Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 26 juin 2022

L'Occident ? Il a rétréci

c84090b1312943842d0ab60942161fb0.jpg

L'Occident ? Il a rétréci

par Marcello Veneziani

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/l-occidente-si-e-...

Quel que soit le jugement porté sur la guerre en Ukraine et quelle que soit l'issue de la crise ruineuse qui secoue le monde, nous pouvons d'ores et déjà affirmer une chose : il est profondément faux de continuer à croire que l'Occident est le monde et que ses modèles, ses canons, ses directives guideront encore la planète.

Les gouvernements euro-atlantiques et l'industrie de l'information préfabriquée - qui fonctionnent chez nous à plein régime comme les machines de propagande des régimes autocratiques et despotiques - nous ont donné ces derniers mois une fausse représentation de la réalité: Poutine est isolé, tous sont contre la Russie. Mais la réalité est tout autre : quatre cinquièmes du monde, et même plus si l'on se réfère à la démographie, n'ont adopté aucune sanction, aucune condamnation contre la Russie de Poutine. De gigantesques démocraties comme l'Inde, de puissants États totalitaires comme la Chine, de grandes nations islamiques comme l'Iran, des continents entiers comme l'Asie et l'Afrique, à quelques exceptions près, n'ont pas partagé le plan de contre-guerre, de menaces et de représailles de l'OTAN et de l'administration américaine du Président Biden. Seule l'Europe s'y est ralliée, et dans certains pays, ce ralliement s'est fait à contrecœur, en freinant ou en essayant d'établir un double standard.

Jusqu'à hier, nous pensions que la mondialisation signifiait l'occidentalisation du monde, voire l'américanisation de la : et certes, pendant de nombreuses années, cette identification a largement fonctionné, la mondialisation était l'extension planétaire des modèles, produits, modes de vie, formes politiques et économiques occidentaux. Mais aujourd'hui, il faut reconnaître honnêtement que ce n'est plus le cas. Et Donald Trump n'a pas eu tort d'avoir voulu changer la direction des États-Unis: si la mondialisation signifie aujourd'hui l'expansion commerciale et politique de la Chine et de l'Asie du Sud-Est, et non plus l'hégémonie américaine, mieux vaut changer de cap, jouer la défensive, se concentrer sur son propre pays et initier une politique de protection de ses propres biens face à la sauvagerie du marché mondial et à son inflexion chinoise croissante.

L'Occident a rétréci, et le pro-atlantisme retrouvé de l'Europe, et de l'Italie en particulier, sonne vraiment anachronique, comme si l'on se précipitait sous le parapluie de l'OTAN comme s'il s'agissait du salut du monde. Que l'OTAN nous protège des menaces des autres est au moins aussi vrai que son contraire: qu'avec ses positions et ses prétentions hégémoniques, elle nous expose aux conflits et aux représailles. Cela est prouvé par les nombreux conflits auxquels l'OTAN a participé au cours de ces décennies de "paix", les nombreux bombardements effectués sur des populations et des pays jugés criminels, et la mobilisation périodique des appareils militaires.

Mais sortons des limites de la guerre actuelle, et sortons aussi des considérations pratico-commerciales sur la mondialisation déviante, qui a changé d'égide et de direction. Abordons la question au niveau des principes, des orientations fondamentales et des visions du monde : le point de vue occidental, le modèle culturel et idéologique de l'Occident, les questions des droits de l'homme et des droits civils, agités en Occident, ne sont plus la clé du monde. De l'élan occidental vers la mondialisation, il reste deux grands instruments, la Technologie et le Marché, mais ils ne s'identifient plus à l'Occident ; ce sont deux moyens et ils ont été transférés dans des contextes sociaux et culturels différents, chinois, japonais, coréens, indiens, asiatiques en général. Même les deux antécédents de la mondialisation n'ont plus une matrice universaliste et impérialiste précise de type occidental : à savoir la colonisation du monde, grâce aux entreprises militaires, et l'évangélisation du monde, grâce aux missions religieuses. Aujourd'hui, les appareils de guerre les plus agressifs ne sont pas l'héritage exclusif de l'Occident. Et la mission de convertir les peuples et d'apporter le christianisme partout, s'estompe, obtient des résultats fortement minoritaires, subit des représailles et des persécutions dans le monde entier ; sans parler de l'offensive massive de l'Islam. Et ailleurs, elle souffre de l'imperméabilité, de la rétivité de nombreuses sociétés à d'autres cultures et traditions. Le christianisme décline en Occident mais ne s'enracine plus massivement dans le reste du monde.

L'Occident est la partie et non le tout, il a pour ainsi dire rétréci ; l'Amérique n'est plus culturellement le leader de la planète, ainsi que le gardien du monde et l'Empire du Bien, même si elle dispose encore d'appareils culturels, commerciaux et militaires exceptionnels. L'Europe est devenue un vieil hospice, où nous avons les populations les plus âgées de la planète (avec le Japon et les États-Unis), où le taux de dénatalité est élevé, et où la population globale se réduit au vingtième environ de la planète.

Bref, habituons-nous à penser à l'avenir que l'Occident n'est pas le Seigneur du Monde, le Phare de l'Humanité, mais seulement une de ses options. Et habituons-nous à craindre que le monde remplace l'hégémonie occidentale par l'hégémonie chinoise, l'importation de biens, de modèles et de mentalités de la Chine et son mélange inquiétant de capitalisme et de communisme, de dirigisme et de contrôle capillaire. Espérons plutôt que le monde retrouvera sa pluralité de civilisations et de cultures, remontant à au moins une douzaine de zones homogènes, d'espaces différenciés : la Chine et l'Asie du Sud-Est, l'Inde et le Japon, l'Afrique et le Moyen-Orient, l'Australie, la Russie. Et l'Occident est désormais une catégorie déforcée et obsolète, car il est plus réaliste de le voir séparé en États-Unis (et Canada), Europe et Amérique latine. Accepter un monde pluriel, multipolaire, divisé en ces espaces vitaux sur lesquels Carl Schmitt et la meilleure géopolitique ont écrit, et récemment Samuel Huntington, est la meilleure façon d'accepter la réalité et de rejeter toute visée hégémonique et expansionniste. Cela ne nous met pas à l'abri des guerres, des abus et des prétentions ; mais au moins, cela commence par une reconnaissance réaliste de l'équilibre des différences.

Écrire un commentaire