Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 28 mai 2022

L’intime en place publique

Quelle-relation-avec-lintimite-_.jpg

L’intime en place publique

par Georges FELTIN-TRACOL

Malgré sa défaite de 2112 voix à la primaire des Verts et par ses affirmations péremptoires, Sandrine Rousseau est la grande révélation de la pré-campagne présidentielle de cette année. Les propos de cette universitaire en économie (aïe, aïe, aïe !) s’intercalent entre la petite phrase humoristique involontaire et la sottise conceptuelle.

Le 21 mars 2022, elle intervient en direct à l’invitation du médiat en ligne nommé Madmoizelle (titre fort osé pour le féminisme) sur la plateforme Twitch. Au cours de la discussion, notre Sandrine hexagonale suggère la création d’un « délit de non-partage des tâches domestiques ». À l’instar de ses ami.e.s « pastèques » (vert à l’extérieur et rouge à l’intérieur) et pour paraphraser Philippe Muray, Sandrine Rousseau, peut-être parce qu’elle dispose d’un « homme déconstruit », éprouve une violente envie de pénal. Les mêmes qui réclament la légalisation de la toxicomanie, nient la délinquance quotidienne et prônent un laxisme constant n’hésitent pas à exiger des actions liberticides inouïes.

cover-r4x3w1000-6127a94bd4dbf-sipa-01034545-000012.jpg

Sandrine se justifie en mentionnant la « charge mentale » des femmes qui, une fois leur journée de travail achevée, en poursuivent une autre composée des repas, du ménage, des courses et du suivi scolaire des enfants. En 2012, une enquête de l’INSEE a estimé que le beau sexe effectuait 72 % des tâches ménagères et 65 % des tâches parentales, soit une heure trente de travail par jour de plus que les hommes. Ce constat chiffré prouverait la persistance d’un « sexisme », d’une « phallocratie » et d’un « machisme ». Or inclut-on dans ce calcul les familles monoparentales dans lesquelles tout repose sur la mère ?

Ces données parcellaires témoignent surtout de la pertinence d’imposer un « revenu familial » ou un « salaire maternel ». Polyvalente, la mère de famille mériterait une reconnaissance officielle et financière de la société. Bien sûr, une telle demande longtemps défendue par le seul Front national de Jean-Marie Le Pen coûterait plus chère que la répression d’un délit aberrant. En effet, comment prouver un tel délit ? Par le témoignage de la femme au mépris de l’égalité proclamée ? Par une vidéo-surveillance d’État dans les cuisines et les chambres à coucher ? Par la signature sur l’honneur par les deux partenaires d’une attestation spéciale ? Faudrait-il déclarer chaque jour sur un site gouvernemental approprié que le couple s’est bien réparti l’entretien du ménage ? Hélas ! À moyenne échéance, cette proposition grotesque risque de se réaliser.

shutterstock_1675989211-615x410.jpg

faut-il-passer-laspirateur-avant-ou-apres-poussiere-1200x675.jpg

Ce ne sera pas la première fois que le législateur viole le domaine privé. Gifles et fessées sont dorénavant proscrites. Les politiciens aiment jouer aux caïds avec les honnêtes gens plutôt qu’avec la racaille… En 1994, la République française inscrit dans le Code pénal la notion de « viol conjugal », ce qui est une monstruosité juridique. L’époux devient de facto un suspect permanent. Le 3 mai 2011, un arrêt de la cour d’appel d’Aix-en-Provence concernait un homme. Il fut condamné à verser 10.000 euros à sa femme pour avoir manqué à son devoir conjugal pendant plusieurs années lui causant ainsi un « dommage » à réparer. On entre dans une incroyable contradiction : le mari est entreprenant et vigoureux, il est condamné; il choisit l’abstinence, il est aussi condamné. Faut-il y voir une relégation de l’homme en gadget sexuel quelconque ? Il est enfin possible que dans les prochaines années, un homme ne pourra plus avoir de relations sexuelles avec une femme de cinq ans plus jeune que lui…

L’intimité s’expose en outre dans le milieu professionnel avec un éventuel congé menstruel. L’année dernière, pour une durée d’une année, la société coopérative spécialisée dans le démarchage pour ONG, La collective, est la première entreprise française qui encourage ses employées féminines à prendre un jour de congé rémunéré par mois en envoyant au service des relations humaines un simple courriel. Ce congé ne relève pas des arrêts de travail. Cette mesure existe en Corée du Sud et au Japon depuis sept décennies au moins. En Inde, la société de livraison de repas Zomato offre dix jours par an. Le fonds de pension australien Future Super invite les femmes à prendre six jours par an avec l’injonction normative de télétravailler chez soi. Le gouvernement de coalition socialo-gauchiste va bientôt légaliser cette mesure en Espagne.

ladies.png

Les tenants de ce congé ne le jugent pas discriminatoire, car les menstruations ne concernent que le sexe féminin. Mieux, depuis 2014, le 28 mai se déroule une « Journée mondiale pour la santé et l’hygiène menstruelles ». Cette prise en compte très intime n’exclut-elle pas les transgenres et d’autres personnes en cours de transition genrée ? Ce problème strictement privé peut se révéler douloureux. Est-ce cependant une raison pour l’évoquer en public ? Des femmes craignent que ce nouveau congé difficilement vérifiable incite les entreprises à embaucher de préférence des hommes, sauf si se généralisent des quotas... Il est par ailleurs étonnant que des féministes souhaitent une législation sur un fait biologique qui va à l’encontre de la théorie du genre définie, faisons simple, comme une construction sociale qui désigne le processus et des rapports sociaux diviseurs, polarisateurs et organisateurs d’une humanité fractionnée en groupes plus ou moins antagonistes.

Sandrine Rousseau estime pour sa part que « le privé est politique et tant qu’on ne donne pas les moyens aux femmes de véritablement obtenir l’égalité sur le partage, on n’y arrivera pas ». Elle semble ignorer l’enseignement de  L’Essence du politique de Julien Freund. Il rappelle « le deuxième présupposé : le privé et le public. La relation du privé et du public détermine le domaine du politique ». Julien Freund prévient plus loin qu’« il n’y a de liberté politique que dans un système qui respecte la distinction du public et du privé ». L’invasion de l’un sur l’autre (ici, du public sur le privé) confirme que « le conflit entre le privé et le public est toujours politique ».

20120625_155216_sky-city-one.jpg

L’intrusion du droit et de la loi dans les foyers démontre une intention totalitaire. Ce néo-totalitarisme se veut individualiste, gendériste, sociétaliste et wokiste. Il constitue une véritable menace pour les civilisations construites sur la complémentarité des sexes. En attendant, votre serviteur monte une section syndicale CGT ou SUD – Solidaires au sein de la rédaction de Radio MZ et se dirige d’un pas décidé vers l’immense bureau du Lieutenant Sturm au dernier étage de la tour géante « La Méridienne » réclamer pour toute l’équipe masculine des tampons hygiéniques et un congé menstruel de vingt-neuf jours par mois au cri révolutionnaire-conservateur : « Des règles pour tous ! »

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 34, mise en ligne le 24 mai 2022 sur Radio Méridien Zéro.

18:02 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : intimité, actualité, problèmes contemporains | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire