Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 25 mai 2022

La Suède dans l'OTAN

shutterstock_1128305291-800x450.jpg

La Suède dans l'OTAN

Leonid Savin

Source: https://katehon.com/en/article/sweden-nato?fbclid=IwAR1nV_IoY07nu5fnBmG2D_1kO38wvQTwKUsXqsLkFWhnq4hrOPLm8BXx1Uo

Stockholm a aidé et aide encore l'OTAN à mener des agressions militaires dans d'autres pays de toutes les manières possibles.

Contrairement à la Finlande, la Suède n'a pas de frontière commune avec la Russie, de sorte que l'entrée de ce pays dans l'Alliance de l'Atlantique Nord peut ne pas être perçue comme trop problématique. D'un autre côté, tout renforcement de l'OTAN est un défi, puisque ce bloc est lui-même une menace pour la Russie et le Belarus (et pas seulement).

La neutralité de la Suède est discutable. Pour s'en rendre compte, il suffit de regarder les statistiques officielles de l'OTAN.

Leur coopération a débuté lorsque la Suède a rejoint le programme dit de "Partenariat pour la paix" en 1994 et le Conseil de partenariat euro-atlantique (un forum multilatéral de dialogue réunissant tous les alliés et pays partenaires de la région euro-atlantique) en 1997.

La Suède est l'un des six pays (appelés "Partenaires aux possibilités accrues" dans le cadre de l'initiative d'interopérabilité du Partenariat) qui apportent des contributions particulièrement importantes aux opérations de l'OTAN et aux autres objectifs de l'Alliance. Ainsi, le pays a élargi les possibilités de dialogue et de coopération avec ses alliés.

Il existe désormais un dialogue politique et des consultations régulières entre l'OTAN et la Suède, un échange d'informations sur la guerre hybride, une coordination de la formation et des exercices, et une sensibilisation générale à la situation pour éliminer les menaces communes et élaborer des actions conjointes, si nécessaire.

D2aNoPzXQAAOwTd.jpg

La Suède a contribué pour la première fois à une opération dirigée par l'OTAN en 1995, lorsqu'elle a envoyé un bataillon à la force de maintien de la paix dirigée par l'OTAN en Bosnie-Herzégovine. En outre, elle a soutenu la force de maintien de la paix de l'OTAN au Kosovo depuis 1999.

Le personnel suédois a travaillé aux côtés des forces de l'OTAN dans le cadre de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan de 2003 jusqu'à la fin de la mission de la FIAS en 2014. La Suède a également soutenu une mission de soutien résolue (RSM) de suivi pour continuer à former, aider et conseiller les forces de sécurité et les institutions afghanes jusqu'à son achèvement en septembre 2021. La Suède a contribué à hauteur de plus de 13 millions de dollars au fonds fiduciaire de l'armée nationale afghane.

3502879_2000_1125.jpg

En avril 2011, la Suède a contribué à l'opération United Protector (OUP), une opération militaire de l'OTAN en Libye, conformément aux résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU. La Suède participe également à la mission de l'OTAN en Irak.

En outre, la Suède a signé un protocole d'accord de soutien au pays hôte qui, sous réserve d'une décision nationale, lui permet de fournir un soutien logistique aux troupes alliées situées sur son territoire ou y transitant, lors d'exercices ou en cas de crise. [i]

La Suède soutient également un certain nombre de projets du fonds d'affectation spéciale de l'OTAN dans d'autres pays partenaires, axés sur des domaines tels que la formation et l'évaluation des unités militaires, la réadaptation médicale des militaires blessés, la neutralisation des explosifs et la lutte contre les engins explosifs improvisés, la formation avancée du personnel du secteur de la sécurité.

La Suède participe au processus de planification et d'analyse, qui aide le pays à développer son potentiel militaire et à améliorer l'interopérabilité des forces armées suédoises avec les alliés et les autres partenaires.

La Suède participe au concept de capacités opérationnelles de l'OTAN, qui utilise un programme d'évaluation et de retour d'information pour développer et former les unités des forces terrestres, maritimes, aériennes ou d'opérations spéciales des partenaires qui s'efforcent de respecter les normes de l'OTAN.

La Suède participe à de nombreux exercices, et a également participé aux exercices de la coalition cybernétique de l'OTAN.

La Suède a coopéré avec un certain nombre d'autres pays à la création d'une force multinationale de réaction rapide pour les opérations de maintien de la paix, dirigée par l'Union européenne (UE).

Depuis 2014, dans le cadre de l'initiative d'interopérabilité du Partenariat, la Suède participe à la plateforme d'interopérabilité, qui unit les alliés à certains partenaires participant aux opérations de l'OTAN.

La Suède participe à deux initiatives stratégiques dans le domaine du transport aérien : le programme de capacités de transport aérien stratégique (SAC) et la solution intérimaire de transport aérien stratégique (SALIS).

L'OTAN apprécie beaucoup le rôle de la Suède dans la formation des forces armées des autres pays partenaires de l'OTAN. Le Centre international des forces armées suédoises (SWEDINT) organise des exercices et des formations axés sur l'aide humanitaire, les services de sauvetage, les opérations de maintien de la paix, l'état de préparation des civils et le contrôle démocratique des forces armées. Le Nordic Center for Gender in Military Operations est également situé à SWEDINT.

La Suède entretient des liens étroits avec les autres pays nordiques et participe à la Coopération nordique en matière de défense (NORDEFCO), une initiative de défense régionale qui encourage la coopération entre les forces armées nordiques.

En d'autres termes, la coopération entre la Suède et l'OTAN est très active depuis longtemps. Et Stockholm a aidé l'OTAN par tous les moyens possibles à mener des agressions militaires dans d'autres pays.

20150316_150316b-001_rdax_775x440.jpg

Il convient de noter qu'un large débat sur la possibilité que la Suède rejoigne l'OTAN a commencé fin décembre 2012, lorsque le chef de la défense suédoise, le général Sverker Göranson, a déclaré dans une interview largement diffusée que si la Suède était attaquée, elle ne pourrait se défendre que pendant une semaine avant que l'aide étrangère ne soit nécessaire.

Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a ensuite ajouté que, bien que la Suède soit le partenaire le plus actif et le plus compétent de l'OTAN, elle ne peut pas compter sur une assistance en cas d'attaque, car la garantie de sécurité prévue à l'article 5 de l'Alliance ne s'applique qu'aux membres de l'OTAN, une organisation à laquelle la Suède refuse d'adhérer.

Mais la ministre suédoise de la Défense, Karin Enström, a déclaré dans une interview ultérieure que la Suède peut compter sur l'assistance de l'UE, puisque le traité de Lisbonne prévoit une clause de solidarité, l'article 42.7, qui oblige les États membres de l'UE à fournir une assistance aux autres membres de l'UE en cas d'événements catastrophiques ou d'attaques. [ii]

Naturellement, en 2014, après la situation en Crimée, les États-Unis ont commencé à inciter activement la Suède à rejoindre l'OTAN. [iii] Entre autres, les déclarations sur une possible "agression de Moscou" ont été activement reproduites. Les experts américains estiment que "dans le conflit entre l'OTAN et la Russie, par exemple, lors de l'invasion russe des États baltes, la Suède sera profondément impliquée. Comme la Finlande fait office de tampon contre la Russie, une attaque depuis la terre est extrêmement improbable.

Au lieu de cela, la Suède sera confrontée à trois tâches défensives : la protection contre les attaques aériennes et les missiles russes, la protection de son vaste territoire contre la pénétration russe, et la protection de l'île de Gotland et d'autres infrastructures clés afin que les forces armées de l'OTAN puissent les utiliser pour protéger l'entrée des troupes dans les États baltes et en d'autres endroits". Pour ce faire, il est nécessaire de pré-déployer des avions et des systèmes de défense aérienne pour couvrir Gotland et un certain nombre de positions en Suède. Cela coûtera 3,2 milliards aux États-Unis, et l'OTAN devra ajouter 6,4 milliards supplémentaires. [iv]

Le nombre de partisans de l'adhésion du pays à l'OTAN en Suède n'a cessé d'augmenter d'année en année. S'il y a 10 ans, en 2012, les sondages montraient que seuls 18 % d'entre eux pensaient qu'ils devaient devenir membres de l'alliance, et 44 % étaient contre, alors en 2015, 38 % étaient en faveur, et 31 % contre.

Les propagandistes externes et leurs agents comme Carl Bildt ne sont pas les seuls à avoir travaillé sur l'image de l'OTAN. De nombreux spécialistes suédois des questions internationales ont contribué au discours pro-OTAN. Selon eux, le changement d'identité évoqué dans l'introduction est devenu possible en faisant appel aux discours dominants de l'"idéalisme" et de l'"internationalisme actif".

Autrefois partie intégrante de l'identité nationale suédoise, le thème de la "neutralité" a été remplacé par la justification de l'existence et de l'expansion de l'OTAN dans la période de l'après-guerre froide. Le sens de la "solidarité" a également changé et a commencé à impliquer que les États qui se soucient de la paix ne devraient pas agir comme des "passagers clandestins", mais devraient être prêts à agir en solidarité avec d'autres États européens et démocratiques contre les tyrans et les terroristes. [v] 

Déjà en 2015, la coopération active entre l'OTAN, la Suède et la Finlande était considérée à Stockholm comme une sorte de nouvelle norme nécessaire à la sécurité dans les pays baltes. [vi] Bien qu'avant cela, dans la pratique, la Suède utilisait effectivement la coopération bilatérale informelle avec les États-Unis et d'autres États européens pour assurer sa sécurité.

Par conséquent, le mythe de la politique de "neutralité armée" du pays pendant la guerre froide n'est pas devenu un obstacle majeur pour obtenir le soutien de l'opinion publique à l'adhésion à l'OTAN.

Comme dans la Finlande voisine, des rumeurs de panique et des sentiments russophobes se sont répandus en Suède ces derniers temps. Gunilla Herolf, de l'Institut suédois des relations internationales, a déclaré à The National que "les Russes ne respecteront pas le territoire de la Suède. Ils feront en sorte que le premier jour, nous ne puissions pas utiliser de cartes de crédit ou avoir de l'électricité. C'est ce à quoi les gens s'attendent et se préparent." [vii]

Selon elle, les Suédois achètent des réservoirs d'eau spéciaux, des radios portatives, des réchauds de camping et de la nourriture supplémentaire en cas de conflit. Le gouvernement suédois prévoit également de réapprovisionner le grand réservoir de pétrole de Vattenfall et d'utiliser une centrale électrique construite pendant la guerre froide.

Herolf pense également que l'île de Gotland, qui a été militarisée à nouveau il y a quelques années, servira de base de soutien pour "dissuader les Russes". Ou, peut-être, pour les provocations et les attaques ?

Récemment, en décembre 2021, la Suède a participé à des cyber-manœuvres sous les auspices de l'OTAN. [Et en mars-avril de cette année, les exercices militaires VIKING 22 ont eu lieu sur le territoire de la Suède, où des représentants de l'Ukraine étaient également présents. En février 2021, le ministère suédois de la Défense a créé le Centre de recherche sur les opérations spéciales, dont la direction comprend des représentants du siège de l'OTAN et de l'US Air Force[ix].

Quant au complexe militaro-industriel, l'industrie de la défense suédoise dispose "d'importantes technologies avancées et d'une capacité de combat", ayant des alliances industrielles solides avec le Royaume-Uni, les États-Unis et l'Allemagne. Cela lui a permis de développer conjointement avec le Royaume-Uni des systèmes tels que le missile antichar NLAW, qui a été utilisé en Ukraine contre les troupes russes.

Les produits du complexe militaro-industriel suédois sont également l'avion militaire polyvalent Gripen, les systèmes de guerre électronique avancés, la surveillance aérienne, les radars intelligents d'artillerie et de contre-batterie, et tout cela sera utile aux futurs alliés de l'OTAN, vraisemblablement contre la Russie. Par conséquent, les mesures de réponse devraient représenter quelque chose de plus que les notes de protestation standard et/ou la fermeture des magasins IKEA.

Notes:

[I] https://www.nato.int/cps/en/natohq/topics_52535.htm

[ii] https://blogs.lse.ac.uk/europpblog/2013/05/20/sweden-nato-eu-alternative-us-defence-policy/

[iii] https://www.foreignaffairs.com/articles/finland/2014-04-30/nordic-nato

[iv] https://www.geopolitika.ru/article/vo-chto-mozhet-oboytis-rasshirenie-nato

[v] https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/0010836720966376

[vi] https://www.ui.se/butiken/uis-publikationer/ui-brief/2015/a-new-normal-for-nato-and-baltic-sea-security/

[vii] https://www.thenationalnews.com/world/europe/2022/05/11/sweden-stockpiles-against-possible-russia-attack-over-nato-application/

[viii] https://www.fhs.se/en/swedish-defence-university/news/2020-04-24-sweden-participates-in-worlds-largest-live-fire-cyber-exercise.html

[ix] https://www.fhs.se/en/swedish-defence-university/about-sedu/organisation/specialised-centres/the-centre-of-special-operations-research-csor.html

lundi, 23 mai 2022

Le nouveau rideau de fer de l'Occident

231157-5x3-topteaser1260x756.jpg

Le nouveau rideau de fer de l'Occident

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/05/20/lannen-uusi-rautaesirippu/

La nouvelle guerre froide en Europe a commencé lorsque Vladimir Poutine est devenu président de la Russie après Boris Eltsine. Certains affirment que la "guerre hybride" de l'Occident contre la Russie dure depuis l'époque des tsars. Elle se poursuivra jusqu'à ce que la Russie soit détruite ou jusqu'à ce qu'elle vainque ses adversaires.

Dans les temps modernes, l'Occident a intensifié sa guerre anti-russe en organisant un coup d'État en Ukraine en 2014 qui a monté les Ukrainiens les uns contre les autres. La stratégie géopolitique de Zbigniew Brzezinski pour déstabiliser et immobiliser la Russie s'est poursuivie avec succès.

Les Etats-Unis ont enregistré une autre victoire dans leur lutte, lorsque les derniers neutres d'Europe, la Finlande et la Suède, ont été encouragés à demander leur adhésion à la machine de guerre transatlantique de Washington, l'OTAN, en invoquant des "conditions de sécurité modifiées".

Comme le souligne Patrick Lawrence, cette alliance renforce encore le mur que Washington, avec l'aide de ses alliés européens, a érigé pour séparer la Russie de l'Europe. Un nouveau rideau de fer s'est levé, cette fois-ci par l'Occident seul, divisant à nouveau ce coin du monde en "un Est et un Ouest".

Les États-Unis sont toujours la première superpuissance mondiale déstabilisatrice et maintenant, grâce à la guerre de l'information menée par les médias 24 heures sur 24, la culture russe est devenue une culture paria, que sous prétexte des événements d'Ukraine, on tente d'éradiquer.

De nombreux exemples de la censure de la culture russe pourraient être cités, visant les athlètes, les artistes, les écrivains et autres citoyens russes, mais citons, comme exemple le plus récent, le fait que la ville de Turku en Finlande a jugé bon de retirer la statue de Lénine du centre ville.

Il est ironique qu'à la suite de l'opération militaire russe, la statue de l'homme qui a donné à l'Ukraine et à la Finlande leur indépendance ait été retirée de l'espace public en Finlande. L'histoire qui nous unit à la Russie est maintenant balayée d'un revers de main, tout comme les statues ont été renversées aux États-Unis au nom de l'idéologie Woke. Est-ce cela que signifie cette "compatibilité avec l'OTAN" dont on parle tant ?

Tout porte les empreintes des stratèges de Washington, car c'est l'État profond américain qui reconstruit l'infrastructure euro-atlantique qui définira la nouvelle guerre froide. L'entrée des Finlandais et des Suédois dans l'OTAN est la dernière étape de la tentative d'isoler la Russie. La mer Baltique doit également être transformée en une "mer de l'OTAN" (dont les ressources naturelles des profondeurs doivent être accaparées par l'élite qui dirige l'Occident...).

Malgré les efforts et les facéties de Washington, il se pourrait bien que l'Occident, qui représente la "communauté internationale" dans son propre imaginaire, s'isole de la majorité des peuples du monde qui n'ont pas rejoint les masses haineuses et russophobes qui arborent des drapeaux ukrainiens sur leurs profils de médias sociaux.

Même l'annonce de la demande d'adhésion de la Finlande à l'OTAN et l'appel sans détour du président Sauli Niinistö à Poutine de "se regarder dans le miroir" n'ont pas, à la déception des zélateurs atlantistes, fait réagir le Kremlin. La Russie a adopté une attitude professionnelle, mais cela n'a fait qu'encourager la presse finlandaise à continuer de ricaner sur le fait que Poutine "n'ose rien faire".

Il y aura certainement une sorte de représailles si et quand la Finlande deviendra un membre officiel de l'OTAN. La Russie a déjà expulsé les diplomates finlandais et les robinets de gaz sont fermés. Il ne fait aucun doute que Moscou verra d'abord quel genre de mouvements militaro-techniques les États-Unis feront sous la bannière de l'OTAN dans l'espace territorial finlandais.

Berlin-Kreuzberg_Axel-Springer-Hochhaus_Reagan-Gedenktafel.jpg

Après que le président américain Ronald Reagan ait demandé au dernier dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev, à Berlin en 1987, de "démolir le mur" qui symbolisait la séparation entre l'Est et l'Ouest, le programme "Build Back Better" créé sous la présidence de Joe Biden a pris une nouvelle signification en matière de politique étrangère ces derniers mois, à mesure que le rideau de fer occidental est tombé.

Comme dans les moments les plus froids de la confrontation entre les blocs de l'Ouest et de l'Est, ainsi dans la crise ukrainienne, la conscience des Européens et des Américains a été ratatinée par une éducation médiatique appropriée, de sorte que tout est devenu binaire, manichéen, dualiste. L'objectivité est absente et c'est maintenant la vision du monde en noir et blanc de la Finlande occidentalisée qui est servie au public dans la presse.

La Russie est catégoriquement "mauvaise" dans cette bulle de politique étrangère et de sécurité occidentale, tandis que l'Occident, avec ses guerres par procuration et ses sanctions contre la Russie, est "bon" dans toute sa grotesque exhibition. Les Européens sont prêts à perdre les derniers rêves de souveraineté qui leur restent et à commettre un suicide économique à la poursuite des intérêts de Washington.

La Finlande d'autrefois semble être en train de mourir. En raison de leur complexe d'infériorité, de nombreux Finlandais, y compris l'élite politique, sont prêts à tout pour avoir le sentiment d'"appartenir à l'Occident". La nation unique qui s'est dressée entre l'Est et l'Ouest est en train de reculer, alors que le processus d'américanisation met la touche finale à son adhésion à l'alliance militaire.

L'adhésion à l'Union européenne était déjà une erreur fatale et une perte d'indépendance, mais sur l'échiquier de l'Occident, étant devenue un pion à sacrifier à la politique des grandes puissances, la Finlande officielle abandonne son ancienne position, sûre et respectée, et ce de manière tout à fait inutile.

L'Union européenne s'est également rendue un mauvais service en participant aux plans sinistres de l'administration Biden. Bruxelles peut oublier le rôle potentiel du continent en tant que centre de pouvoir indépendant. Les rêves d'importance politique mondiale des eurocrates peuvent être enterrés à cause de la politique étrangère des États-Unis.

04dc-prexy-mediumSquareAt3X.jpg

Pour Sauli Niinistö et ses partenaires, le plus important est de promouvoir la cause de l'élite qui dirige l'Occident. La dernière visite à Washington (photo) a été un autre spectacle embarrassant, avec ce vendu souriant comme un laquais à côté du président Biden et de la Première ministre suédoise Andersson. Peut-être que cette théâtralité des Coalitionnistes sera suivie d'une sévère gueule de bois et d'une dépression ?

Heureusement, une grande différence entre la première et la deuxième guerre froide est que maintenant le reste du monde a son mot à dire. Comme l'a dit la Chine, si je me souviens bien, dans le monde actuel d'interdépendance, aucun pays ne peut être simplement isolé par une décision unilatérale des États-Unis.

L'Occident cherche désespérément à déstabiliser et à diviser le monde en camps car sa suprématie est de plus en plus menacée. Elle est prête à lever un nouveau rideau de fer et à construire des murs pour tenter de répéter l'histoire. Bien sûr, cela ne réussira pas très longtemps, mais il ne fait aucun doute que l'hégémon aura le temps de créer davantage de chaos et de destruction avant d'être évincé.

mercredi, 18 mai 2022

La Finlande, la Suède et le jeu à somme nulle de l'Occident

28905795-fahnen-von-finnland-schweden-und-der-nato-2fe.jpg

La Finlande, la Suède et le jeu à somme nulle de l'Occident

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/05/16/suomi-ruotsi-ja-lannen-nollasummapeli/

"Il y a une ironie triste et plutôt pathétique dans l'adhésion attendue de la Finlande et de la Suède à l'OTAN", écrit l'auteur, journaliste et politologue britannique Anatol Lieven.

Pendant la guerre froide, l'Union soviétique était une superpuissance militaire qui occupait une grande partie de l'Europe centrale. Avec les troupes russes stationnées au cœur de l'Allemagne, le communisme soviétique semblait, pour un temps du moins, être une menace et une contre-force pour la démocratie capitaliste occidentale.

Malgré cette époque politiquement difficile, "la Finlande et la Suède sont néanmoins restées officiellement neutres au cours de ces décennies", rappelle Lieven.

Dans le cas de la Finlande, la neutralité était une condition du traité avec Moscou qui a mis fin à la guerre entre les deux pays. La Suède, en revanche, a joué ses cartes pour être "sous le parapluie de la sécurité américaine sans avoir à apporter la moindre contribution ou à prendre le moindre risque pour elle".

Les avantages psychologiques pour l'Ouest étaient également importants. Lieven affirme que "la Suède bénéficiait de la protection des États-Unis et était en même temps libre d'afficher sa prétendue supériorité morale sur l'Amérique impérialiste et raciste lorsque l'occasion se présentait".

Après la fin de la guerre froide, la Russie a reculé de mille kilomètres vers l'est, tandis que l'OTAN et l'Union européenne n'ont fait qu'étendre leur territoire. Au cours de ces années, la Russie ne s'est pas révélée être une menace concrète pour ses voisins du nord.

Pendant et après la guerre froide, Moscou n'a jamais menacé Helsinki. L'Union soviétique a respecté les termes de son traité avec la Finlande. Elle a même décidé de se retirer de la base militaire de Porkkala, qui, selon le traité, aurait pu y rester pendant encore quarante ans.

Il n'y avait aucune raison de penser que la Russie allait changer cette politique et attaquer la Finlande. Dans le cas de l'Ukraine, la situation était complètement différente et les raisons de l'opération de Moscou sont évidentes si l'on est capable d'examiner l'histoire récente de la région et le rôle de l'Occident dans une perspective de realpolitik.

Comme le souligne également Lieven, "depuis le début de l'expansion de l'OTAN dans les années 1990, tant les responsables russes qu'un certain nombre d'experts occidentaux - dont trois anciens ambassadeurs américains à Moscou et l'actuel directeur de la CIA - ont averti que l'entrée de l'Ukraine dans une alliance anti-russe conduirait probablement à la guerre".

Pourquoi les membres européens de l'OTAN sont-ils si désireux d'une nouvelle confrontation avec la Russie ? Selon Lieven, l'une des raisons est que la situation actuelle donne aux pays de l'euro une excuse pour éviter d'envoyer des troupes en dehors de l'Europe (comme en Afrique de l'Ouest), où l'implication dans des conflits locaux "créerait de réelles menaces pour la sécurité intérieure de l'Europe et de la Scandinavie sous la forme d'extrémisme islamiste et d'immigration massive".

La Finlande a immédiatement rejoint les rangs des fournisseurs d'armes dans la nouvelle phase du conflit ukrainien. L'info-guerre dans les médias grand public s'est également intensifiée, et pas un jour ne s'est écoulé sans que Poutine et la Russie ne fassent les gros titres sous un jour extrêmement négatif. La Finlande officielle a choisi sa voie sans consulter le public et les journaux du soir annoncent à grand renfort de publicité "comment la Finlande entre fièrement dans l'OTAN dès sa porte d'entrée". La décision de la Finlande suscite également la suspicion dans le monde entier.

"En rejoignant l'OTAN, la Finlande jette à la poubelle la mince chance qu'elle avait de pouvoir encore agir comme médiateur entre la Russie et l'Occident, non seulement pour mettre fin à la guerre en Ukraine, mais aussi pour promouvoir une réconciliation plus large à un moment donné dans le futur. Au lieu de cela, la Finlande achève la dernière partie d'une nouvelle frontière de la guerre froide qui existera probablement même après l'administration russe actuelle", conclut Lieven.

L'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'OTAN peut également être considérée comme "un moment symbolique où les pays d'Europe dans leur ensemble ont abandonné le rêve d'assumer la responsabilité de leur propre continent et se sont soumis à une dépendance totale vis-à-vis de Washington".

Cette dépendance sera couverte par des "pleurnicheries et des grognements européens impuissants" lorsqu'"un nouveau président à la Trump" prendra la tête de la Maison Blanche et rejettera la moindre courtoisie et consultation de ses "partenaires transatlantiques".

Depuis la fin de la guerre froide, la politique des États-Unis et de l'OTAN envers la Russie est un sinistre jeu à somme nulle. Washington a pris l'initiative et les pays européens ont suivi. La Finlande rejoint maintenant cet "entourage boiteux et titubant". Lieven ne croit pas que "les bonnes relations de la Finlande avec la Russie" seront rétablies, quel que soit le régime au pouvoir à Moscou.

D'autre part, l'expulsion complète de la Russie des structures européennes - qui est depuis longtemps un objectif ouvert des États-Unis et de l'OTAN - pourrait, à long terme, rendre la Russie complètement dépendante de la Chine sur le plan stratégique et amener la superpuissance asiatique jusqu'aux frontières orientales de l'Europe.

Un tel résultat serait "une récompense ironique mais méritée pour la stupidité stratégique de l'Europe", déclare Lieven.

Aperçu de la Realpolitik

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/05/13/reaalipoliittinen-tilannekatsaus/

Comme tout le monde le sait déjà, le gouvernement finlandais a décidé de demander l'adhésion à l'OTAN. Le théâtre politique a culminé hier, jour de la Finlande, avec l'annonce par le Président et le Premier ministre de leurs positions prévisibles.

Le passage à l'OTAN est prévu depuis longtemps, pas vraiment en raison d'un quelconque "changement de la situation sécuritaire", mais en raison d'une tentative désespérée des États-Unis de conserver au moins une partie de leur ancienne domination.

Toutefois, le dernier revirement n'est pas aussi spectaculaire que certains l'imaginent. Je ne crois pas non plus que la Russie prendra des contre-mesures très fortes, comme une frappe militaire ou quelque chose de similaire. Bien sûr, tant les fanatiques de l'OTAN que les amis de la Russie s'attendent à une certaine réaction.

Quoi qu'il en soit, le Kremlin est conscient que les politiciens finlandais sont depuis longtemps préparés par des organisations occidentales. En tant que pays, nous faisons déjà partie, non seulement de la malheureuse Union européenne, mais aussi de la sphère d'influence plus large, dirigée par les États-Unis. Cela continuera tant que le groupe d'intérêt anglo-américain existera.

Les professionnels et amateurs de la politique de sécurité occidentalisée de la Finlande n'ont pas de chance avec ce dernier pari. Certains d'entre eux souhaitent que la Finlande rejoigne l'OTAN depuis des décennies. J'ai moi-même une opinion négative de l'alliance militaire, mais ces dernières années, j'ai commencé à me laisser aller à un certain nihilisme politique de temps en temps.

Quelle est l'importance de ces mouvements de politique étrangère et de sécurité, après tout ? Les années de la pandémie ont révélé que, malgré leurs différends, les représentants de la classe possédante (les "mondialistes" des grands cercles capitalistes) et les acteurs clés des différents États semblent avoir une compréhension mutuelle de l'orientation de l'ordre mondial.

La restructuration économique, politique et sociale à grande échelle des sociétés se poursuit et, que le monde devienne "bipolaire" ou "multipolaire", les mêmes mesures technocratiques sont prises dans le monde entier, en Occident comme en Russie, en Chine et ailleurs.

Oui, tout cela semble plutôt déprimant. Il ne fait aucun doute que la classe capitaliste mondiale observe ce spectacle en constante évolution depuis ses bureaux et ses manoirs, en riant. La spirale du profit du complexe militaro-industriel (ainsi que de l'industrie pharmaceutique) se poursuit, sans grande résistance collective. L'Eurovision et le hockey sur glace sont au programme, et l'été est sur le point de commencer.

Une fois le brouillard de la guerre levé, les nouvelles identités numériques seront prêtes à être utilisées, et les vaccinations pour le fameux virus deviendront un rituel annuel. Nous sommes déjà en train de passer d'États-nations largement délabrés à la bruyante "gouvernance mondiale" dont rêvent depuis des décennies certains "philanthropes", investisseurs, membres de la royauté, banquiers centraux et technocrates.

Reste à savoir si ce nouvel ordre mondial se présentera sous la forme de "superpuissances" ou de "blocs" - un triomphe à la Pyrrhus de la démocratie des neiges et du libéralisme anglo-américain, un rêve socialiste en caractères chinois, ou simplement une technocratie mondiale érigée par une classe de milliardaires.

 

samedi, 14 mai 2022

L'Europe peut-elle exister sans la Russie ?

860_visactu-europe-la-dependance-au-gaz-russe.jpg

L'Europe peut-elle exister sans la Russie?

par Michel Pinton

Source: https://www.ideeazione.com/puo-leuropa-esistere-senza-la-russia/

La question qui constitue le titre de cet article a été posée aux participants d'un séminaire que j'ai eu l'honneur d'organiser il y a trente ans. C'était en 1994. La Russie luttait pour émerger des ruines de l'empire soviétique. Sa longue captivité l'avait épuisé. Enfin libre, elle n'avait qu'une seule aspiration : retrouver sa force et être à nouveau elle-même. J'entends par là non seulement retrouver la prospérité matérielle que les bolcheviks avaient dilapidée, mais aussi reconstruire ses relations sociales détruites, son ordre politique effondré, sa culture déformée et son identité perdue.

À l'époque, j'étais membre du Parlement européen. Il me semblait essentiel de comprendre ce qu'était la nouvelle Russie, quelle voie elle empruntait et comment l'Europe occidentale pouvait travailler avec elle. J'ai eu l'idée de conduire une délégation de députés à Moscou pour discuter de ces questions avec nos homologues de la Douma fédérale. J'en ai parlé à Philippe Seguin, alors président de l'Assemblée nationale française, et il a immédiatement accepté mon projet. Les parlementaires russes ont répondu à notre demande en nous invitant à venir immédiatement. D'un commun accord, nous avons décidé d'élargir nos délégations respectives à des experts dans les domaines de l'économie, de la défense, de la culture et de la religion, afin que leurs réflexions éclairent nos discussions.

Seguin et moi n'étions pas seulement poussés par la curiosité envers cette nation alors indécise. Nous nous considérions comme les héritiers d'une école de pensée française selon laquelle l'Europe est une, de l'Atlantique à l'Oural, non seulement sur le plan géographique, mais aussi en termes de culture et d'histoire. Nous étions également convaincus que ni la paix, ni le développement économique, ni l'avancement des idées ne pouvaient être établis sur notre continent si ses nations se déchiraient les unes les autres, voire s'ignoraient. Nous avons voulu poursuivre la politique d'entente et de coopération initiée par Charles de Gaulle de 1958 à 1968 et brièvement reprise en 1989 par François Mitterrand dans sa proposition de "grande confédération européenne".

michel-pinton_4662208.jpeg

L-Identitarisme-contre-le-bien-commun.jpg

L'OTAN : un obstacle à nos projets

Nous savions qu'il y avait un obstacle à notre projet : il s'appelait OTAN. De Gaulle, le premier, n'avait cessé de dénoncer ce "système par lequel Washington tient la défense et par conséquent la politique et même le territoire de ses alliés européens". Il affirmait qu'il n'y aurait jamais de "véritable Europe européenne" tant que ses nations occidentales ne se seraient pas libérées de la "lourde tutelle" exercée par le Nouveau Monde sur l'Ancien. Il avait donné l'exemple en "libérant la France de l'intégration sous commandement américain". Les autres gouvernements n'ont pas osé le suivre. Mais la chute de l'empire soviétique en 1990, et la dissolution du Pacte de Varsovie, semblaient justifier la politique gaulliste: il était évident pour nous que l'OTAN, ayant perdu sa raison d'être, devait disparaître. Il n'y avait plus aucun obstacle à une entente étroite entre tous les peuples d'Europe. Seguin, en homme d'État visionnaire, pourrait envisager "une organisation spécifique de la sécurité en Europe" sous la forme "d'un Conseil européen de sécurité dans lequel quatre ou cinq des grandes puissances, dont la Russie et la France, auraient un droit de veto".

C'est avec ces idées que je me suis rendu à Moscou. Seguin a été retenu à Paris par une contrainte inattendue de la session parlementaire française. Notre séminaire a duré trois jours. L'élite russe est venue avec autant d'enthousiasme que les représentants de l'Europe occidentale. De nos échanges, j'ai tiré une leçon principale : nos interlocuteurs sont obsédés par deux questions fondamentales pour l'avenir de leur nation: qui est russe? Comment assurer la sécurité de la Russie?

La première question découle des frontières arbitraires que Staline avait imposées au peuple russe au sein de l'ancienne Union soviétique. La seconde était la réapparition des souvenirs tragiques des invasions passées. Certains pensaient que les réponses se trouvaient dans le commerce avec l'Europe occidentale, dont les nations avaient appris à négocier leurs limites et à travailler ensemble fraternellement pour le bien de tous. Et puis il y en avait d'autres qui, rejetant l'idée d'une vocation européenne de la Russie, considéraient qu'elle avait son propre destin, qu'ils appelaient "eurasien". Naturellement, c'est le premier groupe que nous avons encouragé. C'est à ce groupe que nous avons apporté nos propositions. Il était dominant à l'époque.

En relisant le compte rendu de ce séminaire trente ans plus tard, mon cœur se serre en redécouvrant l'avertissement que nous avait donné un éminent universitaire, alors membre du Conseil présidentiel : "Si l'Occident ne montre aucune volonté de comprendre la Russie, si Moscou n'acquiert pas ce à quoi elle aspire - un système de sécurité européen efficace - si l'Europe ne sort pas de son isolement, alors la Russie deviendra inévitablement une puissance révisionniste". Elle ne se contentera pas du statu quo et cherchera activement à déstabiliser le continent".

En 2022, c'est exactement ce qu'elle fait. Pourquoi notre génération d'Européens a-t-elle échoué si lamentablement dans l'œuvre d'unification qui semblait à portée de main en 1994 ?

Nous avons tendance à rejeter la faute sur un seul homme : Poutine, "un dictateur brutal et froid, un menteur invétéré, nostalgique d'un empire disparu", que nous devons combattre, voire éliminer, afin que la démocratie, le précieux trésor de l'Occident, puisse également prévaloir à l'Est et y établir la paix. C'est à cette tâche, sous l'égide de l'OTAN, que nous appelle le président américain Joe Biden. Son explication a l'avantage d'être simple, mais elle est trop intéressée pour être acceptée sans examen. Ceux qui ne sont pas dominés par les émotions de l'actualité n'ont aucune difficulté à comprendre que le problème de l'Europe est beaucoup plus complexe et profond.

L'histoire de notre continent au cours des trente dernières années peut se résumer à un éloignement progressif de l'Est de l'Ouest. Dans l'ancien empire soviétique, la principale préoccupation était, et est toujours, de reconstruire des nations qui renoueront avec leur passé et vivront en toute sécurité pour être à nouveau elles-mêmes. Pour la Russie, cela signifie réunir tous les peuples qui revendiquent la patrie, établir des relations stables et de confiance avec les nations sœurs du Belarus, de l'Ukraine et du Kazakhstan, et construire un système de sécurité européen qui la protège des dangers extérieurs.

L'obsession européenne

Les dirigeants d'Europe occidentale ont eu une préoccupation très différente. Depuis la chute du mur de Berlin, ils ont consacré leur attention, leur énergie et leur confiance à ce qu'ils ont appelé "l'Union européenne". Le traité de Maastricht, la construction de la monnaie unique, la "constitution" de Lisbonne - voilà ce sur quoi ils ont travaillé presque à plein temps. Alors qu'à l'Est, ils s'efforçaient de rattraper le temps perdu dans l'histoire nationale, à l'Ouest, les élites se sont laissées emporter par une mystique irrésistible, celle du dépassement des nations et de l'organisation rationnelle de l'espace commun. Le problème de la sécurité ne se pose plus à l'Ouest, puisque tous les différends entre les États membres doivent être réglés par des instances supranationales. La paix dans l'"Union" semblait être définitivement établie. En bref, l'Occident pensait avoir dépassé l'idée de nation et construit un système stable de fin heureuse de l'histoire. La Russie était confrontée à des questions brûlantes sur l'idée de nation et avait un sentiment croissant de rendez-vous déchirants avec l'histoire. Dans ces conditions, l'Est et l'Ouest n'avaient pas grand-chose à échanger, à l'exception du pétrole et des machines-outils, dont le niveau est trop bas pour atténuer leurs futures divergences.

En conséquence, l'OTAN est devenue une pomme de discorde encore plus grave qu'à l'époque des deux blocs. En Europe occidentale, l'organisation militaire dirigée par Washington est considérée comme une garantie bénigne contre les éventuels retournements de l'histoire. Elle permet à ses peuples membres de profiter des "dividendes de la paix" du monde extérieur sans s'en préoccuper, tout comme l'Union le fait pour sa paix intérieure. En Russie, l'OTAN apparaît comme une menace mortelle. C'est l'instrument d'une puissance qui a montré à de nombreuses reprises depuis la chute du mur de Berlin sa volonté d'hégémonie mondiale et de domination sur l'Europe. L'inclusion de la Pologne, des trois États baltes et de la Roumanie, tous si proches de la Russie, dans les territoires couverts par la suprématie américaine a été applaudie en Occident. À Moscou, elle a suscité l'inquiétude et la colère.

shutterstock_362005910-800x600.jpg

L'échec de la France

Et la France ? Pourquoi n'a-t-elle pas essayé d'empêcher la division progressive de notre continent ? Parce que sa classe dirigeante a toujours choisi d'accorder la priorité absolue à la mystique de l'"Union européenne". En conséquence logique, elle s'est laissée entraîner dans son complément naturel, l'OTAN. Jacques Chirac a participé, à contrecœur bien sûr, mais explicitement, à l'expédition décidée par Washington contre la Serbie. Sarkozy a pris le parti de rapprocher notre pays du système dominé par les Américains. Hollande et Macron nous ont liés toujours plus étroitement à l'organisation dont la tête est de l'autre côté de l'Atlantique. En nous liant toujours plus étroitement à l'OTAN, nos présidents ont perdu une grande partie du crédit international dont jouissait la France lorsqu'elle était libre de faire ce qu'elle voulait.

Un sursaut de conscience les a parfois amenés à rejeter la tutelle américaine et à reprendre la mission que de Gaulle avait commencée. Chirac a refusé de participer à l'agression de Bush contre l'Irak, Sarkozy s'est entendu à lui seul avec Moscou sur les termes d'un armistice en Géorgie, Hollande a négocié les accords de Minsk pour mettre fin aux combats en Ukraine, ils ont tous accompli des actes dignes de notre vocation européenne. Ils ont même réussi à engager l'Allemagne. Mais hélas, leurs efforts ont été improvisés, partiels et de courte durée.

C'est à cause de cette série de divergences que l'Europe a été une fois de plus coupée en deux. La malheureuse Ukraine, située sur la ligne de fracture du continent, est la première à en payer le prix en sang, larmes et destruction. La Russie le revendique au nom de l'histoire. L'Union européenne s'indigne au nom des valeurs démocratiques qui, selon elle, mettent fin à l'histoire. L'Amérique profite de ce différend insoluble pour avancer discrètement ses pions et rendre l'issue de la guerre encore plus compliquée.

Voilà où se trouve l'Europe un tiers de siècle après sa réunification : un abîme de malentendus la divise ; une guerre cruelle la déchire ; un nouveau rideau de fer, imposé cette fois par l'Occident, commence à séparer son espace ; la course aux armements a repris ; et, plus encore que la chute vertigineuse des échanges économiques, c'est la fin des échanges culturels qui menace chacune de ses deux faces. Le grand Européen Jean-Paul II avait coutume de dire que notre continent ne pouvait respirer qu'avec ses deux poumons. Aujourd'hui, en Occident comme en Orient, nous sommes condamnés à ne respirer qu'avec un seul. C'est un mauvais présage pour les deux moitiés. Mais les vrais Européens doivent refuser de se décourager. Même s'ils sont peu entendus aujourd'hui, ce sont eux et eux seuls qui peuvent ramener la paix sur notre continent et lui rendre sa prospérité et sa grandeur.

10 mai 2022

Une rose des vents hégémonique et décadente

d48bc17e5578dfb1fc0f9d13537c1fe8.jpg

Une rose des vents hégémonique et décadente

par Georges Feltin-Tracol

Parmi les nombreuses hétérotélies qui découlent de l’« opération militaire spéciale » russe en Ukraine, destinée entre autres à empêcher l’ancrage de ce pays dans l’orbite euro-atlantique, la plus flagrante serait le renoncement par la Suède et la Finlande de leur neutralité historique afin de rejoindre au plus tôt l’Alliance Atlantique et son bras armé, l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord).

Signé le 4 avril 1949, le traité de Washington réunit douze États des deux rives septentrionales de l’Atlantique dont le Portugal de Salazar et l’Islande qui présente la particularité de ne pas disposer d’armée. Ce pacte fonde l’Alliance Atlantique en opposition frontale à l’Union Soviétique et au bloc de l’Est. La guerre de Corée en 1950 l’incite à se doter d’une composante militaire : l’OTAN.

La fin de la Guerre froide qui s’étend du 9 novembre 1989 (chute du mur de Berlin) au 25 décembre 1991 (éclatement imprévu de l’URSS) aurait pu – et aurait dû – provoquer la dissolution de l’OTAN. Son pendant soviétisé, le Pacte de Varsovie, a bien disparu dès 1991. Or la structure atlantiste va survivre à ce grand tournant de l’histoire. Elle va contribuer à l’hégémonie des États-Unis d’Amérique en Europe et à renforcer la domination occidentale matérialiste – eudémoniste sur les cinq continents. Aujourd’hui, l’organisation occidentaliste  comprend trente membres dont les plus récents datent de 2009 (Albanie et Croatie), de 2017 (Monténégro) et de 2020 (Macédoine du Nord). L’arrivée prochaine de la Suède et de la Finlande sonnera le glas de toute « Europe – puissance » indépendante. À l’exception de l’Irlande, de Malte, de Chypre, de l’Autriche, de la Suède et de la Finlande, tous les États de la soi-disant Union européenne sont plus ou moins intégrés dans l’OTAN. La neutralité affichée d’États européens tels que la Suisse n’a jamais empêché une intense coopération discrète. Dans la perspective d’une invasion soviétique, l’état-major otanien avait très tôt mis en place des unités clandestines de guérilla connues sous le nom de code de Stay Behind et, en Italie, de Gladio. L’Autriche, la Suède et même la Suisse ont bénéficié de ce soutien implicite. Aucun État européen n’est de nos jours étranger à l’atlantisme institutionnel.

imastayges.png

Dans la décennie 1990, certains milieux républicains conservateurs, souvent marginaux, tablent sur un ralliement rapide de la Russie à la sphère occidentale. L’arrivée de l’ancien ennemi aurait bouleversé la donne géopolitique et diplomatique pour tout le début du XXIe siècle, car, une fois dans l’OTAN, la Russie aurait incité les anciennes républiques soviétiques, y compris l’Ukraine et la Géorgie, à l’y rejoindre. L’extension de l’alliance militaire atlantique de Vancouver à Vladivostok via Moscou aurait toutefois été vue par l’Iran et la Chine comme une menace frontalière existentielle. Incapables de dépasser leurs préjugés russophobes, les cénacles néo-conservateurs, démocrates et républicains, rejetèrent cette éventualité et ratèrent leur rendez-vous avec le kairos. Au contraire, l’agression russe contre l’Ukraine concrétise leur lubie géostratégique. Dans les années 2000, l’OTAN participa à l’invasion et à l’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak.

Aucune autre entente multinationale ne présente un tel écho planétaire qui correspond aux visées d’un Occident-monde totalitaire. L’OTAN a ainsi noué d’intenses contacts avec divers pays non-européens dans une série de contrats appelés « Plans d’action individuel de partenariat » (Serbie, Ukraine, Géorgie, Arménie, Kazakhstan), « Partenariat pour la paix » (Irlande, Suisse, Autriche),   « Dialogue méditerranéen » (Israël, Jordanie, Égypte, Maghreb dont l’Algérie) », « Initiative de coopération d’Istanbul » (Koweït, Émirats arabes unis, Qatar) et « Partenariat global » (Colombie, Irak, Pakistan, Mongolie, Corée du Sud, Japon, Nouvelle-Zélande). Quant à l’Australie, considérée comme un « allié majeur », elle posa en 2014 sa candidature à l’Alliance Atlantique.

Le bloc euro-atlantique constitue un grand espace qu’ordonnent et dominent les États-Unis d’Amérique. C’est un Commonwealth ultra-libéral de ploutocraties d’apparence démocratique qui sert aussi de vaste marché au complexe militaro-industriel étatsunien. Sans vouloir empiéter sur les analyses judicieuses de l’émission de Radio Méridien Zéro versée dans les questions militaires, « Ça se défend », le Rafale français, l’Eurofighter Typhoon anglo-germano-hispano-italien et le JAS 39 Gripen suédois ne peuvent pas rivaliser avec le F-35 étatsunien à la réputation (au choix) de fer à repasser volant ou de corbillard aérien. Les industries d’armement européens, en particulier françaises et suédoises, connaîtront dans les prochaines années le sort peu enviable d’Alstom racheté par General Electric grâce à une prise d’otage légale outre-Atlantique (l’affaire Frédéric Pierucci, par exemple).

maxresdefault.jpg

À côté de son action patiente de pillage systématique du savoir-faire européen, l’OTAN, l’Alliance Atlantique et leur complice, l’Union dite européenne, attisent le nouveau chaos mondial. L’OTAN n’a jamais défendu l’Occident boréen. Elle représente plutôt l’avant-garde de la révolution sociétaliste cosmopolite. Ses instances dirigeantes souscrivent à toutes les pathologies de la modernité tardive liquide. Le 19 mars 2021, le siège bruxellois de l’OTAN tenait une conférence interne consacrée à la dimension LGBTQ+ sur le lieu de travail. La rose des vents se trouvait pour l’occasion associée au fameux drapeau arc-en-ciel… Le communiqué de presse officiel de l’entité atlantiste affirmait qu’elle « est attachée à la diversité. Toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, le sexe, la race ou l’origine ethnique, la religion, la nationalité, le handicap ou l’âge y est strictement interdite. Elle a également fait œuvre de pionnière en étant la toute première organisation au monde à reconnaître le mariage entre personnes du même sexe, offrant à ces couples les mêmes avantages qu’aux conjoints hétérosexuels, à une époque où le mariage homosexuel n’était reconnu que dans un seul pays, les Pays-Bas ». Jamais l’OTAN n’est intervenue dans la crise des migrants en 2015. Elle ne s’est jamais déployée pour protéger et stabiliser le flanc Sud de la Méditerranée. L’idéologie multiculturaliste, la pensée « woke » et l’« inclusivisme » sont devenus avec l’ultra-libéralisme sécuritaire les mamelles conceptuelles de l’atlantisme 2.0.

On ne peut que constater toute la nocivité de cette organisation qu’Emmanuel Macron estimait avec erreur le 7 novembre 2019 en « mort cérébrale ». La mort cérébrale, c’est en fait ce qui attend les peuples albo-européens s’ils ne décident pas de se lever contre cette folle emprise mortifère civilisationnelle.    

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 32, mise en ligne, le 10 mai 2022, sur Radio Méridien Zéro.

mardi, 22 mars 2022

Le conflit ukrainien comme premier pas vers la déseuropéanisation / désoccidentalisation du monde

162320.jpg

Le conflit ukrainien comme premier pas vers la déseuropéanisation / désoccidentalisation du monde

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/tribuna-libre/37066-2022-03-13-21-31-00

Le manque d'autonomie de l'Europe

D'un point de vue géographique, la guerre en Ukraine se déroule en Europe. Mais d'un autre côté, cette guerre est un échec stratégique de l'OTAN, notamment parce que cette alliance atlantique n'a jamais tenu compte des préoccupations et des exigences de la Russie en matière de sécurité (ne pas étendre l'OTAN à l'Est, ne pas inclure l'Ukraine dans l'organisation, couper tous les liens avec le régime russophobe de Kiev, abandonner toute tentative de créer une sorte d'"anti-Russie" à partir de l'Ukraine).

De plus, les pays européens n'ont rien fait pour diminuer les risques de conflit. Lorsque la Russie a demandé aux pays européens de ne pas inclure l'Ukraine dans l'OTAN et de freiner les plans américains d'expansion vers l'est, ils n'ont tout simplement pas pu ou voulu faire quoi que ce soit. Maintenant, l'UE et l'OTAN (à l'exception de la Hongrie) font tout ce qu'ils peuvent pour alimenter ce conflit, qui aura sans aucun doute des répercussions catastrophiques pour l'Europe.

En effet, la guerre affecte déjà l'Europe : les pays de l'UE sont submergés par les millions de réfugiés qui arrivent à leurs portes. Josep Borrell, chef du corps diplomatique de l'UE, affirme qu'il n'est possible d'accueillir que 5 millions de réfugiés. Cependant, à la date du 7 mars 2022, au moins 1.735.068 réfugiés ukrainiens sont arrivés en Europe centrale et orientale selon les rapports de l'ONU (1).

D'autre part, la rupture des liens diplomatiques avec la Russie affectera principalement les pays européens, car la hausse des prix des denrées alimentaires, de l'énergie et de l'inflation se fait sentir dans toute l'Europe. De nombreux analystes affirment que l'UE perdra des centaines de milliards d'euros en raison des sanctions et contre-sanctions contre la Russie. Pendant ce temps, les États-Unis poussent l'UE à imposer des restrictions encore plus radicales, sachant pertinemment que ce sont les Européens qui en souffriront le plus. Bien sûr, une Europe faible sera beaucoup plus facile à manipuler.

6225e5759437a_19-nievre-prix-essence-00-00-03-22.jpg

Enfin, le fait que les pays européens soient entraînés dans ce conflit, qui menace de se transformer en une guerre nucléaire touchant principalement le flanc oriental de l'OTAN, laisse beaucoup de perplexité. Pourtant, ce sont les pays de l'Est de l'OTAN qui ont été les plus ardents défenseurs d'une politique dure contre la Russie.

Cette crise est en grande partie due au manque d'autonomie de l'UE. En effet, on peut affirmer que l'Europe est devenue un simple outil au service des États-Unis. La présence accrue des États-Unis en Europe ne fera que continuer à saper la solidité de l'économie européenne, tandis que la guerre sert de prétexte pour persécuter tous les dissidents du continent - en particulier les forces, mouvements et penseurs qui prônent un euro-continentalisme pragmatique. L'objectif est d'empêcher l'Europe de disposer des ressources morales, intellectuelles, militaires et matérielles pour devenir autonome.

L'euro-atlantisme est l'idéologie qui empêche l'autonomie de l'Europe. Les élites européennes sont entièrement à son service, sans compter que les réseaux d'influence américains en Europe l'utilisent à leur avantage. L'Europe pourrait devenir l'un des futurs pôles du monde multipolaire, mais il semble que cela n'arrivera pas de sitôt.

Le Tiers Monde : de la neutralité pacifique à la neutralité armée

L'un des endroits où une bataille diplomatique des plus féroces a été menée est le "tiers monde". Les États-Unis ont cherché à imposer leur interprétation des événements aux petits pays ainsi qu'aux puissances régionales (Pakistan) et mondiales (Chine). Toutefois, cela reflète l'importance croissante des pays non européens, et des pays non occidentaux en général, dans le système international actuel. Par conséquent, de plus en plus de choses dépendent d'eux.

Certains pays ont choisi de ne pas imposer de sanctions afin de préserver leur souveraineté, en maintenant une sorte de neutralité stratégique comme le pratiquent de nombreux pays en Asie, en Afrique et en Amérique latine. La plupart se sont limités à des condamnations verbales qui ont peu d'effet sur la Russie. Cela montre que le monde n'est plus unipolaire, mais que de nouveaux centres de décision y ont émergé.

le-premier-ministre-pakistanais-imran-khan-a-muzaffarabad-le-14-aout-2019_6206388.jpg

Le Premier ministre pakistanais Imran Khan (photo) a répondu aux tentatives des États-Unis et de l'Union européenne pour amener son pays à imposer des sanctions à la Russie par la réponse suivante : "Sommes-nous encore des esclaves à qui on dit comment agir ? (2). Cette réaction du président d'un pays d'Asie du Sud face aux puissances occidentales est symptomatique. L'Inde n'a pas non plus été très enthousiaste à l'idée d'imposer des sanctions à la Russie.

portavoz-chino-exteriores.jpg

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian (photo), a déclaré le 10 mars que Pékin répondrait sévèrement à toute tentative de Washington de punir les entreprises chinoises qui continuent à fournir des services à Moscou. Selon l'agence de presse TASS, M. Lijian a déclaré que "les États-Unis n'ont pas le droit d'appliquer des sanctions contre les entreprises et les fonctionnaires chinois, tout comme ils ne peuvent pas dire à la Chine quel type d'accords elle peut conclure avec la Russie. S'ils essaient d'imposer des sanctions à la Chine, alors nous serons obligés de répondre" (3).

Cette réponse chinoise aux États-Unis démontre l'impuissance de la Maison Blanche face à un monde de plus en plus diversifié. On pourrait dire que les États-Unis sont confrontés à une situation désespérée : s'ils veulent isoler la Russie, ils doivent reconnaître l'existence d'autres centres de pouvoir mondial. Les États-Unis sont contraints de négocier avec les "cinq rois" dont parle Bernard Henri-Levy (l'un des principaux théoriciens du libéralisme actuel), mais en échange de la cession d'une partie de l'hégémonie du monde occidental à d'autres acteurs.

Les États-Unis ont tenté de négocier plusieurs traités avec l'Arabie saoudite afin d'atténuer les conséquences négatives de la dépendance européenne au pétrole russe. Toutefois, les relations des États-Unis avec l'Arabie saoudite se sont considérablement détériorées depuis l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche. Les États-Unis ont également tenté de tendre la main à des pays tels que l'Iran, l'Inde, la Turquie et même le Venezuela (qui est tout d'un coup considéré comme un acteur légitime), mais en vain. Nombre de ces pays comprennent qu'une fois la Russie vaincue, ils seront les prochains sur la liste.

Les déclarations de la Chine, ainsi que celles de plusieurs pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine, montrent qu'aucun d'entre eux n'est prêt à renoncer à ses positions. Cela signifie qu'ils ont assumé une sorte de neutralité armée très similaire à celle assumée par la Russie et d'autres pays européens pendant la guerre d'indépendance américaine à la fin du 18e siècle. La Russie a rejeté le blocus économique que la Grande-Bretagne, la puissance maritime de l'époque, a tenté d'imposer aux États-Unis. Aujourd'hui, les États-Unis, qui sont l'héritier de la "Sea Power" britannique, font l'expérience d'une autre sorte de "neutralité armée", semblable à celle qui leur a sauvé la vie autrefois.

Vers la multipolarité

La neutralité stratégique que de nombreux pays asiatiques ont adoptée à l'égard de la Russie est à leur avantage, car elle leur permet de tirer parti des sanctions que les pays occidentaux imposent à l'économie russe. Il est fort probable qu'une grande partie des échanges que les pays occidentaux avaient auparavant directement avec la Russie (par exemple, le pétrole) et les importations qu'ils effectuaient passeront désormais par elle avant d'arriver à destination. Le pétrole peut être commercialisé via la Turquie, comme le souligne le politologue russe Ivan Starodubtsev (4).

Plus les pays d'Amérique latine, d'Asie et d'Afrique résisteront aux tentatives américaines d'imposer des sanctions, plus ils seront attrayants pour la Russie d'un point de vue économique : cela implique à la fois des investissements russes directs dans ces pays (surtout en ce qui concerne les industries qui n'existent pas en Russie) et l'entrée sur le marché russe pour nombre d'entre eux, d'autant plus que de nombreuses entreprises américaines et européennes quittent la Russie.

Bien entendu, tout cela implique une augmentation de l'interdépendance entre ces économies et la Russie et les menaces que les États-Unis lanceront contre les nouveaux partenaires eurasiens de la Russie. Cependant, les États-Unis ne réussiront qu'à soumettre des pays petits et sans importance. Les plus grands et les plus autonomes resteront indépendants et renforceront leurs liens politiques avec la Russie face à l'incapacité des États-Unis à les déconnecter tous de leur système économique sans détruire le leur. Tout ceci pourrait favoriser la naissance d'un monde multipolaire.

L'Europe est également appelée à devenir une puissance souveraine, mais cela sera impossible tant qu'elle restera dominée par l'élite atlantiste actuelle. Toutefois, ces changements ne dépendent pas uniquement d'aspects matériels : l'Occident a perdu la confiance de la plupart des pays du monde. L'Ukraine est un pays qui a parié sur l'Occident et a perdu, devenant un simple outil aux mains de puissances extérieures et un champ de bataille entre puissances nucléaires. Cela conduira sans doute de nombreux pays à réévaluer leurs propres relations avec les États-Unis.

Le fait que l'Europe soit de plus en plus au bord de la guerre démontre le refus de l'Occident libéral et démocratique d'écouter les arguments et les craintes des Autres (dont la Russie). Cette absence de dialogue a conduit à un véritable conflit ouvert. De même, c'est le manque de dialogue qui empêche les États-Unis et l'Europe de résoudre cette situation, car ils pensent que s'ils cèdent, ils détruiront l'image de grandeur qu'ils ont aux yeux des autres nations du monde. Croire que la voie du développement et du progrès que l'Occident a suivie est le paramètre par excellence de l'évolution humaine pour atteindre la paix et la prospérité (au prix de l'abandon des traditions de nos peuples) n'est qu'un mensonge. L'Occident ne peut pas être une référence morale et éthique pour nous, ce qui devient de plus en plus clair lorsque nous voyons Washington menacer le reste du monde afin d'isoler Moscou. Plus l'Occident fait pression sur les autres pays, plus il rencontrera de résistance.

Notes :

  1. 1) https://www.rbc.ru/rbcfreenews/622617139a7947c327f07f24?utm_source=yxnews&utm_medium=desktop
  2. 2) https://www.firstpost.com/world/is-islamabad-their-slave-pm-imran-khan-slams-eu-for-asking-pakistan-to-vote-against-russia-10437...
  3. 3) https://tass.ru/mezhdunarodnaya-panorama/14019401
  4. 4) https://t.me/turkey_is/1624

Source : https://katehon.com/ru/article/konflikt-na-ukraine-i-de-evropeizaciya-de-vesternizaciya-mira

dimanche, 13 mars 2022

George F. Kennan : l'élargissement de l'OTAN, l'erreur la plus fatale

imggggkkkages.jpg

George F. Kennan : l'élargissement de l'OTAN, l'erreur la plus fatale

Source: https://www.pi-news.net/2022/03/george-f-kennan-nato-erweiterung-verhaengnisvollster-fehler/

Par KEWIL | George F. Kennan (1904 - 2005) a été l'un des responsables de la politique étrangère américaine les plus influents du siècle dernier. Il a connu Staline et Hitler, a été ambassadeur à Moscou, Berlin, Prague, Lisbonne et Londres, a travaillé au Département d'État de Washington pendant la Guerre froide, et la politique d'endiguement était son idée. Plus tard, il a enseigné comme professeur à l'université de Princeton et également à Berlin, a écrit des livres et a reçu de nombreux prix.

Le 5 février 1997, George F. Kennan, âgé de 93 ans, a écrit un long article dans le New York Times intitulé "A Fateful Error". L'administration Clinton réélue prévoyait justement d'intégrer la Pologne, la Hongrie et la Tchéquie dans l'OTAN, sans aucune raison dictée par l'actualité.

L'opinion, exprimée par Kennan, est, pour le dire crûment, que l'élargissement de l'OTAN serait l'erreur la plus désastreuse de la politique américaine de tout l'après-guerre.

imagkkkges.jpgL'extension de la puissance américaine jusqu'aux frontières de la Russie laisse présager que les tendances nationalistes, anti-occidentales et militaristes s'enflammeront dans la pensée russe, qu'elles auront une influence néfaste sur l'évolution de la Russie, qu'elles rétabliront l'atmosphère de guerre froide dans les relations entre l'Est et l'Ouest et qu'elles forceront la politique étrangère russe à prendre des directions qui nous déplairont résolument.

Enfin, l'extension de la puissance américaine pourrait rendre impossible la ratification des accords Start-Il par la Douma russe, ce qui empêcherait à son tour toute nouvelle réduction des armes nucléaires.

Il serait évidemment malheureux que la Russie soit confrontée à un tel défi. D'autant plus que le gouvernement russe se trouve actuellement dans un état de grande incertitude. C'est d'autant plus malheureux si l'on considère que cette mesure n'est absolument pas nécessaire.

Avec toutes les possibilités d'espoir qu'offre la fin de la guerre froide, pourquoi les relations Est-Ouest devraient-elles se concentrer sur la question de savoir qui pourrait être allié avec qui, et donc contre qui, dans un futur conflit militaire imaginé, totalement imprévisible et improbable ?

Voilà un extrait de l'article prophétique de Kennan, qui montre une fois de plus que même les Américains, du moins dans le passé, avaient parfois des opinions différentes de celles de leur gouvernement ! La traduction vient d'ici: https://corona-transition.org/nato-osterweiterung-verhangnisvollster-fehler-der-us-politik-in-der-gesamten Plus d'infos et l'original en anglais ici: https://www.infosperber.ch/politik/welt/1997-2007-2017-20-jahre-fehlpolitik-der-usa/ . L'élargissement de l'OTAN à l'Est était certainement une erreur !

samedi, 12 mars 2022

L'Europe suspendue entre l'être et le non-être : est-ce une patrie commune ou un cadavre atlantique ?

manager-de-proximité.png

L'Europe suspendue entre l'être et le non-être: est-ce une patrie commune ou un cadavre atlantique?

par Luigi Tedeschi

Source : Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/l-europa-sospesa-tra-essere-e-non-essere-e-una-patria-comune-o-un-cadavere-atlantico

L'avènement du multilatéralisme dans la géopolitique mondiale place l'Europe devant un dilemme existentiel entre: être une patrie commune ou ne pas être un cadavre atlantique. L'histoire impose parfois des choix cruciaux et inéluctables.

La nécessaire neutralité de l'Ukraine

La guerre en Ukraine a des origines lointaines. Elle est le résultat de tensions de longue date qui ont explosé en raison de l'ineptie européenne et de la politique expansionniste de l'OTAN, qui ont empêché l'existence d'un équilibre stable entre la Russie et l'Occident. Avec l'effondrement de l'URSS et l'indépendance des républiques d'Europe de l'Est qui faisaient déjà partie de l'ancien empire soviétique, la logique de partition déjà éprouvée à Versailles en 1919 avec le démembrement des empires centraux s'est reproduite. L'Europe était en fait fragmentée en de nombreux États, souvent artificiels, et de nombreux peuples, très différents sinon hostiles les uns aux autres, étaient contraints de vivre ensemble. Comme on le sait, Versailles a jeté les bases de la Seconde Guerre mondiale.

L'ouest de l'Ukraine est peuplé de catholiques ukrainophones qui veulent être intégrés à l'Europe, tandis que l'est est habité par une population majoritairement orthodoxe et russophone qui s'identifie à la Russie. Pour Kissinger, l'indépendance de l'Ukraine était un facteur d'instabilité politique potentielle. Soljénitsyne, qui considérait que l'Ukraine faisait partie intégrante de l'histoire et de l'identité russes, s'y opposait. Une réconciliation pacifique entre les deux âmes de l'Ukraine s'est avérée impossible, en raison de l'expansion progressive de l'OTAN à l'est, qui envisageait l'intégration de l'Ukraine à l'Ouest en hostilité ouverte avec la Russie, qui, elle, voyait sa sécurité menacée. Le coup d'État pro-occidental de Maidan en 2014 en est une preuve objective.

Il était possible de parvenir à un équilibre géopolitique qui empêcherait cette guerre d'éclater : la médiation européenne aurait pu favoriser l'entrée de l'Ukraine dans l'UE, à condition qu'elle ne rejoigne pas l'OTAN. Une telle perspective aurait impliqué une rupture entre l'Europe et l'Alliance atlantique. Mais l'Europe n'est pas une entité géopolitique indépendante ; au contraire, elle ne trouve son unité que dans le contexte atlantique.

En effet, l'Ukraine est déjà associée à l'UE depuis 2017 et a bénéficié d'un financement européen de plus de 5 milliards, en plus des 1,2 milliard déboursés récemment. Par ailleurs, les accords de Minsk de 2014 (jamais respectés par l'Ukraine), entre la Russie et l'Ukraine, qui prévoyaient l'autonomie des républiques russophones du Donbass, ramenées à la souveraineté ukrainienne, ont été signés sous les auspices de l'OCDE. Afin d'éviter un conflit russo-ukrainien, l'Europe pourrait exiger que la partie ukrainienne les respecte. Mais l'Europe a brillé par son ignorance coupable.

Cette guerre entraînera une redéfinition des frontières entre l'Occident et la Russie, évoquant un retour au rideau de fer qui a marqué l'époque de la guerre froide. Mais les similitudes sont plus apparentes que réelles. Pendant la guerre froide, deux puissances mondiales, les États-Unis et l'URSS, se sont affrontées en tant que systèmes idéologiques, politiques et économiques alternatifs, entre lesquels les affrontements (jamais directs) alternaient avec les négociations. Aujourd'hui, les États-Unis et la Russie sont tous deux des puissances capitalistes. Les Américains ne reconnaissent pas le statut de puissance mondiale de la Russie et ne concluent donc pas d'accords avec Poutine, qui n'est pas considéré comme un partenaire égal. Avec la dissolution de l'URSS et la dissolution du Pacte de Varsovie, l'OTAN, en tant qu'alliance de défense de l'Occident contre la menace soviétique, aurait également dû être liquidée. L'expansion dans les pays d'Europe de l'Est et les guerres "humanitaires" menées par l'OTAN sur une période de 30 ans ont réfuté la nature défensive de l'Alliance atlantique. Il faut également considérer que l'OTAN a été fondée en 1949, tandis que le Pacte de Varsovie a vu le jour en 1955. Donc, entre les États-Unis et l'URSS, qui a dû se défendre contre qui ? La nature agressive de l'OTAN n'était-elle pas génétique ?

Cette guerre aurait pu être évitée si la nécessaire neutralité de l'Ukraine avait été reconnue. La stabilité et la sécurité de la région ne peuvent être garanties que par la neutralité ukrainienne, comme l'a observé Henry Kissinger : "Trop souvent, la question ukrainienne se présente comme une épreuve de force : l'Ukraine choisit-elle de rejoindre l'Est ou l'Ouest ? Mais si l'objectif de l'Ukraine est de survivre et de prospérer, elle ne peut être l'avant-poste de deux factions qui se combattent - elle doit être un pont." Kissinger, en 2014, était également un prophète facile lorsqu'il a déclaré qu'en l'absence d'une politique de réconciliation, "la dérive vers le conflit va s'accélérer, et à ce rythme, elle se produira assez rapidement". 

L'Amérique, une puissance en crise entre pacifisme et russophobie

Cette guerre a éclaté parce qu'elle a été déclenchée par le désir de la Russie de sauvegarder sa sécurité et de contrer l'avancée de l'OTAN à l'est et par le désir des États-Unis d'éradiquer toute relation entre l'Europe et la Russie et de réaffirmer ainsi leur domination sur l'Europe elle-même. Les États-Unis ont en fait facilité l'invasion russe en déclarant leur réticence à s'engager dans une intervention militaire directe et en refusant tout accord avec Poutine. L'Amérique de Biden est pacifiste. Les divisions au sein de la société américaine ont eu pour effet de paralyser la politique étrangère américaine. L'aile libérale de la côte américaine ne veut pas la guerre pour des raisons pacifistes-idéologiques, pas plus que la population intérieure, patriotique par nature mais désormais fatiguée et désabusée par la succession des défaites américaines dans le monde.

L'Occident veut donc contrer la Russie avec l'arme des sanctions. Avec l'éviction de la Russie du système de paiement rapide et l'embargo économique, elle veut provoquer l'implosion financière de la Russie, avec le défaut de paiement russe associé. Mais la Russie est déjà sous le coup de sanctions depuis 2014. L'arme des sanctions provoque nécessairement des représailles et s'est toujours révélée inefficace. Au contraire, les sanctions politiques renforcent la cohésion interne des nations et encouragent la production de biens pour remplacer les produits étrangers qui ne sont plus importés. En outre, la Russie a été bien équipée au fil des ans pour faire face à de telles éventualités. Devenue économiquement vulnérable lors de la crise de 2014, la Russie a adopté ses propres contre-mesures. Depuis 2016, l'économie russe a enregistré une croissance annuelle du PIB de plus de 4 %, augmenté ses réserves de 631 milliards de dollars, principalement en devises autres que le dollar, contre une dette de 350 milliards de dollars, augmenté ses réserves d'or de 196 %, réalisé d'importants investissements dans le numérique, et le commerce avec la Chine s'élève désormais à 140 milliards de dollars, avec l'objectif d'atteindre 200 milliards de dollars.

Les sanctions ont évidemment aussi un impact majeur sur l'Occident, étant donné l'interdépendance des marchés mondiaux. L'Europe dépend du gaz russe pour 40 % de ses besoins et, puisque les approvisionnements de Gazprom ont été exclus des sanctions, paradoxalement, l'UE finance indirectement les dépenses militaires russes pour l'invasion de l'Ukraine avec les revenus de l'énergie. Alors que la bourse russe a été fermée pour cause de baisse excessive et que le rouble est à son plus bas niveau historique, les marchés européens ont enregistré des pertes de plus de 20 % depuis janvier. Standard & Poor's a rétrogradé la dette publique de la Russie au statut de "junk", mais cette dette ne représente que 20 % du PIB. La crise énergétique, avec des prix du gaz et du pétrole à des niveaux records et une inflation galopante, ainsi que la hausse des prix des matières premières, causent des dommages importants à l'économie européenne. Par le biais de sanctions, l'Occident veut amener la Russie à faire défaut, mais toute implosion russe impliquerait aussitôt l'Europe, étant donné l'exposition du système bancaire européen à la Russie (l'Italie seule est exposée pour plus de 25 milliards), et le blocage des flux commerciaux avec la Russie elle-même. Pour l'Europe, les dommages causés par les mesures de sanction sont encore incalculables.

L'expansion progressive de l'OTAN en Eurasie occidentale est conforme à une stratégie américaine bien connue, poursuivie depuis 1991. La pénétration de l'Atlantisme en Eurasie entraînerait la déstabilisation de la Russie. Les guerres qui ont déjà éclaté en Géorgie et en Tchétchénie, ainsi que la révolution colorée en Ukraine, sont des événements fonctionnels à une stratégie globale : la décomposition de la Russie en de nombreux petits États et leur insertion dans le contexte de l'OTAN, avec l'exploitation indiscriminée de leurs ressources, sous l'égide de la domination américaine.

L'objectif est de reproduire en Russie la stratégie qui a conduit à la fragmentation de l'ex-Yougoslavie (qui a également été expérimentée sans succès au Moyen-Orient). Mais quelqu'un a-t-il prévenu Biden et son équipe que la Russie n'est pas comparable à la Yougoslavie ? Le défaut de paiement et la déstabilisation économique de la Russie devraient être suivis d'une déstabilisation politique, avec la défenestration de Poutine par un complot ourdi par les oligarques russes sanctionnés. Mais les États-Unis, qui ont été incapables de faire tomber Saddam, Assad ou Milosevic, pourront-ils un jour faire tomber Poutine et avec lui tout l'appareil politique et militaire russe ?

À l'ONU, la résolution condamnant la Russie, outre l'unité des talibans européens pro-OTAN et son approbation par 141 voix, a enregistré 35 abstentions et 5 voix contre. Parmi les abstentions figurent la Chine, l'Inde, l'ensemble du monde islamique (à l'exception du Qatar et du Koweït), l'Afrique du Sud, le Brésil, le Mexique et le Congo. Il est donc nécessaire de réfléchir à l'importance économique et géopolitique de ces pays (qui, par ailleurs, détiennent une grande partie des matières premières mondiales et représentent la moitié de la population mondiale). La Turquie elle-même n'appliquera pas de sanctions à la Russie et Israël s'est déclaré prêt à jouer un rôle de médiateur dans le conflit : les intérêts d'Israël ne coïncident manifestement pas toujours avec ceux des Américains. Le front abstentionniste est donc hostile à l'Occident et constitue une démonstration tangible que la Russie n'est nullement isolée dans le contexte géopolitique mondial. La politique de l'Occident américain est inspirée par une profonde russophobie, qui conduira à l'isolement de l'Occident lui-même et à sa réduction géopolitique.

La politique expansive de l'OTAN a favorisé la création d'un partenariat russo-chinois qui pourrait devenir stratégique. La Chine a adopté une politique d'attention prudente dans le conflit russo-ukrainien. La Chine est le premier partenaire commercial de l'Ukraine, mais il faut surtout noter que 90 % du commerce de l'Europe avec la Chine passe par la Russie et l'Asie centrale. Cette guerre pourrait être un coup mortel pour l'économie européenne. Mais le plus important est que l'intensification des relations économiques et politiques de la Chine, de l'Inde et du monde islamique avec la Russie entraînerait une contraction drastique de la zone dollar, qui a jusqu'à présent dominé le commerce mondial. Et, à cet égard, on peut s'interroger : mais l'euro n'a-t-il pas été créé comme monnaie alternative au dollar afin de libérer l'Europe de la tyrannie financière américaine ? Cependant, des changements systémiques dans l'économie mondiale nous attendent.

L'Europe sortira-t-elle de son hibernation historique ?

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec les accords de Yalta et de Potsdam, l'Europe est divisée en deux zones d'influence : l'américaine à l'ouest et la soviétique à l'est. Alors que l'Europe de l'Est a souffert de l'occupation soviétique et de ses régimes totalitaires, l'Europe occidentale a accepté la domination américaine avec un large consentement. Le régime pro-américain de souveraineté limitée a ensuite été étendu, après 1989, aux pays de l'ancien bloc soviétique et s'est étendu à l'UE elle-même, au point de déterminer une identification parfaite entre l'Europe et l'OTAN.

L'Europe a ainsi renoncé à son indépendance et à un rôle puissant dans le contexte géopolitique mondial. Le statut de l'Europe est comparable à celui d'un colonialisme consentant, c'est-à-dire un groupe de pays économiquement avancés, à la prospérité généralisée, mais politiquement aseptisés, culturellement américanistes, dépourvus de pouvoir de décision et de responsabilité en matière de défense et de politique internationale, délégués aux États-Unis. Ce statut colonial, perpétué jusqu'à ce jour, a représenté la sortie de l'Europe de l'histoire.

Ce modèle socio-politique, qui a présidé à la fondation de l'UE elle-même, trouve sa pleine réalisation en Allemagne, qui, en vertu de sa suprématie économique continentale, l'a imposé à l'ensemble de l'Europe. Depuis 70 ans, l'Allemagne vit dans la dimension de la post-histoire. Le diplomate allemand Thomas Bagger a effectivement déclaré que "la fin de l'histoire était une idée américaine, mais une réalité allemande". Dans un article paru dans Limes, Ulrike Franke affirme que, pour la génération des millennials allemands, l'histoire est un récit d'événements passés, et non un processus dynamique en constante évolution. L'oubli de la mémoire historique a condamné les nouvelles générations à vivre dans une dimension existentielle absorbée par l'éternel présent. Il s'agit d'une dimension nihiliste, qui implique l'impossibilité de concevoir des réalités historiques et des horizons futurs comme des alternatives à celle-ci. Le progrès, le bien-être, le cosmopolitisme libéral pacifiste et le marché mondial sont les traits distinctifs d'un modèle économique et social occidental post-historique, qui a néanmoins généré dans la génération post-1989 l'idée de vivre dans le meilleur des mondes possibles.

Ulrike Franke dit : "Et la fin de l'histoire a pris notre avenir. Après tout, nous savions tous comment cela allait se terminer. La politique est devenue ennuyeuse - une activité administrative plutôt qu'une compétition idéologique. Et cela peut aussi nous aider à comprendre pourquoi tous les partis allemands prétendent toujours être du centre. Il semble qu'il ne soit pas nécessaire de penser stratégiquement à l'avenir. Une telle vision ahistorique de la réalité a été transmise à l'ensemble de l'Europe, qui est devenue un continent dépourvu de toute identité culturelle et sans aucune perspective d'avenir".

L'avènement de la post-histoire est lié à une époque où la souveraineté politique de l'Europe était dévolue au protectorat atlantique. L'UE elle-même a été créée en tant qu'organe supranational intégré à l'OTAN à l'extérieur et en tant que structure financière qui a établi un système économique d'extrême compétitivité entre les États à l'intérieur. L'UE n'a pas favorisé le développement et l'émancipation, mais a créé un système de domination économique de l'Allemagne et de ses satellites dans lequel la croissance allemande s'est accompagnée d'une dépression dans les pays du sud. Mais aujourd'hui, l'Europe est confrontée à un ordre géopolitique considérablement modifié. Les États-Unis poursuivent des objectifs qui ne sont pas compatibles, voire conflictuels, avec l'Europe.

Les États-Unis, qui se sont engagés à contenir la Russie et la Chine, n'ont plus l'intention de soutenir les dépenses militaires pour la défense des pays européens, qui sont tenus de consacrer 2 % de leur PIB à l'armement. L'objectif géopolitique poursuivi par les Américains n'est en fait pas la défense de l'Ukraine contre l'invasion russe, mais la restauration de leur domination politique absolue dans l'espace européen, en rompant les relations entre l'Europe et la Russie et en interrompant les flux commerciaux entre l'Europe et la Chine. Une Europe, dévastée par la crise économique provoquée par l'urgence énergétique et réduite dans son rôle de puissance économique dans le monde (surtout en ce qui concerne ses exportations vers les USA), pourrait être réduite à une condition de subordination totale aux USA. Les États-Unis pourraient alors imposer à l'Europe un traité de libre-échange transatlantique capricieux, semblable au tristement célèbre TTIP.

Le retrait américain d'Afghanistan a entraîné un changement substantiel de la stratégie géopolitique américaine. La politique étrangère de Biden, dans la continuité de celle d'Obama et de Trump, n'envisage pas d'interventions militaires dans le monde, sauf si les intérêts américains sont directement menacés. Par conséquent, des déploiements politico-militaires de dimension continentale ont été mis en place pour sauvegarder les zones d'influence de l'Amérique dans le monde. Dans le cadre de cette nouvelle stratégie géopolitique américaine, à travers le pacte abrahamique, la nouvelle OTAN du Moyen-Orient a été établie, dirigée par Israël et avec la participation de nombreux pays arabes. Et aussi l'AUKUS, qui est une alliance militaire dans la zone Indo-Pacifique qui vise à contenir la puissance chinoise. La décision de l'Allemagne d'allouer 100 milliards d'euros aux dépenses d'armement doit être interprétée de la même manière. Jusqu'à hier, le réarmement allemand aurait suscité l'inquiétude de tout l'Occident. L'Europe, sous la direction de l'Allemagne, devrait devenir une puissance continentale au sein de l'OTAN dans une fonction anti-russe. Mais il semble hautement improbable que la société allemande accepte de mourir pour l'Ukraine, comme la société japonaise le ferait pour Taïwan.

La phase post-historique de l'Europe touche donc à sa fin. Une perpétuation de l'hibernation historique de l'Europe est inconcevable. Nous devons occuper une place dans une histoire en constante évolution, sinon l'histoire elle-même s'occupera de nous, c'est-à-dire que d'autres décideront pour nous en fonction de leurs propres intérêts. Et dans notre cas, ce seront les Américains qui décideront.

L'Europe à la croisée des chemins entre multilatéralisme et abandon de l'histoire

Le conflit entre Poutine et l'Occident a pris la dimension d'une opposition d'époque de nature historico-idéologique. Depuis la crise de 2014, la réaction de Poutine au tournant pro-occidental en Ukraine a été interprétée par le courant dominant officiel comme la renaissance d'une conception de la politique du XIXe siècle, qui a été reproposée à travers la résurrection du nationalisme russe comme une réaction à une Russie assiégée et visant à défendre ses frontières et à sauvegarder son indépendance nationale. Ces concepts étaient considérés par l'intelligentsia libérale comme relégués à des époques historiques dépassées. Poutine est donc considéré comme un leader anti-historique.

Cependant, nous voyons dans le conflit ukrainien une opposition géopolitique et un affrontement idéologique, qui avaient déjà émergé dans l'histoire récente. L'Occident est dominé par un système néolibéral et une culture postmoderne qui postulent l'individualisme absolu, les droits de l'homme, la primauté de l'économie sur la politique, l'éradication des cultures identitaires et la dissolution des États. Ainsi, le conflit entre l'Occident et la Russie, selon l'idéologie libérale, est interprété comme le choc entre liberté et répression, progrès et réaction, démocratie et autocratie, laïcité et obscurantisme.

L'émergence de nouvelles puissances continentales telles que la Russie, la Chine, l'Inde, l'Iran et d'autres puissances mineures, qui revendiquent au contraire leur propre identité nationale, la valeur de la patrie en tant que destin commun des peuples, leurs racines historiques et culturelles, a mis en évidence depuis longtemps le déclin de l'idéologie libérale comme seul canon d'interprétation de la réalité dans une clé post-historique, individualiste et progressiste. La défense des droits de l'homme et l'imposition du système libéral-démocratique au niveau mondial constituent donc les valeurs en vertu desquelles l'Occident revendique sa suprématie morale dans le monde. Ces principes constituent la légitimation idéologique du "Nouvel Ordre Mondial". Les conflits qui ont eu lieu au cours des dernières décennies démentent les hypothèses idéologiques sur lesquelles repose le "Nouvel Ordre".  C'est ce que dit Alberto Negri dans son article dans "Il Manifesto" du 13/02/2022 : "Cette fois, l'atlantisme est nu. Comme le roi" : "Quel "ordre" libéral les États-Unis et l'OTAN préconisent-ils? Celle qui a incité Washington à utiliser les djihadistes contre l'URSS dans les années 1980? Celle de l'Afghanistan 2021? L'"ordre" de l'intervention fabriquée en Irak en 2003? L'"ordre" de la guerre en Libye en 2011, dont les désastres sont encore sous nos yeux?

L'"ordre" américain qui nous a valu des attaques en Europe et des millions de migrants traités comme des objets et repoussés dans le désespoir, tout en nous privant des ressources énergétiques de nos voisins? L'"ordre" de la Turquie, un pays de l'OTAN utile pour massacrer les Kurdes sous le sultan Erdogan? L'"ordre" qui réduit au silence et efface les Palestiniens?

Les Américains et les atlantistes s'arrogent le droit de décider de ce qui est bon et de ce qui est mauvais, s'accrochant à des principes d'autodétermination des peuples qu'ils sont les premiers à violer.

Prenez la Syrie : pendant des années, Washington et Bruxelles ont déclaré que "Assad devait partir", mais pour le déstabiliser, ils ont encouragé Erdogan à envoyer des milliers d'égorgeurs djihadistes de l'autre côté de la frontière. Ils ont demandé à la Syrie de rompre ses liens avec l'Iran, puis la Russie, alliée historique de Damas, est intervenue.

Que voulait l'Occident, peut-être le bien des Syriens, toujours maintenus sous un embargo dramatique? Que voulaient les Américains de l'Afghanistan? Pour se venger du 11 septembre 2001, comme Biden l'a lui-même admis? Eh bien, après avoir tué Ben Laden, ils auraient pu partir, mais ils sont restés et ont tué plus de civils que les talibans, à qui ils ont rendu le pays, et maintenant ils se vengent sur la population en gelant les fonds afghans et en entravant l'acheminement de l'aide humanitaire.

L'unilatéralisme américain a généré de nouveaux conflits dans le monde entier entre les États dominés par le néolibéralisme et les États dominés par la souveraineté, entre les gagnants et les perdants de la mondialisation, entre l'Occident post-moderniste et l'Orient traditionaliste. Ce conflit irréductible est également présent au sein de la société occidentale. Les classes dominantes sont idéologiquement libérales et mondialistes, les classes subalternes revendiquent les valeurs communautaires, l'État-providence, les cultures identitaires.

Le monde occidental s'est révélé anti-historique dans la mesure où il n'a pas su comprendre l'esprit de notre époque, dans laquelle un nouvel ordre multipolaire émerge dans la géopolitique mondiale. Et c'est la cause du déclin progressif de l'unilatéralisme américain.

Nous sommes au seuil d'un tournant historique, annoncé prophétiquement par Alexandre Douguine dans son ouvrage La quatrième théorie politique: "La seule alternative plausible, aujourd'hui, se trouve dans le contexte d'un monde multipolaire. Le multipolarisme peut garantir à chaque pays et civilisation de la planète le droit et la liberté de développer son propre potentiel, de s'organiser intérieurement selon l'identité de sa culture et de son peuple, de fournir une base acceptable pour un système de relations internationales justes et équilibrées entre les nations du monde. La multipolarité doit être fondée sur le principe d'équité entre les différentes organisations politiques, sociales et économiques des diverses nations. Le progrès technologique et l'ouverture croissante doivent favoriser le dialogue entre les peuples et les nations et leur prospérité, mais ne doivent pas pour autant mettre en péril leur identité. Les différences entre les civilisations ne doivent pas nécessairement culminer dans un affrontement inévitable - contrairement à ce que pensent de manière simpliste certains auteurs américains. Le dialogue - ou plutôt le polylogue - est une possibilité réaliste que nous devrions tous explorer.

L'avènement du multilatéralisme dans la géopolitique mondiale place l'Europe devant un dilemme existentiel entre être une patrie commune ou ne pas être un cadavre atlantique. L'histoire impose parfois des choix cruciaux et inéluctables. 

mercredi, 05 janvier 2022

Ukraine, un deuxième Sarajevo?

848702-soldats-ukrainiens-montent-garde-point.jpg

Ukraine, un deuxième Sarajevo?

Un tournant dans la grande stratégie de l'hegemon

par Irnerio Seminatore

Si, du point de vue du Concert européen et de la géopolitique mondiale de l'époque, Sarajevo a représenté un défi pour l’Empire Austro-Hongrois, puissance en déclin, le poussant vers une accélération de la première guerre mondiale, la crise ukrainienne actuelle au Donbass et indirectement en Crimée, marque un moment de remise en cause majeure des équilibres européens et mondiaux, successifs à la dislocation de l’Union Soviétique. Est-elle un test de la volonté russo-américaine de rompre la confiance entre les acteurs engagés de l’Est et de l’Ouest et de se montrer indifférents aux répercussions, incalculables, d’ordre planétaire? Aujourd’hui comme alors, le premier concept a volé en éclat a été celui des alliances et de réassurances qui avait suivi la guerre franco-prussienne et la proclamation de l’Empire Allemand à Versailles. Dans la conjoncture actuelle, une série d’accords et de traités qui ont porté règlement en Europe centrale et orientale des futures relations d’amitié et de coopération entre l’Est et l’Ouest, après la dislocation de l’Union Soviétique, sont restés lettre morte.

Or, ce qui est en cause, pour l’exercice de l’indépendance et de la souveraineté de l’Ukraine, ex Etat-membre de l’URSS depuis le Traité de Brest-Litovsk de juillet 1918, historiquement faible, divisée et soumise à des pressions déstabilisatrices diverses, est sa sécurité et son unité territoriale et politique est sa capacité de résister aux jeux d’influence des deux camps. Le prix à payer pour ne se soumettre à l’ordre imposé est une épreuve décisive – la guerre civile ou le conflit ouvert, a impliqué une sous-estimation de l’histoire et des intérêts vitaux d’un Etat-frère – la Russie. Cette sous-estimation, sous pression occidentale, constitue un mauvais calcul, car tout un système de relations politiques et géostratégiques s’est mis en mouvement à l’échelle européenne et euro-atlantique, accélérant les réactions d’autodéfense de chaque camp et motivant les appétits et les ambitions politiques et territoriales des Grands et des puissances moyennes - Chine, Turquie, Israël, Iran.

Ainsi l’analyse conjoncturelle doit tenir compte de la confrontation engagée par cette tension à tous les niveaux et théâtres de conflits, réels ou virtuels, et de la difficulté, aujourd’hui, de déclencher et de maitriser un conflit régional limité. Or, si l’enjeu de la crise ukrainienne, vue de la Russie, repose principalement sur l’exigence de contrer l'adhésion de l’Ukraine à l’Otan et le péril direct et rapproché de cette dernière, la remise en cause, par personne interposée, du status-quo sécuritaire de la part de l'Hégémon, se convertit en une opportunité pour la Russie, qui ne peut lui accorder le contrôle de l’espace maritime de la Mer Noire. En revanche, elle peut réaliser une jonction stratégique majeure entre la mer Baltique (Lituanie, Lettonie, Estonie, Pologne) et la Grande Méditerranée (Méditerranée depuis Gibraltar, plus la Mer Noire jusqu’à la mer Caspienne). 

fe1072ebc2a248e6e9cedaccd23cba90-1378480724.jpg

Cette jonction, appuyée sur le pivot de la Crimée, réaliserait, simultanément une immense tenaille géopolitique, vers le Sud, car elle permettrait le contrôle du Levant et des pays du Golfe (Arabie Saoudite, Irak et Emirats Arabes Unis), via la Syrie et le port de Tartous, à mi-chemin entre le Bosphore et le Canal de Suez. Serait concernée aussi par ce jeu la Mer Rouge, ancienne voie impériale du Royaume-Uni vers l’Inde et l’Océan Indien. Une vaste zone de conflit, périphérique à l’époque de la guerre froide, deviendrait centrale dans la perspective d’un conflit mondial, car située entre les Balkans, l’Est européen, l’Asie Mineure, le Caucase et l’Asie centrale. Il s’agit d’une zone, qui est partie intégrante de la Grande Méditerranée, verrouillée par la Turquie au Bosphore et donnant l’accès a plusieurs foyers de conflits et de guerres gelées. Après l’écroulement de l’Union soviétique, l’Union Européenne et l’Otan, ont voulu inclure les pays de l’est européen, malgré l’hostilité de la Russie, dans un schème d’élargissement ayant pour but la stabilité politique et la diversification des approvisionnements énergétiques.

Suivant une conception qui remplaça la compétition politique par un compétition économique, encadrée par des règles et par le droit, l’Union Européenne ne fit que remettre à plus tard l’opposition entre libre détermination de la souveraineté et soumission à la règle de prudence de la Realpolitik, en matière d’adhésion à l’Otan de la part de l’Ukraine et de la Géorgie. La poudrière allait se remplir encore davantage de matériel explosif par la montée des tensions, après le coup d’Etat de Maidan et la réintégration de la Crimée dans la Russie. Ce retour interdit à la flotte atlantique de s’installer à Sébastopol et de menacer au cœur Moscou.

L’importance de la Mer Noire, qui n’avait pas échappé dans le passé à Winston Churchill, dans le fiasco militaire de Gallipoli, n’a pas satisfait les appétits d’Erdogan, qui a proposé un partenariat turco-russe sur cet espace maritime, par opposition au projet d’une flotte de l’Otan.

mernoire.png

La contre manœuvre occidentale vis-à-vis de la géopolitique audacieuse de la Russie en Ukraine a été de prendre des mesures de réassurance au Sommet de l’Otan de Newport en 2014, puis au Sommet de Varsovie de 2016, prévoyant l’installation d’états-majors et la rotation des troupes dans le pourtour de la Baltique. Ces mesures pourraient-elles repousser une invasion de la part de la Russie, antagoniste multipolaire du bloc atlantique ? Par ailleurs, sur le front Asie- Pacifique il semble impensable que d’autres foyers de crise, Taiwan ou les deux Corées ou encore la zone de l’Indo-Pacifique, restent intangibles au tsunami du système dans son versant occidental, car les alliances de l’ANZUS (Australie, Nouvelle Zélande, Etats-Unis - 1951), et de l’AUKUS (Australie, Grande-Bretagne, Etats-Unis - 2021) ont été conçues de manière délibérée pour contenir la puissance chinoise. Du coup un grand tournant se dessine dans la stratégie de l’Hégémon, dont, aujourd’hui, on ne peut que spéculer sur les ambitions et sur les issues

L’espérance de gains politico-stratégiques de la part de l’Hégémon, comptant sur un affaiblissement progressif de la Russie et de l’Union européenne et en vue d’un affrontement de grande intensité et de portée systémique contre la Chine, donnerait les mains libres à Israël et à l’Arabie Saoudite pour frapper l’Iran, susceptible de se joindre à la Russie et à la Syrie, via le Liban.

La signification géostratégique de cette frappe consisterait à briser l’axe Moscou-Bagdad- Téhéran, coupant en deux l’Asie centrale et la rendant a nouveaux accessible à l’influence et aux forces occidentales. Parallèlement, la jonction des forces chinoises et russes, déjà présentes en Libye, Ethiopie et Afrique subsaharienne compléteraient une manœuvre d’enveloppement globale, pour se partager les ressources du continent, qui serait ainsi soustrait à l’Europe

Les enjeux stratégiques du XXème siècle dans une ère de non -paix

Pour intimider ou contraindre l’Ukraine, la Russie doit composer avec le Chine sur l’arrière asiatique et avec les Etats-Unis sur le front Occidental.

Après le basculement de l’Amérique vers l’Indopacifique, visant a reconstruire son Leadership dans le monde, ce changement stratégique ne pourra se faire sans le consensus et l’aide de ses alliés européens et asiatiques

Dans la Global Posture Review commandée par J. Biden a son Secrétaire d’Etat, en février 2021, la diplomatie américaine devenait une option par rapport aux conflits rampants dans le monde et perdait la souplesse propre à la complémentarité de sa relation avec la défense.

Il en résultait une obligation d’aligner les forces américaines avec la politique étrangère du pays, en respectant ses priorités dans un contexte international marqué par le retrait progressif du Moyen Orient et par la menace russe. L’échec du conflit afghan, le recadrage de la stratégie de sécurité nationale, justifient-ils la Russie à prendre des risques en Europe de l’Est. Ainsi, dans un contexte géostratégique de compétition accrue avec le Russie et la Chine, la ligne directrice de la Global Posture Review comporte une approche opposée aux précédentes.

Puisque toute forme de pivot vers l’Asie représente un éloignement de l’Europe, qui demeure une porte d’entrée vers les régions cruciales du Proche et Moyen Orient, de l’Asie centrale et de l’Eurasie, comment l’Otan et la présence des troupes américaines peuvent-elles assurer la poursuite du bras de fer avec la Russie.

En particulier la Grande Méditerranée et l’Europe du Sud, demeurent une zone stratégique vitale dans la compétition triangulaire avec la Russie et La Chine. De nombreuses inquiétudes naissent de la fragilité des pays européens, de l’espace cyber et de la refonte des enjeux stratégiques des Etats-Unis à l’échelle mondiale. Tout en n’excluant pas des formes de déséquilibrage régionales de la puissance globale des Etats-Unis, les ambitions américaines en Asie et en Europe traduisent la continuité d’un état d’esprit de l’Administration de Joe Biden avec celle de D. Trump.

Du point de vue planétaire, les enchainements intercontinentaux rendraient extrêmement couteuse une guerre mondiale et totale pour la puissance extérieure maritime, l'Hégémon, la poussant, dans la spiralisation de la violence à faire recours au tabou de la dissuasion, par l’usage de la coercition nucléaire de théâtre dans le but de vaincre militairement sur le terrain des combats et, dans un deuxième temps, à vouloir vaincre politiquement par l’anéantissement nucléaire des acteurs rivaux. En s’interrogeant sur les choix doctrinaux de la politique étrangère des Etats-Unis, après quatre décennies de guerre froide, pendant lesquelles l’Amérique a pratiqué une politique d’endiguement de l’Union Soviétique, Joseph Nye, politologue de la Harvard University, souligne que, depuis 2017, les Etats-Unis sont revenus à la logique de compétition entre grandes puissances. La reconnaissance de l’ambition de construire leur futur autour de la rivalité avec la Chine, n’exclut nullement l’hypothèse d’une compétition régulée avec celle-ci.

A l’heure actuelle, et à propos d’un enjeu régional aux répercussions mondiales, la crise Ukrainienne se dessine comme un tournant décisif, non seulement pour les acteurs majeurs de la scène régionale, mais pour des raisons, en apparence peu évidentes, du système international et de son alternance hégémonique et civilisationnelle.

 Avec la crise ukrainienne, Sarajevo sera au rendez- vous par deux fois dans le courant d’un siècle, mais de manière autrement plus tragique.

Bucarest, 31 Décembre 2021

 

jeudi, 07 octobre 2021

AUKUS: pas de place pour les Européens dans le Pacifique !

social_media.jpg

AUKUS: pas de place pour les Européens dans le Pacifique !

Les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie sont unis dans leurs efforts pour freiner l'expansionnisme chinois

L'Europe reste sur la touche

par Salvatore Recupero

Ex: https://www.centrostudipolaris.eu/2021/10/07/aukus-nel-pacifico-non-ce-spazio-per-gli-europei/

"La France a été poignardée dans le dos". C'est du moins ce qu'affirme Jean-Yves Le Drian, le ministre français des affaires étrangères. L'Australie, en effet, a annulé (sans préavis) le contrat avec Paris pour la fourniture de sous-marins conventionnels d'une valeur de 90 millions de dollars. Les Britanniques ont remporté le contrat pour la production de sous-marins à propulsion nucléaire. L'affaire a eu et aura des conséquences géopolitiques importantes. Avant de comprendre pourquoi, nous devons analyser le contexte dans lequel ce choix a été fait.

Qu'est-ce qu'Aukus ?

À cet égard, nous devons d'abord comprendre ce que signifie Aukus. Aukus désigne les trois nations (Australie, Royaume-Uni et États-Unis) qui ont signé un pacte de sécurité trilatéral. L'accord prévoit (pour l'instant) que les États-Unis et le Royaume-Uni aident l'Australie à développer et à déployer des sous-marins à propulsion nucléaire, renforçant ainsi la présence militaire occidentale dans la région du Pacifique. Mais de qui Camberra doit-elle se défendre ? De la Chine, bien sûr. L'annonce a été faite le 15 septembre de l'année dernière et a provoqué un tollé. Évidemment, il y a eu un tollé à Pékin, mais nous sommes plus intéressés par l'impact de l'accord sur Paris en particulier et l'Europe en général.

C'est la France qui en a payé le prix, puisqu'elle a vu l'annulation d'une commande de plusieurs millions de dollars. Un fait étrange, notamment parce que Paris en 2016 (lors de la signature de l'accord) avait reçu la "bénédiction" de Washington. Alors pourquoi annuler le contrat ? La réponse n'est pas simple et est de nature politique, ou plutôt liée à la stratégie militaire. 

Comme l'explique Dario Fabbri (1), analyste chez Limes, "acheter une technologie militaire signifie se ranger du côté du fabricant en cas de guerre". "La France ne pourrait pas suffire à elle seule à protéger l'Australie en cas de conflit. Les États-Unis ont besoin que l'Australie utilise son armement pour mieux participer à l'endiguement de la République populaire". Après avoir abandonné l'Afghanistan (qui borde la Chine sur 90 km), Washington doit contenir la République populaire par la mer. Mieux vaut donc les Britanniques que les Français. Le Royaume-Uni, après s'être libéré de ses faibles liens avec Bruxelles, peut renforcer ses liens avec les pays du Commonwealth. Londres, comme le disait Churchill, choisira toujours entre l'Europe et la "haute mer". Rien de nouveau alors. Cette affaire, en fait, nous ouvre aussi les yeux sur la signification géopolitique du Brexit. Mais revenons au choix de Camberra. 

NC-indopacifique2.jpg

La France et l'Indo-Pacifique

La colère de Paris ne sera pas facilement apaisée. La réaction à chaud a été de rappeler ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie.  Les Français n'accepteront pas facilement d'être coupés de cette partie du globe. Il y a de nombreuses raisons à cela, et pas seulement une question de grandeur et de gloire. 

indfipex.jpg

Pour comprendre ce qui a été dit, il est nécessaire de lire la stratégie indo-pacifique de la France (2) élaborée en juillet par le ministère français des affaires étrangères. La France (il faut le rappeler) est le seul pays de l'UE qui possède des territoires dans la région indo-pacifique: les départements de La Réunion et de Mayotte, les collectivités de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie française, le territoire de Wallis-et-Futuna et les Terres australes et antarctiques françaises. L'ensemble de ces territoires représente une population de 1,65 million d'habitants (plus d'un million pour les deux départements de l'océan Indien). Évidemment, Paris défend ses positions par une présence militaire importante. Ensuite, il y a l'aspect économique. En 2019, environ 18 % des importations françaises provenaient de la région indo-pacifique, et environ 14 % des exportations françaises étaient destinées à cette région. Ces flux commerciaux ont augmenté de 49% au cours des dix dernières années. Il faut aussi ajouter que l'Élysée "dépense et dépense" beaucoup dans ces territoires : les investissements directs ont représenté environ 8% de ses investissements globaux en 2019 (6% hors Chine), soit 113 milliards d'euros. 

Cela dit, il est clair que la France veut jouer la troisième roue du carrosse entre la Chine et les États-Unis dans cette partie du monde. Le choix de Canberra a sans doute affaibli l'influence de Paris et surtout, Biden a envoyé un message clair à l'Elysée : il n'y a pas de place pour les Européens ici. Cependant, la Maison Blanche ne veut pas rompre complètement avec Paris. 

La France sera-t-elle indemnisée ?

Selon de nombreux analystes, afin d'apaiser la colère des Français, les Américains ont déjà décidé de laisser le champ libre à leurs cousins français au Sahel. De plus, Macron en profitera pour tisser son réseau d'alliances en Méditerranée et au-delà. Les élections présidentielles approchent et l'Elysée doit montrer qu'il peut se relever de cette défaite. C'est pourquoi Paris a vendu trois frégates à la marine grecque (3). La Grèce souhaite depuis longtemps renforcer sa flotte, comme elle l'a déjà fait avec les chasseurs Rafale (également fabriqués en France) dans le ciel. L'axe entre Macron et le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis porte déjà ses fruits. 

Mais l'Elysée ne s'arrête pas là. D'autres accords sont prévus. Tout d'abord, avec la République tchèque (4) : le ministère tchèque de la Défense a donné son feu vert à l'acquisition de 52 obusiers automoteurs Caesar auprès de Nexter Systems. Le montant de l'opération s'élève à environ 335 millions d'euros. In secundis avec la Roumanie (5) : la marine de Bucarest est intéressée par l'achat de navires de guerre produits par Naval Group (le géant français qui vient de signer la vente des frégates FTI à la flotte grecque). Bref, Paris, après la claque anglophone, ne reste pas les bras croisés en attendant de se rattraper dans l'Indo-Pacifique.

Mais pour en revenir à l'Aukus, il n'a pas seulement porté préjudice à la France. Avant d'être officialisée, elle a également touché l'Italie, en particulier Fincantieri. Malheureusement, le récit de ce préjudice n'est pas apparu dans les médias italiens.

Aukus frappe Fincantieri

Le seul à en avoir parlé est Alberto Negri (6). L'ancien correspondant d'Il Sole 24 Ore rapporte qu'en juin dernier, la "plus grande commande navale italienne de ces dernières décennies, celle passée à l'Australie pour neuf frégates, d'une valeur totale d'environ 23 milliards d'euros, a été perdue". La commande a été remportée par l'entreprise anglaise Bae Systems, devant deux autres concurrents, Fincantieri et l'entreprise espagnole Novantia. C'était un choix politique plutôt que technique, ce qui le rend d'autant plus brûlant. Le choix, en effet, n'avait aucune justification sur le plan technologique: "Les Fremms italo-françaises - souligne l'IAI, l'Institut des affaires internationales - sont les unités en service les plus avancées au monde. Ce n'est pas tout: Fincantieri avait prévu d'investir directement en Australie pour la construction des navires et d'impliquer largement les fournisseurs locaux". En bref, les premières victimes de l'Alliance Aukus ont été nous, les Italiens. 

fremm-fincantieri-italie-egypte.jpg

L'Italie misait beaucoup sur cette commande. La diplomatie avait battu son plein : une croisière spécifique d'un Fremm de la marine et une visite d'une délégation gouvernementale en Australie avaient été organisées. Tout semblait aller pour le mieux, mais Canberra a ensuite décidé qu'il ne valait pas la peine de couper le cordon ombilical qui la lie à Londres et, surtout, à Washington. Le résultat est une défaite pour nous. Mais la presse italienne a préféré garder le silence, peut-être pour ne pas embarrasser le gouvernement Draghi.

La seule considération que nous pouvons tirer de ces événements est que l'Europe est comme un chien attaché à une laisse rétractable. Lorsque la bande est desserrée, nous avons l'illusion d'être libres, puis le maître (l'OTAN et donc les États-Unis) appuie sur le bouton et nous sommes obligés de battre en retraite. Personne n'est sauvé: tout au plus les Français ont-ils un peu plus de marge d'autonomie. Mais seulement si cela sert à faire la "guerre des ordres" avec l'Italie. Diviser pour mieux régner: une tactique qui a toujours fonctionné.

Le message de Stoltenberg

Si quelqu'un a encore des doutes sur la "souveraineté européenne", Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN, expliquera comment les choses fonctionnent. Dans une interview accordée à Il Sole 24 Ore (7), le parti travailliste norvégien a expliqué que : "L'Union européenne ne sera jamais en mesure de défendre l'Europe. En partie pour des raisons financières : 80 % des dépenses militaires de l'OTAN proviennent d'États non membres de l'UE. En partie pour des raisons géographiques: la Norvège au nord, la Turquie au sud, le Canada, les États-Unis et le Royaume-Uni à l'ouest contribuent tous à la défense de l'Europe. 

Il ne sert pas à grand-chose de porter les dépenses militaires à 2 % du PIB si cet argent n'est pas affecté à un projet de défense européenne commune. Ainsi, chaque euro que les Européens investissent dans les dépenses militaires ne servira qu'à renforcer l'OTAN, l'organisation qui limite notre souveraineté. Pour en revenir à la métaphore précédente, le chien (l'Europe) n'est pas seulement tenu par une laisse rétractable, mais il est également condamné à se mordre la queue. En bref, nous ne pouvons pas être surpris par des "sous-marins français" ou des "frégates italiennes".  Que nous le voulions ou non, tant que nous faisons partie de l'Alliance atlantique, nous devons nous soumettre à la volonté de Washington. 

Notes:

    1. Affaire Aukus : Etats-Unis-Australie-France. Que s'est-il passé ? Dario Fabbri sur Limes.com 24 septembre 2021
    https://www.limesonline.com/lapprofondimento-di-dario-fabbri-caso-aukus-stati-uniti-australia-francia-cosa-e-successo/125096

    2. La stratégie indo-pacifique de la France, élaborée par le ministère français des Affaires étrangères, publiée le 1er août 2021.
    https://au.ambafrance.org/IMG/pdf/en_indopacifique_web_cle0f44b5.pdf

    3. Frégates françaises pour la Grèce : les premiers effets de l'Aukus. Rivista Italiana Difesa par Pietro Batacchi 29 septembre 2021
    https://www.rid.it/shownews/4419

    4. Les Tchèques signent un accord pour acheter de l'artillerie française montée sur camion. Par Ap News 30 septembre 2021
    https://apnews.com/article/business-europe-prague-systems-ltd 02b5a883be52137b65b0a57827f5e128

    5. MApN : "Ferme volonté de signer" un accord-cadre pour quatre corvettes Gowind 2500 avec la société française Naval Group, récemment impliquée dans la crise des sous-marins. Par l'agence G4 Media.Ro. Par Alexandru Stanescu 29 septembre 2021
    https://www.g4media.ro/exclusiv-mapn-isi-exprima-in-mod-ferm-disponibilitatea-de-semnare-a-acordului-cadru-pentru-cele-patru-corvete-gowind-2500-cu-compania-franceza-naval-group-implicata-recent-in-criza.html

    6. Aukus va-t-il paralyser Fremm de Fincantieri ? Réflexion publiée sur la page Facebook d'Alberto Negri 19 septembre 2021
    https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1778361029015456&id=100005247276544

    7. Stoltenberg (Otan) : "Sans les États-Unis, l'UE ne pourra jamais défendre l'Europe" Interview de Beda Romano Il Sole 24 Ore 25 août 2021
    https://www.ilsole24ore.com/art/stoltenberg-nato-senza-usa-l-unione-europea-non-sara-mai-grado-difendere-ue-AExhDle

ARTICLES CONNEXES 

jeudi, 30 septembre 2021

Les relations transatlantiques au miroir de l'Afghanistan

20191026_HAT_Transatlantische_Beziehungen_Rawf8_-_AdobeStock_187950979.jpg

Les relations transatlantiques au miroir de l'Afghanistan

Sergey Yermakov

Ex: https://katehon.com/ru/article/transatlanticheskie-otnosheniya-v-zerkale-afganistana

Un mois après que les passions, liées au retrait manqué des troupes américaines et de celles de l'OTAN qui viennent de quitter l'Afghanistan, se soient apaisées à Washington et dans les capitales européennes, il est intéressant d'évaluer les conséquences du fiasco afghan sur les relations transatlantiques. Il convient de noter que la situation dans ce pays a évolué de manière inattendue et trop rapide et cela, dans un sens négatif pour les Américains et l'OTAN. Le retrait des troupes restantes et l'évacuation des civils de Kaboul s'apparentaient davantage à une fuite. Cela a causé d'énormes dommages à l'image des États-Unis et a réactivé les sources cachées de tendances centrifuges dans leurs relations avec leurs alliés.

En août dernier, les réunions d'urgence du Conseil de l'Atlantique Nord, du Comité militaire de l'OTAN et des ministres des Affaires étrangères de l'Alliance ont été principalement consacrées à l'adoption de mesures urgentes visant à garantir l'évacuation en toute sécurité du personnel de l'OTAN et des membres affiliés de l'Alliance, plutôt qu'à l'élaboration d'une position unifiée des Alliés sur la question de l'Afghanistan. Au départ, les experts occidentaux étaient assez sceptiques quant à la capacité de l'alliance à s'adapter rapidement aux nouvelles circonstances, en raison du choc et de la désorientation dans lesquels les forces de l'OTAN s'étaient retrouvées après la prise de contrôle éclair par les talibans.

Il convient de noter que les Européens ont tendance à considérer l'échec de la mission de l'OTAN en Afghanistan non seulement comme l'effondrement d'une seule opération, mais aussi comme un facteur qui aura de graves conséquences géopolitiques pour l'Europe et le monde, aggravant encore la crise des relations transatlantiques. C'est notamment la conclusion à laquelle est parvenu N. Loiseau, président de la sous-commission sécurité et défense du Parlement européen, qui estime que les récents développements devraient inciter l'Europe à renforcer son "autonomie stratégique" afin de garantir sa capacité à agir avec ses alliés (tels que les États-Unis) lorsque cela est possible, et indépendamment lorsque cela est nécessaire.

Pour sa part, D. Keating, senior fellow au European Center de l'Atlantic Council (USA) et correspondant à Bruxelles de France 24, note que les Européens ont été pris au dépourvu par la décision américaine de retirer rapidement les troupes d'Afghanistan sans avoir une compréhension réaliste de la vulnérabilité du régime politique de Kaboul. Selon lui, un certain nombre de pays européens, tels que le Royaume-Uni et l'Italie, ont été fortement irrités par le fait que l'administration Biden n'a pas tenu compte de leur avis sur la précipitation de ce retrait, après que leur opposition au retrait ait été ignorée lors du sommet de l'OTAN en juin. Selon l'évaluation de l'expert européen, le retrait rapide et en fait mal coordonné d'Afghanistan, qui a conduit à l'effondrement du leadership pro-occidental dans ce pays, renforcera le débat à Bruxelles sur l'"autonomie stratégique" européenne et la nécessité de développer une capacité de défense européenne indépendante. Ces actions américaines soulèvent également des questions sur l'engagement de l'Amérique à protéger ses alliés et sur la question de savoir si l'OTAN est réellement une alliance d'États souverains - ou simplement un protectorat militaire dans lequel les véritables décisions sont prises par Washington seul.

optimize.jpg

L'effondrement de la crédibilité de la politique étrangère américaine et des services de renseignement et militaires américains porte atteinte à l'autorité politique et morale de l'Occident dans son ensemble, déclare D. Schwarzer, directeur exécutif pour l'Europe et l'Eurasie à l'Open Society Foundations. Selon elle, l'exemple de l'Afghanistan démontre une trop grande dépendance des Européens à l'égard des États-Unis - et en même temps une trop faible prise en compte de leur point de vue à la Maison Blanche.

Dans le même temps, B. Masaes, ancien secrétaire d'État portugais aux affaires européennes, signale un grave problème pour l'Europe lié aux réfugiés d'Afghanistan. Selon ses évaluations, il existe un risque de nouvelles attaques terroristes contre l'Europe organisées à partir de ce pays. Masaes souligne également que la crise des réfugiés n'est qu'une partie de la destruction, voire de la désagrégation de l'ordre existant précipitée par les événements afghans. Selon lui, sous l'ancien président américain D. Trump, des doutes sont apparus sur l'engagement de l'Amérique envers ses alliés et ses engagements européens. Toutefois, l'analyste portugais estime que les événements afghans ont déjà jeté le doute sur la compétence américaine en tant que telle. Selon lui, la réponse ne peut être qu'une capacité européenne accrue à affronter seule un monde de plus en plus dangereux.

A son tour, M. Laschet, président de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne et candidat à la chancellerie de centre-droit - a qualifié l'opération afghane de l'OTAN de "plus grand échec de l'alliance, qu'elle subit depuis sa fondation". Selon M. Laschet, une "analyse complète des erreurs" est nécessaire tant à Washington qu'à Bruxelles.

Les experts américains soutiennent de tout cœur l'avis de leurs collègues européens selon lequel les leçons de l'Afghanistan doivent être soigneusement étudiées. Par exemple, un analyste respecté du Centre d'études stratégiques et internationales de Washington, E. Cordesman, en parle dans son rapport. Cependant, il y a une nuance à apporter. Tout en admettant que l'absence de consultations complètes avec les partenaires de l'OTAN est inacceptable, l'analyste américain suggère néanmoins que l'Europe doit adopter une approche beaucoup plus réaliste de sa dépendance stratégique vis-à-vis des forces armées américaines. Par conséquent, les Européens devraient faire davantage pour améliorer leurs propres capacités militaires plutôt que de discuter du partage de la charge financière. Selon M. Cordesman, en réclamant une plus grande "autonomie stratégique", l'Europe devrait reconnaître qu'il n'existe pas aujourd'hui d'alternative européenne crédible à l'Alliance de l'Atlantique Nord. C'est pourquoi, selon lui, de nouvelles mesures sont nécessaires pour améliorer l'efficacité de l'OTAN et l'adapter aux nouveaux défis, plutôt que de détruire ce bloc, qui est pour l'instant irremplaçable.

Dans le même temps, l'analyste américain R. Ellehuys, qui a un temps dirigé le bureau de la politique européenne et des affaires de l'OTAN du département de la défense des États-Unis, estime qu'il est important de prêter attention à l'évaluation des conséquences négatives de la défaite afghane pour l'alliance. Il s'agit avant tout, selon elle, de saper la crédibilité de l'Alliance et d'accroître la menace terroriste qui pèse sur ses membres. Ellehuys et d'autres experts américains sont particulièrement préoccupés par la possibilité que les adversaires géopolitiques de l'OTAN utilisent le "syndrome afghan" pour discréditer et saper l'unité des alliés.

A cet égard, les experts occidentaux (par exemple, de l'Atlantic Council, de la RAND Corporation et d'autres) suggèrent à l'alliance de prendre des mesures urgentes d'information et de propagande permettant de justifier les actions américaines et de l'OTAN en Afghanistan, de calmer la société occidentale et de préserver l'unité des pays membres et la confiance dans l'organisation elle-même. Dans ces circonstances, par exemple, M.D. Williams, du Conseil atlantique, estime que dans la lutte pour la survie, le slogan moderne de l'OTAN devrait être l'appel "Pour la solidarité !" et non "Pour la sécurité !".

Dans le même temps, les experts américains faisant autorité estiment que les États-Unis doivent se préparer à une situation dans laquelle Washington devra compter non pas tant sur l'OTAN, mais plutôt sur une coalition de membres individuels intéressés de l'alliance qui représentent la plus grande valeur pour les Américains, pour résoudre leurs tâches stratégiques. L'application pratique de cette approche est visible dans la création de la nouvelle alliance militaro-politique entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie, AUKUS.

L'Alliance de l'Atlantique Nord, estiment les analystes américains, a besoin d'une nouvelle approche de la planification des forces, fondée sur une évaluation réaliste des menaces, des plans et des budgets clairs. L'OTAN doit analyser activement l'évolution des capacités des trois superpuissances mondiales et introduire un régime de consultation sur la menace croissante que représente la Chine, plutôt que de se concentrer uniquement sur la Russie ou les menaces terroristes qui pèsent sur l'Europe.

Ainsi, l'approche ajustée des États-Unis vis-à-vis de l'Afghanistan, malgré l'échec de la "sortie discrète" envisagée du pays, suggère que la tâche de démêler le nœud afghan soit laissée à d'autres États, en comptant également sur le fait qu'il deviendra un problème pour les adversaires géopolitiques des États-Unis, la Russie et la Chine. Washington prévoit d'utiliser les ressources libérées en Afghanistan pour la compétition avec eux pour le leadership mondial.

 

samedi, 25 septembre 2021

Le Brésil adhèrera-t-il à l'OTAN ?

cover-r4x3w1000-5c9d50c69cc7a-699b4905564c58afb47fa21eb14b7adc1dcc3a7b-jpg.jpg

Raphael Machado:

Le Brésil adhèrera-t-il à l'OTAN ?

Ex: http://novaresistencia.org/2021/09/23/

Joe Biden a offert au Brésil la position de partenaire non membre de l'OTAN, l'alliance militaire atlantiste créée pendant la guerre froide pour faire face à l'URSS et qui sert aujourd'hui à affronter la Russie et la Chine. Mais quelles sont les conditions ? Et cela servirait-il l'intérêt national du Brésil ?

Il y a quelques jours, l'hémisphère occidental a été surpris par l'invitation faite au Brésil de devenir un "partenaire mondial" de l'OTAN. Le Brésil n'est pas le premier partenaire militaire ibéro-américain de l'OTAN et des États-Unis. Dans la pratique, il y a actuellement trois pays de notre continent qui sont dans l'orbite de l'OTAN : l'Argentine, la Colombie et le Brésil.

À titre d'introduction, les relations de l'Argentine avec l'OTAN ne datent pas d'hier. L'Argentine a participé activement à la guerre du Golfe, a pris part aux opérations militaires en Bosnie et au Kosovo, ainsi qu'à de nombreux exercices et accords dans les années 1990. Toute la géopolitique argentine de la période Menem est marquée par un rapprochement avec les États-Unis, par une vassalité vis-à-vis des puissances atlantiques et par une volonté d'intégrer l'OTAN, pour finalement obtenir le statut d'allié non membre. Curieusement, le gouvernement brésilien, à l'époque sous le commandement du libéral Fernando Henrique Cardoso, a même critiqué le rapprochement de l'Argentine avec l'OTAN, affirmant que cela introduirait des éléments externes complexes dans le contexte de la sécurité régionale et entraverait les débats sur la construction d'un système de défense commun pour le Mercosur, ce qui semble en fait s'être produit, puisque c'est un thème qui a été oublié jusqu'à ce qu'il soit relancé par l'UNASUR.

Cependant, dès le début du gouvernement Lula, le Brésil a entamé un processus de rapprochement avec l'OTAN, initialement dans les domaines économique, logistique et matériel, sous la justification de l'ouverture de marchés pour l'industrie brésilienne. Une chose qui, en soi, et si elle s'arrêtait là, ne serait pas si problématique. Mais le Brésil a continué à être courtisé. Rappelons même que le Brésil faisait déjà partie d'un pacte militaire atlantique, le traité de Rio, qui prévoit que les membres défendront militairement tout pays, membre du pacte, qui serait attaqué par une puissance extérieure. À première vue, ce sont des termes raisonnables, mais le seul pays américain susceptible d'être attaqué par un État étranger est les États-Unis, celui-là même qui provoque la plupart des guerres, ce qui rend le traité de Rio douteux du point de vue de l'intérêt national des États ibéro-américains.

En complément, en 2018, la Colombie est devenue un partenaire global de l'OTAN, un niveau de coopération supérieur à celui d'un allié non membre. Cette décision est également intervenue après des années de rapprochements et d'accords entre les pays. Dans le cas de la Colombie, elle est intervenue au moment le plus tendu des relations avec le Venezuela, à la suite de manœuvres militaires conjointes entre le Pérou, la Colombie et le Brésil avec le soutien du Pentagone.

1040422737_0 187 2213 1364_705x375_80_0_0_064adbc5dddf7589588c36917ffc6d9f.jpg

Or, le projet d'intensifier le rapprochement entre le Brésil et l'OTAN intervient juste après la victoire électorale de Bolsonaro. Le secteur des relations internationales du gouvernement brésilien compte plusieurs personnages aux tendances millénaristes olaviennes, qui croient en un caractère salvateur et moral de l'OTAN (en tant que rempart contre la "menace communiste") et considèrent donc qu'il est essentiel que le Brésil s'aligne sur l'OTAN pour lutter pour le salut de la "civilisation occidentale".

Il est important de se rappeler qu'une alliance militaire est toujours dirigée contre un ennemi spécifique. Il n'y a pas de pacte militaire dans l'abstrait, même si l'ennemi n'est pas ouvertement déclaré, il y a toujours un ennemi en tête dans le chef de toute alliance militaire. Dans le cas des relations militaires avec les pays d'Amérique du Sud, la cible régionale est évidemment le Venezuela. C'est pourquoi, au-delà des délires millénaristes olaviens, il n'y a aucun avantage à cette association toujours plus étroite avec l'OTAN. Ce sont les États-Unis qui ont besoin de nous et qui veulent nous instrumentaliser contre une nation insoumise. Nous n'avons pas besoin des États-Unis pour les questions de sécurité régionale, car le Brésil n'a pas de problèmes majeurs de sécurité d'urgence impliquant des menaces émanant d'États étrangers, à l'exception de la menace américaine elle-même.

C'est donc dans ce contexte qu'intervient la décision de Trump de désigner le Brésil comme un allié non membre de l'OTAN en 2019. Notons que la liste des pays ayant ce statut est précisément la liste des pays non européens classiquement reconnus comme vassaux des États-Unis. Certains essaient de lire ce rapprochement comme ayant une importance purement commerciale, mais nous ne pouvons pas être d'accord avec ce point de vue. Elle a ouvert la possibilité de partenariats qui pourraient rendre le Brésil dépendant des systèmes de défense américains. Il s'agit d'une question fondamentale qui transcende le simple commerce, car celui qui vend de la technologie militaire possède également les moyens de faire face à cette technologie militaire. Ainsi, dans un scénario où une bonne partie des armes et des systèmes de défense brésiliens proviendraient des États-Unis, ils seraient pratiquement inutiles contre les États-Unis, précisément le pays du monde le plus susceptible de nous envahir ou de nous bombarder (comme ils ont déjà menacé de le faire à plusieurs reprises par le passé).

À titre d'exemple de la déviation de la tradition diplomatique brésilienne, il y a quelques mois, le Brésil a participé à un exercice militaire dans la mer Noire ukrainienne, un exercice dirigé contre la Russie, évidemment. De quelle manière la participation à cet exercice aurait-elle servi les intérêts du Brésil? L'inclusion du Brésil dans l'OTAN va à l'encontre de la politique de défense nationale brésilienne, qui souligne l'importance de l'Atlantique Sud (le concept d'"Amazonie bleue") et la construction de partenariats militaires avec d'autres pays de l'Atlantique Sud, notamment africains, pour protéger les ressources de la région. Cependant, cette politique va précisément à l'encontre des intérêts des pays de l'Atlantique Nord qui ont encore des possessions dans l'Atlantique Sud ou convoitent les ressources régionales.

imagesamazoniaazul.jpg

Nous en arrivons donc au développement le plus récent, avec l'invitation de Joe Biden. L'idée est d'élever le Brésil au rang de partenaire mondial, au même titre que la Colombie. Cela impliquerait même la possibilité d'une participation active du Brésil aux actions militaires de l'OTAN dans le monde. En échange, les États-Unis veulent que le Brésil empêche Huawei d'entrer sur le marché de la 5G au Brésil.

Maintenant, ni le blocage de Huawei n'intéresse le Brésil, ni l'entrée dans l'OTAN ne nous intéresse. Les États-Unis utilisent l'argument selon lequel la Chine peut utiliser cette technologie pour espionner les pays, mais le Brésil est victime de l'espionnage américain depuis des décennies, les récents scandales étant encore frais dans la mémoire. Pour Bolsonaro, il est important de plaire aux États-Unis en ce moment pour obtenir le soutien international dont il a tant besoin en cette période de crise intérieure maximale. D'autre part, la Chine est actuellement le principal partenaire économique du Brésil. En d'autres termes, en pratique, le Brésil perd avec cette approche, mais Bolsonaro peut avoir une petite victoire et les États-Unis une grande victoire.

Dans le contexte général, il s'agit donc, de la part des États-Unis, de faire face à l'expansion du projet Belt & Road (et de la Chine en général) à travers l'Atlantique Sud, ce qui, à l'heure du repli dans plusieurs autres zones géostratégiques de la planète, est fondamental pour les États-Unis. Après tout, nous sommes son "arrière-cour", comme il est devenu populairement connu.

Mais l'OTAN, relique de la guerre froide et incompatible avec un monde qui évolue vers la multipolarité, est une alliance qui a de moins en moins de prestige. Le retrait inattendu des États-Unis d'Afghanistan, faute de coordination avec leurs alliés, abandonnant ces derniers pour faire cavalier seul, a fait baisser le prestige militaire américain et terni l'image de Biden. Aujourd'hui, les dirigeants européens réfléchissent à nouveau à l'autonomie stratégico-militaire, mais tout dépendra des résultats des élections en Allemagne et en France.

La conclusion est donc qu'il n'est pas dans l'intérêt du Brésil de se rapprocher encore plus de l'OTAN. Nous perdrions plus que nous gagnerions. Ce sont les États-Unis qui ont besoin de nous. Il en va de même pour l'Argentine et la Colombie. Ce qui nous intéresse, c'est de recommencer à discuter, entre voisins, des questions fondamentales de la défense et de la sécurité ibéro-américaines, et de la manière de les résoudre de façon coordonnée.

Source : Diario La Verdad

dimanche, 19 septembre 2021

Ce que l'élargissement de l'OTAN pourrait coûter

h_4_upl_1167281_78ef_otan1.gif

Ce que l'élargissement de l'OTAN pourrait coûter

Leonid Savin

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/vo-chto-mozhet-oboytis-rasshirenie-nato

L'un des principaux groupes de réflexion américains en matière de sécurité et de politique étrangère, le Center for Strategic and International Studies, a présenté le 8 septembre 2021 une étude sur l'élargissement de l'OTAN.

L'étude a porté principalement sur les besoins des forces armées et les coûts nécessaires qu'ils impliquent. L'aspect même du document est tout à fait symptomatique: alors que les sommets parlent année après année de l'acceptation éventuelle de nouveaux membres ou de leur report, et que les représentants américains et britanniques incitent constamment à la cooptation d'autres nations - ce qui relève de la politique rhétorique, l'analyse rationnelle des avantages et des inconvénients indique déjà une routine systématique, avec des calculs détaillés et la prise en compte des expériences précédentes.

Les auteurs affirment d'emblée que le projet est né du succès de l'OTAN et des changements apportés au système de sécurité européen en raison de la "montée d'une Russie hostile et militairement résurgente". Ils affirment également que la valeur de l'OTAN elle-même, ou son élargissement passé, n'est pas remise en question. "L'objectif de ces discussions est plutôt de renforcer la sécurité des États-Unis et de leurs alliés de l'OTAN et de maintenir la stabilité de l'Europe dans son ensemble. Le partage du fardeau de ces engagements futurs pourrait être une question politique et militaire importante."

En effet, le montant de la contribution de chaque pays a fait l'objet d'un débat animé entre les membres de l'alliance au cours des dix dernières années. Il est clair que l'auteur soulève délibérément la question à l'avance afin que les décideurs disposent de suffisamment de temps pour élaborer les mécanismes et les options nécessaires. Le rapport se concentre sur cinq pays - la Géorgie, l'Ukraine, la Bosnie-Herzégovine, la Finlande et la Suède. "Trois de ces pays - la Géorgie, l'Ukraine et la Bosnie-Herzégovine - cherchent activement à devenir membres. La Finlande et la Suède ne cherchent pas à adhérer et restent attachées au non-alignement."

Bien que le désir de la Bosnie-Herzégovine soit discutable en raison de la nature anti-OTAN de la Republika Srpska ainsi que du statut spécifique de l'entité fédérale elle-même avec une souveraineté limitée, il est par ailleurs vrai que l'expérience du Monténégro et de la Macédoine a montré que les petits pays des Balkans peuvent être absorbés par l'OTAN assez rapidement si les bonnes conditions pour cela ont été préalablement créées, c'est-à-dire s'il y a présence de leurs agents d'influence dans les organes directeurs clés du pays. Ce faisant, les auteurs mettent en évidence un surprenant dilemme associé aux États européens.

"Les pays non membres de l'OTAN sont bien placés pour répondre aux situations de crise, aux contingences à petite échelle et à la coopération en matière de sécurité, car ils ont effectué de nombreuses missions de ce type depuis la fin de la guerre froide. Pour les opérations à grande échelle, les capacités sont sévèrement limitées. Par rapport à la Russie, les coûts et les forces des pays non membres de l'OTAN sont beaucoup plus importants. Toutefois, l'OTAN a du mal à déployer des forces, même modestes. L'OTAN, qui a déployé 40 divisions (environ 360 bataillons de combat) en Europe du Nord pendant la guerre froide, a eu du mal à déployer quatre bataillons dans les pays baltes."

En d'autres termes, les membres non membres de l'OTAN sont eux-mêmes tout à fait capables de combattre. La question est de savoir qui ils considèrent comme une menace et contre qui ils ont l'intention d'utiliser leurs forces armées. De toute évidence, si un chapitre entier est consacré à la Russie dans l'étude, le pays n'est pas simplement sous-entendu, mais est présenté comme un agresseur possible contre lequel une stratégie de défense collective est nécessaire. Par conséquent, les convictions des États non membres de l'OTAN quant aux intentions ambitieuses et agressives de Moscou doivent être maintenues afin de façonner l'opinion publique et d'obtenir le soutien nécessaire des gouvernements.

Pour l'OTAN, en revanche, il a été démontré que les forces armées elles-mêmes et les capacités économiques de ces pays présentent un intérêt significatif. Parce qu'ils permettent des dépenses relativement élevées, ils constituent un atout intéressant pour améliorer les capacités globales de l'OTAN.

swedish_army_soldiers_forces_in_afghanistan_001111.jpg

En Suède, par exemple, on fait valoir à juste titre que l'OTAN présente plusieurs faiblesses, telles que la dépendance à l'égard de la stratégie générale des États-Unis, le chevauchement des responsabilités entre les commandants de l'OTAN, les fournisseurs de troupes et les pays hôtes, qui complique un éventuel renforcement et une éventuelle expansion, la faiblesse relative des membres de l'Est, le manque d'infrastructures en Europe, qui rend problématique les mouvements et les déploiements rapides de troupes, et le manque d'équipements pour certains pays.

Les auteurs notent également un problème de lenteur dans la prise de décision. Il est évident que l'élargissement de l'alliance rendra ce processus plus difficile encore. Le choix d'une stratégie politico-militaire en période de conflit a également toujours été difficile.

"Lorsqu'ils examinent le concept de défense, les planificateurs de l'OTAN sont depuis longtemps confrontés à un choix difficile: maintenir une défense avancée qui tient le territoire mais qui est potentiellement fragile, ou mener une défense mobile qui force dans un premier temps le retrait du territoire et nécessite une contre-offensive ultérieure. La défense mobile présente de nombreuses caractéristiques militairement attrayantes et occupe une place importante dans les discussions sur la guerre de manœuvre. La politique, cependant, est une chose compliquée. Les nations sont réticentes à céder tout territoire à un ennemi, même temporairement, si un retrait stratégique peut avoir un sens militaire. Par la suite, les contre-attaques élargissent inévitablement la portée géographique des opérations, et souvent aussi la portée politique. Ces expansions augmentent les enjeux du conflit et peuvent provoquer l'utilisation d'armes nucléaires."

Les discussions précédentes sur cette question ont révélé un consensus certain au sein de l'OTAN sur le fait qu'il devrait y avoir un avantage de trois contre un, voire plus. Il doit également avoir une grande expérience de l'entraînement des troupes pour les opérations mobiles et de la préparation aux pertes civiles et aux pertes de biens. Rien de tout cela n'est observé parmi les membres de l'OTAN, comme l'ont démontré les exercices de ces dernières années et l'"efficacité" de l'OTAN en Afghanistan. Quant aux candidats possibles à l'adhésion à l'OTAN, leur potentiel et leur pertinence géopolitique sont décrits comme suit.

283122.png

La Géorgie. L'OTAN organise des exercices annuels conjoints avec l'armée géorgienne depuis 2016 et maintient un bureau permanent en Géorgie pour "faciliter le dialogue politico-militaire dans la coopération pratique" entre Tbilissi et Bruxelles. Sur le plan militaire, la Géorgie est inférieure aux unités de l'armée russe dans le Caucase dans un rapport de deux à un. Pour que la Géorgie réussisse une opération militaire contre la Russie, même avec la participation de l'OTAN, au moins deux conditions doivent être remplies. 1) La possibilité d'un transport aérien opérationnel de forces armées importantes par des avions de transport militaire. 2) L'implication de la Turquie dans le conflit, y compris le déploiement de troupes sur le territoire turc avec des mouvements ultérieurs vers la Géorgie par voie terrestre et maritime. L'OTAN prévoit également une supériorité aérienne dans un tel conflit. La mise en œuvre de la dissuasion envisagée nécessite également des mesures sérieuses - le déploiement d'une division de l'OTAN, d'une autre division américaine, d'équipements et de composants pour les équipements lourds, et une présence permanente des forces de défense aérienne américaines.

Sept milliards de dollars par an sont nécessaires pour couvrir le coût des infrastructures, du déploiement, de la rotation des troupes et des exercices. La moitié de cette somme incomberait aux États-Unis et l'autre moitié aux membres européens de l'OTAN.

121983.jpg

L'Ukraine présente un cas plus compliqué. Le rapport a été publié avant la signature de l'accord russo-biélorusse du 9 septembre 2021, qui implique également une intégration militaire, et ne tient donc pas compte du rôle du Belarus dans la participation à un conflit potentiel aux côtés de la Russie. Sinon, les évaluations auraient été différentes. Mais là encore, les auteurs fantasment sur une agression russe et citent un scénario de simulation dans lequel les troupes russes prennent le contrôle de la rive gauche de l'Ukraine, encerclant l'armée ukrainienne, qui tenterait de défendre Kharkov et un certain nombre de villes de l'Est. Bien que, dans ce scénario, l'aviation de l'OTAN soit en mesure de frapper les troupes russes, elle ne pourrait pas les arrêter. Il faudrait à l'OTAN trois mois pour créer les conditions d'une contre-attaque, mais la Russie riposterait avec des armes nucléaires tactiques. Le renforcement de la sécurité de l'Ukraine nécessitera le déploiement permanent de trois brigades (une américaine, deux de l'OTAN), l'achat et le déploiement d'équipements, le déploiement d'une brigade de défense aérienne, la mise à disposition d'instructeurs et de personnel de commandement américains (250 personnes), de deux escadrons de l'US Air Force et d'un de l'OTAN. Tous ces besoins nécessitent 27 milliards de dollars.

Le facteur Donbass avec la population russophone de l'Ukraine est également pris en compte. La répression du soulèvement devrait être une affaire coûteuse. Pour le "maintien de la paix", 98 milliards de dollars sur cinq ans et 130 milliards de dollars supplémentaires sur cinq ans pour les opérations anti-insurrectionnelles seront nécessaires. L'expérience de l'Irak et de l'Afghanistan (avec probablement une composante de corruption au profit des entreprises contractantes américaines) a été prise en compte dans les calculs.

En Bosnie-Herzégovine, le principal problème est la population serbe et la position de la Serbie elle-même. On suppose qu'il sera nécessaire de résister aux interférences, ce qui nécessitera 24,6 milliards de dollars. Il est révélateur que dans le cas de la Bosnie-Herzégovine, on dise qu'elle est déjà membre de l'OTAN et qu'il faudra y maintenir des troupes et l'ordre public.

La Suède. Là encore, les auteurs laissent libre cours à leur imagination. "Dans un conflit de l'OTAN avec la Russie, comme l'invasion russe des États baltes, la Suède serait profondément impliquée. Comme la Finlande fait office de tampon contre la Russie, une attaque depuis la terre est hautement improbable. Au lieu de cela, la Suède sera confrontée à trois tâches défensives: se défendre contre les attaques aériennes et les missiles russes, défendre son vaste territoire contre les infiltrations russes, et protéger l'île de Gotland et d'autres infrastructures clés afin que les forces armées de l'OTAN puissent les utiliser pour défendre l'entrée de troupes dans les États baltes et ailleurs." Cela nécessite le prépositionnement d'avions et de moyens de défense aérienne pour couvrir le Gotland et un certain nombre de positions en Suède. Cela coûterait 3,2 milliards aux États-Unis et l'OTAN devrait ajouter 6,4 milliards supplémentaires. Il est noté que "outre les tâches purement militaires, la Suède est confrontée à des problèmes militaires et politiques en adhérant à l'OTAN: l'adhésion à l'OTAN ne garantit pas simplement le territoire suédois contre une agression extérieure - elle exige également que la Suède s'engage dans des conflits avec d'autres pays, ce qu'elle n'a pas fait depuis le XVIIIe siècle". Cela dissuadera Stockholm de prendre une telle décision.

1037327566_19 143 1628 1013_1000x541_80_0_0_8f850aa177e2738d40c3efaebe747ee6.jpg

La Finlande coopère activement avec les pays occidentaux, notamment en participant à des manœuvres avec l'OTAN et les États-Unis. Les Finlandais ne sont vraisemblablement pas intéressés à inviter des troupes étrangères sur leur territoire, afin de ne pas provoquer la Russie. Afin de justifier d'une manière ou d'une autre le conflit russo-finlandais, les auteurs avancent une version concernant l'occupation des îles Aland, à laquelle Helsinki devra répondre. Mais la Finlande ne dispose ni d'avions de combat de la classe nécessaire pour résister à la Russie, ni d'un système de défense aérienne. Et si l'OTAN veut venir à la rescousse, cela prendra beaucoup de temps en raison de la géographie et de la distance. Pour une dissuasion minimale, un peu plus d'un milliard serait nécessaire, et pour un renforcement plus qualitatif, 5,3 milliards seraient nécessaires. Mais, comme la Suède, la Finlande devra s'accommoder de son nouveau rôle.

Bien que la solution politique et les questions techniques relatives aux nouveaux membres restent hypothétiques, le rapport montre clairement l'intention des États-Unis non seulement de présenter la Russie comme une menace future et un ennemi des pays européens, mais aussi de donner l'impression que les pays clients et les États relativement neutres sont désespérés et n'ont aucune alternative.

jeudi, 09 septembre 2021

Les atlantistes ont vendu le Panshir pour faciliter les accords du maître américain

D8AB708B-B103-48D5-9FEA-C79E867919D7-2048x1536.jpeg

Les atlantistes ont vendu le Panshir pour faciliter les accords du maître américain

Augusto Grandi

Ex: https://electomagazine.it/

Et si la fuite des Américains de Kaboul n'était pas seulement une fuite mais une stratégie précise d'entente avec les Talibans ? Cela expliquerait la décision de laisser sur le terrain une quantité impressionnante d'armes sophistiquées et coûteuses qui vont maintenant permettre aux "étudiants coraniques" d'éliminer les poches de résistance dans le Panshir. Parce que les militaires yankees ont détruit un hélicoptère et quatre véhicules blindés à l'aéroport de Kaboul pour faire une mise en scène devant les caméras, après que les talibans aient pu faire le plein de toutes les armes nécessaires pour contrôler l'Afghanistan. Et il est difficile de croire que l'absence de victimes américaines après les accords signés par Trump soit un accident.

Les États-Unis ne combattaient plus et savaient parfaitement que l'armée régulière afghane fondrait sans même essayer de résister. En remettant aux Talibans toutes les armes fournies par l'Occident. Un jeu sale entre les parties où les victimes des alliés et des serviteurs atlantistes italiens ne comptent pour absolument rien.

En fin de compte, cependant, il s'agit d'une tentative des Américains de se préserver un rôle en Afghanistan, de contrecarrer toute expansion diplomatique russe et, surtout, de saboter le nouveau rôle de Pékin qui, pour Biden, est le véritable ennemi. Les Américains ont formé les forces spéciales des talibans qui combattent les alliés de l'Amérique. Un jeu de miroirs, d'ombres. Mais il vaut mieux ne pas en parler car les parents des victimes italiennes pourraient ne pas être heureux du sacrifice inutile de leurs proches. Envoyés à la mort pour les intérêts de Washington et des atlantistes italiotes.

panshir-resistance-afghanistan-talibans.jpg

Combattants du Panshir: trahis ! Purement et simplement !

D'un autre côté, la situation sera pire pour les combattants du Panshir, qui étaient autrefois les plus fidèles alliés de Washington et qui ont maintenant été abandonnés aux représailles des talibans comme monnaie d'échange entre Biden et le nouveau gouvernement de Kaboul. Un destin inévitable quand on fait confiance aux États-Unis. Les faux défenseurs de la liberté qui, au nom de leurs sales intérêts, ont d'abord roulé l'Espagne, puis le Mexique, volant des terres ici et là, de la Californie aux Philippines. Mais l'Italie avait elle aussi cru aux promesses de Washington sur l'autodétermination des peuples, pour se faire voler Fiume et la Dalmatie à la fin de la Première Guerre mondiale.

Ce gouvernement italien atlantiste est la cause de son propre malheur. Mais le gouvernement de la clique jure allégeance à Washington et l'opposition n'est pas différente. Tous des atlantistes de la première heure, tous à la recherche d'une invitation aux Etats-Unis pour embrasser la pantoufle sacrée à la Maison Blanche. Le sacrifice du Panshir vaut bien une photo avec Biden ou Trump. Les soldats italiens qui sont morts en Afghanistan pour faire plaisir à l'allié américain méritent bien un selfie au Capitole. Les atlantistes du monde entier s'unissent et font une génuflexion devant le maître américain.

Soldati italiani uccisi in Afghanistan draghi eroi- foto Ansa-2.jpg

mardi, 10 août 2021

L'OTAN, l'alliance militaire qui est devenue religion

OTAN_75 aniversarioDEF_0.jpg

L'OTAN, l'alliance militaire qui est devenue religion

Ex: https://piccolenote.ilgiornale.it/51872/la-nato-lalleanza-militare-che-si-e-fatta-religione

Un article intéressant de Jon Schwarz dans The Intercept retrace l'histoire de l'OTAN et réfléchit à sa pertinence aujourd'hui. Il rappelle que l'OTAN est née dans l'urgence après la Seconde Guerre mondiale, en 1949, à une époque où l'Europe était détruite et où "la puissance des États-Unis était si prépondérante qu'elle pouvait simplement dicter leur conduite à ses alliés".

Les interlocuteurs de Washington étaient si impuissants que l'Alliance a été discutée "en secret pendant quinze jours au Pentagone". D'où le rôle prépondérant des États-Unis, auxquels les alliés sont de facto attelés.

Bien sûr, il y avait un risque que l'Union soviétique et le communisme s'étendent au Vieux Continent, notamment en raison de la force des partis communistes occidentaux. Mais Schwarz rappelle que les victimes russes de la guerre étaient au nombre de 27 millions, soit un Russe sur six. Un tribut de sang pour lequel "même Staline aurait eu du mal à motiver son propre pays à se lancer immédiatement dans une autre aventure similaire".

L'OTAN, le Pacte de Varsovie et la guerre froide

De plus, les partisans de l'OTAN considèrent l'Alliance comme une réponse indispensable à la guerre froide imposée par les Russes. Mais l'histoire nous dit le contraire, puisque le Pacte de Varsovie est né six ans plus tard. Ainsi, "une lecture plus fidèle de l'histoire suggère que la formation de l'OTAN a contribué à intensifier et à institutionnaliser la guerre froide" plutôt qu'à l'endiguer.

Le Pacte de Varsovie reflète le modèle antagoniste de l'OTAN, ne différant que par le numéro de l'article engageant les pays membres à la défense mutuelle : non pas l'article 5, mais l'article 4.

Logo_The_Warsaw_Pact.jpg

L'objectif déclaré de l'OTAN était de se défendre contre la menace de l'Union soviétique et du communisme en général, y compris les partis communistes de l'Ouest, que l'organisme militaire devait empêcher d'accéder au pouvoir, en prodiguant "confiance et énergie" aux forces démocratiques, avec des déclinaisons encore à découvrir dans les méandres obscurs de l'histoire de l'Italie (stratégie de la tension, etc.) et de celles des autres pays.

Mais l'objectif implicite de l'OTAN, et du Pacte, était de faire des pays adhérents des satellites de leurs dominateurs respectifs, les États-Unis et l'Union soviétique. D'autre part, depuis l'époque de la Ligue Delio-Atlantique, "accorder une protection est le moyen essentiel par lequel les pays puissants lient à eux les pays moins puissants". En d'autres termes, il s'agissait de structurer et de garantir l'irrévocabilité de la "sphère d'influence" des deux puissances.

L'OTAN ne s'arrête pas, elle se transforme

Une fois l'Union soviétique dissoute, l'ennemi qui rendait l'OTAN nécessaire a disparu et elle aurait dès lors dû se dissoudre. Au contraire, ses objectifs ont changé, la rendant indispensable pour faire face aux nouvelles menaces, qui auraient certainement pu être traitées par des moyens différents qui, tout en préservant la convergence du plus grand nombre, auraient été moins contraignants pour les États subordonnés.

"Le temps a donné raison aux critiques les plus virulents de l'OTAN, qui affirmaient qu'elle était surtout un instrument agressif de la puissance américaine". La nouvelle doctrine a en effet permis à l'OTAN de s'engager dans des guerres d'une nature différente de celle envisagée par ses premiers impulseurs : il ne s'agit plus de la défense d'un État membre, mais de guerres agressives, légitimées de diverses manières sous l'égide de l'ONU, comme la guerre en ex-Yougoslavie et en Libye.

B9725089373Z.1_20201030151100_000+GNLGVKB6O.1-0.jpg

La subordination de l'OTAN à la doctrine des guerres sans fin a donc généré de nouvelles critiques dans le monde, tandis que d'autres ont été produites par des événements moins conflictuels, mais non moins déstabilisants, comme l'élargissement de l'alliance militaire en Europe de l'Est.

L'élargissement en Europe de l'Est

Une expansion qui a d'ailleurs rompu le pacte passé avec l'ancien ennemi, comme le note The Intercept, rappelant la promesse solennelle faite par James Baker, le secrétaire d'État de George H. W. Bush, à Gorbatchev, qui lui avait fait une promesse de paix. Bush, en effet, avait émis cette promesse à Gorbatchev, qui avait demandé d'éviter l'élargissement de l'OTAN dans l'ancien espace soviétique, que Moscou aurait perçu comme une menace existentielle.

James Baker a rassuré son interlocuteur "non pas une mais trois fois que cela ne se produirait pas". Pas un pouce de la juridiction militaire actuelle de l'OTAN ne s'étendra en direction de l'Est", avait-t-il promis. Depuis lors, la quasi-totalité de l'Europe de l'Est a été absorbée par l'Alliance.

"La Russie, note The Intercept, a accueilli de tels événements avec le même enthousiasme que celui qu'auraient les États-Unis si le Mexique, le Canada et un Texas nouvellement indépendant se joignaient à une alliance militaire dirigée par la Russie.....

Aujourd'hui, "l'OTAN regarde plus loin, son horizon est la planète entière", à tel point qu'elle a mis la Chine, qui se trouve sur les rives du Pacifique, dans sa ligne de mire. Et comme par le passé, elle poussera d'autres pays à la rejoindre en les convainquant de diverses manières. Et "tout comme l'OTAN a contribué à créer la guerre froide à l'époque, elle est en train d'en créer une autre aujourd'hui".

otanmch.jpg

La religion otaniste

La remarque finale de Schwarz est très pertinente: "Tragiquement, il n'y a pas de débat à ce sujet, ni aux États-Unis ni en Europe. Comme l'a dit Biden, le petit nombre d'élites impliquées dans ces débats considère l'OTAN comme une instance 'sacrée'."

"De même, lorsqu'il a préconisé la création de l'OTAN, le ministre britannique des Affaires étrangères de l'époque, Ernest Bevin, a déclaré qu'elle était nécessaire pour 'le salut de l'Occident'."

"Aussi étrange que cela puisse paraître aux gens normaux, pour les élites occidentales, l'Otan est devenue une institution de nature religieuse et ne peut donc être remise en question, pas plus que le pape n'est ouvert au débat sur la Sainte Trinité. Et nous savons tous comment les religions peuvent mener à la guerre".

dimanche, 27 juin 2021

La guerre contre la Russie, un alibi pour accélérer le Reset?

e648b4e_RVc4RTq7ZkP6HegaIh9jk6Vf.png

La guerre contre la Russie, un alibi pour accélérer le Reset?

par Nicolas Bonnal

Pourquoi cette guerre contre la Russie ? Les fous alliés ne savent-ils pas qu’ils s’écroulent économiquement et militairement – et surtout intellectuellement ? Mais au moment où certains optimistes les voient s’écrouler, eux se voient resplendissants, en train de mettre la population européenne au pas. Le traité Tafta qui faisait peur aux naïfs il y a quelques années va être appliqué, et nous sommes plus impuissants que jamais face à des élites devenues folles, et devenues les sectatrices de la secte technognostique (voyez mon premier livre sur internet) de Davos, secte illuminée d’un monde aussi farfelu et irréel (disait Borges le 23 novembre 1944) que celui de ces mêmes nazis.

C’est là qu’on peut juger de l’utilité d’une guerre contre la Russie ; et mon lecteur Alexandre Karadimas (le Grand Reset c’est la pénurie et internet) me dit comme ça en passant que cette guerre – une guerre immobile comme celle de 1984, que l’on ne gagne pas et où l’on ne bouge pas – serait pour ces élites tarées une merveilleuse opportunité, comme dirait Klaus Schwab, pour nous mettre au pas.

En vrac ils pourraient (vous pourrez ajouter ce que vous voudrez naturellement) :

Supprimer le web contestataire et ne garder que le web abrutissant. Voyez Biden qui a fait interdire entre deux gargouillements 17 sites de la résistance.

Ils pourraient passer très vite à la confiscation des logements.

Ils pourraient passer à l’argent numérique encore plus vite que prévu et confisquer nos avoirs bancaires (que faut-il faire ? Acheter des monnaies mais un Gold Reserve Act nous attend au tournant).

Ils pourraient institutionnaliser définitivement les couvre-feux.

Ils pourraient récupérer le nationalisme débile qui est increvable en Europe et le systématiser contre la Russie, non pour envahir ce grand pays, mais pour nous faire mener une vie de crève-misère. Orwell le précise bien dans son livre-phare (un manuel du pouvoir, comme dit Lucien Cerise). Céline a parfaitement compris que le nationalisme est toujours le plus grand ami des Etats, et qu’un Etat totalitaire a toujours à gagner d’un regain de chauvinisme ou de jingoïsme. Et en Europe on n’en n’est jamais très loin.

Ils pourraient mettre en place le camp de concentration électronique, profitant comme toujours de la trouille et de l’abrutissement des populations.

of-ussie.jpg

Attention, cette guerre devra être dosée. Il n’est pas question pour nos bourricots fascisés de vaincre la Russie : il est question de l’utiliser pour nous anéantir humainement, démographiquement (-20% de natalité depuis le Covid) et économiquement. Evidemment en anéantissant leur propre socle matériel ces imbéciles ne pourront écraser ni la Chine ni la Russie. Mais allez chercher une logique chez une secte ; comme disait Borges, les nazis veulent être battus.

Puissent-ils l’être et radicalement, et prochainement.

Orwell et le Reset, en attendant : « Le but primordial de la guerre moderne est de consommer entièrement les produits de la machine sans élever le niveau général de la vie. »

A lire: https://www.dedefensa.org/article/lantirussisme-a-la-lumiere-de-george-orwell

 

 

dimanche, 13 juin 2021

Le menu est uniquement américain, l'Europe n'existe pas!

B9727322746Z.1_20210611195741_000+G1RIACUK8.1-0.jpg

Le menu est uniquement américain, l'Europe n'existe pas!

par Alberto Negri

Source : The Manifesto & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-menu-e-solo-americano-l-europa-non-c-e

Sommet de l'OTAN. La réunion de l'alliance atlantique s'ouvre sous les "meilleurs auspices". Outre l'ennemi numéro un, la Chine, et l'ennemi traditionnel, la Russie, on peut aussi penser qu'une nouvelle campagne humanitaire du front des "démocraties libérales" va s'enclencher pour exporter peut-être davantage de déstabilisation, après l'Afghanistan, l'Irak, la Syrie et la Libye. L'Europe n'aime pas ça, mais elle acquiesce. 

Le sommet de l'OTAN de demain à Bruxelles, précédé du G-7 en Cornouailles, commence par deux ou trois plaisanteries et une chose sérieuse. Ce qui est grave, c'est que le chef du Pentagone, Lloyd Austin, a signé une directive alertant les forces militaires pour qu'elles considèrent la Chine comme le défi numéro un des États-Unis et de l'Occident.

Dans le "paquet" proposé par les Etats-Unis de Biden au sommet de l'OTAN, il y a évidemment aussi la "cible Russie", avec l'idée d'une alliance entre les "démocraties libérales" européennes à déployer contre Pékin et Moscou. L'idée d'un élargissement de l'OTAN vers l'est est toujours présente à l'esprit, ce qui ne fera que raidir le Kremlin en vue du prochain sommet entre Biden et Poutine.

Ce que l'Europe gagne de cette "perspective" de futures relations avec la Russie et la Chine n'est pas du tout clair. Étant donné qu'entre autres choses, l'Alliance atlantique se retire de l'Afghanistan, manoeuvre qui n'a pas été sanctionnée par les pays de l'OTAN mais par les négociations des Américains au Qatar avec les Talibans. Les Européens n'ont rien décidé, sauf le jour de la cérémonie de descente du drapeau.

Cela signifie que les États-Unis, lorsqu'il y a quelque chose à établir, le font par eux-mêmes et le communiquent ensuite aux autres qui doivent engloutir leur menu, qu'ils le veuillent ou non.

Et voici le menu américain. M. Biden a appelé les autres dirigeants à envoyer un message réprobateur contre le "travail forcé" et le traitement réservé par Pékin à la minorité musulmane ouïghoure du Xinjiang. Comme étape supplémentaire, il a présenté une "route de la soie" occidentale. Derrière cet humanitarisme apparent se cache un nouveau piège: les Talibans, qui n'ont jamais été dissociés dans les faits d'Al-Qaïda, et d'Isis, répandu dans la province du Khorasan, peuvent devenir un instrument de déstabilisation avec les djihadistes du Xinjiang musulman.

En laissant peut-être en place la Turquie d'Erdogan, un membre de l'OTAN qui est devenu le grand manœuvrier des djihadistes entre la Syrie et la Libye. En bref, même depuis la défaite en Afghanistan, rien n'est jeté et tout peut être recyclé.

000_1SU9PJ.jpg

Le sommet de l'OTAN s'ouvre sous les "meilleurs auspices". Outre l'ennemi numéro un, la Chine, et l'ennemi traditionnel, la Russie, on peut aussi penser à une nouvelle campagne humanitaire du front des "démocraties libérales" pour exporter peut-être une autre déstabilisation, après l'Afghanistan, l'Irak, la Syrie et la Libye. Une chaîne d'échecs dévastateurs. Et en plus, les États-Unis gagnent économiquement, peut-être nous, Européens, un peu moins.

Parce que l'Europe a "ses" intérêts économico-commerciaux avec la Chine et ne veut pas couper les ponts avec Pékin, à tel point qu'en 2020, la Chine a dépassé les États-Unis et est devenue le premier partenaire commercial de l'Union. La réalité est que les États-Unis, en particulier dans le secteur technologique, font pression sur les Européens: du jour au lendemain, il faut acheter "américain".

Le sommet atlantique de Bruxelles sera l'occasion de réitérer ce message. Nous l'entendrons probablement lors de la rencontre entre Biden et Erdogan, qui a acheté des batteries antimissiles S-400 à Poutine. On en a eu un avant-goût lors de la rencontre dans le port sicilien d'Augusta où, sur le plus grand porte-avions d'Europe, le Queen Elisabeth britannique, le ministre de la Défense Guerini et deux de ses collègues, le Britannique Ben Wallace et le Turc Hulusi Akar, se sont rencontrés. Biden déteste Erdogan mais ils finiront par trouver un accord car la Turquie est opposée à la Russie sur trois fronts, la Syrie, la Libye et l'Azerbaïdjan, et même l'Italie s'arrangera avec Erdogan en échangeant peut-être les parts de gaz d'ENI dans la mer contestée de Chypre avec quelques concessions en Libye où la Turquie a une sorte de protectorat sur la Tripolitaine.

Et nous en arrivons aux blagues. L'existence d'une politique étrangère européenne fait rire tout le monde. Merkel est en liquidation, Macron se porte mal et Johnson est plus transatlantique que jamais grâce au Brexit. S'il est vrai que les États-Unis ont suspendu pour l'instant les sanctions contre le gazoduc North Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne, Washington n'a certainement pas renoncé à faire exploser le projet en nommant Amos Hochstein, un ancien conseiller d'Obama et de Biden, comme envoyé spécial pour les affaires énergétiques.

maxramho.jpg

Hochstein (photo) a siégé au conseil de surveillance du géant ukrainien de l'énergie Naftogaz. Et comme tout le monde le sait, le fils de Biden, Hunter, a été impliqué dans des transactions gazières louches en Ukraine. Hochstein a été l'homme de l'ombre de Biden dans le secteur de l'énergie. Cet ancien officier de l'armée israélienne est celui qui a déjà fait sauter le South Stream avec Moscou (2 milliards de commandes de Saipem) : attention, il n'est pas écologiste, il sponsorise le pipeline Tap.

La dernière histoire nous concerne directement, nous Italiens. Biden a promis à Draghi un soutien total sur la Libye ; le président américain n'est incertain que sur un point: raconter ou non au premier ministre la blague sur la "salle de contrôle italienne" déjà promise par Obama et Trump. Et ce après avoir bombardé Kadhafi en 2011 avec la France et la Grande-Bretagne. Entre-temps, le fils de Kadhafi, Seif Islam, aimerait se présenter à la présidence, soutenu par l'actuel premier ministre Dbeibah qui a dirigé l'une des sociétés d'investissement de Seif. Vous pouvez voir dans quelles mains nous nous trouvons.

lundi, 07 juin 2021

L’Europe: un terrain de jeux de guerre pour la stratégie américano-otanienne

2105-68-cf127-47348.jpg

L’Europe: un terrain de jeux de guerre pour la stratégie américano-otanienne

par Manlio Dinucci, Italie

Ex: https://www.zeit-fragen.ch/fr/archives/2021/

En 2020, la mobilité terrestre des personnes dans l’Union européenne a été paralysée par les verrouillages, principalement à la suite du blocus du tourisme. La même chose s’est produite dans la mobilité aérienne: selon une étude du Parlement européen (mars 2021), elle a subi une perte nette de 56 milliards d’euros et 191 000 emplois directs, plus d’un million dans les industries connexes. En 2021, la reprise s’annonce très problématique. Un seul secteur a fortement accru sa mobilité en allant à l’encontre de la tendance: le secteur militaire.

En ce moment, environ 28 000 soldats passent d’un pays à l’autre en Europe avec des chars et des avions: ils sont engagés dans Defender-Europe 21, le grand exercice de l’armée américaine (et non de l’OTAN) en Europe impliquant 25 alliés et partenaires européens. L’Italie y participe non seulement avec ses forces armées, mais en tant que pays hôte. Dans le même temps, l’exercice Steadfast Defender de l’OTAN est sur le point de commencer, mobilisant plus de 9 000 soldats américains et européens, dont des soldats italiens. Il constitue le premier test à grande échelle des deux nouveaux commandements de l’OTAN: le Joint Force Command, avec son quartier général à Norfolk (USA), et le Joint Support Command avec son quartier général à Ulm (Allemagne). La «mission»du Norfolk Command est de «protéger les routes atlantiques entre l’Amérique du Nord et l’Europe» qui, selon l’OTAN serait menacée par les sous-marins russes; la «mission»du commandement d’Ulm est «d’assurer la mobilité des troupes à travers les frontières européennes pour permettre un renforcement rapide de l’Alliance sur le front de l’Est», menacée par les forces russes d’après l’OTAN.

Pour cette seconde «mission» l’Union européenne joue un rôle important, car l’armée américaine a demandé la création d’un «espace Schengen militaire». Le plan d’action sur la mobilité militaire, présenté par la Commission européenne en 2018, envisage de modifier «les infrastructures (ponts, voies ferrées et routes) qui ne sont pas adaptées au poids ou à la taille des véhicules militaires lourds». Par exemple, si un pont ne peut pas supporter le poids d’une colonne de réservoir de 70 tonnes, il doit être renforcé ou reconstruit. Après avoir alloué une dotation initiale d’environ 2 milliards d’euros à cet effet, en deniers publics soustraits des dépenses sociales, les ministres de la Défense de l’UE (Lorenzo Guerini pour l’Italie) ont décidé le 8 mai d’impliquer les Etats-Unis, le Canada et la Norvège sur le Plan de mobilité militaire de l’UE. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, présent à la réunion, a souligné le fait que «les Alliés non membres de l’UE jouent un rôle essentiel dans la protection et la défense de l’Europe». Ainsi, l’OTAN (21 pays de l’UE sur 27 sont membres de l’OTAN), après avoir chargé l’UE de mener et de financer la restructuration des infrastructures européennes à des fins militaires, prend en fait la gestion de la «Espace Schengen militaire».

militaires_usa_lituanie_sipa.jpg

Dans la région européenne transformée en terrain de parade, l’adaptation des infrastructures à la mobilité des forces US / OTAN est testée dans des essais de guerre incluant «le déploiement de forces terrestres et navales d’Amérique du Nord vers la région de la mer Noire». Ils servent – selon les propos de M. Stoltenberg – à «démontrer la capacité et la volonté de l’Otan à protéger tous ses alliés de toute menace». Le type de «menace» a également été déclaré par les ministres des Affaires étrangères du G7 (Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne, Allemagne, France, Italie et Japon), qui se sont réunis le 5 mai à Londres. Les sept ministres (Luigi Di Maio pour l’Italie), renversant les faits, ont accusé la Russie de «comportement irresponsable et déstabilisateur, annexion illégale de la Crimée, regroupement des forces militaires à la frontière ukrainienne, utilisation d’armes chimiques pour empoisonner les opposants, activités malveillantes visant à saper le système démocratique d’autres pays, menacent l’ordre international fondé sur des règles». Le fait que le G7 ait formulé ces accusations avec les mêmes mots utilisés par le Pentagone et répétés par l’OTAN, confirme l’existence de la même matrice dans la stratégie de tension poussant l’Europe dans une situation de plus en plus dangereuse.•

samedi, 05 juin 2021

Biden déploie sa machine de guerre

B88690418Z.1_20190501071428_000_G1RIVG1H.6-0_Gallery.jpg

Biden déploie sa machine de guerre

Par Alexander Markovics

« Nous devons nous attendre à une guerre nucléaire ». Ce qui ressemble à un gros titre datant de l'apogée de la guerre froide est aujourd’hui une déclaration tirée du rapport annuel du commandement stratégique américain. En charge des forces nucléaires américaines, les généraux des Etats-Unis considèrent la guerre nucléaire avec la Russie et la Chine comme une possibilité "dans le spectre actuel des conflits". Dans le même temps, 28.000 soldats de 26 nations se déploient sous la direction des États-Unis en Europe de l'Est, à la frontière sud avec la Russie, dans le cadre des manœuvres "Defender Europe 2021", qui se dérouleront du 1er mai au 14 juin. L'Allemagne ne se contente pas de participer à cet exercice de grande envergure, qui peut littéralement être considéré comme un pistolet braqué sur la poitrine de la Russie, mais sert avant tout de zone de déploiement pour les autres pays de l'OTAN et notamment pour les États-Unis. Mais quel est le contexte politique du déploiement ordonné par Biden en Europe ?

Volodymyr Zelensky - un belliciste dos au mur

A Kiev, le président Zelenskyj bat à nouveau le tambour pour une reconquête du Donbass. En 2014, lorsque l'Occident a organisé un coup d'État contre le président sortant Ianoukovitch et a commencé à organiser des pogroms contre la population russe dans l'est et le sud-est du pays pour forcer une guerre avec la Russie, non seulement la Crimée mais aussi certaines parties du Donbass se sont séparées suite à un soulèvement populaire. L'accord de Minsk qui a suivi a établi un cessez-le-feu entre l'Ukraine et les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk à l'est. Outre le retrait des armes lourdes de la région frontalière et un échange de prisonniers, Kiev s'est engagé à réviser sa propre constitution et à accorder aux deux États de l'Est une autonomie qui conduirait à terme à leur réadmission dans l'Ukraine. Mais la réalité est loin de ce qui est écrit dans l'accord de Minsk: chaque jour, de pauvres gens meurent dans le Donbass sous les tirs d'artillerie et, plus récemment, de drones des soldats de Kiev. Plus récemment, un enfant de cinq ans y a été tué par des drones. Même un amendement constitutionnel contenant l'autonomie promise ne s'est pas concrétisé jusqu'à présent. La marionnette de Washington à Kiev, Volodymyr Zelenskyj, a quelque chose de tout à fait différent en tête: ce comédien télégénique qu’est Zelenskyj était devenu célèbre en tant qu'artiste de cabaret, il veut maintenant "résoudre" le conflit dans le Donbass avec l'aide de l'OTAN, comme il l'a déclaré début avril. L'Ukraine ne peut plus attendre d'être acceptée dans l'alliance militaire occidentale, a-t-il déclaré, elle veut aussi rejoindre l'UE. Car sur le plan politique, il a désespérément besoin de succès: depuis son écrasante victoire électorale, il a déçu ses électeurs. Ainsi, pour 42% des Ukrainiens, il a été la grosse déception de 2020, ne pouvant ni lutter contre la corruption dans le pays, ni mettre en œuvre la paix promise.

La crise du coronavirus a encore aggravé la situation économique de l'Ukraine. Les scandales tels que les allégations de corruption à l'encontre du fils du président américain Hunter Biden, qui font passer l'Ukraine pour un bordel et une colonie américaine, font le reste. L'Ukraine est plus dépendante que jamais de l'aide financière de l'Occident, et pas seulement dans le secteur de l'armement. Il perd également de plus en plus de partisans dans le pays même, dont récemment l'oligarque Ihor Kolomojskyj. Par suite, une nouvelle flambée de la guerre lui conviendrait parfaitement. Les officiers de l'armée ukrainienne s'efforcent également depuis des mois d'obtenir un soutien pour une guerre contre l'Est. L'armée ukrainienne, disent-ils, est prête, surtout après sa mise à niveau avec des drones et d'autres matériels de guerre provenant de l'Ouest. En clair, au lieu de la paix et du retrait des armes, cela signifierait l'expulsion et le génocide. Mais lorsque, en réponse, Moscou a massé des troupes à la frontière avec l'Ukraine et en Crimée, Zelenskyi s'est attiré les foudres du public. Soudain, l'Ukraine a été menacée par la Russie. Le président ukrainien a alors imploré l'Occident de lui venir en aide. Ce faisant, il a fait le jeu du nouveau chef de guerre à Washington.

724965679.jpg

Car depuis l'investiture du nouveau président américain, le ton des Etats-Unis contre la Russie s'est durci. Si Hillary Clinton ne pouvait expliquer sa défaite face à Donald Trump que par le fantasme de "l'ingérence russe dans l'élection présidentielle", Biden a également eu recours à cet argument non prouvé pour alimenter la peur de la Russie aux États-Unis. De plus, le 15 avril de cette année, Joe Biden a même fait déclarer l'état d'urgence aux États-Unis parce que le service de renseignement extérieur russe, le SWR, aurait été coupable d'une attaque informatique contre les États-Unis. Cette décision a été suivie de l'expulsion de dix diplomates russes et de l'interdiction de négocier des obligations d'État russes. Lorsque, dans le même souffle, Biden souligne qu'il ne cherche pas une escalade avec la Russie, mais veut seulement "réagir de manière appropriée", cela ne peut être compris que comme une farce.

Une crise diplomatique mise en scène

Cette action a entraîné le début d'une crise diplomatique entre l'Occident et la Russie. En Europe également, les États-Unis instrumentalisent leurs alliés pour exercer une pression accrue sur la Russie. L'explosion d'un dépôt de munitions en 2014 a soudainement été utilisée par Prague comme une occasion d'expulser le personnel de l'ambassade russe de la République tchèque. Dans une réaction en chaîne de "solidarité", des diplomates russes ont également été expulsés dans les trois États baltes et en Roumanie. Moscou ne s'est pas laissé faire et a répondu à son tour en expulsant sept diplomates de l'UE. Le point culminant de l'escalade occidentale contre la Russie et ses alliés a finalement été la planification d'une tentative d'assassinat contre le président biélorusse Loukachenko, qui a pu être empêchée par les services russes et biélorusses - plus d'informations à ce sujet dans la rubrique "Objection" de ce numéro de Deutsche Stimme. Le point commun de toutes ces provocations est le fait qu'elles proviennent de l'Occident et sont dirigées contre la Russie. Tout cela ne présage rien de bon pour les futures relations entre la Russie et l'Europe, qui, elle, est devenue un champ de bataille potentiel entre les États-Unis et la Russie et qui demeure dominée par les États-Unis en matière de politique étrangère.

Un déploiement sous le signe de la grande réinitialisation

Globalement, on peut affirmer que les actions et la rhétorique de l'alliance occidentale sous la direction de Joe Biden sont devenues de plus en plus vociférantes et menacent actuellement de dépasser toutes limites. D'un côté, nous voyons un secrétaire américain à la défense transsexuel, un président américain dégringolant des escaliers et lançant des accusations non prouvées d'ingérence dans les élections et dans les affaires américaines. Ce qui semble complètement ridicule à première vue est cependant étayé par des mesures percutantes du côté occidental: les récentes déclarations sur la possibilité d'une guerre nucléaire avec la Russie et la Chine, les expulsions de diplomates russes, le déploiement de l'OTAN dans le sud-est de l'Europe et en mer Noire, ainsi que la tentative d'assassinat d'Alexandre Loukachenko sont autant de quasi-déclarations de guerre contre la Russie qui n'ont pas encore été suivies d'une escalade totale, ce que nous devons avant tout aux nerfs d'acier de Vladimir Poutine et à la retenue de la Russie. Tout cela se déroule sur fond de Great Reset. Deutsche Stimme a consacré un numéro séparé à ce sujet - qui, dans les affaires intérieures des États occidentaux, impose des mesures toujours plus totalitaires de restructuration de la société sous le couvert de la politique ‘’covidiste’’; dans le domaine de la politique étrangère, cela signifie une confrontation toujours plus vive avec des puissances altermondialistes comme la Chine, l'Iran, mais surtout la Russie.

2177379.jpg

L'Allemagne a beaucoup d'enjeux dans ce conflit. L'enjeu n'est pas seulement le gazoduc Nord Stream 2, qui revêt une importance considérable pour la sécurité énergétique du pays, mais l'existence même du peuple allemand. En octobre 2020, l'armée de l'air allemande s'est entraînée à larguer des bombes nucléaires américaines sur le territoire allemand dans le cadre de l'exercice "Steadfast Noon". Sachant que les bellicistes du Pentagone et leurs marionnettes à Kiev travaillent à une escalade ouverte avec la Russie et que l'Occident est apparemment prêt pour la guerre nucléaire, une seule mauvaise décision peut conduire à l'anéantissement nucléaire de l'Allemagne et de l'Europe, comme aux beaux jours de la guerre froide. Dans le contexte des développements actuels, il est d'autant plus important que nous ne nous laissions pas atteler à la charrette de Washington, mais que nous nous prononcions inébranlablement pour un retrait de l'OTAN et pour la paix en Europe. Maintenant que les Verts, la gauche et même une grande partie de l'AfD sont attachés au traité de l'Atlantique Nord et au transatlantisme, c'est la seule tâche de l'opposition nationale de mener une authentique politique de paix pour un futur monde multipolaire.

 

jeudi, 08 avril 2021

L'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN : contre la Russie, les USA sont prêts à sacrifier l'Europe

ob_5d87ba_ukraine-otan-e1550507535162.jpg

L'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN : contre la Russie, les USA sont prêts à sacrifier l'Europe

par Karine Bechet-Golovko

Ex: http://russiepolitics.blogspot.com/2021/04/

Les Etats-Unis déclarent soutenir l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN, alors qu'un conflit militaire est actif sur son territoire et que la question territoriale est discutée par la communauté internationale. De son côté, la Russie prévient que ce pas, non seulement ne réglerait pas la question du Donbass, mais compliquerait encore plus la situation. Finalement, n'est-ce pas le but de ce conflit, n'est-ce pas là le rôle dévolu à l'Ukraine, comme à tous ces pays qui vendent leur souveraineté ? A savoir, devenir un jouet entre des mains, qui l'utiliseront jusqu'à ce qu'il soit cassé. Alors, un autre fera l'affaire. Les pays européens devraient en tirer - d'urgence - les conséquences, avant que d'être mis à la poubelle de l'histoire. Car quel est leur intérêt dans cette folle aventure ?

Depuis le Maïdan, l'Ukraine ne cesse de déclarer son voeu le plus cher d'entrer dans l'OTAN, d'en être un membre actif, véritable à part entière, allant jusqu'à l'absurde. Mais sérieusement, comment un Gouvernement digne de ce nom peut déclarer dans une loi, en 2016, que l'entrée dans l'OTAN est le but principal de la politique nationale ? Comment peut-on s'abaisser au point de même inscrire dans la Constitution ukrainienne en 2019, que le pays va vers une intégration dans l'Union européenne et dans l'OTAN ? Comment peut-on se prostituer à ce point, ouvertement, sans états d'âme, sans sursaut de dignité ? Comment peut-on imposer à son peuple la soumission, l'instrumentalisation, finalement la mise en esclavage au profit d'autres intérêts ?

Depuis, les missions de l'OTAN se sont parfaitement et ouvertement implantées en Ukraine, forment l'armée ukrainienne, qui va ainsi plus efficacement pouvoir tuer des civils à l'Est de son pays. Et ainsi, l'Ukraine permet de maintenir une tension extrême avec la Russie, qu'elle a déjà payée de la perte de la Crimée, qui sans le Maïdan serait toujours ukrainienne, et à ce rythme-là, elle peut conduire la Russie à intégrer le Donbass pour sauver les populations promises à un génocide annoncé, alors que la Russie ne cesse d'en appeler aux Accords de Minsk, selon lesquels le Donbass est et doit rester ukrainien.

140415_i23dg_carte-ukraine-est_sn1250.jpg

Mais lorsqu'un pays joue un jeu qui le dépasse, qu'il ne maîtrise pas, il paie le prix qui lui est imposé par ses maîtres, ceux-là mêmes qui l'on autorisé à entrouvrir la porte de la cour des grands, et cela lui a déjà coûté tellement cher que s'arrêter en cours de route n'est plus possible.

Et le conflit dans le Donbass continue, se renforce maintenant que l'armée ukrainienne a été "formée" par l'OTAN. Et les "va-t'en-guerre", grisés par l'opération fulgurante dans le Haut-Karabakh, d'espérer  répéter l'histoire avec le Donbass. Ils n'ont certainement pas tiré la leçon des aventures géorgiennes, elles aussi en deux temps, qui se sont soldées par une défaite pour eux - la seconde fois, la Russie étant intervenue. Et la Russie, même si elle ne veut pas entrer dans un conflit armé à ses frontières, même s'il est impensable pour elle d'initier un conflit militaire, elle ne pourra laisser massacrer le Donbass, que ce génocide soit commis sous drapeau ukrainien ou derrière l'oriflamme de l'OTAN, elle n'aura d'autre choix que d'intervenir. Les pays membre de l'OTAN devraient réfléchir et se demander quels sont réellement leurs intérêts nationaux dans la région, car ce sont leurs hommes qu'ils peuvent envoyer mourir pour ces intérêts ...

Depuis le temps que l'Ukraine se prépare à entrer dans l'OTAN, depuis le temps que l'OTAN la fait attendre, patienter, la caressant de temps en temps, avant de l'utiliser, puis de la faire à nouveau attendre, la situation pourrait-elle vraiment changer ? Tout dépend de la volonté politique.

Les Etats-Unis déclarent soutenir l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN, car ils soutiennent son "intégrité territoriale", mais la décision doit être prise par les membres de l'OTAN. Traduire : les Etats-Unis veulent continuer à développer le conflit en Ukraine dans le combat contre la Russie, mais c'est aux pays membre de l'OTAN, bien travaillés en avance par la construction de la figure de l'ennemi, de prendre la responsabilité collective de la montée d'un cran du conflit avec la Russie et du risque d'un affrontement direct. Bien loin des Etats-Unis, ce conflit peut engloutir ce qu'il reste de l'Europe.

De son côté, Zelensky, parfaitement briefé, déclare estimer que seule une entrée de l'Ukraine dans l'OTAN permettrait de mettre fin au conflit dans le Donbass.

bnePeople_Ukraine_Zelenskiy_NATO__Secretary_General_Jens_Stoltenberg_.jpeg

Pourquoi ? Parce que la Russie est censée trembler de peur devant l'Occident conquérant dans la fantasmagorie globaliste ... Une fantasmagorie refroidie par une déclaration immédiate du porte-parole du Kremlin. D'une part, Dmitri Peskov prévient que ce genre de décision ne peut se prendre sans l'appui de son peuple, or la population de l'Est du pays est majoritairement opposée à l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN. Cette démarche ne va donc pas, évidemment, calmer la situation intérieure du pays. D'autre part, le ministère russe des affaires étrangères a rappelé que les provocations par l'armée ukrainienne ne cessent d'augmenter sur la ligne de front, mettant en danger les populations civiles, notamment les citoyens russes du Donbass et que la Russie est prête à défendre sa sécurité, quel que soit le scénario. Comme l'a également souligné Peskov et sans entrer dans les détails, la sécurité du pays et des citoyens russes reste la priorité et de l'Etat et du Président personnellement.

Pendant que le discours ne cesse de s'envenimer, des vidéos de témoins sont apparues dans les réseaux sociaux, montrant des blindés de l'OTAN entrant en Ukraine par la Pologne et se dirigeant vers la ligne de front. Cela s'ajoute à l'accumulation de l'artillerie, de l'infanterie, de l'aviation, etc ukrainienne et des "conseillers de l'OTAN" aux frontières du Donbass (voir en détail l'état des lieux par E. Castel ici). En mars 2021, le regroupement des forces ukrainienne et leurs mouvements étaient à peu près celui-ci :

forces mil donbass.jpg

Et comme l'a déclaré aujourd'hui le dirigeant de la république de Donetsk, dans sa conférence de presse diffusée dans l'émission politique 60 minutes, Denys Pouchiline, "en cas d'attaque de l'armée ukrainienne, les forces du Donbass ne s'arrêteront pas à la frontière des anciennes régions de Donetsk et Lugansk.". 

dimanche, 04 avril 2021

États-Unis et Grande-Bretagne : guerre, commerce et piraterie

https _cdn.cnn.com_cnnnext_dam_assets_200917100554-joe-biden-boris-johnson-split.jpg

États-Unis et Grande-Bretagne : guerre, commerce et piraterie

par Cristian Taborda

Ex : http://novaresistencia.org/2021/03/28/

Suite à plusieurs défaites subies dans le monde au cours de ces dernières années, un rapprochement stratégique entre les États-Unis et la Grande-Bretagne s’est opéré récemment, surtout ces dernières semaines, avec l'arrivée au pouvoir de Joe Biden et avec une Grande-Bretagne qui est sortie de l'Union européenne. L'objectif est de préserver autant que possible les possessions et l'influence des grandes puissances atlantistes dans le monde.

Avec la sortie de l'UE, le Royaume-Uni avait l'intention et la prétention de reprendre ses liens privilégiés avec les États-Unis et de forger une alliance stratégique pour en quelque sorte reconstruire l'impérialisme anglo-américain, ou du moins préserver son hégémonie et son contrôle en Amérique et en Europe, face à l'avancée de la Chine et parallèlement au harcèlement contre la Russie. Il ne s’agit plus de préserver cette hégémonie par le consensus et le multilatéralisme, mais dorénavant par la force et la violence économique. Cette position a été rendue publique et ouvertement dévoilée par le gouvernement et le Foreign Office britanniques, ainsi que par les États-Unis et la nouvelle administration de Joe Biden.

Il y a quelques mois, le Premier ministre britannique a annoncé le plus grand investissement dans la défense depuis trente ans, le plus important depuis la "guerre froide", 21,9 milliards de dollars, et il a déclaré que "le Royaume-Uni doit être fidèle à son histoire et soutenir ses alliés", un message direct adressé aux États-Unis. Boris Johnson a d'ailleurs été l'un des premiers dirigeants à féliciter Joe Biden après les élections frauduleuses que furent les dernières présidentielles: "Les États-Unis sont notre allié le plus important et j'espère que nous travaillerons en étroite collaboration sur nos priorités communes, du changement climatique au commerce et à la sécurité", a tweeté Boris Johnson. Pour sa part, M. Biden, dans son discours d'investiture, a rendu la politesse et a appelé à la reconquête des alliances historiques. Cela s'est concrétisé par un appel téléphonique au début de l'année, au cours duquel les Britanniques ont félicité Biden pour son retour dans l'accord de Paris sur le changement climatique et dans l'Organisation mondiale de la santé, dont Trump s'était retiré ; les deux puissances ont également commencé à tracer des lignes directrices pour un accord de libre-échange.

imagesBJJB-Brexit.jpg

Mais l'irruption du coronavirus a compliqué la stratégie. Jusqu'à présent, le principal bénéficiaire de la "pandémie" a été la Chine, qui parvient à imposer son système de contrôle et de surveillance dans le monde entier, et la crise des vaccins provoquée par le consortium pharmaceutique britannique Astrazeneca confère à la Russie de Poutine une influence géopolitique encore plus grande que celle qu'elle avait déjà. La Russie vise en effet à déstabiliser la bipolarité entre les États-Unis et la Chine, avec des avancées dans le développement scientifique et technologique, le contrôle des ressources, par exemple la fourniture de gaz à l'Europe, et la puissance militaire, grâce à ses capacités en matière de missiles balistiques. Un autre point clé est la diplomatie et la gestion par le Kremlin de l'opinion publique mondiale, malgré l'opposition des médias occidentaux hégémoniques. La géopolitique du coronavirus a déstabilisé le pouvoir absolu des Etats-Unis et largement ruiné les prétentions britanniques.

Cette situation a modifié l'humeur de la Grande-Bretagne et des États-Unis, qui commencent à voir leurs "leaderships" vulnérabilisés et délégitimés par la crise du coronavirus. Le déclin des puissances maritimes est en cours.

Celui qui a le mieux décrit, sans le savoir, le fondement de l'atlantisme, soit la puissance par la maîtrise de la mer, ou, comme le dit très justement Peter Sloterdijk, qui a élaboré une "théorie de la mondialisation", c'est Goethe dans Faust :

"Guerre, commerce et piraterie. Ils sont trois en un, inséparables."

Cette phrase résume la politique étrangère britannique et c'est dans un tel contexte que l'on peut comprendre les dernières déclarations de Boris Johnson contre l'Argentine et celles de Biden contre la Russie.

Ils n'ont plus suffisamment d’approbation ou de consensus dans le monde pour "stabiliser" celui-ci à leur guise et à leur avantage, alors ils font recours à la menace et à la coercition, qu'ils n'ont cependant jamais abandonnées. C'est le désespoir de voir qu’il n’est plus possible de revenir à un monde libéral unipolaire, parce qu’un tel monde n'existe plus. "S'il n'y a plus de piraterie possible et plus de commerce libéral, qu'il y ait alors la guerre" semble être la devise du mondialisme aujourd’hui. Et les disciples de ce mondialisme obéissent à l'ordre : Boris Johnson n'a pas hésité à menacer l'Argentine et indirectement l'Espagne quand elle revendique Gibraltar, selon le rapport publié par The Telegraph, disant aussi qu'il utilisera la force pour défendre les îles Malouines, c'est-à-dire utiliser les forces armées pour "assurer la sécurité des 14 territoires d'outre-mer". Territoires par ailleurs usurpés. Elle ajoute qu'elle "dissuadera et contestera les incursions dans les eaux territoriales britanniques à partir de Gibraltar" et "maintiendra une présence permanente dans les îles Falkland, l'île de l'Ascension et les territoires britanniques de l'océan Indien".

southatlanticmapmay_2015.jpg

Presque au même moment, Joe Biden a fait des déclarations dans les médias, qualifiant Vladimir Poutine de "killer" et menaçant de lui faire "payer le prix" pour sa prétendue ingérence dans les élections, ces mêmes élections où plus de morts que de vivants ont voté pour Biden, dans des États où il y a eu plus de votes que d'électeurs, et où le magazine Time a mis en lumière et révélé l'alliance entre le secteur financier de Silicon Valley Big Tech et le parti démocrate pour modifier l'ingénierie électorale en faveur des démocrates par le biais du vote par correspondance avec des contributions importantes. Tout un éventail de fondations ont contribué pour des dizaines de millions de dollars de leurs propres fonds à l'administration des élections. C'est le cas de l'initiative Chan Zuckerberg, qui a apporté 300 millions de dollars dans l’affaire.

D'abord Boris Johnson, puis Joe Biden. Tous deux opèrent en liaison avec des déclarations retentissantes et avec une intentionnalité manifeste. L'un fulmine contre ceux qui ont su résister et affronter l'impérialisme anglo-américain de l'époque, comme l'Argentine de Perón. L'autre fustige ceux qui expriment aujourd'hui une résistance au mondialisme progressiste et à la destruction des valeurs. La distinction entre amis et ennemis est toujours essentielle en politique, ils l'ont bien définie. Tous ceux qui ont osé défendre leur souveraineté et initier une résistance à l'hégémonie anglo-américaine sont des ennemis. L'impérialisme économique a beau se présenter comme égalitaire, avec une rhétorique gauchiste ou un langage inclusif et des drapeaux arc-en-ciel dans une main, il porte toujours le bâton dans l'autre.

Source : Geopolitica.ru

vendredi, 19 mars 2021

Sur le projet OTAN 2030

Atalayar_ Jens Stoltenberg OTAN.jpg

Sur le projet OTAN 2030

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

Dans une lettre ouverte à Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN, plusieurs haut gradés de l'Armée regroupés au sein du Cercle de Réflexion Interarmées s'élèvent contre le projet OTAN 2030 qui affaiblit selon eux la souveraineté de la France. Nous la reproduisons ici. Il va sans dire que nous sommes pleinement d'accord avec cette lettre.

TRIBUNE LIBRE

Le jeudi 18 février 2021 l'étude "OTAN 2030", produite à votre demande, vous a été présentée. Elle indique ce que doivent être les missions de l'OTAN pour les dix prochaines années. D'entrée, il apparaît que toute l'orientation de l'OTAN repose sur le paradigme d'une double menace, l'une russe, présentée comme à l'œuvre aujourd'hui, l'autre chinoise, potentielle et à venir. Deux lignes de force majeures se dégagent de cette étude.

La première, c'est l'embrigadement des Européens contre une entreprise de domination planétaire de la Chine, en échange de la protection américaine de l'Europe contre la menace russe qui pèserait sur elle.

La deuxième, c'est le contournement de la règle du consensus, de plusieurs manières: opérations en coalitions de volontaires; mise en oeuvre des décisions ne requérant plus de consensus; et surtout la délégation d'autorité au SACEUR (Commandant Suprême des Forces Allièes en Europe, officier général américain) au motif de l'efficacité et de l'accélération de la prise de décision.

Mais la lecture de ce projet «OTAN 2030» fait clairement ressortir un monument de paisible mauvaise foi, de tranquille désinformation et d'instrumentalisation de cette "menace Russe", «menace» patiemment créée puis entretenue, de façon à «mettre au pas» les alliés européens derrière les États-Unis, en vue de la lutte qui s'annonce avec la Chine pour l'hégémonie mondiale.

C'est pourquoi, Monsieur le Secrétaire général, avant toute autre considération sur l'avenir tel qu'il est proposé dans le projet OTAN 2030, il est important de faire le point sur les causes et la réalité de cette menace russe, par les quelques rappels historiques ci-dessous.

En effet, l'histoire ne commence pas en 2014, et c'est faire preuve d'une inébranlable mauvaise foi historique concernant les relations euro et américano-russes, que de passer en une seule phrase (au tout début du paragraphe "Russie") directement du "partenariat constructif" lancé par l'Otan au début des années 90 à l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, comme s'il ne s'était rien passé entre 1991 et 2014, entre « la gentille Russie » de l'époque, et le méchant «Ours russe» d'aujourd'hui.

NATO2030-logo-horizontal@4x.png

C'est bien l'OTAN qui, dès les années 1990, s'est lancée à marche forcée dans son élargissement vers l'est, certes à la demande des pays concernés, mais malgré les assurances données à la Russie en 1991 lors de la signature du traité de Moscou (2), et qui d'année en année a rapproché ses armées des frontières de la Russie, profitant de la décomposition de l'ex URSS.

C'est bien l'OTAN qui , sans aucun mandat de l'ONU, a bombardé la Serbie (3) pendant 78 jours, avec plus de 58 000 sorties aériennes, et ceci sur la base d'une vaste opération de manipulation et d'intoxication de certains services secrets de membres importants de l'Alliance, (le prétendu plan serbe « Potkova » et l'affaire de Racak ), initiant ainsi, contre toute légitimité internationale, la création d'un Kosovo indépendant en arrachant une partie de son territoire à un état souverain, au nom du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, humiliant ainsi la Russie à travers son allié serbe.

Ce principe serait-il à géométrie variable, lorsqu'il s'agit de la Crimée composée à plus de 90% de Russes, et rejoignant la Russie sans un coup de feu?

C'est bien l'OTAN qui en 2008, forte de sa dynamique «conquête de l'est», refusa la main tendue par la Russie pour un nouveau « Pacte de sécurité européen » qui visait à régler les conflits non résolus à l'est de l'Europe (Transnistrie, Abkhazie, Ossétie du Sud), en échange d'une certaine neutralité de la Géorgie, de l'Ukraine, de la Moldavie - c'est à dire de l'immédiat « hinterland » russe - vis-à-vis de l'OTAN.

Et c'est toujours avec ce même esprit conquérant, perçu comme un réel étranglement par la Russie, qu'il a été choisi, en 2010, d'encourager les graves troubles de l'« Euromaïdan », véritable coup d'état qui a abouti à l'élimination du président ukrainien légalement élu,  jugé trop pro-russe, en vue de continuer la politique de rapprochement de l'Ukraine avec l'OTAN.

ch-2.jpg

On connaît la suite, avec les sécessions de la Crimée et du Donbass.

C'est bien l'OTAN qui au début des années 2000, après avoir associé la Russie à une défense anti-missiles de théâtre censée « protéger les États-Unis et ses alliés, dont la Russie » , d'une attaque de missiles tirés par des «États voyous» , notamment l'Iran et la Corée du Nord (sic), transforma de facto en 2010 lors du sommet de Lisbonne, ce système en une architecture globale de défense antimissile balistique en Europe (BMDE), non plus de théâtre, mais en un véritable bouclier tourné cette fois-ci contre la Russie et non pas la protégeant.

C'est encore l'OTAN qui donna l'assurance à la Russie que les sites de lancement des missiles antimissiles balistiques (ABM) ainsi déployés devant sa porte ne pourraient jamais être retournés en sites offensifs contre son territoire tout proche, « oubliant de préciser » qu'en réalité ces lanceurs (MK 41) de missiles ABM pouvaient tout aussi bien servir à tirer des missiles offensifs Tomahawk contre son territoire (nucléaires ou conventionnels de portées supérieures à 2000 km selon les versions) en contradiction flagrante avec le traité INF toujours en vigueur à l'époque de leur déploiement; on dépassait là, et de loin la question de savoir si le 9M729 russe portait à 480 km ou à 520 !

La menace potentielle ainsi exercée sur la capacité de frappe en second de la Russie, base de sa dissuasion nucléaire, a sérieusement remis en cause l'équilibre stratégique américano-russe , poussant alors la Russie à suspendre toute coopération au sein du COR (Conseil OTAN-Russie) fin 2013, donc dès avant l'affaire de la Crimée de 2014,  laquelle sera ensuite utilisée par l'OTAN pour justifier – a posteriori – la protection BMDE de l'Europe face à la nouvelle « menace russe » !

Alors oui, Monsieur le Secrétaire général, au terme de ces vingt années d'efforts soutenus de la part de l'OTAN pour recréer « l'ennemi russe», indispensable à la survie d'une organisation théoriquement purement défensive, oui, la Russie a fini par se raidir, et par chercher à l'Est la coopération que l'Ouest lui refusait.

L'entreprise de séparation de la Russie d'avec l'Europe, patiemment menée au fil des années, par vos prédécesseurs et par vous-même sous l'autorité constante des États-Unis, est aujourd'hui en bonne voie, puisque la Russie, enfin redevenue « la menace russe » , justifie les exercices les plus provocateurs comme Defender 2020 reporté à 2021, de plus en plus proches de ses frontières, de même que les nouveaux concepts d'emploi mini-nucléaires les plus fous sur le théâtre européen sous l'autorité de...l'allié américain qui seul en possède la clef.

20178.jpeg

Mais non, Monsieur le Secrétaire général, aujourd'hui, et malgré tous vos efforts, la Russie avec son budget militaire de 70 Md€ (à peine le double de celui de la France), ne constitue pas une menace pour l'OTAN avec ses 1000 Md€ , dont 250 pour l'ensemble des pays européens de l'Alliance! Mais là n'est pas votre souci car ce qui est visé désormais à travers ce nouveau concept OTAN 2030, est un projet beaucoup plus vaste: à savoir impliquer l'Alliance atlantique dans la lutte pour l'hégémonie mondiale qui s'annonce entre la Chine et les États-Unis.

La vraie menace, elle réelle, est celle du terrorisme. L'étude y consacre bien un développement, mais sans jamais se départir du mot « terrorisme », ni en caractériser les sources, les ressorts, les fondements idéologiques et politiques.

Autrement dit, on n'aurait comme menace, en l'occurrence, qu'un mode d'action, puisque telle est la nature du « terrorisme ». On élude donc une réalité dérangeante, celle de l'islamisme radical et de son messianisme qui n'a rien à envier à celui du communisme d'antan. Le problème est que ce même messianisme est alimenté par l'immense chaos généré par les initiatives américaines post Guerre Froide , et qu'il est même porté au plan idéologique tant par la Turquie d'Erdogan, membre de l'Otan, que par l'Arabie Saoudite, allié indéfectible des États-Unis.

Comme on pouvait s'y attendre, il apparaît dès les premières lignes que ce document n'augure rien de bon pour l'indépendance stratégique de l'Europe, son but étant clairement de reprendre en mains les alliés européens qui auraient seulement pu imaginer avoir une once d'un début d'éveil à une autonomie européenne.

Ce n'est pas tout, car non seulement vous projetez de transformer l'OTAN, initialement alliance défensive bâtie pour protéger l'Europe face à un ennemi qui n'existe plus, en une alliance offensive contre un ennemi qui n'existe pas pour l'Europe, (même si nous ne sommes pas dupes des ambitions territoriales de la Chine, de l'impact de sa puissance économique et du caractère totalitaire de son régime) , mais ce rapport va plus loin, carrément vers une organisation à vocation politique mondiale, ayant barre sur toute autre organisation internationale.

imagesOTAN.jpg

Ainsi, selon ce rapport:

-  L'OTAN devrait instaurer une pratique de concertation entre Alliés avant les réunions d'autres organisations internationales (ONU, G20, etc..) , ce qui signifie en clair « venir prendre les instructions la veille» pour les imposer le lendemain massivement en plénière !

- L'OTAN doit avoir une forte dimension politique, qui soit à la mesure de son adaptation militaire. L'Organisation devrait envisager de renforcer les pouvoirs délégués au secrétaire général, pour que celui-ci puisse prendre des décisions concrètes concernant le personnel et certaines questions budgétaires.

- L'OTAN devrait créer, au sein des structures existantes de l'Alliance, un mécanisme plus structuré pour la formation de coalitions. L'objectif serait que les Alliés puissent placer de nouvelles opérations sous la bannière OTAN même si tous ne souhaitaient pas participer à une éventuelle mission.

- L'OTAN devrait réfléchir à l'opportunité de faire en sorte que le blocage d'un dossier par un unique pays ne soit possible qu'au niveau ministériel.

- L'OTAN devrait approfondir les consultations et la coopération avec les partenaires de l'Indo-Pacifique : l'Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la République de Corée,

- L'OTAN devrait commencer de réfléchir en interne, à la possibilité d'établir un partenariat avec l'Inde.

Monsieur le Secrétaire général,

C'est parce que cette organisation lorsqu'elle a perdu son ennemi, n'a eu de cesse que de se lancer à corps perdu dans la justification politique de la préservation de son outil militaire, en se reforgeant son nouvel ennemi russe, qu'elle tend aujourd'hui à devenir un danger pour l'Europe.

Car, non contente d'avoir fait manquer à l'Europe l'occasion d'une véritable paix durable souhaitée par tous, y compris par la Russie, l'OTAN animée du seul souci de sa survie, et de sa justification par son extension, n'a fait que provoquer un vaste réarmement de part et d'autre des frontières de la Russie , de la Baltique à la Mer Noire, mettant en danger la paix dans cette Europe, qu'elle ne considère plus désormais que comme son futur champ de bataille,

Et maintenant, à travers ce document OTAN 2030, et contre la logique la plus élémentaire qui veut que ce soit la mission qui justifie l'outil et non l'inverse - les Romains ne disaient-ils pas déjà « Cedant arma togae » ? - vous voudriez, pour l'avenir, justifier l'outil militaire de cette alliance en le transformant en un instrument politique, incontournable, de gestion de vastes coalitions internationales, au profit d'une véritable gouvernance planétaire, allant même jusqu'à passer outre les décisions de l'ONU et écrasant les souverainetés nationales!

Alors non, Monsieur le Secrétaire général! Il faut stopper ce train fou, avant qu'il ne soit trop tard! La France, quant à elle, dans le droit fil des principes énoncés voici plus d'un demi-siècle par le général de Gaulle, ne saurait, sans faillir gravement, se prêter à cette entreprise d'une acceptation aventureuse de la tutelle américaine sur l'Europe.

Pour le Cercle de Réflexion Interarmées (4), le Général de Brigade aérienne (2S) Grégoire Diamantidis

Notes.

1- Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, structure militaire de l'Alliance Atlantique.

2- Traité de Moscou: ou « traité deux plus quatre », signé le 12 septembre 1990 à Moscou, entre les représentants des deux Allemagnes et ceux des quatre puissances alliées de la Seconde Guerre Mondiale, est le «traité portant règlement définitif concernant l'Allemagne» qui a ouvert la voie à la réunification allemande et fixé le statut international de l'Allemagne unie.

3-Opération «Force Alliée» . Cette opération, décidée par l'OTAN, après l'échec des négociations entre les indépendantistes kosovars et la Serbie sous l'égide de l'OSCE (Conférence de Rambouillet 6 février-19 mars 1999) , fut déclenchée sans mandat de l'ONU, le 24 mars sur la base d'une vaste campagne dans les médias occidentaux, concernant un plan d'épuration ethnique (plan Potkova) mené à grande échelle au Kosovo par la Serbie. Plan qui se révéla par la suite, avoir été fabriqué de toute pièce par les services secrets bulgares et allemands .

4- Le Cercle de Réflexion Interarmées (CRI), est un organisme indépendant des instances gouvernementales et de la hiérarchie militaire. Il regroupe des officiers généraux et supérieurs des trois armées ayant quitté le service et quelques civils et a pour objectif de mobiliser les énergies, afin de mieux se faire entendre des décideurs politiques, de l'opinion publique et contribuer ainsi à replacer l'Armée au cœur de la Nation dont elle est l'émanation.

Source https://www.capital.fr/economie-politique/otan-2030...

jeudi, 25 février 2021

De la surdité culturelle qui caractérise l’Occident

surdite-brusque-idiopathique.jpg

De la surdité culturelle qui caractérise l’Occident


Les élites en viennent à croire leur propre récit – oubliant que celui-ci n’a été conçu que pour être une illusion faite pour capter l’imagination de leur population.


Par Alastair Crooke

Source Strategic Culture

Pat Buchanan a absolument raison : lorsqu’il s’agit d’insurrections, l’histoire dépend de celui qui écrit le récit. En général, c’est la classe oligarchique qui s’en charge (si elle finit par l’emporter). Pourtant, je me souviens d’un certain nombre de personne étiquetées « terroristes » qui sont finalement devenus des « hommes d’État » très connus. Ainsi tourne la roue de l’histoire, comme elle le fait encore.

Bien entendu, le fait de fixer un récit – une réalité incontestable, qui est perçue comme trop sûre, trop investie pour échouer – ne signifie pas qu’il n’est pas contesté. Il existe une vieille expression britannique qui décrit bien cette remise en question (silencieuse) du « récit » alors dominant (en Irlande et en Inde, entre autres). Elle était connue sous le nom d' »insolence muette ». Lorsque les actes individuels de rébellion étaient inutiles et trop coûteux sur le plan personnel, un silencieux et amère dédain, qui en disait long, exprimait cette « insolence muette » pour leurs « seigneurs et maîtres ». Elle rendait la classe dirigeante britannique furieuse car elle lui rappelait quotidiennement son déficit de légitimité. Gandhi a mené cette expression à son plus haut niveau. Et c’est finalement son récit qui est resté le plus mémorable dans l’histoire.

Cependant, avec le contrôle du récit par le Big Tech globalisé, nous sommes parvenus à un tout autre niveau que ces simples efforts britanniques pour nier la dissidence – comme le note succinctement le professeur Shoshana Zuboff de la Harvard Business School :

Au cours des deux dernières décennies, j’ai observé les conséquences de notre surprenante métamorphose en empires de surveillance alimentés par des architectures mondiales de surveillance, d’analyse, de ciblage et de prévision des comportements – que j’ai appelé le capitalisme de surveillance. En s’appuyant sur leurs capacités de surveillance et au nom du profit que leur apporte cette surveillance, les nouveaux empires ont organisé un coup d’État épistémique fondamentalement antidémocratique, marqué par des concentrations sans précédent de connaissances sur nous et le pouvoir sans limites qui en découle.

Mais le contrôle de la narrative a maintenant atteint un paroxysme :

C’est l’essence même du coup d’État épistémique. Ils revendiquent le pouvoir de décider qui sait … [et] qui va l’emporter, en tant que démocratie, sur les droits et principes fondamentaux qui définiront notre ordre social au cours de ce siècle. La reconnaissance croissante de cet autre coup d’État … nous obligera-t-elle enfin à tenir compte de la vérité dérangeante qui s’est profilée au cours des deux dernières décennies ? Nous avons peut-être une démocratie, ou nous avons peut-être une société de surveillance, mais nous ne pouvons pas avoir les deux.

Cela représente clairement une toute autre ampleur de « contrôle » – et lorsqu’il est allié aux techniques anti-insurrectionnelles occidentales de détournement du récit « terroriste », mises au point pendant la « Grande Guerre contre le terrorisme » – il constitue un outil formidable pour freiner la dissidence, tant au niveau national qu’international.

Mais il présente cependant une faiblesse fondamentale.

Tout simplement, quand à cause du fait d’être si investi, si immergé, dans une « réalité » particulière, les « vérités » des autres ne sont plus – ne peuvent plus – être entendues. Elles ne peuvent plus fièrement se distinguer au-dessus de la morne plaine du discours consensuel. Elles ne peuvent plus pénétrer dans la coquille durcie de la bulle narrative dominante, ni prétendre à l’attention d’élites si investies dans la gestion de leur propre version de la réalité.

La « faiblesse fondamentale » ? Les élites en viennent à croire leurs propres récits – oubliant que ce récit a été conçu comme une illusion, parmi d’autres, créée pour capter l’imagination au sein de leur société (et non celle des autres).

Elles perdent la capacité de se voir elles-mêmes, comme les autres les voient. Elles sont tellement enchantées par la vertu de leur version du monde qu’elles perdent toute capacité d’empathie ou d’acceptation de la vérité des autres. Elles ne peuvent plus capter les signaux. Le fait est que dans ce dialogue de sourds avec les autres États, les motifs et les intentions de ces derniers seront mal interprétés – parfois de manière tragique.

Les exemples sont légion, mais la perception de l’administration Biden selon laquelle le temps a été gelé – à partir du moment où Obama a quitté ses fonctions – et en quelque sorte dégelé le 20 janvier, juste à temps pour que Biden reprenne tout à cette époque antérieure (comme si ce temps intermédiaire n’existait pas), constitue un exemple de croyance en son propre mème. La stupéfaction – et la colère – de l’UE, qui a été décrite comme « un partenaire peu fiable » par Lavrov à Moscou, est un exemple de plus de l’éloignement des élites du monde réel et de leur captivité dans leur propre perception.

L’expression « l’Amérique est de retour » pour diriger et « fixer les règles du jeu » pour le reste du monde peut être destinée à faire rayonner la force des États-Unis, mais elle suggère plutôt une faible compréhension des réalités auxquelles les États-Unis sont confrontés : Les relations de l’Amérique avec l’Europe et l’Asie étaient de plus en plus distantes bien avant l’entrée de Biden à la Maison Blanche – mais aussi avant le mandat (volontairement perturbateur) de Trump.

Pourquoi alors les États-Unis sont-ils si systématiquement dans le déni à ce sujet ?

D’une part, après sept décennies de primauté mondiale, il existe inévitablement une certaine inertie qui empêcherait toute puissance dominante d’enregistrer et d’assimiler les changements importants du passé récent. D’autre part, pour les États-Unis, un autre facteur contribue à expliquer leur « oreille de sourd » : L’obsession de l’establishment au sens large d’empêcher l’élection présidentielle de 2020 de valider les résultats de la précédente. Cela a vraiment pris le pas sur tout le reste. Rien d’autre n’a d’importance. Leur obsession est si intense qu’elle les empêche de voir l’évolution du monde, pourtant juste là, devant leur nez.

Cette situation n’est pas unique à l’Amérique. Il est facile de comprendre pourquoi l’UE a été si aveuglée par le fait que Lavrov l’ait qualifiée de « partenaire peu fiable » (ce qu’elle a manifestement été). Yanis Varoufakis, ancien ministre grec, a écrit qu’il avait lui-même essayé de faire entendre à l’UE ses résumés et propositions détaillés concernant la crise financière de son pays : « Ils (l’Eurogroupe) sont restés assis, impavide, sans rien entendre : J’aurais tout aussi bien pu chanter l’hymne national suédois, qu’ils n’y auraient pas accordé plus d’attention », a ensuite raconté Varoufakis. Son expérience montre le modus operandi standard de l’UE. L’UE ne « négocie pas ». Les candidats, qu’ils soient grecs ou britanniques, doivent accepter les valeurs de l’UE et les « règlements du club ».

Le haut représentant Borrell est arrivé avec sa longue liste de plaintes, provenant de 27 États (dont certains ont une liste historique de plaintes contre la Russie). Il a lu les demandes et s’attendait sans doute à ce que Lavrov, comme Varoufakis, reste assis tranquillement, tout en acceptant les réprimandes et les « règlements du club », attitude appropriée à tout aspirant envisageant une sorte de relation de travail avec le « plus grand marché du monde ». Telle est la culture de l’UE.

Puis vint la fameuse conférence de presse, au cours de laquelle l’UE a été qualifiée de « peu fiable ». Toute personne ayant assisté à une réunion d’un organe décisionnel de l’UE connaît le protocole, mais laissons un ancien haut fonctionnaire de l’UE la décrire : « Le Conseil s’occupe des chefs d’État ou de gouvernement – qui relèvent de la haute politique et non de la basse réglementation – lors de sessions à huis clos. Les 28 chefs de gouvernement (avant Brexit) s’appellent par leur prénom et peuvent se retrouver à accepter des décisions qu’ils n’avaient même pas imaginées auparavant, avant de se réunir pour une « photo de famille » devant les caméras du millier de journalistes réunis pour entendre la nouvelle, leur présence rendant « tout échec impossible », puisque chaque sommet (à une seule exception regrettable) se termine par un message d’espoir et de détermination communs. »

Lavrov, comme un cousin de campagne « brut de brut », n’a pas su se comporter comme il faut dans une société européenne polie ; on n’insulte pas l’UE. Oh non !

Varoufakis explique : « Contrairement aux États-nations qui apparaissent comme des stabilisateurs de conflits entre classes et groupes sociaux, l’UE a été créée comme un cartel avec pour mission de stabiliser les marges bénéficiaires des grandes et importantes entreprises européennes. » (Elle a vu le jour sous le nom de Communauté européenne du charbon et de l’acier). « Vu à travers ce prisme, la fidélité obstinée de l’UE à des pratiques qui ont échoué commence à prendre un sens. Les cartels sont raisonnablement bons pour répartir les profits des monopoles entre les oligarques, mais ils sont terribles pour répartir les pertes ». Nous savons également que, contrairement aux États, les cartels résisteront à toute démocratisation ou à toute intervention extérieure dans leur cercle étroit de prise de décision.

Cet incident à Moscou pourrait être quelque peu amusant, sauf qu’il souligne comment le nombrilisme de Bruxelles (d’une manière différente de celui de la Team Biden), produit un résultat similaire : Cela la déconnecte du monde extérieur. Elle « écoute », mais n’entend rien. La stratégie hostile de l’Occident à l’égard de la Russie, comme Pepe Escobar l’a observé dans son analyse stratégique de la position russe, est conditionnée par l’idée que la Russie n’a nulle part où aller – et doit donc se sentir satisfaite et honorée par l’idée que l’UE condescende à « tendre un bras » vers l’Eurasie. Alors qu’aujourd’hui, le centre de gravité géo-économique se déplace vers la Chine et l’Asie de l’Est, il est plus réaliste de se demander si la grande région eurasienne, avec ses 2,2 milliards d’habitants, estime qu’il vaille la peine de tendre un bras vers l’Union européenne.

Ce n’est pas une mince affaire : L’UE qui s’énerve de la manière dont Lavrov l’a rejeté à Moscou est une chose. Mais la possibilité que les États-Unis écoutent, mais n’entendent pas, la Russie et la Chine, en est une autre. Une mauvaise écoute, une mauvaise conception de ces deux États, ramène à des questions de guerre et de paix.

Alastair Crooke

Traduit par Wayan, relu par Jj pour le Saker Francophone

10:57 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, occident, occidentisme, occidentalisme, atlantisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 24 février 2021

La mission impossible de l’OTAN

unnamednato.jpg

La mission impossible de l’OTAN

Par Finian Cunningham

(revue de presse : Information Clearing House – 18/2/21)*

Ex: http://www.france-irak-actualite.com

Il semblerait que les ministres de la défense de l’OTAN se soient réunis cette semaine pour chercher à redéfinir et actualiser la mission de l’alliance militaire. Dit plus simplement, l’organisation cherche désespérément une raison d’être pour son existence. 

Ce bloc militaire de 30 nations dispose d’un budget annuel de plus de mille milliards de dollars, dont les trois quarts sont versés par les Etats-Unis, soit $740 milliards dépensés sur sa propre force. 

La visioconférence qui s’est tenue cette semaine représentait la première prise de contact officielle de l’administration Biden avec les alliés de l’OTAN. Lloyd Austin, le secrétaire américain de la Défense s’est adressé au forum en insistant sur la priorité donnée par le président Biden au renforcement des relations avec les alliés, relations qui s’étaient largement dégradées sous l’administration Trump. 

C’est la même vielle rengaine maintes fois rabâchée par Washington dans le passé : les alliés de l’OTAN doivent dépenser toujours plus pour contrer les prétendues menaces de la Russie et de la Chine. Le même vieux disque rayé.

La seule différence tient dans le style et non le contenu. Alors que Trump demandait de façon rude et acerbe que les membres de l’OTAN injectent plus d’argent, l’administration Biden opte pour une rhétorique plus polie, caressant dans le sens du poil l’importance ‘du partenariat transatlantique’ et promettant d’être plus inclusif dans la prise de décision stratégique. 

Mais, c’est essentiellement la même escroquerie : les Etats-Unis exhortent les états européens à dépenser plus d’argent pour soutenir le complexe militaro-industriel qui maintient artificiellement en vie le défunt système capitaliste. Les Américains ont besoin que les Européens leur achètent des avions de guerre et des systèmes balistiques pour que le capitalisme américain puisse continuer à vivre.

C’est une position difficilement tenable en ce moment, alors que les difficultés économiques se font ressentir et d’énormes défis sociaux apparaissent. Comment justifier une dépense annuelle de mille milliards de dollars sur des machines de guerre improductives ? 

Il va de soi que les soutiens de l’OTAN, essentiellement les Américains, se doivent de réinventer des ennemis comme la Chine et la Russie pour justifier l’existence d’une économie militaire aussi extravagante, sans quoi elle serait vue comme une utilisation insensée et préjudiciable des ressources d’un pays. Ce qu’elle est. 

Cela dit, ce petit jeu de l’épouvantail a de sérieux défauts conceptuels. Le tout premier est que ni la Russie ni la Chine ne sont des ennemis cherchant à détruire les pays occidentaux. Deuxièmement, cette histoire ne tient pas logiquement. Le budget militaire total de l’OTAN est quatre fois supérieur aux budgets combinés de la Chine et de la Russie. Et on voudrait nous faire croire que ces deux pays menacent un bloc de 30 nations alors qu’ils ne dépensent qu’une fraction du budget de l’OTAN en dépenses militaires. 

Autre problème conceptuel pour les VRP de l’OTAN : l’organisation est née il y a huit décennies, au début de la guerre froide. Aujourd’hui, le monde est très différent et reflète une intégration multipolaire croissante tant économique que politique, ou au niveau des communications. 

Les chiffres du commerce publiés cette semaine montre que la Chine a surpassé les Etats-Unis en devenant le premier partenaire commercial de l’Union Européenne. 

La Chine, la Russie, et cette tendance à la coopération économique eurasienne représentent le futur du développement mondial. Malgré leur complaisance occasionnelle envers Washington, les Européens le savent. A la fin de l’année dernière, l’Union Européenne a conclu un accord d’investissement historique avec la Chine, et ce en dépit des objections de Washington. 

Cela sonne en effet le glas du harcèlement américain, qui voyait les Etats-Unis exhorter ses alliés de l’OTAN en inventant des histoires effrayantes d’ennemis étrangers. Le monde ne peut plus se permettre ce gâchis éhonté de ressources face à des besoins sociaux bien plus importants. Il devient de plus en plus difficile de vendre politiquement cette escroquerie qu’est l’OTAN. 

Ce “monde du Mal” dépeint par les conspirationnistes américains ne correspond en rien à la réalité que perçoivent la majorité des gens. Oui, il y a encore des irréductibles de la guerre froide qui rodent encore en Europe, tel que le secrétaire général de l’OTAN le général Jens Stoltenberg et les politiciens russophobes polonais et baltes, mais ils représentent des minorités à la marge. 

La plupart des citoyens est consciente que l’OTAN est une relique du passé, qu’elle n’a plus de raison d’être dans le monde d’aujourd’hui, et face à tous les besoins sociaux pressants, la France et l’Allemagne, les moteurs les plus puissants de l’économie européenne, ont de moins en moins d’inclination vers Washington, même dirigé par un président démocrate apparemment plus amical. 

L’administration Biden peut paraitre plus crédible et cordiale que celle de Trump, mais demander aux autres de dépenser plus militairement et d’antagoniser des partenaires commerciaux vitaux que sont la Chine et la Russie est mission impossible pour une OTAN menée par les Etats-Unis. 

Finian Cunningham a beaucoup écrit sur les relations internationales, et a été publié en plusieurs langues. Pendant près de 20 ans, il a travaillé comme éditeur et rédacteur pour les médias d’information les plus importants, y compris The Mirror, Irish Times et l’Independent. 

Source : Information Clearing House

Traduction et Synthèse: Z.E

jeudi, 18 février 2021

Eurocrate et atlantiste : Draghi dicte la nouvelle politique étrangère de l'Italie

mario-draghi-eurogroupe-e8fe779b35.jpg

Eurocrate et atlantiste : Draghi dicte la nouvelle politique étrangère de l'Italie

Par Lorenzo Vita

Ex : https://it.insideover.com

Un gouvernement eurocratique et atlantiste. Avec ces mots, Mario Draghi définit la politique étrangère de son gouvernement et envoie un message adressé non seulement aux alliés du gouvernement, mais aussi à ceux qui se trouvent hors d'Italie. Il y a un pays, l’Italie, qui, pour Draghi, doit confirmer les lignes directrices qui ont caractérisé la diplomatie de Rome depuis des décennies. Et Draghi répond aux attentes d'un exécutif qui est clairement né avec la bénédiction de Washington et de Berlin (et de Bruxelles). Les deux capitales de l'Occident politique, celle de l'Amérique et celle de l'Europe, regardent très attentivement ce qui se passe au Palazzo Chigi, conscientes que l'Italie est un pays que personne ne peut ou ne veut perdre. Les États-Unis pour des questions stratégiques, l'Allemagne pour des raisons économiques et donc politiques.

Ces dernières années, l'Italie est apparue très erratique sur les questions clés de sa politique étrangère. Ce n'est pas nécessairement un défaut, mais ce n'est pas non plus une vertu. Très souvent, le fait d'être ambigu est pris pour une forme de politique non alignée ou pour un signe d'indépendance. Cependant, ce qui semble presque être un appel à une diplomatie de type "primo-public" cache très souvent (et dissimule) l'incapacité à suivre une certaine voie qui conduirait à des avantages évidents. Giuseppe Conte, en changeant de majorité, a certes modifié profondément sa façon de faire de la politique étrangère : mais cela n'a pas suffi à donner des garanties aux pouvoirs qui se portent garants de l'Italie sur la scène internationale. Une question qui a pesé comme un roc dans la politique d'un gouvernement déjà miné par des problèmes internes.

Draghi est arrivé au Palazzo Chigi avec un arrière-plan précis. Et les lignes qu'il dicte révèlent encore plus la faveur avec laquelle il est revenu à Rome. L'axe entre le Palazzo Chigi et le Quirinal, qui a façonné ce gouvernement né des cendres de la coalition jaune-rouge, repose sur une ligne programmatique qui s'articule autour de trois éléments clés : l'OTAN, l'Union européenne et l'idée d'un pays qui représente ces blocs en tant que pilier méditerranéen. Les propos du Premier ministre confirment cette ligne par une phrase qui ne laisse aucun doute : "Dans nos relations internationales, ce gouvernement sera résolument pro-européen (eurocratique) et atlantiste, en accord avec les ancrages historiques de l'Italie : l'Union européenne, l'Alliance atlantique, les Nations unies".

Sur le front européen, il est clair que le gouvernement Draghi est né dans un système profondément lié à la vision unitaire de l'Europe. Le curriculum de Draghi, dans ce sens, ne peut certainement pas être sous-estimé étant donné qu'en tant que président de la Banque centrale européenne, il a sauvé l'euro d'une crise potentiellement explosive et a répété, dans son discours au Sénat, qu’il fallait considérer l'euro comme irréversible. Ces orientations économiques et financières vont également de pair avec une politique étrangère au sein de l'UE qui apparaît immédiatement très précise, et qui ne doit pas être sous-estimée. L'idée d'affirmer que la France et l'Allemagne sont les premiers référents au sein du continent, en distinguant clairement Paris et Berlin des autres gouvernements méditerranéens (expressément l'Espagne, Malte, la Grèce et Chypre) construit une frontière bien définie du réseau stratégique italien. Avec la France et l'Allemagne, on a l'impression qu'ils veulent créer des canaux sûrs et directs qui impliquent une entrée progressive de l'Italie dans les choix communautaires, ce que le politologue Alain Minc, conseiller de Macron, a également rappelé dans son interview au journal La Repubblica. En effet, Minc a également lancé une blague sans surprise sur la déception espagnole face à l'arrivée de Draghi, étant donné que l'objectif de Madrid est de saper la position de Rome en tant que troisième capitale de l'UE.

Ces piliers européens, ainsi que les piliers atlantiques, représentent la position diplomatique du gouvernement lancée ces dernières semaines. Des lignes rouges qui ouvrent la porte à un scénario de repositionnement également vis-à-vis de la Chine, jamais mentionnée dans le texte alors même qu’elle est un partenaire fondamental du pays. La Russie et la Turquie ont certes été mentionnées – mais une seule fois pour parler des tensions dans leurs environnements et en Asie centrale. Un choix qui ne peut pas être seulement dialectique : pour Draghi, l'Italie n'a qu'une seule appartenance, qui est celle de l'aire atlantique et de l'Europe eurocratique. La Chine est un partenaire commercial inévitable, mais en évitant d'en parler dans son discours programmatique, il montre aussi clairement qu'elle n'a aucune valeur stratégique au contraire de l'Amérique, de l’Union européenne et de pays avec lesquels l'Italie a une profonde connaissance économique, politique, d'intelligence et de contrôle de la Méditerranée.

Par conséquent, s'il est clair que, pour Rome, les relations avec Berlin et Paris restent essentielles pour renforcer un projet européen qui implique également notre gouvernement, en évitant qu'Aix-la-Chapelle ne dicte totalement la ligne sur les changements en Europe, l'Italie se tourne également vers la Méditerranée, étant donné que le Premier ministre a affirmé au Sénat qu'il voulait "consolider la collaboration avec les États avec lesquels nous partageons une sensibilité méditerranéenne spécifique".

Cette question est particulièrement importante car elle permet également de comprendre comment la géopolitique italienne évolue dans une période de transition aussi complexe dans la zone euro-méditerranéenne. Pour les États-Unis et l'Union européenne, la Méditerranée représente une ligne de faille qui divise un monde occidental affaibli par la crise et une zone de chaos (la revue géopolitique Limes la définit notamment comme Chaoslandia) qui comprend une grande partie de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient et où plusieurs puissances moyennes et grandes sont impliquées. L'Italie est au centre, la dernière bande d'un bloc en quête de sa nouvelle vocation après l'effondrement de l'URSS et avec une Amérique qui tente de se recentrer sur la Chine tout en évitant d'abandonner le théâtre européen et moyen-oriental. Cette condition implique que Rome doit choisir ses meilleurs alliés avec le plus grand soin, car il est clair que dans ce jeu il n'y a pas de tirage au sort : il y a des gagnants et des perdants, qu'ils soient entrants ou sortants. L'axe pro-européen et atlantiste défini par Draghi dirige l'Italie dans le sillage de ceux qui la considèrent comme la tranchée creusée face à cette frontière brûlante de l'ordre libéral international. Et cela implique clairement aussi un rôle précis cadrant dans ce schéma : à partir de la Méditerranée élargie elle-même. La Libye, le Levant et les Balkans sont des régions vers lesquelles l'Italie ne peut pas refuser de tourner les yeux. Et en attendant des gestes précis de l'administration Biden, qui a déjà fait savoir qu'elle appréciait les nouvelles orientations de l’Italie, on a l'impression que le Palazzo Chigi, le Quirinal et la Farnesina (qui est en fait "commandée" par la ligne Draghi-Mattarella) ont désormais un horizon parfaitement en ligne avec les mouvements de l'OTAN et de l'UE.