Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 26 juin 2016

Médias : Un modèle à ne pas suivre

cerv712ddb0b343aa4-l.jpg

Médias : Un modèle à ne pas suivre

Jan Marejko
Philosophe, écrivain, journaliste
Ex: http://www.lesobservateurs.ch
 

Le journaliste de la Tribune de Genève, Andres Allemand, nous rend un fier service. Dans son article Etats-Unis sans Dieu paru il y a quelques jours, il nous montre sans le vouloir ce qu’est une certaine presse, celle que nous n’aimons pas aux Observateurs : défense d’une cause sous les oripeaux d’une analyse objective. La cause défendue, c’est la laïcité, et l’analyse c’est des sondages du Pew Research Center, ainsi que des conférences données au Graduate Institute de Genève, grand éboueur universel.[i]

La cause de la laïcité ne montre jamais le bout de son nez dans cet article. Elle se fond dans un examen qui se donne pour objectif  la situation des Etats-Unis sur le plan religieux. Cette situation montre, toujours selon cet article, que les USA sont en train de devenir un pays laïque, bientôt délesté de tout le fatras de la Bible et, surtout, du créationnisme, doctrine complètement stupide, comme le sous-entend Andres Allemand.[ii]

Ne lui jetons pas la première pierre ! Journaliste, j’ai connu l’énorme pression des salles de rédaction où toute proposition d’article doit se faire sous la forme d’une enquête objective de la réalité, chose impossible au demeurant. Cela dit, une proposition d’article doit tout de même provenir d’une intention de dire quelque chose. C’est là que le bât blesse, parce que cette intention n’est jamais avouée, drapée qu’elle est dans chiffres et statistiques.

L’intention d’Andres Allemand est de dire que la laïcité avance aux Etats-Unis et que la religion  y recule. Plus profondément, on sent, à lire ce journaliste, qu’il aime la laïcité et se méfie du religieux. Pourquoi pas ? Libre à lui de penser ce qu’il veut et d’écrire ce qu’il veut. Mais il n’a pas le droit de dire que l’évolution de la situation en Amérique lui donne raison. Or, c’est précisément ce qu’il fait. Il suggère, sans le dire explicitement, que l’histoire se dirige dans une direction qui coïncide avec son point de vue. On devine qu’il n’en est pas tout à fait certain puisqu’il a recours à ces formules si révélatrices : « personne ne doute que… tous les observateurs sont d’avis que… ». Sait-il qu’il emploie des formules qui le trahissent ? Apparemment non, puisque, justement, il les emploie.

Les marxistes d’antan adoraient montrer que le mouvement de l’histoire confirmait leurs attentes ! Analysé par eux, le monde ne cessait d’envoyer des clignotants annonçant la société sans classe, des lendemains qui allaient chanter et surtout, la mort du capitalisme. Avec Andres Allemand, il nous est annoncé que les clignotants en provenance des USA annoncent la fin du religieux « ad majorem Laici (laïcité) gloriam ».

Nul besoin d’être marxiste pour reprendre le modèle épistémologique du vieux Karl. Il suffit d’avoir passé quelques années dans les écoles ou universités occidentales pour l’absorber, ce modèle, au point de n’en avoir même plus conscience : l’histoire va dans le bon sens et l’analyse de ce qui arrive le confirme. Plus en arrière de Marx, on trouve  l’affreux Hegel dont la prière quotidienne était la lecture des journaux, foi laïque qu’on voit apparaître tous les jours aux terrasses de bistrot : les gens y sont plongés dans la lecture des quotidiens, s’attendant à voir apparaître un lumineux navire au terme des épaves qu’on leur montre dans les flots du quotidien.

Dans cet article de la Tribune de Genève sur la sécularisation des USA, la question de savoir ce qu’est la laïcité n’apparaît jamais. La société américaine est traversée par divers mouvements, catholiques, protestants, juifs, évangéliques, athées et il s’agit seulement, pour Andres Allemand comme pour la majorité des journalistes, de faire jouer entre eux ces mouvements. Le journalisme est devenu un jeu lego dont on dispose les éléments comme ceci ou comme cela, tout en prétendant que cette disposition annonce ce qui va être. Mais se demander ce qu’est au fond la sécularisation, jamais !

Bien sûr, une question de ce genre, une question sur ce que sont le religieux d’une part, la laïcité d’autre part, demande un livre. Un article ne peut le faire. Toutefois, un journaliste peut faire sentir qu’il se pose la question de savoir de quoi il parle, question qu’Andres Allemand ignore. A-t-il entendu parler de l’essentialisation ?

L’essentialisation a déjà été décrite par Sartre lorsqu’il parlait de réification. Elle consiste a décrire un être ou un mouvement comme une chose  (res), une sorte de grosse pierre qui n’est que ce qu’elle est : l’extrême droite ou l’extrême gauche, entre autres, ne sont que ce qu’ils sont, un amoncellement d’individus obtus ou fanatiques, et ces individus n’ont ni aspirations ni doutes sur ces aspirations. Ils avancent comme une colonne en marche sans jamais se poser de questions. Or ils s’en posent, tout simplement parce qu’ils sont des êtres humains. L’essentialisation tue l’humain en l’homme qui déborde toujours l’image (essence) qu’on a de lui.

L’essentialisation est relativement déconsidérée aujourd’hui, mais pas dans la presse et les médias et donc, pas dans l’esprit d’Andres Allemand. Hélas !

Jan Marejko, 25 juin 2016

[i] Pratiquement tous les cours et conférences de cet institut portent sur le mauvais fonctionnement d’une institution ou d’une idéologie mondiales. Est désigné tout ce qui ne marche pas et suggéré que tous ces dysfonctionnements devraient être mis dans des sacs poubelles pour rendre le monde meilleur, plus propre.

[ii] L’idée de création (pas les 7 jours) fait l’objet de passionnantes discussions Outre-atlantique. Voir par exemple les conférences (YouTube) et articles (dans Commentary) de David Berlinski.

09:47 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, médias, presse, journaux | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire