable que celle de Don Juan IV" [PESSOA, 2018 : 337-338 (338)].

* * *

[Cet article, révisé et mis à jour ici, est apparu pour la première fois dans mon essai introductif au volume : Fernando Pessoa, À la mémoire du Président-Roi Sidónio Pais, cité : 9-31 (21-31).

Toutes les traductions du portugais, tant des textes de Pessoa que des références critiques, sont de ma responsabilité].
 

Bibliografia di riferimento

– CRESPO, Ángel, 2014. La vita plurale di Fernando Pessoa. Nuova edizione tradotta, curata e annota da Brunello N. De Cusatis. Edizioni Bietti, Milano.

– DE CUSATIS, Brunello, 19941. Contemplazione ed attuazione – Pessoa sociologo e teorico della politica. In «Futuro Presente», n. 5 (autunno 1994): 9-21.

– DE CUSATIS, Brunello, 19942. Introduzione, in Fernando Pessoa, Scritti di sociologia e teoria politica, cit.: 9-40.

– DE CUSATIS, Brunello N., 2018. Introduzione alla prima edizione, in Fernando Pessoa, Politica e profezia. Appunti e frammenti 1910-1935, cit.: 35-46.

– PESSOA, Fernando, 1994. Scritti di sociologia e teoria politica. A cura di Brunello De Cusatis. Settimo Sigillo, Roma.

– PESSOA, Fernando, 2010. Alla memoria del Presidente-Re Sidónio Pais. Saggio introduttivo e traduzione di Brunello De Cusatis. Nuova Edizione riveduta. Edizioni dell’Urogallo, Perugia.

– PESSOA, Fernando, 2018. Politica e profezia. Appunti e frammenti 1910-1935. A cura di Brunello N. De Cusatis. Nuova edizione riveduta. Edizioni Bietti, Milano.

– QUADROS, António, 1982-1983. Poesia e filosofia do mito sebastianista. 2 voll. Guimarães & C.ª, Lisboa: I.

– VIEIRA, Padre António Vieira, 1951-54. Obras escolhidas, 12 voll. Por António Sérgio e Hernâni Cidade. Sá da Costa, Lisboa: VI, 1-66.

[Cet article, révisé et mis à jour ici, est apparu pour la première fois dans mon essai introductif au volume : Fernando Pessoa, À la mémoire du Président-Roi Sidónio Pais, cité : 9-31 (21-31).

Toutes les traductions du portugais, tant des textes de Pessoa que des références critiques, sont de ma responsabilité].

jeudi, 24 mars 2022

Le Congo des Congolais : un désastre en devenir

publishable-1-787x552.jpg

Le Congo des Congolais : un désastre en devenir

Marco Valle

Source: https://it.insideover.com/storia/il-congo-dei-congolesi-un-disastro-annunciato.html

Quelques mois avant l'indépendance, les autorités coloniales semblaient encore convaincues de la solidité de leur pouvoir au Congo (belge). C'était de la folie, et pourtant, en août 1959, un rapport officiel affirmait que "l'autonomie (et non pas l'indépendance ; nda) sera le résultat d'un développement contrôlé et progressif, à long terme". Dix mois plus tard, le Congo belge, en tant que tel, a disparu de la carte.

Que s'est-il passé ? Beaucoup de choses. Après la Seconde Guerre mondiale, dans l'indifférence des autorités endormies, un petit groupe de jeunes intellectuels congolais, pour la plupart formés dans les missions catholiques, a commencé à s'organiser, à s'unir. A faire de l'agitation. Des segments de plus en plus importants des classes urbaines africaines ont commencé à se rassembler (et à se diviser) autour de l'ancien séminariste Joseph Kasa Vubu - de l'ethnie Bakongoko - et de son groupe Abako, ou à suivre le cercle Conscience africaine de l'abbé Joseph Malula et de Joseph Ileo.

En 1956, Malula et Ileo publient un Manifeste dans lequel, répondant à l'hypothèse de van Bilsen, ils exposent une synthèse entre être européen et être africain au sein d'une future grande communauté belgo-congolaise. Kasa Vubu rejette catégoriquement les propositions gradualistes de ses rivaux et rédige son propre document, beaucoup plus radical, qui envisage la création rapide d'un Congo indépendant mais, surtout, fédéral, respectueux des groupes ethniques et pluraliste. Il s'agissait d'un débat important auquel Bruxelles n'a pas prêté attention. Pourquoi pas ? Giovanni Giovannini, un témoin de l'époque, répond brutalement : "Pourquoi le devrait-il ? Quels étaient les partisans de ces chefs de petites associations tribales : tous ces gens qui, de plus, dépendaient pour leur nourriture quotidienne du salaire de l'administration et qui pouvaient, par conséquent, être facilement rappelés à l'ordre par le chef du bureau, sans même avoir recours aux gendarmes?". En bref, les Belges se sont appuyés sur les tensions tribales, la fragmentation sociale, l'arriération des masses et, surtout, ont sous-estimé les anciens élèves des missions catholiques. Une erreur : les prêtres sont de bons enseignants.

Les résultats du 8 décembre 1957 se sont avérés surprenants. Pour citer à nouveau Giovannini, "contrairement aux prédictions des colons, 84,7% des électeurs de Léopoldville se sont rendus aux urnes. Les Abako ont remporté la majorité absolue : 78,2% des voix, 133 des 170 sièges du conseil mis à la disposition des Noirs. Ainsi, ce ne sont pas seulement les bakongoko qui ont voté pour Abako, mais aussi les bangalas, les balubas et autres des innombrables groupes ethniques ; c'était une prise de position en faveur du "contre-manifeste" d'Abako. Le nationalisme africain contre le colonialisme belge".

Joseph_Kasa-Vubu_at_the_Belgo-Congolese_Round_Table_Conference.jpg

Mais Kasa Vubu (photo, ci-dessus) n'était pas le seul champion de l'indépendance. Avec le soutien décisif des partis belges, le Mouvement National Congolais prend forme en octobre 1958, dirigé par le catholique Ileo et le socialiste Cyrille Adula ; dans les intentions des promoteurs, le MNC devait être la réponse modernisatrice, centraliste et gradualiste à la faction ethnique, fédéraliste et extrémiste de Kasa Vubu. Afin d'équilibrer les courants internes, les deux dirigeants décident de coopter un sympathisant congolais du parti libéral au sein de la direction et choisissent le directeur adjoint apparemment modéré de la brasserie Polar, Patrice Lumumba (photo, ci-dessous). Personnage excentrique, confus et notoirement malhonnête, mais doté d'un charisme et d'un culot considérable, Lumumba prend rapidement la tête du parti et opère un changement politique radical. En l'espace de quelques mois, le "bon Patrice" est devenu le leader des indépendants, mais les Belges - obtusément convaincus qu'ils le contrôlent - ont continué à lui accorder toutes les facilités et à le favoriser contre Abako.

PatriceLumumba1960.jpg

La situation a atteint son paroxysme le 4 janvier 1959. L'interdiction d'un rassemblement de Kasa Vubu a déclenché l'ire d'une foule qui a pris d'assaut les palais du pouvoir, les maisons et les magasins des Européens, les hôpitaux et les églises. Après trois jours de folie et 49 morts, le soulèvement est réprimé mais l'impact psychologique, tant pour les Blancs que pour les indigènes, est énorme. Tant au Congo qu'en Belgique, l'incertitude, le malaise et l'urgence étaient omniprésents : les facteurs centraux qui allaient influencer chaque étape politique de la crise, jusqu'à l'acte final.

Le 13 janvier, Baudouin stupéfie une nouvelle fois le monde politique par un message dans lequel il reconnaît le principe d'une indépendance accordée "sans retard fatal ni imprudence téméraire". Une démarche téméraire qui visait à relancer le projet d'un trône africain pour Léopold III - relançant la solution des "deux monarchies" - mais désormais irréaliste, hors du temps.

À son tour, le gouvernement, dirigé par Gaston Eyskens, tente de reprendre l'initiative et d'imposer une feuille de route pour une indépendance limitée. Mais le Congo est désormais hors de contrôle et, alors que les incidents se multiplient et que la désobéissance civile s'amplifie, le découragement prend le dessus et paralyse l'administration coloniale. Fin 59, les Belges se retrouvent dos au mur : la seule solution possible pour sortir de l'impasse et retrouver la suprématie est la force. Une hypothèse fortement demandée, comme mentionné ci-dessus, par le souverain mais inacceptable pour les politiciens. Faisant appel à un article de la Constitution de 1893 qui empêchait l'utilisation des troupes métropolitaines dans la colonie - un rappel de la méfiance de longue date du gouvernement à l'égard des entreprises de Léopold II - le gouvernement, en accord avec l'opposition socialiste, exclut toute option militaire. L'ombre de la guerre d'Algérie plane sur la Belgique.

C'était encore une autre erreur. Une intervention limitée mais efficace de l'armée nationale aurait bloqué les dérives maximalistes et contraint les dirigeants africains à modérer leur ton et leurs prétentions. Ayant éclipsé l'hypothèse armée, le pouvoir politique et financier n'a d'autre choix que de négocier avec les Congolais ; le 20 janvier 1960, il convoque à Bruxelles une "table ronde" avec les représentants des différents "partis" africains : radicaux, modérés, unitaires, fédéralistes. Un cirque, mais "malgré de nombreuses divisions, les délégués congolais ont réussi à présenter un front uni et à obtenir l'indépendance le 1er juillet. La réaction apparemment surprenante du gouvernement s'explique par la crainte d'une sécession des colons blancs et, plus généralement, par le souci de garder le contrôle des richesses du pays, même au prix d'une indépendance accordée à la hâte. Une constitution provisoire, rédigée par des juristes belges, tente de concilier les aspirations des partisans de l'unité avec celles des "fédéralistes".

Les élections de mai 1960 donnent la victoire au MNC, mais il ne remporte qu'un tiers des sièges. Lumumba accepte d'élire le fédéraliste Kasa Vubu à la présidence de la république, mais à condition qu'il devienne premier ministre et se réserve le droit d'imposer un pouvoir présidentiel fort une fois l'indépendance acquise. Un traité d'amitié belgo-congolais est signé le 29 juin et le Congo est proclamé indépendant le jour suivant.

mardi, 22 mars 2022

Le navire disparu et le mystère du Heida dans l'ombre de la mort de Mattei

Ghiannis-D-Red-Sea.jpg

Le navire disparu et le mystère du Heida dans l'ombre de la mort de Mattei

Marco Valle

Source: https://it.insideover.com/storia/la-nave-scomparsa-e-il-mistero-dellheida-allombra-della-morte-di-mattei.html?fbclid=IwAR2s8NVTMfmkR-tifH1AIuhObCL1JwrBZ93qv2JNyUb3VXzuyqOWW81OalE

14 mars 1962, Méditerranée occidentale. Le navire à moteur Heida, un vieux cargo de 2300 tonnes battant pavillon libérien, se débat dans la mer déchaînée. À bord se trouvent vingt marins, dont 19 Italiens - originaires de Vénétie, de Trieste, des Marches, de Sicile et des Pouilles - et un Gallois. À 10 heures du matin, au large de l'île tunisienne de La Galite, le capitaine Federico Agostinelli a contacté l'agent maritime Giuseppe Patella (probablement le véritable propriétaire du navire) à Venise pour confirmer l'itinéraire du navire et l'heure de départ. Tout va bien, stop. Puis le silence. Un silence total. Le Heida disparaît dans l'air. Pendant six jours, personne n'a semblé le remarquer et ce n'est que le 20 mars - six jours plus tard - que les recherches ont commencé. Sans succès. Aucun survivant, aucun corps, aucune épave, aucune marée noire. Encore une autre tragédie en mer. Ou peut-être pas.

Procédons par ordre. Dans cette dernière partie de cet hiver d'il y a 60 ans, le dernier acte de la guerre d'Algérie se déroulait. Un conflit extrêmement dur entre la France et les indépendantistes arabes, un affrontement qui avait commencé à l'automne 1954 et s'était poursuivi, avec des massacres et des attentats, pendant près de huit ans.  Puis, après de longues délibérations, le président Charles de Gaulle, défiant l'opposition d'une grande partie de l'armée et des colons (les pieds noirs), décide finalement de "tourner la page" et d'accorder progressivement l'indépendance. Les accords d'Évian du 19 mars 1962, un pari politique sur lequel la France se déchire encore aujourd'hui.

Certes, il y a un fait historique fixe et incontestable : jusqu'au lendemain de la déclaration du cessez-le-feu, tout l'appareil militaire français est resté pleinement opérationnel, en particulier la Marine, qui s'est employée à surveiller le trafic d'armes alimenté par de vieux cargos, des navires à moitié avariés et jetables (comme le Heida, en fait), et destiné aux combattants du Front de libération nationale algérien. Les grosses affaires.

Nombreux sont ceux qui ont fourni les rebelles : des marchands d'armes de toutes nationalités, des satellites du bloc soviétique, la Yougoslavie titiste, l'Égypte de Nasser, mais aussi l'Italie, ou plutôt l'ENI d'Enrico Mattei, président d'ENI et champion de la saison du "néo-atlantisme", l'une des phases les plus vivantes et les plus contradictoires de la politique étrangère italienne, dans laquelle plusieurs facteurs s'entremêlent de manière désordonnée : "Nationalisme méditerranéen", crypto-neutralisme, atmosphères rappelant le Risorgimento et échos mussoliniens. Convaincus que l'Italie peut retrouver un rôle central dans la mer intérieure, Mattei et les principaux protagonistes de l'époque - le président de la République Giovanni Gronchi, le secrétaire de la DC Amintore Fanfani, le maire de Florence Giorgio La Pira - décident de jouer la carte du mouvement anticolonialiste arabe dans une tonalité anti-britannique et anti-française. De l'Égypte à l'Algérie. De Suez au Sahara.

00058558-enrico-mattei.jpg

Une histoire fictive. Par hasard, en décembre 1958, Mattei rencontre, sur son chemin de retour de Chine via l'Union soviétique, une délégation du GPRA (Gouvernement provisoire de la République algérienne). L'avion dans lequel voyageaient les deux missions a été contraint de faire une longue escale à Omsk, en Sibérie, en raison de mauvaises conditions météorologiques ; au cours de ces ennuyeuses journées d'attente forcée, le président du "chien à six pattes", sentant l'odeur du pétrole et du gaz algériens, a sympathisé avec les indépendantistes et leur a assuré, avec le soutien heureux du gouvernement de Rome, une forte solidarité : fonds, soutien médiatique, refuges, entraînement militaire et armes, beaucoup d'armes. Une circonstance qui a fortement irrité les Français et leurs services secrets. D'où le début d'une guerre secrète parallèle, silencieuse mais mortelle, entre Paris, Rome et l'ENI. Un duel qui ne s'est terminé que par la mort encore très, très mystérieuse de Mattei dans le ciel de Bascapè le 27 octobre 1962.

cover-mattei.jpg.rend.500.700.jpg

Mais revenons au Heida et à ses marins. Malheureusement, quelques jours avant la trêve, le navire s'est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Comme Accursio Graffeo, neveu obstiné de l'un des disparus, et le journaliste Nicola Papa - auteurs d'un livre d'investigation Heida, dernier message 10.00 N807 - l'ont reconstitué au fil du temps, quelque chose a mal tourné. À l'insu de l'équipage (un point d'interrogation subsiste quant au capitaine et à l'armateur), le navire était l'un des transports utilisés pour le trafic d'armes de l'Italie vers l'Afrique du Nord. Il est très probable que le Heida et ses hommes ont été arrêtés, saisis et qu'on les a fait disparaître: "par les autorités françaises comme un message caché mais sans équivoque à l'État italien pour qu'il empêche sa compagnie pétrolière de fournir des armes aux insurgés. Cette hypothèse a été soutenue par le témoignage d'un homme de Trieste, père de l'un des marins disparus, qui a déclaré à l'époque qu'il avait parlé à un jeune officier de la marine italienne nommé Fulvio Martini, qui servait alors dans le S.I.O.S. Marina et qui est devenu par la suite le chef du S.I.S.MI.  Selon ce natif de Trieste, l'officier lui a dit que l'équipage était en sécurité, mais que pour "de sérieuses raisons de sécurité" il ne pouvait pas nommer le lieu, et que le fils de sa connaissance était en sécurité.

180535339-1cfaae8c-e109-4e45-8ef7-560f297c6549.jpg

Des espoirs, des illusions et puis à nouveau rien. Les naufragés, malgré quelques signes ténus, se sont évaporés, ont disparu. Aucune trace du navire n'a encore été trouvée sur les fonds marins. La seule chose qui soit certaine, c'est le silence de l'État italien. À l'été 1963, le Premier ministre Amintore Fanfani, en marge d'une réunion avec les parents des marins disparus, répond par une phrase énigmatique : "On ne peut pas commencer une guerre pour vingt personnes". Secrets d'État. Rideau. Après soixante ans, il y a des marins italiens qui demandent toujours justice.

17:55 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, heida, eni, enrico mattei, france, italie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 19 mars 2022

Le "Troisième Reich" d'Arthur Moeller van den Bruck

Arthur_Moeller_van_den_Bruck_2.jpg

Le "Troisième Reich" d'Arthur Moeller van den Bruck

Carlos X. Blanco

En janvier 2015, la maison d'édition Hipérbola Janus a publié pour la première fois le volume classique Le Troisième Reich. Un livre avec lequel son auteur, Arthur Moeller van den Bruck, a signé l'une des pages les plus immortelles de la soi-disant "révolution conservatrice" allemande. Comme l'indique la quatrième de couverture du livre, "Le Troisième Reich a été publié pour la première fois en 1923, deux ans avant le suicide tragique de son auteur, dix ans avant l'avènement du national-socialisme en Allemagne et cinq ans après la fin de la Première Guerre mondiale, qui a entraîné l'effondrement du deuxième Reich de l'empereur Guillaume II et la naissance de la République de Weimar".

imamvdb3rages.jpgCela dit, il va presque sans dire que l'ouvrage de Moeller van den Bruck n'est en aucun cas un livre "nazi". Le national-socialisme est un phénomène ultérieur, que l'auteur du Troisième Reich ne pouvait pas connaître. Certes, le nazisme s'est approprié le concept et l'expression, mais Moeller ne pouvait rien y faire, car il était déjà mort. En outre, les premières expressions du national-socialisme en tant que mouvement organisé indiquaient déjà une incompatibilité spirituelle avec l'approche révolutionnaire-conservatrice de l'auteur examiné ici. L'approche grossièrement matérialiste et raciste qui conduira Hitler et ses partisans au massacre des Juifs, des Slaves et d'autres groupes ethniques n'a rien à voir avec la "révolution conservatrice", comme nous l'avons déjà montré dans notre travail sur Oswald Spengler, une figure parallèle à celle de Moeller à certains égards et qui lui est apparentée. A l'opposé du matérialisme raciste des hitlériens, notre auteur adopte une approche nationaliste, traditionnelle et spiritualiste : c'est la nation allemande humiliée et en manque d'espace pour ses soixante millions d'âmes (selon la démographie de l'époque, les années 1920). C'est la nation, et non la race maîtresse, qui est en jeu. C'est la nation, vaincue et de surcroîts trompés par les puissances victorieuses qui ont imposé le Traité de Versailles, qui doit reprendre son destin en main.

AMVB3R_blog.jpg

Dans cette très brève recension (que nous avons pu compléter et étendre par le biais de l'un des nombreux podcasts prévus), nous aimerions attirer l'attention sur un autre point de contraste entre les idées de Moeller et les folies suicidaires ultérieures d'Hitler et du national-socialisme tel qu'il s'est historiquement constitué. Dans le Troisième Reich de Moeller, il n'y a pas de phobie de l'Est, pas de projet inhumain de conquête et d'asservissement de l'immensité des pays de l'Est, qui s'étend de la Pologne et de la Russie aux confins de la Sibérie. Au contraire, nous voyons une union germano-russe qui transcende les conditionnements idéologiques ou les différences ethniques. On ne trouve pas non plus la rhétorique typique de la "droite", à savoir le rejet générique du socialisme ou du communisme au nom d'une future dictature des grands propriétaires terriens et des militaires (soit dit en passant, le modèle "latin" de dictature, qui n'a rien à voir non plus avec la révolution conservatrice). Il n'y a rien de tel. Au contraire, le livre, un classique de la pensée révolutionnaire conservatrice, s'ouvre à une approche socialiste. Un socialisme non marxiste, une approche centrée sur la figure de l'ouvrier, l'ouvrier avec une patrie qui, loin de la fausse conscience internationaliste, est un ouvrier allemand. Le texte suinte et abonde en appels à la gauche ouvrière allemande à être avant tout allemande, et donc à réorienter son marxisme internationaliste vers un socialisme d'un autre type : hiérarchique, discipliné, patriotique (très proche du socialisme " prussien " prôné par Spengler) qui fait front commun avec les autres classes sociales non naturalisées d'Allemagne, le tout en vue de se réapproprier son propre pays.

AMVBHP_blog.jpg

Cela implique qu'il n'y a de socialisme que dans la voie nationale. Nous ne pouvons parler de socialisme que dans le sens précis où une nation possède son propre socialisme. Pas le national-socialisme, mais le socialisme national. On est socialiste à la manière française, anglaise, etc., et cette manière ou cette forme peut être très différente de celle de l'Allemand, du Russe ou de l'Espagnol.

De la même manière, nous pouvons parler de la démocratie d'une manière nationale. Qu'est-ce que la démocratie ? demande Moeller, et la réponse n'est pas celle que l'on attendrait d'un libéral. La démocratie, dit Le Troisième Reich, est l'appropriation de son propre destin. Quand un peuple s'approprie son propre destin, c'est un peuple démocratique, et l'auteur affirme que l'Allemagne est démocrate depuis des milliers d'années. Ce n'est que plus tard que ce peuple porteur d'un destin se dote d'un chef ou d'un roi. La démocratie allemande, qui, selon le livre, est organique, communautaire et non libérale, n'a pas trouvé sa véritable expression à Weimar. À Weimar, le point de vue libéral a triomphé, déplorable non pas tant pour son contenu idéologique libéral en tant que tel, qui pour des peuples comme les Anglais pourrait représenter leur costume sur mesure et leur instrument parfait pour canaliser leur volonté particulière de puissance, mais pour son incompatibilité avec l'essence de l'Allemande. À Weimar, être libéral, c'est être un traître à la patrie, c'est ouvrir la porte aux occupants et aux ennemis (France et Angleterre). En outre, cette démocratie libérale a préparé le terrain pour la révolution : l'anarchisme et le communisme n'anéantiraient pas seulement une nation vaincue dans la grande lutte européenne, mais seraient la fin de la civilisation elle-même.

molodi1.jpg

L'objectif de Moeller est de fournir un fondement philosophique à sa révolution conservatrice. Sa philosophie est révolutionnaire car l'auteur, peu après la défaite de sa patrie, éprouve le profond sentiment de malaise que "ça ne peut pas continuer comme ça". Les formules réactionnaires et nostalgiques ne fonctionnent plus. Il n'est pas possible de faire revivre un passé. Le nouveau Reich doit, en même temps, être la continuation du Premier et du Deuxième Reich, car le peuple, la nation, existent toujours (bien que sans espace, humiliés et aux mains des ennemis), mais sur des bases absolument nouvelles.

Imprégné de la philosophie organiciste et vitaliste allemande, Moeller parle de "conservation" comme de la loi fondamentale de l'existence. Ce qui existe depuis des millénaires ou des siècles mérite d'être préservé face au chaos et à l'anarchie qui, au nom du "renouveau", peuvent anéantir les efforts civilisationnels les plus nobles et les plus laborieux. Conservateur n'est pas réactionnaire. Le conservateur entretient, vivifie, emploie son instinct de vie à des fins constructives. Au contraire, le réactionnaire réagit violemment à la nouveauté et la rejette, mais n'en tire aucune leçon. Il est mimétique par rapport au passé, il ne fait que copier et reproduire l'ancien, et tout ce qui est ancien n'est pas bon, classique, ennoblissant.

Nous pensons que c'est un grand succès que cet éditeur, Hipérbola Janus, mette entre les mains des lecteurs espagnols une œuvre aussi profonde et significative, en elle-même et comme moyen de connaître l'aube de la Grande Catastrophe qui a signifié pour l'Europe la montée du national-socialisme (une perversion de la Révolution conservatrice), la déprédation démo-libérale anglo-saxonne, le bolchevisme et, en définitive, la Seconde Guerre mondiale dans son ensemble, c'est-à-dire la Mort de l'Europe.

Informations rédactionnelles :

https://libros.hiperbolajanus.com/2015/01/AMVDB3R.html

El Tercer Reich. Hypérbola Janus, 2015.

https://www.hiperbolajanus.com/2015/01/arthur-moeller-van...

 

 

mercredi, 16 mars 2022

L'ethnosociologie de l'Ukraine dans le contexte de l'opération militaire

Crimean-Tatar-Efsane-2.jpg

L'ethnosociologie de l'Ukraine dans le contexte de l'opération militaire

Alexandre Douguine 

Source: https://katehon.com/en/article/ethnosociology-ukraine-context-military-operation

Une compréhension approfondie de l'opération militaire spéciale en Ukraine nécessite une explication préalable : à quoi avons-nous affaire, au sens large du terme ? Les notions de "nation", de "nationalité", de "peuple", d'"ethnos" sont totalement confondues, d'où celles de "Russes", "Ukrainiens", "Petits Russes", etc. Nous devrions d'abord dresser une carte ethno-sociologique et répartir les concepts avec lesquels nous opérons dans l'analyse de ce conflit.

Principales catégories ethno-sociologiques

Rappelons les points principaux de l'ethnosociologie. L'ethnosociologie opère avec les concepts suivants :

- ethnos,
- peuple,
- nation,
- société civile.

Ils correspondent à différents types de sociétés. L'ethnos est le mode de vie le plus archaïque, caractéristique des petites communautés agraires ou pastorales, où il n'existe pas de division sociale et de classe verticale. Les relations au sein d'un groupe ethnique sont strictement horizontales, et sa mentalité est construite sur des mythes. Il s'agit d'une société archaïque à l'identité collective.

Un peuple est un groupe ethnique qui s'est engagé sur le chemin de l'histoire, a construit un État, fondé une religion ou une culture distincte. Presque toujours, un peuple se compose de deux ou plusieurs groupes ethniques, qui sont unis dans une structure abstraite. Le peuple a une division en classes et une hiérarchie, une verticale du pouvoir. Il s'agit d'une société traditionnelle. L'identité y est collective et se distingue par des domaines. La plus haute réalisation historique d'un peuple est la création d'un Empire.

La nation n'apparaît qu'à l'époque moderne dans la société bourgeoise. Une nation est une communauté artificielle fondée sur l'identité individuelle. Les nations sont apparues en Europe à l'époque moderne. Ici, la hiérarchie sociale est basée sur le principe de la richesse matérielle. C'est le type de société caractéristique du début de la Modernité.

La société civile apparaît lorsque s'effectue la transition de la nation vers le Monde Unique et le Gouvernement Mondial. La société civile se manifeste pleinement dans le mondialisme. Elle possède la même identité individuelle qu'une nation, mais sans frontières nationales. La société civile prend forme au sein des nations et des États bourgeois, mais sort progressivement de leur cadre et acquiert un caractère mondial. Ici, l'identité nationale artificielle est abolie et l'individualisme devient global. Historiquement, la société civile est caractéristique de la fin de la période moderne et de la période postmoderne.

Les Slaves de l'Est deviennent un peuple

Appliquons maintenant cet appareil conceptuel au conflit ukrainien.
Qui sont les Russes ? Cette question n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît à première vue. Elle nécessite également une clarification du point de vue ethnosociologique.

Les Slaves de l'Est étaient divisés en tribus qui se trouvaient à l'état d'ethnos, lequel s'est avéré être intégré à la Russie ancienne sous la direction d'une élite princière militante. En fait, cette élite elle-même, d'origines varègue et sarmate, était appelée "Rus", bien que la présence en son sein de familles princières et aristocratiques des Slaves polabiens (Bodrichi et Lutichi) ne soit pas à exclure. Les Slaves orientaux devinrent la principale population de l'ancienne Rus : d'où le nom de "Russes" et aussi de "Rusyns". De même, les Gaulois romanisés, conquis par la tribu germanique des Francs, commencent à être appelés "Français".

Kievan-rus-1015-1113-(en).png

Un peuple se forme dans l'ancien État de la Rus dont le centre est à Kiev,. L'élite y conserve son identité, mais adopte la langue de la majorité de la population, composée de Slaves orientaux. Le substrat ethnique (tribus slaves orientales) devient un peuple.

Il est caractéristique qu'en même temps que le peuple, la Rus de Kiev acquiert d'autres attributs:

- l'État,
- la religion (au début - pendant une courte période - le paganisme réformé, puis - de manière constante - l'orthodoxie),
- culture (écriture, chronique, éducation, etc.).

Les Slaves de l'Est entrent dans l'histoire.

Les Slaves de l'Est se divisent

S'ensuit toute une série de processus historiques au cours desquels la Rus de Kiev elle-même perd son unité. Les Slaves orientaux sont divisés - mais pas par tribus, mais par territoires, ayant souvent des destins différents. Il ne s'agit pas d'une désintégration en formations ethniques pré-étatiques, mais de la division d'un peuple déjà uni - la Rus de Kiev. Le sort de ces diverses branches est déterminé par les aléas des querelles princières et des processus politiques autour de la Rus'.

Ainsi, progressivement, les Grands Russes se forment à partir de la branche orientale des Slaves de l'Est. Ils s'avèrent être les Russes des principautés orientales - Vladimir, Riazan, etc. Dans le même temps, ils comprennent également divers groupes finno-ougriens et turcs. Les princes de Vladimir se livrent à une concurrence féroce avec ceux de l'Ouest pour le trône de grand-duc à Kiev (!), et à un moment donné, ils parviennent à l'obtenir. Ensuite, ils transfèrent le trône à Vladimir, puis à Moscou. Peu à peu, dans la partie orientale de la Russie (également à l'origine l'ancienne périphérie nord-est !) et dans le Nord russe, se forme l'une des branches des Slaves orientaux, à savoir le peuple de la Rus de Kiev. On les appelle parfois "Russes" de manière généralisée, bien qu'il serait plus exact d'utiliser le terme "Grands Russes", puisque la partie occidentale des Slaves orientaux est également russe au sens plein du terme.

Cette partie occidentale des Slaves orientaux, c'est-à-dire le seul peuple russe orthodoxe du Grand-Duché de Kiev, se divise à son tour en deux branches - nord-ouest et sud-ouest. Les Russes du nord-ouest deviennent des Biélorusses, puisque cette partie de la Russie était appelée Belaya (blanche). Les Russes du sud-ouest seront plus tard appelés Petits Russes, bien que ce terme soit compris à la fois de manière large (incluant les terres de Galicie-Volhynie) et étroite (par rapport à l'Ukraine centrale). Il est important de souligner qu'il ne s'agit pas de tribus, mais de parties d'un même peuple, divisées selon des critères politiques et historiques.

Progressivement, les trois branches des Slaves orientaux (les futurs Grands Russes, Petits Russes et Biélorusses) perdent leur souveraineté (un pouvoir princier indépendant, reconnaissant toujours entre-temps l'ancienneté des Grands Ducs) et se retrouvent au sein d'autres entités politiques plus fortes.

car_courlande.png

Les futurs Biélorusses, puis les Petits Russes, se retrouvent dans la structure du Grand-Duché de Lituanie, et après l'union avec la Pologne - dans le cadre du royaume polono-lituanien.

Ceux que l'on appellera les Grands Russes conservent le statut de pouvoir grand-ducal à Vladimir, puis à Moscou, et sont directement subordonnés à la Horde d'Or.

Ici commence une grave division dans le destin des Slaves de l'Est. Trois branches d'un même peuple (et non d'une ethnie !) se retrouvent dans des systèmes politiques différents.

Différence de destin et perte du statut d'État

Les Grands Russes conservent le pouvoir des Grands Ducs et l'identité orthodoxe, que les khans de la Horde d'Or, fidèles au principe de tolérance religieuse de Gengis Khan, n'avaient pas empiété.

Les Biélorusses et les Petits Russes se retrouvent dans un État européen catholique, ce qui place les orthodoxes dans des conditions d'infériorité. Ainsi, l'élite princière et militaire est progressivement intégrée à la gentry polonaise, et la population rurale reste dans la position dites des "schismatiques orientaux". La partie occidentale des Slaves orientaux perd son statut d'État, mais préserve farouchement la foi, la langue et la culture orthodoxes.

Et bien que les petits Russes et les Biélorusses fassent partie d'un seul et même peuple - Kiev (!) - ils sont privés du signe le plus important du peuple - le statut d'État. Cela rend leur position dans l'État polono-lituanien proche d'un groupe ethnique opprimé.

Plus tard, une partie des Slaves du sud-est passe sous la domination de l'Empire ottoman, et de l'État des Habsbourg (Empire autrichien). Cela brouille encore plus l'identité du peuple et le divise, le réduisant à nouveau au statut de groupe ethnique.

La politique de ces États, qui comprenaient la partie occidentale des Slaves orientaux, était différente selon les pays et les époques. Le Grand-Duché de Lituanie, avant l'union avec la Pologne catholique, était païen, et un certain nombre de princes étaient très favorables à l'orthodoxie. Par conséquent, les princes et boyards de Russie occidentale et la population rurale qui s'y trouvait n'étaient soumis à aucune pression et se sentaient comme dans leur propre État, où les Slaves orthodoxes constituaient la grande majorité de la population et une partie importante de l'élite. À un moment donné, la balance aurait pu pencher vers l'adoption de l'orthodoxie par la noblesse lituanienne. Ainsi, les Russes occidentaux auraient pu devenir le peuple axial de l'État balto-slave.

Après l'union avec la Pologne et un virage brutal vers le catholicisme, la situation a commencé à se détériorer progressivement. Les Russes ont perdu leur position dans l'élite, leur supériorité numérique et la liberté de religion. Ils sont devenus partie intégrante d'un peuple différent - polono-lituanien, avec une orientation différente - catholique et européenne. Au cours de cette période, l'uniatisme est apparu, c'est-à-dire des tentatives d'unir les orthodoxes aux catholiques, tout en maintenant le rite byzantin mais en reconnaissant la primauté du pape de Rome. Cela permettait aux Slaves orientaux du royaume polono-lituanien de s'intégrer plus complètement à l'État. La conversion directe au catholicisme était toutefois préférable à cette fin. Mais la grande majorité des ancêtres des petits Russes et des Biélorusses sont restés fidèles à l'orthodoxie, liant fermement leur identité religieuse et culturelle à celle-ci. En cela, ils sont restés fidèles au choix unique de tous les Slaves orientaux au moment du baptême de la Russie par le saint grand-duc Vladimir.

Cependant, l'orthodoxie dans l'ouest de la Russie, contrairement à la Russie moscovite, se trouvait dans des conditions différentes. La proximité des catholiques et leur politique agressive de prosélytisme ne pouvaient qu'influencer la religion orthodoxe, qui a progressivement absorbé les influences occidentales. En outre, à partir d'un certain moment, l'orthodoxie est devenue une partie de la culture paysanne, ayant absorbé de nombreux éléments folkloriques locaux. En général, l'identité religieuse des Grands Russes, d'une part, et des Petits Russes et des Biélorusses, d'autre part, étant restée dans son noyau, a commencé à différer quelque peu.

Dans tous les cas, les Petits Russes et les Biélorusses se sont retrouvés en dehors de leur État et, sous la domination d'autres souverains, sont devenus une minorité ethnique et religieuse, à moins, bien sûr, qu'ils ne choisissent de changer leur identité en faveur du catholicisme.

Les Grands Russes créent un empire et reconquièrent la Rus de Kiev à l'Ouest

Le destin des Grands Russes prend une forme différente. Alors que la Horde d'Or s'affaiblit, ils renforcent à nouveau leur indépendance et commencent à construire un État souverain - à partir du maintien du statut grand-ducal de Moscou, où la présidence des métropolitains de Kiev (c'est-à-dire le centre même de la religion) est transférée de Vladimir, qui l'avait acquise de Kiev. Ainsi, les Grands Russes ont commencé à construire la Rus moscovite, incluant, au fur et à mesure de son renforcement, de nouveaux groupes ethniques et des fragments du peuple de la Horde d'or.

Au final, les Grands Russes devinrent un Empire mondial à part entière.

À mesure qu'il se renforce, le royaume de Moscou commence à conquérir les territoires de la Rus de Kiev au détriment du royaume polono-lituanien. Ainsi, des groupes distincts de la partie occidentale des Slaves orientaux sont revenus dans un État russe à part entière. Ils ont conservé leurs langues et leurs anciens modèles culturels, ainsi que certaines caractéristiques acquises à l'époque de la vie "sous les catholiques", bien qu'ils aient généralement conservé l'orthodoxie et ont donc commencé à être perçus comme quelque peu différents des Grands Russes. Mais dans l'État moscovite, ils ont reçu un nouveau statut de groupes ethniques, qui pouvaient librement se joindre au peuple, ou conserver leurs propres caractéristiques. Les Grands Russes eux-mêmes étaient des communautés agraires, tandis que l'élite était qualitativement différente d'eux. Par conséquent, les Biélorusses et les Petits Russes ordinaires sont devenus la même population rurale que l'était la paysannerie des Grands Russes. Et la gentry (aristocratie militaire) est allée servir le tsar russe.

indpolitex.jpg

Un cas particulier était celui des communautés cosaques du sud de la Russie, qui préservaient le mode de vie des peuples nomades militaires de la steppe.
Lors des campagnes militaires vers les régions occidentales, la Rus moscovite commença à rassembler en un seul État tous les Slaves orientaux, restaurant ainsi, tant sur le plan territorial qu'ethnique, la Rus de Kiev, seulement complétée de manière significative par les terres orientales conquises par Moscou.

1532088394-4513.jpg

Libération de l'Ukraine : étapes

Au XVIIe siècle, le Cosaquie de Zaporozhie, sous la direction de l'hetman Bogdan Khmelnitsky, se révolte contre les Polonais et, lors de la Rada de Pereyaslavl (1654), décide de rejoindre le royaume moscovite.

En 1667, le tsar Alexei Mikhailovich conclut la trêve d'Andrusovo avec le Commonwealth polono-lituanien. La Russie reçoit l'Ukraine de la rive gauche. La "Paix éternelle" de 1686 attribue ces territoires à la Russie, ainsi que la russification de l'armée zaporizhienne. En outre, Moscou rachète Kiev, que les troupes russes tiennent depuis 1654.

Plus tard, pendant les guerres russo-turques, la Russie, qui a déjà le statut d'Empire, conquiert les vastes territoires de l'actuelle Ukraine du Sud et de la Crimée. Ces terres nouvellement acquises sont appelées Novorossiya. Chaque nouvelle guerre avec la Turquie renforce le contrôle territorial de la mer Noire par la Russie. Une partie importante de ces terres est colonisée par des paysans grand-russes provenant des régions centrales de la Russie.

En 1775, l'armée zaporizhienne située dans la région du Bas-Dniepr est liquidée. Une partie des cosaques part en Turquie, et l'autre est déplacée dans le Caucase du Nord, devenant la base de l'armée des cosaques du Kouban. Les anciennes terres militaires continuent d'être peuplées de paysans de la Petite Russie et de la Grande Russie. Les villes fondées par les tsars russes dans les nouveaux territoires : Mariupol, Yekaterinoslav (Dnepropetrovsk), Odessa, etc. sont peuplées par des représentants de différents groupes ethniques de l'Empire.

En 1793, lors du deuxième partage du Commonwealth polono-lituanien (État polonais), la Russie intègre à ses territoires l'Ukraine de la rive droite et la Podolie. Lors du troisième partage - en 1795 - la Volhynie. Seules la Galicie et la Rus (Ruthénie) subcarpatique restent en dehors de la Russie. Ainsi, la majorité de la branche sud-ouest des Slaves orientaux se retrouve dans un seul État, avec les Grands Russes et les Biélorusses, également inclus dans la Russie lors de la prise de la Lituanie, puis de la Pologne.

Dans le même temps, ni la Biélorussie ni l'Ukraine n'étaient des États au cours de ces périodes. Les principautés médiévales de la Russie occidentale n'ont pas pu maintenir leur indépendance et ont été subjuguées et démantelées par les Lituaniens, les Polonais et les Hongrois. Elles ont été préservées avec le statut d'un ethnos dans le contexte d'autres peuples. La Russie les a rendus à un État souverain slave oriental (russe au sens large du terme) avec une religion orthodoxe et de vastes territoires. Ils pouvaient rester des ethnies, ou se fondre dans le peuple uni de l'Empire.

Cela plaçait les Biélorusses et les Petits Russes devant un choix qui est resté et reste ouvert jusqu'à aujourd'hui. Certains pouvaient accepter l'identité panrusse (étatique, impériale) et fusionner avec elle, tandis que d'autres pouvaient choisir de préserver leur identité ethnique - y compris les dialectes linguistiques courants en Russie occidentale. C'est ce que faisaient généralement les communautés paysannes, même si elles avaient également un accès total aux vastes territoires de la Russie (dans la mesure où les paysans étaient libres dans l'État russe dans son ensemble, et où leur statut changeait à différentes époques). Quoi qu'il en soit, il y avait beaucoup de colons petits russes à la fois en Russie centrale et en Sibérie méridionale, qui à l'époque tsariste était appelée "Ukraine grise", où une partie importante de la population avait des racines petits russes.

Les territoires de Galicie, de Bucovine du Nord et de la Rus des Carpates sont restés le plus longtemps en dehors du contexte panrusse. Les deux premiers étaient jusqu'en 1918 inclus dans la partie autrichienne de l'Autriche-Hongrie (Cisleithanie). La Transcarpathie était la terre de la couronne hongroise (Transleithanie). Après la Première Guerre mondiale, la Galicie et la Volhynie, qui étaient russes depuis la fin du 18e siècle, ont fait partie de la Pologne redevenue un Etat indépendant.

La Bukovine du Nord a ensuite fait partie de la Roumanie, et la Transcarpathie est entrée dans le giron de l'Etat de Tchécoslovaquie.

Ces terres (à l'exception de la Transcarpathie) n'ont été réunies au reste de la Russie qu'avant la Grande Guerre patriotique, et la Transcarpathie - en 1945. Ensuite, en Russie même, il y avait un régime bolchévique. Par conséquent, les Ukrainiens occidentaux modernes ne connaissaient qu'une seule Russie - soviétique, dont l'attitude à l'égard de laquelle - en raison des caractéristiques totalitaires du régime bolchevique - était ambiguë, et parfois même directement négative.

Le nationalisme ukrainien, une construction artificielle

Passons maintenant à des époques plus modernes, lorsque la formation de nations politiques commence en Europe. Ce processus en Europe de l'Est, et encore plus en Russie, s'est déroulé avec un retard important, tout comme les réformes bourgeoises en général. La création de collectifs politiques dotés d'une identité fictive fondée sur la citoyenneté individuelle s'est déroulée beaucoup plus lentement qu'en Europe. En Russie, il y avait un Empire et un peuple, ainsi que de nombreux groupes ethniques qui préféraient ne pas s'intégrer pleinement au peuple et conserver leurs structures plus archaïques. Il en était ainsi non seulement avec les peuples de Sibérie ou du Nord, mais aussi avec ceux du Caucase, de l'Asie centrale, et même des régions occidentales habitées par des Slaves orientaux. Cependant, le mode de vie ethnique a été largement préservé par les communautés paysannes de la Grande Russie, qui constituaient la principale population de l'Empire.

Ukraine-growth.png

Compte tenu des contradictions politiques entre l'Empire russe et l'Europe occidentale, le processus de formation de nations artificielles est devenu un outil politique. Selon ce principe, les puissances occidentales, devenues elles-mêmes des nations, ont détruit leurs adversaires - la Turquie ottomane, l'Autriche-Hongrie et l'Empire russe. C'est ainsi que le nationalisme est né dans le contexte de la Russie. Mais ses diverses formes dans des contextes ethniques et territoriaux différents étaient qualitativement différentes. Ainsi, la Pologne a cherché à devenir indépendante en s'appuyant sur son histoire : après tout, autrefois, elle était non seulement indépendante de la Russie, mais elle était à son niveau, et l'a même surpassée, jusqu'à la prise de Moscou par les Polonais au temps des troubles. Le nationalisme polonais était basé sur une étape historique où les Polonais étaient un peuple à part entière - slave occidental et catholique - (strictement au sens ethno-sociologique). Le nationalisme des groupes ethniques turcs, beaucoup moins bien formé que le polonais, faisait appel à la Horde d'or et aux héros fabuleux des puissances des steppes.

Mais le nationalisme ukrainien qui a émergé à la fin du XIXe siècle était encore plus artificiel et sans fondement que les autres versions au sein de l'Empire russe. Il a été promu principalement par les Polonais, dans l'espoir d'opposer les Ukrainiens aux Grands Russes, d'obtenir un allié dans la lutte contre la Russie et, à long terme, de rétablir leur domination sur la Russie occidentale. Les Polonais ont pris une part active à la création d'une "langue ukrainienne" tout aussi artificielle, sursaturée de polonismes. Dans le même temps, en l'absence d'au moins un analogue de l'État politique des Slaves de l'Ouest et de l'Est dans l'histoire, la nation a été inventée de toutes pièces sur la base non pas de la culture réelle de la Petite Russie, mais d'inventions totalement ridicules.

Les autorités d'Autriche-Hongrie ont également contribué à la création du nationalisme ukrainien, en essayant de l'utiliser, d'une part, contre les Polonais en Galicie, et d'autre part, contre la Russie.

Le nationalisme ukrainien a commencé à prendre rapidement forme au moment de l'effondrement de l'Empire russe, mais il s'agissait des premiers pas, incomparables avec le nationalisme polonais. En un sens, "l'identité ukrainienne" n'était qu'un outil du nationalisme polonais dans sa lutte contre la Russie. Dans la confrontation géopolitique entre la Russie et l'Occident, ce nationalisme et, par conséquent, le projet de création d'une "nation ukrainienne" ont été instrumentalisés, entre autres, par l'Empire britannique pendant la guerre civile, lorsque Halford Mackinder, le fondateur de la géopolitique, était le haut-commissaire de l'Entente pour l'Ukraine.

La place de la "nation" dans le dogme bolchevique

La prise du pouvoir en Russie par les bolcheviks et l'expansion de leur pouvoir sur la quasi-totalité de ses territoires, y compris l'Ukraine, ont placé la question de la "nation" dans un nouveau contexte théorique.

Dans la théorie marxiste, l'ère des nations bourgeoises devait être remplacée par un système capitaliste unifié et une société civile mondiale correspondant à ses phases avancées. Cela créait les conditions de l'internationalisme. Mais contrairement aux libéraux, les marxistes croyaient qu'après le triomphe du mondialisme capitaliste, l'ère des révolutions prolétariennes devait venir, lorsque la classe ouvrière internationale renverserait le pouvoir également international du capital. Marx concevait le communisme comme la phase suivante après l'ère où la société civile deviendrait mondiale et où aucun groupe ethnique, peuple ou nation ne devrait subsister. C'est ce qui s'est passé en théorie.


En pratique, les bolcheviks ont pris le pouvoir dans un Empire précapitaliste, presque médiéval, où l'essentiel était le peuple russe (au sens ethno-sociologique), avec de nombreuses ethnies ayant une vision archaïque du monde et une religion profondément enracinée. Personne n'avait de nation. Et la modernisation et l'européanisation de l'élite impériale étaient superficielles et peu profondes. Les transformations capitalistes étaient également fragmentaires, et la grande majorité de la population était composée de paysans. Par conséquent, Marx a exclu la possibilité d'une révolution prolétarienne en Russie : elle n'est pas devenue suffisamment capitaliste, et en outre, le capitalisme n'a pas pleinement révélé son potentiel mondial. Mais les bolcheviks, malgré tout, ont pris le pouvoir et ont tenté de le conserver à tout prix. Cela les a obligés à opter pour des constructions théoriques extravagantes.

Les bolcheviks et la question ukrainienne

Dans un premier temps, les bolcheviks ont soutenu le nationalisme ukrainien, le considérant comme un allié naturel dans la lutte contre l'Empire, contre le "tsarisme". Cela était conforme à la partie du marxisme qui soutenait que toutes les sociétés doivent passer par la phase capitaliste et se former en nations pour ensuite les surmonter. Les Ukrainiens n'étaient ni une nation, ni une société capitaliste, ni un État, mais faisaient partie du peuple de l'Empire russe, conservant dans certains secteurs des caractéristiques culturelles ethniques. Par conséquent, les bolcheviks ont dû inventer l'Ukraine afin de l'insérer avec beaucoup d'exagération dans leur théorie du progrès socio-économique.

Après avoir pris le pouvoir, les bolcheviks ont radicalement changé leur attitude envers l'Ukraine. Désormais, la présence d'un État ukrainien allait à l'encontre des intérêts des bolcheviks. Ils ont donc annoncé que le capitalisme avait déjà été construit en Ukraine, que la nation ukrainienne avait été créée, qu'elle avait vécu assez longtemps et qu'elle était maintenant prête à entrer consciemment dans l'ère post-nationale de l'internationalisme prolétarien. Cependant, pendant un certain temps dans les années 1920 et 1930, le discours internationaliste s'est combiné à l'"ukrainisation" - l'imposition forcée de la langue et de la culture ukrainiennes à toute la population qui se trouvait dans le cadre de l'Ukraine soviétique. C'est ainsi qu'est né le territoire de l'Ukraine moderne, dans lequel l'histoire de l'Empire russe se mêle à l'arbitraire dogmatique des bolcheviks.

La RSS d'Ukraine et ses composantes

Lénine a réuni dans la République socialiste soviétique d'Ukraine
- le territoire de la Hétairie cosaque, qui a prêté serment d'allégeance au royaume russe en 1654 ;
- les régions de Kiev et de Tchernihiv, conquises aux Polonais par Alexei Mikhailovich en 1667, qui font partie de l'Hetmanat autonome (Petite Russie) au sein de la Russie ;
- la Nouvelle Russie (de Zaporozhye à Odessa), conquise sur l'Empire ottoman par Catherine la Grande ;
- L'Ukraine de la rive droite, intégrée à l'Empire russe par la même Catherine après les partages de la Pologne ;
- les terres primitivement russes (peuplées à la fois de Grands Russes et de Petits Russes) - Slobozhanshchina (Kharkov) et Donbass.

À la veille de la Grande Guerre patriotique, l'URSS a intégré la Volhynie et la Galicie, la Bucovine du Nord, la Bessarabie du Nord et la Bessarabie du Sud à l'Ukraine (ces dernières ont fait partie de l'Empire russe de 1812 jusqu'à son effondrement). En 1945, le territoire de la Rus subcarpathique y a également été ajouté, habité par une autre branche des Slaves orientaux - les Rusyns (Ruthènes).

Khrouchtchev y a ensuite ajouté la Crimée en 1954.
Puisque personne n'allait construire une nation à part entière dans l'Ukraine socialiste (selon l'idéologie des bolcheviks, elle appartenait au passé capitaliste - mais pas pour longtemps), toute la population était considérée comme un secteur standard d'un seul peuple soviétique. Les bolcheviks ont combattu sans merci le "nationalisme bourgeois".

 

samedi, 12 mars 2022

Opération militaire en Ukraine : Analyse géopolitique

russland-ukraine-krieg-teaserbild-2.jpg

Opération militaire en Ukraine : Analyse géopolitique

En toute exclusivité: la perspective russe selon Alexandre Douguine

Alexandre Douguine

Source: https://katehon.com/en/article/military-operation-ukraine-geopolitical-analysis?fbclid=IwAR3Y3lIY5eabLUPz3tvclSDLIcGNl6PFCv0d4vj71c0Avnjof-Ojj7AzSBM


La question ukrainienne à l'origine de la géopolitique

La place de l'Ukraine dans la confrontation géopolitique entre la Terre et la Mer a déjà fait l'objet de nombreux écrits et de descriptions détaillées. Il est d'ailleurs symbolique que le fondateur de la géopolitique, Halford J. Mackinder, ait été le haut commissaire de l'Entente pour l'Ukraine pendant la guerre civile en Russie. Et à cette époque-là, dans le gouvernement blanc de Wrangel, le fondateur de l'eurasisme, le géographe Piotr Savitsky, qui fut le premier, dans le journalisme de langue russe, à mentionner lui-même le terme "géopolitique" et à exposer les points principaux de cette méthodologie, travaillait comme assistant du ministre des Affaires étrangères Peter Struve.

La géopolitique : la guerre continuelle entre la terre et la mer

Mackinder a formulé la théorie de la grande guerre des continents, l'opposition entre la civilisation de la Mer (l'Occident en général, l'Empire britannique plus spécifiquement) et la civilisation de la Terre (Heartland, Russie-Eurasie) quelques années plus tôt, en 1904, dans son célèbre ouvrage The Geographic Pivot of History.  Terre (Rome, Sparte) et Mer (Carthage, Athènes) représentent deux civilisations antagonistes, opposées en tout - traditionalisme et modernité, spiritualité et matérialisme, esprit militaire et esprit commercial. Le conflit qui les oppose est une constante de l'histoire du monde.

mackinder.jpg

L'Eurasie, théâtre d'affrontements géopolitiques

Au cours des derniers siècles, lorsque le Grand Jeu, la confrontation entre les empires britannique et russe, battait son plein, la grande guerre continentale s'inscrivait dans l'espace de l'Eurasie. Dans cet espace, le "Heartland", c'était la Russie. Et la "civilisation de la mer" était portée par l'Angleterre. L'Angleterre tentait d'enserrer l'Eurasie de l'extérieur, depuis les océans. La Russie se défendait de l'intérieur, en essayant de briser le blocus.

La principale bande territoriale où se multipliaient les tensions se nommait alors, dans le langage spécial de la géopolitique mackindérienne, le Rimland, la "zone côtière". Elle s'étendait de l'Europe occidentale à l'Asie du Sud-Est, comprenait l'Inde et la Chine, en passant par le Moyen-Orient et l'Asie centrale.

L'objectif de la Mer était de subjuguer le Rimland. L'objectif de la Terre était de briser cette influence et de déserrer l'anneau de l'anaconda thalassocratique qu'il fallait rétrécir. C'est la raison de l'avancée de la Russie en Asie centrale et en Extrême-Orient.

D'où la formule principale de la géopolitique: "Qui contrôle l'Europe de l'Est contrôle le Heartland. Qui contrôle le Heartland, contrôle le monde". Telle est la théorie.

i285697114340807670._szw1280h1280_.jpg

Ucrania_marzo_1920.png

Le démembrement de la Grande Russie

De par sa position de Haut Commissaire de l'Entente, Mackinder tenta de mettre la théorie en pratique. La guerre civile russe a donné à la civilisation de la mer une nouvelle chance de repousser les frontières du Rimland vers l'est, aux dépens des territoires qui quittaient alors la sphère de la puissance russe - la Finlande, la Pologne et, surtout, l'Ukraine.

Mackinder (comme Savitsky) avait compris que la victoire des bolcheviks conduirait inévitablement à une confrontation avec l'Occident et à une tentative de recréer l'Empire russe sous une nouvelle forme (et c'est exactement ce qui s'est passé). Et face à cette perspective, Mackinder a exigé que le gouvernement britannique soit plus actif dans l'aide aux Blancs [1], il a tenté de convaincre les dirigeants anglais de la nécessité de soutenir l'indépendance de l'Ukraine. Il a également élaboré un plan visant à séparer de la Russie la grande région du Caucase méridional, la Biélorussie, l'Asie centrale, ainsi que la Sibérie orientale et même un certain nombre de territoires du sud de la Russie. Plus tard, en 1991, l'effondrement de l'URSS permet, dans une large mesure, de réactiver le plan de Mackinder.

L'Ukraine et le cordon sanitaire

L'Ukraine jouait un rôle majeur dans le plan géopolitique de Mackinder. Ce territoire, avec la Pologne et les pays d'Europe de l'Est, faisait partie du "cordon sanitaire", une zone stratégique qui devait être sous le contrôle direct de l'Angleterre et de la France (les alliés de l'Entente à l'époque) et empêcher tout rapprochement entre la Russie et l'Allemagne. Retenue par un "cordon sanitaire", la Russie-Eurasie ne pouvait pas devenir un Empire à part entière. Sans l'Ukraine, la Russie n'est pas un Empire. Et de plus, l'Ukraine, rendue hostile à la Russie et placée sous le contrôle direct des Anglo-Saxons, couperait la Russie de l'Europe continentale, où l'Allemagne, à son tour, était un Heartland, mais pas un Heartland mondial (comme la Russie), mais local, européen. Le conflit de l'Angleterre avec l'Allemagne (aussi avec l'Autriche) était une constante de la géopolitique européenne.

En conséquence, le projet d'une Ukraine indépendante était initialement dirigé contre la Russie et était supervisé par les Anglo-Saxons.

Les bolcheviks créent et démantèlent simultanément l'Ukraine

Nous savons que pendant la guerre civile, les Blancs ont adhéré à une politique de restauration d'un Empire uni et indivisible. En même temps, ils dépendaient du soutien de l'Entente, qui leur imposait certaines conditions. Quoi qu'il en soit, le gouvernement britannique, n'étant pas d'accord avec Mackinder sur la nécessité d'un soutien fort aux Blancs en échange de leur accord à la sécession de l'Ukraine, les Blancs ont perdu la guerre. Dans cette configuration, le sujet a donc été écarté de l'ordre du jour.

Les bolcheviks, quant à eux, ont d'abord soutenu l'Ukraine et encouragé activement les cercles nationalistes en pensant qu'ils s'étaient orientés contre le "tsarisme", mais ils ont ensuite opté pour une politique centraliste, voyant que l'Ukraine n'allait pas accepter le pouvoir bolchevique sans se plaindre et cherchait à céder aux Anglo-Saxons (ce qui signifiait alors le "capitalisme mondial"). Par conséquent, comme Mackinder l'avait prévu, Lénine a commencé la saisie directe de l'Ukraine, qui n'avait pas eu, dans son passé, une histoire d'État indépendant et était une proie relativement facile pour les Rouges. Les Rouges n'ont pas réussi à conquérir la Pologne par le même stratagème. Mais le territoire de la Biélorussie, qui était revendiqué par la Pologne de Piłsudski, est resté aux mains des Rouges.

i285697114340808985._szw1280h1280_.jpg

Ensuite, déjà sous l'autorité des bolcheviks en 1922, Lénine a donné à la République socialiste soviétique d'Ukraine les vastes territoires qui avaient toujours fait partie de l'Empire russe - Slobozhanshchina, Donbass, Novorossiya, ainsi que de vastes zones au nord (oblast de Tchernigov) et à l'ouest (Petite Russie proprement dite). La Galicie est restée sous la tutelle de la Pologne, la Bucovine faisait partie de la Roumanie. La Crimée appartenait à la RSFSR.

Mais cet arrangement territorial de l'Ukraine n'impliquait pas véritablement la création d'un État. Le pouvoir bolchevique s'étendait à tous les territoires de l'URSS et, dans l'esprit de l'idéologie internationaliste, il ne pouvait être question d'un statut d'État pour les différentes républiques. Il s'agissait presque d'une division purement administrative dans le cadre d'un pouvoir solidement unifié. C'est exactement ce que Mackinder avait craint.

Les bolcheviks ont à la fois créé l'Ukraine et l'ont abolie (en tant qu'État indépendant).

L'Ukraine dans l'URSS après la Grande Guerre patriotique

La Galicie, la Volhynie et la Bukovine ont été annexées à l'Ukraine juste avant la Grande Guerre patriotique et la Transcarpathie - juste après la guerre. Mais à ce moment-là, la Russie-Eurasie sous la forme de l'URSS s'est déplacée de manière significative vers l'ouest, déplaçant la frontière du pays au détriment du Rimland, et établissant son contrôle sur l'Europe de l'Est, qui était toute entière sous le pouvoir de Moscou. L'URSS a ainsi réduit à néant et totalement aboli le "cordon sanitaire" de Mackinder et de Lord Curzon, s'installant directement en Europe continentale et s'emparant, en fait, des territoires de l'ancienne Prusse/Brandebourg (RDA).

Dans une telle position - profondément à l'arrière de ce rimland européen de l'Eurasie et donc dans le Heartland eurasien - l'Ukraine a existé jusqu'en 1991. Dans le même temps, pour des raisons de convenance purement administrative dans les limites d'un État absolument unitaire, Khrouchtchev a transféré en 1954 la Crimée à Kiev. Du point de vue géopolitique, cependant, cela ne signifiait rien, car toutes les frontières entre les sujets de l'URSS, les républiques fédératives, étaient conditionnelles et ne signifiaient rien du tout dans la pratique.

L'atlantisme et le monde bipolaire

Pendant la guerre froide, l'Occident est revenu à sa pratique particulière de la géopolitique. C'est ainsi qu'en 1949, suivant les modèles mise au point par Mackinder, l'OTAN (l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord) a été créée. Le terme "Atlantique" ayant été introduit dans le sigle de l'organisation militaire, le vocable "atlantisme" devient synonyme de "civilisation de la mer", de thalassocratie, dans le sens exact où Mackinder l'entendait. L'"atlantisme", c'est l'Occident et ses alliés, le monde capitaliste avec un noyau dur anglo-saxon, dont le centre, au XXe siècle, s'est progressivement déplacé de Londres à Washington, de l'Angleterre aux États-Unis.

La carte dessinée par Mackinder correspondait parfaitement à l'équilibre des forces dans la guerre froide, et les deux camps - le communiste et le capitaliste - étaient strictement alignés sur les critères attribués à la Terre et à la Mer. Le bloc de l'Est était la Terre, avec l'URSS en son centre, le Heartland. Le bloc occidental était la Mer, centrée sur l'Atlantique (les Anglo-Saxons), mais comprenait les colonies stratégiques d'après-guerre des États-Unis - les pays d'Europe, le Japon et d'autres États du tiers-monde qui proclamaient leur allégeance au capitalisme. Ils étaient disposés en ordre dispersé en Asie, en Afrique et en Amérique latine, qui constituaient la carte géopolitique de la confrontation mondiale. Terre et Mer s'affrontaient rarement directement (comme lors de la crise des missiles de Cuba), et agissaient généralement par le biais de leurs mandataires, les régimes pro-soviétiques ou pro-américains. Et si la Terre était directement impliquée dans un conflit - comme en Tchécoslovaquie, en Afghanistan, etc., alors la Mer s'y opposait par le biais de mandataires, de "proxies", de groupes et de mouvements antisoviétiques sans intervenir directement. Et quand la Mer intervenait ouvertement - comme en Corée et au Vietnam -  la Terre aidait indirectement, avec des conseillers, la diplomatie, l'économie, etc.

Le problème du Rimland

Pendant la guerre froide, le problème du Rimland est redevenu extrêmement pertinent. Ainsi, le géopolitologue américain Nicholas Spykman, révisant les théories de Mackinder, arrive à la conclusion que c'est le Rimland qui est la principale zone de confrontation. Il formule la loi de la géopolitique comme suit : "Celui qui contrôle le Rimland contrôle le monde". Mais il ne s'agit pas d'une nouvelle géopolitique, mais d'une réinterprétation - mineure - du poids des zones principales dans la théorie de Mackinder. D'autant plus que Mackinder lui-même a commencé par énoncer une théorie sur "l'Europe de l'Est", c'est-à-dire sur ce qui deviendra le "cordon sanitaire", et que celui-ci appartient au Rimland.

Quoi qu'il en soit, la guerre froide, d'un point de vue géopolitique, était une bataille pour le Rimland. Moscou a tenté d'étendre son influence - par le biais de partis et de mouvements de gauche - en Europe, au Moyen-Orient, en Asie, en Afrique et en Amérique latine. À une certaine époque, la Chine maoïste faisait également partie d'un camp socialiste unique, c'est-à-dire du Heartland eurasien.

L'attaque de l'Atlantisme

Lorsque l'URSS a commencé à s'affaiblir, les géopoliticiens atlantistes (Z. Brzezinski, R. Gilpin, etc.) ont commencé à penser et à agir de manière plus avant-gardiste. Outre le modèle bipolaire et le déplacement partiel de l'équilibre à la périphérie du monde et le long des contours de l'Eurasie, ils ont commencé à élaborer des concepts plus audacieux, évoquant un monde unipolaire. Ainsi, les idées de Mackinder ont retrouvé leur fraîcheur et leur pertinence. Pour obtenir la victoire décisive et finale de la civilisation de la mer, il fallait briser le bloc de Varsovie, puis de préférence l'URSS, et enfin ce qu'il en restait. En d'autres termes, faire progresser de manière significative le Rimland dans les profondeurs de la terre, en le bridant et en bloquant l'accès aux "mers chaudes", vers lesquelles la Russie tentait constamment de se porter.

brzezinki_kyberpass.jpg

L'un des géopoliticiens atlantistes les plus constants était Zbigniew Brzezinski. À l'époque bipolaire, il soutenait farouchement les forces antisoviétiques en Afghanistan, jusqu'à et y compris Al-Qaïda. Au début des années 80, Brzezinski et Kissinger se sont efforcés de rompre définitivement les derniers liens que la Chine entretenait encore avec l'URSS, en cherchant à l'inclure dans l'économie mondiale et à l'intégrer progressivement dans la civilisation de la mer.

Lorsque les processus destructeurs de l'URSS ont commencé à agir, les atlantistes ont augmenté la pression sur l'Europe de l'Est, provoquant, fomentant et soutenant par tous les moyens possibles des sentiments artificiellement antisoviétiques/russophobes. D'un point de vue géopolitique, le soviétique et le russe coïncidaient à l'époque.

Avec Gorbatchev, l'effondrement rapide du camp socialiste a commencé. La Terre reculait, la Mer avançait. Nous ne devons donc pas être surpris que l'expansion de l'OTAN vers l'Est ait commencé et se soit parachevé. Cette expansion était à l'origine inscrite dans la théorie géopolitique de l'atlantisme. On ne pouvait rien attendre d'autre de la politique atlantiste.

La création de l'anti-Russie

Lorsque l'on a assisté à l'effondrement de l'URSS, les projets de Mackinder visant à démembrer la Russie-Eurasie, redevenaient toujours plus pertinents. Les frontières conditionnelles des républiques au sein d'un État unitaire, entièrement et étroitement contrôlé par le parti communiste, se sont soudainement transformées en frontières d'États-nations souverains. Tous les États post-soviétiques ont été créés selon les moules atlantistes. Ces entités n'ont d'autre sens que d'être anti-russes. L'une de ces "Anti-Russie" était la Fédération de Russie elle-même. Mais parce que la Fédération de Russie occupait le territoire du Heartland, même si elle s'est considérablement réduite, elle représente toujours la Terre ennemie aux yeux des géopoliticiens atlantistes, c'est-à-dire de l'ennemi thalassocratique. Et pour achever l'ennemi, il a fallu pousser l'OTAN plus loin vers l'Eurasie, et aussi tenter de démembrer la Russie elle-même (la première campagne de Tchétchénie, la vague des séparatismes internes à la Fédération de Russie, etc.)

La Russie ne pourra jamais se relancer sans l'Ukraine.

Tous ces processus, Brzezinski les a compris et a contribué à les mettre en pratique (comme Mackinder l'avait fait auparavant). Dans son célèbre livre Le grand échiquier, Brzezinski parle ouvertement de la nécessité de démembrer davantage la Russie, de renforcer le "cordon sanitaire", etc. Plus important encore, Brzezinski comprend le rôle de l'Ukraine dans cette question. Brzezinski dit à son propos que la chose la plus importante est :

    - d'arracher irrévocablement l'Ukraine, alors hésitante, à la Russie,
    - d'en faire un avant-poste de l'Atlantisme et
    - d'imposer à son peuple le nationalisme russophobe comme idéologie principale.

35032505181_0dc6ce7e2b_b.jpg

Sans l'Ukraine, la Russie ne sera jamais en mesure de devenir une puissance souveraine à part entière, un Empire, un pôle indépendant du monde multipolaire. Ainsi, le sort de l'unipolarité et du globalisme (pour Brzezinski, c'est presque la même chose), dépend de la capacité de l'Occident à mettre en œuvre la séparation de l'Ukraine d'avec la Fédération de Russie. Après tout, si la Russie et l'Ukraine s'unissent - d'une manière ou d'une autre, l'unipolarité s'effondrera et la carte géopolitique changera à nouveau de manière irréversible.

La bataille pour l'Ukraine et contre la Russie est une constante historique dans la stratégie géopolitique de l'Occident. Cela explique tout, de la déclaration d'indépendance à la révolution orange Iouchtchenko-Timochenko, en passant par le Maïdan et huit années de préparation intensifiée par Kiev, sous la houlette des instructeurs atlantistes, aux opérations militaires visant à s'emparer du Donbass et de la Crimée.

La naissance de la géopolitique en Russie : L'Eurasie comme sujet

Depuis le début des années 1990 en Russie, juste au moment de l'effondrement de l'URSS et de l'arrivée au pouvoir des agents atlantistes (l'ancien ministre des Affaires étrangères Andrey Kozyrev a directement admis qu'il était un atlantiste), contrairement à l'attitude politique et idéologique de base envers le libéralisme et l'occidentalisme, la Russie - principalement dans les cercles militaires (en particulier, à l'Académie d'état-major militaire) - a commencé à développer sa propre école géopolitique. Elle était basée sur l'eurasisme, car ce sont les premiers Eurasiens russes qui, dans les années 1920, ont décrit la carte géopolitique de la confrontation entre la Russie et l'Occident, en dehors de l'idéologie communiste (les Eurasiens étaient des Blancs). Leurs idées sont les plus adaptées à la situation actuelle, face à l'offensive de l'OTAN à l'Est et aux propres politiques incompréhensibles (par endroits perfides) de Moscou. Les militaires ne pouvaient pas prendre pour amis ceux dont ils enregistraient toutes les heures les intentions et les actions agressives contre la Russie. Mais le gouvernement libéral est resté sourd à la géopolitique. Néanmoins, l'école géopolitique ne pouvait être détruite. Tout le monde était occupé par les processus fascinants de la corruption totale.

La géopolitique expliquait parfaitement ce qui se passait en Europe de l'Est et dans l'espace post-soviétique dans les années 1990 (l'écrasement par la mer de la terre, l'expansion des "cordons sanitaires" et du territoire du Rimland), mais cette compréhension restait à l'intérieur des cercles militaires, qui n'appréciaient guère la politique officielle, mais qui n'avaient à l'époque aucun poids ni aucune influence politique. Les atlantistes, en revanche, ont méthodiquement poursuivi leur cause, nourrissant et renforçant l'anti-Russie, à la fois à l'extérieur et, en partie, au sein même de la Fédération de Russie.

Poutine change le vecteur géopolitique

Tout a changé lorsque Poutine est arrivé au pouvoir. Il a commencé par restaurer la souveraineté de la Russie, à se débarrasser des agents atlantistes qui étaient à la tête du pays, à concentrer et à développer son potentiel militaire, et à renforcer l'unité de la Russie. La deuxième campagne de Tchétchénie, l'introduction des districts fédéraux et les changements dans la législation ont renforcé l'intégrité territoriale et la verticalité du pouvoir. Poutine a progressivement commencé à s'opposer de plus en plus à l'Occident et à mener une politique d'intégration eurasienne dans l'espace post-soviétique. En bref, Poutine a rendu à la Russie le statut de sujet de la géopolitique, et a anénati son état de déréliction, qui faisait d'elle un objet de la géopolitique globale, atlantiste. Il a rejoint de manière consciente et responsable la grande guerre continentale au nom de la Terre.

Cela n'a pas échappé à l'Occident et a entraîné une pression accrue sur les pays post-soviétiques pour qu'ils adoptent une position de plus en plus anti-russe, pour qu'ils s'intègrent plus rapidement aux structures occidentales. Cela a touché tous les pays post-soviétiques, mais surtout l'Ukraine. Il dépendait de l'Ukraine de déterminer si la Russie serait capable ou non de restaurer pleinement sa souveraineté géopolitique. Selon les lois de la géopolitique, sans l'Ukraine, la Russie n'est pas un Empire, pas un pôle, pas une civilisation, mais avec l'Ukraine, elle est un Empire, un pôle et une civilisation. Et cette formule peut être lue depuis deux positions - celle des yeux de la Mer et celle des yeux de la Terre. De toute évidence, Poutine l'a lue avec les yeux de la Terre, car il était et reste le dirigeant du Heartland, conscient et puissant.

Le nationalisme ukrainien comme outil géopolitique de l'Atlantisme

Dans le même temps, l'initiateur des cataclysmes en Ukraine était l'Occident atlantiste. Même les politiques neutres, modérément pro-occidentales - multi-vectorielles - de Kuchma ou de Yanukovich ne convenaient pas aux atlantistes. Ceux-ci ont fait pression sur Kiev pour que l'Ukraine se transforme le plus rapidement possible en une anti-Russie agressive et radicale, attaquante. Dans cette logique, Kiev devait attaquer. 

Cela explique la Révolution orange, le Maïdan et les raisons de l'opération militaire russe actuelle.

121960659_o.jpg

L'Occident se battait pour l'Ukraine. Il faut tenir compte du fait que l'Ukraine n'a pas du tout d'histoire en tant qu'Etat inscrit dans la durée, et que les territoires dans lesquels elle se trouve sont historiquement accidentels et sont le résultat de la créativité administrative des bolcheviks. Lorsque Poutine a justifié l'opération militaire en Ukraine en disant que "Lénine a créé l'Ukraine", il avait parfaitement raison. Cependant, Lénine n'a pas créé l'Ukraine en tant que telle, mais une des zones de contrôle bolchevique parmi d'autres. La nationalité, selon la théorie bolchevique, devait être complètement dépassée dans une société internationale socialiste. Lénine a créé l'Ukraine et l'a en fait immédiatement abolie.

Par conséquent, après 1991, il y avait sur le territoire de l'Ukraine des peuples et des territoires ayant chacun une histoire, une identité, une langue et une culture complètement différentes. La moitié d'entre eux n'étaient pas du tout différents des Russes. La seconde moitié était constituée d'Ukrainiens plus ou moins russifiés. Et seule une écrasante minorité professait une idéologie nationaliste autoproclamée. Mais seule cette minorité était capable, selon les géopoliticiens occidentaux, de transformer les Ukrainiens en une "nation" et ce, à un rythme accéléré. Il s'agissait d'un projet géopolitique atlantiste. Dans d'autres pays, l'Occident a soigneusement éradiqué le nationalisme, surtout dans ses formes radicales. En Ukraine, cependant, l'Occident a agi exactement à l'inverse, soutenant activement toutes les formes de nationalisme jusqu'aux plus extrêmes. Selon les stratèges atlantistes, c'était le seul moyen d'accélérer la formation d'une construction artificielle, rigidement russophobe, un simulacre virtuel de nation. C'est pourquoi la sphère de l'information était si importante, car elle inculquait de manière obsessionnelle aux Ukrainiens une haine infondée des Russes et de tout ce qui unissait nos peuples. Toutes les inepties étaient utilisées, jusqu'à "l'ancienne civilisation des anciens Ukrainiens", ce qui n'aurait provoqué qu'une totale perplexité en Occident. Cependant, toute l'opération était supervisée par les services secrets atlantistes, et c'est pourquoi l'Occident a créé une image artificielle de l'Ukraine comme une jeune démocratie ouvertement vulnérable, souffrant de la menace russe. En fait, un état d'esprit nazi s'est affirmé de manière obsessionnelle dans la société, inextricablement lié à l'atlantisme et même au mondialisme libéral (peu importe combien ces systèmes se contredisent, car le mondialisme nie l'État, et le libéralisme toute identité collective, et surtout l'identité nationale).

L'affrontement final

Le virage russophobe prononcé de Kiev et de l'ensemble de la société ukrainienne est le résultat des événements de Maidan de 2013-2014, qui ont culminé avec l'expulsion et la fuite du président Ianoukovitch. Ianoukovitch n'était ni un politicien pro-russe ni un eurasiste. C'était plutôt un pragmatique à courte vue, mais même cela, du point de vue de l'Occident, était tout aussi inacceptable. L'Occident voulait "tout et pas tout". En regardant la Russie de Poutine se renforcer et en tenant compte des événements de 2008 en Géorgie, où l'Occident a également opposé Saakashvili à la Russie, mais où le résultat n'était clairement pas en faveur de la civilisation de la Mer, les Atlantistes ont décidé d'agir par les méthodes les plus radicales.

838_ukraine-drapeau-ok.jpg

L'actuel président américain Joe Biden, alors vice-président, et d'autres membres de son équipe, comme Victoria Nuland, etc., ont participé très activement au renversement de Ianoukovitch et à la préparation du Maïdan. L'objectif était le même que celui de Mackinder et Brzezinski : arracher enfin l'Ukraine à la Russie et préparer le terrain pour un conflit violent entre Kiev et Moscou.

Poutine a répondu en ramenant la Crimée dans le giron russe et en soutenant le Donbass, mais cela n'a pas résolu le problème sur le plan géopolitique. Poutine a déjoué le plan visant à accélérer l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, notamment celui qui visait à expulser la marine russe de Sébastopol, il a ensuite empêché les génocides en Crimée et dans le Donbass, mais l'ampleur de l'Ukraine était trop importante pour qu'il puisse poursuivre son offensive eurasienne en 2014 et mener la défense du monde russe à sa conclusion logique. À ce moment-là, la Terre a cessé de réagir. Le processus des accords de Minsk avait commencé, mais d'un point de vue géopolitique, il était évident qu'aucune solution pacifique ne pourrait être trouvée et qu'une confrontation directe se produirait inévitablement tôt ou tard. En outre, les services de renseignement russes ont reçu des informations selon lesquelles la partie ukrainienne ne faisait que profiter de ce report pour préparer une opération militaire dans le Donbass, puis en Crimée.

Les forces nationalistes qui avaient remporté le coup d'État de 2014 à Kiev haïssaient encore plus la Russie, déployaient une propagande massive pour laver le cerveau de la population, lançaient une opération punitive brutale contre les habitants du Donbass, victimes d'un génocide systématique, et préparaient une attaque contre le Donbass et la Crimée d'ici le printemps 2022. Dans le même temps, Kiev, en collaboration avec l'Occident, élaborait des plans pour construire ses propres armes nucléaires. En outre, il y avait des laboratoires biologiques dispersés dans toute l'Ukraine, engagés dans des expériences illégales pour produire des armes biologiques.

Tout cela faisait partie d'une même géostratégie atlantiste.

[1] L'armée blanche (également connue sous le nom de Gardes blancs ou simplement Blancs) était des forces militaires qui ont combattu le régime bolchevique pendant la guerre civile russe.

mercredi, 09 mars 2022

L'alliance franco-russe de Louis XVI relègue le projet de l'Union Européenne au niveau d'un bac-à-sable d'école maternelle !

une-louis-16.jpg

L'alliance franco-russe de Louis XVI relègue le projet de l'Union Européenne au niveau d'un bac-à-sable d'école maternelle !

Par Frédéric Andreu

La tragédie qui secoue l'Europe ne veut absolument rien dire par elle-même. Sans le recours au temps long de l'Histoire, ces images de guerre qui nous martèlent nuit et jour ne font qu'imposer leur vérité. Or, une vérité, surtout lorsqu'elle est martelée par des médias partisans, n'est pas une découverte, c'est même exactement le contraire.

Ce modeste article reflète au contraire une découverte, résultat de l'“effet puzzle” produit par l'emboitement de plusieurs pièces, alors même que les bombes pleuvent sur Kiev.

Il y a quelques années, j'avais traversé la Biélorussie à bicyclette, puis l'Ukraine du nord au sud, jusqu'à la Crimée encore territoire ukrainien. Je me souviens que le passage de la frontière avait été rendu possible par une liasse de billets glissée dans la poche du douanier. Mon voyage sur les routes défoncées s'acheva au-dessus des falaises blanches d'où s'étalait une mer magnifiquement bleue pourtant appelée “mer noire”.

Ces souvenirs de voyages, ces images, ces rencontres, se sont emboitées à une carte, à des lectures, pour se transformer en pistes intuitives.

En lisant ces lignes, vous pouvez vous demander : quels rapports entretiennent les vociférations anti-russes de Biden, la guerre en Ukraine, Louis XVI, Catherine II ? Apparemment aucun ! Et pourtant.

On peut se dire : L'Ukraine de Poutine sera-t-elle le bourbier espagnol de Napoléon ? La résistance farouche des Ukrainiens est-elle comparable à celle des résistants pendant l'occupation allemande ? Tous ces rapprochements infusent en nous des émotions, éclairent des feux, mais qui n'éclairent finalement pas grand chose. La première des choses qui compte dans l'univers des compréhensions politiques, ce sont les contraintes géographiques, ce sont elles qui déterminent aussi bien les rapports entre voisins que le mindscape des peuples qui y habitent.

Or, l'Ukraine n'est pas une péninsule comme l'Espagne, ni un “finisterre” comme la France, mais une zone de contact continental avec deux polarités, l'Occident et la Russie (voire, trois si l'on y ajoute la Turquie) à la fois différentes et complémentaires. L'axe Estonie-Ukraine est une ligne de fracture qui oppose deux géopolitiques antagonistes, la première arrimée au Etats-Unis le “Sea-power" et la seconde, au "Land-Power" incarné par l'immense Russie. Puissances de la mer et puissances et la terre, d'un côté, une Europe gagnée par l'imaginaire libéral-américain ; de l'autre, une Russie pan-continentale, siège de la “troisième Rome”. Ce sont ces deux mondes qui s'affrontent aujourd'hui en Ukraine.

Tout cela dépasse, bien sûr, les personnes et les passions. Mais il faut connaître un peu les hommes car l'Histoire est aussi faite d'imaginaire, de personnalité, de passions et d'irrationnel.

Les masses humaines, lorsqu'elles sont guidées par des élites illégitimes, se limite au niveau du bas-ventre. Les Ukrainiens se trouvent aujourd'hui devant le choix du ventre devant celui de l'âme. Ils sont partagés entre, d'un côté, la perspective d'un salaire à 150 Euros qu'implique le rattachement au grand frère russe et, de l'autre, les paillettes de l'Occident...

Le problème, c'est que la stratégie insidieuse  des Etats-Unis et de l'Otan oblige à cette alternative diabolique entre mourir à 50 ans dans une église orthodoxe ou à 75 dans un supermarché Carrefour.

Cela c'est la victoire posthume de Brzezinski, le merlin noir des élites étatsuniennes. A ce jeu-là, il n'est pas impossible que la guerre fratricide qui se déroule en Ukraine s'achève par la scission du pays de son territoire au niveau du fleuve Dniepr. L'Ukraine pays-tampon entre Europe et Russie est en train de se transformer en deux Ukraines rivales, instrument d'affrontement entre l'Occident et la Russie. Il y a une différence  majeure entre les deux scénarios qui déterminent deux géopolitiques mondiales. Le second scénario rimerait avec le martyr des minorités de part et d'autre. A la vérité, ce martyr a déjà commencé dans l'Est du pays, le Donbass. Huit ans de guerre où les villes russophones sont bombardées par un gouvernement ukrainien à la botte de l'Etat profond américain ; non par quelques obus égarés, mais par un bombardement systématique, ciblé, visant les populations civiles et non militaires.

43943.HR.jpg

En d'autre terme, un nettoyage ethnique qui ne semble pas émouvoir nos bonnes âmes droits-de-l'hommistes. Au cours de mon séjour en Russie, j'avais rencontré des Ukrainiens du Donbass (ukrainiens russophones) traumatisés par les frappes, les immeubles éventrés, les enfants contraints de vivre dans des caves.

On peut comprendre, sans diplôme de géopolitique, qu'une Ukraine à couteaux tirés, arrange les affaires de Washington puisque le but des Etats-Unis est de diviser l'Europe et la Russie et pour se faire, détacher l'Ukraine de la Russie.

Le camp des “non-alignés”

Les politiques assez lucides pour refuser cette  fatalité sont nombreux à droite. On connait François Fillon, Philippe de Villiers, favorable à une “Europe de l'Altantique à l'Oural”. Mais tous ne sont pas issus des rangs de la droite. Jean-Luc Mélenchon, fervent défenseur du non-alignement, ancien député socialiste, certes, mais pas plus ni moins que ne l'était Marcel Déat avant guerre, étonne par ses positions. Les candidats patriotes de droite et de gauche veulent chasser du pouvoir la classe politique embourgeoisée et technocratique qui règne à Paris et à Bruxelles. Ces politiques, capables des pires traîtrises et des pires contre-sens historiques, déclaraient, encore hier, tous en coeur : “Avec nos sanctions, nous allons isoler la Russie !”.

Ont-ils tort ? Ces idiots utiles des Multi-nationales américaines pensent sanctionner, comme on le ferait à un mauvais élève, un “pays-continent” dont la superficie est 35 fois celle de la France, allié de surcroît de la Chine, voire de l'Inde, dont le réservoir démographique correspond à la moitié de la population mondiale ! Une super union économique basée sur l'étalon or et indépendante du dollar.

Bref, le conséquence de cette union, c'est la mort lente de l'Europe, continent déclassé, vieilli, asséché par 50 ans de planification technocratique.

L'Europe aurait alors pour seul avenir d'être un marché américain. Certes, elle l'est déjà depuis 1945 mais cette dépendance s'amplifierait de manière exponentielle. Elle distillerait le poison consumériste, le wokisme, la culpabilisation, pilules abortives des ventres et des âmes. Mais que les démographes se rassurent, l'Afrique pourra toujours suppléer au manque démographique des Européens : les populations noires déracinées pourront se déverser, toujours plus nombreuses, sur le Vieux Continent, avec la bénédiction d'un pape tiers-mondiste et des élites européennes métissolâtres.

Nul doute que ce grand remplacement de populations aidera à l'harmonie entre les peuples, fera augmenter le nombre de prix Nobel. Oui, lorsque cette classe de libéraux-traitres non élue qui dirige l'Union Européenne parle de "paix", il faut entendre : “Lgbtisme”, “pensée unique”, “matérialisme pratique”, “MacDonaldisation” de la société, autant de dissolvants de la société traditionnelle. Ces technocrates incarnent parfaitement les deux vers écrits par le poète :

“Ils refusent le halo autour des choses

Ils appellent solidarité la cohabitation”.

Avec la mise au ban de la Russie, l'Europe sera en donc “paix”, mais sans halo autour des choses, soumis au communisme libéral de l'UE à la puissance dix. Voici le contenu des mots “paix” et “démocratie” pour la génération à venir ! Voulez-vous de cette “paix” là ? Alors, dites adieu à Homère et à Pic de la Mirandole et dites bonjour au clown Mac-Do !

La “triple alliance” France-Autriche-Russie, contingence historique ou “alignement de planètes” géopolitiques ?

Les partisans d'une autre paix que celle imposée par les instances de l'OTAN savent que l'Europe a au contraire tout intérêt à s'ouvrir à cette Russie frappée de l'aigle à deux têtes, l'”empire bicéphale”, janus bifrons orient-occident et symbole de l'union des polarités grand continentales.

En effet, on ignore complétement, dans le pays qui a coupé la tête au roi, que le projet du Roi Louis XVI était non seulement d'en finir avec la rivalité Bourbon/Habsbourg, mais aussi de créer une alliance commerciale, voire plus, avec la Russie de Catherine II. Il m'a fallu tomber sur le livre de Jean Savant: Louis XVI et l'alliance russe pour en arpenter l'histoire différemment. On y apprend que l'ambassadeur français, le comte de Ségur, signa de nombreux échanges commerciaux entre Paris et St Petersbourg.

imagel16s.jpgQuant à la fameuse expédition de La Pérouse dans le Pacifique, elle fut rendu possible grâce à une alliance de facto entre la France, l'Autriche-Hongrie et la Russie. Les Russes explorent le Pacifique et installent un comptoir de pêche à Hawaï. Ils se rendent maître de l'Alaska et poussent jusqu'en Californie. Sensible à l'ouverture vers les mers, Catherine II crée une politique monde du Pacifique à la Mer Noire...

La Crimée et l'Ukraine, déjà objets de toutes les convoitises au XVIIIème siècle

On sait peu de choses du comte Louis-Philippe de Ségur sinon qu'il a été une pièce maitresse dans le projet d'alliance franco-russe. Il faut comprendre que l'histoire officielle de la France écrite après la Révolution, a cherché à faire la part belle aux Lumières et à la République. Elle a cherché a discréditer Louis XVI et la Royauté en général jusqu'à la caricature. Très peu d'études ont été consacrées à la politique de Louis XVI, sinon pour, au bas mot, la dénigrer. Nous savons donc peu de choses sur les motivations de Ségur. Nous savons cependant que Ségur accompagna Catherine II en Crimée. C'est sur les rives de la Mer Noire que Ségur aurait eut la pré-science d'une relation étroite entre la Russie, l'Autriche et la France... Nous savons qu'en France, Necker y fut opposé et retarda la projet. Des accords étaient sur le point d'être noués lorsque la Révolution, qui plongea la France dans 10 ans de guerre civile, mis brutalement un terme au projet.

Anonyme,_Portrait_de_Louis-Philippe_de_Ségur_(1806).jpg

Portrait de Louis-Philippe de Ségur

A l'époque, les aristocrates russes et européens ne phosphoraient pas dans un anglais d'aéroport, de taux d'inflation et de statistiques. Ils pratiquaient l'art de la conversatio dans le Français de Molière. De quoi parlaient-ils ? De découvertes d'îles, de Nouveau Monde, de philosophie, de vin et de Belles Lettres. Le comte de Ségur, poète, jouait, paraît-il, les pièces qu'il écrivait lui-même, dans le théâtre privé de l'Impératrice...

Au-delà des anecdotes, la politique du dernier Roi Bourbon, reposa sur un tissage diplomatique de longue date qui a laissé des traces dans le vocabulaire. Les mots russes pour “bagage”, “étage”, “chauffeur”, “ambassade” sont tous des mots d'origine française. Les mots parlent d'eux-mêmes. On imagine bien que ce champs lexical (russe mais aussi suédois et autres) reflète, bien mieux que des thèses universitaires illisibles et politisées, l'intense activité diplomatique de la France des XVIIème et XVIIIème siècle.

Au fond, qu'a fait Napoléon, sinon poursuivre la politique des Bourbons ?

Même si les choses ne sont, là encore, jamais présentées comme cela, la même politique pan-continentale inspira l'Empereur des Français même si Napoléon fut - bien malgré lui - contraint de la réaliser... sur les champs de bataille.

Cherchant à nouer des alliances, Napoléon aurait sans doute épousé la grande duchesse Anna Pavlovna, la soeur du Tsar, si le camp de Talleyrand ne l'avait emporté sur celui de Cambacéres. Cependant, cherchant à créer une dynastie européenne, il épousa la nièce de Marie-Antoinette d'Autriche, imitant ainsi Louis XVI. Bien que rival des Bourbons, il aimait à rappeler qu'il était le “neveu du Louis XVI !”.

Bref, les deux tentatives françaises avortées n'empêchèrent pas la IIIème République de poursuivre des relations avec la Russie, mais le rêve d'alliance grand continental fut oublié au profit de la soumission à l'Angleterre et de l'aventure coloniale. Au lieu d'un rapprochement organique avec la Russie, ce sont des peuples africains et asiatiques qui ont été, aux cours du XIXème Siècle, la proie des exploitations honteuses de la bourgeoisie industrielle et cela, au détriment de la paysannerie française.

Le grand tremblement géopolitique déclenchée par la guerre en Ukraine oblige à revoir notre Histoire officielle. Il serait temps de ressortir des cartons ce plan d'alliance datant de Louis XVI. On s'apercevra alors que Louis XVI était loin d'être le chef d'Etat poussif décrit par la propagande républicaine. En réalité, ce roi si dénigré relègue le petit projet néolibéral de l'UE à un bac-à-sable d'école maternelle. Pourquoi ? Tout simplement parce que cette grande politique est inscrite dans le destin de la France, à la fois géographiquement, politiquement et aussi spirituellement. Oui, il ne s'agit pas seulement d'échanges économiques, il s'agit de faire passer l'oxygène du poumon gauche (l'Europe) au poumon droit (la Russie) et vice-versa. Deux mondes différents et organiquement complémentaires qu'un demi-siècle de guerre froide ont rendus incompréhensibles. Ce projet est d'ailleurs inscrit dans la géographie car, lorsqu'on ouvre une carte, on s'aperçoit que la France commence le Grand Continent et que la Russie, le termine. Louis XVI, catholique pratiquant et Catherine II, impératrice d'origine allemande, n'ignoraient rien de cette géopolitique. Cherchant à s'extirper du rapprochement anglo-prussien, Catherine qualifie la France de “nation privilégier de la Russie”. Louis XVI parlera à cet endroit de “politique naturelle”. Les acteurs politiques de cette époque n'étaient pas de vulgaires technocrates interchangeables, ils incarnaient aussi et surtout des principes cosmiques reliant la terre et les peuples.

Des révolutions très opportunes...

Cette voie pan-continentale reliant la France à la Russie a pu émerger ici ou là dans le cours méandreux de l'Histoire. Nous avons ciblé ici les accords qui précédèrent de quelques mois la Révolution Française. Mais il y a une différence entre des accords conjoncturels et un tropisme géopolitique profond, or, l'alliance franco-russe et ceux qui s'y opposent, oppose également la puissance de la terre à la puissance de la mer. La seule fois où elle fut en voie de réalisation concrète c'est au cours de l'année 1788, début 1789, mais ô surprise, une révolution éclata à Versailles qui allait renverser le roi... Au lendemain de la prise de la Bastille, élément rhétorique du coup d'Etat libéral téléguidée par les ennemis de la France, Catherine II coupa toute relation avec la France.

La seconde fois dans l'Histoire où une coalition d'alliance franco-russe aurait pu se réalisé, c'est dans les années qui précèdent la première guerre mondiale mais la révolution bolchevique de 1917 en décida autrement. La troisième fois, dans les années 2012 / 2015, un scénario similaire se produisit. Vladimir Poutine, conseillé par son merlin en politique, Alexandre Douguine, inspira cette politique de rapprochement ; des pipelines de gaz allaient été construits, des liens diplomatiques, renforcés, mais une autre révolution éclata. Non pas à Paris ni à Moscou, mais à Kiev. La révolution dite de Maïdan.

5653357.image.jpg

Fomentée par un gouvernement ukrainien pro-américain et par un étrange conglomérat composé de néo-nazis auto-proclamés et de sionistes activistes, la révolution “orange” présentée dans les mass-média occidentaux comme une révolution populaire et spontanée, reste en réalité mal connue. Elle mériterait une étude approfondie.

Retenons simplement la coïncidence troublante entre les projets d'alliance et ces révolutions – toujours téléguidées de l'extérieur - qui éclatent presque toujours au moment où une alliance constructive va être scellée... Alors que les planètes semblaient alignées une nouvelle fois pour une alliance trans-continentale qui auraient pu renverser le nouvel ordre mondial, Maïdan fait en effet figure d'une enième révolution “de couleur”.

Aujourd'hui, l'Ukraine subit une guerre téléguidée par des puissances étrangères, une sale guerre où résonne plus que jamais les mots de Paul Valéry : “La guerre, c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent et ne  se massacrent pas”. Notre article peut aider à montrer les enjeux géopolitiques énormes qui s'y déroulent visant l'isolement de la Russie, enjeux que ne montrent ni les caméras ni les commentaires à chaud, de part et d'autre.

Et si le rêve pan-continental pouvait encore inspirer l'avenir ?

Si le vieux rêve du dernier roi capétien et de l'Empire Français reprenait vie dans le moment dramatique que traverse aujourd'hui l'Europe, par un socialiste franc-maçon d'inspiration révolutionnaire ? Alors, Jean-Luc Mélenchon, ou un autre candidat qui réaliserait ce dessein, resterait dans l'Histoire d'abord et avant tout comme Français !

Contact : fredericandreu@yahoo.fr