Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 août 2021

Démocratie puérile et pénalisante

punition__jeune_ecolier_avec126396.jpg

Démocratie puérile et pénalisante

par Marcello Veneziani

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/la-democrazia-puerile-e-penale

Professeur, il a dit un gros mot, mettez-le dehors, punissez-le. J'ai l'impression d'être de retour à l'école primaire, ou plutôt au jardin d'enfants. Essayez un instant de séparer les accusations récurrentes des motivations habituelles et du fond idéologique obsessionnel, du politiquement correct qui les soutient. Essayez de voir le mécanisme qui se met en place chaque fois que le Durigon de service fait une blague inconvenante sur le fascisme, les gays, les transsexuels et les lesbiennes, les femmes à forte poitrine, les noirs et les migrants, les juifs ou les laissez-passer verts (ndt: Durigon est un député italien au franc parler). Le premier ruffian commence, il se lève et moucharde le professeur, puis la petite voix commence à serpenter jusqu'à devenir un chœur, une meute de chiens enragés, écumant de la bouche et prenant plaisir à aboyer et mordre ensemble. Et puis la flagellation commence, la poursuite, l'exigence d'excuses, de repentir et d'un cordon sanitaire, avec une demande pressante aux compagnons du réprouvé de se séparer de lui et d'abattre leur ami, afin de les diviser, de les embarrasser et de les affaiblir ; puis l'accusation d'expulsion tombe péremptoirement, l'appel à l'instituteur, au directeur, d'appeler les concierges et de le mettre hors de la classe.

E8RiZWTWEAArhhp.jpg medium.jpg

Récemment, le lynchage a évolué ou est devenu immature, vous l'avez dit, car des signatures sont collectées pour faire interdire la bête qui a prononcé le mot infâme. Les signatures au parlement et dans les journaux, les prochaines seront les signatures au poste de police ou au tribunal. Il y a des vipères ou des serpents qui s'énervent ou s'enivrent dès qu'ils entendent que quelqu'un a transgressé, pour pouvoir sauter sur la cathèdre et jouer les professeurs censeurs, les bons avec leur petit doigt levé; combien de chacals et de hyènes, même avec leur sourire, qui cherchent toujours les méchants pour se sentir supérieurs, inflexibles et purificateurs. Mettez-le dehors, dit le petit mot interdit. Peu importe ce que vous avez fait jusqu'ici dans la vie, votre comportement général, votre CV, vos mérites et vos démérites. Un petit mot et vous êtes ruiné. Un mauvais mot efface tout. Il a dit le mauvais mot, Professeur...

C'est comme un jeu de l'oie dans une sorte de variante perverse ; si tu touches une case, tu quittes le jeu, tu restes immobile pendant un tour ou tu retournes plusieurs cases en arrière: et si tu touches le scandale suprême, tu finis dans la case de la mort, et comme disaient les enfants du sud, statte accuorte picciré, ssi vai inda a'mort a'fortune inzerr a'port (attention petit, si tu entres dans la boîte avec la tête de mort, la fortune ferme la porte). Il ne se passe pas une semaine, ou peut-être un jour, sans qu'il y ait un méchant à lapider, à mettre derrière le tableau noir et peut-être à mettre à la porte.

145637154.jpg

Bien sûr, il ne manque pas de contre-punks qui prononcent le mot interdit pour gagner un quart d'heure de célébrité ou pour s'attirer la sympathie des méchants, autrement dit, pour s'attirer la sympathie et le soutien du camp adverse. Mais il me semble que tout se déroule dans une atmosphère qui rappelle le Cuore d'Edmondo de Amicis à l'envers ; appelons-le le Bile d'Immondo de Nemicis...

Comment juger cette régression puérile de la politique à laquelle se prêtent même les chefs de parti et les personnalités institutionnelles ? Un mauvais mélange d'acidité et d'infantilisme, d'arrogance puérile et d'arrogance rancunière, un cas de guppery idéologique...

Quand la dénonciation et l'agression du troupeau dépassent-elles le stade infantile pour entrer sur la scène politique ?

Quand on se rend compte qu'on ne peut pas être accusé et accusateur à tour de rôle, au hasard, quand ça arrive, mais qu'il y a une partie des écoliers qui est toujours sous la menace du jugement et une autre partie qui juge toujours et propose des punitions et des expulsions. Quelqu'un à l'école primaire avait l'habitude de dire : c'est le tableau noir du bien et du mal, en général ils sont toujours les mêmes. Oui, mais lorsque certains appartiennent à un camp et d'autres à l'autre, alors vous vous rendez compte que vous êtes proclamé bon ou mauvais en fonction de votre affiliation. Si l'on exclut la différence de mérites et de cursus, il reste deux hypothèses : soit il existe une différence ethnique, raciale, soit il existe une différence de classe, entre maîtres et subordonnés. Le bien contre le mal.

delation.jpg

Le côté pathologique de la chose est que les personnes ne sont pas jugées sur la base de lois universelles, comme c'est le cas pour les codes civils et pénaux, mais sur la base d'un code politico-idéologique auquel certains adhèrent et d'autres s'y opposent, qui ont manifestement une échelle de priorités différente. L'anomalie est donc qu'une race ou une classe décide du bien et du mal sur la base d'un système de "valeurs" partisan, partagé par un seul camp. Vous déterminez qui fait le mal et qui ne le fait pas, et décidez des sanctions qui en découlent en fonction de votre code idéologique. Le joueur est en même temps l'arbitre du jeu. Vous jugez, il est accusé, toujours. Résultat : farce ou guerre civile, ou les deux.

Comment s'en sortir ? Soit nous nous mettons d'accord sur un périmètre précis et universel de valeurs partagées, puis nous respectons mutuellement les valeurs qui nous divisent, soit si une partie juge l'ensemble, nous sommes dans un régime coercitif, et les gens se sentiront à nouveau sous dictature ou surveillance et voteront peut-être pour se rebeller. Fin du raisonnement, ou plutôt raisonnement sans fin, cela ne sert à rien, demain on reprend les frasques punitives. Suivant.

15:30 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, dénonciation, délation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire