Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 21 juillet 2021

Black Lives Matter: une manipulation libérale et mondialiste

957861_2561386.jpg

Black Lives Matter: une manipulation libérale et mondialiste

Ex: http://novaresistencia.org/2021/07/17/black-lives-matter-uma-manipulacao-liberal-e-globalista/

Black Lives Matter est-elle une organisation véritablement anti-système et radicale, ou ses manifestations répétées ne sont-elles rien d'autre que des gadgets visant à superficialiser et à dissoudre le discours nationaliste noir et anticapitaliste classique de figures comme Malcolm X ?

Ces derniers temps, nous avons assisté en Occident à un mouvement qui remet en question le racisme, la négrophobie et la brutalité policière. Ce sont des réalités indéniables présentes dans les sociétés caucasiennes et auxquelles les Afro-Américains entendent s'opposer. La négrophobie est une réalité existante, mais on a souvent tendance à critiquer les conséquences d'un mal, sans en analyser la cause.

6dfefb1d-cb12-472f-8ea1-aae40790c0f0_2.jpg

Pour comprendre la négrophobie, il faut être capable d'analyser et de déconstruire une idéologie moderne putride qui a proliféré dans l'espace et dans le temps, et qui a toujours cherché à obtenir un consensus parmi ce qu'elle appelle les "minorités" afin de planifier et de mettre en œuvre ses politiques délétères. Nous parlons du libéralisme (dans sa déclinaison anglo-saxonne, ndt). À toutes les époques, et particulièrement aux États-Unis, le libéral-progressiste blanc a tenté de manipuler l'homme noir et de détourner son combat initial pour l'émancipation. Les différents leaders nationalistes noirs du 20ème siècle (stigmatisés et ostracisés par le courant occidental politiquement correct), dont Marcus Mosiah Garvey, Malcolm X ou Khalid Abdul Muhammad, l'ont bien compris et ont même souligné qu'il était important et vital pour l'homme noir de se distancer du "renard libéral" qui voulait se présenter comme une alternative au "loup conservateur".

1200px-Marcus_Garvey_1924-08-05.jpg

Il n'est pas question ici, en l'invoquant, de prendre le conservateur caucasoïde comme baromètre ou allié dans les combats pour l'émancipation des Noirs. L'homme noir doit être en mesure de s'imposer une troisième option, basée sur l'autodétermination communautaire et le rejet de l'assimilationnisme (c'est-à-dire l'inclusion dans le système bourgeois). Stockely Carmichael, Muhammad Ali ou Khalid Muhammad, étaient les meilleurs exemples de cette troisième option qu'ils appelaient "Black Power". Ce concept ne doit pas être considéré comme une forme de suprématie noire. Le concept de Black Power faisait référence, dans les années 1960, à la consolidation des communautés et à la fierté de l'identité noire panafricaine.

51D+4iqeoaL._SX342_SY445_QL70_ML2_.jpg

Aujourd'hui, cette expression a été remplacée par "Black Lives Matter", qui, paraphrasé, signifierait "Hé, les Blancs ! Les vies des Noirs comptent !". Il est passé de l'autodétermination, de l'identité et de la consolidation communautaire, rejetant l'assimilationnisme libéral bourgeois, à la victimisation des Noirs et à l'intégrationnisme forcé. En parlant du mouvement "Black Lives Matter", il convient toutefois de souligner et de préciser qu'il s'agissait, à la base, d'un concept interne de la communauté noire visant à se soutenir mutuellement. Dans ce cas, c'était une option logique. Mais depuis quelque temps, Black Lives Matter (BLM) est devenu un hashtag capté par les forces mondialistes, sorosiennes et libérales progressistes qui n'ont pas le sort des Noirs à cœur. La seule direction qu'ils entendent prendre est d'utiliser certaines catégories de la population comme réservoirs électoraux. Le néolibéralisme social a ainsi manipulé les souffrances réelles de la société américaine (injustice sociale, inégalités, négrophobie systémique, brutalités policières...) afin de désorienter un soulèvement vers un ordre du jour qui visait à renverser le régime Trump alors gênant pour les forces mondialistes. Là encore, il convient de préciser que Trump, en tant que personnalité politique, n'est en aucun cas un ami des Africains. Mais comme la géopolitique est aussi une question de géostratégie, Trump représentait le mal nécessaire (en ce qui concerne les Africains et leurs descendants). Pour la finance internationale néolibérale apatride, il était nécessaire de déstabiliser Trump avec des soulèvements artificiels, comme ce fut le cas ailleurs dans le monde (en Egypte par exemple, ndt) avec le printemps arabe, soulèvement fabriqués qui devaient donc attirer des votes pour Biden.

71WHKbF7sRL._AC_SX466_.jpg

En analysant cette situation, nous pouvons dire que l'antiracisme moderne est une arme créée par nos ennemis (l'oligarchie financière apatride), par les mêmes personnes qui sont à la base du racisme existant et de l'humanité hiérarchisée dans sa globalité. Leur objectif a toujours été de détourner la colère des peuples, en utilisant les noirs les plus fragiles (afroglobalistes, libéraux noirs progressistes, afropolitains) et les blancs les plus extrêmes (réactionnaires les plus bornés et alt-rights) pour empêcher les plus pauvres, noirs et blancs, de se soulever contre les agents du Capital et de mettre au centre du débat les problèmes sociaux et géopolitiques qui sont la base et l'essence du racisme. Il n'est pas possible de se définir comme antiraciste, sans être anticapitaliste ou antilibéral, car comme l'a dit Stockely Carmichael : "Le racisme n'est pas une question d'attitude, mais de pouvoir".

kemi_seba.jpg

imagesUrPafr.jpg

Au sujet de la lutte antiraciste, Kemi Seba (président-fondateur de l'ONG Urgences panafricaines que je coordonne en Italie), l'une des plus grandes figures de la résistance anticolonialiste en Afrique au 21ème siècle, déclare dans une interview : "Nous ne nous sommes jamais opposés à la lutte de notre peuple aux États-Unis, nous sommes aux côtés de notre peuple qui lutte contre la discrimination raciale, contre la violence policière, nous serons solidaires jusqu'à la mort de cette lutte, ce à quoi nous nous opposons c'est l'instrumentalisation par les forces mondialistes de la souffrance de notre peuple aux fins d'un projet intégrationniste et progressiste blanc et cela ne nous intéresse pas. Nous ne voulons pas progresser sur la voie de l'Occident, nous voulons notre autodétermination et nous voulons que chaque peuple puisse prendre son destin en main".

Pour la communauté afrodiasporique, il existe deux alternatives vitales comme salut,selon Kemi Seba :

   - Le retour en Afrique sur le modèle garveyiste, pour lutter pour la souveraineté africaine et la décolonisation intégrale face aux forces exogènes (impérialisme) et endogènes (la mauvaise gouvernance de la classe dirigeante africaine) ;
    - La construction d'une communauté africaine diasporique forte, cohésive et unie en Occident, sur le modèle chinois, pakistanais, indien, etc. Le salut ne peut être trouvé en pensant s'assimiler à un système pourri, qu'en Afrique nous essayons d'éradiquer à jamais (mais aussi dans tous les territoires du monde qui résistent à l'occidentalisme néolibéral en faveur d'un monde multipolaire).

Le racisme est une question de relations de pouvoir. S'enraciner dans le paradigme civilisationnel lui-même, et en même temps défier et combattre ceux qui alimentent ce racisme, est la seule façon de le combattre.

Sââ François Sandouno (photo, ci-dessous)

GMD6flcW_400x400.jpg

Source : Geopolitica.ru

Écrire un commentaire