Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 juin 2022

Une balle dans le genou: les sanctions font mal - mais pas à la Russie

Les-nouvelles-sanctions-contre-la-Russie-plombent-les-marches-mondiaux.jpg

Sanctions de l'UE:   

Une balle dans le genou: les sanctions font mal - mais pas à la Russie

Source: https://www.unzensuriert.at/content/150401-schuss-ins-knie-sanktionen-treffen-schmerzlich-aber-nicht-russland/?utm_source=Unzensuriert-Infobrief&utm_medium=E-Mail&utm_campaign=Infobrief&pk_campaign=Unzensuriert-Infobrief

Bien que la majorité des Autrichiens ne veuillent pas geler le prochain hiver "pour emmerder Poutine", le gouvernement noir-vert soutient les sanctions contre la Russie. Mais elles n'y arrivent pas du tout comme prévu.

"Des sanctions inefficaces ?", demande ce jeudi le quotidien Die Welt. Et en résume dès le sous-titre la quintessence :

En avril, la Banque mondiale prévoyait encore un effondrement économique de 11,2% en 2022 pour la Russie, et a entre-temps ramené ce chiffre à 8,9% seulement. La tendance est encore à la baisse.

La banque centrale russe a annoncé il y a quelques jours que les craintes d'une contraction de l'économie de 8 à 10 pour cent en raison des sanctions occidentales avaient été surestimées. La Russie ne sera pas touchée aussi durement qu'après la crise financière de 2009.

Les leçons de l'histoire

Depuis les dernières sanctions occidentales - oui, les États-Unis et leurs vassaux jouent à ce jeu depuis des années ! - la Russie s'est délibérément rendue moins dépendante des importations, stratégie qui porte aujourd'hui ses fruits. Certes, des produits importants manquent, surtout dans le domaine de la fabrication, mais la situation est loin d'être aussi dramatique que ce qu'en disent les médias mainstream occidentaux.

Une autre chose ne devrait pas plaire aux fauteurs des sanctions: la monnaie russe s'est appréciée de plus de 40% par rapport au dollar depuis le début de l'année. A cela s'ajoute l'énorme augmentation des revenus issus de la vente de pétrole et de gaz naturel, car la Russie continue à honorer ses contrats de livraison. Le trésor de guerre n'est pas seulement rempli au sens propre du terme, il l'est de manière inattendue !

L'Europe chancelle

Si l'on met en parallèle les évolutions et les perspectives dans les pays occidentaux, le bilan est triste, car l'Europe chancelle. Le ministre fédéral allemand des Finances, Christian Lindner (FDP), a déjà engagé la population dans une ère de privations qui devrait durer plusieurs années, des privations posées comme un "renoncement dans l'intérêt d'objectifs supérieurs", dit-on dans les hautes sphères de la RFA, afin de punir la Russie pour son attaque contre l'Ukraine et de pérenniser la domination américaine.

Il y a quelques jours, Agenda Austria a analysé les conséquences que vont avoir ces "intérêts supérieurs" pour l'Autriche, et plus précisément l'impact que pourrait susciter une réduction des livraisons de gaz en provenance de Russie. Si la Russie livre 25% de moins, l'économie risque de perdre 2,4 points de croissance - ce qui devrait coûter environ 40.000 emplois. Et ce ne sont "que" les effets de la réduction des livraisons de gaz !

Les citoyens ne sont pas consultés

De plus, les citoyens ne soutiennent pas cette politique ! La majorité des Autrichiens ne veulent ni avoir froid, ni se serrer la ceinture pour en "montrer aux Russes". Cette rétivité des citoyens de la République alpine devrait encore augmenter lorsque la population se rendra compte que les sanctions frappent plus durement les pays qui les ont imposées que le pays qu'elles devraient frapper.

Si vous avez aimé cet article, merci de soutenir le projet unzensuriert en faisant un don. Par paypal (carte de crédit) ou par virement bancaire sur AT58 1420 0200 1086 3865 (BIC : BAWAATWW), ltd. Unzensuriert

Suivez-nous sur notre canal Telegram pour commenter les articles et rester informé de Unzensuriert : https://t.me/unzAT .

samedi, 25 juin 2022

Une balle dans le genou: les sanctions font mal - mais pas à la Russie

6a17f8e3e8c1e37bfe2a8456a47a821c.jpg

Sanctions de l'UE   

Une balle dans le genou: les sanctions font mal - mais pas à la Russie

Source: https://www.unzensuriert.at/content/150401-schuss-ins-knie-sanktionen-treffen-schmerzlich-aber-nicht-russland/?utm_source=Unzensuriert-Infobrief&utm_medium=E-Mail&utm_campaign=Infobrief&pk_campaign=Unzensuriert-Infobrief

Bien que la majorité des Autrichiens ne veuillent pas se geler "pour Poutine" l'hiver prochain, le gouvernement noir-vert soutient les sanctions en vigueur contre la Russie. Mais elles n'y arrivent pas du tout comme prévu.

"Des sanctions inefficaces ?", demande ce jeudi le quotidien Die Welt. Et en résume dès le sous-titre la quintessence :

En avril, la Banque mondiale prévoyait encore un effondrement économique de 11,2 pour cent en 2022 pour la Russie, et a entre-temps reculé ce chiffre à 8,9 pour cent seulement. La tendance est encore à la baisse.

La banque centrale russe a annoncé il y a quelques jours que les craintes d'une contraction de l'économie de 8 à 10 pour cent en raison des sanctions occidentales avaient été surestimées. La Russie ne sera pas touchée aussi durement qu'après la crise financière de 2009.

Les leçons de l'histoire

Depuis les dernières sanctions occidentales - oui, les États-Unis et leurs vassaux jouent à ce jeu depuis des années ! - la Russie s'est délibérément rendue moins dépendante des importations, politique qui porte aujourd'hui ses fruits. Certes, des produits importants manquent, surtout dans le domaine de la fabrication, mais la situation est loin d'être aussi dramatique que ce qui est présenté dans les médias mainstream occidentaux.

Une autre chose ne devrait pas plaire aux fauteurs des sanctions: la monnaie russe s'est consolidée à plus de 40% par rapport au dollar depuis le début de l'année. A cela s'ajoute l'énorme augmentation des revenus issus de la vente de pétrole et de gaz naturel, car la Russie continue à honorer ses contrats de livraison. Le trésor de guerre n'est pas seulement rempli au sens propre du terme, il l'est de manière inattendue !

L'Europe chancelle

Si l'on met en parallèle les évolutions et les perspectives dans les pays occidentaux, le bilan est triste, car l'Europe vacille. Le ministre fédéral allemand des Finances, Christian Lindner (FDP), a déjà promis à la population des privations qui dureront plusieurs années, des années de "renoncement dans l'intérêt d'objectifs supérieurs", pour ainsi dire, afin de punir la Russie pour son attaque contre l'Ukraine et d'assurer la domination américaine.

Il y a quelques jours, Agenda Austria a analysé les conséquences qu'entraînent ces "intérêts supérieurs" pour l'Autriche, et plus précisément l'impact que pourrait avoir une réduction des livraisons de gaz en provenance de Russie. Si la Russie livre 25% de moins, l'économie risque de perdre 2,4 points de croissance - ce qui devrait coûter environ 40.000 emplois. Et ce ne sont "que" les effets de la réduction des livraisons de gaz !

Les citoyens ne sont pas consultés

De plus, les citoyens ne soutiennent pas cette politique ! La majorité des Autrichiens ne veulent ni avoir froid, ni se serrer la ceinture pour "crâner face au Russe". Cette volonté devrait encore diminuer lorsque la population se rendra compte que les sanctions frappent plus durement les pays qui les ont imposées que le pays qu'elles devraient frapper.

Si vous avez aimé cet article, merci de soutenir le projet unzensuriert en faisant un don. Par paypal (carte de crédit) ou par virement bancaire sur AT58 1420 0200 1086 3865 (BIC : BAWAATWW), ltd. Unzensuriert

Suivez-nous sur notre canal Telegram pour commenter les articles et rester informé de Unzensuriert : https://t.me/unzAT .

 

mardi, 21 juin 2022

L'Europe est donc la grande perdante

wanago.jpg

L'Europe est donc la grande perdante

par Daniele Perra

Source : Daniele Perra & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/l-europa-dunque-e-la-grande-perdente

Début juin, le Centre d'études stratégiques et internationales basé à Washington (un groupe de réflexion très proche du ministère américain de la Défense et de l'industrie américaine de l'armement par laquelle il est copieusement financé) a publié un article d'Antony H. Cordesman intitulé "L'impact à long terme du conflit ukrainien et l'importance croissante du volet civil de la guerre", qui décrit bien la nouvelle approche nord-américaine du conflit en Europe de l'Est.

On y lit : "il semble désormais possible que l'Ukraine ne récupère pas ses territoires à l'est et ne reçoive pas rapidement l'aide dont elle a besoin pour la reconstruction". Une aide qui serait estimée, de manière très optimiste, à 500 milliards de dollars (un chiffre qui ne tient pas compte de la perte territoriale de sa région la plus riche). De plus, l'Ukraine devra compter avec une menace russe permanente qui limitera sa capacité à reconstruire ses zones industrialisées et qui, surtout au vu des pertes territoriales mentionnées supra, n'entraînera pas quelques problèmes en termes de commerce maritime (le risque que la Russie, une fois les opérations dans le Donbass terminées, se dirige vers Odessa, excluant complètement Kiev du littoral de la mer Noire, reste réel).

L'article rapporte également comment le conflit a mis en évidence, du côté russe, une utilisation coordonnée et très souple des moyens militaires, politiques et économiques en comparaison de laquelle, le simple recours à la guerre de propagande et au régime de sanctions du côté occidental a semblé sensiblement inefficace. Un facteur qui, d'une manière ou d'une autre, remodèlera le système mondial puisque la fin éventuelle des combats ne signifiera pas la fin de ses impacts économiques et géopolitiques à long terme. Sans compter que la Russie et la Chine développent une remarquable capacité à attirer les pays africains et asiatiques à leurs côtés (le récent cas du Mali, qui a choisi d'expulser les contingents français et italiens, en ce sens, est emblématique).

En outre, contrairement à la propagande occidentale jusqu'à présent, Cordesman affirme que seule une "infime partie" des actions russes en Ukraine peut être formellement définie comme des "crimes de guerre", malgré leur impact sur la population civile.

Maintenant, indépendamment des considérations du chef émérite en stratégie du Think Tank nord-américain (avec lesquelles on peut être d'accord ou non), ce qui est évident, c'est le changement de paradigme dans la narration du conflit par le centre de commandement de l'Occident.

Les Etats-Unis (ceux qui, selon Kissinger, n'ont que des intérêts et non des alliés) ne sont pas novices dans ces opérations d'abandon de l'"ami" lorsqu'ils ont atteint leur but ou ne le jugent plus utile (du Vietnam à l'Afghanistan, en passant par le Panama et l'Irak, l'histoire regorge d'exemples similaires). Il reste à voir si les États-Unis ont réellement atteint leurs objectifs en ce qui concerne le conflit en Ukraine ou si ce changement de paradigme peut être interprété comme un "retrait stratégique".

Il a été souligné précédemment que le conflit en Ukraine entraîne de profonds changements dans la structure économique, financière et géopolitique actuelle du monde. Peut-on parler d'une évolution vers un système multipolaire ? La réponse est oui, même si les États-Unis eux-mêmes tentent de la ralentir. Comment ? Il existe aujourd'hui trois (à l'avenir, il pourrait y en avoir quatre avec l'Inde) grandes puissances mondiales : les États-Unis, la Russie et la Chine (ces deux dernières sont considérées comme des puissances révisionnistes du système unipolaire). Cependant, le principal concurrent mondial du dollar est l'euro. Ergo, l'objectif nord-américain, pour gagner du temps dans la parabole descendante de l'empire nord-américain, est l'affaiblissement constant de la monnaie européenne. Outre l'Ukraine, qui est le grand perdant du conflit actuel en Europe de l'Est ? L'Union européenne. L'objectif des États-Unis, au moins depuis 1999, est de rendre leur propre industrie artificiellement compétitive en détruisant l'industrie européenne tout en maintenant le Vieux Continent dans un état de captivité géopolitique. L'élite politique européenne en est bien consciente, mais elle est trop occupée à poursuivre ses propres intérêts, ceux du portefeuille.

Prenez par exemple le cas limite de l'Italie, dont la stratégie énergétique à long terme a volé en éclats avec l'agression de l'OTAN contre la Libye. Depuis lors, les gouvernements Monti, Letta et Renzi ont été les principaux responsables de la subordination presque totale de la politique énergétique italienne au gaz russe. Aujourd'hui, les mêmes partis qui ont d'abord soutenu la nécessité d'une intervention en Libye, puis les gouvernements qui ont suivi celui de Berlusconi (responsable de la trahison de Tripoli) sont les mêmes qui demandent et applaudissent l'embargo sur les importations d'hydrocarbures en provenance de Russie, une fois de plus au mépris total de l'intérêt national de l'Italie. Dans ce contexte, la seule solution pour l'Italie ne peut être que de se débarrasser au plus vite du draghisme.

L'Europe est donc la grande perdante sur le plan économique et géopolitique. La possibilité d'une crise alimentaire en Afrique et au Proche-Orient en raison de la poursuite du conflit et, par conséquent, la réduction des exportations de céréales russes et ukrainiennes vers ces régions pourraient provoquer de nouvelles vagues de migration qui affecteront directement une Europe dans laquelle le problème de l'approvisionnement énergétique entraînera une inflation toujours plus élevée, une crise économique structurelle et une baisse relative de la qualité de vie générale.

Enfin, il ne faut pas sous-estimer le fait que l'ancre de salut pour l'Europe (du moins à court terme, car la diversification via l'Afrique et Israël semble bien loin) était censée être le gaz naturel liquéfié nord-américain. Eh bien, une étrange explosion a récemment mis hors service le HUB GNL de Freeport, au Texas, d'où partent les navires transportant le gaz vers l'Europe. L'infrastructure sera à nouveau opérationnelle à partir de la fin de 2022. Tout cela alors que Gazprom réduit ses exportations vers l'Europe en représailles à l'approbation d'un énième paquet de sanctions suicidaires.

Voir : 

The longer-term impact of the Ukraine conflict and the growing importance of the civil side of the war, www.csis.org

L'utopia di chi spera nel GNL di USA, Africa e Israele, www.ilsussidiario.net

L'UE ed il suo settore energetico,  www.eurasia-rivista.com.

mardi, 14 juin 2022

L'UE et son secteur énergétique après l'Ukraine

more_renewables.jpg

L'UE et son secteur énergétique après l'Ukraine

Par Ivelina Dimitrova

Source: https://www.eurasia-rivista.com/leu-ed-il-suo-settore-energetico-dopo-lucraina/

Le conflit militaire en Ukraine a considérablement affecté non seulement les parties directement impliquées, mais aussi l'ensemble de l'Europe et, dans un sens, le monde entier, car il entraîne des changements généraux dans la structure économique, financière et géopolitique en place à l'échelle mondiale.

On s'attend généralement à ce que le conflit militaire et les sanctions que l'Occident et la Fédération de Russie s'imposent continuellement l'un à l'autre approfondissent la division et conduisent à la création d'un monde multipolaire, où quelques superpuissances diviseront le monde en régions, chacune d'entre elles dominant ses propres territoires géographiques d'influence. Cette théorie est particulièrement populaire parmi les groupes de réflexion analytiques russes, où elle a commencé à être discutée il y a plus de deux décennies (après le 11 septembre 2001, qui a été un tournant symbolique précédant la fin du monde contrôlé uniquement par les États-Unis).

Les analystes européens ont commencé à discuter de ce scénario plus tard et il n'a été présenté officiellement aux médias et au grand public qu'après le début du conflit en Ukraine. Le ministre russe des affaires étrangères lui-même, Sergueï Lavrov, lors de son premier voyage à l'étranger après le début du conflit, qui s'est déroulé, non par hasard, à Pékin, a annoncé que "la Russie et la Chine veulent un ordre mondial multipolaire, équitable et démocratique".

W020211027444112508931.jpg

On ne sait pas encore si ce scénario pour le développement du monde se réalisera ou non, mais certains points importants sont devenus clairs depuis lors et méritent d'être mentionnés. Tout d'abord, le conflit militaire entre la Russie et l'Ukraine, qui est par essence un conflit à un niveau bien plus profond que l'aspect militaire et qui oppose en fait la Russie et l'Occident, a conduit à un point de non-retour entre les parties impliquées. La situation actuelle est différente de celle qui prévalait lors de l'annexion de la Crimée quand, bien que tendues, les relations entre Moscou et l'Occident collectif ont réussi à se normaliser, notamment sous la présidence de Donald Trump. Aujourd'hui, la Russie a joué "va banque", c'est-à-dire a parié sur le "tout ou rien", et il est clair qu'il lui est impossible de revenir à la situation antérieure, notamment parce que Moscou ne le souhaite pas, comme le montrent ses actions. Une autre chose, qui est déjà claire, c'est que l'Occident collectif (le monde anglo-saxon et l'Union européenne) ne peut plus unir le reste du monde autour de ses positions. Ce qui est bon pour le monde occidental n'est pas nécessairement bon pour le reste du monde. Des régions telles que l'Amérique latine, l'Asie et l'Afrique n'étaient pas intéressées par l'imposition de sanctions à l'encontre de la Russie (car cela va à l'encontre de leurs intérêts économiques), pas plus qu'elles n'étaient intéressées ou impliquées dans le conflit militaire en Ukraine en général. Ce fait montre que le monde n'est déjà plus monopolistique et que le reste des régions du globe ose désormais exprimer des positions politiques différentes de celles de l'Occident. À l'avenir, cette tendance sera de plus en plus patente. Le troisième fait que ce conflit a montré est que le système financier tel qu'il existe actuellement va changer radicalement. La demande de Moscou de payer le gaz en roubles, la monnaie russe, montre que de nouvelles monnaies (y compris électroniques) vont gagner en popularité et que l'hégémonie absolue du pétrodollar touche à sa fin. Avec elle aussi la domination économique et politique de Washington.

gas-rusia-rublos.jpg

Et si le scénario d'un monde multipolaire divisé en régions se réalise, la seule question ouverte est la suivante : qui seront les nouvelles superpuissances et quelles seront leurs régions d'influence ? Pour l'instant, trois des superpuissances apparaissent assez clairement sur l'échiquier - les États-Unis, la Fédération de Russie et la Chine. Il est également très probable que l'Inde devienne une nouvelle superpuissance avec sa propre sphère d'influence.

La situation de la Grande-Bretagne est tout à fait incertaine. Le Brexit a montré que Londres avait de grandes aspirations à maintenir ses positions et sa ligne politique indépendante de Bruxelles pour lui permettre de faire partie des nouvelles grandes puissances. Cependant, la question est de savoir si elle y parviendra ou non: c'est encore bien incertain. Londres continue à avoir et à jouer un rôle important dans la région de l'Asie centrale, au Pakistan et en Turquie (le Grand Turan), mais il se trouve qu'elle n'a plus les mêmes positions en Inde.

Le sort de l'UE et la manière dont son projet se développera à l'avenir ne sont pas clairs non plus. D'une certaine manière, le premier signe que le monde change, et qui a dû être analysé en profondeur à Bruxelles, a été le Brexit.  La sortie de Londres a remis en question l'existence même de l'UE, l'essence de son avenir, le concept même du projet européen et a créé un précédent très dangereux. La fin de l'ère Merkel, qui était considérée comme une figure centrale de la politique européenne, a montré que, pour l'instant, l'UE n'a pas de leadership fort capable de donner des orientations politiques à tous les États membres.  Par conséquent, l'avenir de l'Europe après le conflit en Ukraine est plus incertain et plus vulnérable car on ne sait toujours pas si l'UE maintiendra sa relation étroite (et dans une certaine mesure sa dépendance) avec Washington, si elle deviendra plus indépendante et si elle conservera sa forme politique actuelle.

Cependant, quel que soit le monde après l'Ukraine, une chose est sûre pour l'instant : une fois de plus, après le printemps arabe au Moyen-Orient, le Vieux Continent est la région qui sera la plus touchée en raison de sa proximité avec la zone de conflit et de ses liens économiques étroits avec l'Ukraine et la Russie. Surtout, l'UE sera affectée économiquement en raison des sanctions imposées à et par la Russie. Il n'est pas exclu que, dans le pire des scénarios possibles de famine et de pénurie alimentaire (l'Ukraine et la Russie sont les principaux fournisseurs de céréales pour la région du Moyen-Orient et l'Afrique), l'Europe soit à nouveau frappée par des vagues de migration en provenance de ces régions. Mais même sans que ce sombre scénario ne se réalise, il existe un risque réel que dans le nouvel ordre mondial et le nouvel équilibre des pouvoirs, l'Europe soit potentiellement la grande perdante - tant sur le plan géopolitique qu'économique. Elle a également le plus à perdre étant donné que, jusqu'à présent, la qualité de vie sur le Vieux Continent est la plus élevée au monde.

Il ne fait aucun doute que l'un des plus grands défis et l'une des plus grandes préoccupations de l'UE après le conflit en Ukraine seront les approvisionnements en énergie eux-mêmes et la hausse des prix des ressources énergétiques entraînant une très forte inflation au niveau mondial et, de là, une crise économique structurelle. Certains des défis pour le secteur de l'énergie sont directement liés à la crise en Ukraine, alors que d'autres ne le sont pas. Et même si Bruxelles essaie de parler d'une seule voix en termes de politique énergétique contre la Russie, les intérêts des membres de l'UE dans le secteur de l'énergie sont très différents. Cela est dû au fait que l'impact économique des sanctions diffère d'un pays à l'autre. Par exemple, un pays comme l'Espagne sera beaucoup moins touché que la Bulgarie, car le premier est moins dépendant des approvisionnements énergétiques russes, alors que le second en est encore presque totalement dépendant. Pour cette raison, un regard plus détaillé sur la carte énergétique de l'Europe sera proposé afin d'esquisser des scénarios possibles de ce à quoi nous pouvons nous attendre.

Le tableau 1 montre la production d'électricité par habitant en Europe par type de combustible. Les données datent de 2013 et bien qu'il y ait quelques variations et changements une décennie plus tard, il est important de prendre ce tableau en considération alors que le resserrement des conditions économiques et les sanctions contre la Russie, principal fournisseur de ressources énergétiques de l'Europe, mettent en danger le Green Deal et la transition de l'Europe vers une économie à zéro émission. Au cours de la dernière décennie, l'UE a fait d'énormes progrès vers une économie verte et a considérablement augmenté la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique. Mais en période d'aggravation de la crise économique dans le monde, de montée en flèche des prix des ressources énergétiques et, de surcroît, de restrictions sévères imposées à son principal fournisseur d'énergie - l'Europe risque de revenir aux sources de production d'énergie d'avant la transition verte. En fait, les premiers signes sont déjà là : après avoir limité autant que possible les importations d'énergie en provenance de Russie et afin de compenser l'écart créé, certains pays ont annoncé leur intention de rouvrir la production d'énergie non verte. Par exemple, la plus grande économie d'Europe, l'Allemagne, après avoir fermé ses derniers réacteurs nucléaires et après le début du conflit en Ukraine, a annoncé qu'elle pourrait ne pas éliminer progressivement ses centrales électriques au charbon comme prévu initialement. Le pays fortement dépendant des importations de gaz en provenance de Russie a annoncé en mars 2022 qu'il créait des réserves stratégiques de charbon qui permettraient aux centrales électriques de fonctionner sans importations pendant 30 jours d'hiver [1].

Immagine1.png

Tableau 1; Source : https://ec.europa.eu/energy

Le Green Deal qui envisage une économie écologiquement neutre en Europe d'ici 2050 nécessite d'importants investissements dans les nouvelles technologies et la restructuration énergétique, qui, en période de conflits militaires, d'inflation élevée et de crise économique à venir, pourraient ne plus être disponibles. De nombreux pays de l'UE soutiennent l'Ukraine en lui fournissant une aide militaire et humanitaire. Les pays frontaliers tels que la Pologne, la Roumanie, la Bulgarie et la Slovaquie acceptent également un grand nombre de migrants ukrainiens, et les fonds destinés à la transition énergétique et aux innovations dans le secteur de l'énergie pourraient ne plus être disponibles, du moins dans un avenir proche. Plus encore en période de hausse des prix mondiaux des denrées alimentaires et des matières premières, une transition stricte vers l'émission zéro en Europe rendra les économies de l'UE non compétitives à l'échelle mondiale, car le coût de l'énergie pour la production en Europe deviendra encore plus élevé que dans le reste du monde. Enfin, quel serait l'impact écologique mondial si l'Europe devenait zéro émission mais que les régions environnantes comme le Moyen-Orient, la Russie, la Turquie et l'Afrique du Nord ne le faisaient pas ?

Le principal problème est que l'Europe, bien qu'augmentant sa part d'énergie renouvelable, reste très dépendante des importations d'énergie, notamment de la Russie. Les données de la Commission européenne [2] montrent que 40% des importations de gaz naturel de l'UE proviennent de Russie, 18% de Norvège, 11% d'Algérie et seulement 4,6% du Qatar. Mais l'Europe est également très dépendante de la Russie pour l'importation de combustibles fossiles et de pétrole (environ 30 % des importations totales proviennent de là). C'est une dépendance qui pourrait être surmontée et remplacée à long terme, mais pas à court terme, sinon l'UE elle-même risque une catastrophe économique. En bref, l'Europe pourrait remplacer les approvisionnements énergétiques en provenance de la Russie, mais pas immédiatement et on ne sait pas encore quel prix social les Européens devront payer pour cela.

carte6.png

Tableau 2 ; Source : Eurostat, mai 2020

En réalité, malgré toutes les intentions et stratégies de transition énergétique pour la période de 1990 à 2020, l'UE en général a maintenu les mêmes niveaux d'importations d'énergie malgré la forte augmentation de la part des énergies renouvelables. Cela est dû au fait que, dans l'intention de devenir plus verts, de nombreux pays ont fermé leurs secteurs énergétiques à forte intensité de carbone, mais comme ils ne pouvaient pas compenser immédiatement cette fermeture par des énergies renouvelables, ils l'ont compensée par des importations, paradoxalement principalement en provenance de Russie. Le tableau 2 du "Statistical pocketbook for 2020" de la Commission européenne montre les importations des principaux carburants en Europe pour la longue période de 1990 à 2018.

En outre, la dépendance de l'UE à l'égard des importations de gaz naturel a considérablement augmenté entre 1990 et 2018, tandis que les importations de combustibles fossiles et de pétrole sont restées pratiquement inchangées. Et même si la part des importations de ressources énergétiques a diminué pour certains pays en raison de l'augmentation de la production d'énergies renouvelables, la dépendance moyenne pour l'ensemble de l'UE reste considérable. Certains pays comme l'Italie ont diminué leur dépendance aux importations d'énergie, d'autres comme l'Allemagne sont devenus plus dépendants de ces importations.

Les données du tableau 3 [3], établies à partir des statistiques d'Eurostat, confirment unanimement ce qui a été dit précédemment, à savoir que l'Europe a largement remplacé sa production d'énergie par des importations au cours des deux dernières décennies. La transition vers les énergies renouvelables est importante mais encore loin d'être suffisante pour assurer le fonctionnement de l'économie européenne et, en période de crise économique, la mise en œuvre des innovations et des nouvelles technologies peut finir par être ralentie en raison d'un manque de ressources financières.

carte5.png

Tableau 3; Source : Eurostat

Selon les données d'Eurostat [4], en 2020, l'Union européenne a produit 42 % de son énergie (contre 40 % en 2019) et le reste a été importé. La baisse des importations est due à la crise de Covid et au ralentissement des économies européennes. Le bouquet énergétique de l'ensemble de l'UE est composé de cinq grands types de combustibles : les produits pétroliers, dont le pétrole brut qui représente 35 % du total (près de 30 % est importé de Russie), le gaz naturel représente 24 % du bouquet énergétique total (près de 40 % est importé de Russie), les énergies renouvelables 17 % du bouquet énergétique européen total, l'énergie nucléaire environ 13 % et les combustibles fossiles solides 12 %.

Comme mentionné plus haut, un point important qui empêche Bruxelles de parler d'une seule voix est que les sources d'énergie dans les mix énergétiques varient largement entre les pays, de sorte que chaque pays sera affecté différemment par la situation actuelle et les sanctions contre Moscou. Par exemple, l'Allemagne, malgré l'augmentation des énergies renouvelables, reste fortement dépendante des combustibles fossiles et du gaz naturel (importé à 97%) ; des pays comme Chypre et Malte sont dépendants du pétrole brut, l'Italie et les Pays-Bas sont fortement dépendants du gaz naturel (40% et 38% respectivement) ; le mix énergétique de la France est composé à 41% d'énergie nucléaire ; la Suède et la Lettonie ont la plus grande part d'énergies renouvelables 49% et 40% et la Pologne et l'Estonie sont toujours dépendantes des combustibles fossiles. Il est évident que les pays qui ont une part considérable de gaz naturel, de pétrole et de combustibles fossiles dans leur mix énergétique seront les plus touchés. Même s'ils n'importent pas de Russie, les restrictions russes à l'importation et la demande accrue de ces produits sur le marché international entraîneront une augmentation significative des prix qui aura des conséquences économiques et sociales.

Prenons à nouveau l'exemple de l'Allemagne, qui a été l'un des moteurs du "green deal" européen et dans ce rôle, elle a prévu d'éliminer les combustibles fossiles de son mix énergétique d'ici 2045 ; le gaz naturel était donc considéré comme un pont dans cette transition. Maintenant, avec l'incertitude sur le sort des approvisionnements en provenance de la Russie, Berlin discute des options pour construire des terminaux GNL afin de livrer du gaz provenant de différents fournisseurs, car d'autres pays voisins comme la France, les Pays-Bas et la Belgique possèdent déjà de tels terminaux. Selon les informations de la Commission européenne, les importations de GNL représentaient 20 % des importations totales de gaz de l'UE en 2021, dont la demande est d'environ 400 milliards de m3 par an, ce qui fait de l'Europe le plus grand importateur de gaz au monde. La capacité totale d'importation de GNL de l'UE est d'environ 157 bcm par an et les plus grands importateurs de GNL en Europe sont l'Espagne (21,3 bcm), la France (18,3 bcm), l'Italie (9,3 bcm), les Pays-Bas (8,7 bcm) et la Belgique (6,5 bcm).

Toutefois, le GNL a une empreinte écologique plus importante que le gazoduc ; les processus de refroidissement, de transport et de liquéfaction nécessitent également beaucoup d'énergie. Une autre préoccupation qui déplaît aux organisations environnementales est le fait que le GNL en provenance des États-Unis est basé sur la technologie de fracturation, considérée comme écologiquement hostile et donc interdite dans de nombreux pays européens. Un point positif de l'infrastructure GNL est qu'elle pourrait être utilisée pour la production d'hydrogène lorsque cette technologie sera développée et mise en œuvre pour une utilisation de masse. Cependant, il ne faut pas sous-estimer le coût de la mise en œuvre des futures technologies de l'hydrogène et le coût de la construction des terminaux GNL à l'heure actuelle. En outre, certaines régions du continent européen telles que le Sud-Est, l'Europe centrale et orientale et la Baltique ne disposent pas encore d'une infrastructure développée pour le GNL, ce qui nécessitera des investissements supplémentaires. La principale préoccupation des utilisateurs finaux de gaz et des gouvernements est que le GNL peut être sensiblement plus cher pour le consommateur final. C'est notamment un problème pour les pays d'Europe de l'Est où la pauvreté énergétique (les consommateurs qui, pour des raisons financières, ne peuvent pas se permettre de payer leurs factures ou ne peuvent pas chauffer leur maison à une température adéquate) est assez répandue. Cependant, malgré ses inconvénients et ses coûts, compte tenu de la situation énergétique actuelle en Europe, la construction de terminaux GNL est une option à planifier et à développer, bien qu'à un prix plus élevé.

Le secteur des énergies renouvelables présente lui-même certaines spécificités qui doivent être analysées plus en profondeur afin que ce secteur ne reste pas bloqué dans cette période difficile. Quand on parle d'énergie renouvelable produite à partir du soleil, du vent ou de l'eau, il faut considérer que chaque pays a des spécificités géographiques qui le rendent moins ou plus apte à développer tel ou tel type d'énergie renouvelable. Par exemple, certains pays ont plus de soleil, d'autres plus de vent ou de ressources en eau et d'autres encore n'en ont pas. Les technologies telles que l'hydrogène pour la production d'énergie doivent encore être développées pour se généraliser en Europe à un prix acceptable. Un autre défi considérable pour le secteur des énergies renouvelables dans l'UE, s'il doit compenser partiellement l'approvisionnement en énergie russe, est le fait que les technologies de stockage de l'énergie doivent être développées et mises en œuvre rapidement, sinon les énergies renouvelables ne sont pas compétitives. Le plus grand inconvénient est que sa production n'est pas stable au cours de la journée et au fil des saisons et qu'il faut donc développer des installations de stockage pour équilibrer, ce qui n'est pas le cas pour l'instant. Le manque d'infrastructures pour le transport et la disponibilité de l'énergie provenant de sources renouvelables est également un problème considérable pour la plupart des pays.

Un autre défi considérable est que la plupart des matériaux utilisés pour la production des technologies d'énergie renouvelable, comme les panneaux solaires, les batteries de stockage, les voitures électriques, sont fabriqués à partir de métaux rares et coûteux que l'Europe importe. Cela signifie, encore une fois d'une manière ou d'une autre, en fonction de facteurs externes. Parmi les métaux clés pour les économies à faible émission de carbone figurent le lithium, le nickel, le cobalt, le manganèse et le cuivre. Ainsi, au lieu d'être à forte intensité de carbone, l'économie européenne peut devenir à forte intensité de métaux, ce qui permet de contenir le risque que le monde connaisse des pénuries de certains d'entre eux dans un avenir proche.

Les graphiques de certains des métaux les plus demandés pour les technologies des énergies renouvelables (ces graphiques ne représentent pas tous les métaux utilisés et nécessaires dans les nouvelles technologies) montrent que les tendances ne sont pas en faveur de l'Europe car elle ne possède pas de réserves substantielles de ces ressources.

Les tableaux suivants montrent où se trouvent les plus grandes réserves de matières premières nécessaires à la production de technologies d'énergie renouvelable[5].

Les pays possédant les plus grandes réserves de cobalt, de lithium et de métaux de terres rares sont indiqués sur les cartes.

carte4.png

Tableau 4; Source : www.carbonbrief.org

carte3.png

Tableau 5; Source : www.carbonbrief.org

carte2.png

Tableau 6; Source : www.carbonbrief.org

Les graphiques sont loin d'être détaillés et n'incluent pas tous les métaux utilisés dans les technologies renouvelables, mais ils montrent clairement le risque potentiel que l'UE échange une dépendance contre une autre. Par exemple, elle pourrait réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie et augmenter sa dépendance vis-à-vis des importations de métaux en provenance de pays tels que la République démocratique du Congo ou la Chine. Cela reviendrait à répéter la situation qui s'est produite au cours des deux dernières décennies : de nombreux pays européens ont fermé leurs secteurs énergétiques à forte intensité de carbone mais ont augmenté leur dépendance à l'égard des importations d'énergie en provenance de Russie. Si elle n'est pas étudiée en détail, l'histoire risque de se répéter également avec les énergies renouvelables. Il faut également tenir compte du fait que la Russie détient une part très importante des métaux rares utilisés dans les technologies des énergies renouvelables.

Le dernier, mais non le moindre, des défis auxquels sont confrontées les énergies renouvelables est que le recyclage des métaux usagés n'est pas encore bien étudié et développé. Certains métaux peuvent être recyclés alors que d'autres, comme les métaux rares, ne le sont pas encore. Par conséquent, le recyclage ou le stockage des batteries au lithium, des panneaux solaires et d'autres technologies doit encore être amélioré, ce qui signifie davantage de coûts et d'investissements dans cette direction.

La transition d'une économie à forte intensité de carbone vers une économie à forte intensité de métaux recèle sans aucun doute de nombreux risques, vulnérabilités et empreintes écologiques à côté des avantages que nous connaissons déjà. Et l'Europe doit évaluer à l'avance les vulnérabilités et les dépendances auxquelles elle serait exposée sur la voie du Green Deal.

Carte1.png

Tableau 7; Source : www.world-nuclear.org

L'énergie nucléaire, et en particulier le développement de réacteurs nucléaires de petite et moyenne taille, pourrait être une option acceptable pour de nombreux pays de l'UE, notamment ceux qui possèdent déjà des centrales nucléaires, car ils disposent du savoir-faire et de la capacité technologique pour la mettre en œuvre plus rapidement. L'énergie nucléaire, contrairement aux énergies renouvelables, est très stable à tout moment de l'année et de la journée et, en ce sens, pourrait équilibrer l'énergie provenant de sources renouvelables qui dépend de nombreux facteurs externes tels que le climat. De nombreux pays du Moyen-Orient, dont les plus grands producteurs mondiaux de pétrole et de gaz, ont commencé à construire des centrales nucléaires pour équilibrer leur mix énergétique. Dans l'UE, selon les statistiques d'Eurostat, les centrales nucléaires ont généré environ 24 % de l'électricité totale en 2020, bien que, en raison des problèmes de sécurité et dans le contexte de la transition vers le Green Deal, la tendance soit à la diminution de ce type d'énergie. Actuellement, 13 pays de l'UE ont des centrales nucléaires en activité et pour ceux qui en ont, et pour l'Europe dans son ensemble, les centrales nucléaires pourraient être une solution permettant d'atténuer partiellement la crise de l'approvisionnement énergétique. Les normes de sécurité en Europe sont parmi les plus élevées au monde, et en s'y conformant, l'énergie nucléaire pourrait aider l'Europe dans la situation extrême dans laquelle elle se trouve actuellement.

Le secteur européen de l'énergie avait de nombreux défis à relever dans le cadre de la transition vers le Green Deal et en a deux fois plus aujourd'hui avec le conflit en cours avec la Russie et la montée en flèche des prix des ressources énergétiques dans le monde. On ne sait toujours pas comment se dérouleront les livraisons d'énergie en provenance de Russie, notamment pendant la prochaine saison hivernale. La stabilité sociale et économique du vieux continent est mise en danger en cas de pénurie d'énergie.

Dans cette situation extrême, l'Europe doit rechercher toutes les solutions alternatives pour devenir plus indépendante des importations d'énergie et maintenir la compétitivité de son économie. La transition vers le Green Deal ne doit pas se faire maintenant à n'importe quel prix, mais seulement après une évaluation claire du prix économique et social que les Européens doivent payer pour cela. Dans le contexte des nouveaux équilibres géopolitiques, il est plus important que jamais que l'Europe reste unie, ce n'est qu'à cette condition qu'elle pourra maintenir son importance géopolitique sur la scène mondiale. Mais pour préserver l'Union, Bruxelles doit tenir compte des nouvelles réalités. Les États membres de l'UE sont différents, leur potentiel économique est différent, leurs secteurs énergétiques sont différents, et les intérêts de tous les pays doivent être pris en compte. L'imposition unilatérale du pouvoir par Bruxelles ou la centralisation imposant la volonté des eurobureaucrates de Bruxelles ne fera qu'accroître le scepticisme européen parmi les gouvernements et les citoyens européens.

Plus que jamais, il est important que l'UE élabore son concept d'existence dans le nouveau monde sur la base des intérêts des citoyens européens. Plus que jamais, Bruxelles doit donner la priorité au bien-être économique et social de ses citoyens.  Pour la définition du nouveau rôle et des piliers conceptuels de l'Union, l'Europe a besoin d'une nouvelle philosophie existentielle.  Aujourd'hui plus que jamais, la voix des groupes de réflexion analytiques nationaux, des enseignants universitaires et des scientifiques doit être entendue par les politiciens, tant au niveau national qu'à Bruxelles. En ces temps de turbulences, il convient d'écouter et d'analyser attentivement les différentes opinions en Europe et à Bruxelles, sans oublier que l'anglais n'est plus qu'une langue de convenance dans l'Union.

NOTES:

[1] Euractiv.com, Germany reactivates coal power plants amid Russian gas supply threats, Nikolaus J. Kurmayer, 9 mars 2022, https://www.euractiv.com.

[2] Commission européenne, Direction générale de l'énergie, L'énergie dans l'UE en chiffres : le pocketbook statistique 2020, Office des publications, 2020, https://data.europa.eu/doi/10.2833/29877.

[3] Commission européenne, Direction générale de l'énergie, L'énergie dans l'UE en chiffres : le pocketbook statistique 2020, Office des publications, 2020, https://data.europa.eu/doi/10.2833/29877.

[4] Commission européenne, https://ec.europa.eu/eurostat/cache/infographs/energy/bloc-2a.html?msclkid=da2575f2cf6111ec9aa87e67219bcc8d

[5] https://www.carbonbrief.org/explainer-these-six-metals-ar...

lundi, 13 juin 2022

Les guerres énergétique et alimentaire se retournent l'une contre l'autre et mettent Biden au pied du mur

SM6XE7SU2ZLAPB2XPHYUMAAG4Y.jpg

Les guerres énergétique et alimentaire se retournent l'une contre l'autre et mettent Biden au pied du mur

Par Alfredo Jalife Rahme

Source: KontraInfo / https://noticiasholisticas.com.ar/las-guerras-energetica-y-alimentaria-se-retroalimentan-y-ponen-a-biden-contra-la-pared-por-alfredo-jalife-rahme/

La Russie gagne la "guerre économique" (https://bit.ly/3xohBsg) que lui imposent les États-Unis et l'OTAN - qui contrôlent une Union européenne (UE) méconnaissable - alors que les prix du pétrole et du gaz ont grimpé en flèche jusqu'en des hauteurs stratosphèriques, tandis que le rouble, désormais la monnaie la plus puissante du monde, s'échange à moins de 61 pour un dollar.

Le Wall Street Journal fait une excellente remarque : "Ne riez pas (sic) : La Maison Blanche veut fabriquer des panneaux solaires et des bombes thermiques pour arrêter Vladimir Poutine" (https://on.wsj.com/3GTQxo5).

Biden rend la guerre de Poutine en Ukraine responsable de son "urgence énergétique" - qui met en péril l'approvisionnement en électricité cinq mois avant les élections de mi-mandat - par le biais de l'amendement de la production de défense, exhumé depuis la guerre contre la Corée, pour stimuler les panneaux solaires et autres "énergies propres" (https://bit.ly/3tjoaKg). Le problème des "énergies renouvelables" - solaire (note : les trois quarts de leurs modules proviennent d'Asie du Sud-Est) et éolienne - est leur caractéristique "intermittente" qui dépend des caprices de la météo.

energie-eolienne-solaire.jpg

M. Biden rend également Poutine responsable de la hausse imparable des prix de l'essence, de l'inflation la plus élevée depuis 40 ans et de la crise alimentaire mondiale en cours. Jusqu'à présent, il ne l'a pas rendu responsable de la crise surréaliste des "aliments pour bébés" aux États-Unis.

Puisque nous utilisons ici la méthode dialectique, il vaut la peine d'écouter le point de vue du président Poutine qui, dans une interview à Rossiya 1 TV, a mis à nu la manipulation financière de Wall Street derrière la crise alimentaire, bien avant son "opération militaire" en Ukraine : "la masse monétaire aux États-Unis a augmenté de 59.000 milliards de dollars en moins de deux ans, de février 2020 à fin 2021, avec une productivité (sic) sans précédent des machines à imprimer l'argent" alors que le "taux de liquidité total a augmenté de 38,6 %".

M. Poutine estime qu'il s'agit d'une "erreur des autorités économiques et financières américaines, qui n'a rien à voir avec les actions de la Russie en Ukraine, il n'y a pas la moindre corrélation".

7c7b0f_d3e806cab65548ef8626b49d3db9a746mv2-bb.jpeg

Poutine est manifestement bien conseillé par Sergey Glazyev (photo), un économiste russe réputé, dont les théories sur "l'économie physique" qui l'emporte sur "l'économie financière spéculative" du duo anglo-saxon de Wall Street et de la City (Londres), et dont les travaux récents méritent d'être consultés.

Selon Poutine, l'impression dérégulée de la masse monétaire par Wall Street "a été la première étape - immense - vers la situation alimentaire défavorable actuelle" qui a "explosé immédiatement". Et Poutine n'aborde pas la manipulation du cartel alimentaire anglo-saxon, le fameux ABCD : ADM-Bunge-Cargill-Dreyfus (https://bit.ly/3Q5ohmv).

Il a également critiqué les politiques européennes en matière d'"énergie verte", qui ont exagéré les capacités des "énergies alternatives", lesquelles ne peuvent être produites "dans les quantités requises, avec la qualité requise et à des prix acceptables", alors que "dans le même temps, elles ont commencé à éclipser l'importance des types d'énergie conventionnels, y compris, surtout, les hydrocarbures".

Poutine en déduit que le résultat de tout cela est que "les banques ont cessé d'émettre des prêts (...) Les compagnies d'assurance ont cessé de garantir les règlements. Les autorités locales ont cessé de garantir les contrats, d'attribuer des parcelles de terrain pour étendre la production, et ont réduit la construction de transports spéciaux, y compris les pipelines. Tout cela a conduit à une pénurie d'investissements énergétiques et à une flambée des prix : "Les vents n'ont pas été aussi forts que prévu l'année dernière, l'hiver a été retardé et les prix ont augmenté instantanément, et avec la hausse des prix du gaz est venue une hausse des prix des engrais", que les "Anglo-Saxons" ont aggravée en "imposant des sanctions sur les engrais russes".

La morosité qui plane sur la Maison Blanche est désormais compréhensible, selon le site Internet Politico (https://politi.co/3xz7UaR).

https://alfredojalife.com

Facebook : AlfredoJalife

Vk : alfredojalifeoficial

Télégramme : https://t.me/AJalife

https://www.youtube.com/channel/UClfxfOThZDPL_c0Ld7psDsw?view_as=subscriber

Tiktok : ZM8KnkKQn/

Podcast : 3uqpT1y

 

Quand tout affecte tout - La Russie, l'Occident et l'ère de l'instabilité

18.jpg

Quand tout affecte tout - La Russie, l'Occident et l'ère de l'instabilité

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/06/09/kun-kaikki-vaikuttaa-kaikkeen-venaja-lansi-ja-epavakauden-aika/

"C'est une chose d'affirmer de manière clichée que tout dans le monde est interconnecté. Mais c'est tout autre chose de voir ce qui se passe réellement lorsque ces connexions se rompent", écrit Wolfgang Münchau, directeur du groupe de réflexion Eurointelligence.

Münchau, qui vit à Oxford, au Royaume-Uni, admet que les sanctions occidentales étaient fondées sur le "postulat trompeur selon lequel la Russie est plus dépendante de nous que nous le sommes de la Russie".

Mais la Russie a "plus de blé qu'elle ne peut en manger et plus de pétrole qu'elle ne peut en brûler". La Russie est "un fournisseur de produits primaires et secondaires dont le monde est devenu dépendant". Comme on le sait, le pétrole et le gaz sont les principales sources de revenus des exportations russes.

9783446423459-fr-300.jpgMais c'est dans d'autres secteurs que notre dépendance est la plus forte, souligne M. Münchau : certains produits alimentaires et les métaux des terres rares. La Russie n'en a pas le monopole, "mais lorsque le plus grand exportateur de ces produits disparaît, le reste du monde en souffre immédiatement".

La Russie est le plus grand producteur de gaz naturel au monde, représentant un peu moins de 20 % des exportations mondiales. Pour le pétrole, la Russie vient après l'Arabie Saoudite avec 11% des exportations mondiales. La Russie est également le plus grand fournisseur d'engrais et de blé, la Russie et l'Ukraine représentant près d'un tiers des exportations mondiales de blé.

En termes de métaux de terres rares, la Russie est la plus grande source de palladium au monde. Le palladium est un métal précieux important pour les industries de l'automobile et de l'électronique et est actuellement plus cher que l'or. La Russie est également le premier fournisseur mondial de nickel, nécessaire pour les batteries et les voitures hybrides.

L'industrie allemande a déjà prévenu qu'elle était dépendante du gaz russe, mais aussi d'autres fournitures importantes en provenance de Russie. Ce fait ne sera pas modifié par les fluctuations politiques, mais le gouvernement finlandais, par exemple, ne semble pas s'intéresser à la realpolitik.

Münchau se demande maintenant si cette politique de sanctions a été pensée jusqu'au bout. Les ministres ont-ils imaginé que les crises mondiales en matière d'énergie et de nourriture pouvaient être résolues simplement en pointant du doigt Poutine ? Même pendant la guerre froide entre l'Union soviétique et l'Occident, le commerce se poursuivait et les robinets de gaz restaient ouverts.

Les confinements de l'ère du coronavirus nous ont appris à quel point les différents pays sont vulnérables aux perturbations des chaînes d'approvisionnement. Les Européens n'ont que deux voies pour transporter des marchandises en masse vers et depuis l'Asie : soit par conteneur et par mer, soit par rail via la Russie.

9783446418479-fr-300.jpgMünchau estime qu'il n'existait aucun plan spécifique pour faire face à une pandémie, et encore moins à une guerre. Les conteneurs sont maintenant bloqués à Shanghai et les chemins de fer ont été fermés à cause de la guerre en Ukraine. En tant qu'analyste appartenant au courant dominant, Münchau n'avance cependant pas les raisons les plus radicales de l'état actuel des choses.

Il rappelle que les sanctions économiques occidentales fonctionnaient lorsque le pays cible était suffisamment petit. Il cite en exemple l'Afrique du Sud, l'Iran et la Corée du Nord dans les années 1980. Mais la Russie est une cible beaucoup plus grande et plus difficile à influencer.

Même le PIB n'est pas une mesure suffisamment significative. En termes de PIB, la Russie peut n'avoir que la taille des pays du Benelux ou de l'Espagne, mais cette mesure ne tient pas compte des effets de réseau.

"Ces effets de réseau sont suffisamment importants pour rendre les sanctions économiques insoutenables", déclare Münchau. Il existe des sources d'approvisionnement alternatives pour les biens russes, mais si l'approvisionnement est coupé de façon permanente, les mêmes biens ne peuvent pas être produits dans les mêmes quantités qu'auparavant. L'économie réagira en augmentant les prix et en réduisant l'offre et la demande.

Comme de nombreux commentateurs de la politique mondiale, Münchau est arrivé à la conclusion que tous les pays sont tellement interdépendants que des sanctions ne peuvent être imposées à l'un d'entre eux sans causer d'énormes dommages aux autres, et dans ce cas à l'Occident lui-même.

Et que dire des fanatiques anti-russes qui prétendent que le mal des sanctions en vaut la peine, tant que les conséquences sont subies entre les murs du Kremlin ? Pour le chef d'Eurointelligence, cela semble aussi fou que si "un professeur d'économie soutenait que la hausse du chômage en vaut la peine".

Münchau répète le mantra de l'infoguerre occidentale selon lequel "l'impact direct des sanctions sur la Russie est plus important que sur l'Occident", mais "la différence entre l'impact et notre seuil de douleur est cruciale" ; le seuil de Poutine est, selon le chercheur, beaucoup plus élevé.

L'analyste allemand ne voit pas de solution facile pour sortir de la situation actuelle. Bien que l'objectif ultime de l'administration américaine soit de se débarrasser de Poutine et de le remplacer par un "dirigeant démocratique pro-occidental", cette issue semble peu probable.

9780071634786-fr-300.jpgMême une défaite militaire russe - qui n'est pas à l'horizon, malgré les vœux pieux des militants pro-Ukraine - ne déclencherait pas nécessairement une nouvelle révolution russe dans le sens de la soumission à l'Occident, et les problèmes d'approvisionnement resteraient inchangés.

Münchau pense qu'une sorte d'accord devrait être conclu avec Poutine, y compris la levée des sanctions. Sinon, le monde risque d'être divisé en deux blocs commerciaux, "l'Occident et les autres". Dans son état actuel de dégradation, l'"Occident" n'est plus un dictateur triomphant, mais risque de s'isoler du reste.

Il faut donc un regain de diplomatie et de pragmatisme en politique étrangère. Si les chaînes d'approvisionnement sont réorganisées, l'énergie et les terres rares russes continueront d'être consommées ailleurs, mais "il nous restera les hamburgers Big Mac", s'emporte Münchau.

Pour Münchau, les sanctions économiques ressemblent au "dernier hourra d'un Occident dysfonctionnel". La guerre en Ukraine lui semble être un "catalyseur de la démondialisation massive".

L'analyste doute que l'Occident soit réellement prêt à faire face aux conséquences des politiques étrangères et économiques actuelles, à savoir "une inflation continue, une baisse de la production industrielle, un ralentissement de la croissance et une hausse du chômage".

Personnellement, j'estime que l'actuel "état de désordre" est fondamentalement un problème créé par le système capitaliste et la mondialisation néolibérale. L'effondrement est ralenti par les crises afin de mettre à jour un système obsolète. Les puissances supranationales actuelles ne sont pas prêtes à abandonner les acquis qu'elles ont obtenus.

Les effets de ces politiques destructrices restent à voir. Un challenger au pouvoir occidental de l'argent émergera-t-il ? On pense que la Chine est une puissance qui va reprendre sa place au centre du monde, mais j'ai aussi quelques doutes sur ce scénario.

Même s'il y a un passage à une configuration compétitive basée sur les blocs au niveau des États dans un avenir proche, les agendas transnationaux semblent continuer à progresser. C'est au niveau international qu'un changement radical des objectifs et des actions des différentes institutions serait nécessaire, mais ce n'est certainement pas encore en vue.

mardi, 07 juin 2022

Le triangle de l'or noir. L'autre jeu de la Russie

Russia-crude-oil.jpg

Le triangle de l'or noir. L'autre jeu de la Russie

Lorenzo Vita

SOURCE : https://it.insideover.com/politica/sistema-petrolio-russo-cremlino-golfo.html

Le pétrole russe est au centre de la scène mondiale. Après le sixième train de sanctions contre Moscou, des sanctions nullement sévères mais néanmoins incisives, l'or noir est redevenu l'un des nœuds stratégiques des relations entre la Russie et l'Occident.

Mais le pétrole, peut-être plus que le gaz, ne concerne pas seulement la guerre diplomatique qui se joue entre le Kremlin et les chancelleries d'Europe et d'outre-mer. Pour Moscou, en effet, la question du pétrole a une portée qui passe aussi par les relations avec les États du Moyen-Orient, et en particulier avec les monarchies du Golfe. Un monde bien différent de celui représenté par le bloc euro-atlantique, mais qui, d'un point de vue économique et stratégique, représente une zone décisive pour les équilibres internationaux. Sur le plan énergétique, sur le plan financier, mais aussi sur le plan stratégique.

Ce n'est pas une coïncidence si le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, s'est rendu dans les pays arabes du Golfe Persique alors que les combats font encore rage en Ukraine. Une tournée qui, entre autres, est arrivée juste au moment de l'annonce des sanctions européennes sur le pétrole importé par voie maritime de Russie.

_125001177_russia_europe_oil_pipellines-nc-2x-nc.png

Le chef de la diplomatie russe est arrivé à Riyad, la capitale de l'Arabie Saoudite, en récoltant une victoire diplomatique particulièrement importante. Oui, le Golfe ne peut officiellement que condamner l'agression. Les pays du Conseil de coopération du Golfe ont exprimé une "position unifiée" sur la guerre en Ukraine et son "impact négatif". Et le ministre saoudien des Affaires étrangères, Faisal bin Farhan, a rappelé que même après la vidéoconférence avec le ministre ukrainien, Dmitro Kuleba, les chefs des diplomaties du Golfe avaient mis l'accent sur "la sécurité alimentaire dans les pays touchés et dans le monde". Mais surtout, le Conseil de coopération du Golfe a officialisé que, du moins pour l'instant, il n'imposera pas de sanctions contre Moscou. Et, comme le rapporte Al Arabya, Lavrov lui-même a exprimé la gratitude du gouvernement russe envers ces pays pour "la position équilibrée qu'ils adoptent sur cette question dans les forums internationaux, refusant de se joindre aux sanctions illégitimes et unilatérales de l'Occident qui ont été introduites contre la Russie".

26880dddds.jpeg

La prise de position n'est certainement pas mineure. Comme le rappelle Rosalba Castelletti dans Repubblica, le Wall Street Journal avait même craint, ces derniers jours, "une possible exclusion de Moscou du système de quotas du consensus élargi des producteurs de pétrole", c'est-à-dire l'Opec+. L'hypothèse du journal américain apparaît plutôt comme un vœu pieux, car elle aurait signifié une plus grande production des producteurs arabes afin de combler le vide laissé par un éventuel embargo sur la Russie. Mais ce que les Américains attendaient, ou suggéraient, n'est pas advenu. Ce n'est pas nouveau : le bloc des pays du Golfe, mais aussi l'Opep+ lui-même, ont toujours été très réticents à accepter un système de sanctions de type occidental, et surtout lié à des directives politiques qui ne cadrent pas avec les canons de la plupart des États producteurs de pétrole. Et en cela, Vladimir Poutine s'est certainement senti rassuré.

Une assurance qui découle non seulement de la tradition politique de l'Opep et des pays du Golfe, mais aussi des relations qui ont rapproché la Russie des monarchies de la région ces dernières années. Des relations qui vont de la guerre en Syrie à celle en Libye, des problèmes du Sahel à l'équilibre précisément du pétrole et notamment de son prix. Les relations entre ces gouvernements sont extrêmement complexes et articulées, au point qu'il est aujourd'hui difficile de trouver des questions purement bilatérales et homogènes. Et cela signifie que la synergie que l'on attend de l'Occident au Moyen-Orient ne peut être accueillie ici pour une série de facteurs humains, culturels, économiques et stratégiques indissociables.

Tout cela devient encore plus évident lorsque le pétrole est en jeu. Car dans ce cas, les intérêts deviennent mondiaux et pas seulement régionaux, affectant les relations que tous les pays entretiennent non seulement avec la Russie, mais aussi avec d'autres clients indirects. Le blocus du pétrole russe vers l'Europe par voie maritime, que certains ont appelé l'embargo sur les pétroliers, est déjà un exemple de ce qu'est réellement ce marché. Un système fait de triangulations dans lequel la Russie perd, bien sûr, mais dans lequel il y a le risque d'enrichir les autres. Le même Wall Street Journal a récemment raconté comment "des carburants supposés être partiellement produits à partir de pétrole brut russe ont atterri à New York et dans le New Jersey le mois dernier". Et tout cela en profitant des échanges des raffineries indiennes, qui achètent d'énormes quantités de brut russe à des prix inférieurs à ceux du marché. Dans l'anarchie de la mer, tout ceci peut se dérouler de manière légale, démontrant une fois de plus combien il est alors vraiment difficile d'identifier une matrice capable de cibler l'État sanctionné. Et dans l'intervalle, les relations construites au cours de ces décennies empêchent toute limitation réelle au détriment exclusif d'un pays.

Lorenzo Vita.

lundi, 06 juin 2022

Embargo pétrolier de l'UE: se tirer une balle dans le genou (ou un peu plus haut)

627a1ee652180_embargoo.jpeg

Guerre économique

Embargo pétrolier de l'UE: se tirer une balle dans le genou (ou un peu plus haut)

Thomas Röper

Source: https:// _wp_cron=1654348907.0830259323120117187500 & www.anti-spiegel.ru/2022/eu-oelembargo-der-schuss-ins-eigene-knie-oder-etwas-hoeher/?doing

Après un mois d'âpres négociations, l'UE s'est mise d'accord sur un mini-embargo pétrolier contre la Russie. Toutefois, l'embargo risque de toucher les citoyens de l'UE bien plus durement que la Russie.

Alors que la prospérité de l'Allemagne et d'autres pays de l'UE fond comme neige au soleil, l'UE vient d'adopter une mesure qui va fortement aggraver cette tendance.

La chute des revenus réels

Le revenu réel est défini comme suit :

"Le revenu réel est un indicateur qui représente le pouvoir d'achat en tenant compte de l'inflation. Il décrit donc la quantité de biens que l'on peut acheter sur le marché avec le revenu nominal "+.

En clair, le revenu réel décrit le pouvoir d'achat. Lorsque les revenus réels augmentent, les gens peuvent se permettre de dépenser plus, lorsqu'ils baissent, les gens s'appauvrissent, même si leurs salaires augmentent sur le papier mais qu'ils ne peuvent se permettre de dépenser plus en raison de la hausse des prix due à l'inflation.

En Allemagne, les revenus réels ont fortement baissé depuis 2020. Grâce aux mesures Covid, les revenus réels se sont effondrés de 4,7% au deuxième trimestre 2020. Il s'agit d'un record absolu, car la plus forte baisse des revenus réels en Allemagne à ce jour depuis 2000 a eu lieu suite à la crise financière de 2008: au deuxième trimestre 2009, les revenus réels ont baissé de 0,9%.

Ce que nous vivons depuis 2020 n'a jamais été observé depuis la dernière guerre en Europe et, de facto, les politiques ne font rien pour y remédier, mais continuent de prendre des décisions qui accélèrent même le processus. Au dernier trimestre, les revenus réels en Allemagne ont chuté de 1,8%, soit le troisième plus haut niveau depuis l'an 2000, après les 4,7% du deuxième trimestre 2020 et la baisse de 2% du premier trimestre 2021.

Ce à quoi nous assistons actuellement est un appauvrissement massif de larges couches de la population, comme le confirment les banques alimentaires. Ces dernières années, de plus en plus de personnes en Allemagne sont devenues dépendantes des banques alimentaires si elles ne veulent pas mourir de faim. La situation est donc, même si tous les Allemands ne le ressentent pas encore, particulièrement dramatique.

bofrost_ORT_hackathon_scheckübergabe_3.jpg

L'appauvrissement est fait maison

Les médias affirment que la pandémie de Covid est responsable de l'appauvrissement des années 2020 et 2021. Ce n'est pas vrai, car la raison de la baisse massive des revenus réels n'était pas le Covid-19, mais les mesures imposées par les gouvernements pour lutter contre le Covid-19. Ce n'était pas le virus qui était en cause, mais les fermetures massives d'entreprises dans le cadre des mesures de confinement.

Ce sont les mesures prises par les gouvernements qui ont provoqué l'appauvrissement, et pour une raison quelconque, les médias ne veulent pas le formuler ainsi. Entre-temps, des études de l'OMS montrent également que les mesures n'ont pas eu de succès sanitaires mesurables, car dans des pays comme la Suède, où il n'y a pratiquement pas eu de restrictions, la grande extinction de masse n'a pas eu lieu. En revanche, les pays qui ont renoncé à des mesures radicales - en Europe, on peut citer la Suède, la Biélorussie et la Russie comme exemples - ont beaucoup mieux traversé la pandémie sur le plan économique.

Maintenant que la pandémie est en grande partie surmontée, l'économie devrait normalement repartir à la hausse, mais l'UE et ses États membres continuent de prendre des décisions qui vont poursuivre et même accélérer l'appauvrissement. Les Allemands en font déjà l'expérience depuis des mois avec l'augmentation du prix du gaz et donc du coût de l'électricité et du chauffage. Cette évolution a commencé dès 2021 et j'ai signalé depuis l'été 2021 que l'UE avait elle-même créé ce problème.

Gaspreisentwicklung-Deutschland-bis-2022-41a40640.jpg

Les "médias de qualité" n'ont découvert le sujet qu'à partir d'octobre 2021, lorsque les gens ont commencé à le ressentir. J'ai décrit très souvent pourquoi la hausse des prix du gaz est un problème créé par l'UE, pour ne pas le répéter, vous pouvez le lire sur mon site (cf. supra), si c'est nouveau pour vous.

L'"embargo pétrolier"

Maintenant, après presque un mois de querelles, l'UE s'est mise d'accord sur un embargo pétrolier contre la Russie, bien qu'il soit difficile de le qualifier ainsi. Les points essentiels sont que l'UE n'importera plus de pétrole russe livré par pétroliers. Et ce, seulement à partir de la fin de l'année.

Cette mesure aura pour conséquence que les pays de l'UE importeront probablement plus de pétrole de Russie d'ici là afin de constituer des réserves. La Russie peut donc se réjouir d'une demande plus élevée et de prix plus élevés.

D'ici la fin de l'année, les marchés pétroliers internationaux seront donc perturbés, car l'UE devra trouver de nouveaux fournisseurs pour remplacer le pétrole russe, sous la pression du temps. La Russie devra également trouver de nouveaux acheteurs, mais cela devrait être plus facile pour elle que de trouver de nouveaux fournisseurs pour les Européens. Comme l'UE est pressée par le temps, elle sera inévitablement obligée de proposer des prix plus élevés, ce dont la Russie peut se réjouir, des prix en hausse sur les marchés mondiaux permettront à la Russie de vendre son pétrole à ses nouveaux clients pour plus d'argent également.

La stupidité de la Commission européenne

C'est la Commission européenne qui a voulu imposer l'embargo sur le pétrole à tout prix, mais certains pays de l'UE ne voulaient pas d'embargo sur le pétrole, l'exemple le plus connu étant la Hongrie. Comme l'UE doit prendre de telles décisions à l'unanimité, la Hongrie pouvait demander des exceptions pour elle-même et elle l'a fait. La Hongrie (ainsi que la République tchèque et la Slovaquie) n'a pas de ports et dépend donc du pétrole amené par l'oléoduc russe. Par conséquent, l'"embargo pétrolier" de l'UE ne concerne que le pétrole livré par navires-citernes. Le pétrole russe acheminé par oléoduc peut continuer à être importé. La Hongrie a donc obtenu gain de cause.

Mais il y a mieux : si l'UE ne parvient pas à remplacer entièrement le pétrole russe livré par tankers d'ici la fin de l'année, la Hongrie devrait devenir un vendeur de pétrole russe, car elle pourra, si nécessaire, importer plus de pétrole via l'oléoduc russe qu'elle n'en consomme elle-même. Comme le pétrole russe acheminé par oléoduc devrait également être moins cher que le pétrole commandé dans l'urgence et livré par tankers, je suis prêt à parier qu'à la fin de l'année et au début de l'année 2023, nous verrons la Russie pomper plus de pétrole dans ses oléoducs vers l'Europe, plutôt que moins.

Ce que la Commission européenne a fait passer en force et qu'elle appelle "l'embargo pétrolier" va très probablement rapporter à la Russie plus d'argent qu'elle n'en a gagné jusqu'à présent sur son pétrole, car les prix du pétrole vont augmenter. De plus, le pétrole russe continuera d'arriver en Europe par les oléoducs. Voilà ce que j'appelle un embargo efficace !

PAZ20_07_Symbolbild_Ungarn_Oelembargo_Mauritius_Kopie.jpg

Le conflit au sein de l'UE va même si loin que des pays comme la Grèce ou Chypre ont pu obtenir que leurs pétroliers puissent continuer à transporter du pétrole russe, par exemple pour le vendre en Inde ou dans d'autres pays. Voilà ce que j'appelle un embargo pétrolier contre la Russie ! Ou est-ce plutôt un embargo de l'UE contre elle-même ?

Les pétroliers européens ne transporteront bientôt plus le pétrole russe vers l'UE, mais vers l'Asie, où les pays paieront probablement plus que ce que les États membres de l'UE ont payé jusqu'à présent, en raison des bouleversements attendus sur le marché international du pétrole. Cela ne manquera pas d'énerver Poutine.

C'est vous qui payez la facture !

En revanche, la Commission européenne a réussi à faire en sorte que le prix du pétrole continue à augmenter, ce qui entraînera inévitablement une nouvelle hausse de l'inflation en Europe, qui bat déjà régulièrement de nouveaux records. En effet, le prix du pétrole n'est pas seulement synonyme de hausse du prix de l'essence, mais aussi de hausse du prix de tout.

Lorsque l'essence et le diesel deviennent plus chers, les prix de tout augmentent, car les marchandises que vous achetez dans les magasins sont transportées par camion, entre autres, et cela devient plus cher. De plus, les prix de l'énergie continuent d'augmenter, ce qui rend la production de tous les biens plus chère, car rien ne peut être produit sans énergie.

Il est donc aussi certain que le fameux "Amen à l'église" que l'inflation va continuer à augmenter (ou du moins rester très élevée) et que, par conséquent, les revenus réels vont continuer à baisser. En d'autres termes, vous, vos amis et vos voisins, ainsi que tous les autres consommateurs, payez la facture de la politique insensée de la Commission européenne et l'appauvrissement ne fera qu'augmenter.

Au slogan lancé par les Verts "geler contre Poutine" s'ajouteront probablement des slogans tels que "avoir faim contre Poutine" ou "s'appauvrir contre Poutine". Un commentateur de la télévision russe vient de commenter la politique de l'UE en ces termes :

"Pour faire chier Moscou, on va se geler les oreilles, on va affamer le monde pour... Oui, pour faire quoi ? Ce n'est pas vraiment clair".

S8-les-gilets-jaunes-bloquent-des-depots-de-carburant-vers-une-penurie-d-essence-172584.jpg

Pénurie d'essence en été ?

Der Spiegel a interviewé le chef de l'Agence internationale de l'énergie, qui prévient qu'il pourrait y avoir une pénurie d'essence, de diesel et de kérosène cet été. Nous ne parlons donc pas seulement de prix plus élevés, mais même du risque que les stations-service européennes manquent d'essence pendant la saison des vacances d'été. Et ce n'est pas la méchante propagande russe qui le dit, c'est l'Agence internationale de l'énergie.

En Russie, on ne peut que secouer la tête, car ce que fait la Commission européenne est presque un suicide économique. Elle a d'abord abattu l'économie avec les mesures Covid et maintenant, alors que l'économie pourrait se redresser, elle lui donne un coup de boule avec ses mesures énergétiques et ses sanctions contre la Russie.

Mais selon les médias, la Commission européenne n'est pas à blâmer. Au début, c'était la faute du Covid, alors que ce sont les mesures Covid qui ont abattu l'économie. Maintenant, c'est prétendument la faute de Poutine, alors qu'en réalité, ce sont les sanctions anti-russes, totalement incongrues, qui créent les problèmes dont souffrent de plus en plus les Européens.

À qui cela fait-il le plus mal ?

Bien sûr, les sanctions créent des problèmes pour la Russie, cela ne fait aucun doute. Mais je vis en Russie et dans la vie de tous les jours, on ne remarque presque rien des sanctions. Certes, de nombreux prix ont brièvement augmenté en mars lorsque le rouble s'est effondré, mais entre-temps, le rouble ne s'est pas seulement redressé, il a tellement augmenté par rapport à l'euro que le rouble est jusqu'à présent la monnaie la plus forte du monde cette année. Par conséquent, l'inflation en Russie est à nouveau en baisse.

f123f5fd40723d029907531800e1cba1.png

Comment cela s'accorde-t-il avec les prévisions des experts occidentaux du début du mois de mars, selon lesquelles les sanctions occidentales allaient rapidement anéantir l'économie russe, dévaluer complètement le rouble et conduire la Russie à la faillite ?

En Russie, l'essence coûte l'équivalent de 80 centimes d'euro et son prix en roubles n'a pas changé. Les rayons des supermarchés en Russie sont pleins, à aucun moment il n'y a eu de pénurie de quoi que ce soit (ou d'huile de tournesol, etc.). La population russe ne ressent guère les sanctions et pour compenser les hausses de prix qui ont eu lieu en mars, le gouvernement russe a décidé d'augmenter les prestations sociales au 1er juin. Parmi celles-ci, il y a d'ailleurs une augmentation des retraites de 10%. Quand cela a-t-il été fait pour la dernière fois en Allemagne ou dans d'autres pays européens ?

Et si vous pensez que les retraites en Russie ne sont pas suffisantes pour vivre, vous êtes encore victime de vieux préjugés. Les retraités russes peuvent désormais se permettre à peu près la même chose que les retraités européens, car ils bénéficient de toutes sortes de réductions et ont donc des frais nettement moins élevés que les retraités européens. J'en ai déjà parlé en détail, mais si c'est nouveau pour vous, vous pouvez le lire sur mon site (cf. supra).

Je ne peux pas le qualifier autrement: l'UE est en train de se tirer une balle dans le genou, ou comme Poutine l'a dit il y a quelque temps à propos des sanctions américaines : "Ils ne se tirent pas seulement une balle dans le genou, mais un peu plus haut" (ndt: et risquent d'atteindre l'artère fémorale...).

mercredi, 25 mai 2022

L'Europe a bel et bien perdu!

141392-152 (1).jpg

L'Europe a bel et bien perdu!

Par Mario Porrini 

Source: https://www.centroitalicum.com/ha-perso-leuropa/

La guerre doit durer aussi longtemps que possible afin de saigner à blanc la Russie et de la faire échouer. À ce stade, la domination américaine sur l'Europe deviendra encore plus pesante, certifiée par l'identification désormais complète de l'UE avec l'OTAN.

Deux mois après le début de la guerre en Ukraine, Washington peut être satisfait de la tournure des événements. Le scénario actuel a été esquissé point par point dans un rapport préparé en mars 2019 par la Rand Corporation, le puissant et influent think tank américain, financé par le Pentagone, la CIA, diverses organisations non gouvernementales ainsi que par des "philanthropes" qui, accessoirement, ont également des intérêts dans le secteur militaro-industriel américain. Dans l'étude, publiée sous le titre "Overextending and Unbalancing Russia" et remise à l'administration américaine, diverses actions sont suggérées pour forcer une puissance ennemie ayant des liens trop étroits avec les nations européennes, comme la Russie, à une intervention militaire au cœur du Vieux Continent qui provoquerait la dissolution de ces liens, renforçant encore la dépendance de l'UE vis-à-vis des États-Unis et minant son économie au point de la faire imploser, comme à l'époque de l'URSS.

À cette fin, il a été instamment demandé d'accroître la pression des forces de l'OTAN le long des frontières de la Russie afin de pousser Poutine à l'action ; de forcer l'Europe à rompre toute relation politique et économique avec Moscou ; de saper l'image de la Russie à l'étranger en l'isolant complètement. Une recommandation particulière concernait l'octroi d'une aide militaire à l'Ukraine, qui devrait être soigneusement calibrée de manière à prolonger la guerre le plus longtemps possible afin de saigner la Russie à blanc, mais sans s'immiscer dans un conflit plus large.

Toutes les suggestions de Rand ont été ponctuellement reprises par la Maison Blanche et le Pentagone. Depuis lors, la pression de l'OTAN sur Moscou n'a cessé d'augmenter et a culminé avec trois exercices militaires massifs envisageant des scénarios de guerre en Ukraine, menés en succession rapide. La première en juin 2021 (Sea Breeze), la deuxième en juillet 2021 (Three Swords), la dernière en septembre 2021 (Rapid Trident). Pendant ce temps, le nombre d'instructeurs militaires des pays de l'Alliance atlantique envoyés en Ukraine pour former les forces armées de Kiev a augmenté de façon exponentielle.

La gigantesque base de Yavoriv, située en territoire ukrainien à environ 25 kilomètres de la frontière polonaise, a accueilli des troupes américaines, britanniques, canadiennes, polonaises et lettones. Cette attitude progressive de défiance et les déclarations provocatrices de Zelenskyj, qui insistait sur l'entrée immédiate de l'Ukraine dans l'OTAN, ont convaincu Poutine d'empêcher cette entrée tout en tombant dans le piège savamment préparé. Le plus probable est que Moscou, surestimant l'efficacité de ses troupes, espérait atteindre rapidement ses objectifs stratégiques et que le président russe, avec trop d'optimisme, pensait prendre un risque (mal) calculé...!

A ce stade, les jeux étaient faits. Avec le début des hostilités, la puissante machine de propagande de guerre s'est mise en marche, visant à criminaliser Poutine, montré du doigt comme l'agresseur et le seul coupable, et à sublimer un personnage qui, bien qu'étant le principal responsable de la tragédie dans laquelle il a plongé son pays, a été élevé au rôle de héros national: Volodymyr Zelenskyj. L'exposition médiatique et le narratif positif tissé autour de sa personne ont été impressionnants ; les liens avec les différents parlements des nations européennes et les émissions quotidiennes en direct du front ont monopolisé l'attention de tous les médias, tandis que son activité sur les médias sociaux est très suivie. S'afficher avec une barbe mal taillée et une tenue militaire, afin de s'accréditer comme un président qui mène son peuple en armes, sont le fruit d'indéniables compétences en communication, même s'ils devraient nous expliquer comment il est possible que dans une nation qu'ils nous disent avoir été presque totalement détruite par des bombardements, l'internet, outil indispensable à ces connexions, fonctionne encore. Quoi qu'il en soit, la stratégie de chantage moral de Zelensky à l'encontre des pays européens a pleinement réussi. Presque toutes les chancelleries, sous l'emprise émotionnelle de l'opinion publique et confortées par son soutien, se sont empressées d'exécuter les ordres de Washington, se rangeant du côté de l'Ukraine et acceptant de renforcer encore les sanctions contre la Russie, même au prix d'en subir elles-mêmes les conséquences les plus graves. L'interruption de toute forme de relation, tant politique qu'économique, entre l'Europe et la Russie était, comme nous l'avons vu, précisément l'un des objectifs visés par les États-Unis, et pour l'instant, il a été pleinement atteint.

L'autre objectif était d'affaiblir l'économie russe. À cette fin, les États-Unis et les pays satellites européens sont occupés à fournir des armements aux forces armées ukrainiennes. La guerre doit durer le plus longtemps possible afin de saigner la Russie à blanc et de provoquer sa faillite sans courir le risque d'une escalade nucléaire. Il importe peu que le coût en termes de vies humaines soit subi par le peuple ukrainien ; au contraire, ces victimes contribuent à créer un climat de peur dans l'âme des citoyens européens qui se sentent protégés par l'OTAN et ceux qui n'en font pas partie s'empressent de chercher refuge sous son parapluie, comme cela est arrivé à des pays traditionnellement neutres comme la Suède et la Finlande, convaincus de pouvoir rejoindre l'Alliance atlantique en très peu de temps. À ce stade, la domination américaine sur l'Europe devient encore plus complète, confirmée, de surcroît, par l'identification désormais complète de l'Union européenne à l'OTAN, une organisation qui, depuis quelque temps, assume de plus en plus le rôle d'un bras armé aux ordres des États-Unis.

Cependant, ce qui est présenté dans les médias comme un isolement complet de la Russie au niveau mondial est en réalité une mystification totale. Dans le monde, seules 37 nations ont décidé d'adopter des sanctions contre Moscou ; il n'y a pas d'Etats d'Afrique, d'Amérique du Sud,  il n'y a ni la Chine ni l'Inde, il n'y a pas 90% du monde islamique, pas d'Etats d'Asie du Sud-Est. En Europe même, les positions sont différentes et ne vont pas dans un sens particulier: la Hongrie, la Bulgarie et la Turquie continuent à entretenir des relations commerciales avec Moscou, tandis que l'Allemagne et la France temporisent sur l'interruption des livraisons de gaz. Avec les pays baltes et la Pologne, ennemis traditionnels des Russes, et la Grande-Bretagne, désormais reléguée au rang de fidèle écuyer des États-Unis, seule l'Italie se range inconditionnellement du côté des États-Unis. Dans les prochains jours, Draghi s'envolera pour Washington afin de réitérer l'engagement de l'Italie à renoncer progressivement au gaz de Poutine. Son objectif, soutenu avec conviction par le PD - un parti "socialiste" désormais ouvertement pro-américain - est de devenir l'interlocuteur privilégié de Biden en Europe, face à la prudence de Scholz et aux hésitations de Macron.

En septembre, le mandat de secrétaire général de l'OTAN expirera et l'on murmure que Draghi vise ce poste prestigieux auquel on n'accède que si l'on se montre obséquieux face aux souhaits de Washington, et quelle meilleure preuve de loyauté que d'apporter en dot la soumission totale de l'Italie ? Notre Premier ministre a donné sa pleine volonté de fournir des chars et des armes offensives à l'Ukraine sans qu'il n'y ait eu aucun débat au Parlement et sans connaître la liste des types d'aide militaire déjà envoyée à Kiev car elle est secrète et ne peut être consultée que par les membres du Copasir.

Les sanctions imposées de manière inattendue à la Russie par les dirigeants européens causent de très graves problèmes. L'augmentation des coûts de l'énergie et des matières premières, la fermeture d'un marché aussi riche que celui de la Russie et le blocage des marchandises des citoyens de ce pays à l'étranger ont causé d'énormes dommages à de nombreuses entreprises européennes qui risquent désormais la faillite. Les protestations des syndicats et des industriels allemands ; l'opposition des travailleurs de Renault en France ; la décision des usines de chaussures de Marche de continuer à exporter vers la Russie, sont autant de signes que quelque chose bouge. Malgré la gigantesque et puissante machine médiatique qui fonctionne à plein régime, les sondages révèlent que l'écrasante majorité de la population européenne n'approuve pas l'envoi d'armes à l'Ukraine car elle s'inquiète, à juste titre, d'une éventuelle escalade du conflit, dont le théâtre serait toujours l'Europe. Les industriels, les syndicalistes, les travailleurs et les entrepreneurs du Vieux Continent se montrent plus réalistes et lucides que les politiciens en réclamant avec force la fin de cette guerre par procuration, décidée Outre-Atlantique, qui nous pénalise lourdement et ne profite qu'à une seule puissance : les Etats-Unis d'Amérique. Les pouvoirs en place font l'expérience directe que l'Europe a perdu dans ce conflit qui a éclaté au cœur de notre continent !

jeudi, 19 mai 2022

La politique américaine de confiscation

1136_maxnewsworldfive660431.jpg

La politique américaine de confiscation

Ivan Timofeev

Docteur en sciences politiques et directeur de programme au RIAC

Source: https://geopol.pt/2022/05/16/a-politica-de-confiscacao-dos-estados-unidos/

Les expériences de confiscation accentuent l'escalade dans un conflit

Le 28 avril, le président américain Joe Biden a appelé le Congrès à adopter une nouvelle législation sur la confiscation des actifs russes. Les propositions présidentielles ont été préalablement élaborées au niveau des principales agences responsables des sanctions: le Trésor (sanctions financières), le Département d'État (responsable des sanctions en matière de visas et des aspects politiques des mesures restrictives), le Département du commerce (contrôle des exportations) et le Département de la justice (qui poursuit les contrevenants aux régimes de sanctions).

Les propositions de Biden sont les suivantes :

Premièrement, créer un mécanisme efficace pour la confiscation des biens situés aux États-Unis et appartenant à des "oligarques" sanctionnés ou à des personnes impliquées dans des activités illégales. Auparavant, ces avoirs étaient seulement gelés, c'est-à-dire que leur accès était interdit, mais formellement, ils restaient en possession de leurs propriétaires. Elle peut être contestée devant un tribunal fédéral américain. Toutefois, l'expérience montre que les précédentes tentatives des entreprises russes pour obtenir la levée des sanctions n'ont pas été très fructueuses. Il propose également de faire de la réception de fonds provenant directement de transactions corrompues avec le gouvernement russe une infraction pénale. Le concept de ces transactions et leurs paramètres restent encore à décrypter.

Deuxièmement, l'administration Biden fait pression en faveur d'un mécanisme qui permettrait le transfert des actifs saisis auprès des "kleptocrates" pour dédommager l'Ukraine des dommages causés par l'action militaire.

Troisièmement, la confiscation d'actifs qui est mise en oeuvre pour aider à contourner les sanctions américaines, ainsi que l'inclusion de toute tentative d'échapper aux sanctions dans la loi sur la corruption et les organisations influencées par le racket (RICO). L'administration estime également nécessaire d'étendre à 10 ans le délai de prescription pour les infractions en matière de blanchiment d'argent.

Quatrièmement, il est proposé d'approfondir l'interaction avec les alliés et partenaires étrangers. Dans l'UE, en particulier, des biens d'une valeur de plus de 30 milliards de dollars ont déjà été saisis.

Au Congrès, de telles propositions apparaissent depuis longtemps sous la forme d'une série de projets de loi. En mars-avril 2022, deux projets de loi de ce type ont été introduits au Sénat (S. 3936 et S.3838) et cinq à la Chambre des représentants (H. R.7457, H. R. 7187, H. R.7083, H. R.6930 et H. R.7086). La plupart de ces projets de loi sont co-parrainés par des républicains et des démocrates, ce qui signifie qu'ils sont très susceptibles de créer un consensus entre les partis. Il est très probable que la version finale du projet de loi soit beaucoup plus détaillée que les projets de loi déjà introduits et qu'elle tienne compte des propositions de l'administration Biden.

Le nouveau mécanisme juridique donnera aux États-Unis à la fois des avantages et des inconvénients. Parmi les premiers, on peut attribuer l'émergence d'instruments plus efficaces pour la défaite finale du grand capital russe, tant aux États-Unis qu'à l'étranger. Les autorités américaines disposeront de plus de pouvoirs en matière de sanctions secondaires et de mesures d'exécution pour empêcher le contournement des régimes de sanctions. Il est possible que de telles mesures soient également appliquées aux partenaires russes de pays tiers. En outre, ces saisies permettront d'apporter une aide militaire et financière à l'Ukraine en utilisant l'argent russe. Washington envoie déjà des milliards de dollars à Kiev, et la portée de cette aide est susceptible d'être considérablement élargie. Si l'Union européenne suit l'exemple des États-Unis (et il ne fait aucun doute qu'elle le fera), l'Ukraine pourrait à l'avenir s'attendre à recevoir des dizaines, voire des centaines de milliards de dollars d'aide provenant de fonds russes. Une telle mesure serait bien accueillie par les contribuables américains et européens. Avec toute leur sympathie pour l'Ukraine, ils préfèrent l'aider aux dépens des actifs russes, plutôt que des leurs.

Si les avantages de ces mesures porteront leurs fruits dans un avenir très proche, les inconvénients se feront sentir plus tard. Tout d'abord, la Russie elle-même entreprendrait de confisquer les actifs appartenant à l'Occident sur son territoire. Il est évident que Moscou prendra ces mesures avec grande prudence - il est toujours dans l'intérêt de la Russie de préserver les vestiges des investissements et des liens établis. Cependant, des mesures sélectives et ciblées sont tout à fait possibles. En réponse au transfert des biens russes à Kiev, Moscou peut confisquer certains biens dans les territoires occupés de l'Ukraine, et le territoire lui-même peut être considéré comme un bien confisqué. Il peut être transféré, par exemple, vers la juridiction des républiques populaires de Donetsk. En d'autres termes, les expériences de confiscation accentuent l'escalade dans tout conflit.

Un autre inconvénient pour les États-Unis est la perte significative d'influence sur certains segments de l'élite russe. Les biens et les actifs étaient des "points d'ancrage" pour un nombre considérable d'hommes d'affaires russes. Ils considèrent les États-Unis et d'autres pays occidentaux comme des "havres de paix" et des lieux où règne l'État de droit. Maintenant, la Russie est devenue leur seul refuge. Cet écart peut devenir un avantage pour les autorités russes, qui auront plus d'occasions de consolider l'élite autochtone. La suspicion des agences gouvernementales et des institutions financières à l'égard des Russes en général (y compris les petites et moyennes entreprises et les particuliers) réduit également la motivation pour l'émigration d'une plus grande partie des citoyens russes.

Enfin, la marche victorieuse des autorités américaines, européennes et autres sur les biens russes fragmente les craintes légitimes des investisseurs d'autres pays. Un mauvais signe pour eux est que les motifs criminels de la saisie des biens et les concepts de corruption, de kleptocratie et autres ne sont "soudainement" devenus pertinents qu'après le début du conflit en Ukraine. La question se pose : s'il existait un dossier criminel sur les Russes sous sanctions, alors pourquoi n'a-t-il pas été publié en masse plus tôt ? La réponse est simple. La plupart des Russes qui sont tombés sous le coup des sanctions n'avaient apparemment tout simplement pas de tel dossier. Ou bien cela n'était pas suffisant pour les soupçons et les accusations d'infractions pénales (blanchiment d'argent, etc.). Se soumettre aux sanctions est une conséquence de la politique. Cela signifie que la confiscation d'actifs est motivée par des raisons politiques et n'est pas associée à la violation de la loi.

Par conséquent, les investisseurs d'autres pays peuvent avoir des soupçons explicites ou implicites qu'ils pourraient être les prochains sur la liste.

Les États-Unis entretiennent des relations conflictuelles avec la Chine, l'Arabie saoudite, la Turquie et une foule d'autres pays. Des dizaines de projets de loi sur les sanctions sont introduits au Congrès américain à leur sujet. Il est clair que des événements extraordinaires doivent se produire avant que les Américains puissent commencer à imposer des sanctions sur le modèle russe et contre les pays désignés. Une confiscation massive de leurs biens est peu probable, du moins pour l'instant. Mais la confiance est une catégorie psychologique subtile. Les investisseurs ne comprennent pas toujours les subtilités de la politique. Cela signifie qu'ils peuvent avoir un désir naturel de diversifier leurs actifs. Pour les banques et les fonds d'investissement américains, il est peu probable que ce soit une bonne nouvelle.

vendredi, 13 mai 2022

Le bâton américain est resté sans carotte

teddy4.jpg

Le bâton américain est resté sans carotte

Leonid Savin

Source: https://katehon.com/en/article/american-stick-was-left-without-carrot

Les États-Unis exercent des pressions sur d'autres pays dans le cadre des relations avec la Russie, limitant de fait leur souveraineté!

Les États-Unis ont la capacité d'appliquer de vastes mesures pour exercer des pressions sur d'autres pays, non seulement dans le cadre de relations bilatérales, mais aussi par le biais d'organisations internationales contrôlées telles que le FMI et la Banque mondiale. Bien que ces mesures violent le droit international, elles sont devenues monnaie courante pour les praticiens de la diplomatie préventive, c'est-à-dire des menaces de sanctions ultérieures qui peuvent avoir un effet économique et politique à long terme.

En particulier, il a été noté précédemment que les pays qui votaient contre la position des Etats-Unis à l'ONU, étaient ensuite confrontés à des restrictions dans l'obtention de prêts ou de crédits auprès de ces organisations financières. Ce fut le cas lors du vote pendant l'opération Tempête du désert contre l'Irak. Les États-Unis ont appliqué une option similaire à la Russie. Cela explique la participation d'un si grand nombre de pays en développement à la liste des États qui ont voté contre la Russie à l'ONU.

Dans le même temps, afin d'éviter le coup de bâton américain, la Serbie amie a même voté contre Moscou ! Le président Aleksandr Vucic s'est défendu plus tard en disant que la décision a été prise sous la pression des pays occidentaux, mais la Serbie ne va pas imposer de sanctions contre la Russie. Compte tenu de l'occupation du Kosovo, la Serbie ne dispose pas de sa pleine souveraineté, même en théorie, et elle est donc obligée de trouver un équilibre entre le collectif occidental, au milieu duquel elle est encerclée, et la Russie.

Cependant, elle comprend que la restauration de sa souveraineté ne peut se faire que grâce à l'aide de la Russie, et non aux actions de l'Occident. Le temps le plus proche nous dira comment cette orientation se développera, surtout si l'on considère la récente fourniture d'armes par la Grande-Bretagne aux Kosovars, que Belgrade a considéré comme une action inamicale [i].

Le cas le plus évident d'ingérence américaine récente dans les affaires intérieures d'un autre pays en raison d'une position indépendante est le changement de gouvernement au Pakistan. Le Premier ministre était à Moscou lors du début de l'opération spéciale en Ukraine et a rencontré les dirigeants de notre pays [ii].

Le Pakistan n'a pas voté contre la Russie à l'ONU et a également refusé de condamner Moscou après un appel collectif des ambassadeurs de l'UE. De Washington, par l'intermédiaire de l'ambassadeur pakistanais aux États-Unis, on lui a dit qu'il devait démissionner, sinon ce serait pire pour le Pakistan. Imran Khan n'a pas eu peur de le dire ouvertement lors d'un rassemblement public, où il a déclaré qu'une ingérence évidente de l'extérieur avait eu lieu.

1903_TR_Intervenes_In_Panama-Scar.jpg

Mais le coup d'État parlementaire a quand même eu lieu, bien qu'il y ait eu des tentatives pour empêcher un vote de défiance. Il y a maintenant un gouvernement pro-américain au Pakistan, qui a commencé à changer les principaux ministres. Et le "Mouvement pour la solidarité" fait descendre des milliers de ses partisans dans les rues de différentes villes du pays. Des manifestations de masse sont prévues à Islamabad même, à la fin du mois sacré du Ramadan.

Aujourd'hui encore, le Pakistan connaît un niveau record de sentiment anti-américain. Imran Khan a juré de combattre à la fois l'ingérence américaine et le "gouvernement importé", par lequel il entend la coalition actuelle à l'Assemblée nationale de la Ligue musulmane-N et du Parti du peuple pakistanais.

Étant donné la situation fragile du Pakistan, ce "coup d'État" frappera en premier lieu le peuple pakistanais lui-même, qui souffre de turbulences à long terme et d'un manque de stabilité politique.

En Inde voisine, Washington a également tenté d'influencer les décisions relatives à l'interaction entre New Delhi et Moscou.

Lors du sommet 2+2 entre l'Inde et les États-Unis, qui s'est tenu le 12 avril dans la capitale indienne, les questions du conflit en Ukraine et d'éventuelles restrictions commerciales et économiques ont été abordées. Au cours de la conférence ministérielle conjointe, il y a eu une condamnation sans équivoque des morts civils et des appels à un cessez-le-feu immédiat, mais il n'a pas été possible d'obtenir que l'Inde cesse d'acheter des ressources énergétiques russes et même des armes aux États-Unis.

Bien que Blinken et le chef du Pentagone, Lloyd Austin, tentent d'attirer l'Inde dans leur orbite, New Delhi ne croit pas aux promesses et se montre pragmatique quant à l'élargissement de la coopération indo-américaine dans le domaine militaro-technique. La méthode du bâton n'est pas appliquée à l'Inde, même si les États-Unis n'ont pas vraiment de carotte.

Roosevelt_monroe_Doctrine_cartoon.jpg

Mais la Turquie a clairement succombé à la pression américaine. La veille, Ankara a annoncé la fermeture du ciel turc aux avions russes se rendant en Syrie. Comme l'a expliqué le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, l'autorisation de vol des avions russes a été délivrée pour trois mois et a été prolongée à plusieurs reprises, et maintenant elle a pris fin. Les Turcs en ont informé Moscou à l'avance. Cela s'applique aussi bien aux avions civils que militaires.

Tout cela ne va évidemment pas sans l'intervention des États-Unis, qui tentent d'exercer une pression maximale sur la Turquie, puisqu'elle ne s'est pas jointe aux sanctions contre la Russie (ce qui affecterait grandement les intérêts de la Turquie elle-même).

En Amérique latine, la Maison Blanche tente également, sinon de mettre sur pied une coalition anti-russe, du moins de forcer certains pays à imposer des sanctions anti-russes. À cet égard, les États-Unis ont obtenu le plus grand succès en Colombie, où de nouvelles élections présidentielles pointent le bout de leur nez et où, dans un contexte d'instabilité sociale aiguë, des accusations se font de plus en plus entendre en direction du Venezuela, où se trouveraient des militaires russes susceptibles de causer quelques dégâts en Colombie.

En outre, le président colombien Ivan Duque a tenu des propos sévères à l'encontre de la Russie, soulignant que les militants des FARC pourraient avoir certains liens avec la Russie. Et en relation avec sa rhétorique, une déclaration spéciale a été faite par la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Mariya Zakharova, notant la nécessité de préserver les relations amicales russo-colombiennes, malgré un tel ton ignorant du chef de la Colombie [iii].

Nous pouvons supposer que l'activité actuelle du département d'État américain, d'une manière ou d'une autre, est liée à la politique anti-russe. Si ce n'est pas directement, c'est au moins indirectement.

Vers le 20 avril, le secrétaire d'État américain Antony Blinken, accompagné du secrétaire à la sécurité intérieure Alejandro Mayorkas, s'est rendu au Panama pour discuter des questions de migration et des sanctions contre la Russie. Officiellement, Blinken a remercié les dirigeants panaméens pour leur position pro-américaine [iv].

Étant donné que pour le Panama, les États-Unis sont le principal partenaire économique et le principal investisseur direct (y compris l'exploitation du canal, où plus de 70 % des marchandises qui y transitent sont destinées aux États-Unis ou en proviennent), il est évident qu'ils suivront les instructions de Washington [v].

En outre, plus tôt, l'Ukraine, par l'intermédiaire de son ambassadeur dans ce pays, a essayé d'obtenir du Panama qu'il ferme le canal pour le passage des navires russes. Cependant, les autorités panaméennes ont refusé d'imposer de telles restrictions, invoquant le statut neutre du canal par rapport aux affaires internationales [vi].

Il est significatif qu'auparavant, l'affaire du dossier Panama contenant des données sur les comptes de divers oligarques ait été utilisée par les États-Unis contre la Russie pour imposer des sanctions supplémentaires [vi]. Il est probable qu'à l'avenir, le Panama imposera des restrictions sur l'utilisation de son pays pour les investissements russes ou un certain type de transactions financières. Mais les principaux acteurs d'Amérique latine résistent encore aux exigences anti-russes de Washington.

Le Mexique a refusé de se conformer aux sanctions contre la Russie, comme il l'a fait précédemment avec Cuba. Il ne faut pas oublier que le président Lopez Obrador est critique à l'égard des États-Unis, même s'il comprend la forte dépendance de son pays vis-à-vis de son voisin du nord [vii] - [viii].

Jusqu'à présent, l'Argentine fait face à cette pression avec succès - le ministre des affaires étrangères de ce pays, Santiago Cafiero, a déclaré que l'Argentine ne prendra pas de telles mesures [ix].

Roosevelt-Corollary-to-Publish.jpg

Le Brésil a généralement condamné les sanctions occidentales contre la Russie car elles exacerbent les conséquences économiques du conflit et nuisent aux peuples qui dépendent des ressources de base.

"[Ces sanctions] peuvent exacerber les conséquences économiques du conflit et affecter la principale chaîne d'approvisionnement", a déclaré début avril le ministre brésilien des Affaires étrangères, Carlos França, en référence à l'embargo imposé par l'Occident, dirigé par les États-Unis, contre la Russie.

Lors d'une audition devant la commission des relations étrangères du Sénat, le ministre brésilien des affaires étrangères a clairement indiqué que de telles mesures visent à réaliser les intérêts d'un petit groupe de gouvernements, tout en nuisant aux autres qui dépendent des ressources de base [x]. Il est nécessaire de prendre en compte la forte dépendance de ces deux pays à l'égard de la fourniture d'engrais russes, dont dépend le secteur agricole du Brésil et de l'Argentine.

Il existe encore de nombreux pays d'Afrique et d'Asie qui ont condamné extérieurement les actions de la Russie à l'ONU, mais qui continuent officiellement à coopérer. Tôt ou tard, Washington leur demandera de se joindre aux sanctions imposées ou d'établir des restrictions spéciales.

Évidemment, cela affectera leur propre souveraineté, et dans ce choix difficile, beaucoup dépend de la volonté politique des dirigeants. Toutefois, la diplomatie russe ne devrait pas attendre les nouvelles machinations du Département d'État, mais plutôt poursuivre activement sa politique étrangère et maximiser la coopération avec les États amis et neutres.

Notes:

[i] https://ria.ru/20220417/serbiya-1783965016.html

[ii] https://www.geopolitika.ru/article/chto-budet-s-pakistanom

[iii] https://mundo.sputniknews.com/20220421/rusia-lamenta-la-retorica-negativa-del-presidente-colombiano-en-su-contra-1124653073.html

[iv] https://www.state.gov/secretary-antony-j-blinken-and-homeland-security-secretary-alejandro-mayorkas-panamanian-foreign-minister-erika-mouynes-and-panamanian-public-security-minister-juan-manuel-pino-forero-at-a-joint-pr/

[v] https://www.state.gov/secretary-blinkens-trip-to-panama-commitments-to-a-regional-approach-to-hemispheric-migration-and-to-anti-corruption-efforts/

[vi] https://mundo.sputniknews.com/20220420/el-canal-de-panama-el-arma-que-occidente-no-podra-usar-contra-rusia-1124605364.html

[vii] https://www.telesurtv.net/news/EE.UU.-usara-Panama-Papers-para-imponer-mas-sanciones-a-Rusia-20160407-0026.html

[viii] https://www.business-standard.com/article/international/mexico-declines-to-join-russia-sanctions-seeks-to-stay-on-peaceful-terms-122030200448_1.html

[ix] https://ria.ru/20220423/sanktsii-1785124287.html

[x] https://www.hispantv.com/noticias/brasil/540594/sanciones-rusia-conflicto-ucrania

samedi, 30 avril 2022

Le facteur diesel produit un paradoxe existentiel en Europe

S1-le-diesel-desormais-pour-les-petits-rouleurs-701652.jpg

Le facteur diesel produit un paradoxe existentiel en Europe

Source: https://misionverdad.com/investigaciones/el-factor-diesel-produce-una-paradoja-existencial-en-europa

Bloomberg : L'Europe ne dispose que d'environ 40 jours d'approvisionnement en diesel dans ses stocks.

Des "sanctions" qui nuisent à ceux-là mêmes qui les appliquent.

Plus de 15 jours de grèves en Espagne et dans d'autres pays en raison de la hausse des prix du carburant.

Le ministre italien de la Transition écologique, Roberto Cingolani, a déclaré que 40 % de la consommation nationale correspondait à du gaz importé de Russie.

Le transport alimentaire, la navigation, l'agriculture et l'industrie lourde en Europe sont quelques-uns des secteurs les plus touchés par la série de "sanctions" imposées à la Russie sous les auspices des États-Unis et en chœur par l'UE.

Comme l'a expliqué John Cooper de Fuels Europe : "Il est très clair pour les gouvernements qu'il existe un lien évident entre le diesel et le PIB, car presque tout ce qui entre et sort d'une usine utilise du diesel.

L'Europe, si dépendante des ressources énergétiques, et plus encore de la Russie, se trouve maintenant à la croisée des chemins car la décision d'imposer des "sanctions" à son principal fournisseur d'énergie aurait un impact non seulement sur la disponibilité du gaz et, dans ce cas, du diesel, mais aussi sur l'inflation, les prix de tous les biens de consommation étant appelés à augmenter. C'est une chaîne, car elle entraînerait des problèmes dans la circulation des camions et donc dans la distribution des biens de consommation, à commencer par la nourriture.

Récemment, les principales sociétés de négoce de matières premières telles que Trafigura et Vitol se sont accordées pour avertir que l'Europe court un grand risque de pénurie systémique de diesel qui pourrait conduire à un rationnement. Cette situation a été aggravée par un rapport du réseau financier Bloomberg selon lequel le continent européen ne dispose plus que de 40 jours de diesel dans ses réserves.

La semaine du 21 mars s'est tenue le Financial Times World Commodity Summit. À cette occasion, l'événement a réuni les dirigeants de Trafigura, Vitol, Energy Aspects et Gunvor, qui ont présenté leurs projections concernant les ressources énergétiques face aux "sanctions" imposées à la Russie par les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Union européenne.

    - Russell Hardy pour Vitol. L'Europe importe environ la moitié de son diesel de Russie, et les raffineurs pourraient augmenter la production de diesel en réponse à la hausse des prix au détriment d'autres produits pétroliers pour soutenir l'offre.

    - Torbjorn Tornqvist pour Gunvor. Le diesel n'est pas seulement un problème européen, c'est un problème mondial. En outre, les marchés européens du gaz ne fonctionnaient plus correctement, les négociants devant faire face à d'énormes demandes de liquidités auprès des banques pour couvrir les positions de couverture.

    - Jeremy Weir pour Trafigura. Entre 2 et 2,5 millions de barils de la production pétrolière russe disparaîtraient du marché mondial, répartis entre le brut et les produits raffinés. Le marché du carburant diesel se trouve actuellement dans des conditions extrêmement difficiles et va encore empirer.

    - Amrita Sen, analyste chez Energy Aspects. Le diesel est le plus touché des produits pétroliers car l'Europe importe environ 1 million de barils par jour de diesel russe.

La sonnette d'alarme a été tirée et les autorités européennes ont déployé la carte du monde pour voir quelles autres latitudes pourraient fournir des livraisons alternatives de gaz et de diesel. Et bien sûr : les orbites du Venezuela comme alternative.

Le mouvement de balancier de l'Europe

La semaine dernière, le vice-premier ministre russe Alexandre Novak a déclaré devant la Douma d'État :

"Les stocks européens de diesel sont à leur plus bas niveau depuis 2008, 8% en dessous de la moyenne des cinq dernières années. La pénurie de gazole pourrait être un facteur fortement déstabilisant, car la demande augmente en raison de la reprise du trafic de marchandises et de passagers après la pandémie".

w1176_h662_x750_y485_5FA8CE000D79F0B8.jpg-a971435f9b39c578.jpeg

Le diesel dans les stations-service de certains pays européens, comme l'Allemagne, la Suède, la Belgique et la Pologne, a enregistré des prix plus élevés que le prix de l'essence. Selon Bloomberg, pour la première fois en 15 ans, le coût s'est situé autour de 2,13 euros par litre.

Depuis le début de l'opération spéciale de dénazification de Donbass, l'UE a déclenché toute la narration offensive consistant à imposer des "sanctions" à la Russie sans craindre la sphère énergétique dont elle est si dépendante. Dans la pratique, les faits sont différents, puisque les "sanctions" imposées aux banques, par exemple, sont celles qui n'ont aucun rapport avec les transactions dans le secteur gazier russe. Aujourd'hui, le ton du discours a été atténué, et encore plus lorsque le président russe Vladimir Poutine a répondu en annonçant que le paiement du gaz russe devait se faire en roubles.

Le ministre allemand de l'économie, Robert Habeck, a déclaré que la décision concernant le rouble constitue une violation des accords et que le gouvernement allemand discutera des mesures à prendre avec ses partenaires européens. La réponse de Habeck à la réponse de Poutine à l'ensemble de l'attaque contre le secteur énergétique russe est inhabituelle - à quoi s'attendaient-ils ?

Le Dr Jens Südekum, professeur à l'Institut d'économie compétitive de l'Université Heinrich Heine en Allemagne, abonde dans le même sens lorsqu'il souligne que la décision du président Poutine ne ferait qu'"intensifier la guerre économique" et qu'"un embargo sur les importations d'énergie en provenance de Russie est désormais plus probable".

6f920350-a41d-439f-a754-015fa96e3b3c_w949_r0.7519809825673535_fpx49_fpy22.jpg

Contrairement à cet universitaire, l'Association des industriels allemands (BDI) a mis en garde les autorités allemandes contre toute décision précipitée en matière de "sanctions", car pour elle "l'UE n'est pas prête pour un embargo énergétique complet à court terme". Le président de l'association, Siegfried Russwurm (photo), s'est inquiété du fait qu'une telle décision pourrait mettre en péril la cohérence et la mobilité de l'UE, tant sur le plan économique que politique.

Cette semaine, le chancelier allemand Olaf Scholz s'est entretenu par téléphone avec le président Poutine pour négocier sur la question. Dans cette optique, l'État russe a opté pour un nouveau système de paiement directement à la Gazprom Bank, qui ne fait l'objet d'aucune "sanction" ; la banque serait alors chargée de convertir l'argent en roubles.

Bien que les attaques provenant des États-Unis soient des attaques directes contre la Russie, elles sont indirectement dirigées contre l'Allemagne. Mision Verdad a développé ce sujet dans quelques articles :

    La crise en Ukraine concerne le commerce entre l'Allemagne et la Russie (https://misionverdad.com/globalistan/la-crisis-en-ucrania-se-trata-del-comercio-entre-alemania-y-rusia ).

    L'Europe se met la corde au cou dans la guerre énergétique contre la Russie ( https://misionverdad.com/globalistan/europa-se-pone-la-soga-al-cuello-en-la-guerra-energetica-contra-rusia ).

L'Allemagne est l'un des pays de l'UE les plus touchés par les "sanctions" dans le secteur du gaz. À la lumière des positions de chaque pays, on voit le Premier ministre Boris Johnson annoncer que "nous poursuivrons notre mission sans relâche pour sortir la Russie de l'économie mondiale, morceau par morceau, jour par jour et semaine par semaine", car sa dépendance au gaz russe n'est pas si importante par rapport à l'Allemagne ou à d'autres pays.

Il en va de même pour l'architecte "en chef" des manœuvres de sanctions, le président américain Joe Biden, lorsqu'il a annoncé les "sanctions" début mars "sur l'artère principale de l'économie russe : nous interdisons toutes les importations de pétrole, de gaz et d'énergie russes", car si les États-Unis importent du gaz et d'autres produits pétroliers de Russie, le pourcentage n'est pas comparable à celui de l'Allemagne.

Il convient de noter que les États-Unis ont besoin de diesel non seulement pour le transport des produits essentiels à la vie quotidienne de leur population, mais qu'il est également utilisé sur les plateformes de forage pour l'extraction du pétrole de schiste, ainsi que pour les générateurs d'électricité et le chauffage des habitations. De plus, de grandes quantités de diesel ne peuvent être obtenues à partir de l'huile de schiste, car l'un des avantages du pétrole brut lourd est que le diesel est obtenu à partir du craquage de l'huile de schiste.

En revanche, en Europe, ils comptent gagner du temps, car, par exemple, les décharges de gaz sont remplies pendant les mois d'été à venir, lorsque la demande et les prix sont plus faibles, mais ce scénario pourrait laisser l'Europe affronter l'hiver avec des stocks inférieurs à la normale.

Les pays européens continueront à produire du diesel et chercheront à l'importer au départ d'autres sources traditionnelles non russes. La vitesse à laquelle les stocks s'épuiseront dépendra du remplacement des fournitures provenant actuellement de Russie.

Manifestations en Europe

C'est la population européenne dans son ensemble qui a subi l'assaut direct des actions du duo USA-UE. Cela a conduit à une série de protestations et de fermetures de fermes dans différentes parties du continent européen :

- En Grèce, des centaines d'agriculteurs ont manifesté pour réclamer des subventions afin de lutter contre les prix élevés du carburant et des engrais qui ont grimpé en flèche avec l'imposition de "sanctions" au secteur énergétique russe. Les agriculteurs disent que les coûts ont tellement augmenté qu'ils seront obligés de produire moins et d'augmenter les prix pour les consommateurs.

3OR7B74BFJJUDGAYEJXNHBL7TM.jpg

- En Italie, l'association agricole Coldiretti a signalé que 100 000 exploitations agricoles italiennes sont sur le point de fermer en raison des coûts de production élevés, car les prix des matières premières utilisées (y compris le diesel) par les producteurs agricoles ont considérablement augmenté. En Italie, le coût du diesel atteint 2,1 euros par litre.

- En Espagne, le Comité national du transport routier (CNTC) a lancé une grève des transporteurs routiers en raison de la hausse des prix du diesel le 14 mars. La hausse des prix du carburant a provoqué de graves problèmes dans la chaîne alimentaire.

- En France, les agriculteurs, les viticulteurs et les artisans ont également commencé à protester contre la hausse des prix du carburant. Une caravane d'une vingtaine d'agriculteurs sur leurs tracteurs dans la région ouest de la Bretagne a bloqué les autoroutes.

La réponse de l'Italie a été d'introduire des taxes spéciales dans le secteur des transports. Le ministre italien de la Transition écologique, Roberto Cingolani, a expliqué que l'Italie importe chaque année environ 29 milliards de mètres cubes de gaz de Russie, ce qui correspond à un peu plus de 40 % de la consommation nationale. Sur la base de ce chiffre, il a demandé que des mesures soient prises pour remplacer ce montant, ils sont donc à la recherche de nouveaux fournisseurs. Tout cela semble facile, mais les exportateurs alternatifs de ces ressources ne peuvent pas prendre tous les volumes dont ils ont besoin en Europe.

Selon le radiodiffuseur italien Rai, ces derniers jours, des membres du gouvernement italien ont tenu des réunions avec des représentants d'autres pays exportateurs de gaz et d'autres ressources pétrolières pour tenter de réduire leur dépendance vis-à-vis de la Russie.

Du côté français, la réponse du gouvernement d'Emmanuel Macron, en pleine campagne électorale, a annoncé une aide de 400 millions d'euros pour les transporteurs et une réduction de 15 centimes par litre de diesel.

Pour l'Espagne, la ministre des transports, de la mobilité et de l'agenda urbain, Raquel Sánchez, a annoncé qu'elle s'engageait à subventionner chaque litre de diesel à hauteur de 20 centimes d'euro, une réduction qui sera appliquée du 1er avril au 30 juin.

La situation du secteur énergétique européen, qui a des répercussions sur le reste des zones productives du continent, devient de plus en plus compliquée. Il n'est toujours pas question pour les majorités européennes de subordonner leurs propres intérêts afin de se conformer aux ordres des États-Unis, qui cherchent à être le grand inspecteur et le contrôleur des ressources énergétiques mondiales.

Ces actions, qui sont absurdes pour le moment, pourraient déclencher d'autres résultats à long terme pour le spectre géopolitique dont l'Occident, en particulier les États-Unis, a besoin pour tenter de survivre au réalignement international que le monde connaît, la Russie et la Chine étant les pivots de cette voie longue et complexe.

Le 31 mars, Joe Biden a invoqué la loi sur la production de défense de 1950. Comme son nom l'indique, cette loi nationale, qui, en raison de l'exceptionnalisme américain, sert unilatéralement le reste du monde, pousserait à stimuler la production de minéraux stratégiques pour la fabrication de batteries pour véhicules électriques et le stockage à long terme, en prétextant la situation avec la Russie et "l'action légitime des États-Unis pour se défendre".

En fin de compte, la transition énergétique n'est rien d'autre que le droit d'exploiter tout minerai qui se présente à nous afin de parvenir à "ne pas dépendre des pays producteurs de ressources".

- Nous sommes un groupe de chercheurs indépendants qui se consacrent à l'analyse du processus de guerre contre le Venezuela et de ses implications mondiales. Depuis le début, l'utilisation de notre contenu est gratuite. Nous comptons sur les dons et les collaborations pour soutenir ce projet. Si vous souhaitez contribuer à Mision Verdad, vous pouvez le faire ici: https://misionverdad.com/donate

jeudi, 28 avril 2022

Langage clair à la télévision russe: "Les Allemands sont de la chair à canon dans la guerre économique"

838_033_3130962.jpg

Langage clair à la télévision russe: "Les Allemands sont de la chair à canon dans la guerre économique"

Source: https://www.compact-online.de/klartext-im-russischen-fernsehen-deutsche-sind-kanonenfutter-im-wirtschaftskrieg/?mc_cid=3b95b79c94&mc_eid=128c71e308

Les sanctions contre la Russie nuisent énormément à l'UE, mais Bruxelles travaille déjà sur le sixième paquet de sanctions. L'économie allemande, en particulier, ne doit plus servir que de chair à canon dans la guerre économique.

par Thomas Röper

La pression monte au sein de l'UE pour que le pétrole et le gaz russes soient également sanctionnés. En outre, il n'y a pas encore d'accord sur l'opportunité de répondre aux exigences russes de payer le gaz en roubles. La Commission européenne, du moins, a déjà fait savoir qu'elle considérait qu'accepter les conditions russes constituait une violation des sanctions de l'UE à l'encontre de la Russie. Dans la revue hebdomadaire d'actualité de la télévision russe, le correspondant russe en Allemagne a énuméré sans ménagement les problèmes actuels de l'Allemagne dans ce contexte de sanctions. Comme il est toujours intéressant de voir comment la Russie rend compte de la situation politique en Allemagne, j'ai traduit le reportage de la télévision russe.

Début de la traduction :

Les Européens hésitent toujours à payer le gaz russe en roubles. Ils sont trop occupés à inventer un nouveau paquet de sanctions, le sixième, contre la Russie. Même les protestations, l'appauvrissement de leur propre population, la hausse vertigineuse des prix du chauffage, de l'essence et de la nourriture ne les arrêtent pas.

Pas de rouble, pas de gaz

Moscou a déclaré sans ambages: si le paiement n'est pas effectué en roubles, il n'y aura pas de gaz. Jusqu'à présent, seuls quelques pays européens ont accepté de payer le gaz en roubles et de ne pas détruire leur économie. Il s'agit de la Hongrie, de la Bulgarie, de la Moldavie, de la Serbie et de l'Arménie.

frank-walter-steinmeier-ist-seit-fuenf-jahren-bund-202202101519-full.jpg

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier (SPD) tolère jusqu'à présent les insultes de l'ambassadeur ukrainien Andrej Melnyk et garde un calme stoïque.

Pourquoi Steinmeier a-t-il été insulté de la sorte? Depuis mardi soir, lorsqu'il a été annoncé que le président allemand ne pourrait pas se rendre à Kiev, les hommes politiques et les médias allemands analysent les raisons de cette démarche diplomatique. Steinmeier lui-même ne s'est pas exprimé à ce sujet, se limitant aux faits. Il s'est exprimé ainsi :

    "Mon collègue et ami, le président polonais Duda, a proposé l'autre jour que nous visitions Kiev avec les présidents de Lettonie, de Lituanie et d'Estonie et que nous envoyions un message de solidarité européenne à l'Ukraine. J'étais prêt à le faire, mais apparemment, je dois prendre acte du fait que ce n'était pas dans l'esprit de Kiev".

En quoi le parrain de l'actuel régime ukrainien a-t-il contrarié ses protégés ? On s'est souvenu du soutien de Steinmeier au Nord Stream 2, de ses contacts avec Moscou et de la formule Steinmeier, de son nom, pour appliquer les accords de Minsk, détestés par Kiev.

"Une insulte qui n'aide aucune partie"

Même le président de la CDU, Friedrich Merz, s'est exprimé :

    "J'interprète cette insulte, qui a un arrière-plan politico-historique, comme une réaction émotionnelle des dirigeants ukrainiens qui n'aide aucune partie".

D'autre part, Zelensky n'aurait guère osé insulter l'Allemagne sans consulter - directement ou indirectement - Washington, comme le montre la participation de la Pologne à la provocation. Et bien sûr, la véritable cible n'était pas Steinmeier, mais son camarade de parti, Olaf Scholz. Le chancelier allemand ne veut pas partir à la guerre et, si l'on en croit le diplomate en chef de l'UE, M. Borrell, l'Europe définit le processus dans lequel elle est engagée en Ukraine comme une guerre pour elle-même, sans euphémisme ni demi-teinte.

La rébellion des amis des armes

Le premier reproche fait à Scholz est de ne pas vouloir envoyer d'armes lourdes en Ukraine. Le groupe Reinmetall a décidé de se faire un peu d'argent supplémentaire et a rendu un mauvais service au chancelier en annonçant au monde entier qu'il avait en stock cinq douzaines de chars Leopard 1 obsolètes et une soixantaine de véhicules de combat d'infanterie Marder, eux aussi très anciens, et que ces équipements pouvaient encore être utilisés. Cette nouvelle a provoqué un grand émoi parmi les partenaires de la coalition qui demandent à Scholz de donner son feu vert à ces livraisons.

16f54778-7418-420b-8373-f2451d76fcc1_w948_r1.778_fpx60.6_fpy50.jpg

Marder1A3.6.jpg

Le magazine Der Spiegel a fait remarquer ce qui suit :

    "Le chancelier est de plus en plus sous pression - à Bruxelles et à Berlin - en raison de sa politique réservée à l'égard de l'Ukraine. Une rébellion a éclaté au sein de la coalition. L'incompréhension grandit dans les rangs des partenaires du chef de gouvernement silencieux et extrêmement faible".

Et Anton Hofreiter, président de la commission des affaires européennes au Bundestag, a fait remarquer :

    "Nous ternissons notre réputation aux yeux de tous nos voisins. Nous devons enfin commencer à fournir à l'Ukraine ce dont elle a besoin, y compris des armes lourdes. Et l'Allemagne doit cesser de bloquer l'embargo énergétique, notamment sur le pétrole et le charbon".

"Une zone d'exclusion aérienne franchirait la ligne rouge"

Les Verts allemands ont été si actifs qu'au cours de la semaine, des rumeurs ont effectivement circulé selon lesquelles l'Allemagne était sur le point d'envoyer du matériel dans le Donbass, d'autant plus que des convois militaires se dirigeaient effectivement quelque part vers l'est. Le gouverneur de la région de Mykolaïv a tweeté avec excitation que des chars allemands allaient à nouveau traverser l'Ukraine et tirer sur les Russes. Mais la rumeur n'a pas été confirmée: les images qui ont tant inspiré l'homme politique ukrainien ont apparemment donné au chancelier un sentiment si sombre qu'il a pour l'instant émis un "non" ferme.

Olaf Scholz a en revanche souligné :

    "Permettez-moi de le dire encore une fois très clairement. Je suis impressionné par le nombre de personnes qui parviennent à googler rapidement quelque chose et à devenir immédiatement des experts en armes. Bien sûr, dans une telle situation, il y aura toujours quelqu'un pour dire: je veux que les événements se déroulent de cette manière. Mais je voudrais dire à certains de ces garçons et filles: je gouverne le pays précisément parce que je ne fais pas les choses comme vous le voudriez".

Il est clair que par "garçon", Scholz entend le député Hofreiter. Mais par "fille", voulait-il évoquer la ministre des Affaires étrangères Baerbock ? D'ailleurs, tous les Verts ne sont pas contre Scholz. Son allié inattendu sur la question de la livraison d'armes lourdes était l'un de leurs leaders, le ministre de l'Économie Habeck. Comme on pouvait s'y attendre, le respecté ministre-président chrétien-démocrate de Saxe, Michael Kretschmer, s'est également rangé du côté de Scholz.

Il a déclaré :

    "Nous franchirions une limite si nous fournissions des chars ou des avions, ou même si nous établissions une zone d'exclusion aérienne. Cette ligne doit être maintenue".

Aller en Biélorussie pour faire le plein

Une concession au "parti de la guerre" a été la décision de Scholz d'augmenter immédiatement les dépenses de défense de deux milliards d'euros - dont une grande partie pour l'achat d'armes pour l'armée ukrainienne, qui ne nécessitent pas une longue formation. Cependant, pour satisfaire la deuxième exigence, M. Scholz a besoin de beaucoup plus d'argent et surtout de ce dont il dispose le moins - du temps. Les partenaires demandent un embargo sur l'énergie. La décision a été prise pour le charbon - les importations doivent cesser à la mi-août - mais comment vivre sans pétrole russe ?

Le ministre lituanien des Affaires étrangères, Gabrielius Landsbergis, a quant à lui déclaré:

    "Nous commençons maintenant à travailler sur le sixième paquet de sanctions. Avec des options sur le pétrole. Cela signifie que nous avons déjà commencé à travailler pour parvenir à un consensus, et j'espère que cette fois-ci, nous y arriverons".

Rien que des mots

En tout cas, cela va marcher. En fait, tout a déjà fonctionné dans le pays dont la diplomatie est dirigée par M. Landsbergis, sauf qu'on n'entend plus parler de l'industrie lituanienne depuis longtemps et que les citoyens vont faire le plein en Biélorussie.

On peut dire que l'Allemagne, son économie et ses ménages, n'apprécieront pas une telle victoire sur les Russes. De plus, l'OPEP a fortement déçu cette semaine; l'Organisation des pays exportateurs de pétrole ne sera pas en mesure de compenser le retrait de la Russie du marché et l'agence de notation Moody's prévoit que, dans ce cas, le prix du pétrole atteindra immédiatement 160 dollars le baril. Berlin veut élaborer une stratégie progressive de sortie du pétrole russe, mais ce ne sont pour l'instant que des mots.

La situation sur le marché du gaz est encore plus incertaine et menace de diviser l'UE - la date limite pour le passage au rouble approche. La Commission européenne a émis cette semaine un avis selon lequel cela serait contraire à la politique de sanctions de l'UE, qui vise à dévaluer la monnaie russe. On ne peut que constater: oui, l'UE a un gros problème avec cette partie des sanctions.

Ainsi, le chancelier autrichien Karl Nehammer a déclaré :

    "L'Autriche n'est pas seule à s'opposer à l'embargo sur le gaz. L'Allemagne, la Hongrie et d'autres États membres de l'UE sont du même avis. D'autre part, l'Autriche soutient fermement, avec les États de l'UE, les sanctions contre la Russie. Mais les sanctions devraient frapper la Russie plus durement que l'UE".

Orban-Szijjarto-800x450.jpg

Et le ministre hongrois des Affaires étrangères Péter Szijjártó a déclaré :

    "Pour nous, il y a une ligne rouge: la sécurité énergétique de la Hongrie. C'est pourquoi nous avons décidé que nous ne pouvions pas signer de sanctions contre le pétrole et le gaz".

Lutte pour le gaz du Qatar

Si l'approvisionnement en gaz russe est interrompu, l'économie allemande perdra environ 220 milliards d'euros au cours des deux prochaines années. Elle les perdrait même si elle trouvait une sorte de substitut pour les volumes supprimés, car il n'y aura jamais de prix aussi avantageux que ceux que Gazprom peut offrir. Le GNL australien ou colombien ne peut pas coûter la même chose que le gaz de pipeline russe. D'ailleurs, la Chine a plus que quintuplé ses achats de GNL par rapport à l'année dernière, ce qui signifie qu'il y aura également une bataille pour le gaz du Qatar. Dans l'ensemble, une autolimitation et une économie strictes seront la clé de sa survie dans les années à venir.

Robert Habeck, ministre de l'Économie et vice-chancelier de la République fédérale d'Allemagne, a déclaré :

    "Je demande à chacun de faire sa part pour économiser l'énergie. A titre indicatif, j'essaierais d'économiser 10 pour cent, c'est faisable. Si vous chauffez votre appartement et fermez les rideaux le soir, vous pouvez économiser jusqu'à 5 pour cent d'énergie. Et si vous baissez la température de la pièce d'un degré, cela représente environ 6 pour cent. Bien sûr, ce n'est pas très confortable, mais personne n'aura froid. Une situation dans laquelle il y aurait des problèmes d'approvisionnement ou des entreprises qui devraient fermer serait un cauchemar politico-économique".

Il appelle ses concitoyens à économiser presque chaque semaine, c'est-à-dire avec la même fréquence que celle avec laquelle la Grande-Bretagne, par exemple, ment. Pour maintenir la folie des sanctions sur le continent, National Grid promet d'augmenter le transit du gaz produit en Norvège, mais on a pu voir comment la Grande-Bretagne se comporte réellement en cas de crise au plus fort de la pandémie, lorsqu'elle a réussi à faire passer tous les vaccins sous le nez de la Commission européenne. Et la Grande-Bretagne connaît déjà une crise du carburant. L'inflation explose, elle a atteint 7% en mars. Du jamais vu depuis 30 ans. Et cela vaut pour toute l'Europe.

Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne, s'est exprimée à ce sujet :

    "L'inflation a atteint 7,5 pour cent en mars, contre 5,9 pour cent en février. Les prix de l'énergie ont augmenté depuis le début de la guerre et sont maintenant 45 pour cent plus élevés qu'il y a un an".

Vers une pauvreté assistée

Friedrich Merz en est convaincu:

    "De toute façon, le sommet de notre prospérité est probablement derrière nous depuis longtemps. La situation devient de plus en plus difficile. Ce n'est pas seulement moi, en tant que chef de l'opposition, mais aussi le chancelier Olaf Scholz qui doit le dire à la population".

La fin de l'ère de la prospérité, il est amusant que ce diagnostic soit posé par le multimillionnaire et président du parti CDU, qui représente les intérêts des moyennes et grandes entreprises. Mais sur le fond, le pessimisme public est juste. L'inflation en Allemagne est déjà perçue par les consommateurs comme étant de 14%, soit le double de ce qu'elle est en réalité, ce qui signifie que le niveau de frustration augmente plus rapidement que le niveau de vie réel ne diminue. Et c'est là que diverses pensées malheureuses viennent à l'esprit.

Le Süddeutsche Zeitung écrit ainsi :

    "Quel est le double standard aujourd'hui ? Il s'agit de condamner l'attaque russe, mais de refuser l'embargo sur le gaz. Il s'agit de condamner la guerre en Europe, mais de ne pas voir la guerre dans le reste du monde. C'est condamner la propagande russe, mais rester silencieux sur la guerre en Irak, qui a été déclenchée sur des mensonges. Il s'agit de diaboliser le gaz de Poutine, mais de ramper devant les Émirats. Et il faut en tout cas admettre comment on a été induit en erreur par Poutine, par les exigences démesurées de la Russie et par l'âme russe elle-même".

La citation du journal allemand sonne comme une invitation à réfléchir à ses propres erreurs.

Et bien sûr, on peut réfléchir, mais on ne peut rien changer. Le naufrage est un sentiment qui se répand lentement dans la société allemande. La situation avec Steinmeier, les accusations constantes de faiblesse contre le chancelier Scholz, la fissure au sein de la coalition, la pression de ceux qui considèrent les Allemands comme des alliés - on commence à comprendre son propre rôle dans le conflit entre l'Occident et la Russie. Pour le dire sans détour : même une guerre économique a besoin de chair à canon.

Fin de la traduction

lundi, 11 avril 2022

L'empire américain s'autodétruit

5c5396314d530_105.jpg

L'empire américain s'autodétruit

Par Michael Hudson

Source: https://jornalpurosangue.com/2022/03/09/o-imperio-americano-autodestroi-se/

Les empires suivent souvent le cours d'une tragédie grecque, provoquant précisément le sort qu'ils cherchaient à éviter. C'est certainement le cas de l'Empire américain, qui se démantèle en un mouvement qui n'est pas très lent.

L'hypothèse de base des prévisions économiques et diplomatiques est que chaque pays agira dans son propre intérêt. Un tel raisonnement n'est pas utile dans le monde d'aujourd'hui. Les observateurs de tout le spectre politique utilisent des expressions comme "se tirer une balle dans le pied" pour décrire la confrontation diplomatique des États-Unis avec la Russie et ses alliés. Mais personne ne pensait que l'empire américain s'autodétruirait aussi rapidement.

Pendant plus d'une génération, les plus éminents diplomates américains ont mis en garde contre ce qu'ils considéraient comme la menace extérieure ultime : une alliance entre la Russie et la Chine dominant l'Eurasie. Les sanctions économiques et la confrontation militaire de l'Amérique ont rapproché ces deux pays et poussent d'autres pays dans leur orbite eurasienne émergente.

La puissance économique et financière américaine était censée éviter ce destin eurasien. Pendant le demi-siècle qui a suivi l'abandon de l'étalon-or par les États-Unis en 1971, les banques centrales du monde entier ont fonctionné selon l'étalon-dollar, en détenant leurs réserves monétaires internationales sous forme de bons du Trésor américain, de dépôts bancaires américains et d'actions et d'obligations américaines. Le standard des bons du Trésor qui en a résulté a permis à l'Amérique de financer ses dépenses militaires à l'étranger et la prise de contrôle d'autres pays simplement en créant des billets à ordre (IOU) libellés en dollars. Les déficits de la balance des paiements des États-Unis finissent dans les banques centrales des pays ayant des excédents de paiement comme réserves, tandis que les débiteurs du Sud ont besoin de dollars pour payer leurs partenaires et effectuer leur commerce extérieur.

Michael-Hudson-theAnalysis-news.jpg

Michael Hudson.

Ce privilège monétaire - le seigneuriage [NT] du dollar - a permis à la diplomatie américaine d'imposer des politiques néolibérales au reste du monde sans avoir à utiliser beaucoup de force militaire propre, sauf pour capturer le pétrole du Proche-Orient.

La récente escalade des sanctions américaines qui empêchent l'Europe, l'Asie et d'autres pays de commercer et d'investir avec la Russie, l'Iran et la Chine a imposé d'énormes coûts d'opportunité - le coût des occasions perdues - aux alliés des États-Unis. Et la récente confiscation de l'or et des réserves étrangères du Venezuela, de l'Afghanistan et maintenant de la Russie [1] [NT], ainsi que la capture sélective des comptes bancaires de riches étrangers (dans l'espoir de gagner leurs cœurs et leurs esprits, attirés par l'espoir du retour de leurs comptes séquestrés), a mis fin à l'idée que les avoirs en dollars - ou maintenant aussi les avoirs en livres sterling et en euros des satellites de l'OTAN en dollars - sont un refuge d'investissement sûr lorsque les conditions économiques mondiales deviennent instables.

Je suis donc quelque peu dégoûté d'observer la vitesse à laquelle ce système financé centré sur les États-Unis s'est déprécié en quelques années seulement. Le thème de base de mon livre Super Impérialisme était la façon dont, au cours des cinquante dernières années, l'étalon des bons du Trésor américain a canalisé l'épargne étrangère vers les marchés financiers et les banques américaines, donnant libre cours à la diplomatie du dollar. Je pensais que la "dédollarisation" serait menée par la Chine et la Russie qui prendraient le contrôle de leurs économies pour éviter le type de polarisation financière qui impose l'austérité aux États-Unis [2]. Mais les responsables américains obligent la Russie, la Chine et d'autres nations à se déverrouiller de l'orbite américaine pour se rendre à l'évidence et surmonter toute hésitation qu'ils avaient à "dédollariser".

J'avais espéré que la fin de l'économie impériale dollarisée se produirait grâce à l'effondrement d'autres pays. Mais ce n'est pas ce qui s'est passé. Les diplomates américains ont eux-mêmes choisi de mettre fin à la dollarisation internationale, tout en aidant la Russie à construire ses propres moyens de production agricoles et industriels autosuffisants. Ce processus de fracturation mondiale est en effet en cours depuis quelques années, à commencer par les sanctions qui empêchent les alliés de l'OTAN et autres satellites économiques de l'Amérique de commercer avec la Russie. Pour la Russie, ces sanctions ont eu le même effet que celui qu'auraient eu des tarifs protectionnistes.

3981484207.jpg

La Russie est restée trop fascinée par l'idéologie néolibérale du marché libre pour prendre des mesures visant à protéger sa propre agriculture et son industrie. Les États-Unis ont apporté l'aide nécessaire en imposant à la Russie l'autosuffisance intérieure. Lorsque les États baltes ont obéi aux sanctions américaines et ont perdu le marché russe pour leurs fromages et autres produits agricoles, la Russie a rapidement créé sa propre industrie fromagère et laitière - tout en devenant le premier exportateur mondial de céréales.

La Russie découvre (ou est sur le point de découvrir) qu'elle n'a pas besoin de dollars américains pour soutenir le taux de change du rouble. Sa banque centrale peut créer les roubles nécessaires pour payer les salaires nationaux et financer la formation de capital. Les confiscations par les États-Unis de leurs réserves en dollars et en euros pourraient finalement amener la Russie à mettre fin à son adhésion à la philosophie monétaire néolibérale, Sergei Glaziev plaidant depuis longtemps en faveur de la "Théorie monétaire moderne" (MMT).

La même dynamique de réduction des cibles ostensibles des États-Unis s'est produite avec les sanctions américaines contre les principaux multimillionnaires russes. La thérapie de choc néolibérale et les privatisations des années 1990 n'ont laissé aux kleptocrates russes qu'un seul moyen de s'approprier les actifs qu'ils avaient arrachés au domaine public. Il s'agissait d'incorporer leurs acquisitions et de vendre leurs actions à Londres et à New York. L'épargne intérieure avait été décimée et les conseillers américains ont persuadé la banque centrale russe de ne pas créer sa propre monnaie en roubles.

Le résultat est que les actifs pétroliers, gaziers et minéraux nationaux de la Russie n'ont pas été utilisés pour financer une rationalisation de l'industrie et du logement russes. Au lieu d'être investis dans la création de nouveaux moyens de protection de la population russe, les revenus de la privatisation ont été dilapidés dans de nouvelles acquisitions d'actifs nouveaux-riche, d'immobilier de luxe en territoire britannique, de yachts et d'autres actifs de la fuite mondiale des capitaux. Mais l'effet des sanctions qui ont pris en otage les avoirs en dollars, en livres sterling et en euros des multimillionnaires russes a été de faire de la City de Londres un endroit trop risqué pour eux de détenir leurs actifs - et pour les riches de toute autre nation potentiellement soumise aux sanctions américaines. En imposant des sanctions aux Russes les plus riches et les plus proches de Poutine, les responsables américains espéraient les inciter à s'opposer à leur rupture avec l'Occident et ainsi servir efficacement d'agents d'influence de l'OTAN. Mais pour les multimillionnaires russes, leur propre pays commence à paraître plus sûr.

9783981826036_front.jpg

Pendant de nombreuses décennies, la Réserve fédérale américaine et le Trésor ont lutté contre [la possibilité que] l'or retrouve son rôle dans les réserves internationales. Mais comment l'Inde et l'Arabie saoudite considéreront-elles leurs avoirs en dollars lorsque Biden et Blinken tenteront de les forcer à suivre l'"ordre fondé sur des règles" des États-Unis plutôt que leur propre intérêt national ? Les récents diktats américains ne leur laissent guère d'autre choix que de commencer à protéger leur propre autonomie politique en convertissant leurs avoirs en dollars et en euros en or, un actif libre de la responsabilité politique d'être pris en otage par des exigences américaines de plus en plus coûteuses et perturbatrices.

La diplomatie américaine a frotté le nez de l'Europe dans sa servilité abjecte, en disant à ses gouvernements d'obliger leurs entreprises à se débarrasser de leurs actifs pour quelques centimes de dollars après le blocage des réserves étrangères de la Russie et la chute du taux de change du rouble. Blackstone, Goldman Sachs et d'autres investisseurs américains se sont empressés d'acheter ce dont Shell Oil et d'autres sociétés étrangères se débarrassaient.

Personne ne pensait que l'ordre mondial d'après-guerre 1945-2020 céderait aussi rapidement. Un véritable nouvel ordre économique international est en train d'émerger, même si la forme qu'il prendra n'est pas encore claire. Mais les confrontations résultant de la "montée de l'ours" avec l'agression US/OTAN contre la Russie ont dépassé le niveau de la masse critique. Il ne s'agit plus seulement de l'Ukraine. Celle-ci n'est que le déclencheur, un catalyseur pour éloigner une grande partie du monde de l'orbite USA/OTAN.

La prochaine confrontation pourrait venir de l'intérieur même de l'Europe, alors que les politiciens nationalistes cherchent à mener une rupture avec le super-impérialisme américain qui agit à l'encontre des intérêts de ses propres alliés européens et autres, afin de les maintenir dans la dépendance du commerce et des investissements basés aux Etats-Unis. Le prix de leur obéissance continue est d'imposer une inflation des coûts à leur industrie tout en subordonnant leur politique électorale démocratique aux proconsuls américains de l'OTAN.

Ces conséquences ne peuvent pas vraiment être considérées comme "involontaires". De nombreux observateurs ont indiqué exactement ce qui allait se passer - à commencer par le président Poutine et le ministre des Affaires étrangères Lavrov lorsqu'il a expliqué quelle serait leur réponse si l'OTAN insistait pour les coincer tout en attaquant les Russophones de l'Est de l'Ukraine et en déplaçant des armes lourdes vers la frontière occidentale de la Russie. Les conséquences étaient prévues. Les néoconservateurs qui contrôlent la politique étrangère américaine s'en fichaient tout simplement. Reconnaître les préoccupations des Russes était considéré comme du Putinverstehen (compréhension de Poutine) comme on dit en Allemagne.

Les responsables européens n'étaient pas mal à l'aise pour parler au monde de leurs inquiétudes quant au fait que Donald Trump était fou et déstabilisait les bénéficiaires de la diplomatie internationale. Mais ils semblent avoir été pris de court par la résurgence de la haine viscérale de la Russie par l'administration Biden via le secrétaire d'État Blinken et Victoria Nuland-Kagan. La façon de s'exprimer et les manières de Trump ont peut-être été vulgaires et incongrues, mais la bande des néocons américains a des obsessions bien plus menaçantes risquant de déclencher une confrontation mondiale. L'enjeu pour eux était de savoir de quelle réalité ils sortiraient victorieux : la "réalité" qu'ils pensaient pouvoir fabriquer, ou la réalité économique hors du contrôle des États-Unis.

Ce que les pays étrangers n'ont pas fait de leur propre chef pour remplacer le FMI, la Banque mondiale et les autres bras forts de la diplomatie américaine, les politiciens américains les obligent maintenant à le faire. Au lieu que les pays d'Europe, du Proche-Orient et du Sud s'éloignent en calculant leurs propres intérêts économiques à long terme, c'est l'Amérique qui les repousse, tout comme elle l'a fait avec la Russie et la Chine. De plus en plus d'hommes politiques cherchent à obtenir le soutien des électeurs en leur demandant si leurs pays seraient mieux servis par de nouveaux accords monétaires pour remplacer le commerce, les investissements et même le service de la dette étrangère en dollars.

L'effondrement des prix de l'énergie et des denrées alimentaires frappe particulièrement les pays du Sud, ce qui coïncide avec leurs propres problèmes de Covid-19 et l'imminence du service de la dette dollarisée qui arrive à échéance. Quelque chose doit céder. Pendant combien de temps ces pays vont-ils imposer l'austérité pour rembourser les détenteurs d'obligations étrangers ?

Comment les économies américaine et européenne vont-elles faire face à leurs sanctions contre les importations de gaz et de pétrole russes, de cobalt, d'aluminium, de palladium et d'autres matériaux de base. Les diplomates américains ont dressé une liste de matières premières dont leur économie a désespérément besoin et qui sont donc exemptées des sanctions commerciales imposées. Cela fournit-il à M. Poutine une liste utile de points de pression américains à utiliser pour remodeler la diplomatie mondiale et aider les pays européens et autres à se libérer du rideau de fer que l'Amérique a imposé afin d'enfermer ses satellites dans la dépendance des fournitures américaines à prix élevé ?

L'inflation de Biden

Mais la rupture définitive avec l'aventurisme de l'OTAN doit venir de l'intérieur même des États-Unis. À l'approche des élections du Congrès de cette année, les politiciens trouveront un terrain fertile pour montrer aux électeurs américains que l'inflation des prix entraînée par l'essence et l'énergie est un sous-produit politique du blocage des exportations de pétrole et de gaz par l'administration Biden (mauvaise nouvelle pour les propriétaires de gros SUV gourmands en essence !). Le gaz est nécessaire non seulement pour le chauffage et la production d'électricité, mais aussi pour la production d'engrais, dont il y a déjà une pénurie mondiale. Cette situation est exacerbée par le blocus des exportations de céréales russes et ukrainiennes vers les États-Unis et l'Europe, qui provoque déjà une hausse des prix alimentaires.

715ww7uZogL.jpg

Il y a déjà une déconnexion frappante entre la vision de la réalité du secteur financier et celle promue par les grands médias de l'OTAN. Les marchés financiers européens ont plongé à l'ouverture le lundi 7 mars, tandis que le pétrole Brent a atteint 130 dollars le baril. Le journal télévisé "Today" de la BBC a présenté ce matin le député conservateur Alan Duncan, un négociant en pétrole, qui a averti que le quasi-doublement des prix des contrats à terme sur le gaz naturel menaçait de mettre en faillite les entreprises engagées à fournir du gaz à l'Europe aux anciens tarifs. Mais revenons aux nouvelles militaires des "Deux minutes de haine". La BBC a continué à applaudir les courageux combattants ukrainiens et les politiciens de l'OTAN ont demandé un plus grand soutien militaire. À New York, l'indice Dow Jones a plongé de 650 points et l'or est passé à plus de 2000 dollars l'once - ce qui reflète l'opinion du secteur financier sur la façon dont la partie américaine est susceptible de se dérouler. Les prix du nickel ont encore augmenté - de 40 pour cent.

Tenter de forcer la Russie à répondre militairement et à faire mauvaise figure aux yeux du reste du monde s'avère être un coup monté visant simplement à garantir que l'Europe contribue davantage à l'OTAN, achète plus de matériel militaire aux États-Unis et s'enferme davantage dans une dépendance commerciale et monétaire vis-à-vis des États-Unis. L'instabilité ainsi provoquée a pour effet de faire passer les États-Unis pour aussi menaçants que l'OTAN/l'Occident prétend que la Russie l'est.

Source : Portal Resist Info.

Références :

[1] L'or de la Libye a également disparu après le renversement de Mouammar Kadhafi par l'OTAN en 2011.

[2] Voir plus récemment Radhika Desai et Michael Hudson (2021), "Beyond Dollar Creditocracy : A Geopolitical Economy", Valdai Club Paper No. 116. Moscou : Valdai Club, 7 juillet, repris dans Real World Economic Review (97), https://rwer.wordpress.com/2021/09/23.

[NT]

[1] Seignorage : Bénéfice résultant du différentiel entre le coût de production de la monnaie et sa valeur nominale.

[2] Hudson aurait pu ajouter le vol des propres réserves d'or de la Banque centrale d'Ukraine.

mercredi, 30 mars 2022

Les émirats sont les bénéficiaires des sanctions

(Image)-image-emirats-arabes-unis-abu-dhabi-01-is_517465184.jpg

Les émirats sont les bénéficiaires des sanctions

U.K.

Source: https://zurzeit.at/index.php/russisches-geld-stroemt-an-den-golf/

"A Dubaï, il y a un vieux dicton : quand la région va bien, nous allons bien. Mais quand il y a une crise, nous allons vraiment bien". C'est ainsi que Chirag Shah, l'ancien stratège en chef du Dubai International Financial Centre, la zone de libre-échange financière aussi luxueuse que techniquement parfaite située au cœur de l'émirat, décrit l'ambiance actuelle chez les cheikhs du Golfe persique.

En effet, depuis que l'UE, les États-Unis et le Royaume-Uni ont lancé une chasse généralisée aux actifs russes, aux oligarques présumés et, de plus en plus souvent, aux citoyens ordinaires d'origine russe, les banquiers, les gestionnaires de fortune, les agents immobiliers et les conseillers économiques des Émirats arabes unis (EAU) ne peuvent plus se soustraire aux demandes de clients russes. En effet, malgré de fortes pressions politiques en provenance de l'Ouest, les EAU ont refusé d'approuver la résolution de l'ONU contre la Russie ou d'adopter les règles américaines et européennes en matière de sanctions contre les entreprises et les personnes russes.

Les EAU, une fédération de sept émirats riches en pétrole et en gaz, avec Dubaï comme centre de pouvoir économique, ont longtemps bénéficié de la faveur des hommes d'affaires et des touristes russes et ukrainiens. Les banques et les fiduciaires de Dubaï contrôlaient très généreusement l'origine des fonds ; tant que l'investisseur n'était pas recherché par Interpol, tout allait bien.

Aujourd'hui encore, malgré la crise ukrainienne et le blocage de SWIFT, les touristes russes continuent d'affluer vers les plages ensoleillées du Golfe. Six paires de vols quotidiens relient toujours Dubaï à Moscou, avec Emirates et FlyDubai, et d'autres vers Kazan, Saint-Pétersbourg et Oufa. Les paiements ne posent aucun problème, la carte de crédit russe MIR est acceptée dans de nombreux endroits depuis l'année dernière, et la carte chinoise UniPay, que la Sberbank distribue désormais à ses clients, est aussi présente à Dubaï que Mastercard et Visa chez nous.

Les agents immobiliers de Dubaï font état d'une augmentation de 40% des demandes de clients russes pour l'achat de biens immobiliers, et même d'un doublement des demandes de permis de résidence permanente. En effet, un "Golden Visa" est délivré de manière fiable à toute personne qui achète un bien immobilier à Dubaï pour au moins 5 millions de dirhams, soit environ 1,2 million d'euros. Certes, il n'y a pas de villa sur la plage de Palm Jumeirah, où Roman Abramovich et ses amis londoniens sont censés chercher quelque chose. Mais pour un appartement de luxe de 200 m² avec vue imprenable sur la mer, piscine et service de conciergerie, c'est largement suffisant. Comparé à Vienne, c'est une véritable aubaine.

3095c90.jpg

Mais Dubaï attire aussi de plus en plus l'attention des Russes en tant que domicile fiscalement avantageux pour les holdings et les sociétés commerciales. En effet, Dubaï poursuit depuis longtemps la stratégie de devenir le centre financier et commercial dominant de l'espace économique arabo-asiatique et entretient pour cela les meilleurs contacts avec l'Inde, les "tigres" asiatiques comme la Malaisie, l'Indonésie et le Vietnam, et de plus en plus avec la Chine.

La création d'une entreprise est rapide et simple, il n'y a pas de contrôle des capitaux et dans les zones de libre-échange, comme par exemple le Dubai International Financial Centre ou la Dubai Internet City, les entreprises d'informatique et de logiciels sont exemptées d'impôts pour une durée pouvant aller jusqu'à 40 ans. De plus, le droit commercial anglo-saxon s'applique dans ces zones, avec une juridiction spécifique ; la charia ou d'autres règles islamiques ne sont pas appliquées. De grands groupes comme Microsoft, IBM ou Goldman Sachs ont déjà découvert ces avantages et se sont installés ici.

Et les Russes devraient suivre en masse. D'autant plus que le Qatar voisin leur emboîte le pas avec sa propre offre de libre-échange, spécialement conçue pour les entreprises russes.

L'Autriche, qui a bénéficié jusqu'à présent d'environ 21 milliards d'euros d'investissements directs russes, peut déjà dire tranquillement "au revoir" à ce pactole. En effet, la Sberbank, qui gérait jusqu'à présent l'ensemble de ses activités en Europe, au Proche-Orient et en Afrique depuis Vienne, a déjà tiré sa révérence. Lukoil, Gazprom et d'autres devraient bientôt suivre. En effet, le bloc économique eurasiatique prometteur se laisse bien mieux servir depuis Dubaï, et l'image de l'Autriche en tant que "havre de paix" neutre est écornée depuis le 26 février.

jeudi, 24 mars 2022

Pourquoi les sanctions contre la Russie seront un flop

021121_sanctions-f606e-37860.jpg

Pourquoi les sanctions contre la Russie seront un flop

Paolo Mauri

Source: https://it.insideover.com/guerra/ecco-perche-le-sanzioni-alla-russia-saranno-un-flop.html

On les appelle des sanctions mais on pourrait tout aussi bien les appeler des représailles. Frapper un pays sur le plan économique et commercial, bien que ce ne soit pas un acte de guerre, est comparable à une courte campagne de bombardement sur ses centres industriels : si elle est bien ciblée et capillaire, elle peut le mettre à genoux.

La guerre que les pays occidentaux veulent mener contre la Russie à cause de son intervention armée en Ukraine ne se fait - heureusement - que par des sanctions économiques. Mettre la Russie à genoux sur le plan économique est précisément ce que l'Occident espère, puisqu'il ne s'est pas engagé à intervenir militairement en faveur de Kiev, abandonnant les Ukrainiens à leur sort. Un destin, cependant, qui semble prendre plus de temps que ce que Moscou avait prévu. Maintenant, certains de ce côté du monde commencent à penser que les sanctions ne serviront peut-être pas à prostrer la Russie de Poutine, qui s'est assurée une certaine immunité.

En fait, les sanctions ont leur plus grand impact à court terme, surtout lorsqu'on parle d'une nation comme la Russie, qui, en termes de potentiel industriel et de disponibilité des ressources minérales, n'est pas comparable à l'Irak de Saddam Hussein ou à la Corée du Nord de Kim Jong-un.

Moscou est sous le coup de sanctions internationales depuis 2014, date à laquelle elle a perpétré le coup d'État en Crimée, qu'elle a ensuite annexée à la Fédération, et dans le Donbass, qui a déstabilisé l'est de l'Ukraine avec une guerre qui se poursuit depuis lors et a servi de prétexte à l'invasion de l'Ukraine.

Le journal britannique The Guardian rapporte que pendant plus d'une décennie, la politique du Kremlin a soigneusement réduit la dette intérieure des secteurs public et privé et donné à la banque centrale le temps de constituer un coffre d'actifs étrangers suffisamment important pour soutenir les finances du pays pendant des mois, voire des années. Cela signifie, poursuit le journal britannique, que les sanctions mises en place ces derniers jours par l'UE, les États-Unis, le Royaume-Uni, le Japon et le Canada ne devraient pas avoir d'effet significatif sur l'économie russe ou sa stabilité financière.

Il est également dit que seul l'ensemble des mesures utilisées contre l'Iran, à savoir l'exclusion de la Russie du système de paiements internationaux, Swift, et également l'interdiction des achats de pétrole et de gaz russes, permettra d'obtenir quelque chose.

Comme l'a dit Hosuk Lee-Makiyama, directeur du Centre européen d'économie politique internationale, "l'Europe s'est autorisée à s'intégrer davantage à la Russie, tandis que la Russie s'est séparée de l'Europe". Il a déclaré que les pays de l'UE possédaient un total de 300 milliards d'euros d'actifs russes qui seraient susceptibles d'être confisqués si une guerre financière sans merci éclatait. Le Royaume-Uni possède des milliards de dollars supplémentaires par le biais de sociétés telles que BP, qui détient une participation de près de 20 % dans la société pétrolière russe Rosneft.

Déconnecter la Russie du système de paiement international n'aurait donc pas le même effet que celui observé avec l'Iran ou la Corée du Nord.

Lee-Makiyama précise également qu'il s'agit d'une "option nucléaire, qui signifie que vous vous exterminez en même temps que votre ennemi". Swift, qui est le principal système de paiement sécurisé utilisé par les banques, pourrait également être mis sur la touche par son mécanisme rival soutenu par le gouvernement chinois, CIPS, que la Russie pourrait utiliser pour mener ses affaires financières complétées par des transactions directes avec des contreparties.

Il est également possible pour les pays du G7 et de l'UE d'interdire l'achat de gaz et de pétrole russes, mais les analystes des matières premières s'accordent à dire que si les marchés pétroliers ont la capacité de compenser la perte des approvisionnements russes par une hausse des prix limitée à 140 dollars le baril, il n'y a aucun espoir d'augmenter la production de gaz pour combler le vide créé par un embargo sur le gaz russe.

Pour l'Europe continentale donc - et en particulier pour l'Italie - ce serait un coup dur, étant donné les volumes qui proviennent encore de Russie, mais on oublie toujours de penser que le gaz - comme les autres hydrocarbures - est important pour ceux qui l'achètent mais aussi pour ceux qui le vendent : c'est pourquoi les exportations de gaz russe ont fondamentalement toujours été fiables, même pendant les moments forts de conflit militaire. Le blocage soudain des approvisionnements obligerait rapidement les pays européens à rationner le gaz et à dépendre davantage du GNL des États-Unis et des pays arabes, et il est probable que le prix augmente à nouveau pour atteindre neuf fois le niveau observé avant Noël dernier.

Le journal termine son analyse en estimant que "sans interdiction d'exporter du pétrole et du gaz et sans expulsion des systèmes de paiement internationaux, l'impact des sanctions sur la Russie sera limité", mais il pourrait l'être de toute façon.

Nous avons en fait donné 8 ans à Moscou pour changer son système économique/commercial/industriel. Comme mentionné, la Russie dispose d'un potentiel industriel qui a profité des sanctions pour se mettre en place, et bien qu'au milieu de mille difficultés, ses effets commencent à se faire sentir. Les turbines à gaz à usage naval en sont un exemple : après 2014, Moscou a été soumise à l'embargo ukrainien, qui a bloqué leur vente ainsi que celle de nombreux autres composants aéronautiques et navals construits en Ukraine. La Russie a donc pu, lentement et pas encore tout à fait efficacement, remplacer ces moteurs construits par Zorya-Mashproekt par d'autres produits de manière indépendante, et elle l'a fait, et le fait, avec toute une gamme de produits.

mercredi, 16 octobre 2019

Sanctions antirusses : un coût de 1,5 milliard d’euros par mois pour l’Europe, selon une étude

sanctionsantirusses.jpg

Sanctions antirusses : un coût de 1,5 milliard d’euros par mois pour l’Europe, selon une étude

Ex: http://www.zejournal.mobi

Le premier quotidien économique allemand vient de publier les conclusions de deux chercheurs qui évaluent l'impact commercial des sanctions occidentales contre la Russie. Selon eux, elles coûteraient cher à l'Europe, et en particulier à l'Allemagne.

Dans sa politique de sanctions contre la Russie depuis la crise ukrainienne de 2014, l’Europe est-elle victime de «tirs amis», comme l’affirment Matthieu Crozet, de l'Université Lingnan de Hong Kong, et Julian Hinz, de l'Institut pour l'économie mondiale de Kiel ?

Ces deux chercheurs viennent en effet de réaliser un étude intitulée «Tirs amis: l'impact commercial des sanctions prises par la Russie et des contre-sanctions». Elle doit prochainement paraître dans Economic Policy, la revue savante de l’European Economic Association qui rassemble les publications d’Oxford, de Sciences Po et de l’Université de Munich.

Le quotidien économique allemand Handelsblatt, qui se l’est procurée, en révèle les principales conclusions : les sanctions décrétées par 37 pays dont les Etats-Unis, le Japon et les 28 Etats membres de l’UE représentent un manque à gagner commercial de 4 milliards de dollars par mois supporté presque à parts égales par la Russie (52%) et les pays qui ont introduit les sanctions (48%). Mais l’Union européenne est la principale concernée avec 92% des pertes des pays ayant introduit les sanctions, soit un manque à gagner mensuel de près d’un milliard et demi d’euros.

Le quotidien allemand explique que pour parvenir à ces chiffres,  les deux chercheurs ont décomposé le commerce avec la Russie en différents pays et catégories de produits. Puis ils ont élaboré des scénarios de développement normal de ces différents marchés sans sanctions qu’ils ont comparés avec le développement réel. La différence obtenue constitue le montant de la perte commerciale imputable aux sanctions et aux contre-sanctions décidées en réponse par la Russie.

38% des pertes au détriment des entreprises allemandes

Mais parmi les Etats membres, il en est un qui a particulièrement souffert, l’Allemagne, selon l’étude des deux chercheurs qui lui attribuent 38% des pertes des pays associés aux sanctions contre la Russie. Le Handelsblatt rappelle dans son article daté du 11 octobre que des chefs d’entreprise et des hommes politiques allemands se plaignent régulièrement de ces sanctions, le Premier ministre du Land de Saxe, Michael Kretschmer, ayant fait sensation en juin en demandant leur levée.

Fait remarquable, Hinz et Crozet affirment qu’une part importante des dommages causés au commerce avec la Russie ne sont pas liés à des interdictions d’exportation ou d’importation de certains produits, mais indirectement. Les sanctions financières imposées par les Etats-Unis à l’égard d’une liste d’institutions financières et d’entreprises énergétiques russes de plus en plus longue ont joué un rôle crucial dans l’effet de ralentissement des échanges.


- Source : RT (Russie)