Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 mai 2024

Poutine chez Xi Jinping. Pour choisir les partenaires du nouveau gazoduc

np_file_216724.jpeg

Poutine chez Xi Jinping. Pour choisir les partenaires du nouveau gazoduc

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/putin-da-xi-jinping-anche-per-scegliere-i-partner-del-nuovo-gasdotto/

Mongolie ou Kazakhstan ? C'est cette semaine, lors de la rencontre entre Xi Jinping et Poutine, que sera décidé le tracé du nouveau gazoduc qui augmentera considérablement les livraisons de méthane russe à la Chine. Mais Power of Siberia 2 jouera également un rôle géopolitique. D'une part, en effet, il démentira tous les rapports des médias italiens sur le refroidissement des relations entre Pékin et Moscou, avec des spéculations sur le refus chinois de soutenir la construction du nouveau gazoduc. D'autre part, il permettra de renforcer les liens entre les deux pays avec... Oui, avec qui ?

À l'origine, le projet devait passer par la Mongolie. Cependant, la Mongolie a commencé à flirter avec les États-Unis, devenant ainsi une menace potentielle pour la Russie et la Chine. Moscou a donc jugé bon de se tourner vers le Kazakhstan, avec un projet qui calmerait la passion croissante du Kazakhstan pour Washington.

Entre-temps, cependant, l'amour entre la Mongolie et les États-Unis s'est quelque peu estompé, et Xi Jinping et Poutine devront désormais gérer cette situation délicate dans une région qu'ils considèrent comme la leur.

Cette situation n'est pas facile, car elle exige des choix rapides et des réactions de plus en plus décisives face à l'ingérence des États-Unis. Il est évident que Washington veille à ses propres intérêts dans tous les domaines. Cela se voit également au Moyen-Orient, où es States continuent non seulement à soutenir la boucherie perpétrée par Israël, malgré les protestations de leurs campus universitaires, mais tentent également d'éloigner l'Arabie saoudite de son étreinte avec les pays du Brics. Les Etats-Unis tentent donc d'éloigner l'Arabie saoudite des pays du Brics, en particulier de l'Iran sur le plan géopolitique et de la Chine sur le plan financier. L'utilisation de la monnaie chinoise au lieu du dollar pour les ventes de pétrole crée de nombreux problèmes pour la monnaie américaine. Dans l'immédiat et surtout à plus long terme.

Il faut donc faire pression sur Riyad pour que les Saoudiens changent de cap.

dimanche, 07 avril 2024

Pétrole, hausse des prix et nouvelles stratégies en Afrique

19085379_905.jpg

Pétrole, hausse des prix et nouvelles stratégies en Afrique

Ala de Granha

Source: https://electomagazine.it/petrolio-prezzi-in-risalita-e-nuove-strategie-in-africa/

Les vacances d'été ne sont pas encore là mais le prix du pétrole augmente déjà et les automobilistes italiens risquent d'en payer les conséquences. Certes, les craintes liées à la sacro-sainte réaction de Téhéran au bombardement israélien de l'ambassade d'Iran en Syrie pèsent lourd. Mais elles pèsent surtout sur les nombreux changements qui interviennent sur le marché pétrolier. Des changements qui n'affectent pas les désinformateurs italiens, mais qui affectent les marchés.

La Russie, tout d'abord, n'a aucun problème à encaisser les paiements indiens pour les livraisons de pétrole. Contrairement à ce qu'affirment les médias italiens. Et les livraisons à la Chine se maintiennent à des niveaux record. À cela s'ajoutent les livraisons à la Corée du Nord. Or Moscou a décidé, en accord avec l'Opep+, de réduire sa production pour faire remonter les prix.

Mais la nouvelle concerne aussi l'Afrique. Le Sénégal, après l'élection du président Faye et la nomination du premier ministre Ousmane Sonko, a décidé de revoir ses contrats pétroliers existants. Et ce n'est certainement pas au profit des pays européens.

Puis ce fut le tour du Nigeria. Premier producteur de pétrole en Afrique, ce pays doit importer de l'essence et du diesel d'Europe en raison d'un manque de raffineries. Cette semaine, cependant, la raffinerie Dangote a commencé à fournir du carburant au marché intérieur. Une fois pleinement opérationnelle, cette raffinerie sera la plus grande de toute l'Afrique et, en perspective, pourrait non seulement couvrir les besoins du Nigeria, mais aussi exporter du carburant vers l'Europe. Les marges des raffineries du Vieux Continent s'en trouveraient ainsi réduites.

Entre-temps, l'Europe sanctionneuse a augmenté les importations de gaz liquéfié russe de près de 100%, pour atteindre 15% du total après être tombées à 8,7 %. D'un autre côté, les effets négatifs sur l'environnement ont également augmenté, à la fois en raison du transport par bateau au lieu du gazoduc et des coûts énergétiques de la liquéfaction et de la regazéification. Mais c'est là le génie de l'Europe verte et démocratique.

23:29 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pétrole, hydrocarbures, afrique, économie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 09 mars 2024

Le transit du gaz : L'Ukraine veut prendre l'Autriche en otage sur le plan énergétique

3912352c-c354-42fb-8a50-163df113bdac.jpg

Le transit du gaz : L'Ukraine veut prendre l'Autriche en otage sur le plan énergétique

Le chef du FPÖ, M. Kickl, demande au chancelier Nehammer d'arrêter immédiatement de payer l'Ukraine

Bernhard Tomaschitz

Source : https://zurzeit.at/index.php/gastransit-ukraine-will-oesterreich-in-energiepolitische-geiselhaft-nehmen/

L'Ukraine prouve que la gratitude n'est pas une catégorie politique. Le ministre ukrainien de l'Énergie, German Galouchtchenko, a annoncé aux médias qu'il ne renouvellerait pas le contrat de fourniture de transit avec le groupe énergétique russe Gazprom. "Il n'y a pas de solutions possibles sur la table", a déclaré Galouchtchenko.

1344726_body_481913_ukriane_gastransit_a_o.png

Apparemment, le régime de Kiev prévoit de se positionner comme fournisseur de gaz pour les Européens. M. Galouchtchenko a déclaré que son pays pouvait proposer 15 milliards de mètres cubes de stockage de gaz. Il n'est pas certain que l'Ukraine soit en mesure de fournir effectivement ce gaz. Et l'UE, et donc l'Autriche, se mettrait dans une dangereuse dépendance énergétique vis-à-vis de l'Ukraine et deviendrait en fin de compte vulnérable au chantage.

Herbert Kickl, président du FPÖ, profite des déclarations de M. Galushchenko pour exiger du chancelier Karl Nehammer (ÖVP) un arrêt immédiat des paiements à l'Ukraine et du ministre des Affaires étrangères ÖVP Schallenberg la convocation de l'ambassadeur ukrainien: "Jusqu'à présent, le gouvernement a dépensé 3,51 milliards d'euros en argent des contribuables pour l'Ukraine, environ 70.000 Ukrainiens ont à nouveau été accueillis aux frais de la population et, en 'remerciement', le régime de Zelensky veut couper l'approvisionnement en gaz des Autrichiens", a déclaré Kickl.

En outre, le chef du FPÖ parle d'un "attentat inacceptable contre l'approvisionnement en énergie de notre pays" et met en garde contre un "supergouffre énergétique et économique". Il pourrait notamment y avoir un triplement du prix du gaz naturel, ce qui affecterait à la fois l'industrie et les ménages, et constituerait une menace pour la prospérité.

jeudi, 07 mars 2024

Notes pour l'histoire du pétrole au Mexique

09017636664-web-tete.jpg

Notes pour l'histoire du pétrole au Mexique

Par Gastón Pardo

Source: https://www.facebook.com/gaston.pardo.733

1900

En mai, le pétrolier nord-américain Edward L. Doheny (photo) se rend au Mexique pour explorer les émanations de pétrole dans la région de Huasteca Potosina. Après avoir acquis les droits sur plusieurs terrains de la région, il crée en novembre, dans la ville de Los Angeles, la Mexican Petroleum Company of California et commence à l'exploiter.

Edward_L._Doheny,_1920s.jpg

1901

La première loi sur le pétrole est publiée en décembre. Elle permet à l'exécutif fédéral d'accorder des permis à des particuliers et à des sociétés organisées pour l'exploration et l'exploitation de terres appartenant à l'État fédéral.

Weetman D. Pearson, un entrepreneur anglais qui a réalisé d'importants travaux publics pour le gouvernement mexicain par l'intermédiaire de sa société d'ingénierie S. Pearson & Son, entame des activités de prospection et d'exploitation pétrolières dans la région de l'isthme de Tehuantepec, dans le sud de l'État de Veracruz. Le gouvernement mexicain et les ressortissants mexicains ne sont en rien concerner au début de la production de pétrole.

Ezequiel-Ordóñez-por-Raúl-Anguiano_Archivo-Colegio-Nacional_foto-de-Francisco-Kochen.jpg

1904

Le géologue mexicain Ezequiel Ordóñez localise le puits prolifique de La Pez pour le compte de la Mexican Petroleum Company, situé dans le champ pétrolifère d'El Ébano, dont la production est estimée à 1500 barils par jour, la première production importante au Mexique. En novembre, S. Pearson & Son obtient sa première production commerciale dans les champs de San Cristobal, dans la région de l'isthme de Tehuantepec.

1908

Le puits Dos Bocas à San Diego de la Mar, Veracruz, appartenant à S. Pearson & Son, jaillit pour la première fois du sol avec un débit sans précédent de 100.000 barils par jour. Bien qu'un incendie ait failli anéantir toute sa production, le puits a définitivement prouvé la richesse pétrolière du pays. En mars, la première raffinerie de Pearson commence à fonctionner à Minatitlán. En août, Pearson crée la Compañía Mexicana de Petróleo El Águila.

1910

Le puits Casiano n° 7 de la Huasteca Petroleum Company, entreprise créée par Doheny en 1907 comme filiale de la Mexican Petroleum Company, fait jaillir 60.000 barils par jour. En décembre, le puits Potrero del Llano No. 4, propriété de la Mexican Petroleum Company El Aguila, produit à un rythme de 100.000 barils par jour. À la fin de la décennie, El Aguila et La Huasteca sont les compagnies qui dominent l'industrie pétrolière.

Anglo-mexican_oil_tank.jpg

1911

Le boom de la production entraîne l'expansion des compagnies Doheny et Pearson. Début des exportations de pétrole mexicain vers les États-Unis, l'Europe et l'Amérique latine. La production globale de l'industrie passe de 3,6 millions de barils par an en 1910 à 12,5 millions en 1911.

1912

Le gouvernement de Francisco I. Madero décrète, sous la forme d'un impôt spécial sur les timbres, le premier impôt sur la production de pétrole brut.

1915

L'extraordinaire productivité des gisements mexicains attire un nombre croissant de compagnies pétrolières, dont la Compañía Petrolera La Corona, la Compañía Transcontinental de Petróleo, la Penn Mex Fuel Company et la Mexican Gulf Oil Company. Au cours de cette année, Venustiano Carranza met en œuvre la régularisation et le contrôle de l'industrie pétrolière par l'intermédiaire du Secrétariat au développement. La Commission technique du pétrole est également créée, première étape du projet de restructuration des relations entre les compagnies pétrolières et le gouvernement.

s-mexoil0.jpg

1916

Le puits Cerro Azul numéro 4, appartenant à la Huasteca Petroleum Company, jaillit à Tepetzintla avec une production de 260.000 barils par jour, devenant ainsi l'un des gisements souterrains les plus importants de l'histoire de l'exploitation pétrolière. Confiant dans la croissance de sa production, le magnat Doheny étend ses activités au-delà de l'Atlantique en organisant la British Mexican Petroleum Company pour distribuer ses produits sur le marché britannique.

1917

Venustiano Carranza promulgue la Constitution politique des États-Unis du Mexique, réformant celle de 1857. L'article 27 restitue à la nation la propriété des richesses du sous-sol. Plusieurs des principales compagnies pétrolières se regroupent pour former l'Association des producteurs de pétrole du Mexique, en réaction à la promulgation de la nouvelle constitution mexicaine.

1918

Carranza impose de nouvelles taxes à l'industrie pétrolière: un droit de location annuel et une redevance de 5 % sur tous les terrains pétroliers exploités par les propriétaires de surface ou leurs bailleurs. Weetman D. Pearson transfère le contrôle de la compagnie pétrolière mexicaine El Aguila à Royal Dutch/Shell.

1921

Fin du premier boom pétrolier. La production totale atteint cette année le chiffre record de 193,4 millions de barils, une quantité qui ne sera atteinte que des années après l'expropriation de l'industrie. Le Mexique est alors le deuxième producteur mondial de pétrole. À cette époque, plus de 200 compagnies pétrolières privées opèrent dans le pays.

expropiacion-petrolera-en-la-prensa.jpg

1938

Le gouvernement du général Lázaro Cárdenas exproprie le pétrole et, au lieu d'établir la Common Law, qui donne aux citoyens propriétaires de terrains pétrolifères le droit d'exploiter l'hydrocarbure dans des conditions industrielles, comme c'est le cas dans les pays anglo-saxons, il rétablit la loi espagnole, qui donne à la monarchie le droit exclusif d'extraire les biens du sous-sol, en désignant la "nation" comme l'autorité à l'origine du processus de production.

2024

Pour la première fois dans l'histoire, Petróleos Mexicanos conjugue nationalisme énergétique et augmentation de la production d'hydrocarbures.  Le directeur général de l'entreprise, l'ingénieur Octavio Romero Oropeza, est chargé du boom pétrolier dans le sud et le sud-est du Mexique.

samedi, 02 décembre 2023

Le pétrole, le gaz et la lutte contre la Russie - Les vraies raisons de la guerre à Gaza

5E3WUERM75G67CIXL3BECC4GJU.jpg

Le pétrole, le gaz et la lutte contre la Russie

Les vraies raisons de la guerre à Gaza

Source: https://www.anti-spiegel.ru/2023/die-wahren-gruende-fuer-den-krieg-in-gaza/?doing_wp_cron=1701338409.2566039562225341796875

La guerre à Gaza est en réalité une affaire de pétrole et de gaz et de conflit géopolitique entre les États-Unis et la Russie. Cela semble incroyable ? Vérifiez par vous-même, car c'est parfaitement évident, mais passé sous silence par les médias occidentaux.

par Thomas Röper

Cela fait longtemps que je voulais écrire un article sur l'existence d'un énorme gisement de pétrole et de gaz au large de Gaza, qui est la véritable raison de la guerre de Gaza. Jusqu'à présent, je n'ai cependant pas eu l'occasion de faire des recherches approfondies à ce sujet. Je ne veux pas me parer de la plume d'autrui, car un ami m'a envoyé un article d'un blogueur russe qui a effectué et publié cette recherche. J'ai pris son article et ses sources comme base pour mon article et j'y ai ajouté mes propres pensées et découvertes.

Les antécédents commencent en 1995

On peut bien sûr chercher les antécédents de la guerre actuelle il y a plus d'un siècle ou lors de la création de l'État d'Israël et de l'oppression des Palestiniens qui s'en est suivie, mais ce serait trop général. Le conflit actuel a en effet des racines beaucoup plus concrètes.

Map-of-Areas-A-B-and-C-after-Oslo-II.png

Les antécédents de la guerre de Gaza d'aujourd'hui commencent en 1995. Le 28 septembre 1995, les accords d'Oslo 2 ont été signés à Washington, accordant notamment à la Palestine le droit de disposer de ses ressources naturelles de manière autonome. Le 5 octobre de la même année, le Parlement israélien, la Knesset, ratifie l'accord.

Quatre ans plus tard, la Palestine conclut un contrat avec la société britannique BG (British Gas), car le gouvernement palestinien souhaite savoir s'il existe des ressources minérales sur le plateau continental adjacent à la bande de Gaza palestinienne. BG, spécialisé entre autres dans l'exploration géologique, accepte le contrat.

gaza-offshore-gas.gif

En 1999, BG découvre le jackpot. Elle trouve de riches gisements de gaz et de pétrole au large de la Palestine, à 20 miles nautiques de la côte. Un rapport d'une conférence de la Commission des Nations unies pour le commerce et le développement de 2019 contient les chiffres exacts. Les experts de la Commission de l'ONU ont estimé les réserves de gaz palestiniennes à 122 billions de pieds cubes et 1,7 milliard de barils de pétrole. En 2017, lorsque le document à l'origine de la conférence a été rédigé, les réserves étaient estimées à une valeur de 453 milliards de dollars pour le gaz et de 71 milliards de dollars pour le pétrole.

Puisque c'est important, répétons-le: la valeur des gisements de gaz et de pétrole au large de Gaza, qui appartiennent aux Palestiniens en vertu des accords d'Oslo, s'élevait à plus d'un demi billion de dollars, plus précisément 524 milliards de dollars, selon les prix de 2017. Corrigé par l'inflation et d'autres facteurs, ce montant dépasse aujourd'hui les 600 milliards de dollars.

En 2002, la Palestine accepte la proposition de BG de construire une infrastructure d'extraction et de traitement du gaz dans la bande de Gaza et de commencer à construire un gazoduc, principalement vers l'Europe. Israël s'y oppose, car le gazoduc traverserait un territoire contrôlé par Israël. Au lieu de cela, Israël propose à la Palestine une autre solution: livrer le gaz à Israël à un prix interne, c'est-à-dire non pas au prix du marché, afin qu'Israël puisse continuer à exporter le gaz vers l'Europe. La Palestine s'y oppose bien sûr.

Tout cela couve pendant des années, tandis que les parties ne cessent de se tirer dessus.

Le rêve d'un "jardin fleuri" à Gaza

En 2007, des élections ont lieu à Gaza, notamment sous la pression des États-Unis, et le Hamas les remporte. Le Hamas est ainsi devenu, qu'on le veuille ou non, le gouvernement démocratiquement légitimé de Gaza. Comme les États-Unis n'appréciaient pas le résultat des élections qu'ils avaient eux-mêmes exigées, ils ont refusé de reconnaître le Hamas. Lorsque le Hamas arrive au pouvoir en 2007, il promet de transformer la ville de Gaza en une "cité-jardin" florissante.

Israël a alors imposé un blocus maritime, bloquant ainsi tous les efforts palestiniens pour développer les infrastructures nécessaires. Le 27 décembre 2008, l'armée israélienne a attaqué la Palestine. La Palestine se défend, y compris avec des missiles.

Mais Israël est plus fort et plus impitoyable. Les journalistes du Guardian estiment que 83% des plus de 1.400 morts palestiniens (dont 313 enfants) étaient des civils. Mais ce qui est décisif, c'est qu'avec l'opération "Plomb durci", Israël détruit une grande partie de la bande de Gaza et fait de la zone maritime adjacente à la bande de Gaza sa propriété, en violation du droit international et des accords antérieurs. BG ferme son bureau de Tel Aviv pour ne pas être impliqué dans ce chaos.

De 2008 à 2022, il y a quelques activités sur le plateau continental, mais dans l'ensemble, le projet est gelé car il y a régulièrement des affrontements militaires.

skynews-nord-stream-russia_6141969.jpg

Le sabotage des gazoducs Nord Stream comme signal de départ

Le 26 septembre 2022 - c'est-à-dire tout récemment, et littéralement hier selon les critères de l'industrie pétrolière et gazière qui planifie à long terme - les gazoducs Nord Stream, qui appartiennent à la Russie et à l'Allemagne, ont été dynamités. Bien que la presse occidentale tente d'attribuer le dynamitage à l'Ukraine, il ne fait guère de doute au niveau international que les États-Unis sont derrière tout cela.

L'Europe est désormais confrontée à un problème énergétique.

Au cours de l'été 2023, des réunions sont lancées avec la médiation des États-Unis sur la question du développement rapide du gisement de gaz. Le 18 juin 2023, Benjamin Netanyahu fait une déclaration officielle dans laquelle il autorise le projet de développement du champ pétrolier, mais sans mentionner la Palestine :

    "Le projet est nécessaire pour assurer la sécurité et les besoins diplomatiques de l'État d'Israël".

Le même jour, le porte-parole du Hamas, Ismaïl Rudwan, a déclaré ce qui suit:

    "Nous réaffirmons que notre peuple à Gaza a droit à ses ressources naturelles".

Il n'est pas nécessaire d'être un expert pour relier ces deux déclarations et les comprendre : Israël dit "ce sont nos 600 milliards", la Palestine dit "non, ce sont nos ressources naturelles". Ce fut le signal de départ de la guerre de Gaza.

Il s'agit de 600 milliards de dollars, ce que nous devons situer pour comprendre: le PIB total de la Palestine n'est que de 18 milliards de dollars, pour la Palestine, 600 milliards représentent une somme inimaginable et l'opportunité de répéter le "miracle de Dubaï". La Palestine pourrait devenir un paradis sur le modèle de Dubaï, avec la prospérité, le tourisme, etc.

La guerre commence et Israël distribue des licences d'extraction

Le 7 octobre, le Hamas envahit Israël. Israël réplique. Un nouveau massacre commence.

Alors que des gens meurent, plusieurs événements importants, à peine couverts par les médias, ont lieu, cachés par le feu médiatique permanent sur la guerre.

Le 30 octobre 2023, alors que ses militaires ont le dessus et que l'offensive terrestre dans la bande de Gaza est imminente, Israël accorde à six compagnies des licences d'exploitation de gaz à l'endroit même qui, selon les accords d'Oslo, appartient à la Palestine. En clair, après le début de la guerre, c'est Israël, et non la Palestine, qui accorde les permis d'exploitation du gaz dans les eaux au large de Gaza à des entreprises internationales.

Parmi les entreprises qui ont obtenu une licence, il y a la société britannique British Petroleum. Le journal Israeli Times en a parlé avec enthousiasme.

2fd93452a2647683b17a0f604b8c4679Y29udGVudHNlYXJjaGFwaSwxNjkwOTczNjc5-2.70895934.jpg

Le rôle du Premier ministre britannique

Le 30 octobre 2023, c'est-à-dire le même jour, le Premier ministre britannique Rishi Sunak a renvoyé son ministre Paul Bristow parce que celui-ci avait demandé un cessez-le-feu dans le conflit israélo-palestinien.

De manière générale, le Premier ministre britannique s'est comporté de manière étrange en ne parlant pas de cessez-le-feu dans la région. De facto, Sunak a soutenu l'action d'Israël visant à obtenir le contrôle militaire total de la bande de Gaza et, bien sûr, du plateau continental. La question se pose de savoir pourquoi ?

La réponse est on ne peut plus banale: la société informatique Infosys, qui appartient à la femme de Rashi Sunak, la milliardaire Akshata Murty, a conclu un accord de 1,5 milliard de dollars avec BP à l'été 2023.

Dans le même temps, Sunak a approuvé plus de 100 licences d'exploitation de gisements de pétrole et de gaz en mer du Nord (c'était quoi, la transition énergétique verte?). Le plus grand bénéficiaire est à nouveau BP.

Les médias ne font pas le lien avec le fait que Sunak protège de facto les intérêts de BP en empêchant un cessez-le-feu en Israël. Mais Rashi Sunak soutient l'opération militaire israélienne dont l'objectif est d'obtenir le contrôle total de la bande de Gaza.

Le fait que Rashi Sunak soutienne l'opération militaire israélienne signifie qu'il ne sert pas seulement les intérêts britanniques, mais aussi les intérêts américains, car BP a un grand nombre d'actionnaires américains, notamment Vanguard, BlackRock et JP Morgan. Il est donc évident qu'il s'agit aussi d'intérêts de groupes américains, ce qui explique aussi pourquoi le gouvernement Biden fait si peu pour arrêter les crimes de guerre d'Israël à Gaza, malgré les critiques massives de la politique intérieure, y compris de son propre parti.

Le nécessaire nettoyage ethnique

Le fait que ces crimes de guerre, les bombardements aveugles de civils à Gaza, qui ont conduit à la mort de 15.000 civils palestiniens (dont près de la moitié sont des enfants), ne sont pas des actes de cruauté arbitraires, devient ainsi évident: par la terreur, Israël veut pousser les Palestiniens à quitter Gaza afin qu'il puisse prendre le contrôle de la bande de Gaza et des champs de pétrole et de gaz.

6354756.jpeg

L'intention d'Israël de prendre le contrôle de la bande de Gaza de manière permanente est apparue clairement dès le début, lorsque l'armée israélienne a d'abord demandé aux Palestiniens de quitter la ville de Gaza en direction du sud, puis a exigé à plusieurs reprises que l'Égypte laisse les Palestiniens quitter Gaza.

Dès le début, les critiques ont donc accusé Israël de vouloir procéder à un nettoyage ethnique dans la bande de Gaza et d'occuper le territoire de manière permanente. La raison pour laquelle Israël agit ainsi n'est apparemment pas liée à des intérêts sécuritaires israéliens ou à une haine aveugle des Palestiniens, mais tout simplement aux gisements de pétrole et de gaz au large de Gaza.

La redistribution du marché européen

Après cela, l'exploitation du gisement de gaz pourrait commencer immédiatement et le gazoduc destiné à remplacer les gazoducs Nord Stream détruits par les États-Unis pourrait être mis en service avant que la Russie et l'Allemagne, après la fin des combats en Ukraine et avec un gouvernement éventuellement différent à Berlin, ne se rapprochent à nouveau suffisamment, à un moment donné, pour que les gazoducs Nord Stream puissent être réparés et remis en service.

Mais d'ici là, les principaux fournisseurs de gaz pour l'Europe seraient déjà le britannique BP et l'italien ENI, et non plus le russe Gazprom.

États-Unis et Royaume-Uni vs. France

D'ailleurs, Washington et Londres ont ici fait un pas de plus contre la France. On se souvient de l'accord sur les sous-marins conclu entre la France et l'Australie, que cette dernière a ensuite annulé en rejoignant à la place la nouvelle alliance AUKUS avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne et en commandant leurs sous-marins. Et il convient également de rappeler le coup d'État au Niger, au cours duquel les États-Unis ont poignardé la France dans le dos, de sorte que la France a finalement dû retirer ses troupes du Niger, tout en conservant la base américaine au Niger. Le coup d'État au Niger a considérablement affaibli la position de la France en Afrique de l'Ouest, mais pas celle des États-Unis.

Pourquoi l'histoire du champ de pétrole au large de Gaza était-elle un pas contre la France ? Contrairement à ce qui s'est passé en Libye à l'époque, aucun groupe français n'a été retenu pour le champ pétrolier et gazier au large de Gaza. Cela pourrait-il expliquer pourquoi Macron est l'un des rares dirigeants européens à avoir exigé d'Israël qu'il mette fin à son opération militaire à Gaza et à ses bombardements brutaux sur la population civile ?

En clair, alors que les gens du monde entier sont choqués par les images de civils et surtout d'enfants morts, par la catastrophe humanitaire à Gaza et par d'autres horreurs, alors que les événements divisent la société et obligent les gens à choisir leur camp dans le conflit, un jackpot de 600 milliards de dollars se partage en coulisses. La géopolitique est aussi simple que cela.

La guerre de Gaza, élément constitutif de la lutte contre la Russie

La cause de la guerre de Gaza n'est pas la religion, ni même l'histoire, ni le terrorisme. Rien de ce qui est rapporté par les médias occidentaux n'est important en réalité.

Les raisons de l'éclatement du conflit entre la Palestine et Israël sont l'argent et les ressources naturelles dont les États-Unis et la Grande-Bretagne ont précisément besoin en ce moment pour mener une guerre par procuration contre la Russie. Car une chose est évidente: l'exploitation rapide des réserves de gaz palestiniennes a surtout pour but d'empêcher la remise en service des gazoducs Nord Stream dans quelques années, lorsque les émotions se seront apaisées.

On peut bien sûr croire aux déclarations des médias allemands et des hommes politiques du gouvernement (dont les Verts en particulier ont toujours été contre Nord Stream, mais ne sont pas contre d'autres gaz) sur le "droit à l'autodéfense" d'Israël. On peut bien sûr croire qu'Israël a été tout à fait surpris par l'attaque du Hamas, bien que cela ait été plus que douteux dès le début.

43227418_905.png

On peut aussi se souvenir de toutes les guerres menées par les États-Unis et l'Occident au cours des dernières décennies, dont l'enjeu était toujours les ressources naturelles (pétrole et gaz irakiens, libyens, syriens, etc.), ce que les médias occidentaux n'ont jamais abordé, préférant parler de "démocratie, de droits de l'homme, de liberté et de prospérité" que ces guerres devaient apporter aux peuples prétendument opprimés. Cela explique également pourquoi les médias occidentaux ne disent pas que l'armée israélienne est probablement responsable d'une grande partie des morts israéliens, car l'indignation face aux atrocités commises par le Hamas est le prétexte utilisé pour justifier le nettoyage ethnique à Gaza.

Si l'on considère ensuite cette histoire d'un point de vue géopolitique, dans le contexte du conflit entre les États-Unis d'une part et la Russie et la Chine d'autre part, cela devient encore plus évident. La Russie doit être supplantée durablement en tant que fournisseur d'énergie à l'Europe et, compte tenu de la perte d'influence des États-Unis dans le golfe Persique, les États-Unis ont plus que jamais besoin de contrôler d'autres grands gisements de pétrole et de gaz.

La géopolitique est en fait une discipline simple, car il s'agit toujours d'argent et de pouvoir. A Gaza aussi, mais les médias occidentaux ne le disent pas.

Addendum : En réponse au premier commentaire, je pense que je dois clarifier et souligner plusieurs points.

Tout d'abord, le champ de gaz n'est certainement pas très grand par rapport à d'autres champs de gaz, mais que 600 milliards ne soient pas une raison de guerre serait une nouveauté pour moi. De plus, la participation de groupes européens au gisement de gaz permet enfin à Israël d'expulser les Palestiniens de Gaza (sans provoquer de tollé en Europe), ce dont ils rêvent depuis longtemps.

Deuxièmement, il faut voir cela dans le contexte global des autres gisements de gaz de la région: tant que les Palestiniens seront à Gaza et qu'il y aura des combats à répétition, l'exploitation du gaz dans toute la région serait en danger permanent. Les Palestiniens pourraient l'utiliser comme moyen de pression sur Israël dès que l'Europe dépendrait du gaz et serait donc plus encline à céder à la pression des Palestiniens.

Troisièmement, le gazoduc vers l'Europe est lui aussi destiné à l'ensemble des réserves de gaz de la région, et pas seulement à ce champ. Encore une fois, tant que les Palestiniens sont à Gaza et qu'il n'y a pas de paix durable dans la région, toute l'infrastructure et donc le remplacement du gaz russe en Europe seraient menacés, ce qui ne manquerait pas de décourager les investisseurs. Il y a probablement une raison pour laquelle Israël n'a attribué les licences d'exploitation qu'après le début de la guerre, lorsqu'il est devenu clair que le "problème palestinien" serait résolu et qu'en prime, les 600 milliards devaient également être attribués.

Conclusion : les 600 milliards sont une bonne motivation pour résoudre le "problème de Gaza" et, "accessoirement", pour évincer durablement la Russie de l'Europe en tant que fournisseur de gaz.

* * *

Cover-Ukraine-Kartell.jpg

Dans mon nouveau livre "Le Cartel de l'Ukraine - Le double jeu autour d'une guerre et les affaires de plusieurs millions de la famille du président américain Biden", je révèle de manière objective et neutre, en me basant sur des centaines de sources, des faits et des preuves jusqu'ici cachés sur les affaires de plusieurs millions de la famille du président américain Joe Biden en Ukraine. Au vu des événements actuels, la question se pose : un petit groupe d'hommes d'affaires avides est-il peut-être prêt à nous amener au bord d'une Troisième Guerre mondiale pour son profit personnel ?

Le livre est actuellement disponible et ne peut être commandé que directement auprès de l'éditeur.

lundi, 30 octobre 2023

Israël/Hamas: la guerre du gaz

East-Med-gas-fields.jpg

Israël/Hamas: la guerre du gaz

Andrea Muratore

Source: Compte LinkedIn d'Andrea Muratore

CISINT - Italian Centre for Strategy and Intelligence

CARNET DE GUERRE N°9 - LE FRONT DU GAZ

La guerre entre Israël et le Hamas affecte également le marché du gaz. En particulier dans l'État hébreu.

Suite aux attaques du Hamas, le 9 octobre, le ministère israélien de l'énergie a ordonné à Chevron, l'opérateur de la plateforme Tamar située à 25 kilomètres au nord-ouest de Gaza, qui répondait principalement aux besoins domestiques, de cesser temporairement sa production. Le 10 octobre, le gouvernement israélien a également demandé à Chevron de suspendre temporairement les flux via le principal gazoduc reliant Israël et l'Égypte, le gazoduc East Mediterranean Gas (EMG), qui relie Ashkelon, une ville israélienne située à 13 km au nord de Gaza, à Arish, dans le nord du Sinaï, en Égypte.

En 2022, Israël a produit 21,9 milliards de mètres cubes (Gm3) de gaz, dont 11,4 Gm3 provenant de Leviathan et 10,2 Gm3 de Tamar. Sur ce total, 12,7 milliards de mètres cubes ont été consommés dans le pays, tandis que 5,8 milliards de mètres cubes ont été exportés vers l'Égypte et 3,4 milliards de mètres cubes vers la Jordanie. Les exportations devraient encore augmenter en 2023, soutenues par le début de la production du champ de Karish (données de Bruegel : https://lnkd.in/dAR3X5Dd).

Le risque d'interruption de l'approvisionnement en gaz de l'Égypte et de la Jordanie, ainsi qu'une crise énergétique à Gaza, pourraient compliquer les scénarios économiques régionaux. En outre, il s'agira d'un test important pour l'Europe. Il y a quelques mois encore, on pensait que l'axe Israël-Égypte pourrait ouvrir la soudure entre Leviathan-Tamar et Zohr, le champ de gaz maxi-offshore égyptien découvert par Eni, et consolider les exportations vers l'Europe. La combinaison du doublement de Leviathan, des nouvelles découvertes et de l'augmentation de la capacité d'exportation de l'Etat juif pourrait conduire, directement ou non, Tel Aviv à fournir un dixième du gaz garanti aujourd'hui à l'Europe par la Russie dans les années à venir. Renforcer l'intérêt italien. Des objectifs de plus en plus aléatoires pour des raisons sécuritaires (https://lnkd.in/dx6Sxd5r) ainsi qu'une stabilisation avec le Liban motivée précisément par l'énergie (https://lnkd.in/dGNQZ4f2).

vendredi, 27 octobre 2023

Gaza : déportation de la population sur le terrain, gaz naturel et intérêts politiques et diplomatiques

gaz-liban-israel_2020-d27dd.png

Gaza : déportation de la population sur le terrain, gaz naturel et intérêts politiques et diplomatiques

Filip Martens

Il y a tellement de désinformation et de mystères dans l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre 2023 qu'il faut creuser pour savoir à qui profite ce conflit. Il y a deux règles pour interpréter ces questions. Primo, ne croyez JAMAIS ce que vous disent les gouvernements occidentaux et leurs grands médias. Secundo, ne croyez JAMAIS la raison officielle d'une guerre impliquant un ou plusieurs états occidentaux. En ce qui concerne. l'attaque japonaise sur Pearl Harbour en 1941 (dont il a été officiellement admis en 1999 que le gouvernement américain était au courant à l'avance, mais n'a pas prévenu l'amiral Kimmel, commandant d'Hawaï) (1), l'incident du Tonkin en 1964 (comme raison du déploiement des troupes américaines au Sud-Vietnam et du début d'une guerre contre le Nord-Vietnam), les attaques du 11 septembre 2001 (comme raison du déploiement des troupes américaines au Sud-Vietnam et du début d'une guerre contre le Nord-Vietnam), les attaques du 11 septembre 2001 (pour justifier l'invasion de l'Afghanistan), les fameuses "armes de destruction massive" jamais trouvées en 2003 (pour justifier l'invasion de l'Irak), les bombardements aériens "protégeant les civils" en 2011 (pour justifier la destruction de la Libye prospère), ...

La soi-disant "défaillance des services de renseignement israéliens": un classique parmi les attaques provoquées

Immédiatement après le succès tactique de l'opération "Tempête Al-Aqsa" - l'attaque du Hamas contre les zones frontalières israéliennes autour de la bande de Gaza - les médias grand public ont parlé de terrorisme aveugle et de "l'échec des services de renseignement israéliens". C'est d'autant plus curieux qu'un jour, ces services de renseignement sont les meilleurs du monde et que le lendemain, ils sont soudain complètement à la ramasse. Cela suggère que cela correspond à certains intérêts. Mais de quels intérêts s'agit-il et que se passe-t-il réellement ?

Les services de renseignement israéliens Mossad, Shin Bet et Aman (2) avaient la réputation d'être parmi les meilleurs au monde et de disposer de la technologie la plus avancée. Des drones de surveillance sillonnaient constamment les airs le long de la frontière hautement sécurisée avec Gaza, qui était truffée de caméras de surveillance et de postes de garde militaires. Les services de renseignement ont utilisé leurs capacités cybernétiques pour remonter à la surface une multitude d'informations. Ils ont proclamé qu'ils avaient hermétiquement fermé la frontière avec Gaza. Des membres des services de renseignement israéliens ont même déclaré : "Il n'y a pas un cafard ou un rat qui traverse la frontière sans que nous l'ayons vu" (3).

Lorsque l'attaque du Hamas a commencé à 6 heures du matin et que des centaines d'Israéliens ont été enlevés ou tués, l'armée israélienne, pourtant réputée pour être la plus performante au monde, n'est intervenue qu'à 11 heures du matin. Mais pourquoi si tard ?

De nombreux Israéliens d'extrême gauche vivent dans les zones attaquées par le Hamas. Par conséquent, un grand nombre de militants contre l'occupation israélienne des territoires palestiniens ont été massacrés à l'intérieur du pays. Le Hamas a ainsi envoyé un message terrible à la gauche laïque israélienne (4). 

Les médias grand public voudraient donc nous faire croire que les soi-disant meilleures agences de renseignement du monde auraient été endormies par les combattants du Hamas, apparemment plus intelligents que leurs homologues israéliens. Il est particulièrement curieux que les "animaux humains" que sont les combattants du Hamas, selon le ministre israélien de la défense Yoav Gallant (5), aient été capables d'agir intelligemment. En bref, les meilleurs services de renseignement du monde devenant soudainement sourds et aveugles, combinés à des animaux humains devenant soudainement intelligents, telle est la version dominante de l'attaque du Hamas du 12 octobre 2023.

S'agit-il vraiment d'un échec des services de renseignement israéliens ?

Quoi qu'il en soit, de nombreux signaux ont dû apparaître sur le radar des services de renseignement israéliens. Avec un budget annuel de 3 milliards de dollars et 7000 employés, le Mossad est la deuxième agence de renseignement occidentale après la CIA. Ce n'est un secret pour personne que le Mossad a largement infiltré les structures palestiniennes. Le Mossad dispose de milliers d'informateurs sur place, de sorte qu'il est tout à fait invraisemblable que cette agence de renseignement n'ait pas remarqué que des centaines de combattants du Hamas s'entraînaient en vue d'une attaque coordonnée. Étant donné que l'attaque du Hamas a nécessité une longue planification, la question est de savoir pourquoi personne - sauf apparemment les services de renseignement égyptiens, cfr infra - n'en a eu vent (6). 

Un responsable anonyme des services de renseignement égyptiens a déclaré à l'Associated Press qu'Israël avait ignoré les avertissements répétés selon lesquels le Hamas préparait "quelque chose d'énorme" : "Nous les avons prévenus qu'une explosion allait se produire - et très bientôt - et qu'elle serait énorme". Toutefois, il a déclaré qu'Israël minimisait la menace provenant de Gaza (7).  Cette affirmation a été soutenue par Michael McCaul, président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis (8), ainsi que par d'autres cadres égyptiens anonymes qui ont parlé au site d'information Ynet (9). Les responsables égyptiens ont déclaré à ce site d'information qu'ils étaient choqués par l'indifférence du Premier ministre Netanyahou à l'égard de leurs avertissements (10). 

En outre, si les services de renseignement égyptiens étaient si bien informés des préparatifs de l'attaque du Hamas, il est difficile d'imaginer que d'autres services de renseignement ne l'auraient pas remarqué. De même, les agences de renseignement américaines sont très actives au Proche-Orient, et la NSA en particulier est connue pour collecter pratiquement toutes les données circulant sur l'internet dans le monde entier. On peut se référer aux révélations d'Edward Snowden (11), ancien employé de la CIA et de la NSA, à cet égard.  La NSA a accès aux systèmes d'exploitation de Google, Microsoft et Apple, écoute les appels téléphoniques et lit les discussions de tous les fournisseurs occidentaux de messagerie et de courrier électronique. Étant donné que le Hamas utilise des technologies occidentales et qu'il a téléchargé au moins une vidéo (12) de son entraînement avant l'attaque, il est hautement improbable que la NSA n'ait rien détecté (13).

Pourquoi les services de renseignement israéliens ont-ils ignoré les préparatifs de l'attaque du Hamas ? Ayant infiltré les organisations palestiniennes à grande échelle, ils sont néanmoins parfaitement au courant de la plupart des plans des Palestiniens. Il est donc plus qu'improbable qu'une opération d'une telle ampleur, impliquant des centaines de combattants, ait été négligée. De plus, les services de renseignement modernes interceptent les communications électroniques, les ordinateurs, les téléphones portables, ... Il est difficile d'imaginer que le Hamas ait préparé l'opération Tempête Al-Aqsa complètement hors ligne (14). 

Bien sûr, il existe une possibilité théorique que les services de renseignement israéliens n'aient effectivement pas prêté attention aux avertissements d'autres agences de renseignement. Toutefois, cette hypothèse n'est pas crédible. Par conséquent, la question se pose sérieusement de savoir si l'attaque a été délibérément autorisée. En effet, les exemples de ce type ne manquent pas dans l'histoire.

On peut donc affirmer qu'il y avait suffisamment d'avertissements. Et cela n'est basé que sur les informations publiquement disponibles aujourd'hui. Il est possible qu'il y ait beaucoup plus d'informations en coulisses.

Thomas Röper, administrateur du célèbre site d'information germanophone Anti-Spiegel (15) et ancien expert en Europe de l'Est pour diverses sociétés de services financiers, est convaincu qu'Israël et les États-Unis étaient au courant de l'imminence de l'attaque du Hamas et qu'ils l'ont autorisée.

La clôture frontalière de haute technologie par laquelle Israël a fermé Gaza il y a longtemps est dotée de systèmes autonomes et d'une intelligence artificielle. Les systèmes de repérage de cette clôture frontalière sont si perspicaces que même un serpent dans le sable du désert provoque l'alarme ET que l'IA le reconnaît comme inoffensif, de sorte que les systèmes de mise à feu automatique ne tirent pas automatiquement sur les serpents.

Les systèmes de repérage de la clôture frontalière permettent aux gardes de voir à l'intérieur du territoire palestinien, de sorte qu'il est impossible pour les combattants du Hamas qui s'approchent de la clôture en voiture de ne pas être repérés. Les gardes-frontières israéliens les ont donc bien vus arriver, mais n'ont pas réagi. Les vidéos de l'assaut de la clôture en témoignent également : soit il n'y avait pas de gardes-frontières du tout, soit ils n'ont opposé pratiquement aucune résistance. On aurait dit que la barrière frontalière était grande ouverte.

FM-gaza-1.jpg

Ensuite, les combattants du Hamas ont pénétré en Israël à bord de pick-ups, sur une distance de 40 km. L'armée israélienne ne les a pas arrêtés, bien que la prise d'assaut de la clôture ait dû donner l'alerte. Où étaient les hélicoptères d'attaque israéliens qui avaient tout le temps de décoller et d'abattre les pick-up ? Même au niveau du gaz d'étalage, les pick-ups se sont déplacés pendant au moins une demi-heure, voire plus. Il y avait donc suffisamment de temps pour repousser l'attaque du Hamas. Néanmoins, personne n'a empêché les combattants du Hamas d'envahir les villes et les villages proches de la frontière. Sans aucune entrave, ils ont commis des massacres et pris des gens en otage.

Si tout cela est dû à des erreurs commises par les services de renseignement israéliens, des têtes doivent tomber. Des voix s'élèvent ici et là pour demander une enquête sur ces "défaillances", mais ni les Israéliens ni les Américains ne semblent pressés d'ouvrir une enquête. Il est très étrange que plus de 1 400 Israéliens aient été tués et que plus de 100 autres aient été pris en otage. Les grands médias sont également totalement silencieux sur la question (16).

Le Hamas a été créé par Israël : divide et impera.

Sous les gouvernements Rabin (1974-1977) et Begin (1977-1983), Israël a commencé à soutenir activement la branche palestinienne des Frères musulmans pour faire contrepoids à la popularité de l'OLP laïque, ainsi qu'aux États arabes laïques - qui luttaient activement contre l'islamisme - avec lesquels Israël était en guerre à l'époque : l'ennemi de mon ennemi est mon ami. L'islamisme n'était alors pas considéré comme une menace terroriste. En fait, Israël le considérait comme un allié naturel contre leurs ennemis communs.

En 1973, l'imam paralysé Sheikh Ahmed Yassin a fondé l'organisation Mujama Al-Islamiya, qui a contribué à la création de l'université islamique de Gaza, d'hôpitaux et d'écoles. Ce précurseur du Hamas est issu des Frères musulmans. Le cheikh Yassine était en si bons termes avec Israël qu'il était même soigné dans des hôpitaux israéliens. La Mujama Al-Islamiya a été officiellement reconnue par Israël comme une organisation caritative, ce qui lui a permis de collecter des millions de dollars. Israël a également soutenu la création de l'université islamique de Gaza (17).

Dans les années 1970 et 1980, Israël n'est pas intervenu dans les batailles entre l'OLP laïque dominante et les forces islamistes plus petites, car les luttes intestines mutuelles affaiblissaient l'OLP, qui menait alors des attaques terroristes contre des cibles israéliennes dans le monde entier. Au cours de cette période, Israël a donc contribué à transformer un groupe marginal d'islamistes palestiniens en l'organisation islamiste notoire qu'est aujourd'hui le Hamas. Après tout, diviser les Palestiniens était dans l'intérêt d'Israël.

Le général Yitzhak Segev, qui était gouverneur de l'administration militaire israélienne à Gaza au début des années 1980, a déclaré plus tard au New York Times qu'il avait financé le mouvement islamiste palestinien pour faire contrepoids à l'OLP laïque de Yasser Arafat : "Le gouvernement israélien m'a donné un budget et l'administration militaire a donné de l'argent aux mosquées".

Avner Cohen, un ancien fonctionnaire israélien qui a travaillé à Gaza pendant plus de 20 ans, affirme que cette politique a alimenté la montée de l'islamisme parmi les Palestiniens. Il a déclaré au Washington Post en 2009 : "Le Hamas est, à mon grand regret, la création d'Israël". Dès le milieu des années 1980, M. Cohen a même rédigé un rapport officiel à l'intention de ses supérieurs, dans lequel il mettait en garde contre le danger que représentait ce monstre islamiste créé par Israël (18). 

Ahmad_Yassin.jpg

Dès 1984, Israël a arrêté le cheikh Yassine suite à la découverte de caches d'armes secrètes. Il est cependant libéré dès 1985 (19).  La Mujama Al-Islamiya a été transformée en Hamas par le cheikh Yassine en 1987. Ce n'est que lorsque le Hamas a tué deux soldats israéliens en 1988 qu'Israël a cessé de favoriser le Hamas (20). Ce n'est qu'à partir de ce moment-là qu'Israël a commencé à considérer le Hamas comme un groupe terroriste. Le cheikh Yassine, paralysé, a été tué dans son fauteuil roulant en 2004 par des missiles Hellfire tirés par un hélicoptère Apache israélien.

Le célèbre journaliste d'investigation américain Seymour Hersh a publié une analyse du conflit de Gaza le 12 octobre 2023 (21).  Il s'est basé sur des informations internes provenant d'un vétéran de l'appareil de sécurité israélien. Lorsque Benjamin Netanyahou est redevenu premier ministre en 2009, il a préconisé de soutenir le Hamas afin de l'opposer à l'OLP. Netanyahou privilégie le financement du Hamas. Des centaines de millions de dollars en provenance du Qatar transitent régulièrement par Israël vers le Hamas. M. Netanyahou a fait valoir que le fait de faire transiter cet argent qatari par Israël garantissait qu'il ne pourrait pas être utilisé à des fins terroristes : "Maintenant que nous exerçons un contrôle, nous savons qu'il est utilisé à des fins humanitaires".

Netanyahou était convaincu que l'accord avec le Qatar sur le financement du Hamas lui permettait de mieux contrôler le Hamas que l'Autorité palestinienne, dominée par l'OLP. Ce faisant, il acceptait le risque que le Hamas tire occasionnellement des roquettes sur le sud d'Israël et que des membres du Hamas aient accès à des emplois en Israël. Ainsi, selon cette "doctrine Netanyahou", Israël créerait une sorte de Frankenstein tout en gardant le contrôle sur lui (22).

En 2019, M. Netanyahou a déclaré lors d'une réunion de son parti, le Likoud : "Quiconque veut contrecarrer la création d'un État palestinien doit soutenir le renforcement du Hamas et le transfert d'argent au Hamas" (23).

Bien que le Hamas soit un ennemi, cette politique de division et de conquête a bien servi Israël. La domination du Hamas islamiste sur Gaza a divisé politiquement le mouvement national palestinien, tandis qu'Israël disposait d'un prétexte pour enfermer les habitants de Gaza et les isoler du reste du monde.

Déplacement in extremis d'un festival de musique à la frontière de Gaza.

Lors du festival de musique psychédélique en plein air Supernova Sukkot Gathering, des Israéliens de gauche et des Juifs du monde entier (Allemagne, Grande-Bretagne, Brésil, ...) ont célébré "les amis, l'amour, la liberté infinie et la préservation de l'environnement". Ce festival de deux jours a débuté le 6 octobre 2023 et s'est déroulé près du kibboutz de Re'im, à seulement huit kilomètres de la plus grande prison à ciel ouvert de Gaza. Il s'agissait de la version israélienne du festival brésilien Universo Paralello.

Il s'est passé quelque chose d'étrange en ce qui concerne l'emplacement du festival de musique. À l'origine, l'événement devait se dérouler dans un lieu situé dans le sud d'Israël. Deux jours avant le début du festival, les organisateurs ont été informés qu'il ne pouvait pas avoir lieu à cet endroit. Le festival a donc été déplacé à proximité de Re'im, une zone peu sûre qui n'était pas adaptée à un tel événement. Pourquoi le lieu d'un festival international de musique serait-il déplacé dans un endroit peu sûr 48 heures à l'avance ?

En outre, selon la source israélienne citée par le journaliste d'investigation américain Seymour Hersch (cf. supra), les deux tiers des troupes israéliennes habituellement stationnées à la frontière de Gaza avaient été transférées en Cisjordanie avant le samedi (24). 

Peut-on dire que les quelque 3 500 participants au rassemblement de Souccoth Supernova, attaqué par le Hamas, ont été sacrifiés sur l'autel d'intérêts politiques supérieurs ?

Casus belli.

L'attaque du Hamas du 7 octobre 2023 - un jour après le 50e anniversaire du début de la guerre du Kippour - était donc tout le contraire d'une attaque surprise. Il est clair que les services de renseignement israéliens avaient été prévenus de l'attaque. Cela soulève la question de savoir pourquoi le Premier ministre Netanyahou a autorisé l'attaque à venir du Hamas. Il doit y avoir des raisons à cela. Et il y en a.

Examinons ses conséquences politiques et diplomatiques. Tout d'abord, grâce à ce "Pearl Harbour", Israël a acquis un casus belli pour réaliser ses objectifs concernant la bande de Gaza, c'est-à-dire pour mener à la fois une guerre antiterroriste et une sorte de "solution finale" au problème du Hamas. Cela inclut la déportation d'une grande partie de la population de Gaza afin de rendre la région plus contrôlable. Comme nous le voyons tous les jours, Israël fait actuellement tout ce qu'il peut pour rendre Gaza de facto invivable. Outre les milliers de bombes larguées par l'armée de l'air israélienne sur la ville densément peuplée de Gaza, Israël a également coupé complètement l'eau, l'électricité et l'approvisionnement en nourriture, même si l'ONU a souligné que cela violait le droit international (25). 

En outre, les États-Unis pourraient soudainement détourner l'attention de la défaite imminente et inévitable en Ukraine. Par ailleurs, la vive protestation contre les réformes judiciaires de Netanyahou, qui durait depuis de nombreux mois, a brusquement été abandonnée (cf. infra).

Un énorme gisement de gaz naturel au large de Gaza.

Selon le géophysicien français Bertrand Scholler, les fonds marins au large de Gaza recèlent d'énormes quantités de gaz naturel qui intéressent non seulement Israël, mais aussi l'Union européenne. Selon M. Scholler, tout le conflit à Gaza tourne autour du gaz naturel.

Scholler est diplômé de la prestigieuse École nationale supérieure du Pétrole et des Moteurs de Paris (26). Cette ENSPM fait partie des grandes écoles françaises réputées (27) et forme des ingénieurs qui se destinent à des carrières professionnelles dans le secteur de l'énergie et des transports. Scholler a donc travaillé toute sa vie dans des secteurs tels que les télécoms et l'énergie, entre autres.

Scholler écrit sur son compte X que cette vaste richesse en gaz naturel pourrait transformer la région à jamais. Cependant, il met également en garde : "Les guerres pour l'or noir recouvrent les déserts d'un liquide rouge... Le sang de la population locale". En bref, Gaza est potentiellement très riche. La quantité de gaz naturel dans la zone économique exclusive de Gaza dépasserait même le champ de gaz naturel israélien Leviathan - le deuxième plus grand champ de gaz naturel de la Méditerranée. Le conflit actuel autour de Gaza est donc une opération sous fausse bannière, selon M. Scholler. Cela explique également pourquoi les États membres de l'UE tels que la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Italie laissent apparemment Israël détruire et conquérir Gaza sans se soucier des conséquences. Après tout, l'UE a désespérément besoin de ce gaz naturel depuis qu'elle s'est séparée du gaz naturel russe bon marché. Dans une guerre, il n'y a pas seulement des dommages de guerre, mais aussi... la possibilité de conquête ! Et la puissance militaire qui conquiert un certain territoire acquiert également les droits maritimes de ce territoire...(28).

Scholler étaye ses propos par les cartes ci-dessous :

FM-gaza-2.jpg

FM-gaza-3.jpg

L'acquisition des énormes gisements de gaz naturel découverts au large de la côte de Gaza en 2000, qui appartiennent aux Palestiniens en vertu du droit international public, revêt donc une grande importance dans ce conflit. L'occupation de Gaza signifiera légalement que la pleine souveraineté sur ce gisement de gaz naturel palestinien sera exercée par l'occupant, c'est-à-dire Israël. À cette fin, Israël dépeuplera toute la moitié nord de la bande de Gaza.

Déportation forcée du nord de la bande de Gaza.

Selon le célèbre journaliste d'investigation Seymour Hersh, Israël envisage une sorte d'"approche de Leningrad" à l'égard de Gaza, par analogie avec la tentative allemande, pendant la Seconde Guerre mondiale, d'affamer la ville de Leningrad - aujourd'hui Saint-Pétersbourg (29). 

Le vendredi 13 octobre 2023 au matin, Israël a demandé à l'ONU d'évacuer le nord de la bande de Gaza : environ 1,1 million de Palestiniens devaient partir dans les 24 heures. Selon l'ONU, tous les habitants de Gaza pourraient être contraints de déménager (30).

Il n'est donc pas exclu que l'ensemble de la bande de Gaza soit bientôt sous contrôle israélien. Selon divers médias, le dimanche 15 octobre 2023, plus de 800 000 Palestiniens avaient déjà fui vers le sud (31).  Le lundi 16 octobre 2023, ils étaient déjà 1 million et le lundi 23 octobre 2023, 1,4 million de réfugiés palestiniens. Cela représente 61 % des plus de 2,3 millions d'habitants de la bande de Gaza.

Cette déportation forcée et massive de civils marque le début de la destruction, du nettoyage ethnique et de l'appropriation de tout le nord de la bande de Gaza. Israël ne doit pas s'inquiéter de la réaction de l'opinion publique israélienne, car l'ampleur de l'attaque du Hamas a été si choquante que même les Israéliens les plus indulgents ne s'opposeront pas à un tel conflit.

Soudain, tout le monde est derrière Netanyahou.

Depuis mars 2023, des manifestations massives et violentes ont eu lieu en Israël contre la réforme judiciaire de Netanyahou, parce que des affaires pénales pour fraude, abus de confiance et corruption étaient en cours contre lui et qu'il pourrait également bénéficier personnellement de la réforme (32). Plus de 100 000 Israéliens ont manifesté tous les samedis et une grève générale a également eu lieu.

Tout comme après les attentats du 11 septembre 2001, tout le monde avait soudainement oublié, du jour au lendemain, l'élection controversée du président Bush Jr (33), tout le monde en Israël avait soudainement oublié les projets controversés de Netanyahou visant à réformer le système judiciaire. Tout le monde s'est immédiatement rangé derrière Netanyahou, qui se présente comme un défenseur d'Israël. Netanyahou a donc clairement bénéficié politiquement de l'attaque du Hamas contre Israël (34). 

Les contradictions internes de la politique israélienne, dans un contexte de perte de légitimité de Netanyahou, ont été soudainement comblées. Un front uni s'est formé contre un ennemi extérieur, les partis d'opposition se joignant à Netanyahou pour former un gouvernement d'unité nationale. Il s'agit d'une astuce bien connue des historiens : lorsqu'un gouvernement est en difficulté, il tente d'orienter le pays vers un ennemi extérieur afin de détourner l'attention des problèmes internes ou des scandales. Cette astuce ancienne fonctionne encore très bien. Ainsi, de ce point de vue, l'attaque du Hamas a apporté le salut politique à Netanyahou, aussi cynique que cela puisse paraître (35).

Soudain, tout le monde a oublié la guerre en Ukraine.

Ensuite, il y a la question de savoir comment les États-Unis peuvent tirer profit de l'actuel conflit à Gaza. Il y a une réponse à cela aussi.

Un article publié en janvier 2023 par l'influent groupe de réflexion RAND Corporation et des articles parus dans les grands médias montrent que les États-Unis cherchent une stratégie de sortie de la guerre en Ukraine. L'article de la RAND Corporation conseille au gouvernement américain de se retirer de l'Ukraine, de reconnaître les annexions russes et de lever les sanctions contre la Russie. La RAND Corporation est l'un des groupes de réflexion les plus influents des États-Unis. Des faucons néoconservateurs comme Donald Rumsfeld, Condoleezza Rice et Lewis Libby, entre autres, ont travaillé pour cette organisation, tout comme 32 lauréats du prix Nobel (36).

L'article susmentionné de la RAND montre que les auteurs ont réalisé que la mise en œuvre de leurs recommandations serait compliquée par le fait qu'un changement soudain de la politique américaine à l'égard de l'Ukraine serait impossible à défendre auprès de l'opinion publique et des alliés des États-Unis. La RAND a donc réfléchi à la manière de convaincre l'opinion publique et les responsables politiques occidentaux de cesser de soutenir l'Ukraine. Bien que les déclarations officielles des hommes politiques occidentaux semblent toujours inchangées, ces mesures ont été largement mises en œuvre : L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN n'est plus à l'ordre du jour depuis le sommet de l'OTAN à Vilnius, la volonté occidentale de soutenir l'Ukraine s'est émoussée, les programmes d'aide à l'Ukraine fondent comme neige au soleil, ... Bien que l'Ukraine puisse être accusée de divers péchés, l'opinion publique occidentale, attisée par les médias grand public, pourrait encore poser des questions dangereuses si l'Occident cessait soudainement d'aider l'Ukraine.

L'attaque du Hamas contre Israël a bien servi les États-Unis à cet égard, car elle a pratiquement éliminé la guerre en Ukraine des médias grand public. L'intérêt du public occidental s'est ainsi déplacé de l'Ukraine vers Gaza, rendant possible un scénario dans lequel l'Ukraine serait militairement vaincue par l'armée russe ET où l'Ukraine serait blâmée pour cette défaite. Ce scénario fournirait alors l'excuse nécessaire pour faire comprendre à l'opinion publique occidentale que l'aide à l'Ukraine peut être progressivement supprimée.

Pour que cela se produise, il faudrait que le conflit à Gaza dure au moins plusieurs semaines. Si un massacre de Palestiniens pendant plusieurs semaines risque de provoquer des réactions incontrôlées dans le monde arabe, cela aurait l'avantage de convaincre plus facilement l'opinion publique occidentale de cesser de soutenir l'Ukraine et d'apporter son soutien à Israël (37).

On change de récit en Occident comme on change de chemise, tant que le récit dominant reste dans l'esprit des Occidentaux pendant un certain temps.

Épilogue

Une solution pacifique à ce conflit, dans laquelle les Palestiniens acquièrent enfin un État libre et souverain, est malheureusement irréaliste à l'heure actuelle en raison de la domination de la politique israélienne par les forces d'extrême droite et ultra-orthodoxes, mais aussi en raison du soutien diplomatique qu'Israël reçoit de l'Occident, dans lequel le veto américain au Conseil de sécurité de l'ONU et d'autres processus sapent les fondements du droit international.

Notes:

lundi, 23 octobre 2023

L'Iran détecte la vulnérabilité des États-Unis et de ses alliés: le pétrole

iran_plans_to_supply_1_million_barrels_of_oil_to_irenex.jpg

L'Iran détecte la vulnérabilité des États-Unis et de ses alliés: le pétrole

Par Alfredo Jalife Rahme

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/iran-detecta-la-vulnerabilidad-de-eeuu-y-sus-aliados-el-petroleo-por-alfredo-jalife-rahme/

Un baromètre sensible à suivre pour refléter l'intensification de la guerre d'Israël contre le Hamas est le prix du binôme pétrole/gaz: une vulnérabilité des Etats-Unis et de son allié Israël, qui a dévalué sa monnaie. Pour faire pression sur l'invasion et la destruction de Gaza par Israël, l'Iran joue la carte du boycott pétrolier.

La guerre d'Israël - qui dispose de l'une des meilleures armées professionnelles au monde avec entre 90 et 400 bombes nucléaires (selon les statistiques) et du meilleur, voire de l'emblématique, service d'espionnage de la planète, le Mossad - contre la guérilla palestinienne sunnite du Hamas, est entrée dans sa deuxième semaine de conflagration, alors qu'une escalade évidente avec des allusions à des menaces nucléaires est en train de se produire.

Il existe plusieurs approches pour analyser l'escalade inquiétante qui pourrait conduire à une contamination aux quatre frontières d'Israël :

  1. 1) le Sud-Liban, où la guérilla chiite du Hezbollah est équipée de 100.000 missiles pouvant causer de graves dommages au Nord d'Israël et au porte-avions américain USS Gerald R. Ford avec sa puissante flottille maritime, qui se trouve au large des côtes israéliennes pour "protéger" son allié.
  2. 2) la Syrie, où l'armée de l'air israélienne, censée disposer des meilleurs pilotes au monde, a détruit les deux aéroports de Damas et d'Alep, malgré la présence militaire de la Russie au large des côtes syriennes
  3. 3) la Jordanie, relativement faible sur le plan militaire, dont la population est composée d'au moins 50 % de Palestiniens.
  4. 4) L'Égypte, première puissance militaire du monde arabe et pays le plus peuplé, qui s'est limitée à une médiation diplomatique avec les États-Unis et Israël, avec lequel elle a signé un accord de paix en 1979.

Tel serait le "premier cercle concentrique" de l'expansion du conflit, dont les ondes pourraient bien atteindre, dans un "deuxième cercle concentrique", deux pays non arabes qui soutiennent la résistance palestinienne à leur manière et dans leur style particulier: la Turquie sunnite et l'Iran chiite.

La guerre hybride asymétrique entre Israël et la guérilla du Hamas n'est pas seulement militaire, elle implique aussi d'autres pays de la région dans un "deuxième cercle concentrique", centré principalement sur tous les pays riverains du golfe Persique, notamment l'Iran et les six pétromonarchies arabes : l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Qatar, le Koweït, le Bahreïn et Oman.

Le président Biden a subi un affront notoire lorsque les dirigeants de l'Égypte, de l'Autorité nationale palestinienne (l'ancienne OLP) et de la Jordanie ont refusé de le rencontrer au sujet de l'infanticide palestinien à l'hôpital Al-Ahli de Gaza.

Editorial.png

main-qimg-d71756e41cfe04cf50a6117faa1754e0.png

Au-delà de la focalisation sur le théâtre de la bataille et son "premier cercle concentrique", la récente visite méga-stratégique du ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian à son voisin maritime, le prince héritier Mohammed bin Salman, c'est-à-dire le représentant d'une des principales superpuissances gazières avec le représentant d'une des premières puissances pétrolières mondiales, mérite d'être relevée parmi ses nombreuses variantes.

Le ministre iranien des affaires étrangères a exhorté les 57 pays de l'Organisation de la coopération islamique, qui compte 1,8 milliard de fidèles musulmans, à boycotter les exportations de pétrole vers les États-Unis et Israël, ce qui rappelle l'embargo pétrolier arabe de 1973, il y a 50 ans, en raison de la guerre du Kippour, auquel les États-Unis ont répondu un an plus tard en créant l'Agence internationale de l'énergie pour contrer le pouvoir de l'OPEP.

Aujourd'hui, 50 ans plus tard, l'OPEP est passée à un format plus créatif par le biais de l'OPEP+, où la présence de la Russie est remarquable.

À mon avis, l'un des principaux baromètres géoéconomiques/géofinanciers de la guerre en cours se trouve dans les prix actuels du pétrole/gaz et de l'or/argent, qui sont encore relativement stables.

Au-delà de ses effets délétères sur l'Europe et Israël - qui a subi une forte dévaluation de sa monnaie, le shekel, forçant l'intervention de sa Banque centrale avec la vente de 30 milliards de dollars -, une façon de faire face à la guerre est de chercher un moyen de sortir de la crise économique/géo-financière actuelle. 30 milliards de dollars - une façon de mesurer la vulnérabilité pétrolière des États-Unis et de leurs alliés - qui ont été affectés par l'effet boomerang des sanctions contre la Russie, qui a provoqué l'inflation incoercible des États-Unis et déclenché une grave crise de la dette un an après son élection présidentielle controversée - a été exposée avec la levée des sanctions par l'administration Biden sur le régime anathémisé de Maduro au Venezuela, qui possède les plus grandes réserves de pétrole conventionnel et non conventionnel au monde.

Il est clair que la sélectivité de la levée des sanctions américaines était principalement axée sur le secteur énergétique du Venezuela, qui, soit dit en passant, entretient d'excellentes relations avec la théocratie chiite iranienne.

Il est intéressant de noter qu'avant l'emblématique 7 octobre - sans perdre de vue le fait que c'est le discours incendiaire du Premier ministre Netanyahu devant l'Assemblée générale des Nations unies qui a déclenché la grave crise régionale, lorsqu'il s'est vanté avec infatuation de la "normalisation" imminente des relations avec l'Arabie saoudite, parallèlement à la présentation de sa carte du nouveau Moyen-Orient où Gaza et la Cisjordanie ont été effacées, ainsi que de la dissuasion nucléaire d'Israël contre l'Iran (ce dernier point a été supprimé par son équipe) - l'administration Biden, qui s'est félicitée de la "normalisation" des relations avec les États-Unis, s'est trouvée au milieu d'une série de sanctions américaines à l'encontre du Venezuela et des États-Unis, l'administration Biden, qui a récolté de multiples échecs en matière de politique étrangère, s'était rapprochée de l'Iran pour reprendre les négociations sur son contentieux nucléaire qui avaient été abolies par l'ancien président Trump pour plaire à son gendre Jared Kushner et au Premier ministre Netanyahou, qu'il a d'ailleurs sévèrement critiqué pour ses actions passées dans l'ancienne Palestine, allant jusqu'à déclarer ces jours-ci que la guérilla chiite libanaise Hezbollah est "très intelligente".

L'un des moyens utilisés pour séduire l'Iran a été la livraison de 6 milliards de dollars déposés au Qatar à la suite d'un embargo pétrolier imposé par la Corée du Sud à la théocratie chiite.

Il est frappant de constater que M. Biden a déclaré qu'il n'y avait "aucune preuve" de l'implication de l'Iran dans l'attaque du Hamas du 7 octobre.

L'Iran a toujours été la cible privilégiée des néoconservateurs straussiens, pour la plupart des Khazars, qui contrôlent le Département d'État aujourd'hui dysfonctionnel dans sa guerre ratée en Ukraine, pour renverser la théocratie chiite, Gaza ou pas Gaza.

vendredi, 13 octobre 2023

Géopolitique de l'énergie: les conséquences de l'implication de l'Iran dans le conflit israélo-palestinien

energies_fossiles_definition_exemples_et_formation_115_orig.jpg

Géopolitique de l'énergie: les conséquences de l'implication de l'Iran dans le conflit israélo-palestinien

Fabrizio Verde

Source: https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-geopolitica_dellenergia_le_conseguenze_del_coinvolgimento_delliran_nel_conflitto_israelopalestinese/5871_51217/

Bien qu'Israël ne soit pas un pays producteur de pétrole et qu'il n'y ait pas de grandes infrastructures pétrolières internationales près de la bande de Gaza ou du sud d'Israël, le dicton selon lequel "Moïse a conduit les Juifs au seul endroit de tout le Moyen-Orient où il n'y a pas de pétrole" est bien connu. Toutefois, l'éclatement de conflits dans la région a des répercussions sur la stabilité du marché mondial du pétrole. Cela est dû à deux raisons principales: tout d'abord, les marchés mondiaux de l'énergie réagissent négativement aux troubles au Moyen-Orient, car la région contribue à environ un tiers de la production mondiale de pétrole. Ensuite, les actions militaires en Israël et dans les territoires palestiniens ont ajouté du stress à une économie mondiale et à un système financier déjà en difficulté. L'effet initial a été modéré et les investisseurs sont préoccupés par d'autres questions tout aussi urgentes. Toutefois, si les actions militaires se poursuivent ou s'intensifient, l'impact sur les marchés pourrait être énorme - et cela ne s'applique pas seulement au prix du pétrole, qui est évident pour tout le monde.

Un exemple peut être trouvé dans la guerre dite du "Jugement dernier" (Yom Kippour) de 1973, l'événement géopolitique le plus perturbateur pour l'économie mondiale et les marchés financiers de toute la période de l'après-guerre. La principale conséquence de l'affrontement israélo-arabe qui a suivi a été la multiplication par deux et demi du prix du pétrole en raison de l'embargo imposé par les pays de l'OPEP sur la fourniture d'or noir aux pays soutenant Israël. La crise pétrolière qui en a résulté a eu des conséquences considérables non seulement à l'époque, mais aussi pour les décennies à venir.

Aujourd'hui, les marchés mondiaux de l'énergie reflètent surtout une forte inquiétude quant à l'implication potentielle de l'Iran dans le conflit. Il est possible que les prix augmentent "non pas tant parce que le conflit affecte actuellement l'approvisionnement en pétrole, mais parce que l'on craint que le conflit n'attire d'autres acteurs tels que l'Iran, qui a soutenu le Hamas", a déclaré l'expert Andy Lipow, responsable du département Énergie de la société de conseil Lipow Oil Associates.

Le Congrès fait pression sur l'administration Biden pour qu'elle prenne des mesures drastiques contre Téhéran. "Ces attaques renforcent la nécessité d'une politique plus agressive à l'égard de l'Iran et de ses dirigeants", a insisté samedi le sénateur Jim Risch, principal animateur républicain de la commission sénatoriale des affaires étrangères.

KJW7HFM5HRNZHBHPKV3HLPSOHE.jpg

Le rôle clé de l'Iran sur les marchés de l'énergie

L'Iran a fait un retour en force sur les marchés pétroliers mondiaux au cours de l'année écoulée, avec une production et des exportations en forte croissance. Selon l'Agence internationale de l'énergie, la production iranienne de pétrole brut a augmenté de 600.000 barils par jour au cours des huit premiers mois de 2023, ce qui en fait la deuxième source de croissance de l'offre mondiale en 2023, juste derrière les États-Unis. En août, la production iranienne a atteint 3,14 millions de barils par jour, le niveau le plus élevé depuis 2018, lorsque l'administration Trump a abandonné l'accord sur le nucléaire iranien, officiellement connu sous le nom de Plan global d'action conjoint (PGAC), et a rétabli les sanctions américaines sur le pétrole iranien. Les exportations de pétrole brut de l'Iran ont augmenté pour atteindre 1,9 million de barils par jour, selon Kepler, dont 80% à destination de la Chine.

Les mesures de Trump avaient réduit la production et les exportations de pétrole iranien à leur niveau le plus bas depuis 30 ans. Mais depuis 2022, l'administration Biden a fermé les yeux sur ses propres sanctions et a mis en veilleuse certaines mesures visant à empêcher les expéditions de pétrole iranien. La réduction de la pression américaine a été faite pour faciliter les négociations qui ont abouti à la libération de cinq citoyens américains détenus en Iran et, surtout, pour augmenter la liquidité du marché mondial du pétrole dans le contexte de la guerre en Ukraine et des sanctions sur le pétrole russe.

Implication de l'Iran dans le conflit contre Israël

L'implication possible de l'Iran dans l'attaque du Hamas contre Israël pourrait pousser les États-Unis à réintroduire leurs sanctions contre Téhéran, réduisant ainsi de manière significative ses exportations de pétrole. Les prix du pétrole pourraient alors atteindre 100 dollars le baril, voire plus, ce qui alimenterait l'inflation et compliquerait encore les efforts des banques centrales pour la contrôler. Il convient toutefois de noter que l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis disposent d'une importante capacité de production de pétrole et pourraient augmenter leur production s'ils le souhaitaient.

strait-of-hormuz-map-upsc.jpg

Le détroit d'Ormuz

Les marchés mondiaux de l'énergie craignent également que l'implication potentielle de l'Iran ne déclenche une instabilité dans le détroit d'Ormuz, le point de passage énergétique le plus important au monde. Chaque jour, un cinquième de l'approvisionnement mondial en pétrole et un quart du commerce mondial de gaz naturel liquéfié (GNL) passent par cette voie maritime entre Oman et l'Iran.

Toute interruption du transit, même pour quelques jours, aurait des conséquences importantes sur les prix mondiaux du pétrole et du gaz. De même, les répercussions des actes de sabotage contre les infrastructures pétrolières et gazières dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord seraient considérables. Bien qu'ils ne soient pas nécessairement tangibles à l'heure actuelle, ces risques sécuritaires doivent être soigneusement évalués et gérés par les gouvernements, à commencer par ceux de l'Europe.

Le point de vue des experts

Les experts soulignent que l'Iran, avec son rôle clé sur les marchés mondiaux de l'énergie et sa production croissante de pétrole, est un acteur essentiel de la dynamique des prix du pétrole. L'implication potentielle de l'Iran dans le conflit israélo-palestinien pourrait déstabiliser davantage le marché pétrolier, entraînant une hausse des prix et une incertitude économique. Il convient de noter que les pays importateurs et les investisseurs réagissent aux attentes de hausse des prix, ce qui pourrait intensifier la tendance sur les marchés mondiaux de l'énergie.

En outre, la crainte de perturbations dans le détroit d'Ormuz est une réelle préoccupation pour les marchés de l'énergie. Toute interférence ou instabilité dans cette voie de transit essentielle pourrait avoir un impact significatif sur l'approvisionnement mondial en pétrole et en gaz, avec des conséquences directes sur les prix. Par conséquent, les implications de l'implication potentielle de l'Iran dans le conflit israélo-palestinien vont bien au-delà du niveau géopolitique.

Israël et la Palestine ne sont pas des fournisseurs directs de pétrole, mais ils se trouvent dans une région où des problèmes énergétiques peuvent rapidement apparaître. Selon le Russe Dmitry Zhuravlev, directeur général de l'Institut des problèmes régionaux et politologue, le conflit en cours au Moyen-Orient a déjà provoqué une augmentation des coûts de transport. Cela est principalement dû à l'augmentation automatique des taux d'assurance dans les situations de conflit. M. Zhuravlev explique à aif.ru: "Quelle que soit la distance entre le champ de bataille et une plate-forme pétrolière, un conflit militaire entraîne automatiquement une augmentation des tarifs d'assurance. Le Royaume-Uni est le plus grand assureur maritime au monde, et cela concerne jusqu'à 80% des tarifs".

Une autre raison de la hausse des prix est liée aux attentes. Zhuravlev souligne: "L'économie moderne est basée sur les attentes. Lorsque les gens s'attendent à ce que le prix des biens augmente, ils les achètent de manière agressive. Cette augmentation de la demande est à l'origine de l'augmentation réelle des prix. Dans le cas présent, la guerre a créé des anticipations d'augmentation des prix, incitant de nombreuses personnes à acheter des contrats à terme sur le pétrole et le gaz, même si elles n'ont pas l'intention de les recevoir. Ce comportement contribuera à de nouvelles hausses de prix".

Comme nous l'avons vu, l'Iran joue un rôle clé en tant que l'une des principales plaques tournantes du pétrole et du gaz dans le monde. Les craintes concernant l'implication de l'Iran dans le conflit ont déjà entraîné une hausse des prix des ressources énergétiques.

Igor Yushkov, analyste russe au National Energy Security Fund, prévient : "Si un conflit direct entre Israël et l'Iran se produit, nous nous attendons à une réduction des exportations de pétrole iranien, dont la majeure partie est destinée à la Chine. La production et les exportations de pétrole iranien ont augmenté ces dernières années. Par conséquent, toute perturbation aurait un impact significatif sur le marché. Aujourd'hui déjà, nous assistons à une pénurie. Même une petite perturbation de l'offre pourrait faire grimper les prix et affecter tous les pays consommateurs".

Malgré ces inquiétudes, M. Yushkov estime qu'il ne faut pas s'attendre à une répétition de la crise énergétique de 1973. Au cours de cette crise, les pays arabes avaient interrompu l'approvisionnement en pétrole des nations qui avaient soutenu Israël dans la guerre, notamment les États-Unis, l'Europe et le Japon. "Aujourd'hui, il semble peu probable que cela se produise, compte tenu de la consolidation des pays arabes. Si le conflit devait s'aggraver, il pourrait affecter les producteurs de pétrole en réduisant les exportations, mais pour l'instant, il semble que les restrictions affectent principalement le marché du gaz. Récemment, Israël a suspendu la production de gaz pour Chevron, et même avant cela, la demande de gaz en Europe était élevée, avec des prix dépassant les 100 dollars les 1000 mètres cubes. Par conséquent, le secteur pétrolier est potentiellement plus vulnérable, mais jusqu'à présent, les restrictions concernent le marché du gaz".

Conclusions

En conclusion, l'implication potentielle de l'Iran dans le conflit israélo-palestinien est une variable critique pour l'équilibre des marchés mondiaux de l'énergie. L'Iran, avec son importante production de pétrole et de gaz, joue un rôle clé dans le paysage énergétique mondial, et toute perturbation de ses exportations pourrait déclencher une hausse des prix des ressources énergétiques.

Cette situation suscite des inquiétudes légitimes, en particulier pour l'Europe, qui a déjà beaucoup souffert des sanctions imposées aux ressources énergétiques bon marché de la Russie. La région européenne a été mise à genoux par ces sanctions, qui ont gravement affecté l'approvisionnement en gaz naturel et en pétrole. Une nouvelle hausse des prix des ressources énergétiques, résultant d'une éventuelle escalade du conflit au Moyen-Orient et de l'instabilité en mer d'Arabie, pourrait porter un coup encore plus dur aux économies déjà épuisées de l'Europe.

En bref, l'Europe est à nouveau confrontée à un risque sérieux, qui découle en partie des événements géopolitiques au Moyen-Orient et en partie des conséquences des politiques impérialistes des soi-disant "alliés".

mercredi, 11 octobre 2023

Le gazoduc entre la Finlande et l'Estonie gravement endommagé

balticconnector-gas-pipeline-commissioned.jpg

"Une action extérieure"

Le gazoduc entre la Finlande et l'Estonie gravement endommagé

Source: https://jungefreiheit.de/politik/ausland/2023/gas-pipeline-zwischen-finnland-und-estland-schwer-beschaedigt/

L'affaire rappelle le sabotage de "Nord Stream 2". Le gazoduc "Baltic connector" entre la Finlande et l'Estonie est gravement endommagé. Le gouvernement d'Helsinki a désormais de graves soupçons.

HELSINKI . Les dirigeants finlandais ont mis en cause des tiers encore inconnus dans la panne généralisée du gazoduc "Baltic connector". Il est "probable" que les dommages causés au gazoduc et à un câble de données situé à proximité "aient été causés par une action extérieure", a annoncé le bureau du président finlandais Sauli Niinistö. On ne sait donc pas encore ce qui a concrètement causé les dommages.

L'exploitant du gazoduc, la société Gasgrid, avait enregistré dimanche une chute soudaine de la pression dans la conduite et a aussitôt fermé le gazoduc. "En raison de cette chute de pression inhabituelle, on peut raisonnablement penser que l'incident a été causé par un endommagement du gazoduc offshore et une fuite qui en a résulté", a souligné Gasgrid. Le gazoduc de plus de 150 kilomètres entre la Finlande et l'Estonie a été mis en service en 2020 et peut transporter jusqu'à sept millions de mètres cubes de gaz.

Cette affaire rappelle le sabotage du gazoduc "Nord Stream 2" entre la Russie et l'Allemagne. Le tracé a été détruit il y a environ un an par des auteurs encore inconnus. Les informations selon lesquelles les indices de l'attentat mèneraient en Ukraine se sont multipliées récemment. Le gouvernement de Kiev dément toute implication dans l'attentat. (ho)

vendredi, 10 février 2023

Les États-Unis ont saboté les gazoducs Nord Stream: pas vraiment une surprise

Nordstream-sabotage-US-Seymour-Hersh.jpg

Les États-Unis ont saboté les gazoducs Nord Stream: pas vraiment une surprise

Par Alexander Schwarz

Source: https://ansage.org/usa-sabotierten-nord-stream-keine-wirk...

Depuis que le légendaire journaliste américain Seymour Hersh, aujourd'hui âgé de 85 ans, a expliqué de manière plausible dans un dossier retentissant que le gouvernement américain était à l'origine du dynamitage des gazoducs Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique en septembre dernier, confirmant ainsi le scénario le plus probable de cet acte de sabotage pour les analystes et les observateurs critiques, les médias sociaux sont en ébullition. Selon Hersh, la décision aurait été prise dès la fin 2021, avant l'invasion de l'Ukraine. En juin 2022, des plongeurs de la marine américaine auraient placé des explosifs sur les pipelines dans le cadre de l'exercice de l'OTAN "Baltops 2022", qui auraient ensuite été déclenchés à distance en septembre. L'opération a été ordonnée par le président Joe Biden et menée sous la direction de l'agence de renseignement extérieur CIA, selon Hersh. Des plongeurs de la Marine - et non des membres des forces spéciales - ont été spécialement utilisés pour cette opération, car les opérations secrètes des forces spéciales ne relèvent pas du seul commandement militaire, mais doivent être signalées au Congrès et communiquées à l'avance à ses dirigeants.

nULAND-FB.jpg

L'annonce faite en janvier 2022 par la sous-secrétaire d'État Victoria Nuland, qui avait menacé de manière éloquente de désactiver le gazoduc (elle avait dit textuellement: "Je veux vous dire très clairement aujourd'hui que si la Russie envahit l'Ukraine, Nord Stream 2 sera bloqué d'une manière ou d'une autre"), aurait été utilisée par la CIA pour faire passer l'opération de sabotage du niveau le plus élevé à celui d'une opération régulière de haute sécurité, évitant ainsi tout contrôle parlementaire. Le pouvoir de décision revenait donc uniquement à Biden.

Des démentis attendus

Sans surprise, le rapport de Hersh, qui s'appuie sur une source interne non identifiée, a été vigoureusement démenti à Washington. La Maison Blanche a fait savoir par l'intermédiaire de la porte-parole du Conseil de sécurité nationale que "c'est totalement faux et une invention totale". La CIA a réagi presque dans les mêmes termes: "Cette affirmation est complètement et totalement fausse". La ministre norvégienne des Affaires étrangères a également déclaré que le rapport était "faux". Cela n'invalide cependant pas la plausibilité de la démonstration de Hersh. De toute façon, l'affaire ne pourra pas être balayée d'un revers de main: Hersh, lauréat du prix Pulitzer, n'est pas n'importe qui, il est considéré comme l'un des reporters les plus célèbres des Etats-Unis. Il a notamment révélé le massacre perpétré par les troupes américaines dans le village vietnamien de My Lai en 1969 et la torture de prisonniers irakiens à la prison d'Abu Ghraib en 2004. Depuis que, tout en conservant son indépendance journalistique, il a révélé à plusieurs reprises des faits dérangeants qui embarrassaient la gauche qui le célébrait jusqu'alors, et qu'il s'est opposé à certains récits officiels - par exemple sur l'assassinat d'Oussama ben Laden ou les attaques au gaz toxique du régime Assad - il a été catalogué, comme c'est souvent le cas aujourd'hui, parmi les "théoriciens du complot".

Dans le cas présent de Nord Stream, Hersh ne spécule pas vraiment, il fournit au contraire un faisceau d'indices convaincants et présente une argumentation extrêmement cohérente et logique. La paternité des explosions du gazoduc par les États-Unis expliquerait également le silence frappant du gouvernement fédéral et de la plupart des médias sur cet acte monstrueux, qui a disparu des gros titres en un rien de temps, comme par magie, alors qu'il s'agissait en fait d'un acte de guerre et que Nord Stream 1 avait été pendant de longues années l'épine dorsale de l'approvisionnement en gaz de l'Allemagne et l'objet d'un débat politique parfois acharné. Malgré cela, le dynamitage a été et est toujours traité comme un détail par les officiels et les médias.

Pas un sujet pour les médias d'État allemands

Par conséquent, les révélations de Hersh n'ont même pas été mentionnées par le Tagesschau - bien que la chaîne ARD ait salué l'année dernière Hersh comme "une épine dans le pied des puissants", qui "montre à l'opinion publique mondiale le visage hideux des Etats-Unis". Hersh a également été acclamé avec frénésie par Die Zeit. Aujourd'hui, à l'ère de Biden et de la solidarité pro-ukrainienne servile de la gauche allemande et de ses médias de cour, l'extase a apparemment disparu. Indépendamment de l'exposé de Hersh, il est clair que si, comme il l'a affirmé à l'époque, il existait effectivement la moindre preuve de l'implication de la Russie dans l'explosion, le gouvernement allemand l'aurait dénoncée sans relâche. Comme cela n'a pas été le cas et que le sujet a été délibérément minimisé, il ne reste en fait que les États-Unis comme seul pays ayant la volonté, le pouvoir et l'intérêt de détruire les pipelines - d'autant plus qu'un Joe Biden présomptueux avait quasiment annoncé cette mesure devant la presse mondiale en présence du chancelier allemand Olaf Scholz en février 2022 - au grand désarroi de ceux qui avaient planifié l'action, comme le note Hersh. Il est donc impossible de rejeter son rapport et de le placer dans le domaine de la fable aussi grossièrement que l'on tente de le faire aujourd'hui...

 

lundi, 06 février 2023

La solidarité canadienne n'est pas au rendez-vous: pas de gaz naturel liquéfié pour les Européens

15-06-21-130716-EU-Canada-Summit-Highlights-V2_PRV_thumbnail_0_00000.jpg

La solidarité canadienne n'est pas au rendez-vous: pas de gaz naturel liquéfié pour les Européens

Source: https://zuerst.de/2023/02/02/mit-der-solidaritaet-kanadas...

Québec/Bruxelles. La solidarité énergétique occidentale ne porte pas très loin. Le Canada offre actuellement un exemple dissuasif de la manière dont les "partenaires" occidentaux ne devraient pas se comporter les uns avec les autres. Le cas: lorsque l'UE a déclaré au printemps 2022 qu'elle renonçait aux livraisons de gaz russe en réaction à la guerre en Ukraine, les gouvernements européens ont vanté le passage au gaz dit GNL (gaz naturel liquéfié) comme une grande alternative. Les Etats-Unis et le Canada, entre autres, ont été évoqués comme fournisseurs pour remplacer les livraisons de gaz russe interrompues.

Alors que l'industrie américaine du GNL a largement profité de l'arrêt de la concurrence russe, le Canada ne veut plus rien savoir de ses promesses d'aide antérieures. Le pays ne veut pas construire de terminaux de transbordement pour le transport maritime de gaz naturel liquéfié vers l'Europe - en raison de la protection du climat.

Pour acheminer le GNL vers l'Europe, il faudrait construire de nouveaux terminaux GNL sur la côte est du Canada. Mais les provinces locales s'y opposent.

Actuellement, les provinces de l'ouest du Canada, la Colombie-Britannique, l'Alberta et la Saskatchewan, approvisionnent le marché asiatique. De là, le gaz est acheminé par gazoduc vers les États-Unis et ensuite vers l'est du Canada. La côte est ne dispose pas de terminaux pour le transport vers l'Europe.

Les politiciens canadiens ont maintenant clairement indiqué que cela devait rester ainsi. En pleine crise du gaz, le pays passe ainsi à côté d'une énorme opportunité et laisse en même temps tomber l'Europe.

Le comportement de la province de Québec est exemplaire. A l'été 2021, à peine huit mois avant le début de la guerre en Ukraine, le gouvernement du Québec a décidé de réduire ses émissions de CO2 en utilisant des sources d'énergie à faible teneur en carbone. Il a donc refusé d'autoriser le projet d'exportation Énergie Saguenay LNG, d'un coût de 14 milliards de dollars. Il aurait dû transporter du gaz naturel de l'Ouest canadien vers un terminal de liquéfaction et d'exportation à Saguenay, au Québec. Pour ce faire, un nouveau gazoduc de 780 kilomètres de long aurait été nécessaire depuis le nord de l'Ontario.

François Legault, le premier ministre du Québec, avait initialement soutenu le projet, mais a ensuite changé d'avis. L'une des raisons en était l'opposition locale, dont un groupe d'écologistes politiquement actifs et bruyants. La guerre en Ukraine n'a pas non plus changé la donne. De plus, le Québec a décidé d'interdire toute exploitation de pétrole et de gaz naturel. Cette décision a été prise sept semaines après le début de la guerre en Ukraine.

Pourtant, le 24 mars, le Canada a participé à une réunion avec l'Agence internationale de l'énergie et a explicitement promis d'aider l'Europe à remplacer les approvisionnements russes en charbon, pétrole et gaz naturel. Le ministre canadien des Ressources naturelles, Jonathan Wilkinson, a déclaré : "Le Canada a la capacité d'augmenter ses exportations de pétrole et de gaz jusqu'à 300.000 barils par jour d'ici 2022 afin de renforcer la sécurité énergétique mondiale après l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Par conséquent, "le Canada étudie les possibilités de remplacer le gaz russe par du GNL canadien, suite à la demande de pays européens".

Les promesses sont restées lettre morte. La solidarité du Canada avec ses partenaires européens ne porte pas loin (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

jeudi, 27 octobre 2022

La sécurité énergétique européenne entre les mains de la Turquie?

46359003_7.png

La sécurité énergétique européenne entre les mains de la Turquie?

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/10/26/euroopan-energiavarmuus-turkin-kasissa/

L'importance géostratégique de la Turquie est devenue embarrassante pour les politiciens finlandais qui pensaient que l'adhésion à l'OTAN serait un jeu d'enfant. Ils doivent maintenant attendre avec angoisse que le président Erdoğan ait la grâce de ratifier l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'alliance militaire.

Plus généralement, l'importance de la Turquie devient évidente pour d'autres personnalités politiques européennes alors que l'Europe se débat avec une crise énergétique qui s'aggrave. En effet, couper les liens avec la Russie n'a eu pour conséquences qu'une cascade de conséquences malheureuses.

"Qu'il s'agisse des exportations de céréales de la région de la mer Noire ou de l'approvisionnement en énergie des pays producteurs de l'Est, le Bosphore et les liens avec l'Eurasie jouent à nouveau, comme si souvent dans l'histoire, un rôle géopolitique crucial. Le fait est que la Turquie est désormais essentielle pour la sécurité européenne", écrit Karin Kneissl, ancienne ministre autrichienne des Affaires étrangères.

La part de la Russie dans les importations européennes de gaz est tombée à moins de 10 % depuis la perturbation politique du gazoduc Yamal-Europe et le sabotage du gazoduc Nord Stream.

Alors que la coopération énergétique entre la Russie et l'Europe a été délibérément réduite par les États-Unis, le partenariat entre la Russie et la Turquie n'a fait que s'intensifier. Déjà au début de 2020, le projet TurkStream a été lancé, et plus récemment, le 19 octobre, Erdoğan a annoncé qu'il s'était mis d'accord avec Poutine pour établir un centre d'approvisionnement en gaz naturel en Turquie.

Selon Poutine, la Russie peut faire de la Turquie une nouvelle route principale pour ses approvisionnements en gaz. Avec la construction d'un second gazoduc et la création d'un centre d'approvisionnement, le gaz russe continuerait d'être acheminé de la Turquie vers des pays tiers, notamment vers l'Europe. En outre, une bourse du gaz pourrait être mise en place en Turquie pour déterminer les prix.

Bien que l'UE souhaite, pour des raisons politiques, contourner les sources d'énergie russes, il s'agit déjà d'un projet géographiquement difficile. Alors que Bruxelles, sous la pression des États-Unis, est à l'agonie, la Turquie est l'un des pays heureux de pouvoir combler le vide de consommation.

South_Stream_mapdddffdffdd.png

La Turquie a déjà bénéficié en 2014 du projet SouthStream, qui est ensuite devenu TurkStream. L'UE a finalement perdu, tandis qu'Ankara a gagné, puisque l'UE achète désormais aussi du gaz russe via la Turquie.

Cette route énergétique sera encore étendue lorsque le projet gazier russe en Turquie démarrera. À mesure que la Russie adapte son rôle, la Turquie pourrait devenir un acteur clé de la sécurité énergétique de l'UE. En abandonnant la coopération directe avec la Russie, l'UE pourrait devoir négocier les questions énergétiques avec la Turquie à l'avenir.

En tant que plaque tournante pour divers projets énergétiques, Ankara a tenté par le passé de devenir membre de l'Union européenne, ce à quoi Bruxelles n'a pas consenti. Il semble maintenant que la Turquie change de cap et s'oriente vers l'Eurasie et deviendra bientôt membre de l'Organisation de coopération de Shanghai. Malgré son adhésion à l'OTAN, la coopération d'Ankara avec Moscou et Pékin ne fait que se renforcer.

L'UE a joué au poker énergétique avec les Américains et s'est retrouvée avec les cartes les plus faibles. Lorsque vous fuyez l'ours russe, vous rencontrez le loup gris turc. L'Europe deviendra-t-elle bientôt plus dépendante de la bonne volonté turque ?

La deuxième question est la suivante : les États-Unis - soupçonnés d'avoir fait sauter les gazoducs Nord Stream - permettront-ils à la Turquie, membre de l'OTAN, de conclure un tel partenariat énergétique avec la Russie ? Après tout, l'objectif a été de rendre l'Europe dépendante de l'Amérique pour l'énergie également. Selon des sources russes, il y a déjà eu des tentatives de sabotage du pipeline TurkStream.

Comme le suggère Kneissl, "les mois à venir montreront de façon éclatante à quel point les gouvernements de l'UE ont traité de façon irresponsable les besoins de sécurité énergétique du continent".

mercredi, 12 octobre 2022

Pourquoi l'Arabie saoudite a rejeté les demandes de M. Biden de faire baisser les prix du pétrole

quest-ce-que-l-opep-petrole.jpg

Pourquoi l'Arabie saoudite a rejeté les demandes de M. Biden de faire baisser les prix du pétrole

Par Sylvia Westall et Fiona MacDonald

Source : https://worldoil.com/news/2022/10/10/why-saudi-arabia-reb...

(Bloomberg) - Les États-Unis ont accusé l'Arabie saoudite de se ranger du côté de la Russie après qu'elle ait amené l'OPEP+ à prendre la décision renversante de réduire la production de pétrole brut, maintenant ainsi les prix du pétrole à un niveau élevé à un moment où l'inflation inquiète le monde entier. Le plus grand exportateur de pétrole au monde insiste sur le fait que la décision est économique et non politique. 

Cette décision marque un moment important dans l'alliance de plus de 70 ans entre l'Arabie saoudite et les États-Unis. La réduction de la production est intervenue moins de trois mois après que le président Joe Biden se soit rendu en Arabie Saoudite pour demander une augmentation de la production afin de faire baisser les prix.

Voici quelques-unes des raisons possibles de la décision de l'Arabie saoudite :

Le pétrole contre la sécurité

Les relations entre la monarchie du Moyen-Orient et la superpuissance occidentale reposent sur un accord selon lequel les États-Unis fournissent au royaume une protection militaire en échange d'un approvisionnement fiable en pétrole. 

Mais avant même que M. Biden ne se rende à Djeddah en juillet, les responsables saoudiens affirmaient que la nature du partenariat entre Washington et Riyad avait fondamentalement changé. L'alliance, disaient-ils, était devenue déséquilibrée. 

Les tentatives des États-Unis pour relancer un accord nucléaire avec l'Iran, l'ennemi régional de Riyad, la participation de l'Arabie saoudite à la guerre au Yémen et ce que les États du Golfe ont perçu comme un manque de protection de la part de Washington contre les attaques des mandataires soutenus par l'Iran, ont tous contribué aux tensions et à une divergence de vues croissante. 

En privé, les responsables du Golfe se plaignent depuis longtemps des tentatives des États-Unis de les contraindre à adopter certaines positions politiques. Les responsables américains ont tardé à reconnaître que l'intimidation ne fonctionne pas et que Washington doit s'accommoder d'un nouvel ordre fondé sur des intérêts mutuels, selon une personne au fait des délibérations au sein de l'OPEP+, qui a demandé à ne pas être nommée pour discuter de sujets diplomatiques sensibles. 

L'influence saoudienne

Le prince Mohammed, âgé de 37 ans, a pour mission de présenter l'Arabie saoudite comme un acteur majeur, en utilisant les milliards qu'elle gagne aujourd'hui grâce au pétrole pour la préparer à devenir une puissance du XXIe siècle. Quatre ans après le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, qui a conduit le prince à être à moitié banni de la compagnie de ses pairs internationaux, certains signes montrent que sa confiance et son ambition sont intactes. 

Le mois dernier, l'Arabie saoudite a pris la décision inhabituelle d'annoncer que le prince avait aidé à négocier un échange de prisonniers entre la Russie et l'Ukraine, présentant le prince héritier comme un médiateur international. 

Dans son pays, il a également assumé le rôle supplémentaire de premier ministre de son père, le roi, qui a fait de lui officiellement le chef du gouvernement. Cette décision, selon ses avocats, devrait également le protéger des poursuites judiciaires américaines liées à l'affaire Khashoggi.

D'autres dirigeants sont revenus l'embrasser, alors que les problèmes énergétiques s'intensifiaient à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Outre M. Biden, le prince héritier a accueilli les dirigeants de la France, du Royaume-Uni et de l'Allemagne dans le royaume cette année. Il a prudemment réparé les liens avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui cherche des investisseurs [pour l'économie turque] dans une économie qui est en passe de devenir l'une des plus dynamiques du groupe des 20. 

Cette semaine, le royaume du désert a même remporté l'appel d'offres pour accueillir les Jeux asiatiques d'hiver de 2029 à Trojena, dans une mégapole qui n'a pas encore été construite. 

Économie

Le ministre saoudien de l'énergie, Abdulaziz bin Salman, a déclaré que la décision de l'OPEP+ était motivée par les fondamentaux du marché et que le groupe devait être réactif en cette période d'extrême volatilité du marché. La décision de réduire la production était fondée sur des indications de l'arrivée d'une récession mondiale, a déclaré le secrétaire général de l'organisation, Haitham Al Ghais, dans une interview à la chaîne de télévision saoudienne Al Arabiya.

La déclaration budgétaire préliminaire de l'Arabie saoudite contient quelques indices sur les perspectives du royaume. Selon les économistes de la banque d'investissement saoudienne Al Rajhi Capital, le mois dernier, sur la base de ces chiffres, les autorités semblent prévoir un prix du baril de Brent d'environ 76 dollars l'année prochaine. 

C'est environ 20 % de moins que le prix du pétrole cette semaine, et beaucoup plus baissier que prévu par la plupart des analystes. Compte tenu de ces éléments, l'Arabie saoudite prévoit que son budget annuel dégagera à peine un excédent de 9 milliards de riyals (2,4 milliards de dollars), inférieur aux estimations précédentes. 

Confrontés à un choix entre soutenir l'économie mondiale à la demande des États-Unis et risquer la leur, les Saoudiens ont choisi leur intérêt. Et les autres États du Golfe ont fait de même.

Équilibrer les puissances

Les responsables du Golfe affirment qu'ils doivent équilibrer leurs liens avec à la fois les États-Unis et la Russie, cette dernière joue un rôle important non seulement dans les marchés de l'énergie, mais aussi dans les conflits régionaux, de la Syrie à la Libye. La Russie est également impliquée dans des négociations avec l'Iran et, contrairement aux États-Unis, elle ne critique pas l'Arabie Saoudite sur les droits de l'homme.

L'Arabie saoudite et ses alliés régionaux ne se sont pas associés aux sanctions contre Moscou pour l'invasion de l'Ukraine et, en privé, les responsables disent qu'isoler complètement la Russie pourrait se retourner contre eux. Ils se méfient également des tentatives des États-Unis de punir la Russie au moyen d'outils tels que le plafonnement des prix de ses exportations d'énergie, qui ont pour effet de transférer le pouvoir de fixation des prix des vendeurs aux acheteurs d'énergie.

Les responsables américains, quant à eux, tentent de trouver un équilibre entre leurs efforts pour punir la Russie et les répercussions inflationnistes de telles mesures. Ils doivent également trouver un équilibre entre leur désir immédiat d'obtenir davantage de pétrole de l'OPEP et leur ressentiment croissant à l'égard d'un cartel peu coopératif qui ne partage pas les intérêts des États-Unis.

A la suite de la dernière réduction de la production, un communiqué de la Maison Blanche a appelé à "des outils supplémentaires pour réduire le contrôle de l'OPEP sur les prix de l'énergie." La décision a également rappelé pourquoi les États-Unis doivent réduire de toute urgence leur dépendance à l'égard des sources étrangères de combustibles fossiles, a-t-il déclaré.

vendredi, 07 octobre 2022

1982: quand la CIA a fait sauter le gazoduc russe

BIBU3_GR51FF9UU.1+FBI3_GHISLENGHIEN.jpg

1982: quand la CIA a fait sauter le gazoduc russe

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/1982-quando-la-cia-fece-esplodere-il-gasdotto-russo

En janvier 1982, le président Ronald Reagan a approuvé un plan de sabotage d'un gazoduc russe transsibérien. C'est ce qu'a révélé Thomas C. Reed, un officier de l'armée de l'air qui servait au Conseil national de sécurité à l'époque, dans son livre At the Abyss : An Insider's History of the Cold War, publié en 2004 par Ballantine Books, dont le Washington Post a publié une critique anticipée le 27 février 2004 sous la plume de David Hoffman.

718LrrRNb3L.jpg

Séparer l'Europe des sources d'énergie de l'URSS

La raison de l'opération coordonnée par la CIA, écrit Reed dans son livre, est à chercher dans le fait qu'"à l'époque, les États-Unis tentaient d'empêcher l'Europe occidentale d'importer du gaz naturel soviétique", afin d'affaiblir Moscou. Reed décrit à la fois l'"enthousiasme" de Regan lorsque l'opération lui a été proposée et la dynamique par laquelle elle a été réalisée.

Grâce à une taupe, la CIA a appris que l'Union soviétique tentait d'obtenir de l'Ouest les équipements technologiques nécessaires au fonctionnement du pipeline. La source a révélé à l'Agence à la fois les équipements que les Soviétiques tentaient d'acquérir et les canaux utilisés à cette fin.

La CIA a ensuite organisé une opération secrète visant à livrer à l'ennemi un "logiciel défectueux", dont la manipulation était toutefois si sophistiquée qu'il a pu passer sans problème les contrôles des techniciens soviétiques.

...et affaiblir l'économie soviétique (en attente de 1989)

Reed écrit: "Afin de perturber l'approvisionnement en gaz de l'Union soviétique, de supprimer ses revenus en devises fortes et d'affaiblir l'économie de l'URSS, le logiciel du gazoduc censé faire fonctionner les pompes, les turbines et les vannes était programmé pour se détraquer après un certain temps, pour être réactivé plus tard avec des vitesses de pompe accrues et des vannes réglées pour produire des pressions bien supérieures à celles supportées par les joints et les soudures des tuyaux.

L'opération se poursuivit et, à l'été 1982, l'oléoduc explose, produisant une détonation qui est également enregistrée par les satellites américains: le sabotage a produit "l'explosion et la boule de feu non nucléaire la plus monumentale jamais vue depuis l'espace", note Reed.

5c5deebd9fac7_155541n.jpg

Cette affaire, qui révèle l'un des nombreux épisodes du conflit sous-jacent qui a eu lieu pendant la guerre froide, est demeurée un "secret jalousement gardé", que Reed a révélé pour la première fois dans son livre, bien que, mentionne le WP pour confirmer l'indiscrétion, "certains détails concernant la technologie défectueuse ont été rapportés dans Aviation Week and Space Technology en 1986 et dans un livre de Peter Schweizer en 1995, intitulé Victory : The Reagan Administration's Secret Strategy that Hastened the Collapse of the Soviet Union.

Toute référence à des événements actuels est purement fortuite.

samedi, 01 octobre 2022

Des activités opaques: des hélicoptères américains ont survolé Nord Stream pendant des semaines

SH-60B_Seahawk2.jpg

Des activités opaques: des hélicoptères américains ont survolé Nord Stream pendant des semaines

Source: https://zuerst.de/2022/09/30/undurchsichtige-aktivitaeten-us-hubschrauber-kreisten-wochenlang-ueber-nord-stream/

Gdansk/ Rønne. De plus en plus de détails troublants apparaissent au sujet de la destruction du gazoduc Nord Stream en mer Baltique. La chaîne d'information arabe "Al Mayadeen" vient d'annoncer que des semaines avant l'attaque, des hélicoptères américains tournaient déjà très souvent au-dessus de la zone maritime où ont justement eu lieu les explosions fatales du 26 septembre.

Les données de vol du service en ligne "Flightradar24" permettent de reconstituer cette situation. Déjà au début du mois de septembre, un peu moins d'un mois avant l'attentat, un hélicoptère Sikorsky MH-60R "Seahawk" de la marine américaine a tourné pendant des heures, plusieurs jours de suite, notamment les 1er, 2 et 3 septembre, au-dessus du site où les gazoducs ont été endommagés par la suite, non loin de l'île de Bornholm.

Selon le portail de suivi des avions, l'hélicoptère américain est parti de Gdansk pour se rendre dans la zone pour survoler les gazoducs de Nord Stream. Les 10 et 19 septembre, des hélicoptères américains ont également survolé Nord Stream 1, et dans les nuits entre le 22 et le 25 septembre, plusieurs hélicoptères sont restés pendant des heures au-dessus du site des explosions ultérieures. Les hélicoptères qui ont volé dans les nuits du 22 au 23 et du 25 au 26 septembre ont laissé des traces de vol particulièrement troublantes.

En outre, la dernière nuit, un hélicoptère polyvalent MH-60R "Strike Hawk" a tourné pendant neuf heures au-dessus d'une zone maritime située à environ 250 kilomètres de Bornholm, de 17h30 à 2h30, heure d'Europe centrale. Le "Strike Hawk" peut notamment combattre des cibles sous-marines (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Plus jamais de gaz russe - les États-Unis prévoient de nouveaux sabotages

FduarwoVQAIVVZz.jpg

Plus jamais de gaz russe - les États-Unis prévoient de nouveaux sabotages

Source: https://zurzeit.at/index.php/nie-wieder-russisches-gas-usa-planen-weitere-sabotagen/

Joe Biden avait promis que le gazoduc "Nord Stream 2" n'existerait bientôt plus. Le président américain avait aussi répondu à la question de savoir comment cela pourrait se produire alors que l'Allemagne le contrôlait : "Je vous promets que nous y arriverons".

Il est intéressant de noter que la même nuit, des chutes de pression "accidentelles" se sont produites dans les gazoducs "Nord Stream 1" et "Nord Stream 2". Selon des informateurs, il s'agirait d'attaques ciblées. Depuis le début des sanctions contre la Russie et la promesse de livraison d'armes à l'Ukraine par l'UE, il serait évident que les Etats-Unis compteraient évidemment parmi les gagnants de la guerre en Ukraine. La conclusion selon laquelle les Américains sont impliqués dans cette affaire n'est donc pas tirée par les cheveux.

Tout le monde sait que l'UE se détourne depuis un certain temps de l'énergie russe (qu'elle achetait directement) et qu'elle mise, entre autres, sur le gaz de fracturation américain, très polluant et beaucoup plus cher, suite aux sanctions tant vantées. Mais il est nouveau que l'Union européenne, si soucieuse de la protection du climat, veuille se passer complètement du gaz russe peu polluant. Bien qu'un embargo sur le gaz n'ait pas encore été décidé officiellement, tout semble aller bel et bien dans ce sens. Les États-Unis tentent, disent-ils, d'aider l'Europe. Or l'acte de sabotage plus ou moins évident, qui vient d'être commis, vise à forcer l'UE à prendre une décision favorable au gaz de schiste américain. Qu'est-ce que les Américains ont à faire d'une catastrophe économique sur notre continent ? Au contraire, ils n'auront plus à se soucier d'un concurrent très sérieux sur le marché mondial.

Axel.Kassegger_1654200052.jpeg

Le porte-parole de la FPÖ autrichienne pour la politique étrangère Axel Kassegger (photo) demande donc à l'UE de faire toute la lumière sur cette affaire et de s'engager réellement pour les intérêts européens : "L'intérêt de l'Europe ne peut nullement être de se couper entièrement du gaz russe. Il est grand temps que l'UE fasse pression sur les deux belligérants pour qu'ils entament enfin des négociations sérieuses afin de mettre fin à la guerre le plus rapidement possible".

Il en appelle en outre à la raison: "Actuellement, l'Europe ne peut pas se passer du gaz russe, loin de là. Avec les défaillances techniques des gazoducs, l'approvisionnement ne tient plus qu'à un fil. Les récentes déclarations du président américain Biden méritent d'être remises en question. Un changement de mentalité doit enfin avoir lieu!". Il n'y a rien à ajouter à ces propos.       

vendredi, 30 septembre 2022

L'endommagement sans précédent des deux gazoducs Nord Stream et Nord Stream 2 est un acte de guerre contre l'Europe

Nord_Stream.jpg

L'endommagement sans précédent des deux gazoducs Nord Stream et Nord Stream 2 est un acte de guerre contre l'Europe

par Daniele Dell'orco

Source : Daniele Dell'orco & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-danneggiamento...

L'endommagement sans précédent des deux gazoducs Nord Stream et Nord Stream 2 est un acte de guerre contre l'Europe. C'est la seule considération qui ne laisse aucune place au doute.

Une attaque contre l'Europe menée dans les eaux territoriales européennes. Quels que soient les auteurs du sabotage, sept mois après le début de la crise, il est de plus en plus clair que beaucoup, sinon tous, les prétendants sont d'accord sur une chose : profiter des faiblesses de l'Union européenne, qui, de son propre aveu, est à la fois l'entité qui a le plus à perdre dans cette affaire et qui est la plus couchée. Les explosions des deux tronçons de gazoducs qui déversent plus de 2 milliards d'euros de gaz naturel dans la mer représentent le point le plus bas de l'histoire récente de l'UE.

Au moment où ils en auraient le plus besoin, les citoyens européens voient la ressource vitale, dont ils ne disposent hélas pas eux-mêmes, partir en fumée dans une de leurs propres mers intérieures, car elle se déverse hors des infrastructures que leurs gouvernements ont contribué à construire.

Alors que Nord Stream 2 AG est détenu à 100 % par Gazprom (bien que les Européens aient financé 50 % de l'infrastructure), dans Nord Stream AG, 51 % appartiennent aux Russes, 15,5 % chacun aux Allemands Wintershall Dea et E.ON, 9 % à la société néerlandaise Gasunie et 9 % à la société française Engie. NS 1 a coûté 7,4 milliards d'euros, contre 11 milliards d'euros pour NS 2.

Après la crise des turbines de cet été qui a fait flamber les prix du gaz naturel en Europe, Gazprom a réduit la capacité de pompage de Nord Stream à 20 %, un choix politique évident motivé d'abord par la maintenance d'une turbine dans l'usine canadienne de la société allemande Siemens (les autorités canadiennes n'ont pas voulu rendre l'unité en raison des sanctions anti-russes et l'ont transférée en Allemagne. Gazprom, à son tour, a refusé de prendre la turbine sans preuve documentaire que les sanctions n'affecteraient pas le transport et les réparations ultérieures), puis avec une fuite d'huile sur l'unité, qui a finalement cessé de pomper complètement et pour une période indéterminée.

Nord Stream 2, d'une capacité similaire (55 milliards de mètres cubes) et d'une longueur de plus de 1200 km, a été achevé en septembre 2021 avec du gaz encore plus sophistiqué déjà injecté dans ses deux tronçons, mais après avoir été longtemps combattu par les États-Unis, l'Ukraine et la Pologne, il n'est jamais entré en service car l'Allemagne a suspendu sa certification après que Moscou a reconnu l'indépendance des républiques du Donbass fin février.

Aujourd'hui l'incident est commenté mais avec l'habituel et énième ping-pong de blâmes et de reproches. Le fait qu'il s'agisse d'un sabotage ne fait même pas l'objet d'un débat. Mais il s'agit d'une opération sérieuse et loin d'être anodine, qui nécessite l'intervention de forces spéciales, comme des plongeurs ou un sous-marin. Les dommages causés aux pipelines pourraient être la responsabilité des forces ukrainiennes ou polonaises, dans les deux cas avec le soutien américain. Ceux qui soutiennent cette hypothèse estiment que Kiev pourrait accroître son attractivité de cette manière, puisque le gaz russe qui atteint encore l'Europe circule à partir de gazoducs traversant l'Ukraine (ainsi que TurkStream). En outre, les États-Unis pourraient profiter encore davantage de la hausse déjà massive des achats de GNL par l'UE. Enfin, en rejetant la responsabilité sur la Russie au plus fort de la tension, l'Ukraine pourrait pousser l'Europe à entrer de plain-pied dans le conflit en envoyant des chars, notamment allemands, déjà demandés par le conseiller de Zelensky, Podolyak.

L'autre version serait celle d'une opération russe menée sous faux drapeau, ce qui pourrait provoquer davantage d'incertitude et faire grimper les prix du gaz pour exacerber la crise du coût de l'énergie en Europe, qui s'est quelque peu calmée récemment avec des prix passant de plus de 3000 $ à 1900 $ par 1000 mètres cubes.

Une chose à considérer est que, si d'une part pour la Russie faire sauter une infrastructure qu'elle possède serait insensé d'autant plus qu'elle la contrôle déjà en éteignant simplement un interrupteur pour l'arrêter, d'autre part, précisément parce qu'elle est déjà éteinte, faire sauter des gazoducs ne change pas grand-chose à la politique d'approvisionnement en gaz de l'Europe. Du moins à court terme.

Avec un stockage complet, une consommation réduite et du GNL à volonté, l'UE pense qu'elle compense le manque (en payant des prix plus élevés), et il ne peut y avoir de problèmes qu'à l'avenir, car des pipelines sont nécessaires pour remplir les installations de stockage. Mais en quelques mois, ils pourraient être réparés et, de toute façon, les pays de l'UE ont déjà convenu de réduire leur consommation de gaz l'année prochaine et de diversifier leurs approvisionnements, de sorte qu'il n'est même pas certain qu'ils en auront besoin.

Le sabotage pourrait donc n'être qu'un avertissement à l'Europe que la route vers Moscou est désormais fermée à jamais et qu'il est donc temps de passer aux choses sérieuses. Le plus grand dommage, dans tous les cas, serait causé à la Russie, qui, de toute façon, n'aurait déjà logiquement que très peu de raisons de saboter ses actifs.

Ce qui est certain, en revanche, c'est que nous avons atteint un nouveau stade inquiétant dans l'escalade, précisément dans les mêmes heures où les référendums pour l'adhésion à la Russie des quatre régions, où se sont tenus des référenda, entre le Donbass et le sud de l'Ukraine ont pris fin, et précisément dans les mêmes heures où l'armée ukrainienne encercle Liman et pousse les Russes hors de Kupyansk. Ce sont des moments très tendus. Tant de choses d'une importance capitale se produisent en même temps. Mais le plus grave pour nous tous est qu'aujourd'hui la guerre est officiellement arrivée sur notre territoire.

jeudi, 29 septembre 2022

Sabotage de Nord Stream 1 & 2

sabotage-nord-stream-gimp-720x340.jpg

Sabotage de Nord Stream 1 & 2

par le comité de rédaction de Katehon

Source: https://www.ideeazione.com/il-sabotaggio-del-nord-stream-2/

Le 26 septembre, une fuite de gaz a été signalée sur les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2. L'opérateur du gazoduc a déclaré que l'incident, marqué par une chute de pression au niveau de Nord Stream 2, s'est produit dans la zone économique exclusive danoise, au sud-est de Bornholm. Les gazoducs offshore Nord Stream et Nord Stream 2 ont une capacité combinée de 110 milliards de m3. Aucun gaz n'était pompé au moment de l'urgence, mais il y avait du gaz de procédé à l'intérieur qui a atteint la surface de la mer.

Le ministère danois de la Défense a déclaré que la frégate Absalon et le navire environnemental Gunnar Thorson ont été envoyés sur le site de la fuite des pipelines Nord Stream et Nord Stream 2 en mer Baltique pour évaluer les circonstances.

Le Premier ministre danois a poursuivi en disant que les fuites des gazoducs Nord Stream sont considérées comme le résultat d'une action délibérée. Le journal Berlingske, citant l'Autorité énergétique danoise, a également rapporté que les fuites de Nord Stream pourraient être le résultat d'une action délibérée, car "il n'y a pas seulement une petite fissure mais, au contraire, un très gros trou".

La police suédoise, pour sa part, a déclaré avoir lancé une enquête préliminaire sur un éventuel sabotage lié à cette fuite de gaz de Nord Stream 1 dans la mer Baltique. "Nous avons rédigé un rapport et classé le crime comme relevant d'un sabotage grave", a déclaré un porte-parole de la police nationale.

Les sismologues suédois, pour leur part, ont déclaré que plusieurs explosions ont été détectées et que la deuxième explosion de Nord Stream était d'une puissance équivalente à plus de 100 kg de dynamite. Il s'agit donc clairement d'un sabotage délibéré.

Les dommages subis par les gazoducs offshore du système Nord Stream sont sans précédent. Il n'est actuellement pas possible d'estimer combien de temps il faudra pour restaurer l'infrastructure gazière de Nord Stream.

Coupables possibles

L'hebdomadaire Spiegel, citant des sources, écrit que les autorités américaines ont averti l'Allemagne, il y a plusieurs semaines, d'éventuelles attaques contre les gazoducs des États riverains de la mer Baltique.

Le 7 février, le président américain Joe Biden avait déclaré ouvertement : "Si la Russie envahit, je veux dire, si ses chars et ses troupes traversent la frontière ukrainienne, une fois de plus, il n'y aura plus de Nord Stream 2, nous y mettrons fin... Nous le ferons... Je vous promets que nous pouvons le faire". L'ancien ministre polonais des Affaires étrangères Radek Sikorski (qui a étudié au Royaume-Uni et a été longtemps citoyen de ce pays, ayant même été ministre) a remercié dans un tweet les États-Unis pour avoir saboté Nord Stream.

La presse néo-conservatrice américaine a décrit la situation avec un cynisme particulier, suggérant que l'Allemagne en souffrira. Et en tentant d'indiquer que c'est dans l'intérêt de la Russie. 'Trois pertes en deux jours ? Wow, quelle honte ! Il semble que le gazoduc s'effondre et qu'il ne sera tout simplement pas un moyen fiable d'acheminer le gaz naturel de la Russie vers l'Allemagne. Je pense que les espoirs de voir l'Allemagne et la Russie mettre de côté leurs différends concernant l'invasion de l'Ukraine et restaurer la dépendance à long terme de l'Allemagne vis-à-vis de l'énergie russe ne se concrétiseront pas dans un avenir proche. Une chance terrible pour Vladimir Poutine et le Kremlin, qui pensaient manifestement qu'un hiver froid avec des approvisionnements énergétiques limités forcerait l'Allemagne et d'autres pays européens à revenir à la table des négociations. Presque n'importe qui aurait pu bloquer le pipeline, mais celui qui l'a fait voulait s'assurer que les pipelines Nord Stream ne seraient pas utilisés pendant longtemps".

Des tentatives similaires de blâmer la Russie ont suivi de la part de plusieurs politiciens européens et américains. Mais comme le transit du gaz vers l'Allemagne passe désormais par l'Ukraine, il ne s'agit pas de bloquer complètement le gaz, mais d'exclure l'exploitation de corridors de transport de gaz passant exclusivement par la mer Baltique. Cela profite non seulement à l'Ukraine, mais aussi à la Pologne, aux États baltes et, indirectement, aux États-Unis. Le timing du sabotage est tel que les investissements des pays européens dans le gazoduc et l'intérêt pour le gaz russe ne sont plus une priorité. Même si le prix de l'essence a de nouveau augmenté depuis l'incident.

Outre les déclarations, d'autres preuves indiquent l'implication des États-Unis dans l'accident. Il a été enregistré que des hélicoptères et des avions militaires américains ont volé à plusieurs reprises le long de la route du Nord Stream. Ces manœuvres ont eu lieu dans la première moitié du mois de septembre. On sait que des hélicoptères Sikorsky MH-60S utilisant l'indicatif FFAB123 étaient impliqués.

BALTOPS-22, un exercice dirigé par les États-Unis, s'est déroulé en été dans la région de l'île de Bornholm, près du site du sabotage. Il a été rapporté que "la marine américaine continue d'utiliser l'exercice comme une occasion de tester de nouvelles technologies... En soutien à BALTOPS, la 6ème flotte de la marine américaine, en collaboration avec les centres de recherche et de guerre de la marine, a déployé les dernières avancées en matière de drones de détection de mines sous-marines dans la mer Baltique pour démontrer leur efficacité dans des scénarios opérationnels. L'expérience a été menée au large de Bornholm, île danoise, avec des participants du Pacific Information Warfare Center de la Marine, du Newport Underwater Warfare Center de la Marine et du Mine Warfare Readiness and Performance Measurement Center, sous la direction de l'US Navy 6th Fleet Task Force 68.

Le 22 septembre, un détachement de navires de l'US Navy, dirigé par le navire d'assaut amphibie polyvalent Kearsarge, quitte la mer Baltique pour la mer du Nord. On peut supposer que les sous-mariniers américains auraient pu placer des mines sous trois points du pipeline, puis faire exploser les dispositifs (à distance ou en mode différé).

Washington est clairement à l'origine d'une escalade. Il est difficile de prévoir quel sera le prochain coup : détournement d'un navire de transport ou pillage des propriétés russes à l'étranger. Évidemment, il faut être prêt à toute provocation et donner une réponse immédiate et ferme.

mercredi, 07 septembre 2022

Nous avons mis nos têtes dans la bouche du canon

0-16602.jpg

Nous avons mis nos têtes dans la bouche du canon

par Maurizio Murelli

Source : Maurizio Murelli & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/abbiamo-infilato-la-testa-nella-bocca-del-cannone

Résumé

Une fois la guerre froide terminée et l'URSS implosée, l'Occident a commencé à rogner sur les intérêts nationaux de la Russie : élargissement de l'OTAN à l'Est en violation des pactes, agression armée contre des nations qui étaient sous le parapluie protecteur de l'URSS, telles la Serbie, la Libye, la Syrie, l'Irak. Il faut noter que la Russie est mise en cause pour son intervention armée dans le Donbass pour protéger la population qui est en fait soumise à un massacre depuis huit ans avec l'aval des Occidentaux, alors qu'il aurait été légitime et normal qu'en Irak, parmi les casus belli avancés par les Américains, il y ait la protection des Kurdes que Saddam aurait réprimés et contre lesquels des armes chimiques inexistantes étaient sur le point d'être utilisées : huit ans de guerre et des millions de morts. Passons sur l'instrumentalisation des Kurdes et le sort qui leur est réservé en Syrie ou sur la table de négociation pour élargir l'OTAN, passons à la "Légion étrangère" américaine composée d'Européens qui agissent contre les intérêts des Européens.

Après vingt ans de pression sur la Russie, cette dernière réagit lorsque ce qu'elle a toujours considéré comme une ligne rouge insurmontable est franchie : l'annexion de facto de l'Ukraine au système de l'OTAN (qui a aujourd'hui également son mot à dire sur les questions politiques et dicte l'ordre du jour) et sa transformation en une base militaire potentiellement hostile à la Russie. Une nation, l'Ukraine, déjà en faillite économique et littéralement achetée par les Occidentaux, une nation que les mêmes institutions et organisations occidentales ont, dans des temps pas si lointains, déclarée tout sauf démocratique et parmi les meilleurs endroits du monde pour la corruption, une base logistique pour la contrebande d'armes vers l'Afrique et le Moyen-Orient, etc.

Ayant franchi la ligne et empêché ce que l'Occident avait l'intention de faire à son détriment, la Russie est intervenue pour rétablir l'ordre. Et l'Occident, sous l'impulsion des Américains, entre en guerre contre elle : "pour défendre la démocratie lésée", déclare-t-il. Il soutient militairement l'Ukraine et mène une guerre commerciale contre la Russie en annonçant qu'il la mettrait en faillite en une semaine. Le déroulement de ces sanctions, même un imbécile le comprend.

Maintenant, après la question des céréales ukrainiennes sans lesquelles le tiers monde mourrait de faim - alors que, allez savoir pourquoi, on a pu faire partir vingt cargos d'Ukraine, 19 sont arrivés en Europe et un seul est parti vers l'Afrique - la question du gaz est au centre. Ce gaz que l'UE a immédiatement (au lendemain du 24 février) menacé d'arrêter d'acheter "parce qu'avec le gaz Poutine finance la guerre" et qui, maintenant que c'est Poutine qui fait le plein et menace de ne pas fournir, met les chancelleries européennes en ébullition, mettant à nu toute l'insipidité des dirigeants européens. Les gazettes et les politiciens, d'un côté, disent que le prix stratosphérique du gaz n'est pas dû à la guerre mais à la spéculation, de l'autre, parlent de chantage et de représailles poutiniennes (sic !), lui imputant directement le coût du gaz.

Le coût du gaz a commencé à augmenter des mois avant l'intervention russe en Ukraine, mais même si on ne vous le dit pas, il est évident que les spéculateurs étaient bien conscients qu'il y aurait tôt ou tard une guerre en Ukraine. Il est soit naïf, soit de mauvaise foi de prétendre qu'il n'y a pas d'interconnexion entre l'appareil militaro-politique et les bourses, qu'elles traitent de la finance, du gaz ou des navets. En Ukraine, tout était prêt pour lancer une attaque majeure... sur le Donbass et la Crimée, et cela se savait, et dans quelle mesure cela se savait !

Avant l'établissement de la "bourse du gaz", le gaz était acheté par les États avec des contrats à long terme, et l'Italie a encore plusieurs contrats de ce type. C'est pour cette raison que l'ENI a pu réaliser un bénéfice de 700% supérieur, se chiffrant à sept milliards, cette année. Elle vend le gaz qu'elle achète encore au prix prévu par les anciens contrats au prix fixé par la bourse aujourd'hui.

Mais au-delà de la question du prix, le problème aujourd'hui pour l'Europe, et pour l'Italie en particulier, est la disponibilité du gaz, qu'il coûte toujours les 2 euros auxquels il nous était vendu auparavant, ou les 10 euros fixés par la bourse néerlandaise. Et le gaz de la Russie est indispensable. Sans ce gaz, il y aura de la souffrance, pour les familles, pour les entreprises, pour l'économie. Sans le gaz nécessaire, les entreprises vont sauter et on estime que 100.000 entreprises sont d'ores et déjà en danger, avec un million de travailleurs qui seront licenciés ou mis au chômage.

Comment pourrait-on s'en sortir ? Tout d'abord en envoyant le système libéral au diable et en reprenant les négociations directes sur l'achat de gaz à la Russie (la Hongrie le fait), puis en échappant aux sanctions que les États-Unis nous imposent. Car les problèmes pour nous ne viennent pas seulement du gaz. Ou avons-nous oublié la question des engrais, des "terres rares", des différents métaux indispensables à l'industrie, de l'aluminium au cuivre, etc., sans lesquels les entreprises feront immanquablement faillite ?

Hier, M. Zelensky a téléphoné à l'UE germano-centrée pour réclamer un huitième train de sanctions, tandis que la disposition visant à empêcher les touristes russes de venir en Europe a été adoptée à la hâte. Et comme si cela ne suffisait pas, Mme Truss, celle qui affirme n'avoir aucun problème à utiliser des bombes atomiques, est sur le point d'arriver à la tête du gouvernement britannique. Elle s'entendra bien avec Meloni qui, hier encore, n'a pas dédaigné de s'incliner inconditionnellement devant le délire atlantiste, rabrouant en fait Salvini qui, en revanche, avait vu juste sur les sanctions.

Nous ne sommes pas du tout bien placés. Nous avons mis notre tête dans la bouche du canon. L'Europe a décidé de se suicider spectaculairement.

mercredi, 31 août 2022

Des identitaires occupent le terminal Nordstream: "L'automne chaud est ouvert !"

Sellner-49f18897.jpeg

Des identitaires occupent le terminal Nordstream: "L'automne chaud est ouvert !"

Source: https://zuerst.de/2022/08/31/identitaere-besetzten-nordstream-terminal-der-heisse-herbst-ist-eroeffnet/

Lubmin. Une action spectaculaire qui a valeur de signal : une poignée d'activistes issus du mouvement des "Identitaires", dont le porte-parole autrichien du mouvement, Martin Sellner, ont symboliquement occupé lundi le terminal du gazoduc russo-allemand Nord Stream 2 en mer Baltique à Lubmin, donnant ainsi du poids à leur revendication d'ouvrir le gazoduc.

Une vidéo publiée sur Twitter montre Sellner devant le terminal. Derrière lui, plusieurs personnes tiennent une pancarte sur laquelle on peut lire "Ouvrir Nord Stream 2".  Sellner avait lui-même publié la vidéo originale sur son canal Telegram.

"Nous exigeons l'ouverture immédiate de Nord Stream 2 et un référendum, une décision populaire sur la politique énergétique et de sanctions de la République fédérale", a déclaré Sellner dans la vidéo. Il a en outre menacé de mettre lui-même le gazoduc en service. "S'ils ne donnent pas de gaz, nous donnerons du gaz. Nous sommes ici aujourd'hui pour ouvrir Nord Stream 2". La vidéo montre que les activistes étaient équipés de fumigènes pyrotechniques et qu'ils étaient encagoulés. La police a arrêté plusieurs activistes, mais la plupart d'entre eux ont réussi à se réfugier dans un bois et à échapper à l'intervention policière.

nordstream-aktion.jpg

Dans une interview, Sellner a souligné que l'action de Lubmin avait permis d'"occuper" un sujet important dans le débat public : "Nous avons ainsi posé la première pierre, nous avons occupé le terrain autour de Nordstream 2 - littéralement et en termes de contenu". Il est en outre décisif que "l'action remplisse son véritable objectif. Elle doit inspirer notre camp et le mobiliser pour les batailles et les défis à venir. Il n'y aura pas de répit ni de sommeil. L'automne chaud est ouvert !" a déclaré Sellner en faisant référence à la situation de crise croissante en Allemagne.

La procédure de certification du gazoduc Nord Stream 2 en mer Baltique a été suspendue par le gouvernement allemand. Toutefois, les appels à la mise en service se font de plus en plus pressants, y compris dans le monde politique. (rk)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands: https://zuerst.de/abo/ !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

mercredi, 20 juillet 2022

Du gaz d'Algérie ? Pas assez pour sauver l'Italie de la récession

algerien-e2b2b1ea48cccdaa.png

Du gaz d'Algérie ? Pas assez pour sauver l'Italie de la récession

Par Filippo Burla

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/economia/gas-algeria-non-basta-verso-stagnazione-239172/

Quatre milliards de mètres cubes en plus. C'est la quantité de gaz que l'Algérie, qui est maintenant devenue le premier fournisseur de l'Italie, s'est engagée à livrer à partir des prochaines semaines. Une bouffée d'air frais pour remplir les réserves et affronter l'hiver prochain avec un peu plus de certitude, mais cela ne suffira pas à donner du souffle à notre économie. En fait, les prévisions pour la fin de cette année et l'année prochaine (mais aussi pour 2024) s'assombrissent de jour en jour à mesure que nous nous rapprochons de l'arrêt des approvisionnements en provenance de Russie.

Pourquoi le gaz de l'Algérie ne suffira pas

La première raison est stratégique. Si l'Allemagne va littéralement à l'encontre de sa politique de fournisseur (presque) unique - à la poursuite de laquelle l'Italie a été empêchée de devenir une plaque tournante euro-méditerranéenne de l'or bleu -, avec l'interruption des flux en provenance de Moscou et la nécessité de se tourner vers d'autres, le pouvoir de négociation de cette dernière augmentera. L'exact opposé du principe de diversification, qui devrait guider toutes ces décisions en vue d'équilibrer les relations entre clients et fournisseurs. La deuxième raison est d'ordre économique. Compte tenu de la manière dont le marché est structuré sur le vieux continent, l'explosion des prix est désormais difficile à contenir, quelle que soit la quantité, la qualité ou la répartition géographique du gaz naturel entrant.

Gas_pipelines_across_Mediterranee_and_Sahara_map-en.svg.png

Clipboard-0019-kqkH-U33201848396077RNG-656x492@Corriere-Web-Sezioni.jpg

De la croissance à la (quasi) stagnation

Il y a quelques mois, la Banque d'Italie prévoyait, en cas d'embargo total contre la Russie, deux ans de récession et au moins un demi-million d'emplois partis en fumée. Le danger que plus aucun gaz n'arrive de l'Est devient chaque jour plus concret, et les estimations pour le futur proche vont en conséquence. Nous pourrons peut-être échapper au signe moins devant la tendance du PIB cette année, mais seulement parce que le flux ne s'est pas arrêté entre-temps et que nous avons mis suffisamment de foin dans la basse-cour. Or, selon le dernier bulletin de Via Nazionale, ce qui devait être, selon le gouvernement, une croissance de près de 5 % au plus tard à l'automne pourrait, dans le scénario défavorable, tomber en dessous de 1 %.

Oil_and_natural_gas_basins_and_pipeline_infrastructure_in_Algeria_(29079856511).png

D'une croissance soutenue à une quasi-stagnation, le pas a été court et nous livre un PIB au point mort aux niveaux de 2016, qui étaient à leur tour ceux du début du millénaire : la récupération des vingt années perdues devient de plus en plus difficile. La situation ne s'améliorera pas en 2023, lorsque - toujours dans le cas d'un scénario défavorable d'interruption des approvisionnements en provenance de Moscou - la croissance du PIB connaîtra une contraction proche de deux points de pourcentage. À ce stade, il faudra attendre 2024 pour une reprise, mais en présence d'une image détériorée, surtout du côté de l'emploi : "Le taux de chômage au cours de la période de deux ans 2023-24, écrit Palazzo Koch, atteindrait des niveaux supérieurs à ceux préfigurés dans le scénario de base d'un peu plus d'un point de pourcentage", donc au-dessus de 9%. Tout cela à condition qu'aucune autre (auto)sanction n'arrive. Ou encore pire.

Filippo Burla

dimanche, 17 juillet 2022

L'Europe perd la "guerre psychologique" sur le gaz avec la Russie

shutterstock_2122587608.jpg

L'Europe perd la "guerre psychologique" sur le gaz avec la Russie

Andrea Muratore

Source: https://it.insideover.com/energia/leuropa-sta-perdendo-la-guerra-psicologica-sul-gas-con-la-russia.html

Le 13 juillet, Gazprom, le géant russe de l'énergie, a déclaré qu'après l'arrêt de dix jours pour des travaux de maintenance prévus de longue date, le flux de gaz par Nord Stream pourrait ne pas reprendre. Cette décision a semé la panique parmi les opérateurs, mais n'a pas été une surprise : il s'agit d'un nouveau cas de prophétie autoréalisatrice dans les relations russo-européennes depuis le début de la guerre en Ukraine.

L'intrigue est toujours la même : L'Union européenne et ses Etats membres font preuve de fermeté à l'égard de la Russie, ils la sanctionnent et visent à frapper son économie afin de dissuader son action guerrière ; ponctuellement, cependant, dans chaque discussion en cours, la question du gaz revient sur le devant de la scène car les pays européens se rendent compte qu'il est presque totalement impossible de remplacer complètement le gaz de Moscou à court terme sans devoir affronter un véritable tsunami énergétique ; cela rend les sanctions caduques et offre une arme de pression que la Russie de Vladimir Poutine peut utiliser sans frais.

Les gestes symboliques et démonstratifs, les interruptions ou coupures d'approvisionnement et les déclarations sont chaque fois calibrés par Moscou dans un jeu astucieux de guerre psychologique contre l'Occident. En sachant, comme le comprend la Russie, que les marchés, auxquels la nécessité de fixer le prix de l'énergie en Europe est largement déléguée, subiront des tensions et des incertitudes.

Dans tout cela, ceux qui gagnent sont les Russes eux-mêmes. L'Europe s'efforce, prudemment, de diversifier ses approvisionnements par rapport à la dépendance excessive actuelle vis-à-vis de Moscou. Mais elle ne peut se passer pour l'instant de certaines des importations restantes en provenance de l'Est. Et grâce à la stratégie de pression de Moscou, les prix s'envolent et la Russie peut se blinder en augmentant sa trésorerie énergétique même dans un contexte de baisse des approvisionnements de l'Europe : au moins 530 millions d'euros par jour ont été garantis par l'Union européenne à la Russie pour les achats d'énergie depuis le 24 février 2022. En quelque 140 jours de guerre, cela représente 74,2 milliards d'euros. Les importations européennes sont en tête des revenus russes : comme le note Il Sole 24 Ore, "la Russie a tiré 93 milliards d'euros de revenus des exportations de combustibles fossiles", dont le charbon, "au cours des 100 premiers jours de la guerre (du 24 février au 3 juin)". Nous parlons d'un excédent commercial sans précédent. L'UE en a importé 61 %, pour une valeur d'environ 57 milliards d'euros. L'Italie se classe troisième en tant qu'importateur mondial".

La dépendance est explicitement déclarée par l'Europe. Et l'Union tout entière n'a pas compris la stratégie de guerre psychologique testée par Moscou depuis l'été 2021. L'hiver dernier, la crise des prix a mis en évidence que la Russie fournissait à l'Europe du Nord-Ouest des volumes de gaz inférieurs à ceux des années précédant l'ère Covid-19 : en particulier, entre septembre 2021 et octobre 2021, ils ont chuté d'environ 17 %. Pendant ce temps, la courbe des prix a montré une impressionnante montée en puissance. Le 6 octobre, la nouvelle d'éventuels problèmes dans la certification de Nord Stream 2 a fait grimper les prix de 30 % en quelques heures pour atteindre 116,83 euros par MWh.

Le 21 décembre, les expéditions russes vers l'Allemagne via l'oléoduc Yamal-Europe ont chuté sans explication, provoquant la panique. Le prix, qui un mois plus tôt s'était établi à 87 euros par MWh, a décollé à 179,18 euros. La guerre en Ukraine n'a fait qu'étendre ce qui existait déjà sur le terrain depuis un certain temps : en période de tension politique, il est commode pour Moscou de tirer sur la corde et de déclencher le chaos.

Le 3 mars, la Russie a ventilé un arrêt des approvisionnements après la décision de l'Allemagne de ne pas certifier Nord Stream 2, faisant monter le prix du gaz européen au point Ttf à plus de 200 euros pour la première fois. La même dynamique s'est produite le 26 avril suivant lorsque le gaz a été coupé à la Pologne et à la Bulgarie : le prix a augmenté de plus de 25 % en quelques heures après être tombé aux niveaux d'avant-guerre, ce qui a amené de nombreux pays à conclure des accords avec la Russie pour payer les contrats en roubles. Après que le mois de mai ait marqué une nouvelle période d'accalmie, ramenant le gaz à 80 euros par MWh après les premières politiques de diversification, une nouvelle flambée s'est produite à la mi-juin lorsque, à l'occasion du voyage de Mario Draghi, Olaf Scholz et Emmanuel Macron à Kiev, la Russie a réduit ses approvisionnements vers l'Italie et l'Allemagne.

Depuis lors, la victoire psychologique russe est définitive, ce que l'on pouvait déjà deviner en entendant les mots sur le "chômage de masse et la pauvreté" que l'Allemagne risquait sans le gaz russe, selon le ministre de l'économie Robert Habeck, prononcés le 15 mars. Le résultat ? Les prix sont passés de 81 à 181 euros entre le 13 juin et le 13 juillet. L'intrigue est claire : à chaque fois que le prix se stabilise ou recule, la Russie lance des coups de pression et une guerre économique hybride auxquels l'Europe réagit ponctuellement dans le désarroi, en se mettant au pied du mur et en rendant explicite sa dépendance vis-à-vis de la Russie. Comment s'en sortir ? En se préparant à supporter le poids de l'embargo énergétique, qui est désormais une option mise sur la table. Mais aussi, sinon surtout, avec des politiques cohérentes : et aujourd'hui plus que jamais, le plafonnement des prix intérieurs apparaît comme un moyen viable de donner à l'Europe des armes pour répondre au chantage énergétique russe. Tertium non datur : il faut savoir qu'avec la stratégie des sanctions, l'arme énergétique est devenue un instrument de pression légitime (et prévisible) pour la Russie. Et soyez prêt à empêcher Moscou de l'exploiter en permanence à l'approche de l'hiver.

lundi, 13 juin 2022

Les guerres énergétique et alimentaire se retournent l'une contre l'autre et mettent Biden au pied du mur

SM6XE7SU2ZLAPB2XPHYUMAAG4Y.jpg

Les guerres énergétique et alimentaire se retournent l'une contre l'autre et mettent Biden au pied du mur

Par Alfredo Jalife Rahme

Source: KontraInfo / https://noticiasholisticas.com.ar/las-guerras-energetica-y-alimentaria-se-retroalimentan-y-ponen-a-biden-contra-la-pared-por-alfredo-jalife-rahme/

La Russie gagne la "guerre économique" (https://bit.ly/3xohBsg) que lui imposent les États-Unis et l'OTAN - qui contrôlent une Union européenne (UE) méconnaissable - alors que les prix du pétrole et du gaz ont grimpé en flèche jusqu'en des hauteurs stratosphèriques, tandis que le rouble, désormais la monnaie la plus puissante du monde, s'échange à moins de 61 pour un dollar.

Le Wall Street Journal fait une excellente remarque : "Ne riez pas (sic) : La Maison Blanche veut fabriquer des panneaux solaires et des bombes thermiques pour arrêter Vladimir Poutine" (https://on.wsj.com/3GTQxo5).

Biden rend la guerre de Poutine en Ukraine responsable de son "urgence énergétique" - qui met en péril l'approvisionnement en électricité cinq mois avant les élections de mi-mandat - par le biais de l'amendement de la production de défense, exhumé depuis la guerre contre la Corée, pour stimuler les panneaux solaires et autres "énergies propres" (https://bit.ly/3tjoaKg). Le problème des "énergies renouvelables" - solaire (note : les trois quarts de leurs modules proviennent d'Asie du Sud-Est) et éolienne - est leur caractéristique "intermittente" qui dépend des caprices de la météo.

energie-eolienne-solaire.jpg

M. Biden rend également Poutine responsable de la hausse imparable des prix de l'essence, de l'inflation la plus élevée depuis 40 ans et de la crise alimentaire mondiale en cours. Jusqu'à présent, il ne l'a pas rendu responsable de la crise surréaliste des "aliments pour bébés" aux États-Unis.

Puisque nous utilisons ici la méthode dialectique, il vaut la peine d'écouter le point de vue du président Poutine qui, dans une interview à Rossiya 1 TV, a mis à nu la manipulation financière de Wall Street derrière la crise alimentaire, bien avant son "opération militaire" en Ukraine : "la masse monétaire aux États-Unis a augmenté de 59.000 milliards de dollars en moins de deux ans, de février 2020 à fin 2021, avec une productivité (sic) sans précédent des machines à imprimer l'argent" alors que le "taux de liquidité total a augmenté de 38,6 %".

M. Poutine estime qu'il s'agit d'une "erreur des autorités économiques et financières américaines, qui n'a rien à voir avec les actions de la Russie en Ukraine, il n'y a pas la moindre corrélation".

7c7b0f_d3e806cab65548ef8626b49d3db9a746mv2-bb.jpeg

Poutine est manifestement bien conseillé par Sergey Glazyev (photo), un économiste russe réputé, dont les théories sur "l'économie physique" qui l'emporte sur "l'économie financière spéculative" du duo anglo-saxon de Wall Street et de la City (Londres), et dont les travaux récents méritent d'être consultés.

Selon Poutine, l'impression dérégulée de la masse monétaire par Wall Street "a été la première étape - immense - vers la situation alimentaire défavorable actuelle" qui a "explosé immédiatement". Et Poutine n'aborde pas la manipulation du cartel alimentaire anglo-saxon, le fameux ABCD : ADM-Bunge-Cargill-Dreyfus (https://bit.ly/3Q5ohmv).

Il a également critiqué les politiques européennes en matière d'"énergie verte", qui ont exagéré les capacités des "énergies alternatives", lesquelles ne peuvent être produites "dans les quantités requises, avec la qualité requise et à des prix acceptables", alors que "dans le même temps, elles ont commencé à éclipser l'importance des types d'énergie conventionnels, y compris, surtout, les hydrocarbures".

Poutine en déduit que le résultat de tout cela est que "les banques ont cessé d'émettre des prêts (...) Les compagnies d'assurance ont cessé de garantir les règlements. Les autorités locales ont cessé de garantir les contrats, d'attribuer des parcelles de terrain pour étendre la production, et ont réduit la construction de transports spéciaux, y compris les pipelines. Tout cela a conduit à une pénurie d'investissements énergétiques et à une flambée des prix : "Les vents n'ont pas été aussi forts que prévu l'année dernière, l'hiver a été retardé et les prix ont augmenté instantanément, et avec la hausse des prix du gaz est venue une hausse des prix des engrais", que les "Anglo-Saxons" ont aggravée en "imposant des sanctions sur les engrais russes".

La morosité qui plane sur la Maison Blanche est désormais compréhensible, selon le site Internet Politico (https://politi.co/3xz7UaR).

https://alfredojalife.com

Facebook : AlfredoJalife

Vk : alfredojalifeoficial

Télégramme : https://t.me/AJalife

https://www.youtube.com/channel/UClfxfOThZDPL_c0Ld7psDsw?view_as=subscriber

Tiktok : ZM8KnkKQn/

Podcast : 3uqpT1y

 

mercredi, 08 juin 2022

Division parmi les élites du Japon

shutterstock_552100717.jpg

Division parmi les élites du Japon

Elena Panina

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/politica/37934-2022-06-06-16-02-44

Récemment, l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe a fait une déclaration intéressante, évoquant la raison de l'opération spéciale russe en Ukraine et la justifiant par le refus de Zelensky de garantir la neutralité de Kiev et la non adhésion du pays à un bloc quelconque.

Shinzo Abe est l'un des hommes politiques les plus influents et les plus respectés du Japon. Pendant dix ans (de 2006 à 2007 et de 2012 à 2020), il a occupé le poste de premier ministre. De nombreuses réalisations sont associées à ses activités, principalement dans le domaine économique. C'est grâce aux politiques d'Abe que les Japonais ont pu surmonter le "choc de Fukushima", se relever après l'accident de la centrale nucléaire en 2011, qui a remis en question le succès du Japon d'après-guerre en matière de développement technologique, le statut de "superpuissance technologique" du Pays du Soleil Levant.

Jusqu'à la fin des années 2020, alors qu'Abe était au pouvoir, Tokyo avait également une position indépendante en matière de politique étrangère. Restant généralement fidèle à ses relations alliées avec les États-Unis, le Japon a agi dans son propre intérêt national.

thumbs_b_c_56b7e8887bff1cf782d9645569192249.jpg

Toutefois, ces derniers mois, depuis que Fumio Kishida (photo) a pris le poste de premier ministre, la situation a radicalement changé. En peu de temps, le Japon est en fait devenu "garçon de courses", non seulement en suivant tous les ordres des États-Unis, mais aussi en essayant, comme on dit, d'être "en avance", de prendre une place à l'avant-garde du chœur anti-russe.

Les relations russo-japonaises, qui avaient été consolidées par Abe et ses prédécesseurs, Kishida a pu littéralement les réduire à néant en quelques semaines. La rhétorique de Kishida parle d'elle-même, appelant, par exemple, à "aider le monde à réaliser la dé-russification énergétique".

De telles déclarations sont courantes de la part des représentants de la Lituanie, de la Lettonie ou de tout autre nain politique agressif qui se retrouve dans un contexte de confrontation et décide de s'agiter dans l'intérêt de Washington. Pour le dirigeant japonais, cependant, un tel ton est tout à fait ridicule, induit une forte baisse du statut du Japon, le relègue à la position de vassal américain de second rang.

Tout cela a été pleinement ressenti lors du récent sommet QUAD à Tokyo, où l'événement principal était les négociations entre les États-Unis et l'Inde, et où le Japon s'est vu attribuer le rôle d'un satellite américain, avec lequel tout avait déjà été décidé depuis longtemps.

La question se pose raisonnablement : pourquoi, dans quel but, Kishida fait-il tout cela ? Le problème est que le Premier ministre japonais est convaincu que les partenaires américains remercieront généreusement Tokyo pour sa position anti-russe. Par exemple, ils lui donneront l'occasion de rester sur les marchés américains dans ses créneaux traditionnels (l'électronique, y compris la microélectronique, l'automobile), l'aideront à concurrencer les fabricants chinois, qui ont récemment houspillé de plus en plus les produits japonais.

Le problème du Japon est que Kishida est un fonctionnaire politique typique qui, au fil des années de sa carrière, s'est occupé de tout sauf d'économie. Toute son "expérience économique" s'épuise dans les années lointaines de sa jeunesse, lorsque le futur premier ministre a travaillé pendant plusieurs années comme employé de banque.

En fait, Kishida ne comprend pas les processus mondiaux et sa pensée économique est extrêmement primitive. Pour cette raison, Kishida ne comprend probablement pas que les États-Unis eux-mêmes connaissent aujourd'hui de graves problèmes économiques et que, par conséquent, tous les créneaux qui l'intéressent, même si la Chine les abandonne, seront occupés exclusivement et uniquement par des entreprises américaines. Aucune autre option n'est envisagée.

Au nom d'imaginaires gains futurs, parfaitement illusoires, Kishida prend des mesures qui aggravent encore davantage la situation de l'économie japonaise. La rupture totale des liens économiques avec la Russie, à laquelle conduit l'affaire Kishida, est porteuse d'énormes problèmes pour l'économie japonaise.

Des industries entières sont déjà menacées d'effondrement. Par exemple, la pêche qui, si la zone économique russe est fermée aux navires japonais, ne pourra plus approvisionner le pays en poissons et fruits de mer, privant ainsi les Japonais de leur alimentation habituelle, portera un coup sévère au mode de vie japonais. Au total, selon des études récentes, plus de 15.000 entreprises japonaises ont déjà subi les conséquences des sanctions anti-russes.

Et l'idée de Kishida de refuser de participer au projet Sakhaline-2 et au GNL des champs de Sakhaline sera un coup dur pour les plus grandes sociétés japonaises, Mitsui et Mitsubishi, des entreprises publiques qui participent depuis longtemps au projet. Et d'ailleurs, les géants chinois de l'énergie font déjà la queue pour acheter des parts d'entreprises japonaises dans Sakhalin Energy. En outre, les actions des entreprises japonaises peuvent être vendues avec une très forte décote. Nous parlons de pertes de plusieurs milliards de dollars.

Trans-Siberian.jpg

A propos, il est bon de rappeler que l'histoire de ce projet a commencé en 1994. Les propriétaires de Sakhalin LNG sont alors devenus l'anglo-néerlandais Shell (55%) et les japonais Mitsui (25%) et Mitsubishi (20%). En d'autres termes, ces dépôts sont détenus à 100% par des sociétés étrangères.

Cependant, en 2007, la situation a changé. Les dirigeants du pays ont liquidé les accords de partage de la production et ont proposé de vendre la moitié des actions de la société russe Gazprom. Dans le même temps, Sakhalin Energy s'est vu infliger une amende de 30 milliards de dollars pour des dommages environnementaux.

C'est ainsi qu'a commencé la décolonisation du sous-sol russe, grâce à laquelle la majorité des parts de Sakhalin Energy appartient aujourd'hui à Gazprom (50% des parts plus une action), Shell a 27,5% des parts moins une action, Mitsui et Mitsubishi ont respectivement 12,5% et 10% des parts. Et maintenant, la Russie a la possibilité de remplacer sans douleur un participant au projet par un autre sans nuire au processus.

En particulier, Shell est contraint, sous la pression politique des autorités britanniques, de vendre sa participation à des entreprises chinoises en acceptant une perte énorme. Et si les dirigeants japonais ne changent pas de position, le même sort sera réservé à Mitsui et Mitsubishi. Dans une large mesure, c'est ce qui a motivé la déclaration d'Abe.

Il faut dire que la position de Kishida avait été soigneusement remise en question auparavant par le ministre des Finances, Koichi Hagiuda, qui avait clairement indiqué qu'il serait difficile de mettre en œuvre les idées du premier ministre concernant les sanctions économiques contre la Russie. Et, en principe, la culture politique japonaise repose sur le fait que tout désaccord au sein du parti au pouvoir, le LDP, est résolu en coulisses et n'est pas rendu public.

Aujourd'hui, cependant, une partie importante des hommes d'affaires et des politiciens japonais comprend que la confrontation avec Moscou est allée trop loin à cause des positions bancales de Kishida, que les choses ont pris une tournure trop dangereuse pour le Japon. Et dans ce contexte, les déclarations de Shinzo Abe ne représentent pas seulement son opinion personnelle, mais aussi la position d'une partie importante de l'establishment japonais.

Cela témoigne d'une division évidente au sein des élites dirigeantes japonaises sur la question des relations avec la Russie, qui sont vitales pour Tokyo. Et il y a des raisons de croire qu'avec le temps, cette division ne fera que s'accentuer.

*directeur de l'Institut RUSSTRAT