Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 05 mai 2022

Le code sacré d'Hollywood

ca-times.brightspotcdn.com.jpg

Le code sacré d'Hollywood

par Andrea Zhok 

Source : Andrea Zhok & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-sacro-codice-di-hollywood

"L'Ukraine était bien plus qu'une guerre mentale en solo: c'était avant tout une guerre de mèmes, de canulars et d'opérations de psycho-information menée par une armée d'influenceurs, d'agences de relations publiques, de conseillers de l'OTAN et de la CIA, de stratèges politiques étrangers, de lobbyistes de Washington D.C. et [d'] un réseau de médias liés aux services de renseignement" (Extrait d'un article d'E. Pietrobon, dans Osservatorio Globalizzazione).

Maintenant, il ne fait aucun doute que l'Occident dirigé par les États-Unis a gagné la bataille de la propagande, de la publicité, de la persuasion médiatique, de la construction de modèles esthétiques, d'impressions et d'images sur toute la ligne depuis bien avant le conflit ukrainien.

Ce sont les États-Unis qui dominent l'imagerie véhiculée par ces porte-avions du consensus que sont Hollywood et les médias sociaux californiens, en passant par l'infotainment importé.

La victoire, cependant, a été si absolue, totale et durable qu'elle a maintenant créé un risque important, à savoir qu'elle n'est plus simplement un instrument de tromperie entre les mains de sujets machiavéliques, mais qu'elle a créé, après deux générations de triomphes, une bulle d'images et de croyances autoréférentielles dont vivent même les classes dirigeantes occidentales.

La question cruciale est de comprendre si le triomphe illimité de la persuasion et de l'imaginaire, indépendamment de toute capacité d'analyse de la réalité, est suffisant pour faire plier la réalité elle-même, pour la soumettre.

En Occident, du moins tant que les rayons des supermarchés resteront pleins, il est probable que le gouvernement de l'imaginaire suffise: les gens - du moins une grande partie d'entre eux - continueront à voir tout ce qui leur arrive uniquement à travers les spectacles médiatiques qu'on leur offre (comme ceux qui reçoivent un Covid dur avec trois doses de vaccin et remercient le ciel parce que "qui sait ce que cela aurait été sans cela").

Mais nous ne devons pas oublier que nos rayons de supermarché, ou notre pompe à essence, ne sont approvisionnés que parce que dans d'autres endroits reculés, il y a des millions de personnes qui se débattent la tête basse, et qui ne peuvent pas se permettre une déconnexion aussi totale que la nôtre entre la réalité avec laquelle ils fonctionnent et leur propre imagination. Ce n'est pas qu'ils soient étrangers ou immunisés contre le bombardement des porte-avions idéologiques américains, mais leur vie quotidienne les oblige à percevoir une certaine distance, une certaine abstraction, peut-être amusante.

Pour nous, Occidentaux, la victoire sur le gouvernement de notre imagination suffira à nous maintenir dans nos chaînes invisibles, et donc invincibles, mais il ne faut pas se leurrer, la réalité, avec sa dureté faite de travail, de sang, de sueur et de terre, n'aura pas le dernier mot.

Cela a toujours été le cas.

Et être "du côté du droit" selon le code sacré d'Hollywood et des influenceurs sur Instagram ne nous protégera pas du tout.

08:13 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : actualité, hollywood, persuasion | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Il y a une faute de traduction...

mais il ne faut pas se leurrer, la réalité, avec sa dureté faite de travail, de sang, de sueur et de terre, n'aura pas le dernier mot.

Elle aura le dernier mot!!!!

ou alors: mais il ne faut pas croire que la réalité, avec sa dureté faite de travail, de sang, de sueur et de terre, n'aura pas le dernier mot.

Écrit par : DefefGM | mercredi, 11 mai 2022

Écrire un commentaire