Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 30 novembre 2021

Pourquoi les États-Unis, la Chine et la Russie veulent s'emparer du Groenland

ACp6cIj7aLyAqG7sTeJ3n5.jpg

Pourquoi les États-Unis, la Chine et la Russie veulent s'emparer du Groenland

Antonio Fernandez

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/geoestrategia/35765-2021-10-31-12-06-59

En 1867, les États-Unis ont acheté l'Alaska à la Russie pour 7,2 millions de dollars. La soif de territoire émanant de Washington n'a pas cessé depuis. Il y a deux ans, le président Donald Trump a proposé au Danemark d'acheter le Groenland, la plus grande île du monde, de plus de 2 millions de kilomètres carrés, alors qu'elle ne compte que 60.000 habitants, pour la plupart des Inuits. La Chine et la Russie veulent également prendre le contrôle du Groenland dans une course qui rappelle la fièvre colonialiste de la fin du 19ème siècle.

Le Groenland est devenu un territoire contesté à la fois entre Pékin et Washington, dont l'offre d'achat lancée par Trump a été qualifiée d'"absurde" par le gouvernement danois. La région fait partie du Danemark, mais jouit d'une large autonomie depuis l'adoption d'un statut en 2009. Le Groenland n'appartient pas à l'Union européenne, mais ses relations diplomatiques et militaires, ainsi que la santé de son économie basée sur la pêche, dépendent de Copenhague.

Le potentiel de cette immense île se cache derrière le différend géopolitique actuel entre les grandes puissances. Le Groenland possède d'énormes richesses naturelles qui n'ont pas encore été exploitées, mais c'est sa situation géographique qui en fait un butin potentiel très alléchant. La recherche de nouvelles voies de communication à travers le pôle Nord a été alimentée ces dernières années par la fonte des océans, qui rend les distances de plus en plus courtes pour les États impliqués dans la lutte géostratégique, comme la Russie et la Chine. La fonte des glaces de l'Arctique facilite le transport entre l'Asie et l'Europe sans qu'il soit nécessaire de passer par des canaux tels que le canal de Suez ou de Panama, ce qui raccourcit les temps de transit de 15 jours. En termes simples, le secrétaire d'État à la marine américaine, Richard Spencer, a exprimé ce qui se passe dans cette partie de l'Arctique en disant que "toute cette maudite chose a fondu".

000_1jo297_5d5e9a194d380.jpg

Les experts estiment que près de 13 % des réserves mondiales de pétrole se trouvent sous la surface du Groenland, selon l'US Geological Survey, mais il n'est actuellement pas rentable de les extraire en raison des complexités techniques liées à l'exploitation de ce territoire au climat polaire et à la glace permanente. Le sous-sol contient également quelque 38,5 millions de tonnes de terres rares (néodyme, dysprosium, yttrium, ainsi que de l'uranium, du zinc et de l'or), dont l'exploitation est vitale pour la production de nouvelles technologies, domaine dans lequel la Chine devance les États-Unis dans l'extraction et la transformation de ces éléments.

Les États-Unis, qui disposent d'une base radar sur Thulé depuis 1941, ont récemment séduit les autorités de l'île avec un programme d'aide de 12,1 millions de dollars consacré à l'extraction de matières premières, au tourisme et à l'éducation. Les analystes considèrent essentiellement cette aide comme un moyen d'étendre la présence militaire américaine sur l'île et aussi comme un élément d'une stratégie visant à contrebalancer la présence russe et chinoise. En outre, la promesse d'argent frais a semé la division entre les autorités groenlandaises, favorables à un coup de pouce américain, et le Danemark, qui y voit une provocation.

La Chine souhaite également reproduire dans l'Arctique le succès de la route de la soie prévue pour l'océan Indien et la Méditerranée. Pour ce faire, elle doit conclure des accords avec les autorités régionales en échange de routes et d'infrastructures. Elle a déjà essayé avec l'Islande, lorsqu'elle a échoué dans sa tentative de construire un grand port qui n'a finalement pas été approuvé. Les entreprises chinoises sont présentes au Groenland depuis 2008.

La guerre des brise-glace

Mais l'acteur le plus puissant dans l'Arctique est sans aucun doute la Russie, qui, selon RT, a construit 10 stations polaires, 16 ports, 13 aérodromes et même 10 stations de défense aérienne. La Russie a sa propre stratégie globale pour l'Arctique et a créé il y a plusieurs années une structure militaire axée sur cette région, le "Commandement du Nord". Moscou a investi massivement dans la construction de sept bases dans l'océan Arctique, notamment dans la mer de Barents, à la frontière norvégienne. La Russie est également le pays qui possède le plus grand nombre de brise-glace pour aider les navires à naviguer dans ses eaux gelées. Ces grands navires sont essentiels car ils peuvent naviguer partout. Moscou en possède sept dotés de réacteurs nucléaires et 20 autres brise-glace conventionnels, contre deux aux États-Unis.

5b9f5d7c15e9f928f117c099.jpg

Pour toutes ces raisons, l'amiral américain Paul Zukunft a conclu il y a longtemps que "nous ne jouons pas avec la Russie dans la même catégorie". Nous ne jouons même pas le jeu. Sur cet échiquier qu'est l'Arctique, les Russes nous ont mis échec et mat dès le départ", aurait-il déclaré dans le magazine Newsweek.

En 2008, les cinq pays possédant un territoire arctique (le Danemark, la Russie, les États-Unis, la Norvège et le Canada) ont signé la déclaration dite d'Ilulissat, dans laquelle ils s'engagent à maintenir la paix et la stabilité dans la région tout en respectant les conventions des Nations unies visant à protéger la zone contre les conflits. L'inquiétude grandit face à l'accélération de la concurrence entre les grandes puissances pour obtenir une part du gâteau convoité.

Source : La Razón

Commentaires

on le sait depuis des années par des analystes de diffrentes obediences.

Écrit par : bora | samedi, 18 décembre 2021

Écrire un commentaire