Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 18 août 2021

Chine, Russie, Turquie et Pakistan : le nouveau "Grand Jeu" est en marche.

Resurrected-Great-Game-on-the-Grand-Chessboard-Geopolitics-on-Afghan-Soil-1024x675.jpg

Chine, Russie, Turquie et Pakistan : le nouveau "Grand Jeu" est en marche

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/politica/cina-russia-turchia-e-pakistan-si-muove-il-grande-gioco-afghanistan.html

La chute de Kaboul ouvre des scénarios nouveaux: qui prendra la place laissée vacante par le retrait des États-Unis? Peut-être personne. Peut-être tous, en divisant le pays. Ou peut-être y aura-t-il une puissance capable de l'emporter sur une autre. Pour l'instant, il est impossible de faire des prédictions. Ce qui est certain, en revanche, c'est que la diplomatie des autres puissances régionales s'est employée, depuis quelque temps, à enrayer une catastrophe largement prévisible.

Après avoir sécurisé le personnel, les chancelleries travaillent maintenant sur la manière de gérer ce qui semble désormais être définitivement un nouveau régime : l'Émirat islamique d'Afghanistan. L'envoyé du Kremlin en Afghanistan, Zamir Kabulov, a confirmé que l'ambassadeur à Kaboul rencontrera les talibans mardi. M. Kabulov a déclaré à Radio Echo Moskvj que la réunion ne constituait toutefois pas un accord pré-écrit: "La reconnaissance ou non dépendra de ce que fera le nouveau régime". Le représentant russe à Kaboul, l'ambassadeur Dmitry Zhirnov, a expliqué à Russia 24 que les talibans avaient garanti leur engagement en faveur d'un "Afghanistan exempt de terrorisme et de trafic de drogue, où les droits de l'homme seront respectés". "Un pays qui aura de bonnes relations avec le monde entier". Mais l'ambassadeur lui-même s'est montré prudent. L'ordre qui est venu de Moscou semble être d'accorder une attention particulière à la situation nouvelle: les talibans, après tout, sont très bien connus dans les hiérarchies militaires et politiques russes. Et c'est pourquoi de nombreuses variables vont peser sur la reconnaissance de l'émirat : à commencer par la question du terrorisme, très chère au Kremlin. La Russie ne semble pas particulièrement satisfaite de ce qui se passe en Asie centrale, et c'est l'une des raisons pour lesquelles elle a mobilisé ses troupes pour des exercices qui ressemblent aussi à un avertissement.

La reconnaissance du gouvernement taliban interroge également Pékin. La Chine n'a jamais nié avoir tissé un réseau de relations avec les "étudiants coraniques", comme en témoigne la rencontre à Tianjin, en juillet, entre le ministre Wang Yi et une délégation de talibans dirigée par le mollah Abdul Ghani Baradar. Ainsi, au lendemain de la chute de Kaboul, le gouvernement de la République populaire a donné ses premières instructions. La porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré que son pays avait l'intention d'entretenir une "coopération de bon voisinage et amicale" avec l'Afghanistan, en assumant "un rôle constructif dans la paix et la reconstruction".

L'objectif est d'intégrer le pays dans le projet stratégique "One Belt One Road". Toutefois, comme le rapporte Agi, il ne faut pas oublier les liens du nouvel émirat avec les fondamentalistes islamiques, qui inquiètent également la Chine. C'est ce qu'a expliqué l'ancien ambassadeur en Iran, Hua Linming, au South China Morning Post. "Le groupe a des liens tellement profonds et complexes avec des groupes extrémistes et terroristes, a déclaré le diplomate chinois, qu'il est trop tôt pour dire à quel point la Chine doit être inquiète." Ouverture, donc, mais sans dose excessive d'optimisme. Le chaos et l'insurrection islamiste sont des éléments qui font réfléchir tout le monde, même le Politburo chinois. Et il est clair qu'il sera important de comprendre non seulement comment la Chine se comportera, mais aussi ce que fera le rival stratégique qui pourrait entrer dans le jeu en Asie centrale : l'Inde.

1 CdmmOT3E3aW_0Zvtap9nAA.jpeg

La Turquie, le seul pays de l'OTAN qui semble s'intéresser à l'Afghanistan, aussi pour des intérêts stratégiques purement nationaux, observe également avec attention ce qui se passe à Kaboul. Recep Tayyip Erdogan, qui avait proposé de rester en charge de l'aéroport de la capitale afghane après le retrait des forces occidentales, craint désormais une vague de réfugiés prêts à franchir la frontière turque après avoir traversé l'Iran. Comme le rapporte l'agence Anadolu, le président turc s'est exprimé depuis Istanbul avec son homologue pakistanais, Arif Alvi, pour rappeler l'engagement conjoint d'Ankara et d'Islamabad en faveur de la sécurité en Afghanistan. C'est un élément à prendre en compte, étant donné que les relations entre les deux pays se sont également renforcées sur le plan militaire. Ce n'est pas un hasard si les deux dirigeants se sont rencontrés à Istanbul pour le lancement d'un navire construit dans les arsenaux turcs. Erdogan a également téléphoné au Premier ministre pakistanais, Imran Khan, pour décider des prochaines étapes. Un axe intéressant qui parle aussi chinois, sachant que le Pakistan a depuis longtemps renforcé ses liens stratégiques avec Pékin et que la Turquie, oscillant constamment entre l'Ouest et l'Est, n'a jamais nié avoir une forte attirance pour les sirènes de l'Est.

Les propos du propre envoyé de la Russie pour l'Afghanistan pèsent également sur la Turquie. Dans une interview accordée à Echo Moskvj, Kabulov a pointé du doigt précisément les fonds du Golfe Persique. Et il est clair que si la délégation des Talibans se trouvait à Doha, au Qatar, la connexion avec les Turcs risque d'être trop facile. L'alliance entre le dirigeant turc et le Qatar est bien connue. Et ces mots sur les Talibans "soutenus par certains fonds islamiques, principalement basés dans la région du Golfe Persique" risquent d'être un message russe à toutes les forces impliquées dans la région. Ankara inclus.

Écrire un commentaire