Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 novembre 2022

Élections américaines : implications pour le pays et le monde

1 gCwh5Uof8bQekmLTm-_rxw.png

Élections américaines : implications pour le pays et le monde

Source: https://katehon.com/ru/article/vybory-v-ssha-posledstviya-dlya-strany-i-mira

La faible performance des Républicains et la "toxicité" de la figure médiatique et diabolisée de Trump soulèvent des questions sur l'avenir de la candidature de celui-ci à la présidence du Parti républicain en 2024.

Les États-Unis ont tenu leurs traditionnelles élections de mi-mandat le 8 novembre. Les citoyens américains ont réélu la totalité de la Chambre des représentants (435 sièges) et un tiers (35 sur 100) des sénateurs. L'équilibre des pouvoirs au sein du corps législatif américain et d'une partie du système judiciaire (les nouveaux juges de la Cour suprême sont nommés par le président avec le consentement du Sénat) dépend du résultat des élections. Une victoire républicaine convaincante dans les deux chambres ferait du président démocrate Joe Biden un "canard boiteux" deux ans avant l'élection présidentielle. La mise en œuvre des politiques qu'il a promises serait pratiquement impossible avec ses adversaires contrôlant à la fois la Chambre et le Sénat. En outre, les Américains ont élu les gouverneurs de 36 États, de 3 dépendances et le maire du district fédéral de Columbia.

Résultats préliminaires

En date du 9 novembre 2022, les républicains ont réussi à remporter les élections pour la Chambre des représentants. La marge numérique est d'environ 20 voix, mais elle se réduit au fur et à mesure que le dépouillement progresse. Avant l'élection, les Démocrates avaient une avance de 8 voix.

Il y a toujours une parité dans la bataille pour le Sénat américain, avec des électeurs en Pennsylvanie, au Nevada, en Arizona, au Wisconsin et en Géorgie presque à moitié divisés. En Alaska, la course est serrée entre les deux candidats républicains au poste de sénateur : l'establishment, le néo-conservateur Liz Murkowski, et la candidate pro-Trump Kelly Tshibaka (photo).

210417211033-kelly-tshibaka-file-2019.jpg

Lors de l'élection du gouverneur, le parti démocrate a généralement renforcé sa position. Les républicains ont perdu au profit de leurs adversaires deux États de la côte atlantique: le Maryland et le Massachusetts. Dans le même temps, les deux partis ont conservé de grands États. Le parti démocrate a conservé le contrôle de la Californie, de New York, de la Pennsylvanie. Les Républicains contrôlent le Texas et la Floride. L'issue de l'élection en Arizona, un autre État qui pourrait changer le républicain au poste de gouverneur pour le démocrate, n'a pas été décidée : la lutte a été serrée entre le favori du vote populaire, un Trumpiste, Carey Lake, et la candidate démocrate, Kathleen Hobbs. Cette dernière a pris une avance inattendue.

L'ancien président américain Donald Trump a déjà appelé à des protestations. Il a déclaré que des obstacles artificiels au vote avaient été créés pour les électeurs républicains, en particulier dans les régions qui votent traditionnellement pour le parti républicain. En Arizona, par exemple, il y aurait eu des dysfonctionnements dans les machines à voter, notamment dans les districts républicains. Ainsi, de nombreux électeurs républicains qui se sont rendus aux urnes n'ont pas pu voter avant la fermeture des bureaux de vote.

Dans un autre État, la Pennsylvanie, il y avait une pénurie de bulletins de vote dans les bureaux de vote, mais un avantage artificiel a été créé pour les démocrates qui préfèrent le "vote par correspondance". Le candidat démocrate au Sénat, John Fetterman, et les membres de son parti qui contrôlent la branche exécutive de l'État insistent pour que les enveloppes de scrutin soient comptées même si elles ne portent pas de date de vote. C'est grâce à de tels votes par correspondance, invérifiables, que le démocrate Joe Biden a remporté l'élection présidentielle américaine de 2020. Aujourd'hui, le parti démocrate américain utilise à nouveau la même technique.

Implications pour les États-Unis

Le résultat des élections montre, tout d'abord, que la société américaine et les élites américaines restent polarisées. Une fois encore, il y a deux Amériques sur la carte électorale : l'Amérique "bleue" des démocrates - les grandes villes et les côtes du Pacifique et de l'Atlantique - et l'Amérique "rouge" du cœur territorial républicain.

Dans le même temps, sur fond de crise économique et énergétique, d'injection constante d'argent en Ukraine dans le conflit avec la Russie, conflit qui est assez impopulaire auprès de l'électorat, et de crise migratoire, les résultats de l'équipe de Joe Biden semblent bons.

Le résultat s'explique aussi par l'utilisation de mécanismes de manipulation des votes, par le contrôle des élites de gauche sur les médias et par la plus grande discipline du parti démocrate. À la veille des élections, les républicains ont dû se battre non seulement contre les démocrates, mais aussi entre eux. Grâce à une lutte sans compromis, Donald Trump a pu porter ses candidats contre la position de l'establishment. Cependant, ce sont les candidats de Trump - Mehmet Oz (photo - pour le poste de sénateur de Pennsylvanie), Cary Lake (pour le poste de gouverneur de l'Arizona), Blake Masters (pour le poste de sénateur de l'Arizona) - qui ont rencontré le plus de difficultés et de pression de la part du système administratif. En outre, il existe des tensions entre Trump et un autre prétendant à la direction informelle du parti, le gouverneur de Floride Ron Desantis.

mehmet-oz-gty-jc-211130_1638306513156_hpMain_1x1_992.jpg

D'autre part, il existe également des exemples de réussite pour les candidats de Trump. Par exemple, J.D. Vance - un protégé de Trump et du milliardaire Peter Thiel - connu pour avoir dit qu'"il ne se soucie pas de l'Ukraine", est devenu sénateur de l'Ohio malgré l'opposition des militants de la communauté ukrainienne, présente dans cet État.

Implications pour le monde

Le faible avantage des Républicains (et non pas la large marge à la Chambre des représentants qu'ils espéraient) n'est pas susceptible d'entraîner des changements sérieux dans les politiques intérieures et étrangères de l'administration de Joe Biden.

Très probablement, les Républicains et les Démocrates maintiendront la parité au Sénat, ou, même, les Démocrates pourraient gagner un léger avantage. Ceci, associé au contrôle des médias et aux divisions au sein des Républicains eux-mêmes, permettra à l'administration de Joe Biden de poursuivre ses politiques précédentes. Cela est particulièrement vrai sur le front de la politique étrangère et de la confrontation à la Russie et à la Chine, où seule une minorité (bien qu'active) de républicains ayant réussi à se faire élire au Congrès s'oppose au conflit avec Moscou, et presque personne n'est en faveur de relations amicales avec la RPC.

Le soutien monétaire et militaro-technique à l'Ukraine se poursuivra. Une augmentation du soutien américain à Taïwan est probable.

midterms-ron-desantis-peut-representer-une-nouvelle-generation-de-leader-republicain.jpg

La faible performance des républicains et la "toxicité" de la figure médiatique et diabolisée de Trump soulèvent des questions sur l'avenir de la candidature républicaine de celui-ci à la présidentielle de 2024. Il pourrait être remplacé par un gouverneur de Floride plus jeune, Ron Desantis (photo), qui a remporté les élections au poste de gouverneur le 8 novembre avec une marge de 20 %.

Ce dernier est tout aussi conservateur en matière de politique intérieure, mais il est jeune et énergique et donc plus attrayant pour les électeurs que le scandaleux et vieillissant Trump. Desantis adhère aux idées républicaines traditionnelles en matière de politique étrangère: être agressif, s'opposer à la Russie, soutenir l'Ukraine, combattre les régimes de gauche d'Amérique latine, avoir une rhétorique anti-chinoise, soutenir Israël au Moyen-Orient et combattre l'Iran. Dans l'ensemble, un candidat plus acceptable pour les sponsors républicains traditionnels que Trump.

Écrire un commentaire