Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 07 septembre 2022

Deux réactions polonaises à l'assassinat de Daria Douguina

305441711_485930663540614_8411721716533625977_n.jpg

Deux réactions polonaises à l'assassinat de Daria Douguina

* * *

Sur les réactions polonaises et occidentales à la mort de Daria Douguina

Ronald Lasecki

Source: https://www.geopolitika.ru/pl/article/o-reakcjach-na-smierc-darii-dugin

Daria Dugin était une militante de l'Anti-Système, et donc son assassinat est une frappe contre l'Anti-Système, très précisément. Si l'on s'en réjouit, si l'on "exprime sa compréhension" ou si l'on adopte simplement une position ambivalente, cela signifie que l'on n'a rien à voir avec l'antisystème.

Du point de vue de l'antisystème (donc aussi du mien), une telle personne, qui relativise ou tergiverse, est un ennemi politique, quelles que soient les fascinations idéologiques ou historiques qu'elle peut invoquer.  Je ne me prononce pas sur les auteurs de ces actes, car nous ne les connaissons pas encore. Le FSB affirme qu'ils sont ukrainiens. Il sera intéressant de voir si l'agence russe attrape les coupables, ou si cela ressemblera au meurtre de Bohdan Piasecki.

La réaction de l'opinion publique polonaise montre le vrai visage de la civilisation latine/occidentale, dont les idéologues tentent de la présenter comme le couronnement de l'humanité, alors qu'il s'agit en fait d'un cloaque moral dégoûtant, car quelle est la joie à manifester face à la mort d'une jeune femme qui devrait être une épouse et une mère, une nourricière au foyer, mais qui a été déchiquetée dans une attaque terroriste ?

Ce qui précède devrait également s'appliquer à la dégénérescence morale incontestable de la nation polonaise ; aujourd'hui, le sens que se donnent les Polonais est une haine raciste des Russes, qui prend la forme d'une monomanie psychotique et est indifférente à toute considération éthique. La responsabilité directe de cette situation incombe au PiS en tant que force dirigeante, sous le règne duquel cette haine morbide a atteint un niveau véritablement grotesque. Le problème, cependant, est plus vaste et concerne la déformation de l'ensemble de l'idéo-matrice polonaise - les raisons de cet état de fait, je les ai indiquées dans mon ancienne interview avec M. Oleg Hawicz.

744x1200.jpg

Cependant, le problème est peut-être encore plus universel. J'ai récemment lu le livre de Jared Diamond, Upheaval : How Nations Cope with Crisis and Change (j'essaierai d'en rédiger une critique dans les prochains jours). L'auteur y analyse, entre autres, les phénomènes générateurs de crise dans la vie publique américaine. Parmi ceux-ci, il mentionne la disparition de la capacité de compromis. Il illustre cela, entre autres, avec les exemples de l'administration Reagan, qui était capable de coopération politique avec la majorité démocratique du Congrès, et de la situation contemporaine, dans laquelle le conflit politique devient de plus en plus un conflit à somme nulle, dans lequel les adversaires n'ont que de la haine l'un pour l'autre. Il y a d'autres exemples dans le livre, d'ailleurs, et ils concernent, par exemple, la "sauvagerie" des relations dans la communauté scientifique.

En lisant ce chapitre, la pensée m'a traversé l'esprit qu'au lieu de quelques faits géopolitiques, économiques, militaires ou civilisationnels "durs" (nombre de brevets, prix Nobel ou quelque chose comme ça), ce que j'ai obtenu était "le discours d'un vieil homme sentimental et enfantin". Mais il y a probablement quelque chose à dire, comme en témoignent les commentaires susmentionnés des Polonais sur le coup d'État. Les auteurs de ces commentaires sont aussi bien des sociaux-démocrates que des progressistes de gauche (le manque de moralité ne me surprend pas du tout - Remigiusz Okraska, par exemple, a récemment soutenu le largage de bombes atomiques sur le Japon et le bombardement en tapis de Dresde par les Britanniques et les Américains), des catholiques de droite conservateurs (dans l'ensemble, cela ne me surprend pas non plus), des va-nu-pieds (qui essaient juste de faire de la lèche au Système), et aussi des personnes qui, semble-t-il, gardent une certaine distance émotionnelle.

Il est clair, pour toute personne normale, que dans les guerres, les gens s'entretuent en combattant avec des armes. Parfois, bien sûr, des civils, des femmes, sont également tués accidentellement. Lorsqu'ils meurent de façon non accidentelle, c'est un crime et un déshonneur pour les tueurs.

Daria Douguina était, pourrait-on dire, une combattante de la parole et de la plume. Elle s'est battue par la parole et la pensée, d'une manière qui n'est pas en contradiction avec la dignité d'une femme. Nous n'avons aucune preuve qu'elle ait combattu avec des armes ou qu'elle ait physiquement blessé quelqu'un, il serait donc inutile de discuter de telles éventualités. Si, par contre, elle se battait avec des mots, sur le front de la "guerre de l'information", ou était une "propagandiste" comme d'autres le disent, alors une réponse adéquate serait de la combattre précisément sur son propre front, celui des idées, de l'information et de la propagande.

305578923_485930976873916_6770021673064345395_n.jpg

Tuer dans une attaque terroriste va clairement au-delà de ce "compromis" civilisationnel non écrit, selon lequel nous tuons ceux qui tuent et non ceux qui donnent des conférences ou produisent des émissions à la télévision, et nous n'utilisons pas du tout la violence armée contre les femmes. Et il est sans importance que Douguine lui-même, et non sa fille, ait été prétendument visé dans la tentative d'assassinat, car nous ne parlons pas des assassins (nous ne savons encore rien d'eux), mais de la réaction des Polonais à cette mort (une réaction de joie malveillante). Et si l'on voulait invoquer les mots de Douguine sur la "justice historique immanente" après la catastrophe de Smolensk, la comparaison serait également déplacée, car Lech Kaczynski était un homme politique actif, un chef d'État, et de plus, il est mort dans un accident et non dans une attaque terroriste. Daria Dougina, en revanche, était une civile et elle a été assassinée.

Cette dérogation au "compromis" civilisationnel non écrit selon lequel ceux qui se battent avec des mots et des stylos sont combattus avec des mots et des stylos et non avec des kalachnikovs, des bombes ou des drones n'est caractéristique que de la civilisation latine/occidentale. Le patriarche Kirill a présenté ses condoléances à Douguine. Un beau commentaire, plein de références aux valeurs familiales et au christianisme, a été écrit par Maria Zakharova. Au contraire, les sommités du conservatisme catholique en Pologne sautent de joie et applaudissent (bien qu'ils ne sachent pas encore qui).

Autrefois, il était clair qu'au-dessus des conflits politiques, il y avait un niveau de dialogue plus fondamental "tout humain". Le chef de l'opposition pouvait se battre contre le chef du gouvernement, mais en coulisses, ils pouvaient discuter de manière amicale. Les chevaliers pouvaient cesser de se battre du mercredi au dimanche. Les écrivains nationalistes pouvaient se rencontrer après la guerre lors de célébrations d'anniversaire ou aller boire une bière ensemble (un cas authentique de jeunes nationalistes croates et serbes que je connais ces dernières années).

L'homme de l'Occident d'aujourd'hui, cependant, mène une guerre totale contre tout ce qui ne fait pas partie de cet Occident, détruisant tout terrain commun de dialogue et d'éthique. C'est pourquoi la Pologne a coupé tout contact avec la Russie, bloque les médias russes et tente d'éradiquer toute connaissance de la langue russe, de sorte que personne ne puisse non seulement parler aux Russes, mais même les écouter ou les lire. C'est pourquoi l'IPN et les nationalistes qu'il a suscités creusent une tranchée de haine dans nos relations avec la Biélorussie, alimentant le culte de "Bury" à Hajnówka. C'est pourquoi les Polonais se réjouissent maintenant de la mort d'une jeune femme, simplement parce qu'elle était russe et fille d'un penseur diabolisé en Pologne.

Jared Diamond, cité plus haut, voit les raisons de la disparition de la culture du dialogue et du compromis dans la disparition des contacts interpersonnels directs, entre autres en raison de l'expansion des médias sociaux, qui, en donnant (illusoirement - du moins dans les relations avec le Système) le sentiment d'anonymat et d'impunité, ouvrent un espace pour l'escalade dans l'agression, créent les conditions pour déshumaniser l'adversaire, le retirant de l'espace éthique commun, au sein duquel nous réglons les relations mutuelles selon des droits et des devoirs spécifiques.

Ce n'est donc probablement pas une coïncidence si les Facebook et Twitter polonais ressemblent à ce qu'ils sont aujourd'hui (dans un statut, j'ai lu que Douguina était "une force vivante de l'adversaire qui devrait être anéantie" - c'est ainsi que les gens sont déshumanisés "de l'autre côté"). En manipulant habilement la censure et les algorithmes d'affichage, les campagnes de haine peuvent être efficacement filmées dans ces médias, ou plutôt, on peut simplement les laisser se développer spontanément, librement. (Nota bene, cela me rappelle un des épisodes de la série "Black Mirror", où le protagoniste, habillé par le Système d'un costume spécial et de lunettes, voyait dans les adversaires qu'il tuait des "orcs" dégoûtants, alors qu'en réalité il s'agissait de personnes normales, seulement celles de la "sous-classe" exclue par le Système).

CvUK4t8W8AE_PmB.jpg_large.jpg

Je ne prétends pas que l'Occident a délibérément conçu les médias sociaux pour provoquer une atomisation sociale et une atrophie morale. Je soutiens que les médias sociaux sont occidentaux et que, dans la pratique, ils mènent à cela. La civilisation occidentale est donc un cloaque moral. La Pologne, en tant qu'état transformé par l'occidentalisation mimétique, en est la victime la plus grotesque. Nous en avons maintenant la preuve évidente.

Ronald Lasecki

* * *

302320698_479487667518247_5882629992992200129_n.jpg

Daria Douguina-Platonova (1992-2022)

Konrad Rekas

Source: https://www.geopolitika.ru/pl/article/daria-dugina-platonowa-1992-2022

L'association de l'assassinat de Daria Douguina-Platonova avec le meurtre de Bohdan Piasecki est autoréflexive pour tout Polonais conscient. La punition du père par la mort de l'enfant, de l'héritier, a le caractère d'une vengeance biblique, voire rituelle, plus cruelle encore que de poignarder directement le parent. Et pourtant, on peut douter que ce fut la seule intention des assassins. Daria avait toutes les caractéristiques pour être une bonne cible. Elle n'était pas seulement ( ?) "la fille de Douguine", mais l'un des esprits les plus remarquables du slavisme contemporain, une personne au potentiel énorme, bien au-delà de l'héritage historique d'Alexandre Douguine et de l'eurasisme, noble cause, mais ghettoïsée après tout.

Une personnalité indépendante

Il ne sert pas à grand-chose d'essayer de deviner qui furent les auteurs de cet attentat aujourd'hui ; de plus, même l'exécution de ceux qui posent directement la bombe ne conduit pas nécessairement à l'identification des donneurs d'ordre. Ce dont nous sommes sûrs, en revanche, c'est que Daria était considérée comme une véritable menace par les puissances anglo-saxonnes. Et si une telle déclaration pouvait sembler exagérée à quiconque, ce n'était que jusqu'à la nuit du 20 au 21 août 2022.

Lorsque j'ai été interrogé par les services de sécurité britanniques, mes contacts et ma coopération avec Daria ont intéressé les agents bien plus que mes rencontres avec son père. L'œuvre d'Alexandre Douguine, la pensée eurasienne, la Quatrième théorie politique - tout cela a sans aucun doute une valeur intemporelle. Mais c'est Daria qui a construit des plates-formes viables pour la coopération internationale et l'échange d'idées, qui a soutenu le renouveau de la pensée nationale turque, qui a aidé la Moldavie, et qui s'est sentie particulièrement à l'aise dans sa France, sa destination préférée, où elle savait trouver les traces de sa gloire passée et... de sa raison. Elle-même était également sensible, pratique, honnête et sincère au point d'en souffrir. Aujourd'hui, il reste la douleur de ses proches. Car, aussi, presque aucun de ceux qui font des déclarations, commentent, échafaudent des théories, pondent des phrases et surtout expriment leur joie ne se rappelle qu'elle n'était pas seulement une fille, mais aussi une épouse. Un être humain, pas une entité politique.

Les héros vivent pour voir des monuments

Nota bene, elle était un être humain exceptionnel. Daria a soutenu son doctorat sur le platonisme à l'âge de 23 ans. Ses propres écrits et discours forment une entité distincte, s'inspirant de manière créative non seulement de la pensée d'Alexandre Douguine, mais aussi de toute la tradition humaniste d'Europe et d'Asie. Cela aussi restera dans les mémoires, car ces capacités et ces potentialités ont été notées et appréciées. Aussi, sans doute, dans ce qui a conduit à utiliser le moyen ultime....

Il y a une guerre en cours. Ainsi, personne n'attend de sympathie, surtout pas de la part d'ennemis, et encore moins de la part d'imbéciles. Daria est morte sur le champ de gloire, luttant avec ses pensées, sa parole et elle l'a fait pendant toute sa vie.  Il ne sert à rien de promettre quoi que ce soit aujourd'hui, de menacer, de déclarer. La guerre sera gagnée, des monuments seront érigés aux héros et aux victimes, la pensée sera laissée à ceux qui sont capables de la comprendre.

Et prions pour Daria Alexandrovna. Pour elle, prions le Tsar du Ciel.

Konrad Rękas

Écrire un commentaire