Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 juin 2022

Le triangle de l'or noir. L'autre jeu de la Russie

Russia-crude-oil.jpg

Le triangle de l'or noir. L'autre jeu de la Russie

Lorenzo Vita

SOURCE : https://it.insideover.com/politica/sistema-petrolio-russo-cremlino-golfo.html

Le pétrole russe est au centre de la scène mondiale. Après le sixième train de sanctions contre Moscou, des sanctions nullement sévères mais néanmoins incisives, l'or noir est redevenu l'un des nœuds stratégiques des relations entre la Russie et l'Occident.

Mais le pétrole, peut-être plus que le gaz, ne concerne pas seulement la guerre diplomatique qui se joue entre le Kremlin et les chancelleries d'Europe et d'outre-mer. Pour Moscou, en effet, la question du pétrole a une portée qui passe aussi par les relations avec les États du Moyen-Orient, et en particulier avec les monarchies du Golfe. Un monde bien différent de celui représenté par le bloc euro-atlantique, mais qui, d'un point de vue économique et stratégique, représente une zone décisive pour les équilibres internationaux. Sur le plan énergétique, sur le plan financier, mais aussi sur le plan stratégique.

Ce n'est pas une coïncidence si le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, s'est rendu dans les pays arabes du Golfe Persique alors que les combats font encore rage en Ukraine. Une tournée qui, entre autres, est arrivée juste au moment de l'annonce des sanctions européennes sur le pétrole importé par voie maritime de Russie.

_125001177_russia_europe_oil_pipellines-nc-2x-nc.png

Le chef de la diplomatie russe est arrivé à Riyad, la capitale de l'Arabie Saoudite, en récoltant une victoire diplomatique particulièrement importante. Oui, le Golfe ne peut officiellement que condamner l'agression. Les pays du Conseil de coopération du Golfe ont exprimé une "position unifiée" sur la guerre en Ukraine et son "impact négatif". Et le ministre saoudien des Affaires étrangères, Faisal bin Farhan, a rappelé que même après la vidéoconférence avec le ministre ukrainien, Dmitro Kuleba, les chefs des diplomaties du Golfe avaient mis l'accent sur "la sécurité alimentaire dans les pays touchés et dans le monde". Mais surtout, le Conseil de coopération du Golfe a officialisé que, du moins pour l'instant, il n'imposera pas de sanctions contre Moscou. Et, comme le rapporte Al Arabya, Lavrov lui-même a exprimé la gratitude du gouvernement russe envers ces pays pour "la position équilibrée qu'ils adoptent sur cette question dans les forums internationaux, refusant de se joindre aux sanctions illégitimes et unilatérales de l'Occident qui ont été introduites contre la Russie".

26880dddds.jpeg

La prise de position n'est certainement pas mineure. Comme le rappelle Rosalba Castelletti dans Repubblica, le Wall Street Journal avait même craint, ces derniers jours, "une possible exclusion de Moscou du système de quotas du consensus élargi des producteurs de pétrole", c'est-à-dire l'Opec+. L'hypothèse du journal américain apparaît plutôt comme un vœu pieux, car elle aurait signifié une plus grande production des producteurs arabes afin de combler le vide laissé par un éventuel embargo sur la Russie. Mais ce que les Américains attendaient, ou suggéraient, n'est pas advenu. Ce n'est pas nouveau : le bloc des pays du Golfe, mais aussi l'Opep+ lui-même, ont toujours été très réticents à accepter un système de sanctions de type occidental, et surtout lié à des directives politiques qui ne cadrent pas avec les canons de la plupart des États producteurs de pétrole. Et en cela, Vladimir Poutine s'est certainement senti rassuré.

Une assurance qui découle non seulement de la tradition politique de l'Opep et des pays du Golfe, mais aussi des relations qui ont rapproché la Russie des monarchies de la région ces dernières années. Des relations qui vont de la guerre en Syrie à celle en Libye, des problèmes du Sahel à l'équilibre précisément du pétrole et notamment de son prix. Les relations entre ces gouvernements sont extrêmement complexes et articulées, au point qu'il est aujourd'hui difficile de trouver des questions purement bilatérales et homogènes. Et cela signifie que la synergie que l'on attend de l'Occident au Moyen-Orient ne peut être accueillie ici pour une série de facteurs humains, culturels, économiques et stratégiques indissociables.

Tout cela devient encore plus évident lorsque le pétrole est en jeu. Car dans ce cas, les intérêts deviennent mondiaux et pas seulement régionaux, affectant les relations que tous les pays entretiennent non seulement avec la Russie, mais aussi avec d'autres clients indirects. Le blocus du pétrole russe vers l'Europe par voie maritime, que certains ont appelé l'embargo sur les pétroliers, est déjà un exemple de ce qu'est réellement ce marché. Un système fait de triangulations dans lequel la Russie perd, bien sûr, mais dans lequel il y a le risque d'enrichir les autres. Le même Wall Street Journal a récemment raconté comment "des carburants supposés être partiellement produits à partir de pétrole brut russe ont atterri à New York et dans le New Jersey le mois dernier". Et tout cela en profitant des échanges des raffineries indiennes, qui achètent d'énormes quantités de brut russe à des prix inférieurs à ceux du marché. Dans l'anarchie de la mer, tout ceci peut se dérouler de manière légale, démontrant une fois de plus combien il est alors vraiment difficile d'identifier une matrice capable de cibler l'État sanctionné. Et dans l'intervalle, les relations construites au cours de ces décennies empêchent toute limitation réelle au détriment exclusif d'un pays.

Lorenzo Vita.

Écrire un commentaire